Parallèles. 1er cycle du primaire. Cahier d'apprentissage, savoirs et activités 9782765033035, 276503303X, 9782765033066, 2765033064, 9782765039068, 2765039062

716 60 37MB

French Pages [440] Year 2012

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Parallèles. 1er cycle du primaire. Cahier d'apprentissage, savoirs et activités
 9782765033035, 276503303X, 9782765033066, 2765033064, 9782765039068, 2765039062

Citation preview

GÉOGRAPHIE

1er cycle du secondaire

Cahier d’apprentissage

Conforme à la PROGRESSION des apprentissages

2e année

Savoirs et activités

Christian Dubé François Goyette Alain Parent Sébastien Quirion

GÉOGRAPHIE

1er cycle du secondaire

Cahier d’apprentissage

2e année

Savoirs et activités

Christian Dubé François Goyette Alain Parent Sébastien Quirion

Parallèles Géographie 1er cycle du secondaire – 2e année Cahier d’apprentissage

Christian Dubé, François Goyette, Alain Parent, Sébastien Quirion © 2012 Chenelière Éducation inc. Édition : Murielle Villeneuve, Denis Fallu Coordination : Samuel Rosa, Nathalie Fortin Révision linguistique : Claire Saint-Onge Correction d’épreuves : Danielle Maire Illustrations : Marc Tellier Conception graphique et infographie : Micheline Roy, Danielle Dugal (Dossier 4) Conception de la couverture : Micheline Roy Cartographie : Colpron Recherche iconographique : Marie-Chantal Laforge Impression : TC Imprimeries Transcontinental

TOUS DROITS RÉSERVÉS. Toute reproduction du présent ouvrage, en totalité ou en partie, par tous les moyens présentement connus ou à être découverts, est interdite sans l’autorisation préalable de Chenelière Éducation inc. Toute utilisation non expressément autorisée constitue une contrefaçon pouvant donner lieu à une poursuite en justice contre l’individu ou l’établissement qui effectue la reproduction non autorisée. ISBN 978-2-7650-3306-6

Dépôt légal : 2e trimestre 2012 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada Imprimé au Canada 1 2 3 4 5 ITIB 16 15 14 13 12 Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.

Remerciements Pour leur travail de révision scientifique, réalisé avec expertise sur différents dossiers, l’Éditeur tient à remercier : Henri Beauregard, enseignant au collégial à la retraite ; Étienne Berthold, chercheur invité (INRS) et professeur associé, Université Laval ; Frédéric Laugrand, professeur, Université Laval ; Sylvain Lefebvre, professeur, UQAM ; Christian Messier, professeur, UQAM. L’Éditeur tient aussi à remercier Madame Geneviève Paiement-Paradis, géographe, pour sa précieuse collaboration.

Descriptif des photos de première page de chaque dossier Dossier 1 : Château Frontenac, Vieux-Québec. Dossier 2 : Communauté de Pangnirtung, Nunavut. Dossier 3 : Clayonnages, près de la ville de Chinguetti, Mauritanie. Dossier 4 : Forêt amazonienne. Dossier 5 : Aménagement Robert-Bourassa. Dossier 6 : Vue aérienne de Thunder Bay, lac Supérieur, Ontario.

Table des matières Notions de base ...........................................................................................

1

A. LES COORDONNÉES GÉOGRAPHIQUES....................................................... 1. Les parallèles et la notion de latitude ...................................................... 2. Les méridiens et la notion de longitude...................................................

2 2 3

B. LA CARTE GÉOGRAPHIQUE ........................................................................ 6 1. Les différents types de cartes .................................................................. 6 2. Le planisphère ou carte du monde.......................................................... 9 3. Les composantes d’une carte géographique ........................................... 11

Dossier 1 La ville patrimoniale ...................................................................

19

A. QU’EST-CE QU’UNE VILLE PATRIMONIALE ? ................................................ 20 B. QUÉBEC, VILLE PATRIMONIALE................................................................... 1. Localisation ............................................................................................ 2. Caractéristiques ..................................................................................... 3. Aménagement ....................................................................................... 4. Enjeu...................................................................................................... 5. Vue d’ensemble .....................................................................................

27 27 29 38 46 52

C. ATHÈNES, VILLE PATRIMONIALE ................................................................. 1. Localisation ............................................................................................ 2. Caractéristiques ..................................................................................... 3. Aménagement ....................................................................................... 4. Enjeu...................................................................................................... 5. Vue d’ensemble .....................................................................................

53 53 55 64 71 77

D. ENJEU À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ................................................................ 78 E. SYNTHÈSE .................................................................................................. 81

Dossier 2 Le territoire autochtone ............................................................

83

A. QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE AUTOCHTONE ? ......................................... 84 B. LE TERRITOIRE AUTOCHTONE DU NUNAVUT .............................................. 93 1. Localisation ............................................................................................ 93 2. Caractéristiques ..................................................................................... 95 3. Aménagement ....................................................................................... 109 4. Enjeu......................................................................................................115 5. Vue d’ensemble ..................................................................................... 120 C. ENJEU À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ................................................................ 121 D. SYNTHÈSE ..................................................................................................126

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

TABLE DES MATIÈRES

III

Dossier 3 Le territoire agricole soumis à des risques naturels ............ 127 A. QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS ? ...................................................................... 128 B. LE TERRITOIRE AGRICOLE DU SAHEL .......................................................... 132 1. Localisation ............................................................................................ 132 2. Caractéristiques ..................................................................................... 133 3. Aménagement ....................................................................................... 148 4. Enjeu......................................................................................................150 5. Vue d’ensemble ..................................................................................... 157 C. ENJEU À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ................................................................ 159 D. SYNTHÈSE ..................................................................................................163

Dossier 4 Le territoire forestier ................................................................ 165 A. QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE FORESTIER ?................................................ 166 B. LE TERRITOIRE FORESTIER DE L’AMAZONIE ................................................. 174 1. Localisation ............................................................................................ 174 2. Caractéristiques ..................................................................................... 176 3. Aménagement ...................................................................................... 189 4. Enjeux....................................................................................................192 5. Vue d’ensemble ..................................................................................... 201 C. ENJEUX À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE .............................................................. 202 D. SYNTHÈSE ..................................................................................................207

Dossier 5 Le territoire énergétique .......................................................... 209 A. QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE ? .......................................... 210 B. LE TERRITOIRE DE LA JAMÉSIE .................................................................... 220 1. Localisation ............................................................................................ 220 2. Caractéristiques ..................................................................................... 222 3. Aménagement ....................................................................................... 229 4. Enjeu .....................................................................................................235 5. Vue d’ensemble ..................................................................................... 241 C. ENJEU À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ................................................................ 242 D. SYNTHÈSE ..................................................................................................248

Dossier 6 Le territoire industriel ............................................................... 249 A. QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE INDUSTRIEL ? .............................................. 250 B. LA RÉGION DES GRANDS LACS AMÉRICAINS ET CANADIENS ..................... 257 1. Localisation ............................................................................................ 257 2. Caractéristiques ..................................................................................... 260 3. Aménagement ....................................................................................... 267 4. Enjeux....................................................................................................272 5. Vue d’ensemble ..................................................................................... 284 C. ENJEU À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ................................................................ 285 D. SYNTHÈSE ..................................................................................................290

IV

TABLE DES MATIÈRES

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Boîte à outils .................................................................................................291 Outil 1 RÉALISER UN CROQUIS GÉOGRAPHIQUE DE PAYSAGE........................ 292 Outil 2 RÉALISER UNE CARTE SCHÉMATIQUE ................................................. 294 Outil 3 INTERPRÉTER UNE CARTE .................................................................... 296 Outil 4 INTERPRÉTER UN PAYSAGE ................................................................ 297 Outil 5 INTERPRÉTER UN DOCUMENT ICONOGRAPHIQUE .............................. 298 Outil 6 INTERPRÉTER UN DOCUMENT ÉCRIT ................................................... 300 Outil 7 INTERPRÉTER ET CONSTRUIRE UN TABLEAU ....................................... 302 Outil 8 INTERPRÉTER ET CONSTRUIRE UN DIAGRAMME .................................. 304 LISTE DES CARTES ......................................................................................... 307 INDEX .............................................................................................................308 SOURCES DES PHOTOS ................................................................................. 311

Le concept de territoire Un territoire est un espace habité par des êtres humains. Il est le produit d’une société : • qui se l’est approprié ; • qui lui a donné un sens particulier selon ses valeurs et sa culture ; • qui l’a organisé d’une certaine manière à travers ses habitudes de vie ; • qui l’a transformé pour répondre à ses besoins. Ainsi, un territoire évolue avec le temps. Les traces des sociétés qui l’ont occupé au l des siècles sont visibles dans ses paysages.

Le territoire protégé

Le territoire région

Le territoire autochtone

Le territoire urbain

Le territoire agricole

Il s’agit d’un territoire dont l’accès et l’exploitation sont contrôlés. Le territoire protégé est organisé de façon à protéger le patrimoine naturel. Les activités humaines doivent y être pratiquées dans le respect de la nature.

Il s’agit d’un territoire dont l’organisation est principalement liée à des activités économiques telles que le tourisme, l’exploitation forestière, l’exploitation des ressources énergétiques et l’industrie.

(Cahier de la 1re année)

(Cahiers de la 1re et de la 2e année)

Il s’agit d’un territoire occupé par des Autochtones, c’est-à-dire les descendants des premiers habitants d’une région. Les Autochtones revendiquent ou ont obtenu l’autonomie sur ce territoire. Ils désirent que l’organisation de leur espace reète leur culture et leur identité.

Il s’agit d’un territoire où il y a une forte concentration d’habitants, de bâtiments, de rues, de services, etc. Le territoire urbain englobe à la fois la ville centre et sa banlieue. Les activités qui y sont pratiquées sont très diversiées (commerce, industrie, éducation, culture, etc.).

(Cahier de la 2e année)

(Cahiers de la 1re et de la 2e année)

Il s’agit d’un territoire où dominent les activités agricoles (par exemple, la culture et l’élevage). Le territoire agricole se caractérise par un habitat dispersé et la présence de bâtiments et d’aménagements liés aux activités agricoles (fermes, usines agroalimentaires, porcheries, canaux d’irrigation, etc.). (Cahiers de la 1re et de la 2e année)

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

TABLE DES MATIÈRES

V

L’organisation du cahier Le cahier se divise en six dossiers : la ville patrimoniale, le territoire autochtone, le territoire agricole soumis à des risques naturels, le territoire forestier, le territoire énergétique et le territoire industriel. Les dossiers sont précédés de Notions de base et suivis d’une Boîte à outils.

Les notions de base Notions de base, essentielles à la lecture de cartes géographiques Cette section comprend des notions et des activités.

La page titre d’un dossier Le type de territoire abordé dans le dossier

Le titre d’un dossier (angle sous lequel est abordé le type de territoire)

Le sommaire du dossier

VI

L’ORGANISATION DU CAHIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le contenu d’un dossier Chaque dossier aborde un ou deux territoires. Le dossier 1 traite de deux territoires tandis que les dossiers 2 à 6 portent sur un seul territoire. Les territoires obligatoires sont ainsi tous traités.

La première partie d’un dossier fournit des notions générales, qui concernent le type de territoire et l’angle sous lequel il sera abordé.

La deuxième partie (et la troisième partie, dans le cas d’un dossier à deux territoires) constitue le cœur du dossier. On y étudie un territoire en particulier. Une partie qui traite d’un territoire comprend les sections suivantes : 1. Localisation ; 2. Caractéristiques ; 3. Aménagement ; 4. Enjeu ; 5. Vue d’ensemble.

La rubrique Savez-vous que…? propose un complément d’information. Un grand nombre de documents (cartes, photos, illustrations, diagrammes) fournissent de l’information. Les dénitions (en gras) données dans la marge se rapportent aux mots suivis d’un astérisque bleu dans le texte. Elles facilitent la compréhension de certains mots peu connus.

P. 11 Le pictogramme invite à consulter la brochure Mini-Atlas pour réaliser une activité.

Les activités portent sur les notions abordées dans les pages qui précèdent. P. 278 Le pictogramme invite à consulter une page des Notions de base ou de la Boîte à outils, dans ce cahier.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

L’ORGANISATION DU CAHIER

VII

La partie Enjeu à l’échelle planétaire aborde les enjeux sur le plan mondial. La partie Synthèse propose des activités portant sur l’ensemble du dossier.

La Boîte à outils La Boîte à outils présente les techniques propres à l’univers social (lire une carte, interpréter une photo, faire une carte schématique, construire un tableau, etc.).

Le Mini-Atlas

Le Mini-Atlas accompagne le cahier. Il contient des cartes politiques et physiques des grandes parties du monde ainsi que du Canada et du Québec.

VIII

L’ORGANISATION DU CAHIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

S O MMAI R E

Notions de base

Notions de base

A. LES COORDONNÉES GÉOGRAPHIQUES..............................

2

1. Les parallèles et la notion de latitude ..........................

2

2. Les méridiens et la notion de longitude .......................

3

B. LA CARTE GÉOGRAPHIQUE ................................................

6

1. Les différents types de cartes .......................................

6

2. Le planisphère ou carte du monde ...............................

9

3. Les composantes d’une carte géographique ...............

11

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

1

Notions de base

A Les coordonnées géographiques Même si la Terre est légèrement aplatie aux pôles, elle est souvent représentée comme une sphère. Des lignes imaginaires tracées sur cette sphère permettent de situer précisément les lieux. Ces lignes sont appelées parallèles et méridiens.

1. Les parallèles et la notion de latitude

?

Savez-vous que… ?

Le terme « équateur », employé dans une phrase, s’écrit sans majuscule initiale lorsqu’il désigne un parallèle. Exemple : L’équateur est le parallèle qui sépare l’hémisphère Nord de l’hémisphère Sud. Il s’écrit cependant avec une majuscule initiale lorsqu’il désigne le pays. Exemple : L’Équateur est un pays de l’Amérique du Sud.

Les parallèles sont les lignes horizontales que l’on voit sur les globes terrestres et les cartes du monde. Chaque parallèle fait le tour de la Terre. Un de ces parallèles sépare le globe en deux : l’équateur. L’équateur est situé à égale distance des deux pôles. Il sépare donc la partie nord du globe, appelée hémisphère Nord, et la partie sud, appelée hémisphère Sud. Les autres parallèles, comme leur nom l’indique, sont des lignes parallèles à l’équateur. Leur position par rapport à l’équateur est exprimée en degrés. De part et d’autre de l’équateur, il y a 90 degrés vers le nord et 90 degrés vers le sud. De tous les parallèles, seulement cinq portent un nom : l’équateur, le cercle polaire arctique, le cercle polaire antarctique, le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne. Lorsqu’on situe un lieu à l’aide des parallèles, on indique sa latitude, c’est-à-dire sa position en degrés par rapport à l’équateur. On dira, par exemple, que la ville de Québec est située à 46° de latitude Nord.

Les parallèles 1 L’équateur partage le globe en deux hémisphères : l’hémisphère Nord et l’hémisphère Sud.

2

NOTIONS DE BASE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Les méridiens sont les lignes verticales que l’on voit sur les globes terrestres et les cartes du monde. Ils sont perpendiculaires aux parallèles. Comme les parallèles font le tour de la Terre, il existe une multitude de lieux sur un même parallèle. Par exemple, la ville de Québec est située à la même latitude que Charlottetown à l’Île-du-Prince-Édouard ou que Genève en Suisse. Pour indiquer l’emplacement d’un lieu, on doit donc recourir non seulement aux parallèles mais aussi aux méridiens. Contrairement aux parallèles, les méridiens ne font pas le tour de la Terre. Ils constituent des demi-cercles qui relient le pôle Nord au pôle Sud. Le méridien de Greenwich, du nom d’une ville située près de Londres, est le méridien de référence (degré 0). C’est une entente conclue à Washington en 1884 qui a déterminé que le méridien de Greenwich serait le degré 0. Le méridien qui se trouve vis-à-vis du méridien de Greenwich, de l’autre côté de la Terre, est le méridien 180° (ou antiméridien). Ces deux méridiens divisent le globe en deux hémisphères : l’hémisphère Est et l’hémisphère Ouest. Si on regarde le méridien de Greenwich, tout ce qui se trouve à droite jusqu’au méridien 180° constitue l’hémisphère Est, et tout ce qui se trouve à gauche du méridien de Greenwich jusqu’au méridien 180° constitue l’hémisphère Ouest. Lorsqu’on situe un lieu à l’aide des méridiens, on indique sa longitude. On fournit ainsi sa position en degrés par rapport au méridien de Greenwich. Par exemple, pour préciser la position de la ville de Québec sur le 46e parallèle Nord, on dira qu’elle est située à 71° de longitude Ouest. Les coordonnées géographiques de Québec sont donc 46 °N et 71 °O.

Les méridiens 2 Le méridien de Greenwich et le méridien 180° partagent le globe en deux hémisphères : l’hémisphère Ouest et l’hémisphère Est.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Les coordonnées géographiques

3

Notions de base

2. Les méridiens et la notion de longitude

A C TIVITÉS

Notions de base

Nom :

Groupe :

Date :

1. Répondez aux questions suivantes qui portent sur les parallèles et les méridiens. a) Deux méridiens partent d’un pôle, s’éloignent l’un de l’autre, puis se rejoignent à l’autre pôle. Vis-à-vis de quel parallèle la distance entre ces deux méridiens est-elle la plus grande ?

b) Quel méridien traverse une ville d’Angleterre qui lui a donné son nom ?

c) Comment se nomme le méridien qui fait face au méridien de Greenwich ?

d) Combien y a-t-il de degrés dans l’hémisphère Ouest ?

e) Combien y a-t-il de degrés dans l’hémisphère Nord ?

f) Les méridiens et les parallèles sont perpendiculaires. En combien de points se croisent un méridien et un parallèle ?

2.

En utilisant votre Mini-Atlas, dites quelle capitale de quel pays se situe le plus près de chacune des coordonnées suivantes. Coordonnées

Pays

Capitale

a) 59 °N, 10 °E b) 59 °N, 18 °E c) 36 °N, 10 °E d) 15 °S, 47 °O e) 2 °N, 45 °E f) 0°, 78 °O g) 45 °N, 75 °O h) 38 °N, 77 °O i) 39 °N, 116 °E j) 41 °S, 174 °E

4

NOTIONS DE BASE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Notions de base

Nom :

3. Effectuez les exercices suivants sur le planisphère ci-dessous. a) Surlignez le méridien de Greenwich en rose, l’antiméridien en bleu et l’équateur en jaune. b) Dessinez les cercles polaires et les tropiques, puis indiquez leurs noms sur la carte. c) Coloriez l’hémisphère Est en vert et l’hémisphère Ouest en mauve.

4.

Répondez aux questions suivantes à l’aide de votre Mini-Atlas.

a) Deux pays ont établi une partie de leur frontière sur le 49e parallèle Nord. Lesquels ?

b) Le long de quel méridien se situe la frontière entre l’Alaska et le Yukon ?

c) Le long de quel méridien se situe une partie de la frontière entre l’Alberta et la Colombie- Britannique ?

d) Au Canada, quatre provinces et trois territoires ont une frontière située sur le 60e parallèle Nord. Nommez ces quatre provinces et ces trois territoires.

e) Quelle province canadienne est délimitée uniquement à partir de méridiens et de parallèles ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Les coordonnées géographiques

5

Notions de base

B La carte géographique Une carte géographique est une représentation en deux dimensions de la surface de la Terre. Elle peut représenter une portion de la surface de la Terre ou sa totalité. Dans ce dernier cas, on parle de « planisphère ».

1. Les différents types de cartes Il existe différents types de cartes. On recourt à l’une ou à l’autre en fonction de la réalité que l’on veut représenter. Par exemple, certaines cartes illustrent les frontières et les principales villes d’un pays, d’autres le relief d’un continent, d’autres les climats du monde, etc.

1.1 La carte politique

* Frontière

internationale Limite qui sépare deux pays, par exemple la frontière entre le Canada et les États-Unis.

* Frontière nationale

Une carte politique présente les divisions politiques ou administratives d’un territoire (par exemple, une province, un pays, une région du monde) et généralement les capitales ou les villes les plus importantes de ce territoire. S’il y a lieu, elle indique les frontières internationales* et nationales*. Les éléments principaux de l’hydrographie* y gurent aussi. 3

Le Canada politique

Limite qui indique une division politique à l’intérieur d’un pays.

* Hydrographie Représentation, en bleu, des étendues d’eau et des cours d’eau.

6

NOTIONS DE BASE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

1.2 La carte physique

Le Québec physique

La carte physique illustre le relief d’un territoire (plaines, montagnes, massifs, etc.) et son hydrographie. Elle indique aussi l’altitude*, c’est-à-dire l’élévation des formes du relief par rapport au niveau de la mer, de même que la profondeur des étendues d’eau. Certaines cartes physiques présentent aussi les limites internationales ou nationales, mais de façon plus discrète que sur une carte politique.

* Altitude

1.3 La carte thématique

Élévation par rapport au niveau de la mer.

Une carte thématique sert à représenter un phénomène ou une réalité : par exemple, les risques d’incendie de forêt au Canada ou encore les différents climats dans le monde.

5

Les grands types de climats

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La carte géographique

7

Notions de base

4

Notions de base

6

Une carte routière

1.4 La carte routière Comme son nom l’indique, la carte routière indique les voies de communication (routes, chemins de fer, traversiers, etc.) qui relient les villes et les localités d’une région. Elle fournit de l’information utile aux personnes qui utilisent ces voies et signale souvent les attraits touristiques. Les cartes routières permettent de calculer ou d’estimer les distances à parcourir. Ce type de carte est utilisé entre autres dans les systèmes GPS des automobiles.

1.5 La carte topographique

Savez-vous que… ?

?

Pour vous situer sur une carte topographique lors d’une randonnée, vous pouvez utiliser un système GPS. Il vous indiquera votre position. À défaut d’un GPS, la boussole permet également de s’orienter sur le terrain. L’aiguille d’une boussole pointe vers le pôle Nord magnétique*. Lorsqu’on connaît le fonctionnement de cet instrument, il est donc possible de déterminer où se situe le nord géographique, et par le fait même, toutes les autres directions (sud, est, ouest, ouest-sud-ouest, etc.). On peut ainsi se déplacer d’un point A à un point B.

La carte topographique sert à illustrer le relief d’une région de manière plus précise que la carte physique. Elle est souvent à grande échelle, c’est-à-dire qu’elle couvre un territoire assez restreint, car elle est très détaillée. On y trouve souvent des éléments humains (routes, zones habitées, aéroports, bâtiments importants, etc.). La carte topographique indique l’altitude, en mètres, et la dénivellation*, à l’aide de courbes de niveau plus ou moins rapprochées. Ce type de carte sert notamment à la randonnée pédestre.

7

Une carte topographique

* Dénivellation Différence d’altitude entre deux points.

* Pôle Nord magnétique Point de la surface de la Terre où converge le champ magnétique terrestre. Le pôle Nord magnétique est situé près du pôle Nord géographique.

8

NOTIONS DE BASE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Répondez aux questions suivantes à l’aide des documents quel type de carte vous avez trouvé la réponse.

Notions de base

A C TIVITÉS

Nom :

Date :

3

à

7

. Dites ensuite sur

a) Quelle est l’altitude du mont Orford ? Type de carte :

b) Quels sont les deux principaux types de climats au Canada ?

Type de carte :

c) Quelle est la capitale de la Saskatchewan ? Type de carte :

d) Entre quelles autoroutes se trouve la ville de Saint-Lazare ?

Type de carte :

2. Le planisphère ou carte du monde Une carte géographique qui représente la totalité de la Terre sur une surface plane est un planisphère. Celui-ci peut être politique, physique ou thématique. Il permet d’avoir une vue d’ensemble du monde, d’un phénomène ou d’une réalité à l’échelle de la planète. Certains planisphères sont centrés sur l’Europe et l’Afrique, d’autres sont centrés sur l’océan Pacique, sur les Amériques ou sur le pôle Nord. Un planisphère centré sur l’Europe et l’Afrique Territoire agricole national – QUÉBEC

8

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La carte géographique

9

A C TIVITÉS

Notions de base

Nom :

Groupe :

Date :

Pour chacun des planisphères ci-dessous, déterminez à quelle lettre correspond chacune des capitales suivantes. Au besoin, consultez le Mini-Atlas. • Paris

• Moscou

• Brasília

• Ottawa

• Le Cap

• New Delhi

A: B: C: D: E: F:

A: B: C: D: E: F:

A: B: C: D: E: F:

10

NOTIONS DE BASE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

3. Les composantes d’une carte géographique Une carte est constituée de plusieurs éléments qui transmettent des informations spéciques. Il est important de savoir à quoi sert chacun de ces éléments an de bien interpréter une carte.

Notions de base

Nom :

3.1 Le titre

A C TIVITÉS

Le titre évoque le contenu de la carte et indique l’espace représenté. Si les éléments présentés sur la carte peuvent évoluer dans le temps, le titre comprend une date.

Donnez un titre aux deux cartes suivantes.

a) Titre :

b) Titre :

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La carte géographique

11

Notions de base

Nom :

Groupe :

Date :

3.2 L’échelle L’échelle exprime le rapport entre la mesure de la distance d’un point à un autre sur la carte et la mesure de cette distance dans la réalité. Dans un texte qui présente une carte, on peut exprimer l’échelle par des mots. On dira, par exemple, qu’un centimètre sur la carte représente 100 km sur le terrain. Cependant, sur la carte même, l’échelle peut être présentée de deux façons. L’échelle graphique L’échelle graphique est une ligne graduée, divisée en segments égaux. Elle peut aussi être représentée par un simple trait. Exemples : 1. Cette échelle indique que la longueur de ce segment sur la carte représente 590 km sur le terrain.

?

Savez-vous que… ?

Une carte à petite échelle représente un grand territoire, et une carte à grande échelle représente un petit territoire.

2. Cette échelle indique que la longueur de ce trait sur la carte représente 10 km sur le terrain.

A C TIVITÉS

590

1180

1770

2360 km

10 km

L’échelle numérique L’échelle numérique exprime le même rapport de distance que l’échelle graphique, mais à l’aide d’ un nombre fractionnaire. Exemple : Cette échelle indique qu’un centimètre sur la carte correspond à 10 000 000 cm (ou 100 km) sur le terrain.

12

0

1 : 10 000 000

À l’aide du Mini-Atlas, calculez la distance à vol d’oiseau qui sépare les capitales suivantes. Ville de départ

Ville d’arrivée

Montréal (Canada)

Québec (Canada)

Ottawa (Canada)

Washington (États-Unis)

Séoul (Corée du Sud)

Ankara (Turquie)

Montevideo (Uruguay)

Buenos Aires (Argentine)

Reykjavik (Islande)

Copenhague (Danemark)

Madrid (Espagne)

Moscou (Russie)

Alger (Algérie)

Nairobi (Kenya)

Bamako (Mali)

Khartoum (Soudan)

NOTIONS DE BASE

Distance

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

3.3 Le symbole d’orientation Pour bien interpréter une carte, il est nécessaire de savoir comment l’espace cartographié est orienté. En cartographie, deux symboles sont utilisés pour indiquer l’orientation : la rose des vents ou la èche. Si la carte ne contient ni l’un ni l’autre, c’est que le nord se trouve dans le haut de la carte. Une fois le nord situé, on déduit la position des autres points cardinaux : le sud se trouve en bas de la carte, l’ouest à gauche et l’est à droite. Il arrive cependant que, pour des raisons de commodité, on oriente la carte autrement. Le symbole d’orientation devient alors essentiel. Il sera incliné en direction du nord sur la carte.

Notions de base

Nom :

La rose des vents La rose des vents est un symbole en forme d’étoile composé des quatre points cardinaux et de points intermédiaires. Les quatre points cardinaux sont le nord, le sud, l’est et l’ouest. Les points intermédiaires, situés entre les points cardinaux, sont le nord-est, le sud-est, le sud-ouest et le nord-ouest. D’autres points intermédiaires peuvent aussi être utilisés pour plus de précision. La rose des vents peut également être divisée en degrés, car comme le cercle, elle compte 360 degrés, le nord étant à 0°, le sud à 180°. La èche

A C TIVITÉS

Une èche accompagnée de la lettre N indique sur une carte la position du nord. Par exemple, si le nord est positionné dans le haut de la carte, la èche pointera vers le haut.

1.

Voici une liste de villes. Quelle étendue d’eau trouve-t-on en suivant, à partir de chacune de ces villes, la direction donnée dans la deuxième colonne ? Point de départ

Direction

La Malbaie, Canada

Nord-ouest

Lima, Pérou

Sud-est

Le Caire, Égypte



Kampala, Ouganda

180°

Hamilton, Canada

Nord-est

Londres, Royaume-Uni

45°

Dodoma, Tanzanie

Sud-ouest

Bucarest, Roumanie

90°

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Étendue d’eau

La carte géographique

13

Notions de base

Nom :

Groupe :

2.

Date :

Voici une série de cartes géographiques. Pour chacune d’elles, dessinez une rose des vents en prenant soin de faire pointer le nord dans la bonne direction. Référez-vous au Mini-Atlas en cas de besoin.

a) Le Sud-Est asiatique

c) L’Europe du Nord

b) Le Maghreb

d) L’Argentine

14

NOTIONS DE BASE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Notions de base

3.4 La légende La légende d’une carte donne la signication des éléments graphiques (symboles, couleurs, etc.) utilisés sur la carte pour transmettre l’information. Voici les fonctions de ces éléments. • Représenter un élément concret (un lieu, un service, une voie de communication, etc.). Exemple :

• Exprimer la hiérarchie entre les éléments représentés ou leur importance relative. Exemple :

• Délimiter des zones ou des régions, indiquer des élévations ou des profondeurs. Exemple :

• Représenter un mouvement ou la progression d’un phénomène (le déplacement d’une population, l’avancée des eaux sur un territoire, etc.). Exemple :

9

3.5 Le carton

L’Europe politique Carton

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le carton est une petite carte qui accompagne une carte principale. Son échelle est différente de celle de la carte principale. Le carton peut représenter un agrandissement d’une partie de la carte, an de faire ressortir certains éléments. Il est alors à une échelle plus grande. Le carton peut aussi servir à situer dans un ensemble plus vaste la portion de la surface de la Terre représentée sur la carte. Il est alors à une échelle plus petite. Par exemple, ici, le carton sert à situer dans le monde le territoire de l’Europe représenté sur la carte.

La carte géographique

15

A C TIVITÉS

Notions de base

Nom :

Groupe :

Date :

1. Voici une liste de symboles utilisés dans la légende d’une carte. Cette carte présente des menaces pesant sur certains peuples autochtones. Les descriptifs des symboles ont été mélangés. À l’aide de èches, reliez chaque symbole au descriptif approprié. Symbole

Descriptif

a)

1) Construction de barrages

b)

2) Destruction de forêts

c)

3) Activités militaires

d)

4) Exploitation minière

e)

5) Colonisation des terres

f)

6) Tourisme

g)

7) Conversion religieuse

2. À l’aide du texte de la page 15, dites quelle est la fonction des symboles utilisés dans chacune des légendes ci-dessous.

a)

b)

3. a) Le carton de la carte de l’Europe politique (document

9 ) est-il à une échelle plus petite ou à une échelle plus grande que la carte qu’il accompagne ?

b) Si le carton avait été à une échelle plus grande, qu’aurait-il représenté ?

16

NOTIONS DE BASE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

* Alphanumérique Qui est composé de lettres et de chiffres.

10

Pour situer un lieu sur une carte, on peut utiliser les coordonnées géographiques (parallèles et méridiens), mais aussi parfois les repères alphanumériques*. Ces derniers sont constitués d’une série de lettres à l’horizontale et d’une série de chiffres à la verticale. Ces repères se retrouvent généralement dans l’index. Par exemple, si on cherche Paris dans l’index d’un atlas, on pourrait trouver : Paris, 25, E3. Paris se trouverait donc à la page 25 de cet atlas, dans la « colonne » E et dans la « rangée » 3 de la carte.

Notions de base

3.6 Les repères

Les repères alphanumériques

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La carte géographique

17

A C TIVITÉS

Notions de base

Nom :

Groupe :

Date :

Observez la carte géographique ci-dessous.

a) Donnez un titre à cette carte. b) Dessinez une èche indiquant le nord dans le cercle blanc au bas de la carte. c) Coloriez chaque province et chaque territoire d’une couleur différente. d) Complétez la légende.

Titre :

18

NOTIONS DE BASE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

DOSSIER

S O MMAI R E

1

La ville patrimoniale

A. QU’EST-CE QU’UNE VILLE PATRIMONIALE ? ................................

20

B. QUÉBEC, VILLE PATRIMONIALE ......... 1. Localisation ................................... 2. Caractéristiques ............................ 3. Aménagement .............................. 4. Enjeu ............................................. 5. Vue d’ensemble ............................

27 27 29 38 46 52

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Ville patrimoniale

Territoire urbain

C. ATHÈNES, VILLE PATRIMONIALE ....... 1. Localisation ................................... 2. Caractéristiques ............................ 3. Aménagement .............................. 4. Enjeu ............................................. 5. Vue d’ensemble ............................

53 53 55 64 71 77

D. ENJEU À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ......

78

E. SYNTHÈSE ...........................................

81

LE TERRITOIRE AGRICOLE DU QUÉBEC

19

Ville patrimoniale

A Qu’est-ce qu’une ville patrimoniale ? * Site Lieu géographique déni en fonction de son usage. Exemples : site touristique, site culturel, site commercial.

* Paysage Portion du territoire telle qu’elle est perçue par les populations. Un paysage est le résultat de l’action de facteurs naturels et humains.

* Biodiversité Variété et diversité du monde vivant.

Traditionnellement, le patrimoine désigne les biens qu’une famille conserve et se transmet de génération en génération. Pris dans un sens plus large, ce terme fait aussi référence aux sites*, aux paysages*, aux bâtiments et aux objets qui témoignent de l’histoire de la Terre ou de l’humanité. Il inclut même aujourd’hui l’héritage immatériel, par exemple les légendes, coutumes et traditions vivantes. Ces biens patrimoniaux, le plus souvent uniques, ont une valeur universelle ; ils appartiennent à tous les peuples du monde. En les conservant, on protège la biodiversité* de la planète de même que sa diversité culturelle. Une ville patrimoniale est une ville reconnue pour la richesse de son patrimoine. Elle contient des traces du passé, qui témoignent de l’histoire des gens qui ont construit ou habité la ville. 1

Quelques villes patrimoniales dans le monde

Qui détermine ce qui est patrimonial ?

* UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

20

L’UNESCO* est le principal organisme international qui dénit la valeur patrimoniale d’un bien. Le bien peut être naturel : c’est le cas des îles Galápagos, situées dans l’océan Pacique, au large de l’Équateur. Le bien est culturel s’il s’agit d’un objet ou d’une construction humaine ayant une valeur historique. En 2011, il y avait 936 biens naturels et culturels reconnus par l’UNESCO. Ces biens patrimoniaux sont répartis dans 153 pays dans le monde. Les villes du patrimoine mondial font partie des biens culturels.

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Ville patrimoniale

Un site patrimonial naturel, les îles Galápagos – Ce site fait partie du 2 patrimoine mondial de l’humanité parce qu’il représente de façon remarquable l’histoire naturelle de la Terre et parce qu’il possède une biodiversité exceptionnelle.

* Urbanisme Ensemble des méthodes ou des études d’aménagement des villes.

Un site patrimonial culturel, la ville de Brasília, au Brésil – Ce site a été 3 inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, car l’architecture de la ville, qui date des années 1956-1960, forme un ensemble vraiment unique d’urbanisme moderne.

*

Savez-vous que… ?

?

Au Canada, la majorité des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO sont des sites naturels, généralement des parcs nationaux, comme les parcs des montagnes Rocheuses canadiennes. Le pays n’a que deux sites culturels sur la Liste : le Vieux-Québec, dans la province de Québec, et le Vieux-Lunenburg, en Nouvelle-Écosse.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’une ville patrimoniale ?

21

Ville patrimoniale

Au Québec En plus de l’UNESCO, qui œuvre à l’échelle internationale, les autorités locales peuvent également mettre en place des mesures pour protéger les biens patrimoniaux. Au Québec, il existe depuis 1922 une loi qui protège les monuments historiques (vieilles églises, vieux manoirs, etc.). Cette loi a été modiée au l du temps an d’inclure des sites naturels (paysages, boisés) et culturels (ensembles de constructions, lieux historiques).

Un site patrimonial culturel du Québec, le Vieux-La Prairie – Situé sur 4 la rive sud du euve Saint-Laurent, face à l’île de Montréal, ce site comprend près de 300 bâtiments, dont la moitié ont plus de 100 ans. Cet endroit a joué un rôle historique important à cause de son emplacement. Le Vieux-La Prairie est en effet situé sur la route terrestre, ferroviaire et maritime qui reliait Montréal et la Nouvelle-Angleterre (États-Unis) du 17e au 19e siècle.

Quels sont les critères ? L’UNESCO a établi 10 critères an de déterminer si un site a une valeur patrimoniale ou non. Pour pouvoir gurer sur la Liste du patrimoine mondial en tant que bien culturel, un site doit répondre à au moins un des critères. Voici les cinq premiers critères d’ordre culturel. Critère 1 Représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain. Critère 2 Témoigner d’un échange d’inuences considérable entre des populations pendant une période donnée. Critère 3 Apporter un témoignage exceptionnel sur une tradition culturelle ou sur une civilisation vivante ou disparue. Critère 4 Offrir un exemple marquant d’un type de construction ou de paysage illustrant une ou des période(s) signicative(s) de l’histoire humaine. Critère 5 Être un exemple marquant de l’utilisation traditionnelle du territoire, qui soit représentatif d’une culture ou de l’interaction humaine avec l’environnement.

22

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

* Siège social Principale installation d’une entreprise ou d’un organisme. C’est l’endroit où sont concentrées les activités liées à l’administration.

Les villes du patrimoine mondial ont des points en commun : de nombreux touristes les visitent et elles renferment des sites culturels uniques. Certaines d’entre elles ont un site patrimonial habité. C’est le cas de Paris, Rome, Québec et d’autres. Ces villes se sont regroupées pour former l’Organisme des villes du patrimoine mondial (OVPM). Le siège social* de l’OVPM se trouve à Québec.

Ville patrimoniale

Un regroupement de villes patrimoniales

L’OVPM regroupe 238 villes ayant sur leur territoire un site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Plus de 130 millions d’habitants résident dans ces villes. Les villes de l’OVPM font face à des enjeux particuliers. Par exemple, elles doivent répondre aux besoins de leurs habitants (collecte des déchets, accessibilité aux logements, aménagement du transport, etc.) tout en assurant une bonne gestion du patrimoine. Les villes dont le site patrimonial est inhabité n’ont pas à relever de tels dés. C’est le cas de la Cité interdite, à Beijing, en Chine.

Un site patrimonial inhabité, la Cité interdite de Beijing – Érigé au cœur de la capitale 5 chinoise, ce site patrimonial a été la résidence des empereurs pendant plus de 500 ans.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’une ville patrimoniale ?

23

A C TIVITÉS

Ville patrimoniale

Nom :

Groupe :

Date :

1. Reliez chaque concept à la dénition appropriée. Concepts

Dénitions

a) Patrimoine naturel ou culturel

1) Ville reconnue pour la richesse de son patrimoine.

b) Site

2) Lieu géographique déni en fonction de son usage.

c) Ville patrimoniale 3)

Objets, sites, paysages qui témoignent de l’histoire de la Terre ou de l’humanité et qu’on veut préserver et mettre en valeur.

2. Observez les photos ci-dessous. Indiquez si l’élément représenté a une valeur patrimoniale ou non. Justiez votre point de vue en vous appuyant sur le texte de la page 20.

a) La vieille montre de votre arrière-grand-père Valeur patrimoniale (oui ou non) ? Justication :

b) Un stationnement Valeur patrimoniale (oui ou non) ? Justication :

c) Le château de Heidelberg, en Allemagne, construit au 13e siècle Valeur patrimoniale (oui ou non) ? Justication :

24

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale

Nom :

3. En 2011, plusieurs pays attendaient une décision de l’UNESCO concernant des biens culturels qu’ils souhaitaient voir ajouter à la Liste du patrimoine mondial. Voici deux exemples : A

La cathédrale de Saint-Denis, Île-de-France, France La cathédrale de Saint-Denis, qui porte le nom du premier évêque de Paris, est un exemple exceptionnel de l’architecture du Moyen Âge. Sa construction a commencé au 12e siècle. L’édice fait 108 m de long et 29 m de haut. Il contient les tombeaux de la plupart des rois de France qui ont régné entre le 10e et le 18e siècle.

B

Le paysage de Grand-Pré, Nouvelle-Écosse, Canada De 1682 à 1755, Grand-Pré a été le lieu d’établissement des Acadiens, descendants des premiers habitants d’origine française en Amérique. Par la suite, les Britanniques les ont expulsés an de s’approprier les terres agricoles de la région. À partir de Grand-Pré, les Acadiens ont été déportés vers différents endroits de l’Amérique, de 1755 à 1762. Sur les lieux, on trouve la Croix de la Déportation et la chapelle commémorative. La région porte encore des signes de l’occupation du territoire par les Acadiens, tels que les marécages endigués*.

Si on vous demandait de rejeter ou d’approuver chacune des candidatures suivantes, quelle serait votre décision ? • Si vous refusez la candidature, dites pourquoi le bien culturel ne peut pas faire partie de la Liste du patrimoine mondial. • Si vous acceptez la candidature, dites pourquoi en indiquant sur quel(s) critère(s) de l’UNESCO vous vous basez.

* Endigué Aménagé au moyen de structures qui retiennent l’eau pour pouvoir pratiquer l’agriculture.

A) La cathédrale de Saint-Denis Candidature refusée ou acceptée ? Pourquoi ?

B) Le paysage de Grand-Pré Candidature refusée ou acceptée ? Pourquoi ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’une ville patrimoniale ?

25

Ville patrimoniale

Nom :

Groupe :

Date :

4. Référez-vous au planisphère de la page 20 (document

1

) et suivez les consignes

ci-dessous.

a)

Complétez le tableau en indiquant dans quel pays se situe chacune des villes. Villes patrimoniales membres de l’OVPM

Pays

Villes patrimoniales non membres de l’OVPM

Paris

Beijing

Rome

Athènes

Pays

Québec Dakar Mexico

P. 13 P. 7

b) Sur le planisphère suivant, situez les sept villes en écrivant leur nom au bon endroit. c) Sur le planisphère, faites précéder le nom des villes d’un symbole. Utilisez un symbole pour les villes qui sont membres de l’OVPM et un symbole différent pour les villes non membres. d) Construisez la légende de la carte. e) Donnez un titre à la carte. Titre :

5. Qu’est-ce qui différencie les villes de l’OVPM de celles qui n’en font pas partie ?

26

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

1. Localisation * Embouchure Endroit où un cours d’eau se jette dans un autre cours d’eau ou dans l’océan.

La ville de Québec est située en Amérique du Nord, au Canada, dans la province de Québec dont elle est la capitale. Elle se trouve sur la rive nord du euve Saint-Laurent, à l’embouchure* de la rivière Saint-Charles. Une colline surplombe le euve à cet endroit. C’est sur cette colline qu’une bonne partie de la ville a été bâtie. 6

Ville patrimoniale – QUÉBEC

B Québec, ville patrimoniale

La ville de Québec dans l’est du Canada

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Québec, ville patrimoniale

27

A C TIVITÉS

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

Groupe :

Date :

Complétez la carte suivante à l’aide des consignes.

a) Situez les éléments suivants en écrivant leur nom au bon endroit. • La ville de Québec. • La ville ou le village où vous habitez. • Les provinces : Ontario, Québec, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse,

Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador. • Les États-Unis.

b) Coloriez, de la couleur de votre choix, le territoire de la province de Québec.

28

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

En 1985, la ville de Québec a été reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine mondial. Plus précisément, c’est le quartier historique, nommé « Vieux-Québec », qui gure sur la Liste du patrimoine mondial.

2.1 Le site

* Promontoire Masse de terre élevée au-dessus d’une étendue d’eau ou au-dessus d’une autre étendue de terre.

* Rempart Ouvrage défensif servant à protéger un lieu et ses habitants.

Ville patrimoniale – QUÉBEC

2. Caractéristiques

À l’origine, la ville de Québec s’est développée au pied de la colline de Québec et sur son plateau. Le site patrimonial reète ce développement. Il comprend une partie de la Basse-Ville et la Haute-Ville. La Basse-Ville, le secteur le plus ancien du site, se trouve au pied de la colline. La Haute-Ville est perchée sur le cap Diamant, un promontoire* rocheux à l’extrémité nord-est de la colline. Ce secteur est aussi désigné par l’expression latine intra-muros, qui signie « à l’intérieur des remparts* ». 7

Le Vieux-Québec, sur les bords du euve Saint-Laurent

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Québec, ville patrimoniale

29

Ville patrimoniale – QUÉBEC

La Haute-Ville

Cap Diamant

La Basse-Ville

8

Le cap Diamant, la Haute-Ville et la Basse-Ville vus du euve Saint-Laurent

2.2 Le Vieux-Québec et les critères de l’UNESCO C’est grâce à certaines de ses caractéristiques que le Vieux-Québec a pu être ajouté à la Liste du patrimoine mondial, conformément aux critères énoncés plus haut. Voici ces caractéristiques, telles qu’elles ont été soulignées par l’UNESCO. La Haute-Ville, ou l’intra-muros, est un très bel exemple de ville coloniale fortiée. En fait, Québec est la seule ville d’Amérique du Nord, au nord du Mexique, à avoir gardé ses murs presque intacts. La Basse-Ville comprend le Vieux-Port et les plus vieux quartiers de la ville. On y trouve le lieu où l’explorateur français Samuel de Champlain a fait construire un premier bâtiment, dès son arrivée en 1608. C’est pour cette raison que l’UNESCO considère la ville comme le berceau de la civilisation française sur le continent.

* Colonie Territoire occupé et administré par un pays étranger, très souvent dans le but d’exploiter ses ressources.

* Poste de traite Bâtiment dont l’emplacement facilite les échanges commerciaux, en particulier le commerce des fourrures.

30

Le Vieux-Québec représente également une étape importante de la colonisation des Amériques par les Européens. En effet, Québec a été le centre administratif de la Nouvelle-France, une colonie* de la France de 1608 à 1763. La France voulait exploiter la fourrure de castor, alors très recherchée en Europe. Plusieurs postes de traite* ont été installés en Nouvelle-France à partir du 17e siècle. De plus, le Vieux-Québec est un site habité depuis sa fondation. Il compte aujourd’hui quelque 4800 habitants. Enn, le tout forme un ensemble urbain cohérent et bien préservé. Même si le site correspond à plus d’un critère, l’UNESCO s’est surtout basée sur les critères 2 et 4 pour décider d’inclure le Vieux-Québec sur la Liste du patrimoine mondial (voir page 22).

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale – QUÉBEC

A C TIVITÉS

Nom :

1. Complétez la carte schématique du Vieux-Québec à l’aide des instructions suivantes. Aidez-vous des documents

7

et

8

.

a) En écrivant leur nom à l’endroit approprié, situez : • le euve Saint-Laurent • la rivière Saint-Charles • la Basse-Ville • le Vieux-Port

• la Haute-Ville

b) Représentez les remparts et la falaise du cap Diamant à l’aide de traits différents, puis

Remarque : La Citadelle est une forteresse. Pour en savoir plus, voir le document

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

11 .

Québec, ville patrimoniale

31

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

Groupe :

Date :

2. Associez chaque illustration à une des caractéristiques retenues par l’UNESCO pour inscrire le Vieux-Québec sur la Liste du patrimoine mondial. Pour répondre, écrivez la lettre de chaque illustration à l’endroit approprié du tableau. B

A

C. W. Jeffreys, Le commerce des fourrures avec les Amérindiens en Nouvelle-France (estampe, 1909)

C

Des immeubles résidentiels sur la rue Sainte-Ursule, dans le Vieux-Québec (photo récente)

D

C. W. Jeffreys, Samuel de Champlain regardant les plans de l’Habitation de Québec en 1608 (aquarelle, vers 1925)

Une partie des remparts de la ville de Québec (photo récente)

Caractéristiques de l’UNESCO

Illustrations

Québec : le berceau de la civilisation française en Amérique Québec : un très bel exemple de ville coloniale fortiée Québec : un site patrimonial habité continuellement depuis sa fondation Québec : une étape importante de la colonisation européenne en Amérique

32

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Ville patrimoniale – QUÉBEC

2.3 Qu’est-ce qui est patrimonial dans le Vieux-Québec ? Des millions de visiteurs afuent vers Québec chaque année. En 2010, ils étaient 4,7 millions. Ils viennent principalement voir des éléments de la ville qui ont une valeur patrimoniale. Voici quelques-uns de ces éléments. A

B

Le Château Frontenac et la terrasse Dufferin – Le Château Frontenac (A) est l’un des hôtels les plus 9 photographiés au monde. La construction de ce prestigieux hôtel a commencé en 1892. La terrasse Dufferin (B), longue promenade en bois qui longe la falaise du cap Diamant, a été créée en 1878, à l’initiative de Lord Dufferin, alors gouverneur général du Canada. Elle offre un point de vue magnique sur le euve Saint-Laurent. Les canons disposés à cet endroit rappellent la position stratégique du lieu.

Savez-vous que… ?

?

Des fouilles archéologiques ont eu lieu sous la terrasse Dufferin en 2005. Des archéologues ont mis à nu les vestiges de l’ancien fort Saint-Louis, construit par Samuel de Champlain en 1620. Champlain avait choisi cet emplacement à cause de sa position surélevée sur le cap Diamant. Les fouilles ont permis de déterrer plus de 500 000 objets du passé : des pièces de monnaie datant du 17e siècle, des objets en céramique, des bouteilles de vin, des obus, des bombes, etc.

* Conservation Action de conserver un bien, de le préserver an qu’il reste intact.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

10 Les remparts de Québec et la porte Saint-Louis – Les remparts qui encerclent la Haute-Ville rappellent le passé militaire de Québec. Cet ouvrage défensif, construit en 1745 sous le régime français, protégeait les habitants des attaques de l’ennemi. Au 19e siècle, sous le régime britannique, Lord Dufferin a insisté pour que soient effectués des travaux de conservation* des fortications. Il dénonçait l’habitude qu’avaient prise les habitants du Vieux-Québec de se servir des pierres des remparts pour construire leur maison ! À la n du 19e siècle, on a modié la porte Saint-Louis an de la rendre plus accessible aux nouveaux moyens de transport, tel le tramway. Québec, ville patrimoniale

33

Ville patrimoniale – QUÉBEC 11 La Citadelle de Québec – La Citadelle de Québec a été construite par les Britanniques entre 1820 et 1850 an de renforcer les défenses de la ville. Il s’agit de la plus importante forteresse britannique en Amérique du Nord. Après la Conquête, en 1763, la Nouvelle-France est devenue la Province of Quebec. Les Britanniques craignaient que les habitants de la ville, restés dèles à la France, se révoltent. En plus d’offrir une protection contre les attaques ennemies, notamment des États-Unis, la Citadelle avait donc aussi pour fonction de protéger la ville de ses citoyens qui vivaient à l’extérieur des remparts !

12 La place d’Armes – Avant la construction de la Citadelle, c’était sur la place d’Armes qu’avaient lieu les parades et les rassemblements militaires. Située à proximité du Château Frontenac, cette place est l’un des plus vieux endroits occupés du Vieux-Québec. On croit en effet qu’elle a été construite vers 1640. Depuis 1865, elle est aménagée en parc public et elle attire aujourd’hui des touristes de partout dans le monde.

34

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

13

La place Royale et l’église Notre-Dame-des-Victoires

La place Royale est le lieu de la fondation de la ville de Québec, en 1608. Cet espace a été occupé par un marché public jusque vers 1880. C’est maintenant l’une des principales attractions touristiques de la Basse-Ville. Dans cette zone entièrement piétonnière, les nombreux touristes peuvent visiter la plus vieille église en pierre d’Amérique du Nord : Notre-Dame-des-Victoires, construite en 1688.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Ville patrimoniale – QUÉBEC 14 Le Petit-Champlain – Dans la Basse-Ville, au pied du cap Diamant, le quartier Petit-Champlain a conservé ses vieilles rues étroites, comme la rue du Petit-Champlain. Parsemé de boutiques d’artisanat et de restaurants, le quartier accueille chaque année plus de 1,5 million de visiteurs. On y trouve aussi le célèbre escalier Cassecou. La photo de droite permet de voir ce qu’il avait l’air en 1870.

B

A

15

Le Monastère des Ursulines et le Séminaire de Québec

Deux bâtiments rappellent le passé religieux catholique de la province et de la ville : le Monastère des Ursulines (A) et le Séminaire de Québec (B). Les Ursulines, venues de France en 1639, ont été des pionnières dans le domaine de l’éducation des jeunes lles au Canada. Le Séminaire de Québec, fondé en 1663 par le premier évêque de Québec, François de Montmorency-Laval, accueille encore aujourd’hui les étudiants qui désirent devenir prêtres. 16 L’édice Price – Construit en 1930, cet édice est le premier gratteciel de la ville de Québec, et le seul gratte-ciel dans la partie intra-muros. Il abritait à l’époque le siège social de la Price Brothers, une importante compagnie papetière du début du 20e siècle. Une partie de l’édice Price sert aujourd’hui de résidence ofcielle au premier ministre du Québec.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Québec, ville patrimoniale

35

A C TIVITÉS

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

Groupe :

Date :

1. Qui suis-je ? Lisez chaque énoncé et indiquez de quel élément patrimonial du Vieux-Québec il s’agit.

a) Ensemble architectural construit en 1745 sous le Régime français, qui encercle la Haute-Ville.

b) Deux bâtiments construits au 17e siècle par des religieux venus de France.

c) C’est à cet endroit que Samuel de Champlain a fait construire le premier bâtiment de la ville de Québec, et donc de la Nouvelle-France, en 1608.

d) Élément patrimonial du Vieux-Québec le plus photographié par les touristes.

e) Voie d’accès à la Haute-Ville, modernisée au 19e siècle.

f) Lieu où se tenaient les parades et les rassemblements militaires avant la construction de la Citadelle de Québec. Cet espace aurait été aménagé vers 1640.

g) Premier gratte-ciel de la ville de Québec et résidence actuelle du premier ministre du Québec.

h) La plus importante forteresse britannique en Amérique du Nord, construite entre 1820 et 1850.

i) Quartier qui a conservé son allure d’autrefois, avec ses ruelles étroites et son escalier Casse-cou.

j) Construite en 1688, elle est la plus vieille église en pierre d’Amérique du Nord.

36

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

2. Observez la photo ci-dessous, puis complétez la légende en indiquant l’élément qui correspond à chacun des chiffres.

5

3 7

1

4 6

2

Légende

1

5

2

6

3

7

4

3. Voici une liste d’éléments patrimoniaux de la ville de Québec. Situez-les sur la ligne du temps en plaçant les chiffres aux bons endroits. Basez-vous sur l’année de leur édication (ou la première année). Pour la place Royale, tenez compte de la construction du premier bâtiment par Champlain. 1 Le Château Frontenac

2 L’édice Price

5 Les remparts

3 La place d’Armes

4 La place Royale

6 La Citadelle de Québec

Des éléments patrimoniaux du Vieux-Québec au l du temps 1608 1600

1640 1650

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

1745 1700

1750

1820 1800

1892 1850

1900

1930 1950

Québec, ville patrimoniale

37

Ville patrimoniale – QUÉBEC

3. Aménagement Le Vieux-Québec est un endroit difcile à aménager à cause de ses pentes abruptes et de ses rues étroites. De plus, certains éléments patrimoniaux imposants, comme les remparts et la Citadelle, compliquent la tâche des administrateurs.

3.1 Des infrastructures pour faciliter la circulation

* Infrastructures Ensemble des équipements, des bâtiments, des réseaux de transport et de communication qui favorisent le développement des activités (agricoles, touristiques ou autres) d’un territoire.

* Ville Lorsqu’on parle de la « ville », on réfère au territoire urbain. Lorsqu’on parle de la « Ville », avec une majuscule, on fait référence aux personnes qui administrent ce territoire.

Il existe depuis très longtemps dans le Vieux-Québec des infrastructures*qui permettent aux résidents et aux visiteurs de circuler d’un endroit à un autre. Au cours des dernières décennies, la Ville* de Québec les a rénovées ou en a installé de nouvelles. Certaines des nouvelles infrastructures répondaient aux besoins des résidents. D’autres ont été mises en place pour faciliter l’accès au site patrimonial et pour y améliorer la circulation. Cela s’imposait : près de cinq millions de visiteurs fréquentent annuellement ce site. Voici quelques-unes de ces infrastructures. En 2002, un nouveau terminal a été construit dans le Vieux-Port de Québec an d’accueillir les navires de croisière. La Ville a également transformé la vocation du Vieux-Port pour en faire un lieu de divertissement. Elle en a proté pour y créer des parcs de stationnement pour accommoder les touristes. Pour le 400e anniversaire de sa fondation (1608-2008), la Ville de Québec a fait aménager la promenade Samuel-de-Champlain. C’est un grand parc urbain qui s’étend sur 2,5 km le long du euve Saint-Laurent.

17 La promenade Samuel-de-Champlain – Touristes et résidents peuvent aller y contempler le euve, admirer de magniques jardins et des œuvres d’art ou encore pratiquer des activités de plein air (marche, kayak, vélo, soccer, etc.).

38

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

18

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Les visites en calèche sont très appréciées. Des endroits ont été aménagés pour permettre aux cochers de se garer sans nuire aux piétons ni à la circulation automobile.

Un moyen de transport pour touristes – Les calèches sont fort appréciées

des touristes.

20

Le terminal de croisières et le Vieux-Port de Québec

Rien qu’en 2008, le terminal a accueilli plus de 200 000 touristes arrivés par bateau.

