Manuel d aménagement des espaces de conférence et de communication: Conférence. Excellence 9783034609647, 9783764387594

Designing communication environments Englich and Remmers provide a comprehensive, analytical, and programmatic introdu

178 18 39MB

French Pages 304 Year 2008

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Manuel d aménagement des espaces de conférence et de communication: Conférence. Excellence
 9783034609647, 9783764387594

Table of contents :
Préface
Les principes de l’échange - des âges farouches aux temps modernes
La dimension spatiale des structures organisationnelles
La communication comme facteur d’évolution : mondialisation et dynamique économique14
Ne jamais cesser d’apprendre - l’appropriation cognitive comme principe d’organisation
Évolutions structurelles et environnements de travail : du travail parcellisé à une logique de communication et de coopération
La pérennité du concept architectural : comment allier contraintes économiques, composantes sociales et respect de l’environnement
Principes fondamentaux de l’aménagement des espaces de conférence et de communication
Critères de pertinence
Profils spécifiques des espaces de réunion, de conférence, de séminaire et de communication en atelier
Espaces intégrés de communication et d’activités partagées
Espaces communautaires
Espaces conférence et salles de réunion classiques
Les formes classiques de la conférence - entre vocation statutaire et exigences fonctionnelles
De la salle de réunion à la conférence dynamique multimédia
En un coup d’œil : exemples d’aménagement. Depuis la salle de réunion jusqu’à la conférence multimédia dynamique
Salle de réunion pour 8 participants
Salle de réunion pour 8 à 10 participants
Les sièges dans le contexte des salles de réunion
Les tables individuelles dans le contexte des salles de réunion
Les volumes de rangement dans le contexte des salles de réunion
Espace conférence pour 12 participants
Espace conférence pour 12 à 16 participants
Espace conférence pour 18 à 22 participants
Espace conférence pour présentations et visioconférences
Visioconférences
Espace de visioconférence multifonction
Espace conférence pour 32 participants
Espace conférence associant tribune et table pour 45 participants
La configuration des tables de conférence
Les tables de conférence sur mesure
Les fauteuils conférence
Espace conférence modulable et équipements multimédia intégrés pour 22 participants
Espace conférence doté d’une table modulaire
Les tables modulables
Espace conférence multimédia modulable pour 36 participants
... et configuration modulable accueillant respectivement 20 et 24 participants
Espace conférence modulable, aménagement mixte - statique et mobile
Conférence dynamique : atelier multimédia
Équipements multimédia. Des systèmes modulaires aux solutions integrées
Systèmes de visualisation mobiles dans les espaces de conférence et de réunion
Formation et séminaires
Espaces d’appropriation cognitive
En un coup d’œil : concepts d’aménagement multifonction et mobiles
En un coup d’œil : concepts d’aménagement reconfigurables, équipements multimédia intégrés
Salle de séminaire reconfigurable, équipements multimédia et cloison intégrés
... Mode conférence ou mode formation incluant des interactions entre participants
... Utilisation en tant qu’espace de présentation
... Utilisation des espaces segmentés pour une conférence, un exposé, une formation interactive ou un cours magistral
Systèmes de tables modulaires pour espaces de séminaire et de formation
Espace polyvalent intégrant aménagement mobile et cloisonnement
... Utilisation de type conférence et formation avec débat
... Utilisation de l’espace segmenté pour des formations, des présentations ou des conférences
... Formation de type magistral et travail en groupe
Tables mobiles à plateaux rabattables pour espace polyvalent de formation et de séminaire
Espace polyvalent de séminaire doté d’un aménagement multifonction
... Formation et travail en groupe
... Configuration pour tests individuels et utilisation dans un contexte festif
Aménagement reconfigurable et tables compactes
Salle de formation dotée d’un équipement multimédia interactif intégré
Aménagement multimédia à vocation interactive
Les sièges dans les espaces de séminaire et de formation
Conférence dynamique
L’echange interactif : de la logique de l’atelier aux principes d’animation
En un coup d’œil : une journée de communication en atelier
... Animation d’une séance plénière
... Travail en groupe et discussion à batons rompus
... Présentation
L’atelier en tant qu’espace multifonction de conférence, de séminaire et de formation
Équipements en atelier
... Sièges, pupitres-écritoires, tables mobiles
... Élements d’aménagement
... Outils de visualisation
QG interactif
Équipements interactifs multimédia
Espaces communautaires et de rencontre
Du repas pris en commun a l’assemblée
En un coup d’œil : restaurant d’entreprise et salle de réunion de grande dimension, salle de séminaire et de conférence segmentable
De l’espace restauration ...
... jusqu’a la salle de réunion
Espace de conférence et de séminaire multifonction et segmentable
... Configuration conférence, séminaire et formation
... Configuration assemblée et présentation suivie d’une réception
... Configuration buffet avec piste de danse
Aménagement modulaire pour restaurant d’entreprise, assemblée générale et centre de conférence
Auditorium et assemblée
Depuis le cours jusqu’au débat - du consensus imposé à la confrontation dialectique
Configurations de type plénier
Auditorium doté de sièges fixes et de tables modulaires
Auditorium et assemblée : les sièges
L’intégration des tables et des technologies multimédia
Principes d’aménagement et supports audiovisuels
La dimension visuelle du message ..
En un coup d’œil : les tables
En un coup d’œil : les sièges
Distances minimales entre les chants des tables et l’agencement/le mobilier fixe
Distances minimales entre rangées de tables/de chaises
Dimensionnement de l’espace
Principes de mise en œuvre
L’installation de boitiers de connexion au sol
Les boitiers de connexion intégrés aux tables
Les tables interactives
En un coup d’œil : les supports de visualisation
Les support visuels mobiles
Les dalles numériques plates mobiles intégrées au mur
Les caméras numériques
Les projecteurs numériques
La projection numérique fixe
La projection numérique mobile
La rétroprojection
Module mural multimédia à surface de projection intégrée en liaison avec un débarras
Module mural multimédia à rétroprojection intégrée
Pupitre de conférencier, table de formateur, poste de commande et tribune
Postes de travail et communication
La communication comme principe de management
En un coup d’œil : communication dans un espace de travail
Animer une équipe : les approches formelles et informelles
Cohérence et diversité
De la fonction ‘directoriale’ à la dynamique de l’échange
Le bureau de direction comme pôle de communication
Le management au pluriel
Postes de travail, tables de réunion et tables basses dans les espaces de travail conçus pour l’échange
Les équipements multimédia dans un espace de travail et d’échange
Les sièges dans les espaces de direction
Le travail en équipe : espaces et contextes
De la conférence au travail en groupe
Les zones de communication dans les bureaux de type ‘mixte’
L’aménagement dans les bureaux de type ‘mixte’
Les postes de travail dynamiques et reconfigurables dans le contexte du projet et du travail en groupe
Îlots de travail reconfigurables dans un bureau de travail en groupe
Aménagement mobile dans un contexte de travail en groupe ou sur un projet
Aménagement modulable dans un contexte de travail en groupe ou sur un projet
Espaces à vocation commerciale
Conseil et information - de la simple transaction à l’approche globale des attentes du client
L’espace de vente : pôle d’échange, d’information et de rencontre
Le conseil personnalisé
L’Info-Café
Show-rooms et communication
L’aménagement de zones de conseil et d’information
Les coins bar et salon au sein d’espaces de vente
Eléments de présentation et de rangement dans les espaces de vente
Accueil, circulation, réception
Les modes de communication spontanés - à la faveur du moment
Zone d’accueil
Espace détente et zone de réception dans le contexte de séminaires
Entre vivre et travailler : la logique de l’interaction et du rapprochement
Rencontres et détente
Canapés et fauteuils dans les halls d’accueil et les zones de réception
Coins salon informels dans les immeubles de bureaux et les espaces séminaires
Annexes
Bibliographie
Index
Auteurs
Crédits photo

Citation preview

Manuel d’aménagement des espaces de conférence et de communication Conference. Excellence

Guido Englich Burkhard Remmers

Manuel d’aménagement des espaces de conférence et de communication Conference. Excellence

Édité par Wilkhahn

Birkhäuser Basel · Boston · Berlin

Avant-propos

Wilkhahn Wilkening + Hahne GmbH+Co. KG Fritz-Hahne-Straße 8 D 31848 Bad Münder www.wilkhahn.com

Voilà vingt ans que nous nous penchons sur l’aménagement des espaces de communication et de conférence. Au cours de cette période, l’émergence de nouvelles formes de communication en temps réel sur des modes de plus en plus sophistiqués s’est avérée annonciatrice de changements profonds. De nos plus récentes analyses se dégage une conclusion sans équivoque : dans un univers professionnel toujours plus complexe et segmenté, la collaboration et l’échange ont acquis une dimension cruciale. Ausi convient-il d’accorder une attention toute particulière à la conception et à l’aménagement des espaces de rencontre, de communication, d’appropriation cognitive, de travail en commun et de décision concertée. Wilkhahn a voulu réfléchir sur ces enjeux sans se départir des principes de conception et de design définis par le Bauhaus et l’école d’Ulm. Aussi ne pouvait-il s’agir de créer simplement des tables et des chaises ad hoc. Nous avons tout au contraire commencé par sonder et cerner précisément les tenants et les aboutissants des processus de communication : cette démarche nous a paru seule capable d’apporter des solutions pertinentes. Pour ce faire, nous avons étudié les convergences complexes et fascinantes qui s’expriment dans l’approche psychosociale, organisationnelle, technique et spatiale des espaces de communication. Nos investigations nous ont conduit à identifier les endroits privilégiés de la communication, les raisons qui les rendent tels, les comportements qu’ils induisent, les types d’échanges qu’ils favorisent et les approches méthodologiques et didactiques les plus appropriées.

Sur ces bases, nous avons élaboré la première approche raisonnée des trois formes fondamentales de la conférence – classique, multimodale et dynamique. L’approche de cette dernière était alors tout particulièrement lacunaire : aucun concept d’aménagement ne répondait aux exigences fonctionnelles, pratiques et techniques de ce type de communication. Aussi avons-nous, dans un premier temps, concentré nos efforts sur l’élaboration d’une gamme conçue toute entière pour stimuler la créativité, l’innovation et l’implication de chacun dans le contexte d’interactions intensives entre participants. De cette réflexion est née dès 1994 la gamme

une structure interdisciplinaire de recherche et de développement, dont l’objet est d’anticiper les évolutions pour proposer des approches innovatives et pertinentes de l’aménagement des espaces de communication. La même année, une première génération de prototypes voyait le jour ; elle comprenait des chaises ainsi que des tables et des panneaux de visualisation auxquels étaient intégrés des écrans numériques à fonction tactile.

Confair – le premier système de mobilier doté sur toute la ligne d’une parfaite cohérence esthétique et fonctionnelle dans une perspective de communication dynamique. Cette gamme – et tout particulièrement la très emblématique table pliante Confair – a été plébiscitée aux quatre coins du monde ; les imitations innombrables qu’elle a suscitées sont autant d’hommages à un

fondir nos connaissances et d’accumuler les expériences pratiques. Sur ces bases, nous avons non seulement perfectionné notre approche de l’aménagement, mais également développé – conjointement avec notre filiale foresee – des réponses très innovantes à l’intégration des technologies multimédia aux espaces de conférence et de travail en groupe.

Dans l’intervalle, nous avons choisis de collaborer à un projet de recherche européen. Parallèlement, nous n’avons cessé d’appro-

concept qui reste exemplaire. La réflexion menée autour des applications de la gamme Confair nous avait donné toute la mesure des informations dont ont besoin les architectes, les maîtres d’œuvre, les reponsables du facility management et les utilisateurs face à des interactions complexes entre les individus, l’espace, les technologies et les process. Forts de notre expérience et conscients de l’intérêt que présenterait un tel ouvrage, nous avons, il y a exactement dix ans, édité un livre – Le Manuel d’Aménagement des Espaces de Communication – qui résumait notre expérience et nos travaux en la matière. Il est devenu très rapidement un ouvrage de référence. Mais sur les dix dernières années, les évolutions se sont considérablement accélérées. Les visions d’alors sont devenues réalité. La dynamique inéluctable de la mondialisation, l’essor de l’internet à tous les niveaux et dans tous les contextes ainsi que l’émergence de médias nouveaux ont fait de la communication interpersonnelle un paramètre plus essentiel que jamais. En parallèle, les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) en ont révolutionné les modalités. Aussi avons-nous créé en 1999

Le présent manuel d’aménagement des espaces de conférence et de communication est la somme de nos connaissances, de nos expériences et des recherches que nous avons menées ces vingt dernières années. Il s’en veut le reflet et l’expression – de façon aussi fidèle et exhaustive que possible. Nos remerciements vont ici aux deux auteurs, le professeur Guido Englich et Burkhard Remmers, qui ont su s’acquitter avec brio d’une mission exigeante et complexe. La vocation de ce manuel est de contribuer à l’aménagement d’espaces de travail et d’échange innovants, efficaces et respectueux des besoins et des attentes de chacun. Nous espérons que vous y trouverez idées et inspiration – et que notre contribution vous aidera à créer des solutions à la mesure des enjeux de demain. Bad Münder, Janvier 2008 Dr. Jochen Hahne

Holger Jahnke

Président du Directoire

Directeur Général

5

Crédits et spécifications techniques

Titre

Information bibliographique de la Deutsche Nationalbibliothek

Manuel d’aménagement des espaces de conférence

La Deutsche Nationalbibliothek a répertorié cette publication

et de communication

dans la Deutsche Nationalbibliografie; les données bibliographiques détaillées peuvent être consultées sur internet à l’adresse

Concept et rédaction

http://dnb.d-nb.de

Guido Englich Burkhard Remmers

Ce livre est également paru en version originale allemande (ISBN 978-3-7643-8682-5) et en

Mise en page

version anglaise (ISBN 978-3-7643-8758-7) chez Birkhäuser ;

Englich+Partner, Berlin

il a été parallèlement édité en espagnol directement par Wilkhahn (ISBN 978-3-00-021958-0).

Direction de projet scherrer · agentur für gestaltung und produktion,

Tous droits d’auteur réservés. Ces droits s’étendent aux textes,

Hannovre

aux illustrations, au matériel photographique et aux versions en langues étrangères. Aucune réédition, conférence, reproduction

Textes de la version française

d’illustrations, de photos et de tableaux, radiodiffusion, copie

Philippe Holtzweiler

sur microfilm ou tout autre moyen de reproduction, diffusion, même partielle, sur supports numériques ne pourra se faire sans

Polices de caractères utilisées

l’accord des auteurs. La reproduction de la totalité ou d’extraits

Frutiger 45, 46, 65

de cet ouvrage sans autorisation des auteurs, même pour un usage ponctuel, est soumise aux dispositions de la loi fédérale

Papier (jaquette)

allemande sur les droits d’auteur et peut entraîner des pour-

Couché brillant blanc sans bois TCF (sans chlore ni acide)

suites pénales. Elle ne saurait être concédée à titre gracieux.

135 g/m² © 2008 Wilkhahn · Wilkening + Hahne GmbH+Co.KG Papier (pages intérieures)

D 31848 Bad Münder, Allemagne

Arctic Silk couché satiné blanc sans bois 130 g/m² (25 % ECF sans chlore élémentaire et sans acide /

Toutes les précautions ont été prises pour respecter

75 % TCF sans chlore ni acide)

les prérogatives des contributeurs et ayants-droit.

Conforme aux recommandations du FSC

Toute contestation éventuelle est à adresser à l’éditeur.

(Forest Stewardship Council) Birkhäuser Verlag AG Impression

Basel · Boston · Berlin

Metzgerdruck, Obrigheim

Case postale 133, CH-4010 Bâle, Suisse Membre du groupe d’éditeurs spécialisés

Reliure

Springer Science+Business Media

Buchwerk, Darmstadt Imprimé en Allemagne ISBN: 978-3-7643-8759-4 987654321 www.birkhauser.ch

6

Manuel d’aménagement des espaces de conférence et de communication Conference. Excellence

Table des matières Avant-propos

48

Espace conférence pour présentations et visioconférences

50

Visioconférences

52

Espace de visioconférence multifonction

10

Préface du Prof. Dr. Gunter Henn

54

Espace conférence pour 32 participants

12

Les principes de l’échange – des âges farouches

56

Espace conférence associant tribune et table pour 45 participants

aux temps modernes

58

La configuration des tables de conférence

60

Les tables de conférence sur mesure

12

La dimension spatiale des structures organisationnelles

62

Les fauteuils conférence

14

La communication comme facteur d’évolution : mondialisation

66

Espace conférence modulable

et dynamique économique 16

Ne jamais cesser d’apprendre – l’appropriation cognitive comme

et équipements multimédia intégrés pour 22 participants 68

principe d’organisation 17 18

pour 16 à 24 participants

Évolutions structurelles et environnements de travail : du travail

70

Les tables modulables

parcellisé à une logique de communication et de coopération

72

Espace conférence multimédia modulable pour 36 participants …

La pérennité du concept architectural : comment allier

74

… et configuration modulable accueillant respectivement

contraintes économiques, composantes sociales et respect de l’environnement 20

20 et 24 participants 76

Principes fondamentaux de l’aménagement des espaces de conférence et de communication

22

Espace conférence modulable, aménagement mixte – statique et mobile

78

Conférence dynamique : atelier multimédia

82

Équipements multimédia

Critères de pertinence

Des systèmes modulaires aux solutions intégrées 84

22

Espace conférence doté d’une table modulaire

Profils spécifiques des espaces de réunion, de conférence,

Systèmes de visualisation mobiles dans les espaces de conférence et de réunion

de séminaire et de communication en atelier 24

Espaces intégrés de communication et d’activités partagées

26

Espaces communautaires

86

Formation et séminaires

87

Espaces d’appropriation cognitive

Concepts d’aménagement

90

En un coup d’œil : concepts d’aménagement multifonction

Espaces conférence et salles de réunion classiques

92

et mobiles 28

En un coup d’œil : concepts d’aménagement reconfigurables, équipements multimédia intégrés

29

Les formes classiques de la conférence

94

– entre vocation statutaire et exigences fonctionnelles 31

De la salle de réunion à la conférence dynamique multimédia

32

En un coup d’œil : exemples d’aménagement.

Salle de séminaire reconfigurable, équipements multimédia et cloison intégrés

94

… Mode conférence ou mode formation incluant des interactions entre participants

Depuis la salle de réunion jusqu’à la conférence

96

… Utilisation en tant qu’espace de présentation

multimédia dynamique

98

… Utilisation des espaces segmentés pour une conférence,

34

Salle de réunion pour 8 participants

36

Salle de réunion pour 8 à 10 participants

38

Les sièges dans le contexte des salles de réunion

40

Les tables individuelles dans le contexte des salles de réunion

102

Espace polyvalent intégrant aménagement mobile et cloisonnement

41

Les volumes de rangement dans le contexte

102

… Utilisation de type conférence et formation avec débat

des salles de réunion

104

… Utilisation de l’espace segmenté pour des formations,

42

Espace conférence pour 12 participants

44

Espace conférence pour 12 à 16 participants

46

Espace conférence pour 18 à 22 participants

un exposé, une formation interactive ou un cours magistral 100

Systèmes de tables modulaires pour espaces de séminaire et de formation

des présentations ou des conférences 106

… Formation de type magistral et travail en groupe 7

Manuel d’aménagement des espaces de conférence et de communication Conference. Excellence

Table des matières 108

Tables mobiles à plateaux rabattables pour espace polyvalent

164

Auditorium et assemblée

165

Depuis le cours jusqu’au débat – du consensus imposé

de formation et de séminaire 110

Espace polyvalent de séminaire doté d’un aménagement multifonction

110

… Formation et travail en groupe

112

… Configuration pour tests individuels et utilisation dans un contexte festif

168

Configurations de type plénier

114

Aménagement reconfigurable et tables compactes

170

Auditorium doté de sièges fixes et de tables modulaires

116

Salle de formation dotée d’un équipement multimédia interactif intégré

172

Auditorium et assemblée : les sièges

118

Aménagement multimédia à vocation interactive

174

L’intégration des tables et des technologies multimédia

120

Les sièges dans les espaces de séminaire et de formation

122

Conférence dynamique

123

L’échange interactif : de la logique de l’atelier aux principes d’animation

126 128

à la confrontation dialectique

Recommandations techniques 176

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

En un coup d’œil : une journée de communication en atelier

177

La dimension visuelle du message …

… Animation d’une séance plénière

180

En un coup d’œil : les tables

130

… Travail en groupe et discussion à bâtons rompus

182

En un coup d’œil : les sièges

132

… Présentation

184

Distances minimales entre les chants des tables

134

L’atelier en tant qu’espace multifonction de conférence, 185

Distances minimales entre rangées de tables/de chaises

136

Équipements en atelier

186

Dimensionnement de l’espace

136

… Sièges, pupitres-écritoires, tables mobiles

188

Principes de mise en œuvre

138

… Éléments d’aménagement

190

L’installation de boîtiers de connexion au sol

140

… Outils de visualisation

192

Les boîtiers de connexion intégrés aux tables

142

QG interactif

195

Les tables interactives

144

Équipements interactifs multimédia

196

En un coup d’œil : les supports de visualisation

200

Les support visuels mobiles

202

Les dalles numériques plates mobiles intégrées au mur

146

Espaces communautaires et de rencontre

206

Les caméras numériques

147

Du repas pris en commun à l’assemblée

207

Les projecteurs numériques

150

En un coup d’œil : restaurant d’entreprise et salle de réunion

208

La projection numérique fixe

de grande dimension, salle de séminaire et de conférence segmentable

210

La projection numérique mobile

152

De l’espace restauration ...

211

La rétroprojection

154

... jusqu’à la salle de réunion

212

Module mural multimédia à surface de projection intégrée en

156

Espace de conférence et de séminaire multifonction et segmentable

156

… Configuration conférence, séminaire et formation

213

Module mural multimédia à rétroprojection intégrée

158

… Configuration assemblée et présentation suivie d’une réception

214

Pupitre de conférencier, table de formateur,

160

… Configuration buffet avec piste de danse

162

Aménagement modulaire pour restaurant d’entreprise, assemblée générale et centre de conférence

8

et l’agencement/le mobilier fixe

de séminaire et de formation

liaison avec un débarras

poste de commande et tribune

Concepts d’aménagement

278

Accueil, circulation, réception

216

Postes de travail et communication

279

Les modes de communication spontanés

217

La communication comme principe de management

282

Zone d’accueil

221

En un coup d’œil : communication dans un espace de travail

284

Espace détente et zone de réception dans le contexte

222

Animer une équipe : les approches formelles et informelles

224

Cohérence et diversité

226

De la fonction ‘directoriale’ à la dynamique de l’échange

228

Le bureau de direction comme pôle de communication

288

Rencontres et détente

230

Le management au pluriel

290

Canapés et fauteuils dans les halls d’accueil

232

Postes de travail, tables de réunion et tables basses dans les espaces

– à la faveur du moment

de travail conçus pour l’échange

de séminaires 286

Entre vivre et travailler : la logique de l’interaction et du rapprochement

et les zones de réception 292

Coins salon informels dans les immeubles de bureaux et les espaces séminaires

234

Les équipements multimédia dans un espace de travail et d’échange

236

Les sièges dans les espaces de direction

238

Le travail en équipe : espaces et contextes 295

Bibliographie

239

De la conférence au travail en groupe

300

Index

243

Les zones de communication dans les bureaux de type ‘mixte’

303

Auteurs

248

L’aménagement dans les bureaux de type ‘mixte’

304

Crédits photo

250

Les postes de travail dynamiques et reconfigurables

Annexes

dans le contexte du projet et du travail en groupe 254

Îlots de travail reconfigurables dans un bureau de travail en groupe

256

Aménagement mobile dans un contexte de travail en groupe ou sur un projet

258

Aménagement modulable dans un contexte de travail en groupe ou sur un projet

260

Espaces à vocation commerciale

261

Conseil et information – de la simple transaction à l’approche globale des attentes du client

264

L’espace de vente : pôle d’échange, d’information et de rencontre

268

Le conseil personnalisé

270

L’Info-Café

272

Show-rooms et communication

274

L’aménagement de zones de conseil et d’information

276

Les coins bar et salon au sein d’espaces de vente

277

Eléments de présentation et de rangement dans les espaces de vente

9

Préface du Prof. Dr. Gunter Henn

Les espaces que nous concevons, que nous construisons et que nous utilisons n’influent pas seulement sur notre humeur du moment et ne conditionnent pas simplement nos réactions à court terme. Bien au contraire, ils agissent dans la durée – tant l’architecture et l’aménagement sont des contextes prégnants s’il en est. Cette réflexion n’est pas nouvelle : l’histoire des cultures et des civilisations nous a toujours conduits à nous pencher sur les édifices qui les caractérisent – et aucune forme d’activité, qu’elle soit prosaïque ou artistique, n’est aussi révélatrice des composantes déterminantes d’une époque et d’un peuple que son architecture. Sur le plan socioculturel, elle est non seulement l’expression d’un art de vivre, d’un sentiment religieux spécifique – et d’une vision du monde particulière autant que des structures politiques de ses bâtisseurs – elle est également au coeur même de l’existence de ceux qui l’utilisent et y vivent. L’architecture n’est pas un simple ingrédient esthétique – et sa fonction est bien plus que symbolique. Sur le plan psychologique, il est établi que l’approche sensorielle, spatiale et situative de l’architecture nous influence de façon profonde et sur des modes prévisibles. Et pourquoi percevons-nous l’architecture comme nous la percevons ? Notre perception ne se forme pas au contact d’éléments extérieurs : l’architecture est bien trop immanente pour cela. Tout au contraire, il nous faut postuler que l’architecture crée sa propre perception, détermine par elle-même nos relations sociales et personnelles et génère des interactions qui nous orientent et nous modèlent.

10

De toutes les découvertes récentes de la neurologie, celle de la plasticité du cerveau est sans doute la plus importante et la plus inattendue. Notre cerveau ne s’adapte pas seulement au stade du foetus et du jeune enfant à l’environnement dans lequel nous évoluons : même à un âge avancé, sa structure demeure capable de se reconfigurer en fonction de notre expérience et du contexte.

Les découvertes neurologiques que j’évoquais plus haut font de l’architecture l’extension véhiculaire de ces images – de la même façon que nos technologies sont essentiellement, et depuis des milliers d’années, l’extension des outils dont nous disposons en nous-mêmes. On retrouve dans les deux cas une action très similaire : nous agençons notre environnement en fonction des

Ces modifications – physiologiques au sens le plus strict et en cela de prime abord paradoxales – reflètent les images qui nous ont frappées, l’évolution de notre perception, de nos réactions et de la conscience que nous avons de nous-mêmes. Les avancées de la neurologie et des sciences de la vie sont ici convergentes : notre vision et notre interprétation du monde ne sont pas simple-

images qui nous habitent, mais, dans le même temps, nous en pouvons optimiser les ‘extensions visuelles’ concrètes, les mettant ainsi en phase avec nos attentes, nos sensations et notre réflexion. Le concept ‘d’architecture du cerveau’ en acquiert par là même une dimension qui dépasse sa portée métaphorique. Elle se fonde sur une analogie fonctionnelle qui conditionne la genèse même

ment le fruit d’une approche raisonnée, elles ont également une origine – et des conséquences – organiques. Les sentiments, la pensée, l’intelligence et le savoir en acquièrent une dimension plus concrète et matérielle que jamais.

de l’architecture du cerveau – et ce sur un mode exploratoire et pro-actif directement dérivé des mécanismes neurologiques. La dimension gestuelle de l’architecture exploite dans ce contexte le potentiel du mouvement dans son acception la plus large : elle en joue dans un registre gradué, elle suggère sans jamais imposer. Notre vision du monde, notre structure sociale et nos propres spécificités reçoivent de l’architecture et de l’aménagement intérieur des impulsions puissantes : elles s’inscrivent dans des espaces potentiels qu’il nous incombe d’appréhender et d’explorer comme des espaces de mouvement.

L’architecture et le concept d’aménagement d’un édifice ont une portée culturelle qui se fonde autant sur le savoir-faire artisanal et pratique que sur la volonté d’exprimer un credo et de matérialiser une vision. Nous la percevons tantôt comme démonstrative voire contradictoire, tantôt comme minimaliste – en fonction de nos dispositions du moment et de nos attentes, tant elle conditionne cela même que nous y cherchons, ce que nous y trouvons et ce à quoi elle doit contribuer à nous soustraire. Les rapprochements, les correspondances perçues n’ont, dans un tel contexte, rien de statique : chacun d’entre nous apporte au sens le plus littéral – avec ses ambitions, ses souhaits et ses activités – sa pierre à l’édifice, contribuant à générer à moyen terme des images nouvelles. Elles naissent en tant que véritables chorégraphies intérieures ; innovantes et cohérentes, elles puisent leur inspiration dans un concept d’aménagement dynamique et propice à la communication. Leur force d’incitation se fonde sur les correspondances intrinsèques qui rapprochent la gestuelle dimensionnelle et la matérialité immanente de toute archictecture.

Quelle est, dans ce contexte, la gestuelle architecturale qui répondra au mieux aux exigences fonctionnelles d’une conférence, d’un symposium, d’un atelier, d’une séquence de formation ou d’une logique communautaire en matière de réflexion, de cognition et de savoir ? En bref : comment créer les conditions de l’excellence au sein d’espaces de communication? Le présent ouvrage apporte à ces interrogations des réponses aussi détaillées que pertinentes.

11

Les espaces de communication sont d’abord des volumes architecturaux. Ils prennent forme non pas a priori mais par l’effet des comportements sociaux – et tout particulièrement de la communication interpersonnelle. La mise en forme spatiale et structurelle des espaces de communication est une dimension essentielle de la conception d’environnements de travail pertinents et pérennes. Prof. Dr. Gunter Henn

La dimension spatiale des structures organisationnelles

Les principes de l’échange – des âges farouches aux temps modernes

La conférence est une manifestation sociale aussi ancienne que l’humanité. La capacité de communiquer, d’interagir et de transmettre le savoir est en fait considérée comme le moteur même de notre évolution. L’aube de l’humanité au sens moderne coïncide avec l’émergence, au sein des tribus de chasseurs-cueilleurs, du partage des tâches, de l’organisation sociale, des rituels fédérateurs et de la dynamique additive des savoirs. Or le fondement d’une telle évolution est la parole. Nos ancêtres, réunis autour du feu, posèrent ainsi les premiers jalons de la socialisation et de la relation de l’individu au groupe – dans une perspective tant hiérarchique que de partage. Lorsqu’on qualifie aujourd’hui de ‘nomades’ des concepts d’aménagement qui effacent volontairement tous repères pour leurs utilisateurs, on méconnaît une spécificité fondamentale du nomadisme – son intermittence. Nos ancêtres nomades ne se déplaçaient pas constamment : chaque nouvelle pâture était un point fixe, fût-il temporaire. Aussi ne s’étonnera-t-on pas si des concepts d’aménagement allant volontairement à l’encontre de tout ancrage territorial se heurtent à des résistances ataviques si considérables qu’elles mènent souvent droit à l’échec. Tout comme un espace ne prend son sens qu’en fonction du rôle social qu’il assure, des organisations stables doivent pouvoir se fonder sur des structures d’aménagement univoques et pérennes.

12

Les principes de l’échange – des âges farouches aux temps modernes

Au plus tard avec la sédentarisation, nos ancêtres découvrirent

Umberto Eco met en lumière le jeu subtil et parfois pervers entre

tout l’intérêt que présentait une affectation différenciée des lieux de communication. La ‘Polis’ grecque et la ‘Res Publica’ romaine illustrent bien la sophistication, dès l’antiquité, des espaces dévolus à la communication et à l’échange : l’organisation urbaine incluait déjà des lieux pour rendre la justice, pour siéger et pour réunir la population d’une part, de l’autre des temples et des lieux de culte destinés aux rites identitaires et fédérateurs.

le temporel et le spirituel – et le pouvoir de domination qui émane d’un savoir jalousement gardé. Dans un couvent, la dimension individuelle, fût-elle empreinte de rigueur, n’était jamais négligée. Elle s’exprime dans le principe de la cellule, lieu archétypal de l’isolement et de la réflexion.

Le Moyen-Âge chrétien vit la fusion de l’Église et de l’État, et avec elle celle des espaces de communication sociaux et religieux. Aujourd’hui encore, la place du marché – entre mairie et église – est, dans bien des endroits, au centre de l’organisation urbaine. Mais dédier à chaque type de communication un espace spécifique ne se limite pas aux macrostructures, tant s’en faut : les microstructures reflètent ce principe directeur avec une fidélité qui n’est pas moindre. Le meilleur exemple en sont les monastères médiévaux. L’architecture y devient le support de la relation communautaire sous toutes ses facettes – du rituel partagé du réfectoire à l’isolement de la cellule en passant par l’échange informel dans la galerie du cloître. Chacun de ces lieux avait une taille et un emplacement parfaitement définis. Le passage de l’un à l’autre des espaces de communication contribua assurément – par la gymnastique intellectuelle que cela impliquait – à faire des monastères des creusets du savoir et des moteurs du progrès scientifique. Dans son célèbre roman ‘Le Nom de la Rose’,

L’agencement du module élémentaire de l’organisation sociale – l’habitation familiale – est lui aussi un exemple probant d’équilibre entre sphère privée et espace communautaire. Les échanges au sein du cercle familial s’effectuent – et cela depuis des millénaires – avant tout autour de la table de repas. Le rôle emblématique du repas comme ciment des interactions sociales se retrouve dans presque toutes les religions – et bien entendu dans la Cène. À l’inverse, la ‘pièce à vivre’, l’ancêtre de notre salon, où l’on recevait également les invités, prenait de ce fait une dimension statutaire : aussi le chef de famille y régnait-il sans partage. Des pièces plus petites assuraient aux membres de la famille une relative intimité. Dans nos comportements, les instincts territoriaux des chasseurscueilleurs perdurent : les anthropologues considèrent que 600 générations (soit plus de 10 000 ans) sont nécessaires pour faire évoluer les comportements ataviques sous l’influence de paramètres culturels et sociaux.

13

Les principes paradigmatiques d’intimité (phase de concentration) et de communauté (phase de communication) sont restés jusqu‘à nos jours les deux pôles fondamentaux de notre activité professionnelle. Chacun répond à un besoin essentiel, souvent inconscient, qui puise très clairement sa force dans les usages ancestraux de la tribu. Les formes de communication elles-mêmes n’ont

La communication comme facteur d’évolution : mondialisation et dynamique économique Dans l’histoire de l’humanité, les évolutions disruptives semblent

guère varié : ritualisées d’une part – expressions tangibles des structures et instruments privilégiés de l’appropriation identitaire – et informelles de l’autre. Ces dernières, par définition impossibles à canaliser et souvent subversives, sont en fait les moteurs de la remise en cause, et donc de tout progrès. Si l’on tente de transposer cette relation antagonique dans le jargon du management moderne, on pourra distinguer entre des modes de communication ritualisés favorisant l’identité ‘corporate’ et l’image de marque – facteurs de différenciation et USP (Unique Selling Proposition)

toujours liées à un progrès décisif des techniques d’information et de communication. Jusqu’à l’invention de l’imprimerie en 1457, le savoir était un privilège très élitaire. Le livre en assura une diffusion incomparablement plus large. Dès lors, le savoir commença de perdre son rôle de facteur de dominance. L’émergence du protestantisme comme le Siècle des Lumières n’ont pu exister que par le livre. Avec l’avènement des médias de masse, nous sommes entrés il y a peu dans un phase nouvelle – celle de la disponibilité et de la démocratisation intégrales du savoir. Mais l’impulsion initiale de cette évolution de longue haleine demeure le livre. Aussi en l’an 2000, un grand nombre de scientifiques de réputa-

par rapport aux tribus concurrentes – et la communication informelle comme expression du ‘change management’ et de la

tion mondiale ont-ils fait de Gutenberg, en tant qu’inventeur de l’imprimerie, la personnalité la plus emblématique du millénaire

‘business venture’. À chacune des deux formes de communication sont dévolus des espaces spécifiques conçus pour maximiser leur

– le ‘man of the millennium’.

efficacité respective. Parce que l’individu et l’espace ne cessent d’interagir, fût-ce inconsciemment, ce dernier influe directement

La télévision, la téléphonie mobile et l’internet nous mettent désormais, partout dans le monde, en prise directe avec la communication et l’information – et cela en temps réel. Leur développement exponentiel est devenu le moteur de l’évolution de nos structures sociales et de nos systèmes économiques.

sur l’attitude de ses occupants. Aussi est-il essentiel d’analyser en profondeur les configurations de l’espace les plus propices à l’efficacité et au bien-être.

14

Les principes de l’échange – des âges farouches aux temps modernes

Les espaces de travail et les immeubles qui les contiennent ont changé de destination première. Il importe qu’ils changent de concept d’aménagement. La vocation première de l’aménagement est désormais de répondre aux exigences du partage des tâches, du bien-être de l’individu et du travail en équipe. Dans cette perspective, la prise en compte raisonnée des NTIC acquiert une dimension essentielle, que le concept architectural autant que l’aménagement – mobilier, climatisation, gestion de la lumière et acoustique – se doivent de refléter. Dr. Dr. Norbert Streitz

Mondialisation et spécialisation sont autant le résultat que le moteur de la mise en réseau intégrale de l’information et des savoirs. Parallèlement, nous avons acquis une mobilité extraordinaire. Les destinations lointaines sont désormais à la portée d’une majorité d’entre nous : un voyage d’une journée peut nous emmener à l’autre bout du monde et le village planétaire est devenu bien réel. Le rôle crucial de la communication dans l’entreprise est à la mesure de ces bouleversements. Les études les plus récentes confirment que le développement, l’innovation et la créativité naissent, dans 80 % des cas, de la rencontre et de l’échange. Aussi la part que prennent les différents types de communication interpersonnelle – la ‘conférence’ dans son acception la plus large – a-t-elle pris un essor extraordinaire. Dans la journée de travail d’un dirigeant, les activités relationnelles représentent désormais 90 % du temps disponible. Aucun support de communication numérique n’est à même de véhiculer et de traduire l’intensité et la richesse de l’échange direct entre individus. Le contact visuel, la gestuelle des participants – et même la dimension olfactive et le charisme – sont des auxiliaires essentiels des contenus et des intonations et de la diction. Ce sont eux qui maximisent la force d’évocation et l’impact émotionnel de la parole.

Au-delà des contenus objectifs, le ressenti des participants joue un rôle essentiel dans la dimension psychosociale de la communication. La communication interpersonnelle est un processus global : par là même, elle clarifie et structure les interactions entre l’individu et le groupe. Mais elle n’est pas exempte de dangers et d’obstacles : l’erreur d’interprétation, le malentendu et le mensonge naissent de l’absence d’un savoir partagé et du mépris des règles du jeu. Et c’est sans compter les querelles de personnes et les conflits internes – qui mobilisent généralement une part excessive des énergies de la ‘tribu’ au détriment immédiat de la communication objective. De surcroît, plus les participants sont nombreux au sein d’une structure donnée, plus la fonction d’encadrement tend à devenir prépondérante – et souvent politique. L’analyse critique du fonctionnement de grandes structures révèle que l’énergie consacrée, aux plus hauts niveaux de l’entreprise, à la concrétisation d’ambitions personnelles est une préoccupation dominante. Le constat est clair : les intrigues prennent alors le pas sur la finalité de l’entreprise – être au service de ses clients. Même les cultures les plus primitives connaissent les interférences entre contenu objectif et volonté latente de s’affirmer. En fait, le département ou l’équipe au sein d’une entreprise moderne n’est jamais que la forme contemporaine de la ‘bande’. Cela éclaire une ambiguïté fondamentale dans le comportement des managers : nombreux sont ceux qui considèrent les réunions comme une perte de temps, mais en fait, ils se gardent bien d’en bouder aucune … Dans un environnement concurrentiel mondialisé, un positionnement clair et une identité affirmée sont importants au même titre que le potentiel d’innovation, la capacité d’adaptation et la fluidité des processus décisionnels. La compétitivité de l’entreprise est à ce prix. C’est dire à quel point la qualité de la communication, de l’échange et de la conférence est un facteur de succès décisif. Aujourd’hui, l’adéquation de l’aménagement et des équipements des espaces de communication avec les objectifs fonctionnels qu’ils sont censés remplir est partie intégrante d’une approche globale : celle du travail individuel et en groupe, de l’environnement local et du contexte mondialisé, des espaces réels et virtuels.

15

Ne jamais cesser d’apprendre – l’appropriation cognitive comme principe d’organisation

La communication interpersonnelle n’a rien d’un phénomène simple : en fait, elle est le prototype d’un processus multimédia. Aussi l’une des compétences essentielles du management est-elle devenue le choix du media-mix le plus approprié. Le management doit savoir jouer de la communication comme d’une partition, et faire des outils de communication autant d’instruments de musique. Prof. Dr. Norbert Bolz

16

« Où est le savoir que l’information oblitère ? »

La dynamique des évolutions et la complexité grandissante des

Cette question de T. S. Eliot illustre la face sombre de l’information. Savoir et compétences ne sont en rien liés à la quantité des informations – au contraire. En effet, la capacité d’analyse et de décision est souvent étouffée par la prolifération des données. Ce n’est que lorsque l’information est devenue savoir et savoirfaire qu’elle a apporté une contribution utile et positive au processus cognitif.

contextes ont entraîné l’obsolescence programmée du savoir. Personne ne peut plus se prévaloir d’un savoir pérenne : le processus de formation, d’apprentissage et d’acquisition des connaissances est désormais permanent. Il ne s’agit pas ici de s’approprier des modes opératoires préconçus, mais bien davantage de développer des compétences versatiles, applicables à de nouvelles situations dans les meilleurs délais.

Il y a peu de temps encore, les prophéties allaient bon train selon lesquelles la communication interpersonnelle serait rendue obsolète par les supports d’information numériques. Des espaces

Appréhender, évaluer et interconnecter les savoirs : c’est là pour l’entreprise, confrontée à un flux inexhaustible d’informations, la véritable clé du succès. Le principe du ‘knowledge management’

conférence ou tout simplement des lieux de communication destinés à la rencontre et à l’échange n’auraient – semblait-t-il – plus leur place dans l’environnement professionnel du futur. Pourtant, les développements les plus récents sont tout à l’opposé de cette théorie. La révolution des NTIC induit plus que jamais la nécessité de discuter, de décider conjointement, d’exposer, de se réunir, de se former et de travailler en atelier ou au sein de groupes informels.

présuppose l’émergence d’un nouveau type de manager, capable d’identifier les informations pertinentes au moment qui convient et à l’endroit adéquat, puis de confier leur exploitation aux collaborateurs les mieux qualifiés pour ce faire – un processus au sein duquel la communication interpersonnelle crée les prérequis de l’action.

Les principes de l’échange – des âges farouches aux temps modernes

Évolutions structurelles et environnements de travail : du travail parcellisé à une logique de communication et de coopération

Pendant longtemps, dans un contexte relativement stable, les schémas conventionnels d’inspiration explicitement tayloriste ont très bien fonctionné. Le ‘bureau’ marquait clairement la dichotomie entre vie et travail. L’environnement de travail – ses dossiers, son atmosphère spécifique – était un point d’ancrage puissant, mais à ce titre même un facteur déterminant de rigidité et de conservatisme. Aujourd’hui, en revanche, la capacité de survie d’une entreprise se mesure à celle de réagir à des marchés qui ne cessent d’évoluer. La mise en place de projets pluridisciplinaires, le travail d’équipe, la qualité et l’intensité des échanges qu’il exige, deviennent de plus en plus essentiels. Les processus d’innovation, autrefois répartis par un diktat d’en haut entre différents départements, sont aujourd’hui gérés par des équipes pluridisciplinaires agissant sur un mode concerté et autonome.

De nouvelles formes de travail et d’organisation exigent de nouveaux concepts d’aménagement des espaces de travail. Il en va de ces espaces comme des entreprises elles-mêmes : ils doivent s’adapter à un environnement et à des conditions qui évoluent. De plus en plus, la qualité de l’aménagement est donc un facteur essentiel

À l’intérieur des équipes, les participants échangent fréquemment leurs points de vue ; cela permet d’aller à l’essentiel sans perte de temps. Les processus organisationnels sont ainsi gérés par de petites équipes autonomes, au sein desquelles la compétence de chacun s’exprime sans qu’un supérieur hiérarchique ‘omniscient’ ait arbitrairement prescrit la marche à suivre – une opération vraisemblablement très au-dessus de ses capacités, aujourd’hui plus que jamais. La responsabilité et le pouvoir de décision se rapprochent ainsi de plus en plus du périmètre d’exécution : le poste de travail de chacun. Cette nouvelle situation exige des compétences et des connaissances plus solides et mieux partagées qu’autrefois. C’est particulièrement vrai au niveau du management : il lui incombe notamment de démontrer sa capacité de délégation. Dans une telle perspective, le savoir n’est pas seulement technique, il inclut des paramètres psychologiques et sociaux. Le contexte se transforme ainsi en véritable environnement d’appropriation cognitive.

de réussite pour l’entreprise. Prof. Dr. Stefan Zinser

17

Les travaux porteurs d’avenir tiendront compte des ressources en termes de matériaux et d’énergies, de leur impact sur le paysage urbain global et sur la préservation des espaces naturels. Charte européenne pour l’énergie solaire dans l’architecture et l’urbanisme

La pérennité du concept architectural : comment allier ontraintes économiques, composantes sociales et respect de l’environnement

Le réchauffement climatique influe de plus en plus fortement sur la conception des espaces tertiaires. Aux USA et au Canada, un barème spécifique, le ‘Green Building Rating System LEED’ (Leadership in Energy and Environmental Design) s’est imposé comme un standard nouveau d’évaluation des immeubles de bureaux. En Australie, un système similaire a été instauré – le ‘Green Star GECA’ (Good Environmental Choice Australia). Ailleurs aussi, on se préoccupe toujours davantage de l’impact environnemental de l’architecture. Dans les pays précités, l’émulation est telle que les investisseurs et les architectes se disputent l’honneur de créer les immeubles HQE (Haute Qualité Environmentale) les plus ‘étoilés’ possibles. Les critères d’évaluation touchent tous les aspects du bâtiment, notamment les matériaux, les types de construction, les paramètres de fonctionnement de l’immeuble et son ‘recyclage’ éventuel. L’évaluation inclut aussi l’aménagement, noté selon un barème spécifique dont le résultat est intégré à la note générale. Sur le plan du mobilier, les critères environnementaux incluent la fabrication et le recyclage – le mobilier n’ayant pas un impact significatif en phase d’utilisation, pour autant qu’il n’émette pas des substances nocives.

18

Les principes de l’échange – des âges farouches aux temps modernes

Une telle approche est assurément judicieuse. Mais pour être exhaustive, il conviendrait qu’elle inclue également la qualité et la pérennité de l’aménagement et du mobilier. En effet, longévité et pertinence fonctionnelle influent directement sur le retour sur investissement, tant en termes économiques qu’écologiques. En clair : un aménagement mal conçu, dont la valeur d’usage et l’état se dégraderont rapidement, crée un gaspillage éminemment négatif sur le plan environnemental – cet aménagement fût-il produit et puisse-t-il être recyclé dans le respect le plus strict de

Il est aujourd’hui établi que la motivation, l’implication et le sentiment d’appartenance au sein d’une entreprise sont directement tributaires de la qualité de l’aménagement. Aussi est-il particulièrement bénéfique de porter une attention particulière aux espaces de conférence et de communication, fortement sollicités au sein de structures importantes : l’effet multiplicateur qui en résulte est efficace et précieux.

l’environnement. À l’inverse, une esthétique, une fonction et une qualité pérennes – prérequis de la longévité – optimiseront véritablement l’impact économique et écologique de l’aménagement et du mobilier.

est la mesure de toute chose – sur le plan de l’individu comme en matière d’économie et d’écologie. C’est particulièrement vrai dans un environnement où les ressources humaines sont devenues un facteur déterminant du succès, mais aussi une ressource menacée de pénurie – tant il est vrai qu’aucune structure et aucune entreprise ne peut prospérer à long terme sans la prise en compte

Les espaces de conférence et de communication ont aujourd’hui un potentiel de synergie qui inclut la dimension sociale. Mieux conçus en termes d’aménagement, ils augmenteront en proportion le bien-être des utilisateurs.

La constante du présent ouvrage est de considérer que l’homme

globale du facteur humain.

Cela vaut en particulier pour l’intégration des technologies multimédia permettant à des équipes délocalisées de coopérer et de collaborer dans un contexte de proximité virtuelle. La diminution des frais de voyage a tôt fait de compenser les coûts d’un tel aménagement. Mais au-delà des considérations économiques, c’est le bien-être et la vie de famille des participants qui se trouvent améliorés par la suppression de déplacements longs, fastidieux et généralement peu propices à une réflexion fructueuse. Enfin, la qualité de l’aménagement possède un élément motivant et valorisant pour l’ensemble des participants et des utilisateurs.

19

Les immeubles sont des entités sociales en trois dimensions. Ils sont à ce titre l’expression de paramètres socioculturels autant que le creuset même de l’évolution sociale. On peut évaluer les espaces architecturés sur un plan strictement visuel. On peut également analyser ces mêmes espaces en tant que cellules sociales capables de créer de nouvelles expressions du réel. Prof. Dr. Gunter Henn

Principes fondamentaux de l’aménagement des espaces de conférence et de communication

L’aménagement des espaces de conférence et de communication

Les espaces de conférence sont le miroir de l’identité d’une entre-

peut être analysée sous plusieurs angles différents.

prise, elle-même reflet des styles de management.

Malgré l’émergence de modes de fonctionnement virtuels, l’immeuble de bureaux reste au cœur des environnements tertiaires. Mais sa finalité a évolué. Elle est passée de l’approche tayloriste à la logique de communication et d’interaction d’une société du savoir. La capacité du concept architectural à exprimer en trois dimensions l’interaction des paramètres sociaux et fonctionnels n’en devient que plus cruciale.

Sous leur forme classique, ils sont des lieux dont la dimension rituelle et fonctionnelle remonte au conseil tribal des âges farouches. Leur dimension sociale n’a rien d’anachronique, elle est au contraire plus décisive que jamais : les espaces conférence, et les modes de fonctionnement qui s’y rattachent, sont l’expression incontournable de l’ancrage identitaire.

L’évolution des civilisations et les progrès techniques n’ont rien changé à la dichotomie archaïque entre sphère privée et échanges communautaires. Chacune de ces deux situations doit pouvoir s’inscrire dans un environnement spécifique. Il correspond, dans un univers de travail, à l’alternance des phases de concentration et

L’implantation et l’équipement des espaces de communication déterminent la capacité d’innovation de l’entreprise. L’innovation naît de l’information et l’échange. Aussi les conversations informelles sont-elles une source précieuse de réflexion et d’initiative créative. Plus les informations et les points de vue se

de communication. Mais si le travail personnel et la réflexion peuvent être menés aujourd’hui sur un mode très délocalisé – grâce

rencontrent, plus les chances augmentent de créer des interactions nouvelles. Mais si les technologies multimédia peuvent

aux supports informatiques et aux technologies de l’information dont nous disposons – socialiser, fédérer, et développer les compé-

contribuer à optimiser l’échange interpersonnel, elles ne pourront jamais se substituer à lui. Aussi l’aménagement des espaces ter-

tences ne peut se faire qu’en commun dans un lieu partagé.

tiaires se doit-il de favoriser la rencontre, la communication, la coopération de façon cohérente et fonctionnelle, en intégrant dès la phase du concept les supports multimédia appropriés.

20

En outre, l’objectif d’appropriation cognitive fait de l’amélioration des modes de communication une partie intégrante du travail quotidien.

et des équipements adéquats – maximise les relations sociales et stimule idéalement les processus cognitifs, en est un exemple probant.

L’information n’a jamais été aussi omniprésente et aussi accessible. Pourtant, les structures tardent à évoluer. Pour pallier

Le concept de l’immeuble ‘participatif’ reflète l’interaction entre les mondes réels et virtuels, l’individu et le groupe, le contexte

au moins partiellement ce hiatus, il est possible d’adapter le principe de l’amélioration continue – afin de maximiser le potentiel inhérent des ressources humaines disponibles.

local et l’environnement global.

Les implications d’une telle démarche sont claires : plus le design et le concept d’aménagement tiendront compte des attentes ataviques de l’individu et des nécessités de l’interaction sociale, plus la productivité sera élevée. L’interaction entre l’individu, le groupe et l’organisation doit être au centre de la conception des espaces de travail sur quatre plans : • la définition des objectifs, des contenus et de la démarche cognitive • la prise en compte du potentiel des NTIC • la dimension sociale des contextes de travail • l’architecture, qu’elle s’exprime au niveau des structures, de l’aménagement de l’espace ou des impératifs fonctionnels. L’interaction entre l’individu, l’espace, les médias, l’organisation et les process est permanente et immanente. Aussi les approches globales sont-elles les plus efficaces – et notamment celles qui se fondent sur une approche ‘tribale’ des comportements tels qu’ils perdurent dans l’organisation sociale. Le travail en équipe et en groupe, qui – pour autant qu’il s’appuie sur une méthodologie

La dynamique économique et technologique actuelle exige de l’entreprise qu’elle se dote d’un positionnement, d’une souplesse et d’une capacité d’adaptation à la mesure des enjeux. Dans une telle perspective, la qualité de la communication et des interactions est décisive – et elle est directement tributaire de l’aménagement de l’espace. Un immeuble conçu selon des principes participatifs favorisera l’interaction entre les individus, et stimulera les formes diverses de coopération en leur fournissant des biotopes appropriés. L’intégration de technologies de communication et d’information innovantes directement dans les systèmes d’aménagement fera d’un tel immeuble un outil d’activation privilégié des potentiels latents.

L’analyse – préalable obligé de l’action ! Concevoir et agencer des espaces de conférence et de communication est une étape décisive – tant l’efficacité de l’échange dans toute ses variantes procède de l’adéquation esthétique et fonctionnelle du lieu dans lequel il s’inscrit, de la qualité méthodologique de l’approche et de la présence des équipements et supports techniques appropriés. C’est pourquoi une analyse poussée des modes d’échange au sein de l’entreprise se doit de précéder toujours une mise en forme efficace et adéquate de l’espace.

21

Pourquoi ?

Comment ?

Les objectifs

Les situations types

Modalités d’interaction et supports

Échanger,

Réunion et consultation

Échange et discussion ;

motiver,

avec ou sans supports multimédia

informer, faire le point, analyser, évaluer, décider

Informer, faire le point,

Conférence et séance plénière

Exposé, présentation, débat, consultation ;

analyser, évaluer,

recours variable aux supports multimédia

consulter, décider,

en fonction du nombre de participants

déléguer

Profils spécifiques des espaces de réunion, de conférence, de séminaire et de communication en atelier

Apprendre, enseigner,

Formation et séminaire

Exposé, présentation, débat,

motiver,

travail en groupe, exercices, examen ;

s’exercer

recours aux supports multimédia indispensable en fonction de la méthodologie

Échanger,

Atelier et conférence dynamique

Animation, brainstorming, débat,

collecter des idées,

travail en groupe, exposé, présentation ;

fédérer,

supports de visualisation dans tous les cas,

analyser, évaluer,

supports multimédia dans le cadre des

développer

exposés et présentations

Informer, échanger,

Présentation et visioconférence

analyser, évaluer

Débat, exposé, présentation ; supports multimédia indispensables

consulter, décider, déléguer

Informer, faire le point,

Assemblée

Exposé, présentation ...

échanger, motiver

supports multimédia : en fonction

consulter, décider

de la thématique et du nombre de participants

Informer, apprendre,

Réunion périodique, congrès,

Exposé, présentation, débat formalisé ...

échanger,

symposium

supports multimédia nécessaires si

nouer des liens

22

Critères de pertinence

l’assistance est nombreuse

Avec quelle Combien ?

Où ?

fréquence ?

Registre de l’échange

Participants Périodicité

d’informel / confidentiel

2–6

à formalisé / confidentiel

6–10

Finalité et atmosphère

Contextes types

haute

statutaire, conviviale

Zone de conseil dans un espace de vente

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Salle de réunion

8

occasionnelle

statutaire, neutre

Salle de conférence en zone d’accueil

8–12

haute

statutaire, neutre

Espaces conférence

10

haute

statutaire, neutre

Salle de réunion pour visioconférence

8–12

haute

centrée sur les contenus, neutre

Salle polyvalente, aménagement mobile

104

10

occasionnelle

statutaire, neutre

QG interactif

142

12–16

haute

statutaire, conviviale

Espaces conférence, salle de conférence modulable

12–18

haute

centrée sur les contenus, neutre

Conférence multimédia dynamique, salles de séminaire et polyvalentes

16–24

occasionnelle

statutaire, conviviale

Salle de conférence reconfigurable

20–24

haute

statutaire, neutre

Salle de conférence modulable / segmentable

18–32

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Salles de séminaires et polyvalentes, communication en atelier

32–45

occasionnelle

statutaire, neutre

Espaces conférence, salle de conférence multimédia

12–30

haute

centrée sur les contenus, neutre

Salles de séminaire et polyvalentes, communication en atelier

12

haute

centrée sur les contenus, neutre

Salle de séminaire doté d’un équipement multimédia sophistiqué

15–18

haute

statutaire, conviviale

Conférence multimédia dynamique

jusqu’à 20

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Salle de conférence dans un espace de travail de type mixte

10–18

occasionnelle

statutaire, neutre

Salle de conférence, QG interactif

jusqu’à 27

occasionnelle

statutaire, neutre

Espace conférence multimédia modulable et reconfigurable

8–12

faible

centrée sur les contenus, conviviale

Fonction conférence dans une logique de projet et de travail en groupe

12–20

faible

centrée sur les contenus, neutre

Info-Café dans un espace de vente

270

formalisé, semi-confidentiel

12–16

haute

centrée sur les contenus, neutre

Communication en atelier

134

ou informel selon contexte

18

haute

statutaire, neutre

Conférence multimédia dynamique

10

occasionnelle

statutaire, neutre

QG interactif

8–12

occasionnelle

centrée sur les contenus, conviviale

Salle de conférence dans un espace de travail en groupe,

formalisé / confidentiel

formalisé, semi-confidentiel

Page

264 34, 36 282 42, 44, 66 52

42, 66 78, 94, 102 68 66, 72 94, 102, 134 54, 72

94, 102, 110, 134 116 78 244 46, 142 72 250, 254

78 142 244, 250

de type mixte ou affecté à un projet

de confidentiel

9

haute

statutaire, neutre

Salles de conférence pour visionconférence et présentations

à semi-confidentiel formalisé

10

occasionnelle

statutaire, neutre

Salle de réunion dotée d’un équipement vidéo

jusqu’à 10

occasionnelle

statutaire, conviviale

Conférence multimédia dynamique, QG interactif

de public

45

faible

statutaire, neutre

Salle de conférence

à semi-confidentiel formalisé

jusqu’à 100

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Centre de conférence, restaurant d’entreprise dotée

70

haute

centrée sur les contenus, neutre

Amphithéatre

170

94

haute

statutaire, neutre

Espace pour séances plénières, auditorium

168

de public

jusqu’à 100

haute

centrée sur les contenus, neutre

Centre de conférence

156

à semi-confidentiel formalisé

94

haute

statutaire, neutre

Espace pour séances plénières, auditorium

168

70

haute

centrée sur les contenus, neutre

Amphithéatre

170

Salle de conférence multimédia modulable et segmentable

123

48, 50 52 78, 142

56 156, 154

d’une fonction assemblée

23

Pourquoi ?

Comment ?

Les objectifs

Les situations types

Modalités d’interaction et supports

Échanger,

Réunion et conseil

Discussion, débat, présentation,

motiver,

avec ou sans supports multimédia

informer, faire le point, analyser, évaluer, décider

Fédérer,

Espaces intégrés de communication et d’activités partagées

Travail en groupe

Communication en tant que partie

s’autogérer,

intégrante des process, information

analyser, évaluer,

mutuelle sur l’avancement des travaux/

consulter

des projets, supports multimédia dans le périmètre de travail et lors de présentations/de réunions

Échanger,

Travail sur un projet

Animation, brainstorming, débat,

collecter des idées,

présentation; supports multimédia

fédérer,

dans le périmètre de travail et lors de

analyser, évaluer,

présentations/de réunions ; Animation

développer, faire évoluer

et supports de visualisation analogiques

Motiver,

Atelier

Exposé, présentation, débat ;

informer,

Supports multimédia : en fonction

développer,

de la thématique et de la méthodologie

décider

Informer,

Présentation

Exposé, présentation,

convaincre,

avec recours systématique

coordonner,

aux supports multimédia

évaluer, décider

Informer,

24

Critères de pertinence

Réunion périodique

Exposé, présentation, réunion ...

faire le point,

Exposé, présentation,

s’exprimer,

recours variable aux supports

motiver,

multimédia en fonction de la thématique

fédérer

et du nombre de participants

Avec quelle Combien ?

Où ?

fréquence ?

Registre de l’échange

Participants Périodicité

d’informel / confidentiel

2–4

à formalisé / confidentiel

2–6

Finalité et atmosphère

Contextes types

haute

statutaire, conviviale

Îlots de vente dans les espaces commerciaux

haute

centrée sur les contenus, interpersonnelle

Espaces de travail orientés vers l’échange

8–10

occasionnelle

centrée sur les contenus, conviviale

Salle de conférence proche des postes de travail

286

8–12

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Zone de communication ouverte dans un espace mixte

244

6–10

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Salle de conférence dans un contexte de travail en groupe et orienté projet

252

10

faible

statutaire, conviviale

QG interactif

142

6–12

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Espace de travail en groupe ou sur projet

8–12

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Zone de communication ouverte et salle de réunion dans un espace mixte

243

8–10

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Salle de conférence proche des postes de travail

286

d’informel / confidentiel

6–10

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Espace de travail en groupe ou sur un projet

250

à formalisé / confidentiel

8–12

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Salle de réunion dans un espace mixte

4–6

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Espaces de travail orientés vers l’échange

12–18

occasionnelle

statutaire, conviviale

Conférence multimédia dynamique

10

faible

statutaire, conviviale

QG interactif

12–18

occasionnelle

centrée sur les contenus, conviviale

Espace conférence dans une contexte mixte,

informel / confidentiel

de confidentiel

Page

264 222–230

250, 254

243 226, 230 78 142

244, 250, 254

de travail en groupe et orienté projet

à semi-confidentiel formalisé 8–12

occasionnelle

centrée sur les contenus, conviviale

Zone de communication ouverte dans un espace mixte

244

10

faible

centrée sur les contenus, neutre

Zones de communication dans un bureau paysagé

286

12

faible

centrée sur les contenus, neutre

Salle de conférence proche des postes de travail

286

de confidentiel

6–10

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Espace conférence dans un contexte de travail en groupe et orienté projet

250

à semi-confidentiel formalisé

8–16

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Zones de communication dans un espace mixte

246

8–20

occasionnelle

centrée sur les contenus, conviviale

Salle de réunion dans un espace mixte

244

8–10

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Salle de conférence proche des postes de travail

286

8–16

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Zones de communication dans un bureau paysagé

286

12-16

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Info-Café dans un espace de vente

270

d’informel / confidentiel

4–6

régulière

centrée sur les contenus, interpersonnelle

Espaces de travail orientés vers l’échange

à semi-confidentiel formalisé

6–20

régulière

centrée sur les contenus, conviviale

Espace conférence dans une contexte mixte,

8–16

régulière

centrée sur les contenus, conviviale

Zone de communication ouverte dans un espace mixte

244

8–16

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Zones de communication dans un bureau paysagé

286

jusqu’à 100

faible

centrée sur les contenus, neutre

Restaurant d’entreprise dotée d’une fonction assemblée

154

220–230 244, 250, 254

de travail en groupe et orienté projet

25

Pourquoi ?

Comment ?

Les objectifs

Les situations types

Modalités d’interaction et supports

Échanger,

Discussion et échange

Discussion, débat, présentation ;

motiver,

avec ou sans supports multimédia

informer, analyser, évaluer, décider

Approfondir,

Information

Interactions interpersonnelles,

comparer, informer,

avec supports mutimédia intégrés,

collecter des idéees

analogiques ou numériques

Espaces communautaires

Conseiller et renseigner,

Contact et vente

Discussion, présentation ...

créer une relation de confiance,

Supports de visualisation analogiques

analyser, comparer,

(supports imprimés, objets)

évaluer, décider

ou médias numériques (internet, systèmes de type CAO etc.)

Échanger,

Pause et détente

Discussion

Contextes festifs

Discussion, exposé, présentation,

fédérer, informer, motiver

Échanger,

26

Critères de pertinence

nouer des liens,

spectacle, repas festif, danse ...

fédérer,

selon naure et circonstances

motiver

avec ou sans supports multimédia

Avec quelle Combien ?

Où ?

fréquence ?

Registre de l’échange

Participants Périodicité

d’informel/confidentiel

2–4

à semi-confidentiel/informel

2–4

Finalité et atmosphère

Contextes types

haute

statutaire, neutre

Salon et zone de réception dans un contexte de séminaire

284

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Zone de communication ouverte dans un espace mixte

246

2–4

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Zones de communication dans un bureau paysagé

286

2–4

haute

centrée sur les contenus, neutre

Info-Café dans un espace de vente

270

2–4

haute

statutaire, neutre

Coin salon dans un espace de vente

272

2–4

occasionnelle

statutaire, neutre

Zone de réception et d’accueil

282

2–6

haute

centrée sur les contenus, neutre

Restaurant et cafétéria d’entreprise

152

2–3

haute

centrée sur les contenus, neutre

... dans le restaurant et la cafétéria d’entreprise

152

2–3

haute

centrée sur les contenus, conviviale

... dans la zone de communication d’un espace mixte

246

2–3

haute

statutaire, neutre

... à proximité de tables hautes dans l’espace de vente

266

2–3

haute

centrée sur les contenus, neutre

... dans l’Info-Café d’un espace de vente

270

2–3

haute

statutaire, neutre

... dans une zone de réception et d’accueil

282

2–3

haute

statutaire, neutre

... dans un salon ou une zone de réception dans un contexte de séminaire

284

2–3

haute

centrée sur les contenus, conviviale

... dans les zones de communication d’un bureau paysagé

286

2–6

haute

centrée sur les contenus, neutre

Coin lecture dans un bureau paysagé

286

2–6

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Zone de communication ouverte dans un espace mixte

246

d’informel/confidentiel

2–4

haute

statutaire, neutre

Postes de conseil

à semi-confidentiel/formalisé

2–6

haute

statutaire, neutre

Zone d’attente et coin salon dans un espace de vente

2–6

haute

statutaire, neutre

Info-Café, bar, caféteria

2–24

haute

statutaire, neutre

Zones de réception et d’accueil

jusqu’à 100

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Centre de conférence et de séminaire

158

de confidentiel

4–12

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Bar et coin salon dans un bureau paysagé

286

à semi-confidentiel/formalisé

2–14

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Zone de communication dans un espace mixte

246

2–8

haute

centrée sur les contenus, conviviale

Zone de communication dans un contexte de travail

249

Lieux de rencontre, bornes interactives ...

d’informel/confidentiel à semi-confidentiel/informel

Page

268, 272 266, 273 270, 272, 286, 152 282, 284

en groupe et orienté projet 20–50

occasionnelle

statutaire, neutre

Zone de réception et d’accueil dans un contexte de séminaire

284

jusqu’à 100

haute

centrée sur les contenus, neutre

Restaurant et cafétéria d’entreprise

152

jusqu’à 20

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Info-Café dans un espace de vente

270

jusqu’à 36

occasionnelle

statutaire, neutre

Coin salon et bar dans un espace de vente

272

d’informel/confidentiel

jusqu’à 24

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Comptoir de bar dans un bureau paysagé

à semi-confidentiel/formalisé

22–28

faible

centrée sur les contenus, neutre

Espaces polyvalents dotés d’un aménagement mobile et reconfigurable

jusqu’à 100

occasionnelle

centrée sur les contenus, neutre

Restaurant et cafétéria d’entreprise

154

72

haute

centrée sur les contenus, neutre

Centre de conférence et de séminaire

160

94

occasionnelle

statutaire, neutre

Espace pour séances plénières et auditorium

168

286 106, 112

27

Espaces conférence et salles de réunion classiques 4 Le principe fondamental de la conférence puise ses origines très loin dans le passé : elle est la forme contemporaine du ‘conseil’ des temps archaïques. À ce titre, elle en garde les caractéristiques essentielles : fonction identitaire, instrument cohésif, expression des structures hiérarchiques indissociables de toute organisation sociale. Tant sur le plan explicite qu’implicite, la conférence est ainsi un exercice ritualisé et symbolique, riche de signaux sur le rang des participants, leurs pouvoirs respectifs et sur la crédibilité des structures qu’ils représentent. Dans l’entreprise, l’équilibre à trouver entre sécurité, continuité et évolutions stratégiques exige un cadre à sa mesure ; l’aménagement de l’espace se doit de faire par ailleurs un usage optimal des technologies multimédia – tout en favorisant au maximum la qualité des échanges interpersonnels. Face aux exigences de modes de fonctionnement et de relations client délocalisés, dans un contexte de plus en plus mondialisé, l’espace conférence est devenu l’un des relais essentiels de l’ouverture de l’entreprise sur le monde.

28

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Les formes classiques de la conférence – entre vocation statutaire et exigences fonctionnelles

First we shape our buildings and afterwards our buildings shape us. Winston Churchill

Reflet des structures et point d’ancrage identitaire Depuis toujours, la conception et l’aménagement des espaces conférence prennent une importance particulière. Elle est à la mesure de leur rôle pivotal dans l’information, la réflexion, l’échange et la prise de décision, jusqu’aux plus hauts niveaux de la hiérarchie. Pour l’entreprise d’aujourd’hui, la conférence est la version moderne du conseil des sages tel qu’il existait dès l’âge de pierre. À travers ses modes de fonctionnement ritualisés et ses structures hiérarchiques, elle tient lieu de creuset identitaire au groupe tout entier. Ces caractéristiques sont invariantes : on les observe dans les réunions ministérielles et les conseils d’administration comme dans le briefing d’une équipe ou la mise au point collective d’un planning hebdomadaire. Dans chacune de ces situations, on retrouve des conventions, des règles, des périodicités spécifiques et une expression immédiatement tangible des structures du groupe. Aussi, les espaces conférence des dirigeants et du conseil d’administration font-ils souvent figure de ‘saint des saints’ vers lequel convergent les composantes du pouvoir. La dimension symbolique de tels espaces est très marquée. Souvent, un souci inconscient de pérennité des structures s’y exprime : il suffit de penser aux galeries de portraits des fondateurs et des dirigeants intégrées à certains aménagements. Cette dimension, fortement identitaire, est souvent plus prégnante que la vocation de changement et d’innovation – pourtant intrinsèque, a priori, d’un espace de décision. Le potentiel d’un espace conférence qui intègre cette vocation en est d’autant plus grand. Il devient alors un pôle actif de changement et un instrument extrêmement efficace de concrétisation des orientations nouvelles prises par l’entreprise – tant vis à vis d’interlocuteurs externes qu’au sein même des structures – pour autant que l’aménagement et l’organisation fonctionnelles soient en phase avec les exigences du processus. Quel autre espace d’information et d’échanges dispose en effet à la fois d’une telle visibilité et d’une telle pertinence ?

29

La configuration : des impératifs archétypaux, formels et raisonnés Généralement, la réunion a lieu à l’initiative de la personne la plus haut placée parmi les participants ; cette même personne préside dans la plupart des cas. Cette fonction comprend l’introduction et la conclusion, la mise au point de l’ordre du jour et le choix des participants tout comme la conduite du débat. Lorsque la place de chacun autour de la table est strictement prédéfinie, elle reflète la hiérarchie, la fonction et l’appartenance catégorielle de chaque participant. Elle exprime ainsi très précisément la position sociale de l’intéressé dans le contexte concerné. Cela vaut également pour des échanges de nature informelle : la place de chacun constitue un repère qui améliore la transparence et la pertinence des échanges en exprimant le statut de chaque participant. Pour ces raisons, les conférences classiques perpétuent souvent des usages archaïques – mais dont la dimension fonctionnelle demeure essentielle pour l’entreprise d’aujourd’hui. En effet, elle contrebalance les remises en cause permanentes auxquelles sont soumises les structures et les modes de travail, en exprimant les valeurs pérennes de l’entreprise et la stabilité de ses fondements. Mais au-delà de toute dimension rituelle, la multiplication des réunions et des conférences est aussi le signe que les décideurs au sein de l’entreprise optent de plus en plus pour des modes décisionnels concertés, seuls à même de répondre à la pression psychologique, à la responsabilité sociale et à la complexité des paramètres. Dans le même temps, l’intensité des échanges qui en découlent ne permet plus de présider une réunion en simple ordonnateur : la fonction est aujourd’hui avant tout de médiation et d’arbitrage. Losqu’une conférence lasse ou fatigue, c’est toujours le signe d’un aménagement, d’une méthodologie et d’outils didactiques mal conçus ou choisis. Chacun de nous a connu le sentiment de perte de temps, de frustration et de gâchis qu’engendrent des présentations soporifiques, des débats mal préparés et mal conduits, des questions laissées sans réponse ou des compte-rendus tardifs, incomplets ou partiaux. N’aurait-il pas été plus simple, par exemple, de rédiger le compte-rendu en temps réel sur un mode concerté ?

30

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Sans oublier les économies induites par une utilisation rationnelle et fructueuse du temps que consacrent les responsables les mieux rémunérés d’une entreprise à se réunir et à échanger leurs points de vue... Un ordre du jour clair, des objectifs sans équivoque, un timing précis et la mise en œuvre optimisée des médias interactifs et des possibilités de mise en réseau informatique permettent en effet de structurer les contenus de façon infiniment plus efficace, intéressante et motivante.

Au cœur du concept d’aménagement : la table Compte tenu de la dimension statutaire et symbolique des espaces conférence, ceux-ci sont souvent bien en vue et dotés d’un aménagement haut de gamme, voire luxueux, conçu sur mesure en fonction de la vocation précise du lieu et du nombre habituel de participants. Dans une configuration traditionnelle, l’aménagement met en valeur la personne qui préside et une place précise est assignée à chaque participant. Sur ce plan, la table joue un rôle essentiel. Elle reflète tant la culture d’entreprise que l’importance accordée aux prérogatives hiérarchiques individuelles et à la qualité des interactions entre participants. Ainsi, une table très allongée est très hiérarchisante, tandis qu’une table ronde favorise l’échange entre égaux, la place de chacun étant interchangeable. Trouver le bon équilibre entre fonction statutaire et impératifs fonctionnels ne s’improvise pas. Les paramètres essentiels de l’exercice sont le confort et l’ergonomie, une configuration favorisant les interactions entre participants, la parfaite intégration des équipements techniques et un impact visuel statutaire, sur le plan interne comme vers l’extérieur. Pourtant, nombreux sont les aménagements de salles de conférences désuets et qui expriment une vision bien confinée et passéiste de l’entreprise ! Or l’espace conférence – on l’a vu – est un point d’ancrage essentiel de l’identité de l’entreprise. Aussi doit-il la refléter dans tout son dynamisme et sa modernité.

De la salle de réunion à la conférence dynamique multimédia

L’équipement de base d’une salle de réunion À tous les niveaux, la réunion est devenue partie intégrante de la vie en entreprise. Une enquête en ligne datant de 2007 a établi qu’en Europe, 48 % des personnes interrogées du secteur tertiaire participaient à une réunion par semaine au moins. Les prérequis élémentaires d’un espace conférence sont une lumière naturelle tamisée sans excès, une table et une pièce de dimensions appropriées et des sièges ergonomiques et confortables. Par ailleurs, un cloisonnement en verre dépoli représente une solution intéressante pour isoler les participants de l’extérieur tout en indiquant qu’une pièce est occupée. À défaut, un affichage électronique permet de signaler qu’une réunion est en cours. D’une façon générale, la gestion informatisée d’espaces de réunion multiples avec consultation et réservation en ligne est la solution la plus rationnelle en termes de facility management – et, le cas échéant, de ventilation des coûts d’utilisation.

accessibles. Il existe diverses solutions permettant d’intégrer dans le plateau de la table des boîtiers de connexion individuels conçus pour fonctionner en mode ‘plug & play’. Des trappes d’accès à un système de connexion et de gestion du câblage situé sous le plateau constituent une alternative avantageuse, dès lors que l’on souhaite dissimuler les alimentations, chargeurs et excédents de câblage. Cela permet de faire place nette sur le plateau de la table proprement dit – ce qui présente des avantages tant pratiques qu’esthétiques. Dans des environmements très haut de gamme, il est également possible d’intégrer au plateau des écrans plats à commande motorisée, des claviers et des tableaux de commande à écran tactile. Autonomes ou partie intégrante d’un écran plat informatique, ces derniers regroupent toutes les fonctions et réglages, depuis l’intensité lumineuse jusqu’à la climatisation, en passant par le contrôle des équipements multimédia.

