Les races aryennes du Pérou: leur langue - leur religion - leur histoire (Las razas arias del Perú)

430 99 20MB

French Pages 426+vi [446] Year 1871

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Les races aryennes du Pérou: leur langue - leur religion - leur histoire (Las razas arias del Perú)

Citation preview

LES RACES ARYENNES IJU

PROU

P A RIS.

I

MP R

mER

HUE SAlNT-ilONOR

I

,

E

J

3.'iS

U A U S

T

LES

RACES ARYENNES PROU

DU LHIJII

LKIR RELl(ilO\

LAXGl'E

LELH HISTOIRE

VIGENTE FIDEL LOPEZ

PARIS A LA LIBRAIRIE F.

A.

FRANCK

VIEWEG, PROPIUTAIRE (>7

,

l!ue

MO.XT

E

Hichclicu

V-IDEO

CHEZ L'AUTEL'K

1871

A LA

MMOIRE

L!^^

//

fut aussi bon

D*^'"

DK MON PERK

VIGENTE LOPKZ.

pour moi que distingu yar

parmi

ses

ohcitoyens

ses vertus et son savoir.

Venisti

tandem, luaque exspectala parenli

Vieil iler

Nate

,

tua

durum ,

Sic equidcni

et

pietasi

Datur ora tueri,

notas audire ac redderc voces.

ducebam animo rebarque

Tenipora dinumeraiis; nec

me mea

futuruiii,

cura

fefeliit.

PREFAGIO

apoyo que me ha prestado mi amigo el General Urquiza, yo no habria logradovencer los grandes inconSin

el

me

venientes que

ofrecia la publicacion de un libro de

este

gnero. No bien me pus

comprendi que

en la tarea de escribirlo, cuando

pesar de mi entusiasmo por

el

asunto

debia renunciar a la esperanza de hacerlo imprimir bajo

una imprenta de

mis ojos. Se necesitaba pecidiares

brados

,

manejada por directores y

las

cajistas

acostum-

combinaciones ortogrficas, no solo de

lengua quichua, sino de

la

lengua sanscrilicay de

gua griega, cosa imposible de esperar en del rur antes demuchos y muchos aios. Era preciso pues decidirme a objeto, 6

cariicteres

la

la

la len-

America

Europa con este solo enviar mi manuscrito. Lo primero me era im-

posible; lo segundo

me

ir

hacia temer desagradables de-

cepciones.

Trat

de obviar

estos sries inconvenientes redac1

tando una ligcra memoria sobre

por un amigo condcscendientc

asunto, que Iraducida

cl

enviada a Paris, con

fu

objcto de poncr en discusion la tsis que yo formu-

el

laba con mis esiiidios americanos.

Pero pucsta en manos de algunos sbios que tuvie-

bondad de escribirme sobre

ron

la

que

el

los

materiales cstaban mal elcgidos.

maLcria, result

la

trabajo era en efecto lijcro para

el

asunlo, y que

Con

el

desco de

salvar inconvenientes, yo habia cortado ioda la parte

gramalical, y disminuido Lcjricas

mucho

las

proporeiones

liis-

de mis manuscritos.

Despucsdeestono mcquedabaotrorecurso parallevar adelante mi empefio, que cl de hacer venir mi lado aigu n a persona capaz de iniciarseen misestudiosyen Lodos los secretos de mi asunlo, para que regresando con mi scrito, pudicse encargarsc de

Fcil

manu-

suimpresion y corrcccion.

comprcnder las srias dificultades que esto mismo me ofrecia. Fu entonces que los amigos me proes

porcionaron los medios de conseguirlo. El General Urquiza patrocinando un libro de que otros blado

,

le

habian

lia-

y prcdispuelo siemprc para iodo aquello que

honra 6 que puede honrar

al pais,

acudi

en

el

acto

cooperar con parte de los gastos que yo debia impo-

ncrme para conseguir mi otro amigo

en Paris,

anlielo

el S'"

;

al

mismo liempo que

Charles Fauvcty, escrilor

hombre de una reputacion purisima S*" Fggcr, uno de los sabios mas respe-

distinguido y

ayudado del

lados de nuestra

,

poca, conseguian que

el

jdven cgipt-

3

logo y oricntalista tener un

niese

Montevideo

traduccion

Gaston Maspero, destinado sin

nombre en

duda

la

M''

la

litcratura cienlifica, vi-

ponersc de acuerdo conmigo para

imprcsion de mis trabajos.

comprender que desde entonces mas ventajoso me erapublicar mi libro en francs que en espailol. Facil es

Las imprentas francesas y los correctoresespecialesque ellas tienen, estan

acostumbrados

a

estaclasede obras

en donde entran por gran parte los caractres cxticos

de las lenguas asiticas; ventaja ofrecc

se

abora

mas

el

en

las

atcndible que no

muy

imprentas espanolas

,

agenas hasta

esta clase de trabajos. El idioma frances es ade-

elmundo

vehfculo masgcncralmcntc conocido en

para los trabajos cientificos, y en nucstro mismo pais es

entendido por todos cuantos habrian podido estudiar mi libro en espafiol; puesto

del

S"'"

que de todos modos necesitaba

Maspero para inspeccionar

era poner tambien

la

impresion

,

mejor

su cargo la traduccion, para que la

descmpenase bajo mis ojos

,

con tanta mayor razon

cuanto que yo habia redactado en frances una gran parte de mis manuscrites con la idea de enviarlos r'is

para su correccion, evitndomc

y encontrar un traductor que

al

la dificultad

Va.-

de buscar

conocimiento del cas-

tellano uniese las aptitudes necesarias requeridas el

por

asunto.

Por otra parte, no creo engaarme hasta ahora soy la

l'inica

persona en

cl

si

aseguro que

Rio de

la Plaia

que se baya ocupado de estudios gramaticales y

filolo-

_

A

gicos sobre las lenguas orientales para compararlas con

lenguas americanas. Solo

las

bros,

,

y sin mas ayuda que

muchas veces mudos para resolver

elementales que prsenta

las dificultades

cstudio de toda lengua

el

li-

ex-

tnia yo una necesidad vidente de diseutir y de aclarar una multitud de puntos importantes para mi ttica,

sis

;

y esto que es tan

facil

para

Europeo formado en

el

medio de un movimiento cientfico que cucnta con

siglos

de tradicion, es dificultad insuperable para uno de nos-

En Europa, cuando un sabio imprime un

otros.

gnero

del mio, ha tenido

todos los en-

la critica

yacon

cuentros de vanguardia que decidiran del

pudiendo yo hacer el

procur

lo

mismo sobre

l

sistir

con mayor audacia,

la

y no

escala,

me

puntos de contacto

los

ofrecia con mi asunto, hc creido debcr per-

que

las

misma

xito;

contacto del S'Maspero. Despues de haber

sondeado su saber sobre todos

me

la

libro dcl

si

es posiblc dccirlo, en todas

pariedadcs que constituian mis manuscritos sobre

Gramdtica comparada,

quc creo

(

las Raices y cl Diccionario, por-

boy con mayor cvidencia) que cualquicra que

scan las esccpciones que

me oponga

la cicncia oflcial

6 consagrada para rchusarme la paricdad conqjlcta dcl

quichua

con

triunfar

cuando

las

lenguas arnicas se

tendra que sucedcr) sin escepcion, y de las

madrs

comprucbe con la

conformidad

cl

,

clla

cstudio

total

ha (

de

como

de las raices

formas gramalicalcs orijinarias.

Fuertc cada dia mas con esta conviccion, convcncido

tambicn de que un resuUado como

cl

que yo busco no

se obtienc eu un dia sino

dando tiempoquelaspreocu-

paciones se desvirtuen cou la oposicion que siempre

pugna contra todo descubrimiento inesperado, y a que el estudio necesario se haga sobre los documentos mismos, con ingenua generosidad, no me cuesta decir que el S"'' Maspero Ueg Montevideo con la mas perfecta incredulidad sobre

el

xito de mis trabajos, teniendo

embargo la delicadeza de no significrmelo jamas de una manera directa, ni de otro modo que por aquellos

sin

hombre experto interprta. Para mi eso mismo era sumamente favorable puesto

accidentes de trato que todo

que podia estudiar

interior de mi pensiamento el

objeciones, y resolver en

asi las ,

el

balanceando ingenuamente

valor de mis deducciones.

Al persistir, he persistido pues con conocimiento de

causa, y sabiendo que puedo responder de mis asertos con

bases reconocidas en los estudios filoljicos

de Europa. Al llenar con lealtad la tarea que se habia impuesto el

S"''

Maspero segun me parece, siente vacilar en

,

ci

fonde, las ideas que trajo de Europa, antes de conocer el

quichua y

cl

mtodo

comparativo que yo habia adop-

tado para estudiarlo en

mi obra; y digo me parece,

porque he creido para mi que era un deber estricto de delicadeza, no venir jamas con

l

esc terreno, fcil de

comprometer el amor propio de ambos. Le he dejado pues la mas complta independencia; y en su rserva se

ha limitado simplemente

Iraducir mis manuscritos

fi

acoMsejarnio algunas reformas do oxposicion, y

pru-

pararso para roalizar en Paris la correccion du la

iiu-

prosion.

Mo

es sumanicntc lisonjcro podcrlo docir asi al fin de

nuestra Larea respectiva, porqne

ganan las

,

como

si

sus obras fuluras

le

csioy cierto, una reputacion sobresalienle,

prucbas de delicadeza y de rserva con que ha sa-

bido hacer fcil y placcnlera para ambos, una relacion

que ofrccia serios riesgos

,

son un teslimonio de

lo ele-

vado y cumplido que es su carcter moral, y me hacen

muy

estimable su amislad.

Monlcvideo

,

Agosto 10 do 1868.

INTRODUCTION

CONSIDERATIONS

GNRALES

SUR LK DEVKLOPPKMENT

DE LA LANGUE ET DE LA CIVILISATION PERUVIENNES

Un des premiers parmi xMiiller

les savants

europens, M. Max

a su distinguer avec son admirable sagacit

lois historiques

les

du langage. Il a montr que les langues races humaines peuvent se partager

parles par les en deux groupes

le

premier, compos uniquement des dialectes nomades et spontans en usage chez les :

peuples qui ont jusqu'

pement historique

;

et littraires qui se

le

prsent chapp second, form

sont produits

tout

dvelop-

d'idiomes politiques la suite

d'un

mou-

vement nergique de concentration intrieure et se sont rpandus sur une vaste tendue de pays, s'imposant des nations diverses et les pliant aux formes de son

langage et de sa civilisation. Les langues ne sont pas, en d'une vie indpendante

l'homme,

elles suivent

:

effet,

des

tres rels, vivant

intimement unies au sort de

dans leur dveloppement

la

mme

10

marche que suivent

socits

liumaines.

L;i

donc

o

d'un vaste territoire, bien qu'appartenant sont partags en une multitude presque

les habitants la

les

mmo race,

infinie de petites tribus

peu

communaut

influence, sans

prs

gales en force et en

d'action ou d'intrt, sans

de politique ou de commerce qui les rapproclie habituellement, le langage, partag en autant de dialectes

lien

diffrents qu'il y a de tribus diverses, varie sans cesse et se

renouvelle presque entirement

l'avnement de

chaque gnration nouvelle. Mais qu'au milieu de ces tribus barbares vienne paratre un peuple qui peu peu les runit sous sa domination et se cre aux dpens de ses voisins plus faibles un puissant empire, aussitt les lments jusqu'alors indcis et changeants de l'i-

diome commun

se fixent sous l'influence

de la nation victorieuse.

Un

prpondrante

triage se fait entre les formes

diverses qui jusqu'alors avaient servi indiffremment

rendre

la

pense;

le

revt pour un temps dialectes

langage, en apparence immobilis, sa forme dfinitive, et les qucbjues

comme un dbris eux-mmes frapps au coin

subsistent encore

qui

l'antique barbarie sont

de de

langue du matre et semblent avoir perdu ce pouvoir crateur qui leur donnait autrefois un aspect si variable

la

et si fugitif.

Les idiomes

trangers

eux-mmes

ou dis-

paraissent presque entirement ou se laissent infiltrer lentement par l'idiome des conqurants et lui empruntent des

mots

leur puret

Mais

aprs

et

des formes grammaticales qui altreni

et leur font

perdre leur caractre primitif.

avoir ainsi accompli ses destines pendant

nombre de sicles qui lui tait rserv, le son tour queur dchoit et tombe :

le

le peuple vain-

nud

qui jus-

n qu'alors avait serr

on un seul faisceau des nations

des langues diverses se relche

et

se

et

rompt chaque du tout son libre recouvre arbitre, se conpartie grand stitue un centre d'action particulier, et recommence une ;

chapper entirement longtemps pes sur lui. Son vocabulaire, sa grammaire, ses murs, conservent toujours

vie

indpendante, sans pouvoir

l'influence qui a

si

indlbile l'empreinte qu'y

laissa jadis le vainqueur, et

jamais une preuve

deviennent

clatante de cette

rit, que toute concentration intrieure et tout

amnent dans

v-

dvelop-

langue de cette race et dans celle des races trangres soumises sa domination une concentration et un dveloppement

pement politique d'une race

la

analogues.

thorie que M. Max MUer a plusieurs reprises dans quelques-uns de ses

Telle est, en

formule

rsum,

la

ouvrages. Lui-mme et d'autres aprs lui l'ont applique avec un rare bonheur l'tude des langues antiques et modernes de l'Europe et de l'Asie. Il est regretter toutefois que sa demi-ignorance des langues l'ait

mconnatre

port

parmi

dialectes

les

amricaines

leur caractre et

les ranger d'obserau milieu nomades; c'est,

vations solides et ingnieuses, une erreur d'autant plus regrettable qu'elle a pour rsultat de discrditer aux

yeux des savants toute une classe de langues dont tude prsente un vif intrt.

En

les traitant

l'opinion

ment

de la sorte, M. Millier n'a

commune.

tabli

des savants

S'il est,

en

effets

fait

l'

que suivre

un prjug

solide-

en Europe, c'est celui qui porte la plupart ne voir dans les langues de l'Amrique

mridionale que des idiomes barbares

,

dpourvus de

12 toute culture politique et littraire. Sur la foi de quel-

ques voyageurs mal renseigns et le plus souvent proccups de tout autre chose que des tudes philologiques, ils se croient en droit d'affirmer que depuis le cap Horn

mer des

la

jusqu'

Antilles

il

n'y a jamais eu de langues

savantes et polies, mais seulement une foule de dialectes

informes et grossiers, sans avenir et sans pass, si nombreux et si peu rpandus que souvent les habitants de villages voisins peuvent

peine se faire comprendre,

inconstants que chaque sicle et presque chaque les voit

si

anne

s'altrer et se changer du tout au tout. Ces dia-

lectes n'ont pu, disent-ils, absorber

lments indcis grammairien

;

ils

dont

ils

se

les

composent; nul

purer ou les rgulariser, nul levs jusqu' la dignit d'une langue

n'a su les

crivain ne les a

classique

et flottants

ou concentrer

obscurment dans

naissent et meurent

bourgade ou de quelque fort, se modifiant sans cesse suivant le caprice ou les usages

l'enceinte de quelque

de chaque gnration, quelques-uns disent presque de l'observateur qui eschaque individu, et montrant saye de les saisir et de les fixer l'enfance du langage avec ses bgayemenls purils et ses bizarreries inexplicables.

Nanmoins

la

haute science de M. Millier aurait d

mettre en dfiance contre de pareils s'en tenir au dire d'aulrui,

mnie

la

il

prjugs. Au

le

lieu de

aurait pu examiner lui-

question, faire aux idiomes amricains l'appli-

cation des lois qu'il a

si

bien reconnues et dfinies, se

propos que toute concentration politique d'un peuple suppose dans la langue parle par ce peuple une les concentration correspondante. Or l'poque o rappeler

,

13

Espagnols dbarquaient dans le nouveau monde, le Prou possdait une civilisation puissante dont tout le monde

admire encore aujourd'hui

la

grandeur

et l'clat.

L'em-

au moins du con-

pire des Incas occupait alors la moiti

de vingt millions d'habitants gouverns par un seul matre qui rsidait d'ordinaire Guzco, mais faisait de frquents voyages dans les protinent et comptait

prs

vinces pour mieux connatre les tendances et les besoins particuliers des peuples soumis

arme

verain avait une

sa domination. Ce sou-

permanente de

hommes

trois cent mille

rpandus le long des parfaitement disciplins frontires pour la dfense de l'empire il entretenait une et

;

flotte

nombreuse

qui tous les ans remontait jusqu'

,

Panama

l'isthme de

et recueillait en passant le tribut des maritimes populations (4). La religion de ces peuples tait pure, et ses prtres prchaient une morale leve; la

noblesse

intrpide et instruite, le peuple intelligent, laborieux et soumis. L'industrie florissait; des tait

manufactures, des forges, des fonderies de mtaux prcieux s'levaient de toutes paris; les mines, soigneuse-

ment exploites

immense;

les

,

rendaient chaque

anne un

produit

campagnes, bien cultives, nourrissaient

sans peine des villes aussi peuples que les plus grandes villes de l'Europe; des travaux d'irrigation merveilleu-

sement entendus r(?ularisaient

le

cours des eaux

et

en-

tretenaicnt partout une

fertilit inpuisable; des ponts de lianes franchissaient les plus grands fleuves, et des

(1) P. Maf.tyr, Decad. II,

lib. III.

Quod

h'do vestris minorihus [et caravelas insinuahal).

o

il

est fait allusion

nire encore plus

naviglis vdlftcantur Cfr , Dec. III, lit).

n1*="",

aux Hottes pruviennes du Pacifique d'une ma-

explicite.

\A

eommodes, vraies voies romaines, se-

routes larges et

mes

et

Cil

de grandes

l

iitelleries o

le

voyageur

trouvait gratuitement un abri assur, et parcourues

r-

les courriers qui faisaient le service

des

gulirement par

postes, conduisaient d'une extrmit

de l'empire

l'autre

travers pbiines et montagnes.

A ct tion, les

du dveloppement matriel de cette civilisarcils des Espagnols nous permettent d'entre-

voir et de constater

ment moral l'poque

monde

o

Europens

ce que l'on est

bienfaits de

l(}s

intellectuel

et les

antrieur de

convenu d'appeler officiellement chrtienne. 11 y avait au

lois

ds longtemps condens

brves formules dont

les quipiis

Ces

lois

taient justes

les observait. Les sciences

:

on

en courtes

transmettaient im-

muablement de gnration en gnration lettre.

beaucoup

vinrent apporter au nouveau

la civilisation

l*rou un code de et

comme consquence un dveloppe-

la

teneur et

les louait et

mmo

la

on

et les arts, l'astronomie, les

matlimati({ues, la sculpture,

la

peinture,

taient fort en

docteurs pruviens (amautas) enseignaient et ne jiermetlaient aux publi^iuement la grammaire

honneur

:

les

,

vtement viril qu'aprs leur jeunes gens de prendre des examens subir littraires et religieux. Ils fait avoir le

avaient des histoires, aujourd'hui perdues

il

mais que plusieurs auteurs espagnols ont lues

ses

taient [)otes

est vrai, et utili-

comme

le prouvent certains de ou chants d'amour que fragments d'hymnes religieux la seule uvre la tradition nous a conservs; endn ;

ils

,

,

naulVage lamentable de celte littrature llorissante est un drame national, VApH-OUanlaij,

chappe jadis (pli,

si

au

pour ne valoir

ni

VOIlipc

Colonc ni

VdMde,

ne

4o

manque

-

de grce, ni de fermet, ni de grandeur tra-

ni

gique.

Eh bien si

!

je le

entirement

ments de souvent

demande, une langue qui a pu tous les besoins et

la civilisation peut-elle

rpt,

se

prter

tous les raffine-

tre,

comme on

un idiome sans forme

et

l'a si

sans fixit?

Quand nous n'aurions pour rsoudre

cette question que nous ne saurions hsiter un les rcits des Espagnols, une civilisation si brillante a d corresseul instant :

pondre une langue dj mre, .\ussi bien, cette langue des Incas existe encore aujourd'hui sous le nom de quicliua (1). Trois sicles d'oppression et de catholicisme

n'ont pu ni la dtruire ni

ver en

rsister

elle-mme

mme l'altrer

;

elle a

assez de ressources et de vie pour

l'invasion du langage espagnol

;

plus, au lieu de perdre du terrain, elle en a s'est

impose

ses

su trou-

matres

et a

elle a fait

gagn,

elle

conquis ses vainqueurs.

Quito, des ctes Aujourd'hui, de Santiago del Estcro de l'Ocan aux bords du Paraguay, la langue usuelle, celle

dont on se sert entre amis

et

dans l'intrieur des

familles, n'est pas la langue de Pizarre et de ses

compaet de mais bien celle ses d'Atahuallpa sujets. On gnons, elle a eu son pass tout l'aime, on la parle, on l'crit :

aussi glorieux que le pass

auprs

de maint idiome en honneur

de la philologie europenne, et j'espre qu'elle a

encore devant

elle

un long avenir.

Lorsque, parcourant

les

suites et les fragments qui

crits des

missionnaires

j-

nous restent de l'antique

lit-

trature du Prou, on se trouve enfin face (1) V. au Glossaire rexplicalion du mol Qiilchua.

face avec

16

pou connue des savants europens, et qu'aprs une patiente tude on voit tomber un un les voiles qui cachaient les merveilles de son mcanisme, cette langue

si

comme frapp d'Lonnement et d'admiration. La manire sobre et ingnieuse dont sont dduites les

on est

formes grammaticales la perfection d'un systme de dclinaison et de conjugaison o tout est uniforme et ,

rgulier, l'ordonnance

si

simple

la fois et si

savante de

phrase entire, tout surprend et ravit l'esprit. Ce ne sont plus les complications et les irrgularits ncessaires de nos langues o les mots ne prsentent plus que la

des

dbris de racines

et

de ilexions

uses

l'une sur

un frottement conlinuel, comme des galets au roulement de la vague, difices savants et mystrieux

l'autre par

construits avec les ruines d'difices plus anciens et dans lesquels l'il exerc l'origine et la

du philologue peut seul reconnatre

forme primitive des matriaux. Dans soit le

le

la racine principale

mot, quichua, pour long que au milieu des ressort particules qui l'enveloptoujours y

cortge, comme un diamant habilement enchss par la main de l'orfvre ressort au milieu du cercle d'or et de perles dont il est entour. Partout la pent

et lui font

mme

sans que nulle combinaison puisse la changer,

l'assimiler ou la briser, sa

mais en

forme reste toujours intacte;

mme

temps les suffixes qui raccompagnent la font passer successivement par les nuances les plus dlicates du sentiment et de la pense humaine; la certitude, l'espoir, la crainte, le doute, le

dsir,

la joie,

viennent s'y peindre tour tour; c'est un miroir qui reilte fidlement tous les objets qu'on lui prsente, sans rien perdre de sa transparence et de sa limpidit.

Ce lan"-afc du

riche et

si

si

harmonieux

de contres

il

rattacher

un

fruit

vit

humaines peut-on

quelle famille de langues

rique,

est-il

aujourd'hui, ou bien est-il venu trangres? et s'il est n au dehors de l'Am-

sol sur lequel

Que

?

l'on

donne

quatre sicles de date

la civilisation

comme

le

pruvienne

Garcilaso de la Vega, ou

quarante comme Montsinos, la tradition reste muette et ne nous apprend rien sur l'origine de la langue. Heu-

reusement

moderne nous a fourni

la science

les

moyens

de suppler aux traditions et aux monuments quand nous ne saurions pas le peu que nous savons de :

mme

du Prou, quand non-seulement les rcits

l'histoire

primitive

toutes les

annales indignes, mais encore tous la

relatifs

europens

seraient perdus pour

conqute

nous, la langue d^ns la bouche du paysan rant et

plus igno-

plus grossier nous serait un historien plus

le

fidle et plus complet que maint

mots interrogs rediront parler;

le

rvleront

ils

la race qui

les

le

crivain en

;

les

qui saura les faire

pass

murs,

renom

la religion, le

peupla jadis l'Amrique

et,

gnie de

mieux que

son origine. Il ne faudrait pas cependant se dissimuler les

cela,

diffi-

cults d'une pareille entreprise. Nous n'avons pas ici, comme dans l'Egypte ou dans l'Inde, une masse de mo-

numents

crits

et

de documents

originaux qui nous plus de cinquante si-

permettent de remonter jusqu' cles en arrire et de suivre pas pas le dveloppement et les variations intrieures d'un idiome. Ce qui nous a

langue de la dernire heure, celle que parlent encore les Indiens soumis et celle qu'crivaient aux sicles passs les convertis t

conserv

,

du quichua,

c'est la

rvrends pres

18

jsuites,

hommes pieux

sans doute

et

remplis de toutes les vertus chrtiennes, mais assez

ignorants des rgles de l'orthographe pruvienne et des lois phontiques du langage. Les mots se sont comme plaisir

dfigurs sous

plume de leurs faiseurs de cat-

la

chismes ou de sermons;

ont pris des formes ou des

ils

acceptions bizarres que les Incas ne leur connaissaient point. Il faut donc avant toute chose les rtablir autant

que possible dans leur forme premire, retrouver ramener leurs causes les

leur signification vritable,

irrgularits apparentes ou relles discerner sous la multiplicit

inaltr

de la langue, en un mot

drobent le

nos

fond primitif

la

recomposer pice pice au moyen d'une minutieuse analyse; puis, ce

travail de restitution

pur, en dissquer

termin, agir sur le

corps

les

Cet idiome ainsi

comme on

langues smitiques et ariennes, en et

,

des faits secondaires les

de formation et d'analogie qui se yeux, dgager de toute alluvion impure

lois

et

prsentent

qu'ils

a fait pour les

tudier les racines

comparer aux racines correspondantes dos

milles asiatiques pour voir

prochements

faire et

s'il

n'y a point quelques rap-

quelques conclusions

sais tout ce qu'une pareille

fa-

tirer. Je

tude a de diflicults pour

le

savant

tous les secrets de la science et europen initi form par les leons de mailres illustres, plus forte raison

pour moi qui, plac loin du foyer de renseignement scientutlicr et me former seul. Il m'a fallu parmi tillque, ai d les (juvragesdes philologues modernes deviner d'instinct ceux qui pouvaient m'tre rope

grand'peine,

[jei'sonne qui

pL m

les

utiles,

explorer

aidei' et

les faire

venir

et les euiii^M

m'pargner

les

d'I'^u-

cndre sans

dgots

et

19

erreurs qui accompagnent les

les

cette

nes

tude;

persvr

j'ai

commencements de

cependant,

et

dix an-

aprs

d'un labeur incessant, je viens enfin soumettre

l'Amrique elle-mme

science et

travaux sur

langue des Quichuas

la

le

la

rsultat de mes

et sur les liens qui

l'unissent aux langues de l'Asie centrale.

tonnera bien Le rsultat auquel je suis parvenu rencontrer une des gens; et je m'attends par avance forte opposition parmi les savants de tout rang et de tout pays. Lorsqu'ils

me

verront dire que

le

quichua

une langue arienne, ils me trouveront, sans doute, ou bien ignorant ou bien audacieux, et ne pourront s'empcher de sourire au seul nonc d'une proposiest

tion

eux.

paradoxale en apparence, et si imprvue pour Les critiques ddaigneusement indulgentes ne

si

me manqueront pas, et je compte que l'on essayera de tourner mon uvre en ridicule sur la foi du titre, avant mme de l'avoir lue. Heureusement nous ne sommes plus au temps o

le

moindre bon mot

suffisait

pour dcider

du succs d'une ide ou d'une thorie; toutes les plaisanteries et les rcriminations qu'ont faites les hellnistes de l'ancienne

du sanscrit,

cole n'ont rien pu contre l'tude

mme

par retomber sur leurs auteurs. Le ridicule sera donc une arme bien faible et

contre mes arguments

ddain ou

la

craindre pour ni

:

mon ide,

ma thorie

ni

mme

fini

tant que l'on n'emploiera que le

moquerie,

d'absurdit

que

ont

je

n'aurai pas grand sujet de

et je

ne

me

d'erreur. Si

croirai convaincu

trange et

si folle

puisse paratre au premier abord, je de-

mande qu'on l'examine soigneusement avant de

la re-

20 jeter.

L'uvre que

de Ijonne

et

foi

examen srieux

:

cnlroprisc est une

uvre srieuse

j'attends de la science

europenne un

et

j'ai

de bonne

foi.

Toutefois, quand je dis du quicliua que c'est une langue

arienne, je ne voudrais pas que l'on la

et le

porte

exagrt par trop sens de mes paroles. Je n'ai nullement la

prtention de soutenir que l'on doive retrouver dans ses formes secondaires toutes les formes correspondantes du sanscrit, du zend

tme tme

des idiomes

et

congnres. Le

sys-

grammatical du quicliua diffre beaucoup du sys-

grammatical des langues que l'on a seules jusqu' prsent appeles ariennes. Sa dclinaison contient, il est vrai, de vritables flexions qui

prsentent une ana-

logie radicale avec les flexions ariennes; mais le plus

souvent,

il

tinante;

il

caractres d'une langue agglusemble donc que je devrais placer dans la offre tous les

plutt que dans la famille arienne, rapprocher du turc, du tbibtain, du tamoul, plu-

famille touranicnne et le

tt que du aprs avoir passe et

les

sanscrit, du grec et de l'allemand. Mais

si,

l'tude des formes grammaticales, on l'tude des racines qui ont constitu et les mots fait

formes

elles-mmes, on

est

bientt forc

de

reconnatre que toutes ces racines se retrouvent avec le sens, les mmes fondions et les mmes dri-

mme

vations que dans les langues ariennes, et principale-

ment dans

le

rameau plasgique. Le quicliua appartient

donc primitivement ariennes;

mais, en

mme famille que ces langues mme temps, pour exjiliquer les la

divergences cjipiiales que prsente sa conslitulion gramnialieale, il fanl ajoulei' (|u'il a d se sparer de la langue

mre

une

pO(|U(; o

cette langue ne se servait pas

21

encore d'un systme accompli de flexions et cherchait sa pour tout dire en deux mots, le qui-

forme dfinitive chua

:

une langue arienne aggluinante. encore, bien des gens ne manqueront pas

est

Ici

crieret de faire

ma

trouveront que

Ils

deser-

proposition l'opposition la plus vive.

ma

dfinition du quichua renferme

deux termes contradictoires,

et,

de

au dire de

fait,

bien des savants, les mots langues ariennes et langues agglutinantes hurlent de se voir

langues ariennes n'ont pass fection relative que l'on le

accoupls

par cette

nomme

jamais

:

les

priode d'imper-

l'agglutination; le trait

plus saillant de leur caractre, celui que l'on remar-

que dans toutes, depuis

le

dialecte

vdique jusqu'aux pa-

tois les plus grossiers de l'Angleterre et de la la

flexion

puis citer

grammaticale. Heureusement pour moi, je l'appui de ma dfinition le nom et l'autorit

des savants les plus sen

Pott,

,

France, est

Max

poque MM. Bunme dfendre; ce pour

minenls de notre

Millier, sont

l

:

sont eux qui les premiers ont avanc

la

thorie sur

laquelle je m'appuie, et je pourrais donner de leurs ou-

vrages de longs et nombreux extraits o cette question est dbattue et prouve. Mais cela m'entranerait trop

mon sujet; je me contenterai, avec M. Pott, d'comme un fait que la formation du sanscrit, tel

loin de tablir qu'il

nous est parvenu, a t prcde d'une priode simplicit et d'entire absence de flexions, la-

d'extrme

quelle nous est encore

autres

reprsente par

langues monosyllabiques.

avec M.

Max

qu'il en

ait

Millier t

'
;,

V

que sont imprims tous les catchismes, grammaires, sermons, dont se com-

C'est avec cet alphabet livres,

pose

la

littrature

pruvienne

actuelle. Les

moines

et les

prtres, qui seuls savaientcrire Icqiiichua, n'taient pas fortexigcants en matire de sons et se contentaient de cel alphabet fort imparfait. Mais, de nos jours, divers savants n'ont pas trouv

sion

et

ont essay

un pareil moyen (rexpresde rendre plus exactement la gamme

suffisant

de sons que possde la langue du Prou. M. Tschudi, dans sa grammaire et dans son dieliunnaire (1), a spar

trs-ingnii'usemeiit des nuances jus([u'alors con-

fondues,

et,

plus

reemment

grammairiens quichuas,

M) ['l,

le

Tsi'huili. hcrl,Ha-Sj,r(ir]i,'. Wi.Mi, t'.riuiinliiii

encore,

plus

rcent des

llonorio Alossi (2),pous-

pre 1^':.",

le

'1

y cd.unjo s.,brc las cwrcleufias

vol. iii-S. ij

iierjcii

ii)ii

dcl iiiomn

Uamado

eu-

33 sant encore plus loin l'analyse, a renchri sur

l'uvre du

voyageur allemand et not un alphabet de trente sons. Pour nous, au lieu de rechercher toutes ces distinctions,

fondes en nature sans doute, mais embarrassantes

et

mme

peu prs inexplicables pour l'tranger, nous avons essay de rduire au plus petit nombre possible sons fondamentaux de la langue. Nous avons retous les K, KG, Q, QQ, QC, etc., dont les philojet les

logues pruviens hrissent leur alphabet, et nous nous

sommes borns les

reprsenter par un seul signe toutes nuances de prononciation que peut prendre une

mme

convaincus que la plupart du temps ces nuances dpendent de certaines circonstances dialectales lettre,

ou individuelles dont n'ont pas tenu compte les grammairiens antrieurs, trop presss de gnraliser. Nous

nous servirons donc, dans tout d'un alphabet

compos,

naires, de quinze

le

cours de cette

tude,

outre les cinq voyelles ordi-

consonnes ainsi rparties

:

34

altrations de sons qui ont fait de la langue aryaque primitive la langue dont se servent encore aujourd'hui les

modernes du Prou.

les habitants

Toutefois, avant d'entrer dans la discussion et dans

l'examen de tous ces changements phontiques, nous devons faire un aveu au lecteur. loigns comme nous le

sommes du vons pas

ici les

spciaux, terons ticales.

foyer de la science

les

tout

europenne, nous n'a-

moyens de donner, avec

leurs caractres

langues diverses auxquelles nous

emprun-

moment

gramma-

des mots ou des formes

Nos imprimeries n'ont pas l'alphabet grec;

plus forte raison ne possdent-elles ni l'alphabet zend, ni l'alphabet sanscrit, ni

aucun des alphabets de con-

vention dont se servent les savants pour transcrire le langues orientales. Nous avons donc t contraints de

composer nous-mmes un alphabet de transcription qui, sans dpasser les ressources malheureusement si restreintes de nos imprimeurs,

ide de

la

pt nanmoins

forme des mots

nous citerons

chaque instant

J3 c3

a

^

sanscrits

o

(1).

n .:r

donner une

ou zends que

35 c;

d

^-T

/

.;:;

..w

36

DES VOYELLES EN QUICHUA.