19 La côte de la Montagne avec ses grands trottoirs

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Québec, ville patrimoniale

39

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Typiques du Vieux-Québec, un funiculaire et des escaliers font partie des infrastructures. Le funiculaire, inauguré en 1879, permet aux piétons d’aller de la Basse-Ville à la Haute-Ville sans trop se fatiguer. Il relie le quartier Petit-Champlain à la terrasse Dufferin, sur le cap Diamant. Quant aux escaliers, il y en a près de 30 qui relient la Basse-Ville à la Haute-Ville. En plus de l’escalier Casse-Cou, on trouve, parmi les escaliers les plus pittoresques, l’escalier Lépine, l’escalier des Glacis et l’escalier du Cap-Blanc, le plus long de tous. Ils sont régulièrement entretenus et certains ont été complètement refaits.

21 Le funiculaire du Vieux-Québec – Inauguré en 1879 et reconstruit complètement en 1998, il a la forme d’un ascenseur incliné.

Enn, pour faciliter leurs déplacements, les visiteurs ont accès à des bureaux d’information touristique et à des guides touristiques interactifs qui leur permettent d’explorer la ville de façon autonome. L’activité de GéoRallye, inspirée du geocaching ou géocache, propose une nouvelle façon de découvrir une ville et gagne en popularité. Il s’agit d’un trajet virtuel qui prend l’allure d’une chasse au trésor. 22 L’escalier du Cap-Blanc – Cet escalier qui compte 398 marches permettait aux ouvriers du quartier Cap-Blanc, dans la Basse-Ville, de se rendre à pied à leur travail dans des usines de munitions situées en haut de la falaise. Il a été construit pour la première fois en 1898.

* GPS Abréviation de Global Positioning System (en français : système de localisation mondial), un système de positionnement par satellite qui permet de s’orienter avec précision.

40

23 Le GéoRallye ou comment concilier modernité et patrimoine… – Équipés d’un

GPS*, les touristes parcourent la ville à la découverte du patrimoine urbain. Le circuit pédestre comprend 15 caches réelles et virtuelles.

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

L’afuence touristique élevée peut causer certains inconvénients aux résidents du site patrimonial. Elle crée par exemple certaines formes de pollution : visuelle, sonore et atmosphérique. La pollution visuelle est due à la présence des autocars touristiques : ils cachent les bâtiments patrimoniaux et ils sont encombrants dans les rues intra-muros, c’est-à-dire dans la HauteVille. La pollution sonore est causée par le bruit des amuseurs publics, par les spectacles en plein air ou encore par la trop grande circulation automobile. La pollution atmosphérique est causée quant à elle par la présence accrue des automobiles et des autocars de touristes.

Ville patrimoniale – QUÉBEC

3.2 Des infrastructures et des mesures pour répondre aux besoins des résidents

Pour pallier ces problèmes, la Ville a posé plusieurs gestes. Elle a limité la circulation des autocars dans la Haute-Ville et a imposé à leurs propriétaires des règlements plus sévères en matière de stationnement. Elle a aussi pris des mesures pour restreindre la circulation des voitures dans ce secteur de la ville. Par exemple, elle a aménagé des rues piétonnes. Sur d’autres rues, elle a accordé plus d’espaces de stationnement aux résidents, ce qui en laisse moins pour les visiteurs. À d’autres endroits, la Ville a fait réduire la chaussée et a élargi les trottoirs, souvent bondés de touristes. Toutes ces mesures cherchent à répondre aux besoins des résidents et des piétons en général. Elles contribuent en même temps à réduire les différentes formes de pollution.

24 Une rue piétonne – En plus de limiter la circulation automobile, les rues piétonnes permettent aux touristes et aux résidents d’apprécier les charmes de la vieille ville sans être incommodés par les voitures.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Québec, ville patrimoniale

41

A C TIVITÉS

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

Groupe :

Date :

1. Observez le diagramme suivant, puis répondez aux questions. Répartition des modes de déplacement dans la ville de Québec en 2006

1%

4%

14 %

9% 72 %

Automobile Transport collectif Marche Vélo Autres

Source : Ville de Québec, « Vivre et se déplacer à Québec, Document de consultation en marge de l’élaboration d’un plan de mobilité durable », Québec, 2009, p. 20 [en ligne]. Consulté le 25 septembre 2011.

a) Quel est le sujet abordé dans le diagramme ci-dessus ?

b) Quel mode de déplacement est le plus utilisé dans la ville de Québec ?

c) Est-ce qu’une trop grande utilisation de ce mode de déplacement peut entraîner des inconvénients pour les résidents ? Si oui, lesquels ?

d) À l’aide du diagramme circulaire, indiquez trois modes de déplacement qui permettraient de réduire ces inconvénients.

e) Selon vous, quels sont les modes de déplacement inclus dans la catégorie « Autres » ?

42

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

2. Observez la carte ci-dessous, puis répondez aux questions. La réglementation des déplacements dans le Vieux-Québec Zones de débarcadère • Débarcadère hôtel : Situées

devant les hôtels, les zones de débarcadère pour autocars autorisent le stationnement uniquement pour le temps de l’embarquement et du débarquement des passagers et pour le chargement et le déchargement des bagages. • Débarcadère sectoriel : Les

autocars touristiques ne peuvent s’arrêter qu’aux endroits désignés pour embarquer ou débarquer des passagers.

a) La Ville de Québec a adopté des mesures an d’atténuer les inconvénients causés par la grande afuence touristique et la forte circulation automobile dans le Vieux-Québec. Relevez, sur la carte, trois de ces mesures.

b) Pourquoi interdit-on aux autocars l’accès à certaines rues de l’intra-muros ? Donnez deux raisons.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Québec, ville patrimoniale

43

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

Groupe :

Date :

3. Nommez quatre infrastructures présentes dans la ville de Québec qui facilitent l’accès au Vieux-Québec et y améliorent la circulation.

4. L’article suivant est tiré du journal Le Soleil, de Québec. Il parle de l’installation, à Québec, du service de vélos en libre-service BIXI, à l’été 2011. Ce service permet aux usagers de louer un vélo pour effectuer un déplacement en ville. Lisez l’article, puis répondez aux questions. Un nouveau moyen de locomotion

(Québec) Le BIXI à Québec, c’est pour les touristes, l’été. Depuis lundi matin, une station de 11 BIXI est installée dans le stationnement de l’Hôtel Germain Dominion, au coin des rues Bell et Saint-Paul. Les touristes n’auront qu’à sortir leur carte de crédit, pianoter sur la borne de paiement et enfourcher les vélos en libre-service pour une petite balade. Et ce, jusqu’au 31 octobre. […] Les touristes, clients ou non de l’hôtel, ainsi que les croisiéristes auront un nouveau moyen de transport pour visiter la ville. […] [Le] Vieux-Port et le quartier Petit-Champlain ne sont qu’à quelques coups de pédales de la station BIXI. Et pour les plus audacieux qui se lanceraient à l’assaut de la Haute-Ville, sachez que le BIXI touristique de Québec a sept vitesses, contrairement à trois pour le modèle montréalais. […]

* SVLS Société de vélos en libre-service.

[…] Le BIXI touristique est un projet-pilote. La SVLS* teste le marché hôtelier et l’Hôtel Germain Dominion est le seul à accueillir ce service. D’après Béatrice Couture, la ville de Québec n’a pas été choisie pour rien, « les attraits touristiques y sont importants ». […] Bien entendu, les 11 vélos sont aussi accessibles aux citoyens de Québec, mais il ne faut pas penser aller d’un point A à un point B. Il n’y a qu’une seule station BIXI ; les vélos doivent revenir au bercail. […] Pour proter de l’expérience, rien de plus simple. Tel que cela est écrit sur la borne de paiement, il y a trois étapes : « Prenez le vélo, roulez, rapportez le vélo. » Ajoutez toutefois l’étape « carte de crédit ». Il vous en coûtera 10 $ pour une heure ou moins, 5 $ par demi-heure additionnelle, et les taxes ne sont pas incluses. Notez qu’un montant de 100 $ sera bloqué sur votre compte pendant sept jours en guise de caution. […] Sophie Gall, « Le BIXI version touristique débarque à Québec », Le Soleil, 15 août 2011 [en ligne]. Consulté le 26 septembre 2011.

44

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

a) Selon Béatrice Couture, de la SVLS, pourquoi avoir choisi Québec pour implanter le BIXI ?

b) D’après vous, quels sont les avantages du BIXI pour les touristes et pour les résidents de la Haute-Ville ? • Pour les touristes :

• Pour les résidents :

c) Quelle contrainte géographique pourrait nuire à la popularité du BIXI dans la capitale provinciale ?

d) Trouvez cinq documents (de la page 27 à la page 41) qui permettent d’identier cette caractéristique.

e) Nommez deux autres points faibles du BIXI à Québec pour les utilisateurs, du moins en 2011.

f) Croyez-vous que c’est une bonne façon de visiter la ville ? Justiez votre point de vue.

5. Pour pallier certains problèmes causés par la grande afuence touristique, la Ville de Québec a posé certains gestes (voir page 41). Si vous étiez résident d’un quartier patrimonial, lequel de ces gestes vous semblerait le plus intéressant ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Québec, ville patrimoniale

45

Ville patrimoniale – QUÉBEC

4. Enjeu Le tourisme génère d’importants revenus pour la Ville, le gouvernement et les commerçants (hôteliers, restaurateurs, propriétaires de boutiques). Pour les fêtes du 400e anniversaire de Québec, en 2008, l’impact économique a été évalué à plus de 438 millions de dollars, ce qui inclut la création d’emplois. En effet, lorsqu’ils visitent la ville, les touristes louent des chambres d’hôtel, achètent des souvenirs, mangent dans les restaurants, paient des taxes, etc. Une partie de ces revenus peut servir à la conservation et à l’entretien des lieux. Cependant, une trop grande afuence peut parfois nuire à la conservation du patrimoine urbain. Comment alors concilier la sauvegarde du patrimoine et la croissance économique ? Comment faire pour conserver le patrimoine dans une ville qui se transforme et prend de l’expansion au l du temps ?

Conserver le patrimoine dans une ville en expansion Plusieurs acteurs, c’est-à-dire des individus ou des organismes concernés par l’enjeu que représente la sauvegarde du patrimoine, interviennent de différentes manières.

* Restaurer Rétablir quelque chose dans son état d’origine.

Ainsi, les trois paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) ont chacun leurs responsabilités en ce qui regarde la conservation du patrimoine de la ville de Québec. La Ville s’occupe de l’aménagement du territoire, en particulier des espaces publics. Par exemple, comme les rues du Vieux-Québec sont très étroites par endroits, elle doit se doter d’équipements plus petits : camions à ordures et de nettoyage des rues, autobus particuliers, etc. Le gouvernement provincial, lui, voit à faire appliquer la loi sur les biens culturels. En collaboration avec la Ville de Québec, il est responsable de la conservation des éléments patrimoniaux du Vieux-Québec. Enn, le gouvernement fédéral gère le patrimoine des lieux qui lui appartiennent, par exemple le Lieu historique national des Fortications-de-Québec. Ce lieu comprend, entre autres, les murs et les portes de la ville, certains parcs et la terrasse Dufferin. Des contraintes pour tous An de conserver le patrimoine dans leur ville, tous les acteurs doivent accepter certaines contraintes. Voici quelques exemples. Les propriétaires ont l’obligation de restaurer* leurs bâtiments en respectant le style architectural du site patrimonial. Ainsi, pour refaire le revêtement extérieur d’une maison, ils doivent utiliser les matériaux autorisés, comme la pierre ou la brique. Ils doivent aussi respecter la forme des toits du quartier historique. 25 De la tôle grise comme revêtement de toiture – L’usage de goudron ou d’asphalte est interdit dans les travaux de restauration.

46

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enn, depuis 1937, une loi interdit la construction d’édices en hauteur dans le Vieux-Québec. En effet, ce type d’immeuble peut nuire à la conservation du caractère historique du quartier de même qu’à l’ensoleillement des places publiques. Cette loi est entrée en vigueur après l’inauguration de l’édice Price (voir document 16, page 35).

Ville patrimoniale – QUÉBEC

De leur côté, lorsqu’ils effectuent des travaux d’excavation, les entrepreneurs ont l’obligation de protéger les vestiges archéologiques qu’ils pourraient déterrer. Dans le quartier historique, même la végétation urbaine est protégée.

Le danger de la dégradation

26

Bien que le patrimoine soit conservé et restauré, il n’est pas à l’abri de gestes ou d’événements qui peuvent nuire à sa pérennité*. Les graftis, les incendies, la pollution urbaine et une trop grande afuence touristique sont autant d’éléments qui peuvent contribuer à la dégradation d’un site patrimonial. C’est pourquoi, lorsque c’est possible, de nombreuses mesures sont prises pour contrer ces menaces : amendes sévères imposées aux auteurs de grafti sur des immeubles patrimoniaux, gestion planiée du tourisme, aménagement d’infrastructures pour limiter la congestion automobile, etc.

Des rues étroites

* Pérennité État de ce qui dure longtemps, éternellement.

27

Incendie du Manège militaire de Québec en 2008 – Le bâtiment datait

de 1887.

Les inconvénients de l’afuence touristique Malgré les importants bénéces qu’il procure sur le plan économique, le développement de l’industrie touristique dans une ville patrimoniale entraîne certains inconvénients. Il y a d’abord les différentes formes de pollution Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Québec, ville patrimoniale

47

Ville patrimoniale – QUÉBEC

causées par une trop grande circulation automobile et un trop grand nombre de visiteurs à la fois (voir section précédente, page 41). De plus, le quartier concerné peut perdre progressivement sa fonction résidentielle. Par exemple, dans le VieuxQuébec, de plus en plus de commerces et d’activités s’adressent presque exclusivement aux touristes (boutiques de souvenirs, musées, amuseurs publics, etc.). Le Comité des citoyens du VieuxQuébec (CCVQ), qui existe depuis 1975, est un des organismes qui tentent de faire respecter les droits des résidents du quartier historique. Il soutient, entre autres, que le quartier doit conserver sa vocation résidentielle et que la Ville doit consulter les résidents sur les décisions qui ont des impacts sur leur vie.

28

Des commerces qui s’adressent surtout aux touristes

29 Foule et amuseurs publics sur la terrasse Dufferin – Pour attirer encore plus de touristes, la ville crée des événements d’envergure : Fêtes de la Nouvelle-France, fêtes entourant le 400e anniversaire de la fondation de Québec, Grands feux Loto-Québec, etc. Certains résidents apprécient les festivités et en tirent erté ; d’autres déplorent les inconvénients qu’elles occasionnent : bruit, difculté de se déplacer, etc.

48

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale – QUÉBEC

A C TIVITÉS

Nom :

1. Observez les deux photos ci-dessous. Lisez les légendes, puis choisissez une des photos. Répondez ensuite aux questions associées à la photo choisie. A

B

Conçu par l’artiste québécois Robert Lepage et la compagnie EX-Machina, le Moulin à images est un spectacle qui retrace l’histoire de la ville de Québec. Créé en 2008 pour le 400e anniversaire de la fondation de Québec, l’événement a remporté un immense succès. Depuis, chaque été à la tombée de la nuit, les visiteurs peuvent assister à ce grand spectacle multimédia et admirer les images gigantesques projetées sur les silos à grain du Vieux-Port.

a) Votre choix : Le Moulin à images

Chaussés de patins de hockey, les participants de la compétition Red Bull Crashed Ice dévalent à toute vitesse une piste glacée. La piste, d’environ 575 m, comporte des pentes abruptes, des marches glacées et des virages en épingle. L’événement se tient chaque hiver. Participants et touristes proviennent de plusieurs pays. En plus de la compétition, les visiteurs peuvent assister à des spectacles musicaux.

Le Red Bull Crashed Ice

b) Que remarquez-vous au plan rapproché ? • Moulin à images :

• Red Bull Crashed Ice :

c) Que remarquez-vous à l’arrière-plan ? • Moulin à images : • Red Bull Crashed Ice :

d) Sur la photo de l’événement que vous avez choisi, identiez un bâtiment connu du Vieux-Québec. • Moulin à images : • Red Bull Crashed Ice :

e) Pourquoi la Ville de Québec organise-t-elle des événements d’envergure comme celui que vous avez sélectionné ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Québec, ville patrimoniale

49

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

Groupe :

Date :

f) D’après vous, cet événement présente-t-il surtout des avantages ou des inconvénients ? Tenez compte du point de vue de la Ville dans son ensemble et du point de vue des résidents du Vieux-Québec.

?

Savez-vous que… ?

« [Pour traduire l’expression Red Bull Crashed Ice], un traducteur de la capitale fédérale a proposé il y a quelques mois “Grande Déboulée Red Bull” […]. On trouve le mot “déboulé(e)” dans le Grand Robert et d’autres dictionnaires au sens d’épreuve de courte distance où la vitesse compte dès le départ ou au sens d’épreuve sportive qui semble s’apparenter à une échappée (comme au hockey). » Gaston Bernier, président de l’ASULF (Association pour le soutien et l’usage de la langue française), Extrait d’une lettre de lecteur, Le Devoir, 4 février 2012.

2. Entre 1978 et 2011, le quartier Petit-Champlain s’est transformé. Observez attentivement les deux photos ci-dessous, puis répondez aux questions. Le quartier Petit-Champlain au l du temps

1978

50

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

2011

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

a) Quels éléments de la photo de 1978 ont disparu sur celle de 2011 ?

b) Quelles nouveautés remarquez-vous sur la photo de 2011 par rapport à celle de 1978 ?

c) Le développement de l’industrie touristique à Québec a modié la fonction du quartier Petit-Champlain. Indiquez pour chaque photo la principale fonction attribuée au quartier en 1978 et en 2011. 1978 :

2011 :

3. Nommez trois éléments qui peuvent causer une dégradation du site du Vieux-Québec.

4. Pour chaque groupe ci-dessous, nommez une contrainte qui doit être respectée an de conserver le patrimoine dans le Vieux-Québec. • Propriétaires de maisons patrimoniales :

• Entrepreneurs en travaux d’excavation :

• La Ville de Québec :

5. Pour conserver ses habitants et leur fournir les services dont ils ont besoin, une ville doit se développer : attirer des entreprises an qu’elles créent des emplois, se munir d’un réseau de transport efcace, etc. Dans ce contexte, croyez-vous qu’il est difcile pour une ville de conserver son patrimoine? Dites pourquoi.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Québec, ville patrimoniale

51

Ville patrimoniale – QUÉBEC

Nom :

Groupe :

Date :

5. Vue d’ensemble Complétez le tableau suivant afin d’avoir une vue d’ensemble de Québec, ville patrimoniale. Québec, ville patrimoniale Aspects

Localisation

Information En Amérique du _________________. Au Canada, dans la province de ______________________. Sur les rives du _________________________________________.

Description du site

Divisé en deux parties : la _________________________ et la Basse-Ville. Cinq exemples : •

Éléments patrimoniaux

• • • • Quatre exemples :

Aménagement : infrastructures facilitant l’accès au site et sa fréquentation

• • • •

Enjeu

Contraintes auxquelles la ville et les propriétaires sont soumis

52

• ____________________ les vieux bâtiments. • _________________ en respectant le _________________________________ du site.

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La ville d’Athènes est reconnue dans le monde pour son caractère patrimonial. C’est une des plus importantes villes de l’Antiquité. Au 5e siècle avant J.-C., Athènes était au sommet de sa puissance.

Ville patrimoniale – ATHÈNES

C Athènes, ville patrimoniale 1. Localisation * Densité de

population Rapport entre le nombre d’habitants et la supercie du territoire qu’ils occupent. Exemple : Il y a 200 habitants par kilomètre carré dans ma région (200 hab./km2).

Athènes est la capitale de la Grèce, un pays européen. Une partie du pays est rattachée au continent, et l’autre est formée de plusieurs îles. Le territoire est presque entièrement bordé par la mer Méditerranée. Athènes est située au sud de la partie continentale de la Grèce, sur les berges du golfe Saronique, dans une plaine entourée de collines et de montagnes. Sa densité de population* est très élevée : 8878 hab./km2. L’agglomération compte en effet plus de 3,8 millions d’habitants répartis sur un territoire de seulement 428 km2. 30

La Grèce et sa capitale, Athènes

La mer Égée et la mer Ionienne font partie d’une plus vaste étendue : la mer Méditerranée.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

53

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

Groupe :

A

Date :

B

A C TIVITÉS

31 Le site d’Athènes – Comme elle est entourée de collines et de montagnes (A), Athènes manque d’espace pour s’étendre. C’est une des raisons qui expliquent sa forte densité de population (B).

54

1. Complétez la carte ci-dessous à l’aide des consignes suivantes. a) Coloriez d’une couleur pâle le territoire de la Grèce. b) Situez Athènes en écrivant son nom. c) Situez de la même façon les étendues d’eau qui entourent la Grèce. La Grèce et sa capitale, Athènes

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

Date :

2. À l’aide des consignes suivantes, situez sur la photo des éléments importants liés à la position géographique d’Athènes.

a) Désignez à l’aide d’une èche le golfe Saronique et écrivez son nom. b) Encerclez les régions montagneuses autour d’Athènes. c) Désignez à l’aide d’une èche l’emplacement de la ville d’Athènes et écrivez son nom. La Grèce et sa capitale, Athènes

2. Caractéristiques

* Vestiges Restes du passé, ruines.

Athènes est une ville patrimoniale parce qu’elle possède un site exceptionnel : l’Acropole. En grec, le nom « Acropole » signie « ville haute » ou « citadelle ». Il s’agit d’un promontoire rocheux d’une hauteur de 156 m, situé en plein cœur d’Athènes. De nombreux monuments qui ont été érigés à l’époque de la Grèce antique se trouvent sur ce site. La plupart de ces vestiges* datent des 5e et 4e siècles avant J.-C.

2.1 Athènes, l’Acropole et les critères de l’UNESCO L’Acropole a été désignée site culturel du patrimoine mondial par l’UNESCO en 1987. C’est un des sites patrimoniaux les plus importants et les plus connus dans le monde. Sa vocation est strictement touristique, c’est-à-dire qu’il n’est pas habité.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

55

Ville patrimoniale – ATHÈNES

L’UNESCO accorde une grande valeur à Athènes et à son Acropole. Ces lieux évoquent en effet plusieurs éléments qui ont marqué l’histoire de l’humanité, et plus particulièrement l’histoire des pays de l’Occident*. Par exemple, c’est à Athènes que la démocratie a fait ses débuts, et c’est là également que les plus grands philosophes* de l’Antiquité ont enseigné leurs idées. La Grèce antique a aussi vu naître les Jeux olympiques.

* Occident Ensemble des pays de l’Ouest, c’est-à-dire ceux de l’Europe et des Amériques. L’Australie et la Nouvelle-Zélande, bien que situées dans l’hémisphère Est du globe, en font partie. En effet, le terme « Occident » ne fait pas seulement référence à la position géographique sur le globe, mais aussi à un ensemble de caractéristiques historiques, politiques et culturelles.

32

L’Acropole : une supercie de plus de 40 000 m2 – La ville d’Athènes s’est

développée tout autour.

Dans l’Antiquité, Athènes était une cité extrêmement prospère. Elle a atteint son apogée au 5e siècle avant J.-C., sous le règne de Périclès. Ce dirigeant politique a fait venir les plus grands architectes de la Grèce antique an qu’ils construisent des temples religieux qui reètent la puissance de la cité. Ces temples grandioses érigés sur l’Acropole témoignent d’une civilisation hors du commun. Leur architecture a inspiré les plus grands architectes du monde, de l’Antiquité à aujourd’hui. Les peuples ou empires qui ont régné par la suite dans cette partie du monde ont tous laissé des traces : l’Empire romain, les Francs (ancêtres des Français), les Turcs, etc.

* Philosophe Penseur, intellectuel qui étudie le monde, ses systèmes de pensée et ses valeurs.

56

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

Date :

C’est en se basant sur ces données que l’UNESCO a décrété que l’Acropole répondait à quatre des cinq critères établis (voir page 22) en vue de déterminer si un site culturel pouvait gurer sur la Liste du patrimoine mondial : 1. L’Acropole constitue l’adaptation parfaite de l’architecture à un site naturel ; c’est un chef-d’œuvre du génie créateur humain. 2. À plusieurs époques, les temples ou bâtiments de l’Acropole, de même que les autres monuments de la Grèce antique, ont inspiré les plus grands architectes du monde. 3. Les temples et statues de l’Acropole apportent un témoignage unique sur les religions et la culture de la Grèce antique.

A C TIVITÉS

4. L’Acropole témoigne des civilisations qui se sont succédé dans cette région du monde pendant un millénaire.

1. Vrai ou faux ? Lorsque vous cochez « Faux », récrivez l’énoncé de façon qu’il soit vrai. Énoncés

Vrai

Faux

a) L’Acropole, dans la ville d’Athènes, est le site qui gure sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. b) « Acropole » est un ancien mot grec qui signie « ville basse ». c) Périclès a fait construire des temples sur l’Acropole au 5e siècle après J.-C. d) Dans toute l’histoire de la Grèce, seuls des Grecs ont occupé le site de l’Acropole. e) Plusieurs éléments culturels qui ont marqué l’histoire de l’humanité ont leur origine en Grèce : la démocratie, la philosophie, les Jeux olympiques. Énoncés corrigés (indiquez la lettre de l’énoncé) :

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

57

Ville patrimoniale – ATHÈNES

2.

P. 292 À l’aide de la photo ci-dessous, réalisez un croquis géographique de l’Acropole et de ses environs. Vous devez faire ressortir le fait que le site de l’Acropole s’insère dans une zone urbaine densément peuplée. Répondez d’abord aux questions suivantes.

a) Dans quel but voulez-vous réaliser votre croquis ?

b) Quels sont les éléments que vous voulez représenter sur votre croquis ? • À l’avant-plan ? • Au plan moyen ? • À l’arrière-plan ?

c) Choisissez des couleurs et des symboles et réalisez votre croquis. d) Construisez la légende. e) Donnez à votre croquis un titre qui résume votre intention de départ. Titre :

Légende

58

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

L’Acropole comprend principalement quatre éléments architecturaux qui lui donnent une valeur exceptionnelle. Il s’agit de l’Érechthéion, du Parthénon, du temple d’Athéna Nikê et des Propylées. Ces éléments ont tous été construits au 5e siècle avant J.-C., à l’initiative de Périclès.

Ville patrimoniale – ATHÈNES

2.2 Les éléments patrimoniaux de l’Acropole

33 L’Érechthéion – L’Érechthéion est un temple renommé pour son architecture splendide, inhabituelle pour l’époque. Il était utilisé à des ns religieuses. Le bâtiment, situé dans la partie nord de l’Acropole, abritait une statue d’Athéna, la déesse protectrice d’Athènes. Il abritait aussi l’olivier sacré, symbole de paix et de richesse. Selon la légende, Athéna en aurait fait don aux Athéniens.

34 Le Parthénon – L’édice principal de l’Acropole, le Parthénon, était également un lieu de culte. On y trouvait quelques sanctuaires, dont l’un était consacré à la déesse Athéna. Il servait aussi de coffre-fort, car c’est au Parthénon que l’argent de la cité était gardé. Son rafnement architectural, la perfection de ses proportions et la qualité de sa décoration soulevaient déjà l’admiration à l’époque de l’Antiquité. C’est aujourd’hui un des lieux les plus visités dans le monde.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

59

Ville patrimoniale – ATHÈNES

35 Le temple d’Athéna Nikê, la déesse victorieuse – Situé au coin sud-ouest de l’Acropole, ce temple a été érigé en l’honneur de la déesse Athéna. Les Athéniens s’y rendaient pour vénérer leur déesse protectrice et lui demander de leur apporter la victoire contre les nombreux ennemis de la cité. En grec ancien, le mot nikê veut dire « victoire ».

36 Les Propylées et les travaux de restauration – Les Propylées, un ensemble de colonnes de marbre, forment l’immense entrée de l’Acropole. On accède à la partie centrale de cet ensemble architectural par des marches de 22 m de large. Sur les côtés des marches se trouvent deux ailes symétriques. L’une servait de promenade où l’on pouvait admirer des œuvres d’art et l’autre servait de sanctuaire. Comme les autres bâtiments de l’Acropole, les Propylées font aujourd’hui l’objet de grands travaux de restauration. Ceux-ci ont commencé en 1986.

60

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

D’autres bâtiments hérités de la Grèce antique sont considérés aujourd’hui comme des éléments patrimoniaux. Les deux premiers éléments décrits cidessous datent du 5e siècle avant J.-C. La construction de l’Agora (troisième élément) aurait commencé un siècle plus tôt. Ces divers éléments ne font pas partie de l’Acropole.

37 La colline de la Pnyx – La colline de la Pnyx, située à l’ouest de l’Acropole, évoque l’histoire politique de la Grèce antique. En effet, la cité d’Athènes a été témoin des débuts de la démocratie. Au 5e siècle avant J.-C., c’est sur cette colline que les citoyens d’Athènes venaient voter les lois à main levée. On y trouvait une petite esplanade sur laquelle les orateurs prenaient place pour annoncer les lois proposées ou s’adresser aux citoyens.

Ville patrimoniale – ATHÈNES

2.3 D’autres éléments patrimoniaux à Athènes

38 Le théâtre de Dionysos – Dans la religion grecque, Dionysos était le dieu du théâtre, mais aussi le dieu de la vigne et du vin. Le théâtre, situé sur le versant sud de l’Acropole, a été construit en son honneur. C’est dans le théâtre de Dionysos que les premières tragédies grecques ont été jouées. La conguration de la scène et l’emplacement des estrades inspirent encore aujourd’hui les architectes qui conçoivent des salles de spectacles.

39 L’Agora antique – C’est à l’Agora, située au nord de l’Acropole, que les Athéniens se retrouvaient le plus souvent pour faire leur marché ou discuter. Cette vaste place, dont on voit une partie à l’avant-plan de la photo, avait principalement une fonction économique et politique. Les principaux édices administratifs, culturels et religieux étaient regroupés à cet endroit. Le seul monument qui subsiste aujourd’hui de l’Agora est le temple d’Héphaïstos, qu’on aperçoit à gauche.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

61

A C TIVITÉS

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

Groupe :

Date :

1. Observez la photo et identiez les trois éléments patrimoniaux accompagnés d’un chiffre en choisissant vos réponses parmi les termes suivants. • Acropole

• Érechthéion

• Théâtre de Dionysos

• Parthénon

3

2 1

1 2 3

2. Voici des scènes de la vie athénienne au 5e siècle avant J.-C. Pour chaque dessin : • Nommez l’élément patrimonial représenté. • Indiquez si la fonction du lieu est politique (liée à l’administration de la cité) et/ou économique (liée aux échanges commerciaux). • Donnez un titre qui résume l’idée principale du dessin. A

• Élément patrimonial :

• Fonction du lieu :

• Titre du dessin :

62

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

B

Date :

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

• Élément patrimonial :

• Fonction du lieu :

• Titre du dessin :

3. À l’aide de la photo ci-contre, des textes sur les éléments patrimoniaux et des documents photos des pages antérieures, réalisez une carte schématique de l’Acropole de la façon suivante. La carte doit illustrer les travaux de Périclès, au 5e siècle avant J.-C.

a) Situez au moyen d’un chiffre, d’abord sur la photo puis sur votre carte, les quatre éléments patrimoniaux suivants : • Les Propylées 1 • Le temple d’Athéna Nikê 2 • L’Érechthéion 3 • Le Parthénon 4 b) Situez l’Acropole directement sur la carte, en écrivant son nom. c) Construisez la légende. d) Donnez un titre à la carte.

Titre : Légende

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

63

Ville patrimoniale – ATHÈNES

3. Aménagement Athènes est l’une des villes les plus visitées au monde : elle voit passer quelque deux millions et demi de touristes par année. En 2004, elle était l’hôte des Jeux olympiques d’été. La Ville a proté de cet événement pour construire des infrastructures qui facilitent l’accès aux sites historiques ainsi que les visites.

3.1 Une promenade piétonne Parmi les infrastructures majeures inaugurées pour les Jeux olympiques, il y a un parc archéologique. Ce parc crée un lien entre tous les monuments et les principaux sites archéologiques du centre historique de la ville. Une promenade piétonne, longue de 2,7 km, permet de déambuler dans le parc.

40

L’avenue Dionissiou Areopagitou, une section de la promenade piétonne

En aménageant une promenade entre les divers sites archéologiques du centre historique, la Ville a conçu un musée à ciel ouvert, un des plus grands du monde.

3.2 Un réseau de transport modernisé Le réseau de transport d’Athènes était très décient avant les Jeux olympiques de 2004. Pour accueillir cet événement exceptionnel, il a fallu construire plusieurs infrastructures. Ces nouvelles installations visaient à favoriser les déplacements dans la ville, notamment vers les installations olympiques, mais aussi vers les différents sites historiques.

64

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Le métro d’Athènes gure parmi les plus vieux métros du monde. Le premier tronçon de la ligne 1, qui reliait le port du Pirée au centre historique de la ville, a été mis en service en 1869. La ligne 1 a ensuite été prolongée vers le nord au milieu du 20e siècle. Enn, ce n’est qu’en l’an 2000 que deux lignes supplémentaires ont été inaugurées. On estime que, annuellement, 336 millions d’usagers utilisent le métro d’Athènes.

41 Le métro d’Athènes – Les autorités ont décidé de prolonger les lignes existantes avec de nouvelles stations et de créer une quatrième ligne de métro. Les travaux ont débuté en 2012.

Toujours en vue d’accueillir les Jeux de 2004, le gouvernement grec a fait construire un nouvel aéroport. Il est relié au centre historique de la ville par une ligne de métro, un train de banlieue et une nouvelle autoroute à péage, l’Attiki Odós, qui contourne le centre-ville. De plus, un nouveau tramway relie le centre historique à la mer, c’est-à-dire au port du Pirée. C’est un des plus grands ports du monde en ce qui concerne l’afuence de passagers.

42 L’aéroport international d’Athènes Élefthérios-Venizélos

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

65

A C TIVITÉS

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

Groupe :

Date :

1. Votre famille a gagné un voyage à Athènes. Observez la carte du réseau ci-dessous, puis répondez aux questions. Le réseau de transport public d’Athènes

a) Vous prendrez l’avion pour aller en Grèce. Quel est le nom de l’aéroport d’Athènes ?

b) Vous logez dans un hôtel pittoresque situé dans le centre historique. À part la voiture, quels moyens de transport pouvez-vous choisir pour vous rendre de l’aéroport au centre historique ?

c) Plus précisément, vous devez vous rendre à la station de métro Victoria. Quel itinéraire allez-vous emprunter an de vous y rendre en métro ?

d) Vous êtes installés à votre hôtel et vous voulez maintenant visiter l’Acropole. Vos parents suggèrent d’utiliser le métro. À quelle station de métro descendrez-vous ?

e) Pour n’avoir à correspondre qu’une seule fois, à quelle station de métro devrez-vous changer de ligne ?

66

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

Date :

f) Le lendemain, vous désirez voir le Stade de la paix et de l’amitié. Quel moyen de transport en commun vous permettra de rejoindre cet attrait touristique ?

2. Vous poursuivez votre visite d’Athènes. Aujourd’hui, vous désirez emprunter une partie de la promenade piétonne an de voir les sites archéologiques. Vous consultez un guide touristique, dont voici un extrait.

a) Complétez le texte en vous référant à la carte ci-dessous. « La promenade du parc archéologique vous mènera vers les plus grands sites archéologiques d’ . Partez de la place Syntagma en direction ouest pour vous rendre jusqu’à la place . Prenez le temps d’aller sentir les odeurs du marché tout près ! Par la suite, bifurquez quelques mètres vers le sud puis continuez vers l’ouest afin de rejoindre l’avenue Apostolou Pavlou. Parcourez l’avenue en vous dirigeant vers le . Vous pouvez apercevoir à votre gauche l’ , où les Athéniens venaient faire leur marché et discuter. Vous distinguez surtout l’Aéropage, cette colline où la justice était rendue dans la Grèce antique. Continuez votre route ; vous remarquerez à votre droite la colline de la , le lieu

de la démocratie à Athènes au 5e siècle avant J.-C. Un peu plus loin, à votre gauche, le théâtre d’ attire votre regard. Vous poursuivez votre promenade sur l’avenue . Maintenant, la pièce de résistance ! Il est difficile de ne pas voir cet imposant rocher à votre gauche, l’ . Vous apercevez, entre autres, le et l’Érechthéion, deux temples grandioses commandés par . Vous terminez votre promenade par le fameux théâtre de , lieu de naissance de la tragédie grecque. Vous pouvez maintenant vous rendre au , situé au bout de l’avenue, afin de vous détendre après cette excursion historique. »

Le centre historique d’Athènes

b) Sur la carte ci-contre, tracez le trajet suggéré par le guide touristique. c) Complétez la légende.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

67

Ville patrimoniale – ATHÈNES

* Smog

3.3 Des problèmes liés à l’aménagement

Mélange épais de brouillard, de fumée et de polluants atmosphériques.

Il n’est pas toujours facile de vivre dans une ville patrimoniale qui attire beaucoup de touristes. La présence de ces derniers peut entraîner certains inconvénients. Elle contribue notamment à l’aggravation des problèmes de congestion automobile et à l’augmentation de la pollution atmosphérique.

43 La circulation à Athènes : un casse-tête – An de contrer ces problèmes, les autorités s’efforcent d’améliorer le réseau de transport en commun. Le nombre de ses usagers est en progression. La mise en place de la promenade piétonne dans le parc archéologique a aussi contribué à la diminution de la circulation automobile dans le centre historique.

Entre 1993 et 2006, le nombre de voitures pour 1000 habitants a augmenté de 118 %, comparativement à 40 % en Espagne et 24 % en Allemagne. La présence d’un très grand nombre d’autocars touristiques et de taxis amplie le problème : tous ces véhicules congestionnent la circulation et font augmenter le niveau de pollution atmosphérique. De plus, le problème de la pollution se trouve aggravé par la situation géographique de la ville. En effet, comme elle est ceinturée de montagnes et de collines, Athènes se retrouve étalée au fond d’une cuvette. Les particules dans l’air restent en suspension au-dessus de la ville et forment le smog*, que les Athéniens appellent nefos.

44 Le smog au-dessus d’Athènes – La Ville d’Athènes a adopté un règlement qui impose une circulation alternée dans le centre-ville. Ainsi, les jours pairs (le 2, le 4, etc.), seules les voitures dont la plaque d’immatriculation se termine par un nombre pair sont autorisées à circuler dans le centre d’Athènes. Les autres jours, c’est au tour des nombres impairs d’avoir le feu vert. Cependant, cette dernière mesure s’avère peu efcace, puisque certains résidents contournent le règlement en utilisant deux voitures : une les jours pairs et l’autre, les jours impairs !

68

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale – ATHÈNES

A C TIVITÉS

Nom :

1. Les mesures mises en place par les autorités pour lutter contre la pollution sont-elles efcaces ? Lisez les documents ci-dessous, puis suivez les consignes de la page suivante.

« La principale mesure destinée à réduire les émissions polluantes a consisté en une mesure de circulation alternée […] mise en œuvre en 1982 dans le centre-ville (sur 23 km2). Elle n’a pas conduit aux résultats espérés en termes d’amélioration de la uidité du trac et de la qualité de l’air. Si la mesure a pu être efcace initialement, ses effets bénéques sur le trac ont été rapidement annulés par divers facteurs : augmentation très nette du nombre de taxis et de deux-roues motorisés autorisés à circuler dans la zone ; […] ; quasi-absence de contrôle du stationnement. » Vannina Pomonti, docteure en géographie-environnement, « Politiques urbaines et mobilité durable : analyse comparée d’Athènes et Amsterdam », Écologie & politique 2/2004 (N° 29), p. 53-68 [en ligne]. Consulté le 19 décembre 2011.

« Contre la pollution, Athènes ferme son centre-ville aux automobilistes. Un périmètre de 2,5 km2 au cœur du centre commerçant d’Athènes est interdit depuis hier à la circulation, pour lutter contre le nuage de gaz d’échappement qui coiffe en permanence la capitale la plus polluée d’Europe. […] « L’armée jaune », autrement dit le puissant lobby [groupe d’inuence] des taxis, responsable à lui seul d’environ 30 % de la pollution par les gaz d’échappement, a d’ores et déjà obtenu la permission de circuler sur certains axes du périmètre concerné. » Anne-Marie Ladoues, « Contre la pollution, Athènes ferme son centre-ville aux automobilistes », Libération, 11 avril 1995 [en ligne]. Consulté le 19 décembre 2011.

« Pour ce qui est des émissions de gaz à effet de serre, des efforts considérables ont été faits, même si Athènes reste très polluée. En 1992, le taux de CO2 [gaz carbonique] dans l’atmosphère de la capitale était de 6,5 mg/m3. En 1998, il a chuté à 4,5 mg/m3 pour atteindre, en 2005, 2,5 mg/m3. Cette diminution est notamment due à la politique de favorisation [et de développement] des transports en commun effectuée par la municipalité. » Steven Dolbeau et Delphine Millet Prifti, lepetitjournal.com, Athènes, 18 juin 2007 [en ligne]. Consulté le 19 décembre 2011.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

69

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

Groupe :

Date :

Dans le tableau ci-dessous, indiquez si les mesures mises en place par les autorités ont été efcaces ou non. Justiez votre réponse à l’aide de faits ou d’arguments trouvés dans les documents de la page précédente ou à la page 68. Mesures antipollution

Efcace ? (oui ou non)

Justications (faits)

Amélioration du réseau de transport en commun

Circulation alternée pour les véhicules

Interdiction de circuler au centre-ville

2. Quelle particularité liée à la position géographique d’Athènes amplie la pollution ? Donnez une brève explication.

3. Les taxis d’Athènes sont jaunes. Combien de taxis peut-on voir sur la photo ci-contre ? Quel pourcentage approximatif du nombre total de véhicules présents sur cette photo cela représente-t-il ?

4. Quel lien pouvez-vous établir entre la présence de nombreux touristes à Athènes et l’aggravation des problèmes de congestion automobile ?

70

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

À Athènes, le patrimoine est omniprésent, il fait partie du quotidien. Le conserver ou le restaurer est une tâche complexe. Qui s’occupe de la conservation du patrimoine ? Que faut-il faire pour restaurer ou conserver le passé athénien ? Et comment conserver le patrimoine sans nuire au développement économique de la ville ?

Ville patrimoniale – ATHÈNES

4. Enjeu

Conserver le patrimoine

* Union européenne Ensemble économique regroupant la majorité des pays européens.

La conservation et la restauration des sites archéologiques d’Athènes concernent autant l’Union européenne* (UE) que la Grèce. Le ministère de la Culture de la Grèce ainsi que les pays membres de l’Union européenne s’occupent de gérer le patrimoine athénien. Les pays membres de l’UE versent des sommes importantes à la Grèce pour l’entretien des sites archéologiques. Également, des dons privés permettent de conserver des objets anciens. Plusieurs actions sont menées par tous ces intervenants an de conserver le patrimoine de la ville. La construction de musées spécialisés en est un exemple.

A

B

45 Des institutions privées et publiques – Le Musée d’Art cycladique (A) est une institution privée vouée à la conservation du patrimoine athénien. Le musée de l’Acropole (B), inauguré en 2009 et situé à deux pas de l’Acropole, abrite des objets provenant de l’Acropole : sculptures, statues, céramiques, etc. Ce musée attire énormément de touristes : 1,35 million en 2010.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

71

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Parmi les autres mesures de conservation, mentionnons les grands travaux de restauration de l’Acropole, surtout de ses temples. De tels travaux ont lieu presque constamment. Ceux entamés avant les Jeux olympiques de 2004 s’étendront au moins jusqu’en 2020, étant donné leur complexité et les coûts qu’ils entraînent.

46

Le Parthénon en restauration en 2008

Une autre mesure consiste à inspecter le sous-sol avant de construire une nouvelle infrastructure. Le ministère de la Culture veut ainsi s’assurer de protéger d’éventuelles traces du passé. Par exemple, lors de la construction des nouvelles stations de métro, les responsables des travaux ont dû creuser 20 m sous la surface. Des fouilles s’étendant sur environ 80 000 m2 ont été effectuées pour l’aménagement des deux lignes supplémentaires. On y trouva pas moins de 50 000 objets anciens (vases, assiettes, sculptures, bijoux et outils).

47 Un chantier archéologique mis en place au cours de la construction de nouvelles stations de métro

72

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale – ATHÈNES

A C TIVITÉS

Nom :

1. Observez la photo qui suit, puis répondez aux questions.

La stoa d’Attale, un bâtiment reconstruit de 1953 à 1957, se trouve sur l’Agora. Dans l’Antiquité, les citoyens y venaient pour discuter. Le bâtiment abrite aujourd’hui le musée de l’Agora antique.

a) Que voyez-vous : • au plan rapproché ?

• au plan moyen ? • à l’arrière-plan ?

b) Identiez les éléments du passé et ceux du présent. • Éléments du passé : • Éléments du présent :

c) Expliquez en quoi cette photo est un exemple qui démontre que la ville d’Athènes a su se développer tout en conservant son patrimoine.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

73

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

Groupe :

Date :

2. Plusieurs éléments décoratifs du Parthénon se trouvent au British Museum de Londres, au Royaume-Uni. En 1801, ils ont été transportés à Londres à la demande de lord Elgin, un diplomate britannique alors en poste à Athènes. Plus de deux siècles plus tard, le gouvernement grec pensait pouvoir récupérer ces vestiges pour qu’ils soient dorénavant exposés dans le nouveau musée de l’Acropole, mais le musée londonien refuse. Lisez les textes ci-dessous, puis répondez aux questions.

Marbres du Parthénon exposés en permanence au British Museum, à Londres

« Le musée londonien refuse d’en faire don et propose un prêt. La Grèce refuse le prêt et en revendique la propriété », résume le quotidien [Eleftherotypia], qui rapporte que pour certains experts, c’est à l’Union européenne de résoudre cette querelle. C’est le cas de l’ancien ministre britannique des Affaires étrangères David Owen. « Le seul moyen pour que les marbres se rendent de temps en temps au nouveau musée de l’Acropole, ce qui est souhaitable, est que l’UE autorise l’échange d’antiquités entre pays membres » , estime-t-il. « C’est l’occasion de montrer qu’il peut y avoir une politique du patrimoine culturel européen qui pourra enrichir les musées de l’Union. » Dimitri Rigopoulos, « Pour une politique européenne du patrimoine », Kathimerini, 19 juin 2009. Reproduit dans Presseurop [en ligne]. Consulté le 18 décembre 2011.

« Nous savons très bien que ni le British Museum ni le gouvernement britannique ne veulent retourner les marbres. Je ne suis donc pas bien optimiste avec toute cette histoire. Déjà parce qu’ils craignent que cela va créer un précédent pour d’autres trésors qui se trouvent actuellement en possession du British Museum ou n’importe où ailleurs dans le monde entier. Notre demande a ouvert les yeux à bien d’autres pays. C’est tout le danger. Mais ce n’est pas une raison d’abandonner notre demande ; on doit poursuivre notre action par voie politique et diplomatique. » Maria Ioannidou, directrice du Service de conservation des monuments de l’Acropole, interviewée par le magazine iNFO-GRÈCE, 9 octobre 2010 [en ligne]. Consulté le 18 décembre 2011.

a) Pourquoi le gouvernement britannique et le British Museum refusent-ils de retourner les marbres du Parthénon à Athènes ?

74

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

b) Qu’est-ce que le British Museum propose à la Grèce ?

c) Selon vous, quel est l’argument invoqué par les autorités grecques pour exiger que les marbres du Parthénon leur soient remis ?

d) Quelle solution propose l’ancien ministre britannique des Affaires étrangères David Owen an de concilier les positions du British Museum et celles des autorités grecques ?

e) Quelle est votre position par rapport à la demande des autorités grecques ? Justiez votre réponse en donnant un argument.

Les facteurs qui contribuent à la dégradation du site Divers facteurs causent la dégradation des sites historiques, notamment la pollution et une grande afuence touristique. La pollution engendrée par le développement industriel et la forte circulation endommagent les monuments historiques. Les pluies acides, résultat de la pollution, créent une réaction chimique qui transforme le marbre des monuments en gypse, un matériau qui s’effrite aisément. Les pierres érodées par les pluies acides peuvent se morceler et tomber sur le sol. Les gestes des touristes peuvent aussi contribuer à la dégradation du site patrimonial, par exemple le piétinement répété de millions de visiteurs, les vols d’objets, les graftis ou les actes de vandalisme. Les inconvénients de l’afuence touristique Avec plus de deux millions de visiteurs par année, il est évident que l’afuence touristique amène des inconvénients, tels les bouchons de circulation. De plus, les touristes sont concentrés dans un périmètre de 2 km2, qui correspond au centre historique de la ville. Cette densité entraîne immanquablement des les d’attente interminables devant les sites à visiter et les commerces, surtout pendant la saison estivale.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Athènes, ville patrimoniale

75

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

Groupe :

Date :

Par ailleurs, le centre historique perd de plus en plus sa vocation résidentielle. Un grand nombre de commerces (boutiques, restaurants) ont désormais une vocation purement touristique. Les loyers sont de plus en plus dispendieux et le bruit, omniprésent. Résultat : les habitants quittent peu à peu la vieille ville et emménagent en banlieue.

A C TIVITÉS

48

Une foule de touristes sur l’Acropole

1. Nommez les deux principales causes de la dégradation des sites historiques à Athènes.

2. Comment la pollution atmosphérique peut-elle causer la dégradation des monuments historiques ?

3. Nommez deux autres causes de la dégradation des sites historiques à Athènes.

4. Combien de touristes visitent Athènes chaque année ? 5. Nommez un inconvénient que doivent endurer les habitants du centre historique à cause de la grande afuence touristique.

76

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

5. Vue d’ensemble Complétez le schéma à l’aide de la banque de mots ci-dessous an d’avoir une vue d’ensemble d’Athènes, ville patrimoniale. • Acropole • Conservation • Métro

• Pollution

• Érechthéion

• Colline de la Pnyx

• Berges du golfe Saronique

• Parthénon

• Sud de la partie continentale de la Grèce

• Tramway

• Propylées

• Congestion automobile

• Plaine entourée de montagnes

• Promenade piétonne

LOCALISATION

• Restauration

• Théâtre de Dionysos

Site patrimonial : LOCALISATION

• Agora

• Dégradation

Ville patrimoniale – ATHÈNES

Nom :

• Temple d’Athéna Nikê

CARACTÉRISTIQUES

Éléments patrimoniaux sur l’Acropole : Situation géographique :

LOCALISATION

LOCALISATION

Athènes : ville patrimoniale

Problèmes :

Conserver le patrimoine dans une ville en expansion :

LOCALISATION

LOCALISATION

Infrastructures an de faciliter l’accès aux sites : LOCALISATION AMÉNAGEMENT

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

ENJEU

Athènes, ville patrimoniale

77

Ville patrimoniale

D

Enjeu à l’échelle planétaire À l’échelle mondiale, de nombreuses villes patrimoniales font face au même dé. Comment conserver le patrimoine d’une ville qui se modernise ou dont la population croît ? L’UNESCO aide les villes à protéger leurs sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. L’organisme impose des contraintes à ces villes et prend des mesures an de protéger les sites patrimoniaux. Cette protection qu’assure l’UNESCO a cependant des limites.

Les contraintes de l’UNESCO Les villes patrimoniales doivent respecter les contraintes imposées par l’UNESCO, sinon leur site risque de ne plus gurer sur la Liste du patrimoine mondial. Voici ces contraintes. • Élaborer un plan de sauvegarde qui décrit les actions à entreprendre pour assurer la conservation du patrimoine culturel et qui désigne les bâtiments à protéger. • Entretenir en permanence les bâtiments et les monuments de la ville historique. • Respecter le caractère historique de la ville lors de la transformation ou de la construction d’immeubles. • Encourager les recherches archéologiques. • Interdire la construction de nouveaux grands axes routiers à l’intérieur de la ville historique. • Adopter des mesures préventives contre les catastrophes naturelles et la pollution.

49 La ville de Zabid, au Yémen – La ville de

Zabid a eu une grande importance dans le monde arabe et musulman pendant des siècles. Avec son réseau de rues étroites et ses maisons traditionnelles, elle est un exemple exceptionnel d’ensemble architectural homogène. Ces maisons sont cependant extrêmement vulnérables. De plus, l’usage croissant de matériaux modernes tels que le béton et la tôle ondulée menacent l’unité architecturale du lieu. Le site a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 2000.

78

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Certains sites patrimoniaux sont en danger. Les guerres ou les conits armés, les catastrophes naturelles, l’urbanisation accélérée et le développement intense du tourisme menacent sérieusement certains sites. C’est pourquoi l’UNESCO a créé une Liste du patrimoine mondial en péril. L’organisme espère ainsi sensibiliser la population mondiale et sauver ces sites de la détérioration. Dès qu’un site est inscrit sur cette liste, le pays concerné reçoit une aide nancière de l’UNESCO.

Ville patrimoniale

Des actions de l’UNESCO

50 Un mauvais rêve : le Vieux-Québec entouré d’immenses gratte-ciel… – Des règle-

ments obligent à construire les bâtiments en respectant le style architectural d’un site patrimonial. Ces règlements ne s’appliquent pas à l’extérieur de ce site. Par conséquent, les entrepreneurs qui font construire un bâtiment à proximité d’un site patrimonial choisissent généralement d’ériger des gratte-ciel ou d’autres constructions modernes. Respecter le style architectural d’un site historique coûterait beaucoup plus cher. Raoul Hunter, Québec, ville fortiée, Québec, Bibliothèque et Archives nationales, 1962.

L’UNESCO protège également les villes patrimoniales en faisant des recommandations. Par exemple, le 10 novembre 2011, l’organisme a adopté une recommandation visant à protéger, en plus du site patrimonial, le paysage urbain historique qui l’entoure. Selon l’UNESCO, les sites patrimoniaux seraient moins visités si on ne protégeait pas le paysage qui se trouve à proximité.

Les limites de la protection de l’UNESCO Bien que l’UNESCO soit en mesure d’inciter les villes à prendre certaines mesures an de préserver leur site, la protection offerte par cet organisme international est assez limitée. En inscrivant un bien sur la Liste du patrimoine mondial, l’UNESCO cherche à sensibiliser la communauté internationale à l’urgence de protéger ce bien. Toutefois, cela ne garantit pas que toutes les mesures nécessaires seront prises. En effet, l’UNESCO ne peut pas forcer le gouvernement d’un pays à protéger un site. Et elle doit obtenir l’accord de celui-ci pour pouvoir intervenir sur son territoire. Enn, les budgets de l’UNESCO sont limités, compte tenu des coûts des actions qui doivent être menées. L’organisme reçoit chaque année des contributions obligatoires et volontaires des pays membres. Il revient donc à chacun des acteurs concernés (l’UNESCO, les pays ayant un site patrimonial, les populations locales, la communauté internationale) d’assumer sa part de responsabilités à l’égard du patrimoine mondial.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

79

A C TIVITÉS

Ville patrimoniale

Nom :

Groupe :

Date :

1. Nommez trois contraintes que les villes doivent respecter an que leur site ne soit pas rayé de la Liste du patrimoine mondial.

2. Nommez deux actions menées par l’UNESCO an de protéger les villes patrimoniales inscrites sur la Liste du patrimoine mondial.

3. a) Qu’est-ce que le paysage urbain historique ?

b) Pourquoi l’UNESCO veut-elle protéger aussi le paysage urbain ?

4. Indiquez trois des limites de l’UNESCO en ce qui concerne la protection des villes patrimoniales.

5. Puisque la protection offerte par l’UNESCO aux villes patrimoniales est limitée, quels autres acteurs doivent prendre leur part de responsabilités dans la sauvegarde du patrimoine mondial ?

80

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Ville patrimoniale

Nom :

E Synthèse 1. Vrai ou faux ? Lorsque vous cochez « Faux », récrivez l’énoncé de façon qu’il soit vrai. Énoncés

Vrai

Faux

a) L’UNESCO est l’organisme international qui détermine si un bien a une valeur patrimoniale pour l’ensemble de l’humanité. b) Toutes les villes patrimoniales font partie de l’Organisation des villes du patrimoine mondial (OVPM). c) Une ville patrimoniale, c’est une ville qui est reconnue pour sa forte densité de population. d) L’UNESCO se base sur des critères précis pour attribuer une valeur patrimoniale à un bien. e) Un quartier ou une ville qui se retrouve sur la Liste du patrimoine mondial est considérée comme un bien culturel par l’UNESCO. Énoncés corrigés (indiquez la lettre de l’énoncé) :

2. Pour chaque image, indiquez la ville patrimoniale concernée et écrivez des mots clés se

rapportant à l’image et au contenu de chaque section. Un exemple vous est donné en a.

Section 1 : Localisation A

B

Athènes

Ville : Athènes.

Ville :

Mots clés : Entourée de collines et de

Mots clés :

montagnes, golfe Saronique, mer Méditerranée, Grèce, Europe.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Synthèse

81

Ville patrimoniale

Nom :

Groupe :

Date :

Section 2 : Caractéristiques C

D

Ville :

Ville :

Mots clés :

Mots clés :

Territoire agricole national – QUÉBEC

Section 3 : Aménagement

82

E

F

Ville :

Ville :

Mots clés :

Mots clés :

DOSSIER 1 • LA VILLE PATRIMONIALE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

DOSSIER

S O MMAI R E

2

Le territoire autochtone

A. QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE AUTOCHTONE ? ..................................

84

B. LE TERRITOIRE AUTOCHTONE DU NUNAVUT ..................................... 93 1. Localisation ................................... 93 2. Caractéristiques ............................ 95 3. Aménagement .............................. 109 4. Enjeu ............................................. 115 5. Vue d’ensemble ............................ 120

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire autochtone – NUNAVUT

Territoire autochtone

C. ENJEU À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ....... 121 D. SYNTHÈSE ........................................... 126

LE TERRITOIRE AGRICOLE DU QUÉBEC

83

Territoire autochtone

A

Qu’est-ce qu’un territoire autochtone ?

* Revendication Réclamation de ce qu’on considère comme un droit.

On entend parfois, à la télévision ou à la radio, des Autochtones qui font des revendications* au sujet d’un territoire. Qui sont ces Autochtones ? De quel territoire s’agit-il ? Pourquoi font-ils des revendications ?

