Apophonie Et Categories Grammaticales Dans Les Langues Baltiques 9042915293, 9789042915299

In the comparative grammar of Indo-European languages, Baltic languages (Lithuanian, Latvian, Old Prussian) occupy a rem

569 30 21MB

French Pages 436 [220] Year 2004

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Apophonie Et Categories Grammaticales Dans Les Langues Baltiques 
 9042915293, 9789042915299

Table of contents :
Titre ......Page 1
Table des matieres ......Page 2
Preface ......Page 3
Introduction ......Page 4
1. Categorie de la personne et apophonie radicale......Page 8
2. Categorie du cas et apophonie radicale......Page 12
3. Categorie du nombre et apophonie radicale ......Page 62
4. Categorie du genre et apophonie radicale ......Page 86
5. Categorie du mode et apophonie radicale ......Page 97
6. Categorie du temps et apophonie radicale ......Page 145
Conclusion ......Page 182
Index verborum ......Page 188
Bibliographie ......Page 206

Citation preview

publiée par la SOCIÉTÉ DE LINGUISTIQUE DE PARIS _ _ _ _ _ _ LXXXVI _

Daniel PETIT

APOPHONIE ET CATÉGORIES GRAMMATICALES DANS LES LANGUES BALTIQUES

D. 2003/0602/31 ISBN 90-429-1529-3 (Peeters Leuven) ISBN 2-87723-824-5 (Peeters France) © 2004 Éditions Peeters, Bondgenotenlaan 153, B-3000 Leuven

Tous droits de reproduction, de traduction et d'apatation réservés pour tous pays.

PEETERS LEUVEN - PARIS 2004

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION

.

7

1. Problématique générale

·

7

2. Apophonie radicale et catégories grammaticales

.

11

I. CATÉGORIE DE LA PERSONNE ET APOPHONIE RADICALE.......

15

1. Introduction

········.·············

15

..

16

3. La troisième personne du futur lituanien

.

17

4. Paradigme verbal et harmonie vocalique en letton

.

20

5. Conclusion

.

22

II. CATÉGORIE DU CAS ET APOPHONIE RADICALE

.

23

1. Introduction

.

23

2. Noms-racines et apophonie radicale

.

25

3. Noms (alpha-)thématiques et apophonie radicale

.

55

4. Noms athématiques suffixés et apophonie radicale

.

58

5. Conclusion: catégorie du cas et apophonie radicale

. 118

III. CATÉGORIE DU NOMBRE ET APOPHONIE RADICALE

.

123

1. Introduction

.

123

2. Système nominal et apophonie dans la catégorie du nombre

.

124

3. Système verbal et apophonie dans la catégorie du nombre

.

129

4. Conclusion: catégorie du nombre et apophonie radicale

. 168

IV. CATÉGORIE DU GENRE ET APOPHONIE RADICALE

.

171

1. Introduction

.

171

..

173

.

190

·

2. Oppositions quantitatives dans le verbe lituanien

2. "Substantifs mobiles" et apophonie radicale 3. Conclusi on : cat"egone d u genre etapop hOllIe ' rad'Ica1e

V. CATÉGORIE DU MODE ET APOPHONIE RADICALE

PRÉFACE

193

1. Introduction........................................................................... 193 2. Subjonctif, optatif et impératif..................................................... 196

220

Cet ouvrage, issu d'une thèse d'habilitation soutenue le 12 octobre

4. Infinitif et supin...................................................................... 244

2002 à l'Université de Paris-IV Sorbonne, est l'aboutissement de

5. Conclusion: catégorie du mode et apophonie radicale....................... 287

recherches entreprises depuis quelques années dans le domaine de la

3. Participes

'"

linguistique comparative indo-européenne, et plus précisément dans le VI. CATÉGORIE DU TEMPS ET APOPHONIE RADICALE................ 289

domaine des langues baltiques (lituanien, letton, vieux prussien).

1. Introduction

289

2. Thème de présent et thème de prétérit..

292

aux langues baltiques pour différentes raisons, non seulement du fait de leur

3. Rapport des thèmes de présent et des thèmes de prétérit...................... 300

archaïsme, qui est bien connu des comparatistes, mais encore pour leur

4. Genèse des apophonies radicales dans le système temporel baltique

344

développement historique propre et pour la culture dont elles témoignent.

CONCLUSION......................

363

1. L'apophonie dans les langues baltiques

363

reçu toute l'extension qu'on pourrait lui souhaiter. Un siècle après Le

2. Apophonie et catégories grammaticales

367

Parler de Buividze (1903) de Robert Gauthiot, qui reste encore aujourd'hui

INDEX VERBORUM

375

Parallèlement à la linguistique grecque, j'ai été amené à m'intéresser

L'étude des langues baltiques est, en France, le produit d'une longue

BIBLIOGRAPHIE...................................................................... 411

tradition, puisqu'elle remonte à Ferdinand de Saussure, mais elle n'a pas

le seul ouvrage de langue française consacré à une question de linguistique baltique, il m'a paru important de tenter de contribuer, à ma mesure, à la redécouverte de ces langues dans le paysage scientifique français. Je souhaiterais remercier ici tous ceux qui ont contribué à l'élaboration de cet ouvrage, en premier lieu mon maître et directeur de recherche, M. Charles de Lamberterie (Université de Paris-IV Sorbonne et École Pratique des Hautes Études), ainsi que les autres membres de mon jury, MM. Georges-Jean Pinault (École Pratique des Hautes Études), Paul Garde (Université d'Aix-en-Provence), Laurent Dubois (École Pratique des Hautes Études), Jean-Louis Perpillou (Université de Paris-IV Sorbonne), Alain Lemaréchal (Université de Paris-IV Sorbonne) et Bonifacas StundZia (Université de Vilnius). Je dois àM. Georges-Jean Pinault et à M. Alain Lemaréchal de nombreuses suggestions et corrections sur une première version de ce texte.

Mme Hélène Vairel (École Normale Supérieure de Paris) a bien voulu se charger d'une relecture de l'ensemble du volume et m'a permis ainsi d'en améliorer la rédaction et d'éviter de nombreuses erreurs. Je dois également beaucoup à mes auditeurs de l'École Pratique des Hautes Études, avec qui j'ai eu de nombreuses discussions sur les questions ici développées, notamment Emmanuel Dupraz, Pierre Ragot, Vincent MartzlofI Enfin, je tiens à remercier mes collègues de l'étranger, dont l'aide m'a été souvent très utile, notamment MM. Rick Derksen (Université de Leiden, Pays-Bas), Bohumil Vykypel (Université de Brno,

INTRODUCTION

République Tchèque), Pietro U. Dini (Université de Pise, Italie), Vytautas Ambrazas (Vilnius, Lituanie). Je voudrais également souligner le rôle central joué par mon épouse Justyna, qui non seulement m'a apporté ses lumières sur de nombreux faits lituaniens, lettons et polonais, mais aussi a constamment veillé à créer les

1. PROBLÉMATIQUE GÉNÉRALE: L'APOPHONIE DANS LES LANGUES BALTIQUES

conditions les plus favorables à ce travail. Un grand merci enfin à mes enfants, Antoine et Gabrielle, dont les premiers balbutiements ont

Un des archaïsmes les plus notables des langues baltiques (lituanien,

accompagné la rédaction de cet ouvrage et qui lui ont ainsi donné un peu de la saveur dont il manquait.

letton, vieux prussien) est, dans une large mesure, la préservation des alternances vocaliques héritées de l'indo-européen. Les phénomènes d'apophonie - c'est-à-dire de variation vocalique à fonction morphono-

Janvier 2004

logique - sont nombreux encore en lituanien et en letton modernes; leur rôle n'a pas dû être moindre dans les autres langues baltiques, et sur ce point la situation du vieux prussien, par ailleurs si altéré, reflète encore fidèlement un état de faits commun à tout le groupe. Dans bien des cas, les apophonies baltiques prolongent directement un trait archaïque de l'indoeuropéen, mais souvent aussi elles apparaissent comme une création spécifique de ces langues. L'apophonie, en tant que procédé morphonologique, est donc non seulement vivante en baltique, mais elle y est encore productive. Ce caractère n'a pas manqué de frapper les linguistes depuis longtemps, et plusieurs études ont été consacrées entièrement ou en partie aux manifestations de l'apophonie en baltique. Il faut citer tout d'abord, naturellement, l'ouvrage magistral de Leskien (Der Ab/au! in den

8

Introduction

Introduction

Wurzelsilben im Litauischen, Leipzig, 1884), qui a été l'un des premiers à

ou < il / ü >, cf. lit. mùsti "frapper" ... musis "bataille"), à quoi l'on

passer en revue les types d'alternance vocalique en lituanien. Par la suite,

ajoutera une apophonie intonative ou métatonie, qui pose des problèmes

des travaux portant sur la question de l'apophonie n'ont cessé de voir le

spécifiques (métatonie douce, par ex. < ê /

jour. À l'ouvrage classique de Kurylowicz (L'apophonie en indo-européen,

... bégis "course", ou métatonie rude, par ex. < eî / éi >, cf. lit. svefkas

Wroclaw, 1956), qui est conçu dans une perspective générale, mais opère

"sain"

largement avec des données baltiques, s'ajoutent diverses contributions,

festations de l'apophonie est souvent distribuée en différentes "séries

dont certaines sont fondamentales pour la compréhension des apophonies

apophoniques" (aIl. Ablautreihen), dont on examine les réalisations

baltiques} .

diverses dans les langues concernées. Cette approche, dont le modèle le

E-+

9

e >, cf.

lit. bégU "courir"

svéikinti "saluer")2. Plus précisement, la variété des mani-

Pour autant, on ne saurait affirmer que la question apophonique en

plus clair est fourni par la classification des verbes forts en germanique, est

baltique soit entièrement résolue. Car de nombreux aspects demeurent

illustrée notamment dans l'ouvrage de Leskien (1884, notamment p. 268-

encore peu étudiés, voire négligés, si bien qu'il ne paraît pas inutile de

269), qui se présente pour l'essentiel comme un catalogue des séries apo-

revenir sur ce débat. Dans cette étude, je me propose d'envisager le

phoniques du lituanien. Elle nécessite un certain nombre d'aménagements,

problème de l'apophonie en baltique à travers une perspective relativement peu explorée, celle du rapport de l'apophonie et des catégories gramma-

dus surtout à des altérations secondaires du système, mais elle demeure fondamentalement valide.

ticales. Cette perspective est limitée dans son principe et ne peut par

Dans une autre perspective, l'apophonie peut aussi être étudiée sous un

conséquent aborder tous les problèmes; mais elle permet à mon sens de

angle fonctionnel. Ce type d'analyse consiste à déterminer les rapports

renouveler les approches traditionnelles de la question de l'apophonie en

morphologiques et sémantiques entre "formes de fondation" et "fonnes

baltique. On peut distinguer, en effet, au moins deux approches pour traiter

fondées" apophoniques. On a le choix, dans ce cas, entre plusieurs critères

de l'apophonie.

de classement. Par exemple, il est possible d'opérer une distinction entre

Traditionnellement, l'apophonie est étudiée sous son aspect formel: il

une apophonie "translative", qui accompagne un changement de classe

s'agit le plus souvent de déterminer quels sont les phonèmes mis en jeu

grammaticale (par ex. < verbe / substantif >, cf. lit. nèsti "porter" ... nastà "fa d ") . r eau et une apophome "non translative", qui apparaît à l'intérieur d'une mê 1 me c asse grammaticale (par ex. < verbe / verbe >, cf. lit.

dans les alternances vocaliques et leur relation formelle. À cet égard, deux types d'apophonie sont régulièrement distingués: une apophonie qualitative (par ex.
, cf. lit. nèsti "porter" ... nastà "fardeau",

ou
, cf. lit. mena "il se souvient" ... minti "se souvenir") et une apophonie

quantitative (par ex. < 1/ ï>, cf. lit. gina "il défend" ... gyné "il défendit",

1. On retiendra ici principalement les contributions suivantes: Endzelfn~ (1923, p. 58-61), Skardzius (1935b, p. 59-65 = RR(S),. N, p. 371-378), Otrçbskl (GJL, I, p. 184-213), Stang (1966, p. 120-125), Urbutls (1971, p. 71-78; 1978, p. 222-231), Venckuté (1971, p. 79-88), et plus récemment Akelaitiené (1994; p. 5-11; 1995, p. 5-11; 1997, p. 49-55; 2000, p. 3-10). Voir aussi Kaukiene & PakalniSkiené (2002, p. 19-22).

(pa)kibti "s'accrocher" ... Jeyboti "pendre, être suspendu"). Mais le critère le plus intéressant à 1'" ,.. , mon sens, est ce U} qUI conSIste a dIstmguer, d'une part, une apophonie "1 . 1" ." . eXlCa e , aSSOCIee a la dérIvation, c'est-à-dire à la . d' formation de l ' ," exemes ID ependants (par ex. < verbe / substantif >, cf. lit. nesti "porter" '" "Co - nasta lardeau", ou < verbe / verbe >, cf. lit. mif'ti

--------------2. Sur la mét t .

Derksen (1996 a O~I~, on .se reportera avant tout à l'ouvrage fondamental de (1923.1924) ~' 9uI s appuie notamment sur les travaux plus anciens de Büga . olr ausSI Stang (1966, p. 144-169).

10

Introduction

Introduction

"mourir" .... marinti "faire mourir, tuer"), d'autre part, une apophonie

11

Il. APOPHONIE RADICALE ET CATÉGORIES GRAMMATICALES

"grammaticale", qui intervient dans l'opposition de catégories constitutives

kélé

L'une des approches les plus fécondes pour étudier l'apophonie en

minti

baltique consiste, me semble-t-il, à passer en revue les catégories

"se souvenir"). Les deux critères peuvent du reste être associés l'un à

grammaticales ou lexicales dont la réalisation est liée, de manière régulière

l'autre, car on observe qu'une apophonie translative est toujours de nature

ou sporadique, à l'apophonie. Quand on confronte le système apophonique

lexicale, tandis qu'une apophonie non translative est tantôt lexicale (par ex.

des langues baltiques avec celui de l'indo-européen, tel qu'il est reconstruit

< verbe non marqué / verbe intensif >, cf. lit. (pa)kibti "s'accrocher"

par la comparaison, on ne peut manquer d'être frappé par une certaine

kYboti "pendre, être suspendu"), tantôt grammaticale (par ex. < présent

réduction du domaine de l'apophonie. Si on laisse de côté le problème de

/ prétérit >, cf. lit. ke/ia "il lève" .... kélé "il leva"). La question se pose

la dérivation lexicale et qu'on se concentre sur les catégories gramma-

cependant de déterminer les limites du domaine lexical et du domaine

ticales, on constate que presque chacune d'entre elles (à l'exception de la

grammatical en baltique: sur quelle base peut-on dire par exemple que

personne) pouvait présenter en indo-européen des faits d'alternance

l'opposition de diathèse entre un verbe transitif et un verbe intransitif (lit.

lenkti "pencher" .... linkti "se pencher") est de nature lexicale, tandis que

vocalique. On peut en dresser ici une liste approximative, qui n'a qu'une valeur illustrative :

l'opposition de mode entre un verbe à l'indicatif présent et à l'infinitif (lit.

- (a) catégorie de la PERSONNE: dans le système verbal,

de paradigmes (par ex. < présent / prétérit >, cf. lit. kêlia "il lève"

"il leva", ou < indicatif / infinitif >, cf. lit. mena "il se souvient"

++

mena "il se souvient" .... minti "se souvenir") est nécessairement gramma-

l'alternance vocalique était inusitée en indo-européen entre les personnes du

ticale? Il existe, en outre, de nombreux cas d'apophonie dans lesquels

même nombre. Celles-ci présentent toujours le même degré vocalique:

l'alternance vocalique n'apparaît qu'à travers une analyse étymologique,

• Exemple: cf. i.-e. "aller", indicatif présent

r e sg.

*h1ei-mi, 2e sg.

e

synchronie (par ex. < substantif / substantif>, cf. lit. diegas "germe"

*h1ei-si, 3 sg. *h1ei-ti > véd. émi, é~i, éti (degré *e constant); 1re 1 *h . e e p . ll-me-,2 pl. *h1i-te, 3 pl. *hâ-efonti > véd. ima!), ithéJ,

daigas "pousse, germe"). Les problèmes soulevés par une étude

yanti (degré zéro constant). Le seul cas d'alternance vocalique attesté

fonctionnelle de l'apophonie en baltique sont par conséquent nombreux, et

entre des personnes du même nombre est l'alternance de la voyelle

l'on ne peut espérer leur apporter une solution défmitive. Dans cette étude,

thématique en indo-européen, par ex. e 3 pl. *-o-nti.

sans laquelle la relation de deux lexèmes demeure indécelable en

++

je me bornerai à examiner les problèmes posés par l'apophonie grammaticale, et, pour des raisons de cohérence qui apparaîtront au cours de l'exposé, je n'aborderai que les cas d'apophonie radicale, laissant de côté l'apophonie suffixale, qui mériterait à elle seule une monographie. Il ne s'agit pas ici simplement d'offrir une classification plus ou moins cohérente des faits d'apophonie en baltique, mais, plus généralement, d'examiner les conditions de sa survie dans une famille de langues connue pour son archaïsme.

r e pl. *-o-me-, 2e

pl. *-e-te,

- (b) catégorie du CAS: à l'intérieur des flexions nominales, l'alterna . . nce vocalIque pouvaIt toucher en indo-européen aussi bien le radical que le suffixe. • Exemple d'alternance radicale' < 0 / e > cf . * " . l.-e. nom.-acc. J,lod-r "eau" > h'tt / ' * . 1 . watar gen. ued-n-es> hltt. wetenas (avec degré 1 . P em secondaire du suffixe) ; alternance suffixale: < 0 / e > suffiXe des neutr . . . ' " es slgmatlques l.-e. nom.-acc. sg. *-os- > gr. yÉvos race, espèce" / gén. sg . *-es- > gr. h omenque " YEVEOS. 1

Introduction

Introduction

12

13

- (c) catégorie du NOMBRE: dans le système nominal, l'alternance

On observe, à travers ce rapide tour d'horizon, que toutes les catégories

vocalique liée au changement de nombre pouvait toucher en indo-européen

grammaticales, à l'exception de la personne, étaient susceptibles en indo-

aussi bien le radical que le suffixe. • Exemple d'alternance radicale: < 0 / e >, cf. nom.-acc. sg. *J,!od-f

européen d'être associées à des phénomènes d'apophonie. Il importe alors de confronter ce tableau de l'indo-européen reconstruit avec les données

"eau" > hitt. watar / nom.-acc. collectif *J,!ed-or > hitt. pl. widar;

baltiques. On pourra ainsi déterminer dans quelle mesure les langues

alternance suffixale: < 0/0 >, cf. i.-e. nom.-acc. sg. neutre *-m{l >

baltiques ont réduit, ou au contraire développé, le domaine de l'apophonie

avest. réc. haxma "société" / nom.-acc. collectif neutre *-mon

et, par là même, quelles fonctions celle-ci a assumées dans la préhistoire

> avest. réc. pl. haxflm{lm.

immédiate de ces langues.

De même, dans le système verbal, l'alternance vocalique pouvait

Il est intéressant d'observer, pour commencer, les catégories dans lesquelles l'apophonie n'apparaît pratiquement jamais: un fait linguistique

toucher aussi bien le radical que le suffixe: re

• Exemple d'alternance radicale: < e/ 0 >, cf. Î.-e. 1 sg. *h1ej-mi

se définit autant par ses limites que par ses caractères propres. On

r pl. *hd-me- "nous allons" > gr. '(\lEV; e alternance suffixale: < e/ 0 >, cf. Î.-e. 3 sg. *-ney-ti> véd. sPJoti

envisagera donc tout d'abord les catégories de la personne, du cas, du

"je vais" > gr. dlil, vs.

e

e

"il entend" / 3 pl. *-nJ,!-%nti> véd. sPJwinti "ils entendent". _ (d) catégorie du GENRE: à l'intérieur du système nominal, l'alternance vocalique liée à une distinction de genre grammatical pouvait toucher en indo-européen aussi bien le radical que le suffixe: • Exemple d'alternance radicale: < e /0>, cf. Î.-e. nom. sg. masc.

*sem-s "un" > gr. Ets / nom. sg. fém. *sm-iih2 "une" > gr. lita; alternance suffixale: < 0 /0>, i.-e. nom. sg. masc. *-on > véd.

râja "roi" / nom. sg. fém.*-n- > véd. râjnï"reine". _ (e) catégorie du MODE: à l'intérieur du système verbal, l'alternance vocalique pouvait opposer le radical de différents modes: • Exemple d'alternance modale :
, cf. Î.-e. indicatif

*h1es-mi> véd. asmi "je suis" / optatif *h1s-jeh1-m > véd. syâlJ'l. _ (f) catégorie du TEMPS: à l'intérieur du système verbal,

l'alternance vocalique pouvait opposer le radical de différents thèmes aspecto-temporels: • Exemple d'alternance temporelle:
, cf. Î.-e. thème de

présent *set- > gr. Ëxw "avoir" / thème d'aoriste *st- > gr. Éax ov .

nombre et du genre, en examinant leur relation éventuelle avec le phénomène de l'apophonie en baltique. En second lieu, on étudiera des catégories dans lesquelles l'apophonie joue parfois en baltique un rôle central, c'est-à-dire les catégories du mode et du temps. Seule l'apophonie radicale sera ici étudiée, parce qu'elle constitue un ensemble de problèmes assez différents de ceux que pose l'apophonie suffixale, et surtout parce qu'elle appartient à un état très archaïque des langues baltiques. La question de l'apophonie suffixale, ainsi que celle des rapports entre apophonie et dérivation lexicale, mériteraient à elles seules une monographie; elles ne seront évoquées ici qu'en passant.

CHAPITRE 1 CATÉGORIE DE LA PERSONNE ET APOPHONIE RADICALE

1. INTRODUCTION

Dans le système verbal des langues indo-européennes, la catégorie de la personne n'est jamais liée, isolément, à des phénomènes apophoniques. On observe en fait une totale cohésion apophonique des formes verbales personnelles d'un même nombre. Par exemple, un présent radical athématique avait en indo-européen un degré

*e

constant à toutes les

personnes du singulier, un degré zéro constant à toutes les personnes du pluriel. Lorsqu'une langue comme le français oppose une

re

pl. nous

e

venons et une 3 pl. ils viennent, il ne s'agit nullement d'un cas d'apophonie < e / ie >, mais d'une évolution phonétique récente, conditionnée 1 par a place de l'accent en latin. Cette limitation du domaine de l'apophonie appartient déjà à l'indoeuroPéen commun, et il n'est pas étonnant qu'elle apparaisse exactement . " . ., genera " I le,& dans les mêmes cond"ltIons en ba1tique. De mamere es .lormes

16

Catégorie de la personne

Catégorie de la personne

verbales associées dans un paradigme et distinguées seulement par le critère

distribution est parfaitement réglée par la place de l'accent: formes atones à

de la personne présentent dans les langues baltiques le même degré

voyelle brève e

(Ire

17

sg. drebiù, 2e sg. drebi), formes toniques à voyelle

vocalique. Plusieurs exceptions apparentes peuvent être évoquées; on

allongée (3 p. drebia, 1 pl. drebiame, 2e pl. drebiate). L'allongement, et

s'apercevra vite qu'elles n'ont rien à voir avec le phénomène de

par conséquent l'alternance quantitative qui en résulte, proviennent donc

l'apophonie.

d'un fait phonétique secondaire et ne relèvent pas de l'apophonie. Au

II. OPPOSITIONS QUANTITATIVES DANS LE VERBE LITUANIEN

re

contraire, dans le prétérit drèbé, la voyelle longue [e:] n'est pas phonétiquement conditionnée: elle apparaît sous l'accent à la troisième personne e

Les grammaires académiques du lituanien classent parfois parmi les cas

(3 p. drèbé, cf. aussi 1Te pl. drèbeme, 2 e pl. drèbéte), mais également hors

d'apophonie (lit. bafsi{l kaità "alternance vocalique, apophonie") des

de l'accent aux deux premières personnes du singulier (1 re sg. drébiaü,

oppositions de quantité comme celle du lit. drebiù "je jette" (l re sg.), avec

2 sg. drébel). Il s'agit donc non pas d'un allophone, mais d'un

voyelle radicale brève [E], et du lit. drebia "il jette" (3 e p.), avec voyelle

allomorphe, où l'on peut voir la manifestation d'une apophonie, si l'on

radicale longue [E :], ou encore du lit. manaü "je pense"

sg.), avec

défmit celle-ci précisément par son caractère morphonologique. Dans les

voyelle radicale brève [a], et du lit. miino "il pense" (3 p.), avec voyelle

grammaires lituaniennes récentes, les cas du type drebiù / drebia sont à

radicale longue [a:]3. Formellement, l'alternance paraît assimilable à un cas

juste titre séparés de l'apophonie: la grammaire académique de 1994

d'apophonie quantitative.

(DLKG, p. 41, § 49), par exemple, les conçoit comme relevant de

(Ire

e

e

Toutefois, on doit reconnaître que la variation vocalique < E / E: > qui

"changements vocaliques quantitatifs automatiques" (lit. automatiniai

oppose en lituanien drebiù "je jette, j'éclabousse" et drebia "il jette, il

kiekybiniai balsi{l pakitimai), et les distingue de l'apophonie, présentée

éclabousse" n'est pas de même nature que celle qui sépare le présent drebia

comme une "alternance vocalique non automatique" (lit. neautomatine balsi{l kaita)5.

"il jette, il éclabousse" du prétérit drèbé "il jeta, il éclaboussa" (variation

résulte donc d'un

-:

abrègement secondaire de [û] et [î] en position finale> [il] et ['i]. Il ne

• ind. futur 1re sg. stovésiu, 1re pl. stovésime, vs. 3e p. stovés (inf.

s'agit pas, à proprement parler, d'apophonie.

stovéti "être debout").

Ire

sg. sakjsiu,

r e pl.

sakjsime, vs. 3e p. sakys (inf.

Cet abrègement n'est du reste pas constant. Dans la plupart des verbes à

On notera que certains dialectes lituaniens (surtout sur le domaine haut-

thème monosyllabique il est remplacé par une métatonie douce, par

lituanien de l'Est) présentent un abrègement à la 3e p. du futur, même dans

exemple:

les thèmes polysyllabiques, cf. par exemple lit. dial. futur 3e p. sakis (: lit. e

standard sakys, cf. inf. sakjti "dire"), 3 p. iinàs (: lit. standard iinos, cf.

- : e

• ind. futur 1re sg. vysiu, 1re pl. vysime, vs. 3 p. vys (inf.

ryti

"chasser").

e

inf. linoti "savoir"), 3 p. stovès (: lit. standard stovés, cf. inf. stovéti "être debout"), ce qui, pour certains, représente peut-être l'état le plus ancien 8 • Selon Zinkevicius (1966, p. 361), à l'origine, l'abrègement était propre aux

6. Cf. DLKG (p. 341, § 938). Sur la forme du suffixe de futur en lituanien (*-s- ou *-si-), voir Schmid (1963, p. 55), Jasanoff (1978, p. 103-107, §§ 8790). Bibliographie plus complète chez Petit (2002, p. 245). 7. La loi de Leskien est traditionnellement datée du XIIIe siècle, mais, en fait, on peut la situer un peu plus tôt entre le XIIe siècle et le début du XIIIe siècle. Sur cette question, voir Girdenis (2000-2001, III, p. 385-386).

thèmes polysyllabiques, la métatonie douce aux thèmes monosyllabiques, d'où un contraste:

8. Voir LKG (II, p. 137, § 199), Zinkevicius (1966, p. 361-362, § 666).

21

Catégorie de la personne

Catégorie de la personne

20

e

- *iinâti- > lit. iinoti "savoir" --+ futur 3 p. *:linâs > *:linàs

PARADIGME

TRANSCRIPTION PHONÉTIQUE

(cf. lit. dial. iinàs; la forme à métatonie du lituanien infinitif

nest

1re sg.

nesu

[nçsu]

2 e sg.

nes

[nes]

(cf. lit. standard soks; la forme à abrègement du lituanien

3 e p.

nes

[nçs]

dialectal sàks serait analogique du modèle de :linoti "savoir' :

1re pl.

nesam

[nçsàm]

2 e pl.

nesat

[nçsat]

standard :linos serait analogique du modèle de stoti "se lever" : futur stos).

- *sâkti- > lit. sokti "sauter, danser"

e

--+

futur 3 p. *sâks > *fâks

futur :linàs).

"porter"

[nest]

Ce principe originel aurait été, selon Zinkevicius, brouillé ultérieurement dans les différents dialectes, au point d'aboutir en lituanien standard

L'opposition de la 1re sg. nesu "je porte" [nçsu] et de la 2 sg. nes "tu

à une distribution apparemment inverse (abrègement dans le monosyllabe

portes" [nes] paraît dès l'abord compamble à un fait d'apophonie (type < ç

gis de gyti "guérir", métatonie douce dans le polysyllabe sakys de sakYti

/ e ». Cependant, ici encore, la distribution des deux variantes vocaliques

"dire"). D'autres analyses sont cependant possibles9 . Quelle qu'ait pu être

est le résultat d'une évolution phonétique particulière, puisqu'elle dépend

l'origine de ce phénomène, qui est propre au haut-lituanien (le letton,

en l'occurrence de la qualité de la voyelle qui se trouve - ou se trouvait

comme le bas-lituanien, a conservé, ou restauré, partout la voyelle longue,

originellement- dans la syllabe suivante 10 • On trouve une voyelle fennée

re

cf. lett. futur 1 sg. bûsu,

r

e

e

e

pl. bûsim, 3 p. bûs, infinitif bût "être"), il

[e] devant les voyelles ou diphtongues palatales (lett. i, l, e, ë, ie, ei), ainsi

résulte d'un processus phonétique secondaire et ne relève donc pas de

que devant les consonnes palatalisantes ou palatalisées (lett. j,

l'apophonie.

i,

c,

l,

[1,

fc,

g, s,

di, bj, pj, mj, vj); on trouve une voyelle ouverte [ç] dans les autres e

IV. PARADIGME VERBAL ET HARMONIE VOCALIQUE EN LETTON

contextes. Ce principe phonétique explique la différence entre la 2 sg. nes "tu portes" [nes] < *nes-i (cf. lit. neSi "tu portes") et les autres personnes,

Il reste à évoquer un dernier cas. En letton, les verbes à voyelle mdicale

1re sg. nesu ''je porte" [nçsu] < *nes-u (cf. lit. nesù "je porte"), 3e p. nes 'il

r e pl.

de timbre [el présentent au singulier de l'indicatif présent une alternance

porte' [nçs] < *nes-a (cf. lit. nêsa "il porte"),

entre une variante fermée [el (notée e) et une variante ouverte [E] (notée ç),

[nçsàm] < *nes-ame (cf. lit. nêsame "nous portons"), 2e pl. nesat "vous

par exemple:

portez" [nçsat] < *nes-ate (cf. lit. nêsate "vous portez"). Rien n'autorise,

nesam "nous portons"

par conséquent, à interpréter comme apophonique une alternance qui repose en réalité sur un fait d'harmonie vocalique.

9. Voir par exemple aussi Ekblom (1923, p. 241-253). Kortlandt (19~5, p. 115-116) explique la métatonie douce dans ces fo~es d~ futur p~ ?n anCIen degré long morphologique, issu d'un aoriste sIgI?at1qu~. ulterIeurement disparu en baltique. L'hypothèse me paraît peu éConomlq.ue. J al proposé, pour ma part, une analyse différente dans un article récent (PetIt, 2002, p. 245-282).

10. Cf. MLLVG (I, p. 41-47, § 82-84), Laua (1997, p. 112-127), Forssman (2001, p. 74). Voir une description synchronique du phénomène chez Fennell (1970, p. 119-123).

Catégorie de la personne

22

V. CONCLUSION

En conclusion, on constate que le critère de la personne n'est jamais par lui-même associé en baltique au phénomène de l'apophonie. Les langues baltiques reflètent, en l'occurrence, une limitation héritée de l'indoeuropéen et ne l'ont pas remise en question. Il est vraisemblable que l'opposition des personnes à l'intérieur d'un paradigme verbal était déjà grammaticalisée en indo-européen au point de leur imposer une structure

CHAPITRE II

apophonique unitaire. Sur ce point, les langues baltiques n'ont pas modifié le système indo-européen.

CATÉGORIE DU CAS ET APOPHONIE RADICALE

J. INTRODUCTION

Dans le système nominal des langues indo-européennes, les faits d'apophonie entre formes casuelles sont fréquents, et de nombreux indices conduisent à penser qu'ils avaient encore une plus large extension en indoeuropéen. C'est dans les formations athématiques qu'ils sont le plus clairement représentés. On en possède peu de vestiges dans les formations "alphathématiques" (le seul notable étant i.-e.

*gWn-ehrs

*gWen-(e)h2,

gén. sg.

"femme"). Dans les formations thématiques, ils sont

inexistants, la présence d'une voyelle thématique excluant toute apophonie du radical ou du suffixe. Il convient, à cet égard, de distinguer deux types d'apophonie: - (a) apophonie radicale entre formes casuelles d'un même paradigme : par ex. < 0 /

e >,

i.-e. nom. sg. *dom-(s) "maison"

(> arme town), vs. gén. sg. *dem-s (>

V.

avest. dfJ1}g paitis,

gr. 8EalT0TT15' "maître de maison"). Cf. exemples chez Kurylowicz (1968, p. 33, § 29).

Catégorie du cas

24

Catégorie du cas

- (b) apophonie suffixale entre fonnes casuelles d'un même paradigme : par ex. < ë /

0

>, i.-e. nom. sg. *-tër (> gr. rrunlP

"père"), vs. gén. sg. *-tr- (> gr. rra-Tp-os).

25

Il apparaît, dès le premier abord, que les langues baltiques ont largement éliminé les apophonies touchant les radicaux à l'intérieur des flexions nominales casuelles. En règle générale, dans chacune des langues

Dans les formations suffixées, l'apophonie touchait fréquemment à la fois

baltiques, le radical d'un substantif ou d'un adjectif présente une forme

le radical et le suffixe, par exemple:

unique et invariée; seuls les suffixes et les finales désinentielles peuvent

- (c) apophonie radicale et suffixale entre formes casuelles d'un > et

Cependant, plusieurs traces indirectes laissent supposer qu'en proto-

* h2eys-os "aurore" (> gr.

baltique l'apophonie radicale pouvait encore exister à l'intérieur d'un même paradigme.

même paradigme : par ex. apophonie radicale < suffixale < 0/ fi} >, i.-e. nom. sg.

e/ 0

hom.liws, d'où secondairement gén. sg. lious), vs. gén. sg.

*h2us-s-eJos (> véd.

u~él1'),

encore relever dans une certaine mesure du système de l'apophonie.

d'où secondairement nom. sg.

u~ah).

La combinaison de ces apophonies diverses permet de distinguer

II. NOMS-RACINES ET APOPHONIE RADICALE

D'un point de vue diachronique, l'une des classes dont l'apophonie ait

différents "schémas apophoniques", dont la reconstruction a fait l'objet

été la plus claire en indo-européen était celle des "noms-racines"

depuis plus d'une quarantaine d'années d'analyses cohérentes (par ex.

(substantifs radicaux athématiques). Son schéma apophonique a été

Eichner, 1972; Schindler, 1972, 1975; Rix, 1976; Beekes, 1985)11.

reconstitué avec vraisemblance par Schindler dans un article devenu

Même si le détail de ces analyses n'est pas entièrement assuré et qu'une tendance puisse exister à multiplier les entités apophoniques pour rendre

classique (1972, p. 31-38). Il existait, selon Schindler, deux types de noms-racines en indo-européen 12 :

compte des variations observées dans les langues, il n'en demeure pas

- (1) Type "protérodynamique" : nom. sg. *CoC-s, ace. sg.

moins que la théorie des "schémas apophoniques" constitue un net progrès

*CoC-.cp, gén. sg. *CeC-s, cf. i.-e. *pod-s "pied", acc.

dans la compréhension du système nominal de l' indo-européen et que sa

*pod-.cp (gr. dor.

légitimité ne saurait être mise en doute.

*ped-s (refait en *ped-eJos > lat. pedis, d'où nom. pës).

Il ne peut être question, dans une étude portant sur les apophonies baltiques, de présenter une vue d'ensemble des "schémas apophoniques" de l'indo-européen. La méthode adoptée ici consistera, plus simplement, à confronter les données baltiques avec les faits des autres langues, afm de détenniner ce qui a pu survivre en baltique des anciennes apophonies

1HDS.

acc. rrô8a, d'où gén. rro86s), gén.

- (2) Type "hystérodynamique" : nom. sg. *CëC-s, acc. sg.

*CeC-.cp, gén. sg. *CC-eJos, cf. i.-e. *diëJ!-s "ciel lumineux, jour", acc. *dielJ-m > *diëm (gr. Zn)s, acc. Z"v(a); lat.

Iii-piter, acc. secondaire Iouem ; acc. diem, d'où nom. diës), gén. *di/J-e/os (gr. ~lÔS).

casuelles. On prendra comme objet d'étude principal les apophonies radicales, qui sont probablement d'un caractère plus archaïque et sont demeurées moins vivantes en baltique que les apophonies suffixales. Il. Voir une présentation de ces théories chez Meier-Brügger (2002, p. 203220).

12. Voir aussi Kurylowicz (1956, p. 48 sq.), Larsson (1999, p. 12).

26

Catégorie du cas

Catégorie du cas

Dans les langues baltiques, les noms-racines ont tendu à disparaître en

27

1. ABSENCE D'APOPHONIE RADICALE

tant que classe morphologique 13 . Ils se sont intégrés le plus souvent à la classe des substantifs en *-i-, sur la base d'une métanalyse de leur fonne

Du point de vue de l'apophonie radicale, les vestiges de noms-racines

d'accusatif *-lp (> balt. *-in, analysable comme *-i-n, d'où nominatif

indo-européens se laissent séparer en deux catégories. La plupart des

secondaire *-i-s). Toutefois, il subsiste encore en baltique quelques

anciens noms-racines présentent en baltique un radical figé sous une fonne

vestiges clairs des noms-racines. Ainsi, en lituanien, leur génitif pluriel,

unique, qui ne laisse plus rien transparaître d'un schéma apophonique indo-

qui est en général en

-{l

«

i.-e. *-om), les distingue des thèmes en *-i-

anciens, qui ont un génitif pluriel en -il!

«

i.-e. *-i-om). On peut ainsi

opposer, par exemple, lit. iuv-is "poisson", gén. pl. iuv-y

« nom-racine

européen. Pour certains d'entre eux, les correspondants externes eux-mêmes ne permettent pas de reconstruire un schéma apophonique. On citera notamment:

i.-e. *J'tuH-s, cf. gr. LX6ùS', -vos) et lit. av-is "brebis", gén. pl. av-iy

- BALTIQUE *tuH-, *!uv-(i)- "poisson"15 :

«

• lituanien: zuvis "poisson", fém. (gén. pl. iuv-il), nom. pl. dial.

thème en *-i- Ï.-e. *h 2oy-i-, cf. véd. avi/J, lat. ouis, gr. OlS)14. Dans les

textes anciens et encore aujourd'hui dans plusieurs dialectes lituaniens, les

iùves de type consonantique.

vestiges des noms-racines conservent une fmale consonantique au génitif

• letton: zivs, dial. zuvs ou zuve "poisson", fém. (gén. pl. dial. zivu

singulier (gén. sg. -es < i.-e. *-es, en regard de lit. -ies < i.-e. *-ei-s, dans

ouzuvu).

les thèmes en *-i-), et au nominatif pluriel (nom. pl. -es < i.-e. *-es, en

• v. prussien: dérivé à suffixe *-ka-, v. pro suckis / vysch "poisson"

regard de lit. -ys lit. iùv{, d'où un nominatif secondaire lit. iuvis. Le

V.

prussien *:iukas (nom. sg. suckis,

15. Trautmann (BSW, p. 373), Mülenbachs-Endzelïns (ME, IV, p. 730), Fraenkel (LEW, II, p. 1323), Vaillant (GCLS/., II/l, p. 274), Sabaliauskas (1990 p. 38), Maziulis (PKEZ, IV, p. 167), Larsson (1999, p. 50-52), Smoczyfiski (2001, p. 114). Cf. LKZ (XX, p. 1008-1014). Voir aussi Winter (1982 p 167186). ' . 16. Le glossaire de Zinov, dont on sait l'histoire mouvementée (cf Schmid 1986~), a été publié par Zinkevicius (1984 et 1985) comme un texte jatvingien: Schm.ld (1986b), pour sa part, y voit un mélange de lituanien et de yiddish. La questIon reste ouverte. J'adopterai ici pour convention de citer les formes de ce glossaire sous l'étiquette "Zinov", ce qui ne préjuge en rien de la nature de ce texte.

28

Catégorie du cas

Catégorie du cas

29

*h 3bhruhr ,

ace. pl. suckans) suppose un thème à voyelle radicale brève, ce qui est

*piirwa- < *bhruJJG-, prolongeant peut-être Ï.-e.

prouvé par la graphie de type géminé -ck-; il paraît difficile, malgré

ellement Ï.-e. *h3bhruhr h/, avec finale de duel)2o. Kuiper (1942, p.9)

Larsson (1999, p. 51), de dériver cette forme *iu-kas d'un prototype

reconstruit un paradigme alternant en

baltique consonantique *iuH- « Ï.-e. *J'tuH-). La gutturale *-k- pourrait

h h *{h3}b rêJJH-s, acc. sg. *{h3}b reJ}H-I[l, gén. sg. *{h3}bhruH-os, loc. pl.

se retrouver en lituanien (lit. dial. fùk-mistras "Fischmeister", fùk-sparnis

*{h3}bhruH-su, en s'appuyant sur la comparaison de formes attestées en

"Fischhaar", avec voyelle radicale brève, cf. LKZ, XX, p. 986), et plus

germanique (cf. vha. brawa "sourcil", all. Augenbraue "sourcil" < i.-e.

lointainement en arménien (arm. jowkn), mais son origine demeure obscure 17 .

*(h3}b reJ}H-).

ou éventu-

indo-européen, nom.

sg.

h

Toutefois, les langues indo-européennes ne présentent aucune trace claire d'apophonie radicale21 . On notera que le slave a un

- BALTIQUE *bruH-, *bruv-(i)- "sourcil,,18:

thème en *-i- tout comme le baltique. Le passage au thème en *-i- s'est

3 • v. lituanien: bruvis "sourcil" (Sirvydas, DTL , p. 22: Brew

opéré à partir de la forme d'accusatif singulier, comme pour le mot précédent.

/ Supercilium / Bruwis), lit. dia!. bruvis "sourcil", fém. ou masc.

(Lazlinai: brùves, nom. pl. fém. de type consonantique)19.

- BALTIQUE *piIH-(i)- "forteresse,,22 :

• v. prussien: wubri / wimpro "Wimper, sourcil" (E 82), peut-être métathèse de *bruwi (sous l'influence de l'aIl. wimpro ?). Ou bien

• lituanien: pi/is "château", fém. (gén. pl. pili'v.). • letton: pils "château", fém.

emprunt au polabe wabbra?

• v. prussien: -pil(l)e dans les toponymes Pillekaym, Sassenpile,

Il faut partir d'un nom-racine à radical immobile en indo-européen

Wosispille.

h *h3b ruh r , attesté en grec (gr. 6piJs "sourcil", gén. sg. 6puos), en indo-

Il faut partir d'un nom-racine à radical immobile en Ï.-e. *pjhr, attesté en

iranien (véd. bhrûi) "sourcil", gén. sg. bhruvéli)), en celtique (v. irl. nom.

indo-iranien (véd. pûr "palissade, fortification, enceinte fortifiée", gén. sg.

duel brai, brae "sourcils"), en germanique (v. ang. brû "sourcil", ang.

puréli)) et en grec (gr. lTOÀLS "cité", gén. sg. 1T6ÀEWS)23. Les langues

eyebrow "sourcil"), en slave (v. sI. 6p'bBb / brbv b "sourcil, ~À.É apov",

russe 6poBb / brov' "sourcil", avec dépalatalisation en pol. brew "sourcil", rare au sg., surtout au pl. brwi, tch. brva "sourcil(s)"), et enfin en tokharien (tokh. A piirwaTfl, B piirwane "sourcils", duel < tokh. commun

17. Selon SmoczyfIski (1987b, p.535), le v. prussien suckis (*zukis) représente une forme syncopée d'un diminutif *zuv-uk-/-ik- (cf. lit. zuv-ùké ou zùv-iké, zuv-iké "Fischlein"). Cette hypothèse n'est pas invraisemblable, mais elle n'explique pas la forme arménienne jowkn (sur cette forme, voir désormais ülsen, 1999, p. 130-131). 18. Trautmann (BSW, p. 38), Fraenkel (LEW, l, p. 57), Vaillant (GCLS/., II/l, p. 272-273), Sabaliauskas (1990, p. 9), MaZiulis (PKEZ, IV, p. 266), Larsson (1999, p. 48-50), SmoczyfIski (2001, p. 116). Cf. LKZ (l,p. 1097). Données slaves: Vasmer (1953-1958, l, p. 124). 19. Petrauskas & Vidugiris (1985, p. 41).

20. Sur les formes tokhariennes, voir Hilmarsson (1989, p. 73-74). Je dois cette référence à G.-J. Pinault. , .2 ~. Le baltique possède sans doute une trace d'un degré plein dans un

~enj,e apparenté: lit. briaunà "bord, dos d'un couteau" (qui suppose un L-e.

h 3 b renH-n-â), cf. v. d. Osten-Sacken (1911, p. 139-145), Fraenkel (LEW, l, p. 57), SmoczyfIski, (~OOOb: p. 22, note 24), LKt (e, p. 1037). Mais l'apophonie attest~e da~s le denvé n est pas nécessairement un reflet d'une apophonie paradlg?1 at1 que propre au nom-racine. La même objection vaut pour les formes germamqres (vha. brâwa "sourcil"), à plus forte raison si elles ne remontent P~s ,à *b rënH-â, comme le pense Kuiper, mais appartiennent à une racine ~~f~~rle)~te *bhrëkw_ii (cf. v. sax. brfew, brég "sourcil"), cf. Schindler (1967b,

22. Trautmann (BSW, p. 217), Mülenbachs-Endzelïns (ME, III, p. 217), p. 591), MaZiulis (PKEZ, III, p. 280-281), Larsson (1999, p. 523), SmoczyfIskl (2001, p. 128). Cf LKZ (IX, p. 986-987).

~raenkel (LEW,!,

23. D'un point de vue sémantique, le sens premier de ce mot indo-européen est probablement "remblai, rempart, fortification". Cette valeur est encore

30

Catégorie du cas

Catégorie du cas

baltiques ne présentent aucune trace d'une flexion consonantique; la

*th2 ens -rp, gén. sg. *th2ns-efos) n'est pas impossible, mais ne dispose

suffixation en *-i- pourrait être ancienne, à en juger par le grec

d'aucun appui assuré25 .

1TOÀ.LS,

fonne visiblement apparentée, mais dont le vocalisme radical, malgré Strunk (1969, p. 1-15), pose toujours problème.

31

- BALTIQUE *tVëT-(i)- ou *fveHT-(i)- "bête sauvage"26 :

• lituanien; ivéris "bête sauvage", fém. (ace. sg. iveri, gén. pl.

- BALTIQUE *fans-(i)- "oie,,24 :

ivériy, dial. ivéry), cf. lit. dial. gén. sg. ivérès, nom. pl. iveres de

• lituanien; içsis "oie", fém. (gén. pl. içsy), dial. gén. sg. içsès,

type consonantique.

nom. pl.

i~ses.

• letton: zvfrs "bête sauvage", fém. (gén. pl. zvfru), en partie fléchi

• letton; zùoss "oie", fém. (gén. pl. dial. zùosu ou zùosu).

comme thème en *-0- (en raison de l'ambiguïté du nom. sg. et du

• v. prussien; sansy 1 gans "oie" (E 719), passé à la flexion

gén. pl.) ; gén. sg. zvfra.

féminine en *-ï, -iii-; cf. toponymes Sanse/in, Zanseynen.

• v. prussien: acc. pl. swïrins 1thier "bêtes sauvages" (III, 1072).

• emprunt baltique en finnois hanhi, estonien hani (-i reflétant une fmale baltique *-ë).

Il faut partir d'un thème consonantique à radical immobile en Î.-e. *tuër-, cf. gr. ef]p "bête sauvage", masc., fém. tardif (gén. sg. 8r]pOs). Le v. slave

La flexion consonantique est ancienne. Il faut partir d'un nom-racine à

3B'Èph / zverh "id." (fém.) est passé à la flexion en *-i-, cf. russe 3Beph

radical immobile en Î.-e. *tans- (? *th2ens-, selon Schrijver, 1991,

/ zver' "bête sauvage" (gén. sg. 3BepB / zverja), pol. zwierz "id." (gén. sg.

p. 113), cf. gr. Xtlv "oie" (gén. sg. XTlvos), lat. iinser "id." (gén. sg.

zwierza), etc. 27 • Pour expliquer la voyelle brève de l'adjectif thématique

iinseris), russe rYCh / gus' "id.", 00. rYCh / hui "id.", pol.

g~i

"id.", got.

latin firus "sauvage" et du substantif fera "animal sauvage", deux

*gans (cf. emprunts espagnols et portugais gansa "oie" et ganso "jars"),

hypothèses sont possibles. On y voit traditionnellement le reflet d'un degré

v. isl. gas "oie", v. ang. gos "id.", vha. gans "id." (thème en *-i-), v. irl.

bref*tuer- à côté duquel *tUër- (gr. 61lP, etc.) présenterait un degré long

géis "cygne"

«

celt. *gansï). Le védique a un substantif thématique

morphologique (le degré zéro *tur- serait peut-être attesté dans le latin

secondaire (véd. ha1'flsa- "cygne", d'où fém. ha1'flsl "oie"). La

jUror "furie")28; cette hypothèse, qui aurait le mérite de rattacher la

reconstruction d'un paradigme alternant (nom. sg. *teh2ns-s, acc. sg.

désignation de la "bête sauvage" à une racine verbale (i.-e. *tJJer-, *tur-

sensible en védique (cf. Rau, 1976), et on peut la reconstruire pour le grec (cf. Casevitz, Lévy et Woronoff, 1989, p. 279-285, qui définissent rr6À.LS' comme "ville vue de l'extérieur" par opposition à dO'TV, qui est la "ville vue de l'intérieur"). Il paraît probable que cette ancienne désignation relève étymologiquement de la racine *p/ehr "verser, déverser, remplir", attestée par exemple dans le lituanien pUti "verser" (noter en particulier lit. pylimas "digue"). 24. Trautmann (BSW, p. 365), Mülenbachs-Endzelïns (ME, IV, p. 760), Fraenkel (LEW, II, p. 1292-1293), Vaillant (GCLS/., II/l, p. 168), Sabaliauskas (1990, p. 37-38), Mafiulis (PKEZ, IV, p. 62), Euler (1985, p. 90), Hinze (1985, p. 105 ; 1996-1997, p. 151), Blafek (1998, p. 16), Larsson (1999, p. 37-40), Smoczynski (2001, p. 112). Cf. LKZ (XX, p. 201-205). Sur la flexion du mot en indo-européen, cf. Griepentrog (1995, p. 211-232, sur les formes baltiques p. 225-226). Données slaves: Vasmer (1953-1958, 1, p. 324).

. ~5. En ce sens, voir Kortlandt (1985, p. 120) et Lubotsky (1989, p.60). Cntlque chez Griepentrog (1995, p. 231). 26. Trautmann (BSW, p. 374), Mülenbachs-Endzelïns (ME, IV, p. 773), Fraenkel (LEW, II, p. 1327), Sabaliauskas (1990, p. 38), Mafiulis (PKEZ, IV, p. 179-180), Larsson (1999, p. 62-64). Cf. LKZ (XX, p. 1090-1093). 27. Données slaves: Vaillant (GCLS/., 1111, p. 148-149, 167), Vasmer (19531958, l, p. 448). 28. Voir, en ce sens, Puhvel (1998, p. 607-609), qui rapproche le hittite

kurur "guerre" « "sauvagerie"), et plus lointainement le védique ghora"h orn'bl e, cruel" « *gh0 yr-o- ?). Récemment, Young (2002, p. 109-115) a proposé de rapprocher de cette famille l'adjectif lituanien ziaurùs "cruel" (sur

la base d'un thème 1). Autre étymologie chez Schindler (1972), qui rapproche véd. hvarate "boiter, marcher de travers".

32

Catégorie du cas

"être furieux"), pose cependant un problème si l'on admet, comme le fait Kortlandt, que l'intonation rude du baltique (lit. ivéris, acc. sg. iver{) ne peut pas remonter à un degré long morphologique. En ce cas, on est contraint de reconstruire un prototype i.-e. *gyehJr-, qui explique bien l'intonation, mais présente l'inconvénient de ne se rattacher à aucune racine verbale connue; la voyelle brève du latin rerus serait alors due à un abrègement (du type lat. uir "homme" < *Ylros, en regard de lit. vfras, véd. vfral; "homme" < *yiHros)29.

Catégorie du cas

33

perçue comme telle, et le mot a été interprété comme un nom-racine. Sa flexion était certainement de type acrostatique en indo-européen: - nom. sg. *nokWt-s : lat. nox "nuit" (gén. noctis), gr. vu~ "nuit" (gén. sg.

VUKTÔS),

véd. naktalJ1 "la nuit, bei Nacht" (acc. sg.) ; cf.

tokh. A nakcu, B nekciye "le soir" (adv.). - gén. sg.

*nek t_s : hitt. w

nekut- "soir" (gén. sg. nekuz "pendant le

soir, la nuit", cf. me-hur ne-ku-uz "temps du soir"). Noter le sens ancien de "soir", conservé seulement en hittite et en tokharien.

2. APOPHONIE RADICALE PERDUE EN BALTIQUE Dans quelques cas, l'existence d'un paradigme alternant est probable en indo-européen, mais la plupart des langues en ont éliminé toute trace. Le baltique présente alors, comme la majorité des autres langues, un radical

Comme la plupart des autres langues, le baltique a généralisé le thème fort *nokWt-. Le passage, en baltique, aux thèmes en *-i- a un parallèle en slave

vue", fém., russe HOl.fb / noc' "id.", pol. noc "id."), partiellement en germanique (got. nahts "nuit, vûe", v. isl. nott (v. sI. HOlIITb / nostb "nuit,

"id.", v. ang. niht, neahte 'id.', vha. naht "Nacht, nuit", fém., cf vha.

unifié. Ainsi:

nahti-gala "Nachtigall, rossignol") ainsi qu'en latin (lat. nox "nuit", gén. - BALTIQUE *nakt-(i)- "nuit,,30 :

• lituanien: naktis "nuit", fém. (gén. pl. naktY). • letton: nakts "nuit", fém. (v. lett. gén. pl. naktu). • v. prussien: acc. sg. naktin / nacht "nuit" (6x Catéchismes). À l'origine, en

indo-européen31 ,

pl. noctium) et probablement en albanais (alb. natë "nuit", pl. net < protoalb. *nakt-f-). Le slave pourrait éventuellement avoir conservé une trace lexicale du thème faible

*nekWt-

dans le composé russe HeTonbIpb

/ netopyr', tch. netopyr, pol. nietoperz "chauve-souris"

«

"oiseau qui vole

le nom de la "nuit" n'était pas un nom-

la nuit", avec sI. *neto- < i.-e. *nekW-t-(o)- ?)32. Il serait excessif d'en tirer

racine, mais un nom à suffixe *-t- (*nokW-t-) constitué sur une racine * nek w - (ou plutôt *negW-, si l'on rapproche lat. niger "noir", avec

la conclusion que le radical du nom-racine avait conservé son apophonie en balto-slave.

assourdissement dans *nogW-t- > *nokW-t-). La racine verbale n'est conservée, à l'état libre, qu'en hittite (hitt. nekuzzi "il fait sombre" < i.-e. *negW-ti). Dans la plupart des langues, la formation en *-t- a cessé d'être

29. Schrijver (1991, p. 337), Meiser (1998, p. 75, § 57), Smoczyfiski (2001, p. 109). 30. Trautmann (BSW, p. 193), Fraenkel (LEW, 1, p. 481), Kazlauskas (1961 b, p. 75), Larsson (1999, p. 40-43), Smoczyfiski (2001, p. 105). Cf. LKZ (VIII, p. 520-522). Données balto-slaves: Vaillant (GCLS/., II/l, p. 168). 31. Reconstruction du paradigme i.-e., cf. ~chindler (1967c, p. 290-303), Mayrhofer (1986, p. 108-109). Voir aussi Gnepentrog (1995, p. 476-479), Rieken (1999, p. 128-129). Sur les formes slaves, cf. Vasmer (1953-1958, II, p. 229). Sur la forme albanaise, cf. Hamp (1961, p. 254-256).

32. Analyse traditionnelle représentée, entre autres, par Benveniste (1935, p. 10). Dossier étymologique chez Vasmer (1953-1958, II, p. 216). Autre analyse (peu convaincante) chez Otr~bski (1949, p. 336): *ne- (négation) + *-to- (particule renforçante) + *-pyru "plume" ("oiseau sans plumes", comme en fr. chauve-souris). Récemment, Blazek (2000, p. 362) a proposé une nouvelle étymologie du mot, en partant de la variante dialectale *neputyrz (v. russe Hen'bThlph / nepDtyn, v. ukrainien nepotyr, russe dial. [Irkutsk] HenTYPYH 1nepturun), analysée comme *ne-putyri "non-bird" ; en ce cas, l'autre variante (russe HeTonhlph / netopyr', etc.) résulterait d'une métathèse.

35

Catégorie du cas

Catégorie du cas

34

- BALTIQUE *iint-(i)- "canard,,33 :

- BALTIQUE *naHs-(i)- "nez,,37 :

• lituanien: émtis "canard", fém. (gén. pl. anCiy).

• lituanien: nosis "nez", fém. (gén. pl. nosiy, dial. n6sy).

• v. prussien: antis / ente "canard" (E 720).

• letton : nass, nase "narine" (le "nez", en letton, est dfgùns,

• le letton a une autre désignation: lett. pile "canard", fém. (cf. bas-

d'origine obscure).

lit. pYlë).

• v. prussien: nozy / nase "nez" (E 85, passé à la flexion féminine

Il faut partir d'un nom-racine: i.-e. *h2enh2t- (ou ancien thème en *-t-:

en *-1, -jii-), noseproly / naseloch "narine" (E 86, à corriger sans

*h2enhr t-), dont les représentants se trouvent en latin anas "canard",

doute en *nosedrosy, cf. Ostrowski, 1998, p. 134-135), ponasse

fém. (gén. sg. anitis ou anatis), en slave *Qty "canard" (cf. russe yrKa

/obir/ippe "lèvre supérieure (sous le nez)" (E 90).

/ utka "id.", fém., s.-cr. ùtva "id.")34, et, avec suffixation ultérieure, en

On part traditionnellement d'un thème sigmatique en i.-e. *nehrs-, figé

germanique *anujJ- "canard" (v. isl. Qnd "id.", v. ang. ened "id.", vha.

comme nom-racine dans la plupart des langues. Seul le sanskrit védique

anut "id.", fém.). Le védique iiti- "animal aquatique" (cf. ossète iice, accœ < *iifi- "canard sauvage") suppose un degré zéro radical « i.-e. *h21J.h 2t-), ce qui pourrait faire penser à un paradigme altemant35 . Mais les autres

présente une apophonie radicale, en opposant une forme à voyelle radicale

langues n'en offrent aucune trace: le grec vfiTTa, ionien vTj'aaa, béotien

singulier nasâ (*nas-, reflet d'un i.-e. *nh2-es- ?)38. Les autres langues

vaaaa "canard" a peu de chances de provenir d'un prototype *niitja, qui ne

indo-européennes ont généralisé ou bien la voyelle longue, ainsi le latin

se laisse pas aisément ramener à i.-e. *h 21J.h2t-; il reflète plus vraisemblablement une désignation secondairement motivée *vaX-ya (: vilx w

niirës "narines" (thème en *-i-, fém. pL, cf. variante thématique expressive

''nager'')3 6 •

(instr. s~. niiIJhaiia, instr. du. niiIJhiibiia), le v. perse niih- ''nez'' (acc. sg.

longue *niis- au nominatif duel nâsii (*niis-, reflet d'un i.-e. *nehrs-?) et une forme à voyelle brève *nas- au locatif duel nasol) et à l'instrumental

nassus, niisus "nez", masc., ou niisum, nt.), l'avestique récent *niis- ''nez'' niiham), ou bien la voyelle brève, ainsi le slave (v. sI. russe

33. Trautmann (BSW, p. 10), Fraenkel (LEW, l, p. 11-12), Sabaliauskas (1990, p. 26-27), MaZiulis (PKEZ, 1, p. 85), Toporov (PrJ, 1, p. 95), Eckert (1972, p. 208209), Hamp (1978a, p. 29-31), Euler (1985, p. 90), Ademollo-Gagliano (1991, p. 147), BlaZek (1998, p. 8), Larsson (1999, p. 79), Smoczyiiski (2001, p. 112). Cf. Lll (e, p. 161). 34. Sur les formes slaves, cf. Vasmer (1953-1958, III, p. 193). 35. En ce sens, Kurylowicz (1968, p. 33, § 29), Beekes (1985, p. 63-64). 36. En ce sens, Schrijver (1991, p. 95). Autre conception chez R!x (~991, p. 186-198), qui tente de rattacher la forme grecque à la famIlle mdoeuropéenne du nom du "canard". Cf. déjà Kurylowicz (1956, p. 197).

HOC /

HOC'h /

nos'b ''nez'',

nos "id.", s.-cr. nôs "id.", pol. nos "id."), ainsi que le germa-

nique (got. -nas, v. isl. nQs "narine", pl. nasar, v. ang. nosu, nasu ''nez'', pl. nosa). Il est probable que le degré vocalique bref du radical apparaît aussi en baltique, dans un dérivé de sens plus général: lit. nasrai "gueule", dial. nastrai (masc. pl., cf. LKt, VIII, p. 565-566), cf. v. sI.

/ nozdri "narine, pts, IlVKnlP", russe

H03.llP.H: /

H03.QpH

nozdrja "narine" < balto-

37. Trautmann (BSW, p. 193), Fraenkel (LEW, l, p. 508), Sabaliauskas (1990, p. 13):. Maziulis (PKEZ, III, p. 202-203), Vaillant (GCLS/., 1111, p. 171), SkardzlUs (1943, p. 49; 1956, p. 159), Steinbergs (1996-1997, p. 23), Larsson (I9~9, p. 67-71), Smoczyiiski (2001, p. 117). Cf. LKt (VIII, p. 869-872). Sur la ~exlOn du ~ot en indo-européen? cf. Griepentrog (1995, p. 323-351, sur les ormes baltiques p. 344-345), Fntz (1996, p. 1-20, sur les formes baltiques p. 16). Voir aussi Kurylowicz (1956, p. 223). 38. Cf. P. Schrijver (1991, p. 143), et déjà Hamp (1974, p. 70).

36

Catégorie du cas

Catégorie du cas

slave *nas-ra- «i.-e. *nhr es-r-?)39. Pour Fraenkel (LEW, l, p. 509), l'apophonie < a/ à > dans le lituanien nosis / nasrai reflète une alternance

Quelle que soit la reconstruction retenue, on notera que l'apophonie radicale n'apparaîtrait en baltique que dans le rapport d'un dérivé suffixé à

radicale héritée de l'ancien nom-racine. Kortlandt (1985, p. 119) reconstruit

sa forme de fondation, ce qui ne permet pas nécessairement de la

un paradigme protérodynamique: nom. sg. *nehrs-s, ace. sg. *nehrs-rp,

reconstruire avec certitude dans cette dernière.

gén. sg. *n hrs-os (Kortlandt écrit fautivement *nh1os)40. Dans une direction toute différente, Fritz (1996, p. 1-20) suppose que le nom du "nez" appartient, à l'origine, à la racine indo-européenne *h1enh}- "respirer"

37

- BALTIQUE *pint-(i)- "chemin"41 :

• v. prussien: pintis / weyk "chemin" (E 799), peentis / weg "chemin" (GrG 33), pentes / weg (GrA 58), pentes / via (GrF 58).

(véd. émiti "respirer") et reconstruit un paradigme de type holodynamique: nom. sg.

*h1énhr os ,

ace. sg. *h1nh}-os-rp (v. perse naham), loc. sg.

*h1nhrés-(i) (véd. nasi), gén. sg. *hl 1J.hr s-és (lat. naris, thème en *-i-),

nom.-acc. du. *h1nh}-os-oh} (véd. nâsa, germ. *nos-, sI. *nos'b), gén. pl. *h1T).hrs-om (lat. *narum, refait ensuite en narium). Cette analyse est

ingénieuse et peut effectivement rendre compte de la plupart des formes. Mais, précisément, elle ne convient pas pour les formes baltiques: Fritz (1996, p. 16) admet que le proto-baltique a hérité de deux formes, une forme de nominatif sg. *nôs

«

i.-e. *h1nh]-os, secondaire au lieu de

*h1enhros d'après les cas obliques) et une forme d'accusatif sg. *nasim (< i.-e. *h1nh]-os-rp) et que la contamination de ces deux formes aurait

Le mot prussien possède des correspondants étymologiques en slave (v. slave

nXTb /

put' "id.", s.-cr. pût "id.",

avest. rée. pa1J,tâ "id.", ossète fandag, fiindiig "id."), en latin (lat. pons, pontis "pont", gén. pl. pontium), en annénien (arm. hown "gué", gén. sg. hni) et pour finir en grec, dans deux dérivés thématiques (gr.

"mer" < "passage",

TTUTOS

TTOVTOS

"sentier"). Le germanique (all. Pfad "chemin,

sentier", ang. path "sentier") est obscur. Pour reconstituer la flexion originelle, on peut, dans un premier temps, s'appuyer sur le paradigme indo-iranien42 :

pas, car l'intonation rude constante du lituanien nosis et du letton nGss, NOM. SG.

SANSKRIT VÉDIQUE

AVESTIQUE

INDOEUROPÉEN

ptinthiil}

pantâ

*pént-oh1-s

position tautosyllabique: un degré long morphologique *h1nh]-os ne pourrait produire en baltique qu'une forme à intonation douce *nos, dont il

nYTb /

tch. pout "id.", v. pol. p~é "id."), en indo-iranien (véd. panthal) "chemin",

produit *nâsis (d'où lit. nosis, etc.). En réalité, cette hypothèse "ne tient nase suppose nécessairement, à mon sens, la présence d'une laryngale en

pÇ!th "chemin", russe

avest. réc. GÉN. SG.

pathtil}

n'est guère possible de tirer les formes attestées. La reconstruction

pa()o

*pJ}.t-h1-%s

avest. réc.

traditionnelle, modernisée par Kortlandt, pose elle aussi des problèmes. INSlR. PL.

pathibhil}

pacrbïs

*pJ}.t-h1-bhi-

v. avest. 39. Tentatives d'étymologie du mot slave chez Vasmer (1953-1958), qui pose un ancien composé *nos-dbrja (de la famille de dbrati "déchirer"), et chez Trubacev (1972, p. 225-226), qui reconstruit un composé tautologique *nos-srï- (cf. gr. ptS. plv6s "nez" < *srï-n- ?); voir une discussion chez Hamp (1974, p. 69-72). Présentation rapide chez Stang (1972, p. 39-40). De manière invraisemblable, Vaillant (GCLS/., l, p. 76) voit dans le lituanien nasraï un emprunt au slave. 40. Cf. aussi en ce sens Lubotsky (1989, p. 60).

41. Trautmann (BSW, p. 205-206), Benveniste (1935, p. 6), Vaillant (GCLS/., l, p. 303), Larsson (1999, p. 82-83). Analyse erronée chez Maziulis (PKEZ, III, p. 281-282). Données slaves chez Vaillant (GCLS/., II/l, p. 146 et p. 173). 42. Voir par exemple Rieken (1999, p. 239-240). Cf. déjà Bezzenberger (1909, p. 384-385, naturellement sans analyse laryngaliste).

38

Catégorie du cas

Catégorie du cas

À côté de cette fonne suffixée, il a pu exister une fonne plus ancienne,

baltique. Le plus clair est le nom du "cœur", un ancien nom-racine de genre

probablement un nom-racine (sans laryngale, cf. lat. pons) : nom. sg.

neutre, qui était déjà anomal en indo-européen.

39

*pont-s (gén. sg. *pent-s ou *p1J.t-%s)43. On ne voit pas clairement quelle

Les langues baltiques présentent, pour la désignation du "cœur", une

pouvait être la différence qui séparait les deux fonnes ; un rapprochement a

diversité de fonnes, qui incitent à supposer des alternances complexes

pu s'opérer entre elles, dans des conditions qui nous échappent. Quoi qu'il

encore conservées dans le paradigme proto-baltique. Les fonnes attestées sont les suivantes:

en soit, en dehors de l'indo-iranien, on peut se contenter d'opposer un thème fort *pont- et un thème faible *p1Jt-. Les autres langues présentent en effet ou bien un degré *-0- (*pont-: sI. *PQtb, lat. pons, ann. hown, gr. TIOVTOS),

ou bien un degré zéro (*p1J.t-: gr.

TIaTOS,

v. pro pintis). La

flexion en *-i-, commune au baltique et au slave, pourrait être ancienne (elle se retrouve en latin et en annénien) ; mais elle peut aussi, en baltoslave, résulter d'une analogie récente à partir d'une fonne d'accusatif singulier, elle-même secondaire (*pont-rp / *p1J.t-rp > balto-slave *pantin / *pintin > sI. *PQtb, baltique *pinti-). On notera la différence de voca-

lisme radical entre le slave (degré *-0-) et le baltique (degré zéro): elle

- V. PRUSSIEN44:

V.

pro seyr / hercze "cœur" (E 124), gén. sg.

s'iras "Herzens" (Ille Catéchisme, 95 10), dat. sg. s'iru "Herzen"

(III, 115 19), ace. sg. siran "Herzen" (III, 95 14), sijran (III, 65 23 ), ace. pl. sirans "Herzen" (III, 77 19) ; adjectif dérivé *sïriska- dans l'adverbe sïrisku / hertz/ich "cordialement"

(III, 55 11 ); préposition sirsdau (+ dat.) "unter, entre" (III, 49 10), "neben, à côté" (III, 774) < *sird-dau "au centre" (pour la finale, cf. pirsdau / vor "devant", pansdau / ais denn, darnach "après, ensuite").

pourrait éventuellement amener à penser que l'apophonie radicale était encore conservée en balto-slave. Il n'est pas vraisemblable, à mon sens, d'interpréter avec Smoczynski (2000a, p. 15, p. 20) le prussien pintis comme un emprunt au vieux polonais p{lé "chemin", en postulant une évolution problématique *pantis > *pentis >

V.

pro *pintis. Il est

préférable d'admettre que le mot est hérité en baltique et qu'il y présente un

- LITUANIEN45 : lit. iirdis "cœur", fém. (ace. sg. sird{, gén. pl.

iirdfiy ou Sirdy), cf. lit. dial. gén. sg. iirdès, nom. pl. sîrdes de type consonantique; lit. dia!. seNlis "cœur, centre

d'un arbre, noyau", fém. (ace. sg. iérdt., gén. pl. serdZiy), ou ierdè "intérieur d'un arbre", fém. (ace. sg. sérd~).

degré zéro radical ancien. Le mot n'est attesté qu'en baltique occidental; en

- LEITüN: lett. sifds "cœur", fém. (Mülenbachs-Endzelïns, ME, III,

baltique oriental, on trouve une autre désignation (lit. ki/ias, lett. cè[s

843-844: "das Herz"); sefde "moëlle, intérieur d'un arbre,

"chemin").

intérieur d'une plante, d'un fruit; [fig.] milieu, centre", fém. (Mülenbachs-Endzelïns, ME, III, p. 819: "das Mark, der

3. TRACES D'APOPHONIE RADICALE EN BALTIQUE En dehors de ces cas peu significatifs, il existe cependant quelques

Kern im Holze; das Innere von Pflanzen, Früchten, Obst ; [fig.] die Mitte, das Zentrum").

témoignages d'une apophonie radicale dans les anciens noms-racines en . 44. Trautmann (1910, p. 424), Maziulis (PKEZ, IV, p. 94-95; sur le prussien slrsdau, cf. p. 116). Voir aussi Endzelïns (DI, IIh, p. 337) et Stang (1957, p. 237) sur la formation de la préposition sirsdau. 43. En ce sens voir LIV (p. 425), Rieken (1999, p. 240, note 1121). La racine verbale sous-jace~te est probablement *pent- ··pister,. suiv;e à la !race" (got. finjJan "trouver", LIV, p. 424-425). Je dois ces informatIOns a G.-J. Pmault.

.45. Skardzius (1956, p. 162 = RR(S), IV, p. 679), Ivanov (1974, p. 195-200), Stembergs (1996-1997, p. 24), Larsson (1999, p. 64-67). Cf. LKZ (XIV, p. 644, 646-647 et 850-897).

Catégorie du cas

40

Catégorie du cas

Chacune des langues baltiques présente plusieurs degrés vocaliques radicaux. Le vieux prussien a non seulement *ser (dans seyr, gén. sfras, etc.), mais aussi probablement

*sird-

ou

*sfrd-

(dans la préposition

sirsdau); le lituanien et le letton ont à la fois *sfrd- (lit. sirdis, ace. sg. Sirdi ; lett. sifds) et *serd- (lit. serdis, ace. sg. lérdi ; lett. sefde). Toutefois, ces différents degrés vocaliques apparaissent dans des lexèmes indépendants, si bien qu'on ne saurait reconstruire avec précision une ancienne alternance paradigmatique sur la base des seules données du baltique.

41

opposition dont il reste de nombreux vestiges dans les langues indoeuropéennes47 : - INDO-EUROPÉEN degré zéro *frd- : lat. cor, cordis "cœur" ; hitt.

gén. sg. kardas, kardiyas "cœur"; dérivé féminin en gr. Kap8(a "cœur", gr. homérique Kpa8( Tl

neutre en

V.

« * frd-ii{i);

dérivé

irl. cride "cœur" «*frd-jom); dérivé neutre en

slave (diminutif?), v. sI. Cp'hALue / sr'bdbce "cœur, Kap8(a, u1TÀ.a yxvov", russe cep.llue / serdce "cœur", pol. serce

"cœur", nt. «*frd-iko-)48.

La forme la plus singulière est celle du vieux prussien. Comme l'avait déjà noté Ferdinand de Saussure (1892, p. 79

= 1922, p. 443), le thème du

v. pro seyr, gén. sg. sfras «*ser-), adverbe sïrisku «*ser-), surprend par l'absence de consonne dentale fmale en regard du lit. sirdis et du lett. sifds "cœur"; cette singularité ne peut être qu'un archaïsme. Depuis Saussure, on tire les formes prussiennes d'un prototype baltique *ser (de genre neutre) < Ï.-e.

* fer,

cf. gr. homérique KllP "cœur", dat. sg. KfipL, loc. sg. KTJp68L

« *fer, sans consonne dentale fmaie, car *ferd aurait donné *ferd> gr. *KÉp, par la loi d'Osthoff); hittite ki-ir "cœur" «*Jœr). L'arménien sirt

"cœur" (thème en *-i-, cf. instrumental sg. srtiv) est seul à supposer une

- INDO-EUROPÉEN degré plein *ferd-: hitt. loc. sg. ki-ir-ti "dans le

cœur" ; dérivé à nasale en got. hairto (gén. sg. hairtins) "cœur, Kap8(a", v. isl. hjarta, v. ang. heorte, ang. heart, vha. herza, aIl. moderne Herz, nt. 49 ; dérivé fém. en slave, v. sI. cpt.lla / sreda "milieu, centre, j.l.Écrov", russe cepe,llHlla

/ seredina, slavonisme cpe.lla / sreda "centre, milieu", s.-cr. srijèda "milieu, mercredi", tch. stfeda "mercredi", pol. srodek "milieu, centre", sroda "mercredi, Mittwoch"

« *ferd-a). Le sens de "mercredi" s'explique, en slave,

consonne dentale finale « *ferd-i-); il doit s'agir d'une forme

comme un calque du vha. mittawëcho "Mittwoch", lui même

secondaire46 .

fondé sur le latin media hebdomas (cf. v. ital. mezzedoma).

Toutes les autres formes baltiques présentent un thème terminé par une

Les formes du baltique oriental se singularisent toutefois par leur

consonne dentale. On peut distinguer deux degrés vocaliques radicaux:

intonation rude constante, qui incite à reconstruire d'anciennes diphtongues

d'une part, *Sïrd- dans le lituanien sirdis (ace. sg. sîrdD et le letton sifds

longues. Le lituanien sirdis (ace. sg. sîrdD et le letton sifds ne peuvent en

(probablement aussi dans le v. prussien sirsdau, bien que l'intonation n'en soit pas connue); d'autre part, *serd- dans le lituanien serdis (ace. sg.

lé rd Ü et le letton se f de. Cette alternance prolonge certainement l'opposition ancienne d'un degré zéro *frd- et d'un degré plein *fierd-,

46. Olsen (1999, p. 87-88).

47. Ajouter à cette liste véd. hardi, gén. sg. h[dal) "cœur", qui est probablement apparenté, quoique l'initiale aspirée pose problème. 48. Sur les formes slaves, cf. Vasmer (1953-1958, II, p. 613 et 614). Une forme non-dérivée est encore conservée en slave dans les composés du vieux slave MHJIOCpo,lJ;'b / milosr'bd'b "miséricordieux, OiKTLp~WV" (cf. v. pol. milosirdy "miséricordieux"), TAXbKOCp'b,lJ;'b / tfizbkosr'bd'b "au cœur endurci, insensible, ~apvKdp8LOS". Cf. Trautmann (BSW, p. 302), Humbach (1969, p. 351-353), Gusmani (1982-1983, p. 103-109). Sur le v. slave JIaCKp'b,lJ;o / laskr'bd'b "gourmand, glouton", voir Vaillant (1932, p. 89-90). 49. Données germaniques: Feist (1939, p. 234-235).

Catégorie du cas

42

Catégorie du cas

43

effet procéder que d'une fonne baltique *fïrd-, non de *s1rd-, qui pourrait

actuellement l'une des questions les plus controversées de la

seul refléter un prototype indo-européen */ird-, mais aurait dû aboutir en

linguistique balto-slave. Elle est acceptée par de nombreux

lituanien à un accusatif sg. *siFdi (cf. lit. pifstas "doigt" < i.-e. *PfS-,

savants 52 , mais sévèrement rejetée par d' autres 53 , et sa

v. sI. np'bCTb / pr'bst'b "doigt") et en letton à *sirde (cf. lett. pirksts

défmition même reste un objet de débat. S'agissant du nom

"doigt" < Ï.-e. *PfS-). Pour la même raison, le lituanien serdis (acc. sg.

du "cœur" en baltique, de nombreux linguistes invoquent

sérdÛ et le letton sefde supposent *serd-, et non *serd-, qui pourrait seul

actuellement la loi de Winter pour rendre compte de

provenir d'un indo-européen */ierd-, mais aurait dû aboutir en lituanien à

l'intonation rude constante qui y apparaît. Dans cette analyse,

un accusatif sg. *serdi (cf. lit. versti "renverser" < i.-e.

on expliquerait les prototypes baltiques

*yert-ti-,

lat. uerto

*serd-

et *fïrd-

"tourner") et en letton à *sêrde (cf. lett. vêrst "tourner, renverser"

comme les produits d'un allongement régulier à partir d'i.-e.