L'on peut rduire trois, A,I, U, le nombre des les deux autres voyelles fondamentales du quicliua ;

voyelles que les Espagnols ont admises dans l'alphabet, l'E

etrO, doivent

tre

considres comme inorganiques,

ce qui n'a rien de bien

tonnant,

si

l'on

admet

l'origine

arienne de l'idiome pruvien. Dans les langues ariennes, en effet, I'e et l'o brefs ne sont pas des lettres primitives. Elles manquaient

mme

au sanscrit,

compltement au gothique

comme

de l'alphabet dvanagari

le

si les

:

prouve Hindous

et

la

constitution

les

avaient con-

nues, leur alphabet, qui reproduit jusqu'aux plus lgres nuances du son, n'aurait pas manqu de les noter et

de leur affecter un signe spcial (1). Il y a plus, dans les elles se trouvent usites, en zend(2), en langues o grec, en latin (3) elles ne sont la plupart du temps que ,

les

reprsentants d'un

sanscrit.

A

La terminaison

primitif qui s'est conserv c:^

en

que prend au nominatif sin-

gulier toute une classe de substantifs grecs, correspond la

terminaison as du sanscrit;

quivalent

le

sanscrit navan, et

le

xovkm a pour pitukm zend le putua.m le

latin

(1) l'anni les voyelles simples, il y en a deux (lui luaiKiueiU ii l'aneicn aliihabel ce sont Ve et l'o i;rees. S'ils ont t en usage au temiis ou le sanscrit tait une langue vivante, il tant au moins adnietlre qu'il ne sont sortis de I'a lurf ([u'a

indien

:

une poque oii l'erilure tait djii fixe. plus lgrr(S dgradations du sou n'aurait a, e e! 0, si elle avait 7'.)-80.

{'1:

1(1., p.

(3;

/,/.,p. 31.

exist. [''"IT

opp, t. 1, ]). -i.").) ;

leur jdace ayant l prise par les (2) En latin , il n'y a pas d'aspires vnlaldcs, ne se nuieoulre jamais dentale spirantes correspondantes. Cependant la spirantc En i,'oeu latin comme reprsentant une aspire dentale iirimitive '//; ou (/// :i moins (lu'ou ne iirieiiont ialenieul tlii(pie, les asiiires vritables manquent le tli. Dans la srie des gultura'es el les dentales luv.is n'avons comme tine .v

.

,

aspire

que

les spirantes h et

liaut-allemand.

Cette observation

f.

Dans

semble ^'appliquer

les dialeeles s'aves, y

compris

-a;emenl

le liiliuai.ieii

,

a l'ancien

les

aspire^ '

manquaient originairement. (Max. Muller, trad. llarris et l'errot, (3)

t.

Bopp, Cr. com]).,

1,

p.

\k

'M

'i:'}

--2'}'j

et suiv.

.

j

l.cruns nir la .sricnce i/u huujayc,

srie,

42 C'est ainsi

iND',

radical

aller,

it',

soleil, eL

scintiller,

respondant

briller,

mot se

A

loin l'horreur des

sanscrit cor-

rattachent

au

part ces cas,

le

chocs de con-

des voyelles

intercale souvent

qu'il

le

courir, rayonner.

si

(juichua pousse

sonnes

le

que Imi,

o

l

sanscrit et les autres langues ariennes ont deux

le

con-

sonnes au commencement du mot. Pour n'en citer qu'un la racine exemple, tous les mots qui se rattachent arienne plu, couler, courir, intercalent une voyelle entre

consonne

la

p et la semi-voyelle li ou r, qui correspond,

en quichua,

la lettre

I

:

PiLLui, nager, naviguer.

Plava, navire.

Paka, pluie.

Plu, couler.

tzIIm,

naviguer.

PiLLu, voler.

Tri-KoyD, grue plume.

Puni, aller.

traverser. -ooii^o), passer,

,

p/w-ma,

Le quichua

n'est pas d'ailleurs la seule langue arienne

rpugne

ces rapprochements de consonnes auxquels

qui

nos oreilles sont

habitues. Le zend,

lui aussi,

spare

volontiers les consonnes que les autres idiomes

cong-

si

nres unissent sans

scrupule. La voyelle e se trouve souvent insre entre deux consonnes qui se suivent imm-

diatement en sanscrit

(I). (lie.

Sanscrit.

-cr-jj.

P/'T'rs, large.

Dadaks^'a, je vis.

Dadmsi

On

1

j

(rff/iV/we),

rencontre

liopp.,

lir.

/end. Pet.f.t'us. !)Ai)Ar.i;s'A.

Dadkmau.

nous donnons.

nanmoins,

romj)., p. 7U.

en

(luichua,

certaines

43

formes qui semblent, au premier abord, constituer une la rgle que nous venons de poser exception relle :

formes que les grammairiens et les lexicographes espagnols du XVII" sicle crivent avec les signes CC, PP, TT. Il est certain que, si l'on fait prononce sont

les

cer aux indignes quelques-uns des mots ainsi ccARi, brave, ppacha,

ternel, ttaiiua, quatre, la

dont

son

crits

:

manire

peut faire croire que ces mots commencent rellement par une double lettre

et

ils

produisent

le

initial

que l'orthographe usite

le

bien l'orlhographe vritable du si

tudie

l'on

plus

est

gnralement

mot quichua. Toutefois,

avec attention la prononciation de ces

mots, l'on remarque bientt que l'on s'tait fait une ide fausse de la valeur du son par lequel ils commencent.

Dans

CCARI, dans ppacha, dans

autres vocables analogues,

point de la

premire

lettre,

tahua

et

dans tous

les

y a redoublement, non mais de la premire syllabe. il

En ralit,

les Quichuas disent, non point ccari, mais non CAGARI, point ppacha, mais papacha, non point ttahua, mais tatahua. Ce qui a tromp les grammairiens

espagnols, c'est que les indignes prononcent fort vite la premire syllabe et la prcipitent, pour ainsi dire, sur

seconde de manire

paratre ne former qu'un seul son. Il se passe quelque chose d'analogue dans quelques-unes de nos langues modernes, en allemand par exemple. Un Allemand, dans la conversation, ne dira la

jamais gegebex,

donn;

labe

semblera l'avoir supprime entirement,

et

si vite, qu'il

qu'un

comme

les

il

prononcera

tranger qui traiterait

la

moines espagnols traitaient

toute raison d'crire ggeben le

la

premire

langue de

syl-

Gthe

quichua aurait participe pass du verbe le

_ Au

gi:i!i:n.

cd

44

lieu d'une exception,

dcomposition

nous Irouvons un pro-

gn-

particulier au quicliua et, en

aux langues agglutinantes. Pour exprimer la pluralit ou simplement pour renforcer l'ide exprime par ral,

un mol, Ainsi

le

quicliua double le radical de ce

mot

(1).

:

De Tiu, sablo,

il

De HACHA, jubro, De r.iNA, l'homme, De

SAi'.A,

Tiu-Tii

fait

,

(li^sert

de sable.

iiAniA-iiACiiA, iorl. ))

mas,

r.iNA-nr.\A,

le

sAr.A-SM'.A,

champ de mas.

peuple.

Toutefois, dans la srie de mots qui nous occupe, ce

mot

n'est ni le

mire

entier que l'on redouble, ni

la

syllabe tout entire; c'est la

preconsonne premire

mme qu'en

grec, en sanscrit et

suivie de sa voyelle, de

dans

mme

les autres

langues ariennes,

le

redoublement qui

Le sens du mot, ainsi

atteint le parfait du verlie.

mo-

difi, devient plus fort et prend une teinte empliatique. Kaki, brave. KoMi'i, robe longue,

l'our

labe

:

le

konompi,

brave par excellenec,

mme

viter toute confusion,

deux consonnes

les

kakaui,

la

guerrier.

nous intercalerons entre la

voyelle propre

au lieu de KKari, nous

le

sens.

crirons

premire

Iv'^KAiii;

syl-

au lieu de

I'Pacha. I'^paciia; au lieu de TTaiiua, T''taiiua.

1

1

,

'rschiiili ,

Liiiiu,

IS'i-i.

Sjirnrlilchrc,

p.

IMI

;

IInli;uiii,

Arlc

ilc

lit

hnujiKi (jiiirlmn,

p. 31

4o

DES GUTTURALES ET DES PALATALES.

La premire nous l'avons

comprend, comme gutturales K, K', et N. Le K se prodes langues germaniques ou le G dur

classe de consonnes

dit, les

nonce comme

le

K

des langues novo-latines, le K' comme le CH dur des cette classe, Allemands. La nasale N, qui appartient a le son du gn franais dans montagne ou de la n espa-

Au commencement

gnole dans SENOR. supplant lieu des

presque partout elle

mots,

rat correspondre cines ariennes

le

plus souvent

Elle

li

lettre qu'elle et

simple des ra-

restreint, elle

la

moi

t.

s'change avec

:

llanc,

mensonge.

rpond

I'n

f)j.-jrx-o,

han, tuer,

Nanu, milice. Klc.na,

a

:

Dans un nombre assez semi-voyelle

elle

au mi-

est d'assez rare occurrence. Elle pa-

Hi;A.\u, inoui'ir,

la

des mots,

la nasale habituelle n;

LLucLLa,

mmes

alors aux

lettres ariennes

que

la

remplace, c'est--dire aux voyelles r et L

aux semi-voyelles r

Nlc.na, var., lllxlla,

I

:

mensonge, nue-,

briller,

parler,

ail.

luegen, mentir.

peuvent se rattacher, sans grand inconvnient, aux gutturales, dont elles ne sont aprs Les palatales Y,

Cii,

tout qu'un simple amollissement.

Il

a

t

prouv, en

que, dans la plupart des langues ariennes, toute palatale procde d'une gutturale correspondante. En

effet,

sanscrit, par exemple, le

thme rel

de vaC, voix, ruj'

maladie, est vak, ruk (1); dans le zend un J est presque |)artout l'quivalent d'un G sanscrit, et l'on rencontre lesformesJ'Ai), parler, pour GAI), et J'AM, aller, pour gam(2J. I.a lettre

Y

des grammairiens quiehuas a deux sons

:

l'un

analogue au son de I'y espagnol ou du J franais, l'autre fort semblable au son du eu franais dans lche ou du su anglais dans rush. Ces deux sons, trs-voisins l'un de

s'changent frquemment dans

l'autre,

Quiehuas;

c'est ainsi

que

l'on a

la

bouche des

:

et

YuRF^ natre, Yaxk'a, inutile, mauvais,

Ciiuni,

Yapuni, faire du mortier,

Chapum.

Ylnu, pommes de terre dessches,

Ciii-Ni:.

Quelquefois

mme

il

fils.

Ciiank'a.

se produit entre la palatale

Y

el

semi-voyelle Ll une confusion de son assez naturelle (3), et l'on trouve la

:

pour

YaMJNI,

lla.mta.

Yamta, plein, Yanu, fin, mince,

ment

et

i,

et les

Quiehuas

fort.

(1)

lio]!]),

l'ii

/(/., p.

(.Ti

llanu.

l'autre palatale Cn, elle a le

Quant devant e

C.fr.

LLAI.LIM.

hiarmikai, enfance; huarmahinaruna

en enfance, etc.; de huarmi

ni:A, l'enfant femelle, la fille;

,

iiuarmi-iiua-

:

huarmihinaruna, un

homme

une femme, effmin; huarmiyok, celui qui est joint l'homme mari; iiuarmichi, fiancer une fille; iiuarmiyakc, se marier; et

au

maint autre que

moyen des procds

l'on

peut aisment obtenir

ordinaires.

forme primitive Br' se rattache une forme intensive r'rag, qui nous est connue et par le latin fycgi, frango, et par le gothique irikkan. Les Indous Mais, en arien,

ont

fait

subir

la

cette

forme une altration qui

une partie de sa force premire B'RANG, en B'AJ, b'axj, b'ang

le

;

:

ils

lui

ont chang

enlve b'rag,

sens de cette racine se-

condaire est rompre, briser, partager. Le quichua, aussi, n'a gard

que

la

forme

affaiblie

lui

uak, huank, pour

HUARK. Sanscrit.

Quichua.

B'aj, briser.

!IuAYK-A, briser, rompre, voler,

HuANK-u, briser, couper les membres, B'anj', rompre. Hlayk-l", briser du sol, prcipice, quebrada, B'alc'-ti, fracture, brisure.

Vient ensuite toute une srie de mots dont les analo-

gues ne se retrouvent

ni

dans

le sanscrit, ni

dans aucune

des autres langues ariennes, mais qui se rapportent tous

l'ide rompre, briser, et au radical b'ag,

ce qui broie raliment,

IIuAKu, la dent,

mme

HiAK-sA, liiAK

signitication

,

la

ctc

,

le

id.

ce qui est courbe.

r.A, la coi'iic,

licAK-TA,

b'a.).

ct,

IIlak-ta, frapper violemment, briser.

id.

83

-

puis, en prenant la racine dans

un sens abstrait:

IIlak CHA, pauvre, misrable.

HuAK

LLi,

Ih'AK Mj",

tre

misrable.

misre, ingalit.

Tous ces mots

se rattachent directement

ia

racine

HUAK, sanscrit r'aj, arien irRAO,

Racine

Le mot

KL.

en quiclma Killi; la navette, Kallhua; la trame, Kalla. Ces trois mots viennent vitoffe

demment d'une tre

se

dit

mme racine, dont le sens

en rapport avec les ides de tissage.

primitif devait

quichua n'a sache, cette racine sous forme ver-

pas conserv, que je bale; mais le sanscrit vient

I-.e

notre secours, et nous four-

l'lment

qui nous manquait le mot Kl, dans cette langue, signifie lier, coudre percer. Le rapport entre Kkl, Kalla, Killi, saute aux yeux et ne saurait souffrir nit

:

,

aucun doute. D'autre part, les

destins

ides

racine que Killi et

Kellkarikuni,

drivs moins

crire, lire, dessiner, et les

de

lire ce

Kl,

lier,

l'poque de

Kellka, papier, sont coudre. Les Pruviens, en effet, au qui est

la

quippus

taient,

pas,

nuds

moven de

ils

comme on

des cordelettes sur lesquelles se pressaient des

ries de

au

crit;

conqute, n'crivaient

tissaient leurs livres. Les sait,

mots

mme

la semblent se rapporter Kalla. Kellkani, crire, dessiner;

les rendre,

s-

de diverses couleurs et de diverses formes ces

nuds

Ton conservait

le

;

souvenir des

84 historiques et des

uvres littraires (1). Il n'y a donc rien d'tonnant que les ides d'criture et de lec-

faits

ture se soient

trouves en contact avec

celles de tissu,

mots qui rendent ces notions si diffrentes aujourd'hui pour nous aient t dans l'antique langage et

les

que

des Pruviens exprimes par des mots tirs de la racine.

Quand

l'invasion espagnole eut renvers

mme

les

an-

ciennes coutumesf et que l'usage de l'criture latine eut

quippus, les mots qui servaient manire de lire et d'crire des predsigner miers habitants du Prou furent dtourns de leur sens fait

disparatre peu

peu

les

la

et

appliqus aux

procds europens.

Aujourd'hui,

les

langue quichua emploient les mots Kellkarikuni et Kellka, sans se douter qu'ils ont la

Indiens qui parlent

mme

origine

C[\iq

la

les

douter que tisser ou

qu'une

mme chose

et

mots Killi

et Kalliiua, et

sans se

pour leurs anctres qu'une seule ide. crire n'tait

r.ACINE

PLU.

Cette racine forme, en quichua, deux sries de

rivs

(1) (le

:

l'une en ll ou en y

:

PiLLLi,

nager;

PiLLc,

plume;

Pcvu,

pluie

Pour Je plus aniplos renseigncinenls sur

cet ouvra"e.

d-

;

les

quippus, voir

la partie hislorii|iie

85 l'autre en r (1)

:

Puni,

aller.

Para,

pluie.

peut sembler bizarre au premier abord que des ides en apparenee aussi loignes que celles de viager, 'passer^ II

pluie ei plume, puissent

classes sous une

et

ticle

mme

dans

les

et

mme

en

voler;

Tt'JXo,

tonneau,

laver;

le

racine. ,

on

grec

et Xo'Jw,

-IC-mj)

signifie

,

trouve

mme

ar-

Cependant, drivation

cette

manire exactement

verbe plu, plavmi

le

sanscrit,

runies dans un

ariennes

langues

d'une

se reproduit

guer

tre

pareille.

En

aller, navi-

ttXsw,

naviguer,

par apocope pour

ttXouw,

nous donne pluere, pleuvoir, pluvia,

latin

pluie, PLORARE, pleurer, pluma, plume, fluere, cou-

langues germaniques flawjan et fluz en ancien haut allemand, fleot en anglo-saxon, etc. Il ne

ler, etc., et les

faut

donc pas s'tonner de trouver

en quichua

;

l'on

aura

le

mme phnomne

:

Sanscrit.

Quicliua.

PiLLui, nager,

plu, nager,

PiLLu, plume,

PLU, voler,

PuYu, pluie,

pour

les

formes en ll

;

et

pour

les

Sanscrit.

Quichua.

plu, plav, plar,

PuRi, aller,

Para, pluie,

(1)

Sur

les

mutations de ll

formes en r

et r, voir

page 5G.

aller.

:

86

Racine STA.

La racine sta donne aux langues ariennes toute une nombreuse srie de drivs qui se rpandent et se propagent dans chacun des rameaux de la famille. Ainsi l'on a en sanscrit

:

St'a, tist'ami (ZcikI hitami), je nie tiens, je m'arrlc.

St'ai.am,

lieu, place.

St'agis,

tisserand.

en grec

:

"iTzr.ijj,

tablir.

placer,

me

tiens deljout.

ETT/v,

je

iTTTi^ 7Tauv,

membrure d'un

c-raavo,-,

vase, cruelle.

1(7X0;,

navette.

c-T/iAT;,

colonne, stle.

c-cn-zp,

poids.

Le

acte de se tenir debout.

latin n'est

pas moins riche en

drivs

:

navire,

sto, sisto,

siATiM, statio, stator, status, statiio, statua, stamen, sta~

bulum, stabilis; l'allemand raient nous fournir cette

mme racine,

si

et les

langues slaves pourgalement des formes diverses de

nous ne craignions de fatiguer nos

lecteurs (1).

mme

mme

racine dans le Le quichua possde la sens, mais ne prsente pas des sries aussi compltes de

(1) V. Curtius,

Grvndz'gc der Griechischer

tymologie, 2

d

,

p.

191-192.

drivations que ses parents europens a SATi,

qui

rpond

hrr,y.L

et

et asiatiques.

S'A, par l'insertion

entre les deux consonnes radicales d'un

que

(1).

ASTA-Ni

,

De ce mot je

a euphoni-

vient, par adjonction de l'A privatif,

ne place pas dfinitivement, je change une

chose de place. cal SITUA

Il

A

cette

mme racine rattachez le mot lo-

(asitua), qui

entre dans la

noms des quatre saisons de l'anne,

compotion

et veut dire,

des

pro-

prement parler, station, halte. Les saisons commencent en effet aux quinoxes et aux solstices; elles marquent pour ainsi dire une station dans

la

course du

Nous verrons plus loin tout au de chacun des noms qu'on leur donne

soleil.

long l'explication et des ides mythiques et religieuses qui s'y rattachent (2) il nous suffit pour le moment d'avoir ramen ;

philologiquement voir montr

le

mot

comment

situa

sa racine arienne et d'a-

se produit sa drivation.

88

ou bien TAUKA,

Parfois enfin

il

TlYANI,

monceau. s'affaiblit

en

i

(1)

89

Le slave et les dialectes germaniques fournissent galement leur contingent de formes drives, que nous supprimons pour ne pas trop allonger cette tude.

On

voit donc, bien que ces

le

forme

composs

varient de

de signification secondaires dans les deux groupes de langues, tous reposent nanmoins sur une seule et base, dont le sens et l'origine ne sont nulet

mme

lement douteux. Ce sont

comme deux

rent dans des directions parfois tent du

mme

point

:

la

cou-

opposes, mais qui par-

en remontant

on arrive ncessairement

fleuves qui

courant de

le

l'un,

source de l'autre.

Racine SAH.

Le mot grec

e/w, et ses formes

nyQxi, loisir, hyjji, saisir,

drives,

'7/s't;, rjytu.y.,

maintenir, se rattachent

la

forme sanscrite sah, sah, pouvoir, supporter, tenir d'o

sahas, force; sahuris, fort; sahanas, puissant.

:

La

disparu dans une partie des mots est devenue d'abord un digamma, F, ensuite un

sifflante sanscrite a

grecs, et

doux

mme

Les formes quichuas de cette racine ont conserv la sifflante initiale s, se contentant de esprit

(1).

modifier la gutturale finale,

maniques, qui ont

fait

SiGOR, angl., sax., SiGis, goth.,

ne retenant de

la

l'exemple des langues ger-

de sau bataille. id.,

racine primitive que

le

sens, supporter

l'attaque des ennemis, combattre, vaincre (2).

(1) Curtius, Gr\j,ndzug., p. 176. (2)

Aufrecht, ZUchr.

I,

335.

90

Le quichua a conserv radical (sAn,

:

leur

mot saya veut

tre patient);

plus

compltement

le

sens du

dire attendre, rester sur place

suyam veut dire rester debout; sayhua,

marque, frontire. Dans tous ces exemples l'aspire h s'est

amollie

mots

drivs

et s'est

de

la

durcie en gutturale.

Sake,

chang

en y;

mme souche,

la

dans

mme

les

autres

aspire

s'est

91 Sanscrit.

Quicliua.

Ind', scintiller, briller.

Inti, soleil,

KAf, aller, marcher.

Katini, suivre,

Au

lieu

de chaque

de poursuivre l'examen dtaill

runies ensemble, de manire former une sorte de glossaire, que Ton trouvera la fin racine quichua, je les

ai

du ce livre. Chaque mot quichua y est rapproch mot arien correspondant, et le rapport est si frappant de

entre les deux langues, que l'on ne saurait parcourir ces

quelques pages sans rester convaincu de mes ides.

Quand

les

travaux

de

mes

la justesse

de

auront

successeurs

disparatre toutes les erreurs qui accompagnent ncessairement un premier essai sur des matires noufait

compltement inconnues, l'on retrouvera aisment dans le quichua, ce qu'il est en ralit, un reflet

velles et

de ces langues ariennes que les peuples d'Europe ont tant perfectionne, et dont

ils

ont

fait

un

si

admirable

instrument de civilisation.

je

Nanmoins, avantde quitter dfinitivement veux faire encore assister mes lecteurs

d'une racine ario-quichua ses formes

drives,

r, vk,

ce chapitre, l'analyse

c'est la racine arienne

:

ak,

a,

,

etc.,

rapprocher d'un certain nombre de mots

que

et

je

I,

et

veux

de racines

quichuas. L'importance de cette racine est fort grande dans les deux langues, et ses ramifications s'tendent l'infini,

destine Si

je

de

mme

que l'ide de mouvement qu'elle est

traduire.

montre

forme des mots

que

dans

le

subissent les

quichua

mmes

le

sens et

changements

la et

92

mmes

suivent les

volutions que

sens et la forme des

le

mots sanscrits tirs de cette racine,

beaucoup pour prouver mon ide,

je croirai avoir fait

et

donn une

dmon-

europen ne saurait refuser. de cette racine et des mots qu'elle forme en savant

stration que nul L'identit

sanscrit et en quichua entrane ncessairement, sinon l'identit

des deux langues, ce

moins leur proche parent,

communaut

et,

qui, serait

trop dire, au

mieux que tout

cela, leur

d'origine et leur existence indistincte

pen-

dant un grand nombre d'annes, peut-tre pendant un grand nombre de sicles, dans les rgions montagneuses

de l'antique Asie. Sous ses formes diverses, r onr', ar, signe la marche et

le

mouvement dans

r, la racine

I

d-

ses acceptions les

en grec, eo en latin, alds en gothique, etc., sont les reprsentants fidles de cette racine et de l'ide primitive qu'elle rend. Le quichua ne possde

plus

tendues

:

elixi

l'tat libre, la forme

pas, que je sache,

mais

la

forme r y est

gue du Prou,

le

verbe aller

premire

I;

intacte. Ri est, dans la lan-

reste :

rini, je vais

;

riy, le

voyage;

RiCHi, faire sortir; ripu, revenir, etc.

Mais cette racine subit des modifications qui prendre des formes et des l'adjonction de la finale k, juger par ce la

de

elle

un radical m,

donne naissance

lui

devient intensive, et

fort ancien,

s'il

qu'une de ses variantes, rcc', se

fait,

font

sens assez diffrents. Par

faut en

mle

et y remplace certains temps dans cette racine nouvelle, la Que,

conjugaison sanscrite la racine

I,

r.

voyelle r se soit

constamment

change avec

la voyelle

dont personne ne s'tonnera, et ce dont on ne peut douter en voyant les formes Lak et rak, LinkcIrink, /,

c'est ce

-

93

que revt

la racine. rK subit

nanmoins une mutation

il se change en AK, soit que la plus grande encore voyelle A se soit substitue naturellement la voyelle r, :

soi t

que, par une de ces paresses de prononciation

munes

tous les peuples, dans la forme ark,

deRK,la consonneR soit tombe peu

si

com-

driv naturel

peu: de

la sorte,

ne reste plus aucune trace de la voyelle primitive

r.

il

Quoi

mutation est fort ancienne, et semble organique, car on la retrouve dans toutes les langues son tour, se modifie; par ariennes sans exception. AK,

qu'il

en

soit, cette

transposition il devient Ka. Le k de ces deux formes s'altre galement, et devient comme nous l'avons dj ,

fait

et

remarquer, ce qui produit deux nouvelles racines ag :

A ou Si

,

quelquefois

s.

maintenant nous cherchons

savoir quelle nuance

ne nous sera pas et ak indiquent l'ide

de sens implique ce radical intensif, trop difficile de le trouver

:

?'K

il

en se resserrant, marcher en se rapprochant, aller en pointe. De ce sens primitif drivent un trs-grand nombre d'acceptions secondaires aller, marcher courir,

aller

:

;

atteindre en courant, arriver, gagner, obtenir

;

percer,

une douleur,

piquer; rparer, diviser, blesser; infliger souffrir; tuer; blesser au moral, douleur, angoisse, pch; rayon de lumire rayon visuel, vue, il;

pn-

;

tration d'esprit, finesse, etc.

Le quichua nous prsente faut, les

mmes drivations.

sanscrit le suffire ya, aiguille, coudre,

mot

et

il

mmes

sens, et, peu s'en

Substituant au suffixe Ia du

nous prsente

le

mot

sira,

pine,

par l'adjonction d'un suffine ka, le

siRKA, contraction

nom du

les

de

siraka, veine, vaisseau. Le

scorpion, sira-sira, est le

mme que celui

du ser-

94 peut, siRA, eln'cn diffre que par ce tion si

frquent dans

pierre, correspond

langues agglutinantes. Silla, sil; sek'e, rayon de lumire, et

SIK'A.

SUKUMA,

A

de duplica-

procd

les

ces mots l'on peut en joindre quelques autres aux-

quels on ne trouve pas en sanscrit de formes correspondantes, mais dans lesquels la racine

i,

pointe, domine exclusivement. Sillu siLLKU, cette

gratignure

;

salluk

iujmi,

,

est

et

l'ide de

ongle, dent;

pierre pointue.

dernire expression nous trouvons

la trace

Dans d'un

verbe qui ne s'est point conserv dans le quichua moderne retranchant la lettre k, marque du participe qui :

sertformer des

adjectifs verbaux,

nous reste un mot

il

SALLU, qui devait signifier autrefois aiguiser, affiler. Ce

mme

tre

pointu, aigu,

radical se retrouve, avec un

autre suffixe, dans sALLKA, terrain pierreux et strile, peuttre aussi

dans sallma-rumi,

le

soufre.

mme minral, sillina, se rattache consquent

la

racine

L'on attachera au primitive

Kir.A

ki,

,

ko, des

i,

autre

nom du

silla, pierre, et par

pointe, percer.

mme mots

Un

radical

tels

que

i, :

,

sous sa forme

95 cette nature, et

europennes formes dont

mais

montrer comment dans

elles

langues indo-

revtent un grand nombre d'autres

quivalents se retrouvent au quichua

les

je crains de

les

m'garer dans

les difficults

cherches, et d'inspirer quelque

;

de ces re-

dfiance aux savants

europens en mlant des erreurs aux vrits. D'ailleurs, l'adjonction de cent et cent autres formes communes au quichua

au sanscrit ne rendrait pas leur parent plus mes yeux que ne le fait cette racine, dont

et

vidente

toutes les formes se

dduisent

si

bien l'une de l'autre et

se correspondent avec tant d'exactitude dans les

deux

langues.

La forme rK, et ses quivalents, ARK, ?'cc% RAK, LAK, etc. donne au quichua deux sries de composs :

,

l'une en

R

:

Sanscrit.

Quichua.

Raki, partager, diviser,

rs%

aller percer.

Rakra, fendre,

id.

lANKA, caverne, grotte, RiKCHA, rappeler au souvenir,

id.

Rkj', laxj', briller, parler.

RiKU, voir,

Rars', laks', voir. id.

RiKCHA, paratre, Reksi, connatre de vue, RoKE, arbuste pineux,

id.

rs\ percer.

RiKMA, arbre,

Ru K AN A,

doigt,

l'autre en ll

:

Llakli.a, fendre, Lliki,

rompre, diviser,

Li.EKTE, pustule,

Lloksi, s'en aller.

LAK, r.AK, |)ercer. i.iK',

percer.

id.

Rak, lak\

aller.

-

90

A

forme en AK,

la

chent, de la

mme

A,

de la

manire

autres langues ariennes

qu'en sanscrit et dans les

gmir,

a.n'g', serrer, percer.

tre

an'g',

couper,

A, AI

iCHU, paille,

id.

UES-KE, femme divorce,

id.

iKi

,

De

forme

la

i,

,

racine, se ratta-

:

ANKA, Taigle, tout oiseau de proie, A.NKL', nerf, corde de Tare, ANCUI, pleurer,

mme

,

sont

dans l'angoisse.

pe.

,

drivs, en

sanscrit, un

nombre de mots dsignant des

certain

objets qui par forme prsentent des analogies plus ou moins frappantes avec l'ide de pointe. Au moyen du suffixe la,

leur

on cre

mot

le

on obtient

les

lla, aiguille; par l'adjonction de

mots il, mot

l,

lA, pierre, le silex des Latins,

crte d'animal, sommet de montagne, rayon de lumire; enfin, le mot cira veut

et

par

celle de k*a, le

ik'a,

dire veine, vaisseau, et cira, serpent,

peut-tre

cause

de la forme allonge de cet animal

peut-tre

cause

de sa langue pointue, dans laquelle reconnatre un dard. Tels sont les

,

les

anciens croyaient

lments premiers dont

mot quichua. Toutefois,

se

compose

le

compos, il ne peut entrer dans le courant de la langue il lui manque encore, pour tre complet, un lment indispensable, l'lment de reainsi

:

exprime une ide ou les diverses nuances d'une ide, mais sans prciser le rle que joue cette ide, le milieu dans lequel elle se trouve la personne ou l'objet

lation.

Il

,

auquel

elle

s'applique, les

degrs de

l'action qu'elle

donc y joindre un certain nombre de particules, qui dcideront de sa qua-

accomplit ou qu'elle subit.

Il

faut

97

de son importance

et

lit

autres

le

nom

feront

les

:

unes

le

feront verbe, les

nom

substantif ou

adjectif.

Il

me

prouver que ces particules formatives appartiennent aux langues ariennes, et trouvent leur explication

reste

et leurs

racines dans les

idiomes de l'Europe et de

l'Inde.

DU NOM SCnSTANTir.