Les Autochtones dans le monde Il n’existe pas de dénition universelle du terme autochtone à cause de la grande diversité des populations autochtones dans le monde. Celles-ci varient sur les plans de la culture, de la religion, des traditions, de la langue et de l’histoire. An de pouvoir déterminer quel peuple est autochtone ou pas, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a établi les critères généraux que voici.

?

Savez-vous que… ?

Le terme « Autochtones » n’est pas le seul terme employé pour désigner les premiers habitants d’un territoire. Les mots « indigènes » et « aborigènes » sont aussi utilisés, surtout dans les pays anglophones.

• Les Autochtones sont les descendants des premiers habitants d’un territoire.

Leurs ancêtres vivaient sur le territoire avant l’arrivée de groupes de cultures différentes ou d’origines ethniques différentes. • Ils se reconnaissent eux-mêmes comme Autochtones. • Ils ont une langue et un mode de vie différents de ceux de la société qui les

entoure. • Ils ont préservé les coutumes et les traditions de leurs ancêtres. • Ils ont un attachement important à leur territoire et à ses ressources naturelles.

Une Saami parmi 1 un troupeau de rennes Les Saamis sont le seul peuple autochtone sur le territoire européen. Ils vivent dans le nord des pays scandinaves (Finlande, Norvège, Suède) et au nord-ouest de la Russie. La population des Saamis compte entre 50 000 et 100 000 individus. Encore aujourd’hui, plusieurs d’entre eux élèvent des rennes, comme le faisaient leurs ancêtres.

84

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire autochtone

Un territoire autochtone est un territoire où vivent des Autochtones qui revendiquent l’autonomie sur ce territoire ou qui l’ont obtenue. On entend par « autonomie » la possibilité pour des habitants d’administrer eux-mêmes le territoire qu’ils habitent et de gérer les domaines qui les concernent. Les limites des territoires autochtones sont très souvent contestées ou non dénies. La population autochtone mondiale est estimée entre 445 et 485 millions d’individus répartis sur tous les continents, dans plus de 70 pays. 2

Où vivent les Autochtones dans le monde ? Parties du monde

Nombre approximatif d’Autochtones

Afrique

Entre 50 et 60 millions

Amérique centrale et Mexique

21 millions

Amérique du Nord (excluant le Mexique)

4,8 millions

Amérique du Sud

16 millions

Asie

Entre 350 et 380 millions

Europe (incluant le Groenland et la Russie)

350 000

Océanie/Pacique

2,8 millions

Total

Entre 445 et 485 millions Source : « Estimation des peuples autochtones dans le monde », Groupe international de travail pour les peuples autochtones (GITPA), 2010 [en ligne]. Consulté le 2 février 2012.

3

Pays avec une population autochtone reconnue

Source : Groupe international de travail pour les peuples autochtones (GITPA), 2010.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire autochtone ?

85

Groupe :

Date :

Un groupe de Touaregs 4 au Mali – En Afrique, les peuples qui se déclarent autochtones sont principalement des groupes de chasseurs-cueilleurs ou d’éleveurs nomades. Les Pygmées (Baka, Bakola, etc.) qui peuplent entre autres les forêts du Cameroun, du Congo et du Gabon, sont des chasseurs-cueilleurs. Parmi les éleveurs nomades se trouvent les Touaregs, présents au Mali et au Niger, ou encore les Peuls, qui vivent dispersés dans une quinzaine de pays africains.

A C TIVITÉS

Territoire autochtone

Nom :

1. Les énoncés ci-dessous décrivent certains peuples autochtones. Pour chaque énoncé, indiquez le numéro du critère de l’ONU qui permet d’afrmer que le peuple en question est un peuple autochtone. Vous devez utiliser tous les critères, mais un seul par énoncé. Énoncés

Critères de l’ONU pour dénir un peuple autochtone 1) Le peuple est constitué de descendants des premiers habitants d’un territoire.

a) Les Haïdas, un peuple de la Colombie-Britannique, appellent leur territoire « Haïda Gwaii », ce qui veut dire « les îles du peuple ». La façon dont les compagnies forestières et minières exploitent les ressources sur leurs terres les préoccupe beaucoup.

2) Les individus se reconnaissent eux-mêmes comme Autochtones.

b) En Suède, un individu est Saami si sa langue maternelle est le saami ou si la langue maternelle de sa mère, de son père ou de ses grands-parents est le saami et qu’il se considère lui-même comme un Saami.

3) Le peuple a préservé les coutumes et les traditions de ses ancêtres.

c) Chaque tribu relativement isolée de l’Amazonie parle sa propre langue et a son propre mode de vie. d) Certains groupes autochtones du sud et du centre de l’Inde vivent encore aujourd’hui uniquement de chasse, de cueillette et de pêche, comme le faisaient leurs ancêtres. e) Les Touaregs sont les descendants d’un peuple qui occupait le territoire de l’Afrique du Nord au cours de la préhistoire.

86

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

3

4) Le peuple a une langue et un mode de vie différents de ceux de la société qui l’entoure.

5) Le peuple a un attachement important au territoire et à ses ressources naturelles.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

2.

Date :

Territoire autochtone

Nom :

À l’aide du planisphère (document 3 ), indiquez, pour chacune des parties du monde, deux pays où vit une population autochtone reconnue. Parties du monde

Pays

Afrique Amérique centrale et Mexique Amérique du Nord Amérique du Sud Asie Europe Océanie/Pacique

3. a) Coloriez la carte schématique de la répartition des Autochtones dans le monde. Pour ce faire, référez-vous au document

2

et complétez la légende.

b) Situez approximativement l’endroit où vit chacun des peuples ci-contre, en écrivant son nom sur la carte. Aidez-vous des documents 1 , 3 et 4 .

• Les Saamis • Les Touaregs • Les Aborigènes d’Australie

c) Dans quelle partie du monde les Autochtones sont-ils... • les plus nombreux ? • les moins nombreux ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire autochtone ?

87

Territoire autochtone

Les Autochtones du Canada et du Québec

* Métis Au Canada, selon la loi, ce nom désigne une personne ayant à la fois des ancêtres européens et autochtones.

Au Canada, le terme « Autochtones » désigne les premiers peuples de l’Amérique du Nord et leurs descendants. Il regroupe trois grands groupes culturels distincts : les Indiens, les Métis* et les Inuits. Même si le mot « Indien » est le terme ofciel qu’utilise le gouvernement du Canada pour désigner le premier groupe, les membres de ce groupe préfèrent être désignés par l’expression « membres des Premières Nations ». 5

La population autochtone au Canada en 2006

Identités multiples et autres Autochtones (3 %)

Inuits (4 %)

Membres des Premières Nations (60 %)

Métis (33 %)

Source : Statistique Canada, Peuples autochtones du Canada en 2006 : Inuits, Métis et Premières Nations, Recensement de 2006. Ottawa, Statistique Canada, 2008 [en ligne]. Consulté le 2 mars 2012. Remarque : Le terme « identités multiples » désigne les personnes qui ont déclaré appartenir à plus d’un groupe autochtone. Le terme « autres Autochtones » désigne les personnes qui ont déclaré appartenir à un groupe autochtone, mais sans préciser lequel.

* Communauté

autochtone Au Canada, groupe d’Autochtones qui vit dans une réserve indienne ou dans un village.

88

Au Canada, la population autochtone s’élevait en 2006 à plus d’un million d’individus, ce qui représente 3,8 % de la population canadienne. Les Autochtones forment plus de 50 nations et 615 communautés* dispersées dans l’ensemble du pays. Ces nations parlent plus de 80 langues, qui peuvent être classées dans 11 grandes familles linguistiques*.

?

* Famille linguistique

Savez-vous que… ?

Groupe de langues différentes mais apparentées, c’est-à-dire ayant une origine commune.

Il y a environ 500 ans, les premiers explorateurs européens débarqués en Amérique utilisaient le mot « Indiens » pour désigner les Autochtones du Canada (sauf les Inuits). Pourquoi ? Parce que les Européens étaient convaincus qu’ils avaient atteint l’Inde, en Asie. Quant au mot « Amérindiens », il a été créé au 20e siècle pour distinguer les « Indiens » du Canada des habitants de l’Inde.

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire autochtone

6

Les familles linguistiques autochtones au Canada

Source : Ressources naturelles Canada, L’Atlas du Canada, 2004.

7

La population autochtone au Canada, par province et territoire, en 2006 Provinces et territoires

Terre-Neuve-et-Labrador

Nombre Pourcentage de personnes de la autochtones population

Provinces et territoires

Nombre Pourcentage de personnes de la autochtones population

23 500

4,7 %

Saskatchewan

141 900

14,9 %

1 700

1,3 %

Alberta

188 400

5,8 %

Nouvelle-Écosse

24 200

2,7 %

Colombie-Britannique

196 100

4,8 %

Nouveau-Brunswick

17 700

2,5 %

Nunavut

24 900

85,0 %

Québec

108 400

1,5 %

Territoires du Nord-Ouest

20 600

50,3 %

Ontario

242 500

2,0 %

Territoire du Yukon

7 600

25,1 %

Manitoba

175 400

15,5 %

1 172 900

3,8 %

Île-du-Prince-Édouard

Total au Canada

Source : Statistique Canada, Recensement 2006.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire autochtone ?

89

Territoire autochtone – NUNAVUT

Les traités historiques

* Réserve Terre appartenant au gouvernement du Canada et réservée à l’usage exclusif des membres des Premières Nations.

Entre 1701 et 1923, plusieurs nations autochtones de l’Ontario et de l’Ouest canadien ont conclu des ententes avec les gouvernements de l’époque. Par ces ententes qualiées de « traités historiques », les Premières Nations signataires cédaient leurs droits sur le territoire en échange de petites réserves* et de maigres compensations nancières. En retour, les autorités pouvaient développer le territoire et le coloniser, c’est-à-dire le peupler et exploiter ses ressources. Au 18e siècle, dans les territoires qui correspondent aujourd’hui aux provinces de l’Atlantique, des traités de paix et d’amitié ont été conclus entre les nations autochtones et les Britanniques. Ces traités visaient à mettre n aux hostilités entre les Autochtones et les non-Autochtones. Les traités modernes En 1975, les Cris et les Inuits du Québec concluent avec les gouvernements du Canada et du Québec le premier traité moderne du Canada lié aux revendications territoriales. Il s’agit de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. Cette entente prévoit entre autres le partage du territoire du Nord-du-Québec entre les Autochtones et les non-Autochtones. La nation naskapie a signé une entente semblable en 1978 : il s’agit de la Convention du Nord-Est québécois.

Il existe aujourd’hui une vingtaine de traités modernes au Canada. Les principaux points négociés dans ces ententes concernent la propriété du territoire, les droits de chasse et de pêche, la participation des Autochtones à la gestion des terres et des ressources, les compensations nancières, le partage des revenus tirés de l’exploitation des ressources et le développement économique. Le plus Les traités historiques et les revendications 8 territoriales autochtones important traité moderne est l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut, signé en 1993. Une cinquantaine d’autres traités sont actuellement en négociation, la majorité en ColombieBritannique. Il faut en moyenne de 20 à 25 ans pour conclure une entente.

Remarque : Les traités conclus entre 1701 et 1725 ne gurent pas sur la carte.

90

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Date :

Territoire autochtone – NUNAVUT

Groupe :

A C TIVITÉS

Nom :

1. Au Canada, quelles personnes désigne-t-on par le terme « Autochtones » ?

2. Quels sont les trois grands groupes culturels autochtones au Canada ?

3. Qu’est-ce qu’une réserve ?

4. À l’aide du document

7

, complétez le diagramme de la façon suivante.

a) Écrivez les noms de l’Alberta, des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon sous leur bande respective. b) Ajoutez les trois bandes manquantes. c) Complétez le titre du diagramme. Titre : Proportion de la population ______________________ au Canada, par _____________________

Pourcentage (%)

et _____________________ , en 2006 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 T.-N.-L.

Î.-P.-É.

N.-É.

N.-B.

Qc

Sask.

C.-B. Provinces et territoires

5. Répondez aux deux questions à l’aide du diagramme de l’activité précédente. a) Quels sont les territoires ou les provinces où la proportion de la population autochtone est plus élevée qu’au Québec ?

b) Nommez les provinces ou les territoires où les Autochtones forment la majorité de la population.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire autochtone ?

91

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

Groupe :

Date :

6. À chaque énoncé ci-dessous, dites de quelle famille linguistique il s’agit. • Famille algonquienne • Famille eskimo-aléoute • Famille iroquoienne • Famille haïda • Famille sioux

a) Les membres de cette famille linguistique vivent dans des villages situés dans le nord du Canada, généralement dans les zones riveraines.

b) Les membres de cette famille linguistique, peu nombreux, vivent dans des réserves situées dans le sud du Québec et de l’Ontario, près des Grands Lacs.

c) Les membres de cette famille linguistique sont les plus nombreux. Ils vivent dans des réserves ou des villages sur un territoire qui s’étend de la Nouvelle-Écosse à l’Alberta.

d) Les deux communautés membres de cette famille linguistique se trouvent sur une île du Pacique, non loin de l’Alaska.

e) Les membres de cette famille linguistique vivent uniquement dans le sud de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba.

7. Dans les traités historiques, qu’est-ce que les nations autochtones signataires ont reçu en échange de leurs droits sur le territoire ?

8. Répondez aux questions suivantes, au sujet des revendications territoriales. a)

En vous appuyant sur la carte « Les traités historiques et les revendications territoriales autochtones » (document 8 ), dites dans quelles provinces et dans quels territoires on trouve des revendications territoriales non résolues. P. 21

b) Quelles nations autochtones ont signé le premier traité territorial moderne de l’histoire du Canada ? Dans quelle province?

En quelle année?

c) Le plus important traité territorial moderne au Canada a été signé en 1993. Quel nom porte ce traité ?

92

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La carte des provinces et des territoires du Canada a été redessinée en 1999. Un nouveau territoire est alors venu s’ajouter aux 10 provinces et aux 2 territoires existants : le Nunavut.

Territoire autochtone – NUNAVUT

B Le territoire autochtone du Nunavut 1. Localisation Le territoire du Nunavut est situé dans le nord du Canada (document 9). Environ 90 % de cette immense supercie de 2,1 millions de km2 est terrestre, et le reste est aquatique. On compte des milliers d’îles au Nunavut, dont les plus importantes sont l’île de Bafn et l’île d’Ellesmere. Le terme « Nunavut » signie « notre terre », en langue inuite. 9

Le territoire du Nunavut, au Canada

Au Canada, 49 % des Inuits vivent au Nunavut. Ce territoire compte 26 communautés où vivent environ 28 000 Inuits et 5000 non-Inuits, soit une population totale d’environ 33 000 habitants (en 2011).

?

Savez-vous que… ?

Il ne faut pas confondre le Nunavut et le Nunavik. Le Nunavut est un territoire au même titre que le Territoire du Yukon ou que les Territoires du Nord-Ouest. Quant au Nunavik, il est situé au Québec, au nord du 55e parallèle. Le Nunavut et le Nunavik sont tous deux habités par des Inuits.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

93

Groupe :

Date :

Le Nunavut n’est pas le seul territoire inuit dans le monde. D’autres peuples inuits et des peuples ayant un mode de vie semblable à celui des Inuits vivent tout autour du cercle polaire arctique. On estime à environ 150 000 le nombre d’Inuits sur la planète. Environ 50 000 vivent au Canada, soit un Inuit sur trois. La moitié des Inuits du Canada ne vivent pas au Nunavut. Ils habitent principalement les Territoires du Nord-Ouest, le Québec (dans le Nunavik) et la province de Terre-Neuve-et-Labrador (sur la côte du Labrador). Les peuples inuits parlent des langues qui peuvent être très différentes d’une région à l’autre, mais qui sont toutes des variantes de la langue inuite.

A C TIVITÉS

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

1. a) Quelle est la supercie du Nunavut ? b) Quel est le pourcentage de la supercie occupée par des terres ? c) Nommez deux des plus grandes îles du Nunavut.

2. a) Combien y a-t-il d’Inuits sur la planète ? Au Canada ?

b) Quel est le pourcentage des Inuits de la planète qui vivent au Canada ?

3. Vrai ou faux ? Lorsque vous cochez « Faux », récrivez l’énoncé de façon qu’il soit vrai. Énoncés

Vrai

Faux

a) Pangnirtung est la capitale du Nunavut. b) Les îles de la baie d’Hudson appartiennent au Nunavut. c) L’île de Bafn est l’île la plus nordique du Nunavut. d) Grise Fiord est la communauté du Nunavut la plus au sud. e) Le terme « Nunavut » signie « la terre blanche ». f) Nunavut et Nunavik sont des synonymes, ils représentent le même territoire. Énoncés corrigés (indiquez la lettre de l’énoncé) :

94

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

* Arctique Région située au nord du cercle polaire de l’hémisphère Nord. L’Arctique canadien, baigné par l’océan Arctique, comprend une grande partie du Nord canadien.

Les Inuits occupent le territoire du Nunavut depuis bien avant l’arrivée des Européens. Leurs ancêtres auraient migré de la Sibérie (région nordique de l’Asie) à l’Arctique* canadien vers 2500 ans av. J.-C. Les premiers explorateurs européens, eux, ont sillonné l’Arctique canadien au 17e siècle.

2.1 Des éléments de la culture des Inuits Avant 1950, les Inuits du Canada avaient peu de contacts avec l’extérieur. Cet isolement leur a permis de préserver plusieurs éléments de leur culture.

Territoire autochtone – NUNAVUT

2. Caractéristiques

La langue Au Nunavut, il existe trois langues ofcielles : la langue inuite, l’anglais et le français. La langue maternelle de 70 % des habitants est la langue inuite (données de 2006). Ils parlent principalement l’inuktitut ou l’inuinnaqtun, deux variantes de la langue inuite. L’inuktitut est la plus répandue. Ces deux variantes ont des systèmes d’écriture différents. Même si les Nunavummiuts (les habitants du Nunavut) parlent encore beaucoup leur langue maternelle, l’anglais gagne du terrain, surtout chez les jeunes. Pour protéger et promouvoir la langue inuite, le gouvernement du Nunavut a adopté deux lois en 2008 : la Loi sur les langues ofcielles et la Loi sur la protection de la langue inuite. La Loi sur la protection de la langue inuite prévoit entre autres : • Le droit à l’instruction en langue inuite dans tout le système

scolaire du Nunavut. • Le droit de travailler en langue inuite dans les institutions du

gouvernement du Nunavut. • Le droit d’utiliser la langue inuite sur une base quotidienne,

au Nunavut, pour obtenir des services et de l’information.

Un panneau de signalisation au Nunavut 10

Source : Gouvernement du Nunavut [en ligne]. Consulté le 2 mars 2012.

Savez-vous que… ?

?

L’inuktitut s’écrit à l’aide d’un système syllabique : la plupart des caractères correspondent à des syllabes. L’écriture inuktitute a été inventée dans les années 1870 par des missionnaires originaires de Grande-Bretagne. Cette façon d’écrire est aujourd’hui utilisée par les Inuits du Nunavut et du Québec. Les autres Inuits du Canada, de l’Alaska et du Groenland utilisent notre alphabet (l’alphabet latin), alors que les Inuits de Sibérie utilisent le même alphabet que celui de la langue russe : l’alphabet cyrillique.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

95

Territoire autochtone – NUNAVUT

L’art inuit Les plus anciens objets d’art inuit découverts par les archéologues datent d’environ 1000 ans av. J.-C. Il s’agit principalement de sculptures et de gurines représentant des animaux (phoques, ours, baleines, etc.) et que les ancêtres des Inuits utilisaient dans leurs rites.

* Toundra Zone caractérisée par une végétation sans arbres, composée surtout de mousses, de lichens et de rochers qui afeurent à la surface du sol.

Aujourd’hui, l’art inuit est reconnu à travers le monde et il constitue une importante source de revenus pour de nombreuses familles. Les sculptures représentent souvent des animaux, des personnages liés à la spiritualité, des scènes de chasse ou de la vie quotidienne. Les matériaux utilisés proviennent de la toundra* et de la faune arctique (pierre, ivoire de morse, os de baleine, bois de cervidé, etc.). Le bois est peu utilisé, car il est rare dans cette région du monde.

A

B

11 Des sculptures inuites – La sculpture d’un chasseur de phoques (A) est l’œuvre d’Isaci Etidloie, un artiste de Cape Dorset, sur l’île de Bafn. L’ours en ivoire (B) a été trouvé par des archéologues sur l’île Bathurst. Il a probablement été sculpté entre l’an 500 et l’an 1000 apr. J.-C.

La spiritualité Les Inuits pratiquent depuis longtemps une forme de chamanisme (angakkuurniq). Depuis la n du 19e siècle, ils ont toutefois adopté le christianisme. Aujourd’hui, ils s’identient comme des chrétiens appartenant à différentes traditions religieuses : anglicane, catholique, de même qu’évangélique et pentecôtiste. Même si elles ont été remplacées, les traditions chamaniques continuent d’exister dans la tradition orale et dans l’art contemporain.

12 Tattooed Shaman, 2008 (Un chaman tatoué) Une œuvre de l’artiste Pitaloosie Saila, une artiste inuite du Nunavut, née en 1942 sur l’île de Bafn.

96

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Le chamanisme

13

A C TIVITÉS

« Les Inuit croyaient que tout ce qui existe – les personnes, les animaux et les forces de la nature – a un esprit. […] Un chaman (sorcier ou guérisseur) est une personne qui communique avec les différents mondes des esprits ; la plupart des chamans croient qu’il y a d’autres mondes que la Terre. Un chaman inuit est appelé un « angakkuq ». Il est capable de soigner les malades. Les angakkuit (pluriel de « angakkuq ») deviennent parfois des chamans en commençant par être malades eux-mêmes. Pendant leur maladie,

ils apprennent ce qu’est la vie ; parfois, ils ont une vision. Un angakkuq est même censé pouvoir prédire le temps qu’il fera. Parfois, les angakkuit demandent l’aide des esprits de la mer et de la terre pour soigner un malade. Les angakkuit inuit portaient une ceinture, symbole de leur pouvoir. Ils utilisaient également un tambour pour entrer en contact avec les esprits. »

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

Source : Bibliothèque et Archives Canada, Les premières communautés canadiennes à la portée des jeunes – Les Inuit [en ligne]. Consulté le 18 décembre 2011.

1. Combien d’années se sont écoulées entre l’arrivée des Inuits et celle des Européens sur le territoire du Nunavut ?

2. La culture inuite a peu changé entre le 17e siècle et 1950. Pour quelle raison ?

3. Complétez la phrase suivante. La _____________________, l’_______________ et la ______________________ sont des aspects importants qui dénissent la culture inuite.

4. Le Nunavut a une politique sur les langues. Répondez aux questions suivantes. a) Quelles sont les trois langues ofcielles du Nunavut ?

b) Nommez les deux variantes d’une des langues ofcielles du Nunavut.

Laquelle des deux variantes est la plus répandue au Nunavut ?

c) Quelle langue est de plus en plus parlée chez les jeunes ? d) Qu’a fait le gouvernement du Nunavut en 2008 pour protéger et promouvoir la langue inuite ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

97

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

Groupe :

Date :

5. Observez l’œuvre d’art ci-contre. a) Quelle est la nature de cette œuvre d’art ? Entourez la bonne réponse. • Dessin

• Peinture

• Gravure

• Sculpture

b) À partir de quel matériau cette œuvre a-t-elle été réalisée ? • Ivoire de morse

• Os de baleine

• Bois de cervidé

• Pierre

c) D’après vous, que représente ce personnage ? • Une femme

• Un chasseur

• Un chaman

• Un étranger Œuvre d’Isaci Etidloie, 2002.

d) Qu’est-ce que le personnage tient dans ses mains ? • Une lance

• Un bâton et un tambour

• Une cuillère et un bol

• Une aiguille et une pièce de tissu

e) À partir de vos réponses, donnez un titre à l’œuvre d’art.

6. Associez les éléments de la première colonne à ceux de la deuxième colonne. Appuyez-vous sur le texte « La spiritualité » (page 96) et sur le document 13 .

98

a) Forme de spiritualité traditionnelle des Inuits.

1) Chaman.

b) Religion présente chez les Inuits depuis le 19e siècle.

2) Outil pour appeler les esprits.

c) Sorcier ou guérisseur.

3) Symbole de pouvoir.

d) Ceinture.

4) Chamanisme.

e) Tambour.

5) Christianisme.

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Jusqu’au milieu du 20e siècle, les Inuits avaient un mode de vie nomade centré sur la chasse. Par la suite, ils sont devenus peu à peu sédentaires et ont modié leur façon de vivre sur certains aspects. Un mode de vie traditionnel adapté à la nordicité

* Nordicité Terme qui fait référence aux régions nordiques et à tous les éléments qui ont un rapport avec les conditions de vie dans ces régions (froid, neige, isolement, etc.).

Avant l’arrivée des technologies modernes au 20e siècle, le mode de vie traditionnel des Inuits était adapté à la nordicité*. Comme il y a très peu de végétaux dans l’Arctique, les Inuits consommaient surtout de la viande et du poisson. Leur mode de vie était d’ailleurs basé sur la chasse au caribou et au phoque, mais ils chassaient aussi d’autres espèces, comme le morse, la baleine, l’ours polaire, le bœuf musqué, le renard et le loup. 14

Territoire autochtone – NUNAVUT

2.2 Le mode de vie des Inuits

À quoi servait le produit de la chasse ?

Parties de l’animal

Utilisations

Viande

Nourriture

Peaux et fourrures

Vêtements, couvertures, tentes, bateaux

Os, ivoire, bois de cervidés

Outils, sculptures

Les documents 15 à 17 illustrent des scènes de la vie traditionnelle des Inuits.

15 Un groupe d’Inuits à bord d’un oumiak en 1915 – Pour se déplacer sur l’eau, les Inuits avaient deux moyens de transport : le kayak et l’oumiak. Traditionnellement, le kayak était fait de peau de phoque et servait pour la chasse au phoque et au caribou. Plus grand que le kayak, l’oumiak peut accueillir plusieurs personnes. On l’utilisait autrefois pour chasser la baleine ou le morse.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

99

Territoire autochtone – NUNAVUT 16 Des femmes portant l’amauti, le vêtement traditionnel féminin, 1952 – Les femmes inuites étaient d’excellentes couturières. Elles confectionnaient tout elles-mêmes : les vêtements, les bottes, l’enveloppe des kayaks, les tentes, les étuis, les sacs, etc. Par exemple, elles utilisaient les intestins de phoque et de morse pour confectionner des vêtements imperméables. La fourrure de caribou, plus chaude que toute autre, servait à fabriquer les vêtements d’hiver. Aujourd’hui, les vêtements traditionnels sont portés surtout lors de cérémonies ofcielles.

17 Que porte cet homme sur ses yeux ? – Ce sont des lunettes à neige ou iggaaq. Ces lunettes servaient à protéger les yeux de la lumière éblouissante du soleil du printemps. Elles étaient sculptées dans des bois de caribou ou dans un morceau de bois et xées à la tête avec des lanières en peau de caribou.

Du nomadisme à la sédentarité

* Baleinier Marin qui pratique la chasse à la baleine. Le mot désigne aussi le bateau utilisé pour cette chasse. Les baleiniers provenaient d’Europe ou d’Amérique du Nord.

Le mode de vie traditionnel des Inuits a connu d’importantes transformations au 19e siècle. Avant l’arrivée des baleiniers*, des agents de la traite des fourrures et des missionnaires européens, ce peuple nomade s’installait dans des igloos sur la banquise l’hiver. L’été, il se déplaçait avec ses tentes à l’intérieur des terres. Après l’arrivée des Européens, les Inuits ont commencé à s’installer de manière permanente près des campements des Européens, le long des côtes. Dans la seconde moitié du 20e siècle, la plupart de ces campements sont devenus des villages. Par ailleurs, le gouvernement fédéral a organisé de nombreuses relocalisations, en particulier dans les années 1950. Des Inuits du Nunavik (au Québec) ont ainsi été transportés par bateau à Resolute Bay, au Nunavut, à des milliers de kilomètres au nord de chez eux. Aujourd’hui, au Nunavut, même si la chasse n’est plus essentielle à la survie, elle demeure une activité très importante. Depuis le milieu des années 1990, les Inuits ont repris la chasse collective à la baleine. À tour de rôle, chaque communauté a le droit de tuer une baleine. Les moyens de transport ont changé : les Inuits se déplacent en motoneige, en VTT et en bateau motorisé plutôt qu’en traîneau à chiens, en kayak et en oumiak. Par ailleurs, les produits de la chasse constituent encore la base de l’alimentation, car même si plusieurs Inuits ont un emploi avec un salaire, le coût de la vie au Nunavut demeure très élevé.

100

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

1. Observez la photo ci-dessous, puis répondez aux questions. La chasse au caribou

a) Que représente cette photo ?

b) Complétez le texte suivant avec les mots appropriés.

Territoire autochtone – NUNAVUT

A C TIVITÉS

Nom :

Ce chasseur _________________ est vêtu d’un ____________________ traditionnel. Il a utilisé un _____________________ moderne pour abattre un _____________________. Dans le paysage, la ______________________ est visible à perte de vue. Les produits de la ________________ font partie de l’________________________ des Inuits.

2. Complétez le tableau à l’aide des éléments de l’encadré à gauche. • Traîneau à chiens • Motoneige ou VTT • Kayak ou oumiak

Aspects de la vie des Inuits Mode de vie

Éléments traditionnels

Éléments modernes

Nomade.

• Amauti confectionné

avec la peau des animaux

Habitation

Bâtiment en tôle.

• Manteau fabriqué

industriellement • Outils fabriqués

Outil

à partir de restes d’animaux (os, bois, ivoire, etc.) • Outils souvent en

métal provenant du Sud (couteaux, ciseaux, etc.)

Chasse

Lance ou harpon.

Protection des yeux

• Iggaaq • Igloo ou tente d’été

Vêtements

• Sédentaire • Fusil • Verres fumés

Déplacements terrestres Déplacements sur l’eau

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Embarcation en bre de verre.

Le territoire autochtone du Nunavut

101

Territoire autochtone – NUNAVUT

2.3 Les revendications des Inuits et l’Accord du Nunavut Les Inuits du Nunavut ont milité pendant de nombreuses années pour obtenir la reconnaissance de leurs droits ancestraux et l’autonomie gouvernementale. Les droits ancestraux Au Canada, les tribunaux ont établi que les nations autochtones ont des droits distincts, appelés « droits ancestraux », si elles répondent aux deux critères suivants : • elles occupaient un territoire avant l’arrivée des Européens ; et • elles continuent de le fréquenter depuis.

Les droits ancestraux sont les coutumes, les pratiques ou les traditions qui caractérisent la culture d’une nation autochtone et qui étaient en vigueur avant l’arrivée des Européens. Par exemple, pour les Inuits, le droit de chasser et de pêcher sur le territoire du Nunavut et le droit de parler leur propre langue sont des droits ancestraux. L’autonomie gouvernementale Avant l’arrivée des Européens, les Inuits avaient leur propre organisation politique et sociale. Avec le temps, le gouvernement du Canada leur a imposé un système différent qui ne correspondait pas nécessairement à leurs valeurs. La réaction des Inuits a été de revendiquer une forme d’autonomie gouvernementale. Ils voulaient gérer eux-mêmes les domaines qui les touchaient directement, de façon à pouvoir préserver leur culture. L’Accord du Nunavut : le règlement des revendications territoriales Dès 1976, un regroupement d’Inuits a demandé au gouvernement du Canada que leur soit accordée l’autonomie gouvernementale sur le territoire du Nunavut. Finalement, en 1993, après plusieurs années de négociations, les Inuits ont signé avec le premier ministre du Canada l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut. Il s’agit, dans l’histoire du Canada, du plus important règlement concernant des revendications territoriales. 18

Le drapeau du Nunavut

« Les couleurs dominantes, or, blanc et bleu symbolisent les richesses de la terre, de la mer et du ciel. Le rouge représente le Canada. L’inuksuk (rouge) symbolise les monuments de pierre qui guident les gens sur leur chemin et qui marquent les lieux sacrés ou d’autres sites remarquables. L’étoile Niqirtsituk, c’est-à-dire l’étoile Polaire, sert traditionnellement de guide aux navigateurs. L’étoile Polaire symbolise également le leadership des aînés dans la communauté. » Source : Gouvernement du Nunavut [en ligne]. Consulté le 2 mars 2012.

102

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

En signant l’Accord, les Inuits ont obtenu : • La création du Nunavut le 1er avril 1999, rendue possible grâce à une division

des Territoires du Nord-Ouest. • La propriété d’un territoire de plus de 350 000 km2, soit 20 % de la supercie

du Nunavut. • Le droit de continuer à pratiquer la chasse, la pêche et le piégeage sur

l’ensemble du territoire. • Une somme de 1,4 milliard de dollars, répartie sur 14 ans.

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

• Une participation aux décisions touchant la gestion des terres et des ressources

naturelles. • La création d’un gouvernement qui dispose de pouvoirs semblables à ceux du

gouvernement des Territoires du Nord-Ouest.

A C TIVITÉS

19 La signature d’un accord historique en 1993 – Paul Quassa, représentant des Inuits du Nunavut, et Brian Mulroney, alors premier ministre du Canada, tiennent dans leurs mains l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut, qu’ils viennent tout juste de signer.

1. Au Canada, la notion de droit ancestral est liée au territoire fréquenté par les Autochtones. Quelles sont les deux conditions qu’un groupe autochtone doit remplir pour revendiquer des droits ancestraux ?

2. Donnez deux exemples de droits ancestraux des Inuits du Nunavut.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

103

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

Groupe :

Date :

3. Les Inuits ont mené une longue lutte pour obtenir la reconnaissance de leurs droits. a) Qu’est-ce que les Inuits ont revendiqué dès 1976 ?

b) Le gouvernement du Canada a répondu à cette revendication en signant une entente. De quelle entente s’agit-il ?

c) En vertu de cette entente, quel territoire du Canada a été divisé en 1999 pour permettre la création du Nunavut ?

d) Dans quelle partie du Nunavut les Inuits peuvent-ils continuer à pratiquer la chasse, la pêche et le piégeage ?

e) Quelle institution politique comparable à celle des Territoires du Nord-Ouest le Nunavut a-t-il obtenu ?

f) Que représentent les couleurs suivantes du drapeau du Nunavut ? • Bleu : • Rouge : • Or : • Blanc :

4. Observez la photo du document

19

.

a) Au cours de quel événement cette photo a-t-elle été prise ? En quelle année ?

b) Qui sont les deux personnes qui tiennent l’accord dans leurs mains ?

c) L’ambiance qui régnait lors de la signature de cet accord historique était joyeuse. Quels indices sur la photo permettent cette afrmation ?

104

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le gouvernement du Nunavut représente tous les habitants du territoire. Il est composé de 19 membres élus par tous les citoyens du Nunavut. Certains de ces membres sont Inuits, alors que d’autres ne le sont pas. Ce n’est donc pas un gouvernement spéciquement inuit. Toutefois, comme les Inuits forment la majorité de la population, ils peuvent élire un gouvernement qui tiendra compte de leur culture, de leurs traditions et de leurs aspirations. Il n’existe pas de parti politique au Nunavut. Lors d’une élection, tous les candidats sont en quelque sorte indépendants. Une fois élus, les 19 membres de l’Assemblée législative décident lequel d’entre eux sera premier ministre.

Territoire autochtone – NUNAVUT

2.4 L’organisation politique du Nunavut

Étant donné que la population est dispersée sur un vaste territoire, le gouvernement mise sur la décentralisation. Ainsi, il a ouvert des bureaux dans 23 des 26 communautés. De plus, de nombreuses réunions se déroulent par vidéoconférence an de permettre aux bureaux des différentes communautés de communiquer entre eux. Les technologies de l’information et les télécommunications jouent donc un grand rôle dans le fonctionnement du gouvernement. Un des nombreux dés du gouvernement du Nunavut est d’augmenter la représentation des Inuits dans la fonction publique. En 2011, ces derniers occupaient 51 % des emplois dans les ministères, surtout des emplois de bureau. Cependant, plupart des postes de direction sont occupés par des non-Inuits. Le gouvernement veut former les jeunes Inuits pour que la situation change d’ici 2020.

A

B

20 Les armoiries du Nunavut – Les armoiries sont un ensemble de symboles qui représentent une famille, un territoire ou un pays. Les armoiries du Nunavut (A), dessinées par un artiste inuit, sont reproduites sur une pierre posée devant la façade de l’Assemblée législative (B), à Iqaluit. Certains de leurs symboles sont les mêmes que ceux qui gurent sur le drapeau du territoire.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

105

Territoire autochtone – NUNAVUT

Les principes à la base du Nunavut Les Inuits cherchent à préserver tout ce qui a façonné leur culture. En plus de leur langue, ils veulent sauvegarder leur conception de la vie et gouverner leur territoire en harmonie avec leurs valeurs. 21 Jeunes Inuits – Les enfants sont en grand nombre dans les communautés inuites. Selon les aînés, la famille est à la base de tous les rapports sociaux. 22

L’Inuit qaujimajatuqangit

« Depuis la création du Nunavut, les Inuits ont identié des principes inuit ou qaujimajatuqangit (ce qui veut dire : “ les savoirs du passé qui ont toujours une valeur actuelle ”). Chaque ministère du gouvernement du Nunavut a reçu comme directive de faire la promotion de huit principes fondamentaux et de voir à leur application. Les huit principes de l’Inuit qaujimajatuqangit 1. Pijitsirniq : Il faut servir non seulement sa famille, mais également sa communauté en faisant appel aux expériences vécues, aux savoirs et à la générosité nécessaire pour que les intérêts de la communauté passent avant les intérêts individuels. 2. Aajiiqatingiingniq : Il faut miser sur la consultation et sur la compréhension mutuelles dans le but de parvenir à une prise de décision commune et sensée. 3. Pilimmaksarniq : Selon ce principe, le savoir s’acquiert avant tout par l’observation et par l’expérimentation. 4. Piliriqatigiinniq : Il faut travailler ensemble, collaborer à la vie communautaire, car chacun possède un point de vue original qui peut aider à résoudre des problèmes. 5. Avatittinnik Kamatsiarniq : Les humains doivent respecter et soigner l’environnement dont ils font partie et dont ils sont responsables. 6. Qanuqtuurniq : Il est important de rechercher sans cesse des savoirs nouveaux et des solutions aux problèmes. 7. Tunnganarniq : Il est important de toujours avoir une attitude bienveillante à l’égard des autres et de les inclure dans le groupe. 8. Inuuqatigiitsiarniq : Il faut respecter les autres et adopter un comportement qui démontre : l’affection, la tolérance, la compassion et l’attention que chacun doit porter à son entourage. D’autres valeurs sont tout aussi importantes, entre autres le respect des aînés, le sens de l’humour, la joie de vivre, l’humilité, la réconciliation et l’évitement du conit. Les aînés, qui jouissent d’un grand respect dans le monde inuit d’aujourd’hui, sont les défenseurs de ces valeurs. Ils rappellent aux plus jeunes l’importance du travail collectif. Ils leur enseignent que chaque personne est responsable d’elle-même, des gens qui l’entourent, de sa famille. Selon les aînés, la famille est à la base de tous les rapports sociaux. Pour de nombreux leaders inuits, le Nunavut ne constitue pas un achèvement, mais une étape vers des institutions mieux adaptées aux besoins et aux aspirations de la population. » Frédéric Laugrand, « Notre terre, le Nunavut – Les dés de la gouvernance inuit », La vie des idées.fr, 22 décembre 2011. Adapté avec la permission de l’auteur.

106

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

1. Vrai ou faux ? Lorsque vous cochez « Faux », récrivez l’énoncé de façon qu’il soit vrai. Énoncés

Vrai

Faux

a) Le gouvernement du Nunavut est composé uniquement d’Inuits. b) Les non-Inuits n’ont pas le droit de vote. c) Les élus représentent tous les habitants du Nunavut, Inuits et non-Inuits.

Territoire autochtone – NUNAVUT

A C TIVITÉS

Nom :

d) Les habitants participent directement à l’élection du premier ministre. e) Les postes de direction dans la fonction publique du Nunavut sont principalement occupés par des non-Inuits. f) Les emplois de bureau dans la fonction publique du Nunavut sont majoritairement occupés par des non-Inuits. g) Le gouvernement prévoit former des jeunes Inuits d’ici 2020 an que ceux-ci occupent des postes de direction. h) Le siège de l’Assemblée législative est situé à Resolute Bay, la capitale. i) Étant donné que le gouvernement est très décentralisé et que le territoire est très vaste, les technologies de l’information et les télécommunications sont très importantes. Énoncés corrigés (indiquez la lettre de l’énoncé) :

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

107

A C TIVITÉS

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

Groupe :

Date :

2. Observez les documents

18 et 20 . À l’aide des énoncés de droite ci-dessous et de la 20 , trouvez la signication de chacun des symboles. Reliez chaque

légende du document symbole à sa signication. a) La couronne

1) La vie traditionnelle des gens et leurs moyens de survie. Il symbolise également les membres de l’Assemblée législative du Nunavut réunis pour le bien-être des habitants du territoire.

b) L’igloo

2) Les monuments de pierre qui guident les gens sur leur chemin et qui marquent les lieux sacrés ou d’autres sites remarquables.

c) L’étoile Polaire

3) La souveraineté du gouvernement populaire qui représente l’ensemble de la population du Nunavut.

d) L’inuksuk

4) Le repère traditionnel des navigateurs est un symbole de stabilité, tout comme les aînés dans la communauté.

3. En vous appuyant sur le document

22

, répondez aux questions suivantes.

a) Résumez dans vos mots trois des principes sur lesquels s’appuie le gouvernement du Nunavut.

b) Pour les Inuits, qu’est-ce qui constitue la base des rapports sociaux ?

c) La création du Nunavut fait partie d’un processus visant à améliorer la gestion du territoire et les conditions de vie de ses habitants. Quelle phrase du document 22 exprime cette idée ?

d) Qu’avez-vous surtout retenu parmi les informations contenues dans ce document ?

108

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le Nunavut est un vaste territoire avec très peu d’aménagements à l’extérieur de ses 26 communautés. La densité de population est l’une des plus faibles au monde, avec moins de 0,01 habitant par kilomètre carré. Iqaluit, la capitale, est la localité la plus peuplée, avec environ 7000 habitants. Les communautés, majoritairement des villages, sont isolées les unes des autres. Au Nunavut, il n’est pas rare que le plus proche village soit à plus de 500 km. Aucune route ne relie deux villages. C’est pourquoi on trouve des services de base, comme un centre de santé ou une école, dans chaque village. Les Inuits se sont rapidement familiarisés avec l’Internet, et la jeune génération utilise énormément les réseaux sociaux.

Territoire autochtone – NUNAVUT

3. Aménagement

3.1 L’organisation du territoire Le réseau routier est à peu près inexistant. Il n’y a aucune route terrestre qui relie le Nunavut au reste du pays ni qui relie les villages entre eux. Les Nunavummiuts se déplacent en motoneige et en véhicule tout-terrain. Il y a des chemins de terre dans les villages. De rares chemins permettent d’accéder à des sites miniers. L’hiver, grâce aux routes de glace, les gens peuvent circuler sur les lacs, les rivières et l’océan et ainsi franchir de plus grandes distances. Le moyen de transport le plus rapide est l’avion, mais c’est aussi le plus coûteux. Chaque village possède un aéroport, et des liaisons aériennes permettent d’assurer la livraison du courrier et des denrées périssables, comme des fruits et des légumes, chaque semaine. Le Nunavut étant composé de très nombreuses îles, le transport maritime y joue un rôle important. Cependant, en raison des glaces, les navires ne circulent généralement que de la n juin à la n octobre. Ils viennent de plusieurs villes portuaires du sud du Canada, transportant à leur bord des matériaux de construction, des articles ménagers, des denrées non périssables, etc.

23 Sur l’île de Bafn – D’immenses portions du territoire du Nunavut sont inhabitées et comportent peu ou pas d’aménagement.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

24 La ville d’Iqaluit, la capitale du Nunavut – Les Inuits ont depuis longtemps délaissé leurs tentes d’été et leurs igloos. Ils habitent des maisons préfabriquées et ont accès à toutes les commodités modernes (eau courante, électricité, etc.).

Le territoire autochtone du Nunavut

109

Territoire autochtone – NUNAVUT

25

Les voies de communication au Nunavut

Note : Quelques nouveaux chemins doivent être construits, en lien avec des projets miniers ou touristiques.

110

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

1.

P. 292

Date :

Territoire autochtone – NUNAVUT

A C TIVITÉS

Nom :

Observez la photo ci-dessous, puis répondez aux questions.

Un avion atterrissant dans le village de Pangnirtung

a) Que voyez-vous… • au premier plan ? • au plan moyen ? • à l’arrière-plan ?

b) Énumérez des éléments naturels visibles sur la photo.

c) Énumérez des infrastructures visibles sur la photo.

d) Réalisez un croquis géographique à partir de la photo en respectant la légende fournie. e) Donnez au croquis un titre qui souligne la différence entre les éléments naturels et les infrastructures. Titre :

Légende Éléments naturels Infrastructures

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

111

Territoire autochtone – NUNAVUT

112

2. La carte ci-dessous est inachevée. Complétez-la en y ajoutant les éléments suivants : a) les voies de transport maritime qui manquent ; b) les chemins d’accès à un site minier ; c) les noms des communautés suivantes : Arviat, Bathurst Inlet, Iqaluit et Resolute Bay ; d) les limites du parc national Quttinirpaaq.

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

112

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

3. Quel est le moyen de transport… a) le plus rapide pour se rendre d’Iqaluit à Bathurst Inlet ? b) le plus efcace pour acheminer des matériaux de construction de Montréal à Iqaluit l’été ?

c) le plus adapté pour circuler sur le territoire autour des villages en toute saison ?

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

3.2 Des contraintes d’aménagement associées à la nordicité

* Pergélisol Sol dont la température est égale ou inférieure à 0 °C sur une longue période.

Le climat très rigoureux de l’Arctique canadien rend l’aménagement du territoire plus complexe que dans le sud du pays. Par exemple, les maisons doivent être très bien isolées pour protéger les habitants du froid mordant de l’hiver.

Le pergélisol* qui couvre l’ensemble du territoire est une des principales contraintes liées à l’aménagement. Le sol gelé en permanence rend plus difcile la construction d’infrastructures comme les routes, les pistes d’atterrissage et les édices. Les habitants du Nunavut 26 Comparaison des températures ont dû adapter les techniques de construction en tenant mensuelles moyennes à Iqaluit et à Montréal compte des caractéristiques du pergélisol. Mois

Température mensuelle moyenne (°C) Iqaluit

Montréal

Janvier

–27

–10

Février

–28

–8

Mars

–24

–2

Avril

–15

6

Mai

–4

13

Juin

4

18

Juillet

8

21

Août

7

20

Septembre

2

15

–5

8

Novembre

–13

2

Décembre

–23

–6

Octobre

Source : Environnement Canada.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Des études indiquent que le réchauffement climatique pourrait être particulièrement important dans le Nord canadien. D’ici 2100, la température moyenne pourrait augmenter de 10 °C. Les scientiques estiment que la fonte du pergélisol qui a commencé dans le sud du Nunavut se poursuivra vers le nord.

27 Des constructions adaptées à l’environnement – Pour limiter les dégâts que la fonte du pergélisol pourrait causer, les nouveaux bâtiments sont construits sur pilotis ou directement sur le roc. Le territoire autochtone du Nunavut

113

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

Groupe :

Date :

Cela pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les infrastructures. En effet, si la glace contenue dans le sol se met à fondre, ce dernier risque de s’affaisser. Les infrastructures qui n’ont pas été conçues pour résister à des modications du sol risquent alors d’être endommagées et même de s’effondrer.

A C TIVITÉS

28 Les conséquences de la fonte du pergélisol La fonte du pergélisol peut créer des cavités sous terre et causer des dommages aux infrastructures.

1. Répondez aux questions suivantes à l’aide du document

26

.

a) Quelle est la température moyenne à Iqaluit en janvier ?

En juillet ?

b) Pendant combien de mois la température moyenne est-elle inférieure au point de congélation à Iqaluit ?

c) Quelle est la température moyenne à Montréal en janvier ?

En juillet ?

d) Pendant combien de mois la température moyenne est-elle inférieure au point de congélation à Montréal ?

e) Quelle est la différence de température entre Iqaluit et Montréal en janvier ? En juillet ?

2. Qu’est-ce que le pergélisol ?

3. Pourquoi le réchauffement climatique a-t-il un impact sur les infrastructures du Nunavut ?

4. Quel moyen prend-on pour adapter les bâtiments du Nunavut à la fonte du pergélisol ?

114

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La population du Nunavut est très jeune et en forte croissance. En 2006, près de 60 % des Nunavummiuts étaient âgés de moins de 25 ans. Par ailleurs, les emplois sont rares et le taux de chômage est très élevé. Le niveau d’éducation de la population en général demeure faible. De plus, les problèmes sociaux sont nombreux et plus importants qu’ailleurs au Canada. À titre d’exemple, le taux de suicide chez les Inuits du Nunavut est 10 fois plus élevé que dans l’ensemble du Canada.

Territoire autochtone – NUNAVUT

4. Enjeu

Le territoire du Nunavut regorge de ressources naturelles. L’une des solutions envisagées pour améliorer la qualité de vie des habitants est d’exploiter les richesses du territoire et de créer des emplois. Le secteur minier est particulièrement prometteur. En 2011, le Nunavut comptait une seule mine d’or en production. Au cours de la prochaine décennie, une dizaine de nouvelles mines verront le jour. Il reste que ces projets bouleversent le mode de vie des Inuits et menacent parfois leurs valeurs. Aujourd’hui, le principal enjeu au Nunavut consiste à partager le territoire et à le développer en harmonie avec le mode de vie de ses habitants.

4.1 Les acteurs Le gouvernement du Nunavut, qui représente l’ensemble des habitants du territoire, et les entreprises minières sont les principaux acteurs dans cet enjeu. La raison d’être des entreprises minières est de faire du prot grâce à la vente du minerai. L’un des principaux objectifs du gouvernement du Nunavut est d’améliorer le bien-être de sa population. Ces deux positions sont-elles conciliables ? Est-ce possible de réaliser des projets rentables pour les compagnies minières tout en respectant le mode de vie des Inuits ?

4.2 Les actions des compagnies minières et leurs répercussions L’exploitation d’un gisement minier à ciel ouvert modie le territoire de façon importante. Comme le Nunavut se trouve isolé, cette industrie exige, en plus de l’aménagement de la mine, la construction de nombreuses infrastructures de transport (port, routes, aéroport) et d’un campement pour les travailleurs.

29 La mine de diamant Jericho – Située à la frontière du Nunavut et des Territoires du NordOuest, cette mine a été en exploitation de 2006 à 2008, puis abandonnée. L’entreprise ayant changé de propriétaire, l’exploration reprend en 2012.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

115

Territoire autochtone – NUNAVUT

Les principaux impacts positifs de l’exploitation minière sont la formation de travailleurs inuits et la création de nouveaux emplois, qui sont généralement très bien rémunérés. Ces emplois contribuent à la prospérité de la population du Nunavut et permettent, dans une certaine mesure, de diminuer les problèmes sociaux.

* Parc à résidus

miniers Lieu d’entreposage des déchets miniers, par exemple la roche extraite du sous-sol qui ne contient pas de minerai.

Par contre, l’aménagement d’une mine a inévitablement des impacts sur l’environnement. Les parcs à résidus miniers* peuvent contenir des métaux lourds et des substances toxiques pour la faune et la ore. De tels projets comportent aussi des risques pour l’eau potable, sans compter qu’ils dégradent le paysage. L’exploitation minière peut représenter une menace pour le mode de vie des Inuits, car elle perturbe leurs activités traditionnelles. Il peut arriver par exemple que le site d’un projet minier soit situé dans une zone sensible, comme un territoire traditionnel de chasse ou de pêche, ou encore un site funéraire sacré. De plus, les Inuits qui travaillent pour les sociétés minières ont moins de temps pour pratiquer les activités traditionnelles qui autrefois les faisaient vivre.

30 Une Inuite employée par la mine d’or située à 110 km de la communauté de Baker Lake – Près de 40 % des 760 travailleurs de cette mine sont inuits. Ils ont suivi une formation conçue sur mesure pour eux par l’entreprise minière.

4.3 Des solutions pour protéger le territoire et atténuer les impacts négatifs des projets

* Redevance Somme payée régulièrement en échange de l’utilisation d’une ressource publique.

116

Le gouvernement et les organisations inuites encouragent le développement de l’industrie minière, mais à certaines conditions. Le gouvernement force les entreprises à réduire les impacts de leurs activités sur le mode de vie des Inuits et sur l’environnement. Par exemple, il les oblige à restaurer les sites miniers à la n de leur exploitation et à verser des redevances * aux Inuits. Mais bien souvent, ces mesures ne sufsent pas. Ainsi, les chasseurs se plaignent depuis longtemps du bruit occasionné par toutes ces activités, ce qui pousse le gibier à s’en aller plus loin, dans des zones moins accessibles.

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire autochtone – NUNAVUT

31

Un plan d’aménagement

« La Commission d’aménagement du Nunavut (CAN) a été chargée d’élaborer un plan d’aménagement du territoire […]. Ce plan vise à concilier les intérêts opposés sur un même territoire. […] L’aménagement du territoire est important, car les gens utilisent les terres, l’eau et les ressources pour diverses raisons. Certaines personnes campent et chassent pour se nourrir ; d’autres viennent pour la randonnée, l’observation de la faune, pour apprendre sur la culture inuite, d’autres groupes désirent exploiter les terres et l’eau pour des activités de pêche commerciale, de pourvoirie, d’exploration minière ou de barrages hydroélectriques. Il arrive parfois que les groupes ne s’entendent pas sur la façon d’utiliser le territoire. Ainsi, certaines personnes pourraient voir l’installation d’une mine comme une menace pour un territoire de chasse ou une région d’importance culturelle. L’aménagement du territoire vise à régler ces différends. » Source : Commission d’aménagement du Nunavut [en ligne]. Consulté le 1er mars 2012.

Le tourisme Le secteur touristique apparaît comme une autre voie d’avenir pour le développement économique du Nunavut. En ce moment, les activités liées au tourisme ont des impacts minimes sur l’environnement et font souvent la promotion du mode de vie inuit. Les guides partagent leur culture, leurs valeurs et leur savoir avec les visiteurs, qui sont la plupart du temps curieux d’en apprendre davantage sur le monde inuit. Toutefois, le secteur du tourisme rapporte moins de prots que l’industrie minière. De plus, lorsque le nombre de visiteurs diminue, l’économie touristique subit les effets de cette diminution. Enn, la région possède peu d’infrastructures touristiques et elle constitue encore une destination chère.

32 Touristes sur l’île de Bafn – Les grands espaces sauvages et la culture traditionnelle attirent une clientèle aisée adepte d’activités de plein air, de chasse, de pêche ou de dépaysement culturel.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

117

A C TIVITÉS

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

Groupe :

Date :

1. Complétez le texte en utilisant les mots suivants. • rares

• formation

• croissance

• activités touristiques

• exploitation minière

• entreprises minières

• jeune

La population du Nunavut est très ____________________, près de 60 % de la population a moins de 25 ans. Les Inuits ont en général plusieurs enfants et la population est en pleine _______________________. Pour subvenir à leurs besoins, les Inuits doivent se trouver un emploi, mais ceux-ci sont __________________. Lorsque certains emplois sont disponibles, il arrive souvent que très peu d’Inuits aient la ___________________ nécessaire pour remplir les tâches. Deux grands secteurs d’activités économiques offrent des possibilités de développement économique : l’_________________________________ et les ______________________________________. Le gouvernement du Nunavut est un acteur important dans le développement de son territoire. Les ____________________________________ sont également des acteurs de premier plan.

2. Complétez le tableau suivant en identiant deux acteurs de l’enjeu et en inscrivant leur principal but. Acteurs

Buts

3. Nommez deux impacts positifs et deux impacts négatifs du développement minier du point de vue de la population inuite. Impacts positifs

Impacts négatifs

118

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

4.

Date :

P. 292 À partir de la photo ci-dessous, faites un croquis géographique, an de faire ressortir les infrastructures d’une mine à ciel ouvert dans le Nunavut.

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

5. Pourquoi dit-on que le développement minier peut nuire à la pratique d’activités traditionnelles ?

6. Les solutions suivantes sont mises de l’avant an d’atténuer les impacts d’un projet minier sur le mode de vie des Inuits. Quel acteur est responsable d’appliquer chacune des solutions suivantes ? Solutions

Le gouvernement du Nunavut

Les entreprises minières

a) Restaurer les sites à la n de leur exploitation b) Verser des redevances aux Inuits c) Réduire les impacts sur l’environnement d) Embaucher des travailleurs inuits e) Élaborer un plan d’aménagement du territoire

7. En vous appuyant sur le texte de la Commission d’aménagement du Nunavut (document 31 ), présentez brièvement l’enjeu de ce territoire.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire autochtone du Nunavut

119

Territoire autochtone – NUNAVUT

Nom :

Groupe :

Date :

5. Vue d’ensemble Complétez le tableau suivant an d’avoir une vue d’ensemble du Nunavut, territoire autochtone. Le Nunavut Aspects

Information • Localisation : le Nunavut est le territoire du Canada qui s’étend le plus au __________________.

Nunavut

• La supercie du Nunavut est de ________________________ de km2. • Population inuite : environ _______________. Population totale : environ _______________. • La langue inuite est la langue maternelle d’environ ________________ de la population.

Culture inuite

• L’art inuit prend souvent la forme de ___________________________. • La spiritualité traditionnelle des Inuits est associée au ______________________________.

L’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut

Cet accord signé entre un __________________________________ et le ________________ _____________ du Canada en ________ prévoyait la création du ____________ le 1er avril 1999. • L’Assemblée législative représente autant les ___________________ que les _______________.

Institutions politiques

• Lieu où est situé le siège de l’Assemblée législative : _______________________. • Pour administrer le Nunavut, le gouvernement s’appuie sur des_________________________, tels le bien-être de toute la communauté et le ______________________ des autres. • Les hommes pratiquaient la _____________________, principalement au caribou et au phoque.