< *yert-ti-). L'intonation rude des formes baltiques a reçu jusqu'à présent

*/ierd- et */ird-.

trois explications:

D'emblée, la seconde explication peut être rejetée, car la présence d'une

- (a) contamination du degré long morphologique Ï.-e. */ier et du

laryngale interne est nettement contredite par les fonnes du degré zéro, qui

degré zéro */ird- > baltique *ser- ::::: *sird-, d'où secon-

supposent un prototype indo-européen */ird-, aussi bien en grec (gr.

dairement balt. *ser- ::::: *fïrd- (-- lit. sirdis, acc. sg. sîrdi;

Kap8U:r, Kpa8b"j) qu'en latin (lat. cor, cordis) et en v. irlandais (v. irl.

lett. sifds), au lieu de *slrd-. Cette explication, qui est

cride). La première explication, qui suppose une contamination entre balt.

historiquement la plus ancienne, est demeurée traditionnelle

*ser-

«

Ï.-e. *1ier) et balt. *sird-

«

Ï.-e. */ird-) -- balt. *ser-::::: *sfrd-, est

défenseurs50 .

plus plausible; toutefois, elle demeure invérifiable, car on ne connaît pas

*/ieHrd- > baltique *serd-

l'intonation de *sird- en v. prussien (dans sirsdau), et, d'autre part, il

(-.lit. serdis, acc. sg. sérdi; lett. sefde), d'où secon-

n'existe aucune trace de *ser en baltique oriental. Plus généralement, on

dairement *sfrd- (--lit. sirdis , acc. sg. sirdi ; lett. sifds).

conçoit mal un nivellement analogique qui aurait touché seulement l'into-

Cette explication, typique des premiers temps de la théorie

nation, non le timbre vocalique, dans une famille de langues comme le

laryngaliste, n'a été proposée que par quelques linguistes

baltique où les apophonies radicales casuelles tiennent si peu de place.

et trouve encore aujourd'hui de nombreux - (b) restitution d'une laryngale interne

isolés 51 et elle n'est plus guère défendue aujourd'hui. - (c) effet de la "loi de Winter" (1978). Cette loi phonétique - qui postule, en baltique et en slave, un allongement (d'intonation rude) des voyelles et diphtongues devant les anciennes consonnes sonores simples de l' indo-européen - est

50. Cf. Trautmann (BSW, p. 302), Watkins (1965, p. 117), Stang (1966, p. 158), Szemerényi (1970, p. 520 = 1987, p. 177), Smoczynski (2000b, p. 21, note 16; 2001, p. 121-122). 51. Cf. Lehmann (1952, p. 31).

Alternativement, on pourrait concevoir que l'apophonie radicale indoeuropéenne (*/ier-::::: */ierd- ::::: */ird-) ait été partiellement nivelée en protobaltique (*ferd- ::::: */ird-, d'où proto-baltique *serd- ::::: secondairement, par extension du vocalisme long,

*sird-,

*serd-

puis,

::::: *sfrd-).

Toutefois, cette analyse pose elle aussi un problème. Car on voit mal comment le substantif de sens général ("cœur": lit. sirdis, acc. sg. Sirdi; .52. Par exemple Kortlandt (1977; 1985), Young (1990, p. 144), de Lamberterre (1993, p. 204-205), Derksen (1996). 53. Par exemple Gercenberg (1981, p. 129), Birnbaum (1985), Schmid (1986a), Strunk (1987), Eichner (1988, p. 87), Campanile (1994).

45

Catégorie du cas

Catégorie du cas

44

lett. sirds) pourrait avoir reçu son intonation rude de l'influence du

- (d) formulation de HOLST (2003) : allongement des voyelles et

substantif de sens spécifique ("intérieur d'un arbre": lit. serdis, acc. sg.

des diphtongues devant les anciennes consonnes sonores

sérdi; lett. serde). Certes, on pourrait supposer que ce nivellement a eu

simples de l'indo-européen seulement en syllabe tonique.

lieu à une époque où *sërd- et *sFrd- faisaient encore partie d'un même

Cette limitation particulière de la loi de Winter, inverse de

paradigme de sens général ("cœur"); mais il resterait, dans ces conditions,

celle de Shintani, a été établie sur des bases fragiles, avec une

à expliquer comment la variante apophonique *sërd- a pu en venir à cette

connaissance parfois erronée des données linguistiques (ainsi,

spécialisation sémantique ("intérieur d'un arbre"). Reste la troisième explication, qui voit dans l'intonation rude des

lit. vanduiJ "eau" est mentionné comme contre-exemple à la loi de Winter, sans tenir compte de l'intonation rude de

formes baltiques une illustration de la "loi de Winter". Pour que cette

l'accusatif vémdeni !).

hypothèse puisse s'appliquer valablement au nom du 'cœur' en baltique, il

S'agissant du nom du "cœur" en baltique, aucun argument déterminant

convient d'en préciser deux points. Tout d'abord, il importe de défmir plus

ne permet de prendre position sur la validité de l'une ou l'autre de ces

clairement les limites de cette loi phonétique, car actuellement elle existe

variantes de la "loi de Winter" ; on évitera, par conséquent, ici d'entrer

sous quatre formulations:

dans ce débat. Et, du reste, que l'on s'en tienne à la variante large de la loi

_ (a) formulation de WINTER (1978): allongement des voyelles et

de Winter ou à une variante plus limitée dans son extension, la genèse du

*sërd-

*sfrd-

des diphtongues devant les anciennes consonnes sonores

vocalisme long attesté dans les formes baltiques

simples de l'indo-européen dans tous les contextes. La loi

difficilement s'expliquer autrement que par un effet de cette loi. On est.

ainsi formulée a été adoptée notamment par Young (1990).

alors amené à poser trois radicaux pour le proto-baltique:

et

peut

Kortlandt en a proposé très tôt (1978) une réinterprétation

- *iër- (en vieux prussien) balt. *pus- (lit. pulis, passé à la flexion en *-i- à partir de la forme

d'ace. sg. *PUK-1p. > balt. *pus-in > lit. ace. sg. pùl{, d'où nom. sg.

Maziulis (PKEt, l, p. 183) s'appuie sur l'alternance vocalique qui oppose

secondaire pusîs). Plus précisément, MaZiulis (PKEZ, III, p. 278) suppose

le prussien *dvaris et le lituanien dùrys pour supposer un ancien nom-

un ancien paradigme alternant en proto-baltique, avec nom. sg. *peus-s

racine alternant en proto-baltique: nom. pl.

«

« i.-e.

*dvares (-+ ace. pl.

secondaire

*puf-és). Mais les autres

*dvar-ins, d'où le passage à la flexion en *-i- dans v. pro *dvarïs, transmis

langues indo-européennes n'offrent pas trace d'un nom-racine: le grec

sous la graphie dauris); ace. pl. *durins (> lit. duris, ace. pl., d'où nom.

présente un dérivé féminin à suffixe *-ii (gr. lTEUK1l "pin parasol" < i.-e.

pl. secondaire dùrys au lieu de dùres, conservé dialectalement). La recons-

*peYK-ii), le-germanique et le celtique un dérivé féminin à suffixe *-tii (vha.

truction de ce nom-racine (i.-e. *d'yor-, *d'ur-) est appuyée par le sanskrit

fiuhta, all. Fichte "pin" < i.-e. *peYK-tii; cf. m. irl. ochtach "pin" < i.-e.

védique (nom. pl. dvâral) "porte", ace. pl. duraI), duraI), nom. du.

*puK-tiiko-). À l'origine, il doit s'agir d'une désignation qualificative du

dvârii(u))61, le germanique (vha. turi "TOr, porte",

pin comme "piquant" ou "amer", cf. gr. lTEUKelÀlI..lOS "aigu, pénétrant",

"porte", gén. pl. dura < i.-e.

lTEUKE8avos "qui pique, amer", ÉXElTEutdjS "aigu, perçant" ( qui suppose

< *d'JJor-es, avec fmale refaite), et, de manière résiduelle, par le grec (gr.

vraisemblablement un an-cien thème sigmatique *lTEUKOS, -ouS), arm.

arcadien 8upBa' Ëçw, 'ApKelÔES "dehors", Hésychius < *8up-8a ; gr. dial.

p'owl"aiguille" « i.-e. *PUK-JJO-)59.

8uaSEv "en dehors", à Tégée < *Svp-a8Ev; peut-être gr. 8upa(E "dehors",

i.-e. *péJJK-S) et gén. sg. *pus-es

*d'ur-es),

V.

isl. nom. pl. dyrr

l'italique (lat. forës "porte", pl.

s'il provient de *8upaa-ôE). Ailleurs, on trouve diverses formes suffixées

57. Gerullis (1922, p. 121). 58. Trautmann (BSW, p. 233), SkardZius (1943, p. 50; 1956, p. 159 et 162). Autre analyse: Smoczyftski (2000a, p. 120). 59. Chantraine (DELG 2, p. 893), Klingenschmitt (1982, p. 167), ülsen (1999, p. 26).

60,_ Trautmann (BSW, p. 63), Mülenbachs-Endzelïns (ME, 1, p. 520-521), Endzelms (DI: .111.1, p. 531), Fraenkel (LEW, 1, p. 112-113), Sabaliauskas (1990, p(. 56-57), MazlUhs (PKEZ, 1, p. 182-184), Toporov (PrJ, 1, p. 309-310), Larsson 1999, p. 56-58), Smoczyftski (2001, p. 130-131). Cf. LKZ (II, p. 901-902). Données balto-slaves: Vaillant (GeLS/., II/l, p. 167-168), Vasmer (1953-1958 ~, p. 330). Données germaniques: Feist (1939, p. 117). Sur la flexion du mot tdo-euroPéen, voir l'analyse complète de Griepentrog (1995, p. 117-152, sur es formes baltiques, cf. p. 143-144). "

61. L'occlusive non-aspirée pose problème. Influence du numéral dvâ deux"? ou dissimilation d'aspirées dans les cas à désinence en *-bh-? Cf Mayrhofer (KEWA, II, p. 83), Griepentrog (1995, p. 137).

51

Catégorie du cas

Catégorie du cas

50

qui ne se laissent pas ramener à l'unité, par exemple un thème en *-i- en

représentant de cette forme thématique possible6 4 ),

*dvaras

(ce qui serait graphi-

slave, parallèle à celui qui s'est développé en baltique (v. sI. ,l:lBbpb / dvUb

quement

"porte, eupa, TTÛÀTJ", pl. ,QBbpn / dvbri, russe ,ll,Beph / dver' "porte", pol.

non le sens dérivé de "cour". Les données baltiques permettent donc,

drzwi "portes", pl., métathèse de *dwrzi < sI. *dvlr-l- < i.-e. degré zéro

semble-t-il, de reconstruire un ancien nom-racine à paradigme alternant.

secondaire *d'y[-, avec une syllabation qui rappelle celle du gr. emp6s

Mais la restitution de cette apophonie repose entièrement sur les données

"gond d'une porte", masc. < gr. *eFap-yos); un thème en *-0- en indo-

du prussien, qui demeurent en défmitive peu assurées65 •

iranien (avest. duuar-,

duuara- "porte", v. pers. duvara- < *d'yor-o-), en

car le mot prussien a bien le sens primaire de "porte",

- BALTIQUE *sii/-, *sa/- 'se1'66 :

*sol-

celtique (v. irl. dor "porte" < *d'yor-o-), en germanique (got. daur "porte,

• vocalisme long reflété indirectement par le lituanien

TTÛÀTJ, iTuÀwv, eûpa", nt., aIl. Tor "porche", nt. < *d'ur-o-) et en tokharien

solymas "saumure" (le "sel" est en lituanien druskà < "miette", cf.

(tokh. B twere "porte" balt. *sâl-, d'intonation rude), tandis que le slave aurait généralisé le degré zéro (i.-e. *sh 21- >

Il y a peu de chances, malgré Griepentrog (1995, p. 144) et Larsson (1999, p. 57), que le v. prussien *dvaris doive être interprété comme le 64. Cf. pour la finale v. pro deywis / gol "dieu" (E 1) < i.-e. *deiJ/os, lit. diëvas. 62. Voir Griepentrog (1995, p. 145). Autre analyse des faits arméniens chez Olsen (1999, p. 129-130): le nominatif singulier dowrn serait le re~~t d'u~e forme dérivée de sens possessif *cfur-h30n (avec "suffixe de Hoffmann) tandIS que le génitif singulier dran procéderait de *tl'ur-h3n - 6s . Sur la forme de pluriel dowrk: cf. aussi Olsen (1999, p. 60). 63. Sur lit. dvêiras, cf. Skardzius (RR(S), IV, p. 126), Maziuli~ ~1960, p. 205209), LKZ (II, p. 936-937). Noter que Larsson (1 ~99, P', ~7) conSIdere le mot non comme un emprunt au slave, mais comme un lexeme henté.

65. Autre analyse chez Smoczyfiski (2000a, p. 120), qui interprète le prussien dauris comme *duris (analogue au lituanien dùrys), malgré l'absence de parallèle graphique. 66. Trautmann (BSW, p. 249), Mülenbachs-Endzelfns (ME, IV, p. 802-803), Karulis (1992, II, p. 151), Fraenkel (LEW, II, p. 749), Maziulis (PIŒt, IV, p. 4243), Larsson (1999, p. 60-62). 67. Cf. Büga (RR(B), l, p. 372), LKZ (XIII, p. 289). 68. Dans le même sens, voir Vykypel (1998, p. 166).

52

53

Catégorie du cas

Catégorie du cas

proto-sI. *sQ/- > slave *sol-)69. On notera que le letton s âls "sel" suppose

Skardzius (1956, p. 161-162 = RR(S) , IV, p. 679) mentionne encore un

une intonation douce, pour laquelle deux explications sont a priori

autre lexème baltique, qui pourrait témoigner d'une apophonie radicale

possibles: métatonie douce dans une forme monosyllabique (cf. Larsson,

dans la classe des noms-racines. Cependant, l'analyse qu'il en propose

1999, p. 62, suivant Rasmussen); reflet d'un degré long morphologique

n'est pas entièrement assurée. Le mot qu'il cite n'appartient pas en effet à

(i.-e. *sëh21- > proto-balt. *saHI- > balt.

avec coloration, mais sans

la flexion consonantique, mais à peu près constamment à la flexion en *-a.

marque intonative laissée par la laryngale) selon Kortlandt (1985, p. 119;

En revanche, il présente en baltique une variation apophonique: SkardZius

1997, p. 26, cf. déjà Stang, 1966, p. 161, sans analyse laryngaliste). Les

s'appuie sur ce caractère pour supposer qu'il prolonge un ancien nom-racine

deux solutions posent des problèmes. Malgré la difficulté posée par la

à paradigme alternant. Le raisonnement est quelque peu circulaire: si l'on

forme lettone, il paraît vraisemblable que le balto-slave a conservé deux

veut étudier l'apophonie dans les noms-racines, on ne peut se fonder sur

*sal-,

*seh21-

> proto-balt.

l'apophonie pour reconstruire des noms-racines; cela revient à confondre le

*saHI- (lit. s6lymas, et peut-être lett. sâls) et la forme faible *sh21- > *sal-

résultat de la recherche avec sa méthode. En l'occurrence, cependant, il est

(> sI. *sol-). Le degré bref *sQ/- pourrait avoir été conservé également

possible que SkardZius ait raison. Voici le lexème en question:

variantes apophoniques du radical, la forme forte

dans un dérivé comme lit. isalas "douceur" (LKZ, IV, p. 145, cf. lett.

- BALTIQUE *jliUT-, *jUT- "mer,,71 :

iesàls "malt", ME, Il, p. 61), mais celui-ci ne témoigne pas nécessairement

• lituanien: jûra "mer", fém. (lit. dial. jûrios, jûrés, fém. pL).

d'une apophonie radicale dans le nom-racine dont il dérive. Dans les autres

• letton :jûra, jûra , v. lett.jüre "mer", fém.

langues indo-européennes, seul le vocalisme bref est attesté: on a un

• v. prussien: wurs / tych "étang", E 61

témoignage direct de l'ancienne flexion radicale en grec (gr. èiÀs- "sel, mer",

107 1 ; III, 119 16 (acc. sg.), luriay / mer "mer", E 66 (lire *iuriay).

gén. sg. àÀos-), peut-être en arménien (arm. al "sel") et diverses formes

• lituanien: jaura "marécage", fém.

«

*üras), iürin "mer", III,

suffixées ailleurs, *sal-i- (> lat. sai, salis "sel", v. irl. sail- "sel", cf. aussi

• emprunt baltique en finnois jiirvi "lac", estonien jiirv, lappon

tokh. A. sale, B salyiye "sel" < thème élargi *sali-ën) et *sal-d- (> got.

javrre, live jâra (suppose balt. *jaurë, cf. lit. dial. jauré).

salt "sel, èiÀus-")?O .

Deux analyses sont possibles. On pourrait, dans un premier temps, être tenté de reconstruire, sur la base des faits baltiques, un ancien substantif à suffixe -r- en indo-européen, secondairement interprétable comme nom-

69. Selon Kortlandt (1985, p. 119), Beekes (1985, p. 57) et Lubotsky (1989, p. 60), le slave *so/- proviendrait de l'indo-européen *Sh2- e /- . .L'hy~othèse n'est pas impossible, mais un degré zéro généralisé *s h2/- conviendraIt tout aussi bien. La reconstruction d'un paradigme hystérodynamique (nom. sg. *sehr/-s, ace. sg. *sh2-e/-m, gén. sg. *sh2-/-os) manque d'appui réel dans les langues indo-européennes. 70. Cf. Benveniste (1935, p. 8). Sur la forme arménienne, cf. Olsen (1999, p. 86-87). Sur la forme tokharienne, cf. van Windekens (1976, l,. p. 417), Hilmarsson (1987, p. 46 et 48-49) : je dois ces référence~ à G.:J. ~mault. vocalisme du védique sa/-i-lQ- "salé" pose problème, malS ne Justifie pas, a mon sens, de reconstruire un radical à voyelle *tÏ fondam~ntale : *sal-, vs. *sa/-. Une solution de facilité consisterait évidemment à partIr de *s h2el- pour expliquer la forme védique.

r:

racine: *h1eJJH-r-, vs. *h1uH-r- "étendue humide". Du degré plein

*h1ellHr- proviendrait le baltique *jâur- (lit. jaur-a "marécage"), du degré zéro *h1uHr- le baltique *ür- (v. pro wurs "étang"), qui aurait été refait en

*jur- d'après le degré plein *jaur- (lit. jûra "mer", etc.). Il existerait des

71. Trautmann (BSW, p. 335), Mülenbachs':Endzelfns (ME, II, p. 122), Fraenkel (LEW, 1, p. 198), Sabaliauskas (1990, p. 48), Maziulis (pJŒZ, II, p. 5456), Toporov (PrJ, III, p. 93-97), Büga (RR(B), II, p. 266-276), Smoczynski (2001, p. 103). Cf. LK2 (IV, p. 315 et 430-432). Cf. aussi Vaillant (GCLS!., II/l, p. 139), Darms (1978, p. 435).

55

Catégorie du cas

Catégorie du cas

54

correspondants en germanique (v. isl. ur "pluie fine", v. ang. éar

certaine vraisemblance les cas suivants:

''mer'')72 ; le latin présenterait, quant à lui, un dérivé (lat. ür-ïna "urine").

• "cœur" (balt. *iër ~ *iïrd- ::::; *iërd-), "pin" (balt.

Dans cette analyse, trois séries de formes posent un problème: l'annénien

"porte" (balt.

Jowr "eau" (thème en *-0-, cf. gén. Jroy), qui suppose un radical î.-e. *jür-,

incompatible avec la reconstruction ici proposée; le grec oùpov ''urine'', nt., sans doute indépendant (dérivé inverse de oùpÉw "uriner" < *FopaÉw, itératif, cf. véd. var~ati "pleuvoir", racine *h2uers- ?); le védique vâr, vâri "eau", nom-racine de genre neutre

«

î.-e.

*JJeh1r-).

Une hypothèse alter-

native, et sans doute préférable, consisterait à supposer l'existence, en indoeuropéen, de deux formes étymologiquement distinctes 73

:

d'une part, un

substantif*jeuH-r-, vs. *juH-r-, qui survivrait en baltique (lit.jaura,jûra) et en annénien (Jowr); d'autre part, un substantif *uehl-r-, vs. *uh1-r-, qui survivrait, sous la forme du degré plein, en indo-iranien (véd. vâr, vâri

*dvar-::::; *dur-), "étendue ::::; *jür-), peut-être "sel" (balt. *siil- ::::; *sa/-).

*peuS-~

*pui-),

humide" (balt. *jiiur-

Tous ces témoignages plus ou moins clairs d'apophonie radicale en protobaltique présentent un trait commun: l'apophonie n'apparaît nulle part à l'intérieur d'un même paradigme; elle n'est plus attestée qu'indirectement, à travers des lexèmes indépendants. Cette restriction incite à la prudence

dans la reconstruction de paradigmes alternants en proto-baltique. D'autre part, elle nous renseigne sur l'état de l'apophonie paradigmatique dans cette famille de langues: ce type d'apophonie n 'y est plus vivant et ne s'y rencontre plus que sous la forme de fossiles. En synchronie, il n'y joue plus aucun rôle.

"eau"), en anatolien (louv. warsa-), ainsi qu'en celtique (v. irl. fir "lait" < î.-e. * JJehrr-, le celtique prouvant *-h 1-), et, sous la forme du degré zéro,

III. NOMS (ALPHA-)THÉMATIQUES ET APOPHONIE RADICALE

en v. prussien (v. pro wurs "étang"), en germanique (v. isl. ur "pluie fine") et indirectement en latin (lat. ür-ïna "urine"). Le tokharien A wiir, B war "eau" est ambigu: il pourrait refléter un tokharien commun *wiiHiir issu de *uh r [, comme me le suggère G.-J. Pinault ; d'autres analyses ont été proposées74 • Quelle que soit l'explication retenue, le baltique paraît avoir conservé la trace d'une apophonie radicale (lit.jaura, vs.jûra).

La même analyse vaut pour les autres formations nominales. Il existait en indo-européen, en dehors des noms-racines, de nombreuses variations apophoniques du radical. Notre objet n'est pas ici d'offrir une vue d'ensemble des schémas apophoniques que l'on reconstruit au niveau de l'indo-européen, mais, plus simplement, d'examiner ce qui a pu rester de ces anciennes alternances dans les langues baltiques. D'une manière

4. CONCLUSION: L'APOPHONIE RADICALE

générale, l'uniformité de thème prévaut en baltique comme ailleurs. On

DANSLESNOM~RACThŒS

distinguera ici deux catégories: (a) les substantifs thématiques et alphathématiques, dans lesquels, dès l'indo-européen, une apophonie

Les noms-racines présentaient donc encore en proto-baltique un petit nombre de vestiges d'apophonie radicale. On peut reconstruire avec une

72. Données gennaniques: Feist (1939, p. 527). 73. En faveur de cette hypothèse, on rappellera que le prussien a lui-même deux mots nettement distincts (iurin "mer", wurs "étang"). 74. Winter (1965b, p. 202) pose un dérivé inverse sur la ba~e de l'adjectif tokh. A wrirrr (obI.) "aquatique", B wriye~~e "aquatique" « l.-e. *udriio-).

Dossier étymologique chez van Windekens (1976, l, p. 557).

radicale était exceptionnelle et toujours secondaire ; (b) les substantifs athématiques, où les variations apophoniques sont attestées avec une certaine clarté. Les substantifs thématiques (thèmes en *-0-) sont caractérisés dès l'indo-européen par une absence de variation apophonique à l'intérieur de leur paradigme: le degré vocalique déterminé par la formation reste toujours identique au cours de la flexion. On a par exemple un degré *-0-

Catégorie du cas

56

57

Catégorie du cas

radical constant dans les substantifs du type *CoC-o- (ainsi gr. VÔIl0S-

- thème *gWen-

a-, d'où tokh. A siiTfl, B sana "épouse" «

*gWen-h2,

tok'D "courant, fleuve, (:rUOlS-" < i.-e.

mais obI. A siiTfl, B sana < ace. *gWen-ehrm); véd.jani

*tokW-o-, lit. maras "mort, peste" < i.-e. *mor-o-). Cette uniformité est

"déesse" (secondairement Joni), avest. jaini_ "femme" (ace.

régulière en baltique comme dans les autres langues indo-européennes. Il

pl. jainis) ; v. sI. )lœHa / zena "femme, épouse, yuvfl" ; v. pro

n'existe aucune exception.

genna, cf. infra; peut-être hitt. kuinnassan "sa femme"; avec

"loi" < i.-e. *nom-o-, v. sI.

TOK'b /

* -il),

le degré

suffixe nasal secondaire: got. qino "femme, yuvT)", v. isl.

vocalique radical était également constant à l'intérieur de la flexion. La

kona "femme", vha. quena "femme", v. ang. cwene, ang.

seule trace d'une alternance paradigmatique est attestée dans le nom indo-

(archaïque) quean "prostituée, femme légère" ; degré long

Dans les substantifs alphathématiques (thèmes en

européen de la "femme": i.-e. nom. sg.

*gWen-(e)h2 ,

gén. sg.

*gWn-ehrs

épouse, yuvrl", thème en *-i-, v. isl. kvan "épouse", v. ang.

(IEW, p. 473)75. L'alternance paradigmatique, sans doute héritée d'un ancien nom-racine neutre de type

secondaire dans le germanique *kwëni- (got. qens "femme,

protérodynamique76 ,

est conservée:

cwën, ang. queen "reine"), ou du degré zéro :

- en celtique: v. irl. ben, gén. sg. mna "femme"

«

nom.

- thème *gWn_il_, d'où gr. yuvi] "femme" (gén. sg. yuvalKôS-), gr.

*gWen-(e)h2, gén. *gWn-ehrs), cf. forme archaïque de genre

béotien ~ava ; véd. gén. sg. gnâs (dans gnâs pati- "mari

neutre v. irl. bé "femme" bée, bé

«

i.-e.

«

*gW en-s),

i.-e. *gWen ou *gWën), gén. sg. dat. sg. bein, bé

«

i.-e. 1oc.

*gWen-(i). - en arménien: arm. kin "femme"

«

i.-e. *gWen-(e)h 2), instr. sg.

kanamb (réfection, d'après aramb, instrumental de ayr "homme", d'un plus ancien *kanaw < i.-e. *gWn-eh2- bhi)77. Elle a été éliminée partout ailleurs, au profit du degré plein :

d'une déesse"), d'où paradigme secondaire gnâ- "déesse". En baltique, la forme ne survit plus qu'en vieux prussien: - BALTIQUE *geml "femme,,78 :

• v. prussien genno / wip "femme" (E 188); gema / fraw "femme" (GrG 50, lire *genna); gemia / hausfrau "femme" (GrA 21, lire *genna); gemia / mater familias (GrF 12, lire *genna); ace. sg. gennan "femme" (7x Catéchismes, par ex. 111,373 ), gannan (4x Ille Catéchisme, par ex. III, 35 18) ; gén.

75. Sur le nom indo-européen de la "femme", voir un essai de reconstruction chez Schindler (1972, p. 33), Hamp (1979a, p. 1-7), Hardarson (1987b, p. 115-137), Jasanoff (1989, p. 135-141), Rieken (1999, p. 39-41). Voir aussi Brugmann (1907-1908), Meid (1966, p. 271-272). Sur les formes celtiques, cf. Campanile (1976-1977, p. 21-28), Ahlqvist (1980, p. 156-163), de Bernardo Stempel (1987, p. 82-84). Sur les fonnes gennaniques, cf. Feist (1939, p. 386 et 388). Sur le tokharien, voir Pinault (1989, p. 59). 76. Il est possible qu'il ait existé une variante acrostatique du nom-racine: *gW on -s (gén. sg. *gWen-s) : un degré radical *0 apparaît ainsi probablement dans le louvite wana- "femme". Cf. Schindler (1972, p. 33), Rieken (1999, p. 39-41). 77. Explication du paradigme arménien: Schmitt (1981, p. 107), de Lamberterie (1991, p. 155), ülsen (1999, p. 172-174).

sg. gennas (III, 872 ; III, 103 22); nom. pl. gennai ( III, 93 12), gannai (III, 103 20 ; III, 103 25 ); ace. pl. gennans (III, 93 5 ; III, 103 6 ), gannans (III, 103 15 ) ; dat. pl. gennilmans (III, 93 11 ).

Dérivés: genneniskan / weibischen ''personne efféminée" (III, 93 6). Comme le montrent les différentes formes casuelles attestées dans les

78. Trautmann (1910, p. 337 ; BSW, p. 84), Maiiulis (PKEZ, J, p. 351-352), Toporov (PrJ, II, p. 207).

58

59

Catégorie du cas

Catégorie du cas

Catéchismes prussiens, l'apophonie paradigmatique a été totalement

Maziulis (PKEZ, III, p. 218) reconstruit une forme baltique *pyon-u 82 ,

éliminée dès une période préhistorique au profit du degré plein79. La

qui s'insère difficilement dans la reconstruction, traditionnelle depuis

variation / en vieux prussien n'est qu'un fait de graphie. Le

Schindler (1975, p. 10), du prototype apophonique indo-européen: sg.

baltique oriental a perdu cette ancienne désignation de la "femme" (rem-

nom.-acc. *péhryr, gén. *phryén-s, collectif nom.-acc. *péhryor, gén.

placée par lit. m6teris "femme", lett. sieviête "femme").

*phrun-és (> *puh1n-és). Le degré plein a été généralisé en hittite (hitt. palJlJur "feu", gén. sg. palJlJwenas, nt.), tandis que le degré zéro s'est

IV. NOMS ATHÉMATIQUES SUFFIXÉS ET APOPHONIE RADICALE 1. APOPHONIE RADICALE PERDUE EN BALTIQUE

imposé en grec (gr. il"ÙP "feu", gén. sg. lTVPOS, nt.), ombrien (ombr. pir pir "feu", ace. pure pure-to, loc. purome), arménien (arro. howr ''feu'' < *pür-, cf. aussi arm. hnoc' "fourneau" < *pün-), irlandais (irl. ur "feu"),

gotique (got. fon "feu, iT1Jp", gén. sg. funins, dat. funin, nt.), v. hautDans les substantifs athématiques suffixés, les langues baltiques

allemand (vha.fiur "feu", nt.), v. islandais (v. isl. furr, .fYrr "feu", masc.,

présentent, en règle générale, un radical à degré vocalique constant. Dans

funi "feu", masc.), tokharien (tokh. B püwar, A por "feu" < i.-e. *puyor,

plusieurs cas, cette immobilité du radical résulte de la généralisation d'un

*puyor-, cf. Schindler, 1967b, p.242-244)83, et probablement dans

degré vocalique particulier, qui avait sa place dans un paradigme alternant

quelques dérivés slaves (tch. pyfi "braise", pyriti se "rougir", s.-cr. pùriti

en indo-européen. Quelques exemples peuvent être mentionnés à titre

"griller")84. Dans une direction différente, Smoczyfiski (2000a, p. 191) a

d'illustration.

récemment proposé de voir dans le v. prussien panno une "Rückbildung" à

- BALTIQUE *panu "feu,,80:

partir de panicke, paniko, pannike, panick, qui serait un emprunt au moyen

• v. prussien panno / vueer "feu" (E 33), panuJtaclan / vueryJen

haut-allemand vanke "Funke, étincelle" (m.). L'hypothèse n'est en soi pas

"Feuerstahl zum Feueranschlagen, pierre à feu, briquet" (E 370),

impossible. D'un point de vue typologique, on pourrait songer au parallèle

diminutif panicke, paniko, pannike, panick (fragments de textes

du polonais firanka "rideau", emprunté à l'allemand Fürhang, mais

prussiens)81 .

postérieurement interprété comme un diminutif (avec le suffixe slave -ka,

• emprunt baltique en fmnois panu "feu", mordve piina-kud "four"

cf. pol. brama "porte" --+ bramka "petite porte"), d'où la création d'un néo-

« "maison du feu").

primitif non diminutif firana "rideau"85. Dans le cas du v. prussien panno,

panicke, cependant, une hypothèse de cet ordre est peu

vraisemblable. Car l'emprunt fmnois panu "feu" implique que le mot 79. Analyse différente chez Smoczyfiski (l989a, p. 308; 2000a, p.38), selon qui le v. pro genno serait un emprunt au m. bas-allemand kone. kan "femme" (analyse acceptée par Nilsson, 1998, p. 124). 80. Trautmann (BSW, p. 206), Maziulis (PKEZ, III, p. 218-219), Vaillant (GCLS/., II/l, p. 181), Eckert (1963, p. 882), Stang (1972, p. 41). Sur le prototype indo-européen, cf. aussi Benveniste (1935, p. 10). Données germaniques: Feist (1939, p. 158). Tokharien: van Windekens (1976, l, p. 382383). 81. Cf. Büga(RR(B), l, p. 154-159), MaZiulis (PKP, II, p. 63).

82. Cf. déjà Stang (1972, p. 41): *pHJJon-. " 83'"L'hypothèse ancienne qui rattache à ce groupe également le grec TI gr. X8ov-, gaulois deuo.gdonioi.

< *ziis, avec [male refaite d'après l'accusatif au lieu d'i.-e.

• par spirantisation *tselom- > véd. ~am-.

gr. X8wv), probablement un degré bref originel à l'accusatif singulier

• par simplification

* d'teJom-

> *(elom- > gr. XUIJ.-, lat. hum-,

balto-slave *zem-.

93. Trautmann (BSW, p. 369), Mülenbachs-Endzelïns (ME, IV, p. 708-709), Fraenkel (LEW, II, p. 1299), Sabaliauskas (1990, p. 53-54), Maziulis (PKEt, IV, p. 58-60). Cf. LKt (XX, p. 307-336). Données slaves chez Vasmer (1953-1958, 1, p. 452-453). 94. Reconstruction du paradigme Ï.-e. chez Schindler (1967a, p. 201) : nom. *etét-om, acc. *d'ét-om-rp, loc. *d't-ém, gén. *d'gh-rpm-és.

ves Ique, qUI oppose un degré long au nominatif (avest. rée. zâ ''terre''

*(J)tom,

cf

(v. avest., avest. rée. zgm < i.-e. *(J)tom < *(J)tom-m) et un degré zéro aux autres cas, par exemple au génitif et au locatif (avest. rée. gén. z"mo, loc " " J -h . /1 . Z ml < l.-e. *( ')g m-eJos, *(a')tm-i), suggère l'existence d'un paradigme apoph' omque. S'· agIssant du balto-slave, les formes attestées sont vraisemblablement le produit d'une histoire complexe, qu'on pourrait à mon sens reconstituer comme suit95 . Du thème faible *(c!')tm- "terre" 95. Autre analyse (peu claire) chez Maiiulis (1995a, p. 45-46).

Catégorie du cas

66

Catégorie du cas

67

> balto-slave *zm- (conservé en dérivation dans le slave *zm-ijii "serpent',

"race, famille", et ienté (par ex. au XVIIe siècle, dans le dictionnaire

cf. v. sI. 3MHIa / zmija "serpent, opaKLùv, o "bas, 1. zemas

Fratria, uxor fratris, Inte), lituanien dialectal inté "sœur de

le sens gr. XeŒ~aÀ6s, lat. humilis "bas"). Sur la base de cet adjectif aurait

l'épouse" (Marcinkonys, haut-lituanien du SUd)IOO.

été constituée une désignation secondaire de la "terre" comme "celle qui est

• letton: ietere "belle-sœur"

basse" : balto-slave *iem-ijii "celle qui est basse" > "terre", v. sI. 3eMJ11a

couronienjentere)IOI.

/ zemlja, lit. ieme (avec suffixe caractérisant, cf. lit. svente "fête"

«

*jënter-, cf. aussi lett. dial. ietaIa,

sventas

De manière générale, le suffixe de parenté en *-ter n'implique pas en indo-

"saint, sacré", lit. dia1. bendrè "prairie commune" +- bendras "commun",

européen d'apophonie radicale, comme le montrent les désignations

lit. dial. railde "vache rousse" -- raildas ''rOUX'')96. Si l'on adopte cette

classiques:

+-

analyse, on doit supposer que le baltique a hérité de l'indo-européen un thème unique à degré zéro radical *im- « i.-e. *(d')tm-) et qu'il en a tiré, au moyen d'une vrddhi, un adjectif dérivé et une désignation nouvelle de la "terre" pourvus d'un degré plein radical *zem-. Ce degré plein résulte, en ce cas, de la dérivation possessive; il ne reflète pas directement un degré apophonique du lexème primaire. Le baltique n'a donc probablement hérité que du thème à degré zéro, et n'a pas connu d'apophonie radicale dans le nom de la ''terre''.

- i.-e. *phrter- "père" : véd. pitâ; gr. lTŒnlP, etc. - i.-e. *mehrter- "mère" : gr. ~rlTllP; véd. mâtii; v. pro mothe

/ muter (E 170), muthi / mutter (GrG 55), müti / mutter (par ex. III, 673), etc.; lett. mâte "mère" ; v. lit. maté, moters "mère, femme";

lit. moteris, -ies "femme". - i.-e. *bhrehrter- "frère" : lat.friiter; véd.

/ bruder (E 173), briiti / bruder (III, 67 10 )

;

bhrâtii; v. pro brote lit. broterèlis -. brolis,

gén. -io; lett. briilis.

_ BALTIQUE *jinter- "belle-sœur, femme du frère du mari,,97:

- i.-e. *d'ughrter- "fille" : gr. 6u)'aTllP; véd. duhitâ; v. pro duckti

• v. lituanien: jente "femme du frère du mari" (gén. sg. jenters ou

/ Tochter (III, 674 ) ; lit. duktè, -ers "fille".

jentes, cf. Klein, 1653, p. 55), variantes gente (par ex. au XVIf siècle, dans le dictionnaire Clovis Germanico-Lithuana, III, p. 508:

Schwaegerin / Gente,ês. F.)98, par contamination avec le lit. gentis

96. Analyse en ce sens: Skardzius (1943, p. 73). Autre analy~e .chez Smoczyfiski J2001, p. 97-98), qui part de l'ancien thème de locatIf mdoeuropéen *d'g -ém. 97. Trautmann (BSW, p. 107), Mü1enbachs-Endzelfns (ME, II, p. 81), Biiga (RR(B), II, p. 239), Pokomy (lEW, p. 505), Fraenkel (LEW, 1, p. 193), Stang (1966, p. 100), Szemérényi (1977, p. 92), Buivydienê (1990, p. 144-148; 199~, p.. 169176), Smoczyfiski (2001, p. 126). Cf. LKZ (IV, p. 123 et 340). DOSSIer mdoeuropéen: BlaZek (2001, p. 27), Tremblay (2003, p. 92-94). e 98. Cf. édition par V. Drotvinas (1997, 3 volume, p. 508).

99. Cf. édition par V. Drotvinas (1987, p. 266-267). 100. Zinkevicius (1966, p. 178, § 204). 101. La forme lettone ietere à intonation initiale, constamment citée dans les ouvrages étymologiques (cf. par exemple Vaillant GCLSl., II/l, p. 258), repose sur le seul témoignage du dictionnaire de Mülenhachs-Endzelïns (ME, II, p.. 81). Celui-ci tire la forme du recueil des Latvju dainas de Barons et Wlsendorfs (1894-1915), où elle était évidemment dépourvue d'intonation' la ~estitution d'une intonation ietere n'est donc appuyée par aucun fait. Dans 'ses Compléments et corrections" au ME (Papildiniijumi un labojumi K. Mülenbacha Latviesu valodas viirdnicai, 1934-1938, Rfga, l, p.551), ~ndzelfns a correctement supprimé l'intonation du mot ("ie- ME. II, 81 durch le- zu ersetzen !"). D'un point de vue historique, seule est valable l'intonation de ieta{a, qui reflète régulièrement une forme baltique *jent- « *ienh2-t-).

68

Catégorie du cas

Catégorie du cas

69

Mais, dans la désignation de la "belle-sœur", différents degrés vocaliques

Sirvydas 105

sont attestés dans les langues indo-européennes: un prototype à degré plein

Sirvydas, pinki "cinq", DTL , p. 290 (: lit. standard penki), gintis "race,

(i.-e. *jenhr ter-)102 est supposé par le grec (gr. homérique ElvaTÉpE5'

famille", DTL

"femmes des frères du mari", gr. dial. tardif sg. ÈvaTTlP, Asie Mineure);

p. 439 (: lit. standard iéntas), etc. Il apparaît donc que le baltique, comme

un degré zéro radical (i.-e.

*jI)hrter-)

apparaît en sanskrit (véd. yâtii

"femme du frère du mari"), peut-être en phrygien (acc. LaVaTEpa) et

:

comme exemples de ce traitement, on peut citer, chez 3

3 ,

p. 378 (: lit. standard gentis), tintas "gendre", DTL 3 ,

le slave, a éliminé toute apophonie radicale dans ce mot et a généralisé un degré radical déterminé, en l'occurrence le degré plein.

probablement en latin {lat. tardif ianitr'icës "belles-sœurs", pl., avec un suffIxe influencé par genitrfcës ''mères'') 103 • L'arménien nër "belle-sœur"

2. APOPHONIE RADICALE CONSERVÉE EN BALTo-SLAVE,

ne se laisse pas aisément intégrer à ce groupe 104 . Le slave est ambigü, car

PERDUE EN BALTIQUE

il peut refléter aussi bien un degré plein radical qu'un degré zéro radical : slave *jçtry> v. russe HTphI / jatry "belle-sœur" (avec même suffIxe que CBeKphI / svekry "belle-mère"), russe dial. HTpOBh / jatrov' "femme du frère du mari", v. pol. jçtrew "femme du frère", s.-cr. jêtrva "femme du beaufrère". Les données des différentes langues indo-européennes amènent à reconstruire un paradigme alternant, dont la confIguration pourrait avoir été la suivante: nom. sg. *iénhrtër, gén. sg. *iI)hrtr-és. Toutefois, cette reconstruction demeure incertaine, car aucune langue n'a gardé de trace directe de l'alternance radicale: celle-ci n'est postulée qu'afin d'expliquer la divergence des formes attestées. Le baltique présente un degré plein radical constant (v. lit. jenté, lett. ietere < balt. *jënter- < i.-e.

*jenhrter-,

auquel

répond probablement le slave *jçtr-y < i.-e. *ienhrtr-, mais *iI)hrtr- est

Les cas de cette nature montrent clairement à quel point la tendance à éliminer l'apophonie paradigmatique s'est affIrmée en baltique. Dans plusieurs cas, cependant, la comparaison du slave et du baltique donne à penser que l'apophonie paradigmatique était encore conservée en baltoslave, mais qu'elle a été perdue à une date plus récente, indépendamment dans chacun des deux groupes. On peut citer l'exemple suivant. - BALTIQUE *siiulë- "soleil"I06:

• lituanien: saulé "soleil", fém. • letton: saûle "soleil", fém. • v. prussien: saule / sunne "soleil" (E 7), toponyme Saw/iskresli/ "jetzt Sonnenstuhl Kr. Heiligenbeil" (attesté en 1423)107.

aussi possible). La forme dialectale du v. lituanien inté, attestée chez

Pour cette désignation ancienne du "soleil", les langues indo-européennes

Sirvydas, pourrait théoriquement refléter un ancien degré zéro radical (i.-e.

présentent de nombreuses variations apophoniques, qui amènent à recons-

*jI)hrter- > balt. *jfnter- > v. lit. inté). Mais il est infmiment plus

truire un paradigme hétéroclitique alternant. Selon Beekes (1984, p. 5),

vraisemblable qu'elle résulte d'une évolution phonétique de la diphtongue

prolongeant une analyse de Schindler (1975), la flexion indo-européenne du

* en >

*in,

évolution propre au dialecte haut-lituanien oriental de 105. En ce sens, Büga (RR(B), II, p. 239).

102. Reconstruction indo-européenne *ienhr ou *Hienh2- (si l'on admet que gr. rh-l, supposé derrière la forme psilotique dVUTÉpE5', reflète exclusivement un groupe *Hi-). Ce point est ici sans importance. 103. Sur la forme latine, cf. Hamp (1982-1983, p. 102). 104. Explications diverses chez Winter (1965a, p. 114), Hamp (1966, p. 12), Georgiev (1980, p. 200), Schmitt (1996, p. 21-24), ûlsen (1999, p. 190-191).

106. Trautmann (BSW, p. 251), Mülenbachs-Endzelfns (ME, N, p. 772-773), Fraenkel (LEW, II, p. 765-766), Benveniste (1935, p. 12), Vaillant (1950, p.4853), Eckert (1963, p. 882; 1979, p. 18), Sabaliauskas (1990, p. 51), Bader (1995, p. 265-276), Smoczyfiski (1993, p. 78-80 = 200 l, p. 176-178; 1997, p. 78-79 = 2001, p. 204; 2001, p. 98-99), MaZiulis (1995a, p. 46-48; PKEZ, N, p. 72-75). Cf. LKZ (XII, p. 191-194). 107. GerulIis (1922, p. 153), MaZiulis (1995b, p. 60; PKEZ, IV, p. 77-78).

Catégorie du cas

Catégorie du cas

mot opposait un nominatif *sehryl et un génitif *shryen-s. Les différentes

L'apophonie paradigmatique n'est conservée nulle part telle quelle. Seul

langues auraient généralisé, ou combiné l'une avec l'autre, ces deux formes,

l'iranien avestique a gardé, de manière partielle, l'alternance hétéroclitique

si bien qu'on observe en fait une grande diversité de thèmes 108

(nom.-acc.

70

:

huuar~,

gén.

XV~1Jg

71

< Î.-e. *shryel-, *shryen-). Toutes les

• *sehryl-: gallois haul "soleil", masc. ; dérivé *sehr yl-ij-eh2

autres langues, y compris le baltique, ont généralisé une situation

> balt. *siiule: lit. saulé, lett. saille, v. pro saule "soleil".

apophonique particulière, ainsi qu'une forme spécifique du suffixe, et les

Peut-être aussi proto-italique *sayl > lat. sol "soleil" (?).

ont en général insérées dans une dérivation propre (en balt. suffIXe *-ij-ii

dérivé *sehryel-ij-o- > gr.

> *-é). On notera cependant la divergence apophonique qui sépare le

gr. crétois à~ÉÀLOS' flÀLOS, KpflTES,

baltique et le slave. Elle pourrait suggérer, éventuellement, la conservation,

arcadien àÉÀLOS (Tégée), homérique liÉÀLOS, attique flÀLOS

en balto-slave, d'une apophonie radicale, ultérieurement perdue. Mais il

"soleil".

peut s'agir également de deux formes dialectales indépendantes.

• *sehryel-: got. sauif "soleil, commun

*haFEÀLOS:

• *s hrul- > *suhrl- >

flÀLOS" ;

*sül-:

dérivé *shrul-o- ou *shrul-j-o3. TRACES D'APOPHONIE RADICALE EN BALTIQUE

> véd. sûra-, sûrya- "soleil"; v. irl. suif "œil" (?).

• *s hryel- > *suyel- : véd. suvar- "soleil", nt. ; avest. réc. nom.-acc. sg. huuar~ "soleil".

concurremment deux allomorphes apophoniques, ce qui amène à supposer

• *shryen-: v. avest. gén. sg. xv~1Jg. • *shrun- > *su-n- > *sun- : germ. *sun-n-ii: got. sunno "soleil, flÀLOS",

Enfin, dans quelques cas isolés, les langues baltiques présentent

v. isl. sunna, vha. sunna, all. Sonne, v. ang. sunne,

que l'apophonie paradigmatique était encore conservée en proto-baltique. Les traces n'en sont cependant pas nombreuses, et leur analyse est parfois incertaine. La plus claire apparaît dans la désignation de l"'eau".

ang. sun. • combinaison des deux suffixes en slave secondaire en *-i-

--+

dérivé

*su-l-n-(i)-,

*sulnl-ko-

thème

: v. sI. CJThHLQe

/ sl'bnbce "soleil, flÀLOS", v. russe C'bJIHbue / s'blnbce, russe COJIHue / solnce, s.-cr. sûnce, tch. slunce, v. pol. slufzce, pol.

slofzce1 09 •

a. Le nom de l'"eau'' dans les langues baltiques Les langues baltiques présentent, pour la désignation de l"'eau", une série de formes visiblement apparentées et anciennes, mais dont le vocalisme radical et la formation morphologique divergent parfois de manière considérable. Les formes attestées sont les suivantes 110 : - V. PRUSSIEN: wundan / wasser "eau", nt. (E 59), wunda

/ wasser (GrG 10), wunda / wasserre (GrA 6), wunda / aqua 108. Dossier comparatif: Bammesberger (1985, p. 111-113), Huld (1986, p. 194-202), Hamp (1990, p. 193-194), Wachter (1997, p. 4-20), Euler (2000, p. 69-77). 109. Sur les formes slaves, cf. Vasmer (1953-1958, II, p. 690). Une forme sans suffixe *-ko- (* su/-nl-) est encore conservée en slave dans les composés v si 6eCJI'bHbH'b / bes/'bnbn'b "sans soleil, à1!TÎÀ.LOs", russe rrOCOJIOHb / pos%n' "~el~n le cours du soleil, qui se trouve à l'ouest", croate dialectal oposun "id.". Voir Eckert (1963, p. 882), Smoczynski (1997, p. 79, note 57 = 2001, p. 205, note 57).

(GrF 31); nom. sg. unds "eau", masc. (7x

me

Catéchisme,

110. Trautmann (BSW, p. 337), Buga (RR(B), II, p. 661-662), MülenbachsEndzelïns (ME, IV, p. 404-405), Fraenkel (LEW, II, p. 1194-1195), Vaillant (GCLS/., II/l, p. 179-180), Karulis (1992, II, p. 449-450), Maziulis (PKEt, N, p. 267-268), Schmalstieg (1999, p. 69-74). Cf. aussi LKt (XVIII, p. 101-112).

72

Catégorie du cas

Catégorie du cas

73

par ex. III, 59 7), acc. sg. undan (III, 61 17 ; III, 129 15- 16), gén.

Vandziogala), Vadinis (lac à Kapciamiestis), Vadinélis (lac à

sg. undas (III, 63 12- 13 ; III, 103 9 ), acc. pl. undans (III, 119 24 ).

Molêtai), Vadi5kinas (lac à KuktiSkës), Vaduvà, Vêiduva,

- LITUANIEN: vanduo "eau", masc. (acc. sg. winden{, gén. sg.

Vadvà (lac à Skapiskis). On rapprochera aussi le lituanien

vandefis); incertain: bas-lit. undui5 "eau", masc. (par ex.

viidé "ornière remplie d'eau de pluie et formant un ruisseau"

nom. sg. Q' ndQu, gén. sg. Q' nd~nts, à Salantai)lll .

(cf. LKZ, XVII, p. 775), ainsi que le letton vada / ein

- LETTON: ûdèns "eau", masc.

einschiessender freier Platz (der aIs Wiese dient) im Walde

À la même famille étymologique appartient également le nom baltique

"une place libre qui sert de prairie", vadele / eine kleine

de la "loutre", bien que la relation ne soit sans doute plus guère sensible en

Schlucht, die zum Fluss od ins Tal/ührt "un petit défilé qui

synchronie:

conduit à une rivière ou dans la vallée", vads / ein sumpfiger

- BALTIQUE *üdrii "loutre" 1 12

:

dichter Wald "une forêt marécageuse épaisse" 1 15 • Peut-être

v. pro udro / otter "loutre", fém.

faut-il encore intégrer à cette liste d'autres hydronymes

(E 667); lit. ûdra "loutre", fém. (variante dialectale ûdras,

comme lit. Vadaksnis (cours d'eau à Plungë), Vadakstà,

masc.) ; lett. ûdrs "loutre" (variante ûdris, Mülenbachs-

Vadukstà, Vadaktà (cours d'eau à Anyksciai), Vadakstis

Endzelïns, ME, IV, p. 406), masc. On peut citer aussi

(cours d'eau à Kurtuvënai et à Laizuva), Vadaktis, Vadaktà,

quelques hydronymes lituaniens tirés du nom de l'animal,

Vadakstà (cours d'eau à Krekenava), et lett. Vadakste (cours

par exemple lit. Üdrinis (lac à Rudnia), Üdarà (cours d'eau à

d'eau). On ajoutera enfm le lituanien viidaksnis "bras d'une

Gelvonai), Üdrijos eieras (lac à Udrija), Üdrijà (village près

rivière, qui se joint à elle seulement en cas de crue, lieu où

de ce lac) 1 13 •

circule l'eau" (cf. LKZ, XVII, p. 770). L'analyse de l'hydro-

Enfin, on rapproche généralement de ce groupe plusieurs hydronymes baltiques et quelques mots dialectaux qui s'y rattachent: - RADICAL *vad- 1l4

:

nyme prussien Wadanga demeure incertaine 1 16 • - RADICAL *viid- > *(v)od- 117 : lit. Odmuo, rivière près de Silalë.

lit. Vadà (cours d'eau à Ariogala et à

Cf. lit. dial. odmenis "embouchure d'une rivière" (cf. LKZ, VIII, p. 995).

Simkaiciai), Viidas (cours d'eau à Raseiniai et à VeivirZénai),

Viidé (cours d'eau à BalbieriSkis), Vadavé (cours d'eau à

On laissera de côté la désignation de la "grenouille" en baltique 1 18

:

lit.

varié "grenouille", fém. (acc. sg. vaflf/); lett. varde "grenouille", fém.; 111. Trautmann (BSW, p. 337), Stang (1966, p. 295), Pakalniskienè (1998, p. 33). Biiga (RR(B), II, p. 663) interprète la forme unduo comme un "couronisme". Cependant, son authenticité est mise en doute par Vitkauskas (1986, p. 103, cf. aussi 2001, p. 171-173), qui y voit le produit d'une évolution phonétique de vanduo. Dans le dialecte de Salantai (bas-lituanien du Nord), par exemple, d'où Stang tire la forme Q·ndiju, la diphtongue tautosyllabique < an > évolue régulièrement en < Qn >, cf. LKA, II, Fonetika, carte 68 (Salantai, 93). 112. Fraenkel (LEW, II, p. 1157-8). Cf. LK2' (XVII, p. 361). lB. Vanagas (1981a, p. 351-352). 114. Données chez Vanagas (1981a, p. 357-358), qui rapproche le lit. vanduo. Cf. aussi Fraenkel (LEW, II, p. 1176).

115. Formes dialectales lettones chez Mülenbachs-Endzelïns (ME, N,

p. 429 et p. 431).

116. Gerullis (1922, p. 191 et p. 247). 117. Rapprochement avec le nom de l'''eau'' chez Fraenkel (1958, p. 42-44 ; LEW: p. 516), Vanagas (1961, p. 230; 1981a, p. 234). Pour l'évolution p~o~etIque *vod- > *od-, cf. bas-lituanien ojis (Daukantas) "danger", paojus Id. , en regard du lituanienpavojus "id." (Fraenkel, LEW, 1, p. 516 et p. 559). 118. Fraenkel (LEW, II, p. 1200-1201), Mülenbachs-Endzelïns (ME IV p. 476). ' ,

!,

75

Catégorie du cas

Catégorie du cas

74

lett. dial. vargle "grenouille", fém. (Kurmin, 1858, p. 256); toponyme

- [cl un radical à degré zéro *ü(-)d-, attesté en letton et en prussien

v. pro Wor/yne. Certains savants ont proposé de tirer cette désignation d'un

dans la désignation primaire de l'''eau'', mais commun aux trois

étymon baltique *varde, forme à métathèse de *vad-r-e rapprochant l'arménien gort (thème en *-i) "grenouille"

« *yod-r-),

« *yod-r-i-)

1

langues dans le dérivé *üd-ra "loutre".

en

Le

Cette variation paraît refléter une ancienne apophonie paradigmatique.

rattachement au nom de l"'eau" est possible d'un point de vue sémantique

Toutefois, les langues baltiques ne permettent pas à elles seules de

("grenouille" < "animal aquatique"), mais pose une série de problèmes

déterminer la distribution de ces différents degrés apophoniques, et les

(métathèse *-dr- > *-rd-, intonation radicale, structure du suffixe *-de,

formes attestées dans ces langues posent par ailleurs une série de problèmes

*-lè, ou *-d/e ?), qui amènent à le mettre en doute 120 .

phonétiques et morphologiques qui invitent à examiner leur genèse de plus

19 .

Cinq radicaux paraissent donc s'opposer: deux radicaux pourvus d'une

près.

nasale interne dans la désignation primaire de l"'eau", *vand- (lit. vanduif)

D'un point de vue étymologique, il ne fait aucun doute que les formes

et *ünd- (v. pro wundan, unds, lett. ûdèns avec û- < *ün-, incertain: bas-

baltiques prolongent l'ancienne désignation indo-européenne de l"'eau", à

lit. unduo) ; et trois radicaux dépourvus de nasale interne dans les formes . u~dra, 1ett. uAdrs "1 outre") , *va. ,d dérivées secondaires *üd- (v. pro udro, ht.

l'origine un substantif neutre à suffixe hétéroclitique (i.-e. *yod-r/n-), qui

(hydronymes du type lit. Vadà, etc.) et *viid- (hydronyme lit. Odmuif). En letton, les radicaux *ünd- et *üd- se sont confondus; seule la comparaison des formes lituaniennes apparentées permet de les différencier et de tirer

ûdèns "eau" de *ünd- (cf. lit. vanduif), mais ûdrs "loutre" de *üd- (cf. lit. ûdra). Si l'on fait provisoirement abstraction de la nasale interne, on observe donc qu'une variation apophonique sépare pour l'essentiel trois radicaux : _ [a] un radical à degré plein bref *vad-, attesté seulement dans quelques hydronymes au statut étymologique douteux.

- [b] un radical à degré plein long *vii(-)d-, limité au haut-lituanien.

est attesté dans de nombreuses langues 121 -

:

INDO-EUROPÉEN *JJod-r/n- : hitt. wiitar "eau", nt. (gén. sg.

wetenas); gr. ü8wp "id.", nt. (gén. sg. ü8aTos); ombr. utur "id.", nt. (abl. sg. une < *udni); got. wato "eau, ü8wp", nt. (gén. sg.

watins) ;

V.

isl. vatn "id.", nt. (gén. sg. vatns, puis vats) ;

V.

sax.

watar "id.", nt.; vha. wazzar "Wasser, eau", nt.; véd. gén. sg. udnai), loc. sg. udan(-i) "id.", nom. sg. secondaire udakafJl, nt. ; formations incertaines: arm. get "rivière" (instrumental sg. getov); phrygien ~E8u "eau". Le dérivé baltique *üdra "loutre" est lui aussi ancien; il dispose de correspondants exacts dans d'autres langues indo-européennes: slave

*(v)ydra (v. sI. BhI.llpa / vydra, russe BbI.llpa / vydra, s-cr. vidra, tch. vydra, 119. Pour le traitement phonétique *-dr- > arménien *-r.t-,. c~. ~. artasowk' "larme" « i.-e. *drafu- < i.-e. *drafru-, avec diSSimIlatiOn progressive, cf. g~. 8d.Kpv "id~', avec di/ssi~,ilati~? régressive), arm. artewan "cils, sourcils" « l.-e. *drepana, gr. 8pETTavT) faux). 120. Autre hypothèse chez Schulze (193\ p. 129-13~), qui co:upare je latin rubeta "grenouille" (analysé comme *uret-e-> avec m~~athèse ruet-~- > lat. - --en regard de * /Joret-e- > balt. vard-e-). De manlere plus convamcante, ru b e, ' *uo.r~, d d Derksen (1996, p. 58) >tpose un prototype . mdo-eur?peen ont 1'1'tue un e forme baltique *var'd- (avec effet de la loi de Wmter). MaiS ,II.ne se prononce

pas sur l'étymologie de cette désignation. Sur la forme armemenne, cf. Olsen (1999, p. 182).

pol. wydra "loutre", fém.), grec (gr. ü8pa "hydre", fém., ü8pos "serpent d'eau", masc.), germanique (vha. ottar, v. isl. otr "loutre", masc.) et indoiranien (véd. udra- "animal aquatique", masc., avest. udra- "loutre",

121. Dossier comparatif: Benveniste (1935, p. 20), Feist (1939, p. 553), Mayrhofer (KEWA, 1, p. 103; EWA, l, p. 215), Chantraine (DELC, 2e édition, p. 1152-1153), Lehmann (1986, p. 395), de Vries (1962, p. 648), Ernout-Meillet (DELL, p. 746).

77

Catégorie du cas

Catégorie du cas

masc.)l22. D'autres dérivés sont encore connus, dont certains peuvent

suffixale à partir de la forme d'acc. *-en-I[1 > balt. *-en-in (> lett. -en-i, cf.

prétendre à une certaine antiquité. On comparera ainsi, d'une part, l'adjectif

acc. sg. ûdeni), d'où un nominatif sg. secondaire *-en-is (> lett. -èns, cf.

grec èivu8poS' "sans eau", d'autre part, l'adjectif védique anudrii- "id." ; ou

nom. sg. ûdèns). Mais, même dans les langues qui ont généralisé le suffixe

le grec mycénien udoro (probablement *ü8pov) "récipient en forme de

*-n-, le substantif dérivé "loutre" présente encore une trace du thème en

seau" (prolongé en grec alphabétique par le dérivé u8pla "aiguière, pot,

*-r-. On comparera ainsi, en lituanien, vanduo "eau" (*-n-) et ûdra "loutre"

ume"), et, avec un degré vocalique différent, le slave *vedro "seau" (v. sI.

(*-r-); de même, en letton, ûdèns "eau" (*-n-) et ûdrs "loutre" (*-r-); en

Btnpo / vedro "seau, ŒT v. pro ape "rivière", lit.

En baltique oriental, l'ancienne flexion hétéroclitique a été éliminée sur

ùpé). Un facteur qui a pu jouer un certain rôle est le développement d'une

la base des cas faibles en *-n-, ce qui a conduit à intégrer le mot dans la

opposition polaire des genres grammaticaux, opposition qui sépare en slave

classe des masculins à suffixe nasal

*-en-

(nominatif sg.

*-on);

on a

le "feu" et l"'eau", le premier de genre masculin (v. sI. orHb /

Ognb

"feu,

signalé plus haut que la même évolution avait eu lieu en gotique (got.

rrvp", masc.), le second adoptant dès lors par contraste le genre féminin

wato, gén. sg. watins, qui a toutefois gardé le genre neutre comme got.

(v. sI. BO,lla / voda "eau, ü8wp", fém.). Inversement, en baltique, la

augo, gén. sg. augins "œil,

6 -ND- ici supposée est possible en baltique.

(cf. gr. àÀoaucVll "vague de la mer"). Une métathèse -lN- > -ND- dispose

« *fudno-

et, de manière incertaine,

lexème en question, ce qui ne s'explique que si la nasale interne provient,

On ne connaît pas, à vrai dire, d'autre exemple d'une telle évolution

cf.

phonétique, et l'on peut d'emblée mentionner plusieurs contre-

< *bhudh-no-, cf. véd.

exemples 138, notamment lit. liûdnas "triste" (: liûsti "s'attrister", prét.

de quelques parallèles en latin même: lat. panda "étendre" gr. TIL TVlllJ.l), lat. fundus "fond"

« *pat-na-,

* -r-a)

« *-tn-o-, à partir du thème

faible du suffixe

liudo), lit. dial. glodnas "égal, plat" (: g16sti "aplanir", prét. gl6dé), lit.

*-ter/n-)135. S'agissant du baltique, l'hypothèse d'une métathèse suscite

dia!. gùdnas "vrai" (: gùsti "s'habituer", prét. gùdo), lit. dial. sodnas

quelques difficultés qui peuvent être, à mon sens, résolues assez aisément.

"jardin" (: sodas "jardin"), lit. dial. laidnùs, nuolaidnùs "complaisant"

*-on-

(: nuolaidùs "complaisant"). Cependant, la validité de ces contre-exemples

budhnal)), lat. gérondif -ndus

Le baltique n'a conservé que deux variantes suffixales apophoniques

(au nom. sg., cf. lit. -uo) et *-en- (aux autres cas, cf. lit. -en·, lett. -en-), mais il est probable qu'il existait, à une date plus ancienne, d'autres degrés vocaliques du suffixe, notamment un degré zéro *-n- (cf. véd. gén. sg.

ud-n-al) < i.-e. *ud-n-és)136. On peut admettre comme probable un proto-

135. Exemples chez Sihler (1995, p. 209, § 222.2). 136. Une trace d'un degré zéro suffixal apparaît encore certainement dans la flexion anomale et archaïque du nom du "chien", lituanien sua «i.-e. *Jèuy-on, cf. grec KVWV), gén. sg. sufis, dial. sunès « ï.-e. *lèu-n-és, cf. grec KVVOS). Sur le

n?m d.e l"'homme", v. lit. nom. imuo, acc. imuni (avec thème *imun-, peut-être refectlOn de *iumn- < i.-e. *gh1J1-n-), cf. Kazlauskas (1968, p. 270-271), Smoczynski (2000b, p. 18-33). 137. Elle est acceptée notamment par Smoczynski (1997, p. 72 = 2001, p. 198; 2000a, p. 94; 2001, p. 1Ol). Noter cependant que Smoczynski n'exclut pas ~ne influence d'un verbe à infixe nasal (baltique * unda "être humide"), explication qui, selon lui, vaut également pour le latin unda (nasale interne d'après abundiire, inundiire, etc.). 138. Exemples chez Skardzius (1943, p. 215-226, §§ 131-136); matériel chez Robinson (1976) et Korsakas (1991).

Catégorie du cas

Catégorie du cas

n'est pas assurée, car dans chacun d'entre eux la motivation morphologique

< *yod-, v. isl. otr "loutre" < *ud-), et en slave (sI. *vedro "seau" < *JJëd-,

imposait une analyse [radicaL.D] + [N... suffixe], qui bloquait en quelque

*vydra "loutre" < *üd-), à côté d'une forme à degré radical bref (sI. *voda

sorte l'évolution phonétique: l'adjectif lituanien [judnas "triste", par

"eau" < *yod-).

86

87

exemple, ne pouvait évoluer en t liündas, dès lors que son radical */iud-

L'origine de ces voyelles longues pose un problème. La plupart des

était soutenu par toute une série de formes de la même famille, où la

savants reconnaissent en fait la difficulté sans l'expliquer. Trautmann se

dentale apparaissait clairement (lit. liüdeti "être triste", / iusti "s'attrister",

contente ainsi d'une mention laconique: "im Ablaut" (BSW, p. 337), qui

prét. [judo). Au contraire, la désignation de l"'eau" était un lexème isolé

laisse la question ouverte. Tout récemment encore, à propos du lit. ûdra,

dans les langues baltiques (le dérivé *üd-rii "loutre" n'étant plus

Smoczynski (2000a, p. 92) admet qu'une voyelle brève peut être "parfois"

directement perçu comme apparenté) et le degré zéro du suffixe (*-n-) n'y

("mitunter") allongée, mais il ne précise pas le contexte de cet allongement

était plus vivant (le baltique n'opposant plus que *-on- et *-en-), de telle

et s'appuie sur un seul cas, à mon sens peu significatif, le doublet lit.

sorte que rien n'empêchait une évolution *üd-n- > *ünd-, avec intégration

iiu/ùs / iiü/ùs "insolent" (cf. v. sI.

du suffixe dans le radical. La "loi phonétique" ainsi postulée ne pouvait

iTOVllPÔS, KaKôs").

jouer que parce qu'elle ne perturbait pas de manière trop brutale la

"allongement", ni ce qui fait en l'occurrence la spécificité du baltique, à

motivation morphologique.

savoir le fait que la quantité longue est pratiquement constante dans les

On admettra donc que la nasale interne dans le radical du nom de

3'bJI'b /

Z'b/'b

"mauvais, méchant,

Cette hypothèse n'explique pas les conditions de cet

fonnes du nom de l"'eau".

l"'eau" en baltique s'explique par une évolution phonétique particulière

Certains savants ont suggéré, à propos de l'intonation rude du lituanien

d'un degré apophonique du suffixe. Historiquement, elle n'a donc aucune

vandeni, l'hypothèse d'une "métatonie"139. Mais on ne saurait préciser la

signification.

motivation de cette métatonie, postulée à seule fin de pouvoir rendre

La troisième difficulté posée par la désignation de l'''eau'' en baltique est celle de la quantité vocalique du radical. Dans les langues indo-

compte d'une voyelle radicale longue autrement inexplicable. Cette hypothèse, elle non plus, n'est donc pas convaincante.

européennes, le nom de l'''eau'' et ses dérivés présentent plusieurs degrés

L'hypothèse d'un allongement morphologique prête, elle aussi, le flanc

apophoniques, qui sont certes divers, mais tous de quantité brève: *JJed-

à la critique. La comparaison du germanique est sur ce point instructive.

(hitt. gén. sg. wetenas), *yod- (hitt. wiitar, got. wato), *ud- (gr. ü8wp,

En germanique, toutes les formes anciennes présentent une voyelle radicale

véd. gén. sg. udnal). Or, en baltique, la majorité des formes attestées

brève: gol. wato "eau"

présentent une voyelle radicale de quantité longue: *viid- (peut-être lit.

etc. La seule fonne à voyelle radicale longue (v. isl. vatr "humide" < i.-e.

« Ï.-e. *JJod-), v. isl.

otr "loutre"

« i.-e.

*ud-),

Odmuo, et, avec nasale, lit. vanduo, acc. sg. vandeni), *üd- (lit. ûdra

* JJ e""d- 0-)

"loutre", etc., avec nasale lett. ûdèns "eau"); la seule trace d'une voyelle

régulièrement comme une vrddhi propre au germanique: elle présente en

« *yod- ?), dont

effet tous les caractères d'une vrddhi, le passage à un degré vocalique

l'apparentement étymologique n'est pas certain. En dehors du baltique, les

SUpérieur (* yed- --. * yed-), la thématisation (* JJed- --. * Jled-o-), le sens

brève apparaît dans les hydronymes du type lit. Vadà

est de toute évidence une innovation, qui s'interprète

seules attestations de voyelles radicales longues se rencontrent en germanique (v. isl. vatr, v. ang. wœt, ang. wet "humide" < germ. *wetaz < Ï.-e.

*Med-o-), à côté

de formes à degré radical bref (got. wato "eau"

139. Cf. van Wijk (1935, p. 24 et p. 26); solution compliquée en ce sens chez Kurylowicz (1968, p. 140).

l'

88

Catégorie du cas

Catégorie du cas

89

"pourvu d'eau, riche en eau, humide"), à l'exception

*vedro "seau" (*vëdr-o- . . . . *JJed-r- ; pour le sens, "seau" < "qui a de

peut-être de la variation accentuelle, qui ne paraît pas attestée (* JJod-x-, cf.

l'eau")142, mais cette supposition elle-même n'est pas contraignante. Quant

got. wato ~ *JJêd-o-, cf. v. isl. vatr)140. Le degré long est donc clairement

au vocalisme bref, il n'apparaît que dans la forme primaire *voda "eau". Le

identifiable et dispose d'une motivation interne, qui ne laisse aucun doute

slave offre donc une situation partiellement comparable à celle du baltique,

sur son origine secondaire. Il forme, en outre, un contraste sensible avec le

avec un vocalisme long largement attesté et dépourvu de toute motivation.

possessif ("eau"

~

degré bref et, en ce sens, apparaît comme une marque morphologique

Ce vocalisme long apparaît, en baltique et en slave, comme un fait à

déterminée. Le baltique présente une situation très différente, car le

peu près constant et immotivé. On est donc conduit à lui chercher une

vocalisme long y est général et ne saurait s'expliquer comme une marque

explication elle aussi constante et immotivée, c'est-à-dire phonétique. Pour

morphologique opposée à un degré bref. En outre, on ne peut rattacher ce

cela, la seule solution envisageable consiste à faire intervenir la loi de

vocalisme long à aucune des sources de la Dehnstufe indo-européenne: ni

Winter (1978), selon laquelle les voyelles brèves sont allongées en baltique

l'hypothèse d'une Vfddhi possessive, ni celle d'une formation acrostatique,

et en slave devant les anciennes consonnes sonores simples de l'indo-

ni celle d'un nom-racine à allongement au nominatif singulier ne

européen. Dans son article fondateur, Winter signalait le cas du balto-slave

fournissent de cadre adéquat pour rendre compte de la difficulté. On

*üdrii "loutre" comme un exemple de la loi qui porte désormais son nom

observe notamment que le vocalisme long apparaît même dans des

(1978, p. 441). Quelques années plus tard (1990), Young étendit la loi de

formations synchroniquement immotivées comme le nom de la "loutre"

Winter au cas des diphtongues et l'appliqua donc régulièrement au baltique

(balt. *üd-rii, en regard de l'Î.-e. *ud-rii)141. Enfin, l'intonation rude

*vand-, *ünd-, expliquant l'intonation rude constante des formes baltiques

constante des formes baltiques (lit. ace. sg. vanden{, ûdra; lett. ûdèns,

comme le reflet d'anciennes diphtongues à premier élément long (1990,

ûdrs) exclut à mon sens une origine morphologique du degré long, pour

p. 147). Cette hypothèse pose cependant deux problèmes qu'il convient

lequel on attendrait plutôt, si l'on suit sur ce point comme je le fais les

d'examiner: tout d'abord, ce traitement phonétique présente des

conceptions de Kortlandt, une intonation douce (cf. lit. musis "bataille",

exceptions, précisément dans la famille du nom de l'''eau'' (notamment sI.

degré long morphologique en regard de lit. mùsti "battre"; lit. juokas

voda, lit. Vadà); en second lieu, il faut tenter de dater cette loi phonétique

"plaisanterie", degré long morphologique en regard du lat. iocus "id."). La même difficulté apparaît en slave, où le vocalisme long apparaît

et de la mettre en rapport avec l'évolution du vocalisme de l'indo-européen au balto-slave.

également en dehors de toute motivation, notamment dans le nom de la

S'agissant du premier problème, les opposants à la loi de Winter se

"loutre" (sI. *vydra < *üdra, superposable au balt. *üdrii). On pourrait, à

sont naturellement concentrés sur les exceptions apparentes pour contester

la rigueur, interpréter comme une Vfddhi le dérivé de sens possessif slave

la validité de la loi dans son ensemble: voir par exemple Schmid (1986a, p. 460), qui mentionne principalement les contre-exemples du slave voda

140. En ce sens, Mathiassen (1974, p. 212), Darms (1978, p. 13-24), Bammesberger (1990, p. 255). 141. Difficulté soulignée par Matasovié (1995, p. 60). Selon Smoczyftski (2001, p. Ill), l'allongement dans *ud-ra est une vrddhi caractéristique du genre féminin; mais on ne peut parler de Vfddhi que dans l'opposition d'une forme fondée à une forme de fondation, ce qui n'est pas le cas dans le mot isolé

*ud-ra.

et et du lituanien Vadà. À propos du slave voda "eau", Winter (1978, p. 441) évoquait avec prudence la possibilité d'un emprunt au germanique (gol. wato, emprunté avant la mutation consonantique *wado); cette

142. En ce sens, par exemple Leumann (1954, p. 10).

90

91

Catégorie du cas

Catégorie du cas

hypothèse est peu vraisemblable, s'agissant d'un mot comme celui-ci qui

"eau". Toutefois, leur parenté étymologique avec le nom de l'''eau'' n'est

fondamental 143 .

Dans une conférence présentée à

pas, à mon sens, acceptable sans réserves. Tout d'abord, d'un point de vue

la Société de Linguistique de Paris le 22 février 1997 sur "la loi de

sémantique, on peut trouver singulier que des hydronymes soient

Winter", Charles de Lamberterie proposait de séparer le slave voda du nom

dénommés simplement comme étant de l"'eau": c'est là une qualité

indo-européen de l'''eau'' et d'y voir une désignation secondaire motivée à

commune à tous les hydronymes et trop peu spécifique, me semble-t-il,

partir du verbe slave vesti, vedÇJ "conduire", l'''eau'' étant conçue comme

pour servir de motif de désignation. En général 14 5, un hydronyme est

"celle qui emporte", cf. v. sI. "pHne Bona li B'b3b..T'b BbCb.. / pride voda i

dénommé par une certaine qualité contingente de l'eau, par exemple sa

VDZ~t'b V.M'~, traduisant le grec ~ÀeEV b KaTaKÀoo~às Kat ~pEV éhravTas

couleur (cf. lit. Juodas, lac à Vepriai

"le déluge vint et les emporta tous" (Mt., 24, 39). L'hypothèse est

courant (cf. lit. Judrà, cours d'eau à 2arënai .... lit. judrùs "vif, rapide"), ou

intéressante et touche un point très important: le nom de l"'eau" en slave

par un trait caractéristique de l'environnement, comme un nom d'arbre (cf.

(voda) apparaît proche en synchronie de la famille du verbe vesti "conduire"

lit. Liepelé, cours d'eau à Pagiriai .... lit. liepa "tilleul"), ou un nom

Ï.-e. *J,Jec!-). En polonais, par exemple, seul le sens permet de séparer

d'animal (cf. lit. Varnas, cours d'eau à Gaurë .... lit. varnas "corbeau"),

woziwoda "porteur d'eau" (: woda "eau") et wojewoda "voïévode",

mais jamais par le seul fait qu'il est composé d'eau. Une seconde difficulté

étymologiquement "conducteur d'armée" (: wiesé, wodzié "conduire").

est celle du rapport entre le présumé *vadà "eau" et la désignation courante

Cependant, cette suggestion me paraît devoir être rejetée, car il est peu

en lituanien vanduo "eau". Formellement, l'hydronyme lituanien Vadà

vraisemblable que le slave voda n'ait rien à voir avec l'ancienne

rappelle le slave voda "eau" et paraît au premier abord pouvoir reposer sur

désignation indo-européenne de l'''eau'': une telle évidence me semble

une forme comparable (baltique *vadii "eau" ?). Toutefois, une différence

difficile à mettre en doute. Le vocalisme bref du slave voda demeure donc

essentielle les oppose: le slave voda est l'unique représentant de la

un réel obstacle à la loi de Winter. La difficulté pourrait être,

désignation indo-européenne de l"'eau", dont il est un prolongement direct,

éventuellement, résolue si l'on adoptait la reformulation de la loi de Winter

plus ou moins modifié morphologiquement; l'hydronyme lituanien Vadà,

par Matasovié (1995, p. 62-63, sur voda), qui limite l"'allongement

lui, coexiste avec le lituanien vanduo, qui est la seule désignation vivante

Winter" en balto-slave aux syllabes fermées. Cette hypothèse pourrait

de l'eau en baltique et prolonge une ancienne forme indo-européenne. On

appartient au vocabulaire

«

expliquer l'opposition, en slave, de *vydra "loutre"

« * üdrii),

c-

lit. juodas "noir"), ou la qualité du

avec

voit mal comment expliquer la coexistence des deux formes. Le plus

allongement Winter en syllabe fermée, et de *voda "eau", sans allongement

vraisemblable, à mon sens, est de séparer les hydronymes lituaniens du

Winter en syllabe ouverte. Mais il faut bien reconnaître que cette

type Vadà du nom indo-européen de l'''eau'' et de leur chercher une autre

interprétation restreinte de la loi de Winter pose des problèmes et ne saurait

étymologie. Pour cela, on peut prendre en compte les formes non-

être acceptée sans

difficultés 144 •

La question reste ouverte.

appellatives, qu'on rapproche traditionnellement de ces hydronymes,

Quant aux hydronymes baltiques du type lituanien Vadà, il serait

notamment le lituanien viidé "ornière remplie d'eau de pluie et formant un

évidemment loisible de les mettre sur le même plan que le slave voda

ruisseau", le letton vada "place libre qui sert de prairie" et vadele "petit

143. Critique chez Bimbaum (1985, p. 46). 144. Voir les critiques pertinentes de Derksen (2002, p. 5-13).

145. Sur la sémantique des hydronymes, on se reportera principalement à l'étude très complète de Vanagas (1981b, p. 4-153); voir aussi Vanagas (l981a).

92

Catégorie du cas

Catégorie du cas

défilé qui conduit à une rivière ou dans la vallée", à quoi l'on ajoutera le

- i.-e.

93

*h 2eli-r/n- (véd. asri- "coin", asani- "pointe de flèche"),

vs.

lituanien dialectal vadà "terre vierge, terrain nu dans une forêt". Le

i.-e. *h 2eli-meJon- (véd. asma "pierre", gr. aKllwv "enclume",

sémantisme de ces mots est assez éloigné de la notion d'eau: plusieurs

lit. akmuo "pierre").

d'entre eux évoquent plutôt l'idée d'une ligne, d'un sillon creusé (cf. lit.

