Pouvoir et finance en Méditerranée pré-moderne : le deuxième etat mamelouk et le commerce des épices (1382-1517)
 8400087976, 9788400087975

  • Commentary
  • Monograph, not periodical!
Citation preview

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE: LE DEUXIÈME ETAT MAMELOUK ET LE COMMERCE DES ÉPICES (1382-1517)

FRANCISCO JAVIER APELLÁNIZ RUIZ DE GALARRETA

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE: LE DEUXIÈME ETAT MAMELOUK ET LE COMMERCE DES ÉPICES (1382-1517)

CONSEJO SUPERIOR DE INVESTIGACIONES CIENTÍFICAS INSTITUCIÓN MILÁ Y FONTANALS DEPARTAMENTO DE ESTUDIOS MEDIEVALES BARCELONA, 2009

PRÉSENTATION

In a memorable passage of his Principe, Niccolò Machiavelli drew a parallel between the Papacy and the governance of the Mamluk Sultanate in Egypt. In both instances, a peculiar form of autocratic government was combined with the absence of a hereditary right to their position of the monarch and of his entourage. This is not the occasion to speculate about Machiavelli’s judgment. Rather, his example shows that he was representative of a small but distinguished series of late medieval and early modern thinkers –Tolomeo di Lucca and Francesco Guicciardini among others– who were fascinated by the Mamluks’ governance and society. This interest in the Mamluks waned from the mid-16th century onwards. Scholars and philosophers –Voltaire and Holbach among others– occasionally referred to the Mamluks, but, by and large, interest in them, and knowledge of their affairs cannot be said to have been especially cultivated among Europeans. Things have changed in the past few decades. However, if Napoleon’s Egyptian expedition revived a certain degree of interest in the history of Egypt and of the successive waves of peoples who dominated that region and its government, it was not until fairly recently that a systematic and continuous interest in the Mamluks developed in Europe and North America. A glance at the bibliography contained in Francisco Apellániz’s book will reveal the existence of a few dozen titles published in recent years on the history of the Mamluks. In contrast to late medieval thinkers who were often awed by the might and grandeur of the Mamluks, scholars in recent years have rather been struck by the spectacle of the Mamluks’ decline, of the corruption that allegedly prevailed in the Mamluk sultanian court. Francisco Apellániz, picking up his scholarly cues from some of the more recent scholarly works on the Mamluks, most especially the studies of Jean-Claude Garcin, set out at once to inscribe his study within the context of this relatively recent scholarly discussion and to contribute a new perspective about the nature of the Mamluk governance. In fact, his book contains a strong thesis. Apellániz’s principal concern is to understand the nature of power in the Mamluk Empire, and the basis for the Sultan’s seemingly auto-

8

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

cratic authority. The first observation worth making about this conclusion is that he, systematically and very forcefully, sets his own scholarly findings against those of the great majority of scholars who, directly or not, have written on the Mamluks. Of course, he draws much information from the work of other scholars; and in the case of some younger ones (Petry, Stöckly, Meloy) he acknowledges the proximity of some points of his position to theirs. But one cannot but be struck by the insistence with which he disagrees (on major, interpretive points) with some of the senior scholars in the field, most especially with Eliyahu Ashtor. The key point of disagreement is not insignificant, as it goes to the heart of the nature of Mamluk society and the bases of Sultanian power. Contrary to other scholars who had seen in the Sultan’s policies evidence of an autocratic power, an indifference to the development of the commerce in spices, and a desire to drain the resources of commerce in order to finance his rapidly mounting military expenses, Apellániz presents a complex and composite argument. This is not the place where to summarize his position. Suffice it here to state that key elements of this argument are the transformation (and eventual decline) of the K…rim† merchants, the emergence of the ³aw…Þ… merchants, the establishment of Sultanian agents in positions that were key for the transit and commerce of spices, and the direct involvement of the Sultan in commercial agreements with European powers so that he might draw fiscal advantages from the assignment of spice stocks to European (particularly Venetian) merchants. Indeed, some of the most interesting sections of this book are devoted to the creation and administration of the cottimo, both for the Venetian polity and the Mamluk kingdom. This reinterpretation of the Mamluk Sultans’ engagement with the spice trade has significant consequences for our understanding of several far from insignificant issues. Accompanying (as a basso continuo) these discussions, is a continuous argumentation about the nature of the Mamluk state, and the inadequacy of previous interpretations that imputed to the Mamluk Sultans a single-minded determination to bring about an increasing centralization of their state. The inadequacy of this view is repeatedly emphasized by Apellániz, a position that, I think, will now provide a new point of reference in discussions of Mamluk political organization. Perhaps the broadest and most interesting implication of Apellániz’s conclusions addresses an old, historiographic position that has profoundly influenced our understanding of European-Arab relations. Since the publication in 1929 of André Sayous’s book on European-Tunisian commercial relations in the late Middle Ages, historians accepted the view that, starting in the 15th century, Arab powers (and more specifically Arab political and entrepreneurial elites) fell increasingly behind Europeans, and that the spirit of innovation and progress that marked the history of Europe was largely absent from the Arab

PRÉSENTATION

9

world. (Significantly, Sayous’s position was accepted, without many qualifications, by F. Braudel). Apellániz does not of course overturn this argument. But his thesis offers significant elements on whose basis to launch a reconsideration of this traditional position. For Apellániz shows that the Mamluk Sultans were far from indifferent to the development of the spice trade, that their attitude was not simply rapacious, but that they had a clear understanding of the political and fiscal implications of the spice trade. Thus, they sponsored agreements with Venetian merchants which would redound to their (Sultans’s) interests, by allowing them to raise the funds with which to pay for their increasingly expensive military staff. This part of Apellániz’s argument (which is clearly the central part of his book) is fascinating and is supported by a wealth of important detail. His expert reading of the extant documentation enables him to tease out of his sources suggestive and convincing arguments, even where the sources are not always eloquent. Apellániz’s strong argument, supported as it is by a wealth of data drawn from Arabic and European sources, might well inspire other scholars to raise some of the same questions he does, examining them from different perspectives. One further observation about the thrust of Apellániz’s argument. If, indeed, both Mamluks and Venetians (but also Aragonese and Genoese) were directly, if unequally, implicated in the establishment of the system of spice stocks, then the predicate Méditerranée in the book’s title is fully justified. Apellániz has argued that the sort of division that has been postulated as being a central characteristic of the Mediterranean world in the late medieval and early modern period needs to be re-examined. The world reconstructed by Apellániz has brought together all sides of the Mediterranean world (north and south, east and west) into a series of overlapping commercial/political systems, imbricated (one is tempted to say) into each other. It is an image and an argument that could have easily found their places in Braudel’s Méditerranée, and which Braudel’s critics would have now to address. Finally, a few words about the methodological and theoretical implications of Apellániz’s study. One of the points that strikes the reader about this book is the author’s critical stand vis-à-vis positions advanced by “neoinstitutional” economic historians, who have often expressed their singleminded determination to privilege in their analyses the history of capitalism, as if this were the single prism from which to examine economic change in the past. Karl Polanyi’s positions, however innovative and stimulating they might have been when they first appeared, present their own problems, of which Apellániz is not unaware. In fact, a reading of this book makes it clear that the issues examined here cannot be simply disposed of by reference to a presumed capitalist orthodoxy. Issues of power, of unequal social relations, and of cul-

10

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

tural traditions within each of the societies examined were inevitably entangled in the economic give-and-take between the Mamluks and the Venetians, and these issues must be understood if we are not to impose our own stereotypes on these societies. So, on this score, I cannot but applaud Francisco Apellániz for his theoretical approach: the assumption that in all societies and at all times, the pursuit of economic advantage (and that alone) governs the behaviour of entrepreneurial and political elites is more than likely to lead us to analytical dead ends. A reader could think of this book as the end product of a research effort launched by Francisco Apellániz several years ago when he started his doctoral studies at the European University Institute. I would rather see it differently: as an intermediate stop in an intellectual journey that will continue in his new and ambitious project on the mercantile networks documented in notarial documents redacted in Damascus and Alexandria from the fourteenth to the sixteenth centuries. Drawing on the strong hypotheses presented in this book, and building on the scholarly foundations he put in place during the past several years of research, Francisco Apellániz now promises to add another chapter in the history of the late medieval and early modern Mediterranean.

Anthony Molho The European University Institute

ABRÉVIATIONS

ARCHIVIO DI STATO DI VENEZIA (ASV) ARCHIVIO DI STATO DI GENOVA (ASG) ARXIU DE LA CORONA D’ARAGÓ (ACA) BIBLIOTHEQUE DU CIVICO MUSEO CORRER (BCMC) BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE (BNF)

CHAPITRE 1 INTRODUCTION

1. LE PROBLÈME DE LA CONFORMATION DU POUVOIR MAMELOUK Le deuxième Etat mamelouk, également connu comme dynastie circassienne, a été souvent représenté comme une dégénérescence de l’Etat Ba|r† (1250-1382), qui l’a précédé, et parfois comme une simple variation ethnique dans la composition de ses élites militaires, d’abord d’extraction turco-mongole, puis surtout circassiennes pendant la période 1382-1517. Cette forme d’organisation politique fut définitivement mise en place durant les règnes des deux premiers grands sultans mamelouks, al-®…hir Baybars (1260-1277) et al-Man¡™r Qal…w™n (1279-1290), et considérée par certains historiens anciens et modernes comme un idéal progressivement terni par ses héritiers du bas Moyen Age: les Circassiens. Dès les débuts du régime, l’Egypte et ses provinces étaient gouvernées par une élite militaire d’origine servile, noblesse d’une seule génération du moment que, en théorie pour le moins, les fils de mamelouks n’héritaient pas des privilèges de leurs pères. La charge sultanienne, en théorie aussi élective, inspira des penseurs de tradition thomiste, comme Ptolémée de Lucques, qui y voyaient un exemple de gouvernement des meilleurs1. Dès les origines de la dynastie, l’autorité sultanienne fut placée au-dessus des autres formes de juridiction, comme celle du califat. Al-Man¡™r Qal…w™n arracha au Calife la délégation de tout pouvoir exécutif sur la personne du sultan et cette supériorité fut théorisée plus tard par des théologiens de l’époque mamelouke2. En raison du caractère non héréditaire des élites mameloukes et du régime électif, en plus de la capacité des mamelouks à s’élever dans l’échelle sociale en vertu de leurs propres qualités, il existait une tradition médiévale chrétienne qui aimait comparer la forme de gouvernement de 1 Dans sa continuation à l’œuvre De regno, ad regem Cypri, de Thomas d’Aquin, connue généralement sous le titre De regimine principum, livre 4, chapitre 1: «De differentia inter principatum regni et principatum politicum, quem dividit in duos». 2 NORTHRUP, LINDA S., «The Ba|r† Mamluk Sultanate, 1250-1390», dans The Cambridge History of Egypt, édité par Carl F. Petry: Cambridge University Press, 1988, p. 254.

14

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

l’Etat mamelouk à celle de la papauté. Et pourtant, le dernier Etat médiéval du Moyen Orient a toujours posé un problème en termes d’organisation politique: même des penseurs comme François Guichardin et Nicolas Machiavel, tous deux contemporains de la chute des Mamelouks, nous ont laissé des analyses très divergentes dans leurs descriptions du pouvoir mamelouk. Au sujet de la société mamelouke, Guichardin soulignait la mobilité et l’égalité de statut des individus et, quant à l’organisation de l’Etat, il admirait la discipline de la milice, soutenue par les nombreuses rentrées de l’Etat. Machiavel, de son côté, en dépit d’une admiration déclarée pour l’organisation militaire des mamelouks, mettait l’accent sur les faiblesses du système politique: il y voyait une tension entre un prince électif (nouveau) et une oligarchie militaire qui le précédait et qui empêchait son action politique3. Pourtant, les tensions et les contradictions inhérentes au système de gouvernement mamelouk ont souvent été négligées par l’historiographie. En effet, on a eu tendance à ignorer ces problèmes d’organisation politique, renonçant parfois à identifier les tensions et à déconstruire l’Etat mamelouk dans les divers acteurs qui le composaient. L’institution sultanienne a été souvent représentée comme un pouvoir sans contrepoids, autocratique. En ce qui concerne les processus sociaux et politiques accompagnant les dernières étapes du sultanat, l’on a souvent adopté des arguments d’ordre moral ou matériel, comme la prétendue inadaptation des mamelouks aux armes à feu. L’un des premiers exemples de ce manque de complexité ressort des théories sur la chute de la dynastie, qui depuis très tôt ont visé davantage à souligner la décomposition du système initial, fort idéalisé, qu’à comprendre les particularités du deuxième Etat mamelouk. Une image qui peut nous servir à comprendre cela, provient de la polémique suscitée en Europe à l’endroit à propos de la fin violente de la dynastie, survenue en 1516-1517, et du rôle joué dans celle-ci par les armes à feu. Au début du seizième siècle, lors des campagnes des Ottomans contre les Mamelouks et les Safavides, et dans le cadre 3 «E avete a notare che questo stato del Soldano è disforme a tutti li altri principati perché e’ gli simile al pontificato cristiano, il quale non si può chiamare né principato ereditario, né principato nuovo: perché non e’ figliuoli del principe vecchio sono eredi e rimangono signori, ma colui che e’ eletto a quello grado da quegli che ne hanno autorità (...) se bene el principe è nuovo, gli ordini di quello stato sono vecchi e ordinati a riceverlo come se fussi loro signore ereditario». MACHIAVELLI, NICCOLÒ, Il Principe éd. Giorgio Inglese, Torino, 1995, XIX, pp. 65-67. Guichardin se fait l’écho de certaines idées de Machiavel sur les Mamelouks, quand il reprend la comparaison avec la papauté (Storia d’Italia, 10, 4): «... avere in tutto il mondo similitudine due principati, quello de’ pontefici romani e quello de’ soldani del Cairo, perché né la degnità del soldano né i gradi de’ mammalucchi sono ereditari ma passando di gente in gente si concedono a’ forestieri...». Dans le passage où Guichardin narre la défaite et la disparition du sultanat, il recueille les divers topoi européens sur la mobilité sociale, la cohésion de groupe et la discipline des Mamelouks, il souligne la perfection de leur système politique et celle de l’appareil fiscal du sultanat, tout en évitant, cependant, les éléments de tension notés par son contemporain (Storia d’Italia, 13, 9).

INTRODUCTION

15

de conflits semblables en Europe, un certain débat fut entamé sur le sujet des armes à feu utilisées sur les champs de bataille. En Italie, par exemple, l’on peut trouver des échos de certaines informations arabes concernant l’utilisation d’artillerie de campagne par les Ottomans. A propos du conflit entre Ottomans et mamelouks, Guichardin l’expliquait comme un fait d’armes extraordinaire, remarquant non pas l’organisation supérieure du rival ottoman, mais sa puissance militaire. Machiavel, de son côté, avait polémiqué sur ce point avec l’appréciation, ironique, selon laquelle la fumée des canons de Sélim avait épouvanté les montures des chevaliers mamelouks4. Ces considérations, au-delà de la simple anecdote, font partie d’une conception politique bien plus profonde dans la pensée de Machiavel, qui tendait à éviter les explications basées sur des conditionnements matériels ou techniques, explications qui négligeaient l’importance de la cohésion et de la discipline militaire. Avec cette image des montures mameloukes en déroute, le point de vue de Machiavel coïncidait avec l’opinion d’autres auteurs arabes, comme d’Ibn Zunbul, qui tenaient compte de l’importance indirecte de l’artillerie mais surtout des problèmes de discipline et des conflits politiques qui brisaient la traditionnelle cohésion des soldats-esclaves. Cette scène de bataille évoque les problèmes de la faiblesse de la conformation de l’Etat, présents dans toute l’histoire mamelouke et surtout dans les faits d’armes de 1516-1517. Nous avons choisi cette image car elle sert également à montrer le manque, de nos jours, d’un cadre conceptuel homogène pour articuler nos connaissances sur la fiscalité et l’aménagement administratif, les recherches sur l’organisation politico-militaire et les visions sur la société d’alors. Le projet qui recueille en ligne la bibliographie mamelouke compte à l’heure actuelle 16.000 entrées; cependant, il a été récemment soutenu que «si l’on veut indiquer un seul livre qui narre la façon dont l’Etat Mamelouk fonctionnait et imposait ses desseins à ses sujets, la tâche s’avère assurément difficile»5. Quand le Maghrébin ‘Abd al-Ra|m…n Ibn Hald™n (1332-1406) arriva en Egypte en 1382, dans le cadre de son appartenance au programme de gouvernement du premier sultan Circassien, Barq™q, il fixa cette vision élogieuse de la cohésion politique de ces soldats étrangers, l’institution militaire qui permettait l’accès aux hautes fonctions et l’élection à la charge suprême parmi des

4 «E se il Turco, mediante l’artiglieria, contro al Sofi ed il Sodano a havuto vittoria, è nato non per altra virtù di quella che per lo spavento che lo inusitato rumore messe nella cavalleria loro», MACHIAVELLI, NICCOLÒ, Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, éd. Corrado Vivanti, Torino, 2000, 2, XVII, p. 180. 5 H UMPHREYS , R. S TEPHEN , «The Politics of the Mamluk Sultanate», Mamluk Studies Review, 9 (2005), p. 224.

16

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

égaux en statut6. Pourtant, à l’époque où il écrivait, le royaume subissait déjà de profondes transformations qui ne se reflètent pas tout à fait dans sa pensée. Malgré sa participation à un gouvernement très troublé, son implication dans des coups d’Etat et ses conflits avec les élites de la magistrature égyptienne, sa vision du régime mamelouk resta attachée à ces conceptions idéales. Ses contemporains, en effet, allaient se montrer beaucoup plus sévères. Dans un jugement resté célèbre, l’historien Ibn TaÐr†bird† (1409-1470) affirma que sous Barq™q et ses successeurs «les affaires de l’Etat se virent profondément bouleversées». Ibn TaÐr†bird†, en raison de ses origines familiales (il était fils d’émir) entendait ce bouleversement comme l’arrivée et la permanence au pouvoir de nouvelles élites circassiennes7. Cette sentence, même si la lutte des factions ne sera pas la seule clé de compréhension dans cette recherche, exprime l’esprit d’une époque particulièrement troublée. Dans notre recherche nous tâcherons de comprendre la nature de ce bouleversement, mais à travers l’étude du rapport, qui, sous les Circassiens, s’établit entre l’exercice du pouvoir, les finances de l’Etat et le maintien de l’apparat militaire. Les écrits du «disciple» d’Ibn ³ald™n, A|mad Ibn ‘Al† al-Maqr†z†, inaugurèrent une nouvelle ligne qui intéresse plus profondément notre recherche. Cette ligne d’interprétation critiquait les procédés d’un pouvoir plus fortement sultanien, et soulignait les mauvais effets de certaines décisions politiques dans le domaine économique. La critique contemporaine qui souligne les caractères arbitraires du sultanat à l’époque circassienne ne s’est pas exclusivement inspirée des travaux d’al-Maqr†z†, mais ses œuvres, notamment sa chronique, ont fourni de nombreuses informations illustrant la décadence économique de son temps et la vision autocratique de l’autorité mamelouke. A la différence d’Ibn ³ald™n, al-Maqr†z† n’était pas intéressé par l’analyse sociologique ni par la théorie politique; c’est dans ses travaux économiques qu’il se révéla comme un intellectuel particulièrement engagé et comme un homme de son temps. Ce mu|tasib adressa ses œuvres économiques à divers gouvernements de l’époque circassienne, et chercha à en tirer des résultats pratiques8. 6 Pour les activités d’Ibn ³ald™n dans le gouvernement de Barq™q, FISCHEL, WALTER J., Ibn Khaldun in Egypt: His Public Functions and His Historical Research (1382-1406); A Study in Islamic Historiography, Berkeley and Los Angeles, 1967. Pour une approche critique de l’interprétation d’Ibn ³ald™n du système mamelouk, voir AYALON, DAVID, «Le phénomène mamelouk», dans Le phénomène mamelouk dans l’Orient islamique. Paris: Presses Universitaires de Fance, 1966, pp. 41-51. Outre Fischel, le refus de problématiser la politique de Barq™q de la part d’Ibn ³ald™n a été remarqué par LITTLE, DONALD P., «Historiography of the Ayubid and Mamluk epochs», dans The Cambridge history of Egypt édité par Carl F. Petry et M. W. Daly. Cambridge-New York, 1998, p. 436. 7 AYALON, DAVID, «The Circassians in the Mamluk Kingdom», Journal of the American Oriental Society, 69 (1949), p. 140. 8 A juste titre, ses travaux historiques commencent à être jugés de façon de plus en plus critique,

INTRODUCTION

17

Dans l’un de ces travaux, IÐ…Åat al-Umma, al-Maqr†z† recherchait le “secours de sa communauté” car il croyait que certaines dispositions du gouvernement nuisaient à l’économie et provoquaient la faim. Le but de cet ouvrage était de favoriser une réorganisation du système monétaire, proposition qui fut adoptée de son vivant9. En raison de sa carrière en tant qu’inspecteur des marchés, il était profondément concerné par la puissance que les institutions, issues du domaine politique, avaient sur la sphère économique et surtout sur les marchés. al-Maqr†z† commence son œuvre en signalant le caractère unique de chaque contexte historique, et nous prévient sur les dangers encourus par ceux qui, poussés par leur propre perception des faits d’aujourd’hui, tentent de projeter leurs catégories sur les sociétés du passé. Par exemple, dans le cas de la famine survenue sous le calife al-ð…kim, c’est dans un cadre unitaire qu’alMaqr†z† analyse la récurrence de mauvaises récoltes, les troubles dans les prix qui en dérivaient, les éventuels processus inflationnistes et les mesures adoptées en matière monétaire. Il place dans un contexte concret l’apparition de nouvelles institutions, comme le contrôleur (‘ar†f) et le système de stocks (matºar) mis en place en ce moment pour réguler le commerce du grain. Mais al-Maqr†z† ne se borne pas à signaler l’existence d’institutions formelles: il étudie, en effet, les effets pernicieux que celles-ci provoquaient quand elles étaient maintenues sous des conditions économiques différentes10. Al-Maqr†z†, qui ne devait aller contre aucune orthodoxie capitaliste dans sa compréhension des phénomènes économiques, tentait de transmettre qu’il n’y a pas de coupure entre les ressources que l’on a à notre disposition et la façon dont on les gère, et que les marchés ne peuvent pas être séparés des institutions qu’on instaure pour les réguler. En s’inspirant des travaux comme l’IÐ…Åat al-Umma, l’intérêt profond pour les institutions économiques et le contexte où celles-ci ont vu le jour aura le dessus dans notre recherche. La diversité des approches des historiens de l’époque circassienne apparaît, nous semble-t-il, dans les travaux modernes sur les Mamelouks. C’est la ligne «historique» (et, malheureusement, non économique) amorcée par al-Maqr†z† qui a, dans une large mesure, modelé notre vision de l’économie mamelouke. L’énorme importance accordée par l’historiographie aux luttes de factions provient de la richesse des sources courtisanes, écrites par Ibn TaÐr†bird†, Ibn Iy…s et d’autres ‘ulam…’, qui bénéficiaient de la redistribution et A MITAI, R EUVEN, «Al-Maqr†z† as a Historian of the Early Mamluk Sultanate (or: Is al- Maqr†z† an Unrecognized Historiographical Villain?)», Mamluk Studies Review, 7 (2003), MASSOUD, SAMI G., «AlMaqr†z† as a Historian of sultan Barq™q», Mamluk Studies Review, 7 (2003). 9 Voir Chapitre 3, note [13]. 10 AL-MAQR‡Z‡, A|mad Ibn ‘Al†, Ighathat al-Ummah bi-Kashf al-Ghummah éd. Sa`id `Abd al-Fattah `Ashur, Cairo, 1990.

18

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

du patronage mamelouks. Les historiens recouraient à la richesse des sources vénitiennes quand ils traitaient des affaires commerciales ou diplomatiques, mais ils n’intégraient pas vraiment les événements politiques et institutionnels mamelouks dans un horizon méditerranéen. Dans cet esprit, notre travail essaie de mettre en perspective les solutions concrètes adoptées par le pouvoir circassien, afin d’analyser le partage des ressources et de donner un contenu politique au régime. De nombreuses études sur l’Etat et l’économie mamelouks on vu le jour dans le contexte de la guerre froide et des événements qui en ces annéeslà secouaient le Moyen Orient. La tradition européenne qui, à l’aube de l’Age Moderne, s’intéressait à la forme mamelouke de gouvernement, a été remplacée par une autre qui soulignait le caractère autocratique du sultanat et en explorait les effets négatifs sur le domaine économique et social. La rémission des procédures de l’organisation primitive mamelouke, c’est-à-dire la lente ascension dans la hiérarchie miliaire, le respect de la vertu et de la tradition militaires, ainsi que le principe fondamental de l’impossibilité d’hériter du statut de mamelouk, fut soulignée comme caractéristique de cette deuxième époque de décacence11. Ces études, appuyées sur l’extrême richesse des sources, servirent à illustrer des cas ponctuels plutôt qu’à conceptualiser les diverses problématiques. Les expédients dans le domaine économique n’ont pas pris place dans le cadre d’un effort de compréhension des structures et des changements de la politique mamelouke; la lutte des factions n’a pas été problématisée en tant que principe qui articulait le jeu politique (sauf, récemment, par Jean-Claude Garcin) mais, surtout, il n’y a pas eu de consensus sur la constitution du régime. Pour certains, l’Etat subit une centralisation progressive autour de la figure du sultan, tandis que d’autres auteurs ont conclu à la forte décentralisation du pouvoir dans les provinces. Dans son étude sur l’action politique du sultan Barsbāy, John F. Meloy a remarqué une tendance à la centralisation du pouvoir chez les premiers circassiens12, tandis que sa monographie sur les rapports entre le centre et la province du ›iÞ…z insiste sur

11 Un travail de D. Ayalon, daté de 1949, est aux origines de la mise en place puis de la diffusion de cet ensemble d’idées: AYALON, The Circassians in the Mamluk Kingdom. Dans l’avènement des Circassiens, avec l’appartenance ethnique comme axe principal, Ayalon voyait l’érosion de cinq principes fondamentaux du système d’esclavage militaire: longue formation militaire, obéissance hiérarchique, mobilité en raison des mérites, promotion lente, et existence d’une puissante oligarchie. A. Levanoni a fait remonter à une époque antérieure, la première moitié du XIVe siècle environ, les précédents d’un tel état de choses, notamment dans: LEVANONI, AMALIA, A turning point in Mamluk history: the third reign of al-Nasir Muhammad ibn Qalawun (1310-1341), Leiden-New York, 1995. 12 MELOY, JOHN L., «Imperial Strategy and Political Exigency: The Red Sea Spice Trade and the Mamluk Sultanate in the Fifteenth Century», Journal of the American Oriental Society (2003), pp. 1-19.

INTRODUCTION

19

la cession du pouvoir aux élites locales et l’articulation d’un rapport négocié13. L’étude de la société urbaine de I.M. Lapidus souligne la forte décentralisation en matière administrative14, tandis que de récentes recherches sur les finances des derniers sultans concluent à la centralité du modèle de pouvoir15. On compte à la fois des analyses qui présentent le pouvoir comme une sorte de régime absolu et, en même temps, une littérature centrée sur le conservatisme et l’immobilité de l’oligarchie mamelouke comme frein à la construction d’un pouvoir articulé et d’un Etat moderne16. Les études sur l’intégration de l’Empire dans le commerce interrégional font le point sur le contrôle exercé par le Caire sur les institutions économiques et sur les marchés17. Pourtant, et notamment à l’époque circassienne, cette vision coexiste avec celle de l’intégration de l’Empire dans le système modelé par le développement de l’Occident. Jusqu’à une date récente, il n’existait aucun consensus sur des questions considérées comme des points-clé pour la recherche européenne en matière d’Etat: la politique du sultanat pouvait être lue comme étant celle d’un régime féodal basé sur la redistribution foncière aux membres des élites militaires18, ou comme un pouvoir princier qui se développait sur les ressources du com13 MELOY, JOHN L., Mamluk Authority, Meccan Autonomy, and Red Sea Trade, 797-859/1395-1455, Ph.D. diss., The University of Chicago, 1998. 14 LAPIDUS, IRA M., Muslim Cities in the Later Middle Ages, Cambridge, 1966, p. 48. 15 Le caractère centralisateur du pouvoir mamelouk, bien qu’au sein d’une vision complexe et nuancée, a été mis en évidence par Carl F. Petry, pour qui il se fonde sur «la centralité de l’allotissement des terres dans le système financier de l’Empire». Petry voit dans la manipulation du système par des sultans autocrates la création d’un «fisc personnel», notamment au cours des 40 dernières années du sultanat. PETRY, CARL F., Protectors or praetorians?: the last Mamluk sultans and Egypt’s waning as a great power, Albany, 1994, p. 87, et surtout PETRY, CARL F., «Fractionalized Estates in a Centralized Regime: The Holdings of al-Ashraf Qayt-Bay and Qansuh al-Ghawri According to their Waqf deeds», JESHO, 41 (1998), pp. 112-115. Certaines études sur le gouvernement des provinces s’appuient sur les opinions de Petry pour en remarquer le caractère central et militaire, plutôt que civil, même dans les villes de moindre importance: LITTLE, DONALD P., «The Governance of Jerusalem under Qaytbay», dans The Mamluks in Egyptian and Syrian Politics and Society, édité par Amalia Levanoni et Michael Winter. Leiden: Brill, 2004. 16 Il faut placer au centre de cette vision les travaux du chercheur israélien D. Ayalon (1914-1998). D. Ayalon parvint à ces conclusions –c’est-à-dire l’inhibition d’une articulation sociale complexe du régime– en étudiant l’institution militaire mamelouke et ses problèmes d’organisation. Pour un aperçu critique: IRWIN, ROBERT, «Under Western Eyes: A History of Mamluk Studies», Mamluk Studies Review, 4 (2000), pp. 37-38. 17 Dans ses nombreux travaux, E. Ashtor (1914-1984) a développé une version économique du modèle de despotisme oriental né de l’illuminisme, basé sur l’absence, de facto, de droits de propriété au sein d’une économie politique à l’aspect patrimonialiste. Sa construction s’appuyait sur un usage massif de données des archives européennes. Ibid. pp. 35-36. 18 A. Poliak construisit une interprétation anthropologique marxiste de ce qu’il voyait comme une version asiatique du féodalisme, exportée au Moyen Orient, et notamment modelée par l’inluence du droit mongol. Ibid. p. 34. Le fait que ses théories aient été largement dépassées n’empêche pas que, pour beaucoup de chercheurs, la redistribution patrimonialiste des fiefs par le sultan soit la clef d’interprétation de la politique mamelouke, en dépit des dévéloppements liées aux autres formes de fiscalité, touchant largement la sphère civile et citadine.

20

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

merce international. Les analyses des dynamiques politiques n’étaient pas non plus unanimes; en effet, depuis l’époque Ba|r† il est possible de trouver des signes de centralisation, tout en reconnaissant l’importance des élites dans le système et l’impossibilité des sultans à gouverner sans l’appui des factions. Les régimes de sultans comme Barq™q, Barsbāy, Q…ytb…y ou Q…ns™h al-Ýawr† sont jugés sous l’aspect de la concentration du pouvoir, mais on remarque en même temps la faiblesse de ces sultans par rapport à leurs propres mamelouks. Les historiens de l’époque circassienne, malgré les prises de position en faveur de la cession du pouvoir à la périphérie, remarquent une tendance croissante à la centralisation; de plus, il n’était pas clair que l’utilisation de nouvelles ressources pour financer la machinerie militaire ait généré un développement des structures de l’administration centrale ou qu’elle ait effectivement poussé l’Etat vers un modèle bureaucratique-absolutiste. En ce qui concerne la constitution de l’Etat mamelouk, l’un des problèmes principaux est que les formulations théoriques sur son caractère absolu se heurtent à l’impression, que l’on peut avoir dans les recherches dont nous disposons, que les écrasantes dépenses militaires et la relative croissance des moyens financiers des sultans allant de pair, se traduisirent, paradoxalement, par une plus grande dépendance des gouvernants par rapport aux mamelouks. A propos des liens de la politique circassienne avec le monde civil, le trait commun est celui de la prééminence de la première sur les principes capables d’articuler le deuxième. Une ligne de recherche relève dans les formes de religiosité populaire et dans l’influence des hommes de foi les axes autour desquels jouaient les ressorts de la société civile. L’organisation de la société mamelouke a été vue comme une construction s’appuyant sur des fondements ethniques et religieux, articulée verticalement par les liens du patronage, mais jamais organisée en fonction de catégories comme la classe économique. Poussée plus loin, cette interprétation a ouvert la voie à d’autres qui soulignent le conservatisme et l’inhibition politique des élites religieuses comme causes de l’établissement d’une politique basée sur une institution militaire. Une nouvelle ligne, plus nuancée, l’explique par la formation d’une élite circassienne, par opposition à la masse de jeunes recrues et des militaires de grade inférieur, non intégrés dans l’appareil de l’Etat et encore sans expérience suffisante du jeu politique. Or, cette élite militaire circassienne galvanise autour d’elle la couche des notables citadins; l’on a ainsi remarqué la subordination des administrateurs civils à la sphère mlitaire19. Des travaux récents sur le milieu des secrétaires, basés sur les questions de la perpétuation familiale et du clientilisme, ont fourni une vision raide de l’Etat mamelouk dont on peut difficile19

LAPIDUS, Muslim Cities in the Later Middle Ages, p. 46.

INTRODUCTION

21

mement se contenter. A la lumière des sources arabes, produites souvent dans le milieu courtisan et qui rarement remettent en cause les fondements idéologiques de l’hégémonie militaire, ces études aboutissent par la force des choses à de telles conclusions. La résolution des litiges avec les hommes d’affaires étrangers, le déblocage des conflits en matière diplomatique et la pratique du gouvernement dans les villes marchandes nous empêchent d’accepter la proposition de B. Martel-Thoumian selon laquelle le rôle politique des élites civiles était inexistant. Même les grandes familles d’administrateurs urbains ne seraient, en termes d’importance politique, qu’une émanation du pouvoir militaire20. En ce qui concerne la couche sociale des marchands, les interprétations disponibles portent sur la disparition de ce qu’on a appelé la «classe marchande indépendante», en faveur du programme interventionniste du gouvernement21. Malgré l’importance octroyée à l’investissement étranger, on n’a pas reconnu quelque rôle politique que ce soit aux communautés marchandes chrétiennes ou musulmanes. Notre recherche est née dans le contexte d’une préoccupation, caractéristique de l’historiographie européenne, pour l’Etat et sa formation. Ces problématiques à peine ébauchées correspondent –du côté de l’islam médiéval– au même genre d’intérêts: quelle était la nature du pouvoir qui gouverna le Moyen Orient depuis la fin du XIVe siècle jusqu’aux débuts de l’âge moderne? Est-il justifié d’y voir des traits originaux? Sur quels genres d’acteurs peut-on déconstruire le deuxième Etat Mamelouk? Outre ces questions d’ordre général, d’autres sujets auront une constante récurrence dans ce travail, qui suit une disposition chronologique: les tensions entre une tendance initiale à la centralisation et un mouvement ultérieur en sens contraire, les essais des sultans pour centraliser les ressources et imposer leurs choix politiques, leur quête, enfin, de nouveaux alliés, notamment au sein des secteurs concernés par les échanges, et les conséquences que cela finit par entraîner. L’attention portée aux questions financières nous pousseront vers deux types de considérations:

20 MARTEL-THOUMIAN, BERNADETTE, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamluk (IXe/ XV e siècle), Damas, 1992, pp. 434-435, MARTEL-THOUMIAN, BERNADETTE, «Les élites urbaines sous les Mamlouks circassiens: quelques éléments de réflexion», dans Proceedings of the 6th, 7th and 8th International Colloquium, Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras, III édité par Urbain Vermeulen et Jo Van Steenbergen. Leuven, 1988-1999 (2001), p. 286. GARCIN, JEAN-CLAUDE: «Les Villes», dans Etats, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, Xe-XVe siècles, édité par Jean-Claude Garcin. Paris, Presses Universitaires de Fance, 2000, p. 163, GARCIN, JEAN-CLAUDE: «The Regime of the Circassian Mamluks», dansThe Cambridge History of Egypt. Vol.1: Islamic Egypt, 640-1517, édité par Carl F. Petry: Cambridge University Press, 1998, p. 308. 21 ASHTOR, ELIYAHU, Levant Trade in the Later Middle Ages, Princeton, N. J., 1983, p. 280. ASHTOR, ELIYAHU, «The Venetian Supremacy in the Levantine Trade: Monopoly or Pre-Colonialism», Journal of European Economic History, 3 (1974), pp. 27-28.

22

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

le premier type concerne la fonction de l’argent –c’est-à-dire la capacité à drainer des nouvelles ressources– dans les tentatives de construction d’une autorité plus forte. Le deuxième, dans un contexte social fortement dominé par des conditionnements religieux et doctrinaires, regarde l’argent comme un principe capable de générer mobilité sociale et pouvoir politique. Il faut prendre ici le terme dans un sens large, incluant la quête du profit par les individus, les contacts et l’expertise en matière d’affaires, le crédit, voire l’usure.

2. LE COMMERCE COMME POINT D’OBSERVATION DES CHANGEMENTS Puisqu’il n’y a rien de plus politique que le partage et la gestion des ressources, il est normal que la plupart des réponses soient liées, d’une façon ou d’une autre, à l’étude de l’économie. D’autres directions d’ordre culturel ou social auraient pu être suivies, mais ces options ne semblaient pas fournir un ensemble de pratiques et une documentation suffisant à illustrer et donner du contenu au régime. L’étude des factions mameloukes et de leurs stratégies de pouvoir aurait pu, grâce à l’abondance de sources, offrir une image d’ensemble de la période, mais cette perspective a souvent mené à représenter le sultanat comme un système de pouvoir excessivement centré sur la cour et ses intrigues, où la périphérie ne joue qu’un rôle subordonné, et les civils et l’administration, enfin, sont soumis à un pouvoir militaire arbitraire. En n’accordant qu’un intérêt secondaire aux factions mameloukes, le pouvoir sultanien se montrait comme une entité active et en rapport constant avec les milieux civils, les marchands, les communautés étrangères et le milieu urbain périphérique (les villes de Syrie, notamment). On peut se demander jusqu’à quel point la période circassienne est valable comme unité d’analyse; en effet, aucune rupture en matière doctrinale ou dans les appareils de légitimation ne fut invoquée par les nouveaux gouvernants. Nous ne nous intéresserons que secondairement à l’étude des factions, les origines ethniques des nouvelles élites militaires ont donc peu d’importance dans notre choix. Il s’est vu justifié par une approche essentiellement empirique, la cohérence de la période ayant jailli de la consolidation progressive d’un ensemble originel de pratiques et d’une série de stratégies. La «construction» particulière –ce terme ne comportant aucun caractère normatif– du régime circassien doit beaucoup, à notre avis, à la réaction du pouvoir circassien embryonnaire envers son environnement, à la recherche, de la part de ces gouvernants issus d’une période de luttes intestines, installés de façon précaire au pouvoir, de nouvelles formules. Cela nous amènera à une

INTRODUCTION

23

réflexion sur ce que nous percevons comme trait commun de la période, c’est-à-dire un intérêt renouvelé pour le commerce de longue distance qui traversait l’Egypte et la Syrie. En effet, les manifestations les plus nettes d’un pouvoir différencié à cette époque étaient liées à l’intervention sur le commerce extérieur. La politique de prestige menée dans l’hinterland commercial mamelouk, visant à sécuriser les entrepôts indo-méditerranéens, et le controversé «monopole» des épices, produits dans les années 1420-1430, semblaient constituer le début d’une action politique proprement «circassienne». D’autres points de départ empiriques proviennent des effets de certaines décisions politiques liées à l’avènement des Circassiens, comme celles qui provoquèrent la disparition d’un groupement financier d’importance: les marchands K…rim†. Au cours de notre travail de recherche nous avons fait remonter cette extinction, ainsi que d’autres phénomènes traditionnellement liés à l’action de sultans comme Barsbāy, à des périodes antérieures, notamment au règne d’al-M™’ayyad Šay² (1412-1421). De même, une continuité dans la politique gouvernementale sur les épices prit corps durant la période s’étendant de 1450 à 1517. Ainsi certaines politiques repérées dans un contexte précis semblaient-elles avoir des origines plus anciennes et caractériser effectivement toute la période. Le pouvoir circassien se manifestait à travers son intérêt pour l’investissement européen et sa volonté de drainer les rentrées du commerce de transit; au sein de cette notion de pouvoir, un peu abstraite, les sultans de la période semblaient avoir un rôle majeur. Il y avait une autorité sultanienne responsable de l’adoption de politiques tendant à réguler les marchés, à promouvoir des institutions économiques, à établir des pratiques homogènes avec les partenaires et à, parfois, formuler des discours concernant le crédit, l’organisation économique et le commerce avec l’extérieur. Par conséquent, le choix du commerce comme point d’observation de ces changements est tout sauf arbitraire. D’autant plus que, derrière l’étude de l’action gouvernementale, apparaissent les intérêts d’une élite civile de marchands et d’administrateurs en contact avec le commerce, notamment le commerce de la Méditerranée, ainsi que l’influence politique croissante exercée par les partenaires des Circassiens dans ces trafics. L’action de ces groupements nuançait le rôle du centre comme acteur unique et plaçait le commerce au cœur d’une scène négociée de pouvoir. En général, la façon d’envisager les questions relatives au commerce et à l’économie des échanges, dans une société non occidentale comme l’Empire Mamelouk, était problématique. Le cadre d’analyse disponible pour ce genre de questions tendait à observer les développements subis par le secteur en termes de cycles économiques et se concentrait sur la question du développement occidental. En ce qui concerne l’histoire des échanges en

24

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Méditerranée, et notamment pour les rapports entre le Moyen Orient et les villes marchandes européennes, une vaste littérature en économie historique s’est occupée de ces longues vagues ascendantes et descendantes, des innovations technologiques et financières, de l’activité d’entreprise, de branches concrètes du commerce ou de certaines productions industrielles. A conséquence probablement de la recherche d’archive, et dans l’esprit macro-historique d’une certaine interprétation de l’Ecole des Annales, les historiens se sont concentrés sur certains indicateurs économiques, comme l’évolution des prix ou le calcul des profits. Or, cette historiographie, qui dans un contexte européen est entrée en crise dès le début des années 1980, est devenue prédominante et l’on ne juge pas normal qu’une étude sur le commerce n’apporte pas de matériaux pour mieux placer ces cycles d’apogée et stagnation, ou qu’elle évite d’entamer le débat sur la spécificité «orientale» qui finit, on le sait, par freiner la croissance. Ce cadre d’analyse est problématique car il n’explique pas pourquoi les économies évoluent ni touchent la dimension politique, compréhensible seulement dans le moyen terme, puisqu’elle se déroule dans un temps et un espace précis22. Déclarons d’emblée que l’esprit de notre recherche ne tend pas à réviser ces théories; l’économie des échanges en est l’objet en ce qu’elle permet de suivre le développement des politiques poursuivies et de l’action institutionnelle adoptée par le régime. L’enquête sur les stratégies menées par les Circassiens, et les réponses apportées par eux et par d’autres groupes sociaux stratégiques a été entreprise puisqu’elle nous permet de comprendre la nature du pouvoir mamelouk et son rapport avec le milieu social. Laisser de côté les questions du développement et de la crise économique ne signifie pas contourner les problèmes. Dans cette recherche, l’absence de reconstructions du commerce en termes quantitatifs, ou d’une réflexion sur le développement répond à des objections d’ordre épistémologique. Pour l’économie néo-classique, les ressources sont limitées et la question est de connaître les mécanismes qui, comme les marchés, gèrent leur appropriation par les individus. Cependant, pour la vision anthropologique de l’économie, et surtout celle du courant substantiviste de K. Polanyi et son école, les ressources sont relatives à une société donnée. On gère celles dont on dispose, on se bat pour celles dont on dispose; peu importe si vingt ans auparavant il y avait plus d’épices ou si l’on produisait moins de tissus. Dans la tradition des grandes études sur le commerce avec le Levant, comme celles de Heyd ou de Ashtor, l’individu disparaît dans la longue durée des cycles économiques et 22 REVEL, JACQUES: «Micro-analyse et construction du social», dans Un parcours critique, Paris: Galaade, 2007.

INTRODUCTION

25

les rapports de force se dissolvent entre les grands chiffres des prix et de l’investissement total. La politique, les vicissitudes concrètes du marchand et du gouverneur sont, dès lors, soumises aux géométries d’un développement (ou sous-développement) ultérieur, qui ne les a guère touchées. Les apports de sociologues de l’histoire comme I. Wallerstein ont placé le problème du développement au centre de la scène. Pour Wallerstein, l’absence de forces conflictuelles conformes au modèle européen telles que “bourgeoisie” ou “noblesse”, capables d’articuler un processus de “crise du féodalisme” présentait des difficultés. Dans son modèle d’expansion européenne, basé sur les changements dans le mode de production agricole, sur les innovations technologiques et la recherche de matières premières et de sources d’énergie pour l’industrie, le rôle joué par les échanges avec la Méditérranée Orientale était négligeable23. La persistence du grand commerce en produits de luxe, même s’il soutenait l’économie d’un géant comme Venise, relevait de l’ordre de l’événement24. La théorie des systèmes-mondes, dont l’une des prémisses était la création d’Etats forts, ne s’adaptait pas aux développements de la Méditerranée pré-moderne, sauf pour les cas des capitaux génois investis dans l’expansion ibérique25. La question du développement est légitime, mais ce n’est pas la nôtre. Même si nous admettons que ce fut une époque de décadence et de stagnation économiques, notre tâche est de comprendre comment les ressources disponibles étaient gérées par un pouvoir et une société donnés. Un débat très éclairant a été entamé à ce propos entre Jean-Claude Garcin et Michael Cook: l’Orient ne se développa pas, et la recherche des responsabilités (matérielles, culturelles, etc.), risque d’aboutir à un cul-de-sac heuristique. Le développement économique fut un processus exclusif de l’Occident, conséquence d’une évolution spécifique, et la recherche d’un processus historique équivalent, quand elle s’applique à une société non occidentale, offrira toujours un résultat négatif 26. Cette étude ne vise ni à contrecarrer cette vision à travers un réhabilitation du régime mamelouk ni à procéder à une révision de la crise économique qui lui est attribuée. Cependant, elle est fortement concernée par des 23 WALLERSTEIN, IMMANUEL, The Modern World-Economy, New-York-San Francisco-London, 1974, pp. 15-63. 24 Ibid., pp. 39-42. 25 Ibid., pp. 38 et 49-50. 26 GARCIN, JEAN-CLAUDE: «The Mamluk Military System and the Blocking of Medieval Moslem Society», dans Europe and the Rise of Capitalism, édité par Jean Baechler, Oxford: Basil Blackwell, 1988, pp. 113-130 et COOK, M.A., Islam: A Comment, ibid., pp. 130-135. Une vue d’ensemble sur cette littérature sur le déclin, biaisée sur la question du développement, est celui de ISSAWI, CHARLES: «The Decline of the Middle Eastern Trade, 1100-1850», dans Islam and the Trade of Asia: A Colloquium, édité par D. S. Richards. Oxford - Philadelphia: Bruno Cassirer - University of Pennsylvania Press, 1970.

26

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

questions qui ont occupé la recherche économique, et notamment l’approche néo-institutionnelle, pendant les dernières années, comme le rapport entre le pouvoir politique et les groupements marchands dotés d’une structure organisationnelle ou capables de développer une action collective. Les études sur l’époque de la Géniza présentaient une Méditerranée, notamment pour les XIe-XIIIe siècles, où la cohercition légale était faible et le commerce était basé sur des réseaux soutenus par des éléments informels, comme le contrôle de la réputation, la coopération commerciale informelle entre marchands, le partage des flux d’information, etc. C’est au Moyen-Age finissant, après l’époque couverte par la Géniza, que l’on entend de moins en moins parler de ces réseaux méditerranéens. Pour expliquer la transition entre cette Méditerranée peuplée de groupements ethno-nationaux à une autre –celle du bas Moyen-Age– dominée par la présence des institutions, Avner Greif a développé un modèle évolutionniste qui recueille les divers moments de cette transformation27. Celui-ci insiste sur le rôle déterminant des marchés mais tient compte de leur évolution à travers les siècles. D’après Greif, pour maintenir un niveau d’efficacité, le marché se serait appuyé, dans une première phase, sur ces groupements –comme les juifs maghrébins étudiés par lui28– qui réglaient leurs affaires à travers le contrôle social, des valeurs et des attitudes partagées et les coalitions qu’ils formaient. Averés insuffisants pour une période postérieure, et en accord avec la new institutional economic history des années 1970, Greif defend que ce furent les institutions émanant de l’Etat qui jouèrent un rôle central dans la chute des coûts de transaction et dans la réduction de l’incertitude, en offrant des garanties de respect des droits de propriété29. Il considérait que les comunautés marchandes de la Méditerranée, regroupées en guildes et sous l’égide des consulats30, étaient substantiellement indépendantes et soumises aux critères de la rationalité économique et du développement des marchés. Le modèle de A. Greif a éveillé des critiques assez sévères, mais qui pourtant ont placé les institutions économiques, comme les guildes, encore plus au centre du débat31.

27 GREIF, AVNER, «Institutions and International Trade: Lessons from the Commercial Revolution»,The American Economic Review, 82 (1992), pp 128-133. 28 GREIF, AVNER, «Reputation and Coalitions in Medieval Trade: Evidence on the Maghribi Traders», The Journal of Economic History , 49 (1989), pp. 857-882. 29 Pour étayer ses idées, Greif s’est appuyé sur le cas du développement économique de Gênes: GREIF, AVNER, On the Political Foundations of the Late Medieval Commercial Revolution: Genoa During the Twelfth and Thirteenth Centuries, The Journal of Economic History, 54 (1994), pp. 271-287. 30 GREIF, AVNER, PAUL MILGROM et BARRY R. WEINGAST, «Coordination, Commitment, and Enforcement: The Case of the Merchant Guild», Journal of Political Economy, 102 (1994), pp. 745-776. 31 DESSI, ROBERTA et SHEILAGH OGILVIE, Social Capital and Collusion: The Case of Merchant Guilds (Long Version) (dernière consultation: février 2006), document numérisé, (http://www.econ.cam.ac.uk/ faculty/ogilvie/interests-social-capital.htm).

INTRODUCTION

27

Bien que les théories des échanges sans marché, comme celles de Polanyi, aient fait l’objet de discussion, elles continuent à avoir une influence de nos jours. L’économie néo-institutionnelle, cependant, ignore la politique et présente une correspondance univoque entre les formes d’organisation sociale et le développement des marchés. Pourtant, comme nous aurons l’occassion de le voir, des formes d’échanges sans marché continuèrent à exister jusque dans les sociétés complexes comme celles de la Méditerrannée. Ces phénomènes ne visaient pas tellement à la maximisation économique mais plutôt à l’accomplissement de la tâche essentielle de toute société: sa propre survivance et reproduction32. Quand les auteurs arabes abordaient des questions économiques, ils faisaient toujours référence à la façon de gérer les ressources dans leurs sociétés et, notamment, à l’influence de groupements identifiables, ayant des intérêts concrets. Cette vision, adoptée par des auteurs comme alDimašq†, Ibn ³ald™n ou al-Maqr†z†, a été reprise par certains auteurs de la période circassienne, auxquels nous aurons constamment recours. Ibn al-øayraf†, Ibn ¦™l™n ou Ibn al-›im¡† fournissent nombre de renseignements pour des questions étroitement liées à l’économie politique, comme la vénalité des charges, l’influence d’institutions dotées de formes de juridiction économique ou les stratégies individuelles et familiales pour contrôler les ressources à travers l’administration et les charges judiciaires. Les sources de la période n’hésitaient pas à désigner des groupes marchands doués d’une entité, comme la ³aw…Þikiyya, qui regroupait les marchands du sultan, ou les marchands connus comme K…rim†. Contrairement aux sources provenant de la cour et qui expriment le point de vue de celle-ci, notre recours aux textes produits dans des contextes locaux s’explique dans cet intérêt pour les implications sociales et culturelles des échanges et pour les aspects financiers du pouvoir.

3. LES SOURCES L’un des problèmes avec les chroniques arabes est le caractère sporadique des informations qu’elles transmettent. Pour le cas des sources écrites au Caire cette particularité s’accentue. Sur le terrain des finances et du commerce international, ces sources nous transmettent çà et là et de temps à autre des données intéressantes, mais sans la continuité nécessaire pour identifier des processus articulés et organisés dans le temps. Imprégnées des conceptions 32 Une première évaluation du poids des théories de Polanyi dans l’études des sociétés islamiques se trouve dans: RODINSON, MAXIME: «Préface», dans P. Chalmeta, El señor del zoco en España: edades media y moderna. Madrid: Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1973.

28

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

universalistes propres à la capitale impériale et au siège du Califat, elles sont peu sensibles aux changements dans la société. Leur utilisation devient tout à fait bénéfique quand on procède au croisement des données fournies par celles-ci avec celles des dossiers des ambassadeurs européens ou les chroniques de la province33. En reduisant l’échelle d’observation, les chroniques syriennes proposent une vision articulée entre les phénomènes économiques, comme le commerce, et leur gestion par des groupements sociaux stratégiques. Dans le cas d’Ibn T™l™n nous avons tiré profit de ce fait pour comprendre le rôle de la vénalité des charges dans le gouvernement de la province, et dans celui d’Ibn al-›ims† pour mieux placer les activités de nombreux marchands arabes. Les informations transmises par ces auteurs, et notamment par Ibn ¦™l™n, présentent, quand on les croise avec les témoignages des marchands francs, une image un peu sévère des magistratures et surtout des hommes de foi. Nous avons respecté cette vision des choses, mais il faut garder à l’esprit que l’on ne traite que des ‘Ulam…’ qui, d’une façon ou d’une autre, se voient mêlés à des questions financières. Les textes provenant de la mer Rouge et notamment les chroniques produites à la Mecque34, tout comme les correspondances privées des marchands vénitiens, étaient sensibles aux changements dans les pratiques et le vocabulaire financier du début du XVe siècle. A son tour, une historiographie propre aux villes de la Syrie recueille, à la fin des années 1400, les tensions d’une société qui voyait augmenter le volume et l’importance des fortunes liées au grand commerce et au patronage sultanien (comme, par exemple, al-¦abb…² pour le cas d’Alep35 et al-Bu¡raw† pour Damas36). Notre 33 Pour ne citer que les plus importantes: IBN ›AßAR AL-‘ASQALƒN‡, A|mad ibn ‘Al†, Inba’ alÝumr bi-Abn…’ al-‘Umr, dont nous utilisons plusieurs éditions, AL-MAQR‡Z‡, A|mad Ibn ‘Al†, Kit…b alsul™k li-Ma‘rifat duwal al-mul™k éd. Sa‘†d ‘Abd al-Fatta| ‘Aš™r, Le Caire, 1970-1973, IBN Qƒþ‡ ŠUHBA, Taq† al-d†n Ab™ Bakr, T…’r†² Ibn Q…ÿ† Šuhbah éd. ‘Adn…n Darw†š, Damas, 1977, IBN TA‹R‡BIRD‡, Ab™ al-Ma|…sin Y™suf, Abû ‘l-Mahâsin ibn Taghrî Birdî’s Annals entitled Annujûm az-zâhirâ fî mulûk Misr walKâhirâ éd. William Popper, Berkeley, 1909-1936, IBN IYƒS, Mu|ammad Ibn A|mad, Bad…’i‘ al-zuh™r fi waq…’i‘ al-duh™r éd. Mu|ammad Mus¥af…, Le Caire, 1982. Les chroniques d’al-ßawhar†, moins utilisées, fournissent bon nombre de données portant sur les questions que nous analysons dans cette recherche: AL-ßAWHAR‡, ‘Al† Ibn D…w™d Ibn al-øayraf†, Inb…’ al-Ha¡r bi-Anb…’ al-‘A¡r éd. ›asan Habaš†, 2002, et AL-ßAWHAR‡, ‘Al† Ibn D…w™d Ibn al-øayraf†, Nuzhat al-nuf™s wa-al-abd…n fi taw…r†² al-Zam…n, éd. ›asan ›abaš†, Le Caire, 1970-1994. 34 Les données les plus relevantes en ce domaine proviennent d’ IBN FAHD, ‘Umar ibn Mu|ammad, It|…f al-War… bi-A²b…r Umm al-Qur… éd. Fah†m Mu|ammad øalt™t, 5 vols., Makkah, 1983-1990. Nous avons fait un usage très circonscrit de l’œuvre d’AL-SA³AW‡, Šams ad-D†n Mu|ammad, al-þaw al-l…mi‘ li ahl al-qarn al-T…si‘, 12 vols., Le Caire, 1934-1936, dont d’autres travaux parallèles se sont occupés extensivement: voir OULAD-HAMMOU, Khalid, Sakhawi et les marchands. Recherche sur les gens de commerce au XV e siècle dans l’empire mamelouk, Thèse inédite, Université Aix - Marseille 1, 2004-2005. 35 AL-¦ABBƒ³, Mu|ammad Raghib, I‘l…m al-nubal…’ bi-t…r†² ›alab al-šahb…’, 7 vols., Alep, 1923-1926. 36 AL-BUŸRAW‡, ‘Al† Ibn Y™suf, T…’r†² al-Bu¡raw†: ¡afa|…t maÞh™la min t…ri² Dimašq f† ‘A¡r al-

INTRODUCTION

29

travail avec les sources manuscrites arabes s’est borné à des ouvrages peu connus, comme le Qahwat al-Insh… du D…r al Kutub du Caire ou le Maq¡ad al- Raf†‘ de la Bibliothèque Nationale de France. Contrairement à d’autres textes produits au sein de l’administration mamelouke, ces documents ont la capacité de refléter les changements produits dans le domaine des pratiques de pouvoir et même dans celui des mentalités, dans des contextes historiques très localisés. En ce qui concerne le côté européen, nous avons évité de faire un usage opportuniste de sources fort subjectives comme les récits de voyageurs, et en général, des sources narratives. Ce genre de textes ont tendance à imposer des catégories propres sur la réalité du Moyen Orient, ainsi qu’à élaborer un discours sur l’importance du passé classique et de l’héritage judéo-chrétien dans le Moyen Orient. Les sources liées à des personnes ayant vécu de longues périodes au Moyen Orient sont passées en premier. Ces sources présentaient de notables obstacles techniques ayant souvent arrêté d’autres recherches. Elles abondent en références aux noms des administrateurs et des marchands arabes, qui étaient difficilement compréhensibles sinon à travers une lecture parallèle des sources arabes. Parmi ces sources relevant de personnes individuelles comptent le dossier de l’ambassadeur Pietro Diedo (1489-1490)37, et celui de Pietro Zen (1508-1510)38. Le premier nous a permis d’identifier l’ensemble de combinaisons secrètes et compliquées qui se déroulaient dans la cour visant à faire réussir ou manquer les négociations avec les Francs. Le deuxième permet de comprendre l’importance des diasporas marchandes dans la vie politique de la périphérie commerciale de l’empire. Nous nous sommes concentré sur un ensemble de sources, comme les registres des consulats génois, vénitien ou les notaires d’Alexandrie, qui décelaient, du fait de son caractère institutionnel, les choix et les stratégies collectives. Nous avons senti le besoin d’affronter une étude systématique de celles-ci. La méthodologie méditerranéenne que nous avons adoptée dans cette approche simultanée des sources, nous a poussé à envisager également des corpus documentaires produits dans la métropole, puisque, sans une idée claire des tensions entre les divers groupes sociaux stratégiques, on risquait

mam…l†k, min sanat 871 H li-Ð…yat 904 H éd. Akram ›asan ‘Ulab†, Dimašq-Bayr™t, 1988. Bien qu’elle contienne des données intéressantes pour analyser les stratégies du pouvoir sultanien en province, cette dernière chronique est passée presque inaperçue pour l’historiographie. 37 Le dossier de cette ambassade a été publié dans: Ambasciata straordinaria al sultano d’Egitto (1489-1490), éd. Franco Rossi, Venezia, 1988. Cependant, le travail de F. Rossi ne constitue pas une véritable édition critique. 38 Correspondance Pietro Zen, Venise, Bibliothèque du Civico Museo Correr, Manoscritti Dandolo, Provenienza Diversa, C 975/51.

30

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

de tracer des contours continuels pour les diverses sociétés intéressées par le commerce méditerranéen. Des ensembles documentaires comme les délibérations des Provveditori al Cottimo vénitiens39, les registres comptables de la Massaria génoise40 ou le dossier sur la crise de cette dernière41 étaient très connus, mais très mal compris en même temps. Ceux-ci partagent une problématique avec d’autres sources comme l’œuvre de Marino Sanudo42; la recherche à notre disposition avait rarement pris la peine d’offrir une lecture sérielle et complète de ses Diarii, de défaire les nœuds de la terminologie empruntée à l’arabe, du vocabulaire financier et de la prosopographie. Notre statégie dans le choix des sources a donné priorité aux institutions sur l’individuel et aux conflits internes sur la diplomatie et les rapports internationaux. Les sources des archives italiennes en matière de commerce avec le Moyen Orient sont bien connues, or nous ne nous sommes pas fait scrupule pour aborder l’analyse systématique de corpus peu ou mal exploités. Cependant, notre pari sur les institutions, et dans le cadre de nos recherches sur le fonctionnement du Cottimo vénitien, a abouti au repérage de nouveaux documents, comme le manuscrit Cicogna 3281, III, 31 de la Biblioteca du Civico Museo Correr de Venise. Ce texte, que l’on analyse en profondeur dans le chapitre 4, permet de soutenir que les sultans, contrairement à l’opinion d’autres chercheurs qui font valoir leur indifférence pour le commerce en épices, avaient une politique bien définie à cet endroit et que celle-ci fut maintenue sur le long terme.

39 Libro del Capitolare del Cottimo de Damasco, Venise, Archivio di Stato, Cinque Savi alla Mercanzia, Busta 946-947, et Libro del Capitolare del Cottimo d’Alessandria, Cinque Savi alla Mercanzia, Busta 944-944b. 40 Cahier de la Massaria Génoise à Alexandrie (1472-1475), Gênes, Archivio di Stato, archivio segreto, 2774 C et Cahier de la Massaria génoise à Alexandrie (1500-1502), Gênes, Archivio di Stato, archivio segreto, 2774 C. Il s’agit de deux cahiers de comptabilité en partie double assez volumineux. Associés au consulat, ils recueillent les opérations financières communes du groupement, décrivant les achats et les ventes des marchands individuels et les taxes dont ils doivent s’acquitter. Une fois surmontées les difficultés liées à la paléographie, ces documents fournissent de nombreuses informations sur la vie de la communauté et sur les rapports avec les élites mameloukes, dont ils citent souvent le nom. 41 Documents relatifs à la crise financière de la Massaria, Gênes, Archivio di Stato, Banco di S. Giorgio, Cancelleria, Primi cancellieri delle compere di San Giorgio, B. 88. 42 SANUDO, MARINO, I diarii di Marino Sanuto, Bologna, 1969. Nous avons suivi la même méthode avec les autres diaristes vénitiens de la période: DOLFIN, PIETRO, Annalium Venetorum, éd. Roberto Cessi et Paolo Sambin, Venezia, 1943, MALIPIERO, DOMENICO, Annali veneti dall’anno 1457 al 1500, éd. Francesco Longo et Agostino Sagredo, 1834-1844.

INTRODUCTION

31

4. CRISE ET CHANGEMENT DE L’EMPIRE PENDANT LE BAS MOYEN AGE Depuis les années 1970, l’historiographie a fait un effort pour interpréter les effets démographiques de la peste noire comme l’une des causes structurelles pour expliquer, selon la terminilogie d’Ibn ³ald™n, l’affaiblissement de la civilisation du Moyen Orient. Ces études ont su relire les troubles attribués par al-Maqr†z† et d’autres chroniqueurs au mauvais gouvernement de certains sultans, présentant, à juste titre, la réduction de l’institution militaire mamelouke comme l’effet de la chute des revenus fonciers sur lesquels elle avait été bâtie depuis les Ayyoubides. Les observations de Jean-Claude Garcin sur la Haute-Egypte ont souligné l’importance de la crise démographique dans la formation de l’espace égyptien: stimulés par la chute de la population et par la diminution des revenus des campagnes, les liens commerciaux avec la Méditerranée devinrent plus intenses après 1360-138043. Malgré ces efforts pour doter les transformations subies par le Moyen Orient d’un cadre global d’interprétation, des historiens du commerce comme E. Ashtor ont affirmé que l’effondrement de la production ainsi que celui de certains secteurs industriels avaient entraîné la chute du commerce. Cette vision a été contredite à la lumière de certains cas d’étude, comme celui du Sinaï médiéval, devenu un lieu de passage en ce temps de crise, sillonné par des nouvelles routes et où de nouveaux espaces urbains se substituèrent aux anciens44. Cette position est également incompatible avec d’autres recherches, comme celle de E. Wirth sur la prolifération de structures commerciales dans les villes syriennes de la période circassienne45. Cherchant partout des signes de crise et de décadence, les travaux de E. Ashtor mettent l’accent sur les éléments en voie de récession et laissent de côté ceux qui alors muaient et se

43 GARCIN, JEAN-CLAUDE, «La ‘méditerranéisation’ de l’empire mamelouk sous les sultans bahrides», Rivista degli studi orientali, 48 (1973-1974). Pour les changements dans l’aménagement spatial des routes de commerce, voir aussi GARCIN, JEAN-CLAUDE, «Transport des épices et espace égyptien entre le XIe et le XV e siécle», Annals de Bretagne et des pays de l’Ouest, 85 (1978). 44 «On assiste alors à un développement et à un aménagement sans précédent des routes qui traversent d’Est en Ouest (...) ou la route des caravanes au Nord, qu’empruntent des groupes de marchands venant d’horizons de plus en plus divers. Plus que jamais aussi, le Sinaï se tourne vers la mer, notamment la mer Rouge et l’océan Indien; l’éloignement des zones de combat et la prospérité retrouvée encouragent le développement du commerce et l’apparition de nouveaux ports côtiers». MOUTON, JEAN-MICHEL, Le Sinaï Médiéval: Un espace stratégique de l’Islam Paris, 2000, pp. 88-89, «Après plusieurs siècles où cette région fut d’abord un lieu d’affrontement entre puissances syrienne et égyptienne elle finit par (...) jouer son rôle de terre de communication. Le Sinaï retrouve ainsi une réelle vitalité dans les derniers siècles du Moyen Age.», ibid., pp. 166-167. 45 WIRTH, EUGEN, «Alep et les courants commerciaux entre l’Europe et l’Asie du XIIe au XVIe siècles», Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, 55-56 (1990).

32

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

transformaient. Certaines de ses théories aboutissent à des conclusions paradoxales, comme voir dans l’apogée du commerce vénitien (vers 1450) le signe le plus clair de la stagnation et de la crise du Moyen Orient mamelouk. Bien que des recherches récentes rattachent la présence des diasporas marchandes au renouveau de villes comme Alep, il est encore difficile de se débarrasser du paradigme de la décadence et de voir dans la période mamelouke, par-delà l’interventionnisme et les politiques arbitraires, des transformations profondes en faveur de la méditerranéisation et de la commercialisation de l’empire. En raison du caractère compliqué des travaux de Ashtor et de son utilisation massive de données quantitatives, le commerce, malgré son importance dans ce processus de transformation, n’est pas souvent pris en compte pour comprendre la crise comme transformation. L’étude de la politique a eu plus de chance. En effet, l’arrivée des Circassiens a été interprétée comme l’apogée d’un processus historique consistant en l’affaiblissement de certains traits caractéristiques de l’Etat mis en place par les Ayyubides, puis par les deux premières maisons mameloukes. Quand des forces Seldjoukides conquirent l’Egypte en 1171, sous l’égide du général kurde øal…| al-d†n al-Ayy™b† (Saladin), et avec l’aide de contingents mamelouks, elles exportèrent un modèle d’organisation politique venant de Syrie. Selon ce modèle, mis en place par les successeurs de Saladin et, plus tard (en 1250) perfectionné sous le régime mamelouk qui lui succéda, les terres cultivables étaient le patrimoine de l’Etat. Celles-ci furent ainsi divisées en lotissements (iq¥…‘, pl. iq¥…‘…t), dont les membres de la caste militaire étaient bénéficiaires. Dans la création d’un tel système confluèrent des traditions d’organisation seldjoukide, d’origine turque, renforcées par les traditions féodales que les Européens avaient imposé en Syrie. Si pour les Ayyoubides le pouvoir était organisé en une fédération dirigée par des chefs de famille, les Mamelouks dotèrent le système d’un caractère plus égalitaire, où toutes les factions mameloukes avaient, en théorie, le droit de concourir à la lutte pour le pouvoir. C’est pourquoi, le système des iq¥…’…t en Egypte mamelouke bénéficia de l’existence des bureaucraties antérieures, comme celles des Abbasides et des Fatimides, et acquit un caractère plus centralisé. Tandis qu’en Syrie le système des iq¥…’…t coexistait avec d’autres formes d’organisation, en Egypte les sultans mamelouks avaient la capacité de redistribuer pleinement les iq¥…’…t aux cadres militaires, les émirs, qui les utilisaient pour le maintien de leurs propres contingents de mamelouks. En raison de la constitution particulière, ancestrale, et non écrite des Mamelouks, les iq¥…’…t, de même que la condition de Mamelouk, n’étaient pas transmissibles aux propres descendants. Par conséquent, et en raison de la relative prospérité de l’Egypte aux époques Ayyoubide et Ba|r†, le système des iq¥…’…t contribua à la formation d’une

INTRODUCTION

33

vaste armée mamelouke, incarnée dans une institution militaire capable de structurer le gouvernement de la région. Le système politique n’était pas féodal, dans la mesure où les fiefs n’étaient pas transmissibles, il n’était pas centralisé non plus puisque le paiement de nombre de mamelouks faisait partie du buget des cadres militaires eux-mêmes. Bien que les deux principales maisons de l’époque Ba|r†, celle de Baybars et celle de Qal…w™n, aient acquis aux yeux du peuple une certaine légitimité pour imposer des candidats au sultanat, la tradition héréditaire ne fut jamais considérée comme légitime par l’oligarchie militaire des émirs. Le système de gouvernement mamelouk sous sa forme originelle, connut une progressive mutation à partir du XIV e siècle. Deux forces principales menaçaient la continuité de l’Etat créé par Baybars et Qal…w™n: les essais de centralisation autour du prince d’une part et, de l’autre, l’érosion progressive des ressources humaines et naturelles du sultanat. Très tôt, certains gouvernants commencèrent à poursuivre une politique lignagère pour la succession au trône. Des descendants des maisons fondatrices, comme le sultan al-N…¡ir Mu|ammad, dans leur volonté de se maintenir en charge en dépit des traditions mameloukes fondées sur la désignation, cherchèrent à redistribuer les ressources au bénéfice du pouvoir gouvernemental. Très jeune, al-N…¡ir Mu|ammad, malgré la légitimité mal définie que lui conférait sa descendance de Qal…w™n, se retrouva entre les mains des factions mameloukes qui concouraient pour le pouvoir. Il accéda en trois occasions au sultanat, parfois en s’appuyant sur la faction circassienne de l’armée, dans le but d’évincer la faction turque, politiquement prédominante46. Ce fut lors de son troisième sultanat (1310-1341) qu’al-N…¡ir Mu|ammad commença à saper les fondements de l’institution militaire, en renversant la lente procédure d’accès aux hautes charges. Le troisième règne d’al-N…¡ir Mu|ammad a été interprété par A. Levanoni comme une période de corruption morale et de gestes autocratiques mais derrière cette lecture demeure le projet d’affaiblir le rôle des oligarchies militaires, qui avaient éloigné le sultan du pouvoir et l’avaient amené à l’exil à plusieurs reprises. L’ensemble des stratégies visant à éroder le pouvoir des émirs et à saper leur ethos militaire a été désigné par L. Northrup de progressive dé-mameloukisation de l’Empire. Ce chercheur a insisté sur la tendance à la centralisation politique sous al-N…¡ir Mu|ammad mais, en même temps, il entend le sultanat comme une tension entre autocratie et oligarchie. Ces deux forces opposées, de manière peu claire, apparaissent dans plusieurs travaux récents sur la constitution du pouvoir mamelouk; Northrup signale «l’ambi46

‘ABD AL-SAYYID, Ra|†m ‘Am†n, Qiy…m dawlat al-mam…l†k al-Å…nia, Le Caire, 1966, pp. 13-17.

34

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

guité inhérente à un système dans lequel un sultanat nominal fournissait une façade au gouvernement des émirs». Au sein de cette ambiguité on retrouve une vision plus autocratique du sultanat, qui aboutit au triomphe de l’autocratie pendant le (troisième) règne d’al-N…¡ir Mu|ammad47. A. Levanoni se fait également l’écho de cette tension: «Quand al-N…¡ir Mu|ammad Ibn Qal…w™n parvint au sultanat pour une troisième période (709-741/1310-1341) ce fut avec l’ambition principale d’établir un gouvernement autocratique et centralisé (...) le premier [problème] était le fait qu’il était sultan d’un pays gouverné par une élite mamelouke dans laquelle il ne s’était pas formé lui-même, et le deuxième était de garantir l’arrivée continuelle de mamelouks et l’obéissance des ceux-ci à l’Etat», un problème que «l’Etat mamelouk ne fut jamais entièrement capable de résoudre»48. L’analyse de Levanoni se heurte cependant à une série de jugements de valeur très négatifs à l’endroit des Mamelouks qui brouillent cette tension initiale: ainsi l’adulation, la lâcheté morale, le détachement des valeurs islamiques et le caractère déloyal des recrues, entre autres49. Cette ambiguïté dans la configuration du pouvoir, que l’on retrouve chez alN…¡ir Mu|ammad mais aussi sous les Circassiens, montre que sur certaines catégories d’analyse (comme la centralisation) prime la compréhension des équilibres concrets de pouvoir. Il nous semble que ce processus d’émergence de l’autorité sultanienne depuis le XIVe siècle ne se comprend pas si l’on ne tient pas compte des appuis sur lesquels il était construit. Sous al-N…¡ir Mu|ammad, toutefois, le système des Iq¥…’…t sur lequel on avait modelé l’institution militaire mamelouke fut profondement réformé. Al-N…¡ir Mu|ammad procéda à l’établissement d’un nouveau cadastre de l’empire en 1315 qui visait à augmenter les ressources de la charge sultanienne, aux dépens de celles des émirs. Le résultat de cette nouvelle réorganisation de la base agraire du sultanat fut la disparition des grandes Iq¥…’…t, mais surtout le fait que le sultanat devint bénéficiaire des 10 vingt-quatrièmes parties de la terre culivable. Dans la formulation mise en place à l’origine, lors de la conquête Ayyubide, seules 4 parties sur 24 étaient affectées au budget sultanien. Avec une série de mesures qui empêchaient l’accumulation et la concentration des ressources dans les mains des émirs, et même si les acteurs demeuraient les mêmes dans l’arène politique, les sultans avaient dorénavant plus de chances de développer leurs propres actions50. L’accès à la charge sul47

NORTHRUP: The Ba|r† Mamluk Sultanate, 1250-1390, pp. 254-257. LEVANONI, A turning point in Mamluk history: the third reign of al-Nasir Muhammad ibn Qalawun (1310-1341), p. 31. 49 Ibid., chapitres 2 et 3. 50 Pour le rawk al-N…¡ir† et ses effets sur la concentration de ressources dans les mains du sultan, RABIE, HASSANEIN: «The Size and Value of the Iq¥…‘ in Egypt, 564-741 A.H. 1169-1341 A.D.», dans Studies 48

INTRODUCTION

35

tanienne continuait à être réglé par la culture politique mamelouke, mais une augmentation des ressources à disposition du sultan était nette. Les effets de la réorganisation cadastrale de 1315 se firent sentir durant le reste de la période Ba|r† et surtout à l’époque circassienne. A peine une trentaine d’années plus tard, en 1347, la peste ravagea le Moyen Orient. L’épidemie persista pendant le reste du siècle et fut particulèrement virulente au cours de la première moitié des années 1400. La dépopulation frappa les populations urbaines comme celles des campagnes, mais dans le milieu rural la situation s’aggrava en raison de la tendance générale à fuir les villages touchés. Les survivants ne revenant pas vers les terres abandonnées, parfois pendant trois ou quatre ans après les épidémies, la situation devint très compliquée pour le gouvernement mamelouk51. Dans les années 1970, les chercheurs travaillant sur l’économie, la démographie et l’armée mamelouke établirent, à partir des riches informations fournies par les sources arabes, le lien entre la chute de la production agricole et le rétrécissement subi par l’institution militaire. En effet, les effets de la peste sur la structure de l’armée mamelouke furent divers: en raison de l’inadaptation de l’appareil immunologique, la mortalité frappa violemment les esclaves et les nouveaux arrivés, et par conséquent le taux de mortalité fut, pendant tout le bas Moyen Age, très élevé en ce qui concerne les jeunes mamelouks. Mais surtout, la diminution du régime démographique et la dépopulation des campagnes fit baisser les productions agricoles au-dessous des seuils habituels, érodant ainsi le système des Iq¥…’…t52. Les deux phénomènes mentionnés ci-dessus créèrent les conditions particulières de la politique de l’époque circassienne. D’un côté les sultans in the Economic History of the Middle East from the Rise of Islam to the present day, édité par M.A. Cook. London: Oxford University Press, 1970. Northrup interprète le cadastre comme «al-N…¡ir’s successful effort to redistribute economic resources to his own advantage (...). These reforms brought about a revolution in mamluk ‘ethics’ which ultimately resulted in a partial demamlukization and demilitarization of the mamluk structure», NORTHRUP, The Ba|r† Mamluk Sultanate, 1250-1390, p. 287. Ayalon souligne l’importance de la nouvelle réorganisation en ce qui concerne le renforcement d’une armée plus proprement ‘sultanienne’: «The enormous changes which the rawks brought about in the structure of the army are apparent even from a mere comparison of the lists of feudal grants during and before the rawks. Before the land surveys, only four of the 24 units (qirats) into which Egypt was divided belonged to the sultan and to the Royal Mamluks; ten units to the Halqa, and the remaining ten to the amirs. Thus by far the greater part of Egyptian lands was equally divided between the amirs and the Halqa, while the sultan and his élite corps, the Royal Mamluks, received a mere sixth of the fiefs (...) In the rawk al-N…¡ir†, the sultan received ten units, and only fourteen were distributed as fiefs», AYALON, DAVID, «Studies on the Structure of the Mamluk Army--II», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 15 (1953), p. 452. 51 DOLS, MICHAEL W., The Black Death in the Middle East, 1971. 52 LOPEZ, ROBERT; MISKIMIN, HARRY et UDOVITCH, ABRAHAM: «England to Egypt, 1350-1500: Long-term Trends and Long-distance Trade», dans Studies in the Economic History of the Middle East from the Rise of Islam to the present day, édité par M.A. Cook. Londres: Oxford University Press, 1970.

36

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

voyaient augmenter les moyens à leur disposition, et de l’autre ils avaient en face d’eux une oligarchie militaire affaiblie. Il est vrai que, quantitativement, les revenus des sultans furent eux-aussi affectées par les effets de la peste, et le nombre de Mamelouks Sultaniens diminua, pour le moins, jusqu’aux années 1450. Mais cette réduction ne se produisit qu’en termes proportionnels et en rapport avec les ressources à la disposition des émirs, doublement affectées par les changements intervenus dans le partage et la diminution de la production53. Ce fut dans ces circonstances que se prépara l’avènement de cette faction subalterne, et que les premiers sultans du XVe siècle cherchèrent à prendre le dessus. A côté de ces processus sociaux et politiques, d’autres situations, plus étroitement attachées au commerce européen avec le Moyen Orient, jouaient en faveur des sultans. Il existe un consensus général sur l’augmentation du commerce avec le Moyen-Orient arabe dans la deuxième moitié du XIVe siècle. En effet, la reprise de la navigation catalane et la mise en place du système des galères vénitiennes en 1344 ne put qu’augmenter la vitalité commerciale de villes comme Alexandrie. Jusqu’à cette date les puissances européennes, et notamment Gênes et Venise, avaient parié pour le commerce avec la mer Noire, et cette pénétration dans la Méditerranée du Nord avait coexisté avec des discours, des mentalités et des pratiques économiques qui étaient en quelque sorte un résidu de l’époque des croisades. Les interdictions papales à l’endroit du commerce avec les musulmans étaient très fortes et, pour comprendre cette continuité avec certaines réalités du passé, l’on ne peut facilement les sousestimer. Des situations de facto, certes, eurent une influence sur la décision du Sénat vénitien de faire pression sur Rome pour obtenir un assouplissement de celles-ci54. Pour le cas catalan, la prise de Majorque en 1443, mais surtout l’envoi de légations diplomatiques régulières, aboutissant à la normalisation des rapports avec le sultanat put également entraîner ces changements en ce qui concerne les routes55. Il y avait certainement un lien entre l’existence d’intérêts concrets, comme le besoin de Venise de compter sur des voies ouvertes à l’exportation de métaux, et la volonté de s’accorder avec un fait accompli comme la présence d’une autorité consolidée au Moyen-Orient arabe: celle des Mamelouks. Des processus négociés en matière d’amandes et licences absolutoires pour aller commercer au Levant avaient caractérisé la position des 53

GARCIN: The Regime of the Circassian Mamluks, p. 314. LANE, FREDERIC CHAPIN: «The Venetian Galleys to Alexandria, 1344», dans Wirtschaftskräfte und Wirtschaftswege. I: Mittelmeer und Kontinent: Festschrift für Hermann Kellenbenz, édité par Jürgen Schneider. Stuttgart, 1978, pp. 433-434. 55 COULON, DAMIEN, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen âge: un siècle de relations avec l’Égypte et la Syrie-Palestine (ca.1330 - ca.1430), Madrid-Barcelone, 2004, p. 51. 54

38

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

cosmopolite. Le trait dominant dans sa composition était la présence stable d’individus d’origine grecque (notamment crétoise), sur lesquels s’appuyaient des réseaux vénitiens. La formation de ces réseaux était la conséquence du processus antérieur de colonisation vénitienne de zones plus proches, comme les îles grecques. Le 10 octobre 1365 Alexandrie fut attaquée par des navires armés en course par des particuliers, dirigés par des Chypriotes. La ville fut prise et saccagée pendant une semaine. Cette communauté étrangère d’Alexandrie fut l’objet de l’ire des attaquants ainsi que, plus tard, des représailles du gouvernement mamelouk62. Quand, en 1370, les démarches des Génois, des Vénitiens et des Catalans pour normaliser les rapports avec les Mamelouks aboutirent, le rôle de la ville dans le commerce de la Méditerranée changea profondément. La capacité militaire d’Alexandrie fut alors notablement augmentée, et le sultan fit de la défense d’Alexandrie une affaire relevant directement de lui, accordant le gouvernement à un émir du plus haut grade63. Dans les décénnies qui suivirent nombre de communautés marchandes y établirent leurs funduqs64. Le profil des Vénitiens qui se rendaient en Egypte changea fortement entre le XIVe et le XVe siècles. Les Vénitiens du XVe siècle apparaissent comme des négociants importants, appartenant très souvent aux familles nobles, tandis que l’image d’une diaspora formée par des groupements familiaux établis en Orient, en provenance des colonies grecques, s’efface65. Dans cette optique, il apparaissait une ligne de recherche qui associait les efforts d’affermissement d’une autorité princière avec la réduction des ressources et des institutions de l’empire. Cette ligne de recherche provenait des observations faites dans les domaines démographique et politique, ainsi que des études sur l’institution militaire. Avec, d’un côté, les travaux de A. Udovitch sur la diminution de la production et le régime démographique, et de l’autre, ceux de D. Ayalon sur le rétrécissement de l’armée mamelouke, il était

62 COMBE, ÉTIENNE, «Les sultans mamlouks: Ashraf Sha`bân (764-778 H. 1363-1376 A.D.) et Ghauri (906-922 H. 1501-1516 A.D.) à Alexandrie», Bulletin de la Société royale d’archéologie d’Alexandrie, 9 (1936-1937), COMBE, ÉTIENNE, «La texte de Nuwairi sur l’attaque d’Alexandrie par Pierre I de Lusignan», Maºallat Kulliyat al-Ad…b, ßami‘at Far™q al-Awwal, 3 (1946), COMBE, ÉTIENNE, «Alexandrie au Moyen Âge: Le sac de la ville par Pierre Ier de Lusignan en 1365», Cahiers d’Alexandrie, 2 (1964). Sur ce sujet, et particulièrement sur les représailles exercées contre les Catalans, COULON, Barcelone et le grand commerce, pp. 49-50. 63 ‘ABD AL-RƒZIQ, A|mad, «Les gouverneurs d’Alexandrie au temps des Mamluks», Annales Islamologiques, XVIII (1982), pp. 127-128, et surtout DÉCOBERT, CHRISTIAN: «Alexandrie au XIIIe siècle: une nouvelle topographie», dans Alexandrie médiévale, 1, édité par Christian Décobert et J.-E. Empereur. Le Caire: IFAO, 1998. 64 ASHTOR, The Venetian Supremacy , pp. 9-11. 65 Ces observations sont faites sur la base de l’analyse, dans un projet de recherche en cours, des individus cités dans les registres des notaires vénitiens à Alexandrie, Notaires Venitiens Au Moyen Orient (1360-1520), Commerce Et Civilisation En Mediterranee, Ressource Electronique (http://www.notaires-venitiens.com).

INTRODUCTION

39

difficile d’échapper à l’impression que la constitution d’un pouvoir princier, tenant plus étroitement les brides de l’Etat, était en rapport avec l’impossibilité de maintenir l’ordre politique connu à l’époque Ba|r†66. L’avènement d’un nouveau parti dans la politique du sultanat ne provenait pas de la seule défaite d’un secteur rival ni de la diminution de ses prérogatives. Sur le long terme, il était en rapport avec l’impossibilité de maintenir le système antérieur et la taille de l’institution militaire, et reprenait les efforts antérieurs pour accroître les moyens financiers des princes67. Quand les sultans circassiens, et notamment à partir du règne règne d’al-M™’ayyad Šay², commencèrent à avoir un recours extensif aux ressources du commerce extérieur, la «méditerranéisation» évoquée par J.-C. Garcin vint ainsi se compléter avec la «démameloukisation» défendue par des chercheurs de l’époque Ba|r†.

5. LES FONDEMENTS DU DEUXIÈME ETAT MAMELOUK Quand les Circassiens se retrouvèrent à la tête de l’Etat, avec l’entourage, en partie hostile, des élites mameloukes, ils profitèrent de cette conjoncture pour élaborer leurs propres essais de centralisation, en empruntant les voies offertes par le commerce entre la Mer et l’Océan ainsi que par l’investissement étranger, qui allait croissant. Ce qui caractérisa la politique mamelouke au XVe siècle fut la progressive diminution des revenus contrôlés par les émirs et des contingents de mamelouks qu’ils entretenaient, mais surtout la recherche d’un financement alternatif au système des Iq¥…’…t. Les sultans circassiens ne dédaignèrent pas l’adoption d’actions concrètes pour s’approprier des fiefs 66 Ayalon souligne la réduction proportionnelle de tous les corps de l’armée par rapport aux Mamelouks Sultaniens, y compris la ›alqa ou garde, composée de non esclaves, et qui avait été autrefois le noyau de l’armée. Il souligne l’action parallèle du renforcement du pouvoir sultanien et de la diminution des revenus dans ce processus: «The first conspicuous sign of a turn for the worse in the status of the ›alqa appears during the land redistributions (rawk) conducted in the Mamluk kingdom at the end of the 7th and «the beginning of the 8th centuries of the ›ijra (...) The disintegration of the ›alqa reached its peak as early as the beginning of the Circassian Period (...) From then on, the ›alqa is on a steady down-grade (...) Another major factor was Egypt economic situation: the country being unable to bear the huge cost of maintaining the armies, reductions in effectives and salaries were inavoidable». Pour la désintégration de la ›alqa sous al-N…¡ir Mu|ammad, puis sous les premiers Circassiens, ibid., 2, pp. 451-455. Quant au déclin dans le nombre de mamelouks non sultaniens, Ayalon remarque que les sources indiquent clairement la grande diminution des mamelouks des émirs dans la période circassienne par rapport à l‘époque Ba|r†, ibid., 2, pp. 462-464. Northrup, suivant Udovitch, ajoute: «The Mamluk military structure was thus further weakened by the decimation of the Mamluk ranks, and in addition, by the effect of the plague also on agricultural productivity, the main source of revenues for the regime and for the organization of the army. Those most affected were, as Udovitch notes, the Mamluk class and the beneficiaries of rural waqfs», NORTHRUP: The Ba|r† Mamluk Sultanate, 1250-1390, p. 288. 67 Ibid., pp. 287-289.

40

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

contrôlés par les émirs, mais cela allait contre une tradition séculaire et contre les propres principes de l’institution mamelouke68. Au contraire, les possibilités d’exploiter la juridiction sultanienne sur la fiscalité commerciale laissaient beaucoup plus de place à l’action des premiers circassiens. Mais cette tendance à la centralisation de ressources, après tout, ne doit être interprétée que comme un vecteur principal qui se vit, dans des moments de crise politique, contrecarrer par des forces opposées. En plusieurs occasions dans l’histoire mamelouke les factions émirales profitèrent de la faiblesse sultanienne pour détourner ses revenus, à travers la manipulation de l’administration. Ces tentatives, cependant, ne furent que des expédients isolés; le cadastre dressé par al-N…¡ir Mu|ammad en 1315 ne cessa d’être le cadre de référence et aucune réorganisation administrative à grande échelle ne fut entreprise. Ceci nous amène à une autre des questions préliminaires qui, pourtant, ne peut etre abordée que dans des termes très imprécis: sur quel genre de ressources le deuxième Etat mamelouk, et plus concrètement, l’autorité circassienne se fondaient-ils? Les efforts pour répondre à cette question se heurtent à l’absence d’éléments suffisants pour reconstruire le budget de l’Etat. Le cadastre de l’empire entrepris en 1315 fut soumis à diverses corrections pour établir la valeur réelle des Iq¥…’…t, très amoindrie en raison des pestes et des épidémies survenues dès 1347. Ce fut le cas pour les révisions de 1375-1376, pour celle d’environ 1400 et, encore une fois, à la fin du XVe siècle69. Ces corrections du vieux cadastre d’al-N…¡ir Mu|ammad offrent des indices sur l’évolution dans le partage des ressources au cours de la période, mais elles ne sont pas concluantes. Nous ne pouvons pas établir la taille et la valeur des Iq¥…’…t, du moins d’une façon exacte, car les informations fournies par les révisions ne furent pas entièrement mises à jour; les revenus des terres sont exprimés en dinars Þayš†, une monnaie de compte dont on ne peut pas quantifier le rapport avec l’argent en cours, d’autant plus qu’au cours du XVe siècle la devise mamelouke subit un processus inflationniste. Ce fait, semble-t-il, représentait déjà un casse-tête pour les fonctionnaires de l’époque70. L’absence de chiffres 68 Le transfert d’iq¥…‘…t émiraux au d†w…n sultanien (au D†w…n al-Mufrad, notamment) est facilement perceptible dans les chroniques tardives ainsi que dans la dernière mise à jour du cadastre de l’Egypte réalisée par Ibn al-ßi‘…n. voir PETRY, Fractionalized Estates Petry, Carl F., «Fractionalized Estates in a Centralized Regime: The Holdings of al-Ashraf Q…yt-Bay and Q…ns™h al-Ýawr† According to their Waqf deeds», JESHO, 41, 1 (1998), pp. 98-99 et 112-113. 69 Jean-Claude Garcin, Un centre musulman de la Haute-Egypte médiévale, Qus (Le Caire, 1976), pp. 231-244. 70 Le problème de l’utilisation d’une monnaie de compte comme le din…r Þayš† était déjà perçu par les contemporains, qui ne pouvaient pas utiliser les données présentes dans les copies du cadastre de 1315. Dans la préface d’une copie mamelouke tardive du cadastre, conservée dans la Biblioteca Nazionale de Rome, l’auteur fait part du «changement dans la valeur du din…r» (taÐayyara sa‘ar al-din…r) à cause du

INTRODUCTION

41

fiables ne doit pas étonner les chercheurs des économies pré-modernes, malgré le fait que l’économie d’ancien régime soit trop souvent abordée à travers la reconstruction des grands chiffres. Il ne nous est donc pas donné d’établir avec exactitude combien l’Etat devait-il au contrôle de l’économie agricole et, au contraire, jusqu’à quel point il s’orienta vers une exploitation des ressources commerciales71. Eparpillés dans les sources, l’on peut trouver des chiffres qui reflètent la diminution drastique de la production agricole. Des allusions isolées ont également servi à illustrer l’idée d’une prétendue «décadence» du commerce. Cette recherche ne tente pas d’entreprendre ce type d’efforts quantitatifs pour démontrer l’importance du secteur des échanges, bien que –comme nous l’indiquons dans le chapitre 4 – on puisse apporter des chiffres très exacts sur l’importance de l’investissement vénitien. Nous avons cependant jugé utile de présenter, à mesure que progressera notre réflexion, des éléments permettant de retrouver cette proportion. Toutefois, la quête –parfois désespérée– de revenus commerciaux par les sultans devrait constituer un indicateur assez sûr de l’importance des échanges dans le budget. La question est d’autant plus importante qu’il existe une vieille tradition, reprise au cours des dernières années, qui, entre autres facteurs, met l’accent sur le rapport entre le type de ressources disponibles, foncières ou mercantiles, le développement des bureaucraties et les formes de gouvernement à l‘époque moderne. La vieille présomption de l’abbé Galiani sur le fait que les Etats manquant de ressources agricoles taxent moins et mieux et développent des formes participatives de gouvernement n’est pas difficile à retrouver dans le débat actuel sur l’Etat moderne72. Ainsi, une filière d’études sur l’Etat qui traverse le XXe siècle a essayé –avec le cas prussien à l’arrière-plan– d’établir le lien entre les ressources agricoles et le développement du modèle bureaucratique-absolutiste dans les sociétés militarisées. Celle-ci est –nous semblet-il– la position qui s’est faite entendre avec plus de force lors du récent débat sur l’Etat. Un débat assurément dévolu à expliquer le particularisme du cas anglais et, peut être, aussi du cas hollandais, comme alternative à l’absolutisme. Ce débat, bien qu’il ait réussi à problématiser efficacement le lien entre la guerre, le financement, et le modèle politique est pris dans un cercle vicieux.

«changement des circonstances» (tabaddul al-a|w…l) et de la «destruction de la plupart des villages» (²araba Ð…lib al-buld…n... |araba m… k…na ‘am…ran) à cause des pestes et famines du XIVe siècle. Rome, Biblioteca Nazionale, Manoscritto Orientale n.° 89, V, f. 61-145. Pour ce processus inflationniste, voir MARTÍNEZ MONTÁVEZ, PEDRO, La oscilación del precio del trigo en El Cairo durante el régimen mameluco, thèse inédite, Universidad de Madrid, 1963. 71 RABIE: The Size and Value of the Iq¥…‘ in Egypt, 564-741 A.H. 1169-1341 A.D. 72 GALIANI, FERDINANDO, Dialogo sul commercio dei grani éd. Emanuele Ronchetti, Roma, 1978, pp. 109-110.

42

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

En effet, de nouvelles contributions visent à démontrer que même les régimes républicains étaient capables de développer des bureaucraties et de soutenir de vastes armées, et que, au contraire, les Etats absolutistes n’étaient pas parvenus à effacer les institutions de participation73. Nous ne voulons pas dire par là que ce cadre d’analyse n’est pas applicable aux Empires musulmans parce qu’ils sont «différents»; le problème reste que ces discussions sont trop fortement marquées par la quête de réponses sur le développement politique européen et notamment sur la naissance de l’Etat nation74. On serait tenté de présenter le deuxième Etat mamelouk comme un cas hors norme, car, à l’origine, il s’adapte au profil des Etats, fort militarisés, qui développent une importante bureaucratie afin de taxer les ressources agricoles, se transformant progressivement en une entité qui se nourrit de plus en plus des revenus des trafics et de l’économie des échanges. La quête de l’exceptionnalisme, cependant, ne nous paraît pas une tâche présentant un intérêt scientifique: pour anticiper certaines de nos conclusions, notre recherche identifie cette tendance vers la commercialisation de l’empire, et bien que les institutions de participation qui caractérisent les Etats marchands de la Méditerranée n’y aient pas vu le jour, on constate une cession progressive de pouvoir à certains éléments de la société civile et aux communautés marchandes qui servaient de partenaires aux sultans. L’organisation mamelouke primitive, de base terrienne et articulée autour de l’institution militaire, se vit, au cours de la période circassienne, progressivement reformulée et les tensions initiales vers la centralisation s’assouplirent. Contrairement à la vision de N. Elias pour le cas de l’absolutisme continental, la financiarisation croissante et la monétisation de l’économie ne comportèrent pas une tendance à la concentration du pouvoir et la bureaucratisation75. L’attachement du pouvoir circassien aux épices, qui à l’origine avait pour but le renforcement de l’autorité princière, finit par provoquer l’apparition d’une nouvelle élite circassienne des affaires, ainsi que celle d’un nouveau profil d’administrateur civil, qui s’occupait de gérer les intérêts sultaniens dans les places d’importance financière. Les rapports entre le pouvoir du Caire et l’administration des villes se virent redéfinis pendant cette période. Notre recherche est en grande mesure dévolue au développement de ce pouvoir princier, aux stratégies financières et politiques qu’il adopta pour 73 ERTMAN, THOMAS: «Explaining Variation in Early Modern State Structure: The Cases of England and the German Territorial States», dans Rethinking Leviatan: The Eighteenth-Century State in Britain and Germany, édité par John Brewer et Eckhart Hellmuth, Oxford University Press, 1998, pp. 23-53. 74 WONG, R. BIN, «Between Nation and World, Braudelian Regions in Asia», REVIEW of the Fernand Braudel Center, 26 (2003), pp. 1-48. 75 ELIAS, NORBERT, La dynamique de l’occident, Paris, 1975, p. 32.

INTRODUCTION

43

survivre, mais surtout aux effets inespérés de ce tournant sur la société et l’économie mameloukes. Souvent, dans le débat récent sur la nature de l’Etat moderne, la captation de ressources pour financer la machine militaire a été considérée comme le catalyseur de la centralisation. Les sultans circassiens, en effet, montrèrent une préoccupation particulère pour élargir leur propre base militaire, après que le fondateur de la dynastie, Barq™q, eut procédé à la mise en place d’un corps d’armée, personnellement dévoué au sultan et financé par son propre budget. La tendance à accroître les ressources militaires proprement sultaniennes se retrouve plus tard dans le siècle, de façon presque continue. Cependant, bien que la création de diverses structures administratives accompagne l’instauration du corps des Mamelouks Sultaniens, notre recherche n’a pas relevé de développement continu de la bureaucratie de l’empire. Le processus de consolidation des nouvelles procédures administratives s’interrompit autour des années 1420-1430. Le projet initial de financer le corps avec les Iq¥…’…t affectés aux d†w…ns sultaniens semble avoir été modifié au moyen d’expédients ad hoc, y compris un large recours à l’argent du commerce. Aussi, le propos initial des premiers Circassiens de doter leur Etat d’instruments administratifs pour gérer les échanges se vit remplacé, progressivement, par une série d’arrangements et de procédures qui ne peuvent qu’avec peine être qualifiés de bureaucratiques. A ce propos, nous aurons l’occasion de constater comment le financement de l’armée, et notamment le financement extraordinaire, se vit progressivement affecté à la capacité du pouvoir sultanien d’agir sur les échanges avec la Méditerranée. Ainsi la question du financement de l’armée, qui occupa sans doute la plupart des ressources et des initiatives, se rattache-t-elle à celle de l’action politique et du caractère du gouvernement circassien: la promotion de certaines institutions économiques et leur soutien avec des pratiques codifiées et même de certains discours sur l’argent sont également l’objet de cette étude. La difficulté, en dernière instance, de soumettre les trafics aux priorités du pouvoir militaire, ainsi que la capacité des médiateurs et des investisseurs à se rendre utiles aux desseins sultaniens nous pousseront à adopter une interprétation de la politique circassienne qui met l’accent sur la collaboration et sur la cession de pouvoir. Une place significative parmi les institutions économiques qui caractérisèrent l’action circassienne en matière économique fut occupée par les guildes marchandes. Le caractère institutionnel de ces groupements dérive du fait qu’ils jouissaient de droits de juridiction accordés par les pouvoirs politiques, et leur action n’est compréhensible que dans le contexte politique où elles virent le jour. Dans les chapitres 2 et 3, nous présenterons la naissance de l’une de ces groupements marchands privilégiés, favorisé par la politique des

44

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

premiers sultans Circassiens –La ³aw…Þikiyya– mais aussi les parcours des négociants individuels qui la composaient. Ces négociants se substituèrent à la précédente élite de marchands musulmans d’épices, les K…rim†, qui maintenaient avec le gouvernement Ba|r† un rapport ambigu. En dotant le nouveau groupement d’une série de prérogatives, et en profitant largement des compétences de ses membres en tant que marchands privés, les Circassiens tentaient d’imposer leur propre stratégie pour manipuler le commerce extérieur. Un deuxième mécanisme institutionnel (chapitre 4) marquant la période postérieure à 1450 fut celui des stocks d’épices sultaniennes. A travers des arrangements institutionnels avec certains partenaires européens, le gouvernement mamelouk mit en place un mécanisme complexe pour placer ses propres épices et manipuler les marchés. Involontairement, cette manœuvre ouvrit la porte à l’action des guildes étrangères de commerce, notamment à celle du Cottimo vénitien, ayant d’énormes intérêts au Moyen Orient. Cette démarche pour attirer de nouveaux revenus se mua en la concession d’un ample espace à l’action politique des Vénitiens, avec l’effet que la politique du Caire commença à tourner son attention vers les places financières d’importance, notamment celles de Syrie. La politique dans l’Empire Mamelouk acquit progressivement des teintes méditerranéennes, avec le problème du financement comme question centrale. Cette apparition de la Méditerranée, occupant de plus en plus de place dans notre recherche, complique en grande mesure l’unité d’analyse. En effet, les chapitres 6, 7 et 8 sont consacrés presque entièrement aux enjeux méditerranéens de la politique circassienne, au moment où l’action des sultans se vit en grande mesure compromise par la négociation avec les étrangers. Cette unité d’analyse a présenté un défi conceptuel, car, en dehors des considérations d’ordre anthropologique ou culturel habituelles, c’était l’intéraction politique avec les Etats partenaires et leurs institutions économiques qui avait une fonctionnalité dans l’évolution du pouvoir mamelouk. En raison de la stratégie des Mamelouks, tendant à financer le sultanat pour une large part au moyen du commerce extérieur, les choix institutionnels des partenaires européens commencèrent à avoir une influence sur les décisions mameloukes. Bien qu’en certaines occasions notre analyse nous pousse à prendre en considération les centres économiques de la mer Rouge et de l’Océan indien, c’était l’interaction avec les villes et républiques marchandes de la Méditerranée qui était importante. Cette interdépendance, sur laquelle nous revenons au cours du chapitre 5, s’explique à travers deux forces complémentaires: d’un côté, les gouvernements devaient tenir compte des formes d’organisation des partenaires, qui ne commerçaient pas tous de la même façon. De l’autre les institutions qui géraient le commerce extérieur dans les républiques marchandes, comme

INTRODUCTION

45

le Cottimo vénitien ou la Massaria génoise, dépendaient fortement de leurs propres trajectoires historiques; elles répondaient à des intérêts concrets qui étaient définis dans la métropole et qui marquaient une conception particulière de l’économie. Pour le financement de l’Empire et la politique économique les Mamelouks commencèrent, par la force des choses, à tenir compte des choix de ces partenaires qui avaient acquis une grande capacité de négociation en tant que représentants de la demande. Quand les membres des guildes étrangères, les négociants et les investisseurs protagonistes du commerce des épices, commencèrent à manifester leur désapprobation quant à la façon dont le politique gérait leurs activités, ces mêmes institutions qui les intégraient subirent le contre-coup de la défaillance de l’action collective ainsi que d’énormes problèmes financiers. Cette crise des guildes étrangères de commerce affecta sérieusement le budget sultanien et la politique extérieure. Quelles sont donc, les limites de cette dimension méditerranéenne? Dans cette recherche, fondée en grande partie sur une documentation génoise ou vénitienne, l’intérêt pour Gênes et Venise reste subordonné à l’analyse des traits spécifiques et de l’évolution du régime mamelouk. Au contraire, notre analyse s’arrêtera quand elle nous poussera vers l’arrière pays, quand il sera uniquement affecté par l’histoire de Venise ou l’histoire de Gênes. Ainsi, la dimension Méditerranéenne de cette recherche relève plutôt de l’histoire commune que de l’histoire comparée; nous nous occuperons de ces institutions quand elles auront des effets et des manifestations sur l’autre rive, lorsqu’elles pourront apporter quelque chose à notre compréhension du rapport entre l’Empire mamelouk et son milieu immédiat. Les particularités de l’institution militaire mamelouke, bien entendu, restent toujours à l’arrière-plan. En l’absence d’un appareil de légitimation basé sur le lignage ou la sacralité de la figure du sultan, l’égalité en statut de tout mamelouk freinait l’adoption de réformes politiques. Les lourdes demandes économiques des soldats esclaves, la puissance de leur capital social, compromirent de manière permanente les ressources sultaniennes et limitèrent les essais de centralisation. A partir des années 1450, et de façon plus intense pendant les règnes d’al-Ašraf Q…ytb…y (1468-1496) et de Q…ns™h al-Ýawr† (1501-1516), il est possible de repérer un rapport entre les exigences des soldats et les efforts des sultans pour drainer les revenus du commerce. Bien que sous les règnes de ces deux sultans on ait cherché des solutions alternatives au système des Iq¥…’…t, allant même jusqu’à promouvoir des contingents militaires non-mamelouks, le fardeau des armées professionnelles se fit sentir sur tout ce qui se rapportait au sujet du financement. Le caractère mercenaire de l’armée mamelouke et les tensions inhérentes au jeu de factions conditionnèrent en dernière instance les sphères de la politique et de la fiscalité.