Mode de vie traditionnel inuit

Les femmes inuites étaient d’excellentes _____________________________. • Avant les années 1950, les Inuits étaient un peuple nomade. Aujourd’hui, ils sont _________________________. • Nombre de communautés : _____________.

Aménagement du territoire

• La densité démographique est-elle très faible ou très forte ? ___________________________, soit de ___________ hab./km2. • Le Nunavut est-il un territoire très aménagé ou peu aménagé ? ___________________________

Contraintes (dans l’aménagement) Enjeu : partager le territoire et le développer en harmonie avec le mode de vie des Inuits.

120

Une des principales contraintes est le ________________ rigoureux de l’Arctique canadien. Les principaux acteurs du développement du Nunavut sont le _________________________ et les ____________________________. L’exploitation minière peut affecter le ___________________ des Inuits. Plusieurs ______________________ sont envisagées pour atténuer les impacts négatifs.

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Les Autochtones gurent parmi les populations les plus vulnérables et les plus désavantagées de la planète. Ils représentent 5 % de la population mondiale, mais 15 % des personnes les plus pauvres. Ils souffrent davantage de pauvreté, de discrimination et de problèmes de santé que le reste de la population, sans compter qu’ils sont souvent chassés de leurs terres.

Territoire autochtone

C

Enjeu à l’échelle planétaire

Différents types de revendications Les revendications des peuples autochtones portent sur des sujets aussi variés que le territoire, le développement économique, l’éducation, la santé, la culture ou la justice. Des revendications territoriales L’identité des peuples autochtones est fortement liée à leur appartenance à un territoire. C’est que le territoire est nécessaire pour assurer leur subsistance. Il a aussi pour eux une signication culturelle et souvent spirituelle, en raison de pratiques rituelles locales ou à cause des sites funéraires sacrés. Dans plusieurs pays, les Autochtones ont été chassés de leurs terres ancestrales. Dans d’autres pays, même s’ils peuvent demeurer sur leurs terres, ils n’en sont pas propriétaires et ne peuvent pas en gérer le développement. Les peuples autochtones revendiquent donc la reconnaissance de droits territoriaux, c’est-à-dire le droit de posséder, de gérer et de développer leurs territoires de même que les ressources naturelles qui s’y trouvent (forêt, minéraux, eau, combustibles fossiles, etc.). Ces revendications sont adressées aux gouvernements des pays où ils vivent. 33 Les San, un peuple autochtone du Botswana, en Afrique, célèbrent une victoire face au gouvernement – Les San vivent de chasse et de cueillette dans le désert du Kalahari depuis au moins 40 000 ans. En 2002, ils ont été expulsés de leurs terres ancestrales par le gouvernement. En 2006, un tribunal a déclaré que les San avaient été expulsés injustement de leurs terres et qu’ils pouvaient y retourner. Malgré cette décision judiciaire, le gouvernement continue de violer leurs droits territoriaux. Ainsi, il a autorisé une entreprise à exploiter des mines de diamant sur le territoire des San, sans le consentement de ces derniers.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

121

Territoire autochtone

Des revendications économiques Les peuples autochtones occupent généralement des terres qui abondent en ressources naturelles. L’exploitation de ces ressources offre un intéressant potentiel de développement économique, mais prote peu aux Autochtones. La majorité des prots va plutôt aux entreprises, qui appartiennent en général aux non-Autochtones. Certains peuples autochtones s’opposent au développement économique de leur territoire, alors que d’autres veulent proter des retombées économiques de l’exploitation des ressources naturelles, que ce soit par des emplois, des redevances ou des partenariats d’affaires. Ils veulent aussi être consultés an que les projets respectent leurs préoccupations environnementales, territoriales, sociales et économiques.

34 Les Komis izhems – Dans le nord de la Russie, les Komis izhems ont conclu un accord avec une entreprise russe d’aluminium qui avait construit une usine sur leur territoire. L’entente, qui accorde aux Autochtones un dédommagement, fait suite à un conit causé par la dégradation des pâturages et la pollution des rivières par l’entreprise.

Des revendications culturelles Les revendications culturelles des peuples autochtones visent à faire reconnaître leur identité culturelle et à la protéger. Elles concernent le respect de leur langue et de leurs coutumes, le droit de recevoir une éducation dans leur langue et le droit d’avoir leurs propres écoles.

122

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le mouvement des revendications autochtones dans le monde a commencé à prendre de l’ampleur à partir des années 1960. Toutefois, peu de pays reconnaissent des droits aux groupes autochtones présents sur leur territoire.

Territoire autochtone

La reconnaissance de droits

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones En 2007, l’ONU a adopté la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Ce document a établi les normes minimales pour garantir la survie, la dignité et le bien-être des peuples autochtones du monde. Il stipule notamment que les peuples autochtones ont le droit : • à l’autodétermination, c’est-à-dire qu’ils peuvent librement déterminer leur

statut politique et assurer eux-mêmes leur développement économique, social et culturel ; • de s’administrer eux-mêmes dans certains domaines (culture, éducation,

médias, logement, emploi, sécurité sociale, activités économiques, territoire, ressources, environnement, etc.) ; • d’avoir accès à leurs terres, territoires et ressources et de les mettre en valeur ; • de recevoir une compensation pour l’exploitation de leurs territoires faite par

des compagnies ou par le gouvernement ; • de n’être soumis à aucune forme de discrimination.

La Déclaration n’est pas contraignante pour les gouvernements. Ils ne sont pas obligés de la respecter, mais ils sont censés s’en inspirer lors de l’élaboration de politiques ou de lois concernant les peuples autochtones.

35 Célébration – Des représentants du gouvernement néo-zélandais et des Maori célèbrent la signature de la Déclaration par leur pays.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

123

Territoire autochtone

Nom :

Groupe :

Date :

La reconnaissance de droits territoriaux Le Danemark a été le premier pays à accorder l’autonomie gouvernementale à un peuple autochtone. En 1979, il a créé, par une loi, un gouvernement autonome au Groenland, où 89 % de la population est inuite. En 2009, il a renforcé les pouvoirs des Groenlandais. Ainsi, lors d’un référendum qui aura lieu en 2016, les citoyens de ce territoire pourront voter pour ou contre l’indépendance du Groenland.

A C TIVITÉS

Pour sa part, le Canada a reconnu des droits à certains Autochtones. Par exemple, il a signé des accords avec les Inuits du Nunavut, ainsi qu’avec les Cris et les Naskapis du Québec. Cependant, pour d’autres nations, la situation n’est toujours pas réglée. Au Québec, les Innus et les Attikameks négocient toujours avec les gouvernements fédéral et provincial la reconnaissance de leurs droits territoriaux. C’est également le cas des Mi’kmaq de la Nouvelle-Écosse et des Premières Nations Sliammon et Yekooche, en Colombie-Britannique.

1. Les énoncés a à g décrivent des situations vécues par différentes populations autochtones de la planète. Désignez, au moyen des chiffres 1 à 6, le problème en cause. 1) Pauvreté

4) Discrimination

2) Problème de santé

5) Décrochage scolaire

3) Dépossession des terres

6) Violence à l’égard des femmes

a) En Thaïlande, plusieurs communautés autochtones auraient été expulsées des parcs nationaux contre leur gré. b) Au Népal et en Australie, l’espérance de vie des Autochtones est de 20 ans moins élevée que celle du reste de la population. c) En Australie, le taux de chômage des Aborigènes était de 15,6 % en 2006, soit trois fois celui des non-Autochtones. d) Aux États-Unis, le revenu moyen des Autochtones représente moins de la moitié du revenu moyen des Américains. e) Au Canada, environ 70 % des élèves autochtones qui vivent dans une réserve ne terminent pas leurs études secondaires. f) Aux États-Unis, les femmes autochtones courent 2,5 fois plus de risques d’être violées ou maltraitées que les autres femmes du pays. g) En Équateur, dans la province de l’Amazonas, les membres des communautés autochtones qui vivent près d’installations exploitant le pétrole risquent 30 fois plus d’avoir le cancer de la gorge.

124

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

2. Prenez connaissance des extraits de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et indiquez s’ils viennent appuyer des revendications d’ordre territorial, économique ou culturel. Article 10 Les peuples autochtones ne peuvent être enlevés de force à leurs terres ou territoires.

Territoire autochtone

Nom :

Article 16 Les peuples autochtones ont le droit d’établir leurs propres médias dans leur propre langue. Article 20 Les peuples autochtones privés de leurs moyens de subsistance et de développement ont droit à une indemnisation juste et équitable. Article 24 Les peuples autochtones ont le droit de conserver leurs pratiques médicales, notamment de préserver leurs plantes médicinales, animaux et minéraux d’intérêt vital. Article 26 Les peuples autochtones ont le droit de posséder, d’utiliser, de mettre en valeur et de contrôler les terres, territoires et ressources qu’ils possèdent parce qu’ils leur appartiennent ou qu’ils les occupent ou les utilisent traditionnellement, ainsi que ceux qu’ils ont acquis.

3. Nommez les autorités qui peuvent reconnaître des droits aux Autochtones... a) à l’échelle internationale : b) à l’échelle nationale :

4. Quel droit, obtenu en 2009, les Groenlandais ont-ils l’intention d’exercer en 2016 ?

5. Croyez-vous qu’il soit plus simple de reconnaître les droits d’un peuple autochtone lorsqu’il est majoritaire ou minoritaire sur un territoire ? Pourquoi ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

125

Territoire autochtone

Nom :

Groupe :

Date :

D Synthèse

1. Qui sont les Autochtones ? a) Selon l’ONU (basez-vous sur son premier critère seulement) :

b) Au Canada, selon le gouvernement du Canada :

2. La population inuite est estimée à environ 150 000 personnes dans le monde. Quel concept permet de dénir l’environnement dans lequel vivent les Inuits ? Entourez la bonne réponse.

a) La culture.

b) La nordicité.

c) Le mode de vie.

3. Entourez la bonne réponse. Pour les Inuits, la chasse et la pêche sont des exemples : a) De droits ancestraux.

c) De moyens de subsistance.

b) D’activités traditionnelles.

d) Toutes ces réponses.

4. Donnez trois éléments de la culture traditionnelle des Inuits du Nunavut.

5. Nommez deux nations autochtones du Canada qui ont conclu un accord avec les gouvernements au sujet de leurs revendications territoriales.

6. Utilisez les termes suivants pour compléter le texte. •

droits ancestraux



autonomie gouvernementale



revendications

À l’échelle internationale, même après de nombreuses années de ______________________, peu de gouvernements reconnaissent des ________________________________ aux peuples autochtones de leurs pays. Le gouvernement du Danemark a été le premier à reconnaître l’__________________________________________ à un peuple autochtone.

126

DOSSIER 2 • LE TERRITOIRE AUTOCHTONE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

DOSSIER

S O MMAI R E

3

Le territoire agricole soumis à des risques naturels

A. QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS ? ......................... 128 B. LE TERRITOIRE AGRICOLE DU SAHEL 1. Localisation ................................... 2. Caractéristiques ............................ 3. Aménagement .............................. 4. Enjeu ............................................. 5. Vue d’ensemble ............................

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire agricole à risques – SAHEL

Territoire agricole

C. ENJEU À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ...... 159 D. SYNTHÈSE ........................................... 163

132 132 133 148 150 157

LE TERRITOIRE AGRICOLE DU QUÉBEC

127

Territoire agricole à risques

A

Qu’est-ce qu’un territoire agricole soumis à des risques naturels ? On appelle territoire agricole un espace consacré principalement aux activités agricoles (culture et élevage). Les territoires agricoles sont des ressources précieuses, car ils permettent de nourrir les populations. Cependant, certains sont soumis à des risques naturels.

* Rural Qui a un rapport avec la campagne. La population rurale est celle qui vit à la campagne.

* Érosion Usure ou dissolution des matériaux d’un sol par des agents comme l’eau, le vent et la température.

Un risque naturel est un danger, lié à un phénomène naturel, qui menace une population. Dans le cas d’un territoire agricole, ce sont la population rurale*, le bétail, les terres et les infrastructures agricoles qui sont vulnérables. Les phénomènes naturels qui peuvent nuire sérieusement aux cultures ou à l’élevage du bétail sont nombreux : sécheresse, inondation, érosion*, tempête de vent ou de grêle, gel, etc. Selon leur ampleur, leur durée ou leur intensité, ces phénomènes peuvent engendrer une catastrophe naturelle. Un territoire agricole soumis à des risques naturels est donc un espace consacré à l’agriculture, mais qui est rendu fragile en raison de conditions particulières. Par ailleurs, les activités humaines, comme l’urbanisation ou certaines pratiques agricoles, contribuent parfois à accentuer les risques. On parle alors de risque articiel. A

B

C

D

Des phénomènes menaçants – La sécheresse (A), les inondations (B), l’érosion (C) 1 et le gel (D) comptent parmi les phénomènes naturels qui menacent les territoires agricoles.

128

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Les territoires agricoles les plus soumis à des risques naturels Parmi les différents risques naturels qui menacent les territoires agricoles, les plus fréquents sont ceux liés à des phénomènes climatiques. Ce sont les sécheresses et les inondations qui causent le plus de dommages. 2

Les zones agricoles les plus à risques

Source : Programme des Nations Unies pour le développement, GEO-4 : l’environnement pour le développement, 2007, p. 172 et 317.

Savez-vous que… ?

A C TIVITÉS

Le territoire agricole des Prairies canadiennes est parfois soumis à des risques naturels, surtout à la sécheresse. Les zones les plus à risques sont situées dans le sud de l’Alberta et de la Saskatchewan, où le climat est semi-aride. Mais comme les rivières qui traversent ces régions ont leur source dans les montagnes Rocheuses, les agriculteurs peuvent recourir à l’irrigation.

Territoire agricole à risques

Nom :

?

1. Indiquez si les phénomènes suivants sont liés à des risques naturels ou à des risques articiels en territoire agricole.

Risques naturels

Risques articiels

a) Les inondations b) L’utilisation de machinerie lourde c) La surexploitation d’un territoire agricole d) La sécheresse

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire agricole soumis à des risques naturels ?

129

Territoire agricole à risques

Nom :

Groupe :

Date :

Risques naturels

Risques articiels

e) Le gel f) Les pluies abondantes g) L’épandage de trop grandes quantités d’engrais h) Les tempêtes de vent i) Les invasions d’insectes

2.

Pour chacun des continents, nommez trois pays dont le territoire agricole est particulièrement menacé par un ou plusieurs phénomènes naturels, puis indiquez les phénomènes en cause.

Continents

Pays

Phénomènes naturels

Afrique

Amérique du Nord et Amérique centrale

Amérique du Sud

Asie

Europe

Océanie (un pays)

130

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

3. Indiquez quel phénomène naturel (sécheresse, inondations ou les deux) risque d’affecter les territoires agricoles suivants.

a) Le territoire agricole de l’Équateur. b) Les territoires agricoles de l’Asie du Sud-Est. c) Les territoires agricoles du Moyen-Orient.

Territoire agricole à risques

Nom :

d) Les territoires agricoles de l’Amérique centrale. e) Les territoires agricoles de l’Europe de l’Est.

4.

Voici des agrandissements de certaines parties du planisphère « Les zones agricoles les plus à risques » (document 2 ). Répondez aux questions qui suivent. Pour ce faire, consultez, dans votre Mini-Atlas, les cartes physiques des différents continents.

a) Ces territoires agricoles d’Afrique présentent un risque élevé de sécheresse. Que trouve-t-on au nord de ces territoires ?

b) Le long de quels cours d’eau des États-Unis peut-on relever des territoires à risques élevés d’inondations ?

c) Dans cette région d’Asie, les territoires agricoles risquent fort d’être affectés par des inondations. Quel euve important se jette dans le golfe du Bengale ?

d) Ce territoire agricole australien est souvent soumis à la sécheresse. Quel grand désert s’étend à l’est de ce territoire ?

e) Cette partie du territoire agricole du Mexique court de grands risques d’être affectée par une sécheresse. Quelle chaîne de montagnes avoisine cette région ?

f) Ces territoires agricoles d’Asie risquent fort d’être affectés par d’importantes inondations. Quelle mer trouve-t-on à l’est de ces territoires ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire agricole soumis à des risques naturels ?

131

Groupe :

Date :

B Le territoire agricole du Sahel A C TIVITÉS

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

Le Sahel est l’un des territoires agricoles qui risquent le plus d’être affectés par un phénomène naturel. Il compte environ 60 millions d’habitants. Chaque année, près de deux millions de nouveaux habitants s’ajoutent à ce nombre.

1. Localisation

A C TIVITÉS

Le Sahel est une région naturelle, située dans l’hémisphère nord, entre les latitudes 12 °N et 20 °N du continent africain. Cette région fait partie de ce qu’on appelle l’« Afrique subsaharienne », soit la région située au sud du désert du Sahara. Le Sahel s’étend d’ouest en est, de l’Atlantique à la mer Rouge, sur une largeur de quelques centaines de kilomètres. Il traverse ainsi une dizaine de pays, mais il ne couvre que partiellement la plupart d’entre eux.

P. 13 Sur cette carte de l’Afrique, les pays traversés par le Sahel sont numérotés de 1 à 9. Indiquez ci-dessous le nom de chaque pays.

1 2 3 4 5 6 7 8 9

Remarque : Bien qu’une partie du nord du Nigeria et du Soudan du Sud connaisse les mêmes problèmes en termes de risque naturel que les pays voisins, le Nigeria et le Soudan du Sud ne font pas partie des pays que l’on associe traditionnellement au Sahel.

132

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Pour comprendre le territoire agricole du Sahel, il est important de connaître son climat et sa végétation. Il faut aussi tenir compte du phénomène naturel qui le menace le plus, la sécheresse. Enn, on doit également considérer ses modes de culture et d’élevage.

2.1 Le climat et la végétation du Sahel

* Savane Végétation tropicale constituée d’herbages et, parfois, d’arbres plus ou moins dispersés.

* Arboré Qui contient des arbres isolés ou en bosquet.

3

Étant donné sa latitude, le Sahel se trouve dans la zone tropicale. Le climat alterne entre une longue saison sèche (7 à 9 mois) et une courte saison humide en été.

Territoire agricole agricole àà risques risques −– SAHEL Territoire

2. Caractéristiques

Du nord au sud du territoire, les précipitations annuelles moyennes augmentent de quelques centaines de millimètres. Le climat du Sahel passe ainsi d’aride, au nord, à semi-aride, au sud. En fait, le Sahel est une zone de transition entre le désert du Sahara et la savane*. Sa végétation naturelle est essentiellement composée d’arbustes clairsemés (au nord) et de savanes arborées* (au sud).

Les précipitations au Sahel

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

133

Territoire agricole à risques – SAHEL La savane sahélienne – Dans le Sahel, 4 la savane comporte des prairies herbeuses et quelques arbres ou arbustes.

Voici deux climatogrammes du Mali. Les conditions climatiques de ce pays sont représentatives de celles du Sahel. Les stations où ont été prélevées les données de ces climatogrammes sont situées à Tombouctou, au nord du Sahel, et à Mopti, au sud. La température et les précipitations 6 à Tombouctou Tombouctou

350

20

300

10

250

0

200

-10

150

-20 -40

15

2 J

F

M

A

M

J

A

100

26 S

50

2 O

N

D

0

La température et les précipitations à Mopti

7

Mopti

50

Température (°C)

J

57 66

Précipitations (mm)

400

30

-30

450

40

400

30

350

20

300

10

250

0

126

-20 -40

Le delta intérieur du Niger – Quelques euves 5 importants traversent le Sahel. Par exemple, après chaque saison des pluies, le euve Niger inonde un delta intérieur d’environ 40 000 km 2. Le delta intérieur du Niger est la vaste plaine que l’on voit en vert sur cette image satellite. DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

200

153

-10

4 24

-30

134

450

40

J

F

M

A

M

54 J

Températures mensuelles moyennes

150

82

100

19 J

A

S

O

1 N

D

50

Précipitations (mm)

Température (°C)

50

0

Précipitations mensuelles moyennes

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

1. Effectuez cette activité en vous basant sur les deux climatogrammes (documents et

7

Territoire agricole à risques – SAHEL

A C TIVITÉS

Nom :

6

).

a) Remplissez le tableau suivant. Température mensuelle moyenne minimale

Température mensuelle moyenne maximale

Tombouctou Mopti

b) Le nord du Sahel, représenté par la ville de Tombouctou, reçoit combien de millimètres de pluie par année ? Donnez un nombre approximatif.

c) Le sud du Sahel, représenté par la ville de Mopti, reçoit combien de millimètres de pluie par année ? Donnez un nombre approximatif.

d) Dans les deux cas, quels sont les deux mois où il tombe le plus de pluie ?

e) Dans le nord du Sahel, combien y a-t-il de mois sans précipitation ou avec très peu de précipitations (inférieures à 20 mm) ?

f) Dans le sud du Sahel, combien y a-t-il de mois sans précipitation ou avec très peu de précipitations (inférieures à 20 mm) ?

2. Complétez les phrases suivantes à l’aide des deux climatogrammes (documents

et 7 ) et des réponses que vous avez fournies à l’activité précédente. Au besoin, corrigez le « de » qui précède une réponse par « d’ ». 6

a) Par sa latitude, le Sahel se trouve en zone tropicale. Le climat est marqué par une longue saison sèche, qui s’étend du mois de _______________ au mois de _______________dans le sud, et du mois de _______________au mois de _______________ dans le nord.

b) Le Sahel connaît donc une courte saison humide : de _______________ à _______________ dans le sud, et de _______________ à _______________ dans le nord.

c) De plus, les températures maximales se situent à près de _______________, tant dans le nord que dans le sud du Sahel. d) Dans le nord du Sahel, les précipitations annuelles sont d’environ _______________. Plus on se rapproche du sud, plus elles augmentent, atteignant près de _______________ . Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

135

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

Groupe :

3.

P. 292

Date :

Voici une photo du Sahel.

a) Faites un croquis géographique à partir de cette photo.

b) À partir de votre croquis, que constatez-vous : par rapport au sol ? à la végétation ? à l’eau ?

4. Sur la carte « Les précipitations au Sahel » (document

3

), relevez les noms des euves qui

traversent le Sahel.

5. Observez l’image satellite du delta intérieur du Niger (document

). Selon vous, la présence d’un euve dans le Sahel peut-elle faire une différence ? Par exemple, sur la végétation ? Expliquez votre réponse. 5

6. Parmi les facteurs naturels suivants, cochez ceux qui expliquent l’aridité du Sahel. a) Sa position géographique (latitude). b) Le manque de précipitations. c) La végétation dispersée. d) Sa température moyenne. e) Sa proximité avec le désert du Sahara.

136

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Partout où les conditions climatiques sont peu favorables, la pratique de l’agriculture s’avère difcile. Elle l’est encore plus en bordure du plus grand désert au monde, le Sahara. Au Sahel, la sécheresse est le phénomène naturel qui peut causer le plus de dommages à l’agriculture. D’une année à l’autre, les pluies y sont très irrégulières et peu abondantes. Généralement, quand la pluie devient trop rare, la végétation diminue. Les plantes cultivées et les herbages dépérissent. Une telle situation a été observée de 1970 à 1993, plus particulièrement dans l’ouest du Sahel.

* Désertication Transformation de terres fertiles en déserts. Ce phénomène peut affecter des terres situées en bordure d’un désert.

Territoire agricole à risques – SAHEL

2.2 Le principal phénomène naturel qui menace le Sahel et ses conséquences

Ces sécheresses successives ont entraîné une certaine désertication* d’une bonne partie du Sahel. Des supercies importantes sont devenues infertiles ou ont été fragilisées. Depuis 1993, la situation s’est améliorée parce que les années humides alternaient avec des années sèches. Certaines années, il arrive même que des pluies intenses entraînent de soudaines inondations. Cependant, dans l’ensemble, le Sahel a connu une baisse des précipitations depuis 1970.

La désertication au Sahel 8 Des sécheresses répétées ont entraîné une certaine désertication.

9

Variation annuelle des précipitations moyennes durant la saison des pluies au Sahel, de 1900 à 2010

Plus de précipitations que la moyenne Moins de précipitations que la moyenne

1900

1910

1920

1930

1940

1950

1960

1970

1980

1990

2000

2010 Année

Source : JISAO, 2011.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

137

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

Groupe :

Date :

Dans les années 1970 et 1980, des famines au Sahel ont fait des dizaines de milliers de victimes. Cependant, en raison d’un taux de fécondité élevé, la population a augmenté de plus en plus rapidement dans la seconde moitié du 20e siècle. Le tableau suivant illustre l’évolution des populations de cinq pays du Sahel. 10 Évolution des populations de cinq pays du Sahel en millions d’habitants, de 1950 à 2010

Pays

1950

1960

1970

1980

1990

2000

2010

Burkina Faso

3,7

4,3

5,1

6,2

7,9

11,9

16,5

Mali

3,9

4,6

5,7

7,0

9,4

11,2

15,4

Mauritanie

0,8

1,0

1,2

1,6

2,2

2,7

3,5

Niger

2,9

3,2

4,1

5,3

7,1

10,7

15,5

Sénégal

2,5

3,0

4,0

5,7

7,4

9,5

12,4

13,8

16,1

20,1

25,8

34,0

46,0

63,3

Total

A C TIVITÉS

Sources : Sahels, Diversité et dynamiques des relations sociétés-nature, Paris, Éditions Karthala, 1997 ; UNFPA, 2000 ; Banque mondiale, 2010.

1. Répondez aux questions suivantes à l’aide du document

9

.

a) Depuis 1900, pendant combien d’années les précipitations ont-elles été supérieures à la moyenne ? ________ années. Inférieures à la moyenne ? ________ années.

b) Étant donné qu’au Sahel, la moyenne des précipitations est plutôt basse, quelle a été la meilleure période (suite d’années) sur le plan des précipitations ?

c) Quelle a été la pire période sur le plan des précipitations ? d) Selon vous, lorsque les années étaient favorables sur le plan des précipitations, les Sahéliens ont-ils réussi à faire de bonnes récoltes ? Expliquez votre réponse.

e) Selon vous, lorsqu’une suite d’années sèches a suivi une suite d’années pluvieuses, qu’est-il arrivé aux agriculteurs du Sahel ?

f) Quel commentaire pouvez-vous faire à la lecture des niveaux de précipitations au Sahel, de 1970 à aujourd’hui ?

138

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

À l’aide des données du document 10 , créez un diagramme à lignes brisées qui montre l’évolution des populations de cinq pays du Sahel, de 1950 à 2010. P. 304

18 16 14 12 10 8 6 4 2 10 20

00 20

90 19

80 19

70 19

60

0 19

Sénégal Mali Mauritanie Niger Burkina Faso

50

Légende

19

2.

Date :

Territoire agricole à risques – SAHEL

Groupe :

Millions d’habitants

Nom :

Année

D’autres conséquences de la sécheresse

* Débit Volume de liquide qui s’écoule à un endroit donné dans un temps donné. Le débit des cours d’eau est généralement mesuré en mètres cubes par seconde.

* Érosion éolienne et hydrique Érosion causée par le vent et l’eau.

* Pression foncière Augmentation des demandes de terres : de plus en plus de gens en réclament.

* Brousse Broussailles, arbustes.

La baisse des précipitations au Sahel a créé des problèmes d’accès à l’eau. Ainsi, malgré certaines améliorations, les débits* des cours d’eau ont diminué de 20 % à 40 % au cours des dernières décennies. Cette diminution a entraîné la baisse du niveau des nappes d’eau souterraine. Une telle situation complique davantage l’accès à l’eau pour les cultures et le bétail. La baisse des précipitations a aussi eu pour conséquence la migration vers le sud des troupeaux en quête de végétation et de plans d’eau. Enn, de nos jours, lorsqu’il arrive que la pluie tombe avec trop d’ardeur, l’érosion des sols s’accroît. Les terres qui subissent cette dégradation sont par conséquent de moins en moins fertiles. 11

Un tableau sombre

« Sécheresses, famines, décits alimentaires chroniques, vents de poussière, érosion éolienne et hydrique*, mortalité des arbres, baisse des rendements céréaliers consécutifs à la baisse de la fertilité des terres, mortalité du bétail, croissance démographique, pression foncière*, tel est le tableau sombre du Sahel suite aux lendemains des sécheresses des années 1970 et 1980. Pour citer les paysans : “Il n’y a plus de brousse*, il n’y a plus de bêtes sauvages, les gens sont devenus nombreux, les pluies ont diminué, la terre est fatiguée.” » Edwigw Botoni et Chris Reij, La transformation silencieuse de l’environnement et des systèmes de production au Sahel : Impacts des investissements publics et privés dans la gestion des ressources naturelles, CIS/CILSS, 2009, p. 9.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

139

A C TIVITÉS

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

Groupe :

1. Dans le document

11

Date :

, les paysans expriment avec des mots simples ce que les auteurs

du texte ont décrit.

a) Pour chacune des observations des paysans, trouvez les expressions que les auteurs ont employées pour dire la même chose. Expliquez ensuite le lien entre les deux. Voici un exemple. • L’expression des paysans : « les gens sont devenus nombreux ». • L’expression des auteurs du texte : « croissance démographique ». Explication : L’augmentation de la population d’une région, c’est la croissance démographique.

• L’expression des paysans : « les pluies ont diminué ». • L’expression des auteurs du texte : Explication : • L’expression des paysans : « la terre est fatiguée ». • Deux expressions des auteurs du texte :

Explication :

b) Les paysans afrment qu’il n’y a plus de bêtes sauvages. Quel lien pouvez-vous faire entre cette afrmation et leurs autres observations : « la terre est fatiguée », « les pluies ont diminué » et « les gens sont devenus nombreux » ?

c) Parmi les réponses données en a, lesquelles sont des conséquences de la sécheresse ?

d) D’autres conséquences de la sécheresse qui affectent la population ont été formulées par les auteurs. Donnez-en deux.

e) Que veulent dire les paysans lorsqu’ils afrment qu’il n’y a plus de brousse ? En quoi sont-ils concernés ?

140

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

* Élevage extensif Élevage qui occupe une vaste étendue de terre, avec une faible densité d’animaux.

À cause de différents facteurs, dont la sécheresse, de nombreux habitants des régions rurales du Sahel se réfugient en ville. Les villes se développent donc rapidement dans cette région du monde. Malgré ce déplacement des populations, le Sahel conserve son caractère rural. D’un pays à l’autre, la proportion de la population rurale par rapport à l’ensemble de la population varie de 65 % à 80 %. L’agriculture au Sahel se pratique selon deux principaux modes. Au nord, où les précipitations annuelles moyennes sont moins abondantes, les populations nomades pratiquent l’élevage extensif * traditionnel. Elles élèvent surtout des dromadaires, des moutons et des chèvres.

Territoire agricole à risques – SAHEL

2.3 Les modes de culture et d’élevage

Au sud, où les précipitations annuelles sont un peu plus abondantes, les populations sont majoritairement sédentaires. Elles pratiquent l’élevage et l’agriculture sur une même parcelle de terre, selon un mode vivrier* et pluvial*. 12 Troupeau au Sahel – L’élevage des chèvres, des dromadaires et des moutons nécessite moins d’eau que l’élevage des bovins.

* Vivrier Se dit d’une culture de subsistance, destinée à l’alimentation des populations locales.

* Pluvial Sans irrigation, qui dépend des pluies.

Toujours dans le sud du Sahel, d’autres populations pratiquent l’élevage bovin transhumant, c’est-à-dire un élevage qui exige des déplacements saisonniers. Ces déplacements, qui varient selon les pluies, s’effectuent selon un axe nord-sud. Les principales productions agricoles dans les pays du Sahel sont, par ordre décroissant : le mil, le riz, le sorgho, l’arachide, le niébé, le coton et le maïs. Parallèlement à ces productions, l’élevage y joue un rôle économique important.

13 Du mil – Cette céréale à petits grains gure au premier rang des productions agricoles du Sahel.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

141

A C TIVITÉS

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

Groupe :

Date :

1. Quel facteur naturel détermine le mode de culture, au nord comme au sud du Sahel ?

2. Remplissez le tableau comparatif suivant. Nord du Sahel

Sud du Sahel

Mode d’élevage

Mode de vie dominant des populations qui pratiquent l’élevage

Animaux d’élevage

Mode de culture dominant

Principaux produits cultivés dans les pays du Sahel

3. Expliquez pourquoi les habitants du nord et du sud du Sahel ne peuvent pas utiliser les mêmes modes d’élevage et d’agriculture.

142

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Lorsque les risques naturels se concrétisent dans une zone habitée, et qu’il y a des victimes ou des dommages, on se trouve face à une « catastrophe naturelle ».

* Ferme vivrière Ferme dont les producteurs consomment l’essentiel ou la totalité de leurs produits.

Étant donné que le territoire agricole du Sahel se trouve en bordure d’un désert et que son équilibre est fragile, une sécheresse prolongée risque fort d’être catastrophique. La majeure partie de la nourriture produite au Sahel provient en effet de fermes vivrières* qui dépendent de la pluie. Par ailleurs, plus on exploite les ressources, plus les risques de catastrophe augmentent. C’est ce qui arrive dans la région du Sahel.

Territoire agricole à risques – SAHEL

2.4 Une catastrophe naturelle

Depuis 50 ans, le Sahel connaît une hausse importante de sa population, y compris de sa population agricole (même si une partie de ses habitants migrent vers les villes). Il faut donc produire davantage d’aliments an de pouvoir nourrir tout le monde. Pour y arriver, les agriculteurs modient leurs pratiques. Autrefois, ils cultivaient la terre sur de courtes périodes (de trois à six ans), puis ils la laissaient se reposer. Aujourd’hui, ils cultivent la même terre plus longtemps pour répondre aux besoins. Résultat : la terre s’épuise, elle devient moins productive, ce qui pousse des agriculteurs à rechercher d’autres terres ailleurs. Au bout du compte, les terres cultivables se font de plus en plus rares. Plusieurs agriculteurs doivent alors se tourner vers des terres plus vulnérables aux risques climatiques. Les risques de catastrophe sont alors plus élevés. Supercie consacrée à l’agriculture au Sahel, de 1960 à 2005 Supercie cultivée (millions d’hectares)

15

20 18 16 14 12 10 8 0

14 Le spectre de la famine – Les sécheresses au Sahel entraînent parfois des famines. Les enfants sont particulièrement affectés. Épidémies et mortalité peuvent s’ensuivre.

Savez-vous que… ?

1960

1970

1980

1990

2000

2010 Année

Source : United Nations Environmental Program, World Agroforestry Center. Climate Change and Variability in the Sahel Region : Impacts and Adaptation Strategies in the Agricultural Sector [en ligne]. Consulté le 13 septembre 2011.

?

Les estimations varient, mais on évalue que, dans le monde, la désertication touche près d’un milliard de personnes. Elle menacerait environ 35 % des terres agricoles de la planète et 70 % des terres arides.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

143

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

Groupe :

Date :

Les principales catastrophes naturelles au Sahel sont liées à des phénomènes climatiques ou humains, mais aussi, parfois, à des phénomènes biologiques. Par exemple, la zone sahélienne subit les invasions de criquets qui affectent parfois l’Afrique de l’Ouest. Les plus récentes invasions dévastatrices ont eu lieu de 1986 à 1989 et en 2004.

A C TIVITÉS

16 Invasion dévastatrice – En 2004, une invasion de criquets a détruit des millions d’hectares de récoltes dans des pays du Sahel.

1. La liste suivante présente des événements météorologiques et des phénomènes naturels associés à ces événements.

a) Indiquez les effets que ces phénomènes naturels peuvent avoir sur le territoire agricole ou les cultures. Événements météorologiques

Phénomènes naturels

Température élevée (canicule)

Sécheresse

Orages violents

Grêle

Vents forts

Tempête de sable

Absence prolongée de pluie

Sécheresse

Effets sur le territoire agricole ou les cultures

b) Parmi les différents événements météorologiques mentionnés dans le tableau, lesquels affectent ou peuvent affecter le territoire du Sahel ?

144

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

2. La pression sur les terres agricoles du Sahel devient de plus en plus forte. Ainsi, les agriculteurs recourent à différents moyens pour que leurs terres produisent plus. Expliquez pourquoi la pression sur les terres agricoles du Sahel augmente. Puisez vos idées dans la liste d’éléments ci-dessous. • Augmentation de la population • Exploitation de terres moins propices à l’agriculture à cause de la pénurie de terres fertiles • Diminution des terres disponibles pour l’agriculture • Changement de mode de culture

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

3. Les questions suivantes portent sur des documents que vous avez déjà vus et qui sont reproduits ici.

a) Au sujet de la supercie agricole du Sahel : Document A

Que constatez-vous par rapport à la supercie agricole du Sahel :

Supercie cultivée (millions d’hectares)

Supercie consacrée à l’agriculture au Sahel, de 1960 à 2005

• de 1960 à 1975 ? 20 18

• de 1975 à 1985 ?

16 14 12

• de 1985 à 2005 ?

10 8 0

1960

1970

1980

1990

2000

2010 Année

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

145

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

Groupe :

Date :

b) Au sujet des précipitations au Sahel : Document B

Variation annuelle des précipitations moyennes durant la saison des pluies au Sahel, de 1900 à 2010

Plus de précipitations que la moyenne Moins de précipitations que la moyenne

1900

1910

1920

1930

1940

1950

1960

1970

1980

1990

2000

2010 Année

Quelles observations faites-vous au sujet des précipitations : • de 1950 à 1970 ?

• de 1970 à aujourd’hui ?

c) Au sujet des populations de cinq pays du Sahel : Document C

Évolution des populations de cinq pays du Sahel en millions d’habitants, de 1950 à 2010 Pays

1950

1960

1970

1980

1990

2000

2010

Burkina Faso

3,7

4,3

5,1

6,2

7,9

11,9

16,5

Mali

3,9

4,6

5,7

7,0

9,4

11,2

15,4

Mauritanie

0,8

1,0

1,2

1,6

2,2

2,7

3,5

Niger

2,9

3,2

4,1

5,3

7,1

10,7

15,5

Sénégal

2,5

3,0

4,0

5,7

7,4

9,5

12,4

13,8

16,1

20,1

25,8

34,0

46,0

63,3

Total

1

De combien de millions d’habitants la population totale des pays présentés dans le tableau a-t-elle augmenté : • de 1950 à 1970 ?

• de 1970 à 2010 ?

146

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

2

Qu’est-ce que les deux observations précédentes permettent de constater ?

3

Quel pays a connu la plus forte augmentation de population ?

4

Quel pays a connu la plus faible augmentation de population ?

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

4. Cette activité porte de nouveau sur les documents A, B et C de l’activité précédente. Vous aurez à les observer deux par deux et à faire des constatations. La première réponse vous est donnée.

a) Observez les documents A et B. Quelle constatation pouvez-vous faire ? Quelle que soit la quantité des précipitations, et même s’il y a une grave sécheresse, la supercie consacrée à l’agriculture augmente toujours.

b) Observez les documents A et C. Quelle constatation pouvez-vous faire ?

c) Observez les documents B et C. Quelle constatation pouvez-vous faire ?

d) Formulez une conclusion générale à partir des constatations que vous venez de faire.

?

Savez-vous que… ?

Dans les années 1970 et 1980, de graves sécheresses ont décimé près du quart des troupeaux de bovins. Malgré tout, ces derniers étaient 76 % plus nombreux en 2005 qu’en 1961. Pendant cette même période, les troupeaux de moutons et de chèvres ont augmenté respectivement de 164 % et de 177 %.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

147

Territoire agricole à risques – SAHEL

3. Aménagement Au Sahel, l’aménagement du territoire agricole vise essentiellement à favoriser la production et à l’améliorer. La majorité des infrastructures agricoles sont destinées à la gestion de l’eau. Les plus importantes sont celles qui permettent d’avoir accès à l’eau en dehors de la courte saison des pluies. En voici trois. Remarque : D’autres infrastructures et techniques liées à la gestion de l’eau seront décrites dans la section « Enjeu ».

18 Les micro-barrages – Un micro-barrage est un aménagement peu élevé, construit en pierres, en terre ou en béton. Il permet de constituer une réserve d’eau au fond d’une vallée, et de retenir l’eau sufsamment pour qu’elle s’inltre dans le sol et alimente la nappe d’eau souterraine. Un micro-barrage capte également les sédiments ns et fertiles. 17 Les barrages d’irrigation – Le barrage de Markala, inauguré en 1947, est le plus grand barrage d’irrigation au Mali. Ces barrages sont toujours érigés sur des cours d’eau importants. Des canaux acheminent l’eau du réservoir vers les terres agricoles. Les canaux de Markala irriguent les cultures de coton, de riz et de canne à sucre.

19 Les puits – Ils permettent aux villageois et au bétail d’avoir accès à l’eau, même pendant la saison sèche. Parfois, un muret ceinture le puits an d’empêcher les animaux de s’en approcher.

148

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Illustrez, au moyen d’un croquis, le fonctionnement de chacune des infrastructures qui permettent d’utiliser l’eau en dehors de la saison des pluies.

a) Un puits.

Territoire agricole à risques – SAHEL

A C TIVITÉS

Nom :

b) Un barrage.

c) Un micro-barrage.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

149

Territoire agricole à risques – SAHEL

4. Enjeu En raison des caractéristiques du Sahel et de la sécheresse qui le menace, l’eau est au centre des préoccupations de la population. La gestion de l’eau est donc un enjeu crucial. Pour gérer l’eau sur ce territoire agricole, il y a deux aspects à considérer : la dégradation des sols et la disponibilité de l’eau.

4.1 Le problème de la dégradation liée au ruissellement Dans plusieurs régions du Sahel, des sols de plus en plus dégradés et sans végétation naturelle s’encroûtent et n’absorbent presque plus les eaux de pluie. Il en résulte un ruissellement en surface, plus important que sur un sol recouvert de végétation. Ce ruissellement entraîne l’érosion des sols. 20 Une diguette – Cette infrastructure offre une solution au problème du ruissellement. Une diguette réduit la vitesse du ruissellement et protège les sols de l’érosion.

4.2 Le problème de la disponibilité de l’eau Irriguer les cultures au Sahel représente un grand dé. Pourtant, les pays du Sahel ne manquent pas vraiment d’eau : le problème, c’est que l’eau n’est pas nécessairement disponible au moment et à l’endroit souhaités. Lorsque le temps est trop sec, comme c’est souvent le cas, les gens n’ont pas accès aux réserves souterraines d’eau. Et lorsque la pluie tombe à ots, ils n’ont pas assez de moyens pour retenir cette eau an de l’utiliser plus tard. La plupart du temps, la pauvreté empêche de construire les infrastructures qui corrigeraient ces problèmes.

21 L’irrigation au goutte-à-goutte – Ce type d’installation économique offre une solution au problème de l’eau. Celle-ci est acheminée dans un boyau jusqu’aux racines de la plante. Ce système exige peu d’eau et permet d’éliminer les pertes liées à l’évaporation, importantes sous un climat chaud.

150

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Diverses techniques sont également utilisées dans le but de favoriser la rétention des eaux

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

* Maraîchage Culture des légumes.

* Pâturage Terre où les bêtes broutent l’herbe, les pousses, les feuilles.

La culture des bas-fonds s’est beaucoup développée, surtout dans le sud du Sahel. Cherchant de nouvelles terres à exploiter, les agriculteurs sahéliens se sont tournés vers ces fonds de vallée temporairement inondés pendant la saison des pluies. Ils y cultivent une céréale puis, en saison sèche, ils y pratiquent le maraîchage* ou bien ils exploitent ces terres comme pâturages*. Le cordon pierreux consiste en un empilement de pierres perpendiculaire à la pente du terrain. Cette technique ralentit l’écoulement des eaux de pluie et favorise leur inltration dans le sol, tout en limitant la dégradation des sols par l’érosion.

Territoire agricole à risques – SAHEL

de pluie : la culture des bas-fonds, le cordon pierreux, le zaï et la culture en demi-lune.

La technique du zaï consiste à creuser de petits trous dans le sol à l’aide d’une pioche. On remplit chaque trou avec du fumier ou du compost et on y plante une graine. L’eau de pluie s’accumule dans les trous, ce qui assure la croissance des plantes. Enn, les agriculteurs qui pratiquent le mode de culture en demi-lune creusent le sol en formant des demi-cercles. Les graines sont ensuite plantées dans ces dépressions qui retiennent l’eau de pluie et diminuent l’érosion par ruissellement. L’ajout de fumier ou de compost augmente le rendement. A

22 Cordon pierreux (A), zaï (B) et demi-lunes (C) Ces techniques simples, adoptées par des milliers d’agriculteurs du Sahel, ont permis de récupérer des terres dégradées : elles ameublissent* les sols, favorisent l’inltration de l’eau et le développement des racines des végétaux.

B

C

* Ameublir Rendre meuble, c’est-à-dire plus facile à cultiver.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

151

Territoire agricole à risques – SAHEL

4.3 Des mesures de protection En plus des infrastructures et des techniques dont ils disposent pour gérer l’eau, les Sahéliens appliquent des mesures de protection. Ces mesures visent à protéger les terres agricoles des menaces que représentent les risques naturels. En voici quelques-unes. • La sélection de variétés de plantes résistantes à la sécheresse. • L’opération de déstockage, qui consiste à abattre les animaux d’élevage

lorsqu’ils sont trop nombreux. En retour, une somme d’argent est versée aux propriétaires des animaux abattus. • L’aménagement de haies denses qui protègent les champs du broutement

des animaux ou de l’érosion éolienne. • Le clayonnage des dunes, qui consiste à xer les dunes au moyen d’un

assemblage de pieux et de branches, an d’empêcher l’ensablement des sols. • Pour les agriculteurs (ceux du Mali, entre autres), la reconnaissance de la

propriété privée des arbres qui poussent dans leurs champs. Comme la présence des arbres réduit les effets de la sécheresse, cette mesure aide les agriculteurs à protéger leurs arbres de la convoitise des bûcherons.

?

Savez-vous que… ?

23 L’ingéniosité des Sahéliens – Les agriculteurs du Sahel luttent contre la désertication. Ici, des clayonnages freinent le transport du sable par les vents.

152

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Depuis le début des années 2000, on a constaté que la végétation était réapparue dans certaines régions du Sahel. La hausse des précipitations a contribué à cette amélioration, mais plusieurs afrment que la gestion plus efcace des terres et des ressources naturelles y est aussi pour quelque chose.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

1. Deux problèmes importants sont liés à la gestion de l’eau au Sahel. a) Quels sont ces problèmes ? Indiquez-les dans le haut du tableau. b) Pour chaque problème, cochez la ou les solutions appropriées. Solutions

Problèmes Problème 1 :

Problème 2 :

Territoire agricole à risques – SAHEL

A C TIVITÉS

Nom :

Le cordon pierreux L’irrigation au goutte-à-goutte La culture des bas-fonds La technique du zaï La diguette La culture en demi-lune

2. Parmi les solutions qui gurent dans le tableau de l’activité précédente, trois sont des techniques qui favorisent l’inltration de l’eau.

a) Nommez ces trois techniques.

b) Ces trois techniques fonctionnent de la même façon. Observez les photos (document 22 ), puis décrivez ce qu’elles ont en commun.

3. Dessinez un champ cultivé à l’aide de la technique du zaï, et un autre à l’aide de la technique de la demi-lune. Appuyez-vous sur les photos du document 22 et sur l’information fournie par le texte (page 151).

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

153

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

Groupe :

4.

Date :

Le texte ci-dessous a été écrit par une journaliste pour le quotidien français Le Monde. Appliquez ici la technique d’interprétation d’un document écrit an d’en tirer le plus d’informations possible. Pour ce faire, répondez aux questions qui suivent. P. 300

Au Burkina Faso, des paysans font reverdir le Sahel

« Pour Ali Ouedraogo, tout a changé en 1983. “À ce moment-là, la situation était très dure, raconte-t-il. Les pluies manquaient, les récoltes étaient mauvaises, j’envisageais de quitter la région.” Beaucoup émigrent. Lui choisit de rester, et d’aménager des terres dégradées, dont personne ne veut à l’époque. Avec l’aide d’une organisation non gouvernementale (ONG) investie dans la lutte contre la désertication, il va peu à peu leur faire battre des records de productivité. Il récolte aujourd’hui en moyenne 1500 kg de sorgho à l’hectare, contre 800 kg pour les meilleures terres des environs.

alignements de pierres, baptisés cordons pierreux, sont aménagés le long des courbes de niveau, dessinant de petites terrasses. Des arbres y sont plantés. Des retenues en forme de demi-lune piègent l’eau dans de microcuvettes. Les “zaï”, des trous profonds de 20 centimètres où des graines sont plantées dans du fumier, permettent une inltration de l’eau en profondeur. “Tous ces aménagements freinent le ruissellement de l’eau, poursuit Matthieu Ouedraogo. Peu à peu la terre se régénère.” Et les arbres qui poussent sur les parcelles fourniront du bois de chauffe qui ne sera plus prélevé en brousse.

Pour cela, pas besoin de machines agricoles, d’engrais chimiques ou de semences miraculeuses. Les paysans ne pourraient pas se les payer. Pas de barrage non plus, le relief ne s’y prête pas. Il faut des pierres, des pioches, des pelles, un niveau pour calculer le sens de l’écoulement de l’eau, et beaucoup de maind’œuvre. L’objectif est d’empêcher l’érosion et de retenir un maximum d’eau dans le sol.

“Avec ces techniques, on peut faire reverdir le Sahel, afrme Souleymane Ouedraogo, chercheur à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (Inera). On stoppe la désertication, on augmente la fertilité des terres, donc les rendements des céréales et du fourrage pour le bétail, on récupère de la biodiversité.” Il suft de quatre ou cinq ans pour obtenir de bons résultats sur des terres dégradées. »

“Il s’agit de techniques paysannes traditionnelles, améliorées par des techniciens agricoles”, explique Matthieu Ouedraogo, qui forme les agriculteurs. Dans les champs, des

Gaëlle Dupont, « Au Burkina Faso, des paysans font reverdir le Sahel », Le Monde, 18 juin 2008. Note : Le nom de famille « Ouedraogo » est très répandu au Burkina Faso.

a) Quel est le titre du document et qui est son auteur ?

b) À quelle date ce texte a-t-il été publié ? Dans quel journal ?

c) Résumez le sujet du texte en une ou deux phrases.

154

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

d) Résumez l’idée principale de chaque paragraphe. Vous obtiendrez ainsi les idées principales du texte. • 1er paragraphe (Introduction) :

• 2e paragraphe :

• 3e paragraphe :

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

• 4e paragraphe (Conclusion) :

e) Repérez dans le texte quelques renseignements à l’aide des questions suivantes. • Dans quel but utilise-t-on les techniques décrites ?

• Que peut-on dire par rapport à la quantité d’outils, de matériaux et de main-d’œuvre nécessaires à l’utilisation de ces techniques ?

• Selon vous, ces trois techniques sont-elles bien adaptées aux agriculteurs du Sahel ? Pourquoi ?

• Les techniques employées améliorent le rendement des terres agricoles. Elles permettent aussi le reboisement des terres. Quel avantage les paysans peuvent-ils en tirer ?

• Pourquoi est-ce important de sauvegarder le bois de brousse ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

155

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

Groupe :

Date :

• Pourquoi le chercheur Souleymane Ouedraogo dit-il qu’on peut « stopper la désertication » ?

5. Le texte « Des mesures de protection » (page 152) décrit cinq mesures de protection du territoire agricole sahélien.

a) Indiquez, dans la première colonne, le problème que chaque mesure de protection tente de résoudre. b) Dans la dernière colonne, expliquez comment la mesure de protection peut résoudre le problème ou le protéger de la menace. Problèmes

Mesures de protection

Explications

La sélection des plantes

Le déstockage

L’aménagement de haies

Le clayonnage

La reconnaissance de la propriété privée des arbres qui poussent dans les champs

156

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

5. Vue d’ensemble Effectuez les activités suivantes an d’obtenir une vue d’ensemble du Sahel.

1. Situez le Sahel sur la carte ci-dessous, en le coloriant d’une couleur pâle. Écrivez ensuite au bon endroit les noms des quatre euves importants qui le parcourent. Notez également les noms des pays du Sahel, puis complétez la légende.

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

2. Complétez les rubriques suivantes. Climat Au Sahel, les températures mensuelles moyennes varient de : Saison humide dans le sud du Sahel :

Végétation Le Sahel est une zone de transition entre ___________________________ __________________, au nord, et __________________________ au sud. La végétation sahélienne est composée d’_____________________ clairsemés, au nord, et de ____________________________, au sud.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire agricole du Sahel

157

Territoire agricole à risques – SAHEL

Nom :

Groupe :

Date :

Phénomène naturel pouvant entraîner une catastrophe naturelle _______________________________________________________________ Conséquences possibles : • _______________________________________ • Baisse du niveau de la nappe phréatique. • Déplacement des troupeaux vers le sud. • _______________________________________ Catastrophe naturelle possible : Destruction des _______________________ ou diminution importante de la _____________________, pénurie alimentaire ou __________________.

Deux problèmes liés à la gestion de l’eau • La ___________________________ du sol liée au ruissellement. • La disponibilité de __________________.

Trois infrastructures pour utiliser l’eau en dehors de la saison des pluies _______________________________________________________________

Six infrastructures et techniques pour résoudre les problèmes liés à la gestion de l’eau _______________________________________________________________ _______________________________________________________________

Mesures de protection du territoire agricole • La sélection de variétés de plantes _______________________________. • L’opération de ________________________. • L’aménagement de ________________________. • Le _______________________ des dunes. • Au Mali, entre autres pays, la reconnaissance de ___________________ ___________ des arbres qui poussent dans les champs des agriculteurs.

Enjeu _______________________________________________________________

158

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

À l’échelle de la planète, de nombreux problèmes environnementaux sont liés aux pratiques agricoles. Dans ce contexte, la dégradation des sols constitue un enjeu majeur.

Territoire agricole à risques

C

Enjeu à l’échelle planétaire

La dégradation des sols

* Labour Travail de labourage, façon de retourner la terre.

* Engrais de synthèse

La dégradation des sols signie le déclin à long terme de la productivité des sols. Or, les sols sont le support de la vie sur Terre. Cette dégradation s’accentue et se propage de plus en plus sur la planète. L’agriculture contribue à ce phénomène, surtout à cause du défrichement, du labour*, des pratiques agricoles intensives, de l’irrigation, de l’emploi d’engrais de synthèse * et de pesticides, du surpâturage ou de l’utilisation de machines lourdes. Ces façons de gérer les terres peuvent engendrer des problèmes environnementaux et peuvent augmenter les effets des risques naturels. Un peu partout dans le monde, des agriculteurs, des scientiques, des agronomes et des techniciens cherchent des solutions adaptées à chaque milieu.

Engrais obtenu articiellement. 24

Les sols menacés ou dégradés

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

159

A C TIVITÉS

Territoire agricole à risques

Nom :

Groupe :

1.

Date :

En vous basant sur le planisphère (document 24 ), répondez aux questions suivantes. Au besoin, référez-vous aux cartes du Mini-Atlas.

a) Dans le nord du planisphère, plusieurs pays possèdent de grandes zones non agricoles en raison d’un climat trop froid. Voici les noms de ces pays, dont les lettres ont été mélangées. Replacez-les en ordre. • Eèognvr

• Sdèeu

• Aéttssuin

• Flnndiae

• Ssreiu

• Aeislnd

• Aaenmkdr

b) On trouve une zone non agricole en Arabie Saoudite. Pourquoi ?

Sols menacés par l’érosion par le vent

Sols menacés par l’érosion par l’eau

Sols menacés par la détérioration physique

Sols menacés par la détérioration chimique

Sols très dégradés

Zone non agricole

Sols très arides et sans végétation

Sols peu ou pas menacés

c) Cochez tous les descriptifs qui s’appliquent aux sols de chacun des pays indiqués.

1) Japon 2) Turquie 3) Mexique 4) Madagascar

d) En comparant sur la carte l’étendue des zones soumises à des menaces, déterminez quelle est la plus grande menace mondiale pour les sols.

e) Voici des conséquences des menaces qui peuvent affecter les sols. Classez-les selon qu’elles sont liées à la détérioration chimique (DC), à la détérioration physique (DP), à l’érosion par l’eau (EE) ou à l’érosion par le vent (EV). DC

DP

EE

EV

1) Désertication 2) Glissement de terrain 3) Acidication 4) Compactage 5) Perte d’éléments nutritifs

160

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Territoire agricole à risques

Nom :

2. Répondez aux questions suivantes sur les sols menacés ou dégradés du Canada (document 24 ).

a) Les plaines de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba présentent des sols très dégradés. Qu’est-ce qui menace ces sols ?

b) À quelles autres menaces les sols canadiens sont-ils exposés ?

c) Au Canada, quelle catégorie de sols domine : les sols très dégradés ou les sols peu ou pas du tout menacés ?

d) Quel constat général pouvez-vous faire à propos de l’état des terres agricoles du Canada ?

3. Lisez le texte suivant, puis répondez aux questions. Des conséquences

« Ces terres dégradées représentent plus de 20 pour cent de toutes les zones cultivées [...] et 10 pour cent des prairies. On estime à 1,5 milliard d’individus, soit un quart de la population mondiale, le nombre de personnes dépendant directement d’une terre en phase de dégradation. Les conséquences de la dégradation des terres comprennent une réduction de la productivité, les migrations*, l’insécurité alimentaire, des dégâts aux ressources de base et aux écosystèmes ainsi que la perte de la biodiversité* aussi bien au niveau génétique que des espèces. [...] »

* Migration Déplacement de populations.

* Biodiversité Variété et diversité du monde vivant.

FAO, LADA (Land Degradation Assessment in Drylands) [en ligne]. Consulté le 22 septembre 2011.

a) Le texte énumère des conséquences de la dégradation des terres. Complétez la liste de ces conséquences. • Les migrations. • Des dégâts aux ressources de base et aux écosystèmes. • Une perte de la biodiversité. • • Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

161

Groupe :

Date :

b) Expliquez dans vos mots les expressions suivantes.