- i.-e. *h1uHdh-r/n- (véd. ûdhar, ûdhnah "mamelle", cf. lit. üdr6ti

viide "ornière", lett. vadele "petit défilé"), ou, plus généralement, d'un

"donner du lait"), vs. i.-e. *h1uHdh-meJon- (v. sI.

terrain labourable ou d'une terre à pâturage. On peut dès lors risquer

"mamelle").

l'hypothèse que ces formes proviennent en réalité de la famille du verbe lituanien vèsti, letton vest "conduire" (radical ved- < i.-e. *yed'-), en admettant que le sillon ou le terrain creusé est conçu comme quelque chose qui conduit, qui canalise l'eau en cas

d'inondation 146 •

BbIMA / lYm~

- Î.-e. *h1ed-r/n- (lit. éduonis "goinfre", édrùs "vorace"), vs. Î.-e.

*h1ed-mefon- (lit. édmenys "gueule, bouche"). Mais ces rapprochements sont sans doute fortuits, et surtout on

Le verbe lituanien

comprendrait mal la coexistence des deux formations dans une même

vèsti "conduire" possède parfois des emplois relativement proches, cf. lit.

langue. En quoi s'opposeraient en lituanien vanduo "eau" (baIt. *-on,

ke/ias veda peP' mi/kg "le chemin conduit à travers la forêt". Dans cette

*-en-, prolongeant l'ancienne formation i.-e. en *-r/n-) et *vodmuo "eau"

perspective, les hydronymes du type lituanien Vadà, etc., désigneraient à

> hydronyme OdmUD (baIt. *-mon, *-men-, prolongeant l'ancienne

l'origine des "courants" d'eau, canalisés dans des ornières et sans doute

formation i.-e. en *-meJon-)? D'un point de vue sémantique, en outre, une

gonflés par l'eau de pluie. Un rapport avec le slave voda, et plus généra-

reconstruction *vodmuo "eau" > hydronyme Odmuo serait confrontée à la

lement avec la désignation indo-européenne de l"'eau", doit donc à mon

même difficulté que l'on a signalée à propos du type lituanien Vadà, celle

sens être abandonné.

de concevoir un hydronyme dénommé par le seul fait qu'il est de l"'eau".

Il est vraisemblable qu'une analyse comparable doit être faite à propos

On peut donc penser que, comme Vadà, l'hydronyme Odmuo est

de l'hydronyme lituanien Odmuo. Cet appellatif fait difficulté, tant par sa

indépendant d'un point de vue étymologique de la désignation baltique et

formation morphologique que par sa position à l'égard du lituanien vanduo

indo-européenne de l"'eau". Il resterait à lui chercher une étymologie dans

"eau". Tout d'abord, on ne sait comment expliquer la suffixation en -muo

une autre direction. À titre d'hypothèse, on suggérera un rapprochement

(< *-mon, *-men-) en regard de la suffixation hétéroclitique *-r/n- attestée

possible avec la famille du verbe lituanien êsii "manger, dévorer"

«

dans toutes les langues indo-européennes et prolongée en baltique par une

*h1ed- "manger"), en rappelant que le lituanien dialectal odmenis

signifie

suffixation simple en nasale *-on, *-en-. On observe parfois, il est vrai,

"embouchure d'un fleuve" (métaphore "bouche" / "manger" ?), cf. dans un

une proximité des formations hétéroclitiques en *-r/n- et des formations en

autre contexte les hydronymes lituaniens Édelé, partie d'un lac à Miela-

*-meJon-, comme le montrent notamment les couples suivants 147

gènai, et temeda, cours d'eau à Kelmè 148 • On devrait en ce cas admettre

:

i.-e.

une déviation apophonique de la forme Odmuo par rapport à Mmenys "gueule, bouche" 149 , peut-être par contamination d'un ancien masculin thématique *h1od-meJo- (> balt. *Qd-mas > lit. *6dmas, avec *0- secondaire 146. On pourrait également penser à une métaphore assimilant les cours d'eau à des "chemins liquides", cf. grec homérique v'Ypa KÉÀ.EV6a. 147. Sur cette proximité, cf. Eckert (1966, p. 144-145, note 5 ; 1987, p. 272).

148. Vanagas (1981a, p. 399). 149. Cf. Skardzius (1943, p. 295).

Catégorie du cas

94

au lieu de *uo-) et d'un ancien masculin ou neutre sonantique *h1ed-mefon(> balt. *ëd-men- > lit. *édmuo, pl. édmenys); le cas serait partiellement

Catégorie du cas

95

à *-a-. Cependant, d'autres exemples présentent un aboutissement < uo >, notamment:

parallèle à celui du lituanien stuomuo "taille", contamination de stuomas et de stomuo150 • Cette suggestion n'a du reste qu'un caractère expérimental, et d'autres pistes plus convaincantes pourraient être tentées. Quoi qu'il en soit, l'hydronyme lituanien Odmuo me semble également devoir être séparé du nom baltique de l'''eau''. Il reste à évoquer une dernière question, celle de la date de

-lit. uosti "sentir" (*od- < i.-e. *od-, cf. grec ü(w "sentir"), -lit. uoga "baie" (*og- < L-e. *og-, cf. tokh. B oko "fruit"), -lit. nuogas "nu" (*nog- < L-e. *nog w. , cf. got. naqajJs "nu, 'Yu~v6S'''),

-lit. puodas "pot" (*pod- < i.-e. *pod-, cf. vha.faz "tonneau"),

l' "allongement Winter", tel qu'il apparaît dans la désignation baltique de

et, dans quelques cas, on observe une substitution récente de
:

lieu à l'époque où le balto-slave possédait encore la voyelle *-0- de l'indo-

- lit. sodinti "planter"

européen (en ce cas, on attend une forme à allongement *-0- > lit. -uo-) ou

"suie" < "dépôt" < *sod-),

à l'époque où cette voyelle était déjà passée à *-a- (en ce cas, on attend une forme à allongement

* -a·

> lit. -o-)? Le radical lituanien wind-,

«

« *sad- au lieu de *sod-),

*sod-), bas-lit. svadinti "planter" (*suod-

- lit. boginti "faire courir, transporter"

« *bag-

au lieu de *bog-),

mais lett. buôdzinât "faire courir" (* buog- < *bog-),

est conservée dans l'intonation rude, mais le timbre vocalique a été abrégé

- lit. s/ogà "rhume"

selon la version baltique de la loi d'Osthoft), et parle donc plutôt en faveur

"affliction" «

*vuond-, d'où lituanien *vùnd- 151 • On pourrait donc penser que la loi de

Winter est un développement postérieur au passage de l'indo-européen *-0-

> à un

mais lit. suodZiai

d'intonation rude, paraît supposer *vand- (une trace de l'ancienne longue

de la seconde possibilité. Une forme *vond- aurait probablement abouti à

0

« *s/ag-

au lieu de *slOg-), mais lit. s/uogas

*s/og-).

Tout incite donc à penser que l'allongement Winter a eu lieu en balto-slave avant le passage de *0 à

*a

et a donc produit

*0

(> lit. uo);

secondairement, le degré apophonique < 0 > a pu être remplacé par


dans un certain nombre de cas, notamment dans la désignation baltique de l"'eau". 150. On notera que, d'un prototype indo-européen *hlod-mefo-, on attendrait en lituanien, avec allongement Winter, une forme *uodmas (cf. lit. uodas "insecte" < i.-e. *hlOd-efo-, s.-cr. ov-âd "insecte") et non *6dmas. L'apophonie < ë / uo> « i.-e. < *e / *0 >, avec allongement dû à la loi de Winter < *ë / *0 » pourrait avoir été refaite dans ce mot en < ë / 0 > (qui serait en i.-e. < *ë / *3. », comme dans le lituanien sesti "s'asseoir" (séd-) / sodinti "planter" (sod-) ou dans le lituanien begti "courir" / boginti "faire courir, transporter", tous deux illustrant également la loi de Winter. Dans le cas du lituanien stomuo / stuomuo, qui appartient à une autre série apophonique (i.-e. < *3. / *0 », cette réfection n'était pas directement envisageable, car elle aurait fait disparaître toute apophonie. Sur ce dernier mot, cf. Petit (200080 p. 259-275). 151. Cf. lit. astuoni "huit" -+ *astuon-tas > *astùntas "huitième" (intonation rude conservée en letton astuôtais), refait en astuiitas d'après septiiitas "septième" « i.-e. *septrp-to-). Voir aussi Stang (1966, p. 18). Doutes sur la réalité de cette évolution chez Mathiassen (1970, p. 328).

Au terme de cette analyse, il convient de revenir sur le problème de l'apophonie paradigmatique conservée dans le nom de l'''eau'' en baltique et de tenter d'en reconstruire la préhistoire. Les formes diverses de la désignation de l'''eau'' dans les langues L-e. conduisent à supposer que le mot devait présenter en i.-e. une double apophonie, d'une part une apophonie radicale (*j!ed-, *j!od-, *ud-), d'autre part une apophonie suffIXale (*-or/n-, *-er/n-, *-r/n-). Une reconstruction du paradigme indo-européen a été

Catégorie du cas

96

Catégorie du cas

proposée dans un article classique de Schindler (1975, p. 4-5), qui oppose une flexion de collectif et une flexion de

singulier l52 :

97

La position des langues baltiques dans cette évolution est remarquable pour plusieurs raisons. Tout d'abord, c'est la seule famille de langues, en dehors de l'anatolien, où l'alternance paradigmatique du radical soit encore

COLLECTIF

SINGULIER

clairement attestée: la divergence entre, d'une part, le lituanien vand-uo

NOM.-ACC.

* yéd-or

*yod-[

(balt. *viind-, prolongeant l'indo-européen *yod-), d'autre part, le letton

GÉN.

*ud-n-és

** yéd-1)-s

ûd-ens et le vieux prussien wundan (balt. *ünd-, prolongeant l'indo-

LOC.

*ud-én

?

européen *ud-) en est un témoignage indirect, mais certain. Le baltique

Ce schéma apophonique est fondé principalement sur les données de l'anatolien, où il est encore directement attesté: on oppose en hittite une forme de nom.-acc. pl. u-i-da-a-ar, avec scriptio plena (hitt. /wedar/ < i.-e. *péd-or), une forme de nom.-acc. sg. wa-ta-ar (hitt. / wadar / < i.-e.

*yod-f) et une forme de gén. sg. we-te-na-as (hitt. / wedenas / < i.-e. *yed-én-os, réfection de

*yéd-q.-s

par analogie du nom du "feu", i.-e.

nom.-acc. sg. *péhrYf, gén. sg. *phrpén-s > hitt. nom.-acc. sg.

pa-ah-our, gén. sg. pa-ab-lJu-e-na-as). Dans la plupart des autres langues, cette double apophonie radicale et suffixale a été simplifiée. Le grec, l'ombrien et le sanskrit ont ainsi généralisé le degré zéro radical *ud- (gr. ü8wp, ombr. utur, véd. udaka-, gén. sg. udna/J), tandis que le germanique et le slave ont généralisé le degré *-0- radical *I)od- (got. wato, v. sax.

watar, slave voda). L'alternance suffixale a été en général mieux conservée, mais elle présente aussi des modifications: dans plusieurs langues, la finale du nominatif-accusatif collectif *-or s'est ainsi déplacée dans le domaine du singulier (gr. ücwp, ombr. utur, got. wato, cf. aussi lit.

vanduo) ; en ce qui concerne les cas faibles, les différentes langues ont généralisé soit la variante *-en- du suffixe (got. gén. sg. watins, cf. aussi lit. gén. sg. vandefïs), soit la variante *-n- (gr. gén. sg. ücaTos, ombr. abl. sg. une < * udni), seul le sanskrit présentant encore la trace de la distribution ancienne (véd. gén. sg. udna/J, loc. sg. udan(-i). 152. En ce sens, aussi Hardarson (1987a, p. 91). Discussion du paradigme indo-européen chez Rix (1965, p. 86) et Beekes (1985, p. 4).

suppose, par rapport à l'indo-européen, une alternance hybride, associant un radical à l'origine propre aux cas directs du singulier (* pod-) et un radical à l'origine propre aux cas obliques du collectif (*ud-); il n'a gardé aucune trace de la variante apophonique *ped-, propre à l'origine aux cas directs du collectif et peut-être aux cas obliques du singulier. Manifestement, l'alternance conservée en proto-baltique est le résultat d'une recomposition secondaire. Quant à l'alternance suffixale, elle est elle aussi en baltique d'une nature hétérogène. Si l'élimination de l'ancienne hétéroclisie indoeuropéenne *-r/n- au profit de la variante à nasale n'a rien de surprenant (la variante en *-r- n'apparaissant plus que dans le dérivé *üd-r-a "loutre"), il est notable que le baltique n'a conservé la trace que des degrés apophoniques suffixaux qui, à l'origine, étaient propres au collectif: la finale spécifique des cas directs (i.-e. *-or ou secondairement *-on) survit dans le nominatif singulier -uo du lituanien (lit. vanduo); la finale du locatif (i.-e. *-en-) constitue apparemment le reste de la flexion (lit. ace. sg.

vandeni, gén. sg. vandefis, loc. sg. vandenyjè, etc.); celle du génitif (i.-e. *-n-) n'apparaît plus qu'indirectement, à travers la nasale interne du lit. vand-uo, du lett. ûd-ens (*ünd-) et du v. pro wund-an, si l'on admet que celle-ci provient d'une métathèse de *üd-n-. La reconstruction du paradigme proto-baltique à partir de ces différents allomorphes apophoniques est difficile du fait qu'ils n'apparaissent qu'isolément, à travers des formes indépendantes. Une certaine vraisemblance peut cependant être atteinte si l'on associe à la comparaison indoeuropéenne l'analyse de certains faits significatifs particuliers au baltique, notamment de certains faits accentuels. En lituanien moderne, le substantif

98

Catégorie du cas

Catégorie du cas

99

vanduo "eau" appartient au type accentuel 3\ c'est-à-dire à un type

- nom. sg. *yod-on ou *llod-or (= got. wato),

caractérisé par une tendance accentuelle terminale (cf. gén. pl. vandeny" cas

vs. gén. sg. *ud-n-és (= véd. udnalJ).

libre), un radical d'intonation rude (cf. instr. sg. windeniu, cas cardinal) et un suffixe constamment inaccentué (cf. acc. sg. vandeni, cas contraint)153. Mais il est probable que cette accentuation à tendance terminale résulte d'une adaptation récente au schéma accentuel majoritaire dans les substantifs en -uo (cf. lit. piemuo "berger", 3a) et qu'à date ancienne, le nom de l"'eau" appartenait au type à tendance accentuelle radicale (vanduo, type 1). On trouve encore des attestations directes de cette accentuation radicale au

:xvr

siècle (1599), dans la Postilla de Mikalojus Dauksa (par

ex. nom. sg. wandil, 17927 , wçndil, 26444, 361 45 , gén. sg. wandenes, 429 II, 452 31, etc) . , et certains dialectes l'ont conservée jusqu'à nos jours (vanduo à Siauliai, Dusetos, Kamajai et Subacius)154. On posera donc,

pour la préhistoire immédiate du lituanien, un thème à accentuation radicale *v'iind-%n-. En revanche, l'intonation brisée du letton ûdèns "eau" suppose nécessairement un thème à l'origine atone et un accent final, d'où une reconstruction théorique *und-%n-'x-. Il est donc possible d'opposer le lituanien et le letton non seulement par la structure de leur radical, mais aussi par la place de l'accent. On peut mettre en relation ces deux divergences et proposer de reconstruire sur cette base un paradigme protobaltique à radical et accent alternants15 5 : ~ ' *sg. - dun / .-Ie/n-es. .l ' - nom. sg. *vand-o, vs. gen.

Par rapport au modèle représenté en hittite et reconstruit par Schindler pour l'indo-européen, le baltique a donc innové en transposant dans la forme collective (i.-e. *lléd-or) le vocalisme de la forme singulière (i.-e. *yod-[), d'où un prototype reconstruit *yod-or, dont procède en définitive le lituanien vanduo. Le génitif collectif *ud-n-és, lui aussi, a été conservé dans un premier temps en baltique; il Y a donné naissance à une forme à métathèse *und- (avec allongement Winter *und-), dont la nasale s'est ensuite généralisée (d'où secondairement lit. vand-). Postérieurement, la disparition des substantifs hétéroclitiques en baltique a conduit à redéfinir le type morphologique du mot afin de l'intégrer au système tel qu'il existait, soit en lui conservant son genre neutre originel et en modifiant radicalement sa morphologie (v. pro wundan), soit en le rapprochant du type masculin à nasale et en changeant par là même son genre grammatical (lit. vanduo, lett. ûdèns). Au passage, on fera observer que le degré *-e- du

suffixe (*-en-) ne prolonge pas nécessairement l'ancien degré propre au locatif collectif indo-européen; il pourrait être simplement une création secondaire en baltique oriental sur le modèle du type piemuo, gén. sg. *piemenès > piemefis "berger". On comprendrait aisément le remplacement

d'une flexion ancienne *-n-ès par une flexion secondaire *-en-ès dans un système où cette dernière est majoritaire.

Si l'on néglige les innovations que constituent la présence d'une nasale

On observe donc, en définitive, que l'apophonie indo-européenne a été

interne et l'allongement radical, ce paradigme peut être transposé dans la

réduite en baltique à deux degrés radicaux (* !Jod-, vs. *ud-) et à deux

préhistoire du baltique comme suit:

degrés suffIxaux (à date ancienne *-on, vs. *-n-, à date historique *-on, vs.

- nom. sg. *vad-o, vs. gén. sg. *ud-(e)n-és, et pourrait procéder d'un paradigme indo-européen (tardif) :

*-en-). Cette évolution interne aux langues baltiques

est significative d'une

tendance profonde qui se manifeste dans ces langues, la tendance à réduire l'apophonie à une opposition binaire, ce que Smoczyftski (2000b, p. 20, §7. 3) a très justement appelé une tendance au "bithématisme" apophonique

153. Sur cette terminologie, cf. Petit (1999a, p. 33). 154. Skardzius (l935a, p. 127-128 = RR(S), V, p. 163-164). 155. En ce sens, Stang (1966, p. 160 et p. 296).

(en polonais dytematyzm). Dans la désignation de l'''eau'', le baltique fait donc preuve d'un remarquable archaïsme, puisqu'il conserve une apophonie

100

Catégorie du cas

Catégorie du cas

101

à la fois radicale et suffixale, mais, en même temps, il inscrit cet archaïsme

remplacé par une désignation secondaire d'origine culinaire:

dans les limites de son système et lui impose une série d'évolutions

lit. moderne kepenys "foie", fém. pl. (: kèpti "cuire", pour le

spécifiques qui l'éloignent du prototype indo-européen.

sens et la formation, cf. russe neqeHb / peeen' "foie" -- ne%

/ pee' "cuire"), cf. v. lit. kepanos "foie", in Leber Kepanos

b. Le nom du "foie" dans les langues baltiques

(Lexicon Lithuanicum, p. 57a, milieu du XVne siècle)162;

Outre le nom de l'''eau'', on pourrait éventuellement trouver en baltique

képenos "foie", in Leber.

Képenos,û.PI.F. (Clavis

xvne

un autre exemple d'une ancienne apophonie paradigmatique conservée dans

Germanico-Lithuana, 1, p. 1170, milieu du

un substantif athématique suffixé: la désignation baltique du "foie".

képinas "foie", in W{ltroba, képinas (Daukantas, DLL, III,

Comme pour le nom de l"'eau", il s'agit d'un ancien neutre hétéroclitique hérité de l'indo-européen. Les fonnes attestées sont les suivantes 156 :

p. 234, dialecte bas-lituanien, milieu du XIXe siècle). - LETTON: aknas / die Leber "foie", fém. pl. (MülenbachsEndzelfns, ME, l, p. 65); v. lett. Acknis "foie", in Acknis

- LITUANIEN: v. lit.jekanas "foie" (Bretkünas, 3 Mos. 3, 10);

/ Leber (Mancels, 1638a, p. 114), Ackna=diissa "sorte de

ieknas "foie", in W{ltrobtl / iecur, epar. ieknas (Sirvydas,

saucisse", in Ackna=diissa / Leberwurst (Mancels, 1638a,

DTL 1, vers 1620, p. 190), jekneles, diminutif, in W{ltrobka & watrobecika / diminut. jekneles (DTL

1 ,

p. 215)164, Acknis "foie", in Acknis / die Leber (Mancels,

vers 1620,

1638b, p. V 261)165, Aknis "foie", in Watroba. lecur. Aknis

p. 190), Jeknos "foie", in Wçztroba / lecur, hepar heparis,

(EIger, 1683, p. 576), Aknigs "hépatique", in Watrobny.

Jeknos (DTL 3 , vers 1642, p. 471), Jekninis "hépatique", in Wçztrobny / Hepaticus, Jekninis (DTL

3 ,

Hepaticus. Aknigs (EIger, 1683, p. 576), aknys "foie", in

vers 1642, p. 471);

W{ltroby. Jecur. Aknys (Kurmin 1858, p. 233), Aknejgs

lit. dia!. jeknos "foie" (Druskininkai, dialecte haut-

"hépatique", in W{ltrobny. Hepaticus. Aknejgs v. aknu

lituanien du SUd)157; lit. dial. eknos ou aknos (Dusetos, dialecte haut-lituanien de

l'Est)158; lit.

(Kunnin 1858, p. 233); Iett. dial. jçknas / die Leber "foie",

dial. jaknos

fém. pl. (Mülenbachs-EndzeIÜls, ME, II, 109, dialecte de

(Lazünai, dialecte haut-lituanien de l'Est, en Biélorussie)159, d'où emprunt biélorusse .HKHbI / jakny "foie"160, emprunt polonais de Lituanie j akny "foie"161.

Ultérieurement

siècle)163 ;

Dundaga). - V. PRUSSIEN: lagno / leber "foie" (E 125), qui doit probablement être lu comme *iagno

« *jakna)l 66,

cf. pour la correction

graphique luriay / mer "mer" (E 66), lire *iuriay. 156. Trautmann (BSW, p. 106), Skardzius (1943, p. 45 et 50), Fraenkel (LEW, p. 192), Eckert (1963, p. 889), Sabaliauskas (1990, p. 11). Cf. LKZ (IV, p. 338). Données lettones chez Mülenbachs-Endzelïns (ME, l, p. 65), Karulis (1992, l, p. 63). Données du vieux prussien chez Toporov (PrJ, III, p. 11-14), Maziulis (PKEZ, III, p. 18-19), Steinbergs (1996-1997, p. 29). 157. Cf. Naktiniené, Paulauskiené & Vitkauskas (1988, p. 125). 158. Cf. Büga (RR(B), II, p. 172; III, p. 377). 159. Cf. Petrauskas & Vidugiris (1985, p. 96), voir aussi LKt (IV, p. 291). 160. Zinkevicius (LKI, II, p. 64). 161. Zinkevicius (LKI, III, p. 70).

Cf. édition par Drotvinas (1987, p. 255). Cf. édition par Drotvinas (1997, II, p. 645). Cf. Fennell (1988, p. 2). Cf. Fennell (1989, p. 3). 166. L'h.ypothèse de Benveniste (1935, p. 9), qui propose de conserver la i?rme pruSSIenne lagno et compare l'initiale du v. isl. lifr, vha. lebara et de arm: leard "foie", n'est pas vraisemblable, car elle sépare inutilement le prUSSIen des autres langues baltiques. 162. 163. 164. 165.

102

Catégorie du cas

Au même groupe il faut sans doute rattacher également la désignation balto-slave des "œufs de poisson", du "caviar"167, bien que le rapprochement ne paraisse pas motivé en synchronie: - LITUANIEN: ikras, surtout pl. ikrai "œufs de poisson, caviar", masc. (cf. LKZ, IV, p. 33), v. lit. ikray "œufs de poisson, caviar", in lkra rybia. Oua pifcium. ikray (Sirvydas, DTL

103

Catégorie du cas

3 ,

vers 1642, p. 89). - LETTON: ileri / der Rogen, Froschlaich "œufs de poisson, œufs de grenouille" (Mülenbachs-Endzelïns, ME, l, p. 704).

La désignation baltique du "foie" est ancienne et procède d'un substantif neutre hétéroclitique indo-européen plusieurs autres langues 169 :

*jekw-r/n-,

attesté dans

- INDO-EUROPÉEN'"jek -r/n- : gr. ~TTap "foie", nt., gén. sg. T)TTaToS' « Ï.-e. "'iëk w-[, gén. "'jëkw-{l-(t}-%s); véd. yalqt "foie", nt., W

gén. sg. yaknalJ «i.-e. *iekw-[-(t)-, gén. *jekW-n-%s); avest. rée. yiikar:l "foie"

«

i.-e. "'jëkw-%r-), pashto ylha "foie"

W

< Ï.-e. '" jek -n- %-), persan Jigar "foie"

«

«

ir. "'yaxna-

ir. "'yakar- < i.-e.

W

Pour expliquer la divergence sémantique, on peut penser à une désignation

'" jek %r-); lat. iecur "foie", nt., gén. sg. iocineris, iecinoris, iecoris «i.-e. "'jek w_[, gén. "'iek w-{l-%s)170.

métaphorique, le frai des poissons apparaissant en quelque sorte comme

La spécialisation sémantique du dérivé lit. ileras "œufs de poisson" pourrait

une masse molle comparable à un foie. D'une manière générale, ce qui est

elle-même avoir une certaine antiquité (ou, du moins, elle disposerait d'un

dénoté comme "foie" n'est pas tant l'organe en un sens médical que la

parallèle notable), à en juger par ses correspondants non seulement slaves

matière culinaire, dont seules comptent la consistance et l'apparence extérieure 168 .

(russe HKpa / ikra "œufs de poisson, caviar", fém., pol. ikra, tch. jikra,

-

s.-cr. ikra)171, mais aussi celtiques

(v. id. i(u)chair, gén. i(u)chrach "œufs de poisson", fém. en regard du letton standard < a- > :

- (a) ces radicaux sont des variantes phonétiques d'un seul et même radical. 175. Selon la fonnule de Büga (RR(B), III, p. 377) : dusetiikiai sako abejaip "à Dusetos, on dit les deux".

109

Catégorie du cas

Catégorie du cas

108

- Kurmin 208: Okka "puits", in Studnia / Puteus / Okka (: lett.

- Kurmin 42: Eiis "hérisson", in Jei / Herinaeeus, herix / Eiis

standard aka, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, 1, p. 62).

(: lett. standard ezis, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, 1, p. 572).

- Kurmin 198: Oklys "aveugle", in Slep / Male oeeultatus,

Cette analyse semble autoriser à dire que la forme aknys "foie" chez

luscitiosus / Oklys (: lett. standard ak/is, cf. Mülenbachs-Endzelfns,

Kurmin représente *fkn-; elle permettrait donc de retrouver une trace du

ME, 1, p. 63).

radical

- Kurmin 42: Odota "aiguille", in Igla / Aeus /

Odota (: lett.

standard adata, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, 1, p. 10). On peut leur ajouter ceux-ci, tirés d'une lecture cursive de Kurmin: - Kurmin 33 : Olkons "affamé", in Glodny / Olkons, izalcis (: lett. standard alkàns, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, l, p. 67). - Kurmin 70: Ossora "larme", in Lza / Lachryma / Ossora (: lett. standard asara, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, 1, p. 142). - Kurmin 126: Ostoini "huit", in Oim / Oeto / Ostoini (: lett. standard astuô!,i, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, 1, p. 146). Quant à *e- initial, il apparaît chez Kunnin soit comme < a- > (s'il s'agit à

*ek-

également en letton dialectal. C'est à cette conclusion

qu'aboutit Büga (RR(B), II, p. 172): il suppose une forme primitive

*eknas en proto-letton, conservée seulement dans la forme aknys chez Kurmin et ailleurs passée à aknas. Dans une notice de MülenbachsEndzelfns (ME, l, p. 566, s. u. *?knas), Endzelfns met en doute cette reconstruction: il fait observer que la seule forme latgalienne clairement attestée est oknys, régulièrement issue de

*akn-

; il interprète alors le

vocalisme initial de la forme aknys de Kurmin comme une influence du bas-letton. On ajoutera qu'il existe quelques autres exemples chez Kurmin d'une voyelle ancienne *a- notée < a- >, notamment: - Kurmin 44 : Akmens "pierre", in Kamiefz prosty / Lapis / Akmens

l'origine d'un *e- ouvert [~]), soit comme < e- > (s'il s'agit à l'origine d'un

sprosts (: lett. standard akmèns, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, l,

*e- fermé [e]). Le premier cas (Kurmin < a- > = lett. < ~- » peut être

p.64).

illustré par les exemples suivants: - Kurmin 69: Alkyunie "coude", in lokieé, czlonek r~ki od

przegubu, ai do dloni / Cubitus, ulna laeertus / Pedussa alkyunie (: lett. standard çlkuônis, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, 1, p. 567568). - Kurmin 42 : Azars "lac", in Jezioro / Stagnum, laeus / Azars (: lett. standard fzçrs, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, 1, p. 572).

- Kurmin 58: Asznis "sang", in Krew w ciele jeszeze / Sanqvis

/ Asznis welda iksz misas (: lett. standard asins, cf. MülenbachsEndzelfns, ME, l, p. 143). - Kurmin 121: Acis "œil", in Oko / Oculus / Acis, aié (: lett. standard aes, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, 1, p. 7). En définitive, on évitera de se prononcer sur ce dossier dialectal et on laissera de côté la forme aknys de Kurmin, dont le témoignage en faveur d'un radical *ek- en letton dialectal est sujet à caution.

Le second cas (Kurmin < e- > = lett. < e- » peut être illustré par les exemples suivants: - Kurmin 41 : Egle "sapin", in Jed/ina / Abies / Egle (: lett. standard egle, cf. MUlenbachs-Endzelfns, ME, l, p. 565). _ Kurmin 40: E§§ "je", in Ja / Ego / Eii (: lett. standard es, cf. Mülenbachs-Endzelfns, ME, 1, p. 571).

On se trouve donc en présence de quatre radicaux dont la genèse n'est pas claire. Est-il possible de les ramener à un prototype commun? Plusieurs analyses peuvent être tentées. Si l'on part d'un radical baltique *jek- « i.-e.

*iek

W -),

on expliquera le radical dialectal *ek- par la chute du

Yod initial; le radical

*ak-,

lui, pourrait résulter d'un flottement bien

110

Catégorie du cas

Catégorie du cas

connu dans les langues baltiques entre *e- et *a- en position initiale l76

111

;

autre difficulté est que le radical *jak- apparaît, dans cette perspective,

quant au radical *jak-, rien n'interdirait d'y voir une contamination qui se

comme le produit d'une évolution secondaire, alors qu'en réalité il a des

serait produite entre *jek- et *ak-. Cette première hypothèse suscite

chances d'être ancien, puisqu'il se rencontre non seulement en lituanien

cependant plusieurs difficultés. Tout d'abord, l'évolution phonétique

dialectal, mais aussi en v. prussien.

postulée dans *jek- > *ek- peut être contestée. Car si la chute d'un yod

Une variante de cette hypothèse consisterait à admettre que la chute du

devant *-e- est régulière à l'intérieur du mot (cf. lit. bùre "voile d'un

yod initial est régulière en baltique devant *-e- et donc que le radical hérité

bateau" < finnois purje, lit. comparatif -èsnis < *-jes-ni-), elle est mal

*jek- a donné *ek- dès avant les premiers documents linguistiques. De cette

l77

que

forme *ek- procéderaient les autres radicaux attestés: *jek- par ajout d'un

v.lit.jente "belle-sœur" «i.-e. *ienhrter-), lit.jegà "force" «i.-e.

yod initial (phénomène phonétique connu dans plusieurs dialectes

*jëg -eh2,

lituaniens, qui ont par exemple jëzeras "lac", au lieu de ëzeras); *ak- par

attestée en début de mot: elle est contredite par des cas aussi clairs W

cf. gr.

fl~ll

''jeunesse''), et ne s'appuie que sur un petit nombre

d'exemples plus ou moins assurés, comme v. lit. enti "allant", participe

suite du flottement entre *e- et *a- au début du mot (cf. lit. dial. iizeras

(acc. sg. < balt. *jentin < Î.-e. *hâ-e.6nt-Ip.)178 ou encore lit. dial. égéré

"lac", v. pro assaran); enfin, *jak- par contamination de *jek- et de *ak-.

"chasseur" (à côté de jegere < emprunt aIl. Jiiger). Une évolution *ja-

Cette explication n'est guère convaincante, non seulement à cause des

*a-

demeurant par ailleurs sans parallèle en baltique, on doit bien

difficultés que soulève l'évolution *je- > *e- en baltique, mais surtout

admettre que les radicaux dépourvus de yod initial sont issus d'une

parce qu'elle contraint à voir dans *jak-Ia contamination de deux radicaux,

évolution de *je- > *e-, ultérieurement étendue par analogie aux radicaux à

*jek- et *ak-, qui sont en réalité distincts d'un point de vue dialectal. Le

vocalisme *-a-. On pourrait certes limiter cette évolution problématique

radical *jak- doit nécessairement être ancien.

>

*je- > e- à un domaine dialectal restreint (lit. ëknos, Dusetos), mais on ne

Si l'on suppose que le radical *jak- est ancien, la variante *jek- pourrait

saurait expliquer la forme *ak-, attestée en lituanien dialectal et très

résulter d'une fermeture secondaire du timbre vocalique sous l'influence du

largement en letton, autrement que comme un avatar particulier de ce

yod initial. Quant aux variantes *ek- et *ak-, elles s'expliqueraient, comme

radical *ek-, qu'elle présuppose obligatoirement. Pour résoudre la

dans les hypothèses précédentes, à partir de ce second radical *jek- (> *ek-,

difficulté, plusieurs savants admettent une chute "facultative" de yod

puis par analogie *ak-). Mais ici encore surgit une difficulté: la fermeture

devant *-e- en position initiale, due à des phénomènes de sandhi;

de *ja- en *je- postulée par cette hypothèse n'est connue dans les dialectes

l'hypothèse n'est pas a priori exclue, mais elle est invérifiable 179 • Une

lituaniens qu'en position intérieure, en particulier à la fm du mot, par ex. lit. naîijas "neuf', prononcé [naujas] ou [naujes] dans de nombreux

dialectes 180. Pour la position initiale, on ne disposerait, à la rigueur, que 176. Sur ce flottement, cf. Stang (1966, p. 31-32), Andersen (1996). 177. Exemples et discussion chez Stang (1966, p. 100); cf. Fraenkel (LEW, J, p. 192-193). 178. Selon Stang (1966, p. 100), la conservation de *je- est régulière; la chute du yod dans le v. lit. enti s'est produite d'abord dans les formes préverbées, où le yod n'était pas en début de mot (par ex. isent- "sortant" < *is-jent-), puis a été étendue à la forme simple. 179. En ce sens, cf. Fraenkel (LEW, I, p. 193), qui parle de "Satzsandhi"; voir aussi Nagy (1970, p. 94-95).

d'un parallèle approximatif: le lituanien dialectal jiikstis / jëkstis ''hache''

«

emprunté au bas-aIl. ex(e) "hache"). Ce parallèle a peu de valeur,

puisqu'il est fondé sur une voyelle initiale *e-, prononcée *ja- ou *je-, non

180. Voir en ce sens, dès le XVIIe siècle, les observations de D. Klein (1653, p. 13 ; 1654, p. 7).

112

113

Catégorie du cas

Catégorie du cas

sur une séquence initiale *ja- qui serait passée à *je-. Si le radical *jak- est

persan moderne jigar < ir. *yakar-) peuvent a priori refléter aussi bien

ancien, on n'a donc aucun moyen d'en tirer le radical *jek- par une

l'indo-européen *iek w- que *jok w_. Le degré zéro aurait été très tôt éliminé

évolution phonétique.

de la flexion (cf. gén. sg. du védique yaknaf), avec degré plein restitué,

La conclusion paraît s'imposer: la diversité des radicaux attestés dans

mais accent final conservé); il en resterait cependant une trace dans le

le nom baltique du "foie" ne peut s'expliquer seulement par des variations

dérivé lit. ikrai, russe HKpa / ikra, v.irl. i(u)chair "œufs de poisson". Dans

phonétiques, et l'on doit admettre que les radicaux *jek- et *jak-, qui

cette perspective, le baltique aurait conservé non seulement le degré

apparaissent irréductibles l'un à l'autre, sont tous deux anciens. Leur

vocalique du nominatif-accusatif sg. *jek W_ (type lit. jëk-nos) et celui du

genèse se trouve ainsi repoussée dans la préhistoire indo-européenne, ce qui

locatif sg. *iok w- (type lit. jiik-nos), mais également, de manière indirecte,

amène à envisager l'hypothèse d'une ancienne apophonie paradigmatique

le degré vocalique du gén. sg. *ik w_ (dérivé lit. ikrai)I8I.

conservée en baltique.

Cette reconstruction suscite plusieurs objections, dont certaines ont été

Le baltique a donc possédé concurremment deux radicaux, *jek- et

mises en lumière dans des travaux plus récents comme ceux d'Eichner

*jak-, qui peuvent remonter à deux radicaux distincts de l'indo-européen, W w *jek _ et *jok -. Il faut maintenant tenter d'intégrer au dossier comparatif

(1972, p. 69) et de Beekes (1985, p. 5-6). La première est que la

ces allomorphes apophoniques supposés par le baltique et d'établir quelle

qui apparaît constamment en grec (gr. ~TTUp, gén. sg.

était leur distribution originelle. Les autres langues indo-européennes

w *j,ek -[, gén. *iëkW-IJ-(t)-efos) et sporadiquement en iranien (avest. réc. yakar;l

permettent de supposer, dans la désignation du "foie", l'existence d'un

gr.

otBa, véd. véda), vs.

re

pl. */Jid-me- "nous savons" (> gr. homérique 'L8IlEV, véd. vidma').

TÉKIlWP "borne, terme", etc. 189 . Pratiquement, en baltique comme dans la

majorité des autres langues indo-européennes, l'apophonie propre aux fonnes collectives ne relève plus du critère du nombre.

II. SYSTÈME NOMINAL ET APOPHONIE DANS LA CATÉGORIE DU NOMBRE

Dans les noms, l'opposition du singulier et du pluriel (ainsi que du duel) n'est jamais liée en baltique à des phénomènes d'apophonie. En règle

Un seul cas mérite d'être examiné. Dans les langues baltiques, une désignation du "mot" (secondairement du "nom") présente différents degrés vocaliques, qui pourraient éventuellement refléter une opposition ancienne entre une forme de singulier et une forme de collectifl 90

:

n

générale, le degré radical demeure inchangé dans les différents nombres. On

- BALTIQUE *vird-a "mot" (nt.): emprunt baltique en finnois virsi

a identifié plus haut, dans le lituanien jèknos "foie" et le v. prussien

"chant d'église", v. finnois virsi "habitude, coutume", eston.

*iagno, une trace possible d'une variation apophonique entre une fonne

vir 's, virre (v. eston. wirt, wirtz, virts) "habitude, coutume,

ancienne de collectif *iekw-or (balt. *jek- dans le lit. jèknos) et une fonne

manière"; v. pro wlrds / wort "mot" (nom. sg. wlrds, 5x

récente de singulier *jokw-r/n- (baIt. *jak- dans le v. pro *iagno). Mais,

Catéchisme, par ex. III, 61 17

quelle que. soit la validité de cette analyse, on doit reconnaître que le

Catéchisme, par ex. III, 29 13 ; ? loc. sg. wirdai, III, 97 17 ;

contraste apophonique n'est plus directement associé en baltique à l'oppo-

nom. pl. wirdai, 5x Ille Catéchisme, par ex. 111,61 6 ; acc. pl.

sition des nombres; il n'apparaît plus qu'à travers une variation dialectale,

wirdans, 6x I1f Catéchisme, par ex. III, 69 3 ; gén. pl.

qui est en soi dépourvue de signification. On observe du reste que, dans les

wirdan, III, 103 3 ; dat. pl. wirdemans, 2x

anciennes formations de type hétéroclitique, le baltique a eu tendance à

par ex. III, 33 2) ; anthroponymes du vieux prussien

;

acc. sg. wirdan, 14x

me

me me

Catéchisme,

Tulewirde, Jowirde (ce dernier probablement emprunté en L'utilisation grammaticale de formes collectives pour marquer le nombre pluriel est un fait secondaire, du même type qu'en slave, l'évolution de la formation collective *-ija (type gr. q,pcÎTT)p ....... q,pUTplU "phratrie, ensemble des frères") vers une simple marque de pluriel (v. sI. 6paT(p)b / brat(r)n "frère" -- 6paT(p)Hla / brat(r)ija "frères", russe 6paT / brat "frère", sg. -- 6paTMI / brat'la "frères", pl.)

189. Voir Kurylowicz (1956, p. 85, note 52). 190. Cf. Trautmann (BSW, p. 360), Fraenkel (LEW, II, p. 1198), Maziulis (PKEZ, IV, p. 245-246), Karulis (1992, II, p. 487).

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

126

127

lituanien: prénom masc. Jovirdas, fém. Jovirdà, Jovirda,

approximative du lexème *vardas, commun au baltique orientaI194. Il

Jovirdé, cf. forme refaite masc. Jovardas, fém. Jovardà,

n'est pas du tout sûr, malgré Endzelms (DI, 1112, p. 63), que cette forme

Jovarda, Jovardé) 191 . La forme prussienne est de genre

*vardas provienne de *verdas

masculin, sans doute secondaire, dans le

me

Catéchisme. Le

« i.-e. *peret-om), avec une évolution

de

*ve- en *va-, dont il n'existe pas d'exemple incontestable.

genre neutre n'est restitué que par la comparaison indo-

Tout se passe donc comme si le substantif thématique présentait les

européenne: i.-e. *y[d"-om "mot" > germ. *wurda (got.

membra disjecta d'une ancienne structure apophonique, dans laquelle

waurd "mot, pil~.W, 'A.6yos", v. isl. ord, v. ang. word, ang.

auraient leur place un degré *e (i.-e. *perd'-, attesté en italique), un degré

word, vha. wort, aIl. Wort, nt.)192.

*0

(i.-e. *yord'-, attesté en baltique oriental) et un degré zéro ( i.-e.

*JJ[J-,

_ BALTIQUE *vard-as (masc.) ou *vard-a (nt.) "mot, nom": lit.

attesté en v. prussien, germanique). Pour tenter d'expliquer ces différents

vafdas "prénom" (cf. LKZ, XVIII, p. 133-137), pavardé

degrés vocaliques, l'hypothèse d'une alternance paradigmatique est a priori

"nom de famille" (cf. LKZ, IX, p. 666-667), lett. vârds

peu vraisemblable puisqu'il s'agit d'un mot appartenant au type

"mot, nom" (Mülenbachs-Endzelïns, ME, IV, p.500-502),

thématique. Récemment, une hypothèse radicale a été proposée par

Zinov ward / slowo "mot" (Z 34, cf. Zinkevicius, 1985,

Smoczyfiski (2000a, p. 204), qui voit dans le prussien wirdai "mots" (pl.)

p. 81). Les formes du baltique oriental supposent un

un emprunt au pluriel bas-allemand würde

prototype à degré *-0- radical, i.-e. *yorJ'-o-, dont aucune

Umlaut) ; le singulier wïrds serait secondaire. Dans cette perspective, le

autre langue indo-européenne ne fournit de trace. Le sens

problème apophonique ne se poserait plus, et l'on serait conduit à

ancien de "mot" est peut-être conservé dans le texte de Zinov.

n'attribuer au baltique qu'une formation ancienne, celle qui est attestée en

Le sens de "nom" s'est développé secondairement, suite à la

baltique oriental *vardas. Cependant, cette hypothèse doit être rejetée, car

disparition de l'ancienne désignation (i.-e. *h j n(e)h3men-),

l'antiquité du thème *vird- en baltique est prouvée par l'emprunt finnois

encore conservée en prussien (v. pro emmens, emnes "nom"

virsi "chant d'église" ("Kirchenlied, Gesangbuchlied, Lied" selon Ritter,

dans les Catéchismes).

1998, p. 150; cf. aussi Vaba, 1998, p. 177), qui remonte à une époque

Les correspondants italiques supposent encore un troisième degré vocalique radical: i.-e. *perJ'-om > lat. uerbum "mot" (nt.), ombrien UERFALE "templum, temple"

« "territoire consacré verbalement"). On ne

sait s'il

faut mentionner ici une forme couronienne werdas, citée au XVIIe siècle par M. Priitorius (Deliciae prussicae, 1681-1684, publié en 1703, Livre XVI, chap. III)193. Il est plus vraisemblable qu'il s'agit d'une notation

«

worde, cf. mha. worde, sans

bien antérieure au moyen bas-allemand. Il faut donc chercher une autre explication. Plus radicalement encore, Maziulis (PKEZ, IV, p. 246) a supposé que les différentes formes attestées en italique, en germanique et en baltique étaient des innovations parallèles et indépendantes à partir d'une même racine verbale *yer- / *y[- "dire", ce qui dispense de chercher à expliquer l'origine de leur apophonie. Pour réconcilier le radical *peret-, supposé par les langues italiques, et

191. Sur les anthroponymes prussiens, cf. Trautmann (1925, p. 157); sur les formes lituaniennes, cf. Kuzavinis & Savukynas (1994, p. 211-212). 192 Sur les formes germaniques, cf. Feist (1939, p. 554). 193. Cf. Mülenbachs-Endzelïns (ME, IV, p. 502).

le radical

*yorcl'-,

supposé par le baltique oriental, on peut postuler

194. En ce sens, Endzelïns (DI, 1I1z, p. 63).

129

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

128

li'' '

l'existence de deux formations dérivées parallèles, un neutre i.-e. *!Jercl'-om

collectif *

et un masculin *!Jorcl'-os, qui seraient dans le même rapport apophonique

lexicales (et dialectales) dépourvues de toute signification? Il paraît plus

que par exemple i.-e. *!Jerg-om (gr. Ëpyov, v. isl. verk, vha. werc "travail")

vraisemblable, dans un cadre baltique, d'opter pour la seconde solution. Le

et *yorg-os (arm. gorc "travail"). Dans cette perspective, l'apophonie

contraste apophonique entre le v. prussien wlrds et le lituanien vaFdas ne

radicale ne serait pas de nature grammaticale, mais lexicale; elle ne nous

conduit donc pas nécessairement à supposer qu'une apophonie numérique

concernerait pas ici directement. Cependant, s'agissant du degré zéro

ait été encore conservée en proto-baltique. En règle générale, dans le

*1)[cf-, plusieurs auteurs ont supposé qu'il pourrait résulter d'une

système nominal des langues baltiques, le critère du nombre n'est jamais

apophonie interne dans une forme de collectif, qui s'opposerait ainsi à une

associé à un phénomène d'apophonie.

-il (type lat. locus "lieu", pl. loca)? ou simples variantes

forme de singulier. En ce sens, par exemple, Hardarson (1987a, p. 90) III. SYSTÈME VERBAL ET APOPHONIE DANS LA CATÉGORIE DU

distingue:

NOMBRE

_ une forme de singulier *Mércf-om > lat. uerbum, sg. (d'où Dans les verbes, l'opposition des nombres pouvait s'accompagner en

secondairement un nouveau pluriel non apophonique uerba). _ une forme de collectif (de type "mésostatique") *1)[cf-éh2 > got.

indo-européen d'une apophonie radicale. Les formations thématiques n'en

waurda, pl. (d'où secondairement un nouveau singulier non

présentent aucune trace, et le degré radical y demeure constant du singulier

apophonique waurd).

au pluriel, par exemple i.-e.

Le couple apophonique *JJérri-om (sg.), vs. *y,cf-éh2 (collectit) serait ancien en indo-européen; il pourrait disposer d'au moins un parallèle, celui w w

du nom de la "roue", i.-e. *kwékwl-os ou -om (sg.), vs. *k ok l-éh2 (collectif), cf., d'une part, véd. cakraTfl "roue", nt. (cakral), masc., rare), lit. kêiklas, lett. kakIs "cou", masc., v. isl. hvél "roue", v. ang. hweol "wheel,

roue", nt. « i.-e. *kWék"'f,.,.). d'autre part, gr. A kukéil, B kokale "roue", masc.

«

KUKÀOS

"cercle", masc., tokh.

w i.-e. *k ok I_)19S.

r e sg.

re

*bhér-oh 2 , vs. 1

"porter" (gr. epÉp-w, vs. epÉp-OIJ.EV ; véd. bhar-ilmi, vs. bhar-iimasi; lat. fer-D, vs.fer-imus;

V.

sI. 6ep-x / ber-Q, vs. 6ep-eM'h / ber-em'b). Dans les

langues baltiques, la situation n'a pas changé sur ce point, et l'uniformité du radical est sans exception l96 - V. PRUSSIEN:

r e sg.

:

imm-a / ich neme "je prends" (III, 107 15),

re

vs. 1 pl. imm-imai / nemen "nous prenons" (III, 33 10 ; 83 16). - LITUANIEN: 1re sg. ved-ù "je conduis", vs. 1re pl. ved-ame "nous

W

Dans cette analyse, le baltique pourrait avoir conservé deux fonnes

conduisons" ; 1re sg. suk-ù "je tourne", vs. 1re pl. sùk-ame

distinctes, d'une part, un masculin thématique en baltique oriental (lit.

"nous tournons"; 1Te sg. im-ù "je prends", vs.

vafdas, lett. vârds "nom" < i.-e. *JJorcf-os), d'autre part, une fonne

"nous prenons".

d'origine collective en baltique occidental (v. pro wïrds "mot" < i.-e. *1)[ri-om, néo-singulier tiré du collectif i.-e. *JJ,ri-il). La coexistence de

pl. *bhér-ome-

ces

- LETTON:

r e sg. vçd-u re

"je conduis", vs.

re

r

e

pl. im-ame

pl. vçd-àm "nous

conduisons" ; 1 sg. aûg-u "je grandis", vs.

re

pl. aûg-àm

deux formes dans les différents dialectes baltiques est surprenante, et l'on peut se demander quel était leur rapport en proto-baltique: opposition d'un singulier *JJorri-os, concurrent lexical de *Merri- 0 m, et d'un pluriel195. Analyse en ce sens: Eichner (1985, p. 139-142).

196. Exemples de présents thématiques en baltique: Stang (1942, p. 104118). Sur la question de leur degré apophonique, voir les remarques de Kaukiené (1994, p. 107-108).

Catégorie du nombre

130

Catégorie du nombre

"nous grandissons"; 1re sg. fl?m-u "je prends", vs.

r e pl.

En revanche, une apophonie radicale était régulière dans le présent athématique ainsi que dans le parfait indo-européen. Pour le premier, l'ancienneté de l'apophonie radicale < e / 0 > est prouvée par des cas aussi

vs.

r

r

e

e

sg. *h1es-mi "je suis", 3 sg. *h1es-ti "il est", e

pl. *h1s-me- "nous sommes", 3 pl. *h1s-%nti "il

sont" (> véd. asmi, asti, vs. smai), santi; gr. È véd. hanmi, hanti, vs. ghnanti;

gieda).

hitt. kuenzi, vs. kunanzi).

- 3 p. ferkti "il garde", par ex. 703

e

«

*gied-ti: lit. moderne

*serg-ti: lit. moderne sérgi).

D'autres n'apparaissent que plus tardivement200

:

1. PRÉSENTS RADICAUX ATHÉMATIQUES

Dans les langues baltiques, les présents athématiques ont survécu jusqu'à une date relativement récente. Le vieux prussien en conserve avec certitude encore un petit nombre: v. pro 1re sg. asmai "je suis" (par ex. Ill, e 41 17), 3e p. eït "il va" (par ex. III, 29 18), 3 p. dast "il donne" (par ex. Ill, 53 ), 2e sg. waisei "tu sais" (par ex. III, 69 24), de manière secondaire 4

probablement 2e sg. etskïsai "tu te relèves" (III, 79 2) et peut-être 1re pl.

197. Endzelïns (1943, p. 107, § 224 = DI, N 2 , p. 132; 1944, p. 161-162, § 224), Zabrocki (1947, p. 305-327), Kortlandt (1987, p. 104; 1999, p. 17) Ostrowski (1994, p. 169). ' 198. Sur les verbes athématiques en v. lituanien, cf. Specht (1935, p. 82109), Stang (1942, p. 99-104; 1962, p. 161-170; 1966, p. 309-319), Otrçbski (GJL, III, p. 186-188, § 428-431 ; II, p. 308-310, § 510-515), Sabaliauskas (1957, p. 77-114), Kazlauskas (1968, p. 304-316), Zinkevicius (LKIG, Il, p. 99107, § 553-562; LKI, II, p. 212-214), Palionis (1995, p. 57), Schmalstieg (~OOO, p. 69-110). Sur leurs vestiges dans les dialectes modernes cf Zmkevicius (1966, p. 344-352). ' . 199. Stang (1929, p. 145-147, § 297-302). 200. Exemples de Dauksa: Senn (1934-1935, p. 86-122).

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

132

_ v. lit. 3e p. êst "il mange", Pastilla de Dauksa, DP, 1599, par ex. 113 33

allons")202. Mais quelques dialectes en gardent encore la trace203 , par exemple lit. dial.

« *ëd-ti: lit. moderne Ma).

_ 3e p. kliést' "il se trompe", DP, 1599, par ex. 175 15 «*klied-ti:

133

r e sg.

esmi 'je suis", rare (: lit. standard esù), lit. dial.

1re sg. eimi "je vais", à Lazünai, dialecte lituanien de Biélorussie (: lit. e

standard einù), lit. dial. 3 p. sniëgti "il neige" en haut-lituanien (: lit.

lit. moderne kliedi ou klieda). _ 3e p. apraust' "il se plaint", DP, 1599, par ex. 410 29 «*raud-ti:

standard snifiga), cf. par ex. sniëKéi "il neige" à Tverecius (Otrçbski, 1934,

lit. moderne rauda). _ 3e p. mêgt "il aime", DP, 1599, par ex. 223 21 «*mëg-ti: lit.

p. 354). Certains dialectes ont même développé des formes hybrides du sg. -mu, 2 e sg. -ml,. 3 e p. -ma (contamination de 1re sg. -mi ty pe

moderne mégsta). _ 3e p. welst "il possède", Catéchisme de Dauksa, DK, 1595, 407 tousse", Sirvydas, DTL

1 ,

p. 52, D TL

3 ,

p.99

"je vais", etc. (cf. duoma "il donne" à Tverecius : Otrçbski, 1934,

f!smu "je suis", à côté d'une forme ancienne esi "tu es" et de formes e

thématiques secondaires f!sàm "nous sommes", f!sat "vous êtes" (la 3

« *kos-mi: lit. moderne k6siu). Certaines formes athématiques attestées après le XVIe

siècle sont e

visiblement des innovations: ainsi periengt "il s'avance" (3 p. *zeng-tl), dans le Nouveau Testament de Chyliilski (1664, 192), en regard de la forme

à suffixe thématique iefigia, attestée chez Mazvydas (l re sg. iengiu, 2973) et seule employée en lituanien moderne (lit. iefigia); le cas est parallèle à celui du v. lit. koJmi ou koJiu "je tousse", tous deux attestés chez Sirvydas

(DTL 3 , p. 99). Plus récemment encore, au

+ fmales thématiques -u, -i, -a), par exemple lit. dial. esmù "je suis", eimù p. 317)204. La même innovation a eu lieu en letton standard, où l'on a

« *veld-ti : lit. moderne véldi).

_ r e sg. koJmi "je

re

xvme

siècle, on voit apparaître

des formes athématiques clairement secondaires comme stovmi "je me tiens debout", en regard du lituanien moderne st6viu (un groupe *-iÏVm- devrait

personne étant supplétive: letton ir). En règle générale, les présents athématiques attestés dans les langues baltiques n'offrent aucune trace d'apophonie radicale entre les formes du singulier et celles du pluriel. Il convient de distinguer deux catégories: d'une part, les verbes qui ont dans les autres langues indo-européennes des correspondants du type athématique; d'autre part, les verbes athématiques propres au baltique et qui appartiennent étymologiquement à d'autres types flexionnels. Seuls les verbes du premier type sont exploitables dans une étude consacrée à l'apophonie radicale héritée de l'indo-européen.

donner *-aum-, non *-ovm-), girdmi "j'entends", lydmi "j'accompagne",

merdmi "j'agonise", en regard du lituanien moderne girdiiù,lydiiù, 202. Liste de ces vestiges en lituanien moderne: Hiersche (1980, p. 221).

mérdiiu (*-dm- devrait aboutir à *_m_)201. La disparition des présents athématiques en lituanien est un fait récent, qui ne s'est réalisé que progressivement. En lituanien moderne, il n'existe plus de présents de ce type (mis à part quelques vestiges lexicalisés comme re

lit. 3e p. niez-fi dans l'idiomatisme man nieiti "cela me gratte", lit. 1 pl.

ei-mè dans l'idiomatisme eimè ! "allons-y!", littéralement "noUS

201. Stang (1942, p. 101), Zinkevicius (LKIG, II, p. 101, § 554).

203. Données dial~cta~es: Zinkevici~s (1966, p. 345-352, § 616-646). Exemples de verbes athemattques dans le dIalecte de Zietela: Vidugiris (1973 p. 201-202). ' 204. Sur ces formes, cf. van Wijk (1936-37, p. 95-98). On notera une forme le dialecte lituanien de DieveniSkés (haut-lituanien de l'Est) e p~ese~~e un ver~e véim,~ "je cherche" (1 re sg. véimu, 2 sg. véimi, 3 e p, véima, 1re p , velmam, 2 pl. ve lmat), reposant sur un ancien athématique *véimi (~.*v~id-mi). Ailleurs, on ne connaît qu'une forme suffixée (bas-lit. 1re sg. velzdziu , 2e sg: VelZ ,. d'l, 3e p. VelZ " d'" 1 Cherc h") er . Le verbe athématique est sans doute secondaire; un rapprochement avec le v. prussien waisei "tu sais" n'est que fortuit. Sur ce verbe, voir Otr~bski (GJL, III, p. 187, § 428), Zinkevicius (1966, p. 351, § 643), Schmalstieg (2000, p. 95). re~arquable:

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

134

À la suite de Stang (1942, p. 101), on peut faire entrer dans cette catégorie les verbes suivants: _ BALTIQUE

• v. prussien206 : 1re sg. asmai (12x Catéchismes), asmau (lx), asmu (2x), 2e sg. assai (7x), assei (4x), essei (lx), asse (2x), œsse (lx), esse (lx), 3e p. ast (123x), asch (lx), œst (3x), est (lx), hest e (lx), astits (2x), 1re pl. asmai (4x), 2 pl. astai (5x), asti (2x), estei

régulière ou à en modifier la distribution. L'arménien, par exemple, a génée e e ralisé le degré plein (lre sg. em, 2 sg. es, 3 sg. è, e pl. emk: 2 pl. ëk: 3e pl. en) sur le modèle des verbes thématiques (type sirem "aimer"). En vieux slave, l'apophonie n'est conservée qu'à la troisième personne (v. sI. e 3e sg. I€CTb / jest'b, vs. 3 pl. CXTb / s{Jt'b) ; ailleurs, le degré plein du radical a été généralisé (v. sI. 1re sg. I€CMb / jesmh, 2e sg. I€CH / jesi, mais aussi

e esme, 2 pl. este, re e 2 sg. eS_l,1 pl. e 3 p. athématique

ès-ti encore au sens général "être d'habitude".

e • letton moderne208 : type partiellement thématique 1re sg. ~s-mu, 2 e sg. es-i, r e pl. fs-àm, 2e pl. fs-at, mais 3 p. supplétive Ir.

L'antiquité du présent athématique est prouvée par la comparaison indoeuropéenne, cf. véd. asmi, asti, gr. €LilL, ÈaTL, hitt. esmi, eszi, got. im,

ist, lat. est (lre sg. sum secondaire), etc. Dans plusieurs langues, l'apophonie < e/" > qui sépare le singulier du pluriel est conservée: e • INDO-EUROPÉEN (IEW, p. 340-341 ; LIV, p. 214) 3 sg. *h1es-ti, vs. 3e pl. *h1s-%nti: véd. asti, vs. santi, gr. È GTL, vs. EtaL

«

Quelques langues présentent une tendance à éliminer cette apophonie

r

*es-mi "être,,205 :

(lx). re • v. lituanien207 : 1re sg. esmi, 2e sg. essi, 1 pl. 3e p. esti ou forme supplétive yra. re • lituanien moderne: type thématique 1 sg. es-ù, es-ame, 2 e pl. ès-ate, 3e p. supplétive yrà, mais

135

*ÈhEvaL avec prothèse vocalique, cf. mye. e-e-si), got. ist, vs.

sind, etc.

r e pl. I€CMb / jesm'b, 2e pl. I€CTe / jeste). Le serbo-croate a généralisé

le radical à degré plein dans les formes toniques (l re sg. jèsam, 2e sg. jèsi, re e 3e sg. jèste, 1 pl. jèsmo, 2 pl. jèste, 3e pl. jèsu) et a développé secondairement un radical à degré zéro dans les formes atones (1 re sg. sam, 2e sg. SI,. 1re p. 1 smo, 2 e p 1. ste, 3e pl. su), à l'exception de la troisième personne du singulier (3 e sg.je); le bulgare moderne n'a gardé que cette dernière série de formes (Ire sg. CbM / sam, 2 e sg. CH / si, 3e sg. e / e, e 1re pl. CMe / sme, 2 pl. CTe / ste, 3e pl. ca / sa). Dans une autre direction, le latin a réorganisé la structure apophonique ancienne, probablement selon le modèle des verbes semi-thématiques, mais dans des conditions difficiles e e e à préciser (d'où un radical *su- dans la r sg. sum, r pl. sumus, 3 pl. sunt, et un radical *es- dans la 2e sg. es, 3e sg. est, 2e pl. estis). Toutes ces réfections témoignent d'une tendance, ancienne en indo-européen, à faire disparaître l'apophonie radicale dans ce présent athématique. Les langues baltiques ont visiblement poussé cette tendance jusqu'à son terme puisqu'elles ne présentent plus aucune trace d'une apophonie radicale et ont généralisé le degré plein dans toutes les formes du paradigme (radical baltique unique *es- / *as-): voir par exemple v. pro al-mai "je suis" (par

205. Trautmann (BSW, p. 71), Mülenbachs-Endzelfns (ME, I, p. 359-360), Fraenkel (LEW, I, p. 124), Endzelfns (1923, p. 555-557, § 601), Senn (19341935, p. 92-99), MaZiulis (PKEZ, I, p. 101-103), Toporov (PrJ, I, p. 122-128), e Schmalstieg (2000, p. 69-75). Cf. LKZ (e, p. 1213). Sur la 2 pers. sg., cf. Bammesberger (1995, p. 65-73). Sur les formes slaves correspondantes, cf. Meillet (1906-1908, p. 206). 206. SUT le paradigme prussien, cf. Schmid (1968, p. 355-361). 207. Voir par ex. Klein (1653, p. 123). 208. Cf. Endzelfns (1938, p. 165 = DI, IVI, p. 481 ; 1948, p. 179, § 334 = DI, Nz, p. 555-556), Forssman (2001, p. 189-190).

ex. III, 41 17) et af-mai "nous sommes" (par ex. III, 55 5),

V.

lit. es-mi 'Je

suis" et es-me "nous sommes", lit. es-ù et es-ame, lett. ~s-mu et ~s-àm. Si cette généralisation s'est faite sur la base du degré plein et non sur celle du degré zéro, c'est probablement en raison de deux facteurs qu'on peut défmir de la manière suivante. Un facteur déterminant a pu être, tout d'abord, le souci d'éviter la réalisation de monosyllabes dans certaines formes du pluriel: la première personne du pluriel *h1s-me- et la deuxième personne

136

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

du pluriel *h1s-te auraient dû donner en baltique des monosyllabes *sme et

ejàm, 2 pl. ejat, mais 3 personne encore athématique iêt2 12 .

*ste, qui furent très tôt refaits en *es-me et *es-te. D'autre part, la perte de

la distinction morphologique du singulier et du pluriel à la troisième

• Zinov: inf. eid / chodzié "aller" (Z 65, cf. Zinkevicius, 1985, p.72).

personne, caractéristique des langues baltiques, et par suite la disparition de

Le présent athématique est ancien et dispose de correspondants directs dans

la fonne i.-e. *h1s-efonti, ont privé le paradigme du verbe "être" d'un terme

d'autres langues indo-européennes:

particulièrement important dans le contraste apophonique (le slave, précisément, n'a gardé l'apophonie qu'à la troisième personne: / je st 1>, vs.

I€CTh

s Qt 1». On pourrait suggérer l'hypothèse que

CH... T'h /

l'apophonie radicale a été perdue dans les langues baltiques en deux étapes:

e

137

e

e

• INDO-EUROPÉEN (IEW, p. 293-296 ; LIV, p. 207) 3 sg.

*h1ej-ti,

e

vs. 3 pl. *hJi-efonti: véd. éti, vs. yanti, gr. ETal, vs. taaL. Dans quelques langues, l'apophonie radicale est éliminée ou apparaît sous

pl. *s-me et 2 pl. *s-te

une forme modifiée. Le latin, qui a partiellement thématisé le verbe et l'a

(remplacées par *es-me et *es-te), commune au slave et au baltique;

en conséquence adapté au type semi-thématique, ne présente plus qu'un

re

[1] élimination des formes monosyllabiques e

[2] élimination de la 3 pl. *santi mais pas en slave (cf. v. sI.

« i.-e.

CH...Tb /

e

*h1s-onti), réalisée en baltique,

sQt1». En définitive, l'apophonie

radical au degré plein (l re sg. eo < * h1ejo, 2e sg. ïs < *h1ej-si, 3e sg. It < *h1ej-ti,

r e pl.

ïmus < * h1ej-mos, 2 pl. ïtis < *h1ej-te-, 3e pl. eunt e

radicale n'a laissé aucune trace dans les langues baltiques: sa disparition

*h1ej-onti). En slave, l'ancien présent athématique *h1ej-mi a été remplacé

doit être ancienne.

par une forme thématique suffixée (v. sI.

me

re

Catéchisme), 1 pl. pereimai

(lx), 3e p. eit (2x), pereit (2x), pereit (lx). • v. lituanien: 1re sg. eimi, 2e sg. eisi,

re

r e pl.

H,lleM'h

• lituanien moderne: type thématique suffixé 1re sg. einù, 2 sg. e

eini, 1 pl. einame, 2 pl. einate, 3 p. eina.

• letton moderne211 : type thématique

généralisé (v. sI.

HAH... /

id{J < sI. *jldQ "aller"), qui repose certainement sur un radical au degré zéro

- BALTIQUE *ei-mi 'aller"209:

• v. prussien: 2e sg. eisei (lx

r e sg.

r e sg. eju,

e

re

2 sg. ej, 1 pl.

209. Trautmann (BSW, p. 67), Mülenbachs-Endzelfns (ME, II, p. 79-81), Fraenkel (LEW, I, p. 119), Endzelïns (1923, p. 557-559, § 601), Senn (19341935, p. 106-111), Mafiulis (PIŒ2, I, p. 246-247), Toporov (PrJ, II, p. 20-22), Schmalstieg (2000, p. 85-88). Cf. LKZ (II, p. 1069-1107). 210. Par ex. Klein (1653, p. 121). La fonne eiste, au lieu de eite, doit avoir été tirée secondairement de la proportion analogique suivante: 1re pl. duome « *duod-me-), vs. 2 e pl. duoste « *duod-te), d'où 1re pl. eimè « *ei-me-), vs. X (x = 2e pl. eiste). Cf. Fraenkel (1928, p. 54-56). 211. Cf. Endzelïns (1938, p. 165 = DI, IV I, p. 481 ; 1948, p. 180, § 336 = DI, IV2, p. 556).

212. Variantes dans les dialectes lettons: Rudzfte (1970, p. 418-428). 213. Théoriquement, une voyelle initiale slave *i- peut provenir de i.-e. *ï-, *ej- ou *j1- « *1-). Ce dernier cas peut être illustré par les exemples suivants: sI. *igo "joug" « sI. *j1g-o < i.-e. *jug-om), *igra "jeu" « sI. *j1g-ra, cf. pol. gra "jeu"). S'agissant du slave idp, on pourrait a priori hésiter entre *eid- et *j1d-. En réalité, seule la seconde analyse est possible, cf. tch. jdu "je vais" « *1d-), en regard de jiti "aller" « *eid-). En outre, la voyelle ultra-brève *1 « i.-e. *.1), renforcée à l'initiale par une prothèse *j1- (> sI. *i-), réapparait en slave comme jer (sI. *1 > 0) lorsqu'elle se trouve à l'intérieur du mot, notamment après préverbe. Par là s'explique notamment le contraste, en serbocroate, entre idem "je vais" « sI. *j1d- < *1d-) et ôdem "je sors" « sI. *ot-1d-, aVec chute du jer intérieur et simplification du groupe de consonnes) ; il existe une variante àtïdem, refaite sur le simple idem. Le même principe invite à voir dans la voyelle initiale de l'infinitif sI. *lJi "aller" un ancien degré plein « *ei-ti) et non un ancien jer, car le vieux slave a régulièrement OT-HTH / ot-iti "sortir" comme HTH / iti "aller" (cf s.-cr. otïéi "sortir" comme iéi "aller"). Voir Meillet (1906-1908, p. 200; 1924, p. 72). Sur l'origine du suffixe *-dp, les opinions divergent: Szemerényi (1948, p. 13-14 = 1991, p. 2143-2144) et Kortlandt (1979, p. 52-53) font intervenir un ancien impératif en *-cI'i; Smoczyfiski (1986, p. 151-152) postule une formation verbale en *-cfh}efo-.

139

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

138

latin, mais probablement dans des conditions différentes: on peut ainsi

• v. prussien: le vieux prussien ne présente de ce verbe qu'une

mettre en parallèle v. pro ei-Jei "tu vas" (III, 81 1) et perei-mai "nous

forme participiale, peu significative pour la question qui nous

sortons" (III, 63 18), v. lit. ei-mi "je vais" et ei-me "nous allons", lit. einù et

occupe ici (v. pro senditans 1 gefalten "rassemblées", III, 83 19 , ace.

eTname, lett. eju et ejàm. Cette généralisation du degré plein a pu être

pl. fém. d'un participe *sen-dïta- "placé ensemble", cf. lituanien su-

favorisée, comme dans le cas du verbe "être", par la disparition en baltique

détas).

de la troisième personne du pluriel (qui aurait été probablement *janti ou

La formation de ce verbe dans les langues baltiques n'a pas encore été

*jenti < Ï.-e. *hâ-onti) au profit de la forme ancienne de troisième personne

entièrement élucidée. La forme du

du singulier (*ei-ti). Un autre facteur important a pu être la pression de

dans la Postilla de Bretkünas, 1591, l, 407, demmi chez Klein, 1653,

l'infmitif *ei-ti- (v. pro pereit 1 kommen "venir", lit. eTti, lett. iêt "aller"),

p. 117) ne saurait procéder d'un prototype à voyelle radicale longue *de-mi

qui présentait dès une date ancienne un degré plein du radical (cf. infinitif

«

ili < * ei-ti-, en regard de l'indicatif présent

Ï.-e.

V.

lituanien demi (1 re sg., par ex. demi

r e sg. *etehrmi), qui serait superposable au

hittite temi ''parler,

idQ

établir", uwa-temi "procurer, fournir", et, au redoublement près, au védique

< *i-J-efo-). Ce facteur ne pouvait jouer aucun rôle dans le verbe "être",

dadhiimi, au grec Tl8TlJ.l.l "placer". Cette analyse n'explique pas, tout

dont l'infinitif était supplétif (v. pro büton, lit. bûti, lett. bût "être").

d'abord, les formes à sifflante finale de thème, la 3 p. dest, qui ne peut

slave

HTH /

H,LlX /

e

e

provenir que d'un prototype *ded-ti, et la 2 pl. deste, qui suppose

- BALTIQUE *de(d)-mi "placer,,2I4: • V.

lituanien:

r e sg. demi « *ded-mi), 2 e sg. desi « e

1re pl. deme «*ded-me), 2

*ded-si)215,

pl. deste «*ded-te), 3

e

p. dest

parallèlement un prototype à consonne finale de thème *ded-te. Elle est contredite, d'autre part, par les dialectes lituaniens modernes, dans lesquels re

on trouve des formes à voyelle radicale brève, 1

« *ded-ti). re

e

• lituanien moderne: type thématique 1re sg. ded-ù, 2 sg. ded-i, 1

e

sg. demù, 3 p. dema

(contamination de demi et des fmales thématiques -u, -i, -a), cf. par ex. lit. dial. demù (Lamnai), d'œma, pàd'ema (Zietela)216. Enfin, elle ne permet

e

pl. ded-ame, 2e pl. did-ate, 3 p. did-a (inf. déti "placer"). e

• letton moderne: formation thématique suffixée 1re sg. dêju, 2 sg.

pas non plus de rendre compte de la genèse de la forme secondaire

dêj, 1re pl. dêjàtn, 2e pl. dêjat, 3e p. dêj (inf. dêt "pondre").

thématisée en lituanien standard (lit. dedù, dedi, deda), qui comporte une voyelle brève radicale. Il faut donc partir, en réalité, d'un radical lituanien à voyelle brève *ded-, dont la consonne finale s'est amure devant nasale *-m-

214. Trautmann (BSW, p. 47), Mülenbachs-Endzelfns (ME, 1, p. 464-465), Endzelfns (1948, p. 180, § 338 = DI, IV 2, p. 556), Fraenkel (1950, p. 293, § 51 ; LEW, I, p. 91), Senn (1934-1935, p. 99-102), Maiiulis (PKEt, IV, p.99), Schmalstieg (2000, p. 75-84). Cf. LKt (II, p. 441-458). 215, Dans les vieux textes lituaniens, il est parfois difficile, pour des, raisons graphiques, de distinguer la 2e sg. de l'indicatif présent (v. lit._ de~' = *desi < *ded-si) de la 2e sg. de l'indicatif futur (v. lit. desi = *desi < *de-s- z). Un exemple incontestable d'indicatif présent se trouve cependant dans I.e Catéchisme de Dauk~a (1595, 7 h): prideafJi (*pri-desi), qui traduit l'indicat~f présent polonais przydawasz "tu ajoutes" (446); un indicatif futur seraIt przydasz. Cf. Senn (1934-1935, p. 100). En revanche, un peu .plu~.loi.n, I~ forme pridêHi (DK, 7913) est certainement un futur, car elle tr~dUlt 1 md1catlf f~tur polonais przydasz "tu ajouteras" (506~ .et ~e t:ouve par a~,l1~urs e~, corrélatIOn, dans le texte lituanien, avec la forme d md1cat1f futur bus (11) sera.

re

(v. lit. 1 sg. demi (x = 0)

accord avec le principe général défmi plus haut, selon lequel le balto-slave

dans le verbe "donner" (tous deux secondaires par rapport à l'apophonie

n'aurait conservé, pour les verbes athématiques, que des thèmes

balto-slave héritée de l'indo-européen
,

cf. i.-e. < eh l / hl > et

monosyllabiques. On reconstruirait donc deux verbes proches *ded-mi

h 3 ». Par la suite, les thèmes faibles auraient été généralisés, et

"placer" (secondaire d'après *ded-me < i.-e. *d'ed'hrme-, gr. TlSEIJ.EV) et

fmalement la loi de Winter aurait produit une voyelle longue dans le verbe

*ded-mi "donner" (secondaire d'après *ded-me < Ï.-e. *dedhrme-, gr.

< eh3

/

"donner", ce qui modifiait le contraste entre les deux verbes • "placer": • "donner":

230

:

re 1re sg. *d'èJ'mi, vs. 1 pl. *d'ed'mè(s) re 1re sg. *dodmi, vs. 1 pl. *dodmè(s),

et après effet de la loi de Winter:

8(8oIJ.EV), chacun d'entre eux étant associé à un infinitif pourvu d'une voyelle radicale longue

*de-ti-

et

*do-ti.

Par la suite, un rapport

apophonique secondaire pouvait s'établir entre ces infinitifs et leurs indicatifs présents, visant à imposer le même timbre vocalique dans chacun des deux verbes, d'où, sur la base du rapport apophonique < ë /

e>

existant

dans *de-ti-, vs. *ded-mi, la création d'un rapport comparable < 0 / '0 > 229. Dans un article plus ancien (1972, p. 83-85), Hamp avait déjà abor~é la

question de l'évolution des verbes "mettre" et "donner" en balto-slave. MaiS la solution qu'il proposait alors impliquait un déséquilibre fondam~nt~l ent~e les deux verbes: *i'écl'ëmi, vs. 1re pl. *dhecl'més "placer" aurait e;olue vers *dédmi, vs. 1re pl. *dedmés par uniformisation, alors que, dans le meme ~emps, *d 'd- . sire pl *dedmés "donner" aurait conservé son alternance et etendu e oml, v . . . 1 b " 1 r" le vocalisme long *0 au pluriel pour éviter la. confUSIOn avec e ver e pace . Cette hypothèse paraît acceptée par Schmalstteg (2000, p. 78). , 230. Le recours à la loi de Winter pour expliquer la préhistoire de lit. dedu et duodu se trouve déjà, en des termes différents, chez Kortlandt (1977, p. 323).

dans *do-ti-, vs. x (x =

*dod-mi). Cette forme *dod-mi aurait

postérieurement subi l'effet de la loi de Winter, d'où *dod-mi, dont procèdent les formes slaves et baltiques apparentées. Cette analyse n'implique pas nécessairement que l'apophonie numérique qui opposait en indo-européen le radical du singulier et celui du pluriel ait été conservée dans la préhistoire balto-slave. En baltique comme en slave, le thème faible

150

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

a été généralisé, et l'apophonie radicale n'a laissé aucune trace.

lituanien et le letton modernes ont thématisé le verbe, sans doute très tôt:

Synchroniquement, *dod- fonctionne en balto-slave comme un radical

dès le

immobile, et l'apophonie radicale n'y a plus aucune place231 .

iszedu (*is-edu) et itemi (*is-émi) "dévorer" (DTL 3 , p. 496, traduisant

re

e

• v. lituanien: 1 sg. émi « *ëd-mi), 2 sg. ési

«

*ëd-ti),

r

«

e

*ëd-si), 3 p. ést

pl. éme « *ëd-me), 2 pl. éste « *ëd-te). re

• lituanien moderne: type thématique 1

lituaniens modernes, on trouve trace d'une formation hybride ému, qui résulte de la contamination de la forme athématique 1re sg. *em i et de la

e

sg. éd-u "manger (en e

parlant d'animaux), bouffer (vulg.)" (dialectal é-mu), 2 sg. ed-i, re

siècle, le dictionnaire de Sirvydas présente conjointement

wyjadam / DepaIeor, comedo bona alicuius). Dans plusieurs dialectes

- BALTIQUE *ëd-mi "manger,,232 : e

XVIIe

151

fmale thématique -u. Les formes athématiques sont anciennes en baltique et procèdent d'un ancien verbe indo-européen (1 re sg. *h1ëd-mi), dont

3 p. éd-a, 1 pl. ed-ame, 2 pl. éd-ate; le verbe courant signifiant

l'existence est attestée par le témoignage de plusieurs langues (lEW,

"manger" est wilgyti.

p. 287-289, LIV, p. 205-206):

e

e

re

• letton moderne: type thématique 1 sg. fd-u (dialectal f-mu), e

e

re

e

« *ëd-sf), 3

2 sg. éd, 3 p. fd, 1 pl. fd-àm, 2 pl. fd-at.

r e sg.

- V. SLAVE: e

laMb / jamb

sg. laCT'b / jast'b e

pour la question qui nous occupe ici, à savoir un infmitif ïst / essen

« *ëd-me-), 2 pl. JaCTe « *ëd-1)ti) "manger".

"manger" (3x Catéchismes), ist (2x), istwei (III, 105 13 ), istwe (lll,

- SANSKRIT VÉDIQUE: 1

• v. prussien: le v. prussien n'a que des formes peu significatives

105 15 ), un participe prétérit actif ïduns / gessen [gegessen] "qui a e

/ jaste re

«

e

*h1ed-si), 3 sg. aUi

e

«

«

«

*ëd-mi), 2 e sg. laC" / jasi

« *ëd-ti), r e

*ëd-te), 3 pl. JaIlÂT'b / jad?t'b

sg. admi

e

«

2 pl. attha

(III, 75 4), idaiti (III, 87 17), ydieyti (II, 13 8), edeitte (l, 13 8).

r sg. e-id-mi (ëdm i), (apophonie < e/ a > secondaire).

re

«

*h1ed-mi), 2e sg. atsi

« *h1ed-ti), r e pl. admasi «

mangé" (III, 105 8) et un impératif 2 pl. ïdeiti / esset "mangez!"