46

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Affirmons-le d’emblée: les ressources en provenance du programme sultanien pour contrôler les épices et manipuler les marchés ne firent qu’augmenter la dépendance du monarque à l’endroit de ses recrues, faisant échouer en dernier lieu la poussée initiale vers la centralisation.

CHAPITRE 2 LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE SOUS LES MAMELOUKS CIRCASSIENS (1382-1421)

Pendant la deuxième moitié du XXe siècle plusieurs historiens se sont occupés du groupement de grands marchands d’épices connu sous le nom de K…rim†. A la fin des années 1950 diverses études sur les K…rim† se succédèrent en peu de mois. L’intérêt portait tant sur les aspects organisationnels du groupement que sur les causes de leur disparition de la scène au XVe siècle1. Ces premiers travaux servirent à mettre en relief le fait que le K…rim était un phénomène repérable depuis le XIIe siècle, d’abord sous la forme d’un convoi maritime qui traversait périodiquement l’Océan Indien, et plus tard comme un groupe de marchands qui avait développé un certain degré d’organisation collective en matière commerciale et financière. Il ressortait de ces travaux que les K…rim† avaient leurs bases dans les Etats marchands de la mer Rouge (notamment, au Yémen). Les travaux de W. Fischel et E. Ashtor soulevèrent certains problèmes sur la composition ethnique des K…rim† et à leur articulation en tant que corporation. Malgré certains indices, comme le fait qu’ils aient joui de la protection navale de l’Etat Fatimide (909-1171)2, et qu’ils aient soutenu financièrement d’autres Etats égyptiens postérieurs, le groupe était

1 Les recherches auxquelles il est ici fait référence sont les suivantes: WIET, GASTON, «Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks», Cahiers d’histoire égyptienne, 7 (1955). ASHTOR, ELIYAHU, «The K…rim† Merchants», Journal of the Royal Asiatic Society, (1956), FISCHEL, WALTER J., «The Spice Trade in Mamluk Egypt: A Contribution to the Economic History of Medieval Islam», Journal of the Economic and Social History of the Orient, 1 (1958), et GOITEIN, S. D., «New Light on the Beginnings of the Karim Merchants», Journal of the Economic and Social History of the Orient, 1 (1958). Pourtant, le débat durant ces années fut beaucoup plus riche, à la lumière des travaux de Goitein et du débat sociologique sur l’articulation politique en Orient et Occident, concernant les théories de Weber et Wittfogel. Un aperçu d’ensemble sur des points où l’on a aboutit à quelque consensus et une bibliographie extensive se trouvent dans LABIB, SUBHI: Karimi, dans The Encyclopaedia of Islam, 2d edition, vol. 4, pp. 640-643, Leiden: E. J. Brill, 1978. Une récente monographie exhaustive, qui apporte cependant peu de nouveauté au débat sur les K…rim† est celle d’AL-AŠQAR, Mu|ammad ‘Abd al-Ý…n†, TuÞÞ…r al-¥aw…bil f† mi¡r f† al-‘a¡r al-maml™k†, Le Caire, 1999. 2 AL-QALQAŠAND‡, Ših…b al-d†n A|mad, øub| al-A‘sh… f† øin…‘…t al-Inš…’, 14 vols., Le Caire, 1964, III, p. 524.

48

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

considéré sous une optique de libre entreprise, la maximisation du profit étant censée être le principe directeur de leurs activités économiques. Bien que les K…rim† semblent avoir joué un rôle important comme fournisseurs de crédit aux gouvernements, ils étaient perçus comme un sujet passif quant à ses rapports avec le pouvoir mamelouk3. G. Wiet interpréta l’histoire des K…rim† à la lumière du long terme politique: à en juger par sa petite monographie sur les marchands d’épices, on a l’impression que les K…rim† ne furent qu’une dernière vague dans le lent mouvement des diasporas marchandes, accompagnant depuis l’Orient vers la Méditerranée l’évolution politique des derniers empires islamiques. Pourtant, ni les origines du groupement, ni la signification du mot K…rim n’étaient claires, tant pour les auteurs arabes anciens que pour les historiens contemporains. Bien que les allusions des sources arabes du XIVe et du début du XVe siècle à des marchands portant le titre de K…rim† soient nombreuses, les modalités concrètes de cette organisation sont restées obscures.

1. LES KƒRIM‡ ET LA DISPARITION DU NÉGOCE INDÉPENDANT Le débat sur les K…rim† se présentait de cette manière autour des années 1960, quand apparut une série de recherches sur le moment de la consolidation du régime circassien et sur la société du Moyen Orient à cette époque. En 1961, A. Darrag présenta une thèse défendant l’idée que la crise économique subie dans le Moyen Orient arabe était étroitement liée à des mesures politiques prises par l’administration mamelouke dans les années 1422-14384. Darrag ressembla des preuves pour démontrer que ce fut durant ces années, sous le régime du sultan Barsbāy, que les K…rimi disparurent; en effet, au moins trois décrets bannissant les K…rim† des terres sous autorité mamelouke virent le jour entre 1430 et 1435. En 1967, Ira Marvin Lapidus publia Muslim Cities in the Middle Ages, un travail de première importance et qui allait fournir le paradigme sur lequel on allait comprendre la civilisation du Moyen Orient arabe au bas Moyen Age. Dans la partie consacrée au rôle des marchands dans la société urbaine, I. M. Lapidus insista sur l’idée que l’Etat circassien incorpora les marchands à ses structures tout en réduisant la sphère indépendante du commerce. Après la période de guerre civile qui ravagea l’Egypte et la Syrie entre 1388 et 1422, l’Etat recourut à des expédients de taxation indirecte et forcée. Cela comporta l’exploitation du commerce des épices à travers des monopoles et des 3 4

FISCHEL, The Spice Trade in Mamluk Egypt, pp. 169-174. DARRAG, A|mad, L’Égypte sous le règne de Barsb…y, 825-841/1422-1438, Damas, 1961.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

49

achats forcés imposés, entre autres, aux Italiens, mettant fin au système antérieur, contrôlé dans l’océan Indien par les K…rim†. D’après Lapidus, jusqu’aux premières décennies du XVe siècle, les marchands K…rim† auraient largement contribué au financement de l’Etat, en jouissant de sa protection et de sa coopération institutionnelle, et en étant soumis à son contrôle fiscal5. Suite à ses travaux menés dans les archives de Venise, E. Ashtor reprit la thèse de Lapidus et l’illustra à l’aide de nouveaux documents. Il trouva des mentions qui présentaient certains marchands, appelés ³aw…Þ…, comme des agents du monopole à l’époque de Barsbāy6. Notamment les références au ³aw…Þ… Ibn al-Muzalliq lui suggéraient que ce dernier agissait en position de force sur le marché des épices, à travers un système de ventes forcées que les Francs devaient accepter avec de lourdes pertes. Ashtor contribua ainsi à forger l’image qu’à partir des années 1420, la politique des sultans porta de plus en plus préjudice à un commerce qui s’était auparavant déroulé dans un climat de liberté majeure. Fischel avait déjà fait remarquer que les nouvelles politiques commerciales et fiscales avaient mis fin à la «libre entreprise» conduite par les K…rim† pendant des siècles7. Les Circassiens en auraient ainsi fini avec la classe indépendante des marchands pour s’en servir par la suite comme de simples agents. Cette vision, mettant en rapport la disparition des marchands K…rim† et la consolidation d’un régime autoritaire, s’est consolidée dans l’historiographie jusqu’à nos jours. L’argument sous-jacent était, d’un côté, le manque d’une véritable politique économique en Islam médiéval, et de l’autre l’absence d’une attitude faisant preuve de tolérance à l’endroit des diasporas marchandes. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, dans le contexte des changements politiques au Moyen-Orient et de la différenciation des conceptions économiques à l’échelle mondiale, des interprétations de ce type étaient en vogue. Il n’est peut-être pas inutile de faire quelques considérations sur l’historiographie de la période, et notamment pour mettre en contexte l’abondance des études sur le sujet, d’autant plus que, comme l’a fait remarquer Jean Aubin, les K…rim† ont été l’un des rares groupes économiques à avoir bénéficié de l’attention des arabisants8. 5

LAPIDUS, Muslim Cities in the Later Middle Ages, p. 126. ASHTOR, The Venetian Supremacy, pp. 27-29. 7 FISCHEL, The Spice Trade in Mamluk Egypt, p. 173. 8 Plus récemment, d’autres auteurs ont essayé de nuancer cette disparition, obtenue à coups de décrets, et ont évoqué, sans toutefois être déterminants dans leurs conclusions, le développement de groupements liés à d’autres centres indiens, comme Diu, qui auraient pu occuper la place des K…rim† (dont la branche indienne demeurait surtout à Calicut), voir AUBIN, JEAN: «Marchands de Mer Rouge et du Golfe Persique au tournant des 15e et 16e siècles», dans Marchands et Hommes d’affaires asiatiques dans l’Océan Indien et la Mer de Chine 13e-20e siècles. Etudes publiées sous la direction de Denys Lombard et Jean Aubin, édité par Jean Aubin et Denys Lombard. Paris: EHESS, 1988, pp. 85-86. 6

50

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Pendant les années 1950 et 1960, à la lumière des travaux de S. D. Goitein sur le monde commercial des Xe -XIIe siècles, on avait une image largement positive du rapport entre les diasporas marchandes et l’Etat Fatimide. D’après Goitein, qui avait étudié les documents des archives de la communauté juive du Caire (Geniza), le cadre dans lequel se déroulaient les échanges était celui du marché, et le rapport avec les hommes d’affaires étrangers et notamment avec la minorité juive était un rapport de tolérance. Cependant, l’épuisement de la diaspora juive de la Geniza à partir des années 12609 avait toujours posé un problème pour les chercheurs, d’autant plus que la disparition de la communauté ne semblait pas être la conséquence de traitements arbitraires. Goitein avait suggéré que les deux diasporas avaient coexisté et qu’elles avaient été, en quelque façon, complémentaires; d’une façon moins convaincante, des chercheurs comme Ashtor ou Fischel tentèrent d’adoucir la transition entre l’époque de la Geniza et celle des K…rim†, en essayant d’identifier des K…rim† non musulmans. D’ailleurs, les idées de Goitein sur l’existence d’une “bourgeoisie” islamique à l’époque Fatimide, à côté de celles de Claude Cahen sur l’absence de formes corporatives d’organisation dans l’Islam classique avaient fourni une vision très positive en ce qui concerne les rapports entre les groupements marchands et les Etats islamiques avant le XIIIe siècle10. Les théories sur un déclin des classes moyennes face aux Etats militarisés du bas Moyen-Age, comme les Mamelouks, s’appuyèrent sur les recherches concrètes de Lapidus, Darrag et Ashtor pour donner une vision des choses assez trouble11. La question du monopole mis en place par Barsbay et celle de la disparition des K…rim† venaient clôturer ainsi un long processus historique, dans lequel les empires islamiques devinrent de plus en plus fermés à l’endroit des groupes marchands. Récemment, S. Subrahmanyam s’est élevé contre cette tradition pour laquelle l’Etat [non-occidental] est une entité fermée et inaccessible aux intérêts mercantiles. En 1995, suite à une analyse comparative du développement des politiques commerciales en Océan Indien,

9 GOITEIN, S. D., «The Documents of the Cairo Geniza as a Source for Mediterranean Social History», Journal of the American Oriental Society, 80 (1960), pp. 91-94. 10 CAHEN, CLAUDE, Revue de: «A Mediterranean Society: The Jewish Communities as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, I, Economic Foundations, par S. D. Goitein», Journal of the Economic and Social History of the Orient, 12 (1969), CAHEN, C., «Y a-t-il eu des corporations professionnelles dans le monde musulman classique? quelques notes et réflexions», dans The Islamic City, édité par S. M. Stern et A. Hourani. Oxford, 1970. 11 GOITEIN, S. D., «The Mentality of the Middle Class in Medieval Islam», dans Studies in Islamic History and Institutions. Leiden: Brill, 1968, p. 254. Dans la deuxième édition de son article sur les K…rim†, Goitein endurcit ses jugements à l’endroit de la politique mamelouke: GOITEIN, S. D., «The beginnings of the Karim merchants and the character of their organization», dans Studies in Islamic History and Institutions, Leiden: Brill, 1968.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

51

ce chercheur argua qu’il était plus utile de considérer que les Etats ayant des intérêts mercantiles favorisaient des alliances avec certains groupements sociaux pour parvenir à leurs buts12. Dans ce chapitre, nous allons reprendre la question –qui pourrait sembler accessoire– de l’étymologie du mot Kārim et des origines anciennes du groupement médiéval. Cette digression nous permettra de replacer, dans un contexte théorique, le problème de la fonction des groupements marchands dans l’organisation politique. A l’aide d’une digression basée sur les conclusions des historiens de l’Antiquité et de certains anthropologues, nous verrons comment les ancêtres des K…rim† ont fait l’objet d’études qui mettent en doute la maximisation économique comme un principe directeur des organisations politiques. En deuxième lieu, nous entendons reprendre ici la question de la chute des K…rim†, dans le contexte politique circassien et en rapport avec l‘émergence d’autres groupements, servant mieux les intérêts de consolidation et de survivance du régime. Dans les pages qui suivent, nous montrerons comment, quand les K…rim† disparurent, il existait un nouveau groupement financier né à l’ombre des Circassiens. Ses membres n’étaient en aucun cas des agents financiers des sultans, mais des entrepreneurs aux compétences éprouvées dans le commerce océanique.

2. LES ORIGINES ANCIENNES DU KƒRIM MÉDIÉVAL: UNE NOUVELLE INTERPRÉTATION Les auteurs des traités administratifs mamelouks, aussi bien que les historiens contemporains se sont demandés, vainement, quelle était la signification du mot Kārim. Dans les traités sur l’administration, comme celui d’alQalqašand† ou le Maq¡ad al-Raf†‘ de la Bibliothèque Nationale de France, l’on spécule sur l’étymologie du terme, en reconnaissant que le mot, tel qu’il apparaissait dans les documents, était dépourvu de signification en arabe. alMaqr†z† et Ibn M…Þid attribuèrent la dénomination à de vieilles routes du commerce africain (le bil…d al-K…nim soudanais) ou à des marchandises concrètes, comme certains types d’ambre. De nos jours, il existe un consensus sur l’absence d’une étymologie convaincante13. Le mot k…rum (kārim selon d’autres lectures) renvoyait à une notion de marchands-administrateurs, des négociants par statut qui avaient opéré au 12 SUBRAHMANYAM, SANJAY, «Of Imarat and Tijarat: Asian Merchants and State Power in the Western Indian Ocean», Comparative Studies in Society and History, 37 (1995), p. 773. 13 Voir LABIB: K…rim†, dans The Encyclopaedia of Islam, vol. IV.

52

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Moyen Orient ancien14. Les sources mésopotamiennes font usage d’un lexique particulier désignant les divers concepts de cette activité: les marchands-administrateurs étaient généralement appelés K…rum, l’institution en soi est connue sous la forme tamk…rum et les endroits où les échanges avaient lieu également comme K…rum, la racine kar ayant le sens de port ou quai. Un bâtiment aux fonctions de banque d’Etat était nommée B†t K…rim15. Eveillant dans les années 1950 et 1960 une problématique extrêmement riche, le K…rum s’avéra être l’institution centrale d’une économie d’échanges hors du marché, perspective qui défiait la vision de la génération précédente d’historiens, qui avaient voulu voir à Babylone la naissance d’une économie (et aussi d’une rationalité) de marché16. Les membres du K…rum étaient chargés de certains achats nécessaires à leur communauté, se déplaçant pour ce faire sur de longues distances. En métropole, leur commerce ne semblait pas faire l’objet de taxation. Leur fonction principale était celle de se procurer des métaux précieux pour le compte du gouvernement. D’autres fois il s’agissait de métaux nécessaires au maintien du système monétaire où à la fabrication d’armes, comme c’était le cas pour les formes assyriennes de commerce administré avec l’Anatolie17. Ainsi, les denrées placées par les marchands K…rum –en général des produits de luxe– n’étaient échangées que contre de l’argent comptant18. Ils formaient une organisation indépendante très serrée, quand ils demeuraient dans un pays étranger. Leur commerce dépendait de leur capacité à coopérer avec les différents gouverneurs des villes, dans des situations politiques changeantes19. Il a été affirmé que, dans leurs documents, les bénéfices n’y sont pas souvent mentionnés explicitement, les pertes jamais, et que les prix ne sont pas le centre d’intérêt20. Dans le commerce du K…rum, les prix –contrairement 14 Par ailleurs, il n‘existe aucune certitude sur le fait que la deuxième voyelle du mot arabe originel soit effectivement un kasra (correspondant au son i ). 15 LEWY, JULIUS, «Some Aspects of Commercial Life in Assyria and Asia Minor in the Nineteenth PreChristian Century», Journal of the American Oriental Society, (1958). 16 Pour le problème du Karum en tant qu’institution de commerce administré, voir POLANYI, KARL, «Ports of Trade in Early Societies», The Journal of Economic History, 23 (1963), pp. 30-33, et POLANYI, KARL: «Marketless Trading in Hammurabi’s Time», dans Trade and Market in the Early Empires: Economies in History and Theory, édité par Karl Polanyi, Conrad M. Arensberg, et Harry W. Pearson. Chicago: Gateway, 1957, pp. 12-26. Pour une révision de ce débat dans les années 1970, voir aussi RODINSON: Préface, qui cependant prend acte de l’importance atteinte par les théories de Polanyi. 17 LEWY, Some Aspects of Commercial Life in Assyria and Asia Minor in the Nineteenth Pre-Christian Century , pp. 92, 95. 18 OPPENHEIM, A. L., The Seafaring Merchants of Ur op. cit. (1954), pp. 6-7, 13, et POLANYI, Marketless Trading in Hammurabi’s Time, p. 18, d’après les travaux de Landsberger, Eisser et J. Lewy, p. 20. 19 OPPENHEIM, A. L., «The Seafaring Merchants of Ur», Journal of the American Oriental Society, (1954), p. 13. 20 Polanyi, d’après Landsberger, Marketless Trading, p. 19.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

53

à ce qui se passe dans un système de marché– ne sont pas en fonction de l’offre et la demande; ils prennent la forme d’équivalences déterminées par des accords de type politique21. Les activités des marchands K…rum, analysées depuis du point de vue de la maximisation du revenu, apparaissaient aux yeux des chercheurs comme manquant d’une rationalité de marché. Les marchands K…rum anciens ne se présentaient donc pas comme des marchands privés, en quête d’un profit maximal fruit d’une activité spéculative d’achat et de vente. Les travaux de certains assyriologues mirent en évidence, à partir des années 1940, que les signes distinctifs d’un régime de marché, comme les fluctuations dans les prix, ne fournissaient pas tous les outils nécessaires à la compréhension de l’économie babylonienne. Un niveau supérieur de l’activité économique était représenté par des décisions administratives, et par la participation de l’Etat aux échanges. Les marchands désignés comme K…rum étaient l’une des instances à caractère administratif qui conditionnaient la vie économique, mais pas la seule. Ils opéraient un commerce de longue distance pour le compte de l’Etat, dans lequel l’approvisionnement d’un bien stratégique comme le métal-monnaie et non la maximisation était l’objectif. Au cours de la période ancienne, le K…rum et des institutions analogues connurent une vaste diffusion dans une zone géographique allant des villes-ports du Golfe persique à l’Asie Mineure. Outre l’institution administrative qui gérait les échanges intéressant l’Etat, le K…rum a, dans les sources mésopotamiennes, la signification de lieu d’échanges où ces activités sans marché avaient lieu22. Les marchands du K…rum effectuaient leurs transactions dans des aires isolées en dehors des centres habités, normalement dans des ports fluviaux. Les anthropologues se sont par la suite penchés sur ces institutions abritant le commerce administré que sont les ports de commerce. La caractéristique principale du port de commerce –dans le vaste cadre géographique et temporel où il a laissé des traces– est la minimisation du risque et de la compétitivité. Le corollaire du port de commerce est que, si la maximisation du gain cède la priorité à un approvisionnement effectif pour la communauté, le risque et les fluctuations sont les ennemis à battre. Le port de commerce, identifié dans l’histoire de l’océan Indien, du Moyen-Orient, de l’Amérique pré-coloniale ainsi que dans 21 «Prices» took the form of equivalences established by authority of custom, statute or proclamation... the chief difference between administrative or treaty trade on the one hand and market trade on the other lies in the trader’s activities themselves. In contrast to market trade, those activities are here risk-free, both in regard price expectation and debtor’s insolvency. Price risk is excluded by the absence of price-making markets with their fluctuating prices, and the general organization of trade which does not depend for profit on price differentials, but rather on turnover», POLANYI: Marketless Trading in Hammurabi’s Time, pp. 20-21. 22 OPPENHEIM, The Seafaring Merchants of Ur , p. 12.

54

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

celle de certaines cultures africaines, avait pour trait commun de fournir les garanties administratives visant à freiner la concurrence et éviter les fluctuations, phénomènes indésirables pour un approvisionnement régulier. A l’époque islamique, l’ancienne dénomination du port de commerce sémitique réapparaît dans certaines villes marchandes d’Afrique orientale: associé à l’autorité politique de Kano, le marché kurmi de cette ville abrite les transactions des marchands étrangers, d’origine arabe. D’après la Chronique de Kano, ce marché Kurmi fut établi par des Arabes venus de Médine, au cours du XVe siècle, et implanté parmi les populations Hausa23. Le marché se trouvait à l’extérieur de la ville et les marchands arabes y jouissaient d’un régime fiscal avantageux. On reconnaît la persistance d’une racine sémitique K-R-M signifiant marchandise précieuse24, diaspora marchande, où même désignant ce type de ville-marché extérieure. Philip Curtin a, à plusieurs reprises, traité de l’importance de cette institution à propos de l’expansion de l’Islam en Afrique25. La continuité entre le K…rum ou K…rim babylonien et le K…rim du e XI –XIVe siècles nous paraît donc linéaire en termes linguistiques, mais non du point de vue conceptuel ou économique. Nous ne soutiendrons pas que l’institution s’est maintenue en dépit des changements socio-politiques et de l’avènement des empires islamiques. Des mutations dans la structure du K… rum liées à l’émancipation des marchands par rapport à leurs centres d’origine, ont été déjà signalées au cours de la période ancienne. Malgré les mutations dans leur structure et organisation, il est plus que probable que les marchands K…rim† doivent leur dénomination médiévale à leur nature de diaspora marchande, trafiquant en marchandises de prix et jouissant du parrainage politique. Au passage, le débat sur le commerce administré (portant largement sur les temps médiévaux et modernes) nous fournit un canevas conceptuel pour comprendre certains concepts-clé de la suite de notre argumentation. Cette entrée en scène médiévale du Kārim coïncide avec la reprise du commerce entre l’Egypte et le monde indien à travers la mer Rouge, succès dû à la politique commerciale des Fatimides. Auparavant, ce commerce empruntait surtout la voie du golfe Persique. Ce qui s’est passé pendant cette époque obscure, antérieure au onzième siècle, reste complètement dans l’ombre. Lors de ces derniers siècles, le Kārim réapparaît dans les documents de la Geniza du Caire, puis dans des sources littéraires arabes des périodes fatimide, ayyoubide et mamelouke. 23 PALMER, H. R., «The Kano Chronicle», The Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 38 (1908), pp. 77, 90. 24 Lane, Arab-English Dictionnary. 25 CURTIN, PHILIP D., «Africa North of the Forest», dans African history: from earliest times to independence. London , New York: Longman, 1995, pp. 174-176.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

55

3. LE DÉBAT SUR LE COMMERCE ADMINISTRÉ AU XVe SIÈCLE Bien que les mentions arabes faisant référence à ce groupement aient jeté plus d’ombres que de lumières, l’abondante littérature sur les marchands K…rim† s’est orientée vers une interprétation qui met en relief les composantes institutionnelles du groupement. A l’époque de la Geniza le mot k…rim avait certainement une connotation de flotte commerciale. Plus tard, il existe des témoignages des emprunts faits par des souverains arabes et africains auprès des K…rim†. Ces opérations ont poussé certains chercheurs à parler d’une institution bancaire K…rim†, à caractère international26. L’arrivée des empires islamiques et l’influence de l’élément nomade –dont la culture des échanges était différente– inséra la vieille institution du Moyen-Orient dans un monde avec des lieux de marché urbains, ou souqs. De ce fait, le K…rim médiéval a été perçu par les historiens contemporains comme formé par des entrepreneurs privés, dont les opérations se déroulaient dans un cadre de marché. Les allusions aux grandes fortunes individuelles des K…rim† au XIIIe et XIVe siècle sont abondantes. Il est presque certain que les K…rim† du Moyen-Age ne jouaient aucun rôle effectif dans des mécanismes de commerce administré. Pourtant, dans leur liaison commerciale entre les Etats indiens et l’Egypte, les K…rim† coexistèrent, du côté indien, avec des structures administratives présentant un haut degré de complexité. En effet, un regard d’ensemble sur certaines villes-ports de l’océan Indien reflète l’évolution générale vers le contrôle du commerce au bas Moyen-Age. Dans bon nombre d’Etats, le flux des épices se heurtait à des autorités qui intervenaient dans le commerce conventionnel de marché, normalement en s’alliant avec un groupement privilégié de marchands. L’organisation administrative du commerce, très serrée dans plusieurs Etats de la côte Malabar, est attestée entre le XIIIe et le XVIe siècle, dès les voyages d’Ibn Battuta et jusqu’aux premiers récits portugais. Subrahmayam, dans sa critique du cadre d’analyse appliqué aux rapports entre Etat et commerce, soulignait que Malakka dépendait fortement d’un traitement institutionnel du commerce, qui fournissait la plupart des rentrées de l’Etat. Selon les recherches de L.F. Thomaz, sur lesquelles s’appuie Subrahmayam, ces mécanismes incluaient des monopoles sur les épices, des achats d’Etat aux privés à des prix inférieurs à ceux du marché, et un réseau de marchands et de magasins sultaniens27. L’argumentation de Subrahmanyam 26

Voir plus loin, et aussi ASHTOR, The K…rim† Merchants, p. 53. SUBRAHMANYAM, Of Imarat and Tijarat, pp. 756-757. THOMAZ, LUIS FILIPE, F. R., «Malaka et ses communautés marchandes au tournant du 16e siècle», dans Marchands et Hommes d’affaires asiatiques dans 27

56

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

s’étend aux cas d’Aden et d’Hormuz, où les développements institutionnels, quoique différents, lui permettent d’avancer l’idée de l’existence d’une catégorie commune d’Etats qui dépendaient largement du commerce aux effets fiscaux. Son analyse prend bien d’autres cas en compte, comme celui de Calicut, étudié par G. Bouchon, qui note comme «seule intervention» sur le commerce l’existence d’un monopole sur le poivre, en dehors du fait -non négligeable- que l’administration urbaine ait été affectée aux négociants étrangers28. Dans sa revendication de l’activité mercantile comme un principe capable d’articuler l’action politique dans l’espace indo-musulman, et conscient de la réticence de nombreux chercheurs à y voir des limites à la concurrence et à la liberté commerciale, Subrahmanyam fonde son raisonnement sur les concepts d’Etats mercantilistes et de diasporas marchandes. Dans la vision de Subrahmanyam certaines diasporas privilégiées mettent leurs compétences commerciales au service de l’Etat, mais sans acquérir de fonctions administratives. C’est au moyen de ces catégories –accusées d’être plus descriptives qu’analytiques– que Subrahmanyam inclut dans l’analyse l’Egypte des Circassiens. La question de savoir si les villes-ports de la côte malabar et Malakka abritaient ou non de véritables structures de commerce administré reste matière à discussion. Certains auteurs voient dans ces villes-ports des formes de commerce administré, tandis que d’autres préfèrent simplement parler d’Etats mercantilistes dans le cadre général d’une économie de marché. Thomaz, dans son étude sur Malakka, affirme qu’il n’y est pas question de commerce contrôlé par l’Etat, de «trafic administré» mais bien au contraire de marché libre et d’économie monétaire29. La différence est substantielle, car le commerce «administré» implique la subordination du gain à l’approvisionnement, tandis que l’Etat mercantiliste réalise des profits à travers le recours des souverains au commerce privé et à la fiscalité. Karl Polanyi lui-même, après avoir soulevé les implications anthropologiques d’institutions comme le K…rum et d’autres manifestations analogues, refusa le débat en ce qui concerne les sociétés plus «complexes». Il a opté pour une vision sui generis du port de commerce médiéval et moderne, propre à ces villes marchandes développées de la côte malabar et d’autres parties de l’océan Indien, reconnaissant toutefois que ce qui

l’Océan Indien et la Mer de Chine 13e-20e siècles. Etudes publiées sous la direction de Denys Lombard et Jean Aubin, édité par Jean Aubin et Denys Lombard. Paris: EHESS, 1988. 28 BOUCHON, GENEVIÈVE: «Un microcosme: Calicut au 16e siècle», dans Marchands et Hommes d’affaires asiatiques dans l’Océan Indien et la Mer de Chine 13e-20e siècles. Etudes publiées sous la direction de Denys Lombard et Jean Aubin, édité par Jean Aubin et Denys Lombard. Paris: EHESS, 1988, pp. 52-53. 29 THOMAZ, LUIS FILIPE, F. R., «Malaka et ses communautés marchandes au tournant du 16e siècle», op. cit., p. 31. Thomaz critique notamment les positions de A. Leeds, The Port of Trade in pre-European India as an Ecological and Evolutionary Type (1961).

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

57

y prédominait n’était pas un mécanisme conventionnel de marché30. En ce qui concerne l’océan Indien, le débat sur l’existence ou non d’économies ou de secteurs économiques ne relevant pas du marché reste ouvert. Le problème reste que la conceptualisation de chercheurs comme Thomaz et Subrahmanyam n’est pas fonctionnelle pour aborder la critique de l’historiographie mamelouke. Au-delà de la question de la perméabilité de l’Etat à l‘élément marchand, le problème reste celui du rôle des échanges, avec leur panoplie de marchands sultaniens, d’entrepôts d’Etat et d’échanges réglés administrativement, dans la conformation de ces Etats. Il faut rappeler que, dans bien d’autres cas, on trouve que les pouvoirs politiques décernent un statut privilégié à certains marchands qui deviennent alors des négociants sultaniens, bénéficiant de larges avantages juridictionnels. La récurrence, dans un cadre temporel et géographique assez large, d’une même typologie de marchand d’Etat, capable de briser les contraintes des marchés, nous fait penser à une fonctionnalité spécifique des échanges dans ces systèmes politiques. Il y en avait dans l’Iran médiéval et, plus récemment, au Maghreb31. En milieu iranien, à partir du XIIIe siècle, l’on trouve des marchands qui font du commerce pour le compte des princes ilkhanides ou des hautes instances de l’administration, en dehors de la sphère privée. Il s’agit des Ortoq, connus pour les rapports financiers qu’ils entretenaient avec les élites de la Chine mongole. Le terme, d’origine turque, est souvent traduit comme “partenaire” (ar. š…rik, lat. socius), alors que les marchands portent souvent le titre de ³w…Þ…. Or, le rôle joué par ces marchands dans l’Iran médiéval se borne à celui de fermier d’impôts, apportant les compétences nécessaires en matière fiscale à un régime qui ne parvenait manifestement pas à contrôler la collecte des impôts32. Au sein du croissant intérêt pour les diasporas, le débat sur la fonctionnalité du commerce diasporique dans la construction des Etats est aujourd’hui en cours. Dans le cas de l’Iran safavide, des spécialistes en histoire de la diaspora arménienne ont signalé, au-delà de leur collaboration financière et de leur engagement

30

POLANYI, Ports of Trade in Early Societies, pp. 37-38. En Iran, le pouvoir safavide nomme un Malik ot-Tojjar pour promouvoir les intérêts de l’Etat. Il occupe une position élevée en matière financière, détenant l’exclusivité dans certains trafics. CALMARD, JEAN: «Les Marchands Iraniens. Formation et montée d’un groupe de pression 16e-19e siècles», dans Marchands et Hommes d’affaires asiatiques dans l’Océan Indien et la Mer de Chine 13e-20e siècles. Etudes publiées sous la direction de Denys Lombard et Jean Aubin, édité par Jean Aubin et Denys Lombard. Paris: EHESS, 1988. Pour la description d’une couche de marchands similaires, au statut politiquement reconnu, qui brisent les règles du marché et qui donnent priorité aux opérations du souverain maghrébin, ABITBOL, MICHEL, Les commerçants du roi: une élite économique judéo-marocaine au XIXe siècle: lettres du Makhzen, trad. et annotées, Paris, 1998. 32 AIGLE, DENISE, Le Fars sous la domination mongole; politique et fiscalité (XIII e-XIV e siècle) Studia Iranica, cahier 31, Paris, 2005, p. 123. 31

58

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

dans certains monopoles, l’inclusion des marchands par statut dans l’administration. Les familles de la diaspora arménienne à Isfahan constituèrent, à partir de 1590, les piliers de l’organisation de la Maison Royale safavide (khassa-yi sharifa). Le souverain safavide avait mis en place un monopole de la soie en 1619, et les chefs de la communauté –nommés ³w…Þ…s– devinrent les banquiers du Shah et les responsables de l’organisation du trafic de cette denrée. Les revenus de ce commerce étaient ramassés avec un critère central, sous la responsabilité des dirigeants de la communauté arménienne de Julfa, et la plupart d’entre eux était destinée à une fonction primordiale comme l’entretien de l’armée. Après 1590, l’armée était composée de troupes salariées sous les ordres de généraux géorgiens et arméniens; ces troupes étaient payées en argent comptant et une grande partie des espèces avait pour origine le commerce de la soie33. Au Moyen Orient arabe, il était même possible de trouver des familles qui prêtaient leurs services à plusieurs pouvoirs politiques: ainsi Mu|ammad al-Tawr†z† travailla dans l’entrepôt de l’Etat yéménite à Aden, alors que son frère Fa²r al-d†n al-Tawr†z† était marchand sultanien (³aw…Þ…) pour les premiers Circassiens34. Si l’Etat ne porte sur le commerce qu’un intérêt fiscal, indépendamment des moyens qu’il utilise, il ne s’agit là que d’une forme quelconque de captation de ressources. Si, au contraire, il déploie une action spécifique, le commerce jouant un rôle stratégique pour l’approvisionnement en mamelouks, en monnaie forte pour payer les mercenaires, en armes ou en d’autres denrées stratégiques, alors nous ne pouvons parler ni de mercantilisme ni de maximisation du gain en soi. En fait, l’accusation majeure qui est portée contre les Mamelouks est précisément que, contrairement à leurs partenaires européens, ils manquaient d’une véritable politique à l’égard du commerce. L’intérêt porté à la disparition des K…rim† et à la question du monopole venait ainsi s’inscrire dans une analyse de l’action politique des sultans comme fondamentalement basée sur les «expédients» et sur ce qui convenait pour la circonstance. Les visions les plus nuancées soutiennent que le pouvoir sultanien exerçait un commerce d’Etat, soit que l’ «Etat» –ou les groupements dirigeants au sein de celuici– utilisaient les prérogatives du pouvoir pour commercer en poursuivant le gain. Quelle est la différence entre ce genre d’accusations et l’admission du caractère «mercantiliste» desdites villes-ports? La substance des deux po33 BAGHDIANTZ MCCABE, I., «Global Trading Ambitions in Diaspora: The Armenians and their Eurasian Silk Trade, 1530-1750», dans Diaspora Entrepreneurial Networks: Four Centuries of History, édité par I. Baghdiantz McCabe, G. Harlaftis, et I. Pepelasis. Oxford-New York: Berg, 2005. 34 Sur les carrières des frères al-Tawr†z†, voir APELLÁNIZ RUIZ DE GALARRETA, FRANCISCO JAVIER, «Banquiers, diplomates et pouvoir sultanien: une affaire d’épices sous les Mamelouks circassiens», Annales Islamologiques/Hawliyat Islamiyah, 38 (2004).

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

59

sitions est la même. Les Etats mercantilistes, nous dit-on, tirent en grande partie leurs revenus du commerce: certains à travers la fiscalité, d’autres (et ce n’est pas la même chose) moyennant une participation directe. Parmi les premiers figure l’Etat Mamelouk; Malakka serait le paradigme du deuxième type. Mais pourquoi le commerce? et surtout, pourquoi le commerce des denrées de luxe, le seul capable de fournir un bien rare –voire rarissime, comme il devait l’être dans l’antiquité– comme la monnaie d’or et d’argent? Ces théories n’expliquent pas la récurrence d’une typologie homogène d’institutions ni la persistence de certains choix concernant une activité spécifique comme le commerce. Le véritable problème est de savoir si les échanges avaient une fonctionnalité spécifique pour le maintien des systèmes politiques ou n’étaient qu’un moyen parmi d’autres pour alimenter les caisses de l’Etat ou pour enrichir ses couches dirigeantes. L’ «Etat», peut-il poursuivre le gain et la maximisation? Si la réponse est affirmative les positions de chercheurs comme Darrag, Ashtor, et même Lapidus devraient être acceptées. Si l’objectif de l’Etat n’est pas en revanche la maximisation mais la recherche des moyens permettant la continuité d’un ordre donné, il nous faut comprendre la question en termes d’économie politique. D’un point de vue anthropologique (y compris les positions les plus matérialistes) il est difficilement soutenable que le gain soit un objectif prioritaire pour les individus se trouvant au sommet de la hiérarchie sociale: c’est le maintien de leur statut vis-à-vis des membres de la communauté qui oriente leurs stratégies dans l’arène politique. Avec le concept d’Etat mercantiliste on contourne le problème si l’individu adopte des stratégies différentes en raison de son statut. Pour un gouvernant, l’accumulation est certainement désirable, mais ses fruits sont en grande mesure investis en représentation ou en action politique afin de maintenir sa propre place dans l’ordre social. Depuis, pour le moins, les études de Franz Boas sur la destruction rituelle des biens (potlatch) par les Kwakiutl, les anthropologues ont fourni de nombreux cas d’étude pour démontrer la prééminence du statut sur les considérations matérielles. Pourtant, c’est cette accusation de gouvernant accumulateur qui persiste dans la littérature sur les Mamelouks. Nous avons voulu soulever la question du K…rum et des autres formes de commerce administré pour placer le débat sur les Mamelouks dans cette perspective de la finalité poursuivie dans la promotion de certains groupements mercantiles par les Etats. Il ressort de cette recherche que le remplacement des K…rim† sous les premiers Circassiens par d’autres groupements répondait plutôt à des besoins structuraux du régime et au maintien de l’ordre politique qu’au simple profit de ses couches dirigeantes: en effet, certains des procédés mis en œuvre par les Circassiens ressemblent à des formes de commerce administré, et ne sont pas compréhen-

60

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

sibles dans une logique de maximisation. Avant d’aborder cette question qui sera l’objet des derniers chapitres de ce travail, il nous semble opportun de replacer la disparition des K…rim† dans son contexte politique.

4. L’ÉVOLUTION DU KĀRIM À L’ÉPOQUE MAMELOUKE (1250-1400) Pour comprendre les motivations qui poussèrent le gouvernement mamelouk à agir contre les K…rim†, il convient de prendre en compte les inquiétudes des premiers Circassiens. Alors que la faction circassienne de l’armée se trouvait encore dans une position subalterne, les sultans turcs eurent à souffir, en plusieurs occasions, de leur dépendance à l’égard des capitaux commerciaux des K…rim†. Plusieurs emprunts des sultans égyptiens sur leurs maisons, dont quelques-uns forcés, figurent dans les chroniques arabes. Les K…rim† avaient déjà fait l’objet d’un emprunt forcé sous le règne de Qal…w™n, en 128835. Il nous semble important de remarquer que, pendant la période Ba|r†, ce furent les exigences extraordinaires, dérivées des mobilisations militaires, qui poussèrent les sultans à avoir recours aux capitaux des K…rim†. En 1300 la menace du prince ilkhanide Ghazan sur la Syrie motiva une de ces opérations36. En 1352 ce fut aussi à l’occasion d’une expédition militaire que le Caire demanda de l’argent aux K…rim†37. En dehors du crédit accordé au gouvernement mamelouk, et pour le XIV e siècle, nous avons des références aux emprunts accordés par les maisons des K…rim† aux princes du Yémen et à certains souverains africains38. En ces années, et cela renforce l’opinion que les K…rim† agissaient collectivement, les Vénitiens étudièrent l’envoi d’une ambassade pour adresser des plaintes contre les pratiques monopolistiques des K…rim† à Alexandrie. Bien que les arguments en faveur du caractère corporatif des K…rim† n’aient jamais été déterminants, en 1363 les brouillons de ces discussions des conseils parlent de l’existence de «coalitions». Le Sénat de Venise percevait les K…rim† comme un groupement capable d’adopter des positions de force sur les marchés égyptiens des épices39. 35 FISCHEL, The Spice Trade in Mamluk Egypt, p. 170, d’après al-Maqr†z† et Ibn al-Fur…t (1334 /5-1405), tous deux écrivant aux débuts de l’époque circassienne. 36 Ibid., p. 170. 37 Voir ASHTOR, The K…rim† Merchants, p. 53, qui cite Ibn TaÐr†bird†. Al-N…¡ir Mu|ammad (1293-1341, avec des interruptions) députa son waz†r à Alexandrie afin de fiscaliser (¡…dara) le K…rim. IBN ›AßAR AL-‘ASQALƒN‡, A|mad ibn ‘Al†, al-Durar al-k…minah f† a‘y…n al-mi’ah al-Å…minah, éd. Mu|ammad Sayyid ß…d al-›aqq, 5 vols., Le Caire, 1966-1968, IV, biographie n.° 384. 38 WIET, Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks, p. 104 (1351), ASHTOR, The K…rim† Merchants, p. 53, et FISCHEL, The Spice Trade in Mamluk Egypt, p. 171. 39 «... et consideratis etiam ligis et unionibus que fiunt per chermos alexandrie super mercationibus

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

61

Une autre question préliminaire qu’il convient de prendre en considération, et comme nous l’avons suggéré dans l’introduction, est l’état de dépendance où se trouvait le premier Etat mamelouk par rapport aux ressources traditionnelles provenant de la gestion des Iq¥…’…t. Excepté la vaste réforme centralisatrice entreprise avec le nouveau cadastre de 1315, il ne paraît pas que de grands efforts aient été entrepris sur l’économie des échanges par les prédécesseurs des Circassiens. A la Bibliothèque nationale de Paris nous avons pu parcourir un petit traité sur les taxes indirectes et d’autres revenus financiers affectés au bureau du gouvernement à l’époque d’al-N…¡ir Mu|ammad. D’après ce document, les impôts indirects perçus par les sultans étaient basés, avant l’arrivée des Circassiens, sur l’exploitation de certaines mines du Sa‘†d, ainsi que sur l’extraction de certains minéraux et d’émeraudes, gérées de façon monopolistique. Le contraste entre ces formes de taxation indirecte et ces monopoles régaliens –d’une importance relative– et les complexes expédients entrepris choisis par les Circassiens en matière de juridiction commerciale est très net40. Dans ce traité de la BNF, on ne nous apprend nulle part que les sultans de la dynastie turque ou Ba|r† comptent sur des stratégies définies liées au commerce international, sous des formes comme celles que l’on va trouver plus tard, c’est-à-dire des marchands sultaniens, des entrepôts d’Etat, ou des mécanismes d’accaparement et redistribution des denrées indiennes. A l‘époque Ba|r†, l’absence de formes de dette publique41 et l’inexistence d’une stratégie claire à l’égard du commerce provoquaient cette dépendance par rapport aux capitaux des marchands-banquiers. Le problème de la délocalisation des K…rim† par rapport au Caire n’a pas été convenablement mis en valeur, de façon à percevoir les tensions entre le groupement et le gouvernement mamelouk. Les nombreuses mentions faites du groupement des époques ayyoubide et mamelouke poussaient à penser que les K…rim† s’étaient spécialisés dans la liaison entre les réseaux indiens et les marchés arabes42. Dans un décret concernant les dispositions du sultan mamelouk al-Ašraf Ša‘b…n (1363-1377) à la Mecque –dont G. Wiet se faisait l’écho– les K…rim† étaient désignés comme des marchands yéménites. Nous avons nombre de biographies de marchands appelés K…rim† mais dont les activités commerciales se déroulaient en terre mamelouke, ce qui semble présenter une contradiction. Dans certaines allusions peu explicites, al-Maqr†z† que emuntur et venduntur per nostros...», NAURA, R., «Les K…rim†s aux Archives de Venise», JESHO, 1 (1958), p. 333. 40 BNF arabe 4441, f. 170v°-180r°. Voir aussi BNF arabe 6036, f. 46-47. 41 SIDDIQI, MUHAMMAD NEJATULLAH, «An Overview of Public Borrowing in Early Islamic History», Review of Islamic Economics, 2 / 2 (1993). 42 FISCHEL, The Spice Trade in Mamluk Egypt, pp. 161-162.

62

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

présentait les K…rim† comme un groupement marchand qui, à partir de la mer Rouge avait élargi son influence sur l’Egypte à partir de 128143. W. Fischel a confirmé l’idée que les bases de ces financiers étaient situées dans les villes marchandes du Yémen, malgré l’origine égyptienne de bon nombre d’entre eux. S’agissant de marchands internationaux, la question de leur origine pourrait paraître banale, mais elle revêt une importance notable. Les listes de marchands K…rim† dressées par G. Wiet et par M. alAšqar confirment l’ambiguïté de la position des K…rim† par rapport aux divers Etats musulmans. Suivant des critères assez discutables44 al-Ašqar comptabilise 32 K…rim† commerçant en Egypte mamelouke et dans ses provinces, contre 21 autres qui exerçaient des activités non seulement en Egypte, mais aussi en Mer Rouge, dans les villes de la péninsule arabique et du Yémen, en Asie et en Afrique45. De son côté, G. Wiet, appliquant plus rigoureusement la catégorie de marchand K…rim†, signale 12 négociants qui entretiennent des contacts entre l’Egypte et ces régions contre 6 seulement qui demeuraient exclusivement dans les villes égyptiennes46. Ces chiffres ne sont que très approximatifs, mais ils peuvent nous fournir une idée de la mauvaise articulation entre le pouvoir émergeant des Circassiens et l’élément marchand. Quant aux élites financières, ce fut dans ce contexte que se produisit l’avènement de la faction circassienne au pouvoir, étudié par Ra|†m Am†n ‘Abd al-Sayyid à l’époque nasserienne47. Ce chercheur montra comment les Circassiens constituaient un groupement politiquement homogène depuis 1250, encadra leurs différentes tentatives pour s’emparer du pouvoir dans une ligne de continuité, et contribua à tracer les profils des groupements en lice, incarnés par les factions turque et circassienne, jusqu’à l’avènement de Barq™q en 1382. Comme nous avons pu le voir, il existait une ancienne tendance centralisatrice au sein de l’empire mamelouk, qui avait commencé à se manifester sous le troisième règne d’al-N…¡ir Mu|ammad. Quand les Circassiens se retrouvèrent à la tête de l’Etat, avec l’entourage hostile des élites turques, il profitèrent de cette conjoncture pour faire leurs propres essais de 43

WIET, Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks, pp. 90-91. Il s’agit plutôt de marchands d’épices associés vaguement par les sources au mot Kārim, souvent non explicitement cités comme des K…rim†. 45 AL-AŠQAR, TuÞÞ…r al-¥aw…bil f† mi¡r f† al-‘a¡r al-maml™k†, pp. 471-488. On prend ici en considération les marchands dont la date de mort est comprise entre 1300 et 1400: commerçant en mer Rouge: n.° 11, 15, 17, 20, 22, 25, 31, 36, 39, 41, 47, 49, 50, 58; entre mer Rouge et l’Asie: n.° 13, 16, 32, 56, 57; plus un en Afrique (29) et un autre entre la Mer Rouge et l’Afrique (45). 46 Ayant des intérêts en Mer Rouge: n.° 2, 7, 9, 12, 13, 18, 19 et 20. En mer Rouge mais aussi en Asie: 15bis, 18bis et n.° 21; plus un marchand commerçant avec l’Afrique, avec le n.° 16. WIET, Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks pp. 105 et ss. 47 ‘ABD AL-SAYYID, Qiy…m dawlat al-mamm…l†k al-Å…nia. 44

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

63

centralisation, en empruntant les voies ouvertes par le commerce entre la Mer et l’Océan et par le les investissments étrangers croissants. Pour comprendre la position des K…rim† et, en général, celle des marchands d’épices au sein du nouveau régime, il convient de tenir compte des conditions particulières de l’accession de Barq™q au pouvoir et des règnes des premiers circassiens.

4.1. Sous al-®…hir Barq™q L’arrivée au pouvoir de Barq™q fut la conséquence d’une des carrières politiques les plus longues et les plus hasardeuses de toute l’histoire mamelouke. Barq™q avait commencé son parcours non pas en tant que mamelouk sultanien, mais depuis la périphérie, attaché au contingent d’un émir syrien particulièrement puissant, YalbuÐ… al-‘Umar†. A partir de 1360 YalbuÐ… et son parti avaient déclenché divers coups de main contre les sultans Turcs, et la participation de Barq™q à ces mouvements d’opposition lui coûta son premier exil en 136848. Cette faction de l’armée –la YalbuÐ…wiyya– qui ne réussit à s’imposer qu’après un coup d’état en 1376, n’était pas un groupement basé sur la solidarité ethnique circassienne mais un parti au sein de l’armée regroupant des émirs aux origines hétérogènes. Pendant plus de quinze ans, Barq™q dut rester à des positions subalternes malgré son importance dans ces mouvements. Dans le cadre de l’ambiguité entre le système héréditaire et le système électif qui caractérisait la politique mamelouke, la lutte entre factions était en partie légitime, même si elle était menée contre des représentants des maisons «fondatrices» de Baybars et Qal…w™n. Néanmoins la prééminence des émirs turcs dans les plus hautes charges demeurait constante. Il ne faut pas donc comprendre la montée de Barq™q comme un coup assené par les Circassiens en tant qu’ethnie contre le sultanat, mais comme l’escamotage final, réalisé à leur profit, de la vieille lutte pour le pouvoir menée par une faction de l’armée: les émirs YalbuÐ…w†s. Alors que plusieurs chefs de la YalbuÐ… wiyya, comme ¦aštamur et Aynabak, avaient échoué depuis 1376 dans leurs essais pour consolider un nouveau régime, Barq™q raffermit sa position à la Cour par la ruse et l’habileté politique. Ce ne fut que pour empêcher les émirs turcs de la YalbuÐ…wiyya de remettre sur le trône un descendant de la famille de Qal…w™n que Barq™q prit le devant en faisant appel à la solidarité des émirs circassiens49. Quand en 1377 Barq™q réussit finalement à se saisir du pouvoir 48 49

Ibid., pp. 37-38. Ibid., p. 45.

64

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

exécutif, en tant qu’Atabek d’un sultan encore enfant, il ne put le faire qu’en s’appuyant sur un émir turc, YalbuÐ… al-N…¡ir†. Le fait que quinze ans plus tard, YalbuÐ… al-N…¡ir† renverse Barq™q en prenant la tête d’un violent coup d’Etat montre bien la situation précaire des Circassiens dans ces premières années de la dynastie. Et si l’autorité du sultan était précaire en termes politiques, (les attentats et les coups de main contre Barq™q, se poursuivirent jusqu’à la fin de son règne), cette précarité était particulièrement évidente dans son faible contrôle des ressources du sultanat. Les auteurs arabes, qui, comme Ibn Q…ÿ† Šuhba ont décrit le parcours politique de Barq™q, soulignent surtout les aspects liés à la lutte contre la faction turque. Beltramo Mignanelli nous intéresse d’avantage parce que, en plus de son insistance sur les traits originels de l’action politique de Barq™q, comme son recours, discursif et pratique, à la raison d’Etat, il n’oublie pas les aspects financiers. Ce dernier parle, à plusieurs occasions, de la «pauvreté» de Barq™q, ainsi que des dettes qu’il accumula pendant les luttes pour le pouvoir50. En effet, après le coup de main de Barq™q, Baraka et N…¡ir† d’août 1377, dans une période où le pouvoir commença à acquérir un profil basé sur la personnalité du premier et sur la solidarité des Circassiens, l’émir se heurta aux élites civiles et religieuses dans la lutte pour les ressources. Entre 1379 et 1381 Barq™q se battit pour la réorganisation du budget, à travers la réduction des awq…f et la redistribution des iq¥…’…t au bénéfice du bureau sultanien. Le sultan entra en conflit avec la magistrature égyptienne à cause des ressources contrôlées par les fondations religieuses. D’après Barq™q les ‘ulam…’ «achetaient les terres de façon illégale et les déclaraient par la suite comme biens de mainmorte» dans le but de les soustraire au fisc. Barq™q invoqua que cette accumulation avait pour résultat l’ «affaiblissement de l’armée», et défendait qu’il était «raisonnable» d’abolir ces awq…f 51. Ibn TaÐr†bird† accusa Barq™q d’être devenu, à la fin de son règne, une sorte d’accapareur, mais ces accusations ne se comprennent pas si l’on ne tient pas compte des larges contingents de mamelouks qu’il acheta, et des préoccupations financières de ces premières années52. D’ailleurs ces accusations contrastent avec d’autres 50 FISCHEL, WALTER J., «Ascensus Barcoch (I) and (II): A Latin Biography of the Mamluk Sultan Barquq of Egypt (d. 1399) Written by B. de Mignanelli in 1416», Arabica, 6 (1959), pp. 68, 160, 167, 170-171. 51 IBN ›AßAR AL-‘ASQALƒN‡, A|mad ibn ‘Al†, Inba’ al-Ýumr bi-Abn…’ al-‘Umr vol. 1, éd. Mu|ammad A|mad Duhm…n, Damas, 1979 (16 ÷™l-|iÞÞa 780H-april 1379), pp. 203-204 et IBN Qƒþ‡ ŠUHBA, T…’r†² Ibn Q…ÿ† Šuhbah, pp. 37-38, citant la description d’Ibn al-›iÞÞa des évenements de l’année 782H, où les revenus des fondations religieuses furent finalement expropiés confisqués par le gouvernement. En ce qui concerne les iq¥…‘, et les efforts de Barq™q en 783H/1381 pour les affecter à son propre bureau, voir IBN ›AßAR AL-‘ASQALƒN‡, Inba’ al-Ýumr (éd. Mu|ammad A|mad Duhm…n), p. 268. 52 IBN TA‹R‡BIRD‡, Ab™-l-Ma|…sin Y™suf, al-Manhal al-¡…f† wa-al-mu¡¥awf† ba‘da al-waf†, éd. Mu|ammad Mu|ammad Am†n, 7 vols., Le Caire, 1984-1993, Vol III, n.° 657. L’interprétation de la politique

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

65

politiques «populaires» menées par Barq™q comme la dérogation de nombreux impôts indirects (muk™s). Par rapport au partage de ressources, Barquq n’était qu’un primus inter pares au sein de l’institution militaire qui contrôlait l’Etat. Pendant son règne, Barq™q se rapprocha des branches égyptiennes des K…rim†. Les familles al-³arr™b† et al-Ma|all†, traditionnellement considérées comme K…rim†, montrèrent leur attachement particulier au nouveau régime. Au cours d’un épisode peu clair, nous voyons un K…rim† appelé Zak† al-d†n al-³arr™b† au centre d’une crise entre un K…rim† yéménite, frère du vizir du Yémen, et le gouvernement de Barq™q53. Al-³arr™b† avait auparavant fait de coûteux cadeaux à Barq™q et à ses émirs, et avait obtenu une charge de grande importance, celle d’inspecteur des marchés du Caire54. Il est intéressant de rappeler la mention faite par Ibn Q…ÿ† Šuhba d’un autre membre des al-³arr™b†, Ab™ Bakr Ibn ‘Al†, dont Barq™q hérita la somme de 30.000 dinars. Ibn Q…ÿ† Šuhba nous apprend que ce chiffre excédait les bénéfices que sa compagnie encaissait en un an55. C’est là l’un des premiers exemples de ce rapport de patronage que l’on trouvera ensuite entre les sultans circassiens et les marchands les mieux placés, un rapport où les différences entre accumulation privée et patronage sultanien s’effacent. Un autre groupement familial important –les al-Ma|all†– joua un rôle notable à l’époque de Barq™q. Un marchand appelé Burh…n al-d†n al-Ma|all† devint l’ambassadeur de Barq™q auprès du prince yémenite, mais surtout, il accorda un important crédit au sultan quand la menace mongole se rapprochait de la frontière syrienne. Cet emprunt fut une opération menée conjointement avec d’autres K…rim†, dont les al-³arr™b† et les Ibn al-Musallam; l’importance de ce crédit mérite un effort de compréhension, étant donné que peu d’années plus tard Tamerlan conquit la Syrie et mit à feu la ville de Damas56. R. B. Serjeant, en parlant des marchands connus sous le nom de K…rim† qui ont laissé des traces dans les sources yémenites, présente, pour une période s’étendant de la deuxième moitié du XIe siècle jusqu’à la fin du XIIIe, une série d’hommes d’affaires de moindre importance, qui subissaient souvent des exactions de la part des gouvernants. Cependant, au fur et à mesure que l’on approche le XVe économique, et surtout fiscale, de Barq™q présente encore des aspects contradictoires. Ibn TaÐr†bird† souligne, en effet, le caractère avide et accumulateur de Barq™q et la haine qu’il s’attirait pour ce motif (III, pp. 328, 336) mais aussi les aspects bénéfiques de l’abolition d’impôts indirects (III, p. 339). 53 LABIB, Karimi, p. 642. 54 WIET, Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks p. 141, n.° 23. 55 IBN Qƒþ‡ ŠUHBA, T…’r†² Ibn Q…ÿ† Šuhbah, pp. 167-168. 56 Ibid., pp. 608-609 (799H). Pour l’emprunt de 796H/1394, il fut accordé par trois marchands explicitement nommés K…rim†s: N™r al-d†n Ibn al-³arr™b†, Burh…n al-d†n al Ma|all† et Ših…b al-d†n A|mad Ibn Musallam. Le montant fut 1.000.000 de dirhams, soit environ 50.000 ducats, IBN AL-FURƒT, Mu|ammad Ibn ‘Abd al-Ra|†m, T…’r†² Ibn al-Fur…t éd. Qustantin Zurayq et NaÞla ‘Izz al-d†n, Beirut, 1936-1942, vol. 5/2, p. 379.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

67

4.2. Sous Faraº Ibn Barq™q (1399-1412) Aux débuts de son règne, le sultan FaraÞ continua à avoir recours aux ressources des marchands-banquiers à l’occasion de ses campagnes militaires. En 1403, la menace de pirates francs sur les côtes d’Alexandrie fut le motif pour de nouvelles requêtes d’argent aux K…rim†; encore une fois, un membre de la famille des K…rim† égyptiens al-Ma|all† se vit obligé d’avancer des fonds pour organiser une défense effective59. A en juger par la confiscation de plus de 100.000 dinars sur les biens d’al-Ma|all† quelques mois plus tard, on a l’impression que l’on ne comptait pas sur des alternatives propres aux capitaux amassés par les K…rim†. Au cours de ces années, où l’Egypte subit une crise économique sans précédent, et dans le contexte d’épidémies et du chaos monétaire analysé par al-Maqr†z†, les Circassiens commençèrent à abandonner la ligne politique suivie jusqu’alors à l’égard de ses financiers K…rim†. Une série de circonstances concourut à provoquer la rupture avec le Yémen, à favoriser une collaboration alternative avec la Mecque et à promouvoir une politique commerciale visant à se débarrasser de ces banquiers. Il existe diverses interprétations de ce tournant, qui dépasse les affaires étrangères et touche les enjeux de la finance d’Etat. A. Darrag, s’appuyant sur les renseignements fournis par al-F…s†, alMaqr†z†, Ibn ›aÞar et d’autres, a souligné les actes arbitraires commis à l’encontre des les marchands K…rim† comme étant la cause de la rupture des rapports avec les Yéménites. Pour H. A. ‘Abd al-Sayyid, la détérioration des rapports entre le Caire et le Yémen s’explique par l’intérêt des sultans à promouvoir leur « propre » port en mer Rouge. Son argument est que l’intervention des sultans à la Mecque fut effectivement déclenchée par les ambitions du prince mecquois de devenir hégémonique en Arabie. En fait, en 1409 le Šar†f de la Mecque ›asan Ibn ‘AÞl…n avait attaqué militairement le Yémen, provoquant une forte inquiétude au Caire. ‘Abd al-Sayyid suggère également que FaraÞ voyait dans le développement du pouvoir mecquois une menace pour la continuité du commerce, et insiste sur le rôle stratégique que les bons rapports avec le Yémen avaient eu depuis l’époque de Barq™q60. Le renforcement de l’autorité mecquoise –étudiée par John L. Meloy– a été interprété comme un véritable processus de construction étatique. Sous l’égide du Šar†f ›asan Ibn ‘AÞl…n, au cours des années 1400-1410, une

59 Burh…n al-d†n al-Ma|all†, IBN ›AßAR AL-‘ASQALƒN‡, A|mad ibn ‘Al†, Inba’ al-Ýumr bi-Abn…’ al-‘Umr f† al-T…’r†² éd. ›asan ›abaš†, 3 vols., Le Caire, 1969-1972, vol. 2, p. 234, ASHTOR, The K…rim† Merchants, p. 53. 60 ‘ABD AL-SAYYID, Qiy…m dawlat al-mam…l†k al-Å…nia, pp. 159-160.

68

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

autorité forte fut construite à la Mecque, autorité qui se basait sur trois piliers: la négociation entre le Šar†f et les élites locales, le patronage de l’autorité mamelouke et le drainage des ressources fournies par le commerce indien. Tandis que d’autres auteurs tendent à voir ce rapport comme une domination des Mamelouks sur la Mecque et son hinterland commercial61, J. L. Meloy souligne le caractère négocié du processus entre le centre mamelouk et la périphérie mecquoise. Quoi qu’il en soit, à partir de 1410 les rapports devinrent de plus en plus tendus; le sultan FaraÞ accrut la pression, la protection et la présence mamelouke sur la Mecque, afin de réprimer le développement d’un pouvoir commercial hors contrôle en mer Rouge62. Dans ce contexte, et dans le cadre des conflits militaires persistants, FaraÞ se décida à secouer le joug de ses créances en commerçant pour son propre compte. Tenons compte du fait qu’il dut mener lui-même bien sept campagnes contre des émirs rebelles. Les Vénitiens, dans leurs correspondances, nous fournissent la preuve que les révoltes des émirs syriens étaient la cause immédiate des procédés arbitraires du sultan en matière financière63. Le fait que, en raison des famines, de la peste de 1405 et des razzias bédouines, le Caire se vît incapable de prélever des taxes en Haute-Egypte de 1401 à 1413, ne put évidemment qu’exacerber cet intérêt pour les rentrées commerciales64. Ainsi, à la fin de 1411 les marchands catalans d’Alexandrie reçurent l’ordre d’acquérir un stock d’épices, ex precepto sultani, pour une valeur de 30.000 dinars65. L’affaire provoqua une réaction fort négative au sein du consulat et de la communauté catalane.

4.3. K…rim† et ³aw…º… sous le règne d’al-M™’ayyad Šay² (1412-1421) La dernière scène du long conflit généré par l’avènement des Circassiens se termina par le triomphe d’un émir appelé Šay² al-Ma|mud†. Issu des rangs du parti qui avait renversé le fils de Barq™q depuis la Syrie, il en finit avec ses anciens alliés et prit le pouvoir en 1412. A Damas, ces bouleverse61

MORTEL, Taxation, pp. 9-10. Meloy, Mamluk Authority, Meccan Autonomy, and Red Sea Trade, 797-859/1395-1455 , pp. 109-128. 63 ASV, Procuratori de San Marco, Commissarie Miste, Commissaria Antonio Zane, Busta 128a, fasc. V (lettere commerciali), Le marchand Benedetto Dandolo souligne le rapport entre ces exactions (manzarie) contre des intérêts marchands et le siège en cours de la place forte d’al-Karak, où se trouvait alors Šay² al-Ma|m™d†, (devenu ensuite sultan). Damas, lettre de Benedetto Dandolo à Antonio Zane, 26/3/1411. Dans une autre, datée du 7/10/1411, Dandolo rapporte que le sultan avait réclamé 30.000 ducats à des Genois et des Catalans qui avaient quitté le port contre la volonté des autorités. 64 GARCIN: The Regime of the Circassian Mamluks, p. 292. 65 ASV, Cancelleria Inferiore, Notai Notaio Giacomo della Torre I (1412-1416), actes 2, 5 et 6, juinaoût 1412 (les exactions datent de l’année précédente). 62

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

69

ments furent suivis de près par le marchand Benedetto Dandolo, qui les retraça dans ses lettres commerciales adressées à son correspondant de Venise. Il y entremêlait la rumeur sur le coup d’état en cours avec des informations sur les trafics: en mars 1411, le sultan se livrait à des exactions pour financer le siège contre les émirs rebelles, à al-Karak. En même temps, le Vénitien signalait l’arrivée des caravanes de Bagdad et de la Mecque, ainsi que la position des grands marchands arabes comme Ibn al-Muzalliq dans le conflit. Il espèrait la fin de la lutte des factions et la victoire des hommes du sultan à Damas; autrement –affirmait-il– nous reviendrons au point de départ...66. En marsavril 1412 le pouvoir de Šay² ne s’était pas encore affermi: il luttait encore en Syrie67 et tentait de suspendre l’approvisionnement en épices, en arrêtant le flux des bateaux en provenance du Yémen68. Dans les années suivantes, d’autres correspondants de la firme narrèrent le processus de consolidation du pouvoir de Šay², en soulignant le jeu des factions et l’équilibre que Šay² prétendait atteindre en Mer Rouge69. Ces lettres nous donnent une idée de l’attention qu’au Rialto on portait aux affaires du Levant. Sur place, les marchands percevaient la position précaire des premiers Circassiens au sein d’un système politique instable, tenaient compte des dépenses entraînées par la guerre, dans le contexte de activité frémissante de bateaux et caravanes en mer Rouge. L’action menée par al-M™’ayyad Šay² pour accéder au pouvoir joignit à la cohésion politique du complot un regard attentif aux questions financières. Le nouveau sultan se montra conscient de l’importance de l’action politique sur les centres commerciaux de la mer Rouge, et s’intéressa de très près à la politique religieuse. En se montrant le pieux protecteur des villes saintes de La Mecque et de Médine, il visait à affermir ses positions dans les points d’arrivée des épices indiennes70. Šay² fut suivi depuis Damas par un important 66 ASV Commissaria Zane, 30/2/1411, et une autre copie datée du 2/3/1411, «[...] per quanto questo soldan a fato paxie con suo armirai e manda signor qui Tangibardin che romagnendone si pora sperar del redur el paix non romagnendone seremo nel primo [...]». Dans la lettre du 26/3/1411, citée plus haut, l’expéditeur remarque que Betamor Selach, soit Ibn al-Muzalliq, est resté à Damas malgré l’instabilité politique. Sur le rôle des Ibn al-Muzalliq comme associés aux intérêts sultaniens, voir plus bas. 67 ASV Commissaria Zane, 14/4/1412, Dandolo parle d’une force de 4000 chevaux envoyée en Syrie pour ce motif. 68 ASV Commissaria Zane, 10/3/1412. 69 ASV Commissaria Zane, lettre de Lorenzo Foscarini a Antonio Zane, 24/3/1414. D’après Foscarini le sultan manque de confiance en ses émirs, et hésite à quitter la cour pour se rendre à Damas. Dans une autre, daté au Caire, du 18/?/1415 (les documents sont très abîmés) Foscarini traite de la situation commerciale en mer Rouge et des intrigues d’al-M™’ayyad Šay² avec le Šar†f de La Mecque. Un autre correspondant, Niccolo Contarini, narre comment le sultan est arrivé à Damas avec 3000 ou 4000 chevaux en huit jours, après avoir gagné quelques places fortes, et soutenu par des Turcomans, ibid., datée du 14/4/1417 à Damas, de Nicolo Contarini à Antonio Zane. 70 IBN FAHD, It|…f al-War…, p. 507 (816H), les marchands yémenites sont protégés par les autorités égyptiennes des exactions du seigneur de la Mecque, p. 509 (816H), dispositions pieuses de Šay² en ma-

70

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

négociant, le ³aw…Þ… al-Ma²™z†71, et persista dans la volonté de son ancien rival, FaraÞ, d’intervenir dans le commerce extérieur. A peine arrivé au pouvoir, le sultan se fit négociant et commença à spéculer sur les épices indiennes, avec l’intention de les revendre aux marchands alexandrins72. Le sultan eut recours à Šay² ‘Al† al-Kil…n†, négociant qui lui fournit les ressources nécessaires à la tâche. Šay² ‘Al† acheta une énorme quantité de poivre au Yémen pour le compte du sultan –2000 sporte en raison de 25 dinars la sporta– avec l’importante fluctuation du marché à la Mecque, et surtout à Alexandrie, où la sporta atteignit, en 1412-1413, 230 à 240 dinars. Ces opérations se poursuivirent également dans les années suivantes. Pendant le reste du sultanat d’al-M™’ayyad Šay², entre 1414 et 1420, le flux incessant du commerce extérieur alterna avec une situation intérieure désastreuse. Les chroniques arabes témoignent de la brutalité de la fiscalité centrale d’alors, le gouvernement s’adonnant à des campagnes d’exactions dans les régions73. Al-Maqr†z† en vit la cause dans un besoin pressant d’or de la part du sultan. En effet, la monnaie forte devint rare et instable74. Les fiefs qui lui étaient personnellement attribués firent aussi l’objet de violences,75 lesquelles n’épargnèrent pas non plus la Haute Egypte76. Dans ce cadre général d’impuissance et d’exactions, l’administration de Šay² n’hésita pas à expérimenter les dévaluations de la monnaie, afin de faire retomber sur l’économie urbaine le fardeau des nouvelles exigences fiscales77. Et pourtant, une activité diplomatique frémissante se déployait dans la direction des centres financiers de la mer Rouge; à Damas, les agents des firmes vénitiennes continuaient à commercer et à renseigner la métropole sur l’arrivée en Egypte de nouvelles caravanes en 1417, 1418 et 141978. Ce fut dans ces années de difficultés, de tière liturgique, p. 510, patronage artistique d’al M™’ayyad Šay² sur les bâtiments cultuels à la Mecque, pp. 515-517 (817H), Šay², après s’être débarrassé des émirs rivaux en Syrie, augmente la pression pour le contrôle des Villes Saintes, p. 521, Šay² envoie du grain pour les Villes Saintes, p. 530-31 (819H), Šay² intervient de façon décidée dans les affaires internes de la Mecque, p. 555 (øafr 821H), Šay² réussit à établir des conditions de sécurité pour les trafics en mer Rouge. 71 AL-MAQR‡Z‡, Sul™k, 818H, p. 323, AL-SA³AW‡, al-þaw al-l…mi‘ li ahl al-qarn al-T…si‘, 10, 112. 72 IBN FAHD, It|…f al-War…, p. 499, ÷™-l-Qa‘da/ šaw…l 815H – Janvier 1413. IBN ›AßAR AL‘ASQALƒN‡, Inba’ al-Ýumr (éd. H. ›abaš†), II, p. 521. 73 AL-MAQR‡Z‡, Sul™k, pp. 391, 393, 395, 502, IBN ›AßAR AL-‘ASQALƒN‡, A|mad Ibn ‘Al†, Inba’ al-Ýumr bi-Abn…’ al-‘Umr f† al-T…’r†² éd. Mu|ammad ‘Abd al-Mu‘†d ³…n, 9 vols., Hyderabad, 1967-1976, pp. 266 et ss. 74 AL-MAQR‡Z‡, Sul™k, pp. 349, 354. 75 Ibid., pp. 385-386. 76 IBN ›AßAR AL-‘ASQALƒN‡, Inba’ al-Ýumr (éd. ‘Abd al-Mu‘†d ³…n), p. 275. 77 AL-MAQR‡Z‡, Sul™k, pp. 363, 392, 397, 438-439. 78 Il n’est peut-être pas sans intérêt de faire remarquer que pour les Vénitiens, presque tous les ports de la Mer Rouge sont actifs: dans la correspondance, il est fait allusion à des épices arrivant au port de Yanb™‘, sur la côte arabique (it. Ionbo), ASV Commissaria Zane, Damas ?/9/1417, de Nicolo Contarini a A.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

71

crise, que le commerce cessa d’être perçu comme simple objet de taxation pour acquérir une fonctionnalité dans la finance sultanienne. Mais le nouveau rôle qu’il va jouer ne peut être compris à la seule lumière de l’action sultanienne. En effet, la collusion entre le gouverneur et certaines élites marchandes et administratives doit également être prise en considération. Contrairement à la vision de l’administrateur civil manipulé en fonction des besoins conjoncturels des militaires, il est possible de relever en ces années un trait de la façon dont le pouvoir sultanien était articulé: il prend appui sur certains individus, provenant des couches inférieures de l’administration et du monde de la finance, mais qui réussissaient pourtant à se rendre utiles pour les sultans et à mener des carrières longues. Dans le cadre de l’importance croissante du commerce des épices, les administrateurs qui géraient les D†w…ns commerciaux, comme le D†w…n al-³…¡¡, commencèrent à développer des réseaux qui bénéficiaient du nouvel intérêt pour les trafics de la part du gouvernement. Dans la littérature concernant les administrateurs dans le gouvernement militaire, les mentions de parvenus qui atteignaient temporairement les hautes charges abondent. Pendant l’époque de FaraÞ Ibn Barq™q, deux frères de la famille Ibn ‹ur…b jouèrent un rôle notable dans les expérimentations du pouvoir avec le système monétaire et le commerce, mais c’est sous le règne de Šay² que l’on trouve des réseaux plus durables. Badr al-d†n ›asan Ibn Badr All…h provenait d’une famille liée à l’administration d’une ville mineure comme Fuwwa, près du littoral, dont les terres relevaient du d†w…n particulier des sultans (D†w…n al-³…¡¡). Le père de Badr al-d†n ›asan avait occupé de nombreuses fonctions à Alexandrie, où il introduisit son fils dans l’administration. Très pauvre, Badr al-d†n arriva au Caire en 1388, où le soutien d’un important personnage de la cour le poussa à avouer qu’il pensa alors qu’il possédait le monde79. Pendant sa longue carrière (il travailla au Caire pour trois administrations différentes), il visa l’affermissement de ses intérêts à Alexandrie au moyen de ses alliances familiales. Il épousa la fille de Fa²r al-d†n M…Þid Ibn ‹ur…b et aussi celle du Q…ÿ† du port, Fa²r al-d†n Ibn al-øaІr. C’est sous Šay² qu’il devint l’un des deux civils les plus importants du régime en tant que N…©ir al-³…¡¡. Badr al-d†n saisit alors l’occasion pour promouvoir son beau-père, Fa²r al-d†n, à la charge de N…©ir du port, poste dépendant du D†w…n qu’il dirigeait depuis le Caire80. Zane, ainsi qu’à d’autres convois, 14/4/1417, à des caravanes qui s’approchent du Caire par la voie du Nil (fiumara) 19/11/1418. On signale également ‘Ay÷…b et al-Tor comme ports actifs en Mer Rouge, d’où les caravanes partent pour emprunter la route intérieure de la fiumara, 5/3/1419. 79 AL-SA³AW‡, al-þaw al-l…mi‘ li ahl al-qarn al-T…si‘, biographie 505, vol. III, p.130; IBN TA‹R‡BIRD‡, al-Manhal al-¡…f† wa-al-mu¡¥awf† ba‘da al-waf†, vol. V, biographie 934. 80 IBN ›IßßAH AL-›AMƒW‡, Taq† al-d†n Ab™ Bakr Ibn ‘Al†, Qahwat al-Insh…, Le Caire, D…r alKutub al-Qawmiyya, Adab, n.° 335, 10 de raÞab 818/ 23 septembre 1415, sans pagination.

72

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

La reconstruction du réseau vers le bas montre l’ampleur et l’importance des connexions entre la charge du N…©ir al-³…¡¡ et les marchés financiers. Fa²r al-d†n Ibn al-øaІr exerçait l’autorité dans le port depuis des années. C’était un juriste mais aussi un spécialiste des questions financières, attaché à la gestion de la Bayt al-M…l ou trésor. Tantôt, il apparaissait dans de complexes montages financiers où il spéculait avec les recettes fiscales du port (il concluait des affaires qu’il payait par le biais d’exemptions fiscales), tantôt, il s’appropriait les capitaux de certains marchands81. Il s’enrichit dans l’exercice de sa charge: les Vénitiens signalaient dans leurs correspondances les dépôts financiers que Fa²r al-d†n accumulait dans certaines institutions religieuses. Il serait légitime de se demander jusqu’à quel point ces réseaux avaient une fonction dans l’exercice de l’autorité sultanienne; les rapports entre les uns et les autres doivent être compris dans toute leur ambivalence. Le sultan ne disposait des moyens pour mener à bien son programme qu’en déléguant certains pouvoirs à ces administrateurs, mais, dès le moment où les intérêts privés nuisaient visiblement aux communautés étrangères, il était prêt à les remplacer. Les pressions vénitiennes entraînèrent ainsi la chute simultanée des deux administrateurs en 1425. Sur le long terme, pourtant, il était difficile de se passer de leur compétence et de leurs contacts. Tous deux reprirent leurs carrières dans l’administration du sultan Barsbāy, dont Fa²r al-d†n qui se hâta de retourner aux postes de Mus¥awf†, puis N…©ir ÄaÐr al-Iskandariyya. Il fut remplacé par Šah†n Ibn ³al†l al-®…hir† en 837/1434, qui s’enrichit dans l’exercice de la charge et dont le fils ‘Abd alBa¡†t devint, à son tour, marchand82. C’était à ce genre d’individus, au profil bas mais aux parcours durables, que Šay² et ses successeurs eurent affaire quand ils commencèrent à envisager des stratégies de manipulation des marchés; leur responsabilité dans la prise de décisions concrètes, leur collusion avec les desseins politiques ne peut donc être négligée. 81 Une série de documents illustre les intérêts de ce réseau dans le commerce des Européens à Alexandrie. Dans la charge de Mus¥awf† al-³…¡¡, Fa²r al-d†n commerce en blé en payant en exemptions fiscales: Notaire Nicolo Venier; ASV Cancelleria Inferiore, Notai, b. 230, registre in folio, 4/8/1421, f. 31r-v, 32r. Plusieurs marchands catalans et vénitiens ont vu leurs investissements escamotés, au Caire comme à Alexandrie, par le N…©ir al -³…¡¡ et le Q…ÿ† d’Alexandrie. ASV Proc. San Marco 282, Litra Commissaria Lorenzo Dolphin, 30/9/1423, lettre de Jacomo Zorzi à Lorenzo Dolphin. Notaire Francesco Degli Elmi, ASV Cancelleria Inferiore, B. 83II, 17/8/1425 (les actes de Degli Elmi sont mélangés à ceux du notaire Cristoforo del Fiore). Dans un acte notarié vénitien dressé chez lui, Fa²r al-d†n se fait avancer des sommes par des marchands de Candie et de Gênes, qu’il remboursera avec les taxes sur de futures opérations (taxe du 10% sur les transactions, ou samsaria). Il est monté dans l’échelle de l’administration car il est de nouveau Q…ÿ† N…©ir-al-ÄaÐr (it. cadinadro), Notaire Francesco Degli Elmi, ibid.,14/6/1426. On le voit lié à la Bayt al-M…l (it. betmel) dans une affaire de taxes sur le commerce du vin de Candie exporté en Egypte. Notaire Francesco Degli Elmi, ibid., 14/12/1425. 82 Pour la continuité en poste de Badr al-d†n sous Barsbāy, voir MARTEL-THOUMIAN, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamluk (IXe/XVe siècle), pp. 216-218. Pour celle de Fa²r al-d†n comme N…©ir du port, AL-MAQR‡Z‡, Sul™k, IV/II, p. 907.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

73

A partir de 1414, le gouvernement décida d’attribuer certains stocks d’épices à des marchands vénitiens. Les achats forcés étaient pris en charge par des marchands d’Etat, connus sous le nom de ³aw…Þ…, tandis que les autorités judiciaires du port s’occupaient de la gestion administrative. Le N…©ir al-³…¡¡ Badr al-d†n ›asan eut un rôle décisif dans l’établissement de ces pratiques, depuis le Caire, mais ces expédients créèrent une grande tension au sein de la communauté marchande d’Alexandrie, et aboutirent à des émeutes dans la ville83. Une importante entreprise familiale vénitienne –les Zorzi– se vit ainsi forcée d’acquérir, à perte, de grandes quantités d’épices dont le fournisseur était un certain ³aw…Þ… ›…fi©. Dans le montage financier apparurent des spéculateurs comme Mu|ammad al-Tawr†z†, qui racheta les dettes des Zorzi afin de se faire rembourser avec des intérêts. Il est peut-être intéressant de remarquer qu’al-Tawr†z† avait travaillé dans les bureaux commerciaux de l’Etat yéménite par le passé84. En achetant des sporte de poivre à un prix d’environ 25 dinars, et en les revendant avec des bénéfices de 800, voire 1000%, l’administration d’al M™’ayyad Šay² manipulait les marchés en suivant une logique de maximisation des profits. Pourtant, l’impression qu’il fallait contraindre collectivement les groupements marchands européens fut, selon toute probabilité, due à l’échec de ces expériences. Les expédients contre les Catalans de 1411 et 1412 finirent par l’arrestation de marchands en fuite, tandis que en 1418-1419 la victime en fut Mu|ammad al-Tawr†z†, qui avait fait banqueroute. Ibn ›aÞar se fait l’écho des troubles produits sur les marchés alexandrins suite à ce genre d’interventions en 1412-1413. La décision de forcer des marchands individuels à acquérir des stocks à des prix au-dessus de ceux du marché souleva des problèmes légaux et diplomatiques. La stratégie –très rudimentaire– de contraindre telle ou telle autre firme à accepter ces stocks à perte ne sembla pas jouer au bénéfice des sultans; les achats forcés de cette nature déchaînaient plutôt de longs conflits judiciaires avec les marchands et les communautés concernées. Le N…©ir al-³…¡¡, sous la constante pression politique du Caire, intervint en envoyant une lettre au consul vénitien Bartolomeo Storlado, afin que les pertes fussent partagées par l’ensemble de la communauté85. Ces pra83

AL-MAQR‡Z‡, Sul™k, IV/1, pp. 361-362. Nous avons reconstruit cet épisode en profondeur dans: APELLÁNIZ RUIZ DE GALARRETA, Banquiers, diplomates et pouvoir sultanien: une affaire d’épices sous les Mamelouks circassiens. 85 ASV, Procuratori de San Marco, Commissarie Miste, Commissaria Biagio Dolphin, B. 180, documenti arabi, lettre signée al-Badr† al-Malik† al-M™’ayyad†, datée du 3 ÷™-l-|iÞÞa 822H. La lettre fut expédiée à l’occasion des problèmes suscités entre les autorités du port d’Alexandrie et les Vénitiens, en raison de l’exigence d’une «contribution» (al-¡adaq…t al-šar†fa) de la part du sultan. Badr al-d†n ›asan expliqua au consul vénitien qu’il fallait redistribuer les pertes individuelles sur toute la communauté (... wa aqarra iÅb…t a|ad ‘anhum bi-|aiÅu yaÞbur bi-÷alika wa yanfa¡il bihi..., ibid. ligne 16). 84

74

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

tiques, que d’autres chercheurs ont signalées comme étant caractéristiques de cette période circassienne initiale, étaient difficiles à soutenir à long terme. En attendant que des formules négociées apparaissent dans les années suivantes, la poursuite du gain et la manipulation du marché des épices continua pendant quelques temps à marquer l’action sultanienne. Outre la montée générale des conflits, les résultats matériels de cette politique furent douteux. Sous le règne de Šay² se formèrent dans la finance de nouveaux cercles, autres que ceux des K…rim† et étroitement liés dès leur naissance aux façons d’agir de la politique circassienne. L’évolution d’un nouveau type de négociants peut être saisie à travers les transformations du terme ³aw…Þ…, qui désignait ceux d’entre eux qui entretenaient un rapport de partenariat financier et de patronage politique avec les élites politiques. Dans les sources écrites sous le gouvernement de Barq™q, jusqu’environ 1400, ³aw…Þ… est une dénomination servant à désigner les marchands d’esclaves,notamment des esclaves militaires, ou mamelouks. Capables d’acheminer un flux d’hommes pour garnir les rangs de l’institution militaire, ils jouissaient d’une haute estime sociale dans le milieu mamelouk; nous connaissons les noms de ceux qui avaient importé les sultans en Egypte et il n’était pas rare qu’un mamelouk prenne en signe de respect le nom de son marchand. Pour al-Qalqašand† (1355-1418), qui relève cette connotation du terme ³aw…Þ… caractéristique de l’époque Ba|r†, ceux-ci jouent un rôle important dans la transmission de l’information nécessaire à la diplomatie mamelouke86. La même opinion figure dans les sources documentaires vénitiennes. Dans l’exercice de leur commerce en direction d’Alexandrie, les activités des ³aw…Þ… s’appuyaient à cette époque sur des réseaux grecs et génois, qui les mettaient en rapport avec les comptoirs de la rive septentrionale de la mer Noire. Les ³aw…Þ… de cette époque et d’autres hommes d’affaires arabes entretenaient des rapports avec les membres de la communauté génoise, et le montant des contrats signés entre eux dépassait parfois plusieurs milliers de ducats87. En 1400 un ³aw…Þ… ‘Umar est nommé dans un acte notarié vénitien comme étant marchand d’esclaves du sultan Barq™q88. Cette signification tra86

AL-QALQAŠAND‡, øub| al-A‘sh… f† øin…‘…t al-Inš…’, vol. 6, p. 10. Extinction d’une dette de 100 besants de Johannes Saytali de Trébizonde auprès d’un chrétien oriental nommé Calil, en raison d’une opération qui avait eu lieu à Rhodes. Saytali a touché son argent par le truchement d’un ³aw…Þ… nommé Ferus, ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, B. 222, notaire Antonello de Vactaciis, registre I, 29/7/1405. Dans un autre acte notarié (Ibid., 15/8/1406), il est question du dédommagement du consulat génois auprès du ³aw…Þ… Yusuf et de ses associés, ainsi que d’un chrétien de Damiette, en raison de la perte d’une nef génoise. 88 Nommé quondam Choze Homar dans le document, il fit l’objet d’exactions à Caffa, où il perdit tous ses biens, ce qui provoqua des représailles contre la communauté génoise à Alexandrie. Dans ce document, le consul génois Pierantonio de Mortas, d’accord avec les marchands du «conseil de six», nomme Barto87

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

75

ditionnelle –bien connue et sur laquelle nous n’insisterons pas– est prédominante dans les sources de la période, tandis que le terme Kārim, de son coté, continue à désigner le groupement de négociants qui amenaient les épices de l’Océan indien. C’est pourtant sous le règne de Barq™q que l’on commence à observer des usages différents du vocabulaire financier. Plusieurs grands négociants commencent, au cours des années 1380 et 1390, à figurer comme marchands du sultan. Il s’agit en tout cas de négociants importants et même de K…rim† redoutés. Quand tel ou tel autre grand marchand k…rim† égyptien entre en rapport étroit avec le régime de Barq™q, il adopte le titre de ³aw…Þ…. Ibn Q…ÿ† Šuhba, dans sa biographie d’Ab™ Bakr al-³arr™b†, le présente comme le ³aw…Þ… [...] chef des K…rim† d’Egypte et marchand du sultan, [...] sa fortune s’accrut avec le commerce et pénétra [dans les cercles des] émirs et des sultans89. Il n’était pas le seul: le grand marchand Burh…n al-d†n al-Ma|all† –traditionnellement considéré comme K…rim†– est mentionné en 1396 comme ³aw…Þ… et marchand du sultan90. Ibn al-Fur…t, qui vécut entre 1334 et 1405, ne semble pas s’apercevoir de l’introduction du nouveau terme, mais il ne trouve pas de problème à désigner en même temps certains K…rim† comme des marchands du sultan. Si la notion de ³aw…Þ… changeait au fur et à mesure que les Circassiens définissaient leur stratégie d’intervention sur l’économie de marché, les K…rim† continuaient à être présents. La distinction entre les deux catégories devint plus nette dans les années suivantes. Dans les documents vénitiens rédigés sous le règne d’al-M™’ayyad Šay², les marchands K…rim† continuent à être perçus comme un groupement lié à des convois saisonniers de commerce. Telle est l’interprétation la plus digne de confiance, et qui avait été défendue par S. D. Goitein pour des époques antérieures. Pour étayer cette interprétation, Goitein s’était fondé sur une lecture très attentive des documents de la Geniza (fin XIe-XIIe siècles)91. Bien que rien ne nous permette de prouver qu’il s’agissait d’une véritable corporation, ces marchands pouvaient dicter leurs conditions, en certaines saisons, aux marchés d’épices égyptiens, comme l’on a vu à l’occassion des discussions du Sénat vénitien en 1363. Si, d’un coté,

lomeo de Ricobono son procurateur dans la récupération des biens du ³aw…Þ…, qui est présenté comme marchand d’esclaves du sultan antérieur à Caffa. ASV Cancelleria Inferiore, Notai, B 222, Antonello de Vactaciis, 18/1/1400. Il s’agissait du ³aw…Þ… Zayn al-d†n ‘Umar Ibn Zakar† (m. octobre 1393), un membre des élites financières syriennes qui fit banqueroute peu avant sa mort, IBN Qƒþ‡ ŠUHBA, T…’r†² Ibn Q…ÿ† Šuhbah, p. 490. 89 Ibid., pp. 167-168. 90 Ibid., pp. 608-609. 91 GOITEIN, New Light on the Beginnings of the Karim Merchants , pp. 180-183.

76

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

l’on doit reconnaître une continuité en ce qui concerne le K…rim médiéval, la primauté de celui-ci pouvait être brisée quand les saisons étaient favorables à certains grands négociants internationaux, qui sont désignés par leurs propres noms et leurs convois sont bien distingués de ceux des K…rim†. En 1418, les informateurs du consul vénitien transmettent depuis le Caire des nouvelles sur les convois du marchand Šay² ‘Al†, pour rapporter ensuite des informations sur les épices des K…rim†. Ces mentions des épices de Šay² Al† comme contingents susceptibles de changer le cours de la saison mettent en relief la taille et le pouvoir de ces financiers associés aux Circassiens92. Comme nous l’avons déjà dit, c’est depuis le début du règne du sultan al-M™’ayyad Šay² que l’on commence à voir la collusion entre Šay² ‘Al† et le régime du Caire. En effet, un procès vénitien montre que Šay² ‘Al† avait conclu, en 1412, avec un groupement de Vénitiens, l’une des plus grandes opérations connues, pour un montant de 56.000 ducats93. Šay² ‘Al† deviendra ³aw…Þ… dans les années suivantes; cette nomination marquera le point culminant d’une longue carrière en tant que médiateur des sultans du Caire, à cheval entre le Yémen et Alexandrie94. Ces usages de langage se répétaient. En 1423, un autre informateur, Nicola Bernardo, envoyait en métropole une série de missives avec les sujets de rigueur, à savoir les épices que l’on attendait prochainement de l’Océan. Bernardo rapportait que certains arabes avaient reçu des lettres du Caire, disant que telles épices arrivaient au port de Qu¡ayr, telles autres à celui d’‘Ay÷…b, ou que tel convoi se rapprochait du Caire par la vallée du Nil. Quant aux négociants qui les amenaient, il y avait, en premier lieu, des marchands qui méritaient d’être mentionnés par leur propre nom, comme øadaqa Ašraf†, qui, 92 Plusieurs lettres font mention de ses convois personnels, comme une missive écrite au Caire le 15 septembre 1419, adressée par Anzolo Michiel à Biagio Dolphin (une autre copie datée du 14 septembre, à l’heure de la prière), où l’informateur commence son récit en rapportant qu’il a été témoin de l’arrivée des épices au Caire: «[...] Io sson stado ieri a Babilonia e con lochio ho visto tute lespezie» , pour décrire ensuite en détail les épices appartenant à Siech Alli, ASV commissaria Biagio Dolphin, corrispondenze commerciali. Dans un autre fond, une lettre datant des premières années du règne de Barsb…y fait allusion également aux convois de Šay² ‘Al† entre la Mecque et le Caire. Plus bas, l’informateur fait état des épices des K…rim†, en marquant une nette distinction entre ces marchands aux noms propres et le groupement K…rim†: «[...] el fu detto de mori ser a chamin con gran suma de specie cherem li qual a niun modo de qui in tempo de le gallie quel aremo [...]» ASV, Commissaria Lorenzo Dolphin, 16/3/1424; de Nicola Bernardo à Lorenzo Dolphin. 93 ASHTOR, The Venetian Supremacy , pp. 27, 35. 94 Pour Šay² ‘Al† comme marchand du sultan sous Barsbāy, voir AL-NAHRAWƒL‡ , Qutb al-d†n Mu|ammad ibn A|mad al-Makk† (1511-1580), Cutb ed-Dîn’s Geschichte der Stadt Mekka und ihres Tempels. Texte arabe édité par Ferdinand Wüstenfeld, Leipzig, 1857, III, pp. 207-208, et AL-FƒS‡, Taq† al-d†n Mu|ammad, al-‘Iqd al-Åam†n f† t…ri² al-balad al-am†n éd. Fu´…d Sayyid, 8 vols., Le Caire, 1959-1969, II, pp. 200-201 (il s’agit de la biographie de son fils, lui aussi marchand ³aw…Þ…), et surtout IBN FAHD, It|…f al-War…, an 824H, p. 580. Ibn Fahd fait aussi mention de ses convois, ibid., an 830H, p. 641.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

77

avec ses associés, était arrivé au Caire avec plus de de 1000 sporte d’épices95. Parallèlement, il est fait mention, une nouvelle fois, du Kārim: [...] Nous avons le sentiment que des épices vont arriver, et il a été dit que le K…rim est en route, en emportant une grande somme. Certains pensent que nous les aurons à temps pour les galères, et d’autres pensent que non. Mon opinion est que nous ne les recevrons pas du tout ici en ce temps-là, car lesdits [marchands du K…rim] naviguent lentement. Si le dit K…rim est déjà parti d’Aden, que Dieu nous laisse suivre notre chemin [...]96. Dans un article daté de 2003, nous avions déjà soulevé les mentions, dans les sources vénitiennes bien renseignées, de convois différents pour les épices (celui du K…rim et celui du tel ou tel autre marchand privé). Aujourd’hui on sait que l’existence de ces deux courants différents s’explique parce que les épices arrivent aussi avec le convoi annuel du pèlerinage à la Mecque. Les recherches de E. Vallet, basées sur une étude approfondie des sources Yéménites et de l’océan Indien, corroborent l’idée que le mot K…rim fait référence à un convoi annuel ou saison de navigation plutôt qu’à un type déterminé d’organisation marchande, et montrent que les épices amenées par le K…rim atteignaient régulièrement l’Egypte vers le mois de novembre ou décembre. Au contraire, l’arrivée des caravanes du ›aÞÞ change d’une année à l’autre en raison du calendrier islamique. Ces recherches, inédites à l’heure où le présent livre va être donné à l’imprimeur, datent le début d’un tel état de choses dans les années 1380. Donc le K…rim aurait coexisté avec d’autres courants pendant des décennies avant des décrets d’expulsion de l’Egypte émis par Barsb…y et des changements dans les élites marchandes promues par les premiers sultans Circassiens. Les Rasoulides du Yémen avaient donc tout l’intérêt à contrôler l’afflux des épices du K…rim, à travers des mesures comme l’obligation d’emprunter la flotte d’Etat yéménite et l’interdiction d’acheter des vaisseaux propres97. Pour Vallet, le contrôle du pouvoir yéménite sur la navigation en mer Rouge est le résultat d’un «véritable compromis avec l’Empire maml™k», tout en 95 ASV, Commissaria Lorenzo Dolphin, 2/2/23, de Nicola Bernardo a Lorenzo Dolphin, «[...] condizion de specie da puo la partida de le galie nostre de qui al chaiero azionse per la via de la fiumara Sadacha Serfi e conpagni con piui de 1000 [sporte di] specie [...]». 96 Ibid., «El sentimentto avemo de specie sia per chapitar, e chel fu detto essere a chamin cherem congran suma; chi tien per opinion quelle aremo per le gallie e chi non, ma lopinion mia e che nullo modo de qui a quel tempo quel aremo per essere i ditti longi nel suo navegar, ase el dito cherem essere partido de aden idio lasi seguir el meio nostro [...]». Pour d’autres exemples, voir une lettre d’Andrea Cazilli au consul Biagio Dolphin, où il affirme que certaines épices «sont effectivement K…rim†», ASV, Procuratori di San Marco, Commissarie Miste, Commissaria Biagio Dolphin, B. 181, lettere commerciali, Le Caire, 16/12/1418: «De nove despezie alltro non avemo sallvo se disse quelle per esir d’Aden son cherem, e sopra questo non se po far alguna determinazion fino alttornar della charavana della Mecha [...]». 97 Communication présentée au colloque Alexandrie et le commerce de la Méditerranée médiévale. Quatrièmes Jurnées sur Alexandrie Médiévale, Alexandrie, CEAlex, 25-27 avril 2008.

78

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

relevant la naissance, plus tard, de «nouveaux réseaux du grand commerce en mer Rouge centrés sur La Mekke». Dans un moment final, que Vallet situe à la fin du règne du sultan yéménite al-N…¡ir A|mad (1400-1424) l’extinction du courant du K…rim, les changements des routes des caravanes et l’appui mamelouk à ßedda comme destination alternative pour les vaisseaux indiens aurait assené un coup déterminant à la fiscalité de l’Etat rasoulide. On le voit, cette question du K…rim est fascinante et est susceptible d’être reformulée par des spécialistes d’autres domaines; en tout cas cette différentiation que l’on trouve dans les correspondances des Vénitiens est très importante car elle signale la présence de grands négociants qui ne sont pas dans le K…rim et qui contrôlent une partie importante de l’offre. Ce sont les débuts d’un phénomène présent pendant le reste de l’époque Circassienne, où le K…rim va disparaître et où l’on va trouver des allusions à de grands négociants qui comptent sur des concessions gouvernementales. Tel marchand appelé øadaqa, prend plus que probablement le laqab de «Ašraf†» comme signe de sa liaison avec le sultan alors au pouvoir: al-Ašraf Barsb…y. Il est encore trop tôt pour parler d’un marché fragmenté, mais des usages spécifiques du vocabulaire appuient l’idée de l’existence de nouveaux milieux financiers. La carrière du ³aw…Þ… Ibr…h†m nous fournit un autre exemple de l’existence d’un milieux financier associé au régime des premiers Circassiens. En 1402 il fut au premier plan d’une crise diplomatique entre l’émir de la Mecque et le sultan, quand le premier saisit l’or d’un de ses convois. Ibr…h†m –qui n’était pas encore ³aw…Þ…– conspira au Caire contre le seigneur de la Mecque jusqu’à ce qu’il parvienne à ses fins. Plus tard, il se fit une place dans les affaires syriennes, où il commerçait en épices avec les Européens en 1413. Il était déjà connu comme ³aw…Þ… et détenait une influence sociale assez forte. Dans une occasion où il se sentit lesé par un marchand d’Ancône, le ³aw…Þ… Ibr…h†m menaça un inspecteur des impôts qu’il considérait, en dernière instance, responsable du dommage subi. Le débiteur du ³aw…Þ… ayant quitté Damas, ce fonctionnaire se vit contraint de procéder à l’emprisonnement d’un autre Anconitain, en rapport avec le premier mais qui, apparemment, n’était pas concerné par l’affaire98. En 1416, il était l’un des marchands

98 ³aw…Þ… Ibr…h†m Ibn Mub…rak Š…h Ibn ‘Abd All…h al-Is’ard† al-Dimašq†, AL-‘ALMAW‡, ‘Abd al-B…si¥ et ‘Abd al-Q…dir AL-NU‘AYM‡, «Description of Damas, traduit par Henri Sauvaire», Journal asiatique 9th ser. (1894-1896), mai-juin 1894, p. 387 et note 23. Pour l’affaire de 1413, la source est une déclaration de cet ancien percepteur d’impôts (sansarium), nommé Daut et devenu, lors de la rédaction de l’acte notarié, Grand Drogman du sultan. Il doit s’agir sans doute d’un Européen d’origine. Le ³aw…Þ… y est appelé «choza Abraim mercator Damasci», ASV notarile 14832, I, notaire Giacomo della Torre (1412-16), acte n.° 23, daté à Damas, chez le cambiste juif Azedini, du 22 septembre 1413. Pour les activités du ³aw…Þ… Ibr…h†m et de sa compagnie en Mer Rouge, v. IBN FAHD, It|…f al-War…, an 818h, p. 524.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

79

les plus connus à la Mecque, ce qui met en relief le caractère international de son réseau. L’année suivante, il fut nommé ³aw…Þ… par le sultan al-M™’ayyad Šay², moyennant un diplôme officiel de reconnaissance, qui l’associa au programme commercial du pouvoir du Caire. C’est par le truchement de Taq† al-d†n Ab™ Bakr Ibn ›iÞÞah al›am…w† (m.1434) que l’on connaît l’existence de ces diplômes. Ibn ›iÞÞah était un fonctionnaire jouissant du patronage du sultan al-M™’ayyad Šay² qui rédigea un traité administratif 99. Au quinzième siècle, chaque génération de chanceliers disposait de son propre traité, mais, contrairement à l’ouvrage encyclopédique d’al-Qalqašand† (m.1418), alors en cours, celui d’Ibn ›iÞÞah n’était qu’un recueil des documents qui passaient par ses mains. L’oeuvre d’Ibn ›iÞÞah rassemble nombre de documents liés à l’intérêt sultanien pour le commerce, et ce n’est pas un hasard s’il y inclut ce genre de diplômes, les premiers connus dans leur genre. Sans doute, y avait-il grand besoin que les apprentis des bureaux se familiarisent avec les nouveaux documents. Dans le Qahwat al-Inš…’ d’Ibn ›iÞÞah (le «café», ou essence, de la chancellerie) l’on trouve aussi bien une invitation aux noces d’une princesse de la famille d’al-M™’ayyad Šay², adressée au ³aw…Þ… al-Ma|™z†, que plusieurs documents diplomatiques où l’on peut suivre le conflit entre le Caire et le Yémen, avec les K…rim† au centre de la scène100. Parmi les documents du Qahwat alInš…’ figurent aussi des actes de nomination intéressant le réseau alexandrin de l’administration, et qui concernent Badr al-d†n ›asan ou son beau-père Fa²r al-d†n Ibn al-øaІr. Ce n’est pas une coïncidence si l’on y retrouve des noms connus comme al-Ma|™z† ou le ³aw…Þ… Ibr…h†m. Les marchands en contact avec le sultan Šay² ne sont guère nombreux, comme c’est d’ailleurs le cas pour la plupart des sultans, qui s’appuient sur un réseau souvent très restreint de financiers. Les mentions à Šay² ‘Al† ou au ³aw…Þ… Ibr…h†m que l’on trouve dans les documents vénitiens ne sont pas le fruit du hasard, pas plus que ne l’est le grand nombre d’informations européennes sur le plus grand groupement financier associé aux premiers circassiens: les Ban™ Muzalliq. Il semble que la fortune des Ban™ Muzalliq était récente et que ses origines se trouvaient dans le commerce avec l’Inde. Al-Sa²…w† rapporte que le 99 Pour ce rapport de patronage, voir VAN GELDER, G. J., Ibn ›iÞÞah al-›am…w† (The Chicago Online Encyclopedia of Mamluk Studies), document numérisé: http://artfl.uchicago.edu/cgi-bin/philologic/getobject.pl?c.0:1.mamluk, dernière consultation: mai 2006. 100 IBN ›IßßAH AL-›AMƒW‡, Taq† al-d†n Ab™ Bakr Ibn ‘Al†, Qahwat al-Inš…’, manuscrit Adab 335 du Dar al-Kutub du Caire (sans pagination). S’y trouvent deux diplômes de reconnaissance (mus…ma|a) dont un daté du mois de ¡afar 819H/ avril 1416. La chancellerie du sultan al-M™’ayyad Šay² octroie à Ibr…h†m Ibn Mub…rak Š…h al-Is‘ard† le traitement d’al-maºlis al-‘…l† al-²aw…Þik† (Sa Seigneurie le ³aw…Þ…), ce qui revient à une charge officiellement reconnue. Par conséquent, il ne peut absolument pas s’agir du terme ³aw…Þ… au sens commun (étranger, grand marchand, maître sufi, etc.).