La table de conférence : fixe ou reconfigurable ? Intégration des équipements multimédia Des boîtiers de connexion au sol servant de point d’accès aux réseaux courants forts/courants faibles et incluant, en fonction des standards de sécurité en vigueur dans l’entreprise, un accès au réseau informatique, sont au nombre des équipement devenus indispensables – au même titre qu’un projecteur numérique et un écran de projection grand format. Il est judicieux de prévoir d’emblée équipements – même lorsque l’espace concerné ne le nécessiterait pas dans un premier temps – car leur rajout ultérieur est généralement très coûteux. Partout où la vocation de l’espace conférence intègre une dimension visuelle, les participants se servent aujourd’hui de leurs ordinateurs portables et disposent donc d’un véritable poste de travail ‘nomade’. Cela présuppose cependant des possibilités de connexion aisément

Lorsque l’espace disponible n’est pas équipé de cloisonnements modulaires ou mobiles, il n’y a que peu d’intérêt à opter pour une table reconfigurable. En choisissant notamment une forme ronde, ovale ou elliptique, il est possible d’associer à une utilisation optimale de l’espace disponible une répartition variable des participants autour de la table et d’excellentes possibilité d’interaction et d’échange. Au sein d’espaces plus vastes, souvent modulables, les systèmes de tables reconfigurables sont la solution qui s’impose. Il est aujourd’hui possible de préserver tous les avantages de connexions intégrées au sein de configurations variables, grâce à des systèmes très innovants permettant l’interconnexion rapide et aisée des réseaux courants forts/courants faibles entre les différents éléments de la table. De tels systèmes préservent intégralement la modularité des solutions tout en simplifiant au maximum le facility management. 31

En un coup d’œil : exemples d’aménagement. Depuis la salle de réunion jusqu’à la conférence multimédia dynamique

Salles de réunion pour 8 à 10 participants Pages 34–37

Espaces conférence classiques avec équipements multimédia intégrés pour 10 à 22 participants Pages 42–47

Espaces de présentation/projection et de visioconférence Pages 48–53

Espace conférence doté d’une table elliptique ou d’une table en fer à cheval associée à une tribune Pages 54–57

32

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Espace conférence pour 16 à 24 participants conçu autour d’une table reconfigurable incluant les équipements multimédia Page 68

Espace conférence modulable avec équipements multimédia intégrés et aménagement reconfigurable pour 22 participants Page 66

Espace conférence multimédia modulable pour 36 participants avec éléments d’aménagement statiques et dynamiques Pages 72–75

Espace conférence de type atelier multimédia dynamique avec aménagement reconfigurable et mobile Pages 78–81

33

4 Les tables de réunion sont souvent conçues pour accueillir entre 6

Salle de réunion pour 8 participants

et 8 participants. Au sein de petits groupes de ce type, il est possible de travailler très efficacement, car chacun est en mesure de s’exprimer et de participer intensivement. Les interactions possibles se rapprochent du principe du cercle familial, l’une des formes de socialisation fondamentales. La cohérence de l’aménagement repose ici sur la mise en œuvre de divers modèles de sièges conférence tous issus d’une même gamme : il peut s’agir de sièges de travail pivotants, dont les qualités ergonomiques sont généralement excellentes. De plus, l’utilisation de sièges identiques pour les salles de réunion et les postes de travail simplifie le facility management. Néanmoins, par rapport à des sièges conférence plus classiques sur structures à croisillon de piètement ou à quatre pieds, la variabilité intrinsèque des sièges de travail, réglés le cas écheant chacun de façon différente, peut créer une impression de désordre. Il convient donc de faire ici des choix mûrement réfléchis.

1 3

2

2

3

Autour d’une table rectangulaire,

La ‘table ronde’ est l’archétype de

la personne qui préside occupe l’un

la configuration destinée à créer les

des petits côtés. Ici, chacun d’eux est

conditions d’un échange entre pairs

légèrement rayonné : cela atténue la

dénué de préséances. Elle constitue

connotation hiérarchique et permet

la solution idéale en matière de

de placer au besoin deux participants

qualités des échanges et permet

supplémentaires.

mieux qu’aucune autre d’accueillir un nombre très variable de participants.

34

Espaces conférence et salles de réunion classiques

1

Échelle 1:100 / Dimensions en cm

470

470

Taille de la pièce : 30 m²

590

150

120

590

190

2

1 3

240

1

200

220

180

3 2

1 Bahut recevant les rafraîchissements et la documentation

150

150

145

145

2 Desserte (téléphone, sous-mains, stylos) 3 Paperboard permettant de visualiser les points à discuter, les argumentaires et l’évolution des échanges

Certaines réunions sont très spontanées, d’autres planifiées de longue date. Elles ont lieu dans tous les contextes et à tous les niveaux de l’organigramme. Elles peuvent être strictement internes ou impliquer des interlocuteurs externes. De façon générale, il faut évitér des espaces de réunion trop excentrés : la distance

Pour une réunion sur un mode ‘familial’, les six à huit participants peuvent prendre place autour d’une table standard, pour autant que son plateau ait au moins 120 cm de large ou de diamètre, afin que chacun dispose d’un espace suffisant. Une table ronde offre les avantages exposés plus haut. Une table rectangulaire,

s’avère dissuasive. Aussi est-il préférable de rapprocher au maximum lieux de réunion et postes de travail des utilisateurs les plus directement concernés. Souvent, les espaces de réunion sont ainsi intégrés au plan de chaque étage, dans lequel ils s’inscrivent en termes de modularité et de second œuvre (cloisons, portes, planchers, éclairage).

dotée éventuellement de petits côtés rayonnés permettant d’accueillir au besoin jusqu’à dix participants, est une bonne alternative – pour autant que l’espace aux jambes ménagé par la structure soit suffisant sur toute la périphérie du plateau.

En termes de dimensionnement et d’aménagement, le nombre standard de participants constitue le critère de base. Autour d’une table trop grande, un petit groupe se sentira un peu perdu, tandis qu’un sureffectif entraîne un sentiment de confinement très désagréable et peu propice à des échanges fructueux.

Il est toujours utile de prévoir un paperboard – équipement aussi classique que pratique et efficace. Un bahut à tiroirs permet par ailleur de stocker de la documentation et les différents matériels, des stylos au bloc de recharge pour le paperboard. Lorsque la salle de réunion sert aussi de coin détente lors de la pause de midi, le bahut permet également de ranger la vaisselle nécessaire.

35

4 Lorsque le nombre de participants varie souvent et

Salle de réunion pour 8 à 10 participants

dans de fortes proportions, les tables modulaires – par opposition aux configurations fixes – présentent un intérêt évident. De simples étriers permettent de solidariser les tables tout en assurant le guidage du câblage le long du piètement. Selon la configuration choisie, la modularité du système optimise la polyvalence de l’espace disponible.

1

3 4

2

1 Sièges empilabes à piètement luge 2 Écran plat mobile 3 Bahut pour la documentation, le matériel, etc. 4 Paperboard

36

Espaces conférence et salles de réunion classiques

470

470

200

590

590

470

120

118

590

2

4

336

1

110

118

270 110

3

168

130

120

140

130

180

130

130

Échelle 1:100 / Dimensions en cm Taille de la pièce : 30 m²

Ici, des tables de petite dimension – elles sont moitié moins grandes que les tables principales –

de prévoir des possibilités de connexion courants forts/courants faibles en nombre suffisant, soit

Un système audiovisuel mobile vient compléter l’équipement. Lorsqu’il n’est pas utilisé, il se

jouent le rôle ‘d’électrons libres’. Pour varier la capacité d’accueil de la configuration, il suffit de les rajouter. Le reste du temps, rangées contre le mur, elles servent à déposer objets et documents. Les participants peuvent procéder eux-mêmes à la reconfiguration du système, sans intervention extérieure ni outils.

au sol, soit intégrées aux plinthes. Sur la configuration présentée, des filets placés sous les plateaux remplacent les chemins de câbles classiques. Ils sont très polyvalents, qu’il s’agisse d’accueillir un excédent de câblage, une alimentation ou un chargeur, voire de débarrasser tout simplement le plateau de documents et d’objets dont on n’a pas un usage immédiat.

range facilement et n’interfère pas avec les autres utilisations de l’espace.

nal et précieux : il permet de créer jusqu’à quatre postes de travail temporaires. L’intérêt d’une telle

Le dessin épuré des tables à quatre pieds correspond à l’archétype le plus strict de la table. La

complexes. En situation ‘postes de travail’, les sièges empilables peuvent être rangés dans un

possibilité est évident au sein de structures très évolutives, mais aussi pour offrir à certains colla-

modularité de la composition n’en est qu’augmentée. Le contexte seul détermine l’utilisation

coin de la pièce. Quant aux sièges de travail, leur cadre de dossier semi-rigide tendu de résille élas-

borateurs – la force de vente en est le meilleur exemple – un poste de travail lorsqu’ils sont de passage dans l’entreprise, et cela sans nécessiter un aménagement permanent utilisé seulement

du mobilier, tantôt table de réunion, tantôt ensemble de postes de travail, tantôt table de repas lors de la pause de midi. Il en va de même des autres meubles, choisis dans des finitions et

tique épouse la morphologie de l’utilisateur sans entraver sa liberté de mouvement. L’utilisation de résille permet en outre, même en implantation dense, de préserver une forme de transparence

sur un mode sporadique. La seule contrainte est

des hauteurs assorties à celles des tables et non moins polyvalents.

et de légèreté particulièrement agréables sur le plan esthétique.

De plus, le dispositif présente un avantage origi-

Les sièges choisis associent des versions empilables à piètement luge et des sièges de travail réglables en hauteur. Ces derniers n’étant destinés qu’à une utilisation temporaire, la préférence a été donnée à l’esthétique, que souligne l’absence de mécanismes de réglage volumineux et

37

91–102

Les sièges dans le contexte des salles de réunion

42–53

64

61

91–102

42–53

Module = Largeur de la chaise + 15 cm

68

63 112–123

42–53

68

65

1

4 Dans un souci de cohérence dicté par les principes d’identité visuelle de l’entreprise, il est logique de choisir des sièges tous issus d’une même gamme. Pour répondre à toutes le variantes d’usage, une telle gamme comprend en règle générale des sièges de travail avec et sans accoudoirs, des sièges à piètement luge et des sièges visiteurs à quatre pieds ou à piètement traîneau. Une telle gamme répond aux exigences fonctionnelles tant d’un poste de travail ou d’une salle de formation que d’un espace conférence. Pour choisir le siège le mieux adapté, il faut prendre en compte notamment la durée moyenne des réunions, le nombre de participants et la nécessité ou non de disposer d’une réserve importante de sièges. Plus les réunions ont tendance à se prolonger, plus il est important de privilégier le confort et la liberté de mouvement.

Sièges pivotants

Dans des espaces de réunion à vocation

Conçus pour répondre aux critères

très statutaire, des sièges luxueusement

ergonomiques d’un siège de travail, il

finis, particulièrement larges, habillés

est important qu’ils bénéficient d’un

de tissus ou de cuirs haut de gamme et

système d’inclinaison synchronisée de

éventuellement dotés de dossiers hauts

l’assise et du dossier. Cette caractéristi-

sont particulièrement appropriés. Lors-

que est en effet très appréciable lors de

qu’ils sont équipés de patins plutôt que

réunions prolongées. Lorsqu’une réu-

de roulettes, le ressort de rappel de

nion dure deux heures et plus, la liberté

l’assise assure un parfait alignement

de mouvement influe directement sur

des sièges non utilisés.

la capacité de concentration des participants. Au-delà d’une assise dynamique

Matières et finitions

sur le principe décrit plus haut, une

Les revêtements tissu les mieux adaptés

coque d’assise souple et un cadre de

sont en pure laine ou en fibres naturel-

dossier semi-rigide tendu de résille per-

les mélangées de type laine et coton.

mettent de parfaire l’ergonomie du

Des tissus relativement légers sont

siège – quelle que soit la morphologie

à privilégier, car ils épousent mieux la

de son utilisateur du moment. Un tel

forme du corps. Pour la structure,

cadre de dossier tendu de résille associe

choisir l’aluminium moulé sous pression

à une esthétique épurée et rigoureuse

(par exemple pour les croisillons de

une transparence visuelle très bienve-

piètement) ou une matière synthétique

nue et une excellente ventilation.

comme le polypropylène permet de gagner du poids tout en optimisant la qualité, la longévité et les possibilités de recyclage final.

38

Espaces conférence et salles de réunion classiques

88

78 44

43

57

54

56

58

85

78

43

57

56

44

54

58

106 (15 x)

Sièges visiteur à quatre pieds

Matières et finitions

Dans les salles de réunion et de sémi-

La structure d’un siège à piètement

naire, des sièges visiteur à quatre pieds

luge est réalisée en tube d’acier laqué,

sont une alternative envisageable ; ils

chromé brillant ou chromé mat selon

peuvent être complétés par des sièges

la finition de la table. Pour les versions

d’appoint. Idéalement, ces derniers

empilables, la finition chromée brillant

seront empilables. Dans les deux cas,

s’impose, car elle est seule à être

les entraves au mouvement liées à la

largement insensible aux frottements

conception statique de la structure

liés aux manipulations : même au terme

doivent être compensées par une pause

d’années d’utilisation, elle demeurera

toutes les heures.

quasiment exempte de toute altération.

Matières et finitions

La finition chromée brillant possède

La structure de sièges à quatre pieds

également de longue date une conno-

n’impose guère de contraintes techni-

tation statutaire. De plus, son pouvoir

ques. Toute matière suffisamment résis-

de réflexion affine visuellement la

tante peut être utilisée, en particulier

structure du siège.

les profilés alumiminium, les tubes en

98

2

acier, le bois et les résines de synthèse,

Sièges à piètement traîneau

ces différentes matières étant de plus

Leur structure toute en finesse et leur

combinables. Il convient cependant de

légèreté corollaire les prédestinent aux

veiller aux impératifs d’une réparation

espaces de réunion informels, au sein

éventuelle et du recyclage du siège, ce

desquels ils constituent une alternative

qui conduit à éliminer, dans la mesure

très probante aux sièges à quatre

du possible, la mise en œuvre de

pieds ou à piètement luge. En version

matériaux composites. Les matériaux

empilable, ils se prêtent idéalement à

produits industriellement offrent les

l’équipement en implantation dense

meilleurs garanties de précision des

de salles polyvalentes, d’espaces de

assemblages et de longévité. Le bois,

formation et de conférence. Ils offrent

pour sa part, joue la carte des ressour-

une variabilité optimale et permettent

ces renouvelables.

notamment de stocker des sièges d’appoint dans un minimum d’espace.

Sièges à piètement luge

Équipés d’une assise et d’un dossier en

Cette variante de siège se prête tant à

résille tendue, ils offrent un bon confort

un usage de type visiteur qu’à l’équipe-

pour une durée n’excédant pas 75

ment de salles de réunion et de sémi-

minutes.

naires. Sa structure en cantilever offre une élasticité qui se traduit par un bon

Matières et finitions

confort et incite à changer fréquemm-

La structure d’un siège à piètement

ment de posture, un aspect très impor-

traîneau est généralement réalisée en

tant sur le plan de l’ergonomie. Sa

fil d’acier chromé brillant sur le principe

plage d’utilisation dans de bonnes con-

d’une cage indéformable intégrant

ditions de confort atteint 90 minutes

l’assise et le dossier. L’utilisation d’une

selon les revêtements choisis. Au sein

résille élastique tendue souligne encore

d’une gamme donnée, il est en général

la finesse du dessin tout en offrant une

judicieux de disposer également d’une

ventilation optimale. Très léger, un

version empilable.

siège de ce type est particulièrement facile à manipuler et peut être empilé en piles très compactes sans risquer

Illustrations : Siège de travail pivotant de la gamme Modus (1); siège de la gamme Sito à piètement luge et table DinA (2)

d’abîmer la résille, même en cas de manipulations tres fréquentes. 39

Les tables individuelles dans le contexte des salles de réunion

180 150 125

120

73

73

120

180, 150, 125

240 180 1

Tables individuelles

Pour les tables rectangulaires, une

meilleure solution est d’opter pour des

rants, l’acier inoxydable est une bonne

Afin que chacun ait suffisamment de

structure en position médiane associée

plateaux orthogonaux à chants droits.

solution, sachant qu’il est recomman-

place pour participer dans de bonnes

à un cadre ou à des traverses longitudi-

Des étriers permettent de les solidariser

dable d’opter pour une finition résis-

conditions sans gêner son vis-à-vis, il

nales permet de maximiser l’espace aux

et d’assurer ainsi la stabilité de l’ensem-

tante aux éraflures et aux chocs.

convient d’opter pour des tables en

jambes. De plus, l’esthétique épurée

ble.

profondeur 120 cm. Des tables à

d’une telle table s’harmonise bien avec

plateau rond favorisent idéalement les

une pièce de petite dimension, qui se

Matières et finitions

Des matières comme le linoléum, le

échanges. Monté sur une colonne cen-

retrouverait ‘écrasée’ par une table trop

La structure est souvent réalisé en alu-

stratifié et le placage bois permettent

trale maximisant l’espace aux jambes, le

massive. Sur un plan plus général, la

minium anodisé, laqué ou chromé

de mettre la table en harmonie avec le

plateau peut atteindre jusqu’à 180 cm

table à quatre pieds demeure une solu-

brillant, le piètement proprement dit

concept global d’aménagement. Une

de diamètre. Une embase massive

tion aussi archétypale que contempo-

étant généralement en aluminium poli

variante supplémentaire, d’inspiration

assure la stabilité de l’ensemble. En

raine. Il faut cependant veiller à privilé-

ou chromé brillant. Les chants bois

particulièrement contemporaine : la

règle générale, plus une table se rap-

gier, le cas échéant, des structure aussi

– matière agréable au toucher – sont

combinaison de plateaux en médium

proche de la forme ronde, plus elle est

minimalistes que possible, afin de ne

dotés d’un profilé antichoc, fonctionnel

teinté dans la masse avec une structure

conviviale et plus elle permet de varier

pas pénaliser l’espace aux jambes. Dans

et esthétique : son coloris noir con-

à quatre pieds en acier..

le nombre de participants. À l’inverse,

tous les cas – sachant que même les

trasté affine visuellement le plateau.

plus la forme de la table est allongée,

constructions les plus récentes ne

plus l’accent est mis sur les participants

garantissent pas une parfaite planéité

Idéalement, les structures à quatre

assis aux deux extrémités – ce que des

des planchers – des vérins de compen-

pieds comportent un cadre invisible en

petits côtés rayonnés, dans le cas d’un

sation sont indispensables. Lorsque le

acier et les plateaux dotés de chants

plateau rectangulaire, atténuent quel-

cahier des charges prévoit de pouvoir

droits sont conçus pour une juxtaposi-

que peu.

juxtaposer et combiner les tables, la

tion bord à bord. Pour les pieds affleu-

40

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Finition des plateaux

Les volumes de rangement dans le contexte des salles de réunion 59,4

2

118

59,4

42

73

168

84

84

42

53

59,4

68

94,5

Volumes de rangement

Des éléments indépendants et recombi-

finition ‘neutre’ de type métal laqué.

Des bahuts dotés de portes éventuelle-

nables permettent au besoin d’adapter

Enfin, des plateaux assortis aux tables

ment coulissantes, de tiroirs et d’étagè-

la configuration aux impératifs fonc-

– y compris sur le plan des finitions de

res – et qui appartiennent souvent à

tionnels du moment. Des roulettes

chant – accentuent encore l’harmonie

une gamme polyvalente de mobilier de

facilitent le processus, mais peuvent

globale du concept d’aménagement.

bureau – se prêtent également à l’amé-

engendrer un alignement quelque peu

nagement de salles de réunion. Pour

approximatif des éléments juxtaposés.

accentuer la dimension statutaire de

À noter : des meubles conçus pour une utilisation en isolé se distingueront

l’aménagement, il est judicieux d’assor-

Matières et finitions

idéalement par une apparence essen-

tir le plateau des meubles de range-

Dans le cas d’un mobilier modulaire,

tiellement identique sur les quatre

ment à celui des tables. Une gamme

des matériaux faciles à usiner avec pré-

faces.

modulaire permet de créer des con-

cision s’avèrent avantageux – par exem-

cepts d’aménagement personnalisés

ple des profilés verticaux en aluminium

comprenant par exemple des vitrines

extrudé associés à des étagères en tôle

avec ou sans éclairage intégré. Ici aussi,

d’acier. L’intégration aux profilés d’une

il est indispensable que les éléments

alimentation électrique éventuelle per-

de mobilier soient dotés de vérins de

met de mettre en œuvre des systèmes

compensation.

d’éclairage halogène basse tension. Les profilés seront anodisés naturel ou chromés brillant pour s’harmoniser

3

avec la structure des tables. Les façades privilégient quant à elles soit un revêtement assorti aux plateau, soit une

Illustrations : sièges Sito à piètement luge et table de la gamme 635 (1) ; bahut de la gamme Conrack (2) ; chaises empilables à piètement traîneau de la gamme Aline et table DinA (3)

41

Espace conférence pour 12 participants

4 L’espace conférence classique destiné à accueillir 12 participants ou plus est généralement partie intégrante d’une strate hiérarchique : des participants de rang égal s’y retrouvent périodiquement entre eux. Souvent, de tels espaces offrent une vue agréable et une qualité d’éclairage basée sur une lumière naturelle généreuse. Selon le niveau de reponsabilité des utilisateurs au sein de l’entreprise, l’aménagement est plus ou moins statutaire, mas il se distingue généralement d’un espace de travail standard par la qualité des finitions – typiquement au niveau des revêtements de sol et des habillages muraux. L’espace intègre un éclairage modulable et des équipements conçus pour recevoir des supports

3

didactiques multimédia. Sur un plan genéral, il est recommandable que l’alliance des formes, des matières

2

et des couleurs fasse l’objet d’une mise en harmonie rigoureuse.

1

Des trappes intégrées permettent de raccorder les ordinateurs portables des participants aux boîtiers de connexion situés sous le plateau. Si les connexions incluent un mode ‘Show me’, chaque participant peut accéder à tour de rôle 4

au système de visualisation directement depuis son ordinateur et en partager les contenus avec l’ensemble de l’assistance.

Lorsqu’un projecteur pour supports ‘papier’ analogiques est utilisé, la desserte qui le reçoit permet également de déposer les documents à projeter.

42

Espaces conférence et salles de réunion classiques

920 Échelle 1:100 / Dimensions en cm

500

160 180

Taille de la pièce : 46 m² Superficie utile : 41 m²

180 4

1

Surface de projection : 5 m² 2

130

180

3

160

150

150

1 Desserte pour rafraîchissements assortie au bahut

L’écran peut être occulté par un système de panneaux coulissants. Un deuxième jeu de panneaux coulissants optionnels permet de placer un tableau d’affichage ou un tableau blanc face à l’assistance. Pour respecter la cohérence visuelle de l’aménagement, la matière et la couleur des panneaux sera assortie aux autres éléments de mobilier. Un équipement multimédia complet intégrera également une caméra numérique sur pied installée sur une desserte spécifique. Elle permet de visualiser des documents ‘papier’ ou des objets. Son principe la rapproche de la rétroprojection, mais elle est sensiblement plus versatile et n’est pas liée à un emplacement fixe. Elle n’est en effet tributaire que d’une alimentation secteur et d’un câble de raccordement au

2 Bahut recevant la réserve de rafraîchissements, la documentation et le téléphone. 3 Trappes d’accès intégrées et boîtiers de connexion pour ordinateurs portables 4 Desserte équipée d’un projecteur pour supports analogiques.

projecteur numérique.

De plus en plus, même les salles de conféence classiques intègrent des supports de visualisation multimédia : ils permettent aux participants d’aller à l’essentiel sans perdre de temps. À noter à ce propos : les plus puissants des projecteurs ne peuvent rivaliser avec la lumière du jour. Il faut par conséquent prévoir un système conçu pour la réguler et l’atténuer. Dans un aménage-

teur, il faudra utiliser un projecteur nettement plus puissant, au prix d’un niveau sonore et d’un dégagement de chaleur sensiblement supérieurs. Par ailleurs, l’intervenant ne pourra pas se placer entre le projecteur et l’écran, sous réserve de genérer une ombre portée qui occulterait une partie de l’image.

ment de ce type, il est important de trouver le bon équilibre entre les exigences techniques des

Pour un surface de projection, le paramètre critique est la distance maximum entre l’assistance et

supports multimédia et l’harmonie du concept d’aménagement global. Un écran occupant un mur entier permet, dans un tel cas, de dissimuler

l’écran. Pour un format 4:3 et dans de bonnes conditions de projection en termes de luminosité et de contraste, elle ne devrait jamais dépasser

les divers équipements – système de rétroprojection, pupitre de commande et équipements mobiles de type projecteur etc.

six fois la largeur de l’écran. Celle-ci, à son tour, dépend de la hauteur de la pièce, sachant que le bord inférieur de l’écran doit se trouver à 120 cm du sol au minimum.

Lorsque la profondeur de la pièce est insuffisante pour installer un système de rétroprojection, un projecteur numérique monté au plafond constitue une bonne alternative. Cela étant, pour obtenir la même luminosité qu’un rétroprojec-

Un plateau de table de forme tonneau offre par rapport à un plateau droit un meilleur contact visuel entre participants. La table, longue ici de 510 cm, est dotée d’une structure en position centrale, garante d’un excellent espace aux jambes. Les sièges conférence pivotants permettent aux participants tantôt de se faire face, tantôt de se tourner vers l’écran sans changer la position de leurs sièges. Un bahut permet de ranger les documents et éventuellement la vaisselle, tandis que les dessertes facilitent l’accès des participants aux rafraîchissements.

Il en résulte la formule suivante : Hauteur sous plafond - 120 cm = hauteur de l’écran Hauteur de l’écran x 4/3 = largeur de l’écran Largeur de l’écran x 6 = distance maxi. écran-public

43

Espace conférence pour 12 à 16 participants

4 Il n’est pas rare que des espaces conférences – en particulier lorsqu’ils sont très statutaires – rompent la modularité du bâtiment qui les abrite, allant jusqu’à faire saillie en façade. Très souvent, ils sont alors de forme particulière, et la table est conçue pour reprendre elle-même les contours de l’espace conférence. Une structure modulaire articulée permet de s’affranchir de toutes contraintes, ou presque, en matière de forme et de dimension du plateau – qu’il soit carré, rectangulaire, rond, en anneau, elliptique, et cette liste n’est pas limitative. Cette solution présente en outre l’avantage de combiner la précision et la qualité d’une structure produite en série avec un plateau dans une finition ébénisterie de très haut de gamme.

Le plateau ouvert en étrave est en harmonie avec la géométrie spécifique de l’espace. Deux écrans plats intégrés au mur assurent la visualisation des contenus multimédia.

Dans cette configuration compacte, le plateau de table en tonneau repose sur quatre pieds en T seulement. Un écran mobile, facile à rapprocher des participants si nécessaire, permet de visualiser les contenus multimédia.

44

Espaces conférence et salles de réunion classiques

980

750

170

160 1050

190

600 360

220 590

286 190

205

230

160

360

Échelle 1:125 / Dimensions en cm

220

Taille de la pièce : 45 m²

Échelle 1:125 / Dimensions en cm Taille de la pièce : 66 m²

Les plateaux de forme elliptique, en étrave ou en tonneau favori-

Dans l’exemple de gauche, la forme relativement compacte de la

sent les interactions entre participants. Deux exemples en sont présentés ici : une table de forme tonneau longue de 360 cm et large de 180-220 cm reposant sur quatre pieds en T seulement, et une table en étrave longue de 509 cm pour une largeur de 205-286 cm reposant sur six pieds à embases rondes. Les deux configurations sont dotées de chemins de câbles basculants fixés sous le plateau. Ils permettent d’ordonner les câblages courants forts/courants faibles qui tendent très vite à se multiplier ; des limiteurs de tension et des connecteurs facilitent la mise en place des équipements multimédia dans les meilleures conditions esthétiques et techniques.

table permet d’utiliser un écran plasma 50”. Bien que relativement petit, il peut être rapproché suffisamment de la table pour que la distance maximale entre l’écran et les participants n’excède pas 4 m. Lorsqu’il n’est pas utilisé, l’écran est simplement rangé le long du mur. Dans des configurations imposant une distance écran-assistance plus importante, la réalisation d’un mur d’image à partir d’écrans juxtaposés permet de rétablir le rapport tailledistance évoqué plus haut. Les sièges seront de type pivotant ou à quatre pieds, ces derniers, pour autant qu’ils soient empilables, présentant l’avantage de

La structure articulée qui solidarise les éléments de piètement

pouvoir stocker des sièges d’appoint dans un minimum d’espace. Une reprise de l’essence de placage du plateau de table pour les

minimise le nombre de pieds requis. Cela assure un excellent espace aux jambes et facilite l’entretien des sols. Ici, le galbe des

façades et les plateaux des volumes de rangement, ainsi que – le cas échéant – pour les accoudoirs, accentue le côté statutaire et

côtés et les extrémités du plateau rayonnées permettent de varier le nombre des participants très facilement – tout en préservant l’avantage que représente une configuration statique, toujours en parfaite harmonie avec les proportions de l’espace dans lequel elle s’inscrit.

cossu de l’aménagement.

45

4 Lorsque le contact visuel entre les participants est

Espace conférence pour 18 à 22 participants

un facteur important au même titre que la possibilité de présenter des informations, les tables fixes en fer à cheval complétées par une table pliante mobile sont une solution élégante. D’une façon générale, dans les configurations à plateau ouvert, notamment en fer à cheval ou en anneau, l’utilisation de voiles de fond évitera aux participants se sentir ‘observés’ de la tête aux pieds. De plus, les voiles de fond permettront de dissimuler le câblage et les accessoires techniques fixés sous le plateau. Lorsque chaque participant n’a pas à partager sa portion de plateau avec un vis-à-vis direct, une profondeur de plateau de 90 à 105 cm est suffisante. Dans l’exemple présenté ici, les segments de

2

plateau, les cadres de structure et les piètements constituent des éléments modulaires définissant le nombre et l’emplacement des participants.

3 1

6 4

46

Espaces conférence et salles de réunion classiques

5

890

890

890

225 225

180

225

890 225

2

1

105

120

465

250

225

180

105

120

465

225

3 6 5 200

180

180

1 Bahut recevant la réserve de rafraîchissements, la vaisselle et la documentation

200

180

180

Échelle 1:125 / Dimensions en cm Taille de la pièce : 75 m²

2 Desserte pour rafraîchissements ou stylos et fournitures 3 Écrans plats fixés au mur 4 Voiles de fond dissimulant les jambes des participants 5 Boîtiers de connexion affleurants pour ordinateurs portables 6 Table pliante sur roulettes dotée d’un chemin de câbles et d’un boîtier de connexion intégrés

Les développements en matière d’écrans plats ont été tels qu’aujourd’hui, il va pour ainsi dire de soi d’en équiper toute salle de réunion – pour autant qu’elle ne soit pas trop grande. La juxtaposition de plusieurs dalles pemet par ailleurs de visualiser en simultané des contenus différents – une possibilité séduisante par exemple lors d’une visioconférence, pendant laquelle il est possible de consulter en parallèle des sites internet ou d’afficher des informations complémentaires. Lorsque – au-delà de l’accès à l’information – l’écran sert à intervenir en temps réel sur des données informatiques, des écrans tactiles et/ou pouvant être pilotés depuis l’ordinateur portable de chaque participant grâce à une liaison informatique intégrée sont la solution la plus appropriée.

Ici, le choix s’est porté sur des sièges à piètement luge empilables aux proportions généreuses. L’arête supérieure horizontale du dossier contribue à la linéarité très sobre de l’ensemble sièges-table. Un bahut et une desserte destinée aux rafraÎchissement et aux fournitures viennent compléter l’aménagement. Si ce dernier n’inclut pas un équipement multimédia, il convient de prévoir un paperboard – tant la visualisation immédiate des contenus et des contributions de chacun est indispensable pour que chaque participant s’implique activement. Ici aussi, une harmonie poussée en termes de matières et de finitions valorise le concept d’aménagement.

47

Espace conférence pour présentations et visioconférences

2 1

Échelle 1:100 / Dimensions en cm Taille de la pièce : 48 m²

3 4

1 Desserte pour rafraîchissements et fournitures 2 Écran plat fixé au mur, caméra numérique ét enceintes 3 Boîtiers de connexion affleurants pour ordinateurs portables 4 Écran plat intégré en affleurement du module de commande des fonctions visioconférence Table de conférence en fer à cheval orientée vers un écran plat ; elle peut accueillir 9 à 11 participants dans un espace conçu spécifiquement

740

pour les présentations multimédia et la visioconférence.

145

640

1

350

4 Portée par les progrès de la transmission des données 4

via internet et par la baisse du coût du matériel, la visioconférence est entrée dans sa phase de maturité :

3

les images floues et vacillantes et les décalages entre le son et l’image appartiennnent définitivement au passé ! L’équipement de base aux deux extrémités de la liaison

145 360

internet comprend un écran, une sonorisation et une caméra numérique dotée d’un objectif grand angle. Selon la taille de la pièce, le support de visualisation peut être une dalle numérique (diagonale d’écran :

150

230

minimum 50”), un écran classique ou un écran de rétroprojection. Lorsque la caméra est bien centrée par rapport à l’écran, le face-à-face virtuel des participants est quasiment parfait et les conditions optimales de l’échange sont ainsi réunies.

48

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Dans de nombreuses entreprises, le recours aux technologies multimédia va aujourd’hui de soi. En parallèle aux possibilités de visualiser des informations ou des contenus – qu’ils soient analogiques ou numériques – la visioconférence est une application particulièrement séduisante de ces nouvelles technologies. La mondialisation a rendu monnaie courante la coordination d’équipes délocalisées tout comme les contacts commerciaux et techniques à distance en temps réel. Dans un tel contexte, visualiser son interlocuteur est un facteur décisif de confiance et d’efficacité des échanges. Cela rend la visioconférence bien plus conviviale qu’une classique conférence téléphonique. De plus, la visioconférence permet de montrer des documents et des objets, ce qui augmente de beaucoup la dynamique, la précision et la

La configuration en fer à cheval présentée ici repose sur quatre embases rondes seulement, reliées par des traverses extrudées pouvant atteindre jusqu’à trois mètres de portée. Les supports de plateau coulissent dans les traverses et sont disposés de telle sorte que toutes les connexions et le câblage puissent être placés dans des chemins de câble basculants. L’avantage de ce dispositif : il permet de placer à l’abri du regard tous les accessoires, chargeurs, alimentations, connecteurs, excédents de câblage qui, tout particulièrement dans une salle à vocation multimédia, deviendraient vite très disgrâcieux. Les quatre trappes d’accès en finition ébénisterie permettent chacune à deux participants de se connecter aux réseaux courants forts, vidéo, audio, USB et d’activer la fonction ‘Show me’. Cette dernière permet à chaque partici-

pertinence du débat.

pant, comme nous l’avons vu plus haut, d’accéder directement à l’écran de visualisation partagé depuis son ordinateur portable. Intégré à la partie transversale du fer à cheval, le poste de commande est doté d’un écran plat rabattable à commande motorisée. Sur sa face arrière, il est plaqué bois pour s’intégrer

Pour garantir les conditions d’une interaction bien partagée, il ne faut pas dépasser, en principe, dix participants de part et d’autre. Lorsque les visioconférences sont fréquentes, il est judicieux d’équiper la salle de réunion d’une table fixe orientée vers l’écran. La table en fer à cheval présentée en page 44 se distingue par des plateaux latéraux légèrement rayonnés ; ceux-ci facilitent les échanges entre voisins de table. La caméra est intégrée à la dalle de visualisation murale ; ce type de caméra couvre en général un angle de 60 à 90° sans distorsion notable. La largeur maximale de la table dépend de trois paramètres – la diagonale de l’écran, la focale de l’objectif de la caméra et la distance entre l’écran et la partie transversale du plateau en fer à cheval. La position legèrement en diagonale des plateaux latéraux permet à chaque participant de voir parfaitement l’écran et d’être vu par ses inter-

parfaitement au plateau en position rabattue. Le mécanisme de motorisation, l’écran et le clavier sont montés sur un cadre autoporteur ; fixé directement sur la structure, il déleste le plateau. La double interface – écran tactile et clavier – permet de gérer toutes les fonctions du système multimédia, de la projection de DVD jusqu’à l’accès internet. Une fonction supplémentaire permet de gérer en parallèle les fonctions de type domotique – protection solaire, température ambiante etc.

locuteurs délocalisés. Il est aussi possible d’utiliser des caméras sur rotule à reconnaissance sonore : elles s’orientent alors automatiquement vers le participant qui prend la parole.

média, l’aménagement joue la carte statutaire en conjugant finitions ébénisterie, structures chromées brillant et raffinement des tissus et des cuirs mis en œuvre.

Grâce à des sièges dotés de ressorts de rappel, les dossiers se repositionnent d’eux-mêmes parallèlement à la table. Compte tenu du caractère très haut de gamme de l’équipement multi-

Jusqu’à 10 participants, un seul microphone omnidirectionnel est suffisant. Quant à la sonorisation, elle est généralement installée à proximité de l’écran pour créer un couplage son-image aussi naturel que possible.

49

Visioconférences

4 Les espaces de visioconférence dédiés gagnent à créer autant que faire se peut un effet de continuité avec les espaces délocalisés auxquels ils sont reliés. Cela optimise le naturel et la qualité des échanges. Les équipements techniques et l’éclairage répondent à des impératifs proches de ceux d’un plateau de télévision : ils sont choisis et conçus pour correspondre au mieux à la configuration de l’espace et à son aménagement.

1

4

3

2

Espace de visioconférence pour 6 à 9 participants ; sa configuration est spécifiquement étudiée pour ‘gommer’ au maximum la distance réelle entre les participants en donnant l’impression d’un espace partagé.

50

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Échelle 1:100 / Dimensions en cm Taille de la pièce : 48 m²

1000

590

140

1

210 3

rupture perçue entre les espaces réel et virtuel. Même si l’économie réalisée ne devait représenter que 20 % des frais de voyages engendrés par les déplacements d’une partie des participants, un tel espace aurait tôt fait de s’amortir.

2

190 750 4

130

120

1 Dalle vidéo fixée au mur, caméra et enceintes 2 Boîtiers de connexion montés en affleurement pour ordinateurs portables 3 Poste de commande équipé d’un écran informatique rabattable 4 Desserte pour fournitures et/ou rafraîchissements

La mondialisation des activités économiques – et les contacts qui en découlent entre interlocuteurs situés aux quatre coins du monde – a provoqué une augmentation très sensible des voyages d’affaires. Ils engendrent pour les collaborateurs concernés, qui occupent souvent des postes élevés, des contraintes, une fatigue et une perte de temps et de productivité considérables – sans compter les frais de déplacement proprement dits et l’impact négatif sur l’environnement, notamment lors de voyages en avion. Pour pallier ces nombreux inconvénients, un nombre croissant d’entreprises aménagent désormais des espaces de visioconférence dédiés. Ils sont conçus pour éviter au maximum toute sensation de discontinuité entre les deux espaces conférence connectés l’un à l’autre – en minimisant la

Idéalement, la taille de l’écran est calquée sur la largeur de la table semi-elliptique, afin de créer un effet de table en anneau avec les participants délocalisés. Pour y parvenir dans les meilleures conditions, l’écran de rétroprojection (la solution la plus adaptée ici), est monté dans la longueur de la pièce, à l’inverse d’une salle de réunion conventionnelle. Une sonorisation sophistiquée et des caméras synchronisées prennent en compte tous les paramètres critiques, notamment le nombre de participants et leur répartition autour du plateau de la table. Il faut veiller à choisir des coloris plutôt sombres pour les murs de la pièce, afin que les visages ressortent bien : en cas de murs trop clairs, le correcteur d’exposition automatique de la caméra aurait tendance à sous-exposer les visages. Les systèmes muraux de sonorisation de nouvelle génération évitent les interférences et sont faciles à intégrer de façon très discrète. Le système vidéo et le plateau semi-elliptique sont configurés et disposés de telle sorte que les deux moitiés de l’ellipse – la partie réelle et la partie virtuelle – donnent l’illusion de se rejoindre. Le plateau est posé sur une structure nécessitant un nombre réduit d’éléments de piètement : cela offre un excellent espace aux jambes et permet de répartir librement les participants, afin d’éviter un effet de ‘place vide’. En matière de sièges, les recommandations rejoignent celles formulées en page 45.

51

4 Dans les espaces à vocation polyvalente, utilisés pour

Espace de visioconférence multifonction

part en mode visioconférence ou multimédia, mais destinés le reste du temps à accueillir des réunions de type classique, une table reconfigurable s’impose. Dans le second cas, les participants seront installés sur tout le périmètre de la table, tandis qu’en mode visioconférence, la table sera reconfigurée pour permettre à tous de faire face à la caméra et à l’écran.

3

2

4 6

1

3

2

5 4 Table de réunion ovale pour 12 à 14 participants, convertible en table de visioconférence.

52

Espaces conférence et salles de réunion classiques

1

7

Échelle 1:100 / Dimensions en cm

850

Taille de la pièce : 62 m²

780

120 1

850

0

300

780 1

2

2

49

180

3

30°

490

3

180

4

120 300

4

185

185

230

175

L’une des extrémités de la table est constituée par un plateau rond 1 Bahut pour rafraîchissements, vaisselle et documentation 2 Desserte pour fournitures 3 Dalles vidéo fixées au mur 4 Paperboard comme support de discussion et de visualisation des idées 5 Voiles de fond 6 Boîtiers de connexion montés en affleurement pour ordinateurs portables 7 Poste de commande des fonctions visioconférence monté en affleurement et équipé d’un écran informatique rabattable

monté sur une structure en arc, aux extrémités de laquelle sont fixés deux segments de plateau pivotants montés sur roulettes. Leur pivotement permet de créer une table en V orientée vers l’écran. Un telle table peut être équipée de tous les accessoires techniques décrits au chapitre précédent ; le câblage est installé de telle sorte à de permettre aux plateaux latéraux de pivoter sans contrainte. Le plateau rond peut être monté soit sur un piètement central, soit sur une structure tripode. Cette dernière est à privilégier en cas d’intégration d’un poste de commande avec écran rabattable : elle n’interfère pas avec le montage des équipements et assure la stabilité nécessaire. Le choix des finitions et des matières obéit aux règles générales de l’aménagement d’espaces conférence. Des sièges sur roulettes facilitent la conversion entre utilisation classique et mode visioconférence. Pour éviter de perturber la linéarité de l’aménagement, il est recommandable de choisir des sièges à hauteur d’assise fixe et accoudoirs non réglables. 53

4 Les réunions sont d’autant plus formalisées que le

Espace conférence pour 32 participants

nombre des participants est important : il est nécessaire de se conformer à des règles précises pour assurer et maintenir l’efficacité des échanges entre 20 participants et plus. Afin de préserver – en dépit des disparités hérarchiques – la dynamique et la motivation du groupe, il est important que chaque participant se sente impliqué de la même façon. La meilleure solution est une table ronde ou ovale – selon la configuraion des lieux. Si la distance entre participants atteint 12 m et davantage, un système de sonorisation est nécessaire. Il permettra même aux participants peu rompus aux exercices réthoriques de prendre efficacement la parole et d’être compris de tous. En cas de fonction multimédia intégrée, il faut veiller à une hauteur sous plafond suffisante pour pouvoir installer un écran correctement dimensionné.

1

2 3 Espace conférence avec mezzanine (vestiaire, coin détente et toilettes à l’étage) ; table de conférence modulaire de forme ovale intégrant une table individuelle. Capacité : 32 participants.

54

Espaces conférence et salles de réunion classiques

4

Échelle 1:125 / Dimensions en cm

1640

Taille de la pièce : 158 m² 180

960

1

1200 600

1 Desserte pour rafraîchissements 2 Boîtiers de connexion montés en affleurement pour

2

ordinateurs portables

3 4

3 Microphones de la sonorisation intégrée

180

4 Élément de plateau mobile permettant d’accéder à l’intérieur de l’ellipse 220

220

Lorsque les participants sont nombreux, il est important d’instaurer des modes et des règles de fonctionnement précis : l’efficacité des échanges et la qualité des résultats sont à ce prix. Ainsi, on en arrive vite au stade où il faut demander la parole, voire prédéfinir la séquence des interven-

Détail pratique : pour permettre d’accéder à l’intérieur de l’anneau formé par le plateau, ne serait-ce qu’à des fins d’entretien des sols, il est important d’intégrer, comme ici, un segment de plateau amovible ; parfaitement assorti au reste de la table, il est mobile pour faciliter

tions. Des microphones sont généralement utiles, sachant qu’il faut les doter d’une fonction marche/arrêt pour que les inévitables conversations informelles entre voisins de table ne perturbent pas l’ensemble des participants. Les tables rondes ou elliptiques contribuent à estomper les rapports hiérarchiques et favorisent les échanges entre voisins de table. Dans l’exemple présenté, les segments de plateau modulaires et leurs

l’accès au maximum.

structures correpondent respectivement à deux et trois participants par module.

associé aux qualités ergonomique de l’assise dynamique. Cela permet de minimiser la fatigue que génèrent les réunions prolongées. Des ressorts de rappels intégrés maintiennent automatiquement les dossiers dans l’alignement des chants de la table.

Des voiles de fond peuvent atténuer la gêne que suscite, le cas échéant, le fait que les jambes des participants, placées sous un plateau traité toute en finesse, restent intégralement visibles. À noter : cette gêne est très variable selon la relation qu’entretiennent les participants entre eux et selon la culture d’entreprise prévalente.

Sur les plateaux, des boîtiers de connexion voisinent avec les microphones. Ils permettent aux participants de connecter leur ordinateur ou d’autres équipements électroniques. Les sièges pivotants, particulièrement statutaires, sont dotés d’un coussinage très confortable

55

4 Lorsque le nombre de participants augmente, les

Espace conférence associant tribune et table pour 45 participants

espaces conférence tendent à se subdiviser en auditorium d’une part et en tribune de l’autre. Installés sur la tribune dans un ordre régi par leurs fonctions respectives, les intervenants sont assistés par un système de visualisation combinant un projecteur numérique monté au plafond et un écran placé derrière eux. Les contenus de la projection s’affichent en simultané sur les écrans intégrés à la table derrière laquelle ils siègent. Une deuxième rangée de sièges permet d’asseoir latéralement du personnel auxiliaire ou des intervenants éventuels en surnombre.

1

4

5

2

3

Espace conférence avec mezzanine : table en fer à cheval et table sur tribune constituée de modules fixes intégrant les équipements multimédia.

56

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Échelle 1: 200 / Dimensions en cm Taille de la pièce : 300 m²

1830

250

1640

5

1

1200

2

820

4 3 274

1 Desserte pour rafraîchissements 2 Boîtiers de connexion montés en affleurement pour ordinateurs portables 3 Microphones de la sonorisation intégrée 4 Tribune : écrans plats rabattables à commande motorisée intégrés 190

5 Emplacements réservés aux assistants

1360

et aux traducteurs 220

250

Dans les espaces conférence de grandes dimensions, l’aménagement comprend en général une tribune réservé aux intervenants

En matière de table, la solution à privilégier est une configuration fixe fabriquée sur mesure. Ici, les angles fortement rayonnés

et un auditorium destiné au reste de l’assistance. Sur la tribune, la disposition des intervenants reprend le plus souvent l’archétype de la Cène, la personne au sommet de la hiérarchie se retrouvant au centre, entouré des autres intervenants en ordre hiérarchique décroissant. Losqu’un écran de projection/de rétroprojection est installé derrrière les intervenants, ceux-ci peuvent animer et suivre en parallèle la présentation sans se retourner, grâce à des écrans rabattables intégrés au plateau.

atténuent les connotations hiérarchiques liées à la position des participants et favorisent le contact et le dialogue. Une structure de type médian libère au maximum l’espace aux jambes et supprime toute contrainte de répartition des sièges. En outre, elle facilite l’entretien des sols.

Au sein de la partie auditorium, les participants sont fréquemment regroupés selon leurs fonctions respectives. Lorsque l’assistance se subdivise elle-même entre participants actifs et simples auditeurs, ces derniers, au même titre que les traducteurs éventuels (s’il n’y a pas de cabines spécifiques), sont installés sur une deuxième rangée de sièges.

Des trappes d’accès aux connexions intégrées en affleurement concilient technique et esthétique. Les finitions de plateau et de structure disponibles en termes d’ébénisterie, de formes de chants et de piètement permettent de varier le style d’aménagement entre classiquement cossu et très contemporain. Cela vaut également pour les sièges : si l’ergonomie est une constante impérative, le style, lui, va de modèles au coussinage généreux évoquant un confort luxueux plutôt conventionnel jusqu’à des sièges aux lignes épurées faisant la part belle à la transparence et à la légèreté. Ici, des sièges à dossier tendu de résille et croisillon de piètement à roulettes conjuguent élégance et praticité.

57

90°

90° 45

45

La configuration des tables de conférence

°

°

75, 150, 225

90 110, 120, 135

180

90, 105, 120

90, 105, 120

105, 120

210 150

73 225

240

90, 105, 120

180

+ 75, 150, 225

+180

4 Traditionnellement, l’aménagement des espaces conférence reflète souvent les goûts du ou des décideurs et leur vision personnelle d’un espace à vocation statutaire. Cela n’implique pas forcément de réaliser une table sur mesure. En effet, une gamme large de plateaux combinables permet d’adapter la forme et la taille de la table à la configuration des lieux et aux souhaits du donneur d’ordre – en offrant un grand choix de combinaisons à partir de modules standardisés. Les variantes d’ébénisterie et de finition de la structure permettent de personnaliser en parallèle l’esthétique de la table.

Illustration : Table modulaire de la gamme Logon et fauteuil de la gamme Modus

58

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Les tables de conférence

Les configurations en fer à cheval ou en

Trois paramètres déterminent la forme

périmètre fermé gagnent souvent à être

des tables de conférence : la configura-

équipées de voiles de fond. Au-delà de

tion des lieux, le type de réunion et le

leur fonction d’écran, ils dissimulent les

degré d’interaction souhaité. La combi-

câblages courants forts/courants faibles,

naison d’éléments modulaires standar-

les connecteurs et, le cas échéant, les

disés offre une très grande souplesse :

équipements informatiques intégrés.

chaînages linéaires, formes en étrave ou en fer à cheval, périmètres fermés

Des structures à traverses médianes ou

etc.

cadres intégrés aux plateaux préservent l’espace aux jambes sur toute la péripherie de la table – y compris aux extrémités.

90, 180, 270 max. 335

90, 120

90, 180, 270

max. 340 90, 120

73

90, 120

max. 300 59

Les tables de conférence sur mesure

Quelque modulaire que puisse s’avérer

Matières et finitions

inoxydable poli peuvent cependant, par

la combinaison d’éléments standard,

Pour des tables de moyenne dimension,

leur effet miroir, se révéler indiscrètes.

la réalisation de tables sur mesure est

la combinaison de traverses et de

Dans un tel cas, une finition laquée ou

une option technique à ne négliger en

profilés extrudés verticaux avec des

brossée est préférable. La possibilité de

aucun cas. Dans un tel contexte, une

piètements et des supports de plateau

dimensionner librement les traverses et

structure modulaire articulée, conçue

en aluminium moulé sous pression est

de varier sans contraintes les angles

autour de profilés extrudés faciles à

la solution la plus appropriée. Selon le

d’assemblage permet de réaliser des

dimensionner et de supports de plateau

concept d’aménagement, le choix peut

configurations très originales à partir de

coulissants, offre un choix presque

s’orienter vers quatre types de finition :

modules standard.

illimité de formes et de configurations.

anodisée pour les profilés verticaux,

Lorsque le plateau est constititué de

laquée, polie ou chromée brillant. Cette

Les finitions des chants – bombés, en

nombreux segments, il est judicieux

dernière variante, la plus résistante aux

biseau, droits etc. – offrent, combinées

– au-delà des indispensables vérins de

marques d’usure, est particulièrement

aux variantes de revêtement des pla-

compensation au niveau du piètement –

recommandable pour les piètements

teaux, des alternatives nombreuses en

de pouvoir ajuster très précisément les

proprement dits. De plus, son haut

termes de style. Pour les plateaux

plateaux pour obtenir une parfaite

pouvoir réfléchissant affine visuellement

modulaires, par exemple, des chants en

planéité. De plus, ce système permet

la structure.

multiplex avec protection antichoc inté-

de prémonter toute la structure et

grée, agréables au toucher, sont une

d’installer les accessoires techniques et

Lorsque les plateaux ont une portée

excellente solution. En matière de fini-

le câblage avant le montage final du

importante, il est préférable d’utiliser

tion des plateaux, le choix entre ébénis-

plateau.

des éléments verticaux en tube d’acier

terie, linoléum ou stratifié prendra en

en liaison avec des piètements en T ou

compte les autres composantes de

des embases rondes en acier. Ici aussi,

l’aménagement global et l’intensité des

les possibilités de finition sont très

sollicitations auxquelles sera soumis le

diverses. Les embases rondes en acier

mobilier.

Les segments de plateaux ont chacun

Structures à traverse simple pour

une fonction spécifique selon leur

plateaux jusqu’à 90 cm de profondeur

position – terminale, intermédiaire

et segments de plateau compris entre

ou en angle. Les supports de plateau

75 et 225 cm de large.

permettent de solidariser les segments

60

Espaces conférence et salles de réunion classiques

bord à bord de façon à faire coïncider

Structures à traverse double pour

exactement le point de jonction des

plateaux de 105 à 120 cm de profon-

plateaux avec la position d’un élément

deur et segments de plateau compris

de piètement.

entre 90 et 225 cm de large.

1

Pour les tables de conférences montées

Traverses pouvant être solidarisées

sur une structure à traverses, les con-

entre elles : ouverture du compas

traintes de dimension et de forme sont

compris entre 90 et 180° ; profondeur

minimales. Les traverses en profilé

du plateau comprise entre 90

extrudé, placées en position médiane et

et 120 cm, portée maximum des

solidarisées entre elles par des compas,

traverses : 300 cm.

sont montées sur des colonnes de piètement et reçoivent en nombre variable des supports de plateau coulissants. Ce principe offre une versatilité exceptionnelle. La position des segments de plateau est largement indépendante de celle des 2

colonnes de piètement, pour autant que le porte-à-faux latéral du plateau par rapport à la colonne de piètement

Illustrations :

n’excède pas 45 cm.

Table modulaire de la gamme Travis (1) ; Table modulaire de la gamme Logon et sièges Modus Conference (2)

61

Les fauteuils conférence

Une approche statutaire du siège conférence conduit à privilégier les structures en bois massif, en lamellé-collé, en aluminium ou en acier. Les finitions ébénisterie contribuent tout particulièrement à créer une atmosphère très haut de gamme. En outre, la tendance aux Etats-Unis, en Australie et en Asie est aux bilans écologiques globaux des immeubles tertiaires – mobilier compris. Aussi, les possibilités de réparation, de rénovation et de recyclage en fin de vie du produit gagnent-elles en importance, au même titre que l’utilisation de matériaux renouvelables pour la structure, le coussinage et les revêtements. C’est dire l’importance que ces critères sont appelés à prendre – et prennent déjà dans certaines parties du monde. Pour un siège conférence, au-delà des composantes esthétiques et statutaires, confort et ergonomie sont des paramètres essentiels – tant les participants sont souvent mis à rude épreuve par la durée des réunions et l’intensité des débats. Dans ce contexte, la corrélation entre rembourrage généreux et confort n’est qu’apparente : elle est bien moins garante d’un confort véritable que la souplesse calculée du dossier et la présence d’un support lombaire. Lorsque la position des participants est appelée à varier, des sièges pivotants – ou des sièges à piètement fixe légers et faciles à manipuler – sont les solutions qui s’imposent. Les sièges pivotants gagnent également du terrain dans les environnements conférence classiques. Dans ce dernier cas, une hauteur d’assise fixe contribuera à l’élégance de l’ensemble et évitera les marques d’usure sur des accoudoirs trop souvent entrés en contact avec le chant de la table. À l’inverse d’un poste de travail informatique, une table de réunion ne contraint pas à garder une position fixe, tout au contraire, rendant ainsi superflu un système de réglage de la hauteur d’assise.

62

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Le coussinage et les revêtements doivent pour leur part faire l’objet d’une attention particulière – compte tenu de la durée de certaines réunions. Le cuir continue d’être le revêtement statutaire par excellence. Même sa patine, après des années d’utilisation, peut être considérée comme un facteur valorisant qui souligne la pérennité de l’entreprise. En revanche, le cuir n’offre pas de ventilation digne de ce nom et, en fonction de la température ambiante, son toucher froid ou chaud n’est pas des plus agréables. Un alternative sont les textiles à base de microfibres imitant le cuir retourné et dotés d’une bonne capacité de ventilation. Quant au matériaux de rembourrage, il faut qu’ils résistent à la condensation et contribuent eux aussi à une bonne ventilation. Une doublure en feutre permet de diminuer l’usure par friction et améliore la ventilation. Il est aussi possible de mettre en œuvre de la fibre de coco et du latex naturel. Sachant que les revêtements n’ont pas – ni sur le plan du style, ni sur celui de la résistance mécanique – la même longévité que la structure, il est essentiel qu’ils soient amovibles pour remplacement. L’intérêt est double : redonner aux sièges – pour un budget relativement faible – quasiment l’aspect du neuf et minimiser l’impact environnemental. Les accoudoirs doivent pouvoir supporter aisément une partie du poids de l’utilisateur lorsqu’il les sollicite pour se relever. Leur revêtement doit être agréable au toucher ; ainsi, pour esthétiques qu’ils puissent paraître, les accoudoirs en tube d’acier non gainé sont froids au toucher et peu agréables à l’usage. À l’inverse, le bois, les matières synthétiques grainées et les habillages tissu ou cuir constituent, en fonction des spécificités du concept d’aménagement, autant d’options parfaitement adaptées. Selon les critères d’identité visuelle et les principes propres à l’entreprise, les espaces conférence se fondent dans le concept d’aménagement global ou au contraire s’en démarquent. Dans le premier cas, le recours des sièges conférence issus d’une gamme large est la meilleure solution, dans l’autre, toute latitude est donnée en termes de choix d’un siège parfaitement en phase avec la vocation et le style spécifique de l’espace conférence concerné.

61

61

95

91–102

92–102

45

42–53

42–52

59

68

65

67

63

116

112–123

108–118

45

42–53

42–52

60

68

65

67

63

1

Sièges pivotants

dos et favorise la circulation. De plus,

pour une consommation d’énergie

Ils présentent l’avantage de favoriser

l’assise dynamique permet d’incliner

bien moindre que lors de sa production

les changements de posture, ce qui

le buste vers l’arrière sans comprimer

initiale. Le bilan environnemental du

améliore le confort tout en facilitant les

la face postérieure des cuisses ni avoir

siège s’en trouve amélioré d’autant.

contacts visuels entre participants. Les

le sentiment de glisser vers l’avant.

piètement sur patins peuvent se con-

Compte tenu de variations de morpho-

En matière d’assise et de dossier, les

tenter de quatre branches, ceux sur

logie parfois considérables d’un utilisa-

solutions techniques ne manquent pas.

roulettes doivent en comporter cinq.

teur à l’autre, il importe de pouvoir

Le principe du cadre tendu de résille est

Les piètements sur patins sont plus

régler la force de rappel du dossier.

particulièrement séduisant : il confère

élégants et permettent d’aligner parfai-

Ce principe est préférable aux systèmes

au siège des lignes fines et épurées,

tement les dossiers des sièges en enfi-

d’inclinaison à crantage, qui ne favori-

une élégante transparence, une grande

lade. Équipés d’un ressort de rappel

sent guère les changements de posture

capacité d’adaptation à la morphologie

automatique en option, ils se reposi-

et produisent un effet dépareillé à

de l’utilisateur et une qualité de ventila-

tionneront d’eux-mêmes parallèlement

l’issue de la réunion. À l’inverse, des

tion très appréciable selon le climat. Les

au chant de la table. Dans le cadre

dossiers à ressort de rappel reprennent

coussins plats surpiqués constituent

d’une réunion très formelle, un support

d’eux-mêmes leur position initiale.

une option particulièrement valorisante.

d’assise fixe peut s’avérer approprié

Au-delà de l’ergonomie, l’esthétique

Si l’on privilégie, à l’inverse, des sièges

– pour autant qu’il soit associé à une

n’est pas, bien entendu, à négliger :

aux mensurations généreuses et au

Illustrations

dossier semi-rigide intégrant un support

un dessin épuré et sobre accentue l’élé-

style plus statutaire, des structures

Sièges pivotants, gamme Modus Conference (1);

lombaire. L’ensemble saura créer les

gance du siège et lui évite d’être perçu

moussées et un coussinage à soufflet

conditions d’une ergonomie adapté à

comme une ‘machine à s’asseoir’.

ou à coutures plates constituent une

Sièges pivotants, gamme Ligne FS (2)

la morphologie de l’utilisateur et lui 2

excellente alternative.

assurer un maintien adéquat. Dans tous

Matières et finitions

les cas, il est indispensable de prévoir

Structure et mécanisme se doivent de

La mise en œuvre de matériaux de

une pause après 90 minutes au plus.

mettre en œuvre des matériaux dura-

rembourrage et d’habillage ventilés et

bles et usinés avec un maximum de

durables – qu’il s’agisse de mousse, de

Dans un contexte de réunions appelées

précision, deux gages essentiels de la

non-tissé, de tissu ou de résille hautes

à se prolonger, les sièges dotés d’une

pérennité du siège et de la pertinence

performances – contribue de façon

assise dynamique sont particulièrement

de l’investissement initial. L’aluminium,

décisive à l’agrément et aux qualités

appropriés : ce dispositif permet de

plus léger que l’acier, offre tout un

ergonomiques du siège.

varier en continu et de façon synchrone

choix de finitions – anodisée naturel,

l’angle formé par l’assise et le dossier.

polie, chromée ou laquée. En outre,

Cela permet de solliciter à tour de rôle

l’aluminium se prête idéalement au

les différentes parties des jambes et du

recyclage, sans perte de qualité et

63

L’intégration des sièges aux espaces conférence

91

85

43

65

61

40

63

62

1

Illustrations : Sièges à piètement luge de la gamme Sito et tables Palette (1, 2) ; Fauteil conférence Versal à quatre pieds (3); Fauteil à piètement traîneau

Sièges à piètement luge

Au même titre que les sièges pivotants,

Matières et finitions

Dans une exécution haut de gamme et

les options techniques sont nombreuses :

Sur le plan de la structure, les possibi-

généreusement dimensionnée, ce type

dossier et assise tendus, coussinage inté-

lités comprennent généralement des

de siège s’intègre bien aux environne-

gral sur une coque en résine de synthèse

finitions laquée, chromée brillant

ments conférence classiques. Son élasti-

ou en contreplaqué moulé, ou encore

ou chromée mat (assortie, pour cette

cité intrinsèque offre un bon confort

cadre tendu et rembourrage mousse

dernière, aux piètement de table en

tout en préservant la finesse du dessin

conventionnel – pour ne citer que les

aluminium poli). Une structure à

de la structure. Dans une finition de

principales options possibles. En matière

jambes de force permet de minimiser

piètement assortie à celle de la table,

d’habillage, les possibilités vont de

le diamètre du tube en acier faisant

les sièges à piètement luge confèrent à

la résille tendue jusqu’aux classiques

cantilever. Selon la nature des sols, les

l’aménagement une note d’originalité

coussins à soufflets, en passant par des

patins seront souples (sols durs), dotés

discrète qui les démarque des variantes

coussins plats rapportés.

d’inserts en feutre (parquets) ou durs

plus conventionnelles. Les dossiers

(moquette, sachant qu’ici, une exé-

à bord supérieur droit reprennent les

cution sans patins ne présente pas

lignes horizontales des plateaux et

d’inconvénients fonctionnels). Quant

contribuent à l’élegance sobre et rigou-

aux revêtements, les règles définies

reuse de l’aménagement.

pour les sièges pivotants s’appliquent aussi aux sièges à piètement luge.

64

Espaces conférence et salles de réunion classiques

de la gamme Signo (4)

2

87 43

59

57 97

43

59

58

Sièges conférence à quatre pieds

de choisir des sièges dont la structure

de règle. En liaison avec des matériaux

Classiques entre les classiques, les

est conçue pour éviter le marquage des

agréables au toucher, par exemple des

sièges de ce type sont dotés par défini-

revêtements en position empilée.

coques en contreplaqué moulé finition

tion de piètements fixes. Aussi, plutôt

ébénisterie et/ou des accoudoirs en

que le mouvement, ce sont la souplesse

Sièges à piètement traîneau

lamellé-collé, il est possible de conju-

calculée du dossier et la qualité du

La structure très rigide de type ‘cage’

guer originalité des alliances de matiè-

rembourrage qui déterminent le confort

de cette catégorie de sièges permet de

res et finesse du dessin. De plus, la

du siège. Compte tenu des limitations

mettre en œuvre des fils métalliques de

finition ébénisterie permet d’assortir les

intrinsèques qui en découlent, il est

très faible section. Il en résulte un des-

sièges aux plateaux de table par appli-

recommandable, lorsqu’on utilise de

sin tout en finesse, que vient souligner

cation d’une lasure sur base aqueuse

tels sièges, de prévoir une pause au

le dossier habillé de résille semi-trans-

de teinte appropriée.

minimum toutes les 75 minutes.

parente. Ici, l’alliance d’une coque d’assise élégamment galbée, réalisée en

Lorsque la structure est métallique, la

Pour favoriser les changements d’orien-

contreplaqué moulé finition ébénisterie,

meilleure solution est de l’hamoniser

tation des sièges en fonction du point

et d’un coussinage intégré confère au

avec celle de la table en choisissant la

de focalisation du débat et pour pou-

siège une esthétique presque résiden-

finition appropriée – par exemple ano-

voir se lever et s’asseoir facilement, il

tielle. Il convient ainsi particulièrement

disée, laquée ou chromée brillant. En

importe de choisir des sièges légers et

bien aux salles de réunion de petite

cas d’accoudoirs bois, un rembourrage

dotés d’accoudoirs offrant de bonnes

taille utilisées par des participants régu-

rapporté préservera le rendu chaleureux

possibilités de préhension. Parmi les

liers. Dans le contexte plus anonyme de

d’une finition ébénisterie bien visible.

matériaux de structure offrant la

grands espaces conférence, un tel siège

Quant au rembourrage de l’assise et

résistance nécessaire, on trouve le bois

pourrait en revanche s’avérer peu en

du dossier, il inclura le cas échéant des

massif ou lamellé-collé, l’aluminium et

phase avec le formalisme de rigueur.

matériaux renouvelables, comme la

l’acier ; ce dernier, plutôt lourd, est

83 44

fibre de coco et le latex naturel. Sur le

généralement cantonné aux pièces très

Matières et finitions

plan de la ventilation, des options de

sollicitées comme les supports d’assise.

Pour les sièges à quatre pieds, le bois,

coussinage et du remplacement des

l’aluminium et le contreplaqué moulé,

revêtements, les indications valables

Losqu’il est judicieux de disposer de

éventuellement associés à l’acier pour

pour les sièges pivotants et à piètement

sièges d’appoint, des sièges à quatre

les cadres et les supports d’assise,

luge s’appliquent également aux sièges

pieds empilables sont la solution à privi-

offrent de nombreuses possibilités

à quatre pieds et à piètement traîneau.

légier. Une détail important : il importe

tant sur un mode mono-matériau que combiné. Pour les sièges à piètement

64

59

traîneau, le fil d’acier rond chromé est

3

4 82 43

66

56

4 Lorsque des espaces conférence de dimension relative-

Espace conférence modulable et équipements multimédia intégrés pour 22 participants

ment grande ne reçoivent que sporadiquement des groupes de 20 participants ou plus, il est rationnel de les doter d’une cloison mobile. Elle augmente de beaucoup la versatilité de l’espace – en permettant d’accueillir également, sans qu’il se sente perdu, un petit groupe et de faire, au besoin, se cotoyer deux groupes en toute indépendance. Ainsi, un tel espace peut – au-delà de sa vocation première – remplacer deux petites salles de réunion.

2 1

3

4

7

6 Le plus grand des deux espaces résultants inclut un écran proportionné pour permettre d’utiliser intégralement l’espace décloisonné. Dans le plus petit des deux, un projecteur numérique mobile utilisant simplement le mur comme surface de projection est une alternative envisageable à l’installation d’un projecteur fixe au plafond.

66

Espaces conférence et salles de réunion classiques

5

Échelle 1:125 / Dimensions en cm

À l’évidence, un espace segmentable doit disposer de deux accès. Idéalement, il doit également permettre de régler indépendam-

Taille de la pièce : 79 m² Superficie utile : 70 m² Débarras : 9 m²

140

1180

210

600

ment éclairage et température d’ambiance. De plus, les deux sous-espaces doivent disposer de fenêtres. Quant à la cloison, il importe qu’elle soit parfaitement intégrée à l’aménagement sur ses deux faces. À noter : la plupart des cloisons sont prévues pour offrir une insonorisation suffisante en cas de réunions simultanées.

1 2

180

4 210 90

100

3

150

220

entre eux les équipements techniques des plateaux en quelques gestes.

140

1180

L’aménagement de l’espace doit tenir compte des exigences de la modularité. Ainsi, les plateaux seront faciles à solidariser, mais aussi à reconfigurer. Pour un maximum de souplesse, il est préférable de choisir des modules autonomes dotés chacun d’un piètement plutôt que des systèmes faisant alterner tables et plateaux intermédiaires. Grâce à des piètements démontables compatibles avec tous les plateaux, il est très facile de passer d’un format de table à un autre. Les plus récents systèmes modulaires intègrent tous les équipements techniques – chemins de câbles basculants, boîtiers de connexion courants forts/courants faibles etc. ; les faisceaux de liaison en bouts de plateau permettent de raccorder

600

210

Des sièges conférence empilables sont le complément idéal d’un tel aménagement : ils n’occupent qu’un espace minimum lorsqu’ils ne sont pas utilisés – sans pour autant sacrifier ni le confort ni la dimension statutaire.

7

5 210

6

150

150

150

180

L’espace situé derrière l’écran n’accueille pas uniquement le rétroprojecteur et les équipements afférents. Il sert également de débarras, permettant ainsi d’entreposer à l’abri des regards les tables et les sièges en surnombre. Deux dessertes indépendantes, le paperboard et un bahut servant de réserve pour les rafraîchissements viennent compléter l’aménagement de cet espace conférence modulable.

1 Desserte pour rafraîchissements assortie au bahut 2 Bahut pour réserve de rafraîchissements, vaisselle et documentation 3 Paperboard servant de support visuel à la discussion de groupe et à la réflexion thématique 4 Table de conférence modulaire à vocation statutaire intégrant en affleurement des boîtiers de connexion 5 Table de conférence raccourcie par suppression de trois modules 6 Desserte pour l’équipement de visualisation 7 Débarras permettant de stocker temporairement les plateaux, les piètements de table et les sièges en surnombre

67

Espace conférence doté d’une table modulaire pour 16 à 24 participants

Table conférence statutaire de forme octogonale ; boîtiers de connexion pour deux participants intégrés et écrans plats rabattables à commande motorisée pour les participants installés dos à l’écran principal.

1

Le rajout de quatre plateaux rectangulaires – trois dotés de boîtiers de connexion et le quatrième équipé d’un écran plat – permet d’augmenter de huit le nombre des participants.

4 Dans une salle de réunion à vocation statutaire destinée à accueillir un nombre variable de participants, il est essentiel de disposer d’un aménagement dont la modularité n’est pas obtenue aux dépens de l’esthétique. Le plateau en anneau octogonal (diamètre 460 cm)

2

peut être élargi pour accueillir 24 participants autour d’une table de 650 cm de diamètre. La rigidité intrinsèque des plateaux mis en œuvre les affranchit d’une structure rapportée : ils reposent directement sur des pieds de section carrée, positionnés en affleurement aux quatre coins de chaque plateau. L’ensemble est très stable, et la configuration présentée offre une

3

avantage particulièrement appréciable : tous les équipements techniques intégrés aux plateaux peuvent être raccordés entre eux en quelques gestes lors du rajout des tables nécessaires pour faire passer la capacité à 24 participants.

1 Débarras recevant les sièges, les plateaux et les pieds de table en surnombre 2 Desserte pour rafraîchissements et fournitures 5 4

3 Bahut pour réserve de rafraîchissements, vaisselle et documentation 4 Table modulaire dotée de boîtiers de connexion intégrés en affleurement et d’écrans plats pour les participants installés dos à l’écran principal 5 Projecteur numérique installé au plafond

68

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Aux échelons supérieurs de la hiérarchie, les salles de réunion prennnent une dimension

Malgré la sophistication des équipements techniques intégrés, la modularité est préservée par

Pour rajouter des plateaux, il suffit de déverrouiller les pieds, de déconnecter momen-

emblématique qui, souvent, suggère la stabilité et la pérennité. Dans cette perspective, des plateaux massifs associés à des piètements épurés et volontairement archétypaux suggèrent l’invariance en conjuguant sur un mode très prégnant expression statutaire et dimension esthétique. Des trappes de connexion en finition ébénisterie, intégrées en affleurement et des écrans rabattables à commande motorisée, intégrés eux aussi en affleurement, mettent toutes les ressources des NTIC à disposition des participants. Tout naturellement, ce sont les participants installés dos à l’écran principal (et disposant d’écrans intégrés pour suivre la projection) qui dirigent les débats.

le principe de pieds faciles à déverrrouiller et à placer à cheval entre deux plateaux. Deux pieds supplémentaires suffisent ainsi pour rajouter un plateau – pour autant que les raccordements techniques soient, eux aussi, faciles à reconfigurer.

tanément les faisceaux, d’intercaler des segments de plateau et deux pieds supplémentaires par segment rajouté, puis de verrouiller et de connecter à nouveau l’ensemble. En quelques instants, la capacité d’accueil de la table passe ainsi à 24 participants, sans que rien ne laisse deviner qu’il s’agit d’une table à configuration variable.

Dans la configuration en anneau présentée ici, la forme octogonale est obtenue par juxtaposition de 8 segments de plateau fabriqués sur mesure. Ils sont reliés par des pieds de table placés à cheval à la jointure de deux segments de plateau. Des chemins de câbles sont installés à demeure sous les plateaux : ils assurent – à l’aide de trois faisceaux de liaison qui se connectent en quelques gestes – l’accès de chaque participant à l’ensemble des connexions courants forts/

En harmonie avec le style d’aménagement, le choix des sièges s’est porté ici sur des modèles pivotants à roulettes. Les sièges, les plateaux et les pieds de table en surnombre sont entreposés dans le débarras situé derrière l’écran.

courants faibles.

Échelle 1:125 / Dimensions en cm Taille de la pièce : 110 m² / Superficie utile : 100 m² / Débarras : 10 m²

1120

1120

260

980

1

165

980

1

650

2

2 460

4 4 5

5

260

3

3 165

90

220

350

90

220

160

69

Les tables modulables

100

90

100

180 104

120 90

73

360

70

Espaces conférence et salles de réunion classiques

180

150

Les tables modulables

de câbles de faible encombrement en

sont deux alternatives classiques. Idéa-

Leur avantage principal : elles peuvent

profilés d’aluminium légers et robustes.

lement, dans l’option placage, le fil du

être – idéalement sans outils – reconfi-

Ils sont basculants à 180° et dotés de

bois sera parallèle aux jointures des

gurées à tout instant. Dans une pièce

connecteurs intégrés ; aux deux extré-

plateaux et les feuilles de placage

dotée d’une cloison de séparation, il est

mités, des faisceaux de liaison assurent

assemblées en mode juxtaposé. Les

judicieux de positionner la table de telle

la connexion des plateaux en série.

pieds de tables en profilé d’aluminium

sorte qu’il suffise de déplacer quelques-

Cela permet – sans aucune perte de

à section carrée sont particulièrement

uns des modules pour reconfigurer

qualité des signaux – de créer des

stables et robustes ; ils sont disponibles

l’aménagement en laissant inchangée

solutions capables d’accueillir jusqu’à

dans diverses finitions, anodisée naturel

l’autre partie de la table. Pour répondre

40 participants.

ou laquée au four gris argent ou noir.

à un tel cahier des charges, un système ingénieux de solidarisation entre

Matières et finitions

plateaux et pieds de table s’avère idéal.

Pour donner aux plateaux autoporteurs la rigidité requise, la mise en œuvre de

Lorsque le cahier des charges prévoit

matériaux de type sandwich ou de pan-

de plus l’intégration des connexions

neaux lattés-collés ou similaires est

courants forts/courants faibles, l’idéal

nécessaire. En matière de finition des

est d’équiper les plateaux de chemins

plateaux, le linoléum et le placage bois

La mise en œuvre d’une platine à baïonnette est une façon élégante de solidariser plateaux et pieds de table. Aux quatre coins de la table, les quatre plots de chaque pied sont verrouillés par la baïonnette correspondante du plateau. Aux jointures intermédiaires de tables modulaires, les pieds sont situés à cheval entre deux plateaux, et la baïonnette de chaque plateau verrouille deux des quatre plots du même pied. Pour des raisons tant esthétiques que fonctionnelles – notamment en termes d’espace aux jambes – il importe de Illustration : Table modulaire Palette et fauteuils de gamme Versal

pouvoir recourir à des plateaux autoporteurs, capables de se passer de toute structure rapportée. À noter : il est essentiel que les pieds soint montés sur vérins de compensation pour obtenir une parfaite planéité des plateaux modulaires. Une gamme diversifiée de pieds de table, tous compatibles avec les baïonnettes intégrées aux plateaux, offre une latitude importante sur le plan esthétique. 71

Espace conférence multimédia modulable pour 36 participants …

4 Sachant qu’il n’y a plus guère de réunion ou de conférence ne faisant pas appel aux supports multimédia et que, de surcroît, l’aménagement et la maintenance d’espaces multimédia est onéreux, il importe de maximiser leur taux d’occupation. Une configuration modulable est une excellente façon d’y parvenir. La modularité poussée des éléments d’aménagement – associée aux progrès tout récents de la connectique de type ‘plug & play’ – permet désormais de modifier très facilement la configuration et le cloisonnement d’un espace conférence multimédia. Au cœur du dispositif :

1

l’alliance entre tables mobiles et pliantes et éléments statiques, chaque table ou segment de plateau étant équipé de toute la connectique courants forts/courants faibles – y compris, le cas échéant, l’accès au réseau informatique.