- HITTITE:

pl. laM'b / jam'b

e

*h1ed-te), 3 pl. adanti e

*h1ed-me-),

*h1ed-efonti) "manger". 3e pl. adanzi

"manger"

Le paradigme athématique est bien conservé en vieux lituanien: la 1 sg. 3 1 emi (*émi) se rencontre par exemple chez Sirvydas (DTL , p. 47; DTL ,

- GREC HOMÉRIQUE: infinitif Ë8IJ.EvaL, subjonctif (.... indicatif

p. 84 et 89, au sens anciên de "manger") et dans la grammaire de Klein

futur) Ë80lJ.aL; formes thématisées secondaires: *Ë8w (très rare chez

re

(1653, p. 117); la Postilla de Dauksa (1599) a une 1 pl. ém? (DP, 48837) e

ou êm? (DP, 4045 ), et plusieurs fois une 3 p. ést (par ex. DP, 113 33 ), Le

Homère: imparfait itératif ionien Ë8EcrKE, Il. 22, 501), suffIxe complexe en grec classique ÈcreLw "manger" (homérique ËaSw). - V. IRLANDAIS: ithid "il mange"

231. On observe une tendance comparable en indo-iranien, où la forme faible dad- du radical « i.-e. *dedh3-, cf. ind. prés. actif 1re pl. dadmaJ;z) a donné lieu à la naissance d'un thème secondaire dad-, qui s'est répandu au participe (véd. dattaJ;z < *dad-ta-, mais forme ancienne dans deva-ttaJ;z "donné par les dieux" < *-d(~)ta- < i.-e. *dh3-tO-, cf. gr. 80TÔS), ainsi que dans des formes thématiques secondaires (3 e sg. moyen dad-ate). 232. Trautmann (BSW, p. 66), Büga (RR(B), J, p. 602), Endzelïns (1923, p. 559, § 601; 1948, p. 180, § 337 = DI, N2, 556), Fraenkel (LEW, 1, p. 124125), Senn (1934-1935, p. 112-113), Mülenbachs-Endzelïns (ME, 1, p. 577), Kaukienë-Jakulienë (1988, p. 142-156), Schmalstieg (2000, p. 84-85). Cf. LKZ (II, p. 1155-1163).

« *ite- < *h1ëd-ti,

avec -th-

d'après le nom verbal supplétif ithe < *pityii-). - GALLOIS: ys "il mange" « Ï.-e. *h1ed-ti). - LATIN: passage à la flexion semi-thématique, 1re sg. edo, 2e sg. e

re

e

ës, 3 sg. ëst, 1 pl. edimus, 2 pl. ëstis, 3e pl. edunt; osque edum "manger".

152

Catégorie du nombre

153

Catégorie du nombre

* edo

> got. itan

complexe234 ; la voyelle longue du latin est peut résulter de la loi de

"manger, ÈaSLElV", v. isi. eta, v. ang. etan (ang. to eat), vha. ezzan

Lachmann, celle des formes balto-slaves de la loi de Winter. Un dernier

(aIl. essen).

détail: en hittite, l'apophonie propre au type acrostatique < e/ e> survit

- GERMANIQUE: passage au type thématique,

La reconstruction du paradigme indo-européen pose un problème, car

encore clairement dans le verbe "désirer, exiger" (hitt. wekzi < *!Jelè-, vs.

aucune langue n'a gardé de trace directe du schéma apophonique ancien. On

wekkanzi < *JJelè-)235 ; il n'est pas certain qu'elle ait été perdue dans le

rencontre tantôt un degré plein long (i.-e. *h1ëd-: v. irlandais; sur le hittite

verbe "manger", au profit d'une alternance < ë / a >, propre à d'autres

et le balto-slave, voir plus loin), tantôt un degré plein bref (i.-e. *h1ed-:

verbes. Toutes ces raisons pourraient amener à mettre en doute la recons-

sanskrit, grec, gallois, germanique). Seuls l'anatolien et le latin présentent

truction d'un paradigme acrostatique dans ce verbe. Quoi qu'il en soit,

une apophonie radicale, mais dans des conditions différentes. En hittite,

s'agissant du balto-slave, l'hypothèse d'un ancien degré long généralisé

l'alternance entre le singulier et le pluriel (ëdmi, adanzi) est adaptée à un

(v. lit. émi = v. sI.

modèle productif < ë/ a > (cf. ëszi, asanzi "être", ëpzi, appanzi "saisir",

seulement parce qu'elle laisse sans explication l'intonation rude du baltique

ekuzi, akuanzi "boire", seszi, sasanzi "dormir") ; il n'est pas sûr qu'elle

(lit. ésti), peu susceptible de refléter un ancien degré long morphologique,

e/ e >

IaMb /

jamb < Î.-e. *êd-mi) est peu satisfaisante, non

apparm"t

mais aussi et surtout parce que ce degré long est général en baltique et en

distribuée dans le paradigme semi-thématique de telle sorte que le degré

slave: il apparaît même dans un dérivé nominal comme le lituanien uodas

soit de très haute antiquité. En latin, l'alternance < e

e

plein long apparaît dans les formes athématiques (2 sg. ës, 3 sg. est, e

et le letton uôds "moustique", cf. v. sI.

OBa,z:{'h /

ovad'b "insecte"

balto-

2 pl. estis), le degré plein bref dans les formes thématiques (l re sg. edo,

slave *od-as

r

pl. edimus, 3 pl. edunt). Selon l'hypothèse la plus communément

"conducteur")136. Il est plus vraisemblable, à mon sens, de supposer une

admise, le verbe présentait en indo-européen un paradigme de type

action de la loi de Winter dans ce verbe dont le radical se terminait par une occlusive sonore237 . Si l'on adopte cette analyse, on admettra que le

e

e

"acrostatique", avec degré plein long au singulier, degré plein bref au pluriel: i.-e. *h1ëd-mi, vs. *h 1ed-me-233 . Cette reconstruction, qui suppose notamment une généralisation du degré bref en védique (l re sg. ad-mi

r

e

4-

i.-e. *h1od-os "mangeur", nom d'agent du type gr.

«

TTOIJ.TTO S

baltique et le slave, comme plusieurs autres langues indo-européennes, reflètent un radical à l'origine pourvu d'un degré plein bref (i.-e. *h1ed-),

pl. ad-masi), est possible, mais elle n'est pas exempte de

secondairement allongé en vertu de la loi de Winter (-- balto-slave *ëd-).

difficultés. Tout d'abord, elle paraît exclure l'existence d'un degré zéro

Mais, en définitive, que l'on adopte ou non la reconstruction d'un

d'après

*h1d-, qui est pourtant attesté non seulement dans l'ancienne forme participiale *h1d-ont- "dent" (lit. dantis), mais aussi dans le désidératif

*hd-h1d-sé- (> v. iri. -is(s) "je mangerai"). En outre, le degré plein long qu'elle postule ne repose fmalement, comme le reconnaît le LIV (p. 205), que sur le v. irlandais ithid "il mange" l'arménien owtem "manger"

«

« *h1ëd-)

et indirectement sur

*h1od-), tous deux d'une analyse

233. En ce sens, par exemple, Kurylowicz (1968, p. 306 § 388), Schmid (19868, p. 463), Meiser (1998, p. 223, § 146).

234. Sur l'arménien owtem, cf. Klingenschmitt (1982, p. 157), qui postule une formation d'itératif à degré long *h1odeieJo- secondaire par rapport à un présent acrostatique *hlëd-. 235. Cf. LIV(p. 614). 236. Sur le mot slave ovadi:l "insecte", voir en dernier lieu l'analyse de Smoczyilski (1992, p. 209-212 = 2001, p. 351-354; 2001, p. 115). On notera que l'allongement dans ce mot baltique et slave contredit la version Matasovié de la loi de Winter (1995). 237. En ce sens, Winter (1978, p. 431, 433), Matasovié (1995, p. 62). L'analyse de Kurylowicz (1956, p. 307) n'est pas convaincante.

154

Catégorie du nombre

155

Catégorie du nombre

paradigme acrostatique, le balto-slave ne présente plus aucune trace d'apophonie radicale.

"espérer")240. Cf. peut-être aussi v. pro adj. *val-nas "meilleur" dans

walnint / bessern "améliorer" (III, 33 18), walnennint / bessern "améliorer" (III, 69 7), prei walnennien / zum besten "pour le mieux"

- BALTIQUE *vël-mi "souhaiter, permettre"238 :

r e sg. pawelmi « *-yël-m i),

e

(III, 35 4).

p. pawelt *-yël-ti), formes toutes deux attestées chez Bretkünas239 ; le

Le présent athématique *-velmi n'est attesté qu'en vieux lituanien, mais

verbe a disparu en lituanien moderne (peut-être du fait d'un risque

son antiquité ne fait aucun doute. Il possède en effet un correspondant exact

de collusion homonymique avec lit. vélti "feutrer, fouler" ?), et il

dans au moins une autre langue indo-européenne (lEW, p. 1137, LIV,

n'en subsiste plus qu'une forme dérivée, d'emploi très rare: lit.

p. 618-619):

• v. lituanien:

«

3

moderne velyti "permettre, souhaiter" (ind. prés. velija, prét. velijo, cf. LKt, XVIII, p. 633-635). La langue actuelle connaît encore quelques formes dérivées appartenant à la même famille (lit. valià e

• LATIN: type semi-thématique, 1Te sg. uolo

« *yelo,

au lieu de

*pel-mi), 3 e sg. uolt, uult « *yel-ti), 1Te pl. uolumus < *yel-o-me-), Ze pl. uultis « * yel-te), 3e pl. uolunt « * yel-onti), inf. uelle

"volonté" ; valiati "réussir" ; vi/tis "espérer", 3 p. ind. prés. vi/iasi,

«

prét. vylési; viltis, -ies "espoir" ; adverbe véltui "en vain"), mais a

conjonction (lat. uel "ou bien" < "si tu veux"), a été remplacée par

perdu toute trace de l'ancien présent athématique.

une forme supplétive (lat. uïs "tu veux" < *yej,hrsi, cf. lat. inuïtus

• letton: aucune trace de *vël-mi; seulement des dérivés: lett. vala

"contre son gré")241 .

"liberté, permission, volonté" (Mülenbachs-Endzelfns, ME, IV, p. 463-464); valuôt "être libre" (Mülenbachs-Endzelfns, ME, IV, p. 466); vèlte "cadeau"

«

"souhait"?, Mülenbachs-Endzelfns, ME,

IV, p. 533-534), viÎt "tromper" (Mülenbachs-Endzelfns, ME, IV, p. 596) ; viÎtiês "espérer" (Mülenbachs-Endzelfns, ME, IV, p. 596);

*vèlte "en vain" dans par vèlti (Mülenbachs-Endzelfns, ME, IV, p.534). • v. prussien: aucune trace de *vël-mi; seulement un dérivé: participe prétérit passif prawilts / verrathen "trahi, trompé" (III, e

75 2), indicatif prétérit 3 p. prowela / verraten wardt "a trahi, trompé" (l, 13 4 ; II, 13 4), qui repose sur *pra-vU-tvei ''tromper, décevoir" « "faire perdre espoir", cf. lit. apvi/ti "désespérer": vi/tis

238. Trautmann (BSW, p. 348-349), Büga (RR(B), II, p. 53-55), Fraenkel (LEW, II, p. 1220), Sabaliauskas (1957, p. 104 ; 1990, p. 74-75), Schmalstieg (2000, p. 88). 239. Cf. exemples chez Büga (RR(B), II, p. 53), Zinkevicius (LKIG, II, p. 100, § 553 fin).

* yel-se).

La Ze sg. athématique *yel-si, conservée comme

D'autres formations sont attestées ailleurs: ancien optatif en gotique (got.

wiljau "ich will, je veux", prét. wilda, pour la formation, cf. lat. uelim); présent suffixé en *-ë- / *-i%- en slave (v. sI. BeJItTH, BeJIHiÇ, / veleti, veljQ "vouloir, ordonner,

È1TL TciaaELv, 1TUPULVElV",

peut-être fondé sur l'ancien

optatif *velï- < *pelhrihr , cf. LIV, p. 619) ; présent à infixe nasal en indoiranien (véd. vPJïté "choisir", v. avest. v~r~fJté) à côté d'un aoriste radical (véd. av(u)ri); présent itératif de type */Jol-éj,efo- en slave (v. sI. BOJIHTH, BOJI~ /

voliti, voljQ "vouloir,

~OlJÀEaeaL")

et en germanique (got. waljan

"wahlen, choisir"). Le présent athématique est limité au baltique et au latin. Dans ces conditions, la reconstruction d'un paradigme apophonique paraît d'emblée incertaine. Plusieurs auteurs242 supposent que le verbe appartenait à l'origine au type acrostatique,

re

re

sg. */Jël(h})-mi, 1

pl.

240. Maziulis (PKEZ, III, p. 345). 241. Autre analyse, peu convaincante, chez Sihier (1995, p. 539-540, § 484), qui tente de tirer lat. uïs de *!Je/si. 242. Notamment Sihler (1995, p. 539, § 484), qui parle de "Narten roof'.

Catégorie du nombre

156

157

Catégorie du nombre

*!Jel(hl)-me-, ce qui expliquerait non seulement l'absence de degré zéro

Les autres verbes athématiques attestés dans les langues baltiques n'ont

radical, mais aussi le degré plein attesté dans l'optatif */Jel(hl)-ih r (lat.

pas d'antiquité indo-européenne et ne peuvent donc jouer aucun rôle dans la

uelim, got. wiljau), où l'on attendrait plutôt un degré zéro du radical et un

question de l'évolution de l'apophonie radicale ancienne dans ces langues.

degré plein du suffixe au singulier (cf. Ï.-e. *hls-iehl- / *hls-ih l- > v. lat.

Seul le présent athématique rausti "se lamenter" (3 e p.), attesté dès la

siem, simus, etc.). Sur ce point, la forme lituanienne pawelmi est ambigu~,

Postilla de Dauksa (1599, 3 p. apraust', DP, 410 29, aprâust', DP, 598 38 ,

car elle n'apparaît qu'en vieux lituanien, précisément dans les écrits de

traduisant le pol. op/akaé), pourrait disposer d'un correspondant externe du

Bretkfmas, où les intonations ne sont pas notées. Traditionnellement, on

même type morphologique: le védique roditi "pleurer, crier"

cite le verbe comme pavélmi, avec intonation rude, ce qui n'est pas

*reydH-ti, cf. véd. 3e pl. rudanti, avest. réc.

impossible, étant donné le caractère lourd de la base en baltique (cf. lit.

autres langues ont en général des formes thématiques, probablement

vi/tis "espérer") et ailleurs (cf. gr. dor. FÀi'lv "vouloir"), mais demeure

secondaires, à en juger par la divergence de leur degré vocalique (lat.

incertain. La forme dérivée qui survit en lituanien moderne (lit. vël-yti) a

archaïque rudo "crier, hurler, rugir" < *rud(H)-%-, v. ang. rëotan, vha.

une voyelle radicale brève qui peut s'expliquer de deux façons: direc-

riozan "pleurer, se lamenter" < *re/Jd(H)-%-)243. L'antiquité du présent

tement, si l'on part d'une base anit. *vel-mi -- *vel-l- (peut-être par

athématique ne me paraît pas impossible, et l'existence d'une apophonie

l'intermédiaire de l'ancien optatif */Jel-ih r ?), ou bien, si l'on part d'une

radicale est suggérée par le sanskrit, qui oppose rod- au singulier

e

urue~n

«

Ï.-e.

"ils pleurent"); les

base set. *velhl-mi, comme résultant d'une disparition ancienne de la

« *re/JdH-) et rud- au pluriel « *rudH-).

laryngale fmale en position antévocalique (*velhrl- > *vel-l-). En slave, la

degré vocalique du radical baltique *raud-. On peut en effet se demander

forme dérivée *veljQ a une voyelle radicale brève, qui pourrait

s'il faut partir d'un degré plein *e, Ï.-e. *reydH- (on attendrait *riaud-),

éventuellement résulter de la "loi Pinault" (Pinault, 1982b) dans un verbe à

d'un degré fléchi *0, Ï.-e. *ro/JdH- (par ex. dans un ancien prétérito-

suffixe *-j%-. Une difficulté supplémentaire vient de ce qu'en indo-iranien,

présent) ou bien d'une contamination d'un degré plein *e et du degré zéro,

la racine présente une forme set. (véd. vPJlté "choisir" < *!JJ-N-H-toi, racine

Ï.-e. *reydH- + *rudH- > *riaud- + *rud- - *raud- (avec élimination de la

*/Jel-h r ), tandis

palatalisation dans *riaud- d'après le degré zéro *rud-)l44.

qu'en latin elle est de type anit (lat. uolt, uult < * /Jel-ti,

Mais on ne saurait préciser le

qui suppose une racine */Jel-). Le plus économique, me semble-t-il, est de

Autre difficulté: les langues baltiques présentent aussi, en concurrence

partir, pour le baltique, de la base set. */Jelh l-, qui est par ailleurs attestée

dès les plus anciens textes avec le présent athématique résiduel, un présent

directement dans ce groupe de langues (lit. vi/tis "espérer" < balt. *vII-

thématique mixte à suffixe complexe *-a-j%- (lit. raud6ti, lett. raûdât

< */Jlhr), et de supposer que le degré bref radical a été généralisé dans tout

"pleurer"), qui a des chances d'être ancien (cf. v. sI. phI]:laTH / rydati

le paradigme, d'où */Jelhl-mi > probablement *pa-vélmi (v. lit. pawelmi).

"pleurer, K01TTEaSm, 1TEvSEl'v, KÀULElV, epllvElv"). Dans ces conditions, il

Cette évolution serait parallèle à celle du verbe "manger", *ed-mi, aVec

paraît impossible de reconstituer la préhistoire de l'athématique rausti du

degré bref généralisé (ultérieurement allongé par la loi de Winter -- *ëd-mi > v. lit. em i). Quoi qu'il en soit, il est clair que, dans le verbe résiduel pawelmi "permettre, souhaiter", le baltique n'a gardé aucune traee

d'apophonie radicale.

243. Données dans le LIV (p. 459). Cf. aussi Schmalstieg (2000, p. 88). 244. Une contamination en sens inverse s'observe dans i.-e. *teJlp- + *tup> baIt. *Ciaup- + *tup- -- *Ciup- (lit. Ciùpti "saisir"). Cf. Petit (2000c, p. 126). ~oter, en outre, dans le cas de raud-, que le radical a connu un allongement (cf. lIt. moderne rauda < *riïud-), probablement dû à la loi de Winter.

158

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

v. lituanien et surtout d'évaluer son degré vocalique radical. De toute

avec sa méthode d'investigation. Toutefois, la préhistoire indo-européenne

façon, la fonne baltique ne présente aucune trace d'apophonie radicale.

permet parfois de voir clair dans l'évolution d'anciennes formes de parfait,

159

Tous les autres verbes athématiques des langues baltiques apparaissent

et donc d'évaluer leur degré vocalique radical. À titre d'illustration, on

isolés dans leur formation: ils sont probablement secondaires. En tout cas,

examinera ici le sort qu'a connu en baltique l'exemple le plus caracté-

ils sont inexploitables dans une étude consacrée à l'évolution, en baltique,

ristique du parfait indo-européen, i.-e. *yoid-a (*yojd-h1e) "savoir".

de l'apophonie radicale propre aux anciens présents athématiques.

Le parfait indo-européen *yoid-h1e survit vraisemblablement dans une série de formes baltiques, qui doivent remonter à un prototype *viiid-mi

2. PARFAITS ET PRÉTÉRITO-PRÉSENTS

"savoir". En voici l' inventaire2 47 :

Une apophonie radicale liée à l'opposition des nombres apparaît encore,

- BALTIQUE *viiid-mi "savoir" : e

en indo-européen, dans quelques autres formations verbales. Si l'on néglige

• v. prussien: 2 sg. waisei / weissest "tu sais" (III, 6924), waisse tu

ici l'aoriste radical athématique, où une apophonie était régulière en indo-

/ weyssestu "tu sais" (III, 71 1), 1 pl. waidimai / wissen "nous

européen (type *(e)-cI'ehr m, vs. *(e)-cI'h 1-me- ''placer'', cf. gr. béotien 3e sg.

savons" (III, 65 22), 2 e pl. waiditi / wisset "vous savez" (III, 105 19,

re

re

dVEeE, vs. gr. 1 pl. ÉeEIJ.EV), mais qui n'a laissé aucune trace dans les

avec un sens d'impératif: III, 95 16 ; III, 95 22-23 ). L'infinitif waist

langues baltiques, la formation la plus importante à cet égard est celle du

/ wissen "savoir" est attesté une fois en III, 73 3 • Sur la base de ce

parfait radical indo-européen, où s'opposaient un degré

*0

dans les formes

verbe, le v. prussien a quelques dérivés: un abstrait féminin

du singulier et un degré zéro dans celles du plurie}245. L'exemple classique

waisnan / bericht "nouvelle", acc. sg. (III, 111 12); un nom d'agent

est:

*vaidilas ou *vaidilii "mage, sorcier, prêtre païen", attesté dans le • INDO-EUROPÉEN *yoid-h2 e "je sais" (> gr. o1Ba, véd. véda, got.

me Catéchisme à travers le verbe dérivé waid/eimai /

wail), vs. *yid-me- "nous savons" (> gr. homérique tBIJ.EV, gr.

faisons de la magie" (III, 29 3) et dans la Preussische Chronik de

classique 'lUIJ.EV; véd. vidma; got. witum).

Simon Grunau (1517-1526) à travers la désignation récurrente

Dans les langues baltiques, le parfait a disparu en tant que catégorie verbale indépendante, et ses formes ont été éliminées ou redistribuées dans diverses formations de présents, où elles ne sont plus guère reconnaissables 246 . Elles ne peuvent plus être identifiées que par la présence, en baltique, d'un degré vocalique *a, reflet d'un degré

*0

indo-européen. On

saisit la difficulté. Il y a quelque chose de circulaire à prétendre s'interroger sur l'apophonie radicale de formes qu'on n'identifie précisément que par leur apophonie radicale: l'objet de la recherche risque fort de se confondre 245. Voir Kurylowicz (1956, p. 46). 246. Sur l'évolution du parfait indo-européen en slave et en baltique, cf. van Wijk (1933, p. 134-139).

zeubern "nous

Waide/otte "prêtre païen" (*vaid-i/-utis)248. On connaît aussi un e

verbe causatif, 3 p. waidinna / zeygen "ils montrent" (III, 75 16), réfléchi waidinnasin / sich. .. stellet "se montre" (III, 113 12), dérivé perwaidinsnans / exempe/ "exemples", acc. pl. fém. (III, 69 13 ); mais

son rattachement direct à l'ancien parfait "savoir" reste sujet à caution (cf. plus bas). • lituanien: le verbe courant qui signifie "savoir" est linoti

«

i.-e.

*gno-). De l'ancien parfait *vaid-, le lituanien n'a gardé que des

247. Trautmann (BSW, p. 338), Fraenkel (LEW, p. 1215-1216), Maziulis (PKEZ, IV, p. 212-216). Cf. Stang (1962, p. 168). 248. Cf. Buga (RR(B), l, p. 183-189; II, p. 139).

161

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

160

dérivés: lit. vaidilà "prêtre prussien, sorcier" (cf. L K Z,

xvn,

/ gezeugnis "témoignage" (1, 521

;

II, 521 ), adjectifs et adverbes

p. 837, sans doute emprunté au prussien; le terme proprement

composés du tyPe aina-wldai / g/eich "de la même manière", kitta-

lituanien présente une formation parallèle: iynys "mage, sorcier,

widin / anders "d'une autre manière".

prêtre païen" ~ iinoti "savoir") ; peut-être lit. vilistas "médicament"

• LITUANIEN: isvysti "voir, apercevoir" (ind. prés. isvysta, prét.

(*vaid-tas, avec suffixe instrumental -tas, sens premier: "science,

isvPdo) ; pavydéti "être jaloux" (ind. prés. pavydi, prét. pavydéjo),

magie")249. Noter aussi les formes causatives (qui posent le même

pavydas "jalousie" (sens premier: "regarder par en dessous", cf.,

problème que le pro waidinna): lit. vaidinti "montrer sur scène,

pour le sens, lat. inuidere, gr. homérique lm68pa i8wv); véidas

jouer un rôle"

"visage" ; pavida/as "apparence" (cf. LKZ, IX, p. 686, noter la

(-+

vaidmuo "rôle"), vaidéntis "se montrer". Plus

éloignés: lit. valzdas "spectacle, vision", vaizduoté "imagination"

voyelle brève).

(*vaid-das; pour la suffixation, cf. SkarciZius, 1943, p. 99).

• LETTON: vldét / sehen,

• letton: le verbe courant qui signifie "savoir" est zinât. Mais le

(Mülenbachs-Endzelïns, ME, IV, p. 634); peut-être aussi vidét

letton a conservé une trace directe de l'ancien parfait *vaid- dans la

/ gonnen "accorder' (cf. all. nicht gonnen "envier" ?); viedét / sehen,

forme négative de 3e p. du verbe "être" (Mülenbachs-Endzelfns, ME,

Sehvermogen besitzen "voir, posséder la vue" (Mülenbachs-

II, p. 697): lett. nav "n'est pas / ne sont pas" (supplétif de ir "est

Endze lfns, ME, IV, p. 652); velds / die Form "fonne"

/ sont"), lett. dialectal navaîd, navaida,

(Mülenbachs-Endzelïns, ME, IV, p. 522), d'où veiduôt / formen,

nevaid,

nevaida

"es gibt nicht". Autre analyse chez Endzelms (1938, p. 165 = DI, IV}, p. 481) et Karulis (1992, l, p. 620).

préférable de le rapprocher du groupe parallèle de *vlél- "voir", avec une apophonie secondaire < i / ai >, propre au causatif, dont il existe des parallèles en baltique même (lit. m isti "se nourrir"

-+

causatif mait-inti

"nourrir", dygti "germer" -+ daig-inti "faire genner")251. Le sens invite d'ailleurs à cette analyse: *vid- "voir" -+ vaid-in- "faire voir" > "montrer" 251. Exemples chez Jakaitienè (1968, p. 226), Petit (l999a, p. 95).

162

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

("montrer" n'est pas "faire savoir", surtout quand il s'agit de montrer un

• INDO-EUROPÉEN *yoid-h2 e ''je sais" (> gr. ot8a, véd. véda, got.

spectacle, cf. lit. vaidmuo "rôle au théâtre"). De la même manière, il est

wait), vs. *yid-me- "nous savons" (> gr. homérique t8IlEV, gr. classique '(aIlEv; véd. vidma ; gol. witum).

probable que le groupe du lituanien vaizdas "spectacle, vision", vaizduotë "imagination", procède de *vïd- "voir", plutôt que de *vaid- "savoir". Le degré *a serait là encore secondaire : il pourrait, par exemple, être analogique de la forme thématique non suffixée, lit. vaidas "apparition, vision" (reisKinys, Erscheinung, dans le dictionnaire de Nesselmann, 1851, p. 56)252, dans laquelle il n'aurait rien de surprenant (cf. lit. laTkas "temps"

+-

likti "rester, laisser"). Un autre inconvénient du critère formel

est qu'il exclut a priori la possibilité que certaines formes du degré zéro *vid- puissent remonter à un allomorphe

*y id-

du parfait

163

Deux questions restent posées. La première est celle du passage de l'ancienne forme de parfait à un présent athématique ; la seconde, celle de l'apophonie radicale et de son évolution en balto-slave. Le paradigme verbal attesté en prussien est clairement celui d'un présent athématique. Le sens de (perfecto-)présent apparaît dans les diverses occurrences du verbe, par exemple [III, 65 22 ] : - V. PRUSSIEN:

*yoid-h1e

mes waidimai bhe popreftemmai en noufon fijran

"savoir", ce qui est précisément la question qui nous intéresse ici.

-ALLEMAND:

Dans ces conditions, il est préférable de recourir à un autre critère, d'ordre sémantique, pour distinguer le groupe de *vaid- "savoir" et celui de

wir wiHen vndfuelen im hertzen

*vtd- "voir" : on rattachera à l'ancien parfait toutes les formes qui ont

"nous savons et comprenons [cela] dans notre cœur"

manifestement le sens de "savoir" et au groupe de *vïd- (à l'origine aoristique) toutes celles dont le sens est "voir". Le sens de "savoir" peut

(coordination de waidimai "nous savons" avec le présent poprestemmai "nous comprenons")

s'appliquer non seulement au v. prussien waisei "tu sais", mais aussi aux

Par sa flexion, le verbe rappelle d'autres présents athématiques: on peut

formes de sens magique, comme *vaidilii "prêtre païen, sorcier"

comparer par exemple v. pro waisei "tu sais"

« "savant", plutôt que "voyant", cf. lit. iynYs) et *vaid-tas "médicament" « "science, magie"). On observe que le degré *a, même s'il n'est pas

« *es-sai), eisei "tu vas" « *ei-sai), diise "tu donnes" « *diid-sai), etskfsai "tu te relèves" « *etskï-sai). Mais la r e pl.

limité aux formes qui signifient "savoir", est constant dans ces formes:

waidimai "nous savons" (*vaid-i-mai) et la 2e pl. waiditi "vous

aucune forme pourvue d'un radical *veid- ou *vla- n'a le sens de "savoir".

savez"(*vaid-i-të) surprennent en regard de la 1re pl. asmai "nous sommes"

e

Seul le prussien conserve un paradigme verbal encore vivant: 2 sg.

r

e

e

« *vaid-sai) et assai, assei

"tu es"

(*es-mai), pereimai "nous sortons" (*per-ei-mai), etskïmai "nous nous

pl. waidimai "nous savons", 2 pl. waiditi "vous

relevons" (*et-skï-mai) et de la 2e pl. asti, astai "vous êtes" (*es-tê) : la

savez". Depuis longtemps, on a songé à mettre en rapport ce présent

désinence y est -imai, -iti, non -mai, -ti comme dans les autres verbes.

athématique avec l'ancien parfait apophonique indo-européen, attesté dans

Cette différence a reçu plusieurs explications. La plus courante postule une

plusieurs langues :

influence, avant sa disparition en baltique, d'une 3e pl.

waisei "tu sais",

finale, cf. v. sI. '( baIt. *vaid-e2 > v. pro

avaient, dans quelques personnes, "des fonnes à peu près identiques" :

*vaid-e. Du fait des flottements qui, en v. prussien, existaient à la finale

*yid-me- "nous savons" ne diffèrent aucunement par leur fmale en grec (gr.

ainsi, la

re

pl. du présent *h1i-me- "nous allons" et celle du parfait

entre -e et -i (cf. 3 p. gëide "attendre", III, 85 9 à côté de giëidi, III, 83 8

r-~EV,

< *geid-ja, lit. geïdiia), cette fonne *vaid-e, ou secondairement *vaid-i,

l'opposition de désinences primaires ou de désinences secondaires (véd.

e

re

aurait été analysée comme appartenant à un thème en *-i-, d'où une 1 pl. e

e

*vaid-i-mai et une 2 pl. *vaid-i-të, par analogie avec le type en *-i- (3 p. re

vs.

'(a-~Ev)

et ne se distinguent en sanskrit védique que par

i-mal), vs. vid-ma), une opposition qui n'a, de toute façon, aucune signification en balto-slave.

turri, par ex. III, 274, à côté de ture, par ex. III, 65 15, vs. 1 pl. turrimai

La même substitution d'un présent athématique à l'ancien parfait

"avoir", par ex. III, 27 9). Le même processus a touché, en vieux prussien,

s'observe, dans des conditions comparables, en slave. Le v. slave a encore

e

r e sg. v. sI. B1;.o:1; /

vede "je sais" < *yoid-a-i,

les thèmes thématiques à suffixe *-ja- (par ex. 3 p. gëide, giëidi "il

une forme isolée de parfait,

attend" < *geid-ja, cf. aussi kniëipe "il puise", künti "il soigne", trinie "il

mais présente aussi, dès les plus anciens textes, un présent athématique,

e

1 vemb "je sais" (slave *ved-mi), dont la conjugaison est

menace", etwëre "il ouvre", etwerpe "il pardonne"), dont la 3 personne à

1re sg. v. sI.

finale *-i ou *-e a donné naissance à des fonnes de pluriel à voyelle prédésinentielle *-i- ou *-e- (par ex. 1 pl. girrimai "nous louons" au lieu

régulière et qui se rencontre encore dans quelques langues slaves modemes257 :

253. En ce sens, Endzelrns (1943, p. 107, § 224 = DI, IIIz, p. 132; 1944, p. 162, § 224), cf. aussi DI, IIIl, p. 461. Voir également Schmalstieg (2000, p. 95-96). 254. Sur l'extension de cette finale -imai, cf. van Wijk (l929a, p. 149). 255. Le letton nav "il n'est pas" « *nevaid "on ne sait pas") pourrait, à e mon sens constituer un reflet direct de cette 3 p. *vaid-e (> lett. *-vaid). Il est clair, en t~ut cas, que la forme lettone ne peut ~ro~eni.r d~un ancien par~digme de présent radical athématique: on att:nd~alt vald-tl. > lett. t-valst. Sur l'étymologie de cette forme, voir en ~art~culIer ~chmalst~e? (2000" p. 71-72), qui passe en revue les différentes explIcatIOns qUI en ont ete proposees.

256. Données chez Endzelïns (1943, p. 110, § 227 = DI, IlIz, p. 136; 1944, p. 166-167, § 227). 257. Données slaves: Vaillant (1948, p. 314-316, § 224 ; 1962, p. 52). Vieux et moyen russe : Cocron (1962, p. 254-256).

re

B1;Mh

166

Catégorie du nombre V. SLAVE

V. RUSSE

POLONAIS

Catégorie du nombre BALTO-SLAVE

BALTIQUE

*vaid-a(i)

SG

atAt /vede 1re p . (archaïque)

atm/vernI.

wiem

atM!>

2 e p.

atcH 1vesi

wiesz

3e p. atCTh / vest'b ateTh / vest

pro waisei

wie

(secondaire)

(secondaire)

PL. atM'b 1vem'b 1re p .

Dans le parfait indo-européen, une apophonie radicale < 0 l " > opposait les formes du singulier et celles du pluriel, cf. gr. ol8a, vs.

wiemy

tal-lEV, véd. véda, vs. vidma, got. wait, vs. witum. Le baltique, comme le

*viiid-me-

slave, a généralisé le degré fléchi radical *0 (> balto-slave *0) et a éliminé

pro waidimai

la variante faible du radical. Aucune apophonie ne sépare plus, en vieux

BtcTe 1veste

prussien, waisei "tu sais" (radical *viïid- au singulier, avec allongement dû

*viiid-te wiecie

à la loi de Winter) et waidimai ''vous savez" (radical *viiid- au pluriel), ni,

pro waiditi

(secondaire) (secondaire)

3 e p. BtAATh / ved~t'b

wiedzfl.

en slave, Bi>cH 1vesi "tu sais" (radical Bt- / ve- < *viïid- au singulier) et *viiid-{Jti

-

BteTe 1veste "vous savez" (radical B't(C)- 1 ve(s)- < *viiid- au pluriel). La généralisation du degré radical *0 (> *0) en baIto-slave s'explique, peut-

En vieux slave, la flexion ancienne de parfait ne survit plus qu'à la 1re sg. (B't~'t / vede < *vliid-ai) ; tout le reste du paradigme est du type e

athématique (par ex. 3 sg. B'tCTh / vest'b < *viïid-ti). La 3e sg. présente, dans quelques textes slavons, des attestations d'une forme réduite secondaire Bt / ve. Cette forme s'est imposée en polonais (pol. wie "il sait"); dès lors, le système désinentiel a été entièrement refait en s'adaptant au re

e

modèle général (1 sg.-m, 2 sg.

-SZ,

e

3 e [email protected], 1re pl.-my, 2 pl.-cie) ; seule

e

la 3 pl. est anomale (désinence -dzfl). En vieux russe, la flexion athématique est limitée à deux formes isolées : la 1re sg. BtMb / vemb "je sais"

«

*vliid-mi) et la 3e sg. BtCTh / vest'b "il sait"

« *vliid-ti).

russe a développé une flexion secondaire du type

/ vedaju/vedajeii, à partir de

l'infmitifBi>~aTH

Le moyen

Bt~alO, Bt.~aeII1H

1vedati, doublet de Bi>ntm

1vedeti ; le russe moderne a éliminé ce verbe et l'a remplacé par 1znaju "je sais".

re

slave, la 1 sg. *J,loid-a-(i) (> v. sI. Btnt / vede "je sais") ; en baltique, probablement la 3 p. (sg.) *uoid-e (> lett. nov, nevaid, v. pro *vaide ~ 1re pl. waidimai, 2e pl. waiditi).

(secondaire) 2 e p.

encore trace de l'ancien paradigme de parfait, à travers une forme isolée: en e

*viiid-sï

? lett. -vaid *viiid-e - *viiid-ti

at/ve

La concordance entre le slave et le baltique indique l'antiquité du passage à un présent athématique ; mais chacun des deux groupes garde

- *viiid-mi

Ivem'

167

3HaIO

être en partie, par un souci de distinguer le perfecto-présent de sens "savoir" du groupe proche de sens "voir", dans lequel un degré zéro *JJid- (baltoslave *vtd-) avait sa place. Le degré *0 pouvait apparaître comme la marque spécifique du parfait, au point de s'imposer à l'ensemble du paradigme. D'autres traces du parfait indo-européen pourraient être identifiées en baltique, précisément parce qu'elles présentent ce qui apparaît comme un degré *a généralisé. Ainsi, le présent athématique du

V.

lit. liekmi "laisser,

rester" a des chances de procéder d'un ancien parfait intransitif, i.-e. w

*loik -h2 e (au sens de "rester" ; pour la forme, cf. lat. -lfquï, et, avec un redoublement, gr. ÀÉÀOl1TU) ; le degré radical *loik w - (> baIt. *laik- > lit.

liek-) est appuyé par l'infinitif V. pro poliïikt / bleiben "rester" (III, 1155). Cette forme de parfait se serait rapprochée de l'ancien présent à infixe nasal, i.-e. *liN(e)kW-ti (véd. rimikti, lat. linquo "laisser"), thématisé en baltique (v. pr. polfnka / bleibet "reste", III, 97 12, lit. dial. liflka "rester"), et aurait

hérité de celui-ci la double diathèse qui lui était propre

258

.

En lituanien

moderne, la forme thématique secondaire liekù (+- liekmi) a les deux valeurs: "laisser" et "rester". D'autres anciens parfaits en baltique pourraient survivre dans les verbes suivants259

169

Catégorie du nombre

Catégorie du nombre

168

une apophonie radicale était exceptionnelle entre le singulier et le pluriel (cf. i.-e. sg. *lJércfom "mot", vs. collectif *lJrcf-éh2) ; mais elle vaut aussi pour le système verbal, dans lequel elle caractérisait en indo-européen plusieurs types morphologiques (notamment les présents athématiques, les parfaits radicaux, etc.). Dans tous les cas, le baltique ne permet plus de

:

• v. lit. miegmi, lit. moderne miegù "je dors" (inf. mieg6ti) < parfait *mojgh-h2 e. • v. lit. sniegti, lit. dia!. sniêga "il neige" < parfait *snoig.,h-e (le rapport de v. lit. sniêgti et sniiiga serait le même que liêkti : lifzka).

reconstruire l'ancienne alternance indo-européenne, car il a généralisé un degré vocalique particulier. Le choix du degré radical s'est fait, en baltique, à partir de critères propres à chacune des catégories concernées. Ainsi, dans les présents radicaux athématiques, c'est le plus souvent le degré plein, propre au

Van Wijk (1933, p. 138) mentionne encore quelques autres verbes, mais

singulier, qui a été généralisé (par ex. balt. *es-mi "être", *ei-mi "aller",

leur analyse comme d'anciens parfaits demeure douteuse. En tout état de

*êd-mi "manger", *vë/-mi "permettre, souhaiter"), ce qui permettait,

cause, ces vestiges dispersés n'ont guère de pertinence pour la question de

parfois, d'éviter la formation de monosyllabes (par ex. dans le pluriel du

l'apophonie radicale dans les langues baltiques. Ou bien ils ont généralisé

verbe "être"). En revanche, là où le degré zéro, issu des formes du pluriel, a

un degré *a, qui ne participe plus à aucune alternance vocalique, ou bien

été imposé à l'ensemble du paradigme (balt. *ded-mi "placer", *dod-mÎ

leur degré radical est ambigü, notamment lorsque le radical présente une

"donner"), c'est sans doute là aussi parce qu'il permettait de fournir un

diphtongue ie, qui peut provenir aussi bien de i.-e. *ei que de i.-e. *01·

thème monosyllabique, en accord avec la tendance, ancienne en balto-slave,

IV. CONCLUSION: CATÉGORIE DU NOMBRE ET APOPHONIE RADICALE

à ne conserver que des présents radicaux athématiques à thème monosyllabique. Dans les parfaits radicaux, le degré

*a «

i.-e.

*0),

propre à

l'origine aux formes du singulier (type Ï.-e. *J,!ojd-h2e ''je sais"), semble

L'examen des données baltiques conduit à une conclusion purement

avoir été généralisé. La raison en est probablement qu'il constituait, à lui

négative: il n'existe, en baltique, aucune trace d'une apophonie radicale

seul, la marque de cette catégorie, alors que le degré zéro, propre à l'origine

dans l'opposition des nombres (singulier, vs. pluriel). Par rapport au

aux formes du pluriel (type i.-e. *J,!id-me-), n'apparaissait pas suffisamment

système indo-européen, le baltique se signale par une homogénéité du

caractéristique. En défmitive, c'est chaque fois le degré vocalique le plus

degré radical à l'intérieur des paradigmes. Cette observation vaut en

spécifique qui s'est partout imposé: il ne subsiste plus rien, dans les

premier lieu pour le système nominal, dans lequel, dès l'indo-européen,

langues baltiques, des anciennes apophonies indo-européennes.

258. En ce sens, cf. Petit (1999a, p. 84). Voir aussi Schm~lstieg ~;~o~~ p 88.~9}.Autre hypothèse chez Stang (1942, p. 1~1), qUI supp . ' ntaml'nation en baltique de deux verbes *leik-a "laIsser" « prése~t ~.-e. co , = gr. À-El'TIW ) et *1 az'kt'" 1 -e. * le' kW _% _ de, sens transitif z res t.er". « parfaIt ..' *1 ~kW h ' de sens intransitif). Cette contamination aurait eté SUSCItee par ?J. 1 - . 2e, .. t de *ez' et *ai. en ie en baltique oriental. Mais, dans cette l'evo utlOn conJom e *1' k ? perspective, que faire du présent à mfixe nasal zn -a . 259. Cf. Mahlow (1879, p. 144), van Wijk (1933, p. 136).

CHAPITRE IV CATÉGORIE DU GENRE ET APOPHONIE RADICALE

J. INTRODUCTION

Le critère du genre touchait en indo-européen deux types de classes grammaticales : il s'appliquait en premier lieu aux adjectifs et aux formes qui s'en rapprochent (participes et adjectifs verbaux, adjectifs possessifs, numéraux), ainsi qu'aux pronoms; en second lieu, une opposition de genre s'observe dans toute une série de substantifs, les "substantifs mobiles", qui distinguent un masculin et un féminin. Les deux types sont connus dans presque toutes les langues indo-européennes, et il n'est pas rare qu'ils présentent les mêmes marques morphologiques. Ainsi, en grec, le couple des substantifs mobiles 8ouÀ-os "esclave" (masc.), vs. 8ouÀ-TJ "esclave" (fém.) rappelle l'opposition des adjectifs àyu8ôs "bon" (masc.), vs. àyu611 "bonne" (fém.). L'apophonie radicale est, en général, mal attestée dans l'expression du genre en indo-européen. On ne peut mentionner que quelques faits isolés, qui n'offrent aucun caractère systématique. En grec, on oppose, pour le numéral "un", des formes masculine et neutre à degré plein radical, *sem-s, masc. (> gr. Ets "un"), *sem, nt. (> gr. Ëv "un"), et une forme féminine à degré zéro radical, *sm-ih2, fém. (> gr. !J.lU "une"); une opposition

172

Catégorie du genre

Catégorie du genre

comparable a dû exister en arménien, langue dépourvue de genre gramma-

à caution, si l'on tient à la considérer comme une expression grammaticale

tical, où le thème faible du féminin a été généralisé (* sm-iia, secon-

de la catégorie du genre.

173

dairement *sm-iios > ann. mi "un, une"). D'une manière un peu différente, dans le numéral "trois", l' indo-européen distinguait un radical au degré

II. "SUBSTANTIFS MOBILES" ET APOPHONIE RADICALE

plein au masculin (gr. TpELS-, véd. triryaf) "trois" < i.-e. *trei-es) et un radical au degré zéro au neutre (gr. TpLU, véd. trI "trois" < i.-e. *tri-h2 ).

On appellera ici "substantifs mobiles" des couples de substantifs ayant

Dans les pronoms, une apophonie du type de celle qui oppose, en védique,

la même signification lexicale et s'opposant seulement par leur genre

ay-am "celui-ci" (degré plein au masculin) et iy-am "celle-ci" (degré zéro au

grammatical. Les exemples de substantifs mobiles sont nombreux dans les

féminin), ou, à l'inverse, en latin, i-s "celui-ci" (degré zéro au masculin) et

langues indo-européennes et concernent pour l'essentiel trois catégories

ea "celle-ci" (degré plein au féminin), paraît exceptionnelle et ne se laisse

sémantiques. À ce type appartiennent au premier chef des substantifs

pas clairement ramener à un schéma indo-européen. En règle générale, dans

désignant des fonctions ou des statuts sociaux, qui peuvent être occupés

les adjectifs comme dans les substantifs, l'opposition des genres n'est associée à aucun phénomène d'apophonie radicale2 6o .

soit par des hommes, soit par des femmes, par ex. gr. 6 8oüÂos- "esclave"

En baltique, l'absence d'apophonie radicale est absolument régulière

(masc.), vs. fi 80uÂll "esclave" (fém.) ; lat. seruus "esclave" (masc.), vs. serua "esclave" (fém.) ;

V.

sI. pa6'b / rab'b "esclave, ôoùÂos-" (masc.), vs.

dans l'opposition des genres grammaticaux. Le vieux prussien, qui a

pa6a / raba "esclave, ôouÂll" (fém.) ; ft. vendeur, vs. vendeuse, etc. Une

conservé dans les adjectifs un système à trois genres (masc., fém., nt.), n'y

seconde catégorie est constituée par les désignations de parenté, qui

présente aucune apophonie radicale : les formes adjectivales sont

peuvent présenter, le cas échéant, les caractères de substantifs mobiles, par

distinguées en genre seulement par leur finale, par ex. v. pro labs "bon"

ex. lat. fiUus "fils" (masc.), vs. flUa "fille" (fém.) ; gr. à8EÀ, qui semble séparer la forme masculine *befnas et la

On a certes le droit d'interpréter ce contraste intonatif comme le reflet d'une

forme féminine *bérnii, pourrait s'interpréter comme provenant d'une

ancienne apophonie quantitative, mais on ne doit pas oublier le caractère

ancienne opposition entre une diphtongue à premier élément bref dans le

indirect de son attestation. Une telle analyse n'a de sens que pour qui

masculin (masc. -ef- < *-er-) et une diphtongue à premier élément long

admet une équivalence historique d'une part entre diphtongues brèves et

dans le féminin (fém. -ér- < *-ër-), d'où une reconstruction *ber-nas

intonation douce, d'autre part entre diphtongues longues et intonation rude.

(masc.), vs. *bër-nii (fém.). On pourrait alors disposer d'un contexte où

Cette équivalence n'est pas admise par tout le monde. Par exemple,

l'expression du critère du genre serait associée à une apophonie radicale de type quantitatif, la motion féminine impliquant un passage au degré long. C'est en ce sens que ces couples de substantifs mobiles sont traditionnellement interprétés : on voit en général dans la métatonie rude qui caractérise la forme féminine le reflet de l'ancien procédé de la vrddhi

271. Données chez Derksen (1996, p. 86-87), qui n'évoque cependant pas cette possibilité d'analyse.

272. Cf. Brugmann (1901, p. 1-3), qui rapproche aussi le type secondaire du véd. agni- "Agni, feu", vs. agnây-ï "femme d'Agni", ari- "ennemi", vs. ariiy-î "femme de l'ennemi", etc. On a plutôt tendance, aujourd'hui, à y voir une dérivation féminine sur base marquée à finale de locatif, par ex. agni-, loc. agnâ « *agnây) ~ agnây-ï "femme d'Agni" ; en ce sens, Haudry (1978, p. 95). 273. En ce sens, van Wijk (1906-1907, p. 339) ; Pedersen (1933, p. 58) ; Leumann (1954, p. 10) ; Kurylowicz (1956, p. 159) ; Stang (1966, p. 156-157) ; Smoczyfiski (2001, p. 110). Cf. aussi Vaillant (GCLS/., 1, p. 301) ; Darms (1978, p. 344-345). 274. Voir par exemple Troubetzkoy (1921, p. 172-173).

180

Kortlandt (1985

Catégorie du genre

181

Catégorie du genre

1988) et son élève Derksen (1996, p. 255) limitent

distinguer du degré bref, s'il aboutit à une intonation douce [eT], ou du

l'intonation rude à la présence ancienne d'une laryngale indo-européenne

degré long d'origine glottale, s'il aboutit à une intonation rude [ér]. Il me

(par ex. lit. s eti "semer" < baltique

*se'-ti-
*varvas, vs.

dans le balto-slave *varna "corneille" (lit. varna, s.-cr. vràna), dont

*varna se seraient contaminées, d'où lit. varnas "corbeau", vs. varna

l'intonation rude s'explique à partir de la laryngale finale de la racine.

"corneille". Cette hypothèse ingénieuse, quoique spéculative, permettrait

L'adjectif *J!.orH-u- fournissait, quant à lui, un contexte favorable à la

d'expliquer la métatonie rude attestée dans le couple lit. varnas, vs. varna,

disparition de la laryngale finale de la racine et devait donc aboutir à une

sans recourir à la notion de vrddhi.

forme balto-slave *var-u-, laquelle aurait été, de manière secondaire,

cheval)", qui peut provenir d'un indo-européen *JJor-no-



Tous les problèmes ne sont cependant pas résolus pour autant. Ainsi, Kortlandt ne se prononce pas sur la formation morphologique de ces deux désignations, *kor-Jlos ~ *Jlor-J!.os "corbeau" et

*kor-HnaH ~ *1)or-HnaH

"corneille". À titre expérimental, on peut faire ici une suggestion susceptible d'expliquer la formation de ces deux lexèmes. Il est notable que les deux 283. L'adjectif slave est cependant ambigü, car il pourrait s'agir d'une dérivation secondaire à partir du nom du "corbeau" ('"corbeau" --+ "noir comme le corbeau") : en russe, par exemple, l'adjectif BopoHoit / voronoï "noir" paraît avoir avec le substantif BOpOH / voron "corbeau" la même relation que l'adjectif rOJly6oit / goluboï "bleu clair" avec le substantif rOJly6h / golub' "pigeon". Cf. UhlraHeHKo (1989, p. 69).

284. Cf. Bader (1979, p. 199), Koch (1980, p. 236). On mentionnera, à propos de la forme hittite, une autre analyse possible qui va finalement dans le même sens, mais me parait moins économique. La forme balto-slave *varvas, supposée par Kortlandt et qui parait remonter à un indo-européen *uor-yos, pourrait éventuellement être rapprochée directement de la forme verbale hittite warnuzzi "chauffer". En effet, la coexistence d'un dérivé nominal de type *CoC-u o- et d'un verbe à suffixe *-nu- n'est pas un fait isolé dans les langues indo-européennes, notamment en grec, cf. gr. homo 60vpos "impétueux" (*60pFos < *cforh3-Jlo-) ::::: 66pvVIlaL "sauter", ovX-os "funeste" (*6X--F os < *h301hllIo-) ::::: ÛX-X-Vj.1Œl "périr", oupos "vent favorable" (*6p-Fos < *hlOr-Jlo-) ::::: 0PVVllaL "se lever", cf. Garcia-Ram6n (2000, p. 63-77). On pourrait alors peutêtre ajouter à ce groupe *Jlor-yos "brûlé> noir" (--+ balto-slave *varvas "animal noir, corbeau") ::::: *uor-nu- "brûler, chauffer" (--+ hittite warnuzzi "chauffer"). Mais, en l'occurrence, cette analyse laisserait inexpliquée la métatonie qui sépare le masculin vaFnas du féminin varna.

188

Catégorie du genre

Catégorie du genre

simultanément thématisée et substantivée au sens d"'oiseau noir, corbeau",

comme lit. vifkas "loup", vs. vilké "louve", ou lit. zulkis "lièvre", vs.

d'où *var-u- "noir" - *var-vas "oiseau noir" (*vaf-vas), et enfm vafnas par

zùikë "hase", et qu'à l'inverse elle pouvait aussi donner lieu à la création

varna2 85 •

189

La chute de la laryngale serait due, en ce cas,

de masculins à métatonie douce fondés sur des féminins rudes dans le type

à ce qu'elle se trouvait à l'origine dans un contexte antévocalique

lit. antis "canard" (fém.), vs. afitinas "canard mâle" (masc.). Il resterait,

ultérieurement modifié. Simple possibilité qu'on évoque ici en passant et

dans cette perspective, à expliquer la divergence morphologique qui sépare

qui demeure une pure spéculation.

la corrélation {-as / -a} dans le lit. vafnas "corbeau", vs. varna "corneille",

contamination avec

S'agissant du lit. vifkas "loup", vs. vilké "louve", Kortlandt (1977, p. 324-325) et à sa suite Derksen (1996, p. 210-211) supposent que la

la corrélation {-as /

-el

dans le lit. vifkas "loup", vs. vilké "louve", et la

corrélation {-is / -el dans le lit. zuîkis "lièvre", vs. zùiké "hase".

métatonie rude dans la forme féminine est due à une rétraction de l'accent à

À mon sens, le problème peut être résolu en des termes chronologiques.

partir d'un prototype baltique *yilkiH-aH, qui s'analyse comme une forme

La corrélation {-as / -a}, attestée dans le lit. vafnas "corbeau", vs. varna

secondaire recaractérisée par un suffIXe *-aH « i.-e. *-eh2 ) d'un plus ancien

"corneille", représente vraisemblablement la plus ancienne forme de motion

*yJkw-ihr (= véd. v[k-Û) "louve", v. isl. ylgr). Cette hypothèse me paraît

féminine : elle dispose de correspondants externes non seulement, en

devoir être mise en doute, car on voit mal pourquoi la rétraction de l'accent

l'occurrence, dans les langues slaves (par ex. serbo-croate vrân "corbeau",

aurait produit dans certains mots une métatonie douce (par ex. lit. piené

vs. vràna "corneille"), mais aussi, de manière plus générale, dans d'autres

"pissenlit", type 2 < *pëin-iia +- masc. pienas "lait", type 1), dans d'autres

langues indo-européennes (par ex. lat. lupus "loup", vs. lupa "louve").

mots une métatonie rude (par ex. lit. vilké "louve", type 1 < *yi/kiia

Quant à la corrélation {-as /

+-

masc. vifkas "loup", type 4), et dans d'autres mots encore aucune

métatonie (par ex. lit. sargé "gardienne", type 1 < *sargiiii

-el, attestée dans le lit. vifkas "loup",

vs. vilké

"louve", elle prolonge sans doute elle aussi une corrélation archaïque,

masc.

quoique marginale, pourvue à l'origine d'un sens possessif (cf. corrélation

sargas "gardien", type 3, ou encore lit. /iuté "lionne", type 2 < */iütiia

i.-e. {-os / -ih2 }, dans le véd. vtka/J "loup", vs. vrkÎ!J "louve"), mais son

masc. /iutas "lion"). On peut difficilement admettre que la rétraction de

développement est purement baltique et l'on observe qu'elle a été

l'accent ait eu des effets aussi divers sans que soit énoncé le principe de

pratiquement généralisée dans les substantifs mobiles de ces langues2 86. Si

leur distribution. Il convient donc de chercher d'autres explications.

le couple lit. vafnas "corbeau", vs. varna "corneille" est resté en dehors de

4-

+-

L'hypothèse la plus économique, à mon sens, est de supposer que la

cette innovation, c'est probablement parce que le "corbeau" et la "corneille"

métatonie rude, qui disposait d'un fondement étymologique dans le couple

ne sont pas à proprement parler des substantifs mobiles (la "corneille", on

lit. vafnas "corbeau", vs. varna "corneille", a pu s'étendre par analogie à

le sait, n'est pas la femelle du "corbeau", mais appartient à une espèce

quelques autres substantifs mobiles, où elle ne pouvait pas être ancienne,

proche), et aussi parce que le féminin varna a des chances d'être plus ancien que le masculin vafnas et peut représenter sa forme de fondation. La

285. L'évolution supposée ici (adjectif *varùs "brûlé" - substantif *varvas "oiseau brûlé, noir") aurait un parallèle dans le cas du lit. purùs "mou (en parlant d'une terre meuble)" - purvas "terre meuble, boue", cf. aussi lit. pifvas "ventre" +- adj. *pi/ùs "plein" « i.-e. *pJh/-u-, véd. puru-, cf. aussi gr. TroMs "abondant", got.filu "beaucoup, ÀLav, a68pa, TroÀÀ0", à côté de *plh r n%- > lit. pUnas "plein"). Sur le lituanien pifvas "ventre", cf. Smoczyfiski (2001a, p. 121).

tendance a pu exister, du reste, à introduire cette corrélation secondaire {-as / -e} dans le couple du "corbeau" et de la "corneille", comme le montre

notamment la forme dialectale du lituanien varné au lieu de varna en

286. Sur ce système, voir Petit (1999a, p. 67-71).

Catégorie du genre

Catégorie du genre

regard du masculin vafnas. La dernière étape du développement est atteinte

une différence originelle de leurs formations, est une solution envisageable,

dans la corrélation {-is / -ë}, qui apparaît secondaire par rapport à {-as

et elle peut fournir un point de départ au développement de ce qui apparaît

/ -el, et dans laquelle le masculin a été refait en *-is «

bien, en lituanien, comme un contraste métatonique, non comme un

190

î.-e. *-ii-os) d'après

le féminin sur le modèle des adjectifs (type lit. didelis "grand", vs. didelé

191

contraste apophonique.

"grande"). On peut ainsi expliquer le couple lit. zuïkis "lièvre", vs. zùiké

Du reste, même si l'on tient à la conception traditionnelle d'une Vfddhi

"hase" comme l'aboutissement récent d'une plus ancienne corrélation

dans le type lit. varnas, vs. varna, l'apophonie qui s'y manifeste n'est pas

zuikas "lièvre", vs. zùiké "hase", encore attestée de manière résiduelle en

directement liée à l'expression grammaticale du genre. En effet, on ne peut

lituanien. Le v. prussien offre un cas comparable, puisque cette corrélation

parler du "genre" comme catégorie grammaticale que là où il apparaît de

-el

apparaît entre le masculin warnis "corbeau" et le

manière systématique, c'est-à-dire dans les adjectifs, qui opposent

féminin warne "corneille" (*varnis, vs. *varni) : elle doit y avoir remplacé

régulièrement un masculin et un féminin. Dans les substantifs mobiles, en

secondaire {-is /

-el

(*varnas, vs. *varni), elle-même

revanche, le critère du genre n'est ni systématique, ni constitutif d'un

primitive {-as / -a} (*varnas, vs.

paradigme; il s'agit d'une dérivation lexicale, non d'un marquage

*varna). Ces divergences morphologiques n'empêchent donc pas de

grammaticaI287. Dans une étude consacrée à l'évolution de l'apophonie

rapprocher les différents lexèmes concernés et d'admettre que la métatonie

grammaticale en baltique, ces formes n'ont par conséquent aucune

rude a pu s'y introduire à partir du modèle, seul ancien, du couple lit.

pertinence. L'apophonie radicale est en réalité absolument étrangère, dans

vafnas, vs. varna.

les langues baltiques, à l'expression grammaticale du genre.

une plus ancienne corrélation {-as / récente par rapport à la corrélation

III. CONCLUSION: CATÉGORIE DU GENRE ET APOPHONIE RADICALE

Dans les langues baltiques, le critère du genre grammatical n'est jamais associé de manière régulière à des phénomènes d'apophonie radicale. La seule catégorie dans laquelle on ait pu identifier ce qui ressemble à une alternance vocalique - celle des substantifs mobiles du type lit. vafnas "corbeau", vs. varna "corneille" - présente en fait une métatonie rude propre au baltique, qui n'a, en définitive, rien à voir avec l'ancienne apophonie indo-européenne. Dans une analyse traditionnelle, on interprète cette métatonie rude comme un vestige du procédé de la Vfddhi indoeuropéenne, mais on a vu que, si cette hypothèse est possible d'un point de vue théorique, elle soulève néanmoins de nombreux problèmes, qui amènent à la mettre en doute. À cet égard, l'hypothèse de Kortlandt, pour qui la métatonie rude dans le couple lit. varnas, vs. varna s'explique par 287. Sur cette distinction, cf. Petit (l999a, p. 70).

CHAPITRE V CATÉGORIE DU MODE ET APOPHONIE RADICALE

I. INTRODUCTION

La catégorie du mode est probablement, de toutes les catégories grammaticales, celle dont la reconstruction indo-européenne pose le plus de problèmes. On hésite encore sur le nombre des modes indo-européens: ils sont sept en védique (indicatif, injonctif, subjonctif, optatif, impératif, participe, infinitif), cinq en gotique (indicatif, optatif, impératif, participe, infmitif), quatre en hittite (indicatif, impératif, participe, infmitif). Et, pour certains d'entre eux, on ne sait même pas si leur existence doit être attribuée à l'indo-européen commun ou appartient à une évolution indépendante de chacune des langues (notamment l'infinitif). Un autre problème est de déterminer une classification des modes indo-européens en fonction de leur valeur. Doit-on considérer comme des "modes" au sens propre, c'est-à-dire comme des modalités du procès verbal, le participe qui n'est qu'une forme adjectivale du verbe, et l'infinitif qui en est une forme nominale indéclinable ? peut-on, en outre, analyser comme modaux les substantifs verbaux de sens abstrait, dont la formation est systématique

194

Catégorie du mode

Catégorie du mode

195

dans plusieurs langues (notamment, en lituanien, les substantifs en -imas,

• impératif: présent (par ex. seiti "soyez !").

par ex. lit. sukimas "le fait de tourner" : sùkti "tourner") ? La question de l'apophonie radicale est, quant à elle, confrontée à une

• optatif: présent-futur? (par ex. bousei "qu'il soit !", boulai "qu'il soit !").

difficulté préalable, celle de définir, dans l'ensemble des relations

• participe: présent actif (par ex. skeUiints "devant, qui doit"),

qu'entretiennent entre elles les différentes fonnes modales, ce qui est fonne

présent passif (par ex. poklausïmanas "exaucé, qui est écouté"),

de fondation et ce qui est fonne fondée. Pour ne prendre qu'un exemple

prétérit actif (par ex. ïduns "qui a mangé"), prétérit passif (par

emprunté au lituanien, une apophonie radicale s'observe apparemment entre

ex. crixtits "baptisé, qui a été baptisé").

l'indicatif présent 3e p. pef1c-a "il achète" et le conjonctif 3e p. piFk-ty "il

• infinitif (par ex. bout "être", buton "être", diitwei "donner").

achèterait" (apophonie < er / ir », mais en réalité le thème du conjonctif est directement fondé sur celui de l'infinitif piFk-ti "acheter", et celui-ci, comme dans de nombreux autres verbes, apparaît inséparable de l'indicatif prétérit pifk-o "il acheta". La notion de "contraste apophonique" n'a de sens que dans l'opposition de fonnes associées par un rapport morphologique direct. Il importe donc de définir ces rapports morphologiques avant de tenter d'identifier et de décrire les phénomènes apophoniques. Dans les autres catégories grammaticales étudiées jusqu'ici, cette nécessité était moins sensible parce que l'apophonie ne pouvait apparaître que dans le cadre de séries fennées et parfaitement claires, que ce soit dans un paradigme personnel ou casuel ou plus largement dans l'opposition des nombres ou des genres. Une dernière difficulté résulte de la structure particulière des langues baltiques. D'une manière générale, le baltique paraît avoir profondément modifié le système des modes indo-européens, d'une part en réduisant le nombre des modes hérités, d'autre part en créant de nouveaux modes, dont l'existence ne doit rien, ou presque, à un prototype indo-européen. Descriptivement, l'inventaire des modes des langues baltiques peut être établi comme suit : - V. PRUSSIEN (5 modes) :

-LITUANIEN (8 modes):

• indicatif: présent (par ex. dirbu ''je travaille"), prétérit (par ex. dirbau "je travaillai"), futur (par ex. dirbsiu "je travaillerai"), imparfait fréquentatif (par ex. dirbdavau ''je travaillais"). • impératif: présent (par ex. dirbk "travaille !"). • conjonctif: présent (par ex. dirbciau ''je travaillerais"). • vestiges du mode optatif, mode "pennissif' du lituanien: présent (par ex. tedirbie "qu'il travaille !"). • participe : présent actif (par ex. dirbçs "travaillant, qui travaille"), présent passif (par ex. dirbamas "travaillé, qui est travaillé"), prétérit actif (par ex. dirbf;s "ayant travaillé, qui a travaillé"), prétérit passif (par ex. dirbtas "travaillé, qui a été travaillé"), imparfait fréquentatif actif (par ex. dirbdavf;s "qui travaillait"), futur actif (par ex. dirbsiçs "qui travaillera") ; ce qu'on appelle le "mode relatif' n'est qu'un emploi particulier des formes participiales et ne constitue pas une classe morphologique spécifique. • gérondif : présent actif (par ex. dirbant "travaillant, qui travaille"), prétérit actif (par ex. dirbus "ayant travaillé, qui a travaillé"), imparfait fréquentatif actif (par ex. dirbdavus "qui

• indicatif: présent (par ex. ast "il est", asmai "vous êtes"),

travaillait"), futur actif (par ex. dirbsiant "qui travaillera").

prétérit (par ex. bhe "il fut"), futur (par ex. postiisei "tu

• infmitif (par ex. dirbti "travailler").

deviendras").

Catégorie du mode

196

Catégorie du mode

197

• supin, d'emploi rare dans la langue moderne (par ex. dir bt1r!

on observe, en regard d'un indicatif à degré plein au singulier (type i.-e.

"travailler").

*h1es-mi "je suis", *h1ei-mi 'je vais") et à degré zéro au pluriel (type i.-e.

- LEITON (6 modes) :

• indicatif: présent (par ex. stràdâju "je travaille"), prétérit (par ex. stràdâju "je travaillai"), futur (par ex. stràdâsu 'je

*h1s-me- "nous sommes", *h1i-me- "nous allons"), les structures

apophoniques suivantes : -le SUBJONCTIF était marqué par la thématisation et un degré plein

travaillerai") ; ce qu'on appelle le "mode débitif' ne constitue

constant du radical: type *CeC-%-, i.-e.

pas une classe morphologique à part, mais un emploi marqué

sg. *h1es-e-ti,

des formes de l'indicatif.

subjonctif asiïni, asati, asiïma, asan ; gr. homo subjonctif

• impératif: présent (par ex. stràdâ "travaille !").

Ëw, Ël],

• conjonctif: présent (par ex. stràdâtu "je travaillerais"). • participes : présent actif (par ex. stràdâjuôss "travaillant, qui

secondaire ; lat. subjonctif> indicatif futur ero, erit, erimus, erunt).

travaille"), présent passif (par ex. stràdâjàms "travaillé, qui est

-l'OPTATIF était marqué par une suffixation alternante et un degré

travaillé"), prétérit actif (par ex. stràdâjis "ayant travaillé, qui a

zéro constant du radical: type *CC-jeh1-/-ih1-, i.-e.

r e pl. *h1es-o-me-,

ËWIJ-EV,

Ire

sg. *h1es-o, 3e

3e pl. *h1es-o-nt(i) (> véd.

Ë WUl, avec voyelle thématique longue

e

r

e

Ire

sg.

travaillé"), prétérit passif (par ex. stràdâts "travaillé, qui a été

*h1s-iehrm, 3 sg. *h1s-jeh1-t,

travaillé").

*h1s-ih1-ent (> véd. optatif syâlJZ, syât, pl. à degré plein

• gérondif: présent actif (par ex. stràdâjuôt "travaillant, qui

secondaire syâma, syur ; gr. optatif EITJv, dTJ, El!J.E V, EIEv;

travaille").

v. lat. subjonctif siem, siet,

• infmitif (par ex. stràdât "travailler").

verbes (appartenant au type acrostatique), la suffixation ne

SlmUS,

e

pl. *h 1s-ih1-me,3 pl.

sient). Dans quelques

On passera ici en revue les phénomènes d'apophonie radicale dans

présentait aucune alternance et le radical était constamment au

l'expression des différents modes, en les répartissant en trois groupes: on

degré plein: type *CeC-ih l -, par ex. i.-e. 1re sg.

distinguera d'abord le's modes de moindre réalité (subjonctif, optatif,

"je voudrais" (> lat. uelim, got. wiljau).

impératif), puis les formes adjectivales du verbe (participes, gérondifs), et enfm les formes nominales indéclinables du verbe (infinitif, supin).

*yelH-ih1-m

- l 'IMPÉRATIF était marqué, à la 2e sg., par une désinence zéro et un degré plein du radical ou par un système désinentiel particulier et un degré zéro du radical: type *CeC-, par ex.

II. SUBJONCTIF, OPTATIF ET IMPÉRATIF

L'indo-européen distinguait trois modes de moindre réalité, exprimant le désir ou la volonté: le subjonctif, l'optatif ou l'impératif. Chacun d'entre eux était caractérisé par une ou plusieurs formations apophoniques particulières, qui les distinguaient de l'indicatif. Si l'on prend comme exemples les verbes radicaux athématiques, qui sont riches en archaïsmes et dans lesquels les variations apophoniques sont encore clairement attestées,

i.-e. *h1ej "va!" (> lat. ï "va !"), ou type *CC-cfi, par ex. i.-e. *h1i-cfi "va 1" (> véd. ihi, gr. 'lel "va !"). Dans cette seconde formation, un degré plein n'apparaît que lorsque la réalisation du degré zéro pose un problème phonétique, par ex. véd. addhi "mange !" e

«

Ï.-e. *h1ed-cfi, au lieu de

th1d-cfi). À la 2 pl., l'impératif présentait, optionnellement,

Catégorie du mode

198

Catégorie du mode

un degré plein ou un degré zéro (cf. véd. éta ou

ita

"allez !")288.

199

109 19) ; pareyJey "qu'il vienne !" (II, 9 15) ; pokünli "qu'il protège !" (III, 133 13 ).

Les langues baltiques ont perdu toute trace de l'ancien subjonctif indo-

- FORMATION à suffixe *-lei-, *-lai-, à valeur de conditionnel

européen et n'ont conservé que l'optatif et l'impératif, en les modifiant

(parfois d'optatif, quoique surtout en subordonnées) de 3e p.

parfois de manière considérable.

(+ désinence -~), de 2 sg. (+ désinence -si), de

e

L'optatif indo-européen survit largement en vieux prussien, où les

r e pl.

(+ désinence

e

-mai) et de 2 pl. (+ désinence -te ou -ti). Pas d'exemple de 1re sg. e

formes qui en procèdent se sont réparti les fonctions anciennes de l'optatif,

• Exemples: 3 p. boülai "qu'il soit, il serait" (III, 113 27),

celles de l'impératif et enfin ont développé celles d'un conditionnel. On

baulai (III, 103 10) ; eilai "qu'il aille, il irait" (III, 12h) ; turrïlai

peut distinguer trois formations, qui correspondent approximativement à chacune de ces trois fonctions 289 :

"qu'il aie, il aurait" (III, 103 12 ; Il hl ; 11525 ), turïlai (III, 99 11 )

e

;

55 7

;

131 11 ),

e

• Exemples : 2e sg. ieis "va !" (III, 7 b2) ; gerbais "parle!"

quoitijlai (III, 1175), quoitilai (III, 55 18) - 2 sg. quoitïlaiIi "que tu veuilles, tu voudrais" (III, 79 14-15 ; 81 14 ; 109 12 ; 11929 ; e 133 4) - r pl. turrïlimai "que nous ayons, nous aurions" (III,

(III, 107 13- 14) ; weddais "conduis !" (l, Ils), wedeys (II, 11 5),

11323), - 2 e pl. quoitïlaiti "que vous vouliez, vous voudriez"

weddeis (III, 55 14) - 2e pl. ieUi "allez !" (II, 11 12, III, 59 13), seiti "soyez 1" (III, 9h3 ; 93 23 ; 958 ; 972 ;

(111,6714-15 ; 1171), quoitijlaiti (III, 125 5-6). Une fois, la forme de e 3 p. schluiilai est employée avec un sens de 1re sg. "que je

105 26 ), seïti (III, 898 ; 9h3) ; gerbaiti ''parlez 1" (III, 12h2) ;

serve, je servirais" (III, 43 21 ) ; elle apparaît ailleurs régulièrement

edeitte "mangez !" (l, 13 8), ydieyti (II, 13 8), ïdeiti (III, 75 4),

avec un sens de 3 p. schlüfilai "qu'il serve, il servirait" (III,

idaiti (III, 87 17).

12h).

- FORMATION à suffixe *-ei- ou *-ai-, à valeur d'impératif de 2 sg.

(+ désinence -s) et pl. (+ désinence -te ou -ti).

ieithy (I, 11 10)

-

quoitïlai "qu'il veuille, il voudrait" (III, 55 3

;

;

FORMATION à suffixe *-sei-, *-sai-, *-se- ou *-si-, à valeur

e

Les différentes formations attestées ont donc, en général, des valeurs distinctes. Elles se distinguent également par leur structure morphologique.

d'optatif de 3e p. (+ désinence -~).

9h2;

Descriptivement, les deux dernières formations apparaissent fondées sur le

101 11 ), bouIei (III, 9h4; 103 14 ; 10320), bouJai (III,

thème de l'infinitif, qu'elles reproduisent régulièrement. Ce rapport

95 17), baüJei (III, 79 19 ; 8lt9), boüJe (III, 13316), bouJe (III,

morphologique s'observe clairement dans le cas du verbe "être", qui est

daJai "qu'il donne !" (III, 133 18-19), daJe (III, 9914 ;

d'un type supplétif: l'optatif en *-sei (*bü-sei, v. pro boü-Iei) et le

• Exemples: 3e p. boüIei "qu'il soit !" (III, 89 17

93 12

;

105 10)

;

;

conditionnel en *-lai (*bü-lai, v. pro boü-lai) reposent sur l'infinitif

*bû-t(on) (v. pro boü-t, boû-ton "être") et sont en revanche éloignés aussi 288. Cf. Watkins (1969, p. 32-33), Jasanoff (2003, p. 82). Je dois ces références à G.-J. Pinault. 289. Données tirées d'Endzelïns (1943, p. 119-124, § 243-247 = DI, N2, p. 147-153 ; 1944, p. 181-190, § 243-247), Maziulis (PKEZ, s. u.). Voir aussi Bezzenberger (1907, p. 110-127), Specht (1928, p. 161-184), Palmaitis (1985, p. 159-169).

bien du thème de l'indicatif présent *as- (v. pro aI-t "il est") que de celui de l'indicatif prétérit *be- (v. pro bhe "il fut"). On peut supposer qu'il en va de même dans tous les autres verbes, bien que les données fragmentaires du

200

Catégorie du mode

Catégorie du mode

vieux prussien ne permettent pas toujours de le prouver avec certitude.

l'apophonie radicale qui nous intéresse ici, cette forme auIkiend/ai (*au-

Plusieurs exceptions sont cependant à signaler.

skend-Iai) est sans valeur, car le verbe sur lequel elle est fondée est entiè-

La plus simple est celle du conditionnel lemlai / bricht "qu'il brise" (III, 5L4), dont la diphtongue radicale 1 em 1 semble s'opposer à la diphtongue 1 im 1 de l'infinitif limtwei / brechen "briser" (III, 31 17 , cf.

rement dépourvu d'apophonie (cf. lit. inf. skfsti "se noyer" < *skend-ti-, ind. prés, skçsta < *skend-sta, ind. prét. skeiid-o)292. Une dernière exception, la plus difficile à expliquer, est celle de

aussi limtwey en II, 517) et paraît fondée sur un indicatif présent

l'optatif seisei, un hapax attesté dans un passage du

apophonique *lem-a (cf. type lit. inf. gifiti "chasser", ind. prés. gena)290.

71 9 ]

Il est peu probable qu'il s'agisse d'un simple flottement de la graphie, car ce type de flottement [im] > [em] est étranger au

me Catéchisme.

On peut

donc préfèrer y voir une réfection à partir du vocalisme d'un indicatif présent apophonique, On doit cependant reconnaître que cette innovation ne s'est probablement pas introduite directement de l'indicatif présent au

201

me

Catéchisme [III,

:

- V. PRUSSIEN:

Deiws JeiJei tebbei Grlkenikan etnijwings -ALLEMAND :

GOTT Jey dir genedig "Que Dieu te soit (à toi, pécheur) miséricordieux !"

conditionnel présent, mais qu'un infmitif secondaire *lem-tvei (au lieu de *lim-tvei) a pu servir d'intermédiaire: cet infmitif est peut-être attesté une fois dans le 1er Catéchisme (v. pr.lembtwey / brechen, 1, 5 17). Une autre exception, qui a été signalée par Endzelïns (1943, p. 123, § 247

=

DI, IV 2 , p. 152 ; 1944, p. 188, § 247), pourrait être le

conditionnel auIkiendlai / ersaufe "qu'il se noie" (III, 12b), dont le thème *au-skend- diffère de celui de l'infinitif attendu *au-skens-tvei par le traitement de la dentale finale. Peut-être la consonne dentale a-t-elle été réintroduite secondairement dans le conditionnel sous l'influence de l'indicatif (cf. lit. prét. skefid-o "il se noya") ; mais on peut aussi se demander si la motivation morphologique (thème du conditionnel .- thème de l'infmitif) devait être en l'occurrence plus forte que la règle phonétique, selon laquelle les dentales finales n'évoluent en sifflantes que devant dentale (type *-tt- > *_st_)291. Quoi qu'il en soit, pour la question de

Par son emploi, cette forme optative seisei ne se distingue nullement de la forme plus fréquente boüsei "qu'il soit", laquelle est régulièrement fondée sur le thème de l'infinitif boüt "être". La forme seisei, quant à elle, paraît relever plutôt du thème supplétif as-, propre à l'indicatif présent, mais le détail de sa formation demeure obscur : qu'elle est l'origine du degré zéro s- ? quelle fonction peut-on attribuer à la diphtongue interne -ei- ? et surtout comment expliquer que cette formation optative en -sei ne soit pas fondée régulièrement sur le thème de l'infinitif? Pour résoudre ces difficultés, plusieurs hypothèses ont été proposées. Endzelihs (1943, p. 122, § 245 = DI, IV2, p. 150 ; 1944, p. 186, § 245) suggère que la forme seisei

résulte de la contamination d'un ancien optatif de 3e p. *sei[tj (cf. 2e pl. seiti, employé comme impératif "soyez !") et de l'optatif prussien boüseP93. On voit mal cependant la raison d'une telle contamination, dont il n'existe pas d'autre exemple. Les textes prussiens distinguent toujours clairement impératif et optatif, par ex. i-ei-s "va !" et ei-sei "qu'il aille" : il

290. En ce sens, voir Ma.ziulis (PKE2, III, p. 62 : '.'su prezentiniu *~em-"l' Autre analyse chez Smoczynski (2000a, p. 172), qUI propose de corrIger e texte à mon sens inutilement, en */emai. 2'91. On sait qu'en lituanien c'est. en revanche. la. ~o~ivation secondaIre, , morp h0 loglque qUI. l'a emporté, puisque la sIfflante ," . JustIfiee ddans mèsti "J'eter" < *met-ti),.S.est mtrodUIte an~ l ,·m fiml't'f 1 (par ex. " f i ' egalement D '1 . t'f ( l,par ex, me's -k "J'ette 1") . , où elle n'etaIt pas JustI lee. u reste, a quo l ,·Impera

aurait bien pu aboutir une forme tmet-k? Sur ce point, cf, Endzelïns (1937, p. 422-427 = DI, IIh, p, 295-300). 292. Pour la reconstruction de la forme prussienne, cf. Smoczynski (2000a, p. 13), qui propose une autre analyse. 293. Dans le même sens, Stang (1966, p. 443),

202

Catégorie du mode

Catégorie du mode

n'existe pas de forme hybride ti-ei-sei. Et, surtout, on ne comprend pas

«

représente le suffixe sigmatique du futur (~i.-e.