80

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

père et fondateur de la dynastie, Šams al-d†n Ibn Muzalliq (1353-1444) gagna en un seul voyage 1.800.000 dirhams101 et un voyageur et marchand européen, Cyriaque d’Ancône, nous apprend que la deuxième génération de la famille continua à fréquenter les ports indiens102. La famille semble avoir rendu service aux Circassiens depuis le sultanat d’al-M™’ayyad Šay². Non seulement ce sultanat, mais encore l’époque où Šay² n’était qu’un émir, constitue un moment important pour comprendre la cristallisation postérieure de certaines alliances et stratégies du pouvoir. En effet, en 1408, à la tête d’un groupement de marchands syriens, Šams al-d†n Ibn Muzalliq avait accordé à Šay² un crédit de 5000 dinars, alors que Šay² ne fut capable d’empocher que 1500 dinars en provenance des ressources affectées aux autorités judiciaires et aux awq…f 103. En 1416, et portant la désignation de ³aw…Þ…, son fils Badr al-d†n s’était déjà fait une réputation en mer Rouge, où il commerçait pour le compte du sultan104. En 1418 un Ibn Muzalliq apparaît dans un acte notarié comme l’un des ³aw…Þ… présents à Damas, puisque, contrairement aux opinions de E. Ashtor, cette appellation, connotant l’association aux intérêts financiers du sultan, existait déjà avant Barsbāy. Le parcours des Ban™ Muzalliq montre les changements au niveau du langage que l’on a signalés plus haut. Dans un traité sur l’administration mamelouke, Ibn Muzalliq est cité comme exemple de ›aw…Þ… contemporain, alors que le ›aw…Þ… ‘UÅm…n, fameux marchand d’esclaves sous Barq™q, l’était pour la génération antérieure105. L’existence de ce milieu financier en contact avec le régime ressort de nombre de documents vénitiens, qui montrent les Ban™ Muzalliq agissant de façon privilégiée sur les marchés de Damas. Le sultan al-M™’ayyad Šay² avait fondé un nouveau caravansérail à Damas où logeaient les Francs, avec qui cette génération de la famille –nous sommes dans les années 1410– conclut de nombreuses affaires106. 101 Pour les nombreuses allusions aux Ban™ Muzalliq dans les sources arabes, voir LAPIDUS, Muslim Cities in the Later Middle Ages, p. 285, n. 25, et ASHTOR, The Venetian Supremacy, p. 28, n. 97. Plus récemment, une reconstruction détaillée de la famille a été rapportée dans OULAD-HAMMOU, Sakhawi et les marchands. Recherche sur les gens de commerce au XVe siècle dans l’empire mamelouk, pp. 182-195. 102 En effet, d’Ancône projeta de partir en Inde avec deux fils d’Ibn al-Muzalliq, voir COLIN, JEAN, Cyriaque d’Ancône: Le voyageur, le marchand, l’humaniste, Paris, 1981, pp. 212-213. 103 AL-MAQR‡Z‡, Sul™k, IV/1, p. 72. 104 IBN FAHD, It|…f al-War…, an 818H, p. 524. Divers marchands du sultan font l’objet des exactions du Šar†f de la Mecque. 105 al-Maq¡ad al- Raf†‘, f. 174 r°-v°. 106 Par exemple, il traite avec les Catalans à travers le port de Beyrouth, ASV Cancelleria Inferiore, notai, notaire Giacomo della Torre, actes n.° 16, 17 et 18 (juin 1413). Vers la fin du sultanat d’al-M™’ayyad Šay², il est encore en affaires avec les Francs de Damas; un nobilis vir choza Benemuxelach nomme un marchand catalan son procurateur, ASV, Cancelleria Inferiore, notai, notaire Niccolo Venier, B. 230, registre in folio I, (1418-1435), 16/5/18.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

81

Les Ban™ Muzalliq furent les marchands de référence pendant toute la période de Šay², depuis les luttes intestines de 1411 jusqu’à la mort du sultan107. Certes, leur travail d’adhésion au régime porta ses fruits pendant le reste du siècle, quand les générations suivantes de la famille comptèrent parmi les élites. Ce succès fut nonobstant l’héritage des années de consolidation du régime circassien, quand les premières générations rendirent service aux sultans en commerçant pour eux et en leur fournissant leur soutien financier. Les Ban™ Muzalliq fondèrent une véritable dynastie, parcoururent toutes les phases de consolidation du pouvoir circassien, soutenant d’abord un régime ayant besoin d’argent, puis –dans les années 1430– en contribuant à l’expansion mamelouke vers les ports de la côte arabique. Quand les mamelouks prirent le contrôle de ßedda pour sécuriser le commerce en mer Rouge, Badr al-d†n Ibn Muzalliq prit en charge le gouvernement de la ville108. Plus tard, dans les années 1450 ce même marchand dirigea les nouvelles expérimentations financières du pouvoir en Syrie, car il lui fut confiée la gestion des épices sultaniennes109. Plutôt qu’un principe vertical d’articulation politique –allant de l’autorité princière vers la société– les Ban™ Muzalliq représentent un processus «symbiotique». Leur capacité d’offrir, depuis la périphérie commerciale de l’Empire, les compétences nécessaires à un régime en pleine consolidation leur permit d’acquérir, avec le temps, un prestige social qui effaça les origines marchandes de la famille. En fin de siècle les nouvelles générations de la famille étaient perçues comme des notables locaux associés au gouvernement des villes et à la magistrature. Les Ban™ Muzalliq illustrent la discontinuité dans les milieux financiers que Henri Pirenne voyait comme étant caractéristique de l’évolution politique, car leur fortune était récente et se consolida sous un régime émergeant110. Enfin, nous trouvons de nouveaux membres de la famille actifs durant les années 1480111, ou, encore, la figure du Q…ÿ† de Da-

107 C’est à cette date que nous trouvons la première mention à ce marchand. ASV, Commissaria Antonio Zane, fasc. V, lettere commerciali, 26/3/1411. 108 Selon Ibn Iy…s, Badr al-d†n fut nommé gouverneur militaire (N…’ib) de ßedda en 1437 (l’attribution d’un poste militaire à un civil était un fait assez exceptionnel). Il paraît nonobstant que son rôle dans l’administration de la ville-port avait un caractère éminemment fiscal. Ainsi, d’autres sources le présentent comme collecteur d’impôts, ou comme Mu|tasib. IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r fi waq…’i‘ al-duh™r, vol. II, p. 181, LAPIDUS, Muslim Cities in the Later Middle Ages, p. 285, n. 25 et DARRAG, L’Égypte sous le règne de Barsb…y, 825-841/1422-1438, p. 235. 109 IBN TA‹R‡BIRD‡, Manhal, V, biographie 924. Voir chapitre 4. 110 PIRENNE, HENRI, «The Stages in the Social History of Capitalism», The American Historical Review, 3 (1914). 111 IBN T•L•N, Šams al-d†n Mu|ammad Ibn ‘Al†, Muf…kahat al-²ill…n fi |aw…diÅ al-Zam…n éd. Mu|ammad Mu¡¥af…, 2 vols., Le Caire, 1962-1964, I; 27.

82

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

mas Šams al-d†n Ibn al-Muzalliq à la fin du siècle112. A une date très tardive, des dernières générations de la famille sont issus des individus qui gèrent les awqāf de leurs ancêtres; les capitaux réunis par la famille ont ainsi été transformés en pouvoir local, légitimé socialement par le mainien de fondations de bienfaisance113. Ainsi, lorsque des auteurs comme Ashtor ou Lapidus suggèrent que, sous le régime autocratique du sultan Barsbāy, le pouvoir en finit avec le milieu indépendant des marchands, ou même qu’il incorpora les financiers en qualité de simples agents, il ne s’agit pas seulement d’une inexactitude historique. Ces travaux, et surtout l’exhaustive thèse de A. Darrag sur Barsbāy ont forgé le mythe historiographique d’un régime autocratique, qui s’attaquait à l’économie de marché incarnée par le commerce européen et par les K…rim†. En termes d’articulation entre les divers secteurs sociaux, les tentatives d’explication menées dans ces ouvrages restent problématiques, puisqu’elles comportent la négation de la perméabilité du régime aux milieux marchands, et imposent une coupure nette entre ce qui est “libre entreprise” et le contrôle bureaucratique. Plus récemment, et sur la base d’information biographique, R. T. Mortel a étudié la transformation de la communauté marchande de la Mecque pendant le quinzième siècle. Mortel interprète le passage de l’époque des K…rim† à celle des ³aw…Þ… comme une continuité –ou plutôt, comme une succession ou comme un remplacement– mais il se borne à en prendre acte sans proposer de modèle explicatif114. Comme tout changement social, l’apparition de nouveaux groupes financiers n’est explicable qu’à la lumière du moyen terme politique. L’avènement d’une aristocratie financière associée, et non subordonnée au régime circassien s’annonçait dès avant 1422. La transformation lente de certaines conventions du langage révèle l’émergence de nouveaux marchands d’épices en mer Rouge, que l’on distingue peu à peu des K…rim† à mesure que le regime des Circassiens devient plus stable. Les problèmes soulevés lors des premières irruptions dans les marchés d’épices et des 112 IBN T•L•N, Šams al-d†n Mu|ammad Ibn ‘Al†, Quÿ…t Dimašq: al-Å…Ðir al-bass…m f† ÷ikr man wuliyya qaÿ…’ al-Š…m éd. øal…| al-d†n al-MunaÞÞid, Damas, 1956, pp. 134, 178, 180, 181, IBN AL-›IMS‡, Ših…b al-d†n A|mad, Haw…diÅ al-Zam…n wa-wafay…t al-šuyu² wa-al-Aqr…n éd. ‘Umar ‘Abd al-Sal…m Tadmur†, 3 vols., Sidon-Beirut, 1999, I, p. 338, 897H. 113 IBN AL-›IMS‡, Ših…b al-d†n A|mad, Haw…diÅ al-Zam…n wa-wafay…t al-šuyu² wa-al-Aqr…n vol. 1-3 éd. ‘Abd al-‘Az†z Fayyad ›arf™š, Beyrouth, 1996, III, p. 457. 114 «In many ways, the Khawaja class of merchants seems to be a continuation –or, indeed, a successor or replacement– of the class of K…rim† merchants, so important in the international commerce of the Ayyubid and early Mamluk periods. It is intriguing to speculate on the gradual disappearance of the word K…rim, or K…rim†, in the sources for the Mamluk lands during the early ninth/fifteenth century and the dramatic rise in the wealth, power, and influence of the khawaja class at approximately the same time». MORTEL, RICHARD T., «The Mercantile Community of Mecca during the Late Mamluk Period», Journal of the Royal Asiatic Society (1994), p. 20.

LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE...

83

premières impositions de ventes forcées poussèrent sans doute vers une reconnaissance de fait de cette association entre ces financiers et les Circassiens. Cette reconnaissance, sous forme de pièces officielles de reconnaissance ou mus…ma|…t, découlait de la volonté de donner réalité légale à une situation réellement établie, soit que le commerce était un secteur stratégique mais que sur ce terrain il fallait compter sur la collaboration des hommes d’affaires. Parallèlement, les problèmes liés à la dépendance des capitaux des K…rim† et à la substitution de ceux-ci par un milieu plus proche, ne peuvent être soulevés qu’à titre d’hypothèse, mais il est certain qu’avec leur disparition, disparurent aussi les emprunts effectués auprès des marchands étrangers comme source pour les finances de l’Etat. Dans le prochain chapitre nous traiterons de l’époque d’al-Ašraf Barsbāy, quand les K…rim† furent définitivement bannis et que le commerce extérieur commença à jouer un rôle substantiel dans le projet politique.

CHAPITRE 3 CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE SOUS AL-AŠRAF BARSBƒY (1422-1438)

Le travail de A. Darrag sur le sultanat d’al-Ašraf Barsb…y, par son caractère exhaustif, rend difficile, et plus que probablement, inutile, toute contribution substantielle sur le terrain de la recherche1. Au contraire, dans le domaine de l’interprétation, le règne de Barsbāy continue à attirer l’attention des chercheurs. Différents auteurs ont montré leur désaccord avec les conclusions de la recherche de Darrag, et notamment sur les aspects relatifs à la politique économique et commerciale2. Cette insatisfaction provient du fait que les recherches de Darrag, suivies de celles de E. Ashtor, mettaient l’accent sur les procédés visant à «s’emparer du commerce du poivre ou au moins de l’exploiter comme une source de revenus de premier ordre»3, mais sans que ces pratiques soient encadrées dans un dessein d’économie politique. Bien qu’une certaine conscience de la fonctionnalité du commerce ait été présente dans ces recherches, la question a été écartée en faveur d’une vision de la politique de Barsbāy comme celle d’un prince accapareur. Ainsi Barsbāy et ses successeurs apparaissaient-ils comme de «violents despotes orientaux», dont les monopoles engendrèrent la stagnation technologique et «ruinèrent la couche supérieure de la bourgoisie levantine»4. L’un des arguments de la critique moderne de telles conceptions porte sur la question des ressources et de leur distribution au sein de l’Etat mamelouk. Pour sortir du blocage et rendre compréhensible la politique de Barsbāy, une réflexion sur le partage des revenus entre l’oligarchie militaire et l’autorité 1

DARRAG, L’Égypte sous le règne de Barsb…y, 825-841/1422-1438,. Pour des critiques récentes aux conclusions de Darraj, voir GARCIN: The Regime of the Circassian Mamluks, et surtout MELOY, Imperial Strategy. 3 ASHTOR, ELIYAHU, Le monopole de Barsb…y d’après des sources vénitiennes «Anuario de Estudios Medievales» (1974-1979), p. 551. 4 ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 270-303, Pour les idées de Ashtor sur la stagnation technologique comme cause de la «suprématie» vénitienne dans le Levant, voir ASHTOR, The Venetian Supremacy, pp. 23-30. Pour les expressions entre guillemets, Levant Trade, p. 280 et «The Venetian Supremacy», p. 55. 2

86

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

sultanienne semble nécessaire. Ainsi, pour cette époque, Jean-Claude Garcin parle en termes de relative croissance des moyens financiers à la disposition des sultans comparés aux revenus de l’ensemble des émirs5. A en juger par la recherche disponible, ces moyens financiers ajoutés au trésor princier provenaient de deux sources différentes: des fiefs soustraits aux dotations foncières des cadres militaires, mais principalement des épices et des autres monopoles imposés graduellement par l’administration de Barsbāy. Dans la logique de la longue dé-mameloukisation de l’Etat à laquelle nous avons fait allusion auparavant, le sultan, en diminuant les ressources des émirs, procédait à une réforme en termes de centralisation. Les études de D. Ayalon sur la constitution de l’armée mamelouke avaient en effet illustré le passage d’un format élargi, contrôlé par l’aristocratie militaire des émirs, à un modèle –le circassien– plus réduit et basé sur les mamelouks du sultan6. A. Darrag s’était appliqué à montrer la diminution d’importance des hautes charges militaires dans l’appareil de l’Etat, ce qu’il jugeait être l’un des traits distinctifs de la période 1422-1438: Barsbāy attribuait nombre de postes à des militaires de rangs inférieurs ou à des civils. La réduction générale du nombre de grades supérieurs dans la hiérarchie militaire n’était qu’un expédient pour s’approprier leurs fiefs et renforcer le contrôle sultanien de l’institution militaire. Dans le cadre de ces mesures visant la destructuration de la hiérarchie militaire mamelouke, et compte tenu du fait que ces procédés caractérisaient aussi la politique de Barq™q, il était facile d’émettre l’hypothèse d’une continuité entre la politique de Barsbāy et la vieille ligne centralisatrice amorcée au XIVe siècle par al-N…¡ir Mu|ammad. En ce qui concerne la manipulation des marchés, le manque d’une interprétation en termes d’économie politique a poussé Jean-Claude Garcin à soutenir, à juste titre, que la stratégie de Barsbāy n’était pas réductible à la recherche de l’accumulation: selon Garcin cette politique permit au sultan de prendre les devants, afin d’établir son pouvoir encore plus fermement, et d’acheter de nouveaux mamelouks7. John L. Meloy se sépare des positions de Garcin en affirmant que l’intervention dans le commerce international était la seule issue possible pour un prince dont l’ambition principale était celle de centraliser le pouvoir8. Les études sur la constitution de l’armée montrent que Barsbāy atteignit les hauts niveaux de ses prédécesseurs Barq™q et alM™’ayyad Šay² quant à l’achat de mamelouks sultaniens, ce dont il convient de tenir compte à la lumière de son intérêt pour les épices. 5

GARCIN, The Regime of the Circassian Mamluks, p. 299. AYALON, DAVID, «Studies on the Structure of the Mamluk Army--I», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 15 (1953), pp. 225-226. 7 GARCIN, The Regime of the Circassian Mamluks, p. 300. 8 MELOY, Imperial Strategy, p. 3. 6

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

87

On serait tenté d’interpréter la période sous le signe de la centralisation du pouvoir, en suivant le schéma d’interprétation souvent adopté par l’historiographie européenne, selon lequel l’augmentation des dépenses militaires exigeait un effort financier croissant. Ce dernier aurait ensuite développé les structures fiscales, qui auraient abouti à la consolidation d’Etats de plus en plus contrôlés par l’administration et le pouvoir central. Une lecture de ce type est cependant problématique, tout d’abord en raison de l’incapacité de l’autorité circassienne de financer un tel programme. En fait, face au paiement régulier des Mamelouks Sultaniens l’on signale les insurmontables difficultés auxquelles le trésor se heurtait tous les jours. David Ayalon reconnaît sans ambages que le paiement des mamelouks constitua le problème principal sous les Circassiens, et A. Darrag consacre un chapitre entier de sa thèse aux énormes problèmes affrontés par Barsbāy pour couvrir les dépenses militaires. Il est donc difficile de parler de l’affermissement progressif de l’Etat quand les problèmes dans le paiement des mamelouks mettaient constamment à l’épreuve l’autorité du prince9. Pour résoudre le paradoxe d’un Etat en train de se centraliser mais qui manquait pourtant de ressources, John F. Meloy a avancé l’idée que le projet de Barsbāy fut un projet d’expansion impériale, que pour le mener à bien le sultan manquait de ressources politiques –dans un contexte de crise économique– et où la seule sortie était l’exploitation systématique des ressources commerciales de l’Empire. Contre l’opinion générale –fort critique à l’endroit de Barsbāy– Meloy diminue l’importance des attitudes autoritaires en matière d’intervention, comme les monopoles, et cherche à montrer que la stratégie de Barsbāy fut flexible et changeante pour optimiser l’utilisation politique de l’économie des échanges. Meloy n’hésite pas à qualifier la politique de Barsbāy comme étant une politique d’expansion impériale, avec l’incorporation, manu militari, de Chypre (1424-1427) et des villes commerciales du ›iÞ…z (1425)10. Ce projet impérial, conçu par une autorité politique centralisée –celle des sultans– aurait été financé, selon Meloy, avec les entrées du commerce indo-méditerranéen, à travers une stratégie très habile d’intervention économique. L’analyse de Meloy présente l’indéniable atout de rassembler les différentes études sur le monopole des épices, ainsi que d’en mettre au clair les différentes étapes. Elle constitue un effort pour rendre politiquement intelligible ce qui relevait jusque-là de l’arbitraire. Si cette relecture à la 9 DARRAG, L’Égypte sous le règne de Barsb…y, 825-841/1422-1438, chapitre 2, La solde et l’entretien des Mamlouks Royaux, et AYALON, DAVID, «The System of Payment in Mamluk Military Society», JESHO (1958), p. 287. 10 Pour les trois campagnes des Mamelouks contre Cypre, OUERFELLI, Les relations entre le royaume de Chypre et le sultanat mamelouk au XVe siècle, p. 328.

88

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

lumière du court terme politique s’imposait, il est encore nécessaire de replacer certains épisodes, comme celui du monopole, dans le contexte des essais des sultans précédents pour intégrer structurellement le commerce dans le système financier de l’Etat. Dans les pages qui suivent on tentera de procéder à une analyse des changements politiques qui tienne compte des changements sociaux, et qui mette l’accent sur la collusion des couches administratives et marchandes avec les intérêts sultaniens. Les solutions adoptées pour résoudre les problèmes financiers de Barq™q, FaraÞ et al-M™’ayyad Šay², ainsi que la causalité sous-jacente à la disparition des K…rim†, nous paraissent, quant à nous, des éléments importants pour comprendre la dérive monopolistique opérée sous Barsb…y. Avec les monopoles, nous semble-t-il, on tentait de trouver une solution aux inquiétudes financières qui menaçaient le régime circassien depuis le début. Ces monopoles n’auraient pu exister si les premiers Circassiens n’avaient pas cherché à s’émanciper des marchands-banquiers de la mer Rouge, en favorisant tout d’abord les branches égyptiennes des K…rim†, pour promouvoir par la suite les financiers associés à la charge de ³aw…Þ…. Par ailleurs, il existe un problème de terminologie: «centralisation» et «expansion impériale», sont-elles des catégories d’analyse valables? Meloy lui-même avait étudié les rapports entre le Caire et la Mecque aux débuts de l’époque circassienne et a souvent défendu le caractère, somme toute, négocié, de la tutelle du Caire sur les Villes Saintes11. Il reprend l’analyse des différentes phases de ce rapport pour conclure, à juste titre, que les efforts initiaux vers la centralisation et l’expansion impériale se heurtent à la nécessaire collaboration avec les élites mercantiles et politiques de la Mecque, c’est-à-dire avec les nouveaux acteurs inclus dans le projet sultanien. Ni pour le cas de Chypre ni pour celui du ›iÞ…z la présence mamelouke ne se traduisit dans le remplacement du régime antérieur, ni dans le détachement de larges contingents militaires. Au lieu d’expansion impériale, il conviendrait parler de vagues formes de suprématie, avec l’adoption de formules de tradition féodale en ce qui concernait Chypre (le royaume payait un tribut aux sultans) et qui relevaient de la tradition islamique de protection des Lieux Saints dans le cas de la Mecque. Dans ce chapitre, nous allons explorer les aspects ambigus de cette tendance vers la centralisation, notamment à travers l’étude de la nature des procédés administratifs de cette époque, ainsi que de la délégation continuelle du pouvoir aux partenaires financiers du prince. L’attention que nous avons portée à l’administration montre que les Mamelouks n’entreprirent pas un processus de développement progressif de celle-ci. Si l’autorité mamelouke 11

MELOY, Mamluk Authority, Meccan Autonomy, and Red Sea Trade, 797-859/1395-1455 , Chapitre 4.

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

89

devint plus forte et centralisée au cours de la période 1489-1517, ce ne fut pas en raison du perfectionnement des structures bureaucratiques. En accord avec les remarques de Meloy au sujet de la Mer Rouge, il nous semble que la stratégie consistant à sceller une alliance avec les intermédiaires des marchés méditerranéens coupa, à long terme, les ailes de la centralisation politique, au lieu de favoriser celle-ci. L’ambition de Barsbāy de financer de plus en plus l’Etat avec les recettes du commerce international le poussa tour à tour à déléguer une partie de son pouvoir à ces mêmes agents économiques. Il lui fut nécessaire d’arriver à des accords avec eux, comme ce fut le cas lors de la cession de privilèges aux aristocraties de ßedda et la Mecque, dont l’appui était indispensable au Caire. Le cas de Chypre est d’autant plus significatif que de récentes recherches voient un lien direct entre l’intervention armée mamelouke de 1424-1427, qui mit fin à une époque de troubles, et l’instauration de conditions bénéfiques pour la présence vénitienne (l’île gravitait depuis 1373 dans l’orbite génoise). La domination commerciale de Chypre favorisa, sur le long terme, l’acquisition définitive de l’île par Venise en 148912. Ces choix en matière institutionnelle et commerciale, nettement perceptibles dans les années 1420-1430, dépendaient en grande mesure de ceux de ses prédécesseurs et exercèrent, à leur tour, une grande influence sur la politique de la basse époque circassienne. En outre, à l’époque de Barsbāy, d’autres décisions liées à la sphère commerciale déterminèrent, sur le long terme, la dépendance de l’autorité mamelouke à l’égard de nouveaux partenaires. Ces choix étaient l’adoption d’une monnaie forte et compatible avec les systèmes monétaires méditerranéens, d’un côté, et de l’autre la concession de larges privilèges de juridiction aux étrangers. Ces sujets ne seront pas développés dans ce chapitre, mais il convient d’en tenir compte pour certaines raisons: la réforme du dinar d’or, conseillée par al-Maqr†z†, aboutit à l’accrochement de la divise mamelouke à l’étalon vénitien, et le maintien de ce système nuisit aux unités métalliques inférieures avec lesquelles se concluaient les petites opérations13. Cette réforme permit aux sultans d’attirer le commerce méditerranéen mais fut en même temps l’une des causes techniques de leur dépendance ultérieure à l’égard de Venise. Aux droits de juridiction accordés aux Vénitiens s’ajoutèrent de larges concessions octroyées aux Catalans et aux Florentins. Contrairement à ce que pensait E. Ashtor, ces nations accru12

OUERFELLI, Les relations entre le royaume de Chypre et le sultanat mamelouk au XV e siècle. Al-Maqr†z† proposa une réforme du système monétaire en juin 1405, lors de la rédaction de son IÐ…Åat al-Umma. La réforme définitive du Dinar fut entreprise en 1425. Pour le contexte historique de la création du dinar ašraf†, et les effets négatifs du maintien d’une monnaie forte d’or, voir BLANCHARD, IAN, The Egyptian Specie Market and the Gold Crisis in the Fifteenth Century (1985), document numérisé, (http://www.ianblanchard.com/Mid_Ages/alexandria.pdf), dernière consultation: avril 2006. 13

90

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

rent leurs privilèges d’extraterritorialité et cherchèrent à imposer leurs propres monnaies sur les marchés levantins14. Barsbāy approfondit ainsi une politique ayant ses origines au XIVe siècle: la concession de privilèges aux nations étrangères et la mise en veilleuse de la juridiction islamique en matière de commerce méditerranéen. A l’époque mamelouke, les limitations de la Šar†‘a en matière administrative et économique se mirent fortement en évidence. Le système juridique de la Šar†‘a, comme le rappelle une fatw… du Grand Q…ÿ† Taq† al-d†n al-Subk† (683-756H/1284-1355), conférait aux négociants étrangers des statuts particuliers15. A la différence des minorités réligieuses locales, les institutions qui réglaient la présence des négociants francs, comme le am…n, impliquaient une situation juridique inférieure, par laquelle un étranger recevait la protection de la loi pour un temps limité. Sur le terrain pratique, et notamment sur celui de l’application de la justice, cette situation eut diverses conséquences. D’un côté les nations signataires d’accords avec les Mamelouks, dans le cadre des limitations traditionnellement imposées à la Šar†‘a par les différents pouvoirs politiques musulmans, profitèrent pour obtenir des sultans le droit de ne plus relever de la justice religieuse en cas de conflit. Pour le cas des Vénitiens, des clauses semblables avaient été accordées par les sultans en 1375, puis corroborées dans le traité de 141516. Ce fait comporta l’élargisement vers le terrain du commerce international de formes de juridiction séculaire, émanant de l’autorité absolue des souverains, comme le ›akam al-ma©…lim17. Au niveau local la juridiction des ma©…lim relevait du délégué du pouvoir sultanien dans la ville. Par conséquent, c’étaient des militaires, comme le N…’ib d’Alexandrie, qui rendaient justice en cas de conflit entre des sujets du sultan et des Européens18. De l’autre, l’inhibition de la Šar†‘a donna 14 La concession de privilèges dont jouaient autrefois les Pisans, mais surtout l’acceptation mamelouke du florin florentin étaient les requêtes principales de l’ambassade de 1422. BRANCACCI, FELICE, «Diario di Felice Brancacci, Ambasciatore con Carlo Federighi al Cairo per il Comune di Firenze (1422)», Archivio Storico Italiano quarta serie, tomo VIII (1881). La position de E. Ashtor sur la reconnaissance manquée de privilèges aux Vénitiens s’appuie sur l’argument abscons selon lequel l’autorité mamelouke n’acceptait pas la juridiction extraterritorialité des consuls sur les musulmans eux-mêmes, ASHTOR, The Venetian Supremacy, pp. 52-53. 15 SA’D ZAGHLUL, ‘ABD AL-›AM†D: al-‘AÅr al-maÐrib† wa al-andalus† fi-l-muÞtama‘ al-iskandar†, dans «MuÞtama‘ al-Iskandariyah ‘Abr al-‘U¡™r». Alexandrie: ß…mi‘at al-Iskandariyah - Kulliyat al-Ad…b, 1975, p. 296. 16 Pour le traité de 1415, Diplomatarium veneto-levantinum sive acta et diplomata res venetas graecas atque levantis illustrantia, vol 2 éd. G.M. Thomas et R. Predelli, Venezia, 1880-1899, p. 375. Pour celui de 1375, signé par l’ambassadeur Giovanni Barbarigo, ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 122-123, qui cite ASV, misti 35, f. 9v et ss. 17 VERCELLIN, GIORGIO, Istituzioni del mondo musulmano, Torino, 2002, pp. 313-316. 18 Un document vénitien montre la façon dont le N…’ib rendait la justice: aux instances du consul des Florentins Marioto Squarcialupi, un notaire vénitien à Alexandrie interroge le Catalan Francesc de Tortosa sur diverses questions, notamment si Marioto Squarcialupi a été contraint à payer 1165 ducats à l’alors

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

91

une plus grande étendue à la juridiction consulaire pour les querelles entre Européens, et ouvrit la porte aux larges concessions faites aux nations marchandes en matière d’extraterritorialité19. Cette tendance s’affermit pendant les règnes des premiers Circassiens, lorsque l’insertion de clauses semblables dans les traités de commerce était coutumière. Il convient donc, pour comprendre la signification et la portée de la politique de Barsbāy, de replacer ces mesures concrètes dans un contexte de continuité. La politique de Barsbāy ne poursuivait pas le développement bureaucratique et militaire visant à une plus grande centralisation; au contraire, elle était basée sur une action transversale sur les marchés, effectuée par des élites financières hétérogènes. En étroite collaboration avec le régime circassien, ces élites se firent une place dans le négoce des épices qui allait se maintenir pour tout le reste de la période mamelouke.

marchand du sultan, Šar†f ›asan, en raison d’une fidéjussion signée par lui. L’affaire où Squarcialupi s’est porté caution concerne la livraison de certaines quantités de cuivre et de draps par les Catalans Alfonso de la Cavalleria et Joan Beltran à ce marchand arabe. A ce propos, Tortosa affirme qu’environ deux ans et demi auparavant, il était venu de Rhodes à Alexandrie dans une galère dont le patron était le Catalan Lluis Servent. On lui apprit alors que ladite galère transportait du cuivre et des draps, avec l’ordre que ces marchandises ne devaient pas être déchargées à Alexandrie, raison pour laquelle le temps de livraison fut dépassé. Le marchand du sultan d’alors Šar†f ›asan exigea une indemnisation de Marioto Squarcialupi, fidéjusseur dans l’opération. L’alors émir d’Alexandrie, ayant écouté les deux parties, ordonna à Squarcialupi de s’acquitter. Les marchands Francs établis dans la ville, réunis dans le funduq des Génois, appuyèrent cette décision et décidèrent à l’unanimité que Squarcialupi devait payer, car il s’était porté caution. Le document contient également le témoignage de Daniel de Avinyò. Celui-ci déclare que, à l’époque où Šar†f ›asan était resté créancier de Joan Beltran et Alfonso de la Cavalleria, et après avoir exigé pendant longtemps à Squarcialupi de s’acquitter de sa dette, en tant que fidéjusseur, l’émir d’Alexandrie comparût «comme il était habituel» (more consueto), déterminant, après avoir écouté les deux parties, que Šar†f ›asan devait être dédommagé. Malgré cela Šar†f ›asan a voulu faire connaître la décision aux marchands francs, qui ont décidé à l’unanimité que Squarcialupi devait tout payer en argent comptant. De Avinyò confirme aussi que Squarcialupi a été contraint de s’acquitter car il a été arrêté. Le témoin affirme que lesdites marchandises avaient été chargées à Rhodes, mais qu’elles n’ont pas pu être déchargées à cause de l’opposition du patron de la galère, qui entendait placer des denrées semblables de sa propriété. ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, N. Turiano, 9/9/1455, f. 42r-44r. 19 Pour les droits accordés aux Catalans par Barsb…y, voir VILADRICH, M., L’extraterriotarialitat del dret: una concesió otorgada al cònsol dels catalans a Alexandria el 1430, dans: La Corona d’Aragona ai tempi di Alfonso il Magnanimo: I modelli politico-istituzionali. La circolazione degli uomini, delle idee, delle merci. Gli influssi sulla società e sul costume. Celebrazioni Alfonsine, XVI Congresso Internazionale di Storia della Corona d’Aragona. Atti, édité par Guido D’Agostino et Giulia Buffardi, vol. 1, pp. 807-829, Naples- Caserta-Ischia, 18-24 September, 1997, Napoli, 2000.

92

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

1. AVANT LES MONOPOLES: LA CONCEPTION ADMINISTRATIVE SOUS LES PREMIERS SULTANS CIRCASSIENS L’administration à l’époque mamelouke se caractérisa par le développement progressif des structures privatives de l’autorité sultanienne. Le caractère sultanien de ces structures s’opposait à la conception communautaire de celles qui existaient déjà; on le voit bien à l’affaiblissement de figures très anciennes, appartenant à des conceptions universalistes de l’époque des califes, comme celle du vizir. Au contraire, sous les Circassiens, avec le précédent des réformes d’alN…¡ir Mu|ammad, nous remarquons la naissance de nouvelles structures au sein de l’ancienne administration. En très peu d’occasions, cependant, celles-ci se substituèrent complètement aux autres: elles les vidèrent progressivement de leur contenu. De plus, et c’est là un autre trait qui mérite d’être souligné, l’apparition de ces nouvelles structures n’entraînait pas, au niveau économique, un développement de nouvelles formes de fiscalité, mais plutôt une réorganisation de celles qui existaient déjà. Cette réorganisation jouait, certes, en faveur de l’autorité sultanienne, mais on ne doit pas entendre par là que les activités économiques privées se virent soumises à un plus grand contrôle bureaucratique. L’histoire du D†w…n al-³…¡¡ montre à quel point le pouvoir sultanien et l’économie monétaire étaient en rapport. Il semble que dès la mise en place du régime, l’appropriation d’un surplus fiscal ait été considérée comme nécessaire par des sultans parvenus, mais, comme l’existence des Iq¥…’…t trouvait sa justification dans le soutien de contingents précis, ce surplus devait provenir des douanes et autres taxes indirectes. Le D†w…n al-³…¡¡ était une de ces structures spécifiques, conçues pour répondre aux exigences financières de l’institution sultanienne à ses débuts. Au D†w…n al-³…¡¡ étaient affectées une série de petites villes et d’autres sources de revenu, mais le D†w…n acquit bientôt la gestion des douanes et était perçu comme une entité qui s’occupait de la fiscalité commerciale. L’histoire du D†w…n mérite une certaine attention: il plongeait ses racines dans des périodes beaucoup plus anciennes, se voyant renforcé au cours des années 1350-1400. Cependant, cette dynamique se ralentit une fois les Circassiens établis au pouvoir. Le D†w…n et ses attributions émergèrent au moment où les sultans cherchaient à élargir leur pouvoir, mais les dernières mutations correspondent à l’époque de Barq™q, lorsque la finance commençait à regarder du côté des épices. Les Circassiens portèrent une énorme attention au commerce extérieur, mais cet intérêt ne se traduisit pas dans la création de formes bureaucratiques complexes. Le premier sultan mamelouk, Aybak al-Turkum…n† (1250-1254, avec des interruptions), chercha à consolider son pouvoir à travers l’utilisation des

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

93

revenus douaniers d’Alexandrie et de Damiette. L’utilisation des fonds du trésor royal et le recours au crédit l’aidèrent à trouver des compromis, quand sa situation était très précaire20. Son vizir se vit contraint d’imposer de nouvelles taxes qu’il nomma droits (|uq™q). Ayant saisi le pouvoir avec le soutien de l’influent régiment Ba|r†yya –le noyau primitif de l’armée–, Aybak dût faire face aux lourdes demandes d’argent de ce corps de mamelouks. Selon certaines interprétations récentes de sa montée au pouvoir, Aybak avait été choisi en raison de sa faiblesse politique, et parce qu’il aurait pu «être éventuellement remplacé par un candidat de consensus». Il est significatif qu’il ait été contraint d’avoir recours aux ressources commerciales de l’empire pour maintenir une position précaire, et surprit ses contemporains quand il décida d’incorporer à son propre bureau les ports d’Alexandrie et Damiette. L’épisode montre que, sous les Mamelouks, on atteignait le pouvoir à travers le jeu de factions, mais qu’une fois au pouvoir le soutien financier était décisif pour garantir le maintien en place. Quand Aybak fut finalement démis par une faction rivale, et remplacé par un candidat favorable aux désirs du contingent Ba|r†yya, les «ports islamiques» furent restitués à l’administration courante21. Des secrétaires comme al-Qalqašand† ou al-Maqr†z† signalent comme une manoeuvre réussie l’incorporation définitive au D†w…n des revenus affectés à la ville d’Alexandrie22. Cette annexion se produisit sous le règne d’al-N…¡ir Mu|ammad, le sultan qui, comme nous l’avons vu, accomplit les premiers efforts sérieux de renforcement et de renouvellement du régime. Comme nous l’avons déjà vu, la conflictualité croissante entre les factions l’éloigna à plusieurs occasions du sultanat, raison pour laquelle son retour définitif (1310-1341) a été interprété comme le début d’un règne autocratique, durant lequel les ressources furent redistribuées au bénéfice du centre. Comme H. Rabie l’a souligné, l’un des objectifs du nouveau cadastre de l’empire, le Rawk al-N…¡ir†, fut le renforcement du D†w…n al-³…¡¡23. Ces deux auteurs semblent se faire l’écho de la capacité du D†w…n al-³…¡¡ à garantir ce surplus fiscal, car tous deux le perçoivent comme une entité dévolue à la gestion de l’argent du sultan. Al-Qalqašand† semble être frappé par la prolifération de nouvelles charges au sein du D†w…n: d’après lui, à Alexandrie et à

20

al-Maq¡ad al- Raf†‘, f. 65. Pour l’incorporation des revenus des ports dans le but de soutenir la politique de Aybak, ibid., f. 66. Sur la tension entre Aybak et les élites militaires, voir NORTHRUP: The Ba|r† Mamluk Sultanate, 1250-1390, pp. 249-50, et LEVANONI, AMALIA, «The Consolidation of Aybak’s Rule: An Example of Factionalism in the Mamluk State», Der Islam, 71 (1994). 22 AL-QALQAŠAND‡, øub| al-A‘sh… f† øin…‘…t al-Inš…’, III, p. 452 et IV, p. 30. 23 RABIE, The Size and Value of the Iq¥…‘ in Egypt, 564-741 A.H. 1169-1341 A.D., p. 136. 21

94

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Damiette le D†w…n disposait d’inspecteurs, de contrôleurs et d’autres24. Maqr†z† souligne comment le D†w…n abrite de nouvelles structures –comme la ³iz…na– qui se substituent aux structures antérieures comme le trésor du sultan25. Il est intéressant de remarquer l’apparition constante de nouvelles structures qui usurpent les fonctions des anciennes: en effet, plus tard, il est rare d’entendre parler de cette ³iz…na, et, en revanche, on assiste au développement d’une institution semblable, appelée åa²†ra. D’autre part nous constatons le caractère sultanien des nouvelles structures auquel nous avons fait allusion: cette ³iz…na s’oppose au Bayt al-M…l qui avait traditionnellement la fonction de trésor commun des musulmans, et dont l’image dans les sources circassiennes est assez confuse26. Cette réforme fut accompagnée d’autres comme la quasi disparition du vizir, auquel se substituèrent des administrateurs directement rattachés au bureau personnel du sultan27. Dans l’administration précédente –et, en général, dans l’Etat islamique classique– le vizirat constituait une lourde machinerie administrative, collectant nombre d’impôts, le plus souvent indirects; le vizir était ainsi un résidu de la vieille administration des empires arabes, et pour cela le garant d’une conception étatique différente. Sa disparition progressive souleva les plaintes des ‘ulam…’, comme en général le faisaient toutes les mesures visant à accroître le pouvoir des sultans. A peine revenu au pouvoir en 1310-1311, al-N…¡ir Mu|ammad procéda au démantèlement du vizirat: la création d’une charge de directeur du ³…¡¡, aux larges attributions, en fut l’une des conséquences directes. Suivant les opinions d’al-‘Umar† (1301-1349), divers auteurs de manuels de chancellerie circassiens remarquent le statut subalterne de la charge: le N…©ir al-³…¡¡ joue en partie le rôle attribué auparavant par le vizir, mais il n’a pas de marge de manoeuvre sans le soutien du sultan28. Ecrivant sur l’administration vers la moitié du quinzième siècle, ³al†l al-®…hir† (1410-1467) se montre plus explicite en ce qui concerne le lien entre le D†w…n al-³…¡¡ et le commerce extérieur: il donne plus de détails pour les attributions du D†w…n; il fait mention des épices, des revenus portuaires de Damiette ou Beyrouth, des importations européennes, des consulats francs, etc. Pourtant, la seule attribution qu’il cite comme étant propre à la période après 24

Qalqašand† parle des mub…šir™n dépendant du n…©ir, ainsi que des charges de šadd et mus¥awf†. AL-MAQR‡Z‡, A|mad Ibn ‘Al†, al-Maw…’iz wa-al-I‘tib…r f† ÷ikr al-³i¥a¥ wa-al-AÅ…r, éd. Ayman Fu’…d Sayyid, Londres, 2002, III, pp. 734-735. 26 DENOIX, SYLVIE: «Les notions de «privé» et de «public» dans le monde musulman sunnite médiéval», dans Public et privé en Islam. Espaces, autorités et libertés, édité par M. Kerrou, Paris, 2002, voir 2.1. 27 Pour une description de la charge et de ses différentes réorganisations, MARTEL-THOUMIAN, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamluk (IX e-XV e siècle), pp. 35-36, POPPER, WILLIAM, Egypt and Syria under the Circassian sultans, 1382-1468 A.D.; systematic notes to Ibn Taghrî Birdî’s chronicles of Egypt éd. University of California Press, Berkeley, 1955, p. 96. 28 AL-QALQAŠAND‡, øub| al-A‘sh… f† øin…‘…t al-Inš…’, IV, 30. 25

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

95

Barsbāy est un système de gestion directe d’épices sultaniennes, sur lequel nous reviendrons au chapitre suivant. Cette mutation, toutefois, reste problématique car le système n’était ni entièrement géré par le D†w…n ni ne comportait une augmentation de la fiscalité (il s’agissait plutôt d’une forme de commerce d’Etat). Comme l’on a vu, ³al†l al-®…hiri fut préposé à la charge de N…©ir al-Iskandariyya, succédant à la première génération d’administrateurs alexandrins, qui avaient joué un rôle important dans l’invention de tels procédés. Quant au vizirat, lors du moment de convulsion que connut le pouvoir princier sous Barq™q, il vit encore ses compétences diminuer, la charge demeurant une simple concession au cérémonial de cour. Derrière ces réformes il y avait l’intention de concentrer les ressources dans les mains d’administrateurs de moindre envergure, dépendant personnellement du sultan. On en est arrivé à parler de «contrôle bureaucratique des ressources», expression qu’il faudrait adopter cum grano salis29, surtout, parce que les réformes de Barq™q ne visaient pas vraiment le développement des structures administratives ou du fisc, mais plutôt la réorganisation de la base terrienne du sultanat. Comme nous l’avons précédemment évoqué, Barq™q n’avait pas su parer à ses besoins financiers avec les revenus du commerce, et, bien qu’il ait eu recours aux branches égyptiennes des K…rim†, le statu quo du commerce des épices, gravitant entre l’Egypte et la mer Rouge, fut maintenu. Le sultan semblait davantage désireux de regrouper un large patrimoine terrien pour l’achat et le maintien de mamelouks sultaniens, véritable «armée dans l’armée» sur laquelle s’appuyait son pouvoir. La création de Barq™q dans le terrain administratif –l’entité qui gérait ces Iq¥…’…t– fut appelée D†w…n al-Mufrad, auquel bon nombre de revenus du vizirat furent affectés30. L’Ust…d…r de Barq™q, ßam…l al-d†n Ma|m™d –célèbre pour ses procédés farouchement arbitraires, et qui laissa un souvenir durable dans les sources– aurait “projeté le contrôle des revenus du royaume”, à travers ces réformes31. Al-Maqr†z† attribue à ce ministre de Barq™q une forte concentration des attributions fiscales, et affirme que le processus d’extension des fonctions de l’Ust…d…r ou directeur du D†w…n al-Mufrad fut poursuivi par ses successeurs. En effet, ce nouveau d†w…n perdura, mais son directeur –l’Ust…d…r– eut de plus en plus du mal à se procurer les moyens financiers suffisants. A la fin du siècle, en effet, le Mufrad devra être

29 «Barq™q proceeded to expand the offices of Ust…d…r (Majordomo), N…©ir al-³…¡¡ (Controller of the special bureau) and N…©ir al-Dawla (Controller of the privy fund) in order to centralize the bureaucratic control over revenues under officials who were members of his personal staff (...)», PETRY, CARL F., The civilian elite of Cairo in the later Middle Ages, Princeton, N.J., 1981, p. 407, basé sur S. Labib, Handelsgeschichte Agyptens im Spätmittelalter (1171-1517), Wiesbaden, 1965, pp. 163-164. 30 Al-Maqr†z† voit un lien entre la «destruction» du vizirat et la mise en place du D†w…n al-Mufrad, AL-MAQR‡Z‡, ³i¥a¥, III, pp. 722-723. 31 Ibid., III, p. 719.

96

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

subventionné par des fonds sultaniens, provenant des rentrées de la åa²†ra32. Avec le D†w…n al-Mufrad, Barq™q avait donc essayé de se doter d’un instrument capable de financer ses mamelouks, et il augmenta ses dotations jusqu’à ce qu’il fut capable de subvenir aux besoins de 5000 de ces Mamelouks Sultaniens33. Le vizirat continua à exister formellement, mais al-Maqr†z† minimise l’importance des muk™s ou taxes indirectes qu’il continua à gérer. Pour al-Maqr†z† l’effet de ces réformes fut un Etat financé par les redevances domaniales de l’Egypte et par les douanes de l’Empire, gérées, respectivement, par le Mufrad et le ³…¡¡ sultanien34. Cette structure du budget fut valable pour les règnes des premiers sultans circassiens, mais –comme les recherches de D. Ayalon l’ont démontré– le D†w…n al-Mufrad se montra complètement défaillant dans la deuxième moitié du siècle. Deux conséquences principales dérivent de ce tableau, largement interprétatif, du développement de l’administration: d’un côté, il est possible de parler d’un accroissement des ressources sultaniennes, mais, du moins jusqu’à Barq™q, cet élargissement ne correspond pas à ce qui va être caractéristique de la période circassienne, c’est-à-dire l’intégration fonctionnelle du commerce dans les ressources de l’autorité sultanienne. De l’autre, on s’aperçoit que les efforts pour renforcer la position des sultans équivalent à une redistribution du pouvoir au sein de l’institution militaire, plutôt qu’à une réorganisation bureaucratique et fiscale selon un critère territorial. Les réformes de l’administration qui eurent lieu entre 1310 et 1400 ne comportèrent pas de développement géométrique de la taxation, et encore moins de la fiscalité indirecte, frappant de façon homogène les personnes et les transactions. Al-N…¡ir Mu|ammad comme Barq™q abrogèrent une pléthore d’impôts indirects, dont Maqr†z† pour le premier et Ibn TaÐr†bird† pour le second rapportèrent une liste détaillée35. Il existe un large consensus dans les sources sur le rôle des réformes d’al-N…¡ir Mu|ammad, puis celles de Barq™q, dans la suppression des muk™s36. 32

Voir plus bas, chapitre 6. AL-MAQR‡Z‡, ³i¥a¥, III, p. 723. 34 Ibid., III, p. 724. 35 Pour al-N…¡ir Mu|ammad Ibn Qal…w™n, voir al-Maqr†z†, ibid., vol. I, pp. 235-242. al-Maqr†z† voit une connexion directe entre la décision de dresser un nouveau cadastre de l’Egypte et l’abolition de taxes indirectes (AL-MAQR‡Z‡, ³i¥a¥, p. 237: 6). Cet auteur condamne la conception fiscale sous-jacente à ces nombreux impôts, qui frappaient les menues transactions et ne servaient qu’au maintien d’intermédiaires et de secrétaires (AL-MAQR‡Z‡, ³i¥a¥, p. 239). De plus, et comme l’a remarqué H. Rabie, certaines de ces taxes – qui disparurent- était affectées aux Iq¥…’…t des émirs et par conséquent ne renforçaient pas l’institution sultanienne. Pour Barq™q, Ibn TaÐr†bird† cite, sans être exhaustif, des taxes frappant l’achat de blé à Damiette, ainsi que des impôts à B™rulus et «d’autres dans la [province] de ‹arbiyya», sur le sel d’‘Ayntab, sur le grain à al-Bi’ra, à Tripoli ainsi que des taxes prélevées au Caire au bénéfice des juges et du calife, des droits perçus à al-Karak, des taxes frappant les paysans du Delta et en Haute Egypte, IBN TA‹R‡BIRD‡, al-Manhal al-¡…f† wa-al-mu¡¥awf† ba‘da al-waf†, vol III, pp. 339-341. 36 Le Maq¡ad al- Raf†‘ revient sur ce type de considérations, en apportant de nombreux détails sur les réformes financières d’al-N…¡ir Mu|ammad, en insistant sur l’abolition des muk™s, l’adoption de mesures 33

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

97

Il nous semble qu’il serait trompeur de voir dans ces mesures une tendance à la centralisation de type bureaucratique. Le régime de Barq™q est l’exemple par exellence d’un système où une faction –celle des Circassiens– une fois le pouvoir atteint, continue à ne pas contrôler de larges secteurs de l’ «Etat». Un régime fortement personnel, mais trop faible pour briser le statu quo précédent, tend à dédoubler la configuration des structures étatiques, en particulier ses fonctions primaires comme la coercition et la fiscalité. Le résultat ressemble plutôt aux cercles concentriques qu’à la pyramide. Le financement d’une nouvelle armée «centrale», à travers une fiscalité «centrale» répond dans une plus grande mesure au manque d’une véritable bureaucratie qu’à sa construction. L’accès aux rangs inférieurs de l’administration était une affaire de patronage, et il faut rappeler que bon nombre de secrétaires étaient individuellement attachés aux bureaux des émirs. En province, notamment, la bureaucratie mamelouke continua à être fortement décentralisée. Le sultan jouait un rôle arbitral dans l’attribution de «fiefs» à tel ou tel émir, mais les ayant-droit avaient un accès «direct» aux ressources par l’intermédiaire des scribes et des secrétaires. Par conséquent, la mise en place du corps des Mamelouks Sultaniens, et celle d’un bureau auquel on allait affecter progressivement les ressources disponibles furent les démarches qui caractérisèrent la «construction» particulière du premier Etat circassien. En revanche, il n’est pas possible de parler de diffusion de nouveaux concepts fiscaux ni de prolifération de figures administratives pour les gérer. Les innovations portèrent davantage sur le terrain des réformes et de la réorganisation, à travers la superposition, plutôt que la substitution, de structures. En effet, le D†w…n al-Mufrad devait son nom à la mise à part d’une fraction des fiefs par Barq™q et à son affectation directe au budget sultanien, de même que le terme de D†w…n al-³…¡¡ recouvre le sens de «privé» ou «particulier». Barq™q avait isolé une partie du patrimoine impérial quand il était encore émir, préparant ainsi la voie à cette conception financière du sultanat; il fut ainsi possible de distinguer les revenus du prince de ceux de l’ensemble de l’institution militaire mamelouke. Mais ce qui importe vraiment, c’est de comprendre le but politique poursuivi par Barq™q avec cette manœuvre: tous les manuels de chancellerie écrits sous les Circassiens indiquent que la fonction du D†w…n al-Mufrad était de payer les salaires (Þ…makiyya) des mamelouks sultaniens, donc de couvrir les dépenses courantes de l’armée. Après une carrière politique marquée par une lutte constante pour le pouvoir, les créations de Barq™q étaient conçues pour se maintenir au pouvoir et se protéger de l’assaut des autres factions. Les conspirations, tendant à limiter la vénalité de charges, et sur les tentatives de démanteler les patrimoines de certains grands émirs. al-Maq¡ad al- Raf†‘, f. 72-73.

98

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

attentats et coups d’Etat de toutes sortes avaient amené Barq™q à forger un bastion militaire et financier au sein de l’Etat, mais les problèmes liés à la fiscalité extraordinaire, entraînée par la guerre et la mobilisation contre des ennemis extérieurs, ne faisaient pas partie du dessein. Elles allaient constituer de constants défis aux sultans qui lui succédèrent.

2. LA PÉRIODE DE MATURITÉ DU D‡WƒN AL-³ƒøø SOUS BARSBƒY: LE MAQøAD AL- RAF‡‘ DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE Vingt ans après la mort de Barq™q, à l’époque de Barsbāy, l’architecture administrative circassienne, largement basée sur ces deux diwans, était, dans ses grandes lignes, achevée. La relative stabilité des formes administratives ressort des nouveaux manuels de chancellerie dont le Maq¡ad al- Raf†‘ de la Bibliothèque Nationale de France, texte généralement accepté comme appartenant à la période de Barsbāy. Le fait que cet important ouvrage soit resté manuscrit, ainsi que le recours extensif à d’autres traités des premiers temps circassiens ont accentué les difficultés d’écrire l’histoire administrative: les historiens n’ont pas su voir l’importance des procédures ad hoc, ni l’attribution de facto des anciennes fonctions à des charges et à des structures nouvellement apparues. Cette défaillance est très marquée pour les années 1450-1517, période pour laquelle nous ne disposons pas de nouveaux recueils et où des figures qui existaient déjà, comme le Daw…d…r ou le ³…zind…r, qui remplissaient des obligations cérémonielles à la Cour, s’arrogèrent des fonctions pratiques en matière commerciale37. Pour l’époque de Barsbāy, pourtant, ce dernier manuel 37 La superposition de structures se complique dans la période finale, entre autres, en raison de l’apparition de nouveaux d†w…ns sultaniens. Certains auteurs se sont demandés quelles étaient les ressources affectées réellement à la charge de Daw…d…r, ainsi que celles d’un certain D†w…n al-Sul¥…n qui semble englober les départements sultaniens: d’après D. Ayalon «In the closing decades of Mamluk rule the office of the Daw…d…r became one of the most important offices of the realm and its sources of revenue increased immensely», Pour J.-C. Garcin «the Daw…d…rs at the end of the Circassian regime exercised a power that cannot be explained by the hierarchy of rank, but more probably by their role regarding the state finances at the period». En effet, le Maq¡ad al- Raf†‘ fait mention du rapport de la charge de Daw…d…r avec les «douanes royales», ibid., f. 125r. Pour ce D†w…n al-Sul¥…n qui apparaît dans les dernières révisions des cadastres mamelouks, voir PETRY, Fractionalized Estates et pour une discussion sur le rôle du Daw…d…r, voir AYALON, The System of Payment in Mamluk Military Society p. 285 et GARCIN: The Regime of the Circassian Mamluks, p. 306. La prolifération des mentions du ³…zind…r et du Daw…d…r dans la documentation mercantile, souvent liées aux affaires commerciales du régime, accroît notre impression que l’autorité sultanienne, au lieu de développer des structures formelles, tend à s’appuyer sur certaines charges, sans que cela comporte l’attribution normative de compétences. Pour certaines de ces références voir SANUDO, Diarii, III, 476-477 (mars 1500), où un ³…zind…r commet des exactions contre une nef catalane, dont les occupants sont accusés de favoriser les chevaliers de Rhodes. Alors que dans les manuels portant sur l’administration

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

99

de chancellerie présente des caractéristiques qui en font une source digne d’intérêt: dans son esprit, le texte est empreint d’actualité et insiste sur l’importance du commerce extérieur dans le sultanat. Les nouveaux groupements comme les ³aw…Þ… sont inclus dans la représentation du pouvoir. La rédaction de ce document reflète les efforts de ces administrateurs pour s’adapter aux nouvelles exigences en matière de politique internationale, et aussi pour se doter des outils conceptuels nécessaires à la tâche. Le manuel fait part de la situation changeante du royaume, après la conquête de Chypre et le déploiement de l’autorité mamelouke sur ßedda et la Mecque. Plusieurs chercheurs se sont servis du texte dans le but de décrire la machine administrative, notamment pour comprendre comment se faisait l’articulation du pouvoir sultanien avec les élites politiques de la Mecque. Une description mise à jour des parties du monde y est inclue, comprenant des informations détaillées sur les régions en rapports économiques avec le sultanat. Le texte présente au lecteur des institutions politiques qui lui sont complètement étrangères, et il le fait de façon critique. Il contient une digression sur le pouvoir temporel des papes lors de sa description de Rome38, et n’hésite pas à faire un excursus sur l’histoire du gouvernement de Gênes, où il est question d’un régime «sans roi» mais avec des juges appelés podestà (b™dist…). L’auteur suit brièvement le parcours institutionnel de la Commune et le passage de la podesteria au dogat39. La partie consacrée à la Catalogne est tout à fait à jour en raison du fait de la nécessaire présentation du traité de commerce signé peu avant entre Barsbāy et Alphonse le Magnanime40. Les informations portent sur la ville de Barcelone, sur les Catalans et sur les aventures du roi aragonais en politique internationale. Le volume semble dépourvu d’informations superflues, et ne revêt pas le caractère encyclopédique d’autres manuels de chancellerie. Il contraste fortement avec l’ouvrage rédigé par al-Qalqašand† quelques années auparavant, sous le sultan FaraÞ Ibn Barq™q (1399-1405/1405-1412), porteur d’une vision accumulative et peu sensible au changement. Bien qu’il soit destiné à servir à la rédaction de correspondances officielles comme d’autres textes du même genre, le Maq¡ad al- Raf†‘ cherche à offrir une vision dynamique de la composition de l’administration, et précise souvent les changements produits pendant les règnes des premiers Circassiens.

la charge est attachée à des fonctions de cour, le Daw…d…r relève du système de commerce d’Etat, qui attribue des épices à travers la åa²†ra sultanienne, SANUDO, Diarii, II, 1040, VI, 200 et ss., DOLFIN, Annalium Venetorum, p. 221 (Novembre 1500). Dans son testament, le marchand Michele Trevisano nous apprend que le Daw…d…r du sultan à Damas a des dettes auprès de lui, ASV Notarile, Testamenti, Notaio Cristoforo de Persicini, b. 750, 9/2/1497. 38 al-Maq¡ad al- Raf†‘, f. 284. 39 Ibid., f. 285r. 40 Ibid., f. 283r-v.

100

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

L’auteur est au courant de la littérature disponible dans le milieu des secrétaires, et semble avoir fait un effort pour abréger le traité démodé d’al-Qalqašand† et dépasser le très sommaire ouvrage d’Ibn al-›iÞÞah al-›am…w†41. Le texte laisse entendre en plusieurs endroits l’importance du commerce en provenance de l’Océan Indien, maintenu par un flux saisonnier de bateaux, de voiles poussées par la mousson42. Les données concernant les pays ayant des rapports commerciaux avec les mamelouks y reçoivent une attention particulière, comprenant un effort pour mettre à jour les connaissances sur les différents Etats indiens43. Des remarques sur les systèmes politiques et les ressources du subcontinent sont données. L’auteur est enfin intéressé par la situation des places en affaires avec le sultanat, comme Chypre et Rhodes, sur le gouvernement desquelles il livre des informations, ainsi que sur les ressources économiques. Il esquisse également des données sur les superficies de ces îles44. Le N…©ir al-³…¡¡ y est décrit comme l’une des plus hautes charges de l’Etat, suite à la disparition du vizirat45. Il contrôlait, nous apprend le texte, les revenus du Caire, ceux du port d’Alexandrie, ceux qui provenaient des droits de Damiette et de sa région, ainsi que les redevances d’une série des villes proches du littoral. Il disposait d’un intendant affecté au département administratif, d’un autre pour le port d’Alexandrie, d’un troisième chargé des droits de succession –notamment des héritages «des marchands orientaux et des K…rim†»– et, enfin, d’un intendant préposé au négoce du Kārim46. Cette dernière fonction étant devenue résiduelle, il est en effet très difficile d’attester, à l’aide des sources, l’existence effective d’une Ni©…rat al-Kārim. Les mentions de ce poste se raréfient dès cette époque, et le concept démodé de Kārim, en l’absence de marchands K…rim† proprement dits, doit être interprété comme une allusion au négoce des épices en général. Il est également significatif que l’on ne trouve des mentions de cette charge que pour les premières décennies du siècle, et que ce soient toujours des marchands comme Šay² ‘Al† ou alMa|all† qui l’occupent47. Le ³…¡¡ se présente comme une structure forgée par les Circassiens et par les sultans qui avaient préparé leur avènement, ayant des droits de juridiction assez larges sur l’économie monétaire. Après les Q…ÿ†s,

41 IBN ›IßßAH AL-›AMƒW‡, Qahwat al-Insh…, trois copies au D…r al-Kutub al-Qawmiyya (Le Caire), Adab n.° 335, 438 et Adab Taym™r n.° 35. 42 Par exemple, à l’occasion de la division administrative d’Asw…n, al-Maq¡ad al- Raf†‘, f. 142v. 43 D…l†, Camb…y… et Sak…l…, ibid., f. 268-269. 44 Ibid., f. 286v-287r, Pour Rhodes, Chypre et Chio, connue par l’auteur comme l’île du mastic. 45 Ibid., f. 135. 46 Ibid., f. 135-136. 47 AL-AŠQAR, TuÞÞ…r al-¥aw…bil f† mi¡r f† al-‘a¡r al-maml™k†, p. 115.

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

101

le N…©ir dépendant du D†w…n était la plus haute charge civile à Alexandrie48, et des fonctionnaires du D†w…n se trouvaient aussi à Tripoli et à Damiette49. Le ³…¡¡ avait, en outre, son propre service d’information. Il gérait les communications du gouvernement central sur la longue distance par le truchement des bédouins de la Šarqiyya. Il s’agissait des |aÞÞ…n ou chameaux coureurs cités dans les sources pour le reste du siècle, et qui avaient remplacé le service postal (Bar†d) en vigueur sous la dynastie Ba|r†50. Ils servaient à relier la mer Rouge avec Le Caire, annonçant l’arrivée des bateaux indiens. Expédiés à Alexandrie, ils permettaient de synchroniser le mouvement des galères vénitiennes et celui des caravanes. C’est à ces |aÞÞ…n, à un service d’oiseaux messagers et aux marchands ³aw…Þ… eux-mêmes que les sultans confiaient la transmission de l’information. Par ailleurs, sur le terrain administratif, il ne semble pas que l’auteur du Maq¡ad al- Raf†‘ attribue une action substantielle à Barsbāy. On trouve déjà la même structure et les mêmes attributions dans des administrations antérieures, notamment en ce qui concerne le ³…¡¡ sultanien. Si l’on compare la description du D†w…n al-³…¡¡ faite dans le manuscrit de la BNF (environ 1430) et celle de la Zubda de ³al†l al-®…hir† (environ 1450), on constate un tableau semblable. Ce dernier insiste également sur la nature commerciale des revenus du D†w…n al-³…¡¡, notamment ceux qui proviennent des activités des Francs à Alexandrie. Al-®…hir† apporte cependant une nouvelle information, car d’après lui le D†w…n s’occupe de la gestion de certains contingents d’épices. Il fait réference au système de stocks d’épices sur lequel nous reviendrons au chapitre 4 mais qui fut mis en place à partir de 1449, sous le règne d’al-®…hir ßaqmaq51. Dans le Maq¡ad al- Raf†‘ tout comme dans la Zubda de ³al†l al-®…hir†, on relève deux nouveautés principales au sujet du rapport entre l’autorité sultanienne et les épices, mais qui se révèlent problématiques en ce qui concerne le développement bureaucratique. D’un côté, le Maq¡ad al- Raf†‘ apporte des informations relatives aux activités des marchands ³aw…Þ…, comme des formules de protocole pour s’adresser à eux dans les correspondances, en faisant allusion au marchand Ibn Muzalliq comme le plus remarquable entrepreneur dans son genre. Lapidus et d’autres chercheurs après lui ont souligné comme 48

al-Maq¡ad al- Raf†‘, f. 141b. Tripoli compte un Šadd al-Daw…w†n et un Šadd al-³…¡¡. Ibid., f. 151 A Damiette, l’administration semble avoir subi des changements pendant les règnes de FaraÞ Ibn Barq™q et de Barsb…y. Il y a dans la ville en certain nombre d’inspecteurs (nu©©…r), plus un fonctionnaire qui travaille pour le D†w…n al-³…¡¡ (W…l† al-‘Ašara) et qui prélève la taxe du 10% appliquée par le droit islamique aux marchands étrangers. Ibid., f. 142. 50 Ibid., f. 102 r-v. Il fallait une semaine pour faire parvenir les nouvelles depuis Damas jusqu’au Caire. 51 AL-ZƒHIR‡, Ýars al-d†n ³al†l Ibn Šah†n, Zoubdat kachf el-Mamâlik; tableau politique et administratif de l’Égypte, de la Syrie et du Hidjâz sous la domination des sultans mamloûks du XIII e au XV e siècle éd. Paul Ravaisse, Paris, 1894, pp. 39-41 et 107-109. voir ci-dessous, 4.4. 49

102

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

signe de leur «assimiliation à l’Etat en tant qu’agents» que les ³aw…Þ… jouissaient d’un statut officiel pour les secrétaires, mais il est significatif qu’ils n’apparaissent pas comme faisant partie des structures d’un D†w…n, mais plutôt comme des marchands librement associés au régime52. En ce qui concerne la question de ßedda, le nouveau port que le Caire a incorporé en mer Rouge, il ne paraît pas que le contrôle que Barsbāy cherche à imposer sur les trafics passe forcément par le développement du D†w…n al-³…¡¡. Le D†w…n, en effet, ne prit pas en charge la gestion des revenus des douanes de ßedda, une fois que cette ville fut incorporée au domaine sultanien, suite à la montée de la pression mamelouke à partir de novembre 1426. ßedda devint «la mère des ports», «le principal entrepôt pour les marchands et les épices»53. Grâce aux efforts du sultan Barsbāy, le port accueillit «des marchands de tous les pays», arrivés là «avec leurs bateaux dans les saisons où les vents sont favorables»54. On y détacha un N…©ir chargé de prélever la taxe du 10% sur les cargaisons des nefs yéménites et indiennes, mais la charge était en principe réservée aux militaires et le D†w…n al-³…¡¡ ne comptait pas d’agents sur place. Les revenus étaient affectés au trésor royal ou ³iz…na mais en contournant les structures administratives du D†w…n55. A cet égard, le Maq¡ad al- Raf†‘ se fait l’écho d’une autre question. Ces revenus, en principe absorbés par le sultanat mamelouk, furent progressivement partagés avec les élites de la Mecque, signe que les projets d’affermissement du pouvoir princier impliquaient des cessions nouvelles et inattendues56. Les revenus douaniers provenant du commerce interne de la mer Rouge ainsi qu’un tiers des taxes sur les exportations vers l’Inde furent renégociés en faveur des autorités mecquoises57. Fut-ce l’effet de la résistance des Šar†fs ou une concession à la politique locale? Cela reste question d’interprétation58. Les termes de ce rapport négocié entre le Caire et la Mecque varièrent constamment sous les Circassiens, ce qui a été remarqué, à juste titre, par R. T. Mortel59. Comme dans tout système de pouvoir, l’inclusion de nouveaux éléments finit par exiger de nouveaux appuis locaux et par augmenter la dépendance mutuelle entre les parties. Le fait que les nouvelles expérimentations du pouvoir ne soient pas reliées au D†w…n al-³…¡¡ devrait être interpreté 52

LAPIDUS, Muslim Cities in the Later Middle Ages, pp. 127-128. al-Maq¡ad al- Raf†‘, f. 98. 54 Allusion à la mousson et aux conditions de navigation en mer Rouge, ibid., f. 98. 55 Ibid., f. 154. 56 Pour la cession de ces revenus à partir de décembre 1428, dans le cadre d’une redéfinition des rapports avec les forces politiques locales, voir MORTEL, Taxation , et MELOY, Imperial Strategy. 57 al-Maq¡ad al- Raf†‘, f. 153-154. 58 MELOY, Imperial Strategy p. 16 (n. 80) et MORTEL, Taxation, p. 13. 59 MORTEL, Taxation, pp. 15-16. 53

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

103

comme un signe de rupture avec le passé et comme un trait caractéristique de la conception financière circassienne. Ainsi, quand le gouvernement mamelouk, à partir 1450, réussit à établir un régime négocié d’achats officiels d’épices avec les Européens, le D†w…n resta paradoxalement en marge. Les stocks d’épices sultaniennes étaient gérés, en Syrie, par des secrétaires affectés à d’autres départements; à Damas le N…©ir al-ßayš devint l’homme du sultan en matière d’épices, tandis que le D†w…n al-³…¡¡ ne semblait pas du tout disposer de représentants en province. Les sultans postérieurs à Barsbāy montrèrent peu d’intérêt à élargir les compétences de cette administration, et préférèrent confier leurs opérations à leurs propres réseaux de négociants. Le D†w…n, toujours associé aux ambitions sultaniennes depuis le début du XIVe siècle, fut littéralement mis de côté pendant quasiment un siècle. Sa présence sur le terrain restait, en effet, bornée à la seule Egypte. Parallèlement, les intérêts commerciaux des sultans furent progressivement gérés par des fonctionnaires et des marchands comme les ³aw…Þ…, les Wak†ls et les secrétaires des D†w…ns à Damas, toujours dans un cadre institutionnel de plus en plus ambigu et informel. On doit donc conclure que pendant la période 1438–1517, les ambitions de créer une administration plus complexe et performante ne furent guère poursuivies. On constatera dans les chapitres qui suivent que la volonté de financer le pouvoir sultanien avec l’argent du commerce demeura ferme, et que des formules complexes furent mises en place dans ce but. Celles-ci consistèrent rarement en des mesures bureaucratiques, et il est difficile de soutenir que l’administration inaugura des formes de contrôle direct de plus en plus sophistiquées à partir de cette date.

3. FORMES TRANSVERSALES DE CONTRÔLE DES MARCHÉS Si les diverses formes de monopole n’existèrent que quelques années, le développement de formes transversales de contrôle, concernant la sphère de l’économie monétaire et des échanges, se perpétua pendant plus d’un siècle. Cette action transversale prenait généralement la forme d’une association entre l’Etat et certains agents privés ou de grands marchands, et plus tard la forme de concession de privilèges aux guildes européennes de commerce. On pourrait toutefois objecter que, dans le cas des grands entrepreneurs qui devinrent, au cours du règne d’al-M™’ayyad Šay², des marchands sultaniens (³aw…Þ…), ils avaient été incorporés formellement aux structures administratives de l’Etat. Pourtant, quand l’Etat s’adressait à ces entrepreneurs, il le faisait par le biais d’une concession ou permission (mus…maha), procédure substan-

104

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

tiellement différente de la prétendue bureaucratisation que l’on attribue aux Etats modernes en expansion. Par conséquent, à quel modèle économique l’institution de la ³aw…Þikiyya se rattache-t-elle? Il ne convient pas de se laisser abuser par les typologies, mais il est certain que si d’un côté la ³aw…Þikiyya partage les traits spécifiques du commerce administré, de l’autre elle constitue un précédent des chartered companies. Bien entendu, la Casa de Contratación de Séville (1503) ou le régime de cartaz imposé par les Portugais dans le commerce des épices indiennes constituent des précédents de celles-ci, fondés sur des modèles méditerranéens. Jusqu’à présent on disposait d’un exemplaire de mus…maha accordée au marchand Ibn Muzalliq, et qui fut incluse par al-Qalqašand† dans son monumental traité sur l’administration de l’Etat Mamelouk60. Avec la découverte de nouveaux documents de ce type dans le d†w…n d’Ibn ›iÞÞah, la question des privilèges commerciaux prend de l’importance pour la compréhension du rapport entre le pouvoir mamelouk et les milieux financiers. En fait, la présence de ces chartes de privilège, et le fait que, à travers elles, un groupement de marchands bénéficie de la protection étatique dans ses activités, démontre que l’on est, chez les Mamelouks, en présence d’une organisation dotée d’une juridiction en matière de commerce. En milieu anglo-saxon, et dans la littérature économique en général, on qualifie ce genre de groupements comme de guildes (merchant guilds). D’autres auteurs préfèrent parler de “sortes de fonctionnaires”, organisés en guildes et qui forment des sortes de chambres de commerce61. En raison des positions adoptées dans les années 1970 par des chercheurs comme C. Cahen, qui défendaient l’absence de corps de métiers dans l’Islam médiéval, il est cependant problématique de parler ici de véritables corporations marchandes. En tout cas, la présence d’un groupement marchand privilégié sous le Circassiens –la ³aw…Þikiyya– dénonce à son tour l’existence d’un rapport articulé et flexible entre l’autorité politique et le milieu civil financier. Les ³aw…Þ… se substituèrent aux K…rim† pendant toute l’époque circassienne comme fournisseurs de numéraire pour les gouverneurs mais, cette fois, ils le faisaient en symbiose avec le régime du Caire, et non depuis des bases extérieures comme leurs prédécesseurs.

3.1. Les mus…ma|…t Le régime de concessions dut atteindre une certaine importance à l’époque de Barsbāy, car c’est dans la littérature de cette époque que les traités 60 61

AL-QALQAŠAND‡, øub| al-A‘sh… f† øin…‘…t al-Inš…’, XIII, p. 439. RODINSON: Préface, pp. 33-39.

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

105

de chancellerie commencent à s’occuper des mus…ma|…t de façon détaillée. Ce genre de procédé a rarement fait l’objet de l‘attention des chercheurs, plus intéressés par les monopoles et les autres mesures de courte durée prises par le sultan. D’après le Maq¡ad al- Raf†‘ de la BNF, l’administration octroyait des concessions pour la perception d’impôts, mais plus généralement elle vendait les mus…ma|…t en échange de l’exemption de telle ou telle autre taxe indirecte, in toto ou en partie. Il en allait de même pour certains villages, qui se voyaient, moyennant une certaine somme, exonérés entièrement du paiement de taxes entières. Les concessions faites aux marchands ³aw…Þ… méritent une mention spéciale: Pour obtenir ce statut, les marchands achetaient ces diplômes de concession, émanant de la chancellerie du Caire. Puisque tous les marchands ne disposaient pas d’un capital de même taille, il existait différent types de diplômes. Des trois types mentionnés dans le D†w…n al-Inš…’, les plus élevés comportaient un versement au trésor supérieur à 10.000 dinars, à titre d’exemption d’impôts sur les transactions de vente et achat. Si l’on tient compte du fait que les marchands musulmans étaient rarement frappés de plus de 3%, on peut saisir combien était énorme le volume d’affaires atteint par les négociants munis de ces chartes. Il semble que la stratégie du privilège fiscal en échange d’argent liquide n’était pas appliquée aux seuls marchands musulmans, mais de façon plus large. Il arrivait que les concessions soient attribuées à certains Européens en relation avec le régime. Un acte notarié vénitien de 1419 montre le marchand Manolis Piloti jouissant de l’un de ces privilèges62. Le Maq¡ad al- Raf†‘ reconnaît sans ambages que c’est par le procédé indirect des concessions que le sultan obtenait «le gros de son revenu» (a‘©am min al-amw…l al-¡ul¥…niyya)63. La question des mus…ma|…t met en évidence que le gouvernant pré-moderne devait compter sur le marchand-banquier s’il voulait avoir ses chances sur les marchés. C’était également le cas chez les Mamelouks. Le procédé, dont l’essor remonte à l’époque d’al-M™’ayyad Šay², avait atteint sous Barsbāy un caractère institutionnel, car c’est dans le Maq¡ad al- Raf†‘ que la ³aw…Þikiyya commence à être définitivement recconue par l’Etat en tant que fonction64.

62

ASV Cancelleria Inferiore, Notai, notaire Vettore de Bofantinus, B. 22, III, f. 2v, n.° 4. al-Maq¡ad al- Raf†‘, f. 293, «wa qad Þarrat al-‘…da fi-l-mus…mah…t al-…‘©am min al-‘amw…l al-sul¥…niyya innahu i÷… sumi|a bi-šay’ [...] bi-anna yusâmi| ful…n bi-l-Þihha al-ful…niyya aw ib¥…l al-muk™s bi-l-Þihha al-ful…niyya aw an yus…mi| bi-l-b…q† bi-l-Þihha al-ful…niyya aw an yus…mi| ahl b…|a aw q…ri… ful…niyya baladan aw ka÷… [...]». 64 Il faut remarquer que, dans le langage de la chancellerie, l’on utilisait le terme ³aw…Þikiyya pour désigner le collectif des marchands sultaniens, et sans doute pour en connoter le caractère institutionnel, ibid. 174r. 63

106

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

3.2. La ³aw…ºikiyya comme guilde marchande des Circassiens Comme nous l’avons vu, on a eu tendance à interpréter les rapports entre les marchands et l’autorité mamelouke en termes très hiérarchiques, comme la prétendue liberté dont jouissaient les K…rim† sous la dynastie Ba|r†, étant devenue assujettissement sous les Circassiens. Il s’agit d’un faux débat, ressemblant fort à la discussion sur l’essor et les fonctions socio-économiques des corporations européennes médiévales, notamment les guildes commerciales. Certains ont défendu l’idée que les guildes de commerce fonctionnaient comme des cartels tendant à défendre leurs propres droits juridictionnels, à restreindre la concurrence, avec comme conséquence le fléchissement de la croissance. D’autres ont accordé la priorité à leurs capacités de garantir la protection en terre étrangère, et de contraindre les pouvoirs à honorer les privilèges, avec l’effet de réduire les coûts de protection. Le débat s’est poursuivi pendant bien un demi-siècle; les recherches les plus récentes ont interprété ces mêmes rapports en termes de collusion, où le capital social des guildes aurait rendu service –en termes de médiation financière et de soutien fiscal– aux gouvernants pré-modernes. C’est dans cette optique qu’il convient de présenter les traits et les manifestations de la ³aw…Þikiyya comme guilde ou groupement marchand privilégié sous les Circassiens. Il n’existe pas de date précise marquant la naissance de la ³aw…Þikiyya. Il est tout aussi inutile d’associer la fonction à l’apparition du mot, puisqu’il s’agit d’une dénomination appartenant à un vocabulaire traditionnel du monde indo-persan, réinterprétée et reformulée. ³aw…Þ… exprime au XVe siècle une notion de prestige, signe d’une évolution des concepts désignant le négoce. Des allusions substantielles proviennent des années 1410, lors des premières expérimentations de l’administration d’al-M™’ayyad Šay² sur les marchés, quand furent délivrés les premiers diplômes de reconnaissance aux ³aw…Þ…. Nous avons reconstruit ailleurs une affaire, assez trouble, où un marchand ³aw…Þ… impose l’achat d’un stock d’épices aux Vénitiens; le caractère politique de l’opération, ainsi que la capacité du ³aw…Þ… à agir en dehors du marché y apparaissent clairement65. Sous Barsbāy, cependant, les ³aw…Þ… acquirent un profil plus net: ils sont associés à l’équipe d’administrateurs fiscaux déployés au ›iÞ…z après le coup de main mamelouk sur les Villes Saintes, et inclus à plein titre dans les manuels de l’administration. Pour ce motif, il ne nous paraît pas hasardeux de donner un bref aperçu diachronique pour clarifier les fonctions des ³aw…Þ… à partir de ce règne. 65 APELLÁNIZ RUIZ DE GALARRETA, «Banquiers, diplomates et pouvoir sultanien: une affaire d’épices sous les Mamelouks circassiens», Annales Islamologiques/Hawliyat Islamiyah, 38 (2004), pp. 285-304.

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

107

Pour les premières décennies du siècle, il existe une certaine confusion: les premiers ³aw…Þ… sont tantôt désignés comme des K…rim†, tantôt cités sans aucun titre; en effet les auteurs de l’époque circassienne ne semblent pas tous se rendre compte de la signification du titre. Tandis que les sources directement concernées, comme les correspondances marchandes vénitiennes ou les chroniques de la Mecque s’aperçoivent vite de la nouvelle acception du terme, les sources écrites par les ‘ulam…’ du Caire, et qui donnent une image traditionnelle de la politique mamelouke, se montrent moins explicites. Pour Ibn TaÐr†bird†, fils d’un important émir mamelouk, les ³aw…Þ… continueront à être exclusivement les importateurs d’esclaves militaires. Au contraire, la littérature de la phériphérie commerciale de l’Empire, depuis 1450, présente sans hésitation les ³aw…Þ… comme médiateurs commerciaux sous patronage circassien66. De nombreuses allusions illustrent ce rapport direct avec l’appareil de l’Etat. A partir des années 1440, les ³aw…Þ… participaient à la négociation de traités diplomatiques, où ils sont mentionnés par les Vénitiens à côté des «seigneurs émirs, officiers et juges»67. En 1489, un marchand ²aw…Þ… fut envoyé à Florence pour signer un traité de commerce avec la Signoria68. Ils étaient, au Levant, les interlocuteurs des diplomates européens, notamment pour les questions financières69. Cette participation des ³aw…Þ… à la diplomatie semble être un élément de continuité, car ils gardèrent ce rôle jusqu’à la fin du sultanat: en 1512, un légat vénitien, envoyé auprès du sultan, passa tout d’aborddes entretiens avec le N…©ir al-³…¡¡, “qui perçoit les revenus du Soudan”, et ensuite avec “quatre maures dont l’un, nommé Goza (³aw…Þ…) était un grand négociant qui faisait le commerce pour le compte du Soudan”70. Sur le plan économique, les ³aw…Þ… faisaient également partie des structures administratives des douanes, où ils disposaient d’un personnel

66 Darrag, Ashtor, Fischel, et plus récemment al-Ašqar ont répandu l’erreur selon laquelle des marchands K…rim† continuèrent à exister à l’époque circassienne. Le fait que, dans certaines chroniques, les grands marchands d’épices et, en particulier, les ³aw…Þ…, continuent à recevoir la dénomination générique et traditionnelle de K…rim†, parfois en date très tardive, a poussé certains chercheurs à accepter de façon peu critique l’idée que le groupement a continué à exister. Dans l’ouvrage d’AL-AŠQAR, TuÞÞ…r al-¥aw…bil f† mi¡r f† al-‘a¡r al-maml™k†, cette prise de position compromet sérieusement la validité conceptuelle du travail. 67 «[...] ma che de tute cosse lor possino comprar da chi li piaxera senza impaxo alcun, ne debia esser astreti tuor per forza cosa alcuna de la casena (²iz…na) del soldan, ne de li signori armiraij, officiali, balij, cadi, mercadanti del soldan, ne de criatura niuna al mondo, e chel sia lasade le merchadantie soe in so libertà, che lor le possino meter in magazen», Diplomatarium veneto-levantinum, II, p. 376, traité de 1449. 68 WANSBROUGH, JOHN: «A Mamluk Commercial Treaty Concluded with the Republic of Florence, 894/1489», dans Documents from Islamic Chanceries, édité par S. M. Stern. Oxford: Bruno Cassirer, 1965. 69 Le consul vénitien Hieronimo Tiepolo, à peine arrivé au Levant en 1498, maintint un entretien avec un marchand ³aw…Þ…, SANUDO, Diarii, II, 165. 70 THENAUD, JEAN, Le voyage d’Outremer (Égypte, Mont Sinay, Palestine) suivi de la relation de l’ambassade de Domenico Trevisan auprès du Soudan d’Égypte 1512 , éd. Charles Schefer, Paris, 1884.

108

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

attaché à leur fonction71. En tant que fonctionnaire, le ³aw…Þ… pouvait être remplacé en charge par un autre, voire «renvoyé (it. licenziati)72. Certains ³aw…Þ… occupaient ainsi la charge à plusieurs reprises73. En plus de contrôler l’attribution d’épices sultaniennes, ils avaient la prérogative d’intervenir sur les marchés, et de bloquer certaines transactions pour en favoriser d’autres74. Dans ses rapports formels avec l’autorité, la ³aw…Þikiyya garantissait la priorité aux transactions sultaniennes; en fragmentant les marchés, le groupement servait à sauvegarder le rôle de l’autorité comme source de juridiction économique, plutôt qu’à favoriser une plus grande concurrence. C’était pouquoi il était normal que les négociants dussent demander des permissions aux ³aw…Þ… pour effectuer certaines opérations, où qu’ils vissent certains prix bloqués par ces derniers75. On pourrait objecter que le ³aw…Þ… n’était autre chose qu’un fermier d’impôts, qui avançait des sommes au gouvernement en achetant une concession pour après se faire payer en collectant certains impôts sur les épices. Il ne semble pas, cependant, que le prix de la mus…ma|a couvre la totalité des intérêts financiers que les deux partenaires ont en commun. Certes, ces chartes impliquent une exemption fiscale en raison des activités privées du bénéficiaire. Cependant, à notre avis ce n’est qu’un fait sécondaire, la mus…ma|a étant une condition sine qua non pour devenir partenaire sultanien en matière de négociation avec les Européens et du contrôle des marchés locaux. Nous verrons également les ³aw…Þ… s’occuper de l’importation de métaux et d’esclaves, ainsi que de la gestion de travaux publics. Bien que les informations dont nous disposons sur les attributions normatives de la charge et sur les modalités concrètes de ce rapport de partenariat soient assez limitées, ce sont les capacités du ³aw…Þ… en tant qui marchand qui sont indispensables pour le gouvernant. Mais il serait inexact de restreindre la ³aw…Þikiyya à une manifestation bureaucratique du pouvoir. Le ³aw…Þ… est, avant tout, un marchand privé qui jouit de la faveur du sultan et qui, par conséquent, revêt un statut

71 ASV, Cinque Savi alla Mercanzia, serie I, Busta 868, Tariffa d’Alexandrie (c. 1500), f. 45b: Le ³aw…Þ… dispose d’un Muqaddam. 72 Mars 1503, SANUDO, Diarii, V, 34. 73 C’est le cas d’Ibn Mulq†, qui remplace un autre ³aw…Þ… à Alexandrie en mai 1499, (el qual altre volte fo choza), ibid., II, 758. Les marchands vénitiens de Syrie parlent, par exemple, d’un ex-³aw…Þ…, préposé à un marché (coza vechio de bazaro), ASV, Miscellanea Gregolin, Microfilm n.° 9, lettre datée 5/7/1485, de Domenico, chapelain d’Alep a Ambrosio Maripetro de Damas. 74 Voir, par exemple, les instructions des autorités vénitiennes à l’ambassadeur Alvise Segundino; on y fait mention d’une occasion où les ³aw…Þ… d’Alexandrie ont bloqué les acheteurs arabes pour obliger les Vénitiens à vendre moins cher, SANUDO, Diarii, VI, 200 et ss. (an 1503). 75 SANUDO, Diarii, VII, 220-224, traité de 1507, chapitres 11-12.

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

109

hétéronome76. Qu’entendons-nous par là? Une source littéraire narre comment un ³aw…Þ… syrien ruiné recouvre les grâces du sultan par la médiation de ses collègues du Caire. Il voit ses anciens créanciers renoncer immédiatement à exiger le remboursement de ses dettes, mais aussi, les juges et d’autres administrateurs de Damas, dans l’espoir de se maintenir en charge, lui versent des pots-de-vin afin qu’il intercède auprès du sultan en leur faveur77. Les fortunes amassées par les ³aw…Þ…, perçues comme fruit du patronage, sont souvent revendiquées par le souverain. Mais il ne faut pas voir là une absence de séparation entre les biens du marchand et le patrimoine du sultan: de nombreux indices montrent que les ³aw…Þ… gardent une double comptabilité. Ainsi, Ibn M™s…, ³aw…Þ… du sultan Q…ytb…y et son interlocuteur (mutakallim) en matière d’épices, mourut en laissant une fortune en espèces et en denrées, mais aussi une importante dette auprès du sultan de 30.000 Dinars. On dût procéder à la vente de ses biens, dont une partie fut léguée au sultan et une autre à ses héritiers78. C’est en raison de ce statut ambigu et du rapport informel avec le sultan que le ³aw…Þ… risquait d’accumuler des dettes, ce qui pouvait, le cas échéant, entraîner la perte de la charge ou la prison. L’absence de frontière précise entre négoce privé et négoce sultanien se retourna en 1498 contre le ³aw…Þ… d’Alexandrie, suite à un boycott ourdi contre lui par les marchands arabes de cette place. En faisant stagner les marchés lors de l’arrivée des galères, ils réussirent à ruiner la saison de nombre d’Européens. En agissant ainsi, les marchands locaux cherchaient à faire en sorte que les Francs refusent d’acquérir les épices officielles contrôlées par le ³aw…Þ… et qu’il avait “l’obligation” de placer79. Lors des changements violents de régime, le ³aw…Þ… pou76 De nombreuses allusions aux affaires privées des ³aw…Þ… syriens figurent dans la «Miscellanea Gregolin» des Archives d’Etat de Venise, une collection vénitienne de lettres marchandes (dans un très mauvais état de conservation): ASV, Miscellanea Gregolin, Microfilm n.° 9, 9/6/1482, lettre de Domenico qd. Martino de Venise à N. Malipiero qd. Francesco de Tripoli (un ³aw…Þ… trafiquant en coton), ibid., ?/11/1484, lettre du Chapelain Domenico d’Alep à Ambrogio Malipiero de Tripoli, sur des achats de tapis à travers un certain ³aw…Þ… Ya‘q™b, ibid., 13?/12/1484 (mêmes correspondants), on y traite des affaires des ³aw…Þ… en soie et en sucre, 18/8/1485?, du Chapelain d’Alep à Dario Malipiero de Tripoli, qui a emprunté de l’argent à un ³aw…Þ…. Le prêtre fait des compliments à son correspondant pour le bon taux d’intérêt qu’il a réussi à obtenir. 77 C’est l’histoire du ³aw…Þ… ‘Al† Ibn al-Warr…q, qui se trouve dans le Roman de Baybars. Je n’ai pu utiliser qu’une édition espagnole très fautive, La Infancia de Baybars / traducido del árabe al francés y anotado en este idioma por Georges Bohas y Jean-Patrick Guillaume; traducido del francés al español y anotado por Ma. Jesús Díaz Orueta, Madrid, 2003, pp. 43-78. 78 AL-ßAWHAR‡, Inb…’ al-Ha¡r bi-Anb…’ al-‘A¡r, p. 478. 79 ASV Miscellanea Gregolin, Microfilm n.° 9, 5/10/1498, «... i marchadanti mori per ruinar il borgomani, desiderando che le galie tornasse vode, azo el non podesse atender ale obligation del piper del Dachieri (åa²†ra)...». Ce ³aw…Þ… est appelé dans les sources européennes Borgomani. Pour cette affaire, voir NALLINO, MARIA, L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay all’avvento di Qansuh al-Guri (1496-1501) nei «Diarii» di Marin Sanudo, «Accademia dei Lincei-Rendiconti Morali», Serie VIII-Vol. XX (1965), p. 437, et aussi SANUDO, Diarii, II, 758 et III, 739.

110

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

vait subir des représailles à cause de ses liens avec le gouvernement précédent: Ibn Iy…s narre la chute d’Ibn Mulq† pour ce motif, et dans les registres du consulat génois nous trouvons l’acquisition des biens du ³aw…Þ…, vendus aux enchères ex precepto soldani80. La volonté d’associer les activités de ces grands négociants à la finance sultanienne, qui était un fait accompli dès les années 1420, conduisit à une situation où la richesse privée de ces individus revêtait les traits et les manifestations du pouvoir sultanien. Quand le ³aw…Þ… des épices Ibn Kurs™n mourut, un débat éclata entre les autorités à propos de son héritage. Le N…©ir al-³…¡¡ soutenait, en effet, que les richesses incluaient certaines taxes levées par le défunt, et qui pour autant appartenaient au D†w…n du Sultan81. Le ³aw…Þ… Ibn Muzalliq, emprisonné par le sultan ßaqmaq en raison de ses fidélités politiques, fut confronté à l’exigence de verser 30.000 Dinars au D†w…n al-³…¡¡ et 10.000 au sultan. L’argument utilisé par la famille pour obtenir sa libération et pour éviter de s’acquitter de ce versement était que sa fortune ne provenait pas de ses activités dans l’administration82.

3.3. Le profil du marchand ³aw…º… Le règne de Barsbāy vit la consolidation définitive du négoce circassien, et le rôle de ces premiers entrepreneurs, plus ou moins parvenus, commença à être joué par des individus davantage capables de perpétuer leur influence à travers leurs propres lignages. En dépit de l’importance attribuée à des actions comme la conquête de Chypre, l’annexion des ports de la mer Rouge, l’arrivée des Indiens et des Chinois sur les côtes mameloukes, ou encore les tentatives pour monopoliser les épices, la période fut marquée par des changements au niveau social, comme la consolidation définitive d’un nouveau groupement marchand véritablement «circassien». Au début du siècle, le régime semble avoir coopéré avec un cercle assez restreint de marchands, qui l’ont fait bénéficier de leurs compétences: le profil, comme nous l’avons vu, est celui du médiateur, connaisseur de la mer Rouge où arrivent les épices, sans négliger les réseaux et les contacts politiques pour distribuer celles-ci en territoire mamelouk. C’est, en fait, le profil des marchands dont nous nous sommes occupé au chapitre précédent, les ³aw…Þ… Ibn Muzalliq, Ibr…h†m, Šay² ‘Al† ou Fa²r al-d†n al-Tawr†z†. Avec l’affermissement du régime circas-

80 IBN IYƒS, Mu|ammad Ibn A|mad, Bad…’i‘ al-zuh™r fi waq…’i‘ al-duh™r éd. Mu|ammad Mus¥af…, Le Caire, 1960, IV, p. 42, Rabi’ II 908H. ASG, ar. segreto 2774 C, Massaria (1500-1502), f. 40v. 81 AL-ßAWHAR‡, Inb…’ al-Ha¡r bi-Anb…’ al-‘A¡r, p. 313. 82 AL-ßAWHAR‡, Nuzhat al-nuf™s wa-al-abd…n fi taw…r†² al-Zam…n, IV, pp. 141-142.

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

111

sien, le profil se transforme, et l’on commence à trouver une continuité dans l’exercice du négoce. La famille al-Tawr†z†, mêlée à des aventures commerciales au début du siècle, réussit à placer l’un des fils, Fa²r al-d†n, dans le négoce et l’administration circassienne. Il joua un rôle très actif dans l’établissement du contrôle fiscal de Barsbāy en mer Rouge et se maintint pendant une trentaine d’années83. Toujours à cheval entre le négoce privé et la finance sultanienne, il tomba en disgrâce quand le sultan lui imposa de payer 100.000 dinars, ce qui impressionna les contemporains. Ce fait, souvent cité, nous intéresse moins que l’information rapportée par al-Sa²…w†, d’après laquelle un jeune marchand de son entourage, Šar†f ›asan, devint l’un des marchands les plus en vue à Alexandrie. Le ³aw…Þ… Šar†f ›asan finit dans les années 1440 et 1450 par se mêler au négoce méditerranéen, et, bien placé dans le régime, il réalisait des investissements pour le compte du N…©ir al-³…¡¡ du Caire. Ces variations générationnelles, en dehors de la structure familiale, ne sont pas toujours facilement repérables84. Bon nombre d’allusions contenues dans les sources présentent la charge comme temporaire, et le remplacement d’un ³aw…Þ… par un autre appuie l’idée que la fonction jouissait d’une juridiction effective. En l’absence de toute notion de primogéniture, et en raison d’autres particularités du droit islamique, comme la distinction nette des parents agnats et cognats, il n’est guère question d’un caractère héréditaire pour cette fonction. Il n’en est pas moins vrai que les fils de ³aw…Þ… et les administrateurs civils issus des familles marchandes faisaient peser leur influence en matière commerciale. En fait, la présence de lignages de ³aw…Þ… de cette époque, la recurrence de certains noms dès les années 1430 semblent suggérer que c’est à partir de ce règne que l’on peut parler d’un rapport mieux articulé entre les Circassiens et certaines familles de marchands, notamment syriennes. Cela paraît être le cas pour le ³aw…Þ… A|mad Ibn D™l…ma (m.853H) grand marchand qui exerçait son patronage artistique à Damas, et dont un descendant, Zayn al-d†n ‘Abd al-Ra|m…n Ibn D™l…ma, était actif dans les années 1470-1480 et se consacra aux affaires (il est aussi ³aw…Þ…) et à l’administration85. On ne doit pas s’étonner si ces grandes familles, en plus des mariages des fils marchands facilement identifiables,

83 En 1426 le bureau du ³aw…Þ… Fa²r al-d†n al-Tawr†z† contrôlait les taxes prélevées par le sultan Barsb…y sur les bateaux indiens à ßedda. IBN FAHD, It|…f al-War…, 829H, p. 633. 84 Pour ses rapports d’affaires avec le ³aw…Þ… al-Tawr†z†, voir AL-SA³AW‡, al-þaw al-l…mi‘ li ahl al-qarn al-T…si‘, III, 518. Pour ses activités sous le sultan ßaqmaq et ce genre d’investissements pour le compte du N…©ir al-³…¡¡, voir plus loin, chapitre 4. 85 Pour le père, voir al-‘Almaw† et al-Nu‘aym†, Description of Damas, traduit par Henri Sauvaire, 1894, pp. 260-262 et IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 96. Pour le ³aw…Þ… Zayn al-d†n A|mad Ibn D™l…ma, voir IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, 251. Il est nommé N…©ir al-ßaw…l† en 885H.

112

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

menaient des stratégies familiales avec leurs filles, que souvent les sources ne mentionnent pas. Al-Bu¡raw† nous apprend, en fait, qu’un grand q…ÿ† de Damas de la fin du siècle était né de la fille d’Ibn D™l…ma86. Zayn al-d†n Ibn ‘Abd al-øamad, qui appartenait à un réseau de grands marchands persans actifs en mer Rouge au cours des années 1430, comme le ³aw…Þ… circassien Šay² ‘Al†, perpétua son influence financière à travers son fils, Naf†s ßam…l al-d†n, l’un des notables de la ³aw…Þikiyya à Alep vers la moitié du siècle, et aussi mécène des arts87. Par ailleurs, des membres de la famille al-Ma|™z†, dont le fondateur avait soutenu l’ascension du sultan al-M™’ayyad Šay² depuis Damas, restèrent dans les milieux des ³aw…Þ… jusqu’au seizième siècle88. Quand on parle de la consolidation définitive d’un nouveau milieux dans le négoce, il faut tenir compte des particularités de la perpétuation sociale dans les sociétés islamiques. Comme il ne pouvait pas être autrement dans une société où les individus jouissent d’égalité de statut, le titre n’était pas transmissible et le titulaire devait tenter sa chance dans l’arène sociale pour le “transmettre” à ses fils et perpétuer la position de la famille. En raison de l’influence de son père, le fils d’un ³aw…Þ… avait toutes les chances d’accéder à la charge, mais en tous cas les autres fils marchands étaient perçus comme des négociants bénéficiant eux-mêmes du patronage sultanien. Les cas de certains groupements familiaux, comme les Ban™ al-Q…rr† ou les Ban™ Muzalliq, qui comptaient un ou plusieurs ³aw…Þ… parmi leurs membres, montrent bien cette circonstance. Bien que, en raison des aspects non héréditaires de la charge, l’on ne puisse pas parler d’un caractère corporatif pour le groupement, ces familles de ³aw…Þ… et d’autres grands marchands d’épices étaient perçus comme un milieu homogène. Le profil institutionnel des ³aw…Þ… demeure cependant fort informel, car c’était précisément en vertu de cette stratégie transversale d’action économique qu’ils jouissaient de la reconnaissance du pouvoir. Souvent, les auteurs arabes reprochent aux ³aw…Þ… leur connivence avec l’Etat. Ainsi, d’Ibn T™l™n pour Mu|ammad al-Nayrab†, qui fit sortir un condamné de la prison, en usant de son influence sur l’Etat (dawla)89. Quand N™r al-d†n øadaqa mourut en 862H. les textes font allusion à sa grande fortune ainsi qu’à son pouvoir; fils 86

AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 185. Zayn al-d†n Ibn ‘Abd al-øamad, IBN FAHD, It|…f al-War…, p. 641, an 830H. Pour Naf†s al-d†n ab™l-Ma|…sin Ibn al-Zayn† Ibn ‘Abd al-øamad (m. 850H), voir AL-¦ABBƒ³, I‘l…m al-nubal…’ bi-t…r†² |alab al-šahb…’, V, p. 250. 88 En effet, nous trouvons un ³aw…Þ… Šams al-d†n Mu|ammad Ibn al-Ma|™z† en 918H, IBN AL›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, p. 234. Pour une époque plus tardive, on pourrait également citer le cas du ³aw…Þ… Šams al- d†n Ibn al-Ÿaf† (m. 893H) et du ³aw…Þ… Šhih…b al- d†n A|mad Ibn al-Ÿaf† (m. 897H), qui étaient probablement des frères, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, pp. 312 et 342. 89 Zayn al-d†n ‘Umar Ibn Mu|ammad al-Nayrab†, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, 6. 87

CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE...