Le nom, en quichua, se forme du thme de la racine, tantt sans modification aucune, comme dans Runa,

homme; tantt avec un redoublement, comme dans

sira-

siRA, scorpion; tantt, enfin, avec adjonction du pronom suffixe Y, comme dans muna-y, amour, ri~y, voyage, etc.,

thmes muna

expriment les ides abstraites d'aimer et de marcher. Le nom n'a pas de genres en quichua la langue ne faisant aucune distinction entre les tres masculins ou fminins. Souvent il est rgime des

et ri, qui

:

ou sujet d'un verbe, et alors il est substantif; souvent il dtermine un autre nom, et dans ce cas il est adjectif.

Comme

adjectif,

immdiatement Le quichua haut expliqu

le

il

(1

il

toujours

s'attache.

nous avons plus a des nombres, ou plutt il

n'a point de genres, et

le

il

mme

pluriel, car, de

n'en est pas de

r.opp, Gr. comp.,

il

que

n'a pas de signe particulier

singulier, en tant que Il

prcde

est invariable, et

substantif auquel

pourquoi;

a un nombre,

des langues,

le

t.

I,

p,

nombre

mme

du

la

plupart

pour rendre

(I).

pluriel.

273-274; Revu? de

Dans toutes

linguist.,

t.

I,

p

'>'>

\^\).

les

98 le pluriel est un nombre et se trouve exprim sorte de multiplication. En sanscrit, par exemune par ple, et dans les langues indo-europennes, il se forme par l'adjonction d'une s, reste du pronom sa, qui ex-

langues,

prime un objet, une personnalit, une unit.

Si

donc on

pronom au singulier, qui, par dfinition, rprsente dj une unit, on aura l'quation suivante ajoute ce

:

X-|-SA:=1 le pluriel se

-j-1, c'est--dire le pluriel (1).

chinois,

forme d'une faon un peu diffrente

g'in,

:

d-

et kia, totalit, g'in-kiai sert

signer

homme, les hommes;

classe,

t-PE

signifiant

'l

dsignera

thibtain, l'on obtient

nombre de

certain

En

voulant dire

,

les

tranger, et pk

trangers (2).

le pluriel

De

mme,

en

par l'adjonction d'un

particules, par exemple

:

kun, tous,

et T'soGE, multitude (3). En quichua, le procd est enau thme du mot on ajoute la tirement le

mme

forme kuna

hommes

;

:

:

uuna,

homme,

runa-kuna

devient

uma, tte, uma-kuna, les ttes

;

huaman,

,

les

le fau-

con, UUAMAN-KUNA, IcS faUCOUS.

Reste ticule

trouver maintenant la signification de la par-

KiiNA

et

de son emploi. Les simples

la raison

ce mot analogies des langues nous font souponner le sens multitude, union, collection; et, de fait, si nous

cherchons dans

le

vocabulaire sanscrit, nous trouvons

un mot bien connu dont

le

sens et la forme

bien claii*emcnt au mot quichua. Guna, plac

composs, produitdcs

(I) licruc de linguist., {'ij

t.

I,

multiples itriguna,

p. SJl-lSO.

Ahel Uiiiusut, Cram. chinoise, p.

(3j I-'oiicaux, Craiii. tliiblaine, p. ii"

;

3',),

Paris, IS"i8.

l'rface, i. x.

rpondent la lin

le triple;

des

gata-

99 GUNA,

bl,

le

centuple; dyigun

etc.

RuNA-KUNA

blutas, devenu double, dou-

signifie

donc

les'

hommes

mme

plis, multiplication d'homme, de en sanscrit, signifie pre -f- pre, les

multi-

que pitras,

pres

;

que g'in-

KiA, en chinois, signifie totalit d'hommes, les hommes, etMi-HO t'sogs, en thibtain, signifie multitude d'hommes, les

hommes.

A

forme kuna viennent s'ajouter les terminaisons casuelles, qui sont les mmes au singulier et au cette

pluriel, et

dont nous allons nous occuper un peu plus

longuement, La dclinaison quichua se prsente nous avec un nombre de cas variable dans les divers grammairiens qui en ont trait. Suivant la mthode des vieilles coles,

Holguin

et ses

sent que six cas,

le

contemporains ne

nominatif,

le

cusatif, le vocatif et l'ablatif (1). la

dclinaison en y ajoutant,

gnitif,

reconnais-

lui

le datif, l'ac-

M. Tschudi a complt

l'exemple des

grammai-

riens sanscrits, divers cas fort usits, l'effectif ou l'in-

strumental, l'incessif et

blement du locatif arien

Comme

l'illatif,

qui ne sont qu'un

ddou-

(2).

dclinaisons des autres langues, on doit reconnatre dans la dclinaison quichua deux sortes dans

les

de cas, les cas directs rects, au

comme

et les cas indirects.

nombre de deux, sont opposs

le sujet

nominatif sert

l'objet,

exprimer

comme

l'effet

Les cas di-

l'un la

l'autre,

cause

:

le

l'agent, et l'accusatif l'objet

qui subit l'action. Les cas indirects, au contraire, ren-

(i) Ilolguiu, (tii

Cramt, quichua,

Tiicliadi, Spracid.,

cli.

p. 3.

III, p.

116-118,

100 (letiL

d'iuic

niauirc

modes de Taction,

tous les

les

luiiLes

jii'ciso

circonstances,

et ses divers

degrs.

Ils

se

forment au moyen d'un certain nombre de particules ou de lettres ajoutes aux dilTrents thmes de la langue, dont chacune indique une modification dans l'tat tantt la partide l'ide renferme dans la racine

et

:

cule marque le moyen d'action du sujet sur l'objet, et alors le nom est l'instrumental; tantt le point

de dpart du sujet vers l'objet, et alors le soit au gnitif, soit l'ablatif; tantt enfin

d'arrive de l'ide dans

le lieu

seul o

elle

nom le

est

point

tend (datif),

son sjour en ce lieu (inccssif\ et son application une chose dtermine dans ce lieu personne ou

une

mme

(illatif).

du quichua se forment au moyen de suffixes particuliers, j'ai d faire une exception pour certains nominatifs dont l'tat actuel du lan-

Quand

j'ai dit

que

les cas

gage ne nous permet point de dterminer la formation premire. Le nominatif, en effet, dans la plupart des

proprement parler ce langues agglutinantes, n'est pas c'cst la forme la plus que l'on peut appeler un cas :

simple que doive revtir une il

n'appartient pas moins

naison; suivant substantif ou

souvent

nom,

la

le suffixe qu'il

thme

le fait

la

tel,

dcli-

conjugaison qu' reoit, il devient cas d'un

verbal anqurl vient se joindre :

mina

expriuK.' l'intention

d'aimer, mcna-v signifiera, ramour. C'est

une rgle constante,

rie

comme

personne d'un temps du verbe. Le plus le nominatif qnicluia, thme du

se forme du

d'aimer,

et,

nanmoins

terminaison llexionnelle y

la

l;i

ide gni'ale,

de subslantils.

et qui sert

former toute une s-

^

101

Cela ne

suffit

pas,

nominatif arien suffixe

le

qu'il

y a

nominatif quichua et le ce dernier, en effet, joint au thme du

:

prominai

mconnatre non

pour admettre

est vrai,

de formation entre

identit

mot

il

plus que

s,

Mais on ne peut pas du nominatif

sa.

cette formation

moyen du

verbal quicliua au

le

pronominal y repose fait analogue celle du nominatif sur une base tout le nominatif des noms neutres arien. Notons encore que suffixe

dans certaines langues ariennes, dans le grec par exemple, semble n'tre pas assujetti la

et le latin,

mme rgle,

rest, sinon tout

vague, du moins la forme organique du suffixe s. Comme, en tranger quichua, tous les substantifs sont neutres, ou plutt n'ont pas de genre, l'analogie nouvelle que je viens de siet

parat

tre

fait

gnaler prend une nouvelle force. Les langues indo-europennes forment les autres cas

en joignant au sonnels

thme

MA, TA,

du mot

la

cine que souvent l'on a peine

ces

en distinguer. dans toute leur per-

les

Le quichua ne possde pas fection

srie des pronoms persi bien dans la ra-

SA, qui se fondent

systmes ingnieux

langues ariennes

compliqus des

et

en est rest presque partout au des systme incomplet langues agglutinantes , auquel toutefois il a fait subir des modifications profondes, o :

il

nous pouvons reconnatre la marche du progrs grammatical. Les terminaisons du gnitif, du datif et de l'acsans

cusatif,

des flexions accomplies elles

,

sont

dj

marquent un

tat agglutinations; entre les langues ariennes et les langues toura-

plus que

moyen

des

tre

niques proprement diles. ku. moment o le quichua s'est fix, l'aryaque entrait dj dans cette volution gramma-

102 ticale

qui

a

lui

donn

sa forme

dfinilive.

L'idiome

amricain, spar du tronc avant l'heure et transplant dans des pays lointains, n'a pas trouv dans ses propres le

mouvement

comme

base de sa

ressources assez de force pour achever

commenc.

Toutefois,

s'il

conserve

forme agglutinante, il n'est pas moins certain que cette forme est profondment modifie par l'apparition de llexions rudimentaires au gnitf, au datif

dclinaison

la

l'accusatif.

et

Il

y a plus, les terminaisons casuellcs du

quichua, tout en n'tant pas identiques aux particules de la dclinaison arienne, ont leur racine et leur explication dans l'idiome d'o

europennes,

et cela suffit

Je runirai dans un cas,

l'illatif,

l'incessif,

sont sorties les langues indoau but que je poursuis.

mme

paragraphe quatre de ces l'ablatif et l'instrumental. Les

prpositions qui, jointes au thme, servent les former, existent encore l'tat indpendant, pi pour l'incessif, mcm pour l'illatif, mania pour l'ablatif, huan pour

donc nous prenons, par exemple, mot liuas, maison, nous aurons la srie suivante

l'instrumental. Si

le

:

dans

maison.

In

huasi-j)i,

Ill

huasi-fna

Ab

huasi-7??a?t/a,

de

Ins

huasi-Zma,

avec ou par

,

vers

la la

la

maison.

maison. la

maison.

Chacune de ces quatre prpositions trouve son

qui-

valent dans les langues ariennes. Pi correspond au grec ir.i,

vers, sur, dans, et au sanscrit

ai'I,

qui se trouve

mais a perdu son sens primitif et n'est plus qu'un adverbe signifiant aussi. Man, vers, a tir son origine de la racine ma, qui indi-

aussi sous la forme

apocope

;>?',

103

que le mouvement rgulier et rflchi, la mesure, et qui avec diverses lettres additionnelles forme des racines secondaires de mouvement MAY, marcher. jManta est le sif, si je

puis m'exprimer

ment qui part d'un

sujet,

mak,

:

mme

ainsi

changement de

SAHA

s

suffixe et

au pas-

lev

marque

comme man

vers ce sujet. Huan, enfin est le

,

man, penser;

aller;

mouve-

le

celui

qui tend

li

tymologiqucmcnt, par en n, avec la prposition sa, sam,

grec c-jv, latin cum, qui veut dire avec, de son quivalent quichua. que Les lments formatifs des trois autres cas, le

tif, le

,

datif et l'accusatif, ne sont pas aussi faciles

mme gnidter-

miner que ceux des cas prcdents les racines dont drivent n'existent plus dans la langue l'tat libre, :

ils

et

reconnues qu'aprs une longue tude. Le gnitif quichua se prsente nous sous deux formes distinctes, l'une en p (pa quand le thme se ne peuvent

tre

termine par une consonne), l'autre en k ou c, qui parat n'tre plus aujourd'hui qu'un provincialisme, et appar-

spcialement aux habitants du moyen Prou. L'on aura donc

tient plus

:

INKA-Zi,

-

104

donc autant un participe, c'est--dire un qu'un gnitif ordinaire. Et de fait, dans toutes cbL

gnitif et le participe ont toujours ment lis et forms des mmes lments. Dans

gues

le

le

thibtaincs, par exemple,

adjcuiif, les lan-

troite-

t

les

langues

gnitif se forme du

l'addition d'un signe qui n'est autre

natif par

marque de

l'adjectif

nomique

la

brang mi, ou brang vahi mi, ou

:

brang pohi mi, signifient indiffremment bon homme, homme bon, homme de bien; lous kiji, du corps, littra-

lement corporel; dmag gi mi^ un homme de guerre, littralement un homme guerroyant, etc. (1). Dans l'in-

gnitif est si bien un adjectif, qu'il prend les marques du genre selon les mots auxquels il se rapporte (2). La persistance avec laquelle les gram-

doustani,

le

mme

ce gnitif le c simple, mairiens espagnols ont attribu au lieu du k ou du ce, prouve que cette terminaison tait plutt faible et sifflante, et avait le son de la

zta espagnole. L'analogie frappante que de

avec

avait

gnitif quichua

devient alors assez frappante

cette

forme

gnitif arien en s pour qu'il ne soit pas le

besoin d'y insister plus longtemps. La forme en p, pa, ap, de ce

mme

mrite gale-

cas,

ment une srieuse attention. En quichua,

sondu;> est toujours assez vague, et prsente avec celui du b ou du V la plus grande ressemblance Atabaliba, Atavaliva, le

:

Atahuall-pa, Atavall-pa; ahuasca, abasca

apa^ca,

toile,

toffe,

synonymes dans tous (1) Kd. l'uucaux, (2)

Max

f3j

AcosU,

Cram. de

Mu!l(!r, l.cr. sur Ilixt.

h

sont

la

lawjuc lltihctainc.

s

cn'-e

nat. y clc,

1.

du

la-iijir:!,

G, caji.

XV.

avasca,

formes

des

historiens

les

(2),

trad.

parfaitument de la conqute;

fr.,

t.

I,

])

l.'-il,

note.

105 l'on

indiffremment capac ou %apa, caha ou

crivait

cava; et Ton verra partout, dans les Espagnols Zarate et

Gomara, comme dans

l'Italien

}iQizom, lluaina Cava, au

de tous ceux qui l'ont suivi; Zapa et Capana, au lieu de Capac. Ces faits nous permettent d'affirmer que la terminaison p du gtait un p aspir, correspondant au o des Grecs, nitif lieu

et

du lluaijnacapa de Garcilazo

l'u

analogue

ou

la

et

oj

diphtliongue

du gnitif

grec.

Les philologues ont remarqu, en effet, que cette forme en ou (prononc oph, ou) a pour base le pronom possessif tif

ffcfo;,

sien (1), en latin suus.

de o, s'emploie

quichua apa,

comme adverbe

et cela

Ce

mme ou,

gni-

de lieu, ainsi que

nous permet de

relier le

le

gnitif au

locatif.

Du moment que

base du gnitif arien, am; en grec, svas (sphas) en sanscrit, suus en latin, est un plt, ou bien

un

V,

il

la

faut rapporter

chua en

V, h

oiip; et

la si

mme

provient de la forme Foj, qui emploie sent

le

gnitif quil'on rflchit que cette base oj origine

le

digamma, repr-

en latin parsii, on comprendra aussi que certaines

tribus aient adopt

la

forme

s,

quand d'autres prenaient

b et que d'autres conservaient indistinctement deux formes primitives. En sanscrit, le datif se forme du radical, auquel

le

les

est

venu s'ajouter un signe nouveau qui marque le mouvement du sujet vers un objet dtermin. En quichua, il se forme du gnitif, auquel on adjoint un signe de

mme

nature

:

ce signe

(Ij Bo]i[i, p. c)G.

n'est autre

LldcU and

que

Scolt Greui uict., V.

la

7-^,6^

racine

et ov.

arienne

406 qui se trouve dans

AK,

le

sanscrit sous la forme

AJ

AK

ou

(agere), conduire, et en quicliua sous

AG. L'on retrouve donc dans amricaine de suivre

changements du

termins M. Bopp. scrit

:

la

Vy

en

j

i, tels

arien devient

le

que ;

:

il

suffit

les a

et le g

d-

san-

mutation de Vy en i est toute naturelle et se en grec. L'on a donc le droit de ramener

mmo

produit la

cette forme de la langue

forme essentielle du datif arien

la

les

forme

la

forme en

aj

du datif quichua

forme

ai

du datif

changements dont nous

arien primitif, en

oprant

venons de montrer

la possibilit.

les

la

thmes tersimplement aux thmes

L'accusatif se forme en ajoutant Ida aux

mins

par une voyelle, ta termins par une consonne; mais cette dernire ter-

qu'une forme euphonique destine viter l'accumulation des consonnes dans une syl-

minaison

n'est

mme

labe

:

liuamanta, V perw'icr, est pour huamankta. L'accu-

forme donc en ajoutant

satif se

nitif le suffixe ta, qui

en

effet,

dans

la

comme nous

indique

l'ivons

la

forme en k du

g-

la passivit. L'accusatif,

dj

dit plus haut,

dsigne,

phrase, l'objet qui subit l'action du sujet (1). que chacun de ces cas peut tre considr

Si j'ajoute

comme

le

nom ou d'un adjectif nouveau, modle du nom simple, j'aurai dit

nominatif d'un

qui se dcline sur

le

tous les faits importants de la dclinaison quichua.

(1)

Voyez p.9'J.

107

DU VERBE.

Le verbe se

thme

do la racine, par l'adjoiic-

nombre de

particules, assez restreint,

tire

tion d'un certain

du

dont nous montrerons l'origine arienne.

Le quichua possde

six

modes

l'indicatif, le

:

sub-

jonctif, l'optatif, le conditionnel, le casuel et l'impratif.

La marque

distinctive de

particule, simple

primitif et lui

temps sont

:

chacun de ces modes est une

ou compose, qui se joint au thme la nuance qu'exprime le mode. Les

donne

le

parfait et les

sont simples,

prsent, l'imparfait, le parfait, le plus-quedeux futurs. De ces temps, deux seulement le

prsent

et le futur; les autres se

par l'adjonction du verbe substantif,

modes possde tous prsent

comme

et il

ces temps

:

il

tre.

forment

Chacun des

y a en quichua un

un imparfait du conditionnel ou de l'optatif, y a un prsent et un imparfait de l'indicatif.

La conjugaison d'un verbe quichua

se

forme donc,

proprement parler, de plusieurs conjugaisons, dont chacune exprime les diverses circonstances de l'action accomplie ou subie par le sujet du verbe. Le prsent de l'indicatif se forme en ajoutant au thme verbal le suffixe n, et en y joignant la flexion personnelle. Cette nasale caractristique se

cependant en deux endroits

:

supprime

au pluriel exclusif et

la

troisime personne du singulier et du pluriel, o elle se fond et disparait dans la nasale pronominale. Ce mot de pluriel exclusif mcriic

possde, en

effet,

quelque explication. Le quichua

deux formes pour

la

premire per-

108

sonne du

{iliiriel.

I.'une, dilc inclusive,

embrasse dans

personnes et toutes les choses susceptibles d'tre comprises dans l'extension du mot tendue toutes

son

les

nous. L'autre, dite exclusive, exclut toutes les personnes

choses qui n'ont pas avec celui qui parle un certain nombre de qualits ou de conditions communes

ou toutes

les

:

nous prions, nous aimons, est un pluriel inclusif; nous Franais, nous autres les Anglais, faisons

autres les telle

ou

donc

:

i^'^

chose, est un pluriel exclusif. L'on a

telle

MUNA-N-i

pers.

ou

MLNA-N->.u

j'aiiiic.

-"

MU.NA-N-Ki

lu aimes.

3"

mlwa-'nI-n

il

,,,r 1

l

l

Inclusif

Mu.\A-.N-ciHK

I

T^,.,.i..:r

}

Exclusif MLNA-iKU

(

nous tous .., iius aulrcs .

)

aime.

nous auiions.

>

2*

MUNA-N-Kiciiuv

VOUS aimcz.

S*'

MLNA-N-KU

ils

La premire personne de ce temps nous

aimeiit.

offre

avec

les

langues ariennes une analogie qu'on ne saurait mconnatre. De qu'en quichua, en sanscrit, en grec, en

mme

lithuanien, la

premire personne du prsent de

catif se terminait en mi

Dans

:

LiUmanicn.

Sanscrit.

Grec.

DAD?;U,

otoc.)|:>i',

les autres

moins mutile,

l'indi-

langues de

DUmi

la famille, la flexion,

se retrouve encore.

haut allemand a perdu nasale m

la

jC tlounc.

,

finale

plus ou

Une conjugaison du i,

mais

conserv

:

H.vpr.m,

habcs,

j'ai.

RlANEm,

mones,

j'averlis.

la

-

iU9

En

latin, la flexion

m a persist

comme

de quelques verbes,

seulement au prsent inquam, mais s'est perptue

aux temps secondaires de l'imparfait, du futur subjonctif

AMABAOT,

que

voLUEuiTT?

l'a

j'avais

conserve dans

mtamorphose

en

y

I

am,

l'a

donn.

je suis, et le

aux temps secondaires

port, etc. (I). maintenant nous cherchons l'origine

Si

grec

je pense.

j'aurai voulu,

,

DF.DEP.ATJ,

portais;

du

j'aimais.

PLTE/i,

L'anglais

et

:

:

ozoov, je

r,yzyy.vj, j'ai

sens de

et le

flexion, nous sommes forcs de reconnatre que

cette

aryaque n'est autre que le pronom de la premire personne du singulier. En quichua,le pronom personnel le MI

n'est rest

MI

sent, et

l

mme

premire personne du temps pra forc de faire place au pronom

la

qu' il

t

(1) In Greek tlie priniary fornis bave ;xi in Ihe verbs corresponding to the sanskrit second conjugation, and u in the verbs corresponding to the sanskrit first conjugation, where ihe Connecting vowel niay be supposed to be lengiliened, accor-

ding to ihe analogy of the sanskrit, and-/xtdropped. Thus we hve Ta-rv/z/t, I stand, and tfipu, I bear. In the secondary fornis v occurs as the usual Greek quivalent for the sanskrit I

i^Epo'j,

left, like I

fero,

m when

was bearing.

fnial, e.-g.,

In

the a in Greek verbs,

bear.

in the

latin this

imperfect 1czr,v,

ending

is

I

was standing,

aiul

alniost universally losl and-

c -g. Prsent st-o, I stand; su-m and inqua-m, and even there

in the priniary fortns,

Thereare a few exceptions,

suidi as

only m, not mi, is preserved. In the secondary fornis m is prcserved as and Greek v e.-g. Iniperfect, STABA-m, I was standing, and feiieba-)71,

in sanskrit I

was bea-

ring. In Gothic ihe priniary fornis prsent only one iiislance of the prservation of for mi in the substantivc verb i-ii, I ani aiul ihus the work of destruction has

m

gone furllier ihan even in Latin. In the olher instances, e.-g., bair-a, I bear, elc, a is weaker than r and in Greekand Latin. The secondary forni, however, prserve u foiiii, and in this vocalising of the consonantilie languagelias again proved weaker

Compare bair-a-u. I niay bear, witli fer-a-ni. In Angio-Saxon, eo-m, we bave likewise the consonant of the original ending in a Word only. Elsfwhc-rethereis no trace of it. (Clark, Gram. comp p. 193 19-i,)

than

liie

and

in English, a-in,

single

Latin.

,

440 parallle, de

mme

mme

force et de

deux formes que prsente

la

ot

CAN-(

l

j'aimc.

APAN-mi

je porte.

Ai'AN-i,

la

mme signification,

ne sont que deux variantes orthographiques de

mme

les

je suis.

,

Ces deux formes ont absolument et

De

:

MUNAN-??t et MiNAN-i, et

i.

premire personne du pr-

sent de tous les verbes quichuas CAN-mi

usage,

la

ide.

La premire personne du

pluriel sous ses

deux nuances

galement des analogues dans la dclinaison arienne. Le radical cniK, qui sert former le mode extrouve

clusif de cette personne, doit

ncessairement renfermer

une ide de collection, de

en

lui

de

fait, si l'on

cherche dans

lien, d'assemblage; et vocabulaire indo-euro-

embar-

racine de cette particule, on n'est pas

pen

la

rass

de la trouver

runi)'.

le

Quant au

:

('/i,en sanscrit, vctit dire assembler,

k qui

termine ce suffixe, je dois faire

observer que les habitants du moyen Prou lui donnent le son du cil espagnol ou de la sifflante ordinaire s .munaiN:

pour eux, est munanciiicu ou mu.nanciiis. Si l'on songe maintenant que celte personne est une personne du pluriel, cniK,

la fin on comprendra aisment le rle de cette lettre k du suffixe cuik, ciiis ou ciiicu, est pour ciii-ciii, pluriel redoubl de c'j, unir, union, et munavcuik ou mi;.nanciiicii :

est Vunion de ceux qui aiineni.

Au

contraire,

le

radical

exprimant une ide d'exclusion, trouvera son correspondant exact dans les particules ariennes i:, ex, ;/,

\K[j,

;,

de, hors

de-,

s'^o,

au dehors

(foras).

Les premires personnes du pluriel sont formes, dans

m les langues ariennes, d'aprs renferment deux lments

personne du

premire altr

mme

le

:

le

principe. Elles

pronom

singulier,

mi,

se

qui

de

la

retrouve

en ma, me, mu, est une marque de nombre;

zend

Hi,

driv

latin

mme

du

si,

Ama-mu-s est

indique la pluralit.

s,

principe que munan-chik, et peut

tre

sans inconvnient du mot quichua.

rapproch

La deuxime personne a pour base au singulier

pronom possessif Dans

KiCHiK.

ki,

au

pluriel le

pronom

le

possessif

les

langues indo-europennes, la marque de cette deuxime personne du singulier est si, s. Or, SI

comme on

et s,

de TVA,

toi,

l'a fort

analogues

bien la

dmontr,

sont des formes

forme grecque

pour t cette forme

ai),

;

dadsiesi dadtva(^'[), et ainsi de suite. Or, s, on peut, comme en zend, substituer une aspire

elle-mme lois

se

ii, qui g une ou suivant des en k, change gutturale

phontiques du langage

les

mieux

tablies.

On

a

donc quelque raison de rattacher la forme arienne si la forme quichua ki, et devoirdansivA, si, ki, trois formes ou trois spcialisations diffrentes d'un

mme radical

primitif dont le son flottait entre k et t.

La deuxime

plutt

la deuxime personne du pluriel se forme en ajoutant personne du singulier l'ide d'accumulation et de plu-

ralit,

exprime par

la syllabe chik,

dont nous venons de

donner l'analyse.

(1)

The second personal pronom

is in

sanskrit tva (probably from tu), a

wea-

keneJ form of which, si, is employed as the verbal affix. The change of the consonant to, s, is shown in the Greek pronoun , which is, 7-J. The secondary form further reduce this affix lo s, and euphonie laws in some cases change si to siii.

The corresponding forms

in

Zend

are, hi (for ci)

and

s,

which

prcsented by uas in the nominative of noun. (Clark, Gr. comp.,

p.

is

sorneliines rc-

19',).'

11-2

La troisime personne du singulier de

conjugaison

forme, de la personne corres-

la

quicliua diffre, quant

la

pondante de la conjugaison arienne. 11 n'y a pas moyen de reconnatre dans la nasale n, caractristique de cette le

personne,

pronom personnel

(1). Toutefois, cette

indo-europennes

des langues

ta, ti, t,

forme

d-

n, qui

troisime personne, il, lui, n'est pas sans analogues dans les autres idiomes. Dans la plupart des langues primitives la nasale n apparat avec le signe

le

pronom de

la

pronom possessif de

sens soit d'un

troisime per-

la

sonne, soit d'une prposition indiquant

le

En

gnitif.

gyptien, par exemple, et dans les dialectes celtiques, n est

prposition

produire l'ide de gnitif

et sert

:

Gallois.

Egyptien.

Ni\v-EN-N

le souffle

,

de

CAr-n-N-AnvoN,

la vie,

la ville

de l'Arvon.

-Nez'-en rI:^v-E\v, le justificateur SAirn-N-DiwNr.OD, sept jours, (le

son pre,

Irlaiulai.--.

NAiDiA iAK?i

des jours. sur les flots (mol

,

DiLiiN,

mol, sur

le

-

dos) du

lupe.

En ]\n

sanscrit, son usage s'est born latin,

Tlicwoi'il

m, ma, place

(,,

,

|i.

207.

whu'li iillcniutinf; willi

)i

serves

parliciiluiiy Ihc. ii.ive seeii, in llie

s'est

dikrcm.

^2).

;1) Claik, lir. coin]) ('2

par un changement organique,

1"//,

chang en r

au gnitif pluriel.

iii

;eiiitive,

Eiiy|itiaii

scives in

transimilation of

!)/

(and uiidoublcdlv idenlicai witli

as a pre|insiti(ii: lo wliei'e

(^eltie

tlie iniiial

and more parlicularly llu; L;enitive plural, lias hecn re^'ularly liiniied, e.-i,'.

to

,

it

is

diiiote ail

i;riierally

word

eouiaiiied, as \ve

lo deiiDle exciiisively

wliieli in sanskrit,

tlin

cases, ihouj^h

llie

genilive,

Grcek and Latin,

it

:

Egypt.: nel n ana( fnnr ofoxen.

'insiead of saitli

li,

bi(>alli ol'IilV; se

ne/' n lew avcnger of liisfatlier; i'ioon )naii-ou

Gaer-zi-arvon, towu of arvon; ar-i-an n|ion liini, sallh 7ii\vrnod n divornnd) septeni dieiuni Irish : iar n-diliuni, aller ilic dcdnge

li>.'/(7)

:

\iA L'origine et la signification de celte particule sont

trs-ciaircs et rsultent de son emploi.

En

gyptien, suivant la remarque de M. Bunsen, elle est intermdiaire entre le

pronom

verbe;

et le

tement lie au mot mi, qui

est

elle

la fois le

est fort

troi-

pronom

relatif

prsent du verbe tre. De mme, en une particule intermdiaire entre le pro-

qui, et le participe

quichua, n est

nom

et le

elle signifie,

verbe;

non pas une ide d'tre

non qualifie, mais l'ide d'tre applique un objet dtermin; n peut se traune personne ou

abstraite et

duire par celui qui est (1).

pourquoi on la trouve applique en guise de toutes les personnes du liaison au thme du verbe, Voil

prsent de MUNAN-Ki, vrait

tre

mais dans

une seule

mcxa-n-mi est moi, celui qui aime^ celui qui aime. La troisime personne de-

l'indicatif

toi,

:

rgulirement muna--?i, la ,

prononciation et au lieu de

MUNA-?i-?i, les

les la

grammairiens on

Un passage important de

lui, celui

qui aime,

deux n se sont fondues en forme complte K\n-n

,

crit kan, muna-n.

la

grammaire d'Holguin

davantage l'origine de la particule n. Ce grammairien rend sous deux formes diffrentes la troisime personne du singulier du prsent claircir

servira peut-tre

de l'indicatif du verbe tre est

m

:

l'une,

ou mi,

irrgulire, gnole. Le son ene, que prend

tre,

(originally in the buck, west, of the dluge),

days. Sanskrit, diu-n-am

;

rgulire,

et n, la

est kan; l'au-

prononce

l'espa-

nasale n, pourra nous

na-i-dia (pronounced na-n-ia), of tbe

latin, dier-r-uni (coll.

A Sax. giv-en-a, of

ihe gifts.)

Bunsen, Chrislianitij andMankind, vol. III, p. l"l-17t. (i) The past tense is foimed by placing en belween ihe root and the affix. Iri-enEn is the particule mediatiiig between the verb and the pronoua. a, I hve inade. (Id.,iit(i,.p. 188.)

8

\\A

rapproclicmcnis curieux entre le grec et le l/iulinitif grec du verbe tre, sivy.i (prononcez

roui'iiir (les

(juieluia.

Vnie quiune forme au moins trs-analogue Ce rapprociienient prend une nouvelle force si l'on

est

n), eliua.

IlNA-.N-KANKr

ml\a sunciuk,

KK.IIIK

ils

de ce futur offrent encore

de ce temps dans la

nous aimerons.

vous aimerez,

,

,

La premire personne du singulier

est

aimera.

.

2

tive

aimeras,

tu

o

en

aimerai,

j

,

.MLNA-N-KA,

;;

la

:

.ML'NA-SA,

MINA

'i'^

il

nos yeux

aimeront.

du pluriel

et celle la

marque

distinc-

conjugaison grecque. Le ; qui caractristique dans les idiomes hellnila

ques se retrouve dans

la

sd'lbinte

quicliua

;

mijna-sa

un correspond la

9:v^Vi),

La nasale

j'aimerai (1).

n, qui est

marque de l'indicatif, se fond avec la sifflante

premire personne du

singulier et

celle

du

pluriel,

reparat aux personnes suivantes, prcisment dans le grec.

Quant au

la

mais

comme

parfait, au plus-que-parfait et au futur

ant-

rieur, ce sont des

temps composs du radical dtermin certains par prfixes et des temps du verbe tre. Si au thme muna je joins le suffixe n et le prsent kani du verbe

fre, j'aurai

:

MiNA-n-KAM

j'ai aim(^.

,

Mt:NA-r.-KANKi

La

lettre r,

lu OS

,

la

etc.

dterminative de ce temps,

qu'un radical arien, ar, qui, sous

nim,

forme

ar,

congnre

forme dans

n'est aulre

au sanscrit

le

r, aller,

sanscrit la base du

parfait redoubl (2); muna-r-ka est donc l'quivalent de MUNA-AR-KA, aim deux fois j'ai, redoubl de aimer j'ai,

c'est--dire

doubl le

j'ai

aim,

indo-europen

temps pass

en

de

mme

que

le

parfait re-

a-tana, tutudi, re'fjya, indique

rptant deux

fois le radical (3).