203

i.-e. *-s-), la diphtongue fmale

e

pour quelle raison cette forme seisei aurait été créée concurremment à la

-ei le suffixe propre d'optatif

forme régulière bousei, qui ne posait aucun problème. Van Wijk (l929a,

dans les langues baltiques, le thème de l'indicatif futur est régulièrement

p. 160), qui signale la difficulté, mentionne deux possibilités : seisei

fondé sur celui de l'infmitif. Le lituanien a ainsi, à l'indicatif futur, bû-siu

pourrait être une forme dédoublée (aIl. Formenverdoppelung), ce qui n'a

"je serai" (: inf. bû-ti "être"), el-siu ''j'irai'' (: inf. el-ti "aller"), duo-siu 'Je

pas beaucoup de sens, ou bien représenter une addition récente d'un suffIxe

donnerai" (: inf. duo-ti "donner") ; de même le letton: bû-su "je serai"

caractéristique -sei à une base d'optatif déjà marquée *sei (dont la 2 pl.

(: inf. bû-t "être"), iê-su "j'irai" (: inf. iê-t "aller"), duô-su "je donnerai"

fonctionne comme impératif : seïti), ce qui rappelle l'hypothèse

(: inf. duô-t "donner") ; le seul exemple incontestable d'indicatif futur

d'Endzelïns, mais laisse ouvert le problème de la régularité de cette

synthétique en prussien, la forme posta-s-ei "tu deviendras" (III, 105 3

e

3 sg. *-oi(t))l95. Or l'on sait que,

;

formation. Selon Schmalstieg (2000, p. 246-247), la forme seisei pourrait

105 15- 16), obéit à la règle (: inf. posta-t(wei) "devenir", distinct de l'ind.

recouvrir *saisai (*s- radical, *-ai- morphème d'optatif, *-s- désinence,

prés. posüinai "il devient" < *-stanaj-a, par ex. III, 493, et de l'ind. prét.

*-ai particule). Aucune de ces analyses n'emporte l'adhésion. L'hypothèse

postai "il devint" < *-staj-a, par ex. III, 75 2). Ce rapport morphologique,

la plus économique, à mon sens, pourrait être de supposer que l'hapax

quelle qu'en soit l'antiquité296 , est constant dans les langues baltiques. On

seisei résulte d'une interférence ponctuelle de la forme prussienne *sei (cf.

conçoit dès lors qu'une forme d'optatif futur, dérivée de l'indicatif futur,

2 pl. selti) avec l'allemand sei "qu'il soit !" (cf. III, 7h : v. pro JeiIei ~ aIl.

obéisse au même principe et soit régulièrement fondée, elle aussi, sur le

Jey), interférence suscitée par l'homophonie des formations dans les deux

thème d'infinitif. Quant au conditionnel en -lai, s'il est vrai que son

« optatif

origine est incertaine297 , il apparaît inséparable en synchronie de l'optatif

e

langues et dont le produit a pu être une création hybride sei-

allemand) + -sei « suffixe d'optatif prussien), d'où v. pro sei-sei294 • Il est

en -sei et leurs formations sont donc parallèles.

peu probable, en tout cas, que seisei puisse être une forme ancienne. Car, dans cette perspective, sa coexistence avec la forme régulière bousei ne saurait être expliquée. En dehors de ces exceptions peu nombreuses, les optatifs en -sei et les conditionnels en -lai sont régulièrement fondés sur le thème de l'infinitif et n'ont donc pas de rapport apophonique direct avec les indicatifs présents qui leur correspondent. Cette dérivation (infmitif --+ optatif et conditionnel) s'explique par l'origine de ces deux formations. Il est probable que l'optatif en -sei est issu d'une forme d'optatif futur, dans laquelle la sifflante -s-

294. On pourrait proposer, alternativement, une autre analyse. Si l'on se rappelle que les optatifs en *-sei sont régulièrement tirés d'un thème d'infinitif, on peut suggérer que la forme sei-sei repose sur l'infinitif allemand sein "être" (analysé comme sei-n), de la même manière que, par exemple, v. pro boü-sei repose sur boü-t "être". Dans les deux analyses, il s'agirait d'une forme hybride.

295. Autre analyse, peu convaincante, chez van Wijk (l929a, p. 160), qui voit dans la finale -sei l'aboutissement de l'ancien optatif du verbe "être" (3 e p. *sei), agglutiné avec le thème verbal, et qui compare cette formation au type latin amii-bam "j'aimais". L'analyse traditionnelle (v. pro -sei = optatif futur) est préférable. L'emploi d'un optatif futur avec la valeur d'un simple optatif aurait, quant à lui, un parallèle en letton dialectal : iêsiem "earnus" (+- iêsim "ibimus"), voir Stang (1966, p. 442). 296. En grec, la situation est différente, parce que le système verbal n'est pas organisé comme en baltique autour d'une triade / ind. prés. / : : : / ind. prét. / : : : / inf. /, mais autour de différents thèmes temporels / prés. / : : : / aor. / : : : / pft. /, pourvus chacun d'un infinitif: dans ce cadre, la formation de l'indicatif futur sigmatique est à peu près libre et peut se fonder sur un thème de présent (par ex. "laisser" : fut. ÀEl4Jw +- prés. ÀEl iTW :1 aor. ËÀL1Tov), d'aoriste (par ex. "montrer" : fut. 8Etçw +- aor. Ë8ELça :1 prés. 8ElKVV~L), voire de parfait (par ex. fut. TESvf]çw "je serai mort" +- pft. TÉSVTJKa), ou demeurer indépendante des autres thèmes (par ex. "porter": fut. o'(aw :1 prés. Épw, aor. TlVE'YKOV, pft. Èvf]voXa). 297. On rapproche cette finale -lai de la particule irréelle slave * 1i (cf. particule interrogative du russe JIll / li) ; la diphtongue finale de -lai pourrait être secondaire et s'être constituée sur le modèle de l'optatif des verbes thématiques (cf. V. pro *imai). Voir Endzelïns (l931a, p. 187-189 = Dl, IIII,

204

Catégorie du mode

Catégorie du mode

Pour la question de l'apophonie radicale, l'optatif en -sei et le

205

constante: on n'a aucune trace de *-sai-. Dans une direction proche,

conditionnel en -lai, tous deux fondés sur le thème de l'infinitif, ne sont

Endzelïns (1943, p. 120, § 243

donc pas directement exploitables. En revanche, on peut s'appuyer sur l'impératif prussien en -ei, -ai, qui reflète plus directement l'ancien optatif

suggère que la diphtongue -ei- pourrait provenir de -ai- « i.-e. *-oih 1-) après *-j- et s'appuyer sur le modèle des thèmes verbaux en *-i0-298 , mais

indo-européen. Avant d'examiner la structure apophonique impliquée par

on voit mal quelle relation particulière pourrait unir les verbes

cette formation, il est utile de défmir l'origine du suffixe et de préciser sa

athématiques et les verbes en *-io-. Alternativement, Endzelïns suggère que

forme en vieux prussien. Le problème principal est celui de l'interprétation

la diphtongue -ei- pourrait être ancienne et l'analyse comme une variante

de la diphtongue -ei-, marque d'optatifprésent dans les formes prussiennes

apophonique de *-oi- dès l'indo-européen; l'hypothèse est mentionnée par

d'impératif (par ex. seiti "soyez !") et d'optatif futur dans les formes

Stang (1966, p. 440), qui admet encore comme possible l'existence en

prussiennes d'optatif (par ex. bousei "qu'il soit !"). Il paraît d'emblée

indo-européen d'un allomorphe apophonique *-ei;}- du suffixe d'optatif,

difficile de réconcilier ce suffixe -ei- avec le suffIXe d'optatif indo-européen,

même s'il renonce à en rapprocher l'optatif dit "éolien" du type

sous sa forme athématique alternante (i.-e. *-ieh1- / *-ih1-, cf. gr. E'lrw,

ÀÛ

:

0

en

finale), provient de *-iê < *-ëj- (cf. lit. nesî "tu portes", gr. epÉpELs). La

Vilnius, haut-lituanien de l'Est) - VERBES SEMI-THÉMATIQUES en -i- : -+

impératif en -y (réfl. -ie-s)

• Exemple: ind. ry/i "il se tait", , 2 e sg. tyli "tu te tais" -+

impér. "sans -k" : tyl-y "tais-toi !" (dialecte de Vilnius,

haut-lituanien de l'Est) • Exemple: ind. gù/i-si "il se couche", 2e sg. gulfe-si "tu te couches" -+ impér. "sans -k" : gul-ie-s "couche-toi !" (dialecte de Vilnius, haut-lituanien de l'Est) - VERBES SEMI-THÉMATIQUES en -0- « *-â-): -+

impératif en -ai (réfl. -ai-s)

• Exemple : ind. râso "il écrit", 2e sg. rasai" tu écris" -+ impér. "sans -k" : râsai "qu'il écrive !" (cf. v. lit.

307. Cf. Zinkevicius (1966, p. 374-376, § 687-689) cf. aussi à Pagrarnantis (Jonikas, 1939, p. 72-73, § 169). 308. Données chez Stang (1929, p. 156, § 324). 309. Exemples: Eckert, Bukeviciüté, Hinze (1994, p. 348-349). Cf. aussi Endzelfns (1923, p. 686, § 691).

atadârai "ouvre !", DP, 57032_33 ).

310. Exemples chez Zinkevicius (LKIG, II, p. 131-132, § 593-595). Cf aussi Schmalstieg (2000, p. 240-246).

218

Catégorie du mode

Catégorie du mode

219

• Exemple : ind. slikosi "il se dit", 2e sg. sakai-si "tu te

sans -/(', leur fmale -ie procède vraisemblablement d'une forme de 2 e sg.,

dis"~ impér.

baltique *-ais (cf. v. prussien wedais) < i.-e. *-oihrs (cf. gr. epÉpOlS', got.

"sans -/(' : sâkai-s "dis-toi !" (cf. v. lit. sakaymi

"dis-moi !", Catéchisme anonyme de 1605, 85 7).

bairais, véd. bharefJ), dont la sifflante finale a été éliminée, ce qui est

L'impératif "sans -/(' apparaît en majorité à la 2 sg. ; il est très rare aux

compréhensible dans un système où la 2e sg. n'est jamais caractérisée par

autres personnes. Zinkevicius (LKIG, II, p. 132, § 594) signale quelques

une sifflante. Quant à la fmale -y, elle pourrait résulter, comme en prussien,

e

re

exemples anciens de 1 (Ma.zvydas, 43 9

~

pl., comme paprafchaim "demandons!"

lit. standard paprasykime), padâraime "faisons !" (DP,

d'une contraction du suffixe verbal *-i- avec la marque d'optatif *-i-, laquelle aurait été extraite du modèle des verbes thématiques (ind.

-a-, vs.

lit. standard padarykime), mais aucun de la 2 pl. Dans le dialecte

opt. -a-i-). Elle est clairement secondaire, non seulement dans la 3e p. du

de la région de Vilnius, les formes de l'impératif pluriel sont tirées

permissif, mais aussi, à plus forte raison, dans la 2e sg. de l'impératif, qui

secondairement de celle du singulier (à désinence palatalisante), d'où par

a, comme ailleurs, perdu sa sifflante Imale. Enfin, la finale -ai provient

ex. lit. dial. nèS' "porte !" ~ nèi'-mete "portons!", nès'-te "portez!", peut-

certainement de *-a-i- (cf. indicatif râio < *-a-), aussi bien à la 3e p.

être par une influence du polonais. Dans les autres dialectes, et dans la

(~permissif) qu'à la 2 sg. (~impératif "sans -k"). Stang (1966, p.423-

253 49-50

~

e

e

langue standard, ces formes ont été remplacées par une formation différente,

425) a tenté de reconstruire une situation plus complexe, à partir des

celle de l'impératif "à -k", tiré du thème de l'infinitif et pourvu d'un

données du vieux lituanien, mais cette reconstruction a peu de chances, à

système désinentiel spécifique, 2e sg. -k, 1re pl. -kime, 2e pl. -kite, par ex.

mon sens, de représenter l'état primitif.

lit. standard duo-k "donne !", duo-kime "donnons !", duo-kite "donnez!"

(: duo-ti "donner")311.

Ni le "mode permissif", ni les formes d'''impératif sans -/(' du lituanien et du letton n'offrent aucune trace d'apophonie radicale: le radical verbal

Les formes du "permissif" et de l"'impératif sans-/(' en lituanien et en

attesté est régulièrement le même que celui de l'indicatif présent. Cette

letton constituent des vestiges de l'ancien optatif indo-européen, conservé

limitation vaut non seulement pour les verbes thématiques et semi-

en baltique. La finale -ie du permissif thématique procède vraisembla-

thématiques, mais également pour les verbes athématiques ou anciens

blement d'une forme baltique de 3e sg. *-ai, issue d'un prototype i.-e.

athématiques, qui y ont toujours le même degré vocalique qu'à l'indicatif.

*-oih1-t (cf. gr. epÉpOL, got. bairai, véd. bharet). Quant aux "impératifs

Ainsi, dans la forme athématique ancienne du verbe "être", le radical *esde l'indicatif (lit. esti "il est") se retrouve sans changement au permissif: lit. teesie "qu'il soit !" (parfois avec contraction tesié). La forme est ainsi

311. Sur cette formation, qui ne pose en synchronie aucun problème apophonique, cf. Brugmann (1911-1912, p. 404-409), Kazlauskas (1966, p. 6972), Hamp (1978b, p. 11 0-111), Shields (1986, p. 48-55), Schmalstieg (2000, p. 232 sq.). Il est possible que certaines de ces formes soient anciennes: ainsi, par exemple, lit. ei-k! "va !" pourrait procéder d'une forme héritée d'impératif *h1ei ! "va !" (cf. lat. l ! "va !"), renforcée par une particule déictique ou emphatique *-ki. De même, on pourrait comparer le lit. duo-k "donne !" et, dans un ordre inverse, le latin cedo "donne !". Ces deux verbes ("aller" et "donner") ont pu, du reste, servir de point de départ à l'ensemble de la formation, une fois qu'ils ont été mis en relation avec le thème d'infinitif. Mais cette analyse n'a qu'un sens historique : descriptivement, les impératifs lituaniens en -k apparaissent régulièrement fondés sur le thème de l'infinitif, et rien ne permet d'y déceler un degré apophonique qui leur serait propre.

attestée dès le vieux lituanien. On relève par exemple dans la PostUla de Dauksa (1599)312 : téssi (par ex. 6740), têssi (par ex. 51 41 ), tegi êssi (433 2),

te ?ssi (350 14), etc. Par rapport au correspondant prussien, dont il a été question plus haut et qui présentait un degré zéro radical ancien (v. pro *sei, impératif seiti "soyez !"
: e

• verbes simples, par ex. lit. ind. prés. 3 p. sùk-a "il tourne", ind. e

prét. 3 p. sùk-o "il tourna", inf. sùk-ti "tourner" [suk-] ; ind. e

" "1'1 court". '3 p. b"eg-o "'1 ,md. pret. 1 courut" , prés. 3e p. b eg-a

inf. beg-ti "courir" [bëg-] ; ind. prés. 3

e

e

p. bâr-a "il

- (c) un SOUS-TYPE dans lequel une divergence morphologique sépare chacun des trois thèmes. • Exemple: ind. prés. 3e p. eïn-a "il va" [ein-] ~ ind. prét. 3e p. éj-o "il alla" [ëj-] ~ inf. eï-ti "aller" lei-Jo

querelle", ind. prét. 3e p. bâr-é "il querella", inf. bar-ti

Enfrn, une dernière catégorie, la seule qui nous concerne ici, est celle

"quereller" [bar-] ; ind. prés. 3e p. sok-a "il saute, danse",

des verbes qui présentent une variation apophonique de leur radical entre

ind. prét. 3e p. sok-o "il sauta, dansa", inf. sok-ti "sauter,

l'infrnitif et l'indicatif. Dans la majorité des cas, le contraste apophonique

danser" [sok-], etc.

sépare l'indicatif présent de l'infinitif et de l'indicatif prétérit. Dans cette e

• verbes complexes, par ex. lit. ind. prés. 3 p. mokin-a "il instruit, éduque", ind. prét. 3e p. mokin-o "il instruisit, éduqua", inf. mokin-ti "instruire, éduquer" [mokin-] ; ind. prés. 3

e

catégorie, le lituanien, qui fournit les données les plus riches, distingue au moins cinq types d'apophonie 36o

:

p. 360. Données dans LG (1997, p. 287-290). Nombreux exemples du type (a) chez Venckutë (1983, p. 126).

252

Catégorie du mode

- (a) APOPHONIE < i / e > : inf. pifkti "acheter", ind. prét. 3e p.

pifko "il acheta" [pirk-]

~

e

e

- (g) APOPHONIE < i / é >: inf. Un-ti "prendre", ind. prés. 3 p.

ind. prés. 3e p. perka "il achète"

[perk-] ; inf. vilkti "tirer", ind. prét. 3 e p. vilko "il tira" [vilk-] ~ ind. prés. 3 p.

253

Catégorie du mode

ve[ka "il tire" [velk-] ; inf. kiihsti "farcir",

e

ind. prét. 3 p. kiihso "il farcit" [kims-] ~ ind. prés. 3e p.

keihsa "il farcit" [kems-] ; inf. riiikti "rassembler, choisir",

im-a "il prend" [im-] ~ ind. prét. 3e p. ém-é "il prit" [ém-]. Plus rarement se rencontrent des structures dans lesquelles l'infinitif se sépare à la fois de l'indicatif présent et de l'indicatif prétérit, par exemple:

- (h) APOPHONIE < u / uo > : inf. pùlti "tomber, attaquer" [pul-] e

~ ind. prés. 3 p.

e

ind. prét. 3 p. rinko "il rassembla, choisit" [rink-] ~ ind.

puole "il tomba, attaqua" [puol-].

e

prés. 3 p. reiika "il rassemble, choisit" [renk-] ; inf. minti e

"penser", ind. prét. 3 p. mine "il pensa" [min-] ~ ind. prés.

e

puola "il tombe, attaque", ind. prét. 3 p.

-

(i) APOPHONIE < ü / uv > : inf. siûti "coudre" [siü-] ~ ind. prés. e

e

e

3 p. siùva "il coud", ind. prét. 3 p. siùvo "il cousit"

e

[siuv-],

3 p. mena "il pense" [men-] ; inf. virti "cuire", ind. prét. 3 p. vire "il cuisit" [vir-] ~ ind. prés. 3e p. vérda "il cuit"

ou des structures dans lequelles chacun des trois thèmes est distingué par

[verd-]. - (b) APOPHONIE < i / ie > : inf. likti "laisser, rester", ind. prét. e

3 p. liko "il laissa, resta" [lik-] ~ ind. prés. 3e p. /ieka "il

son apophonie radicale, ce qui est le cas dans le type suivant: - (j) APOPHONIE < y / i(j) / e > : inf. vyti "chasser, poursuivre" e

laisse, reste" [liek-].

[vy-] ::::: ind. prét. 3 p. vijo "il chassa, poursuivit" [vij-]

- (c) APOPHONIE < é / e > : inf. lékti "voler", ind. prét. 3e p. lé/œ

e

~ ind. prés. 3 p.

veja "il chasse, poursuit" [vej-].

e

"il vola" [lék-] ~ ind. présent 3 p. /ekia "il vole" [lek-] ; inf.

slépti "cacher", ind. prét. 3e p. slépe "il cacha" [slép-] ~ ind. e

prés. 3 p. slepia "il cache" [slep-].

En règle générale, en lituanien, les types apophoniques attestés sont d'une grande stabilité. Cependant, une tendance existe, ou a existé, à éliminer l'apophonie radicale et à imposer dans les trois formes fondamentales

- (d) APOPHONIE < 0 / a > : inf. vogti "voler, dérober", ind. prét. e

e

3 p. voge "il vola, déroba" [vog-] ~ ind. prés. 3 p. vagia "il vole, déroben [vag-].

le même degré vocalique. Le dialecte lituanien de Zietela (Biélorussie), par exemple, dit régulièrement pifka "il achète" au lieu de pefka (d'après pifkti,

pino), gima "il naît" au lieu de gema (d'après gimti, gime), lika "il laisse"

- (e) APOPHONIE < il / u > : inf. tupti "se poser, atterrir", ind. prét. e

e

3 p. tupe "il se posa, atterrit" [tüp-] ~ ind. prés. 3 p. tùpia "il se pose, atterrit" [tup-].

au lieu de /ieka (d'après likti, liko), vira "il bout" au lieu de vérda (d'après

virti, vire), vogia "il vole" au lieu de vagia (d'après vogti, voge)361. Dans le dialecte haut-lituanien occidental de Vilkaviskis, le verbe mUiti ''traire'' a

Un autre type est celui dans lequel l'indicatif prétérit se distingue de

un paradigme unifié sur la base du degré zéro (ind. prés. mi/Zia, ind. prét.

l'infinitif et de l'indicatif présent :

mUio), tandis que la langue littéraire présente ou bien une apophonie

- (f) APOPHONIE < i / Y >: ind. prés. 3 p. gin-a "il défend,

radicale (inf. mi/iti, ind. prés. mélZia, ind. prét. mi/io), ou bien un

repousse", inf. gin-ti "défendre, repousser" [gin-] ~ ind. prét.

paradigme unifié sur la base du degré plein (inf. méliti, ind. prés. mélZia,

3 e p. gyn-é "il défendit, repoussa" [gyn-].

ind. prét. mélié). Dans quelques dialectes distincts du domaine haut-

e

361. Zinkevicius (1966, p. 338, § 597).

254

Catégorie du mode

Catégorie du mode

lituanien (Sakyna, Dauksiai, Birzai), on dit tupti "se poser", ind. prés.

tupia, ind. prét. tùpe, là où la langue standard oppose encore inf. tupti,

255 e

inf. likt "mettre, poser", ind. prét. 3 p. lika "il mit, posa" e

[lik-] ~ ind. prés. 3 p. liek "il met, pose" [liek-].

ind. prés. tùpia, ind. prét. tupe. Ces tentatives de nivellement analogique

- TYPE (c), apophonie radicale attestée en lituanien et en letton: lit.

sont cependant restées marginales, et l'on observe même à l'inverse que

inf. lèkti "voler", ind. prét. 3e p. lèke "il vola" [lëk-] ~ ind.

certains dialectes présentent des formes apophoniques là où la langue

prés. 3 p. Iekia "il vole" [lek-] = lett. inf. lèkt "voler", ind.

standard n'en a pas : en regard de l'indicatif présent non apophonique du

prét. 3 p. lèca "il vola" [lèk- /lèc- < lëk-] ~ ind. prés. 3 e p.

lituanien littéraire pi/a "il verse" (inf. pi/ti "verser", ind. prét. pYM),

Ife "il vole" [lek-].

quelques dialectes bas-lituaniens (Laukuva et Karklënai) ont pela, cf. aussi

skena à Pagramantis et Karklënai au lieu de skina (inf. skinti "cueillir"), trena à Pagramantis au lieu de trina (inf. trinti "frotter"),

etc. 362 •

e

e

- TYPE (d) : lit. inf. vogti "voler, dérober" (prés. viigia, prét. voge);

pas d'exemple en letton. - TYPE (e) : lit. inf. tupti "se poser, atterrir" (prés. tùpia, prét.

Les autres langues baltiques offrent un tableau comparable, quoique

tupe) ; pas d'exemple en letton.

sensiblement moins archaïque. Le letton concorde en général régulièrement

- TYPE (t), apophonie radicale attestée en lituanien, mais pas en

avec le lituanien dans la définition des types apophoniques, mais quelques

letton: lit. ind. prés. 3 p. min-a "il foule", inf. min-ti

alternances semblent avoir été éliminées. On peut mettre en parallèle:

"fouler" [min-] ~ ind. prét. 3 p. m yn- e "il foula" [myn-] e

- TYPE (a), apophonie radicale attestée en lituanien et en letton: lit. e

inf. pirkti "acheter", ind. prét. 3 p. pino "il acheta" [pirk-] e

e

*- lett. ind. prés. 3e p. min "il foule", inf. m'it "fouler",

ind.

e

prét. 3 p. mina "il foula" [min- / mï- < min-].

perka "il achète" [perk-] = lett. inf. pirkt

- TYPE (g), apophonie radicale attestée en lituanien, et différemment

"acheter", ind. prét. 3e p. pirka "il acheta" [pirk-] ~ ind. prés.

en letton : lit. inf. iin-ti "prendre", ind. prés. 3e p. im-a "il

~ ind. prés. 3 p. e

3 p. pirk "il achète" [perk-] ; lit. inf. ginti "chasser", ind. e

e

prét. 3 p. gine "il chassa" [gin-] ~ ind. prés. 3 p. gena "il chasse" [gen-]

= lett. inf. dz'it "chasser", ind. prét. 3e

p. dzina

e

"il chassa" [dzï- / dzin- < gin-] ~ ind. prés. 3 p. dz~n "il e

e

prend" [im-] ~ ind. prét. 3 p. 6m-e "il prit" [ëm-]

*- lett. inf.

e

vernt "prendre", ind. prés. 3 p. v~m "il prend" [pem-], ind. e

prét. 3 p. Vfma "il prit" [pëm-]. - TYPE (h), apophonie radicale attestée en lituanien, traces diver-

chasse" [dzen- < gen-] ; lit. inf. virti "cuire", ind. prét. 3 p.

gentes en letton : lit. inf. pùlti "tomber, attaquer" [pul-]

vire "il cuisit" [vir-] ~ ind. prés. 3e p. vérda "il cuit" [verd-]

~ ind. prés. 3 p. puola "il tombe, attaque", ind. prét. 3e p.

= lett. inf. vift "cuire", ind. prét. 3e p. vira "il cuisit" [vir-]

puole "il tomba, attaqua" [puol-] ± v. lett. inf. pult

e

e

vefd"il cuit" [verd-].

"tomber-", ind. prét. 3 p. pul "il tomba" [pul-] ~ ind. prés.

- TYPE (b), apophonie radicale attestée en lituanien et en letton : lit.

3 p. puai "il tombe" [puol-], cf. Mülenbachs-Endzelms, ME

e

~ ind. prés. 3 p.

e

e

inf. likti "laisser, rester", ind. prét. 3 p. liko "il laissa, resta" [lik-] ~ ind. prés. 3e p. /ieka "il laisse, reste" [liek-] = lett.

(III, p. 409). - TYPE (i), apophonie radicale attestée en lituanien, modifiée en

letton: lit. inf. siûti "coudre" [siü-] ~ ind. prés. 3e p. siùva e

"il coud", ind. prét. 3 p. siùvo "il cousit" [siuv-] ± lett. inf. 362. Zinkevicius (1966, p. 339, § 597).

Catégorie du mode

256

Catégorie du mode

257

e

sût "coudre" [sü- < siü-] ::::: ind. prés. 3 p. suj "il coud", ind.

et le letton ont, au prétérit, un radical au degré zéro, cf. lit. gime "il

prét. 3e p. suva "il cousit" [suj- / suv- < siuj- / siuv-].

naquit" (participe gimr;s "né"), lett. dzima "il naquit" (participe dzimis

- TYPE U), apophonie radicale attestée en lituanien, modifiée en

"né"). Le vieux prussien semble donc avoir étendu le vocalisme plein de

letton : lit. inf. vyti "1. chasser, poursuivre, 2. tresser" [vy-]

l'indicatifprésent à l'indicatif prétérit et à l' infinitif. Toutefois, il n'a pas

::::: ind. prét. 3e p. vijo "1. il chassa, poursuivit, 2. il tressa"

totalement éliminé les traces du degré zéro radical ancien. Elles subsistent

[vij-]::::: ind. prés. 3e p. vëja "1. il chasse, poursuit, 2. il

encore dans des vestiges du participe prétérit actif,

tresse" [vej-]

=1-

V.

pro ainangimmusin

e

lett. inf. vît "tresser" [vï-] ::::: ind. prét. 3 p.

/ eingebornen "née seule" (III, 113 24), et du participe prétérit passif,

V.

pro

vija "il tressa", ind. prés. 3e p. vij "il tresse" [vij-].

naunagimton / newgeboren "revenu à la naissance, né une seconde fois"

Les données du vieux prussien sont fragmentaires et peu utilisables, à

(III, 11526), ainsi que dans quelques dérivés comme naunangimsenin / der

la fois en raison des limitations du corpus et des nombreux problèmes

newen geburt "la nouvelle naissance" (III, 63 2), ëmtersgimsennien

philologiques qui y sont associés. On peut néanmoins retrouver quelques

/ widergeburt "renaissance" (III, 63 4- 5), etgimsannien /

éléments d'un système qui a dû être comparable à celui du lituanien et du

"renaissance" (III, 11722), qui paraissent fondés sur l'ancien infinitif

letton.

*gim-tvei (comme bousennis / standt "état" sur l'infinitif boût "être"), ou

widergeburt

Du type (a), illustré par le lituanien pifkti "acheter" (ind. prés. pefka,

les dérivés përgimmans / Creaturen "créatures", acc. masc. pl. (III, 41 3),

prét. pifko), le vieux prussien offre quelques traces confuses, dans

prëigimnis / art "façon" (III, 115 21 ), përgimnis / natur "nature" (III, 115 22).

lesquelles on observe une forte tendance au nivellement apophonique.

On peut donc supposer que le vieux prussien a possédé à l'origine un

L'infinitif v. pro gemton / geberen "engendrer" (III, 105 4) présente appa-

paradigme comparable à celui du lituanien, inf. *gim-tvei (lit. gimti), ind.

remment un degré *e radical [gem-], qui l'oppose au lituanien gimti et au

prét. *gim- (lit. gim-e), vs. ind. prés. *gem-a- (lit. gëma). Ce paradigme

letton dzimt "naître", pourvus d'un degré zéro radical [gim-]. Ce degré

aurait ultérieurement tendu à généraliser le degré plein radical propre à

vocalique plein à l'infinitif doit provenir d'une influence de l'indicatif

l'indicatif présent ; cette tendance aurait pu être favorisée, en particulier, par

présent *gem-a (cf. lit. gema,

lett. dzjm)363. La même influence s'est

le rapprochement du participe prétérit actif et du participe présent actif

exercée sur l'indicatif prétérit, où le vieux prussien a régulièrement un

(comme le montre par exemple la confusion des deux formes dans

V.

e

5x IIIx 3

gemmans, III, 129 16). Il est intéressant de noter que le nivellement

Catéchisme, par ex. III, 4lz3), avec variante gemmans (III, 129 16),

apophonique s'est fait de manière inverse en vieux prussien et dans le

engemmons / angeborn "inné" (III, 121 4 ), naunagemmans / widergeborn

dialecte lituanien de Zietela : en vieux prussien, c'est le thème fort de

"revenu à la naissance, né une seconde fois" (III, 13 h8_19)364

l'indicatif présent, de type [gem-], qui s'est généralisé (d'où par ex. un

participe actif gemmons / geborn "né" (1,7 14- 15

;

II, 714

;

:

le lituanien

infmitif gemton d'après l'indicatif présent *gema), tandis qu'à Zietela c'est 363. Autre analyse chez Toporov (PrJ, II, p. 205), qui voit dans le vocalisme *e la marque de la diathèse causative et compare le couple pro gemton "engendrer" / lit. gimti "naître" au couple lit. lenkti "courber" / lifikti "se courber". 364. La forme *-geminton dans ainangeminton / eingebornen "inné" (III, 1277-8) doit vraisemblablement s'interpréter comme l' aboutissement phon~­ tique d'une forme *gaminta-, participe prétérit passif d'un verbe causatif

au contraire le thème faible de l'infinitif et de l'indicatif prétérit, de type *gamin-tvei "créer, engendrer" (::::: lit. gaminti "engendrer, fabriquer"), avec degré vocalique *a caractéristique du causatif. Voir Maiiulis (PKEt, 1, p. 52). Pour l'évolution phonétique, cf. v. pro pobrendints / beschweret "alourdi" (III, 69 19_20) +- *-brandinta- (causatif, cf. pobrandisnan / beschwerung "alourdissement", III, 73 1).

Catégorie du mode

Catégorie du mode

[gim-], qui s'est étendu à l'indicatif présent (d'où un indicatif présent gima

le v. prussien limtwei "briser", reconstruire un schéma apophonique ancien

d'après l'infmitif gimti).

opposant un infinitif *lim-twei, un indicatif prétérit *lim-a-, et un indicatif

258

259

Dans la famille du verbe limtwei "briser"365, le vieux prussien atteste

présent */em-a : ce schéma serait parallèle à celui qui est attesté dans le

majoritairement des formes à degré zéro radical [100-], d'une part l'infinitif

type lit. gimti "naître", ind. prét. gim-é, vs. ind. prés. gema. On observe,

limtwei / brechen "briser" (III, 31 17), limtwey (II, 517), d'autre part

en l'occurrence, que cet ancien schéma apophonique n'a pas survécu en

l'indicatif prétérit 3 e p. lïmauts / brachs "il brisa" (III, 75 3), limatz (l, 13 6),

baltique oriental. Le lituanien a visiblement réinterprété le contraste apo-

lymuczt (II, 13 6). Mais on rencontre aussi quelques formes à degré plein

phonique < degré zéro / degré plein> en termes d'opposition de diathèse:

radical [lem-l, un infmitif lembtwey / brechen (I, 517) et un conditionnel

le degré zéro a formé, en lituanien dialectal, un verbe intransitif limti "se

e

3 p. lemlai (III, 51 14). Apparemment, les données invitent à identifier deux

pencher" (sens premier: "se briser"), dont l'indicatif présent est régu-

ou trois degrés vocaliques, [lim-] dans l'infmitif limtwei, avec peut-être

lièrement limsta (au lieu de *lem-a, comme on a gimsta au lieu de l'ancien

[lïm-] dans l'indicatif prétérit llmauts (pour *lïma-ts), et [lem-] dans

géma) en regard d'un indicatif prétérit limo, tandis que le degré plein a

l'infinitif lembtwey et le conditionnel lemlai. La distribution de ces

formé un verbe transitif, sémantiquement divergent, lémti "prédestiner"

différents degrés vocaliques pose un problème. On peut, dans un premier

(sens premier : "briser, morceler" > "partager, distribuer, donner en

rr

Catéchisme

partage"), dont le paradigme s'est conformé à un modèle productif (ind.

(lembtwey, l, 5 17) résulte d'un flottement textuel ou d'une évolution phonétique propre à ce texte366 et qu'elle recouvre en réalité une forme

prés. lemia, prét. temé, comme remti "appuyer", ind. prés. rémia, prét.

*limtwei, identique à celle des deux autres Catéchismes. Mais, en dépit de

L'exemple est intéressant en ce qu'il montre comment une apophonie

Palmaitis (1995, p. 101), cette possibilité paraît exclue pour la forme de

paradigmatique < im / em > du type gimti, vs. géma "naître" est passée à

temps, être tenté de penser que la graphie / lem / dans le

conditionnel lemlai dans le

me

rèmé, en regard de rimti "s'appuyer", ind. prés. rimsta, prét. rimo)367.

Catéchisme (III, 51 14), où l'on doit

une apophonie diathétique < im / em > du type rimti "s'appuyer", vs.

supposer l'existence réelle d'un degré plein radical [lem-]. Les condi-

remti "appuyer". Un problème reste posé, celui de la forme de l'indicatif

tionnels en -lai étant régulièrement fondés sur le thème de l'infinitif, on est

prétérit en vieux prussien: le macron dans lïmauts (III, 75 3) paraît supposer

amené à penser que le radical au degré plein [lem-] provient d'un infinitif

une voyelle longue *ï, qui pourrait provenir de l'allongement secondaire

secondaire *lemtwei (qu'on pourrait alors retrouver dans la forme lembtwey,

d'un ancien degré zéro [lïm-], ou, selon Van Wijk (1918, p. 43) et

en l, 517) et que celui-ci le doit à l'influence d'un ancien indicatif présent

Palmaitis (1995, p. 102), d'un ancien degré plein de quantité longue [lem-]

*/ema. Le cas serait parallèle à celui de l'infinitif gemton "engendrer" (llI,

>

105 4), dont le radical atteste un degré plein [gem-] probablement sous

geables:

l'influence d'un indicatif présent apophonique *gem-a. On peut donc, pour 365. Sur le verbe v. pro limtwei, cf. van Wijk (1918, p.43), Stang (l9~~, p. 200), Maziulis (PKE1, III, p. 62-63), Toporov (PrJ, V, p. 255-262), PalmaltIS (1995, p. 101-102). Cf. aussi Trautmann (BSW, p. 162), Fraenkel (LEW, 1, p. 354355 et 373), Karaliünas (1987, p. 179-180). 366. Voir par exemple dessempts "dix" (1, 51), vs. dessimpts "dix" (II, 57), dessimton (III, 27 1) < *desimts (cf. lit. dëiimt "dix").

V.

pr. [lïm-]. Deux schémas apophoniques paraissent donc envisa-

- d'une part, inf. [im], ind. prét. [ïm], ind. prés. rem] : schéma peu plausible, car, là un allongement de la voyelle radicale se rencontre au prétérit (type lit. minti "fouler aux pieds,

367. Sur ce modèle, cf. Petit (1999a, p. 85 sq.). Liste d'exemples chez Venckutè (1983, p. 127).

260

Catégorie du mode

Catégorie du mode

261

marcher sur", ind. prét. myné), l'indicatif présent est non-

pourrait imaginer que le prussien a possédé deux verbes, d'une part un

apophonique (m in a), et, là où l'indicatif présent est

verbe radical *lim-twei (type lit. svirti "peser", pra-bi/ti "prendre la

apophonique (type lit. miiiti "penser", ind. prés. mena),

parole"), qui opposait un infmitif *lim-twei et un indicatif présent *lem-a,

l'indicatif prétérit est sans allongement (miné). Un paradigme

et d'autre part un verbe intensif suffixé à degré radical allongé *lïma-twei

hybride, inf. */im-, ind. prét. *tïm-, ind. prés. *lem-,

(type lit. svyroti ''peser de tout son poids", byl6ti "parler"), dont provient

n'apparaît guère vraisemblable, au moins en première

l'indicatif prétérit *llm-aO-a). Dans cette analyse, l'indicatif prétérit lima

approche ; il a peut-être existé dans la préhistoire baltique,

(dans lïmauts) n'interviendrait pas dans le paradigme du verbe radical

mais a peu de chances de s'être prolongé jusqu'en prussien.

limtwei et ne poserait donc aucun problème à la restitution de son

- d'autre part, inf. [im], ind. prét. [ëm], ind. prés. [em] : schéma lui

apophonie paradigmatique. La seule solution alternative serait d'admettre

aussi peu plausible, car, là s'observe un tel allongement du

une faute ponctuelle dans la graphie à macron du prétérit lïmauts et de lire

prétérit (type lit. ind. prés. lemia "il prédestine", ind. prét.

*limauts « invérifiable.

lemé), l'infinitif est non apophonique (lémti), et, là où l'infinitif est apophonique dans son rapport avec l'indicatif

*lima)

; solution possible, peut-être même préférable, mais

D'autres exemples du premier type apophonique

«

i / e >, type lit.

présent (type lit. miiiti "penser", ind. prés. mena), l'indicatif

pifkti, pefka) pourraient survivre de manière résiduelle en vieux prussien,

prétérit est fondé sur le même thème (miné). Un paradigme

mais leur analyse n'est pas assurée. Dans le verbe etwiërpt / vergeben

hybride, inf. *lim-, ind. prét. *lëm-, ind. prés. *lem-, n'est

"pardonner", l'ensemble des formes présente un degré *e radical:

donc lui non plus pas vraisemblable.

- [werp-] : v. pr. inf. etwiërpt / vergeben "pardonner" (III, 55 1I ),

Pour résoudre la difficulté, Trautmann (1910, p. 290) a proposé d'inter-

etwïerpt (III, 81 14), etpwërpt (III, 1176), inf. powiërpt

préter l'indicatif prétérit *llma (dans limauts) < *lïma comme le reflet d'un

/lassen "quitter" (III, 107 17); part. prét. actif etwiërpons

verbe suffixé *lïma-twei, qui aurait avec limtwei le même rapport qu'en

/ vergeben "qui a pardonné" (III, 129 18- 19), powiërpuns

lituanien svyroti "pes,er de tout son poids, être suspendu" avec svirti

/ verlassen "qui a quitté" (III, 10 h2), part. prét. passif

"peser". Cette suggestion n'est a priori pas impossible: la finale du

etwierpton / vergeben "pardonné" (III, 65 13), ind. prés. 1re sg.

prétérit *lïma pourrait en effet être issue de *-aj-a (cf. type lit. inf. -oti,

etwerpe / vergebe "je pardonne" (III, 71J8), 3e p. etwiërpei

ind. prét. -ojo), avec une contraction de *-aj-a en *-a- comparable à celle

/ vergibt "il pardonne" (III, 45 31 ), 1re pl. atwerpimay

qu'on pourrait observer dans le prétérit billa / sprach "il parla" (III, 10h,

/ verlassen "nous pardonnons" (l, 1 h-4), etwerpymay (II,

III, 101 17 , III, 1051, III, 105 6), billats (111,75 4 , III, 75 9 , III, 10525-26, III,

11 4 ), etwërpimai (III, 53 21 ); impér. atwerpeis / verlaft

113 2, etc.), en regard du lituanien byl6jo (inf. byl6ti ''parler'')368. On

"pardonne !" (l, 1h), etwerpeis (II, 1h), etwerpeis (III, 53 20), e

368. Sur ce type, cf. Endzelïns (1943, p. 116-118, § 240 = DI, N2, p. 1~4­ 146 ; 1944, p. 178-180, § 240). On notera cependant un fait qui pourrait fane douter de cette analyse : la géminée constante dans le prétérit billa suggère une voyelle [il brève, différente donc du type lit. byl6ti, et qui fait penser plutôt à une forme comparable au prétérit lit. (pra-)bilo de pra-bilti "prendre la parole" (indicatif présent à infixe nasal pra-byla < *pra-b{la < *pra-binla).

impér. 2 pl. powiërptei / lasset "laissez" (III, 95 22). Également dans les dérivés : etwerpsannan / vorgebung "pardon" (l, 99), attwerpsannan (l, 15 1), etwerpsennian (II,

262

Catégorie du mode

99 , III, 45 5, etc.), aussi etwerpsnii / vergebung "pardon" (4x

me Catéchisme, par ex. III, 75 19). Toutefois, on a quelques traces d'un degré zéro dans des dérivés: - [wirp-] : v. pro

auwirpis / flutrinne "gouttière" (E 320),

crauyawirps / loser "saignée" (E 551), gruntpowïrpingin / grundlose "sans fond" (III, 109 11 - 12), et surtout dans powïrps / frey "homme libre" (III, 95 18), allemand de Prusse Powirpen, Pawirpen "Tagelôhner, Freimanner, travailleur . '" . saiane

263

Catégorie du mode

Le type apophonique (b), celui du lit. likti "laisser, rester" (ind. prés. /ieka, prét. liko), est mal attesté en vieux prussien. On trouve un degré radical *a dans l'infinitif poliiikt / bleiben "rester" (III, 115 5), ainsi que dans le dérivé auliiikings / messig "mesuré, retenu" (III, 872 )372. Il existe également, sur le même radical, un présent à infixe nasal po/ïnka "bleibet" (III, 97 12), polijnku (III, 376), qui se retrouve dialectalement en lituanien (lit. dia!. linka). En apparence, ce type apophonique (b) s'apparente, en lituanien, au type (a), dans la mesure où il se fonde sur l'opposition d'un degré plein à l'indicatif présent (lit. pefka et lièka) et d'un degré zéro à l'infinitif et à l'indicatif prétérit (lit. pifkti, pifko et likti, liko). Mais,

Il n'est pas sûr que ce degré zéro soit le reflet d'une ancienne apophonie verbale du type lit. piF/cti, pefka. Rien n'interdit de penser qu'il est propre à la dérivation et par conséquent étranger à l'opposition des formes modales ou temporelles. Un cas tout aussi incertain369 est celui du v. pro guntwei / treiben "chasser" (III, 875), gunnimai (III, 292), cf. anthroponymes Gynne-both, Gin-thawte, Gyn-thaute, Tawte-gynne3 70 , dans lesquels on reconnaît un degré zéro radical [gun-], en regard de genix / specht "pic" (E 742), cf. aytegenis / kleinespecht "pivert" (E 745), qui présente un degré plein radical [gen-]. On ne saurait se baser sur ces données pour afIrrmer que le vieux prussien conservait à date ancienne une apophonie comparable à celle du lit. inf. ginti "chasser", aveC degré zéro [gin-], vs. ind. prés. gèna, avec degré plein [gen-], cf. aussi lett. inf. dz'lt, vs. ind. prés. dzçn3 71 • Le rapprochement du nom d'oiseau genix (qui dispose d'un correspondant en lituanien genjJs et en letton dzenis "pic, pivert") et de la famille du verbe guntwei (cf. lit. ginti "chasser", lit. dia!. gùndyti, gùndinti ''tenter,

historiquement, on sait que la forme lièka provient de la thématisation récente d'un ancien verbe athématique lièk-ti, conservé en vieux lituanien, et qui remonte certainement à un ancien parfait indo-européen cf. gr.

ÀÉÀOL1Ta)373.

«

*loik w-h2 e,

Il Y a donc eu, visiblement, en baltique oriental une

adaptation de l'ancienne forme athématique à un modèle apophonique productif, adaptation qui était favorisée par l'évolution phonétique de

*ai

en *ie. La forme qui en résultait (*liek-) était en effet susceptible d'être analysée, par rapport au degré zéro

* i,

comme un degré plein régulier

(comparable par exemple à *perk- en regard du degré zéro *pirk-). Plus directement que le baltique oriental, le prussien a conservé le degré vocalique ancien *laik-, mais il l'a étendu de l'indicatif singulier, dans lequel il était hérité (v. pro laik- < ind. pft. sg. Ï.-e. *lojkw-h2 e), à l'infinitif (v. pro poliiikt), où il a remplacé une ancienne forme à degré zéro radical (*likW-ti-, cf. lit. likti). Historiquement, l'apophonie modale a donc été nivelée en vieux prussien, tandis qu'elle a survécu sous une forme modifiée en baltique oriental.

détourner") est, de toute façon, trop fragile pour être mentionné et n'a en outre aucune chance d'avoir été encore perçu en synchronie.

369. Voir Fraenkel (LEW, 1, p. 152-153), Toporov (PrJ, II, p. 341-345). 370. BUga (RR(B), III, p. 139). 371. Reconstruction en ce sens chez Toporov (PrJ, II, p. 345).

372. Stang (1966, p. 310, 330, 344, 396). 373. Cette reconstruction s'appuie notamment sur la diathèse intransitive qui caractérise nettement le verbe baltique ind. prés. 3 e p. *laik-ti ("rester") et qui s'est combinée à la diathèse transitive de l'ancien présent à infixe nasal ind. prés. 3e p. *link-a ("laisser"). Sur l'importance de ce facteur dans l'évolution de la racine *lejk en baltique, cf. Petit (1999a, p. 84-85). W

-

264

265

Catégorie du mode

Catégorie du mode

- [im-] : dérivés enimmewingi / angeneme "agréable" (III, 57 16- 17),

On ne s'attardera pas non plus sur un cas probable, mais peu clair,

enimumne / angeneme "agréable" (III, 91 18).

d'apophonie verbale, celui du v. pro perrëist / verbinden "relier" (III, 89 2), apparemment pourvu d'un degré plein radical *reis-, en regard du participe

Les autres langues baltiques présentent des données différentes. Le letton

prétérit passif senrists / verbunden "attaché" (III, 599 ), qui présente un degré zéro radical *ris_374 . La forme est trop isolée pour être analysée; le

oppose un radical *em- à l'infmitif et à l'indicatif présent (sous une forme régulière j?m- en letton dialectal, sous une forme altérée fl?m- en letton

lituanien risti "attacher" n'a qu'un degré zéro commun à l'ensemble du

standard) et un radical *ëm- à l'indicatif prétérit (cf. lett. standard

paradigme (ind. prés. risa, prét. riso)375.

Zinov

Les autres types apophoniques attestés en lituanien n'apparaissent pas

fl~ma)

;

présente une forme emt / braé "prendre" (Z 43), peu signi-

ficative 376 .

Le lituanien littéraire a une apophonie complexe. Dans

clairement en vieux prussien. Seul un verbe mérite d'être signalé.

plusieurs dialectes bas-lituaniens, l'apophonie présente une forme diffé-

L'apophonie radicale qui sépare, en lituanien, d'une part l'infinitif iin-fi

rente, inf. imti, ind. prés. ëma oujëma, ind. prét. èmé ou jèmë. Une

e

"prendre" et son indicatif présent 3 p. im-a [im-], d'autre part l'indicatif e

alternance vocalique est probablement ancienne dans ce verbe, puisqu'elle

prétérit 3 p. èm-é [ém-] ne se retrouve pas en vieux prussien, qui a dans

apparaît également en slave, mais dans des conditions différentes à la fois

toutes les formes un degré zéro radical :

du lituanien et du letton377 • Le slave oppose un verbe perfectif à degré zéro / jftti "prendre"

« *im-ti-),

ind. prés. HMX / imç

- [im-] : ind. prés. imma / neme "je prends" (III, 107 15), immimai

général, inf.

/ nemen "nous prenons" (III, 33 10, III, 83 16), immati "vous

« *im- %-),

prenez" (III, 115 19) ; cf. aussi impér. jmants / nim ''prends''

/ imati "prendre" « *im-ii-ti-), ind. prés. l€MJI~ / jemljç « *em-i%-)378.

(OrG 86), ymais (OrA 92), ymais / accipe (OrF 93).

lA TH

et un verbe imperfectif à alternance vocalique, inf. HMaTH

On peut penser que le slave et le lituanien conservent sous une forme

- [im-] : ind. prét. imma / nam "prit" (III, 75 2), immats / nam er "il

modifiée le vestige d'une ancienne apophonie radicale, inf. *im-ti-, ind.

prit" (III, 75 7), etc., cf. part. prét. actif enimmans

prés. *em-a, ind. prét. *em-ë-. Le prussien aurait généralisé le thème faible

/ angenommen "ayant accepté" (III, 1253-4), immusis (III,

[im-], propre à l'origine à l'infinitif; le letton aurait introduit à l'infinitif

117 25 ).

le thème fort rem-l, propre à l'origine à l'indicatif présent, et aurait

- [im-] : inf. lmt / nemen "prendre" (III, 99 14), enimt / auffnemen

développé secondairement, comme le lituanien, un thème allongé à

"prendre, accueillir" (III, 1175), enimton / annemen "accepter"

l'indicatif prétérit. Quant au lituanien, il pose évidemment problème dans

(III, 1173 ), cf. aussi part. prét. passif imtii / genomen "prise"

cette perspective, car il présente une apophonie à peu près inverse de celle

(III, 10b1), animts / genommen "pris" (III, 105 16), enimts

qu'on peut raisonnablement postuler pour sa préhistoire: au lieu de [im-] à

/ angenommen "accepté" (III, 115 28 , III, 123 13 ) enimts

l'infinitif et et de [em-] à l'indicatif présent et prétérit, il a [im-] à

/ angeneme "agréable" (III, 10521 ),

374. Voir Maiiulis (PKEZ, III, p. 270 et IV, p. 101). Reconstruction d'une apophonie ind. prés. *reis-, vs. inf. *ris-ti- chez Kaukienë (1994, p. 17). 375. Cf. Fraenkel (LEW, II, p. 738).

376. Cf. Zinkevicius (1985, p. 72). 377. Cf. Trautmann (BSW, p. 103-104). 378. En slave comme en baltique, une tendance a existé à niveler le degré apophonique, d'où, par exemple, en vieux slave une forme d'infinitif eMarn / emati "prendre", attestée plusieurs fois au lieu de HMaTH / imati, d'après l'indicatif présent I€MJI~ / jemljp. Cf. Vaillant (1948, p. 273-274).

266

Catégorie du mode

l'infinitif et à l'indicatif présent et [em-], sous une fonne modifiée 379, à l'indicatif prétérit. Il est possible que le paradigme attesté dans quelques dialectes lituaniens, inf. [im-], ind. prés. rem-J, ind. prét. rem-J, représente une étape intennédiaire entre le paradigme ancien, inf. [im-], ind. prés. [em-], ind. prét. rem-J, et le paradigme morphologiquement anomal du lituanien littéraire, inf. [im-], ind. prés. [im-], ind. prét. [em-]. Mais on voit mal la raison d'une telle évolution dans un système où ce paradigme aurait très bien pu s'intégrer à un type régulier, inf. [im-], ind. prés. [em-], ind. prét. [im-]. Je reviendrai sur ce verbe un peu plus loin, dans la section consacrée à l'apophonie des thèmes temporels38o • Il est difficile, étant donné la diversité des types représentés, de définir une structure simple susceptible de rendre compte de l'ensemble des données. Tout d'abord, il convient d'observer que les deux classifications

Catégorie du mode

267

- lit. likti "laisser" :::: ind. prés. /ieka "il laisse" (avec contraste apophonique), mais lit. lipti "monter" :::: ind. prés. lipa "il monte" (sans contraste apophonique). -lit. mifzti "penser" :::: ind. prés. mêna "il pense" (avec contraste apophonique), mais lit. pinti "tresser" :::: ind. prés. pina "il tresse" (sans contraste apophonique). -lit. vogti "voler, dérober" :::: ind. prés. viigia "il vole" (avec contraste apophonique), mais lit. kopti "récolter du miel" :::: ind. prés. kopia "il récolte du miel" (sans contraste apophonique).

proposées - la classification étymologique (qui se fonde sur une confron-

Ces divergences ne peuvent s'expliquer, à mon sens, que si l'on

tation du degré vocalique de l'infinitif et de la fonnation en *-fi- héritée de

reconnaît que l'apophonie radicale attestée de manière descriptive en

l'indo-européen) et la classification contrastive (qui se fonde sur Wle

lituanien recouvre en fait plusieurs réalités différentes, qu'il importe de

confrontation du degré vocalique de l'infinitif et de celui de l'indicatif)-

distinguer. Quelques observations peuvent être tentées en ce sens. Tout

sont indépendantes l'une de l'autre. Les verbes pourvus d'un type

d'abord, on laissera de côté plusieurs cas dans lesquels l'alternance radicale

particulier de degré vocalique à l'infinitif et qui semblent de ce fait

résulte en fait de la réalisation phonétique divergente d'un même degré

appartenir à une même classe peuvent, par rapport à leur indicatif présent ou

vocalique. Ainsi, dans le verbe lit. siûti "coudre", on peut opposer un

prétérit, présenter ou non une apophonie radicale : celle-ci n'est pas liée de

allophone antéconsonantique [ü] (dans l'infinitif siûti) et un allophone

manière prévisible au degré vocalique de l'infinitif. C'est ce que montrent

antévocalique [uv] (dans l'indicatif présent siùva, prétérit siùvo), cf. aussi

par exemple les divergences qui peuvent exister entre des fonnes

[i) (dans l'infmitif Iyti "pleuvoir") en regard de [ij] (dans l'indicatif prétérit

comparables à l'infinitif, par exemple:

lijo "il plut" et dans l'indicatif présent à infixe nasal *li-N-j-a > *Ifja, noté IYJa "il pleut")381. De la même manière, dans le lituanien pùlti "attaquer",

on opposera un allophone antéconsonantique [pul-] (dans l'infinitif pùlti

379. Il est possible que la voyelle longue radicale du prétérit 6mé s'explique comme celle du prétérit 6jo de efti "aller", c'est-à-dire comme une formation régressive tirée de la fonne négative *némé < *ne-emé (cf. éjo f- néjo < *ne-ejo). Cf. Zinkevicius (LKIG, II, p. 110, § 566), Schmalstieg (2000, p. 87). 380. Cf. p. 339-343.

381. Le cas du verbe lit. vyti "chasser, poursuivre" est intéressant car il [ij] (dans l'!~dlcatif prétérit vijo), et une apophonie radicale, [ij] (dans l'indicatif prétérit vljo), vs. [ej] (dans l'indicatif présent vëja). En l'occurrence, la forme apophonique vëja est sans doute secondaire (d'après le modèle de gifiti, gëna ?) à côté de vija, attesté en lituanien dialectal (par ex. à Linkmenys) et en letton (lett. vij). Voir, en ce sens, Vaillant (GCLS/., J, p. 110), Rock (1995, p. 77).

c~m?ine une alternance phonétique, [i] (dans l'infinitif vyti), vs.

268

269

Catégorie du mode

Catégorie du mode

< *puol-ti-, avec loi d'Osthoff) et un allophone antévocalique [puol-] (dans

l'influence de l'indicatif prétérit, qui représente, en ce cas, sa forme de

l'indicatif présent puola et prétérit puolé). Ces alternances s'expliquent en

fondation. On peut estimer, par exemple, que lekti "voler" est fondé sur

termes phonétiques et n'ont pas de fondement morphologique; en ce sens,

l'indicatifprétéritleké "il vola", non sur l'indicatif présent lekia "il vole".

elles sont indépendantes de l'apophonie.

L'origine de l'apophonie radicale n'est donc pas à chercher, en l'occurrence,

Si l'on néglige par conséquent ces alternances phonétiques, on peut

dans le rapport entre l'infmitif et l'indicatif présent, mais dans le rapport

opposer pour l'essentiel deux types dans les différentes classes d'apophonie

entre l'indicatifprésent et l'indicatif prétérit (auquel s'apparente le thème de

radicale défmies plus haut:

l'infmitit). On verra plus loin que cette apophonie résulte d'une évolution

- (1) un TYPE APOPHONIQUE à alternance < degré zéro / degré

phonétique particulière dans une sous-classe des indicatifs présents et

plein> entre l'infinitif et l'indicatif présent. Ce type n'est en

qu'elle s'est étendue à quelques autres catégories proches. Historiquement,

général attesté que dans des radicaux comportant une sonante

elle ne concerne pas directement le rapport de l'infmitif et de l'indicatif.

(r, l, m, n), qu'ils soient de structure [CeR] (type mifiti

Le premier modèle, en revanche, caractérise nettement la formation de

- mena) ou de structure [CeRC] (type pirkti - perka). Dans

l'infinitif par rapport à celle de l'indicatif présent. Dès l'abord, son origine

ces radicaux, le contraste apophonique apparaît en synchronie

indo-européenne ne fait aucun doute : à travers le contraste apophonique

sous la forme < iR / eR >.

entre un infinitif à degré zéro (type [pirk-]) et un indicatif présent à degré

• Modèle : infinitif minti "penser, se souvenir"

«

i.-e.

plein (type [perk-]), les langues baltiques prolongent une opposition

*m1)-ti-) ::::: indicatif mena "il pense, se souvient"

«

Ï.-e.

ancienne entre une formation nominale à suffixe *-ti-, caractérisée par un

*men- %-). Opposition comparable dans le type pirkt;

degré zéro radical, et une formation verbale radicale thématique, caractérisée

"acheter" ::::: pef'ka "il achète", et secondairement, sous une

par un degré plein radical. Ce contraste peut être illustré par les exemples

forme divergente, dans le type likti "laisser, rester"

«

i.-e.

* li kW - t i-) ::::: li eka "il laisse, reste" (secondairement interprétable comme un degré plein).

suivants, tirés de diverses langues indo-européennes, notamment du grec ancien: -INDO-EUROPÉEN "porter", *bhr-ti- (véd. bhrtil) "soutien", lat. fors,

- (II) un TYPE APOPHONIQUE à alternance < degré long / degré

forfis "sort, hasard", vha. giburt "naissance"), vs. *tfer-eir (véd. bhilrati, lat.fero, vha. bëran, përan "porter").

bref> entre l'infinitif et l'indicatif présent. Ce type n'est attesté que dans des radicaux comportant une occlusive finale

- INDO-EUROPÉEN "faire confiance", *bhicl'-ti- (gr. TTtanS' "foi"),

vs. *bh eiJ-%- (gr. TTELeOlJ.aL "faire confiance, obéir").

et présentant une structure [CeC]. • Modèle : infinitif 1ekti "voler" ::::: indicatif lekia "il vole". Opposition comparable dans le type lit. tupti "se poser, atterrir" ::::: tùpia "il se pose, atterrit" < ü / u >, et le type lit.

vogti "voler, dérober"::::: viigia "il vole, dérobe" < 0 / a >.

-

INDO-EUROPÉEN "couler", *sru-ti- (gr. puaLS' "courant", véd.

srutil}), vs. *srep-%- (gr. pÉw "couler", véd. sravati). Les langues baltiques ont conservé ce schéma apophonique ancien, au point même de lui conférer une certaine productivité. Les exemples de

Le second modèle est sans doute récent et doit résulter d'une évolution

correspondances immédiates sont cependant rares, et l'on peut plutôt parler

secondaire. Il est probable que la voyelle longue de l'infmitif y est due à

d'un développement parallèle à partir d'un schéma apophonique hérité que

270

de formes déjà constituées, transmises directement de l'indo-européen au baltique382 .

271

Catégorie du mode

Catégorie du mode

Le problème qui se pose est de savoir pourquoi cette apo_

- [tep-]: lit. tèpti "graisser, enduire" (ind. prés. tepa, prét. tepé), lett. tept "id." (ind. prés. tçp, prét. tepa) < Î.-e. 2.

*tep-

phonie a été conservée, en baltique, dans certains verbes, tandis qu'elle a

(LIV, p. 573), cf. v. sI. TeTH / teti "frapper, l-laŒTLYoùV,

été perdue dans d'autres. L'alternance < i / e > apparaît encore dans le type

dans le v. sI. 6bpaTH / bbrati "choisir, cueillir, ÈKÀÉYELV"

changer" (ind. prés. kifita, prét. kito). Dans les radicaux à sonante, ce modèle prend la forme d'une opposition entre verbe causatif à degré < eR > et verbe intransitif inchoatif à degré < iR >, par exemple:

- lit. kélti "lever" (ind. prés. këlia, prét. kélé), vs. kilti "se lever" (ind. prés. kyla, prét. kilo). Autres exemples chez Petit (l999a, p. 86). La question se pose de savoir pourquoi, dans certains verbes, l'apophonie radicale < iR / eR > a été associée à une opposition de diathèse, tandis que,

- < dIr / der> dans le v. sI. ,llbpaTH / dbrati "déchirer, çEl'v" (ind.

prés. ,llepx / derç). - < ph / per > dans le v. sI. llbparn / pbrati "voler,

ÙValTÉTEa8m"

(ind. prés. nepx / pen;). - < zId / zid > dans le v. sI. )Kb,llaTH / ibdati "attendre, Il ÉVELV"

(ind. prés. )l(H,llX / iidç). - < zUv / zov > dans le v. sI. 3'bBaTH / z'bvati "appeler,

KaÀElv"

(ind. prés. 30BX / zovç). - < gun / zen> dans le v. sI. r'bHaTH / g'bnati "chasser, 8LWKELV"

388. J'ai décrit ce modèle dans une pu~l~catio? .réc~nte, cf. Petit (1999a~ p. 85-93). Certaines des analyses présentée~ ICI ont ete d~Jà évoq':lées dans cett publication et ne feront donc pas l'objet d une présentatIOn détaIllée.

(ind. prés. 6epx / berç).

(ind. prés. )l(eHX / :fenç).

389. Exemples chez Vaillant (1948, p. 309-310 et 273-275).

ÈÀavvELv,

284

Catégorie du mode

- < sHI / stel > dans le v. GTpWVVÛVaL"

(ind. prés.

Catégorie du mode

sI. CTb.JIaTH / stblati "étendre, CTeJI~

/ steljQ).

(ind. prés.

CTPOY)K~

subsiste en baltique quelques traces lexicales de cette situation primitive, en l'occurrence les adjectifs lit. kiltas "fort, solide"

- < strUg / strug> dans le v. sI. CTJYbraTH / str'bgati "racler,

ÇElV"

/ struijQ), etc.

285

girtas "ivre"

« i.-e. *gW[hrto-

«

i.-e. *kwJH-to-) et

~ gr. ~pwT6S' "mangeable") 392. On peut

imaginer que ces formations adjectivales en *-tas ont donné lieu à une

Ces alternances sont parfois superposables à leurs contreparties baltiques:

dérivation verbale inchoative, d'où par ex. lit. kiltas (avec son sens ancien

l'infinitif slave r'hHaTH / g'bnati "chasser" répond ainsi, au suffixe près, à

"élevé") -+ kilti "acquérir l'état de ce qui est élevé" (ind. prés. à infixe nasal,

l'infinitif lituanien ginti "chasser", cf. v. pro guntwei

«

Ï.-e. *gv.hp._ti_, cf.

lit. *kinla> kYla), de la même manière qu'on a lit. baltas "blanc"

--+

balti

adjectif verbal véd. hatal) "frappé", gr.' ApTJL-et>aToS' "tué par Arès"), tandis

"acquérir l'état de ce qui est blanc, blanchir" (ind. prés. à infixe nasal, lit.

que l'indicatif présent )KeH.K / fenQ rappelle le lituanien genù, gêna

*banla> bçla). L'opposition de deux verbes à l'indicatif présent (transitif

(*g..hen-efo-, prolongement de l'ancien athématique Ï.-e. *g..hen-ti, véd. hanti

kê/ia "il lève", vs. intransitif kyla < *kinla "il se lève") conduisait à

"frapper", hitt. kuenzi). Au

sI. llbpaTH / dbrati "déchirer" (ind. prés.

l'opposition de deux infinitifs antithétiques, l'un transitif (kélti "lever" au

llep.K / derQ) correspond le bas-lituanien dini "déchirer" (variante plus

lieu de *kilti d'après l'indicatif kê/ia), l'autre intransitif (kilti "se lever" sur

courante dira, ind. prés. derù, dêraJ390 < i.-e. *d[-ti-, vs. *der-efo-. On

ki/tas "levé"). Ce système est, par la suite, devenu productif, si bien qu'il

observe, enfin, que, là où le slave a une opposition modale inf. 6bpant

n'est pas nécessaire de supposer partout l'intermédiaire d'un adjectif verbal

/ buati "choisir, cueillir", vs. ind. prés. 6ep.K / berQ, le baltique présente

apophonique. Si le lituanien *biFti "se disperser" (la forme actuelle est

une opposition de diathèse certainement secondaire, lit. befti "verser,

birti, avec métatonie rude d'après le présent birsta) repose certainement sur

disperser", vs. birti "se verser, se disperser"391. Il est donc raisonnable de

un adjectif verbal

penser que l'opposition modale est un fait ancien dans les langues

bh[ta/]) et en est venu à s'opposer à befti "disperser", fondé sur l'indicatif

baltiques, tandis que l'opposition de diathèse est une innovation propre à

bèria, on peut se contenter, pour beaucoup d'autres verbes, de supposer

ces langues.

l'application du schéma apophonique secondaire, opposant un verbe

V.

*biftas

"dispersé" (formellement identique au véd.

Dans une publication récente (1999a, p. 88-89), j'ai proposé d'expliquer

transitif à degré < eR> et un verbe intransitif à degré < iR >, d'où par ex.

la genèse du système baltique par le rapport spécifique des fonnes d'infmitifs en -ti- et des adjectifs verbaux en -tas. Je me contenterai ici de

lit. mefkti "tremper", vs. mifkti "être trempé", lenkti "pencher", vs. /inkti "se pencher", etc.

résumer quelle était mon argumentation. Actuellement, les verbes

Une question reste cependant posée: pourquoi ce modèle secondaire

lituaniens kélli "lever" et gérti "boire" ont des participes prétérits passifs

n'a-t-il pas totalement remplacé l'ancienne apophonie modale? La survie

non apophoniques kéltas "qui a été levé" et gértas "qui a été bu", mais la

du type ancien (dans le lit. minti "penser", ind. prés. mêna, ou le lit. pifkti

comparaison indo-européenne laisse supposer qu'à date ancienne la

"acheter", ind. prés. pefka) peut, à mon sens, s'expliquer par le facteur

formation en -tas « Ï.-e. *-to-) était caractérisée par un degré zéro radical. Il

suivant: l'opposition modale a été remplacée par une opposition de dia-

390. Sur ce verbe, cf. Fraenkel (LEW, 1, p. 96-97), Skardzius (1935b, p. 59 RR(S), IV, p. 371-372). 391. Sur l'évolution sémantique de ce verbe en baltique, cf. Petit (1998, p. 229-288).

fondamentalement intransitifs échappaient donc par nature à une telle

thèse partout, sauf là où cette évolution était impossible. Les verbes =

392. Autres exemples du même type chez Kurylowicz (1956, p. 215, note 7).

286

Catégorie du mode

Catégorie du mode

opposition de diathèse, ce qui, le cas échéant, pouvait permettre la survie

verbes se sont conformés au second type, sauf ceux qui, pour des raisons

287

de l'ancienne opposition modale. C'est le cas, par exemple, du lit. miiiti

sémantiques, ne pouvaient s'y intégrer et qui, dès lors, purent conserver le

"penser" (ind. prés. mena), dans lequel une opposition de diathèse était

premier type d'apophonie.

proprement inconcevable ("penser", vs. "être pensé" ?) ; la même analyse vaut pour d'autres verbes intransitifs comme lit. If:sti "entrer dans, pénétrer"

v. CONCLUSION: CATÉGORIE DU MODE ET APOPHONIE RADICALE

(ind. prés. lenda), sifgti "être malade" (ind. prés. sefga), slinkti "couler, passer, avancer" (ind. prés. slenka), ti!Pti "avoir de la place" (ind. prés.

tefPa). On sait, en outre, que, dans les couples diathétiques du type kélti, vs. kilti, les formes intransitives sont caractérisées par une limitation sémantique: elles sont réservées à l'expression de procès naturels et spontanés, qui n'impliquent pas l'intervention d'un agent, cf. lit. kji/a

véjas "le vent se lève", siikos linksta "les branches penchent", etc. 393 • Les verbes dont le sémantisme suppose nécessairement un agent humain ou social n'ont donc pu participer à la constitution de couples apophoniques diathétiques. Malgré le modèle de mefkti "tremper", vs. mirkti "être trempé, dégouliner", la langue n'a pu créer un couple (sémantiquement aberrant) tpefkti "acheter", vs. tpirkti "être acheté", parce que le sens du verbe impliquait un acte social référé à un agent déterminé, et non un procès naturel et spontané; l'opposition ancienne pifkti, vs. pefka pouvait donc subsister. La même analyse vaut pour les verbes transitifs du même type, comme lit. ginti "chasser" (ind. prés. gena)394, kimsti "fourrer, bourrer" (ind. prés. kemsa), kifpti "tondre" (ind. prés. kefpa), kifsti "couper" (ind. prés. kefta), kriihsti "mâcher" (ind. prés. kremta), pifsti "arranger un mariage, marier" (ind. prés. pefsa), rifikti "rassembler, choisir" (ind. prés. renka), vilkti ''tirer, mettre un vêtement, vêtir" (ind. prés. velka). La coexistence d'un type ancien d'apophonie modale et d'un type récent d'apophonie diathétique se comprend donc si l'on admet que tous les

393. Cf. Petit (1999a, p. 101-102). 394. C'est probablement sur le modèle de giflti "chasser" (ind. prés. gêna) qu'une apophonie radicale s'est développée dans le verbe synonyme vyti "chasser" (ind. prés. vêja, au lieu de vija), et par contigurté dans son homonyme vyti "tourner une corde, tresser" (ind. prés. véja, au lieu de vija).

L'apophonie modale apparaît sous deux formes dans les langues baltiques. Tout d'abord, sous une forme résiduelle à l'optatif et au participe : seuls deux verbes, "être" et "aller", en présentent des traces nettes, qui ont rapidement tendance à disparaître. Là où le v. prussien a encore un impératif apophonique à degré zéro radical *s-ei- (v. pro seiti "soyez !") et *y-ei- (v. pro ieis "va !"), le lituanien n'a plus, dès les plus anciens textes, que des formes à degré plein rétabli d'après l'indicatif, permissif *es-ie- (v. lit. te eli "qu'il soit !", DP, 350 14) et *ei-ie (v. lit. te

ateii "qu'il arrive !", DP, 42737). Les deux verbes ont encore un participe présent apophonique en v. lituanien (v. lit. acc. santi "étant" < *s-ant-, acc. enti "allant" < *y-ant-) et en v. prussien (v. pro emprijki-sins "présent"), mais ici aussi des formes à degré plein régularisé ont vite vu le jour et se sont imposées dans les langues modernes (lit. esçs "étant", v. lit.

ejç.s "allant", aujourd'hui eïn{lS). L'apophonie modale apparaît, en revanche, plus régulièrement et plus fréquemment, en baltique, dans les formations d'infmitif. Le type lit. minti "penser", ind. prés. mena, est ancien et se retrouve non seulement dans chacune des langues baltiques (même si l'on observe une tendance nette à ~on élimination en vieux prussien), mais également dans d'autres langues

mdo-européennes : la concordance précise entre le baltique et le slave pennet, sur ce point, de voir dans ce type une apophonie de très haute anti ., . qUlte. Cependant, la conservatIon de cette ancienne apophonie radicale n'a e' t ' · ble, en baltIque, . que dans des conditions limitées, c'est-à-dire e pOSSl POur autant qu'elle n'interférait pas avec un système apophonique secondaire, productif en baltique, fondé sur une opposition de diathèse.

288

Catégorie du mode

La confrontation de ces deux types d'apophonie modale est instructive. Elle suggère qu'en un sens, la relation de l'infinitif et de l'indicatif était perçue comme moins "grammaticale" que celle de l'indicatif et de l'optatif ou celle de l'indicatif et du participe. On peut comprendre cette différence si l'on conçoit que le système verbal baltique repose sur l'opposition de trois thèmes temporels fondamentaux, l'infinitif, l'indicatif présent et l'indicatif prétérit, et que ni l'optatif, ni le participe ne constituent à eux seuls des

CHAPITRE VI

thèmes temporels : ce sont des formes toujours fondées, non des formes fondatrices. On peut ainsi opposer, dans le verbe baltique, d'une part les thèmes temporels, par nature indépendants les uns des autres, et d'autre part les formes qui en dérivent et qui sont par nature dépendantes. L'apophonie

CATÉGORIE DU TEMPS ET APOPHONIE RADICALE

grammaticale ne survit, en baltique, que dans l'opposition de formes fondatrices indépendantes (rapport de l'infinitif et de l'indicatif), non dans l'opposition de formes fondatrices et de leurs formes fondées (rapport de l'indicatif et de l'optatif ou du participe). Il n'est donc pas tout à fait exact de dire, comme on l'a fait jusqu'à présent, que l'apophonie radicale tend à disparaître dans le domaine grammatical et à se restreindre au domaine lexical: plus précisément, il apparaît que l'apophonie radicale tend à disparaître, en baltique, dans le rapport de formes grammaticales fondatrices et de leurs formes fondées, mais reste vivante dans la constitution de formes indépendantes, même si leur relation ne saurait être défmie autrement que comme une relation grammaticale.

1. INTRODUCTION

Le système temporel des langues baltiques est centré sur l'opposition d'un thème de présent et d'un thème de prétérit, auxquels s'ajoute, par contraste, un thème modal d'infinitif. Les autres formes, qu'elles soient ~emporelles (par exemple le futur) ou modales (par exemple le participe), ~ouent à cet égard un rôle mineur, et l'on ne saurait leur attribuer la même

Importance. Seuls le présent et le prétérit peuvent constituer à côté du thème modal de l" In fiInltl . Of, des thèmes temporels indépendants ' d'un point de vue morphol oglque, 1es autres temps apparaIssent . toujours comme des 0

0

~ormes fondées. Pour prendre un exemple simple, un verbe comme le lItuanien dûoti "donner" oppose trois thèmes 395

:

B 395. Sur l'origine de ces différents thèmes voir notamment l'article de ammesberger (1982, p. 239-250).' 0

Catégorie du temps

290

Catégorie du temps

291

- 1. un thème d'infinitif duo- (inf. duo-ti "donner"), sur lequel

ses thèmes temporels: un verbe comme )'l)'v0ll-aL "devenir" oppose ainsi

reposent, en synchronie, l'indicatif futur (duo-siu "je donnerai"),

quatre thèmes temporels (1. prés. )'l )'V0ll-aL, II. fut. )'Ev~aOll-aL, III. aor.

l'imparfait itératif (duo-davau "je

le conditionnel

È)'EVOllllv, IV. par( )'É)'ova). À la différence des langues classiques, où

(duo-ciau "je donnerais"), l'impératif (duo-k "donne!"), le participe

l'infinitif est morphologiquement dépendant des thèmes correspondants de

passé passif (duo-tas "donné")

l'indicatif (par exemple gr. )'l YVEaSm

donnais"),

et le participe circonstanciel

comme Y( )'vollaL, YEVÉ aSaL

(duo-damas "en donnant").

comme È)'EVOllllv, etc.), le balto-slave présente un thème unique d'infinitif,

- II. un thème d'indicatif présent duod- (ind. prés. duod-u "je

souvent distinct du thème de l'indicatif présent et parfois de celui de

donne"), sur lequel reposent, en synchronie, les participes présent

l'indicatif prétérit.

actif (duod-fJs "donnant, qui donne") et passif (duod-amas "donné,

Dans la plupart des langues indo-européennes, l'opposition des thèmes

qui est donné").

temporels peut s'accompagner d'un contraste de l'apophonie radicale. Le

- III. un thème d'indicatif prétérit dav- (ind. prét. dav-iaii "je

grec conserve à cet égard une remarquable liberté : on trouve, côte à côte,

donnai"), sur lequel reposent, en synchronie, le participe prétérit

un degré plein dans le thème du présent ÀEl TIW

actif (dèiv-?s "qui a donné") et le substantif verbal en -imas

ÀEl4JW, un degré fléchi dans celui du parfait ÀÉÀOL TIa et un degré zéro dans

(dav-imas "don, fait de donner").

celui de l'aoriste ËÀL TIOV. Dans d'autres langues, le seul contraste vivant

"laisser" et du futur

Cette opposition tripartite (thème d'infinitif, de présent, de prétérit) est

est celui qui oppose un thème de présent et un thème de prétérit: c'est le

caractéristique des langues baltiques. Un système proche, quoique déve-

cas en latin (prés. Mg-a "lire", vs. parf. /eg-f).

loppé dans une direction différente, apparaît en slave, où l'on peut opposer, dans certains cas, un thème d'indicatif présent (par ex. v. sI.

qbT- /

Dans les langues baltiques, la diversité des formations apophoniques a

cbt- :

été fortement réduite. Une apophonie radicale ne se rencontre pl~s, dans les

ind. prés.

qbTJi\. /

cbtQ "je lis") et un thème d'infinitif-indicatif aoriste (par

thèmes temporels, qu'à travers l'opposition d'un thème de présent et d'un

ex. v. sI.

qHT- /

Cit- : inf.

cis'b "je

thème de prétérit. Le futur sigmatique, qui avait régulièrement en indo-

lus")396. Dans les auttes langues indo-européennes, la constitution des thèmes temporels prend des formes différentes. Le germanique peut opposer

européen un degré plein et formait parfois un contraste apophonique avec le présent ou avec le prétérit397 , apparaît systématiquement nivelé en baltique

jusqu'à quatre thèmes (1. prés. : got. baira "je porte", inf. bairan "porter,

sur la base du thème d'infinitif. Là où le grec présente un futur ÀEL4JW "je

[ie] et [i]),

semble supposer un radical [trenk-], et du participe prétérit passif

l'alternance a été en général éliminée par une modification du type

pertrincktan / verstockten "obstiné" (III, 119 15 ) qui semble supposer un

morphologique: comparer, par exemple, lit. slifikti "passer, couler" (ind.

radical [trink-] ; on rapprocherait alors la flexion du lituanien dialectal

prés. slefika, prét. slifiko) et lett. slikt "couler, se noyer" < *slinkti (ind.

trifikti "battre, laver la laine" (ind. prés. trefika, prét. trifiko), en regard du

prés. slikst < *slinksta, prét. slika < *slinka). Une trace de l'ancienne

lituanien standard trefikti "battre, frapper"

alternance se trouve encore dans le letton list "entrer dans" « *lind-ti),

trefiké)435. Quant au type résiduel à alternance < ei / i > (::::: lit. < ie / i >,

"mâcher", ind. prés.

ind. prés. lied

« *lend-a)

ou lien

« *lend-na),

prét. lida

« *Und-a),

en

(ind. prés. trefikia, prét.

auquel se rattache, en synchronie, lit. ind. prés. lieka, prét. liko), il survit

regard du lituanien lfsti "entrer dans" < *lind-ti (ind. prés. lefida, prét.

lifido). Quant au type lit. likti "laisser" (ind. prés. lieka, prét. liko), qui présente apparemment une alternance comparable (apophonie < ie / i >, analysable comme < ei / i >, de même nature que l'apophonie < en / in > issue de < en /

Q.