4 3

2

2 3

72

Espaces conférence et salles de réunion classiques

5

Échelle 1:125 / Dimensions en cm

1220

Taille de la pièce : 134 m² 1 210

1100 120

240

720

2

3

1 Local technique contenant deux écrans de rétroprojection et les éléments de mobilier temporairement en surnombre ; le local permet de ranger également

4

les éléments de cloison ; il est doté de panneaux coulissants permettant de le fermer à clé.

3

2

2 Éléments de plateau fixes ... 3 ... et tables pliantes mobiles dotées de boîtiers 5

de connexion montés en affleurement

170

720

4 Bahut 5 Desserte pour rafraîchissements et fournitures 250

250

250

Jusqu’à tout récemment, il n’était possible de

Ce type de dispositif permet notamment de

doter une table de conférence d’équipements techniques sophistiqués qu’au prix d’une absence quasi totale de variabilité. En pratique, compte tenu de la complexité qu’aurait nécessité une configuration modulaire correspondante, la solution consistait généralement à se doter de plusieurs espaces conférence similaires mais de dimensions différentes, dotés chacun d’une table

scinder une table installée dans un espace conférence doté d’une cloison mobile sans rien sacrifier de son potentiel multimédia.

fixe. Le développement d’une connectique de nouvelle génération permet désormais, associée à des tables modulaires, de créer des configurations souples et mobiles sans aucun compromis au niveau de l’accès à l’ensemble des réseaux courants forts/courants faibles. De telles configurations peuvent accueillir jusqu’à 40 participants.

équipées de chemins de câbles et de boîtiers de connexion spécifiquement conçus pour ne pas interférer avec le pliage du plateau. La connexion avec les modules fixes ne requiert que le raccordement d’un faisceau de trois fils aux extrémités des chemins de câbles.

La configuration idéale sur le plan de la praticité et du facility management consiste à combiner – dans une finition assortie – modules fixes et tables pliantes sur roulettes. Ces dernières sont

73

… et configuration modulable accueillant respectivement 20 et 24 participants

Échelle 1:125 / Dimensions en cm Tailles des deux pièces après segmentation : 72 m² et 62 m²

1

4

2

2 5

3

1

Espace conférence facilement segmentable incluant deux systèmes de rétro-

4

projection. Toute la connectique est

3

modulaire et intégrée aux plateaux des éléments fixes et mobiles. 2

2 5

74

Espaces conférence et salles de réunion classiques

1220

1220 (565)

(650)

1 210

1100

1100

210

120

240

720

2

2

2

3

2

4

4

3 5

170

5

170

720

250

250

250

250

195

160

250

1 Local technique contenant deux écrans de rétroprojection et les éléments de mobilier temporairement en surnombre ; le local permet de ranger également les éléments de cloison ; il est doté de panneaux coulissants permettant de le fermer à clé. 2 Éléments de plateau fixes ... 3 ... et tables pliantes mobiles dotées de boîtiers de connexion montés en affleurement 4 Bahut 5 Desserte pour rafraîchissements et fournitures

Le surcoût par rapport à des installations conventionnelles sans interconnections reconfigurables à tôt fait de s’amortir, si l’on considère que quelques minutes suffisent à une seule personne (sans aucune qualification en matière de réseaux informatiques) pour reconfigurer entièrement un espace conférence. À cela s’ajoute l’augmentation du taux d’occupation permettant d’optimiser l’investissement total. Enfin, l’emprise au sol globalement réduite d’une telle solution polyvalente est particulièrement appréciable en cas d’intégration à un bâtiment existant.

À noter : Pour éviter d’endommager les chants des plateaux lors des manipulations, il est judicieux d’opter pour une finition de chant intégrant un profilé antichoc en élastomère. Pour une séance plénière ou une présentation, l’espace conférence ci-dessus permet d’accueillir 36 ou 27 participants respectivement. En version cloisonnée, on obtient deux espaces conférence d’une capacité de 20 et 24 participants. Pour tirer le meilleur parti de la modularité disponible, des sièges empilables, faciles à entreposer derrière l’écran avec les tables pliantes éventuellement en surnombre, constituent la solution la plus appropriée. 75

Espace conférence modulable, aménagement mixte – statique et mobile

80 cm

1

Idéalement, les tables modulables,

deux côtés de la table. À noter : la

Matières et finitions

réalisées à partir d’éléments fixes et

finition ébénisterie de la trappe et la

Il convient de privilégier des matériaux

de tables mobiles, doivent mettre en

brosse intégrée attestent du soin

robustes et faciles à travailler et à usiner

œuvre des gammes partageant une

apporté aux détails esthétiques.

avec la précision nécessaire, afin d’opti-

esthétique commune – sur le plan

miser la longévité et la qualité des

des finitions de plateau comme de la

Des chemins de câbles de faible encom-

assemblages – en particulier dans le

configuration des structures. Il est bien

brement en profilé d’aluminium laqué

cas des tables pliantes. Des structures

entendu essentiel, à ce titre, que la

facilitent la mise en place – en particu-

combinant aluminium moulé sous

dimension des plateaux procède d’une

lier s’ils sont basculants. Leur finition

pression et colonnes de piètement en

modularité identique. En termes de

assortie à la structure et leur discrétion

profilés extrudés ou en tubes d’alumi-

dimensionnement, il faut que chaque

vont de pair avec un poids réduit, gage

nium (éventuellement équipés de

participant dispose de 80 cm en lar-

de manipulations faciles. À l’intérieur

tenseurs dérivés de la construction

geur, pour une profondeur de plateau

des boîtiers, les connecteurs sont légè-

aéronautique) permettent de concilier

de 120 cm au moins si deux partici-

rement inclinés vers l’utilisateur pour

résistance, légèreté et qualité des

pants se font face. Pour libérer un

faciliter le raccordement et l’accès à la

détails de finition. Le choix des finitions

espace aux jambes généreux et pouvoir

fonction ‘Show me’ en option.

– notamment polie, chrome ou laquée –

asseoir également des participants en

76

permet de mettre la table en harmonie

bout de table, il est judicieux d’opter

Les élements fixes doivent disposer de

avec le concept d’aménagement global.

pour des structures en position

vérins de compensation et les tables

Selon l’usage prévu, on privilégiera les

médiane et des plateaux dotés de

mobiles être dotées de roulettes pivo-

revêtements de plateau en finition ébé-

débords latéraux suffisants.

tantes, verrouillables et généreusement

nisterie ou le linoléum. Un profilé anti-

dimensionnées, afin de faciliter les

choc intégré aux chants évitera la dété-

Une trappe d’accès au boîtier de con-

déplacements – y compris d’une pièce

rioration éventuelle des bords du

nexion intégré en affleurement permet,

à l’autre. Quant à la force de rappel du

plateau au cours des manipulations.

même lorsque la structure pliante

ressort des tables pliantes, elle doit

impose une implantation asymétrique,

réduire au minimum l’effort requis pour

d’accéder aux connecteurs depuis les

plier et déplier le plateau.

Espaces conférence et salles de réunion classiques

120

73

120

120

240

56

240 + 240

Illustrations : Table pliante (1,2) et chaises (2) de la gamme Confair

2

77

Conférence dynamique : atelier multimédia

4 Pour des groupes jusqu’à 22 participants dans un contexte d’interactions et d’échanges intensifs, le principe de la conférence dynamique multimédia est particulièrement séduisant. En associant à un équipement multimédia mobile – incluant un écran à interface interactive – des tables mobiles et pliantes, le concept d’aménagement permet aux participants de créer eux-mêmes ‘leur’ configuration idéale en fonction des impératifs du moment. La table peut ainsi prendre tour à tour la forme d’un fer à cheval facilitant les échanges, passer à une disposition linéaire pour une présentation, ou adopter une configuration fermée dans le cadre de discussions ne nécessitant qu’un recours marginal aux techniques de visualisation.

2

1

4 3 5

6

78

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Échelle 1:100 / Dimensions en cm

1340

Taille de la pièce : 110 m² Superficie utile : 98 m² Débarras : 12 m²

820

190

1 4 2

5 90

6 3

190

1 Débarras

260

2 Tableaux d’affichage 3 Pupitre connecté aux réseaux courants forts/courants faibles

150

340

330

4 Tableau d’affichage et desserte pour le matériel de l’animateur 5 Écran mobile – en option avec fonction tactile interactive 6 Tables pliantes mobiles dotées de boîtiers de connexion intégrés

Les modes de fonctionnement dynamiques ne cessent de gagner en importance, et les conférence et réunions ne font pas exception : de plus en plus, des groupes divers se retrouvent pour des échanges directement fondés sur un accès aux technologies et aux contenus multimédia.

Les tables peuvent être juxtaposées en enfilade, dos à dos ou en angle. Elles sont ensuite solidarisées, puis connectées en ligne à l’aide d’un faisceau de câbles couvrant tout l’éventail des connexions courants forts/courants faibles – y compris audio et USB – à partir d’une seule

Plutôt que de prévoir des espaces de taille différente ou de solliciter le facility management pour installer des cloisons, la solution la plus rationnelle est de mettre en œuvre les principes de la conférence dynamique.

connexion table-boîtier au sol.

À la base, il faut disposer d’un local polyvalent de taille moyenne doté des équipements suivants : un écran de rétroprojection mobile et des tables pliantes sur roulettes, équipées chacune de connecteurs courants forts/courants faibles intégrés. Des boîtiers de connexion au sol répartis de façon à permettre de configurer librement l’aménagement viennent compléter le dispositif en servant de relai à la liaison tables-écran.

Les connecteurs intégrés sont facilement accessibles grâce à des trappes montées en affleurement dans les plateaux. Ces trappes doivent également donner accès à un espace permettant de ranger à l’abri des regards chargeurs, alimentations et excédents de câblage – au bénéfice de l’esthétique. Si les connexions intègrent la fonction ‘Show me’, chaque participant pourra, d’une simple pression du doigt et sans quitter sa place, afficher directement sur l’écran de rétroprojection les contenus spécifiques de son ordinateur portable.

79

Conférence dynamique : atelier multimédia

1

5

6 2 4

4

1

6

3

5

2

1 Atelier multimédia sur le principe de la

3

conférence dynamique. Les tables mobiles et 5

les sièges empilables permettent aux participants de configurer eux-mêmes l’aménagement en fonction du nombre de participants et de la nature des interactions et des échanges. À noter : quelle que soit la configuration adoptée, chaque participant peut accéder à l’ensemble des fonctions multimédia.

80

Espaces conférence et salles de réunion classiques

6

1340

Échelle 1:125 / Dimensions en cm Taille de la pièce : 110 m²

280

820

Superficie utile : 98 m²

2

4

Débarras : 12 m²

5

3 1

6 1 Débarras 2 Tableaux d’affichage 3 Pupitre connecté aux réseaux courants forts/ courants faibles 4 Tableau d’affichage et desserte pour le matériel 190

de l’animateur 5 Écran mobile – en option avec fonction tactile interactive 6 Tables pliantes mobiles dotées de boîtiers de connexion intégrés

150

210

200

150/280

820

5 6 1

2

Un rétroprojecteur mobile présente l’avantage d’être toujours idéalement placé, quelle que soit la taille du groupe et la configuration de la table. De plus, à l’inverse de la projection directe, l’intervenant peut se placer devant l’écran sans générer d’ombre portée. Enfin, un écran tactile permet, du doigt ou à l’aide d’un stylet, d’intervenir directement sur les contenus informatiques. Comme précédemment, les chants de table gagnent à être dotés de profilés antichoc, et les sièges empilables à piètement luge sont la solution idéale. Si le mobilier satisfait aux exigences esthétiques requises, il peut même être stocké à l’intérieur du périmètre visible.

190

4

150

150

190

90

820

1

4

3

120

Un espace de ce type est très versatile : son principe et ses équipements techniques lui permettent d’accueillir aussi bien un comité de direction qu’un atelier de travail en groupe.

5

260

6

90 90

150

320

150

300

81

Équipements multimédia Des systèmes modulaires aux solutions intégrées

Dans des espaces reconfigurables et conçus pour une utilisation dynamique, la souplesse de mise en œuvre est le critère essentiel : il s’applique tant au matériel de visualisation qu’aux tables modulaires et aux systèmes d’interconnexion des tables entre elles et avec l’écran. Il est facile de simuler sur plans les divers types d’utilisation : on s’aperçoit très vite qu’un petit nombre de boîtiers de connexion au sol ou au mur est suffisant, sachant que – quelle que soit la configuration – l’alimentation courants forts/courants faibles de tous les plateaux modulaires se fait à partir d’un seul point de raccordement. Avantage supplémentaire : l’installation est à la fois plus économique et plus simple, notamment dans la construction ancienne. Ce système de connexion permet d’intervenir directement au niveau de la table en cas de modifications du câblage, ce qui est plus simple que d’effectuer les modifications au niveau des boîtiers de sol.

82

Espaces conférence et salles de réunion classiques

Passage de câbles intégré

Connecteurs courants forts/

‘Plug & play’

au piètement

courants faibles

L’équipement des boîtiers de connexion

Cette solution est aussi simple et souple

Il est essentiel d’éviter toute équivoque

intégrés au plateau dépend du degré

qu’élegante : le piètement creux abrite

dans ce domaine, en particulier pour un

de sophistication de l’installation. En

à la fois le câblage et les connecteurs.

utilisateur dépourvu de connaissances

matière de connexions courants forts,

Si le pied correspondant est démonta-

particulières et appelé à modifier la

ethernet, audio et USB, un faisceau de

ble, la reconfiguration est encore sim-

configuration des plateaux. À cette fin,

trois câbles suffit pour mettre chaque

plifiée, puisqu’il suffit de le changer de

la forme des fiches doit exclure toute

participant à même d’accéder depuis

position pour le rapprocher au plus près

possibilité de connexion erronée. Les

son ordinateur portable à l’ensemble

du point de raccordement.

équipement multimédia doivent offrir

des équipements – y compris sur un

la même simplicité d’utilisation ; dans

mode interactif.

Piètements amovibles et platines de

cette perspective, les systèmes à com-

solidarisation : voir détails en page 71.

mande tactile sont particulièrement

En particulier, la fonction ‘Show me’

intuitifs et n’exigent en général aucune

permet à n’importe lequel des partici-

formation spécifique.

pants de projeter sur l’écran partagé – sans quitter sa place – les contenus de son ordinateur. Il est en outre possible, en fonction des règles régissant l’utilisation des réseaux informatiques de l’entreprise, de les rendre directement accessibles aux participants.

83

Systèmes de visualisation mobiles dans les espaces de conférence et de réunion

171

4 Au sein d’espaces conférence reconfigurables, le recours à des systèmes de visusalisation mobiles

128

prend tout son sens. En effet, la position de l’écran peut être adaptée à tout moment à la configuration

86

74

de l’espace et au nombre de participants. De plus, la mobilité de tels systèmes leur permet d’être utilisés tour à tour dans des locaux différents.

95

62

80

136

Écrans plats mobiles

Un dispositif capable de localiser la

Un autre critère à prendre en compte

Ils sont généralement montés sur une

position du doigt ou du stylet permet

est la résolution de la dalle numérique.

structure à roulettes directionnelles

d’animer, d’annoter et de modifier la

Les écrans plasma sont avantageux,

dont la finition s’harmonise – tant sur

présentation directement à l’écran –

leur contraste est élevé et leur temps de

le plan esthétique que qualitatif – au

voire de se servir de ce dernier comme

réponse est faible ; mais cette dernière

reste de l’aménagement et du mobilier.

d’un calque posé sur le document

caractéristique n’est pertinente que

À partir d’une diagonale d’écran de

projeté ou comme d’un paperboard

dans le contexte d’images animées.

50”, la lisibilité des textes – pour

électronique. Une capture d’écran

Dans celui d’une présentation – ou plus

autant qu’ils respectent les critères de

suffit alors à numériser l’information

encore d’une intervention en temps

taille habituels dans le contexte d’une

pour la diffuser aux participants,

réel sur des fichiers – la faible résolution

présentation – est assurée jusqu’à

l’archiver ou la joindre à un e-mail.

s’avère pénalisante. Aussi faut-il, dans

une distance de 6 m.

un espace conférence, accorder la À noter : la plupart des écrans plats

préférence aux dalles à matrice active

de grande dimension ont adopté dans

de type TFT. Les meilleures d’entre-elles

l’intervalle le format 16:9. Or cette évo-

n’ont plus grand chose à envier aux

lution ne touche encore qu’un nombre

écrans plasma sur le plan du contraste

restreint d’ordinateurs portables. Cela

et du temps de réponse. En revanche,

peut conduire à des distorsions lorsque

leur résolution est supérieure et le

les données affichées à l’écran ne sont

risque de détérioration en cas d’arrêt

pas converties correctement !

sur image trop prolongé – tel qu’il existe sur les écrans plasma – est inexistant.

84

Espaces conférence et salles de réunion classiques

195

80

137

Rétroprojection mobile

L’avantage est double : la taille de

Les systèmes de rétroprojection

l’écran permet d’installer les partici-

mobiles sont d’une élégance et d’une

pants à une distance pouvant aller

pertinence fonctionnelle difficiles à

jusqu’à 8 m, tandis que l’esthétique

égaler – y compris par les écrans plats

très épurée et la transparence du

de nouvelle génération. Ils sont consti-

système lui permettent de s’intégrer

tués d’une dalle de verre holographique

idéalement aux aménagements très

transparente (diagonale : 70") montée

haut de gamme. Ici aussi, il est possible

sur une structure mobile et d’une unité

de doter l’écran d’une fonction tactile

Illustrations :

de rétroprojection. Celle-ci est placée

offrant les possibilités décrites précé-

Système InterWall, gamme ConAction

sur un support regroupant un projec-

demment.

teur numérique de conception spécifique et un miroir renvoyant l’image vers la face arrière de la dalle.

85

Formation et séminaires 4 L’évolution accélérée des savoirs exige, dans tous les domaines, une remise à jour permanente des compétences. Aussi formations, séminaires et ateliers sont-ils devenus, face aux défis d’un environnement concurrentiel mondialisé, des facteurs clés de la compétitivité. À ce titre, ils jouent un rôle clairement défini et crucial dans le fonctionnement des entreprises. L’aménagement des espaces de séminaire doit répondre au premier chef à des critères didactiques. Très souvent, les types de formation, la méthodologie et le nombre de participants varient dans des proportions importantes. Il est par conséquent nécessaire de prévoir un aménagement versatile et facile à reconfigurer. Cela stimule non seulement l’appropriation des contenus en créant l’environnement qui convient, mais réduit de plus substantiellement les coûts du facility management. 86

Formation et séminaires

J’anticipe une société de l’information et du savoir. Ma vision est celle d’une société qui donne à chacun sa chance de participer aux révolutions du savoir de notre temps. En un mot : il ne faut jamais s’arrêter d’apprendre et il faut avoir la volonté, dans la concurrence mondialisée du savoir, de jouer en première division. Roman Herzog

Espaces d’appropriation cognitive

Les compétences des collaborateurs d’une entreprise ou d’une organisation constituent, dans un contexte mondialisé de l’information et du savoir, le capital le plus précieux de l’entreprise. Dans la plupart des pays industrialisés, et compte tenu du rétrécissement de la pyramide des âges, les ressources humaines sont, déjà, devenues un paramètre stratégique. Par ailleurs, les interrogations périodiques sur la pertinence des formations dispensées dans l’enseignement secondaire et supérieur ne font que souligner le rôle des entreprises dans l’appropriation de compétences nouvelles. Désormais, la dynamique de développement des NTIC et son impact sur le monde du travail et l’environnement concurrentiel font de la formation permanente un critère de compétitivité essentiel. Dans l’entreprise, les systèmes de transmission de l’information et du savoir sont très divers – et tant les cycles de vie de plus en plus courts des produits qu’une concurrence qui va s’intensifiant imposent des formations à intervalles rapprochés. Cet impératif se retrouve à tous les échelons de la hiérarchie – des dirigeants de l’entreprise jusqu’aux simples opérateurs. Les systèmes de formation informatisés et délocalisés sur le principe de l’e-learning permettent certes à chacun d’accéder librement à une didactique structurée. Mais ce mode de formation virtuel ne saurait remplacer les vecteurs plus classiques du savoir. En effet, les interactions et les échanges qu’ils génèrent créent une dynamique d’implication intensive de la part des participants – et facilite ainsi grandement l’acquisition des compétences et leur mise en pratique.

Aussi les exigences en termes d’aménagement sont-elles multiples: les variations du nombre de participants, les positions très diverses de ceux-ci au sein de la hiérarchie, les diverses options didactiques et l’intégration des supports multimédia imposent une versatilité et une souplesse très poussées. En parallèle, la qualité de l’aménagement doit répondre tant aux besoins du personnel exécutant qu’aux attentes des dirigeants de l’entreprise. Force est de constater que, dans de nombreux cas, l’appropriation cognitive reste un phénomène davantage subi que voulu. Cette perception ‘historique‘ – nourrie par une pédagogie passéiste et rebutante que la plupart d’entre nous ont connue – est pourtant sans rapport avec les possibilités actuelles sur le plan de la méthodologie comme des instruments didactiques. Dès lors, pourquoi tant d’hôtels par ailleurs confortables et luxueux accordent-ils aussi peu d’importance à la qualité de l’aménagement de leurs espaces de séminaire ? Comment expliquer l’indigence des supports de communication et de présentation mis à disposition ? Eu égard aux coûts que génère la formation du personnel, la pertinence fonctionnelle et la qualité d’aménagement de nombreux espaces de formation sont, en fait, d’une médiocrité inacceptable. Vouloir faire des économies sur ce plan, c’est compromettre la qualité du processus didactique, faire obstacle à l’appropriation des connaissances et remettre en cause l’efficacité du dispositif tout entier. De plus, des espaces de formation mal conçus engendrent des coûts induits considérables, en matière de facility management comme de disponibilité réelle, tant leur polyvalence et leur praticité laissent à désirer.

87

Les formes d’organisation : planifiée, différenciée, structurée Séminaires, réunions, formations et congrès sont généralement planifiés de longue date – tant sur le plan des contenus que des participants. Le plus souvent, c’est le département ressources humaines qui assure la préparation et la coordination des activités. Celles-ci peuvent se dérouler à l’intérieur de l’entreprise, dans des centres de formation dédiés ou dans des hôtels dotés des équipements adéquats. Les critères de choix sont tant la taille du groupe que les contenus didactiques et/ou informatifs. Lorsqu’elle prend la forme de cours à intervalles rapprochés, il est évidemment plus rationnel d’organiser la formation sur place. Dans le cas de séminaires s’étalant sur plusieurs jours, en revanche, opter pour une localisation extérieure s’avère très probant. Le changement de contexte, la création d’une certaine distance psychologique par rapport au quotidien de chacun et la convivialité d’un tel type de formation favorisent la concentration sur les contenus ; une telle formation offre également d’excellentes perspectives de socialisation entre participants. Lorsque les sites concernés sont distants et petits, il peut être à la fois judicieux et pratique de se retrouver en terrain neutre et facilement accessible pour tous les participants. Grâce à l’internet, toutes les procédures administratives de réservation, d’organisation et de ventilation des coûts ont cessé d’accaparer outre mesure le personnel concerné. Au même titre que celle des lieux, la nature des participants peut varier dans de très larges proportions. Ils peuvent appartenir tous à la même société, mais aussi provenir d’horizons ou de secteurs très différents – notamment lors de conférences ou de congrès à l’échelon sectoriel ou interprofessionnel. Dans ces derniers cas, très souvent, c’est à un spécialiste externe qu’est confiée l’organisation de la manifestation. Dans toutes les situations précitées, deux constantes sont d’une importance décisive : la pertinence fonctionnelle de l’espace concerné, et le rapport ‘qualité/prix’ – pour parler en termes de marketing grand public – de la formation et de l’échange.

88

Formation et séminaires

Lorsque séminaires et formations se prolongent, il est indispensable de prévoir des pauses fréquentes : elles permettent aux participants de quitter la position assise et, si possible, de sortir quelques instants de l’espace de réunion. Une durée de 90 minutes sans pause est à considérer comme un maximum – faute de quoi les capacités de concentration des participants s’effritent très rapidement. Lors des pauses, quelques pas en plein air, la lumière naturelle, des rafraîchissements et un choix d’en-cas sont autant de facteurs bien réels de confort : ils maximiseront l’efficacité de la pause détente. À noter : il faut toujours garder à l’esprit une particularité de l’appropriation cognitive – elle se fait essentiellement sur un mode informel, souvent en marge du programme officiel !

L’approche plurisensorielle En fonction des impératifs didactiques, les séminaires mettent en œuvre des méthodes très variées : elles vont de l’exposé avec débat jusqu’au travail en groupe en passant par les présentations classiques. Selon les cas, la formation inclut également des tests d’appropriation des connaissances, soit en phase intermédiaire, soit à l’issue de la formation. Toutes les méthodologies ont en revanche en commun le recours aux instruments de visualisation. Ils permettent de mobiliser l’attention des participants sur un mode plurisensoriel. De nos jours, au-delà du classique paperboard, la mise en œuvre des supports numériques devrait aller de soi – au même titre que l’accès à l’internet. En parallèle, très souvent, le déroulement du séminaire est enregistré en vidéo, permettant ainsi des analyses a posteriori. De plus en plus fréquemment, les participants délocalisent simplement leur poste de travail en emportant leur ordinateur portable. Cela ouvre des perspectives nouvelles sur le plan didactique, le risque étant simplement que l’activité soit pour part extérieure au séminaire – ou perçue comme telle. C’est alors très gênant pour l’intervenant et tout à fait négatif en termes de dynamique de groupe. De plus, sans même aller aussi loin, les écrans des

portables ouverts peuvent faire obstacle aux interactions entre participants. Or autant, dans bien des cas, l’accès de chaque participant au réseau courants forts/courants faibles est désormais un facteur d’efficacité, autant il faut veiller à conserver intactes l’implication et la motivation du groupe.

haut de gamme réduit à long terme les frais d’entretien et de maintenance. Il en va de même des équipements multimédia, dont la mobilité est aussi essentielle que la qualité – qu’il s’agisse de projecteurs numériques, de systèmes de visualisation ou de simples paperboards.

L’aménagement : un maximum de souplesse, un facility management rationnel, une forte cohérence visuelle

À noter : le montage du matériel multimédia sur des structures mobiles de type desserte permet de l’utiliser au sein d’espaces différents – tout en simplifiant le remplacement ou l’actualisation de composants spécifiques.

Pour répondre à la complexité du cahier des charges global, il importe que les espaces soient aussi polyvalents que possible, et idéalement dotés de cloisons mobiles. Cela permet, selon la formation et l’effectif, d’optimiser les modes de fonctionnement. Cet impératif de polyvalence se retrouve au niveau du mobilier. Pour une intervention ou un exposé de type magistral, la disposition des sièges en rangées est la plus appropriée, sachant que l’audience a un rôle essentiellement passif. Si, en revanche, l’interaction est un instrument didactique privilégié, la disposition des participants autour d’une table en fer à cheval optimisera le contact visuel et l’échange. Dans un contexte d’atelier et de discussion libre, c’est la table ronde qui s’imposera. Enfin, pour effectuer des tests, les tables individuelles sont évidemment la solution la plus appropriée. En fonction de la méthodologie, il est parfois nécessaire de disposer de tables spacieuses permettant à chacun d’avoir autour de soi des documents, des rafraîchissements etc. Dans d’autres contextes, à l’inverse, un tel espace s’avèrerait plus gênant qu’efficace. Aussi est-il essentiel de disposer d’un mobilier très versatile. Les principaux impératifs sont une manipulation aisée, le rangement facile des équipements momentanément en surnombre, un montage sans outils et une excellente robustesse. Cette dernière exige la mise en œuvre de matériaux de haute qualité. Outre le professionnalisme qu’il suggère, un mobilier

En matière de sièges, l’ergonomie est un paramètre déterminant. Mais la compacité en position de rangement – par exemple la possibilité d’empiler les sièges – et la facilité de manipulation sont également essentielles. La conception d’un espace segmentable doit aussi prendre en compte la nécessité d’accès séparés, intégrer le cloisonnement et le réglage indépendant de la température d’ambiance, de l’éclairage et des équipements multimédia. Il est également important de disposer de deux débarras permettant d’entreposer à portée de main les éléments de mobilier momentanément en surnombre. Dans les centres de séminaires importants, la présence d’un stock central constitue cependant une alternative rationnelle. Dans un cas comme dans l’autre, le principe est similaire à celui du ‘clean desk’ qui régit le bon fonctionnement des postes de travail partagés. Une telle organisation rationalise le travail du facility management en simplifiant au maximum la mise en place d’une configuration parfaitement adaptée à chaque type de formation et d’échange.

89

;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ; ; ; ;;; ; ;;

équipements multimédia et cloison mobile

Par définition, les espaces de séminaire polyvalents

intégrée. L’aménagement comprendra un écran de

Pages 94–99

le dispositif : lorsqu’elles ne sont pas utilisées, elles

90 Formation et séminaires ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;;;; ;;;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ; ;; ;; ;;;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;;;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;;;;;; ;; ;;;; ;; ;; ; ;;;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;;;;;; ;;;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;;;; ;; ;;;; ;; ;;;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ; ;;; ; ; ; ; ;

En un coup d’œil : concepts d’aménagement multifonction et mobiles

Espaces reconfigurables intégrant

doivent disposer d’une cloison mobile parfaitement

projection doté d’un rétroprojecteur fixe, la sonori-

sation et un débarras ; masqué par des panneaux

coulissants, il permet d’entreposer le mobilier tempo-

rairement inutilisé. Une cloison bien insonorisée sub-

divise au besoin l’espace en deux salles de formation.

Le concept doit également prévoir un système bien

conçu de boîtiers de connexion au sol et un aménage-

ment très polyvalent fondé sur un ensemble de tables

reconfigurables, de sièges empilables et de supports de

visualisation analogiques (paperboards et connexes).

Espace polyvalent à cloison mobile

Même lorsque l’espace est trop petit pour contenir

un écran et un débarras intégrés, il est possible de

créer les conditions d’une polyvalence optimale en

combinant des systèmes de projection mobiles ou

montés au plafond avec des écrans à enrouleur

motorisé situés aux deux extrémités de la pièce.

Des tables à plateau rabattable viennent compléter

peuvent être juxtaposées dans un minimum d’espace.

Montées sur des structures mobiles, de telles tables

facilitent au maximum la reconfiguration de l’espace :

une seule personne – voire les participants eux-mêmes

– peuvent s’en charger.

Pages 102–107

72 x 2x 4x 2x 2x

7x 4x 6x 2x 2x

24 x 12 x 4x

2x 2x 2x 2x 1x

1x

8x

Espace séminaire reconfigurable (pages 94–99) ; Taille de la pièce : 118 m² / surface utile 105 m² / débarras 13 m²

E E

E

E

E

E

E

E

E

E

E

E

E

E

E

E

Conférence pour 34 participants

E

E

E

E E

Exposé avec disposition des sièges en ligne pour 72 participants

Formation avec forum de discussion pour 30 participants

E E

E E

E

E

E

E

E

E

Utilisation de l’espace après cloisonnement : conférence pour 15 participants,

Utilisation de l’espace après cloisonnement : conférence pour 18 participants,

formation et forum de discussion pour 16 participants

formation pour 12 participants

Espace polyvalent doté d’un aménagement mobile (pages 102–107) ; Taille de la pièce : 100 m²

Conférence pour 28 participants

Formation et forum de discussion pour 26 participants

Formation sur un mode magistral pour 24 participants

Manifestation festive pour 28 participants

Utilisation de l’espace après cloisonnement :

Utilisation de l’espace après cloisonnement :

Formations parallèles pour 12 participants

présentation pour 15 participants, réunion pour 12 participants

91

En un coup d’œil : concepts d’aménagement reconfigurables, équipements multimédia intégrés

Espace polyvalent/de séminaire doté d’un aménagement multifonction L’aménagement reconfigurable d’un espace polyvalent peur également se fonder sur des tables individuelles de petite dimension, faciles à déplacer et à reconfigurer. Elles sont conçues pour s’adapter à des cahiers des charges et à des configurations très différents.

22 x

8x

2x

18 x

2x

4x

24 x

2x

3x

1x

1x

2x

1x

4x

Dans le cadre de formations, elles seront disposées en rangées et solidarisées sans outils. Elles peuvent également être juxtaposées pour des ateliers de travail en groupe, des conférences ou des réunions. Pour des tests ou des examens, elles serviront de tables individuelles. De telles tables en hauteur standard et en hauteur pupitre ouvrent des perspectives toutes nouvelles aux modes d’interaction spontanés et à l’aménagement de l’espace par les participants eux-mêmes. Pages 110–113

Espace de formation intégrant des équipements multimédia interactifs La présence permanente de supports de visualisation numériques n’est pas un obstacle à la reconfiguration de l’espace. Des tables statiques sont combinées ici avec des tables individuelles partiellement mobiles et dotées d’écrans plats intégrés. Elles permettent de reconfigurer l’espace en fonction de la méthodologie – pour autant que local et mobilier soient dotés de systèmes de câblage et de connexion permettant de relier l’écran principal aux tables. Chaque participant dispose alors d’un accès à l’équipement multimédia en mode interactif. Page 116

92

Formation et séminaires

1x

Espace polyvalent reconfigurable (pages 110–113) ; Taille de la pièce : 88 m²

Configuration des tables individuelles en rangées pour 18 participants

Disposition des tables pour le travail en groupe

Disposition espacée des tables individuelles (situation d’examen)

Disposition des tables pour une manifestation festive

Salle de formation dotée d’un équipement multimédia intégré et d’une table reconfigurable (page 116) ; Taille de la pièce : 76 m²

Disposition des tables en fer à cheval pour une interaction optimale

Disposition des tables semi-mobiles

entre les participants ; panneau mural interactif intégré

pour une présentation ou une formation

93

4 Un système de tables facile à reconfigurer et doté

Salle de séminaire reconfigurable, équipements multimédia et cloison intégrés

d’accessoires variés permet d’aménager dans les meilleures conditions un espace séminaire segmentable et polyvalent. Un tel système comprend des tables individuelles et des plateaux de liaison. Grâce à un

Mode conférence ou mode formation incluant des interactions entre participants

large choix de plateaux modulaires de formes variées, il est possible de créer les configurations les plus diverses en fonction des contraintes d’aménagement et des objectifs didactiques.

5 3

4

2

1

En solidarisant l’ensemble des tables et des plateaux intermédiaires, on obtient un aménagement conférence pour 34 participants. La reconfiguration de la table en fer à cheval pour 30 participants permet un contact visuel direct, créant ainsi les conditions d’une discussion et d’un échange intensifs entre participants.

94

Formation et séminaires

6

Echelle 1:100 / dimensions en cm

1450

190

Taille de la pièce : 118 m² Surface utile : 105 m² Débarras : 13 m²

720

150

75

160

130 4

E

E

130

E

400

1

E

E 5

E

E

75

E

160 3

250

260

1 Tables et plateaux intermédiaires en configuration conférence 2 Voiles de fond fixés sur la structure 3 Desserte pour fournitures 4 Paperboard pour discussion et visualisation des développements thématiques 5 Écran de projection et débarras permettant de stocker les tables, les sièges empilables et les dessertes en surnombre 6 Table du formateur avec matériel de visualisation installé sur une desserte

Un espace séminaire segmentable doté d’un écran, d’un débarras et d’un mobilier polyvalent constitue une solution à la fois très rationnelle et particulièrement économique. Le système de rétroprojection fixe n’exige un système de régulation de la lumière naturelle que dans la partie de la pièce la plus proche de l’écran. Cela prévient le risque d’assoupissement des participants qu’induit une pénombre trop dense. Sur les deux côtés de l’écran, un débarras masqué par des panneaux coulissants permet de remiser les tables, les chaises, les équipements techniques et les dessertes momentanément en

surnombre. Une cloison mobile insonorisée subdivise au besoin l’espace en deux sousespaces indépendants. La polyvalence et la facilité de mise en œuvre d’un système de tables reconfigurables est l’expression la plus probante de leurs qualités fonctionnelles. Un tel système doit être robuste, facile à reconfigurer sans outils, facile à entreposer dans un minimum d’espace et facile à transporter. Il simplifie ainsi au maximum le facility management tout en minimisant les frais de maintenance.

95

Salle de séminaire reconfigurable, équipements multimédia et cloison intégrés Utilisation en tant qu’espace de présentation 2

4 L’utilisation de sièges empilables permet d’entreposer dans un minimum d’espace les sièges momentanément en surnombre. Lors d’exposés ou d’interventions ne nécessitant pas de tables, il est judicieux de pouvoir solidariser les sièges en rangées.

1

Présentation pour 72 participants L’ensemble des tables est entreposé temporairement dans le débarras, les chaises étant complétées par des chaises prises dans la réserve et solidarisées en rangées.

96

Formation et séminaires

Echelle 1:100 / dimensions en cm

1450

190

Taille de la pièce : 118 m² Surface utile : 105 m² Débarras : 13 m²

720

45

65

E

90

2

60

1

120

170

335

1 Pupitre et support assis-debout pour l’intervenant 2 Tables et plateaux intermédiaires rangés dans le débarras

En général, lors de présentations, il suffit d’équiper la salle de chaises solidarisées en rangées. Mais lorsque les participants sont censés prendre des notes, il faut, idéalement, doter les chaises de tablettes écritoires clipsées à l’accoudoir. Des étriers de liaison permettent de maintenir l’alignement des sièges. À partir de 200 participants, la réglementation allemande antipanique impose de solidariser les chaises. Dans le cadre de présentations ou de conférences, l’intervenant dispose d’un pupitre équipé d’un microphone et connecté à un ordinateur portable. Parfois, il dispose également d’un support assis-debout. Lorsque le local est équipé de tables pliantes ou de tables dont les pieds se replient, celles-ci peuvent être empilées ou placées sur un chariot de transport et rangées dans le débarras.

97

4 La salle de séminaire est d’autant plus facile à recon-

Salle de séminaire reconfigurable, équipements multimédia et cloison intégrés

figurer et à utiliser que le matériel et les équipements techniques sont disposés sur des dessertes faciles à déplacer.

Utilisation des espaces segmentés pour une conférence, un exposé, une formation interactive ou un cours magistral

4 3

2

1

Réunions simultanées utilisant des méthodologies différentes 7 En haut : présentation pour 15 participants et formation animée par un formateur avec discussion libre pour 16 participants 6 En bas : conférence pour 18 participants et cours magistral dans la partie multimédia pour 12 participants et un formateur

98

Formation et séminaires

5

L’ensemble des équipements – au-delà des tables et des chaises – se doit d’être facile à manipuler et à reconfigurer. À cette fin, la solution la plus élégante est d’installer le matériel technique sur des dessertes : elles permettent à l’intervenant de les disposer de façon optimale sans sacrifier une table. Idéalement, de telles dessertes sont entièrement modulaires : elles peuvent être équipées, selon les impératifs du moment, de tablettes, de volumes de rangement, de tiroirs et

sans compliquer outre mesure le système, d’intégrer des postes informatiques. Il suffit alors d’équiper les dessertes décrites plus haut d’unités centrales mobiles – pour autant que le câblage permette le raccordement des dessertes à proximité des tables où se trouvent les participants. De telles solutions intégrées modulaires présentent l’avantage d’une utilisation partagée des dessertes et des systèmes mobiles entre plusieurs espaces de réunion. Cela rationalise le

de différentes possibilités d’entreposer du matériel, de la documentation ou des rafraîchissements. Cela permet de tenir à disposition des participants tout ce dont ils ont besoin. De plus, un système cohérent fondé sur ce principe de dessertes évite l’aspect hétéroclite que présentent trop souvent les salles de formation ou de séminaire. Il convient également de prévoir des paperboards faciles à transporter et à intégrer à l’aménagement global. Il est même possible,

dispositif et permet des économies importantes. Quelle que soit la destination de l’espace segmentable, il est toujours judicieux de l’équiper de boîtiers de connexion courants forts/courants faibles au sol. Pour optimiser leur implantation, la meilleure solution est de simuler sur plans les différentes utilisations possibles et les exigences corollaires en termes de raccordement.

190

1450 (680)

Echelle 1:200 / dimensions en cm

(760)

720

335

160

430

E

Taille de la pièce : 118 m² Surface utile : 105 m²

400

E

E

Débarras : 13 m² E

2

E

E

3 4 E 160

1 1 Configuration en fer à cheval pour conférence ou exposé 175

2 Projecteur numérique mobile sur desserte

180 170

150

3 Configuration en fer à cheval pour formation à composante dynamique connectée au rétroprojecteur

190

1450 (680)

4 Table du formateur et desserte adjacente pour la caméra numérique 720

(760) 335

120

75

E

5 Configuration conférence

450

E

6 Configuration linéaire pour formations sans interaction des participants 7 Table du formateur avec ordinateur intégré connecté au rétroprojecteur E

5

E

E

7

E

E 150

6 175

300 170

150

99

270

Systèmes de tables modulaires pour espaces de séminaire et de formation

225

150

180

75

106 (= 75)

90

390

75

75, 150, 180

179 127 (= 90) 90 150

240 330

300

90, 150, 180

215 73

73

150

75

75

75

Modules (largeur d’assise) de 75 ou 90 cm

Systèmes de tables modulaires

30 % moins lourds que des plateaux

Les tables modulaires pour espaces de

conventionnels sans aucun compromis

conférence et de séminaire polyvalents

sur le plan de la rigidité.

sont constituées de tables individuelles,

Il est parfois judicieux d’équiper des tables en fer à cheval ou en anneau de voiles de fond. Ceux-ci sont alors tout simplement clipsés sur le cadre des plateaux de table et des plateaux intermédiaires.

le cas échéant dotées de piétements

Les possibilités combinatoires augmen-

repliables associées à des plateaux de

tent lorsque les plateaux de liaison

liaison. Il importe qu’elles soient très

peuvent être fixés sur les quatre côtés

faciles à reconfigurer et à solidariser.

de chaque table. Dans la plupart des

Une bonne idée à ce propos : intégrer

cas, trois formes de plateau sont suffi-

des étriers directement dans les

santes pour assurer les combinaisons

structures des tables. Cela évite de

les plus usuelles : le carré, le rectangle

perdre des accessoires et permet de

et l’hexagone. Ainsi, à partir de quatre

solidariser les tables sans aucun outil.

plateaux hexagonaux, il est facile

Pour prévenir toute détérioration des

de créer une table de conférence

plateaux lorsqu’ils sont empilés, des

généreusement dimensionnée pour

butoirs en caoutchouc maintiennent

12 participants ; elle peut à son tour

un écart minimal entre les plateaux

être agrandie en rajoutant des plateaux

superposés. Toute réduction de poids

de liaison. Moins les variantes de

favorise par ailleurs la manipulation.

plateau seront nombreuses, plus le

Cela conduit à préconiser des structures

facility management s’en trouvera

en aluminium et des plateaux allégés,

simplifié – sans compromettre notablement la polyvalence du système.

100

Formation et séminaires

1–3 Après une légère rotation du pied, il suffit de le rabattre et de le verrouiller grâce aux ferrures prévus sur la face 1

2

inférieure du plateau. Un butoir en caoutchouc intégré au mécanisme stabilise les plateaux empilés.

3 Vérins de compensation permettant de corriger les inégalités du sol.

1

2

1–4

Le module de plateau de 75 cm offre

Matières et finitions

Faire pivoter la platine de liaison permet

une place suffisante et permet de réali-

Les systèmes de tables modulaires

d’insérer un plateau intermédiaire

ser des configurations très compactes.

doivent être conçus pour résister à des

5

Les pieds de table repliables permettent

chromée ou laquée au four s’impose

Pour permettre l’ancrage simultané

de ranger et de stocker les tables dans

pour les structures. Pour les plateaux,

de deux plateaux intermédiaires,

un minimum d’espace. Pour compléter

des panneaux légers et rigides sont

la platine de liaison pivote de 90°

le dispositif, il est judicieux de disposer

la meilleure solution. Un revêtement

supplémentaires.

de chariots de transport.

en stratifié garantira leur longévité – en

sollicitations intensives. Une finition

3

4

particulier si des butoirs en caoutchouc

5

Illustrations : Table de la gamme Contas ; siège à piétement

Pour éviter de stocker (ou de perdre)

Lorsque les tables sont souvent dispo-

évitent le contact direct des plateaux

des accessoires, ils sont tous intégrés

sées en configuration ouverte, des

entre eux.

à la table, ce qui facilite au maximum

voiles de fond – faciles à monter et

la reconfiguration. C’est le cas des

à démonter sans outils – sont un acces-

ferrures permettant de verrouiller le

soire classique. Il faut également prévoir

piètement replié tout comme des

des étriers permettant de solidariser les

platines recevant des plateaux inter-

tables, ainsi qu’un système souple

médiaires ou encore des butoirs

assurant les connexions électriques

et des pièces d’écartement évitant

– par exemple sous forme de filets fixés

la détérioration des plateaux.

sous les tables et n’interfèrant pas avec l’empilement des plateaux.

luge de la gamme Ligne FS

101

4 Dans des espaces polyvalents dépourvus de débarras,

Espace polyvalent intégrant aménagement mobile et cloisonnement

des tables montées sur roulettes et dotées de plateaux rabattables sont une alternative intéressante aux tables à plateaux modulaires. Elles sont très faciles à reconfigurer et simplifient beaucoup le facility manage-

Utilisation de type conférence et formation avec débat

ment : une seule personne suffit pour les mettre en place – à moins que les participants eux-mêmes décident de s’en charger ! Les tables momentanément en surnombre, une fois leurs plateaux rabattus, pourront être rangées en juxtaposition le long d’un mur, pour autant que leur esthétique et leur qualité de finition s’y prêtent.

1

2

Cette configuration en anneau pour 28 participants stimule la discussion et le débat. Cette configuration en fer à cheval pour 26 participants est particulièrement adaptée aux formations et aux séminaires qui privilégient la qualité des échanges entre participants. Elle assure aux participants le contact visuel nécessaire.

102

Formation et séminaires

3

Les tables individuelles présentent certes des avantages en termes de facility management, mais elles ont aussi leurs limitations. En effet, par définition, chaque table nécessite sa propre structure – et souvent seules des configurations de type orthogonales sont possibles. Cela limite évidemment les possibilités d’aménagement. Aussi un arbitrage entre facility management, impératifs fonctionnels et critères esthétiques s’impose-t-il. Lorsque l’espace polyvalent ne dispose pas d’un débarras intégré, aucun des éléments de mobilier ne peut être dissimulé ; l’ensemble – tables, chaises, matériel multimédia – reste visible en permanence. Il est par conséquent particulièrement important que les finitions des structures, des plateaux et des chants de plateaux soient robustes sans compromettre leur esthétique. Lorsque l’action de rabattre le plateau fait simultanément pivoter le piète-

ment, il devient en outre possible de juxtaposer les tables dans un minimum d’espace – et ce d’une façon très esthétique. Un plateau de 150 x 75 cm est adéquatement dimensionné et particulièrement modulaire. Un tel plateau peut éventuellement être combiné avec le plateau d’une table plus large permettant d’asseoir trois participants. Il n’est pas impératif de choisir des sièges empilables, mais ceux-ci – en offrant une emprise au sol minimale en position empilée – permettent d’utiliser au mieux l’espace disponible. Confort, poids, robustesse et qualité des finitions sont autant de critères fonctionnels qu’il importe de prendre en compte. Aussi des sièges légers à piètement luge sont-ils particulièrement appropriés, pour autant qu’il s’harmonisent avec le style des tables.

Echelle 1:100 / dimensions en cm Taille de la pièce : 100 m²

1340 1 Paperboard 2 Desserte pour fournitures et projecteur

750

75

225

150

150 2

3 Table du formateur et projecteur numérique sur desserte

1

3

150

220

220

103

4 Ici le cloisonnement doit être disposé de sorte

Espace polyvalent intégrant aménagement mobile et cloisonnement

à créer deux espaces segmentés de taille à peu près équivalentes. Il est important que chacun des espaces segmentés puisse disposer de ses propres équipements – notamment sur le plan multimédia.

Utilisation de l’espace segmenté pour des formations, des présentations ou des conférences

1

2

3

Espace segmenté pour deux réunions de 12 participants chacune. Ici, la

4

configuration en fer à cheval favorise les échanges directs entre participants. Dans l’exemple ci-contre, l’espace accueille une présentation pour 15 participants et une conférence pour 12 participants. La possibilité de juxtaposer dans un minimum d’espace les tables à plateau rabattable permet de dégager – lors d’utilisations ne requérant que peu ou pas de tables – un espace généreusement dimensionné.

104

Formation et séminaires

3

Echelle 1:125 / dimensions en cm

1340 (660)

Taille de la pièce : 100 m²

(660)

750

150

300

450

3

1

150

2

215

215 150

150

1340 (660)

(660)

750

300

110 450

1 Table du formateur avec rétroprojecteur monté sur desserte 2 Chaises en surnombre stockées à l’intérieur du périmètre visible 3

3 Projecteur numérique monté sur desserte 4 Tables à plateau rabattable et piètement pivotant ;

300

juxtaposées en position de rangement, elles demeurent visibles 4

310 80

80

Lorsque l’espace peut être subdivisé en deux sous-espaces de taille équivalente, les possibilités d’utilisation sont nombreuses. C’est d’autant plus vrai si, aux extrémités des deux espaces et perpendiculairement aux fenêtres, on a pris soin d’installer des écrans de projection. À noter : cette configuration double impose de multiplier par deux les équipements annexes – paperboards, matériel multimédia monté sur dessertes et dessertes destinées aux fournitures et aux rafraîchissements.

105

Espace polyvalent intégrant aménagement mobile et cloisonnement Formation de type magistral et travail en groupe

L’agencement des tables en rangées est particulièrement approprié lors de formations ou d’interventions de type magistral – dispensées ici à 24 participants. Dans un tel cas, ces derniers doivent en effet disposer d’une table

1

pour y disposer leur documentation et permettre la prise de notes.

2

3

Si les tables correspondent à une modularité rigoureuse, les configurations possibles sont extrêmement variées. Dans l’exemple présenté ici, les tables sont solidarisées par paires. Elles forment ainsi des îlots permettant à 28 participants de discuter et de travailler en petits groupes.

106

Formation et séminaires

4

Echelle 1:125 / dimensions en cm

1340

Taille de la pièce : 100 m² 750

125

150

50

2

1

3

150

225 440

1340

750

150

100

220

125

1 Paperboard 2 Desserte pour fournitures et rétroprojecteur 3 Table du formateur avec rétroprojecteur monté 150

sur desserte 4

4 Disposition des tables pour travaux en groupe ou manifestation festive 230

220

Les tables peuvent être utilisées sur les quatre cotés et leurs plateaux sont parfaitement modulaires. Les conditions sont ainsi réunies pour offrir une versatilité maximale. En parallèle à une utilisation de type atelier, de telles tables permettent également de répondre aux impératifs de manifestations festives. Les tables sont alors juxtaposées dos-à-dos et accueillent ainsi 8 personnes par table double ; quant au buffet, il est dressé sur les tables en surnombre.

107

Tables mobiles à plateaux rabattables pour espace polyvalent de formation et de séminaire

Module de base des sièges et des tables : 60 ou 75 cm

Tables mobiles à plateau rabattable

En général, un module de 75 cm

Des piètements sur roulettes verrouilla-

Dans les espaces à vocation polyvalente

offre un bon compromis entre l’espace

bles permettent d’augmenter encore

– tout comme dans divers autres con-

individuel réservé aux participants et

la polyvalence du système d’aménage-

textes – il advient fréquemment que

l’encombrement global. Lorsque les

ment – il est alors facile de déplacer les

des tables individuelles s’avèrent plus

tables sont exclusivement utilisées dans

tables d’une pièce vers l’autre et de

pratiques que des tables modulaires ou

le cadre de séminaires par des partici-

regrouper les tables en surnombre dans

des tables de conférence fixes. En effet,

pants sans vis-à-vis, une profondeur de

un espace de stockage partagé. Pour

les tables individuelles sont faciles

plateau de 60 cm est suffisante. Dans le

solidariser des tables individuelles,

à reconfigurer, pour répondre par

cas contraire, il importe que les tables

il est important de disposer d’un étrier ;

exemple aux impératifs d’un séminaire

soient utilisables sur tous les côtés sans

par ailleurs, des voiles de fond faciles à

ou d’un atelier plus ou moins spontané.

que les structures ou les piètements

mettre en place contribueront à mettre

Mais elles se prêtent tout aussi bien

viennent réduire outre mesure l’espace

à l’aise des participants placés autour

à l’organisation de manifestations

aux jambes. Des structures en position

d’une table en fer à cheval.

festives – qu’elles servent de tables

médiane associées à des plateaux

pour le buffet ou pour les convives.

débordant sur les deux côtés présentent à ce titre des avantages évidents.

108

Formation et séminaires

Illustrations : Table de la gamme Timetable (1)

60

Chaises empilables à piètement traîneau de la gamme Aline et tables de la gamme Timetable (2)

150, 180, 200 75

1

150, 180, 200, 225 73 1

2 1-3

109

Étriers de solidarisation utilisables

75 (60)

47

sur tout le périmètre de la table. 3

2

Lorsque le plateau d’une table est

La structure et le piètement sont en

rabattable, il est d’autant plus facile

acier ; dans les versions haut de

de la transporter d’une pièce à l’autre

gamme, l’aluminium conjugue une

– même lorsque les portes de commu-

haute résistance avec des possibilités

nication, les ascenseurs et les couloirs

de finition très valorisantes.

sont étroits. De plus, une seule personne suffit pour effectuer la mise en

Dans le contexte d’espaces polyvalents,

place. Enfin, de telles tables sont faciles

les plateaux en stratifié s’avèrent les

à ranger par juxtaposition dans un

plus appropriés. Lorsqu’une dimension

minimum d’espace.

statutaire s’impose, une finition de type ébénisterie, plus raffinée, permet de

Matières et finitions

mettre les tables en harmonie avec un

Il va de soi que des tables mobiles

concept d’aménagement sophistiqué.

soient particulièrement robustes :

Les profilés antichoc intégrés aux

elles gagnent en stabilité lorsqu’elles

chants ont un double intérêt : Ils proté-

mettent en œuvre des matériaux plutôt

gent les plateaux des détériorations et

lourds, qui contribuent à éviter le risque

évitent de laisser des marques sur les

de basculement. À l’inverse, des tables

murs et les portes du local.

modulables sont d’autant plus pratiques à manipuler qu’elles sont légères. 109

4 Lorsque les méthodologies didactiques de type inter-

Espace polyvalent de séminaire doté d’un aménagement multifonction

actif laissent aux participants la latitude de s’organiser eux-mêmes, un mobilier multifonction constitué de petites tables en hauteur standard et en hauteur comptoir créent les conditions d’un aménagement

Formation et travail en groupe

créatif et stimulant de l’espace. Tant par leur cohérence esthétique et fonctionnelle que par leur facilité de manipulation, de tels systèmes se prêtent aux utilisations et aux contextes les plus variés.

5

4 1

2

3

6 Formation ou présentation pour 18 participants incluant des tables en hauteur comptoir pour pauses détente. Dans l’exemple ci-contre, le travail en groupe se répartit entre deux équipes de 6 participants et deux équipes de 5 participants ; la partie détente permet d’accueillir entre 6 et 10 participants.

7

110

Formation et séminaires

Echelle 1:125 / dimensions en cm Taille de la pièce : 88 m²

1190

120

740 70

140

59

5 1

84

Parmi les options d’aménagement possibles, des tables individuelles à quatre pieds en hauteur standard et en hauteur pupitre constituent une solution aussi originale qu’efficace : elles sont remarquablement fonctionnelles et peuvent être reconfigurées à l’infini.

118

3

84

4

2

270

120

270

Ces tables de petites dimensions permettent à chaque participant de s’approprier ‘sa’ table et de participer à des reconfigurations dynamiques de l’espace en fonction des échanges et de la méthodologie. Dans un tel contexte, il est important que les proportions, la qualité des finitions et la simplicité archétypale des tables garantisse, quelles que soient les configurations adoptées, une esthétique sobre et cohérente.

1190

118

Ici, la modularité n’est pas basée sur le rapport classique de 1:2 mais sur la proportion mathématique 1:√2. Ainsi, du plus petit au plus grand, les plateaux possèdent des proportions invariantes. Ce principe garantit à la fois un très grand nombre de combinaisons possibles et

7

un maximum d’harmonie. Grâce à des étriers clipsables pouvant servir en option de connecteurs courants forts/courants faibles, il est possible de solidariser les configurations et d’assurer le raccordement des tables au réseau.

252

740

140

6

140

170

170

1 Deux tables individuelles pour le formateur et le projecteur numérique 2 Tables individuelles disposées en rangées accueillant chacune un participant 3 Tables en hauteur pupitre et tabourets hauts 4 Volume de rangement pour les équipements, les documents de formation, la vaisselle et les rafraîchissements 5 Desserte et paperboard 6 Tables individuelles en configuration ‘travail de groupe’ 7 Tables en hauteur pupitre groupées et tabourets hauts dans un contexte de réunion

111

4 Compte tenu de ses proportions, chaque élément

Espace polyvalent et de séminaire doté d’un mobilier multifonction

peut servir à la fois de table individuelle et de table modulaire dans le cadre de configurations variables à l’infini. La rigueur du principe mathématique maximise la polyvalence du système. En fait, ce sont les sièges

Configuration pour tests individuels et utilisation dans un contexte festif

qui déterminent la fonction de l’ensemble.

1

2

3

4 Utilisation des tables dans un contexte de travail individuel ou d’examen pour 18 participants. Configuration modulaire et utilisation dans le contexte de groupes de travail et de discussion ou d’une manifestation festive à l’issue d’un séminaire ou d’un projet mené à bien.

112

Formation et séminaires

5

Echelle 1:125 / dimensions en cm Taille de la pièce : 88 m²

1190

120

740

2

Un aménagement fondé sur des tables multifonction en hauteur standard et pupitre s’ouvre sur un vaste éventail de contextes – depuis les situations formalisées exigeant des tables solidarisées en rangées jusqu’aux échanges très interactifs autour de petites tables de réunion.

1 50

120

59

3

84

120

210

240

1190

740

118

90

200

4 336

Pour maximiser l’implication des participants, les tables en hauteur pupitre sont particulièrement efficaces. En parallèle, elles permettent de présenter des produits ou des objets et se prêtent avec un égal bonheur à l’aménagement de coins détente temporaires. Pour les participants, le passage de la position assise à la position debout répond en outre à des impératifs ergonomiques. Idéalement, il convient d’y adjoindre des sièges à quatre pieds facilement empilables et dotés d’accoudoirs. Suffisamment compacts, ils seront parfaitement en harmonie avec la petite taille des plateaux. Un dossier suffisamment robuste permettra à la chaise de servir également de point d’appui lorsque les participants discutent debout. Dans le même temps, il faut que la chaise soit suffisamment légère et offre de bonnes possibilités de préhension afin d’être facile à déplacer.

5 120

Quand les phases de travail en position debout 210

1 Deux tables pour le formateur et le projecteur numérique

210

se prolongent, des supports assis-debout délestant les jambes sans entraver les mouvements sont les bienvenus.

2 Tables espacées accueillant chacune un participant 3 Tables en hauteur pupitre et support d’examen 3 Tables individuelles solidarisées à l’occasion d’un repas pris en commun 4 Tables individuelles et tables en hauteur pupitre alignées pour former un buffet

113

Aménagement reconfigurable et tables compactes

1 Pour être aussi polyvalentes que possi-

principes que ceux qui régissent les

ble, les tables sont réduites à l’essentiel

formats de papier DIN A – soit 1:√2,

– sur le plan de la conception comme

cette proportion avait déjà séduit Platon.

de l’esthétique. Les plateaux rectangu-

Vitruve, l’urbaniste de l’empereur

laires et les pieds montés en affleure-

Auguste, en fit le principe directeur

ment aux quatre coins du plateau

de l’aménagement de Rome, et à la

constituent une solution très versatile.

Renaissance, Palladio, le célèbre archi-

De telles tables peuvent être utilisées de

tecte de Vicence, instaura dans son

la même façon sur leurs quatre côtés.

ouvrage ‘I quattro Libri dell’Architettura‘,

Ce n’est qu’en fonction des sièges et

paru en l’an 1570, cette même propor-

des éléments complémentaires que

tion comme principe fondamental de

la destination de l’ensemble se précise.

l’architecture. C’était bien avant que

Afin de maximiser les possibilités com-

l’industrie papetière découvre le mérites

binatoires, il est important que les

du format DIN A. Sur le plan pratique,

formats soient absolument modulaires.

l’impression d’équilibre qui se dégage de

Lorsque les pieds de table et la structure

ce principe de proportion s’accompagne

sont traités en finesse, esthétique et

d’un avantage décisif : le petit côté de

espace aux jambes vont de pair.

l’un des plateaux correspond toujours au

118

59,4 42

168

84

59,4 73

grand côté de la dimension de plateau Des plateaux modulaires rectangulaires,

immédiatement inférieure, la proportion

liés entre eux par une progression des

des plateaux restant pour sa part

formats particulièrement originale, se

constante. Il en résulte une harmonie

révèlent à l’usage très versatiles. La

parfaitement préservée – quel que soit

proportion idéale répond aux mêmes

l’agencement des tables. Pour favoriser

114

Formation et séminaires

105

1

3+4

Placé sous le plateau, un filet en maille

Il est possibles de fixer sur le guides-

de polyester permet de ranger tous les

câbles un boîtier de connexion courants

objets qui ne sont pas d’une nécessité

forts/courants faibles. Sur les guides-

immédiate ou qui sont inesthétiques

câbles servant de pièces de liaison, il est

– tels que les alimentations, les excé-

judicieux de monter en parallèle deux

dents de câblage et divers documents

boîtiers de connexion.

et fournitures.

1

1+2

2

Des guides-câbles en matière synthétique peuvent être clipsés sur le piètement ; en version double, ils permettent aussi de solidariser les tables entre elles.

3

4

les changements de posture et optimi-

Le principe de neutralité s’applique

ser les interactions entre participants,

également aux matières et aux finitions

l’idéal est de combiner des tables

des plateaux. Dans le cas de sollicita-

dans les hauteurs standard et pupitre

tions intensives – telles qu’elles ne sont

(73 et 105 cm).

pas rares dans des environnements de type séminaire – les finitions ébénisterie

De telles qualités donnent toute leur

sont souvent malmenées et souffrent

mesure au sein d’espaces multifonction.

très rapidement. Quant aux stratifiés,

Deux formats de plateaux permettent

ils ne peuvent, sur des plateaux à arêtes

en général de répondre à un très large

vives, être parfaitement usinés bord

éventail d’impératifs fonctionnels

à bord et manquent ainsi quelque peu

– tout en laissant les participants libres

d’élégance. Dans un tel contexte, le

de configurer l’espace à leur guise sans

médium teinté dans la masse constitue

jamais remettre en cause l’harmonie de

une alternative très intéressante. Sa

l’ensemble.

structure est à la fois agréable à l’œil et au toucher, et dans une matière teintée

Matières et finitions

dans la masse, les rayures restent quasi-

Une gamme de tables particulièrement

ment invisibles. La seule précaution à

versatiles gagne à jouer la carte des

prendre est d’appliquer sur les plateaux

matières neutres. Une structure

une laque de protection.

vissée en acier confère à la table une excellente stabilité, tout en permettant un usinage très précis. En alternative à une finition laquée, un piétement en acier inoxydable dépoli conjugue esthétique et robustesse. En revanche, une finition chromée n’est pas particu2

lièrement adéquate : en effet, des piètements montés en affleurement

Illustrations : Tables de la gamme DinA (1) ;

sont très exposés aux chocs et aux rayures.

Chaises séminaires de la gamme Confair (2)

115

4 Lorsque les espaces de formation disposent d’un

Salle de formation dotée d’un équipement multimédia interactif intégré

matériel multimédia sophistiqué, il importe tout particulièrement de veiller à une polyvalence optimale – gage de succès quelles que soient les options didactiques adoptées. Elle s’obtient ici en combinant tables statiques, tables semi-mobiles assorties et un système de connecteurs et d’écrans plats intégrés aux tables.

4

3

5

1 2

Configuration intégrant un poste de commande pour le formateur et destiné à des formations et des présentations incluant une phase de débat et d’interaction pour 14 participants. Installation en rangées incluant un poste de commande pour le formateur, dans un contexte de présentation ou de cours magistral pour 14 participants.

6

116

Formation et séminaires

890

860

105

260

150

180

C’est particulièrement vrai dans les grandes entreprises et dans l’enseignement supérieur. Ici aussi, l’interaction entre le formateur ou les participants est au centre du processus cognitif. En effet, la communication, la réflexion et l’échange sont des éléments essentiels du transfert de l’information et de l’acquisition des connaissances. Dans un tel contexte, il importe d’intégrer parfaitement les installations multimédia au concept d’aménagement. C’est là toute la différence par rapport à des cours dispensés par internet sur un mode virtuel.

540

3

4

5 2

170

1

160

120

860

150

180 105

L’utilisation des NTIC à tous le niveaux a conduit à créer des salles de formation spécifiques, dédiées à l’acquisition des compétences requises pour maîtriser les évolutions de l’informatique et des médias.

6

540

Pour stimuler les interactions entre participants, des écrans plats intégrés aux tables sont une excellente solution ; en position rabattue, ils n’interfèrent en rien avec le contact visuel entre participants. En position de travail, ils créent une liaison directe entre chaque participant et le mur d’image partagé. Cela permet à chacun de présenter ses contributions à l’ensemble des participants sans quitter sa place. Le mur d’image est doté d’une fonction tactile ; elle permet au formateur de disposer d’une interface en temps réel avec le système informatique. Le pupitre de commande à la disposition du formateur permet de configurer les ressources informatiques en fonction exacte des impératifs méthodologiques. Dans le passé, de tels aménagements étaient nécessairement statiques. Aujourd’hui, des systèmes intelligents de connexion entre les tables modulaires permettent, à partir de boîtiers au sol, de reconfigurer très facilement l’agencement : la table fixe fait alors office d’îlot autour duquel s’articule l’aménagement de l’espace – sans qu’il soit nécessaire de modifier systématiquement les connexions. Lorsque les tables sont équipées de faisceaux de câbles assurant les liaisons

170 165

125

160

120

Echelle 1:125 / dimensions en cm

courants forts/courants faibles de l’une vers l’autre, les combinaisons possibles sont quasiment illimitées. Au départ, l’investissement est supérieur, puisqu’il faut intégrer le système de connexion à chacune des tables. En revanche, un tel système diminue très sensiblement le nombre de boîtiers au sol nécessaires. Cela s’avère tout particulièrement intéressant dans les immeubles classés ou anciens où l’installation de boîtiers de connexion au sol est difficile, voire impossible.

Taille de la pièce : 76 m²

1 Table fixe et écrans plats intégrés 2 Tables semi-mobiles orientables à 90° et dotées d’écrans intégrés 3 Table fixe du formateur intégrant un écran plat et les connexions nécessaires pour son ordinateur portable 4 Mur d’image interactif 5 La table en fer à cheval permet au formateur et aux participants d’utiliser au mieux les fonctions interactives du mur d’image 6 Tables semi-mobiles disposées en rangées

117

128 100

1

73

Aménagement multimédia à vocation interactive 105

Écrans intégrés aux tables

Mur d’image interactif

stimulant et l’appropriation cognitive

Dans les espaces de séminaire et de

Les deux technologies disponibles sont

rapide et efficace. Compte tenu du

formation dotés d’un équipement

les écrans plasma et les écrans TFT

temps consacré aux séminaires et

multimédia sophistiqué, il est possible

à matrice active. Dans un contexte de

des coûts indirects qui en résultent,

d’intégrer différents types d’écrans

formation ou de séminaire, les premiers

il importe de tirer le meilleur parti du

aux plateaux des tables. Des écrans

nommés souffrent d’une résolution

temps consacré à toute formation.

rabattables manuellement sont la

insuffisante. Même dans des espaces

Il est par conséquent peu défendable

solution la plus simple, mais il est

de petites dimensions permettant aux

de vouloir faire des économies en

également possible d’intégrer des

participants d’être proches de l’écran,

termes de matériel. Sur le plan des

écrans motorisés soit rabattables, soit

une résolution de 1280 x 768 pixels est

équipements techniques et de la

escamotables verticalement. En fonc-

un minimum.

configuration de l’aménagement, une

tion du concept d’aménagement, on

118

Formation et séminaires

collaboration étroite avec les services

choisira des habillages standard en

Il est également important de pouvoir

informatiques, les ressources humaines

matière synthétique ou, au contraire,

interconnecter plusieurs écrans et de

et un spécialiste des environnements

on optera pour des écrans et des

les doter d’une fonction tactile, afin

multimédia est la clé du succès.

claviers en métal, ces derniers pouvant

d’intervenir directement du doigt ou à

être eux aussi escamotables. Sur ce

l’aide d’un stylet. La raison est simple :

Pour plus de détails, se reporter aux

plan, les choix sont avant tout esthéti-

plus l’interaction est immédiate et

pages 192 et 202.

ques et statutaires.

directe, plus l’environnement est

Sous sa forme électronique interactive, le ‘tableau’ allie aux avantages des NTIC les vertus combinées d’un tableau d’affichage, d’un tableau blanc et d’un paperboard classiques. Le mur d’image numérique permet de présenter en parallèle des graphiques, des chemins critiques, des sites internet – pour ne citer que quelques exemples – tout en offrant un large éventail de possibilités d’intervention interactives en temps réel.

260 2

Tables multimédia

une composition parfaitement

Seul un fabricant rompu aux impératifs

cohérente. En matière de conception

fonctionnels et esthétiques d’un

des structures, de forme et de format

équipement aussi sophistiqué est en

des plateaux, de matières et de finitions,

mesure de proposer ici une solution

les critères sont essentiellement les

parfaitement aboutie. La profondeur

mêmes que ceux qui régissent les

des plateaux doit être d’au moins

aménagements mobiles dans les

90 cm, afin de placer chaque partici-

espaces polyvalents – à cette différence

pant à une distance ergonomiquement

que les plateaux rabattables n’ont pas

correcte de l’écran.

ici d’intérêt fonctionnel. Le critère déterminant sur le plan de la structure

Idéalement, la gamme de tables choisie

est en revanche l’absence de traverses

comprendra tant des modèles fixes

médianes : c’est à cette condition que

que des versions mobiles, afin d’offrir

les écrans plats pourront être intégrés

les meilleurs gages d’harmonie et de

sans contraintes de positionnement.

rigueur. Dans tous les cas, on optera pour des structures modulaires compatibles dotées de piètements montés soit sur vérins de compensation, soit sur roulettes : ils garantiront

3 Illustrations : Mur d’image interactif Commboard (1,2) ; écrans plats intégrés au plateau, gamme NoTable (2,3)

119

Les sièges dans les espaces de séminaire et de formation

77 43

59 74 45

58

54

57

56

85

87

43

43

56

59

57

Fauteuils empilables à quatre pieds

Lorsque la hauteur des accoudoirs

Siège à piètement luge

Elles n’en sont pas moins essentielles.

Les sièges dotés d’accoudoirs sont

correspond à celle des plateaux de

Remarquablement polyvalent, le siège

Ainsi, tant sur le plan des possibilités

particulièrement propices aux change-

table, il est facile de donner à l’espace

à piètement luge est souvent partie

d’empilement que de la qualité des

ments de posture. Pour remplir leur

un aspect ordonné à l’issue de la

intégrante d’une gamme très large

finitions, à commencer par la précision

rôle dans les meilleures conditions,

réunion : il suffit de disposer les sièges

de sièges couvrant tout l’éventail des

d’usinage, les options diffèrent. Une

il importe qu’ils soient non seulement

en plaçant les accoudoirs en butée

utilisations possibles – et incluant

coque d’assise et de dossier d’une

ergonomiques, mais également

contre le chant des plateaux.

presque toujours des sièges de travail.

seule pièce, réalisée dans les matériaux

Cela offre des conditions idéales de

adéquats, offre une très bonne

respect de l’identité visuelle.

souplesse et s’adapte bien à des

empilables et faciles à manipuler, par exemple grâce à un dossier doté d’un

Matières et finitions

collet facilitant la préhension. Idéale-

Si la coque de dossier est réalisée en

ment, ce collet permettra même

matière synthétique, un gaufrage ou

De plus, la structure élastique en

diverses. Si la coque est suffisamment

d’adopter une position assis-debout

des perforations amélioreront la

cantilever des sièges à piètement luge

spacieuse et le dossier rembourré, ce

dos au siège. Le collet est aussi bien

ventilation. Pour l’habillage du coussin

favorise une position détendue, parti-

dernier peut servir d’accoudoir lorsque

pratique pour déplacer les sièges dans

d’assise amovible, on privilégiera le

culièrement agréable lorsque con-

le participant se tourne vers l’un de ses

les situations faisant alterner séances

polyester ou la laine peignée. La

férences ou séminaires se prolongent.

voisins de table. Une structure mono-

plénières et travail en petits groupes.

structure en profilé d’aluminium ou

Un dossier conforme aux impératifs

coque crée une forme d’intimité qui

en aluminium moulé sous pression

ergonomiques assure un maintien

peut s’avérer très agréable ; de plus,

Les accoudoirs seront orientés vers

permettra pour sa part de conjuguer

adéquat, surtout quand il intègre un

elle se distingue par son harmonie

l’extérieur, afin de laisser l’utilisateur

rigidité et légèreté. Idéalement, on

support lombaire. Dans des espaces

sobre et fonctionnelle.

libre de ses mouvements et de se

choisira une finition assortie à la

polyvalents, des sièges à piètement

tourner vers son voisin de table.

structure des tables – chromée brillant,

luge empilables sont bien entendu une

Des coques d’assise et de dossier

anodisée ou laquée.

alternative particulièrement séduisante.

distinctes améliorent pour leur part

postures et des morphologies très

la ventilation du dossier. Leur petite

120

Formation et séminaires

La structure d’un siège de ce type est

dimension les rendent cependant

presque toujours très similaire : les

moins souples – sauf lorsqu’elles

différences sont de l’ordre du détail.

sont intégrées en tant qu’élément

85 44

56

60,5

60,5

61

60,5 65

45 65

1

autoporteur semi-rigide à la structure

nomiques, mise en harmonie avec le

Pour des raisons esthétiques, il est utile

du siège. Vu de l’arrière, un siège doté

concept d’aménagement et dimension

de pouvoir le doter en option d’un

d’une coque de dossier séparée paraîtra

psychologique de l’interaction entre le

habillage tissu. En cas d’utilisation

plus compact et moins massif ; en outre,

siège et son utilisateur. La disponibilité

intensive, des coques d’assise et de

une telle conception permet de varier

d’une large gamme d’accessoires est

dossier monobloc ou en deux parties

les hauteurs de dossier et les variantes

également un paramètre important.

sont une excellente solution. La finition

de coussinage.

combinera idéalement une matière Ainsi, lors de conférences de presse,

synthétique teintée dans la masse avec

Une excellente alternative sur le

de présentations ou d’exposés ne

un coussinage doté des revêtements

plan tant ergonomique qu’esthétique

nécessitant pas la présence de tables,

décrits plus haut. Il est également

consiste à associer la coque d’assise

les sièges seront en général solidarisés

possible de choisir des sièges à dossier

à un dossier tendu sur une structure

en rangées. Pour numéroter les rangées

non rembourré ; ce sera néanmoins au

semi-rigide. Cette solution permet

et les places, un système correspondant

détriment du confort et de la ventilation.

au siège de s’adapter idéalement à la

sera le bienvenu. De la même façon,

morphologie de l’utilisateur et offre des

il peut s’avérer très judicieux de doter

À l’usage, des finitions de structure

qualités de ventilation optimales.

les sièges de tablettes écritoires pivo-

chromées ou laquées s’avèrent les

C’est d’autant plus vrai lorsque le

tantes et n’entravant pas l’empilage.

plus adaptées. Les finitions qui

dossier est tendu d’une résille semi-

s’harmonisent le mieux avec des

transparente. Cette dernière a le mérite

Matières et finitions

structures de table polies ou anodisées

supplémentaire d’affiner et d’alléger

Pour l’assise et le dossier, on privilégiera

naturel sont le chrome mat et la laque

encore l’esthétique du siège.

un revêtement amovible en laine ou en

coloris argent ; dans le cas de sièges

fibre synthétique de type Trevira.

empilables, il faut néanmoins privilégier

Siège à piètement luge de la gamme FS

Faire les bons choix en matière de

Un cadre de dossier tendu de résille

la finition chromée brillant – la plus

et tables Contas (1) ; sège à piètement luge de la

sièges implique de prendre en compte

élastique offre un confort optimal dans

résistante aux chocs et aux rayures.

gamme Sito et tables de la gamme Timetable (2)

impératifs fonctionnels, exigences ergo-

un contexte de séminaire ou de réunion.