A C TIVITÉS

Territoire agricole à risques

Nom :

• « dégâts aux ressources de base et aux écosystèmes »

• « perte de la biodiversité »

4. Le tableau suivant énumère des techniques agricoles dommageables. a) Dans la première colonne, indiquez quel effet chacune de ces techniques peut avoir sur l’environnement. Choisissez vos réponses parmi les termes suivants. • Érosion des sols

• Perte de couvert végétal

• Diminution possible des réserves d’eau

b) Associez ensuite les solutions aux problèmes, au moyen des lettres. Exemples de problèmes environnementaux associés aux pratiques agricoles 1) L’augmentation des terres irriguées à partir de la nappe d’eau souterraine. Effet :

2) Le labour des terres, qui peuvent subir par la suite des pluies intenses.

Exemples de solutions

a) Réduire le pâturage des animaux an de permettre à la végétation de se régénérer.

b) Irriguer les terres en économisant l’eau grâce au goutte-à-goutte.

Effet :

3) Le surpâturage en milieu sec.

c) Planter directement les graines sans retourner la terre.

Effet :

162

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

D Synthèse

1. Sur le planisphère suivant, quelques zones sont délimitées par un trait. a) Coloriez chaque zone selon le ou les phénomènes qui sont les plus menaçants pour l’activité agricole. Prenez compte pour ce faire de la légende fournie.

Territoire touristique Territoire agricole à risques

Nom :

b) Donnez un titre à la carte. Titre :

2. Remplissez la grille de mots croisés.

2. Infrastructure qui permet aux villageois et au bétail d’avoir accès à l’eau souterraine, même pendant la saison sèche. 3. Région naturelle située entre les latitudes 12 °N et 20 °N du continent africain. 4. Végétation tropicale constituée d’herbages et, parfois, d’arbres plus ou moins dispersés. 5. Mois le plus pluvieux dans le Sahel. 6. Partie du Sahel qui reçoit le plus de précipitations (point cardinal).

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

7. Zone climatique dans laquelle est situé le Sahel (deux mots). 8. Danger aggravé par les activités humaines. Opposé à « risque naturel » (deux mots). 9. Adjectif qui signie « situé au sud du désert du Sahara ». 10. L’une des trois techniques, adoptées par des milliers d’agriculteurs du Sahel, qui a permis de récupérer des terres dégradées. 11. Infrastructure qui permet de réduire la vitesse du ruissellement. 12. L’utilisation de pesticides solubles détériore sa qualité.

Synthèse

Territoire agricole national – QUÉBEC

Horizontalement 1. Transformation de terres fertiles en déserts.

163

Territoire agricole à risques

Nom :

Groupe :

13. Continent où se trouve le Sahel. 14. Danger, lié à un phénomène naturel, qui menace une population (deux mots). 15. Pays où prennent leur source les euves Sénégal et Niger.

16. Se dit d’un territoire consacré à l’agriculture : territoire ___. Verticalement 17. Lorsque les risques naturels se réalisent dans une zone habitée, et qu’il y a des victimes ou des dommages, on se trouve face à une ___ (deux mots).

Date :

18. L’élevage intensif entraîne leur dégradation. 19. Surplus d’eau ou arrivée d’eau soudaine qui recouvre un territoire. 20. Phénomène naturel qui menace le plus le Sahel. 21. Assemblage de pieux et de branches pour empêcher l’ensablement et xer les dunes. 22. Grâce à cette infrastructure, on peut acheminer de l’eau par canaux. 23. Un important ruissellement en surface entraîne de l’___. 17

1 18 19

2 20 4

3 5

21

6

7 8 22 9 23

10 11 12 13

14 15

164

16

DOSSIER 3 • LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

DOSSIER

S O MMAI R E

4

Le territoire forestier

Territoire forestier

Territoire région

A. QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE FORESTIER ? .................... 166

C. ENJEUX À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ........................................ 202

B. LE TERRITOIRE FORESTIER DE L’AMAZONIE ................................. 174 1. Localisation ................................... 174 2. Caractéristiques ............................ 176

D. SYNTHÈSE ........................................... 207

3. Aménagement .............................. 189 4. Enjeux ............................................ 192 5. Vue d’ensemble ............................ 201

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

LE TERRITOIRE AGRICOLE DU QUÉBEC

165

Territoire forestier

A

Qu’est-ce qu’un territoire forestier ?

Un territoire forestier est organisé en fonction de l’exploitation et de la commercialisation d’une ressource naturelle : la forêt. Même si l’exploitation forestière domine, on y pratique également d’autres activités économiques, comme le récréotourisme et l’extraction minière.

* Développement

durable Manière de gérer et d’exploiter les ressources de façon à permettre aux générations futures d’en proter aussi.

* Couvert forestier Ensemble des arbres et des arbustes qui couvrent un territoire.

1

La forêt est constituée d’arbres et d’autres végétaux, ce qui représente une richesse considérable sur le plan écologique. Elle forme également un écosystème où vivent une quantité impressionnante d’espèces animales. Les forêts sont d’ailleurs les écosystèmes terrestres qui possèdent la plus grande biodiversité : elles abritent 75 % des espèces terrestres. C’est pourquoi il faut exploiter les territoires forestiers avec précaution. Il est essentiel de favoriser des pratiques qui protègent les milieux naturels, et ce, dans une perspective de développement durable*.

Les forêts dans le monde De nos jours, les forêts occupent environ 30 % des terres de la planète. Chaque année, près de 14,5 millions d’hectares de forêt sont déboisés (soit 145 000 km2, ce qui correspond à deux fois la supercie du NouveauBrunswick). Actuellement, on déboise plus de forêts dans le monde qu’il en repousse, que ce soit de façon naturelle ou par le reboisement. La perte nette de forêt est d’environ 5 millions d’hectares par an, soit 10 hectares déboisés par minute. La disparition du couvert forestier* se nomme « déforestation ». L’évolution du couvert forestier varie cependant d’un pays à l’autre.

L’évolution du couvert forestier mondial de 2000 à 2005

Source : FAO, Global Forest Resources Assessment, 2005.

166

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

En fonction de la variation des températures et des précipitations, divers types de forêts ont pu se développer sur la Terre. Voici un aperçu de cette diversité.

La forêt tropicale humide – Un exemple : le parc 2 national Kerinci Seblat, en Indonésie.

La forêt tropicale sèche – Un exemple : le parc 3 national Bandhavgarh, en Inde.

La forêt de conifères tropicale – Un exemple : 4 le parc national Nevado de Toluca, au Mexique.

La forêt de feuillus et la forêt mixte tempé5 rées – Un exemple : le New Hampshire, aux États-Unis.

La forêt de conifères tempérée – Un exemple : 6 le parc national Olympic, aux États-Unis.

La forêt de conifères boréale – Un exemple : 7 le Labrador, au Canada.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire forestier ?

Territoire forestier

Les types de forêts

167

Territoire forestier

* Acériculture

Les principaux territoires forestiers du Québec

Culture et exploitation des forêts d’érable à sucre pour la production de produits tirés de la sève de l’érable.

Le Québec, dans sa partie sud, est une terre de forêts. En dehors des milieux urbains et agricoles, la forêt est partout. Son exploitation occupe une place importante dans le développement de plusieurs régions du Québec. La forêt permet également de pratiquer plusieurs autres activités, comme le récréotourisme, la chasse, l’acériculture*, etc.

* Tenure Caractère privé ou public des terres (et donc des forêts). 8

La tenure* de la forêt et la transformation du bois au Québec

Source : Bureau du forestier en chef, Bilan d’aménagement forestier durable au Québec 2000-2008, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, 2010 ; Ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, 2001, 2003.

168

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire forestier

9

Les sous-zones de végétation au Québec

* Toundra Formation végétale pra­ tiquement sans arbres.

* Taïga Formation forestière où les arbres ou bosquets d’arbres sont espacés.

Source : Bureau du forestier en chef, Bilan d’aménagement forestier durable au Québec 2000-2008, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, 2010.

10 Les autres usages de la forêt (récréotourisme, villégiature) et les ententes territoriales avec les Autochtones

Source : Bureau du forestier en chef, Bilan d’aménagement forestier durable au Québec 2000-2008, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, 2010.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire forestier ?

169

A C TIVITÉS

Territoire forestier

Nom :

Groupe :

Date :

1. Répondez aux questions suivantes portant sur le territoire forestier. a) Quelle est la principale activité économique sur un territoire forestier ?

b) Pourquoi dit-on que les écosystèmes des forêts possèdent une grande biodiversité ?

c) Y a-t-il une augmentation ou une diminution du couvert forestier dans le monde ? Expliquez votre réponse.

d) Qu’est-ce que la déforestation ?

e) Quel pourcentage des terres de la planète les forêts occupent-elles ?

2.

Pour chacun des pays suivants, dites si le couvert forestier est en diminution, en augmentation ou stable. Référez-vous au planisphère « L’évolution du couvert forestier mondial de 2000 à 2005 » (document 1 ). Pays

État du couvert forestier En diminution

En augmentation

Stable

Canada Chine Brésil Russie États-Unis

3. Répondez aux questions suivantes en vous référant au planisphère « L’évolution du couvert forestier mondial de 2000 à 2005 » (document

1

).

a) Entre quels parallèles trouve-t-on une majorité de pays dont le couvert forestier est en diminution ?

170

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

b) Pourquoi y a-t-il des pays ou des parties de pays sans couleur sur le planisphère de l’évolution du couvert forestier mondial de 2000 à 2005 ?

4.

Territoire forestier

Nom :

Réalisez un planisphère thématique à l’aide des données du tableau ci-dessous.

a) Indiquez le nom des pays sur le planisphère et coloriez-les selon la légende. b) Donnez un titre à votre planisphère. Les pays ayant les couverts forestiers les plus importants Pays

Couvert forestier (km2)

Couvert forestier (km2)

Pays

Russie

8 087 900

Pérou

687 420

Brésil

4 776 080

Soudan et Soudan du Sud

675 460

Canada

3 101 340

Inde

677 010

États-Unis

3 030 890

Mexique

642 380

Chine

1 972 900

Colombie

607 280

Australie

1 636 780

Angola

591 040

Rép. dém. du Congo

1 336 100

Bolivie

587 400

Venezuela

477 130

Indonésie

884 950

Source : FAO, Situation des forêts du monde, 2009.

Titre :

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire forestier ?

171

Territoire forestier

Nom :

Groupe :

Date :

5. a) Sur le planisphère de l’activité précédente, situez approximativement les parcs ou les régions représentatives des différents types de forêts en inscrivant le chiffre correspondant. Servez-vous des coordonnées géographiques fournies dans le tableau ci-dessous. Lieu représentatif

Type de forêt

Coordonnées géographiques

1 Parc national Kerinci Seblat, Indonésie

Forêt tropicale humide

0°, 100° est

2 Parc national Bandhavgarh, Inde

Forêt tropicale sèche

23° nord, 80° est

3 Parc national Nevado de Toluca, Mexique

Forêt de conifères tropicale

19° nord, 99° ouest

4 New Hampshire, États-Unis

Forêt de feuillus et forêt mixte tempérées

43° nord, 71° ouest

5 Parc national Olympic, États-Unis

Forêt de conifères tempérée

47° nord, 123° ouest

6 Labrador, Canada

Forêt de conifères boréale

52° nord, 59° ouest

b) Parmi les lieux nommés dans la première colonne du tableau, lesquels sont les plus près du Québec ?

c) De quels types de forêts ces lieux sont-ils représentatifs ?

d) Quelles sous-zones de végétation trouve-t-on à l’intérieur de la limite nordique des forêts pouvant être exploitées au Québec ?

6. Complétez la carte de la page suivante à l’aide des consignes ci-dessous. a) Délimitez d’un trait bleu les cinq principales régions forestières du Québec : l’Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord, l’Outaouais, le Saguenay−Lac-Saint-Jean et la Mauricie. b) Tracez en rouge la limite nordique des forêts pouvant être exploitées. c) Pour les cinq régions administratives, coloriez les terres publiques avec un surligneur jaune et les terres privées avec un surligneur vert. d) Ajoutez les informations manquantes à la légende. e) Donnez un titre à la carte.

172

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Titre :

Territoire forestier

Nom :

7. À partir de la carte que vous venez de réaliser, comparez la supercie des forêts sur des terres publiques et celle des forêts sur des terres privées pour les cinq régions administratives représentées. Qu’observez-vous ?

8. Comparez maintenant la supercie des forêts sur des terres publiques dans les cinq régions administratives représentées et l’étendue des infrastructures territoriales de ces régions. Les forêts publiques comprises dans des infrastructures territoriales sont-elles nombreuses ou peu nombreuses ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire forestier ?

173

Territoire forestier – AMAZONIE

B * Colonisation Installation d’une population humaine venue de l’extérieur très souvent pour exploiter les richesses d’une région.

* Afuent Cours d’eau qui se jette dans un autre cours d’eau plus grand.

Le territoire forestier de l’Amazonie

Jusqu’en 1970, la forêt d’Amazonie était peu exploitée. Par la suite, le gouvernement brésilien a encouragé la colonisation* en Amazonie brésilienne. Il en est résulté l’exploitation intensive et non durable des ressources forestières. Cela n’a pas été le cas partout, car la forêt amazonienne est vaste. Aujourd’hui, ce territoire forestier forme une mosaïque d’habitats naturels préservés et de milieux exploités ou dégradés par l’activité humaine.

1. Localisation L’Amazonie est une vaste région qui couvre environ les 4/10 de l’Amérique du Sud. Le euve Amazone et ses afuents*, qui ont été pendant longtemps la seule voie d’accès au territoire, transportent 20 % de toutes les eaux douces de la planète. Le territoire forestier à l’étude dans ce dossier correspond à l’Amazonie brésilienne. Il est délimité par des frontières et des limites administratives

11

Le territoire forestier de l’Amazonie brésilienne

Source : IMAZON, 2010.

174

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

propres au Brésil. Dans ce périmètre qui constitue le cœur de l’Amazonie, divers acteurs sont confrontés aux enjeux liés à l’exploitation forestière dans un milieu tropical.

A C TIVITÉS

L’Amazonie brésilienne s’étend sur neuf États du Brésil et occupe environ 5 millions de km2 (60 % du territoire brésilien). Elle est couverte de forêts sur environ 60 % de sa supercie. En 2011, on y recensait environ 27 millions d’habitants, soit 14 % de la population du pays. Ses ressources contribuent à environ 7 % de la production économique du pays et 10 % de ses exportations.

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

1. À partir des données suivantes, complétez les trois diagrammes circulaires ci-dessous. a) L’Amazonie brésilienne occupe environ 60 % du territoire brésilien. b) La forêt couvre environ 60 % de la supercie totale de l’Amazonie brésilienne. c) En 2011, on recensait en Amazonie brésilienne environ 27 millions d’habitants, soit 14 % de la population du Brésil. a)

b) La supercie forestière en Amazonie brésilienne

c) La population amazonienne au Brésil

40 %

86 %

14 %

60 %

Légende

Légende

Légende

Amazonie

Forêts

Reste du Brésil

Autres (déboisement, savane, plan d’eau)

2. Observez la carte « Le territoire forestier de l’Amazonie brésilienne » (document

11

),

puis répondez aux questions suivantes.

a) Quels sont les quatre États où l’on peut observer le plus de zones déboisées ?

b) Pourquoi les parties sud du Maranhão, du Tocantins et du Mato Grosso n’ont-elles pas de zones déboisées ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

175

Territoire forestier – AMAZONIE

2. Caractéristiques * Forêt primaire Forêt qui n’a jamais été exploitée dans un but commercial.

* Essence Espèce d’un arbre.

* Bois d’œuvre Bois pouvant être transformé (scié, déroulé et tranché).

* Savane Végétation tropicale constituée d’herbages et, parfois, d’arbres plus ou moins dispersés.

?

Le Brésil contient à lui seul 13 % de la supercie forestière mondiale. De plus, de tous les pays de la planète, le Brésil est celui qui abrite la plus vaste étendue de forêt tropicale. Une bonne partie de celle-ci est constituée de forêts primaires*. Le type de forêt amazonienne le plus connu est la forêt tropicale humide. Très dense, elle est composée d’une très grande diversité d’arbres feuillus : 100 à 300 essences* à l’hectare. Elle se présente comme un enchevêtrement de troncs (d’arbres géants et d’arbres de taille plus réduite), de branches et de plantes. On y exploite plusieurs types de bois d’œuvre* de grande valeur. Une bonne partie du reste du territoire forestier de l’Amazonie est occupée par des forêts qui partagent certaines caractéristiques avec la forêt tropicale humide. Ainsi, le territoire comprend des forêts tropicales moins denses dans les régions moins pluvieuses et des forêts riveraines denses. Ces dernières sont complètement inondées pendant la saison des pluies, qui dure sept mois par année. Le sud de l’Amazonie (par exemple, dans le Mato Grosso) est dépourvu de forêts : il est couvert de savanes* et de prairies tropicales.

Savez-vous que… ? Aucun écosystème terrestre ne possède autant d’espèces vivantes que la forêt tropicale humide d’Amazonie. Le Brésil est donc le pays le plus riche de la planète sur le plan de la diversité des espèces vivantes (ou biodiversité).

12

Forêt tropicale humide, dans l’État du Mato Grosso

2.1 Climat chaud et pluies abondantes Le climat est chaud en Amazonie. Les températures demeurent élevées toute l’année. Au cœur de la région, les températures moyennes sont de 26 ou 27 °C, avec de très faibles contrastes saisonniers. L’Amazonie brésilienne est située dans une des zones les plus pluvieuses du monde. Les précipitations annuelles moyennes varient de 1500 mm (au sud-est) à plus de 3500 mm (au nord-ouest). Les pluies sont plus abondantes entre janvier et mai.

176

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

* Évapotranspiration

A C TIVITÉS

Passage de l’eau de pluie vers l’atmosphère par l’évaporation des surfaces (sol, feuilles, écorce, etc.) et par la transpiration des plantes.

Date :

Les températures élevées constantes et les précipitations abondantes permettent donc à l’Amazonie d’avoir une forêt luxuriante. Dans les zones de forêt très dense, les arbres et les plantes retiennent les eaux de pluie. Grâce à la végétation, plus de la moitié de cette eau est renvoyée dans l’atmosphère par évapotranspiration*. On comprend alors à quel point la déforestation à grande échelle peut modier le climat et les écosystèmes. En effet, moins d’arbres, cela signie qu’il y a moins d’évapotranspiration, donc moins d’humidité dans l’air et moins de pluie. Cela signie aussi qu’il y a davantage de ruissellement et d’érosion au sol, sans parler de la réduction du nombre d’espèces vivantes.

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

1. Quel est le type de forêt amazonienne le plus connu ?

2.

P. 302 Voici un tableau regroupant les différentes données climatiques liées à la ville de Manaus, une ville de l’Amazonie.

Mois

Température moyenne (°C)

Précipitations moyennes (mm)

Mois

Température moyenne (°C)

Précipitations moyennes (mm)

Janvier

26

260

Juillet

27

88

Février

26

288

Août

27

58

Mars

26

313

Septembre

28

83

Avril

26

300

Octobre

28

126

Mai

26

256

Novembre

27

183

Juin

26

114

Décembre

27

217

a) À l’aide de ces données, complétez le climatogramme suivant. La température et les précipitations à Manaus

Températures mensuelles moyennes

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Précipitations mensuelles moyennes

Le territoire forestier de l’Amazonie

177

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

Groupe :

Date :

b) Le climatogramme de la page précédente illustre très bien les deux conditions qui permettent à l’Amazonie d’avoir des forêts luxuriantes. Quelles sont ces conditions ?

c) Référez-vous au climatogramme de la page précédente et indiquez à quelles périodes correspondent la saison plus sèche et la saison des pluies à Manaus.

3. Faites un lien entre la déforestation, l’évapotranspiration et la modication du climat.

2.2 Les rôles des différents acteurs Plusieurs acteurs interviennent dans la transformation du territoire forestier de l’Amazonie. 13

Les Autochtones

Ils pratiquent traditionnellement l’agriculture sur brûlis. Ce type d’agriculture consiste à brûler un petit secteur de la forêt, à le cultiver jusqu’à l’épuisement des sols (quelques années), puis à recommencer ailleurs.

14 Les colons agriculteurs – Arrivés il

* Agriculture

extensive Agriculture pratiquée sur de grandes supercies et dont le rendement est plutôt faible.

178

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

y a seulement quelques décennies, ils ont déboisé des parcelles de forêt le long des routes pour pratiquer une agriculture extensive*.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire forestier – AMAZONIE 15 Les grands exploitants agricoles – Ils possèdent de grandes étendues de forêt (plus de 10 000 hectares) qu’ils ont transformées en vastes pâturages pour l’élevage bovin ou la monoculture*, entre autres celle du soya.

17 Les entreprises forestières – Les scieries transforment les grumes* en planches et en madriers. Ces produits sont vendus sur les marchés brésilien et international.

16

Les madeireiros ou exploitants forestiers

Ils ont accès aux arbres les plus rentables, grâce à des routes que, bien souvent, ils ont construites eux-mêmes. Une bonne proportion du bois qu’ils commercialisent est d’ailleurs récoltée de manière illégale.

18 Le gouvernement brésilien – Il intervient par ses politiques de planication de l’exploitation, de surveillance des défrichements* et de conservation de la ressource (par exemple, la création d’aires protégées). On voit ici les édices du Parlement brésilien, à Brasília.

* Monoculture Culture d’une seule espèce de plante.

* Grume Tronc d’arbre de grande dimension, abattu, écimé et ébranché.

* Défrichement Mise en culture de terres par enlèvement (ou destruction) de toute végétation naturelle.

19 Les environnementalistes – Brésiliens ou étrangers, ils militent pour l’exploitation durable de la forêt et surveillent de près la déforestation de l’Amazonie. On voit ici des environnementalistes français qui manifestent contre la construction d’un barrage en Amazonie.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

179

Groupe :

Date :

Associez chacun des énoncés suivants aux acteurs concernés.

Les environnementalistes

Le gouvernement brésilien

Les entreprises forestières

Les

Les grands exploitants agricoles

Les colons agriculteurs

Énoncés

Acteurs

Les Autochtones

A C TIVITÉS

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

a) Cette année, nous avons déménagé nos cultures, car les sols ne produisaient plus assez. b) Lorsque le gouvernement m’a offert une terre pour que je la cultive, je me suis installé le long de la route : c’est beaucoup plus simple pour expédier mes produits. c) Atteindre les essences précieuses n’est pas toujours facile : je dois souvent créer ma propre route. d) Il serait important d’exploiter de manière durable la forêt amazonienne. Cela permettrait à plus de personnes d’en vivre, et plus longtemps. e) Il est assez payant pour nous de cultiver le soya en Amazonie, surtout sur de très grandes terres. f) Adopter des lois permet de protéger la forêt brésilienne. g) Avant de cultiver, nous devons faire brûler une petite partie de la forêt qui nous entoure an de dégager un secteur. h) Notre but est de faire de l’argent en vendant du bois de construction aux entreprises brésiliennes ou internationales. i) Mon père a défriché cette terre il y a 20 ans et c’est moi qui la cultive maintenant. j) La déforestation de la forêt amazonienne est un drame international. k) Notre manière ancestrale de cultiver la terre permet à la forêt de se régénérer, car nous exploitons seulement un petit secteur à la fois. l) Couper des essences de bois précieux sans se faire prendre n’est pas toujours facile. m) Nos vastes pâturages nous permettent d’élever des bovins à bon prix. n) Les aires protégées mises en place permettent à la forêt amazonienne de se maintenir.

180

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

20 Le Brésil compte sur la gestion forestière pour sauver l’Amazonie

En Amazonie, c’est surtout la forêt primaire qui est exploitée. Contrairement aux autres régions du pays, les plantations y sont peu nombreuses et jouent donc un rôle mineur. Même si le gouvernement fait des lois et contrôle les autorisations pour l’exploitation forestière, les règles ne sont pas toujours respectées et la corruption est importante. Des forêts singulières

« Un plan de gestion des forêts signie que nous coupons au maximum cinq arbres dans une zone équivalente à un terrain de football. Cette zone restera intouchée pendant 30 ans pour qu’elle se régénère, expliquent André Miranda et Marlei Nogueira [...]. »

À cause de leurs caractéristiques, l’exploitation des forêts amazoniennes ne se fait pas sans peine. Elles sont difciles d’accès, surtout en saison humide. Ces forêts quasi impénétrables se distinguent aussi par la variété des essences qui y poussent. Ainsi, une forêt peut contenir de 50 à 90 espèces d’arbres ayant une valeur commerciale (comparativement à 1 à 5 espèces au Québec). Cette dernière caractéristique joue un rôle important dans la façon d’exploiter la forêt.

Agence France-Presse, « Le Brésil table sur la gestion forestière pour sauver l’Amazonie », La Presse, 11 septembre 2010 [en ligne]. Consulté le 26 mars 2012.

L’exploitation de la forêt amazonienne se résume à la coupe sélective, qui consiste à couper uniquement les essences recherchées. En 2010, le gouvernement brésilien a mis en place de nouvelles mesures an de favoriser une exploitation durable. Par exemple, il est permis de prélever seulement les arbres qui mesurent plus de 45 cm de diamètre.

Territoire forestier – AMAZONIE

2.3 L’exploitation de la forêt amazonienne

La coupe sélective

Ces plans de gestion durable s’appliquent sur certaines terres publiques, mais pas à toute l’Amazonie. Sur les terres privées, l’exploitation n’est soumise à aucun contrôle. À ces endroits, après la coupe sélective, il arrive souvent qu’on brûle les terres an d’y pratiquer l’agriculture ou l’élevage. Ces opérations sont peu respectueuses de l’environnement. A

B

21 L’évolution de la déforestation dans l’est de l’État de Rondônia, entre 1986 (A) et 2001 (B)

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

181

Territoire forestier – AMAZONIE

2.4 La transformation du bois en Amazonie Le Brésil est le plus grand producteur de bois tropicaux au monde. Même si les données à ce sujet sont imprécises à cause de l’exploitation illégale, il est admis que la majeure partie des bois tropicaux est transformée et utilisée au pays, en particulier dans l’industrie de la construction, où la demande est forte. Une fraction seulement de la production est destinée au marché extérieur. Une première transformation doit cependant être effectuée avant l’exportation, car le Brésil a interdit depuis longtemps la vente de grumes à l’étranger. La part de l’Amazonie L’industrie brésilienne du bois produit annuellement 166 millions de mètres cubes de bois : 102 millions proviennent des plantations forestières du sud du pays, et les 64 millions restants sont issus de l’exploitation des forêts primaires. Ces dernières fournissent 28 millions de m3 destinés à la production de charbon de bois. Elles fournissent également 36 millions de m3 destinés à la production de bois de sciage, à la fabrication de laminages et de contreplaqués, dont 80 % (soit 28 millions de m3) en provenance de l’Amazonie. La première transformation du bois Au début des années 2000, l’Amazonie brésilienne comptait quelque 2500 entreprises de transformation du bois, dont 2300 scieries. Les États du Pará et du Mato Grosso représentaient 75 % de la production amazonienne. 22

La transformation de la ressource forestière en bois d’œuvre en Amazonie

Source : IMAZON, 2011.

182

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Les bois récoltés en Amazonie sont principalement transformés par le sciage en bois d’œuvre. En 2007, cette industrie de transformation représentait des revenus de 13,1 milliards $US, soit 1 % de la production économique (PIB) du Brésil. Les résidus de bois (ou déchets de sciage) servent à fabriquer du charbon de bois, employé entre autres dans la production du fer. Certaines essences d’Amazonie qui ne peuvent fournir du bois d’œuvre sont utilisées pour faire des pâtes et papiers. Ces deux industries sont établies dans le sud du pays.

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

La seconde transformation Le Brésil est le 13e plus grand exportateur de meubles du monde. Cette industrie représente donc une part importante de la transformation des bois amazoniens. En 2005, l’industrie du meuble au Brésil comptait plus de 16 000 entreprises de tailles diverses. La majorité de ces entreprises sont établies au sud du territoire forestier de l’Amazonie brésilienne.

Savez-vous que… ?

A C TIVITÉS

Le Brésil est en train de devenir l’un des plus grands producteurs de pâtes et papiers au monde. Les entreprises brésiliennes exploitent des plantations d’essences exotiques à croissance rapide (eucalyptus et pins). Par exemple, l’eucalyptus peut atteindre une hauteur de 15 m en deux ans ! Ces plantations sont situées principalement en dehors de l’Amazonie et elles occupent des terres peu intéressantes pour l’agriculture.

?

1. À l’aide des textes des pages précédentes, complétez les phrases suivantes. a) En Amazonie, c’est surtout la forêt _____________________ qui est exploitée. b) Contrairement aux autres régions du pays, en Amazonie, les _____________________ sont peu nombreuses.

c) Le _____________________ impose les règles et contrôle les autorisations, an de favoriser une exploitation _____________________ .

d) La forêt amazonienne est difcile d’accès en saison _____________________ . e) On peut trouver sur un même site de ____________ à ____________ espèces d’arbres ayant une valeur commerciale.

f) L’exploitation forestière en Amazonie se résume à la coupe _____________________ des _____________________ recherchées.

g) Depuis 2010, en forêt amazonienne, seuls les arbres ayant un _____________________ supérieur à ____________ cm peuvent être abattus. Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

183

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

Groupe :

Date :

h) Cette restriction de coupe s’applique seulement sur certaines terres _____________________ .

i) Sur les terres privées, la coupe _____________________ des essences recherchées est souvent suivie du _____________________ pour permettre la pratique de l’_____________________ ou de l’_____________________ .

2. Complétez le diagramme ci-dessous en suivant les consignes. a) Référez-vous au texte « La part de l’Amazonie » (page 182) et inscrivez les bonnes quantités dans le tableau ci-dessous. b) Coloriez le diagramme circulaire à partir des données du tableau et complétez la légende. Production

Quantité (millions de m3)

La production annuelle de l’industrie du bois brésilienne

Production annuelle de l’industrie du bois brésilienne Production annuelle des plantations du sud du Brésil Production annuelle provenant de l’exploitation des forêts primaires Bois issu des forêts primaires destiné à la production de charbon de bois Bois issu des forêts primaires destiné à la production de bois de sciage ainsi qu’à la fabrication de laminages et de contreplaqués

Légende Production annuelle des plantations du sud du Brésil Production annuelle provenant de l’exploitation des forêts primaires Bois issu des forêts primaires destiné à la production de charbon de bois Bois issu des forêts primaires destiné à la production de bois de sciage ainsi qu’à la fabrication de laminages et de contreplaqués

3. Complétez le schéma ci-dessous, qui présente les principaux produits de l’industrie du bois en Amazonie. Bois récolté en Amazonie

Résidus

Industrie de la construction

184

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

Date :

4. Observez la carte « La transformation de la ressource forestière en bois d’œuvre en Amazonie » (document 22 ), puis répondez aux questions suivantes.

a) Quels sont les trois États où l’on trouve le plus de concentrations d’exploitants en Amazonie ?

b) Quelle infrastructure représentée sur la carte permet d’expédier le bois d’œuvre vers les fabricants de meubles du sud du pays ?

2.5 Les autres activités dans la forêt amazonienne

* Cheptel Ensemble des animaux d’élevage.

* Industrie

agroalimentaire Ensemble des activités liées à la production, à la transformation et à l’exploitation des produits agricoles destinés à l’alimentation.

À cause de l’importance environnementale que les spécialistes de tout horizon accordent à cette forêt foisonnante, l’exploitation forestière a beaucoup retenu l’attention. Mais plusieurs autres activités se déroulent sur le territoire forestier de l’Amazonie brésilienne. Ainsi, dans ses efforts de colonisation de l’Amazonie, le gouvernement du Brésil a modié l’usage qu’on faisait du territoire. Ainsi, après l’exploitation forestière, qui a été la toute première activité économique, aujourd’hui ce sont les activités agricoles qui transforment le plus le territoire. L’élevage Le Brésil compte plus de 200 millions d’animaux d’élevage. Il possède en outre le plus grand cheptel* de bovins commercial du monde. Depuis 2003, il est devenu le plus important exportateur de bœuf. En Amazonie, on élève surtout du bétail pour la viande, mais on y fait aussi de la production laitière. Des supercies importantes de forêt ont été détruites pour répondre à la demande croissante de pâturages. L’agriculture

23 Un élevage de bovins dans l’État du Mato Grosso

De nombreux éleveurs de bovins de boucherie d’Amazonie brésilienne ont choisi le zébu blanc de race Nélore. Originaire de l’Inde, cette race résiste aux parasites tropicaux et est bien adaptée au climat tropical.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

En Amazonie brésilienne, il est rare que les petites fermes familiales soient rentables. Souvent, elles sont rachetées par de grands propriétaires de l’industrie agroalimentaire*. Ceux qui ne font pas d’élevage optent pour des cultures d’exportation, comme le soya, le maïs et la canne à sucre. Après l’élevage du bétail, la culture de soya est le plus important facteur de destruction de la forêt amazonienne. Le Brésil est le deuxième plus grand producteur de soya au monde ; il fournit près du tiers de la production mondiale. Lorsque le prix du soya augmente, les pressions sur la forêt s’accentuent dans la partie sud de l’Amazonie.

Le territoire forestier de l’Amazonie

185

Territoire forestier – AMAZONIE 24

La mine de fer à ciel ouvert de Carajás, dans l’État du Pará

L’exploitation minière L’Amazonie possède un grand potentiel minier encore mal connu. L’exploitation minière est inégalement répartie sur le territoire. Certaines exploitations ont des impacts considérables sur la forêt. Par exemple, la mine de fer à ciel ouvert de Carajás, l’une des plus importantes au monde, a déjà entraîné la déforestation de plusieurs dizaines de milliers d’hectares.

?

Savez-vous que… ?

À la n du 19e siècle, et jusque vers 1910, l’industrie forestière en Amazonie a connu un boom économique grâce au caoutchouc, un produit forestier non ligneux produit à partir de la sève de l’hévéa, appelée « latex ».

25

L’exploitation des produits forestiers non ligneux En plus du bois, les arbres et les plantes de la forêt amazonienne fournissent de nombreux autres produits : fruits, bres, latex, résine, plantes médicinales, etc. Ce sont des produits forestiers non ligneux. Environ 30 % des essences servant à faire du bois d’œuvre (andiroba, copaíba, piquiá, etc.) fournissent également des produits non ligneux qui ont une valeur économique intéressante.

Un choix durable

« J’ai appris la leçon, si je coupe ce copaíba, on me donnera 50 reais (30 dollars) pour le bois. Mais si je le garde sur pied, il me rapportera 50 reais par an pour son huile médicinale », explique Benedito de Souza. Agence France-Presse, « Le Brésil table sur la gestion forestière pour sauver l’Amazonie », La Presse, 11 septembre 2010 [en ligne]. Consulté le 26 mars 2012.

L’écotourisme

* Écotourisme Tourisme axé sur la nature. Se pratique souvent dans des aires protégées et avec l’intention de respecter l’environnement et les populations locales.

186

Les forêts de l’Amazonie brésilienne pourraient devenir une destination de choix pour les adeptes de l’écotourisme*. Jusqu’à récemment, l’accès difcile à ces forêts a retardé le développement de ce type de tourisme. Or, certains estiment que ce secteur d’activité devrait connaître un essor important au cours des prochaines décennies. Le développement de l’écotourisme permettrait d’assurer des emplois et des revenus stables à une grande partie de la population de l’Amazonie. Les gîtes ruraux, les services de transport, de restauration ainsi que d’autres entreprises emploieront de nombreuses personnes. Beaucoup d’autres Brésiliens en tireront des prots indirects.

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

1. Voici des photos de produits issus de différentes activités économiques pratiquées sur le territoire de l’Amazonie brésilienne.

a) Écrivez le nom du produit à côté de la photo appropriée. Choisissez vos réponses dans la liste suivante. • fer • meubles de bois • viande de bœuf • acérola (plante médicinale) • soya

Territoire forestier – AMAZONIE

A C TIVITÉS

Nom :

b) À côté de chaque photo, indiquez de quelle activité économique est issu le produit (référez-vous aux pages 185 et 186). c) Associez les données sur les activités économiques pratiquées en Amazonie brésilienne au produit correspondant. Produits

A

a) b)

B

a) b)

C

a) b)

D

a) b)

E

a) b)

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Données 1) Le Brésil en est le 13e plus grand exportateur au monde.

2) Le Brésil en est le plus grand exportateur au monde.

3) La mine de Carajás est une des plus importantes au monde.

4) Le Brésil en est le deuxième plus grand producteur au monde et cette culture est le second facteur de destruction de la forêt amazonienne (après l’élevage du bétail). 5) Environ 30 % des essences de bois d’œuvre de l’Amazonie pourraient être exploitées pour d’autres produits que le bois.

Le territoire forestier de l’Amazonie

187

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

Groupe :

Date :

2. Répondez aux questions suivantes sur les activités économiques de l’Amazonie. a) Quels sont les deux produits alimentaires issus de l’élevage ?

b) Qu’arrive-t-il souvent en Amazonie à une ferme qui n’est pas rentable ?

c) Quels sont les principaux produits cultivés dans ces grandes fermes commerciales ?

d) Pourquoi coupe-t-on plus d’arbres dans la forêt amazonienne lorsque le prix du soya augmente ?

3. En observant la photo ci-contre, que pouvez-vous dire quant à l’impact des mines à ciel ouvert sur la forêt amazonienne ?

4. Répondez aux questions suivantes sur l’exploitation des produits forestiers non ligneux.

a) Que dit Benedito de Souza (document encore vivant ?

25

) sur la valeur de l’arbre coupé et de l’arbre

b) Nommez trois produits non ligneux qui proviennent de la forêt amazonienne.

5. Nommez trois types d’emplois que les gens pourraient occuper si l’écotourisme se développait en Amazonie.

188

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le développement rapide de l’Amazonie ces dernières décennies et la hausse de population qui l’accompagne ont pour effet de stimuler l’activité économique dans son ensemble. Pour répondre à cette nouvelle situation, de nouveaux aménagements sont nécessaires. Ainsi, il est indispensable d’aménager des routes pour transporter le bois de l’Amazonie vers les zones plus peuplées du pays. Les routes constituent les infrastructures de base qui permettent d’exploiter et de commercialiser la ressource forestière.

Territoire forestier – AMAZONIE

3. Aménagement

3.1 Les infrastructures et le développement urbain

* Ennoyage Disparition des parties basses d’un relief sous les eaux.

Une petite fraction de cet immense territoire est occupée par la construction de villes, de ports, d’aéroports, de grands barrages, etc. Ces infrastructures sont nécessaires aux différentes exploitations en cours. Les autorités projettent la construction de nombreux canaux de navigation et de barrages hydroélectriques, qui impliquent l’ennoyage* de vastes supercies. Les deux tiers de la population amazonienne vivent en milieu urbain. La ville de Manaus, située en plein cœur de l’Amazonie, est un important centre industriel. Elle compte près de 2 millions d’habitants.

26

Manaus, capitale de l’État de l’Amazonas

3.2 Les routes nationales Les routes nationales construites en Amazonie par le gouvernement de Brasília sont destinées à faciliter le transport du bois. La plupart de ces routes ne sont cependant pas pavées et elles sont difciles à parcourir durant la saison des pluies. La Transamazonienne, qui devait traverser l’Amazonie d’est en ouest sur 5300 km, est en construction depuis le début des années 1970, et elle n’est toujours pas complétée. Malgré tout, ces routes ont contribué à accélérer le phénomène de la déforestation en Amazonie et elles ont eu un impact majeur sur l’aménagement du territoire. 27

La Transamazonienne

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

189

190

A C TIVITÉS

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

Groupe :

Date :

1. Les photos suivantes illustrent les étapes de la transformation du bois, de l’arbre au produit ni, et les infrastructures nécessaires à ces opérations. Placez-les en ordre chronologique en inscrivant un chiffre de 1 à 8 dans les colonnes de droite. Les étapes de la commercialisation du bois amazonien, de l’arbre à la vente de meubles au détail Étapes

Ordre

Étapes

A

E

Récolte et chargement des grumes avec bélier mécanique et tracteur

Transport routier ou uvial

B

F

Vente de meubles au détail

Abattage et ébranchage de l’arbre à la tronçonneuse

C

G

Transport routier du bois d’œuvre

Transformation de la grume en planches ou madriers à la scierie

D

H

Transport routier (marché domestique) ou transport maritime (exportation vers les États-Unis ou l’Europe) des produits nis

Fabrication de meubles dans une ville du sud du pays

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Ordre

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

2. Examinez attentivement les deux cartes ci-dessous. La transformation de la ressource forestière en bois d’œuvre en Amazonie

Le territoire forestier de l’Amazonie brésilienne

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

Source : IMAZON, 2010.

Source : IMAZON, 2011.

a) Faites un lien entre les routes de l’Amazonie et les exploitants de scieries et expliquez ce lien.

b) Faites un lien entre les routes de l’Amazonie et les zones déboisées et expliquez ce lien.

3. Observez la photo ci-dessous et répondez aux questions. a) Que voit-on sur cette photo ?

La technique du brûlis

b) À l’origine, la section de forêt représentée sur la photo était destinée à l’exploitation forestière. Quelle activité économique y sera éventuellement pratiquée ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

191

Territoire forestier – AMAZONIE

4. Enjeux Plusieurs pratiques contribuent à la dégradation des ressources forestières de l’Amazonie. Cette région du Brésil, où la colonisation est en forte hausse depuis quelques décennies, subit une importante déforestation. Des moyens doivent être mis en œuvre pour protéger les écosystèmes tout en tenant compte des intérêts des différents utilisateurs de la forêt.

* Spéculateur Personne qui fait l’acquisition d’un bien uniquement dans le but de le revendre en faisant un prot.

Préserver la ressource forestière An de préserver la ressource forestière, il est essentiel de miser sur un objectif de développement durable. Toutefois, plusieurs pratiques qui ont cours actuellement en Amazonie dégradent la forêt, ce qui nuit évidemment à l’atteinte de cet objectif. Une déforestation substantielle à des ns agricoles

La colonisation : une source de prots rapides pour certains 28

« Le problème c’est que ce n’est pas un mouvement rationnel. C’est un mouvement qui est fait par des spéculateurs*, souvent par des gens qui veulent surtout s’enrichir en occupant des terres publiques, en enregistrant leur nom, ce qui est parfaitement légal. La coupe de la forêt paie déjà leurs frais. Et s’ils mettent un peu de bétail, un peu d’herbe là-dessus, c’est déjà un gain, après ça ils peuvent revendre. [...] » — Yves Théry, géographe Jean-Michel Leprince, « Le paradoxe brésilien – Amazonie et agriculture », Radio-Canada.ca, 8 décembre 2011 [en ligne]. Consulté le 15 mars 2012.

En 2008, on a évalué que 17 % de la forêt amazonienne primitive avait été déboisée depuis les années 1970. L’étendue de ce qui a été coupé représente deux fois la supercie d’un pays comme la Finlande. Les activités agricoles ont contribué à cette déforestation dans une proportion de 75 %. De 2000 à 2007, l’Amazonie brésilienne a perdu en moyenne 20 000 km2 de forêt par an. Se basant sur les données compilées par le gouvernement brésilien, les environnementalistes estiment que 80 % de cette déforestation est due à la conversion des terres en pâturages. Par ailleurs, les colons qui s’installent en Amazonie pour en exploiter les ressources ne respectent pas toujours les lois. La méthode de coupe aussi en cause La coupe sélective dans la forêt amazonienne cause des problèmes. L’abattage d’un seul arbre dégrade habituellement la forêt. En effet, lorsqu’un arbre est relié aux autres par des lianes et des plantes grimpantes, il ne tombe pas seul. De plus, l’utilisation de machinerie pour tirer sur le sol une grume isolée endommage la végétation et entraîne de l’érosion. La coupe sélective peut ainsi perturber jusqu’à 40 % de la supercie d’un secteur de forêt. De plus, elle modie l’habitat de plusieurs espèces, ce qui contribue à réduire la biodiversité. Une autre conséquence de la coupe sélective, c’est le remplacement progressif des essences de valeur par des essences secondaires, qui sont moins intéressantes sur le plan commercial. La coupe illégale

29 Transport de bois non marqué provenant d’une coupe illégale

192

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

La coupe illégale est un enjeu majeur en Amazonie. Le problème est accentué par le fait que ceux qui la pratiquent ne sont pas poursuivis en justice. La coupe illégale est pourtant un

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Les initiatives contradictoires du gouvernement brésilien

* Lobby Groupe qui cherche à inuencer le gouvernement dans le but de défendre une cause ou des intérêts particuliers. 30

Le gouvernement brésilien subit de fortes pressions de la part des lobbies* agricoles. De nouvelles initiatives pourraient éventuellement entraîner une augmentation des coupes forestières sur les terres appartenant aux exploitants agricoles. D’ailleurs, après plusieurs années de diminution, le rythme annuel de déforestation repartait à la hausse en 2011.

Territoire forestier – AMAZONIE

crime environnemental, car elle provoque la dégradation de l’environnement et des écosystèmes. En fermant les yeux sur les coupes illégales, le gouvernement n’encourage pas les exploitants à respecter les lois.

Des initiatives contradictoires

« Avec la main droite, vous prenez des initiatives pour contrôler la déforestation. Avec la main gauche, vous prenez des initiatives pour nancer et stimuler la déforestation, on veut faire les deux choses en même temps, et jusqu’à présent c’est la main gauche qui a gagné. » — Roberto Smeraldi, Amigos da Terra (Les Amis de la Terre) Jean-Michel Leprince, « Le paradoxe brésilien – Amazonie et agriculture », Radio-Canada.ca, 8 décembre 2011 [en ligne]. Consulté le 15 mars 2012.

31

La déforestation en Amazonie brésilienne, de 1988 à 2010

Source : mongabay.com [en ligne]. Consulté le 26 novembre 2011.

32

La lutte à la déforestation au Brésil menacée par une modication des politiques de gestion de la forêt ?

« […] Marina Silva, l’ancienne candidate du Parti vert (PV) à la présidentielle de 2010, a rappelé que ce nouveau code forestier répondait “intégralement aux exigences des lobbies agricoles, qui ont toujours voulu la disparition de la réserve légale*, pour que 100 % de leur propriété puissent être cultivés”. Selon elle, le Brésil est en train de faire machine arrière : “Nous étions parvenus à réduire la déforestation de 27 000 km2 à 6000 km2 en 2010. La simple annonce de l’arrivée de cette nouvelle loi fait qu’ils se remettent à couper des arbres à tort et à travers !” » * Le « Code forestier » du Brésil autorise les propriétaires à déboiser jusqu’à 20 % de leurs terres en Amazonie. Les 80 % restants constituent une « réserve légale ». « Au Brésil, menace sur la lutte contre la déforestation », Le Monde.fr, 25 novembre 2011 [en ligne]. Consulté le 26 novembre 2011.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

193

A C TIVITÉS

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

Groupe :

Date :

1. Le diagramme circulaire ci-dessous illustre dans quelle proportion et à quelle ns ont été déboisées les forêts primitives de l’Amazonie depuis les années 1970.

a) Coloriez-le, tout en complétant la légende. b) Indiquez le pourcentage pour chacune des pointes.

Légende Forêt amazonienne primitive Forêt amazonienne primitive déboisée Forêt déboisée au prot des activités agricoles Forêt déboisée à d’autres ns

2. Lisez le commentaire d’Yves Théry, géographe (document

28

), puis répondez

aux questions suivantes.

a) Selon Yves Théry, les spéculateurs font un prot en trois étapes. Décrivez ces étapes.

b) Est-ce que l’activité du spéculateur est compatible avec le développement durable ? Expliquez votre réponse.

3. Répondez aux questions suivantes sur la coupe sélective pratiquée en Amazonie. a) La coupe sélective pratiquée en Amazonie a des conséquences majeures sur la forêt. Quelles sont ces conséquences (5) ?

b) Expliquez comment la machinerie peut endommager la forêt dans les activités de coupe sélective pratiquées en Amazonie.

194

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

4. Cochez les actions qui correspondent à une coupe illégale et celles qui correspondent à une coupe légale. Action

Coupe illégale

Coupe légale

a) Couper les arbres selon les règles xées par le gouvernement. b) Couper des arbres ailleurs que dans le territoire désigné par le permis gouvernemental.

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

c) Couper des arbres plus petits que la taille permise. d) Couper les arbres en utilisant une méthode interdite par les lois brésiliennes.

5. Que veut dire Roberto Smeraldi (document

30

) lorsqu’il afrme que la main gauche

a gagné ?

6. Le tableau ci-dessous indique la supercie de certains pays du monde. En vous référant au diagramme intitulé : « La déforestation en Amazonie brésilienne, de 1988 à 2010 » (document 31 ), indiquez en quelle année la forêt amazonienne a été amputée d’une supercie semblable à celle de chacun de ces pays. Pays

Supercie (km2)

Arménie

29 743

Haïti

27 750

Macédoine

25 713

Liban

10 452

Année de déforestation sur une supercie équivalente

7. Lisez le texte « La lutte à la déforestation au Brésil menacée par une modication des politiques de gestion de la forêt ? » (document 32 ).

a) Expliquez ce qu’est la réserve légale.

b) Pourquoi les agriculteurs veulent-ils faire disparaître la réserve légale ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

195

Territoire forestier – AMAZONIE

Faire coexister différents types d’activités en milieu forestier Après 40 ans de colonisation, le développement de l’Amazonie est partagé entre les activités forestières et agricoles et la protection environnementale. Il faut donc mettre en place des mesures qui tiennent compte des intérêts des acteurs des domaines forestier et agricole, tout en protégeant la forêt et les populations autochtones. Voici quelques pistes de solution. Une meilleure gestion des sols Les tensions entre les agriculteurs et les protecteurs de la forêt pourraient être réduites au moyen d’une politique nationale de gestion des sols. Par exemple, la revalorisation des terres dégradées permettrait de limiter la déforestation. 33

Une solution : la revitalisation des terres dégradées

« Les représentants de l’agrobusiness [l’industrie agroalimentaire] oublient de nous dire qu’il y a 61 millions d’hectares de terres dégradées disponibles au Brésil et des centaines de propositions pour les revitaliser. Rien qu’avec ça, on pourrait doubler notre production sans faire tomber un seul palmier ! » — Fernando Meirelles, cinéaste, lors d’une campagne dénonçant le nouveau code forestier qui favorise les agriculteurs. « Au Brésil, menace sur la lutte contre la déforestation », Le Monde.fr, 25 novembre 2011 [en ligne]. Consulté le 26 novembre 2011.

Les aires protégées

34 Des terres dégradées – En Amazonie, une « terre dégradée », c’est une terre qui a perdu son couvert forestier au prot d’activités productives souvent extensives, puis qui a, la plupart du temps, été abandonnée.

196

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Depuis quelques décennies, le Brésil fait face à une énorme pression de la part de la communauté internationale. De partout, on demande que le pays exploite prudemment ses riches forêts, à cause de leur biodiversité extraordinaire, mais aussi à cause de leur importance environnementale à l’échelle planétaire. Le gouvernement a répondu à l’appel. Les aires protégées représentent aujourd’hui un peu plus de 40 % de la région. La moitié de celles-ci sont occupées et gérées par des populations autochtones (200 000 individus en tout). L’autre moitié est destinée à la conservation. Cependant, plusieurs de ces aires peuvent être exploitées, mais il faut pour cela produire un plan de gestion qui devra être approuvé par les autorités brésiliennes. Il reste que ces aires ne sont pas toujours adéquatement gérées par les autorités. De plus, il arrive fréquemment que les exploitants illégaux y fassent des incursions.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire forestier – AMAZONIE

35

Les aires protégées en Amazonie brésilienne

Source : IMAZON, 2011.

Le gouvernement brésilien a réservé des zones de l’Amazonie à l’usage exclusif des Autochtones (voir la carte ci-dessus). Ceux-ci comptent pour beaucoup quand il s’agit de protéger ce territoire forestier. 36

Extrait de la Constitution* du Brésil

« Article 231 : Paragraphe 1 – Les terres occupées traditionnellement par les populations autochtones sont celles sur lesquelles elles vivent en permanence, celles qu’elles utilisent pour leurs activités productives et celles indispensables à la préservation des ressources environnementales nécessaires à leur bien-être et à leur reproduction physique et culturelle, selon leurs usages, coutumes et traditions. Paragraphe 2 – Les terres occupées traditionnellement par les populations autochtones sont destinées à rester en permanence en leur possession et ces populations auront l’usufruit [l’usage] exclusif des richesses du sol, ainsi que des cours d’eau et des lacs qui s’y trouvent. » FAO, Situation des forêts du monde 2011.

* Constitution Texte fondamental qui détermine l’organisation et le fonctionnement d’un pays.

Selon la Constitution, les populations autochtones du Brésil ont le droit d’intenter des poursuites en justice pour faire valoir leurs droits et leurs intérêts.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

197

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

Groupe :

Date :

L’écotourisme En raison de l’intérêt que présente l’écotourisme sur le plan économique, certains pensent que cette activité peut aider les populations locales et les autorités publiques dans leur lutte pour la préservation de la ressource forestière en Amazonie. 37

L’écotourisme à la rescousse des forêts amazoniennes

« Parallèlement [aux bénéces économiques], le tourisme vert [l’écotourisme] viendra soutenir les efforts visant à préserver les écosystèmes naturels. Si les forêts naturelles peuvent faire rentrer de l’argent en attirant des touristes, la population locale sera mieux en mesure de résister à leur conversion en champs de soja et en pâturages. L’écotourisme procurera aussi des recettes que les pouvoirs publics pourront consacrer aux gardes forestiers et aux équipements servant à faire respecter les réglementations visant les aires protégées. »

1. Les énoncés suivants présentent des intérêts

Les environnementalistes

Le gouvernement brésilien

Les entreprises forestières

Les

Les colons agriculteurs

Énoncés

Les grands exploitants agricoles

Acteurs

qui s’opposent. Pour chacun des énoncés, cochez les deux groupes d’acteurs concernés.

Les Autochtones

A C TIVITÉS

Roger Hamilton, « Faire démarrer le tourisme vert dans l’Amazonie brésilienne », BID Amérique, février 2002 [en ligne]. Consulté le 15 mars 2012.

a) L’un souhaite réglementer l’usage des forêts et du territoire amazonien. Les autres souhaitent gagner leur vie en allant chercher dans les forêts les essences les plus rentables, parfois de façon illégale. b) Les uns souhaitent l’exploitation durable de la forêt amazonienne an de maintenir l’équilibre de la planète. Les autres souhaitent établir de vastes secteurs déboisés consacrés à l’élevage bovin ou à une monoculture. c) Les uns souhaitent continuer à pratiquer leurs activités ancestrales de culture en brûlant de petites sections de forêt à la fois. Les autres souhaitent tirer le meilleur prot des petites surfaces de terre que leur famille a défrichées et sur lesquelles ils pratiquent une agriculture extensive. d) Les uns souhaitent abattre de plus en plus de parcelles de forêt pour leurs pâturages. Les autres souhaitent qu’une gestion durable des forêts permette d’alimenter leurs scieries.

198

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

2. La carte ci-dessous vise à présenter le couvert forestier ainsi que les aires protégées des cinq États les plus déboisés de l’Amazonie brésilienne.

a) Complétez-la en suivant les consignes suivantes. • Faites un trait bleu autour des cinq États les plus déboisés : Rondônia, Mato Grosso, Tocantins, Maranhão et Pará. • En vous référant à la carte « Le territoire forestier de l’Amazonie brésilienne » (document 11 , page 174), coloriez les zones déboisées en rouge et les zones de formation végétale non forestière en jaune. • Complétez la légende.

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

b) Qu’observez-vous par rapport aux zones de forêts qui ne faisaient pas partie d’une aire protégée dans les États suivants : Rondônia, Mato Grosso, Tocantins, Maranhão et Pará ?

c) Selon vous, que pourait-il arriver au couvert forestier dans ces régions s’il n’y avait pas d’aires protégées ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

199

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

Groupe :

Date :

3. En Amazonie, qu’est-ce qu’une terre dégradée ?

4. En quoi la revitalisation des terres dégradées peut-elle améliorer la sauvegarde de la forêt amazonienne ?

5. Pourquoi la communauté internationale fait-elle des pressions sur le Brésil pour l’inciter à réglementer la forêt amazonienne ?

6. Lisez l’extrait de la Constitution du Brésil (document

36 ). Quelles sont les terres que le gouvernement brésilien a réservé à l’usage exclusif des Autochtones ?

Un randonneur dans l’État du Tocantins

7. Observez la photo ci-contre. a) Quel secteur d’activité économique y est représenté ?

b) Comment ce secteur d’activité peut-il contribuer à préserver les ressources forestières de l’Amazonie ?

200

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

5. Vue d’ensemble Complétez le tableau suivant an d’avoir une vue d’ensemble du territoire forestier de l’Amazonie. Le territoire forestier de l’Amazonie Aspects

Information L’Amazonie brésilienne s’étend sur _______ États. Elle occupe environ ___________________ de km2

Localisation

Territoire forestier – AMAZONIE

Nom :

(60 % du territoire brésilien). Elle est couverte de forêts sur environ ___________ de sa supercie. En 2011, on y recensait environ _________________ d’habitants. Le type de forêt amazonienne le plus connu est la ____________________________________ . Des températures __________________ et des __________________________________________ permettent à l’Amazonie d’avoir une forêt luxuriante. Les différents acteurs en Amazonie sont : les _______________________ , les colons __________________ , les grands ___________________ agricoles, les

, les entreprises

___________________ , le gouvernement brésilien et les environnementalistes. L’exploitation forestière en Amazonie vise essentiellement la forêt ___________________ . La façon d’exploiter la forêt amazonienne se limite à la coupe ___________________ des essences Caractéristiques

recherchées. Le Brésil est le plus grand _________________ de bois tropicaux du monde. Les bois récoltés en Amazonie sont principalement transformés par le ______________ en bois d’œuvre. Certaines ____________________ de bois sont utilisées dans l’industrie des pâtes et papiers. La fabrication de _______________ représente une part importante de la transformation des bois amazoniens. Les autres activités dans la forêt amazonienne sont l’_________________ , l’agriculture, l’exploitation _________________ , l’exploitation des produits forestiers ____________________ et l’____________________ . Une fraction du territoire est occupée par _______________________________________________ ______________________________________________________________________________ .