113

d’un important ²aw…Þ… contemporain de la montée circassienne, son père avait forgé sa carrière en voyageant à travers l’Océan indien90. D’un autre marchand, connu pour être le fils d’un ²aw…Þ…, on affirme qu’ «il avait une position parmi les notables de l’Etat»91. Pour atteindre cette position, Ibn al³aw…Þ… Q…sim bénéficia de la faveur directe du sultan al-®…hir ßaqmaq. Le parcours de ce marchand semble représentatif de ces milieux financiers qui prenaient forme sous les Circassiens, car le sultan ßaqmaq, encore jeune mamelouk, avait été acheté par un ami de la famille. Une fois établi sur le trône sultanien, ßaqmaq accorda au marchand la gestion d’un impôt sur l’huile, à Alep, ainsi que d’autres taxes indirectes (ma©…lim). Notre personnage en profita pour épouser la fille d’un émir local, et la famille pour bénéficier de sa fortune. La perpétuation du patrimoine eut lieu à travers la transformation de ses biens fonciers et de ses magasins en biens de mainmorte (awq…f). Déjà dès les années 1420-1430, la figure du parvenu qui bâtit sa fortune grâce à un statut ambigu et à des privilèges politiques devint monnaie courante. Marchand du sultan sous Barsbāy, ‘Abd al-Q…dir al-BaÐd…d† al-H…rim† obtint une concession spéciale (mus…ma|a ²…¡¡a), ce qui lui permit d’amasser un patrimoine et de marier sa sœur à un grand Q…ÿ†. D’après al-Tabb…² le magistrat devint riche à son tour, et le même auteur ajoute, avec un ton de reproche, que les demeures du juge et du marchand étaient l’une en face de l’autre92. D’autres fois les expressions utilisées montrent la proximité des marchands de telle ou telle instance du pouvoir, comme dans le cas d’un marchand d’Alep très proche de la magistrature Hanafite93. La prolifération des mentions de ³aw…Þ… dans les sources écrites sous Barsbāy, mais aussi de leurs descendants -³aw…Þ… ou non- appartenant au milieu, et d’autres négociants de ce secteur stratégique montre la consolidation, dès cette époque, de ce qui constitua une véritable figure sociale sous les Circassiens. Pourtant, il fallut attendre les années 1450 pour qu’un auteur arabe, Ibn al-Him¡†, se permette d’inclure systématiquement les obituaires des ³aw…Þ… parmi ceux des autres notables. A travers les mentions des ³aw…Þ…, il est possile de suivre la filière d’un milieu marchand originel, qui traverse l’époque circassienne. Quant à savoir si ces lignages réussirent à long terme à favoriser les intérêts du sultanat et de ses finances, c’est là une autre question, sur laquelle nous reviendrons au cours des derniers chapitres. Ainsi, au lieu du prétendu développement des formes bureaucratiques, l’autorité mamelouke semblait suivre une stratégie transversale dans 90 N™r al-d†n ‘Al† Ibn al-³aw…Þ… Šams al-d†n Mu|ammad Ibn øadaqa, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ alZam…n, I, 141. Son père est probablement le marchand appelé øadaqa Ašraf†, dont plus haut, chapitre 2. 91 AL-¦ABBƒ³, I‘l…m al-nubal…’ bi-t…r†² |alab al-šahb…’, V, p. 395. 92 Ibid., vol. V, p. 340. 93 Qutb al-d†n al ›alab†, AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 163.

114

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

son approche du commerce extérieur. Bien que, pendant de brefs intervalles, le gouvernement de Barsbāy ait songé à imposer des monopoles sur certains trafics, le privilège et la concession l’emportèrent sur de véritables formes organiques de développement étatique. Cette conception permet de comprendre la concession, durant ces années, de vastes privilèges aux nations étrangères, comme les Catalans et les Florentins. A l’époque de Barsbāy cette stratégie indirecte commença à articuler les rapports entre le pouvoir et la sphère de l’économie monétaire, et, à la différence des monopoles, la vente de juridiction, les marchands d’Etat et l’improvisation administrative persistèrent. Par conséquent, nous ne devons pas surestimer l’importance d’initiatives comme la mise en place du monopole de 1432-1436. Même lors d’un règne aux allures autocratiques comme celui de Barsbāy, on découvre que dans une large mesure la cession de pouvoir et la négociation entre l’autorité militaire et les agents économiques eurent le dessus sur les procédés bureaucratiques.

CHAPITRE 4 VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

1. INTRODUCTION Dans les chapitres précédents, nous avons essayé d’esquisser l’histoire de l’avènement au pouvoir des sultans de la dynastie circassienne, en accordant une attention particulière à la problématique financière liée à leur installation. Le régime du sultan Barq™q (1382-1399) apparaît comme un temps de bouleversements politiques, mais sans contrepartie sur le plan financier. L’absence d’une politique volontaire à l’égard du grand commerce prolongea, à cette époque, l’influence des grands marchands K…rim†, groupement jusqu’alors dominant dans le commerce des épices. Il est difficile de savoir dans quelle mesure cette persistance du groupement K…rim† compromit les desseins du régime, mais il est certain que sous le règne de Barq™q et celui de son fils FaraÞ (1399-1412), le gouvernement dut encore avoir recours aux K…rim† en matière de crédit. Cette dépendance financière des sultans auprès de ces marchands-banquiers fut particulièrement mise en évidence à l’heure des campagnes militaires. Au cours des années 1410, en raison de l’attention portée par le pouvoir aux capitaux commerciaux, il fut de plus en plus difficile de dissocier les activités de certains financiers des actions du gouvernement. Ceci devint patent à la mort d’al-M™’ayyad Šay², lors des pourparlers entamés entre Venise et le Caire en 1421-1422. L’une des questions principales, en effet, était l’intervention d’Ibn Muzalliq sur les marchés syriens1. En cette époque où naissait un milieu financier proprement circassien, une voie de financement au caractère spontané, irrégulier, fut bâtie sur des exactions ad personam, en attribuant à tel ou tel autre marchand des lots d’épices sultaniennes. De telles pratiques reflétaient la volonté ferme du sultan al-M™’ayyad Šay² de se pourvoir d’une ressource attachée à la finance internationale, une ressource qui ne passait ni par les filtres bureaucratiques de l’Etat, ni par l’intermédiaire de 1

Diplomatarium veneto-levantinum, p. 176.

116

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

l’aristocratie militaire des grands émirs. La prédominance des K…rim† céda progressivement la place à un nouveau ensemble de négociants, des hommes forts du commerce extérieur, soutenus par le pouvoir politique. Les exactions individuelles dérivèrent par la suite vers la tendance à la monopolisation de certains trafics par le sultan Barsb…y (1422-1438), notamment ceux du poivre en direction de l’Europe et celui des métaux vers les marchés indiens. Barsbāy alimentait son action politique avec les ressources du commerce extérieur, politique complexe dont le monopole n’était qu’une des formules. Barsbāy donna le coup de grâce au groupement marchand K…rim†, sur une scène désormais dominée par l’alliance entre les sultans et le milieu élitaire des négociants communément dénommés ³aw…Þ…. Dans la deuxième moitié du siècle le recours aux épices fut toujours présent dans la politique des sultans. Pourtant, les règles du jeu furent profondément altérées par le pouvoir politique, car à partir de 1450 les sultans et leurs partenaires vénitiens adoptèrent une formule de compromis: l’achat obligatoire de stocks d’épices comme condition sine qua non pour un accès ultérieur des marchands au « libre » marché. Pour cela, les sultans bouclèrent un montage financier très précis avec la Seigneurie de Venise, placèrent des délégués en province pour gérer ces échanges, sans dédaigner le soutien fourni par les ³aw…Þ… et d’autres financiers qui leur étaient fidèles. Ces stocks sultaniens n’étaient pourtant pas attribués à un organisme gouvernemental vénitien, mais à une sorte de guilde du commerce levantin regroupant les marchands d’outre-mer, appelée Cottimo. Le Cottimo avait jusqu’alors existé en tant que mécanisme d’assurance collective et comme fonds d’amortissement des frais communs. Pour maintenir ces prestations d’assistance, les marchands payaient une taxe sur leurs affaires, qui avait donné son nom à l’association. Quand les Mamelouks commencèrent à placer leurs stocks à travers les groupements marchands, le Cottimo vénitien et d’autres institutions analogues se placèrent alors au centre de la scène, prenant désormais une importance croissante, puisque le système de stocks d’épices fut maintenu presque jusqu’à la fin de la dynastie. L’amortissement des stocks mamelouks impliquait des opérations financières compliquées: à cause des délais et des paiements à terme, les attributions financières du Cottimo devinrent toujours plus complexes, embrassant bientôt d’autres domaines du marché du crédit. En raison de la faible séparation entre institutions économiques et politiques, les rapports entre les deux Etats commencèrent à tourner autour des complexes questions financières liées au Cottimo. Dans l’étude de la mise en place du système de stocks par l’administration d’al-®…hir ßaqmaq, un élément fait son apparition avec une certaine récurrence. Les politiques des nations concernées par les épices semblent

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

117

avoir un trait commun, à savoir qu’elles tendaient à exercer un contrôle, disons transversal, sur les guildes de commerce et les institutions économiques, afin de modeler les marchés et imposer leurs priorités politiques. Pour façonner politiquement le marché des épices, les actions de contrôle entreprises à partir 1450 visèrent à détourner une partie de l’investissement privé pour en faire bénéficier certains objectifs politiques, tant à Venise qu’au Caire. Les Mamelouks avaient eu recours jusqu’alors à la vente de juridiction économique, à travers les mus…mah…t, et à l’octroi de privilèges à des marchands qui étaient partagés entre la poursuite de leurs intérêts privés et l’exécution des opérations sultaniennes. Dans le cas des nations franques comme Gênes et Venise, ces stratégies de contrôle politique s’exprimaient à travers l’institution consulaire, ayant juridiction sur les guildes du commerce extérieur et leurs fonds d’amortissement. Barcelone semble être un cas exceptionnel parce que, bien qu’il s’agisse toujours d’un contrôle métropolitain ce sont les conseilleurs municipaux qui ont la prérrogative de nommer les consuls outre-mer, et non le roi aragonais2. Une fois que les stocks furent mis en place, l’envergure financière du Cottimo vénitien s’accrut progressivement. Celui-ci devint une formidable institution méditerranéenne de commerce, qui amassait de plus en plus de fonds afin d’acquérir les stocks du gouvernement mamelouk. Le consulat servait donc à assurer le contrôle métropolitain sur les marchands et sur leurs investissements, puisqu’en tête de cette communauté marchande se trouvait le consul, nommé par les conseils politiques de la métropole. Dans les pages qui suivent nous présenterons les traits généraux du système des stocks, l’engrenage politique par lequel les marchands vénitiens, avec la connivence de leurs propres autorités, étaient obligés de détourner une partie de leurs avoirs vers le trésor sultanien. Notre but est d’illustrer une phase de la formation d’un Etat méditerranéen, à travers des pratiques significatives du pouvoir, des pratiques qui –comme les stocks– devinrent une coutume et acquirent, avec le temps, une apparence de tradition et de légitimité. Le système, qui tâchait de mettre fin à plusieurs décennies d’incertitude et de conflits, était basé sur des formules très complexes. Il n’est pas certain, comme on le verra, qu’il ait été conçu comme la plupart des traités de commerce ou comme une simple projection des exigences sultaniennes; il semble plutôt être le fruit de la recherche de solutions financières par les secrétaires des bureaux fiscaux. Pour étayer cette hypothèse, nous tenterons de voir quels étaient les intérêts de certains administrateurs mamelouks dans le commerce méditerranéen, dont le réseau du N…©ir al-³…¡¡ ßam…l al-d†n Y™suf et de plusieurs des ³aw…Þ… d’al-®…hir ßaqmaq. 2

COULON, Barcelone et le grand commerce, pp. 130 et ss.

118

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Nos conclusions accuseront de fortes divergences par rapport à la ligne suivie par l’historiographie néo-institutionnelle, qui tend à voir la guilde marchande médiévale comme la seule institution capable de réduire les coûts de transaction, afin de soutenir un commerce efficace. Dans notre cas –et, en termes d’histoire méditerranéenne, nous ne croyons pas qu’il constitue une exception– le maintien du Cottimo ou guilde marchande vénitienne finit par pousser le commerce en dessous du seuil de l’efficacité.

2. LA MISE EN PLACE DU SYSTÈME DES STOCKS EN 1449-1450 Les années qui précédent la mise en place du système de stocks peuvent être reconstruites à travers une quantité substantielle de documents en provenance des archives vénitiennes. Ceux-ci laissent transparaître la volonté politique du pouvoir du Caire de disposer de revenus en comptant sur l’intervention dans le commerce extérieur. Depuis l’avènement du sultan ßaqmaq (1438) on affrontait une situation troublée où les actions du pouvoir étaient souvent en contradiction avec le discours émanant des institutions mameloukes. Les exactions contre la communauté provoquaient de constantes menaces vénitiennes de boycott, la situation aboutissant à un traité, celui de 1442, au sujet duquel le chercheur ne tirera pas de conclusions certaines, du moins en ce qui concerne les stocks3. Le traité de 1442 –tel qu’il nous est parvenu– fait appel à un esprit d’entente, invoquant la fin de l’intervention du Caire et l’abandon de toute pratique violente contre les marchands privés. Pourtant, la situation de conflictualité se poursuivit jusqu’en 1449, en contradiction ouverte avec l’esprit de l’accord. Le document de 1442 reprenait des éléments traditionnels, comme la requête des Francs de ne pas relever de la justice religieuse, mais des tribunaux civils ou militaires4. Les Vénitiens essayaient par ailleurs d’en finir avec d’autres pratiques enracinées, comme le fait que l’on spéculait sur les taxes à payer aux douanes. Plutôt que des impôts étatiques sur des opérations accomplies, ces taxes étaient perçues comme des droits de juridiction, propriétés

3 Sur les différentes éditions de ce document, voir WANSBROUGH, JOHN, «Venice and Florence in the Mamluk Commercial Privileges», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 28 (1965). Il faut toutefois tenir compte du fait que le traité de 1442 entre le Caire et Venise nous soit parvenu dans un état fragmentaire. Dans le manuscrit Donà delle Rose 217, de la Bibliothèque du Civico Museo Correr de Venise, il manque en effet les trois premiers articles. La reconstruction proposée par Wansbrough reste, somme toute, hypothétique. 4 BCMC, MS. Donà delle Rose 217, f. 72 r°, Chapitre IIII.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

119

des autorités locales5. Mais surtout, dans le traité de 1442 on dictait des dispositions pour chercher à régler le complexe système de la «voxe», au moyen duquel les sultans attribuaient à cette époque leurs propres stocks d’épices. Il s’agissait d’une procédure appliquée pour favoriser les opérations sultaniennes sur les activités privées6. Très problématique, le système de la «voxe» servait à fixer un prix privilégié pour les stocks sultaniens, qui à l’époque variaient en quantité et dont les prix fluctuaient d’une année à l’autre. La «voxe» consistait en la négociation d’un prix pour les épices sultaniennes, prix qui ne tenait pas compte du marché, tandis que les transactions privées restaient paralysées. Dans un deuxième temps, quand les opérations sultaniennes avaient été réalisées de façon satisfaisante, les marchés pouvaient reprendre leur cours. Le sujet fut abordé de façon décidée par le doge, mais la question ne reçut qu’un traitement évasif de la part du sultan. Le système de «voxe» avait déjà été débattu lors des conversations de 1415 et de 1422, mais il ne réussit pas à constituer une alternative raisonnable aux achats forcés ad personam7. Deux faits principaux ressortent d’un aperçu général de la période. Déjà dans les années 1440, le pouvoir sultanien disposait d’un stock d’épices qu’il cherchait à placer sur le marché. Par ailleurs, il n’existait pas de politique claire, ni de la part du Caire, ni de celle de Venise, pour gérer le transfert de ces stocks d’épices. Les exactions contre la personne de certains marchands, suivies des protestations du Sénat vénitien, témoignent du fait que les sultans n’avaient pas réussi à transformer les épices en une ressource constante de devises pour le trésor. Pendant cette décennie, des achats forcés d’épices sultaniennes continuèrent à avoir lieu, mais en dehors d’un cadre diplomatique négocié. Le récit de ces événements a été fait par E. Ashtor dans son Levant Trade8. Nous ne reviendrons donc pas ici sur cette question, et la période postérieure à 1449 attirera davantage notre intérêt. Entre la fiscalité des sultans du Caire et les marchés méditerranéens s’établit en ces années-là une connexion directe, passée jusqu’au présent sous silence. Entre 1447 et 1449, une violente crise secoua le commerce entre Venise et l’Empire mamelouk. En 1447, le gouvernement vénitien émit une protestation officielle contre ce qu’il considérait comme des abus dans le commerce 5

BCMC, MS. Donà delle Rose 217, f. 72 v°, Chapitre VI. Pour la version manuscrite de la Bibliothèque du Civico Museo Correr de Venise, MSS Donà delle Rose 217, f. 73r°, Chapitre IX, pour la version éditée du traité, Diplomatarium veneto-levantinum, p. 355. 7 Ibid., p. 312 ( pour 1415) et p. 324 (pour 1422). 8 ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 303-308. Pour la crise et les subséquentes actuations diplomatiques de 1448-1449, voir aussi ASHTOR, ELIYAHU, «Profits from Trade with the Levant in the Fifteenth Century», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 38 (1975), p. 274. 6

120

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

du poivre, qui avait été imposé aux Vénitiens à des prix supérieurs à ceux du marché9. Cependant, les galères vénitiennes furent vendues aux enchères et voyagèrent régulièrement en 144910. Marin da Molin, le nouveau consul envoyé à Damas par la Commune, une fois arrivé au Levant à bord de ces galères, trouva que les autorités mameloukes prétendaient changer les conditions des échanges. Le désaccord –les termes exacts nous sont inconnus– portait sur l’obligation d’accepter du poivre sultanien, et les galères retournèrent «vides» à Venise. Des marchands qui rapportaient habituellement des marchandises pour une valeur d’un demi-million de ducats avaient choisi l’épreuve de force avec le sultan plutôt que d’accepter une altération des conditions du marché11. Les démarches diplomatiques entamées par la suite aboutirent à un nouveau traité deux mois plus tard, en mars 1449, entériné par les gouverneurs militaires des différentes provinces syriennes. Dans des termes très vagues, les autorités mameloukes s’engagèrent encore une fois à mettre fin aux exactions des administrateurs civils et religieux contre les marchands vénitiens. L’accord de 1449 est un accord bilatéral habituel, où il n’est pas fait référence au système des stocks. Aucune politique particulière à l’égard des épices ne peut être entrevue à la lecture de ce document; on peut seulement y voir la confirmation que des achats forcés, imposés peut-être par le système de la «voxe» et, en tout cas, à des prix fluctuants, avaient continué à exister. Le gouvernement vénitien accepta toutefois d’acquérir certains stocks, non pas d’épices, mais de matières premières industrielles, pourvus par les bureaux du D†w…n al-³…¡¡ en Syrie12. L’année suivante, en 1450, l’offre des autorités mameloukes fut acceptée par les Vénitiens de Damas, qui prirent en charge un stock de poivre de 483 sporte, provenant des magasins du sultan13. Ce faisant, ils inaugurèrent une nouvelle ligne de financement qui allait durer, au bénéfice du Caire, jusqu’à la veille de la disparition du sultanat, et qui allait mettre fin aux exactions individuelles ainsi qu’au problématique système de la «voxe». Avec l’envoi au Caire d’un ambassadeur, Lorenzo Tiepolo, ainsi que d’un nouveau consul à Damas, Lion da Molin, Venise avait tenté de débloquer la situation qui avait entraîné la suspension du service de galères en 1448 et 9 ASHTOR, ELIYAHU, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, Paris, 1969, p. 327, cite une lettre adressée au sultan par le gouvernement vénitien. 10 Nous reviendrons sur la gestion des convois vénitiens au cours du chapitre suivant. 11 Ce grave désaccord, qui provoqua les négociations aboutissant à la mise en place des stocks, est rapporté dans la comptabilité du consulat, BCMC, MS. Cicogna 3281 III 31, infra 1449: «M. Lion da Molin consolo vene a Damasco con la galia capitaneo M. Petro Mozenigo. Entrò nel ofizio a di zener 1449. Volseli esser da piper del soldan, non lo volse, e partì le sopranominade galie vuode». 12 Diplomatarium veneto-levantinum, vol. II, pp. 373-378. 13 BCMC, MS. Cicogna 3281 III 31, infra 1450: «M. Lion sopradeto a di 2 marzo 1450, forzado, convene tuor piper del soldan par en seo libro...».

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

121

aussi, dans les faits, en 1449. Pourtant, la mention explicite d’un accord sur les stocks n’apparaît nulle part dans les documents relatifs au traité de 1449, ce qui montre bien, encore une fois, que l’histoire des rapports bilatéraux n’est pas susceptible d’être reconstruite à travers ce seul type de documentation. De façon erronée, des chercheurs comme Ashtor et Theunissen ont interprété le traité comme un grand succès diplomatique pour Venise, voire comme la renonciation définitive de la part des sultans à la «politique du monopole»14. Ashtor, et avant lui, Heyd, en raison de l’importance des stocks, s’aperçurent qu’un système semblable avait été adopté, mais ils ne le prirent en considération que pour une époque très tardive, ignorant à quelle date il avait débuté15. Ces chercheurs attribuaient une grande importance au document de 1449, mais en réalité, avec l’établissement du système de stocks en 1450, le traité de 1449 et les promesses de ne pas intervenir sur les marchés d’épices restèrent lettre morte. En effet, une pièce de comptabilité du consulat de Damas, conservée à la bibliothèque du Musée Correr de Venise, montre que le lendemain de la signature du traité, les Vénitiens conclurent un accord parallèle, par lequel ils s’engageaient à acquérir, tous les ans, certains stocks de poivre sultanien. Accord inédit, qui contredisait la lettre des traités de commerce et marqua les rapports économiques entre Venise et Le Caire. Nous n’avons pas trouvé d’explication définitive à ce fait. Un accord qui servait objectivement à financer des princes musulmans aurait sans doute suscité d’épineuses polémiques religieuses. Il faut tenir compte du fait que, pendant toute la période postérieure aux croisades, le commerce avec le Levant avait été frappé par la condamnation de l’Eglise et qu’au XIVe siècle, le Sénat débattait constamment des autorisations papales pour commercer avec le sultan. Au milieu du XVe siècle, reconnaître que Venise achetait institutionnellement des stocks aux sultans du Caire aurait été certainement très délicat. Sans exclure les objections de type culturel, il est possible que certains interlocuteurs aient préconisé l’abandon de la voie diplomatique par désir de trouver une solution définitive et d’en finir avec l’instabilité. Il semble, en effet, que le système ait été présenté comme un accord informel obtenu par le consulat, et qui aurait par la suite trouvé un semblant de légitimité dans la coutume16. Ce caractère d’arrangement informel, qu’il ait été cherché de façon 14 THEUNISSEN, HANS, Ottoman-Venetian diplomatics: the ‘ahd-names: the historical background and the development of a category of political-commercial instruments together with an annotated edition of a corpus of relevant documents, EJOS, I, no. 2, Document numérisé: http://www2.let.uu.nl/solis/anpt/ejos/ EJOS-I.2.html, dernière consultation: février 2006, p.18. 15 HEYD, WILHELM, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, Amsterdam, 1967, p. 492. 16 D’après les expressions utilisées dans l’enquête citée plus haut, intitulée «déclaration et façon ob-

122

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

délibérée ou non, aurait placé les stocks hors de la sphère diplomatique officielle, au moins jusqu’à une date plus tardive. Le gouvernement mamelouk ne reconnut l’existence des stocks qu’en 146117. L’intervention des élites civiles dans l’adoption de formules négociées, outre qu’elle indique le poids politique croissant des Vénitiens, semble être la conséquence de deux faits. D’un côté, la pression sous laquelle travaillaient les titulaires des hautes charges fiscales du gouvernement, comme le N…©ir al-³…¡¡ et le Wak†l. Un subordonné de ce dernier, comme on le verra, semble avoir joué un rôle déterminant dans la création des stocks. De l’autre, il y avait le tissu serré de liens entre les ³aw…Þ…, les personnes qui occupaient les hautes charges de l’administration, et le commerce méditerranéen. Rien de moins intéressant pour ceux qui y avaient des intérêts personnels, des crédits ouverts, des affaires à boucler, que de promouvoir de nouvelles exactions contre les marchands. Comme dans le cas des achats forcés des années 1410, il nous semble utile de descendre au niveau de l’administration –celui du milieu des secrétaires civils administrant les finances du sultan– pour enquêter sur leurs possibles responsabilités.

3. LE RÔLE DES ÉLITES CIVILES DANS L’ÉTABLISSEMENT DU SYSTÈME Nous avons fait remarquer qu’en 1415 le sultan al-M™’ayyad Šay² s’était engagé par traité à ne pas imposer d’achats, mais que dès le lendemain ce genre d’expédients se produisit à nouveau à l‘endroit des Vénitiens. Nous sommes, dans les années 1440, devant une situation analogue. Les sultans se voyant confrontés à de pérennes exigences financières, l’attention du trésor se tournait tôt ou tard vers le tout-puissant commerce des épices. Des crises régulières éclataient, étouffées par l’intervention diplomatique. On signait alors des traités visant à rétablir de bonnes relations, comme ceux de 1442 et de 1449, par lesquels le gouvernement mamelouk renonçait, en termes très vagues, à toute intervention. Les sultans continuaient pourtant à exercer une servée dans l’amortissement du poivre sultanien, dont les pertes sont affectées au Cottimo, depuis l’arrivée de Meser Lion da Molin jusqu’à aujourd’hui» [dechiarazion e modo oservado nel tuor del piper del soldan estrar di cotimi de dano de piper da el vegner de miser Lion da Molin per mo consolo nel paexe del 1449 de zener fino questo di]. Dans le chapitre relatif à l’année 1450, on parle en effet de certaines «négociations entamées avant le départ des galères» de cette année [le pratiche avute avanti el partir de le galie]. BCMC, MS. Cicogna 3281 III 31, incipit et sub 1450. 17 Lettre du sultan au doge, datée ramaÿ…n 865H / juin 1461, transcrite dans PEDANI, MARIA, «Gli ultimi accordi tra i sultani mamelucchi d’Egitto e la repubblica di Venezia», Quaderni di Studi Arabi, 12 (1994), pp. 56-57.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

123

forte pression sur leurs subordonnés, comme ce fut le cas dans ces années-là pour le Wak†l Ab™-l-³ayr al-Na||…s, chargé de mettre en place une lourde campagne d’exactions18. Comme nous l’avons vu au chapitre 2, c’est durant ces temps d’urgences financières que les instances administratives en contact avec les milieux financiers brisaient les accords diplomatiques; d’après Ibn TaÐr†bird†, en mars 1450 un secrétaire appelé Ab™-l-Fata| al-¦ayb† présenta sa candidature à la direction de l’administration fiscale syrienne, promettant au sultan qu’il serait capable de verser au trésor 50.000 dinars. Nommé N…©ir al-ßaw…l† et Wak†l Bayt al-M…l en province, soit deux charges de compétence financière, Al-¦ayb† fut expédié à Damas, où, d’après les comptes du consulat, fut conclue la première opération d’achat de poivre sultanien19. Les Vénitiens transférèrent au trésor sultanien en mars 1450 la quantité de 48.300 dinars d’or, non pas à travers le système de voxe jusqu’alors en vigueur, mais en achetant collectivement un stock proportionnel au volume de leurs affaires et au prix fixé. Ceci laisse penser qu’al-¦ayb† eut une responsabilité dans le déblocage de la crise et la formulation du système des stocks. Malgré le fait qu’il ne soit resté que très peu de temps en poste, la pratique des stocks continua à exister après son mandat20. Pendant sa chute, al-Na||…s tenta d’étayer depuis le Caire la position d’Al-¦ayb† contre ses ennemis dans la capitale syrienne. Sur le point de tomber lui-même, al-Na||… s faisait l’objet de la haine générale, «y compris les femmes et les dhimmis», à cause des mesures fiscales qu’il essayait de mettre en place. En disgrâce auprès du sultan, qui ne pouvait plus le soutenir, al-Na||…s fit appel au rapport spécial de patronage avec le souverain, vrai maître de sa fortune et responsable ultime des procédés qu’il employait. A Damas, al-¦ayb† le suivit dans sa chute, ne pouvant plus s’opposer aux intrigues contre lui. Cet épisode semble suggérer que le milieu des secrétaires avait un poids déterminant dans l’adoption de certaines décisions pratiques, surtout en matière fiscale et administrative, et qu’il pouvait même contredire l’esprit de négociations diplomatiques peu réalistes. En tout cas il met en évidence que les compromis obtenus par l’action diplomatique au Caire, en cas d’urgence financière, étaient facilement ruinés par les pratiques quotidiennes de l’administration. C’est ainsi à partir de la périphérie que s’est construite l’une des procédures les plus enracinées de la politique des Circassiens en matière de commerce, et non, comme on a trop souvent tendance à le penser, à travers

18 Al-Na||…s cumulait diverses charges, à caractère nettement fiscal, comme celles du Wak†l al-Sul¥…n et Wak†l Bayt al-M…l, entre autres, IBN TA‹R‡BIRD‡, Nujûm, vol. VII/1, Þam…d† I 854H, pp. 189-195. 19 Ibid., vol .VII/1, p. 185. 20 Ibid., vol. VII/1, p. 212.

124

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

des réactions convulsives d’un centre en expansion. Un compromis entre les intérêts du centre et les capacités des élites administratives donna naissance à une procédure d’intervention transversale sur l’économie, qui s’affermit avec la coutume et le passage du temps.

3.1. Le N…©ir al-³…¡¡ ßam…l al-d†n Y™suf et son entourage A côté de ces deux personnages, placés en tête du Bayt al-Mal et d’autres instances fiscales du sultanat, il y avait d’autres hautes charges en rapport avec le commerce européen. Le civil le plus important de l’époque, le N…©ir al-³…¡¡ ßam…l al-d†n Y™suf, participait à d’importantes opérations de crédit à Alexandrie. Bien qu’il se soit agi, plus que probablement, de ses affaires privées, il est intéressant de remarquer qu’il utilisait les marchands ³aw…Þ… comme ses mandataires. Un acte notarié vénitien montre que le ³aw…Þ… Šar†f ›asan avait ouvert des crédits à des Européens pour un total de 13.000 ducats d’or, sur la maison de ßam…l al-d†n Y™suf. Ce dernier cherchait à les récupérer en juillet 1448, à travers un autre ³aw…Þ…, Badr al-d†n ›asan21. Même s’il s’agit d’un document isolé, il ne laisse pas de doute quant à la perméabilité des élites mameloukes –souvent niée– à l’élément marchand. Sa participation au commerce international, directement ou comme banquier pourrait expliquer l’origine de l’énorme fortune de ßam…l al-d†n, le «personnage marquant du XVe siècle» dans le milieu de l’administration civile. B. Martel-Thoumian a reconstruit de façon exhaustive sa biographie et est arrivée à la conclusion qu’ «il avait ses entrées dans tous les milieux sociaux, qu’ils fussent militaire, religieux ou civil». Ce chercheur ajoute: «Nous ne connaissons aucun personnage ayant joui d’un pouvoir, d’une influence et d’un crédit similaires, et pendant aussi longtemps, car il fut en poste sans interruption à partir de 841 jusqu’en 862 (1437 à 1458)»22. En effet, la carrière de ßam…l al-d†n est un premier exemple de ce que l’on trouva souvent à partir de 1450, c’est-à-dire des civils associés à la finance sultanienne et au commerce des épices qui développaient d’assez longues carrières. Ibn al-Na||…s constitue le cas contraire: celui du civil instrumentalisé par le pouvoir militaire pour imposer des formules fiscales impopulaires, souvent contraires à la loi religieuse, et qui finit ses jours disgracié par son patron. Des carrières comme celle d’Ibn al-Na||…s

21 Notaire Servodio Peccator, doc. n. 19. Ed. Rossi, Servodio Peccator, Notaio in Venezia e Alessandria d’Egitto, 1983, pp. 38-40. 22 MARTEL-THOUMIAN, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamluk (IXe/XV e siècle), pp. 285-86.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

125

ont, malheureusement, plus attiré l’attention des historiens que celles des administrateurs plus durables; cependant, à l’époque circassienne, ces dernières étaient plus représentatives du pouvoir local des villes de la périphérie commerciale23. A travers le document vénitien cité ci-dessus l’on voit comment certains ³aw…Þ… du sultan ßaqmaq appartenaient au réseau de ßam…l al-D†n Y™suf. Le ³aw…Þ… Badr al-d†n ›asan était le fils du tout puissant marchand Mu|ammad Ibn al-Muzalliq, et fit une belle carrière dans l’administration syrienne, où il géra le système des stocks à partir de 1450. Šar†f ›asan figure dans les archives vénitiennes dans les années 1450 où on le voit importer des métaux et d’autres marchandises catalanes qu’il réexporte sur les marchés indiens, à travers la Mecque24. Encore, en tant que simples témoins de l’acte notarié où ßam…l al-d†n Y™suf cherche à récupérer les crédits accordés à des Catalans, apparaissent deux autres marchands, qui n’étaient encore que de «simples» marchands maures. Ils s’appellent Galip Ripoll et Ibn ‘Ulayba et ils compteront parmi les rangs des ³aw…Þ… dans les années à venir. Le premier provenait d’une famille des plus en vue du Levant Ibérique, à Valence. Les Ibn ‘Ulayba étaient quant à eux de grands marchands égyptiens, en contact étroit avec les Européens, comme nous le verrons25.

23 MORTEL, RICHARD T., «The Decline of Mamluk Civil Bureaucracy in the Fifteenth Century: The Career of Abu l-Khayr al-Nahhas», Journal of Islamic Studies, 6 (1995). 24 Voir, par exemple, une remontrance publique, rédigée par le notaire Niccolo Turiano, à l’égard des marchands de Barcelone Joan Beltran et Alfonso De La Cavalleria, en raison des dettes laissées par ces derniers à Alexandrie quatorze ans auparavant, en 1441. D’après l’exposé, Beltran et De La Cavalleria auraient reçu du marchand du sultan d’alors, Šar†f ›asan, du bois précieux pour un montant de 1165 ducats, s’engageant, à travers un document arabe, à l’échanger contre du cuivre et des tissus. Le consul florentin Marioto Squarcialupi se porta garant des Catalans, et finit par subir de grands dommages quand ces derniers n’honorèrent pas leurs compromis. Les deux marchands s’étaient soustraits par la suite à l’action de la justice, refusant d’abord l’arbitrage des marchands, se servant d’un sauf-conduit émis par le sultan mamelouk, et contournant plus tard l’action des tribunaux de Rhodes. De La Cavalleria, ayant été repéré dans une galère présente dans le port d’Alexandrie, se vit imposer (en 1455!) une peine de confiscation de ses biens pour un montant de 10.000 ducats, afin qu’il comparaisse en ville devant un tribunal marchand. ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, notaio N. Turiano, B. 211, f. 21r-23r, 16/08/1455. D’autres documents relatifs au procès, recueillis par ce même notaire, apportent des informations sur les activités de Šar†f ›asan, et plus concrètement sur ses envois de métaux européens vers la Mecque, à travers des caravanes, ibid., 3/4/1442, f. 44v-45r. 25 Pour les activités des Ban™ ‘Ulayba d’après les sources arabes, voir OULAD-HAMMOU, Sakhawi et les marchands. Recherche sur les gens de commerce au XV e siècle dans l’empire mamelouk, pp. 226-234.

126

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

3.2. Galip Ripoll, un ³aw…Þ… européen Le profil de ce marchand, en raison de ses origines ibériques, reste assez exceptionnel. Cependant, sa carrière présente des traits caractéristiques d’un deuxième moment de l’histoire du négoce, puisque des compétences dans les milieux méditerranéens étaient alors requises, en raison de la nouvelle utilisation politique des épices. A la différence des K…rim† et de la première génération des ³aw…Þ…, souvent liés à la sphère du négoce indien, les ³aw…Þ… exerçant sous les règnes du sultan al-®…hir ßaqmaq et de ses successeurs étaient spécialisés dans les transactions avec les Européens. Ce n’est pas un hasard si les sources arabes nous apprennent peu de choses sur Galip Ripoll, bien que ses activités aient laissé de nombreuses traces dans les archives de Valence, Barcelone, Venise ou Rhodes. Par exception à ce silence, la chronique d‘Abd al-Ba¡†¥ Ibn al-³al†l al-Mal¥†, contenant un récit de son voyage au MaÐreb (où il fit la connaissance de négociants de l’Occident arabe) incluait à l’origine une biographie de ce marchand26. Son père était l’un des notables de la communauté mudéjar de Valence. La fortune de la famille –dont Galip était le fils aîné– s’était bâtie sur les affaires de la frontière méditerranéenne, dans un milieu fréquenté tant par les Italiens que par les marchands du Nord de l’Afrique. Après une crise financière dans les années 1420, Galip se plaça à la tête d’une entreprise familiale puissante, ayant des liens financiers et de parenté avec d’autres groupements importants parmi les musulmans de Valence. Nous ne savons pas quand ni comment Galip Ripoll décida d’entrer dans le commerce de la Méditerranée orientale. Un document de Valence montre que la famille soutint économiquement le voyage à la Mecque de l’un de ses parents, ‘Al† Abenxarnit, en lui fournissant des marchandises ainsi que la caution exigée par les autorités locales. L’émigration des musulmans étant interdite, il est possible que les Ripoll aient ainsi couvert un voyage sans retour de leur parent, qui, à ce qu’il semble, ne revint plus. Les autorités exigèrent la caution déposée par les Ripoll, ce qui fut un coup dur pour la famille. Quoi qu’il en soit, Galip apparut sur la scène égyptienne à la fin des années 1440, ce qui pourrait bien indiquer 26 Le manuscrit de la Bibliothèque Vaticane, fragmentaire, ne contient pas la biographie en soi, mais seulement une allusion à celle-ci. Cette biographie se trouvait dans les fragments perdus; AL-MAL¦‡, ‘Abd al-B…si¥ Ibn ³al†l, al-Rawÿ al-b…sim f† ²aw…diÅ al-‘umr wa-al-tar…Þim, Roma, Biblioteca Apostolica Vaticana, Manoscritti Arabi, n.° 729, f. 109b. E. Ashtor fait référence aux noms arabes de Galip Ripoll et de son associé, qui deviennent ainsi ‹…lib Ibn Ruf…’†l et Ibr…h†m al-Abrant†š†, sans que l’on connaisse, pourtant, l’origine des informations d’Ashtor, ASHTOR, The Venetian Supremacy, p. 27. Une traduction de certains fragments d’al-Rawÿ, mais qui ne concernent pas ces deux marchands, se trouve dans AL-MAL¦‡, ‘Abd al-B…si¥ Ibn ³al†l, `Abdalbasit b. Halil.» Deux récits de voyage inédits en Afrique du Nord au XV e siècle: `Abdalbasit b. Halil et Adorne, edited and translated by Robert Brunschvig, Paris, 1936.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

127

que le pèlerinage d’Abenxarnit cachait une stratégie familiale qui avait pour but de passer au Levant27. Deux traits principaux caractérisaient cette personnalité hors normes: d’un côté, Ripoll était, certes, un musulman, mais sa présence en Orient ne paraissait pas effacer un un sens de l’appartenance à son royaume d’origine. D’un autre côté, le profil de Galip Ripoll témoignait de l’ambiguïté typique du marchand de diaspora, qui embrassait rarement complètement l’identité politique d’accueil, et qui maintenait toujours des rapports avec son lieu d’origine. En plus du contrat cité plus haut, nous pouvons préciser ses liens avec les Catalans à travers une affaire datant des années 1447-1448, lorsque Galip, déjà en Egypte, louait ses propres bateaux pour le transport de Maghrébins vers l’Occident musulman (vers la Tunisie, exactement). L’affaire ayant mal tourné, certains négociants catalans se virent impliqués, et la chancellerie aragonaise s’adressa à Ripoll en tant que sujet du roi. Comme il le fit à plusiers reprises, il ne refusa pas de collaborer à l’enquête ouverte par le consulat catalan de Syracuse28. En ces années Galip Ripoll n’avait pas encore été nommé marchand du sultan, mais il était déjà en contact avec l’establishment les ³aw…Þ…. En vertu sans doute de sa complexe identité, il entreprit une médiation difficile en commerçant pour le compte du sultan avec les Chevaliers de Rhodes. Il fournissait aux ennemis des Mamelouks de grandes quantités d’épices, que ceux-ci réexportaient sans doute en Europe. Il devint spécialiste de ce trafic risqué pendant les années 1440 et 1450, avec l’aide de l’Andalou Ibr…h†m Valentiero, son bras droit. A partir de 1453 les deux hommes continuèrent à 27 Pour la période de Ripoll à Valence, voir, RUZAFA, MANUEL, «Els Origens d’una familia de mercaders mudèjars en el segle XV: çaat Ripoll (1381-1422)», Afers, 7 (1988-1989). 28 Pour reconstruire cette affaire, il est intéressant de comparer des documents de diverses provenances. D’abord une lettre d’Alphonse le Magnanime à Galip Ripoll, datée du 10 novembre 1448 à Castelnuovo de Naples, dans laquelle le roi exhortait son sujet à intercéder en faveur de Raimon Almaselles, en garde à vue en Egypte en raison des troubles survenus pendant le transport des Maghrébins, ACA, registres de Cancelleria, 2543, f. 111r°-v°. Pour l’enquête ouverte plus tard par les Catalans, voir ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, B. 211, Notaire Niccolo Turiano, 17/08/1455, f. 23v-25v. Dans le cadre de cette enquête menée par le consulat catalan à Syracuse, le lieutenant du consul dans cette ville, Miquel Ferrer, exhorte le consul des Catalans à Alexandrie, Marioto Squarcialupi, à prendre acte des conclusions des enquêteurs, afin de les corroborer ou de les démentir, au moyen de témoignages pris parmi les Alexandrins. La querelle a été commençée par Raimon Almaselles, Catalan, contre Nicolau Salvador et son procurateur Francesc Salvador, eux aussi Catalans. Les conclusions du consulat catalan à Syracuse portaient sur les faits suivants: 1) que Nicolau Salvador, à Alexandrie, au printemps 1447, loua à Galip Ripoll une nef afin d’y transporter des Maghrébins. 2) Que Nicolau Salvador conclut un accord avec Raimon Almaselles afin qu’il reste en otage à Alexandrie jusqu’à la conclusion de l’affaire. 3) Que Nicolau Salvador n’honora pas ses engagements, ce qui fut la cause de l’incarcération d’Almaselles, ainsi que de pertes économiques. 4) qu’Almaselles échappa à sa captivité en profitant de diverses circonstances, en 1451. Sa fuite se produisit à bord des galères du Catalan Bernat de Villamarí. Le consul Squarcialupi, et le marchand Galip Ripoll, en qualité de témoin, corroborèrent par la suite les conclusions du consulat de Syracuse.

128

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

faire la navette entre l’Egypte et Rhodes, mais Galip apparaissait déjà comme marchand sultanien. A en juger par le titre adopté à l’échéance par Ripoll, par les grandes quantités exportées, et surtout par le fait qu’il vendait du poivre au prix «sultanien» de 100 dinars, il y a peu de doutes qu’il s’agisse ici de stocks mamelouks29. Personnage difficile à classer, il paraissait tenir à ce qu’on le traite comme un sujet aragonais. Les notaires vénitiens présents au Levant agissaient sous la juridiction de l’empereur, car le droit vénitien ne pouvait pas assurer la validité universelle de leurs actes. Cette instance était donc normalement réservée aux chrétiens; deux musulmans voulant signer un contrat le faisaient devant le Š…hid ou notaire islamique. Par conséquent, quand ces fonctionnaires vénitiens ont affaire à des musulmans, c’est toujours à l’occasion de transactions où des Francs sont aussi impliqués. Ripoll constitue une exception car il est le seul marchand qui comparaît devant le notaire pour des transactions entre musulmans, comme c’est le cas pour ses contrats signés avec son associé Ibr…h†m Valentiero30. Pendant les années 1450, enfin, le statut ambigu de ce marchand du sultan lui permit d’intercéder dans un conflit entre le Caire et le roi d’Aragon, déclenché par l’agressivité de la course catalane en Orient. Alphonse, en effet, continuait à le considérer comme son sujet31. Tout comme il représentait les intérêts sultaniens, il rendait service à Alphonse en lui fournissant des marchandises orientales à travers des places comme Rhodes ou Kastellorizo, pour être remboursé via Naples32. Cependant, sa capacité de commercer avec des Européens était parfois problématique: en août 1456, une nef qui transportait du sel égyptien pour le compte de Ripoll fut arrêtée par les autorités mameloukes de Syrie. Le patron, le Rhodien Giorgio Molino, fut traité comme un ennemi33. La carrière de Ripoll comme ³aw…Þ…, en plus des opérations sur les épices, s’étendait à d’autres domaines relevant du sultan, comme l’achat de mamelouks en mer Noire. Ripoll agissait dans ce trafic 29 Anekdota eggrapha gia te Rodo kai te Noties Sporades apo to archeio to Ioanniton Ippoton [Unpublished Documents concerning Rhodes and the South-East Aegean Islands from the Archives of the Order of St. John], vol. 1 (1421-1453), éd. Zacharias N. Tsirpanlis, Rodos, 1995, n.° 293 et 301. 30 Servodio Peccator, Notaio in Venezia e Alessandria d’Egitto, acte n.° 23. 31 ACA, registres de Cancelleria 2552, f. 1r°, 10/7/1453, «Al feel nostre en Galip Ripoll mercader del Soldà de Babilonia». L’épisode fut recueilli par Jerónimo Zurita dans sa chronique aragonaise dans les termes suivants: «Estando en esto Galip Ripol, que era vasallo del rey de Aragón y tenía mucho lugar en el consejo del soldán, entró en la galera capitana para procurar que se asentase paz entre el soldán y el rey de Aragón, lo cual procuraba con muy provechosas condiciones porque se desistiese de hacer guerra en aquellas mares y costas de Egipto», ZURITA, JERÓNIMO, Anales de Aragón (dernière consultation: février 2006), document numérisé, (http://www.dpz.es/ifc/catalogo/listacat.asp), libro VII, cap. 14. 32 DURAN I DUELT, DANIEL, Kastellórizo, una isla griega bajo dominio de Alfonso el Magnánimo (1450-1458): colección documental, Barcelone, 2003, docs. 10 et 11. 33 ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, B. 83 II, Notaio Cristoforo del Fiore, Damas, 31/8/1456.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

129

en association avec les Génois d’Alexandrie (1455)34. Son réseau embrassait également le midi de la France, où Ripoll avait des correspondants qui lui envoyaient des marchandises35. Cette carrière dura jusqu’à la fin des années 1450 lorsqu’il disparut de la scène orientale. Pour achever cette digression autour de l’acte notarié de juillet 1448, à propos de l’autre marchand arabe cité comme témoin, Ibn ‘Ulayba, nous savons qu’avec l’associé de Ripoll Ibr…h†m Valentiero il appartient à la génération de ³aw…Þ… suivante, active pendant les années 1470 en Egypte. La continuité du négoce circassien d’une génération à l’autre apparaît ici nettement. Après la disparition de Galip, Valentiero semble avoir hérité de la position et de l’influence de ce dernier, et nous le trouvons en contact avec les Génois d’Alexandrie dans les années 147036. Les frères Ibn ‘Ulayba, avec le ³aw…Þ… Badr al-d†n en tête, vont figurer parmi les élites marchandes égyptiennes pendant quelques années encore37. Plusieurs liens entre entre marchands et fonctionnaires du sultan et le négoce des épices sont donc susceptibles d’être reconstruits à partir d’un seul

34 Le fait que l’affaire tourna mal poussa les intervenants à en laisser témoignage devant le notaire vénitien. Preuve que l’opération intéressait le régime, le sultan al-®…hir ßaqmaq décida d’ouvrir une enquête à ce sujet. ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, B. 211, Notaire Niccolo Turiano, f. 9r-9v, 10/06/1455, Arrêt du consul génois adressé à Pietro de Sopranis de Persio, procurateur et administrateur des biens de Niccolo de Castiglione, ex-consul génois. A l’instance des frères Maruffo, l’arrêt concerne la responsabilité financière de Pietro de Sopranis, qui a participé à un négoce d’importation d’esclaves de la Mer noire, négoce qui a produit des pertes. Les Génois Agostino et Edoardo Maruffo invoquent la responsabilité de Sopranis, au cas où son associé dans l’affaire, Galip Ripoll, ne comparaîtrait pas pour se défendre. ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, B. 211, Notaire Niccolo Turiano,18/06/1455, f. 14v-16r, A l’instance du Génois Pietro de Persio, l’ancien chapelain Pasquale Framura déclare que, trois ans auparavant, certains Turcs ont commis des exactions aux dépens des marchands génois d’esclaves en mer Noire, en interrompant le transport des esclaves vers l’Égypte. Framura demeurant à cette époque au Caire, il a été envoyé à Alexandrie par le sultan, afin qu’il amène le consul en sa présence. Cela fait, le sultan ordonne au consul Niccolo di Castiglione d’envoyer un Génois à Caffa, afin de se renseigner sur l’affaire. Le conseil des marchands génois, réuni par la suite, prend la décision d’y envoyer l’un des plus anciens membres de la nation, Gaspare Maruffo. Ce dernier essaie de se dérober à la tâche sous prétexte qu’il est malade. Il cherche également à se faire protéger par l’émir d’Alexandrie, en lui promettant, par écrit, 100 ducats. 35 Aux instances du marchand du sultan Galip Ripoll, divers marchands portent témoignage sur l’importation de certains sacs de cire appartenant à ce ³aw…Þ…, qui avaient été transportés sur les galères de France. Craignant probablement une fraude, Ripoll a fait fondre la cire des sacs devant les yeux des témoins, pour ensuite extraire certaines pierres («cogallorum sive lapidum») qui y étaient fixées. Il disposait d’un magazin à Alexandrie («in magazano predicti agallipo») où il a ensuite procédé à la pesée des pierres devant ces mêmes témoins. ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, N. Turiano, 38r-v (29/8/1455), 38v-39r (30/8/1455), 39r (30/8/1455). 36 ASG, archivio segreto 2774 C, Massaria (1472-1475), f. 14v° et 24v°. Il s’agit de la comptabilité de la corporation génoise de commerce dans la ville égyptienne. 37 Pour le ³aw…Þ… Badr al-d†n Ibn ‘Ulayba, voir AL-SA³AW‡, al-þaw al-l…mi‘ li ahl al-qarn al-T…si‘, V, 705. A la suite d’autres auteurs, E. Ashtor répandit l’erreur qu’Ibn ‘Ulayba était l’un des derniers marchands K…rim†, ASHTOR, The K…rim† Merchants, p. 47. Son frère ‘Abd al-Q…dir mourut en 1485. Voir aussi chapitre 6.

130

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

acte notarié. Les ³aw…Þ… étant actifs depuis quelques décennies, il est normal que l’on repère un rapport normalisé avec les marchands francs vers la moitié du siècle. Le ³aw…Þ… Ibn al-›…ra (m.1459), considéré comme l’un des plus grands marchands de Damas dans les années 1450, possédait un établissement commercial où des marchands francs logeaient et avaient leurs magasins38. De même que Šar†f ›asan et Badr al-d†n ›asan se sont formés avec les ³aw…Þ… de la première génération, d’autres marchands d’épices actifs à ce momentlà deviendront des ³aw…Þ… par la suite. C’est le cas, par exemple de Nasir al-d†n Ibn al-ßund†, marchand sultanien beaucoup plus tard39. Qu’ils soient hérités ou forgés dans les affaires, les contacts avec les financiers européens semblent être le fondement de l’action des nouvelles générations de ³aw…Þ…; si on les compare aux premiers ³aw…Þ… d’al-M™’ayyad Šay² et de Barsbāy, l’on perçoit un engagement moindre dans les affaires de la mer Rouge et du monde Indien.

4. LE MONTAGE FINANCIER DES STOCKS Grâce à une enquête menée par le doge sur les affaires du consulat de Damas, datée de 1468, nous disposons d’informations très précises sur le fonctionnement du système des stocks. Les épices arrivaient dans divers convois à la capitale de la province syrienne, où elles étaient prises en charge par un fonctionnaire civil, le N…©ir al-ßayš (chef du bureau de l’armée). Une fois le stock reçu, le chef du bureau de l’armée en Syrie entamait des négociations avec le consul afin qu’il prenne en charge le poivre. En raison de l’importance commerciale des villes syriennes, ce poste devint dès ce moment une pièce essentielle des finances sultaniennes.

38 Le ³aw…Þ… Taq† al-d†n Ab™ Bakr Ibn ‘Al† Ibn N…¡ir Ibn S…lim Ibn al-›…ra, appelé par les Vénitiens «Choze Ebenelara», possédait une «capsaria», mot désignant probablement la Qay¡ariyya arabe -d’où l’alcaicería espagnole- ou marché des bijoutiers et de toutes sortes de produits chers. En effet, un marchand mort dans cette capsaria trafiquait en diamants, ASV Cancelleria Inferiore, Notai, B. 83 II, Notaio Cristoforo del Fiore, 17/08/1455. Court obituaire dans IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 148. 39 N…¡ir al-d†n Ibn al-ßund† (m. 899H/1493). Ibid., I, p. 346. Il était actif à Alexandrie dans les années 1450, ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, B. 211, Notaire Niccolo Turiano, f. 20r°, 13/08/1455; dans le cadre d’un désaccord entre le marchand arabe Ibn al-ßund† (it. Benezondi) et deux de ses associés dans une affaire, le notaire examine une quittance et promesse de paiement, datée du 14 février 1451, par laquelle le Ragusain Giovanni de Bona déclare avoir reçu d’Ibn al-ßund† du poivre et des clous de girofle pour un montant de 168 ducats, qu’il entend placer lors de l’arrivée des galères vénitiennes. De Bona s’engage à rendre les 168 ducats soit a Ibn al-ßund† lui-même, soit au consul florentin Marioto Squarcialupi. Le notaire rapporte ensuite une déclaration d’Ibn al-ßund† où celui-ci avoue avoir reçu ladite quantité des mains de Marioto Squarcialupi, et s’engage à ne plus demander de versement ni à De Bona ni à Marioto Squarcialupi, ainsi qu’à ne plus déranger ces derniers.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

131

Le N…©ir al-ßayš était paradoxalement un fonctionnaire civil, chargé de gérer les revenus fonciers de l’armée en Syrie. A partir de 1450, la fonction acquit des attributions n’ayant, en principe, rien à voir avec le financement de l’armée en province, et le N…©ir al-ßayš de Damas adopta un profil tout particulier: la charge fut souvent occupée par un marchand ou par un individu appartenant à une grande famille de négociants, voire un Européen de naissance. Rien d’étonnant si en 1450, Badr al-d†n ›asan, le fils du ³aw…Þ… Ibn al-Muzalliq, fut appelé à occuper le poste40. C’était la récompense de plusieurs décennies au service des sultans, d’abord en tant que marchand en mer Rouge, puis en exerçant le contrôle sultanien sur les revenus de ßedda, en 841H / 1438. Le fait que le sultan attribue la gestion des épices sultaniennes au Diwān al-ßayš de Damas révèle la conception administrative particulière des Circassiens, car on a pu remarquer le rôle d’une autre entité, le D†w…n al-³…¡¡, dans la nouvelle fiscalité mise en place à l’égard des épices. En Syrie, nous ne trouvons pas de personnel du D†w…n al-³…¡¡; de façon surprenante, le pouvoir sultanien évitait que le D†w…n ne se développe et s’en remettait à une structure de secrétaires civils, entourée de quelque marchand ³aw…Þ… et de tel ou tel autre fonctionnaire. Plutôt que de développer des organisations administratives dejà existantes, le pouvoir sultanien attribuait des fonctions à des structures qui n’avaient rien à voir avec la tâche confiée, et plaçait en tête de ces bureaux des civils proches du régime. Des stratégies semblables caractérisaient le reste de la vie administrative en Syrie, où l’on constatait la volonté du sultan de compter sur des subordonnés directs, sans passer par l’intermédiaire des gouverneurs militaires. Le centre du pouvoir sultanien était ainsi situé dans la Citadelle, par opposition au bureau du N…’ib ou gouverneur militaire de la province. Le N…©ir al-ßayš de Damas se rendait souvent au Caire, n’ayant rien à faire avec la juridiction de l’administration militaire régionale; Badr al-d†n ›asan le fit en 1459 pour rendre compte de sa gestion et être confirmé dans sa charge, ce qui se répéta maintes fois par la suite avec ses successeurs en poste41. Avec le choix de Badr al-d†n Hasan et l’attribution des épices à un d†w…n de deuxième ordre, les sultans manifestaient leur intention d’établir un rapport direct avec les élites financières syriennes. En contournant l’instance 40 Cité tant comme ³aw…Þ… que comme N…©ir al-ßayš par Ibn al-›ims†, en 857H/1453, ibid., I, p. 118. Pour sa mort en mai 1472, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 204, où le chroniqueur le décrit comme q…ÿ† et «maître de la Syrie». En affaires avec les Européens de Damas, on trouve un Sydi Assen chadi nadrazes dans ASV Cancelleria Inferiore, Notai, B. 83 II, Notaio Cristoforo del Fiore, 2 / 5 / 1461. Pour cette affaire, voir plus bas. 41 IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r fi waq…’i‘ al-duh™r, III, p. 351.

132

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

militaire et en limitant la sphère d’action du D†w…n al-³…¡¡ à la seule Egypte, le pouvoir central évoluait organiquement à l’intérieur de l’Etat, et pas nécessairement à travers le développement des structures bureaucratiques. La documentation dont nous disposons fait souvent mention du caractère forcé de l’attribution des épices par le N…©ir al-ßayš, mais aussi du fait que ce transfert était le fruit d’un accord, d’une négociation. La quantité d’épices que le N…©ir al-ßayš pouvait imposer aux Vénitiens était, aux débuts du système, calculée en fonction du volume annuel du commerce. Le rapport que les deux parties s’engageaient à respecter était une sporta de poivre sultanien pour 1000 ducats d’investissement total du côté vénitien42. Les achats étaient donc forcés car leur acceptation par le consulat n’était pas mise en cause, mais les quantités étaient négociables puisqu’elles dépendaient des sommes que les Vénitiens avaient investies durant l’année. Les transactions étaient enregistrées dans la comptabilité du consulat, ainsi que dans le livre de comptes ou livre des taxes (it. dazi) de la cour. Ces comptabilités étaient d’une extrême importance en cas de conflit, car le système, basé sur des prévisions très compliquées et des compensations qui traînaient d’une année sur l’autre, était voué à créer des désaccords. Le consul procédait ensuite à la revente du poivre à ses propres marchands, le plus souvent aux enchères. Comme il l’avait acquis à un prix fixe, «politique», (100 dinars entre 1449 et 1461) et qu’il le revendait à un prix semblable à celui du marché, normalement plus bas, l’opération comportait des pertes pour le consulat. Le calcul des autorités métropolitaines était que, si l’on respectait le seuil d’une sporta pour 1000 ducats investis, la perte ne devait pas dépasser 3% de la valeur totale des achats. Evidemment, ce pourcentage devait être payé par l’ensemble des marchands vénitiens en Syrie. La perte s’amortissait avec les taxes –le droit de Cottimo– que les marchands payaient en proportion du volume de leurs affaires; en conséquence, une quantité (petite, mais non négligeable) des capitaux privés était détournée pour honorer les accords avec le sultan. Cela se faisait ainsi, du moins en théorie. Le consul avait des consignes précises de ne pas dépasser ce pourcentage, mais, à long terme, il n’y réussit pas, et ce faible taux de 3% alla croissant. Pendant les vingt premières années, le système tint raisonnablement, bien qu’il se soit déjà heurté à 42 Voir, par exemple, les considérations faites à la fin de l’enquête menée en 1468, et adressées au doge, «che el commandamento de la Vostra Illustrissima Serenità se averà azertando (...) che le leze soe sea osservade in non dar piui de sporte una per mier de duchati...», BCMC, Cicogna 3281 III 31, infra 1468. Les institutions métropolitaines insistèrent plusieurs fois sur ce point, lors des premiers signes de défaillance du système, ASV Senato Mar, VIII, f. 196v, 2/2/69, «Ita.... non possit excedere una sporta pro miliario ducatorum».

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

133

plusieurs obstacles. Il y avait avant tout un problème financier: on devait tenir compte de plusieurs décalages difficiles à concilier, puisque ni l’investissement ni les épices qui arrivaient dans les mains du N…©ir al-ßayš n’étaient les mêmes tous les ans. Normalement, le consulat acquérait les divers stocks sultaniens qui arrivaient pendant l’année, en essayant d’affecter aux négociants la quantité proportionnelle à ce qu’ils avaient investi dans la saison. S’il y avait trop d’épices sultaniennes dans les magasins du Cottimo, elles étaient, en théorie, reportées pour l’année suivante. Ainsi, en 1459, les Vénitiens acceptèrent d’acheter 876 sporte de poivre sultanien. Il est important de tenir compte du fait que rien n’était liquidé en argent comptant; les paiements étaient renvoyés à plus tard, créant une sorte de dette flottante. Quelques jours avant le départ des galères, ils estimèrent que les marchandises qui allaient voyager vers Venise ne valaient pas plus de 477.000 ducats. Un conseil de marchands se mit d’accord avec le N…©ir al-ßayš pour réserver 400 de ces sporte pour l’année à venir43. Ils en comptèrent 476 comme perte à amortir pour 1459, soit à peu près une sporta pour 1000 dinars investis. L’année suivante, par conséquent, ils ne reçurent pas de stocks, car ils avaient déjà 400 sporte de l’année précédente. Un autre exemple de ce qui devait être le fonctionnement normal du système figure dans la saison d’hiver de 1466, lorsque l’investissement atteignit 370.000 ducats. Le consul choisit de respecter scrupuleusement les règles et chiffra la perte correspondante à 370 sporte. Le reste fut destiné à être amorti par les marchands qui voyageraient l’année suivante. Mais le problème financier dérivant de ces fluctuations ne tarda pas à se combiner avec un problème de gestion. Il faut tenir compte du fait que, avec les stocks, le consul avait la capacité de détourner, à dessein, un certain pourcentage de l’investissement privé. Depuis le poste politique qu’il occupait, il était chargé de gérer une entreprise de participation, dont il pouvait manipuler le bilan. Les conséquences dangereuses de ce contrôle n’échappaient pas à la métropole, qui ouvrit une enquête en 1468. L’agent de la Seigneurie qui prit en charge l’enquête releva que, par exemple, le consul avait falsifié ses écritures concernant les stocks de 1454. Il avait essayé de réduire les pertes attribuables aux marchands le temps qu’il était resté sur place, sans doute pour augmenter ses propres bénéfices ou ceux des marchands de son entourage. Il quitta son 43 BCMC, Cicogna 3281 III 31, infra 1459, «... per parte prexa nel conseio di XII a dì 19 ottobre 1459... per la qual se remaxe dacordo con el Nadrazes de tuor per questo ano fino a sporte 500... et parendo essere la trata piui di ducati 477.000... fo contento se resalvase all’anno che dè vegnir le sporte 400 sopra dite, si chè a questo anno 1459 rimaxe quanto resta, che he d’acordo e per parte prexa ut supra solamente a questo cotimo resta sporte 473...». Cette allusion au conseil «de XII» au lieu du consul est cependant exceptionnelle.

134

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

poste en 1456 en taxant les négociants de cette année-là, qui durent amortir des stocks des années antérieures. L’auditeur rapporta au Doge que ce consul avait agi «contre toute coutume» et qu’il avait ainsi causé «un très grand désordre et un grand dommage à Votre très illustre Seigneurie»44. Il ne s’agissait alors que d’épisodes isolés, mais aggravés par l’instabilité inhérente au système et par les interférences de la course chrétienne contre les musulmans, comme en 1464. A cause des activités des Chevaliers de Rhodes les galères de cette année firent l’objet des représailles mameloukes. Le résultat en fut une crise diplomatique, presque permanente à partir des années 1460, à laquelle nous reviendrons au chapitre 6. Dix ans à peine après leur mise en place, les achats forcés constituaient déjà l’une des ressources principales des sultans circassiens, du moins en cas de dépenses extraordinaires. En 1461, al-®…hir ³ušqadam affrontait les difficultés liées aux énormes dépenses de son de son arrivée au pouvoir. La nafaqa ou somme à verser aux membres de l’armée lors de l’arrivée au pouvoir d’un nouveau sultan mettait à l’épreuve les capacités financières des prétendants: cette fois le sultan exigea du N…©ir al-³…¡¡ au moins 100.000 dinars, qu’il réussit à collecter à travers l’imposition générale de stocks. C’est de cette année que datent les premiers témoignages d’achats forcés effectués auprès des Catalans et d’autres groupements marchands hétérogènes. Ce fut le seul argent que ³ušqadam fut capable d’obtenir directement; pour le reste il fut contraint de s’endetter (salaf) ou de procéder à des confiscations (mu¡…ÿar…t). En utilisant des sources de première main en provenance de l’intérieur de l’administration, l’historien Ibn TaÐr†bird† rapporte l’enthousiasme du sultan à l’égard de cette «ligne de crédit» (salaf qirÿ) ouverte par «nos épices» (bih… run…) dans les finances45.

44 BCMC, Cicogna 3281 III 31, infra 1456, «Fò serrà questo Cottimo con sporte 230 piui di quel fò la tratta, e fatto contro tutte le consuetudine prezedente di sporta 1 per mier [1000]... ponse allora grandissimo disordene e danno a la vostra illustrissima Serenità...». La tratta est l’investissement total, comptabilisé lors du départ des convois maritimes. 45 Le N…©ir al-³…¡¡ était ‘Abd al-Ra|m…n Ibn al-Kuwaiz, IBN TA‹R‡BIRD‡, Nujûm, vol. VII, pp. 695-96, vol. VIII, pp. 405-406 et 408-409.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

135

Table 4.1: Consulat Vénitien de Damas: Investissement des galères publiques en Syrie (1449-1468) et stocks achetés aux sultans ßaqmaq, In…l, A|mad III et ³ušqadam46 année

1449 1450 1451 1452 1453 1454 1455 1456 1457 1458 1459 1460 1461 1462 1463 146448 1465 1466 (printemps) 1466 (hiver) 1467 1468

investissement total (en dinars ašraf†/ ducats vénitiens) 10000 434862 337283 366800 388500 441570 573007 470839 179716 564857 476930 429302 561009 534198 574853 594096 606890

stock sultanien (en sporte)

prix

transfert au trésor sultanien (en dinars/ ducats)

cottimo à à payer (%)

398 258 300 188 251 400 700 180 540 476 400 470 528 534 387 625

100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 8547 85 85

3.95 0.5 2.0 2.0 2.88 2.3 1.8 3.2 2.4 6.0 6.8 2.12 4.5 3.5

85 85

39800 25800 30000 18800 25100 40000 70000 18000 54000 47600 40000 39950 44880 45390 32895 53125

6.2549 6.1

370000 547580 308000

370 229 308

85 85 85

31450 19465 26180

6.0 2.7 ?

46 La source, tant pour la table que pour les notes est le manuscrit Cicogna 3281 III 31, conservé à la bibliothèque du Civico Museo Correr à Venise. 47 En vertu des négociations menées par le consul Maffeo Michiel, le prix politique du stock se réduisit à 85 ducats par sporta. 48 Le commerce fut interrompu par les activités corsaires des Chevaliers de Rhodes. Les galées de 1464 rentrèrent à Venise en 1465. 49 Plutôt qu’à cause des stocks eux-mêmes, la perte à partager augmenta à cause des indemnités à payer suite aux évenéments de 1465 («per garbuio de Magarbi»).

136

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

4.1. Les routes des épices sultaniennes (1450-1500) Tel qu’elles étaient conçues par le pouvoir du Caire, les activités commerciales menées sous pavillon des sultans tendaient à se détacher du commerce privé, se constituant en activité parallèle. Au début du siècle, sous le règne d’al M™’ayyad Šay², les premières épices que le sultan désirait vendre aux Francs avaient été achetées par des agents sur les marchés de la mer Rouge. Un lent changement s’opéra, et nous savons que vers la fin du siècle les sultans faisaient venir des bateaux entièrement chargés de poivre sultanien. En plus du montage financier autour du Cottimo, les stocks impliquaient bien d’autres efforts sur le terrain de la navigation et du commerce. Faute de correspondances commerciales datant des années 1450 et 1460, on tâchera d’esquisser le tableau de ces opérations avec des données qui datent, parfois, de plusieurs décennies au-delà. Des nombreux indices laissent penser qu’à mesure que la fiscalité sultanienne reposait sur les épices, les sultans pariaient fortement sur un approvisionnement parallèle, aboutissant au port de al-Tor au Sinaï. Dans la description que ³al†l al-®…hiri fait des fonctions du D†w…n al-³…¡¡ en Egypte, on l’a vu, il y a la gestion des épices qui arrivaient à ßedda, passaient ensuite par al-Tor et débouchaient enfin en Méditerranée. Par là, évidemment, il entendait les épices du sultan50. Dans un premier temps, les épices du sultan étaient débarquées à ßedda, point d’arrivée pour les bateaux de gros tonnage; elles étaient ensuite conduites à Tor dans des vaisseaux de taille inférieure. Vers la fin du siècle, il y avait, à cet endroit, un entrepôt sultanien qui dépendait administrativement de la åa²†ra, ou trésor sultanien (it. dachiera, dachiera sultanis, etc.). L’importance de ces magasins d’al-Tor était telle qu’en 1500, craignant une révolte, le sultan Q…ns™h I fit conduire tout le stock sultanien vers la citadelle du Caire51. La åa²†ra se présentait donc comme une institution responsable de l’importation, du stockage et de la distribution des épices sultaniennes, car elle était aussi présente à Alexandrie. Dans cette dernière ville la åa²†ra était engagée dans des activités de crédit (elle avait un banquier) sans doute pour dynamiser le financement des stocks52.

50 AL-ZƒHIR‡, Zoubdat kachf el-Mamâlik; tableau politique et administratif de l’Égypte, de la Syrie et du Hidjâz sous la domination des sultans mamloûks du XIIIe au XV e siècle, pp. 107-109. 51 NALLINO, L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay pp. 447-448. 52 ASG, archivio segreto 2774 C, Massaria (1500-1502), f. 16v°. On trouve mention dans ce document d’un emprunt fait par la corporation à la åa²†ra, afin d’effectuer des réparations dans le funduq, et de sa restitution quelques mois plus tard au banquier de celle-ci.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

137

De leur côté, les investisseurs «privés» faisaient parvenir leurs convois à des ports différents, comme celui de Qu¡ayr. En général, les informations fournies par les Vénitiens reflètent une structure fortement individuelle des importations. Les convois –navires et caravanes– appartenant à tel ou tel marchand étaient habituels, tandis que les allusions à une organisation collective (comme le Kārim des documents de la Geniza) sont absentes dans les sources. En 1502 les épices qui empruntaient la route de la Haute Egypte –par Qu¡ayr et la vallée du Nil– appartenaient à d’importants marchands privés53. Plusieurs fois, les documents vénitiens font mention de «personnes puissantes», d’«hommes de pouvoir et riches qui ont la cargaison d’une galère à eux seuls»54. Suite aux attaques de la piraterie portugaise dans l’Océan, un marchand se plaint au sultan d’avoir subi des pertes pour une valeur de 30.000 dinars55. Dans les sources arabes écrites en mer Rouge, il est normal de trouver des bateaux au nom d’un seul marchand qui arrivent à ßedda depuis l’Inde. Plusieurs de ces grands négociants étaient des ³aw…Þ… syriens56. Le fait qu’il ne soit pas fait mention de marchands d’importance moyenne, ni d’organisations collectives quelconques, déterminent notre perception du grand commerce maritime indo-musulman. L’image qui en émane est celle d’un secteur fortement concentré, où les sultans cherchent à se faire une place, à l’aide de leurs propres hommes forts. A partir de 1449, ils ne semblaient pas éprouver de difficultés pour s’approvisionner en épices, dont ils contrôlaient le trafic, de leur arrivée à leur distribution. Malgré la pauvreté des informations dont nous disposons pour l’Océan indien, il est plus que probable que le sultanat achetait le gros de ses épices à Calicut, ville qui paraissait dominer le marché et où ce produit était contrôlé par le pouvoir politique. Il est difficile de penser que l’existence d’un monopole royal du poivre dans cette ville –signalé par G. Bouchon– n’ait rien à voir avec la demande constante représentée par les sultans mamelouks57. Pour 53 Plusieurs lettres marchandes vénitiennes parlent de l’utilisation de la route passant par Qu¡ayr, la vallée du Nil et le Caire comme une route alternative à celle, maritime, d’Aden et al-Tor, SANUDO, Diarii, IV, pp. 342-343 et III, pp. 476-477. 54 Ibid., II, p. 165. Une lettre marchande rapporte le cas d’un marchand musulman, ayant fait du tort aux Vénitiens, mais trop puissant pour qu’on lui fasse querelle; «per esser homo di poter e rico et ha il cargo di una galia lui sollo». 55 Ibid., VI, p. 249. 56 Plusieurs bateaux du ³aw…Þ… Ibn Malik, originaire d’Alep, en provenance de Diu et de Dabul (Inde); IBN FAHD, ß…r All…h Mu|ammad, Kit…b Nayl al-Mun… bi-÷ayl Bul™Ð al-Qur… li-Takmilat It|…f al-War… (T…’r†² Makkah al-Mukarramah min Sanat 922 H il… 946 H) éd. Mu|ammad al-›ab†b, 2 vols., Beyrouth, 2000, pp. 72-73, 76. La prédominance des marchands d’Alep et de Damas en milieu indien a aussi été remarquée par AUBIN: Marchands de Mer Rouge et du Golfe Persique au tournant des 15e et 16e siècles, p. 87. 57 BOUCHON: Un microcosme: Calicut au 16e siècle, p. 52. Le lien entre ces deux institutions économiques semble être confirmé par l’épisode de Timr…z al-Baktamur†, un mamelouk préposé au contrôle des

138

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

le marché du poivre, les conclusions de E. Ashtor ou de F. C. Lane mettent l’accent sur la chute des prix pendant le XVe siècle, signe d’une réduction générale des coûts de transaction. Un coup d’œil sur les chroniques de La Mecque écrites dans les premières années du XVIe montrent la rapidité des nouvelles en provenance de l’Inde. La chronique de ß…r Allah Ibn Fahd (1486-1547) montrait l’étroite collaboration des réseaux arabo-indiens, alors que celle de son grand père, Mu|ammad Ibn Fahd (1409-1480), ne témoignait que d’une activité constamment entravée par des problèmes de toutes sortes. Il est tout aussi difficile de reconstruire totalement la liste des partenaires des sultans: de la même façon que le ³aw…Þ… Galip Ripoll amenait le poivre du sultan à Rhodes, des exportations sporadiques de poivre vers la Turquie, cette fois sur des bateaux génois, sont mentionnées58.

4.2. L’importance de l’information L’une des préoccupations constantes était de faire coïncider l’arrivée des galères d’Etat vénitiennes avec celle des stocks. Il était important que le sultan s’obligeât à donner les épices en temps de galères, car c’était durant ces quelques semaines que l’on attendait la concentration maximale de négoce, ainsi que la plus grande disponibilité de numéraire sur place. En 1499, par exemple, le sultan s’engaga personnellement avec le consul à lui fournir ses épices venant d’al-Tor en temps de galères59. L’information jouait un rôle fondamental dans ces échanges; dans cette deuxième moitié du siècle, le commerce dans l’océan Indien semblait avoir surmonté de nombreuses difficultés. L’information voyageait vite, car il était important de connaître les dates d’arrivée des bateaux en mer Rouge pour accélérer le départ des galères à destination de Beyrouth et d’Alexandrie. Marino Sanudo rapporte des lettres marchandes où les Alexandrins spéculaient non pas sur les navires arrivés à ßedda, Qu¡ayr ou al-Tor, mais sur ceux qu’on attendait prochainement. En décembre 1497, en plus des six bateaux qui se trouvaient au large d’alTor, les Vénitiens en attendaient six autres qui étaient encore en voyage60. revenus sultaniens du port de ßedda, qui en 1450 décida de s’enfuir avec les impôts payés par les navires marchands (le ‘ashara ou 10% coutumier). Dans plusieurs ports de l’Océan, il lui fut refusé l’accueil par crainte des éventuelles représailles de l’autorité mamelouke contre les marchands originaires de ces lieux. A Calicut Timr…z déclara son intention d’acheter du poivre pour le sultan, IBN TA‹R‡BIRD‡, Nujûm, vol. VII / 1, pp. 208-211. Pour le rôle de la ville dans le commerce du poivre, voir EATON, RICHARD M., «Multiple Lenses: Differing perspectives of Fifteenth-Century Calicut», Essays on Islam and Indian History, Oxford University Press, New Delhi (2000), p. 79. 58 En cette occasion, une grande nef génoise, affrétée par le sultan pour 3000 ducats, fit voile vers Satalie, SANUDO, Diarii, III, 1122-1123. 59 Ibid., II, 1039 et ss. «per via de Tor in tempo de galie». 60 Ibid., I, 913.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

139

En 1502, les informations sur le retard des caravanes atteignaient Venise et modifiaient la date de départ des galères. Des courriers rapides –les chameaux coureurs ou |aÞÞ…n– quittaient ßedda pour livrer rapidement l’information et permettre ainsi aux galères de faire voile vers Alexandrie et Beyrouth afin d’arriver au bon moment61. En 1503, Venise disposait d’informations précises sur la composition des caravanes avant qu’elles n’arrivassent au Caire, quand il manquait encore un mois avant l’arrivée des cargaisons à Alexandrie et à Damas. Cette année-là les caravanes de printemps apportèrent la même quantité d’épices sultaniennes que d’épices «privées», ce qui met en évidence l’hétéronomie croissante du secteur, dominé en partie seulement par des échanges aux véritables conditions de marché62.

5. LES ÉLITES DANS L’ADMINISTRATION SYRIENNE Avec les stocks, les structures financières du négoce des épices devinrent plus complexes. Cela comporta l’apparition d’un type d’administrateur qui, contrairement au marchand international du début du siècle, avait un profil plus nettement financier. Défendant tant les intérêts sultaniens en province que les siens, ce genre de personnage devint fréquent pendant la deuxième moitié du siècle. De préférence, ils occupaient les charges de ³aw…Þ…, de N…©ir al-ßayš de Damas ou de Wak†l, mais aussi celles de Q…ÿ†, de Drogman, etc. en raison de la tendance à ne pas fixer des procédures administratives normatives autour des stocks, mais plutôt des procédures négociées. Dans les nouvelles articulations du pouvoir sultanien à Damas, la charge la plus importante était celle du N…©ir al-ßayš. Le système, comme nous avons pu le constater, débuta avec la nomination d’un marchand, Badr al-d†n ›asan Ibn Muzalliq, ayant servi de longue date les projets sultaniens. Dans ce dessin compliqué qui se profilait en Syrie, qui d’autre qu’un Ibn Muzalliq pouvait fournir au Caire les compétences, l’organisation et les contacts pour faire parvenir l’argent des épices au trésor? Cela n’empêcha pas que, dans les complexes opérations de crédit motivées par les stocks, les propres fils de Badr al-d†n ›asan jouassent leur rôle en tant que banquiers privés63. On a donc 61

«gambeli coredori», ibid., IV, 342-43. Ibid., V, 34. 63 Voir ASV Cancelleria Inferiore, Notai, B. 83 II, Notaire Cristoforo del Fiore, Damas, 14/5/1461, où le florentin Perotino di Peruzzi se portait fidéjusseur d’un groupement de marchands d’Ancône, Pérouse et Florence, qui avaient dû verser de l’argent au drogman du sultan, Ibr…h†m Ibn D…’™d, en échange de poivre sultanien. Ils avaient emprunté cet argent aux fils du Q…ÿ† N…©ir al-ßayš, et devaient le rembourser avant 62

140

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

affaire à la troisième génération de la famille Ibn Muzalliq, toujours en contact avec les milieux européens et avec le gouvernement circassien, mais dont les activités changeaient avec le temps et les transformations politiques. Issu du monde des affaires, parfois en rapport avec les Vénitiens de Syrie, Zayn al-d†n ‘Omar Ibn Mu|ammad al-Nayrab† est un autre ³aw…Þ… qui fut appelé à occuper la charge de N…©ir al-ßayš64. Il y parvint après une carrière comme négociant, notamment en épices. Il profita aussi d’une structure familiale fortement liée au négoce avec les Européens; en effet, son oncle, appelé Bubach par les Vénitiens, apparaît en affaires avec ces derniers dans les années 146065. al-Nayrab† constitue l’un des cas les plus flagrants de la pénétration des instances financières dans l’appareil de l’Etat militaire mamelouk. Il semblait accepter les risques de son statut ambigu (il finit par être emprisonné par le sultan), s’attirant par ses procédés la réprobation des Vénitiens comme des Syriens66. Comme tant d’autres hommes d’affaires de son temps, il agissait depuis Alep, plaque-tournante du trafic euro-asiatique à cette époque, bien que son réseau financier s’étendisse à Damas à travers des alliances familiales. De plus, on lui confia en 1504 la direction du pèlerinage à la Mecque, courant qui canalisait une bonne partie du trafic commercial annuel et qui était le lien principal avec le négoce indien67. Le parcours du Syrien ‘Is… al-Q…rr†, contemporain d’Ibn al-Nayrab†, fut marqué par un rapport très étroit avec le sultan Q…ytb…y. En contact avec les Vénitiens de Syrie dès les années 146068, il ne commença à être désigné comme ³aw…Þ… que dans un deuxième temps de sa carrière, titre qui fut également décerné à certains de ses fils. C’est à l’occasion de sa mort que nous pouvons nous faire une idée de la signification de la charge, et des implications psychologiques et sociales de ce type d’association avec le pouvoir. La fortune des ³aw…Þ… était perçue en termes de patronage sultanien, et le fait que les sultans se saisissent de leurs avoirs –notamment de leurs héritages– ce qui peut être grossièrement interprété comme des exactions, ne devrait pas leur départ. Un acte du même notaire, daté du 14/6/1461, à Damas, montre comment le Catalan Gabriel Hubert dut répondre des compromis passés auprès d’un autre Catalan nommé Bernard de Sant Climent, dont il était fidéjusseur. Hubert se vit contraint de verser aux fils du N…©ir al-³…¡¡ la somme de 4831 ducats, en raison d’une opération d’achat de poivre sultanien. 64 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 236. 65 Il est associé à «Bubacho suo barba et suo fratello da Damasco», ASV, Senato Mar, 12, f. 58, 23/8/1484. Cet oncle est probablement le Bubach Magno Sansario cité dans ASV Notai, Cancelleria Inferiore; Cristoforo del Fiore; 16 / 6 / 1463. 66 IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, p. 120. 67 Šaww…l 909H, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, p. 273. 68 Cité en tant que simple mercatori mauro, al-Q…rr† (Aisse el Cairi) participa à une opération de crédit, pour un montant total de 4500 ducats, ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, B. 83 II, Notaio Cristoforo del Fiore, Damas, 16 / 6 / 1463.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

141

cacher une vision des choses plus nuancée. ‘Is… al-Q…rr† laissa de l’argent pour ses fils, mais les chroniques rapportent qu’il laissa en héritage 100.000 dinars au sultan69. Cependant, entre ³aw…Þ… et sultan, il n’y avait pas qu’un simple rapport vertical. Après de longues années de collaboration d’‘Is… al-Q…rr† avec le régime, les troubles provoqués à Damas par les stocks créèrent une situation très tendue qui eut pour conséquence une ambassade vénitienne au Caire en 1489. Les négociateurs arrachèrent au Caire des concessions très défavorables aux Damascènes, dont le boycott de certains hauts administrateurs, qu’ils présentaient comme des «diables» et des «chiens enragés»70. Al-Q…rr† reçut l’ordre de mettre à exécution certaines de ces dispositions71, ce qu’il interpréta comme une offense. Le marchand entendait –dans les mots d’Ibn ¦™l™n– qu’il partageait la confiance du sultan pour l’argent des épices, argent qu’il lui envoyait. Ce fait engendra en lui la mélancolie et accéléra sa mort72. Ma|m™d Ibn AÞ… al-›alab† provenait également de ce milieu élitaire des négociants d’Alep. Grâce aux documents vénitiens, nous savons qu’il est actif comme marchand en Syrie du Nord dans les années 148073. Il devint chef de la chancellerie égyptienne en mars 1501, quand Ibn al-Nayrab† était encore N…©ir alßayš en Syrie, ce qui fait une importante concentration de charges dans les mains des marchands d’Alep74. Il maria sa fille à un Q…ÿ† de la famille des Ibn Farf™r qui avait d’énormes intérêts financiers, moyennant une dot de 1000 dinars75. Ces procédés d’ascension sociale sont ordinaires, mais, dans ce cas aussi, ce sont les documents vénitiens qui nous permettent de placer le milieu des finances à l’origine de certaines carrières. La lecture simultanée des sources –mameloukes et européennes– fait ressortir en Syrie, et notamment autour de l’administration civile, judiciaire et militaire de Damas, l’existence de cercles de pouvoir où le contact avec la finance méditerranéenne était toujours présent. Les développements du pouvoir sultanien, toujours en quête de nouvelles formules financières, et notamment les fonctions affectées au N…©ir al-ßayš, contribuèrent à l’essor de cette nouvelle place occupée par les élites syriennes dans l’Etat.

69

IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 373. Ambasciata straordinaria, doc. 118. 71 Ibid., docs. 64, 51. 72 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, pp. 132-133. 73 Un marchand nommé Mamut Aga apparaît dans la correspondance de la famille Malipiero, en mars 1484, comme ayant des intérêts tant à l’Aïas qu’à Alep. Cité par VALLET, ERIC, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du XV e siècle: pour l’honneur et le profit, Paris, 1999, p. 127. Pour les Ibn AÞ…, ainsi que pour les rapports postérieurs entre Ma|m™d Ibn AÞ… al-›alab† et les Vénitiens, voir chapitre 7. 74 IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, p. 119. 75 Ibid., II, p. 176. 70

142

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

6. LES STOCKS: UN SYSTÈME ÉCONOMIQUE «RATIONNEL»? Comme forme d’organisation économique, les stocks présentent dès leur mise en place une série de traits qu’ils conservèrent, et qui méritent d’être problématisés ici, en raison de l’importance que ces échanges eurent par la suite. Le premier concerne le vieux débat sur la “rationalité” économique des différents acteurs. Le système de stocks, était-il “rationnel”? Il faut remarquer que rationalité, dans la tradition de l’économie néoclassique, et, plus récemment, pour l’école néo-institutionnelle, continue à signifier quête du profit et optimisation du gain76. Du côté de l’autorité mamelouke, il faut remarquer que le nouveau système comportait un prix fixe pour les épices, tandis que l’ancien système de voxe impliquait la négociation d’un prix différent tous les ans. En ce qui concerne la maximisation du gain, le système antérieur était sans doute plus rationnel, car en principe il visait une nette forme d’optimisation des bénéfices. Comme les prix des épices variaient d’un année sur l’autre, et que le sultan exigeait d’être payé sur le marché, le prix des épices sultaniennes devait, par la force de choses, être négocié de nouveau chaque année, pour s’adapter aux fluctuations des prix “normaux” et maintenir sa marge de gain privilégié. Au contraire, avec les stocks, en acceptant un prix fixe tous les ans, les sultans risquaient de «donner» leurs épices aux mêmes prix que ceux du marché, voire à des prix inférieurs, comme ce fut effectivement le cas à plusieurs reprises (nous y reviendrons). Et pourtant, c’est ce qu’il firent, en acceptant à partir de 1461 un prix encore plus bas: 85 dinars par sporta. En termes économiques, la logique du système des stocks n’était pas la maximisation du gain, mais plutôt le maintien d’une entrée constante de devises pour le trésor sultanien. Le concept des stocks s’avèrait ainsi être une variante des formes d’organisation économique dont se sont occupés certains chercheurs travaillant sur les sociétés anciennes, et sur lesquelles étaient revenus les chercheurs de l‘école substantiviste, avec Karl Polanyi en tête. Une forme de commerce administré, certes, avec des traits et des manifestations propres, mais se conformant au principe général selon lequel l’approvisionnement constant en un bien stratégique prime sur la maximisation du gain. Cette précision est d’autant plus importante qu’en l’absence d’une interprétation correcte des stocks, et à cause de l’emploi de mauvaises traductions, certains chercheurs continuent à parler de monopoles d’Etat pour les épices, proposant ainsi des interprétations économiques inexactes77. 76 MILGROM, PAUL et JOHN ROBERT, «Predation, Reputation, and Entry Deterrence», Journal of Economic Theory, 27 (1982), p. 281. 77 Voir chapitre 5.1 et note n.° 11.

VENISE ET LES ÉPICES DU SULTAN: LE SYSTÈME DES STOCKS (1450)

143

En ce qui concerne les Vénitiens, comme l’on a vu, le système visait le détournement d’une partie de l’investissement privé pour l’amortissement en commun des stocks. On pourrait interpréter la rationalité du système comme l’effort pour faire front aux attitudes prédatrices du sultan –en achetant en commun ses stocks– pour reprendre ensuite la course vers la maximisation individuelle des gains. Dans les chapitres qui suivent, nous aurons l’occasion de constater que le système, pourtant, se montra de bonne heure défaillant, favorisant une spéculation sans précédent, et qu’il contribua à augmenter les coûts de transaction des Vénitiens au-delà d’un seuil raisonnable. Malgré cela, les accords avec les Mamelouks, contre la volonté et l’intérêt de la majorité des investisseurs, furent maintenus pour des raisons politiques. Une autre considération dont il convient de tenir compte à présent concerne le rôle et la fonctionnalité des guildes de commerce. L’intérêt de l’histoire néo-institutionnelle pour ces guildes de commerce s’est concentré sur des cas où elles servaient à contrecarrer les ambitions «rapaces» des gouvernants, et à sauvegarder l’indépendance des marchés. Selon le point de vue des néo-institutionnalistes, les guides marchandes médiévales émergèrent avec l’encouragement des gouvernants des Etats marchands, afin de constituer un contre-pouvoir, augmentant la capacité du gouvernant à respecter ses propres engagements et établissant les fondements de la croissance commerciale de la période78. Le rôle du Cottimo vénitien sur lequel nous nous sommes penché semble contredire cette vision, puisqu’il se présente comme l’instrument des intérêts politiques métropolitains. Loin d’obliger les sultans à respecter les compromis passés avec les marchands, la défense des stocks par le gouvernement de Venise répondait à des priorités politiques, comme la sauvegarde d’un système de commerce dominé par l‘intervention publique et le contrôle de l’investissement privé. Le Cottimo et d’autres institutions analogues comme la Massaria génoise furent donc instrumentalisées afin de créer des alliances politiques en Méditerranée, alliances qui ne passaient pas toujours par la maximisation du bénéfice individuel, mais plutôt par le maintien de hiérarchies et de formes de redistribution politique données.

78 GREIF, MILGROM et WEINGAST, Coordination, Commitment, and Enforcement: The Case of the Merchant Guild, p. 746.

CHAPITRE 5 LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES: LA COLLUSION ENTRE VENISE ET LE CAIRE

1. INTRODUCTION Au début de la deuxième moitié du XXe siècle les historiens ont abordé sans ambages le rapport entre le pouvoir politique mamelouk et les milieux financiers. Les études sur des groupements marchands comme les K…rim†, et leurs implications dans le domaine du crédit politique, datent de cette époque. Plus tard, et notamment dans le cas du Moyen Orient médiéval, ce genre d’approches fut de plus en plus éclipsé par le véritable leitmotiv de l’histoire économique récente: expliquer la croissance et le développement de l’Occident et subsidiairement, l’absence de croissance dans d’autres lieux. Dans cette historiographie, les études sur les épices, le Moyen Orient arabe et la Méditerranée elle-même devinrent des thèmes subsidiaires d’un dessein supérieur: l’étude de la proto-industrialisation de l’Occident et de l’extension progressive des marchés internationaux. Il n’existe qu’un seul modèle explicatif du rapport entre les pouvoirs méditerranéens et les épices datant de ces années-là: celui de E. Ashtor, qui consacra de longues années d’étude à modeler une vision à travers laquelle Venise acquit la primauté au Levant grâce au «manque de compétitivité» des produits levantins, et en profitant principalement de la progressive régression de Gênes, de Florence et de Barcelone1. Ashtor regroupa ses nombreuses études en une histoire du commerce du Levant, structurée en chapitres consacrés à Venise et à «ses concurrents», où il montrait comment ces derniers cédèrent leur place à cause du déclin de leurs économies, de leurs systèmes politiques, ou de la défaillance de leur pouvoir naval2. Bien que, souvent, causes et conséquences se 1 «The Near Eastern industries used old-fashioned methods, and their products could not compete with those imported from Europe. This was the main factor in the great expansion of European Nations, which began in that period... », ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 202-203. 2 Gênes à partir de 1422, ibid., pp. 331-335, la Catalogne depuis 1435, ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 341, contre l’opinion de DUFOURCQ, CHARLES-EMMANUEL, La continuité des activités catalanoaragonaises dans les états musulmans méditerranéens d’Alphonse le Magnanime à Ferdinand le Catholique,

146

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

mélangeassent dans son analyse, Ashtor voyait dans le bon fonctionnement du système des galères l’une des causes principales de la suprématie vénitienne3. Pour Ashtor, tout se jouait sur le terrain de la concurrence. Les rapports commerciaux ne semblaient pas être motivés ni par des les choix stratégiques des cités, ni par les différents intérêts de leurs élites. Les institutions économiques des Etats partenaires, plutôt que de déterminer les diverses façons de commercer, étaient la conséquence des échanges eux-mêmes. Pour Ashtor, Venise imposait sa suprématie au Levant car son système de galères était simplement plus efficace que celui des nefs génoises4; il ne pouvait pas concevoir que les Génois préférassent commercer avec le Levant de façon sporadique –à l’aide de leurs grandes coques– ou que la continuité du service de galères vénitiennes fusse favorisée par le gouvernement mamelouk. Les formes caractéristiques d’organisation et de gestion économique ne reflétaient pas pour Ashtor des conceptions et des stratégies politiques différentes, mais de simples particularités dans la maximisation du profit5. Dans son analyse, ces institutions occupaient une place à côté des autres particularités de la vie quotidienne du marchand levantin. Les processus de crise subis par la Massaria et le Cottimo ne mettaient pas en cause la rationalité économique du commerce de Gênes et Venise, ni ne reflétaient des tensions internes en métropole: vus comme les effets d’un manque de solidarité, ces processus étaient interprétés comme la conséquence de la rapacité mamelouke, ou comme une chute des «standards moraux» des marchands6. De nos jours, on tend à opposer trop fortement les marchands et les gouvernants prémodernes, et à voir entre eux des rapports toujours conflictuels, où les seconds cherchent à s’emparer des capitaux privés7. Ashtor, spécialiste des échanges avec les Mamelouks, considérait le commerce vénitien comme une entreprise strictement mercantile, où la seule rationalité était celle d’optimiser le revenu. Il s’opposait aux interprétations de ceux qui considéraient qu’à plusieurs égards, le marché de Venise était un marché politique, et que les bénéfices obtenus pas les Vénitiens n’étaient pas toujours de nature commerciale8. Pour Ashtor l’autorité mamelouke était un élément de rapacité dans «La Corona d’Aragona e il Mediterraneo: aspetti e problemi comuni da Alfonso il Magnanimo a Ferdinando il Cattolico (1416-1516), IX Congresso di Storia della Corona d’Aragona, 1973», vol. II, Naples 1982. 3 «...success of the Venetians was also to a very great extent the effect of the excellent management of the galley service...», ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 253. 4 Ashtor avait tendance à négliger les données allant en sens contraire, ibid., pp. 131 et 335. 5 Voir sa comparaison des différences entre le commerce vénitien et génois, au niveau de la navigation et de la réglementation en matière de routes et de produits, ibid., pp. 131-136. 6 Ibid., pp. 401-402. 7 SUBRAHMANYAM, Of Imarat and Tijarat, p. 773. 8 Voir sa polémique contre Romano, Tenenti et Tucci, dans ASHTOR, Profits from Trade with the Levant in the Fifteenth Century, p. 274.

LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES...

147

que le marchand devait contourner, mais l’historien ne prêta jamais attention aux obstacles que représentaient parfois les institutions vénitiennes elles-mêmes pour les négociants9. Il renonça à analyser en profondeur les dettes du Cottimo –et il ne fut pas le seul– qui cachaient d’importants problèmes d’organisation économique10. Ashtor analysa scrupuleusement les divers secteurs de l’investissement vénitien, en vue d’en reconstruire la structure, les prix, ainsi que d’en calculer les bénéfices, mais son analyse négligea la machine institutionnelle sur laquelle ce commerce était basé. Après plusieurs décennies d’études sur le commerce du Levant, on connaissait assez mal ce canevas institutionnel. Notamment, on savait peu de choses sur l’importance et le fonctionnement du Cottimo vénitien, l’une des institutions financières les plus importantes de la Méditerranée médiévale. L’ignorance des origines des stocks et de leur importance pour les rapports entre les deux Etats favorisa les interprétations erronées; on avançait que des formes monopolistiques avaient survécu jusque dans les années 146011, la ³aw…Þikiyya n’était qu’un collectif de « grands marchands privés contraints d’entrer au service du sultan”12, que des ³aw…Þ… tardifs comme ‘Is… al-Q… rr† étaient des K…rim† destinés à être expropriés par le gouvernement, etc13. Ashtor a exploré avec succès divers secteurs du commerce oriental, comme celui du commerce du coton, et a émis des hypothèses intéressantes en matière d’investissements et de profits, mais, laissant de côté la distribution des ressources au sein des sociétés, il a plutôt construit une histoire du commerce qu’une histoire économique et sociale proprement dite. Contrairement à l’esprit de l’économie néoclassique, les premiers représentants de l’historiographie institutionnaliste comme D. C. North étaient conscients du fait qu’il existait des sociétés non régies par une rationalité de marché, qui développaient sur le long terme des «formes politiques inefficaces»14. Cependant, de manière générale cette première poussée du cou9 «Just as Venice had withstood the brunt of the sultan onslaught on the freedom of trade, she also derived the greatest profit from the increase of the commercial exchanges with the Levant. The second quarter of the fifteenth century was a period of great growth of her Levant trade despite the almost endless vexations by the mamluk authorities...», ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 311. 10 Pour le refus des historiens à affronter l’étude de ces crises financières, voir plus bas, 8.2. 11 Subrahmanyam, suivant, probablement, une mauvaise traduction de Gaston Wiet, défend l’existence de monopoles pour les épices sous les sultans ³ušqadam (1461-67) et Q…ytb…y (1468-96). SUBRAHMANYAM, Of Imarat and Tijarat p. 762. Le passage en question concerne la nafaqa de ³ušqadam, analysé à la fin du chapitre IV. 12 ASHTOR, ELIYAHU, L’apogée du commerce vénitien au Levant: un nouvel essai d’explication (actes du colloque: Atti del II convegno internazionale di storia della civiltà veneziana: Venezia: centro di mediazione tra Oriente e Occidente (secoli XV-XVI): aspetti e problemi, 1977 1973), p. 322. 13 ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 281. 14 «A powerful insight of neoclassical theory, with fundamental implications for economic history, is that under conditions of uncertainty it is impossible for individual profit, or wealth, maximization to exist...

148

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

rant institutionnaliste voyait le gouvernant pré-moderne comme un frein au déroulement normal du marché et de ses fonctions régulatrices, gouvernant contre lequel se dressaient les institutions économiques, souvent au caractère informel15. La deuxième poussée de l’histoire néo-institutionnelle, telle qu’elle a été développée par Weingast, Milgrom, Grief et d’autres, se concentra très fortement sur les phénomènes réprimant la concurrence, et surtout sur les conduites capables de ruiner l’action collective. Le nouveau courant de la théorie néo-institutionnelle chercha à éclaircir le rôle des institutions face à différents types de situations: a) quand les marchés se voyaient menacés par le manque d’engagement de gouvernants «rapaces» b) quand les règles du jeu des marchés étaient enrayées par des comportements individuels manquant de solidarité. Les néo-institutionnalistes créèrent un modèle qui tâcha d’expliquer pourquoi, parfois, les marchés ne fonctionnaient pas correctement, sans accepter que les institutions politiques puissent favoriser des formes économiques peu efficaces. Ainsi, Avner Greif s’intéressant aux systèmes de contrôle de la réputation des négociants maghrébins à l’époque de la Geniza, basa son étude sur le postulat selon lequel le système était libre et compétitif, soit un marché idéal selon les conceptions libéristes, un marché à l’intérieur duquel pouvaient naître des perturbations16. North, Milgrom et Weingast, à leur tour, sont partis de l’idée que ces arrangements institutionnels favorisaient l’expansion d’un commerce en croissance, et que les gouvernements des villes étaient engagés dans le «développement des marchés», allant jusqu’à soutenir que ce genre d’arrangements économiques pour étayer les marchés précéda l’essor des Etats-nation en tant que garants des droits de propriété et de juridiction économiques17. Le modèle, très influent, élaboré par Greif, Milgrom et Weingast au sujet des guildes marchandes interprétait l’essor de celles-ci comme celui d’un This insight is basic to an understanding of evolution of institutional forms of economic organization, but in a world of non-market decision making inefficient forms of political structure do persist for long periods of time. Otherwise it would not be important that individuals, groups, and classes have different perceptions of reality, different theories to account for the world around them, and different and conflicting policies that they pursue...», NORTH, DOUGLASS C., Structure and Change in Economic History (New York-London, 1981), pp. 6-7. 15 Voir, par exemple, l’un des articles pionniers de MILGROM, PAUL, DOUGLASS C. NORTH, et BARRY R. WEINGAST, «The Role of Institutions in the revival of Trade: The Law Merchant, Private Judges, and the Champagne Fairs», Economics and Politics, 2 (1990). 16 «The trade within each center was free and competitive, with many buyers and sellers interacting in bazaars and storehouses, where they negociated and competed over prices, using brokers, open-bid auctions, and direct negociation», GREIF, Reputation and Coalitions in Medieval Trade: Evidence on the Maghribi Traders, p. 860. L’auteur utilise des sources de deuxième main, en reprenant les études classiques de Goitein. 17 MILGROM, NORTH, et WEINGAST, The Role of Institutions in the revival of Trade: The Law Merchant, Private Judges, and the Champagne Fairs, pp. 4-5.

LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES...

149

contrepouvoir, capable de contrecarrer les velléités des gouvernants qui sapaient les fondements de l’économie de marché18. C’était contre ces dysfonctionnements des marchés que les individus réagissaient, à travers de nouvelles solutions et des arrangements institutionnels, comme la création de guildes de commerce, y compris celles d’outre-mer. Le problème est que, quand nous étudions la gestion du capital social des marchands par le Cottimo ou la Massaria, nous avons en fin de compte l’impression qu’elle était la projection des intérêts politiques métropolitains (nous y reviendrons). La gestion des épices sultaniennes par le Cottimo, notamment, finit par encourager le manque de solidarité et par produire une énorme crise financière. Pour certains historiens, cette vision étroite de l’Etat, et plus concrètement du gouvernant médiéval, en tant que possible menace contre les droits de propriété et contre la normale activité du marché, est problématique. Une articulation plus complexe des rapports entre autorité et finance semble, en fait, être le fondement des lourdes critiques formulées contre les théories du modèle de Greif, Milgrom et Weingast19. Dans leur exhaustive révision du modèle de Greif, Milgrom et Weingast, R. Dessi et S. Ogilvie ont défendu que les guildes médiévales de commerce, loin d’exercer un rôle bénéfique pour la société –en tant que contrepouvoir– entraient en collusion avec les gouvernants à qui elles fournissaient des moyens pour accroître leurs revenus. En l’absence de guildes de commerce dotées de droits de juridiction, le gouvernant aurait du déléguer de vastes compétences fiscales aux élites locales. A la différence du collecteur local d’impôts, les guildes marchandes pouvaient se permettre d’avancer des paiements réguliers, en agissant collectivement20. S. Ogilvie et R. Dessi ont insisté sur le fait que les guildes de commerce d’outre-mer avaient un caractère exceptionnel; dans le cadre d’une comparaison allant de la Scandinavie au Moyen Orient, les origines de ces groupements étaient invariablement liées à l’exercice local des privilèges. Quand les guildes du commerce d’outre-mer existaient, elles n’étaient que des sous-guildes, toujours dépendantes des pouvoirs métropolitains, et leur fonction devait être comprise dans ce cadre unitaire21. 18 GREIF, MILGROM, et WEINGAST, Coordination, Commitment, and Enforcement: The Case of the Merchant Guild, p. 746. 19 DESSI, ROBERTA et SHEILAGH OGILVIE, The Political Economy of Merchant Guilds: Commitment or Collusion? (2004, dernière consultation: février 2006), document numérisé, (http://idei.fr/doc/wp/2004/ political_guilds.pdf). 20 DESSI et OGILVIE, Social Capital and Collusion: The Case of Merchant Guilds (Long Version) (dernière consultation: février 2006), pp. 4-5. 21 «Alien merchant guilds continued to be dependent, to a greater or lesser extent, on the decisionmaking and privileges of the local merchant guild at home. Most alien merchant guilds were closely monitored by their home cities...Venetian merchant colonies abroad enjoyed particulary consistent support from their home governments...», ibid., pp. 9-11.