2

Illustrations

121

Conférence dynamique 4 Dans un environnement qui ne cesse d’évoluer, les capacités d’adaptation et d’innovation de toute organisation sont devenues des paramètres cruciaux. Pour favoriser les processus correspondants, de nouveaux modes de discussion et d’échange, fondés sur une implication dynamique des participants, se sont développés. Leur objectif : obtenir l’adhésion et l’implication de l’ensemble des acteurs du changement au sein de l’entreprise. Une telle approche favorise, de plus, la prise en compte de l’expérience et du savoir-faire de chacun – ce qui constitue un facteur de compétitivité décisif. La méthodologie et l’agencement se conjuguent pour inciter les participants à s’affranchir des schémas préétablis : un aménagement compact, mobile et polyvalent – conçu spécifiquement pour favoriser les interactions – permettra aux participants de créer eux-mêmes les configurations les plus appropriées.

122

Conférence dynamique

Pour survivre et prospérer malgré les turbulences et les contraintes, une entreprise doit mettre à profit le potentiel de réflexion combiné de tous ses collaborateurs. Konosuka Matsuhita

L’échange interactif : de la logique de l’atelier aux principes d’animation

Les modes d’échange : entre pérennité et changement La ‘date de péremption’ des connaissances et des savoirs comme des modes opératoires qui en découlent est de plus en plus rapprochée. L’adaptation et le changement sont devenus permanents – alors qu’il y a encore peu d’années, on postulait que chaque phase de changement était suivie d’une période de stabilité. Mais aujourd’hui, les implications complexes de la mondialisation imposent de réagir en continu – et en temps réel – aux évolutions de la concurrence, des marchés et du contexte économique. Les adaptations structurelles censées en résulter au sein des entreprises sont largement commentées, mais leur mise en place se fait singulièrement attendre. De façon récurrente, on déplore que les idées nouvelles et les propositions d’amélioration – pour rapidement qu’elles s’expriment – restent le plus souvent lettres mortes. Les études récentes tendent à montrer que les déficiences du processus se manifestent dès les premières réunions préopérationnelles. En effet, l’atavisme qui pèse sur les modes de communication traditionnels – façonnés par des siècles de fonctionnement invariant des structures sociales – favorise les relations formalisées et les schémas préexistants. Dès lors, toute velléité d’initiative sera inéluctablement étouffée par le passé. À l’inverse, force est de constater que les processus d’innovation et de changement véritablement capables d’amorcer une évolution disruptive naissent en marge des systèmes de communication formalisés. En outre, si l’on omet de fédérer en aval, avec un maximum de transparence, l’ensemble des équipes autour des objectifs et des finalités du changement, on va au devant de la défiance, de l’incrédulité, d’un sentiment d’impuissance – et, au pire, d’une attitude délibérément destructive.

Aussi convient-il d’analyser précisément les processus de communication et d’information. Il ne suffit plus, pour les optimiser, de tenir compte des simples facteurs psychologiques. En fait, l’un des défis les plus immédiats est d’aborder la dynamique d’innovation et de changement dans toute sa complexité. Le cercle feutré des réunions de direction n’est pas en mesure ici de créer les conditions complexes du succès. Car la mise en place des modèles, des processus et des structures à mêmes de fonctionner dans un environnement éminemment évolutif exige de mobiliser l’ensemble des opérateurs du changement. Cette constatation vaut en particulier pour les échelons intermédiaires du management, souvent pris entre le marteau et l’enclume. De nombreuses études soulignent l’emprise croissante des réunions, qui ont pris le pas sur le travail individuel. Mais la participation à ces réunions incessantes se traduit souvent par un sentiment de frustration et de perte de temps. Lorsque les cadres sont invités à s’exprimer, ils stigmatisent les déficiences et les déperditions comme suit : • L’information préalable insuffisante ou inexistante empêche les participants de se préparer à l’ordre du jour. Cela rallonge les discussions et donne aux participants qui n’ont pas contribué à définir l’ordre du jour l’impression d’être mis devant le fait accompli. • Toute suggestion ou critique est écartée d’emblée et l’expérience des participants n’est pas sollicitée. En bref : l’ensemble du dispositif n’a qu’une fonction d’alibi. • De nombreux participants s’enferment dans leur mutisme – soit que le débat ne les concerne pas, soit qu’ils aient eu, dans le passé, à se mordre les doigts d’être intervenus. 123

Les schémas organisationnels : équité, dynamique, implication

• L’organisation du débat est peu rigoureuse et, en l’absence de conclusions claires, les thèmes abordés ne sont pas solutionnés mais ajournés. • Les aspects objectifs du débat sombrent sous le poids des querelles de préséance et de personnes. • Les comptes rendus de la réunion sont parfois inexistants, souvent beaucoup trop tardifs et dans bien des cas incomplets et partiaux. Il va sans dire qu’une telle situation génère des pertes de temps considérables et, pire encore, ébranle les fondements mêmes du changement au lieu de les consolider : • Les décisions ne sont pas élaborées en commun mais imposées par une minorité. • Les rancœurs personnelles se manifestent par des luttes d’arrière-garde aux antipodes de toute approche concertée et constructive des objectifs d’innovation. • Les comptes-rendus sont ‘classés sans suite’. • La frustration croît et l’implication des participants ne se limite plus qu’à leur présence physique. Les principes de la conférence classique se prêtent avant tout à l’approche de situations connues dans des contextes pérennes. Mais lorsque le processus de décision doit s’affranchir des prérogatives hiérarchiques pour impliquer chaque participant – sans considération de rang ni de statut – et tirer le meilleur parti de son expérience et de ses compétences, les schémas classiques s’avèrent contre-performants. Pour donner l’impulsion initiale à des processus créatifs, à des idées nouvelles, et à une approche concertée des problèmes à résoudre, des formes nouvelles de réunion et d’échange ont été développées. Elles laissent un maximum d’initiative aux participants, afin de créer le contexte d’interactions constructives et dynamiques.

124

Conférence dynamique

L’objectif premier des modes de communication dynamiques est d’éviter les écueils exposés plus haut. Cela présuppose une prise en compte équitable des avis de chacun sans considération hiérarchique, une implication directe de chaque participant, le renoncement aux querelles de personnes et des comptes-rendus objectifs plutôt que volontairement et injustement sélectifs. En fait, il faut débarrasser le contexte de l’échange de toutes les interférences hiérarchiques et statutaires pour se concentrer sur les seuls contenus factuels. C’est à ce prix qu’on motivera l’ensemble des participants, qu’on les impliquera activement dans les processus de changement, qu’on recueillera des opinions aussi spontanées que si elles s’exprimaient dans le cadre d’échanges informels – et qu’on créera les conditions de décisions effectivement suivies d’effets. Cette approche exige un nouvel équilibre – qui est loin d’être naturel – entre les exigences d’un contexte complexe et les attitudes ataviques telles qu’elles perdurent dans la vie sociale comme dans le cercle familial. C’est dire à quel point animer un processus de communication dynamique est une tâche exigeante et présuppose un travail d’approche intensif et rigoureux. Dès lors, ce n’est pas un hasard si la méthodologie sera prédéfinie jusque dans le détail – qu’il s’agisse des participants, des procédures, des différentes phases du processus et de l’éventail des séquences mises en œuvre. Les participants viennent souvent d’horizons très divers ; aussi est-il de mise de créer un sentiment de cohésion en recourant à des rituels spécifiques : la réunion ‘inaugurale’ (le ‘kick-off’ des anglo-saxons) en préalable immédiat à la phase de mise en œuvre, mais également des intermèdes festifs pour marquer les tournants du projet – et, bien entendu, la celébration de son aboutissement.

Le nombre idéal de participants dans un contexte de communication dynamique est calqué sur la structure archétypale de la meute. Autant en séance plénière, il n’y a guère de limite au nombre de participants réunis dans un espace ouvert, autant dans un atelier sollicitant l’implication personnelle de chacun, il convient de ne pas dépasser 12 à 15 participants. Au-delà de ce chiffre, des sous-groupes se forment qui remettent en cause la fluidité et l’impartialité des processus. Aussi l’espace correspondant sera-t-il de dimension moyenne. Autant des salles de réunion et de séminaire classiques seront idéalement situées à proximité

Il va par conséquent de soi qu’une telle forme de communication doive s’affranchir des schémas classiques d’aménagement et de fonctionnement. Plutôt qu’un espace statutaire et statique dominé par la table de réunion conventionnelle, il faut miser ici sur un aménagement qui soit une véritable incitation à varier les configurations au gré des impératifs méthodologiques. C’est là une différence fondamentale entre atelier et séminaire. Dans ce dernier, le formateur définit la configuration de l’espace et le facility management la met en place. Dans un contexte d’atelier, en revanche, les participants eux-mêmes prendront en main

des postes de travail, autant une certaine distance sera bénéfique à la communication en atelier. Elle permet en effet de rompre avec le quotidien. Au même titre que dans un contexte de séminaire, une lumière du jour abondante, des couleurs claires, une insonorisation efficace et l’intégration d’un coin détente sont des paramètres essentiels du bien-être des participants. Idéalement, un espace de plein air adjacent permettra de faire quelques pas et de s’oxygéner. Une configuration ouverte conjuguera les avantages de la communication dynamique en comité restreint avec la présence de participants nombreux : dans un premier temps, la séance plénière permettra d’aborder les différents thèmes ; dans un second temps, une série d’animateurs se consacreront à des groupes de 15 personnes au plus, au sein desquels un thème précis sera analysé, discuté puis présenté à l’ensemble de l’assistance. Dans une telle configuration, il est important que les participants puissent passer librement d’un groupe à l’autre pour apporter leur contribution ou simplement s’informer lorsqu’ils le jugent utile.

l’aménagement de l’espace à partir des éléments modulaires disponibles. Cela permet d’impliquer d’emblée chacun des participants. Cela raccourcit aussi très sensiblement la phase de démarrage. L’aménagement devient ainsi kaléidoscopique, s’adaptant à des impératifs fonctionnels allant de la séance plénière au travail en groupe, du débat à la présentation, de l’exposé au séminaire. Pupitres-écritoires juxtaposables, paperboard, tableau d’affichage, pupitre de conférencier, équipements techniques montés sur desserte, desserte recevant les fournitures et les rafraîchissements, table mobile à plateau rabattable – toute une panoplie d’équipements et d’éléments de mobilier est à la disposition des participants. Au-delà des systèmes d’information analogiques, il faut bien entendu intégrer les NTIC. Aussi les connexions courants forts/courants faibles intègreront-elles un accès internet et un raccordement direct du système de projection au pupitre de commande informatique.

Les conditions pratiques de la communication en atelier : compacité, mobilité, adaptabilité. Au-delà des prérequis psychologiques de l’implication de chacun, il importe de choisir les outils didactique en fonction des spécificités de l’approche cognitive. En effet, nous retenons 10 % de ce que nous lisons, 20 % de ce que nous entendons, 30 % de ce que nous voyons, 50 % de ce que nous entendons et voyons simultanément et 70 % de notre propre contribution au débat. Ce pourcentage atteint même 90 %, pour autant que nous nous soyons physiquement impliqués dans le processus d’échange.

L’aménagement ‘autogéré’ est un instrument privilégié d’inspiration, de motivation et de libération des potentiels créatifs. Il est aussi, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, un facteur crucial de réduction des coûts du facility management. Sur le plan esthétique, l’éventail des possibilités est large : il va des équipements et des éléments de mobilier essentiellement fonctionnels jusqu’aux aménagements très statutaires intégrant les plus récents développements des technologies audiovisuelles. En effet, face à l’ampleur des mécanismes du changement et des enjeux qui en découlent, la réflexion en atelier s’impose aussi aux plus hauts niveaux de la hiérarchie.

125

En un coup d’œil : une journée de communication en atelier

Un aménagement dynamique propice aux échanges L’alternance des approches méthodologiques est un prérequis essentiel de l’implication des participants. La séance plénière introduit le thème et permet aux idées de s’exprimer. Le travail en petits groupes prend alors le relais sur un mode dynamique – soit sous la forme d’un débat entièrement informel, soit autour d’une table de réunion ouverte, pour une approche plus formalisée. Lors de présentations ou d’exposés, il est judicieux de disposer de pupitres-écritoires

30 x

12 x

8x

1x

3x

1x

1x

1x

10 x

10 x

2x

1x

3x

1x

ou de tables solidarisées en rangées. Au moment de conclure et de définir les étapes suivantes du projet, les participants se regrouperont à nouveau en séance plénière.

;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;;;; ;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;;;; ;; ;;; ;;;; ;; ;;;; ;;;;;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;;;;;;;;;; ; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ; ; ;;; ;;; ; ; ; ;;; ;

Pages 128–135

Le QG interactif Aux plus hauts niveaux de la hiérarchie, les réflexions stratégiques et la gestion de crise prennent un relief particulier. Lorsque le QG prend la forme d’un atelier, il allie à une dimension statutaire explicite le recours systématique aux supports de communication et de visualisation les plus sophistiqués – y compris, le cas échéant, en matière de visioconférence. Fidèle au principe de l’atelier, l’espace adopte différentes configurations selon les phases de la réflexion – du brainstorming autour des tables hautes jusqu’aux conclusions et au planning de mise en œuvre. Page 142

126

Conférence dynamique

3x

8x

Animation d’une séance plénière

Travail en groupe sur pupitres-écritoires

Travail en groupe sur table

Discussion à bâtons rompus

Présentation avec mise à disposition de pupitres-écritoires

Exposé, sièges solidarisés en rangées

L’atelier en tant qu’espace multifonction de conférence, de séminaire et de formation

Réunion autour d’une table de conférence classique, ou discussion à bâtons Configuration conférence en fer à cheval

rompus autour d’une table haute intégrant un écran interactif.

127

4 Les travaux dirigés sous la conduite d’un animateur

Déroulement d’une journée en atelier

9 h : Animation de la séance plénière

expérimenté sont généralement particulièrement fructueux. Ils associent les participants à la prise de décision, les fédèrent autour d’un programme partagé et génèrent des convictions convergentes. Le support didactique privilégié de cette forme de réunion est le tableau blanc qui permet de suivre l’évolution des idées et des suggestions.

6

1

4

5

2

La disposition en ligne concave des tableaux d’affichage et des 3

pupitres-écritoires permet à chacun des 12 participants de visualiser d’un seul coup d’œil l’ensemble des informations et de rester en contact visuel avec ses collègues.

128

Conférence dynamique

Échelle 1:100 / Dimensions en cm

1380

200

Taille de la pièce : 114 m² Surface utile : 100 m² Débarras : 14 m²

720 1000

1

560 6

125 2

85

4 5

200 3

1 Tableaux d’affichage 2 Desserte pour le matériel de l’animateur 3 Table basse mobile permettant de garder à portée de main les documents et de préparer les contenus à afficher 4 Pupitres-écritoires et sièges de type séminaire 5 Paperboard et desserte pour fournitures 6 Débarras

La tâche de l’animateur est de veiller au respect des règles du jeu et du temps imparti. Pour exercer ce rôle d’arbitre, il est essentiel qu’il ne soit pas impliqué dans la thématique abordée et ne fasse pas partie du groupe. C’est là le prérequis de son impartialité. L’animateur commence par définir les contenus et les objectifs en s’aidant éventuellement d’une présentation audiovisuelle. Dans cette première phase, l’atelier prend la forme d’une séance plénière. Ici, des tables ne seraient qu’autant d’obstacles : idéalement, les participants sont assis côte à côte en ligne concave. Cela donne à chacun un contact immédiat avec l’animateur et les autres participants. Les tableaux d’affichage constituent ici l’outil de travail commun. Les opinions de chacun sont, dans un premier temps, consignées sur des fiches. Celles-ci sont ensuite affichées de façon exhaustive. Cela rend superflue la rédaction d’un compte-rendu. Cartes vierges et feutres sont disposés sur une desserte, des pupitres bas faisant office d’écritoires. À l’inverse de tablettes-écritoires fixées directement sur les sièges, ils peuvent être déplacés librement et sont utilisables aussi bien par des droitiers que des gauchers. 129

4 L’espace conférence est ici semblable à un atelier : tous

Déroulement d’une journée en atelier

les outils nécessaires y sont à la disposition des partici-

11 h : Travail en groupe 15 h : Discussion à bâtons rompus

pants. Il ne reste qu’à les prendre en main. La panoplie comprend des panneaux d’affichage, des sièges légers empilables, des pupitres-écritoires et des volumes de rangement mobiles pour les différentes fournitures et le matériel de visualisation (cartes, aimants, feutres, épingles et ciseaux). Il est également judicieux de disposer de tables mobiles à plateau pliant ou rabattable, de paperboards et de dessertes pour rafraîchissements.

4 3

1

2

Dans une configuration en petit groupe – ici deux fois 6 personnes – et lors de l’utilisation de tableaux d’affichage, des pupitres-écritoires mobiles et compacts constituent la solution idéale. Si, en revanche, c’est la discussion et l’échange qui prédominent, et s’il est nécessaire de consulter des documents

5

nombreux, une table de conférence classique est plus appropriée. Une discussion à bâtons rompus est la forme de communication privilégiée du brainstorming, de la confrontation des points de vue et des processus d’échange dynamique à l’intérieur du groupe – en particulier dans une perspective de transparence et d’ouverture. 130

Conférence dynamique

Échelle 1:100 / Dimensions en cm

1380

200

Taille de la pièce : 114 m² Surface utile : 100 m²

720

Débarras : 14 m²

1

3 4

75

1 Tableaux d’affichage faisant office de cloison,

200

travail en effectif restreint 2

2 Tables mobiles pliantes pour 6 à 8 personnes 3 Table mobile pliante pour le matériel de l’animateur 4 Débarras permettant de ranger les outils de communication momentanément inutiles

150

5 Pupitres-écritoires mobiles pour discussion à bâtons rompus

Lorsque les contenus ont été dégrossis en séance plénière, de petits groupes s’attaquent chacun à un aspect précis de la problématique. À l’issue de la séance de travail, les résultats sont présentés en séance plénière, discutés puis compilés pour créer le plan d’action. Outre les séances plénières, le travail en petits groupes et les phases de discussion, l’animateur peut prévoir un exposé introductif pour créer les conditions d’une information également partagée entre tous les participants. De la même façon, il est possible d’intercaler des conclusions intermédiaires et d’intégrer des phases de formation destinées à acquérir des compétences spécifiques. Menée par un animateur expérimenté,

versatile est d’utiliser des tableaux recto/verso intégrant les fonctions tableau d’affichage et tableau blanc. Idéalement, on disposera d’écrans et de matériels de visualisation ainsi que de connexions courants forts/courants faibles par boîtiers au sol : elles donneront accès à l’ensemble des systèmes multimédia – tant il est vrai qu’au même titre que d’autres types d’échange, le travail en groupe gagne à mettre en œuvre les supports d’information numériques les plus récents.

cette approche définira les trois paramètres de base de la mise en œuvre – par qui, avec qui et jusqu’à quand.

au réaménagement de l’espace. En effet, la mise en forme de l’aménagement par les participants eux-mêmes est une composante essentielle d’un tel type de réunion. À ce titre, il importe que l’implication des participants ne soit pas strictement intellectuelle, mais inclue une approche très concrète de la méthodologie

Le recours à un animateur est non seulement une façon très efficace de mener des réunions, elle est aussi peu exigeante en termes de moyens et de spécificités de l’espace de réunion. Il suffit de disposer des accessoires permettant de catalyser les diverses phases du débat tels qu’ils ont été décrits plus haut. Sachant que 12 à 15 participants sont ici un maximum, un espace de taille moyenne est tout à fait suffisant. Une lumière du jour généreuse, des couleurs claires et une bonne insonorisation sont importants lorsque plusieurs groupes travaillent simultanément dans un espace partagé. Les tableaux d’affichage tendus de feutre remplissent également une fonction de cloison et de panneau acoustique. Une solution particulièrement

Pour le reste, il n’est nécessaire ni de disposer d’un équipement technique sophistiqué, ni d’un débarras ou de personnel dédié

par l’intermédiaire de l’aménagement. La motivation des participants n’en sera que plus intense. En passant de la séance plénière à l’organisation en petits groupes, on crée les conditions d’une approche dynamique du sujet et du débat. La disposition des sièges en rangée concave facilite le brainstorming et le contact visuel entre participants. Dans une telle configuration, des tables ne seraient pas simplement superflues, mais gênantes. Aussi les participants utilisent-ils de petits pupitres-écritoires mobiles. Les équipements momentanément inutilisés sont rangés au fond de la pièce ; ils peuvent être éventuellement masqués par des tableaux d’affichage. 131

4 Dans un contexte d’atelier, il est tout à fait possible

Déroulement d’une journée en atelier

d’alterner les séquences d’animation dynamique et des

17 h : Présentation

méthodologies plus conventionnelles. Ainsi, le passage entre exposé, séance plénière, travail en petits groupes, présentation et débat ne s’impose pas seulement pour des raisons techniques : il favorise l’implication des participants par l’alternance des modes opératoires. De plus, les changements de posture et l’activité physique impliqués améliorent la vivacité et la créativité des échanges.

5

1

2

4

5 Si nécessaire, les participants disposent de petits pupitres-écritoires mobiles ; pour une meilleure inter3

action, les sièges sont disposés en rangée concave.

2

Lors d’exposés, il est important que l’attention des participants se focalise 4

sur l’intervenant. Aussi les sièges sontils alors disposés en rangées droites – ce qui prévient en outre les échanges ‘transversaux’ entre participants.

132

Conférence dynamique

Échelle 1:200 / Dimensions en cm

1380

Taille de la pièce : 114 m²

200

720

Surface utile : 100 m² Débarras : 14 m² 1

2

4

1380

200

720

55

110

3 1 Desserte pour rétroprojecteur et tablette large pour documentation 2 Pupitre de conférencier et support assis-debout

4

2

3 Desserte pour le projecteur numérique 4 Table basse mobile pour la documentation 5 Écran fixe

Souvent, les exposés et les présentations sont partie intégrante d’un programme complexe, au sein duquel elles contribuent à donner à chaque participant les mêmes informations de base. Lorsque la séance de travail commence par

apporté au détail. Cela ne va pas de soi : il advient souvent que la méthodologie soit sophistiquée, mais les équipements des plus rudimentaires.

une introduction thématique, les écrans et les équipements multimédia – projecteur numérique ou rétroprojecteur montés sur des dessertes – seront mis en œuvre. En parallèle, un pupitre de conférencier suffisamment spacieux pour accueillir un ordinateur portable et un support assis-debout constituent des équipements très utiles.

L’argument classique dans ce dernier cas : la précarité du concept d’aménagement favoriserait la créativité ! La pauvreté du propos n’échappera à personne. Des ateliers de communication bien conçus se distinguent en revanche par la qualité de leur aménagement et de leur équipement. Ainsi, la capacité de réflexion des participants se concentrera sur les contenus plutôt que sur les moyens de remédier à l’inadéquation de l’aménagement … Sans oublier que le soin apporté au contexte et aux conditions de déroulement de tels ateliers en dit long sur l’importance que l’entreprise accorde à ses collaborateurs.

Tous ces équipements doivent être simples et faciles à manipuler, compacts et faciles à ranger ; ils doivent en outre conjuguer robustesse et cohérence esthétique. Comme pour tous les outils, leur qualité globale dépend du soin

133

4 La versatilité de l’atelier s’avère un excellent moyen de

L’atelier en tant qu’espace multifonction de conférence, de séminaire et de formation

maximiser la polyvalence de l’espace. Avec le concours d’un aménagement compact, souple et mobile, tout l’éventail des réunions s’y déroulera dans d’excellentes conditions – depuis la formation jusqu’à la conférence classique.

4

2

3

1

5

4 Lorsque le bon déroulement de séminaires et de conférences est tributaire d’une interaction forte entre participants et requiert une documentation

3

importante, la disposition des tables en fer à cheval est particulièrement adaptée et améliore le contact visuel.

6

Dans un contexte didactique plus magistral, marqué par une interaction faible, des tables disposées en rangées focaliseront l’attention des participants sur l’intervenant.

134

Conférence dynamique

Échelle 1:200 / Dimensions en cm Taille de la pièce : 114 m²

1380

200

720

160

475

Surface utile : 100 m² Débarras : 14 m²

400

1

2 3

4 160

5

1380

200

160

720 750

200

7

160

1 Six tables pliantes mobiles agencées en fer à cheval

En fonction du degré d’interaction entre participants, les espaces de conférence et de séminaires seront équipés de tables mobiles à plateau rabattable. Celles-ci pourront être configurées en fer à cheval intégrant une table individuelle séparée pour l’animateur, en rangées, complétées par un pupitre de conférencier, ou encore en périmètre fermé dans une approche de type conférence. Par ailleurs, un atelier peut être utilisé comme espace de détente ou pour des manifestations festives. Si les utilisations sont amenées à varier fortement, un choix de schémas d’agencement préétablis simplifiera la reconfiguration. Un registre permettra de spécifier à qui incombe le rangement à l’issue de la manifestation : c’est une façon supplémentaire de responsabiliser les organisateurs … Lorsque l’atelier est exclusivement utilisé dans sa fonction première ou pour des séminaires, il convient de l’équiper d’outils élaborés, mais privilégiant surtout des matières et des finitions à l’épreuve des sollicitations intensives. Lorsque l’éventail des utilisations s’étend à des formes de communication plus classiques, une finition

2 Table individuelle pour l’animateur 3 Desserte pour le projecteur numérique 4 Écran fixe 5 Table basse mobile pour la documentation 6 Pupitre de conférencier et support assis-debout 7 Combinaison de huit tables mobiles pour créer une tablée de 24 personnes

Lorsque la fonction atelier est servie par des outils de qualité, cela valorise les participants eux-mêmes en soulignant l’importance que l’entreprise leur accorde. La polyvalence des outils ouvre de nouvelles possibilités d’utilisation en tant qu’espace de conférence et de séminaire classique. Cet éventail d’utilisations élargi contribue à améliorer le taux d’occupation de l’espace – et engendre des économies substantielles par comparaison avec l’aménagement d’espaces

les coûts immobiliers sont extrêmement élevés, la préférence va aujourd’hui à des espaces conférence dotés de la panoplie d’outils qui caractérise la communication en atelier – à une seule différence : l’aménagement n’est pas laissé à l’initiative des participants, mais géré par le facility management. La reconfiguration en demeure cependant si aisée qu’une seule personne y suffit. Il convient cependant de disposer d’un débarras distinct pour préserver la dimension

de conférence et de séminaire dédiés. Aussi, tout particulièrement dans les grandes métropoles où

plus formelle et statutaire des lieux.

ébénisterie ajoutera une connotation statutaire. Comme dans tout concept d’aménagement, les égards que prendront les participants avec les éléments de mobilier seront d’autant plus grands que la finition de ces derniers sera haut de gamme. Ici aussi, la position de l’espace à l’intérieur des locaux de l’entreprise est un paramètre important. La proximité de coins détente constitue à ce propos un facteur d’efficacité idéalement complété par la possibilité de faire quelques pas à l’extérieur. Voir également : zone de détente dans un espace de séminaire, page 284.

135

Équipements en atelier : sièges, pupitres-écritoires, tables mobiles

45

58

54

48

45

Les sièges

ventilation. Le revêtement des coussins

repose-pieds, les pieds de l’utilisateur

pupitres-écritoires sont dotés de pla-

Dans le contexte d’un atelier, les sièges

d’assise sera amovible, les tissus les plus

assurant automatiquement la stabilité

teaux basculants. Ils pourront alors être

doivent favoriser les changements fré-

appropriés étant le polyester ou la laine

nécessaire. Des pupitres-écritoires

juxtaposés de façon très compacte, le

quents de posture tout en offrant une

peignée.

mobiles présentent l’avantage

cas échéant sur un chariot de transport

– par rapport à des tablettes écritoires

spécifique.

esthétique et une fonction soigneusement étudiées. Ils seront empilables,

La structure combinant profilé d’alumi-

intégrées aux sièges – de pouvoir

solides et faciles à manipuler – par

nium et aluminium moulé sous pression

être disposés à droite ou à gauche de

Matières et finitions

exemple en dotant le dossier d’un collet

alliera légèreté et résistance. En fonc-

l’utilisateur, offrant ainsi également

Réalisée en contreplaqué, la tablette

favorisant la préhension et pouvant

tion de l’intensité des sollicitations, on

d’excellentes possibilités d’utilisation

allie rigidité et finesse. Le choix des fini-

servir d’appui en position debout à

choisira une finition anodisée, laquée

pour les gauchers. De plus, l’absence

tions inclura stratifiés ou placages bois.

l’occasion des poses détente. Chaque

au four ou chromée brillant (la plus

d’une tablette fixée directement sur le

participant pourra déplacer son siège

résistante) assortie aux finitions des

siège augmente la polyvalence de ce

Les tubes verticaux de la structure

facilement en fonction de l’alternance

pupitres-écritoires et des tables.

dernier : il pourra également être utilisé

et le piètement en V, tous deux en

classiquement en combinaison avec

aluminium, seront choisis dans une

une table.

finition assortie à celle des tables et

entre séance plénière et travail en

136

73

76

petits groupes. Les accoudoirs orientés

Les pupitres-écritoires mobiles

vers l’extérieur n’empièteront pas sur

Dans une approche didactique fondée

l’assise, assurant ainsi la liberté de

sur l’exposé, la présentation ou l’anima-

Une tablette au format A3 est suffi-

mouvement de l’utilisateur. Il pourra

tion, les pupitres-écritoires permettront

sante. La surface servant à la prise de

notamment se tourner très facilement

aux participants de prendre des notes.

notes sera légèrement inclinée vers

vers son voisin de table.

Il est important qu’ils disposent d’une

l’utilisateur, dotée d’un profilé empê-

tablette de taille suffisante, sans entra-

chant les instruments d’écriture ou

Matières et finitions

ver pour autant les mouvements de

les feuilles de tomber par terre, et

Une coque de dossier en matière

l’utilisateur. Idéalement, le piètement

complétée par une partie horizontale

synthétique, d’entretien facile et recy-

monté sur roulettes sera à la fois léger

permettant d’y déposer des rafraîchis-

clable, constitue une solution adéquate.

et stable. Une bonne solution est

sements ou de menus objets. Le range-

Un gaufrage de la matière facilite la

d’adjoindre au piètement une fonction

ment sera grandement facilité si les

Conférence dynamique

des chaises.

60

75

1

73

75 (60)

109

150, 180, 200

41

Tables mobiles à plateau rabattable

rée et le déplacement des tables encore

Matières et finitions

Dans un contexte de communication

facilité. De plus, une telle configuration

Dans le cas de tables mobiles, et

en atelier, des tables mobiles à plateau

de la structure optimise la juxtaposition

pour combiner compacité de la struc-

rabattable offrent une flexibilité opti-

des tables – et cela de façon très esthé-

ture et stabilité, un certain poids est

male. Ici, des tables à piètement rabat-

tique. Dans les formes de conférence

nécessaire au niveau du piètement.

table seraient moins appropriées,

dynamiques, il est essentiel que la

Celui-ci sera par conséquent réalisé en

sachant qu’il faut les retourner pour

manipulation soit aussi simple et intui-

acier ou – pour les versions plus haut

rabattre le piètement et que deux per-

tive que possible. Un profilé antichoc

de gamme – en aluminium. Dans ce

sonnes sont nécessaires pour les ranger

intégré aux chants évitera les détériora-

dernier cas, une âme en acier assurera

verticalement ou sur des chariots de

tions et affinera visuellement le plateau.

le lestage nécessaire. En matière de

transport. En revanche, les tables

finition de la structure, on retrouve les

à plateau rabattable sont simples à

Pour une utilisation des tables sur un

options classiques – laquée, polie, ou

manipuler : il suffit de déverrouiller le

seul côté, une profondeur de 60 cm

chromée brillant. Cette dernière, peu

mécanisme et de faire pivoter le plateau

suffit. Lorsque les participants se font

sensible à l’abrasion et aux rayures, est

dans l’axe longitudinal. Cette opération

face, une profondeur de plateau de

la plus appropriée. Les plateaux de

est facile à effectuer par une seule per-

75 cm est nécessaire. Pour faciliter la

table et les pupitres-écritoires seront

sonne. Une fois le plateau rabattu, il est

manipulation, il convient de limiter la

assortis, dans des finitions stratifié ou

facile de déplacer les tables – y compris

longueur des plateaux à 200 cm ; des

ébénisterie. Le profilé antichoc sera

lorsque les portes et les couloirs sont

pièces de liaison fixées sous les plateaux

intégré à un chant de coloris aussi

étroits – et de les ranger dans un mini-

permettront de solidariser aisément les

proche que possible de celui du plateau.

mum d’espace. Lorsque le pivotement

tables entre elles.

du plateau entraîne également une rotation du piètement, la compacité de 2

l’ensemble s’en trouve encore amélio-

Illustrations : Pupitres-écritoires juxtaposés en position de rangement (1) ; chaises dotées d’accoudoirs et pupitres-écritoires (2) de la gamme Confair

137

Équipements en atelier : éléments d’aménagement

91

107

46

59

59

96

59 Poignée à débords latéraux

Colonne de piètement à crémaillère permettant de combiner librement des tablettes et des volumes de rangement

Dessertes : variantes multimédia ou documentation/fournitures

Chemins de câbles latéraux courant

Grâce à sa configuration modulaire

sur toute la hauteur de la colonne

intégrant, selon l’utilisation prévue, des tablettes, des bacs ou des volumes de rangement fermés, la desserte est un meuble très polyvalent. Pour répondre aux différentes exigences fonctionnelles des espaces conférence, les dessertes

Tablettes et supports en grande largeur

seront idéalement déclinées en

permettant le chevauchement avec une

plusieurs versions et modulables.

table

Modèles de base : Desserte pour matériel d’animation et fournitures, desserte multimédia (écran, ordinateur, magnétoscope, rétroprojecteur ou projecteur numérique), desserte pour rafraîchissements (boissons, en-cas, vaisselle).

Accessoires : volumes de rangement ouverts ou à tiroirs, boîtiers de connexion à prises multiples, tablettes en différentes largeurs et inclinables pour projection

Répartition optimale des charges sur les quatre roulettes orientables du croisillon de piètement

138

Conférence dynamique

107

96

46

59

46

59

Illustration : Desserte de la gamme Confair

Desserte pour animation

Desserte pour projecteur

sous pression, finition laquée, polie ou

pour des écrans allant jusqu’à 48".

(et rafraîchissements)

Ce type de desserte est équipé d’un

chromée brillant. L’aluminium conjugue

Sa mobilité est particulièrement

Cette desserte sera équipée de volumes

plateau supérieur de largeur triple,

précision d’usinage, résistance mécani-

intéressante lors de travaux en équipe

de rangements pour le matériel d’ani-

afin de permettre de déposer les trans-

que et excellentes possibilités de recy-

ou de discussions en petits groupes :

mation – feutres, cartons, signes auto-

parents à droite et à gauche du projec-

clage. Les volumes de rangement et les

elle permet en effet de rapprocher

collants ou magnétiques etc. – et intè-

teur. Un grainage du revêtement favori-

tablettes sont montés en porte-à-faux

l’écran des participants. À noter : un

grera idéalement une possibilité de

sera la préhension des transparents.

sur des supports réalisés eux aussi en

écran installé sur desserte est égale-

compartimenter librement le volume.

De plus, une telle tablette en largeur

aluminium moulé sous pression. Les

ment un accessoire judicieux dans les

La combinaison de deux volumes

triple permet également d’installer côte

côtés des volumes de rangement

zones d’accueil, de détente et les

ouverts et d’un volume à tiroir constitue

à côte le rétroprojecteur, un projecteur

sont en contreplaqué, finition stratifié

bureaux. Les différentes positions des

une alternative judicieuse ; elle permet

numérique et un ordinateur portable.

ou ébénisterie assortie au pupitres-

étagères et la configuration de la

écritoires et aux plateaux des tables.

desserte permettent d’intégrer, selon

également d’utiliser la desserte pour des usages de type rafraîchissements

Desserte pour vidéoprojecteurs

Les étagères et tablettes sont laquées,

les besoins, des accessoires supplémen-

et connexes.

Dans de nombreux cas, les possibilités

finition grainée ; réalisées en acier

taires – de l’ordinateur portable

d’ajustage des projecteurs proprement

embouti, elles sont très résistantes

jusqu’au magnétoscope. Un équipe-

Desserte multimédia

dits sont insuffisantes. Pour y remédier,

aux rayures. La charge utile doit être

ment associant sonorisation et caméra

Une desserte destinée à recevoir des

une telle desserte dispose d’un plateau

de 15 kg au moins.

est également judicieux.

matériels de projection doit disposer de

supérieur inclinable en continu.

chemins de câbles dissimulant le

Écran monté sur desserte

Pour une analyse des alternatives

câblage. Un boîtier de connexion multi-

Matières et finitions

Une telle desserte est conçue pour un

techniques, voir en page 202.

prise et un espace de rangement pour

La colonne de piètement des dessertes

usage polyvalent de type présentation,

l’excédent de câblage complèteront le

est réalisée en profilé d’aluminium

visioconférence ou discussion relative

dispositif.

anodisé ou laqué. Elle intègre une

à un projet en cours. Monté sur une

crémaillère pour varier la position des

desserte, l’écran pourra être positionné

tablettes et des volumes de rangement.

de façon toujours idéale en fonction du

Le piètement à roulettes doubles

nombre et de la répartition des partici-

orientables est en aluminium moulé

pants. Une telle desserte est prévue 139

Équipements en atelier : outils de visualisation

;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;

Paperboard

Matières et finitions

Tableau d’affichage

Instrument de communication large-

Une structure combinant profilés en

Lorsque la méthodologie inclut l’inter-

ment éprouvé, il cristallise les argumen-

aluminium et articulation en matière

vention d’un animateur, ce support

taires et les résultats du travail de

synthétique constituera – alliée à un

joue un rôle central. Des cartons prévus

groupe, permet d’illustrer les rapports

tableau en contreplaqué stratifié – une

à cet effet permettent de consigner et

de causalité et les contraintes de

solution parfaitement appropriée. Dans

d’afficher les idées fortes nées de la

planning – et de rappeler à tous l’ordre

des environnements très statutaires,

discussion en séance plénière. Dans les

du jour.

une finition ébénisterie du support est

phases de travail en groupe, les

également envisageable. Pour harmoni-

tableaux d’affichage constituent,

La structure tripode, gage de stabilité,

ser la structure au reste de l’aménage-

de plus, un écran visuel et phonique

sera dotée d’une articulation permet-

ment, il est important de disposer d’un

très bienvenu.

tant de rabattre le pied arrière pour

choix de finitions anodisée, laquée ou

faciliter le rangement. Il faut prévoir au

chromée brillant.

;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;

Pour offrir une longévité maximale, les

moins trois positions, afin d’adapter la

deux faces du tableau seront revêtues

position du bloc de papier à la taille de

de feutre : les épingles n’y laisseront

l’utilisateur. Idéalement, le bloc sera

aucune trace. Il est également possible

amovible pour faciliter le transport et

de combiner deux faces diférentes

fixé sur les plots du support par des

– l’une en feutre, l’autre de type

goupilles, pour lui éviter de glisser

tableau blanc magnétique. Le format

lorsqu’on tourne les pages. Un auget

du tableau devra être au moins de

situé en partie basse permettra de

120 x 140 cm.

garder les feutres à portée de main.

Illustration Tableau d’affichage, table pliante, paperboard, pupitre-écritoire et chaises dotées d’accoudoirs de la gamme conférence Confair

140

Conférence dynamique

125 190

180 (200)

;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;

75

67

54

46

106

;;; ;;; ;;; ;;;

;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;; ;;;

51

r (min.) = 250

Chaque tableau d’affichage sera doté

Matières et finitions

La structure intègrera des chemins de

support magnétique. La tablette en

d’un auget permettant de stocker les

Le tableau en panneau de particules

câbles destinés à mettre le câblage

contreplaqué, légère et robuste, est

épingles à l’extérieur de la surface

revêtu de feutre permet d’y piquer

courants forts/courants faibles à l’abri

dotée d’un revêtement stratifié ou

d’affichage.

facilement les épingles. La structure en

des regards. Un voile de fond sur toute

plaqué bois ; le montage suspendu

profilés d’aluminium et le piètement

la hauteur améliorera le confort

s’effectue à l’aide d’un support en V

La structure ménagera un espace aux

en aluminium moulé seront disponibles

psychologique de l’intervenant face

en aluminium moulé sous pression et

jambes permettant de s’en rapprocher.

dans des finitions assorties au reste de

à l’auditoire. Le voile de fond gagnera

ménage ainsi un espace aux jambes

La forme particulière du piètement

l’aménagement, de type anodisée,

à être partiellement perforé, tant sur le

optimal.

évitera aux participants de trébucher ;

laquée ou polie.

plan de ses performances acoustiques

similaire à celle des pupitres-écritoires,

que de son esthétique.

elle est facile à stabiliser en y posant le

Pupitre de conférencier

pied lorsque l’on épingle cartes et

Il est un élément incontournable de la

Matières et finitions

documents.

communication en atelier. Monté sur

La structure verticale, similaire à celle

roulettes doubles orientables à l’avant,

des dessertes, est en profilés d’alumi-

Le piètement à patins convexes favorise

il sera facile à déplacer par les partici-

nium anodisés ou laqués ; elle intègre

la disposition des tableaux en ligne

pants eux-mêmes. Une fois installé,

latéralement des chemins de câbles.

concave et simplifie leur rangement,

les patins en caoutchouc situés

Le piètement à roulettes doubles orien-

que facilitera encore un chariot de

à l’arrière le maintiendront en place.

tables à l’avant et patins en caoutchouc

transport.

Pour le déplacer, il suffira à nouveau de

à l’arrière est en aluminium moulé

l’incliner légèrement vers l’avant. Le

sous pression, finition laquée, polie ou

À noter : au-delà de la conférence

plateau du pupitre permettra d’y placer

chromée brillant. Le voile de fond est

dynamique, des tableaux d’affichage

les notes ou l’ordinateur portable ;

réalisé en tôle d’acier partiellement

haut de gamme sont utilisables dans les

il faut pouvoir en outre l’équiper d’une

perforée et laquée au four ; sa surface

espaces d’exposition, de présentation

lampe ou d’un microphone.

lisse permet d’y placer des logos ou

et d’information.

autres indications, notamment sur

141

4 Une implication directe des participants dans le débat

QG interactif

et les phases de brainstorming n’est pas limitée aux échelons inférieurs et intermédiaires de la hiérarchie : elle inclut désormais le management au plus haut niveau de l’entreprise. Pour optimiser la communication dynamique, une table haute généreusement dimensionnée stimulera idéalement les échanges. Elle intègrera une dalle numérique tactile relié à des écrans muraux également dotés d’une fonction tactile. Complété par une série de tables pliantes mobiles

1

équipées de l’ensemble des connexions courants forts/ courants faibles qu’exigent les supports multimédia, cet aménagement constituera un solution aussi fonctionnelle que statutaire.

4 2

3

1

Des tables mobiles pliantes interconnectées sont disposées ici en fer à cheval. Elles accueillent 10 participants pour un exposé introductif, transmis

4

éventuellement par visioconférence sur 5

les écrans muraux. La table haute est équipée d’un écran tactile ; il permet d’annoter directement d’une pression

3

du doigt des données numériques et maximise l’interaction entre participants.

Pour un point sur la situation, une consultation des participants ou l’annonce d’une décision, on disposera les tables en périmètre fermé. Lors de manifestations en petit comité, il suffira de réduire le nombre de tables et de ranger dans le débarras les tables surnuméraires. 142

Conférence dynamique

Échelle 1:125 / Dimensions en cm

740

740

Taille de la pièce : 78 m² 1060

210

1060

320

2

1

1 Écrans interactifs montés au mur

5

2 Tables pliantes mobiles dotées de connecteurs courants forts/courants faibles ; configuration en fer à cheval

380

orientée vers les écrans 3 Table haute équipée d’un écran plat interactif 4 Desserte et paperboard 5 Tables mobiles combinées pour former une grande

4

table de conférence

120

3

160

340

Les évolutions rapides du contexte concurrentiel et de l’environnement des entreprises exige un ‘poste de commande’ qui regroupe les activités concertées des dirigeants de l’entreprise et permette en parallèle d’accéder à l’ensemble des réseaux, notamment relatifs aux différents sites de l’entreprise. La communication en atelier destinée aux dirigeants de l’entreprise s’articule autour de tables mobiles pliantes intégrant les connexions multimédia courants forts/courants faibles et complétées par deux ou trois écrans muraux et une table haute à dalle numérique tactile. Un tel aménagement favorise le brainstorming dynamique et accélère l’évaluation et la prise de décision. Enfin, il améliore la mise en réseau des informations. Depuis la table en fer à cheval, il est possible d’afficher sur les écrans la situation et les objectifs. Les diverses connexions intégrées permettent de visualiser jusqu’à trois supports d’information en simultané – par exemple une présentation, une visioconférence et diverses données accessibles par l’intranet. L’intervenant utilise l’interface tactile pour souligner et annoter les informations. En parallèle, l’ensemble des participants peut accéder au dispositif : chacun dispose en effet d’un bouton lui permettant, en mode ‘Show me’, d’afficher sur l’un des écrans partagés les contenus de son ordinateur portable.

130

120

Pour les séquences d’échanges créatifs et afin de développer en commun des solutions, les participants – regroupés autour de la table haute – bénéficient de conditions d’interaction optimales. Chacun, sans considérations hiérarchiques, peut utiliser la fonction tactile pour mettre en avant, compléter, interroger et participer ainsi activement au débat. Dans les phases de consultation et de prise de décision, on revient à une situation plus formalisée marquant les préséances hiérarchiques par la position des participants autour de la table de réunion. Les sièges seront choisis dans une gamme confortable voire statutaire ; des sièges pivotants montés sur roulettes, particulièrement ergonomiques grâce à leur système d’assise dynamique, favoriseront les changements de posture, de point de vue et – au-delà – les changements de perspective.

143

128 100

Équipements interactifs multimédia

90

220

Table haute interactive

La plateau en tonneau permettra à

chants : droit, bombé à profilé antichoc

Ce type de table offre des possibilités

6 à 8 participants d’interagir dans des

intégré ou biseauté. Cette dernière

idéales lorsqu’il s’agit de résoudre des

conditions conviviales ; sur la périphérie

finition accentuera la finesse du dessin.

problèmes épineux ou de maximiser

du plateau, un espace suffisant sera

Pour le plateau, linoléum ou finition

l’implication créative des participants.

ménagé pour y déposer des documents

ébénisterie sont les alternatives princi-

Les échanges en position debout sont

et prendre appui. En liaison avec un

pales.

par nature particulièrement intensifs ;

écran de 50", les dimensions idéales

la situation d’échange autour d’un

de la table seront 90 cm de profondeur

Tables mobiles pliantes : faciles

plateau de table est encore améliorée

aux extrémités et 120 cm au milieu

à solidariser et à reconfigurer

par l’intégration d’un écran plat. Sa

pour 240 cm de longueur. Une struc-

Des tables de ce type offrent une

diagonale devra mesurer 50" ou plus ;

ture en hauteur 90 cm permet à des

souplesse précieuse dans un contexte

une résolution élevée s’accompagnera

participants de taille différente d’être

de conférence dynamique multimédia.

d’une fonction tactile, cette dernière

parfaitement à l’aise. À noter : pour des

Elles intègrent l’ensemble des con-

permettant aux participants d’interagir

raisons tant esthétiques que pratiques,

nexions courants forts/courants faibles

Tables mobiles pliantes de la gamme conférence

en temps réel et très intuitivement.

des chemins de câbles intégrés s’impo-

dans des boîtiers de connexion intégrés

Confair dotées de boîtiers de connexion intégrés

L’accès au réseau informatique vient

sent.

en affleurement dotés de volets bascu-

(1) ; InteracTable équipée d’un écran tactile (2)

compléter les ressources du système.

lant à 180°. Ils permettent d’accéder

Un module logiciel en option permet de

Matières et finitions

à un espace de rangement pour les

‘retourner’ l’écran comme on le ferait

La structure traitée en finesse offre un

alimentations, chargeurs et excédents

d’une feuille de papier, l’orientant tan-

maximum d’espace aux jambes. Elle

de câblage. L’esthétique de l’ensemble

tôt vers l’un, tantôt vers l’autre côté de

allie un cadre robuste à des colonnes

s’en trouve grandement améliorée :

la table. L’écran sera connecté soit à un

de piètement en position médiane,

seuls les ordinateurs portables sont

ordinateur intégré à la structure de la

sous forme de tubes et de pieds en

visibles. Un bouton intégré permet

table, soit au réseau de l’entreprise.

aluminium dotés de vérins de com-

d’activer la fonction ‘Show me’ : elle

pensation. En fonction du concept

donne à chaque participant accès

d’aménagement, la structure pourra

à l’écran partagé.

être laquée, anodisée naturel, polie ou chromée brillant. Le plateau en médium est disponible en plusieurs variantes de

144

Conférence dynamique

1

Illustrations

73

120

2

Aux deux extrémités de chaque table,

Matières et finitions

un seul écran est suffisant. Il faut veiller

des connecteurs – faciles à utiliser sans

Une structure en position médiane

à une résolution élevée, notamment

aucune compétence informatique –

maximise l’espace aux jambes. L’utilisa-

pour disposer d’une fonction tactile

permettent le raccordement en série

tion de profilés en aluminium pour la

précise ; une diagonale de 50", soit

des tables en mode VGA, audio, USB,

structure, les chemins de câbles et

127 cm au format 16:9, est par ailleurs

‘Show me’ et l’alimentation secteur.

les colonnes de piètement conjugue

un minimum. Le cadre de chaque écran

Un simple faisceau de trois câbles suffit

légèreté et précision d’usinage, indis-

intègre le système informatique gérant

pour mettre en réseau jusqu’à 20 parti-

pensable au niveau du mécanisme de

la fonction tactile. Un auget en partie

cipants à partir d’un seul boîtier de

pliage. Les supports de plateau et les

basse permettra de déposer la télé-

connexion au sol. Une interface de con-

piètements en aluminium moulé sous

commande, le stylet ou d’autres menus

nexion au réseau informatique interne

pression allient stabilité et esthétique.

objets. À noter : on ne saurait trop

complètera utilement le dispositif. Pour

Quant aux plateaux, ils seront soit en

recommander d’intégrer aux murs

reconfigurer les tables, il suffit de les

médium, soit en panneau de particules

l’ensemble des connexions requises

déconnecter, puis de les reconnecter

à grain fin – selon la forme des chants,

dès la phase de second œuvre.

dans leur nouvelle configuration.

eux-mêmes assortis au revêtement

Les tables sont montées sur roulettes

linoléum ou ébénisterie en fonction du

Matières et finitions

concept d’aménagement.

Lorsque les écrans sont intégrés aux

verrouillables ; leur système de pliage

murs en affleurement, seule une étroite

très étudié permet à une seule per-

Écran mural

bordure reste visible ; elle sera disponi-

sonne de les manipuler, de les déplacer

Un tel écran permet de partager des

ble en différentes variantes de finition

d’une pièce à l’autre et de les ranger

contenus interactifs en temps réel ; il

– aluminium anodisé, laqué ou chromé

très facilement – même en cas de

est possible de créer un mur d’images

brillant ou encore acier inoxydable.

portes et de couloirs étroits. À noter :

en connectant jusqu’à trois écrans

Lorsque l’écran est suspendu au mur, le

les chants bombés à profilé antichoc

intégrés ou fixés au mur. Ces écrans

cadre plus massif sera idéalement doté

intégré sont l’option offrant la meilleure

peuvent être soit synchronisés, soit

d’une finition mate, de type aluminium

protection lors de manipulations

utilisés pour afficher en simultané trois

laqué.

fréquentes.

contenus différents – par exemple une présentation, des données accessibles

Pour plus de détails sur les technologies

sur internet et une visioconférence.

vidéo disponibles, se reporter aux pages

Pour un groupe de 6 à 10 participants,

195, 201, 202.

145

Espaces communautaires et de rencontre 4 Le restaurant d’entreprise ou la cafétéria sont, par essence, des lieux de communication : ils constituent toujours des pôles privilégiés de l’échange informel, tant repas pris en commun et discussions sont intimement liés. Aussi devrait-il aller de soi d’utiliser le potentiel de communication de tels espaces. Pour autant qu’une utilisation polyvalente ait été prévue dès sa conception, un restaurant d’entreprise est facile à transformer en salle de conférence ou de séance plénière. Au sein de centres de conférence, cette versatilité même – que complète la possibilité de subdiviser l’espace – sont des paramètres essentiels d’une utilisation rationnelle des surfaces disponibles.

146

Espaces communautaires et de rencontre

Without communal eating, no human group can hold together. Christopher Alexander

Du repas pris en commun à l’assemblée

Comme jamais auparavant, le bouleversement des structures sociales dans les pays industrialisés remet en cause le contexte et la nature même du travail. Dans le même temps, la pression d’une concurrence mondialisée impose aux entreprises d’utiliser leurs collaborateurs au mieux de leurs capacités.

Compte tenu de l’évolution démographique dans les pays développés et de la pénurie croissante de personnel qualifié, il est plus essentiel que jamais de veiller à la qualité du climat social et des conditions de travail dans l’entreprise. C’est là le prérequis de toute évolution positive à long terme. À un moment où la durée de travail est sur le point d’augmenter à nouveau et où les entre-

Pour augmenter la productivité de leurs structures, les entreprises n’ont que deux possibilités. La première est d’augmenter la pression psychologique et de considérer le personnel comme un instrument – comme le rouage d’une grande machine, à l’exemple du personnage célèbre qu’incarne Charlie Chaplin dans ‘Les Temps Modernes’. Cette stratégie peut être efficace sur le moment, mais elle ne fait qu’induire un mouvement de balancier, qui annihile à long terme son efficacité première. La seconde est de considérer les collaborateurs de l’entreprise comme son capital le plus précieux. C’est alors sur la motivation et le talent de chacun

prises se disputent les candidats les plus brillants, il est essentiel de fidéliser son personnel – en lui offrant notamment un cadre de travail aussi gratifiant que possible.

que se fondent la réussite et le développement de l’entreprise. Cette option est la seule prometteuse à long terme : l’importance apportée aux ressources humaines finit toujours par aboutir à une implication plus intense, à une efficacité plus grande et à une qualité plus constante. La pression et l’intimidation, en revanche, ne font que créer un climat d’angoisse latente, qu’augmenter l’absentéisme et qu’étouffer toute créativité. Les études régulières conduites par l’institut Gallup prouvent que, jusqu’à ce jour, une majorité écrasante des salariés se cantonne au fameux ‘minimum syndical’. Nombre d’entre eux, en dépit de leur présence physique, ont démissionné de longue date. En fait, les collaborateurs motivés et actifs sont très minoritaires. Une telle situation n’est pas seulement déplorable pour les (non-)intéressés, tant il est vrai qu’ils passent une part essentielle de leur vie sur leur lieu de travail, elle constitue aussi un gâchis inouï, sachant que dans toute entreprise, le personnel représente l’un des premiers postes de dépense.

mentales du contexte économique dans une perspective à long terme, chacune centrée sur un développement majeur et disruptif. Nous sommes entrés dans le sixième cycle de Kondratieff – après ceux de la machine à vapeur, de l’acier, de la chimie, de l’électronique et des technologies de l’information. Le sixième cycle fait exception à la règle, car pour la première fois, la dimension prégnante n’est pas technique : c’est le facteur humain lui-même qui définit le sixième cycle. C’est à son potentiel que se consacrent l’ensemble des services centrés sur la personne – depuis le système de santé jusqu’à la salle de musculation. Dans la même perspective, la biologie, la recherche génétique et l’évolution de l’industrie pharmaceutique sont essentiellement ethnocentriques : l’humain s’est substitué à la technique comme initiateur de la logique d’innovation et des impulsions économiques fondamentales. La volonté affichée de mieux équilibrer le rapport entre vie privée et vie professionnelle – au même titre que, dans un tout autre domaine, la progression de l’actionnariat privé – montre bien à quel point l’individu est devenu la mesure de toute chose.

Au sein des théories économiques, le célèbre cycle de Kondratieff occupe une place prééminente : il définit une évolution lente mais constante des paramètres économiques sur un cycle dont l’ampleur se compte en décades. Cette théorie économique identifie ainsi des évolutions fonda-

147

Aussi s’agit-il pour l’entreprise de démontrer combien le facteur humain lui tient à cœur. Un instrument privilégié de cette démarche est l’aménagement d’espaces de pause et de détente – lesquels, à l’inverse des postes de travail et de leur logique de productivité, sont largement affranchis des impératifs économiques directs. Dans de tels espaces, l‘ambiance, la qualité des échanges et l’efficacité de la fonction fédératrice constituent les paramètres cruciaux.

Pourtant, sans même évoquer le type d’attitude qu’elle induit, la qualité des repas a un impact immédiat sur l’efficacité du personnel – tant un repas indigeste ne crée guère les conditions d’une discussion vive et inspirée au cours de la conférence qui lui fait suite …

L’échange informel est un facteur à la fois de l’appropriation

En tant que plaque tournante de la communication informelle,

identitaire et de la socialisation au sein de l’entreprise. Il est un relai essentiel de l’information et – par la confrontation des points de vue qu’il induit – un creuset fécond d’idées nouvelles. Toutes les études récentes montrent qu’en outre, les préoccupations professionnelles y rejoignent les thématiques plus personnelles, créant ainsi la trame de relations plus denses. Ce flux relationnel, sous-jacent mais omniprésent, est alimenté par les lieux d’échange que sont le restaurant d’entreprise et la cafétéria. En effet, un repas pris en commun est un acte culturel et social autant qu’une occasion de s’alimenter. Par sa nature rituelle et primale, il constitue un instant privilégié de la communication et de l’échange depuis l’aube des temps : « Un repas pris en commun est un facteur essentiel de la cohésion du groupe », résume Christopher Alexander dans ‘Pattern Language’. Si cet aspect est négligé, les relations se distendent et finissent par s’altérer, comme dans une famille qui ne se retrouverait plus

un restaurant d’entreprise devrait être ouvert en continu. En effet, de plus en plus, la délocalisation des interlocuteurs et des formes de travail plus déstructurées – fondées moins sur des habitudes normatives que sur la souplesse et l’efficacité – ne s’accommodent plus d’horaires fixes. Dans un même registre, le travail en 2/8 ou en 3/8 a tendance à gagner du terrain. Dans un tel contexte, il est essentiel que le restaurant d’entreprise soit ouvert à tous, à tout moment, et constitue un point de rencontre où l’on se rend volontiers. Il doit aussi être un lieu où la dimension hiérarchique s’efface devant la convivialité. D’une façon générale, du reste, les différenciations de statut entre personnels tertiaires et équipes de production s’atténuent, et l’on ne saurait trop recommander aux cadres et aux dirigeants d’être eux-mêmes partie prenante du processus de socialisation. Il n’y a guère d’autre endroit – si ce n’est l’entrée de l’usine ou l’espace d’accueil d’un immeuble tertiaire – où les avis, les tendances et les sentiments s’expriment plus librement. Le contact avec la base, authentique et non filtré,

autour de la table, qu’elle soit celle de tous les jours ou des occasions festives.

est infiniment précieux pour prendre la vraie mesure de la situation et – partant – les décisions adéquates.

Dans la vie professionnelle, la dimension psychologique du repas pris en commun a, de fait, toujours été primordiale. Entre partenaires commerciaux, elle est souvent une entrée en matière privilégiée. Au sein de l’entreprise, le repas pris en commun par tous les collaborateurs, sans différenciation hiérarchique, permet d’évacuer les tensions, d’illustrer tangiblement la cohésion du groupe et de confronter les points de vue dans un cadre informel. Pour précieuses qu’elles soient, de telles interactions sont souvent négligées. Cela se répercute, hélas, tant sur l’aménagement des lieux que sur le contenu des assiettes …

Lorsqu’un système de restauration collective intégré n’est pas pertinent sur le plan économique et pratique, il est facile d’avoir recours à un traiteur spécialisé. Cela facilite aussi la gestion, en externalisant le personnel correspondant. Une autre solution est de créer un pool de restauration, permettant ainsi de mieux amortir les frais de structure et de fonctionnement en les partageant avec des entreprises des alentours. Mais il est possible de tirer un profit encore plus grand d’un espace de restauration collective : comme c’est le cas dans nombre de centres de séminaires, pourquoi ne l’utiliserait-on pas pour effectuer des présentations, organiser des conférences ou tout simplement réunir

Les structures : service, ouverture et versatilité

l’assemblée générale ?

148

Espaces communautaires et de rencontre

C’est à tout prendre plus avantageux que de créer des espaces dédiés très rarement utilisés ou, pire encore, d’organiser de telles manifestations dans un hall d’usine ou sur le plateau du service logistique sur le seul critère de la place disponible. Reconfigurer un espace de restauration bien conçu est facile, et le service traiteur saura s’adapter en souplesse à la nature de la manifestation prévue.

Les équipements : praticité, qualité, polyvalence.

Idéalement, le mobilier combinera élégance, pertinence et décontraction. Des sols haut de gamme, mais d’un entretien facile, des couleurs claires, un maximum de lumière naturelle et un éclairage facile à moduler créeront les conditions du bien-être sans évoquer une ambiance ‘bistrot’ qui serait déplacée dans ce contexte. L’acoustique mérite une attention particulière, car les restaurants d’entreprise ont tendance à être très bruyants. Un système de régulation de la lumière naturelle, des écrans, un projecteur numérique monté au plafond et un système de sonorisation intégré permettront de transformer facilement le restaurant d’entreprise en espace conférence à part entière.

La localisation du restaurant d’entreprise au sein des bâtiments a une influence décisive sur le public qui le fréquente. Pour avoir les meilleures chances de décloisonnement hiérarchique, une position centrale est idéale. Si le restaurant d’entreprise est ouvert à des partenaires extérieurs, il faut bien entendu prévoir une porte d’entrée séparée et un système de sécurité isolant le restaurant d’entreprise du reste des locaux. Un environnement paysagé ou une terrasse complèteront l’agrément du dispositif. Idéalement, la possibilité de faire quelques pas après le repas est salutaire et permet d’approfondir, à l’écart des oreilles indiscrètes, des thèmes plus confidentiels. L’agencement doit faire la part belle à la polyvalence : il fera alterner les zones animées et les zones calmes, les espaces plus intimes et les périmètres ouverts, faciles à reconfigurer très rapidement. En bref : le restaurant d’entreprise, dans sa définition, est très proche de la piazza italienne – une plaque tournante des interaction sociales, convivial sans négliger les possibilités de s’isoler, un pôle d‘échange très privilégié, et un lieu qui permet aussi bien de se restaurer sur le pouce que de savourer longuement un espresso. Selon les climats, les vestiaires pourront être centralisés ou non. Des tableaux d’affichage permettront à chacun de s’informer et d’informer ; des revues, des journaux et de la documentation sur l’entreprise seront librement à disposition des usagers ; des écrans plats intégrés aux murs permettront de suivre des manifestations sportives (sachant que cette possibilité devra être utilisée avec parcimonie : les retransmissions télévisées favorisent davantage la passivité que l’échange).

Le mobilier adéquat est simple à définir : des sièges légers et confortables, si possible empilables et d’entretien aisé, des tables individuelles modulaires, robustes et faciles à combiner – et tout aussi faciles à entreposer dans un minimum d’espace – constitueront un mobilier de base très polyvalent. Ainsi, pourquoi ne pas enchaîner directement par une réunion à l’issue du repas ? C’est autant de temps gagné, puisque les participants restent sur place. Il faut simplement prévoir des connexions en nombre suffisant pour raccorder les équipements multimédia éventuels. Pour tirer un parti optimal d’un espace de restauration, pourquoi ne pas utiliser jusqu’au bout les possibilités d’échanges et de conversations informels ? Il serait par ailleurs facile d’équiper certaines parties du restaurant d’écrans donnant accès à l’intranet et de se servir de la cafétéria ou du restaurant comme d’un internet-café. Cet accès direct aux NTIC donnerait aux échanges et aux conversations une densité toute nouvelle. On le voit, le potentiel des restaurants d’entreprise est loin d’avoir été jusqu’ici exploité au mieux de ses possibilités !

149

En un coup d’œil : restaurant d’entreprise et salle de réunion de grande dimension, salle de séminaire et de conférence segmentable

Du restaurant d’entreprise à la salle de réunion de grande dimension La conception d’un restaurant d’entreprise doit faire l’objet d’un soin particulier : on ne saurait assez recommander d’optimiser aussi son potentiel de lieu

110 x

20 x

14 x

8x

8x

4x

2x

7x

6x

1x

1x

d’échanges. Les critères d’aménagement essentiels sont la mise en place d’ambiances différenciées et la prise en compte des exigences spécifiques de cette dualité sur le plan de la climatisation, de la ventilation et de l’hygiène. Afin d’utiliser le restaurant d’entreprise pour des manifestations allant de la réunion à l’assemblée générale, il est essentiel d’intégrer les technologies multimédia dans les meilleures conditions et de disposer d’un système de sièges et de tables très faciles à reconfigurer comme à ranger

10 x

dans un minimum d’espace. Pages 152–155

Espace de conférence et de réunion segmentable et multifonction L’alliance entre deux fonctions – celle de restaurant d’entreprise et celle d’espace de conférence et de réunion – est le critère de différenciation des centres ;;;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;;;;;; ;;;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;;;;;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;;;; ;;;; ;;;; ;; ;; ; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;;;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;;;;;; ;; ;;;; ; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;;;;;; ;;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;;;; ;;;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;; ;; ;;;; ; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;;;; ;; ; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;;;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;;; ;; ;; ;; ;; ; ;; ;;; ;; ; ; ; ;

de réunion et de conférence de ce type. L’éventail des utilisations possibles va de la présentation jusqu’à la séance plénière en passant par les séminaires et différentes manifestations festives. Un système permettant de segmenter l’espace de façon intelligente, un équipement multimédia très complet et un aménagement haut de gamme assureront un positionnement concurrentiel, pertinent et crédible. De plus, un tel aménagement est particulièrement rationnel sur le plan du facility management. Pages 156–161

150

Espaces communautaires et de rencontre

100 –150 x

34 x

1x

Restaurant d’entreprise doté d’un aménagement polyvalent et mobile (descriptif en pages 152–155) ; taille de la pièce 196 m² / débarras 16 m²

Salle de repas avec subdivision restaurant/café et cafétéria en mezzanine ;

Utilisation de la salle de repas en tant que salle de réunion avec tribune

capacité 94 à 108 personnes

et sièges disposés en rangées pour 108 participants

Espace conférence/séminaire segmentable et multifonction doté d’un aménagement mobile (descriptif en pages 156–161) ; taille de l’ensemble des pièces 210 m² / débarras 15 m²

Utilisation de l’espace segmenté : conférence pour 24 participants,

Utilisation de l’intégralité de l’espace disponible pour

séminaire pour 21 participants et formation pour 27 participants

une assemblée ou un congrès accueillant 99 participants

Segmentation 1/3 – 2/3 : présentation avec sièges solidarisés en rangées pour 100 participants

Utilisation de l’intégralité de la surface disponible dans le contexte d’un banquet

et réception avec buffet à l’issue de la présentation dans le plus petit des deux espaces

avec buffet et piste de danse pour 72 participants

151

4 Pour que le restaurant d’entreprise soit effectivement la

De l’espace restauration ...

plaque tournante des échanges au sein de la structure, on utilisera l’espace disponible également pour des manifestations diverses – réunions, fêtes ou assemblées générales. En effet, plus qu’aucun autre, un tel lieu abolit les différences hiérarchiques, tant sa fonction organique est partagée par tous. Aussi le lieu d’un

Bar et cafétéria en mezzanine : ils

repas pris en commun est-il un endroit de socialisation

offrent un bon point de vue sans placer

privilégié. Dans un tel contexte, l’aménagement se doit

les occupants sur le devant de la scène.

de concilier impératifs fonctionnels et psychologiques.

Ils sont équipés de sièges et de supports assis-debout.

2

1

3 4

5

Tables rectangulaires mobiles pour 6 à 8 personnes, partie restaurant ; tables rondes pour 4 à 6 personnes, partie café. Les deux formats correspondent chacun à un mode d’échange spécifique.

152

Espaces communautaires et de rencontre

6

7

Echelle 1:125 / Dimensions en cm

1650

Espace restauration : 196 m² Débarras : 16 m² 4

75

1 Bar et cafétéria... 60

tables hautes, tabourets de bar et supports assis-debout 2 ... sièges avec accoudoirs

5 2

7

210

60

et tables basses 3 Tables hautes avec écran tactile intégré

200

4 Tables mobiles à plateau rabattable pour 6 personnes 5 Desserte pour la vaisselle et les couverts 6 Partie café équipée de tables rondes pour 4 à 6 personnes

1

Ø 110

7 Débarras contentant la réserve 6

de sièges empilés, les dessertes

240

60

pour équipements techniques et le pupitre de conférencier 1190

La conception et l’aménagement d’un restaurant d’entreprise doivent partager un même niveau de qualité, lui-même conditionné par l’importance exceptionnelle d’un tel lieu. Un aménagement en mezzanine offre diverses possibilités de communication et un contexte différencié en termes de restauration ; un tel aménagement de l’espace sur plusieurs niveaux est en outre perçu comme particulièrement vaste et ouvert. La partie restauration est équipée de tables pour six personnes, conçues pour être faciles à solidariser. Sur la périphérie, un aménagement de type café offre à de petits groupes de maximum six personnes la possibilité de prendre leur repas tout en discutant dans un cercle plus restreint.

Grâce à des dessertes stratégiquement réparties, il est facile de mettre à disposition des couverts et des serviettes, entre autres, à proximité immédiate des utilisateurs. La partie cafétéria est volontairement séparée de la salle de restaurant pour créer une atmosphère plus intime – que soulignent le comptoir et les petites tables de type bistrot, propices aux échanges individuels. Deux tables hautes dotées d’un écran plat tactile intégré permettent d’accéder à l’intranet et à l’internet.

153

4 Lorsque le restaurant d’entreprise accueille des mani-

... jusqu’à la salle de réunion

festations variées, il est judicieux d’opter pour des tables faciles à déplacer et à ranger temporairement à l’abri des regards. À ce titre, il est particulièrement pratique d’intégrer un local servant de débarras au périmètre immédiat du restaurant d’entreprise. Ce local permettra d’entreposer des sièges, un pupitre de conférencier, des dessertes mobiles dotées d’équipements multimédia et les tables en surnombre selon la manifestation prévue.

1

2

3

Espace de réunion doté de sièges disposés en rangées, avec tribune et pupitre de conférencier. Il suffit de rabattre le plateau des tables et de les juxtaposer pour les ranger dans le débarras adjacent.

154

Espaces communautaires et de rencontre

4

Échelle 1:125 / Dimensions en cm

1650

Espace restauration : 196 m² Débarras : 16 m² 75

1 2 55

200 385

59

45

1 Pupitre de conférencier doté d’un microphone et d’un support 4

assis-debout 2 Tribune comprenant des tables dotées de voiles de fond, une sonorisation et un système de solidarisation des tables en ligne

3

3 Sièges de type ‘café’ solidarisés en ligne 4 Débarras permettant de remiser en mode juxtaposé et plateau rabattu les tables momentanément en surnombre

80

1190

Depuis l’espace conférence jusqu’à la salle de projection, la hauteur sous plafond est un critère important : elle détermine en effet directement la taille de l’écran. L’idéal est d’utiliser un projecteur numérique fixé au plafond. Dans les aménagements fondés sur l’utilisation de sièges empilables pouvant être solidarisés en rangées, il est facile de faire l’appoint en utilisant les sièges entreposés dans le débarras. Pour solidariser les sièges en rangées, les systèmes fonctionnant sans outils et sans pièces rapportées (faciles à égarer) sont particulièrement avantageux. Idéalement, la pièce de liaison sera intégrée à la structure du siège. Celui-ci offrira un bon confort pour

À noter : dans de nombreux pays, les règles de sécurité imposent de solidariser les sièges à partir d’un certain nombre de participants (200 en Allemagne) et de prévoir des systèmes de fixation anti-panique au sol. La tribune est prévue pour six intervenants – les tables nécessaires pouvant être prélevées sur le mobilier du restaurant. Dans les situations où l’utilisation de voiles de fond est recommandable, il est cependant plus adéquat d’utiliser des tables prélevées dans l’espace séminaire et conçues d’emblée pour recevoir ces voiles de fond. Cela vaut également pour la desserte multimédia et le pupitre du conférencier.

un poids aussi réduit que possible afin de faciliter la manipulation.

155

Espace de conférence et de séminaire multifonction et segmentable

4 Les centres de congrès bien situés et bien desservis ne cessent de gagner en importance. Le principe d’externaliser de telles manifestations en simplifie considérablement la gestion pour l’entreprise. Pour

Configuration conférence, séminaire et formation

Dans de nombreux centres de conférence, étrangement, l’aménagement demeure rudimentaire, voire déprimant : éclairage glauque en clair/obscur, supports multimédia improvisés, sièges bon marché, aussi laids qu’inconfortables, et tables pliantes aux piètements fatigués, masqués faute de mieux par des nappes tombantes, s’avèrent souvent étrangement en-deça des standards qui régissent les espaces de réception et d’hébergement proprement dits. Autant dire qu’un aménagement rationnel et esthétique est un excellent moyen de créer la différence. Parmi les prérequis du bien-être, mentionnons, pour des espaces de plain-pied, une terrasse accessible lors des pauses, un maximum de lumière naturelle, la possibilité de tamiser cette même lumière dans le cadre de présentations multimédia, une hauteur sous plafond suffisante, une intégration bien pensée des équipements audiovisuels – et bien entendu un mobilier de qualité, solide, valorisant et bien conçu. Des boîtiers de connexion au sol assureront l’alimentation courants forts/courants faibles, permettant ainsi de segmenter l’espace en conservant toutes les possibilités de connexion – notamment dans le contexte d’une présentation multimédia. Des écrans plats montés sur des supports mobiles ou pivotants constituent une solution généralement appropriée. Des tables mobiles à plateau rabattable, associées à des sièges empilables, permettent ici d’entreposer le mobilier momentanément surnuméraire dans des armoires directement intégrés à l’espace de réunion, plutôt que dans un débarras séparé. De telles armoires mi-hautes peuvent, de plus, servir à déposer à portée de main des objets, des équipements ou de la documentation.

156

Espaces communautaires et de rencontre

maximiser le taux d’occupation – et, partant, le chiffre d’affaires – il importe d’opter pour un aménagement à la fois rationnel, haut de gamme et convivial.

Quand la destination des espaces segmentés s’oriente vers la conférence, le séminaire ou la formation, le système de tables le plus approprié est celui qui se laisse reconfigurer le plus facilement.

Échelle 1:200 / Dimensions en cm Surface totale de la pièce : 210 m² Cloisonnement par module : 70 m² Débarras : 15 m²

2340 780

1560 150

900 200

60

180

60 50

150

100

540

540

380

157

4 Pour de grandes assemblées ou des présentations en

Espace de conférence et de séminaire multifonction et segmentable

séance plénière, l’espace est utilisé dans sa globalité. Les fonctions domotique et multimédia des espaces segmentables sont alors regroupées ou synchronisées. Des tables mobiles à plateau rabattable et des sièges

Configuration assemblée et présentation suivie d’une réception

ergonomiques compacts et empilables facilitent au maximum la mise en place et la configuration ; en outre, ils se rangent dans un minimum d’espace.

3

2

1

4

5 À l’occasion d’une assemblée ou d’une présentation en séance plénière au cours de laquelle les participants peuvent prendre des notes, l’espace est utilisé dans sa globalité et permet d’accueillir 100 participants. Lorsque les sièges sont solidarisés en rangées, un tiers de l’espace disponible peut être segmenté et utilisé comme espace de réception ; les tables, une fois les plateaux rabattus, sont juxtaposées dans un espace minimum.

158

Espaces communautaires et de rencontre

Échelle 1:200 / Dimensions en cm Surface totale de la pièce : 210 m²

2340

900

150 120

Cloisonnement par module : 70 m²

60 50

3

110

600

Débarras : 15 m²

1

2

150

100

540

2340 780

1 Utilisation de l’espace dans sa globalité,

540

1560 120

900 110

120

tables disposées en rangées 2 Pupitre de conférencier avec connexion

380

50

55 600

pour ordinateur portable 3 Écrans plats pivotants montés aux murs servant

110

de relais à la présentation pour les personnes 275

assises en fond de salle 4 Microphones latéraux et placés à proximité des boîtiers de connexion ; ils permettent aux partici-

120

5

pants de la partie auditorium de prendre la parole 5 Espace segmenté 2/3 –1/3 pour une utilisation de type présentation avec sièges disposés en

100

540

540

380

rangées

Lors de grandes assemblées de type réunion des actionnaires ou de manifestations festives, le choix se porte souvent sur des cen-

Lorsque les participants ne sont pas censés prendre des notes et peuvent se passer d’un endroit où déposer leurs rafraîchissements,

tres de conférence extérieurs à l’entreprise dotés d’une possibilité d’hébergement. Selon qu’il est utile ou non que les participants prennent des notes, l’espace, entièrement ouvert, est doté ou non de tables. Les sièges, en l’absence de tables, seront solidarisés en rangées. La hauteur sous plafond – ici 4,80 m – est non seulement importante en termes de proportions, mais également pour l’intégration d’une surface de projection de taille suffisante.

il suffit de rabattre le plateau des tables mobiles pour permettre à une seule personne de ranger en quelques minutes les tables juxtaposées dans les armoires situées à la périphérie de l’espace. Occupé par les seuls sièges solidarisés en rangées, l’espace, devenu plus compact, permet d’aménager, dans un tiers de la salle, une zone d’accueil et de réception pour les cocktails de bienvenue et le buffet.