Aménagement

Les routes nationales construites en Amazonie par le gouvernement de Brasília sont destinées à _________________________________________________ . Les routes ont contribué à accélérer ________________________________________ en Amazonie. Préserver la ressource forestière en Amazonie exige un _______________________________ , mais plusieurs pratiques nuisent à cet objectif : une importante déforestation à des ns _________________ , la colonisation, la méthode _________________ , la coupe _________________ et les

Enjeux

_____________________________________ du gouvernement brésilien. Plusieurs moyens peuvent favoriser la _________________ de différents types d’activités en milieu forestier : une meilleure _____________________________ , les aires _________________ (gérées par les _________________ ou destinées à la _________________ ), l’écotourisme.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire forestier de l’Amazonie

201

Territoire forestier

C

Enjeux à l’échelle planétaire L’environnement planétaire repose en bonne partie sur les forêts. En plus d’abriter la biodiversité, elles protègent les sols, xent le gaz carbonique et régularisent le climat, entre autres choses. C’est pourquoi, lorsqu’il est question d’exploitation forestière, il est crucial que celle-ci soit bien planiée.

Les conséquences des coupes excessives sur l’environnement La coupe à blanc est un mode d’exploitation forestière qui consiste à abattre la totalité des arbres d’un secteur. Le changement brutal provoqué par ce type de coupe a de nombreux effets sur l’environnement. Voici les principales conséquences de la coupe à blanc : • La disparition de tous les arbres altère radicalement le climat près du sol : la lumière et la pluie frappent le sol plus directement, les écarts de températures sont plus grands et le vent est plus fort. Les propriétés du sol s’en trouvent modiées. • Les coupes à blanc engendrent des crues plus importantes, et éventuellement des inondations. • Les lourdes machines souvent employées pour les coupes à blanc compactent le sol et forment des ornières qui favorisent l’érosion. • Les coupes à blanc détruisent les habitats fauniques. • Les coupes à blanc diminuent la biodiversité : lorsqu’elle repoussera, la nouvelle forêt abritera moins d’espèces que la forêt coupée. • Contrairement aux perturbations naturelles (par exemple, le feu ou les invasions d’insectes), qui laissent certains arbres en place, les coupes à blanc empêchent la forêt de se régénérer naturellement.

Les menaces qui pèsent sur les territoires forestiers La demande de produits forestiers et de bois de chauffage est étroitement liée à la croissance démographique et au développement économique des pays. Ces deux facteurs exercent une pression considérable sur les ressources forestières mondiales.

38 Un glissement de terrain – Dans un secteur qui a subi une coupe à blanc, plus la pente du terrain est forte, plus il y a de risques que le sol soit emporté par le ruissellement des eaux de pluie.

202

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

* Chablis Arbre renversé par le vent.

Parce qu’elles nuisent aux activités d’exploitation forestière, les perturbations naturelles (invasions d’insectes, maladies, incendies de forêt, chablis*, foudre, verglas, sécheresse, etc.) sont souvent perçues comme une menace pour la forêt. À vrai dire, les perturbations naturelles sont essentielles au maintien de la santé des forêts. La biodiversité est liée à ces phénomènes et les espèces y sont bien adaptées. C’est d’ailleurs pourquoi on met au point des méthodes de coupe forestière qui imitent les perturbations naturelles. Par exemple, au Canada, on a développé une coupe sélective où on enlève 20 % à 40 % des arbres tous les 30 ans an d’imiter le chablis ou les épidémies d’insectes.

Territoire forestier

?

Savez-vous que… ?

* Sylviculture Ensemble des règles et des techniques permettant d’exploiter les forêts de façon à assurer un développement forestier durable.

Le renouvellement de la ressource forestière Le bois est une ressource qui possède un avantage considérable : elle est renouvelable. Les pratiques qui favorisent le renouvellement de la ressource forestière sont issues de la sylviculture* : travaux de reboisement, protection contre les maladies et les insectes nuisibles, taille des arbres, etc.

39 Le reboisement en Colombie-Britannique – Le reboisement, c’est l’activité qui consiste à mettre en terre de jeunes plants d’arbres (les semis) pour créer une plantation forestière là où la forêt a été éliminée. Au Brésil, on privilégie l’eucalyptus, une essence à croissance très rapide. Au Canada, les plantations de résineux (épinettes, pins, etc.) sont prédominantes.

La sylviculture préconise aussi les coupes partielles qui prennent en compte le renouvellement naturel (ou régénération) de la forêt. Le document de la page suivante en donne quelques exemples.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeux à l’échelle planétaire

203

Territoire forestier

204

40

Différents types de coupe partielle Type de coupe

Description

Coupe avec protection de la régénération et des sols

On emprunte des sentiers espacés pour limiter les déplacements de la machinerie an d’éviter d’écraser les jeunes pousses d’arbres et de détériorer le sol.

Coupe avec réserve de semenciers

On garde un certain nombre d’arbres adultes dont les graines vont favoriser la régénération de la forêt.

Coupe progressive

Dans une forêt mature, on récolte par étapes des arbres adultes an de laisser plus de lumière aux jeunes arbres qui seront abattus éventuellement.

Coupe de jardinage

Dans une forêt où les arbres sont d’âges variés, on choisit, individuellement ou par petits groupes, les arbres à couper. On choisit d’abord les arbres malades, ceux qui nuisent aux arbres plus prometteurs et les arbres matures. On peut ainsi récolter régulièrement du bois.

Coupe en mosaïque

On coupe en laissant des surfaces boisées entre les zones d’exploitation. Ce type de coupe permet de conserver l’habitat des animaux et favorise la régénération.

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Illustration

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

1. La coupe à blanc d’une forêt entraîne plusieurs conséquences graves. Pour chacune des conséquences présentées ci-dessous, indiquez le numéro de l’explication correspondante. Conséquences a) Modication radicale du climat près du sol b) Augmentation de l’érosion du sol c) Des crues plus importantes et des possibilités d’inondation d) Le sol est abîmé par la machinerie utilisée e) Disparition de la faune f) La diversité biologique est réduite

Explications

Territoire forestier

A C TIVITÉS

Nom :

1. La coupe à blanc ne laisse pas d’arbres qui pourraient retenir le sol avec leurs racines. Plus la pente d’un terrain est forte, plus y a de risques que le sol soit emporté par le ruissellement des eaux de pluie. 2. Une coupe à blanc ne laisse pas d’habitat pour les animaux : ils doivent quitter la région. 3. Parce que tous les arbres ont été coupés, il ne reste plus d’arbres pour ltrer la lumière, pour retenir la pluie, ou pour ralentir le vent. Les écarts de températures au sol sont donc plus grands. 4. Les lourdes machines qui circulent lors d’une opération de coupe à blanc compactent le sol et les ornières qu’elles forment favorisent l’érosion. 5. À la suite d’une coupe à blanc, les premières plantes ou les premiers arbres qui repoussent sont souvent tous de la même essence. 6. Puisqu’il ne reste aucun arbre pour recevoir la pluie et absorber l’eau de la terre, l’eau se retrouve dans les lacs et les rivières en plus grande quantité.

2. Indiquez le principal avantage de chacun des types de coupe. Type de coupe

Principal avantage

Coupe avec protection de la régénération et des sols

Coupe avec réserve de semenciers

Coupe progressive

Coupe de jardinage

Coupe en mosaïque

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeux à l’échelle planétaire

205

Territoire forestier

Nom :

Groupe :

3. Voici une série de photos représentant les phénomènes naturels qui perturbent la forêt. Pour chacune d’elles, indiquez le type de perturbation en cause. Choisissez parmi les réponses suivantes.

Date :

D

• De nombreuses maladies • Les incendies de forêt • La foudre • La sécheresse en milieu tropical • Les invasions d’insectes • Le verglas • Les chablis (arbres renversés par le vent)

206

A

E

B

F

C

G

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Territoire forestier

Nom :

D Synthèse

Complétez les énoncés suivants. Repérez ensuite les réponses dans la grille an de dévoiler les mots cachés. 1. Activité économique principale sur un territoire forestier : l’__________________ forestière. 2. Activité économique mélangeant la forêt et le tourisme : l’__________________ . 3. Caractéristique des forêts qui fait que celles-ci sont les plus importants écosystèmes terrestres : la __________________ . 4. Chaque année, près de 14,5 millions d’__________________ de forêts sont déboisés. 5. Terme qui désigne la perte ou la disparition du couvert forestier : la __________________ . 6. État du couvert forestier du Brésil : en __________________ . 7. Pays dont le couvert forestier est le plus important d’Amérique du Sud : le _____________ . 8. Pays dont le couvert forestier est le plus important d’Amérique du Nord : le ____________ . 9. Le parc national Nevado de Toluca est un bel exemple de ce type de forêt : la forêt de __________________ tropicale 10. Le parc national Olympic est un bel exemple de ce type de forêt : la forêt de conifères __________________ . 11. Je désigne l’installation d’une population humaine venue de l’extérieur d’une région pour en exploiter les richesses : la __________________ . 12. Je suis le euve qui traverse l’Amazonie : l’__________________ . 13. Je suis une forêt qui n’a jamais été exploitée : une forêt __________________ . 14. Je suis un bois qui peut être transformé : le bois d’__________________ . 15. En Amazonie, je suis une forêt complètement inondée pendant la saison des pluies : la forêt __________________ . 16. En Amazonie, nous sommes abondantes entre janvier et mai : les __________________ . 17. En Amazonie, je suis chaud à l’année : le __________________ . 18. Je désigne le passage de l’eau de pluie vers l’atmosphère par l’évaporation des surfaces, entre autres : l’________________________ . 19. En Amazonie, nous pratiquons traditionnellement la culture sur brûlis : les __________________ . 20. Je suis le terme employé au Brésil pour désigner les exploitants forestiers : les __________________ . 21. Nous sommes des entreprises forestières qui transforment les grumes en planches et en madriers : les __________________ . 22. Je suis un type de bovin très populaire auprès des éleveurs de l’Amazonie : le __________________ blanc de Nelore.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Synthèse

207

Territoire forestier

Nom :

Groupe :

Date :

23. Nous sommes à l’origine de la plus grande transformation de la forêt amazonienne aujourd’hui : les activités __________________ . 24. Je suis la culture la plus importante en Amazonie : le __________________ . 25. Ce type de développement permet de préserver la ressource forestière : le développement __________________ . 26. Groupes de personnes qui cherchent à inuencer un gouvernement : les ______________ . 27. Je suis une terre qui a déjà été exploitée, mais qui ne sert plus : une terre ______________ . 28. La coupe en _________________ laisse des surfaces boisées entre les zones d’exploitation. 29. La coupe avec réserve de __________________ permet de conserver un certain nombre d’arbres adultes dont les graines permettront de régénérer la forêt. 30. La coupe __________________ des arbres permet de faire de la place aux jeunes arbres. 31. Ensemble des règles et des techniques utilisées pour exploiter les forêts de façon à assurer un développement forestier durable : la __________________ . 32. Les arbres constituent une ressource que l’on dit __________________ . 33. Les croissances __________________ et économique ont un impact majeur sur la demande de produits forestiers. 34. Les arbres des forêts xent le gaz __________________ . S

E

N

E

E

S

N

T

N

S

E

E

E

E

E

É

R

N

O

U

O

X

U

E

O

D

O

E

O

N

M

R

V

T

S

O

R

Q

I

P

Q

N

I

É

I

R

E

I

S

U

I

I

E

I

I

Ï

T

L

I

O

T

M

T

È

U

A

I

T

S

S

M

T

E

A

U

O

N

T

A

O

A

F

V

R

R

L

S

R

E

A

R

S

N

I

O

H

T

G

R

I

R

E

U

U

E

E

N

S

I

O

I

T

B

C

S

R

I

N

E

V

O

C

R

V

C

I

E

M

M

A

R

O

E

A

P

O

N

I

T

I

G

I

I

N

D

R

I

T

A

T

R

P

S

C

O

R

O

V

O

D

E

O

A

I

D

I

C

U

O

H

N

T

U

S

C

L

R

O

R

L

M

O

I

O

R

A

F

I

A

L

V

C

É

Y

P

I

S

O

A

D

A

N

A

C

É

Q

R

O

E

I

T

S

E

B

F

C

E

L

B

A

R

U

D

U

T

B

L

E

B

A

A

O

R

S

E

N

O

Z

A

M

A

E

O

B

A

R

Z

R

M

Y

E

E

E

É

D

A

R

G

É

D

P

I

B

I

É

S

É

I

O

T

S

E

L

O

C

I

R

G

A

E

L

E

B

I

U

S

L

S

S

E

R

A

T

C

E

H

V

S

E

S

U

L

E

R

I

C

E

R

I

A

M

I

R

P

É

T

E

M

P

E

R

É

E

L

Réponse : _____________________________________

208

DOSSIER 4 • LE TERRITOIRE FORESTIER

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

DOSSIER

S O MMAI R E

5

Le territoire énergétique

A. QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE ? ................................... 210 B. LE TERRITOIRE DE LA JAMÉSIE .......... 1. Localisation ................................... 2. Caractéristiques ............................ 3. Aménagement .............................. 4. Enjeu ............................................. 5. Vue d’ensemble ............................

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

220 220 222 229 235 241

Territoire énergétique

Territoire région

C. ENJEU À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ....... 242 D. SYNTHÈSE ........................................... 248

LE TERRITOIRE AGRICOLE DU QUÉBEC

209

Territoire énergétique

A

Qu’est-ce qu’un territoire énergétique? L’éclairage de votre classe consomme de l’énergie sous forme d’électricité. L’autobus dans lequel vous êtes venus à l’école consomme de l’énergie provenant de l’essence, un dérivé du pétrole. Mais comment sont produites l’essence et l’électricité ? Elles sont obtenues grâce à la transformation de ressources naturelles, qu’on appelle ressources énergétiques. Les ressources énergétiques sont réparties inégalement sur la planète. Certains territoires en possèdent plus que d’autres. Lorsqu’un territoire est organisé en grande partie en fonction de l’exploitation et de la commercialisation d’une ressource énergétique, on dit que c’est un territoire énergétique. L’une des activités principales de ce type de territoire est donc la production d’énergie.

Les sources d’énergie Le diagramme ci-dessous (document 1) présente l’utilisation des principales sources d’énergie dans le monde. 1

* Biomasse Matières organiques, c’est-à-dire des matières qui proviennent d’êtres vivants (par exemple, le bois des arbres) et de leurs déchets (par exemple, des déjections animales).

L’utilisation des sources d’énergie dans le monde en 2008

Autres (énergie solaire, énergie éolienne et énergie géothermique) 0,7 %

Biomasse* 10,0 % Énergie nucléaire 5,8 % Hydroélectricité 2,2 %

Pétrole 33,2 %

Charbon 27,0 % Gaz naturel 21,1 %

Source : Agence internationale de l’énergie, World Energy Outlook 2010 [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

* Combustible fossile Matière constituée de débris de plantes et d’animaux enfouis depuis des millions d’années. Extraite du sol et transformée, elle fournit de l’énergie lorsqu’on la brûle.

210

Certaines sources d’énergie sont non renouvelables, d’autres sont renouvelables. Les sources d’énergie non renouvelables Les sources d’énergie non renouvelables sont celles qui correspondent aux ressources énergétiques présentes en quantité limitée dans la nature. Elles incluent les combustibles fossiles* (pétrole, gaz naturel et charbon) et l’énergie nucléaire, produite à partir de l’uranium.

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Centrale qui produit de l’électricité à partir de combustibles fossiles ou de biomasse.

Le pétrole et le gaz naturel servent principalement de carburant pour les véhicules, de combustible pour le chauffage ou pour la production d’électricité dans certaines centrales thermiques*.

Territoire énergétique

* Centrale thermique

Une centrale nucléaire en Allemagne – L’uranium est une substance radioactive 2 présente dans certaines roches. Dans les centrales nucléaires, on produit de l’électricité à partir de l’énergie nucléaire obtenue en faisant subir des transformations aux noyaux d’atomes d’uranium.

Les sources d’énergie renouvelables Les sources d’énergie renouvelables sont celles qui correspondent aux ressources énergétiques qui ne s’épuisent pas (le vent, par exemple) ou qui se renouvellent naturellement lorsqu’elles sont gérées correctement (l’eau, par exemple). Elles incluent l’électricité produite par le passage de l’eau dans une turbine, l’énergie générée par la combustion de la biomasse, ainsi que les énergies solaire, éolienne et géothermique.

La centrale hydroélectrique des Rapides-Farmer, 3 sur la rivière Gatineau, au Québec – Dans une centrale hydroélectrique, l’énergie générée par le passage de l’eau d’une rivière ou d’un euve dans une turbine est transformée en électricité. On parle alors d’énergie hydroélectrique.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

4 La centrale marémotrice de la Rance en France Dans une centrale marémotrice, l’électricité est produite grâce à l’énergie marémotrice, c’est-à-dire l’énergie générée grâce à l’action de l’eau des marées sur des turbines.

Qu’est-ce qu’un territoire énergétique ?

211

Territoire énergétique

6 Une centrale solaire en Espagne – L’énergie solaire est produite à partir du rayonnement solaire. Utilisée directement, elle sert à chauffer et à éclairer. Elle peut aussi être transformée en électricité grâce à des panneaux solaires.

La combustion de la biomasse 5 La bioénergie ou énergie de la biomasse est l’énergie libérée par la combustion de la matière organique, par exemple le bois. Cette énergie sert principalement au chauffage. Elle peut aussi être convertie en énergie électrique dans des centrales thermiques.

Des éoliennes aux Pays-Bas – L’énergie éolienne provient de la 7 force du vent. Elle sert notamment à produire de l’électricité.

Une centrale 8 géothermique en Islande L’énergie géothermique (ou géothermie) provient de la chaleur du sous-sol terrestre. Cette énergie peut servir au chauffage. Dans les régions où le potentiel géothermique est très élevé, comme en Islande, des centrales géothermiques récupèrent cette énergie pour produire de l’électricité.

212

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Territoire énergétique

A C TIVITÉS

Nom :

1. Complétez les phrases suivantes. Un territoire énergétique est en grande partie organisé en fonction de l’

et de la

d’une

. L’une des activités principales

de ce type de territoire est donc la

2. Pour chacun des documents

2

.

à

8

, indiquez quelle est la ressource énergétique

exploitée, puis l’énergie produite. Document

Ressource énergétique

Énergie produite

2

Uranium

Énergie nucléaire

3 4 5 6 7 8

3. Réalisez l’activité suivante à l’aide du document

1 . Pour chacune des questions, justiez votre réponse en laissant des traces de votre calcul.

a) Par rapport à l’ensemble des sources d’énergie utilisées dans le monde en 2008, quel est le pourcentage de sources d’énergie non renouvelables ?

b) Quel est le pourcentage de sources d’énergie renouvelables ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire énergétique ?

213

Territoire énergétique

Nom :

Groupe :

Date :

c) Arrondissez les données que vous avez obtenues en a et en b. À partir de ces données, construisez un diagramme circulaire illustrant la part des sources d’énergie renouvelables et la part des sources d’énergie non renouvelables utilisées dans le monde en 2008. Les sources d’énergie renouvelables et non renouvelables dans le monde en 2008

d) Croyez-vous que ces pourcentages demeureront inchangés indéniment ?

4. Complétez le tableau ci-dessous. Ressource énergétique

Quelle infrastructure permet de transformer cette ressource énergétique en électricité ?

Renouvelable ou non renouvelable?

Centrale géothermique Gaz naturel Rayonnement solaire Centrale thermique Centrale hydroélectrique, Centrale marémotrice Charbon Centrale nucléaire Vent Biomasse

214

Centrale thermique

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Territoire énergétique

Nom :

5. Observez la photographie ci-dessous, puis répondez aux questions. Une centrale géothermique en Islande

a) Quel indice vous permet d’afrmer que l’eau où se trouvent les baigneurs est très chaude ?

b) D’où vient la chaleur qui permet d’obtenir cette eau chaude ?

c) Selon vous, les cheminées de la centrale laissent-elles échapper de la fumée ou de la vapeur d’eau ?

d) Selon vous, la production d’électricité au moyen d’une centrale géothermique est-elle dommageable pour l’environnement ? Expliquez pourquoi.

Les combustibles fossiles dans le monde Les combustibles fossiles constituent la source d’énergie la plus utilisée dans le monde. Quels sont les principaux pays producteurs de pétrole et de gaz naturel ? Dans quelle partie du monde se trouvent les plus importantes réserves de combustibles fossiles ? Les réserves de pétrole et de gaz naturel sont inégalement réparties sur la planète. En 2010, les 12 pays membres de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) détenaient à eux seuls 77 % des réserves mondiales de pétrole. Cependant, même s’ils possédaient la plus grande portion des réserves mondiales, ils n’étaient pas les plus grands producteurs. Ainsi, sur les six principaux pays producteurs de pétrole au monde en 2010 (voir document 9, page suivante), quatre n’étaient pas membres de l’OPEP. Ces Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire énergétique?

215

Territoire énergétique

six pays produisaient près de 50 % de la production mondiale de pétrole. Pour ce qui est du gaz naturel, deux pays (les États-Unis et la Russie) comptabilisaient près de 40 % de la production mondiale. Les principaux producteurs de pétrole et de gaz naturel en 2010

9

Les principaux pays producteurs de pétrole Pays

Les principaux pays producteurs de gaz naturel

Production par rapport à la production mondiale (%)

Pays

Production par rapport à la production mondiale (%)

Russie

12,9

États-Unis

19,3

Arabie Saoudite*

12,0

Russie

18,4

États-Unis

8,7

Canada

5,0

Iran*

5,2

Iran

4,3

Chine

5,2

Qatar

3,6

Canada

4,2

Norvège

3,3

Mexique

3,7

Chine

3,0

Émirats arabes unis*

3,3

Arabie Saoudite

2,6

Venezuela*

3,2

Indonésie

2,6

Koweït*

3,1

Algérie

2,5

Reste du monde

Reste du monde

38,5

35,4

* Pays membre de l’OPEP. Source : BP Statistical Review of World Energy, June 2011 [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

En 2012, l’OPEP regroupait 12 pays membres : l’Algérie, l’Angola, l’Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis, l’Équateur, l’Iran, l’Iraq, le Koweït, la Libye, le Nigeria, le Qatar et le Venezuela. L’objectif de l’OPEP est de contrôler la production et le prix du pétrole sur le territoire des pays membres.

Partie du monde

?

Savez-vous que… ?

10 La répartition des réserves de pétrole et de gaz naturel dans le monde en 2010 – En 2010, les réserves de pétrole connues étaient évaluées à 1 383 milliards de barils. Si l’exploitation du pétrole continue à ce rythme, on estime que ces réserves dureront 46 ans. Quant au gaz naturel, on prévoit que les réserves dureront 59 ans.

Gaz naturel

Asie-Océanie

Pétrole

Amérique du Nord Afrique Europe et pays de l’ex-URSS Amérique centrale et Amérique du Sud Moyen-Orient 0

216

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

10

20

30 40 50 60 Proportion des réserves mondiales (%)

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

1.

Date :

Territoire énergétique

A C TIVITÉS

Nom :

Complétez la carte ci-dessous.

a) Hachurez les six pays qui produisent le plus de pétrole dans le monde. b) Coloriez en jaune les six pays qui produisent le plus de gaz naturel dans le monde. c) Complétez la légende. Les plus grands producteurs de pétrole et de gaz naturel

2. a) Qu’est-ce que l’OPEP ?

b) Quel pourcentage des réserves de pétrole les membres de l’OPEP détiennent-ils ?

3. Consultez le document

10

pour répondre aux questions suivantes.

a) Dans quelle partie du monde les réserves de pétrole sont-elles les plus importantes ?

b) Dans quelle partie du monde les réserves de gaz naturel sont-elles les moins importantes ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire énergétique ?

217

Territoire énergétique

La consommation d’énergie dans le monde La quantité d’énergie consommée par habitant varie d’un pays à l’autre en fonction de son niveau de développement. Dans quels pays consommet-on le plus d’énergie par habitant ? Quels pays connaissent la plus forte croissance de consommation d’énergie ? Pourquoi ? 11

La consommation d’énergie par habitant en 2010

Source : BP, Statistical Review of World Energy 2011 [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

* Pour comparer différentes sources d’énergie, on utilise la mesure de la tonne équivalent pétrole (tep). Une tep correspond à la quantité d’énergie produite par une tonne de pétrole.

La demande en énergie est en croissance dans le monde. Certains experts prédisent qu’entre 2008 et 2035, elle aura augmenté de 53 %. Jusqu’à récemment, les pays industrialisés (ou développés) étaient les plus grands consommateurs d’énergie. Cette situation a changé depuis que la Chine et l’Inde connaissent une très forte croissance démographique et économique. En 1990, ces deux pays consommaient 10 % de l’énergie totale dans le monde. En 2008, ce pourcentage avait bondi à 21 %. On prévoit que ces deux pays connaîtront la plus forte croissance de consommation énergétique d’ici 2035.

12 La ville de Shanghai, en Chine – La croissance démographique et économique en Chine se traduit entre autres par le développement accéléré de grandes villes consommatrices d’énergie.

218

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Date :

Évolution de la consommation totale d’énergie dans le monde Millions de tonnes équivalent pétrole

13

Groupe :

Territoire énergétique

Nom :

14 000

Pays industrialisés Pays en développement

12 000

États-Unis 10 000

Chine

8 000

Inde

6 000 4 000 2 000 0

1990

2000

2010

2020

2030

2040

Année

A C TIVITÉS

Source : U.S. Energy Information Administration, International Energy Outlook 2011 [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

1.

Répondez aux questions suivantes à l’aide du document 11 .

a) Nommez trois pays où la consommation d’énergie est supérieure à 6 tep/hab.

b) Nommez deux pays où la consommation d’énergie se situe entre 4,5 et 6 tep/hab.

c) Nommez un pays d’Europe où la consommation d’énergie se situe entre 3 et 4,5 tep/hab.

d) Nommez un pays d’Asie où la consommation d’énergie se situe entre 1,5 et 3 tep/hab.

e) Nommez un pays d’Amérique du Sud où la consommation d’énergie est supérieure à 1,5 tep/hab.

2. En comparant uniquement les États-Unis et la Chine, dites à quel pays correspond chacun des énoncés ci-dessous. Pour chaque énoncé, cochez la colonne appropriée. Énoncés

États-Unis

Chine

a) Le pays où la consommation d’énergie par habitant était la plus élevée en 2010. b) Le pays où la consommation totale d’énergie était la plus élevée en 1990. c) Le pays où la consommation totale d’énergie sera la plus élevée en 2035. Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire énergétique ?

219

Territoire énergétique Territoire– énergétique LA JAMÉSIE

B Le territoire de la Jamésie 1. Localisation * Enclavé Qui est contenu dans un autre élément. Par exemple, un territoire enclavé est un territoire contenu dans un territoire plus grand.

14

La Jamésie est un territoire situé entre le 49 e et le 55 e parallèle dans la partie sud de la région administrative du Nord-du-Québec. Elle couvre une supercie de 283 487,5 km2. Ses habitants, les Jamésiens, sont au nombre de 15 000 (soit moins de 0,2 % de la population du Québec). Ils habitent majoritairement les villes de Chapais, Chibougamau, Lebel-sur-Quévillon et Matagami. Un territoire autochtone est enclavé* dans la Jamésie : Eeyou Istchee. Il comprend les villages et les terres réservées aux Cris et a une supercie de 5284,7 km 2. Les Cris, également au nombre de 15 000, ne sont donc pas des Jamésiens. Ils fréquentent tout de même la Jamésie pour la pratique de leurs activités.

La Jamésie

?

Savez-vous que… ?

Le nom de la municipalité de la Baie-James s’écrit avec un « b » majuscule et un trait d’union (Baie-James) alors que l’étendue d’eau s’écrit avec une minuscule et sans trait d’union (baie James). Dans le langage courant, on désigne encore souvent la région de la Jamésie par l’appellation « Baie-James ». On dira par exemple, « mon oncle travaille à la BaieJames ».

220

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

1. Répondez aux questions suivantes au sujet de la localisation de la Jamésie. a) Où est située la Jamésie par rapport au centre géographique du Québec ?

b) Où est située la Jamésie par rapport aux régions où vit la majorité de la population du Québec ?

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

A C TIVITÉS

Nom :

c) Dans quelle région administrative est située la Jamésie ?

d) Quel est le nom de l’importante étendue d’eau située à l’ouest de la Jamésie ?

2. La carte ci-dessous présente le territoire de la Jamésie. a) Inscrivez sur la carte les villes de la Jamésie et les villages cris de Eeyou Istchee. N’oubliez pas de respecter les symboles de la légende. b) Donnez un titre à la carte. Titre :

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

221

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

2. Caractéristiques La Jamésie est considérée comme un territoire énergétique parce qu’elle est en grande partie organisée en fonction de l’exploitation et de la commercialisation de l’hydroélectricité. Quelles sont les caractéristiques du territoire ?

2.1 Un territoire au fort potentiel hydroélectrique

* Réseau

hydrographique Ensemble des cours d’eau d’un bassin hydrographique.

Le potentiel hydroélectrique de la Jamésie s’explique par son vaste réseau hydrographique* et son climat. La Jamésie a un climat froid. La température moyenne annuelle est de -4 °C et les précipitations annuelles moyennes sont de 75 cm. Environ le tiers de ces précipitations tombent sous forme de neige pendant sept à huit mois par année et alimentent le réseau hydrographique. Les basses températures limitent l’évaporation de l’eau.

15 Vue aérienne de la Grande Rivière en Jamésie – Depuis 1,8 million d’années, le territoire de la Jamésie a été recouvert à plusieurs reprises de glaciers dont l’épaisseur était souvent supérieure à un kilomètre. La présence de ces glaciers a transformé le relief en creusant des petits vallons irréguliers dans la formation géologique du Bouclier canadien. Lors de la fonte des glaciers il y a environ 8000 ans, plusieurs creux de vallons sont devenus des lacs et des rivières formant ainsi l’un des plus importants réseaux hydrographiques du Québec.

La Jamésie compte sur son territoire cinq des plus grandes rivières du Québec : la Grande Rivière ainsi que les rivières Nottaway, Eastmain, Rupert et Broadback. 16 Les caractéristiques naturelles des principales rivières de la Jamésie

* Bassin

hydrographique Zone à l’intérieur de laquelle toutes les eaux, de surface et souterraines, s’écoulent vers un même cours d’eau ou une même étendue d’eau.

222

Rivière

Supercie du bassin hydrographique* (km2)

Débit moyen naturel (m3/s)

La Grande Rivière

97 643

1 690

Nottaway

65 786

1 190

Eastmain

46 360

895

Rupert

43 253

846

Broadback

20 849

312

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Source : CRRNT Baie James, Portrait hydrique de la Baie-James [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Au début des années 1970, le Québec importait 80 % de l’énergie qu’il consommait. À cette époque, le gouvernement voulait réduire la dépendance du Québec au pétrole, qui coûtait de plus en plus cher. Pour répondre aux besoins énergétiques de la province, il a décidé de mettre en valeur le fort potentiel hydroélectrique des rivières de la Jamésie. C’est en 1971 que le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, a donné le coup d’envoi à ce qui sera qualié de « projet du siècle ». Ce projet consistait en l’aménagement du complexe La Grande, l’un des plus vastes complexes hydroélectriques au monde. Le complexe La Grande génère plus de 50 % de l’électricité produite au Québec. En 2012, les installations d’Hydro-Québec en Jamésie comptaient 11 centrales. L’aménagement du complexe La Grande a permis de réduire la dépendance du Québec au pétrole, une source d’énergie polluante et non renouvelable.

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

2.2 Le « projet du siècle »

2.3 L’hydroélectricité, une source d’énergie renouvelable

* Hauteur de chute Différence d’altitude entre la prise d’eau et la sortie d’eau.

Dans une centrale hydroélectrique, le passage de l’eau actionne une turbine. La turbine entraîne à son tour un alternateur qui produit un courant électrique. Plus la force de l’eau est élevée, plus la turbine tourne rapidement et plus l’alternateur produit une grande quantité d’électricité. La force exercée sur la turbine par l’eau est déterminée par le débit de l’eau et par la hauteur de chute* créée par l’aménagement du barrage. Plus la hauteur de chute est élevée, plus la force exercée sur la turbine est grande. On dit que les rivières de la Jamésie présentent un fort potentiel hydroélectrique parce que leur débit est élevé.

Barrage

Réservoir d’eau

Hauteur de chute

Alternateur

Canal d’amenée

17

Turbine

Fonctionnement d’une centrale hydroélectrique

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

223

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

L’hydroélectricité est une source d’énergie renouvelable. Grâce au cycle de l’eau, l’eau des rivières ne s’épuise jamais si on la gère correctement. Tant que l’eau s’écoulera dans les rivières de la Jamésie, il sera possible de produire de l’hydroélectricité. 18 Le cycle de l’eau – Le Soleil réchauffe l’eau des lacs, des rivières et des océans, ce qui provoque l’évaporation de l’eau. Les vapeurs d’eau montent dans l’atmosphère, se condensent et forment des nuages. Lorsque le poids des gouttelettes d’eau dans les nuages devient trop lourd, l’eau retombe sous forme de précipitations de pluie, de grêle ou de neige. Une partie de l’eau ruisselle sur les sols avant d’atteindre les lacs et les rivières alors que le reste s’inltre dans les sols. Les eaux souterraines et celles des rivières s’écoulent vers l’océan. Et le cycle recommence…

Précipitations Condensation Ruissellement

Évaporation

Lac Rivière Inltration

Écoulement en surface Océan

Écoulement des eaux souterraines

2.4 À quoi sert l’hydroélectricité au Québec ? Les centrales hydroélectriques de la Jamésie peuvent produire près de 17 000 mégawatts d’électricité, soit environ 40 % de la capacité de production électrique du Québec. Presque la totalité de l’électricité produite en Jamésie est acheminée vers le sud du Québec, où elle est consommée ou exportée vers le nord-est des États-Unis, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick. Le Québec produit lui-même l’électricité nécessaire aux besoins de sa population, de ses commerces et de ses industries. Au Québec, la consommation d’électricité par habitant est l’une des plus élevées au monde (voir document 21, page suivante). Pourquoi ? Principalement parce que le chauffage électrique est très répandu et que le Québec compte plusieurs industries qui consomment beaucoup d’électricité, comme les alumineries. 19 La consommation d’électricité au Québec en 2009

Transports 0,2 %

La consommation d’électricité dans les résidences du Québec en 2009

Autres appareils 3 % Éclairage 5 %

Résidentiel 34,4 % Chauffage 54 %

Électroménagers 18 %

Commercial 20,6 %

Industriel 44,8 % Sources : Ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec et Statistique Canada [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

224

20

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Eau chaude 20 % Source : Institut de la statistique du Québec [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Nom :

kWh par personne

21 Les plus grands consommateurs d’électricité par habitant dans le monde en 2007

40 000 35 000 30 000 25 000 20 000 15 000 10 000 5 000 0

Islande

Québec

Norvège

Koweit

Canada

Finlande

Pays

A C TIVITÉS

Source : Ministère des Resssources naturelles et de la Faune du Québec et Annuaire des statistiques de l’énergie, Nations Unies [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

1. Pourquoi dit-on que la Jamésie est un territoire énergétique ?

2. Pourquoi l’hydroélectricité est-elle une source d’énergie renouvelable ?

3. a) Quelles sont les deux caractéristiques physiques du territoire qui donnent à la Jamésie son fort potentiel hydroélectrique ?

b) Comment les glaciers ont-ils contribué à la formation du réseau hydrographique de la Jamésie ?

c) Expliquez pourquoi les caractéristiques physiques de la Jamésie favorisent son potentiel hydroélectrique.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

225

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Nom :

Groupe :

Date :

4. Numérotez, par ordre chronologique, les cinq étapes du cycle de l’eau dans le contexte de la Jamésie.

a) Les eaux souterraines et celles des rivières coulent vers la baie James où elles s’accumulent. b) Les nuages formés par la condensation des vapeurs d’eau se déplacent vers la Jamésie. c) L’eau ruisselle sur les sols et s’inltre dans les sols pour atteindre les lacs et les rivières de la Jamésie. d) Lorsque le poids des gouttes d’eau devient trop lourd, celles-ci chutent sous forme de pluie ou de neige sur la Jamésie. e) Le Soleil réchauffe l’eau des océans, des lacs et des rivières. L’eau passe de sa forme liquide à sa forme gazeuse.

5. a) Complétez le diagramme ci-dessous à l’aide des données du document

16

.

Débit (m3/s)

Les rivières de la Jamésie selon leur débit moyen naturel 1800 1600 1400 1200 1000 800 600 400 200 0

Rivières

b) Laquelle des rivières de la Jamésie a le plus grand débit ?

c) Pourquoi le débit et la hauteur de chute sont-ils si importants pour produire de l’hydroélectricité ?

d) D’après vous, pourquoi le « projet du siècle » s’est-il réalisé sur la Grande Rivière plutôt que sur une autre rivière ?

226

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

6. Le tableau ci-dessous illustre divers secteurs de consommation d’électricité au Québec. Répondez aux questions suivantes à l’aide du document 19 .

a) Pour chacun des secteurs, indiquez le pourcentage d’électricité qu’il consomme par rapport à la consommation totale d’électricité au Québec. b) À l’aide de èches, associez chaque secteur à un exemple et à une photographie. Secteur

Transports %

Flèche

Exemple

Flèche

Photographie

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Nom :

Le métro de Montréal

Industriel %

Résidentiel %

Commercial %

Un centre commercial

Quartier de maisons unifamiliales de Mirabel

L’usine Alma d’AbitibiBowater

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

227

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Nom :

Groupe :

7. En utilisant les données du document

Date :

, construisez un diagramme à bandes qui illustre la consommation d’électricité dans les résidences du Québec par catégorie. Répondez ensuite aux questions. 20

Titre :

a) Quelle est la plus grande dépense énergétique des résidences québécoises ?

b) D’après vous, existe-t-il un lien entre la rigueur des hivers québécois et la consommation d’électricité ? Expliquez votre réponse.

8. Répondez aux questions suivantes à partir du document

21

et du texte de la page 224.

a) Dans quel pays consomme-t-on le plus d’électricité par habitant ?

b) La Finlande, le Canada, la Norvège et l’Islande sont des pays nordiques. À votre avis, pourquoi y consomme-t-on autant d’électricité par habitant ?

c) Quels sont les deux facteurs principaux qui expliquent que le Québec soit parmi les plus grands consommateurs d’électricité ?

228

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Avant les années 1970, aucune route ne se rendait dans la partie nord de la Jamésie. Les spécialistes qui avaient évalué le potentiel hydroélectrique des rivières du territoire dans les années 1960 avaient dû le survoler en hydravion. Le territoire était habité par les Autochtones de la nation crie, mais était dépourvu de toute infrastructure moderne. Quelles infrastructures ont été aménagées sur le territoire ? Par qui ?

3.1 La route de la Baie-James

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

3. Aménagement

Avant même de commencer à bâtir des barrages et des centrales, il a fallu aménager des infrastructures pour transporter les matériaux, la machinerie lourde et les maisons mobiles qui allaient loger les travailleurs. Les travaux ont débuté en 1971 par la construction de la route de la BaieJames, une route de plus de 700 km reliant Matagami à l’embouchure de la Grande Rivière. Sa construction s’est échelonnée sur 450 jours, un temps record pour une route aussi longue. La route de la Baie-James a été ofciellement inaugurée en 1974.

22 La route de la BaieJames – À son inauguration, la route n’était pas asphaltée. L’asphaltage a été réalisé et complété deux ans plus tard. La route n’est desservie que par une seule station-service à mi-parcours.

3.2 Le complexe La Grande

* Société d’État Entreprise qui appartient à l’État, c’est-à-dire au gouvernement.

L’aménagement du complexe La Grande est la réalisation de la société d’État* Hydro-Québec et de sa liale, la Société d’énergie de la Baie-James (SEBJ). Il s’agit d’un ensemble titanesque qui couvre 176 000 km2, soit 10 % de la supercie du Québec. Depuis les années 1970, près de 44 000 ouvriers ont travaillé plus de 100 millions d’heures pour aménager le complexe La Grande. Au plus fort des travaux, 18 000 travailleurs œuvraient sur le terrain en même temps. En tout, la réalisation du projet a nécessité la construction de six aéroports, de sept villages temporaires et de plus de 2100 km de routes. L’aménagement du complexe s’est fait en trois phases échelonnées sur plus de 40 ans.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

229

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Phase 1 (1973-1985) • Construction des centrales Robert-Bourassa, La Grande-3 et La Grande-4. • Dérivation d’une partie des eaux des rivières Eastmain, Opinaca et Caniapiscau

vers le bassin hydrographique de la Grande Rivière pour augmenter son débit et la puissance des centrales installées sur la rivière. Le débit moyen de la Grande Rivière est ainsi passé de 1700 à 3400 m3/s. • Création des réservoirs Robert-Bourassa, Opinaca et de Caniapiscau. Les

réservoirs permettent d’emmagasiner l’eau lorsque la demande en électricité est plus faible (l’été) et de la relâcher pour être turbinée dans la centrale quand la demande est plus forte (durant les froides journées d’hiver).

23

L’aménagement La Grande-3

Réservoir

Évacuateur de crue

Barrage

Centrale

Chemin d’accès

Phase 2 (1987-1996) • Construction des centrales Brisay, Laforge-1, Laforge-2, La Grande-1,

La Grande-2-A et aménagement de leurs réservoirs.

Phase 3 (2002-2012) • Construction des centrales de l’Eastmain-1, de l’Eastmain-1-A, de la Sarcelle

et du réservoir de l’Eastmain 1. • Dérivation d’une partie des eaux de la rivière Rupert vers le nord pour

alimenter la Grande Rivière et accroître l’électricité produite dans les centrales Robert-Bourassa, La Grande-2-A et La Grande-1.

230

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

24

L’aménagement du complexe La Grande

Note : L’entrée en fonction de la centrale de la Sarcelle est prévue en 2012.

La Jamésie est très loin des grands centres urbains où l’électricité est consommée. Un réseau de six lignes de transport à haute tension d’une distance totale d’environ 7400 km achemine l’électricité produite dans les centrales du complexe La Grande vers le sud du Québec. Une septième ligne est reliée directement avec l’État du Massachussetts aux États-Unis, ce qui facilite l‘exportation d’électricité chez nos voisins du sud.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

231

A C TIVITÉS

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Nom :

Groupe :

Date :

1. Vrai ou faux ? Énoncés

Vrai

Faux

Si l’énoncé est faux, dites pourquoi.

a) Avant les années 1970, la Jamésie était très peu aménagée. L’essentiel du territoire était à l’état naturel.

b) Tous les matériaux pour la construction du complexe La Grande ont été transportés par avion.

c) Au plus fort des travaux dans les années 1970, 10 000 travailleurs œuvraient sur le terrain en même temps.

d) C’est la société d’État Hydro-Québec et sa liale, la Société d’énergie de la BaieJames, qui ont réalisé l’aménagement du complexe La Grande. e) Lors de la phase 1, le débit de la Grande Rivière est passé de 1700 à 3400 m3/s.

f) La centrale de l’Eastmain-1 a été construite durant la phase 2.

g) Lors de la phase 3, une partie des eaux de la rivière Rupert a été dérivée vers le sud an d’être turbinée dans les centrales du complexe La Grande. h) Entre 1973 et 2012, 12 centrales ont été construites sur le territoire de la Jamésie.

i) La Grande Rivière est située dans la partie sud de la Jamésie.

j) L’eau qui part du réservoir de Caniapiscau et qui s’écoule jusqu’à la baie James est turbinée par huit centrales.

232

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

2. Placez les événements suivants sur la ligne du temps. A. Construction de la centrale de l’Eastmain-1, de l’Eastmain-1-A, de la Sarcelle et du réservoir de l’Eastmain 1 B. Construction des centrales Robert-Bourassa, La Grande-3 et La Grande-4 C. Construction de la route de la Baie-James D. Construction des centrales Brisay, Laforge-1, Laforge-2, La Grande-1, La Grande-2-A et aménagement de leurs réservoirs

1970

1975

1980

3. Consultez le document

1985

24

1990

1995

2000

2005

2010

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Nom :

2015

pour répondre aux questions.

a) Nommez la centrale du complexe La Grande située : • la plus au sud. • la plus à l’est. • la plus au nord. • la plus à l’ouest.

b) Quel est le nom de la route qui relie les centrales La Grande-2-A et Brisay ?

c) Quel est le nom de la route qui relie Matagami à la Grande Rivière ?

d) Dans quelle direction s’écoule la Grande Rivière ? Encerclez la bonne réponse. • du nord vers le sud

• de l’ouest vers l’est

• du sud vers le nord

• de l’est vers l’ouest

e) Nommez deux centrales où l’on trouve un aéroport ou un aérogare à proximité.

f) Combien de lignes de transport acheminent de l’électricité produite dans le complexe La Grande vers le sud du Québec et les États-Unis ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

233

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Nom :

Groupe :

4.

Date :

Vous réaliserez ici un croquis géographique à partir de la photographie suivante, an de faire ressortir les infrastructures de l’aménagement La Grande-3. Pour ce faire, suivez les consignes ci-dessous. P. 292

a) Sur la photographie, désignez par un chiffre les infrastructures suivantes : 1 La centrale

4 L’évacuateur de crue

2 Le barrage

5 Le chemin d’accès

3 Le réservoir

b) Réalisez le croquis et construisez une légende. c) Donnez un titre à votre croquis. Titre :

Légende

d) L’étendue d’eau à l’arrière-plan de la photographie est considérée comme un élément humain et non naturel. Expliquez pourquoi.

234

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Les besoins en électricité au Québec sont croissants. Pour répondre à ces besoins et s’assurer que le Québec soit autonome en électricité, HydroQuébec a lancé, au début des années 2000, le projet Eastmain-1-A–Sarcelle– Rupert. Comment la société d’État a-t-elle tenu compte des intérêts et des points de vue de différents acteurs dans la réalisation de ce projet ?

La Convention de la Baie-James et du Nord québécois

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

4. Enjeu

Au début des années 1970, les travaux d’aménagement du complexe La Grande ont débuté sans que la nation crie, qui occupait pourtant le territoire depuis des millénaires, ne soit consultée ni même informée du projet. Les Cris se sont rapidement opposés au projet et ont entrepris des recours juridiques contre le gouvernement. En 1973, le tribunal ordonne l’arrêt des travaux, ce qui force le gouvernement du Québec à négocier avec les Cris la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ). En vertu de cette entente, les Cris ont entre autres obtenu des droits exclusifs de chasse et de pêche sur certains territoires ainsi que des indemnités nancières. En contrepartie, ils acceptaient le projet de développement hydroélectrique sur la Grande Rivière à condition qu’il fasse l’objet d’un suivi environnemental. 25 Signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois en 1975 – De gauche à droite, Robert Bourassa, premier ministre du Québec, Billy Diamond, chef de bande crie, Gérard D. Lévesque, vice-premier ministre du Québec, et Robert Kanatewat, du Grand Conseil des Cris.

La Paix des Braves

* Évaluation

environnementale Procédure qui permet d’examiner les conséquences, tant positives que négatives, d’un projet sur l’environnement et de s’assurer qu’on en tient compte durant l’élaboration du projet.

Le gouvernement du Québec ne pouvait plus envisager d’aménager de nouvelles infrastructures hydroélectriques en Jamésie sans obtenir d’abord l’accord de la nation crie. En 2002, il a conclu avec la nation crie une nouvelle entente appelée la Paix des Braves. Par cette entente, les Cris ont consenti à la réalisation de la troisième phase de travaux d’aménagement de la Jamésie, le projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert. Toutefois, le projet devait faire l’objet d’une évaluation environnementale*, qui prévoyait entre autres une consultation publique où tous les acteurs concernés pouvaient faire entendre leurs points de vue sur le projet.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

235

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

La consultation publique La consultation publique sur le projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert s’est déroulée en 2006. Quel était le projet présenté par Hydro-Québec ? Quels étaient les principaux acteurs consultés ? Étaient-ils pour ou contre le projet ? 26 Le projet Eastmain-1-A– Sarcelle–Rupert en bref – Après avoir traversé les turbines des centrales de l’Eastmain-1 ou de l’Eastmain-1-A, puis celles de la Sarcelle, l’eau détournée de la rivière Rupert poursuit sa route vers le nord et est turbinée à nouveau dans les centrales Robert-Bourassa, La Grande-2-A et La Grande-1.

?

Savez-vous que… ? En aval du point où une partie des eaux de la rivière Rupert a été détournée vers le nord, le débit annuel moyen de la rivière Rupert a diminué de 70 %. Le détournement de la rivière a entraîné l’inondation d’un secteur de 346 km2.

27

236

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Les rapides Oatmeal sur la rivière Rupert avant sa dérivation

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

* Développement

durable Manière de gérer et d’exploiter les ressources de façon à permettre aux générations futures d’en proter aussi.

* Ennoyage Disparition des parties basses d’un relief sous les eaux.

Hydro-Québec a présenté le projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert comme un exemple de développement durable*, et ce, pour différentes raisons. Voici les principaux arguments que la société d’État a utilisés :

• Exploitation d’une énergie propre qui produit peu de gaz à effet de serre. • Ennoyage

* minimal du territoire.

• Maintien d’un débit minimum sur la rivière Rupert, ce qui permet de protéger

les habitats des poissons, de préserver le paysage et de maintenir la navigation ainsi que les activités pratiquées sur le territoire.

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Le point de vue d’Hydro-Québec

• Mise en place de mesures pour permettre aux Cris de poursuivre leurs activités

sur le territoire : remplacement de campements cris, aménagement de nouveaux accès au territoire (sentiers de VTT et de motoneige, rampes de mise à l’eau, portage), réaménagement de sites de pêche traditionnelle détruits par le projet, etc. • Maximisation de la capacité de production de plusieurs centrales : une même

goutte d’eau produira de l’électricité dans six centrales avant de se déverser dans la baie James. • Retombées économiques de plus de deux milliards de dollars qui protent aux

Cris, aux Jamésiens et à l’ensemble des Québécois.

Le point de vue des Cris La nation crie était divisée sur le projet. Une majorité l’appuyait, d’autres s’y opposaient catégoriquement. Tous les Cris étaient préoccupés par ce projet, même ceux qui l’appuyaient. Les Cris ont un profond attachement au territoire et aux ressources naturelles. La pratique de la chasse, de la pêche et de la trappe constitue un aspect fondamental de leur culture. Ils étaient très préoccupés par les impacts du projet sur la pratique de leurs activités, sur la qualité de l’eau, sur les animaux et sur leur qualité de vie en général. Autrefois, la chasse, la pêche et la trappe étaient un moyen de subsistance pour l’ensemble des Cris. Aujourd’hui, il s’agit pour plusieurs d’une activité culturelle. Le mode de vie des Cris repose de plus en plus sur les emplois salariés. En 2002, 70 % des Cris ont appuyé par référendum la Paix des Braves, l’entente par laquelle la nation crie a donné son accord de principe au projet (voir page 235). Lors des consultations publiques, le Grand Conseil des Cris, l’organisme qui représente l’ensemble des communautés cries, a maintenu son appui, jugeant que les retombées du projet allaient proter à l’ensemble de la nation crie.

28 Un Cri qui pratique la pêche sous la glace, une activité traditionnelle communément appelée « pêche blanche ».

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

237

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Le point de vue des acteurs économiques

* Chambre de

commerce et d’industrie Organisme chargé de représenter les intérêts des entreprises présentes sur un territoire.

À cause de ses retombées économiques, les maires des municipalités de la Jamésie et ceux des régions de l’Abitibi-Témiscamingue et du Saguenay–Lac-Saint-Jean ainsi que les représentants des chambres de commerce et d’industrie* étaient très favorables au projet. Ces régions allaient bénécier de plusieurs retombées : contrats attribués aux compagnies locales, achats de biens et de services dans les commerces locaux et création de nombreux emplois. 29 Les retombées économiques projetées du projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert en 2004

Région

Retombées économiques (millions de $)

Ensemble du Québec

Nombre d’emplois créés (années-personnes*)

2 353,8

27 028

Communautés cries (Eeyou Istchee)

104,9

1 052

Jamésie

106,9

1 189

Abitibi-Témiscamingue

133,8

1 389

Saguenay–Lac-Saint-Jean

186,0

2 209

* Une année-personne correspond au nombre d’heures travaillées par une personne à temps plein en une année. Deux employés travaillant à temps plein pendant six mois représentent donc une annéepersonne. Source : Centrale de l’Eastmain-1-A et dérivation Rupert – Étude d’impact sur l’environnement, Hydro-Québec, 2004 [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

Le point de vue des groupes environnementaux Pour plusieurs groupes environnementaux, il était important de préserver le caractère sauvage et vierge de la rivière Rupert. Pour combler les besoins énergétiques du Québec, ces groupes proposaient plutôt de réduire la consommation d’énergie de la province et d’implanter des éoliennes en Jamésie. Ce point de vue était partagé par plusieurs Cris. À leurs yeux, les éoliennes auraient eu un impact environnemental moindre que le développement hydroélectrique et auraient été socialement plus acceptables. 30

Suivre l’exemple de la province du Manitoba ?

« La Fondation Rivières soutient qu’il faut agir sur la demande en électricité, c’est-à-dire la restreindre. Une position que partage Révérence Rupert. Les deux organismes citent en exemple le programme d’amélioration de l’efcacité énergétique mise de l’avant par Manitoba Hydro. […] Sur son site Internet, Manitoba Hydro explique avoir comme objectif de combler les besoins en

238

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

énergie en améliorant l’efcacité énergétique plutôt qu’en générant de nouvelles sources d’électricité. Un volet de ce programme facilite l’installation de pompes géothermiques qui permettent d’économiser 50 à 70 % des coûts de chauffage. » Ariane Gratton-Jacob, « Des alternatives au détournement de la Rupert ? », 1 er juin 2006, Parole citoyenne [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Hydro-Québec et l’énergie éolienne

1. Voici des arguments utilisés lors de la consultation publique sur le projet Eastmain-1-A– Sarcelle–Rupert. Indiquez à quel(s) acteur(s) chaque argument appartient.

Exemple : Il serait préférable de réduire la consommation d’énergie au Québec et d’implanter des éoliennes en Jamésie.

3

Groupes environnementaux

Acteurs économiques

Argument

Certains membres de la nation crie

Acteurs

Hydro-Québec

A C TIVITÉS

L’électricité produite par les éoliennes uctue dans le temps en fonction de la force du vent, de la température et de l’ensemble des conditions climatiques. Pour cette raison, Hydro-Québec considérait que la construction d’éoliennes en Jamésie n’assurerait pas une source d’électricité sufsamment maîtrisable. La société d’État jugeait par ailleurs que la mise en place d’un parc éolien, en plus des nouvelles centrales, n’était pas rentable. Selon elle, le réseau de lignes de transport n’avait pas la capacité nécessaire pour recevoir des quantités importantes d’électricité d’origine éolienne. La construction de nouvelles lignes de transport sur une distance de près de 1500 km aurait engendré des coûts trop élevés et n’aurait pas été rentable.

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Nom :

3

a) Les barrages hydroélectriques permettent d’exploiter une énergie propre qui produit peu de gaz à effet de serre. b) La Jamésie, l’Abitibi-Témiscamingue et le Saguenay–Lac-Saint-Jean vont bénécier de retombées : contrats attribués aux compagnies locales, achats de biens et de services dans les commerces locaux ainsi que création d’emplois. c) Le projet permettra de maximiser la capacité de production de plusieurs centrales : une même goutte d’eau produira de l’électricité dans six centrales avant de se déverser dans la baie James. d) Le projet aura des impacts sur la pratique de nos activités, sur la qualité de l’eau, sur les animaux et sur notre qualité de vie. e) Le projet aura des retombées économiques de plus de deux milliards de dollars qui proteront aux Cris, aux Jamésiens et à l’ensemble des Québécois.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

239

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Nom :

Groupe :

Date :

2. Voici quatre témoignages livrés par des membres de la nation crie au cours de la consultation publique de 2006 avant la réalisation du projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert. Quel énoncé résume le mieux chacun des témoignages ? Répondez en inscrivant la lettre de l’énoncé dans la case du témoignage. Énoncés A. Préoccupation à propos des territoires de chasse qui risquent d’être inondés. B. Crainte que l’eau de la rivière Rupert ne soit plus potable. C. Sentiment de perte parce que la rivière va changer. D. Inquiétude au sujet des poissons qui pourraient être affectés par la baisse de débit de la rivière Rupert. 1

3

« Même s’il y a un débit moindre, les poissons ressentiront l’effet. L’eau c’est la source principale, la survie du poisson. Si vous regardez l’esturgeon, par exemple, on considère l’esturgeon comme étant le poisson le plus sage. S’il y a des changements dans la couleur de l’eau, ça fait beaucoup de dommages. L’esturgeon, c’est le poisson le plus sacré du peuple cri. Nous avons tellement de respect pour l’esturgeon. […] Je ne veux pas que la rivière Rupert soit dérivée. Le poisson sera l’espèce la plus touchée à la suite de cette dérivation de la rivière Rupert. […] »

« D’après ce que je comprends, les niveaux d’eau du réservoir [Opinaca] vont s’accroître. Où vais-je chasser maintenant ? La plupart de mes pièges vont se trouver sous le niveau de l’eau. Ce sont mes pièges qui sont directement touchés par les barrages et les réservoirs. J’ai beaucoup de préoccupations à propos de mes camps de chasse qui seront sans doute touchés par l’augmentation des niveaux de l’eau. » Témoignage d’un Cri de la communauté de Wemindji

Énoncé :

Témoignage d’un Cri de la communauté d’Eastmain

Énoncé : 2

4

« À l’heure actuelle, sur la rivière Rupert et sur le lac Nemiscau, la qualité de l’eau potable est excellente. On peut y boire un verre ou une tasse directement à partir de la rivière ou du lac. [Ma] famille a de grandes préoccupations quant à la qualité de l’eau. »

« Je suis très attristée de la possibilité de ce processus de dévier cette rivière où nous avons vécu toutes nos vies et dont nous avons appris tant de choses. […] je suis affectée par ce que j’appelle la perte de cette rivière. » Témoignage d’une Crie de la communauté de Nemaska

Témoignage d’une Crie de la communauté de Nemaska

Énoncé : Énoncé :

Source : Projet hydroélectrique Eastmain-1-A et dérivation Rupert, Rapport du comité provincial d’examen à l’administration du chapitre 22 de la Convention de la Baie-James et du Nord Québecois, octobre 2006.