»430, il se retrouve également en letton, où il est tout

aussi résiduel: lett. likt "mettre, poser" (ind. prés. liek, prét. lika), s1cist "penser" (ind. prés. sÎJiet, prét. s1cita)43I. En vieux prussien, le type pifkti

- pefka - pifko est mal attesté. L'apophonie radicale paraît avoir été nivelée dans l'indicatif présent senrlnka / samlet "il rassemble" (III, 4516)'

429. Cf. Zinkevicius (1966, p. 338-339, § 597). 430. Voir une description de ce type chez Sandbach (1930, p.41-42), Stang (1942, p. 107-108). Outre lit. likti "laisser" (ind. prés. /ieka, prét. liko), on ~e.ut citer lit. dial. snigti "neiger" (ind. prés. dial. sniega, prét. snigo), 1ett. S"t lsf "penser" (ind. prés. Slciet, prét. s~ita). 431. En letton, du fait de l'évolution de [en] en [ie], certains verbes à infi~e nasal se sont identifiés à ce type: 1ett. strigt "couler" (ind. prés. strieg, preto striga, cf. lit. striiiga, strigo). Cf. Stang (1942, p. 110).

432. En ce sens, Mafiulis (PKEZ, IV, p. 100-101). Mais on pourrait aussi admettre une évolution phonétique *-renka > *-rinka (règle "swints", cf. Smoczynski, 2000a, p. 13). 433. Le degré plein du radical est attesté, en vieux prussien, dans le dérivé kersle / sulaxe "hache émoussée" (E 534), cf. lit. dial. kefslas, auquel correspond, en lituanien littéraire, kifslas, refait d'après l'infinitif kifsti. Cf. Maziulis (PKEZ, II, p. 176-177). 434. Un dernier cas possible, quoique douteux, de nivellement apophonique pourrait être éventuellement le verbe powiërpt /lassen "laisser" (radical [verp-]), qui présente un degré radical *e dans l'ensemble du paradigme, à l'indicatif présent (par ex. impér. 2 e pl. powiërptei / lasset "laissez", III, 9522) et à l'indicatif prétérit (par ex. part. prét. actif powiërpuns / verlassen "qui a laissé", III, 10122), mais pour lequel il existe également quelques vestiges d'un degré zéro dans des dérivés (par ex. powïrps / frey "homme libre", III, 95 18) : a-t-on le droit de voir là une trace d'une ancienne flexion apophonique (ind. prés. *verp-a, prét. *virp-ii), concurrente de la flexion non apophonique (ind. prés. *verp-ia, prét. *verp-ë), qui est seule attestée dans les langues baltiques? L'exemple est très fragile. Cf. p. 261. 435. En ce sens, Mafiulis (PKEZ, III, p.274). L'exemple est cependant douteux, parce qu'une graphie [inC] dans le Ille Catéchisme pourrait recouvrir aussi bien un ancien [inC] qu'un ancien [enC], en vertu de la règle "swints" (Smoczynski, 2000a, p. 13-25).

310

Catégorie du temps

Catégorie du temps

probablement à travers quelques vestiges en vieux prussien. Le contraste

vocalique *e de l'indicatif présent *meig-ti semble s'être introduit dans

< reis- / ris- > qui oppose l'infinitif perreist / verbinden "attacher" (Ill,

l'infinitif (d'où *meig-ti- au lieu de *mig-ti-), probablement en raison de

89z) et le participe prétérit passif senrists / verbunden "attaché" (III, 599)

l'homophonie de deux fonnes ; le prétérit est en *-ë- (v. pro ismigê), sans

pourrait refléter un ancien paradigme alternant: inf. *ris-ti-, ind. prés.

doute secondairement43 8 • D'une manière générale, la tendance s'est exercée

*reis-a, prét. *ris-ii. Dans cette analyse, le lituanien aurait innové en

dans toutes les langues baltiques à éliminer le type apophonique < eiC / iC

généralisant le thème faible (lit. rifti "attacher", ind. prés. rifa, prét. rifo),

> (lit. liëka - liko), alors même que le type < erC / irC > (lit. pefka

comme aussi le letton (lett. rist "attacher", ind. prés. ris, prét. risa), qui

- pifko) demeurait vivant. Dans son ensemble, cependant, l'alternance est

conserve, cependant, une trace dialectale du thème fort (lett. dial. riest

ancienne, quelle qu'en ait été l'évolution dans les diverses langues

"attacher", ind. prés. rief < *reis-ia, prét. riesa)436. Un autre vestige du

baltiques. Pour le proto-baltique, on doit reconstruire une règle : Présent

type /ieka -

[C1eRCz-a] ~ Prétérit [CIRCz-a].

liko en vieux prussien pourrait être le verbe "dormir", qui

présente peut-être un degré radical *e dans l'infinitif meicte / schlaffen (GrG34, GrGS9, GrFS9 < *meig-ti-) et un degré radical zéro dans l'indicatif prétérit ismige / entschlieff "il s'endormit" (III, 101 13 < *-mig-e-) et le participe prétérit actif enmigguns / geschlaffen "qui a dormi" (III, 8 hz

311

- (4.) Présent [CIRCz-a] ~ Prétérit [CIRCz-o] : • par ex. lit. ind. prés. dirb-a, prét. dirb-o (inf. dirb-ti "travailler"), lit. ind. prés. sùk-a, prét. sùk-o (inf. sùk~ti "tourner"), lit. ind. prés.

kif-a, prét. kif-o (inf. kif-ti "fourrer, mettre à l'intérieur")439.

< *-mig-). Selon Maziulis (PKEZ, II, p.45), ce contraste apophonique

pennet de reconstruire une flexion à alternance: ind. prés. athématique

*meig-ti (cf v. lit. miegti "il dort", devenu thématique en lit. modo miega), prét. *mig-ii- (cf lit. prét. migo), parallèle à celle de *liek-ti "laisser" (v. lit. liekti, devenu thématique en lit. modo lieka), prét. *lilca (lit. prét. liko). Le lituanien paraît avoir scindé l'ancien paradigme en deux verbes, d'une part: ind. prés. miega "il dort", prolongement du

V.

lit.

miegti (d'où inf. de type mixte mieg6ti, ind. prét. mieg6jo) ; d'autre part, ind. prét. migo "il s'endormit" (d'où inf. migti, ind. prés. à infixe nasal

miiiga)437. Le letton pourrait avoir conservé plus fidèlement la distribution ancienne ~

dans

migt

"s'endormir",

ind.

prés.

mieg

« *meig-a

athématique *meig-ti), prét. miga « *mig-ii-). En prussien, le degré

Les radicaux en syllabe fermée dont, au présent, la voyelle est la réalisation d'une sonante vocalisée ([ir], [il ou ru]) obéissent, en lituanien, à une règle simple: prétérit en -0, pas d'apophonie radicale. La même règle vaut, sans exceptions, également pour le letton, où l'on a par exemple: lett. rist "rouler", ind. prés. rit, prét. ri/a (= lit. risti "rouler", ind. prés. rita, prét.

rito) ; lett. sukt "tourner", ind. prés. suk, prét. suka (= lit. sùkti "tourner", ind. prés. sùka, prét. sùko) ; lett. skust "raser", ind. prés. skut, prét. skuta (= lit. skùsti "raser", ind. prés. skùta, prét. skùto); cf aussi lett. sist

"frapper, battre", ind. prés. sil, prét. si/a. La règle proto-baltique est donc: Présent [CIRCz-a] ~ Prétérit [CIRCz-a]. - (5.) Présent [C 1vCz-a] ~ Prétérit [C 1vCz-o] : • par ex. lit. ind. prés. bég-a, prét. bég-o (inf. bég-ti "courir"), lit.

436. En ce sens, Stang (1942, p. 114). Autre analyse chez SmoczYfis~i (2000a, p. 146, cf. aussi p. 151, note 225), qui suppose que la graph~e prussienne perrëist recouvre *perrist (= lit. pérristi), donc sans apophonIe radicale. Toutefois, il n'existe aucun bon exemple d'une graphie / ei / pour [i] en vieux prussien. 437. On observe la même coexistence d'un présent athématique et d'un présent à infixe nasal dans le v. lit. liëkti / lifika "laisser", qui a pu servir de modèle à miëgti / mifiga. Cf. aussi v. lit. et lit. dial. sniëgti / snifiga "il neige".

ind. prés. fok-a, prét. fok-o (inf. fok-ti "sauter, danser"), lit. ind. prés. gnyb-a, prét. gnyb-o (inf. gnyb-ti "pincer"), lit. ind. prés.

438. En ce sens, Maziulis (PKEt, II, p. 45). 439. Autres exemples de ce type: LKG (II, p. 220, § 298).

313

Catégorie du temps

Catégorie du temps

312

grûd-a, prét. grûd-o (inf. grûs-ti "broyer, piler"), lit. ind. prés.

• par ex. lit. ind. prés. min-a, prét. myn-é (inf. min-ti "fouler"), lit.

auga, prét. augo (inf. augti "croître")44 0 .

ind. prés. gin-a, prét. gyn-é (inf. gin-fi "défendre"), lit. ind. prés.

La même règle vaut pour les radicaux à voyelle longue ou diphtongue non

pi/-a, prét. pyl-é (inf. pi/-fi "verser, remplir")442.

et ne manifestent pas

Les radicaux en syllabe ouverte dont, au présent, la voyelle est la

d'apophonie radicale. La même situation se retrouve en letton. Exemples:

réalisation d'une sonante vocalisée ([in], [il]) obéissent, en lituanien, dans

leU. bêgt "courir" (ind. prés. b~g, prét. b~ga), lett. sâkt "commencer" (ind.

quelques cas particuliers, à la règle suivante: prétérit en -é, allongement

prés. sâk, prét. sâka), lett. aûgt "croître" (ind. prés. aûg, prét. aûga),

vocalique au prétérit. La règle est pratiquement limitée aux radicaux en [in]

parfois avec quelques altérations secondaires (par exemple le passage au

(lit. minti "fouler", ginfi "défendre", pinti "tresser", skinti "cueillir", tinti

type en *-ia à l'indicatif présent): lett. grûst "broyer, piler" (ind. prés.

"amincir le fil d'une faux", trinti "frotter", Sinti-s "se frotter contre"); il

grûi < *grüd-ia, prét. grûda). Mais il subsiste une exception: le verbe letton nâkt "venir" (ind. prés. nâk) avait, à date ancienne, un prétérit en

existe un seul exemple en [il] (lit. pitti "verser, remplir"). Le letton présente une situation différente443 . Le prétérit de ce type de verbes est

*-e- (v. lett. nâce, chez EIger), dont témoigne, encore aujourd'hui, la

constamment en *-â-, même dans les dialectes qui ont encore des traces du

palatalisation de la consonne finale du radical (lett. niik- -+ nâc-, prét.

prétérit en *-e-, et, par ailleurs, dans la langue standard et dans bon nombre

niica)441. Si l'on néglige cette exception inexplicable, on peut établir, pour

de dialectes, il ne présente pas d'allongement vocalique: lett. mit "fouler"

le letton, la règle suivante, parallèle à celle du lituanien: Présent [C l vC 2-a]

(= lit. minti), ind. prés. min (= lit. mina), prét. mina

apophonique : ils ont en lituanien un prétérit en

-+

-0

Prétérit [C l vC 2-a]. On notera que Schmid (1966-1967, p. 290-291 ;

myna «

*min-a) ;

«

*min-â), dia!.

lett. pît "tresser" (= lit. pinti), ind. prés. pin (= lit.

1967-1968, p. 120-121) distingue deux règles: une règle pour les sonantes

pina), prét. pina « *pin-a), dia!. pyna « *pïn-a); lett. tît "enrouler"

vocalisées (4.) et une règle pour les voyelles longues (5.). Il me semble que

(= lit. tinti), ind. prés. tin (= lit. tina), prét. tina

ces deux règles pourraient être réunies en une seule: Présent [C I VC2-a]

« *tlÏ'l-a). Le vieux prussien fournit peu de données. En regard du

Prétérit [C I VC 2-a], en définissant [V] comme tout phonème vocalique

lituanien trinti "frotter" (ind. prés. trina, prét. tryné), le prussien a une

-+

autre que [e] ou [a]. - (4.1.) Présent [CiRo-a] -+ Prétérit [C l fC 2-ë]:

« *tin-a), dia!. tyna

fonne sémantiquement évoluée trinie / drowet "il menace" (III, 39t, cf. dérivé trinsnan / rach "vengeance", III, 93 1), qu'il faut sans doute lire

*trinia ou *trinija

C* lit.

trina), mais aussi un substantif dérivé trenien

/ drewen "menace" (III, 95 22 ) : l'ensemble pourrait, à la rigueur, s'intégrer dans un paradigme originellement apophonique (inf. *trin-ti-, ind. prés. 440. Autres exemples de ce type: LKG (II, p. 220, § 298). Exemples lettons chez Forssman (2001, p. 167). Cf. aussi Kurylowicz (1956, p. 217). 441. Cf. Endzelïns (1909, p.25 = DI, II, p. 114). Peut-être cette exception unique s'explique-t-elle par l'ambiguïté de la forme d'infinitif, qui peut appartenir ou bien à un verbe en *-a, ou bien à un verbe en *-ia: comparer, par exemple, lett. sâkt "commencer" (ind. prés. sâk < *sëik-a, prét. sâka < *sëik-i!) et lett. màkt "presser" (ind. prés. màc < *mëik-ia, prét. màca < *mëik-ë, refaIt en *-ëi). Descriptivement, le verbe nëikt "ve?ir~' .(ind. prés. nëik, prét. nëica) est intermédiaire entre les deux types. Sur 1 OrIgme de ce verbe, cf. Kortlandt (1994, p. 191-193).

*tren-a, prét.

*trin-â-,

cf. lit. dia!. trena au lieu de trina), paradigme

ultérieurement modifié par passage au type en *-ia ou en *-ija à l'indicatif présent. Mais on gardera quelque réserve sur cet exemple, étant données les

442. Autres exemples de ce type: LKG (II, p. 230, § 321). Cf. Stang (1942, P.115-116). 443. Données lettones: Endzelïns (1909: 12 = DI, II, lOI).

314

315

Catégorie du temps

Catégorie du temps

difficultés d'analyse posées dans le Ille Catéchisme par les graphies / enC /

schmid (1967-1968, p. 117) suppose que l'allongement de la voyelle

et / inC /. Le cas du verbe v. pro *stin-twei "souffrir" est tout aussi

radicale au prétérit va toujours de pair avec un prétérit en *-e-. Il reconstruit

incertain: on ne trouve qu'un participe prétérit stïnons / gelitten "qui a

donc la règle proto-baltique comme suit: Présent [C I R0-a] ~ Prétérit [CIR-

souffert" (III, 41 z4 , III, 127 10), avec variantes styienuns (II, 7 16 ), stenuns (l,

é]. On reviendra plus loin sur le problème de l'indicatif présent et de sa

7 16), et un dérivé nominal abstrait stinsennien / leyden "souffrance" (III,

reconstruction en baltique.

43 19). Les formes du prétérit paraissent supposer un thème *sten-, celles du dérivé nominal un thème *stin-. Maiiulis (PKEZ, IV, p. 157) propose

Au total, on peut formuler les règles suivantes pour les verbes radicaux thématiques du proto-baltique444

:

deux hypothèses. Tout d'abord, il suggère de reconstruire un paradigme: inf. *stin-, ind. prés. *sten-, prét. *sten-, paradigme qui serait, selon lui,

VOYELLE

Cz =R,0

Czt:-R

RADICALE

apparenté au type lit. sémti "puiser" (ind. prés. semia, prét. semé), mais ne

AU PRÉSENT

disposerait d'aucun parallèle pour la reconstruction du thème d'infinitif. Il

V=e

(1.) CleCZa ~ CleCZe

(1.1.) CleRa ~ CIRe / CIRa

fonnule ensuite une seconde hypothèse en reconstruisant un paradigme:

V=a

(2.) ClaCza ~ ClaCza

(2.1.) ClaRa ~ ClaRa

inf. *stin-, ind. prés. *sten-, prét. *stln- (cf. lit. dial. trinti "frotter", ind.

V=eR

(3.) CleRCza ~ CIRCza

prés. trena, prét. tryné). Qu'on parte, à l'indicatif prétérit, d'un thème

Vt:-e,a

(4.) CIVCza ~ CIVCza

(4.1.) CIRa ~

CJÏ~. e

*stën- ou *stfn-, l'aboutissement attendu dans le Ille Catéchisme est *st'in-, noté / stïn- / (v. pro stfnons, III, 4b4, III, 127 10) ; quant à la graphie er

/ sten- / du 1 Catéchisme (v. pro stenuns, l,

716),

elle ne peut noter que

*sten-, ou, à la rigueur, *sten-. Cela signifie que les fonnes du

V.

prussien

stenuns (1) et stfnons (III) ne peuvent être ramenées à l'unité qu'autour

Dans les autres verbes thématiques, la situation est différente. Pour les verbes en -ia du lituanien, Schmid (1966-1967, p. 292-294) a reconstruit un système de règles de formation qui permettent de classifier toutes les variations observées :

d'un thème *sten- ; autrement, si l'on reconstruit *stfn- pour stfnons (m), il faut interpréter stenons (1) comme une forme secondaire qui aurait emprunté son degré vocalique au thème de présent (* sten-, cf.

V.

pro

gemmons), ce qui n'est, du reste, pas impossible. Cette seconde solution permettrait d'intégrer les formes prussiennes à un type connu par ailleurs en baltique oriental. On proposera donc éventuellement de reconstruire un paradigme: inf.

*stin-,

ind. prés.

*sten-,

prét.

*stfn-.

On notera que le

prussien paraît supposer l'antiquité du type lituanien dialectal ind. prés.

trena, au lieu de trina. Toutefois, rien ne permet encore d'affirmer avec certitude qu'il s'agisse là du type le plus ancien: cela pourrait être une innovation du vieux prussien, parallèle à ce qu'on observe dans les dialectes lituaniens. Il est, en outre, difficile de savoir quelle formation de prétérit, en *-a- ou en *e-, est la plus ancienne dans ce type de verbes;

VOYELLE RADICALE

RADICAL EN SYLLABE LÉGÈRE

AU PRÉSENT

CIVC z

RADICAL EN SYLLABE LÉGÈRE

ClvR

(1.)e

(1.) CleCzia ~ CleCZe

(1.1.) CleRia ~ CléRe

(2.) a

(2.) ClaCzia ~ CloCzé

(2.1.) ClaRia ~ CloRé

(3.) i

(3.) CdCzia ~ ClyCzé

(3.1.) CdRia ~ ClyRe

(4.) u

(4.) CluCzia ~ ClüCzé

(4.1.) CluRia ~ ClüRé

444.Cf. Schmid (1967-1968). On notera quelques points de divergence entre sa reconstruction et celle qui est ici proposée. Tout d'abord, je réunis en un seul type (4.) les types (4.) et (5.) distingués par Schmid. Ensuite, pour des raisons énoncées plus haut, je reconstruis (1.1) comme CleRa ~ CIRe / CIRa, non comme CleRa ~ CleRe. On notera, au passage, que je laisse ouverte la question de savoir quel type de prétérit est le plus ancien dans cette catégorie, CIRe ou CIRa; les faits parlent plutôt en faveur de CIRa.

316

Catégorie du temps

Catégorie du temps

-

317

VOYELLE

RADICAL EN SYLLABE

disparaître au profit d'une fonne unifiée du radical. Le lituanien standard

RADICALE AU PRÉSENT

LOURDE

atteste côte à côte une flexion apophonique slJgti "comprimer" (ind. prés.

C]VRC2

OU

C]VC2

(5.) toute

(5.) C]vRC2ia ~ C 1vRC2è

prét. slégé)446; comparer, de même, inf. grbsti "menacer" (ind. prés.

voyelle (6.) voyelle

grésia, prét. grésé) à Vilkaviskis (haut-lituanien de l'Ouest), en regard du (6.) ClvC2ia ~ C 1VC2è

lit. standard inf. grésti (ind. prés. gresia, prét. grésé). La même unifor-

longue

misation a eu lieu en letton, où bien souvent l'on ne trouve pas -

VOYELLE RADICALE AU PRÉSENT

slêgia , prét. slJgé) et une flexion non apophonique sIegti (ind. prés. sfegia,

RADICAL À FINALE VOCALIQUE

(7.) finale vocalique

d'apophonie: voir, par exemple, lett. slèpt "cacher" (= lit. slJpti), ind. prés. slèpj

«

*slep-ja

::F-

lit. slepia), prét. slèpa (z lit. slJpé); lett. slêgt

"comprimer" (= lit. dia!. slégti), ind. prés. slêdz (= lit. dial. slégia # lit.

slêgia), prét. slèdza (= lit. dia!. sfegé). Toutefois, le letton conserve quelques vestiges d'apophonie radicale: lett. lèkt "sauter" (= lit. lJkti), ind. prés. lee (= lit. lekia), prét. lèea (= lit. l&é)447. Dans ce type de

On passera en revue ces différents types, en identifiant au passage ceux qui s'accompagnent d'une apophonie vocalique. - (1.) Présent [C 1eC2ia] ~ Prétérit [C]éC 2é] :

verbes, le prétérit en *-e- est ancien, à en juger par les données dialectales du letton (par ex. leU. dia!. sl'êfiu

=

lit. slépiau, de slJpti "cacher", lett.

dia!. strçbe = lit. srébé, de srJbti "avaler")448, et par la palatalisation régulière de la consonne finale du radical en letton standard (par ex. lett.

• par ex. lit. ind. prés. slep-ia, prét. slép-é (inf. slép-ti "cacher"), lit. ind. prés. sleg-ia, prét. slJg-é (inf. slJg-ti "comprimer"), lit. ind. prés. gres-ia, prét. grJs-é (inf. grJs-ti "menacer"), lit. ind. prés.

kvep-ia, prét. kvJp-é (inf. kvJp-ti "respirer"), lit. ind. prés. dves-ia, prét. dvJs-é (inf. dves-ti "crever")445 . En lituanien, ce type n'apparaît que dans des verbes dont la variante longue présente une intonation radicale douce. On n'observe aucune alternance dans les verbes dont la voyelle radicale est d'intonation rude: on peut ainsi opposer lit. plésti "répandre, déployer", ind. prés. plecia, prét. plJté (alternance radicale < plét- / plet- », et lit. plesti "déchirer", ind. prés.

plesia, prét. plesé (radical [plés-] sans alternance). Dans quelques dialectes lituaniens, la variante brève de l'indicatif présent a parfois tendu à 445. Autres exemples de ce type: LKG (II, p. 234, § 329, b). Cf. aussi Sandbach (1930, p. 44-45), Otr~bski (GJL, II, p. 332-333, §§ 556-558), Kazlauskas (1968, p.351).

446. Zinkevicius (1966, p.341, § 598): dialectes de Kursènai (baslituanien du Sud), Sakyna (haut-lituanien de l'Ouest), Vilkaviskis (hautlituanien de l'Ouest), Birzai (haut-lituanien de l'Est) et Dusetos (hautlituanien de l'Est). Cf. Büga (RR(B), II, p. 491). 447. Le cas du verbe lett. plest "ouvrir, répandre" est intéressant. En regard du correspondant lituanien plcistï, qui a gardé le type ancien (ind. prés. pleCia, prét. piété, alternance radicale *plet- / *plét-), le letton a étendu le vocalisme bref de l'indicatif présent pies « *plet-ia) à l'infinitif plest « *plet-ti) et à l'indicatif prétérit pleta « *plet-li) ; mais il existe, dans la langue standard, une variante du prétérit à voyelle longue plèta « *plet-li). Cette distribution singulière s'explique, selon toute vraisemblance, du fait de l'homonymie qui risquait de se produire avec un verbe proche, lett. plèst "déchirer" (= lit. plesti). Dans plest "ouvrir, répandre", le vocalisme bref a été généralisé (contre la règle générale qui conduisait à généraliser le vocalisme long) là où le vocalisme long créait une confusion avec plèst "déchirer": à l'indicatif présent pies (= lit. plècia) et à l'infinitif plest (t: lit. plésti), cf. respectivement ind. prés. plès "i 1 déchire" (= lit. ptesia), inf. plèst "déchirer" (= lit. plesti). Au prétérit, aucune confusion ne pouvait avoir lieu entre plèta "il répandit" (::::: lit. pIété) et plèsa "il déchira" (::::: lit. plesé), d'où la conservation de la forme ancienne à vocalisme long plèta "il répandit" à côté de la forme normalisée pleta. 448. Endzelïns (1909, p. 22-23 = DI, II, p. 111-112).

319

Catégorie du temps

Catégorie du temps

lèca de lèkt "sauter", slèdza de slêgt "comprimer"). Les données

lituanien plésti - pleCia - piété n'est donc, en réalité, pas attesté en

prussiennes sont presque inexistantes et demeurent incertaines. Elles se

prussien45 0 • Pour le proto-baltique, la règle de formation paraît avoir été la

réduisent à un verbe *lëz-fi- "ramper", dont sont attestées les fonnes

suivante: Présent (C 1eC2ia] -7 Prétérit (ClëC 2ë].

318

suivantes: ind. prés. tise / kreucht "il rampe" (III, 1073 ), part. prét.

- ( 1.1.) Présent (C 1eRia] -7 Prétérit (C 1ëRë] :

sammay lesuns / nidergestigen "étant descendu" (l, 7 17- 18 ), semmay lysons

• par ex. lit. ind. prés. ger-ia, prét. ger-é (inf. gér-ti "boire"), lit.

(II, 7 18), semmai tisuns (III, 127 12), semmailisons (III, 43 2 ). Le vocalisme

ind. prés. kel-ia, prét. kél-é (inf. kél-ti "lever"), lit. ind. prés. vem-

long est constant dans les formes prussiennes qui supposent toutes un

ia, prét. vem-é (inf. vém-ti "vomir"), lit. ind. prés. ber-ia, prét. bér-

thème *lëz-. Toutefois, Mafiulis (PKEZ, III, p.70-71) reconstruit une

é (inf. ber-ti "disperser")451.

flexion alternante: inf. *lëi-ti- (= v. sI. -JI'BCTH / -lesti, russe JIe3Tb / lezt'

Le type est fréquent en lituanien, autant dans les verbes à intonation

"grimper", pol. leié "ramper"), ind. prés. *lei-ia, prét. *lëi-ë, qui serait

radicale rude (par ex. lit. gérti "boire", geria, geré; lit. tvérti "saisir",

du même type que, par exemple, lit. plésti "répandre, déployer" (ind. prés.

tveria, tveré; lit. vérti "ouvrir", veria, véré) que dans les verbes à

plëcia, prét. pIété). Cette hypothèse, dépourvue de fondement en prussien

intonation radicale douce (par ex. lit. berti "disperser", beria, béré; lit.

même, s'appuie uniquement sur l'idée que le verbe appartient à la racine

perti "battre, fouetter", peria, péré; lit. sverti "peser", sveria, svéré).

indo-européenne *let- "être couché", dont le vocalisme bref est seul ancien

L'intonation est toujours la même à l'infinitif et à l'indicatif prétérit, mais

et se trouve par ailleurs attesté en prussien (v. pro lasinna / leget "il

l'ambiguïté de l'indicatif présent a pu conduire à des flottements dans les

coucha", III, 113 7 , lasto / bette "lit", E 209, 492), ainsi qu'en slave (v. sI.

dialectes lituaniens, d'où des formes comme lit. dial. bérti "disperser"

JIelliTH

long

(: lit. standard berti), beré (: lit. standard béré), faites sur beria d'après le

s'expliquerait, en ce cas, par la pression du type morphologique, qui était

modèle de geria (: inf. gérti "boire", ind. prét. géré)452. L'alternance apa-

associé à une apophonie quantitative; il aurait été secondairement

phonique est ancienne, car elle se retrouve directement attestée en letton.

généralisé en

prussien. Mais, pour supposer l'existence d'une ancienne

On mettra ainsi en parallèle: lit. gérti "boire" (ind. prés. geria, prét. géré)

apophonie quantitative, on n'a pas le moindre commencement de preuve:

et lett. dzeft "boire" < *ger-ti (ind. prés. dzèr ou dzèJ; < *ger-ia, prét.

cette hypothèse ne repose, en définitive, que sur une spéculation

dzèra < *gërii) ; lit. kélti "lever" (ind. prés. ke/ia, prét. kélé) et lett. celt

étymologique, qui peut être contestée449 • La flexion prussienne du verbe

"lever" < *kel-ti (ind. prés. cel < *kel-ia, prét. cèla < *këlii); lit. vémti

*lëz-ti- "ramper" l'apparente plutôt au type non apophonique du lit. ind.

"vomir" (ind. prés. vemia, prét. vemé) et lett. vernt ''vomir'' < *vem-ti (ind.

prés. grebia, prét. grebé (inf. grebti "ratisser") qu'au type apophonique du

prés. vern) < *vem-ia, prét. vèma < *vëmii), etc. L'antiquité de la formation

lit. plésti "répandre, déployer" (ind. prés. pleCia, prét. pIété). Le type

en *-ë- est elle-même assurée par les formes dialectales du letton: lett. dia!.

. */v.-.h 449. Plutôt que de tirer le balto-slave */ëz-ti- "ramper" de la racme eg "être couché", comme le font MaZiulis (PKEZ, III, p. 70-72) et avant lui V~iIlant (GeLS/., HIll, p. 145-146, § 428), en expliquant son vocalisme long SOIt par une flexion apophonique du type lit. plésti, plëCia, pIété (Ma.ziulis), soit par un allongement propre à l'ancien parfait (Vaillant), il estJ'lus vraisemblable de séparer les deux familles en distinguant une racine *U~g - "être couché" (IEW, p.658-659, LI V, p.357) et une racine *Iehit'- "ramper" (IEW, p.660, LIV, p.359).

450. On ne peut tirer aucune information du substantif v. prussien niidewisin / seufftzen "soupir" (III, 8914 < *nii-d~is-in < *ni!..-dvës-i-), dérivé du verbe *dvës-ti-, cf. lit. ind. prés. dvës-ia, prét. dvés-é (inf. dvés-ti "crever"). 451. Autres exemples de ce type: LKG (II, p.233-234, § 328), Otrçbski (GJL, II, p. 330-332), Kazlauskas (1968, p. 350), Schmalstieg (2000, p. 177 sq.).

/

lesti "se

V.

coucher,

Koql.àa8ul ").

Le

vocalisme

,..

452. Cf. Petit (1998, p. 265-267).

320

Catégorie du temps

Catégorie du temps

dzëre (= lit. geré), de dzeft "boire" (= lit. gérti), cële (= lit. kelé), de ceÎt

Smoczynski (2000a, p. 172, cf. aussi 2000c, p. 163, note 11)456. Il tire le

"lever" (= lit. kélti), vëme (= lit. vemé), de vernt "vomir" (= lit. vémtz),

participe etwiriuns d'un verbe *atvirft, dénominatif à suffixe *-ija- d'un

etc. 453 . Les données du vieux prussien sont confuses. Le seul cas à peu

adjectif *atvirs (= lit. iitviras "ouvert") ; à l'appui de cette hypothèse, qui

clair d'un verbe présentant cette structure est celui du verbe *etwer-twei

a le mérite de résoudre le problème morphologique, Smoczynski signale le

"ouvrir", dont les formes suivantes sont attestées: ind. prés. etwëre

fait que la formation dénominative (*atvirs "ouvert"

/ thust... auff "tu ouvres" (III, 83 10), impér. prés. etwerreis / oÏfne

pourrait être due au modèle de l'allemand (mha. offen "ouvert"

"ouvre !" (III, 117 19-119 1), part. prét. act. etwiriuns / auffgethan "qui a

"ouvrir"). Du point de vue de l'apophonie grammaticale, cette forme n'est

ouvert" (III, 11727). La forme d'indicatif présent etwëre (III, 83 10) est

pas exploitable. On ne possède donc aucune forme assurée du thème de

certainement fautive et ne saurait refléter *-vër-, qui aurait donné *-vfr-

prétérit; seul le thème de présent est documenté, avec une voyelle brève

régulière dans le Ille Catéchisme); il faut

(ind. *etwere, impér. etwerreis) qui se retrouve en lituanien et en letton

probablement la corriger en *etwere, avec une voyelle brève *e, confirmée

(lit. àtveria, lett. atvèr ou atvèr). Il reste à mentionner un verbe qui

par la forme d'impératif présent etwerreis (III, 117 19-119 1), dans laquelle la géminée -rr- indique la brièveté de la voyelle antécédente454 . On peut donc

pourrait avoir eu la même structure morphologique, mais dont on ne peut

(avec l'évolution *-ë- > *-ï-

321

---7

*atvirït "ouvrir") ---7

offenen

tirer aucune information: v. pro wimbmis / speien "cracher" (GrG37), wynis

reconstruire un indicatif présent *atveria, correspondant au lituanien àtveria

/ spey "crache !" (GrA I6), wynis / vome "vomis !" (GrF36), wyms (GrH).

"il ouvre" (inf. atvérti "ouvrir", ind. prét. atveré) et au letton atvèr ou

Ces formes supposent probablement un thème d'infinitif *vem-, mais ne

atvèr "il ouvre" (inf. atvert "ouvrir", ind. prét. atvera). Quant à la fonne

permettent pas de reconstruire un paradigme apophonique comparable à

de participe prétérit actif etwiriuns (III, 117 27 ), elle peut être interprétée de

celui du lituanien vémti "vomir" (ind. prés. vemia, prét. vemé). Pour le

deux façons. Elle peut reposer, comme l'admettent Toporov (PrJ, II,

proto-baltique, malgré l'absence de données prussiennes, on peut restituer

p. 113) et Maziulis (PKEZ, l, p. 303), sur un indicatif prétérit *et-wfr-e

une formation: Présent [CleRia] ---7 Prétérit [CleRe].

< *at-ver-e, correspondant au prétérit lituanien atveré et letton atvera. La forme attendue *etwfruns aurait été refaite en etwiriuns d'après le modèle des formes du type bill-funs "qui a parlé" (inf. billït "parler"). Mais on voit mal comment cette finale -ï-uns, propre aux verbes en -ït

« *-ï-fi- ou

- (2.) Présent [C laC 2ia] ---7 Prétérit [C I OC 2é] : • lit. ind. prés. viig-ia, prét. vog-é (inf. vog-ti "voler, dérober"). Ce type est exceptionnel en lituanien. Le seul exemple vivant dans la

*-ë-ti-) et à eux seuls, cf. klausïuns (: klausiton "écouter"), mi/ijuns

langue littéraire en est précisément vogfi "voler"457. Ni le vocalisme

(: mi/ijt "aimer"), perschliisiuns (: *perschliisïtwei "gagner sa vie comme

l'infinitif, ni le vocalisme -a- à l'indicatif présent n'impliquent en général

serviteur"), klantïuns (: *klantïtwei "blasphémer")455, se serait introduite

d'apophonie radicale, comme le montrent les exemples suivants: d'une

dans un verbe d'un autre type morphologique: le cas serait tout à fait

part, lit. bloksti "jeter" (ind. prés. bloskia, prét. blOs'ké), lit. dvokti "puer"

isolé. Une autre analyse plus convaincante a été proposée récemment par

-0-

à

(ind. prés. dvokia, prét. dvoké), lit. kopti "1. récolter du miel, 2. creuser" (ind. prés. kopia , prét. kopé) ; d'autre part, lit. zàgti "salir, rendre impur"

DI, II, p. 112-113, cf. 1923, p. 594, § 625). 454. En ce sens, Toporov (PrJ, II, p. 113). 455. Sur J'extension de la finale participiale -iuns en v. prussien, voir une analyse différente chez Smoczynski (l989b, p. 182-187). 453. Endzelïns (1909, p. 23-24

=

(ind. prés. ziigia, ind. prét. ziigé). Mais, dialectalement, certains de ces 456. Voir, en ce sens, déjà Endzelïns (l931b, p. 46 457. Cf. LKG (II, p. 234, § 329, a).

=

DI, IIII, p. 587).

322

Catégorie du temps

323

Catégorie du temps

verbes appartiennent au type vogti "voler" : lit. dial. blOkS'ti "jeter" (ind.

prussien est aussi incertain:

prés. bliisïcia, prét. blosïcé), dvokti "puer" (ind. prés. dvakia, prét. dvoké),

/ auJfgefahren "arrivé" (III, 12713), vnsey gobuns (l, 91), vnseigubons (II,

kopti "1. récolter du miel, 2. creuser" (ind. prés. kiipia , prét. kopé)458. En

91)' vnsaigiibons (III, 43 3-4), gubas pour *gubans (III, 7923), pergubuns

letton, aucune apophonie radicale n'est attestée. Le correspondant du lit.

/ gekommen "arrivé" (l, 9 3-4 ), pergubons (II, 9 4 ), pergübons (III, 43 6, III,

kopti "récolter du miel" (ind. prés. kopia, lit. dial. kapia, prét. kiipej

127 15),pergübans (III, 113 6- 7). Maziulis (PKEZ, l, p. 419) reconstruit une

présente une voyelle longue constante: lett. kàpt "prendre, récolter"

flexion apophonique du type lit. vogti "voler": inf. *giib-, ind. prés.

« *kap-ti-), ind. prés. kàpj « *kap-ia), prét. kàpa « *kapii). Les données

*gab-, prét. *giib-. Mais cette reconstruction, qui repose sur le postulat

prussiennes sont, ici encore, peu exploitables. La forme de participe v. pro

d'une parenté étymologique avec le v. lit. gobtis "saisir" (ind. prés.

encops / begraben "creusé" (l, 7 17, cf. enquoptzt, II, 7 17 , enkopts, III, 43 1_2,

gabia-si)461 , n'est appuyée, en vieux prussien, par aucun fait, puisque les

III, 65 1, III, 127 11 ) reflète probablement *en-kaptas (*en-kiip-tas ou

seules formes attestées sont celles d'un participe prétérit, toutes pourvues

*enkoptas aurait donné tenkiipts dans le Ille Catéchisme)459; on peut en

d'une voyelle radicale longue. Malgré l'absence de données lettones et

déduire l'existence d'un infinitif *kap-ti "creuser", qui se rapproche par son

l'obscurité des données prussiennes, il paraît possible d'attribuer au type

vocalisme bref du lituanien dialectal kàpti "creuser" (ind. prés. kiipa, prét.

lituanien vogti une certaine antiquité; on proposera donc de reconstruire un

kapé) et se sépare, en revanche, de la forme connue ailleurs en lituanien

type proto-baltique: Présent [C 1aC 2ia] -t Prétérit (C 1âC 2ë].

kopti "creuser" (ind. prés. dial. kapia, mais dans la langue littéraire kopia,

- (2.1.) Présent [C1aRia] -t Prétérit [CloRe] :

prét. kopé). On notera que le dérivé attesté en lituanien littéraire kaplys

• lit. ind. prés. kar-ia, prét. k6r-é (inf. kcir-ti "pendre").

"sorte de hache émoussée" paraît impliquer l'existence ancienne d'un infinitif *kàpti, comparable à celui qui est ici supposé en vieux prussien (cf lit. gréblys "rateau" de grebti "ratisser"). Il n'est pas impossible que la flexion apophonique du lituanien dialectal kopti (kapia, kopé) et, à travers elle, la flexion non apophonique du lituanien littéraire kopti (kopia, kOpé) représentent des innovations du baltique oriental46 0 • Un autre exemple 458. Données dialectales dans Zinkevicius (1966, p.340, § 598, 5). Kazlauskas (1968, p. 351) rattache également à ce type les verbes suivants: lit. sli5pti "s'étouffer", smogti "frapper, porter un coup", gobti "prendre, saisir". Ces verbes ont, dans la langue littéraire actuelle, une flexion non apophonique et, en général, une intonation radicale rude: lit. sl6pti (-sta, -0), g6bti (-ia, -el, mais smogti (-ia, -é). Voir aussi Sandbach (1930, p.45-46), Kaukienê (1994, p.43-50). 459. Autre analyse chez van Wijk (1918, p.43) et Endzelïns (1934-1935, p. 138 = DI, IIh, p. 205), qui partent d'une forme à voyelle longue *-kop-tas, cf. lit. kui5pti "racler, râtisser". Sur cette analyse, voir aussi Stang (1966, p. 30, 38). 460. L'antiquité d'une flexion à voyelle radicale brève, suggérée par l~ vieux prussien, pourrait être confirmée par le slave (v. sI. KonaTH 1 kopat' "creuser, UKâTITElV" = verbe dérivé lit. kap6ti, lett. kapât "creuser") et plus

V.

pro part. prét. actif vnsei giibans

Ce type est exceptionnel en lituanien, le principal exemple étant précisément kcirti "pendre"462.

Dans quelques

dialectes

lituaniens,

notamment à Tverecius et à Dusetos (haut-lituanien de l'Est), on trouve un autre exemple de la même alternance: lit. dial. cirti "labourer" (ind. prés.

aria, prét. 6ré) ; la langue littéraire a généralisé le vocalisme bref (lit. cirti, ind. prés. aria, prét. aré). Kazlauskas (1968, p. 350) cite également:

atkcilti "repousser (un métal)" (ind. prés. àtkalia, prét. atk6Ié), en regard du lit. standard atkcilti (ind. prés. àtkala, prét. àtkalé). Il n'est pas exclu lointainement le grec (gr. KÔTITW "couper" = lit. dial. kapiù). Autre analyse chez Vaillant (1968, p. 253), qui sépare la famille du balto-slave *kap- et celle du grec KÔTITW pour proposer un rapprochement avec celle du latin capio "prendre". Sur l'ensemble du dossier, voir Toporov (PrJ, II, p. 49-50). 461. Voir, dans la Postilla de Dauksa (1599): inf. g6ptis (7941), gôptiS (80 17 , 28911), vs. ind. prés. géJbias (24821), gabias (514 38 ). Données chez Kudzinowski (1977, p.242). Le lituanien moderne a généralisé le vocalisme long: inf. gob-ti (ind. prés. gob-ia, prét. gob-é) ou inf. g6b-ti (ind. prés. g6b-ia, prét. g6b-é), cf. LKt (III, p. 470). 462. Cf. LKG (II, p. 232, § 326). Voir aussi Kazlauskas (1968, p. 350).

324

325

Catégorie du temps

Catégorie du temps

que le type ait connu une plus grande extension à date ancienne. En letton,

ù;as (= lit. iria-si), prét. réfl. ïros (== lit. yré-si); lett. slift "distinguer"

la distribution ancienne est encore attestée dans kart "pendre"

« *kiirti,

avec *-a- par allongement phonétique de *-ar- tautosyllabique, au lieu de

*kaf!

= lit. karti),

« *karia),

prét. kara

«

lit. skirti), ind. prés. slir ou iljir (= lit. skiria), prét. slfJra (::::: lit. skfre),

etc. Mais certains dialectes lettons ont tendu à niveler le vocalisme au

*karii).

profit de la voyelle brève: on peut ainsi rencontrer dialectalement un

Le type a dû posséder, à date ancienne, une certaine productivité, car il

prétérit vila au lieu de vîla (: lett. viÎt "tromper"). Le prétérit en *-ë- est

s'est étendu à quelques verbes appartenant à l'origine au type en *-a- (type

ancien, cf. lett. dia!. prét. vile (: vilt "tromper"), sïieire (: sliPt

lit. barti "quereller", ind. prés. bara, prét. baré), auparavant dépourvus

"distinguer"), dzïrës (: dzif!iês "projeter")465. Le vieux prussien n'a

d'allongement au prétérit: d'où, en letton, bart "quereller" (ind. prés. bàr

qu'un exemple de ce type : v. pro ind. prét. prowela / verraten wardt "il a

prét. bara < *bara)463. Dans le verbe "labourer", en

trahi, trompé" (l, 13 4 , II, 13 4), part. prét. passif prawilts / verrathen (III,

revanche, le letton présente, comme le lituanien standard, un radical unifié:

752)' Le verbe appartient à la famille du lituanien vi/ti "tromper" (ind. prés.

lett. aPt (= lit. arti), ind. prés. àr ou àr (= lit. aria), prét. ara (=:: lit. iiré).

vil-ia, prét. vYl-e). Le participe prétérit passif prawilts (III, 75 2 ) suppose un

Le prétérit en *-ë- est ancien, cf. leU. dia!. kora (= lit. k6ré) de kart

thème d'infinitif *vil-ti-, comparable au lituanien vi/ti et au letton viÎt. En

"pendre". Pour le proto-baltique, la règle de formation est donc: Présent

revanche, l'indicatif prétérit 3 pers. prowela (1 et II) se distingue du

(C1aRia] --7 Prétérit [C1aRë].

lituanien vf!-é et du letton dialectal vïle non seulement par son type

ou bàr
et < u / u ». Historiquement, elle

formule [ClaRia] ~ [ClaRe] (avec [R] = sonantes r, l, m, n, !! et 1), à lUle

résulte d'un accident phonétique et ne témoigne pas d'une alternance

différence de syllabation près (lit. kària vaut [ka-r'a], tandis que lit. dia!.

morphologique. La règle de formation est donc toujours identique:

kauja vaut [kau-ja]). Il n'est, dès lors, pas invraisemblable de penser que ce

[C1vCzsta] ~ [ClvCza].

type [Clauja] ~ [ClaVe] s'explique de la même manière que le type

Les verbes à infixe nasal obéissent, en lituanien, à la règle de formation

[ClaRia] ~ [ClaRe] ; il resterait à en déterminer la distribution par rapport à

suivante: [ClvNCza] ~ [ClvCza]. Différentes variations peuvent se produire

l'autre modèle [Clauja]

~

[Clava]. On proposera donc de reconstruire les [Clava] et [Clauja] ~ [ClaVe],

finale du radical (occlusives dentales t, d ou dorsales k, g, occlusives

d'autre part, de manière parallèle, [Clauna] ~ [Clava] et [Clauna] ~ [Clave].

labiales p, b, liquides l, r, sonantes j, v, sifflantes s, z, chuintantes 1, Z).

schémas suivants: d'une part, [Clauja]

~

du fait de la voyelle radicale (a, e, i, u) ou de la nature de la consonne

Les verbes à suffixe thématique -sta- obéissent, en lituanien, à une règle

On obtient le tableau suivant479

:

simple: ils ne présentent aucune apophonie radicale et ont le prétérit en -o. Exemples478

VOYELLE

: OCCLUSIVES

- lit. ind. prés. alksta, prét. alko (inf. alkti "avoir faim"), ind. prés. megsta, prét. mego (inf. megti "aimer"), ind. prés. dingsta, prét. dingo (inf. dingti "disparaître"), ind. prés. témsta, prét. temo (inf. témti "s'assombrir").

DENTALES

-t-, -dOCCLUSIVES DORSALES

-k-, -g-

Quelques accidents phonétiques peuvent parfois se produire, sans que la règle de formation en soit fondamentalement modifiée: disparition des

OCCLUSIVES

occlusives dentales devant sifflante (par ex. lit. vifsti < *virt-ti "se tourner,

LABIALES

-p-, -b-

devenir", ind. prés. virsta < *virt-sta, prét. vino), assimilation de la sifflante à une chuintante antécédente (par ex. lit. plysti "se déchirer", ind. prés. plysta < *plys-sta, prét. plYso). Dans quelques verbes, le suffixe -sta est accompagné d'un infixe nasal (par ex. lit. gèsti "s'éteindre", ind. prés. g?sta < *gens-sta, prét. geso) ; dans les verbes à voyelle radicale i ou

LIQUIDES

-1-, -r-

-a-

VOYELLE

-e-

VOYELLE

-i-

VOYELLE

-u-

• ràsti "trouver" (raiida, riido)

• gèsti "se gâter" (gefida, gedo)

• kàkti "arriver" (kafika, kiiko)

• sèkti • snigti "baisser" "neiger" (sefika, seko) (snifiga, snigo)

• trùkti "durer" (trufika, trùko)

• tàpti "devenir" (tampa, tiipo)

• stèbti "s'étonner" (stemba, stebo)

• tipti "coller" (limpa, tipo)

• grùbti "raidir" (grufhba, grùbo)

• ba/ti "blanchir" (bg/a, bii/o)

• gvérti "branler"

• kilti "se lever" (ky/a, kilo)

• gùrti "s'émietter" (gura, gùro)

(gv~ra,

gvero)

• kristi "tomber" (krifita, krito)

• jùsti "bouger" (jufida, jùdo)

U,

478.Exemples: LKG (II, p.226-228, §§ 311-318). Autres exemples: Otr~bski (GJL, II, p.320-326, §§ 535-542). Cf. aussi Zinkevicius (LKIG, II, p. 88, § 537).

479. Cf. LKG (II, p. 223-225, §§ 305-309). Autres exemples chez KaukienëPakalniskienë (1990, p. 119-125). Cf. aussi Kazlauskas (1968, p. 317), Zinkevicius (LKIG, II, p. 87, § 536), Schmalstieg (2000, p. 150-156). Exemples lettons chez Forssman (2001, p. 171-176).

334

Catégorie du temps

SONANTES

-j-, -v-

SIFFLANTES

-s-, -z-

CHUINTANTES

-5-,

-z-

335

Catégorie du temps

• variation < brid- / bred- > : lit. bristi

• pûti "pourrir" (puva, pùvo)

• gyti "guérir" (gjija, gijo)

*brid-ti) "marcher dans

l'eau", ind. prés. brefida « *breNd-a), prét. brida, cf. LKZ (e, p.l056-1060). • variation < skrid- / skred- >: lit. skristi «

• driksti "se déchirer" (dryska, drisko) • tiksti "goutter" (tjska, fisko)

«

*skrid-ti)

"voler (en

avion)", ind. prés. skrefida « *skreNd-a), prét. skrido, cf. LKZ (XII, p. 1080-1086). • pliùksti "maigrir" (pliuska, pliùsko)

L'existence d'une apophonie radicale dans l'indicatif présent de ces verbes est une irrégularité, qui a toute chance d'être secondaire. Certains dialectes lituaniens (domaine bas-lituanien, haut-lituanien de l'Ouest) ont une forme d'indicatif présent breda sans infixe nasal. Au XVlf siècle, dans le

Dans les verbes dont le radical comporte une liquide, une sonante, une

dictionnaire de Sirvydas (DTL 3 , p. 22), on trouve, d'une part, Bredu

sifflante ou une chuintante, la rencontre de ce phonème avec l'infixe nasal

(traduisant Brnç / Bradzç, Tranfeo jluvium, Vado, as), d'autre part, Brindu

produit des accidents phonétiques qui aboutissent régulièrement à la

(traduisant Bradze pa wodiie. Ambu/o in aqua). Cette dualité pourrait

constitution de voyelles nasales: [an] donne alors

[~],

[en] donne [ç], [in]

donne [U, [un] donne [V]. Ces voyelles ont été dénasalisées dans la langue

conduire à supposer l'existence de deux verbes proches, tous deux réguliers48 l

moderne et sont devenues des voyelles longues, ce qui, dans le cas de i et de

~,

:

- (a) d'une part *brèsti, ind. prés. *breda, prét. *bredé, du même type que vèsti "conduire", ind. prés. veda, prét. vëdë.

a conduit, dans ces verbes, à leur confusion graphique avec les

voyelles corrélatives y et ü. D'où, par exemple, lit. ind. prés. ky/a < *ki/a

- (b) d'autre part, *bristi, ind. prés. *brifida, prét. *brido, du

< *kiN/a (: inf. ki/ti "se lever", prét. ki/o), ind. prés. gura < *g~ra

même type que sklisti "se répandre", ind. prés. sklifida, prét. sklido.

< *guNra (: inf. gùrti "s'émietter", prét. gùro), ind. prés. gj!ja < *gfja

Ces deux verbes se seraient ensuite contaminés pour aboutir à une flexion

< *giNja (: inf. gyti "guérir", prét. gijo), ind. prés. puva < *p~va

aberrante: lit. bristi, ind. prés. brefida, prét. brido. La même situation

< *puNva (: inf. pûti "pourrir", prét. pùvo). Cette altération particulière

s'observe en letton, où l'on a brist, ind. prés. bried

présente, synchroniquement, l'apparence d'une

«

«

alternance vocalique

«

*brefid-a) ou brien

y / i » ; elle n'est, en réalité, qu'un accident phonétique.

*brefid-na), prét. brida « * brid-a)482. L'existence d'un doublet *bred- / *brid- se retrouve dans les langues slaves : un degré *e radical

Les verbes à infixe nasal sont en général dépourvus d'apophonie

constant caractérise les formes apparentées du slovène (ind. prés. 1re sg.

radicale. Toutefois, en lituanien, quelques verbes de ce type ont une alternance anomale du radical à l'indicatifprésent. Les principaux exemples sont les suivants480 :

480. Ajouter peut-être lit. dial. ind. prét. refita, prét. rito (: inf. risti "rouler"), cf. LKZ (XI, p. 684). Le lituanien standard a un indicatif présent sans infixe nasal et sans variation apophonique rita. Cf. Smoczynski (1994, p. 508

== 2001, p. 391). Autres exemples possibles chez Kazlauskas (1968, p.324);

voir aussi Kurylowicz (1956, p. 221), Schmalstieg (2000, p. 147). 481. Analyse comparable chez Kazlauskas (1968, p.323-324). Noter cependant que le dialecte de Sirvydas fait passer les séquences [en] à [in]: la forme brindu peut donc s'y interpréter soit comme *brindu, soit comme *brendu. 482. Cf. ME (1, p. 332-333).

336

Catégorie du temps

Catégorie du temps

brédem, inf. brésti), et peut-être du russe (ind prés 1re sg 6 . . . . pe.o;y / bredu mf. 6pecTH / bresti "marcher dans l'eau" sauf si l'on ad t l ' * ," . ' me que e thème bred- de 1 mfimtIfprolonge phonétiquement *brld- ce qui est 'bl " . ' P O S S I e); un degre zero radIcal apparaît en v. slave Henpt6ph .a:OMb / neprebrbd '" ft . orrl1. In an~hIssable" (suppose un présent *brldQ), en vieux tchèque (v. tch. brdu, mf. bfisti) et indirectement en polonais (pol

patauger barboter" < *brldnQti)483. Il paraît possible de reconstruire, sur la base d~ slave,

une flexion

alternante en

balto-slave,



brnnc""

ind.

't"

prés.

*breda

337

Il reste à évoquer quelques verbes irréguliers qui présentent une apophonie radicale. En lituanien, deux verbes se signalent par un prétérit irrégulier à allongement: • variation < im- / ém- >: lit. iihti "prendre", ind. prés. ima, prét. émé.

• variation < ei- / éj- >: lit. eïti "aller", ind. prés. elna, prét. éjo (dia!. ejo). Il n'est pas du tout sûr que l'allongement de la voyelle radicale au prétérit

« *bhred'-efo-, alb. bredh "sauter"), inf. *bristi (au lieu de *birsti *nqo ~ éjo et

quant à elle, simplement analogique de celle de bristi. Si l'on néglige ces

*nè-emé > *némé ~ émé. Dans cette analyse, le verbe "aller" ne présente

cas isolés, la formation à infixe nasal apparaît, tout autant que la formation en -sta, dépourvue de degré apophonique propre.

plus d'apophonie radicale et n'oppose que deux allophones,

[ej-]

antévocalique (lit. dial. ej-o) et [ei-] antéconsonantique (lit. el-ti, el-na). Quant au verbe "prendre", il pose des problèmes complexes qu'on ne peut aborder ici que brièvement. Les données baltiques sont diverses et ne peuvent se comprendre que comme des réfections secondaires à partir d'un

483. Données slaves: LIV (p. 75), Trautmann (BSW p 37) Cf. aussi Stang (1942, p. 109). ,. . . 484. P,our *br~d- .degré zé!'o de *bred- au lieu de *bird- « *bhrcl'-ti-), cf. le cas 'p~rallele de . kllp-. degre zéro de *klep- au lieu de *kilp- « *kJp-): le partIcipe v. pro n.l.aukllpts ~vnuerborgen "qui n'est pas caché" (III, 12314-15) s~ppo~e ~n I~fimtl,f secondaIre *klipti au lieu de *kilp-ti- « *kJp-ti-), en regard d ~n . mdlcatlf present *klep-efo- (cf. got. hU/an "voler, KÀÉrrTElv", et plus lomtamement gr. KÀÉITTW). En lituanien, cette racine est représentée par le dérivé ~lastà "r.use, astuce" « *klap-sta)? Le: question reste posée du rapport ety~ologlque avec la famille du li~. slépti '~cacher" « *s-(k)lep-, avec *s mobl~e ?), cf. LIV (p. 323-324). VOIr le dOSSier étymologique de la fonne prussIenne chez Toporov (PrJ, 1, p. 149-150) et Maiiulis (PKEZ, III, p. 184).

état apophonique ancien devenu anomal. En indo-européen, la racine *h1em- "prendre" dont dérive le verbe "prendre" en baltique était typi-

quement une racine aoristique (ponctuelle), et il est probable qu'elle fournissait avant tout un aoriste radical. On peut proposer de reconstruire, pour l'indo-européen, un aoriste radical athématique, probablement moyen, *h1em-to "il prit", à degré *e radical, parallèle à i.-e. *gem-to "il saisit" (> gr. homo

yÉVTO

"il saisit"). Dès l'indo-européen, un présent secondaire

485. En ce sens, par exemple Stang (1942, p. 117).

339

Catégorie du temps

Catégorie du temps

s'est constitué sur cette racine aoristique. Ce présent est du type radical

im ma / nam "prit" (III, 75 2 < *im-a-). En lituanien et en letton, l'état

thématique, i.-e. *h1em-efo- (> lat. emo "prendre, acheter", v. ir!. -eim,

apophonique ancien (inf. *im-, ind. prés. *em-, prét. *em-) a été modifié par

-emat "prendre") ; l'innovation est en tous points comparable à celle qui a

l'introduction d'une voyelle longue au prétérit, sans doute à partir de la

créé, en regard de l'aoriste *gem-to (> gr. Y~VTO), un présent radical

fonne négative (*nè-ëmé > *némë ~ émë), d'où un paradigme composite,

thématique *gem-efo- (> gr. Y~llw "prendre, occuper, remplir> être chargé",

attesté largement dans les dialectes lituaniens (haut-lituanien de l'Est, de

incertain: lat. gemo "gémir" < "presser le souflle" ?)486. Dans quelques

l'Ouest, bas-lituanien): inf. *im-ti, ind. prés. *em-a, prét. *ëm-ë, cf. lit.

langues, un présent d'un autre type a été créé: i.-e. *h1em-iefo- (> hitt.

dial. jimti, ind. prés. jëma, prét. jémé. Ce paradigme était cependant

w-emiyezzi "il trouve", v. sI.

jemljQ "je prends"); ailleurs

aberrant, parce qu'il contredisait le principe du "bithématisme apo-

encore, l'ancien prétérit athématique a été refait en aoriste sigmatique (> v.

phonique" qui prévaut dans tout le système verbal des langues baltiques :

irl. -ét "il prit" < *ëm-s-t). Le balto-slave pourrait avoir hérité de l'indo-

il opposait, en effet, trois thèmes [im-], [em-] et [ëm-]. La nécessité

338

I€MJIhlK /

«

*h l 1p.-ti-), ind. prés. *em-e-

s'imposait dès lors de réduire cette opposition tripartite des thèmes

« *h1em-efo-, cf. lat. emo, v. ir!. -eim, -emat), prét. *em-t(a), *em-s-tfJ,« aoriste radical athématique i.-e. *h]em-to, éventuellement refait en

temporels à une opposition bipartite. En lituanien littéraire, cette réduction

aoriste sigmatique). Cette flexion anomale aurait été diversement

iihti, ind. prés. ima (au lieu de *ema), prét. émé, qui permettait de limiter

normalisée en baltique et en slave.

la variation apophonique à une opposition binaire < im- / ëm- >. À

européen le paradigme suivant: inf. *im-ti-

En baltique, le prétérit sigmatique (qui prolongerait, en l'occurrence, un

s'est faite au profit du thème faible de l'infinitif, d'où un paradigme: inf.

l'inverse, en letton, c'est le thème de l'indicatif présent qui s'est étendu à

« *em-ti),

ancien aoriste radical athématique) a disparu sans laisser de traces directes;

l'infinitif, d'où, en letton dialectal, un paradigme: inf. jemt

il a été remplacé par le prétérit en *-ë-. D'où un paradigme proto-baltique:

lieu de jimt «

inf. *im-ti-, ind. prés. *em-a, prét. *em-ë, qui a connu des évolutions

prés. jfm

diverses dans les différents dialectes. Le vieux prussien a généralisé le

/ (j)ëm- >. Le letton standard, enfin, a contaminé l'initiale du verbe jemt

thème faible de l'infinitif, nivelant le paradigme autour d'un thème unique

avec celle de son synonyme nemt "prendre", ind. prés. nfm, prét. n~ma

*im-: inf. lmt /nemen "prendre" (par ex. III, 99 14), ind. prés. imma /neme

(emprunté à l'allemand nehmen), d'où, en letton standard, un paradigme :

"je prends" (par ex. III, 107 15 ), ind. prét. imma / nam "il prit" (III, 752).

inf. {lemt, ind. prés. {lfm, prét. fl?ma.

résiduellement dans le dialecte de Kaunata), ind.

*em-a), prét. jëme

«

*ëm-ë), avec variation binaire < (j)em-

En slave, l'ancien aoriste radical athématique *h1em-to survit dans la

On notera qu'en prussien, le prétérit hésite, dialectalement, entre le type en *-ë et le type en *-ii, cf. v. pro ymmeits / nam "prit" (II, 13 5 < *im-ë-), vs.

«

*im-fi,

au

e

2

/

3e pers. sg. de l'aoriste

V.

sI.

làTb

/j'it'b "tu pris, il prit" (prolongeant

i.-e. *h1em-to, avec finale refaite), forme isolée· à l'intérieur d'un paradigme 486. Sur ce verbe, voir le LIV (p. 165). Autres exemples de la coexistence d'un aoriste radical athématique et d'un présent radical thématique: gr. homo OÉ"KTO "il reçut" « aoriste radical athématique *dek-to), vs. gr. ion. OCKOllaL, att. OÉ"XOllaL "il reçoit" « présent radical thématique *dek-'1o-) ; gr. homo ÀÉ"KTO "i 1 se coucha" « aoriste radical athématique *let-to), vs. gr. ÀÉ"XETaL' KOLllàTaL "il est couché", Hésychius, got. ligan "être couché, KEtaeaL", v. irl. la(i)gid "se coucher" « présent radical thématique *let-efo-); gr. homo xtJTO "il fut versé" « aoriste radical athématique *tu-to), vs. gr. XÉ"w "il verse" « présent radical thématique *tey-efo-).

secondaire d'aoriste sigmatique (v. sI. lACOM'b /

r e pers. sg. làC'b / jÇS'b, 1re pers.

pl.

jçsom'b)487. À côté de cette forme archaïque, le proto-slave a

hérité, comme d'autres langues, d'un présent thématique secondaire. Alors 487. Sur cette particularité de l'aoriste slave, cf Vaillant (GCL8L., III/l, p. 54-56, §§ 365-366). Mise en relation avec l'aoriste radical athématique chez Stang (1942, p. 65-68).

340

Catégorie du temps

Catégorie du temps

qu'en baltique, ce présent est radical thématique (lit. dial. jëma), comme' en latin (lat. emo), en slave, il est thématique suffixé en *-jo/(r , comme en hittite (hitt. w-emiyezzi): v. sI. I€MJI~ / jemljQ "je prends"

*h1em-jefo-).

« i.-e.

Parallèlement à l'ancien aoriste athématique et au présent

thématique secondaire, il a dû exister aussi une forme nominale à degré

341

Il existe un dernier verbe apophonique en lituanien et en letton490 : - variation < vir- / vér- >: lit. virti "cuire, bouillir" (ind. prés. vér-da, prét. vir-é) = lett. vif! "cuire, bouillir" (ind. prés. v{?fd, prét. vira).

zéro radical, qui en est venue à assumer les fonctions de l'infinitif: balto-

Le parallélisme des formes en lituanien et en letton montre l'ancienneté du

slave *im-ti- « i.-e. *h1rp-ti-). Ces deux formes ont développé chacune des

paradigme. Le prétérit est en

paradigmes complets, opposés par l'aspect:

conservent le prétérit en *-ë- (cf. par ex. 1re pers. sg. ryru à Kaunata, en

- (a) présent perfectif, v. sI. inf. !ATH / jçti "prendre, KpaTElv, ÈTTLÀal-l~

(v. pro -pall-, vs. lit.

verbe dont la diversité

puol-). Cette analyse pose une difficulté d'ordre chronologique: elle

morphologique dans les langues baltiques pourrait conduire à reconstruire un ancien paradigme à apophonie radicale4 94 :

contraint à supposer que la formation à voyelle longue à l'indicatif prétérit

- lit. inf. pùlti "tomber, attaquer" (ind. prés. puola, prét. puolé), cf

est un fait de très haute antiquité, puisqu'elle précèderait le passage de *0 à *iî en proto-baltique. À mon sens, les données étymologiques permettent de contredire cette

LKZ (X, p. 884-906) ;

- v. lett. inf. pult "tomber-" (ind. prés. puol, prét. pul), cf. ME (Ill,

hypothèse. Parler d'allongement à l'indicatif prétérit n'a de sens que si

p.409) ;

l'on admet, comme le font implicitement Stang (1966, p. 334), Toporov

- v. pro ind. prés. (sien) aupallai / sich. .. befindet "befindet sich, il

(PrJ, l, p. 160) et Maziulis (PKEZ, l, p. 120), une racine indo-européenne

se trouve" (III, 69 19), aupallai / findet "findet, trouve" (III, 8120, III,

*pel-, attestée constamment au degré fléchi *pOl- (>

1076), aüpallai (III, 7920-21 ), part. prét. actif nom. pl. masc.

allongement au prétérit, *pol- (> letto-lit. puol-). Mais, on observe que les

aupallusis "qui ont trouvé" (III, 11726).

formes du baltique oriental ont une intonation radicale rude (lit. puola), œ

Selon Maziulis (PKEZ, l, p. 120), le paradigme proto-baltique était: inf. *pal-, ind. prés. *pal-, prét. *pol-. Le baltique occidental aurait généralisé

le thème faible de l'indicatif présent (*pal- >

V.

pr. -pall-), le baltique

oriental le thème fort de l'indicatif prétérit (*pol- > letto-lit. puol-), thème qu'il aurait seulement altéré phonétiquement à l'infinitif devant consonne (*puol-C- > *pùl-C-, lit pùlti,

V.

lett. pult, d'où, par analogie,

V.

lett.

ind. prét. pul). La confrontation du thème *pal- du vieux prussien et du thème *pol- du baltique oriental suggère une ancienne apophonie paradigmatique. Kazlauskas (1968, p. 353) suppose ainsi que le vocalisme long était propre, à l'origine, à l'indicatif prétérit, en regard d'un indicatif présent à vocalisme bref. Formellement, cela signifie qu'à côté des 493. Sur la double diathèse dans le verbe lituanien virti, cf Petit (l999a, p. 78-82). Ce processus a pu être favorisé également par la proximité sémantique entre, d'une part, virti "bouillir", d'autre part, dègti "brûler" et kèpti "cuire", eux aussi verbes à double diathèse. 494. Sur ce verbe, voir notamment Kaukiene (1994, p.53, sur la forme de prétérit, p. 104-106), Schmalstieg (2000, p. 145). Sur la forme prussienne, voir Toporov (PrJ, l, p. 159-160), Maziulis (PKE2, l, p. 120).

V.

pr. -pall-) et, avec

qui contredit l'idée d'un allongement morphologique. En outre, la racine indo-européenne est actuellement reconstruite d'une manière différente, non pas comme *pel-, mais comme *peh3lH- (LI V, p.418). En ce cas, le contraste entre le v. prussien -pal/- et le letto-lituanien puol- ne s'interprète pas comme prolongeant l'opposition d'un vocalisme bref et d'un vocalisme long (ou allongé), mais bien plutôt comme prolongeant celle d'un degré zéro et d'un degré plein du radical: le i.-e. *ph 3lH- (cf. germanique *fallan,

V.

V.

prussien -pall- reflète

isl. falla "tomber", réfection de

*phJ!-né/n-H-), tandis que le letto-lituanien puol- reflète i.-e. *peh 3lH- (cf.

arm. p lanim "tomber", réfection d'après l'aoriste p law < *p 'ul- < *polH< *peh 3IH- )495. Comme le montrent les correspondants étymologiques, il

n'est pas impossible que la forme prussienne continue un ancien présent à infixe (> suffixe) nasal *phJ!-né/n-H- (attesté en germanique), la forme letto-

495. Il n'est pas impossible, comme le suggère le LIV (p. 414 et 418), que le slave naCTH, na}:(~ / pasti, padÇ! "tomber" résulte de la contamination d'un radical *pëd- « i.-e. *ped-, avec allongement dû à la loi de Winter, cf sanskrit véd. pcidyate "tomber") et d'un radical *piil- « i.-e. *peh3/H-, cf. lit. pua/a).

Catégorie du temps

344

34S

Catégorie du temps

lituanienne un ancien aoriste radical (attesté indirectement en arménien). Il

• Type thématique suffixé (-ia-) :

semble que ce verbe ait eu, en indo-européen, une flexion ind. prés. *ph 31né/n-H- (à infixe nasal), vs. aor. *peh 3 IH- (radical), d'un type connu par

ailleurs, ainsi dans la racine *bh eiH- "frapper": ind. prés. *bhi-né/n-H(> v. irl. -ben, -benat "frapper"), aor. *bheiH- (> v. sI. d'où présent secondaire

6RTR, 6R~ /

6R /

bi "il frappa",

VOYELLE RADICALE AU PRÉSENT

(1.) e

biti, bijQ "frapper"). Sur cette base,

(2.) a

les langues baltiques auraient généralisé soit le degré vocalique propre à

(3.) i

l'ancien présent à infixe nasal (*ph 31-(H)- > v. pr. _pall_)496 , soit le degré

(4.) u

RADICAL EN SYLLABE LÉGÈRE

RADICAL EN SYLLABE LÉGÈRE

ClVC2

ClvR

(1.) CIeC2ia

~

(2.) CjaC2ia

~

CjëC2ë CjaC2ë

(1.1.) CjeRia

~

CjëRë

(2.1.) CjaRia

~

CjaRë

(3.1.) CjiRia (4.) CjuC2ia

~

CIÜC2ë

(4.1.) CjuRia

~

~

CjïRë CIüRë

vocalique propre à l'ancien aoriste radical (*peh)-(H)- > letto-lit. puol-) ; rien à voir, donc, avec le type à allongement du prétérit, qui est VOYELLE RADICALE

probablement une innovation des langues baltiques.

AU PRÉSENT

IV. GENÈSE DES APOPHONIES RADICALES DANS LE SYSTÈME

(S.) toute

RADICAL EN SYLLABE LOURDE

ClvRC2 ou ClVC 2 (S.) ClvRC2ia ~ ClvRCë

voyelle

TEMPOREL BALTIQUE

(6.) voyelle

Les règles de formation examinées ci-dessus permettent d'isoler

(6.) C lvC 2ia ~ C l VC 2ë

longue

quelques types dans lesquels l'opposition du thème de présent et du thème de prétérit est accompagnée d'un contraste apophonique. Ces types sont les suivants (présentés en italique dans les tableaux) :

VOYELLE RADICALE

(7.) finale

• Type thématique (-a-) : VOYELLE RADICALE

RADICAL À FINALE VOCALIQUE

AU PRÉSENT

(7.) Clvja ~ Clvja

vocalique

C2t:-R

C2=R,0

AU PRÉSENT

L'examen de ces tableaux permet de distinguer deux types d'apophonie radicale dans l'opposition des thèmes temporels 497

~

(l.)e

(1.) CleC2a ~ Cle2ë

(1.1.) CIeRa

(2.) a

(2.) ClaC2a ~ ClaC2a

(2.1.) ClaRa ~ ClaRa

(3.) eR

(3.) CIeRC2a

(4.) e, a

(4.) C lVC 2a ~ ClVC2a

~

CIRa

CjRC2a

:

- (a) une apophonie qualitative < eR / iR > (historiquement *< eR

/ R », associée au prétérit en *-ii-, et qui apparaît dans deux soustypes:

(4.1.) CjRa ~ CIRë

496. Stang (1942, p. 161) admet même que la forme prussienne provient directement de l'ancien présent à infixe nasal *ph31-né/n-H- à travers une évolution *palna-ja > v. pro -pal/ai.

497. Voir la présentation d'Endzelïns (1923, p. 671, § 682 sq.).

346

Catégorie du temps

- (b) une apophonie quantitative
,

Catégorie du temps

associée au prétérit en

*-e-, et qui apparaît dans les sous-types suivants:

347

- gr. ÈÂl TTOV "je laissai"

«

prés. gr. À.cL TTW, dial.

ÂlIJ. iTci vw), vs.

*likw-efo-, racine *leik w- "laisser", cf.

lit.

liko "il

• CIRa

~

CIRe

«

• C 1eC 2ia

~

C leC2e

lifika).

• ClaC 2ia

~

C laC 2e

-

• CluC 2ia

~

C lüC 2e

"s'éveiller, prendre conscience", cf. prés. gr. homo

• CleRia

~

CleRe

TTvvecivol.lal), vs. lit. bùdo "il s'éveilla"

• ClaRia

~

ClaRe

européen *bhucf-ii-, cf. prés. lit. bufida).

• CIiRia

~

C)ÏRe

• CluRia

~

ClüRe

laissa"

transposé en indo-européen *likw-ii-, cf. prés. lit. /ieka, dial. gr. ÈTTVeÔJ-lTlV "j'interrogeai"

«

*bhucf-efo-, racine *bheycfiTE1)eO~al,

class.

« transposé en indo-

Significatif à cet égard est le fait qu'en grec les présents à infixe nasal s'opposent, en général, à des aoristes radicaux thématiques (type gr.

Là où une apophonie radicale se manifeste, le prétérit en *-iï- implique

À.a~~civw "prendre", aor. ÈÂa~ov, gr. TVYXcivw "recevoir", aor. ETVXOV,

donc un passage au degré zéro, le prétérit en *-e- un allongement vocalique.

etc.) et qu'en lituanien tous les présents à infixe nasal s'opposent à des

Cette distribution, qui est régulière dans les langues baltiques, reflète

prétérits en *-iï- (type lit. rafida "trouver", prét. riïdo, lit.

certainement un trait ancien de ces deux formations, ou, plus exactement

"s'éveiller", prét. bùdo, etc.). On sait, en outre, que le slave a conservé des

peut-être, des formations qu'elles ont remplacées au cours du temps. Il est

aoristes

clair, en tout cas, que la question de l'apophonie radicale est essentielle

indépendante (v. sI. JIe)f(e / leze, aoriste de JIelliTM / le/Ii "se coucher,

pour qui s'interroge sur l'origine des prétérits baltiques.

KOl~àŒeaL"),

radicaux

thématiques

non

seulement

comme

bufida

formation

mais aussi de manière résiduelle à l'intérieur de la formation e

e

La genèse de ces apophonies radicales a donné lieu à de nombreuses

sigmatique (v. sI. 2 _3 pers. sg. Hece / nese en regard de 1re pers. sg. Htcb

analyses. En général, on leur a cherché des correspondants externes dans les

/ nes'b, aoriste de HecTM / nesti "porter, epÉpElV"); dans plusieurs cas, des

autres langues indo-européennes. Ainsi, s'agissant de l'apophonie quali-

prétérits en *-iï- leur correspondent dans les langues baltiques, ainsi

«

e

V.

sI.

e

*-a-,

aoriste 2 _3 pers. sg. 6b,ne / b'bde en regard du lit. bùdo "il s'éveilla",

une comparaison a pu être faite avec l'aoriste thématique indo-européen,

v. sI. aoriste 2 _3 pers. sg. rrpM-JIbrre / prilbpe en regard du lit. lipo "il se

qui présente, par rapport au présent thématique, un contraste apophonique

colla". Par ailleurs, le slave a trace d'un suffixe *-ii-, qui apparaît, comme

du même ordre. L'opposition d'un degré *e dans le présent lit. pefka "il

en baltique, lié à un degré zéro du radical, cf.

achète" et d'un degré zéro dans le prétérit lit. pifko "il acheta" rappelle en

6bpaxb / bbrax'b de 6bpaTM / bbrali "choisir, cueillir, ÈKÂÉynv" (prés.

effet celle qui sépare, en grec, le présent radical thématique iTÉpew "ruiner,

6epR / berQ), aor. 1re pers. sg. rbHaXb / g'bnax'b de rbHaTM / g'bnali

piller" « *bhercf-) de l'aoriste radical thématique ËiTpaeOV

"chasser, ÈÂauvElv,

tative < eR / iR >

eR / R » qui caractérise certains prétérits en

«

*bhrcf-), ct:

encore gr. ÂEl iTW "laisser", aor. ËÂl TTOV, gr. epEUYW "fuir", aor. Ëepvyov,

e

e

OlWKElV"

V.

sI. aor. 1re pers. sg.

(prés. )f(eHR / zenQ)498. Il est donc

vraisemblable que le prétérit en *-ii- des langues baltiques est un

etc. La correspondance s'étend même à quelques unités lexicales plus précises, comme les suivantes : 498. Autres exemples: Stang (1942, p. 34, comparaison avec le lit. p. 7576).

348

Catégorie du temps

Catégorie du temps

remplacement de l'ancien aoriste radical thématique de l'indo-européen499.

les deux formes, en contraste avec l'indicatif présent. Cela a eu une

Dans cette analyse, le degré apophonique zéro qui marque certains prétérits

conséquence importante: dans l'opposition des thèmes temporels en

baltiques en *-ii- peut s'interpréter comme le vestige de l'ancien degré zéro propre aux aoristes radicaux thématiques. On notera cependant une

baltique, thème de prétérit et thème d'infinitif forment en général une unité apophonique et s'opposent au thème de présent 500 .

différence importante entre le type indo-européen, tel qu'il est reflété par

S'agissant du prétérit à allongement, on a souvent été tenté de lui

exemple en grec, et le type baltique. En grec, un aoriste radical thématique

attribuer une antiquité indo-européenne et de le rapprocher de formations

peut être constitué sur des radicaux à sonante (type Ënpa80v

sur TTÉ pSw

prétéritales à allongement attestées ailleurs, par exemple en latin (type lego

"ruiner, piller") comme sur des radicaux sans sonante (type Ëaxov sur

"je lis", prés. < *leg-, vs. legl "je lis", prét. < *leg-, uenio "je viens",

Ëx w "avoir"). Dans les langues baltiques, la formation apophonique qui

vs. uenl "je vins", fodio "je creuse", vs. JOdl "je creusai") ou encore en

dérive de l'ancien aoriste radical thématique s'est limitée aux radicaux

germanique (got. nemum < *nem-, prét. 1Te p. pl. de niman "prendre,

comportant une sonante susceptible de se vocaliser (type lit. pif'ko sur

Àal-l~âvElv"
(b) allongement

"défendre", ind. prés. *gen-a, prét. *gïn-ë-. La diphtongue longue

*[mfn-s-]

[fn] fut ensuite abrégée à l'infinitif en vertu de la loi d'Osthoff, d'où

remplacement de la fonnation sigmatique, à initiale conso-

un paradigme: *g'in-ti "défendre", ind. prés. *gen-a, prét. *gïn-ë-.