Pour ne pas désavantager les personnes situées en fond de salle, la présentation audiovisuelle est reprise sur des écrans latéraux pivotants. À proximité des boîtiers de connexion au sol, des microphones sur pied permettent aux participants de poser leur questions audiblement. 159

4 Un espace multifonction digne de ce nom se prête

Espace de conférence et de séminaire multifonction et segmentable

également à des manifestations informelles. Lorsque l’aménagement est bien pensé et combine des systèmes multimédia soigneusement intégrés et un aménagement souple et reconfigurable, il est facile de passer

Configuration buffet et avec piste de danse

d’une utilisation formalisée à une utilisation informelle à composante festive.

Les manifestations festives, centrées autour d’un buffet et/ou d’une piste de danse, mettent à profit l’espace débarrassé de tout cloisonnement sur la moitié de sa surface. La disposition des boîtiers de connexion au sol permet au DJ – installé entre le buffet et la piste de danse – de se connecter facile2

ment au réseau de sonorisation et aux équipements multimédia.

1

3 4

160

Espaces communautaires et de rencontre

Échelle 1:200 / Dimensions en cm Surface totale de la pièce : 210 m²

2340

900

180

600

Cloisonnement par module : 70 m² Débarras : 15 m²

1 120

4

300

2

180

3 100

540

540

380

1 Subdivision de l’espace en zones séparées : salle de banquet, buffet et piste de danse 2 Tables solidarisées en lignes pour le banquet 3 Tables agencées par paires pour le buffet 4 Emplacement du DJ avec accès à l’équipement audio et multimédia

Des manifestations festives élaborées se doivent, pour ne pas lasser les participants, d’alterner les parties formalisées et les épisodes plus informels.

En termes de mobilier, on prendra en compte tant la qualité et la pertinence fonctionnelle que les aspects pratiques. Des sièges dotés de

Les phases informelles servent à la fois à la détente et à l’échange. Après une entrée en matière de la part de l’un des intervenants, la partie festive – banquet, mariage etc. – permet des échanges informels, des interventions des participants et inclut bien entendu un repas élaboré pris en commun. L’espace doit être à même de répondre aux impératifs qui en découlent. Il convient de porter une attention toute particulière au système de cloisonnement, qui

dossiers tendus de résille sont faciles à entretenir et faciles à empiler dans un minimum d’espace. Des critères similaires s’appliquent aux tables. Elles seront dotées de revêtements robustes, de structures de bonne facture, d’un système pratique et solide permettant de rabattre le plateau et de chants protégés des chocs. Lorsque leur conception permet de les juxtaposer dans un minimum d’espace, le facility management en sera encore amélioré. Un tel aménage-

doit concilier d’excellentes qualités phoniques et une souplesse maximale. Les cloisons permettant de séparer l’espace en deux sous-espaces sont réparties de part et d’autre – créant au besoin deux espaces séparés sur les plans visuel et acoustique, mais restant parties d’un même ensemble. Cette remarque vaut également pour les équipements multimédia : ils répondent au gré des besoins aux exigences de présentations dans l’un ou l’autre des deux espaces.

ment conciliera ainsi au mieux pertinence fonctionnelle, praticité et dimension statutaire.

161

Aménagement modulaire pour restaurant d’entreprise, assemblée générale et centre de conférence

78 44

59

58

58 105

Sièges, tabourets hauts

Matières et finitions

Pour prendre un café au bar ou discuter

et supports assis-debout

Sur le plan de l’entretien, les matières

de façon informelle, des supports assis-

Il est important que les sièges soient

synthétiques marquent des points.

debout sont idéaux. Des tables hautes

d’un entretien facile et d’une manipu-

Pour assurer une bonne ventilation, il

complèteront le dispositif ; une version

lation aisée. Un dossier dont l’arête

est cependant nécessaire qu’elles soient

facile à emboîter – grâce à une échan-

supérieure favorise la préhension

perforées ou prennent la forme de

crure spécifique du plateau – associera

permettra de déplacer facilement les

résilles. Les structures seront conçues,

praticité et esthétique. Il est important

sièges. Pour des manifestations d’une

quant à elles, de sorte à éviter le con-

que les tabourets de bar soient équipés

durée moyenne de deux heures,

tact des revêtements avec les structures

d’un repose-pieds. Les supports assis-

un confort ferme est parfaitement

en position empilée : cela évitera les

debout seront d’autant plus ergonomi-

adéquat. Deux alternatives probantes :

marques de frottement. Si l’on utilise

ques qu’ils seront dotés d’une hauteur

un dossier en résine synthétique semi-

des sièges dotés de revêtements tissu,

d’assise réglable et orientables dans

rigide ou un dossier et une assise

il est important que ceux-ci soient amo-

toutes les directions, afin de favoriser

tendus de résille. La conception du

vibles pour nettoyage. En matière de

les changements de posture.

siège permettra de varier les postures ;

structures, les solutions les plus appro-

aussi les accoudoirs doivent-ils être

priées sont le tube ou le fil d’acier chro-

Matières et finitions

orientés vers l’extérieur.

més brillant : ils résistent parfaitement à

Dans le cas de tables carrées ou rondes,

des sollicitations intensives. Des inserts

un piètement central associé à un

Dans un restaurant d’entreprise à

en feutre intégrés aux patins éviteront

croisillon plat ou une embase ronde en

vocation multifonction, l’aménagement

les rayures sur sols en pierre ou par-

aluminium moulé sous pression assure-

doit pouvoir être reconfiguré avec un

quets ; ils sont très durable à l’usage.

ront un espace aux jambes optimal, des

minimum d’effort. Des sièges légers Tables basses, tables standard

meilleures garanties de robustesse. Sur

tront d’adapter très facilement la confi-

et tables hautes

des embases rondes, la réflexion d’une

guration de l’espace aux impératifs du

L’aménagement d’un restaurant

surface chromée brillante peut s’avérer

moment. Des chariots de transport

d’entreprise doit combiner différents

embarassante. Cette finition n’est donc

accéléreront encore le processus. Des

impératifs fonctionnels : des tables

pas à préconiser. Les plateaux, pour leur

sièges à piètement traîneau et dossier

rectangulaires ou carrées dans le

part, combineront robustesse et finesse,

et assise tendus de résille répondent

restaurant proprement dit seront, par

un effet que l’on obtiendra en conju-

parfaitement à ce cahier des charges.

exemple, dimensionnées pour s’adapter

guant des épaisseurs faibles et des

au format des plateaux repas.

champs biseautés. Des matières telles

Lorsque les sièges sont disposés en

61

61

78

59

45 59

55

75

70

75

que le ‘compact’ (stratifié HPL) teinté

rangées, il est important de pouvoir

Dans la partie cafétéria et café, utilisée

dans la masse constituent une solution

les solidariser. Plutôt que des pièces de

pour des durées plus courtes, des tables

optimale : elles associent au meilleur

liaison amovibles, faciles à égarer, des

rondes permettant d’asseoir un nombre

niveau l’esthétique et la résistance aux

étriers intégrés sont idéaux. Pour opti-

variable de personnes sont particulière-

agressions extérieures.

miser la compacité de l’ensemble, les

ment appropriées.

rangées seront formées en alternance

70

60

prêtera plus particulièrement aux pauses de courte durée.

Espaces communautaires et de rencontre

60 105

Pour des tables équipées d’écrans plats Un coin bar/détente doté de tables hautes et de tabourets de bar se

162

59

croisillons chromé brillants offrant ici les

et compacts, faciles à empiler, permet-

de sièges avec et sans accoudoirs.

69

intégrés, se reporter à la page 195.

73 45

Solidariser des sièges en rangées est particulièrement facile lorsque la pièce

75 (60)

de liaison est intégrée à la structure : elle se déplie, puis se verrouille sur la chaise adjacente. Ce système allie praticité et rapidité. 73

Les échancrures radiales des plateaux de table permettent d’emboîter jusqu’à trois tables dans un minimum d’espace. 150, 180, 200, 225

75 (60)

153 (25 x) 109

106 (15 x)

98

121

200

41

Tables mobiles à plateaux

Ces impératifs fonctionnels sont

Matières et finitions

rabattables qu pliants

particulièrement faciles à respecter

Il importe d’opter pour des matières et

Pour passer facilement d’une fonction

lorsqu’une même gamme de tables est

des finitions de la structure et du piète-

restaurant à une assemblée générale,

utilisée dans la partie restauration et la

ment à la fois résistantes et esthétiques.

il importe de disposer de tables faciles

partie séminaire proprement dite. La

Un piètement en aluminium moulé

à transporter et à entreposer. Il existe

parfaite compatibilité de l’aménage-

sous pression, chromé brillant ou poli

dans ce contexte diverses options

ment permettra alors de gérer le mobi-

constitue une solution adéquate. C’est

possibles – et notamment des tables

lier avec une efficacité et une souplesse

moins le cas des finitions laquées, plus

empilables, démontables ou à plateau

idéales.

sensibles aux coups, aux rayures et à

rabattable. Les tables mobiles à plateau

l’abrasion occasionnée par les semelles

rabattable ou pliant s’avèrent les plus

Pour les tables rectangulaires d’un

de chaussures. Idéalement, les revête-

pratiques à l’usage. Une fois le plateau

restaurant d’entreprise de type self-

ments de plateau seront réalisés dans

rabattu ou plié, la table adopte une

service, il faut prévoir une largeur de

une qualité de stratifié haute résistance,

forme très compacte, facile à manipuler

60 cm minimum par personne. La

identique à celui des plans de travail

et à déplacer par une seule personne.

table présentée ici permet d’accueillir

d’une cuisine, afin de résister aux chocs

Les tables seront d’autant plus prati-

6 personnes autour d’un plateau de

et au contact avec des objets durs –

ques sur le plan du rangement qu’elles

75 x 200 cm. Lorsque la structure et le

notamment les couverts. Enfin, un

se laisseront juxtaposer dans un mini-

piètement sont suffisamment en retrait,

profilé antichoc intégré aux chants des

mum d’espace. Parmi les accessoires

il est également possible de s’installer

tables évitera tout risque de détériora-

judicieux : des étriers destinés à solidari-

aux deux extrémités de la table.

tion au cours des manipulations.

ser les tables et les voiles de fond.

Illustration : Chaises empilables de la gamme Aline

163

Auditorium et assemblée 4 La tenue d’une assemblée au sens le plus large – depuis la session parlementaire jusqu‘au cours en faculté en passant par le congrès – fait partie des formes de communication les plus emblématiques du principe et des vertus de l’échange. Les exigences techniques, architecturales et fonctionnelles sont ici plus intimement liées que dans aucun autre espace de communication. Cela suffirait à faire de la conception et de l’aménagement d’un espace de ce type une mission exigeante. Pour augmenter encore l’enjeu de l’exercice, la configuration de tels espaces est – pour des raisons tant pratiques que techniques – déterminée une fois pour toutes. Toutes modifications ultérieures engendreraient par conséquent des coûts considérables. 164

Auditorium et assemblée

Depuis le cours jusqu’au débat – du consensus imposé à la confrontation dialectique

L’architecture est une forme visuelle du pouvoir.

Il y aurait beaucoup à dire sur la structure des assemblées parlementaires. Il ne fait aucun doute, en tout cas, que les trois formes fondamentales qu’elle prend – circulaire, en hémicycle ou, comme dans la Chambre des Communes britannique, partagée en deux fractions se faisant face – exerce une influence profonde sur le fonctionnement et l’atmosphère des débats.

Cette belle idée est restée lettre morte. Dans l’intervalle, le parlement allemand a quitté les locaux largement vitrés qui l’abritaient à Bonn – et dont l’architecture se voulait délibérément le symbole d’une démocratie transparente et ouverte – pour déménager à Berlin. Il occupe aujourd’hui le bâtiment du Reichstag – le parlement de l’Allemagne impériale – remis au goût du jour par l’archi-

Le principe du ‘Government by Discussion’ régit le fonctionnement du parlement britannique. L’agencement de la Chambre se prête parfaitement à cette procédure : chaque député peut prendre la parole quasiment sans élever la voix. Son opposant politique – que sa situation même dans l’espace caractérise comme tel – recevra de front la critique ou les arguments de l’orateur. Aussi l’échange entre gouvernement et opposition est-il fréquemment imprévisible et passablement animé. Pour la petite histoire : c’est à Winston Churchill que les Britanniques doivent le maintien de

tecte anglais Sir Norman Foster. Nous laisserons le bien-fondé de cette localisation – et la pertinence de la synthèse voulue par l’architecte entre architecture du XIXe siècle et modernité – à l’appréciation de chacun. Une chose est claire : le lieu et la configuration d’un immeuble parlementaire ont une charge symbolique importante et influent directement sur le style et l’intensité des débats. Cette remarque vaut pour les grandes comme pour les petites assemblées : amphithéâtre de faculté, auditorium au sein d’une entreprise ou centre de formation – dans chacun de ces cas, les paramètres architecturaux ont des incidences fortes, tant

la Chambre des Communes sous cette forme. Au moment de reconstruire le parlement en 1943, il résuma son point de vue comme suit : « Un espace suffisamment vaste pour accueillir tous les membres serait, en fait, dans 90 % des cas à moitié vide voire presque vide. Cela serait très déprimant. Or, dans les débats de la Chambre des Communes, c’est la possibilité d’échanges vifs et informels qui est importante. Cela fonctionne mieux dans un espace restreint. Et pour ce qui est des grandes occasions, si tout le monde se sent à l’étroit, chacun mesurera mieux l’urgence de la situation ». Cette analyse quelque peu patriarcale a le mérite de l’originalité. Les principes démocratiques génèrent souvent des solutions moins tranchées. Au moment de déterminer la configuration du Bundestag, le social-démocrate allemand Carlo Schmid, favorablement impressionné par les principes britanniques, voulut les adapter au parlement de Bonn. « Il serait bon que le Chancelier puisse fixer le chef de l’opposition dans les yeux : cela changerait peut être la façon dont les choses sont dites ».

Friedrich Wilhelm Nietzsche

émotionnelles que fonctionnelles. La forme et la qualité des débats doivent en effet beaucoup à la situation, à la taille de l’espace, à sa forme et à son agencement. Dans ce contexte, la taille appropriée est un paramètre essentiel : rien n’est plus déstabilisant – pour un orateur comme pour un auditoire – que de se trouver dans une salle aux trois-quarts vide. Pour ‘chauffer la salle’ rien ne vaut assurément une certaine promiscuité – pour autant que chacun des participants trouve la place de s’asseoir et que l’éclairage comme la climatisation soient appropriés …

165

L’organisation : ritualisée, orientée, planifiée Plus le nombre de participants augmente, plus il est essentiel de définir des règles du jeu explicites. Dans un contexte parlementaire, la part des règles et des rituels est très importante, au point qu’elle soit confiée à des responsables désignés. Ceux-ci ont la tâche de canaliser le débat et d’éviter les débordements. Au cas où la situation risquerait de dégénérer, ils ont pouvoir de suspendre les débats. Dans un parlement démocratique classique, la répartition des rôles et des appartenances est très claire. Chaque formation constitue un bloc compact au sein duquel les parlementaires les plus expérimentés siègent aux premiers rangs. Tant les dates de sessions que le planning des débats et les textes à débattre sont soigneusement prédéfinis. Dans les centres de formations et dans l’enseignement supérieur, amphithéâtres et salles de cours sont utilisées tour à tour par des participants différents. Ici aussi, le planning est précis, et l’affectation des salles se fait selon un emploi du temps parfaitement défini. Parallèlement, la répartition des rôles n’est pas moins définie : aux assistants revient le travail de préparation, aux professeurs, aux maîtres de conférence ou éventuellement à un intervenant extérieur incombe la mission didactique, tandis que l’auditoire – comme le mot auditorium le suggère – est essentiellement censé écouter. Ce rôle passif se résume généralement à la prise de notes – quoiqu’il soit généralement possible de demander la parole.

166

Auditorium et assemblée

Au sein d’une entreprise, il est rare qu’un auditorium ait des fonctions aussi ritualisées que celles décrites plus haut. Ce n’est que dans de très grandes entreprises – dotées d’un important centre de formation interne fréquenté par des participants nombreux – que l’on retrouve certains aspect d’une organisation ‘parlementaire’. En règle générale, les auditoriums sont plutôt utilisés pour des exposés, des films, des conférences de presse ou des réceptions. Lorsque la fréquence de telles manifestations est faible, de nombreuses entreprises rentabilisent l’espace en le louant à des organisations extérieures.

pondent à deux étages standard. Lorsque l’espace – y compris les surfaces adjacentes, du vestiaire jusqu’au local technique – sont également loués à des organismes extérieurs, il faudra bien entendu prévoir une entrée séparée du périmètre de l’entreprise proprement dit.

L’espace et l’aménagement : entre le théâtre antique et la salle de cinéma

Souvent, les amphithéâtres et les auditoriums sont dépourvus de fenêtres. Pour des usages de type théâtral ou projection, c’est parfaitement adéquat. Lors de manifestations qui se prolongent et qui se fondent sur l’interaction entre les intervenants et les participants, une telle situation est en revanche suboptimale. L’absence d’ouvertures vers l’extérieur et l’éclairage artificiel sont en effet des facteurs de lassitude et de fatigue.

Dans un contexte parlementaire, les séances plénières sont l’activité ordinaire. Dans une entreprise, c’est rarement le cas. Mais lorsque des symposiums, des conférences et des exposés ont lieu fréquemment devant un public nombreux, il est judicieux de prévoir en situation centrale un auditorium calqué sur le principe du théâtre antique. Le dimensionnement de l’espace n’est en soi pas décisif. C’est surtout la répartition des participants en hémicycle, voire à 270°, qui conditionne le fonctionnement du dispositif :

La polyvalence d’un tel espace est directement tributaire de son aménagement. Conçu pour une utilisation multifonction, il inclura notamment une tribune modulaire, des locaux techniques et de rangement, des sièges confortables et la possibilité de prendre des notes. Un écran généreusement dimensionné est également indispensable. Enfin, compte tenu de la taille et de la hauteur de la pièce, la climatisation, l’acoustique et l’éclairage devront être particulièrement soignés ; dans cette perspective, on ne

installés sur des gradins, les participants bénéficient d’un environnement visuel et acoustique propice et peuvent en outre engager la discussion avec leur voisin. Lorsque le degré d’interaction est faible, un configuration orthogonale

saurait trop conseiller le recours à des spécialistes externes.

de l’espace – semblable à celle de la plupart des cinémas – et reprenant le principe des gradins est parfaitement adéquate. Pour permettre un étagement suffisant des gradins, les auditoriums et les amphithéâtres sont généralement aménagés dans un rez-de-chaussée surélevé ou corres-

97 x

6x

1x

1x

2x

1x

90 x

4x

1x

1x

29 x

18 x

1x

Espace pour séances plénières, capacité 94 participants, page 168 Surface de la pièce 550 m²

1x

Auditorium équipée de chaises fixes et de tables modulaires pour 90 participants, page 170 Surface de la pièce 335 m²

167

Configurations de type plénier

4 Lorsque les participants sont appelés a prendre une part active aux séances plénières et au travail en amphithéâtre, des sièges disposés en gradins, dans une configuration en hémicycle ou à 270°, sont une excellente solution. Ils conjuguent l’avantage d’un bon contact visuel avec la focalisation de l’ensemble des participants sur la tribune/ la scène. Pourvu des équipements techniques adéquats, un tel espace est remarquablement versatile.

Espace pour séances plénières doté de tables pour 94 participants, d’un pupitre de conférencier et d’une tribune multifonctionnelle répondant aussi bien aux exigences d’un exposé qu’à celles d’un concert.

1

2

3

168

Auditorium et assemblée

Echelle 1:250 / Dimensions en cm Surface de la pièce : 550 m²

1940

1 Équipement de visualisation sur chariot 2 Pupitre de conférencier et support assis-debout 3 Tribune et tables de conférence dotées de voiles de fond

2840

Les auditoriums à vocation interactive sont calqués sur les principes des théâtres antiques. Ces derniers étaient conçus et construits avec un art consommé de l’architecture et du choix des matériaux. Ils offraient déjà – sans aucune amplification – la possibilité de suivre le dialogue des acteurs jusqu’aux derniers rangs. Les technologies modernes de sonorisation et les équipements multimédia nous ont permis de nous affranchir des contraintes formelles qui régissaient les théâtres antiques. À noter : souvent, lorsque l’auditorium est doté d’une façade vitrée, il fait saillie vers l’extérieur.

La polyvalence des auditoriums s’étend aux aménagements de type ‘parlementaire’ – pour peu qu’ils incluent un système d’éclairage étudié, un podium modulaire, des équipements multimédia et, dans l’exemple présenté ici, un écran de projection convexe. De l’exposé jusqu’à la pièce de théâtre en passant par le concert, toutes les utilisations seront possibles, pour autant que l’acoustique soit à la hauteur. Si un cloisonnement permet d’isoler l’auditorium et les installations connexes du reste de l’entreprise, la location à des organismes extérieurs permettra de rentabiliser d’autant mieux l’espace disponible.

Au sein d’un tel espace, la qualité des sièges est particulièrement décisive. Lorsque les participants sont durablement occupés à trouver une position confortable, ils risquent de peiner à se concentrer sur les contenus de la manifestation. Si l’on souhaite pouvoir former des ‘blocs‘ de type parlementaire, la reconfiguration des sièges sera facilitée par un piètement à croisillon, au lieu d’une structure pivotante fixée au sol. Cette remarque vaut également pour les tables, que l’on choisira modulaires.

169

Auditorium doté de sièges fixes et de tables modulaires

Amphithéâtre doté de tables pour 70 participants et d’une tribune pour les exposés, cours et projections.La régie située en fond de salle comprend l’équipement de projection, la sonorisation et la gestion des fonctions domotiques, sans oublier des cabines de traduction.

4 Une configuration orthogonale est parfaitement appropriée lorsque l’auditorium n’est utilisé que pour des exposés, des présentations ou des spectacles. L’absence de lumière du jour sera alors sans conséquence. Sièges et tables seront disposées en gradins, eux-mêmes équipés pour le raccordement du matériel informatique : l’ordinateur portable accompagne aujourd’hui tant le participant à un congrès que l’étudiant.

1

4 2

3 170

Auditorium et assemblée

Echelle 1:200 / Dimensions en cm Surface de la pièce : 335 m²

2120 1580

170

1 Tables modulaires disposées en ligne, plateaux sur mesure 2 Sièges pivotants fixés au sol mais réglables

110 60 45

en profondeur sur le principe des sièges 170

automobiles 3 Tribune dotée de tables modulaires identiques à celles utilisées par les participants 4 Pupitre de conférencier et support assis-debout

Dans les amphithéâtres, ce n’est généralement

l’intervenant, ces fichiers pourront être télé-

pas le dialogue qui domine, mais l’intervention d’un enseignant ou d’un conférencier et la présentation multimédia – le cas échéant – qui l’accompagne. La disposition des sièges en ligne au sein d’un espace orthogonal est par conséquent tout à fait appropriée ; de plus, elle utilise de façon très rationnelle l’espace disponible. La lumière du jour est ici superflue, voire gênante dans le cas de projections. Un amphithéâtre pourra donc être aménagé à l’intérieur du bâtiment dans un local aveugle.

chargés par les étudiants – ce qui est bien plus pratique et plus économique que de distribuer les classiques ‘polycopiés’.

Compte tenu de l’essor des NTIC, la conception d’un amphithéâtre doit intégrer aujourd’hui un réseau dense de connexions courants forts/ courants faibles intégrées au plancher. Il permettra de doter, immédiatement ou ultérieurement, l’espace des équipements donnant accès aux ressources de la communication multimédia et des systèmes informatiques. Si, par exemple, des boîtiers de connexion intégrés aux tables permettent d’accéder directement aux fichiers de

système de visioconférence et à l’ensemble des technologies multimédia.

De plus en plus d’universités et d’organismes d’éducation mettent ainsi à disposition de leurs étudiants un campus virtuel, qui vient compléter les cours dispensés sur un mode classique. Dans un même temps, le principe des participants virtuels se développe. Aussi devrait-il aller de soi qu’un amphithéâtre soit aujourd’hui intégralement équipé de points d’accès à l’internet, à un

Des sièges fixes mais réglables en profondeur comme des sièges automobiles et dotés d’un système d’assise dynamique contribueront au bien-être des participants – en particulier lors de séquences longues. Ils en seront d’autant plus alertes et attentifs.

171

Un ressort de rappel assure le retour

Auditorium et assemblée : les sièges

automatique et l’alignement des sièges, contribuant ainsi à donner une impression d’ensemble bien ordonnée. 0°

73

A

35–50

Sièges pivotants

Selon les cas, la structure sera dotée

Lorsque l’amphithéâtre ou l’auditorium

d’un croisillon monté sur patins ou

ont une dimension statutaire, des fau-

d’une structure pivotante fixée directe-

teuils ou des chaises pivotants dotés

ment au sol. Il est cependant nécessaire

d’un système d’assise dynamique

que le siège puisse coulisser vers

s’imposent. La variation synchrone de

l’arrière pour faciliter l’accès – et per-

l’angle d’assise et de dossier facilitera

mettre le réglage individuel de la dis-

les changements de posture, apportant

tance entre le participant et la table. Un

ainsi une contribution essentielle à

ressort de rappel installé dans le pivot

l’ergonomie du siège. Il est important,

assurera le retour automatique des

dans ce contexte, que la force de rappel

sièges inutilisés et leur alignement sur

du dossier puisse être réglée en fonc-

le chant du plateau. Ce dispositif doit

tion du poids et de la morphologie de

pouvoir être intégré également aux

chaque utilisateur. Selon l’importance

modèles à croisillon doté de patins.

de la composante statutaire, on choisira

La présence d’un réglage en hauteur

des modèles standard ou des sièges

de l’assise est en revanche une question

dotés d’une assise particulièrement

d’appréciation. Elle améliore certes

large. Dans un amphithéâtre ou un

l’ergonomie, mais c’est au détriment de

centre de formation, une largeur de

l’esthétique, les différences de hauteur

60 à 64 cm est tout à fait adéquate ;

d’un dossier à l’autre pouvant perturber

dans un contexte plus statutaire, une

l’harmonie de l’ensemble.

largeur de 67 cm est un minimum.

172

Auditorium et assemblée

67

67

92

95

42

45

63

61

59

92–102

91–102

42–52

42–53

63

68

65 91–102 42–53

64

61

Matières et finitions

épousent de façon optimale la morpho-

Dans un contexte statutaire, on choisira

logie de l’utilisateur et la ventilation est

des tissus luxueux ou un revêtement

excellente. De plus, dans l’implantation

cuir et un habillage intégral du siège

dense d’un auditorium, la transparence

sur les deux faces ; outre un aspect plus

du dossier crée un effet de légèreté très

cossu, il confèrera au siège de meil-

bienvenu. L’alternative entre ces deux

leures qualités d’absorption acoustique.

variantes est aussi une question de style

Un coussinage ferme mais bien ventilé

– statutaire et traditionnelle d’un côté,

assurera un confort adéquat. Un cadre

moderne et dynamique de l’autre.

de dossier tendu est ici une alternative séduisante, notamment si l’on choisit

La structure et les parties apparentes

une résille semi-transparente. De tels

de la mécanique gagneront à être

sièges ont les mêmes performances

chromées ou polies pour une longévité

acoustiques que des sièges dotés d’un

maximum. Elles peuvent également

habillage intégral, mais les dossiers

être laquées au four pour s’harmoniser plus directement avec le concept d’aménagement – mais c’est au prix d’une sensibilité aux rayures bien plus prononcée.

Illustration : Sièges pivotants de la gamme Modus

173

L’intégration des tables et des technologies multimédia

45–60

73

150–180

Tables modulaires

types une grande variété de formes et

En matière d’intégration des con-

Même en cas d’utilisation d’un ordina-

Leur principe présente un avantage

de formats de plateaux. Si la concep-

nexions courants forts/courants faibles,

teur portable, la profondeur du plateau

important : l’utilisation d’éléments de

tion d’une telle gamme allie à des pla-

l’alternative principale oppose des

n’excédera pas 60 cm a priori, les pieds

structure standard permet de combiner

teaux dotés de platines de fixation inté-

boîtiers pivotants d’une part et des

situés en face avant pouvant être fixés

une finition haut de gamme et un prix

grées un système de pieds séparés, il

trappes de l’autre, ces dernières don-

en retrait. Les quatre pieds seront par

compétitif. De plus, un aménagement

suffira de mettre en œuvre des plateaux nent accès à un chemin de câbles fixé

ailleurs de section rectangulaire ou

modulaire pourra être complété ulté-

suffisamment rigides pour réaliser des

sous le plateau et doté des connecteurs

carrée en fonction de la forme des pla-

rieurement à moindre coût. Il permettra

segments de plateaux de formes très

appropriés. Basculantes à 180°, les

teaux et du concept d’aménagement.

de remplacer également un plateau ou

libres – notamment dans le contexte

trappes permettront de placer à l’abri

Compte tenu de la configuration en

de changer la géométrie des composi-

d’un hémicycle. L’absence de structures

des regards les chargeurs, alimentations

gradins, des voiles de fond s’imposent

tions de façon relativement souple en

rapportées maximisera l’espace aux

et excédents de câblage qui, laissés

en façade ; ils sont recommandables en

fonction d’utilisations très diverses. Les

jambes et facilitera l’intégration des

visibles sur les plateaux, seraient fort

bout de rangée.

gammes de tables les mieux appro-

boîtiers de connexion courants forts/

disgracieux. De plus, la finition de ces

priées, dans cette perspective, associe-

courants faibles. De plus, les pieds

trappes peut être assortie à celle des

ront à un petit nombre de structures

étant situés en périphérie du plateau,

plateaux. Si ces derniers sont équipés

ils pourront recevoir directement les

d’un système de connexion en série,

pièces de liaison destinées à solidariser

le nombre de boîtiers de connexion

les tables.

au sol s’en trouvera réduit d’autant – au même titre que la complexité du câblage.

174

45–60

Auditorium et assemblée

Dans des contextes de type auditorium,

Pour tirer tout le profit d’un tel prin-

les tables modulaires les plus adaptées

cipe, il importe de mettre en œuvre des

conjuguent des plateaux fabriqués sur

plateaux suffisamment rigides pour se

mesure avec des structures offrant un

passer de toute structure rapportée.

maximum de liberté.

À noter : pour assurer une parfaite

Lorsqu’il est prévu d’intégrer des con-

Les chemins de câbles seront dotés

nexions courants forts/courants faibles,

à leurs extrémités de faisceaux per-

la meilleure solution est d’équiper

mettant de relier les plateaux entre eux.

les plateaux de chemins de câbles

Il sera alors possible de former des

basculants en profilé aluminium. Ils

rangées de tables dotées de connexions

intègreront les connecteurs destinés

sérielles pouvant accueillir jusqu’à

à la sonorisation, au raccordement

40 participants sans aucune perte de

d’un ordinateur portable et à l’accès

qualité des signaux.

aux divers réseaux informatiques. Afin de protéger les câbles et d’éviter aux participants de trébucher, l’idéal

planéité de l’ensemble, des vérins de Ici, le plateau de forme entièrement

compensation seront intégrés aux pieds

libre reçoit une platine à baïonnette

de table.

est d’intégrer le câblage à l’un des pieds de la table – pour autant que la section des pieds le permette.

intégrée aux pieds ; elle permet de les solidariser au plateau sans contrainte

Sur le plan esthétique, la versatilité

de positionnement. Ils se verrouillent et

sera d’autant plus grande que la platine

se déverrouillent d’un seul geste par

peut être montée sur diverses formes

rotation de la platine.

de pieds. Dans un auditorium en gra-

Pour plus de précisions sur l’intégration des équipements multimédia, voir également en page 192.

dins, les voiles de fond – suspendus ici au chant antérieur du plateau – sont une nécessité.

Matières et finitions

Les pieds de tables seront réalisés en

Les plateaux seront réalisés en latté-

tubes de section ronde ou en profilés

collé, particulièrement rigide, et dotés

rectangulaires ou carrés. Les matériaux

de chants en bois massif. Ces derniers,

à privilégier sont ici l’acier ou l’alumi-

assortis aux plateaux, allient esthétique

nium. Des vérins de compensation inté-

et robustesse. Selon l’usage prévu, on

grés assureront la planéité des plateaux.

optera pour une finition de plateau de

La finition du piètement sera assortie à

type stratifié ou ébénisterie. Le linoléum

celle des chaises. Une finition chromée

constitue également une alternative

brillant n’est cependant pas à recom-

séduisante ; dans ce dernier cas, les

mander dans le cas de pieds de section

chants ne seront pas masqués mais

rectangulaire ou carrée, car elle peut

rapportés.

générer des reflets inopportuns. Il est donc préférable d’opter pour une finition anodisée ou laquée.

175

Principes d’aménagement et supports audiovisuels 4 Quelle que soit la destination des espaces de conférence et de communication, les paramètres fondamentaux qui les caractérisent – nombre de participants, disposition des sièges et des tables, contraintes réglementaires etc. – régissent de façon très directe le concept d’aménagement. C’est particulièrement vrai sur le plan des supports audiovisuels et multimédia : ils doivent être pris en compte dès le stade de la conception, afin d’intégrer au mieux à l’aménagement de l’espace les connexions, les emplacements des éléments de mobilier, les surfaces annexes et les régies afférentes.

176

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

La dimension visuelle du message …

If you can’t talk about, point on it. Laurie Anderson

La parole exprime la pensée. Par là même, elle est le fondement de toute communication. De la parole naît ensuite le dialogue et ses phases de diffusion, d’interprétation et souvent de remise en cause. Pour citer très librement le poète allemand Heinrich von Kleist, « C’est en s’exprimant que l’on concrétise la pensée. Mais c’est aussi en écoutant ». Pour qu’une interaction puisse avoir lieu, une forme de convergence est nécessaire, basée sur un savoir partagé, des rapports sociaux, un contexte méthodologique. Le nombre de participants, l’acoustique et la disposition des participants dans l’espace ne sont pas des paramètres moins déterminants que les modes de communication proprement dits. N’oublions pas, enfin, le talent réthorique des ‘communicants’, fondé sur les interactions subtiles entre gestuelle, intonation et modulation, syntaxe et vocabulaire. Aussi le langage est-il un véhicule dynamique qui sollicite autant l’émetteur que le récepteur. Certes, des faits et des données étayent le plus souvent le discours, mais ils ne déterminent pas la mise en scène. Or l’impact du langage est affaire d’expression : plus celle-ci est imagée et prégnante, plus mémorable sera le message. Tant il est vrai que jusqu’à l’invention de l’écriture, les conteurs ont su transmettre traditions et savoirs par la seule capacité d’évocation de la parole.

177

Du langage à l’image

La communication multimédia plurisensorielle

Lorsque le langage ne suffit pas, on lui adjoint d’autres formes de communication. Selon l’expression, « on joint le geste à la parole » : on recourt à des schémas, des images et des objets capables de véhiculer des contenus univoques – pour compléter et préciser une approche strictement verbale. Chacun d’entre nous connaît le pouvoir d’évocation des images. Elles permettent de comprendre et d’appréhender, elles précisent

Le langage s’accompagne d‘informations visuelles et sonores, mais s’inscrit aussi dans le vécu, dans l’interaction et dans l’échange ludique. Dans une telle acception, c’est au contenu informatif et à la méthodologie de conditionner la nature des véhicules annexes de la communication. Or souvent, c’est l’équipement technique de l’espace de réunion et de communication qui impose des choix par défaut. Cela vaut bien entendu aussi pour la forme – qu’il s’agisse de présentations PowerPoint aussi

des descriptions, des analyses ou des concepts et elles clarifient l’évocation d’objets et de pensées. Sur un plan didactique, les supports visuels sont d’autant plus utiles que le sujet abordé est

interminables qu’insipides ou de monologues soporifiques, pour ne citer que deux exemples. Mais c’est toujours la substance qui est décisive : quelque brillant que soit l’usage des possibilités

plus abstrait et théorique. C’est dans un tel contexte que les images, les croquis, les statistiques, la modélisation – pour ne citer que quelques-unes des possibilités – prennent tout leur sens, en exerçant un rôle décisif sur la compréhension et l’assimilation cognitive.

multimédia, elles ne sauraient masquer longtemps l’indigence éventuelle des contenus.

Une étude statistique réalisée par l’institut Harper’s Index a fait ressortir que l’individu se souvient à 90 % de ce qu’il a fait, à 70 % de ce qu’il a dit, et à 20 % de ce qu’il n’a qu’entendu ! La différenciation individuelle va au-delà de ces chiffres : ce que l’un assimilera plus facilement visuellement, l’autre préfèrera le lire et le troisième le noter. La transmission de savoir est en fait multimodale. Il importe d’en tenir compte et d’adopter des principes didactiques adaptés à cette réalité. Mais il faut se garder de tout exagération : la saturation visuelle qui caractérise notre époque peut s’avérer abrutissante, tandis qu’une approche en soi très minimaliste pourra, à l’inverse, se révéler particulièrement stimulante et évocatrice.

178

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

Lorsque les intervenants se concentrent sur la technique, et que la méthodologie ou les contraintes du support imposent une chronologie invariablement linéaire des contenus, les technologies modernes peuvent du reste s’avérer moins conviviales que le rétroprojecteur : pour daté qu’il soit, il permettait d’intervenir en temps réel – en ajoutant ou supprimant des transparents, voire en les dotant séance tenante d’annotations manuscrites.

Critères de choix

Perspectives : la fusion entre technologies et supports dans un contexte de communication et de coopération

En fait, il n’y a pas de solution multimédia universelle. Il importe bien au contraire de faire des choix différenciés en fonction du type de communication, des contenus, de la configuration de l’espace, du nombre de participants et de la disponibilité des équipements. Un paperboard peut s’avérer particulièrement adapté lorsque le cercle de participants est restreint ; des tableaux d’affichage sont faciles à combiner pour élargir à volonté la surface disponible dans un contexte d’atelier et reconfigurer à tout

Dans le domaine de l’automobile, les systèmes électroniques à activation automatique se sont déjà multipliés au point d’aller de soi. Ils optimisent les paramètres de fonctionnement et interviennent d’eux-mêmes lorsqu’il le faut – il suffit de penser à l’ABS. Dans le domaine de l’architecture et de la construction, une démarche similaire sous-tend la domotique. Elle permet déjà de piloter de nombreux paramètres – de la température ambiante

moment les supports d’information. De la même façon, le principe du jeu et de l’exercice est indissociable des séances de formation, tandis que les supports multimédia numériques sont d’autant plus

jusqu’à la gestion de la lumière ; de la même façon, il sera bientôt possible de piloter les supports média. Les centrales de commandes à écrans tactiles sont déjà réalité ; il importe à présent de s’orienter

importants que les participants sont nombreux ou que la nature de l’échange exige un accès aussi libre que possible aux informations en réseau et en ligne. La seule constante est de privilégier toujours le contenu par rapport au support.

vers un pilotage interactif et partagé.

Pour véhiculer l’information de façon aussi efficace que possible, les équipements techniques se doivent d’être intégrés de façon discrète, de disposer d’une interface très intuitive, et de permettre d’interagir avec les contenus pour créer une dynamique spécifique entre l’intervenant et son public. Par ailleurs, les contextes virtuels seront d’autant plus efficaces qu’ils se rapprocheront d’une situation conventionnelle. C’est particulièrement vrai de la visioconférence : elle fonctionnera d’autant mieux qu’on saura recréer les conditions d’une réunion classique. Pour peu que l’on observe ces règles, la possibilité de recourir à ce dernier type de communication s’avèrera pertinente à la fois sur le plan économique et écologique – en diminuant notamment la nécessité d’effectuer des déplacements professionnels.

Des systèmes offrant à chaque participant la possibilité de ‘prendre la main’ pour afficher sur un écran partagé les données de son ordinateur personnel existent déjà. Il en va de même de tables de conférence équipées de dalles numériques et d’écrans muraux intégrant un interface tactile. D’ici peu, on disposera de ‘papier numérique’ et de panneaux d’information qui sauront sans doute reconnaître le profil de celui qui les consulte pour lui transmettre des informations personnalisées. Les concepts de ‘l’invisible computing’ et de ‘l’ubiquitous computing’ ouvrent la voie à des technologies entièrement intégrées et fonctionnant en arrière-plan – comme à la possibilité d’accéder n’importe où aux informations ou contenus numériques. Mais il convient de garder toujours un impératif à l’esprit : c’est à la technologie de se mettre au service de l’individu et non l’inverse. Car la qualité de l’interaction entre participants, la dynamique de groupe, la spontanéité, l’échange, le brainstorming et la mise en place de relations de confiance restent les paramètres essentiels d’une interaction plurisensorielle entre individus.

179

En un coup d’œil : les tables

La table est la plaque tournante de la

plus efficace que la table est petite ; de la

communication et de l’échange. Sa taille,

même façon, une table ronde permettra

sa forme et sa structure déterminent sa

d’optimiser les interactions d’égal à égal

versatilité, sa fonction hiérarchisante et la

et d’accueillir un nombre très variable de

qualité des interactions entre participants.

participants. À l’inverse, une table rectan-

Il va de soi que l’interaction est d’autant

gulaire sera d’autant plus hiérarchisante

Modules en largeur : minimum 75 cm par participant = modules de 75, 150, 225 cm ou 90, 180, 240 cm Profondeurs de plateau : minimum 60 cm pour une utilisation sur une face (type formation), 75 cm dans un contexte de conférence ; 90 cm dans un contexte de conférence avec équipements multimédia intégrés aux plateaux ; en utilisation sur les deux faces, profondeur minimum 105 cm, 120 cm avec équipements multimédia intégrés.

Nombre de participants

4–10

10–20

8–16

Degré d’interaction

Tables rondes : très élevé, communication

D’autant plus élevé que les configurations

Très élevé, décroissant

entre égaux, contact visuel, plateau en

seront compactes. Le plateau d’un seul

à partir de 16 participants

tonneau, en étrave, ovale, en ellipse : élevé,

tenant rapproche les participants au propre

facilite les changements de position.

comme au figuré. Efficacité décroissante à partir de 12 participants.

Variabilité du nombre de participants

Élevée ; en liaison avec des structures de

Moyenne ; sur des côtés galbés et en bout

Élevée ; des structures de table en retrait

table en retrait, il est possible d’augmenter

de table, possibilité de varier le nombre de

permettent de varier le nombre de sièges

ou de diminuer le nombre des sièges dans

sièges dans des proportions de +/- 25 %.

dans un proportion de +/- 30 à 50 %.

une proportion de 30 à 50 %.

Destination de l’espace / équipements

Constante pour des tables classiques,

Constante, statique ; des accès multiples

Constante, statique ; des accès multiples

média

élevée pour des tables pliantes mobiles.

au réseau courants forts/courants faibles

au réseau courants forts/courants faibles

Des connexions courants forts/courants

s’avèrent ici judicieux.

s’avèrent ici judicieux.

faibles s’imposent.

180

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

qu’elle sera allongée. Des structures posi-

À noter : des plateaux (modulaires ou non)

tionnées en retrait optimiseront l’espace

d’un seul tenant renforcent la composante

aux jambes et la possibilité de varier le

de cohésion ; à l’inverse, des configura-

nombre de participants, tandis que des

tions en anneau soulignent la dimension

piètements montés aux quatre coins du

hiérarchique et créent une certaine dis-

plateau faciliteront la solidarisation des

tance entre participants.

E

E

E

E

tables et la souplesse des configurations possibles. E

E

E

E

E

E

E

E E

16–24

4–8

6–22

7–18

Élevé ou moyen selon la courbure ;

Élevé, communication entre égaux

Élevé à moyen autour d’un plateau de

Élevé grâce à un bon contact visuel et

au-delà de 16 participants, efficacité

table partagé, mais diminue en proportion

à l’absence de connotations hiérarchiques ;

décroissante.

de l’augmentation du nombre de participants

dans une configuration en fer à cheval,

et de l’allongement du plateau. Positions

orientation possible vers un écran.

à connotation hiérarchique aux extrémités du plateau et en son milieu.

Faible à moyenne selon la courbure ;

Faible à très faible

sur des cotés galbés ou en bout de table,

Très faible à faible (pour des plateaux d’un

Très faible à faible, les coins cassés

seul tenant à petit côté rayonné)

donnent une certaine flexibilité.

possibilité de faire varier le nombre de participants de +/- 20 %.

Constante, statique.

Variable par juxtaposition en rangées.

Constante pour des tables statiques.

Constante pour les tables statiques.

Il importe de disposer de connexions

Les deux tables rectangulaires assurent une

Segmentable ad hoc pour des tables

Pour les tables modulaires, segmentation

courants forts/courants faibles délocalisées.

grande souplesse. En option, une à deux

modulaires ; il est utile de disposer de

et configurations sont variables ;

Système de sonorisation préconisé à partir

connexions courants forts/courants faibles.

connexions courants forts/courants faibles.

il est utile de disposer de connexions courants

de 20 participants, impératif au-delà d’une

forts/courants faibles.

distance de 12 m entre participants.

181

En un coup d’œil : les sièges

Sièges à piètement luge

Sièges à quatre pieds

Chaises à piètement traîneau Fauteuils à piètement traîneau

L’imbrication de plus en plus forte entre le travail individuel et le travail en groupe – par exemple dans une logique de projet – engendre le recours de plus en plus fréquent à des sièges de travail pivotants, même dans un contexte de réunion et de conférence. Cette standardisation et la mobilité qui l’accompagne simplifient le facility management, mais visuellement, les possibilités de réglage du dossier et des accoudoirs nuisent à l’harmonie de l’ensemble – et l’impossibilité d’empiler les sièges exige de disposer de débarras plus importants. Le choix du siège le plus approprié se fera sur plusieurs critères – esthétique, facility management, destination, durée moyenne d’utilisation et mobilité des participants.

Durée maximum d’utilisation

Selon le coussinage jusqu’à 90 minutes

Selon le coussinage jusqu’à 75 minutes

Selon le coussinage 60 à 75 minutes

La structure de type cantilever en tube

Structure statique, dossier s’adaptant à la

Structure élastique en fil d’acier de faible section.

d’acier assure une certaine élasticité. Dans

morphologie de l’utilisateur lorsqu’il est

Lorsque les cadres d’assise et de dossier sont

des versions généreusement dimensionnées,

tendu de résille et/ou semi-rigide. En combi-

tendus de résille et les accoudoirs orientés vers

les changements de posture sont faciles.

naison avec des accoudoirs en débord

l’extérieur, changement de posture facile et

vers l’extérieur, il est possible de changer

possibilité de s’asseoir en travers.

ininterrompue Mobilité des participants

de posture, voire de s’asseoir en travers.

Contexte d’utilisation

Espaces de conférence et de réunion,

Espaces de conférence et de réunion ;

Espaces polyvalents et contextes de type séance

espaces de formation, de séminaire et

espaces de séminaire et de présentation

plénière/assemblée, cafétéria, sièges à piètement traîneau dans des espaces de réception et d’accueil

de présentation

Destination de l’espace

182

Position et nombre de participants constante ;

Position et nombre de participants constante ;

Fauteuils : position et nombre de participants

dans le cas de modèles empilables, le nombre

pour les modèles empilables, possibilité de

constants ; modèles empilables : très grande

de participants et la position sont variables ;

varier le nombre de participants.

souplesse. Nombre de participants et position

en option : tablettes écritoires et pièces de

variables ; en option, pièces de liaison et système

liaison.

de numérotation.

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

Chaises pivotantes

Fauteuils pivotants

Chaises pivotantes

Fauteuils pivotants

sans assise dynamique

sans assise dynamique

avec assise dynamique

avec assise dynamique

Selon structure et coussinage de l’assise

Jusqu’à 90 minutes selon le coussinage

Jusqu’à 120 minutes selon le coussinage

Jusqu’à 120 minutes selon le coussinage

En liaison avec des coques semi-rigides ou

En liaison avec des dossiers tendus de résille

Adaptation dynamique de l’angle

Adaptation dynamique de l’angle

des systèmes de résille tendue, changements

et/ou semi-rigides, ajustement automatique

d’inclinaison en fonction de la posture de

d’inclinaison en fonction de la posture de

de posture faciles et ajustement automatique

de l’assise et du dossier à la morphologie de

l’utilisateur ; les structures semi-rigides

l’utilisateur ; les structures semi-rigides

de l’assise et du dossier à la morphologie

l’utilisateur. Pour les modèles généreusement

ou tendues de résille se conforment aux

ou tendues de résille se conforment aux

de l’utilisateur. En liaison avec des accoudoirs

dimensionnés, possibilité de varier largement

variantes de morphologie. Des accoudoirs

variantes de morphologie. Des accoudoirs

orientés vers l’extérieur, possibilité de

les postures et de s’asseoir en travers.

orientés vers l’extérieur permettent de

orientés vers l’extérieur permettent de

varier les postures et de s’asseoir en travers.

varier les postures et de s’asseoir en travers.

Espaces de conférence et de réunion,

Espaces de conférence et de réunion ;

poste de travail, poste de conseil

poste de travail

et de dossier, 75 à 90 minutes

s’asseoir en travers.

Espaces de conférence et de réunion ;

Espaces de conférence et de réunion

espaces de vente et de conseil

Constante, position et nombre de partici-

Constante sur le plan de la position

Selon gammes et modèles, constante

Selon le modèle et la gamme de tables,

pants fixe pour les structures sur patins,

et du nombre de participants.

ou variables, nombre de participants variable

constante ou variable ; nombre de

positions variables pour les structures sur

participants constante et position variable.

roulettes orientables.

183

Distances minimales entre les chants des tables et l’agencement / le mobilier fixe

150

120

150

120

150

Illustrations à l’échelle 1:100

En cas de chaises ou de fauteuils à piètement fixe, il faut respecter une distance minimale de 150 cm entre les chants des tables et les murs ou les volumes de rangement. Cela assurera la liberté de mouvement nécessaire. Lorsque les sièges sont pivotants, 120 cm suffisent. Il faut cependant éviter que les ouvertures de portes empiètent sur l’emprise au sol des sièges.

184

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

120

150

45

120

Distances minimales entre rangées de tables / de chaises

Lorsque les tables sont solidarises en rangées, par exemple dans une salle de formation, il faut ménager un espace de 45 cm au minimum entre le dossier d’une chaise en position d’utilisation et le chant de la table de la rangée précédente.

50

100

100

45

Lorsque l’espace est destiné à accueillir des séances plénières ou des assemblées, mais que l’agencement des sièges n’est pas fixe, il faut prévoir – en fonction des réglementations locales – un ancrage au sol antipanique des rangées de sièges. C’est notamment le cas en Allemagne à partir de 200 sièges. Un décalage entre les rangées améliorera le champ de vision des participants. Lorsque les sièges sont en petit nombre, une solidarisation en rangée est suffisante. La numérotation des sièges peut s’avérer judicieuse, surtout s’ils sont attribués nominativement ou s’il est nécessaire de procéder à un comptage rapide des participants (par exemple en fonction de la réglementation incendie). Le passage ménagé entre les rangées ne devra pas être inférieur à 45 cm, la largeur minimale à prévoir par siège est de 50 cm.

185

480

470

530

150

460 150

590

1180 150

640

600 150

200 200

210 150

150

150 150

150

170 150

180

150 1180

1

2

3

600 150

4

210 890

850

150 150

150

150

5

150

Illustrations à l’échelle 1:200 170

1 Salle de réunion pour 8 participants,

200

4 Espace conférence pour

7 Espace polyvalent pour conférence

table ronde,

18 personnes, table en fer à cheval,

et séminaire, équipement multi-

25 m² = 3,1 m²/participant

75 cm de plateau par participant,

média et cloisonnement intégrés,

75 m² = 4,7 m²/participant

capacité maximum 34 participants,

2 Salle de réunion pour 8 participants, table rectangulaire, 27 m² = 3,4 m²/participant 3 Espace de réunion pour

tables individuelles mobiles 5 Espace conférence segmentable,

ou tables modulables, espace

écrans et débarras intégrés,

disponible par participant : 75 cm,

capacité maximale 22 participants,

105 m² = 3,0 m²/participant

espace disponible par

10 participants, tables individuelles

participant : 90 cm,

modulables,

70 m² = 3,2 m²/participant

29 m² = 2,9 m²/participant

8 Atelier pour conférences, formations, séminaires et travail en groupe avec animateur,

6 Espace conférence, table elliptique

capacité 12 participants dans une

fixe pour 32 participants, espace

configuration interactive,

disponible par participant : 90 cm,

30 participants dans une configura-

158 m² = 4,9 m²/participant

tion magistrale ou de présentation, 105 m² = 8 ou 3,5 m²/participant respectivement

186

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

150

1640

6 960

180

180

220

220

1450

7 720

E E

E

E

E

E

E

E

160

150

200

Dans un espace de conférence et de formation, les critères de choix en matière de tables sont la configuration de l’espace, le nombre de participants, les formes et les types de communication et la fréquence d’utilisation. En fonction de la vocation prépondérante de l’espace, le degré d’interaction, l’usage commun de l’espace disponible, la hiérarchisation ou non des participants, les contraintes directionnelles et la polyvalence de l’espace constitueront des critères annexes plus ou moins importants. Plus la table sera de dimension ronde ou carrée, plus les participants partageront un statut identique ; en revanche, une table en longueur soulignera le statut des intervenants placés en milieu ou en bout de table au détriment des possibilités d’interaction.

290

1450 720

130

E E E

E

E

E

E 150

180

Dimensionnement de l’espace

170

150

300

1400

En règle générale, on compte un espace de 2,5 m² par participant – mesuré sur l’intégralité de la surface disponible, y compris les circulations, et surfaces annexes. Les exemples présentées ici proposent des implantations classiques, les surfaces qui leur correspondent et l’espace à respecter entre les différents éléments de mobilier et le périmètre de la pièce. À noter : l’emprise au sol des équipements et surfaces annexes est prise en compte dans la surface allouée à chaque participant.

8 750

130

170

170

190

187

Principes de mise en œuvre

En fonction de la taille de l’espace, de sa con-

directement la taille de l’écran ; pour optimiser

Critères d’aménagement pertinents

figuration et de la complexité des équipements techniques, l’aménagement multimédia se fera en interne ou avec le concours d’un spécialiste externe. Les supports de type ‘analogique‘ sont peu complexes et faciles à mettre en œuvre : tableau d’affichage, tableau blanc et paperboard ne nécessitent guère plus qu’un espace au sol ou au mur. Ces remarques valent également pour les systèmes de projection traditionnels – diapositives ou rétroprojection. Il suffit en général de dimensionner correctement l’écran,

la hauteur sous plafond, il peut être préférable d’opter pour une dalle prééquipée plutôt que pour un plancher creux. Pour trouver la solution optimale, la meilleure approche est de procéder à diverses simulations des conditions d’utilisation. À noter également : lorsque l’aménagement prévoit l’installation ou l’intégration aux murs de systèmes numériques exigeant des connexions courants forts/courants faibles, celles-ci doivent bien entendu être intégrées aux parois dès le stade du second œuvre.

Les recommandations qui suivent ne

de disposer de stores occultants, de dessertes ou de supports fixes et de connexions judicieusement placées.

Dans tous les cas, des boîtiers de connexion en périphérie ne sont pas judicieux : le risque de trébucher est toujours important, et la réglementation interdit même selon les cas ce type d’implantation. De façon similaire, une inté-

Cependant, de plus en plus, les systèmes de visualisation classiques sont remplacés par des équipements numériques. C’est pourquoi, dès aujourd’hui, il est indispensable de configurer les espaces de conférence et de réunion en fonction des impératifs techniques de tels matériels. Il est notamment très judicieux de prévoir des systèmes de connexion au sol – même si cela représente un investissement initial non négligeable et une certaine réduction de la hauteur sous plafond. À noter : cette dernière n’est pas neutre, puisqu’elle conditionne

188

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

gration au plafond des connexions est particulièrement inesthétique et restreint de façon très négative le champ visuel des participants. À noter : lorsque les systèmes de visualisation numériques sont prévus pour être utilisés en réseau, il importe d’impliquer dès le stade de la conception le département informatique de l’entreprise.

sauraient remplacer le savoir-faire et la compétence des spécialistes des domaines concernés. Elles sont à considérer comme une introduction aux thématiques respectives – afin de donner au lecteur une vision globale des impératifs à prendre en compte.

Acoustique

Sonorisation

Gestion de la lumière

Rapport entre la surface de l’écran

Le bruit est devenu l’un des facteurs

Au-delà de 12 m, il est nécessaire

La lumière, en particulier la lumière du

et la taille de l’espace

les plus perturbants dans les environne-

de prévoir une sonorisation capable

jour, est un facteur de vitalité essentiel

On néglige souvent ce paramètre

ments de travail. Cette situation est due

d’amplifier la voix de l’orateur et les

et exerce une influence directe sur

– alors qu’il est essentiel de tenir compte

aux effets conjugués d’une acoustique

sources sonores multimédia. La

notre biorythme. Mais elle perturbe très

de la distance maximale entre les parti-

médiocre et de nombreux bruits para-

sonorisation ne peut cependant pas

fortement tous les systèmes de projec-

cipants et l’écran afin d’assurer une

sites – du ventilateur d’un équipement

compenser ou masquer une acoustique

tion. Pour cette raison, ni les théâtres ni

bonne lisibilité et une qualité suffisante

technique jusqu’à l’appel téléphonique

défectueuse – elle ne fera en fait que

les cinémas ne sont dotés de fenêtres ;

de l’image projetée. La distance mini-

effectué par un collègue. Le paramètre

l’accentuer. Il faut non seulement

c’est souvent également le cas des

male correspond à 1,5 x la largeur de

acoustique est encore plus décisif dans

prévoir une interface conviviale, mais

amphithéâtres. Cependant, dans

l’écran, la distance maximale à 5 x fois

un environnement de conférence et de

également un système techniquement

les espaces de conférence et de com-

cette même largeur ; dans le cas de

communication : ce qui n’est qu’une

approprié, pour éviter notamment les

munication, l’obscurité et l’utilisation

films, on peut aller jusqu’au facteur 6.

perturbation – certes désagréable –

interférences de type larsen. Dans ce

exclusive de la lumière artificielle créent

Le bord inférieur de l’image devra

dans une situation de travail, remet ici

domaine, les micros-cravate compli-

une fatigue qui perturbe très vite la

se situer à 120 cm au minimum du

en cause le fonctionnement même de

quent souvent les choses. En général,

qualité des échanges. C’est donc à des

sol – soit à hauteur du regard des

l’espace, tant il devient essentiel de

les problèmes résultent d’une concep-

systèmes occultants qu’il incombera

participants assis – pour ne pas occulter

pouvoir se faire entendre et com-

tion mal pensée, du choix de haut-

de créer de bonnes conditions de pro-

l’image en partie basse. C’est pourquoi,

prendre sans effort.

parleurs inadaptés, mais également

jection en fonction de la présence de

dans le cas d’espaces de forme allongée,

d’une mauvaise utilisation. Dans les

fenêtres, de la puissance et du type

c’est moins la largeur de l’écran que

Les qualités acoustiques d’un espace

espaces conférence de dimension petite

des projecteurs et de la taille de l’écran.

sa hauteur qui pose problème.

sont la résultante d’interactions

ou moyenne, des amplificateurs et des

À noter : aucun projecteur, fût-il très

complexes : le volume de la pièce, la

haut-parleurs linéaires constituent une

puissant, n’est en mesure de rivaliser

configuration des sols, des murs et des

solution parfaitement appropriée et

avec la lumière naturelle – et a fortiori

plafonds, les matériaux mis en œuvre,

simple à l’usage. Ils sont faciles à inté-

avec l’exposition directe de l’écran au

les finitions, le mobilier et jusqu’au

grer de façon discrète, mais nécessitent

soleil. Aussi est-il indispensable de

nombre de participants exercent des

des systèmes de réglage spécifiques

prévoir au moins un dispositif occultant

influences complémentaires et parfois

pour un résultat satisfaisant.

partiel au niveau de l’écran.

contradictoires. Il existe des programmes permettant de simuler les conditions acoustiques dès la phase conceptuelle, afin d’optimiser l’acoustique d’un espace de conférence et de communication.

189

L’installation de boîtiers de connexion au sol

Les espaces multifonction – par exemple les salles de formation – sont prévus pour se prêter à des manifestations très diverses, depuis la conférence jusqu’au séminaire en passant par la présentation. Il faudra par conséquent préserver un maximum de souplesse dans la mise en œuvre des équipements multimédia. La meilleure approche est d’envisager les différentes configurations possibles dès le stade du concept, de façon à déterminer le positionnement optimal de chaque équipement – depuis le rétroprojecteur jusqu’à l’ordinateur portable permettant la gestion centralisée de l’ensemble des supports multimédia. L’objectif est de répartir au mieux les connexions courants forts/courants faibles au sol. C’est une étape particulièrement cruciale lors de la conception de bâtiments neufs. Lorsqu’une installation intégrée au sol génère des coûts considérables, notamment au sein de bâtiments existants, le nombre des connexions au sol peut être réduit en utilisant des tables interconnectées. Dans un espace segmentable, il importe de disposer la cloison en position médiane, afin d’offrir dans chacun des espaces partiels les mêmes possibilités d’utilisation. Ici, les boîtiers de connexion au sol correspondent aux différentes utilisations de l’espace. Aux deux extrémités de la pièce, deux écrans permettent d’utiliser indépendamment les moyens audiovisuels.

190

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

1

1 Modularité des boîtiers de sol se déduisant du cahier des charges spécifique. Aux deux extrémités de la pièce, les surfaces de projection se faisant face permettent d’utiliser des équipements de projection dans les deux parties de l’espace segmenté.

2

4

3

5

2 Utilisation de l’espace dans le cadre

4 Espace segmenté permettant de prévoir

d’une grande conférence sans support

deux manifestations simultanées. Ici,

multimédia

deux formations se déroulent en parallèle et mettent chacune en œuvre un

3 Exposé, séminaire ou présentation

système de projection.

mettant en œuvre un système de projection dans l’espace non segmenté

5 Utilisation des deux sous-segments, l’un pour une présentation avec projection, l’autre pour une réunion classique

191

Les boîtiers de connexion intégrés aux tables

Lors de la mise en place de réseaux courants forts/courants faibles au sein d’un espace de conférence et de communication, il importe de tenir compte des équipements à demeure, mais aussi de ceux dont disposent les participants à titre personnel. Les installations à prévoir vont des simples points de connexion jusqu’à des systèmes intégrés au mobilier permettant d’accéder

1

de façon interactive, en temps réel, à l’écran partagé – sans oublier la visioconférence. Toute table de conférence devrait être équipée de connecteurs courants forts/courants faibles incluant des prises VGA (vidéo) et cinch (sonorisation). Il est important qu’elle soit équipée de chemins de câbles facilement accessibles et que les connexions au sol soient disposées judicieusement. Le degré d’intégration des équipements techniques à la table proprement dite devra en général faire l’objet d’un arbitrage entre le coût et la praticité. Une interface et des équipements non intégrés offrent l’avantage de l’évolutivité et de la diversité ; ils sont également meilleur marché. Mais à l’inverse, des équipements parfaitement intégrés favorisent la qualité des interactions dynamiques.

192

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

2

3

4

5

6

7

8

9

Câblages et équipements rapportés

Les boîtiers de connexion

Des connecteurs rapportés installés sur

De nouveaux systèmes de codage de

Sous cette forme, ils constituent des

basculants intégrés au plateau

des tables statiques – ou éventuelle-

l’information permettent d’intégrer un

accessoires qui n’interfèrent pas avec la

(4, 5, 6) en matière synthétique ou

ment mobiles – compensent leurs

dispositif de type ‘Show me’ ; il donne

polyvalence de la table. Ils sont égale-

en aluminium sont faciles à utiliser ;

inconvénients esthétiques par la facilité

à chaque participant, dans la limite de

ment particulièrement évolutifs.

les types de connexions courants forts /

de mise en œuvre et d’accès aux fonc-

20 participants, la possibilité de projeter

L’alimentation courants forts/courants

courants faibles peuvent être paramé-

tions dans une optique de type ‘plug

sur l’écran partagé – d’une simple

faibles se fait en général le long d’un

trés librement. L’accès aux connecteurs

and play’.

pression sur le bouton correspondant –

des pieds de la table grâce à un système

se fait par l’entremise d’un clapet ou

de clips, ou met en œuvre un système

d’un dispostif pivotant. Le choix des

Boîtiers de connexion invisibles

personnel. Il pourra ainsi illustrer son

indépendant de gestion du câblage fixé

connexions possibles va de la configu-

fixés sous les plateaux

propos de façon optimale.

sous le plateau. Un chemin de câble

ration courants forts/courants faibles

(7) Ici, l’ensemble des connexions se fait

démontable ou un système de filet

classique jusqu’à des solutions intégrant

directement à l’intérieur du chemin de

(8, 9) Lorsque les équipements techni-

élastique permet de gérer les alimen-

la téléconférence et la sonorisation

câbles, lequel abrite aussi le boîtier de

ques sont intégrés aux tables et que

tations, les connecteurs et les excé-

(microphones et haut-parleurs).

connexion. Le boîtier inclut également,

les chemins de câbles peuvent être

dents de câblage. Des chemins de câble

À noter : il importe de choisir des con-

le cas échéant, le connecteur audio des

interconnectés aux deux extrémités,

basculants constituent quant à eux une

necteurs modulaires, afin de préserver

microphones enfichables. L’accès se fait

il devient possible de reconfigurer les

alternative optimale. Il faut éviter en

l’évolutivité du système. La gestion

par l’intermédiaire d’un clapet à brosse

tables avec un maximum de liberté

revanche des systèmes de connexion

verticale du câblage se fera idéalement

dont la finition est assortie à celle du

en fonction des impératifs de l’échange

complexes qui peuvent empiéter sur

le long du piètement, la gestion hori-

plateau ; pour une esthétique irrépro-

et de la nature de la réunion.

l’espace aux jambes – et plus encore

zontale s’effectuera par l’intermédiaire

chable, la face intérieure du clapet sera

des câblages apparents qui courent en

de chemins de câbles ou de goulottes

également dotée d’une finition assortie.

Dans les immeubles existants, il est

travers du plateau.

intégrés. En cas de boîtiers en saillie,

Si le clapet bascule à 180°, il sera

le plus souvent préférable de recourir

l’installation nuit à l’homogénéité visu-

particulièrement facile d’effectuer les

à une solution de ce type plutôt que

(2, 3) Des installations rapportées sont

elle de l’aménagement ; de plus, il n’est

connexions, les chemins de câbles

d’équiper à grands frais les espaces

particulièrement recommandables dans

pas possible de placer les excédents

généreusement dimensionnés pemet-

de communication de boîtiers de

le cas de tables modulables et reconfi-

de câblage, les chargeurs et les alimen-

tant de mettre à l’abri des regards les

connexion au sol. En effet, le surcoût

gurables. Une solution intermédiaire

tations à l’abri des regards.

excédents de câblage, les chargeurs et

au niveau des tables est largement

les alimentations.

compensé par la réduction des coûts

consiste à intégrer à un pied de table

les contenus de son ordinateur

le chemin de câbles et le boîtier de

d’installation et par la polyvalence

connexion.

accrue de l’aménagement.

193

4

1

2

3

5

Intégration d’un écran ou d’un pro-

(1–3) L’intégration peut se faire

(4, 5) L’intégration d’un projecteur

jecteur escamotable au plateau

de différentes façons : l’écran peut

numérique peut de faire soit sur le

d’une table

s’escamoter sur un plan vertical ou au

principe de l’ascenseur – auquel cas le

contraire se rabattre horizontalement,

projecteur se déplace vers le haut en

Il est possible d’intégrer des équipe-

la surface de visualisation de la dalle

phase d’utilisation – soit par l’entremise

ments techniques lourds – par exemple

étant située soit sur le dessus, soit sur

d’un miroir renvoyant l’image émise par

des écrans rabattables ou escamotables

le dessous ; dans ce dernier cas, il sera

un projecteur installé sous le plateau.

ou des projecteurs numériques – directe-

possible d’assortir la face arrière de

ment au plateau d’une table. Il faut

l’écran au plateau de la table.

À noter : il faut réserver l’intégration

simplement veiller à les doter d’une

L’intégration horizontale de l’écran pré-

d’un projecteur numérique aux tables

structure autoporteuse, de façon à

serve presque intégralement l’espace

de très grande profondeur et veiller à

délester le plateau.

aux jambes. L’intégration verticale exige

ne pas fixer le dispositif directement au

pour sa part la mise en place d’un voile

plateau ou la structure, faute de quoi

de fond masquant l’installation.

la moindre vibration de la table se transmettrait à l’image.

194

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

Les tables interactives

Des solutions innovatives de type ConsulTable (1) et InteracTable (2) optimisent les interactions en temps réel au sein de groupes de 4 à 8 participants : l’accès direct aux contenus numériques se fait par l’intermédiaire d’une dalle intégrée de type tactile servant à la fois d’interface de visualisation et de travail. Elle est directement connectée au réseau interne ou à l’internet et permet d’intervenir en temps réel sur les données informatiques. Lorsque le système est couplé aux

105

logiciels appropriés, il devient possible d’annoter et de modifier directement les documents et les fichiers.

1

L’interface tactile met en œuvre un écran 17" (ConsulTable) ou 50" (InteracTable) ; la dalle

Ø 100

tactile est intégrée horizontalement au plateau. De cette façon, l’équipement technique s’intègre idéalement sur le plan esthétique, puisque le boîtier et le câblage demeurent entièrement invisibles. 120

À noter : les tables interactives sont particulièrement appropriées dans un concept d’espace de réunion et de conseil de petite dimension, mais elle se prêtent aussi idéalement à la gestion de projets et à l’équipement de zones informelles d’accueil et de vente. Voir également en pages 142, 144, 249, 268, 275. 90

220 2 195

En un coup d’œil : les supports de visualisation

Média

Taille de l’image

Paperboard

70 x 100

Tableau d’affichage

120 x 150

Tableau blanc

120 x 150 en hauteur

Tableau mural

200–300 x 120

ScreenMate

40", en 16:9

(écran mobile de type plasma ou TFT)

CommBoard fixé au mur

50”, en 16:9

CommBoard mobile

50", en 16:9

InterWall

70", en 4:3

Rétroprojecteur

100 x 100 jusqu‘à 300 x 300

Projecteur de diapositives

150 x 110 jusqu‘à 600 x 400

Caméra numérique

Selon système de projection (écran ou rétroprojection)

Projecteur numérique portable

150 x 110 jusqu‘à 300 x 225

Projecteur numérique

240 x 180 jusqu‘à 800 x 600

fixé au plafond

Projecteur numérique

240 x 180 jusqu‘à 800 x 600

fixé au plafond dans enceinte close

196

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

Projecteur numérique intégré au mur

240 x 180 jusqu‘à 800 x 600

Rétroprojection

180 x 135 jusqu‘à 360 x 270

Analogique Numérique

Interactif

Audio

Vidéo

Statique

Mobile

Additif

Impact sonore

Systèmes

Connexions

Connexions

occultants

courants forts

courants faibles

Oui En option Partiellement 197

Les support visuels mobiles

180/200

75

67

En dépit des progrès techniques, les supports de communication

Paperboard

Le paperboard constitue un élément de

numériques n’ont pas sonné le glas des systèmes de visualisation classiques ; ces derniers restent indissociables de la communication et de la conférence – en particulier dans un cercle restreint.

Il constitue un excellent support de

visualisation approprié pour un nombre

visualisation dynamique pour préciser

de participants n’excédant pas 15. La

l’ordre du jour, illustrer des interactions

structure du paperboard peut être,

complexes à l’aide de schémas, fixer

selon les modèles, dépliante ou montée

les étapes d’un projet et préciser les

sur roulettes.

Il y a diverses raisons à cela : • depuis sa prime jeunesse, chacun d’entre nous sait se servir d’un papier et d’un crayon ; • ces supports de communication sont entièrement indépendants de toute contrainte de connexion ; • il est possible de compléter presque instantanément une surface de visualisation pour en augmenter la capacité ;

attributions de chacun. Les prérequis

• il est facile d’apporter, de présenter et de stocker des informations, le support papier étant indépendant de l’équipement de visualisation/du paperboard. Enfin, le recours au support papier est un facteur d’authenticité et d’implication intensive d’une immédiateté que le recours à un clavier et à une souris ne saurait égaler.

À l’inverse des surfaces horizontales

il importe d’impliquer chaque partici-

– qui ont, dans l’échange, une conno-

pant à tous les stades du débat – depuis

tation plus informelle – un support

la compilation des informations de base

vertical est plutôt prégnant et directif.

jusqu’à l’élaboration des solutions. Le

Aussi le passage de documents posés

tableau d’affichage se prête bien à

sur la table de conférence au paper-

l’animation d’ateliers et de réunions.

board marque-t-il une transition didac-

Lorsque la surface d’affichage est elle-

tique essentielle – celle de la discussion

même revêtue d’une feuille de papier,

à la décision.

il est possible d’épingler des supports

Aussi les nouveaux médias ne se substituent-ils pas aux médias classiques – ils les complètent.

techniques sont des plus simples : un

Matières et finitions : se reporter

bloc de papier du commerce et une

à la page 140.

série de feutres spécifiques suffisent. À condition d’écrire grand, les infor-

Tableau d’affichage

mations restent lisibles jusqu’à une

Ce support vertical de discussion et de

distance de 8 m.

travail est particulièrement propice aux échanges très interactifs, dans lesquels

d’information, mais aussi d’écrire directement sur le tableau proprement dit. La méthodologie s’articule en général autour de deux phases clés – la collecte de l’information d’une part et sa mise en forme structurée, au terme de laquelle se dégagent les solutions élaborées en commun.

200

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

195

190

125

137

54

80

Cela permet d’identifier, puis de

marqueurs effaçables, la tôle présen-

InterWall

vention pourra être sauvegardée,

planifier les étapes ultérieures et de

tant l’avantage supplémentaire de servir

Le système InterWall comporte une

enregistrée, diffusée par l’entremise

formaliser le processus. Parallèlement,

de support à des plots magnétiques qui

dalle mobile grand format qui utilise

du réseau informatique et envoyée par

il es possible d’utiliser des tableaux

permettent d’afficher et de fixer des

toutes les possibilités d’interaction en

e-mail. Parallèlement, il est possible de

d’affichage pour présenter des docu-

documents. En général, le tableau est

temps réel entre interface analogique

générer une feuille de papier ‘virtuelle’;

ments de grande dimension, par

monté sur un cadre doté d’un auget et

et supports d’information numériques.

le système InterWall fait alors office de

exemple des plans, dans le cadre d’une

intègre un chiffon d’effaçage. À noter :

Il permet en particulier d’annoter et de

paperboard – en allant jusqu’à offrir

conférence. À noter : les tableaux

le principe de base du tableau blanc

modifier directement des informations

différentes couleurs et épaisseurs au

d’affichage permettent également de

n’est pas sans rappeler le tableau noir

affichées et des fichiers informatiques.

niveau des marqueurs virtuels.

cloisonner l’espace de façon informelle

de nos souvenirs d’école. Comme lui,

La dalle de visualisation en verre de for-

et mobile. En juxtaposant des tableaux

il est temporaire : pour préserver les

mat 70" est montée sur une structure

Dans le cadre de conférences jusqu’à

d’affichage, il est possible de créer des

informations qui y figurent, il faut les

mobile ; la dalle fonctionne sur un

15 participants, le système InterWall

surfaces de visualisation de très grande

photographier.

principe de rétroprojection en liaison

est non seulement très innovant, mais

avec un projecteur numérique spéci-

offre aussi une versatilité inégalée. Par

dimension. Idéalement, la distance entre participants et tableau(x) sera

Il existe dans l’intervalle une version

fique. Un procédé de visualisation holo-

son élégance très statutaire, il s’accorde

comprise entre 2 et 6 m pour assurer

numérique du tableau blanc ; elle fonc-

graphique assure une excellente lisibilité

idéalement, de plus, aux espaces de

une lisibilité suffisante.

tionne sur un principe proche de celui

de l’image tout en préservant la trans-

conférence haut de gamme et aux QG

des tablettes graphiques : grâce à un

parence de la dalle. Le pilotage du pro-

directoriaux.

Matières et finitions : se reporter

stylet spécial couplé au logiciel appro-

jecteur numérique s’effectue classique-

à la page 140.

prié, il est possible de saisir directement

ment depuis un ordinateur fixe ou

Matières et finitions : se reporter aux pages 85.

les informations et de les convertir en

portable. À noter : lorsqu’elle n’est pas

Tableaux blancs

fichiers numériques en temps réel.

utilisée, la dalle du système InterWall

Ils sont disponibles en différents formats,

Comme il se doit, un tel tableau blanc

est parfaitement transparente, lui con-

horizontaux ou verticaux, et dans des

est doté d’un ‘chiffon’ également

férant ainsi une esthétique inégalée.

versions conçues pour être soit fixées

numérique pour effacer ou corriger les

au mur, soit montées sur une structure

données. Ce type de tableau est certes

Son principal atout est une interactivité

mobile qui facilite leur mise en œuvre

un premier pas en direction de la ges-

exceptionnelle. En effet, le stylet numé-

dans un contexte d’utilisation poly-

tion numérique de l’information, mais il

rique permettant d’intervenir directe-

valente de l’espace. Le principe combine

n’utilise que dans une faible proportion

ment sur les fichiers et les documents

une surface en tôle émaillée avec des

le potentiel d’interactivité des supports

affichés, chaque annotation ou inter-

virtuels. 201

4 De plus en plus, et particulièrement dans les espaces de conférence et de réunion de taille petite à moyenne, des dalles numériques remplacent les écrans classiques. En fonction du budget, les fonctionnalités requises, notamment l’interactivité par l’intermédiaire d’une interface tactile, orientent le choix vers différentes technologies.