Une

(1) The second method of expressing tlie future 15 by affixing sya; a form of the substantive verb, which does iiot exisi independently in sanskrit as a l'uture tense, but is found in the s. Potential sym, sys, syt, etc., and in the latin,

siem, sies, siet, etc. (sim, sis, etc.), and as a future tense in ero, eris, etc., foieso, esis. etc.. In greek the omission of i or e for y bas become gnerai; yet tlieie it to niake it probable that it was once universally employed, and that the greek, in this respect started from the same point as the sanskrit. The future in ^-u and '7-oiJ.xi and thse with o-t, which is for -,

are sufficient remains of

clearly point to the sanskrit sy. The doric futures in cSt are for ^iu, and that for c(oi, illustrations of the modifications of this old form are T.py.,lop.s-i, we shal! do, i-':o;j.y.i,

(2y

I

Max

shall

be, crrs/fl

I

sliall

send. (Clarke, C. Gr., p. 243.) p. i47.

Millier, firan. sanscrite, \^&(i,

(3) Every sanskrit root, in order to be used for verbal purpose, was originally raised to a perfect; that is to say, its initial letter was reduplicated. This is as clear in greek ns in sanskrit, and thenumber of perferts not restricted as yet to a

116 autre forme de parfait se forme par l'adjonction, entre

ou AR

suffixe R

thme

et le

de la racine, de

le

la particule

CHKA, dans laquelle je reconnais une forme de la terminaison scA, du participe pass. Le plus-que-parfait et le futur antrieur ne ncessitent pas d'explication particu-

lire

ils

:

le

ajoute pour le

forms du

sont

futur Jaisa,

premier du verbe

le

pass, auquel on

participe

parlait karkani,

tre.

Les participes sont au nombre de trois

la

l'adjonction

Le participe prsent racine du suffixe k ou g.

Le participe pass le

ajoute au

thme

le

:

et le futur.

pass

second

le

pour

est

prsent, le form par

le suffixe ska, et

participe futur la terminaison na ou nka. L'indicatif

une

fois

expliqu

nous retiendront pas longtemps.

pour ainsi dire en

modes ne

autres

les

,

L'optatif se

forme

par l'adjonction du form du thme suivi

levant

l'illatif,

expliqu, un nom des marques de la personne et du temps.

suffixe MAN,

dj

Prs. MUNA-i-MAN Fui.

Le conditionnel

is

pasttense slretch.

If

compos

tlie

root

de

for verhal formations, lliis tliis

!

lime neiilicr

MNA,

to

to

tbe

1

prsent nor tliat,

hve

a rool tan, lo

root -aus originally redu]ilicate()

slrelcli,thou

renicnber, we see

auquel on

l'optatif,

verbal base subjective pronouiis

TATAN-A, TATA.N-T'A, TATAN-A,

reslric'.cd as yct in

takc

est

considrable in Loth languages. In sanskrit we

employcd

and bocaine tata.n. To i;iving

puiss-jc aimer

,

MLNA-SAK-MAN.

in

wre

strctcliest

to the past.

attached, thus

,

lie

In

order to adapt

slretcheth,

greek, it

for

if

we

verbal

euii)lnyment, it bas to be reduplicated iirst, alter whicli subjunclivc pronominal suflixes are added, and tbe ncw compound lakcs Ibe sens of I remcmbcr. iJ.iy.-jn/JLxt Millier, Ara/ rcsulls of Ihc Turanian Itesearcha in Hunseiu ChristianUy and Vanliind, vol. III, p. 304-305.)

(Max

il7 joint la syllabe mi,

propos de l'indicati

dj explique

prsent. Prs. ML'NA-i-MA\-Mi Futur

Dans

pa-'n.

la

PTi, qui est

j'aimcrais.

,

mlna-n-ka-y

kan-max-mc.

composition du subjonctif entre la syllabe reste dans la langue sous la forme pitui,

dsirer, souhaiter (grec

-to'oj, T.-r,ca'v).

Prsent muna-ptii, que j'aime. MUNA-SKA KAl'TI-Y. Fut.

Enfin

le

causal ajoute au conditionnel la terminaison

Prs. MUNA-PTi-i-Mi, Fut.

L

pour que MUNA-NKA-I KA-Pl-N-MI.

mi.

je porte.

s'arrte l'analyse que nous devons faire du verbe

quichua. Nous allons maintenant passer

mots d'origine et d'emploi tout dire aux pronoms.

fait

un groupe de diffrents, je veux

DU PRONOM.

Il

y a en quichua deux classes de pronoms bien dis-

tinctes l'une de l'autre

noms

:

les

affixes, qui n'entrent

suite d'un

minent

le

mot auquel

ils

pronoms isols, dans

la

et les

pro-

proposition qu'

s'attachent et dont

ils

la

dter-

sens.

Ces pronoms affixes sont au nombre de six, et marqucntaussila possession: joints au nom,ilsmontrentque l'objet la

ou

la qualit

personne

qu'ils

spcifie par reprsentent

:

la racine appartient huahua-i est mon fils,

~ H( AfiUA-Ki, ils

verbes,

Ion

118

iiuAiiuA-7i,

fils,

dsignent que

soM

l'action

fils,

ou subie par la personne L'tude dont ces pronoms ont t

nous avons

d'insister plus

joints aux

;

exprime par

est faite

graphe o

ctc-

qu'ils l'objet

le

verbe

reprsentent. dans le para-

du verbe nous dispense

trait

longuement sur cette question (1).

Les pronoms isols sont partags en pronoms personnels,

pronoms dmonstratifs

et intcrrogatifs.

DES PIIO.NOMS PERSO.N.NELS.

Le quichua n'a que deux pronoms personnels NoKA,

Kam

je.

qui se dclinent de la

Gn.

pluriel se

Lorsque

l'on

lu, loi,

mme manire

NoKAP, de moi (Nokak),

que

le substantif.

Kampa, de

toi.

Kampak,

loi, etc.

moi,

Datif. NoKAi'AK,

Le

,

:

galement d'une faon rgulire. examine le pronom de la premire per-

forme

de

sonne, l'on est frapp

la

ressemblance

qu'il offre

avec

pronoms analogues des langues smitiques et thibtaines. Noka est le >ga thibtain et chinois (:2), le nuk, les

ANUK,

^1j

2;

gyptien (3)

,

le anokiii

V.p. 199-1 li. Foucaux, dram. (hibtaine,

(3) Birch, Ilicroghjphic

Gram.,

Gram.,

p.

hbraque

Gram, hehrairn,

d.

L'on n'est

146; Abcl Rniusat, Qram, chinoise,

in liunsfMi's

K^ypt,

l.

p. 27.

'4j Sluugliter,

(4).

Bards,

p.

21-22.

p.

117

V, p. 6'28; Tattaiii, Co))li

119

pas moins de ce mot

mire personne AHAM

;

lment

seeond

des langues indo-europennes ^.yoj,

ego;

la pre-

sanscrit,

:

ich; a. s., ik, dont

ail.,

principal est un k (I).

galement remarquable de voir que dans des langues la racine du pronom aliaiii,

est

plupart

renferme

(rac. :AK-am),

mme,

(a-IK-a); de

de

le

fondamentale du pronom de

grec et latin,

l'lment Il

de reirouvcr dans

tonn

la racine

iJK, iiUK,

mmes

les

lments que

N-OKA comme kas.

en quichua,

qui signifie un,

est

kas,

la je

un

trs-voisin

Or, ce radical,

un, est identique au verbe huk, hukkuni, se tenir

iiUK,

debout, se dresser, soit parce que

reprsentant

la ligne droite est le

plus naturel elle plus universel du

le

bre un, soit pour toute autre raison

Noka sera donc

:

galement plausible.

N, celui qui est, huk, le premier, Vunique,

c'est--dire l'homme

hommes,

nom-

par excellence,

le

premier des

je, moi.

Le pronom de la deuxime personne, Kam, a certainement une forme diffrente du pronom arien correspon-

H

cependant possible de ramoner l'autre ces deux mots d'apparence si oppose. Dans tu.

dant, TVAs, l'un

certains

est

rameaux des langues ariennes, dans

polynsien,

t et le k se

le

confondent de

telle

le

rameau

sorte

riu'il

tranger de dire si le son qu'il entend est un son guttural ou un son dental. Transcrivant

un

est impossible

le

mot anglais steel, (1) l'iie

greek

nominative

seeiri

lo iiave

geiMiaiiic lan.miages

lias

for ihe tirsl

in

l'on

rendu par

sanskrit ah. Tlie latin and

li, ;

tlie

laiiguages. 'ihe sa\!,-krii h and

zciid

;,

are ihereiore cori'Uptions of the original

bas iost the rons^aaiil as cotiipai'd wiiii llie old english as couipared wiih ihe lalin ego. Glarke, Comp. Grain., p 157.

soiuid.

.ModL'i'n eiiiiiibh, I,

ik, like

the iLaiidu

i

p^'i'son

Hawaens

original consonanl in ihe tirst person; for lliri and Kn (gfriu, ch. , whiiii pvcs:i])])(tse g in tlie earlier

preservcd

hve K

acier, les

f

h20 kila;

ils

ont rejet

parce qu'ils ne prononcent

la sifflante,

jamais deux consonnes de suite, ont chang le t en k, suivant la loi organique de leur langue, et ajout un a final, parce qu'ils ne terminent jamais une syllabe par

une consonne

Ce

(1;.

pas du

fait n'est

reste

parti-

aux

idiomes polynsiens ; certains patois du franais prsentent la mutation. Molire, dans culier

mme

Mdecin malgr

le

cerons,

leur

lui, faisant parler

met dans

bouche des formes

la

que amiqui pour amiti, Il a eun oncle, qui est ,

'(

des paysans beau-

pour quartier. il est hridont riche,

quarqui si

telles

,

gnia office qui ^uienne (tienne), j' sis votre sarviteur (2). L'on peut conclure de ces exemples qu'il qiii.

Il

))

y a eu dans les langues une gutturale

et

l'articulation

pltement spares

l'une de l'autre

europennes, au moment o sont fixes, ont opt

chua a

prfr

la

pour

gutturale

les

langues indo-

la dentale tvas,

kam

The Polynesian, octobre

186-2;

y2

Molire, Mdecin malgr

lui, acte II, se.

Il

:

ces deux articulations se

(t)

(3)

l'articulation

poque o

dentale n'taient pas com-

tvam;

le qui-

(3).

Buschmann, ii

les Iles

Marquises, p. 301.

et o.

semblerait qu'il n'y a pas deux consonnes plus distinctes que K et T.; les Sandwich ces deux sons se confondent, et il

pourtant dans la langue des

tranger de dire si ce qu'il entend est un son guttural ou est crit avec un K par les missionnaires protestants, et avec un T par les missionnaires catholiques. Il faut des mois de travail patient un jeune llavaen la diffrence entre K et T, entre G et D, entre ]iour apprendre

semble impossible un son dental. Le

un

mme

mot

R. Pliysiologiquement, nous ne pouvons expliquer une pareille confnsiou que un vice ou une mollesse d'articulation, le plat do la langue allant frapper le milieu du palais entre les points oii K et T prennent naissance, et produisant ainsi un

1.

et

jiar

son qui tantt se rapproche davantage de la bttre dentale, et tantt de la lettre pilatale. Mais il est curieux d'observer que, selon des juges comptents, quelque chose d'analogue se i)roduil en franais et en anglais. Des observateurs attentifs

nous disent qu'au Canada les gens du jieuple ont coutume de confondre T et K, et mkier et moiki au lieu de miicr et moiti. Webster va jusqu' soutenir,

disent

dans l'iulroducliou de sou Dictionnaire

aujjlais,

que

les lettres

CL

sont prononces

124

PRONOMS DMONSTRATIFS.

Le quichua possde quatre pronoms dmonstratifs un seul indtermin pai lui, elle, il; trois dter:

:

,

mins. L'un pour

les objets rapprochs L'autre pour les objets loigns:

L'autre pour les objets

Ils

pluriel, soit

Cu.vi, celui-l.

trs-loigns

dclinent comme

se

K.vi, celui-ci.

:

le

Chakai, celui l-bas.

:

substantif, et forment leur

rgulirement par

l'adjonction de la parti-

cule KUNA, soit par duplication, paipai, kaikai, etc. Il

dans les langues indo-eurodu quivalent pronom quichua pai. Il est

est difficile de trouver

pennes un

pronom dmonstra-

toutefois curieux d'observer que le

correspondant de l'ancien gyptien se prsente lement sous la forme pai et pu'i (1). tif

Les analogues du pronom Kai dans europennes sont beaucoup plus faciles

fomin

L,

et

si

l'on

GL comme DL;

langues indo-

trouver. Le hic,

ramne

une forme primitive, retranche le second k, qui est

n^c, HOC, des Latins, se

KIK, KEK(2);

les

ga-

clear et clean,

dil-il,

sont

prononcs

llear et tlean;

glory se prononce cllory. Or, dans ces matires, Webster est une grande autorit; Pt, quoique je douie qu'on dise en effet dlory au lieu de glory, sa remarque montre du moins que, avec une langue dont on est matre, et avec une oreille bien

mme

distinguer un son guttural d'un son dental. du langage, 2 srie, t. I, p. 211-213.) gypt, t. V, p. 632. ^ (I) Birch, nieroylyphic Gram., in Bunsen's (2; The root of tlie interrogative lias tliree forms in sanskrit, Ka, Ku, Ki, ail prubably modifications of the sanie original. Tlie lliird stem Ki, isused in Sanskrit

exerce,

(Max

il

y a quelque difficult

.Millier, >'r.

form this stem. The latter has h insteaJ of Ihe original guttural. The u is preserved in gnitif and datif /(ujus, /mic and the original vowel iost as in ccjus, cui. In hic fthis) llie affixing of the gullural at the end may hve been a reason for

to

cbanjjaii the initial

l'J

h. (Glarke,

Comp. Gro/n.,

p.

173-173.)

uiio llexiun, il reste pour lliine rel du mol son KA, qui n'est autre que le })ronom (|uicbua Kai. Le K initial a t amolli en eu pour indiquer la nuance d'loignemcnt, et l'union des deux raeines, ciia et KA,

vidomnieiU

le

,

sous

forme

la

iLLK et

sous

iiic

produit l'ide d'une distance fort qu'en latin l'union des deux pronoms

ciiakai, a

mme

grande, de

les

formes ille hic

PRONOMS

et uic illi:.

l.MF.UliOC.ATlFS.

Les pronoms interrogatifs du quichua sont, ou bien substantifs Pi,

Ima

(}ui?

:

quel? poui'

homme

I

les

personnes.

les objets

quoi? pour

,

inanims

et

pour tout ce qui n'est

p;i'^

;

ou bien adjectifs pour /!Aih\N,

les

personnes

et les

choses.

lequel? laquelle?

Le pronom pi se retrouve exactement sous cette forme dans l'un des rameaux les mieux connus de

mmo la

langue arienne. L'osque nous prsente

rjuis;

pot

civis, etc. (l

(1)

W'iili

pour

pis,

les

formes

Svl;i

pis,

quis...; pis ceds,

qiiod

pour

poui'

si

qids

).

i'i:specl lu

liiis

ii;Uei-

tlie

n

a miiai k;ible

iii'i'iiiutalioa

tukts

ii!,;.'i'

words iii wliirii the latin lias ou. The foliowirif;s|)erinien c\liil)its lliis l'elation hctween the latin an ubcan ortliogfaphy, as weli a tiial bolwci'ii liolli >il' ihesc ian^uayes and tlie yicik l)P,lwcf-ii tlu^

Iwo

laiiguii^cs

tlie

oscari prt'seiititii; the coiisonaiit

i'

in

1

:

Grii'k.

T T''

Tu

ll'.c.x,'

Osc;in.

V (lil

Latin.

Ou quiil

Crcek.

Oscan.

TirTv.f.v.

]iPloi'a

r-;

pc

Latin.

quauior

que

are addf J from ihe saine inoiiunical.s ihe i'ulldwiiig expressions lu uscan

:

123

De mots

mme //ko;

les

TT); (1),

,

mme

racine

du mot

Tt';,

avaient les

analogues aux formes latines

forme quiehua. Quant la forme ima, la

cl

Gres,

que

je

pense

clans

le

qu'il faut y

et

la

reconnatre

sanscrit ayam

pronom

,

is, ea, ici, avec cette diffrence, que dans le sanscrit cette racine exprime une affirmation, tandis

iDAM, en latin

quiehua une interrogation. Dans maikan, un compos de l'interrogation ima et du reconnatrai je pronom dmonstratif kai, dont nous avons dj expliqu qu'elle rend en

la

formation.

Dans

les

soumettre

pages qui prcdent, je me suis efforc de une analyse philologique aussi rigoureuse

que possible les lments dont se composent la grammaire et le dictionnaire quiehua, et de montrer leurs rapports directs et leur parent

indo-europennes. Il me reste maintenant

troite avec les langues

prouver, par l'examen des

traditions historiques et mythiques du

Prou, que

les

habitants de l'Amrique du Sud ont avec les colons de

l'Europe et de l'Inde une

communaut

d'origine indis-

cutable.

Sv pis, for si quis; pot pis, l'or quod quis dut. A siiiiilar rtciiirocaliou uf consonants, as Millier has pointed out, between cognate dialects of several wcll-known languages as beiween tlie irish and welsh, in the celtic faniily of langiiages and in part between vlie diffrent dialects of

llie

greek.

(Pricliard, Researche-i intu

Ihe phijsical history of

Mankind, t. IH, p. 129.) (1) The ordinary greek form would be /.o, which is also preserved in the ionic (Jiaiect, e.-g., zo-t, once, Ki^, how? /.zpo'.i'! M70i, liow great? zoos of what kind? but in the attic greek the consonant is changed to tt, e, g tto'ts, :rj;, TtsTcjov, Tt^oi,

bave T

for

K

71(3105

in greek represented C. &r.,

by

p. 17-4-176.)

some one, originally idenlical, guttural (K) of this pronoun '^kis; is

In greek rtj, -rtvo;, tj;, Ttvd;

like zi-nxps^, ~i-nt, so ail

that

tlie

Ihree classes of consouauts e.-g.,

-/.di,

ttok,

n;

Clarke,

DEUXIME PARTIE EXAMEN DES ORIGINES HISTORIQUES

CHAPITRE

DE L'ASTROXO5IE ET DE LA

Je ne

me

IIRO\OLOGIE.

dissimule point les difficults qu'il

me

fau-

une exposition complte et systmatique des connaissances que possdaient en astronomie les races antiques du Prou. Tous les audra vaincre avant d'arriver

teurs qui se sont jusqu'

prsent occups de ces ma-

tires sont convaincus que les dernires traces de la science pruvienne ont disparu avec les traditions des

Amautas. La seule

pave de ce naufrage lamentable est une nomenclature sche et indcise, o le Pre Acosta a cru

rsumer

toiles,

en six lignes les

moins dans un

Ijut

nous donner une ide de ce

noms des

srieux

principales

d'histoire que

qu'il appelle

absurdes qu'entretenaient les idoltres. ngligencp avec laquelle cette liste est

les

pour

prjugs

Malgr

rdige,

la

c'est

prsent notre seule ressource. Si incomplte qu'elle soit,

les

donnes

d'voquer pour

qu'elle

ainsi

diaque pruvien,

et

dire

m'a fournies la

m'ont permis forme complte du Zo-

de prouver que ses constellations,

nom

128

conception religieuse dont elles ont t l'objet, se retrouvent dans le Zodiaque oriental, que les peuples modernes ont re(;u par lirritage des tribus prileur

et la

mitives.

DV

ZODI.iQl]B.

Afin de rendre l'identit

faut tenir

il

frappante,

de la position respective des hmisphres rappeler que la place des constellations sur

pruvien

doit

tre

dtermine

et le

compte bien

se

Zodiaque

par un renversement des

positions du Zodiaque- hellnique.

est

11

donc nces-

saire de fixer tout d'abord la relation dans laquelle se

trouve ce dernier zodiaque avec l'anne australe.

de

point

dpart nous prendrons

entre lesquels nuelle.

le

soleil

oscille

les

Comme

deux extrmes

durant sa course an-

Les tropiques sont caractriss dans

Zo-

le

diaque classique par deux signes bien connus, le Capricorne et le Cancer le premier qui dsigne le tropique d'hiver, le second qui marque le tropique d't; l'un :

qui embrasse les trois mois

cembre

mars;

l'autre

glacs de l'anne, de

qui embrasse les

trois

d-

mois

brlants, de juin septembre, et qui se ti'ouvc, sur l'ellipse zodiacale, en opposition exacte avec le premier. Si les

nous changeons d'hmisphre,

l'ellipse s"inlerverlit fort

rpond de son les

la

relation entre

saisons et les angles que chacune d'elles dcrit sur

l'hiver

ct,

doit

naturellement. L't

sud-amricain,

rpondre

et l't

classique

sud-amricain,

l'hiver classique. Si

anciens l'ruviens ont emport

donc

avec eux des pla-

-

1-29

mme

leaux de l'Asie borale le Zodiaque que les Grecs reurent plus tard des tribus ariennes, ils durent,

anne

d'adapter leur

afin

l'anne de leur

primitive

nouvelle patrie, renverser les dsignations en

usage au signe du Capricorne, de mars; l'hiver au signe du Cancer, de juin

auparavant;, et placer l't

dcembre septembre. Les

faits

Au tropique d't, et

cornu,

entirement

justifient

ciel

le

raient ce les

tropique d'hiver;

leur

tiques.

mot ardent, cornu,

Je

et

CHAK-HUAY,

o

pithtes

le

elles

caractris-

ajoutrent

dsormais Topa-tarukk

dirent

comme

nom du

signe de l'hiver fut

le

,

le le

nomm Ma-

sont d'ordinaire les reptiles au

cerf en

deux racines ariennes liUKK,

des

des animaux que

la terre se refroidit.

Tarukka,

le

nom

signe de l't

;

op-

couhuvre ivre, c'est--dire inerte, endor-

la

mie, engourdie,

temps

imposait

cerf ardent

mme,

en toute connaissance de cause,

changement

Au nom du

offre le Cerf

savants futurs qu'elles

races primitives unirent au tradition

la

prsomption.

pruvien nous

au

Couleuvre

la

comme pour dmontrer aux

celte

cornu,

le

:

quichua, est form

tara est

dress, Vlev.

ne connussent point la

chvre,

le

cheval,

le

Soit que les

avec

coureur;

Pruviens

que les peuples asiatiques primitifs confondissent cet animal encore sauvage avec le cerf, ils substiturent le nom de l'un celui de

l'autre. Cela

tait

assez naturel, car, entre

grande conformit de formes; d'ailleurs, dans le cas pr-

les

deux espces, on trouve

de

murs

et

soit

sent, le contour est

la plus

purement astronomique, et, par

130

assez mal

siiile,

rpondent avec une

et

l'animal

deux noms,

gale exactitude

tion mythique sur laquelle que;

peut donc se liasarder

n'y a pas de diffrenee entre les

(lire (jn'il

qu'ils

dtermin. On

ils

la

et

conceplait

reposent. L'important

des cornes; cette condition une fois

remplie, peu importait que ce ft une chvre ou un cerf, qu'il s'appelt Capricornk ou Taiu kka.

Topa-Taiu'kka

primitivement le solstice d'hivei'j et prsidait, chez les nations civilises de l'aneion monde, au mois de dcembre janviei'. Aprs leur

dsignait

migration et leur

tablissement sur

d'xVm-

terre

la

conservrent comme de juste les contaient ds principaux du mythe auquel elles longtemps habitues; mais, la forme plastique ne rriquc, ces races

tours

la

pondant plus

vrit

sur

le sol

cupaient, elles se virent obliges

un adjectif appropri,

la

({u'elles

caractriser par

tout en modifiant

(|ui,

oc-

le

sens,

vidents les changements survenus dans la con-

rendt

stitution

Topa,

nouveau

du

(|ue

phnomne

de

:

note.

nous avons dj

La racine splendeur,

top, tap,

Vclat de

la

du mot

cette adjonction

l

veut dire en quichua

tup,

lumire port

:

la

son plus liant

Vt

au fort de ses par suite, ardeurs. Comme expression de lumire cratrice, elle entre dans une srie de noms royaux et nationaux

degr,

la

chaleur brlante,

et,

:

Ti

pak-Amaru, Tupak-Ylpanki

,

Tupis,

Toi;as,

et

l'Am-

autres (|ue se donnent les tribus et les chefs de rique. Sous foyer

o

la

forme Tapa,

se fait

ajjplifpions ces

elle

lincubation des

dsigne tres

le

nid,

anims.

mille

le lit

Si

,

le

nous

nuances diverses au mythe solaire, nous

I3i

y trouverons

souvenir des ides de

le

gnration par anciens lesquelles peuples symbolisaient l'action mystrieuse du soleil sur la matrice toujours fconde de la terre. Avec une rare hardiesse d'imagination, ils les

moment

disaient que cet astre, au solstice les

d't,

travaux et

un cerf ardent

est

de la

les plaisirs

Tarukka. Ardent, brlant, sont

tes plus o

se

tard au

o

la saison

glace

comme

il

le

inpuisable dans Topagnration,

ici

des

pitbtes, ajou-

original; et l'obligation

dmontre surabondamment que tropique d'hiver,

court vers

et

mythe trouvrent les Pruviens de

dait d'abord

il

le

mme

faire cette addition

signe du Cerf prsi-

et servait

dsigner

arrive en effet dans

le

le

Zo-

diaque europen.

Avec des donnes

pareilles, il me parat difficile que mconnatre l'exactitude des deux rsultats l'on puisse i Le nom de Capricorne, par lequel les Ariens suivants :

dsignaient

le ciel

que celui do

marquaient

la

austral,

opa-Tarukka

mme

drive de ,

rgion;

la

ce

source

les

Quichuas

nom,

en chan-

par lequel 2"

mme

geant d'hmisphre, dut changer aussitt de sens et de saison. Les colonies ariennes du Nouveau-Monde modifirent la forme primitive par l'adjonction d'une

pi-

thte caractristique de la saison correspondante, et ct de Tarukka le mot topa, feu, lumire, placrent chaleur. Ainsi se trouve

dmontre

l'identit

de position du solstice austral pruvien avec

de

nom

et

le solstice

boral europen. Passons maintenant

au

signe

de

l'autre

solstice,

Ma{ iiAK-iiUAY, et voyons si nous serons aussi heureux avec lui que nous l'avons t avec le prcdent.

i;^2

Mai h\,

peur

(juicllua, sit^'oifu; ivresse, ireinhlement, tor-

(Ml

retour en arrire, deerepitude

Inertie,

,

:

ma( nu est

un homme ivre qui trehuelie et cJianceUe en marchant. L'analogie de celte racine avec la forme

vieuj', cl MAciiAK

MAI)' du sanscrit

Machvk-hiay

est,

.comme on

incontestable.

le voit,

cause

signifie scorpion, cancre, couleuvre,

de l'analogie (jue prsente la

dmarche

de ces reptiles

ivec la marelie incerlaine des ivrognes; par suite,

plique an mouvement des

astres, la

ap-

racine en question

nous fournit l'quivalent du mythe classique du Cancer. La forme quichua dsigne une toile ou un groupe d'toiles qui symbolise l'inertie et le sommeil de la na-

galement un signe de mort, et, comme on voir dans Montesinos (1), Macmay signifie par-

ture; c'est

peut fois

h;

spulcre.

Cet ensemble de dtails tie

du

en

Amrique

se produit le solstice

ciel o

la

par-

boral, qui marque

point culminant de l'hiver. Situation

le

linguistique, tout est identique entre

et signification

Cancer arien

le

dsigne suffisamment

et

la

une diffrence entre

constellation quichua; les

saisons, c'est

l

s'il

existe

nn rsultat

du changement d'hmisphre, qui donne plus de cette identification des deux noms et des deux poids phnomnes. Suivant les anciens, si la partie borale forc

du

ciel avait

parce que

reru pour signe distinctif

le soleil,

commence

et

comme

vers

)

le

Moiitcsiiios, p.

I

le

i,

le

Cancer, c'tait

au p(jint solslicial

sud nn mouvement

celui de cet animal. Celte

galement bien

[\

arriv

mme

,

s'y

arrte

rtrograde

raison explique

terme pruvien. C'est au solstice que

noie.

i33 se retourne le serpent, dont on a fait un

enihlme, au

moment

semble se re-

o

la

le

et

sommeil de

l'ivresse.

majeure partie des vocabulaires on repr-

comme synonymes

sente

inanime

elle-mme pour dormir

plier sur

Dans

nature demeure

la

les

mots Machak-uuay

et

Amari:, que l'on traduit indistinctement par reptile et C'est

serpent.

une de ces dnominations vagues

l

et

incertaines qu'il est urgent de prciser un peu mieux.

Nul parmi transmis

le

les

compilateurs de dictionnaires ne nous a

nom du

cancre; mais les peuples qui parlent

encore le quichua savent qu'on appelle ce crustacc le Marcheur ivrogne (Machak-iiuay), et gardent pour les vritables serpents les noms d'AMAuu et de Kataui. Si l'on voulait

douter de ce

des racines phi-

fait, l'analyse

lologiques suffirait pour nous en montrer la parfaite exactitude. La racine hahua ou hahuay le

possde en effet de mouvement rtrograde. Quand les Quichuas

sens

parlaient du serpent

de l't,

ils

comme emblme du

l'appelaient Tupak-Amahu,

quand c'tait du reptile venimeux,

ils

le

soleil

ardent

Serpent de feu ;

disaient Kataui.

Les autres reptiles recevaient le nom de Mach, Maciihuay ou Machak-huay, accidents de signification qui, pressentis

vaguement par Tschudi, couleuvre-hoba.

rtrograde cines,

il

et

et

S'il

se

lui

firent

ft arrt

prfrer

l'ide de

le

sens de

mouvement

de chancellement que renferment les raajout au sens prcdent celui de cancre,

crevisse.

Les deux tropiques une ainsi

que

l'identit

fois

dtermins

complte du Capricorne

de la sorte, et

du Cancer

du Zodiaque asiatique avec Topa-Tarukka et MaciiakHUAY du Zodiaque pruvien, essayons de fixer les deux

13i

quinoxiaux, avant de passer aux points intermdiaires et de complter la srie des mois et des points

signes.

MiRKU-K"KOYLLUR

veut dire

jointes, les astres de la

Entre ce mythe

mythe des

il

n'existe

mme

la

ide

les

toiles

les astres iniis.

Gmeaux

marqurent l'poque

l'automne boral,

deux prsentent

runion, ou mieux,

et le

peuples d'Asie

les

littralement

,

par lequel

commenait

o

aucune diffrence et le

mme sens.

:

tous

Les an-

archologues expliquent le symbole des par l'union de deux ides distinctes celle

ciens et les

Gmeaux

:

de la naissance de la figure

nuits.

o ce

.

18.

la

projection du plan zodiacal:

le

terme

in Onkoy, qui leur est commun avec le groupe zodiacal de Huakra-Onkov, ne peut donc se rapporter qu' une constellation voisine et place au sud de la ligne quinoxiale, c'est--dire dans

En

le

mois d'oclobre-novembre.

ce cas, la constellation en question reprsenterait la

mme

ide symbolique que

Zodiaque

le

A

semble rappeler

la

ment qu'en sanscrit Vrc'A, et que

le

dixime partie de l'M. Rodier(l), l'emblme du Scorpion

gypto-clialden.

cliptiquc, dit

signe du Scorpion sur la

saison malsaine. le

Ajoutons

>

gale-

signe correspondant s'appelle l'on trouve l'ide fondamentale

danscenom

de dchirement, pointe, blessure, que l'on

sent dans

HUAKRA. nous rencontrons un vide

Aprs Iuakra-Onkoy,

tradition s'est perdue, et avec elle le

nom du groupe

prsidait au mois de novembre-dcembre

laire qui

pondait au Sagittaire du Zodiaque moderne. janvier, o l'avons

s'accomplit

dj

vu,

le solstice,

opa-Taulkka,

renferme,

le

la

:

stel-

et

r-

Dcembre-

comme nous

cornu ardent,

le

Ca-

pricorne.

Miki-K'kiray

veut dire branche ou

moment

(K'kiray)

des eaux (Miki). Janvier-fvrier se trouvent donc sous

comme dans

le

Zodiaque europen. Le signe est encore aujourd'hui figur par un vieillard appuy sur une urne d'o jaillit un ruisseau, emblme destin rappeler

Verseau,

la fonte

qu'

le

des neiges. M. Rodicr nous

l'poque de Toth,

le

solstice

(1)

Uodier, Anii. des races humaines,

cl)

Id., p.

-20-2.

\>.

!201.

dit,

d't

en

effet (Si),

se trouvait en

\'r2

opposition avec rLoile Kgulus. l'cndaiiL

met

le soleil

parcourir trente

de

degrs

le

la

temps que zone qua-

partir du solstice, le Nil croit avec

loriale

rapidit,

ce ((ui fit l'Ethiopie dverse d'normes quantits d'eau cette partie de l'cliplique un donner pour endjlme ,

homme

qui vide nn vase d'eau.

pluies de l'hiver,

et

geles

Au Prou,

galement,

h^s

retenues au centre desdordil-

lires, achvent de se fondre en dcembre-janvier et gon-

rivires qui descendent des montagnes. Aprs Verseau, nous rencontrons nn second vide, qui pro-

llent les le

vient,

comme

le

premier, de

gnes. Nous savons, des

emblmes du

il

la

perle des traditions indi-

est vrai,

culte, ainsi

des poissons canopes, de

que

que

mtal ou

le

le

poisson

tait l'un

prouve l'existence

d'argile, que renfer-

muses. Nous observerons galement que dans certaines formes linguistiques le mot Kat'ua se trouve

ment

uni le

les

pithtes divines et lumineuses qui paraissent mettre en relation avec les astres. Nous avons, par des

exenq)le, CiiOKiLLA-KAi'r.v,

compos de cuokk, imprial,

divin, solaire, et de illa, lumineux,

ces

lumire. Toutefois,

pithtes peuvent aussi bien servii'

tributs d'un poisson

Kn

poisson divin. monti'C toiles

le

nom

spcial

rsum,

dsigner

les at-

que ceux d'un aucune tradition ne nous et

prfr

un groupe d'-

de cet animal appliqu

quelconque.