150

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

En général, la critique d’Ogilvie et Dessi à la théorie néo-institutionnelle trouva son prolongement dans les travaux de Stephan R. Epstein. Ce chercheur défendit une conception de l’histoire selon laquelle les marchés étaient toujours plus amples et homogènes, soutenus par des structures politiques de plus en plus capables d’abattre les barrières juridictionnelles, en dépit des témoignages d’une articulation entre pouvoirs et groupements financiers, basée plutôt sur la connivence, visant à modeler les marchés. Malgré ses objections aux modèles des systèmes-monde et néo-institutionnels, qui d’après lui attribuent aux Etats pré-modernes une capacité d’intégration des marchés qui ne fut atteinte qu’au dix-neuvième siècle22, il accepta tout de même l’idée que, tôt où tard, la centralisation politique se produisit et parvint à harmoniser les marchés internationaux. Il utilisa la conjoncture du Moyen-Age pour montrer la lente et constante affirmation de l’Etat centralisé en tant qu’agent homogénéisateur, en tant que garantie des droits juridictionnels des agents et, en dernier lieu, du développement économique de l’Occident. La recherche sur les stocks mettait en évidence qu’il y avait une coïncidence d’intérêts entre la Seigneurie et les sultans, et que la question ne pouvait pas être réduite à une affaire de «rapacité» contre l’économie «de marché», incarnée par les communautés européennes. En raison de l’instrumentalisation politique des guildes de commerce, le modèle néo institutionnel nous était de peu d’utilité; le commerce avec les Mamelouks –et encore plus après l’accord sur les stocks– se situait à l’intersection d’une pluralité d’institutions économiques tendant à limiter les droits de juridiction et la concurrence, chacune d’entre elles relevant d’un développement métropolitain caractéristique. Le marché ne représentait qu’un élément, encastré dans l’ensemble. Il n’est pas difficile de voir les avantages fournis par l’analyse de Dessi et Ogilvie au sujet des groupements présents dans le commerce des épices. La ³aw…Þikiyya répond tout à fait à l’idée de groupement qui jouit de privilèges pour fournir, en échange, des solutions financières au gouvernant. De même, le modèle de la collusion sert-il à appuyer l’idée que les pouvoirs exerçaient une action transversale sur l’économie, plutôt que de mettre en place de nouveaux impôts et des structures bureaucratiques. La Massaria et le Cottimo, à leur tour, s’adaptaient au profil de guildes marchandes dépendant des intérêts métropolitains. Dans ce chapitre nous voudrions montrer que le commerce des épices se comprend difficilement en tant que conséquence d’une concurrence au niveau des marchés, mais qu’il est nécessaire de prendre en considération les formes particulières d’organisation économique des intervenants. Notre 22 EPSTEIN, STEPHAN R., Freedom and growth: the rise of states and markets in Europe, 1300-1750, London-New York, 2000, pp. 3-7.

LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES...

151

hypothèse est qu’il n’y avait pas collusion à l’échelle locale, mais qu’à partir de 1450 les autorités du Caire et de Venise suivirent une stratégie de collusion afin d’externaliser une partie des rentes liées au commerce des épices. Plutôt que de procéder à la centralisation politique, ou de dicter des normes permettant d’harmoniser les conditions d’accès aux marchés, l’autorité sultanienne opta pour la cession de pouvoir aux guildes étrangères de commerce, mais également aux ³aw…Þ… et à d’autres élites administratives locales; sur le plan économique, le choix consista à manipuler les marchés. A Venise, la participation aux marchés internationaux était, comme pour n’importe quelle autre manifestation du droit, liée au statut. Cette participation aux marchés levantins, réduite à quelques groupements restreints (nobles et citoyens), fut fermée aux étrangers, aux Juifs, aux Grecs, aux Turcs, jusque dans les années 1470 et 148023. De nouvelles restrictions de droits de juridiction furent émises à l’égard de la construction navale24, de nouvelles incompatibilités pour les routes de navigation25, en vue de contrôler l’accès aux marchés de la République et de dicter des conditions avantageuses pour le propre commerce des épices. Le commerce des cités médiévales avec l’Empire Mamelouk avait une structure fortement artificielle, étayée par des mécanismes institutionnels; pour aborder son étude, l’outillage conceptuel lié aux marchés et à la concurrence doit être adopté avec précaution. La «modernité» en Méditerranée ne débuta pas par l’intégration des marchés, mais –du moins en termes de grand commerce– moyennant l’exercice du privilège et des limitations de juridiction. Ainsi, prétendre que la collusion entre ces deux pouvoirs méditerranéens, durant plus d’un demi siècle, fut la conséquence du bon fonctionnement du système de galères ne serait qu’une banale simplification. Nous procéderons à un rapide aperçu du cadre institutionnel du commerce des deux principaux partenaires des Mamelouks: Gênes et Venise. Notre objectif est de montrer que Venise offrait, certes, une demande stable représentée par le système de galères, mais qu’outre une planification économique d’ordre général, des intérêts politiques concrets visaient au maintien de ce système. Gênes, quant à elle, ne fut pas dépassée sur le terrain des épices levantines parce qu’elle «ne pouvait pas concurrencer Venise», mais plutôt parce que les groupements possédant une capacité de décision avaient intérêt à la généralisation de la navigation, à la prolifération des nolis et à la diversification des routes. Notre idée est que la décision prise au Caire de signer une entente commerciale avec Venise fut conditionnée par l’existence d’intérêts concrets 23

ASV Senato Mar X, f. 103, 7/12/1476 et Senato Mar XI, 28/4/1488. ASV Senato Mar IX, f. 19b, 28/9/1469. 25 ASV Senato Mar VIII, f. 150, 18/1/1468. 24

152

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

et d’institutions particulières chez ces partenaires méditerranéens. Les priorités de la finance sultanienne, trouvant un écho dans celles de certains groupements vénitiens, ouvrirent la voie à une manipulation commune du marché des épices. Contrairement à la vision anthropologique de K. Polanyi et de ses collaborateurs, qui, s’occupant largement des restrictions imposées aux marchés, tendaient à subordonner l’économie à l’équilibre des structures sociales, nous allons nous concentrer sur une perspective nettement plus historique, selon laquelle le marché était soumis aux rapports de force existant au sein des sociétés26. Notre vision de la scène méditerranéenne est plus celle du conflit que celle du consensus, car la profonde crise financière étudiée dans les chapitres 6, 7 et 8 exigeait de comprendre ces rapports de force au sein des Etats partenaires, et les stratégies suivies par les élites pour modeler leurs institutions économiques et perpétuer leur pouvoir, quitte, bien entendu, à créer des formes économiquement inefficaces à long terme.

2. GÊNES: UN COMMERCE À LA MESURE DES ÉLITES Depuis toujours, les couches dominant la politique à Gênes avaient été formées par les grandes familles d’armateurs. Le destin de la ville avait été lié depuis le début aux expéditions maritimes –à travers, par exemple, la lutte contre les agressions sarrasines– de telle façon que les groupements politiquement dominants surent profiter de la navigation pour consolider leur pouvoir. A Gênes, quelques groupements familiaux s’emparèrent du contrôle de la ville suite à la désintégration de l’Empire: pendant le Xe siècle et durant une bonne partie du XIe, s’affirmèrent des rangs bien définis de la noblesse, actifs en ville –par opposition au milieu rural– et qui prirent part aux entreprises maritimes. Sous la dénomination de visconti, ces familles avaient hérité du vieux droit féodal de taxer le commerce maritime27. En renforçant leurs liens de sang, les groupements vicomtaux transformèrent leurs privilèges juridiques en une action politique effective en ville, et surent résoudre leurs conflits d’intérêts avec les autres pouvoirs en lice, comme celui des évêques. Lors de la pacification des rapports avec le pouvoir épiscopal en 1052, cette association de familles avait posé les bases permettant la constitution d’une noblesse urbaine, plus maritime et marchande que terrienne. La ville connût ainsi une période 26 HOPKINS, T.K., «Sociology and the Substantive View of the Economy», dans Trade and Market in the Early Empires: Economies in History and Theory, édité par Karl Polanyi, Conrad M. Arensberg, et Harry W. Pearson. Chicago: Gateway, 1957, p. 295. 27 Pour les origines des Visconti à Gênes, BENVENUTI, GINO, Storia della Repubblica di Genova, Milano, 1977, p. 27.

LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES...

153

d’expérimentation politique et d’expansion économique, où le commerce maritime était organisé par les armateurs privés, ceux-ci “appartenant, au moins dans la grande majorité, aux familles aristocratiques, rassemblées en groupements lignagers et formant des sociétés de navigation et des compagnies de commerce...”28. Avec le temps, l’institution vicomtale fut tout simplement perçue dans la ville comme l’ensemble des familles nobles citadines, qui exerçaient des charges publiques et percevaient des taxes29. Ce développement historique permit aux visconti de devenir «les arbitres non seulement des impôts sur la navigation (...) mais de la navigation elle-même30». Les projections lignagères du noyau vicomtal dominèrent le secteur financier, élargissant les bases de leur pouvoir au domaine bancaire. Consolidé depuis XIIe siècle, le contrôle des taxes douanières –les caratii maris– avait fait des membres du groupement les «maîtres de la navigation, de l’armement et de la propriété des navires en un sens monopolistique»31. Pour Raffaele Di Tucci, la primauté de ces lignages d’origine vicomtale en ce qui concerne les manifestations fiscales de la Commune traversa tout le Moyen Age et prit une forme définitive vers la fin du XVe. Des institutionnalistes comme A. Greif ont essayé de montrer que la podesteria et d’autres expérimentations du pouvoir génois réussirent à rompre ce blocus et entrainèrent l’expansion économique32. Mais à en croire Di Tucci les familles viscontili surent toujours s’adapter à la situation, en fournissant le matériel politique de la Commune; d’abord en organisant les compagne sur lesquelles prenait base la Commune, puis en constituant un ordre supérieur fournissant les charges consulaires. L’argument de Greif était que la concentration de charges pendant tout le XIIe siècle n’encourageait pas l’expansion économique, ne résolvant que d’une manière peu satisfaisante le problème de l‘action collective. Greif soutient qu’à partir de 1194, et avec l’introduction de la magistrature du juge étranger ou podestà (dont le Maq¡ad al- Raf†‘ de la BNF se fait l’écho) la lutte des factions s’affaiblit et la ville connut une phase d’expansion, vivant pendant plus d’un siècle un véritable âge d’or. Dans tous les cas, une fois finie la phase de la Podesteria, les manifestations fiscales de la Commune furent davantage concentrées entre les mains

28

Ibid., p. 30. PETTI BALBI, GIOVANNA, «I Visconti di Genova: identità e funzioni dei Carmadino (secc. X-XII)», Archivio Storico Italiano, Anno CLVIII (2000), p. 2. 30 DI TUCCI, RAFFAELE, Le imposte sul commercio genovese fino alla gestione del Banco di San Giorgio, Bergamo, 1931, p. 4. 31 Ibid., p. 4. 32 GREIF, On the Political Foundations of the Late Medieval Commercial Revolution: Genoa During the Twelfth and Thirteenth Centuries. 29

154

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

des groupements de riches financiers. La ville souffrait du lourd poids des dettes contractées auprès des banques appartenant aux vieux lignages, et les institutions comme la Banque de San Giorgio «ne cessaient pas de coordonner et de défendre les intérêts des banques»33. Tandis que Greif prétend que l’expansion eut pour cause l’élargissement des expectatives de gain à des nouveaux secteurs sociaux, pour Di Tucci elle se fit à partir des énormes richesses des familles consulaires, fruit de leurs privilèges antérieurs dans le domaine du commerce et de la navigation. Notre impression est qu’il est difficile de dissocier, à Gênes, les différentes étapes de la formation économique de la domination d’un groupement plus ou moins homogène. Les formes à travers lesquelles ce groupement exerçait son influence sur les institutions variaient, mais ce qui demeurait constant était sa capacité de maintenir «les bases d’une richesse privée avec les reliefs et les manifestations d’une richesse publique». En effet, il semble y avoir un consensus parmi les spécialistes en histoire génoise sur le fait que les familles d’origine vicomtale ont réussi, à travers les changements de régime et les gouvernements populaires, à imposer leur contrôle privé sur les principales manifestations du fisc public. Les nobles, en effet, parvinrent à préserver le statut hétéronome de la finance publique, et maintinrent leur patrimonialisation des droits fiscaux lors des gouvernements populaires de 1256-1262 et de 1339-134434. Comment cette circonstance historique détermina-t-elle la structure et les modalités de l’investissement génois, notamment au Moyen-Orient arabe? Des auteurs classiques comme Lopez tendent à voir la diversification caractéristique des marchés génois comme la stratégie réussie d’une ville manquant de ressources, «le résultat de l’initiative individuelle qui afflue dans tous les sens», et en aucun cas le fruit du hasard, de la coïncidence, ni surtout «d’une planification consciente»35. A plusieurs reprises Lopez défendit l’idée que ce fut un habitat serré et stérile qui poussa les Génois à devenir les maîtres de la Méditerranée, en surmontant les difficultés et en cherchant de nouveaux marchés. Cela contraste avec la position de Di Tucci, qui, au-delà des simples explications économiques, prétend que, de longue date, la stratégie de l’aristocratie consista à tirer bénéfice de la fiscalité sur un commerce qu’elle-même contrôlait. A travers les siècles, les caractères particuliers des institutions génoises, tels qu’ils s’étaient formés historiquement, modelèrent non seulement la dette publique ou la fiscalité, mais créèrent une façon originale d’organiser le commerce et d’investir. 33

Di Tucci, Le imposte , p. 46. Sur le maintien d’une influence sur les modalités d’application du fisc public par ces groupements, voir PETTI BALBI, I Visconti di Genova p. 6 et Di Tucci, Le imposte , p. 44. 35 LOPEZ, ROBERT, «Market Expansion: The Case of Genoa», The Journal of Economic History, 24 (1964), p. 449. 34

LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES...

155

Le problème des formes particulières d’organisation commerciale se rencontre, encore une fois, dans les importants développements liés à la finance publique. A plusieurs moments de son histoire, la Commune dut contracter des emprunts auprès des banques de la ville, souvent à l’occasion de conflits militaires. Par exemple, le monopole génois du sel fut donné en gage en 1330, à l’occasion d’une grande opération financière nécessitée par la guerre contre Venise. Nous n’allons pas reprendre ici l’histoire des associations financières de la cité ni celle de la fondation de la casa di San Giorgio; il nous faut pourtant signaler que plusieurs auteurs ont vu dans la création de ces associations de créanciers de l’Etat génois la permanence de l’influence de ces groupements dominants, et il est vrai que l’ancien droit de taxer le commerce extérieur, surtout le commerce maritime, devint vers 1450 le fondement des entrées de San Giorgio, le géant financier qui gérait de la dette publique36. Quand, pendant les années 1480 et 1490, la Massaria d’Alexandrie commença à s’endetter et à contracter des emprunts qu’elle ne pouvait pas rembouser, provoquant ainsi des enquêtes mameloukes, elle fut suivie de près par une commission non strictement gouvernementale, mais dépendant de San Giorgio. A Gênes, les intérêts annuels de la dette publique se montaient à plus de 390.000 £ en 1450, dont 70% étaient représentés par les impôts sur le commerce, soit 280.000 £37. Quand le gouverneur de la banque di San Giorgio, Cristoforo Cattaneo, procéda au sauvetage «public» de la guilde, grâce à des subventions et à l’imposition de nouvelles taxes, bien qu’il fût conscient des périls que cela entraînait à moyen terme, il considéra que le commerce avec les terres mameloukes appartenait à un certain ordre des choses et de redistribution politique. Il avait déjà défendu les intérêts politiques de San Giorgio en Corse, car la Maison contrôlait des territoires entiers pour se faire rembourser les titres de la dette38. Confronté à la crise financière de la guilde, Cattaneo donna la priorité au calendrier des paiements de la dette publique39. Les taxes sur le commerce avec la seule Egypte représentaient, au moins, entre 16% et 21% des revenus

36 HEERS, JACQUES, Genes au XVe siècle: Civilisation méditerranéenne, grand capitalisme et capitalisme populaire, Paris, 1971, p. 113. 37 FELLONI, GIUSEPPE: «Stato Genovese, finanza pubblica e ricchezza privata: un profilo storico», dans Fra spazio e tempo, studi in onore di Luigi de Rosa: Dal Medioevo al Seicento, édité par Ilaria Zilli, 1995, Tabella 3. 38 PERASSO, FLAVIA, «Il governo del Banco di San Giorgio in Corsica e le istruzioni per Cristoforo Cattaneo (1490)», Medioevo: saggi e rassegne, 24 (1999). 39 Les documents relatifs à la crise financière de la Massaria ont été recueillis dans un seul dossier, ASG, primi cancellieri, B. 88, Pour une note que Cattaneo avait fait circuler, Document n.° 310. Pour plus de détail, voir chapitre 6.

156

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

annuels de San Giorgio40. Il est donc normal que pour les dirigeants de l’institution, le sauvetage de la Massaria représentât une priorité, même si ce n’était pas la priorité absolue. Ceci montre bien que, pour Gênes, le commerce avec les terres mameloukes était très important, mais il était tout de même subordonné à un projet général; les intérêts de la ville étaient dans une grande mesure ailleurs. D’autre part, quand un commerce comme celui d’Alexandrie, ne regardant en principe que ceux qui y étaient mêlés, menaça de troubler les esprits des investisseurs de la dette génoise, San Giorgio n’hésita pas à intervenir, en injectant 5.000 ducats dans le bilan de la Massaria41. Il faut bien comprendre combien était différente la structure du commerce de Venise pour saisir l’ampleur de ses intérêts communs avec le Caire. Il ne s’agissait pas d’une concurrence sur les marchés qui se serait manifestée principalement dans l’efficacité du service des galères; le commerce des différentes nations était un choix stratégique, soutenu par un canevas d’institutions particulières. A Gênes, le caractère des institutions marchandes se présentait parfois comme un négatif de celles de Venise. Rien, dans la mentalité génoise, ne poussait à envoyer des convois réguliers de commerce au Levant, et encore moins à le faire à titre gouvernemental42. Les bateaux qui fréquentaient les ports mamelouks étaient, selon la norme génoise, de propriété privée et appartenaient à des membres des grandes familles d’armateurs. A Gênes, l’armement des nefs comportait un montage financier complexe où le capital était partagé entre plusieurs sociétaires. Le patron devait le plus souvent trouver des associés pour compléter le fret. Un

40 282.000 dinars d’après notre étude du cahier de comptabilité des Génois, couvrant l’investissement des Génois entre août 1472 et avril 1475 (ASG, archivio segreto 2774 C, Massaria (1472-1475). Nous contestons la lecture d’Ashtor, qui avance le chiffre de 258.000, ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, pp. 485-486. Cela fait des droits de douanes –20% d’après J. Heers– pour un montant de 56.400 dinars en trois ans, soit 140.000-170.000 lire. Nous estimons un rapport de 2.5-3 £ par dinar Ašraf†. La lire était une monnaie de compte dont le taux oscillait constamment, et il est par conséquent impossible d’établir une relation plus exacte. Quant à l’Ašraf†, à quelques dixièmes près, il était égal en valeur au ducat d’or. 41 Un premier prêt de 5.000 ducats fut accordé le 24 mai 1497 et se trouve dans ASG, archivio segreto, 2774c, Istrumento di prestito di £ 15000 fatto dai Protettori delle Compere di San Giorgio agli Ufficiali di Alessandria. Puis il fut nécessaire d’augmenter les subventions jusqu’à 9.000 ducats, ASG, primi cancellieri, B. 88, n.° 328-329, 12/2/1496. Cet argent fut inclus dans le bilan de la compagnie et contribua à assainir les comptes, comme l’on peut voir dans les livres comptables de la Massaria, ASG, ar. segreto 2774 C, Massaria (1500-1502), f. 4v°-5r° (pour le versement) et 45r° (pour le bilan final). 42 Gênes avait envoyé des convois de galères vers le Levant, mais, significativement, ceux-ci avaient des objectifs politiques et militaires plutôt que commerciaux, notamment celui d’assurer les liaisons avec Chypre. Les bâtiments étaient de propriété privée et, quand ils réalisaient du commerce, ce n’était pas dans le cadre de restrictions monopolistiques. DE ROOVER, RAYMOND: «The Organization of Trade», dans The Cambridge Economic History of Europe, édité par M.M. Postan, E.E. Rich, et E. Miller. Cambridge: Cambridge University Press, 1965, p. 100 et ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 131.

LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES...

157

coup d’œil au cahier de la Massaria génoise à Alexandrie (1471-1474) montre que c’est aux Grimaldi, Spinola, Imperiale, Salvaigo, etc., qu’appartiennent les navires à destination du Levant43. Quelques années plus tard, vers 1500, les sources parlent des nefs des Doria44, des Giustiniani45, des De Nigro46. Dans un cas, une nef fut réquisitionnée en représailles et deux jeunes Doria et Centurione furent contraints à renier leur foi et à devenir des mamelouks47. Sauf dans le cas des Giustiniani –le plus «noble» des alberghi populaires– il s’agissait des principales maisons de la vieille noblesse génoise. Ces maisons laissaient derrière elles les autres familles dans les conseils ou dans le gouvernement de San Giorgio, et figuraient en tête des registres de l’impôt direct. Mais la propriété des nefs ne semble pas coïncider exactement avec la structure de l’investissement: les marchands trafiquant en Egypte ne sont pas, à Gênes, les propriétaires des nefs. A la tête des investisseurs nous trouvons les noms de Geronimo de Castiglione (66.777 ducats), de Giorgio de Chiavari (61.795), de Simone de Marinis (23.153) ou celui de Pietro de Persio (23.300), suivis par plusieurs Giustiniani, de certains de Nigro et de quelques marchands florentins; ceux-ci détiennent le gros du volume commercial déclaré à la Massaria48. Contrairement aux activités des Vénitiens, seule une partie des activités des Génois passait par l’acquisition de denrées sur place, durant l’année. Ils préféraient acheter massivement dans des circonstances favorables, et par opposition aux strictes interdictions vénitiennes, rien ne les empêchait d’exporter des marchandises par l’intermédiaire de navires non génois, du moment que les intéressés payaient leurs droits49. On ne se préoccupait pas de rendre le marché levantin plus sûr, en réservant aux seuls Génois la participation aux principales fonctions commerciales, financières et de transport. J. Heers a mis en évidence l’articulation cherchée par les Génois avec d’autres marines étrangères, comme celle des Basques qui leur offraient des vaisseaux de moin43 ASG, archivio segreto 2774 C, Massaria (1472-1475), nef de Francisco Imperialis, f. 37v, une autre des Salvaigo, f. 31v, une nef des Spinola, f. 28v, une autre de Giofredo Spinola, f. 20v, une nef d’Ambrosio de Grimaldi, f. 2v. 44 SANUDO, Diarii, X, 86, Sebastiano Doria. 45 Ibid., III, 1030-1031 (Aout 1500), SANUDO, Diarii, III, 1526-1527 (derniers mois de 1500). 46 SANUDO, Diarii, VII, 239 47 Ibid., X, 95, «rinegati e posti in tabacha». 48 ASG, archivio segreto 2774 C, Massaria (1472-1475). Nous avons exclusivement pris en considération le commerce déclaré par les marchands, tant comme entrée (introitu) que comme sortie (exitu) de marchandises, en donnant ici le montant total. Une partie du commerce, en fait, n’était pas explicitement déclarée au consulat: pour les taxes sur ces marchandises non déclarées on faisait confiance à la bonne foi (iuramento) des marchands. Toutefois, le consulat n’agissait de cette façon que pour les opérations de moindre importance. 49 ASG, archivio segreto 2774 C, Massaria (1500-1502), f. 8v.

158

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

dre tonnage50. Sur le plan financier, les Génois n’hésitaient pas à ouvrir leurs guildes de commerce aux Florentins et même aux Catalans. Ces étrangers furent ainsi admis à participer au montage financier de la Massaria, qui se vit renforcée par les droits versés par les nouveaux associés. Quant aux conceptions commerciales des Génois, il est difficile de trouver des correspondances avec leurs «rivaux». Tandis que les Vénitiens devenaient spécialistes dans de l’armement de galères, ce qui relevait d’une philosophie commerciale toute autre, les Génois développaient leurs énormes nefs armées: dans le domaine de la construction navale «ce qui serait l’exception ailleurs est à Gênes tout à fait commun». Les galères vénitiennes contraignaient les marchands à verser un nolis assez haut (autour de 9%) tandis qu’à Gênes le transport maritime était «bon marché» et conçu pour favoriser la vitalité des trafics51. Les Génois louaient leurs bateaux à des musulmans et, le cas échéant, aux sultans52. La route du Levant «n’était plus très fréquentée» par les Génois, alors qu’elle attirait le gros des galères vénitiennes. Souvent, les bateaux génois ne passaient pas par la métropole, reliant l’Egypte au Maghreb et à d’autres ports européens, tandis que les Vénitiens finirent par interdire formellement les liaisons entre le Maghreb et le Mashreq en 146853. Ces bateaux privés des Génois amenaient de grandes quantités de numéraire sur les marchés, bouleversant les stratégies des Vénitiens. Tout semble indiquer que, quant ils arrivaient au Levant, les Génois disposaient de plus d’argent que les Vénitiens. La stratégie génoise, s’il y en avait une, était complémentaire de celle des Vénitiens. Plutôt que d’entrer en concurrence directe avec eux, les Vénitiens profitaient des atouts résultant de leurs propres choix stratégiques, comme celui de la permanence sur place d’une partie assez large de la communauté et de leur plus grande expertise. Les Vénitiens refusaient d’acheter à des prix élevés54. En 1510, par exemple, d’importantes quantités d’épices restèrent après le départ des galères vénitiennes. Habituée à assurer 50 HEERS, Genes au XV e siècle: Civilisation méditerranéenne, grand capitalisme et capitalisme populaire, p. 212. 51 Pour Venise, voir ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 393. Pour Gênes, J. Heers conclut à l’existence d’un »tarif dégressif en faveur des produits lourds et meilleur marché». Il manquerait une rationalité de gain derrière la politique des frets, en faveur du maintien des activités commerciales et de la navigation: «l’exploitation d’un navire est très peu lucrative. Le patron est un exécutant qui ne fait pas fortune...», HEERS, Genes au XVe siècle: Civilisation méditerranéenne, grand capitalisme et capitalisme populaire, pp. 231-233. 52 ASG, archivio segreto 2774 C, Massaria (1472-1475), f. 7v, une nef des Spinola nolisée à Abde Turino. 53 ASV Senato Mar VIII, f. 150, 18/1/1468. 54 En une occasion, les correspondances vénitiennes laissent transparaître que les Génois avaient payé trop cher leurs marchandises et qu’ils allaient avoir des pertes, BCMC, Corrispondenza Zen, 11/7/1510, lettre de Pietro Zen aux provveditori di Cottimo.

LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES...

159

le gros de la demande, la communauté vénitienne stable cherchait à calmer les marchés, afin d’acquérir les épices à bas prix pendant l’année suivante. Dans ces circonstances, l’arrivée soudaine des Génois avec 60.000 ou 70.000 ducats faisait monter les prix, obligeant les Vénitiens à attendre leur départ. Les Arabes craignaient que, si les Génois n’arrivaient pas, leurs bénéfices ne s’effondrassent. C’était –d’après les correspondants vénitiens- la même chose en Syrie avec le marché du coton, où les Génois firent également leur apparition55. On remarque que même dans les opérations strictement privées, les Vénitiens suivaient une stratégie corporative, cherchant à tirer profit de leur position de force. Les Génois pouvaient faire irruption avec leurs grandes coques, mais ce n’était pas la norme: en 1500, les Génois pénétrèrent les marchés vénitiens du coton en expédiant un grand vaisseau en Syrie56. Presqu’à la même date, un autre grand bâtiment génois engloutit le chargement d’une caravane d’épices toute entière, composée de 500 chameaux57. Cette même année, les Génois devancèrent les Vénitiens en Syrie, non sans stupeur de la part de ces derniers58; en Egypte ils représentèrent une forte concurrence. Une autre différence concernait les modalités du contrôle imposé par les institutions politiques sur l’activité commerciale. La communauté génoise à Alexandrie était réduite, car il était parfois difficile de trouver des marchands «de illis qui stant fermi in hoc loco alexandriae et non ambulantes»59. Entre août 1472 et avril 1475 le consulat génois enregistra une circulation de marchandises pour une valeur de 280.000 dinars, ce qui représentait vraiment peu de chose en comparaison avec le volume véhiculé par les galères vénitiennes. Il semble que ces chiffres soient en dessous de la réalité, et que toutes les importations génoises n’aient pas été pas fiscalisées par le consulat: quand la situation devenait menaçante, les Génois commerçaient «in nave», c’est-à-dire sans toucher terre, obligeant les acheteurs à rejoindre les bateaux au large60. Ils bravaient ainsi les douanes mameloukes, et ne se soumettaient à aucun contrôle de leur propre groupement. Si ce genre de pratiques était tout à fait normal pour les Génois, cela représentait une forte contravention aux règles vénitiennes, ainsi que l’illustre un épisode où l’envoyé de la Seigneurie Pietro Zen regrette que des patrons peu solidaires vendent «secretissimamente» des 55

BCMC, Corrispondenza Zen, 11/7/1510 bis, de Pietro Zen au Doge. Mars 1500, SANUDO, Diarii, III, 687. 57 La nef, de 1500 bote, apporta dans la place égyptienne des marchandises pour un montant de 50.000 ducats, dont 28.000 comptant, DOLFIN, Annalium Venetorum, p. 55. 58 SANUDO, Diarii, III, 673. 59 ASV notaire Niccolo Turiano, f. 16r. 60 BCMC, Corrispondenza Zen, 24/1/1509, de Zen au Doge. Dans une autre lettre, Zen narre comment les Génois ont déposé leurs marchandises à terre, mais ils ont jugé convenable de recevoir les épices «in nave, barcha a barcha», Corrispondenza Zen, 5 septembre 1510, de Zen à TaÐr†bird†. 56

160

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

armes aux Druses de la côte libanaise61. Une marchandise non fiscalisée par le Cottimo ne payait pas de droits et ne contribuait pas à soutenir la complexe architecture institutionnelle du commerce vénitien, tandis que pour les Génois les choses semblaient fonctionner d’une autre manière. Que le commerce ait été très différemment encadré dans l’organisation des deux communes est illustré par la différence des droits de douanes. Les marchandises en provenance du Levant étaient frappées à Gênes d’un droit de 20% environ, tandis qu’à Venise elles n’étaient taxées que de 2-3%62. Rien de plus révélateur des objectifs de la politique de Gênes; les marchandises génoises ne payaient entre deux ports étrangers que de 7 à 13%, et cela dans le meilleur des cas, puisque la fraude était constante. Les autorités génoises contrôlaient alors difficilement le trafic, notamment à travers les notaires de galère, et nous avons toute une liste en ce qui concerne la fraude63. Ces droits de douane élevés ne faisaient que favoriser une navigation active et diversifiée, qui se souciait peu de la destination des marchandises orientales, du moment que les nolis étaient constants. Du moins en ce qui concernait les épices, la politique génoise ne semblait pas rechercher le contrôle de la distribution et de la commercialisation sur le continent. Sans convois réguliers, et avec ces taxes peu encourageantes pour une éventuelle navigation régulière, Gênes ne répondait pas aux ambitions des Mamelouks. On ne pouvait que très difficilement contraindre la demande génoise à absorber annuellement des stocks, et à participer à un marché en commun.

3. LE COMMERCE VÉNITIEN DES GALÈRES: UN SYSTÈME ÉCONOMIQUE EN ÉTAT DE TENSION Il va de soi que l’objectif poursuivi par Venise en acceptant un accord au sujet des stocks était d’assurer la continuité des galères de la muda. Moins évidentes sont, sans doute, les motivations qui poussèrent les Vénitiens à maintenir leurs voyages. Les stocks enchérissaient de 3% (en principe) les coûts de transaction pour les marchands qui y participaient, mais cela semblait compter peu pour les autorités métropolitaines. Déjà, il est possible de voir dans l’enquête sur les comptes du consulat que le doge s’engageait personnellement à faire respecter les nouveaux compromis, même quand les pertes

61 BCMC, Corrispondenza Zen, 22/12/1509, au Doge. Les patrons vendent des armes en acier (azali) en échange de soies perses, depuis leurs bateaux. 62 STOCKLY, DORIS, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin XIIIe-milieu XV e siècle), Leiden-New York-Koln, 1995, p. 217 et Heers, Gênes au XVe siècle, p. 113. 63 Heers, Gênes au XVe siècle, p. 117.

162

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Les stocks, certes, supposaient une contrainte pour les marchands, mais ils représentaient une garantie pour la continuité des voyages, car dorénavant le sultan s’en portait garant, étant lui-même le bénéficiaire des opérations. Comme nous l’avons vu, Venise saluait le système des stocks, en dépit de tout l’encre des traités signés pendant les années 1440, dans l’espoir que ces échanges mettent fin à l‘instabilité et que l’arrêt du système de galères –comme ce fut le cas en 1448– ne se reproduise jamais plus. Plus lamentable encore dût être le spectacle des galères de 1449, année où les convois rentrèrent à vide: un manque à gagner de 1.000.000 de dinars de marchandises en deux ans seulement! Mais pour comprendre l’intérêt de Venise à maintenir les galères malgré toutes ces contraintes, il faut prendre en compte bien d’autres facteurs. Les galères, en effet, servaient à ramener les épices orientales, mais elles étaient aussi la clef de voûte de tout un système économique qui touchait les secteurs financiers, navals, et qui impliquait des branches du négoce comme celle des métaux précieux, du sel et de l’armement de nefs privées. Quand Venise acceptait de payer les stocks des sultans, elle le faisait car c’était vers les galères que convergeaient les intérêts principaux de la ville. Les galères du marché, au moment de leur création, apportèrent une solution à de nombreux problèmes collectifs, rassemblant le capital social d’un secteur assez large de producteurs, de marchands et de financiers67. De bonne heure, la Commune avait dû trouver un compromis entre deux conceptions opposées de gestion de ces convois commerciaux communs: d’un côté celle de l’armement privé des galères à travers des sociétés mercantiles, et de l’autre la gestion des voyages à la charge complète de l’Etat68. Une formulation mixte finit par s’imposer, dans laquelle les galères étaient construites dans l’arsenal, et livrées coque nue à des sociétés privées, qui prenaient en charge leur entretien, leur armement, et leur exploitation commerciale. La Commune vendait donc les galères –du moins leur droit d’exploitation– chaque année: les sociétés de galères rivalisaient entre elles lors des enchères publiques. La société de galères devint ainsi l’un des pivots du système de commerce administré par l’Etat, rassemblant les fonds nécessaires à la tâche, et joua un rôle essentiel sur le plan commercial, puisqu’elle prenait en charge la recherche du fret. Quand, à Damas, le consulat éprouvait le besoin d’acheter les stocks et d’encaisser les taxes des marchands, il ne s’agissait pas de conclure la sai-

67

LANE: The Venetian Galleys to Alexandria, 1344. DOUMERC, BERNARD: «Le parti de la mer à Venise à la fin du XVe sècle: une étude de prosopographie», dans Oriente e Occidente tra medioevo ed età moderna: studi in onore di Geo Pistarino, édité par Laura Balleto. Genova: G. Brigati, 1997, pp. 180-181. 68

LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES...

163

son sans problème; cela répondait à la volonté de conservation d’une série de secteurs différents, convergeant tous d’une façon ou d’une autre dans les galères et nécessitant leur maintien. L’important monopole vénitien du sel, qui permettait le contrôle de la production et la commercialisation du produit dans de vastes régions, dépendait de la coopération des armateurs des nefs privées. Cependant, ces nefs rondes ne faisaient pas le commerce pour leur propre compte, elles étaient obligées de coopérer avec le service de galères et de les suivre dans leurs parcours obligatoires. Certaines coques, appelées de la rata, complétaient le chargement des galères dans les ports mamelouks. Des marchandises lourdes comme le sel, ou plus précieuses, comme les épices qui voyageaient dans les galères, étaient complémentaires dans les calculs économiques de la métropole. Quand une nef ronde accompagnait les galères à Alexandrie, elle transportait un stock de sel en tant que lest, denrée qui aidait à subventionner l’achat de marchandises plus chères. Secteur en apparence très éloigné, le monopole du sel avait aussi l’intérêt de maintenir les voyages vers le Levant, d’autant plus que les marchands-armateurs qui possédaient les vaisseaux ronds, sur lesquels voyageait le sel, étaient dominants au sein des sociétés de galères. Pour Jean-Claude Hocquet, ils suivaient des stratégies commerciales et de transport complémentaires pour les nefs et les galères69, d’où le danger d’adopter une approche différente des divers négoces. Les galères étaient également le moyen de transport des métaux précieux, la ville étant de plus en plus dépendante de l’importation, du monnayage et de la redistribution vers l’Orient de l’or et de l’argent, du cuivre en l’occurrence. A l’époque où les stocks commençaient à fonctionner, Venise était le plus grand marché de l’Europe pour les métaux précieux et non-précieux, l’entrepôt le plus important entre l’Ouest et l’Est70. Si d’un côté les galères garantissaient un flux constant d’épices vers la métropole, elles garantissaient aussi bien la sortie des métaux précieux. Comme le Levant mamelouk était le principal point de destination de ces métaux, c’était sur les galères que reposait le salut du secteur de l’exportation, et du tout le complexe tissu d’instituts bancaires qui y intervenait (nous y reviendrons par la suite). Mais, au delà des connexions commerciales et financières évidentes au sein du système de galères publiques, derrière l’acceptation sans hésitation des stocks se cachaient des intérêts politiques concrets.

69 HOCQUET, JEAN-CLAUDE, «Capitalisme Marchand et Classe Marchande a Venise au temps de la Renaissance», Annales ESC, 34 (1974), p. 289. 70 MUELLER, REINHOLD C., Money and banking in medieval and Renaissance Venice: The Venetian money market: banks, panics, and the public debt, 1200-1500, Baltimore, 1997, p. 231.

164

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Il convient de rappeler ici les conclusions de deux récentes recherches mettant en évidence la graduelle concentration du système de galères et la prédominance de certains groupements familiaux à partir de 145071. Ce processus de concentration, semble-t-il, favorisa un secteur assez restreint du patriciat vénitien, jouissant d’une place importante au Sénat72. Ces groupements, implantés également dans d’autres secteurs-clé de l’économie vénitienne, comme les banques ou le monopole du sel, assurèrent leur contrôle sur l’institution à travers les associations de bailleurs de fonds - les sociétés de galères donnant la couverture financière aux voyages73. Pour l’Etat, dans l’acception la plus vide et la plus abstraite du terme, le système de vente aux enchères des galères, appelé Incanto, n’était pas une bonne affaire. Depuis le départ, en encore plus pour la période postérieure à 1450, le maintien du système de galères était déficitaire pour la Commune. A partir des années 1430, les lignes de Beyrouth et Alexandrie l’emportaient sur toutes les autres en ce qui concernait le prix de leur vente aux enchères. Le commerce des épices était, selon les spécialistes, le seul capable de soutenir financièrement l’ensemble du système, comprenant bien d’autres routes74. Les lignes d’Alexandrie et de Beyrouth furent toujours les plus lucratives pour les sociétés de galères, les autres lignes offrant un intérêt accessoire. Pour le maintien des autres lignes, la Commune dut avoir recours à de complexes solutions financières. Au début, elle accordait des prêts aux patriciens armateurs voyageant vers le Nord et l’Occident, mais ces prêts finirent par devenir des subventions directes et systématiques vers la moitié du XVe siècle. A l’aide de ces subventions, les marchands-armateurs bénéficiaient de prix très bas au moment de prendre en charge la galère, et il n’était pas inhabituel que les subventions couvrissent la totalité de leurs dépenses. Dans tous les cas, ils avaient accès à divers bénéfices dans les formules de paiement. De plus, ce noyau dur de patriciens qui bénéficiait du maintien des galères procéda après 1450 à la concentration de ses intérêts sur ce négoce. Des études prosopographiques montrent comment la fraterna, le groupement familial vénitien qui articulait à plusieurs égards la vie économique, fut le 71 B. Doumerc et D. Stöckly, L’évolution du capitalisme marchand à Venise: Le financement des Galere da mercato à la fin du XVe siècle, dans Annales HSS, janvier-février 1995 / 1, pp. 133-157. D. Stöckly, Le système de l’incanto des Galées du marché à Venise (fin XIIIe-milieu XVe siècle), 1995. 72 B. Doumerc et D. Stöckly, L’évolution, p. 149. 73 «Les galères du Levant, clefs de voûte du système des mude sont entre les mains d’une minorité de familles patriciennes monopolisant à l’excès l’exploitation des lignes de navigation. Le principe de large participation offrant l’accès au financement des galères marchandes à un grand nombre de nobles, parfois issus de lignages modestes, n’est plus une réalité...», B. Doumerc et D. Stöckly, L’évolution, pp. 144-149, La concentration du financement des galères (1499-1529), et pp. 149-157. 74 STOCKLY, Le système de l’incanto, p. 343.

LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES...

165

moyen adopté pour boucler les montages financiers. Les ressources nécessaires au financement des voyages dépassaient les possibilités d’une seule famille, d’où la coopération entre les divers membres d’un même lignage afin de devenir majoritaires dans l’entreprise. B. Doumerc propose l’exemple de la fraterna Garzoni, sociétaires à la tête du financement des galères levantines au cours des années 1440. Au Levant, Andrea Garzoni feu Andrea était un marchand respecté, parmi les plus actifs et fut souvent un médiateur entre les différentes communautés alexandrines. Ses affaires allaient au-delà du commerce des épices et donc des galères, touchant aussi –comme l’a suggéré J.-C. Hocquet– l’armement des nefs privées. Ces coques, en effet, rendaient possibles des trafics complémentaires à ceux des galères: le sel accompagnait d’autres produits lourds dans une nef affrétée par Garzoni en 145575. En vertu de sa position de force, la société de galère avait le droit d’imposer le patron du navire. Celui-ci était, en effet, le titulaire de l’enchère, le responsable exécutif qui prenait en charge le voyage. B. Doumerc et D. Stöckly ont mis en évidence une conflictualité croissante entre les patroni et le reste des marchands à partir de 1450. Les premiers profitaient de leurs prérogatives pour faire des choix stratégiques et commerciaux en faveur de leurs propres marchandises. D’après ces auteurs, de nombreux procès s’ouvrirent dès ce moment, de tel ou tel marchand déclarant être victime des choix des patrons, voire de s’être vu refuser son droit de charger sur les galères. Nous avons, par exemple, le cas d’une querelle, datée de 1447, de Geronimo Michiel contre le patron d’une galère d’Alexandrie76. En plus du resserrement de la structure financière des convois, les recherches d’E. Vallet sur la communauté vénitienne d’Alep dans les années 1480 remarquent la concentration du négoce au Levant. Ce chercheur apporte la confirmation des hypothèses de B. Doumerc concernant la prépondérance de certains secteurs du patriciat, notamment les maisons les plus anciennes, qui auraient laissé de côté la noblesse récente. Vallet a trouvé une pièce recueillant la tracta ou inves75 DOUMERC: Le parti de la mer à Venise à la fin du XVe sècle: une étude de prosopographie, p. 186. Pour ses activités au milieu des années 1450, voir ASV, cancelleria inferiore, notai, b.211, Notaio Niccolo Turiano, acte daté à Alexandrie, du 3/06/1455 et du 13/6/1455, f. 7r-v, le Vénitien Andrea Garzoni nolise la nef de Johannes de Zeya pour le chiffre de 500 Ducats vénitiens. Le chargement contient, outre d’autres marchandises indéterminées, du sel. Moyennant une clause le patron se compromet à déposer une personne en Crète avec un chargement de lin. Le circuit de ses affaires entre Venise et le Levant s’appuie souvent sur Candie, ibid. f. 10r, daté aussi du 13 juin 1455. 76 DOUMERC, BERNARD et DORIS STOCKLY, «L’évolution du capitalisme marchand à Venise: Le financement des galere da mercato à la fin du XVe siècle», Annales HSS janvier-février 1995 (1995), pp. 146-147. Servodio Peccator, Notaio in Venezia e Alessandria d’Egitto, acte daté du 7/11/1447, Querelle de Geronimo Michiel contre Zaccaria Bembo, patrono d’une des galères d’État vénitiennes du voyage de 1447, dont le capitaine est Jacopo Barbadigo. Bembo s’est refusé à charger les épices que Michiel voulait envoyer à Venise, en dépit des dispositions gouvernementales qui l’obligeaient à le faire.

166

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

tissement total des marchands de Syrie en 1482. Contenant 41 noms, le document rapporte l’investissement de chaque marchand. Parmi les dix entrepreneurs ayant investi un montant supérieur à 16.000 ducats, se trouvent deux citoyens et huit nobles qui réalisent plus de la moitié du total de l’investissement (350.829 ducats)77. «La concentration est indéniable», ce qui ne veut pas dire qu’à chaque voyage il faille trouver, de façon systématique, une identité entre la société de galère, le patron et les principaux marchands sur place. Certes, les membres de ces lignages patriciens étaient présents au Levant en tant que marchands, le plus souvent à travers des associations familiales, mais les galères de la muda continuaient d’être un projet collectif, au sein duquel existaient des tensions, qui se manifestèrent avec force à partir de 1450 et que l’historien ne peut négliger. Par ailleurs, le montage financier des subventions fonctionnait comme un système de redistribution des bénéfices des marchands au profit des armateurs et des patrons. L’enquête menée par les autorités vénitiennes sur le consulat de Damas nous permet pour la première fois d’établir les revenus des douanes vénitiennes en provenance de Syrie (2-3% de l’investissement total). Les voyages du Levant –les plus attirants pour les marchands– contribuaient, avec les taxes payées en douane, à financer les grosses subventions offertes aux autres lignes, notamment celle de Flandre, qui étaient déficitaires. Il convient de rappeler que, dans les voyages rentables de Beyrouth et d’Alexandrie, ces sociétés financières encaissaient les nolis payés par tous les marchands, leurs biens en étant exempts. Ils amassaient ainsi des profits plus élevés sur ces lignes rentables, et profitaient des subventions dans les autres. Ainsi, l’architecture institutionnelle des galères de la muda était, lors de la mise en place du système des stocks par le Caire, favorable à un groupement restreint de nobles. Au delà donc de l’intérêt général, économique, de la cité, il y avait un intérêt politique à accepter le poivre sultanien, pour le maintien des voyages et la permanence dans des bons rapports avec le sultan. La rationalité du système ne résidait certes pas dans l’optimisation des bénéfices pour un Etat abstrait, et de moins en moins dans la sauvegarde des bénéfices des petits entrepreneurs. Si à l’origine la logique était de garantir aux petits investisseurs et aux producteurs les meilleures conditions d’accès aux marchés d’Outre-mer, durant cette période de concentration, la plus grande partie des marchands et la politique de la Commune souffrit de la position de privilège dont jouissait ce «parti de la mer». 77 VALLET, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du XV e siècle, pp. 113-115. Le document, cité ASV, procuratori de San Marco, CITRA, B.197, Miscellanea 35, est à juste titre interpreté par Vallet comme un compte-rendu de l’investissement total fait en Syrie. Son hypothèse se voit largement confirmée par l’apparition de l’enquête sur le Cottimo de Damas (Chapitre 4, Table I) recueillant de façon sérielle ces données pour la période 1450-1468.

LES ENJEUX POLITIQUES DES ÉPICES...

167

Alors que les stocks venaient s’ajouter aux autres charges que le marchand levantin devait subir, il y avait trop d’intérêts –pas toujours strictement commerciaux– à ce que les convois continuassent. Les représentants politiques de ces secteurs de la noblesse réussirent à maintenir leur primauté dans la vie politique de la Commune jusqu’au début du XVIe siècle, grâce à leur influence au Sénat et dans les conseils; comme nous le verrons, ils misèrent sur la continuité du système, même dans des conditions très défavorables pour le Cottimo.

CHAPITRE 6 ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES: LE SULTANAT D’AL-AŠRAF QƒYTBƒY (1468-1496)

Q…ytb…y fut révéré tant par ses collègues militaires que par ses clients civils, qui virent dans ses actes la présence rassurante de la tradition. Tel est, d’après Carl F. Petry, le jugement des sources arabes, mais qui peut bien être adopté d’un point de vue méditerranéen, puisque pendant le règne de Q…ytb…y le rapport entre le pouvoir politique et les marchés suivit les lignes tracées par ses prédécesseurs. Dix ans après sa mort, les Vénitiens se souvenaient encore de la « grande obéissance » que lui vouaient ses émirs. Q…ytb…y respecta les accords conclus avec les Vénitiens, ne dédaignant ni l’or du Cottimo ni le soutien financier de ses ³aw…Þ…. Pourtant, il dut faire face aux conséquences des choix de ses prédécesseurs, ainsi qu’aux compromis établis avec les marchands en vingt ans de vie du système des stocks: pendant les presque trente ans de son règne, l’ouverture de la finance sultanienne au commerce obligea Q…ytb…y à une constante négociation avec les secteurs financiers. Par ailleurs, la rationalité politique –et donc non économique– des formes de régulation des marchés s’imposa d’avantage. Pendant le règne de Q…ytb…y le commerce des épices continua à fonctionner sur des fondements financiers instables. Enfin, la collusion avec les autorités politiques vénitiennes favorisa l’influence politique grandissante des Francs dans le Levant.

1. UNE ARMÉE MERCENAIRE? LE SULTAN AL-AŠRAF QƒYTBƒY ET LE COÛT DE LA GUERRE Il existe un point concernant le gouvernement de Q…ytb…y que l’historiographie n’a pas su résoudre, et qui revêt une importance particulière pour notre sujet: à une période où s’accroissent les signes de guerre dans la région, et qui se conclut non sans quelque succès pour les Mamelouks, la politique financière du régime reste obscure. Comprendre comment Q…ytb…y finançait la défense de son empire, et notamment quelles furent les solutions adoptées

170

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

pour le maintien des dépenses militaires, est un problème qui n’a pas trouvé de solution satisfaisante. Faute de bilans détaillés du gouvernement, il est impossible de faire des estimations pour juger quel fut le poids relatif des épices dans le budget des Mamelouks. C’est là une question d’autant plus importante que nous sommes en présence d’une forme d’organisation sociale conçue pour la guerre. Les enjeux politiques du sultanat, grâce à la relative stabilité des factions, avaient maintenant pour pivot la tension entre l’autorité circassienne et la base militaire mamelouke. Comme l’a, à juste titre, noté Jean-Claude Garcin, à cette époque les Circassiens constituaient une véritable aristocratie consolidée, qui avait pourtant affaire à une armée au caractère de plus en plus mercenaire1. De son côté, D. Ayalon a soulevé la question de l’augmentation des dépenses militaires, dont presque la moitié était utilisée pour répondre aux exigences extraordinaires des mamelouks. Ces exigences extraordinaires, davantage contraignantes en temps de guerre, mirent à l’épreuve l’appareil fiscal du régime, et poussèrent Q…ytb…y à des épreuves de force sans précédents: en 1489 les exigences extraordinaires des Mamelouks contraignirent le sultan à menacer de démissionner2, et en 1490 à suggérer qu’il allait se retirer dans les Villes Saintes3. La question du financement de l’armée a pris une plus grande envergure depuis que D. Ayalon a consacré en 1958 une étude détaillée à la question. Très documentée, elle visait à démontrer que: a) les Mamelouks avaient l’une des armées les plus chères, les plus vastes et les plus performantes de leur époque et b) qu’ils consacrèrent d’énormes revenus à son maintien, notamment à l’époque de Q…ytb…y et de Q…ns™h al-Ýawr†. Pourtant, ce travail est problématique car l’auteur insiste sur les cas où le régime fut incapable d’affronter les salaires des Mamelouks (Þ…makiyya, it. zemichia) ainsi que de faire face aux exigences extraordinaires au moment des mobilisations, mais surtout, parce qu’il ne fait aucun effort pour élucider la question de l’origine de ces ressources. Une lecture attentive permet de comprendre que ce fut avant 1468 que les sultans eurent le plus de difficultés à s’acquitter de la Þ…makiyya, et que pour les dernières années du sultanat, au contraire, ce furent les dépenses extraordinaires qui pesèrent lourdement sur le budget. Si, d’un côté, D. Ayalon insiste sur les « insurmontables problèmes » que les mamelouks eurent à payer leur armée, de l’autre, pour compliquer les choses, il apporte à la discussion les chiffres des dépenses faites par Q…ytb…y entre 1468 et 1473: sept campagnes militaires en cinq ans qui coûtèrent au trésor 3.700.000 dinars, dont 1.700.000 pour répondre aux exigences 1

GARCIN: The Regime of the Circassian Mamluks, p. 302. IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, III, p. 261. 3 Ibid., III, p. 276. 2

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

171

extraordinaires des Mamelouks. On se demande comment fit Q…ytb…y pour faire face à des dépenses financières de plusieurs millions de dinars. En 1994, dans une monographie sur les derniers gouvernements mamelouks, Carl F. Petry revint sur le sujet des paradoxes des finances sultaniennes. Si, d’un côté, le caractère mercenaire des troupes et la montée de la conflictualité exigeaient des efforts financiers, de l’autre les stratégies sultaniennes pour se procurer des ressources n’étaient pas claires: Qaytbay’s enormous expenditures, in light of diminishing funds culled from licit sources, remains a paradox of his administration (...) Both Q…ytb…y and al-Ýawr† thus wrestled with a dilemma neither could resolve with their extant sources. Each parried persistent requests for increased compensation from their troops, precisely when external crises necessitated a reliable military apparatus4. C. F. Petry affronta ce dilemme à travers l’étude de certaines stratégies financières suivies par les sultans. Aussi bien al-Ýawr† que Q…ytb…y, fallait-il admettre, réussirent en dernière instance à accumuler des fonds pour satisfaire les exigences de leurs soldats. De nouvelles recherches sur les archives des awq…f mamelouks, publiées en 1998, permirent la découverte d’une réserve patrimoniale substantielle, minutieusement accumulée par Q…ytb…y mais surtout par Q…ns™h al-Ýawr†5. A une époque caractérisée par la montée de l’agression extérieure, la quête de formules financières avait poussé les sultans à une manipulation sans précédent des biens des fondations religieuses. Toutefois, les recherches en question ne furent pas déterminantes car ces recettes ne semblaient pas suffire, à elles seules, pour faire face aux énormes dépenses militaires. Elles mettaient néanmoins en évidence que les sultans cherchaient des voies alternatives au système traditionnel de financement. Si, dans le passé, le manque d’information sur ces nouvelles stratégies des sultans poussait les spécialistes à maintenir leurs positions sur l’importance des allotissements de terre dans le système financier, désormais on travaillait avec l’hypothèse d’une «progressive érosion de la réserve terrienne du régime mamelouk»6. Il convient de rappeler que dans la nouvelle fiscalité sultanienne, dérivant des épices et de l’action déployée sur les marchés, la åa²†ra se voyait contrainte de subventionner le D†w…n al-Mufrad pour le versement des salaires7. 4

PETRY, Protectors or praetorians? , p. 81. PETRY, Fractionalized Estates et PETRY, CARL F., «The military institution and innovation in the late Mamluk period», dans The Cambridge history of Egypt, Cambridge-New York: Cambridge University Press, 1998. 6 «...by implication therefore, the appearance of these properties in the deeds of sultans Qaytbay and al-Ýawr† suggested the progressive erosion of the landed reserve the Mamluk regime traditionally relied upon to fund its military institution...» PETRY, Fractionalized Estates, pp. 112-113. 7 «In order to enable the D†w…n al-Mufrad to pay the Þ…makiyya, it had to be given every month, in addition to its own revenues, 8.000 dinars from the sultan, 4000 dinars from the åa²†ra and other 5

172

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

L’intérêt des recherches de Carl F. Petry est que cette accumulation de patrimoines royaux, dont les revenus étaient faussement attribués à des fondations religieuses, semblait dériver d’une mise en cause générale des fondements de la tradition mamelouke. En particulier, les derniers Circassiens cherchèrent des alternatives aux formes de gestion des ressources soutenant l’institution militaire, donc au système d’Iq¥…’…t, qui d’un côté affaiblissait le pouvoir sultanien en garantissant des fiefs aux émirs, et de l’autre renforçait la figure du soldat professionnel lié à l’Etat durant toute sa vie. Derrière cette quête d’alternatives financières semblait exister un projet sultanien visant à bâtir une armée plus dépendante à l’endroit du souverain. Ces stratégies financières se virent, à la fin de l’époque circassienne, accompagnées d’autres «innovations» dans le domaine militaire, comme la création de nouveaux corps d’extraction servile (recevant un salaire et non pas un fief) l’adoption des armes à feu, etc. C’est dans ce cadre qu’il faut interpréter l’intérêt constant de Q…ytb…y pour les épices, qui l’amena à plusieurs reprises à la table des négociations. Bien qu’il ne soit pas possible de connaître leur poids dans la finance sultanienne, les épices constituèrent pendant le règne de Q…ytb…y l’une de ces alternatives recherchées par le pouvoir princier. Dans ce chapitre nous verrons comment la dépendance par rapport à ces capitaux poussa l’administration de Q…ytb…y à transiger avec la spéculation et les désordres provoqués par les guildes étrangères. Le marchandage politique avec Venise devint presque constant et finit par entraîner la cession de Chypre par les autorités mameloukes. La quête de revenus en argent comptant contribua à la généralisation de la vénalité des charges, notamment dans les villes concernées par les trafics. Ces traits, déjà présents d’une manière ou d’une autre sous les règnes antérieurs, jouèrent en faveur d’une articulation du pouvoir sultanien avec des secteurs hétérogènes, tous liés directement ou indirectement au négoce.

2. EPICES ET MOBILISATION MILITAIRE: LA CAMPAGNE DE 1468 Quand al-Ašraf Q…ytb…y accéda au sultanat en 1468 il se montra particulièrement conscient des périls que pouvaient entraîner une mauvaise articulation entre finance, guerre et exercice du pouvoir. Q…ytb…y posa comme 4.000 dinars fromt the taxes collected by the Grand daw…d…r (...) sometimes the ust…d…r got from the sultan as much as 10.000 dinars», Ayalon, David, The System of Payment in Mamluk Military Society op. cit. (1958), pp. 284-285 (note 1), citant IBN TA‹R‡BIRD‡, Ab™-l-Ma|…sin Y™suf, Extracts from Abû ‘l-Mahâsin ibn Taghrî Birdî’s Chronicle Entitled Hawâdith ad-Duhûr fî Madâ ‘l-Ayyâm wash-Shuhûr éd. William Popper, Berkeley, 1930-1942, pp. 413, 449, 477.

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

173

condition à son acceptation de la charge sultanienne d’être exempté de tout versement extraordinaire aux Mamelouks (nafaqa), et procéda à une dévaluation, dans le cadre d’une redéfinition négociée des rapports avec sa base politique mamelouke. Lors de son arrivée au pouvoir, il trouva une dépense mensuelle démesurée, atteignant 46.000 dinars8, la plus haute depuis l’établissement du régime. Il entreprît de diminuer ces dépenses, faute de quoi il démissionnerait9. Q…ytb…y entreprit, de façon très déterminée, le réajustement à la baisse des revenus des fondations religieuses et du personnel qui y était affecté, en plus de l’expulsion des divers corps de l’armée, des éléments qui la parasitaient, sans y remplir des services effectifs10. Son refus de payer la nafaqa avait beaucoup à voir avec le caractère mercenaire des recrues circassiennes: parmi les sultans qui l’avaient précédé, al-M™’ayyad A|mad (1460-1461) avait vidé le trésor de son père In…l pour le paiement de la nafaqa, n’y laissant que 100.000 dinars à la fin de son court mandat11. Comme nous l’avons vu, sans le recours aux épices pour payer la nafaqa, le sultan ³ušqadam (1461-1467) aurait eu du mal à se maintenir en charge. L’interrègne précédant l’arrivée de Q…ytb…y, marqué par la succession rapide de deux prétendants sans trop d’ascendant sur les factions mameloukes, avait vu les caisses se vider en raison de la nafaqa payée par le premier d’entre eux, Yalb…y (1467), ce qui n’avait pas suffi à le maintenir au pouvoir12. Quant au second, le sultan al-Ašraf Timurbuġā, qui fut à la tête du sultanat pour quelques mois entre 1467 et 1468, finit par être récupéré par le régime de Q…ytb…y. Son cas est intéressant, puisqu’étant un homme particulièrement instruit et qui fréquentait les milieux civils, il finit ses jours à Alexandrie, où il gérait des opérations commerciales. Il apparaît dans les comptabilités du consulat génois à Alexandrie où il trafiquait en épices, plus que probablement sous pavillon sultanien13.

8 L’origine de cette information est la petite chronique contemporaine d’AL-ßAWHAR‡, Inb…’ alHa¡r bi-Anb…’ al-‘A¡r, p. 34. 9 Pour l’augmentation des dépenses courantes de l’armée sous les Circassiens, voir DARRAG, L’Égypte sous le règne de Barsb…y, 825-841/1422-1438, pp. 52-55, AYALON, The System of Payment in Mamluk Military Society pp. 276-279, et PETRY, Protectors or praetorians?, pp. 81-88, qui fournissent les chiffres suivants: 20.000 dinars pour le début du siècle, 11.000 dinars mensuels aux années 1410, 18.000 sous Barsbāy, 28.000 sous ßaqmaq, 38.000 en 1464, puis 40.000, enfin 46.000 lors de l’arrivée de Q…ytb…y au pouvoir. 10 Episode tout aussi célèbre dans l’histoire mamelouke, la source principale en est IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, vol. III, pp. 19-23. Voir, entre autres, l’analyse de Carl F. Petry, Protectors or Praetorians, The Last Mamluk Sultans and Egypt’s Waning as a Great Power, 1994, pp. 84-85, et celle d’AYALON, The System of Payment in Mamluk Military Society, p. 278. 11 AYALON, The System of Payment in Mamluk Military Society, p. 289. 12 Ibid., p. 289. 13 Voir table 6.1 ci-dessous. Les sources s’y trouvent citées.

174

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

A son avènement, comme les caisses étaient vides, un consensus s’était établi pour ne pas céder aux traditionnelles demandes des recrues. Pourtant, l’expédition militaire contre le rebelle Š…h Suw…r, avant son départ pour la Syrie du nord en automne 1468, comporta des exigences pour le sultan qui dut payer 100 dinars à chaque mamelouk (il y en avait 500), 6.000 dinars à l’émir Azdamur al-¦aw†l, 500 à l’émir de la timbalerie Qiºm…s, et 200 à chaque émir de dix. Le tout se montait à 100.000 dinars. La première pensée du souverain fut alors pour les épices sultaniennes dont s’occupaient les diwans de Damas, et pour le personnel qui les gérait, les administrateurs issus des familles marchandes, qui s’étaient enrichis sous les sultans précédents. Le Q…ÿ† ‘Al…’ al-d†n Ibn al-øab™n†, provenant d’une famille de marchands sultaniens, et répondant tout à fait à ce profil, fut appelé devant le sultan qui exigea de lui ces 100.000 dinars. Il dut se rendre immédiatement à Damas pour se procurer le reste des sommes demandées, rappelons-le, en raison d’une mobilisation militaire14. Il partit accompagné d’un ³…¡¡ak†, un militaire appartenant à l’entourage immédiat du sultan, et réussit à s’acquitter de la somme démandée en ayant recours à l’argent de son père, le ³aw…Þ… Ših…b al-d†n al-ø…b™n†15. Il n’est pas possible de reconstruire minutieusement la suite, mais, une fois expédié à Damas, al-ø…b™n† dut trouver une situation assez troublée en ce qui concerne l’amortissement des épices sultaniennes par le Cottimo, avec les nombreux problèmes que cela posait dans l’organisation collective des marchands. L’agence vénitienne travaillait cette année-là avec des estimations d’un investissement non inférieur aux 308.000 ducats avec les galères d’Etat16, mais elle était en crise tant en son sein qu’avec sa propre métropole, à cause d’irrégularités survenues à Alep comme à Damas. Le Cottimo, responsable d’externaliser une partie de l’investissement privé pour satisfaire ses engagements politiques, était suivi de près, en 1468, par les administrateurs de la métropole. L’enquête menée en profondeur à Damas avait révélé diverses irrégularités de gestion, et la recherche allait s’étendre en à d’autres lieux en Syrie. En février 1469, on finit par prendre des mesures contre les irrégularités ayant provoqué, à Alep, un trou dans le bilan comptable de 11.000 ducats17. La situation nous paraît représentative des pratiques de gouvernement qui s’étaient généralisées sous les Circassiens. Q…ytb…y se trouvait confronté 14 IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, p. 24 et AL-ßAWHAR‡, Inb…’ al-Ha¡r bi-Anb…’ al-‘A¡r, pp. 30-33. Il est en étroit contact avec le monde financier, car il est Wak†l –une sorte de procurateur commercial du sultan– quand il est nommé pour la première fois N…©ir al-³…¡¡ en 1472, AL-ßAWHAR‡, inba’ al-ha¡r, p. 495. 15 IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 185. 16 Voir chapitre 4, table 4.1. 17 ASV, Senato del Mar VIII, f. 196v, 2/2/1469.

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

175

à des frais exceptionnels, provoqués par les exigences d’une armée peu à peu devenue mercenaire. Il eut recours à divers expédients, en priorité à l’argent frais des épices, payées, ne l’oublions pas, en or comptant. Les médiateurs en ce milieu marchand étaient les interlocuteurs des communautés étrangères, les secrétaires, drogmans, ³aw…Þ… et ‘Ulam…’ qui géraient les stocks en province. Ils avaient réussi à institutionnaliser ce qui se faisait auparavant sous la contrainte, c’est-à-dire le placement des épices sultaniennes, mais sans les ennuis et les fluctuations des marchés. Pourtant, le partenaire principal, le Cottimo vénitien de Damas, souffrait d’une tension entre les desseins et les priorités dictées en métropole, d’un côté, et les intérêts des investisseurs outre-mer, de l’autre. Pour la Commune, ces priorités passaient par le maintien du système et le soutien financier aux sultans, tandis que, sur place, divers éléments menaçaient les équilibres financiers de la guilde: la manipulation des intérêts collectifs par des responsables politiques et la répugnance toujours présente à accepter une hausse des coûts du commerce, et pour autant à remplir ses devoirs fiscaux. L’année se conclut par une communication du consul aux autorités métropolitaines, inquiet des désaccords au sein de la communauté, à l’égard du bilan de 1467 et 1468. Ces controverses, selon le consul, allaient devenir dangereuses si elles parvenaient aux oreilles des locaux. Quelle était l’origine de ces disputes? Il est difficile de le savoir à cause de la complexité des comptes, mais il paraît que le consul n’avait fait retomber sur les marchands de 1467 qu’une faible proportion des stocks, laissant du poivre pour l’année suivante (table 4.1), ce qui aurait provoqué un conflit avec les marchands voyageant cette année-là. Le Sénat, à son tour, répliqua en insistant sur le fait que le consul devait obligatoirement inclure les stocks sultaniens dans le budget du groupement. Pour 1467, il n’y avait plus rien à faire, mais en 1468 il devait attribuer tout le poivre que le sultan lui fournirait jusqu’à la date d’arrivée des galères, pourvu qu’il ne dépassât pas le taux d’une sporta par millier de ducats investis18. Les événements de ces années permettent de voir les divers facteurs d’instabilité de ce système: à Alep, les marchands et le vice-consul n’hésitaient pas à contracter des dettes, puisque le Cottimo, bien qu’entreprise collective, restait une institution hétéronome, regroupant des marchands privés mais soutenue politiquement. La métropole accuse les marchands de ne pas clôturer correctement leurs bilans, et de n’y inclure «que ce que leur plaît, à leur propre bénéfice»19. A Damas, c’est aussi en raison du caractère hétéro18

Pour la réponse du Sénat à la missive consulaire, ASV, Senato del Mar VIII, f. 192r°, 13/12/1468. ASV, Senato del Mar VIII, f. 196v, 2/2/1469, «... el sia obligadi i nostri consoli et viceconsoli de Levante serar i cotimi de anno in anno per le spexe et manzarie seguide in quel anno. Et che novamente I nostri viceconsoli et mercadanti di Alepo el sia induto una pessima consuetudine de non serrar i suo cotimi ma meter solamente delle mercadantie trate quelle anno quanto alor par e et piace ad suo beneficio et lo 19

176

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

nome de la guilde, ainsi que de la position de force de ses responsables politiques, que l’action collective se vit brouillée. Tout cela motiva l’opposition de la métropole, pour laquelle la priorité restait la continuité des voyages des galères, qui passait par le maintien de bons rapports avec les sultans. On pourrait toutefois objecter que les quantités extorquées aux al-ø…b™n† ou les quelques 26.000 ducats obtenus en 1468 à Damas ne pouvaient suffire à dissiper complètement les soucis d’argent de Q…ytb…y, mais il faut prendre également en considération que les épices sultaniennes allaient de temps en temps aux autres communautés, et qu’elles étaient parfois exportées vers l’extérieur. Quoiqu’il en soit, les chiffres dont nous disposons pour les années 1470 concernant les revenus des iq¥…‘…t sont par ailleurs assez modestes (un auteur parle de 200.000 dinars apportés au trésor en 1469, dont presque la moitié en nature)20, ce qui milite en faveur de l’importance des rentes commerciales dans les finances des sultans. Cela expliquerait le rapport étroit établi par Q…ytb…y avec des ³aw…Þ… comme Ibn al-øaww… ou Ibn Zaman21, le soin consacré à tout ce qui concernait les épices et sa surveillance étroite des charges en contact avec les milieux financiers. En octobre 1471 une enquête fut ouverte à ßedda sur le détournement des revenus sultaniens qui provenaient des épices22. La situation dont hérita Q…ytb…y en 1468, nous semble-til, ne peut être comprise sans un regard attentif aux rentes en provenance de l’économie marchande.

3. CRISE FINANCIÈRE ET PRIORITÉ POLITIQUE La tendance à respecter les exigences politiques continua à marquer les conditions des échanges dans les années de consolidation du régime de Q…ytb…y. Il semble juste de se demander si une série de phénomènes, troublant souvent les rapports entre les autorités ces années-là, n’étaient pas la conséquence d’une conception à haut risque de la politique économique. Ces phénomènes variaient en fonction des priorités de chaque partenaire et de ses choix en matière de politique commerciale, mais le trait commun était celui de la crise financière. Non seulement les Cottimi levantins avaient fait preuve de graves dysfonctionnements depuis la mise en place de la politique des stocks, resto che reman debito el cotimo portano in conto de lano seguente in modo che al presente el cotimo de Alepo per questi resti portadi de anno in anno reman debitor circa ducati XI M». 20 AL-ßAWHAR‡, Inb…’ al-Ha¡r bi-Anb…’ al-‘A¡r, p. 161. 21 Ibid., p. 423, Q…ytb…y a un long entretien avec le ³aw…Þ… Ibn al-Saww…; ibid., p. 156, le ³aw…Þ… Ibn Zaman est au nombre de ses amis. Sur les activités de ces deux personnages, voir plus bas. 22 Ibid., pp. 351, 377 et 383.

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

177

mais encore, vers 1460, le fonds d’amortissement vénitien à Londres avait fait banqueroute23. Les responsables du Cottimo anglais avaient creusé un trou fiscal s’avérant, aux yeux des enquêteurs, toujours plus grand24. L’instabilité à Londres se maintint, du moins jusqu’en 1463, année où le bailo vénitien à Istanbul finit lui aussi en prison pour dettes25. Le fait que l’exigence politique soutenait ces guildes marchandes peut être constaté par le sauvetage de deux d’entre elles. Une crise causée par les activités de la course aboutit à un blocus du commerce en 1464, qui entraîna une fatw… des tribunaux égyptiens ainsi que l’envoi de diplomates mamelouks à Venise; l’affaire finit par coûter 300.000 dinars à la métropole26. Entre 1458 et 1466 la communauté génoise à Londres avait aussi été boycottée par la couronne à cause d’actes de piraterie. La montée de la conflictualité entre Gênes et Londres faillit interrompre cette branche du commerce extérieur génois, jusqu’à ce que la Casa di San Giorgio vint à bout de la situation en versant les dédommagements exigés27. Conséquence de cette tendance à subordonner le négoce aux priorités politiques, les marchés se déstabilisaient, mais d’une façon progressive. Pendant les années 1460 et 1470, la manifestation la plus claire de cette instabilité fut le progressif endettement des guildes européennes de commerce, et notamment celle du Cottimo. Dans une première phase, l’endettement épargna le sultan et ses épices, mais toucha tous les autres secteurs en contact avec l’institution. On continuait donc à payer les stocks mais on tardait à honorer les autres engagements. Le consulat insistait sur l’aspect strictement financier du problème –le paiement des stocks– en laissant de côté les troubles dans la gestion. La surcharge produite par l’acquisition des stocks avait atteint, vers 1460, 6-7% des capitaux investis par les marchands, alors que seuls 3% étaient originellement prévus: le consul se plaignait à la métropole, arguant qu’il s’agissait de la conséquence de la progressive augmentation du volume des stocks28, et bien que, moyennant la voie diplomatique, un nouveau prix mamelouk fut établi l’année suivante (85 ducats à la place de 100), il est certain que la guilde traînait à cette date une dette de 36.000 ducats29. Il faut com23

ASV, Senato del Mar VI, et 14/3/1460. Les 4.000 ducats dénoncés par le Senato del Mar en septembre 1458 montèrent à 9.000 en octobre. ASV, Senato del Mar VI 18/9/1457 et 11/10/1457. 25 Une corporation vénitienne opérant en mer Noire, la Camera di Romania, enregistrait des pertes, ASV, Senato del Mar, VI, f. 7V. Pour l’emprisonnement du bailo, ASV, Senato del Mar VII, f. 162r. 26 ASV, Senato del Mar VIII, f. 31r, 20/6/1465, f. 49r-v, f. 66-67, 14/3/1466. 27 HEERS, JACQUES: «Les Génois en Angleterre: La crise de 1458-1466», dans Société et économie à Genes (XIV e-XV esiècles), London: Variorum Reprints, 1979 28 ASV, Senato del Mar VI, f. 184v, 27/6/1460. Les stocks effectivement augmentèrent (voir table 4.1). 29 Des Vénitiens furent emprisonnés à cause de cela, ASV, Senato del Mar VI, f. 170r, 16/5/1460. 24

178

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

prendre les effets de ce fait pour la finance sultanienne: ce n’était pas des sommes dues directement au trésor sultanien; de nombreux indices montrent que, à travers le crédit, le poids se répartissait sur les cercles proches de l’agence. Au fur et à mesure que les stocks continuaient à être absorbés par le consulat, celui-ci s’endettait progressivement. Si une documentation plus riche montre la direction prise par ces dettes à des dates plus tardives (vers les élites civiles et militaires mameloukes, en plus de quelques banquiers) il est difficile de suivre leur trace jusqu’au bout pour les années 1460-1470. Nous connaissons, pourtant, les premiers symptômes de cette instabilité produite par la mauvaise gestion du Cottimo: des dizaines d’actes de boycottage commencèrent à être émis par les autorités vénitiennes à l’endroit de marchands musulmans, aussi bien à titre individuel que corporatif, marchands qui refusaient de payer le Cottimo ou ses membres30. Partout en Syrie, des débiteurs apparurent lors de ces premières manifestations de crise du Cottimo31. Le phénomène atteignit les milieux proches des ³aw…Þ…, et ne se limita pas à Damas, concernant aussi Ham… et d’autres villes de Syrie32. Certains membres de l’administration apparaissaient impliqués dans ces dettes33. Une faux diagnostic serait d’interpréter les soucis du Cottimo comme la conséquence de dettes laissées par ses partenaires arabes. Tout au contraire: étant donné que l’agence elle même avouait un endettement de 36.000 dinars en mai 1460, et que cet endettement ne concernait pas les stocks, dont les paiements étaient effectivement versés, il semble plutôt que l’on soit en présence de représailles locales pour les engagements non tenus par l’agence. En effet, l’endettement du Cottimo précèda les actes de boycottage, qui datent des années 1460 et 147034. Dans un système économique où l’un des participants, souvent politiquement protégé, n’exigeait pas le remboursement de crédits ou ne se sentait pas obligé de payer ses dettes, il arrivait souvent que personne ne payât. Comment pourrait-on expliquer autrement les incarcérations récurrentes par les autorités (y compris par le N…©ir al-ßayš) de certains représentants consulaires?35 Les problèmes financiers atteignaient Tripoli, le débouché du négoce d’Alep et du coton syrien. Ces troubles avaient été dé30

ASV, Senato del Mar VII, f. 25r, 18/7/1461. ASV, Senato del Mar, VII, sous 11/2/ 1461. 32 ASV, Senato del Mar, VII, f. 59r. 33 ASV, Senato del Mar VII, f. 99r, on y trouve un machademo bastasiorum, probablement un Muqaddam des bazars. D’autres débiteurs apparaissent dans: ASV, Senato del Mar VII, 114 r-v, 128v, 149v. 34 Les registres du Senato del Mar des dernières années 1460 et des premières 1470 (registres VIII et IX) contiennent des dizaines de ces actes. 35 Pour les premiers rapports contraires à la gestion du Cottimo de Tripoli, ASV, Senato del Mar VI, 22/6/1458. Pour l’incarcération du vice-consul en Syrie, à cause d’une dette de 8000 ducats pour une affaire de coton, voir aussi; ibid., f. 113r°, pour le rôle du N…©ir al-ßayš dans cette décision, ibid., f. 135v°. 31

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

179

noncés en juin 1458 et se terminèrent par la mise aux arrêts du vice-consul36. Cela n’expliquerait pas non plus les enquêtes qui furent ordonnées en 1461 sur les comptes37, ni les dissensions entre les marchands au sujet des charges et de l’argent commun. La métropole commença à mettre en doute la gestion consulaire et procéda à la désignation d’une commission de marchands pour étudier les comptes. Si d’un côté on faisait preuve d’aplomb, les tensions au sein des conseils se reflétaient dans les votes: la proposition fut adoptée mais à 90 voix contre 3038. Le mode de manifestation de la crise financière était double: d’un côté, il y avait la mauvaise gestion consulaire qui dégénérait en spéculation ouverte; de l’autre, le manque de solidarité entre les marchands qui refusaient d’assumer le fardeau des stocks, celui-ci pesant toujours plus lourd dans leurs bilans. Derrière ce double phénomène il y a toujours les priorités politiques que l’on tâche de sauvegarder dans les conseils. Nous voyons ainsi le Sénat s’en prendre à la gestion «déloyale» et «malhonnête» du consulat mais aussi aux marchands, qui à leur tour, étaient réticents à payer les droits sur leurs opérations39. Q…ytb…y ne semble avoir montré aucune volonté de changer le statu quo dans le commerce des épices. Elles firent toujours partie de ses prévisions financières, et si les problèmes dans la gestion augmentaient, on ne prit jamais de décision nouvelle jusqu’au moment où la situation atteignit le financement de l’armée en temps de crise. Tant que les épices sultaniennes trouvaient un débouché et continuaient à nourrir en devises l’énorme dépense militaire, les effets nocifs de la gestion furent laissés à l’arrière-plan. Un signe que la priorité politique l’emportait sur toute autre considération est la façon très sommaire avec laquelle Q…ytb…y se débarrassa d’une légation diplomatique vénitienne en 1472-1473. L’initiative diplomatique vénitienne ne présentait aucune revendication à l’égard des stocks, se bornant à toute une série de questions de deuxième ordre. La réponse de la chancellerie de Q…ytb…y fut aussi évasive et ne mit nullement en question l’amortissement de ses épices. Le caractère extrêmement vague de ces résolutions a étonné les chercheurs, puisque l’on ignorait l’ampleur de cette entente entre les deux gouvernements sur la question des épices sultaniennes40. Malgré les plaintes des conseils vénitiens, l’on

36

ASV, Senato del Mar VI, sous 28/8/1458 ASV, Senato del Mar VII, f. 25r, 18/7/1461. 38 ASV, Senato del Mar VII, f. 33v, 4/9/1461. 39 Pour les critiques de la gestion à Damas et ailleurs, ASV, Senato del Mar, VII, f. 43 v, 30/1/1462. Pour l’appel à l’ordre des marchands, ibid., f. 101r°, ceux-ci sont accusés de «... non dar i suoi cotimi lialmente del dano del piper...». 40 HOURS, FRANCIS, «Fraude commerciale et politique internationale: les relations entre l’Egypte et Venise d’après une lettre de Qayt Bay (1472-1473)», Bulletin d’études orientales, 25 (1972). 37

180

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

doit conclure au manque d’une véritable réaction à cet état de choses, puisqu’en novembre 1473 le Sénat se montra à nouveau furieux contre la communauté alexandrine, qui avait creusé un trou fiscal de 110.000 ducats41. Désormais déterminée à maintenir le système à tout prix, l’administration de Q…ytb…y dut affronter une situation extrêmement tendue sur toutes les places commerciales. En Syrie la situation atteignit un point de tension extrême de 1471 à 1473, avec les crises successives de Tripoli, d’Alep et de Damas. A Alexandrie, pouvait-il en aller autrement, avec un tel volume de dettes? Des troubles avaient déjà éclatés tout au long des années 60 du XVe siècle, les dettes affectant les activités des ³aw…Þ…, comme celles des Ban™ ‘Ulayba, qui coopéraient avec le régime depuis vingt ans et auxquels la famille vénitienne Capello réclamait de grosses sommes en mai 147142. Le ³aw…Þ… Badr al-d†n Ibn ‘Ulayba était en affaires avec les Génois en 147443, et l’année suivante les Vénitiens dénoncèrent ses procédés arbitraires en métropole44, peu de mois avant que, par un coup de main, il ne fût kidnappé à Alexandrie par des Européens, avec d’autres grands marchands, et retenu hors d’Egypte jusqu’au paiement d’une rançon45. Même si l’enquête ordonnée par Q…ytb…y invoqua la responsabilité vénitienne, et malgré la violente émeute qui s’en suivit en ville, les rapports entre Venise et Q…ytb…y se rétablirent et s’améliorèrent même pendant les mois qui suivirent. On a défendu la thèse que les Vénitiens soutenaient la liberté commerciale et refusaient toute régulation en matière d’achats forcés, arrivant à des menaces réitérées de boycott. Cette position, relevant plus d’un discours diplomatique que d’une priorité politique de la Commune, fut considérablement nuancée au cours de la deuxième moitié du siècle. Les ambassades de 1461, 1472-1473 et 1489 ne cherchaient pas l’abolition du système, mais sa régulation en des termes favorables aux Vénitiens. Outre les constantes injonctions faites aux marchands de suivre les règles financières dictées pour les stocks, les autorités vénitiennes commencèrent à exiger une caution de tous ceux qui se rendaient au Levant, afin de garantir leur obéissance46. Rien de moins éclairant que ce prétendu penchant pour la liberté de commerce pour interpréter les priorités politiques des membres des conseils. Ce sont plutôt leurs intérêts qui expliquent leurs priorités, intérêts qui coïncidaient avec ceux des sultans, car les stocks non seulement garantissaient le fonctionnement correct des mude, mais ils impliquaient encore, par la force 41

ASV, Senato del Mar IX, f. 185v, 22/11/1473. ASV, Senato del Mar IX, f. 95a, 16/5/1471. 43 ASG, archivio segreto 2774 C, Massaria (1472-1475), Bedradinus Benolibe, f. 30v. 44 ASV, Senato del Mar X, f. 40, 30/3/1475. 45 Ibn Iy…s III, p. 114. 46 ASV, Senato del Mar IX, f. 133 (1472), puis renouvelé en 1487, ASV, Senato del Mar, XII, f. 106r 42

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

181

des choses, la fiscalisation totale de l’investissement. Cette convergence d’intérêts poussa les autorités à agir contre tous ceux qui achetaient du poivre en dehors du contrôle consulaire47, et à encourager la délation des fraudeurs48. Le choix prioritaire de sauvegarder le système des mude, outre qu’il favorisait les revenus douaniers et la continuité du secteur stratégique de la distribution, visait, entre autres, au maintien de l’Arsenal. La question du financement de l’Arsenal reproduisait à échelle réduite ce que les économistes ont nommé le «dilemme du prisonnier». Les finances de l’Arsenal souffraient de la situation générée au Moyen Orient, car celui-ci fonctionnait en grande partie avec les recettes affectées au commerce avec les pays musulmans49. C’était bien l’Arsenal qui finançait avec des fonds publics, au bénéfice de certains cartels politiquement influents, la construction des galères. Dans un moment où l’institution devait faire face à un besoin croissant de galères pour le Levant50, les difficultées du Cottimo et les troubles du commerce la menaçaient sérieusement. Au lieu de détendre les ressorts institutionnels, et considérant que l’Egypte revêtait une «importance maximale» pour le Sénat51, de nouvelles restrictions concernant la construction navale furent émises hors métropole52. Le besoin grandissant de navires à destination du Levant n’entraîna aucunement l’adoption de critères moins stricts pour le commerce et la navigation53. En raison de cette coïncidence d’intérêts entre Venise et le sultanat, ainsi que de la significative utilisation politique des guildes commerciales, les deux parties durent faire un effort pour clarifier la situation des dettes qui perturbaient le commerce, et surtout fixer le stock, qui avait jusqu’alors varié en fonction du volume du commerce. Les négociations aboutirent à un accord en 1476, et à partir de cette date les stocks devinrent des quantités fixes non seulement pour Damas, mais aussi pour la communauté alexandrine54. Quelques mois plus tard, en janvier 1479, des chroniqueurs arabes comme Ibn al›im¡†, peu enclins à se mêler de pareilles questions, commencèrent à prendre en considération l’importance des épices dans les finances sultaniennes, et rapportent l’attribution de 1.000 sporte d’épices aux marchands francs55. 47

ASV, Senato del Mar VIII, f. 150, 16/5/1467. ASV, Senato del Mar IX, f. 89r (1471). 49 ASV, Senato del Mar VIII, f. 144b, 19/11/1467. 50 ASV, Senato del Mar VII, f. 58r, 31/4/1462. 51 ASV, Senato del Mar, IX, f. 141, 14/6/1442. 52 Déjà cité, ASV, Senato del Mar IX, f. 19v, 28/9/1469, voir chapitre 5. 53 ASV, Senato del Mar IX, f. 15a, 17/10/1470. 54 Pour l’envoi d’une légation vénitienne à cet effet, v. ASV, Senato del Mar X, f. 48, 10/6/1475 et f. 62, 4/12/1465. Pour les résultats de la mission en novembre 1476, ASV, Senato del Mar X, f. 94, daté du 8 septembre. 55 IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, 226, rapporte l’attribution de 1000 sporte (|iml) d’épices (bih…r) aux Francs de Damas. Il paraît peu probable qu’il s’agisse ici de Vénitiens. 48

182

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

4. FACTION ET FINANCE: QƒYTBƒY ET LE GOUVERNEMENT DE LA SYRIE (1480-1490) L’articulation du pouvoir princier avec les marchés financiers ne reposait pas seulement sur les épices et les institutions qui les géraient. Le développement des transactions dans la province syrienne par rapport à l’Egypte ne pouvait pas se borner à certains domaines; pendant les années 1480, quand les stocks devinrent des quantités fixes et non plus sujettes à négociation, la partie attribuée aux Vénitiens de Damas s’avéra être plus du double de celle de leurs collègues alexandrins. De même que tout le système des stocks fonctionnait à travers le crédit, les expectatives régulières de gain, soulevées chaque année par l’imminence de la saison commerciale, finirent par inclure d’autres élites dans le dessein. Les sources ne se montrent pas, à cet égard, très bavardes, mais elles contiennent tout de même certains indices très clairs. Quand, quelques années plus tard, un légat de la commune constate que la plupart des titulaires des charges syriennes sont en rapport financier avec le Cottimo, il y a là une indication des effets sociaux de la finance. La guilde, en raison des capitaux qu’elle manipulait chaque année, répercutait sa position relative dans la société à travers le crédit qu’elle générait ou empruntait. Plus que la contrainte, ce dernier devint l’une des formes et manifestations des équilibres du pouvoir, dont faisaient partie, à plein, les Vénitiens. La conséquence directe du contact avec les milieux financiers, en ce qui concerne le pouvoir sultanien, fut la croissante vénalité des charges administratives. La fréquence des ventes et le prix des charges syriennes avaient augmenté vers la deuxième moitié du siècle, poussant des chroniqueurs comme Ibn ¦™l™n à rapporter, vivement frappés, les détails de ce qu’ils considéraient comme un signe de corruption. Non seulement on accédait aux charges de l’administration de Q…ytb…y par de l’argent, mais le sultan exigeait parfois des versements pour le simple maintien dans le poste56. La vénalité des charges a été interprétée en termes de corruption, et par conséquent, considérée comme un signe de décadence57, mais de telles visions apportent peu à la compréhension de l’évolution du pouvoir. Vénalité et alternance des charges étaient des ressorts du pouvoir sultanien et du gouvernement de la Syrie; ces 56 ³il‘at al-istimr…r, le Daw…d…r Yalb…y paya de cette façon 10.000 dinars en 1481. IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 42. Il dut en verser ensuite 20.000 autres pour un nouveau poste de N…’ib de øafad, en plus de sa charge de H…Þib al-HuÞÞ…b, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 73. Sur cette pratique administrative, voir MARTEL-THOUMIAN, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamluk (IXe/XV e siècle), p. 143. 57 AYALON, DAVID, «Some Remarks on the economic decline of the Mamluk sultanate», Jerusalem Studies in Arabic and Islam 16 (1993), pp. 120-124.

184

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

était –significativement– bien inférieur60. Ibn Farf™r, comme la plupart des hauts fonctionnaires, perdit et puis reprit la charge plusieurs fois au cours des années 148061, mais cela n’entraîna pas l’arrêt de sa carrière ni de celle d’autres membres de sa famille. Les destitutions et les arrestations qu’il dut subir peuvent, si l’on veut, être interprétées comme une manifestation d’un pouvoir central arbitraire, mais la durée de certaines carrières en Syrie indique plutôt l’existence d’un rapport négocié entre le pouvoir sultanien et les élites de la province. Cette alternance ne se produisit pas au détriment des familles marchandes, qui continuèrent à se mêler de l’administration «par force d’argent»62, ou pour consolider des patrimoines familiaux accumulés grâce aux affaires: de nouvelles générations des familles qui avaient rendu service aux sultans retrouvèrent des postes dans l’administration syrienne pendant les années 1480, comme le ³aw…Þ… Zayn al-d†n ‘Abd al-Ra|m…n Ibn D™l…ma –N…©ir al-ßaw…l† en 1480– ou le fils de Šams al-d†n Ibn al-Muzalliq, grand Q…ÿ† en 148463. Leurs familles possédaient des Qay¡ariyyas à Damas, et celle d’Ibn D™l…ma était connue vers 1490 comme «celle des Francs»64. Pour ce qui est de leur composantes civiles, les éléments constituants du pouvoir circassien, tels qu’ils s’étaient formés à partir du règne d’al-M™’ayyad Šay², parvinrent à leur maturité sous Q…ytb…y. Ce pouvoir s’appuyait sur un entourage financier «propre», car le sultan entendait la formation des fortunes privées en termes patrimoniaux, conception qui se manifestait à travers la vente des mus…ma|…t, la vénalité, les exactions en temps de crise et la confiscation des héritages65. Le sultan s’appuyait sur ce milieu “propre”, non plus basé sur des marchands “étrangers”, pour véhiculer l’information et trouver un débouché à ses épices, mais aussi pour développer des travaux publics. Ce milieu marchand avait le trait caractéristique d’être dominé par des Syriens,

60 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 77. Un candidat à Q…ÿ† d’Egypte achète la charge pour 10.000 dinars en 1487. 61 IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, pp. 256-257. 62 Tel est le jugement à l’égard du marchand Ibn ‹…zz†, qui jouissait du patronage de Shih…b al-d†n Ibn Farf™r (IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 46), et dont Ibn ¦™l™n rapporte les antécédents financiers familiaux. Un marchand appelé Ibn B…zz†, cumulant en 1496 toutes les charges d’importance financière, y compris celle de N…©ir al-ßayš de Damas (AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 191) est plus que probablement le même personnage. 63 Ramaÿ…n 885H, Le ³aw…Þ… Zayn al-d†n ‘Abd al-Ra|man Ibn D™l…ma succède en charge à un autre membre d’une famille de ³aw…Þ…: Zayn al-d†n Ibn al-ø…b™n†, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, 251, ßam…d† II 889H: Badr al-d†n ›asan Ibn Šams al-d†n Mu|ammad Ibn al-Muzalliq est placé en tête de l’appareil judiciaire de Damas, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 63. 64 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, p. 112 (÷™-l-›iÞÞah 894H). 65 Ibid., I, pp. 79-83. Le sultan confisque l’héritage de son N…’ib. Ibid., p. 205, il en fait de même avec l’importante fortune d’un q…ÿ†.

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

185

avec une présence croissante des ³aw…Þ… et des administrateurs basés à Alep. Ayant des intérêts à Alep, le ³aw…Þ… Ibn Zaman (m. 897H) exerçait des fonctions exécutives dans la gestion des travaux publics de Q…ytb…y. Il construisit, en effet, des madrasas et des rib…¥s en Egypte, à Médine mais aussi à La Mecque66. Dans ce complexe rapport de patronage, le ³aw…Þ… fournissait au sultan ses compétences financières: Ibn Zaman mit sur pied un montage légal pour s’approprier un terrain où construire une madrasa pour Q…ytb…y, puis il bâtit des immeubles dont le loyer était destiné au maintien du complexe religieux67. D’autres marchands sultaniens de Q…ytb…y, comme le ³aw…Þ… Šams al-d†n A|mad, subventionnaient le pavage de rues et la construction de conduites d’eau68. Plus tard, en juin 1506, le sultan al-Ýawr† envoya le ³aw…Þ… ‘Al† Masl…t† en mer Rouge ériger des défenses contre les pirates portugais69. Les ³aw…Þ… de Q…ytb…y déployaient une activité commerciale frémissante avec les Européens, et les grands prévôts comme le ³aw…Þ… al-Turkum…n†, l’homme très proche du sultan Ibn Zaman, al-N…¡ir†, ou Ibn al-›izm† sont cités dans les sources vénitiennes. Leurs profils sont susceptibles d’être reconstruits à travers une approche comparée des sources: le ³aw…Þ… Ibn al ›izm† disposait d’un réseau de subordonnés qui traitaient pour lui avec les Vénitiens d’Alep70, mais en tant que ressortissant des milieux élitaires, il possédait ses propres mamelouks71. D’autres ³aw…Þ…, figurant parmi les plus importants de l’Empire, agissaient parfois en association, signe de l’importance de l’investissement effectué à Alep. Ieronimo Contarini fut en affaires avec un cartel de marchands sultaniens comprenant le ³aw…Þ… al-Turkum…n†, le ³aw…Þ… A|mad al-Nā¡ir†, et le ³aw…Þ… Ibn Zaman72. L’utilisation des sources vénitiennes ne devrait pas, pourtant, faire oublier l’importance des autres commerces confluant dans la région. Si les milieux financiers d’Alep étaient importants à cette époque, c’était aussi en raison du négoce persan florissant grâce à la soie - et de la

66 Ibid., I, p. 59 et IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 338 et surtout MORTEL, RICHARD T., «Ribats in Mecca during the Medieval Period: A Descriptive Study Based on Literary Sources», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 61 (1998), pp. 47-48. 67 MORTEL, RICHARD T, «Madrasas in Mecca during the Medieval Period: A Descriptive Study Based on Literary Sources», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 30 (1997), pp. 249-250. 68 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 61. 69 IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, IV, pp 95-96. Pour les activités de ce ³aw…Þ… à Alexandrie, voir plus bas, chapitre VII. 70 ASV, Procuratori de San Marco, Misti, 161, Comptes Loredan, Bene Nesme, die dar, (20/5/1483), cité par VALLET, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du XV e siècle, pp. 20, 126. Ces subordonnés étaient appelés achallo par les Vénitiens (de l’arabe aqall, inférieur). 71 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 70. L’un de ses mamelouks est cité parce qu’il a fait passer des informations entre le Caire et la Syrie, au sujet des nouvelles nominations aux postes administratifs. 72 ASV, Senato del Mar XII, f. 149. Pour le ³aw…Þ… al-Turkum…n†, voir AL-¦ABBƒ³, I‘l…m al-nubal…’ bi-t…r†² ›alab al-šahb…’, V, 341, il avait épousé la fille d’un Q…ÿ†.

186

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

route Nord-Sud qui se développait en direction de Bursa et d’Istanboul73. Les ³aw…Þ… sillonnaient aussi ces autres routes, ils dirigeaient des caravanes et véhiculaient des informations74. Un autre trait distinctif –la continuité du rapport entre les sultans circassiens et certaines familles syriennes– ressort de cas comme celui du ³aw…Þ… Abd al-‹…n† Ibn al-Muzalliq, actif dans les années 1470 comme marchand du sultan. Il s’agissait de la troisième génération de la famille occupant la charge, bien qu’à sa mort (1510) il était plutôt connu comme l’administrateur du waqf fondé par la famille75. La consolidation de la politique circassienne et de certaines pratiques homogènes du pouvoir, favorisa les stratégies familiales d’autres marchands syriens, cherchant à entrer dans l’administration, comme celle du ³aw…Þ… al-ŠaЙr†76, les al-ø…b™n†, les Ibn D™l…ma et les Ibn Muzalliq, déjà cités. En définitive, ce fut l’association avec des médiateurs économiques et l’équilibre dans les nominations aux charges qui définirent les modalités du pouvoir sultanien en Syrie. Il est très significatif que le sultan, confronté à des dépenses extraordinaires, comme à celles qui se présentèrent à partir de 1484 en raison de la guerre contre les Ottomans, n’eut d’autre recours que d’envoyer en Syrie des légats spéciaux. Il s’agissait de ³a¡¡ak†s qui se rendaient en Syrie munis d’ordres et de dépêches extraordinaires, dans le but de collecter le montant des confiscations dans les bureaux, d’encaisser le prix des charges, d’ajuster des comptes avec les fonctionnaires corrompus et de taxer abusive-

73 Sur l’importance d’Alep dans l’axe commercial Est-Ouest à cette époque, WIRTH, Alep et les courants commerciaux entre l’Europe et l’Asie du XIIe au XVIe siècles, pp. 53-56 et fig. 7. Quelques remarques sur l’importance de la soie transitant par Alep se trouvent dans ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 397. Du moins pour la période se situant avant la conquête ottomane de la Syrie, l’importance commerciale de la route de Bursa ne devrait pas être surestimée. Malgré ses propres opinions, les chiffres apportés dans les travaux d’Inalçik montrent une importance relative de ce courant: INALCIK, HALIL, «Bursa and the Commerce of the Levant», Journal of the Economic and Social History of the Orient, 3 (1960). 74 Comme, par exemple, le ³aw…Þ… Šams al-d†n al-¦aw…q† al-Dimašq† qui rapporte, en 1492, des nouvelles sur l’épidémie de peste à Bursa (IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, II, p. 146) ou le ³aw…Þ… Barak qui emmena Bertrandon de la Broquière dans son convoi: «... je priai donc... qu’ils me menassent parler audit Khodja Baraq qui était chef de ladite caravane et des plus grands de la cité de Brousse... Je lui remontrai comment je voulais aller à Brousse voir un frère que j’y avais et le priai qu’il me voulût prendre en sa compagnie et me faire conduire sûrement. Lequel leur demanda si je savais parler arabe, turc, hébreu vulgaire ou grec. Je lui dis que non... Il dit en sa langue turque que je pourrais venir de façon sûre en compagnie de ses esclaves, mais il fallait que je fusse vêtu et habillé à leur façon». DE LA BROQUIÈRE, BERTRANDON, Le voyage d’outremer de Bertrandon de La Broquière, premier écuyer tranchant et conseiller de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, éd. Ch. Schefer, Paris, 1892, p. 59. 75 Il était actif comme ³aw…Þ… dans les années 1470, AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 46 et IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n (éd. Fayyad |arf™š), p. 457. 76 Il était le beau-père du Daw…d…r du sultan, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 258, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, II, p. 78.

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

187

ment les fondations pieuses et les mosquées77. L’envoi de ces ³a¡¡ak†s montre l’acceptation, de la part du Caire, de l’enrichissement des hautes instances du pouvoir local, et prouve que le pouvoir sultanien n’avait pas adopté en province un véritable contrôle bureaucratique78. La stratégie consistant à choisir des fonctionnaires au profil modeste n’avait pas empêché à moyen terme la consolidation d’un milieu administratif ayant davantage de relief. Les cercles de l’administration financière des années 1480-1490 comptaient sur des personnages jouissant d’une plus grande indépendance, comme le ³aw…Þ… ‘‡s… al-Q… rr†, et d’autres fonctionnaires qui, malgré les constantes arrestations, finissaient toujours par réapparaître comme Mu|ibb al Din al-Aslam†, al-‘Adaw† ou les Ibn Farf™r. Le contrôle de ces élites syriennes posa de constants problèmes à Q…ytb…y pendant les années 1480. Une conflictualité toute particulière, qui concernait maintenant le milieu civil. Mis à part les troubles résultant des exigences de ses mamelouks, l’oligarchie militaire lui fut fidèle et préféra attendre sa mort pour déclancher la lutte pour le pouvoir. Les litiges entre les factions civiles eurent souvent une origine financière et, plus d’une fois, on apprit que les épices avaient provoqué des conflits79. Les destitutions des juges par le sultan étaient souvent motivées par la gestion des ressources80. Des opérations financières périlleuses produisirent la chute d’autres Q…ÿ†s, comme cela arriva a Zayn al-d†n al-›isb…n†, qui accumulait des dettes auprès de certains officiers81. Les conflits dans la magistrature damascène se poursuivirent 77 AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 110, (Safr 891H) Un ³a¡¡ak† (Mamay) envoyé depuis le Caire pour procéder à l’arrestation d’Ibn ‘Adaw†, wak†l du sultan, en raison de la récupération (isti²lâs) de l’argent du sultan. AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 127, (893H), un autre ³a¡¡ak† (T…nim) procède à une nouvelle confiscation sur Ibn ‘Adaw† pour un montant de 21.000 Dinars. IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 225, Un ³a¡¡ak† se rend à Damas afin de récupérer un dépôt financier de 30.000 dinars, appartenant à un ancien Daw…d…r, des mains de certains individus, dont un muft†, un marchand et un écrivain public. Le ³a¡¡ak† poursuit ses confiscations sur les bureaux des Q…ÿ†s et sur les avoirs des marchands ³aw…Þ…, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, pp. 226-227. IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 111 (894H) Un ³a¡¡ak† muni d’ordres du sultan procède à des exactions auprès des membres de la magistrature pour un montant supérieur aux 20.000 dinars. 78 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 94, Le ³a¡¡ak† T…nim procède à l’arrestation de certains individus qui s’étaient enrichis de façon illicite, dont un drogman des Francs. Ibid., I, 114, deux administrateurs sont arrêtés suite à des accusations de détourner l’argent du sultan. IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, pp. 363-64 et 381 (899H), øadaqa al-Aslam† détourne 24.000 dinars du trésor sultanien. Il embrasse l’Islam par la suite car il craint les représailles. Il est finalement puni à cause de la fausseté de sa conversion. 79 Ibn ¦™l™n rapporte un de ces conflits entre le juge hanbalite et le N…©ir al-ßayš, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 12. 80 IBN T•L•N, Quÿ…t Dimašq: al-Å…Ðir al-bass…m f† ÷ikr man wuliyya qaÿ…’ al-Š…m, p. 26 (raÞab 886H), remplacement de Mu|ibb al-d†n Ibn al-Qas†f par Isma’†l al-N…¡ir†, à cause de la gestion des ressources de la magistrature damascène. 81 Ibid., p. 19 (šawal 893H).