Les dalles numériques mobiles et intégrées au mur Écrans plasma La technologie plasma permet de fabriquer des écrans dotés d’une diagonale allant jusqu’à 120". La visualisation s’effectue par un principe d’ionisation, chaque pixel de l’écran étant constitué de trois modules contenant chacun un gaz rare et une substance colorée en trois variantes – rouge, vert, bleu. En fonction de la couleur requise, un transistor individuel ionise le gaz, qui émet alors de la lumière. En termes de proportions, le format 16:9 tend à remplacer le format classique 4:3. Les qualités principales de la technologie plasma sont la brillance exceptionnelle, la luminosité et le contraste de l’image. Cela permet d’utiliser les écrans plasma même lorsqu’ils sont exposés à une lumière relativement forte. De plus, le temps de réponse est très court et l’angle de visualisation plus large que pour un écran TFT à matrice active. En revanche, la saturation des tons verts est médiocre, les déperditions caloriques sont importantes et, selon les modèles, un arrêt sur image peut provoquer une rémanence définitive. Quant à la consommation d’énergie, elle est élevée au même titre que le poids. De plus, les écrans plasma sont assez sensibles aux chocs.

202

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

Préconisation L’évolution très rapide des technologies et des prix qui accompagne le passage à la grande série des technologies plasma et TFT ne permet pas de s’exprimer à long terme sur les avantages et les inconvénients de l’une ou de l’autre des technologies concernées. Les dalles TFT ont notamment énormément progressé et compensent aujourd’hui une part importante de leurs inconvénients techniques par rapport à la technologie plasma. De façon générale, il importe de prendre en compte les objectifs en matière d’intégration et d’interaction dans le choix des dalles de visualisation les plus appropriées. La présence ou non d’une fonction tactile permet notamment d’augmenter très sensiblement les capacités du système à répondre en temps réel et de façon interactive aux impératifs méthodologiques de la conférence et de la réunion. Écrans TFT à matrice active Cette technologie est familière : on la retrouve sur tous les ordinateurs portables. Dans l’intervalle, il est cependant possible de fabriquer des dalles TFT dotées d’une diagonale allant jusqu’à 65". Ils se prêtent ainsi à l’équipement d’espaces de conférence et de réunion de taille petite ou moyenne. La technologie TFT (Thin-Film Transistor) consiste à mettre sous tension des cristaux liquides, ce qui affecte leur capacité de polarisation de la lumière. La surface de visualisation est constituée de pixels formés chacun de trois éléments colorés sur le même principe que les écrans plasma. Ici aussi, le format a tendance à passer de 4:3 à 16:9. Les avantages de la technologie TFT sont une haute résolution, une consommation d’énergie relativement modeste et un poids faible. L’image générée est stable, exempte de déformations et particulièrement nette. De plus, ce type d’écran se distingue par une grande longévité. En revanche, la surface de visualisation rétroéclairée de la dalle n’offre pas la brillance d’une dalle plasma et les temps de réaction sont plus longs – ce qui peut nuire au rendu d’images animées. L’amplitude du spectre colorimétrique est par ailleurs également un peu moindre, et l’angle de visualisation latérale est plus restreint. Pour finir, dans le domaine des grands formats, les prix sont encore, au moment de la mise sous presse (2008), sensiblement supérieurs à ceux de dalles plasma équivalentes.

Système mobile ou intégré au mur ? Les systèmes mobiles ne sont pas liés à un espace précis – ce qui augmente à l’évidence leur versatilité. De plus, ils peuvent être rapprochés des tables pour faciliter la lecture et l’appréhension des contenus visuels – pour autant que les connexions nécessaires soient disponibles. Le montage mural permet quant à lui de juxtaposer jusqu’à trois dalles contiguës pour réaliser ainsi un véritable mur d’images – qui permet tant un affichage segmenté que la présentation d’une seule image grand format. L’intérêt de la première option est évident lorsqu’on veut présenter côte à côte des contenus différents ou complémentaires. À l’inverse des solutions mobiles – dont les limitations en termes de poids et d’encombrement rendent peu praticable l’utilisation de dalles d’une diagonale supérieure à 50" – il n’y a pas de limitation de format en termes d’écrans muraux. En revanche, le positionnement est définitif et nécessite une réflexion très aboutie sur la destination de l’espace, la position des éléments d’aménagement et celle des participants.

203

128

74

62

ScreenMate

À noter : le système ScreenMate est

CommBoard mobile

Le système screenMate est une bonne

compatible avec la fonction ‘Show me’

Les possibilités d’interaction sont

illustration des possibilités de dalles

(voir plus haut) qui permet à chaque

encore plus complètes lorsque la dalle

numériques de moyen format dans le

participant de ‘prendre la main’ sur

numérique grand format est dotée

cadre de présentations et de visiocon-

l’écran partagé pour présenter sur

d’une fonction tactile. Elle permet

férences. Il est facile de les rapprocher

simple pression d’un bouton les conte-

d’intervenir directement du doigt ou

au maximum de la table de conférence,

nus de son ordinateur portable. Cette

à l’aide d’un stylet pour annoter et

le nombre de participants se situant

possibilité permet d’étayer de façon

modifier des documents numériques ;

idéalement entre 6 et 8.

très convaincante le propos du partici-

ceux-ci peuvent ensuite être transmis

pant concerné.

en temps réel ou sauvegardés. Dans

Le système comprend un écran plasma,

le cas de la solution CommBoard

un système de sonorisation et une

présentée ici, la dalle dispose d’un

caméra intégrée, le tout monté sur

asservissement électrique permettant

une structure en aluminium équipée

de la basculer de 90° à 30° ; elle

d’étagères accueillant divers équipe-

s’utilise alors comme un pupitre. La

ments auxiliaires et un système de

diagonale étant de 50" pour un format

câblage et de connecteurs intégrés.

16:9, la distance entre les participants

Les étagères en débord permettent de

et l’écran peut aller jusqu’à 5,50 m

rapprocher au maximum le système de

– ce qui correspond à un groupe de

la table de conférence. Pour une dalle

8 à 10 participants.

vidéo dotée d’une diagonale de 43" au format 16:9, la distance maximale entre l’écran et les participants est d’environ 5 m.

204

95

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

100 171 30°

86

80

128

136

De la même façon que la taille de l’écran

CommBoard

La forme et la position des supports

conditionne la distance maximale, la

Sur le même principe que précédem-

numériques influent de façon très

résolution de l’image est déterminante.

ment, la dalle numérique peut être

significative sur les modes de commu-

Idéalement, celle-ci sera aussi élevée

fixée au mur comme un tableau – pour

nication et d‘échange. Ainsi, bien que

que possible ; afin de préserver la

autant que les connexions courants

les technologies mises en œuvre dans

qualité de l’image même lorsque l’on

forts/courants faibles aient été prévues

des systèmes de type CommBoard

utilise la fonction tactile, cela implique

en conséquence. Sur un plan esthétique,

mobile ou intégré au mur et Interac-

une résolution minimale de 1280 x 768

une intégration en affleurement est la

Table (voir page 195) soient identiques,

pixels.

solution idéale.

les modes de communication auxquels

Les critères fonctionnels ne doivent

Dans l’exemple présenté ici, trois dalles

Un écran vertical favorisera la commu-

pas faire oublier ici les impératifs

tactiles contiguës créent une surface

nication formalisée et focalisera

esthétiques. En effet, au même titre

d’affichage suffisamment grande, même

l’attention des participants, mais au

que le reste du mobilier, un équipement

lorsque le nombre de participants est

dépens de l’interaction et de l’échange.

multimédia est partie intégrante du

relativement important. En parallèle, il

En revanche, le système InteracTable

concept d’aménagement.

est possible d’afficher simultanément

et sa dalle numérique horizontale en

des contenus différents – par exemple

hauteur pupitre se prêtent idéalement

un graphique sur l’une des dalles, un

à des applications très interactives

planning sur la seconde et le contenu

dans une atmosphère informelle.

ils sont prédestinés sont fort différents.

d’un site web sur la troisième – chacun des contenus pouvant être annoté et modifié du doigt ou à l’aide d’un stylet.

205

Les caméras numériques

Principe de fonctionnement

Contexte d’utilisation

Il s’agit ici tout simplement d’une évolution technologique basée sur le principe du très classique rétroprojecteur. Mais à l’inverse de ce dernier, la visualisation d’objets en trois dimensions est partie intégrante des possibilités du système. Par ailleurs, il n’est pas nécessaire de préparer des transparents : supports analogiques et objets peuvent être utilisés directement. La caméra est reliée à un système de projection numérique. La transmission des données s’effectuant par l’intermédiaire d’un câble, le système n’est pas

Il importe que la surface de visualisation permette à l’intervenant de manipuler facilement les documents et les objets. Des tablettes latérales permettront de les déposer avant et après leur présentation.

régi, de plus, par les contraintes inhérentes à l’alignement sur l’écran du rétroprojecteur traditionnel.

Les systèmes à caméra numérique n’étant pas liés à une position spécifique au sein de l’espace de communication, ils peuvent être placés à proximité du formateur dans le cas d’un séminaire ou être directement accessibles par l’un des participants à la conférence. La seule contrainte technique est la présence à proximité d’une connexion courants forts et vidéo.

Intégration

À noter : le système proprement dit est indépendant de l’éclairage de l’espace, seul le système d’affichage conditionne la nécessité de tamiser ou d’occulter la lumière selon qu’il s’agisse d’une projection, d’une rétroprojection ou d’un affichage sur une dalle numérique plasma ou TFT. Accessoires Dalle numérique, projecteur numérique pour rétroprojection, desserte

206

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

Les projecteurs numériques

Les variantes disponibles Il existe toute une série de projecteurs numériques permettant de visualiser des contenus analogiques ou numériques. Leur puissance et leurs caractéristiques techniques les prédestinent à un très large éventail de situations et d’exigences fonctionnelles – du projecteur portable très compact jusqu’au projecteur numérique de grande puissance monté au plafond ou au mur ou encore intégré à une table et doté d’un dispositif d’asservissement électrique et de renvoi d’image.

Le système DLP, pour sa part, met en œuvre environ 500 000 ‘micromirrors’ – des miroirs minuscules et mobiles de 16 x 16 µ. Chaque miroir représente un pixel sur la surface de projection. L’orientation des miroirs s’effectue par impulsions électriques à un rythme pouvant atteindre 1000/seconde : l’angle d’inclinaison des miroirs module la luminosité du pixel correspondant. Le système travaillant à partir d’une source image unique, les couleurs sont particulièrement naturelles, l’image très homogène et les problèmes de convergence des couleurs sont pratiquement éliminés. Un projecteur numérique peut exploiter les signaux générés par différents appareils :

Technologie La projection numérique convertit le signal numérique en rayons lumineux et les projette sur un écran de type classique. Par rapport à une dalle numérique, les possibilités d’agrandissement sont – selon l’appareil utilisé – considérablement plus importantes. Cette technologie est donc particulièrement appropriée dans un

• signaux analogiques de lecteur vidéo, • signal numérique d’une caméra numérique ; elle remplace avantageusement le rétroprojecteur classique et permet également des projections d’objets en trois dimensions, • signal numérique d’un lecteur DVD ou d’un ordinateur.

contexte où l’assistance est nombreuse. Il existe trois façons de générer l’image : cathodique, TFT, et DLP (Digital Light Processing).

Dans un contexte de conférence, de réunion et de formation, trois types de projection sont utilisés :

Le système cathodique, le plus ancien, génère l’image à partir de trois faisceaux distincts – rouge, vert, bleu – dotés chacun de leur propre objectif. La technologie TFT met en œuvre des cristaux liquides en liaison avec un objectif classique. La source lumineuse traverse une dalle numérique transparente de 1,3 à 1,8" et d’une résolution d’environ 1,3 million de pixels. En fonction de la luminosité de l’appareil et de l’objectif utilisé, il est possible de générer

1. La projection frontale à partir d’un projecteur numérique fixe 2. La projection frontale à partir d’un projecteur numérique mobile 3. La rétroprojection

une image de la taille d’un mur. Cependant, le système TFT (Thin-Film Transistor), par son principe même, absorbe une partie de la lumière. Il faut par conséquent disposer d’une source lumineuse puissante qui peut, dans les résolutions faibles, générer des effets de moiré.

207

La projection numérique fixe

180

120

Largeur de projection x 1,5

C’est la plus courante dans les espaces de conférence et de

Invariablement, plus la lumière résiduelle est faible, meilleure sera

formation de grande dimension. La surface de projection la plus appropriée est un mur lisse doté d’une peinture blanc mat de type RAL 9003 – pour autant que le projecteur soit suffisamment lumineux. Lorsqu’on essaie de compenser la luminosité faible du projecteur par un écran réfléchissant, la brillance augmente généralement vers le centre de l’image, créant un effet de surexposition.

la qualité de l’image : si l’on ne considère que cette dernière, la situation idéale est celle d’une salle entièrement obscure de type cinéma. Des stores occultants réglables constituent une bonne solution dans le cadre d’espaces de conférence et de communication ouverts sur la lumière naturelle : ils permettent en effet de moduler en continu la quantité de lumière résiduelle.

Un système 100 % occultant de régulation de la lumière entraînant des risques de somnolence de l’assistance, il convient d’utiliser un projecteur capable de fonctionner en lumière résiduelle. Pour un résultat adéquat, la luminosité du projecteur devra être cinq fois plus forte que la lumière résiduelle au niveau de la surface de projection. La luminosité du projecteur est exprimée en Lumen, chaque Lumen correspondant à un Lux/m²

Contraintes techniques

sur la surface de projection. La luminosité requise se calcule sur cette base à partir de la surface de projection et de l’intensité

la taille de la surface de projection et l’inclinaison du projecteur par rapport à l’axe vertical de la surface de projection. Monté au

de la lumière résiduelle.

plafond ou intégré au mur, le projecteur est généralement situé à l’extrémité opposée de la pièce. Des projecteurs particulièrement

Exemple de calcul Surface de projection 4 x 3 m = 12 m² ; lumière résiduelle 200 Lux.

puissants peuvent générer une image d’une largeur allant jusqu’à 12 m – ce qui impose en format d’image 4:3 de disposer d’un

Dans de telles conditions, il est nécessaire de disposer d’une luminosité de 1000 Lumen au moins au m², ce qui correspond à un projecteur d’une puissance de 12 000 ANSI (American National Standard Institute) Lumen.

local d’une hauteur de 10,20 m sous plafond. Il convient cependant de prendre en compte deux facteurs négatifs qui augmentent avec la taille du projecteur : le dégagement de chaleur et les bruits de fonctionnement.

208

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

Dans le cadre d’un auditorium de grande dimension, il convient de travailler sur de très grands formats de projection ; ils imposent la mise en œuvre de projecteurs très puissants limités d’emblée à une installation fixe. La position du projecteur tiendra compte dans ce cas de l’interaction entre la distance projecteur-écran,

240

Largeur de projection x 5

Il conviendra d’installer un projecteur puissant dans une enceinte

Exemple : dans un local dont la hauteur sous plafond est de 3 m,

close pour diminuer les perturbations acoustiques – en tenant cependant compte de la nécessité d’une bonne ventilation. La transmission des données se fait depuis le poste de l’animateur ou du conférencier, situé en général latéralement par rapport à la surface de projection. À cet endroit, il va de soi que les connexions nécessaires devront être disponibles. Généralement, il est également possible de gérer certaines fonctions du projecteur à l’aide d’une télécommande.

la hauteur maximum de la surface de projection sera de 1,80 m. Il en résulte une largeur de 2,40 m (en format 4:3) – qui elle-même conditionne une distance maximum de 12 m dans le cas d’images fixes, de 14,40 m dans le cas d’images animées. Si l’on déduit de cette longueur les 3,60 m situés trop près de la surface de projection, on dispose d’une distance utile de 8,40 m ou 10,80 m respectivement.

Largeur de la surface de projection L’un des paramètres déterminants du système est la dimension maximale de la surface de projection. Elle conditionne en effet la distance utile entre les participants et la surface de projection dans de bonnes conditions de lisibilité et de rendu des images. Le fac-

En format 16:9, la distance écran-participants peut être un peu plus importante ; il convient cependant de noter que la plupart des données sont générées dans un format 4:3. Aussi, à moins de les convertir en 16:9, le rendu risque d’être affecté par une certaine distorsion.

teur – mesuré à partir de la largeur de l’écran –ne doit pas être supérieur à 4 ou 5 pour des images fixes, à 6 dans le cas de films

Remarque pratique

– ni inférieur à 1,5. Pour une image au format 4:3, et partant du principe que le bord inférieur de l’image doit être situé à 120 cm

Au même titre que la luminosité et la distance entre l’assistance et l’écran, la taille des polices utilisées influe de façon décisive sur

du sol, il est facile de calculer la largeur maximum de la surface de projection en fonction de la hauteur sous plafond de l’espace con-

la lisibilité des contenus. Pour garantir cette dernière, il convient d’utiliser des corps 16 à 20.

sidéré – la surface de l’écran conditionnant à son tour la distance entre elle et les participants les plus éloignés.

209

La projection numérique mobile

Dans les salles de réunion et les espaces de conférence de taille petite à moyenne, dans lesquels l’utilisation des supports multimédia est épisodique, un projecteur numérique portable de type TFT est la solution qui s’impose. La luminosité de tels projecteurs étant cependant très inférieure à celle des modèles fixes, ce type de projection s’adresse à un petit nombre de participants. À noter : la qualité du rendu sera bien entendu d’autant meilleure que la lumière résiduelle sera faible. Pour rationaliser l’utilisation de tels projecteurs, ils pourront être centralisés et mis à disposition à la demande. La technologie TFT permet d’éviter, par rapport au projecteur cathodique, l’ajustement complexe de l’image et de la netteté que nécessite le principe de trois faisceaux lumineux indépendants. Il est aussi avantageux que les projecteurs portables puissent être équipés d’optiques interchangeables – afin de varier le rapport d’agrandissement en fonction de la taille de la pièce considérée. Il sera bien entendu judicieux de choisir des projecteurs particulièrement silencieux, ceux-ci étant situés directement au milieu des participants.

210

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

Contraintes d’aménagement Ici aussi, la surface de projection idéale est un mur peint en blanc mat : avec des écrans classiques réfléchissants, on retrouve la problématique de surexposition partielle déjà évoquée. Le plus souvent, le projecteur numérique sera installé sur la table de conférence et relié à un ordinateur portable. Mais dans cette configuration, le moindre mouvement de la table fera vaciller l’image. Par conséquent, pour autant que la configuration de l’espace le permette, la solution la plus appropriée est une desserte dédiée dotée d’une tablette inclinable et d’étagères permettant d’installer les appareils connexes – par exemple le lecteur vidéo. Une telle configuration est particulièrement judicieuse dans un contexte de séminaire ou de formation. En conjuguant le principe de la desserte avec des optiques interchangeables, on obtient une très grande flexibilité. Elle permet d’adapter aisément le rapport d’agrandissement à la taille de l’assistance. À noter : la plupart des projecteurs portables disposant dans l’intervalle d’une correction de parallaxe, il n’est par conséquent plus nécessaire de pouvoir incliner la surface de projection pour corriger les perspectives.

La rétroprojection

120–200

La rétroprojection

Contraintes de mise en œuvre

Ce principe met en œuvre un ou deux miroirs qui modifient le trajet des rayons lumineux pour les diriger vers la surface de projection. Le rétroprojecteur étant généralement situé dans une enceinte close, il est à l’abri de toute source lumineuse parasite, ce qui optimise le rendu de l’image. Par conséquent, les systèmes de rétroprojection offrent une luminosité particulièrement élevée qui s’accommode d’une lumière naturelle faiblement tamisée.

L’encombrement en profondeur d’un système de rétroprojection se situe entre 1,20 m et 2 m. Pour générer une image large, il est possible de mettre en œuvre deux projecteurs numériques synchronisés et placés côte à côte.

De plus, le principe de l’enceinte close diminue les interférences acoustiques dues aux bruits de fonctionnement. Ces avantages sont au prix d’un encombrement supérieur, d’une perte de qualité pour les participants placés latéralement et d’une répartition de la lumière qui peut être inégale. De plus, un tel système nécessite généralement une installation de projection dédiée et directement

multimédia, qui est lui-même partie intégrante du concept d’aménagement. Selon la configuration de l’espace, il est possible de réaliser ainsi des modules multimédia occupant toute la largeur d’un mur ou disposés en angle. Il importe cependant d’éviter toute exposition directe de la surface de projection à la lumière naturelle ou artificielle. Dans les espaces de petites dimensions,

intégrée à l’aménagement de l’espace. À noter : l’encombrement du rétroprojecteur peut être diminué par l’utilisation d’objectifs

il est possible d’intégrer la sonorisation au module mural multimédia. Dans des espaces plus vastes, des enceintes additionnelles

à focale courte, mais c’est au prix de distorsions et d’une perte de netteté en périphérie de l’image.

– intégrées au plafond ou latéralement dans les murs – sont souvent nécessaires. En liaison avec les sources délocalisées qui génèrent les contenus visuels – qu’il s’agisse d’une caméra numérique ou d’un ordinateur – il convient de prévoir un réseau de connexions courants forts/courants faibles au sol. À noter : une intégration soignée des équipements multimédias facilitera sensiblement la préparation des présentations et évitera les interruptions très préjudiciables à la dynamique de groupe – et pénibles tant pour l’intervenant que pour l’auditoire.

Les systèmes de rétroprojection étant généralement des installations fixes, ils sont souvent intégrés à un module mural

211

Module mural multimédia à surface de projection intégrée en liaison avec un débarras

Dans les espaces de conférence et de formation multimédia, il est souvent judicieux de combiner un module mural multimédia avec une possibilité de ranger les équipements mobiles et les meubles momentanément en surnombre derrière la surface de projection. De tels modules multimédia peuvent être placés – selon la configuration de l’espace – dans la largeur de la pièce ou en angle. La profondeur totale du module dépend de la surface nécessaire au niveau du débarras. Le module multimédia est doté ici de deux jeux de panneaux coulissants : le premier permet de l’isoler de l’espace proprement dit, le second peut être doté de tableaux d’affichage ou de tableaux blancs ou encore servir de surface de projection.

1

2

3

1 Vue sagittale des deux jeux de panneaux et du débarras. 2 Module mural multimédia en position fermée. Le jeu de panneaux extérieurs peut être assorti à l’aménagement grâce à une finition laquée, stratifié ou ébénisterie 3 Panneaux extérieurs en position ouverte permettant d’accéder à la surface de projection 4 Le débarras permet d’entreposer des pupitres-écritoires, un paperboard, un pupitre de conférencier, un support

4

assis-debout, des tableaux d’affichage, des dessertes destinées aux documents de présentation, au rétroprojecteur, au projecteur numérique et à la caméra numérique.

;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;

212

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

Module mural multimédia à rétroprojection intégrée

1

2

Il s’articule autour du rétroprojecteur fixe en position centrale. Latéralement, il est possible, par exemple, d’intégrer les équipements vidéo et la sonorisation. En partie basse, on pourra disposer de chaque côté d’une desserte destinée aux équipements et/ou à la documentation. Le module mural multimédia pourra être entièrement séparé de l’espace par un jeu de panneaux coulissants. Derrière le module multimédia, il est possible d’entreposer du mobilier momentanément inutilisé et différents équipements, par exemple une caméra numérique qui sera à disposition de l’intervenant ou du formateur selon la méthodologie mise en œuvre.

3

1 Vue sagittale du système de rétroprojection ; on notera les étagères latérales pour les périphériquessources et l’espace disponible pour entreposer du mobilier momentanément inutilisé 2 Vue de face en position fermée 3 Panneaux extérieurs en position ouverte permettant d’utiliser le rétroprojecteur 4

4 Panneaux extérieurs en position ouverte, vue latérale du débarras contenant des tables mobiles à plateau rabattable juxtaposées et des sièges empilables, un paperboard, des tableaux d’affichage et une desserte pour la caméra numérique

213

Pupitre de conférencier, table du formateur, poste de commande et tribune L’intervenant ou le formateur, par sa

des accessoires de gestion du câblage

position face à l’auditoire, focalise

nécessaires et d’un voile de fond qui

assurément l’attention. Il en résulte

masquera les accessoires mis en œuvre.

une pression psychologique pour lui et des attentes d’autant plus grandes de

Il est important que l’intervenant soit en

la part de son auditoire. Dans un tel

position debout : cela améliorera la por-

contexte, tout dysfonctionnement des

tée de sa voix et lui donnera une gestu-

équipements et toute fausse manœuvre

elle plus expressive. Un pupitre mobile

ont des conséquences largement ampli-

de conférencier doté d’un voile de fond

fiées. Il va sans dire qu’elles perturbent

soulignera le caractère formel de la

tant l’intervenant que son auditoire.

manifestation ; une table haute appor-

Ici, la table modulaire du formateur est

tera une note plus informelle et plus

complétée par un voile de fond et par une

Quant aux câbles épars qui traversent

conviviale. Dans les deux cas, il est pos-

desserte disposée latéralement et recevant

l’espace et courent sous les tables, ils

sible de compléter le dispositif par des

les équipements multimédia. Cela permet

ne constituent pas seulement autant

dessertes afin de garder à portée de

de se servir sans effort de la caméra numé-

d’occasions de trébucher, mais créent

main de l’intervenant les équipements

rique en position assise ; la visualisation

également une impression de désordre

techniques, tandis qu’une lampe inté-

se fait par un système de rétroprojection

peu compatible avec le professionna-

grée au pupitre ou à la table haute lui

intégré au module mural multimédia.

lisme souhaitable de la manifestation. Il

permettra de consulter ses documents

convient donc de donner à l’intervenant

en dépit de la pénombre ambiante.

l’environnement et les moyens nécessaires pour concilier au meilleur niveau

Dans des espaces de conférence et de

la technique et l’esthétique. Cela com-

communication sophistiqués, il est pos-

mence par la disposition ergonomique

sible de regrouper toutes les fonctions

et la facilité d’utilisation des divers équi-

multimédia et domotiques au sein d’une

pements, la gestion discrète du câblage

interface centralisée. Celle-ci constituera

et le positionnement adéquat des con-

un véritable poste de commande doté

nexions courants forts/courants faibles

d’un écran plat, idéalement de type

au niveau du mobilier comme des boî-

tactile.

tiers au sol (voir en page 190, 191). Dans une configuration de type tribune, Le formateur disposera pour sa part de

il conviendra d’équiper les tables modu-

dessertes recevant les équipements et

laires de voiles de fond. Sachant que de

d’une table dotée d’un système intégré

nombreux intervenants utilisent leur

de connexions courants forts/courants

ordinateur portable, on ne saurait trop

faibles permettant également de gérer

recommander d’équiper les tables de

les excédents de câblage. Lorsqu’il est

connexions courants forts/courants

nécessaire d’effectuer les connections à

faibles. Lorsqu’il est possible d’inter-

l’aide de câbles apparents, il faut veiller

connecter les tables entre elles et avec le

à placer les dessertes aussi près que

système de projection – voire idéalement

possible de la table.

de les doter d’une fonction ‘Show me’ – chaque intervenant pourra ‘prendre la

Il est également possible, dans le con-

main’ depuis son ordinateur portable, et

texte d’un espace polyvalent, d’utiliser

cela en temps réel, sans aucune néces-

l’une des tables modulaire standard,

sité d’interrompre la présentation pour

pour autant qu’elle puisse être équipée

modifier les connexions.

214

Principes d’aménagement et supports audiovisuels

Dans cette configuration, la table mobile est complétée par un projecteur numérique portable installé sur une desserte.

Table haute tenant lieu de pupitre de

Tribune et tables reconfigurables équipées

conférencier, en liaison avec une desserte

de voiles de fond et dotées de connexions

multimédia pour le projecteur numérique

intégrées incluant des prises pour les micro-

portable.

phones. Les connexions permettent non seulement la mise en réseau des ordinateurs portables des intervenants avec le projecteur, mais également la possibilité pour chaque intervenant de ‘prendre la main’ en temps réel grâce à la fonction ‘Show me’ – et d’accéder ainsi directement à la surface de projection.

;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;

Pupitre de conférencier complété par une

Poste de commande au sein d’un espace

desserte multimédia dotée d’une tablette

de formation sophistiqué. Le plateau

en débord pour le rétroprojecteur ; cette

intègre une dalle numérique permettant

tablette permet de déposer latéralement les

d’accéder à toutes les fonctions domotiques

transparents avant et après leur projection.

et multimédia, et notamment de piloter les trois dalles numériques montées au mur.

215

Postes de travail et communication 4 Les conclusions d’études récentes sur le comportement des managers peuvent surprendre. Ainsi, le privilège d’ordonner et de contrôler est moins essentiel pour le manager d’aujourd’hui que sa fonction de médiateur entre les collaborateurs et les objectifs de l’entreprise : à notre époque, le leadership se mesure à la capacité de fédérer et d’inspirer. Lorsque l’aménagement des espaces de direction tient compte de cette évolution, ce n’est pas la dimension statutaire qui s’exprime, mais l’ouverture, la transparence, et l’importance accordée au travail d’équipe dans un contexte qui privilégie la communication.

216

Postes de travail et communication

La communication comme principe de management

Manager, c’est apprendre et non savoir. Celui qui veut manager par le savoir – ou le ‘savoir mieux’ – sera toujours perçu comme arrogant. Manager, c’est vivre une aventure en commun entre deux échelons de la hiérarchie. C’est aller au-devant de découvertes. C’est stimuler la créativité. C’est faire du travail un plaisir. Pourquoi ? Parce que nous faisons plus volontiers ce qui nous gratifie. Aussi faut-il miser sur la communication, sur l’ouverture et la compréhension mutuelle. Rudolf Mann.

Ouvrir les espaces de domination : pourquoi et jusqu’où ? Dans toutes les situations de conférence, de réunion et d’échange évoquées jusqu’ici, une constante n’aura pas échappé au lecteur : le partage d’espaces ouverts à tous – ou au moins à toute une typologie de personnes au sein de l’entreprise. De tels espaces sont neutres par essence : aucun participant n’y est davantage chez soi que l’autre. Cela répond à un besoin profondément ancré de dissocier la sphère personnelle des activités communautaires. Mais dans certains cas et de façon tout à fait délibérée, l’échange se fait dans le périmètre de travail de l’un des participants – le participant ‘dominant’. C’est une situation qui n’est pas sans rappeler le vieux principe de l’audience – autrefois le privilège des dignitaires, et jusqu’à ce jour celui du Saint-Père accordant une audience papale. Le fait d’imposer le lieu de la rencontre exprime à lui seul la relation de sujétion. Cela n’étonnera par conséquent personne que les espaces de réunion intégrés au périmètre de travail aient une longue tradition au sommet de la pyramide hiérarchique. Certaines mauvaises langues prétendront que c’est une excellente façon d’utiliser mieux un espace souvent très surdimensionné... Mais de plus en plus, les espaces de réunion intégrés de ce type ont bien moins une fonction statutaire que celle de pôles actifs de communication.

217

Cette évolution corrobore la proportion toujours plus forte de la réunion et l’échange sous toutes leurs formes dans le planning de l’encadrement : elle oscille dans l’intervalle entre 80 et 90 %. Dans un tel contexte, ‘diriger’ est une notion dont les contenus

« La communication dont nous avons besoin aujourd’hui est une communication de l’échange et de la confrontation des points de vue. L’objectif n’est plus de l’emporter, ou même d’avoir simplement raison, mais de comprendre et d’apprécier les différences de

ont beaucoup évolué. Il s’agit bien moins de manager ses subordonnés par la contrainte que de leur transmettre les valeurs de l’entreprise, de les libérer de leurs appréhensions et d’effacer différences et barrières. Car ce sont là, très clairement, les prérequis de la motivation.

points de vue » : c’est ainsi que le consultant Rudolf Mann décrit l’essence du management moderne. Au-delà de considérations éthiques sur le respect des personnes, une telle approche est bénéfique sur un plan très concret : ne pas mobiliser et motiver les forces vives de l’entreprise, c’est compromettre à moyen terme son avenir et gaspiller ses ressources.

À une époque où la date limite de validité de nos connaissances est toujours proche, où tous les contenus essentiels sont disponibles en ligne, et où chacun peut par conséquent accéder à l’ensemble des données, la rétention d’information comme instrument du pouvoir n’a plus aucun sens. Le supérieur hiérarchique omniscient, dont la compétence dépasse en tout celles de ses collaborateurs, s’est soit entouré d’une équipe incompétente, soit consacré lui-même à des tâches d’exécution plutôt que d’exercer celles qui lui incombent – la motivation et l’inspiration. Les relations externes de l’entreprise sont aujourd’hui dominées par le sens du service, la prise en compte des réalités du marché et les exigences de la communication : il ne s’agit plus de fabriquer, mais de trouver preneur. De la même façon au sein de l’entreprise, il ne s’agit plus d’imposer, mais de motiver et d’inspirer.

218

Postes de travail et communication

Les réunions entre managers et managés peuvent s’inscrire dans des contextes très différents. Ils vont de l’entretien d’évaluation jusqu’à la réunion périodique, en passant par le suivi de projets. Dans cette perspective, l’intérêt de tenir la réunion directement dans le périmètre de travail du manager offre un intérêt très concret : toutes les informations et tous les documents sont à portée de main. Par ailleurs, l’atmosphère et le relatif isolement qu’offrent un espace de direction s’avèrent propices pour aborder des thèmes sensibles ou confidentiels. Il ne faut cependant jamais perdre de vue les risques de politisation, même inconsciente, inhérents à la démarche : avoir un entretien avec son ‘chef’ n’est jamais un évènement neutre. La proximité du pouvoir qu’une telle entrevue suggère fera des envieux – ou à l’inverse, la finalité de sanction qu’elle peut impliquer ravira, le cas échéant, certains collègues …

Organisation et méthodologie préétablies, formalisées ou informelles

La symbolique des espaces de direction comme manifestation tangible du pouvoir est profondément ancrée dans l’inconscient collectif – parfois bien au-delà de la stature effective de l’occupant. Ainsi, même dans les entreprises qui opèrent selon des

Fréquemment, les réunions dans le périmètre de travail du manager ne sont pas improvisées : elles incluent un ordre du jour précis, en général à l’initiative du demandeur d’information. Cela vaut également pour le compte-rendu de réunion : sauf dans le cas

modes de travail entièrement déstructurés, le poste du manager restera vacant en son absence : tout au plus un collègue de rang égal l’utilisera-t-il sporadiquement, mais le sentiment de transgression resterait très fort pour celui qui se l’approprierait. Sur un plan très général, le contexte est complexe et riche en ambivalences. Ainsi, un manager, voulant créer ce qu’il pense être un

d’une évaluation directe et personnelle, c’est au subordonné qu’il incombe de résumer les contenus …

maximum de transparence, dotera peut-être son bureau de larges cloisons vitrées. Mais pour ses collaborateurs, cette volonté ‘d’ouverture’ sera plutôt perçue comme le souci de tout voir et de tout contrôler. Cette situation peut même se retrouver sur des plateaux ouverts entre collègues de rang égal ; il suffit que l’un d’eux soit en charge d’un aspect spécifique au sein d’un projet commun pour que les autres se sentent aussitôt observés et contrôlés.

divers de façon plus informelle – tant il est vrai qu’améliorer la dimension relationnelle devrait être toujours partie intégrante d’une telle réunion. Pour favoriser une atmosphère détendue et conviviale, quelques rafraîchissements seront les bienvenus.

Sachant que les règles élémentaires du management incluent la gestion souple de telles réunions, il est souvent possible, à l’issue de l’ordre du jour proprement dit, d’aborder des thèmes

Cela étant, il est clair que – quel que soit le degré d’ouverture du concept architectonique et de la culture d’entreprise – les limites de l’échange sont vite atteintes lorsque le subordonné s’aventure à mettre en doute la compétence de son supérieur...

219

Aménagement et mobilier : entre prédilections personnelles et identité visuelle.

Plus on progresse vers les sommets de la hiérarchie, plus les managers disposent d’une certaine latitude dans les choix d’aménagement de leur propre espace de travail. Ce n’est pas, tant s’en faut, un gage de qualité. Néanmoins, conscients pour la plu-

Aujourd’hui, le développement des supports informatiques a permis de minimiser les volumes de rangement et l’encombrement des bureaux par des dossiers en cours. Il en est d’autant plus facile de créer des aménagements favorisant la communication – même

part que les responsabilités de décideur n’incluent pas forcément des compétences esthétiques, nombreux sont ceux confient à leur épouse ou à leur assistante non pas seulement le choix de la cravate, mais également celui du mobilier... Notons que potentiellement, la situation pourrait changer avec la conquête progressive par les femmes des échelons supérieurs de la hiérarchie. Pour évi-

dans des espaces relativement exigus. Dans des structures d’aménagement de type ‘alvéolaire’ où la place est sévèrement comptée, une solution fréquemment adoptée est de prolonger le plateau du bureau par un appendice censé servir de table de réunion. Autant le dire d’emblée : Il n’y parvient ni sur le plan pratique ni sur le plan psychologique. En fait, il n’existe que deux situations

ter que l’aménagement des espaces de travail s’affranchisse trop radicalement, au niveau des dirigeants, des principes d’identité visuelle propres à l’entreprise, et pour éviter de renouveler le mobilier à chaque changement de l’organigramme, il importe de poser d’emblée les jalons d’une identité visuelle clairement définie. Elle préservera une certaine latitude, mais en canalisant autour de deux ou trois alternatives l’éventail des variantes stylistiques.

de base : la classique situation de type ‘entretien’, lors de laquelle les deux participants se font face, et la table de réunion séparée, conçue pour favoriser un échange beaucoup plus informel. Lorsque la dimension de la pièce est très généreuse, il devient même possible de créer un véritable coin salon ou d’intégrer un îlot de discussion en hauteur pupitre.

Le fait que l’on ‘monte voir le directeur’ n’a rien d’un cliché. Il est de règle que les espaces de direction se situent à l’étage et, dans le cas d’immeubles plus conséquents, au dernier étage. Le sommet de la hiérarchie trouve ici une interprétation très littérale … Au sein même de l’étage concerné, les différences sont sensibles : la taille des bureaux, leur position – le fameux ‘corner office’ en est un bon exemple – l’importance du secrétariat adjacent sont autant de critères qui différencient les décideurs des véritables dirigeants. Dans un tel environnement, le secrétariat demeure du reste un véritable métier – à l’inverse des échelons intermédiaires, qui ne disposent plus, en général, que d’un service très standardisé.

220

Postes de travail et communication

Au même titre que les autres espaces de communication, un bureau de direction inclura les connexions et les équipements nécessaires pour accéder directement aux informations en réseau et à l’ensemble des ressources offertes par les NTIC. Un tel dispositif contribue du reste à gommer les différences hiérarchiques : l’accès à l’information permet au subordonné de faire quasiment jeu égal avec son supérieur hiérarchique qui – dans la situation antérieure où il disposait seul de l’ensemble des informations – était, nous l’avons vu plus haut, dans une position très dominante.

En un coup d’œil : communication dans un espace de travail

Animation d’une équipe Taille de la pièce : 30 m² Page 222

Espace de travail et de réunion doté d’un aménagement reconfigurable Taille de la pièce : 28 m² Page 224

Gestion de l’information et espace de travail Taille de la pièce : 28 m² Page 226

Espace de direction ayant vocation de pôle de communication Taille de la pièce : 46 m² et 62 m² Pages 228–231

221

4 L’informatisation et les NTIC nous ont permis – en

Animer une équipe : les approches formelles et informelles

liaison avec des logiciels de plus en plus conviviaux – de redéfinir la vocation des espaces de direction. Ce n’est plus le ‘bureau’ qui domine : l’aménagement tout entier reflète un style de management essentiellement convivial. Le renouvellement des générations a accentué cette tendance.

3

1

2

5

Le rajout d’un plateau permet de transformer un bureau classique en table de réunion carrée pour cinq à sept participants ; l’interface informatique est intégrée au bahut placé au

4

fond.

2

1

Un poste de travail compact vient

Une grande table, rayonnée sur les

compléter le bahut, dégageant la place

deux petits cotés, permet des échanges

nécessaire pour intégrer une table de

intensifs entre quatre à six personnes ;

réunion séparée de forme ronde.

elles peuvent consulter à tour de rôle des informations en réseau accessibles depuis le pupitre.

222

Postes de travail et communication

Échelle 1:100 / Dimensions en cm

520

520

Taille de la pièce : 30 m²

590

590 2

2

1

3

240

4

210

4

200

120

180

5

5

1 Meuble informatique de type secrétaire, tirette porte-clavier intégrée 2 Desserte pour rafraîchissements 3 Desserte pour téléphone et fournitures

150

190

180

220

4 Bahut pour dossiers et documentation 5 Paperboard pour préparer et conduire échanges et discussions

440

680

1

125

Dans l’acception moderne du terme, manager, c’est davantage animer que diriger. Dans une

ou bahut. Cela permet d’installer une table de réunion libre de tout obstacle, conviviale et

telle perspective, le ‘bureau de direction’ classique perd sa fonction de rempart et de symbole statutaire au profit de la réunion et de l’échange.

propice à l’échange. Une telle configuration évitera au subordonné un sentiment d’intrusion et atténuera la dimension statutaire de l’environnement. L’atmosphère créée ainsi sera d’autant plus productive qu’elle est moins intimidante.

4

90

L’informatisation des process a fait beaucoup évoluer la vocation des bureaux de direction. Classiquement, le manager, assis à sa table de bureau, traitait des dossiers et réfléchissait à partir de supports papier. Aujourd’hui, l’essentiel

2

5

150

145

145

130

Le rapport hiérarchique est le plus tangible d’un coté à l’autre d’une table rectangulaire. Un plateau carré diminuera sensiblement cet

des contenus informatifs a pris une forme numérisée. Pour éviter de créer un effet de barrière,

effet ; un plateau rond l’éliminera pour ainsi dire intégralement – pour autant que des sièges

il est cependant important que l’ordinateur ne soit pas placé entre les interlocuteurs, mais

identiques suppriment toute évocation de statut.

intégré à une structure séparée de type pupitre

223

Cohérence et diversité

4 Lorsqu’un aménagement doit prendre en compte à la fois la cohérence des solutions et les préférences 2

personnelles des utilisateurs – au même titre que la

3

configuration spécifique de l’espace – le choix de solutions archétypales en matière de mobilier c’est le prérequis de solutions versatiles.

4

5

2 1

Inversion des proportions usuelles : dans cette configuration orthogonale,

4

la plus petite des deux tables et le volume adjacent constituent le poste de travail informatique, la table principale d’une taille exactement double servant de table de réunion... En alternative, le poste informatique est installé sur une table en hauteur pupitre que jouxte un volume de même 4

hauteur ; l’ensemble est complété par une table dont le plateau est moitié moins grand : elle sert à déposer en-cas

3

et rafraîchissements. 2 La combinaison en ‘L’ d’une table avec une deuxième table de proportions identiques et de dimensions 1:√2 permet d’asseoir jusqu’à six participants ; la petite table dans la partie arrière de la pièce et le mobilier connexe servent de poste de travail informatique.

224

Postes de travail et communication

Échelle 1:100 / Dimensions en cm

480

Taille de la pièce : 28 m²

590

250

2 3

222

seul un raccordement au secteur et au réseau informatique sont nécessaires.

4 5

Les variantes présentées sont toutes fondées sur un système extrêmement polyvalent de tables individuelles et de volumes permettant de ranger les fournitures, les dossiers suspendus, les classeurs, etc. Tant les tables que les volumes peuvent être combinés librement pour répondre à des impératifs esthétiques autant que fonctionnels. La proportion des éléments entre eux est régie par le principe des formats de papier DIN A. En clair : le petit côté d’une table a la même longueur que le grand côté de la table de format immédiatement inférieur. Cela crée une harmonie intrinsèque entre les différents formats ; elle se maintient naturellement quelle que soit la confi-

135

1 Pupitre et volume adjacent 2 Volume bas intégrant une imprimante personnelle 3 Volumes en hauteur standard formant bahut pour documents et dossiers 4 Paperboard pour préparation et animation de la discussion et de l’échange 5 Volumes bas dotés de coussins

440

440

650

650 2

300

4

174 4

84

3 1

guration choisie – et sans que celle-ci génère jamais une impression de désordre. Les trois hauteurs fonctionnelles classiques – table basse, table standard et pupitre – se conjuguent au principe des formats DIN A pour offrir les possibilités combinatoires requises. Il devient dès lors facile de répondre en souplesse à des cahiers des charges très spécifiques – et ce dans le strict respect des impératifs esthétiques.

118

118

200

180 168

168

136

La fonction de manager permet de tirer le profit maximum de l’évolution de l’informatique vers des solutions toujours plus miniaturisées. Le travail à l’écran n’étant qu’intermittent, il n’y a nul besoin de disposer d’un écran de grande dimension – comme l’ergonomie le prescrirait en cas de travail prolongé dans un environnement informatique. De plus, les managers ont généralement avec eux leur propre ‘poste de travail’ sous forme de leur ordinateur portable. Dès lors,

136

178

178 225

De la fonction ‘directoriale’ à la dynamique de l’échange

5

4 La fonction directoriale, on l’a vu, consiste aujourd’hui bien moins à diriger au sens classique du terme qu’à concerter et à animer. En fonction de la variation du nombre de participants, le concept, au même titre que dans un contexte conférence classique, se devra d’allier souplesse et prise en compte des impératifs fonctionnels 2

– notamment sur le plan des NTIC.

1 4

3

8

Une table dotée d’un piètement central

tantôt table de réunion. Une table

offre sur toute sa périphérie un excel-

supplémentaire en hauteur pupitre sert

lent espace aux jambes. Elle intègre les

de poste de travail proprement dit. Elle

connexions courants forts/courants

favorise le mouvement et les change-

faibles, se prêtant ainsi à une utilisation

ments de posture tout en préservant la

polyvalente – tantôt poste de travail,

confidentialité de documents éventuels.

7 6

Composantes statiques et dynamiques se complètent : la table de conférence permettant d’accueillir jusqu’à huit participants combine une table indivi-

6

2

duelle et une table pliante mobile.

8

Chacune des deux tables est équipée de connexions informatiques intégrées et d’un système d’interconnexion facile à mettre en place.

226

Postes de travail et communication

7

Échelle 1:100 / Dimensions en cm

Libérer entièrement l’espace de travail des supports papier reste quelque peu utopique ; en revanche, les volumes d’archivage nécessaires ont commencé à diminuer sensiblement, de nombreux documents étant plutôt scannés qu’archivés – ou tout simplement générés d’emblée sous forme numérique. De la même façon, dans le cadre d’une réunion, les supports papier sont de plus en plus souvent remplacés par les ordinateurs portables des participants.

Taille de la pièce : 28 m²

590

480

90

2

5

160

3

Autant les équipements multimédia sont devenus partie intégrante des espaces conférence, autant ils devraient équiper plus systématiquement les espaces de travail à vocation conviviale. Ils créent en effet les prérequis d’une communication 1

décloisonnée, fondée davantage sur la coopération que sur les rapports hiérarchiques.

170 4

150

150

Une table de réunion intégrant les connexions courants forts/courants faibles, y compris la fonction ‘Show me’, constitue la réponse idéale à un tel cahier des charges. Les connexions se font en série et le système intègre un écran partagé. Ainsi, chacun peut ‘prendre la main’ pour présenter à l’ensemble des autres participants – dans des conditions optimales – les contenus de son ordinateur. L’écran partagé peut être soit monté sur une desserte, soit intégré à la table et motorisé.

290

1 Table de travail et de réunion sur piètement central ; boîtier de connexion affleurant pour ordinateur portable 2 Desserte multimédia dotée d’une commande à distance

Lorsque les participants sont connectés en réseau, il devient facile de rédiger le compte rendu de réunion en temps réel et de diffuser les résultats de la réunion directement par l’intermédiaire du réseau informatique. Lorsque le nombre de participants varie fortement, la table fixe peut être complétée par une table pliante mobile – pour autant que les deux tables soient esthétiquement compatibles et puissent être interconnectées.

depuis les connexions intégrées à la table 3 Paperboard pour animer et suivre l’évolution des débats 4 Tableau d’affichage pour une visualisation ‘analogique’ des contenus et pour regrouper la documentation sur un plan vertical 5 Table à piètement central en hauteur pupitre, connecteurs intégrés 6 Table de travail et de réunion ... 7 ... pouvant être complété par une table pliante mobile. La configuration permet alors d’installer jusqu’à huit participants. Les deux tables peuvent être interconnectées. 8 Sièges visiteur empilables à piètement luge

590

590

130

480

130

480

3

210

210

6

6

140

7

140

8

7

150

150

150

290

240

290 227

4 Pour offrir un maximum de crédibilité, l’évolution du

Le bureau de direction comme pôle de communication

management doit être aussi cohérente que visible. Des bureaux de direction suffisamment vastes offrent des possibilités nombreuses d’aménager l’espace en fonction des processus de coordination et d’échange.

1

2

3

4

Le poste de travail tient ici lieu de table de réunion : l’ordinateur personnel du dirigeant est escamotable d’une simple pression du doigt pour ne pas interférer avec le déroulement de la dicussion. Le coin salon séparé crée les conditions d’une atmosphère particulièrement informelle et conviviale. Un bahut et une desserte recevant documentation et rafraîchissements complètent l’aménagement.

228

Postes de travail et communication

Échelle 1:100 / Dimensions en cm

790

Taille de la pièce : 46 m²

590

2

140

3

280

1 Table de travail et de réunion dotée d’un écran

1

4

170

informatique motorisé, intégré en affleurement 2 Bahut intégrant une partie vitrine 3 Desserte pour rafraîchissements

120

4 Coin salon pour échanges informels

180

Pour l’ensemble des auteurs spécialisés, l’évolution du rôle et des objectifs du management est la conséquence de deux évolutions majeures : les NTIC d’une part, l’accélération des cycles de développement et de vie des produits de l’autre. Ces deux facteurs se combinent pour créer un impératif vital :

Cela ne remet pas en cause l’agencement traditionnel d’un espace de direction. En effet, lorsque les temps changent, la pérennité de certains points d’ancrage est d’autant plus précieuse : ils rassérènent le personnel de l’entreprise. Le classique ‘bureau de direction’ a souvent, de fait, les dimensions d’une petite table de réunion. Il faut cependant veiller à choisir une structure suffi-

communiquer mieux pour décider plus vite. En parallèle, la complexité et la segmentation grandissante des compétences et des marchés ne permettent plus au décideur de se considérer comme omniscient. Au contraire, dans l’intérêt de l’entreprise, son rôle sera de coordonner, d’arbitrer, d’animer et de motiver – en fédérant des groupes issus parfois d’horizons très divers autour d’un projet ou d’un objectif partagé.

samment en retrait des bords du plateau pour ménager l’espace aux jambes nécessaire. Un plateau en étrave atténuera le côté conventionnel et formalisé de l’échange. Ici, l’ensemble des fauteuils pivotants est identique – à l’exception du siège de direction, que distingue son dossier haut. En situation de réunion, l’écran intégré en affleurement, le clavier et la souris s’escamotent entièrement dans le plateau. Pour élargir encore l’éventail des formes de communication, un coin salon favorise les échanges informels. L’assise peut être tirée vers l’avant pour former une couche propice à une sieste réparatrice – le fameux ‘Power napping’, qu’on ne saurait trop recommander aux cadres dirigeants.

229

Le management au pluriel

Bureaux de direction intégrant divers

Les schémas classiques d’aménagement

îlots de discussion et d’échange : ils

trouvent ici une interprétation nouvelle.

utilisent tous un même principe combi-

Le bahut, par exemple, intègre une

natoire entre tables et volumes de

partie écritoire qui permet d’en faire

rangement de formats assortis.

un poste de travail informatique à part entière ; deux tables hautes connectées

4 L’évolution fonctionnelle des bureaux de direction

au réseau courants forts/courants fai-

– et celle de l’aménagement qui l’accompagne – sont une

bles créent les conditions d’interactions

opportunité de varier les modes de communication. Les

dynamiques ; des volumes de range-

avantages sont tant symboliques que pratiques. Ainsi,

ment bas dotés de coussins d’assise et

une table haute créera une dynamique susceptible de

une table basse offrent une déclinaison

raccourcir sensiblement la durée d’une réunion, tandis

plus informelle de la discussion et de

que des banquettes seront plus propices à une évocation

l’échange.

animée des perspectives de l’entreprise que des fauteuils exagérément moelleux.

2

1 4

3 5

230

Postes de travail et communication

Échelle 1:100 / Dimensions en cm Taille de la pièce : 62 m²

890

700

140

4 2 1

168

Ici, l’aménagement tire sa cohérence de l’utilisation systématique de volumes de rangement et de tables parfaitement assortis. Ils conjuguent les impératifs formels et esthétiques, en combinant

3

notamment trois hauteurs complémentaires – table basse, table standard et pupitre. Cela permet de répondre tant aux exigences d’un échange convivial qu’à celles d’une présentation très dynamique, en passant par des situations d’interaction intensive entre participants.

118 59 5

L’aménagement de bureaux de direction en phase avec les exigences du management moderne évitera soigneusement toute dimension exagérément statutaire : il ne s’agit plus d’intimider et de marquer la différence, mais de créer un climat d’ouverture, de transparence et de convivialité propice au travail d’équipe. En effet, par définition, les bureaux de direction conservent une fonction emblématique : aussi se doivent-ils d’exprimer désormais le potentiel d’innovation de l’entreprise et l’originalité des idées qui la guident.

84

Le poste de travail informatique est situé à proximité directe de la table de réunion ; il est intégré à un bahut modulaire. 160

1 Table de travail et de réunion en hauteur standard 2 Bahut modulaire intégrant un poste de travail individuel pour ordinateur portable

180

L’îlot de discussion dynamique, conçu également pour accéder aux ressources multimédia, est centré autour de deux tables hautes intégrant les boîtiers de connexion courants fort/courants faibles nécessaires pour raccorder des ordinateurs portables. Deux écrans plats muraux de grande dimension complètent le dispositif.

3 Table haute permettant des échanges dynamiques entre six à huit participants ; connexions intégrées pour ordinateurs portables 4 Deux écrans plats de grande dimension montés au mur et directement connectés à la table haute correspondante 5 Tables basses et volumes de rangement bas équipés de coussins d’assise ; ils se prêtent idéalement aux échanges informels

Pour les situations d’échange informel, un deuxième îlot constitué de tables basses et de volumes de rangement de même hauteur dotés de coussins, est destiné aux discussions conviviales et détendues. L’homogénéité du concept d’aménagement global évite toute survalorisation de l’une des situations d’échange par rapport à l’autre ; cela permet de créer des conditions optimales quel que soit la nature des échanges, mais aussi de passer de l’une vers l’autre des formes et des configurations pour redynamiser une réunion qui tendrait à s’essouffler.

231

120

Postes de travail, tables de réunion et tables basses dans les espaces de travail conçus pour l’échange 120

Tables individuelles et modulaires

Des tables modulaires sont une bonne

Il est toujours préférable que les partici-

alternative aux tables individuelles. Elles

pants à une réunion se retrouvent en

permettent également de transformer

terrain ‘neutre’ ; cela incite à gommer

par addition la table individuelle en

toute manifestation exagérée du statut

table de réunion – pour autant que leur

hiérarchique. Il faut donc privilégier des

forme et leur style soient essentielle-

tables symétriques, plus proches des

ment identiques. L’avantage principal ?

tables de conférence que des bureaux

Ce système met en œuvre des tables

directoriaux classiques. Il convient aussi

standard, telles qu’elles sont utilisées

d’éviter les voiles de fond ; même fixés

dans les contextes de réunion et de

en retrait, il seraient ici déplacés et

conférence : la modularité devient ainsi

rappelleraient, au pire, la configuration

intermodale. Selon les cas, en revanche,

d’un comptoir de vente ! Pour accen-

la position du piètement peut restrein-

tuer encore la perception de la table

dre quelque peu les utilisations, notam-

comme d’un îlot neutre d’échange, il

ment en bout de table où l’espace aux

importe qu’elle ne soit pas encombrée

jambes sera parfois compté.

90, 120

73

120

240, 280

par des équipements techniques – notamment par un écran ou un ordi-

On ne saurait trop recommander

nateur portable. Deux solutions sont

d’équiper les tables de l’ensemble des

possibles : créer un poste de travail

connexions courants forts/courants

informatique compact séparé, ou

faibles requises par les équipements

intégrer les équipements informatiques

multimédia. Des boîtiers de connexion

en affleurement dans le plateau de la

en affleurement et des chemins de

table et les doter d’une commande

câbles permettant de ranger à l’abri des

motorisée.

regards alimentations, chargeurs et

180 150 125

73

excédents de câblage constitueront une En principe, toutes les tables haut de

solution esthétiquement et technique-

gamme se prêtent à une utilisation

ment idéale (se reporter à la page 192).

double en tant que table de travail et de conférence. Les piètements centraux

Matières et finitions

ou les structures médianes présentent

Dans les espaces de direction, la mise

ici l’intérêt de dégager un maximum

en œuvre de matières et de finitions de

d’espace aux jambes, y compris aux

très haute qualité va de soi. Elles sau-

extrémités de la table. C’est d’autant

ront évoquer – sur un mode discret,

plus vrai que la portée de la structure

mais prégnant – la dimension statutaire

sera plus importante et, partant, le

du lieu. En fonction du concept d’amé-

nombre des pieds plus réduit. Ici aussi,

nagement, le plateau de table sera en

des tables rondes créent les conditions

panneau de particules à grains fins ou

idéales d’un échange entre égaux.

en médium, tandis que pour les tables

180, 150, 125

120

73

modulaires, la préférence ira à des matériaux dotés d’une haute rigidité.

90, 120 232

Postes de travail et communication

180, 240

Illustration : Table de la gamme Palette et siège à piètement luge de la gamme Sito

59,4

118,8

168

84 105 73 44

200

100

Grâce à un plateau suffisamment

Les tables individuelles

Matières et finitions

rigide, ces tables modulaires se passent

polyvalentes

La polyvalence fonctionnelle arché-

d’une structure rapportée, maximisant

Elles s’affranchissent des stéréotypes

typale d’une telle gamme de tables

ainsi l’espace aux jambes. Diverses

relatifs à l’aménagement d’un espace

gagne encore en rigueur lorsque les

finitions des chants sont disponibles.

de direction. Particulièrement arché-

plateaux soulignent la polyvalence de

En matière de revêtement, le linoléum

typales dans l’exemple présenté, elles

la gamme par le choix d’un matériau

est une option, le bois plaqué jouant

allient des plateaux au dessin épuré à

original et sobre. Ici, le médium teinté

la carte du haut de gamme. Pour un

un piètement monté en affleurement

dans la masse constitue une alternative

maximum de robustesse, des chants en

aux quatre coins du plateau.

particulièrement convaincante. La

bois massif dotés de profilés antichoc

protégée par un vernis polyuréthanne

des plateaux est repris pour la progres-

incolore ; elle présente un aspect qui

La finition des structures doit être à la

sion de taille d’un plateau vers l’autre.

rappelle celui de la pierre naturelle

mesure de celle des plateaux. Le piète-

Cela permet d’utiliser un seul module

– sans en avoir la froideur. La cohérence

ment intègrera des vérins de compen-

fondamental pour couvrir tout l’éventail

visuelle de l’ensemble est ici soulignée

sation assurant une parfaite planéité du

des formats. Il en résulte un haut degré

par un piètement en acier dépoli monté

plateau. L’acier ou l’aluminium conju-

d’harmonie et la possibilité de reconfi-

sur une structure masquée.

guent robustesse, précision des assem-

gurer l’aménagement facilement et

blages et qualité des traitements de

sans jamais compromettre l’harmonie

surface. Un piètement poli ou chromé

de l’ensemble. Ce principe de standar-

brillant, associé à une structure anodi-

disation va ainsi de pair avec une

sée ou laquée dans un coloris assorti,

variabilité maximale. Quand une telle

sont un gage de longévité.

gamme de tables est disponible dans

180

90

90

structure est laissée visible, simplement Le rapport 1:√2 qui régit la proportion

sont à privilégier.

les trois hauteurs – basse, standard et 73

pupitre – les différenciations possibles augmentent encore la pertinence des solutions.

180 233

Les équipements multimédia dans un espace de travail et d’échange

Le poste de travail informatique

Un tel agencement, en soi plutôt stati-

Lorsque, dans un bureau de direction,

que, peut être optimisé par la présence

l’informatique n’est sollicitée que de

d’une tablette mobile recevant le clavier

façon intermittente – correspondance

et la souris et par la délocalisation des

par e-mail, consultations sur l’intranet

équipements périphériques – impri-

et l’internet, préparation et suivi de

mante, mémoire de masse etc. – dans

projets – il n’y a pas d’inconvénient

les volumes de rangement modulaires

fonctionnel à dissocier le bureau de

(pour autant que l’arrière du bahut soit

direction du poste de travail propre-

ventilé et permette le passage du

ment dit. Cela permet de consacrer la

câblage). Les solutions les plus souples

table, généralement largement dimen-

conjuguent de façon additive des

sionnée, à une seule vocation de pôle

modules issus d’une même gamme.

d’échange et de communication – ce

Différentes hauteurs de plateau et un

qui n’exclut pas l’accès aux ressources

ensemble d’équipements fonctionnels

informatiques. La prise en compte de

complémentaires offrent une très

cette dualité fonctionnelle présente

grande versatilité. À noter : des étriers

trois avantages : elle libère la table prin-

fixés sur les piètements et des filets

cipale des équipements techniques au

montés sous les plateaux permettent

profit de la seule communication inter-

de gérer le câblage et de ranger à l’abri

personnelle ; elle permet de dissocier

des regards les accessoires disgracieux

un espace plus personnel et confiden-

– chargeurs, alimentations, éventuels

tiel du pôle d’échange dont la fonction

excédents de câblage.

79

53

90

73

est spécifique ; elle offre à l’utilisateur principal, en passant de l’un à l’autre

Matières et finitions

des deux contextes, la possibilité de

Que l’on choisisse un bahut d’un seul

changer de posture – prérequis indis-

tenant ou un ensemble de volumes

pensable d’une ergonomie bien pensée.

modulaires, il va de soi que les matières

44

84

et les finitions seront assorties au mobiLe faible encombrement du matériel

lier principal que représente le bureau

informatique permet d’aménager un

de direction proprement dit. La reprise

poste de travail informatique dans un

des détails de finition du plateau et des

minimum d’espace. Il s’intègre ainsi,

chants comme de ceux de la structure

par exemple, à un bahut placé derrière

créera les conditions d’une parfaite

le siège du manager, et assorti au reste

harmonie. Pour illustrer un tel principe :

de l’aménagement.

le bahut et la table partageront les

84

42

mêmes structures verticales en aluminium anodisé, associées à un piètement en aluminium poli ; si en revanche le

105

piètement des tables est chromé brillant, on retrouvera idéalement cette finition dans les profilés de structure du bahut. De tels profilés, en aluminium

44

ou en acier, concilient robustesse et précision des assemblages.

42

234

Postes de travail et communication

84

84

Dans les solutions additives et reconfi-

Équipements de visualisation

desserte constitue une solution sensible-

gurables, il va de soi que les finitions

L’évolution est ici parallèle à celle que

ment plus élégante. Il faudra simplement

des plateaux, des structures et des

connaissent les espaces conférence :

veiller aux connexions entre l’écran

volumes seront choisies pour être par-

au-delà du tableau d’affichage ou du

lui-même et l’ordinateur portable du

faitement homogènes. Pour pouvoir

paperboard, l’intégration des NTIC va

manager. La fonction ‘Show me’ consti-

reconfigurer l’espace sans contraintes,

entre-temps de soi. En revanche, des

tue un raffinement supplémentaire : elle

on veillera à choisir des meubles conçus

écrans de petite taille tels ceux des ordi-

permettra à chacun des participants

pour être utilisés sur leurs quatre côtés.

nateurs portables ne permettent pas de

d’afficher directement sur l’écran partagé

Un matériau tel le médium teinté

partager l’information dans de bonnes

les contenus de son ordinateur person-

dans la masse pour les plateaux et

conditions. Même compact et mobile,

nel. La dynamique et l’efficacité de

les volumes soulignera visuellement la

un projecteur numérique s’avèrera à

l’échange s’en trouveront sensiblement

polyvalence du système.

l’usage trop bruyant et handicapé par

améliorées.

un contraste trop faible pour une projection en lumière de jour – sans comp-

Pour plus de précisions, se reporter

ter le câblage disgracieux. Un écran

aux pages 200–205.

plat de grand format monté sur une

95 128

74

180 128 100

105

Illustration de gauche : Siège pivotant Solis et composition modulaire – tables et volumes de rangement – de la gamme DinA 118

235

Les sièges dans les espaces de direction

106–117

42–53

64

64

61

91–102

85

42–53

43

61

57

56

112–123 91–102

42–53

68

65

42–53

68

65

Illustration : Table individuelle Logon, siège visiteur Sito à piètement luge et fauteuil Modus

Sièges de travail et de réunion

L’ergonomie ne sera pas en reste.

Dans des bureaux de direction conçus

Elle est, en fait, sans rapport avec

pour la discussion, le débat et

l’épaisseur du rembourrage ou le luxe

l’échange, il faut conjuguer deux impé-

des revêtements. Pire, plus d’un revête-

ratifs : une dimension discrètement

ment qui se voudrait ‘statutaire’ s’avère

statutaire et le respect de l’identité

à l’usage tout simplement inconforta-

visuelle de l’entreprise. La gamme des

ble. Ici, il est surtout crucial de solliciter

sièges utilisés dans l’entreprise devra

de façon équilibrée la musculature de

donc inclure les fauteuil de direction.

l’utilisateur et de favoriser les change-

77 43

59

56

87

ments de posture. Le principe de l’assise dynamique – dans lequel l’incli-

43

naison synchrone de l’assise et du dossier suit exactement les mouvements du corps – présente sur ce plan des avantages décisifs.

59

57

97

43

59 236

Postes de travail et communication

58

120–132 98–120

92–102

91–104

40–52

42–52

40–52

64

66

67

63

67

64

40–52

67

64 121–133

108–118 89–101

80 42–52

43

55

60

67

39–51

67

63

64

39–51

67

64

85 40

63

62

Des sièges visiteur issus de la même

Matières et finitions

La structure des sièges sera assortie à

gamme assureront une harmonie sans

La cohérence globale du concept

celle des autres éléments de mobilier.

faille de l’ensemble. Les choix fonction-

impose des revêtements identiques

Des finitions de type aluminium poli

nels – è fixe, croisillon sur roulette ou

pour l’ensemble des sièges. Souvent,

ou chromé mat s’accordent idéalement

piètement luge – se feront en fonction

dans un tel contexte, la préférence est

avec des piètements de table brossés,

de la durée moyenne d’utilisation,

donnée au cuir, dont les connotations

dépolis ou laqués. Des piètements de

répondant ainsi aux exigences de l’er-

statutaires restent fortes. S’il est de

chaises chromés brillant s’harmonise-

gonomie et à la nécessité de varier les

bonne qualité, il acquerra avec le temps

ront pour leur part avec des structures

postures.

une patine valorisante. Mais des revête-

de table laquées noir.

ments tissus ou microfibres luxueux Pour plus de précisions, se reporter

assureront une meilleure ventilation et

aux pages 62–65.

constituent une excellente alternative.

237

Le travail en équipe : espaces et contextes

4 Dans la gestion des projets et dans les nouvelles approches de la répartition des tâches, la segmentation des entreprises en départements a perdu l’essentiel de son sens. Aussi les concepts innovants des espaces de travail privilégient-ils la modularité et la variabilité, afin de permettre, dans un même espace, d’opérer tantôt en petit groupe, tantôt au sein d’une équipe plus importante. Idéalement, de tels espaces seront aussi ouverts que possible, le cloisonnement partiel n’étant par architectural, mais défini par des éléments d’agencement et de mobilier mobiles.

238

Le travail en équipe : espaces et contextes

Dans le contexte économique mouvementé qui est le nôtre, la liberté est le prérequis de l’efficacité : les temps sont révolus où la réflexion stratégique et l’organisation venaient d’en haut. Plus vives sont les turbulences, plus décisive est la délégation des décisions stratégiques et des objectifs. C’est au niveau opérationnel qu’il faut les situer – là où les signes annonciateurs du changement sont détectés le plus tôt. Gunter A. Luedecke

De la conférence au travail en groupe

Les bouleversements qui touchent notre univers de travail confrontent les entreprises à la nécessité de repenser leur organisation de fond en comble. Il faut aller à la source de l’information, mobiliser aussi rapidement que possible les compétences et passer sans attendre à l’action. Ce mode opératoire est le prérequis de la réactivité et de l’efficacité indispensables aujourd’hui. En effet, seule la mobilisation des équipes opérationnelles très en amont évitera de se fourvoyer et de procéder sur un mode tâtonnant de type ‘trial and error’. Cela présuppose que l’ensemble des intervenants ait conscience de l’importance de leur comportement et de leur action dans le bon fonctionnement de l’entreprise ; plus les dysfonctionnements seront identifiés rapidement, plus les déperditions pourront être minimisées – et plus chacun des collaborateurs impliqués pourra exercer librement ses responsabilités et ses talents. La conséquence directe : la nécessité d’anticiper au maximum et de responsabiliser les échelons opérationnels de la hiérarchie entraînera automatiquement une remise en cause des structures organisationnelles et des modes de communication. Pour y répondre, de nouvelles typologies d’organisation devront se mettre en place, notamment le travail en groupe et l’approche des projets sur un mode pluridisciplinaire. Dans un tel contexte, les principes rigides et les structures cloisonnées n’ont plus leur place. La concertation et la mise en réseau des compétences se doivent alors de devenir les moteurs de l’échange d’idées. Aussi la définition des objectifs et la répartition des tâches – tout comme les débriefings périodiques – sont-ils devenus partie intégrante du mode de travail. Il va par conséquent de soi qu’ils influent directement sur l’aménagement.

239

À ce titre, les dernières décennies ont été riches d’approches expérimentales. Les espaces de bureaux sur un principe proche du hall d’usine ont cédé leur place aux bureaux paysagés, qui à leur tour sont passés par la phase des espaces alvéolaires – les fameux ‘cubicles’ dans le jargon anglo-saxon – et des bureaux en binômes. Ces dernières formes de segmentation de l’espace ne sont en rien propices à la gestion de projets par des équipes pluridisciplinaires. En effet, la dynamique nécessaire pour mener à bien ce type d’activité ne s’accommode guère d’échanges téléphoniques et par e-mails et d’épisodiques réunions dans un

Mais pour des projets de longue haleine et des travaux en groupe plus ambitieux, ce type d’îlot au sein d’un bureau hybride n’est pas la solution appropriée. En effet, elle ne remet pas véritablement en cause les comportements classiques, marqués par le cloisonnement et le ‘chacun pour soi’. Il suffit d’observer pour s’en convaincre de tels espaces : en général, les surfaces vitrées – prévues initialement pour créer un sentiment d’ouverture – sont occultées par des calendriers ou des photos, quand ce ne sont pas des porte-manteaux. C’est dire à quel point le repli tend à prendre – ici comme ailleurs – le pas sur l’ouverture. Or dans une

créneau horaire convenant à tous les participants : en fait, un mode d’échange spontané, direct et permanent est indispensable. Il n’est pas compatible avec la pérégrination des intéressés de bureau en bureau ou l’utilisation périodique de salles de réunion souvent difficiles à réserver. Tant il est vrai qu’en matière de travail en équipe, la dimension essentielle est le contact en temps réel.

logique de projet, le travail de chacun ne prend son sens qu’au sein du groupe. Ce groupe, du reste, est généralement évolutif, chaque nouvelle phase et chaque nouveau projet remettant en cause la géométrie du dispositif et la mission de ses participants.

Aussi en est-on venu à privilégier des formes hybrides de l’organisation de l’espace qui conjuguent un aménagement alvéolaire avec des zones ouvertes, propices au travail en commun. Ces dernières se présentent souvent sous forme d’îlots centraux dotés de cloisons vitrées ; elles assurent l’isolation phonique sans délimiter visuellement l’espace. Cela crée une atmosphère propice aux interactions spontanées. Souvent, différentes fonctions connexes sont intégrées à l’îlot – reprographie, coin cuisine, imprimante, télécopieur etc. Ce type d’implantation en est d’autant plus bénéfique à la communication informelle. Un tel agencement permet aussi, tout au moins de façon intermittente, des phases de travail en groupe et l’intégration des postes de travail temporaires destinés – par exemple – à la force de vente. Lorsqu’elle est de passage au bureau, elle peut ainsi notamment accéder à l’ensemble des ressources informatiques.

240

Le travail en équipe : espaces et contextes

Aussi souplesse, versatilité et évolutivité sont-ils au cœur des concepts actuels d’aménagement des espaces tertiaires. La modularité des espaces permet de créer tant les conditions d’un travail fructueux en petit groupe que d’accueillir des équipes importantes. Des espaces très ouverts offrent ici une solution idéale : l’objectif n’est ni statutaire ni fondé sur la novation architecturale, le but essentiel d’un tel agencement étant d’offrir au travail en groupe un environnement aussi souple et productif que possible. Il n’étonnera personne, dans ces conditions, que les professions dites créatives aient été les premières à adopter ce type d’organisation du travail – tant il est vrai que 80 % des idées sont le fruit de conversations informelles. Ainsi, les architectes, les designers, les publicitaires et les spécialistes des relations publiques ont été les pionniers de la mise en pratique de deux principes simples : on est toujours plus créatif en duo qu’en solo, et la compétence d’un groupe croît avec le nombre de ses participants. On ne dispose pas, pour l’instant, d’indications fiables sur la taille critique de tels groupes. Il ressort cependant d’une approche empirique que la fourchette idéale – à l’instar des formes de communication avec animateur – se situe entre six et douze participants, le maximum étant de l’ordre de quinze.

Organisation et méthodologie : semi-autonome et dédiée Le principe du travail en groupe gagne en importance dans tous le contextes, y compris les plus standard – dans la production comme dans les espaces tertiaires. Dans les organisations traditionnelles, l’imbrication des départements, le chevauchement partiel des attributions et la pyramide hiérarchique entraînent des déperditions importantes.

A l’inverse des formes pérennes du travail en groupe, les équipes chargées d’un projet sont formées ad hoc. Une fois celui-ci mené à bien, les membres de l’équipe se séparent à nouveau. Le principe est ici de fédérer des compétences transversales en s’affranchissant du schéma traditionnel des départements. Les avantages sont multiples. Outre la motivation des participants, cette approche pluridisciplinaire favorise l’ouverture d’esprit, la prise en compte des interactions fonctionnelles et la qualité des relations collégiales. Aujourd’hui, le principe du projet s’applique même aux domaines strictement opérationnels, dès lors que les

De plus, dès qu’une décision sort des schémas préétablis, il faut obtenir l’aval des différents échelons et départements impliqués. Cela ralentit et renchérit considérablement les processus. Dans

circonstances – par exemple la gestion d’une commande importante – exigent créativité, capacité à sortir des sentiers battus et coordination étroite des différentes phases.

une entreprise orientée client et soumise aux aléas du marché, la nature statique d’une telle organisation est un véritable péril pour la compétitivité.

La création d’équipes dédiées dans une logique de projet est sans aucun doute appelée à se développer encore : l’importance

À l’inverse, les participants au travail en groupe constituent une entité autogérée. Ils décident de la configuration et des compétences requises, du planning et des objectifs. Il leur suffit d’un porte-parole pour assurer la coordination avec les autres groupes et la direction. L’intérêt du dispositif est de donner directement aux échelons opérationnels de la structure le pouvoir de décider et d’entreprendre. Cette approche est garante d’une méthodologie pragmatique ; elle optimise tout naturellement les modes opératoires, augmente la productivité et améliore la relation clients grâce à des réponses plus rapides et plus souples. La logique du projet est une forme d’organisation du travail optimale dans toutes les situations où l’innovation est un paramètre décisif – le marketing, la réflexion stratégique, le développement produit.

croissante du CRM et la pression concurrentielle grandissante la favorise. Lorsque le consommateur devient toujours davantage son propre ‘producteur’ – on parle alors du principe du ‘Prosumer’ – la conjonction entre consommation et définition même du produit exige de la part de l’entreprise une souplesse maximale. La logique du projet est une réponse optimale à cette évolution du contexte. De plus, grâce aux NTIC, la proximité physique n’est pas une constante nécessaire : chacun peut en effet accéder à une banque de données commune, communiquer avec ses partenaires par l’intranet, voire engager la discussion et le débat à distance. Nombre des évolutions récentes dans notre univers de travail vont dans ce sens – du desk sharing au travail nomade. L’unité de lieu, en tous les cas, n’est plus le prérequis de la communication autour d’un projet.