K'KATf -CuiLLAY siguific littralement la constellation

de l'Agneau; il se compose de ciullav, splenmission d'clat, et de K''katij deur, agneau. Nul des n(; il vi'ai le sens de est modernes dietionnaii'es donne,

ou

l'astre

,

,

ce dernier

mot

;

les plus

complets

se contentent d'aftir-

143

mer

qu'il signifiait marcli

pre

Acostalui attribue

et brebis (1). D'autre part,

viande portt ce

Von vend

o

la viande. iMais \c

mouton

la signification dV/^neai/, il

suffit

mg reli

le

que

la

nom pour prouver que K"katu devait avoir

les Pruviens, en primitivement le sens en question ne consommaientd'autrc viande que celle du Uama, effet, ou, comme l'appelaient les Espagnols, du mouton du :

pays, carnero del n'est pas

ftide,

il

tierva; et,

comme

cause de sa duret

mangeable, est certain

et

mle

de son odeur

viande vendue au march

la

que

chair du

la

ou d'agneau. Celte remarque nous permet d'identifier avec Km^atc-Chillay la constellation du Blier, qui, dans le Zodiaque gyptone pouvait

tre

que

celle de brebis

chalden, prside au mois de mars-avril. Urku-Chillay,

le

Blier,

Zodiaque classique dans

Urku veut

dire

trice, et c'est la

le

le

mle

reproduit

Zodiaque pruvien.

le

mme

constellation sanscrite V?'s',

point

Comme

les

gnralement

puissant et enflamm.

M. Rodier,

ni

Dupuis, qui

le

le

gnranom

de

taureau, l'homme

Quichuas ne possdaient

mle, me semble

le

Il

sens qu'a

ne pouvait

la race bovine, urktj

c'tait plus

du

Taureau

puissant, la puissance

prcisment

robuste, l'athlte.

le

lui sert

tre le

taureau

urku-ciiillay, le d'ailleurs

;

mle

que

ni

de guide dans ces in-

terprtations des signes du Zodiaque, n'ont expliqu

le

symbolisme du taureau d'une faon satisfaisante. Cet emblme a t choisi, non point parce que la valle du

(1)

Acosla, Uisl

,

lib. V, cap. iv.

I4i

eaux pendant le mois d'avril, cl que le fleuve, en se retirant, [)erniel de mener patre les troui)eaux, Nil sortdes

mais parce que mai est,

l'poque

commence

o

se

dans riimisphre boral, sentir la chaleur

l'aire

gn-

espces animales le mle devient ardent recherche le ti-avail de prop;igation. ratrice des

:

Si Ir.KU-Cuiij.AY

prsidait, sur

au mois d'avril-mai,

mnes

il

le

Zodiaque quiehua,

ne convenait nullement aux

particuliers de

et

phno-

rhmisphre marquait simplementla continuation d'une tradition primitive venue en Amrique avec les races civilisatrices. C'est ainsi austral, et

gens de race hispano-amricaine, en changeant d'hmisphre, n'ont point chang de calendrier, et con-

que

les

servent

le

signe de la

mencepour lanature le

signe a

t

de

naut

Au

nom

et

com-

par les Quichuas l'angle inplac sur octol)re-novembre, l'idenla

commu-

d'origine des nations asiatiques et amricaines. sortir

aprs compars et le

du Taureau, nous rentrons dans

et

compltement

dmontr

le

le

Cancer,

lourdes deux Zodiaques

leur identit

respective,

i.e

Pois-

Sagittaire nous font dfaut^ mais les dix autres

signes prsentent dans les deux cas les liistorif|ues

et

linguistiques.

soient ces similitudes, nous

(puis

o

de l'hiver. Si, au contraire,

l'inertie

de symbolisme prouve encore

avoir fait

son

l'poque

transport

verse du Zodiaque et tit

gnration

la

mmes

Quelque

sommes

srie des rapi)rochements

loin d'avoir

bien ({ue

origines

tonnantes que

nous pouvons

l'aire.

Les Pruviens appelaient Kata-Chillay ce que nous ajtpeluns la voie lacte, et eonprenaient sous ce nom

145

Croix-du-Sud, qui lui sert de portique austral. KataChillay signifie proprement ceinture de matire lumineuse, ou mieux de matire cosmique, ainsi que le

la

du quichua illa avec le grec vlr,. Les Pruviens considraient le systme stellaire, au sein du-

prouve

quel

l'identit

la terre

entour

comme

n'occupe qu'une place imperceptible,

matire cosmique thorie audacieuse

tout entier par une ceinture de

lmentaire.

Ils

prludaient

de l'auteur du Cosmos, voie lacte

la

tait

et

ainsi

la

pensaient

comme

lui

lmentaire des

matrice

que

lments

stellaire (1). Illa veut dire en effet

de notre

systme lment vital, ctc'cstpour mii'c,

cela quel'on

la

lu-

nommait

bezoar qui se forme mystrieusement dans entrailles de certains ruminants.

ILLA la pierre les

Le pre Acosta nous apprend que vait positivement trac

sur les

le

Zodiaque se trou-

monuments de

l'antiquit

pruvienne: Pour faire leur conte de l'anseuret certain, aux mon(les Amautas)usoient de cette industrie, que, aisil le

la

(jiii

(jirclle

Arlmis

est,

lune,

la ])leiue

le

el

retour de l'roserjnu,'

de Cora. Sa

sorlii'

un symbole (rinnnorlalit

parfois eoiielico

orpliifjues

nom

Si

les

que sera la troisime sujui', dcroissante? Aus.>i dans les

,

la liim;

1(3

Diane

gnralemeiil,

iioiivell

{ri'lleusis

la lerro

oiixMir 011

,

eroii

id

lmoi-

dans un

,->ai'eoplia:.;,'.

eijnfoudaienl avec l!e;ilc ^ymb()lisaienl

sens de ce mythe,

la

Unie el le

raol

cl

la 'le

du monde

a.iissi la

:

\a'>~

tigurait-

mysirres

av( e toutes les

Irrrc.

Pour

Pi'OM'rpint

(jui

par

2i;

videmment

Pluton indique

du

avec

soleil

dental, le

disparat

la

lune dans les profondeurs du ciel occi-

moment et

l'instant de la conjonction

o

obscurcit notre satellite,

il

le fait

semble ainsi l'enlever.

prsent que le temple clbre o clbraient leurs mystres s'appelt TiiA-uiANCK? Jamais nom ne fut ni mieux mrit ni plus

Comment s'tonner Atumurtjnas

les

Tua, en effet, est une corruption de Tiya ou iLLA, lumire (1) uhanuk, participe prsent du verbe HUANU, veut dire mourir (2) Tiia-iha.nck signifie donc significatif.

:

:

proprement

clbrait en rible

;

la

lumire mourante. Les mystres qu'on

nom

ce lieu justifiaient parfaitement ce

au dire de Zarate,

les

ter-

caciques de (uanuco tuaient

tous les prisonniers qu'ils prenaient, et offraient tout

une idole

butin

qu'ils

nommaient Ka-Ata-Killa

,

le

c'est-

-dire la lune dcroissante (3).

Un

autre historien, aussi mauvais

fidle des faits dont

racontant dans

la

il

fut le

pote que

tmoin, Barco

narrateur

de Centcnem,

Arjcntina l'expdition de Alvar Nunc:^

Cabeea de Vaea dans l'intrieur du Paraguay, rapporte que l'on trouva chez les indignes beaucoup d'or et d'argent bien assis

empire obissait

[L.

:

W, du

Xo lU.)

la l'ois

n;iliii'c,liiil

dieu ci iiialirc. La

matire s'engTiidre

avec tous ses })liiiomiies matriels et moraux, n'est autre chose que l'action cllc-iiuie, d'elle-inmu,

de la matire dire le

et la

lmentaire sur

vie,

la

matire cre, c'est--

com|)let d'un seul principe.

dveloppement

Les Egyptiens enseignaient que le monde est dieu, et de plusieurs autres dieux qui sont qu'il est compos

comme

ce

s'crier

Ne

:

mme

du monde

au nombre des dieux. Jablonski,

ranges

avoir expos

aprs

car les parties

ses parties,

taient par eux

systme, ne peut s'empcher de

dirait-on piis quele juit'Spinosa enq)i'unta

ides aux Egyi)tiens? La doctrine orphique enle seignait de mme qu'au commencement avait exist ses

)'

chaos ternel, immense, non engendr, duquel tait sortie toute chose. Ce chaos n'tait ni lumire ni tnbres, ni humidit

ni

tout cela en

scheresse,

mme

temps,

et

lments

rilia,

lui-mme

(!t

choses. Telle

les

sjiarrent,

la

matire

devint ainsi

cl

malgr

l'ut,

le

le })lus

s(;

comme

piineipc de toutes

f|uelques l'aw's exceptions,

commen-

ei'oyanee de prfS(|uc tous les sages grecs,

cer par

tait

puchaos s'engendra

le

lui-nuuue par sa propre force,

lui

l'uldcs oiseaux, la

se

il

;

ne prsentait qu'une nmsse

sans forme. Dans la suite des sicles, les

chaleur

ni froidure ni

ineieii d'entre

eux, Thaes de Milet

,

le

fondatciir de l'cole d'ionie.

Le dieu

f}ui

corps palpable i'Aii

;

cliuas, iih'it

il

l'sumait celle thogonie s'ap[iciail

clic/ les

l'cpn'scnlail, e(jniuu'

le

ici'c, le

nivci's csl

et

rllici'

le

l'^gypticiis

P'i'Ai

il

donnait un Pataii

ou

\-KamaIv des Qiii-

Icmps lenicl la Icrrc cl la re>pac(}. La eaiisfj cflicicntc de Tii-

luouvciaciil

monde

d

\.]

cl lui

[)lus

le

pur

,

et b^iliis lluide;

c'ol un

99?;

ternel

l'eu

brle

qui

circonrrcnec cleste,

la

immuablement

tabli,

ces

clans

rgions extrmes de ce qui

tout

o

est dieu est

ajoute Jablonski

Ptah,

qui

,

nous empruntons ces lignes, tait l'aeul et le pre des dieux (I). Son nom peut se rapprocher du mot

dsigne l'ordonnateur,

dfinit les

thogoniques contenues dans Ptah

celui qui

rgle et choses. Exposer plus longuement les ides

PHTiiASCH, qui

mylhe panthiste du

le

gyptien serait sortir des limites de notre sujet.

Nous nous bornerons tent de l'tude

noncer

ici

deux

faits qui

que divers savants europens ont

rsul-

faite

de

ce

mythe (2). Le culte du Ptah gyptien rpond celui de I'HphaisTos hellnique. 2" Ptah symbolise l'action cratrice del 1''

rotation universelle que nous appelons temps et que les

Quichuas nommaient pacha. Les divers attributs qui accompagnent ce dieu montrent manifestement que telle

Pour n'en

est bien sa nature. tait

citer qu'un exemple, il porcouronne de plumes d'autruche, dieu Khfji. Or, dans toute la mythologie an-

sur la tte une

comme

le

tique, les

plumes reprsentent

le

mouvement des

astres

espaces clestes, c'est--dire l'action cratrice du Ptah est-il parfois occup, sur !es temps. Aussi le et les

mme

modeler

monuments,

moyen du tour Si

tourner l'uf du monde au

et

potier (3).

on admet, ce que nous allons prouver, qu.e, chez les le mythe de P''pacha-Kapak symboli-

anciens Pruviens,

sait l'obscurit, la nuit qui

(1) .lalilo'.iski '2

,3;

,

I

(infiicun

Kfiii'ick, vol. Ilostliiiii

,

I,

ch.

oiyjjipHorum 'Il

;

Mon. dclcullo,

lic

]i.

rgne ,

Pioiii;!';,

lili.

I, c.

Si)iif(',

liii, vol.

l'occident, je ne sais

2. ]*iitii.\

,('u!,'

Vri.CA.NUs.

des hioinmcnls, c!c.

X\I.

15

on

foiniiit'nl

peiil

du

^Hi)

soulenir

le

sysline

(|ui

aLlribuc

la

Prou

des origines mexicaines; il faut convenir que les races primitives de l'Amrique connaisfond tous les secrets de l'astronomie et avaient saient civilisation

arrt

l'ordre

gnral

des plantes bien avant les savants

europens. En effet, l'ide d'un occident toujours obscur et sige du chaos crateur, P"pacha, mise en opposition avec celle d'un orient toujours clair et

sige de

la

r-

lumire

vlatrice, Illatiksi-Huira-Kocha, suppose la conception

de l'espace

connaissance de

la position fixe

occupe au centre du monde,

soleil

le

infini, la

que

notion du

et la

mouvement d'occident en orient que la terre accomplit autour de ce foyer de lumire toujours vivant. A l'occident, au sein de la nuit primitive, s'est lentement le

La

monde

l'orient, le dieu

;

terre se

gravite est

meut donc, le

dieu

et le

rvlateur fixe

point

lui-mme,

loin l'assimilation de P''paciia,

.le

a fait apparition.

autour duquel

pousserai

emblme

mme

porte sur la tte

le

elle

plus

de l'abme inson-

dable du chaos crateur, avec les divinits de la i^'i'ACHA

labor

Grce.

scarabe du Ptah gyptien:

son corps est informe et hideux sa tte dmesurment grosse et ses pieds ridiculement petits symbolisent^et le ;

pouvoir suprme dont il est revtu et le progrs insensible de son pouvoir crateur. De en Egypte, o tait quelquefois un pygme difforme et monsPxAii

mme

la fois

trueux, tei'iiel

core

;

vieux et jeune

jeune, car

il

reprsente

:

vieux, car la

le

chaos est

cration, nouvelle en-

et primitive.

Ces images ont tantt

fminin, parfois

mme

le

sexe masculin, tantt

elles sont

le

sexe

hermaphi'odites.

Le

227 plus souvent, en

Grce,

elles

Amrique

portent

le

gypLe ou en

aussi bien qu'en

rig. Hrodote nous ap-

phallus

la vue de l'Hphaistos Perse Cambyse, prend que memphitique, ne put s'empcher de rire en voyant que ce grand dieu de l'Egypte avait la figure des images appcle

les p/6Yyes par

Phniciens

Les reprsentations des Gabires avaient galement beaucoup d'analogie avec celles de Ptah; sur la Philge enfin, le scarabe plac

tte du dieu

les

est

remplac

en cercle, et ce

roul

(i).

par

mme

le

cordeau

symbole

mesurer,

se retrouve au

P-

rou, ainsi qu'on peut le voir sur les petites idoles ren-

fermes dans lement

les

muses europens. Ge

n'tait pas seu-

temps primitif que synibolisait le dieu P'pacha-Kamak, c'tait aussi l'ouest et les rgions occidentales, le monde obscur et invisible. Comme emblme le

du temps primitif, ce

nom rpond

il

s'appelait en Egypte Sokaris, et

en Quichua

le

mot Hokkari, natre,

se le-

ver du chaos, faire son apparition. Sous sa forme de Sokaris,

Ptah

quer

ce sujet que les

avec Osiris (2); et il faut remarIndiens de Quito nommaient Scyri

s'identifiait

leur dieu occidental, et

mme

les pontifes-rois qui les

gouvernaient avant leur soumission au Huay.nv-Kapak. Si Ptah est un emblme de l'ternit,

le

mot quichua qui

sert

sceptre

de

l'infini et

de

dsigner

amricaine, P^I'acha, signifie galement nit. Ptah enfin tait le dieu de la nuit

le

et

temps

sa forme et l'lcr-

de l'occident,

pouvoir crateur cach au commencement dans les tnbres du chaos, mais imparfaitement dvelopp, comme le

III, 37.

(l)

Hrodote,

(:>;

Keni-ick, vol.

I,

p.

381.

montre lafigure inrormc dont le revlil rimaginatiou des premiers hommes. La partie occidentale de Tlirljcs le

s'appelait Pathyuis,

nom

qui s'appliquait

gyptiennes de l'ouest. Ce

provinces

combinaison de Pataii etD'TUon

la

Athor, en

nom

galement aux est form par

(1).

reprsentait dans l'Egypte ce qu'An

effet,

reprsentait au Prou, le mythe de la nuit primitive. Sa forme ordinaire, ajoute le auteur, semble la

mme

rattacher aux

Peut-on

en face de pareils traits, ne pas

,

l'emblme de

dans celte divinit

l'ecoiinaitre

la

lune

d-

croissante et de la nuit? Telle est la nuit en effet; non

pas

la nuit

car elle sert les

obscure,

chasseurs, qui

sortent aux heures sombres et attendent au milieu des

tnbres que surprendre

l'apparition

le

gibier

de la lune leur permette de

dans son sommeil du matin. Le

parce qu'elle est lumineuse. Elle est gnisse, mais sans les cornes iVAlhcnr, la lune nouvelh^;

mythe

la dit l)elle

elle n'a (\[n) les oreilles

de

la

lune dcroissante.

11

n'y a

donc rien de plus vident que l'union d'Aiiiou et de TAU en ]\gy])le, d'An et de P''1'A(;iia au l'rou, pour signer

les

abmes

insondables du

ciel

occidental.

1*a-

d

On

maintenant [toni'quni selon les Amautas, b.'s CniMis, adoi-ateui's de I^Vacua-Kamak ])rtendaient (|ue leur race avait cre par Dieu du centre de la mer. s'(>xplique

,

,

t

il)

KiMlick, Mil.

';>

lil.,

1.

1.

1,

p.

."..ST,

IlOld

.''..

529

Tous ces rapprochements ne laissent pas que de jeter une vive ludans

les

mire

rgions de

l'occident lointain (1).

sur la race antique des Atumuru.nas.

M. Bunsen,

ment par

,

dit

une divinit que nous connaissons seulemonuments; c'est un mythe du monde in-

est

les

troitement

frieur occidental,

Une

culte des morts (2).

principe panthistique et

li

Osmis

Ptaii,

religion

lisme de l'occident, et dont

dtruire,

Aum

fonde

sur

le

admettait

le

et

au

symbo-

le

dogme grand La nature entire produit pour

:

dtruit ensuite pour reproduire

,

devait,

sous l'impulsion de l'esprit de proslytisme aboutir ncessairement au fanatisme et ces horribles mystresqui se clbrent par des sacrifices humains. Femmes, en,

fants, vieillards, devaient faire couler sur ses autels le

sang propitiatoire pour apaiser la soif de cette idole impassiL>le, symbole de mort et d'existence, type du chaos d'o

rentrent sans cesse toales les formes de

sortent et o

la vie.

En Grce,

Saturne

P^'paciia

s'appela Ouuanos, Chro.nos,

dvorateur insatiable de ses

latin, le

uvres,

le le

annes

temps qui dtruit et qui ei'e. Son pouvoir et ses mystres furent renverss par le culte du jour, Xsv; (le Jupiter ou Diespiter des Latins), vieillard sans

tei'nel, le

lui-mme

et

fut

dans

les

rgions insondables de

l'affirmait la

mythologie hellnique.

relgu

l'occident, ainsi

que

Toutes ces

tudes

comparatives pourront paratre longues au lecteur s'y livrer est pourtant le seul moyen d'introduire un peu d'ordre dans la confusion qui semble ;

'1

La

luxure

de Tschudi

du dieu P

i'ac.iia

Rivevo sous

el

la

fsl

reprsenlce dans

l'urnie

c'est le corps se termine en pois; on Hunsen vol. 1, p. 38:2-385 et 3!t5. l'-i) :

,

la planclie

n^ XX.VI de TAtlas

grotesque d'un hoH)ii;e nioiistrucux dont Dieu de la mer.

le

230 la

envelopper

Hourbourg faites.

La

pruvienne,

religion

se serait

et

est

s'il

les avait

l'antique civilisation des Pirliuan

avec l'occident lointain est

natre

M. Brasseur de

bien des erreurs

pargn

liaison de

et

mconnatre

le

si

manifeste, que

la

mcon-

sens et la suite des traditions

do l'histoire de cette partie du monde.

Les savants qui ont eu

le

plaisir de parcourir le glos-

hiroglyphique et la traduction du rituel funraire que M. Birch a composs pour le cinquime volume du grand ouvrage de M. Bunsen ne sauraient douter un seul saire

moment qu'un

mme esprit

a

mythe de PT.viietdc P'paciia-Kamak. de Ptah se

lie

au fond

gnifie i)Rrioui

marche

ment

ijiitial

,

ce

mme ,

Si en

formation du

Egypte

nom si-

course, temps, rotation, mouve-

mme sens se reproduit dans

le

le

de la langue antique, et

ariennes et quichuas avec une

non-seulement

la

prsid

nom du

les

racines

vidence victorieuse,

et

dieu, mais la figure monstrueuse

de ses idoles, expriment avec une force incroyable l'identit des ides et des mythes qu'il reprsentait dans les

deux mondes.

KO:V-TIKSl IIUIBA-KOIIIA.

grave historien du royaume de Quito, KoN vint par mer aux ctes de l'Equateur, et les tribus qu'il amenait avec lui se nommaient elles-mmes Selon Velasco,

PuRUiiAS. si

Il

semblable

est

le

extrmement remarquable que

celui des Pirhuas, ait le

t

apport

cette

nom,

par des

et l'tablirent solide-

quichua peuples qui parlaient ment dans les territoires qu'ils occuprent. d'expliquer

ce

On

a tent

concidence de diverses manires.

231

Entre toutes les hypothses proposes

gote

jusqu'

prsent

ce sujet, la plus

est celle qui conduit les

Puruhas

jusqu'aux provinces de Cuzco et au lac de Titicaca, avant de les tablir dfinitivement dans les pays de l'Equateur.

aucun

supposition toutefois ne repose sur historique, et ne saurait expliquer comment il

Cette

fait

se fait que la langue de Quito le

dieu Kon, avec tout

est relatif, fussent

Le problme acceptions

le

ft

le

quichua pur,

symbolisme

et

que

et le culte qui lui

galement quichuas.

serait

la tradition

beaucoup mieux rsolu si nous gnrale du pays, qui attribue

aux Pirhuas primitifs de Cuzco la possession des immenses territoires qui s'tendent depuis Cordoba del

Tucuman jusqu'aux limites de la Nouvelle-Grenade. Quand plus tard les Puruhas vinrent par mer, ils se mlrent sans peine aux vaincus, qui procdaient comme eux du tronc arien, et parlaient par consquent ou la

mme

mme

langue ou des dialectes d'un langage. S'il t l'idiome aurait en et vaincu autrement, persist sous la langue quichua, impose par les gens du sud, et cela avec d'autant plus de raison que

le

pouvoir de Cuzco cessa de s'tendre sur ce pays ds les Ages les plus reculs, et ne s'y rtablit qu'au temps des Incas, quelques annes seulement avant la et l'influence

conqute espagnole. Huayna-Kapak

et

son successeur

Atahuallpa n'auraient pas eu le temps d'oprer une conversion si rapide et si radicale de la langue, et de faire entirement disparatre le dialecte des nations soumises.

Kon vint par mer,

commencrent

et,

quand

quitter sa foi,

les

peuples amricains

ce fut

galement par

Q;^-2

mer

retourna vers sa patrie primitive, (lomme nous l'avons dj montr, son nom signifie l'oeeidenl qu'il

dans tous

du quicbua,

les dialectes

parle Garcia

le

au culte

lie

mara rapporte,

est vrai

il

mais c'est parce

,

d'A'ii

et la

lgende dont Go-

TiYA-niiA.NiK.

que ce dieu vint du nord;

qu'il recueille

tradi-

les

uniquement

Indiens de Cuzco, pour lesquels Quito

tions des

rellement

le

tait

pays du nord. La suite de son rcit con-

corde d'ailleurs parfaitement avec celui de Velasco. D'autre part, au dire de Garcia, les Indiens raconil lent qu'au temps o?/ out claitnuit, cl o n'y avait encore ni lumii'C ni jour, sortit d'un lac situ dans

province de CoUa-suijn un seigneur

la

iice-Viracocha (Kon-Tiksi soleil, la

ment

o

soleil,

il

leur dit

:

mo-

aille

telle partie,

prenne Gonsi-

telle

province

nom

de ce dieu est toujours

peuple le

dans

nait le

(2).

l'pithte caractristique du dieu IMrhua, Tiksi-

HuinA-KocuA,

cette

le

pour mieux

Partant vers l'endroit o

drons maintenant que

la terre

cra

ses ordres aux nations qu'il vient

que chacun devons

telle direction et

suivi de

Gomme

Con-

sens occidental de ce mythe, au

le

dieu donne

le

de crer,

Huiua-Kocia), qui

lune et les plantes (1).

prouver encore

nomm

et

que, d'aprs la lgende,

par P'^pacha-Kamak,

allgorie rappelle

il

est chass

dieu des Giiniis

le

la victoire

(?>).

de

Toute

des Ciiimus sur les

tribus quichuas qui peuplaient les valles de ri'^qualeur

jusqu'au voisinage des ctes vicloire relle et historique, car Monlesinos en recueillit le souvenir dans la ;

(1)

C.arcia, Ori(jcn de los Indios, lor. rit.

[')

Id., ibid.

'?)

(ioniara,

c!ki[).

c\xii

;

Garcia,

lib,

V,

caji.

X.

233

bouche dosAmautas,

Ayar-tar-Kupo

(1).

et la

plaa sous

le

rgue du Pirhua

P'PAcnA-KAMAK non-sculemenl

fit

disparatre le dieu Kon, mais cra sur-le-cbamp une nouvelle race d'hommes, et rduisit les vaincus la con-

btes

dition des

(2).

Remarquons en outre que dans PuRUHAS

le

nom du

dans celui du dieu des Pirhuas

et

partie est seule diffrente, tandis

que

la

dieu des

premire

les trois derniers

membres sont identiques. Illa est, comme nous l'avons vu, la lumire nouvelle, la lumire orientale, la lumire

rvle

qui se

un

tion,

du

fils

l*]t

(3).

du

tnbres

soleil, les

qui nous donne

fit

en un

entendre que

sage

:

KoN

n'avait ni

os,

moment

et les

plantes

chaos crateur des anciens. )

Garcia, lue.

cit.

(3) Killa

:

75-76.

Lune nouvelle.

(4)

Garcia, lib. V, cap. 7.

'5)

Garcia,

lil).

V, cap. 4.

et

l'avoir vu

etpossd^ l'appelaient

Hukk-Ko.n, suivant

les

nuances

ru du dialecte

et

de

la

prononciation en usage dans

les di-

verses tribus. Non-seulement, en effet, H['kk et Sua ont

mme

sens virtuel, mais encore on peut dire que tous deux ne forment qu'un seul mot. Sua signifie voler, enlever, s'loigner en emportant quelque chose

en quicliua

le

avec soi dont on prive

autres (1)

les

;

Hukk

signifie ca-

cher, enfoncer quelque chose dans la terre. Si, dans le fragment de thogonie que nous a conserv Garcia, Kon

crateur de l'univers

est le

antrieur

crateur,

la

,

il

que le chaos aux astres et,

n'est autre

lumire

et

;

dans ce sens, Kon-tiksi-Huira-kogha veut dire littrale-

ment

chaos fondamental, vent de rablme. Si, au con-

le

traire,

KoN

est le

fils

du

soleil,

Sua-Kon ou Hukk-Kon

la

lumire

li

intimement au mythe gyptien qui plaait

VAment

d'occident, le soleil

et la

Et de

soir, et

son mythe est l'occident

rgion des Amuintes.

fait, la

racine quichua

mais sans

braise, feu,

du

est

la

Kon ou Kan

signifie

nuance de radiation, d'illumi-

possde la racine illa. Kan est plutt la lumire drive, la lumire rouge de la fournaise quand la flamme est tombe. Le dieu est donc tymologiquenation, que

ment

soleil occidental lorsqu'au

le

soir

il

tend son

manteau de lumire sur

comme moment

si les

o

il

le dos des vagues rouges, flammes du jour s'teignaient avec lui au entre dans la rgion des morts. Quant

l'attribution des la

mort,

elle

contres occidentales aux mystres de

est si

vidente au

Prou

que, pour dire

Quichuas n'ont d'autre terme que cette priphrase, Intip-huanu, qui signifie littralement mort

couchant,

i|

>

les

Voyez au Diclioniiaiio, vore Siam.

235

du

Le culte de Kon

soleil.

dental, et c'est le

SuA-KoN,

HuKK-KoN,

pour

soleil

tombant,

le soleil

du

est le culte

cette raison

que

le

cach, ou

soleil

le

occi-

soleil

dieu s'appelait

de l'abme. C'est, au fond,

le

bien

mythe

de Pluton et de Proserpine. D'aprs toutes ces donnes,

mystres de ce dieu devaient tre des mystres de tait une idole de terre mort. Suivant Velasco, Kon

les

cuite,

norme

au ventre

rond semblable

et

une sphre

ou plutt une marmite (1); sa tte, petite par rapport au reste du corps, penchait lgrement en arrire; par rictus de la bouche, on faisait couler le

sang des sacrifices. Les victimes taient le plus souvent des victimes humaines, principalement des prisonniers de

le

la terre, en symbolique une sphre, ou mieux un vase en terre panse

(2). Cette figure

guerre

effet, est

rebondie.

Au

soir,

le

tait

:

soleil se

l'occident au

plonge

sein de la mort, et s'engloutit dans les

tnbres, comme

sang humain dans la bouche toujours bante de l'idole. La tradition nous apprend d'ailleurs que le pro-

le

phte

de ce dieu, Sugan-Mossok, ou plutt Hukk-Kan-

MossoK

nouveau de l'abme), se retira dans les cavernes de l'occident, au bord de la mer, et,

(le feu

grottes et

de cette retraite, entreprit la rforme du pays, douze cents ans avant la conqute espagnole (3). Tous ces faits

nous forcent provinces le

dieu

placer

le

sige de

de l'Equateur. Nous tabli

plus

Nouvelle-Grenade

;

au nord

mais

(1)

Voir Rivero etTschudi, Atlas,

{"2)

Velasco,

(3)

Zaiiorra, Hist. de

lib.

le

ii\.

cette religion dans les

trouvons, sur

,

nom

le

qu'il porte

XXIV.

S. Granada, lib.

II,

est vrai,

territoire

II.

la

il

cap. 14 et KH

de

la

dans cette

iHi)

partie de son

une

qu'

rclativenioil

poque

principal que

dut ne s'y introduire

L'm[)ir(; iiionlrt! ([ii'il

avaient

lui

les

l'.iv

nord,

la

et

ou GiiNniNARMAiicA.

,

extrme

iVontirc

temple

habitants de ces con-

tres se noniinait IVonlire extrme Kon-in-NA-Mauka

Le

postrieure.

nouvelle de KOxN,

venu du

tait

S'il

de son culte se trouverait

non pas au nord, mais au sud de l'Equateur.

La,

mme,

ajoute (jue ce dieu, ou, ce qui revient au

tion

tradi-

son prophte IIi'kk-Kon, ou Siia-Ko.x, non-seulement donna aux peuples du nord les premires notions de la civilisation,

mais encore leur apprit

se

peindre des

croix sur leur manteau afin de vivre sanctifis en leur

Dieu

(I).

Ces deux

traits

nous dcouvrir tous

les

gion pruvienne. N'est-ce pas, en

effel,

duit dans

le

le

ciel

N'est-ce pas dans ligne

mystres de l'ouest

coupe

nomiques

et

marqu, ds

Prou que

I

le

})rinci[)e,

les

dire, a pouss

gyptienne,

/iiiiiorra, Inv.

la

en croix par les ex-

VA des

peuples dont

la

asli'o-

zodiacaux ne devaient- ils pas avoir re-

mythes pruviens,

logie

quinoxes?

prcisment que

ils

cette {)Osilion part'icnUrc du taient

lahlis ?

(il.

L'examen

i\ii^'

anciens s'tai('nt faites au sujet des

ipiinoxes nous expliquera clairement

mon

des

se pro-

lroitenunU lie aux yiliiiomenes

lerrUore sur Iniuel opinions que

".''

cette antique reli-

vital

celle direction

de la ligne soisliciale

enlire est

du

phnomne

quinoxiale se Irouvi;;

Irmits vie

sont prcieux, et suffisent

(^elui le

et

mystre de

des savants modernes

|)lus l'a

le

avant l'lude de

la

ces

rpii,

chrono-

place dfinitivement sur une

-

237

base solide, pense qu'

l'poque

o

Tliotli

rgla pour

la

fois l'anne, l'toile de Sirius occupait

premire

le point de en d'autres paranatelon l'quinoxe d'automne, ou,

termes, que

observ

Ce

" ((

le

dans

se trouvaient

fait

lever de l'toile

mme

le

signe du

en

suivant ce qu'il dit,

arriva,

17932 avant Jsus-Christ.

nous sommes assurs par 17932 l'quinoxe d'automne

Effectivement, nous

que vers

calcul

le

l'an

paranatelon de l'-

tait

de Syrius... (1). Eh bien,

toile ((

quinoxial et

point

Sync

Zodiaque. l'an

le

l'poque de Thoth

paranatelon du point quinoxial d'automne, c'est--dire que, le jour de cet quinoxc le soleil et l'toile Syrius arrivaient au moment tait

Syrius

,

mme

l'horizon oriental (2).