240

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

5. Vue d’ensemble Complétez le tableau suivant an d’avoir une vue d’ensemble de la Jamésie. Le territoire énergétique de la Jamésie Aspect

Information

Localisation de la Jamésie Positionnement géographique

La Jamésie est située à _________ de la baie James entre le _________ et le _________ parallèle.

Territoire énergétique – LA JAMÉSIE

Nom :

Sa supercie est de __________________ km2.

Caractéristique de la Jamésie Le _________________________________________ et le __________________ de la Jamésie expliquent son fort potentiel hydroélectrique. Potentiel hydroélectrique

La rivière au débit le plus élevé est : ___________________________. Dans une centrale hydroélectrique, plus le ___________________ de l’eau et la hauteur de chute sont élevés, plus la ___________________ tourne rapidement et plus l’______________________ produit une grande quantité d’électricité.

Aménagement de la Jamésie Route de la Baie-James

La route de la Baie-James relie la ville de ________________________ à l’embouchure de _____________________________ sur une distance de plus de ___________ km. Nombre de phases de construction : ______________

Le complexe La Grande

Plus grande centrale souterraine au monde : ___________________________________ Nombre total de centrales : ______________ Nombre de lignes de transport d’électricité vers le sud du Québec et les États-Unis : ______________ Solution retenue par Hydro-Québec pour répondre aux besoins énergétiques croissants au début des années 2000 : _____________________________________________________________________________

Enjeu

Nom de l’entente par laquelle les Cris ont appuyé ce projet : _______________________________ Acteurs en faveur du projet : _______________________________________________________ _____________________________________________________________________________ Acteurs en défaveur du projet : ______________________________________________________ _____________________________________________________________________________

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le territoire de la Jamésie

241

Territoire énergétique

C

Enjeu à l’échelle planétaire Grâce aux découvertes scientiques, nous savons aujourd’hui que l’utilisation du pétrole, du gaz naturel et du charbon a des impacts importants sur l’environnement planétaire. Comment concilier consommation énergétique et préservation de l’environnement ? Cet enjeu représente tout un dé pour l’humanité !

La consommation croissante d’énergie et ses impacts sur l’environnement La combustion du pétrole, du gaz naturel et du charbon libère des polluants qui contribuent au réchauffement climatique et à la détérioration de la qualité de l’air. Le réchauffement climatique

* Gaz à effet de serre Gaz qui retient dans l’atmosphère une partie de la chaleur émise par le Soleil.

La température moyenne sur la Terre augmente. Ce réchauffement est causé par l’augmentation de la concentration de gaz à effet de serre* émis par les activités humaines dans l’atmosphère. Selon les projections des scientiques, la température moyenne de la planète pourrait subir une augmentation qui se situera entre 1,1 ºC et 6,4 ºC d’ici 2100, si aucune mesure n’est prise pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. L’utilisation de combustibles fossiles est l’activité humaine qui contribue le plus à l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. En effet, la combustion du pétrole, du gaz naturel et du charbon émet du CO2 (gaz carbonique aussi appelé « dioxyde de carbone »), un gaz à effet de serre.

31 Émission mondiale de CO2 liée à la consommation d’énergie par secteur d’activités en 2009

Autres 10 % Résidentiel 6 % Production d’électricité* et chauffage 41 % Industriel 20 %

Transports 23 %

* En 2008, près de 70 % de l’électricité mondiale a été générée dans des centrales thermiques alimentées au charbon (41 %), au gaz naturel (21 %) ou au pétrole (6 %). Source : International Energy Agency [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

242

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire énergétique

On estime qu’en 2030, les émissions de CO2 résultant de la consommation de combustibles fossiles auront crû de 45 % à 110 % par rapport aux émissions de 2000. Ce sont les pays en développement qui connaîtront la plus forte hausse. En 2008, les émissions de CO2 ont légèrement diminué en Europe et en Amérique du Nord à cause de la crise économique mondiale, mais ont continué d’augmenter en Chine et en Inde. La détérioration de la qualité de l’air 32

La pollution de l’air en Chine – La pollution de

l’air en Chine entraîne le décès de 300 000 personnes par année. Elle est principalement due à la combustion du charbon, qui est la principale source d’énergie du pays, et à la croissance du nombre d’automobiles dans les villes.

Les polluants libérés par la combustion des combustibles fossiles contribuent au smog* et aux pluies acides*. Ils peuvent entraîner divers problèmes environnementaux et de santé. Par exemple, le smog peut causer des problèmes respiratoires ou cardiaques chez certaines personnes.

Mesures pour limiter l’impact de la consommation énergétique

* Smog Mélange épais de brouillard, de fumée et de polluants atmosphériques.

* Pluies acides Phénomène de pollution atmosphérique caractérisé par la présence d’un degré trop élevé d’acidité dans les précipitations.

33

De nombreuses mesures peuvent être mises en place pour limiter l’impact de la consommation énergétique sur l’environnement. Ces mesures concernent autant les gouvernements, les industries et les entreprises que les individus. Il existe trois catégories de mesures : modier les façons de faire et consommer moins d’énergie, améliorer l’efcacité énergétique des appareils énergivores ou utiliser des sources d’énergie moins polluantes. Modier les façons de faire et consommer moins d’énergie De simples mesures permettent de réduire la consommation d’énergie. Par exemple, faire la lessive à l’eau froide plutôt qu’à l’eau chaude permet d’économiser jusqu’à 50 % d’énergie. L’installation de thermostats électroniques permet également de réduire de 10 % la consommation annuelle d’électricité d’un édice.

Mesures prises par les ménages canadiens pour réduire leur consommation d’énergie en 2009 Proportion des ménages (%)

Mesures Fermer les stores ou les rideaux durant les moments les plus chauds de la journée.

83

Porter des vêtements plus chauds les jours de temps froid au lieu d’ajuster la température.

80

Utiliser un ventilateur plutôt que la climatisation pour se rafraîchir durant l’été.

66

Utiliser une corde ou un séchoir à linge plutôt qu’une sécheuse.

64

Réduire le chauffage ou la climatisation de certaines pièces du logement.

60

Débrancher les appareils électroniques pendant les absences prolongées.

57

Source : Statistique Canada [en ligne]. Consulté le 20 janvier 2012.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

243

Territoire énergétique

Améliorer l’efcacité énergétique des processus et des appareils Améliorer l’efcacité énergétique d’un processus ou d’un appareil signie qu’on obtient les mêmes, voire de meilleurs résultats, en consommant moins d’énergie. Par exemple, grâce au développement technologique, les nouveaux appareils électroménagers consomment en moyenne moins d’énergie que ceux fabriqués il y a 20 ans.

Appareils électroménagers

34 Consommation d’énergie moyenne des appareils électroménagers neufs, modèles de 1990 et de 2007 Modèle de 1990

Congélateur

Modèle de 2007 Cuisinière électrique Réfrigérateur Lave-vaisselle Sécheuse Laveuse 0

200

400

600

800

1000 1200 Kilowattheures par an

Source : Ressources naturelles Canada, « Améliorer le rendement énergétique au Canada – Rapport au Parlement en vertu de la Loi sur l’efcacité énergétique pour l’année nancière 2009-2010 », 2011 [en ligne]. Consulté le 20 janvier 2012.

35 Une rafnerie dans l’Illinois, aux États-Unis – Les rafneries, qui transforment le pétrole brut en divers produits (essence, diésel, mazout, produits chimiques, etc.), gurent parmi les industries consommant le plus d’énergie. Environ 43 % des frais d’exploitation d’une rafnerie sont attribuables à l’achat d’énergie. Aux États-Unis, les rafneries de pétrole ont amélioré leur rendement énergétique et diminué de 30 % leur consommation énergétique entre 1973 et 2011.

244

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Une autre mesure consiste à remplacer le plus possible les sources d’énergie fossiles non renouvelables, qui sont généralement plus polluantes, par des sources d’énergie renouvelables moins polluantes. Par exemple, il serait avantageux d’un point vue environnemental que des édices dont le chauffage se fait au gaz naturel utilise la géothermie comme moyen de chauffage.

Territoire énergétique

Utiliser des sources d’énergie moins polluantes

Le secteur des transports est la cause de près de 30 % des émissions de gaz à effet de serre au Les États-Unis sont l’un des principaux producteurs d’éthanol au monde. Environ 40 % des récoltes de maïs servent à Canada. Pour remplacer l’essence et le diésel, on produire de l’éthanol. se tourne de plus en plus vers l’éthanol et le biodiésel. L’éthanol est produit à partir du sucre contenu dans le blé, le maïs et la canne à sucre. La matière première du biodiésel est de l’huile végétale ou de la graisse animale. Ces biocarburants sont reconnus pour émettre moins de gaz à effet de serre que les carburants traditionnels. Ils sont toutefois de plus en plus contestés, comme l’indique le document suivant. 36

Utiliser du maïs pour produire de l’éthanol

37

Les revers de l’éthanol

« La demande de maïs a explosé cette année [2007] partout en Amérique du Nord en raison de la forte demande pour la fabrication d’éthanol, qui est présenté comme un carburant vert. Toutefois, l’engouement pour l’éthanol comporte plusieurs conséquences environnementales et humanitaires insoupçonnées. […] Au point de vue environnemental, la culture intensive de maïs pour fabriquer de l’éthanol comporte plusieurs aspects négatifs. Ainsi, elle dégrade les sols et contamine les cours d’eau, puisqu’il s’agit de la culture qui nécessite le plus d’herbicides, d’insecticides et d’engrais. […] La production intensive de maïs pour fabriquer de l’éthanol a aussi des impacts à d’autres niveaux. […] [Selon l’ONU] le changement de vocation de terres agricoles les faisant passer de la production d’aliments à la production de biocarburants menace l’approvisionnement des pays en développement. » Radio-Canada, « Les revers de l’éthanol », novembre 2007 [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

« La quantité de céréales nécessaire pour faire le plein d’un VUS (véhicule utilitaire sport) avec de l’éthanol sufrait à nourrir une personne pendant un an. » Oxfam Québec, « Cultivons », juin 2011 [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

245

A C TIVITÉS

Territoire énergétique

Nom :

Groupe :

Date :

1. Répondez aux questions à l’aide des pages 242 et 243. a) L’utilisation des combustibles fossiles a deux impacts environnementaux majeurs. Lesquels ?

b) La température moyenne de la Terre augmente. Quelle est la cause de ce réchauffement ?

c) De combien de degrés Celsius la Terre pourrait-elle se réchauffer en moyenne d’ici 2100 ?

d) Parmi les activités humaines, laquelle contribue le plus à l’augmentation des gaz à effet de serre ?

e) À l’échelle planétaire, quel est le secteur d’activités humaines qui émet le plus de CO2 dans l’atmosphère ?

f) Parmi les combustibles fossiles, lequel est le plus utilisé dans le monde pour produire de l’électricité ?

g) La détérioration de la qualité de l’air peut prendre plusieurs formes. Nommez-en deux.

2. La photographie suivante a été prise dans la ville de Linfen en Chine. Observez-la, puis répondez aux questions.

a) Quelle est la couleur de l’air sur cette photographie ?

b) À quel phénomène est-ce dû ?

c) Pour quelles raisons les gens portent-ils un masque sur la bouche ?

d) Quelles sont les principales sources de pollution en Chine ?

246

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

3. Trois types de solutions peuvent limiter les impacts liés à l’utilisation des combustibles fossiles. Dans la colonne de gauche, inscrivez à quel type de solution correspond chaque exemple. Type de solution

Exemples

Territoire énergétique

Nom :

Chauffer les édices à l’aide d’une source d’énergie renouvelable comme la géothermie plutôt qu’avec une source d’énergie non renouvelable comme le gaz naturel. Mettre au point des appareils qui consomment moins d’énergie tout en étant aussi efcaces.

Éteindre le moteur de son véhicule lorsque celui-ci n’est pas en mouvement. Prendre des douches plus courtes.

4. Répondez aux trois questions suivantes à l’aide du document

34

.

a) Quel électroménager consomme encore le plus d’énergie ? b) Quel électroménager consomme encore le moins d’énergie ? c) De 1990 à 2007, est-ce la cuisinière ou le réfrigérateur qui a permis d’économiser le plus d’énergie par année ?

5. L’utilisation de l’éthanol comme carburant est une solution controversée. a) Quel est le principal argument en faveur de l’éthanol ?

b) Cette caricature illustre un argument en défaveur de l’éthanol. Lequel ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

247

Territoire énergétique

Nom :

Groupe :

D Synthèse Complétez le schéma ci-dessous en répondant aux questions.

Date :

Quel est le nom du territoire où l’on génère environ 50 % de l’électricité produite au Québec ?

Nommez deux types de ressources énergétiques non renouvelables qui peuvent servir de carburant. Quelle source d’énergie renouvelable est exploitée et commercialisée sur ce territoire ? Qu’est-ce qu’un territoire énergétique ? Nommez la ressource énergétique renouvelable qui permet de produire : • de l’énergie solaire :

Nommez trois infrastructures qui ont été aménagées sur le territoire pour produire cette source d’énergie.

• de l’hydroélectricité :

• de l’énergie éolienne :

Quelles solutions, autres que le développement de nouvelles centrales, ont été proposées par divers intervenants pour répondre aux besoins en électricité de la société québécoise ?

À l’échelle planétaire, quel lien pouvez-vous établir entre les gaz à effet de serre, le réchauffement climatique et la consommation d’énergie ?

Le Québec est-il autonome ou dépendant d’un autre territoire en matière d’électricité ? Pourquoi ?

248

DOSSIER 5 • LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

DOSSIER

S O MMAI R E

6

Le territoire industriel

A. QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE INDUSTRIEL ? ...................................... 250 B. LA RÉGION DES GRANDS LACS AMÉRICAINS ET CANADIENS ............. 1. Localisation ................................... 2. Caractéristiques ............................ 3. Aménagement .............................. 4. Enjeux ............................................ 5. Vue d’ensemble ............................

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire industriel − GRANDS LACS

Territoire région

C. ENJEU À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE ....... 285 D. SYNTHÈSE ........................................... 290

257 257 260 267 272 284

LE TERRITOIRE AGRICOLE DU QUÉBEC

249

Territoire industriel

A

Qu’est-ce qu’un territoire industriel ? La plupart des choses que nous utilisons, que ce soit pour nous habiller, pour manger, pour jouer ou pour travailler, sont produites par l’industrie. L’industrie, c’est l’ensemble des activités économiques qui visent à produire des biens matériels.

* Ressource naturelle Substance présente dans la nature et exploitée par les humains. Exemples : l’eau, les minéraux, le poisson, le pétrole.

* Urbanisation Concentration croissante de la population d’une région ou d’un pays dans les villes.

L’industrialisation, c’est-à-dire l’accroissement des activités industrielles, joue un rôle déterminant dans l’évolution d’une société. Le développement économique qu’elle entraîne crée de la richesse, ce qui permet d’améliorer les conditions de vie matérielles de l’ensemble de la société. Il arrive souvent que plusieurs activités industrielles soient situées dans une même région géographique. On parle alors de « territoire industriel ». Un territoire industriel est organisé en fonction d’une importante concentration d’activités industrielles. Parce qu’elles consomment des ressources naturelles* et qu’elles créent de nombreux emplois, les entreprises industrielles façonnent le territoire. En plus d’accroître l’urbanisation*, leur présence favorise l’implantation d’un grand nombre d’activités de distribution (transport, entreposage, points de vente, etc.) et de services (dessin industriel, comptabilité, publicité, etc.).

A

J. Goulden, Forge, estampe, Canada, 19e siècle, Musée McCord.

B

Usine de moteurs Winton, Cleveland, Ohio, 1935, The Cleveland Press Collection, Cleveland State University Library.

De l’atelier à l’usine – Il y a environ 130 ans, l’économie des sociétés reposait sur l’agriculture et la production 1 artisanale de biens, c’est-à-dire une production faite surtout manuellement et en petites quantités. À la n du 18 e siècle, en Angleterre, l’arrivée de la machine à vapeur va permettre la mécanisation de la production et la mise en place d’usines de fabrication. Peu à peu, la production artisanale, en atelier (A), est remplacée par la production en usine (B). Cette transformation de l’économie est appelée « révolution industrielle ».

250

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

* Source d’énergie Ressource naturelle qui permet de produire de l’énergie à partir du mouvement, de la chaleur ou de la lumière. Exemples : l’eau, le charbon, le Soleil. Les termes « source d’énergie » et « ressource énergétique » sont synonymes.

2

L’industrie a recours à des matières premières. Une matière première est une ressource naturelle qui est utilisée comme source d’énergie* ou qui entre dans la fabrication de produits nis ou semi-nis.

Territoire industriel

Les types d’industries

Il existe différents types d’industries, qui sont divisés en plusieurs secteurs.

Les types d’industries et leurs principaux secteurs Types d’industries

Fonctions

Principaux secteurs

Industrie extractive (mines, puits)

Extraire des matières premières présentes dans la nature

• Extraction de charbon • Extraction de pétrole et de gaz naturel • Extraction de minerais

Industrie manufacturière (usines)

Transformer des matières premières en produits semi-nis ou nis

• Industrie des produits alimentaires et des boissons • Industrie du tabac • Industrie du textile • Industrie du vêtement • Industrie du cuir et de la chaussure • Industrie du bois et de fabrication d’articles en bois • Industrie des pâtes et papiers • Imprimerie et reproduction de supports enregistrés • Rafnage du pétrole, transformation de la houille ou des résidus lourds du pétrole, traitement des combustibles nucléaires • Industrie chimique • Industrie du caoutchouc et des plastiques • Fabrication de produits minéraux non métalliques • Métallurgie et travail des métaux, comprenant entre autres la sidérurgie • Fabrication de machines et d’équipements (de bureau, de matériel de traitement de l’information, d’appareils électriques et électroniques, d’instruments spécialisés, etc.) • Fabrication de matériels de transport (véhicules automobiles, remorques, etc.)

Par exemple, dans le cas d’une usine de papier : la matière première est la cellulose des bres de bois ; le produit semi-ni est la pâte à papier ; le produit ni est le papier.

Autres : Production énergétique (électricité, gaz) et distribution ; captage, traitement et distribution d’eau ; gestion des déchets ; industrie de la construction Adapté de : Classication internationale type, par industrie, de toutes les branches d’activité économique (CITI), Nations Unies, New York, 2009.

Savez-vous que… ?

?

Le mot « industrie » est parfois employé dans un sens très large. Ainsi, on parlera de « l’industrie du spectacle » ou de « l’industrie du tourisme » pour indiquer que ces domaines créent beaucoup d’emplois et d’activités économiques. Dans le présent dossier, cependant, le mot « industrie » désigne uniquement la production de biens matériels, tels que des vêtements, des automobiles, des boîtes de biscuits, de l’essence, etc.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire industriel ?

251

Territoire industriel

L’industrie dans le monde À l’échelle mondiale, la répartition des régions industrielles varie énormément : dans certains territoires, les activités industrielles sont très concentrées, alors que dans d’autres, il n’y en a pas ou presque pas. Cette situation s’explique par le fait que les entreprises s’installent là où elles trouvent ce dont elles ont besoin pour fonctionner. Elles recherchent surtout des ressources naturelles pouvant servir de matières premières. Il leur faut aussi des fournisseurs de biens et de services, des moyens efcaces de communication et de transport, une main-d’œuvre abondante et de qualité, un bassin important de clients, etc. Même si les régions industrielles sont inégalement réparties dans le monde, la plupart des grandes métropoles comptent de nombreuses industries. En effet, les très grandes villes constituent un important bassin de main-d’œuvre et un vaste marché de consommateurs. De plus, elles offrent des réseaux de transport et de communication efcaces. 3

Les grandes régions industrielles dans le monde

Source : Adapté de Oxford Atlas of the World, 2005.

252

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

1. Deux termes parmi les suivants permettent de dénir ce qu’est un territoire industriel.

a) Soulignez-les.

Date :

• acier

• densité de population

• activités industrielles

• déséquilibre

• bâtiment

• environnement

• concentration

• étalement urbain

• déforestation

• urbanisation

Territoire industriel

Groupe :

A C TIVITÉS

Nom :

b) Dénissez en une phrase ce qu’est un territoire industriel. Utilisez pour ce faire les deux termes que vous avez soulignés en a.

2. Classez les caractéristiques suivantes selon qu’elles s’appliquent à la production artisanale ou à la production industrielle. Appuyez-vous sur le texte des pages 250 à 252, sur le document 1 et sur vos propres déductions. • Production à l’aide de

Caractéristiques

Production artisanale

machines • Production d’exemplaires

uniques ou en nombre limité

Type de production

Lieu

Dans un atelier

Production industrielle En général, dans une

• Production de l’objet par

une chaîne d’ouvriers ou de machines

Quantité

• Production de l’objet par

une seule personne ou quelques personnes • Production en grandes

quantités • Production d’exemplaires

Outil ou équipement

en grandes séries • Production en petites

quantités • Production manuelle ou

en partie à l’aide de machines

Types d’objets produits

• Usine

Main-d’œuvre

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire industriel ?

253

A C TIVITÉS

Territoire industriel

Nom :

Groupe :

Date :

3. Répondez aux questions suivantes en vous appuyant sur vos connaissances personnelles. a) Nommez cinq biens qui, il y a trois siècles, étaient produits de façon artisanale.

b) Aujourd’hui, comment produit-on principalement ces biens : de façon artisanale ou de façon industrielle?

c) Nommez cinq biens (autres que ceux nommés en a) qui aujourd’hui sont généralement produits de façon industrielle.

4. Les énoncés 1 à 5 se rattachent à divers biens ou produits. a) Dans chaque énoncé, il est question d’un bien qui provient de l’industrie extractive ou de l’industrie manufacturière. Indiquez de quel bien il s’agit, cochez le type d’industrie et précisez le secteur industriel. Consultez pour ce faire le document 2 . Un exemple vous est donné à l’énoncé 1. 1

2 Les pizzas surgelées sont à prix réduit cette semaine au supermarché de mon quartier.

Mon t-shirt a été confectionné au Mexique. Le coton dont il est fait a été cultivé aux États-Unis.

Bien : Pizzas surgelées.

Bien :

Industrie extractive Industrie manufacturière

Industrie extractive

3 Industrie manufacturière

Secteur industriel : Produits alimentaires. Secteur industriel : 3

254

4 Les mines de charbon fournissent du combustible à des centrales thermiques, c’est-à-dire des centrales qui produisent de l’électricité à partir d’une source de chaleur.

Étant donné la forte demande, les entreprises de téléphones cellulaires ont pu réduire leurs coûts et ainsi offrir leurs appareils à meilleur prix qu’il y a 10 ans.

Bien :

Bien :

Industrie extractive

Industrie extractive

Industrie manufacturière

Industrie manufacturière

Secteur industriel :

Secteur industriel :

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

5 Le cuivre est un des nombreux minerais qui entrent dans la fabrication des ordinateurs. (Cet énoncé comporte deux biens.) Bien :

Bien :

Industrie extractive

Industrie extractive

Industrie manufacturière

Industrie manufacturière

Secteur industriel :

Secteur industriel :

Territoire industriel

Nom :

b) Une matière première mentionnée dans un des énoncés précédents ne relève pas de l’industrie, mais plutôt de l’agriculture. Quelle est cette matière première ?

5. a)

Situez les grandes régions industrielles suivantes sur le planisphère, en y inscrivant leur numéro. Consultez le document 3 et votre Mini-Atlas. 1 La région des Grands Lacs américains

et canadiens 2 Le sud de l’île de Hokkaido, au Japon 3 Le sud-est du Royaume-Uni

4 La région de São Paulo, au Brésil 5 L’Europe rhénane (le long du euve

Rhin) 6 L’est de la Chine

b) Situez les grandes étendues d’eau suivantes en écrivant leur nom au bon endroit. • Océan Atlantique

• Océan Indien

• Océan Pacique

Quelques grandes régions industrielles dans le monde

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Qu’est-ce qu’un territoire industriel ?

255

A C TIVITÉS

Territoire industriel

Nom :

Groupe :

Date :

6. Certains facteurs expliquent pourquoi des entreprises industrielles choisissent de s’établir sur un site plutôt qu’un autre. Pour chacun des cas décrits ci-dessous, indiquez l’élément qui représente un atout pour l’entreprise. Choisissez vos réponses dans la liste suivante. • Accès à une matière première qui sert de source d’énergie • Accès à des matières premières qui servent à la fabrication de produits • Main-d’œuvre abondante • Réseau de transport

a) L’entreprise américaine General Motors a implanté des usines dans la région des Grands Lacs américains et canadiens. Cette région, traversée par des voies navigables, est au cœur d’un réseau de transport qui comprend 40 autoroutes, 30 voies ferroviaires et de nombreux ports.

b) L’entreprise taïwanaise Foxconn, qui fabrique des produits électroniques, tel le iPad d’Apple, a implanté des usines à Shenzhen, en Chine. Cette ville compte 10 millions d’habitants.

c) L’entreprise Rio Tinto Alcan, propriété du groupe britanno-australien Rio Tinto, s’est installée dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, au Québec, pour produire et transformer de l’aluminium. Les centrales hydroélectriques qu’elle exploite sur les rivières Péribonka et Saguenay lui fournissent la presque totalité de l’électricité nécessaire à la production d’aluminium.

d) L’entreprise pétrochimique Nova Chemicals a établi des usines dans la région de SarniaLambton, en Ontario. L’entreprise fabrique des plastiques et des produits chimiques de base, comme l’éthylène, à partir du pétrole et du gaz. Un réseau de pipelines achemine le pétrole et le gaz dans la région.

e) L’entreprise Ultramar exploite une rafnerie à Lévis, vis-à-vis de Québec. Elle y traite du pétrole brut, acheminé par pétrolier à son port en eau profonde sur le euve SaintLaurent. En plus d’avoir accès à un port et à une voie navigable, elle est située près d’une voie ferrée.

256

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens est un des plus importants territoires industriels de l’Amérique du Nord et du monde. Où est-il situé ? Quelles sont ses caractéristiques ? Comment est-il aménagé ? À quels enjeux fait-il face ?

Territoire industriel − GRANDS LACS

B

La région des Grands Lacs américains et canadiens

1. Localisation La région des Grands Lacs américains et canadiens est située dans l’est de l’Amérique du Nord, au nord des États-Unis et au sud du Canada. Les Grands Lacs nord-américains sont formés de cinq grandes étendues d’eau douce : les lacs Supérieur, Huron, Érié, Ontario et Michigan. Les quatre premiers chevauchent la frontière canado-américaine. Quant au lac Michigan, il est entièrement situé en territoire américain. Les Grands Lacs se trouvent à la tête du euve Saint-Laurent, qui prend sa source dans le lac Ontario. Les Grands Lacs sont bordés par huit États américains et une province canadienne, l’Ontario. En 2006, environ 33 millions d’habitants vivaient dans la région des Grands Lacs. Les Grands Lacs américains 4 et canadiens vus de l’espace – Cet ensemble de lacs représente la plus grande étendue d’eau douce de la planète.

5

* Bassin

hydrographique Zone à l’intérieur de laquelle toutes les eaux, de surface et souterraines, s’écoulent vers un même cours d’eau ou une même étendue d’eau.

Les Grands Lacs en chiffres

• Supercie totale des lacs : 244 160 km2 (environ la supercie du Royaume-Uni) • Bassin hydrographique* : 750 000 km2 • Une immense réserve d’eau : 22 684 km3 • 21 % de l’eau douce de la Terre (84 % des réserves d’eau douce de l’Amérique du Nord) • 17 017 km de côtes (l’équivalent ou presque des côtes de l’Antarctique)

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

257

Territoire industriel − GRANDS LACS

6

La région industrielle des Grands Lacs américains et canadiens

* Aciérie Usine qui produit de l’acier, à partir de minerais de fer et de charbon. Cette production est associée à l’industrie de la sidérurgie, dans le secteur de la métallurgie.

258

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Source : DaimlerChrysler, 2005 ; Ford, 2006 ; Toyota, 2006 ; General Motors, 2005 ; Honda, 2006 ; Mitsubishi, 2006 ; Subaru, 2006 ; American Iron and Steel Institute, 2006 ; Atlas du Canada, 2006 ; Energy Information Administration, 2006 ; Ressources naturelles Canada, 2005 ; National Atlas of the United States, 2006.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

1. Complétez la carte ci-dessous de la façon suivante. a) Situez le Canada et les États-Unis. b) Écrivez le nom des cinq Grands Lacs. c) Tracez la frontière canado-américaine en respectant la légende. d) Situez la province canadienne et les huit États américains qui bordent les Grands Lacs. e) Situez les villes suivantes : Hamilton, Toronto, Windsor, Buffalo, Pittsburgh, Cleveland, Detroit, Sarnia, Sault Ste. Marie, Chicago, Milwaukee, Minneapolis, Duluth.

Territoire industriel − GRANDS LACS

A C TIVITÉS

Nom :

f) Donnez un titre à la carte. Titre :

2. Quel Grand Lac est situé exclusivement en territoire américain ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

259

Territoire industriel − GRANDS LACS

2. Caractéristiques La région des Grands Lacs américains et canadiens comprend des villes qui sont parmi les plus peuplées d’Amérique du Nord. Les activités industrielles y sont variées et fort nombreuses. Dans cette région, plusieurs grandes villes jouent un rôle clé sur le plan économique.

2.1 Des pôles industriels L’industrialisation de la région des Grands Lacs a commencé vers 1850, mais c’est au début du 20e siècle qu’elle a pris son essor. Cette région a alors vu naître plusieurs nouvelles industries ainsi que de nombreuses innovations technologiques. Au cours de leur histoire, les industries des Grands Lacs ont produit de l’acier, du papier, des produits chimiques (sous-produits de la transformation du pétrole), des automobiles, des avions et plusieurs autres produits manufacturés. Aujourd’hui, les industries de l’automobile et de la sidérurgie (fabrication de l’acier) demeurent les plus importantes de la région. Pas moins de 36 % des automobiles fabriquées aux États-Unis et 38 % des automobiles fabriquées au Canada proviennent des usines situées dans la région des Grands Lacs. Sur les rives des Grands Lacs, on trouve de grandes métropoles qui sont des pôles industriels. Un pôle industriel est un lieu qui rassemble d’importantes industries interreliées. Les matières premières nécessaires à la production des biens, les voies de transport et les réseaux de distribution d’énergie convergent tous vers cet endroit. Cela crée un effet d’entraînement sur l’ensemble des activités du territoire. Des pôles industriels : les régions métropolitaines les plus peuplées 7 de la région des Grands Lacs Pôles industriels

Savez-vous que… ?

Population en 2010

Région métropolitaine de Chicago, États-Unis

9 204 000

Région métropolitaine de Toronto, Canada

5 449 000

Région métropolitaine de Detroit, États-Unis

4 200 000

Région métropolitaine de Cleveland, États-Unis

1 942 000

Région métropolitaine de Milwaukee, États-Unis

1 428 000

?

Près de 45 % de la capacité industrielle du Canada est située dans la région des Grands Lacs.

260

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire industriel − GRANDS LACS Vue aérienne de Toronto, sur les rives du lac 8 Ontario – Métropole du Canada, Toronto est aussi le centre nancier du pays. C’est également la ville canadienne la plus peuplée. Les secteurs industriels les plus actifs comprennent l’industrie chimique, l’industrie de la métallurgie et du travail des métaux, la fabrication de machines et d’équipements (ordinateurs et autres appareils électroniques), de même que l’industrie des produits alimentaires.

10 La rafnerie British Petroleum, à Whithing, sur les bords du lac Michigan – Une rafnerie transforme le pétrole brut en pétrole rafné, c’est-à-dire en divers produits pétroliers (essence, kérosène, etc.). Des pipelines acheminent le pétrole brut à partir de son lieu d’extraction jusqu’à la rafnerie, puis de la rafnerie jusqu’aux lieux de distribution.

Vue aérienne de Chicago, sur les bords du lac 9 Michigan – Chicago est la troisième ville en importance aux États-Unis, après New York et Los Angeles. C’est aussi une des plus importantes places nancières du monde. Chicago possède deux aéroports internationaux et se trouve au centre d’un vaste réseau de voies terrestres.

11 Une mine de fer dans le Michigan Cette mine, fermée aujourd’hui, se trouve près de Republic, une ville qui s’appelait autrefois « Iron City », la ville du fer. La mine commença à être exploitée dès 1872. De 1950 environ à 1982, on y a extrait 1,5 million de tonnes de minerais de fer par année.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

261

A C TIVITÉS

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

Groupe :

Date :

1. Quelles sont les deux industries les plus importantes de la région des Grands Lacs américains et canadiens ?

2. Autour des Grands Lacs américains et canadiens, on trouve des villes ayant une forte densité de population.

a) Nommez les cinq métropoles les plus peuplées de la région des Grands Lacs.

b) Qu’est-ce que ces cinq villes ont en commun, par rapport à leur situation géographique ? (Consultez le document 6 , page 258.)

c) Parmi ces villes, laquelle est une ville canadienne ? Cette ville est la capitale de quelle province ?

d) Pourquoi dit-on que les cinq métropoles sont des pôles industriels ?

3. À l’aide du document

6 , page 258, nommez des villes où des aciéries côtoient des usines d’assemblage d’automobiles.

• Deux villes canadiennes : • Cinq villes américaines :

2.2 Des facteurs naturels favorables Plusieurs facteurs naturels ont favorisé l’implantation, autour des Grands Lacs américains et canadiens, d’importantes usines métallurgiques, chimiques, de production d’automobiles et de nombreux autres produits manufacturés. Ces facteurs sont les suivants : la proximité de sources d’énergie (par exemple, le charbon), l’abondance d’autres ressources naturelles et la présence de plans d’eau. Une source d’énergie : le charbon Au 19e siècle, le charbon jouait un rôle majeur dans l’économie : il servait au chauffage des bâtiments, au transport (combustible pour les bateaux et les trains), à la production d’énergie dans les usines, etc. À cette époque, la

262

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Des ressources naturelles abondantes La disponibilité de ressources naturelles dans la région des Grands Lacs a été déterminante. On songe aux minerais, entre autres au minerai de fer, dont l’usage est très répandu dans l’industrie. Si l’industrie sidérurgique par exemple est venue s’établir dans la région, c’est parce qu’elle y a trouvé les ressources énergétique et minière dont elle avait besoin : le charbon et le fer. Par ailleurs, les ressources forestières ont aussi joué un rôle important : elles ont permis la création des industries du bois et du meuble, ainsi que de l’industrie des pâtes et papiers.

Territoire industriel − GRANDS LACS

distance entre le lieu d’approvisionnement de la source d’énergie et son lieu d’utilisation était un facteur plus important qu’aujourd’hui. Ainsi, le fait que certains États situés dans la région des Grands Lacs exploitaient des mines de charbon a largement contribué à la naissance de ce territoire industriel dans les années 1850. Plus tard, d’autres sources d’énergie (électricité, pétrole, gaz naturel), plus facilement transportables grâce à un réseau de distribution, ont renforcé le développement industriel de la région.

Les plans d’eau L’industrie est une grande consommatrice d’eau : la présence de vastes étendues d’eau a donc facilité son implantation dans la région. Grâce aux Grands Lacs et aux cours d’eau qui les relient, la navigation et la construction de ports étaient possibles. On pouvait acheminer les matières premières vers les usines et transporter les produits manufacturés jusqu’aux marchés de consommation. De plus, à partir de 1959, l’industrie a bénécié d’une nouvelle réalisation technique majeure qui a ouvert l’accès à l’océan Atlantique : la voie maritime du Saint-Laurent.

12 Une des nombreuses aciéries de la région – Non seulement le bassin hydrographique des Grands Lacs permet le transport par bateau, mais il fournit aussi à l’industrie une ressource indispensable : l’eau. Pour produire une tonne d’acier ou une automobile, il faut une énorme quantité d’eau. La région des Grands Lacs américains et canadiens

263

Territoire industriel − GRANDS LACS

13 Grands ports et ressources énergétiques et minières de la région des Grands Lacs américains et canadiens

Sources : United States Geological Survey ; US Environmental Protection Agency ; Transports Canada et autres, Étude des Grands Lacs et de la voie maritime du Saint-Laurent, 2007.

2.3 D’autres facteurs favorables En plus des facteurs naturels, la région des Grands Lacs américains et canadiens présentait d’autres avantages indispensables au développement d’un territoire industriel. La région disposait en effet d’une population nombreuse, ainsi que d’un accès à des marchés* importants.

* Marché Ensemble des consommateurs d’un produit ou d’un service.

264

Dès le début de la colonisation européenne, les sols fertiles ont attiré beaucoup de monde dans la région. Par la suite, l’importante production agricole a favorisé à son tour l’accroissement de la population à cet endroit. Pour l’industrie, cette population nombreuse représentait un grand bassin de main-d’œuvre et de consommateurs de produits manufacturés.

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

A C TIVITÉS

De plus, la région des Grands Lacs pouvait atteindre facilement les importants marchés de la côte est américaine. Également, grâce au euve Saint-Laurent, les ports des Grands Lacs se trouvaient à une plus courte distance de l’Europe (important marché d’exportation) que les ports de la côte est américaine.

1. Différents facteurs expliquent pourquoi la région des Grands Lacs américains et canadiens est devenue un important territoire industriel.

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

a) Repérez ces facteurs dans la liste suivante et cochez-les. 1. Accès aux marchés de la côte est américaine

6. Précipitations abondantes

2. Climat doux

7. Présence de charbon

3. Concentration de pouvoirs politiques

8. Ressources naturelles abondantes

4. Plans d’eau et voies navigables

9. Tourisme développé

5. Population nombreuse

10. Vieillissement de la population

b) Parmi les termes que vous avez cochés en a, lesquels sont des facteurs naturels ?

2. Une ressource naturelle, utilisée dans la fabrication de produits, a favorisé l’implantation de l’industrie sidérurgique dans la région des Grands Lacs.

a) Quelle est cette ressource ? b) Près de quel Grand Lac cette matière première est-elle concentrée (voir le document 13 ) ?

c) Quel lien pouvez-vous faire entre la présence de cette matière première et l’importance de l’industrie automobile dans la région ?

d) Quelle autre ressource naturelle, très abondante dans la région, a favorisé l’implantation de l’industrie, particulièrement de l’industrie automobile ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

265

A C TIVITÉS

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

Groupe :

Date :

3. Répondez aux questions suivantes à l’aide de la carte « Grands ports et ressources énergétiques et minières de la région des Grands Lacs américains et canadiens » (document 13 ).

a) Certains facteurs ont permis à la région des Grands Lacs de devenir une région industrielle. Quels sont les facteurs illustrés par la carte ? Pour chacun des facteurs que vous relevez, donnez au moins un exemple, en vous appuyant toujours sur la carte.

b) Où se trouvent principalement les gisements de charbon ?

c) Les gisements de charbon se trouvent-ils surtout du côté américain ou du côté canadien de la région des Grands Lacs ?

d) À part le fer, les ressources minières se trouvent-elles surtout du côté américain ou du côté canadien ? Dans quel État ou dans quelle province ?

e) En ne comptant que les ports érigés sur les rives des Grands Lacs, combien comptezvous de ports du côté canadien ?

Du côté américain ?

f) Qu’est-ce que la présence d’un si grand nombre de ports révèle ?

4. Quel facteur humain, indispensable au développement de l’industrie, est illustré par les documents

7

,

8

et

9

?

Pourquoi ce facteur est-il important ? Donnez deux raisons.

266

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs dispose d’importantes infrastructures de transport et de distribution d’énergie. Ces infrastructures permettent d’acheminer des matières premières vers les industries. Après leur fabrication, les produits transformés sont acheminés vers les marchés par ces mêmes infrastructures de transport.

Des infrastructures spécialisées, nécessaires au développement industriel Les Grands Lacs constituent le plus grand système de transport intérieur uvial au monde. Les lacs sont reliés par des cours d’eau, des canaux et des écluses, ce qui en fait aussi l’une des artères de transport les plus achalandées de la planète. En 1959, l’ouverture de la voie maritime du Saint-Laurent, entre Montréal et le lac Érié, a augmenté le potentiel commercial de la région. Avant 1959, le passage était accessible seulement aux navires de petite taille. Grâce à la voie maritime, des navires de dimensions moyennes en provenance de l’océan Atlantique peuvent y naviguer.

* Écluse Porte munie de vannes, qui sert à libérer ou à retenir les eaux d’une rivière ou d’un euve, et à faire passer un bateau d’un niveau à un autre.

Au long de leur parcours entre le lac Supérieur et l’océan Atlantique, les eaux descendent d’environ 180 m. La plupart de ces changements d’élévation sont dus à la présence de chutes (comme les chutes Niagara) ou de rapides. Des canaux et des écluses* ont été aménagés an de permettre aux navires de franchir ces obstacles naturels.

Canal du Sault Ste. Marie

Élévation : 183,4 m

Lac Supérieur

Territoire industriel − GRANDS LACS Territoire industriel

3. Aménagement

Canal Welland (8 écluses)

Élévation : 176,3 m

Élévation : 174,3 m

Lac Érié Lac Michigan et lac Huron

Niveau de la mer

Section Montréal– Lac Ontario (7 écluses)

Élévation : 75 m

Lac Ontario

Élévation : 6 m

Fleuve Saint-Laurent

14 Le réseau des Grands Lacs et de la voie maritime du Saint-Laurent – Le réseau offre une voie navigable profonde, au cœur de l’Amérique du Nord. Du port de Sept-Îles (Québec) au port de Duluth-Superior, la voie d’eau s’étire sur un parcours de 3700 km. La partie qui s’étend de Montréal au lac Érié s’appelle la « voie maritime du Saint-Laurent ». Au cours d’une année, elle fonctionne habituellement pendant neuf mois et demi ; la période navigable commence au mois de mars et se termine vers la n décembre.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

267

Territoire industriel − GRANDS LACS

En plus des voies navigables et des ports, de grandes infrastructures spécialisées façonnent le territoire industriel des Grands Lacs. On y trouve des réseaux de transport terrestre ainsi que des aéroports et des chemins de fer qui permettent l’expédition des marchandises et le déplacement des personnes. Le territoire est aussi traversé par des pipelines qui transportent le pétrole et le gaz naturel vers les lieux de rafnage et de consommation. Enn, il compte plusieurs centrales de pro15 Des infrastructures de la région des Grands Lacs américains et canadiens duction d’énergie électrique et un réseau de distribution A d’électricité. Le document 15 illustre les routes et chemins de fer (carte A) de même que les centrales électriques et les pipelines (carte B). Les aéroports ne sont pas représentés.

B

268

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

1. Les industries ont absolument besoin de réseaux de transport. a) Pourquoi ?

b) Indiquez pourquoi chacune des industries suivantes a besoin d’un réseau de transport. 1. Industrie du pétrole :

Territoire industriel − GRANDS LACS

A C TIVITÉS

Nom :

2. Industrie de l’automobile :

2. Répondez aux questions suivantes à l’aide des documents

et 15 . Pour chacune des infrastructures que vous nommez, précisez quel document vous a permis de répondre. 13

a) On trouve à Cleveland plusieurs aciéries (voir le document 3 ). De quelles infrastructures dispose cette ville pour pouvoir exploiter des aciéries ?

b) La ville de Detroit a été surnommée « le berceau de l’automobile ». À quelles infrastructures recourent les usines d’assemblage d’automobiles ?

c) Deux infrastructures expliquent la présence de plusieurs rafneries à Sarnia. Lesquelles ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

269

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

Groupe :

3. Consultez les documents

13

Date :

et 14 , de même que le texte de la page 267, puis cochez

la bonne réponse.

a) La voie maritime du Saint-Laurent est : 1. une voie navigable naturelle. 2. une réalisation technique. 3. une compagnie de transport maritime.

b) Un cargo, pouvant franchir des écluses, part de Montréal pour livrer des marchandises à l’ouest (voir document 13 ). En empruntant la voie maritime du Saint-Laurent, puis le réseau des Grands Lacs, le port le plus éloigné qu’il peut atteindre est : 1. le port de Cleveland, sur les bords du lac Érié. 2. le port de Chicago, sur les bords du lac Michigan. 3. le port de Duluth-Superior, sur les bords du lac Supérieur.

c) Le réseau Grands Lacs – voie maritime du Saint-Laurent s’étend : 1. du lac Supérieur à l’océan Pacique. 2. du lac Érié au euve Hudson. 3. du lac Supérieur à l’océan Atlantique.

4. Complétez les phrases suivantes. Du lac Supérieur à l’océan ______________________, l’eau n’est pas toujours à la même élévation. Les phénomènes naturels, comme les _______________ et les _______________, constituent un obstacle à la navigation. C’est pourquoi on a aménagé des ______________ et des _________________. Ces installations ont permis la navigation d’un bout à l’autre du réseau. La section de la voie maritime du Saint-Laurent a été inaugurée en __________.

Savez-vous que… ? Ce laquier, ou cargo de marchandises, d’environ 200 m de longueur, peut emprunter les écluses de la voie maritime du Saint-Laurent. Ce n’est pas le cas des navires ayant plus de 225 m de longueur ; ces derniers circulent sur les quatre Grands Lacs à l’ouest du canal Welland. Un grand laquier peut transporter la même quantité de marchandises que 870 camions.

270

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

5. Complétez la carte suivante à l’aide des consignes. Titre :

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

a) Tracez en rouge le trajet que des pièces d’acier peuvent faire par bateau, en partant de Sault Ste. Marie, pour atteindre la ville ayant le plus d’usines d’assemblage d’automobiles. Consultez les documents 6 et 13 . b) Tracez en bleu foncé le trajet que ces automobiles pourraient parcourir en train, une fois assemblées. Elles partent de la ville qui a reçu la livraison de pièces d’acier, et elles arriveront à Chicago. Consultez le document 15 A. c) Le pétrole brut en provenance de Montréal est acheminé par pipeline jusqu’à Sarnia, pour y être rafné. Tracez son trajet en noir, sur la carte. Consultez le document 15 B. d) Le charbon sert à produire de l’énergie. Du charbon de la région de Pittsburgh, en Pennsylvanie, est acheminé vers la centrale thermique de Nanticoke, en Ontario, en passant par Ashtabula. Sur la terre ferme, le charbon voyage en train. Indiquez son trajet au moyen d’une ligne pointillée noire. Consultez les documents 13 et 15 A. e) Donnez un titre à la carte et complétez la légende.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

271

Territoire industriel − GRANDS LACS

4. Enjeux La région industrielle des Grands Lacs américains et canadiens doit faire face à deux enjeux majeurs. D’une part, elle doit demeurer compétitive an de conserver sa place dans l’économie mondiale. D’autre part, étant donné ses répercussions négatives considérables sur l’environnement, l’industrie doit parvenir à maintenir ses activités en réduisant autant que possible leur impact environnemental.

Conserver sa place dans l’économie mondiale La région industrielle des Grands Lacs est fragilisée. Même si elle demeure très importante dans l’ensemble de l’économie canado-américaine, elle n’occupe plus la place qu’elle occupait il y a environ 40 ans. Quelles sont les raisons de ce déclin ? Un déclin dû à des changements technologiques

* Décennie Période de 10 ans.

Depuis les décennies* 1950 et 1960, d’importants changements technologiques ont modié l’industrie manufacturière des principaux pays industrialisés. Ces changements consistent surtout dans l’automatisation de la production : de plus en plus de tâches effectuées jusqu’alors manuellement par des ouvriers ont été conées à des machines de plus en plus performantes. Cette automatisation poussée a permis de produire la même quantité de biens qu’auparavant, ou une quantité supérieure, mais avec beaucoup moins de travailleurs. Et cela, dans le même laps de temps. C’est ce qu’on appelle « l’augmentation de la productivité ».

16 Des robots à l’œuvre dans une usine – L’automatisation fait en sorte que certaines actions peuvent désormais être faites automatiquement, sans l’intervention d’un être humain.

272

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Voici d’autres exemples de hausse de productivité, cette fois dans l’industrie automobile. Alors qu’au début des années 1950, on assemblait 60 voitures par heure sur la chaîne de montage de GM en Ohio, à la n des années 1960, on en assemblait 100. En 2005, le constructeur automobile japonais Honda, qui exploite six usines au Canada et aux États-Unis, mettait cinq ans à concevoir et à mettre en marché un nouveau modèle. En 2010, grâce à la conception et à la fabrication assistées par ordinateur, cette durée a été réduite à trois ans.

Territoire industriel − GRANDS LACS

Par exemple, dans l’ensemble de l’industrie manufacturière, 177 ouvriers pouvaient produire la même quantité de biens en 2010 que 1000 ouvriers en 1950 (voir le document 17). En 60 ans, la productivité a été multipliée par 5 !

L’augmentation de la productivité a eu des effets sur la plupart des secteurs traditionnels de l’industrie manufacturière : métallurgie, chimie, automobile, bois, pâtes et papiers, textile et vêtement. Par conséquent, la proportion des emplois dans ces secteurs a diminué. Or, l’économie de la région des Grands Lacs dépend largement de ces secteurs. La baisse des emplois dans l’industrie manufacturière explique donc en partie le déclin de la région.

Nombre d’ouvriers

17

Industrie manufacturière : nombre d’ouvriers nécessaires en 2010 pour faire le travail qu’accomplissaient 1000 ouvriers en 1950 1000 900

1000

800

813

700 600

627

500 485

400 300 Source : Présentation de William Strauss, économiste, Federal Reserve Bank of Chicago, Conférence « Manufacturing Perspectives », Chicago, 2011 [en ligne]. Consulté le 20 avril 2012.

362

200

243 177

100 0

1950

1960

1970

1980

1990

2000

2010 Année

18 L’automatisation de l’industrie automobile L’arrivée des robots sur la chaîne de montage a éliminé des dizaines de milliers d’emplois. Jusqu’en 2010, l’industrie automobile était le plus grand utilisateur de robots industriels.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

273

Territoire industriel − GRANDS LACS

D’autres facteurs D’autres facteurs, liés au contexte économique global, expliquent aussi le déclin de la région des Grands Lacs. Il s’agit entre autres de la transformation de l’économie et de la concurrence internationale.

* Secteurs de haute technologie TIC, robotique, biotechnologies, aérospatiale, etc. On les appelle aussi les « technologies de pointe ».

Au cours des dernières décennies, la structure de l’économie des principaux pays industrialisés s’est radicalement transformée. Les secteurs de haute technologie* ont progressé de façon considérable. Par exemple, l’informatique a connu un essor spectaculaire à partir des années 1980. Le même phénomène a été observé dans le secteur des TIC (technologies de l’information et des communications) depuis les années 1990. Les services ont aussi connu une forte croissance au cours de ces décennies. Tous ces bouleversements ont diminué la part de l’industrie manufacturière dans l’ensemble de l’économie.

En même temps que la structure de l’économie se modiait, la concurrence internationale s’est intensiée. Par exemple, dans les années 1970, l’industrie automobile nord-américaine subissait la concurrence d’autres pays. À cette époque, des producteurs étrangers, principalement japonais, offraient aux consommateurs canadiens et américains des voitures plus performantes, à des prix moins élevés que les modèles fabriqués en Amérique du Nord. Les constructeurs nord19 Un secteur de haute technologie – Des employés de l’industrie américains ont donc vu baisser biopharmaceutique manipulent des produits. la demande pour leurs véhicules. Certaines usines de la région des Grands Lacs ont dû fermer leurs portes ou ralentir leur production. D’autres se sont déplacées : des entreprises ont transféré leur production ailleurs, notamment au Mexique et dans le sud des États-Unis. À ces deux endroits, les salaires des ouvriers sont beaucoup plus bas, ce qui permet aux entreprises de réduire leurs coûts et donc d’augmenter leurs prots. C’est ce qu’on appelle la « délocalisation » d’entreprises (voir la partie C de ce dossier, page 285).

* Chômage Situation d’une population qui est en âge et capable de travailler, mais qui se trouve sans emploi.

274

Conséquence : chômage* et perte d’emplois Dans la région des Grands Lacs, le déclin de l’activité industrielle affecte surtout une portion de territoire en forme de croissant, qui va de Detroit à Buffalo, au sud du lac Érié aux États-Unis. C’est dans cette zone que les fermetures d’usine ont été les plus durement ressenties. Entre 1950 et 2010, de grandes villes comme Detroit et Cleveland ont même vu leur population diminuer respectivement de 62 % et 47 %. Une bonne partie des habitants ont déménagé en banlieue, mais beaucoup d’autres ont quitté la région an de trouver un emploi ailleurs.

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire industriel − GRANDS LACS

Millions d’emplois

20 Les emplois dans les industries manufacturières, dans la partie américaine de la région des Grands Lacs, de 1969 à 2010 5,5 5 4,5 4 3,5 Source : Bureau of Economic Analysis/Haver Analytics. Cité par Bill Testa et Norman Wang, Great Lakes’ manufacturing job loss in perspective, Federal Reserve Bank of Chicago, 13 février 2012 [en ligne]. Consulté le 20 avril 2012.

3 2,5 0

1969

1974

1979

1984

1989

1994

1999

2004

2009 Année

21 Une usine abandonnée... – Avant 1970, la puissante région du nord-est américain, qui s’étire de Chicago à Boston et qui inclut la région industrielle des Grands Lacs, était surnommée la Manufacturing Belt. Dans les années 1980, à la suite du déclin des industries traditionnelles, elle a reçu le surnom peu glorieux de Rust Belt (ceinture de la rouille)…

En résumé, trois principaux facteurs expliquent le déclin de la région industrielle des Grands Lacs américains et canadiens : les changements technologiques dans les secteurs traditionnels de l’industrie manufacturière, la transformation profonde de l’économie des pays industrialisés et la concurrence internationale, laquelle a entraîné la délocalisation. Pour la population de cette région, ces changements se sont traduits par la disparition de nombreux emplois et l’augmentation du chômage. Des mesures pour contrer le déclin Des mesures viennent parfois freiner le déclin d’une région industrielle ou en atténuer les effets. Ces mesures peuvent provenir des gouvernements ou des entreprises. L’aide gouvernementale à l’industrie automobile Il arrive que des gouvernements interviennent an de soutenir un secteur de l’industrie en difculté. Ainsi, pour faire face à la concurrence japonaise, le gouvernement américain a tenté au début des années 1980 de protéger les constructeurs d’automobiles. Il a négocié avec le Japon des accords de « restrictions volontaires des exportations ». Ces accords visaient à limiter le nombre de voitures japonaises sur le marché nord-américain. Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

275

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

Groupe :

Date :

Également, le soutien des gouvernements américain et canadien en 20082009 a permis de sauver deux géants de l’industrie automobile présents dans la région des Grands Lacs : General Motors et Chrysler. Les ventes de ces entreprises avaient chuté dramatiquement et elles menaçaient de fermer leurs portes. Le gouvernement a accepté de leur venir en aide, à condition qu’elles apportent des changements majeurs dans leur organisation. L’entente précisait que l’industrie automobile devait être plus compétitive et produire des véhicules moins polluants. Une fois remises sur pied, General Motor et Chrysler ont remboursé seulement une partie de leur dette. Le gouvernement américain a versé environ 50 milliards de dollars à General Motors. La conversion vers les nouvelles technologies

A C TIVITÉS

En Amérique du Nord, la plupart des industries de haute technologie se sont développées ailleurs que dans la région industrielle des Grands Lacs. Ainsi, dès les années 1970, l’État de la Californie (à l’extrémité ouest des ÉtatsUnis) s’est démarqué dans les domaines de l’électronique, des ordinateurs et de la micro-informatique. Aujourd’hui, la région des Grands Lacs se réoriente peu à peu vers les industries de haute technologie pour tenter de freiner son déclin. En effet, même si plusieurs villes de la région demeurent axées sur l’industrie manufacturière traditionnelle, certaines entreprises changent complètement la nature de leurs activités.

1. La région industrielle des Grands Lacs américains et canadiens a connu un certain déclin au cours des années 1970 à 2010. Plusieurs facteurs expliquent cette situation. Décrivez trois de ces facteurs en complétant les phrases suivantes à l’aide des mots de la liste. Attention! Deux mots sont superus. • automatisation • automobile • concurrence • déclin • dépendante • économie • emploi • hautes technologies • services • transformation • profonde • traditionnelles

Premièrement, l’______________________ de la production manufacturière a permis de produire beaucoup plus de biens matériels en employant beaucoup moins de travailleurs. La part de l’______________________ manufacturier dans l’ensemble de la main-d’œuvre a donc diminué. Ce fait explique en partie le _____________________ de l’activité industrielle dans la région des Grands Lacs. Deuxièmement, la région est restée ____________________ d’industries ______________________, comme l’industrie ______________________, alors que l’______________________ des principaux pays développés est maintenant orientée vers les ______________________ et les ______________________. Troisièmement, la _________________ internationale a fait chuter les ventes des automobiles nord-américaines.

276

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

2. a) En 2010, dans l’industrie manufacturière, il ne fallait que 177 ouvriers pour produire ce que 1000 ouvriers produisaient en 1950. Comment appelle-t-on ce phénomène ? L’ _______________________ de la _______________________ .

b) Quelle est la cause de ce phénomène ?

c) Quels documents photographiques illustrent la cause que vous avez donnée en b ?

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

3. D’après le document

17 , l’augmentation de la productivité a été particulièrement forte pendant deux décennies. Lesquelles ? Justiez votre réponse en vous appuyant sur des nombres.

4. D’après le document

20

, combien y avait-il d’emplois dans la partie américaine de la

région des Grands Lacs en 1969 ? En 2010 ?

5. À l’aide des documents

17 et 20 , observez comment évoluent, de façon globale, la productivité et l’emploi. Quel lien pouvez-vous faire entre l’augmentation de la productivité qui a eu lieu depuis environ un demi-siècle et le nombre d’emplois manufacturiers dans la partie américaine des Grands Lacs de 1969 à 2010 ?