188

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

au cours des années 1480 et au début des années 1490, mais les hommes concernés par ces scandales restèrent toujours sur la scène administrative. Il est impossible de mesurer les effets de cet état de choses sur la conscience de la population syrienne. On ne peut cependant omettre le mépris croissant avec lequel les sources syriennes rapportent les événements de la période. Les ³aw…Þ…, qui cumulent d’énormes fortunes et possèdent des demeures luxueuses, commencent à être jugés négativement à cause de leur conduite82. Sans prétendre en tirer de conclusions hâtives, il faut admettre que le nombre d’attaques violentes contre la propriété augmentait83, et que certains ³aw…Þ… moururent alors assassinés. Dans une seule famille de ³aw…Þ… syriens –les Ban™ al-Qun¡†– on compte l’assassinat de deux marchands en moins de dix ans. Un juge de la famille des Ibn Muzalliq subit le même sort84. Un fait qui frappa la conscience collective se produisit à l’automne 1480 à Alep, dans le cadre des levées d’impôts servant à financer une expédition militaire au nord de la Syrie. La confiscation des biens de certains personnages, mais surtout l’application d’un impôt abusif sur les maisons de la ville provoquèrent des émeutes durant lesquelles on s’en prit à la personne du Wak†l du sultan: le ³aw…Þ… Ibn al-øaww…. Le wak†l avait en charge l’approvisionnement de l’armée, ce dont il s’acquittait souvent à travers la manipulation des marchés. Ibn al-øaww…, qui avait fait une carrière comme marchand sultanien, fut poursuivi par les gens de la ville, attrapé finalement dans l’impasse des blanchisseurs, traîné jusqu’au pied de la citadelle et brûlé vif 85.

5. UN SYSTÈME HÉTÉRONOME? LA FAILLITE DES GUILDES EUROPÉENNES DE COMMERCE Parallèlement, le Cottimo se rapprochait de sa première banqueroute. Les tensions entre les différentes priorités à l’égard du commerce conduisaient 82 Des histoires sur le manque de moralité de certains ³aw…Þ…, comme al-ŠaЙr† ou Ibn Zaq†q circulaient parmi les damascènes, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, pp. 78 et 104. 83 Ibid., I, vols et autres actes violents contre les marchands, pp. 35, 66, 68, 105, 110. Exécution d’un bédouin qui avait volé des marchands arméniens transportant un chargement de soie, p. 119, ou attaques contre des caravanes, dont une avec des marchandises de ‘Is… al-Q…rr†, p. 125. 84 ³aw…Þ… Ibn al-Qun¡†, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 296, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 66 et IBN ¦AWQ, al-Ta‘l†q, p. 274, qui ajoute qu’Ibn al-Qun¡† et son oncle ont été tués par des paysans. Pour son fils Šams al-d†n Mu|ammad, tué sur la route de Baalbek, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 353. Pour l’épisode du vol et du meurtre du Q…ÿ† al-Quÿ…t Ibn Muzalliq de la main de certains mamelouks, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, pp. 172-173. 85 Cet épisode est rapporté par la plupart des chroniqueurs, dont IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 24, AL-¦ABBƒ³, I‘l…m al-nubal…’ bi-t…r†² ›alab al-šahb…’, V, p. 401, et surtout IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, pp. 249-251.

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

189

les conseils à durcir leur langage. La dette du Cottimo était maintenant définie comme le “dépôt”, qualifié de “très gênant” et fruit des mauvais procédés des “délinquants”86. L’adoption en 1476 d’un système de stocks fixes –210 sporte de poivre étaient accordées pour Alexandrie et 530 pour Damas– revenait, en réalité, à une augmentation de ceux-ci, à en juger par les données dont nous disposons pour Damas (table 4.1). En appliquant le nouveau prix politique de 110 ducats que Q…ytb…y essayait d’imposer, cela représentait plus de 80.000 dinars annuels pour le sultan et l’importation garantie de 160.000 kg de poivre pour Venise87. A ce point, il nous faut reprendre quelques considérations avancées plus haut sur la nature de ce qu’on appelle le «commerce administré». Certains indices semblent confirmer, pour notre cas d’étude, les théories des anthropologues sur ce système économique. Ceux-ci défendent, en effet, l’idée que le «commerce administré» n’a pas pour but la maximisation du bénéfice, mais l’approvisionnement en un bien fondamental, en l’occurrence les métaux servant à frapper de la monnaie. Q…ytb…y était-il un accapareur et les stocks de simples exactions imposées sur le marché? Sauf dans des cas exceptionnels, le prix des épices sultaniennes demeurait constant en raison des accords politiques, tandis que les marchés fluctuaient considérablement. Ainsi, en 1489, le poivre sultanien coûtait moins cher que le poivre du marché, victime de conjonctures aboutissant à une hausse de son prix88. Cet effet ne poussa pas les administrateurs sultaniens à négocier une hausse proportionnelle. Or, si les stocks avaient eu seulement pour but de braver les marchés pour amener le maximum d’or possible dans les coffres, pourquoi le sultan aurait-il accepté de vendre son poivre à un prix inférieur à celui du marché? Les postulats de Karl Polanyi et des tenants de son école, pour lesquels un approvisionnement constant, libre des fluctuations indésirables, reste la priorité pour le commerce administré, semblent se confirmer dans ce cas. A plusieurs reprises,

86

ASV, Senato del Mar, XII, 30/12/1485 et 13/1/1486. La date à laquelle les stocks devinrent des quantités fixes était jusqu’à présent objet de spéculation, ASHTOR, Levant Trade in the Later Middle Ages, p. 461 et HEYD, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, p. 492. En effet, ces importantes transformations des accords bilatéraux n’ont pas été correctement interprétées dans les ouvrages de référence sur le commerce levantin, ce qui a contribué à brouiller la compréhension des échanges et des enjeux diplomatiques. Sur ce prix de 110 ducats voir Heyd, basé sur la description détaillée du fonctionnement du Cottimo et des conflits particuliers qui l’agitaient, rapportée par le pèlerin Tucher. Tucher narre comment en 1476 un prix exceptionnel de 110 dinars fut exigé par l’administration de Q…ytb…y, au lieu des 85 en vigueur jusqu’en 1468 (table 4.1). Les Vénitiens s’en sortirent en versant 70 dinars, mais il nous semble qu’il ne s’agisse que d’un premier financement. 88 Ambasciata straordinaria, doc. 30, sur le départ des galères de 1489, on nous apprend que «el piper de cotimo fo pagato 74. in buzaro ducati 78». Dans ces circonstances, les Vénitiens laissèrent 50.000 ducats sans investir, ainsi qu’une galère vide; de nombreuses épices restèrent sans acheteur sur les marchés, ibid., «Ha manchato a queste galie el cargo de 1a galia et sono rimaxe specie assay et è ritornato cum le galie oltra ducati LM [50.000]» 87

190

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Polanyi a expliqué que, dans ce type d’économie, les prix tendaient à être fixes et restaient invariables pendant de longues périodes. De fait, les autorités mameloukes, sauf dans des très rares cas, maintinrent le prix politique de leurs épices, qui, à diverses occasions, descendit en dessous du seuil du marché89. Polanyi, pourtant, n’a pas étendu le modèle au terrain des sociétés plus «avancées» des époques médiévale et moderne, se limitant à y signaler les monopoles fiscaux et le contrôle des ports comme formes économiques subordonnées au maintien de leurs systèmes politiques. Cet effet paradoxal se produisit plusieurs fois dans les années suivantes, l’inversion des prix accompagnant l’importance croissante des stocks, qui n’étaient plus un simple complément des épices «privées» mais des contingents qui garantissaient le succès de la saison pour les Vénitiens. Peu à peu, les échanges à des conditions qui n’étaient pas celles du marché devinrent stratégiques pour les deux associés, l’attribution des stocks ressemblant de plus en plus au commerce administré des sociétés anciennes ou «primitives». La perspective d’une généralisation progressive des marchés, caractéristique de la théorie des systèmes monde, doit donc être adoptée avec précaution pour ce qui est du commerce des épices, à cause de la présence d’autres conceptions économiques, en plus de celle de la maximisation du gain. Traiter les gouvernements comme des entreprises comporte le risque d’oublier que l’approvisionnement en biens stratégiques garantissant la survie, prime sur la réalisation d’un profit occasionnel, notamment pour un souverain ayant besoin d’argent de bon aloi pour se maintenir en charge. En raison des considérations exposées au chapitre précédent, l’atout de compter sur une demande stable pour les stocks exigeait, en contrepartie, de s’en tenir aux pactes, en offrant des garanties de stabilité aux acheteurs vénitiens. Dans ces circonstances la tentation d’imposer arbitrairement des prix élevés étaient vouée à l’échec. Le problème pour les Mamelouks était l’hétéronomie des institutions partenaires comme le Cottimo, scène d’un conflit d’intérêt déclaré entre un secteur assez large des marchands et les responsables politiques. Il était donc normal que le sultan mamelouk se plaigne de devoir discuter avec des représentants politiques et non avec des marchands90. 89 Pendant les années 1480-1500, un prix de 80 dinars par sporta de poivre officiel était devenu coutumier pour les autorités vénitiennes elles-mêmes: «Era consueto im principio di muda dar a la nation nostra sporte 210 piper, a ducati 80 la sporta, et calando o montando questo pretio, tra mori et nostri el piper si comprava et vendeva [de façon privée]. Questo, ne era dato sporte 210, non si pagava mai, nè più nè meno di ducati 80; et cussì per molti anni è stà observà». Instructions des autorités vénitiennes à l’ambassadeur Alvise Segondino, 5/8/1505, SANUDO, Diarii, VI, 200 et ss. Pour la stabilité du prix politique des stocks autour des 80 ducats, voir aussi HEYD, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, p. 493. 90 «Il Soldan [...] diceva che in questa materia non aveva affare cum oratori nè cum secretarij, ma che ‘l voleva haver daffar cum marchadanti», PRIULI, GIROLAMO, «Girolamo Priuli e i suoi Diarii (I portoghesi nell’India e i veneziani in Egitto)», éd. R. Fulin Archivio Veneto XXII / II (1881), p. 192, Mars 1506.

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

191

Ce genre d’effets tend d’ailleurs à confirmer l’hypothèse que les troubles du Cottimo avaient non seulement à voir avec un problème économique, mais aussi avec la faillite dans l’organisation collective. La corde finit en effet par se rompre au cours des années 1487, 1488 et 1489, quand l’amortissement des stocks ne fut plus “redistribué” à travers l’endettement de la guilde vénitienne. En effet, il semble que jusqu’alors le groupement avait réussi à payer les stocks aux sultans, mais qu’elle s’endettait auprès des banquiers locaux et de ses propres marchands, en ne payant pas ses fournisseurs et, plus probablement, en ayant recours aux dépôts placés chez elle par des privés. Cette fois, au contraire, le Cottimo se montra tout simplement incapable de faire face aux stocks, de sorte que l’administration de Q…ytb…y exigea de lui des arriérés pour un montant de 32.000 ducats. Les comptes indiquaient que la liquidation de tout le poivre sultanien échu, y compris celui qui était déjà parti d’al-Tor pour la saison de 1490, aurait porté le taux de pertes –le «danno del piper»– à 40%91. Pour compliquer les choses, en ces jours, le sultanat mamelouk d’Egypte était entré en guerre contre les Turcs ottomans. Pendant l’hiver 1484 et l’été 1485 le chapelain d’Alep Domenico entretint une correspondance avec Ambrogio Maripetro, qui avait été vice-consul à Alep et se trouvait alors dans d’autres villes syriennes. Dans ces lettres le chapelain narre comment le nouveau responsable consulaire, Antonio Giustiniani, cherche à assainir les comptes du Cottimo. Nous pouvons apercevoir dans ces missives les disputes provoquées par les dettes. Giustiniani en voulait à Maripetro à cause de sa gestion des finances du consulat à Alep; le chapelain tentait d’intercéder en faveur de Maripetro et d’éviter que Giustiniani n’adoptât des mesures contre lui. Domenico raconte comment Giustiniani a négocié avec certains débiteurs, dont un Q…ÿ† qui devait 800 ducats au Cottimo92. Il s’est agi d’un marchandage politique conduisant à la transformation de dettes privées, qui devaient être payées à titre individuel, en dettes qui, considérées comme des exactions, étaient couvertes par le fonds commun. Maripetro, qui semble avoir perdu alors son influence politique, voyait comment les responsables du Cottimo écrivaient au N…©ir al-ßayš pour lui dire de se saisir de ses biens, pour l’obliger à s’acquitter de ses dettes. Conseillé par le chapelain, Maripetro veut mettre en place une stratégie pour démontrer que les frais couverts par le Cottimo l’avaient toujours été au bénéfice de certains marchands favorisés, que l’on suivait des procédés irréguliers et que l’on faisait passer 91 Ambasciata straordinaria, doc. n.° 30, daté 14/12/1489. Il s’agit des premières impressions de l’ambassadeur Pietro Diedo à son arrivée, corroborées ensuite dans le document n.° 45. 92 ASV, Miscellanea Gregolin, Microfilm n.° 9, 13?/12/1484, «quanto che misser Antonio (Giustiriari) anno fato rason con el chadì e chel resta credador grossamente ma che non ne faza moto con niuno non fa de bixogno per dir lui de qui lanno scrito dover aver del chadì ducati 800...».

192

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

«des Cottimi très désordonnés» d’un exercice à l’autre93. Maripetro cherche à faire envoyer les livres comptables à Damas pour qu’ils y soient examinés, et que l’on constate que les responsables toléraient «que les arrêts ne soient pas respectés et que chacun mette dans le Cottimo ce qui lui plaît»94. Un système économique hétéronome, où le négoce privé a été intégré dans des desseins politiques, poussait donc, depuis trente ans, les guildes marchandes vers l’endettement. La faillite de l’organisation collective résidait dans le fait que les associés, confrontés au partage commun de pertes modérées, étaient incapables de les absorber, mettant ainsi en échec des intérêts bien plus amples. Les 3% prévus en 1449 menaçaient de devenir 40%, sans raison structurelle imputable à l’augmentation du stock. En termes d’organisation économique, on pourrait dire que la gestion commune des pertes dérivées des stocks avait fait trébucher tout le système d’organisation collective. Les marchands contestaient non seulement l’intervention mamelouke sur les marchés, mais aussi toutes les autres politiques menées par les métropoles, qui avaient pour résultat, ensemble, d’alourdir le poids fiscal sur le commerce. Cette impression trouve confirmation dans le cas de la guilde marchande génoise, qui, bien qu’exempts du compromis d’acheter des stocks volumineux, subirent une faillite semblable à celle de leurs collègues vénitiens. Et s’il est fort improbable que la banqueroute du Cottimo vénitien soit seulement due à la nécessité de faire face aux stocks, dans le cas des Génois le statut hétéronome des guildes de commerce, capitalisant politiquement les efforts privés, est au nombre des raisons les plus évidentes. Un mélange de manque de solidarité, de disparité des critères entre marchands et métropole, et de mauvaise gestion politique de l’entreprise commune fit que des pertes communes très modérées aboutirent à la formation de dettes beaucoup plus importantes.

93 Ibid., 5/7/1485 «...chose de cottimo zeneral che questo consolo abi scrito a quel chadì nadrazes chel tolgie da vuy quanto el dirà, che in vero mi mervelgio de tal suo scriver, e pur si le pareva doveva spezificar la firma e questo son per manda i libri saldi. A suo muodo sua magnificentia sono molto fogose sopra tal chosa ma son ben certo el non manderà cusì quei de cotimo zeneral particular, che non li sara niente a preposito, ma son certo che zonto sarete de li asesterete le cose a bon fine per essere la chason del chonto vostro», puis le chapelain décrit les occasions où Giustiniani a bénéficié du soutien du Cottimo, qui a couvert pour lui des pertes de 2000, puis de 5000 ducats: «...che farete condur quei libri de cotimo particular a Damasco? Son certo questo non potrete ottegnir perche lui non obedirà. E quando l’obedisse, che non mel credo, in queli mison due parti de una che de ducati 2.000 per la sua manzaria da Damasco, che molte volte lano fato meter parte e mai anno posuto ottegnir, che da Misser Marin poresti esser informado per che io non me la ricordo; apresso el mison una partida de D. 5.000 chel segnor li dimandò di presente, per el cargar de una sua nave al aliza e far descargar un altra, et vene al conseglio e dimandò el fosse rifatto...». 94 Ibid., 5/7/1485 , «... si sua magnificentia vora soportar che le parte non siano observade et che de potentia chadauno meta a quel cotimo quelo i piacino...».

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

193

Bien que nous connaissions certains précédents –datant du milieu des années 1450– il est difficile de dire quand le manque de solidarité individuelle commença à mettre en péril l’organisation collective95. Aux temps de Q…ytb…y les Génois d’Alexandrie étaient confrontés de temps en temps à l’achat de poivre officiel, car la guilde était en affaires avec nombre de titulaires de hautes charges96. Les nombreuses affaires de la guilde avec le N…©ir al-³…¡¡, le Daw…d…r ou le ³…zind…r révèlent une participation croissante des élites mameloukes aux marchés de la Méditerranée97, mais les chiffres des pertes subies par les Génois sont loin d’appuyer la thèse que la Massaria s’écroulait en raison des procédés arbitraires du régime. Les comptes de la Massaria des années 1470 montrent ce rapport étroit avec l’establishment mamelouk, mais sans un coût suffisamment onéreux pour que le bilan de la compagnie ne s’effondre.

95 Un groupement de marchands exige du consul génois à Alexandrie Donato da Via de s’acquitter du un pour cent dû à la Massaria sur ses opérations, ASV, Cancelleria Inferiore, notai, Notaio Niccolo Turiano, 17/5/1456. 96 Parmi les frais courants, il y a ceux de la correspondance de la Massaria avec le Caire (avec sultan et le N…©ir al-³…¡¡), ASG Archivio Segreto 2774 C, Cahier de la Massaria Génoise à Alexandrie (1472-1475), f. 31V, f. 33r. La Massaria paie un Q…ÿ† pour la rédaction de lettres adressées au N…©ir al-³…¡¡ et d’autres autorités du Caire, f. 4v. 97 Mentions du N…©ir al-³…¡¡, ASG Archivio Segreto 2774 C, Massaria (1472-1475), f. 1v, il reçoit du miel, f. 12v, paiement au notaire de l’émir afin qu’il écrive au N…©ir al-³…¡¡ et au Daw…d…r, au Caire, f. 28r, les Génois donnent des draps à un de ses agents, f. 28v draps de velours pour le N…©ir de la douane, un mamelouk du N…©ir al-³…¡¡, f. 31v, il encaisse un paiement pour la libération de marchands, f. 35v, le N…©ir achète des draps de Londres, ibid., une affaire entre les Génois , le ³aw…Þ… Ibn ‘Ulayba et le N…©ir al-³…¡¡. On y trouve aussi la mention de diverses affaires conclues avec le ³…zind…r, plus que probablement des cadeaux, f. 28v, le consul, en accord avec le conseil des marchands, lui envoie au Caire des draps turchini, par l’intermédiaire d’un mamelouk, f. 4v, certaines tabulas offertes au ³…zind…r et au Daw…d…r. Quant au Daw…d…r, entre autres affaires, il intervient depuis le Caire dans des questions relatives au nolis de nefs génoises (des Spinola) par des Musulmans, f. 12v (deux mentions).

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

195

Massaria en 148699. Les experts préposés à l’assainissement de la Massaria pendant le mandat consulaire suivant (1486-1489) firent surgir de nouveaux conflits avec les marchands et ne résolurent pas les problèmes dans le bilan. En raison de l’importance des quantités en jeu, les responsables politiques de la Massaria furent appelés à comparaître devant l’administration de Q…ytb…y, au Caire, en 1492. Nous ne pouvons pas reconstruire l’ampleur des intérêts sultaniens dans la crise, mais un seul marchand génois, Niccolo de Nigro, fut accusé d’avoir fraudé en soustrayant à la åa²†ra, ou trésor sultanien, pour plus de 20.000 dinars de taxes100. Il semble, pourtant, que la guilde accumulait des dettes auprès de cet influent marchand pour un montant supérieur à 1000 ducats101. Dans ces circonstances, les tensions entre le consul et les marchands éclatèrent devant une commission mamelouke assez embarrassée, composée d’émirs et de marchands ³aw…Þ…102. Il est difficile de dire s’il y avait dans la politique menée au temps de Q…ytb…y des facteurs qui peuvent avoir causé des crises simultanées dans les groupements financiers européens. La surprenante coïncidence avec la faillite de la guilde vénitienne montre que le caractère ambigu du négoce des épices, ces groupements étant soutenus par les desseins politiques métropolitains, provoquait des troubles dans la gestion et la faillite de la solidarité collective. Pendant le long règne de Q…ytb…y, la présence des guildes étrangères avait continué à revêtir un caractère politique, et la Massaria d’Alexandrie, même si elle n’absorbait pas de grands stocks d’épices, était très liée au milieu politique mamelouk. 99 PETTI BALBI, GIOVANNA, «La Massaria Genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento», Studi Storici, 2 (1997), pp. 346-348. Petti Balbi, malgré une interprétation correcte des raisons de la crise de la Massaria, attribue de façon erronée des dettes au sultan auprès de la communauté. La formule «debet nobis», dans une comptabilité à partie double –comme c’est le cas du cahier de la Massaria– ne désigne pas forcément une dette, mais une dépense qui est compensée ailleurs par une recette du même montant. 100 «Accusandome che avea robato molti drecti, et danificato el dachieri [=åa²†ra] del del signor soldan per piu de ducati 20.000 offerendosse voler provar questo cum li libri de la massaria cum la intrada et usida de le facende che nel paese ho facte...» ASG, Segreto, Materie Politiche, 18b-2737b (1493), témoignage daté du 15 janvier. 101 V. Ibid., De Nigro n’a pas renoncé à se faire rembourser, ayant accepté nonobstant un financement, une sorte de forfait sur les impôts qu’il devait payer sur ses activités: «... dechiaro che essendo gia’ molti anni creditor in uno libro de Massaria nostra de ducati 1347, et in uno altro secundo libro de ducati 494, volendo adiutarme del mio, et attrovandose la massaria nostra aggravata, anche nolupata de molti debiti, per non mandar el fontigo del tuto a ruina, persuaso da molte pregiere... [il credito] dovesse rimagnir in esser ad scontar de tute facende, che per ladvegnire fusse per far senza darli causa, che li havesseno ad tuor ad interesso...». 102 V. ibid., De Nigro parle de la présence de «mercadanti del soldan», dont un ³aw…Þ… appelé par les Francs Borgomani, ainsi que de «doamicri» et de altri scrivani. Pour ce ³aw…Þ…, voir chapitre 3. Nous n’avons pas trouvé d’équivalent arabe au mot doamicri. La commission finit par se débarrasser de la question en la soumettant à la juridiction vénitienne, ce qui ne fit que soulever les plaintes de l’accusé: «Et le Signorie Vostre solum de iure hano ad iudicar... remettendo... al iudicio et magistrato de li signori et mazor nostri a Zenoa».

196

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Les deux cahiers conservés contiennent de nombreuses allusions à des coûts de transaction et de protection politiques, qui ne pouvaient certes pas stimuler l’engagement individuel. Mais surtout, la Massaria et son déficit étaient considérés en métropole non pas comme un problème strictement mercantile, mais du point de vue stratégique. Dans les milieux de décision génois, il y avait la volonté politique de compenser les pertes de la guilde, accentuant ce qu’on appelle le « dilemme du prisonnier». Comme nous avons essayé de le démontrer au chapitre 5, l’interruption du commerce avec l’Egypte et la Syrie avait nui aux revenus des douanes, et par conséquent l’on y voyait une menace directe pour l’amortissement de la dette publique. C’est ce qui ressort des notes qui circulaient entre les responsables de la maison de San Giorgio, qui défendaient les intérêts des créanciers de l’Etat. Les responsables de San Giorgio étaient conscients que la crise avait des origines hétérogènes, mais qu’elle était principalement provoquée par le «mauvais gouvernement» des marchands103. Ils savaient que le sauvetage de ce genre de dettes n’était pas une solution à long terme: «... on en reviendra toujours au point de départ»104. Pourtant, leur inquiétude concernait surtout le remboursement de la dette publique génoise, «... laquelle, vaudrait peu de chose si le négoce des marchands se perdait». Ces responsables procédèrent ainsi à la subvention des dettes de la compagnie, avec des fonds, pour ainsi dire, publics105. «Privé» et «public» sont des catégories possédant peu de signification dans l’ancien régime, et encore moins à Gênes, en raison du système particulier des finances publiques de la Commune. Les différentes initiatives prises pour le sauvetage de la Massaria ne firent qu’accroître les contradictions au sein de celle-ci, et perpétuèrent les dettes des marchands dans les dernières décennies du sultanat. Tout comme à Venise, un discours politique commença à apparaître dans les discussions des conseils, discours qui mettait en rapport l’importance 103 C’est l’opinion du gouverneur de la banque, Cristoforo Cattaneo: «li desordeni seghuio e stato provocao da cattivo governo», ASG Banco di S. Giorgio, Cancelleria; Primi cancellieri delle compere di San Giorgio; Busta n.° 88, doc. 310. Voir une pétition, aux instances de la corporation alexandrine, d’un crédit de 5000 ducats pour subvenir aux dettes: «Segnor: Son comparsi davanti l’officio nostro questi spectabili Segnoi deputae sopra le cose de Alexandria: et brevementi conmemorao lo desorden manifesto a ciascun de quella Massaria seguio in parte per defecto de chi ha governao le cose e in parte per culpa d’altri», ibid., doc. 309. 104 «se se dovesse persevera in tal cossa [...] saremo molto pizo et sempre seremo da cavo», ibid., doc. 310. 105 «... li vogliamo far fe de ducati cinque milia in circa con li quae se persuaden poter condure lo effecto chi se desidera: offerendone per cautela et satisfaction de ciò darne tal caution in arbitrio de chi averà tal cura, che in ogni evento le compere saran benissimo caute, proponendo diverse vie [che non e necessario dire] qui al presente. Considerao adunca de questo momento et importantia sea tal cosa a questa citae publice et privater. Et in speciale alle compere de San Georgio per interesse de li comerchi et cabelle sue, lequae pocho varreivam perdandose le negotiation de mercanti...», ibid., doc. n.° 309.

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

197

du commerce du Levant, le bon déroulement des trafics, avec le salut du système de la dette publique et le bon gouvernement de la république. Les épices étaient perçues comme un trafic tout particulier, imbriqué dans le maintien des institutions en plusieurs endroits de la Méditerranée. Les crises financières des guildes en étaient un effet indésirable, mais il était trop tard pour affronter des changements de base. Comme nous le verrons, des formes inefficaces d’organisation économique furent ainsi maintenues en raison de priorités politiques. Par ailleurs, le principal intéressé au maintien du statu quo, le gouvernement de Q…ytb…y, dut affronter la consolidation des dettes –c’est à dire, l’annulation de celles-ci– lorsqu’il perdit l’espoir de les encaisser. C’est qui se passa en 1489 quand le Cottimo vénitien ne se montra plus capable d’absorber les stocks de plusieurs années. En termes de finances d’Etat, il est difficile d’éviter un parallèle avec la consolidation des différentes dettes publiques européennes, que les Etats se voyaient en fin de compte incapables d’amortir. Les épices sultaniennes, constituaient-elles une version orientale des complexes systèmes de crédit politique européens? C’est possible. En tout cas, les négociations tenues à la cour mamelouke avec une légation vénitienne en 1489-1490, mirent en évidence la défaillance progressive du système, la dépendance du gouvernement circassien par rapport aux épices et surtout, le rapport entre celles-ci et la fiscalité extraordinaire motivée par la guerre.

6. LES VÉNITIENS DANS L’ARÈNE POLITIQUE DU CAIRE (1489-1490) Les négociations de 1489-1490 mirent au grand jour les tensions et les dissensions générées autour des épices, mais révélèrent aussi la nature négociée du pouvoir sultanien ainsi que le poids politique des Vénitiens au sein du régime. L’étude du dossier de la légation soulève, en particulier, l’importance de la cour du Caire en tant qu’arène politique où les différentes factions jouaient leurs chances à travers la négociation. Plutôt que de raffermir le pouvoir sultanien et d’élargir ses compétences fiscales, la guerre en cours contre les Ottomans et ses exigences financières extraordinaires servaient à augmenter la capacité des divers groupements en lice à marchander avec le pouvoir sultanien106. Des divers entretiens entre Q…ytb…y et l’ambassadeur Pietro Diedo, ressortent les griefs du premier à l’endroit d’un conflit où il n’avait rien à 106 HAR-EL, SHAI, Struggle for Domination in the Middle East: The Ottoman-Mamluk War, 1485-1491, Leiden, 1995.

198

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

gagner, sinon de nouveaux soucis financiers107. Les sommes attendues par les émirs et les mamelouks en raison des mobilisations pesèrent lourdement dans les négociations, et les Vénitiens se montraient très conscients du rapport direct entre les quantités d’argent qu’on exigeait d’eux et le coût de la guerre. Le caractère mercenaire de l’armée ne semble guère avoir été un facteur d’équilibre pour le sultan, mais plutôt une force qui le pousse à se procurer le secours des secteurs financiers. Cependant, les capitaux des privés se cachaient et le marché du crédit, en grande mesure entre les mains des juifs du Caire, se rétrécissait108. Le sultan, d’après l’ambassadeur Pietro Diedo, avait fait “une dépense incroyable” de 200 dinars pour chacun des 4000 mamelouks envoyés contre les Ottomans109, et c’était pour cette raison qu’il avait durci ses réclamations vis-à-vis du Cottimo et de ses marchands. Pendant les négociations, le sultan n’hésita pas à exercer des pressions sur les Vénitiens afin qu’ils s’acquittent au plus vite de leurs dettes110. Marquée par les urgences de la guerre, la mission diplomatique vénitienne se présenta comme un jeu d’échecs où les Vénitiens comptaient sur des soutiens parmi les notables mamelouks, tandis que Q…ytb…y s’appuyait sur des cercles très restreints de collaborateurs, notamment des civils, comme les frères Ab™-l-Baq…’ et øal…| al-d†n Ibn ߆‘…n, le K…tib al-Sirr Ibn Muzhir et le N…©ir al-³…¡¡. Un seul ressortissant de la hiérarchie militaire, le Mihmand…r, eut quelque participation subsidiaire aux conversations, et cela en raison des attributions cérémoniales de la charge111. Pendant les négociations la stratégie de Q…ytb…y -qui réussit- fut de faire croire aux légats de la Serenissima que la récente prise en charge vénitienne de Chypre avait lésé la souveraineté sultanienne, et que, devant ce fait accompli, Le Caire était disposé à transiger avec une île de Chypre vénitienne, mais que la Commune devrait l’épauler dans la guerre en cours contre les Ottomans, en versant une indemnité et en liquidant les dettes concernant les épices. Quelques mois auparavant, craignant un éventuel remariage de la

107 Q…ytb…y considérait le conflit avec les Ottomans comme une guerre défensive: «... è sta’ rispoxo bruscamente dicendo non voler far la pace salvo cum libera restitution de li lochi et non altro et che a l’herba el soldan da nuovo farà provar la sua spada», Ambasciata straordinaria, doc. n.° 19, lettre de l’ambassadeur Pietro Diedo au doge, 24/11/1489. 108 Ibid., doc.60, «che ‘l denaro de qui è tanto scarso quanto dir se pol et cui l’ha lo asconde, perche questo signor ha dato principio a taglie per questa sua guerra...» et doc. 61, à l’égard de l’impossibilité d’emprunter aux juifs, «dinotandovi che non vedo per via de zudei poter far quanto sia quello ricordate, perché questo Signor li ha comenzato a dar taglia, sí che ognuno sconde et fuze el monstrarsi». 109 Ibid., doc. 78. 110 «Ne fa grandissima instantia... mostrando desyderio del signor Soldan esser che non se interponi una hora di tempo». Ibid., doc. 122. 111 MARTEL-THOUMIAN, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamluk (IXe/XV e siècle), p. 440.

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

199

reine Catherine Cornaro qui lui aurait fait perdre l’île, le Sénat l’avait obligé à abdiquer en faveur de Venise. Chypre était resté tributaire des Mamelouks depuis que Barsbāy s’en était emparé en 1426, mais les circonstances de la Méditerranée étaient maintenant tout à fait différentes et le royaume ne constituait plus une menace pour les Musulmans. Cela faisait longtemps que l’île était de facto une tête de pont pour le commerce vénitien. Quant aux épices en jeu, des négociations très techniques aboutirent à un accord au sujet des années 892, 893 et 894H (1487-1489), au cours desquelles 1060 sporte étaient restées au Cottimo de Damas. Pendant quelques années, et grâce au financement échelonné accordé, le Cottimo –affirmait le sultan– devrait acheter au trésor sultanien 795 sporte de poivre par an. Au fur et à mesure que la négociation avançait, il devenait évident que la question de Chypre n’avait servi que de monnaie d’échange, et que la seule ambition de Q…ytb…y était de réussir à avoir le plus vite possible quelque argent, voire quelques milliers de ducats en argent comptant. Lors des premiers et importants entretiens, la «question de Chypre» ne figurait même pas sur l’agenda, n’étant utilisée que pour convaincre l’ambassadeur Diedo de transiger sur les questions commerciales. Quand les négociations furent prises en charge par le secrétaire de l’ambassadeur (Diedo était mort pendant sa mission diplomatique), Ibn ߆’…n et le K…tib al-Sirr Ibn Muzhir lui firent comprendre que le boycott des fonctionnaires et l’acceptation d’une indemnité pour Chypre n’avaient été que de simples concessions, à condition que Venise payât ses stocks112. Chypre finit par être vendue par Q…ytb…y pour une somme dérisoire, qui, avec d’autres versements, lui rapporta 16.000 ducats pour financer sa guerre113, dans l’espoir que dans les années suivantes le Cottimo de Damas recommence à fonctionner normalement. La fragilité d’un régime soutenu par des mercenaires, et la dépen112 Voir l’un des premiers entretiens chez le Katib al-Sirr, en présence d’Ibn ߆’…n, du N…©ir al-³…¡¡ et du Mihmand…r, où le sujet fut évité; «a caxa del cadì catybisser dove era el Nadracas, Benezien et memendar vechio, el qual memendar me fece dir non dicesse de Cypri parola, perchè luy solo aveva ordene dal signor de venir da me e parlarme de questo, et che parlasse de le altre cose voleva... », Ambasciata straordinaria, doc. n.° 76, 24/12/1489. Diedo mort, en mars 1490, le secrétaire Giovanni Burgius chercha à révoquer in extremis les accords sur les épices, signés par l’incompétent ambassadeur («...per far rivocar quello havea concluso et sottoscriptissi el quondam magnifico orator ne la materia del piper...», Ambasciata straordinaria, doc. 132). Burgius, très insistant, faillit provoquer un incident diplomatique et suscita l’irritation de Q…ytb…y. On lui apprit: «el Signor soldan molto se indegneria se di questo li fusse facto parola... fulminerà cum pericolo de le altre cose...» (doc. n.° 132), Burgius enfin en vint à soulever la colère de Q…ytb…y, qui fit pression en menaçant de révoquer, à son tour, les autres concessions faites du côté mamelouk: «cum parole piene di colera... se non se pigliava tal maraba (commandement «murabba’», un type de diplôme mamelouk), che ogni altra cosa seguita, sì de Cypri come del Nadrazes, se ruineria...». Les Francs réussirent en effet à obtenir 12 résolutions favorables, chiffre sans précédent mais qui ne peut pas cacher, somme toute, l’échec diplomatique: «Et dite queste parole, mi porse ben XII commandamenti pertinenti a Damasco, Aleppo et Alexandria...», Ambasciata straordinaria, doc. n.° 134. 113 Ambasciata straordinaria, doc. n.° 139.

200

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

dance des sultans par rapport aux investisseurs étrangers, se présentent sous un aspect assez étonnant dans le dossier de l’ambassadeur Pietro Diedo.

6.1. Le rôle politique des Vénitiens de Syrie La légation de 1489 donne une image nuancée des rapports entre les marchands francs et l’autorité mamelouke, assez loin de celle, tant de fois invoquée, de la soumission totale aux dispositions d’une politique arbitraire. Bien au contraire, au fur et à mesure que la fiscalité sultanienne s’appuyait sur les revenus du commerce, les investisseurs augmentaient leur capacité de négocier avec Le Caire. L’ambassade, en effet, fournit des exemples de ces pratiques du pouvoir, qui nous permettent de comprendre le rôle politique d’une diaspora marchande au sein d’une société islamique. Par exemple, ce fut lors des négociations de 1490 que les Vénitiens réussirent à boycotter le N…©ir al-ßayš de Damas Mu|ibb al-d†n al-Aslam†, qui était hostile à leurs intérêts. A cette époque, Mu|ibb al-d†n était l’un des hommes forts du sultan en Syrie et exerçait diverses fonctions fiscales. Sa carrière opiniâtre fut toujours marquée par les scandales et les voyages au Caire, le plus souvent en garde à vue, pour rendre compte de sa gestion au sultan114. L’importance de la charge de N…©ir al-ßayš était telle qu’al-Aslam† avait déboursé la somme de 10.000 ducats pour l’obtenir en septembre 1488, 20.000 d’après la rumeur115. En 1489-1490, avec la crise financière du Cottimo à l’arrière-plan, Mu|ibb al-d†n avait ordonné la punition d’un des Francs dans la citadelle et avait imposé à la communauté une amende de 10.000 dinars116. Le consul vénitien à Damas, qui profita de la présence de l’ambassadeur au Caire, trama une intrigue afin de parvenir à la destitution de Mu|ibb al-d†n, jusqu’à ce que ce dernier fut arrêté et envoyé au Caire. Entre-temps, le candidat des Vénitiens Timurbuġā fut lui aussi appelé au Caire, dans le cadre des négociations sur la crise financière en cours. Consul et ambassadeur se mirent d’accord pour garder le silence sur leurs intentions jusqu’à son arrivée. Entre-temps, les diplomates vénitiens cherchaient aussi à corrompre deux Q…ÿ†s de l’entourage du sultan pour se procurer des appuis117. 114

Il existe une étude monographique sur ce personnage, basée sur lecture exhaustive des sources arabes, MAR-

TEL-THOUMIAN, BERNADETTE: «Mu|ibb al-d†n Sal…ma b. Y™suf al-’Aslam†, un secrétaire à Damas sous les derniers sul-

tans mamlouks», dans Proceedings of the 6th, 7th and 8th International Colloquium, Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras III, édité par Van Steenbergen et Vermeulen. Leuven, 1998-1999. 115 Ibid. p. 249. 116 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, pp. 120-121. Le dossier de l’ambassadeur Pietro Diedo confirme que Muhibb al-d†n al-Aslam†, soutenu par un ³a¡¡ak†, avait obligé la communauté à s’exécuter (9.800 ducats), Ambasciata straordinaria, doc. 47 (janvier 1490). 117 Un des Ibn G†‘…n et un autre, appelé Benelune, que nous n’avons pas pu identifier, Ambasciata straordinaria, doc. 63.

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

201

Timurbuġā al-QiÞm…s†, al-FranÞ† (l’Européen), al-TurÞumān (le traducteur), al-Aslam† (le converti), était un mamelouk franc converti à l’islam qui avait travaillé pendant de longues années dans les bureaux du trésor sultanien à Damas. C’était donc un militaire, et non pas un civil comme Mu|ibb al-d†n. Cela posait des problèmes car les militaires étaient considérés comme plus faciles à déplacer que les civils, fait qui semblait préoccuper les négociants vénitiens, qui connaissaient bien la situation de l’administration118. En fait, les trois seuls militaires ayant occupé la charge –traditionnellement destinée à des civils– n’y restèrent pas longtemps119. Malgré cela, les bons rapports des Vénitiens avec ce Franc –son origine exacte nous est inconnue– pesèrent lourdement dans la décision de «chercher toutes les voies et moyens possibles pour détruire ce maudit chien de Mu|ibb al-d†n»120. Ibn ¦™l™n s’exprime clairement au sujet du vieux drogman Timurbuġā: il a été nommé car il est franc lui-même121. Le «discret et gentil messer Timurbuġā» resta en charge pendant au moins cinq ans122, pendant lesquels il adopta une façon d’agir plus conforme aux intérêts des Vénitiens123. Les Damascènes cherchèrent à obtenir la destitution de Mu|ibb al-d†n avec le versement de 6.000 dinars, mais celui-ci se défendit en se rendant au Caire où il parvint à bloquer l’opération en offrant au sultan 12.000 dinars. Le puissant lobby de l’administration de Damas avait été mis de côté lors des négociations qui les concernaient directement, et les réactions très négatives d’autres prévôts –comme le ³aw…Þ… ‘Is… al-Q…rr†, qui ne se remit pas de ce manque de confiance– laissent entrevoir qu’il y avait en jeu des intérêts collectifs124. Chacune des parties mit à l’épreuve ses réseaux au Caire, mettant à découvert les mécanismes d’influence au sein de la Cour. Les Vénitiens eurent recours au renégat aragonais TaÐr†bird†, l’influent diplomate mamelouk de la fin de siècle. Son appui devint décisif dans la négociation et Mu|ibb al-d†n, ainsi que le directeur de la Monnaie Ibn ‘Adaw† furent finalement démis de 118 Ibid., doc. 63, «... et questa è etiam opinion de altri che, per esser costui mamalucho, et questo se vol tazer, el potria durar poco...». 119 MARTEL-THOUMIAN: Mu|ibb al-d†n Sal…ma, p. 237. 120 Ambasciata straordinaria, doc. 118, daté 15 Mars 1490, «...se ha tentato tuti i mezi e vie possibile per destruzer questo indiavolato cane de Mobedin... et tandem hozi è sta deposto quel tristo de Mobedin et vestito el discreto et zentilescho misser Temerboga...». 121 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 121. 122 Jusqu’au mois de mu|arram 902H, AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 191. 123 En 1504, certaines procédures fiscales qu’il avait imposées étaient invoquées par les Vénitiens comme cadre de référence pour les accords bilatéraux: «... et che loro mercadanti venetiani non sia molestadi nè da loro sia domandà usanze che fusse diverse da le usanze che fò avanti li tempi de Temermeboga turziman...», PEDANI, Gli ultimi accordi tra i sultani mamelucchi d’Egitto e la repubblica di Venezia, p. 49. 124 Voir la traduction italienne, ajoutée au dossier de l’ambassadeur Diedo, d’une disposition sultanienne où Ibn ‘Adaw†, ‘‡s… al-Q…rr† et le N…©ir al-ßayš Mu|ibb al-d†n al-Aslam† restent à la disposition du gouverneur militaire de Damas. Le sultan exige d’eux, en outre, une pleine collaboration avec les responsables du consulat, afin de résoudre le désaccord sur les dettes des Vénitiens. Ambasciata straordinaria, doc. 64.

202

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

leurs fonctions. TaÐr†bird†, pour parvenir à la destitution du secrétaire damascène, déclara qu’il s’était fait des ennemis, et réclama un dédommagement, suggérant que Timurbuġā devait payer125. Mu|ibb al-d†n, au Caire, jouissait du patronage du Daw…d…r du sultan, mais son appui ne put pas lui être utile126. Les diplomates vénitiens firent pression sur, au moins, quatre hautes instances de l’entourage du souverain, en arguant qu’au retour de Mu|ibb al-d†n à Damas, il se serait fait restituer jusqu’au dernier des 12.000 dinars offerts au sultan. Le résultat fut que le sultan refusa les 12.000 dinars de Mu|ibb al-d†n, et accepta de donner satisfaction aux Vénitiens, bien entendu, contre 6000 dinars127. En raison de la résistance propre aux élites syriennes, Mu|ibb al-d†n Sal…ma ne disparut pas du gouvernement de la province. Il y revint en octobre 1493. Il ne tarda pas à entrer en conflit avec les Vénitiens car l’année suivante il fut de nouveau interpellé à cause de ses décisions contraires aux intérêts des marchands francs. Même si Mu|ibb al-d†n ne fut pas éliminé de la scène syrienne, on ne peut éviter de constater que les Vénitiens constituèrent un frein à sa carrière, qu’ils l’éloignèrent pendant des années d’une charge qu’il avait convoitée, qu’il fut emprisonné à la suite de leurs pressions, voire qu’il resta pendant deux ans aux arrêts au Caire128, plus que probablement à cause du boycott. Dans cette arène politique syrienne, les positions se modifiaient constamment et, vingt ans plus tard, en 1509-1510, Mu|ibb al-d†n quitta Damas pour diriger les négociations sur la crise financière avec les Vénitiens. Cette fois il n’est plus qualifié de «chien enragé» hostile à la nation129, mais d’homme disponible et de véritable médiateur auprès du sultan Q…ns™h al-Ýawr†. 125 Ibid., doc. n.°118, 15/3/1490 et MARTEL-THOUMIAN: Mu|ibb al-d†n Sal…ma, p. 228. Martel-Thoumian se borne à la version donnée par les sources syriennes et suggère «quelque problème financier» pour expliquer l’emprisonnement de Mu|ibb al-d†n et d’Ibn ‘Adaw†. 126 «Circa la batalazion del Nadrazes, asecurandone el segnor memandar che, subito... sarà vestito l’integerrimo et virtuosissimo Temerboga. Ma, zonti a casa, avendo intexo Mobedin esser qui zonto in questa hora et esser stato a l’herba cum el diodar grando tuto ieri...», Ambasciata straordinaria, doc. 116, 10 mars 1490. 127 Ibid., n.° 123, daté du 18 mars: «el qual timor tanto più mi rode quanto che Mobedin maliciosissimo ne ha quasi posto in gran travaglio, peró che sapendo lui che del resto de denari se è in quanche difficultà per non se attrovar de qui cui ne vogli servir de uno ducato, offerse heri al signor soldan ducati 12.000 et se tal cosa non si avesse scoperta in tempo dubito seria seguito qualche dedecoroso exito...». 128 1491-1493, MARTEL-THOUMIAN: Mu|ibb al-d†n Sal…ma, p. 229. 129 Ambasciata straordinaria, doc. n.° 147, lettre du responsable de la mission consulaire au doge, datée du 14/5/90, «... li notificai preterea la abatalation facta de quel rabbido cane del nadrazes de Damasco, persecutor de la nation nostra et de la substitution in loco facta de uno anzolo de paradixo, che è misser temerboga turciman et fautor studiosissimo de dicta nation...».

ENTRE MARCHANDS ET MERCENAIRES...

203

Pour ce qui est de cet épisode, les documents vénitiens décrivent le rapport entre l’élite militaire du Caire et celle des administrateurs civils de la province et la façon dont la première, très fermée, s’ouvre à la seconde. On est loin d’une situation dominée par les procédés arbitraires des militaires. Il existait plutôt un rapport de patronage entre ces élites civiles et le pouvoir sultanien, qui agissait en tant qu’arbitre et articulait l’alternance des charges, à travers l’interface de la Cour. L’influence auprès du sultan pouvait devenir objet de marchandage, mais elle n’était pas complètement monétarisée; sinon, Mu|ibb al-d†n n’aurait pas été démis de ses fonctions. Ce tableau témoigne d’une flexibilité dans la dynamique sociale des élites qui est, nous semble-t-il, la conséquence directe de la politique des sultans circassiens, ayant besoin de fonctionnaires civils, capables de drainer des ressources financières dans la périphérie de l’Empire. Les nouvelles exigences en matière fiscale ouvrirent la porte à des parvenus, venant du monde de la finance, à des renégats, voire à des personnes d’origine européenne. Mu|ibb al-d†n était lui même un converti, ce qui ne constitua pas un frein à son ascension sociale. A cet égard, on a supposé qu’il devait forcément être un musulman de deuxième ou troisième génération, sans apporter de témoignages concluants, sous le prétexte que sinon son parcours dans l’administration serait resté incompréhensible, ainsi que son mariage avec la fille d’un Q…ÿ†130. Pourtant, les sources arabes lui octroient le titre de «honoré par l’Islam», c’est-à-dire converti131.

7. QUEL HÉRITAGE POUR LES SUCCESSEURS DE QƒYTBƒY? Pour ce qui est du rapport entre le gouvernement de l’Empire et la finance méditerranéenne, le sultanat de Q…ytb…y constitua un point d’inflexion. Les atouts fournis par la collaboration avec les élites financières atteignirent leur maximum: d’énormes quantités d’épices furent transférées à Alexandrie et à Damas, et un flux constant d’argent arriva au trésor depuis la périphérie commerciale. Exonéré de la nafaqa initiale, Q…ytb…y sut jouer la carte des épices à des moments précis de la mobilisation militaire. L’adoption d’un stock fixe, en plus de donner stabilité aux échanges, joua en faveur de la åa²†ra, et la conclusion des accords de 1489-1490 doit être interprétée comme un succès diplomatique de Q…ytb…y. Mais en même temps, les notables contradictions dans les formes d’organisation écono130

Il s’agit d’une fille de Badr al-d†n Ibn al-Muzalliq, MARTEL-THOUMIAN: Mu|ibb al-d†n Sal…ma, p. 255. al-Bu¡raw† le dit, en effet, assez clairement, AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 131, ainsi qu’IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 99. 131

204

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

mique des guildes servirent de courroie de transmission des effets négatifs, et après la mort du prince le système entra définitivement en crise. Ces effets négatifs provinrent, dans les derniers jours du sultanat de Q…ytb…y, de la défaillance de certaines fonctions vitales du système économique vénitien, dont sa capacité d’envoyer des métaux précieux au Levant132. Au Caire on dut se faire à l’idée –peu attractive- d’échanger les épices contre du cuivre133. Les conflits avec le Cottimo reprirent dès 1491134, tandis que la longue guerre opposant Venise aux Ottomans augmenta la dépendance de la Commune à l’égard des galères du Levant135, et rendit de plus en plus instable la structure financière des guildes marchandes. Mais la mort du monarque réveilla des problèmes plus profonds, qui concernaient les faiblesses des Mamelouks en matière d’organisation politique. Le trésor accumulé par Q…ytb…y fut entièrement dépensé une fois que les luttes pour le pouvoir se déchaînèrent, au seul bénéfice des recrues mameloukes. Les élites militaires s’opposèrent au projet de Q…ytb…y d’établir une continuité dynastique, entraînant la subséquente course pour gagner l’appui des mercenaires136. Les succès de Q…ytb…y sur le terrain des finances ne peuvent pas cacher, nous semble-t-il, le caractère éminemment conservateur de sa politique ni son incapacité à résoudre le problème fondamental des mercenaires, source de tout souci financier. Il léga à ses successeurs un «interrègne» de lutte pour le pouvoir, et des partenaires commerciaux toujours plus influents à la Cour mais de moins en moins fiables. Il avait tiré profit de la vénalité des charges mais avait ainsi contribué à monnayer le rapport entre pouvoir local et autorité sultanienne, et les conséquences se firent sentir dans les années qui suivirent. 132 En 1491, 1493 et 1494 les plus grands importateurs d’argent à Venise firent banqueroute. MUELLER, Banks, panics, and the public debt, pp. 231-233. 133 Des contingents de cuivre commencèrent à apparaître dans les chargements des galères en 1495, PRIULI, GIROLAMO, I diarii di Girolamo Priuli [1494-1512], éd. Arturo Segre et Roberto Cessi, Bologna, 1921-1941, I, 41. Le problème du paiement en cuivre devint critique pour les rapports entre Venise et le Caire pendant le règne de Q…ns™h al-Ýawr† (1501-1516). 134 MALIPIERO, Annali veneti, IV, 2, p. 625. L’incapacité du Cottimo à absorber collectivement les stocks produit un préjudice de 30.000 dinars au trésor sultanien. Une nouvelle intervention diplomatique fut ainsi nécessaire pour débloquer la situation en février 1492, E. Ashtor, Levant Trade in the Middle Ages, citant ASV, secreta 34, f. 62b et f. 110b. 135 L’impatience avec laquelle on attendait les galères du Levant fut à son comble en 1495, avec plus de 190.000 ducats en comptant, en plus des marchandises envoyées à Alexandrie, et en 1496, avec un investissement de 220.000 ducats pour l’Egypte, et des quantités similaires pour celles de la Syrie, PRIULI, I diarii di Girolamo Priuli [1494-1512], I, pp. 30, 41, MALIPIERO, Annali veneti, IV, II, 629. 136 «... Caithbei Soldan, contra la leze et ordeni lhoro, ritrovandosi vecchissimo, et vixo soldan anni 30, et gravemente ammalato, havia chiamato ala sua presentia suo fiol chiamato mameth, di anni 18, et havealo facto sentar soldam in loco suo et consignatoli il thesoro suo. E che i bassà e mamaluchi non erano consentienti a questo, perché i non voleano che si rompese i lhor ordeni, et che questa signoria andasse in persona fiol de la zente ( fils de mamelouks), ma solum in schiavi compradi, come sempre era stata», SANUDO, Diarii, I, 262.

CHAPITRE 7 DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

1. INTRODUCTION Depuis les années 1960, les lectures de la fin du régime mamelouk dans une optique de politique internationale ont acquis un indéniable succès. Plutôt que comme une phase «finale», le mandat de Q…ns™h al-Ýawr† y est jugé comme une «dernière phase» avant que le sultanat ne sombre dans les eaux du conflit armé. En soulignant l’importance du conflit, on renonçait aux implications de la stratégie défaillante des sultans pour gouverner et financer leur empire. De semblables théories sont anciennes, depuis que le banquier et marchand Girolamo Priuli développa dans ses Diarii l’idée que les problèmes bilatéraux, les désordres dans les guildes et dans les marchés des épices, ainsi que les difficultés de Venise pour financer ses guerres étaient causés par l’apparition des Portugais dans l’Océan indien et par l’interruption des courants traditionnels des épices. Ce genre de positions, accordant la priorité aux questions technologiques, militaires ou événementielles a contribué à cacher, nous semble-t-il, une prise en compte plus complexe des faiblesses du gouvernement sultanien, soit des causalités qui reposent sur des problèmes de fond concernant l’organisation politico-militaire, entraînant à leur tour une série de conséquences visibles dans les milieux financiers et dans les cercles de gouvernement de la province. Dans ce chapitre nous voudrions concentrer notre attention sur cette autre série de causes, que sont la mauvaise articulation entre pouvoir mamelouk et élites civiles, les problèmes d’organisation liés au payement des recrues et d’autres enjeux en matière de politique extérieure, ayant peu à voir avec l’histoire évenementielle, comme le mauvais tournant pris dans les rapports avec Venise. Entre 1496 et 1507 plusieurs candidats au trône sultanien se succédèrent: en plus du fils de Q…ytb…y, al-N…¡ir Mu|ammad, al-®…hir Q…ns™h, al-Ašraf ß…nbal…t et al-‘ƒdil T™m…nb…y tentèrent leur chance. Il s’agissait de candidats sans appuis suffisants, dont certains périrent à la tâche. Ils cherchèrent

206

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

à suppléer au manque de cohésion politique de leurs projets par de l’argent, pour acheter l’appui des recrues, mettant en évidence l’importance des épices mais aussi les problèmes d’organisation politique du sultanat. A partir de 1499 Venise fut encore plus dépendante du commerce avec les Mamelouks: assoiffée d’argent, la cité dut faire face à d’énormes dépenses, entraînées par une montée sans précédents des conflits. Les différents effets paradoxaux dérivant de la collusion entre les deux gouvernements se manifestèrent: l’inversion des prix en faveur des épices officielles, l’endettement des guildes marchandes, l’exportation d’énormes quantités de métaux précieux qui retournaient parfois à Venise, etc. En raison de la conception administrative des Circassiens, qui transféraient leur juridiction vers la province plutôt que de l’implanter, les élites administratives et financières locales se renforcèrent, avec des wak†ls, juges et marchands ³aw…Þ… dont les intérêts ne coïncidaient pas toujours avec ceux du Caire. Dès le début de son règne en 1501, Q…ns™h al-Ýawr† sentit le besoin de mieux jouer la carte des épices, mais il ne réussit pas à trouver de mécanismes alternatifs à ceux qui existaient. Les Vénitiens, peut-être en raison de leurs contacts avec différentes instances de la Cour, furent toujours prêts à imposer des nouvelles tractations. En métropole, le parti de la mer continua à dominer dans les conseils. Deux idées susceptibles d’exprimer la situation de la période ressortent de cette lecture des faits. La première est la mauvaise articulation entre le pouvoir sultanien et les élites civiles. Notre étude des difficultés financières liées aux épices sert à illustrer, même de façon rapide, la faillite dans la création de réseaux de pouvoir qui, à travers des alliances durables, auraient uni les intérêts du sultan à ceux des milieux financiers. Le deuxième point concerne les communautés marchandes européennes, qui apparaissent en ces premières années du sultanat d’al-Ýawr† comme l’une des forces avec lesquelles les sultans doivent compter. Leur rôle montre une grande ambiguïté, car les négociants, et notamment les Vénitiens, ne se conforment pas toujours aux intérêts politiques dictés en métropole. Nous voyons les financiers se dissocier peu à peu des intérêts des pouvoirs politiques. C’est dans l’aggravation de la crise du Cottimo que nous trouvons des arguments pour étayer une telle hypothèse. Le double jeu des marchands étrangers, face au sultan, se manifeste par une capacité d’opposition croissante à la politique mamelouke de ces années. La nature glissante des diasporas marchandes réveillait de vieux dilemmes, auxquels les Circassiens avaient déjà été confrontés, comme les dangers que comportait l’appui offert par des financiers étrangers à l’empire.

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

207

2. LE LONG «INTERRÈGNE» APRÈS LA MORT DE QƒYTBƒY (1496-1502) Pendant l’interrègne précédant l’arrivée d’al-Ýawr†, la politique mamelouke souffrit dramatiquement de son état de dépendance à l’endroit des capitaux financiers. Au cours de ces années, les factions en lice, notamment celles qui manquaient d’un capital social suffisant, cherchèrent à se procurer un appui grâce à l’argent, surtout celui des épices. Les factions mameloukes, parfois de façon simultanée en Syrie et en Egypte, s’attaquèrent aux communautés marchandes et brisèrent l’ensemble de pratiques coutumières qui s’étaient construites autour des stocks. Si les coups assenés par les Mamelouks pendant leur guerre contre les Ottomans avaient permis à Venise de respirer pendant les années 1480, entre 1496 et 1502 l’instabilité politique dans l’Empire vint s’ajouter à la reprise de la guerre turco-vénitienne. Les échanges entre Venise et les Mamelouks, même s’ils se poursuivirent avec intensité, furent affectés par cette constellation de troubles. L’argent ne court plus, mais seulement les armes; peu d’épices. Des jugements de cet ordre étaient proférés par les marchands vénitiens pour décrire la situation des factions mameloukes après la mort de Q…ytb…y1. Al-N…¡ir Mu|ammad, le fils de Q…ytb…y, qui avait maintenu en charge les hommes de confiance de son père, réussit à se faire envoyer depuis Damas les 100.000 dinars nécessaires pour financer l’appui des mamelouks. Un étrange cortège se mit en route vers le Caire, composé des hommes du sultan qui occupaient des postes-clés dans les bureaux financiers, comme le ³aw…Þ… Ibn al-H…šim† et le secrétaire T…Þ al-d†n ‘Abd al-Wa||…b; au profil obscur, ce dernier allait devenir le véritable arbitre entre les financiers et les sultans au cours de la décennie suivante2. Le procédé s’avéra inutile, ne profitant qu’aux recrues, car le sultanat se gagnait avec le capital social des factions, l’argent jouant un rôle dans sa perte ou son maintien éventuel, mais non le contraire. Pour les négociants européens, le problème des mercenaires se posait en termes très clairs: en l’absence d’un sultan fort, l’argent ne faisait que renforcer l’instabilité et exacerber les requêtes des recrues. Le drainage des ressources n’avait pas pour effet d’accroître l’ascendant du sultan sur ses troupes; au contraire, le prince était en proie aux exigences de ses mamelouks. Si, sous l’aspect militaire, l’armée mamelouke demeurait une armée professionnelle, financièrement les sultans comptaient sur des soldats mer1

«Non coreva il denaro, ma solo arme... Specie poche», SANUDO, Diarii I, 809-10 (octobre 1497). Ce ³aw…Þ… Ibn al-H…šim†, est le même personnage qu’Ibn ¦™l™n appelle Ibn al-ðizm† et les sources vénitiennes Bene Nesme, voir plus haut, chapitre 6, AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, pp. 191-192. 2

208

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

cenaires, payés en monnaie forte. En mars 1498 les mamelouks sultaniens, ainsi qu’une bonne partie des recrues régulières, cherchaient à soutenir un sultan sans légitimité, ce qui pourrait sembler, de leur part, un choix paradoxal, car ils «étaient pleins d’argent»3. Par les Vénitiens nous savons que, depuis la mort de Q…ytb…y, «ils ont reçu quatre gros versements, c’est-à-dire entre 100 et 200 ducats par personne et versement, en plus des ordinaires... ils tiendront le plus dur qu’ils pourront». Les versements extraordinaires, en cas de mobilisation ou lors de l’avènement d’un nouveau sultan exigeaient un recours constant à une fiscalité d’urgence, et les marchés financiers, notamment ceux de Syrie, apparaissaient toujours comme le dernier recours des sultans en difficultés. Lors d’une conversation entre le sultan et ses conseillers, rapportée par Ibn al-›im¡†, le sultan justifiait la montée de la pression fiscale et des expédients par la nécessité de payer les mamelouks, et surtout par la crainte de leurs révoltes4. Dans ce climat général d’instabilité, le gouverneur syrien Kurtb…y alA|mar trama un coup d’état depuis Damas, qu’il essaya en bonne partie de financer avec les revenus en provenance du commerce extérieur. Les Vénitiens se montraient inquiets car, si la tension se maintenait, le sultan allait bloquer les épices en direction de la Syrie, comme ce fut effectivement le cas5. Pendant ce laps de temps de six ans, d’autres gouverneurs syriens continuèrent à perturber les rapports avec les négociants, et en arrivèrent à réquisitionner des lingots d’argent, fait inhabituel qui empoisonna les rapports pendant longtemps6. Cet expédient permit à al-Ašraf ß…nbal…t de se saisir du trône mais non pas de s’y maintenir. En mai 1499, la rumeur courait que le sultan al-®…hir Q…ns™h n’avait pas d’argent ni d’appuis financiers, et qu’il n’allait pas durer7. Au contraire, l’argent, l’artillerie et les bateaux vénitiens firent l’objet de l’attention du N…’ib de Syrie qui, dans l’été 1500 voulut s’emparer du pouvoir depuis la province. Il cherchait à établir une armée non-mamelouke, fondée sur

3 «Ma pur questi Zilebi [ar. ºalab† = mamluk sultanien] zerca di mantegnirlo, et bona parte de mamaluchi, perche tuti son pieni de denari. Da poi la morte del soldam vechio, hanno auto 4 page grosse, zoè da 100 et 200 ducati per uno per paga, oltra le paghe ordinarie. Tegnirano piu duro che porano....», SANUDO, Diarii, I, 913. 4 IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, p. 52. 5 SANUDO, Diarii, II, 87 et 128. 6 En avril-mai 1499, al-Ašraf ß…nbal…t réquisitionna «52 pezzi in grossi 26 de diversi mercadantti», Venise étudia l’adoption de représailles, mais renonça par la suite à cause de la guerre. Cette perte dut être prise en charge par le Cottimo damascène, PRIULI, I diarii di Girolamo Priuli [1494-1512], I, 153, et NALLINO, L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay, p. 438, qui cite SANUDO, Diarii, II, 1039-1043. L’affaire traîna jusqu’en 1501, DOLFIN, Annalium Venetorum, pp. 244-245. 7 NALLINO, L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay p. 437, qui cite SANUDO, Diarii, II, 758-759, «domina, ma non à gran zente... et ogni pocho di fortuna contraria li leverà la signoria...».

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

209

une infanterie dotée d’armes à feu et sur l’artillerie8. D’après les Vénitiens, concernés directement par les troubles financiers des factions, la situation sur le trône d’al-®…hir Q…ns™h (1498 -1500), était fortement compromise par l’absence de soutien financier provenant des épices. Il prit personnellement en main le retard de deux ans dans le paiement des stocks et fit amener par un ³…¡¡ak† les responsables du Cottimo. Les chiffres sont très embrouillés, mais il semble que le sultan exigeait des Vénitiens environ 30.000 dinars en raison des deux années précédentes, et qu’il réussit à s’en faire payer pas moins de 20.000, en contraignant le Cottimo à s’endetter et en ayant recours à la violence contre les marchands9. Craignant un coup de main des factions rivales, il fit transporter au Caire le poivre de la åa²†ra depuis les entrepôts de la mer Rouge, et l’exporta par la suite en Turquie sur des bâtiments génois. Il loua des bateaux français pour envoyer ses troupes contre les émirs révoltés en Syrie10 et n’hésita pas à emprunter 8.000 ducats au Cottimo vénitien11. Le lien entre le recours aux capitaux financiers et les situations d’urgence apparaît encore une fois pendant le court règne d’al-‘Adil T™m…nb…y (janvier-avril 1501). Le sultan élargit l’imposition d’achats forcés à d’autres communautés que les Vénitiens («come a nostri», d’après ces derniers)12. Les troubles qui avaient empêché l’envoi régulier des convois vénitiens les années précédentes avaient en effet favorisé l’arrivée de bateaux français, catalans et d’autres, qui firent l’objet de tels achats forcés13. En février 1501 les nouvelles de l’avènement au trône du sultan Q…ns™h al-Ýawr† (1501-1516) commencèrent à arriver à Venise. Le dernier 8 Ibid. p. 447, qui cite SANUDO, Diarii, III, 118-119 et III, 673. «.. consolo, fami il mar seguro, e voleva le barze di sier Andrea Loredan, qual li scrisse si debbi partir... item, questo signor feva far artilarie e bombardi, e schiavi negri volea far schiopetieri... ». 9 D’après les estimations de l’envoyé du gouvernement, Filippo de Milan, à l’automne 1500 le Cottimo d’Alexandrie devait 420 sporte, pour un montant de 32.000 ou 33.000 ducats. Pour Sanudo, les exigences du sultan auraient atteint 50.000 dinars et Dolfin fait allusion à ce qui semble être un endettement global –y compris des crédits et des dettes à des personnes privées– de 100.000 dinars: «e per avanti ne fezeno pagar 8.000, senza quelli avevamo pagati prima, che fo ducati 100.000, e tuti tolti a usura per mantegnir el pèvere, et ancora non semo fuora del malano...». Pour cet épisode voir SANUDO, Diarii, III, 1122-1123, NALLINO, L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay, pp. 447-448 et DOLFIN, Annalium Venetorum, p. 221. 10 SANUDO, Diarii, III, 1526-1527. 11 Ibid., III, 1118-1119 et 1122-1123. 12 Mars 1501, ibid., IV, 6, et DOLFIN, Annalium Venetorum, p. 261. 13 Pour l’arrivée des Français, des Catalans, des Ragusains et des Siciliens, voir SANUDO, Diarii, III, 1526-7, et DOLFIN, Annalium Venetorum, p. 261. Il n’est pas clair dans quelle mesure le service de galères fut-il arrêté en 1499 et 1500, à cause de la guerre turco-vénitienne. Certaines informations semblent contredire la position habituelle de l’historiographie vénitienne, selon laquelle les galères da mercato étaient toujours prêtes à servir dans les conflits, et qu’il n’y eut point de galères en 1499. Sur la muda du printemps 1499 à Tripoli, voir NALLINO, L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay p. 438, citant Sanudo, II, 1039-1043 et PRIULI, I diarii di Girolamo Priuli [1494-1512], I, p. 153. Il semble toutefois que la supression de certains convois ait provoqué l’accumulation de stocks impayés durant ces années.

210

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

grand sultan mamelouk fut dès le début confronté à la nécessité de compter sur des appuis financiers en dehors du système domanial. En juin, les nouvelles affirmaient que le sultan avait refusé le trône en alléguant sa pauvreté, et l’opinion qu’il n’allait pas durer pour ce motif courait chez les Vénitiens14. Manquant de ressources importantes provenant de son patrimoine foncier, il entreprit une campagne d’exactions contre les marchands du Caire15. Les Vénitiens étaient alors conscients qu’il devait supporter des versements de plus d’un million de ducats à l’armée, et remarquaient que des personnes puissantes avaient bloqué en mer Rouge leurs importations d’épices, en attendant que ce genre d’interventions finisse16. En novembre 1502, la rumeur courait que seule une bonne saison commerciale pourrait maintenir al-Ýawr† sur le trône17. Les mois suivants, avec la reprise du commerce tant en mer Rouge qu’en Méditerranée, al-Ýawr† se montra en revanche capable d’accumuler des capitaux importants. Les Vénitiens commencèrent à être optimistes sur sa durée18. Ces turbulences aboutirent à la déstabilisation des guildes financières, qui s’endetterent davantage encore. En ce qui concerne la Massaria génoise, à partir de 1495 le conseil dit «de 1444» avait commencé à prendre en main la situation. Ce conseil était né à cette date-là, quand San Giorgio avait cessé de fonctionner comme une banque pour devenir seulement l’organisme qui gérait la dette publique génoise. C’était le véritable cerveau de la Casa, le responsable de ses projets ses politiques à long terme. On désigna un légat spécial chargé de nommer un nouveau consul, et pour faire face au prêt de 5000 ducats à la Massaria, San Giorgio créa –cela comptait parmi ses prérogatives– un nouvel impôt sur le commerce du Levant19. D’autres initiatives semblables suivirent, ainsi la concession de droits exclusifs sur le commerce de certains produits, comme le corail20. On le voit, la profonde imbrication entre la dette publique et le commerce ressort nettement, ainsi que le rôle supérieur des institutions métropolitaines dans la prise de décisions. Le gouverneur Agostino Adorno, en accordant des pouvoirs à Acellino Salvaigo en février 1496, fit allusion aux préjudices que pour la république pouvait entraîner la faillite 14

NALLINO, L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay , p. 453, qui cite Sanudo, Diarii, IV, 98-99. SANUDO, Diarii, IV, 168-169. 16 Ibid., IV, 342-343. 17 En novembre 1502, ibid., IV, 650-651: «ne altro pol solevarlo cha una grosa trata per questa muda». 18 Ibid., IV, 418-419. 19 ASG, primi cancellieri, B. 88, docs. n.° 328, 329. Il s’agit de 2% sur les affaires conclues en Egypte et de 0.66% pour le commerce de Syrie. Les corporations devraient verser ces droits à la dette publique. 20 Ibid., «1496, Massaria di Alessandria d’Egitto e Soria (Vendita di Gabelle – Coralli)». En 1503 les Génois continuaient à collecter des taxes sur les importations de corail maghrébin pour assainir les dettes de la Massaria, SANUDO, Diarii, V, 337-338. 15

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

211

de la guilde marchande. Celle-ci avait été gouvernée –affirmait-on– de façon négligente21. On entama, comme chez les Vénitiens, de très longs processus de négociation avec le gouvernement mamelouk, qui aboutirent à l’envoi au Caire, en septembre 1498, du légat génois Pietro Gentile. En ces temps troublés précédant l’accès au trône de Q…ns™h al-Ýawr†, Gentile avoua depuis la Cour mamelouke l’existence d’une dette de 12.000 ducats et conseilla un ultérieur endettement de la guilde, pourvu que ce fût auprès de ses propres concitoyens et non des Arabes22. Il encourut la désapprobation de San Giorgio car il liquida les dettes avec l’argent de l’impôt mis en place depuis peu pour renflouer la dette publique, sans doute sous la pression de l’atmosphère troublée de la Cour. Enfin, la guilde s’endetta encore en 1505, dettes par ailleurs très concentrées sur quelques Génois influents, et des enquêtes montrèrent qu’entre 1500 et 1503 des affaires pour une valeur de plus de 80.000 ducats avaient été conclues sans payer de taxes. Bien que l’échelle des intérêts génois –et par conséquent, de leurs dettes– fût moindre, on constate le même manque de détermination politique que chez les Vénitiens pour en finir avec les défaillances dans l’action collective. Du côté vénitien, à partir de 1502, pendant les années de consolidation du régime d’al-Ýawr†, les dettes du Cottimo dépassèrent la sphère des marchés locaux de crédit, causant, de manière presque constante, des préjudices directs au trésor sultanien. L’idée de suspendre les accords bilatéraux en matière de stocks commença à prendre corps mais, sur ce point, al-Ýawr† allait trouver une opposition bien organisée, de la part des membres de son propre entourage.

3. DÉPENDANCE MUTUELLE DANS LES RAPPORTS ÉCONOMIQUES Si la fréquence des conflits militaires pendant les années 1480 avait rendu le sultanat plus sensible aux troubles de ses associés européens, il n’en est pas moins vrai que la reprise de la guerre contre les Ottomans (1499-1503) provoqua une plus grande dépendance des Vénitiens par rapport à leur commerce avec les 21 ASG, primi cancellieri, B. 88, n.° 322, «Massarie Alexandrie... in toto extincta videtur cum magna et intolerabili iactura totius Rei Publice Ianuensis..». L’expression utilisée pour la gestion est celle de «malum gubernum aliquorum consulum et mercatores». 22 Gentile dut en effet dépenser l’argent des «2%»: «Ha parsutto a tutti noi meglio anunpare ditto retrato in questo modo cha venire in altri intreggi moreschi li qualli sariano statti molto danoxi»... «In lo dreto de questa Massaria adviso quello esserne recressiuto tante speze incogittate che non solo è stato bizogno anunpare tutto quello se è Scosso de dicto dreto ma ancora me sono indebitato con questi nostri mercadanti di bona quantità....», ibid., lettre de Pietro Gentile, datée du Caire, le 28 septembre 1498.

212

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Mamelouks. Quoique infondée, il existe une indée selon laquelle Venise n’hésitait pas à retirer le service des galères pour les employer dans la guerre contre les Turcs. Au contraire, la dépendance structurelle des importations mameloukes se fit particulièrement sentir pendant la période et l’économie de la ville s’accrocha littéralement aux galères du Levant. Le rapport de symbiose entre finance sultanienne et économie vénitienne accéléra les échanges, mettant en valeur les atouts du système mais aussi ses déséquilibres. Pendant les années qui suivirent la mort de Q…ytb…y, cette dépendance mutuelle servit comme courroie de transmission des effets négatifs, et mit à mal la situation financière des sultans. A Venise, en raison de l’importance croissante des épices sultaniennes, on regrettait le mauvais fonctionnement de la åa²†ra. En 1496, celle-ci ne put fournir, suite à la mort de Q…ytb…y, que 100 sporte, et on voyait dans ce fait l’annonce d’une campagne faible à Alexandrie23. Pendant ces années de difficultés, les stocks n’étaient plus perçus comme une fâcheuse exaction, ni comme une mesure contraire au déroulement normal des marchés. A côté des épices, d’autres importations de matières premières contribuaient à soutenir l’économie vénitienne depuis le Levant24. Le port d’Ab™ Kir, qui était en train de se spécialiser dans la distribution de produits autres que les épices, était soumis à une juridiction différente pour le gouvernement mamelouk. Les ports d’Alexandrie et de Damiette avaient le statut privilégié de ÅuЙr al-isl…miyya, mentionné par tous les manuels de chancellerie et dans d’autres documents, ce qui n’était pas le cas pour Ab™ Kir. La juridiction sur ce port était différente, libre semble-t-il de restrictions sultaniennes, mais on ne pouvait pas y trafiquer en épices. Le concept de ÅuЙr al-isl…miyya contenait la notion de frontière, et indiquait un statut spécial accordé par les sultans, qui reconnaissaient ces lieux comme des débouchés du commerce dirigé administrativement. Pour les Mamelouks, Alexandrie et Damiette étaient des zones où les échanges étaient réglés par de complexes procédures, où le libre commerce était subordonné à l’accomplissement des transactions gouvernementales. Apparemment, il n’y avait aucun contrôle sur ce qui se passait à Abu-Kir, pas même sur la contrebande ou le mouillage des nefs fugitives. La doctrine à la base de cette distinction était que le négoce des épices pouvait seulement avoir lieu dans le cadre des restrictions, mais aussi des avantages, fournis par l’administration mamelouke.

23 SANUDO, Diarii, I, 330-331 et aussi NALLINO, L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay, p. 415. L’information date du mois de septembre. 24 Une nef chargée de cenere (potasse), provenant d’Ab™ Kir, est épargnée par des corsaires en raison de sa cargaison, en 1496, SANUDO, Diarii, I, 270.

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

213

L’activité dans les autres entrepôts était tolérée pour le mouvement de personnes ainsi que d’autres biens sans valeur stratégique ou fiscale25. En raison de l’association commerciale entre Venise et les Mamelouks, et du caractère administré des échanges, les épices sultaniennes et celles du marché continuaient à avoir, très souvent, le même prix. Ce ne fut qu’un des nombreux effets paradoxaux de la concentration de l’activité vénitienne dans le Levant. On en voit un exemple lorsque les galères de Syrie revinrent du Levant en novembre 149626. La dépendance de Venise par rapport au Levant était telle que cette année-là deux des cinq galères envoyées à Beyrouth firent le voyage à vide. Celles d’Alexandrie remportèrent plus de 200.000 ducats qu’il ne fut pas possible de placer27. Ces chiffres, conséquence d’une politique prolongée de concentration sur les marchés levantins, n’empêchèrent pas que, après une année de rumeurs et de mauvaises prévisions, l’abondance d’épices finisse par provoquer au Rialto une chute des prix de vente28. En 1498, très peu de poivre sultanien voyagea en Syrie, car le contrôle de la province n’était pas garanti; les bénéfices du commerce administré retombèrent sur le Cottimo d’Alexandrie, qui put en acheter à un prix légèrement inférieur à celui des bazars29. Cette vitalité des échanges, se manifestait, rappelons-le, et nous ne croyons pas qu’il s’agisse d’une coïncidence, à un moment très difficile pour l’économie de la République et pour les finances de son gouvernement. Depuis 1494, la fiscalité mise en place pour soutenir la guerre contre Charles VIII avait provoqué l’imposition de taxes directes très lourdes (la decima), et la valeur des titres de la dette publique s’était effondrée au printemps 149630. La capacité de la ville à expédier de l’argent au Levant, malgré ces conditions, frappa les chroniqueurs comme Domenico Malipiero31. La situation dans l’Empire n’était guère meilleure, avec la mort de Q…ytb…y et le revirement des factions qui suivit. Le lien entre les deux économies était si fort que les grands négociants du Rialto 25 Les indications sur Ab™ Kir (it. Bicchieri) et Rosette concernent invariablement des nations ou des trafics d’importance secondaire, comme des vaisseaux faisant la navette entre ce port et l’île de Rhodes (emportant du bois, zabib, etc), ibid., III 1030-1031, des nefs portugaises ou des bateaux avec le ›aÞÞ turc, SANUDO, Diarii, I, 1031, ou des bateaux qui chargent des épices à Alexandrie pour ensuite y compléter leurs frets, SANUDO, Diarii, III, 1122-1123. 26 PRIULI, I diarii di Girolamo Priuli [1494-1512], I, p. 58. 27 SANUDO, Diarii, I, 380. 28 PRIULI, I diarii di Girolamo Priuli [1494-1512], I, p. 58. 29 78 et 81 ducats la sporta respectivement, ibid., I, p. 109. 30 PEZZOLO, LUCIANO, Il fisco dei veneziani: finanza pubblica ed economia tra XV e XVII secolo, Sommacampagna, 2003, pp. 35-38. 31 Malipiero s’étonne de la quantité de métaux précieux envoyés au Levant, malgré la pression fiscale croissante: «non ostante che in 18 mesi sia stà messo 10 decime a monte nuovo, e sie perse a i governadori...», MALIPIERO, Annali veneti, IV, II, p. 629.

214

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

attendaient l’arrivée de mauvaises nouvelles du Caire pour pouvoir vendre à des prix plus élevés. En octobre 1497, le vénitien Antonio Grimani spéculait ainsi avec les 40.000 ducats en épices déposées dans son magasin32. Bien que les aventures de Venise en politique internationale aient continué à drainer les ressources de la ville, et que la situation en Egypte et en Syrie n’ait pas été des plus encourageantes, la Commune vécut une période d’euphorie dans l’exportation de métaux précieux vers le Levant, avec l’envoi, en 1497, de 360.000 ducats33. D’après R. Mueller, il s’agissait exclusivement d’argent. Venise, qui soutenait des frais militaires entre 55.000 et 85.000 ducats mensuels, qui se trouvait «vide d’argent» et qui avait dépensé «un puits d’or»34 commerçait activement avec les Mamelouks, à un moment où les divers prétendants au trône cherchaient l’appui des capitaux du commerce pour se gagner les faveurs des recrues. Durant une année aussi critique pour les deux parties que celle de 1502, où les représailles contre le Cottimo menèrent le consul au cachot, les galères partirent à ce point chargées que leur poids devint un problème pendant leur séjour face aux rochers de Beyrouth; elles durent décharger leurs marchandises à Famagouste, puis revenir, car une une deuxième caravane était en train de se rendre en Syrie. Dans l’une de ces galères, la valeur des marchandises de la firme Foscari atteignait, d’après la rumeur, 400.000 ducats35. Malgré tout, il est difficile de trouver dans l’historiographie vénitienne l’expression de l’acceptation de cette dépendance par rapport au «vieux» commerce médiéval. La vitalité du commerce n’entraînait pas toutefois l’assainissement des comptes du Cottimo. Dans un système économique efficace, les bonnes campagnes marchandes auraient servi à faire face d’une façon décidée aux dettes collectives, mais la césure entre les autorités et les membres du Cottimo empêchait cette unité d’action, exacerbant les traits irrationnels de ce système de gestion. Les stocks continuaient à être payés à terme, parfois plusieurs mois après leur acquisition. Ainsi, pour régler ses comptes, le consul Benedetto Sanudo dut rester à Damas en juillet 1497, lors d’une grande épidémie de peste, alors que les marchands quittèrent la ville pour aller chercher refuge dans un lieu isolé36. Même de petits stocks, comme celui qui fut absorbé par le consulat de Damas à l’été 1498, restaient en attente d’être payés jusqu’à l’année 32

SANUDO, Diarii, I, 809-810. 300.000 ducats dans les 4 galères d’Alexandrie et 60.000 (en plus des marchandises) dans les trois nefs expédiées à Beyrouth, PRIULI, I diarii di Girolamo Priuli [1494-1512], I, 71, MALIPIERO, Annali veneti, II, p. 640, MUELLER, Banks, panics, and the public debt, p. 324. 34 PEZZOLO, Il fisco dei veneziani, p. 38. 35 DOLFIN, Annalium Venetorum, p. 195. 36 «... per pagar el piper del soldam che restano a dar », SANUDO, Diarii, I, 755. 33

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

215

suivante37. Nous ne savons pas exactement si tous ces délais se traduisaient par de nouveaux emprunts, mais il est certain que la guilde de Damas avait atteint un niveau d’endettement de 110.000 ducats à la fin 1498, dont 60.000 «a uxura», à un taux d’intérêt de 2 à 3% mensuel38. L’inquiétude pour la situation financière des Cottimi, en une période de grands soucis politiques, poussa sûrement à l’adoption de nouvelles mesures. Deux commissions avaient été nommées à Venise pour suivre l’évolution des dettes et pour proposer des mesures correctives. Elles furent appelées Provveditori al Cottimo, l’une de Damas et l’autre d’Alexandrie. Les enquêtes, procédures et délibérations de ces commissions, comme cela était prévisible, eurent une couleur fortement politique. Les formules qu’elles adoptèrent pourraient paraître bizarres à en juger d’un point de vue libériste. L’une des premières actions des Provveditori fut, par exemple, dans le but de liquider ces emprunts élevés auxquels devait faire face le Cottimo de Damas, de rendre fiscalement responsables non seulement les marchands, mais aussi les particuliers et les banques qui leur faisaient crédit ou leur confiaient leurs marchandises39. Pour les individus qui dirigeaient ces commissions, l’économie, y compris les activités des personnes privées, était intégrée dans l’équilibre de l’ordre social, et faisait partie d’un statu quo qui devait être maintenu. Ils élaborèrent un discours politique où le profit individuel ne constituait pas une fin en soi, et où le commerce était la base d’un certain type d’ordre social40. En rattachant ce discours aux besoins pratiques, et conscients à quel point la Venise qu’ils avaient connue dépendait des échanges avec le Moyen Orient, ils introduisirent d’innombrables fois des allusions au fait que les voyages de Damas et d’Alexandrie étaient le fondement de tous les autres trafics et le soutien des différents commerces. Dès le début, parmi leurs priorités, plutôt que l’assainissement des bilans, ils placèrent la continuité des voyages. 37 En janvier 1499 les Vénitiens s’acquittèrent de 150 sporte, en versant au Daw…d…r 15.000 ducats, ibid., II, 1040. 38 Libro del Capitolare del Cottimo de Damasco (dorénavant CCD), ASV, Cinque Savi alla Mercanzia, busta 946-947, 22 décembre 1498. 39 CCD, daté en haut du 9/2/1498, voir aussi chapitre 8. 40 Ce discours fut toujours présent dans les délibérations des conseils vénitiens, et dura jusqu’à la fin de la dynastie mamelouke et probablement jusqu’à ce que le système de galères publiques soit aboli. Pour ne citer que quelques exemples: «Considerando niuna cosa esser piui degne ne etiam piui acomodate al viver humano quanto è l’ordine dal qual ogni bene & optime cosse prociede et principium per le constitutione senza le qual imperio ne senato poteria esser diuturno...» CCD, daté en bas du 21/8/1498. L’on trouve également des liaisons discursives entre la fiscalité, la bonne gestion des guildes d’outre-mer et la continuité du système de galères: «... a cadauno di questo conseio e nota la importantia de li viazi di Levante dali quali in maxima parte depende il beneficio et augumento de li datij et intrade del stato nostro, el redrizar et bonificar di qualli viazi consiste nel proveder opportunamente alle cose de li cotimi di Damasco et di Allessandria onde occorrendo alli proveditori di quelli metter di zorno in zorno molte parte et ordini in questo conseio a beneficio de li cotimi et subsequenter di le galie di Levante...», CCD, 26 mai 1517.

216

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

4. LES ÉLITES CIVILES DU SULTANAT DANS LES ÉQUILIBRES DU POUVOIR CIRCASSIEN Le contrôle sultanien de l’administration des villes d’importance financière fut mis à l’épreuve. Le gouvernement de la Syrie et l’exploitation de ses ressources se faisait avec difficulté à travers des préfets et à coup de décrets, ce qui pousse à penser que les derniers sultans n’avaient pas réussi à établir un contrôle bureaucratique sur les activités économiques de la province. Le simple rôle de redistribution joué par le sultan dans l’attribution des charges –conséquence de la vénalité individuelle de celles-ci– ne servait ni à créer une alliance avec un réseau stable de notables, ayant un ascendant sur des groupes significatifs de la population, ni à établir vraiment une circulation de secrétaires fidèles au sultan. La faiblesse du pouvoir sultanien était due, en grande mesure, à sa dépendance par rapport à un argent qui venait de loin et pour lequel il fallait se plier à une constante négociation. Les sultans se heurtaient toutefois à des conditionnements juridiques et idéologiques qui empêchaient la consolidation de leur autorité. Le statut égalitaire appliqué aux musulmans et l’absence d’un concept de primogéniture rendaient difficile la formation d’une couche de notables citadins capables de fournir un appui durable aux sultans. Mais surtout, les gouverneurs devaient faire face à des restrictions légales à l’égard des taxes indirectes (muk™s); celles-ci existaient toujours, mais leur mauvaise réputation poussait périodiquement à leur abolition, empêchant la consolidation de nouvelles traditions fiscales. En Europe, l’impossibilité de soustraire à l’Eglise la perception des redevances terriennes avait poussé les princes à développer de façon décidée ce genre de taxes, mais rien de cela ne se produisit au Moyen Orient arabe. Ainsi, il était très difficile de doter la fiscalité centrale d’un régime basé sur les impôts indirects, et encore moins de créer des alliances à long terme entre pouvoir princier et élites locales. Certes, il y avait une série de familles traditionnellement présentes dans l’administration, mais leurs membres étaient sujets au régime de vente et achat des charges et ne pouvaient pas offrir cette continuité. La stratégie du pouvoir circassien avait toujours donné la préférence aux procédés indirects d’intervention sur l’économie et à la taxation du commerce extérieur, évitant l’imposition d’une fiscalité sur les personnes et le mouvement interne des biens41. La forte réticence du régime à imposer un impôt direct est patente dans un passage transmis par Ibn Iy…s sur les événements 41 Sur ce problème, MICHEL, BERNARD, «L’organisation financière de l’Égypte sous les sultans mamelouks d’après Qalqachandi», Bulletin de l’Institut égyptien, 7 (1925).

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

217

de janvier 1502, où un fonctionnaire affecté au D†w…n al-³…¡¡ fit parvenir au sultan une liste comportant les noms de riches marchands et d’autres civils, y compris des princesses de la Cour. Il proposa l’imposition d’une taxe directe sur leurs fortunes, dans le but d’en obtenir 200.000 dinars. Après avoir accepté initialement, le sultan dut céder aux fortes pressions des militaires, qui trouvèrent la mesure scandaleuse. L’auteur de cette initiative finit par être puni de façon exemplaire et cruelle42. Le patronage sultanien de certains marchands comme stratégie pour manipuler les marchés ne contribua pas, à long terme, à normaliser le contrôle des transactions commerciales. Les ³aw…Þ… n’appartenaient pas tous à des lignages fermement établis, et en Egypte, notamment, leurs carrières furent souvent liées au patronage d’un seul sultan, étant ainsi associés à la fortune de son régime. En mai 1499, les Vénitiens rapportèrent que le sultan avait démis un ³aw…Þ… parce que celui-ci devait au trésor 24.000 dinars43. Il fut remplacé par un autre, le ³aw…Þ… Ibn Mulq†, mais suite à un nouveau changement dans le sultanat, ce dernier fut accusé de travailler pour le gouvernement antérieur, et faillit être condamné à mort44. Les biens d’Ibn Mulq† furent mis aux enchères, et dans les cahiers de la Massaria génoise nous trouvons comment les Italiens durent acquérir, par vente forcée, les marchandises du ³aw…Þ… en disgrâce45. Les Vénitiens faisaient confiance à Ibn Mulq†, qui avait été ³aw…Þ… dans le passé, mais son remplaçant dans la charge leur causa de constants problèmes. Ils essayèrent de boycotter le nouveau marchand sultanien, mais comme il était parent de l’émir d’Alexandrie et très riche, les pressions contre lui furent inutiles. Les réseaux qui bénéficiaient du patronage sultanien apparaissent nettement dans cette affaire. Ce ³aw…Þ…, appelé Ameth Bubacho, avait des parents qui fréquentaient les marchés indiens, comme un cousin qui rapporta des nouvelles sur les activités des Portugais en 1501. Ce dernier s’était rendu à Calicut avec une flotte commerciale mécquoise qui faisait voile pour l’Inde tous les ans. Le ³aw…Þ… était aussi “zerman” du gouverneur d’Alexandrie, ³ud…bird† al-Ašraf†. Celui-ci était un ancien mamelouk sultanien, protégé par le souverain et qui garda le poste jusqu’en 151646. Mais les nominations aux postes et le patronage sultanien n’étaient pas sans contrepartie: la rumeur cou42

IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, (910H), IV, p. 23. SANUDO, Diarii, II, 758-759. 44 IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, IV, p. 42. 45 Voir table 7.4 plus loin. 46 Sur ce ³aw…Þ…, voir SANUDO, Diarii, IV, 168-169 et VI, 218. Sur le gouverneur d’Alexandrie, ³ud…bird† al-Ašraf†, voir ‘ABD AL-R…ZIQ, Les gouverneurs d’Alexandrie au temps des Mamluks, p. 157 et IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r fi waq…’i‘ al-duh™r, IV, p. 74. 43

218

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

rait depuis 1503 que le ³aw…Þ… devait au sultan plus de 50.000 dinars, qui lui furent finalement confisqués en 150547. Les civils importants cherchaient à consolider leur situation dans leur poste, réussissant parfois à s’intégrer à l’administration des nouveaux sultans. Mais les assassinats de quelques fonctionnaires donnaient à penser que leur maintien n’était pas désiré. Ab™-l-Baq…’ Ibn G†‘…n, l’un des civils les plus importants du régime de Q…ytb…y et qui dirigea les négociations de 1489 avec les Vénitiens, fut ainsi tué par des Mamelouks48. Dans le réseau des Ibn G†‘…n, le Q…ÿ† Šams al-d†n Ab™-l-Man¡™r connut le même sort et, dans aucun de ces deux cas, ces crimes ne furent suivis d’enquêtes49. Le K…tib al-Sirr Badr al-d†n Mu|ammad Ibn Muzhir, qui à côté d’Ibn G†‘…n avait participé aux négociations sur le Cottimo sous Q…ytb…y, complota contre Q…ns™h al-Ýawr† au début de 1504. Il avait, paraît-il, fourni les moyens financiers pour payer la nafaqa du putschiste Q…yt al-RaÞab†50.

4.1. Le Wak†l du sultan Sous les règnes de Q…ytb…y et de Q…ns™h al-Ýawr† cette façon d’agir indirectement sur l’économie, évitant le recours à une fiscalité régulière, se manifesta dans la promotion de nouvelles figures, comme les wak†ls. Parfois, les marchands qui agissaient en association avec les sultans le faisaient sous cette appellation. L’intervention du sultan sur les marchés se compliqua encore avec l’apparition de la charge de wak†l, qui était associée à la åa²†ra51, le trésor sultanien dont l’importance croissait au fur et à mesure qu’approchaient les derniers jours du sultanat. En Syrie, notamment, le fonctionnement de l’administration s’était éloigné des dispositions figurant dans les manuels de chancellerie, et les fonctions financières s’étaient déplacées vers de nouvelles charges, comme le Wak†l ou le Daw…d…r. La recherche de nouveaux procédés indirects de la part des sultans et la faillite d’un schéma normalisé de perception des droits auraient fini par produire cet effet. Le Wak†l apparaît donc comme un fournisseur de marchandises à grande échelle pour les sultans; il accumulait des stocks de denrées agricoles, possédant parfois la capacité d’intervenir sur les prix. Ses fonctions semblent se chevaucher avec celles du mu|tasib ou inspecteur des marchés. 47

PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin), pp. 185-187. IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, III, p. 363 (÷™-l-Qa‘da 902H), et aussi SANUDO, Diarii, I, 755 (juillet 1497), «costui era quelo che consejava el signor soldan». 49 IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, IV, p. 13 (÷™-l-›iÞÞah 906H). 50 Ibid., IV, p. 67. 51 AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 39. 48

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

219

Un wak†l syrien, ‘Al…’ al-d†n Ibn Ab†-l-ß™d avait, en 1502-1503, plus de 400 collaborateurs; il avait étendu son influence et contrôlait les biens de mainmorte qui soutenaient les fondations pieuses, et s’était arrogé, en outre, l’inspection des marchés. Il investissait des fonds sultaniens, de façon telle qu’il finit par provoquer un conflit avec les cadres de l’armée en province, qui lui réclamèrent des approvisionnements pour leurs propres contingents pour une valeur de 60.000 dinars. Finalement, une tourmente politique éclata autour de ce wak†l, qui mit en évidence la faible cohérence d’un sultanat où les intérêts des sultans étaient souvent opposés à ceux des contingents de l’armée en Syrie52. La fonction revêt une importance croissante à Alep à la fin du siècle, où la montée de l’activité marchande ressort nettement des sources. Plusieurs marchands ³aw…Þ… y occupent la charge de wak†l, comme le ³aw…Þ… al-N…¡ir† et le ³aw…Þ… al-Turkum…n†53. D’après Ibn al-›im¡†, comme le démontra l’assassinat d’Ibn al-øaww…, la charge était odieuse à la population de la ville. De même, à Damas, le Wak†l du sultan Ših…b al-d†n A|mad al-Nabl™s†, qui cumulait la charge de N…©ir al-ßayš et celle de directeur de la åa²†ra, fut démis par des préfets envoyés depuis le Caire, dont un ³…¡¡ak†, qui lui confisquèrent 100.000 dinars. Bien qu’il ait cumulé plusieurs postes, il était connu simplement comme «Wak†l». L’année précédente il avait provoqué des émeutes en ville pour avoir manipulé le marché du grain. Sa chute entraîna celle d’autres membres de la famille et finit par son suicide en prison. Mais les gens de Damas le craignaient tellement qu’ils ne crurent pas à sa mort. La violente chute des al-Nabl™s† ne fut pas le fait de la volonté du sultan, qui, en effet, fut contrarié par le tour pris par ces événements54. Derrière la démission du wak†l il y avait les luttes de faction au sein de l’administration syrienne. Les al-³ayÿar†, une faction émergente au sein de la judicature et des bureaux, avait tenté de déplacer al-Nabl™s† et son groupe au moyen de dénonciations: on l’accusait d’avoir détourné plus de 400.000 dinars provenant, entre autres, des revenus des épices55. Le Q…ÿ† N…¡ir al-d†n al-øafad†, après quelques années de carrière dans l’administration, avait montré sa préoccupation de la nature irrégulière de la politique fiscale sultanienne et du problème des recrues56. Il fut le témoin,

52

IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, pp.170-171 et 174. ³aw…Þ… al-N…¡ir† (m. 873h.), AL-SA³AW‡, al-þaw al-l…mi‘ li ahl al-qarn al-T…si‘, II, 257. Pour le ³aw…Þ… al-Turkumani, AL-¦ABBƒ³, I‘l…m al-nubal…’ bi-t…r†² |alab al-šahb…’, V, 341. 54 IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, 213 et ss., (880H environ) D’après les rumeurs, son héritage rapporta au trésor la quantité, fort improbable, d’un million de dinars. 55 AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, pp. 78-79 et 81-82. 56 Lors d’une conversation avec le sultan en 1498, citée plus haut, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ alZam…n, II, p. 52 53

220

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

durant sa charge de Wak†l, des mois troublés de l’été de 1501, quand le sultan dut faire face aux énormes dépenses de son avènement au trône57. Al-øafad† fut nommé N…©ir al-³…¡¡ en décembre 1501 et s’engagea à fournir au trésor 60.000 dinars. Il avait soutenu financièrement d’autres factions dans le passé et il devint alors la cible des ambitions de Q…ns™h al-Ýawr†, qui voyait dans la Syrie et ses marchés la solution à ses problèmes58. Peu de mois après, accablé par les exigences, il mourut subitement, ayant mis fin à ses jours d’après la rumeur, incapable de s’acquitter de ses dettes. Les gens célébrèrent sa mort.

4.2. La magistrature islamique et ses liens avec la finance Les conflits provoqués par la crise financière laissent transparaître dans la documentation que la politique syrienne était fortement mêlée au grand commerce et à ses enjeux. Non seulement les administrateurs civils et militaires avaient affaire aux Vénitiens en matière financière, mais aussi la judicature religieuse semble souvent intéressée par le déroulement des échanges méditerranéens. Les juges sont décrits par les Vénitiens de Syrie comme des notables civils ayant des intérêts financiers importants. L’historiographie présente les Q…ÿ†s comme une instance qui profite de son prestige religieux pour pourvoir d’une structure à la société urbaine, puisque, au delà de ses attributions judiciaires et doctrinales, la judicature était amplement concernée par la sphère de l’administration civile ordinaire59. Pour les Vénitiens, pourtant, le prestige religieux de ces élites est peu important ou, en quelque sorte, négligeable, car tout administrateur revêtant des fonctions effectives a tendance à devenir, à leurs yeux, un Q…ÿ†. Cette particularité, c’est-à-dire l’attribution du titre de q…ÿ† à des fonctionnaires dont on ignore la formation juridique ou l’appartenance à une quelconque école d’interprétation, est caractéristique de l’époque. Les ‘Ulam…’ dédaignaient souvent ces juges parvenus qui manquent d’une formation suffisante, comme le Q…ÿ† ‘Af†f al-d†n al-‹azz†, nommé directement par Ših…b al-d†n Ibn Farf™r mais dont la formation n’était pas à la hauteur de la charge60.

57 Outre sa position de Q…ÿ†, il revêtait la fonction de Wak†l du sultan (Ibid., II, p.128) ainsi que celle de Wak†l sur les héritages, depuis 903H, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, p. 23. voir aussi, IBN AL›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, 140 et 152, et IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, IV, p. 29, qui raconte comment il mourut en ÷™-l qa’da 907H / Mai 1502. 58 Il avait soutenu l’un des prétendants au trône, Qans™h ³amsmiyya, avec 400.000 dinars, AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 210. 59 LAPIDUS, Muslim Cities in the Later Middle Ages, p. 130. 60 AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 119.

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

221

Les carrières de certains q…ÿ†s montrent bien combien l’espace financier de la Syrie était un monde à part, lié aux intérêts des sultans par le biais de la négociation et de la coercition, mais en de rares occasions, pourtant, par des rapports de hiérarchie et d’obéissance. La tendance de ces juges à s’enrichir était stimulée par l’alternance rapide et par la vénalité des charges judiciaires. Le négoce avec les Francs provoqua la carrière rapide de certains individus, comme T…Þ al-d†n Ibn al-Wa||…b. Du parcours administratif de ce dernier il ressort qu’au début, il n’était qu’un humble fonctionnaire dans un bureau de la citadelle (qal‘a) de Damas. En 1504, dans un climat très tendu entre les Vénitiens et les autorités syriennes à cause des stocks, il se rendit au Caire pour débloquer le conflit, mais surtout pour arracher des concessions fiscales en faveur des Francs61. Il réussit à réduire les taxes de dix à neuf pour cent sur leurs opérations. Les Vénitiens attribuaient de l’importance à cette marge, qui pouvait se révéler importante une fois les marchandises vendues en métropole. Le Q…ÿ† Ibn al-Wa||…b –non reconnu comme tel par dans les sources syriennes– se fit progressivement une place dans le monde des affaires et, en 1508, il gérait les intérêts d’un important banquier, qui, très âgé, avait commis l’erreur de prêter 38.000 ducats au Cottimo de Damas62. Il semble que ce banquier, appelé Siechberi, avait investi l’argent d’autres partenaires dans cette opération63, se retrouvant victime de la crise financière du Cottimo, et sans appuis politiques pour obliger le groupement à le rembourser. Dans cette affaire, ce n’est pas seulement le Q…ÿ† mais le milieu politico-financier syrien dans son ensemble qui apparaît sous un jour un peu cru. T…Þ al-d†n, en effet, tenta d’obliger les Vénitiens à restituer les crédits de Siechberi, mais il le fit pour s’en saisir personnellement64. Par ailleurs, la fortune du vieux banquier était en train de tomber aux mains des ³a¡¡ak†s65. C’est qu’une autre de ses opérations avait aussi mal tourné: il avait prêté 70.000 dinars au Q…ÿ† Ibn Farf™r, mais cet argent avait été réquisitionné par le sultan. Siechberi entama alors des négociations avec Pietro Zen, chargé de redresser les comptes 61 «...Cadì Texedin, homo perfecto, a nui gratissimo et scrivan del nostro castello de Damasco...», C’est en ces termes qu’il est décrit dans l’accord, daté de février 1504, parvenu en traduction italienne, et transcrit par PEDANI, Gli ultimi accordi tra i sultani mamelucchi d’Egitto e la repubblica di Venezia, pp. 57-58. 62 Le Šay² Ibr…h†m, homme au profil assez obscur en ce qui concerne les sources arabes, qui le désignent parfois comme «marchand» (t…Þir) et comme un homme pieux et respecté au sein de la communauté damascène. Il était en réalité un important banquier, appelé Siechberi par les Vénitiens. IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, p. 17. Pour ce crédit, Venise, BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Pietro Zen, novembre 1508, de Zen au doge. 63 BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen, 28 /1/1508, au doge. 64 «Spesso l’accoglie quando mille, quando dui mille ducati, et par che intendi tutto quello de havere da noi et d’altri, et si pensa esser in bona parte herede», BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, novembre 1508, lettre de Zen au doge. 65 BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen 12/5/1509.