*[mfn-ë-],

Ce paradigme, conservé en lituanien dialectal, posait un problème,

- indicatif prétérit sigmatique (a) compensatoire ~

*gïn-ti "défendre", ind. prés. *gen-a, prét. *gïn-s-. L'aoriste

*[mij-s-]

>

*[mI}H-s-]

(c) diphtongue

longue

nantique, par une fonnation en *-e-, à initiale vocalique

car il opposait trois thèmes [ln] à l'infinitif, [en] à l'indicatif présent

lit. mYné.

et [fn] à l'indicatif prétérit, en contradiction avec le principe du

L'hypothèse ici proposée ne se comprend, en outre, qu'à travers une

bithématisme apophonique. L'opposition tripartite a donc été

chronologie précise de l'évolution phonétique et morphologique. Elle

ramenée à une opposition bipartite: lit. ginti "défendre" (ind. prés.

amène, en effet, à supposer que le remplacement du suffixe prétérital consonantique *-s- par le suffixe vocalique *-e- a eu lieu après la constitution de diphtongues longues en proto-baltique ([I)HC] > [fnC]), mais avant l'abrègement de type "loi d'Osthofl" ([fnC] > [InC)). Rien ne s'oppose à cette chronologie, car la constitution des diphtongues longues est un phénomène qui remonte probablement au balto-slave commun, tandis que la loi d'Osthoff est, en baltique, un processus récen4 probablement réalisé de manière indépendante dans chacune des langues. Cette reconstruction peut être modifiée, ou plutôt complétée, sur un point. Le type gifiti "chasser" (ind. prés. gëna, prét. giné) et le type ginti "défendre" (ind. prés. gina, prét. gyné) sont distingués non seulement par l'absence ou la présence d'un allongement à l'indicatif prétérit, mais aussi par la présence ou l'absence d'un degré apophonique *e à l'indicatif présent. Les deux types peuvent être réconciliés, si l'on admet que, dans le second type comme dans le premier, l'indicatif présent avait à l'origine un degré radical *e. On reconstruira donc les deux types comme suit:

gina, prét. gyné).

La même reconstruction peut être appliquée aux autres verbes présentant un allongement vocalique au prétérit, c'est-à-dire principalement aux verbes en -ia. Ayant traité de ce type dans une publication récente (Petit, 1998,

p. 265-267), je me contenterai ici de résumer les faits le plus brièvement possible. Le point de départ de l'évolution, en l'occurrence, réside dans ce qu'on peut appeler la "loi

Pinault" (Pinault,

1982b, p.265-272,

notamment p. 269). Cette loi, qui postule dès l'indo-européen une disparition des laryngales hétérosyllabiques devant yod, c'est-à-dire une évolution [CVCH-i-] > [CVC-i-], peut être illustrée en baltique par un cas aussi clair que lit. kraiijas "sang", d'intonation douce

«

*kriaii-jas

< *krep-(h2)-jom)S06. Dans les racines verbales de type se~, la loi Pinault

conduisait à une disparition de la laryngale finale dans la forme d'indicatif présent à suffixe *-ia

«

i.-e. *-)%-). On prendra comme exemple le verbe

lituanien gérti "boire", qui repose sur une racine indo-européenne *gWerh r "dévorer, avaler" (cf gr. ~l~pwaKw, lat. uoro "dévorer"). Le baltique a

- *g'in-ti- "chasser", ind. prés. *gen-a, prét. *g'in-%-. L'aoriste

thématique a été remplacé en baltique par le prétérit en *-ii-, d'où: *g'in-ti- "chasser", ind. prés. *gen-a, prét. *g'in-ii-. Le type a été

506. Pour la laryngale finale, cf. gr. KpÉUS' "viande" « *kreJ,!-h r ) ; pour l'évolution phonétique, cf. sanskrit védique kravyafJl "viande sanglante"

«

*kreJ,!-(h2)-jom).

356

Catégorie du temps

généralisé, dans ce verbe, le degré radical

*e

Catégorie du temps

(le degré zéro survivant

résiduellement dans girtas "ivre" < *gW[hrto-, gr. ~pWTÔS). À l'infinitif, la forme restituable *gW[hrti-, gr.

*gWerhrti-

~PW(Jls)

(secondaire au lieu de l'indo-européen

IND. PRÉs.

*CleR(H)-ieJo- > *CleRia

IND. PRÉT.

*CleRH-s-

~

> *CleR-s-

*C1eRe

357

> CleRia

geria

> CleRe

géré

aboutit en proto-baltique à une forme *gerH-ti-,

d'où, avec allongement compensatoire résultant de la chute de la laryngale,

(b)

I.-E.

BALTIQUE

LITUANIEN

MODÈLE

*gër-ti-, et enfin, avec loi d'Osthoff, lit. gérti "boire". À l'indicatif

INFINITIF

*CloRH-ti-

> *ClaRti

> ClaRti

karti "pendre

présent, l'application de la loi Pinault dès l'indo-européen produisait une

IND. PRÉs.

*CloR(H)-ieJo- > *ClaRia

> ClaRia

kiiria

IND. PRÉT.

*CloRH-s-

> ClaRe

k6ré

évolution *gWerhrielo- > *gWer-ielo-, d'où baltique *ger-ja > lit. gëria "il boit", avec une voyelle radicale originellement brève. Pour l'indicatif prétérit, on partira d'un ancien aoriste sigmatique

*gWerhrs-,

en proto-baltique à une forme *gerH-s-, puis,

~

*ClaR-e

aboutissant

avec allongement

compensatoire résultant de la chute de la laryngale,

> *ClaR-s-

*gër-s-

et, avec

substitution de suffixe, *gër-ë > lit. géré "il but". Il en résulte un paradigme composite en lituanien: • inf. gérti [ger-ti-], ind. prés. gëria [ger-'a], ind. prét. géré [gër-ë].

(c)

I,-E.

BALTIQUE

INFINITIF *Cd~{H-ti-

> *C]ÏRti

IND. PRÉs.

*CIR(H)-iefo-

> *CliRia

IND. PRÉT.

*CIRH-s-

> *ClïR-s-

LITUANIEN

MODÈLE

dirti > CdRti "déchirer"

~

*CliR-e

> C1iRia

diria

> ClïRe

dyré

D'un point de vue historique, il ne s'agit donc pas réellement d'un type à allongement au prétérit, mais bien plutôt d'un type à abrègement au

(d)

présent (en vertu de la loi Pinault) et à l'infinitif (en vertu de la loi

INFINITIF

d'Osthoft). Mais, en synchronie, l'isolement du vocalisme long dans la

IND.

forme de prétérit pouvait donner le sentiment qu'il constituait une marque secondaire, en regard du vocalisme bref régulier dans les autres formes so7 ,

I.-E.

BALTIQUE

LITUANIEN

MODÈLE

*CIRH-ti-

> *ClüRti

> ClùRti

kùrti "fonder'

PRÉs.

*CIR(H)-iefo-

> *CluRia

> CluRia

kùria

IND. PRÉT.

*CIRH-s-

> *ClüR-s-

> ClüRe

kûré

~

*ClüR-e

ce qui favorisait son extension dans d'autres catégories où il n'était pas motivé historiquement. À l'origine, le prétérit à vocalisme long n'apparaissait que dans les racines se~ comportant une sonante interne, c'est-à-dire dans les types suivants :

Ultérieurement, l'allongement conçu comme marque spécifique du prétérit en *-ë- s'est étendu à quelques autres catégo:rjes. Il s'est d'abord installé dans quelques radicaux ani~ présentant une structure comparable à l'indicatifprésent [CleR-ia], d'après la proportion analogique suivante508

(a) 1

INFINITIF

I,-E.

*C1eRH-ti-

BALTIQUE

> *CleRti

LITUANIEN

> CléRti

MODÈLE

• inf. gérti "boire" : ind. prés. gëria : prét. géré

gérti "boire"

• inf. befti "disperser" : ind. prés. bëria ~ prét.

507. C'est ainsi, du reste, que le perçoit Akelaitienë (1994, p. 5-10) dans une perspective synchronique.

:

b~ré

508. Voir Kurytowicz (1956, p.287; 1968, p.321; 1977, p.9 et 36), Petit (1998, p. 266-267).

Catégorie du temps

Catégorie du temps

L'intonation du prétérit apparaît, dans ce processus, réglée sur celle de

kéJuti "frapper" (ind. prét. k6vé). On peut prolonger, ou plutôt corriger,

l'infinitif, d'où befti~béré (intonation douce) en regard de gérti ~géré

cette analyse sur un point important. Il est probable qu'au moins dans une

(intonation rude). Enfin, l'allongement s'est étendu à quelques verbes dont

partie des verbes en -éJuti, l'allongement du prétérit résulte d'une extension

le radical ne comportait pas de sonante interne, mais une occlusive ou lllle

secondaire: le type ancien en lituanien a pu être, pour certains verbes, ind.

siftlante, et dont l'indicatif présent pouvait apparaître comparable. D'où,

prés. -auja, prét. -iivo. La question se pose de savoir quels verbes en -éJuti

par analogie:

avaient, à l'origine, un allongement au prétérit et quels verbes, au

358

contraire, en étaient dépourvus.

(a) • ind. prés. gëria

: prét. géré

• ind. prés. bëria

: prét. béré

• ind. prés. lëkia

~ prét.l&é et secondairement inf. l&ti

Il est possible qu'à l'origine, la distribution ait dépendu de la position

• ind. prés. viigia (c) • ind. prés. kùria • ind. prés. tùpia

maintenait, à date ancienne, à la fois en position antéconsonantique

: prét. koré ~ prét.

de la laryngale. Dans les structures de type *-eh 2ll- (par ex. lituanien kauti "frapper, marteler", racine *keh2ll-, LIV, p. 308), le vocalisme long se

Et, parallèlement, avec d'autres voyelles radicales : (b) • ind. prés. kiiria

359

*-eh 2ll-C- > *-iill-C- et en position antévocalique *-eh2ll-V- > *-iill-V-.

vogé et secondairement inf. vogti

Ultérieurement,

la

diphtongue

longue

s'est

abrégée

en

position

: prét. kûré

antéconsonantique, d'où lit. -au-C-, mais a été conservée comme longue en

~ prét. tupé et secondairement inf. tupti

position antévocalique, d'où *-iiv-V- > lit. -ov-V-, ce qui créait le

Dans tous ces types secondaires, la voyelle allongée présente tllle

sentiment d'un allongement au prétérit et, par conséquent, justifiait le

intonation douce, ce qui dénonce son caractère récent. L'infinitif s'est

choix du prétérit à suffixe *-ë- (lit. kéJuti, prés. kéJuna, vs. prét. kové). Dans

associé à cette innovation, respectant l'isolement de l'indicatif présent, qui

les structures de type *-eyH-C- (par ex. lit. gauti "recevoir", racine

est régulier dans la plupart des types à alternance, et la cohérence

*geyH-, LIV, p. 167), la diphtongue évoluait de manière différente en

apophonique qui unit thème d'infinitif et thème de prétérit

509



position antéconsonantique, où elle aboutissait à *-eyH-C- > *-iayH-C- >

Une analyse comparable peut rendre compte, en dernier lieu, du type

*-iiiy-C- > lit. *-iau-C-, et en position antévocalique, où elle aboutissait à

lituanien kauna - kOvé (inf. kéJuti "frapper, marteler", cf. pol. kué "forger,

*-eyll-V- > *-ey-V- > *-ev-C- > *-av-C- (variante devant voyelle d'arrière

battre, marteler"). L'ensemble des formes procède d'un radical unifonne

par hannonie vocalique) > lit. *-av-V-, sans allongement perceptible au

*kiiJ,!- (prolongeant un i.-e. *keh 2J,!-), tantôt en position antéconsonantique (*kiiJ,!- > lit. kéJu-, avec loi d'Osthoff), tantôt en position antévocalique

prétérit, ce qui favorisait le type prétérital en *-ii-. Il en résultait un paradigme hétérogène: inf. *-iauti, prét. *-avo, aussitôt nivelé par

(*kiill- > lit. kov-). Selon Sandbach (1930, p. 20), ce modèle s'est étendu

élimination de l'initiale palatalisée: inf. -éJuti, prét. -iivo (type lit. gauti

du fait d'une analogie secondaire aux verbes présentant une diphtongue

"recevoir", prét. gavo). Le slave présente un nivellement du même ordre

«

*-ëJ,!- < *-ell-H-): leur prétérit, qui devrait avoir une

(slave: prés. -u-jQ, prét. -ov-a, au lieu de *-iu-jQ, prét. *-ov-a). Ces

fonne t-ëv- « *-ëll- < *-ey-H-), aurait une fonne *-iov-, d'après le parallèle

processus phonétiques expliquent que le lituanien possède deux types de

du type *-au- / *-ov-, cf. lit. grüiuti "détruire" (ind. prét. griové) d'après

verbes en -auti :

radicale *-üiu-

- d'une part, des verbes présentant un paradigme -éJuti, prét. -ové, et 509. Analyse comparable chez v. d. Osten-Sacken (1922, p. 150).

360

Catégorie du temps

Catégorie du temps

361

reposant à l'origine sur des structures du type *-eh 211- (type lit.

uniforme, dépourvu d'apophonie. En d'autres termes, les variantes attestées

kauti).

ne constituent pas des allomorphes, mais des allophones; dans ces

- d'autre part, des verbes présentant un paradigme -auti (au lieu de

conditions, on ne saurait plus parler d'apophonie radicale, si l'on définit

*-iauti), prét. -avo, et reposant à l'origine sur des structures du type

l'apophonie comme un phénomène morphonologique. On peut en tirer

*-ellH- (type lit. gauti).

cette conclusion qui peut paraître extrême et paradoxale, mais me semble

On notera que les verbes baltiques suffixés en -auti, ainsi que leurs

pleinement justifiée: l'apophonie radicale a été largement éliminée, en

correspondants slaves en -ovati, appartiennent au second type : lit. bad-auti

baltique, dans l'opposition des thèmes temporels et n'y survit plus que

"avoir faim", prét. badavo, cf. s.-cr. kùpujë, kùpova "acheter". Leur suffixe

dans un petit groupe de prétérits apophoniques en *-a- (type lit. perka, vs.

doit donc être reconstruit comme *-eJ.)ll-, ce qui n'est pas sans conséquence

pirko, lit. gëma, vs. *gimo

pour une analyse étymologiqueS! o. On observe, enfin, que l'ambiguïté de

attesté dans les prétérits en *-e- étant, quant à lui, une création interne aux

la forme d'infinitif (lit. -auti dans les deux cas) a pu conduire à des

langues baltiques, résultant d'évolutions secondaires.

flottements ou à des confusions dans la distribution des deux types. Le lituanien a régulièrement kauti, prét. k6vé, mais quelques vieux textes et plusieurs dialectes contemporains présentent un paradigme secondaire

kélUti, prét. kavo, analogique du type gauti. En letton, le verbe kaût "frapper" hésite, au prétérit, entre kava (= lit. dial. kavo) et kâva (=:: lit.

k6vé). Dans bien des cas, la distinction étymologique apparaît brouillée: le type non marqué sans allongement tend à s'imposer au détriment du tyPe marqué à allongement. Cette analyse présente, à mon sens, l'avantage de ne faire intervenir que des processus internes aux langues baltiques. Un recours à la comparaison indo-européenne me semble ici déplacé et peu éclairant. L'allongement apparaît comme le résultat de traitements phonétiques divergents à partir d'un radical unique: qu'on fasse appel à la loi Pinault, à la loi d'Osthoff, à la chute des laryngales en position antévocalique, il s'agit toujours d'évolutions phonétiques, et l'on doit supposer, à l'origine, un radical 5 10. L'analyse ici proposée contredit le rapprochement souvent avancé avec les verbes grecs en -EVw (type gr. ~aolÀ.Eûw "régner") Car, pour le baltoslave, il faut partir d'une forme verbale suffixée à diphtongue brève suivie de laryngale *-eylf-C-, seule structure susceptible d'expliquer la séquence brève du prétérit lit. -av-o « *-ey-(H)-ii), tandis que, pour le grec, il faut partir d'une forme verbale dénominative de substantifs suffixés à diphtongue longue non suivie de laryngale *-ëy-C- (type gr. ~aaLÀ.EV5' "roi", ace. homo ~aaLÀ.iÏa < *-ëY-JT1)·

~gimé),

l'allongement vocalique largement

CONCLUSION

I. L'APOPHONIE DANS LES LANGUES BALTIQUES

Traditionnellement, on enseigne que les langues baltiques ont largement préservé les apophonies héritées de l'indo-européen et même qu'elles leur ont donné une certaine productivité à date historiqueS Il . Cette conception s'appuie sur le sentiment, motivé en synchronie, de la richesse des alternances vocaliques dans ces langues. On observe, par exemple, qu'un radical baltique comme *gen- "chasser, défendre" « i.-e. *g..Jzen _ "frapper") peut présenter les formes suivantes: *gen- (lit. gën-a "il chasse"), *gan- (lit. gan-yti "faire paître", gan-i6ti "chasser", intens.), *giin- (lit. nakti-gon-ë "pâture de nuit"), *gain- (lit. gain-i6fi "chasser",

intens.), *gin- (lit. gin-fi "chasser", gin-ti "défendre", gin-a "il défend"), *gin- (lit. gyn-ë "il défendit"), *gun- (lit. gùn-dyti "détourner, tenter"), *guin- (lit. pa-gùin-a "il effraie, chasse"). L'antiquité de certaines de ces

alternances vocaliques ressort clairement de la comparaison indo511. En ce sens, voir Stang (1966, p. 120).

364

Conclusion

Conclusion

européenne; on peut ainsi rapprocher le lituanien gen-a "il chasse" et le

travailla"), ni dans les verbes de structure [CeC-], dont la structure

« i.-e. *g..hen-ti, présent radical athématique,

consonantique exclut l'alternance (type lit. veda "il conduit", vs. vedé "il

thématisé en baltique), le lituanien gan-as "pâtre" et le védique ghanal)

conduisit"). Cette analyse, qui conçoit l'apophonie comme une propriété

"massue" « i.-e. *g..hon-os "qui frappe"), le lituanien ginti "chasser" et le

du radical, amène donc à distinguer des "allomorphes", c'est-à-dire des

védique han-fi "il frappe"

«

v. haut-allemand gund- "combat"

i.-e.

*g..hl)-ti-

365

"le fait de frapper").

variantes du radical déterminées par sa structure morphonologique. Dans

Mais il ne fait aucun doute que de nombreuses alternances vocaliques sont

cette perspective, l'apophonie se définit comme un contraste vocalique

de date baltique et ne remontent pas à l'indo-européen. C'est le cas, en

résultant de l'opposition d'allomorphes.

l'occurrence, de l'apophonie quantitative qui apparaît dans le radical *gïn-

Toutefois, cette conception ne suffit pas à la description des faits

(lit. gyn-é) par rapport au radical *gin- (lit. gin-ti, gin-a). Plus clairement

d'apophonie dans les langues baltiques. On observe, en effet, que des

encore, les phénomènes de "déraillement apophonique" (aIl. Ablauts-

radicaux présentant la même structure peuvent manifester une apophonie ou

entgleisung), qui sont si fréquents dans les langues baltiques, montrent à

ne pas en manifester selon la formation morphologique dans laquelle ils

quel point la productivité historique des apophonies y a été grande : un

apparaissent. Ainsi, une structure radicale [CeRC-] implique régulièrement

radical comme *giin- (lit. nakti-gon-é), par exemple, a été tiré secon-

une alternance vocalique à l'indicatif prétérit [CiRC-] dans les verbes

a>

radicaux thématiques en -a (type lit. pefka "il achète", vs. pifko "il

h 2 >; une innovation comparable se

acheta"), mais pas dans les verbes thématiques suffixés en -ia (type lit.

trouve dans le lituanien drobé "toile de lin" en regard de drabùiis

vefkia "il pleure", vs. vefké "il pleura"). Bien plus, dans quelques cas, des

dairement de *gan- (lit. gan-yti) sur le modèle de l'alternance < li / issue historiquement de *< eh2 "vêtement" «

i.-e. *drob

h

/

d'une racine *dreb

h

élargie de *der-

radicaux de même structure peuvent présenter deux formes différentes

"déchirer"). Ces faits, dont le détail a été étudié par Venckuté (1971,

d'apophonie selon le type morphologique: on opposera ainsi, sur un

p. 79-88), illustrent bien la diversité des apophonies baltiques qui ne

radical similaire (Cem-], une apophonie qualitative dans le type radical

reflètent pas toujours des apophonies indo-européennes.

thématique en -a (type lit. gema "il naît", vs. gimé "il naquit"), et une

-

-,

Dans les langues baltiques, l'apophonie peut être envisagée sous

apophonie quantitative dans le type thématique suffixé en -ia (type lit.

différents aspects. On peut l'interpréter, tout d'abord, comme une propriété

vemia "il vomit", prés., vs. vémé "il vomit", prét.). La structure du

du radical : c'est, en effet, avant tout la structure du radical qui autorise, ou

radical n'est donc pas le seul facteur qui intervienne dans les

au contraire exclut, l'existence d'alternances vocaliques. Dans le système

manifestations de l'apophonie ; il faut également prendre en compte le type

verbal, par exemple, les verbes thématiques en -a ne présentent

morphologique dans lequel ce radical est attesté. L'apophonie apparaît

d'apophonie que si leur radical en admet la réalisation, c'est-à-dire, d'une

donc associée à la réalisation de certains morphèmes, avec lesquels elle

part, si leur voyelle radicale est susceptible d'alternance, d'autre part, si

forme ce qu'on peut identifier comme des "morphèmes discontinus". Dans

leur structure consonantique l'autorise : une alternance vocalique est ainsi

cette perspective, elle se définit comme une composante de morphèmes, un

possible dans les verbes de structure [CeRC-], qui alternent avec [CiRC-] à

élément accompagnant leur apparition.

l'indicatif prétérit (type lit. pefka "il achète", vs. pifko "il acheta"); elle

Cette seconde analyse pose, elle aussi, des problèmes. On ne saurait

n'apparaît ni dans les verbes de structure [CiRC-], dont la voyelle radicale

dire que l'apophonie soit entièrement imputable aux formations morpho-

est dépourvue d'alternance (type lit. dirba "il travaille", vs. dirbo "i 1

logiques, car on observe, dans certains cas, qu'un même morphème

366

367

Conclusion

Conclusion

implique tantôt une apophonie du radical, tantôt une absence d'apophonie.

rapprochement est fortuit et la distinction sémantique semble secondaire:

Le suffixe prétérital *-ë-, par exemple, est lié à une apophonie radicale dans

il n'existe pas, entre les deux formes, de rapport de fondation (lit. graiYbé

le type lituanien ke/ia -t kelé, mais ne s'accompagne d'aucune apophonie

est fondé sur graiùs "beau", lit. grozybé sur gratis "beauté"). Rien

dans le type lituanien veda -t vedé. L'apophonie n'est donc pas déterminée

n'autorise donc à attribuer à l'apophonie une fonction propre.

uniquement par le type morphologique, de même qu'elle ne se laisse pas prévoir exclusivement de la structure du radical. En réalité, elle résulte de l'association

des

deux

facteurs:

elle

est

suscitée par

le

type

morphologique, elle est rendue possible par la structure du radical.

Il. APOPHONIE ET CATÉGORIES GRAMMATICALES

L'apophonie apparaît. associée en baltique à deux types de rapports de fondation. Elle se rencontre, tout d'abord, fréquemment dans la dérivation,

Les fonctions de l'apophonie sont apparemment diverses dans les

c'est-à-dire dans le rapport d'une fonne fondée indépendante à sa forme de

langues baltiques. Il convient, cependant, de préciser qu'aucune de ces

fondation (type lit. nèsti "porter", vs. nastà "fardeau"). Mais elle apparaît

fonctions n'incombe à l'apophonie seule, mais plutôt aux morphèmes

aussi dans l'expression de catégories grammaticales, c'est-à-dire de

dont elle est une composante. Comme l'a montré Urbutis (1978, p. 229),

catégories constitutives de paradigmes, par exemple dans l'opposition des

il n'existe en lituanien aucune fonne fondée qui s'oppose uniquement par

thèmes temporels (type lit. pefka "il achète", vs. pifko "il acheta"). Ces

le degré apophonique à sa fonne de fondation 5 12. L'apophonie ne possède

deux types d'apophonie, apophonie lexicale d'une part et apophonie

en soi aucune fonction; elle accompagne seulement des morphèmes, et

grammaticale d'autre part, se distinguent nettement par leur productivité.

c'est d'eux qu'elle reçoit sa fonction. Parler, comme le fait Akelaitienè

L'apophonie lexicale est très bien représentée en baltique ; elle apparaît

(1995, p. 9), d'une "fonction iconique" de l'apophonie n'a donc pas

dans de nombreuses formations où elle fournit un nombre élevé de

réellement de sens, surtout s'il s'agit de supposer une relation, bien

lexèmes. En revanche, l'apophonie grammaticale est attestée moins

aléatoire, entre l'apophonie et le sémantisme des verbes 513 • Dans quelques

fréquemment, et l'on observe qu'elle a disparu dans un grand nombre de

cas rares, signalés par Urbutis (1978, p.228), la présence ou l'absence

catégories. L'objet de la présente étude était précisément de déterminer

d'une apophonie paraît liée à une différence sémantique, par ex. < abstrait

dans quelle mesure ce type d'apophonie s'est prolongé dans les langues

/ concret> dans lit. graiybè "beauté", vs. groiybé "chose belle". Mais ce

baltiques et quelles modifications il y a connues. Un examen des différentes catégories grammaticales permet de les distinguer, du point de vue

512. D'une manière générale, cette restriction semble être un fait de structure déjà indo-européen; voir notamment Kurylowicz (1956, p. 383): "l'apophonie n'est qu'un sous-morphème ou un morphème .acc~sso1fe surajouté au morphème constitutif'. Le contre-exemple me~tl?n?e ~a~ Akelaitienë (1995, p. 5) - lit. mëte (prétérit de mèsti "jeter") .oppose. a ht. mete (prétérit de metyti "jeter", intensif) - n'en est pas un, car 11 n'eXIste pas de rapport de fondation direct entre les deux formes. , 513. Akelaitienë (1995, p.9) suppose ainsi que l'allongement observe dans les verbes itératifs et intensifs du type lit. metyti "jeter" (en regard d.e mèsti) imite l'action prolongée qu'ils expriment. Sur l'allonge~ent dIt "iconique" en lituanien, voir notamment Urbutis (1978, p. 228), Levm (1982, p. 230-245), Schmalstieg (2000, p. 124-129).

de l'apophonie, en quatre groupes : - (a) catégories qui, dès l'indo-européen, étaient dépourvues d'apophonie radicale, et n'en présentent aucune trace dans les langues baltiques : la catégorie de la personne. - (b) catégories dont l'expression, en indo-européen, pouvait éventuellement s'accompagner d'une apophonie radicale, mais qui n'en ont gardé aucune trace dans les langues baltiques: la catégorie du nombre,

368

369

Conclusion

Conclusion

peut-être la catégorie du genre (mais, dès l'indo-européen, l'apophonie

langues modernes permet parfois d'observer comment des apophonies

radicale y était rare).

grammaticales ont disparu progressivement encore à date historique. Le cas

- (c) catégories qui pouvaient impliquer en indo-européen une

du participe présent du verbe "être" est ici exemplaire: il était encore

apophonie radicale, mais n'en présentent plus, dans les langues baltiques,

apophonique en v. lituanien (acc. masc. sg. s-ant{ < i.-e. *h1s-ont-rp en

que des traces indirectes à travers des membra disjecta : la catégorie du

regard de l'indicatif es-mi < i.-e. *h1es-mi), mais il a refait son vocalisme

cas.

d'après l'indicatif correspondant en lituanien moderne (acc. masc. sg. es- (d) catégories qui pouvaient manifester une apophonie radicale en

an!{ d'après es-ù). L'élimination des apophonies grammaticales ne s'est

indo-européen et ont gardé, voire développé, cette possibilité dans les

pas réalisée d'un coup; elle a connu différentes étapes dont il est

langues baltiques : la catégorie du mode, la catégorie du temps.

naturellement difficile de reconstituer le cheminement, mais

dont

Cette classification associe deux perspectives, l'une fondée sur

l'existence ne fait pas de doute. En indo-européen, les apophonies radicales

l'évolution diachronique (conservation / perte de l'apophonie radicale

pouvaient apparaître dans toutes les catégories grammaticales à l'exception

indo-européenne),

synchronique

de celle de la personne; en proto-baltique, elles étaient probablement

(présence / absence d'apophonie radicale en baltique). L'apophonie radicale

limitées aux catégories du mode, du temps et du cas; en lituanien

n'apparaît plus, en baltique, que dans un domaine limité qui comprend

moderne, elles ne se rencontrent plus que dans les catégories du mode et

exclusivement les catégories du mode et du temps. Les autres catégories

du temps. Cette restriction du domaine de l'apophonie est, du reste, un

sont toutes dépourvues d'apophonie radicale, soit qu'elles en aient perdu

processus vivant qui n'est pas achevé: dans certains dialectes lituaniens,

la possibilité (catégories du nombre, du genre et du cas), soit qu'elles ne

l'apophonie radicale tend à s'effacer même dans la catégorie du temps (par

l'aient jamais eue (catégorie de la personne). Ces remarques superficielles

ex. à Zietela où le contraste apophonique pefka, pifko est nivelé en pifka,

doivent être complétées par des considérations portant, d'une part, sur la

pifko). Les différentes langues baltiques ont poussé cette tendance plus ou

chronologie des évolutions, d'autre part, sur la constitution des catégories

moins rapidement à son terme: en v. lituanien et en v. prussien, le

grammaticales.

participe du verbe "être" gardait encore une apophonie radicale (v. lit.

l'autre

sur

une

description

Entre l'indo-européen et les langues baltiques historiquement attestées, il a dû exister une étape intermédiaire, le "proto-baltique", dans laquelle

sant{, v. pro -sins), tandis qu'à la même époque leur correspondant letton

l'avait déjà perdue (v. lett. çsuôss "étant").

l'apophonie grammaticale était plus répandue qu'elle ne l'est au moment

À l'intérieur d'une même catégorie grammaticale l'élimination des

où ces langues sont documentées. C'est ce que montrent, par exemple, les

apophonies radicales ne s'est pas produite uniformément; plusieurs étapes

nombreux vestiges d'apophonie casuelle attestés en baltique à travers des

doivent être reconstruites. Dans la catégorie du mode, par exemple,

membra disjecta : pour ne citer qu'un exemple, la divergence qui sépare

l'apophonie radicale caractérise encore fréquemment aujourd'hui l'oppo-

aujourd'hui le lituanien vanduo et le letton ûdèns "eau" ne peut se comprendre autrement que comme le reflet d'un stade antérieur dans lequel les deux radicaux alternaient au sein d'un même paradigme (probablement nom. *vâdo(n), gén. *üd-n-és). La comparaison des textes anciens et des

sition de l'infinitif et de l'indicatif (type lit.pifkti "acheter", vs. pefka "il achète") ; elle a disparu, en revanche, à date historique dans l'opposition de l'indicatif et du participe (type lit. esmi, esù ''je suis", vs. v. lit. acc. sant{ ~ lit. moderne acc. esant{ "étant"). Dans la catégorie du temps, un

contraste apophonique se rencontre encore régulièrement entre l'indicatif

370

371

Conclusion

Conclusion

w -

présent et l'indicatif prétérit (type lit. pefka "il achète", vs. pirko "il

(cf. */eik w- dans le présent ÀEl TTW, *lik w_ dans l'aoriste

acheta"); l'indicatif futur, en revanche, a perdu dès le proto-baltique tout

dans le parfait

degré apophonique propre et se fonde désormais sur l'infinitif (type lit.

restriction et peut refléter jusqu'à trois allomorphes indo-européens dans

liksiu "je laisserai" sur likti "laisser", en regard du grec ÀEl q;w). Ces

une même catégorie grammaticale (cf.

disparités sont significatives, à mes yeux, d'une tendance constamment

*bhor- dans le parfaitjabhâra, *bhër- dans l'aoriste sigmatique abhiir).

ÀÉ ÀOl TTa);

ËÀl TTOV,

*loik

le sanskrit paraît lui aussi libre de toute

*bher-

dans le présent bharati,

répétée en baltique à réduire le domaine de l'apophonie à une opposition

Au-delà de cette tendance générale au "bithématisme apophonique", on

binaire : l'apophonie radicale ne subsiste par exemple, dans l'expression

peut se demander pourquoi certaines catégories grammaticales ont conservé

du temps, qu'à travers le couple binaire < présent / prétérit> ; de la même

en baltique une apophonie radicale, tandis que d'autres l'ont perdue.

manière, dans l'expression du mode, elle n'apparaît plus qu'à travers le

Pourquoi, par exemple, l'apophonie modale s'est-elle limitée au couple

couple binaire < indicatif / infinitif>. Il est probable qu'à date ancienne la

< indicatif / infinitif >, à l'exclusion de l'optatif, de l'impératif et du

même tendance a joué dans la catégorie du cas. Dans les noms-racines, qui

participe? pourquoi l'apophonie temporelle s'est-elle polarisée sur

conservent le mieux des témoignages indirects d'apophonie radicale, on

l'opposition < présent / prétérit>, au détriment de l'indicatif futur? Et,

constate que la reconstruction du stade proto-baltique ne permet de

s'agissant du système verbal dans son ensemble, pourquoi la catégorie du

distinguer que deux variantes apophoniques: les schémas apophoniques

temps a-t-elle conservé l'apophonie radicale, tandis que la catégorie du

indo-européens, qui étaient si complexes et si divers, ont été systéma-

nombre l'a totalement perdue dès le proto-baltique, même dans les verbes

tiquement ramenés en baltique à une opposition binaire

514

.

Nulle part à

athématiques, par ailleurs si archaïques ?

l'intérieur d'une même catégorie grammaticale, l'apophonie radicale

On ne saurait apporter une réponse unique à ces questions; il est

n'oppose trois allomorphes. Cette tendance au "bithématisme apo-

probable que plusieurs facteurs ont joué un rôle dans la conservation ou la

phonique" (j'emprunte le terme à Wojciech Smoczynski) est un des traits

perte des apophonies radicales en baltique. Tout d'abord, on peut penser

les plus frappants du système grammatical des langues baltiques; elle a

que les apophonies radicales les plus faibles, celles qui étaient déjà rares et

profondément modifié la configuration des apophonies radicales dans ces

exceptionnelles en indo-européen, ont été très tôt nivelées en proto-

langues. Il serait intéressant d'étudier si une tendance comparable a existé

baltique. Dès l'indo-européen, leur faible représentation les prédisposait à

dans d'autres langues indo-européennes. Il semble que le slave en ait subi

disparaître. C'est le cas notamment des apophonies radicales associées à

lui aussi les effets et se comporte à cet égard comme le baltique. Le grec,

l'expression du genre grammatical (type gr. ds "un" < *sem-s, masc.,

en revanche, ne présente aucune limitation de ce type, puisqu'il peut

vS.Il La "une" < *sm-ih 2, fém.) : rares en indo-européen, elles n'ont laissé

encore opposer trois allomorphes dans une même catégorie grammaticale

aucune trace en baltique. Dans le système nominal indo-européen, l'expression du nombre n'impliquait éventuellement une apophonie

514. Le nom du "cœur" est le seul cas probable de "trithématisme apophonique" en baltique (* sër- dans le v. pr. seyr, * sïrd- dans le lit. sirdis et *sërd- dans le lit. serdis "cœur d'un arbre"). Mais chacune des langues baltiques a imposé de nouveau un système bithématique, plus co~~orme à la règle générale: le baltique occidental oppose *sër- (v. pro seyr) et *slrd- (v. pr. sirsdau), le baltique oriental oppose *iïrd- (lit. sirdis) et *§ërd- (lit. serdis).

radicale que dans une catégorie marquée, de nature plus lexicale que grammaticale, le "collectif" : le baltique n'en a gardé que deux vestiges isolés et dépourvus de toute signification synchronique, le nom du "foie" (*jok

W _,

sg., vs. *iek w-, coll.) et le nom du "mot" (*yorJ'-, sg., vs.

*y[J'-, coll.).

Conclusion

372

Conclusion

373

On peut évoquer, en second lieu, des facteurs formels. Dans les verbes

rition de l'apophonie dans certaines catégories grammaticales, mais c'est

radicaux athématiques, le balto-slave a développé une tendance à ne

aussi la modification du statut des formes qui les manifestent. À cet égard,

conserver que des radicaux monosyllabiques (type *es-mi "je suis", *ei-mi

il semble que la conservation ou la disparition de l'apophonie soit liée à la

"je vais", *ëd-mi "je mange"). Certains allomorphes apophoniques liés à

plus ou moins grande grammaticalisation de la catégorie en question. Les

*s-me "nous

catégories les plus touchées en baltique par le processus d'élimination de

l'expression du nombre contredisaient cette règle (par ex. pl.

*dedë-mi "je

place", *dedo-mi "je

leur

l'apophonie radicale (la personne, le nombre, le genre, et plus récemment

élimination a conduit à l'unification des paradigmes (d'où pl. *es-me, sg.

le cas) sont celles dont la grammaticalité est la plus grande. Par "gramma-

*ded-mi, *dod-mi); par la suite, ce processus s'est étendu à tous les

ticalité" il faut entendre une relation morphologique étroite dont la

verbes athématiques, même à ceux qui ne posaient pas ce problème formel

définition même dépend du rapport des éléments en présence. Dans la

(d'où par ex. *ei-mi "je vais", pl. *ei-me "nous allons" au lieu de *i-me).

catégorie de la personne, l'interlocuteur se définit uniquement par oppo-

Le souci d'éviter la formation de monosyllabes a également joué un rôle:

sition au locuteur et ne saurait exister sans lui; dans la catégorie du

dans l'évolution du participe du verbe "être" en lituanien, l'importance de

nombre, le pluriel est conçu par opposition au singulier; dans la catégorie

ce facteur peut être saisie directement, puisque c'est d'abord dans les

du genre, le féminin est défini par son opposition au masculin; dans le

formes qui risquaient d'être monosyllabiques (nom. masc. sg. tsgs et pl.

système casuel, enfin, les différents cas se définissent les uns par rapport

tsg) que le vocalisme de l'indicatif s'est introduit (d'où nom. masc. sg.

aux autres. Dans toutes ces catégories, où les formes s'impliquent les unes

esgs et pl. esg, à une époque où l'accusatif polysyllabique était encore

les autres, les langues baltiques ne présentent pas d'apophonie radicale : la

apophonique santi). Mais le facteur le plus important, à mes yeux, quoique le plus difficile

définition des éléments constitutifs de la catégorie dépend entièrement de leur relation, et celle-ci est si étroite qu'elle implique une dépendance

à évaluer, est le degré de dépendance morphologique qui permet de

morphologique. La catégorie du mode présente, pour sa part, une situation

distinguer le matériel linguistique en formes de fondation et en formes

intéressante. Les participes relèvent directement de la catégorie du temps,

fondées. Dans les catégories où l'apophonie grammaticale a disparu, les

telle qu'elle se manifeste dans les formes de l'indicatif: on distingue

formes concernées apparaissent désormais comme fondées, c'est-à-dire

autant de participes qu'il existe de temps (présent, passé, futur). Il en

subordonnées à des formes de fondation auxquelles elles doivent leur degré

résulte une dépendance morphologique étroite et, dès lors, une tendance à

vocalique. Les participes, par exemple, ne présentent plus dans les langues

éliminer l'apophonie radicale. L'infinitif, en revanche, est indifférent dans

baltiques modernes aucune apophonie spécifique:

reproduisent

les langues baltiques à la catégorie du temps: une forme comme lit. duoti

simplement le degré vocalique des indicatifs correspondants sur lesquels

"donner" n'a de relation particulière ni avec l'indicatif présent, ni avec

ils sont fondés. La disparition de l'apophonie a donc partie liée avec un

l'indicatif prétérit; son indépendance sémantique explique et justifie son

changement du statut morphologique des formes en question: elles cessent

indépendance apophonique. Dans la catégorie du temps, enfin, si le thème

d'être des formes indépendantes et deviennent des formes fondées. À

de présent et le thème de prétérit sont souvent indépendants du point de

l'inverse, ce qui amène à dire que ces formes sont des formes fondées, c'est

vue de l'apophonie, c'est sans doute parce que présent et prétérit ne se

précisément le fait qu'elles ne possèdent plus de degré apophonique

définissent pas seulement l'un par rapport à l'autre, mais possèdent des

propre. Ce qu'il importe d'expliquer n'est donc pas seulement la dispa-

caractéristiques sémantiques propres : le présent n'est pas uniquement le

sommes", sg.

donne"):

ils

374

Conclusion

non-passé, de même que le passé n'est pas uniquement le non-présent. On ne peut donc dire que l'un des thèmes soit fondé sur l'autre : ils sont en réalité indépendants l'un de l'autre, ce qui laisse ouverte la possibilité d'une apophonie radicale. Cette analyse montre dans quelles limites l'apophonie grammaticale a été conservée dans les langues baltiques: limites formelles (altération de

INDEX VERBORUM

certaines séries apophoniques, contraintes liées à la structure des radicaux), limites morphologiques (bithématisme apophonique, productivité des morphèmes), limites sémantiques (indépendance sémantique des formes apophoniques). L'originalité des langues baltiques n'est pas tant d'avoir conservé vivantes de nombreuses apophonies indo-européennes que de les avoir intégrées à un système fait de contraintes et d'innovations dans lequel elles ont pu connaître encore une certaine productivité.

1. INTRODUCTION

Les mots sont classés dans l'ordre alphabétique de la langue considérée; pour des raisons de commodité, les mots sanskrits sont classés dans l'ordre alphabétique latin. 1. BALTIQUE

378-396

- LITUANIEN

378-388

-LETTON

389-392

- VIEUX PRUSSIEN

392-395

-ZINOV

II. INDO-EUROPÉEN

396

396-398

III. ANATOLIEN

398

-HITTITE

398

-LOUVITE

398

- LYCIEN

398

IV. TOKHARIEN

398-399

- TOKHARIEN A

398

- TOKHARIEN B

398-399

V. INDO-lRANIEN

399-400

- SANSKRIT VÉDIQUE

399-400

376

-AVESTIQUE - VIEUX PERSE - PEHLEVI - PERSAN MODERNE -PASHTO - BALOUTCHI - YIDGHA -ORMURI -OSSÈTE - V. KHOTANAIS

Index verborum

377

Index verborum

400 400 400 400 400 400 400 400 400 400

- NÉERLANDAIS

407 407 407 407-408 408 408 408 408

XII. ITALIQUE

408-409

-LATIN

- VIEIL ANGLAIS - ANGLAIS MODERNE - VIEUX SAXON - VIEUX HAUT-ALLEMAND - MOYEN HAUT-ALLEMAND - ALLEMAND MODERNE - MOYEN BAS-ALLEMAND

-PORTUGAIS

408-409 409 409 409 409 409 409

X. SLAVE

403-406

XIII. CELTIQUE

409-410

- VIEUX SLAVE

- GAULOIS

- POLABE

403-404 404 404-405 405 405 405 405 405 406 406 406

XI. GERMANIQUE

406-408

VI. GREC

400-402

- OSQUE

-MYCÉNIEN

-OMBRIEN

- GREC ALPHABÉTIQUE

400 400-402

VII. ARMÉNIEN

402-403

- ITALIEN

- FRANÇAIS

VIII. PHRYGIEN

403

- ESPAGNOL

IX. ALBANAIS

403

- BULGARE - SERBO-CROATE - SLOVÈNE - RUSSE - UKRAINIEN - BIÉLORUSSE - TCHÈQUE - SLOVAQUE - POLONAIS

- GOTIQUE - VIEIL ISLANDAIS -FRISON

406 407 407

- CORNIQUE

409 410 410 410

-BRETON

410

XIV. LANGUES NON INDO-EUROPÉENNES

410

- FINNOIS

410 410 410 410 410

- VIEIL IRLANDAIS - GALLOIS

- ESTONIEN -LIVE - LAPPON -MORDVE

378

Index verborum

1. BALTIQUE -LITUANIEN

akmuo : 93. âknos, dial. : 100, 107. o alkanas : 221. o alkti : 221, 332, ind. prés. alksta 332, ind. prét. alko 332. o afitinas : 177, 184, 189. o antis, gén. p\. anCi7J: 26 (n.14), 34,177,184,189. o apvi/ti : 154. o arti : 323, 324, ind. prés. aria 323, 324, ind. prét. aré 323, 324, dia\. oré 323. o astufitas : 94 (n. 151). o astuoni : 94 (n. 151). o ateitis : 248 (n. 357). o atefitis : 242. o atkalti : 323, ind. prés. àtkala 323, dia\. àtkalia 323, ind. prét. atkalé 323, dial. atk6lé 323. o atvefpti, dia\. : 211, ind. prés. atvefpia 211. o atvérti : 320, ind. prés. àtveria 206, 211, 320, 321, ind. prét. atvéré 320. o atviras : 321. o augti : 312, ind. prés. auga 312, ind. prét. augo 3 12. o ailti : 294, 330, ind. prés. ailna 294, 330, ind. prét. avé 330. o avis: 26, gén. pl. aviy 26. o aieras, dial. : 111. o badauti : 328, 329, 331, 360, ind. prés. badauja 328, 331, 360, ind. prét. badâvo 328, 331, 360. o ba/tas : 221, 285. o ba/ti : 221, 285, 333, ind. prés. bçla 285, 333, ind. prét. balo 333. o barti : 250, 306, 324, ind. prés. bara 250, 306, 324, ind. prét. baré 250, 306, 324. o bégis : 9. o bégtè : 247. o bégté : 247. o bégti : 9, 94 (n. 150), 250, 273, 311, ind. prés. béga 250, 273, 311, ind. prét. bégo 250, 273, 296, 311. o befidras : 66. o o

bendré : 66. bérnas : 177, 178, 182, 183, 185. o beftas : 228, 229. o befti : 228, 229, 249, 270, 278, 279 (n. 387), 284, 285, 292 (n. 398), 300, 319, 349, 357-358, ind. prés. beria 229, 270, 278, 279 (n. 387), 285, 300, 319, 357-358, ind. prét. bèré 279 (n. 387), 319, 349, 350, 357-358. o bèsti : 271, ind. prés. beda 271, ind. prét. bedé 271. o bij6tt : 30 1, ind. prés. bijo 301, ind. prét. bij6jo 301. o byl6ti : 260, 261, ind. prét. byl6jo 260. o bi/ti : 260. o birti : 284, 285, 300, ind. prés. birsta 285, ind. prét. biro 300. o blauzdà : 102 (n. 168). o bliauti : 330, ind. prés. bliauna 330, ind. prét. bli6vë 330. o bli5ksti : 321, 322, ind. prés. bfofkia 321, 322, dia!. blafkia 322, ind. prét. bli5fkë 321, 322. o boginti : 94 (n. 150), 95. o briaunà : 29 (n. 21). o bristi : 335-336, ind. prés. brefida 335-336, ind. prét. brido 335-336. o brolis : 67. o broterélis : 67. o bruvis, v., dia\. : 28-29. o bùré : 110. o bùrti : 326, ind. prés. bùria 326, ind. prét. bûré 326. o bùsti : 347, ind. prés. bufida 347, ind. prét. bùdo 347. o bûti : 17, 134-136, 138, 203, 244, 248 (n. 357), ind. prés. es~, esi, yrà 131, 134-136, v. esmz, esi, esti 131, 133, 134-136, 141,219,236,239,369, ind. prét. buvail, v. bW 294 (n. 400), diaI. bit 294 (n. 400), ind. fut. bûsiu, bùs, bûsime 17, 203, cond. bûciau, v. bütumbiau, büCia 220, permissif teesie 219, 220, 239, 287. o o

Index verborum bütis, dia\. : 248 (n. 357). ciùpti : 157 (n. 244). o dabaf': 81 (n. 131). o daigas : 10. o daiginti : 161. o dainuoti, dainuotas : 226. o dangùs, dia\. dengùs : 234 (n.327). o dantis : 152. o degtas : 274. o dègti : 272, 302, 342 (n.493), 353, ind. prés. dega 272, 302, ind. prét. degé 272, 302, 353. o defigti : 234 (n. 327). o desimt : 233 (n. 326), 258 (n.366). o déti: 138-143, 228, 248, 274275, 277, ind. prés. dedù, deda 138-143, 274, v. demi, desi, dest 138-143. o détis : 248. o didelis, didel é : 190. o diegas : 10. o dievas : 51 (n. 64). o dygti : 161. o di/ti : 303, 350, ind. prés. dela, di/sta, dyla 303, 304, 350, ind. prét. dilo 303, 304, 350. o difigti : 332, ind. prés. difigsta 332, ind. prét. difigo 332. o dirbti : 195-196,205,311, ind. prés. dirba 311, 364, ind. prét. dirbo 311, 364. o dif'ti, dia\. : 284, ind. prés. dera 284. o dirti : 324, 357, ind. prés. diria 324, 357, ind. prét. dyré 324, 357. o d6bti : 328, ind. prés. d6bia 328, ind. prét. dobé 328. o drabùûs : 364. o drailsti, draildzia : 211. o drébti : 16-1 7, ind. prés. drebiù,drebia 16-17, ind.prét. drébiail, drébé 16-17. o driksti : 334, ind. prés. dryska 334, ind. prét. drisko 334. o dr6bé : 364. o druskà : 51. °dukté: 67,81 (n.129), 173 (n.261). o

o

379

o dùmti : 326, ind. prés. dùmia 326, ind. prét. dûmé 326. o duoti : 19, 140 (n. 218), 143150, 203, 218, 226, 228, 244, 275, 277, 289-290, 373, ind. prés. duodu, duoda 131, 140 (n.218), 143-150, 289-290, v. dumi, dusti 131, 133, 136 (n.21O), 141, 143-150, 292, ind. prét. daviail, davé 290, ind. fut. duosiu, dui5s, duosime 19, 203,290, impér. duok 218. o dùrys : 49-51. o dùrti : 326, ind. prés. dùria 326, ind. prét. dûré 326. o dvaras : 50. o dvésti : 316, 319 (n. 450), ind. prés. dvesia 316, 319 (n. 450), ind. prét. dvésé 316, 319 (n. 450). o dvi5kti : 321, 322, ind. prés. dvi5kia 321, dia\. dvâkia 322, ind. prét. dvi5ké 321, 322. o Édelé : 93. o édmenys : 93. o édrà : 79. o édrùs : 93. o éduonis : 79, 93. o égéré, dia\. : 110. o eiti: 136-138, 203, 240-244, 248 (n. 357), 251, 266 (n. 379), 330, 337, 349, ind. prés. einù, eini, eina 131, 132, 136-138, 251, 330, 337, v. eimi, eisi, eiti 131, 132, 133, 136-138, 141, 242, 330, ind. prét. ëjail, ~o 251, 266 (n. 379), 330, 337, 349, ind. fut. ei'siu 203, impér. e'ik 218 (n.311). o ejanti, ace. v. : 240-244, 287. o eknos, dia!. : 100, 107, 110. o enti, ace. : 11 0, 235, 240-244, 287. o esçs : 236-239, 241, 287, 372. o esti : 93, 147, 150-154, 156, 274, 349, 353, ind. prés. édu, éda 132, 150-154, 274, v. émi, ést 132, 141, 144, 150-154, ind. prét. édé 274, 349, 350, 353. o esù : voir bûti. o ezeras : 111.

380

Index verborum

• gaidys ; 173 (n. 262). • gaini6ti : 363. • ga/và : 250. • ga/voti : 250. • gaminti : 257 (n. 364). • ganas : 364. • ganioti : 363. • ganyti ; 363. • gauti : 330, 331, 359, 360, ind. prés. gauna 141 (n. 220), 330, 331, 359, ind. prét. gavo 330, 331, 359. • gé/à : 180. • gé/béti : ind. prés. gé/béja, gé/bi 131, v.gelbt 131. • genys ; 262. • gentis ; 66-67, 69, dial. gintis 69. • geras, gerà : 172. • geràsis : 237 (n. 331). • gértas ; 228, 284. • gérti : 228,284,319,320, 355-358, ind. prés. geria 319, 355-358, ind. prét. géré 319, 320, 355-358. • gérvé ; 176 (n. 269), 177, 184. • gervinas ; 176 (n. 269), 177, 184. • gèsti "s'éteindre" ; 332, ind. prés. g~sta 332, ind. prét. geso 332. • gèsti "se gâter" : 333, ind. prés. gefida 333, iud. prét. gedo 333. • gied6ti ; iud. prés. gieda 131, v. giest 131. • gi/ti ; 279, 324, iud. prés. gilia 279, iud. prét. gf/é 279. • gilùs : 278. • gimti ; 253, 256-258, 259, 279-280, 300, 302, 304, 307, 341,351, iud. prés. gema, gimsta 253, 256, 257, 259, 279, 302, 303, 307, 341, 348, 365, iud. prét. gimé 253, 257, 259, 279, 300, 302, 303, 307, 341, 348, 351,365. • gifiti : 200, 254, 262, 267 (n. 381), 279, 284, 286, 302, 303, 304 (n. 417), 351, 354355, 363-364, iud. prés. gena 140, 200, 254, 262, 267

(n. 381), 279, 284, 286, 302,

354-355, 363-364, iud. prét. giné 254, 279, 302, 304, 351, 354355, 363-364. e ginti ; 224, 252, 279, 280, 304 (n. 417),313,351,354355, 363-364, jnd. prés. gina 8, 224,252,279,280,313,363_ 364, ind. prét. gyné 8, 224, 252, 279, 280, 313, 351, 354-355, 363-364. e girdéti : 226, ind. prés. girdiiù 132, v. girdmi 132. e girtas : 285, 356. e girti : 279, 324, iud. prés. giria 165, 279, 324, 343, iud. prét. gfré 279, 324, 343. • gfti : 18, 20, 334, ind. prés. gyja 334, ind. prét. gijo 334, ind. fut. gfsiu, gis, gfsime 18, 20. e gjvas : 207. e gyvénti ; 251, ind. prés. gyvena 251, ind. prét. gyveno 251. e glieti ; 328, iud. prés. g/ieja 328, ind. prét. g/iejo 328. e g/odnas, djal. : 85. e g/osti : 85. e gnybti ; 311, ind. prés. gnyba 311, ind. prét. gnybo 311. e gobti ; 322 (n. 458), ind. prés. gobia 322 (n. 458), ind. prét. gobé 322 (n. 458). e gobtis, v. : 323, ind. prés. v. gabiasi 323. e goti ; 276. e graiybé ; 366, 367. e graiùs ; 367. e gréb/ys : 322. e grébti: 318,322,328, ind. prés. grébia 318, 328, ind. prét. grébé 318, 328. e grèsti : 316, 317, ind. prés. gresia 316, 317, ind. prét. grèsé 316, 317. • griauti ; 330, 331, 358, ind. prés. gritiuna 330, 331, 358, ind. prét. griové 330, 358. • griûti : 18, jnd. fut. griûsiu, griùs, griûsime 18. e groiybé ; 366, 367. e groZis : 367.

Index verborum e grùbti : 333, ind. prés. grufhba 333, ind. prét. grùbo 333. e grûsti ; 312, jud. prés. grûda 312, ind. prét. grûdo 312. e gùdnas, dial. : 85. e gùndyti, gùndinti : 262, 363. e gùrti : 333, 334, ind. prés. gura 333, 334, jnd. prét. gùro 333, 334. e gùsti : 85. e gvérti : 333, jnd. prés. gvçra 333, ind. prét. gvero 333. e ikras, pl. ikrai "œufs de poisson" : 102,106,113,114,115. e ikras, V. "mollet" ; 102 (n. 168). e ifhti ; 253, 255, 264-266, 303, 337-340, 349, ind. prés. ima 129, 253, 255, 264-266, 303, 337340, 349, ind. prét. èmé 253, 255, 264-266, 303, 337-340, 349, 350. e inté, dial. ; 67-68. e irti : 279, 324, 325, jnd. prés. iria 279, 324, jnd. prét. yré 279, 324. e (sa/as ; 52. e isvysti ; 161. e iiu/ùs, iiUlùs ; 87. e jaknos, dial. : 100, 107, 113, 116, 118, 243. e jakstis,jekstis, dia!. ; 111. e jauti : 330, ind. prés.jauna 330, jud. prét.jové 330. e jaura, dial.jauré : 53-54. e jégà : 110. e jégéré, dial. ; 110. e jeknos, V. dial. : 79, 100-118, 124, v.jekanas 100. e jenté, v. : 66-69, 110. e jèieras, dial. : 111. e joti : 276, 328, 329, ind. prés. joja 276, 328, 329, iud. prét.jojo 276, 328, 329. eJovardas, Jovardà,Jovarda, Jovardé: 126. e Jovirdas, Jovirdà, Jovirda, Jovirdé: 126. e Judrà : 91. e judrùs : 91. e jùngas : 83. e jùngti : 83.

381

Juodas ; 91. juodas : 91. e juokas : 88, 183, 250. e juokauti : 250. e jûra, dial.jûrios,jûrés : 5354. e jùsti : 333, ind. prés.jufida 333, ind. prét.jùdo 333. e kaklas : 128. e kàkti : 333, iud. prés. kafika 333, iud. prét. kako 333. e kalti : 306, ind. prés. ka/a 306, iud. prét. kalê 306. e kampas : 184. e kampa : 184. e kaplYs : 322. e kapoti : 322 (n. 460). e kara/ius, kara/iené : 174. e karstas : 186, 187. e karti : 306, 323, 324, 332, 357, 358, iud. prés. karia 306, 323, 324, 332, 343, 357, 358, iud. prét. korê 306, 323, 324, 332, 343, 357, 358. e kàsti : 226, 305, iud. prés. kasa 305, iud. prét. kiisé 305. e kata/yti, katiiryti : 117. e kailkti : 327, iud. prés. kailkia 327, ind. prét. kailké 327. e kauti : 330, 331, 332, 358360, iud. prés. kauna 330, 331, 332, 358-360, ind. prét. kové 330, 332, 358-360. e kefstas : 221. e kefsti : 221, 282, ind. prés. kefcia 282, ind. prét. kefté 282. e ke/ias : 38. e kéltas : 221, 284. e ké/ti : 19, 221, 282, 283, 284, 285, 286, 293, 297 (n. 407), 319, 320, ind. prés. kelia 10, 282, 283, 285, 293, 319, 343, 366, ind. prét. kélé 10, 282, 283, 293, 319, 320, 343, 350, 366, iud. fut. kélsiu, keTs, ké/sime 19. e kepenys : 101, V. kepanos, képenos, képinas 101. e keptas : 274. e kèpti : 101, 270, 342 (n. 493), 353, jud. prés. kepa 270, jnd. prét. kepé 270, 353. e

e

382

Index verborum

• kermuo, kermenaï, dia!. : 61. • kjboti : 9, 10. • ki/tas: 221,285. • ki/ti : 282, 283, 285, 286, 333, 334, ind. prés. kYla 282, 283, 285, 333, 334, ind. prét. kilo 282, 283, 333, 334. • kimsti : 252, 286, 307, ind. prés. kemsa 252, 286, 307, ind. prét. kimso 252, 307. • kif'pti : 286, 307, 308, ind. prés. kefpa 286, 307, 308, ind. prét. kifpo 307, 308. • kifslas, dia!. kefslas : 309 (n.433). • kifsti : 286, 309, ind. prés. kefta 286, 309, ind. prét. kifto 309. • kisti : 282, ind. prés. kifita 282, ind. prét. kito 282. • kisti : 311, ind. prés. kisa 311, ind. prét. kiso 311. • klastà : 336 (n. 484). • klausti : 327, ind. prés. klclusia 327, ind. prét. klousé 327. • kliedéti : ind. prés. kliedi, klieda 132, v. kliest 132. • kopti : 267, 321, 322, ind. prés. kopia 267, 321, dia!. kêipia 322, ind. prét. kopé 321, 322. • k6séti : 132, ind. prés. k6siu 132, v. kosmi 132. • krafitas, dia!. kranta : 184. • kraüjas : 355. • krauti : 248 (n. 357), 330, 331, ind. prés. krauna 330, 331, ind. prét. kr6vé 330. • krimsti : 286, 308, ind. prés. kremta 286, 308, ind. prét. krimto 308. • kristi : 294, 333, ind. prés. krifita 294, 333, ind. prét. krito 333. • krütis : 248 (n. 357). • kùlti : 326, ind. prés. kùlia 326, ind. prét. kûlé 326. • kuoka : 184. • kuopti : 322 (n. 459). • kùrké : 177, 185. • kufkinas : 177, 185.

• kùrti : 326, 357, 358, ind. prés. kùria 326, 343, 357, 358, ind. prét. kûré 326, 343, 357, 358. • kvépti : 316, ind. prés. kvëpia 316, ind. prét. kvépé 316. • laï, dia!. : 215. • laidnùs : 85. • laïkas : 162, 183. • laïvas : 184. • làkti : 305, ind. prés. lêika 305, ind. prét. lêiké 305. • laükas : 183. • laukti, lauktas : 226. • lauzti : 327. • léisti : 226, 327, ind. prés. léidzia 327, ind. prét. léido 327, part. prét. pass. léistas 226. • lékti : 252, 255, 268, 269, 317, 358, ind. prés. lëkia 252, 255, 268, 269, 317, 358, ind. prét.léké 252,255,269,317, 358. • lémti : 259, 260, ind. prés. lëmia 259, 260, ind. prét. lemé 259, 260. • lefikti : 10, 256 (n. 363), 285, 327, ind. prés. lefikia 327, ind. prét. lefiké 327. • lèsti : 272, ind. prés. lësa 272, ind. prét. lësé 272. • lydeti : ind. prés. lydZiù 132, v. lydmi 132. • liepa : 91. • Liepëlé : 91. • lietùs : 247, 249. • likti : 162, 252, 253, 254, 263, 267, 268, 291, 307, 308, 311,347,370, ind. prés.liëka 131, 168, 252, 253, 254, 263, 26~ 268, 307, 308, 30~ 310, 311, 347, v. liekmi, liekti 131, 167, dia!. lifika 167, 263, ind. prét. liko 252, 253, 254, 263, 307,308,309,310,311, 347, ind. fut.liksiu 291, 370. • limti : 259, ind. prés. limsta 259, ind. prét. limo 259. ·/ifikti: 10,251,256 (n. 363), 285, ind. prés. !ifiksta 251, ind. prét. !ifiko 251.

Index verborum • lipti "co11er" : 251, 307, 333, ind. prés. limpa 251, 307, 333, ind. prét. lipo 251, 307, 333, 347. • lipti "monter" : 267, ind. prés. lipa 267. • lf!sti : 286, 308, ind. prés. lefida 286, 308, ind. prét. !ifido 286, 308. • lyti: 18, 247, 249, 267, ind. prés. IjJja 267, ind. prét. lijo 267, ind. fut. lis 18. • liüdeti : 86. • /iudnas : 85-86. • liusti : 85. • liutas : 188. • !iuté : 188. • lokYs, 16ké: 174. • 16ti : 276. • maisas : 184. • moisé : 184. • maitinti : 161. • malti : 307 (n. 424), ind. prés. mêila 307 (n. 424), ind. prét. mêilé 307 (n. 424). • manyti : 16, ind. prés. manaü, mêino 16. • màno : 16. • mêiras : 56. • marinti : 10. • mauraï, dia!. : 183. • megti : 332, ind. prés. megsta 132, 332, v. mêgt 132, ind. prét. mego 332. • mègzti : 273, ind. prés. mëzga 273, ind. prét. mëzgé 273. • meluoti : 328, 329, ind. prés. melitoja 328, ind. prét. melêivo 328. • mélzti : 253, 327, ind. prés. mélzia 253, 327, ind. prét. mélzé 253, 327. • mënas : 78 (n. 124). • mérdéti : ind. prés. mérdZiu 132, v. merdmi 132. • mefkti : 278, 283, 285, 286, ind. prés. mefkia 278, 283, 285, ind. prét. mefké 283. • mèsti : 200 (n. 291), 223-225, 226, 271, 366 (n. 512), ind. prés. mëta 223, 271, ind. prét. mëté

383

224, 271, 296, 366 (n. 512), mèsk 200 (n. 291). • metyti: 366 (n. 512), 366 (n. 513). • mieg6ti : 168, ind. prés. miëga 131,168,310, v.miegmi, miegti 131,168,310, ind.prét. mieg6jo 310. • migti : 310, ind. prés. mifzga 310, ind. prét. migo 310. • mi/zti : 253, ind. prés. mélZia 253, ind. prét. mi/zo 253. • mineti : 298. • mifitas : 229. • mifiti: 8,10,229,247,249, 252, 260, 267, 268, 270, 278, 279, 280, 281-282, 283, 285, 286, 287, 302, 304, 351, ind. prés. mëna 8, 10, 229, 252, 260, 267,268, 270, 278, 279, 281, 283, 285, 286, 287, 302, 304, ind. prét. miné 252, 260, 279, 281, 283, 302, 304, 351. • minti : 255, 259-260, 278, 279,281-282,303,313,351, 352, 354, ind. prés. mina 255, 260, 278, 279, 282, 303, 313, 352, ind. prét. myné 255, 260, 279,282,303, 313, 351, 352, 354. • mintis : 248. • mifkti : 278, 283, 285, 286, ind. prés. mifksta 278, 283, 285, ind. prét. mifko 283. • mifsti : 280, ind. prés. mifsta 280. • mifti : 9, 247, 280, ind. prés. mirsta 280, ind. prét. miré 280. • mirtis : 247. • misti : 161. • mokinti : 250, ind. prés. mokina 250, ind. prét. mokino 250. • m6kytojas, m6kytoja: 174. • m6teris, v. maté: 58, 67. • mati: 276. • murvas : 185. muûs : 9, 88. • mùsti : 9, 88, 226. • naktigoné : 363. • naktis : 16, 32-33. • nasrai, dia!. nastrai: 35-37. impér. prés.

384

Index verborum

• nastà : 8, 9, 367. • naujas : 111, 277. • nèsti : 8, 9, 21, 226,272, 353, 367, ind. prés. ni!Sa 21, 216, 272, ind. prét. nèsé 272, 353. • nièiti : 132. • nykti : 294, ind. prés. njfksta 294. • nosis : 35-37. • nuogas : 95. • nuolaidnùs : 85. • nuolaidùs : 85. • nuoviros : 341 (n. 490). • nuvirti : 341 (n. 490). • odmenis, dia!. : 73, 93. • Odmuo : 73, 74, 82, 85, 86, 92-94. • ojis, dia!. : 73 (n. 117). • pakibti : 9, 10. • pagùina : 363. • paojus, dia!. : 73 (n. 117). • pardavejas, pardaveja : 174. • pâskui, paskul: 272. • pavardè : 63, 126. • pawelmi, pawelt, v. : 154-156. • pavidalas : 161. • pavjfdas, pavydeti : 161. • pavojus : 73 (n. 117). • penki, dia!. pinki : 69. • pefiktas : 236. • perti : 319, ind. prés. pèria 319, ind. prét.pèré 319. • periengt, v. : voir ieiigti. • pèsti : 272, ind. prés. piFfa 272, ind. prét. pèsé 272. • piemuo : 80, 98, 99, 120. • pienas : 188. • pièné : 188. • piètüs : 247. • pjflé, dia!. : 34. • pylimas : 30 (n. 23). • pUis, gén. pl. pUig. : 26 (n. 14), 29-30. • pilnas : 188 (n. 285). • pilti : 30 (n. 23), 254, 270, 279, 313, 350, ind. prés. pila 254, 270, 279, 313, 350, 351, ind. prét. pylé 254, 279, 313, 350,351. • pirvas : 188 (n. 285).

• pinti : 267, 279, 313, 351, ind. pina 267, 279, 313, ind. prét. pyné 279, 313, 351. • pif/ai: 194, 223, 225, 252, 253, 254, 256, 261, 262, 263, 268, 278, 283, 285, 286, 307, 308, 311, 348, 369, ind. prés. pefka 194, 223, 252, 253, 254, 256, 261, 262, 263, 268, 278, 283, 285, 286, 307, 308, 311, 346, 348, 361, 364, 365, 367, 369, 370, ind. prét. pifko 194, 224, 252, 253, 254, 256, 263, 283, 296, 307, 308, 311, 346, 348, 361, 364, 365, 367, 369, 370, cond. pirkty 194. • pirstas : 42. • piriti : 286, 307, ind. prés. persa 286, 307, ind. prét. pifso 307. • pyti : 247. • plàkti : 305, 306, ind. prés. plâka 305, 306, ind. prét. pléiké 305, 306. ·platùs: 187. • plèsti : 316, 317 (n.447), 318, 319, ind. prés. plèCia 316, 317 (n.447), 318, 319, ind. prét. plèté 316, 317 (n. 447), 318, 319. • pleiti : 316, 317 (n.447), 328, ind. prés. pléSia 316, 317 (n.447), 328, ind. prét. pléSé 316,317 (n. 447),328. • plysti : 332, ind. prés. ply'Sta 332, ind. prét. plyso 332. • pliùksti : 334, ind. prés. pliuska 334, ind. prét. pliùsko 334. • prabilti : 260 (n. 368), 261, ind. prés. prabjfla 260 (n. 368), ind. prét. prabilo 260 (n. 368). • pradeti : ind. prés. pràdeda 131, v. pradest 131. • pùlti : 250, 253, 255, 267268, 342-344, ind. prés. puola 253, 255, 268, 342-344, ind. prét. puolé 253, 255, 268, 342344. • puodas : 95. • puras, p!. pural, dia!. : 183. • purùs : 188 (n. 285). prés.

Index verborum • purvas : 188 (n. 285). • pusti : 325, ind. prés. pùcia 325, ind. prét. puté 325. • pulls: 47-48. • pûti : 18, 334, ind. prés. puva 334, ind. prét. pùvo 334, ind. fut. pûsiu, pùs, pûsime 18. • ràkti : 305, ind. prés. râka 305, ind. prét. râké 305. • ràsti : 224, 225, 226, 333, ind. prés. raiida 224, 333, 347, , ind. prét. râdo 224, 333, 347. • raildas : 66. • raildé, dia!. : 66. • raudoti : 157-158, ind. prés. rauda 132, 157-158, v. apraust 132, 157-158. • railkti : 282, ind. prés. railkia 282, ind. prét. railké 282. • règzti : 273, ind. prés. rèzga 273, ind. prét. rèzgé 273. • remti : 259, ind. prés. rèmia 259, ind. prét. rèmé 259. • rimtas : 221. • rimti : 221, 259, ind. prés. rimsta 259, ind. prét. rimo 259. • riiikti : 252, 286, 307, 309, ind. prés. refika 252, 286, 307, 309, ind. prét. rifiko 252, 307, 309. • risti : 311, 334 (n. 480), ind. prés. rita 311, 334 (n. 480), dia!. refita 334 (n. 480), ind. prét. rito 311, 334 (n. 480). • riiti : 264, 310, ind. prés. risa 264, 310, ind. prét. rlso 264, 310. • ryti : 18, ind. fut. rysiu, ris, rysime 18. • ruduo : 80. • rùkti : 282, ind. prés. rufika 282, ind. prét. rùko 282. • sakYtas : 221. • sakYti : 19-20, 221, 251, 293, 298, 30 l, ind. prés. séiko 251, 293, 301, ind. prét. sâké 251, 293, 298, 301, ind. fut. sakYsiu, sakjJs, sakYsime 19-20, dia!. sakis 19-20. • sant{, v. : 231, 233, 235, 236239, 241, 287, 369, 372.

385

• sâpnas : 117, 250. • sapnuoti : 250. • sargas : 188. • sargé : 188. • saulé: 69-71. • sàvo : 16. • sédeti : 293, 298, 301, ind. prés. sédi 293, 301, ind. prét. sédejo 293, 301. • sègti : 272, ind. prés. sèga 272, ind. prét. sègé 272. • sèkti "suivre, etc." : 271, 302, 348, ind. prés. sèka 271, 302, 348, ind. prét. sèké 271, 302, 348. • sèkti "baisser" : 333, ind. prés. seiika 333, ind. prét. sèko 333. • sémti : 314, ind. prés. sèmia 314, ind. prét. semé 314. • sémuo : 61. • sènas : 250. • senèlis, senèlé : 174. • seneti : 250. • sénti : 280, ind. prés. sénsta 280, ind. prét. sèno 280. • septifitas : 94 (n. 151). • sérgéti : ind. prés. sérgi 131, v. serkti 131. • sesti : 94 (n. 150), 180, 273, ind. prés. séda 273, ind. prét. sedo 273. • sesuo : 80. • seti : 180, 275, 328, ind. prés. seja 328, ind. prét. sejo 328. ·siena: 187. • sirgti : 286, ind. prés. serga 286. • siûti : 19, 253, 255, 267, ind. prés. siùva 253, 255, 267, ind. prét. siùvo 253, 255, 267, ind. fut. siûsiu, sius, siûsime 19. • skaityti, skairytas : 226. • skéldéti : 341, ind. prés. skélda, skéldi 341, ind. prét. skéldéjo 341. • skçsti : 200, 236, ind. prés. skçsta 200, ind. prét. skeiido 200. • skilti : 341, ind. prés. skjJla 341, ind. prét. skilo 341. • skinti : 254, 279, 313, 351, ind. prés. skina 254, 279, 313,

386

Index verborum

ind. prét. skYné 254, 279, 313, 35l. • skirti : 324, 325, , ind. prés. skiria 324, 325, ind. prét. skYré 324, 325. • sklisti : , ind. prés. sklinda , ind. prét. sklido . • skristi : 335-336, ind. prés. skrenda 335-338, ind. prét. skrido 335-338. • skùsti : 311, ind. prés. skùta 311, ind. prét. skùto 311. • slégti: 316, 317, ind. prés. slegia 316, 317, ind. prét. siégé 316, 317. • slépti: 252, 316, 317, 336 (n. 484), ind. prés. slepia 252, 316, 317, ind. prét. slépé 252, 316, 317. • slinkti : 286, 308, ind. prés. slenka 286, 308, ind. prét. slinko 308. • slogà : 95. • s16pti : 322 (n. 458), ind. prés. slopsta 322 (n. 458), ind. prét. slopo 322 (n. 458). • sluogas : 95. • smogti : 322 (n. 458), ind. prés. smogia 322 (n. 458), ind. prét. smogé 322 (n. 458). • sniegas : 184. • snigti : 168, 307, 308 (n. 430), 333, ind. prés. sninga 168, 307, 310 (n. 436), 333, v. et dia!. sniegmi, sniegti 133, 168, 310 (n. 436), dia!. sniega 168, 308 (n. 430), ind. prét. snigo 307, 308 (n. 430), 333. • sodas: 85. • sodinti : 94 (n. 150), 95. • sodnas, dia!. : 85. ·solymas: 51-52. • spéti : 275. • spirti·: 279, 324, ind. prés. spiria 279, 324, ind. prét. spyré 279, 324. • srébti : 317, ind. prés. srebia 317, ind. prét. srébé 317. • staCias : 277. • statas, statà, dia!. : 278. • staryti : 278.

• statùs : 277. • stèbti : 333, ind. prés. stefhba 333, ind. prét. stebo 333. • stefhbti : 327, ind. prés. stembia 327, ind. prét. stembé 327. • stipra, stiprùs : 277. • stirna : 177, 184. 'stifninas: 177, 184. • st6tas : 277. • stoti : 20, 275, 277, ind. fut. stosiu, stos, st6sime 20, dia!. stàs 20. • stovéti : 19, ind. prés. stoviu 132, v. stovmi 132, ind. fut. stovésiu, stovés, stovésime 19, dia!. stovès 19. • stùmti : 326, ind. prés. stùmia 326, ind. prét. stûmé 326. • stuomuo, stuomas, stomuo : 94. • sukimas : 194. • sùktas : 221. • sùkti : 194, 221, 250, 300, 311, ind. prés. sùka 129, 250, 311, ind. prét. sùko 250, 295, 299, 300, 311. • sünùs : 173 (n. 261). • suodiiai : 95. • svadinti, dia!. : 95. • svefkas : 9. • svéikinti : 9. • svefti : 319, ind. prés. sveria 319, ind. prét. svéré 319. • svilti : 303, ind. prés. svela, svilsta, svyla 303, ind. prét. svilo 303. • svifnas, dia!. svirna : 184. • svyroti : 260, 261. • svirti : 260. • sakafnis : 79. • saknis : 79. • saltas : 221. • salti : 221. • sarka : 177, 184. • safkinas : 177, 184. • saukti, sauktas : 226. • sauti : 331, ind. prés. sauna 331, ind. prét. sové 331. • serdis, dia!. serdé: 39-47, 119, 370 (n. 514).

Index verborum • sefnas, sérnas, sérné 176, 182, 183, 185. • Sintis : 279, 313, 351, ind. prés. sînasi 279, 313, ind. prét. synési 279, 313, 351. • sirdis : 39-47, 119, 370 (n.514). • Sirsé : 177, 184. • sifsinas : 177, 184. • sifvas : 185. • sluoti : 328, 329, 331, ind. prés. 'Slitoja 328, 331, ind. prét. s/avé 328, 331. • sokti : 19-20, 250, 311, ind. prés. soka 250, 311, ind. prét. soko 250, 311, ind. fut. soksiu, soks, soksime 19-20. • suo : 84 (n. 136). • sventas : 66, 234. • sventé : 66. • tàpti : 333, ind. prés. tampa 333, ind. prét. tapo 333. • tarnas : 187. • taukaf: 183. • tàvo : 16. • te- : 214-216. • tegùl : 214-215. • tegùli, dia!. teguly : 214. • témti : 332, ind. prés. témsta 332, ind. prét. temo 332. • tempti, temptas : 226. • tèpti : 271, ind. prés. tepa 271, ind. prét. tepé 271. • testà, dia!. : 214. • qsti, t~sia : 211, 233, 236. • tik'Sti : 334, ind. prés. tyska 334, ind. prét. tisko 334. • tipti : 286, ind. prés. teTpa 286. • tinti : 279, 313, 351, ind. prés. lina 279, 313, ind. prét. ryné 279, 313, 351. • tirti : 279, 324, ind. prés. tiria 279, 324, ind. prét. ryré 279, 324. • trenkti : 309, ind. prés. trenkia 309, ind. prét. trenké 309. • trinti : 254, 279, 313, 314, 351, ind. prés. trina 254, 279, 313,314, ind. prét. tryné 254, 279,313,314,351. • trùkti : 333, ind. prés. trunka 333, ind. prét. trùko 333.

387

• tupti : 252, 254, 255, 268, 325, 326 (n. 467), 358, ind. prés. tùpia 252, 254, 255, 268, 325, 358, ind. prét. tupé 252, 254, 255, 325, 358. • turéti: 164. • tvérti : 319, ind. prés. tveria 319, ind. prét. tvéré 319. • ûdra : 72, 74, 77, 82, 86, 87, 88,97. • üdrinis, üdarà, üdrijos eieras, üdrijà : 72. • üdroti : 93. • ugnis : 60, 81. • ûkanas, dia!. : 221. • ukas : 221. • unduo, dia!. t : 72. • uodas : 94 (n. 150), 153. • uoga : 95. • uosti : 95. • ùpé: 81. • Vadà, Vadas, Vadé, Vadavé, Vadinis, Vadin élis, Vadoksnas, Vaduvà, vaduva, Vadvà: 72-73, 74, 82, 86, 89, 90-92, 93. • vadà : 73. • Vadaksnis, Vadakstà, Vadukstà, Vadaktà, Vadakstis, Vadaktis, Vadaktà, Vadakstà: 72-73. • vadaksnis : 73. • vadé : 73, 91-92. • vaidas, v. : 162. • vaidéntis : 160. • vaidilà : 160. • vaidinti : 160. • vaidmuo : 160, 162. • vaistas : 160, . • vafzdas : 160, 162. • vaizduoté : 160, 162. • vakaras : 116. • valgyti : 150. • valià : 154. • valioti : 154. • vanduo : 71-100, 119, 125, 368. • vafdas : 63, 126-129. • varié : 73-74. • Vafnas : 91. • vafnas, varna: 91, 175-191.