241

Reshape the environment, don’t try to reshape men. Buckminster Fuller

Aménagement et mobilier : mobilité ou modularité Dans sa forme ‘mixte’, l’aménagement conjugue une dimension statique – au niveau des ‘alvéoles’ – et l’aménagement des îlots à partir de tables mobiles ou reconfigurables, afin d’adapter l’aménagement au nombre de participants et aux diverses formes de communication qui se succèdent. Les zones ‘techniques’ – coin cuisine etc. – restent alors, par contraste aux îlots, des structures invariantes. L’organisation du travail dans une logique de groupe et de projet implique en revanche d’intégrer les zones de communication directement à l’espace de travail. En effet, cette forme d’organisation exige des interactions différenciées et constantes. Bien que les structures et aménagements ne soient pas amenés à varier de façon significative au cours du déroulement d’un même projet, la mise en œuvre d’un aménagement reconfigurable permet de garder en permanence un potentiel d’optimisation à court terme. Ainsi, le principe de la géométrie variable – tel qu’on le connaît déjà comme instrument destiné à flexibiliser les modes de production – est tout aussi judicieux dans le contexte tertiaire. La seule exigence est de créer un agencement doté de la souplesse requise.

242

Le travail en équipe : espaces et contextes

Dans une logique de projet, plus spécifiquement, la souplesse est un paramètre encore plus crucial : la configuration même de l’équipe peut être amenée à varier selon les phases du projet – et avec elle les compétences et les formes d’organisation internes du groupe. Ce mode de travail particulièrement polymorphe exige idéalement de disposer de tables mobiles multifonction et eux aussi d’écrans mobiles. Tout comme le principe de la conférence dynamique transforme l’espace conférence classique en atelier, le travail en groupe et la logique de projet ne s’accommodent pas des structures rigides et des contraintes hiérarchiques du ‘bureau’ classique. Ils ne se conçoivent qu’au sein d’un espace évolutif et polyvalent.

Les zones de communication dans les bureaux de type ‘mixte’

4 Le bureau mixte est un compromis entre la logique traditionnelle du département et les environnements polymorphes propices au travail en groupe. Ici, les alvéoles individuelles – ou partagées par quatre collaborateurs au plus – sont statiques et soulignent la dimension personnelle du poste de travail. En revanche, les îlots de travail en commun permettent une communication informelle et la mise en place intermittente de formes de communication et de travail dynamiques. Des tables de travail multifonction et des sièges versatiles facilitent la reconfiguration de l’espace par les participants eux-mêmes – et, partant, l’ouverture vers des modes de travail encore plus avancés. À noter : lorsqu’un espace conférence séparé est disponible, il importe que lui aussi se prête aux exigences de la dynamique d’équipe.

La transition entre une structure pyramidale alliée à une segmen-

l’implication des acteurs dans la redéfinition des processus qui les

tation par départements et des modes de travail dynamiques dans une logique de projet peut durer plus ou moins longtemps en fonction de la culture d’entreprise et du type d’activité. En dépit de la tendance à une réactivité, une souplesse et un service client toujours plus efficaces, il y a bien entendu des secteurs d’activité dans lesquels les modes de fonctionnement traditionnels et une certaine constance demeurent des discriminants concurrentiels positifs. C’est notamment le cas des produits de luxe et tout particulièrement des grands vins et des alcools millésimés. On retrouve une ambivalence de ce type dans la dichotomie entre un fonctionnement très normé autour de concepts et de produits standardisés

concernent et la stimulation du potentiel intellectuel et créatif. Dans un tel contexte, le rôle des espaces dans lesquels s’inscrit cette évolution ne saurait être sous-estimé.

et une approche orientée client ; cette dernière exige la souplesse et la réactivité dont peut justement se prévaloir une logique de projet.

projet. Il peut en effet s’avérer préférable de privilégier l’évolution au détriment de la révolution. Cette transition douce évitera les conflits et les déperditions. Pour faciliter le processus, on fondera alors l’ensemble du concept d’aménagement sur un système de cloisons mobiles ; elles pourront, dans des phases ultérieures, être

Si l’on tient compte, de plus, du poids des habitudes, des traditions et des expériences acquises sur le comportement individuel, on prend encore mieux la mesure de la subtilité avec laquelle il convient d’aborder le problème. Les modes de travail du futur ne naîtront pas d’un bouleversement systématique, mais plutôt d’une analyse fine des spécificités sectorielles et économiques des types d’activités. Il conviendra alors de mener une investigation détaillée en préalable au choix des objectifs prioritaires. Pour différentes que soient les situations, certains critères sont ici invariants : la mise en réseau et l’élargissement des compétences individuelles,

Les solutions de type ‘mixte’ sont parfaitement adéquates lorsque le contexte continue de justifier une organisation très structurée fondée sur le travail individuel – dans laquelle l’échange et la mise à contribution de l’esprit d’équipe sont cantonnés à des séquences courtes. Cette forme d’organisation constitue également une phase de transition entre la configuration ‘alvéolaire’ de l’espace et un mode de travail polymorphe et centré sur la logique du

partiellement puis entièrement démontées. Mais cette approche a un coût non négligeable. À noter : contrairement à ce qui est souvent dit, la configuration mixte dans laquelle alternent des surfaces segmentées par postes de travail et des îlots de discussion et d’échange n’exige pas une surface au sol supérieure à celle des ‘bureaux’ traditionnels accessibles depuis un couloir central.

243

Les systèmes de mobilier modulaires à fixation murale et le recul en volume des documents papier suite à l’informatisation permettent de réduire l’espace dévolu à chacun. De plus, il n’est plus nécessaire d’aménager un coin détente ou une salle de conférence séparée, l’îlot central assurant un rôle multifonction qui englobe ces deux utilisations. Des surfaces vitrées entre les bureaux individuels et l’îlot de discussion favoriseront la transparence et l’interaction spontanée. Cela vaut également pour les cloisons d’un bureau à l’autre, qui gagneront à être au moins partiellement vitrées. Il suffira alors d’un coup d’œil pour savoir si

d’appartenance et l’implication dans les processus, favorise la dynamique de groupe et les initiatives spontanées ; elle confirme ainsi indirectement à tous les participants que la culture d’entreprise ne tolère pas seulement le changement et l’originalité, mais qu’elle les encourage. Des écrans interactifs haut de gamme complétés par des tableaux d’affichage et des paperboards constitueront un complément bienvenu dans la perspective de travaux en groupe.

le collègue concerné est dans son bureau, au téléphone ou dans une phase ne lui permettant pas de prendre un appel téléphonique. Il est cependant clair que des concepts de ce type ne fonctionnent que s’ils rencontrent l’adhésion des utilisateurs. Il faut notamment préciser les règles du jeu, afin que la transparence ne soit pas perçue comme une perte d’intimité – faute de quoi les surfaces vitrées auront tôt fait d’être occultées par des posters, des photos et des calendriers …

d’aménager une salle de conférence et de réunion plus confidentielle. Cela permet d’une part de réunir deux groupes en simultané, de l’autre d’éviter que des réunions qui se prolongent finissent par distraire les collègues installés dans les bureaux adjacents. Dans une telle perspective, il va de soi que les principes de la conférence dynamique sont les plus appropriés. Lorsqu’à la fois l’îlot et la salle de conférence séparés sont aménagés à partir des mêmes gammes de mobilier et incluent l’ensemble des outils de communication nécessaires, la flexibilité du dispositif est maximale. Les tables mobiles seront idéalement complétées par de petits pupitres-écritoires, les tableaux d’affichage et paperboards mentionnés plus haut, tout comme des volumes de rangement pour les rafraîchissements, les fournitures et le petit matériel. Afin de pouvoir ranger les meubles momentanément en surnombre dans un débarras de petite dimension, des tables à plateau pliant ou rabattable constituent la meilleure solution, complétée par des sièges empilables.

L’aménagement d’îlots partagés ouvre des possibilités nouvelles d’interaction et de méthodologie. La centralisation des équipements techniques – télécopieur, imprimante etc. – ne suffit pas cependant à créer les conditions de rencontres et d’échanges informels. En effet, l’évolution même des technologies rend les collaborateurs de moins en moins dépendants de ce type d’équipements. Aussi est-il préférable de mettre l’accent sur des mécanismes relationnels plus pérennes. Cette catégorie comprend notamment le coin cuisine et détente ainsi qu’un pôle d’information, qu’il s’agisse d’une petite bibliothèque spécifique ou d’un tableau d’affichage. Lorsque des tables et des chaises invitent à la détente, la qualité et la densité des échanges augmenteront en proportion. En parallèle, l’îlot partagé peut remplir la fonction de salle de conférence ‘semi-officielle’, dans laquelle la communication informelle contribue explicitement à l’amélioration des processus – ne serait-ce que par l’effet d’entraînement qu’opère cette forme de socialisation sur l’ensemble des personnes concernées. Dans un tel contexte, il est avantageux de disposer de tables individuelles combinables mobiles et multifonction : elles permettront de répondre aux impératifs fonctionnels de différents types d’activités en optimisant l’utilisation de l’espace. Cet environnemnent intensifie les relations à l’intérieur du groupe, renforce le sentiment

244

Le travail en équipe : espaces et contextes

Il demeure que, parallèlement à cet espace ouvert, il est nécessaire

Le coin détente peut être aménagé à partir de la même gamme de tables et de chaises que le reste de l’espace, pour autant que ces gammes allient robustesse, facilité d’entretien, confort et manipulation facile. La standardisation s‘accompagne néanmoins d’un inconvénient : le mobilier n’illustre plus la spécificité de l’îlot de communication. De petites tables rondes et une série de sièges en hauteur standard et en hauteur pupitre favorisent la communication informelle, conformément à la vocation de l’espace : ici, des tables de conférence ou de séminaire rectangulaires seraient inadéquates. Il importe que les sièges contribuent à cette atmosphère informelle et détendue en évitant de trop souligner la dimension utilitaire du mobilier. Idéalement, l’aménagement de l’îlot exprimera, sur le plan visuel, le rôle fonctionnel différencié qu’il remplit.

2870

1600

230

950

400

1

1

2

3

690

4

5

6

8

9 7

Echelle 1 :150 / Dimensions en cm Espace individuel 10 m² / Espace double 20 m² Îlot de communication 132 m² Communication en atelier 65 m² 1 Espace de travail simple ou double et cloisons coulissantes orientées vers l’îlot central 2 Secrétariat et accueil 3 Espace de travail et de réunion de la direction 4 Espace de travail en groupe doté de tables individuelles mobiles, de tableaux d’affichage et de volumes de rangement verticaux, d’un paperboard et d’un écran mobile multimédia 5 Zone de détente et de communication informelle équipée de tables et de chaises hautes 6 Coin cuisine en position centrale desservant l’îlot, la zone de réception et l’espace de communication en atelier 7 Zone d’information dotée de tables hautes et d’un écran tactile permettant l’accès à l’internet et à l’intranet 8 Espace de communication doté d’un aménagement dynamique 9 Débarras pour les équipements et les outils de conférence mobiles 245

Les zones de communication dans les bureaux de type ‘mixte’ 3

8

2

4

6

5 1

4

246

Le travail en équipe : espaces et contextes

1

Espace de travail individuel 10 m² Espace de travail double 20 m² Îlot de communication 132 m² Communication en atelier 65 m²

9

La conception de l’espace mixte présenté ici inclut divers aspects qui n’ont pas encore, dans la plupart des cas, été mis en pratique. Parmi les détails novateurs : les tables de l’espace réunion ouvert peuvent également être utilisées en tant que postes de travail temporaires sans qu’il soit nécessaire de réserver à cette fin des postes de type ‘hot desking’ dédiés. L’évolution des technologies informatiques fait que la force de vente et les fonctions connexes, lorsqu’elles sont de passage dans l’entreprise, n’ont pas besoin d’un poste de travail traditionnel – mais en revanche de la possibilité de consulter leurs e-mails, de préparer leurs tournées, de valider un projet et de travailler sur leurs présentations. Il suffit pour cela que les collaborateurs concernés aient accès au réseau informatique et qu’ils disposent d’une table pour y poser leur ordinateur portable et d’une chaise pour s’asseoir. Afin de de mettre en œuvre, dans l’espace de communication, les moyens de visualisation multimédia et de partager des documents, des fichiers ou des contenus en ligne entre plusieurs participants, il est judicieux de disposer d’un écran mobile interactif grand format. Si des systèmes de connexion modulaires sont disponibles, il est facile de disposer cet écran de façon optimale en fonction du type de réunion.

7

Du côté du débarras, un espace de communication informel plus confidentiel, séparé par des cloisons, a été aménagé. Il est équipé d’une table intégrant un écran tactile. Celui-ci favorise la discussion des participants autour de la table et permet 1 Espace de travail simple ou double et cloisons

d’intervenir directement sur les contenus numériques.

coulissantes orientées vers l’îlot central 2 Secrétariat et accueil 3 Espace de travail et de réunion de la direction 4 Espace de travail en groupe doté de tables individuelles mobiles, de tableaux d’affichage et de volumes de rangement verticaux, d’un paperboard et d’un écran mobile multimédia 5 Zone de détente et de communication informelle équipée de tables et de chaises hautes 6 Coin cuisine en position centrale desservant l’îlot, la zone de réception et l’espace de communication en atelier

L’intégration des tels systèmes de communication, conçus pour offrir une interface simple et intuitive, est la raison d’être de la gamme Roomware®. L’accès partagé aux informations numériques renforce la cohésion du groupe, augmente l’efficacité et simplifie sur le plan psychologique l’approche d’une ‘virtualisation’ grandissante de l’entreprise. À noter : pour faciliter au maximum la mise en œuvre des équipements multimédia, il est judicieux d’équiper les espaces mixtes de boîtiers de sol pour les connexions courants forts / courants faibles au sol.

7 Zone d’information dotée de tables hautes et d’un écran tactile permettant l’accès à l’internet et à l’intranet 8 Espace de communication doté d’un aménagement dynamique 9 Débarras pour les équipements et les outils de conférence mobiles

247

Îlots de travail en groupe

L’aménagement dans les bureaux de type ‘mixte’

et de discussion

125 190 180 (200) 95 87

128

115

84 74

67

54

75

58

95

110

570

Tables de travail et de conférence

Une table dont le plateau est rabattable

Sièges, débarras et volumes

multifonction reconfigurables

dans l’axe longitudinal offre, de plus,

de rangement mobiles

Elles sont ici montées sur roulettes ver-

deux avantages : pouvoir être déplacée

Des sièges empilables et des volumes

rouillables, ce qui facilite l’aménage-

facilement d’une pièce à l’autre et

de rangement assortis aux tables

ment et la reconfiguration de l’espace

occuper un minimum de place dans le

contribueront à la qualité esthétique

par les participants eux-mêmes. Pour

débarras lorsqu‘elle n’est pas utilisée.

et à la cohérence de l’aménagement.

faciliter tant le travail individuel que la

73

Piètements et structures rependront les

discussion et l’échange, il est utile de

Matières et finitions

finitions et les matières utilisées pour

pouvoir se connecter ; par conséquent,

Les structures de tables mobiles

les tables, conjuguant ainsi qualité et

de telles tables doivent être équipées

seront en acier ou en aluminium

esthétique.

d’un chemin de câbles offrant toutes

– deux matières qui allient précision

les possibilités de raccordements pour

d’usinage, solidité, qualité des finitions

Voir également les recommandations

des ordinateurs portables, des agendas

et positionnement haut de gamme.

concernant l’aménagement d’espaces

numériques, des téléphones portables

Des piètements chromés brillant ou

de communication en atelier en pages

etc. Lorsqu’il faut déplacer la table, il

polis résisteront particulièrement bien

136–141.

suffit de débrancher le faisceau de liai-

à une utilisation intensive. Sur le plan

son et de le fixer à la structure comme

des plateaux, la priorité doit être

un lasso. Une profondeur de plateau de

donnée à la robustesse. Les plateaux,

75 cm suffit pour une utilisation mixte

très sollicités, seront idéalement en

poste de travail/réunion. Quant à la

stratifié ou en mélaminé.

largeur des plateaux, 150 cm offrent le meilleur compromis entre encombrement et versatilité.

248

109

Le travail en équipe : espaces et contextes

75

150

Espace partagé de communication informelle et de détente

107

105 65–90

78

59

ø 75

46

ø 70 570

110

Écrans

La cafétéria : sièges et tables

comme le ‘compact’ HPL (High Pressure

fonction mixte – elle permet par

Qu’ils soient analogiques ou numé-

Idéalement, leur dessin sobre et rigou-

Laminate) conjuguent une extrême

exemple d’afficher des informations,

riques, il importe qu’ils soient faciles à

reux évitera toute impression de

résistance avec une très faible épaisseur.

mais également d’accéder à des jeux

positionner et disposent d’une interface

lourdeur. Des sièges à piètement

Cela permet de traiter le plateau tout

vidéos ou servir d’échiquier. Cela évite

intuitive. Les paperboards à piètement

traîneau sont particulièrement adaptés

en finesse, une option qu’accentuent

la forme ‘d’autisme’ qui consiste à

rabattables (dotés d’un bloc réglable en

– en particulier s’ils sont conçus sur le

encore des chants biseautés. Des pla-

méditer en solo, les yeux rivés sur son

hauteur et amovible), les tableaux

principe de l’assise et du dossier tendus

teaux ronds d’un diamètre de 60 à

écran. L’efficacité de cette table doit

d’affichage juxtaposables (dotés de

sur des cadres en matière synthétique.

75 cm favorisent la communication en

beaucoup à l’intégration horizontale

piètements plats cintrés), et la structure

Une telle solution allie en effet confort,

petit comité, des tables rectangulaires

de l’écran et à l’interface très intuitive.

des écrans mobiles partageront les

transparence et finesse ; de plus, la

ou carrées peuvent, quant à elles, être

mêmes finitions et la même cohérence

structure de type cage en fil d’acier

également combinées pour créer des

Pour plus d’informations, se reporter

esthétique. Il en résultera un aménage-

rond est particulièrement légère, ce

tables de réunion.

à la rubrique tables multimédia en

ment homogène et haut de gamme.

qui facilite la manipulation des sièges.

page 195.

Il faudra veiller à choisir des sièges qui

Tables intégrant un écran interactif

Pour des informations complémentaires

stimulent les changements de posture

Elles équipent non seulement idéale-

Matières et finitions

sur la mise en œuvre des supports

et incitent à adopter la position

ment les espaces de vente et de réu-

Il importe que les plateaux et les struc-

multimédia, voir en pages 200–205.

détendue indissociable des modes

nion haut de gamme, mais également

tures soient en harmonie avec le reste

de communication informels. Des

les espaces de communication infor-

de l’aménagement. Une structure de

tables assorties en hauteur standard

mels. En effet, une atmosphère

type colonne chromée ou anodisée en

et hauteur pupitre – éventuellement

détendue favorise les discussions

aluminium sera ainsi combinée ici avec

en liaison avec des tables basses – com-

constructives et créatives comme une

une embase en finition laquée grainée

plèteront le dispositif. Leurs plateaux

discussion de travail dans un bureau

noire, en liaison avec une finition de

peuvent être ronds ou rectangulaires.

conventionnel ne pourra jamais le faire.

plateau assortie elle aussi à celle des

Des matériaux teintés dans la masse

Une table de ce type peut avoir une

autres tables. 249

1 Etagères-tours mi-hautes fixes. À noter :

Les postes de travail dynamiques et reconfigurables dans le contexte du projet et du travail en groupe

les connexions courants forts / courants faibles et l’intégration des imprimantes 2 Tables mobiles dotées de boîtiers de connexion intégrés 3 Chariot de rangement personnel 4 Zone de communication informelle, table haute et bibliothèque

4 Dans une logique de projet, l’espace est segmenté

5 Meuble haut alternant tablettes et volumes en tant

sur un principe fonctionnel en trois zones : travail,

qu’élément fixe de l’aménagement à fonction de

communication informelle et approche méthodique

cloisonnement

en équipe. La combinaison d’éléments d’aménagement

6 Zone d’échange intégrant des tables mobiles,

statiques et mobiles permet de reconfigurer rapide-

des dessertes pour les équipements, un paperboard,

ment et aisément les postes de travail en fonction de

des tableaux d’affichage, un télécopieur et un

chaque phase du projet et de la nécessité d’improviser

photocopieur mobile

intrinsèque à ce type d’environnement.

7 Tables mobiles à plateaux rabattables et chaises empilables pour l’aménagement de postes de travail temporaires

3

7 2

4 1

250

Le travail en équipe : espaces et contextes

5

6

1340

Echelle 1 : 150 / Dimensions en cm Surface de la pièce 160 m²

1190

Espace de réunion 40 m²

2 1

60 150

3

75

4

120

240

580

5

6

60

150

7

670

La possibilité de reconfigurer l’espace sans aide extérieure en fonction des nécessités du travail individuel et en groupe contribue fortement au bon fonctionnement d’une équipe travaillant sur un projet : le sentiment d’appartenance s’intensifie, les participants s’identifient plus directement au projet, et les frais de facility management sont diminués par l’absence d’intervention extérieure. Cette reconfiguration dynamique de l’espace présuppose en revanche que – dès le stade de la construction – l’espace ait été équipé de l’ensemble des connexions courants forts/courants faibles nécessaires sous forme de boîtiers au sol. En effet, des connexions murales en périphérie seulement remettraient entièrement en cause la souplesse du principe. La configuration de base d’un espace de travail dans une logique de projet se fonde sur des éléments d’aménagement fixes relatifs aux trois fonctions fondamentales – travail individuel, communication informelle, travail en équipe – en combinaison avec des tables mobiles, des

sièges et des écrans faciles à déplacer. Les éléments d’aménagement fixes ne peuvent généralement être déplacés pour des questions de poids ou de proximité impératives des connexions ; ils constituent des points de repère importants qui rythment l’espace.

et de connecteurs courants forts / courants faibles intégrés font de ces éléments mi-hauts des points d’alimentation pour quatre postes de travail mobiles. Les étagères ouvertes sur toutes leurs faces permettent d’installer des équipements, mais également de garder à portée de main des documents.

Un système d’étagères sépare la zone de communication informelle de celle dévolue au travail en groupe. Les étagères permettent de ranger de la vaisselle, des rafraîchissements et des en-cas, mais aussi de la documentation. Si l’on utilise un système de rangement double face, les étagères sont accessibles des deux cotés et les volumes de rangement peuvent être également dotés de portes sur les deux faces. La fonction de communication informelle s’exprime ici au travers d’une table haute assortie aux autres éléments du mobilier. Dans la zone de travail individuel, des tours de rangement mi-hautes carrées sont disposées au-dessus des points de connexion au sol que masque l’étagère du bas. Des chemins de câbles

Les tables de travail sont dotées de roulettes verrouillables ; elles sont par conséquent très faciles à déplacer. Ici, l’équipe chargée du projet compte huit personnes, chacune disposant d’un poste de travail individuel. Pour mettre à l’abri des regards les alimentations, chargeurs et excédents de câblage, les tables sont équipées de chemins de câbles spacieux, intégrant des boîtiers de connexions (connexions informatiques et ligne téléphonique), le raccordement se faisant par des faisceaux reliés aux points d’alimentation de la colonne. Chaque table individuelle dispose d’un chariot de rangement pour les documents de travail en variante ouverte ou fermée.

251

1340

Echelle 1 : 150 / Dimensions en cm

1190

Surface de la pièce 160 m² Espace de réunion 40 m² 4 1

60 150

2

4

3

60

75

120

580

270 240

Souvent, les membres d’une équipe sont impliqués dans plusieurs projets simultanément. Il importe par conséquent qu’ils disposent d’un espace de communication dynamique spécifiquement dévolu au travail en groupe. Il s’articule autour de tables individuelles reconfigurables de dimension identique à celles des postes de travail. Elles sont par conséquent très polyvalentes et se prêtent également à des situations de type conférence, travail en groupe ou présentation introductive – et peuvent bien entendu constituer des postes de travail supplémentaires. En revanche, à l’inverse des tables de travail, ces tables sont équipées de plateaux rabattables dans l’axe longitudinal, permettant ainsi de les ranger dans un minimum d’espace. Idéalement, une certaine forme de cloisonnement isolera cet espace des postes de travail contigus. Cela évitera des interférences qui pourraient être gênantes. L’objectif de cette zone est de constituer un creuset d’idées et d’offrir la possibilité

8

150

670

Les éléments mobiles – traités en finesse et équipés selon les besoins de tablettes en débord, de modules de rangement et de tiroirs – permettent de garder à portée de main les fournitures. Quant au photocopieur, il est placé sur un support mobile assorti aux volumes de rangement des postes de travail individuels et aux autres éléments de mobilier.

de filtrer la lumière dans l’ensemble de l’espace de travail – ce qui serait préjudiciable à l’agrément des postes de travail individuels. Si l’on équipe les écrans d’un système tactile interactif, l’interface numérique permettra d’agir en temps réel sur les contenus informatiques.

Compte tenu de l’importance qu’a pris le travail informatique dans le domaine tertiaire, il est judicieux de pouvoir procéder à des présentations

Dans une logique de projet, l’aménagement d’un espace comprendra tant des postes de travail fixes – attribués chacun à un membre de l’équipe – que des postes de travail neutres, des éléments d’aménagement statiques et mobiles,

de planifier les différentes phases du projet et de désigner les personnes en charge. Les équipe-

et accéder à des informations partagées dans le contexte de systèmes de visualisation entière-

des équipements bureautiques et du matériel d’animation, sans oublier des modules

ments rappelleront ceux de la communication en atelier : des tableaux d’affichage légers et faciles à déplacer, utilisables sur les deux faces, des écrans, des cloisons mobiles, un paperboard pour la préparation et le suivi des débats et pour préciser visuellement le plan d’action. Des tables mobiles à plateau rabattable permettront de répondre au mieux aux impératifs du moment.

ment numériques. En effet, la solution de continuité entre documents de type conventionnels et supports numériques est souvent source d’erreurs, d’approximations et de déperditions. À noter : afin de créer les conditions nécessaires à la projection – celle-ci imposant toujours de tamiser la lumière – il faudra veiller à choisir des écrans mobiles. Travailler sur de tels écrans évite

d’aménagement spécifiques de petite taille – l’ensemble étant réuni au sein d’un espace ouvert. Il va sans dire qu’un tel contexte exige le recours à des gammes de mobilier alliant qualité du dessin, robustesse et polyvalence. Dans le cas inverse, la reconfiguration de l’espace aboutirait très vite à un aménagement hétéroclite.

252

Le travail en équipe : espaces et contextes

1 Étagères tours mi-hautes fixes, connexions courants forts / courants faibles et intégration des imprimantes 2 Tables mobiles dotées de boîtiers de connexion intégrés 3 Chariot de rangement personnel 4 Espace dynamique de travail en équipe, centré autour des colonnes de rangement statiques associées aux postes de travail individuels et aux tables basses mobiles Bureau conçu pour la gestion d’un

5 Zone de communication informelle, table haute

projet par huit à douze participants.

et bibliothèque

Les colonnes de rangement statiques

6 Meuble haut alternant tablettes et volumes en tant qu’éléments fixes de l’aménagement à fonction de

mi-hautes intègrent les connexions

cloisonnement

courants forts/courants faibles ainsi que les imprimantes. Elles constituent des

7 Zone d’échange intégrant des tables mobiles, des dessertes pour les équipements, un paperboard, des tableaux

points fixes autour desquels s’agencent

d’affichage, un télécopieur et un photocopieur mobile

des postes de travail individuels ; des tables mobiles à plateau rabattable

8 Écran multimédia grand format sur support mobile

permettent de reconfigurer très rapidement l’espace en fonction des exigences du moment.

4

8 4

3 1 6

2

7

5

253

4 Dans un tel contexte, les membres du groupe travail-

Îlots de travail reconfigurables dans un bureau de travail en groupe

lent de façon semi-autonome sur les différents aspects d‘un projet et adaptent l‘aménagement en permanence en fonction de son avancement. Les modifications qui s‘ensuivent dans la configuration de l‘équipe se répercutent sur l‘aménagement de l‘espace.

1

3 2

4

5

6 1 Tables et volumes de rangement individuels configurés en ligne pour huit participants 2 Îlot de travail pour quatre personnes 3 Volumes de rangement fermés

6

mi-hauts servant de séparation 4 Rétroprojecteur mobile 5 Espace d‘échange équipé

6

de tables hautes 7 6 Tables et volumes de rangement individuels configurés en îlots 7 Tables en fer à cheval en liaison avec les tableaux d‘affichage

254

Le travail en équipe : espaces et contextes

1190

Echelle 1:150 / Dimensions en cm

1190

1190

1190

6

Surface de la pièce 142 m² 1

Zone d‘échange 32 m²

6

118

118

118

59 84

168

84

4

640

168

640

2 5

84

168

3

59

59

42

7

42

6

500

500

La collaboration étroite entre membres de l‘équipe est renforcée par des postes de travail contigus en implantation dense. Les îlots de travail qui en résultent assurent un haut degré d‘interaction tout en préservant une sphère personnelle grâce à des paravents mobiles disposés

rangement en hauteur standard ; ils contribuent à délimiter l’espace tout en offrant des possibilités de rangement pour la documentation et les effets personnels.

sur les tables.

travail, un îlot de communication fait partie de l‘aménagement. Il est composé de tables juxtaposables en hauteur pupitre. Cette option est considérée – tant en termes d‘efficacité que d‘implication des participants – comme l‘une des plus recommandables. Des supports assis-debout mobiles ont été prévus pour délester les jambes des participants. Au même titre que les espaces consacrés aux projets, les espaces de travail en

arrière et les cotés soient réalisés dans une finition identique à celle de la façade.

groupe se doivent de disposer des systèmes de visualisation les plus en pointe et de dessertes multimédia mobiles. En effet, dans un espace de travail en groupe, la qualité et la densité des informations partagées sont essentielles.

sions de 1:2. Cela maximise les possibilités d‘aménagement et assure également une sobriété visuelle très bienvenue.

La mise en place de tables de grandes dimensions juxtaposables en ligne et occupées par un participant à chaque extrémité constitue une alternative avantageuse aux tables contiguës fixes. Elles permettent en effet de reconfigurer, d‘agrandir, de diminuer ou de regrouper les postes de travail en tenant compte de l‘évolution du projet. Pour répondre aux diverses normes européennes prescrivant (notamment en Allemagne) un espace minimum par poste de travail, chaque poste intègre des meubles de

Sur un principe d‘îlot similaire à celui de l‘îlot de

Le cloisonnement et la protection visuelle des postes de travail s‘effectue par l‘intermédiaire d‘armoires de classement ; elles sont disposées sous formes de blocs, mais leur modularité et leur petite taille leur permet également d‘être implantées en isolé – pour autant que la face

Pour créer une harmonie et une élégance particulièrement abouties, il est recommandé de puiser dans une gamme de mobilier associant des tables dans les différentes hauteurs à des volumes de rangement dotés tous d‘une emprise au sol rectangulaire et d‘un rapport de dimen-

255

115

Aménagement mobile dans un contexte de travail en groupe ou sur un projet

73

68

150

91–102

84

53

64

60

75

Sièges pivotants

matériaux élastiques permet également

Lorsque la qualité de fabrication et de

Matières et finitions

Les nécessités d‘une ergonomie bien

au corps de se mouvoir latéralement.

conception des sièges est la garante

Des matières résistantes semi-rigides

conçue et conforme aux normes inter-

En revanche, la multiplication des

d’une grande longévité, des revête-

sont idéales pour les assises et les

nationales ne se cantonnent pas aux

possibilités de réglage en tous sens du

ments, voire des coques amovibles pour

dossiers, réalisés par exemple en

postes de travail informatiques. Il est

dossier et des accoudoirs peut s‘avérer

remplacement ou réparation s’imposent.

polypropylène ou en polyamide armé ;

notamment indispensable de disposer

véritablement contre-productive. En

Cela permet de prolonger de façon

tendus d‘une résille polyester, ils

d‘une hauteur d‘assise réglable en

effet, chaque réglage entraîne des

quasiment indéfinie la durée de vie des

assurent une excellente ventilation.

continu et d‘une hauteur de dossier

possibilités d‘approximation et d‘erreur

éléments de structure réalisés dans des

Pour un agrément d‘utilisation maxi-

supérieure à 450 mm. À noter : sur un

– sans compter l‘impact négatif sur

matériaux à fort impact énergétique

mum et pour éviter les charges électro-

plan général, une position assise immo-

l‘esthétique de sièges ayant chacun

tels que l‘aluminium ou l‘acier. De plus,

statiques, des revêtements pure laine

bile est contraire aux règles ergono-

une hauteur de dossier et d‘accoudoirs

le remplacement de dossiers ou le

ou laine et coton mélangés sont les

miques élémentaires. Pour que

différentes. Sur ce plan, l‘ergonomie

renouvellement des revêtements per-

plus appropriés. Parmi les matériaux qui

l‘utilisateur soit amené à varier intuitive-

rejoint l‘esthétique : il est tout simple-

mettent d‘actualiser en permanence

répondent aux impératifs de longévité,

ment sa posture, améliorant ainsi à la

ment préférable de miser sur des sièges

– à moindre coût – l‘esthétique de

de production dans le respect des cri-

fois son confort et sa vivacité intellectu-

de bureau conçus pour s‘adapter

l‘aménagement. Cette longévité raison-

tères environnementaux et de recyclage

elle, un système dynamique dans lequel

d‘eux-mêmes à la morphologie et à

née – associée à la prise en compte

on peut citer l‘aluminium moulé sous

l‘assise et le dossier s‘inclinent de façon

la posture des utilisateurs. À ce titre,

aussi complète que possible des atten-

pression pour le croisillon de piètement

synchronisée en suivant les mouve-

le support lombaire sur toute la largeur

tes et des besoins de l‘utilisateur – est

et les pièces mécaniques, le polyuré-

ments du corps constitue la solution la

du dossier est en revanche particulière-

sans doute la contribution la plus

thanne moussé exempt de CFC pour les

plus appropriée. La mise en œuvre de

ment important.

efficace au respect de l’environnement

parties rembourrées, le polypropylène

qu‘une entreprise puisse apporter dans

pour la coque d‘assise et de dossier et

le cadre de l’aménagement d‘espaces

le polyamide pour la réalisation de

de bureau.

structures tendues et d‘accoudoirs.

256

Le travail en équipe : espaces et contextes

61

60

102 73

60

150

75

Les tables de réunion et de séminaire

Les matériaux de revêtement les plus

assorties sont dotées d’un plateau

appropriés sont le stratifié ou le lino-

rabattable dans l’axe longitudinal.

léum dans des coloris clairs. Les

Lorsqu’en rabattant les plateaux, on

étagères des volumes de rangement

entraîne également une modification

sont réalisées en acier embouti et

de la géométrie du piètement, de telles

protégées par une laque brillante très

tables sont particulièrement faciles à

résistante aux rayures. Les panneaux

déplacer et à juxtaposer en position

latéraux et le panneau de fond sont

de rangement. Comme pour toutes

également réalisés en tôle d’acier

les fonctions techniques intégrées au

emboutie ; un gaufrage rainuré aug-

mobilier, la manipulation doit être

mente la rigidité de l’ensemble et

simple et intuitive.

améliore son esthétique. Pour ce qui est des coloris, le mieux est d’opter

73

Pour plus de détails sur les tables

pour des teintes discrètes et bien en

mobiles de ce type, se reporter

phase avec les matériaux mis en œuvre

à la page 108.

– par exemple une finition laquée gris argent. Cela vaut également pour les

75

150

Espaces et volumes de rangement

portes et les façades de tiroirs, qui

La multiplicité des modules d’aménage-

seront réalisées dans un matériau rigide

ment nécessaires pour ranger et tenir

et résistant – par exemple en sandwich

à portée de main les différents équipe-

d’aluminium. Pour des projets très haut

ments techniques et documents peut

de gamme, des finitions ébénisterie

facilement créer une impression hétéro-

permettront d’assurer une esthétique

clite. On ne saurait par conséquent trop

adéquatement statutaire.

recommander l’utilisation de meubles modulaires ; ils offrent les garanties d‘harmonie esthétique requises et sont faciles à compléter dans une phase Tables de travail mobiles

Pour plus de détails, se reporter au

ultérieure. Chacun des meubles consi-

Dans le contexte d’un projet ou d’un

chapitre traitant de l’intégration des

dérés est fabriqué de façon industrielle

groupe de travail, la souplesse et la

supports multimédia en page 192.

à partir de composants standard ; selon la fonction des meubles de rangement,

possibilité de reconfigurer l’espace par les participants eux-mêmes sont partie

Pour faciliter la manipulation, les tables

ils seront livrés prémontés ou entière-

intégrante du concept. Des tables

sont équipées de roulettes mobiles

ment montés.

mobiles constituent par conséquent un

orientables d’un diamètre suffisant

choix logique. Des chemins de câbles

pour franchir facilement les seuils.

Matières et finitions

et de boîtiers de connexion intégrés

La structure à longeron central, tubes

Dans un contexte de mobilier modu-

permettent – par simple raccordement

de piètement et embases en T offre

laire, la précision de la fabrication et la

à un boîtier au sol – de déplacer et de

un maximum d’espace aux jambes.

cohérence visuelle sont indispensables ;

combiner librement les tables tout en

La hauteur du plateau est de 73 cm,

elles doivent aller de pair avec une

bénéficiant de l’ensembles des possibili-

conformément aux normes en vigueur.

structure particulièrement robuste

tés multimédia et informatiques. Les

Il n’est pas utile ici de pouvoir varier

et stable, réalisée par exemple en

chemins de câbles sont suffisamment

la hauteur du plateau – d’autant que

profilé d’aluminium. Cette option

spacieux pour mettre à l’abri des

la combinaison libre des tables n’est

offre, de plus, des possibilités de recy-

regards les chargeurs, alimentations

possibles qu’avec des plateaux de

clage idéales. Tant pour des raisons

et excédents de câblage qui, laissées

même hauteur. Idéalement, le plateau

d’harmonie esthétique que de

visibles, seraient fort disgracieux. Les

sera particulièrement résistant et les

résistance à un usage intensif, les

connecteurs, situés à l’intérieur du

chants équipés d’un profilé antichoc.

plateaux des volumes de rangement

chemin de câbles, sont accessibles

seront assortis aux plateaux de table.

par des trappes intégrées aux plateaux basculant à 180°. 257

118,8

59,4 42

168

84

84

42

59,4 73

140 105 73 44

44

84

Illustration : Tables et volumes de rangement de la gamme DinA et siège pivotant Solis

Aménagement modulable dans un contexte de travail en groupe ou sur un projet

91–103

73

64

258

Le travail en équipe : espaces et contextes

42

168 (84)

84

Tables individuelles et volumes

dimensions et des proportions. Il est

dimensionné. Elle peut également être

de rangement modulables

important, dans ce contexte, que tant

utilisée dans un contexte de réunion et

Il existe une alternative intéressante aux

les volumes que les tables soient dispo-

de conférence – et cela ponctuellement

tables mobiles combinées avec des

nibles dans les trois hauteurs : basse,

en fonction des besoins. C’est pourquoi

meubles par éléments configurés sur

standard et pupitre.

les accessoires spécifiques de type

mesure : elle consiste à associer des

pièces de liaison entre tables, chemins

tables individuelles modulaires et des

À l’inverse des meubles de bureau

de câbles, tirettes et tiroirs comparti-

volumes de rangement conçus pour

traditionnels – dont les dimensions

mentés jouent un rôle de complément

être combinés et utilisés également

vont souvent à l’encontre de la création

important ; ils sont aussi faciles à mettre

en îlots. Ces derniers accentuent la

d’ensembles harmonieux – la constante

en place qu’à enlever.

souplesse de l’aménagement et les

profondeur / largeur de plateau

possibilités de l’adapter aux exigences

adoptée ici garantit une très grande

Pour en savoir plus sur le concept

fonctionnelles des travaux en cours.

modularité du système et une parfaite

de base, les matières et les accessoires,

La structure des tables est de type

harmonie visuelle.

se reporter à la page 114.

classique à quatre pieds. Ceux-ci sont montés en affleurement aux quatre

Le concept très archétypal des éléments

coins du plateau. Les plateaux sont

de mobilier leur donne une versatilité

réalisés dans un matériau visuellement

d’autant plus grande. Ainsi, la grande

neutre que l’on retrouve dans les

table peut être partie intégrante d’un

volumes de rangement. Il en résulte

alignement de postes de travail, d’un

une homogénéité esthétique que vient

poste de travail double ou constituer

renforcer la parfaite modularité des

un bureau de direction généreusement

259

Espaces à vocation commerciale

4 Aujourd’hui, ce n’est plus le vendeur mais l’acheteur dont les attentes régissent la transaction. Cette évolution a eu une influence profonde sur l’aménagement de l’ensemble des espaces à vocation commerciale. Les effets conjugués d’une standardisation croissante, de la vente en ligne et de l’accès quasiment illimité aux produits et aux services ont fait de la qualité du conseil et de l’échange un paramètre déterminant et un discriminant positif essentiel de la relation entre vendeurs et acheteurs. Dans cette perspective, l’espace commercial n’est plus dominé par le seul ‘produit’ – il se transforme en un espace relationnel dans lequel l’atmosphère, la qualité de l’échange et une approche différenciée des attentes du client sont devenus déterminants.

260

Espaces à vocation commerciale

Conseil et information – de la simple transaction à l’approche globale des attentes du client

Celui qui vend doit savoir s’exprimer. Mais celui qui veut acheter sait toujours se faire comprendre. Gabriel Garcia Marquez

Mondialisé, interchangeable, transparent La mondialisation grandissante, l’emprise toujours plus forte des NTIC au sein des processus commerciaux et l’omniprésence de l’internet ont profondément modifié les relations entre l’industrie, le négoce et les consommateurs. Une approche globalisée des capacités de production, la suppression des barrières douanières et l’efficacité des réseaux commerciaux ont créé des conditions dans lesquelles l’offre excède presque toujours la demande. Il est devenu bien rare aujourd’hui qu’il faille se battre pour acheter un produit ou un service. Parallèlement, les entreprises ont informatisé au maximum leur activité, afin de préserver leurs marges dans un environnement concurrentiel de plus en plus exigeant. De plus, il est devenu très facile de se passer entièrement d’intermédiaires commerciaux en optant pour la transaction en ligne. En liaison avec des solutions logistiques sophistiquées, elle remplace très avantageusement la transaction traditionnelle. Mais cette évolution a également un effet pervers : elle engendre le phénomène du ‘client volage’. En effet, la standardisation extrême de l’offre et la transparence des comparatifs concurrentiels ont fortement dégradé le sentiment de fidélité entre clients et fournisseurs. Cela conduit de fait – plutôt qu’à la diminuer – à une augmentation de la pression concurrentielle, le prix devenant seul le critère décisif du choix. L’évolution du secteur bancaire est un exemple très probant de cet état de fait. L’automatisation des opérations bancaires courantes a certes permis aux établissements bancaires de réduire très sensiblement leurs coûts de personnel, mais elle a surtout profité au consommateur : celui-ci, n’étant plus tenu aux horaires d’ouverture, s’est habitué à utiliser presque exclusivement les automates bancaires en libre service. Mais par là même, il est devenu quasiment impossible de lui proposer les services bancaires sophistiqués – et sensiblement plus lucratifs – qui présupposent une relation personnelle entre banquier et client. Aussi revient-on actuellement – au prix de réaménagements très coûteux des succursales bancaires – à des solutions hybrides qui créent à nouveau les conditions d’une relation personnelle.

261

La relation client multimodale Dans des marchés polarisés, deux stratégies s’opposent : l’une orientée prix, l’autre orientée qualité. Dans ce dernier cas, la qualité de la relation et du service représente une composante essentielle du produit ou de la prestation. Pour optimiser ce potentiel de différenciation sans grever les coûts, les entreprises poursuivent en parallèle deux objectifs : l’optimisation des coûts et la mise en place de systèmes privilégiant la relation personnelle (le fameux CRM : Customer Relationship Management) – et ce au sein d’un espace de vente conçu pour offrir un environnement relationnel avec lequel son homologue virtuel ne pourra jamais rivaliser. En particulier dans des contextes de prestation immatérielle – assurance, service bancaire, agence de voyage, etc. – la qualité perçue du lieu de vente est un discriminant positif précieux. Tant il est vrai que quelle que soit l’intensité des contacts préliminaires créés par les médias, la concrétisation de l’acte commercial se fait sur place.

Les trois phases de l’acte d’achat : première approche, mise en confiance, conclusion L’acte d’achat peut être spontané ou planifié. Dans le second cas, le vendeur dispose d’un capital confiance préexistant – qu’il se fonde sur une relation préalable, l’image de marque du produit, une recommandation, ou encore une présélection opérée par le client potentiel lui-même. En fonction de ces critères, la première phase d’une relation commerciale se concentre sur des rituels sociaux bien définis : la poignée de main (qui historiquement montre que l’on n’est pas armé), l’invitation à prendre place comme marque de courtoisie – mais qui symbolise également la suppression du réflexe d’agression ou de fuite – le rafraîchissement offert pour sceller dans le partage cette première approche relationnelle. Dans chacune de ces phases, la dimension subliminale est considérable, et l’activation de réflexes ataviques s’avère le prérequis de la confiance.

Autant les produits de faible valeur unitaire et d’usage courant n’appellent pas une réflexion intensive – les achats en supermarché en constituent une bonne illustration – autant la peur de se tromper croît avec la valeur de l’achat. Cette peur induit un besoin de se rassurer dont la dimension émotionnelle est très forte. Ce besoin, en soi très atavique, est au cœur de tout un

La situation est plus complexe lorsque client et vendeur se rencontrent dans un contexte plus fortuit. En effet, de nombreux paramètres supplémentaires sont alors à prendre en compte : l’effet de seuil relatif à l’appréhension de pénétrer dans l’espace commercial proprement dit, la nécessité d’éveiller la curiosité et de créer le besoin d’en savoir plus, l’impératif de fixer l’attention. Il convient alors de jouer sur plusieurs tableaux. Les manifestations d’intérêt initiales du client potentiel seront gestuelles et entraîneront en retour une première approche du vendeur. Celui-ci enga-

ensemble de comportements humains. Il rapproche – au sens le plus littéral – la communauté autour d’un besoin de protection ; dès lors, il exige, dans le cadre d’un acte commercial, de construire une relation de confiance. Cela explique du reste un paradoxe apparent : plus un achat représente un investissement ou une dépense importants pour l’acheteur, plus celui-ci réagira de façon émotionnelle – et partant subjective – à l’égard des critères de décision. Il en va notamment ainsi de l’achat d’une maison : un agent immobilier antipathique aura peu de chances de conclure

gera la communication en position debout pour ne pas ‘couper la retraite’ à son client potentiel. Mis en confiance, ce dernier sera invité à s’asseoir, ce qui constitue une première marque de confiance importante. Ce n’est en effet pas un hasard s’il est d’usage de montrer des dirigeants politiques installés dans des fauteuils proches l’un de l’autre pour souligner l’intensité et la qualité des relations qui les lient. Ces gestuelles plus ou moins spontanées aboutissent à une phase qui, quant à elle, est strictement formalisée – celle de l’acte d’achat, qui se concrétise par le passage à la

la transaction – quelque attractive que soit son offre. En parallèle, l’acheteur rationalisera au maximum sa décision sur des critères

caisse ou la signature d’un contrat de vente.

objectifs de situation, de configuration etc. Mais en réalité, il ne rationalisera ainsi qu’une décision éminemment subjective, dans laquelle la part du ‘feeling‘ est en fait prépondérante. Aussi le processus de vente se doit-il certes de séduire l’esprit, mais surtout de toucher le cœur.

262

Espaces à vocation commerciale

L’aménagement : sous le signe de l’ouverture – et de la discrétion Comme dans les autres contextes, la qualité de l’aménagement d’un espace de vente influe de façon importante sur toutes les dimensions psychologiques et émotionnelles de la transaction. La gradation entre information préliminaire et phase ‘confidentielle’ trouve son pendant dans les trois phases du mouvement, de la discussion debout et de la phase assise. Ce principe très archétypal se retrouve notamment dans le concept commercial du bazar à l’orientale. Les produits présentés à l’extérieur y éveillent l’intérêt et la curiosité, aidant ainsi l’acheteur potentiel à surmonter l’effet de seuil. Une fois à l’intérieur du magasin, il se retrouve d’abord dans un espace commercial partagé et ouvert sur l’extérieur. Mais lorsque la transaction entre dans sa phase décisive, il accompagne le vendeur dans un espace situé à l’abri des regards pour conclure l’acte d’achat. Il est du reste clair, dans ce contexte, que le souci de discrétion est d’autant plus important que l’acte d’achat est moins licite … La version contemporaine du centre commercial s’oriente pour sa part toute entière vers un décloisonnement aussi complet que possible : des parois vitrées, souvent coulissantes, abolissent presque intégralement l’effet de seuil, faisant de la surface de vente un prolongement des circulations et des ‘placettes’ aménagées au sein de la galerie marchande. Ce concept fonctionnera d’autant mieux que les surfaces commerciales seront dotées d’un éclairage et d’un agencement bien pensés. L’aménagement de l’espace de vente proprement dit s’inspirera des schémas communautaires traditionnels : il ressemblera idéalement à une place du marché conçue autour d’une ‘estrade’ – point de rencontre entre le client potentiel et le vendeur. Proche de la périphérie, une zone dotée d’un cloisonnement partiel permettra d’engager une conversation informelle, par exemple autour de tables hautes. Entre ces deux pôles fonctionnels, des

proprement dites ; un système de cloisons y assurera la discrétion souhaitable. De plus en plus, la convivialité d’un en-cas ou d’une boisson pris en commun et son effet positif sur le processus de vente sont mis à profit : le comptoir avec sa machine à espresso en est une illustration aussi répandue que probante. Il permet de faire patienter le client potentiel tout en offrant d’excellentes conditions pour nouer le dialogue et donner à l’interaction sociale son impulsion initiale.

Un nouveau défi : L’alliance du réel et du virtuel au sein des espaces de vente Pour l’instant, on a assez peu réfléchi sur les implications de la communication et de l’échange multimodal dans le domaine de l’aménagement de l’espace commercial et de ses fonctionnalités. Lorsque la consultation d’un site internet constitue le préalable de l’acte d’achat sur place, il importera de retrouver au sein de l’espace réel les repères préexistants de l’espace virtuel. Or, très souvent, c’est tout le contraire. De plus, l’utilisation des outils informatiques peut s’avérer très maladroite. En fait, elle va fréquemment jusqu’à entraver l’interaction entre vendeur et acheteur, sachant que des études soulignent que le vendeur passe de 40 à 60 % de son temps les yeux rivés sur son ordinateur – au lieu de se préoccuper des aspects relationnels. Or le client n’a en général pas même la possibilité de visualiser les informations affichées à l’écran. Tout à l’inverse, si vendeur et acheteur peuvent dialoguer sur un support numérique partagé de type tactile, l’interaction qui en résulte et l’implication active du client créent des conditions nettement plus propices à la concrétisation de l’acte d’achat.

sièges confortables donneront l’occasion au client de prendre connaissance de l’offre dans une atmosphère détendue. Directement sur la périphérie, on aménagera les zones de transaction

263

L’espace de vente : pôle d’échange, d’information et de rencontre

4 Dans le domaine des services, l’espace d’accueil est presque toujours non seulement la carte de visite de l’entreprise, mais également le lieu de vente proprement dit. Des administrations aux agences de voyage en passant par les instituts financiers – sans oublier les aéroports et les gares – ces espaces sont à la charnière entre le prestataire et son ‘marché’. Sur le plan fonctionnel, il s’agit d’orienter, de segmenter et de canaliser le processus ; sur le plan psychologique, l’agencement se doit de favoriser la rencontre, la qualité du contexte relationnel – et bien entendu la concrétisation de l’acte d’achat.

Au stade de la conception, l’aménagement de tels espaces doit procéder d’un équilibre subtil entre des impératifs parfois contradictoires. En effet, les attentes du client, les contraintes d’organisation et de sécurité et les équipements techniques créent les

Ce n’est pas un hasard si de nos jours, le principe du comptoir le cède de plus en plus à celui de l’espace de vente convivial et informel, proche du système archétypal de la place du marché.

conditions d’interactions complexes :

Il s’agit en effet tour à tour de laisser l’initiative au client, de lui fournir l’information préalable, de l’aborder directement et d’offrir la possibilité d’interactions informelles. Ce sont autant de prérequis d’un échange prégnant et fructueux. Aussi convient-il d’apporter un soin particulier au timing et au circuit qu’empruntera idéalement le client potentiel. Ainsi, l’espace en libre service s’ouvrira vers l’espace de vente proprement dit, éveillant d’abord la curiosité puis offrant de bonnes conditions pour engager le dialogue. Sur le plan visuel, il faudra optimiser la mise en valeur de l’offre ; sur le plan fonctionnel, il importera de créer les conditions du confort. Elles passent par la mise en place de sièges, de tables basses et d’équipements multimédia intégrés. Des écrans verticaux per-

• La partie ouverte 24 h/24 – sur le principe des opérations bancaires en libre service – devra être partie intégrante de l’espace de vente le jour, mais séparée de celui-ci en dehors des horaires d’ouverture. • Pour rationaliser le processus, les comptoirs de vente se doivent d’être aussi fonctionnels que possible. Parallèlement, il leur faut inciter le client potentiel à prolonger l’échange, seule façon de lui vendre des prestations à forte valeur ajoutée. • Des supports informatiques dotés d’une interface accessible sans intermédiaire permettront de libérer le personnel de vente – mais l’interaction ne devra jamais se faire au détriment de la relation personnelle. • Le concept d’aménagement devra tenir compte tant de la nécessité de minimiser l’effet de seuil que de celle d’offrir – dans les phases d’approfondissement et de concrétisation de l’acte d’achat – les conditions de confidentialité requises. • Quant aux temps d’attente, ils ne devront jamais être perçus comme arbitraires – bien que la nécessité de maximiser le rendement du personnel les rende souvent inévitables, voire économiquement indispensables.

264

mettront d’informer et de focaliser l’attention, des dalles numériques horizontales, intégrées aux tables hautes, offriront au client potentiel la possibilité de s’informer en temps réel de façon autonome. Placé au centre et entouré d’un cloisonnement partiel, le coin bar et son emblématique machine à espresso permettront, autour de tables hautes, d’engager une conversation informelle et de rendre les temps d’attente aussi agréables que possible. Les circulations au sein de l’espace de vente seront conçues de sorte à préserver à tout moment la proximité du personnel de vente et de conseil. Des postes de travail installés en périphérie

Dans un tel contexte, il apparaît clairement à quel point la complexité du cahier des charges appelle, en amont, une étude

– comptoirs pour les transactions rapides, tables hautes pour les échanges plus intensifs, tables standard et sièges pour les

détaillée des processus de communication.

discussions approfondies – assureront un équilibre optimal entre confidentialité, convivialité et pertinence fonctionnelle.

Espaces à vocation commerciale

Échelle 1:125 / Dimensions en cm Espace réservé au public 293 m² Espaces conseil 20 m² par unité

11

1940

3 1 10

4

2

6

280

8

5

160

150

7

120

180

9

11

1940

1 Espace en libre service

6 Écrans muraux apportant des informations d’actualité

2 Présentoirs pour la documentation

7 Zone d’attente dotée de sièges avec accoudoirs et tables basses

3 Comptoir pour les transactions rapides

8 Comptoir, machine à espresso et coin ‘Café’

4 Tables hautes pour le renseignement de formulaires

9 Zone de transaction en espace ouvert semi-cloisonné

5 Tables hautes dotées d’une dalle numérique interactive

10 Espaces de vente cloisonnés

offrant des possibilités d’information en temps réel

11 Back-office

265

L’espace de vente : pôle d’échange, d’information et de rencontre

11

4 8

3 6

1

2

5

7

9

266

Espaces à vocation commerciale

10

L’épine dorsale de l’espace va de la

Le bar et sa machine à espresso sont

Derrière le coin bar, deux pièces sépa-

zone en libre service jusqu’à l’espace

situés au centre de l’espace. Cette zone

rées permettent de mener des conver-

de vente proprement dit : une zone

est la bienvenue en cas d’attente et

sations particulièrement approfondies.

ouverte dotée de sièges et de tables

permet de nouer le dialogue de façon

Elles sont dotées de cloisons vitrées

hautes favorise ici la communication

plus intensive sans se départir d’une

dépolies qui allient l’isolation phonique

informelle et la diffusion de l’informa-

composante informelle. La disposition

et visuelle nécessaire avec la trans-

tion sous forme analogique et numé-

très étudiée des parois vitrées et des

parence intrinsèque du concept

rique. Dans ce dernier cas, les écrans

éléments vitrés isolés s’illustre par une

d’aménagement.

muraux proposent une information

transparence dans les deux sens ; elle

partagée, tandis que les écrans plats

permet de focaliser l’attention sur les

intégrés aux plateaux de table per-

différentes zones fonctionnelles et de

mettent de s’informer de façon per-

les valoriser.

sonnalisée et interactive. La position horizontale de la dalle numérique

Le comptoir destiné à traiter rapide-

garantit la discrétion nécessaire.

ment les demandes simples est situé près de l’entrée ; une table haute lui est adjointe pour mettre en valeur des offres spéciales et créer les conditions du dialogue ciblé. À l’opposé, la zone de conseil bénéficie d’une atmosphère

11

feutrée qui conjugue convivialité et discrétion.

9

1 Espace en libre service 2 Présentoirs pour la documentation 3 Comptoir pour les transactions rapides 4 Tables hautes pour le renseignement de formulaires 5 Tables hautes dotées d’une dalle numérique interactive offrant des possibilités d’information en temps réel 6 Écrans muraux apportant des informations d’actualité 7 Zone d’attente dotée de sièges avec accoudoirs et tables basses 8 Comptoir, machine à espresso et coin ‘Café’ 9 Zone de transaction en espace ouvert semi-cloisonné 10 Espaces de vente cloisonnés 11 Back-office

267

Le conseil personnalisé

4 La qualité du conseil et de la relation personnelle entre le vendeur et le client est un paramètre décisif dans le domaine des services. Aussi la phase de conseil doit-elle créer les conditions de la confiance et souligner la compétence, afin de concrétiser efficacement l’acte d’achat. Les points conseil sont, par conséquent, entièrement orientés client, plutôt que d’être conçus comme des bastions tenus par le vendeur. Cette approche se doit d’être relayée par l’informatique. Cela permettra d’orienter l’information toute entière vers l’acheteur potentiel.

268

Espaces à vocation commerciale

Échelle 1 :125 dimensions en cm Taille de chaque pièce 20 m²

440

84 168

84

150

118

118

59

Dans sa forme moderne, le conseil n’est plus lié à un poste de travail fixe : il se déplace vers des zones de convivialité partagées. Les avantages sont multiples : utilisation plus rationnelle de l’espace, neutralité du territoire diminuant l’effet de seuil, confidentialité – puisque la mise en œuvre des supports numériques appropriés garantit un maximum de discrétion même en espace ouvert.

avec une structure en position médiane. Le critère, sur ce plan, est essentiellement esthétique. L’intérêt de tables de ce type est la possibilité de reconfigurer et de combiner plusieurs tables pour assurer une versatilité maximum en fonction du nombre de participants. Les proportions du plateau détermineront quant à elles la composante plus ou moins statique ou interactive de la configuration.

Le succès du vendeur est tributaire de ses affinités avec le client potentiel, de sa compétence, de son ouverture et de la confiance qu’il saura créer. Il s’agit en effet d’éliminer tout sentiment d’incertitude, toute distance inutile et toute impression de domination. L’appréciation du client étant globale et plurisensorielle, l’aménagement de l’espace contribuera – au même titre que la personnalité du vendeur – à créer une atmosphère propice.

Il est particulièrement crucial de bien intégrer l’informatique aux processus de conseil et de vente. En effet, lorsque le vendeur consacre davantage de temps à son ordinateur qu’à son client, la relation de confiance et l’empathie se voient remises en question plutôt que confortées. L’évolution des matériels informatiques permet aujourd’hui de recourir à des ordinateurs portables peu encombrants. Équipés du câblage adéquat, ils permettent de se connecter discrètement aux banques de données de l’entreprise depuis le bureau du vendeur, puis d’être placés au centre de la table de discussion. Il est alors important de disposer l’écran de façon à le rendre visible conjointement par le vendeur et le client potentiel. Mais la solution idéale, celle qui maximise les potentialités de l’échange, nécessite la

Sur le plan psychologique, la confidentialité est un paramètre particulièrement crucial. Des parois et des portes en verre dépoli permettront d’en créer les conditions. Plus sophistiqué, le système des parois vitrées à transparence variable permet – par la mise sous tension du vitrage – de faire 440

110

180

passer la cloison de transparente à translucide, préservant ainsi la confidentialité de la conversation dès que l’on entre dans la phase de conseil personnalisé.

150

170

120

160

118

118

59

168

84

84

Il convient par ailleurs de choisir un mobilier discret, sans connotations exagérément statutaires qui pourraient s’avérer intimidantes. Une décoration incluant des reproductions ou des affiches accentuera la dimension intime des lieux, induisant ainsi une relation de confiance. Idéalement, le client potentiel et le conseiller seront assis face à face : il est par conséquent judicieux de préférer une table de type conférence au ‘bureau’ traditionnel. Sa forme sera idéalement orthogonale en conjonction ou non

mise en place d’un second écran intégré directement au plateau de la table. Il permet de visualiser les produits et les argumentaires – et lorsque la dalle de visualisation est équipée d’une fonction tactile et d’un système de basculement de l’image – il devient possible d’intervenir directement sur les données et d’orienter les contenus de l’écran vers le client. Il s’avère en général qu’une telle configuration, en impliquant concrètement le client dans le processus de conseil et de vente, maximise les chances de conclure la transaction. À noter : lorsque vendeur et acheteur sont assis sur des sièges de la même gamme, la convergence psychologique se trouve encore renforcée.

168

269

L’Info-Café

4 Par sa nature même, l’atmosphère d’un café réunit tout un ensemble de composantes favorables : un rafraîchissement ou une boisson chaude prise dans une ambiance informelle éviteront que les temps d’attente soient perçus comme tels, permettront au client de s’informer en toute tranquillité et au vendeur de

2

nouer le contact au moment propice. Il est important d’adopter une configuration ouverte vers l’extérieur et de mettre en place un aménagement adéquat. À noter : en fonction du contexte, un tel Info-Café permet également de faire une présentation 1

ou un exposé en petit comité.

3

3

5

4 1 Étagères pour les revues et la documentation 2 Tables hautes dotées d’écrans plats interactifs intégrés 3 Dalles numériques montées au mur 4 Utilisation d’une table haute en tant que pupitre de conférencier 5 Chaises disposées en rangées dans le cadre d’un exposé

270

Espaces à vocation commerciale

Échelle 1:125 / Dimensions en cm Taille de la pièce 445 m² A

B

600

600

180

84

100

2 59

75

750

750

C

D

600

600 60

3

4 5

(B) Des tables de petite dimension en hauteur standard et pupitre sont particulièrement versatiles. Elles pourront être reconfigurées au besoin par les clients eux-mêmes : regroupées, elles constitueront des plateaux de dimension plus importante permettant d’utiliser l’espace – en dehors des horaires d’ouverture – en tant que salle de réunion et de conférence. À noter : il importe, sur le plan de l’harmonie du concept, d’associer à des tables de petite dimension des sièges traités en finesse.

70

750

(A) Des tables rondes en hauteurs standard et pupitre favorisent les échanges entre un nombre variable de participants. Équipées de dalles numériques interactives, les tables hautes permettent au client potentiel de s’informer et au vendeur de visualiser les argumentaires et les produits. Un mobilier traité en finesse – associant par exemple des sièges tendus de résille et des plateaux de table de faible épaisseur –permettra, même en implantation dense, de préserver élégance et légèreté.

750

Intrinsèquement, un café représente un terrain neutre, propice à la rencontre et à l’échange ; il est une manifestation emblématique de l’hospitalité. L’aménagement sera conçu pour permettre de voir et d’être vu. Au comptoir, autour de tables hautes ou dans un coin consacré à la lecture, l’information, l’échange, le dialogue trouveront des contextes privilégiés. Même lorsqu’il est de petite dimension, un tel Info-Café constitue un pôle d’échange bienvenu, pour peu qu’il propose un choix d’en-cas et de boissons attractifs au sein d’un aménagement bien conçu. Sur ce dernier plan, diverses approches sont possibles :

(C, D) Dans une approche délibérément multifonction, l’Info-Café est équipé d’emblée de sièges empilables, légers et faciles à solidariser en rangées. De la même façon, les tables seront choisies de façon à pouvoir être déplacées facilement en cas de présentation ou d’exposé. Des dalles numériques murales interactives diffuseront des contenus informatifs en configuration café et serviront de support de présentation en configuration présentation/exposé. En résumé : lorsque l’on souhaite utiliser un espace de vente et de conseil haut de gamme de façon optimale, une solution de type Info-Café s’impose ; elle optimise les possibilités d’information et d’échange et permettra d’adjoindre une facette évènementielle à l’utilisation mercantile de l’espace.

271

Show-rooms et communication

1

4 Une approche sophistiquée des espaces de vente et de conseil saura

1

créer des contextes différenciés. En optimisant la qualité du paramètre relationnel, elle maximisera le taux de concrétisation des transactions. Depuis la prise de contact en position debout jusqu’à la signature de la commande en passant par la phase de dialogue et d’argumentaire, l’aménagement se devra de refléter les modes de communication et la progression vers la concrétisation de l’acte d’achat.

Il importe, dans un tel environnement, de créer un agencement capable de concilier les impératifs fonctionnels et psychologiques correspondants.

ou des produits. Généralement, cette phase constitue déjà le tournant de l’acte d’achat. À noter: lorsque des supports assisdebout sont à disposition, des personnes plus âgées pourront participer sans désagrément à une discussion prolongée.

Dans les périodes de faible activité, le personnel de vente se consacrera aux tâches administratives ou optimisera la présentation des produits. Il ne s’agit pas simplement d’occuper le personnel, mais également d’éviter une situation bien connue : celle qui confronte le client potentiel à des vendeurs quasiment en embuscade dans l’attente de leur ‘victime’ – une perspective qui démultiplie immédiatement l’effet de seuil. C’est pourquoi il est important d’intégrer des postes de travail compacts directement au périmètre de vente. À noter : il faudra veiller à les aménager non pas dans une optique de type ‘bureau’, mais en tant que partie intégrante d’un concept d’aménagement attractif, convivial et haut de gamme. À l’issue de la première phase – au cours de laquelle le client s’informera de sa propre initiative – des tables hautes permettront au vendeur de nouer le contact et d’engager le dialogue nécessaire pour préciser les attentes du client potentiel. Une table haute se prête particulièrement bien à cette fonction : pôle d’échange informel, elle facilite une relation d’égal à égal entre vendeur et client tout en offrant la possibilité de présenter des argumentaires

272

Espaces à vocation commerciale

Lorsque la transaction est complexe ou que des temps d’attente importants sont à prévoir, un aménagement de type salon de réception constitue une solution particulièrement adéquate. Des canapés et des fauteuils à connotation résidentielle créeront une atmosphère plus intime, propice à des échanges approfondis. De telles zones peuvent être traitées en îlot ou dotées d’un cloisonnement partiel améliorant la confidentialité. Dans les deux cas, il importe de ne pas créer un sentiment d’isolement et de mettre à disposition du client potentiel les informations appropriées : elles minimiseront l’impact négatif d’éventuels temps d’attente. La concrétisation de l’acte d’achat se fera soit au comptoir, soit dans le périmètre de travail du vendeur. Cette deuxième option permet d’éviter l’agacement que suscite une situation de type ‘file d’attente à la caisse’ ; elle offre en outre au vendeur l’occasion de prendre congé personnellement – un rituel dont la dimension symbolique ne le cède en rien à celle de la bienvenue. Le client repartira ainsi avec le sentiment d’avoir pris une bonne décision – ce qui est d’autant plus important que la livraison du produit est différée.

4

3 6

5 1

7

2

1 Pôles de vente et de conseil dotés d’une table de réunion supplémentaire intégrant un écran plat ; ce dernier permet de configurer le produit en temps réel 2 Vitrines pour la présentation des accessoires en option

Dans des marchés de plus en plus concurrentiels, la concrétisation de la vente se doit d’être accompagnée d’un suivi attentif. En effet, c’est en phase d’utilisation que se trouveront réunies les conditions de fidélisation du client. Aussi le service après-vente – au sens le plus large – est-il une phase décisive de la relation clientèle. Parallèlement aux approches multimodales dans une perspective de CRM, la qualité de l’aménagement et de la relation personnelle entre vendeur et acheteur apportera une contribution décisive à cette étape du processus.

3 Comptoir d’accueil 4 Écrans plats montés au mur destinés à diffuser l’information 5 Zone de réception dotée de sièges à piètement luge et de tables basses 6 Coin bar en libre service 7 Tables hautes et supports assis-debout

273

L’aménagement de zones de conseil et d’information

Mini-bureau

tives sont envisageables : soit le recours

Les volumes de rangement modulaires

Sièges de travail et sièges visiteur

Il doit souligner la compétence du

à un système modulaire, décliné égale-

mettent en œuvre des profilés en

En matière de sièges, il est important

vendeur tout en se démarquant de

ment au niveau des présentoirs et des

aluminium chromé brillant ou anodisé

de se démarquer du conformisme

l’atmosphère d’un ‘bureau’ traditionnel.

banques d’accueil, soit une gamme de

naturel. Les étagères ajustables en

que l’on rencontre dans de nombreux

Tables et volumes de rangement sont

mobilier conçue pour s’harmoniser par-

hauteur sont réalisées en tôle d’acier

espaces de bureau. Parallèlement, il

de type multifonction reconfigurable.

faitement aux tables dont elle reprend

emboutie ; leur finition laquée grainée

importe de rester dans une logique de

L’intégration des NTIC – écrans plats,

les matières, la modularité et le langage

est particulièrement résistante. Les

gamme pour respecter l’identité visuelle

ordinateurs portables, dalles vidéo

formel.

côtés et les fonds en tôle d’acier sont

de l’entreprise et éviter une discrimina-

laqués gris argent pour s’harmoniser

tion visuelle entre vendeur et client

les conditions d’un échange intensif

Matières et finitions

avec les profilés de la structure. Quant

potentiel. Sur le plan formel, diverses

et efficace.

La structure des tables, positionnée

aux façades, il est judicieux de pouvoir

solutions sont envisageables : soit une

en retrait, repose sur des arceaux de

les assortir à la finition des plateaux.

structure de type coque qui alliera com-

intégrées au plateau de table – crée

pacité, ergonomie et lignes épurées,

Les tables multifonction les plus adap-

piètement réalisés en aluminium.

tées seront soit dotées de structures

Elle conjugue ainsi qualité, stabilité et

Parmi les solutions adéquates en

soit des sièges dotés d’assises et de

positionnées en retrait et maximisant

esthétique. L’alliance d’un piètement

matière de tables, on retiendra un

dossiers tendus de résille. Les sièges

l’espace aux jambes, soit de piètements

poli ou chromé brillant avec une

piètement en acier inoxydable brossé

utilisés par les vendeurs seront équipés

montés en affleurement aux quatre

structure anodisée naturel ou laquée

montée sur une structure vissée invi-

d’un système d’assise dynamique en

coins du plateau sur une structure

constitue une excellente solution, facile

sible en tube d’acier. Les plateaux en

réponse à leur utilisation plus intensive.

masquée. Une profondeur de plateau

à harmoniser au concept d’aménage-

médium teinté dans la masse sont ici

Les sièges visiteur étant, pour leur part,

de 120 cm est suffisante, sans créer

ment global. Les plateaux sont réalisés

parfaitement assortis aux volumes de

utilisés au plus 60 minutes, ils pourront

pour autant une distance qui entrave-

en panneaux de particules de type E1

rangement, réalisés dans la même

être choisis en fonction de critères

rait l’échange. Un plateau de largeur

et dotés de chants rapportés en bois

matière. Le médium allie à la personna-

ergonomiques moins exigeants.

170 à 180 cm permettra d’utiliser

massif. Il importe ici de pouvoir choisir

lité spécifique du matériau bois une

également, au besoin, les deux petits

entre finition ébénisterie dans une

connotation high-tech qui s’accorde

Pour des informations détaillées sur

côtés pour y asseoir des participants à

vaste gamme de placages et revête-

particulièrement bien avec les concepts

la typologie des sièges de travail et

la discussion. À noter : il est important

ments de nature plus technique –

contemporains d’aménagement de

visiteur, se reporter aux pages 62–65.

de disposer de vérins de compensation

notamment stratifié et linoléum. Un

magasin. À noter : il faut veiller à doter

intégrés au piètement. En matière de

profilé antichoc intégré aux chants

toutes les surfaces de contact d’une

volumes de rangement, deux alterna-

affinera visuellement le plateau tout

laque de protection résistante aux

en le protégeant.

tâches et aux rayures.

84

80

73

40–52

43

60

274

77–89

Espaces à vocation commerciale

120

94

53

44

66

118

84

84

80

73

45

57

Ø 100

68

105

Tables de réunion interactives

Les équipements de ce type impliquent

La nécessaire congruence des modes

des choix à long terme. Aussi est-il

de communication entre vendeur et

crucial de s’adresser à des fabricants

acheteur exige d’intégrer avec un soin

rompus aux impératifs fonctionnels

particulier les NTIC à l’espace de vente

de telles configurations et capables de

et au processus de dialogue classique.

fournir des solutions pérennes sur le

Les tables dotées d’écrans plats intégrés

plan tant esthétique que fonctionnel.

au plateau répondent particulièrement

Les tables rondes en hauteur standard

bien à ce cahier des charges ; une

(73 cm) ou pupitre (105 cm) accentue-

interface tactile permettra au client

ront la convivialité ; le diamètre idéal

d’interagir avec les contenus sur un

se situe entre 75 et 90 cm, permettant

mode familier, car basé sur des fonction-

ainsi de disposer la documentation à

nalités standardisées. Les interactions

portée de main. Dans un tel contexte,

s’inscrivent directement dans le proces-

les piètements à colonne centrale

sus de vente – et elles le feront d’autant

sont les plus appropriés : ils permettent

mieux que le confort d’utilisation sera

de masquer le câblage et assurent,

optimisé, par exemple en intégrant un

en liaison avec une embase ronde,

module logiciel capable de faire bascu-

la stabilité de l’ensemble.

ler les contenus affichés de l’un vers 65–90

l’autre côté de la table : cela favorisera

Matières et finitions

grandement une implication active du

La structure des tables doit conjuguer

client. Cette situation, propice à la con-

précision d’usinage et stabilité. Une

clusion de l’acte d’achat, pourra être

embase en acier équipée de vérins de

efficacement étayée par des documents

compensation répond parfaitement

valorisant et des échantillons.

à ces critères ; elle sera dotée d’une

Ø 100

finition laquée résistante aux rayures et

Illustration :

Dans tous les cas, l’intégration des NTIC

aux sollicitations intensives. La colonne

ConsulTable en hauteur pupitre

au processus de vente se fera en liaison

de piètement en acier sera assortie aux

avec le département informatique, de

autres éléments d’aménagement. Dans

façon à créer une interface directe avec

l’exemple présenté, elle est chromée

les systèmes de gestion des com-

brillant ou laquée dans une teinte

mandes et de la production. Cela per-

assortie. Le support de plateau, aussi

mettra, idéalement, des synergies fonc-

plat que possible, est pour sa part laqué

tionnelles et des économies

noir mat pour un maximum de discré-

considérables.

tion. À noter : Il faudra veiller à réaliser

À noter : il importe de prévoir dès le

le plateau dans un matériau suffisam-

stade de la conception l’emplacement

ment rigide en dépit des découpes

des tables et celui des boîtiers de con-

nécessaires pour intégrer les écrans

nexion au sol correspondants. Il convi-

plats. Cela conduira à s’orienter, en

endra également d’opter soit pour une

fonction des formats, vers le médium

configuration en îlots autonomes, soit

ou le latté-collé. Revêtements et chants

pour un raccordement direct au réseau

seront, pour leur part, assortis aux

informatique.

tables de travail des vendeurs.

275

Les coins bar et salon au sein d’espaces de vente

105

105

69

50

60 x 60, Ø 75

61

94,5

118

Tables hautes

Le repose-pieds sera, idéalement,

En complément des tables hautes, des

Matières et finitions

Afin de s’harmoniser au mieux avec les

protégé par un gainage en matière

supports assis-debout orientables dans

La structure des sièges à piètement

tables de travail des vendeurs, les tables

synthétique noire. Les tables hautes à

toutes les directions s’imposent comme

luge est réalisée en tubes d’acier for-

hautes seront dotées d’un piètement

plateau rond et colonne de piètement

une solution particulièrement judicieuse.

mant cantilever. Leur finition chromée

affleurant positionné aux quatre coins

centrale seront dotées d’une embase

Ils délestent les jambes lors de conver-

brillant est aussi élégante que robuste.

du plateau et d’un repose-pieds sur les

équipée de vérins de compensation

sations prolongées entre vendeur et

Dans un contexte de coin salon,

quatre faces ; ce dernier conjugue sta-

et réalisée en acier, finition laquée

client. Il est également possible d’utiliser

les coques d’assise et de dossier en

bilité accrue et ergonomie. L’harmonie

grainée. Mais lorsqu’on est appelé à

des tabourets hauts reprenant la struc-

contreplaqué moulé ou en matière

de l’aménagement restera préservé,

déplacer fréquemment une telle table,

ture épurée en fil d’acier et l’assise

synthétique des versions à piètement

même si l’on choisit – comme les tables

il est préférable d’opter pour un piète-

tendue de résille des sièges visiteur.

traîneau sont généralement habillées

y invitent – de les reconfigurer et de

ment plus léger en aluminium moulé

les combiner librement. Il devient ainsi

sous pression. Cependant, le diamètre

Sièges et tables dans un contexte

confort comparable à celui de fauteuils

possible, lors d’opérations commer-

du plateau est alors limité à 60 cm

de type coin salon

classiques beaucoup plus volumineux,

ciales ponctuelles, de réagir adéquate-

pour des questions de stabilité. Dans

Dans les zones d’attente et les coins

il est également possible de mettre en

ment sans interventions lourdes et sans

les deux cas, la colonne de piètement

salon, une version particulièrement

œuvre une structure suspendue consti-

remettre en cause la qualité du concept

réalisée en tube d’acier rond est assor-

confortable du siège à piètement

tuée de ressorts en acier de type zigzag

global.

tie aux autres éléments de mobilier.

traîneau constitue une excellente alter-

dotés d’un enrobage mousse intégral.