(

;opas ou Konopas et

premires de mtal, comme en Egypte,

les

IcsChankas;

secondes d'argile. Le culte des Ka>opas est rest

les

gr

:

aujourd'hui

mme,

obscur au plus haut deau plus si nous con-

c'est tout

naissons leur nom, leur forme et leur relation avec certains astres, tous traits qui semblent les mettre en rap-

port avec les Cabires.

En

effet, le

dieu qu'ils nommaient,

suivant Acosta, Llama Kanopa, avait son esprit dans

le

ne pouvait tre qu'un astre. La racine linguistique qui forme son nom est Kan, lumire astrale, d'o

ciel et

Kanchik, lumineux, etlvAxcms ou mieux Kanchikis, sept,

littralement nombre

(is)

de ceux qui donnent la lumire

(Kaxchik). Ce

nom, donn plication dans le nombre les anciens.

mme des plantes connues

Le culte des Kanopas

sept plantes, les

au chiffre sept, trouve son ex-

adores par

mystres cabmques,

tout

le

et le rite,

obscur, deSamolhrace. Les

tait

donc

monde

le

par

culte des

classique dans

la fois si

fameux

crivains attiques de

et si

l'poque

de Strabon, bien qu'assez avares de dtails sur ce culte

mystrieux, nous apprennent cependant objet principal la tion de la sant

prolongation de la vie

maison.

giques

Ils

et la

chez les initis. Les Cabires,

Pnates des Romains, la

qu'il avait

comme

les

taientles dieux de la famille et de

taient originaires des

primilivcs, et

pour conserva-

Varron

dit qu'ils

colonies plas-

symbolisaient

le

250 ciel et la terre.

veillaient sur l'amour des

Ils

sur la fidlit

et

poux

la vie

ils

des

protgeaient conjugale; et dfendaient tous les et sur sur terre mer, voyagcui's les initis porintrts de la famille et de la maison :

taient toujours avec les

eux

les

comme un

regardaient

Chose curieuse,

symboles de ces divinits,

Kanopas du

les

et

talisman souverain.

Prou comme ,

les

Ca-

Samoihrace, protgeaient la famille, la maison, et gurissaient les maladies de l'homme. Des deux cts, hires

c

culte

le

tait

une caste de mdecins

confi

et

de

Samotlirace, et Koyas prtres, appels Koiks ou Kks ou KoLLAS au Prou. Ces prtres cueillaient, aux saisons convenables et d'aprs un rite dtermin, certaines

herbes auxquelles les conjonctions des astres prtaient n'en pas des vertus merveilleuses. Les Cabires taient, douter, les Dioscures des religions antiques, c'est--dire, les resplendissants

de

taient identiques

ils

ment

la nuit et

la

aux Kaxopas quichuas, lis galemoyen de Kon ou Ciiox;

l'occident au

c'taient les astres que sein

du

ciel

et

nuit, et, sous ce point de vue,

la

lumire occidentale

de l'ordre fondamental cr

laissait au

par

elle

au centre du chaos et de la morl.

He ces rapprochements, passons d'autres moins mais lious ne devons clairs, que pas cependant ngliger. Quichuas avaient dans leur ciel un dieu LlamaKanopa ou liher Dioscure, dont les images devaient tre d'or, les Egyptiens et les Grecs avaient galement leur

Si

les

IJlier, dieu du firmament, et sa toison d'or

tait

un des

mythes de l'occident et de la nuit. Toutefois, ce Hliei', dieu des Quichuas, n'tait pas le symbole d'un seul lrr; il

reprsentait

le

systme;

la faniilh.'

des Kanopas ou luini-

251

naires clestes.

Son nom ressemble d'une manire sur-

celui de Kxeph, le dieu

prenante

qui symbolisait galement

Prou

Blier des

gyptiens, as trs. des pouvoir chaotique

le

fameux pour leur science mdicale que les prtres de Samothrace et les gyptiens. Il connaissaient les proprits du quina, et Les KoYAS du

la

employaient la

taient aussi

plupart des agents les plus puissants de

thrapeutique moderne.

Aux Plasges, adorateurs de Cabires, on doit l'introduction, dans l'Italie et dans la Grce, des vases-idoles en Saargile. De temps immmorial, ce culte avait rgn mothrace

et

dans \,Phrygie^

c'est de ces lieux

que

les co-

plasgiques le transportrent en Grce. Particulier race des Chankas du Prou, il fut pratiqu dans toutes

lonies la

du monde antique par des tribus

par des races plasgiques qui se nommaient galement Chanp:s ou Cho.nes. Au tmoignage de Strabon, une tribu plasgiquc du nom de Chones comptait parmi les peuples primitifs

les parties

de

l'Italie.

honneur

Elle venait de l'trurie, o

le culte et

et

furent toujours en

l'usage des vases et des urnes en argile

peuple des traces du culte n'en point parler, crainte de

cuite. J'ai cru trouver chez ce

canopique; mais je prfre trop m'carter de mon sujet. Cil\m ou Ghom, Gadm ou tait d'ailleurs le

Cadmus,

grecques. Il avait invent miers monuments comme

mythe originaire des colonies les arts et construit les le

Kon pruvien

duit l'usage des lettres. Or, Chemi fut le

;

il

nom

pre-

avait intro-

primitif de

les races

de ce pays s'appelaient kamitiques, et l'une des sciences les plus importantes en garde encore l'Egypte

;

aujourd'hui

au

Prou

le

et

nom

parmi

de chunle. Ces les

noms

et ces traditions,

nations riveraines de la Mditer-

232

l)ravent l'elTort

Comme

culte des vases d'argile.

rane, oui rapport au

mme et serveni

du feu

fondre les

ils

m-

taux, ou pensait qu'ils participaient de la nature des astres, dont le feu brle toujours sans se consumer jamais. Le nom de Chama signifie proprement (erre

mme

de feu ou globe de lumire.

Nous terminerons triques du

Prou

idol-

cette revue des croyances

par un

curieux dont nous nous gar-

fait

derons bien de rien dduire signaler

que nous nous bornons l'attention de nos lecteurs. I^es Quicliuas ou

les l^irhuas

appelaient Supav ou Sh'.ay

et

le

dieu du mal, que

nous appelons diable. Les gyptiens et leur ct, appelaient Seyek ou Typhon ce

mme

donnaient souvent l'pitlite de Tpi:, sant, laquelle rpond le quicliua TriAK.

lui

de

les (arecs,

le

gnie,

cl

resplendis-

Tels sonl, dans leur ensemble, les mythes antiques du

Prou. l

.)'ai

fait celte

possible

exposilion aussi

complle

qu'il

m'a

qui

ont

au moyen des rares documenls

l'ignorance slupide des prechapp au fanatisme et miers conqurants espagnols. Par bonheur, les documents et les tradilions de l'anliquit classique nous ont permis de jeter sur quelques-uns des ])oinls en lilige une

lumire

aussi \\\v qu'inattendue.

rapprochements ont paru,

mraires

mes leeleurs

:

Mes conjectures

je le crains bien

j'ai

,

et

mes

souvent l-

toulefois la conviction que,

pour des gens non pi'venus, celle exposilion aura prouv que, par leur religion et par leurs superslilions

comme si;

par leur langue

et leurs

rattachent t'IroitemiMit

nous vantons

si

iusie tilre

coutumes,

celte race

d'tre

les

les

mmes,

Pruviens

aryenne dont nous descendants.

m.

CHAPITRE

UETABLISSE1IE\T DES DYNASTIES PKi:VIE\\ES.

L'origine do

la civilisation

pruvienne

qu'elle accomplit se perd,

progrs

et

comme

des premiers

celle de la ci-

europenne, dans cette nuit profonde qui enveloppe les commencements de l'histoire du monde. Aux poques o se formaient les langues et le caractre des vilisation

diverses nations, les

hommes

n'avaient pas encore cet

esprit critique et cette intuition

qui veut noter et recueillir les

du pass

ncessaires

vnements

taient sans historiens, et les impressions

pour

ainsi dire transmises de

ailes de l'imagination,

;

les faits res-

du moment,

bouche en bouche sur

entoures bientt, par

les

la fuite

du

par la disparition des personnages qui avaient pris part ou simplement assist aux drames de ces ges reculs, d'une demi-obscurit favorable au merveilleux,

temps

et

allaient

fixs

et

s'cxagrant de jour en jour, jusqu'au moment

posie ils finissaient par document par excellence au fond

dvelopps par

la

former une lgende, ce duquel se cachent les secrets mitif.

o,

,

et l'histoire

du monde pri-

2ri4

De Ions

les livres

qu'on a

navement

IVan-

texte des traditions qui

cou-

populations de l'Aniriiiuc

raient pai'ini les

nale

:

je

autres

le

sur les antiquits

tche de reproduire

pruviennes, un seul a pris chenient et

crits

mmoires

veux parler des

mridio-

de iMontesinos. Les

crivains ont eu la prtention, malheureusement

peu justitie, de runir d'histoires

:

ils

ont

les

rcits populaires en corps

tabli entre les diverses

matires

qu'ils

avaient recueillies un ordre purement imaginaire,

confondu sans raison

ni critique les

de tribus qui

tre

,

pour

de

mme

et

lgendes diffrentes

race et de

mme

ori-

gine, n'en possdaient pas moins chacune ses traditions

particulires et ses chants nationaux, compltement indpendants de ceux des peuples frres.

L'unique moyen d'tablir les fondements d'une histoire pruvienne est donc d'tudier avec un soin minutieux la

dans

la

srie des traditions qui s'taient conserves mmoire des indignes. Si, par l, nous ne par-

dduire une chronologie

venons pas

stricte

et

ri-

goureuse, au moins aurons-nous fix Niisiolre progresVcspvil des peuples; et dans le tableau vridique o l'imagination des masses avait trac les pripties di-

Hve de

verses du grand drame amricain, nous saurons recon-

natre leur action puissante, noter

dtail des faits

vnements

les

motions

prou-

souffrances longuement

ves, ressenties, endures. Nous ne pourrons pas, les

les joies

il

est vrai, ressaisir le

et cette

impalpable poussire i\v dont est encoml)re l'histoire n:iodernc; mais qu'im-

porte? La vi'it

ne se trouve-t-clle pas mille fois plus

vive et plus vraie dans la

nique terne

et

dcolore?

lgende que dans une chrol^a

lgende

n'invente et ne

255 forge rien

:

reflte toujours

elle

ment,

embellit ou c'est

la

au contraire de ce que l'on croit vulgaire-

encore

les voit,

vnements, met sous les yeux touche, on assiste une

porte

elle les

les

cette histoire,

nous apparat un

plus antique de tous, celui de Pirhua, que les

migrantes donnaient au

races

;

elle

des

DYNASTIE DES PIRHUAS.

Au commencement de le

on

par hasard,

Si,

leur production.

1.

nom,

pass. la

exagre faon du drame grec

du lecteur, on fois

le

mme

Prou

cause de

la

race

primitive qui habitait ce pays et du dieu qu'elle adorait. Telle est l'origine que iMontesinos attribue au premier roi de la

premire des dynasties,

ment el Pirhua (1);

il

simple-

qu'il appelle

reprend mme un peu plus loin la tra-

dition antique, pour en montrer la signification

logique, et ajoute , labourer; vy^ry--,, laboutemps du labourage; zor'.'.v, charrue; lat. ararr, arutur, andio, aratnna, amis, arvioit.; gotli. aijaii labourer; alin aran la-

reur; iyroi

,

,

bourer;

suff.

,

,

Jiua.

ARlilU.\, le mois d'avril; skt art, premier, excelleid. l/annc quichua commenant l'ciuinoxe d'automne [l'vcro et Tsritutli Aiit. l'iaviil en tait le premier mois, d'o son nom. ruv) ,

AI'.IMSANl. (V.

suNi.)

349 ATiIRUiMA,

le lis

la fleur la

jaune,

plus odorante de

ski

TAmrique;

hari, jaune; ruhonia, plante, herbe.

AitiMAM,

se baigner; skt.

rdra, humide; grec /--ow. de piment des plus violents; ski

AlNAUCIlO, espce s'

sant, frapi)ant;

ARPAM,

,

clialeur,

{r

r

bles-

,

l'eu.

ski vp {arp),

sacrifice, sacriticr;

rb'u (arb^)

,

des sa-

faire

crifices religieux.

Al'.SU, las de grains; ski

/trs',

se dresser, se hrisser.

AriUlKUNl, allacher, lier; skt ara; lien, roue; suff. ku. ski a, manger, ronger; liag, ASKAN'KUI, i)orc-pic ;

vrir;

kanhna, halini,

ASINI,

aller,

cou-

cuirasse.

rire; skt ,si/, sourire

ASII'A, vu ca, sorte de racine comestible; skt

a, manger;

-Vp,

racine

ASITUA.

(V. Situa.)

de terre; ski a, manger. ASId.A, court, court; skt a, percer, piquer; suff. lia. ASXA, mauvaise odeur ski asaiia, ngation, refus; action de re-

ASKUS, pomme

;

jeter.

ASNl, une portion, part; ski a. V. Aslla.) ASl'l, excavation pour planter les arbrisseaux de la coca; rendre

skt

])i,

aliments, ou planter, fixer ? dplacer un objet; ski st', se tenir en place; .1 ])rivalif.

fertile,

?

'prparer;

ASTANI, ASUH.V, nom de

la

ou

cliicha

s,

dans

le

dialecte de

HiiamanLa

skt

;

a,

pi(|uer, percer.

ASUKA,

jdioque, loup marin; rac. as, habiter; tidda, eau

ASUliM,

.sud, frapper; pfx. A augm. guerre, finesse. (V. Atli et Au.)

frapper; ski

ATAU, bonheur ATAUKl, prince,

la

atau; skt. ki. guerrier de sang royal mauvais augure, coup malheureux du sort; ski ad'i, inquitude, calamit. souci, anxit, attente, calamit, qui menace; grec -': ATTl ])Ouvoir, tre grand, tre heureux; ski at, ait, surpasser, c'xceller, vaincre, dominer, chasser. ATOK, renard; atti V. ce mol); cl huk-, hukku (V. ce mol m. m. le bandit rus. ;

Al,

,

,

;

AUKA, AUlvAK, guerrier, soldat; skt server; frai)pcr, diviser, brler; suff. ka.

dfendre, prolger, con-

r,

.\\\, maladie, soulfiance. Les conqioss dans lesquels entre ce mot l'crivent aclia [V karacha,c[c.); c'est en effet son orlhograi>hc relle, comme le jH'ouve la racine arienne ski ahus, troit; ahas , ahatis, anl

.

:

goisse; zend c(f/'r(, s(juffrance; aii.eius

;

si

i'-/yo>,

lroilesse,

rtrcissement; grec

i'yoj.yj., >.y/jy.'At,

?(,//,,

AVKL'ilA, abri de

souffrir;

\al.

aiujo

^'x^^-:, ,

douleur;

anyuslus

,

yy/J'j,

angor,

troit.

paille

ou de

sons; skt ufira, aijrra, sommet,

feuilles

sous lequel on place en pointe, maison.

faite, toit

les

mois-

350 chair; skt MA.san, animal, chair tranimal.

AYCHA, AYLLIJ suff.

Iriliu

famille,

,

ski

;

scri)enl;

alii,

AYMURANl.

mmes

abri de roseaux servant aux

mura,

usai;es

vlir

(V. ce mot:; ski ahi (V.le ])rc.); /?tr, entourei',

a-h-a,

mllli.,

(lar

ro))li,

lien;

Ilu.

;

que Taykura nmr;

lai. //(/7/.s,

rcmi)arl; suif. Ilu.

mme

rac. ([ue \c ])rc']cnl. le mois de mai; ski ie).

doux lat.

tte;

;

skt

cap, grain

capui, capillm lat.

griffe, serre;

/.'.'--v;,

pere, prendre; capan, qui contient; capulum, gartlc d'une paii,

tendre.

fleur. (V. le

SAPALLU, kpla, courge,

mas

Insi.)

entrelacer; sktA-a;;, mince; suff. ian,

pe

;

ca-

skt Aa-

main ouverie, les mains. skt(7V, tte, aya.

(V. ce mot.) des rois de Quito; skt cira, tle, chef, ou bien Ar,

t)('vr(>;

titre

faii'e

agir; kariii, guerrier, soldat.

KARHUA-KARIfUA, chinchona peau,

KARPA, tente, pavillon, parasol KARPA-HUASSl, galerie. (Voir

KARPAM, m.

couvi'ir, tapisser,

m. ce qui couvre. KARU, tran^';er, voyageur

KASA,

pine; skt

Aa.s',

ski

IvASKU, poitrine;

k,

de qualit

infrieure; skt laira, kula,

corce; suff. hua.

concave. (Voir l;arpani.) karpani.)

tendre;

cfr.

ski c'ar,

;

skt kara, Lala, peau,

alh.'r,

corce;

vaciller, errer.

pousser, heurter, fi'upper.

Ar', rsonner; A^c,

As, tousser. KASXLXI, fermenter;

ski

KASTUXI, mcher

coca;

ela([uei', l'endre

un son

:

toux;

KATA CIIILLAY,

la

la

/.n.s',

skt.

voie lacte;

suff.

Aa.s',

ni.

suST.

clater;

liulini,

rlii

//(

[ttid].

itlay (V.

,

ces mois),

m. voie de [loussire lumineuse ou cosmique ;V. cliap. sui' IM.s/rcnoinic)\ skt c^al, runion, assendjiage m. h m. ;issem])lage de poussire lumineuse.

m.

,

KliNl,

KAU

suivre,

CHILLAY,

cheminer; skt Aat, la constellation

aller.

de TAgneau. (V.

clia]).

sur V Astro-

nomie.)

KAUCllAXI,

arracher des feuilles

ou Therbe

(d'herbe) connue les Iju^ufs [g), suif. jau.

;

ski //.s,

mangeui

352

KAUCHUM, le

(V.

sortil(^gc,

])rc6denl)

KAUi*UNI,

divination par les Icnillos de ccrlaines herbes

fnni, annonce cleste, et /, du ciel. entrelacer, 'tiler, enchaner; skt si ou

ct'r.

;

tresser,

nouer. (V. puni.) KAUSANI, vivre; skt {-rvas {(rvsaun), respiration, soufllc. KKlill'A, cousin; skt.st ou ci, lier, nouer; ks'ipa ou /..s'i'/^a, pont, lion d'union.

KITU,

le ville

de l'qualeur

l'arc

grec /^--o^,

;

du

ciel,

la

ci,

lier,

jet, ilet,

vote du

lirmament.

KITUA, CITUA ou SITUA,

skt sL', rester debout;

les saisons;

lat.

stair, scdere, sUUio, saison.

KOKA,

arbuste dont

les

indiens

mchent

sans cesse

la feuille; ski

hua,

herbe comestible. KOCllU ou KOCllUCH, coude; skt /,r', se ])lier, se courber. KOLLAK, culcitium canesccns; skt ladaliU, espce de phuiueminicr {Diospyros lomcntosa).

KOLLKA, KOLLl,

les

m. l'assemble;

IMiades, m.

skt c'ulli,

cendres, loyer;

KOMANA,

bton de

h;

KON, Dieu

Partie

(V.

KONKOXA,

la

la

tre,

skt kul,

runir, amasser.

loyer.

quenouille; ski l,sma, tissu,

toile.

lUsl.)

skt

congona {pipcraeea trs-odorante);

ijona, nez.

narines.

KON(;iIA, cousin en ligne paternelle;

skt

guna, union;

suff.

cha

(de jan).

KONOPA. KOl'A-lRA, un dieu j)arole

;

(V.

kanopa.)

stalactite

prs du Cuzco que

les

vnraient comme

anciens

knp, couvrir, cacher; ira, suc divin, la divinit de la liqueur chaude. Celte slahiclite distille toujours une eau chaude.

;

skt

K()I*TRA, cave; skt kupa, cavit, fosse, citerne; suff. Ira. KORA-KOHA, pturages; skt g, vache, btail; suff. ra. KOHAKENKE, le que TAllkamari, korak-ynca (V. ce mot); skt Liirava, corbeau, faucon; inca, roi, jjrince; grec ''ir^^ ""''';

mme

KOSA, mari; skt gs'a? le berger, le mle? KOYCIIA, torlue; skt guhya, tortue. KUKMJACIIA, blatte. KUCllI, cochon d'Inde; skt

KUCHUCII, queue;

skt

/.f//,

croasser, roucouler.

/,7/r'.'

Kl'C'IlUCIlU, truffe; r:\c.kuchi, porc (V ce mot)

KIHIIIUNI, couper, rpartir; skt I\[JI.\NT1.\ persil; skt gulnca ,

suif. Ira', pri'servei'

;

suif.

,

,

(mdicinale;.

Kl'I.I.ANI, 0|iiner. conjecturer; skt c'ull

,

opiner, conjecLurer;

jiui

KII.I.ANCII A, panier; ski I\l'l.l.l,

roiii/e;

chu.

couper, fendre. buisson, botte d'herbe; guhiia

kull,

l.t'l.

l's.ser,

lier;

rac. Lnllilrc. 'V. ce mot.")

suff.

cha.

suff.

353 KU.MPAXI, rompre, dchirer,

skt

briser;

kumpa, estropi, con-

trefait,

KUMPI, robe de luxe; sl:''', /:'>'': x-^', libation; y/J'^z, amas de terre, mur; lai. fons, fuiiilere; golh. (jiuta, verser. ^

K"K()PA, balayures;

ski

fju,

ff. faire

dev-

i

iiiiiondices

;

suff.

pa.

358 K"KOP''I', flou

ski

;

vote

liropicniciU la

laij)

hub\

,

clesle, dont

Le mol

couvrir.

lu teinte

tail

k^koir'pa

bleue frappa vivouient l'esprit

des premiers peuples.

K"KORAM;

ski Ar, couiicr. routier; ski l;urn, son, bruit; sut. hu. lv"K01{|, or; skt Jiir-anam; /md zarauu, ov; a^xac yyj-'ji, gotli. gullh; allem. (jolily or.

K"K0HCUN1,

K"KOHllU.\i{, se rouiller; la teinte de l'or.

rac. k^kori

;

hua

suff.

et

ra

;

/yj^fo-.';

m.

ni.

j)rendre

K"KOnM.\NI, se mprendre se tromper; skt Ar, couper; K"KOl{I*A, hte; skt krp, avoir i)iti, compassion. K"KOSA. (V. kcmi.) ,

K"KOSKO. K"lvOS.NI,

(V. kusko.)

fume;

skt kus, kuc, briller; suff.

K"KOTO, monceau, Iv"KOYA m. m. la

,

la

fille

tas.

K"KOYLLL'[,

?7/.

(V. k" koo.)

femme de

reine, la

de

l'inca;

skt

Lu, terre;

^^uff.

laiu

;

la terre.

les

skt

toiles;

f/d,

rond, sphri([ue; ///a, lumire dans res)iacc.

;

les i^dobes qui brillent

uru, profondeur, espace,

K"KOYl\

mu.

sulT.

tache; ski r//al, rond, si)liriquc.

K"KU('dlU, angle, coin;

ski

Luc\ joindre,

ski

K"Kl'nU-.NlM, tonner;

gu, hu

,

faire

unir.

du bruit, rsonner;

ni,

dire, parl(>r.

K"KUY(llIi, l'arc-en-ciel K"'K.Ui,LA

;

ski /,, terre;

/A.s',

voir.

l'enfant qui telle, skt k'ulhi. bas, petit. K"KULI.KU, ])Ctit pigeon sauvage; skt kUilla, i)clit; suff. La. ,

K"KIjLLU, planches;

skt

K"KULLUY, espce de K"KUMU, bosse; skt bosse

;

r';/l,

fendre, briser; suff.

liu.

mme

racine. grande fourmi; kuhj'a, courbe, convexe, bossu;

lai.

gihbu^,

suff. viu.

K"KL'NKU, mauvaise odeur; skt kul', ])uer, senlir mauvais; suff. K"KU1'A, crp, crpu; ski Ltihj'a, courbe, convexe, bossu.

K"KUSKA,

'gal, uni

K"KUSK1M,

;

skt

btir, paver;

kuc\

polir, joindre, unir; suff.

mme

i-acine; suff.

Lu.

I,(i.

guini ou Lii. (V. ce

mot.)

K"KUTKIjN1, ronger;

skt kui,

kuU, diviser, fendre,

br'iser.

])rolger, dfendi'e; skt kl, pi'Olger, dfendre. K"KUYK.\, ver de terre; ski A, teiTe; suff. k(i. K"KL'YL'NI, sorte de lil, tresser, liler; skt kuc, courber, se courber.

K"KUYAXl,

;{o9

Gh CHAK,

pont; skt gu,

CHAKANI

CHKNA, CHAKKA,

aller,

escalier, croix;

passer;

j'agft',

je suis all.

mme racine. mme racine; suff.

croiser, croisiller

,

;

rauque, enrou; skt

k,

na.

croasser, crier

comme

les cor-

beaux.

CHAKKU, ingal, raboteux; skt c'^akk, tourmenter, faire souffrir. CHAKCHANI, mcher la coca; skt c'-akk; suff. cha. CHAKCHUNl, arroser, irriguer; skt c'at, diviser, fendre, briser; suff.

chu.

CHAKLLA, la charpente d'un CHAKMANI, fendre la terre, CHAKNANI, ajuster la charge suff.

toit; skt sag, couvrir; suff. lia.

rnotter; skt c^akk, tourmenter, souffrir. sur les btes; skt sag, couvrir, charger ;

na.

CHAKRA,

ferme; skt c^akra, province, district; grec -/.-j-Ao, cercle; lat. ctrcws, cirque; circum, autour; anc. h. ail. ATt{/,

anneau; anneau.

/.(cxo;,

CHAKRUNI, mlanger; skt c'aAra, runion, mlange. ou CHAKO, lieu de chasse; skt c'ak, blesser, tourmenter. CHACHANI brosser, pousseter; skt ks'^an, frapper; grec xxi'vw,

CHAKU

,

blesser, tuer.

CHACHUA, tapage, CHAHUA, fruit qui suff.

tumulte; skt n'est pas

k'akk'-,

mr;

clater

de

rire.

skt c'a, strile, dur, sans valeur;

hua.

CHALLA, outre,

les feuilles

sches qui couvrent l'pi de mas;

skt

k^alla,

vtement.

CHALLHUA,

poisson; skt

c'rt/,

vaciller, chanceler; suff.

hua.

heureux; skt kma, amour, plaisir. CHAMPA, gazon; skt ks'am, terre; suff. pa. CHAMPI, massue qu'on portait attache au poignet; skt c'ap, broyer,

CHAMANI,

jouir,

tre

craser.

CHANKA,

jambe, cuisse; skt j'a?zM, genou; zend %hnu; grec yovu; genu; goth. kniu; suff. ka. CHANKA, les petites idoles qu'on attachait au cou des momies.

lat.

CHANl, prix; ski j'ani, produit. CHANPiAUES, bruit de cloches; skt samrva,

CHAPA, socius; lith.

bruit, tumulte.

skt sap, suivre; grec 'i-oy.ci; lat. sequi, secundiis, suivre.

sentinelle;

sek,

CHAPAKUM,

lire,

choisir; skt c'ap, se mouvoir, vaciller, changer

de position.

CHAPCHANI, becqueter des graines; skt sap, suivre; suff. cha. CHAPRANI, mondcr; skt c'ap, craser, broyer; suff. ra.

3(0

CHAPUNI, fouiller;

lit.

faonner

i>lrir,

tombe;

AY//)a.s,

faroniicr; angl

.s7(C(y)(?,

la terre; skt kopati,

creuser; grec

ny.^Tzrc^,,

allem. .se/;//;', crer,

gotli. skip, eliarrue;

forme.

(IIIAKI, pied; ski sap, suivre; lai. srjjunr. {\ h chajxi.} (IIIAUA, boue; ski ;/r', mouiller, arroser; (/?, action de mouiller, .

d'humectir.

CUAPiAI'A, tortue; rac. chiiru; sufl. ?*. CIIAIIKI, viande sche; skt Ar, couper [cahrc). CIIASKA, clievel; skt aaUi, mche de cheveux, crinire, aigrette. ClIASKI, messager, courrier; skt c'(ir\ aller, se n)ouvoir; suif. /I.LICA, mot compos de

//(>((, filet,

lien

haka

cfr.

trs-mince;

de

descendance,

lina,

cl }iiki, iils

du

et

pelil-fils; ski vc,

lignage, lien; suff. //(, luincc; angl. /LAKCIIAPA

,

irappe

JJ.AKLLA, lche;

LLAKU,

les

;

mme

skt //'./%

parties

racine; suff. cha et pa. rougir de honlc.

sches de

la

coca; skt Uuj, attacher, adhrer;

suff. ku.

LLACHANI, couper; skt la, couper, trancher; suff. cha. LLAGHAPA, chiffon, haillon i[uicliua //rtr/(H;(/; n. pa. LLACHIHUANA, var. LLECHllIUANA, l'aheille des forts; ;

racine

Llachuani, goter. I.LACIIU, var. LLAYU, roseau, jonc; rac. lluchani, couper. skt

J.LACHUANI, goter;

LLAKLANA,

hcrminctle

LLAKSAK, fantme; participe laisse

rak,

//.-,

rac.

;

rac.

goter.

Hachant, couper;

lue', voir;

souponner un verbe

suff. .s.

suff.

lia.

(La terminaison k du

apparatre, qui n'existe

llaliSani,

plus dans la langue.'

I.LAKTA,

ville,

village;

rac.

llacliani,

couper;

suff.

/

,

m.

m.

division.

LLAKHUA-LLAKIIUA,

mme

var.

I.AKUAi.AKUA,

vulnraire;

plante

racine.

I.LAMA,

le

llama, carnoro de

LLAMKAM,

travailler; skt

travail; golh. arbailh;

LLAMKKANF, l.LAiflPA,

la tierra;

?y(/*',

racine cpie le suivant.

rah'-Hs, artiste;

lat.

labor,

slave loba, travail.

toucher, llcr; skt laTuj, aller, se mouvoir.

bche;

skt lup, briser,

rompre;

LLAMPI, oxyde de fer, mme racine. LLAMPPiAS, un arbre des montagnes;

LLAMPU,

mme

dsirer;

lat.

mme

rumpere.

racine

;

suff. rasa, ras.

suave, bon, calmant, doux; skt ram, se rjouir,

tre

heu-

reux; rama, agrable, charmant; suff. pa LLAMTA ou YAMTA, bois brhM- skt rad, fendre, diviser; suff. LLAMTU ou YA.MTU, onilire skt //co. conleiiii-, diriger; ymi, ;

;

nuit.

2i

ta. la

370 I,

LANKA,

YANKA,

var,

pile, ci rliiunka

I.LAMvIvAM, tachcr

cf'r.

masser; ski

touclicf, adirer, palper,

noter, reinai-qucr

Itic',

;

argile, craie;

i^^laisi-,

chanha, idole

d'ar-

adhrer,

s'al-

ple.

,

;

latj,

/,.

suit".

LLA.SU, var. .NA.NU, milice, dlicat ski /a, coujter, amincir; suff. I.LAPl, chant, chanson; skt lap, parler, se laiiienler lai. Ituiuor. ;

?7u.

;

LI.AIMM,

presser, serrer, amonceler; ski lah', ac(iurir, ohlenir.

I,LAI*LI,A, ciselure, bijou

ski la,

;

suff.

couper;

LLAKKI, tristesse; ski rk, se desscher I.LASAM, tre lourd; ski //.s, s'efforcer? l.LAUSSANI, liaver skt r,s, goler; LL.\UTU, bandeau, diadme im])rial ;

pu

et

Ua.

su IL Ai.

;

rnsn, suc, jus, tout liquide. ;

skt /ul,

marquer

h'Aa,

;

mar-

que, signe.

LLAYU,

Irilc

l.LKKAMA,

skt //'a, racine d'andropigon ? skt //A:', blesser suff. ?)m. aigrette

;

aigle

LLEKA-LIJ'.lvA

luire; grec /--v/o;, LLEKMAXI, var.

allacher,

adhrer;

LLKKKI, I.LIKA,

;

ski

vuc\

YElvMAXI, runir, amonceler, entasser ma.

;

briller,

skt laij,

suff.

impur;

sale,

mme

lilel;

;

sheradius respleiidiens, pivoine,blanc; lat. Incco, lux, linnoi. ,

mme

racine.

racine.

LLIKKA, feuilles vertes du ijuinua; LLIKKLLA, mantille; mme racine rac. la,

LLIKlvINI, rompre, briser;

LLIMIM, couleur;

ski

mme ;

couper;

limptuiii,

//;;,

racine; suff. La.

suif. //a.

oindre,

cfr.

llachani.

enduire;

dessin,

///)/,

gouache. ski rip\ Idesser cfr. lup, lunipc, ter, priver de. LLII'IMK, splendeur, clart; ski lip, colorer, enduire LLIU-LLIU ou LldUKid.U, clair"; ski riu:\ briller, luire; suff. ta. LLIl'TA, ])le faite avec la cendre du ([uinoa ou avec la chaux, que l'on mclie en temps que la coca; ski //)), oindre, enduire?

LLIPIXI, plumer;

;

mme

buff. ta.

LLOKK.\M, g!-imi)er, monter; mme racine que llnhsini. LLOKLLA, ravine, avenue; mme racine (jue le prctlent. LLOIvSLM,

LLOKI

,

;

mme

iilels,

LLUKi^IlUM, J.LUCHIvAM,

suff.