388

Index verborum

vcirpa : 184. e vafpas : 184. e vaftai : 114 (n. 183). e varùs : 187. e viisara : 79, 116, v. vasera 116. e véidas : 161. e véizdéti : ind. prés. véizdiiu, véizdi 133 (n. 204), dial. véimu 133 (n. 204). e veldeti : ind. prés. véldi 132, v. welst 132. e velyti : 154, 156. e vélti : 154. e véltui : 154. e vémti : 319, 320, 321, ind. prés. vemia 319, 320,321,365, ind. prét. vemé 319,320,321,365. e vefgas, vérgas, vefgé, vérgé: 178, 182, 183, 185. e vefkti : 327, ind. prés. vefkia 327, 365, ind. prét. vefké 327, 365. e vefsti : 42. e vérti: 281, 319, 341, ind. prés. veria 319, 341, ind. prét. veré 319,341. e vèsti : 92, 271, 293, 302, 335, 353, ind. prés. veda 129, 271, 293, 302, 335, 365, 366, ind. prét. vedé 271, 293, 296, 298, 299, 302, 335, 353, 365, 366. e vèiti : 273, ind. prés. veia 273, ind. prét. vezé 273. e virkas, vilké: 175-191. e virkti : 252, 286, 307, 308, ind. prés. velka 252, 286, 307, 308, ind. prét. virko 252, 307, 308. e vilna: 187. e vi/ti : 154, 324, , ind. prés. vilia 154, 324, ind. prét. vylé 324. e vi/tis : 154, 156. e vi/fis, -ies : 154. e vyras : 32. e vifsti : 332, ind. prés. vifsta 332, ind. prét. vifto 332. e virti : 140 (n. 218), 185, 187, 252, 253, 254, 280-281, 293, 341-342, ind. prés. vérda 140 (n. 218), 252, 253, 254, 280281, 293, 341-342, ind. prét. viré e

252, 253, 254, 280-281, 293, 295, 341-342. e visti : 333, ind. prés. vysta 333, ind. prét. viso 333. e visuf: 238. e vistà : 173 (n. 262). e vyti : 18, 253, 256, 267 (n. 381), 286 (n. 394), 303, 307, ind. prés. vela 253, 256, 267 (n.381), 303, 307, (n. ), ind. prét. vijo 253, 256, 267 (n. 381), 303, 307, ind. fut. vysiu, vys, vysime 18. e viJgti : 252, 253, 255, 267, 268, 321, 322, 323, 358, ind. prés. viigia 252, 253, 255, 267, 268,321,322,358, jnd. prét. viJgé 252, 253, 255, 321, 322, 358. e zuïkas, zuïkis, zùiké : 175191. e zàgti : 305 (n. 420), 321, ind. prés. ziiga, ziigia 305 (n. 420), 321, ind. prét. iiigé 305 (n. 420), 321. e i{lsis, gén. pl. i{ls~ : 30-31. e ieïsti : 327, ind. prés. ieïdzia 327, ind. prét. ieïdé 327. e iemas : 64, 66. e iemé : 64-66, 298. e Zemeda : 93. e iefigti : ind. prés. iefigia 132. e iénklas : 233. e iéntas : 67, 69, dia!. iintas 69. e iiaurùs : 31 (n. 28). e iynys : 160, 162. • iinoti : 19-20, 159, 160, 245, ind. fut. iinosiu, iinôs, iinosime 19-20, dia!. iinàs 19-20. • iîrgas : 183. ·iiùrké : 177,185. • iiufkinas : 177, 185. • imuô, v., dia!. : 66, 85 (n. 136). • iùkmistras, dia!. : 28. • zùksparnis, dia!. : 28. • iuti : 18, ind. fut. iusiu, iùs, zusime 18. • iuvis, gén. p!. iuv~ : 26, 27-28. • zuvùké, iùviké, iuviké, dia!. : 28 (n. 17). • ivéris : 31-32.

Index verborum -LETTON

acs : 109. e adata : 108. e aka : 108. e aklis : 108. e akmèns : 109. e aknas : 101-118, v. acknis 101, dial. aknys 107-109. e alkàns : 108. e aft : 324, ind. prés. àr, àr 324, ind. prét. ara 32'. e asara : 108. easins: 79,109,117. e astuô1Ji : 108. e astuôtais : 94 (n. 151). e atvert : 320, ind. prés. atvèr, atvèr 320, 321, ind. prét. atvera 320. e aûgt : 312, ind. prés. aûg 129, 312, ind. prét. aûga 312. e aût : 294, ind. prés. aûn ou aûj 294. e bart : 306, 324, ind. prés. bàr, bàr 306, 324, ind. prét. biira 306, 324. e bêgt : 273, 312, jnd. prés. bêg 273, 312, ind. prét. béga 273, 295, 312. e bçrns : 177, 178, 182, 183. e best : 271, ind. prés. bfd 271, ind. prét. beda 271. e briilis : 67. e brist : 335-336, jnd. prés. brien, bried 335-336, ind. prét. brida 335-336. e buôdzinât : 95. e buft : 326, ind. prés. bùr, bùr 326, ind. prét. bura 326. e bût: 20, 134-136, inf. bût 138, 203, 244, 248 (n. 357), ind. prés. fsmu, esi, ir 133, 134-136, 214, 238, ind. prét. biju 214, jnd. fut. bûsu, bûs 20, 203, cond. bûtu 220. e càrptu, dia!. : 249 (n. 359). e cèls: 38. e cel! : 319, 320, ind. prés. cel 319, ind. prét. cèla 319, 320. e cept : 270, jnd. prés. cfP 270, ind. prét. cepa 270. e

389

cirpt : 249 (n. 359), 308, ind. cçrp 308, ind. prét. cirpa 308. e degt : 272, 296, ind. prés. dfg, dedz 272, ind. prét. dega, dedza 272, 296. • dfgùns : 35. e dét "pondre" : 138-143, 274, ind. prés. déju, dê}, dê} 138-143. e dét "allaiter" : 275. e druska : 51. e duôt : 143-150, 244, jnf. duôt 203, 275, ind. prés. duôdu, duôda 143-150, ind. prét. devu, ind. fut. duôsu 203. e duft : 326, ind. prés. dùr, dùr 326, ind. prét. dura 326. e dùrvis : 49-51. e dzenis : 262. e dzeft : 319, 320, ind. prés. dzèr, dzèr 319, ind. prét. dzèra 319, 320. e dzerve : 176 (n. 269). e dzi{s : 278. e dzimt : 256-258, 279, 303, 304, ind. prés. dzçm 256, 303, ind. prét. dzima 257, 303. e dzift, réfl. dziftiés : 324, ind. prés. dzir, dzir 324, réfl. dziras, dziras 324, ind. prét. dzïra 324, réfl. dzïros 324. e dût: 254, 262, 303, 304, ind. prés. dzçn 254, 262, jnd. prét. dzina 254, 304. e egle : 108. e eju : voir iét. e çlkuônis : 108. e es : 108. e fsmu : voir bût. e êst : 150-154, 274, ind. prés. çdu, çd 150-154, 274, ind. prét. êda 274. e fSUÔSS : 238. • fzçrs : 108. e ezis : 109. e ga} : voir iêt. e giitis : 248 (n. 357), 276. e grûst : 312, ind. prés. grûz 312, ind. prét. grûda 3 12. e iesàls : 52. e

prés.

390

Index verborum

Index verborum

• iêt: 136-138, inf. iêt 203, 244, 248 (n. 357), 276, ind. prés. eju, ej, iêt 136-138, 214, 241 (n. 342), ind. prét. gaju, gaj 214, 276, ind. fut. iêsu 203, opt. dia!. iêsiëm 203 (n. 295). • iëtala, dia!. : 67. • ietere : 67. • ikri "œufs de poisson": 102, 106. • ikri "mollet" : 102 (n. 168). • ift, réfl. if'tiês : 324, ind. prés. réfl. iras, ù;as 324, ind. prét. réfl. iros 325. • jât : 329, ind. prés.jâj 329, ind. prét.jâja 329. • jçknas, dia!. : 101, 107. • jentere, dia!. : 67. • jûgs : 83. • ju6ks : 183. • jura,jura, v.jure : 53-54. • kakIs: 128. • katis : 176. • kapât : 322 (n. 460). • kàpt : 322, ind. prés. kàpj 322, ind. prét. kàpa 322. • karalis, karaliêne : 174. • kart: 324, ind. prés. kàr, kàr 324, ind. prét. kara 324. • kast : 305, ind. prés. kas 305, ind. prét. kasa 305. • kàukt : 327, ind. prés. kàuc 327, ind. prét. kàuca 327. • kaût : 331, 360, ind. prés. kaûj 331, 360, ind. prét. kâva 331, 360.

• kraûklis : 175. • kraut : 331, ind. prés. krauj 331, ind. prét. krava 331. • krimst : 308, ind. prés. kr~mt 308, ind. prét. krimta 308. • krist : 294, ind. prés. kri! 294. • kuft : 326, ind. prés. kùl326, ind. prét. killa 326. • kùoks : 184. • kuF! : 326, ind. prés. kùr, kùr 326, ind. prét. kura 326. • tèrmenis : 61. • labs, laba : 172. • lâcis, lâcene : 174. • lài, lai: 215. • laiks : 183.

·laist: 215,327 (n. 473), ind. laiz 327 (n.473), ind. prét. laida 327 (n.473). • laiva : 184. • lakt : 305, ind. prés. lùok 305, ind. prét. laka 305. • lat: 276. • lauks : 183. • laûzt : 327. • lèkt : 255, 317, 318, ind. prés. lçc 255, 317, ind. prét. lèca 255,

prés.

317,318. • lest: 272, ind. prés. lçs, les 272,

lesa 272. • liekt : 327, ind. prés. liec 327, ind. prét. lieca 327. • liêtus : 247, 249. • likt : 255, 308, ind. prés. liek 255, 308, ind. prét. lika 255, 308. • list : 308, ind. prés. lied, lien 308, ind. prét. lida 308. • lit : 249. • màkt : 328, , ind. prés. màc 328, ind. prét. màca 328. • mat: 276. • mate: 67. • maurs : 183. • megzt : 273, ind. prés. mçgz 273, ind. prét. mçgza 273. • mçluât : 329, ind. prés. mçluâj 329, ind. prét. mçluâja 329, dia!. mçlava 329. • mest : 223-225, 271, , ind. prés. mçt 224,271, ind. prét. meta 224, 271, 296, dia\. mete 296. • miesa : 105. • migt : 310, ind. prés. mieg 310, ind. prét. miga 310. • miF! : 280, ind. prés. mifst 280, ind. prét. mira 280. • mit: 255, 313, ind. prés. min 255, 313, ind. prét. mina 255, ind. prét.

313.

• mîtus : 247. • nakt : 296, 312, ind. prés. nak 312, ind. prét. naca 296, 312, v. nace 296,312. • nakts : 32-33. • nass, nase: 35-37.

• nav, dia!. navaid, navaida, nevaid, nevaida : 160, 164

• sadt : 293, 298 (n. 412), ind. saka 293; ind. prét. sacija

prés.

(n.255), 167. • nest : 21, 272, ind. prés. nçsu, nes, nçs 21, 217, 272, ind. prét.

nesa 272. • nikt : 294, ind. prés. nikst 294. • 1}efnt : 255, 265, 303, 338340, ind. prés. 1}~m 130, 255, 265, 303, 338-340, ind. prét. 1}fma 255, 265, 303, 338-340. • pàrdevëjs, pârdevëja : 174. • pèrt : 293, ind. prés. per ou pèr 293. • pestiês : 272, ind. prés. pçsas, pesas 272, ind. prét. pesas 272. • pfle : 34. • pils : 29-30. • pirksts : 42. • pirkt : 224, 225, 254, 308, ind. prés. pirk 224, 254, 308, ind. prét. pirka 224, 254, 295, 308. • pît : 313, ind. prés. pin 313, ind.

pina 313. • plakt : 306, ind. prés. plùok 306, ind. prét. plaka 306. • plest : 317 (n. 447), ind. prés. pIes 317 (n. 447), ind. prét. pleta, plèta 317 (n. 447). • plèst : 317 (n. 447), 328, ind. prés. plès 317 (n. 447), 328, ind. prét. plèsa 317 (n. 447), 328. • priëde : 48. • pult, v. : 255, 342-344, ind. prés. puol 255, 342-344, ind. prét. pul 255, 342-344. • pûri : 183. • pùst : 326, ind. prés. pùs 326, ind. prét. pùta 326. • rakt : 305, ind. prés. rùok 305, ind. prét. raka 305. • rast : 224, 225, ind. prés. rùod 224, 225, ind. prét. rada 224, prét.

225.

• raûdât : 157. • reigît : 273. • rist : 311, ind. prét. rUa 311. • rist : 310, ind. prét. risa 310.

391

prés.

rit 311,

ind.

prés.

ris 310,

ind.

293, 298 (n. 412). • sâkt : 312, ind. prés. sâk 312,

sâka 312. • sâls : 51-52. • safgât : 301, ind. prés. safga 301, ind. prét. safgâja 301. • saule : 69-71. • sêdêt : 293, ind. prés. sêz 293. • segt : 272, ind. prés. sçg, sçdz 272, ind. prét. sega, sedza 272. • sekt : 271, ind. prés. sçk 271, ind. prét. seka 271. • sefde : 39-47. • sçrns : 176. • sêstiês : 273, ind. prés. sêstas ou sêias 273, ind. prét. sêdéis ind. prét.

273.

• sët: 140, 275. • siëviëte : 58. • sifds : 39-47. • sist : 311, ind. prés. sU 311, ind. prét. sUa 311. • skust : 311, ind. prés. skut 311, ind. prét. skuta 311. • sku6luâtajs, sku6luâtaja : 174.

• slêgt: 317, 318, ind. prés. slêdz 317, ind. prét. slèdza 317, 318. • slèpt : 317, ind. prés. slèpj 317, ind. prét. slèpa 317. • slikt : 308, ind. prés. slikst 308, ind. prét. slika 308. • sniëdze : 184. • sniegs : 184. • spët : 275. • stât : 275. • statît : 278. • stats : 278. • stràdât : 196. • strigt : 308 (n. 431), ind. prés. strieg 308 (n. 431), ind. prét. striga 308 (n. 431). • stuiht : 326, ind. prés. stumj 326, ind. prét. stuma 326. • sukt : 311, ind. prés. suk 311, ind. prét. suka 311. • s1Jift : 325, ind. prés. s1Jir, s1Jir 325, ind. prét. s1Jira 325.

392

Index verborum

• stist : 308, ind. prés. stiet 308, ind. prét. stita 308. • sut: 256, ind. prés. suj 256, ind. prét. suva 256. • tàuki : 183. • tept : 271, ind. prés. tçp 271, ind. prét. tepa 271. • fît : 313, ind. prés. tin 313, ind. prét. tina 313. • tuptiês : 326 (n. 467), ind. prés. tupstas 326 (n. 467), ind. prét. tupa 326 (n.467). • ûdèns : 71-100, 119, 368. • ûdrs : 72, 74, 77, 82, 88. • ugùns : 60. • uôds : 153. • vada : 73, 91-92. • Vadakste : 73. • vade/e : 73, 91-92. • vads : 73. ·vaï: 160. • vaïdêt : 160. • vaïds : 160. • vala : 154. • valuôt : 154. • varde, dia!. varg/e : 73-74. • vârds : 63, 126-129. • varna: 175-191. • Vârnuka/ni : 175. • veïds : 161. • veïduôt : 161. • vè/te : 154. • vernt : 319, 320, ind. prés. vemj 319, ind. prét. vema 319, 320. • vçrgs, verdzene : 178. • vêrst : 42. • vest : 92, 271, 293, ind. prés. vçdu, vçd 129, 271, 293, ind. prét. veda 271,293,296, v. vede 296, 302. • vfdêt : 161. • vîdêt : 161. • viedêt : 161. • vi/ks, vi/cene: 175. • vi/kt: 308, ind. prés. v~lk 308, ind. prét. vi/ka 308. • vi ft, viÎtiês : 154, 324, 325, ind. prés. vil 154, 324, 325, ind. prét. vîla 324, 325. • viltus : 247.

Index verborum

• vift : 254, 293, 341-342, ind. prés. vefd 254, 293, 341-342, ind. prét. vira 254, 293, 341-342. • vît : 256, 267 (n. 381), ind. prés. vij 256, 267 (n. 381), ind. prét. vija 256. • vizinât : 273. • zagt : 305 (n. 420), ind. prés. zùog 305 (n. 420), ind. prét. zaga 305 (n. 420). • zatis, zatene : 175. • zeme : 64-66. • z~ms : 64. • zinât : 160, 244. • zivs, dia!. zuvs, zuve : 27-28. • zùoss : 30-31. ·zvçrs: 31-32. -

VIEUX PRUSSIEN

• ainangeminton : 256 (n.364). • ainangimmusin : 257, 304. • ainawfdai : 161. • aytegenis : 262. • tintersgimsennien : 257. • antis : 34. • ape : 81. • asmai : voir biiton. • assanis : 117. • assaran : 60, 111. • astin : 248 (n. 357). • attrtiiti : 208. • auklipts : 336 (n. 484). • au/tiikings : 263. • auminius : 305. • aupallai : 342-344, part. prét. actif nom. pl. masc. aupallusis 342-344. • auskiend/ai : 200-201, 236. • austo : 105. • auwerus : 341 (n. 490). • auwirpis : 262. • begeyte : 273. • bilitwei, bititwi : 246. • billa, billtits : 260. • billft : 320, part. prét. actif billïuns 320. • bousennis : 257. • brote, brtiti : 67. • bucawarne : 175. • buton : 134-136, 138, inf. bout, büton 195, 199, 201,

213,245, 248 (n. 357), 257, ind. prés. asmai, assai, ast, astai 130, 134-136, 163, 194, 199, 20 1, ind. prét. bhe 194, 199, impér. seiti 195, 198, 20 1, 202, 204, 205, 206, 208, 213, 219, 287, opt. bousei 195, 198, 199, 201, 202, 204, 213, seisei 201-202, cond. boülai 195, 199, 213. • buttan : 80 (n. 128). • C/ynteyne : 233 (n. 326). • co/warnis : 175. • crauyawirps : 262. • crixtits : 195. • dagis : 272. • dangus : 234. • dëit, daton, dëitwei : 143-150, 195, 211, 245, 246, 275, ind. prés. dtise, dëist, dast 130, 143150, 163, 292, impér. dtiiti 208, 211, opt. dtisai, dase 198. • dauris : 49-51. • deiws, deywis : 51 (n. 64), 60. • dengenennis : 234. • dessempts, dessimpts, dessimton : 233 (n. 326), 258 (n.366). • dfnkauti : 209, 329, ind. prét. dinkowatz, dïnkauts 295, 329. • draudieiti : 211,212. • duckti : 67. • ebsentliuns : 233. ·ëit: 136-138,213,248 (n. 357), ind. prés. ëisei, eit, perëit, pereit, perëimai 130, 136-138, 163, impér. ieis, ieiti, ieithy, pergeis 198, 20 1, 208, 212 (n. 304),213,220 (n. 313), 287, opt. pareysey 199, 201, cond. ëi/ai 199, 213. • embaddusisi : 271. • emmens, emnes, emnen, emmen, emnan : 60-63, 126. • emprijkisins : 230-236, 287. • emprïki : 230. • encops, enquoptzt, enkopts : 322. • endirïs : 206 (n. 299). • engaunai : 141 (n. 220). • engemmons : 256. • enimmewingi : 265.

393

• enimt, enimton : 264, part. prét. 264, part. prét. pass. animts, enimts 264. • enimumne : 265. • en/aipints : 295. • enmigguns : 295, 310. • ersinnat : 245. • etgimsannien : 257. • etskïsai : 130, 163. • etwerpsannan, attwerpsannan, etwerpsennian : 261. • etwerpsniï : 262. • etwiërpt, etwïerpt, etpwërpt : 261-262, 294, ind. prés. etwerpe, etwërpimai 164, 165, 261-262, 294, impér. etwerpeis, atwerpeis, etwerpeis 21 1, 26 1, part. prét. pass. etwierpton 261. • etwëre : 164, 320, impér. etwerreis 206, 211, 320, 321, part. prét. actif etwiriuns 320-321. • gauuns : 223. • gëide, giëidi : 164. • gemton : 256-258, 304, part. prét. actif gemmons, gemmans 223, 256, 304. • genix : 262. • genno : 56-58. • genneniskan : 57. • gerbais, gerbaiti : 198, 208. • gerdaus : 208. • gertis, gerto : 174. • Gynneboth : 262. • Ginthawte, Gynthaute : 262. • girrimai : 164. • giwa : 224, part. prés. giwtintei 224. • giwan, gijwan, geïwan, geiwan : 207. • gruntpowïrpingin : 262. • gübans, gobuns, gubons, gübons, gubas : 323. • guntwei : 262, 284, ind. prés. gunnimai 262. • yccroy : 102 (n. 168). • imt : 264-266, 293, 305, 338339, ind. prés. imma, immimai, immati 129, 208, 264-266, 293, 305, ind. prét. imma, immats 264-266, 305, 338339, impér.jmants, ymais, actif enimmans

394

Index verborum

ymais, immaiti 208, part. prét. actif immusis 264, part. prét. pass. imtii 264. • ismige : 295, 310, 311. • issprestun : 294. • ïst, ist, istwei, istwe: 150154,245,274, part. ïduns 150, 195, impér. ïdeiti, idaiti, ydieyti, edeitte 150, 198, 206, 208, 213, 274. • Jowirde : 125. • iürin : 53-54. • kelan : 78. • kermens, kermenen, kermenan, kermenes : 61. • kersle : 309 (n. 433). • kirdïtwei : impér. kïrdeiti, kirdijti 206, 208, 209. • kyrteis : 309. • kittawidin : 161. • klantemmai, klantïuns : 165, 320. • klausiton : 320, part. prét. actif klausïuns 320. • klente : 233 (n. 326). • knieipe : 164. • künti : 164. • küra : 295, 326, 327. • labs, labba, labban : 172. • lagno : 101-118, 124, 235. • laiküt : 225, 293, ind. prés. liiiku 293, part. prét. pass. laiküts 225, . • laipinna : 295. • lasinna : 318. • lasto : 318. • limtwei : 200, 258-261, 304, inf. limtwei, limtwey, lembtwey 200, 258-261, 304, ind. prét. lïmauts, limatz, lymuczt 258261, 295, 304, cond. lemlai 200, 258-261, 304. • lïse, lesuns, lysons, lïsuns lisons: 318. • ludis, ludini : 174. • luriay : 53-54, 101. • maitatunsin : 246. • meicte : 310. • meltan : 80 (n. 128). • menentwey : 305. • menso, mensii: 105.

• mettan : 80 (n. 128). • mi/ijt : 320, impér. mi/ijs, mi/ijti 206 (n. 299), part. prét. actif mi/ijuns 320. • minisnan : 305. • mothe, muthi, milti : 67. • niidewisin : 319 (n. 450). • naktin : 32-33. • naunagemmans : 256. • naunangimsenin : 257. • naunagimton : 257. • noseproly : 35. • nozy : 35-37. • panicke, paniko, pannike, panick: 58-60. • panna: 58-60, 82. • pansdau : 39. • panustaclan : 58. • pereit, pereit, pereimai : voir ëit. • pergilbans, pergilbons, pergubuns, pergubon : 323. • pergimmans : 257. • përgimnis : 257. • perrëist : 264, 310. • perschlilsiuns : 320. • pertraüki : 295, 328. • pertrincktan : 309. • perwaidinsnans : 159. • peuse : 48. • Peusebalten : 48. • Pewselauk : 48. • piencts : 236. • Pillekaym : 29. • pintis, peentis, pentes: 3738, 234. • pirsdau : 39. • pirsten : 60. • pobrandisnan : 257 (n. 364). • pobrendints : 257 (n. 364). • pogaüt : 294, ind. prés. pogiiunai 294. • poklausïmanas : 195, 223. • pokilnsi : 199. • poliiikt : 167, 263, 294. • polïnka,polijnku : 167,263, 294. • pomests : 223, 271. • pominïsnan : 305. • panasse: 35. • poprestemmai : 294, .

Index verborum • postatwei : 203, 275, ind. prés. postiinai 203, ind. prét. postai 203, ind. fut. postasei 194, 203. • powierpt : 209, 261, 309 (n.434), impér. powierptei 208, 209, 210, 261, 309 (n. 434), part. prét. actif powiërpuns 261, 309 (n.434). • Powirpen, Pawirpen : 262. • powïrps : 262, 309 (n. 434). • prawedduns : 302. • prawilts : 154,295,325. • preidïnkaut : 209. • preigimnis : 257. • preistattinnimai : 278. • prowela : 154, 295, 325, 327. • Proyden : 48. • quoitïlai, quoitïlaiti: 199. • sagis : 272. • sali, sai, salli : 51. • same, semme, samyen, semmien, semien, semman, semmin, semmey, semmiey : 64-66. • Sanselin : 30. • sansy : 30-31. • sasnis : 176. • sasnitinklo : 176. • Sassenpi/e : 29, 176. • saule : 69-71. • Sawliskreslil : 69. • sch/ilsilai : 199. • semen : 61. • semmai : 64. • senditans : 139, 274. • senrïnka : 308-309. • senrists : 264, 310. • seyr, sïras, sïru, siran, sijran, sirans: 39-47, 119, 370 (n.514). • sindats, syndens, sïdons, sïdans : 273, 274. • sïrisku : 39. • sirsdau : 39, 40, 43, 370 (n. 514). • skelliints : 195, 223. • slayo, slayan : 79, 105. • stïnons, styienuns, stenuns : 314. • stinsennien : 314. • suckis, ace. pl. suckans : 27-28.

395

• swints : 234. • swïrins : 31-32. • Tawtegynne : 262. • teikü : 224, part. prét. teiküuns 224. • tenseiti, tiënstwei : 211, 233, 236. • trencke : 309. • trenien : 313. • trinie : 164, 313. • trinsnan : 313. • Tulewirde : 125. • turrïtwei : 164, 293, ind. prés. turri 164, 293, , cond. turrïlai, turïlai, turrïlimai 199. • udro : 72, 74, 82. • unds : voir wundan. • Wadanga : 73. • Waidelotte : 159. • waidinna, waidinnasin 159. • waidleimai : 159. • waisnan : 159. • waist : 159-167, ind. prés. waisei, waidimai, waiditi 130, 133 (n.204), 159-167. • walnint, walnennint, walnennien: 155. • warnaycopo : 175. • warnis, warne : 175-191. • warta: 49, 105, 114 (n. 183). • wessis : 273. • westwey : 271, ind. prét. weddë 271, 295, 302, impér. weddais, wedeys, weddeis 198,206, 208, 211, 216, 219, 271. • widdai : 160. • widekausnan : 160-161. • Wilkaskaymen : 175. • wi/kis : 175. • wimbnis, wynis, wyms : 321. • wïrds : 63, 125-129. • wïrstmai : 131. • Worlyne : 74. • Wosispille : 29. • WOSUX, wosee : 174. • wubri : 28. • wundan, wunda, unds : 71100,119. • wurs : 53-54. • Zanseynen : 30.

396

Index verborum

-ZINOV

• barnaj : 177. • dodi : 143. • eid: 137. • emt : 265. • ward: 126. • zem : 64. • iuwo : 27.

II. INDO-EUROPÉEN • *bhecf- : 271. • *bheg w_ : 44, 273. • *bheicf- : 269. • *bh eiH- : 344. • *bher- : 129, 183 (n. 279), 228, 229, 269, 349, 371. • *bhercf- : 346. • *bher-nom : 183 (n. 279). • *bheJJet- : 347. • *b hh2-ti- : 227. • *b hh2-tO- : 227. • *bhici'-ti- : 269. • *bhrecl'- : 336. • *b hreh2-ter- : 67. • *bhf-ti- : 228, 229, 249, 269, 292 (n. 398). • *bhf-to- : 228. • *bhuci'-no- : 84. • *deh3- : 143-150,210,275. • *deiY-o- : 51 (n.64). • *dek- : 338 (n. 486). • *der- : 222, 284, 364. • *dh3-ti- : 227, 248, 275. • *dh 3-to- : 227. • *diëJJ-s, *dieJJ-rp, *diJJ-~6s : 25. • *dom-s *dem-s : 23. • *drafru- : 74 (n. 119). • *dreb h- : 364. • *drepanii: 74 (n. 119). • *df-ti- : 284. • *dr-to- : 222. • *cfet-t:fom : 64-66. • *cfeg..n_ : 272. • *eteg..n-to- : 274. • *ci'eh 1- "placer" : 138-143, 148149, 158, 228, 274. • *cfeh 1- "allaiter" : 275. • *ci'tuH- : 26, 27-28. • *ci'hl-ti- : 228. • *ethl-tO- : 228.

• *ci'orh3-JJo-: 187 (n. 284). h • *d ugh2-ter- : 67. • *ci'JJor-, *ci'ur- : 49-51, 119, 120. • *geJJH- : 359. • *gus-tu- : 248. • *gem- : 337, 340. • *tans- : 30-31. • *teJ,!- : 338 (n. 486). • *tJJër- : 31-32. • *gWeh2- : 276. • *gWen-h2, *gWn-eh2s : 23, 5658. • *gWerh3- : 228, 355-358. • *gWrp_ti_ : 276, 279. • *gWf h 3-ti- : 228, 356. • *gW{h3-to- : 228, 285, 356. • *gW en- : 130, 140, 363-364. • *gwhI)-ti- : 284, 363-364. • *gwhon _o _ : 364. • *Ht:fog-ni-: 60. • *HJJerg- / *HJJreg-: 183 (n.279). • *h1d-ont- : 152. • *hled- : 150-154, 210, 214, 274, 353. • *hled-mt:fon- : 93. • *hled-rln- : 93. • *hlei- : Il, 12, 124, 130, 136138, 197,210,212,213,218 (n. 311), 240-244. • *hlem- : 337-340. • *hles- : 12, 130, 134-136, 156, 197,210,213,229-239, 369. • *hlesh2-rln- : 117. • *hles-rln-: 117. • *hleyH-r-, *hluH-r- : 53-54. • *hJi-ont- : 110, 235, 240-244. • *hdeJJci'- : 291 (n.397). • *hlneh3-ml)- : 60-63, 126. • *hlnef- : 272,353. • *hlOd-o- : 153. • *hlor-J,!o- : 187 (n. 284). • *hlosh 2-rln- : 117. • *hlos-rln- : 117. • *hls-ontll)t- : 229-239, 369. • *hluHci'-mt:/on- : 93. • *hluHdh-rln- : 93. • *h2ef-mt:fon- : 93. • *h2ef-rln-: 93.

Index verborurn • *h2enh1- : 36. • *h2enh2-t- : 34. • *h2eyS-OS, *h 2us-s-t:/os : 24. • *h20J,!-i- : 26. • *h2JJers- : 54. • *h3bhrUh2- : 28-29. • *h30Ih2-JJo- : 187 (n. 284). • *iekw-or : 100-118. • *iekw-rln: 100-118. W • *J..ëg -eh 2 : 110. • *ieh2-: 276. • *ienh2-ter- : 66-69, 110. • *ieJJH-r-, *iuH-r- : 53-54, 119, 120. • *iokw-rln- : 100-118, 119. • *jug-om : 83, 137 (n. 213). • *iunélng-mi : 83. • *keh 2J,!- : 358-360. • *kelhl- : 297 (n. 407). • *kerH- : 187. • *kerp-ml}- : 62 (n. 87). • *klep- : 336 (n.484). • *kot-rln- : . • *kreyh 2 -io-m : 355. • *fër, *Kfd-t:/os, *ferd-i : 3947, 119. • *fuJJ-on, *fun-t:fos : 84 (n. 136). • *kWei- : 291 (n.397). • *kWekwl-os : 128. • *kWel-t:/os : 78. • *kWjH-to- : 285. • *let- : 318,338 (n.486). • *leh1t- : 318. • *leh2-w: 276. • *le,ik - : 167-168, 263, 291, 347, 371. • *les- : 272. • *likW-ti- : 268. • *linekw-mi : 167. w • *loik -h2e: 167-168, 263. • *meh2- : 276. • *meh 2-ter- : 67. • *men- : 248,268. • *men-t:/os : 78 (n. 124). • *men-tu- : 248. • *mesl- : 273. • *met- : 271. • *ml}-ti- : 248, 249, 268. • *mor-o- : 56. • *neh2s- : 35-37.

397

• *neJJ-o- : 277. • *neJJ-io- : 277. • *l}g-ni- : 60. • *nogW-t-s, *negw-t-s : 32-33. • *nom-o- : 56. • *peh 2 -J,!r, *ph 2-JJen-s : 58-60, 96. • *peh3IH- : 343-344. • *pef- : 272. • *pek w_ : 270. • *pekW-to- : 274. • *pent- : 38 (n. 43). • *pent-oh2- : 37-38, 234. • *peJJf-, *PUK- : 48, 119, 120. • *ph2-ter- : 67. • *ph3-ti- : 227. • *ph3-tO- : 227. • *pleh 1- : 30 (n. 23). • *pjhl- : 29-30. • *pjhl-nt:/o- : 188 (n. 285). • *pjh1-u- : 188 (n. 285). • *pod-s, *ped-s : 25. • *poi-mon : 80. • *Pf-tu- : 248. • *resl- : 273. • *reJJdH- : 157-158. • *sed- : 180,273. • *seg- : 272. • *sel- : 12. • *sehj- : 61, 180, 275. • *seh1-ml}- : 61. • *seh 2 -1-, *sh2-1- : 51-52, 119, 120. • *seh2-IJl-, *sh2-JJen-s : 69-71. w • *sek - : 271, 348. • *sem-s, *sm-ih2: 12, 171172, 371. • *septrn-to- : 94 (n. 151). • *speh 1- : 248, 275. • *sreJ,!- : 269. • *sru-ti- : 269. • *steh2- : 275,277. • *sth 2-ti- : 276. • *sth 2-to- : 277, 278. • *sJ,!enet- : 83 (n. 134). • *S IJep-rln- : 117. • *sJJop-rln-: 117. • *sJJesor: 80,103 (n. 172). • *tep- : 271. • *teJJp- : 157 (n. 244). • *tokW-o- : 56.

398

Index verborum

• *trej-es, *tri-h 2 : 172. • *yed-ôr : 12, 78 (n. 125), 79, 96, 98-99, 115, 124, 125. • *yeet- : 90,271, 353. • *yegh- : 273. • *yehir- : 54. • *yejd- : 158-167. • *yeli-r/n- : 116. • *yelh}- : 154-156, 197. • *yencf- : 83 (n. 134). • *yercl'-o- : 125-129, 169. • *yerg- : 183 (n. 279). • *yerg-o- : 128. • *yerH- : 187-188. • *yert- : 42. • *yes-r/n- : 116. • *Ylr-o-, *yiHr-o- : 32. • *yJkw-o- : 182, 188. • *J,lod-r/n- : Il, 12, 71-100, 115, 119, 120, 124, 125. ·*J,loid-h2e: 124, 158-167, 169. • *J,loli-r/n- : 116. • */Joret-o- : 125-129. • *J,lorg-o- : 128. • *J,lorH-neh 2 : 185, 187-188. • *J,lorH-u- : 187-188. • *J,los-r/n- : 116. • *J,I[dh-o- : 125-129, 169.

III. ANATOLIEN -

HITTITE

• asanza : 230. • ëdmi, adanzi : 151, 152. • ekuzi, akuanzi : 152. • ëpzi, appanzi : 152. • esbar : Il 7. • ësmi, ëszi, asanzi : 134, 152. • banna: 63 (n. 92). • kir: 40, 47, gén. sg. kardas, kardiyas 41, loc. sg. kirti 41, 47. • kuenzi : 130, 284. • kuinnassan : 57. • kurur : 31 (n. 28). • laman : 62, 63. • lessuwanzi : 272. • nekuz : 33. • nekuzzi : 32. • pabbur,pabbuenas : 59,96. • seszi, sasanzi : 152. • suppariya- : 117.

• tekan : 64. • tëmi : 139. • tepnu- : 187. • tepu- : 187. • uwatemi : 139. • warnuzzi : 186, 187. • wiitar : Il, 12, 75, 76, 86, 96, 124. • wëkzi, wekkanzi : 153. • wemiyezzi : 338, 340. • widar : 12, 80, 124. -LOUVITE

• adaman : 63. • wana- : 56 (n. 76). • warsa- : 54. -LYCIEN

• qàti : 63 (n. 92).

IV. TOKHARIEN TOKHARIEN A • kal, saI: 297 (n. 407). • kukal : 128. • nakcu : 33. • fiom : 63. • parwal'fl : 28-29. • por : 59. • sale: 52. • Siil'fl : 57. • ~piil'fl : Il 7. • tkal'fl : 64, 65. • war : 54. • wril'fl : 54 (n. 74).

-

TOKHARIEN B • kal, sala: 297 (n. 407). • kel'fl : 64, 65. • kokale : 128. • niik- : 63 (n. 92). • nekciye : 33. • fiem : 63. • oko : 95. • parwiine : 28-29. • puwar : 59. • salyiye : 52. • sanmetse : 117. • sana: 57. • ~pane : 117. • twere : 50. • war : 54. • wraufia : 181. • Wrauske : 181.

-

Index verborurn •

wriye~~e

: 54 (n. 74).

v.

INDO-lRANIEN

-

SANSKRIT VÉDIQUE

• cidmi : 151, 152, impér. addhi 197. • agnâYI : 179 (n. 272). • agni- : 60, 179 (n. 272). • ciniti : 36. • anudra- : 76. • cipihita- : 227. • cipihiti- : 227, 274. • arayt : 179 (n. 272). • ari- : 179 (n. 272). • asti: 112, 130, 134, 213, subj. asati 197, opt. syât 12, 197, 213. • ascini- : 93. • asma : 93. • ciiri-: 93. • avi- : 26. • ayam, iycim : 172. • ati- : 26 (n. 14), 34. • budhna- : 84. • bharati : 129, 269, 349, 371, opt. bharet 218, 219. • bhrâtii : 67. • bh[ta- : 285. • bh[ti- : 269. • bhrûl) : 28. • cakra- : 128. • carman- : 61-62. • dadati : 142, 143, 144, 146, 150 (n. 231). • dadhati: 139, 140-141, 142. • dagdha- : 274. • dahati : 272, 353. • devatta- : 150 (n. 231). • dàti- : 248. • duhitâ : 67. • dvâ : 49 (n. 61). • dvâram : 50. • dvârah, duraI), duraI), dvârau : 49. • dhlta- : 275. • éti : Il, 124, 130, 137, 165, 214, impér. ihi, eta, ita 197, 198, opt. iyât 214. • gata- : 227. • gati- : 227, 276, 280. • gnâs pati- : 57.

399

• ghanci- : 364. • ghorci- : 31 (n. 28). • hal'flsa-, fém. ha7J7st : 30. • hanti : 130, 284, 364. • hata- : 284. • hârdi : 41 (n. 47). • hita- : 228. • hvarate : 31 (n. 28). • i~(a- : 227. • i~(i- : 227. • jani : 57. • kravya7J7 : 355 (n. 506). • klPâ : 62 (n. 87). • k~am- : 64, 65. • mcintu- : 248. • mati- : 248. • mâta : 67. • nakta7J7 : 33. • nar, nârl: 179. • nâman-: 62. • nâsa, nasal), nasâ : 35-37. • pcicati : 270, 353. • padyate : 343 (n. 495). • pakta- : 274. • panthal) : 37-38, 234. • pitâ : 67. • puru- : 188 (n. 285). • pûr : 26 (n. 14), 29-30. • rajju- : 273. • râja: 12. • râjfil: 12. • rinakti : 167. • raditi, rudanti: 157. • sacate : 271. • sali/a- : 52 (n. 70). • (a)sajati : 272. • san, satal) : 229, 231. • sphàti- : 248. • sravati : 269. • sruti- : 269. • sthita- : 277. • suvar- : 70. • sûra-, sûrya- : 70. • iraddadhiiti : 46 (n. 54). • sroati : 12. • trayal), trt: 172. • udaka7J7, udnal), udani : 75, 77,84,86,96, . • udra- : 75, 77. • unatti, undimti : 82-84. • u~âh : 24.

400

Index verborum

• utsa- : 77. • udhar, udhnah : 93. • vadhu- : 271. . • vahati : 273. • varsati : 54. • vâr,' vâri : 54. • véda, vidma : 124, 158, 163, 164, 165, 167. • vïra- : 32. • vfka-, v[kt- : 182, 188, 189. • vPJïté, av(u)ri : 155, 156. • yak[t: 103, 104, 112, 113. • yan: 243. • yiita- : 276. • yâtii: 68. • yugalJ1 : 83. • yunakti : 83. -AVESTIQUE

• iitars: 186. i • da8ii ti, dazdë : 141. i • da8ii ti : 143. • d?J1Jg paitif: 23. • duuar, duuara- : 50. • haxma, haxjmçm : 12. • hu.uar~, xv?J1Jg : 70, 71. • ja'ni- : 57. • niiman : 62, pl. niimÇJn 78 (n. 125), 115. • niiI)haiia, niiI)hiibiia : 35. • pamâ : 37-38. • p~r;ltu- : 248. • udra- : 75. • Uru()~n : 157. • usa: 77. • v~r~'Jtë : 155. • yiikar;l : 103, 104, 113. • zâ, z;lma, z;lmi : 65. -

VIEUX PERSE

• carman : 61. • duvara- : 50. • niiham, ace. : 35, 36. -PEHLEVI

• Jagar : 104. • variiy, variik : 181. -

PERSAN MODERNE

• Jigar : 103, 104, 113. -PASHTO

• y/na: 103, 104, 112. • vroy, vrëy : 181.

-BALOUTCHI

• 8ÉKOllaL, att. 8ÉXOllaL: 338

• guriiy : 181.

(n.486).

-YlDGHA

• 8ÉKTO : 338 (n. 486). • 8Épw : 222, 270 (n. 382). • OEUTIOTllS : 23. • 8lowllL : 143, 144, 146, 149. • ooms : 227, 228, 248, 275,

• 'yëy~n : 104. -ORMURI

• ka'J°wraya : 181. -OSSÈTE

277.

• ace, accœ: 34. • fandag, fandiig: 37.

228.

- v. KHOTANAIS • gyagarrii,jatiirra: 104. VI. GREC -MYCÉNIEN

• a-pe-o-te : 230. • e-e-si : 232. • i-jo-te : 244. • u-do-ro : 76. -

401

Index verborum

GREC ALPHABÉTIQUE

• dyaSés, dya8it : 171. • d8EÀepos, d8EÀeplÎ : 173. • aKl-lwv : 93. • àÀouv8vll : 76, 84. • éiÀs : 52. • dVE8E', dial. : 158. • avv8pos : 76. •' Apll'LepaTos : 284. • aaTV : 30 (n. 23). • ~ava, dia!. : 57. • ~aaLÀEvs : 360 (n. 510). • ~aaLÀEvw : 360 (n. 510). • ~aaLS : 276, 280. • ~L~pwaKw : 355. • ~pWULS : 228, 248, 356. • ~pwTés : 228, 285, 356. • ~pWTVS : 248. • yÉj..lw : 338, 340. • yÉVOS : Il. • yÉVTO : 337, 338, 340. • Yl YVOj..laL, ind. fut. YEvfraoj..laL, aor. ÈYEVOj..lT]V, parfait yÉyova

291. • YVVTr : 57. • 8aKpv : 74 (n. 119). • 8aIJ.vllIJ.L : 141 (n. 220). • 8apaLS : 270 (n. 382). • 8dKVVIJ.L, ind. fut. 8Ei.çw, aor. Ë8ELça : 203 (n. 296).

• 80TOS : 150 (n. 231), 227, • 8ouÀoS', 80VÀll : 171, 173. • opETIaVll : 74 (n. 119). • ~wm- : 248. ·Ëap : 116. • ËOj.1.EVaL, ËOOllaL, EOEUKE

151. • ÈÉÀ8wp : 125. • ELIlL : 130, 134, 213, 232, subj. EW 197, opt. ELTJV 197, 204,

213. • ElIlL : 12, 124, 130, 137, 165, 212 (n. 304), 214, impér. 'LeL 197, opt. '(OLIlL 212 (n. 304),214. • ElVaTÉpES', homo : 68. • ElS, Illa: 12, 171,371. • ind. fut. ÈÀEvaOlJ.aL, ind. aor. T)Àv8ov : 291 (n.397). • ËÀwp : 125. • ÈvaTTJp : 68. • ËVLUTIE : 272. • ËVTEpa : 105. • ÈVTl, dia!. : 232. ·'EvVllaKpaTî.oas, dial. : 62. • ËTIOllaL, ind. aor. ÉUTIOIlllV :

271, 348. ·Ëpyov : 128, 183 (n. 279). • ÈU8lW, homo Ëu8w : 151. • ÈXETIEVKTrS' : 48. • EXW, ËUXOV : 12,348. • Èwv, wv : 230.

• ZEfs: 25. • (uyov : 83. • hEVTES', dia!. : 232.

• f)~TJ : 110.

• NÀLOs, ~ÀLOS' : 70. • ~Ilap, homo : 116. • l1IlÉpa : 116. • T)VEYKOV : voir epÉpw. • ~TIap : 103, 104, 113. • i)wS' : 24. • 8aLpoS : 50.

• 8ElvW : 140. • 8ÉrrTavOS : 274. • 8ÉaLS' : 228, 274, 277. • 8ETOS : 228.

•8frp : 31. • SOPVVllaL : 187 (n. 284). • Boupos : 187 (n. 284). • 8uyaTllP : 67. • Bupa, dia!. BVPll, p!. Bupal : 50. • Svpa(E : 49. • 8upoa, 8oo8EV, dia!. : 49. • '(KpLOV : 102 (n. 168). • '(TIrroS' : 173 (n. 262).

• LWV : 244. • LXBuS' : 26, 27-28. • KaM8vaL : 76. • Kapoî.a, homo Kpaoî.ll : 41, 43. • Kfjp, homo : 40. • KÀÉTITW : 336 (n. 484). • KOTITW : 323 (n. 460). • Kopaç : 186. ·KoPWVll : 185,186. • KpÉaS' : 355 (n. 506). • KtIKÀOS' : 123, 128. • KVpTOS : 222. • KVWV : 84 (n. 136). • Àaj..l~avw, ind. aor. D.a~ov

347. • ÀElTIW, ind. fut. ÀEl1j;w, aor. ËÀL1TOV, parfait ÀÉÀOL TIa : 167, 168 (n. 258), 203 (n. 296), 263,

291, 346, 347, 370, 371. • ÀÉXETaL : 338 (n. 486). • ÀÉKTO : 338 (n. 486). • (f)Àfjv : 156. • ÀL TOS' : 222. • ÀUKOS', ÀUKaLva : 182. • ÀuuElas, ÀUUELE : 205. • llalVOllaL, ind. aor. Èj..laVllv

298, 299. ·IlÉvoS : 78 (n. 124). • IlTrTTJP : 67, 173 (n. 261). • vEo8apToS': 222. • vfjTTa, dial. vàuua : 34. • VTrXw : 34. • VOIlOS : 56. • vuç : 33.

• o(w : 95. • oloa, 'LullEv : 124, 158, 163,

164, 165, 167. • OLS' : 26.

402

Index verborum

Index verborum

• oÀÀv~aL : 187 (n. 284). • OVOj.lU, dia\. OVV~U : 62. • OVOj.lUl : 63. • O'TT *RV-". Historische Sprachforschung, 109, p. 1-20.

ENDZELÏNS, J., 1938. Latviesu valodas skG1;zas un formas. Rïga (DI), IVI, p. 303-525.

=

ENDZELfNs, J., 1944. Altpreussische Grammatik. Rïga, Latvju Gramata. ENDZELfNS, J., 1948. Baltu valodu skarzas unformas. Rïga = Darbu Izlase (DI), IVz, p.411-676. ENDZELfNS, J., 1971-1982. Darbu Izlase (DI), Rïga, Zinatne. l, 1971 ; II, 1974; 111(1),1979; 111(2), 1980; IV(1), 1981; IV(2), 1982. ERHART, A, 1961. "Indoevropskâ préterita s dlouhymi vokâly ëi, é". Studio Minora Facultatis philosophicae Universitatis Brunensis A Series Linguistica, 9, p. 17-33. ' , ERHART, A, 1984. "Zur baltischen Forschungen, 89, p. 215-250.

Verbalflexion".

Indogermanische

ERNOUT, A. & MEILLET, A, 1932. Dictionnaire étymologique de la langue latine (DELL). Paris. EULER,

W., 1985. "Tiernamen im Altpreussischen". vergleichende Sprachforschung, 98, p. 84-98.

Zeitschrift

für

GARCIA RAMON, 1. L., 2000. "Homerisch oùp0S' 'Fahrtwind', Soup0S' 'ungestüm', OùÀoS' 'verderblich': zur Funktion der -o-stufigen *-JJoBildungen im Griechischen". In A. Hinze & E. Tichy (éd.), Anusantatyai, Festschrift für Johanna Narten zum 70. Geburtstag. Dettelbach, Roll, Münchener Studien zur Sprachwissenschaft, Beiheft 19, p. 63-77. GEORGIEV, V.I., 1980. "Lautgesetz und Wortkontamination". In M. Mayrhofer, M. Peters & O. E. Pfeiffer (éd.), Lautgeschichte und Etymologie, Akten der VI. Fachtagung der Indogermanischen Gesellschajt, Wien, 24.-29. September 1978. Wiesbaden, Reichert Verlag, p. 199-202. GERCENBERG, L. G. = IÈPUEHEEPr, JI. r., 1981. BonpocbI peKoHcTpYKUIHI HH,lJ,OeBponettcKoü npOCO,lJ,HKH. Leningrad, AN SSSR. GERULLIS, G., 1922. Die altpreussischen Ortsnamen. Leipzig.

EULER, W., 2000. "Das germanische Wort fUr 'Sonne' noch ein l/nHeterklitikon wie im Indoiranischen 7". Linguistica Baltica, 8, p. 6977.

GIRDENIS, A = rI1P,llEHJ1C, A., 1983. "K Bonpocy 0 reHe3Hce H 9BomOUHH BOCTOl.J:H06aJlTHÜCKOro CH CJlaB.SIHCKoro) HHepHHHTHBa" . OaJlTOCJlaB.SIHCKHe 9THO.SI3bIKOBbIe OTHOWeHH.SI 6 HCTOpHl.J:eCKOM H apeaJlbHOM nJlaHe.MocKBa,p.11-12.

FEIST, S., 1939. Vergleichendes Worterbuch der gothischen Sprache. Leiden, Brill, 3e édition.

GIRDENIS, A. & GIRDENIENE, D., 1997. 1759 mety "Ziwato" indeksas. Vilnius, Mokslas. GIRDENIS, A., 2000-2001. Kalbotyros darbai. Vilnius, Mokslas, 3 volumes.

420

Bibliographie

Bibliographie

421

GRlEPENTROG, W., 1995. Die Wurzelnomina des Germanischen und ihre Vorgeschichte. Innsbruck, Innsbrucker Beitrage zur Sprach_ wissenschaft, Bd. 82.

HIERSCHE, R., 1980. "Archaische Strukturelemente im baltischen Verbum". Zeitschrift fir vergleichende Sprachforschung, 94, p. 219-229.

GRlNAVECKIS, v., 1998. "Zum litauischen vaistas". Linguistica Baltica, 7, p.71-74.

HILMARSSON, l, 1987. "The element -ai(-) in the Tocharian nominal flexion". Die Sprache, 33, p. 34-55.

GUSMANI, R., 1982-83. "Il modello deI paleoslavo Linguistici, 8, p. 103-109.

MILOSRÜDÜ". IncOntri

GUTENBRUNNER, S., 1969. "Zur Etymologie des Wortes 'Name'''. Onoma, 14, p. 1-6. HAMP, E. P., 1961. "Albanian natë 'night"'. Zeitschrift fir vergleichende Sprachforschung, 77, p. 254-256. HAMP, E. P., 1966. "Three Armenian Etymologies (1. Armenian ner 'wife of husband's brother', 2. ayr, gen. arn, 3. Armenian giser, Latin uesper)". Revue des Etudes Arméniennes, NS, 3, p. 11-15.

HILMARSSüN, J., 1989. The Dual Forms of Nouns and Pronouns in. Tocharian. Tocharian and Indo-European Studies Supplementary Studles, volume l, Reykjavik. HlNZE, F., 1985. "Die nehrungskurischen Bezeichnung.en des Hausge~?gels und der Wild-Avifauna im Kontext der baltIschen Sprachen. In R. Eckert (éd.), Untersuchungen zu den baltischen Spr~chen. Linguistische Studien, Reihe A, Arbeitsberichte 1.28, Akademle ~er Wissenschaften der DDR Zentralinstitut fûr SprachwIssenschaft, Berlm, p. 100-154.

HAMP, E. P., 1969. "Varia 1. 1. uisce, 2. to-aithib "'" do-aithim". Ériu, 21, p. 87-

HlNzE, F., 1995. "Einige Falle von Übereinstimmung in der Stru~tur d7,r Vogelbezeichnungskomposita im Deutschen und AltpreuBIschen. Linguistica Baltica, 4, p. 185-192.

HAMP, E. P., 1970. "Productive Suffix Ablaut in Baltic". Baltistica, 6 (1), p. 2732.

HlNzE, F., 1996-1997. "Die altpreuBischen Bezeichnungen der Wild-Avifauna und des Hausgef1ügels". Linguistica Baltica, 5-6, p. 145-181.

HAMP, E. P., 1972. "duodu, dedù". Lingua Posnaniensis, 16, p. 83-85.

ptS'''. Baltistica,

HOCK W. 1995. "Die slavischen i-Verben". In H. Hettrich, W. Hock, , P.-À. Mumm & N. Oettinger (éd.), Verba et Structurae, Festschrift für Klaus Strunk zum 65. Geburtstag. Innsbruck, Innsbrucker Beitrage zur Sprachwissenschaft, Band 83, p. 73-89.

HAMP, E. P., 1978a. "Indo-European 'duck'''. Zeitschrift fir vergleichende Sprachforschung, 92, p. 29-31.

HOLST,1. H., 2003. "Eine Ausnahme des Winterschen Gesetzes". Historische Sprachforschung, 116, p. 149-173.

HAMP, E. P., 1978b. "On the Baltic Verbal Ending -ki". p. 110-111. "

Baltistica, 14(2),

HULD, M. E., 1986. "Proto- and post-Indo-European designation for 'sun' ". Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung, 99, p. 194-202.

HAMP, E. P., 1979a. "Indo-European *gWen-Ha". Zeitschrift fir vergleichende Sprachforschung, 93, p. 1-7.

HUMBACH, H., 1969. "Aksl. milosr'bd'b, got. armahairts und lat. misericors". Die Welt der Slaven, 14, p. 351-353.

HAMP, E. P., 1979b. "On two Baltic etymologies". Baltistica, 15(2), p. 144"145.

IVANüV, V. V. = MBAHOB, R R, 1974. "113 3TI1MOJlOrl1t.IeCKHX Ha6JlloaeHl1tt Haa 6aJlTl1ttcKott JleKCI1Kott". Zeitschrift fir Slawistik, 19, p. 190-201.

88.

HAMP, E. P., 1974. "Lith. nasrai, Slav. nozdOri, OIr. sron, Gk. 10 (1), p. 69-72.

HAMP, E. P., 1982-1983.

"On

Latin

stem alternations".

Zeitschrift für

vergleichende Sprachforschung, 96, p. 101-102. HAMP, E. P., 1990. "On 'Sun' in lE". Historische Sprachforschung, 103, p. 193-194.

JAKAITIENË, E. 1968. "Deverbatyviniai dabartines lietuvi\l kalbos veiksmazodziai su priesaga -inti". Baltistica, 4 (2), p. 211-220. JAKULIENË, A. 1986. "Lietuvi\l kalbos a-kamieniai veiksmazodziai". Baltistica, 22(1), p. 25-47.

HAMP, E. P., 1991. "Further on duodu, dedù. For Werner Winter". Lingua Posnaniensis, 32-33, p. 89-90.

JAKULIS, A. 1995. "Knygos No ba:lnystés " leksika, 1 dalis. Klaipeda.

HARBARSON, 1. A., 1987a. "Zum indogermanischen Kollektivum". Münchener Studien zur Sprachwissenschaft, 48, p. 71-113.

JASANOFF, 1. H., 1978. Stative and Middle in Indo-European. Innsbruck, Innsbrucker Beitrage zur Sprachwissenschaft, lBS, 23.

HARBARSON, lA., 1987b. "Das uridg. Wort fùr 'Frau'''. Münchener Studien zur Sprachwissenschaft, 48, p. 115-137.

JASANOFF,

HAUDRY, 1., 1978. "La flexion des thèmes en -i- en attique".

Étrennes de Septantaine, Travaux de linguistique et de grammaire comparée offerts à Michel Lejeune, Paris, Klincksieck, p. 95-98.

1. H., 1983. "The lE. 'a-Preterite' Indogermanische Forschungen, 88, p. 54-83.

and

Related

Forms".

JASANOFF, 1 H., 1989. "Old Irish bé 'woman'''. Ériu, 40, p. 135-141. JASANOFF, 1. H., 2003. Hittite and the Indo-European Verb. Oxford, Oxford University Press.

422

423

Bibliographie

Bibliographie

JONIKAS, P., 1939. PagramanCio tarmé. Kaunas, Svietimo ministerijos knygll leidimo komisijos leidinys.

KLEIN, D., 1654. Compendium Lituanica-Germanicum. Konigsber~, Reu.sn~rn. In J. Kruopas (éd.), 1957, Pirmoji lietuviy kal~os gramatlka. V 1lmus, Valstybinè politinés ir mokslinès literaturos Ieldykla.

KARALIÙNAS, S., 1967. "Lie. katàlyti ir katàryti". Baltistica, 3 (2), p. 219-222.

KLINGENSCHMITI, G., 1982. Das altarmenische Verbum. Wiesbaden, Reichert

KARALIÜNAS, S., 1987. Balty kalby struktüry bendrybés ir jlf kilmé. Vilnius Mokslas. '

Verlag. KOCH, H. J., 1980. "Indic dabhnoti and Hittite tepnu-: EtymoIogicai evidence for an lndo-European derived verb type". In M. Ma'yrhofer, M. Peters, O. E. Pfeiffer (éd.), Lautgeschichte und Etym0logze, A~ten der VI.

KARALIÙNAS, S. 1991. "Protoide. saknis *leh 3 u- 'lietis, tekëti. .. ' balw kalbose (liet. liutls ir lietùs)". Baltistica, 27(1), p. 35-42. KARDELYTE, J., 1957. "Liepiamosios nuosakos dvejopos formos ir jll vartoj imas Ryt\,l Lietuvos tarmêse". Lietuviy kalbotyros klausimai, 1, p. 181-189. KARULIS, K. 1992. Latviesu etimologijas vàrdnïca. Rïga, A vots, 2 volumes. KAUKIENË-JAKULIENË, A. 1988. "Lietuvi\;l kalbos a-kamieniai veiksmazodziai". Baltistica, 24(2), p. 142-156. KAUKIENË-JAKULIENE, A. 1994. "R liti tipo veiksmazodziU saknies sandara". Baltistica, 28(1), p. 9-18.

Fachtagung der Indogermanischen Gesellschajt, W,en, 24.-29. September 1978. Wiesbaden, Reichert Verlag, p. 222-237. K0LLN, H., 1969. Oppositions of Vaice in Greek, Slavic and Baltic. Historiskfilosofiske Meddeieiser, 43, 3. Kebenhavn. KOIÜNEK, lM., 1938. "Praesentni tvary kofene do- 'davati' v jazycich slovanskych a baltskych". Listy jilolagické, 65, p. 445-454. KORSAKAS, J., 1991. Lietuviy kaIbos inversinis :lodynas. Kaunas, Sviesa.

1. Klaipèda,

KORTLANDT, F., 1977. "Historicai Laws of Baltic Accentuation". Baltistica, 13,

KAUKlENE, A. & PAKALNISKIENË, D. 1990. "Dèl lietuviIJ kalbos intarpiniIJ veiksmazodziU". Baltistica, 26 (2), p. 119-125.

p.319-330. KORTLANDT, F., 1978. "Comment on W. Winter's paper". In J. Fisiak (éd.), Recent Developments in Historical Phonology. Mouton, The Hague,

KAUKlENE, A. & PAKALNlSKlENË, D. 2002. "Balsi\.l kaitos vaidmuo formuojantis lietuvi\.l kalbos veiksmazodziui". Veiksma:lodzio raidas klausimai (2), Zurnalo "Tiltai" priedas, 9, Klaipèda, Klaipëdos universitetas, p. 19-22.

p.447. KORTLANDT, F., 1979. "Toward a Reconstruction of the Baito-SIavic Verbal System". Lingua, 49, p. 51-70. KORTLANDT, F., 1985. "Long Voweis in Balto-Slavic". Baltistica, 21 (2),

KAUKIENË, A. 1994. Lietuvi'fl kalbas veiksma:lod:lio istorija, Klaipèdos Universitetas.

KAZLAUSKAS, J., 1961a. "IS priebalsinio linksniavimo istorijos, Daugiskaitos ir vienaskaitos kilmininkas, daugiskaitos vardininkas". Kalbotyra, 3, p.61-71. KAZLAUSKAS, J., 1961b. "Saknini\.l vardaZodzilJ nykimas". Kalbotyra, 3, p. 7378. KAZLAUSKAS, 1., 1961c. "!s optatyvo istorijos". Lietuvilf kalbotyros klausimai, 4, p. 73-90. KAZLAUSKAS, 1., 1966. "Lietuv i lJ kalbos imperatyvo morfemos -k(i) kilmè". Baltistica, 2 (1), p. 69-72. KAzLAUSKAS, 1., 1967. "Rec. Acta Baltico-Slavica, III, Baltica in honorem Iohannis Otr~bski, Biaiystok, 1966, 196 p.". Baltistica, 3 (2), p. 237243. KAZLAUSKAS, J., 1968. Lietuvilf kalbos istoriné gramatika. Vilnius, Mintis. KAZLAUSKAS, J., 2000. Rinktiniai rastai (RR(K)). Vilnius, Mokslas, 2 volumes. KENT, R. G., 1932. The Sounds of Latin, A Descriptive and Historical Phonology. Baltimore, Waverly Press, Supplement to Language, Language Monographs, XII, September 1932. KLEIN, D., 1653. Grammatica Lituanica. Konigsberg, Reusnern. In 1 Kruopas (éd.), 1957, Pirmoji lietuvilf kalbos gramatika. Vilnius, VaIstybinè politinès ir mokslinës literaturos leidykia.

p. 112-125. KORTLANDT, F., 1987. "The formation of the Oid Prussian present tense". Baltistica, 22 (2), p. 104-111. KORTLANDT, F., 1988. "Remark on Winter's Law". Studies in Slavic and General Linguistics, 11, p.387-396. ei". In KORTLANDT, F., 1990. "ûId Prussian Infinitives in -ton and B. Metuzale-Kangere & H. D. Rinholm (éd.), Symposium Baltzcum, A Festschrift ta honour Professor Velta Ru!}e-Dravirza. Hamburg,

-rn:

p.213-218. KORTLANDT, F., 1994. "The etymology ofLatvian niïkt 'to come"'. Linguistica Baltica, 3, p. 191-193. KORTLANDT, F., 1997. "PIE. Lengthened Grade in B~lto-Slavic". In D. Q. Adams (éd.), Festschriftfor Eric P. Hamp. Washmgton DC, JIES Monograph nO 23 et 25, vol. II, p. 26-31. KORTLANDT, F., 1998. "The language of the ûId Prussian catechisms". Res Balticae, 4, p. 117-129. KORTLANDT, F., 1999. "üId Prussian verb classes". Baltistica, 34 (l), p. 17-21. KORTLANDT, F., 2000. "üId Prussian participles". Res Balticae, 6, p. 69-75. KORTLANDT, F., 2001. "Diphtongization and Monophthongization in üld Prussian". Res Balticae, 7, p. 57-65.

424

Bibliographie

Bibliographie

KRUOPAS, 1., 1970. "1598

m Merkelio Petkeviciaus Katekizmo leksika".

KRUOPAS, J., 1998. Rinktiniai rastai. Vilnius, Mokslas.

F. B. J., 1942. Notes on Vedic Noun-injlection. Amsterdam, Mededeelingen der nederlandsche Akademie van Wetenschappen, Afdeeling Letterkunde, Nieuwe Reeks, deel 5, n04, Uitgave van de N.V. Noord-Hollandsche, Uitgevers Maatschappij.

KURMIN, 1., 1858. SJownik polsko Jacinsko lotewski ulotony i napisany przez Xi~dza Jana Kurmina. Vilnius.

littauischen

1954.

"Voka1dehnung,

Dehnstufe

und

Vrddhi".

Indo-

LEUMANN, M., 1955. "Baltisch und Slavisch". In H. Krahe (éd.) C

KunZINOWSKI, c., 1977. Indeks - SJownik do "Dauksos Postilé". Poznan, Uniwersytet im. Adama Mickiewicza w Poznaniu, 2 volumes.

KURSCHAT, F., 1876. Grammatik der Buchhandlung des Waisenhauses.

M.,

germanische Forschungen, 61, p. 1-16.

Lietuviy. kalbotyros klausimai, 12, p. 83-154.

KUIPER,

LEUMANN,

425

Sprache.

Halle,

KURSCHAT, F., 1883. Littauisch-deutsches Worterbuch. Halle, Buchhandlung des Waisenhauses. KURYLOWICZ, 1., 1956. L'apophonie en indo-européen. Wroclaw, Zaklad im. OssoIiflskich.

Il

· .. ;+. D d ' oro L mgUlstlca, L'estschr1.Jt rer inand Sommer zum 80. Geburtstag a 4a Mai 1955. Wiesbaden, Harrassowitz, p. 154-162. m . c;'

LEVIN, J., 1982. "Iconicity in Lithuanian". FoUa Slavica, 5, p. 230-245.

Lietuviy. kalbos atlasas (LKA). Vilnius, Mokslas, 3 volumes, 1977-1991. Lietuviy. kalbos :iodynas (LKt). Depuis 1941. Vilnius, Mintis (vol. I-II :19681969, 2 e éd.), Valstybiné enciklopedijv, zodynV ir mokslo Iiteratüros leidykla (vol. III-VI: 1956-1962), Mintis (vol. VII-IX: 1966-1973), puis Mokslas (vol. X-XX: 1976-2001). 1. BalCikonis (éd.), puis K. Ulvydas & J. Kruopas (éd.). LUBOTSKY, A., 1989. "Against a Proto-Indo-European phoneme *a". In Theo Vennemann (éd.), The New Sound of Indo-European, Essays in Phonological Reconstruction. Berlin-New York, Mouton-De Gruyter, p. 53-66. MAHLOW, H., 1879. Die langen Vocale A, E, 0 in den europaischen Sprachen. Berlin.

KURYLOWICZ, J., 1967. "Slavic damb: a problem ofmethodology". In To Honor Roman Jakobson, II, The Hague-Paris = 1975. Esquisses linguistiques, München, Wilhelm Fink Verlag, II, p.465-469.

MANCELS, G., 1638b. Phraseologia Lettica. Rïga. = Fennell, T. G. (éd.), 1989.

KURYLOWICZ, 1., 1968. Indogermanische Heidelberg, Winter.

Grammatik Il Akzent, Ablaut.

MATASOVlé, R., 1995. "A Re-examination of Winter's Law in Baltic and Slavic". Lingua Posnaniensis, 37, p. 57-70.

KURYLOWICZ,1., 1977. Problèmes de linguistique indo-européenne. Wroclaw, Zaklad Narodowy im. OssoIiilskich.

MATHIASSEN, T., 1970. "Baltisch und Slavisch. Zur Chronologie und Bedeutung der Kürzung langer Dihthonge". In V. Ru~e-Dravipa (éd.). Donum Balticum, To Professor Christian S. Stang on the occasion of his seventieth birthday, 15 March 1970, Stockholm, Almqvist & Wiksell, p. 322-333.

KUZAVINIS, K. & SAVUKYNAS, B., 1994. Lietuviy. vardy. kilmés :iodynas. Vilnius, Mokslas, 2 e édition. LAMBERT] P. Y., 1978. "Restes de la flexion hétéroclitique en celtique 7".

Etrennes de Septantaine, Travaux de linguistique et de grammaire comparée offerts à .Michel Lejeune, Paris, Klincksieck, p. 115-122. LAMBERTERIE, CH. de, 1991. "Le verbe (3lvElv et le nom de la femme". Revue de Philologie, 65, l, p. 149-160. LAMBERTERIE, CH. de, 1993. "L'adjectif vieil-anglais wlacu". Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 88/1, p. 187-208. LARSSON,1., 1999. On the Development of Proto-Indo-European Root Nouns in the Baltic Languages. Kebenhavn, Kebenhavns Universitet, Institut for Almen og Anvendt Sprogvidenskab. LAUA, A., 1997. Latviesu literiiras valodas fonetika. Rïga, Zvaigzne. LEHMANN, W.P., 1952. Proto-Indo-European Phonology. Austin, University of Texas Press. LEHMANN, W.P., 1986. A Gothie Etymological Dictionary. Leiden, Brili. LESKIEN, A., 1881. "Die Quantitatsverhaltnisse im Auslaut des Litauischen". Archiv für slavische Philologie, 5, p. 188-190. LESKIEN, A., 1884. Der Ablaut in den Wurzelsilben im Litauischen. Leipzig.

MANCELS, G., 1638a. Lettus. Rïga. = FennelI, T. G. (éd.), 1988.

MATHIASSEN, T.,

1974. Studien zum Langvokalismus. Oslo.

slavischen

und

indoeuropiiischen

MAYRHOFER, M., 1956-1980. Kurzgefaj3tes etymologisches Worterbuch des Altindischen (KEWA). Heidelberg, Winter, 3 volumes. MAYRHOFER, M., 1980. "Zu iranischen Reflexen des vrkt-Typus". Recherches de linguistique, Hommages à Maurice Leroy. Bruxelles, p. 130-152. MAYRHOFER, M., 1986. Indogermanische Grammatik (Lautlehre, Segmentale Phonologie des Indogermanischen). Heidelberg, Winter. MAYRHOFER, M., 1986-1996. Etymologisches Worterbuch des Altindoarischen (EWA). Heidelberg, Winter, 2 volumes. MAiIULIS, V. = MA.lKlOJll1.C, B., 1958. 3aMeTIŒ K Bonpocy 0 .n:peBHeJ:i:llIHx OTHOllleHH51X 6a.nTHJ:i:CKHX H CJlaB51HCKHX 5l3bIKOB. Vilnius. MAZIULIS, V., 1959. "Pastabos baltv ir slavV kalb~ seniausi~ santykiv klausimu". Lietuviy. kalbotyros klausimai, 2, p. 5-16. MAZIULIS, V., 1960. "Dél zodziV dviiras, kièmas". Kalbotyra, 2, p. 205-209.

Bibliographie

Bibliographie

MAZIULIS, V., 1966-1981. Prüs1J kalbos paminklai (PKP). Vilnius, Mokslas, 2 volumes.

MÜLENBACHS, K. & ENDZELINS, 1., 1925-1932. Latviesu valodas viirdnfca (ME). Riga, Izglftibas ministrija.

MAZIULIS, V., 1988-1997. Prüs~ kalbos etimologijos iodynas (PKEZ). Vilnius, Mokslas, 4 volumes.

NAGY, G., 1970. Greek Dialects, and the Transformation of an IndoEuropean Process. Cambridge, Massachussets, Harvard University Press.

426

MAiIULIS, V., 1995a. "Dël balt.-sl. 'zemë' ir 'saulë' kilmès". Baltistica, 30(1), p.45-48. MAZIULIS, V., 1995b. "Dèl pro 'saulès sventè' ". Baltistica, 30(1), p. 60. MAZIULIS, V., 1999. "Zur Geschichte vom 'Frühling' im Baltischen und Slawischen". In E. Eggers, J. Becker, J. Udolph & D. Weber (éd.),

Florilegium linguisticum, Festschrift fir Wolfgang P. Schmid zum 70. Geburtstag. Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Wien, Peter Lang, p. 321-322. MAlVYDAS, M., 1547. Katekizmas ir kiti rastai. Vilnius, Baltos Lankos, G. Subacius (éd.), 1995.

*gWen

'Frau' 7". Sprachforschung, 80, p. 271-272.

MElO, W.,

1966.

"Idg.

Zeitschrift

fir

vergleichende

427

NAKTINIENË, G., PAULAUSKIENË, A. & VITKAUSKAS, V., 1988. Druskinink1J tarmés iodynas. Vilnius, Mokslas. NESSELMANN, F., 1851. W6rterbuch der Littauischen Sprache. Konigsberg. NIEDERMANN, M., 1933. "De la dérivation rétrograde en lituanien". Studi Baltici, 3, p. 108-113. NILSSON, T. K., 1998. "Baltische Sprache mit deutscher W. Smoczynski (éd.), 1998. Colloquium Pruthenicum Krak6w, Universitas, p. 121-131.

Feder".

In

Secundum,

OLSEN, B.A., 1999. The Noun in Biblical Armenian, Origin and WordFormation. Berlin-New York, Mouton-De Gruyter, Trends in Linguistics, Studies and Monographs 119.

MElO, W., 1967. Germanische Sprachwissenschaft, III Wortbildungslehre. Berlin, De Gruyter & Co., Sammlung Goschen.

OSTEN-SACKEN,

MEIER-BRÜGGER, M., 2002. Indogermanische Sprachwissenschaft. 8. überarbeitete und erganzte Auflage unter Mitarbeit von Matthias Fritz und Manfred Mayrhofer, Berlin, New-York, De Gruyter.

OSTEN-SACKEN, W. v. d., 1922. "Das litauische langvokalische Prateritum in seinem Verhaltnis zum Infinitiv und Prasens". Indogermanische Forschungen, 40, p. 145-159.

MEILLET, A, 1905-1906. "Observations sur le verbe latin". Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, 13, p. 350-375.

OSTROWSKI, N., 1994. "Die Verbalstamme im altpreuBischen Enchiridion". Linguistica Baltica, 3, p. 163-176.

MEILLET, A,

OSTROWSKI, N., 1998. "AltpreuBische Etymologien". In W. Smoczynski (éd.), Colloquium Pruthenicum Secundum. Krak6w, Universitas, p. 133-135.

1906-1908.

"Les

alternances

vocaliques

en vieux slave".

Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, 14, p. 193-209. MEILLET, A, 1924. Le slave commun. Paris, Champion. MEISER, G., 1998. Historische Laut- und Formenlehre der lateinischen Sprache. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft. MIKULENIENE, D., 1994. "Dël o-kamieni\l daiktavardzi\l raidos". Lietuviy kalba: tyréjai ir tyrimai, Pranui Skardiiui paminéti, Konferencijos pranesim\l tezès, 1994 m. spalio 27-28 d., p.17-18. MIKULENIENE, D., 1995. "Dèl metatonijos varna : vafnas tipo daiktavardziuose". VII Starptautiskais baltistu kongress 1995. g. 1315 junijii. Referatu tëzes, Riga, Latviesu valodas institüts, p. 76-77. MIUUTE-CHOMICENKIENE, A., 1990. "Balt\l-slav\l-tochar\l leksikos gretybès ('Gyvun\l pavadinim\l' leksinè-semantinè grupè)". Baltistica, 26(2), p. 135-143. MORKÛNAS, K., 1967. "Apie esamojo laiko formas kerpu Il kirpu". Baltistica, 3(2), p. 172-173. MORPURGO-DAVIES, A., 1978. "Thessalian dVTEOm and the Participle of the Verb 'to be'''. Étrennes de Septantaine, Travaux de linguistique et de grammaire comparée offerts à Michel Lejeune, Paris, Klincksieck, p. 157-166.

W.

v.

d.,

1911.

"Etymologien".

Indogermanische

Forschungen, 28, p. 139-152.

OTR.pBSKI, J., 1934. Wschodnolitewskie narzecze Twereckie, 1 Gramatyka. Krak6w, Nakiadem Poiskiej Akademji Umiejçtnosci. OTR.pBSKI, J., 1949. "C. r. de Benveniste, E., Origines de laformation des noms en indo-européen, 1935". Lingua Posnaniensis, 1, p. 335-346. OTR.pBSKI, J., 1956-65. Gramatyka jçzyka litewskiego Pafistwowe Wydawnictwo Naukowe, 3 volumes.

(GJL). Warszawa,

OZOLS, A., 1965. Veclatviesu rakstu valoda. Riga, Izdevnieciba Liesma. PAKALNISKIENË, D., 1998. "1:odzio vanduo kilmè ir struktüra". Jürés marés lietuvinink1J gyvenime, Tarptautinès mokslinès konferencijos ivykusios 1997 m. gruodzio 5 d. medziaga, p. 32-35. PALIONIS, J., 1995. Lietuvi1J rasomosios kalbos istorija. Vilnius, Mokslas. PALMAITIS, L.,

1985.

"Optativ

und

Personalendungen

im PruBischen".

Baltistica, 21 (2), p. 159-169. PALMAITIS, L., 1995. "Borussica 5: Root vocalism in Prussian Infinitives". Baltistica, 30(1), p. 101-104. PEDERSEN, H., 1909. Vergleichende Grammatik Gottingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

der keltischen Sprachen.

PEDERSEN, H., 1933. Études lituaniennes. K0benhavn.

428

Bibliographie

Bibliographie

429

PETIT, D., 1998. "À propos du lituanien Sambaris : la racine lE. *bher- en baltique oriental". Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 93(1), p.229-288.

Benjamins and Poznan, Adam Mickiewicz University Press, p.441-450.

1986,

PETIT, D., 1999a. "Introduction au lituanien". LALIES, Actes des sessions de linguistique et de littérature à Aussois, Paris, Presses de l'École Normale Supérieure, 19, p. 7-135. PETIT, D., 1999b. "C. r. de Rick Derksen, Metatony in Baltic, AmsterdamAtlanta, GA : Rodopi, 1996". Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 94/2, p.240-248. PETIT, D., 2000a. "Lituanien stuomuo / stomuo et la théorie des laryngales". Historische Sprachforschung, 113, p.259-275. PETIT, D., 2000b. "Quelques observations sur les substantifs de genre neutre en vieux prussien". Baltistica, 35 (1), p. 29-43. PETIT, D., 2000c. "Lituanien tausti, ciùtnas, et le nom du 'peuple' en indoeuropéen". Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 95(1), p. 119-146. PETIT, D., 2002. "Abrègement et métatonie dans le futur lituanien: pour une reformulation de la loi de Leskien". Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 97(1), p.245-282. PETKEVICIUS, M., 1598. Polski z Litewskim Katechism Malchera Pietkiewicza. Vilnius.

wydany nakladem

RASMUSSEN, 1., 1992a. "Winter's Law of Balto-Slavic lengthening: An unnatural fact ?". Copenhagen Working Papers in Linguistics, 2, p.63-77. RASMUSSEN, 1., 1992b. "Contributions to the understanding of Lithuanian metatony". Copenhagen Working Papers in Linguistics, 2, p. 79-89. RAu, W., 1976. The meaning of Pür in Vedic literature. Verlag. R!EKEN, E.,

1999. Untersuchungen zur nominalen Hethitischen. Wiesbaden, Harrassowitz.

München, Finck

Stammbildung

des

RITTER, R.-P., 1998. "Die Rolle des AltpreuBischen bei der Frage der baltischen Lehnworter des Ostseefinnischen". In W. Smoczynski (éd.), Colloquium Pruthenicum Secundum. Krak6w, Universitas, p. 147-151.

RIx,

H.,

RIx,

H., 1976. Historische Grammatik Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

1965. "Lat. iecur, iocineris". Sprachwissenschaft, 18, p. 79-92.

RIx, H., 1991. "Nochmals griech. vf)TTa Sprachforschung, 104, p. 186-198.

des

Münchener

Studien

Griechischen.

zu r

Darmstadt,

1 vf)oua 1 và