222

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

du Cottimo. Le Vénitien l’avertit que le Q…ÿ† T…Þ al-d†n cherchait à rendre publics les contrats de ses emprunts, pour obliger les Vénitiens à s’acquitter de leurs dettes, mais qu’à peine il se serait fait restituer ses capitaux, ceux-ci lui seraient ôtés par le Q…ÿ†66. Zen convainquit Siechberi qu’il valait mieux laisser son argent dans les caisses du Cottimo. Mais Zen n’avait aucune intention à s’en acquitter; il avait conçu «un stratagème» consistant à convaincre Siechberi de ne pas révéler le montant de ses crédits, pour recevoir peu à peu en échange quelques petites sommes d’argent, dans l’attente que la situation s’apaise. En effet, la véritable intention de Zen, confronté à d’autres crédits de personnes influentes, était de verser de temps en temps à Siechberi «quelque chose» (qualche cossetta), dans l’espoir que l’âge du banquier fasse le reste en l’envoyant «aux Champs Elysées». Siechberi devait se rendre au Caire et Zen espérait qu’il n’en reviendrait jamais car, si Siechberi mourait «les papiers seraient enterrés avec lui»67. Aux yeux des Vénitiens, les actions du Q…ÿ† T…Þ al-d†n ne se bornaient pas à la réalisation des politiques décidées dans la capitale; la négociation avec lui était constante, sur un terrain où les concessions politiques s’obtenaient contre des faveurs personnelles. Pietro Zen donna ainsi la priorité au remboursement des dettes du Q…ÿ† T…Þ al-d†n et du ³…zind…r, auxquels le Cottimo avait emprunté 12.000 dinars68. S’il ne l’avait pas fait, le Q…ÿ† aurait pu décider de taxer le grand négoce vénitien avec la soie d’Alep69, ce qui montre bien que la politique fiscale du sultan était, dans la périphérie de l’empire, matière à négociation avec les élites locales. Ce n’était pas en vain qu’il était perçu comme un homme de pouvoir, il avait «la faveur absolue du sultan, il est le maître de ce pays, et ses décisions ne sont jamais contredîtes» écrivait-on à son sujet70. T…Þ al-d†n obtint d’autres charges, et à la veille de la disparition du sultanat il apparaît comme Wak†l du sultan, mêlé à une dispute entre q…ÿ†s causée par la gestion d’un important waqf immobilier71. Si l’on est habitué à interpréter le comportement économique des sociétés musulmanes en termes étroitement liés à la tradition doctrinale, la scène syrienne met au contraire en évidence l’inclusion de certaines autorités reli66 Dans sa correspondance avec le doge, l’envoyé de la Seigneurie Pietro Zen traite de ce crédit ouvert par Siechberi sur Ibn Farf™r, qu’il appelle Beneforfor, BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen lettre du 28 janvier 1508, de Zen au doge. 67 «El vechio Siechberi e andato al Cayro, sel more le carte sono sepolte», BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen, 23/9/1508, aux Provedditori al Cottimo. 68 BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen, au doge, non datée. 69 BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen, 12/5/1509. 70 «Sumamente favorito dal signor Soldan et è patron di tutto sto paese, ale operation del quale mai è contraditto», BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen, novembre 1508, au doge. 71 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 385 (en juillet 1515).

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

223

gieuses dans les cercles de la finance et le prêt à intérêt. La contiguïté entre les milieux financiers et l’administration civile finit par compromettre certains magistrats, comme en témoigne le conflit entre le Q…ÿ† Šaf†‘† de Damas Ših…b al-d†n Ibn Farf™r et les marchands francs72. Pendant les vingt dernières années du sultanat, le pouvoir sultanien tenta de s’emparer des revenus contrôlés par ces q…ÿ†s. Le montant de ces exactions mène à penser qu’il ne s’agissait pas de simples redevances affectées aux institutions religieuses, mais que la judicature islamique comptait sur d’autres sources de revenu et que, peut être, celles-ci étaient augmentées par le truchement du crédit73. Certaines informations viennent à l’appui de l’hypothèse selon laquelle les q…ÿ†s exerçaient des fonctions financières dans un monde sans banques. Il est connu que les grands q…ÿ†s accumulaient de notables richesses provenant des revenus affectés aux institutions pieuses qu’ils géraient. Certains auteurs ont ainsi suggéré que leur prestige social leur permettait également de garder les dépôts des privés qui pouvaient ainsi faire appel à leur protection74. La question de ces dépôts ressurgit pendant le règne du sultan ßaqmaq, à l’occasion d’une enquête sur l’héritage du Q…ÿ† Badr al-d†n Ibn al-T™nis†. L’étude de ses archives avait révélé au sultan qu’il avait accepté des dépôts d’un autre q…ÿ† pour un montant de plusieurs milliers de dinars. ßaqmaq profita du caractère illicite de l’opération pour élargir l’enquête et d’autres membres de la magistrature se virent impliqués. L’intention du prince était de s’emparer des dépôts, et l’indignation religieuse dont il fit montre ne laisse pas place au doute quant au caractère lucratif attribué à ces pratiques75. Nous trouvons une confirmation directe de ce fait dans une notice d’Ibn Iy…s, où l’auteur écrit que le sultan al-‘ƒdil T™m…nb…y consignait des dépôts d’argent dans la madrasa d’un Q…ÿ† Hanafite76. Un auxiliaire d’un Q…ÿ† hanbalite subit lui aussi, en 1509, une confiscation quand on sut qu’un ex-sultan lui avait confiée des dépôts similaires77. On assistait donc, à l’époque, à des phénomènes divers, mais qui pourtant étaient les symptômes d’une seule conjoncture sociale: l’importan72 Ce problème financier entre les deux parties, dont nous ignorons les détails, exigea la médiation des militaires, AL-BUŸRAW‡, T…’r†² al-Bu¡raw†, p. 120. 73 Ainsi, en 915H, un Q…ÿ† šaf†‘† de la famille Ibn Farf™r fut mis aux arrêts par le sultan, étant par la suite contraint par un ³a¡¡ak† du Caire à s’exécuter, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, 336, 338. Le sultan exigea de lui, nous ne savons pas pour quelle raison, 12.000 dinars, ce qui représentait la moitié de sa fortune, ibid., 348-349. 74 FISCHEL, Ibn Khaldun in Egypt: His Public Functions and His Historical Research (1382-1406); A Study in Islamic Historiography, p. 79. 75 IBN TA‹R‡BIRD‡, Nujûm, VII /1, pp.168-170 (852H). 76 IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, IV, pp. 8-9. 77 Ibid., IV, p. 121.

224

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

ce de la finance au niveau du pouvoir local ainsi que pour le gouvernement de l’empire, la perméabilité des élites civiles aux intérêts financiers, l’apparition, enfin, de nouvelles figures et pratiques de pouvoir liées à la finance et au négoce avec les partenaires méditerranéens. D’un côté, des individus comme Mu|ibb al-d†n al-Aslam† ou T…Þ al-d†n revêtaient les fonctions des q…ÿ†s, parfois explicitement, et étaient perçus comme tels. De l’autre, l’accès aux charges de nature financière touchait les grandes familles de la judicature –comme les Ibn Farf™r– dans les affaires, souvent menées avec les Francs. Comme sous ßaqmaq, le caractère illicite de ces opérations permettait de temps en temps aux sultans de s’approprier leurs fruits, mais l’affaire entre Siechberi et Pietro Zen laisse entendre que la plupart des opérations avait lieu en dehors du contrôle du Caire. L’inexistence d’un véritable impôt, la faillite progressive du système de vente des épices sultaniennes et la tendance des Circassiens à vendre de la juridiction et à tout parier sur des procédures improvisées, et sur la collaboration, fort informelle, d’officiers et d’administrateurs aux attributions peu définies, contribuèrent à la création d’un milieu financier syrien de plus en plus indépendant du Caire. La Syrie, centre commercial de l’Empire, se détachait progressivement du contrôle sultanien en matière financière et administrative. L’axe Alep-Beyrouth se développait, en raison du passage des grandes caravanes de soie persane78, mais les autorités locales se mettaient d’accord avec les marchands pour soustraire les exportations au contrôle du Caire et de Venise. Les ordres sultaniens qui compromettaient les intérêts vénitiens étaient souvent négligés en province, et les ³a¡¡ak†s députés en Syrie consentaient à composer avec le Cottimo et ses dirigeants. Même le groupement des ³aw…Þ… alexandrins veillait à ses propres intérêts au détriment de ceux du sultan79. Pendant sa mission d’assainissement du Cottimo entre 1508 et 1510, Pietro Zen donna souvent priorité à la liquidation des dettes des cadres syriens, aux dépens de celles des officiers sultaniens. Il refusa des crédits et des faveurs

78 Pour les échanges avec l’Irak et la Perse via Alep, SANUDO, Diarii, VI, 57-58 (1504). Zen fait remarquer le développement de l’escale de Beyrouth comme conséquence du commerce de la soie persane, BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, correspondance Zen, 1508 (non daté du jour et mois), de Zen au doge. Pour les caravanes de soie qui arrivaient à Alep, ibid., 11/7/1510, au doge. 79 En février 1500 les notables d’Alexandrie (« i mori capi ») freinèrent le sultan qui voulait mettre aux arrêts le consul, les patrons et les marchands vénitiens, qui devaient au sultan des stocks d’épices ainsi que le tribut de Chypre, NALLINO, L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay p. 442. En 1503, les Vénitiens tentèrent d’empêcher la publication de certains décrets sultaniens, afin d’éviter l’application de mesures contre eux, SANUDO, Diarii, V, 197-8. En 1505, les Vénitiens, défiant les ordres explicites du sultan, firent sortir leurs galères du port d’Alexandrie, PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin) p. 182. En 1505, les autorités syriennes ne tinrent pas compte des injonctions de Q…ns™h al-Ýawr† pour que les Vénitiens se rendent au Caire, SANUDO, Diarii, VI, 256.

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

225

à des militaires comme le N…’ib al-Qal‘a, et suspendit le paiement de dettes du Daw…d…r du sultan et du ³…zind…r80. Au contraire, il joua ses chances en nouant des liens serrés avec le N…©ir al-ßayš et en apaisant la colère de T…Þ ald†n. Non sans quelque difficulté, il boucla sa gestion en rassurant la métropole sur les bonnes dispositions des élites syriennes envers le Cottimo. Zen trouva que toutes les charges importantes civiles et militaires étaient en rapport avec le Cottimo81, et utilisa l’influence politique de la corporation pour se défaire des créanciers peu influents. Ceux-ci tentaient d’avoir recours aux sultans, en apportant des comptabilités et des témoignages, signe du niveau de développement financier et de la complexité des transactions. La tâche des ³a¡¡ak†s sultaniens fut souvent de trouver les traces de ces capitaux cachés. L’économie de la Syrie, fortement monétisée et imbriquée dans un complexe réseau de villes, ne semble pas s’être adaptée aux mécanismes conçus par le fisc des Circassiens. Certes, à travers la vénalité des charges et le recours aux revenus urbains de la judicature, le Caire était capable de se procurer des capitaux, mais c’était précisément en raison du caractère exceptionnel et arbitraire de ce genre de procédés que les sultans compromettaient l’appui de la province dans les troubles futurs. Pour les cercles jouant un rôle notable dans la finance, le sultanat était une instance lointaine et détachée des intérêts locaux. Il est donc normal que l’appui des villes ait été nul quand la menace de l’invasion ottomane fut mise à exécution. Dans le cas d’Alep, la réaction des élites et de la population fut très nettement la défection.

5. L’ÉVOLUTION DE LA CRISE ET LE BRAS DE FER ENTRE AL-ÝAWR‡ ET LES VÉNITIENS Un autre signe de l’inadaptation mamelouke à la réalité complexe des échanges méditerranéens fut la persistance de formes de commerce administré, qui résistaient aux efforts d’al-Ýawr† pour trouver des formules alternatives. Le commerce pour le compte du sultanat continua à être important d’un point de vue quantitatif, mais il était surtout stratégique pour maintenir 80 En avril 1510 Zen avait déjà liquidé tous ses crédits avec T…Þ al-d†n et le N…©ir al-ßayš Mu|ibb al-d†n, mais il reconnaissait que toutes les autres charges restaient à satisfaire, comme le Daw…d…r et le ³…zind…r, BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen, 5/4/1510, de Zen aux proveditori. 81 En avril 1508, Zen doit encore liquider entre 12.000 et 15.000 ducats de dettes correspondant à des sommes dues à des notables syriens, «li qual restano in persone di grande autorità», BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen, 13/4/1508, de Zen au Doge. Alvise Carensio quitte le Levant en laissant 4.500 ducats de dettes, dont 2.500, les plus urgentes, sont «de signorie», Correspondance Zen, Post Scriptum à sa lettre aux proveditori, 12/4/1509.

226

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

les galères. Cependant, ce fut sous al-Ýawr† que l’on ressentit le besoin d’en combattre certains effets négatifs, comme le déséquilibre excessif des prix. La force politique des communautés étrangères se fit sentir pour contrecarrer ce genre d’efforts, visant la révocation des vieux privilèges. Al-Ýawr† augmenta la pression sur les Vénitiens et entreprit de timides essais pour leur ôter leurs bénéfices, mais ces derniers, qui avaient leurs entrées dans de larges secteurs de l’administration égyptienne, réussirent encore à imposer des négociations et à gérer la crise en suivant la longue voie de la diplomatie. En 1501, le système des stocks était nettement perçu comme l’une des mesures tendant à favoriser les Vénitiens. Le lien entre stocks et galères était encore considéré comme une priorité politique pour le gouvernement mamelouk et, à cette date, al-Ýawr† interdit aux autres nations de charger des marchandises avant l’arrivée des mude. Outre les épices destinées aux Vénitiens, la quantité de 2000 autres sporte de poivre dans la åa²†ra était jugée comme assez faible82. Les informations qui parvenaient à Alexandrie signalaient qu’au printemps 1503 les caravanes arrivées au Caire apportaient des épices sultaniennes et privées en égale quantité83. Il est difficile de dire si Q…ns™h al-Ýawr† prit conscience du fait que la manière dont les stocks étaient gérés par les Vénitiens manquait de rationalité. Ce sultan ne craignait pas les changements, car l’opposition à la politique conservatrice de Q…ytb…y était un véritable trait de son caractère. Aussi il est possible d’affirmer qu’il n’était pas disposé à maintenir les avantages en matière de juridiction commerciale si, en contrepartie, il devait affronter la perspective de longues querelles et d’éternelles négociations à cause des dettes. Une nouvelle politique fut adoptée à partir de 1503 afin de chercher des voies alternatives et de ne plus transiger avec les groupements débiteurs. La logique de ses réactions n’est pas difficile à comprendre: le sultan commença par augmenter les quantités d’épices ainsi que leur prix, qui fut mis à jour par rapport à ceux des marchés84. La mesure ne revenait pas à une rupture définitive des accords, car personne parmi les Vénitiens ne niait que l’attribution de ces sporte supplémentaires était due aux stocks impayés ou jamais correctement acquis85. Ce fut le début d’une série d’actions cohérentes, qui, considérées hors de leur contexte, pourraient être qualifiées d’exactions et de 82

DOLFIN, Annalium Venetorum, pp. 244-245. SANUDO, Diarii, V, 34. 84 105 ducats, PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin) p. 168. 85 SANUDO, Diarii, V, 78 (septembre 1503), «Zonse a Viniexia Galie 5 di Alexandria... con colli 1100, ch’è mezo il suo cargo. E stà retenute in Alexandria zorni 30 poi la muda, dato sporte 300 piper per il soldan a la nation, per forza, a ducati 105 la sporta. E fo, ut dicitur, per difetto de nostri; et è tornà in contanti ducati 50 mila in drio». 83

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

227

procédés arbitraires, mais qui, si l’on tient compte des 160.000 ducats de dettes du Cottimo de Damas, ne l’étaient guère86. Le Cottimo avait été déclaré en état de banqueroute par le Sénat en juin 1501 et il y avait des doutes sur l’opportunité d’envoyer les galères à Beyrouth87. Les Vénitiens avaient réagi comme par le passé, en envoyant des diplomates, en embrouillant l’affaire avec la différence entre dettes individuelles et dettes collectives, et en cherchant à ne payer que les dettes politiquement importantes. Comment une organisation économique, comptant quelques dizaines de marchands, avait-elle pu creuser un trou dans le bilan équivalant à des sommes suffisant à maintenir une armée sur le pied de guerre pendant plusieurs mois? Les pratiques ayant conduit à ces énormes dettes étaient diverses, comme le paiement des stocks à travers des crédits, contractés au nom du groupement. Sur le plan individuel, certains marchands utilisaient le Cottimo pour garantir leurs opérations, d’autres quittaient la ville quand leurs affaires tournaient mal; il existait des cas, plus rares, où ils abandonnaient simplement le Levant avec plusieurs milliers de dinars de leurs partenaires arabes. La matrice commune de ces pratiques était le caractère hétéronome de la guilde, dont la continuité était garantie par des exigences politiques. Le cheval de bataille des victimes fut la responsabilité collective des dettes individuelles, invoquée par certaines personnes lésées, dont la famille d’un ³aw…Þ… syrien, et que tous, plus ou moins, tentaient de prouver à l’aide de documents et de témoignages. Zen n’hésita pas à corrompre des ³a¡¡ak†s afin d’éviter la création d’un tel précédent88. Les légats diplomatiques, à leur tour, continuèrent en ces années à exiger que la métropole soutienne le poids des dettes, du moins celles contractées auprès du sultan, et qui oscillaient entre 40.000 et 80.000 ducats. Q…ns™h al-Ýawr† dut se demander si les Vénitiens étaient des partenaires fiables. La capacité à remplir les dépôts de la åa²†ra d’épices indiennes, renforcée grâce aux efforts des gouvernements précédents, offrait de

86

Ibid., IV, 312, septembre 1501. Ibid., IV, 52, 286 et DOLFIN, Annalium Venetorum, p. 280. 88 Il s’agissait de plus de 2000 ducats qu’Antonio Diedo devait à un ³aw…Þ… dénommé Bene Sade. Un ³a¡¡ak† cherchait à obtenir une condamnation judiciaire qui aurait ouvert la voie à la responsabilité du Cottimo pour les dettes «privées». Zen voyait derrière ces manoeuvres la main de Q…ns™h al-Ýawr†: «vedo che dove intravien l’utile del soldan, la razon de dio non si opera». Pourtant, il semble que les tribunaux locaux émirent une première résolution favorable aux Vénitiens, et il semble aussi que ceux-ci comptaient avec le soutien du N…’ib al-Qal‘a. Les informations sur cette affaire s’entremêlent dans deux lettres, BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen, 28/1/08, de Zen au doge, et Ibid., 12/4/1509, de Zen aux Provveditori. Nous n’avons pas pu identifier ce ³aw…Þ…, connu aussi comme ³aw…Þ… al-Bayr™t†, et actif en Syrie à partir des années 1480, ASV Miscellanea Gregolin, Microfilm n.° 9, ?/11/1484, lettre du Chapelain d’Alep Domenico à Ambrogio Maripetro de Tripoli. 87

228

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

croissantes possibilités financières au sultanat. Si, en février 1501, ces dépôts comptaient «seulement» 2000 sporte, alors que les prix du marché dépassaient souvent les 120 ducats la sporta, il était de plus en plus difficile de ne pas reconsidérer en profondeur la politique suivie jusqu’alors. Quand al-Ýawr†, lors de son avènement, dut faire face aux requêtes des militaires, il se vit contraint de prendre des mesures drastiques, qui provoquèrent des révoltes de la population89. En 907H/ 1501 le sultan réquisitionna toutes les redevances des terres égyptiennes, qui lui rapportèrent 400.000 dinars. Cette quantité couvrait la production totale des allotissements destinés à soutenir l’armée (iq¥…’…t), mais aussi les terres dont il ne pouvait légalement aliéner la production, comme les biens qui soutenaient les fondations religieuses (awqāf) et les propriétés privées (aml…k)90. Si les troubles causés par les guildes étrangères étaient une affaire de chiffres, ces derniers, assez éloquents, nous aident à comprendre l’importance des épices dans le budget de l’Etat à cette époque, et dans le contexte de la diminution des redevances foncières. La mesure comportait la suspension de tout le système de redistribution de l’Etat, bloquant tout paiement non strictement destiné aux militaires. A côté de ces 400.000 dinars d’origine foncière, les commerçants alexandrins contribuèrent, à eux seuls, avec 60.000 dinars, mais en raison des troubles du Cottimo ces quantités provenaient en grande partie d’épices destinées, de façon exceptionnelle, à des Français et des Catalans91. Carl F. Petry a plusieurs fois soutenu que, jusqu’en 1507, al-Ýawr† ne put considérer comme sûre sa position sur le trône. La province syrienne et les grands capitaux qui y circulaient pouvaient constamment devenir les armes d’une coalition contre le Caire. Pendant les derniers mois de 1504, de nouveaux complots furent ourdis pour renverser le sultan depuis la Syrie. Un de ces coups d’Etat devait être en grande mesure financé par les métaux précieux des galères et les ressources du Cottimo, à travers une entente entre le gouverneur d’Alep, S†b…y, et le numéro deux du régime, l’At…bak Q…yt al-RaÞab†. En cas de réussite, une large autonomie aurait été conférée au gouvernement syrien de S†b…y, tandis que les Vénitiens auraient été payés en épices sultaniennes92. Le coup d’Etat fut déjoué et al-Ýawr† put ainsi se défaire de l’un 89

IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, p. 133. Ibid., II, p. 132. 91 Sur l’imposition de 300 sporte de poivre sultanien à des Français et 300 autres à des Catalans voir SANUDO, Diarii, IV, 6, et IV, 10-11, ainsi que le cahier de comptabilité de la Massaria, concernée par l’affaire en raison de la participation de marchands catalans au fonds commun de la corporation. Voir plus loin, table 7.4. 92 «dicendo volersi servir de danari per i soi bisogni... et li meteria a conto del dil piper dà il soldan a la nation», ibid., VI, 105. Le coup d’Etat aurait coûté aux Vénitiens 100.000 dinars, réduits ensuite à 16.000, dont 5.000 en argent, SANUDO, Diarii, VI, 114. Pour les enjeux politiques de ce coup manqué, voir 90

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

229

de ses dangereux compagnons de route qui l’avait accompagné dans la phase de consolidation de son pouvoir, mais l’épisode montra qu’il fallait encore transiger avec les Vénitiens. Le Sénat avait très mal réagi à la politique ferme d’al-Ýawr† et, dans les discussions, certains Vénitiens parlaient d’adopter un comportement plus dur, voire d’envoyer les galères au «port libre» d’Abu Kir et de se défaire pour toujours des achats forcés. Mais, comme nous l’avons vu, certains secteurs des élites vénitiennes bénéficiaient largement de l’association avec les sultans, et ces mesures ne passèrent pas. Le vote au Sénat, pour tout ce qui concernait le contrôle du Cottimo, était de plus en plus disputé. Le conflit entre ceux qui voulaient défendre le système à tout prix et ceux qui préféraient diriger autrement les efforts privés atteignit son point culminant entre 1503 et 1504, pendant qu’un nouvel accord entre sultan et seigneurie se forgeait93. Le parti de la mer, en lent recul au sein de la noblesse vénitienne avait, d’après E. Vallet, renforcé ses positions en Syrie pendant les dernières décennies, surtout dans le négoce avec Alep. La situation précaire d’al-Ýawr† sur le trône joua en faveur d’un nouveau compromis en 1504. Sous la direction de certains cerveaux financiers comme Pietro Zen, un financement très complexe des dettes permit aux défenseurs du subtil mécanisme de stocks, de monopoles et de galères d’Etat de respirer. Les Mamelouks acceptèrent de financer la dette du Cottimo de Damas, qui devrait être liquidée en remboursant chaque année un an et demi de poivre, soit 795 sporte. L’importance du crédit dans l’échange des stocks était telle que, dans la rédaction de l’accord de 1504, il fut nécessaire d’avoir recours au jargon financier utilisé au Cottimo, qui comprenait des expressions comme «denari asalefadi» (de l’arabe salafa, prêter) et qui désignait les crédits empruntés pour payer les stocks94. Mais les Vénitiens ne firent aucun effort pour respecter la lettre de l’accord, la mutinerie déclarée des marchands provoqua l’indignation des autorités en métropole95 qui comPETRY, CARL F., Twilight of majesty: the reigns of the Mamluk Sultans al-Ashraf Qaytbay and Qansuh alGhawri in Egypt, Seattle, 1993, pp. 138-139. 93 En septembre 1503 la proposition d’envoyer les galères à Ab™ Kir et non à Alexandrie «per demostrazione al soldan» fut refusée par 92 voix contre 72, lors d’une «grande dispute». Priuli, 168 et SANUDO, Diarii, V, 83. En juin 1504 l’appel des provveditori devant le Sénat enregistra 117 voix pour et 46 contre, ibid. VI, 38. En Octobre 1504, un autre vote concernant la commission d’enquête sur les Cottimi enregistra 66 voix contre 56 («fu presa di streto»), ibid. VI, 77. En juillet une proposition de Pietro Zen fut acceptée par 100 voix contre 56, ibid. VI, 42. En mai 1505 des discussions très dures en raison de la situation des Cottimi se poursuivirent au sein des conseils, ibid. VI, 169. 94 Les conclusions de ces conversations aboutirent à un décret sultanien qui nous est parvenu en traduction italienne, «Comandamento marraba del soldan dal Cayro traducta de arabico in latin (1504)», transcrit dans PEDANI, Gli ultimi accordi tra i sultani mamelucchi d’Egitto e la repubblica di Venezia, pp. 59-60. 95 Leur attitude fut qualifiée de «rébellion», SANUDO, Diarii, V, 197-198.

230

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

mencèrent à admettre que le système lésait les intérêts des contribuables du Cottimo. La fraude allait au-delà des menus investisseurs car les patroni des galères s’adonnaient à la contrebande la plus éhontée96. En 1504-1505 al-Ýawr† durcit ses positions. Il se rendit compte que ses épices pouvaient être distribuées par les hommes d’affaires arabes proches du gouvernement97. Les ³aw…Þ… envoyés à Alexandrie, dont le Maghrébin ‘Al† Masl…t†, profitèrent des faiblesses des Vénitiens pour tenter leur chance. Ils escomptaient que si le Cottimo se refusait à liquider ses vieilles dettes, il devrait emprunter à des privés pour le faire98. La montée générale de la tension poussa al-Ýawr† à faire bloquer les galères à Alexandrie, ordre que les Vénitiens, dans un geste sans précédents, enfreignirent en faisant voile sur Ab™-Kir sous les coups des canons mamelouks, au printemps 1505. A la suite des interventions diplomatiques de Benedetto Sanudo et du consul de Damas Contarini, on dut dépêcher une nouvelle légation, dirigée par Alvise Segundino. Au cours des négociations, la Commune fit remarquer son refus de la nouvelle façon d’agir d’al-Ýawr†, en invoquant les anciens pactes sur le commerce administré. Venise exigeait des stocks à des prix qui dataient des années 1460, et qui n’étaient plus réalistes99. Vue la faible volonté de la guilde alexandrine de faire face à ses propres dettes, la solution adoptée fut qu’un Cottimo épaule l’autre pour assainir ses dettes. Si, par le passé, les Alexandrins avaient subventionné le Cottimo de Damas, on décida que, désormais, 1% du commerce des marchands de Syrie subventionnerait celui de leurs collègues d’Alexandrie100. D’après la rumeur, à l’automne 1405 le Cottimo d’Alexandrie dépensait 12% du volume d’affaires pour le maintien du système101. Les résultats furent minces car la situation ne s’améliora guère en 1506. Un autre point important des négociations furent les modalités de l’investissement privé. Les Vénitiens étaient des clients qui frappaient à la porte des sultans deux fois par an, et dont le service public de galères se rendait régulièrement au Levant. Ils étaient des clients assidus, et s’ils trouvaient

96

Ibid., VI, 170. Juillet 1504, le sultan décida de «donner» ses épices à trois négociants arabes qui lui avaient avancé 36.000 dinars, dans l’attente de liquider le reste plus tard, une fois que celles-ci auraient été distribuées aux autres marchands locaux, ibid., VI, 64. 98 En juin 1506 le sultan contraignit les Vénitiens d’Alexandrie à emprunter, auprès d’un banquier du Caire, 40.000 dinars sur cinq mois, et contre des intérêts d’un montant de 8.000 dinars. PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin) p. 198. Ce fut aussi le cas pendant l’hiver 1504-1505, HEYD, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, p. 493, qui cite des informations rapportées par Sanudo. 99 Voir les instructions données par les provveditori à Alvise Segundino, datées du 5/8/1505, SANUDO, Diarii, VI, 200 et ss. 100 PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin) pp. 185-187, juillet 1505. 101 Ibid., p. 188, août 1505. 97

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

231

des conditions défavorables ils se réservaient pour la prochaine saison. A plusieurs occasions, l’argent et les métaux expédiés au Levant repartirent, car les Vénitiens dépendaient de petites marges de bénéfice. Cette attitude, ainsi que la diminution du nombre des galères, fut incluse dans la liste des griefs mamelouks: al-Ýawr† jugeait scandaleux en 1505 que les Vénitiens n’investissent pas 40.000 ducats emportés par les galères alors qu’ils refusaient d’acquérir ses stocks102. Il est difficile de dire si les Vénitiens avaient raison d’imputer la hausse des prix à l’action des Portugais qui, depuis quelque temps, faisaient la course en océan Indien. Ce genre d’arguments, avancés par certains chroniqueurs comme Priuli et par l’ambassadeur Segondino devant le sultan, n’était pas convainquant pour al-Ýawr†, car il est certain que ses épices ne manquèrent jamais. Il fut certainement utilisé par les Vénitiens pour obliger le sultan à se faire payer en cuivre, mesure défavorable qui contribua à empoisonner les rapports avec al-Ýawr†. Durant ces pourparlers de 1506, irrité par le paiement en cuivre et la demande de revenir au vieux prix politique de 80 ducats, al-Ýawr† perdit patience et se mit «à foudroyer de paroles de feu sans vouloir entendre réponse»103. Il se sentait dupé par les Vénitiens, qui avaient emporté du poivre sultanien sans l’avoir jamais payé, et en arriva à leur demander la restitution de ses épices, déjà embarquées pour Venise. Il était bien décidé à compter sur les autres communautés104 et à traiter les Vénitiens «comme des étrangers», c’est-à-dire à leur retirer leurs privilèges fiscaux et à leur imposer 10% sur leurs opérations105.

5.1. L’influence des Européens à la Cour mamelouke Dans l’ensemble, les Vénitiens avaient acquis un tel poids politique qu’ils forcèrent le sultan à de nouvelles négociations. Ils jouaient sur les équilibres du pouvoir dans le sultanat, non seulement à travers leurs liens avec le

102 Le sultan exigeait d’eux 84.000 ducats de poivre non payé, et jugeait en outre que le nombre des galères était passé des 5-6 habituelles à 3 bâtiments. De façon peu convaincante, les Vénitiens avancèrent les complexités propres au système de muda, qui ne permettait d’investir que dans un laps de temps de quelques jours («aveano fato le sue investide»). SANUDO, Diarii, VI, 200 et ss. Pour ces formes complexes de régulation des voyages, voir LANE, FREDERIC CHAPIN: «Fleets and Fairs: The Functions of the Venetian Muda», dans Studi in onori di Armando Sapori, Milan: Istituto Editoriale Cisalpino, 1957. 103 «...fulminar parole de fuogo senza voler risposta...», SANUDO, Diarii, VI, 464 et ss. 104 PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin), p. 196. En 1506 des stocks réservés aux Vénitiens furent accordés aux autres nations. 105 Outre les stocks et le régime fiscal à 9% qu’ils avaient obtenu, il est difficile de savoir quelles étaient les modalités concrètes de ces privilèges. Il est certain, pourtant, que la perspective de les perdre était perçue par les Vénitiens comme une sérieuse menace, SANUDO, Diarii, V, 197-198.

232

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

gouvernement provincial, mais aussi avec celui du Caire. Quand l’ambassadeur Alvise Segondino se rendit au Caire, il lui fut ordonné par le Sénat de s’appuyer sur un certain réseau de notables. Il devait rechercher le patronage du nouveau at…bek, Qurqum…s, et aussi celui du chancelier Ma|m™d Ibn AÞ…106. Le premier était un militaire respecté et jouissait de l’entière confiance d’al-Ýawr†; il était toujours resté à ses côtés, sans se mêler aux complots et sans jamais faire main basse sur le trésor107. Al-Ýawr†, Qurqum…s et le propre neveu du sultan, T™m…nb…y, formèrent un puissant triumvirat que seul le fatum fut capable de briser: pourquoi alors un militaire, haut placé à la cour, était-il constamment invoqué comme interlocuteur des Vénitiens? C’est qu’en septembre 1502 Qurqum…s était intervenu en faveur des Vénitiens, en convainquant al-Ýawr† de ne pas les obliger à emprunter de l’argent pour payer les stocks à l’avance, et en retardant la liquidation des dettes du Cottimo envers des créanciers privés108. Qurqum…s était mêlé personnellement au commerce avec l’Inde, où il envoyait des bateaux entiers. En 1506 l’un de ses navires sombra en mer Rouge avec 10.000 dinars de marchandise et il est difficile ne pas y voir une bonne raison de son amitié avec les Européens109. Les autres nœuds du réseau vénitien étaient formés par le grand chancelier ou K…tib al-Sirr, Ma|m™d Ibn AÞ… al-›alab†, qui provenait des milieux élitaires d’Alep où il avait été en affaires avec les Vénitiens. Il avait fait par la suite une carrière dans l’administration, étant l’un des rares Syriens qui finirent dans les cercles de la Cour du Caire, sans doute en raison de l’influence héritée de son père, juge et diplomate turcophone haut placé auprès des émirs du Caire110. Si gouverner signifie déléguer du pouvoir, il est normal que les intérêts personnels, les contacts forgés au cours des années, qui touchaient l’entourage le plus proche d’al-Ýawr†, aient joué en faveur des Vénitiens. Alvise Segondino avait également reçu du Sénat une liste de personnes à éviter; elle comprenait le N…©ir al-³…¡¡ et le personnel des ³aw…Þ…, qui avaient profité des difficultés financières des Vénitiens pour élargir leurs attributions en matière d’épices sultaniennes. Il n’était pas clair si le nouveau prix de 192 ducats par sporta –décidément, des prix de monopole– répondait à la spéculation des ³aw…Þ… ou à des ordres du sultan111. Les griefs de l’ambassadeur 106

Instructions des provveditori à Alvise Segundino, ibid., VI, 200 et ss. PETRY, Twilight of majesty, pp.157-158. 108 SANUDO, Diarii, IV, 537-538. 109 IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r, IV, p. 103 (Ša‘b…n 912H). 110 Pour le père (1417-1476), ses fonctions et ses services comme diplomate sous Q…ytb…y, voir les notes biographiques de M. A. Duhm…n dans son édition d’une des œuvres littéraires d’Ibn AÞ…, IBN A߃, Šams al-d†n Mu|ammad, T…’r†² al-Am†r Yašbak al-®…hir† éd. ‘Abd al-Q…dir A|mad Talim…t, Damas, n.d., pp. 3-8. Pour les activités d’un Ma|m™d AÞ… comme négociant à Alep, voir chapitre 5. 111 Il semble néanmoins que cette hausse du prix ait été une contrepartie de l’acceptation, de la part du sultan, d’être payé en cuivre, Instructions des provveditori à Alvise Segundino, SANUDO, Diarii, VI, 200 et ss. 107

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

233

en mars 1506, qui réclamait l’adoption de sanctions contre les ³aw…Þ…, firent effet sur al-Ýawr†. Décidemment, l’attribution de nouveaux pouvoirs aux ³aw…Þ… était devenue un véritable casse-tête pour le sultan. Les sanctions imposées aux marchands sultaniens furent bloquées en avril par un accord qu’ils établirent avec le N…©ir al-³…¡¡112. Les Vénitiens au Moyen Orient ne se considéraient pas exactement comme des étrangers: ils aimaient se qualifier de fils du pays, et faire remonter leur présence à cinq cents ans en arrière, ce qui était probablement plus qu’un simple recours rhétorique113. Conscients du péril que pouvait entraîner la malveillance croissante d’al-Ýawr†, évidente dans les mesures adoptées au cours des dernières années, ils arrachèrent le compromis d’une nouvelle ambassade. Autre succès diplomatique pour Venise: un interlocuteur particulièrement favorable fut envoyé à Venise. Il s’agissait du renégat TaÐr†bird† «Hispano», grand drogman et chef de la diplomatie mamelouke114. En attendant d’y revenir au cours du huitième et dernier chapitre, on doit remarquer que, en plus d’une relation solide avec les Vénitiens, il semble avoir fait l’objet de paiements par les participants de la Massaria115. L’ambassade de 1506-1507, en effet, conduisit à une situation diplomatique embarrassante, et l’autorité de TaÐr†bird† fut en plusieurs occasions contestée depuis la métropole à cause des accords trop favorables aux Francs qu’il concluait. Suite à cette légation, le soupçon de collaboration avec les pouvoirs étrangers entraîna la chute rapide du diplomate, mais il faudrait placer l’origine de cette collaboration à une époque antérieure, et voir dans l’envoi du renégat l’une de ses conséquences. A l’époque d’al-Ýawr†, la profonde imbrication d’intérêts entre les élites égyptiennes et les négociants européens n’était un secret pour personne. Même dans le tourbillon de l’administration mamelouke, certains individus avaient hérité d’une tradition familiale de contacts avec le négoce européen.

112

PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin) 194. Ainsi dans une lettre de Pietro Zen à TaÐr†bird†, BCMC, MMSS Dandolo, Prov. Div. C 975/51, Correspondance Zen, du 5/9/1510: «Noi siamo fioli del paese per viver et morir in quello. Et piu al presente che mai», ou dans une pétition adressée par le consulat à Q…ns™h al-Ýawr†: «Nui poveri marcadanti tuoi fedelissimi sevitori et fioli di questo paese già anni 500, et piu atendemo ad vender et comprar nè daltro se impazemo...», ibid., 27/7/1510. 114 Sa figure a laissé trop de traces dans les sources pour que nous entreprenions ici de faire son portrait détaillé. Une partie importante des sources, ainsi qu’une analyse détaillée des circonstances de l’ambassade ont fait l’objet d’un article monographique par WANSBROUGH, JOHN, «A Mamluk Ambassador to Venice in 913/1507», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, University of London, 26 (1963). Contrairement à l’opinion de Wansbrough –qui le croit d’origine italienne– des informateurs autorisés le considéraient d’origine ibérique. L’expression «Yspano» est en effet rapportée par SANUDO, Diarii, VI, 419-420. 115 En 1501, son nom (Tangriberdi Turcimanus ) apparaît dans la rubrique des paiements collectifs de la Massaria Génoise, ASG, ar. segreto 2774 C, Massaria (1500-1502), f. 27r. 113

234

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Des personnages comme al-Ših…b† A|mad Ibn K…tib ßakam, fils du N…©ir al-³…¡¡ des années 1450 ßam…l al-d†n, et qui était en rapport avec la Massaria génoise, en témoignent (Table 7.2). Comme son père, il fréquentait les négociants d’Alexandrie et s’appuya sur eux pendant les années difficiles de l’interrègne, quand il dut faire face à d’importants besoins d’argent. Tant lui que son frère s’étaient maintenus en charge pendant les décennies suivant la mort du père mais, s’ils avaient pu offrir au régime une continuité dans les rapports avec les Francs, il n’en fut rien car ils perdirent beaucoup de leur influence sous al-Ýawr†116. Les Génois d’Alexandrie s’étaient faits valoir par les possibilités financières qu’ils apportaient, de la sauvegarde des dépôts sultaniens jusqu’à l’achat de ses épices et, plus que probablement, celles de certains émirs aussi. La comptabilité des années 1500-1502, bien qu’elle corresponde à une époque très troublée, montre qu’ils ne dédaignaient pas fournir de temps en temps quelques prêts aux émirs. Des procédés auxquels les Mamelouks avaient toujours eu recours, l’exemption fiscale était le plus commun en ce qui concerne le remboursement de ces prêts. Ces exemptions montrent, encore une fois, que l’exercice de la juridiction était sujet au marchandage, ce qui perpétuait les faiblesses de l’autorité sultanienne. A en juger par ces emprunts et par d’autres transactions concernant les élites égyptiennes –surtout des élites militaires– on peut estimer que les affaires en Egypte souffraient fortement de l’immixion du politique. Fut-ce là l’une des causes du déplacement d’une grande partie des affaires vers la Syrie? C’est probable.

116 Ših…b al-d†n A|mad Ibn K…tib ßakam fut alors éloigné de l’administration pendant dix ans. En raison du poste de N…©ir occupé par son père, ainsi qu’à plusieurs reprises par lui-même dès 1466, il était appelé A|mad N…zir par les Génois (Sidi Ametto Nadaro) ou même Ibn N…©ir par les arabes. IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, p. 119 (Ša‘b…n 906H). voir aussi MARTEL-THOUMIAN, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamluk (IXe/XVe siècle), pp. 285-87 et 458.

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

235

Table 7.1: Prêts accordés par des Génois aux membres du gouvernement (1500-1501)117 débiteur montant Concept Usbech Mochael 104 Prêt, payable en exemptions fiscales émir d’Alexandrie118 N…©ir / N…©ir al-³…¡¡ 2000 Prêt, payable en exemptions fiscales Usbech Mochael 500 Prêt, payable en exemptions fiscales Amir d’Alexandrie sur le poivre Am†r Q…ns™h119 500 Prêt, payable en exemptions fiscales N…©ir al-³…¡¡ 300 Prêt, payable en exemptions fiscales Sidi Ahmad N…©ir 200 Emprunt forcé Sidi Ahmad N…©ir 100 Emprunt forcé Ahmad N…©ir 88 Exemption fiscale Ahmad N…©ir 213 Exemption fiscale

date folio septembre 17v 1500 mai 1500 39v août 1500 40r mai 1501 juillet 1500 avril 1501 avril 1501 juin 1500 mars 1500

41r 15v 12v 12v 13v 18v

Table 7.2: Autres frais de protection (1500-1502) Concept Pots-de-vin versés à l’émir Calig Bey120 au mamelouk Carasa, à l’Am†r al-Qal’a et à un ³…¡¡ak† pots-de-vin, cadeaux (Am†r al-Qal‘a, Daw…d…r Q…ns™h) Paiement forcé par un ³…¡¡ak†, en raison d’une pratique coutumière concernant les lieux saints Pots-de-vin et divers paiements à un ³…¡¡ak†, à un Q…ÿ†, au Daw…d…r, au W…l†, ainsi qu’à l’ancien émir d’Alexandrie, qui prétendait retirer un dépôt du sultan de 400 dinars Versements à l’Am†r al-barr, Am†r al-Qala’, et à A|mad N…©ir, dérivés d’un prêt au N…©ir al-³…¡¡, payable en exemptions fiscales

montant 107 37

date 1502

folio 32v

33

septembre 29v 1501 janvier 1501 24v

58

juillet 1500

37 37

juillet 1500 15v juillet 1500 15v

15v

117 Source pour les trois tableaux: ASG, Archivio Segreto, 2774 C, Cahier de la Massaria génoise à Alexandrie (1500-1502). Les dates ne renvoient pas au jour où les opérations ont eu lieu, mais, probablement, à celui où elles ont été inclues dans le bilan. Les montants sont exprimés en din…r ašraf†, de valeur semblable au ducat d’or vénitien. 118 Azbak min ¦ar…b…y, ‘ABD AL-RƒZIQ, Les gouverneurs d’Alexandrie au temps des Mamluks, p. 156. 119 Q…ns™h ³amsmiyya, nommé au mois de raºab 906H/1501 et mort en fonction au mois de rab†‘ II 908H/1502, ibid., p. 156. 120 L’émir QiliÞ, gouverneur d’Alexandrie pendant quelques mois entre 1500 et 1501, IBN IYƒS, Bad…’i‘ al-zuh™r fi waq…’i‘ al-duh™r, III, p. 450.

236

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Table 7.3: Epices achetées collectivement par la Massaria Génoise d’Alexandrie (1500-1502) concept Epices provenant des biens du ³aw…Þ… Ibn Mulq†, vendus en achat forcé Achat forcé de poivre Achat forcé de poivre Achat forcé de poivre Achat forcé de poivre

valeur 458

vendeur Emir Calig Bey par ordre du sultan

date décembre 1500

folio 37v

731 558 257

åa²†ra åa²†ra åa²†ra

454

åa²†ra

mai 1502 1500 décembre 1500 décembre 1500 mai 1502

34r 19r 35r, 37v 37v, 42v 42v

épices provenant des biens 107 Emir Calig Bey du ³aw…Þ… Ibn Mulq† achat forcé de poivre 1138 åa²†ra mai 1502 achats forcés d’épices 168 Emir mai 1501 Achat d’épices 111 Emir Calig Bey mars 1502 Achat forcé de 300 sporte, 25800 Emir Zanar Bey, au nom janvier à raison de 86 ducats la sporta, du sultan al-®…hir Q…ns™h 1501 imposé à des Catalans121

32v 22v 4v 40r

6. CONCLUSION Tous ces éléments poussent à réfléchir sur les difficultés du régime militaire à s’adapter à la réalité de l’époque. Comme C. F. Petry l’a montré dans plusieurs de ses recherches, les innovations d’al-Ýawr† sur le terrain militaire et celui du financement comportèrent l’adoption de stratégies complexes, mais sur le terrain des échanges, ces innovations tardèrent à arriver. Le commerce administré continua à bousculer les marchés, troubla les rapports diplomatiques et poussa les guildes étrangères à accumuler une énorme dette flottante. Dans le domaine politique, le contraste entre la province syrienne, hautement financiarisée et le centre égyptien, trop attaché au modèle patrimonial des militaires et à une institution mamelouke démodée, se manifestait à travers la mauvaise utilisation des ressources, humaines et économiques provenant de l’inclusion de la région dans les trafics méditerranéens. 121 Les Catalans et les Florentins agissaient sous la protection de la Massaria génoise, participant à l’amortissement des pertes commun. Pour ce motif, cet achat fut inclus dans les comptes de la Massaria. Les modalités d’amortissement, pourtant, ne figurent pas dans le cahier du consul.

DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507)

237

D’autres Etats méditerranéens de l’époque, comme Venise, s’ils ne réussirent jamais à résoudre entièrement le problème des armées mercenaires, furent à certains moments critiques capables de les mobiliser à travers l’application d’impôts directs sur la propriété. Au moyen de la participation à la dette publique, Venise sut concilier l’intérêt des personnes privées avec la défense de l’Etat122. Dans l’Empire mamelouk, cependant, les intérêts des élites urbaines n’étaient pas correctement insérés dans la composition du pouvoir. La documentation, pour l’essentiel d’ordre financier, qui nous permet de suivre la relation entre l’institution mamelouke et le monde des affaires, montre que l’articulation entre le pouvoir des sultans et les milieux civils fut entravée par la dépendance financière et par une tradition circassienne de cession juridictionnelle. L’inexistence d’une politique d’attribution de charges, en Syrie surtout, contribua à gêner cette articulation; l’alternance rapide en poste, institutionnalisée à travers la vénalité, conduisit à un pouvoir civil au caractère essentiellement local où le sultan ne jouait qu’un rôle arbitral. En Egypte, une plus forte proximité entre les communautés marchandes et la Cour augmentait les possibilités des Francs de faire pression sur l’entourage du sultan. Les conséquences de cette collusion, comme toujours, ne peuvent être formulées qu’à titre d’hypothèse, mais il est un fait que, pendant le règne d’al-Ýawr†, les négociations et l’échange d’ambassades furent très intenses et, à partir de 1505, presque constantes. Malgré cela, aucune des légations ne s’acheva sur une défaite vénitienne, comme en 1489-1490. En effet, la dépendance de l’investissement européen pesait lourdement sur l’économie mamelouke, comme le montre le fait que, dans les agendas diplomatiques de 1505-1506 et de 1506-1507, en plus des stocks, on inclut des injonctions mameloukes à augmenter l’investissement privé. Le résultat des dernières ambassades de 1506-7 et de 1512, sur lesquelles nous reviendrons, signifia, en fin de compte, l’acceptation des exigences vénitiennes. Si l’on pense au recours des premiers sultans circassiens aux K…rim† de la mer Rouge, on ressent comme une étrange impression de déjà-vu. Un siècle de politique circassienne avait eu comme effet paradoxal la réapparition du problème qu’on prétendait, à l’origine, résoudre: celui de la dépendance des sultans à l‘endroit des capitaux des marchands étrangers.

122

LANE, FREDERIC CHAPIN, Venise: une république maritime, Paris, 1998, pp. 326-327.

CHAPITRE 8 CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

1. LE MAINTIEN DU SYSTÈME BILATÉRAL FACE À LA MONTÉE DE LA CONTESTATION L’alliance politique conclue avec Venise pour subvenir aux besoins financiers s’était décidément retournée contre ses créateurs. Dans les dernières années de son gouvernement, al-Ýawr† dut amèrement regretter le rôle accordé à ces financiers européens comme fournisseurs de crédit pour les sultans. On pourrait objecter qu’il ne s’agissait pas de crédit, car les versements vénitiens étaient le résultat d’achats, mais ce n’est que partiellement vrai. Du point de vue du Caire, l’alliance avec Venise relevait d’une conception patrimoniale de l’économie; les Vénitiens devaient ainsi fournir une bonne partie des devises nécessaires à financer le sultanat, pour être payés en retour en épices libres des fluctuations des marchés et en droits de juridiction. Pendant ces années, le discours politique qui inspirait les documents du Caire commença à inclure des allusions à l’obligation vénitienne de «bénéficier la åa²†ra» à travers les stocks1. Parmi les positions que devait défendre TaÐr†bird† en 1507, il y avait le fait que les Européens devaient, avant tout, payer les stocks en devises2, réservant d’autres formules de paiement pour leurs transactions individuelles. Les Vénitiens avaient réussi à renverser les procédures que le sultanat attendait d’eux, car ils finançaient les stocks à terme ou en payant en cuivre, alors qu’ils destinaient leur paiement comptant à leurs investissements privés. Ce genre d’expédients, outre les célèbres dettes, portaient préjudice à la åa²†ra3.

1 On le voit dans une lettre de Qans™h d’al-Ýawr† à la Seigneurie vénitienne, présentée par TaÐr†bird† à son arrivée à Venise en mai 1507. SANUDO, Diarii, VII, 203-209, en rapporte la traduction italienne de ce document arabe. Même chose dans les concessions accordées à l’ambassadeur Domenico Trevixan en juillet 1512: «... Solevano venir ogni anno tre galie... et de quello tornava utile assay al dachieri, et a la doana...», PEDANI, Gli ultimi accordi tra i sultani mamelucchi d’Egitto e la repubblica di Venezia , p. 60. 2 SANUDO, Diarii, VII, 203-209, «a contado». 3 Ibid., VII, 203-209, «a tempo e a barato di rame». Cette expression laisse comprendre que le paiement en cuivre était considéré comme un troc et non comme un véritable versement en argent métallique.

240

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Au printemps 1507, face aux avantages douteux qu’était en train d’obtenir TaÐr†bird† pour le Caire, le sultan dut envoyer de nouvelles instructions à son ambassadeur. Avec le consentement du négociateur mamelouk, Venise se refusait à payer plus de 80 ducats pour une sporta; de plus, une clause reconnaissait aux Francs le droit de refuser les stocks si le prix dépassait ce seuil. Dans les dispositions envoyées depuis le Caire pour désavouer son ambassadeur, al-Ýawr† faisait preuve de cette vision patrimoniale, car, pour lui, les Mamelouks «étaient les maîtres de l’Etat», et si les prix du marché avaient augmenté de 40 à 120 ducats la sporta, ils n’étaient aucunement obligés de vendre leurs propres épices «pour moins que ce qu’elles valent»4. Le commerce administré, comme nous avons eu l’occasion de le voir, ne vise pas à la maximisation du gain mais, dans ces conditions, son maintien plaçait les échanges en dessous du seuil de l’efficacité5. Le gouvernement d’al-Ýawr†, en admettant que le système ne pouvait plus tenir, ouvrait la porte à une révision des anciens pactes. L’étrange alliance qui avait uni pendant soixante ans ces deux Etats amorçait son déclin. L’échec de la politique des métropoles visant à escamoter le capital social des guildes de commerce doit être identifiée comme la cause principale de cette situation. Métropoles ne doit pas être compris ici comme un euphémisme pour designer un Etat fantomatique; il y avait des tensions dans les conseils qui montrent qu’un secteur tendait à s’imposer lors des votes, mais souvent avec des marges très étroites. Il ne s’agissait pas d’un «consensus métropolitain» contre les intérêts des marchands, car la fraction du patriciat qui défendait la continuité du commerce d’Etat vit augmenter l’opposition au Sénat6. Au cours de 1507 certains votes furent remportés avec une centaine de voix contraires7. Ceci dit, il faut avouer que la confrontation entre le secteur dominant en métropole et le gros des marchands ne cessa de s’accroître. En 1507, par exemple, une longue série de mesures fut adoptée pour freiner la désintégration de la solidarité dans le Cottimo, mais ce furent soit des mesures coercitives contre les marchands, soit des expédients de com4 «Semo patroni del estado, et perchè volete vendemo la nostra roba mancho quello la val?», ibid., VII, 215-220. 5 En effet, al-Ýawr† argumentait que les Vénitiens, sur les marchés, était arrivées à payer la sporta 170 ducats, ibid., VII, 215-220. 6 Dans son étude approfondie du système de l’incanto, D. Stöckly soutient qu’il faudrait se rendre à l’évidence d’une «alliance entre la noblesse et l’Etat», reprenant les positions de F. C. Lane sur l’existence d’un «consensus au Sénat et dans l’Etat en général». La problématique du Cottimo nous amène pourtant à reconnaître la croissante opposition d’un secteur des sénateurs au commerce d’Etat. STOCKLY, Le système de l’incanto, p. 332. 7 En septembre 1507, un vote sur le contrôle du Cottimo, remporté par 90 voix contre 60, produit «une grande honte» chez certains sénateurs, SANUDO, Diarii, VII, 155.

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

241

pensation. Les solutions trouvées consistaient ainsi à reporter les dettes sur le commerce de Chypre ou de la Mer Noire, mais ne passaient jamais par une réflexion sur les tares du système. Affirmer que le négoce se détachait des orbites politiques peut sembler une prise de position exagérée, mais comment interpréter autrement l’attitude récalcitrante des marchands? Durant ces années, la sortie de marchandises moyennant des prête-noms non vénitiens, afin de braver le contrôle fiscal, ou encore la souscription des opérations vénitiennes au consulat catalan préoccupaient le Sénat8. Les Génois traînaient eux aussi des dettes périlleuses, qui compromettaient politiquement leur métropole, mais la communauté acceptait que des marchands catalans ou florentins s’associassent à la Massaria9. Il est significatif que les Génois compromettent la position de leur propre métropole mais qu’ils acceptent de coopérer avec des étrangers, afin de renforcer le système d’assurance mutuelle (qui était, en fin de compte, la raison d’être des guildes de commerce outre-mer). Nous voyons là une revendication du caractère strictement économique des guildes, ainsi qu’une contestation de la manipulation de celles-ci par des autorités politiques métropolitaines, opinion justifiée par ce genre de déplacements hors des limites du commerce «national» imposé aux communautés marchandes. En 1507 les affaires conclues à Alexandrie étaient alourdies de 12%, et à Damas de 17%, avec ce que cette perte pouvait représenter une fois les denrées revendues à Venise10. Ces coûts de protection, en valaient-ils la peine? Rappelons que seuls 2 à 3% étaient prévus en 1450, et si jamais d’un point de vue économique ils étaient encore acceptables, la perception psychologique –pas forcément rationnelle– poussait les individus à les contourner. Les provveditori regrettaient cet effet de découragement sur les contribuables «honnêtes», car si les droits de Cottimo étaient contournés, «ce qui devrait être vendu à 30 pouvait être vendu à 10 par les fraudeurs»11. La métropole perdait

8

«Con damno de la nation e cotimo», ibid., VI, 449 (octobre 1506) et ibid. VI, 454. Déjà, en 1475, plusieurs Florentins payaient le droit de Massaria aux Génois, comme Guglielmo Grubi de Florentia, sur ses achats de poivre (ASG Archivio Segreto 2774 C, Massaria 1472-1475, f. 34v°). Dans le deuxième cahier conservé, datant de 1500, nous trouvons plusieurs Catalans qui payent leurs taxes, et bénéficient du mécanisme de compensation en cas de pertes, comme celles provoquées par des achats forcés. Ainsi le consul Catalan lui-même, Felipe de Parets, ou le marchand Gabriel Insastre chargent à la Massaria le poivre reçu des autorités mameloukes, ASG, ar. segreto 2774 C, Massaria (1500-1502), f. 4v°, 22v°. 10 Pour Damas, 15% plus 2% pour contribuer aux dettes des collègues alexandrins, SANUDO, Diarii, VII, 130 (août 1507). Pour Alexandrie, ASV, Cinque Savi alla Mercanzia, busta 944-944b, Libro del Capitolare del Cottimo d’Alessandria (dorénavant CCA), 16/6/1507. 11 «... el gran dano se rezeve per i contrabandi (...) e maxime de sede de le qual se intende gran summa esser venute in questa città contrabando, e non solum per tal cauxa se perdono i datii, et le gallie i noli soi, et li cotimi ma etiam sopra Rialto ruinano queli che rialmente pagano la graveza loro et per che quando ben ditte se le se trovano che loro de chi le sono tengano mezo de farle vender et delivrar quel vale 30 per 10, Il che a causa che ziascun non teme di meterse a cometer simel inconveniente...», CCA, 4/1/1507. 9

242

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

ainsi le contrôle politique du commerce, et constatait que les ressources de certains groupes de marchands étaient consacrées à des stratégies pour frauder à grande échelle, comme celle qu’avait conçue un notaire de galère sur la soie d’Alep12. L’éloignement des institutions vénitiennes par rapport au milieu syrien des affaires s’exprimait dans le discours par des griefs. Il n’est pas rare, en effet, de trouver dans les dispositions des conseils le jugement que les membres du Cottimo, «eux mêmes des marchands», n’affrontaient pas de manière décidée la liquidation des dettes, cherchant à se tirer d’affaire à court terme, et en laissant de nouveaux «dépôts» pour qui voyageait l’année suivante13. Les corrections et les interprétations du consulat –admettait-on– avaient fait en sorte que les ordres métropolitains soient éludés par les marchands et consuls14. La contestation locale visait aussi les intérêts du Caire, car le système était basé sur deux pôles. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter les constantes menaces vénitiennes d’envoyer les galères à Ab™ Kir. Tous les aspects de cette pratique, n’ont cependant pas pu être éclaircis. Nous savons que cette possibilité effrayait les Arabes15, et que le déroulement de la saison à Ab™ Kir revenait pour le pouvoir sultanien à l’absence d’attribution des stocks. En 1506, les galères en provenance du Maghreb, ligne qui faisait escale à Alexandrie, se proposaient d’y mouiller, car les rapports avec le sultan étaient bloqués16. En 1508, le consul vénitien menaçait d’envoyer les galères à Ab™ Kir pour faire pression sur les autorités mameloukes17. Al-Ýawr† ne permettait pas l’entrée des galères au port d’Alexandrie car les Vénitiens avaient envoyé à Venise des stocks impayés. Le sénat ne soutint jamais cette pratique alternative et, quand la possibilité en fut discutée, l’opposition ferme des garants du commerce d’Etat s’imposa. Sans la nécessité d’absorber les stocks par le truchement du Cottimo, les mude étaient difficiles à justifier, dans un moment où le négoce privé des nefs se présentait de plus en plus comme une alternative

12 Dit Thomà de Colti. Il prétendait utiliser les galères pour faire de la contrebande, SANUDO, Diarii, VII, 254. 13 «Sono ochorsi molti desordeni et inconvenienti nel Cotimo nostro de Alexandria per causa de li depositi se fanno in quello, per che non se curano quelli a chi ocorreno li garbugli defenderli; cum pocho facilita cerchano de conzarli et poi metteno a Cotimo de deposito cum restitution de le mude subsequente. Ita che el cotimo mai se puol sublevar da debito; poi essendo marchadanti lor medemi al imponer graveza a cotimo perso zerchano sempre de metterne una minima parte, adeo che el Cotimo mai se ritrova senza gran debito...», CCA, 8/6/1507. 14 «Altre volte le sta fatto molte provision necessarie per questo conseio de Pregadi (Sénat) et mandate a Damasco, et hano habuto per inconveniente li consoli nostri far coretori et quelle coreçer e interpretar si che il piu de le volte non hano havuto executione le opinion nostre...», CCD, août 1513. 15 SANUDO, Diarii, VI, 502. 16 Ibid., VI, 293, février 1506. Les galères se limiteraient à déposer à Ab™ Kir des marchands musulmans en provenance de Corfou. 17 Ibid., VII, 541, mars 1508.

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

243

rationnelle. Al-Ýawr†, de son côté, ne fut jamais capable de trouver de nouvelles formules pour faire sortir ses épices en dehors du cadre des vieux accords bilatéraux, et il dut persister dans d’interminables négociations pour en tenter le sauvetage. En 1509, lors d’un débat au Sénat vénitien sur certaines quantités d’épices restées à Beyrouth, une partie des sénateurs fit pression pour qu’elles fussent amenées par des nefs privées. Le parti de la mer, refusant de créer un précédent dangereux, manifesta sa ferme position à l’égard du commerce d’Etat: le transport des épices était un monopole d’Etat, cellesci ne pouvaient être transportées que sur les galères, et l’on devait attendre jusqu’à la prochaine saison pour le faire. Un sénateur de la famille Morosini se battit pour faire voter cette position, même si la mesure compromettait les revenus des douanes vénitiennes18. L’intervention était peut être motivée par des intérêts personnels: certains membres de la famille Morosini figuraient parmi les débiteurs du Cottimo, tandis que d’autres occupaient, en ces années-là, la charge de patron de galère, dont le bénéfice provenait des nolis des galères de la muda19. En effet, la diminution des rentrées en termes de nolis était invoquée par les provveditori comme l’un des effets pernicieux de la contrebande20. La communauté d’intérêts entre la «métropole» vénitienne et les sultans se profilait ainsi comme un véritable phénomène méditerranéen. Cette communauté d’intérêts entre une puissance chrétienne et une puissance musulmane doit être comprise dans sa complexité; l’entente était soutenue par une volonté de continuité dans la politique suivie, malgré les tensions qu’elle provoquait entre la métropole et les pouvoirs locaux, voire entre les diverses factions vénitiennes. Cette volonté commune fut exprimée par le banquier Girolamo Priuli en mars 1506, quand il prit conscience du risque que l’on encourait avec les dettes des Cottimi. Priuli affirmait qu’il était nécessaire de régler ces différences, afin que la navigation ne s’arrête pas, et que l’on avait grand intérêt à obtenir un tel accommodement, les deux parties partageant la même volonté21.

18 Ce sénateur était Piero Antonio Morosini, «che le spezie non potea venir con cha le galie [...] che restasse fino vadi le galie se mettera a tuorle», ibid., VIII, 9 (mars 1509). 19 Pietro Zen communique aux provveditori les quantités fraudées par Andrea Morosini, Correspondance Zen, 11/7/ 1510, aux Provveditori di Cottimo. 20 «... per tal cauxa se perdono i datii, et le gallie i noli soi, et li cotimi...», CCA, 4/1/1507. 21 «Tamen era necessario al tuto adaptar questa differentia, per non restar da navegar; et seguirá tal compositione, essendo ambe le parte de una medema voluntade, perche ritornava grandissimo interesso a tuti...», PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin), p. 192.

244

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

2. PIETRO ZEN ET LES DERNIÈRES TENTATIVES POUR SAUVER LE COTTIMO (1508-1510) Quand, en 1508, Pietro Zen se rendit à Damas pour régler sur place la crise, désormais endémique, le gouvernement mamelouk était déjà occupé par la montée de la tension en politique extérieure. Les agressions du pouvoir safavide, exprimées dans le langage codifié de la diplomatie, avaient commencé en 1507. L’histoire est désormais connue; avec trois puissances sur la carte du Moyen-Orient, chacune perçue comme une menace réelle par les deux autres, la scène fut dominée par une longue guerre des nerfs. Involontairement, Pietro Zen devint un des nœuds de cette trame; il était allé à Damas pour en finir avec les dettes du Cottimo et finit par faire l‘objet d’un long et pénible procès pour espionnage en faveur du Shah Isma‘il. L’histoire du conflit –diplomatique, puis armé– entre Safavides, Mamelouks et Ottomans, ainsi que celle du procès de Pietro Zen pour la prétendue alliance entre le Shah et Venise a été racontée ailleurs22. L’étude de F. Lucchetta sur le procès du diplomate vénitien a contribué à occulter le vrai but de la mission de ce dernier: celui de défaire les nœuds économiques entre les deux associés. La réticence des chercheurs à examiner les implications de la crise du Cottimo devient évidente en 1968, quand F. Lucchetta aborde l’étude de l’«affaire Zen». Devant l’indéniable importance que les dettes revêtaient, une étude des «documents d’ordre financier» fut annoncée. Or, de même que E. Ashtor s’efforça d’écrire une histoire du commerce en contournant les problèmes financiers des communautés européennes, cette étude ne vit jamais le jour. Le chercheur qui devait la prendre en charge jugea plus utile de donner, dans ses travaux postérieurs, une image des rapports bilatéraux comme marqués par le «fanatisme» et la «xénophobie» mamelouke, ainsi que par l’imposition de monopoles asphyxiants qui menaçaient l’existence de la colonie vénitienne23. 22 RABIE, HASSANEIN, «Political Relations between the Safavids of Persia and the Mamluks of Egypt and Syria in the Early Sixteenth Century», al-MaÞallah al-T…’r†²iyah al-Mi¡riyah, 26 (1979), PETRY, Twilight of majesty, pp. 173-228, et LUCCHETTA, FRANCESCA, «L’affare Zen’ in Levante nel primo Cinquecento», Studi Veneziani, 10 (1968), pp. 109-219. 23 «La vita del mercante veneziano in Levante era piena di imprevisti. L’oligarchia militare che dominava il paese, composta da non più di due o tre mila emiri provenienti dai quadri dell’esercito mercenario, arruolato prevalentemente tra gli schiavi affrancati (il nome «mamelucco», o schiavo, indicava appunto l’estrazione servile) in prevalenza di origine turcomanna, curda o circassa, ci viene rappresentata nelle relazioni dei diplomatici veneziani o nelle lettere dei viaggiatori come avida, corrottta, vessatoria, sempre pronta all’intrigo e alla ribellione. Nei cinque anni che vanno dalla morte del sultano Qaytbay (agosto 1496) alla elezione di Qansuh al-Guri (aprile 1501) ben sei sovrani si alternarono sul trono e ogni cambiamento al vertice del potere era accompagnato da scontri sanguinosi e da razzie di cui facevano spesso le spese i mercanti «franchi». I rapporti commerciali come i politici erano instabili: su di essi gravavano fanatismo religioso, xenofobia nazionalista, diffidenza nei confronti di Venezia, che portarono talvolta a

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

245

Entre 1508 et 1510, Zen passa la plus grande partie de son temps à régler des questions qui touchaient à ces dettes, cela ressort nettement de sa correspondance. Il défendait à outrance le système économique et social que Venise avait connu jusqu’au seizième siècle; Zen avait longuement parcouru le Levant, et ne voyait aucune raison de mettre en cause les anciennes liaisons politiques ainsi que les procédures économiques de la Venise de son temps. On lui confia la tâche titanesque de faire disparaître 240.000 ducats de dettes et il eût encore le courage, en 1510, de recommander au doge d’élargir le mécanisme du Cottimo à de nouveaux domaines24. Quand on s’impose de lire sa correspondance, et surtout si l’on tient compte de la conduite incompétente de l’ambassadeur de 1489, Pietro Diedo, on est obligé de reconnaître l’importance des qualités individuelles dans les processus d’une action négociée. Zen était pleinement conscient de la portée des intérêts qu’il représentait en Syrie. Il n’hésitait pas à adopter, à l’occasion, un ton méfiant avec les militaires délégués par le sultan, tandis qu’il était conciliant avec les seigneurs locaux. Du quart de million reconnu par le Sénat, il ne jugea digne de se préoccuper que de 40.000 dinars, sans perdre de vue les autres 40.000 dinars prêtés par Siechberi. Il sut tenir tête lorsque la ligue de Cambrai menaça de soumettre la ville et que les autorités mameloukes craignirent l’imminente disparition d’une Venise indépendante25. Capable de rédiger des pièces diplomatiques en arabe, Zen avait assumé des charges au Levant depuis 1490, car il était l’un des premiers provveditori al Cottimo en 150126. A cette première date, il était en charge en même temps que Mu|ibb al-d†n al-Aslam†, et ils devaient se retrouver en 1508. Tous deux appartenaient à une réalité commune, celle du monde financier de la Syrie, à mi-chemin entre Venise et le Caire. Leurs longues carrières, qui allaient encore se prolonger après ces vingt ans, s’étaient forgées dans l’ambiguïté des cercles auxquels ils appartenaient, l’un dans le milieu ambigu de la diaspora marchande, l’autre dans la lointaine administration provinciale. Il était ainsi

misure restrittive o all’imposizioni di monopoli iugulatori, tali da mettere in crisi l’esistenza stessa della colonia veneta», LUCCHETTA, GIULIANO: «L’Oriente mediterraneo nella cultura di Venezia tra il quattro e il cinquecento», dans Storia della cultura veneta, édité par Girolamo Arnaldi et Manlio Stocchi. Vicenza: Neri Pozza editore 1980. 24 Zen conseilla au doge d’acheter collectivement des produits industriels par le truchement du Cottimo, et de les envoyer sur les galères, SANUDO, Diarii, X, 86. 25 Les autorités mameloukes en Syrie suivaient avec préoccupation les événements relatifs aux campagnes militaires de Venise, et en vinrent même, en septembre 1509, à fêter les échos de victoire sur le roi de France. La timbalerie mamelouke (¥abal²…na) se fit entendre dans les rues de Damas: «... che le tamblachane vene a sonar », Correspondance Zen, 25/9/1508, de Zen au doge. 26 SANUDO, Diarii, IV, 291 (juillet 1501). Lucchetta a rédigé une biographie sommaire de Pietro Zen dans LUCCHETTA, L’affare Zen’ in Levante nel primo Cinquecento, pp. 109-117.

246

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

normal que leurs décisions relèvent seulement en partie des priorités métropolitaines, s’attachant souvent aux intêrets locaux, voire à la convenance personnelle. Ainsi, Zen concluait des affaires avec les chevaliers de Rhodes, même si ceux-ci s’attaquaient aux intérêts des Mamelouks, ce qui irrita le Sénat vénitien qui rappela Zen à l’ordre27. Zen était opposé à ce que la Commune soutienne militairement les Mamelouks dans la guerre contre les Portugais, et peu enclin aux transferts de technologie dans le domaine de l’artillerie. Par conséquent, il entravait la collaboration entre les Ottomans et le Caire face à l’ennemi portugais. La communauté fut en effet accusée d’avoir fourni des informations aux Rhodiens afin que ceux-ci interceptent une flotte mamelouke, transportant l’aide militaire ottomane pour la guerre contre les Portugais. Mu|ibb al-d†n convainquit ses collègues que les Vénitiens n’avaient rien à voir avec l’attaque rhodienne contre les bâtiments mamelouks, mais l’implication de Zen ressort de ses propres lettres28. Nous voyons ainsi Mu|ibb al-d†n se brouiller avec les hommes du sultan pour sauver Zen et maintenir une correspondance avec le doge. Quant aux dettes du Cottimo, Zen suivait une stratégie commune avec Mu|ibb al-d†n pour contenter le sultan et faire en sorte que tout continue dans l’ordre des choses connu, et que rien ne change. A peine quelques mois après son séjour à Venise, TaÐr†bird† était encore actif et dans le réseau de Pietro Zen; il était en train de perdre –et Zen le savait– son ascendant à la Cour29 TaÐr†bird† avait noué des alliances trop étroites avec Génois et Vénitiens, Zen lui payait bien sa collaboration, mais TaÐr†bird† allait bientôt encourir l’ire du sultan. Les dispositions adoptées par le diplomate mamelouk avaient été désavouées par le sultan, mais l’incapacité de Q…ns™h al-Ýawr† pour formuler des solutions alternatives en vue de l’assainissement du système le força, paradoxalement, à les accepter en 1512.

2.1. Le crédit comme expression de la position du Cottimo Malgré toutes ces intrigues, Zen accomplit un travail impeccable, et nous avons eu l’occasion d’en décrire certains procédés. Le Sénat reconnut 27

ASV, Senato, Deliberazioni Secrete, reg. 43 (1510) f. 165r, 26/12/1510. Contrairement à une opinion assez répandue, Zen laisse clairement entendre que Venise n’a pas soutenu militairement le sultan contre les Portugais dans l’Océan indien, Correspondance Zen, 25/9/1508 de Zen au doge, et, notamment sur le refus vénitien de fournir des armes à feu aux Mamelouks, ibid., 27/2/1508, de Zen au doge. Le soupçon que Zen aurait aidé les Rhodiens contre les Mamelouks est partagé par LUCCHETTA, L’affare Zen’ in Levante nel primo Cinquecento, p. 142. 29 WANSBROUGH, A Mamluk Ambassador to Venice in 913/1507, pp. 512-513. 28

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

247

qu’il avait réduit les dettes du Cottimo à un très bon niveau, mais à peine avait-il disparu, que les désordres reprirent de plus belle. Evidemment, il n’existait pas de chiffres exacts pour quantifier les dettes du Cottimo; seules les sommes dues aux propres membres de la guilde étaient facilement identifiables. Il n’y a trace des emprunts réalisés auprès des banquiers locaux que quand la situation devenait très tendue. En ce qui concerne les dettes privées, la question est encore plus obscure. Certains marchands avaient laissé des dettes ou emprunté des sommes, dont le montant croissait au fur et à mesure que l’on approfondissait les enquêtes. Quand Zen tenta de renégocier des crédits de 10.000 ducats à intérêt (a usura), il découvrit que ce n’était qu’une partie d’une opération plus large de 16.000 ducats. On se rendit compte que ces 16.000 ducats en cachaient 23.000, voire 28.000, jusqu’à ce qu’il fut nécessaire de trouver une solution «politique»30. Zen découvrit, par exemple, qu’un marchand, Alvise Carensio, avait laissé 4.500 ducats de dettes, dont 2.500 auprès de membres du gouvernement mamelouk, lesquels menaçaient la communauté de représailles31. Ce négociant menait une vie débauchée et dépensait plus de 2000 ducats par an32. Carensio et deux autres marchands, à eux seuls, étaient débiteurs de 20.000 ducats et les officiers qui les leur avaient prêtés avaient fait pression sur le Caire pour les récupérer. Zen s’attendait à l’arrivée des ³a¡¡ak†s qui ouvriraient des enquêtes, mais qu’il pensait corrompre. Les créanciers qui n’avaient pas d’influence sur les gouverneurs (lit. brazzo di signoria) étaient beaucoup moins importants et il est impossible de savoir à combien s’élevaient leurs créances33. La nature privée ou collective des obligations était matière à discussion, surtout parce que certains individus donnaient comme garantie les propriétés du Cottimo sans en avoir le droit. Derrière cet imbroglio il y avait l’énorme pouvoir financier atteint par les guildes de commerce en Syrie, lesquelles, en se prévalant de leur capital social, de leurs droits de juridiction obtenus dans les traités, et de leur capacité à susciter des expectatives de gain, attiraient de larges masses de crédit, plus important que l’argent même. Le Cottimo, qui capitalisait l’investissement vé30

Correspondance Zen, 12/5/1509. Correspondance Zen, aux provveditori di Cottimo, 12/4/1509. 32 Le consul Bortolo Contarini porta plainte contre Carensio à cause de sa conduite, SANUDO, Diarii, V, 122. 33 En ce qui concerne les dettes d’Alvise Carensio, Antonio Vidal et Marin Vendramin, Zen décrit la situation dans ces termes: «...tutti 3 portano via a mori per quello si dice da Ducati 20.000, e gran parte di questi danari del Carensio e Vidal sono di signorie, li quali non obstante li nostri commandamenti se pensano non voler perdere et hanno scripto al Cayro et di hora in hora si dubita di chaschi li quali vincendo aut perdendo vol li soi tassieri; bisogna poi dar da manzar ad cui vi vuol iudicar, e peggio che li loro giudici sono li rei. Li altri creditori che non hanno brazzo di signoria si afforzano con mezi di testimoni falsi...», Correspondance Zen, 23/9/1508, aux provedditori. 31

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

249

fût déjà perçu comme une pratique normale, dérivant naturellement de l’activité mercantile, et susceptible d’être invoquée devant une cour de justice37. La volonté de remplacer les emprunts faits aux K…rim† par le commerce administré des stocks était mise en échec. Cela avait «bien» marché jusqu’aux années 1480, époque suivie par celle des premiers troubles sous Q…ytb…y, puis la crise avait définitivement commencé après 1496. Quant au crédit privé comme source régulière pour la finance d’Etat, nous avons des mentions du fait que vers 1471 les sultans empruntaient à des marchands arabes du Caire, mais elles sont trop vagues38. Il s’agissait donc d’une stratégie qui avait échoué, mais il ne faut pas penser que des conditionnements culturels ou doctrinaux aient reprimé le développement des institutions économiques complexes dans le domaine du crédit. Malgré l’obsession de l’historiographie pour trouver des signes de «décadence» commerciale à la fin de l’époque mamelouke, c’est un fait qu’on enregistra un intense mouvement commercial à ßedda, puis à al-Tor, en 150839, suivi d’une forte activité en ßedda et en Syrie en 1509, avec au moins 200.000 ducats de marchandises expédiées à Venise40. 1510 fut une bonne année pour les Vénitiens en Syrie (270.000 ducats) et pour les Français à Alexandrie41 et, en 1512, la muda syrienne connut aussi un beau succès, alors qu’à Alexandrie elle atteignit son seuil maximal (350.000 ducats)42; enfin, en 1515 on parlait de grandes affaires avec la soie d’Alep qui sortait par Beyrouth43. La politique du Caire nuisait au sultanat et à ses finances plutôt qu’aux échanges et, pendant le règne d’al-Ýawr†, il est difficile de trouver une série de deux ou trois saisons où les stocks furent échangés régulièrement. Il manquait une fiscalité régulière pour capitaliser politiquement le mouvement commercial, et il est curieux que, quand al-Ýawr† eut besoin d’argent pour financer une armée contre les Portugais, ses délégués aient dû se rendre à Beyrouth pour retirer des fonds comme de simples marchands44. La vitalité des échanges et le rôle des 37 Il s’agit du procès contre le marchand Joan Ribalta, ACA, Cancelleria, Processos en Foli, 113, 3 (sentence absolutoire) et 129, 18 (déclarations des témoins de la défense). On entendit constamment, à propos des taux d’intérêt élevés, qu’ils dérivaient de l’activité marchande normale et des possibilités de gain: «que ell també mercadeya e sab que es fet de mercaderia e ha hoyt dir açi e en Mallorca e en Sicilia e axis acustumà». 38 ADORNO, ANSELMO, Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre Sainte, 1470-1471, texte édité, traduit et annoté par Jacques Heers et Georgette de Groer, Paris, 1978, p. 189. 39 Correspondance Zen, 24/8/1508, de Zen au Maître de Rhodes, SANUDO, Diarii, VII, 355. 40 Correspondance Zen, 12/5/1509, Sanudo, Diarii IX, 111. 41 Correspondance Zen, 11/7/1510, aux Provveditori di Cottimo, SANUDO, Diarii, X, 117, 636, et PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin), p. 209. 42 PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin), pp. 246-248 (février 1512). 43 CCD, 6/9/1515. 44 L’expression utilisée par Pietro Zen est «tuor», signifiant l’extinction d’un crédit ou l’action de retirer une somme, Correspondance Zen, 5/4/1510, au doge.

250

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

villes syriennes dans la redistribution des produits orientaux vers l’Anatolie, l’Europe et le Maghreb fournissaient les conditions d’un bon développement du secteur du crédit, à en juger d’après les sources. La recherche sur la problématique du Cottimo a permis de repérer de nombreuses allusions à ce marché du crédit, qui n’aurait pu exister dans une économie déprimée. Ce genre de mentions, toutefois, doit être pris avec précaution en ce qui concerne le taux, souvent très élevé, de même que le volume des opérations, car elles sont liées à des situations de crise financière du Cottimo. En 1498, le Cottimo de Damas doit 60.000 ducats à des créanciers arabes, à un taux qui oscille entre 1 et 3% par mois45. Dans une situation de crise, en 1500, les Vénitiens empruntent une somme allant de 25.000 à 32.000 ducats, d’après les différentes sources, avec 7000 ducats d’intérêts environ46. Dans des cercles bien informés, à Venise, on reconnaissait que c’étaient ces grands emprunts qui paralysaient les opérations en Syrie47, comme les 115.000 ducats de dette en 1501, qui produisaient 20.000 ducats d’intérêts par an48. Enfin, en 1505 un nouvel emprunt de 20.000 ducats lié aux stocks entraîna 4.000 ducats d’intérêts en six mois49. Plusieurs de ces emprunts furent signés par les Vénitiens contre leur propre volonté, quand les tensions avec le sultan imposait des solutions extraordinaires, ce qui ne faisait qu’aggraver le problème. En 1506, al-Ýawr† attribua des stocks aux Vénitiens et les obligea à conclure, auprès d’une maison du Caire, un emprunt de 40.000 dinars à cinq mois et avec 8.000 dinars d’intérêts50. En 1515, les provveditori considèrent que les taux élevés risquaient de provoquer «un sinistre» pour le Cottimo de Damas51. Le désespoir des autorités métropolitaines, qui voyaient comment les responsables du Cottimo étaient toujours prêts à s’endetter au-delà de leurs possibilités, est signe de ce conflit entre les dictats de la politique et la réalité des investisseurs, conflit que nous avons tenté de restituer dans ces pages. La situation atteignit son paroxysme quand les provveditori, au comble de l’impuissance, exigèrent du Cottimo de cesser d’emprunter de l’argent aux Arabes, arrivant jusqu’à avancer que l’Islam défendait, de façon stricte, de pratiquer l’usure!52.

45

CCD, 9/2/1498, SANUDO, Diarii, III, 673. NALLINO, L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay , pp. 447-448, San III 1526-1527. 47 «E le cosse nostre sono interdite in el paese per la gran summa di danari hanno a usura» et SANUDO, Diarii, II 1039 et ss. (mars 1499). 48 CCD, 26/10/1501. 49 5/8/1505, SANUDO, Diarii, VI, 200 et ss. 50 PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin) p. 198, juin 1506. 51 CCD, 7/8/1515. 52 «Che le usure da lhora a driedo cessino, come a presso essi mori per la rason de dio e prohibito, e secundo i commandamenti del segnor soldan», CCD, 7/8/1515. 46

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

251

3. MÉTAUX, BANQUES, BANQUEROUTES Outre les métaux précieux, et à partir 1495, le cuivre commença à jouer un rôle croissant dans les échanges avec les Mamelouks53. Les nombreuses allusions à des stocks de cuivre exportés par les Vénitiens semblent, selon toute probabilité, être liées à la faillite des principaux importateurs d’argent, au cours des premières années 149054. Du fait de cet effondrement, en 1495, 1496 et 149855 les galères augmentèrent leurs cargaisons de cuivre, et, dans les traités et négociations, les nombreuses dispositions qui avaient auparavant concerné les importations d’argent furent remplacées par des questions relatives au cuivre. En 1489-1490 les Mamelouks avaient fait pression pour que l’argent apporté en lingots fût contrôlé par le D†w…n al-³…¡¡. Le gouvernement mamelouk voulait en finir avec les importations d’argent hors contrôle, notamment en Syrie, certainement pour empêcher que les métaux vénitiens vident la place d’épices sans contrepartie pour le Caire56. Le cuivre avait toujours connu une forte demande sur les marchés indiens et continuait à en avoir une autour de 1500. Insoucieux de la présence portugaise dans l’Océan, de nombreux bateaux indiens continuaient à fréquenter ßedda, rapportant du cuivre européen dans leurs cargaisons57. La plupart du cuivre acheté aux Fugger et à d’autres maisons allemandes prenait, à travers Venise, la voie du Levant, mais à peine les quatre grandes banques de Rialto eurent-elles fait banqueroute (1499-1500, nous reviendrons sur ce point), les Allemands continuèrent le négoce d’exportation du cuivre au Levant par le truchement des Génois58. Le cuivre était de plus en plus échangé contre les épices jusqu’à ce que, vers 1505, les Vénitiens réussissent à l’utiliser comme moyen de paiement pour les stocks du gouvernement. Al-Ýawr† accepta de très mauvais gré cette exigence vénitienne, et le paiement en cuivre devint un sujet de conflit majeur pendant le reste de son règne. Cette mesure ne pouvait qu’affaiblir les finances sultaniennes et, quand le paiement en cuivre devint le point clé des négociations entre TaÐr†bird† et les provveditori en 1506-1507, l’ambassadeur mamelouk dut se consulter avec le Caire59. En effet, le gouvernement mamelouk fit des objections: à partir du moment où les stocks étaient 53 Le cuivre occupa une place importante dans les galères de la muda de 1495, PRIULI, I diarii di Girolamo Priuli [1494-1512], I, p. 41. 54 MUELLER, Banks, panics, and the public debt, pp. 231-233. 55 Voir PRIULI, I diarii di Girolamo Priuli [1494-1512], I, p. 41, et MALIPIERO, Annali veneti, vol. II, IV, p. 646. 56 Ambasciata straordinaria, documents n.° 144 et 146. 57 SANUDO, Diarii, IV, 418-419 (Juillet 1502). 58 DOLFIN, Annalium Venetorum, p. 261 (1501). 59 SANUDO, Diarii, VI, 458, cité par WANSBROUGH, A Mamluk Ambassador to Venice in 913/1507, p. 516.

252

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

payés en cuivre, les Vénitiens augmentaient leur pouvoir d’achat car l’argent qu’ils exportaient gagnait en valeur60. Malgré les griefs de Q…ns™h al-Ýawr† sur ce point, le cuivre continua à jouer un rôle important dans les exportations vénitiennes61, attirant l’attention du gouvernement ottoman, qui commença à envoyer massivement du cuivre sur le marché alexandrin. Ces opérations du sultan ottoman produisirent une chute des prix qui fut préjudiciable aux intérêts vénitiens62, et qui provoqua des dommages ultérieurs dans la liquidation des stocks. En quelle mesure la question du cuivre put-elle entraver la particulière et systématique obsession d’al-Ýawr† à accumuler des devises? Il est difficile de le dire. Dans sa biographie d’al-Ýawr†, C. F. Petry fait de cette obsession un leitmotiv, soulignant une par une les révoltes des recrues et leurs exigences d’argent. Le grand besoin de devises éprouvé alors par le gouvernement mamelouk devint patent au cours des négociations de 1512 avec les Vénitiens. Dans les brouillons du traité figure la revendication mamelouke que les métaux précieux exportés par Venise ne puissent être vendus qu’à la åa²†ra63. Exigence peu réaliste, clairement teintée de monopsoniste, et qui fut contestée par Venise puis exclue du document définitif. Elle montre, pourtant, que le commerce d’Etat ne couvrait plus, à l’époque d’al-Ýawr†, les besoins d’approvisionnement en argent fort pour payer les Mamelouks.

3.1. La crise des Cottimi et la grande faillite des banques vénitiennes (1499-1500) On ne peut éviter de se demander quels furent les effets indirects de ce haut niveau d’endettement sur d’autres secteurs de l’économie vénitienne: faut-il voir une causalité méditerranéenne derrière les grandes banqueroutes des banques vénitiennes (1500)? Le commerce stratégique avec le Levant n’était pas le seul à connaître la fin d’une époque; tout le marché du crédit, à Venise, allait être bouleversé en ces années. Les problèmes des banques 60 Le prix du «mier de arzenti» vénitien avait augmenté de 70-80 à 100 ducats, Instructions du Caire à TaÐr†bird†, mai 1507, SANUDO, Diarii, VII, 215-220. 61 Ibid., IX, 516, (1510). 62 Sur ces opérations du gouvernement ottoman en 1507, voir Ibid., VII, 128 et 152, (...che più non à fato tal cossa: a horra è diventà merchadante...). 63 Document préliminaire contenant les requêtes de Q…ns™h al-Ýawr† à l’ambassadeur vénitien Domenico Trevixan, parvenu en traduction italienne et rapporté dans, MARIN, CARLO ANTONIO, Storia civile e politica del commercio de’ veneziani di Carlo Antonio Marin, 8 vols., Venise, 1798-1808, VII, p. 288, édité et traduit au français par REINAUD, JOSEPH TOUSSAINT, «Traités de commerce entre la république de Venise et les derniers sultans mameloucs d’Égypte (traduits de l’italien, et accompagnés d’éclaircissements)», Journal asiatique, 4 (1829), pp. 35-36, n.° 14.

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

253

vénitiennes ont été liés aux conjonctures européennes du marché de l’or et de l’argent, mais les conclusions des chercheurs sont loin d’offrir une formulation convaincante. Les problèmes des banques étaient censés provenir d’une restriction dans l’afflux de métaux précieux provenant d’Europe, ainsi qu’à l’économie de guerre mise en place pour combattre les deux fronts ouverts par la cité, en Europe et contre l’Empire ottoman64. Les banques vénitiennes étaient étroitement liées à des fournisseurs de métaux précieux, mais ces fournisseurs firent faillite produisant l’effondrement du marché de l’or et de argent vers 1490. R. Mueller, observant la reprise des importations et la vitalité des galères, contestait cette explication traditionnelle car il jugeait, à juste titre, que la capacité vénitienne à se procurer ces métaux aurait permis de surmonter la crise sans difficulté. Pour lui, le problème était, au contraire, l’incapacité d’échanger profitablement ces métaux sur les marchés levantins, car il n’échappait à personne qu’en plusieurs occasions d’énormes quantités de métaux revenaient en arrière avec les galères65. Bien qu’il soit généralement accepté que les métaux importés par Venise avaient l’Orient comme destination principale, on n’a jamais inclus les troubles du Cottimo parmi les causes de la banqueroute. Pour Mueller les motifs effectifs de la faillite n’étaient pas des phénomènes économiques «réels», mais imputables à des facteurs psychologiques qui poussèrent les investisseurs à retirer leurs dépôts en masse. La crise financière des communautés marchandes, inconnue des chercheurs, n’est prise en compte ni comme facteur «réel», ni parmi les motivations psychologiques de la déroute des clients. Ces facteurs étaient psychologiques et non réels parce que, bien que les fournisseurs de métaux eussent fait faillite, cela n’avait pas été déterminant. De plus, les crédits servis à l’Etat par les banques étaient jugés par la population comme très élevés, mais d’après Lane, suivi par Mueller, cette opinion était infondée. Pour Mueller, tous les maux, ou presque, de l’économie vénitienne concoururent à la banqueroute: les effets négatifs de l’usure, les fonds retirés pour payer les taxes directes, ou pour investir en dette publique, etc. Cette riche causalité embrasse aussi les luttes financières entre nobles, les conflits d’intérêt des membres des conseils, mais surtout le manque de

64 LANE, FREDERIC CHAPIN: «Venetian Bankers», dans Venice and history: the collected papers of Frederic C Lane, édité par Johns Hopkins University Press. Baltimore, 1966, pp. 78-81, et MAGALHAES GODINHO, VITORINO: «Le repli Vénitien et la Route du Cap, 1496-1533», dans Eventail de l’histoire vivante: hommage à Lucien Febvre, édité par A. Colin. Paris, 1953 65 Cette problématique, que Mueller a définie comme un oversupply of bullion, constitue l’un des points les plus intéressants de son interprétation des banqueroutes. Ce phénomène contribue à soutenir notre avis sur le fait que la guerre augmenta la dépendence de Venise par rapport au commerce avec le Levant; MUELLER, Banks, panics, and the public debt, chapitre 6.

254

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

galères en 1499, dû à une prétendue crise des trafics produite par la guerre contre les Turcs, que notre examen des marchés levantins en ces années ne contribue pas à confirmer. Sans prendre une position claire en ce qui concerne la responsabilité effective de chaque facteur, Mueller soulignait comme cause finale la panique qui se déchaîna parmi les Vénitiens possédant des comptes bancaires auprès des quatre grandes maisons (une personne sur trente dans la ville en avait un). Il existe des nombreux indices qui invitent à prendre en considération une influence effective des troubles des Cottimi sur la grande banqueroute de 1499-1500. Il faut tenir compte de ce que les dépôts des quatre géants bancaires ne dépassaient pas, en 1498, un million de ducats, chiffre qui a un rapport assez troublant avec le volume des investissements et aussi avec les dettes des Cottimi. Sanudo rapporte plusieurs cas de banquiers qui investissaient l’argent des dépôts dans les épices, ainsi que les pertes subies au Caire par des importateurs de métaux66. Peut-être lié à la banque du même nom, Agostino Soranzo était le plus grand investisseur en Syrie en 1482. E. Vallet juge ainsi que seul un financement d’origine bancaire pourrait être à l’origine d’un investissement aussi considérable67. Les connexions des banques avec le commerce du Levant étaient multiples et, par conséquent, psychologiques ou réelles, on ne peut faire abstraction de leur rapport avec la crise des guildes. Il faut rappeler que les groupements financiers qui prenaient en charge la gestion des galères devaient donner des garanties sous forme de dépôts bancaires68. La volonté de faire face à tout prix aux dettes du Cottimo, volonté qui s’imposait jusqu’alors avec force aux conseils, poussa les autorités, en février 1498, à mettre en place des emprunts forcés sur tous les marchands levantins, même sur ceux qui ne se servaient pas des galères. On voulait ainsi amasser 20.000 à 25.000 ducats pour assainir d’urgence le Cottimo. Pour rembourser les marchands, on offrait en échange des exemptions fiscales. Mais comme on s’attendait à peu de collaboration, les provveditori élargirent ces emprunts forcés à tous ceux qui, en ville, fournissaient du crédit aux marchands, en faisant explicitement allusion aux banques69. Cette mesure montre l’importance du dédoublement des dépôts

66 Sanudo compte les banquiers Matteo Bernardo et Antonio Priuli parmi les quatre plus grands marchands alexandrins, cité par LANE: Venetian Bankers, p. 77. 67 VALLET, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du XV e siècle, p.115. 68 LANE: Venetian Bankers, pp. 72-73, citant Sanudo, II, 732. 69 «Et azio el si possi haver presto el danaro come ricerca el bisogno e necesita prexente sia statui che quelli che danno a zorni 15 depositerano in man de li provedadori aquesto deputadi, habiano de don 10% e tuto quello non se podesse scuoder per via de deposito li ditti deputadi possino ubligar a banchi o ad altri che li fese la dita e tuor sopra tal ditte robe over altro et quelle vender...», CCD 9/2/1498.

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

255

confiés aux banquiers. Quand nombre de citoyens pensaient que leur argent était en lieu sûr dans les banques, il était en réalité en train d’être investi dans le Levant. Il est impossible de dire dans quelle proportion les dépôts bancaires des citoyens vénitiens étaient utilisés à une autre fin et compromis dans des opérations dans l’Empire mamelouk, mais personne ne nie que ce facteur eut une grande importance70. Or, si comme le rapporte Priuli, les troubles des voyages occupaient souvent les conversations du petit peuple, suscitant aussi de véritables inquiétudes, il n’y a pas lieu de s’étonner que le retrait des dépôts soit lié à des rumeurs sur la crise71. Quelques mois après la démarche de février 1498 qui concernait les instituts financiers et, à la veille de la banqueroute, le Cottimo de Damas avait 110.000 ducats de dettes et 60.000 «à usure», dont 25.000 concernant le poivre sultanien, ce qui fit éclater la crise. Le consulat syrien dut prendre des mesures d’urgence, avec la ferme intention d’appliquer un droit de Cottimo de 20% sur les opérations privées. La Seigneurie, toujours prête à accepter à des compromis politiques, poussait pour que seuls 10% de l’investissement soient sacrifiés pour redresser la situation. Les sommes drainées par le consulat eurent pour effet de «faire partir en fumée» les crédits acquis en métropole par les marchands, créant un effet démoralisant qui atteignit bientôt Venise.72 Le fait que les banques envoient leurs dépôts vers des destinations si douteuses, avec des trous financiers pour un montant de plusieurs centaines de milliers de ducats, ne pouvait guère encourager les déposants, d’autant plus que les autorités étaient prêtes à mettre la main sur ces dépôts. En octobre 1500 les provveditori se retrouvèrent face à la faillite des banques et durent modifier complètement leurs dispositions73. 70 «Mercantile ventures were probably not made in the name of the bank although they were financed by loans from the bank to the banker and his associates... Merchandise and shipping occupied a larger part of the bankers’ funds than is suggested by the statements of the assets left in the defaulting banks. During the crisis of 1499 the Pisani had about 40.000 ducats invested in the «western voyage», LANE: Venetian Bankers, pp. 76-77, et MUELLER, Banks, panics, and the public debt, pp. 20-22. 71 D’après Priuli, les artisans, marins et marchands du petit peuple participaient aux débats sur la convenance d’envoyer ou non les galères au Levant. Leurs intérêts se virent opposés à ceux des grands marchands d’épices en 1505, qui préféraient spéculer avec leurs stocks (Priuli invoque à ce propos un conflit entre magasins pleins et magasins vides). En cette année, où un débat fut entamé à tous les niveaux sur les problèmes du commerce du Levant, la rumeur courut que les dettes allaient être payées avec des manufactures, ce qui aurait entraîné un bénéfice pour les gens, (»sopra li quali mestieri viveva la povera gente, che era grande sustentamento della povertá...»), PRIULI, Girolamo Priuli e i suoi Diarii (éd. R. Fulin), pp. 185-188. 72 SANUDO, Diarii, II, 1039 et ss. (mars 1499), le consul «...havia butà la tansa a li mercadanti de Damasco et Soria, et hanno trovà ducati 6000, tamen li crediti di mercadanti li mandano in fumo, et aspecta il suo succesor con danari. » Le consulat enregistra «danno di dreto di ducati 6 in 8 milia... e le cosse nostre sono interdite in el paese per la gran summa di danari hanno a usura...». 73 CCD, 21/10/1500, «El fu insuper prexo che per piui presta liberation de esso cottimo fusse mandà al consolo nostro de Damasco quella piui quantità de robe o danari si poteva: E per la expeditione di questo efetto fu dà libertà a li proveditori sopra esso cottimo de poter ubligar a banchi il deposito da esser desborsato tuti quelli haverano specie o altro sopra luna et l’altra muda, justa la forma de la parte prexa, et

256

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

4. L’INTERRUPTION BILATÉRALE DES ACCORDS (1507-1512) La politique bilatérale en matière d’épices fut abolie en plusieurs étapes à partir de la mission diplomatique de TaÐr†bird† à Venise en 1506-1507. Dans l’accord signé à cette date un point relatif aux stocks reconnaissait que l’acceptation de ceux-ci n’était pas obligatoire pour Venise74. Les 210 sporte que les Mamelouks fournissaient à Alexandrie ne pouvaient par conséquent pas être échangées à un prix supérieur aux 80 ducats la sporta. Si le sultan décidait d’un prix plus élevé, la communauté ne serait pas obligée de les accepter. Les termes de cet accord, trop favorable aux Vénitiens, mais sans contrepartie pour les intérêts du Caire, ne furent pas appliqués par les Mamelouks75. Le nouvel accord de 1512 pariait également sur la relâche du système, mais il cherchait à corriger le manque d’équilibre. La nouvelle solution prévoyait aussi pour le sultan la discrétion d’accorder ou non les stocks, mais dans tous les cas Venise devrait verser 15.000 dinars à la åa²†ra76. Cet accord final servit à clarifier les positions des deux associés sur le commerce administré: pour Venise, les stocks (au prix coutumier de 80 ducats) convenaient toujours, mais pas au sultan. Venise était toujours disposée à les accepter, mais dans ces termes l’affaire n’était toujours pas avantageuse pour le Caire. Dans ces circonstances, le sultan se réserva la possibilité de distribuer ses épices par d’autres voies s’il ne lui convenait pas de s’en tenir au vieux prix de 80 ducats. En échange, il recevrait toujours 5.000 ducats pour chacune des trois mude (deux à Alexandrie et celle de la ligne de Berbérie, faisant escale en Egypte). Venise, de son côté, gardait tous les avantages du commerce administré car, en 1512, le poivre de marché valait plus de 80 ducats la sporta et il était difficile de penser à un retour aux prix de 1450-1460. Il va sans dire que l’accord signifiait de facto la fin de la politique bilatérale de commerce administré, mais signé à une date si tardive et dans une situation internationale si troublée, qu’il est impossible d’en vérifier le résultat. On pourrait objecter que les stocks n’étaient qu’une partie du commerce total des épices et que pour autant leur importance était très limitée. per che al presente manca la forma et la comodita de li banchi è necessario che altri particular marcadanti promete...». 74 Traité rapporté par SANUDO, Diarii, VII, 220-224 et édité par J. Wansbrough, A Mamluk Ambassador to Venice in 913/1507, point 2, pp. 521-522. 75 WANSBROUGH, A Mamluk Ambassador to Venice in 913/1507, p. 513. 76 Traité de juillet 1512, point 4, transcrit par PEDANI, Gli ultimi accordi tra i sultani mamelucchi d’Egitto e la repubblica di Venezia, p. 60.

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

257

L’importance des stocks pour Venise mérite, cependant, un effort d’analyse. Il nous semble que cette politique était la clef de voûte de toute une conception économique, dont les effets dans le domaine de la redistribution politique ne doivent pas être négligés. Ce fut quelques mois à peine après la rupture avec les Mamelouks que Venise se décida à adopter des changements plus amples dans sa politique économique. On a montré que l’existence des accords avec les Mamelouks galvanisait un programme pour régler le commerce selon des priorités politiques (mude, nolis, subventions, monopoles de transport, etc.) Faute de stocks, en 1514 le monopole séculaire du transport du poivre, concernant tous les achats et non seulement les stocks sultaniens, fut aboli au bénéfice des nefs privées77. Si les stocks n’avaient pas eu ce rôle capital dans le maintien des pratiques commerciales vénitiennes, cette mesure n’aurait pas eu de raison d’être. Signe du fait que les mude avaient perdu leurs atouts comme forme d’organisation du commerce d’épices, les bateaux privés acquirent immédiatement une grande importance dans ce marché. En 1524 les galères ne rapportèrent pas d’épices du tout78. Cette libéralisation des épices, après deux siècles de monopole des mude, affectait aussi les droits des douanes vénitiens, les nolis et toutes les charges affectées aux galères, dans l’espoir que le sultan ferait de même. Des ordres furent données aux consuls afin qu’ils cherchent à négocier la contrepartie mamelouke de ces mesures. La cause de ce comportement n’est autre que le caractère bilatéral qu’avait eu le système des stocks, et le fait que, au bout du compte, et malgré les tensions qui avaient pu se produire dans le passé, il avait toujours existé un intérêt commun des deux métropoles pour le commerce administré. Les Mamelouks avaient construit le programme des stocks sur la base de l’existence d’une demande assurée et organisée; Venise en bénéficiait pour assurer son accès au Levant ainsi que la continuité des galères. Soixante ans plus tard, à cause de la perte d’influence du «parti de la mer» et de l’acceptation des insurmontables troubles du système, Venise profita de la dépendance mamelouke pour en finir avec le système des stocks en signant un traité dont les termes lui étaient favorables. Puisqu’il n’y avait plus de contrainte en matière d’offre, il ne valait plus la peine de maintenir celle de la demande. Si 77 «De quanta utilita et beneficio sia sta in ogni tempo el pevere aquesta nostra citta chadauno molto ben lintende in perho che quello era causa de metter ori et arzenti in grande copia in la citta ad universal beneficio del stato nostro. Eperho non se dovendo ometter alcuna via intentata per facilitar el condur del pevere in questa nostra citta tanto frutuoxo in quella mazor quantita si possi [...] per autorita di questo conseio sia concesso a tute nave navilii et legni venetiani potter levar pevere de Alexandria et Baruto de quel che vien alchairo et Damasco, et poterlo condur in questa nostra citta senza pagamento de datii 3% noli ne alcuna cossa a galie...», CCA 3/3/1514. 78 LANE, FREDERIC CHAPIN: «Venetian Shipping during the Commercial Revolution», dans Venice and history: the collected papers of Frederic C. Lane, Baltimore: Johns Hopkins University Press, 1966, p. 14.

258

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

les 180 tonnes de poivre sultanien n’allaient plus remplir les galères et payer leurs nolis, les avantages du monopole de transport allaient, eux, diminuer; acheté à titre privé, le poivre de la åa²†ra attirerait les capitaux privés, pour après prendre la voie de la contrebande. Il risquait aussi d’être acheté par des non Vénitiens. Ce n’est qu’après plusieurs décennies de difficultés que Venise accepta de changer les mesures interventionnistes caractérisant les voyages de la muda, mais seulement quand le commerce administré cessa d’être une possibilité réelle. En somme, la clôture définitive du système signifiait la fin d’une politique commune, et la disparition du programme de financement de la politique des Circassiens moyennant le commerce administré. Pour justifier l’interruption du système des stocks et la libéralisation du transport des épices, de nouveaux arguments furent utilisés dans le discours politique, arguments qui soulignaient l’importance de l’afflux d’épices en ville et la masse d’or et d’argent qu’elles faisaient rentrer au Rialto. Cette fois le bénéfice de l’Etat n’était plus dans le maintien des «voyages» –c’est-à-dire des mude et d’une conception particulère de l’activité économique– mais dans une circulation de denrées et surtout de devises plus vague et plus mercantiliste79.