Sur les modèles dotés d’une embase, le

native aux fauteuils et aux canapés

Il importe que de tels sièges soient

Des plateaux ronds sur le modèle

diamètre du tube sera plus important.

classiques. Une telle solution conjugue

dotés d’accoudoirs agréables au toucher

des tables de bistrot sont également

Dans les versions en diamètre 75 cm, le

élégance, confort et manipulation

– qu’ils soient réalisés en bois moulé

envisageables. Plus convivial, le plateau

plateau peut être assorti sur le plan des

aisée. Cette dernière qualité est

finition ébénisterie ou rembourrés et

rond ne se prête pas, en revanche,

matières, des chants et des revêtements

particulièrement précieuse lorsqu’il

dotés d’un revêtement cuir ou tissu.

à des configurations additives. Aussi

aux tables de réunion à structure en

est judicieux de pouvoir adapter la con-

Des revêtements amovibles augmente-

convient-il d’évaluer précisément les

retrait. Lorsqu’il importe d’accentuer

figuration des sièges aux exigences du

ront la durée de vie du siège et diminu-

priorités fonctionnelles.

l’élégance du dessin des tables hautes,

moment. Associés à des tables basses

eront ainsi son impact écologique

de tissu ou de cuir. Pour offrir un

une matière teintée dans la masse et

assorties, ces sièges formeront des îlots

global. La structure des tables sera

Matières et finitions

résistante telle le ‘compact’ HPL (High

propices à la discussion et à l’échange.

assortie à celle des sièges. Idéalement,

Pour un maximum d’homogénéité, les

Pressure Laminate) est une solution

la finition ébénisterie des plateaux

tables de travail et les tables hautes rec-

aussi robuste qu’esthétique. Sa rigidité

reprendra celle des accoudoirs en

tangulaires seront issues de la même

permet de traiter le plateau en finesse

version bois.

gamme et dotées des mêmes finitions.

– impression qu’accentuent encore les chants biseautés.

276

Espaces à vocation commerciale

Éléments de présentation et de rangement dans les espaces de vente 222 186 150 78

115

44

79

45

58

60, 70

68

75

43

36

70

54 x 54

Illustration : Tabourets de bar et tables hautes de la gamme Aline

71

53

68

94,5

68

94,5

94,5

Mettre en valeur, exposer et stocker

Une structure en profilé d’aluminium,

Dans les espaces de vente, il importe

finition chromée brillant ou anodisée

que le mobilier mis en œuvre soit à

naturel, et dotée de vérins de compen-

la fois esthétiquement homogène et

sation en zinc moulé sous pression

véhicule un positionnement haut de

répondra parfaitement à ces impératifs.

gamme. Le mobilier par éléments

Une possibilité complémentaire particu-

répond idéalement à ce cahier des

lièrement intéressante : les dessertes

charges : réalisé par assemblage de

combinant une structure simple en

modules produits en série, il est en

profilé avec des roulettes orientables

outre extrêmement versatile et peut

en matière synthétique. Les étagères

être à tout moment modifié ou comp-

et les panneaux d’habillage arrières et

lété par reconfiguration ou rajout

latéraux seront réalisés en tôle d’acier

d’éléments supplémentaires. En géné-

emboutie ou pliée. Les tiroirs, conçus

ral, le mobilier de ce type associe des

pour résister à des charges importantes,

supports verticaux, des étagères, des

seront également réalisés en acier.

panneaux d’habillage et des éléments

Au niveau des façades, le sandwich

fonctionnels – portes, tiroirs et tiroirs

d’aluminium constitue une alternative

télescopiques pour dossiers suspendus.

séduisante : elle associe la légèreté

Lorsque les façades des éléments sont

à un grand choix de finitions possibles

disponibles dans des finitions assorties

– de la version laquée jusqu’à la finition

au reste de l’aménagement, il devient

ébénisterie haut de gamme.

possible d’intégrer de façon optimale le mobilier par élément au concept

À des fins de présentation, il importe

d’aménagement. À noter : il est indis-

de disposer également de façades en

pensable que la structure porteuse soit

verre trempé ; elles permettront de

dotée de vérins de compensation.

constituer des vitrines dotées d’un éclairage halogène basse tension, les

Matières et finitions

profilés de structure servant alors égale-

Sachant que les éléments sont assem-

ment de chemins de câbles.

blés en règle générale sur place, la robustesse, la stabilité dimensionnelle et la précision des tolérances de fabrication sont des critères importants.

277

Accueil, circulation, réception 4 Depuis toujours, la communication informelle est la forme la plus efficace et la plus dynamique de l’échange. Comme aucune autre, elle renforce la cohésion du groupe, prépare le changement et fait naître des idées nouvelles. Dans un environnement de plus en plus complexe, où l’interaction des décisions et les évolutions se révèlent difficiles à prévoir, les mérites de la communication informelle sont plus évidents que jamais. Aussi se doit-on de placer au cœur du concept architectural les zones les plus propices à ce type de communication.

278

Accueil, circulation, réception

Une chose dont on ne parle pas n’a pas eu lieu. C’est à la parole que les choses doivent leur réalité. Oscar Wilde

Les modes de communication spontanés – à la faveur du moment

Les rencontres informelles – fondement de la confiance

Celle-ci est en effet, depuis toujours, un facteur de socialisation

mutuelle, de l’interaction des savoirs et de l’innovation

essentiel. Les quelques mots échangés par-dessus la clôture avec son voisin, la brève conversation que l’on mène avec une connaissance rencontrée dans la rue, les confidences échangées entre collègues sur le parking de l’entreprise comptent parmi les formes les plus évidentes et les plus naturelles du comportement social. Elles sont un facteur moteur de l’interaction entre les individus et génèrent très souvent de nouvelles idées et une vision renouvelée des choses – sans compter une remise en cause vivifiante de l’existant et des vertus cathartiques salutaires !

Le potentiel de la communication informelle, en marge des modes de la communication formalisés, s’avère central dans l’ensemble des processus de changement : l’analyse prouve que c’est la confiance mutuelle non formalisée – née de la communication en dehors des règles établies – qui donne le plus souvent l’impulsion décisive à la rénovation de structures sclérosées. La réunification allemande l’illustre bien, dont certaines étapes décisives ont été discutées au cours des promenades de Mikhaïl Gorbatchev avec Helmut Kohl. Les retombées ont été considérables : elles vont bien au-delà de l’Allemagne, puisqu’on leur doit l’abolition subséquente du clivage est-ouest tout entier et une accélération décisive de la mondialisation. C’est sans doute le pouvoir même de remise en cause qui résulte de la communication informelle qui amené, de tous temps, à essayer d’en restreindre l’essor – notamment aux niveaux subalternes de la hiérarchie. Le principe de la rumeur, comme celui des idées subversives, sont une expression très tangible de cette hantise des potentiels de changement. Il est clair, à l’inverse, qu’il n’y a guère de méthode plus efficace de diffusion de l’information que de la propager sous le sceau de la confidentialité la plus stricte … Lorsque les supérieurs hiérarchiques considèrent avec suspicion les discussions entre employés lors de la pause détente et souhaitent qu’elle soit entièrement consacrée au seul repos physique, ils méconnaissent le potentiel éminemment positif de la communication informelle.

Autant la communication informelle était considérée avec méfiance et entravée dans tout la mesure du possible dans le passé, autant elle a gagné le statut d’élément essentiel du processus d’adaptation et d’évolution permanent auquel est soumise l’entreprise. En alimentant les réseaux de communication interpersonnels, la communication informelle est décisive pour l’esprit d’équipe, pour l’identification de chacun avec la philosophie et les objectifs de l’entreprise, pour la mise en commun des connaissances et pour la créativité. Souvent, c’est d’un échange presque fortuit que naissent la prise en conscience d’un potentiel ou une évidence jusque là ignorée. Quelle que soit, sur le plan stratégique, la qualité des décisions et de l’anticipation des évolutions futures, le contexte actuel rend fort peu vraisemblable la capacité à tout prévoir des organes de décision même les plus qualifiés. La communication informelle en est d’autant plus cruciale : elle constitue en effet un moyen de ‘corriger la trajectoire’ en temps réel, permettant de remettre la planification en phase avec la réalité.

279

Les formes de l’échange : fortuit, imprévu, strictement informatif ou tout à fait confidentiel L’analyse de processus de communication informels fondés sur des opportunités fortuites prouve que les sujets personnels y côtoient toujours des préoccupations professionnelles. De plus, la conversation quitte souvent le niveau des généralités pour aborder rapidement des sujets importants voire confidentiels. Ce type de communication touche des groupes à géométrie entièrement variable. Une communication informelle commencée sur le mode du dialogue peut très rapidement évoluer vers un cercle élargi – pour autant que la thématique intéresse et interpelle les collègues à portée de voix. Sur le mode inverse, un échange entre participants nombreux évolue souvent vers un échange en comité restreint – propice à l’évocation de sujets confidentiels – dès que l’objet initial de la réunion a été abordé.

Destination et configuration de l’espace : centre d’intérêt et nœud de communication. Lorsqu’on souhaite favoriser les processus de communication informels, il va de soi de leur offrir un environnement adéquat. Dans une vision traditionnelle des choses, les circulations, paliers etc. étaient considérées comme des espaces perdus. Ils sont aujourd’hui des lieux de communication à part entière dans lesquels on se rencontre, on converse, et on se retrouve pour un échange aussi spontané que fructueux. Autant dire qu’on est bien loin des ‘services administratifs’ de type fonctionnarisé où l’on pouvait entendre une mouche voler ! Les endroits propices à la communication informelle sont nombreux : zones d’accueil, salles d’attente, ascenseurs, photocopieuses, coins détente en sont quelques illustrations. La communication informelle y trouve un terrain propice – même si la destination des tels espaces est d’abord fonctionnelle. Aussi est-il important et nécessaire de concevoir les zones correspondantes de façon à favoriser les échanges : les concepts modernes en

280

Accueil, circulation, réception

matière d’architecture des espaces tertiaires ne se cantonnent pas à l’attribution d’espaces fonctionnels par départements. Tout au contraire, une approche moderne, conçue pour tirer un profit optimal des modes de communication informels, créera de véritables nœuds de communication informelle – plaques tournantes de l’information et de l’échange. Dans cette perspective, plus les trajets s’entrecroisent et les rencontres se multiplient, meilleure seront la qualité et la fréquence de l’échange. Ce principe obéit à des règles simples. Il importe notamment d’aménager des aires stratégiquement situées sur les circulations. Elles pourront être agrémentées d’écrans, de revues, du très classique tableau d’affichage ou d’automates à boissons – autant d’occasions idéales pour engager la conversation. Dans un tel contexte, ‘l’embouteillage’ devant la machine à café n’est pas un inconvénient, mais une opportunité …

L’aménagement de l’espace : animation, diversité, agrément L’importance cruciale des zones situées en marge des schémas de travail et d’échange traditionnels trouve une illustration particulièrement probante dans le principe de la ‘Break-out Area’. Ce modèle d’aménagement, né aux Etats-Unis, est conçu pour offrir aux collaborateurs les plus qualifiés de l’entreprise un espace de liberté leur donnant – au-delà de toute incitation monétaire – la possibilité d’aménager aussi librement que possible leur mode de travail, y compris à l’extérieur des bâtiments. C’est à l’évidence une réponse intéressante au principe – intrinsèquement peu propice à la créativité – du bureau traditionnel. Mais très rapidement, ce type d’organisation s’est révélé à double tranchant. En effet, le sentiment d’appartenance et la cohésion du groupe souffraient autant que la mise en commun des connaissances de la délocalisation aléatoire des participants. Aussi est-on passé rapidement à des concepts architecturaux intégrant le principe du Break-out au sein du périmètre tertiaire proprement dit. Ce concept s’exprime par l’intégration de zones de communi-

L’espace, la lumière, l’ordre. Autant de choses dont l’homme a besoin comme de pain ou d’un endroit pour dormir. Le Corbusier

cation informelle aussi diverses et nombreuses que possible – de la terrasse au jardin intérieur en passant par la cafétéria. Il en résulte un type d’organisation sociale proche du village. Pour qu’il

Perspectives : associer les espaces de communication réels et virtuels.

fonctionne, il faut cependant se garder de créer les conditions d’une fausse intimité comme de mettre les utilisateurs mal à l’aise – par exemple en créant des espaces trop hauts dans lesquels ils

Autant les NTIC ont-elles conquis les espaces de séminaire et de conférence, autant les espaces de communication informels ont-ils été jusqu’ici tenus essentiellement à l’écart de cette évolution. Pourtant, l’alliance entre communication réelle et virtuelle ouvre des perspectives particulièrement fructueuses en termes de réseaux d’information. Il va cependant de soi qu’il ne s’agit pas ici de donner simplement la possibilité aux utilisateurs de brancher leur ordinateur portable. Cela ne ferait que créer une situation de type ‘Internet Café’, au sein de laquelle chacun, plutôt que de communiquer, est entièrement focalisé sur un

se sentent perdus ou en plaçant des galeries intérieures en surplomb de zones d’échanges informels, donnant aux participants l’impression d’être épiés. Il en va de même des paramètres de base du confort : les courants d’air, le bruit, les effets d’écho, la lumière crue ne sont assurément pas propices à l’échange. À l’inverse, le choix de revêtements de sol et de couleurs spécifiques pour les zones d’échange peut contribuer à les délimiter comme telles. Dans un même esprit, des plantes, la lumière du jour, le bruit de l’eau qui coule, voire des parfums apaisants créeront une atmosphère empreinte de sérénité et d’agrément. En matière d’agencement, il conviendra de se montrer très pragmatique. Un aménagement permettant de déposer ses affaires, de prendre des notes, de s’asseoir de manière détendue créera à lui seul les conditions d’un échange animé comme d’un dialogue plus confidentiel. Il faut évidemment veiller aux paramètres physiques de la détente. Par ailleurs, pourquoi ne pas recourir en parallèle aux systèmes d’information numériques – tableau d’affichage interactif, panneau de visualisation et tout système permettant de diffuser l’information de façon aussi attractive et efficace que possible ? De la même façon, l’accès aux réseaux informatiques permet de résoudre sur place des problèmes qui nécessiteraient, une fois chacun des participants revenu à son poste de travail, peut-être une réunion et sûrement un échange téléphonique ou un e-mail.

écran d’ordinateur. Ici, au contraire, des écrans tactiles intégrés horizontalement aux plateaux de table donnent directement accès aux systèmes d’information numériques comme supports de la conversation et de l’échange. En matière de concepts novateurs d’aménagement des lieux d’échange et de coopération, les perspectives d’évolution, on le voit, sont encore nombreuses.

281

4

6

9

8 2

7

6

1

2

2 5

3

4

1 Comptoir pour deux réceptionnistes et débarras 2 Système d’étagères pour brochures d’information et revues

Zone d’accueil

3 Zone de conversation dotée de paravents en résille semi-transparente sur cadre tendu 4 Siège tendu de résille et table basse en verre 5 Écran mobile, le cas échéant à fonction tactile 6 Banquette dotée d’accoudoirs et de tablettes rabattables

4 Elle est une des plaques tournantes des rencontres

7 Zone conférence séparée

et des échanges au sein de l’entreprise. Elle est le cadre

8 Écran plat mobile pour présentations

d’échanges tant formels qu’informels – depuis l’accueil

9 Volume de rangement bas pour documentation

jusqu’à la conversation spontanée. Il convient par conséquent de tenir compte de ces paramètres dans l’aménagement de l’espace.

282

Accueil, circulation, réception

et rafraîchissements

Le profil et le positionnement d’une entreprise s’expriment d’emblée dans la zone d’accueil. Aussi, le soin apporté par nombre d’entreprises à cette zone ne doit-il rien au hasard : elle en dit long sur l’importance qu’accorde l’entreprise à la communication, tant sur un plan interne qu’externe. Elle est, en fait, partie intégrante des fonctions communicatives au sein de l’entreprise. Autant une zone d’accueil peut être intimidante voire sinistre, autant elle peut constituer une véritable invitation à découvrir l’entreprise. Mais la vocation d‘une zone d‘accueil va bien au-delà de cela et ses vocations sont multiples : on y souhaite la bienvenue, on y prend congé, on y fait des rencontres fortuites ou planifiées et on s‘y livre à des échanges informels ou ciblés. Aussi l‘aménagement se doit-il de conjuguer les contextes de communications sur plusieurs registres : accueil et renseignement au niveau de la réception, exposition et supports multimédia destinés aux invités, visiteurs et collaborateurs, arrivée ou départ simultané et plutôt fortuit de plusieurs visiteurs ou collaborateurs – sans oublier l‘échange de nature plus confidentielle, dans une des zones excentrées plus ou moins protégées des regards.

La multiplicité des niveaux de communication et des types d’échanges – chacun d’une durée spécifique – exige de concevoir des solutions d’aménagement pensées jusque dans le détail. Elle n’intègrent pas, dans ce contexte, de sièges au sens traditionnel dans la zone d’accueil proprement dite. En revanche, une fonction d’attente les intègrera et permettra littéralement de ‘prendre place‘. Le visiteur étant souvent confronté à un environnement peu familier – et éventuellement quelque peu intimidant – on assurera une certaine forme d’intimité grâce à un système de paravents semi-transparents. Un système d’information numérique permettra, par l’intermédiaire d’écrans plats, d’assurer une animation et une information vivantes et engageantes. Une salle de réunion attenante – et dotée de la panoplie complète des NTIC – permettra de poursuivre et d’approfondir les échanges, pour ainsi dire sur place et sans donner au visiteur l’impression d’être traité avec désinvolture.

1440 78

Echelle 1:150 / Dimensions en cm 200

Zone d’accueil 168 m² Espace de réunion 34 m² 6

150

2 5 75

3

173

3 97

8

9

440

2 120

4 7

1560

280

780

283

Espace détente et zone de réception dans le contexte de séminaires

4 Les pauses sont non seulement l’occasion d’une détente et d’une relaxation aussi intellectuelle que physique, mais aussi partie intégrante du processus cognitif et de la densification du tissu relationnel. Aussi convient-il d’intégrer des coins détente offrant une certaine forme d’intimité, séparés par des espaces ouverts et complétés par un espace en extérieur aménagé de façon aussi agréable que possible.

6

8

8

1 5

2

3 7

4

3

284

Accueil, circulation, réception

Echelle 1:200 / Dimensions en cm Surface de la pièce 225 m²

1500

6 7

5

4 2

120

1 Cafétéria 1

2 Table haute intégrant un écran plat à interface tactile

3

3 Tables hautes et tabourets de bar

8

(en extérieur, tables hautes juxtaposables) 4 Tables de type ‘bistrot’ et sièges empilables à accoudoirs

75

5 Etagère pour magazines

70

6 Espace détente doté de sièges à piètement luge et de tables basses

1500 70

3

7 Écran plat d’information mobile, utilisable également pour des exposés 8 Affichage du déroulement du séminaire

Les espaces périphériques des centres de formation et de séminaire sont aussi importants pour le processus cognitif que

l’assimilation des contenus et la détente. La lumière naturelle et la possibilité de faire quelques pas à l’extérieur, soit dans un

pour l’intensification des relations sociales. Ils offrent l’occasion de discussions informelles et permettent, à l’occasion des pauses, de commenter les contenus du séminaire, de discuter, de critiquer et de créer ainsi les conditions d’une assimilation des contenus – en faisant de l’information brute le substrat d’une réflexion différenciée. En effet, c’est de l’échange entre participants que

jardin soit sur une terrasse, sont, dans ce contexte, des paramètres essentiels du bien-être et de la détente.

naîtra une appropriation réaliste et pragmatique des contenus.

séparé ou autour de tables de type bistrot et de tables hautes combinées avec des tabourets de bar. Il est important de prévoir

Outre les discussions relatives au séminaire proprement dit, des contacts personnels spécifiques et nombreux se noueront entre participants, ouvrant même – lors de séminaires réunissant plusieurs entreprises – la voie à de nouvelles relations professionnelles régulières. L’architecture et le concept d’aménagement doivent par conséquent favoriser au maximum la communication,

également des bahuts permettant de déposer des en-cas et des rafraîchissements. Des machines à espresso en libre service complèteront avantageusement les ‘thermos’ traditionnelles de café et de thé. Des présentoirs et des étagères destinés aux documents de travail et à divers supports d‘information viennent compléter l‘aménagement.

L’aménagement de l’espace et l’agencement seront conçus pour offrir des possibilités différenciées de se retrouver en petits groupes – par exemple au sein d’un salon relativement

285

8

3 2

1

4 5 Echelle 1:200 / Dimensions en cm

660

1 6 8

1440

2

4 420

3 93 167

120

118

60

85 60

1 Espace de conférence et de réunion 2 Table haute dotée d’un écran interactif intégré 3 Coin salon doté de fauteuils, de banquettes et d’un écran plat monté au mur

6

4 Tables hautes reconfigurables et supports assis-debout

260

5 Comptoir doté de tabourets de bar et d’une machine à espresso

168

7

6 Coin salon intégrant des fauteuils et des tables basses

118 84

7 Coin lecture doté de tables basses et de poufs, et comprenant une photocopieuse, un scanner et une table haute 8 Tables de travail

660

286

Accueil, circulation, réception

660

8

Entre vivre et travailler : la logique de l’interaction et du rapprochement La vie est l’art de la rencontre. Vinícius de Moraes

7

La créativité et la capacité d’adaptation sont des facteurs décisifs face à une concurrence mondialisée. Mais la première ne peut se développer que dans un espace propice à l’inspiration et la seconde nécessite une implication forte et des interactions étroites au sein de l’organisation. L’un et l’autre de ces facteurs dépend directement du degré d’identification et de l’intensité des échanges. La conception d’espaces propices aux interactions indissociables d’une telle démarche s’inspire du schéma du village : elle inclut des passages, des places, des lieux de détente – à l’instar de la terrasse d’un café – une bibliothèque et des lieux d’information. Parfois, le concept intègre même des espaces de loisirs et une zone de type ‘wellness’. À noter : il est essentiel de toujours offrir 4 L’intégration de zones de type Break-Out à l’intérieur des immeubles tertiaires est considérée comme un facteur décisif dans la qualité et la fréquence des rencontres et

tant des espaces ouverts et informels que des endroits plus retirés, propices à des échanges confidentiels.

des échanges entre collaborateurs de départements différents. En général, il n’est pas nécessaire d’utiliser des espaces spécifiques : ils peuvent être pris sur les circulation et les zones d’accueil et de détente traditionnelles.

De tels espaces – pour peu qu’ils soient dotés d’un aménagement différencié et animés de façon attractive – sont le lieu idéal de rencontres impromptues, mais également de rendez-vous planifiés, mais bénéficiant de l’atmosphère informelle des lieux. Cela permet de réduire d’autant le nombre de salles de réunion dédiées – ces dernières n’étant alors plus réservées qu’aux réunions confidentielles de longue durée ou nécessitant la mise en œuvre d’équipements multimédia. À noter : la généralisation des supports numériques et la diminution de taille des équipements informatiques – notamment grâce aux écrans plats – rend possible, pour peu qu’on ait pris la peine d’optimiser l’utilisation de l’espace, la mise en place des zones de communication et de rencontre sans augmenter la superficie globale de l’édifice.

287

Rencontres et détente

288

Accueil, circulation, réception

Echelle 1:125 / Dimensions en cm

280 190

168

84

78

118

118 420

84

290

200

Le système des tables hautes constitue un complément judicieux des aménagements classiques de type cafétéria ou café. Il permet de prendre un café rapidement tout en disposant de l’espace nécessaire pour consulter des documents ou lire le journal. Lorsque la configuration met en œuvre

Des fauteuils faciles à déplacer aux lignes épurées et élégantes permettront d’adapter la configuration au nombre de participants. A l’inverse, les banquettes accentuent le coté structuré et ordonné de l’espace tout en augmentant la proximité physique des participants lorsqu’ils sont

des tables individuelles, il est facile de modifier l’aménagement pour accueillir, par exemple, la réunion d’un groupe de travail.

assis côte à côte. Des modèles intégrant dans le dossier des tablettes rabattables pouvant servir d’accoudoir permettront de délimiter deux places individuelles sur le même canapé.

Au-delà de la fonction ‘café’, l’intégration de coins salons gagne en importance. L’atmosphère presque résidentielle qui émane de fauteuils et de canapés confortables crée en effet un bien-être profond. Elle se prête idéalement à

Lorsqu’on souhaite aménager des coins lecture très informels sans inciter les utilisateurs à séjourner trop longtemps, des tables basses solides pouvant servir également de sièges con-

la détente et permet également d’aborder de façon informelle des sujets confidentiels. Pour faciliter leur repérage et permettre de les différencier sur le plan des fonctions, les différents coins salons gagneront à être aménagés de façon bien différenciée.

stituent une solution aussi versatile qu’originale. Elles peuvent recevoir divers équipements et se transforment en banquettes par le simple rajout de coussins d’assise. Dans ce type de configuration, il importe de compléter l’aménagement par des tables hautes assorties.

289

Canapés et fauteuils dans les halls d’accueil et les zones de réception

73 43

74

69

74

124

60

40

60

90

85 42

200

78

90

En fonction de la destination de

Matières et finitions

Fauteuils, banquettes et tables

Matières et finitions

l’espace et du concept d’aménagement,

Une structure en acier permettra de

dans les espaces ouverts

Les tubes d’aluminium en finitions

les solutions sont multiples.

créer des piètements de grande portée.

laquée, anodisée naturel ou chromée

Pour l’assise et le dossier, on privilégiera

Dans ce type de contexte, une certaine

brillant constituent une excellente

Banquettes multifonction

des structures robustes, idéalement en

intimité constitue un facteur psycholo-

alternative. Le piètement sera doté de

Très architecturées, des banquettes en

bois massif. Traitée en finition ébéniste-

gique à prendre en compte. Des formes

patins pour sols durs ou moquettes,

largeur 2 mètres constituent ici – sur le

rie, la face arrière apparente du dossier

cubiques enveloppantes y pourvoiront.

les parties latérales et le dossier seront

plan tant formel que fonctionnel – une

se doublera de tablettes également en

Elles sont par ailleurs facile à intégrer

réalisés dans des matériaux durables et

alternative très pertinente à l’ensemble

finition ébénisterie, visibles lorsque les

au concept architectural. Lorsqu’une

résistants – par exemple en bois massif

canapé-fauteuils traditionnel. En rabat-

segments de dossier formant accoudoirs

telle gamme comprend à la fois des

ou dans une résille tendue. Des mousses

tant des accoudoirs intégrés au dossier,

sont rabattus. En général, ce type de

fauteuils et des banquettes deux ou

ventilées haute densité et particulière-

il est possible de passer du trois places

banquette n’est pas amené à être

trois places, elle offre une grande ver-

ment élastiques assureront un confort

au deux places ; les accoudoirs intègrent

déplacé. Le poids ne constituant pas un

satilité. Si le piètement constitue aussi

ferme et de bon niveau. Il importe,

une petite tablette pouvant accueillir de

critère décisif, il est possible d’utiliser

les quatre arrêtes verticales du siège,

de plus, de disposer ici d’un choix de

menus objets ou des rafraîchissements.

des matériaux de rembourrage lourds

la pureté des formes s’allie à une

revêtements large incluant des tissus

Lorsqu’il est, de plus, possible en tirant

mais renouvelables et très efficaces,

excellente protection des revêtements.

haut de gamme et des finitions cuir.

vers l’avant l’assise de la banquette,

comme le latex et la fibre de coco. Les

À noter : il est important de choisir

Les plateaux des tables basses sont,

de la transformer en couche de repos,

revêtements, pour leur part, offriront le

une hauteur d’assise permettant de

pour leur part, réalisés en contreplaqué

on disposera du meuble idéal pour

choix entre textiles haut de gamme et

se relever facilement.

de bouleau et dotés d’une finition ébé-

un ‘power napping’ régénérant. Une

cuir.

structure traitée en finesse allègera les formes tout en facilitant l’entretien des sols.

290

Accueil, circulation, réception

nisterie assortie très haut de gamme.

154

79 37

85

93

167

232

37

60

60

120

100 60

30

60

140

30

100

1

Illustrations : Fauteuil de la gamme Avera (1) ; canapé, fauteuil et table basse de la gamme Cubis (2)

Sièges, banquettes et gammes de

Sur le plan des matières, des finitions

tables pour les zones à composante

et des revêtements, les critères géné-

confidentielle

raux décrits plus hauts s’appliquent également ici. Des tables basses à

2

Lorsque le coin salon est délimité par

plateau soit en finition ébénisterie,

des éléments d’architecture, une

soit en verre, soit en granit complète-

gamme de sièges conviviale est parti-

ront d’autant mieux l’aménagement

culièrement appropriée. Un dessin fin

qu’ils s’acquitteront de leur rôle avec

et tendu, associé à des accoudoirs et à

discrétion. Leur structure sera évidem-

un dossier galbés, permettra d’adopter

ment assortie à celle des sièges et

des postures variées. Sur de tels sièges,

réalisée, par exemple, en aluminium

le dossier peut en outre servir d’appui

moulé sous pression, finition polie ou

lors de conversations en position

chromée brillant.

debout. Des accoudoirs et un dossier en contreplaqué moulé, finition ébénisterie, auront un impact visuel élégant et discrètement statutaire. Combinés avec un piètement en aluminium, ils sauront conjuguer confort et légèreté. Il importe, ici aussi, de veiller à un bon maintien et à un confort ferme.

291

56

78

80

41

30

57

84

69

Ø 97 126

49

173

47

1

Coins salon informels

Sièges et paravents tendus de

Lorsque la nécessité d’une certaine

résille dans les zones de réception

intimité est plutôt psychologique que

ouvertes

visuelle ou acoustique, une solution

Des sièges tendus de résille sont parti-

élégante est d’utiliser des paravents

culièrement appropriés lorsqu’il s’agit

également tendus de résille. De forme

de mettre en avant la légèreté et la

arrondie et juxtaposables, de tels para-

transparence de l’aménagement. Leur

vents permettent de délimiter des

faible poids permet de reconfigurer

zones, des tables basses reprenant la

très facilement l’aménagement – ce

structure des paravents et des sièges

que favorise encore leur forme de type

viennent compléter l’aménagement

‘organique’ facilitant la préhension.

dans une parfaite cohérence esthétique

Illustrations :

La structure traitée tout en finesse s’allie

et fonctionnelle.

Sièges à piètement luge et structure tendue

2

de résille, tables à plateau verre et paravents

ici à une résille tendue semi-transparente

73

qui préserve une impression de légèreté

Matières et finitions

– même en implantation dense. Lors-

La structure élastique étant soumise

que les sièges sont empilables, il devi-

à des efforts importants, il importe

ent possible, en outre, de stocker très

d’utiliser des matières à la fois résistan-

facilement des sièges supplémentaires.

tes et flexibles. Le fil d’acier de faible

La résille épouse parfaitement la forme

section répond parfaitement à ces

du corps et assure une ventilation opti-

critères. On lui associera une résille

male et un excellent confort. De plus,

tendue en maille de polyester hautes

l’élasticité de la structure favorise les

performances. Quand aux sièges, ils

changements de posture.

pourront être complétés en option par

de la gamme Nuvola (1) ; Sièges à piètement luge de la gamme Cura (2)

43

70

71

36

36

des coussins rapportés en cuir. 54 292

Accueil, circulation, réception

54

60

150

105

105

65–90

73

44

31

42

84

84

84

59

Sièges à piètement luge

Matières, finitions et revêtements

Tables et volumes de rangement

Quant aux tables en hauteur pupitre,

et tables assorties

Tube d’acier chromé brillant pour la

polyvalents pour zones de type

elles seront faciles à combiner pour

Visuellement et sur le plan du confort,

structure et revêtement amovible en

Break-out

former un comptoir ou un présentoir ;

les sièges à piètement luge sont une

tissu ou en cuir haut de gamme

Ils sauront allier une esthétique neutre

elles peuvent bien entendu servir de

synthèse entre la fauteuil rembourré

allieront longévité et qualité perçue.

et statutaire, s’ouvrant ainsi sur de

pupitre. Il en va de même des volumes

et le siège tendu de résille. Ils associent

En matière d’accoudoirs, il est possible

nombreuses possibilités d’aménagement

de rangement, qui pourront être

à une structure traitée en finesse et

d’opter soit pour une matière synthé-

combinatoire. Pour peu qu’ils soient

disposés en îlots mais aussi associés

réalisée en tube d’acier une coque

tique agréable au toucher, soit pour

disponibles dans les trois hauteurs

à des tables – pour autant que la

dotée de coussins relativement plats.

une finition rembourrée assortie au

fonctionnelles – table basse, siège et

modularité soit parfaitement étudiée

Lorsque la structure est équipée de

revêtement de l’assise et du dossier ;

pupitre – ils permettront, sans se dépar-

et le choix des matières homogène.

ressorts de type zigzag et enrobés de

des accoudoirs en bois offriront les

tir d’une parfaite cohérence visuelle, de

mousse, le confort se rapproche beau-

mêmes options de finitions ébénisterie

répondre à des impératifs fonctionnels

Matières et finitions

coup de celui d’un fauteuil traditionnel.

que les plateaux.

très variés. Par sa structure épurée et

Piètement monté en affleurement

La structure, notamment en partie

archétypale, la table à quatre pieds

aux quatre coins de la table, finition

arrière, est en revanche beaucoup

s’avère particulièrement polymorphe :

en acier inoxydable dépoli et structure

plus élégante. Des tables assorties

elle peut être déclinée en table basse,

masquée sauront assurer la stabilité et

reprendront la structure tubulaire. La

en banquette par le simple rajout d’un

l’élégance appropriées. En matière de

finition des plateaux sera pour sa part

coussin, en table de type bistrot ou de

plateaux et de volumes de rangement,

assortie à celle des accoudoirs.

travail et même en table de conférence

le médium teinté dans la masse offre

– pour peu que les tables individuelles

un excellent compromis entre une

soient combinables et juxtaposables

esthétique à la fois structurée et mono-

bord à bord.

lithique, les volumes étant traités en coupe d’onglet sans joint apparent. À noter : il importe de doter les surfaces de contact d’un vernis de protection anti-rayures et anti-taches.

293

Annexes

294

Annexes

Bibliographie

Ahrens, R., Scherer, H., Zerfass, A.:

Burkart, R., Hömberg, W.:

Englich, G., Remmers, B.: Manuel

Integriertes Kommunikations-

Kommunikationstheorien, Wien 1995

d’aménagement des espaces de communication, Bad Münder 1997

management, Frankfurt 1995 Claus, S.: Kommunikationsorientierte Aicher, O.: Die Küche zum Kochen,

Gebäudegestaltung, Erlangen 2003 Conen, H.: Die Kunst mit Menschen

Allen, T.: Managing the flow of

Forgas, J. P.: Soziale Interaktion und Kommunikation – eine Einführung in

München 1987

die Sozialpsychologie, Weinheim 1999

umzugehen, Köln 1991 Fox, M.: Revolution der Arbeit,

Technology, Cambridge 1977 Czpiin & Proudfood Consulting (HG.): Alexander, C.: A Pattern Language,

Unausgeschöpftes Potential – Globale

New York 1977

Produktivitätsstudie 2003, o. O.

Ammelburg, G.: Konferenztechnik,

Darnstädt, C.: Cyberspace-Shopping –

Düsseldorf 1991

Entwicklungstrends im Erlebnishandel,

München 1996 Frey, R.L., Staehelin-Witt, E., Blöchliger, H.: Mit Ökonomie zur

Branzi, A., De Lucchi, M., Sottsass, E.:

Ökologie, Stuttgart 1993

6. Band der Reihe muk premium,

Ganslandt, R., Hofmann, H.:

Hannover 1995

Handbuch der Lichtplanung, Erco Edition. Braunschweig 1992

Citizen Office, Weil am Rhein 1994 Datz, F.: Management von Binnig, G.: Aus dem Nichts,

Kundenartikulationen im Internet,

Geberzahn, W.O. (Hg.): Arbeiten

München, Zürich 1989

11. Band der Reihe muk premium,

in der Gruppe. Braunschweig,

Hannover 2002

Wiesbaden 1995

Schneider F., Struhk H.:

Geffroy, E.K.: Das einzige was stört

Das Kombi-Büro: Büroraumkonzepte

ist der Kunde – Clienting ersetzt

Birkenbihl, V.: Stroh im Kopf?,

mit Zukunft / Akzente-Studien-

Marketing und revolutioniert Verkauf,

Landsberg am Lech 1996

gemeinschaft, Murnau 1990

Landsberg/Lech 1994

Bolz, N.: Die Sinngesellschaft,

DEGI Deutsche Gesellschaft für

Gerken, G., Luedecke, G.A.:

Düsseldorf 1997

Immobilienfonds mbH (Hg.):

Die unsichtbare Kraft des Managers,

Zukunftsorientierte Bürokonzepte

Düsseldorf 1988

Birkenbihl, V.: Kommunikation für Könner, Landsberg am Lech 1988

Bourdieu, P.: Zur Soziologie der

– eine Betrachtung aus Sicht der

symbolischen Formen, Frankfurt 1974

Immobilienwirtschaft, Frankfurt 2003

Büchergilde Gutenberg (Hg.):

Deutscher Werkbund NRW (Hg.):

Chancengleichheit, Sozialpartnerschaft,

Produkte und Gestaltungsmaßnahmen

Gerechtigkeit – Werte mit Zukunft?,

für die Einheit von Arbeit und Ökologie,

Görg, B.: Zukunft des Managers,

Frankfurt, Wien, Zürich 2001

Düsseldorf 1995

Manager der Zukunft, Wien 1989

BUND und UnternehmensGrün (Hg.):

Diller, H.: Vahlens großes Marketing

Goleman, D.: Emotionale Intelligenz,

Zukunftsfähige Unternehmen,

Lexikon, München 1994

München 1995

Godau, M., Remmers, B.: Design entdecken – der Werkbund macht Schule, München 2007

München 2002 Döring, N.: Sozialpsychologie des

Gottschalk, O., Segelken, S., Wohlleber, J.:

Bund Deutscher Innenarchitekten (Hg.):

Internet. Die Bedeutung des Internet

Büros planen und nutzen,

Innenarchitektur in Deutschland,

für Kommunikationsprozesse,

Eschborn 1996

Stuttgart 2002

Identitäten, soziale Beziehungen und Gruppen, Göttingen 1999

Guntern, G.: Im Zeichen des Schmetterlings, Bern, München, Wien 1992

Eickhoff, H.: Himmelsthron und Schaukelstuhl, München, Wien 1993

295

Hahne, A.: Kommunikation in der

Kull, S.: Ökologisches Verantwortungs-

Naisbitt, J., Aburdene, P.: Megatrends

Rust, H.: Die sanften Management-

Organisation: Grundlagen und Analyse

bewusstsein, 3. Band der Reihe muk

Arbeitsplatz, Bayreuth 1986

rebellen, Wiesbaden 2003

– ein kritischer Überblick, Obladen 1998

premium, Hannover 1992 Nefiodow, L.: Der sechste Kondratieff:

Sassen, S.: Metropolen des Weltmarkts.

Haken, H., Wagner, M.: Cooperative

Koselleck, R.: Vergangene Zukunft.

Wege zur Produktivität und

Die neue Rolle der Global Cities,

Phenomena, Berlin, Heidelberg,

Zur Semantik vergangener Zeiten,

Vollbeschäftigung im Zeitalter der

Frankfurt 1997

New York 1973

Frankfurt 1979

Information, Sankt Augustin 2000

Hall, E.T.: The hidden Dimension,

Kulich, C.: Erfolgreich präsentieren,

Norman, D.A.: The Invisible Computer,

199 Beispiele. Erfolgsregeln. Praktische

New York 1966

Stuttgart 1990

Cambridge, London, 1998

Folgerungen, Landsberg/Lech 1992

Henn, G.: Technische Universität

Lay, R.: Weisheit für Unweise,

Nozik, R.: Philosophical Explanations,

Schnabel, U., Sentker, A.: Wie kommt

München, Fakultät für Maschinen-

Düsseldorf, München 1998

Oxford 1981

die Welt in den Kopf? Reise durch die

Schönert, W.: Werbung, die ankommt –

Werkstätten der Bewusstseinsforscher,

wesen Garching, München 1998 Hertzberger, H.: Lessons for students

Ogger, G.: König Kunde – angeschmiert

kation, Zürich und Wiesbaden 1988

und abserviert, München 1996

Luhmann, N.: Organisation und

Office Systems: Design for the con-

Arbeitsformen: Verbreitung und

Entscheidung, Wiesbaden 2000

temporary workspace. New York 1986

Potenzial von Telearbeit und

Mann, R.: Das ganzheitliche Unter-

Peters, T.: Der Innovationskreis,

nehmen, Stuttgart 1995

Düsseldorf, München 1998

Schwarb, T.M. et al.: Mobile

in Architecture, Rotterdam 1991 Hertzberger, H.: De ruimte van de

Desksharing, Bern 2000

architect. Lessen in architectuur 2, Rotterdam 1999

für Solarenergie in Architektur und

Mann, R.: Das visionäre Unternehmen,

Pietschmann, H.: Die Wahrheit liegt

Stadtplanung, München, Berlin,

Wiesbaden 1990

nicht in der Mitte, Stuttgart, Wien 1990

Mann, R.: Die fünfte Dimension der

Popcorn, F.: Der Popcorn Report –

Hormann, J., Harman, W.: Future

Führung, Düsseldorf, Wien, New York,

Trends für die Zukunft. München 1992

Works: Trends für das Leben von

Moskau 1993 Malik, F., Stelter, D.: Krisengefahren in

Stein, Peer Holger: MarkenMonopole Rezabakhsh, B.: Die Marktmacht von

– Konzept & Analyse, Nürnberg 1997

McDonough, W., Braungart, M.:

Konsumenten im Zeitalter des Internet,

Cradle to Cradle, New York 2002

12. Band der Reihe muk premium,

Streitz, N., Konomi, S., Burkhardt,

Hannover 2003

H.-J. (Hg.): Cooperative Buildings

Kirkpatrick, D. L.: Konferenz mit

Klauder, W.: Trends, die die Arbeitswelt

Individuums, Frankfurt, New York 2000

Tode, Frankfurt am Main 1985

der Weltwirtschaft, Zürich 1990

Deutsche Trendreport, Düsseldorf,

Berlin, München 1991 Sprenger, R.K.: Aufstand des

Postman, N.: Wir amüsieren uns zu

morgen, Stuttgart, München 1991

Effizienz, München 1994

Siemens Kultur Programm: Arbeitsräume heute und morgen,

London, New York 2007

Wien, New York und Moskau 1993

Segelken, S.: Kommunikative Räume, Baden-Baden 1994

Herzog, T. (Hg.): Europäische Charta

Horx, M.: Trendbuch. Der erste große

Reinbek bei Hamburg 1997

Leeds, D.: Die Kunst der Kommuni-

Merton, R. K.: The self-fulfilling

– Integrating Information, Organization

prophecy. Social theory and social

Rechswald, R., Schlichter, J.: Verteiltes

and Architecture, CoBuild`98, Berlin,

structure, New York 1957

Arbeiten – Arbeit der Zukunft, Berichte

Heidelberg, New York 1998

des German Chapters of the ACM, 54,

revolutionieren. Alex/Stooß (Hg.) Berufsreport. Der Arbeitsmarkt in

Morgan, P.S., Little, A.D.:

Deutschland – das aktuelle Handbuch,

Die heimlichen Spielregeln,

Berlin 1996

Frankfurt, New York 1994

Koberg, D., Bagnall, J.: Der Universal-

Morris, D.: Der Mensch, mit dem wir

Reiseführer, Gütersloh 1976

leben, München 1982

Kohlhammer, U.: Produktmarketing,

Müller, U.: Umwelt und Verkehr,

Stuttgart, Berlin, Köln 1989

Göppingen 2000

Stuttgart 2000

Streitz, N., Siegel, J., Hartkopf, V., Konomi, S.: Cooperative Buildings –

Riesenbeck, H., Perrey, J.: Mega-Macht

Integrating Information, Organizations

Marke - Erfolg messen, machen,

and Architecture, CoBuild 99, Berlin,

managen, Frankfurt, Wien 2004

Heidelberg, New York 1999

Riffkin, J.: The Age of Access,

Streitz, N., Remmers, B., Pietzcker, M.,

New York 2000

Grundmann, R. (Hg.): Arbeitswelten im Wandel – fit für die Zukunft?, Stuttgart 1999

296

Annexes

Sturm, G.: Wege zum Raum.

Beiträge in Sammelwerken

Danner, D.: Undogmatic, Training

Geo Wissen: Chaos und Kreativität,

Methodologische Annäherungen

und Zeitschriften

and technology centre Alsecco in

Gruner + Jahr AG & Co, Hamburg,

Gerstungen, in: ABIT International

2/1990

an ein Baiskonzept raumbezogener Wissenschaften, Opladen 2000

Absatzwirtschaft: Computergestützt

Office Environment, Stuttgart 1997 Geo Wissen: Verkehr und Mobilität,

Tagen, Absatzwirtschaft 12/1990 Davenport, T.: What are High-End-

Gruner + Jahr AG & Co, Hamburg,

AIT-Forumdiskussion: Das Büro –

Knowledge Workers, and why study

2/1991

die Einfahrt in den Daten-Highway?,

them, Art of Work, Research Note,

AIT 10/1996

Issue 14. Accenture Institute for

Geo Wissen: Kommunikation,

Strategic Change, 2001

Gruner + Jahr AG & Co, Hamburg,

Terlaga, K. L.: Training Room Solutions, Trumbull 1990 Thiele, A.: Mit neuen Medien wirkungsvoll präsentieren, Landsberg/Lech 1991

2/1989

Alt, F.: Von wegen Einsamkeit! Toffler, A.: Machtbeben. Düsseldorf,

Schmetterlinge statt Dinosaurier,

Dworschak, M.: Geistesblitze auf dem

Wien, New York 1990

Mensch & Büro 5/1996

Flur, in: Der Spiegel 13/2002

Gerken, Gerd: Radar für Trends – Zukunftsletter, Trend News, 2/1991

Ulrich, E.: Arbeitspsychologie,

Der heiße Ort Büro, Bauwelt 13/1989

Eickhoff, H.: Der Tisch, Bauwelt 17/1993

Zürich 2001

Glaser, H.: Von der Zukunft der Arbeitsgesellschaft, IHK Berlin (Hrsg.),

Balck, H.: Office Performance Velthoen, E., Piepers, B.: Kantoren

– Komlexe Erfolgsmessung für

Englich, G., Wagner, A., Müller, K.:

Büroarbeit von morgen in den Büros

bestaan niet meer. The demis of the

Nutzer, Betreiber und Dienstleister,

Info-Pool, Studie 400, Versuchslabor

von heute?, Berlin 1997

office, Rotterdam 1995

In Das moderne Büro, Management

für neue Arbeitskulturen (Wilkhahn),

Circle und iafob (Hg.), Tagungsband

Englich+Wagner, Berlin 1992

Gottschalk, O.: Bürokonzeptionen und ihre kommunikative Eignung, IHK

Vester, F.: Neuland des Denkens,

zur gleichnamigen Konferenz am

Stuttgart 1983

21./22.3.2002

Watzlawick, P., Beavin, J., Jackson, D.:

Bamesberger, A.: The Dot.Com Work

Arbeitsumgebungen, in: Streitz,

Menschliche Kommunikation,

Place – Space, Technology, Culture and

N., Remmers, B., Pietzcker, M.,

Gröschl, J.: Auf der Datenautobahn

Bern 1969

Work: Network of Places, in: Bullinger,

Grundmann, R. (Hg.): Arbeitswelten im

zum Arbeitsplatz, in: F.A.Z. vom

H.-J. (Hg.): Arbeiten in der dot.com-

Wandel – fit für die Zukunft?, Stuttgart

10.01.2004

Watzlawick, P.: Wie wirklich ist die

munity, Office-21-Zukunftsforum 2000,

1999

Wirklichkeit?, München 1976

Stuttgart 2000

Englisch, M. : Human Interfaces

Berlin, (Hrsg.), Büroarbeit von morgen

– Design für multimediale

in den Büros von heute?, Berlin 1997

Hamilton, u.a.: The New Workplace. Strafford (Hg.): Espace de travail, travail

Weiß, C.: Verdammt zur

Positionen – Artikel: Liegen, Sitzen,

Spitzenleistung, Bonn 2005

Stehen, Bauwelt 13/1992

Business Week, 29. April 1996

de l'espace, Édition 2006 Hartkopf, V. et al.: The use of enabling Freimuth, Dr. J.: Kommunikative

matrix to capture evolutionary best

Weyh, H./Krause, P.: Kreativität.

Benitz, G.: Das Büro von übermorgen,

Architektur im Unternehmen,

practices: The case of the Intelligent

Ein Spielbuch für Manager,

in: konradin, Ausgabe 5, Leinfelden-

Harvard Manager 2/89

Workplace at CMU,

Düsseldorf, Wien, New York 1992

Echterdingen 2007

Wurman, R. S.: Information Anxiety,

Bohlender, S.: Die Arbeit kommt zum

London 1991

Mitarbeiter, Mensch & Büro 3/1996

in: Streitz, N., Remmers, B., Froitzheim, U.: Nur noch Container,

Pietzcker, M., Grundmann, R. (Hg.):

Wirtschaftswoche 24/1996

Arbeitswelten im Wandel – fit für die Zukunft?, Stuttgart 1999

Fuchs, W./ Puell, R.: Bürokratie & Zinser, S. (Hg.): Flexible Arbeitswelten,

Bolz, N.: Produktivkraft

Zürich 2004

Kommunikation, in: Streitz, N.,

Avantgarde, Bauwelt 39/1994

Heringer, H.-J.: De Saussure und die unsichtbare Hand. Cahiers Ferdinand de Saussure 39, 1985

Remmers, B., Pietzcker, M., Grund-

Glaser, W.R.: Telearbeit – große

mann, R. (Hg.): Arbeitswelten im

Prognosen und kleine Veränderungen,

Wandel – fit für die Zukunft?, Stuttgart

in: Streitz, N., Remmers, B.,

IHK Berlin (Hg.): Büroarbeit von morgen

1999

Pietzcker, M., Grundmann, R. (Hg.):

in den Büros von heute?, Berlin 1997

Arbeitswelten im Wandel – fit für die Kommunikation ist Trumpf,

Zukunft?, Stuttgart 1999

Chefbüro 3/1993

297

Kadritzke, U.: Leben im Büro,

Ottomann, H.: Der Tod der Distanz und

IHK Berlin (Hg.), Büroarbeit von morgen

das Büro, Mensch & Büro 3/1996

in den Büros von heute?, Berlin 1997 Penn, A., Desyllas, L., Vaughan, L.: Krause, J. R.: Schöne Schulzeit,

The space of innovation: interaction

AIT 5/1997

and communikcation in the work environment, in: Environment and

Lainer, R., Wagner, I.: Connecting

Planning B: Planning and Design,

Qualities of Social Use with Spatial

Vol. 26/1999

Qualities, in: Streitz, N. et al., Cooperative Buildings – Integrating

ProduktEntwicklung Roericht: Studie

Information, Organization and

300/9.88 Konferieren, Roericht, N.,

Architecture, Heidelberg 1999

Schmitz, B., Englich, G., u.a., Ulm 1988

Lentz, B.: Macht hat, wer macht,

Plateau, M.: Informationsgesellschaft,

Capital 3/1995

Kommunikationsweise und sozialer Raum, Forum Wissenschaft 1/1996

Luhmann, N.: Evolution und Geschichte, Zeitschrift für historische

Remmers, B.: The existential factor,

Sozialwissenschaften, 2. Jahrg. Heft 3,

change and identity in architecture for

1976

the working world, ABIT International Office Design, Stuttgart 1997

Maatz, B.: Unternehmenserfolg und Büroraum, Office Design, April 1993

Remmers, B.: Gesprächsbereit, Konferenzkultur im Wandel, md 5/1996

Moltke, I., Andersen, H.H.K.: Cooperative Buildings – The Case of

Remmers, B.: Zukunft der Büroarbeit

Office VISION, in: Streitz, N. et al.,

– Zukunft der Kommunikation,

Cooperative Buildings – Integrating

IHK Berlin (Hg.), Büroarbeit von morgen

Information, Organization and

in den Büros von heute?, Berlin 1997

Architecture, Heidelberg 1999 Remmers, B.: Vom steinzeitlichen Moran, T.P.: Walls at Work – Physical

Palaver zur modernen Kommunikations-

and Electronic Walls in the Workplace,

förderung, in: Streitz, N., Remmers, B.,

in: Streitz, N., Remmers, B.,

Pietzcker, M., Grundmann, R. (Hg.):

Pietzcker, M., Grundmann, R. (Hg.):

Arbeitswelten im Wandel – fit für die

Arbeitswelten im Wandel – fit für die

Zukunft?, Stuttgart 1999

Zukunft?, Stuttgart 1999 Remmers, B.: Spezialisierung versus Nitschke, A.: Fragestellungen der

Integration – von der Information zur

Historischen Anthropologie,

Kommunikation, in: GMD-Spiegel 1/2,

Süssmuth, H., Historische Anthropo-

1999

logie, Göttingen 1984 Remmers, B.: Wandel und Identität, Ottomann, H.: Soho ist überall,

in: Komar, R. (Hg.) für Institut für

Mensch & Büro 2/1996

Designforschung Stuttgart, Design Bericht, Stuttgart 1997

298

Annexes

Remmers, B.: Ganzheitliche Unter-

Schlesinger, C.: Platz da!, in:

nehmenskultur als Synthese von

Wirtschaftswoche, Nr. 34, 2007

Design, Sozialorientierung, Ökologie und Ökonomie, in: Sturm, H. (Hg.),

Schwarb, T.M., Vollmer, A.:

Geste & Gewissen im Design,

Desksharing – neues Element flexibler

Köln 1998

Büroorganisation, in: Rey, L. (Hg.) Mobile Arbeit in der Schweiz, Zürich

Remmers, B.: Räume zum Arbeiten, in:

2002

Schricker, R. (Hg.), Innenarchitektur in Deutschland – zwischen Tradition und

Streich, B.: Form follows digital

Vision, Stuttgart 2002

function, Bauwelt 16/1995

Remmers, B.: Design und

Streitz, N., Geißler, J., Holmer, T.:

Nachhaltigkeit im Unternehmen, in:

Roomware for Cooperative Buildings:

Internationales Forum für Gestaltung

Integrated Design of Architectural

(Hg.), Design und Architektur: Studium

Spaces and Information Spaces, in:

und Beruf, Fakten, Positionen,

Streitz, N. et al., Cooperative Buildings

Perspektiven, Basel, Boston, Berlin 2004

– Integrating Information, Organization and Architecture, Heidelberg 1999

Remmers, B.: Ergonomie und Design im Büro: Gestaltungsaspekte einer

Streitz, N. et al.: Kooperative Gebäude

integrierten Systemergonomie, in:

und Roomware für die Arbeitswelten

Ralph Bruder (Hg.) Ergonomie und

der Zukunft, in: Streitz, N., Remmers,

Design, Stuttgart 2004

B., Pietzcker, M., Grundmann, R. (Hg.): Arbeitswelten im Wandel – fit für die

Remmers, B.: CSR – ein Mehrwert in

Zukunft?, Stuttgart 1999

China? Chancen und Risiken eines mittelständischen Engagements

Striffler, H.: Das Gruppenbüro am

auf dem chinesischen Markt, in:

Beispiel ÖVA-Haus, Mannheim, IHK

Schoenheit, I., Iwand, W., Kopp, R.,

Berlin (Hg.), Büroarbeit von morgen in

(Hg.), Corporate Social Responsibility,

den Büros von heute?, Berlin 1997

Verantwortung für nachhaltiges Wirtschaften in China, Berlin, Wien,

Thomas-Woyton, S.: Deutsches

Zürich 2006

Architektur Zentrum, DAZ Berlin, IHK Berlin (Hg.), Büroarbeit von morgen in

Remmers, B.: Second Life der anderen

den Büros von heute?, Berlin 1997

Art, Ökologische Produktpolitik, In: politische ökologie 105, München 2007

Ullmann-Margalit, E.: Invisible Hand Explanations, Synthese 29, Dordrecht

Riewoldt, O.: Innenarchitektur der

1978

Gegenwart, Office Design, München 1994

Zinser, S.: Change-Management im Büro – Neue Anforderungen an

Quickborner Team: Wir brauchen eine

Bürogestaltung und –arbeitsplätze, in:

neue Konferenzsituation, Harvard

Wirtschaftspsychologie 19, 2002

Manager 2/89 Zinser, S.: Immobilien- und Sandten, D.: Zwischenspiel,

Bürokonzepte zur Performance-

IHK Berlin (Hg.), Büroarbeit von morgen

Steigerung, in: Facility Management

in den Büros von heute?, Berlin 1997

2002, Tagungsband, Merching 2002

299

Index

Activités de service 264

Chemins de câbles intégrés aux tables 31, 45, 68, 73,

Adapter l’aménagement 137, 174, 244, 251

190–192, 204

Âge de la communication 14

Circulation 263, 278

Amélioration des process 21

Cloison 66, 72–75, 98, 104, 190

Aménagements mobiles 252, 256

Cloisonnement 67, 74, 98, 104, 156, 190

Analyse des modes de communication 264

Coin salon / salons 276, 278, 284, 292

Animateur 30, 125, 129

Communauté 12, 20, 28, 147, 164, 217, 239, 244, 262, 278

Animation 129, 131, 134, 139

Communication en réseau 149, 281

Appropriation cognitive 87, 88, 118, 178

Communication informelle 147, 205, 239, 243–247,

Assemblée générale 148, 154

249–253, 267, 278–280

Assemblée plénière 55, 75, 88, 120, 125–129, 136, 150,

Compétitivité 15, 240, 243

152, 156–159, 164

Conférence dynamique 78–81, 122–145, 200, 242,

Atelier 16, 22, 108, 122, 134, 178, 186, 244

245–249, 252

Atelier tertiaire 242

Configuration de l’espace 35, 44, 54, 94, 169, 187, 224, 234

Atmosphère 165, 216, 274, 281

Connexions au sol (voir : Installation)

- conviviale 149, 249

Contact client 261–263, 267, 269

- informelle 147, 220, 249, 272, 287, 289

Contextes festifs 91, 93, 107, 112

- résidentielle 218, 219, 269, 289

Coopération 15, 17, 19–21, 24, 50, 179, 227, 243

- statutaire 42, 45, 220

Coordinateur du groupe 241

Auditorium 56, 141, 159, 164–175

Cours magistral en amphithéatre 134, 165, 170

- équipements multimédia 174, 208, 210, 214

Création d’une relation d’appartenance 28, 147,

Autonomie 122, 124, 131, 135, 141

152, 243, 287 CRM 261, 273

Bahut 34–37, 41, 42–47, 52, 66–69, 72–75, 222–225,

Culture de la communication 283

228–231, 234

Culture de la conférence 123

Banquet 160

Culture d’entreprise 28, 39, 62, 147

Banquette et sièges 228, 276, 286–289, 290

Culture du débat 165

Bar 152, 162, 263–267, 276, 286

Culture managériale 30, 20, 218, 230

Bistrot/café 152, 267, 270, 284, 289 - tables 162, 276, 285, 293

Débarras 66–72, 78, 89, 94–99, 125, 128–135, 140,

Brainstorming 131

152–161, 212, 245–247

Bureau de direction 218

Débat 165, 168

Bureau de manager 216, 229, 230

Décideurs/hiérarchie 239 Desk sharing 241

Cafétéria 146–155, 162, 182, 249, 265–271, 281, 285, 289

Desserte 138, 206, 210, 214

Caméra numérique 42, 98, 196, 206, 214

Didactique 21, 87

Centrale de communication 228

Dimensionnement de l’espace 187, 212, 217, 243, 287

Centres de formation 88, 166

Dirigeants 15

Centre de séminaire 156–159

Discussion informelle 13, 249, 263, 264, 279

Cercle de discussion 126, 130

Distances minimales (agencement) 184–187

Chaises de travail pivotantes 38, 172, 182, 236, 256, 274

Documentation 124, 140, 200, 252

- dans des implantations types 34, 36, 116, 170, 222–227,

Dynamique 15, 21, 57, 230, 242

245–247, 250–255, 266–269, 272, 286

Dynamique de groupe 89, 179, 211, 244

Chariot de transport

300

Annexes

- pour chaises 136, 162

Écologique 19, 51, 62, 63, 179, 256

- pour pupitres-écritoires 136

Écran

- pour tableaux d’affichage 140

- intégré à une table 68, 116–119, 142, 153, 195, 215, 228,

- pour tables modulaires 101

245, 263, 269, 272, 275, 284, 286

Cheminement cognitif 11, 16, 86, 116, 284

- mobile 44, 78–81, 84, 196, 202–205, 226, 235,

Cheminement de la communication 14, 279

252, 282, 284

- monté au mur 44, 48, 52, 116–119, 142, 145, 196,

Hiérarchies du management 87, 125, 142, 228

Objectifs de la communication 14, 15, 22–26

202–205, 230, 235

Hot desking 240, 247

Ordre 7, 12, 13, 14, 29, 30, 45, 97, 123, 125, 143, 166,

Entrée 280

201, 281, 289

Environnement 10

Identité visuelle 38, 120, 220, 236, 274

- de préséances 28, 30, 39, 55, 56, 165, 166, 177, 180

Environnement (respect de l’environnement) 18

Îlot de conversation et d’échange 239, 244

- du jour 30, 140, 200

Équipe (Animation d’une) 222

Improvisation 250

- hiérarchique 15, 29, 218,

Équipe (Esprit d’équipe) 231

Innovation 5, 15, 279

- principes 35, 55, 229,

Équipements multimédia 46, 48–53, 56, 68, 71,

Innovation (en termes de process) 122

Organisation du groupe 240

79, 82, 94–98, 116, 144, 156–161, 174, 176–179,

Installation (équipements multimédia) 31, 89, 156, 166, 208

Orientation client 218, 240–243, 261–264

188–215, 226–230

- connexions au sol, répartition 31, 90, 99, 160, 171,

Orientations de la communication 124, 220, 230, 236,

Équipements techniques intégrés aux tables 192

188–192, 211, 251

247, 278, 280

Ergonomie

Interaction 15, 31, 45, 59, 62, 92, 98, 113, 132, 134, 234,

Orientation process 251

- assise 31, 57, 63, 121, 143, 172, 182, 183, 236, 256, 292

262, 271, 280

Outils dans un contexte de conférence 125, 131,

- plateaux de table 119, 225

- supports multimédia propices à l’interaction 83, 116, 118,

136–141, 244

Espaces/bureaux de type mixte 243–247

142, 144, 177–179, 205, 235, 263, 264, 271, 283

Espaces conçus pour tenir des assemblées 146–155

Interface 21, 179, 195, 205, 214,

Paperboard 140, 196, 200

Espaces de communication 19, 20, 248, 251, 281

Intimité 13, 14, 20, 217, 239, 243

Participants à la conférence 37, 46, 65, 98, 102, 126, 252

Espaces de travail en groupe 242, 254

Pause et temps libre 147

Espaces de vente 264

Management

Perception identitaire 34, 42, 57, 58, 103, 111, 120, 182,

Espaces orientés service 264, 266, 280

- au plus haut niveau 29, 87, 125, 142, 220, 229

220, 256, 283

Espaces polyvalents 90–93, 102–107, 187, 156

- Change management 14

Pérennité 18, 128, 147, 239, 256

Espaces restaurations 152–155, 162

- de crise 142

Pertes d’efficacité 239, 243

Étage de direction 15, 30

- Knowledge management 16

Pièce de liaison pour sièges 163, 182

Évolution 12, 14

Manager une équipe 222

Plug & play 31, 59, 83, 174, 193

- des environnements de travail 87, 239

Matériel de l’animateur 130, 139

Polymorphisme 238, 240

- des structures 17, 21, 123, 147

Méthodologies

Poste de travail

Examen 88, 93, 112

- changement 110, 116, 125, 126

- agencement 38, 39, 172, 232, 252, 255

Exposé 96, 104, 132, 134, 154, 158, 170, 214

- dans un contexte de conférence 21, 89, 122–124

- Mobilité, absence de contrainte de lieu 31, 37, 89, 225,

- didactiques 87

240, 241, 247, 281

Face-à-face (communication) 5, 12, 16, 20, 131, 218,

- orientées process 16, 21

- réunion 218, 220, 222, 226, 228, 281

222, 244, 275

Mobilité 81, 84, 108, 117, 134, 136

- supports multimédia 149, 225, 231, 234, 249, 251, 253

Facility management 37, 89, 125

- temporaires 240, 241, 247, 250, 252

Fauteuils conférence 43, 47, 53, 62–65, 68, 120, 182

Modes opératoires orientés process 238

Poste de commande 116, 214

- à piètement luge 64, 182

Module mural multimédia

Postes de conseil 264, 267, 268, 273

- à piètement traîneau 65, 182

- avec retroprojecteur intégré 213

Pouvoir de décision 17, 239

- à quatre pieds 65, 182

- dans des implantations types 42, 66, 68, 72–75, 94–99

Présentation 86–88, 125, 144

- empilables 65, 66

- pour la projection analogique 212

- dans des implantations types 36, 42–57, 68, 78, 84, 86–88,

- pivotants 63, 172, 182

Mondialisation 5, 14, 49, 51, 123, 261, 279

96–99, 110, 116, 118, 125, 132, 142, 154–159, 168–171,

Fauteuils de travail pivotants 38, 62, 172, 183, 237

Mouvement (changement de posture, exercice) 13, 88, 113,

190–215, 230, 252, 270, 272

- dans des implantations types 42–56, 68, 142, 168,

125, 132, 136, 143, 234, 236, 262, 272

- mobilier 214, 277

228, 230, 282

Multimédia 31

- supports multimédia 84, 118, 144, 190–215, 234

Formation continue 17, 86, 241

- espaces conférence 48–53, 56, 66, 72, 78, 142,

Prestataires de services 268

Formation informatique 99, 116

156–161, 170

Principes d’implantation

Formes d’organisation 17, 21, 29, 30, 88, 124, 148, 166,

- interaction 118, 142, 144

- espace 176–187

219, 229, 240, 280

- supports multimédia 176, 188–215

Formes de communication 13–15, 59, 123, 125, 178,

Numérique 15, 43, 49, 79, 84, 87, 88, 92, 117, 125, 131,

Process, optimisation 240

187, 205, 244

142–145, 149, 178, 188-207, 223, 227-231, 234-237, 241,

Processus d’appropriation identitaire 20

244, 247, 252, 255, 261, 267, 275, 281, 287

Processus de communication 15, 178

Groupes de travail 35, 106, 125, 139, 140, 240

Processus créatifs 124, 128

301

Projecteurs

Segmentation variable 80, 130, 160, 252

Table de formateur 206, 214

- analogiques 208–210

Séminaire et formation 86–107

- dans des implantations types 99, 102–107, 112, 116, 135

- numériques TFT 207, 210

- espaces dotés d’équipements mobiles 102–109

Tables (formes et types d’interaction) 180

- rétroprojecteurs 211

- espaces dotés d’équipements multimédia intégrés 98,

Tables hautes 114, 152–155, 162, 224, 226, 230, 233, 234,

Projection (Systèmes de) dans des implantations types

116–119

246, 266, 270, 276, 284–289, 293

- analogique fixe 54, 56, 68, 154, 156–159, 170

- espaces modulables 94–99

- avec dalle numérique interactive intégrée 142, 144,

- mobile 78–81, 102–107, 110–113, 128–135, 254

- espaces polyvalents 110–115

152–155, 195, 246, 249, 266, 270, 275

- numérique 207

- espaces segmentables 94–99, 102–107

Tables individuelles 40, 108, 114, 163, 232, 248,

- rétroprojection 42, 66, 72–75, 94–99

Séminaire et formation : sièges 128

257, 258, 274

Projection (Technologies de) 42, 196, 207

- à piètement luge 120, 182

- dans des implantations types 34–37, 102–107, 110–113,

- analogique 194, 208, 210, 212

- avec tablette écritoire 120, 182

116, 152–161, 222–231, 244–247, 250–253, 254, 266–272

- rétroprojection 85, 201, 211, 213

- empilables 89, 90, 94–97, 100, 102, 108, 113, 120

Tables mobiles 109, 117, 125, 137, 143, 156, 163, 250–253

- surface et distances 42, 189, 208

Show me (Fonction) 144, 145, 193, 204, 215

Tables modulaires et reconfigurables

Projet (Équipe en charge d’un) 241, 242, 251

Show-room 272

- dotées de traverses 61, 232

Projet (Espace de travail sur un) 195, 242, 250–258

Sièges 38, 62–65, 120, 136, 162, 172, 182, 236, 256,

- reconfigurables 70, 100, 193

Projet (Logique de) 17, 21, 112, 182, 238–241, 250–253

274–277, 290–293

Tables pliantes 5, 73–76, 130, 144, 180

Pupitre de conférencier 141, 214

Siège à piètement luge 39, 64, 120, 182, 236, 276, 293

- dans des implantations types 46, 72–75, 78–81, 142, 226

Pupitres-écritoires 127–133, 136

- dans des implantations types 34, 46, 72–75, 78–81, 94–99,

Techniques d’animation 123, 127, 128, 136

102–107, 222–227, 230, 266, 268, 272, 288

Techniques de communication 15, 21

Qualification 16, 87, 219

Sièges de travail pivotants 34, 38, 182, 256

Technologies de la communication 4, 21, 87, 171, 257

Qualité du conseil 268

Sièges disposés en rangées 96, 154, 158, 162, 172

Technologie TFT 84, 118, 196, 202

Qualité d’usage 19, 133, 161, 256

Société de l’information 16

Temps d’attente 151, 211, 263, 264, 267, 272, 283

Souplesse

Tonalité de l’échange 269

Rangées de sièges (auditorium) 166–168

- de la conception du siège 62, 65, 120

Travail en équipe 238–242, 251–253

Rangement 41, 248, 257, 259, 277

- de l’aménagement 19, 31, 87, 99, 100, 134, 137, 146,

Travail en groupe 15, 17, 88, 106, 125, 130, 238–241, 246,

Réaction de saturation (à la conférence) 123

180, 240–243, 251, 257, 259, 269

248, 250–253

Reconfigurable

- des structures organisationnelles 14, 21, 87, 240

Tribune 56, 151, 154, 163, 166–171, 214

- Aménagement 31, 66–71, 72–75, 89, 94–99, 100,

- des supports multimédia 82, 190–193, 240, 251

Types de conférence

174, 180, 232

Statut 216, 220, 223, 228, 231, 236, 240

- classique 5, 28–30

- Facilement 94–99, 100

Statutaire 13, 29, 30, 41, 42, 118, 126, 216, 232

- dynamique 5, 81, 123–125, 132, 138, 141, 144, 242

- Gestion du câblage 71, 82, 192

Stimulation de la communication 249, 263, 269

- formalisée 149, 160

Reconfigurer l’espace 37, 67–71, 89, 100, 109,

Structures de communication 123

- interactive 81, 124, 137, 186, 200

135, 144, 242

Structures de mobilier modulaire 41, 248, 250–253, 257,

Relation clientèle 28, 261–264

277, 282–285

Virtuel 19, 21, 51, 87, 119, 171, 179, 201, 225, 247,

Rencontres informelles 279

Style de management 218

261–263, 275, 281

Ressources humaines 21, 147

Supports assis-debout 110, 152, 162, 272, 284, 288

Visioconférence 48–53

Restaurant d’entreprise/cantine 146, 152–153

Symposium 166

Visualisation (Équipements de) 84, 140, 144, 178, 195,

Rétroprojecteur analogique 43, 191

196, 200–205

Réunion périodique 88, 147

Tableau 41, 43, 59, 93, 108, 113, 117, 119, 127, 135, 149,

Volet/clapet 31, 42, 49, 57, 67, 69, 71, 76, 79, 144, 145,

Rituels 12, 20, 28–30, 124, 148, 166, 262, 272

153, 161, 249

174, 193, 257

Tableau blanc 42,131, 140, 196, 201 Salles de réunion 31, 34–37, 186, 218, 226, 271, 283, 286

Tableau d’affichage 140, 196, 200, 212, 226

Zones communautaires 239, 244

- équipements multimédia 188, 226

Tables de conférence 180

Zones d’accueil 158 (voir : Zones de réception)

- sièges 38, 182, 237

- individuelles 30, 108, 114, 144, 232, 248, 268

Zones d’attente 280

- tables 220–223, 227–231, 234, 269, 273

- intégrant les supports média 76, 82, 118, 174,

Zones de communication 242–246

Scénarisation des évolutions 188, 190, 250

179, 192, 195

Zones de détente et de pause 139, 239, 280

Séance plénière 164, 168

- modulaires 31, 52, 57–60

Zones de réception 264, 278, 282, 284, 290, 292

Secrétaire pour équipement informatique 222

- par éléments 67, 100, 169, 174

Segmentation de l’espace 131, 238, 263, 264, 285

- sur mesure 60, 174

302

Annexes

Auteurs

Guido Englich, né en 1961, il étudie d’abord la littérature

Burkhard Remmers, né en 1960, il étudie la littérature

allemande et l’art théatral à la Freie Universität de Berlin, puis

allemande et l’histoire à l’Université d’Augsbourg. À l’issue

le design industriel à la Hochschule der Künste de Berlin.

de ses études, il opte en 1987 pour une carrière dans

En 1988, il crée en association avec Anna Wagner l’atelier de

l’industrie du meuble. Son parcours dans le domaine du

design MacLab, qui publie notamment le ‘MacReiseführer’

mobilier de bureau l’amène à rejoindre Wilkhahn en 1995

(littéralement : ‘Guide de voyage du Mac’) aux éditions

en qualité de Directeur du Marketing et des Relations

de poche rororo. En 1990, il fonde le cabinet de design

Publiques ; depuis 2006, il est en charge de la communi-

Englich+Wagner, devenu en 1998 Englich+Partner. Les

cation internationale. Il se consacre tout particulièrement à

activités du cabinet s’articulent autour du design produit,

la réflexion sur une approche globale de la communication,

de la communication et de la conception graphique. En

de l’aménagement de l’espace et du design et à l’élaboration

2004, Guido Englich est nommé professeur de ‘Strategische

de concepts pérennes. Il est l’auteur de nombreuses

Produkt- und Konzeptentwicklung’ (Approche stratégique

contributions et articles parus en Allemagne et à l’étranger.

du développement de produits et de concepts) à l’École

Il est également l’organisateur d’expositions, notamment

Supérieure d’Art et de Design de Halle, la Hochschule für

pour le Deutsche Werkbund Nord, organisme qui perpétue

Kunst und Design, Burg Giebichenstein. Depuis 2006, il y

la tradition du Bauhaus.

exerce la fonction de doyen du département design.

303

Crédits photo

Titre, p. 63, 76, 77, 85, 101, 121, 137, 233, 236, 291, 292 Axel Bleyer, Ohlsbach P. 4, 26, 122, 278 Martin Schlüter, Hambourg P. 12 photo extraite de: Spiro Kostof, History of architecture P. 12 photo extraite de: Annali di architettura 1994/6 P. 12 photo extraite de: Weber-Kellermann, Landleben P. 13, 14, 16, 17, 18, 86, 164, 303 Guido Englich, Berlin P. 22, 24, 216, 238 Wilkhahn, Espagne P. 28 Tim M. Hoesmann, Berlin P. 38, 40, 41, 58, 61, 63, 65, 83, 109, 114, 115, 119, 121, 137, 163, 235, 248, 258, 277, 292 Vojislav Nikolic Francfort/Main P. 39 Arnoud Verhey, Rotterdam P. 64 Poul Ib Hendriksen, Århus P. 65, 71 Andreas J. Focke, Munich P. 85 Wolfgang Pulver, Munich P. 109 Jochen Stüber, Hambourg P. 118, 119, 275 Jürgen Holzenleuchter, Berlin P. 139, 140 Armin Kammer, Löhne P. 144 Peter Teschner, Hameln P. 145 Mareike Sonnenschein, Hanovre P. 149 Corinne Rusch, Zurich et Vienne P. 173 Klemens Ortmeyer, Braunschweig P. 176 Thomas Mayfried, Munich P. 189 Wilkhahn Allemagne P. 198/199, 294 Yoshiyuki Hosaka/SS Kikaku Co., Ltd./Tokio „by courtesy of Tama Art University“ P. 260 Vitus Lau – M Moser Associates, Design M Moser Associates, Hong Kong P. 291 M Moser Associates, Shanghai (PRC) P. 298 Karin Vonow, La Punt-Chaumes, Suisse P. 303 Regine Rabanus, Hanovre

304

Annexes