.si.

;

(l.LUlvKi'])

cnq)ehement LLUlvlvU,

raL\ /A', aller, se mouvoir; frre utrin cfr. llohsiui c[ masi.

suriir; ski

LLOKSl.MASl

,

gauche, gaucher, manchot; skt

?/!/;,

attache,

racine.

trappe; skt

eorcher;

."-kl

/L.\, cousin ou cousine d'une femme; ski

MUIJ.AYI'.V,

MULLKU, revtir;

lier; lia.

//ni,

mme

corde; racine; suif. /;. tache ou bouton sur la peau; skt mur, cnveloiipei', entourer, lien, courroie,

suff. lui.

1\11LLFANI, consunficr; skt

MULLU, coquille; MUNANI, aimer;

?/n',

suff.

mourir;

pu.

skt vuir, cnveloj)[)er, entourer. lat.

aim, MUMvlNI, dcouler;

VI id)

l.ujuclio.

)niihini.)

am-are

,

aimer;

suff.

nu;

cfr. skt

ittinna (de

,

MURIli, l'pi

sklviuc',

du mas;

sec

skt

mettre.

main, malpropre; malina, noir; grec

noir.

-:):z,-,

MURUCHU, var. MOROCHO, mas brun; mme racine; suff. chu. MURUNA, l'yriarlca, sorte de palmier; mme racine; suff. na. MUTKA, pltre; skt ///, vita, lier; suff. I,a. MUTKIM, sentir, tlairer; skt mwd, mettre, sentir. MLITI, mas i)0uilli et broy; .skt niul, broyer, craser. MUYA ptre MUJ>LA, fruit; skt mal, enraciner; ntla, racine. MUYUK, cercle, circonfrence; ski 7n, lier, attacher; suff. k.

N NAK,

skt 7ia , non, ne; suif. I;. gorger; ski ?/;, disparatre, prir; zend nau, cadavre; grec vZ5,-, cadavre; v;z,05;, mort; lai. nex, necarc ; golh. naus, yiavis, mort, cadavre; si. v(u\ ;\me des morts?

sans,

prp.

;

NKKANI,

tuer,

NALLKAS,

gunnera scabra

suff.

(ijot.)

;

skt

nala, tube, tige, roseau;

Lasa.

NNA'I,

souffrir; ski ni, nis,

marque

NAPANI, saluer; skt 7a, parler, dire; NI, tout prs? NINA, feu. Il faut observer que le n

le

manque,

suff. }ia. (V.

la

privation?

paa

elpana.)

se prononce en comme dans troisime personne du verbe ctre ([ui s'crit 7i ou en. Ainsi donc nina rpond la forme sanscrite ind, allumer, et ina, Dieu, matre. De cette racine provient inna en (juichua, le jeune liommc, l'ge de feu, la

mme

la jeunesse.

NL'NU,

esprit; skt

vGo;, voOi, esprit,

j'n, me; lat.

savoir, connatre; grec /r/voW/.w, je connais; (jnosco, nosco.

;r:i

N r^A, (I(^j; skt nat, lier, nouer, ourdir.

XKAXI,

commencer; grec

viw; lat. 7ieo, filer,

fia, dire, parler; suff. ka. skt nak'a, ongle; suff. cha, ce qui a des ongles, le

maudire, blmer; skt

NAKCIIA, peigne; peigne.

rsAN, chemin, sentier; skt nu, aller; racine redouble (lien). NAXA, s;ir; skt nanda, sur, bcUe-sur du mari. (V. pana,

lien.)

NXAKA,

manteau, couverture, enveloppe; skt nahs''^ occuper, embrasser, envelopper; redoublement de la racine (lien), m. r. -NAXU, fil trs-mince; skt na, lien, action de filer; redoublement de la racine [id.].

XARAM, na,

chanter; skt 7iu, louer, chanter, sens; suff. ra (mesure, lien).

mme

clbrer

par des chants

;

.\ATTI, viscres; skt ??ai, part, nata, courber, incliner, plier, replier. NAUCHI, pointe; skt ?zaA', nahs\ aller vers, aller en se rtrcissant.

VUI,

var.

AAHUI,

il;

skt

/',

?vAUPx\, antique; skt nu, aller;

mme racine; mme racine; suff.

IVAUSA, aveugle;

NEK,

vers;

connatre;

suff.

suff. Ind.

jm.

suff. sa, celui

qui est conduit.

/;.

na, parler, chanter. craser; skt nat, lier, attacher; necto, neo.

rv'INI, dire, skt

ITIM,

presser,

pliant; lat.

NOKA,

cfr.

nata, nali, corde,

moi. (V. Partie grammalicale.)

je,

rs'UK.NU, doux, suave, tendre; skt nu, nava, neuf, nouveau, rcent; suff. k et nu.

NU-NU, mamelle, soin;

mme racine.

NU.NUM, canard sauvage; skt nu, crier, chanter; suff. ma. NUPCHUNI, sucer; skt nah'- blesser, frapper, presser. ,

princesse de sang royal;

NUSTA,

skt

nu, nava, rejeton, branche

nouvelle.

NUTKU, XUTTU, nouveau

;

cervelle; rac.

toute

utlu; suff. ku.

matire trs-finement broye;

skt

uu

,

nava, neuf,

suif. tu.

o OKA, oxalis tuberosa (bot.), OKLLANI, couver skt y ;

dans

le

fuUus;

OKOKKO, OKKOTI,

,

l'oka; skt

j',

vivre.

vivre; (/'as, action de la vie

suff. tla.

grand crapaud; skt Ao/:a, grenouille, lzard. anus; ski gu, faire des ordures; suff. ti.

dveloppe

o (

>.M\i\( ).\1, ilfvciiii' iiialailf

al, II.

^rcc

L;iirir;

tSKOl.LO,

(

OSVAM,

'y^'",;,

ciial

nKI

;

.t>

cciiilMT;

d/,, plli:!',

/(/,(is',

m-'hi

/.end

;

i^oiilliirt'. >,kl

sau\a;4f;

//.s",

Lala, saiii^licr, (orluiu.

s'irrilci-;

us\ hrU'r; sut.

se gar^'arisLM'; ski

//a.

bkl pacUit, derrire, en arrire? poindre, en pailant du jour; vdc. puLl.aiii

l'AKIvAM, cuuvrir, cacher;

PAKKAIUM, cacher;

suif.

.se

lever,

l'AKClUA, source, funlaine; vc.

l'AKKO, rouge;

ski

pac\

hiscr; sui. chd.

piihi,

\o\v; suff. Lu.

l'A(]|IA, lenijjs, lieu; ski ;;5', ptil:s\

PACHIv,

,

venir.

)'////,

pac\

mme racine; sul. La. ))!lre; mme racine; suff.

lier

en

l'aisceaii.

ccnl;

l'ACHACIlA,

1*A(MIA1\SA, calceolaria

chu-

salicitloria; rac. jjaLi, briser; sul.

el sa.

/.

el la. l'AClll']!vTA, monlicule, lerlre; rac. pacha, lieu; sul. l'AClllIA, vlenienls de colon; ski jjhc', lier, unir; sul. ha. /,

l'AKKLXI, briser, rompre; ski j.ir'-, piLc', briser, romi)re. PAlvO, une espce d"alj)aga; ski /;((/,,'>', p!'endi(>, porlcr. l*Ai\l'AlvA

hibou, cliouelle;

,

l'ac.

/ui/,/,//i(,

briser, dcliii-er

;

racine

redouble.

IVMvHAM,

hci-scr la lerre, scrancer

rac. paLLiiii, briser; sui. pa.

;

l'AKSA, lune, clair de lune; ski ;;a/,.s, jxiLxiii, ])leine lune. PAKT.V, ])rcaution, ruse, ialil, examen; ski ];((nUava, bourgeon, branche, bois. l'Al.l.lli.'AM, tei'miner un ouvrage;

IWLI.TA, persea gi'atissima;

mnu^

mme

racine; sui. hua'/

racine; sul. la.

i'A.Mi'A, plaine, prairie; slipaiiih, aller, se mouvoir, tomber. i'ANA, SdMir; ski p. i)rolger, dtendre; sens passif, ce (jui est prolg.

l'ANA,

main

la

ski jn'm}, la

droite

;

mme

racine;

sens actif, celle

(jui

proti'ge

;

main.

l'AA'lvU, viainle cuite; ski l'A.NC.lIl.M

,

p6".

cuii'e.

s'panouir, eu parlant des Heurs;

l'arlie iiraunnalicalc.

ski /'/(, Lu'iscr. :Voir

O

/

i

l'ANTAM,

s'garer, se perdre, au propre tomber.

tuai'clier,

et

au ligure; ski pui, aller,

gt par l'eau; skt /)a, boire; raciue redoul)lce. eau; ski ])lii, aller, naviguer, eouler. PARIA, une es])ee de moineau; rac.]ja/', eau? liumide,

l'.Vl'I,

PARA,

i)luic,

rARlllUAXA,

PARUS.MA, (Y

llamanl. ibis; rac. para, eau.

la

partie

brle

du mais

i-li;

sklpcru,

l'eu;

sura,

mas.

ce mot.)

HASKANI, dcharger

les

btes, dlier;

skt pic\ briser. (V. Parlie

(jratnmaticale.)

1*ASNA, servante d'auberge; skt b'as'', appeler, commander; sui. na. PASPA, crevasse, gerure; skt /u'c', briser, rompre; suf'f. pa.

PASU, veuf; rac. paska, dlier. PATA, colline, gradin, marches, degrs; PATMA, moiti; rac. palUi; sut. ma.

PATPA,

aile,

plume;

skt pal,

marcher, voler; grec

aller,

J'ATTA, collection, runion, assemblage; PAUKAR, i)romenade publique; ski pa, cl

mme p,

l-zy.y.xi,

racine.

aller,

marcher;

suft'.

/.

/((.

PAUCHI, cascade, fontaine; rac. pald, PAYA, vieille femme, aeule; skl]7/a, la

skt pat, aller, marcher.

briser. (V. Part. (jraitiniaL' femme, fenmic ([ui a de

vieille

barbe.

iWYLLA, marmite cuire; skt p, p, boire; p{ia, eau? PAYLLANI, payer, rcompenser; skt ]jr', remplir, combler, rassasier. PElvKA, pte de mas fermente qui sert prparer la chiclia; skt pac\

cuire,

mrir, fermenter.

PEKTA,

arc; ski pis', pcs'aijtuni, frapper, Uier; suff. ta. PEXKAlvL'NI, rougir, avoir houle; skt piny ; lat. pinycre, peindre,

suff.

ku.

PERORU, PiKANI,

le

fuseau; skt j)r, pousser, faire tourner. des Heurs; skt pic'-, briser, rouipre. iy

cueillir

.

hi Partie-

grammaticale.) PlCHANl, enluminer, colorer; skt

pin}'-; \n{. piuip're, peindre. l-'ICHU, var. PKSivU, oiseau; skt pak.ri)i, oiseau. V. la Parlie

grum-

vtaticale.)

PICHU, robinet; skt bHil, percement, entre; cfr. vit, id.; lat. findo. PICHUI, la pupille de l'il skt par, voir. '.y. la Part, gra^nmat.) PIHIHUY, l'an, le premier-n; hkipijiv, crotre, grandir; sutf. Jiuy ;

.

PlHIA'xV, biave, audacieux, ardent; skt Irt, craindre, effrayer; h'iiiia, terrible.

IMLEAKA, manteau, couverture; skt vil, couvrir, IMLLU, ])lume, couronne, guirlande; skt pla, ])liinie.

envelopper, cacher. voler;

lai.

V. la Parlie grammaticale.)

PILLLIM,

nager; uiuie

l'acine,

(\'.

la

Parlie graitunallcale.

pluma,

l'FNAS,

lu-isiiiiiiic!- (le ii,uoi-i-o;

ski

pfrinlrc ? V. la l'urtir ,jrain)naluaL\)

/(////',

IM.NCIII, nie, vision; ski par, voir.

l'INKU,

toilurc; skt piny, unir, joimlic. skt ])ic\ diviser, fendre; sut. Un.

loit,

IMN'Kn.l.U, lllc;

IMMvI, goni, cours d"e;ui souterrain; mmo raciiK^. PINMA, liameeon; skt hanil\ attaclior, prendre, saisir. IMNTCNI, allaclier, envelopper; mme racine. PIIH',

6|)ais, touffu,

IMUK, allem

massif; skt skt

mur, muraille;

se i^oidler,

/n'e,

tre plein.

pvc\ unir, attacher; grec

^-'y/''i,

-''-v^;-"^;

anglais borouijh; vieux alleni. Pivrij.

liiirg;

Pi uni" A,

skt

grenier;

jmra

grec -^-o;, froment; russe l'irij,

;

pain.

PIS!, menu,

PISKA,

]ietil;

ski

broyer, mettre en piccs.

/h'.s%

soupe, potage;

mme racine.

PITA, fd mince; skl/;(/t, lier, nouer, enlacer. PITITA, chambre coucher; skljiita, maison, cabane; PITTINl,

PITTU,

briser,

suff. ta.

rompre; ski pwt, rompre, broyer.

farine de

mas

mle

cuite et

de

viande froide; ski

la

pit,

amonceler, entasser.

PITU, ])air, gal; mme racine. PITIUXI, dsirer, souhaiter; i;kt /*/(!, exiger, presser. l'OKC.HLM, ]iousser des bourgeons; mme racine; suff.

POKKUM, conf. b'dfja;

mrir;

lai.

skt /e!', briser sl\t

lal,.

par

la

iiialadie

gi'b'r, n,aii_uer;

;

sul

'^ult'.

ta.

lo.

:-!,Sl

r>OKnO ou LI.OKRO, pimcnU'c de mas nit'me ROKYANI, nienor grand l)ruit; skt ru, motlrc un ;

RUFCKNA,

sia

doigt;

RUKlvU, dcrpit,

vieillard

HUKM.V ou LLUKMA, suff.

ma

percer;

r.s',

la

suff.

skt ruj\

;

lucuina,

rricino; sutT. ro.

son, crier; suif.

I;i.

lia.

tre bi-is.

sorte de fruit;

ski

rx',

percer;

'/

RUMl, pierre; fr. grec;-.w;/v-; lut. rfliiia, ruina, pierre, ficus ruiiiiiialis. RUxMPU, rond, repli sur soi-mme mme racine, compacte suif. pu, sur soi-mme. RUNA, homme; skt ru, parler, mcltrc un son; cfr. ruli, crature. ;

:

;

RUNTU,

mme

uf;

RUPANI, brler, buslion,

brlure;

racine que ruraiii.

chauffer, incendier; skt ra, ru, feu, chaleur,

suff.

com-

pa.

meltre la trame au mtier skt rnc\ prparer, ajuster. i^URAXI, crer, former; skt ra, feu, clialeur; racine redouble. RUTUiXI, couper; ski rud, briser, broyer.

RUKKINI,

PAKAM,

;

dlilayer un terrain; skt sag\ frapper, ])ousser, chasser.

SAKAPA, grelots; skt s//', frapjier; suff. p; cfr cifij, tinter. SACHA, var. HACHA, ar])re ski sac'c'a, arl)re. SAKMANI, donner des coups de poing; skt sag, frapper; suff. ma. SAKRA, envieux, calomniateur; mme l'acinc suff. ra. SAKSA. gueux, dguenill mmei-acine; suff. SAKSANI, rpugner, dgoter; mme racine. SAKTANI, battre, assommer mme racine; suff. ^a. ;

;

.set.

;

;

SAHUAM,

enlacer, lier, atlacher; skt saij, couvrir. pierreux, rugueux; skt sll, pierre. (V. la Part, graminat

SALLA, SALLALI.ALLA, tempte SALIJvA,

terrain pierreu.x

mle d'clairs et ;

rac.

)

de tonnerre; onomatope.

Ua, pierre. (V.

la

Part, grammat.)

SALLMA-RUMI, soufre; mme racine. (V. la Part, grammat.) SALLUK-RUMI, pierre pointue; mme racine. (V. la/'ftr/. grammat.) SAMANI, se dlasser, se reposer; skt am, se calmer, se rejioser. SAMPA, mou, lche; mme racine; suif, pa SANAMPA, tendard, drapeau; skt san, honorer; sain, clat, lustre. SANKU, mas pil et bouilli; skt saj' tre adhrent, gluant. ,

SAM,

couleur violette; ski sana,

saiil,

clat, lustre; cfr.

yama, fume,

noir.

SANSA,

SANU,

braise; fa;,'nce;

SAPALI.U,

la

SAPi. racine;

mme racine; mme racine.

gourde, skt

le

suff. sa.

potiron; rac. sapi, racine; d'un arbre.

caji'a, le pied

suff.

Uu.

3S5 SAPUA,

le poil

de

la

barbe;

lai.

cnpillam, clieveu.

SARA, mas; rac. saruni, piler. SAHUNI, piler; skt sr', fr', briser, rompre. SASA,

SATINl, bour,

skt

difticile;

SATKA,

sakf

rude, raboteux; rac. satini, incruster; suff. ha. incruster dans; skt si, aiguiser (Y. st, sillon de la-

SAUKANI, SAUN.\,

,

,

trait).

mme

railler, ridiculiser;

oreiller;

skt

S(t',

s'affaisser;

racine

sui.

;

SAYAL, espce de palmier; rac. .sayaui, se dresser, SAYANl, se tenir debout, se dresser; skt s'a, arrt, changement de ch pour

/ai.

?;.

suff.

tre dejjoul. cfr. cliaya,

repos;

5.

SAVKUNI, se fatiguer, s'affaisser; suff. SAYHUA, limite, borne; mme racine

;

ku. suff. Jiua.

SAYRI, tabac?

SAYTTU, mince, troit; skt l, aiguiser, amincir; suff. tu. SEKKANl, transporter; skt sa/', se mouvoir, mouvoir. SEKKONl, serrer les cordons d'une bourse skt lier, attacher. ,

ili-,

;

SENlvA, nez;

skt si7i(j\ sentir

ii/gna, nez.

SEKA, raie, ligne. (V. SckL-0)ii.] SlKNINl, mlanger la paille hache avec de l'argile pour construire une chaumire; skt sic\ rpandre, arroser? f/A, lier, attacher? suff. nt.

SIKUNA,

perche; skt

f/A, supporter, soutenir.

SIKYA, coude; mme racine? SILLA, pierraille, gravier; ski suff.

,

nl^msev

{\.

h

Part, graitunat.)

;

ku.

SILLINA, soufre; mme racine SILLKUNl, graver; mme racine SILLU, ongle; mme racine, (V. SI.MI

(I)ZIMI), bouche, parole

SIMPA,

;

(V. la Part,

grammat.)

(V. ]n Part. (jra)in)iat./, suff. ku. la

skt

Part, grammat.) smi, sourire grec ;

tresse, corde, courroie; skt sa)nb

,

lier,

^y.o,-.

attacher, joindre,

unir.

SINKA, SlXCIil,

SINKU,

gris,

demi

ivre; ski sic\ arroser, asperger.

puissant, inbranlable; skt c/A, supporter, endurer. balle, en gnral tout objet sphriipjc; skt ink', aller, se fort,

mouvoir

SINTIUU, sanglier; SIPAS, tille, vierge;

skt c'id, c'iud, couper, fendre; suff. ru.

skt rivas, bon, beau.

SIIM, dilucule, aube; skt

fi])i,

rayon de lumire. \)\\\\q, eau courante.

SIPIM, noyer, se noyer; fr. ilrava, Sll'SIKAM mdire, calonniier; ski ,

suff.

.s/

(//>',

se vanter,

se

glorilier;

et ka.

SIPTI, atome, grain de poussire; ski SiPPlJXl, plisser, ployer, rouler; skt

SillWl, coudre;

cita, (;/,

mince,

lendre,

faillie, poiiilu.

tayer; suff.

skt I1EKNI

haineu.x

har.

,

CHAMvA

SAKSA, dguenill.

.

poudreux.

,

('.HAK(;H,\NI, saupoudrer.

SOKKE.

HOKK

se dresse'.

(pain, paie de tarine).

Co mot vient de

celer; Innta, foule, amoncellement,

lange, confluence, union, cl miiii; sens.

pille

//?//,;

[id].

i

,

suppl

/

par

m-

linl.u, .s'

iloniie le

,

de haricots

{liuila).

ItavUi

('JfANKA, pte d'oca

[tantu

(ilAMvr, pte de mas

ijanid. ,sc//,u

.

.

lond. globe.

,

monceau.

,

N NAKl

i.e

amasser, amon-

lpond

^

SANSA [Mansd'/j, mas rti CHUXKU, amas, monceau

SINKU SINTU

taiiiani.

cette l'orme

.\

Ainsi

SANKU, pte de mas hAMvA, bouche. IIAMKA,

se dresser.

^ H ^ GH

S _ T TANTA

,

R RAKl

se taner).

s'affaiblir,.

racliilii|iie

,

du

Mossi.

.NA.N'KUNI (de

NAM, chemin,

)'nuii)

.

cheminer.

route. Irice.

liANKrM liAMPAM la

M'Nl;.

NALPA.

me.

esprit,

NATTAI!

WAM. \ien\

,

perclus. vieillard.

l'J

main

iNA

,

guider un aveugle par

[pani].

honiuie.

UATTANI I\l'l*

(Itroncher ,

id.

,

tre colle,

lie.

APPENDIGK N

DYNASTIES I"

Montesinos le

Prou,

fait

PRU V IKN N ES

DWPP.S MONTESINOS.

d'Annnio

les

tribus qui

premires

peuplrent dluge, car, Indiens assurent que leur origine remonte une plus parlir

et date

bien que les

11.

migration de l'an oOO

cette

aprs

le

grande antiquit, nous ])rofossons comme article de foi que cela est ce que nous enseignent les livres sacrs sur le dluge. contraire l-'Jles arrivrent sous la direction de '

(

-.

OUATUE KUKI.S:

i,)U\TRK Silt.UBS

:

AYAR-MANCO-TOPA.

MA.MA-IIUACCAN.

AYAR-CllAKI - TOPA.

.\IAMA-CORA.

AYAR-AUCCA - TOPA AYAR-UYSSU - TOPA.

PIRCA-ACUN.

.

1

1

1

PA-

1

1

UACCAN.

Le mol ayur provient d"une racine aujourd'hui perdue. Les dictioncrivent aya pour aclia. maladie, mort (V. le (dossaire, r. /.); mais ici le sens du vocable ay.\r ne peut pas tre mort ou maladie 'ar cette assertion no rpondrait nullement l'ide que les Amautas naires

.

se faisaient de leurs chefs primitifs (1).

Les quatre frres sont videmment quatre tribus ou castes. Le titre une racine trs-diffrente de acha made ayar doit donc se ramener ladie et mort. Si on cherche en sanscrit la solution de cette difficult. .

l'e.^plication la plus satisfaisante qu'on puisse demander. Ajar (racine aj) signifie le chef pri)iUtif; il n'est donc pas permis de douter de l'identit du quichua ayar et du sanscrit uj-ar ou ajv. Pour mieux constater celte identit, observons que chacun des quatre frres portait un nom professionnel c'est--dire un nom de race ou de

on y trouve

,

caste i

:

Mani

signifie

croire; vianca

traduit par notre substantif

'1)

Pour

ou trpass,

peiisor et

lui

autrement

,

il

est an pluriel, ;V,s croient, qui se crmjances ou religion, croyant, prophte

iiulrail relier le .sc;is

allriluier la valeur de

de mitrl avec

nos mots aieur

,

ecliii

nnlciiasadus.

A'ancien

.\yai;-mam:o-iop.\ ('quivaul

{sitienlosj.

ou du

la luiiiirrc (lupa)

i" (liiAKi

(>sl

])io(l

marche, marclu^ur, nomade; les nomades.

,

signitic les tribus des

priinilivc des iirlres de

li'ilui

feu (I).

wah-chaki-iopa

campagnes,

{" AuKA signifie guerriers, soldais; AYAii-ALCCA-ropA est la caste primitive des guerriers. 4" I'yssl: ou isih; sigiiitie charrue, labourage, agriculture: AYAr,-i:Yssr-

TOPA

tribu des laboureurs.

la

(!st

Nous aYOns donc quatre castes comuu' dans l'Inde tiuDicos, pitres; r/ta/iis, voyageurs ou nomades; auccas guerriers; uyssu>i, agriculteurs. :

,

LES QlJATRK SOEUnS SONT .M.\.>f\-lll'.\Cuanl;o,

ta

nomade ou

chiiqui,

liijKi-liUiii'iui

donc quatre

On

le

,

la divinit

ou

la

bndiction du mais. Quatre

ou ([uatre eastt^s. rcit de Montesinos

professions,

ti'ibus

voit, le

nous connaissons de

nature

la

est

mme

en

pai'fait

accord avec ce que et de leur

des tribus pruviennes

langue il prsente un tel caractre d'antiquit i)rimilive qu'on serait tent de le prendre pour une i)age dtache de la lible l'^Yidenmient ce n'est pas un crivain du XVl" sicle qui et capable de combiner des don;

t

nes

son temps et de forgei' tout d'une pic(; des ltrangres gendes si admirablement vraisend)Iables. L(,' frre aine, Aii(i)--)ii(nic()-[()]i(i (premier rvlateur de la lumire), monta sur une colline noinm(''C lliitnia (lauri, et, jelanl quatre pierres avec aussi

dtermina les quatre ])oints du territoire et les nomma Anli Sujiu (orient), Cunli Sityu (occident), ()ll(io (sud), pai'cc que C.olU veut

sa fromb'.

dire ciuidi-e

chaude

australs; l'tahiut

curieux

Les

et

et

le

que

cadran,

mrite d'tre

sud est

quiirt

le

cot

de l't

de cercle) nord.

(le

pour les peuples de cadran est

nom

relev(''.

frres cadets furent peu laboureur, (pii tait aussi

de celte ri'partition. Le plus jdus adroit et le plus habile. in\oquant la dvotion, trompa Miinco, et l'enferma dans un(! eav.

,

traili.iis

de

l'utij^lais

par

Delaui.ay, 1867, puges "0, 71, 110, etc.

les Jlijilics.

la

mer,

mimiaijnes d'ar,

di:

W

ii^iviniinain^

-juste du traduisent

ans

-lO

iij;na

Il

d'un ciciipie ([u'on appelait

hlir, eonstruiri; des villes ou mui'ailles. la vii.i.K,

le

ou l'alli.

l'vr.-iii

I\'.

.Montesinos ignorait

([uicliua

il

le

(,i;a.mi

-2

dlii!j,e

.

soleil.

nuel([ues-uns n'est pas peiniis de

le rst'rver poui' il faul phrase deviennent des la lin. el tous les autres mois, mis en aniecdeuts, adjectifs OU i;'nilifs. hdi est ici un adjectif ou iinitif, solaire ou (lu

mettre

le

soleil;

YujKi veut dire

(''i[uil.

c la

;

procde du vocable La vritable (jrthogiaphe srail

justice, et le son (Viqui

((/;/,, (pii signilie Ircs-itaul, Cd'ccllcnl.

donc Inti-Kapak-lupa-.'Vnak. Il riiua (iO et vcut 100 ans. VI. Manko Kapak 11 Sans chronologie. Vil.

Toi'A

elalani

,

IvAi'AK

VIII. TiTu iieii.\

;

1\.

I''.

Sans chronologie. Topa veut dire

A-.\\Ak.

confre/. 'i'iiu

////(

el >^i[u

Kai'ak Am.mui.

siguilie splendeur, auguste, lumivocable grec Ttrcj aurore, jour. veut dire taciturne, muet; uri. profond; 7'////

avec

Am

le

.

ani-uri ou plutt (umit-nri signilie l'astucieux,

K' ri'servi'

,

le

profond

taciturne. Irs-grand kapak el Irs-illustre !liln 11 vcut 80 ans. Kai'ak Sav lliAKAi'Ai;. Ce nom doit s'cr'ire l\a|iak Sayhua-kapari. N.. .

Saiihua signilie roiih.an. lermel, orgueil, luacit, eutlemeiit; hapaii signilii! parleui- iini)rieu.\, criard, grogneur. li vcut 90 ans (-1 en

rgna \\.

i)

GO.

Kai'ac Si.NYA Ici'A.Mjui.

Moiilf.iiHis,

|i.iL;t

Sioiijd

(lsi giic ([uelquc cliosc

(Ic

(lioi

I

,

39i)

haut, de maigre; son

(lo

vcut 90 ans

et

nom

tait

(ioiic

Ivapak-Sunya lu|)a-nak.

il

40.

rgna

Ayatarco

(Iltg. Aya, de n/', chef, le premier. Tariku signifie dire crj)u aux cheveux entortills, circonstance veut usurper; kupo (tonnante dans la race quichua. Le nom entier Aija-ariku-Kupo

XII.

,

signitie le

crpu

premier usurpateur.

XIH. HuASCAR TiTu. de braves; son

vcut 6i

nom

Il

rgna

i^o

ans.

//((, article le; ackka, trs; k'-'kuri, noble, race

tait

donc Hua-Achka-K-'kari.

Il

rgna

ans et

.{0

ans.

XIV. Quispi Tutu. Kespi ou kispi signitie verre, et aussi cristallin, Tutu n'est pas (luicliua; le vrai mot doit tre toctu, toktu, tutu ou Util. La premire forme signitie doux, mielleux, abeille; la deuxime de couleurs brillantes, de plumes clatantes; signitie trs-orn, habill la troisime signitie nuit, obscurit; la quatrime, nuignanime, clatant brillant.

comme Taurore. S'il tait don(; Lcspi-luktu s'appelait M la/ la, brillant, clatant; si tua, nuit transi>arenie si ,

il

;

/*;

et

doux; brillani

tllu,

magnanime. Il rgna ans et vcut (iO. (lela tant, il ne put |)as tre du prcdent, qui n'tait son an que de sept ans. XV TiTu Yupa-Anak. Sans chronologie. Appel Pachakutek parce que de son temps s'accomplit le second millnaire aprs le dluge (1^. l't

'!

le liJs

,

XVI. TiTU Kapak.

Il rgna i'i ans. XVIL Paullu-Ikar-Pyr-hua. Paullu

n'est pas un mot quichua. donner des prix, rcompenser, dcorer, et le pai'licipe payliuik; L^Lar ou k'-'kari, le noble, le brave; ainsi donc y/,/'

l'ayllnini signitie

acU est

Qsl

mal

crit, car le ik ajjpartienl k jxiyltu-ik,

et

car

k'-'kavi; la vi-i-

orthographe serait Paylluik Iv''kari. Il rgna 30 ans. XVIII. Lloquete Sagamauta. Llok signitie monter, ascender likbi, fonder, lal)lir; Lloiv-tiksik-Amauta, ascension du fondateur Amauta .voyez le chap. i''' ilu 2" livre). Il rgna oO ans. table

;

XIX. Gayo Manco ,\mauia. Kayait

signitie lion, aimant, gai.

11

vcut

ans.

!)0

vcut *)

XX. HuA-AcuKA-lv K\Ri-Tnu-PAK. Il rgna .3.3 ans XXI. Manko-Kapak .V.mauta I\. Sans chronologie.

et

XXII. Tikatua.

constructeur?

'

ika

signitie lirique,

btiment,

le

XXIII. Paylluiiv-Toto-Kapak (voyez n"* 17 et lii. Il rgna 19 ans. XXIV. Cay Manco. Kau veut dire sorcellerie, sorcier; kau-chuul ensorceller. Ainsi

donc Kau Ma.nco

signitie le

prophte

sorcier.

Il

,

rgna

ans.

:i0

Mari veut dire tueur, sanguinaire; allka-mari, le faucon guerrier dont les plumes servaient d'enseigne aux Incas. Le nom doit donc s'crire Mari-Acuka-Pachakutek. (\ oyez chap. i"

XXV. Marasco Pachacutec.

du

(1

livre II.)

;

MiiiiU'siuo.s, piiye 81

.

4(10

voyez n" M). Alnuchi Il vcut TU ans.

XXVI. I'ayllu-Atavchi

sigiiitic l)ienlieureux,

jiar le desliii, atit, nie.

|jrol(''t!,6

XXVil. Llooue

lui'ANnui. Garcila/.o a mis en

crdit l'erreur ridicule

d'appeler le tjauffier ou le nurnchot tout monarque ajjpel lAuL ou Lluk. (>omme ce nom revient chaque instant dans les i^nalogies pruviennes, il serait curieux de supimler, d'ajirs le systme de Garcilazo, combien de

manchots sont

mouls

sur

le

trne de

Mais

Cn/.co.

racine lloL [Uokani]

la

acception applique aux ])ijr-ltuns ou au.\ intuns signitie ascension, ascendance, lvation, exceller. Le nom tait donc Li.ok-Ii pa-Anaki. Il rgna 10 ans et vcut .'iO. atteindre,

signitie

asccndcrc

lat.

celte

et

,

XXVIII. Llouuk TiKAK. Un autie manchot!... 11

rgna 8 ans et vcut .'50. XX IN.. Kapak Iui'a-Anak. XXX.

XXXI. Manko

rgna

Il

-'iU

U rgna 30

Toi'A ki'A Anak.

ans et

TiLiil. signifie

vcut

80.

ans.