5. LES RAPPORTS AVEC LA PÉRIPHÉRIE SYRIENNE ET AVEC LES MILIEUX FINANCIERS Pendant les dernières années du sultanat d’al-Ýawr†, les signes de défaillance de l’autorité circassienne se manifestèrent par l’éloignement des ³aw…Þ… et des administrateurs de la province par rapport aux sultans et par le recours aux exactions, faute de procédés fiscaux réguliers. Avec la mise en place du système des stocks, le rôle des ³aw…Þ… n’était plus le même qu’aux temps de Šay² et de Barsbāy. Ils n’étaient plus les magnats que l’on a vu s’associer au projet circassien à ses débuts, et qui semblaient pouvoir fournir à eux seuls les solutions financières aux sultans. Les ³aw…Þ… de la fin du siècle apparaissent souvent circonscrits à des sphères administratives concrètes; la charge fut incluse dans le circuit de la vénalité et finit donc par répondre à des intérêts locaux. Les ³aw…Þ… font alors la navette entre les différentes villes syriennes80, d’où proviennent la plupart des 79

CCA 3/3/1514, voir note 771 ci-dessus. Comme le ³aw…Þ… al-Ya‘q™b† (m. 916H), qui faisait des transferts de fonds et d’informations entre Beyrouth et la Syrie, IBN ¦AWQ, al-Ta‘l†q, pp. 256-257, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, p. 204. Ce marchand est, très probablement, le ³aw…Þ… syrien Jacob cité dans une lettre vénitienne à côté du ³aw…Þ… al-Bayr™t†, ASV Miscellanea Gregolin, Microfilm n.° 2, ?/11/1484, lettre du Chapelain Domenico d’Alep à Ambrogio Malipiero de Tripoli. 80

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

259

mentions à leur sujet pour cette époque. Ils se font inhumer près des saints locaux et faisaient construire des écoles et des mausolées dans les villes de la périphérie commerciale de l’Empire. Les manifestations de leur richesse sont de plus en plus celles du pouvoir local: ils possèdent des savonneries et des marchés, qu’ils transforment parfois en awqāf, et agrandissent les mosquées locales81. Ils portent des noms du terroir, qui renvoient parfois aux villes syriennes (³aw…Þ… al-Bayr™t†, al-Nayrab†, Ibn al-›alabbiyya), parfois même à des quartiers damascènes comme c’est le cas pour les al-ŠaЙr†. Leurs moyens économiques leur permettent d’aménager l’espace urbain, parfois mieux que les propres autorités locales, qui convoitent leurs fortunes82. Sauf pour un nombre restreint de ³aw…Þ… alexandrins, plus étroitement liés à l’exécution des opérations sultaniennes, les autres ne circulent pas sur le territoire, en raison des intérêts sultaniens, et restent attachés aux milieux locaux. La pression résultant du paiement des Mamelouks força al-Ýawr† à continuer avec la vénalité, soulevant les critiques des hommes de foi, qui voyaient que les charges judiciaires étaient vendues à des hommes riches mais sans formation83. Les rapports entre l’autorité centrale et les délégués en province continuèrent selon une logique qu’on ne peut nullement qualifier de bureaucratique: la croissante conflictualité entre les différentes factions, cachait aussi, à partir 1507, un conflit avec le centre. Certaines familles comme les Ibn Farf™r cumulaient deux des quatre postes de magistrat à Damas. En tant que notable de la ville, le Q…ÿ† Šaf†’† Wal† al-d†n Ibn Farf™r se permettait de faire des emprunts qu’il n’avait aucunement l’intention d’honorer84.

81 Par exemple, Sa‘ad All…h al-³aw…Þ† al-Mal…t† qui construisit une turba à Alep (IBN AL-ŠIHNA, Mu|ibb al-d†n, T…´r†² |alab éd. Keiko Ohta, Tokyo, 1990, p. 163), Ibn al-IkinÞ†, qui projette un s™q et un funduq que le N…’ib de la province ne pouvait pas se permettre, SIB¦ IBN AL-‘AßAM‡, Ab™ åarr, «Les trésors d’or» de Sib¥ Ibn al-‘AÞam†. édité par Jean Sauvaget éd. Jean Sauvaget, Beyrouth, 1950, p. 157, ou le ³aw…Þ… Ab™ Bakr al-Qa¥¥…n qui achète le |amm…m d’un autre ³aw…Þ… et le transforme en waqf , SIB¦ IBN AL-‘AßAM‡, Les trésors d’or, p. 144, et, aussi à Alep, le ³aw…Þ… al-ßaz…r† -qui agrandit une mosquée- ainsi que ³…¡¡ Beg qui en fonde une (Ibid., p. 52). Ših…b al-d†n al-Mal…t† fait bâtir une madrasa dans la même ville (Ibid., p. 132). Le ³aw…Þ… Ibn ›ulq (m. 897H) se fait enterrer à côté de la tombe du Šay² Rasl…n à Damas, IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, I, p. 332. 82 Le ³aw…Þ… Ših…b al-d†n al-Mal…t†, qui veut financer la restauration la restauration d’une mosquée, craint que les autorités n’en profitent pour se saisir des fonds, SIB¦ IBN AL-‘AßAM‡, Les trésors d’or, p. 52. 83 A l’occassion de la nomination du Q…ÿ† ›anaf† ‘Al…’ al-d†n Ibn al-Fayq†, en 1507, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 313. Petry relève ce phénomène dans sa biographie du sultan, éminemment basée sur des sources égyptiennes, «Al-Ýawr† … toyed with the sale of offices to raise bonus money for his rebellious troops, and also placed in office individuals who promised him a reliable bureaucratic posts », PETRY, Twilight of majesty, p. 164. 84 Trompant d’ailleurs son N…’ib Mu|† al-d†n al-Nu‘aym† et le forçant à donner sa maison en gage, IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, p. 315.

260

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Mais, en même temps, la fortune des Ibn Farf™r devenait la cible des appétits d’al-Ýawr†, et Badr al-d†n passa plusieurs fois par les geôles sultaniennes85. Malgré l’hostilité du sultan, il resta en charge jusqu’à la fin de 1508, après d’obscurs coups de main où le sultan s’appuya sur les juges des autres villes et sur les ³a¡¡ak†s pour déplacer les Ibn Farf™r86. Une querelle empoisonna la vie politique damascène durant ces années: elle portait sur une construction que Mu|ibb al-d†n al-Aslam† avait érigée et qui enfreignait la loi religieuse. La question ayant fini devant la cour du Caire, le sultan dut soutenir Mu|ibb al-d†n –qui était, en fin de compte, son homme à Damas– contre les membres de la magistrature, auxquels ils reprocha vivement de provoquer des «luttes intestines» indignes des «pouvoirs religieux»87. Les ambiguités et les tensions entre le centre et l’administration de la province continuèrent à se manifester à travers l’envoi des ³a¡¡ak†s ou légats sultaniens. Quand, en 1514, le ³…¡¡ak† M…m…y al-S…q† se rendit à Damas pour faire partir le tribut pour le Caire, Mu|ibb al-d†n al-Aslam†, effrayé par sa présence, et par le caractère arbitraire des procédés, s’enfuit en Egypte en cherchant la protection du sultan. Cela n’empêcha pas que M…m…y al-S…q† revienne au Caire avec 160.000 dinars, accompagné du tout-puissant secrétaire T…Þ al-d†n, dont nous avons parlé plus haut88. En 1508 et 1509, plusieurs ³a¡¡ak†s se rendirent en province pour imposer de nouvelles levées destinées à financer les expéditions contre les Safavides, les bédouins, ou les chefs turcomans rebelles. Ibn ¦™l™n rapporte combien ces campagnes étaient odieuses aux habitants des quartiers, sur qui les exactions retombaient souvent89. La refus d’imposer une fiscalité sur les personnes et sur le mouvement interne des biens, ajouté à l’absence de collaboration entre partenaires dans le commerce d’Etat aggrava la mauvaise articulation entre l’économie des échanges et la fiscalité centrale. La plupart des chercheurs ont recueilli les griefs des sources à l’égard des confiscations. L’usage de plus en plus courant de cette procédure, appelée mu¡…dara en arabe, a été signalée pour les règnes des derniers sultans mamelouks. Outre les exactions illicites commises sur les biens affectés aux fondations civiles, la mesure toucha un grand nombre de membres de la Cour, enrichis lors des règnes précédents, et surtout les administrateurs

85 Ibid., I, pp. 314 et 318. Le sultan exigeait de lui 7000 dinars, qu’il tenta de négocier en reportant les paiements. 86 Ibid., I, pp. 322 et 330. 87 Ibid., I, pp. 330-331. 88 IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, pp. 259-260. 89 Ces exactions sur les quartiers (|…r…t) à cause des expéditions (taÞr†da) ou des fantassins (muš…t) devinrent l’un des sujets principaux des chroniques syriennes de cette époque. Pour quelques exemples datant de 1507-1509, voir IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, I, pp. 314-316, 328-329, 332-333.

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

261

du gouvernement central. Pour la Syrie, Ibn ¦™l™n déclare sans ambages que les confiscations augmentèrent pendant le règne d’al-Ýawr†. Les contemporains y virent un trait de caractère du sultan et censurèrent cette façon d’agir en la considérant comme un signe d’immoralité. Malheureusement, l’accusation n’a pas été dissipée par l’historiographie contemporaine, alors qu’il est évident que l’on se trouve devant un problème éminemment politique, posé par le manque de ressources fiscales effectives et par la mauvaise organisation d’un gouvernement dont les dépenses dépassent les capacités de taxer effectivement les richesses. Petry mentionne qu’en Egypte la seule formule adoptée avec détermination par al-Ýawr† fut l’imposition de taxes régulières sur les boutiques de la capitale, sans aucune base proportionnelle, ce qui fut perçu comme une intolérable exaction. La question des dépôts amassés par les élites civiles reparaît encore une fois à la mort du Grand Q…ÿ† Šaf†’† Ših…b al-d†n Ibn Farf™r. Ses héritiers durent rendre compte des sommes repérées dans les comptabilités du juge, sommes qui furent confisquées90. Compte tenu des précédents, il est plus que probable que la mesure ait été justifiée par un discours contre l’usure, discours auquel recouraient les sultans pour faire main basse sur ces capitaux cachés. Pour utiliser l’expression de C. F. Petry, l’Etat militariste mamelouk semblait pâtir, à cette époque, de la rigidité de ses structures, qui ne s’adaptaient pas au développement des échanges, du crédit, et à la configuration de plus en plus complexe des milieux financiers syriens. Le sultanat se ressentait d’une dépendance à l’égard des structures et des solutions qui avaient été conçues à l’époque initiale, entre l’avènement au pouvoir d’al-®…hir Barq™q et 1450. L’autorité des sultans donnait ainsi la priorité à l’entretien d’un noyau de mamelouks propres, sultaniens, dont les salaires étaient gagés sur une base domaniale gérée par le D†w…n al-Mufrad, complétée par l’argent des épices en raison des énormes frais engendrés par la guerre et la mobilisation. Pour d’autres Etats méditerranéens fortement dépendants des mercenaires, comme Venise, les besoins de la guerre portaient ces frais au niveau de 50% des rentrées de l’Etat91. Nous ne disposons pas de documentation pour reconstruire le budget de l’Etat mamelouk, mais nous avons déjà vu la pauvreté des revenus domaniaux qui, en 1501, dépassaient à peine 500.000 dinars annuels. L’action infructueuse en vue de fiscaliser l’économie des échanges, les problèmes dans l’approvisionnement en métaux précieux, ainsi que la faillite du système de stocks et des devises qu’il devait procurer, durent peser énormément sur la finance militaire, transformant les troubles fiscaux et administratifs en un véritable problème de survie pour le régime. 90

Ibid., II, pp. 294-295 (raÞab 911H / décembre 1506). Autour de 1500, Venise dépensait 620.000 ducats pour les frais extraordinaires sur un total de 1.150.000 environ, LANE, Venise: une république maritime, p. 326. 91

262

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

6. LE PROBLÈME DES RECRUES ET LA DÉSINTÉGRATION DE LA SOLIDARITÉ MAMELOUKE Il serait simpliste d’établir un rapport direct entre ces difficultés financières et de gouvernement et la violente secousse qui mit fin au sultanat en 1516-1517. Les défaillances du système financier ne furent pas la cause mais la conséquence de problèmes plus profonds d’ordre politique, et qui provenaient du rôle des mercenaires. Les choix et les stratégies adoptés par les sultans circassiens pour se procurer de quoi financer une armée professionnelle ne firent qu’exacerber la soif d’argent des recrues (ßulb…n), mais aussi ils eurent pour effet de briser la solidarité entre celles-ci et les vétérans (Qar…ni¡). Les problèmes de financement vécus par al-Ýawr† créèrent un climat de sédition tant au sein de l’armée que parmi les cadres militaires et les élites de la province. Suite à un long conflit entre al-Ýawr† et ses recrues, dû à la frustration de ces dernières au sujet de leur paiement, la désaffection des ßulb…n à l’égard du sultan joua un rôle important dans la déroute militaire. Tout le long du règne d’al-Ýawr†, comme cela avait été le cas sous Q…ytb…y, des signes de désintégration se manifestèrent dans le lien unissant le sultan et ses recrues. Les Mamelouks sultaniens avaient exigé une augmentation de leur traitement en 1501, suite à quoi al-Ýawr† menaça de se démettre92. Le mois suivant ils demandèrent la nafaqa, énorme versement qui, comme nous l’avons vu, poussa al-Ýawr† à réquisitionner les redevances domaniales et privées de l’Egypte. Au cours de l’année 1502-1503, la menace de révoltes dues à la frustration des recrues en matière de salaire fut constante. Al-Ýawr† invoqua le mauvais état du trésor, mais dans l’armée on était généralement réticent à accepter cet argument93.La littérature sur la période abonde en références aux désordres provoqués par les recrues, avec leurs griefs économiques en arrière-plan. Les mamelouks des émirs Qurqum…s et Q…nib…y se battirent violemment en 1507 pour le contrôle des réquisitions infligées aux négociants locaux94. L’année suivante les ßulb…n provoquèrent de graves désordres pendant trois jours, poussant al-Ýawr† à envisager de s’enfuir de la Citadelle. Ils exigeaient un supplément individuel de 100 dinars. En 1510, des recrues se révoltèrent dans la Citadelle et descendirent piller les souqs du Caire95. Ce genre d’actes se multiplia dans les dernières années du sultanat96. Les mouve92

PETRY, Protectors or praetorians?, p. 85. PETRY, Twilight of majesty, p. 137. 94 Ibid., p. 161. 95 PETRY, Protectors or praetorians?, p. 85. 96 Petry en donne de nombreux exemples pour les dernières années du mandat d’al-Ýawr†: «... Mamluk recruits stepped up their own pillaging of Cairo Markets. The ßulb…n found al-Ýawr†’s 93

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

263

ments des recrues se poursuivirent au cours des années 1513 et 151497. A cette dernière date, ils firent irruption dans un banquet offert par le sultan dans la Citadelle98, mais surtout, ils ourdirent un complot pour démettre al-Ýawr†99. Ces années-là les Mamelouks exigeaient des versements extraordinaires pour accomplir de simples déplacements pacifiques à Alexandrie ou au ›iÞ…z100. La détérioration des rapports avec les Ottomans fut utilisée par ßulb…n et Qar…ni¡ pour renforcer leurs revendications, exigences qu’ils manifestèrent par des actes comme le pillage des magasins d’armes de la Citadelle en 1515101. En août de la même année une révolte des recrues contraignit le sultan à se plier à leurs demandes; parmi les causes de la révolte figurait l’incapacité invoquée par al-Ýawr† de subvenir à l’achat de leurs équipements, ainsi que le boycott d’un officier instructeur102. Jusqu’à une date récente, l’explication la plus généralement acceptée de la chute des Mamelouks était celle de David Ayalon, qui soutenait avec véhémence que ceux-ci disparurent comme Etat à cause de leur incapacité à adopter les techniques de guerre modernes (les armes à feu, notamment). Ayalon étayait cette vision sur les tentatives (défaillantes) des derniers sultans de constituer le «cinquième corps», une unité non mamelouke d’arquebusiers, ainsi que sur l’échec de leurs expérimentations en matière d’artillerie. Le refus des Mamelouks d’accepter l’inclusion dans l’armée d’un élément étranger fut, en effet, très net, et comme les Ottomans et les Portugais avaient adopté de bon gré les fantassins et les nouvelles techniques d’artillerie, la faillite mamelouke était donc le fatum d’un collectif arriérée, dont l’esprit de faction, gâté par le luxe et la corruption, mena à la défaite sans rémission. La thèse fut applaudie à une époque où l’historiographie de l’expansion européenne accordait un grand intérêt à la «poudre». Cette thèse représentait l’aboutissement d’une trajectoire idéologique particulière; Ayalon s’était auparavant intéressé aux phases de formation du premier Etat mamelouk (Ba|r†), mais aussi à la formation de l’Etat cirgreed particularly galling since he refused to share his gains with them.», PETRY, Twilight of majesty, p. 185 et n. 114. 97 Petry cite nombre de passages de la chronique d’Ibn Iy…s, correspondant à l‘année 819H: «revolts had now become routine expressions of the recruits’ dissatisfaction with their monthly stipend and bonus allotments», ibid., p. 186 et n. 117. 98 PETRY, Protectors or praetorians?, pp. 85-86. 99 PETRY, Twilight of majesty, p. 187. 100 IBN AL-›IMS‡, Haw…diÅ al-Zam…n, II, p. 367. 101 PETRY, Protectors or praetorians?, pp. 92-93. 102 «By his last years, the regular troops of the army had evolved into a tightly organized pressure group over which the autocrat’s control was eroding. He could no longer set a campaign agenda or oppose demands for pay hikes without expecting full scale mutinies instead of token duty stoppages. By the end of the Mamluk regime, its vaunted soldiery had become a heavy burden.». Ibid., p. 93.

264

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

cassien103. Fort influencé par la pensée du Maghrébin ‘Abd al-Ra|m…n Ibn ³ald™n, Ayalon avait aussi développé une appréciation d’ensemble sur l’organisation de l’institution militaire mamelouke104. Reprenant l’esprit de l’analyse d’Ibn ³ald™n, il présenta le succès initial des Mamelouks comme l’effet de leur esprit de corps (‘a¡abiyya), propre à des hommes de provenance diverse, tous étrangers et sans liens avec leurs groupes d’origine qui puissent empêcher leur cohésion. Telle était donc la raison de la réussite des Mamelouks dans la scène du Moyen Orient en 1250, à la plus grande gloire –ajoutait Ayalon– de la foi musulmane. En ce qui concerne le «déclin» et la disparition du sultanat, Ayalon hésita entre suivre les éléments les moins convaincants des théories cycliques d’Ibn ³ald™n (la perte de la cohésion politique suite à l’enrichissement et à la corruption, etc.) et utiliser les théories du «déclin économique» sur lesquelles le prof. Ashtor avait bâti une carrière académique105. Au fur et à mesure qu’il abandonnait cet intérêt pour l’essor d’un Etat –intérêt cultivé entre 1949 et 1954– il fut de plus en plus attiré par le sujet des armes à feu, auquel il consacra plusieurs articles en diverses langues106. L’élément à remarquer dans ces travaux n’est pas tellement la faiblesse des arguments utilisés (analogies établies avec les guerres du vingtième siècle, sélection arbitraire des informations, etc.) mais l’abandon du paradigme politique dont il s’était servi pour illustrer, très brillamment, l’ascension du pouvoir mamelouk. Si, pour leur succès initial, Ayalon avait fait honneur à la cohésion politique de ces derniers, pour décrire la fin du sultanat il eut recours à de vagues inadaptations culturelles et au déterminisme technologique. Et l’explication pourrait être acceptée, si les sources lui donnaient raison quand il soutient que l’Etat Mamelouk disparut à cause de son refus d’utiliser les armes à feu. Ayalon se servit à plusieurs reprises d’un très beau texte d’Ibn Zunbul où un officier mamelouk reprochait à Selim son mépris des règles de la guerre, car il se servait des armes à feu contre les chevaliers mamelouks. Ce fragment littéraire est une légende appartenant à l’epos de la bataille de Marº D…biq, sinon le fruit de l’imagination romanesque d’Ibn Zunbul. Le fait qu’un officier mamelouk 103 Datant de 1949, AYALON, The Circassians in the Mamluk Kingdom et AYALON, DAVID, «Le régiment Ba|riya dans l’armée mamelouke», Revue des études islamiques, 19 (1951). 104 AYALON, DAVID, «Studies on the Structure of the Mamluk Army (I, II et III)», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 15-16 (1953-1954). 105 AYALON, Some Remarks on the economic decline of the Mamluk sultanate, AYALON, DAVID, «The End of the Mamluk Sultanate (Why did the Ottomans spare the Mamluks of Egypt and wipe out the mamluks of Syria?)», Studia Islamica, 65 (1987). 106 AYALON, DAVID, Gunpowder and Firearms in the Mamluk Kingdom: A Challenge to a Mediaeval Society, London, 1956, puis réédité en 1978, AYALON, DAVID, The Impact of Firearms on the Muslim World, Princeton, 1975.

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

265

accuse Selim d’utiliser les armes à feu ne veut pas dire que celles-ci marquèrent le cours des événements, ni surtout reflète la pensée d’Ibn Zunbul sur la défaite mamelouke. Ibn Zunbul avait longuement médité sur les implications de cette confrontation, et il rédigea à ce sujet une monographie107. En 1954, Ayalon avait lu le texte et traduit certains passages qui concernaient ces vétérans ou Qar…ni¡, des soldats formés sous les régimes antérieurs et dont l’obéissance au nouveau souverain était douteuse108. Ayalon savait bien que le leitmotiv du livre d’Ibn Zunbul était la faible cohésion politique de l’armée, l’opposition fatale entre vétérans et recrues et le rôle crucial de la désaffection des ßulb…n d’al-Ýawr† dans la défaite. Ce n’est pas sans raison qu’Ayalon n’apporte jamais de preuves explicites permettant de conclure que le cours de la bataille fut déterminé par les armes à feu, expurgeant soigneusement la pléthore d’allusions d’Ibn Zunbul à la décomposition interne de l’armée. Pour Ibn Zunbul, l’artillerie ottomane ne servit qu’à balayer des soldats en déroute, une fois qu’un coup de théâtre se fut produit: la défection des propres soldats d’al-Ýawr†, et la trahison étudiée des élites militaires syriennes, s’étant depuis quelque temps moralement désolidarisées, de facto, de l’autorité du sultan. Le rôle de la province syrienne (à Alep la population reçut par les armes les mamelouks fugitifs) les implications des problèmes financiers de l’armée (cause de la haine des recrues pour leur maître) réapparaissent à nouveau comme pour réclamer que l’historiographie des évenéments de 1516-17 sorte définitivement de l’«histoire-bataille». L’acte final de l’histoire mamelouke contient des éléments beaucoup plus significatifs que l’emploi des armes à feu. Si un simple fait d’armes a servi à étayer la vision d’Ayalon sur les causes profondes de la chute mamelouke, il n’est pas sans intérêt de s’intéresser à ce fait d’armes à nouveau pour un instant. Des problèmes financiers et des questions liées au gouvernement de la Syrie apparaissent dans les récits d’Ibn ¦™l™n et Ibn Zunbul comme étant à l’origine des tensions. En juin 1516, les vétérans s’étaient révoltés contre le sultan à Damas car ils se sentaient méprisés par rapport aux recrues109. L’expédition sultanienne qui devait faire face à Selim trouva à Alep une élite militaire enrichie, ce qui frappa fortement les soldats venus du Caire et les rendit plus mécontents encore de leurs salaires. Le sultan fut témoin d’un spectacle bizarre quand, pour résoudre leurs problèmes financiers avec le personnel fiscal de Damas, plusieurs émirs en profitèrent pour échanger des accusations 107 IBN ZUNBUL, A|mad Ibn ‘Al† al-Ramm…l, W…qi‘at al-sultan al-Ýawr† ma‘ Sal†m al-‘UÅm…n† éd. ‘Abd al-Mun‘im Am†r, Adab al-›arb, Le Caire, 1997. 108 AYALON, DAVID, «Who were the Qar…ni¡?», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 16 (1954), pp. 73-90. 109 IBN T•L•N, Muf…kahat al-²ill…n, II, p. 20.

266

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

de détournement et soulever d’autres querelles pour des dettes, allant jusqu’à 50.000 dinars, avec le N…©ir al-ßayš Mu|ibb al-d†n au centre110. La population et les élites militaires d’Alep furent considérées davantage comme des éléments étrangers que comme les avant-gardes de l’Empire; la ville, y compris la demeure d’un émir, fut pillée par les mercenaires mécontents. Mais surtout, Ibn Zunbul donne la priorité à la division des différents éléments de l’armée dans les causes de la défaite. Il attribue une importance radicale à la confrontation entre les Qar…ni¡ et les ßulb…n achetés par alÝawr†. En effet, il avait toujours existé un équilibre, capitalisé par les sultans, entre les Qar…ni¡ et les ßulb…n, où l’on privilégiait ces derniers mais en faisant quelques concessions aux vétérans pour prévenir des ambitions hégémoniques. La faction la plus ancienne, d’après Jean-Claude Garcin, jouait un rôle décisif lors des transitions d’un sultan à un autre, les Qar…ni¡ réussissant à mettre hors jeu les jeunes recrues lors de l’avènement d’un nouveau prince. Cela avait donné de la stabilité au système et avait articulé la succession pendant l’époque circassienne. Aux temps d’al-M™’ayyad Šay² et de Barsbāy, le recours aux revenus du commerce international avait étayé un régime faible, permettant aux sultans d’acheter des mamelouks pour consolider leur position parmi les autres factions non circassiennes. Le procédé répondait plus à des logiques internes qu’à une préoccupation d’organisation du régime à long terme. Presque un siècle plus tard, pourtant, ce n’était plus de l’acquisition de mamelouks que les sultans avaient besoin. Tant Q…ytb…y comme al-Ýawr† avaient résolu ce problème, réussissant à accumuler des milliers de recrues. Les ressources à disposition du prince s’étaient élargies de façon à permettre l’achat et la formation de mamelouks, mais à payer seulement de façon irrégulière leurs salaires, et les frais exceptionnels ne pouvaient être assumés que de façon tout-à-fait défaillante. Sous al-Ýawr†, un autre phénomène devint plus inquiétant que la taille de la base militaire de son pouvoir: l’expérience traumatique de l’ «interrègne» de 1496-1502 et des premiers années d’incessante instabilité des factions l’avait poussé à minimiser la présence et l’importance des Qar…ni¡. L’objectif d’Ayalon quand il étudia la W…qi‘at al-Sul¥…n al-Ýawr† d’Ibn Zunbul en 1954 était de montrer la discrimination dont étaient victimes les Qar…ni¡ par rapport aux recrues du sultan en charge, en termes de paiement, de dotations foncières, et de soutien politique. Ayalon apporta des preuves de cette discrimination sous al-Ýawr†, de même que Petry, qui montra comment les recrues les plus jeunes 110 Le directeur de la Monnaie, les magistrats et les consuls des Francs jetèrent des pièces d’or sur la tête du sultan pendant un défilé, ibid., II, pp. 17-19.

CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517)

267

arrivèrent, durant ces années-là, à se défaire des vétérans pour leur arracher leurs iq¥…’…t. C’était une pratique courante pour les sultans mamelouks de sacrifier militairement les Qar…ni¡ dans la bataille en faveur de leurs ßulb…n, ce qu’al-Ýawr† n’hésita pas à faire à MarÞ D…biq. Comme sous Q…ytb…y, quinze ans de continuité dans la formation des cohortes avaient favorisé la prééminence des propres mamelouks d’al-Ýawr† dans les rangs de l’armée. Ibn Zunbul souligne qu’al-Ýawr† avait bâti une armée entièrement sur ses propres ßulb…n111, rompant ainsi le vieil équilibre qui empêchait leur hégémonie. C’est à partir de cette hégémonie qu’Ibn Zunbul développe ses positions, dans un esprit clairement politique et sans chercher de faux-fuyants. Il reconnaît que les Ottomans avaient adopté les armes à feu, ainsi que l’imposante supériorité numérique de leur armée. Mais, pour Ibn Zunbul, la question est ailleurs. En effet, Al-Ýawr† n’avait pas perdu de temps pour envoyer les vétérans contre Selim dès le début de la bataille, «pour régler ses comptes avec eux car il craignait leur haine». Il réserva donc les rangs de ses 13.000 ßulb…n dans la bataille, de façon tellement évidente qu’il finit par entraîner la défection finale de 2.000 vétérans, quand un deuxième effort leur fut demandé. Al-Ýawr† agit de cette façon parce que les premières phases de la bataille lui furent clairement favorables mais, quand les événements tournèrent mal, les ßulb…n ne vinrent pas non plus à son aide: «seuls 2000 soldats combattirent ce jour... et les ßulb…n d’al-Ýawr†, qu’il avait achetés, ne bougèrent pas de leurs positions...»112. Nombre d’eux suivirent à la défection d’un corps entier de l’armée sous les ordres du gouverneur d’Alep, ³…yrbak, défection qui s’était organisée sous les yeux impassibles d’al-Ýawr†, car il craignait celle du gouverneur de Damas. Une fois maître de la Syrie, Selim sut gagner la sympathie de la population d’Alep et l’appui de la magistrature: il supprima des taxes, et enfin assista à une messe chrétienne à Jérusalem113. Le problème, sous le règne d’al-Ýawr†, fut donc ce rôle de premier ordre joué par les ßulb…n, qui ne trouvèrent plus d’obstacle à leurs actes d’indiscipline ni de refus à leurs exigences d’argent. Une finance appauvrie ne fit qu’augmenter leurs actes de rébellion. La base politique traditionnelle du prince mamelouk devint de la sorte la seule opposition à laquelle il fut confronté, 111

IBN ZUNBUL, W…qi‘at al-sultan al-Ýawr† ma‘ Sal†m al-‘UÅm…n†, p. 30. Ibid., p. 33. 113 Voir l’opuscule anonyme intitulée Omnia que gesta sunt in orie[n]te inter Sophin & maximum Turcaru[m] & Soldanum: & que[m]admodu[m] Dux Turca[rum] cepit alepu[m] & Damascu[m] & Hyerusale[m] cu[m] o[mn]ibus circu[m]sta[n]tib[us] oppidis: & sicut maxim[us] Turca[rum] voluit audir[e] vna[m] missam apud S. Sep. Jesu Xpi., Basilea, 1518. 112

268

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

et se détacha progressivement de lui. Au cours du dernier acte de l’histoire mamelouke, les ßulb…n, paradigmes du mercenaire payé en or et toujours prêt à demander d’avantage pour le prix de ses services, se révélèrent être de mauvais associés pour la défense de l’Etat.

CONCLUSIONS

L’arrivée au pouvoir des Circassiens fut la conséquence d’une constellation de circonstances. Ils formaient en effet une faction de l’armée, fondée sur des racines ethniques et avec une tradition d’action politique, mais ce fut aussi grâce à l’action d’un homme politique exceptionnel, Barq™q, qui sut tirer profit de la lutte des militaires YalbuÐ…w†s et s’approprier leurs efforts antérieurs pour s’emparer du pouvoir. Les raisons pour lesquelles les premiers sultans circassiens prirent conscience de l’importance du commerce pour leurs projets sont au nombre de deux: ils comptaient d’une part sur certains appuis à l‘intérieur de l’institution militaire, mais il se heurtaient encore à des nombreuses factions hostiles. D’autre part, ils se saisirent du pouvoir d’un Etat construit sur une base économique terrienne et géré selon des traditions administratives qui avaient été conçues avant 1250. Au début du XVe siècle, et à cause de phénomènes comme la peste et la dépopulation, l’institution de l’esclavage militaire soutenue par des iqt…’…t semblait difficile à gérer à long terme. Barq™q, son fils FaraÞ et surtout al-M™’ayyad Šay² favorisèrent des changements qui étaient déjà en train de se produire, comme l’essor d’un milieu de négociants plus liés à l’Egypte et à la Syrie qu’à la diaspora marchande de la Mer Rouge. L’association au régime de certaines familles égyptiennes des K…rim†, comme les al-³arr™b†, puis celle de certains grands marchands internationaux comme Šay² ‘Al†, Ibn al-Muzalliq ou Ibr…h†m al-Is‘ard†, comptent parmi les changements sociaux qui accompagnèrent le renouveau politique. Quand Barsbay en finit avec les marchands K…rim†, au moyen de décrets d’expulsion, il ne fit qu’achever une tâche qui avait commencé sous ses prédécesseurs: le remplacement du groupement par d’autres élites financières proches des cercles du pouvoir. L’association du régime à un milieu financier déterminé est difficile à recontruire. Néanmoins, elle est d’autant plus importante qu’elle permit la consolidation au pouvoir d’une faction des militaires, d’ailleurs avec l’entourage hostile des élites mameloukes. La manifestation institutionnelle et, par conséquent, plus tangible, de cette association est la création de la charge de ³aw…Þ… sous le règne d’al Mu’ayyad Šay² (1412-1421). Mais, comme

270

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

nous l’avons vu, la création du poste ne fit que rendre officiel le rapport de patronage qui s’était déjà forgé entre le sultan et certains entrepreneurs. La construction de ce rapport de patronage, la montée des premiers ³aw…Þ… et la consolidation des nouvelles pratiques du pouvoir mamelouk coïncide donc avec les années les plus dificiles du régime. Jean-Claude Garcin a signalé que les Circassiens ne devinrent hégémoniques dans la politique mamelouke que sous le règne de Tatar (1421); la collaboration des ³aw…Þ… syriens, de certaines milieux civils “alexandrins”, et l’influence acquise par Šay² dans les ports du ³iÞ…z jouèrent un rôle important dans l’consolidation de cette position hégémonique, du moins du point de vue financier. En termes de “construction” étatique, la montée des Circassiens au pouvoir produisit un effet de “dédoublement” des fonctions et des structures principales de l’Etat. L’articulation de l’action politique autour de l’élément ethnique exacerba ce trait, d’ailleurs typique des Etats dits patrimoniaux. Le fait que Barq™q ait dû recourir à la solidarité ethnique pour parachever son ascension vers le pouvoir eut une grande influence sur les premiers choix institutionnels, conçus par réaction à l’hégémonie des factions turques rivales. Les réformes en matière militaire et administrative furent donc marquées par la préoccupation initiale de se doter d’un contrôle sur des secteurs “propres” de l’armée et d’avoir accès à des ressources “propres” pour les financer. Cela devint patent dans la création du corps des Mamelouks Sultaniens par Barquq et du D†w…n al-Mufrad pour les financer. Bien que les sultans circassiens aient tenté depuis le début de réorganiser les Iq¥…’…t au bénéfice des nouveaux corps de mamelouks sultaniens, le trait caractéristique du financement de l’Etat fut la recherche de moyens dans le domaine de l’économie des échanges. D’une certaine manière, les Circassiens développèrent leur Etat depuis ce noyau ou embryon, qui s’élargit jusqu’à dépasser en importance les autres secteurs de l’armée et les ressources à leur disposition. Ces choix sur le terrain de l’organisation politique dictèrent aussi ce qui allait être la priorité des derniers Circassiens: l’allocation d’énormes ressources pour la création et le maintien d’une base propre de mamelouks, tâche compliquée par le caractère quasimercenaire de ces derniers. Les efforts des Circassiens pour tirer des revenus du commerce ne s’exprimèrent pas à travers la création d’une nouvelle bureaucratie, mais par le truchement d’une action indirecte, à l’aide des marchands ³aw…Þ… et d’autres secteurs civils. Ce travail d’expérimentation politique naquit sous le règne d’al-M™’ayyad Šay², et non sous celui de Barsb…y. Dans un cadre de crise économique sévère et de luttes constantes pour le pouvoir, l’appui qu’al-M™’ayyad Šay² reçut des administrateurs alexandrins et des marchands ³aw…Þ… fut très important. Ce fut pendant son règne que le gouvernement

CONCLUSIONS

271

commença à acquérir des épices en mer Rouge, à les véhiculer et à les placer ensuite en Méditerranée et que ses médiateurs civils commencèrent à apparaître comme jouissant du patronage sultanien. La recherche de ces formules dans le domaine des échanges comporta une série d’efforts dans diverses directions, la plupart étant des procédès ad hoc en matière administrative et fiscale. Šay² et ses successeurs usèrent largement du transfert de juridiction en matière économique. Les premières manifestations de ce transfert furent les mus…ma|…t et les droits de juridiction accordés aux ³aw…Þ… mais, sur le terrain des pratiques, d’autres attributions associées aux douanes fonctionnaient de la même façon. Bon nombre de compétences effectives étaient données aux possesseurs de charges contre de l’argent. A travers la concession d’emprunts, que les émirs et fonctionnaires des villes marchandes remboursaient aux négociants en exemptions fiscales, beaucoup d’opérations échappaient au fisc sultanien. A plus vaste echelle, la généralisation de cette pratique se produisit en Syrie où elle prit la forme de la vénalité des charges civiles. Le système de stocks mis en place sous al-®…hir ßaqmaq constitua le point culminant de ce processus d’action indirecte sur les échanges marchands. Signé hors des canaux diplomatiques et appliqué dans un premier temps en province, l’accord était basé, dans une grande mesure, sur la collaboration de la guilde vénitienne de commerce, ainsi que sur d’autres partenaires informels comme les ³aw…Þ…. Mais surtout, il était l’effet d’une synergie entre le pouvoir sultanien et les groupements ayant capacité de décision à Venise, synergie qui peut être qualifiée de collusion. Le projet sultanien des stocks n’aurait pas été possible sans la collaboration des autorités vénitiennes pour fournir une demande constante et, plus que probablement, sans celle de fournisseurs indiens d’épices comme Calicut. Nous devons conclure à l’existence d’intérêts communs qui permettaient aux différents partenaires méditerranéens de conclure des pactes et des accords informels dans le but d’isoler un secteur du commerce et de l’arracher à la concurrence privée. Cette collaboration était biaisée sur certains groupements et certaines guildes marchandes, auxquelles on attribuait une juridiction sur les secteurs où le pouvoir sultanien avait des intérêts. Cependant, la façon dont les autorités politiques concevaient cette collaboration produisit un conflit à moyen terme, car elle ne tenait pas compte de la rationalité du marchand levantin ni des intérêts des investisseurs individuels. Ces derniers recherchaient le gain et avaient du mal à réaliser l’importance du maintien, à tout prix, de certaines pratiques, comme la continuité des galères publiques et de leurs anciens monopoles. La faillite du système mit en évidence que, contrairement aux opinions des néo-institutionnalistes, les

272

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

guildes de commerce n’étaient pas des institutions économiques répondant à des besoins d’organisation pratiques, mais qu’elles étaient contrôlées politiquement. En termes d’organisation économique, les problèmes rencontrés par les guildes européennes mettent en évidence que les organisations collectives perdaient en cohésion quand elles percevaient une instrumentalisation politique excessive de leurs efforts. L’atout que constituait le fait de contribuer à un fonds d’assurance et d’amortissement de frais communs diminuait à partir d’un certain seuil, quand les négociants avaient l’impression que leurs impôts étaient détournés pour maintenir une utilisation politique du commerce. A Gênes comme à Venise, les conseils et les institutions qui avaient juridiction sur les trafics firent preuve d’une énorme ténacité dans le maintien de leurs propres positions, et montrèrent une certaine tendance à permettre l’existence de formes inefficaces d’organisation économique. Le parti de la mer vénitien en est le paradigme car il réussit à maintenir son influence jusqu’au début du XVe siècle, quand ses membres n’étaient plus représentatifs de la noblesse vénitienne ni des nouveaux intérêts continentaux de la cité. A l’aube de l’Age Moderne, l’espace politique méditerranéen était marqué par l’interaction de ces institutions dont chacune, cependant, était héritière de développements historiques très différents. Les institutions présentes dans les échanges, ainsi que les pratiques et discours qui émanaient d’elles, variaient en raison des groupements dominants dans les diverses villes, de l’existence ou non de traditions politiques de participation et surtout des intérêts stratégiques sous-jaçents au commerce. Au Caire, la priorité était dictée par le maitien d’une machinerie militaire extrêmement chère; à Gênes ce qui primait était le remboursement de la dette publique et, à Venise, c’était le maintien d’un ensemble d’institutions et de pratiques de régulation très anciennes, articulées autour des galères de la muda. La Méditerranée était la scène où les acteurs négociaient des intérêts communs, mais en suivant des stratégies fort différentes, parfois divergentes, d’où la faible utilité de certaines approches historiographiques, basées sur la concurrence entre les divers centres. La maximisation du gain peut constituer une motivation valable pour certains individus comme les marchands levantins, mais elle est d’une utilité douteuse pour comprendre les systèmes politiques et les manières d’agir des groupements dirigeants. Les ressemblances des stocks avec les systèmes de commerce administré nous permettent de replacer la politique mamelouke dans le débat ouvert par K. Polanyi et son école. L’intérêt des stocks réside dans le fait que le commerce de longue distance joue un rôle fonctionnel dans l’Etat. Le but du gouvernant n’est pas la maximisation du bénéfice mais l’approvisionnement en monnaie forte pour payer les mercenaires, notamment

CONCLUSIONS

273

pour affronter les frais exceptionnels qui pèsent de plus en plus sur le budget. Certes, le système garnit le trésor du souverain, mais ce dernier ne suit en aucun cas une stratégie de maximisation des profits, et n’hésite pas, le cas échéant, à renoncer au gain et même à vendre ses épices à des prix inférieurs à ceux du marché. L’un des centres où l’on négociait les diverses positions en matière de commerce était la Cour du Caire. La Citadelle n’était pas seulement la demeure des émirs et le lieu de formation des recrues; lors des négociations diplomatiques, celle-ci devenait un lieu où les pouvoirs de la périphérie, comme les communautés marchandes ou les groupements élitaires de l’administration, tentaient leur chance face aux sultans. Les relations diplomatiques des autres Etats avec les Mamelouks, relations qui se jouaient sur le terrain du commerce, dépendaient, en grande mesure, du succès de ces processus. Les rapports de force entre les divers pouvoirs de la périphérie étaient également renégociés lors des pourparlers avec le sultan. Par exemple, en 1489, les relations entre les Vénitiens de Syrie et le noyau dur d’administrateurs damascènes comme Mu|ibb al-d†n al-Aslam†, al-‘Adaw† ou le ³aw…Þ… ‘Is… al-Q…rr† furent redéfinies en faveur des premiers. Les membres de ce groupement d’administrateurs damascènes se considéraient légitimés par leur défense des intérêts sultaniens, mais leurs positions à l’endroit des Vénitiens étaient devenus trop dures et le sultan dut leur retirer sa confiance. L’élection d’un candidat favorable aux Vénitiens et la démission temporaire de Mu|ibb al-d†n furent interprétées par les autres membres du réseau, tel ‘Is… al-Q…rr†, comme une censure sévère et comme la perte de leur statut. Le volumineux dossier de l’ambassadeur Pietro Diedo illustre la dynamique particulière de ces négociations. Les hauts fonctionnaires civils et certains grands Q…ÿ†s formaient un entourage très étroit de conseillers autour des sultans. Ces civils avaient beaucoup plus de possibilités d’influencer le résultat final que les militaires. Ils préparaient des réunions informelles pour conditionner la volonté des ambassadeurs, qui se voyaient par la suite soumis à une forte pression lors des rencontres avec le sultan, plus rigides et protocolaires. Compte tenu de l’importance financière de la présence vénitienne, les négociations avaient un caractère nettement pragmatique. L’importance de questions strictement diplomatiques ou religieuses était très limitée mais celles-ci pouvaient être utilisées comme monnaie d’échange pour obtenir des avantages économiques. Malgré l’importance de l’élément civil lors des négociations à la Cour mamelouke, l’action et l’influence des diverses parties étaient appréciées en fonction de leur capacité à influencer les militaires, qui avaient un accès “direct” au sultan en tant qu’individus égaux en statut à ce dernier. Le sultanat continuait à être un pouvoir réglé par l’institution militaire

274

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

mais dont l’autorité s’affirmait à travers un rapport négocié avec la périphérie et avec les milieux civils et financiers. La vénalité des charges en Syrie, charges pour lesquelles les civils payaient des prix élevés, devint un véritable système qui organisait le gouvernement de la province. Les sultans, surtout à partir 1470, monétisèrent ainsi leur arbitrage entre les divers groupements civils qui convoitaient ces charges. En raison de cette vénalité, du constant transfert de juridiction, de l’importance croissante du commerce et des communautés étrangères, mais surtout, du conflit entre celles-ci et leurs métropoles, la Syrie offrit le témoignage de la convergence de divers processus d’émancipation. La Syrie était périphérique en termes politiques, mais elle devint vers la fin du siècle la tête commerciale de l’Empire. Les élites civiles syriennes avaient un caractère éminemment local, la circulation vers le centre et les parcours administratifs des Syriens au Caire étant des phénomènes rares. La continuité dans l’approche des marchands francs était caractéristique de ces élites, parmi lesquelles figuraient la plupart des ³aw…Þa, appartenant parfois à des familles avec une tradition dans cette charge. Les administrateurs de Syrie, notamment ceux qui traitaient des affaires commerciales et qui géraient les épices du sultan, tendaient à développer des carrières longues, rendant difficile le fait de les déplacer avec les années. Le profil des administrateurs de la périphérie, et notamment de ceux occupant des postes liés à la finance, était tout à fait différent de celui des bureaucrates du Caire, plus étudiés, et permet de comprendre de nombreuses manifestations et pratiques de l’autorité sultanienne. Le gouvernement de la Syrie devint une affaire marquée tantôt par la collaboration, tantôt par le conflit avec le centre. Les sultans circassiens, qui s’étaient appuyés sur les médiateurs économiques et sur les élites civiles pour avoir une place dans le commerce, assistaient désormais à la création de forts intérêts locaux. Des phénomènes semblables caractérisaient, du reste, d’autres périphéries plus proches comme celle d’Alexandrie. La création d’un milieu syrien différent, dans le domaine des affaires et de la politique, apparut nettement lors de l’envoi de Pietro Zen à Damas, en 1508-1509. L’enquête qu’il effectua sur les comptes du Cottimo révéla les contacts de vastes secteurs des élites civiles et militaires syriennes avec le commerce des Francs. Ses recherches mirent également à découvert le rôle du crédit comme expression du pouvoir du Cottimo dans la vie politique de la province. En raison des expectatives de gain soulevées par l’arrivée régulière des convois vénitiens, les élites syriennes avaient d’intenses rapports financiers avec le Cottimo. La magistrature religieuse participait également à cette prolifération du crédit car elle jouait, entre autres, un rôle dans la garde des dépôts. Les sultans, pour des raisons prétendument idéologiques, censuraient

275

CONCLUSIONS

275

ces pratiques financières, mais les exactions et l’envoi constant de ³a¡¡ak†s pour réquisitionner l’argent des fondations religieuses et des secrétaires enrichis montraient leur perte d’influence sur les échanges. Quant aux membres des communautés marchandes, la gestion de Zen à la tête du Cottimo de Damas ne fut qu’une parenthèse dans un processus de crise très long. Les marchands vénitiens avaient développé des agissements typiques des diasporas marchandes, comme le comportement ambigu à l’endroit de la métropole, dont ils ne partageaient les intérêts que partiellement. Ils avaient commencé dans les années 1480 à contester sérieusement les taxes prélevées sur leurs affaires pour honorer les accords avec le sultan. A l’époque où Zen fut envoyé pour diriger le Cottimo, toute une série de pratiques de fraude montrait, de la part des négociants, un refus plus général, notamment des divers monopoles associés au système des galères d’Etat. Les accords signés plus de cinquante ans auparavant avaient fait en sorte que le contrôle et la fiscalisation de l’investissement privé jouent en faveur du gouvernement vénitien comme du fisc sultanien. Echappant au contrôle fiscal, la contestation des marchands s’adressait à Venise mais aussi au Caire, parfois –et cela est significatif– avec la connivence des administrateurs locaux. En effet, au cours des négociations avec les élites damascènes au sujet des créanciers arabes, Zen montra que les Vénitiens étaient de véritables “enfants du pays” et qu’ils pouvaient toujours trouver une solution avec les élites locales, notamment avec les civils. L’élan vers la centralisation entrepris par les premiers sultans circassiens avait glissé vers la cession de pouvoir aux partenaires financiers et vers une indépendance accrue de certains milieux locaux. L’absence d’un schéma normalisé de compétences pour les diverses structures administratives en province affaiblit le pouvoir des derniers Circassiens. Les sultans s’étaient plutôt appuyés sur des médiateurs individuels que sur des d†w…ns et des fonctions déterminées, ce qui empêcha la consolidation de pratiques de fiscalisation de l’activité marchande. Par conséquent l’exécution des desseins du souverain resta très souvent subordonnée aux rapports de force locaux. Le transfert de droits de juridiction aux administrateurs des villes commerciales comme aux Francs eux-mêmes (sous la forme de privilèges d’extraterritorialité, de l’ouverture du système monétaire, etc.) eut le même effet, aggravé par la position périphérique des diasporas marchandes. Tout cela, cependant, ne fut que l’effet d’une politique conditionnée par le besoin de subvenir aux frais militaires. En raison du rôle stratégique de leur investissement, les Vénitiens, qui avaient souffert des préjudices avec les premières initiatives circassiennes en matière de commerce, finirent par renforcer leur capacité de marchander avec le régime. Ils augmentèrent la pression sur les sultans pendant les dernières

276

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

négociations. Ils modifièrent d’abord les conditions des stocks pour en tirer un plus grand profit, en forçant le sultan à accepter le paiement en cuivre, et finirent par dépouiller le commerce administré de tout intérêt pour le Caire. La collusion entre les gouvernements de Venise et du Caire sur le terrain des échanges apparut clairement quand la relâche du système de stocks entraîna de façon immédiate celle des monopoles vénitiens de transports d’épices. Cependant, la dépendance du fisc sultanien à l’endroit du commerce ne cessa pas car le problème de la conformation de l’armée n’était guère résolu. Au contraire, il semblait aggravé par la position dominante des recrues en son sein et par l’augmentation de leurs exigences, conséquence de la longue durée des mandats de Q…yt-B…y et de Q…ns™h al-Ýawr†. Les innovations, quoique hésitantes, de ce dernier s’étendirent également au terrain des épices, mais comme les expérimentations dans le domaine des awq…f, étudiées par Petry, celles-ci disparurent avec le sultanat en 1517. Le maintien d’une armée hautement professionnelle n’avait donc conduit ni vers la centralisation politique ni vers la création de structures bureaucratiques.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

1. SOURCES MANUSCRITES A)

MANUSCRITS ARABES

Al- Maq¡ad al- Raf†‘ al-munš…’ al-h…d† lil-¡in…‘at al-Inš…’, Paris, Bibliothèque Nationale de France, manuscrits arabes, n.° 4439. IBN ›IßßAH AL-›AMƒW‡, Taq† al-d†n Ab™ Bakr Ibn ‘Al†, Qahwat alInsh…, Le Caire, D…r al-Kutub al-Qawmiyya, Adab, n.° 335. AL-MAL¦‡, ‘Abd al-B…si¥ Ibn ³al†l, al-Rawÿ al-b…sim f† ²aw…diÅ al-‘umr wa-al-tar…Þim, Roma, Roma, Biblioteca Apostolica Vaticana, Manoscritti Arabi, n.° 729.

B)

COLLECTIONS VÉNITIENNES

Archivio di Stato de Venise: Procuratori de San Marco, Commissarie Miste, Commissaria Antonio Zane, Busta 128a. Procuratori de San Marco, Commissarie Miste, Commissaria Biagio Dolphin, Busta 180-181. Procuratori de San Marco, Citra, Commissaria Lorenzo Dolphin, Busta 282. Notaio Cristoforo del Fiore, Venise, Cancelleria Inferiore, Notai, Busta 83 II. Notaio Giovanni Campione, Venise, Cancelleria Inferiore, Notai, Busta 36. Notaio Niccolò Turiano, Venise, Cancelleria Inferiore, Notai, Busta 211. Notaio Giacomo della Torre Venise, Cancelleria Inferiore, Notai, notarile 14832. Notaio Antonello de Vactaciis, Venise, Cancelleria Inferiore, Notai, Busta 222. Notaio Francesco Degli Elmi, Venise, Cancelleria Inferiore, Notai, Busta 83 II. Notaio Niccolò Venier, Venise, Cancelleria Inferiore, Notai, Busta 230.

278

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

Notaio Vettore de Bofantinus, Venise, Cancelleria Inferiore, Notai, Busta 22. Notaio Cristoforo de Persicini, Notarile, Testamenti, Busta 750. Miscellanea Gregolin, Microfilm n.° 9 et n.° 2. Senato Mar, n.° VI, VII, VIII, IX, X, XII. Libro del Capitolare del Cottimo de Damasco, Cinque Savi alla Mercanzia, Busta 946-947. Libro del Capitolare del Cottimo d’Alessandria, Cinque Savi alla Mercanzia, Busta 944-944b. Tariffa d’Alexandrie, Cinque Savi alla Mercanzia, serie I, Busta 868. Senato, Deliberazioni Secrete, reg. 43. Bibliothèque du Civico Museo Correr de Venise: Correspondance Pietro Zen, Venise, Manuscrits Dandolo, Provenienza Diversa, C 975-51. Dechiarazion e modo oservado nel tuor del piper del soldan estrar di cotimi de dano de piper da el vegner de miser Lion da Molin per mo consolo nel paexe del 1449 de zener fino questo di, Venise, Manuscrits Cicogna, 3281-III-31. Traité de 1442, Manuscrits Donà delle Rose, n.° 217.

C)

COLLECTIONS GÉNOISES

Archivio di Stato de Gênes Cahier de la Massaria Génoise à Alexandrie (1472-1475), archivio segreto, 2774 C. Cahier de la Massaria Génoise à Alexandrie (1500-1502), archivio segreto, 2774 C. Documents relatifs à la crise financière de la Massaria, Banco di S. Giorgio, Cancelleria, Primi cancellieri delle compere di San Giorgio, Busta 88. Archivio Segreto, Materie Politiche, 18b-2737b.

2. SOURCES PUBLIÉES A)

SOURCES ARABES

AL-‘ALMAW‡, ‘Abd al-B…si¥ et AL-NU‘AYM‡, ‘Abd al-Q…dir, «Description of Damas, traduit par Henri Sauvaire», Journal asiatique 9th ser. (1894-1896), pp. 251-318, 385-501, 242-331, 460-503, 269-315, 377411, 221-313, 409-484, 185-285.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

279

AL-BUŸRAW‡, ‘Al† Ibn Y™suf, T…’r†² al-Bu¡raw†: ¡afa|…t maÞh™la min t… ri² Dimašq f† ‘A¡r al-mam…l†k, min sanat 871 H li-Ð…yat 904 H, éd. Akram ›asan ‘Ulab† (Dimašq-Bayr™t, D…r al-Ma’m™n lil-tur…Å 1988). AL-FƒS‡, Taq† al-d†n Mu|ammad, al-‘Iqd al-Åam†n f† t…ri² al-balad al-am†n, éd. Fu´…d Sayyid., 8 vols., Le Caire, Ma¥ba‘at al-Sunna al-Mu|ammadiyah 1959-1969. AL-ßAWHAR‡, ‘Al† ibn D…w™d ibn al-øayraf†, Nuzhat al-nuf™s wa-al-abd…n fi taw…r†² al-Zam…n, éd. ›asan ›abaš†, Le Caire, al-Hay’a al-Mi¡riyah al-‘ƒmma lil-Kit…b, 1970-1994. –, Inb…’ al-Ha¡r bi-Anb…’ al-‘A¡r, éd. ›asan Habaš†, al-Hay’a al-Mi¡riyah al-‘ƒmma lil-Kit…b, 2002. AL-MAL¦‡, ‘Abd al-B…si¥ ibn ³al†l, `Abdalbasit b. Halil. «Deux récits de voyage inédits en Afrique du Nord au XVe siècle: `Abdalbasit b. Halil et Adorne», edited and translated by Robert Brunschvig, Paris, Larose, 1936. AL-MAQR‡Z‡, A|mad Ibn ‘Al†, Kit…b al-sul™k li-Ma‘rifat duwal al-mul™k, éd. Sa‘†d ‘Abd al-Fatta| ‘Aš™r, Le Caire, Ma¥ba‘at D…r al-Kutub, 1970-1973. –, Ighathat al-Ummah bi-Kashf al-Ghummah, éd. Sa`id `Abd al-Fattah `Ashur, Cairo, D…r al-Hil…l, 1990. –, al-Maw…’iz wa-al-I‘tib…r f† ÷ikr al-³i¥a¥ wa-al-AÅ…r, éd. Ayman Fu’…d Sayyid, Londres, M™’assasat al-Furq…n lil-Tur…Å al-Isl…m†, 2002. AL-NAHRAWƒL‡, Qutb al-D†n Mu|ammad ibn A|mad al-Makk† (1511-1580), Cutb ed-Dîn’s Geschichte der Stadt Mekka und ihres Tempels. Texte arabe édité par Ferdinand Wüstenfeld, Leipzig, 1857. AL-QALQAŠAND‡, Ših…b al-d†n A|mad, øub| al-A‘sh… f† øin…‘…t al-Inš…’, 14 vols., Le Caire, al-M™’asasa al-Mi¡riyya al-‘ƒmma lil-T…’l†f waal-TarÞama wa-al-¦ib…‘a wa-al-Našr, 1964. AL-SA³AW‡, Šams ad-Din Mu|ammad, al-þaw al-l…mi‘ li ahl al-qarn al-T…si‘, 12 vols., Le Caire, 1934-1936. AL-¦ABBƒ³, Mu|ammad Raghib, I‘l…m al-nubal…’ bi-t…r†² |alab al-šahb…’, 7 vols., Alep, al-Ma¥ba‘a al-‘Ilmiya 1923-1926.

280

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

AL-ZƒHIR‡, Ýars al-d†n ³al†l Ibn Šah†n, Zoubdat kachf el-Mamâlik; tableau politique et administratif de l’Égypte, de la Syrie et du Hidjâz sous la domination des sultans mamloûks du XIIIe au XVe siècle, éd. Paul Ravaisse (Paris, Ernest Leroux 1894). IBN A߃, Šams al-d†n Mu|ammad, T…’r†² al-Am†r Yašbak al-®…hir†, éd. ‘Abd al-Q…dir A|mad Talim…t, Damas, D…r al-Fikr al-‘Arab† n.d. IBN AL-FURƒT, Mu|ammad Ibn ‘Abd al-Ra|†m, T…’r†² Ibn al-Fur…t, éd. Qustantin Zurayq and NaÞla ‘Izz al-d†n, Beirut, American University of Beirut Press, 1936-1942. IBN AL-›IMS‡, Ših…b al-d†n A|mad, Haw…diÅ al-Zam…n wa-wafay…t alšuyu² wa-al-Aqr…n, 1-3 éd. ‘Abd al-‘Az†z Fayyad ›arf™š, Beyrouth, D…r al-Naf…’is, 1996. –, Haw…diÅ al-Zam…n wa-wafay…t al-šuyu² wa-al-Aqr…n, éd. ‘Umar ‘Abd al-Sal…m Tadmur†, 3 vols., Sidon-Beirut, al-Maktaba al-‘A¡riya, 1999. IBN AL-ŠIHNA, Mu|ibb al-d†n, T…´r†² |alab, éd. Keiko Ohta, Tokyo, Institute for the Study of Languages and Cultures of Asia and Africa, 1990. IBN FAHD, ‘Umar Ibn Mu|ammad, It|…f al-War… bi-A²b…r Umm al-Qur…, éd. Fah†m Mu|ammad øalt™t, 5 vols. , Makkah, ß…mi‘at Umm al-Qur… - Markaz al-Ba|Å al-‘Ilm† wa-I|y…’ al-Tur…Å al-Isl…m†, 1983-1990. IBN FAHD, ß…r All…h Mu|ammad, Kit…b Nayl al-Mun… bi-÷ayl Bul™Ð al-Qur… li-Takmilat It|…f al-War…, T…’r†² Makkah al-Mukarramah min Sanat 922 H il… 946 H), éd. Mu|ammad al-›ab†b, 2 vols., Beyrouth, Mu’assasat al-Furq…n lil-Tur…Å al-Isl…m†, 2000. IBN ›AßAR AL-‘ASQALƒN‡, A|mad ibn ‘Al†, al-Durar al-k…minah f† a‘y…n al-mi’ah al-Å…minah, éd. Mu|ammad Sayyid ß…d al-›aqq, 5 vols., Le Caire, D…r al-Kutub al-›ad†Åah, 1966-1968. –, Inba’ al-Ýumr bi-Abn…’ al-‘Umr f† al-T…’r†², éd. Mu|ammad ‘Abd al-Mu‘†d ³…n, 9 vols., Hyderabad, Ma¥ba‘at MaÞlis Da’irat al-Ma‘…rif al-‘UÅm…niyah, 1967-1976. –, Inba’ al-Ýumr bi-Abn…’ al-‘Umr f† al-T…’r†², éd. ›asan ›abaš†, 3 vols., Le Caire, al-MaÞlis al-A‘l… lil-Shu’™n al-Isl…miyah, 1969-1972. –, Inba’ al-Ýumr bi-Abn…’ al-‘Umr f† al-T…’r†², éd. Mu|ammad A|mad Duhm…n, Damas, Maktabat al-Diras…t al-Isl…miyah, 1979.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

281

IBN IYƒS, Mu|ammad Ibn A|mad, Bad…’i‘ al-zuh™r fi waq…’i‘ al-duh™r, éd. Mu|ammad Mus¥af…, Le Caire, 1960. –, Bad…’i‘ al-zuh™r fi waq…’i‘ al-duh™r, éd. Mu|ammad Mus¥af…, Le Caire, al-Hay’a al-Mi¡riyah al-‘Amma lil-Kit…b, 1982. IBN Qƒþ‡ ŠUHBA, Taq† al-d†n Ab™ Bakr, T…’r†² Ibn Q…ÿ† Šuhbah, éd. ‘Adn…n Darw†š (Damas, Institut français de Damas 1977). IBN TA‹R‡BIRD‡, Ab™-l-Ma|…sin Y™suf, Abû ‘l-Mahâsin ibn Taghrî Birdî’s Annals entitled Annujûm az-zâhirâ fî mulûk Misr walKâhirâ, éd. William Popper, Berkeley, Berkeley University Press, 1909-1936. –, Extracts from Abû ‘l-Mahâsin ibn Taghrî Birdî’s Chronicle Entitled Hawâdith ad-Duhûr fî Madâ ‘l-Ayyâm wash-Shuhûr, éd. William Popper, Berkeley, University of California Press, 1930-1942. –, al-Manhal al-¡…f† wa-al-mu¡¥awf† ba‘da al-waf†, éd. Mu|ammad Mu|ammad Am†n, 7 vols., Le Caire, al-Hay’a al-Mi¡riyah al-‘Amma lil-Kit…b, 1984-1993. IBN ¦AWQ, Ših…b al-d†n A|mad, al-Ta‘l†q: Yawmiy…t Ših…b al-d†n A|mad ibn ¦awq 834-915H / 1430-1509M: Mu÷akkirat Kutibat bi-Dimašq fi Aw…²ir al-‘Ahd al-Maml™k† 885-908H / 1480-1502M, éd. Ja‘far alMu|…Þir, Damas, Institut français d’études arabes, 2000. IBN T•L•N, Šams al-d†n Mu|ammad Ibn ‘Al†, Quÿ…t Dimašq: al-Å…Ðir al-bass…m f† ÷ikr man wuliyya qaÿ…’ al-Š…m, éd. øal…| al-d†n al-MunaÞÞid, Damas, 1956. –, Muf…kahat al-²ill…n fi |aw…diÅ al-Zam…n, éd. Mu|ammad Mu¡¥af…, 2 vols., Le Caire, al-Mu’assasah al-Mi¡riyah al-‘Ammah lil-Ta’l†f waal-TarÞamah wa-al-¦iba‘ah wa-al-Našr, 1962-1964. IBN ZUNBUL, A|mad Ibn ‘Al† al-Ramm…l, W…qi‘at al-sultan al-Ýawr† ma‘ Sal†m al-‘UÅm…n† éd. ‘Abd al-Mun‘im Am†r, Adab al-›arb, Le Caire, al-Hay’a al-Mi¡riyah al-‘Amma lil-Kit…b, 1997. SIB¦ IBN AL-‘AßAM‡, Ab™ åarr, «Les trésors d’or» de Sib¥ Ibn al-‘AÞam†. édité par Jean Sauvaget, éd. Jean Sauvaget, Beyrouth, Institut français de Damas, 1950.

282 B)

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

SOURCES EUROPÉENNES

ADORNO, Anselmo, Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre Sainte, 14701471, texte édité, traduit et annoté par Jacques Heers et Georgette de Groer, Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, 1978. Ambasciata straordinaria al sultano d’Egitto (1489-1490), éd. Franco Rossi, Venezia, Comitato per la pubblicazione delle fonti relative alla storia di Venezia, 1988. Anekdota eggrapha gia te Rodo kai te Noties Sporades apo to archeio to Ioanniton Ippoton (Unpublished Documents concerning Rhodes and the South-East Aegean Islands from the Archives of the Order of St. John).1 (1421-1453), éd. Zacharias N. Tsirpanlis (Rodos, 1995). BRANCACCI, Felice, «Diario di Felice Brancacci, Ambasciatore con Carlo Federighi al Cairo per il Comune di Firenze (1422)», Archivio Storico Italiano, 8 (1881), quarta serie, pp. 157-188, 326-334. Diplomatarium veneto-levantinum sive acta et diplomata res venetas graecas atque levantis illustrantia. 2 éd. G. M. Thomas and R. Predelli, Venezia, Deputazione Veneta di Storia Patria, 1880-1899. DOLFIN, Pietro, Annalium Venetorum, éd. Roberto Cessi and Paolo Sambin,Venezia, 1943. DURAN I DUELT, Daniel, Kastellórizo, una isla griega bajo dominio de Alfonso el Magnánimo (1450-1458): colección documental, Barcelona, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Institució Milà i Fontanals, Departamento de Estudios Medievales, 2003. HOURS, Francis, «Fraude commerciale et politique internationale: les relations entre l’Egypte et Venise d’après une lettre de Qayt Bay (14721473)», Bulletin d’études orientales, 25 (1972), pp. 173-183. La infancia de Baybars / traducido del árabe al francés y anotado en este idioma por Georges Bohas y Jean-Patrick Guillaume; traducido del francés al español y anotado por M.a Jesús Díaz Orueta, Madrid, 2003.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

283

LUCCHETTA, Francesca, «L’’affare Zen’ in Levante nel primo Cinquecento», Studi Veneziani, 10 (1968), pp. 109-219. MALIPIERO, Domenico, Annali veneti dall’anno 1457 al 1500, éd. Francesco Longo and Agostino Sagredo, 1834-1844. MARIN, Carlo Antonio, Storia civile e politica del commercio de’ veneziani di Carlo Antonio Marin, 8 vols., Venise, Stamperia Coleti, 1798-1808. NALLINO, Maria, «L’Egitto dalla morte di Qa’it Bay all’avvento di Qansuh al-Guri (1496-1501) nei «Diarii» di Marin Sanudo», Accademia dei Lincei-Rendiconti Morali, Serie VIII-Vol. XX (1965), pp. 414-453. NAURA, Robert, «Les K…rim†s aux Archives de Venise», JESHO, 1 (1958), p. 333. Omnia que gesta sunt in orie[n]te inter Sophin & maximum Turcaru[m] & Soldanum: & que[m]admodu[m] Dux Turca[rum] cepit alepu[m] & Damascu[m] & Hyerusale[m] cu[m] o[mn]ibus circu[m]sta[n]tib[us] oppidis: & sicut maxim[us] Turca[rum] voluit audir[e] vna[m] missam apud S. Sep. Jesu Xpi., (Basilea, Pamphilus Gegenbach 1518). PRIULI, Girolamo, «Girolamo Priuli e i suoi Diarii (I portoghesi nell’India e i veneziani in Egitto)», éd. R. Fulin, Archivio Veneto, XXII / II (1881), pp. 137-248. –, I diarii di Girolamo Priuli [1494-1512], éd. Arturo Segre and Roberto Cessi, Bologna, Nicola Zanichelli 1921-1941. REINAUD, Joseph Toussaint, «Traités de commerce entre la république de Venise et les derniers sultans mameloucs d’Égypte (traduits de l’italien, et accompagnés d’éclaircissements)», Journal asiatique, 4 (1829), pp. 22-50. SANUDO, Marino, I diarii di Marino Sanuto, (Bologna, 1969). Servodio Peccator, Notaio in Venezia e Alessandria d’Egitto, éd. Franco Rossi, Venezia, 1983. WANSBROUGH, John, «A Mamluk Commercial Treaty Concluded with the Republic of Florence, 894/1489» dans Documents from Islamic Chanceries, édité par S. M. Stern, Oxford, Bruno Cassirer, 1965, pp. 39-79.

284

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

ZURITA, Jerónimo, Anales de Aragón. Document numérisé (http://www.dpz. es/ifc/catalogo/listacat.asp). Dernière consultation: février 2006.

2. ÉTUDES ‘ABD AL-SAYYID, Ra|†m ‘Am†n, Qiy…m dawlat al-mam…l†k al-Å…nia, Le Caire, D…r al-Kit…b al-`Arab† lil-¦ib…`ah wa-al-Našr, 1966. ‘ABD AL-RƒZIQ, A|mad, «Les gouverneurs d’Alexandrie au temps des Mamluks», Annales Islamologiques, XVIII (1982), pp. 123-169. ABITBOL, Michel, Les commerçants du roi: une élite économique judéomarocaine au XIX e siècle: lettres du Makhzen, trad. et annotées, Paris, Maisonneuve & Larose 1998. AIGLE, Denise, Le Fars sous la domination mongole; politique et fiscalité (XIIIe-XIV e siècle), Studia Iranica, cahier 31, Paris, 2005. AL-AŠQAR, Mu|ammad ‘abd al-Ý…n†, TuÞÞ…r al-¥aw…bil f† mi¡r f† al-‘a¡r almaml™k†, T…r†² al-Mi¡riy†n, Le Caire, al-Hay’a al-Mi¡riya al-‘ƒmma lil-Kit…b 1999. AMITAI, Reuven, «Al-Maqrizi as a Historian of the Early Mamluk Sultanate (or: Is al-Maqrizi an Unrecognized Historiographical Villain?)», Mamluk Studies Review, 7 (2003), pp. 99-118. APELLÁNIZ RUIZ DE GALARRETA, Francisco Javier, «Banquiers, diplomates et pouvoir sultanien: une affaire d’épices sous les Mamelouks circassiens», Annales Islamologiques/Hawliyat Islamiyah, 38 (2004), pp. 285-304. ASHTOR, Eliyahu, «The K…rim† Merchants», Journal of the Royal Asiatic Society (1956), pp. 45-56. –, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, Paris, SEVPEN, 1969. –, «L’apogée du commerce vénitien au Levant: un nouvel essai d’explication», Actes du colloque: Atti del II convegno internazionale di storia della civiltà veneziana: Venezia: centro di mediazione tra Oriente e Occidente (secoli XV-XVI): aspetti e problemi, Venise, 3-6 octobre 1973, Florence, Leo S. Olschki editore, 1977, pp. 307-326.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

285

–, «The Venetian Supremacy in the Levantine Trade: Monopoly or Pre-Colonialism», Journal of European Economic History, 3 (1974), pp. 5-53. –, «Le monopole de Barsb…y d’après des sources vénitiennes», Anuario de Estudios Medievales, 9 (1974-1979), pp. 551-572. –, «Profits from Trade with the Levant in the Fifteenth Century», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 38 (1975), pp. 250-275. –, «Le taux d’intérêt dans l’Orient médiéval», dans Fatti e idee di storia economica nei secoli XII-XX: Studi dedicati a Franco Borlandi, ed. B. Dini, Bologna, Il Mulino, 1977, pp. 197-213. –, Levant Trade in the Later Middle Ages, Princeton, N. J., Princeton University Press, 1983. AUBIN, Jean, «Marchands de Mer Rouge et du Golfe Persique au tournant des 15e et 16e siècles» dans Marchands et Hommes d’affaires asiatiques dans l’Océan Indien et la Mer de Chine 13e-20e siècles. Etudes publiées sous la direction de Denys Lombard et Jean Aubin, édité par Jean Aubin and Denys Lombard. Paris, EHESS, 1988, pp. 83-90. AYALON, David, «The Circassians in the Mamluk Kingdom», Journal of the American Oriental Society, 69 (1949), pp. 135-147. –, «Le régiment Ba|riya dans l’armée mamelouke», Revue des études islamiques, 19 (1951), pp. 133-141. –, «Studies on the Structure of the Mamluk Army (II)», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 15 (1953), pp. 448-476. –, «Studies on the Structure of the Mamluk Army (I)», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 15 (1953), pp. 203-228. –, «Studies on the Structure of the Mamluk Army (I, II et III)», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 15-16 (1953-1954). –, «Who were the Qar…ni¡?», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 16 (1954), pp. 73-90. –, Gunpowder and Firearms in the Mamluk Kingdom: A Challenge to a Mediaeval Society, London, Vallentine, Mitchell, 1956. –, «The System of Payment in Mamluk Military Society», JESHO (1958), pp. 37-65 et 257-296. –: «Le phénomène mamelouk», dans Le phénomène mamelouk dans l’Orient islamique, Paris, Presses Universitaires de Fance, 1966, pp. 41-51. –, The Impact of Firearms on the Muslim World, Princeton, Princeton University, 1975.

286

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

–, «The End of the Mamluk Sultanate (Why did the Ottomans spare the Mamluks of Egypt and wipe out the mamluks of Syria?)», Studia Islamica, 65 (1987), pp. 125-148. –, «Some Remarks on the economic decline of the Mamluk sultanate», Jerusalem Studies in Arabic and Islam, 16 (1993), pp. 108-124. BAGHDIANTZ MCCABE, Ina, «Global Trading Ambitions in Diaspora: The Armenians and their Eurasian Silk Trade, 1530-1750» dans Diaspora Entrepreneurial Networks: Four Centuries of History, édité par I. Baghdiantz McCabe, G. Harlaftis and I. Pepelasis, Oxford-New York, Berg, 2005, pp. 27-49. BENVENUTI, Gino, Storia della Repubblica di Genova, Milano, Mursia, 1977. BLANCHARD, Ian, The Egyptian Specie Market and the Gold Crisis in the Fifteenth Century 1985. Document numérisé (http://www.ianblanchard.com/Mid_Ages/alexandria.pdf). Dernière consultation: avril 2006. BOUCHON, Geneviève, «Un microcosme: Calicut au 16e siècle» dans Marchands et Hommes d’affaires asiatiques dans l’Océan Indien et la Mer de Chine 13e- 20e siècles. Etudes publiées sous la direction de Denys Lombard et Jean Aubin, édité par Jean Aubin and Denys Lombard, Paris, EHESS, 1988, pp. 49-59. CAHEN, Claude, Revue de «A Mediterranean Society: The Jewish Communities as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza», I, Economic Foundations, par S. D. Goitein Journal of the Economic and Social History of the Orient, 12 (1969), pp. 212-217. –: «Y a-t-il eu des corporations professionnelles dans le monde musulman classique? quelques notes et réflexions» dans The Islamic City, édité par S. M. Stern and A. Hourani, Oxford, 1970, pp. 51-63. CALMARD, Jean, «Les Marchands Iraniens. Formation et montée d’un groupe de pression 16e-19e siècles» dans Marchands et Hommes d’affaires asiatiques dans l’Océan Indien et la Mer de Chine 13e-20e siècles. Etudes publiées sous la direction de Denys Lombard et Jean Aubin, édité par Jean Aubin and Denys Lombard. Paris: EHESS, 1988, pp. 91-109.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

287

CIOLEK, T. Matthew, Old World Trade Routes (OWTRAD) Project (1999 présent, dernière consultation: juin 2007), document numérisé, www. ciolek.com/owtrad.html. COLIN, Jean, Cyriaque d’Ancône: Le voyageur, le marchand, l’humaniste, Paris, Maloine, 1981. COMBE, Étienne, «Les sultans mamlouks: Ashraf Sha`bân (764-778 H. 1363-1376 A.D.) et Ghauri (906-922 H. 1501-1516 A.D.) à Alexandrie», Bulletin de la Société royale d’archéologie d’Alexandrie, 9 (1936-1937), pp. 34-48. –, «La texte de Nuwairi sur l’attaque d’Alexandrie par Pierre I de Lusignan», Maºallat Kulliyat al-Ad…b, ßami‘at Far™q al-Awwal, 3 (1946), pp. 99-110. –, «Alexandrie au Moyen Âge: Le sac de la ville par Pierre Ier de Lusignan en 1365», Cahiers d’Alexandrie, 2 (1964), pp. 9-28. COOK, M.A, Islam: «A Comment» dans Europe and the Rise of Capitalism, édité par Jean Baechler. Oxford, Basil Blackwell, 1988, pp. 131-135 COULON, Damien, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen âge: un siècle de relations avec l’Égypte et la Syrie-Palestine (ca.1330ca.1430), Madrid-Barcelone, Casa de Velázquez-Institut Europeu de la Mediterrània 2004. CURTIN, Philip D., «Africa North of the Forest» dans African history: from earliest times to independence, London, New York, Longman, 1995. DARRAG, A|mad, L’Égypte sous le règne de Barsb…y, 825-841/1422-1438, Damas, Institut français de Damas, 1961. DE LA BROQUIÈRE, Bertrandon, Le voyage d’outremer de Bertrandon de La Broquière, premier écuyer tranchant et conseiller de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, éd. Ch. Schefer, Paris, E. Leroux, 1892. DE ROOVER, Raymond, «The Organization of Trade» dans The Cambridge Economic History of Europe, édité par M.M. Postan, E.E. Rich and E. Miller. Cambridge: Cambridge University Press, 1965, pp. 42-118. DÉCOBERT, Christian, «Alexandrie au XIIIe siècle: une nouvelle topographie» dans Alexandrie médiévale, 1, édité par Christian Décobert and J.-E. Empereur, Le Caire, IFAO, 1998, pp. 71-100.

288

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

DENOIX, Sylvie, «Les notions de «privé» et de «public» dans le monde musulman sunnite médiéval» dans Public et privé en Islam. Espaces, autorités et libertés, édité par M. Kerrou, Paris, 2002, pp. 123-151. DESSI, Roberta and SHEILAGH, Ogilvie, Social Capital and Collusion: The Case of Merchant Guilds (Long Version). Document numérisé (http:// www.econ.cam.ac.uk/faculty/ogilvie/interests-social-capital.htm), dernière consultation: février 2006. –: The Political Economy of Merchant Guilds: Commitment or Collusion? 2004, document numérisé (http://idei.fr/doc/wp/2004/political_guilds.pdf), dernière consultation: février 2006. DI TUCCI, Raffaele, Le imposte sul commercio genovese fino alla gestione del Banco di San Giorgio, Bergamo, C. Nava, 1931. DOLS, Michael W., The Black Death in the Middle East, Princeton University, 1971. DOUMERC, Bernard, «Le parti de la mer à Venise à la fin du XVe sècle: une étude de prosopographie» dans Oriente e Occidente tra medioevo ed età moderna: studi in onore di Geo Pistarino, édité par Laura Balleto. Genova: G. Brigati, 1997, pp. 177-190. DOUMERC, Bernard et STOCKLY, Doris, «L’évolution du capitalisme marchand à Venise: Le financement des galere da mercato à la fin du XVe siècle», Annales HSS, janvier-février 1995, pp. 133-157. DUFOURCQ, Charles-Emmanuel, «La continuité des activités catalanoaragonaises dans les états musulmans méditerranéens d’Alphonse le Magnanime à Ferdinand le Catholique», Actes du colloque: La Corona d’Aragona e il Mediterraneo: aspetti e problemi comuni da Alfonso il Magnanimo a Ferdinando il Cattolico (1416-1516), IX Congresso di Storia della Corona d’Aragona, 1973, vol. II, Naples, 1982, pp. 199-223. EATON, Richard M. «Multiple Lenses: Differing perspectives of FifteenthCentury Calicut», Essays on Islam and Indian History, Oxford University Press, New Delhi, 2000. ELIAS, Norbert, La dynamique de l’occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

289

EPSTEIN, Stephan R., Freedom and growth: the rise of states and markets in Europe, 1300-1750, London-New York, 2000. ERTMAN, Thomas, «Explaining Variation in Early Modern State Structure: The Cases of England and the German Territorial States», dans Rethinking Leviatan: The Eighteenth-Century State in Britain and Germany, édité par John Brewer et Eckhart Hellmuth, Oxford University Press, 1998, pp. 23-53. FELLONI, Giuseppe, «Stato Genovese, finanza pubblica e ricchezza privata: un profilo storico», dans Fra spazio e tempo, studi in onore di Luigi de Rosa: Dal Medioevo al Seicento, édité par Ilaria Zilli, 1995. FISCHEL, Walter J., «The Spice Trade in Mamluk Egypt: A Contribution to the Economic History of Medieval Islam», Journal of the Economic and Social History of the Orient, 1 (1958), pp. 157-174. –, «Ascensus Barcoch (I) and (II): A Latin Biography of the Mamluk Sultan Barquq of Egypt (d. 1399)», written by B. de Mignanelli in 1416, Arabica, 6 (1959), pp. 57-74, 152-172 –, Ibn Khaldun in Egypt: His Public Functions and His Historical Research (1382-1406). A Study in Islamic Historiography, Berkeley and Los Angeles, University of California, 1967. GALIANI, Ferdinando, Dialogo sul commercio dei grani, éd. Emanuele Ronchetti, Roma, Editori Riuniti, 1978. GARCIN, Jean-Claude, «La ‘méditerranéisation’ de l’empire mamelouk sous les sultans bahrides», Rivista degli studi orientali, 48 (1973-1974), pp. 109-116. –, «Transport des épices et espace égyptien entre le XIe et le XVe siécle», Annals de Bretagne et des pays de l’Ouest, 85 (1978), pp. 305-314. –, «The Mamluk Military System and the Blocking of Medieval Moslem Society» dans Europe and the Rise of Capitalism, édité par Jean Baechler, Oxford, Basil Blackwell, 1988, pp. 113-130. –, «The Regime of the Circassian Mamluks» dans The Cambridge History of Egypt, vol. 1, Islamic Egypt, 640-1517, édité par Carl F. Petry, Cambridge University Press, 1998, pp. 290-317. –, «Les Villes» dans Etats, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, Xe-XVe siècles, édité par Jean-Claude Garcin. Paris: Presses Universitaires de Fance, 2000, pp. 129-171.

290

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

GOITEIN, Shelomo Dov, «New Light on the Beginnings of the Karim Merchants», Journal of the Economic and Social History of the Orient, 1 (1958), pp. 175-184. –, «The Documents of the Cairo Geniza as a Source for Mediterranean Social History», Journal of the American Oriental Society, 80 (1960), pp. 91-100. –, «The beginnings of the Karim merchants and the character of their organization» dans Studies in Islamic History and Institutions, Leiden, Brill, 1968, pp. 351-360. –, «The Mentality of the Middle Class in Medieval Islam» dans Studies in Islamic History and Institutions, Leiden, Brill, 1968, pp. 242-254. GREIF, Avner, «Reputation and Coalitions in Medieval Trade: Evidence on the Maghribi Traders», The Journal of Economic History, 49 (1989), pp. 885-882. –, «Institutions and International Trade: Lessons from the Commercial Revolution», The American Economic Review, 82 (1992), pp. 128-133. –, «On the Political Foundations of the Late Medieval Commercial Revolution: Genoa During the Twelfth and Thirteenth Centuries», The Journal of Economic History, 54 (1994), pp. 271-287. GREIF, Avner; MILGROM Paul and WEINGAST, Barry R., «Coordination, Commitment, and Enforcement: The Case of the Merchant Guild», Journal of Political Economy, 102 (1994), pp. 745-776. HAR-EL, Shai, Struggle for Domination in the Middle East: The OttomanMamluk War, 1485-91, Leiden, Brill, 1995. HEERS, Jacques, Genes au XVe siècle: Civilisation méditerranéenne, grand capitalisme et capitalisme populaire, Paris, Flammarion, 1971. –, «Les Génois en Angleterre: La crise de 1458-1466» dans Société et économie à Genes (XIVe-XVesiècles). London, Variorum Reprints, 1979. HEYD, Wilhelm, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, Amsterdam, Adolf M. Hakkert, 1967. HOCQUET, Jean-Claude, «Capitalisme Marchand et Classe Marchande a Venise au temps de la Renaissance», Annales ESC, 34 (1974), pp. 279-304.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

291

HOPKINS, T.K, «Sociology and the Substantive View of the Economy» dans Trade and Market in the Early Empires: Economies in History and Theory, édité par Karl Polanyi, Conrad M. Arensberg and Harry W. Pearson. Chicago: Gateway, 1957. HUMPHREYS, R. Stephen, «The Politics of the Mamluk Sultanate», Mamluk Studies Review, 9 (2005). INALCIK, Halil, «Bursa and the Commerce of the Levant», Journal of the Economic and Social History of the Orient, 3 (1960), pp. 131-147. IRWIN, Robert, «Under Western Eyes: A History of Mamluk Studies», Mamluk Studies Review, 4 (2000), pp. 27-51. ISSAWI, Charles, «The Decline of the Middle Eastern Trade, 1100-1850» dans Islam and the Trade of Asia: A Colloquium, édité par D. S. Richards, Oxford – Philadelphia, Bruno Cassirer - University of Pennsylvania Press, 1970, pp. 245-266. LABIB, Subhi, «Karimi» dans The Encyclopaedia of Islam, 2d edition, vol. 4, Leiden, E. J. Brill, 1978, pp. 640-643. LANE, Frederic Chapin, «Fleets and Fairs: The Functions of the Venetian Muda» dans Studi in onori di Armando Sapori. Milan, Istituto Editoriale Cisalpino, 1957, pp. 649-663. –, «Venetian Shipping during the Commercial Revolution» dans Venice and history: the collected papers of Frederic C. Lane, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1966, pp. 3-25. –, «Venetian Bankers» dans Venice and history: the collected papers of Frederic C. Lane, édité par Johns Hopkins University Press, Baltimore, 1966, pp. 69-86. –, «The Venetian Galleys to Alexandria, 1344» dans Wirtschaftskräfte und Wirtschaftswege. I: Mittelmeer und Kontinent: Festschrift für Hermann Kellenbenz, édité par Jürgen Schneider, Stuttgart, 1978, pp. 431-440. –, Venise: une république maritime, Paris, 1998. LAPIDUS, Ira M., Muslim Cities in the Later Middle Ages, Cambridge, Harvard University Press, 1966.

292

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

LEVANONI, Amalia, «The Consolidation of Aybak’s Rule: An Example of Factionalism in the Mamluk State», Der Islam, 71 (1994), pp. 251-254. –, A turning point in Mamluk history: the third reign of al-Nasir Muhammad ibn Qalawun (1310-1341), Leiden-New York, 1995. LEWY, Julius, «Some Aspects of Commercial Life in Assyria and Asia Minor in the Nineteenth Pre-Christian Century», Journal of the American Oriental Society, 1958, pp. 89-101. LITTLE, Donald P., «Historiography of the Ayubid and Mamluk epochs» dans The Cambridge history of Egypt, édité par Carl F. Petry and M. W. Daly. Cambridge-New York, 1998, pp. 412-444. –, «The Governance of Jerusalem under Qaytbay» dans The Mamluks in Egyptian and Syrian Politics and Society, édité par Amalia Levanoni and Michael Winter. Leiden: Brill, 2004, pp. 143-161. LOPEZ, Robert, «Market Expansion: The Case of Genoa», The Journal of Economic History, 24 (1964), pp. 445-464. LOPEZ, Robert; MISKIMIN Harry and UDOVITCH, Abraham, «England to Egypt, 1350-1500: Long-term Trends and Long-distance Trade» dans Studies in the Economic History of the Middle East from the Rise of Islam to the present day, édité par M.A. Cook, Londres, Oxford University Press, 1970, pp. 93-128. LUCCHETTA, Giuliano, «L’Oriente mediterraneo nella cultura di Venezia tra il quattro e il cinquecento» dans Storia della cultura veneta, édité par Girolamo Arnaldi and Manlio Stocchi. Vicenza: Neri Pozza editore, 1980, pp. 375-432, MACHIAVELLI, Niccolò, Il Principe, éd. Giorgio Inglese, Torino, 1995. –, Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, éd. Corrado Vivanti, Torino, 2000. MAGALHAES GODINHO, Vitorino, «Le repli Vénitien et la Route du Cap, 1496-1533» dans Eventail de l’histoire vivante: hommage à Lucien Febvre, édité par A. Colin. Paris, 1953, pp. 283-300.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

293

MARTEL-THOUMIAN, Bernadette, «Mu|ibb al-d†n Sal…ma b. Y™suf al’Aslam†, un secrétaire à Damas sous les derniers sultans mamlouks» dans Proceedings of the 6th, 7th and 8th International Colloquium, Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras III, édité par Urbain Vermeulen et Jo Van Steenbergen, Leuven, 1988-1999 (2001), pp. 219-269. –, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamluk (IXe/XV e siècle), Damas, Institut français de Damas, 1992. –, «Les élites urbaines sous les Mamlouks circassiens: quelques éléments de réflexion», Actes du colloque: Proceedings of the 6th, 7th and 8th International Colloquium, Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras III, édité par Urbain Vermeulen et Jo Van Steenbergen. Leuven, 1988-1999 (2001), pp. 271-308. MARTÍNEZ MONTÁVEZ, Pedro, «La oscilación del precio del trigo en El Cairo durante el régimen mameluco (Tesis inédita)», Universidad de Madrid, 1963. MASSOUD, Sami G., «Al-Maqr†z† as a Historian of sultan Barq™q», Mamluk Studies Review, 7 (2003), pp. 119-136. MELOY, John L., «Mamluk Authority, Meccan Autonomy, and Red Sea Trade, 797-859/1395-1455», Ph.D. diss., The University of Chicago, 1998. –, «Imperial Strategy and Political Exigency: The Red Sea Spice Trade and the Mamluk Sultanate in the Fifteenth Century», Journal of the American Oriental Society, (2003), pp. 1-19. MICHEL, Bernard, «L’organisation financière de l’Égypte sous les sultans mamelouks d’après Qalqachandi», Bulletin de l’Institut égyptien, 7 (1925), pp. 127-147. MILGROM, PAUL DOUGLASS, C. NORTH and WEINGAST, BARRY R., «The Role of Institutions in the revival of Trade: The Law Merchant, Private Judges, and the Champagne Fairs», Economics and Politics, 2 (1990), pp. 1-21. MILGROM, Paul and ROBERT, John, «Predation, Reputation, and Entry Deterrence», Journal of Economic Theory, 27 (1982), pp. 280-312 MORTEL, Richard T., «The Mercantile Community of Mecca during the Late Mamluk Period», Journal of the Royal Asiatic Society, 4 (1994), pp. 15-35.

294

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

–, «Taxation in the amirate of Mecca during the medieval period», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 58 (1995), pp. 1-16. –, «The Decline of Mamluk Civil Bureaucracy in the Fifteenth Century: The Career of Abu l-Khayr al-Nahhas», Journal of Islamic Studies, 6 (1995), pp. 173-188. –, «Madrasas in Mecca during the Medieval Period: A Descriptive Study Based on Literary Sources», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 30 (1997), pp. 236-252. –, «Ribats in Mecca during the Medieval Period: A Descriptive Study Based on Literary Sources», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 61 (1998), pp. 29-50. MOUTON, Jean-Michel, Le Sinaï Médiéval: Un espace stratégique de l’Islam, Paris, Presses Universitaires de Fance, 2000. MUELLER, Reinhold C., Money and banking in medieval and Renaissance Venice: The Venetian money market: banks, panics, and the public debt, 1200-1500, Baltimore, 1997. NORTH, Douglass C., Structure and Change in Economic History, New YorkLondon, W.W Norton, 1981. NORTHRUP, Linda S., «The Ba|r† Mamluk Sultanate, 1250-1390» dans The Cambridge History of Egypt, édité par Carl F. Petry, Cambridge University Press, 1988, pp. 242-289. OPPENHEIM, Adolph Leo, «The Seafaring Merchants of Ur», Journal of the American Oriental Society, (1954), pp. 6-17. OUERFELLI, Mohamed, «Les relations entre le royaume de Chypre et le sultanat mamelouk au XVe siècle», Le Moyen Age, CX (2004), pp. 327-344. OULAD-HAMMOU, Khalid, «Sakhawi et les marchands. Recherche sur les gens de commerce au XVe siècle dans l’empire mamelouk», Thèse inédite, Université Aix - Marseille 1, 2004-2005. PALMER, Herbert Richmond, «The Kano Chronicle», The Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 38 (1908), pp. 58-98. PEDANI, Maria, «Gli ultimi accordi tra i sultani mamelucchi d’Egitto e la repubblica di Venezia», Quaderni di Studi Arabi, 12 (1994), pp. 49-64.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

295

PERASSO, Flavia, «Il governo del Banco di San Giorgio in Corsica e le istruzioni per Cristoforo Cattaneo (1490)», Medioevo: saggi e rassegne, 24 (1999), pp. 161-187. PETRY, Carl F., The civilian elite of Cairo in the later Middle Ages, Princeton, N.J., 1981. –, Twilight of majesty: the reigns of the Mamluk Sultans al-Ashraf Qaytbay and Qansuh al-Ghawri in Egypt, Seattle, Henry M. Jackson School of International Studies, Middle East Center 1993. –, Protectors or praetorians?: the last Mamluk sultans and Egypt’s waning as a great power, Albany, SUNY series in medieval Middle East history, 1994. –, «The military institution and innovation in the late Mamluk period» dans The Cambridge history of Egypt., Cambridge-New York, Cambridge University Press, 1998, pp. 462-489. –, «Fractionalized Estates in a Centralized Regime: The Holdings of al-Ashraf Qayt-Bay and Qansuh al-Ghawri According to their Waqf deeds», JESHO, 41 (1998). PETTI BALBI, Giovanna, «La Massaria Genovese di Alessandria d’Egitto nel Quattrocento», Studi Storici, 2 (1997). –, «I Visconti di Genova: identità e funzioni dei Carmadino (secc.X-XII)», Archivio Storico Italiano, Anno CLVIII (2000), pp. 679-720. PEZZOLO, Luciano, Il fisco dei veneziani: finanza pubblica ed economia tra XV e XVII secolo, Sommacampagna, Cierre, 2003. PIRENNE, Henri, «The Stages in the Social History of Capitalism», The American Historical Review, 3 (1914), pp. 494-515. POLANYI, Karl, «Marketless Trading in Hammurabi’s Time» dans Trade and Market in the Early Empires: Economies in History and Theory, édité par Karl Polanyi, Conrad M. Arensberg and Harry W. Pearson. Chicago: Gateway, 1957, pp. 12-27. –, «Ports of Trade in Early Societies», The Journal of Economic History, 23 (1963), pp. 30-45. POPPER, William, Egypt and Syria under the Circassian sultans, 1382-1468 A.D.; systematic notes to Ibn Taghrî Birdî’s chronicles of Egypt, éd. University of California Press, Berkeley, 1955.

296

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

RABIE, Hassanein: «The Size and Value of the Iq¥…‘ in Egypt, 564-741 A.H. 1169-1341 A.D.» dans Studies in the Economic History of the Middle East from the Rise of Islam to the present day, édité par M.A. Cook. London: Oxford University Press, 1970. – «Political Relations between the Safavids of Persia and the Mamluks of Egypt and Syria in the Early Sixteenth Century», al-MaÞallah alT…’r†²iyah al-Mi¡riyah, 26 (1979), pp. 33-47. REVEL, Jacques, «Micro-analyse et construction du social» dans Un parcours critique, Paris, Galaade, 2007, pp. 56-85. RODINSON, Maxime, Préface à “El señor del zoco en España: edades media y moderna”, de P. Chalmeta, Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1973, pp. XV-LXIX. RUZAFA, Manuel, «Els Origens d’una familia de mercaders mudèjars en el segle XV: Çaat Ripoll (1381-1422)», Afers, 7 (1988-89), pp. 169-188. SA’D Zaghlul, «‘Abd al-›am†d: al-‘AÅr al-maÐrib† wa al-andalus† fi-lmuÞtama‘ al-iskandar†» dans MuÞtama‘ al-Iskandariyah ‘Abr al‘U¡™r. Alexandrie, ß…mi‘at al-Iskandariyah - Kulliyat al-Ad…b, 1975, pp. 207-271. SERJEANT, Robert Bertram, «Yemeni Merchants and Trade in Yemen, 13 th-16th Centuries» dans Marchands et Hommes d’affaires asiatiques dans l’Océan Indien et la Mer de Chine 13e- 20e siècles. Etudes publiées sous la direction de Denys Lombard et Jean Aubin, édité par Jean Aubin and Denys Lombard, Paris, EHESS, 1988, pp. 61-83. SIDDIQI, Muhammad Nejatullah, «An Overview of Public Borrowing in Early Islamic History», Review of Islamic Economics, 2/2 (1993), pp. 1-16. STOCKLY, Doris, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin XIIIe-milieu XVesiècle), Leiden-New York-Koln, E. J. Brill, 1995. SUBRAHMANYAM, Sanjay, «Of Imarat and Tijarat: Asian Merchants and State Power in the Western Indian Ocean», Comparative Studies in Society and History, 37 (1995), pp. 750-780.

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

297

THENAUD, Jean, Le voyage d’Outremer (Égypte, Mont Sinay, Palestine) suivi de la relation de l’ambassade de Domenico Trevisan auprès du Soudan d’Égypte 1512, éd. Charles Schefer, Paris, Leroux, 1884. THEUNISSEN, Hans, «Ottoman-Venetian diplomatics: the ‘ahd-names: the historical background and the development of a category of politicalcommercial instruments together with an annotated edition of a corpus of relevant documents», EJOS, I (1998), no. 2, pp.1-698, Document numérisé (http://www2.let.uu.nl/solis/anpt/ejos/EJOS-I.2.html), dernière consultation: février 2006. THOMAZ, Luis Filipe, F. R, «Malaka et ses communautés marchandes au tournant du 16e siècle» dans Marchands et Hommes d’affaires asiatiques dans l’Océan Indien et la Mer de Chine 13e - 20e siècles. Etudes publiées sous la direction de Denys Lombard et Jean Aubin, édité par Jean Aubin and Denys Lombard, Paris, EHESS, 1988, pp. 31-49. VALLET, Eric, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du XV e siècle: pour l’honneur et le profit, Paris, Association pour le développement de l’histoire économique, 1999. VAN GELDER, Geert. Jan, Ibn |iÞÞah al-|am…w†. The Chicago Online Encyclopedia of Mamluk Studies. Document numérisé (http://artfl.uchicago.edu/cgi-bin/philologic/getobject.pl?c.0:1.mamluk), dernière consultation: mai 2006. VERCELLIN, Giorgio, Istituzioni del mondo musulmano, Torino, Einaudi, 2002. VILADRICH, Mercè, «L’extraterriotarialitat del dret: una concesió otorgada al cònsol dels catalans a Alexandria el 1430», Actes du colloque: Convegno internazionale di storia della corona d’Aragona, Napoli, La Corona d’Aragona ai tempi di Alfonso il Magnanimo: I modelli politico-istituzionali. La circolazione degli uomini, delle idee, delle merci. Gli influssi sulla società e sul costume. Celebrazioni Alfonsine, XVI Congresso Internazionale di Storia della Corona d’Aragona. Atti, édité par Guido D’Agostino et Giulia Buffardi, vol.1, pp. 807-829, NaplesCaserta-Ischia, 18-24 September, 1997, Napoli, Paparo Edizioni, 2000. WALLERSTEIN, Immanuel, The Modern World-Economy, New-York-San Francisco-London, Academic Press, 1974.

298

POUVOIR ET FINANCE EN MÉDITERRANÉE PRÉ-MODERNE

WANSBROUGH, John, «A Mamluk Ambassador to Venice in 913/1507», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, University of London, 26 (1963), pp. 503-530. –, «Venice and Florence in the Mamluk Commercial Privileges», Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 28 (1965), pp. 483-523. WIET, Gaston, «Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks», Cahiers d’histoire égyptienne, 7 (1955), pp. 81-147. WIRTH, Eugen, «Alep et les courants commerciaux entre l’Europe et l’Asie du XIIe au XVIe siècles», Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, 55-56 (1990), pp. 44-56. WONG, R. Bin, «Between Nation and World, Braudelian Regions in Asia», REVIEW of the Fernand Braudel Center, 26 (2003), pp. 1-48.

TABLE DES MATIÈRES

PRÉSENTATION, par Anthony Molho ........................................................ 7 ABRÉVIATIONS ....................................................................................... 11 Chapitre 1 INTRODUCTION ...................................................................................... 13 1. Le problème de la conformation du pouvoir mamelouk ......................... 13 2. Le commerce comme point d’observation des changements .................. 22 3. Les sources .............................................................................................. 27 4. Crise et changement de l’empire pendant le bas Moyen Age .................. 31 5. Les fondements du deuxième Etat Mamelouk ........................................ 39 Chapitre 2 LA NAISSANCE D’UNE ÉLITE FINANCIÈRE SOUS LES MAMELOUKS CIRCASSIENS (1382-1421) ...................................................................... 47 1. Les K…rim† et la disparition du négoce indépendant ............................... 48 2. Les origines anciennes du K…rim médiéval: une nouvelle interprétation ..... 51 3. Le débat sur le commerce administré au XVe siècle ............................... 55 4. L`Èvolution du K…rim† a l`époque mamelouke (1250-1400) .............. 60 4.1. Sous al-®…hir Barq™q ....................................................................... 63 4.2. Sous Faraº Ibn Barq™q (1399-1412) ................................................ 67 4.3. K…rim† et ³aw…º… sous le règne d’al-M™’ayyad Šay| (1412-1421) . .... 68 Chapitre 3 CONTRÔLE DES MARCHÉS ET CENTRALISATION POLITIQUE SOUS AL-AŠRAF BARSBƒY (1422-1438) ............................................. 85 1. Avant les monopoles: La conception administrative sous les premiers sultans Circassiens .................................................................................. 92 2. La période de maturité du D†w…n al-³…¡¡ sous Barsb…y: le Maq¡ad al- Raf†‘ de la Bibliothèque Nationale de France .................................... 98

301

Chapitre 7 DÉTACHEMENT SYRIEN ET DIKTAT VÉNITIEN (1496-1507) ......... 205 1. Introduction ........................................................................................... 205 2. Le long «interrègne» après la mort de Q…ytb…y (1496-1502) .............. 207 3. Dépendance mutuelle dans les rapports économiques .......................... 211 4. Les élites civiles du sultanat dans les équilibres du pouvoir circassien ...... 216 4.1. Le Wak†l du sultan ......................................................................... 218 4.2. La magistrature islamique et ses liens avec la finance .................. 220 5. L’évolution de la crise et le bras de fer entre al-‹awr† et les Vénitiens ..... 225 5.1. L’influence des Européens à la Cour mamelouke .......................... 231 6. Conclusion ............................................................................................ 236 Chapitre 8 CRISE FISCALE ET DÉROUTE POLITIQUE (1507-1517) .................. 239 1. Le maintien du système bilatéral face à la montée de la contestation .. 239 2. Pietro Zen et les dernières tentatives pour sauver le Cottimo (1508-1510) .... 244 2.1. Le crédit comme expression de la position du Cottimo ................. 246 3. Métaux, banques, banqueroutes ............................................................ 251 3.1. La crise des Cottimi et la grande faillite des banques vénitiennes (1499-1500) .................................................................................... 252 4. L’interruption bilatérale des accords (1507-1512) ................................ 256 5. Les rapports avec la périphérie syrienne et avec les milieux financiers ........ 258 6. Le problème des recrues et la désintégration de la solidarité mamelouke ...... 262 CONCLUSIONS ....................................................................................... 269 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE ........................................................... 277 1. Sources manuscrites .............................................................................. 277 A) Manuscrits Arabes ........................................................................... 277 B) Collections Vénitiennes ................................................................... 277 C) Collections Génoises ........................................................................ 278 2- Sources publiées ................................................................................... 278 A) Sources arabes ................................................................................. 278 B) Sources européennes ........................................................................ 282 3. Études .................................................................................................... 284