.Vvitopa. Avi ou aliui signifie oindre;

du feu

l)tisseur.

il

donc

s'appelait

Mancu-Ahui-Tapa. rgna 50 ans. (topa) prophte XXXIi. SiNcni Arusoui. Mourut l'cgc de 80 ans et rgna 40. Amateur zl des traditions antiques, il rtablit la suprmatie exclusive du oint

le

11

,

dieu l'YRUUA-lIuinAKOCHA. Ce

nom

mme que vira

ou pliira

il

KocHA,

V esprit de V abme ou Verbe.

fils lie

Apus-ijui signifie

XXX

rpond aux

,

et

ehauehi

de pijT-hua, dit Montesinos, est le pour ce motif IIuaiuna-Vira-

fut appel

,

quateur

(la ville

Quitua est un driv

4 ans.

rgna

Il

de Quitu)

signifie aigu, spirituel, perspicace;

nom Auki Kitu-Hua

Ce premier mot de son nom

caractristiques de cette tradition car Ai'csuui fanatique des traditions anciennes.

traits

aimant les aeux, III. Arnui QuiTLA Chaucui.

de /,//, lumire, le

1

,

contre ou

auquu

XXXIV. Ayay Manko.

XXXVI. Cuixcm Uoka Amauta. Chinchi lencieux, celui qui est

l'alft, qui ramjjc

r/., roc, signifie pointu, -20 ans.

le

XXXIX. Illa-topa,

feu

KL. TuPAK Am-Uiu. XLI. lluAXA Kauui

11.

signifie

cach,

comme

les tigres;

piquant, ardent, force qui

1)

II

clatant.

vcut 30

11

MmilrMi;

quivaut

rgna

i'=''

3 ans et

pro-

occulte, si-

treint.

du

vcut

le

racine

la

U rgna

livre II.)

30.

ans.

Kaurini sens d'exiMalion; donc le

en ski luiunja

crire

de mort,

sauveur, ou

XXXVII. Am-Uuo Amauta. Sans chronologie. XXXVIII. Kapak Uavmi Amauta. (Voyez le chap.

;

soleil;

doit

Si la racine doit conserver ici le sens

nom pourrait dire le rsurrecteur de la mort, phte de la mort, du deuil. 11 vcut 60 ans. XXX.V. Hi iKA-KocuA Kapaiv. 11 rgna l-i ans.

tioii

On

Ivaixiu

le

liuiuui a le

trne du

prince.

signifie

nom

lyrisme,

je

ressuscite,

signifie rcnuissa7ice

hrosme,

je

renais

par

lluana Kauri

e.tpiatait

1

401

nom

de

la

montagne primitive oi monta l'an

des

quatre parties du monde. XLII. Topa Korka Apu Kapak (Voyez le chap. 4.') ans, et fonda des collges pour les nobles.

.l//ar

pour dsigner

les

i^'''

du

livre II).

Il

rgna

XMII. IIuANKAR Sakri Topa. Le premier vocable

est tambour, guerre; veut dire guerroyeur ou mchant; lopa, brlant. Il rgna 32 ans. XLIV. IIiNA CinuLLAK A.MAUTA Pacua Kutek. Il rgna 35 ans; la cin-

sali ri

quime anne

le de son rgne concide avec la 2500 du dluge, et de surnom de Pachakulek; hina veut dire pressureux, exigeant, ennuyeux; cliiullak se compose de cinuchi, criard, et de uillak, hbleur, conteur;

son

nom

tait

l

donc HiNA-thiiucn-UiLLAK.

XLV. Kapak Iupa An'ak Amauta. Il rgna 35 ans. XLVI. Huapar Sakri Topa. Iluapar signitie glouton. XLVII. Kako Manko Aunii. Il rgna 13 ans. Kakuk veut dire le nom doit donc s'crire Kakuk Manco Auki. peur (a/.otador)

frap-

;

XlAlll. Hina Uillak (Voyez n 4i). 11 rgna 30 ans. XLiX. Ini Kapak Amauta. Il rgna 30 ans. L. Ayar MA^'K0 Kapak. Sans chronologie.

Iauuar Huk-iz, le Primitif. (Voyez le chap. i^"^ du livre II.) LU. Kap.Mv TiTU. Pigna 23 ans et vcut 100 ans. LUI. Topa Kcri, or brillant. Rgna 3!) ans. LIV. Topa Klri. lgna iO ans. L\ IIlh.ca Nota Amauta. Rgna 60 ans et vcut 75. Il vainquit les envahisseurs du Tukk'.unan dans un lieu appel Huilka-Nota, d'oi son nom. domine ce lieu tail sur territoire .Vymara, le nom est un vocable LI.

.

de

la langue Aymara, et chaumire, huile; le n

doit s'crire Huilka-n-Uta. Uta est l'article

le

ou

lemple, maison de Dieu (1). i^Vi. Topa Iup.v-Anak. lgna 43 ans et

LVII.

lu

,

el liuilka

vcut 90

ou huta signilie

signilie

idole,

ans.

[lu\ Topa Kapak.

lgna i ans. LVIII. TiTU Raymi Ko/.nui;. Rgna 31 ans. LIX. Hlk-Xinak, brlant, premier. Rgna

(Voyez n"

.3ya-Ala Kasi, le faire

fabricant d"])Ouvantails dgotants ou l'arrangeur de momies. LXXX. HuARi Titu Kai'ak. Vcut 80 ans. lluari signifie le dieu d la force ou force divine; z;-, v-, printemps; ';>cj;, hros, fort. Hercule; cfr.

vira-cocha; skt vira, vrh. TiTL" Auki.

LXXXl. HuAPA

trois racines entre lesquelles

des

donnes

gluant;

il

Vcut

70 ans. Huapa peut se rapporter de se dcider, vu le manque

est difficile

historiques sur ce personnage. Huapa-^ini signifie baveux, dire glouton; kuijpa, la rgle et le fil des maons. 11

huapu veut

connatre quelque trait historique, moral ou physique de l'individu pour savoir laquelle de ces trois acceptions est entre dans son faudrait

nom. L.VXXII. ToK-KosKE. Vcut 80 ans. Invasion frquente des tribus trangres par les ctes et par les Andes. Tokko signifie meurtrire, crneau; coskik ou coskek, constructeur. LXXXIII. Ayar Manko. Vcut ii ans. LXXXIV. Ko.NDOROKA ou bien Kumcr Rokka, car condor ou cuntur est le nom du grand vautour des Andes.

LXXXV. Ayar Manku

LXXXVL Amaru, LXXXVIl.

Ciii.NCiii

le

IL

Vcut

2i ans.

serpent. UoivKA. Hgnu 41

ans et en

vcut 70

;

introduisit

l'usage des anmlettes d'or. Chinchi veut dire hypocrite, flin, qui rampe,

qui guette

le

le

moment pour

frapi)er.

LXXXVIil. Illa Hokra. Ugna 15 ans. LXXXIX. RoKKA TiTU. Ugna i'6 ans. .\C. Inti Kapak. Mayta, Pacha Kutek Vil. Quatrime millnaire aprs grande corruption sociale it prive, dissolution complte de di-luge :

UM l'Elal cl de la iialion. MdijtuL veut (lire celui cjui iirolgc, qui (lrend. qui envcloiipe un troupeau. A la inorl de ce i)iiiice, .Ma.ma CiitocA, ou Mama Sii'L-R, la vieille mre, car sipuni sit^iiilii' rider, et sijiuLui la ride, prit

,

sur elle de

rgnrer

son

l'ronl lie

lils

et i)arviiil

renq)ire.

lloeca avec

ineilre

ou I.m.a,

le lilre tfl.Nc.A

couronne sur

la

le

le

seul, le nion:ir(|ue

(V. l'arlic liistunquc.)

lOKKA

de rsoudre hisloricpienieni la srie es meilleurs historiens espagnols comme /aiale, (lomara, llerrera cl autres, lient Toriginc des Incas aux invasions des l.NKA

\('.\.

linpossibilil

priniilive des Incas.

i.

,

trilius du Sud comuiandes pai- K^'kara et l\a]iana, pendant le moven ge j)ruvien. (iomaia, llerrera, Acosta, avouent (ju'il est imiiossihle d'tablir une srie quelconque entre .Manko Kajjak et llokka, et commencent viaiment la si'ie des Incas jtar le second, laissant au prender un rle

et labuleux.

purement mythique

Hua-Llok Ilpa-Anam.

Inka

\(;ll.

Inka .Maytii Kai'Ak.

XClll.

\C\1. Inka Kapak

Anaiu.

Iui>a

\( A'. Inka SiNCiii-lioKKA. W'cut !0 ans. enl i''i'lia]i]H'r

yeux un

va^juar- hnakk

Vi'cut

l'';inieii\

pai'lait

io ans.

rgna

et

(diimus, les Cliankas

de sorte (jue son

;

de>-ecndance ou iiaicnle j)ar

il'aviiii-

pleureur de sang;

:

divin du soleil.

llcA-Yi'Aii

l.NKA

ans

7')

les

II.

iliALi.PA.

Ki;si

veut

Iluiilijni ;

nr soi.KiL. ou ('..

nom

sanguinaii'e [ileureur. Pour dit ([u'il avait une maladie

de lluira-Koclia

soumit

XCVIII. Inka Topa Icpa-Anaki

g(Miiale

a

ToTA h PA Anak. \cut

l.NKA

dans

Kapak.

le

tigre pleureur,

\]\kn P.okka,

1.

(1

clbre

le

ici

li\

jiroie.

He

la

i)oeiiles i|ui

iiorle ee H'iUl,

le--

iju'il

l'ois lilji'e,

sipiilie ]ias

l'.o'.u'

larr.

vei'sa jusqu'

me

seulemcul

ipi'ils [.Itui'enl

eoui|.a^s,n!i -[u'is

vimit ([u'on aiqu'lle

U'ompent

plruis

de ses ennemis une

hnnlhnni d'aillenis ne

une

H'/i'cs

j^liuri'urs

L'Ins'.Miie

sa

ili

li

le

la

vranrc',

iK'ei.liuil a ]0'i''Muiler relt

lk

t

famille parmi vos

la le

Soleil,

que vous accom|)lirez,

faits

qu'il connaissait la tradition

l'existence d'une dynastie

d'une

pres

civilisation,

courante

etc

rvle

nous

C.arcilazo

'i).

et certaine i^armi les

Pruviens de

primitive et diffrente de celle des Incas, comme le jirouvaient du reste ces

el

mmes

antrieure,

mmes

ruines et ces

Je viens, par Tordre de notre qu'il faut faire et tous les

vous annoncer ce

monuments

(|ui l(>ur

cause de leur lointaine anliipiit

Il

(.'{).

taient

inconnus, iircisment des trala vrit

constate ainsi

ditions rap])0rtes par Montesinos sur la longue si'ie des Pyr-Hiias. C'est donc sans raison que; !(!s auteurs se sont habitus noii^ dire

Prou aucun vestige de civilisation el d'histoire srie des Incas donne par Gai'cilazo, aucun document qui puisse juslilier les assertions contraires de Montesinos. Les narrations d)

(i) n ('

Com. Real,

(iarcihi7.o,

Hern'rn

li'iiliii'ii

1^)-.

iipnre'i' il'

,

decad. Iii

ii/.v

V,

lio< ,sr;un

I.

vol. I, lib. lit

ro)dnrc^, etc.

lib.

III, cap.

lili.

111, ticnt'i!

111,

rap. jinr

cap.

VI,

X\I

et

et

pomes

des

XXII.

I.

paf;c

Irinlirinn

de

(il, >-us

roi

1

n

Cnentan

:

anh'piisadns

,

y

se^uii

__ 407 Manko Kapak Pacha Kutek

IX. TiTu

Rgna

60 ans

et

vcut

eu

103.

confondent avec son prdcesseur. X. Iupa-Anaki. Rgna 39 ans.

Acosta

Montesinos

et

le

Topa Iupa-Anaki.

X[.

lupanqui un seul

36

Rgna

Montesinos

ans.

fait

de ces deux

de

pre

roi,

Xn. HuAYNA Kapak, qui rgna 50 ans,

le

plus grand des Incas, au

dire d'Acosta.

XI

HuASKAR

II.

(au sud).

XIV. Atahuallpa (au nord).

SELON HERRERA

3

d).

comme

Montesinos, invoque i)lusicurs rejirises les lgendes chants des comme fondement des informations Indiens^ indignes, qu'il transcrit. Cet auteur, reconnu jusqu'ici comme le plus grave et Hcrrcra,

les

plus complet des historiens de choses amricaines, s'accorde en tout avec Montesinos par rapport aux temps primitifs, fait dont, je ne sais pourquoi, personne n'a voulu s'apercevoir jusqu'ici. On a tax l'un le

d'imposture et l'on a rehauss le mrite de l'autre, bien que les deux soient en jjarfait accord. La seule diffrence qu'il y ail entre eux, c'est fond traque l'un abrge, tandis que l'autre donne en dtail le

mme

ditionnel.

Herrera rapporte

donne

le

la

mme nom

tradition

'

des (juatrc frres Pyr-Huas les rivalits et les ,

mmes

Ayars, racontant

et

leur

mmes

le Ayar-Manko de Montesinos avec le Manko Il identifie Kapak mystique qu'on prend pour le premier des Incas, et s'accorde (comme Goniara, Zarate, Cieza de Lon et Acosta) placer une poque indtinie d'anarchie l'origine de la dynastie des Incas. La srie, pour lui comme pour ces auteurs, commence au pome d'Inka Rokka, et non

assassinats.

par des personnages historiques, comme ceux que Garcilazo a aux ciseaux sur les textes de ses devanciers (2). I.

Manko Kapak,

II.

Inka Rokka III.

api)el

SiNcni Rokka. cl

Sinchi

aussi Ayar-Man'ko.

Comme

Garcilazo, Montesinos et Acosta mettent

t

fait

fut

surnomm Iahuar-Huakkak

pleura du sang; de Montesinos.

prisonnier,

c'est

il

l'histoire

Pyr-Ilua de la liste Mayta Kapak. Herrera prtend que cet Inka fut appel en cela il s'accorde avec Acosta, qui met aussi Viracocha

111''

IV. et

place des

I)

li

DiTiui.

Incas, tandis que Garcilazo

V,

lil).

Hcrrcra, loc

III,

cit.,

ici

Rokka au sixime rang.

Llok-Iupa-Anaki, selon Herrera,

car, ayant

dcoups

du chap. VI au

le

la

VI, cap.

XIX

\VL

Goiiiara et Acosta,

lit).

Vira Cocha, la

huitime

met

et

X\.

,

du

quatrime et

Monte-

'(OS siiios

la

;'i

Mdiilt'sinDS

1

Kulfk,

i'acha

ct>->

(pi(>

romnie on va

ij,e

de ("lairilazo

cas,

t'Hit

l-".n

plus vraiscuddalde

la

1,1

Kai'ak

11

a-.\n \ki

!

m'

,

Sdiaale a d

sii^icdiT la ilccailiuiC''

develoiiprnicnt xii^icucux

Kcnix. N'om\ au dr^aiMud

suiaiounne P\cii\

,

met

reviihuinu-

le ienip.> ile-> lupa-,\naki^ de Meute-ino-- n(C,i> parait

([u'itilei itun.pre le

dynasties, idult nouvelle.

V.

1c.|Ui>1

luca-~, tandis

ile>

preiiiiei'

\e:>ii'n

la

la dissidutiiui

:

(les vieille>

de

muis

.

c'est ([u'il uitl to!i!c> ces

,

cjui

K' vnii'.

ili>

\la\la, >ui iKniiiiu'

Kapak

c\

prcctla raveucincul 'lu les placer dans auleur> s'accerdeut

niovi'u

(laiis le

lui

\('.

M;iyia

K's li-li-~

>ii:-

trimstonnaliuus tpn i\i'\ t'Tciii a l'cuiiiii-r (livia;^. nco capital!- qui ^rpaia' .Muulrsiun'- ilr

la

.

ot

u"

iK^

>iii'n(Jiii

ilti

\\\ll

ii"

au l'arlui-KulfK (iiOIfri-i la

ri'jtDii.l

d'Arosla

Ili'i'i'oia.

nuM au

ili'>oitlrrs

Aiu>i

l'iocca.

lii_^"a

i|Mi

los

inriihii'-ii'i'ul

caust"

l\vr-Iliia Niraiofiia, le

iii>

.MiiiU'siiui>

.

domu^ imur

Iloii-ora

M'piirnii'.

l\a|KiK raiiparilioii

i

place un Kapak-lupampii di'.tci'cni de Kapak lupa-Auaki l'.iciia Kutek, .au.iuel il a-.-iuue l,i ne'ivii'Min' plaajiarnii les Inca^. Nou> devon- Cepcndanl reniarquei ijue les deux auteur>

avec t'.areua/o.

il

lont de Virai-oclia et

di>

Moniesinos doinient

(a\s

demi

aviiue

celte

ii

cette

Paeliakutek

pre

le

noms

eleux

et

un >eul

dernire circonstan(a>;

il

ia!idi> qu'Ai'esta ei

le tils,

et

luine

pi'in(

eenviiMii

c. le

que

Lla/cila/o

sm

1101:1

de

ViiMCOciia, mais pieteiu! que celui-iu y son lils. HerK^ra s'aeeoide avec .Vcosta quant

F\aehakutek reviuiail de droit

renona pour

le trans:'t\-er

la srie, et en ditre (piant l'ideniite personne qui port,dt Ii's deux surnoms. Montcr-ir.os est d'aceoril avec Aciisla, t';!i>ant un seul Inca de Unir,! Koclia et l'achakulek mais

la

de

idactM-orres|iondante dans

la

.

on ditre iiuant

la

comnu'

Iiiea-lioeea

place, le

nieitani au

le

priaiiier de la >erie

11

.

Vil. et

e^i vrai qu'il

Il

l,i

qu'alors

comptt^ ilivere,'me c-t

nulle. \

1.

I>ka-Rokk\

I>c,ai;fciii:

.

dont

1

nom

tait a'is-i

Tova Ilic\-Anaki.

quoi i! s'aCi'enle avec Ael^:-;a .iuan; .m second notn: quant au premier il mi ilitei-e. c .! Ac">ta lait liua-Uoeca le premier de sa li-te aprs Mau'o comiiii' Meniesinos, et ne p, -'e pas selon d'autres, dit llerrera.

de Sinelii

PiO('ca. (".areila

donne pas

mai'^ ne lui

lU;

la VI place comme lierre: ,1. iiipauqui. qu'il reserve pour siui

/iMuel liua- llecca

le

no::i

de

l'o; a

smaa^-seiir. Vil.

I.N(,\

ma>sue dans

icpANaui. (irand> dsordre^: l'inca le

1.

mple. llerrera

icsulle cepeiid.ini l'oei^'ine et le>

au\

di\>o:'di-c^-

S

1

e:

Cl

.-.'m;::';

u-.-.-

.pil

11

i>t

1,1

eu iMuit i.a

l,i

hi

r,-'--'''.J

le

d'un euep de oWc

tu

de celte histoire

ei

ilc

ie

IV^

.

;

Montoiuo-'

l'ira-lviclia. ([ui nieule

depOMtioi

comme

.m

>ou pre. Aeosta met toute cette

l:0!ie

-ur

i;i,'iee

l;i>tO!!'e

de

'

Si'i

'a.

tradition ],'

de (iarcrai

n.u'r.iliiai

comm- nct^meut^ de

ViuAi^ocHA

VIII.

di*

est

e>I 'e seul q'ai parle

\,

ut-

s'.ir.Mi-,!.'

:',

:i\

.eilie ,i,> :i!ii'ic;>.

:\ il

,

i\ir

ic

f'it

ac

1

M

ir.;.-i

-

400

choi de Vira-Kncha l'aehaknlek, le que rinca tanl mort dans la rbellion des nobles, la nation voulut se dclarer en r|)ubli([uc et se l'aire gouverner par un Snal d'Anciens; mais qu'une femme, par une singulire faire nonnner Inca Viracocha (1). Qu'luil ce Virasorcellerie, ari'iva cocha avant son lection? llcrrera ])rtend que ce n'tait pas un tils giu'iTc

|)olitu[U('

quatrime de

(le

(i

dsordres an

sa lislo. Ileirera dit

de rinca, sans nous dire son origine, et se contente d'ajouter qu'il se mit la tte d'un des parlis qui se faisaieul la guerre, qu'il obtint le triomphe la puissance la ]ilus agrandit la gloire de l'empire et arriva tendue sur le continent. Montesinos en diffre compllemcnt sous ce de Unira Cocha un Inka glorieux et trs-puissant, lils il l'ail rapport

dtinitif,

:

surnomm

lgitinn^ de Minjlu-Iiipa-Anald,

lahiuw Uuakkak,

cause de

tant jeune, continue llcrrera, se laissa son mal d'ycuix. Le prince dominer par de mauvaises inclinations qui le lirent tomber dans des

vices honteux

son

pre

Me

l'Ancien le

ni

roi

:

il

tait

mpris

Dans

l'exiler.

poursuivi par les Aniautas,

et

cet exil

il

eut

la

obligrent

(jui

vision du l'yr-ihui Viracocha

Pyr-Hua) (lui lui ordonna de rlablii' son culte. A'i Amaulas ne donnrent crdit son hisleirc; mais une

la S(''rie

les

trangres tant survenue, le vieux mionar([ue s'enfuit avec sa cour de Cuzco, abandonnant les provinces les plus riches. Il se Cuzco, peut que celte invasion ait t une insurrection. I.e prince, rest invasion des tribus

leva un parti enthousiaste et fanatique; il triompha, et son pre abdif[ua en sa hiveur. Son rgne fut glorieux, ei renq)ire s'tendit depuis Bogota

jusqu'au Chili

De

la

el

au Tuccuman.

comparaison des

hisloi'iens

rsulte que l'inca Viracocha

il

sni'git

au milieu d'un dsordre profond bien constat. Sun nom el la restau-ation qu'il fit de l'ancien culte des l*yr-liuas font supposer une rvolution sociale et religieuse qui ne s'accorderait point avec les successions chrolils dans nologit{ues de ])!'e possibh" de concilier tous les

lupanquis

,

une

mme

dynastie.

tmoignages

relatifs

confondu

tant les chroniqueurs ont

Au

reste,

la si'ie

les traditions,

il

esl

im-

des incas ,1e

prfre

suivre Montesinos, iiour des raisons concluantes ([uc je donnci'ai dans mon histoire des Incas. IX. Urko. Les

nous

dit

tait

dsordres

cet Inca avait

que

atrabilaire,

insens,

se continurent aprs Viracocha. Herrera deux tlls Ui-ko et lupa-Anaki. L(> jjrcmier :

et

avait l'habitude de

des crimes

mme

brave

le

et le

pas

et

pouvantables cl viola grand ].)olitique. Viracocha

cadet et celle

finit

par choisir

drogation de

la

le

nom

('1)

fait

second; mais

supposer que lupa-Annki

C'st 1'hi.stoirr

\a\

le

les

tait le fils

connnit tait

enirc l'aine

nobles ne consentirent

fatigue de sa longue ou plutt le lgilime). CiC de quelque concubine. Au

et l'inca,

mle

il

second

pre hsita longtemps

coutum(\

carrire, abdiqua en faveur de i'rko

s'enivrer;

les vestales.

de Mania (aboca dans Montesinos.

-

410

Trko fut si mprisable que les chants et pomes ne le reconnaissent pas comme Inca. Le frre, lupa-Anaki, voyant que les trangers avanraient la eouqule de Cuzco, et que ni Urko, ni !c vieux Viracoclia n'taient capaliles de la lte des mcontents et prit les prparer la dfense, se mit insignes dire d'Ilcrrcra,

,

Tavnement de lupa-Anaki reproduisit Tavnement de Viracoclia; c'est probalilemenl une

d'Inca. Selon [((Mrera,

ilans tous

ses dtails

erreur de

mme

tradition qui spare en deux un seul et personnage. X. Lnka Iupa-Anaki l'usur])ateur dont on vient de parler. Se sentant trop vieux pour continuer la guerre contre les Collas, il abdi([ua aussi en la

,

faveur de son

lils.

Topa Inka Iupa-Anaki. Grand conqurant el grand polili(iuc. Ses conqutes du Chili et du Tuccuman vers le sud, de Quito et Bogota vers XI.

le

vnements identiques ceux que Monlesinos attribue Kapak Iupa-Anaki, surnomm Vira-Cocha. fut le pre de Huayna Kapak en quoi Ilerrera s'accorde avec tous

nord, sont des Titu Il

,

les autres historiens.

Huainacava ou Huayna-Kapak

XII.

,

pre

de Hua-Achka-lv'kari et

d'Ata-Huallpa.

SELON A COSTA.

4"

I.

la srie des Incas par Inga Rocca, comme Mondonne Manko Kapak comme souche de la famille, une telle dislance ([u'il en fait un Adam pruvien

Acosta commence

lesinos.

mais

il

est vrai qu'il

Il

le

place

roi dynastique 1). Au fond, il fait sortir les Incas, Montesinos, d'un tat anarchi(iue de barbarie qui aurait succd

plutt qu'un

premire civilisation qui se serait teinte laissant paitout des monuments merveilleux d'architecture 'inlrodnii'e.

raie

liiiiie,

donleui'

((((7/((

i

'/'(////./ .

.

maladie,

inoi'l,

v.

piijuer, ])ercci', coupei'.

mme

a la

poui'

IK, sparation violenle. cou])urc. sens spaiati(,in reliKjII, rliie,

di; /;;h?y;//c el /^(y/i/N

(\.//((.j

Vd qu'y le

ICll^ion.

cxci'S,

Al*, porter, cnipoi'lcr, supporter;

sens

cri.

niisri'e.

onl mis les Espa^inolsesl

raeiiu'

kximiessiun.

I.EUl; IM.US SIMPJ.l':

IN, couvcriure, II'.

l'apport.

:

lll.

eloignement.

volonlaiie.

IS. ('coulemenl.

lumiei'e.

splenileui'.

ineei liliide

dr. (rm

.

l'I',

aller,

ijanouissemenl.

emporler.

41

o 0, occultation

,

os, falgureux {us\ feu). OT, assaillir (de ut, haut,

secret.

ON (cfr. am) maladie. ORK, rection. ,

u UA. V. hua {va,

UK,

de creuser;

UGH,

UE

ba).

rection, profondeur, action cfr. liiik.

chaud, ardent.

(vide hue, hua, Itui).

UIK, rcipient, milieu [uis, uil). UILL, mystre, rv'Iation, dveloppement.

UIN, augmentation.

UIN UlU,

(cfr!

huin).

couvrir, superposer.

UL,

saut).

il8 KO.

KAT, KAU,

tiare.

exciter

j^aycr,

ratlcntion,

KULL,

pousser

jeter,

KKN. Kl,

mesurer.

couper,

Kl'X,

K {=: Lu

-i- l:a,

])oint M^

points

antriorit, ])ro|^n'ession. Iv'KAK, circonvallation conlrac,

K-'KAL, lorcc

violence,

.

esprit.

K''KI;N

K''KAI', (Heniliie,

K"l\OI.I,

K"KO.S

gai'd(>r,

,

entrer;

/,'7,((

l;"l,ii.

donner, aug-

inriilei'.

tat

de repos,

K"Krc.ll, angle, coin, pointe. l\"KLi.L, contraction, petitessi;

tile.

mince.

K'KA^' ('comme ,

essence.

tendue, lointain.

K"i\()T, amoucelei'.

K'K'.Mj. milieu.

7,v

,

connue

attache.

K''KAT, (chelonnemenl.

K'KK

sens.

K"KON. garder, seircr, broyer. K"K()I* ^poir ///',, immondice

]iiot!j,cr. loui'd(uir.

mme

substance, moelle, contraction.

puissance.

cuir,

l'oi'ce,

,

iv"KOi!. coujjcr, inlioduii'C.

(lommaj^e. K''KAN, liilcr, allumer. ,

i\'KAS,

{lu')i]

K"KO, cavit, concave, rotondit.

K"KOi',

intelliiJjCnce.

K''K.\i!.

exp-

K"KO.M. eloit, valeur.

clat, pousse, lien. K''ivA(;il, K-'KAIl, lumire.

K'KAl'il',

.

couseil.

..K

liou.

Iv'KA.M

supt''iioi'it,

KUS, l'eu, ai'dcur, gal. KUT. couper, lu'oyei'. pileiv

sein, milieu.

K"KA

idem.

ricnce. talilii'.

lier,

dounei'

iustiaiiiieul.

re|)Os.

pouvoii',

Kli\,

/,////,

;

;

compU'r. Kl.

as^emlila^e de i)ailios di-

KOli, coupei' /,;//'. ideiu. KIJ. mouveuient, sei'vice auimal,

liroder, peiudie.

sou. chaut.

\\\A'.

/,(;

l,"l,(i.

KOI', [nni; Lup. idem.

Iwilier.

KI']I.L.

cl

sein, iutrieur.

KON,

(lourdeur;

louillc;

tra^inciil,

I.ll

verses, asseuil)le

adiiiii'er.

Kl'],

partie,

COIIIIIK!

.

Ltiij

dedans.

iv"KLS, K''K

Inuideiir.

U

I".

galer, lisser. coiipei'.

GH (di\, enveloppe, ndlieu, nu''lange. 1.11 \K. iappnit, lien (riiinou, li'a\eis('|-.

'dlWl connue .

empchei'. dfense. gail(''

Mini

.

.

iMiciiaiileuicul

(dl.\N. mntatinu. cliaugeuient. C.IIAI',

recliligne.

(dl\^, voix, prsence. CilK.

peicer, oiivi'ii', ipu'hpie eliose.

laire pa-sci

,

419 GHl,

CUIS, arrler.

accuiiulatioii-

CHIM, parit des CHIN, cacher. CHIP, lumire. CHIii, ouvrir,

diverses parties.

claircir.

GlIO,

clater, jeter, assaillir.

CHU,

[)Ousscr,

chasser,

CIIUU,

vide.

CHUT,

serrer, courroie.

diviser

H HA, broyer. HAK, courbaluro, HA.M

,

HUAK, HUAN, HUAY,

marche, chemin, mthode,

moy{'n.

HAN, liaut(.'ur, couvrir. HAT, grandeur, etorl, hte.

tomber, piM'cer. HOK, bas [hoh-rini

mouvemenl

rapidit,

,

centre, progression, marche,

l\[],

tissu,

HUIL,

,

,

lissu (face', figure.

HUlv, comme Iwk.

HAY, pntration, lgret. Hl

voix.

vol.

tendue, aisance.

IIAU,

individualit.

HUA, tour.

venir d'en

bas, se dress(!r).

origine.

secret, intrieur,

HUM,

mystre. humidit, urroscment.

HUN,

accumulation.

LL LLA

,

diviser,

racler,

amincir,

prouver, attrister,

LLAK,

entasser les lragmentsd"un(,'

LUAUT

'racine lia),

commande-

ment, imposition. LUI, fendrt;.

LIJU, lumire.

chose.

communaut.

LLA.Al, travailler, s'etorcer, tche.

LUO,

remonter,

LLAN,

LLU,

occultation,

tacher, collant.

sgrgation.

M MA, mesure, contenance, recherche.

MAH, poids. MAL, essayer. MAX, rtlchir. ME, comme ma.

distance,

Ml, intrieur, rentrer,

MIT, comme ma

MO

(comme ma),

MU, .MUS .AlUY,

et

m

.ller. (tour'.

disiance, lieu.

dessiner, prtendre, lien. jiios)

,

cercle.

draisonner.

-

420

N, N NAK,

,

N prsence,

])Ossossioii.

.\.\,

privation violcnlc.

.NAK, privalioa [nacrlia, oniilo

iirojcclion.

.NAP, respect. NI, luiiiirrc.

NI, expression, direcliou.

AU, lumire.

NU, aisance, suavit

racler, priver).

P, P...p l'A

progi'cssion

,

,

])oint

de dpart

PE,

piojeclion.

PI, examen, observation, cons-

(eau, courant, pluie).

P\l\, ii'radialion.

quence, i)nlratiun

PA(;il, jonction, masse., tissu.

jection

PAUL, sparer, lire. PAM, tendue. PAN, ouvrir, errer. PAS, dlier. PAT, pied, soi, terrain,

P-'PA, circonvallalion, circulation, tour.

aile,

P"PU, comme ]iH. PU, projection, centre. PUi\, rplilion, retour.

PUS, PUT,

panouissement. valeur.

tour, pro-

PO, connnc pau.

plume (marche).

PAU, PAY,

,

j)rix.

guider. contraction.

R RA

enveloppe, couverture, trou. intrieur, chaleur. ,

RAP,

coulement.

RAS, RAT,

RU,

coller, rattacher.

nionlei'.

SAK,

individualit,

pointe, projection, marche

RUT, couper (comme m].

branche

SAI.L, pointe, ingalit.

SILU, pointe. SIM, discours. SIN, arrondi.

S.\.M, jilaisir, repos.

SIP, fermer, plisser;

comme

>.v;

.s7(/,'].

SA.N, feu.

SAP,

distinction, exception, racine.

Si;i\, attache.

Si

K

,

pousse.

roi

P>UR, former.

corchcr, chaleur.

RUIv,

rau).

forlitude,

RUP, brler. RUK, serrer fortement; comme

glisser.

l'iAU,

RO (comme ROK,

diviser, fragmenter.

l^AR,

lan, vision, parole, flexion.

lU,

si])i

.s//)fl,s

(pucelle)

'crpuscule).

SI, aiguiser, fendre.

SIT,

tablir.

SOK, rehausser,

se dresser.

421

SOKT,

couper.

SON (comme

con]

,

garder, enfer-

mer, descendre. SU, recueillir, vivre.

TA,

TI

vaciller.

claircir.

,

clat

TIT, lourdeur,

pousser,

ainsi

tan

-\-

{tanlani) amonceler, foule.

ta

TO, expansion. T''TA (rcnforc. de