6. a) À partir des années 1970, un bon nombre de consommateurs du Canada et des États-Unis ont préféré acheter des voitures japonaises plutôt que des voitures nordaméricaines. Pourquoi ?

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

277

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

Groupe :

Date :

b) Expliquez dans vos mots ce qu’est la concurrence internationale.

7. Indiquez deux mesures adoptées par des gouvernements ou par des entreprises pour freiner le déclin des activités industrielles dans la région des Grands Lacs.

8. a) Donnez deux conséquences pour les travailleurs du déclin de certaines activités industrielles dans la région des Grands Lacs.

b) Quelle zone de la région des Grands Lacs a été la plus affectée par le déclin de l’activité industrielle ? c)

P. 294 Dessinez une carte schématique de la région des Grands Lacs qui correspondra au titre suivant : La zone de la région des Grands Lacs américains et canadiens la plus affectée par le déclin industriel.

N’oubliez pas : une carte schématique est esquissée à grands traits et ne montre que les éléments essentiels.

278

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Pendant des décennies, les industries ont rejeté de grandes quantités de polluants dans les Grands Lacs. Ces polluants s’ajoutaient aux eaux usées non traitées que les villes environnantes rejetaient. En effet, autrefois, les gens croyaient qu’étant donné l’immense volume d’eau des lacs, les polluants disparaissaient en se diluant dans l’eau. Pourtant, les impacts sur l’environnement et la santé des personnes étaient inévitables. Par exemple, peu à peu, les poissons sont devenus impropres à la consommation et l’industrie de la pêche s’est effondrée.

?

Savez-vous que… ? Plus de 60 millions de visiteurs fréquentent chaque année les 98 parcs d’États américains, les 39 parcs provinciaux canadiens et les 12 parcs nationaux (américains et canadiens) sur les rivages canadiens et américains des Grands Lacs.

Territoire industriel − GRANDS LACS

Harmoniser industrie et environnement

Les impacts environnementaux de l’intense activité industrielle dans la région des Grands Lacs sont considérables : pollution de l’air, précipitations acides, contamination des sols par des déchets toxiques, pollution de l’eau, destruction d’habitats fauniques, etc. Toutefois, ce n’est pas simple d’harmoniser les besoins de l’industrie et la protection de l’environnement, car les mesures de protection et de restauration sont très coûteuses et difciles à mettre en place. L’air : les précipitations acides La combustion de charbon et de pétrole par l’industrie et par les véhicules à moteur émet des gaz polluants dans l’atmosphère. Certains de ces polluants acidient les précipitations : le dioxyde de soufre et les oxydes d’azote. Lorsque ces gaz se combinent à la vapeur d’eau atmosphérique, les précipitations (pluie, neige) deviennent acides. Les effets de ces précipitations se font sentir jusqu’à des centaines et même des milliers de kilomètres de la source de pollution.

22 Pollution atmosphérique – Des gaz polluants sont envoyés dans l’atmosphère par les usines. Même si des innovations technologiques ont permis, au cours des dernières décennies, de diminuer la quantité de gaz rejetés dans l’atmosphère, il reste beaucoup à faire dans ce domaine.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

279

Territoire industriel − GRANDS LACS

Le sol : l’enfouissement des déchets industriels – Le cas de Love Canal En août 1978, des centaines de familles ainsi que deux écoles doivent être délogées du quartier Love Canal de Niagara Falls, dans l’État de New York. On a découvert que 21 000 tonnes de produits chimiques enfouis sous terre empoisonnaient les citoyens. Le public réalise avec stupeur qu’il y a potentiellement des centaines d’autres « Love Canal » dans la région des Grands Lacs, c’est-à-dire des endroits qui représentent une menace en raison des déchets toxiques qu’ils renferment. 23 La tragédie de Love Canal – En 1953, une entreprise active dans l’industrie chimique vend au conseil scolaire de Niagara Falls un terrain qui avait servi à enfouir des déchets toxiques. Le prix : 1,00 $. Sur le contrat de vente, un avertissement mentionne la possibilité de fuites de produits chimiques à cet endroit. Cela n’empêche pas les autorités d’y construire écoles et maisons. À la n des années 1970, les habitants se plaignent de nombreuses maladies et rapportent même des cas de malformations à la naissance. Les propriétaires de maison forment une association et exigent des compensations nancières de même que des soins.

L’eau : des zones côtières polluées Dans la région des Grands Lacs, les activités industrielles sont concentrées sur les zones côtières. L’environnement y est donc parfois très dégradé. Les autorités canadiennes et américaines ont identié dans la région une quarantaine de sites problématiques. Un endroit peut être dégradé pour plusieurs raisons, par exemple à cause d’un excès de bactéries ou de polluants dans l’eau ou à cause de la destruction d’habitats fauniques, aquatiques et terrestres. L’accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs Les États-Unis et le Canada se sont engagés à reconstituer et à maintenir la santé environnementale du bassin des Grands Lacs. Ainsi, en 1972, la Commission mixte internationale a pu être créée à la suite d’un accord. Le mandat de la Commission consiste à réduire la pollution dans les Grands Lacs et à nettoyer les sites de pollution dans le bassin.

280

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

* Sédimentation Formation d’un dépôt de particules (de sédiments) sur le fond du lac.

* Exotique Étranger, qui provient d’un autre milieu.

« On parle depuis les années 1950 de la “mort” du lac Érié pour souligner l’impact des activités humaines sur les écosystèmes naturels. Dans les années 1950 et 1960, la rivière Cuyahoga, qui se jette dans le lac Érié, a pris feu à cause d’huiles polluantes qui ottaient à sa surface. Aux problèmes de pollution découlant de la présence de nombreux contaminants [...] se sont ajoutés les problèmes du déboisement, de la sédimentation* et de l’assèchement de marécages. Les eaux d’égout non traitées, la multiplication des algues et l’accumulation de métaux toxiques dans les sédiments ont entraîné des fermetures de plages, la réduction de l’oxygène dissous dans l’eau, la contamination des poissons. C’est ainsi qu’est apparue l’idée de la “mort” du lac Érié. On craignait que les autres lacs connaissent la même n.

Territoire industriel − GRANDS LACS

24 Le cas du lac Érié : des progrès, mais le problème de la qualité de l’environnement demeure...

Des efforts concertés de gestion ont été menés dans les années 1970 an d’assainir le lac Érié et les autres Grands Lacs. Pourtant après plus de deux décennies de nouvelles plutôt bonnes au sujet des lacs, le lac Érié montre toujours les signes d’une crise environnementale. D’après les scientiques, des causes diverses et complexes entraînent de nouvelles perturbations de l’écosystème : des poissons et des oiseaux qui meurent en grand nombre ; une vaste zone absente de vie près des rives de l’Ohio, et la présence d’espèces exotiques* envahissantes, particulièrement des carpes asiatiques et des moules. » Faye Anderson et William Arthur Atkins, « Great Lakes » dans Water Encyclopedia [en ligne]. Consulté le 20 mars 2012. Notre traduction.

Savez-vous que… ? Le tiers du territoire de la région des Grands Lacs est consacré à l’agriculture. Une importante pollution agricole due à l’épandage de fertilisants et à l’usage de pesticides s’ajoute donc aux rejets industriels et domestiques. On voit sur cette photo un vignoble sur les rives du lac Ontario avec, en arrière-plan, la ville de Toronto.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

? La région des Grands Lacs américains et canadiens

281

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

Groupe :

Date :

Des solutions Il existe des pistes de solution pour diminuer la gravité des problèmes environnementaux de la région des Grands Lacs américains et canadiens. En voici quelques-unes. Des solutions pour réduire les problèmes qui affectent la qualité de l’air :

Des solutions pour réduire les problèmes de pollution des sols :

• Instaurer des règlements encore plus stricts

• Enlever la couche de sol ou les barils

que ceux qui sont actuellement en vigueur pour contrôler la qualité de l’air ; • Mettre au point des technologies an de

brûler plus proprement les carburants ; • Filtrer les gaz avant qu’ils ne soient relâchés

dans l’atmosphère. Depuis les années 1980, le Québec, l’Ontario et les États du nord-est américain ont réussi à réduire les émissions polluantes, qui sont à l’origine du problème des précipitations acides, mais pas sufsamment pour rétablir les écosystèmes.

contenant des matières polluantes ; • Empêcher les polluants d’imprégner les sols

et les traiter. Des solutions pour réduire les problèmes qui affectent la qualité de l’eau : • Décontaminer les sédiments ; • Contrôler les eaux de ruissellement polluées et

dépolluer les plages ; • Restaurer les marécages dégradés ; • Conserver et améliorer les ressources

A C TIVITÉS

fauniques (poissons, oiseaux notamment).

1. Sur le plan de l’environnement, quelles sont les conséquences générales de l’intense activité industrielle dans la région des Grands Lacs ?

2. Dans la région des Grands Lacs, quels endroits sont plus particulièrement touchés par la dégradation de l’environnement ?

3. Indiquez le nom d’un endroit habité qui a été contaminé par des produits toxiques enfouis dans le sol par une entreprise industrielle. Racontez de façon chronologique ce qui est arrivé, en vous référant au texte de la page 280 et au document 23 .

282

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

4. D’après le document

24

Date :

, pourquoi s’est-on mis à parler de la « mort » du lac Érié dans les

années 1950 ?

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

5. Nommez une mesure prise pour réduire la pollution industrielle dans les Grands Lacs.

6. D’après le document

24 , malgré des efforts pour assainir les Grands Lacs depuis les années 1970, on assiste encore à des perturbations des écosystèmes. Donnez trois exemples.

7. Voici une liste de moyens pour diminuer la gravité des problèmes environnementaux causés par les activités industrielles. Précisez si le moyen vise à combattre la pollution de l’eau, la pollution de l’air ou la pollution des sols.

a) Empêcher la migration des polluants dans le sol et les traiter :

b) Mettre au point des technologies pour brûler plus proprement les carburants :

c) Contrôler les eaux de ruissellement polluées et dépolluer les plages :

d) Restaurer les marécages dégradés : e) Filtrer les gaz avant qu’ils ne soient relâchés dans l’atmosphère :

f) Extraire la couche de sol contenant des polluants : Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La région des Grands Lacs américains et canadiens

283

Territoire industriel − GRANDS LACS

Nom :

Groupe :

Date :

5. Vue d’ensemble Complétez le tableau an d’avoir une vue d’ensemble de la région industrielle des Grands Lacs américains et canadiens. La région industrielle des Grands Lacs américains et canadiens Aspects Localisation

Information À l’____________ de l’Amérique du Nord, dans le ____________ des États-Unis et dans le sud du _________________. • Cinq immenses lacs. Quatre chevauchent la frontière canado-américaine : les lacs ________________, ________________, _________________, _________________.

Description

Le lac ________________ est aux États-Unis. • Nombreuses villes très peuplées. Cinq pôles industriels :

Population

Environ ____________________ de personnes vivent dans la région des Grands Lacs américains et canadiens. • Facteurs naturels (3) :

Facteurs qui expliquent l’installation d’industries dans la région

• Autres atouts : – Population nombreuse, ce qui représente : • • – Accès aux marchés suivants : •



• Voies navigables : le réseau Grands Lacs – ________________________ du Saint-Laurent, avec Aménagement : des infrastructures spécialisées

ses ports, ses _______________ et ses _______________. • Autres infrastructures spécialisées (3) :

• Deux enjeux •

284

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Depuis quelques dizaines d’années, la production et l’échange des marchandises, de même que les communications, se font à l’échelle de la planète : c’est la mondialisation de l’économie. Les pays sont en forte concurrence, par exemple pour avoir accès aux matières premières ou à de nouveaux marchés. C’est pourquoi certaines entreprises décident de transférer des usines dans d’autres régions ou vers des pays en développement.

Territoire industriel

C

Enjeu à l’échelle planétaire

Le déplacement des multinationales Dans un pays industrialisé, le déclin d’une activité industrielle peut s’expliquer par l’épuisement d’une ressource naturelle. Par exemple, la ville minière de Murdochville, en Gaspésie (Québec), a connu un tel déclin. Son économie reposait sur l’exploitation de la mine de cuivre et sur l’activité de la fonderie de Noranda. L’épuisement des gisements de cuivre a entraîné la fermeture de la mine en 1999, puis celle de la fonderie en 2002. De nombreux emplois de qualité ont ainsi disparu de la région.

25 Un appareil photo Kodak, mis sur le marché en 1910 – Cet appareil ne se trouve plus que chez les collectionneurs. L’entreprise Kodak a été fondée en 1881 aux États-Unis. Elle remporta un tel succès que pendant longtemps, dans le langage familier, le mot «Kodak» a été utilisé pour désigner n’importe quel appareil photo.

* Multinationale Entreprise de grande taille qui exploite des liales dans plusieurs pays.

Des technologies dépassées peuvent aussi expliquer le déclin d’une activité industrielle. Par exemple, l’entreprise américaine Eastman Kodak, géant de la photographie tout au cours du 20e siècle, n’a pas su s’adapter lorsque d’autres entreprises ont mis sur le marché des appareils photo numériques. Résultat : de 2003 à 2011, aux États-Unis, Kodak ferme 13 usines et 103 laboratoires, abolissant du coup 47 000 emplois. En 2012, l’entreprise déclare faillite puis procède à une réorganisation. Tout en continuant à mettre sur le marché divers accessoires, Kodak arrête dénitivement la production d’appareils photo et de caméras. Cependant, aujourd’hui plus que jamais, des facteurs liés au contexte international doivent être pris en considération pour expliquer les difcultés ou les succès que connaissent les territoires industriels. Par exemple, la mondialisation et la concurrence internationale qui a suivi ont fait en sorte que les grandes entreprises, et surtout les entreprises multinationales*, sont aujourd’hui plus mobiles qu’avant. Elles opèrent maintenant dans un grand nombre de pays en répartissant leurs différentes activités de production. C’est ce qu’illustre le document 26, à la page suivante, en prenant comme exemple l’industrie automobile : les composants d’une automobile assemblée au Canada ou aux États-Unis ont été fabriqués dans au moins sept pays.

Enjeu à l’échelle planétaire

285

Territoire industriel

Recouvrement de sièges : Mexique

Radio : Corée du Sud

Pièces électroniques : Thaïlande

Carrosserie en aluminium : Canada

Moteur : Japon

Jantes : Mexique

Châssis en acier : États-Unis

Caoutchouc des pneus : Malaisie

Assemblage : États-Unis 26 La division internationale du travail – Des multinationales répartissent leurs activités de production dans plusieurs pays. Les différents composants sont ensuite acheminés vers une usine d’assemblage.

* Prot Différence entre les revenus et les dépenses d’une entreprise.

* Pays en

développement Pays où le niveau de vie est plus faible que celui des pays développés. Le revenu de la majorité des habitants y est très bas. Le niveau d’industrialisation dans les pays en développement est généralement faible.

Dans le contexte de la mondialisation, une multinationale recourt parfois à la délocalisation : elle ferme une ou plusieurs usines et transfère sa production ailleurs. Par exemple, en 2007, la multinationale canadienne Bombardier a fermé son usine d’assemblage de véhicules tout-terrain de Valcourt, au Québec. En transférant sa production au Mexique, l’entreprise a diminué ses coûts de production. En effet, pour une journée de travail, les travailleurs mexicains gagnent environ ce que gagnent les travailleurs canadiens pour une heure de travail. La délocalisation industrielle est le transfert des activités de production des pays développés vers des pays offrant une maind’œuvre moins coûteuse. En réduisant ses coûts de production, l’entreprise s’assure de générer un plus grand prot*. Certaines causes de la délocalisation La délocalisation concerne : • les pays d’où partent les entreprises, en général des pays développés ayant

des territoires industriels ; • les pays qui accueillent les entreprises délocalisées, en général des pays en

développement*.

Voici les principaux avantages compétitifs qui incitent les entreprises à délocaliser leur production vers des pays en développement : • La main-d’œuvre y est moins coûteuse. • Les matières premières, y compris les sources d’énergie, sont plus facilement accessibles et coûtent moins cher. • Les normes et les règlements environnementaux sont moins sévères ou inexistants, ou bien les mesures de contrôle sont inefcaces.

286

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Territoire industriel 27 Des travailleurs, majoritairement féminins, dans une manufacture de vêtements au Mexique – Plusieurs entreprises américaines ou canadiennes transfèrent leur production au Mexique. Les salaires y sont plus bas qu’aux États-Unis ou qu’au Canada.

Les délocalisations sont aussi possibles d’une région à une autre dans un pays industrialisé, par exemple du nord au sud des États-Unis. Elles peuvent également s’effectuer d’un pays développé à un autre, par exemple de l’Allemagne à la Pologne.

Savez-vous que… ? * Services Secteurs économiques qui ne produisent pas de biens matériels, par exemple les nances, les ventes au détail, le tourisme, l’administration, les soins de santé et l’enseignement.

?

Les délocalisations ne se limitent pas aux industries manufacturières. Certains emplois dans les services* peuvent aussi être délocalisés. C’est le cas des emplois de réceptionnistes ou de préposés à la clientèle dans les secteurs des communications, des services nanciers, etc. Cependant, les délocalisations dans les services sont beaucoup moins nombreuses que dans l’industrie manufacturière, étant donné que plusieurs services exigent une certaine proximité. En effet, qui irait se faire couper les cheveux à Mumbai, en Inde, parce que les prix y sont plus bas ?

Les conséquences des délocalisations Les pertes d’emplois et le chômage sont les principales conséquences pour les populations des régions qui subissent des délocalisations. Les employés de l’entreprise qui ferme les portes d’une usine pour aller produire ailleurs sont directement affectés. Les entreprises qui fournissaient des matériaux ou des équipements à l’entreprise déplacée sont elles aussi affectées : leurs emplois disparaissent à leur tour. On assiste alors à une diminution de l’importance de l’emploi manufacturier dans la main-d’œuvre régionale.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

287

Territoire industriel

Des emplois créés dans les services peuvent compenser ces pertes. Cependant, ce ne sont pas tous les travailleurs mis à pied qui réussissent à réintégrer le marché du travail. De façon générale, les délocalisations entraînent une augmentation du chômage. Par ailleurs, même si les délocalisations ne sont pas la cause principale du déclin d’une région industrielle, elles peuvent y contribuer. Les répercussions de la délocalisation dans les pays en développement L’implantation d’entreprises étrangères dans des pays en développement comporte des avantages et des désavantages. Les avantages : L’implantation d’usines étrangères dans les pays en développement permet de créer des emplois, ce qui stimule l’économie et améliore le niveau de vie de la population. Également, certaines infrastructures (routes, ports, centrales de production d’énergie, etc.) peuvent être mises en place. De plus, l’arrivée d’entreprises étrangères apporte des connaissances dans des domaines comme l’organisation de la production et la gestion des entreprises. Enn, grâce aux implantations, la main-d’œuvre du pays d’accueil acquiert des compétences techniques.

28 Des ouvrières d’une usine Foxconn en Chine Foxconn produit des composants électroniques pour des multinationales telles que Apple, Dell, Toshiba, Nintendo, Nokia, etc. L’usine de Shenzhen, où a été prise cette photo, fabrique entre autres les produits iPod et iPhone pour le compte d’Apple. Des organisations internationales ont dénoncé les conditions de travail qui prévalent dans les usines de Foxconn.

Savez-vous que… ?

Les désavantages : Les entreprises locales ne sont pas toujours en mesure de rivaliser avec les multinationales étrangères. Par exemple, une petite entreprise de t-shirts ne pourra pas produire en aussi grandes quantités ni aux mêmes coûts qu’une multinationale : ses ventes diminueront et elle devra fermer ses portes. De plus, les problèmes de pollution et de gestion des déchets sont souvent aggravés à cause des lois environnementales inexistantes ou peu sévères. La population est ainsi exposée à des maladies liées aux activités des entreprises étrangères. Par ailleurs, dans ces pays, les salaires sont très bas. De plus, comme les organisations syndicales ont peu de pouvoir ou sont inexistantes, les droits des travailleurs sont souvent bafoués et les conditions de travail peuvent être très difciles. Les multinationales tirent évidemment avantage de cette situation.

?

En 2009, un employé chinois ou indien de l’industrie manufacturière gagnait 19 fois moins qu’un employé canadien.

288

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Groupe :

Date :

Territoire industriel

A C TIVITÉS

Nom :

1. a) Expliquez dans vos mots ce qu’est la délocalisation industrielle.

b) Pourquoi certaines entreprises procèdent-elles à des délocalisations ? Donnez trois raisons.

2. Voici une liste de conséquences liées au déclin de l’activité industrielle dans les pays développés et à la délocalisation d’usines vers des pays en développement.

a) Pour chacune des conséquences, indiquez si c’est la population d’un pays développé ou celle d’un pays en développement qui est touchée. Conséquences

Pays développés

Pays en développement

1. Perte d’emplois et augmentation du chômage 2. Création de nouveaux emplois 3. Aggravation des problèmes de pollution et de gestion des déchets toxiques, aggravation des problèmes de santé 4. Amélioration du niveau de vie de la population 5. Ralentissement de l’économie 6. Fermeture d’entreprises locales b) Après avoir répondu aux questions précédentes : • Soulignez les conséquences qui représentent un avantage pour les populations des pays en développement ; • Entourez les conséquences qui représentent un désavantage pour les populations des pays en développement.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Enjeu à l’échelle planétaire

289

Territoire industriel

Nom :

Groupe :

Date :

D Synthèse 1. Qu’est-ce qu’un territoire industriel ?

2. Donnez quatre exemples de territoires industriels dans le monde.

3. Indiquez des facteurs qui peuvent inciter des industries à s’établir dans une région donnée.

4. Donnez deux exemples d’infrastructures nécessaires aux activités industrielles d’une région.

5. Nommez deux conséquences des activités industrielles sur le plan environnemental.

6. Certaines régions industrielles de pays développés connaissent un déclin de leurs activités. Indiquez trois causes possibles de ce déclin. Consultez les pages 275, 285 et 286.

290

DOSSIER 6 • LE TERRITOIRE INDUSTRIEL

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

S O MMAI R E

Métropole

Boîte à outils

Outil 1 Réaliser un croquis géographique de paysage ........ 292 Outil 2 Réaliser une carte schématique ................................ 294 Outil 3 Interpréter une carte ................................................. 296 Outil 4 Interpréter un paysage .............................................. 297 Outil 5 Interpréter un document iconographique ............... 298 Outil 6 Interpréter un document écrit .................................. 300 Outil 7 Interpréter et construire un tableau ........................ 302 Outil 8 Interpréter et construire un diagramme .................. 304

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

291

Boîte à outils

OUTIL 1

Réaliser un croquis géographique de paysage Le croquis géographique est une représentation simpliée d’un espace. Ce type de dessin est utilisé pour faire ressortir les principales caractéristiques géographiques d’un paysage. Voici les étapes à suivre an de réaliser le croquis géographique d’un paysage. 1 Déterminez votre but.

Demandez-vous pourquoi vous faites ce croquis : que voulez-vous illustrer ? Pourquoi ? Ce peut être pour dégager les caractéristiques du paysage, montrer l’aménagement du territoire concerné ou encore faire ressortir un enjeu. Vous souhaitez faire un croquis géographique à partir de la photo ci-contre an de faire ressortir l’aménagement de San Francisco. Paysage urbain de San Francisco

2 Identiez les éléments à représenter

selon votre but. Vous devez choisir les éléments essentiels en fonction du but de votre croquis (faire ressortir l’aménagement de San Francisco) et laisser tomber les éléments superus. Les éléments essentiels de votre croquis sont les gratte-ciel, les édices de taille moyenne, les maisons familiales, le gazon, les arbustes. Les éléments superus sont le lampadaire, les collines au loin, etc.

3 Dégagez les trois plans : plan rapproché, Arrière-plan

plan moyen, arrière-plan. Le plan rapproché contient les éléments qui sont le plus près du point d’observation. L’arrière-plan contient les éléments qui sont les plus éloignés. Le plan moyen se trouve entre les deux. Établir ces trois plans permet de structurer votre croquis. Plan moyen

Plan rapproché

292

BOÎTE À OUTILS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Boîte à outils

4 Représentez l’espace de manière simpliée.

Un croquis est un dessin rapide. Il ne faut pas y représenter les détails. Dessinez à grands traits les éléments essentiels. Utilisez une couleur ou un symbole par élément de même nature. Vous colorerez toutes les maisons familiales de la même couleur, tous les édices de taille moyenne d’une autre couleur, les gratte-ciel d’une troisième couleur, le ciel en bleu et le gazon en vert. Vous utiliserez un symbole pour les arbustes.

5 Concevez une légende.

La légende permet d’identier les éléments du croquis. Elle est nécessaire à l’interprétation de votre croquis. Maison familiale Édice de taille moyenne Gratte-ciel Ciel Gazon Arbuste

6 Donnez un titre qui indique le but de votre croquis.

Le titre doit permettre de comprendre ce que vous avez voulu illustrer par votre croquis. L’aménagement de San Francisco.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

OUTIL 1 Réaliser un croquis géographique de paysage

293

Boîte à outils

OUTIL 2

Réaliser une carte schématique Une carte schématique est une représentation simpliée d’une carte géographique. Le tracé du territoire est simple et seuls les éléments essentiels y sont représentés. Voici les étapes à suivre an de réaliser une carte schématique. 1 Déterminez votre but.

Dans quel but réalisez-vous cette carte ? Quelle information voulez-vous transmettre ? Vous souhaitez faire une carte schématique de l’agglomération du Caire en Égypte an de distinguer ses trois zones.

2 Consultez plusieurs sources d’information et dégagez

les éléments essentiels. Recherchez les informations à partir de différentes sources : des ouvrages spécialisés, des atlas, des sites Web, etc. Faites ensuite un tri pour ne retenir que les informations pertinentes. On peut aussi réaliser une carte schématique à partir d’une carte détaillée ou d’une image satellite si elle contient toutes les informations nécessaires. Vous avez trouvé l’image satellite ci-dessous qui vous permet de situer les éléments suivants : • Les limites de l’agglomération du Caire • La zone urbaine • La zone agricole • La zone désertique

3 Tracez la carte schématique.

À partir d’une carte ou d’une image satellite, tracez le contour du territoire à représenter au crayon de plomb an d’apporter des correctifs au besoin. À partir de l’image satellite ci-contre, vous tracerez les limites de l’agglomération du Caire, ainsi que les contours de la zone urbaine, de la zone agricole et de la zone désertique. Le Nil servira de repère géographique.

294

BOÎTE À OUTILS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Boîte à outils

La carte simpliée ressemblera à ceci :

4 Concevez une légende.

Dressez la liste des éléments qui doivent être identiés sur la carte. Déterminez ensuite la meilleure façon de présenter chacun des éléments dans la légende (couleurs, symboles, etc.). Les zones pourront être délimitées par une couleur, tandis que les limites et le euve seront représentés par un trait. Les trois zones de l’agglomération du Caire

5 Représentez les différents éléments

de votre carte schématique. Placez les symboles sur votre carte et délimitez les différentes zones en les coloriant selon les couleurs choisies dans la légende. 6 Ajoutez la légende et le titre.

Placez la légende. Rédigez ensuite un titre qui indique dans quel but vous avez réalisé cette carte.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

OUTIL 2 Réaliser une carte schématique

295

Boîte à outils

OUTIL 3

Interpréter une carte Voici les étapes à suivre an de bien interpréter une carte.

1 Les risques de liquéfaction et les bâtiments vulnérables à San Francisco 3

4

1 Lisez le titre.

2

Le titre de la carte ci-contre indique qu’elle représente les bâtiments vulnérables de la ville de San Francisco ainsi que les zones de la ville où le sol risque de se liquéer.

2 Prenez connaissance de l’échelle. L’échelle numérique indique que 1 cm sur la carte correspond à 130 000 cm sur le terrain, soit 1,3 km. La longueur du trait de l’échelle graphique correspond à 1 km sur la carte.

3 Prenez connaissance de l’orientation. Le symbole d’orientation de la carte pointe vers le haut. Le sud est donc en bas, l’ouest à gauche et l’est à droite.

4 Décodez les signes et les symboles de la légende. Les différentes couleurs de la carte illustrent la gradation du risque de liquéfaction du sol de San Francisco. Les points rouges représentent des bâtiments vulnérables lors d’un séisme majeur.

5 Interprétez la carte à partir des renseignements

qu’elle contient. Exemple : • Certains sols de San Francisco sont plus à risque de liquéfaction que d’autres. • Les sols les plus à risque de liquéfaction sont sur la côte est. • Certains quartiers de la péninsule de San Francisco comportent plus de bâtiments à risque que d’autres : les quartiers North Beach, Marina et Mission.

296

BOÎTE À OUTILS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Boîte à outils

OUTIL 4

Interpréter un paysage Voici les étapes à suivre an de bien interpréter un paysage. 1 Localisez le paysage.

À l’aide de repères naturels ou d’autres types d’informations, déterminez où se trouve le paysage observé. On observe ici un paysage au moyen d’une photo. Son titre indique que ce paysage fait partie du parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé, au Québec. On pourrait aussi déterminer le lieu de ce paysage sans le titre, à l’aide du repère naturel que constitue le rocher Percé. © PC/Philippe Delisle

2 Déterminez pourquoi vous observez le paysage.

Dans le cadre d’un cours de géographie, on observe un paysage dans le but d’en tirer une information précise. Le parc national de l’Île-Bonaventureet-du-Rocher-Percé, au Québec

Vous voulez dégager des traits propres au parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé.

3 Relevez les éléments naturels et humains.

Distinguez les éléments qui n’ont pas été modiés par l’humain et ceux qui témoignent de la présence de l’humain. Le paysage est constitué d’éléments naturels (le golfe du Saint-Laurent, le rocher Percé, la côte et la végétation) et d’éléments humains (les bâtiments, les écriteaux et les sentiers).

4 Dégagez l’information.

Sélectionnez les éléments qui vous permettront de fournir l’information recherchée. Votre but est de dégager des traits propres au parc national. L’observation de ce paysage vous apprend que : • le rocher Percé est situé à proximité de l’île ; • on aperçoit la côte derrière le rocher Percé ; • il y a des bâtiments sur l’île ; • l’île est recouverte de végétation et le sol y semble rocailleux.

5 Réalisez, si besoin, un croquis géographique.

Pour bien interpréter un paysage, il est parfois nécessaire d’en faire un croquis géographique. Consultez l’outil 1, Réaliser un croquis géographique de paysage.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

OUTIL 4 Interpréter un paysage

297

Boîte à outils

OUTIL 5

Interpréter un document iconographique Un document iconographique peut être une peinture, un dessin, une gravure, une photographie, une afche, une caricature ou d’autres formes d’images à deux dimensions. Voici les étapes à suivre an de bien interpréter un document iconographique. Les patates

André Biéler, Les patates, Argentenay, île d’Orléans, huile sur toile (1929). Art Gallery of Hamilton.

1 Lisez le titre.

Le titre d’un document iconographique indique souvent le sujet du document, le lieu et parfois l’époque représentée. Le titre de la peinture ci-dessus n’indique que le sujet. On peut déduire que le tableau représente des paysans qui cultivent des pommes de terre.

2 Déterminez la nature du document.

S’agit-il d’une photographie, d’une peinture ou encore d’une caricature ? Une photo ou une peinture réaliste représentera la réalité de façon plus objective qu’une caricature ou qu’une peinture abstraite, par exemple. La peinture ci-dessus donne un aperçu réaliste du sujet.

298

BOÎTE À OUTILS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La source permet de savoir qui a créé l’œuvre, la technique utilisée, la date de création et le lieu de conservation. On y indique parfois l’endroit où a été réalisée l’œuvre.

Boîte à outils

3 Repérez la source.

L’œuvre a été créée par André Biéler en 1929. Il s’agit d’une huile qui est conservée à la Art Gallery de Hamilton en Ontario. Elle aurait été peinte à la pointe Argentenay sur l’île d’Orléans, comme en témoigne le paysage représenté.

4 Déterminez le sujet principal.

Résumez en une phrase ce que vous voyez sur le document iconographique. Un homme et une femme ramassent des pommes de terre dans un champ.

5 Déterminez les lieux, les acteurs et les circonstances.

• Dites où se passe la scène. La scène se déroule à l’île d’Orléans.

• Lorsqu’il y a des personnes représentées, tentez de savoir avec le plus d’exactitude possible qui elles sont, leur travail, leur position (fermier, médecin, ouvrier, etc.). Sans pouvoir identier les personnages, on peut dire que ce sont des cultivateurs et qu’il s’agit probablement d’un couple.

• Précisez le contexte de la scène présentée (s’agit-il d’un paysage rural ou urbain, contemporain ou d’époque ?). La scène se situe dans un milieu rural, il y a un peu moins d’un siècle.

6 Dégagez l’information.

Tirez l’information pertinente et établissez dans la mesure du possible des liens avec le territoire étudié. Ce tableau illustre une facette de la culture de la pomme de terre du début du 20e siècle : la cueillette à la main. Il fournit de l’information sur le territoire agricole national du Québec. On constate qu’en 1929, la culture de la pomme de terre était pratiquée dans la région de la capitale nationale, Québec, et que ce type de récolte n’était toujours pas mécanisé. On peut aussi supposer que la main-d’œuvre était principalement familiale, tout comme aujourd’hui.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

OUTIL 5 Interpréter un document iconographique

299

Boîte à outils

OUTIL 6

Interpréter un document écrit Un document écrit peut être une lettre, un article de journal, un contrat, etc. Voici les étapes à suivre pour bien saisir le message transmis par un document écrit.

Deux parcs nationaux de la Côte-Nord se referont une beauté Fanny Lévesque et Steeve Paradis, collaboration spéciale Le Soleil

(Havre-Saint-Pierre) Le gouvernement fédéral a annoncé ces derniers jours deux investissements totalisant 4 millions $ dans les deux parcs nationaux de la Côte-Nord, soit 1,5 million $ dans la réserve du parc national de l’Archipel-de-Mingan et 2,5 millions $ au parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. [...] L’investissement à l’archipel de Mingan vise la réfection des infrastructures d’accueil (600 000 $) et des phares de l’île aux Perroquets et de la petite île au Marteau (900 000 $). Quant au parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, une somme de 665 000 $ sera consentie pour mettre à niveau les infrastructures d’accueil de Parcs Canada dans ce secteur de la Haute-Côte-Nord [...]. La part la plus importante de la subvention, soit 1,8 million $, sera consacrée à la recherche scientique et à des programmes de sensibilisation à la protection des mammifères marins, particulièrement celle du béluga. Fanny Lévesque et Steeve Paradis, Le Soleil, Québec, Cyberpresse [en ligne], 20 avril 2009. Consulté le 20 décembre 2011.

1 Lisez le titre.

Le titre indique souvent le sujet du document.

* Texte d’opinion Forme de texte dans lequel l’auteur donne son point de vue sur un sujet.

* Texte

d’information Forme de texte dans lequel l’auteur informe le lecteur. Il présente des données objectives.

Le titre indique que des améliorations seront apportées à deux parcs nationaux de la Côte-Nord.

2 Repérez le nom de l’auteur et sa fonction. L’article est écrit par Fanny Lévesque et Steeve Paradis, deux collaborateurs spéciaux.

3 Déterminez la nature du document.

S’agit-il d’un texte d’opinion* ou d’un texte d’information* ? Il est important de différencier les deux, an de pouvoir juger de l’objectivité des renseignements fournis. Il s’agit d’un texte d’information.

300

BOÎTE À OUTILS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

de parution.

Boîte à outils

4 Repérez la source d’origine et la première date

Dans quelle publication et quand ce texte est-il paru pour la première fois ? Si le texte est cité ou s’il a été trouvé sur Internet, par exemple, il faut s’assurer que la source d’origine est able et crédible. Les journaux ayant une solide réputation, les publications ou les sites gouvernementaux ou les textes de chercheurs universitaires, par exemple, sont normalement des sources solides. Cet article a été consulté sur le site de Cyberpresse en 2011, mais il est paru en avril 2009 dans le journal Le Soleil, un quotidien bien établi.

5 Déterminez le sujet principal. PC/Philippe Delisle Vous pouvez souvent déterminer le sujet à partir du titre, mais©une lecture complète du document vous permettra de le préciser.

Le texte informe sur les investissements que fera le gouvernement an d’améliorer les infrastructures de deux parcs nationaux de la Côte-Nord et d’y soutenir la recherche et les programmes de sensibilisation.

6 Prenez en note les idées principales.

Un document écrit est articulé autour de renseignements ou d’arguments, qui constituent les idées principales. Ces idées sont souvent organisées en paragraphes. Paragraphe 1 : Des investissements sont annoncés par le gouvernement fédéral pour deux parcs de la Côte-Nord. Paragraphe 2 : Les investissements dans le parc national de l’Archipelde-Mingan serviront à la réfection des infrastructures d’accueil et des phares. Paragraphe 3 : Les investissements au parc marin du Saguenay–Saint-Laurent serviront en partie à la mise à niveau des infrastructures d’accueil. Paragraphe 4 : Le reste des investissements servira à la recherche et à des programmes de sensibilisation.

7 Résumez les idées. Vous rédigerez un texte qui résume comment le gouvernement souhaite améliorer les services offerts aux touristes.

8 Au besoin, comparez les informations avec celles tirées

d’autres documents. Vous pouvez comparer un texte d’information avec d’autres textes d’information an de valider les renseignements ou pour vérier s’il y a eu des développements. Vous pouvez comparer un texte d’opinion avec d’autres textes d’opinion pour voir si la position de l’auteur est partagée ou pour avoir d’autres points de vue. Vous pourriez chercher dans des textes plus récents quelles ont été les répercussions des investissements dans les parcs de la Côte-Nord. Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

OUTIL 6 Interpréter un document écrit

301

Boîte à outils

OUTIL 7

Interpréter et construire un tableau Les tableaux sont des outils qui permettent d’organiser et de présenter de façon cohérente des informations.

Comment interpréter un tableau Voici les étapes à suivre pour interpréter un tableau. Les principales productions agricoles du Japon, en 2008 Produits

Valeur économique Revenus par rapport aux (milliards de 10 productions principales dollars américains) (%)

Riz

2,3

17

Légumes

2,3

17

Œufs

2,1

16

Produits laitiers

2,1

16

Volailles

1,6

12

Porcs

1,3

9

Bovins

1,0

8

Source : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (2009).

1 Lisez le titre.

Le titre indique le sujet du tableau, et précise parfois la date ou l’époque. Le titre indique que le tableau présente les principales productions agricoles du Japon en 2008.

2 Prenez connaissance des titres

des colonnes et des lignes. Les titres des colonnes sont : « Produits », « Valeur économique » et « Revenus par rapport aux 10 productions principales ». Les titres des lignes sont : « Riz », « Légumes », « Œufs », « Produits laitiers », « Volailles », « Porcs » et « Bovins ».

3 Déterminez la nature de l’information.

Le tableau fournit-il des données qualitatives ou quantitatives ? Souvent, ce sont les deux. Si ce sont des quantités, sont-elles en dollars, en kilogrammes ? L’unité de mesure qui gure sous le titre d’une colonne l’indique. Les données quantitatives du tableau ci-dessus représentent des milliards de dollars américains dans la deuxième colonne et des pourcentages (%) dans la troisième colonne.

4 Interprétez des données.

Comparez les données du tableau et tirez des conclusions en lien avec votre recherche d’information. En comparant les données, vous pouvez dire que les quatre premières productions sont presque équivalentes. Elles représentent 66 % de la production totale du Japon. Vous pourriez aussi dire que la production de produits laitiers est le double de la production de bovins.

302

BOÎTE À OUTILS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Boîte à outils

Comment construire un tableau Voici les étapes à suivre pour construire un tableau. 1 Précisez votre but. À partir des informations contenues dans la phrase suivante, vous voulez classer dans un tableau les deux types de risques naturels et leurs manifestations. « Il existe deux types de risques naturels : les risques liés à des phénomènes géologiques (séismes, éruptions volcaniques, tsunamis ou glissements de terrain) et les risques liés à des phénomènes climatiques (ouragans, tempêtes de vent, fortes précipitations, sécheresses, vagues de froid, etc.). »

2 Sélectionnez l’information qui doit apparaître dans

votre tableau.

© PC/Philippe Delisle

Déterminez les éléments que vous voulez faire ressortir et regroupez-les. Les deux types de risques naturels : 1) risques liés à des phénomènes géologiques ; 2) risques liés à des phénomènes climatiques. Les manifestations de ces risques : 1) séisme, éruption volcanique, tsunami, glissement de terrain, etc. ; 2) ouragan, tempête de vent, fortes précipitations, sécheresse, vague de froid, etc.

3 Établissez les titres des colonnes et des lignes.

Organisez l’information pour que les données de la première colonne soient les titres de chaque ligne. Le tableau aura deux colonnes intitulées « Type de risques naturels » et « Manifestations ». Il y aura deux lignes intitulées « Risques liés à des phénomènes géologiques » et « Risques liés à des phénomènes climatiques ».

4 Tracez votre tableau en fonction du nombre de colonnes

et de lignes que vous avez établi. Deux lignes (à part l’en-tête) et deux colonnes seront sufsantes.

5 Intégrez les informations. Types de risques naturels

Manifestations

Risques liés à des phénomènes géologiques

Séisme, éruption volcanique, tsunami, glissement de terrain, etc.

Risques liés à des phénomènes climatiques

Ouragan, tempête de vent, fortes précipitations, sécheresse, vague de froid, etc.

6 Donnez un titre à votre tableau.

Ce titre doit reéter le but dans lequel vous avez construit ce tableau. Exemple : Les types de risques naturels et leurs manifestations.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

OUTIL 7 Interpréter et construire un tableau

303

Boîte à outils

Interpréter et construire un diagramme

OUTIL 8

Les diagrammes sont des outils qui permettent de présenter des données de façon visuelle.

Les types de diagramme Il existe plusieurs types de diagrammes. Voici des exemples de ceux que vous avez à interpréter dans Parallèles.

Le diagramme circulaire

Ce type de diagramme permet d’illustrer un phénomène continu qui varie dans le temps ou de le comparer à un autre phénomène.

Ce type de diagramme permet d’illustrer la répartition en différentes portions d’un total connu.

La population du Japon, de 1960 à 2005

L’origine des touristes internationaux en 2010

Population (en millions d’habitants)

Le diagramme à ligne brisée

150

3%

3% 4%

125

16 %

100

53 %

75

21 %

50 25

Légende Continent ou partie du monde 05

00

20

95

20

90

19

85

19

80

19

75

19

70

19

65

19

19

19

60

0 Années

Europe

Afrique

Moyen-Orient

Amériques

Asie

Non spécié

Source : Organisation mondiale du tourisme (OMT), juin 2011.

Le diagramme à bandes Ce type de diagramme permet d’illustrer une comparaison entre des données qualitatives ou quantitatives.

Population

Provenance des immigrants dans la ville de New York en 2009 1 600 000 1 400 000 1 200 000 1 000 000 800 000 600 000 400 000 200 000 0

304

Amérique Latine

BOÎTE À OUTILS

Asie

Europe

Afrique

Canada

Océanie Partie du monde

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

La température et les précipitations à T ky

Température (°C)

30

300 250

20

200

10

150 100

0 -10

50 J F M A M J J A S O N D

Précipitations (mm)

T ky

Ce type de diagramme sert à fournir un portrait, sur une période donnée, des variations climatiques d’un lieu précis. Il est composé de deux diagrammes : un diagramme à bandes qui donne les précipitations mensuelles moyennes, et un diagramme à ligne brisée qui représente les températures mensuelles moyennes. Ce type de diagramme contient deux axes des y.

Boîte à outils

Le climatogramme

0

Température annuelle moyenne : 14,5 °C Précipitations annuelles moyennes : 1523,1 mm

Températures mensuelles moyennes

Précipitations mensuelles moyennes

Comment interpréter un diagramme Voici les étapes à suivre pour interpréter un diagramme. Les exemples qui suivent correspondent au climatogramme ci-dessus. 1 Identiez le type de diagramme. Le diagramme ci-dessus est un climatogramme.

2 Prenez connaissance du titre et de la légende (s’il y a lieu)

an de connaître le sujet du diagramme. La légende indique que le climatogramme présente des températures et des précipitations mensuelles moyennes. Le titre annonce que ce sont celles de Tokyo.

3 Repérez l’axe des x et des y an de connaître les

catégories présentées et l’unité de mesure utilisée. Cette étape ne s’applique que dans le cas d’un diagramme à ligne brisée, d’un diagramme à bandes ou d’un climatogramme. Les catégories de l’axe des x sont les mois de l’année. L’axe des y de gauche présente les températures en degrés Celsius (en rouge). Ces températures sont représentées par la ligne brisée rouge. L’axe des y de droite présente les précipitations en millimètres (en bleu). Elles sont représentées par les bandes bleues.

4 Mettez en relation les données présentées. Le climatogramme nous apprend que les mois les plus pluvieux à Tokyo sont septembre et octobre. On remarque aussi que les mois où il y a le moins de précipitations sont aussi ceux où les températures sont les plus basses.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

OUTIL 8 Interpréter et construire un diagramme

305

Boîte à outils

Comment construire un diagramme Voici les étapes à suivre pour construire un diagramme. 1 Précisez votre but. Vous souhaitez illustrer l’évolution de l’âge moyen des exploitants agricoles au Québec depuis le début des années 1990. Exemple : Année

Âge moyen des exploitants agricoles

1991

44,3

1996

45,2

2001

47,0

2006

49,3

2 Sélectionnez l’information que

vous voulez représenter. 3 Déterminez le type de

diagramme adapté à vos données et à votre objectif. An de montrer l’évolution d’une donnée dans le temps, le diagramme à ligne brisée est tout indiqué.

Source : Statistique Canada, 2006.

4 Déterminez les éléments que vous souhaitez mettre en

relation sur les axes : les catégories et l’unité de mesure. Cette étape ne s’applique que dans le cas d’un diagramme à ligne brisée, d’un diagramme à bandes ou d’un climatogramme. L’axe des x représente les années pour lesquelles on a trouvé l’âge moyen. L’axe des y représente l’âge moyen.

Âge

L’évolution de l’âge moyen des exploitants agricoles au Québec, entre 1991 et 2006 50

5 Tracez votre diagramme en donnant

un titre à l’axe des x et à l’axe des y, et en répartissant les données. Assurez-vous que les axes soient divisés en segments égaux ayant toujours la même valeur.

48 46 44

6 Donnez un titre à votre diagramme.

42

Ce titre doit reéter le but dans lequel vous avez construit ce diagramme.

40 0

1991

1996

2001

2006 Année

Source : Statistique Canada, 2006.

306

BOÎTE À OUTILS

7 Indiquez la source de vos données sous

le diagramme.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Liste des cartes Notions de base Le Canada politique ......................................................................................... 6 Le Québec physique......................................................................................... 7 Les grands types de climats .............................................................................. 7 Une carte routière............................................................................................ 8 Une carte topographique ................................................................................ 8 Un planisphère centré sur l’Europe et l’Afrique................................................. 9 L’Europe politique ............................................................................................ 15 Les repères alphanumériques ........................................................................... 17 Dossier 1 • La ville patrimoniale Quelques villes patrimoniales dans le monde .................................................... La ville de Québec dans l’est du Canada........................................................... Le Vieux-Québec, sur les bords du euve Saint-Laurent .................................... La Grèce et sa capitale, Athènes.......................................................................

20 27 29 53

Dossier 2 • Le territoire autochtone Pays avec une population autochtone reconnue............................................... 85 Les familles linguistiques autochtones au Canada............................................. 89 Les traités historiques et les revendications territoriales autochtones................. 90 Le territoire du Nunavut, au Canada ................................................................ 93 Les voies de communication au Nunavut.......................................................... 110 Dossier 3 • Le territoire agricole soumis à des risques naturels Les zones agricoles les plus à risques ................................................................ 129 Les précipitations au Sahel ............................................................................... 133 Les sols menacés ou dégradés.......................................................................... 159 Dossier 4 • Le territoire forestier L’évolution du couvert forestier mondial de 2000 à 2005 ................................. 166 La tenure de la forêt et la transformation du bois au Québec ........................... 168 Les sous-zones de végétation au Québec ......................................................... 169 Les autres usages de la forêt (récréotourisme, villégiature) et les ententes territoriales avec les Autochtones.................................................. 169 Le territoire forestier de l’Amazonie brésilienne ................................................ 174 La transformation de la ressource forestière en bois d’œuvre en Amazonie....... 182 Les aires protégées en Amazonie brésilienne .................................................... 197 Dossier 5 • Le territoire énergétique La consommation d’énergie par habitant en 2010 ........................................... 218 La Jamésie .......................................................................................................220 L’aménagement du complexe La Grande.......................................................... 231 Le projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert en bref ............................................... 236 Dossier 6 • Le territoire industriel Les grandes régions industrielles dans le monde............................................... 252 La région industrielle des Grands Lacs américains et canadiens......................... 258 Grands ports et ressources énergétiques et minières de la région des Grands Lacs américains et canadiens.......................................................... 264 Des infrastructures de la région des Grands Lacs américains et canadiens......... 268

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

LISTE DES CARTES

307

Index

Un nombre en gras indique qu’à cette page, le mot est déni dans la marge.

A Acériculture 168 Aciérie 258 Afuence touristique 47, 75-76 Afuent 174 Agriculture extensive 178 Alphanumérique 17 Altitude 7 Aménagement 38 à 41, 64-65, 109, 113, 148, 189, 229 à 231, 267-268 Ameublir 151 Arboré 133 Arctique 95 Autochtone 84, 88, 169, 178, 197, 220, 235, 237 Automatisation 272-273 Autonomie (énergétique) 235

B Baleinier 100 Bassin hydrographique 222, 257 Biocarburant 245 Biodiversité 20 Biomasse 210 Bois (transformation du) 182-183 Bois d’œuvre 176 Brousse 139

C Carte géographique 6 à 17, 296 Carte schématique 294 Carton 15 Catastrophe naturelle 143-144 Centrale électrique 268 Centrale hydroélectrique 211, 223-224 Centrale thermique 211 Chablis 203

308

INDEX

Changement technologique 272-273 Cheptel 185 Chômage 274 Circulation 38-40, 68-69 Climatogramme 134, 305 Colonie 30 Colonisation 174 Combustible fossile 210, 215 Commercialisation 166, 210, 222 Communauté autochtone 88 Concentration 250 Conservation 46, 71-72 Constitution 197 Convention 8 Coordonnées géographiques 2 à 4 Couvert forestier 166 Croquis géographique 292-293 Cycle de l’eau 224

D Débit 139 Décennie 272 Déforestation 166, 192 Défrichement 179 Dégradation (des sols) 139, 150-151, 159 Dégradation (du patrimoine) 47, 75 Délocalisation 274-275, 286 à 288 Dénivellation 8 Densité de population 53 Dépendance énergétique 223 Désertication 137, 152 Développement (industriel ou économique) 250, 264, 267 Développement durable 166, 237 Diagramme 304 à 306 Droits (ancestraux) 20-21

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

E Eau 71 à 73, 150, 280 Échelle (d’une carte) 12 Écluse 267 Écotourisme 186, 198 Effet de serre 242 Élevage extensif 141 Embouchure 27 Emploi 273-274, 285 Enclavé 220 Énergie 210-212, 218, 242 à 244 Ennoyage 189, 237 Environnement 159, 192, 235, 237-238, 242-243, 279 à 282 Équateur 2 Érosion 128 Érosion éolienne 139 Érosion hydrique 139 Essence 176 Éthanol 245 Évaluation environnementale 235 Évapotranspiration 177 Exotique 281 Exploitation forestière 168, 181

F Famille linguistique 88-89 Ferme vivrière 143 Forêt primaire 176 Forêts (types de) 167 Frontière 6

G Gaz à effet de serre 242 GPS 40 Grume 179

H Haute technologie 274 Hauteur de chute 223

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Hémisphère 2-3 Hydroélectricité 223-224 Hydrographie 6, 222

I Industrialisation 250 Industrie 250 à 252 Industrie agroalimentaire 185 Industrie manufacturière 251, 272 à 276 Infrastructures 38 à 41, 64-65, 113-114, 148, 189, 229 à 231, 267-268

L Latitude 2 Légende (d’une carte) 15 Lobby 193 Longitude 3

M Maraîchage 151 Marché 264 Matière première 251 Méridiens 3 Métis 88 Métropole 260 Mode de culture 141 Mondialisation 285-286 Monoculture 179 Multinationale 285

N Nomadisme 100, 141 Nordicité 99, 113

O Occident 56 OVPM 23

INDEX

309

P

S

Parallèles 2 Parc à résidus miniers 116 Patrimoine 20 Pâturage 151 Pays en développement 286 Paysage 20, 297 Pérennité 47

Savane 133-134, 176 Sécheresse 137, 152 Sédentarité 100, 141 Sédimentation 281 Sidérurgie 258, 260 Siège social 23 Site 20

Pergélisol 113 Philosophe 56 Planisphère 6, 9 Pluies acides 243, 279 Pluvial 141

Smog 68, 243 Source d’énergie 210-211, 250-251, 262 Spéculateur 192 Sylviculture 203 Symbole d’orientation 13

Pôle industriel 260 Pôle Nord magnétique 8 Pollution 41, 68, 75, 242-243, 279 à 282 Poste de traite 30 Précipitations acides 279 Pression foncière 139 Productivité agricole 143 Productivité industrielle 272-273 Prot 286 Promontoire 29

R Réchauffement climatique 242 Récréotourisme 166, 168 à 169 Redevance 116 Rempart 29 Repères alphanumériques 17 Réserve 90 Ressource énergétique 210-211, 250 Ressource forestière 166, 182, 189, 192, 203 Ressource naturelle 250, 263 Restaurer 46 Revendication 84, 102-103, 121 à 124 Risque articiel 128 Risque naturel 128 Rose des vents 13 Rural 128

310

INDEX

T Tableau 302-303 Taïga 169 Tenure 168 Territoire agricole 128 Territoire autochtone 84-85 Territoire énergétique 210 Territoire forestier 166 Territoire industriel 250 Toundra 96, 169 Traité 90 Transport 189, 252, 260, 267-268

U UE 71 UNESCO 20 Urbanisation 250 Urbanisme 21

V Vestiges 55 Ville 38 Ville patrimoniale 20 Vivrier 141

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Sources des photos Légende h : haut b : bas c : centre g : gauche d : droite

Couverture De gauche à droite : Hal Bergman/iStockphoto • Sadi Ugur OKÇu/iStockphoto • Photodisc • Mike Grandmaison/Corbis • Rob Howard/Corbis

Table des matières p. IIIh : Rubberball/Mike Kemp • p. IIIc : Ron Watts/Corbis • p. IIIb : Bryan & Cherry Alexander Photography/ArcticPhoto • p. IVh : Remi Benali/Getty Images • p. IVhc : Galen Rowell/ Corbis • p. IVbc : Karen Tweedy-Holmes/Corbis • p. IVb : Thomas Kitchin & Victoria Hurst/All Canada Photos/Corbis • p. V : dem10/iStockphoto

Notions de base p. 1 : Rubberball/Mike Kemp

Dossier 1 La ville patrimoniale p. 19 : Ron Watts/Corbis • p. 21h : Kjersti Joergensen/Dreamstime.com • p. 21b : Ludovic Maisant/Corbis • p. 22 : Judith Cailhier • p. 23 : Zheng Xiaoqiao/Dreamstime.com • p. 24h : Denis Tabler/Dreamstime.com • p. 24c : Mihai-Bogdan Lazar/ Dreamstime.com • p. 24b : Atlantide Phototravel/Corbis • p. 25h : Begepotam/Dreamstime.com • p. 25b : Bill Davenport/ Dreamstime.com • p. 27 : Christopher Howey/Dreamstime.com • p. 30 : Christopher Howey/Dreamstime.com • p. 31 : Maridav/ Shutterstock • p. 32hg : Bibliothèque et Archives Canada, C-007024 • p. 32hd : Courtoisie de Capreit • p. 32bg : Bibliothèque et Archives Canada, C-073716 • p. 32bd : David Plamondon/iStockphoto • p. 33hg : Bernard Gagnon/Wikipedia • p. 33hd : Asier Villafranca/Shutterstock • p. 33b : Smudge 9000/Wikipedia • p. 34h : Yves Tessier/Tessima • p. 34bg : Oliver Ross/Chocolate-sh.net • p. 34bd : Louis Henault/ Dreamstime.com • p. 35hg : Atlantide Phototravel/Corbis • p. 35hd : Musée McCord, MP-0000.307.2 • p. 35cg: Lucie Poitras • p. 35cd : Gilbert Bochenek/Wikipedia • p. 35b : Suchan/Dreamstime.com • p. 37 : Yves Tessier/Tessima • p. 38 : © Photo - Marc Cramer • p. 39h : Perry Mastrovito/Getty Images • p. 39bg : Rubens Abboud/Alamy • p. 39 bdv : Christian Guy/Hemis/Corbis • p. 40h : Wangkun Jia/Dreamstime.com p. 40c : • p. 41 : Pierdelune/Dreamstime.com • p. 46 : Gary Blakeley/Dreamstime.com • p. 47h : dbimages/Alamy • p. 47b : Steve Deschênes/ • p. 48h : Mathieu Belanger/ Reuters/Corbis • p. 48b : Erick Labbé/ • p. 49g : Howard Sandler/Dreamstime.com • p. 49d : Dan Mathieu/Red Bull Content Poo • p. 50g : Michel Schliffe • p. 50d : Christophe Finot • p. 53 : Gulcan Yasemin Sumer/iStockphoto • p. 54g : Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Stocktrek Images • p. 54d : Shariff Che’ Lah/Dreamstime.com • p. 55 : Image courtesy NASA/GSFC/MITI/ERSDAC/JAROS and U.S./Japan ASTER Science Team • p. 56 : Sborisov/ Dreamstime.com • p. 58 : Yann Arthus-Bertrand/Altitude • p. 59h : Sergii Korshun/Dreamstime.com • p. 59b : Brent Wong/ Dreamstime.com • p. 60h : Aristidis Vafeiadakis/ZUMA Press/ Corbis • p. 60b : Ricardo André Frantz • p. 61hg : ARCO/P. Goll/maXx images • p. 61hd : vlas2000/Shutterstock • p. 61b : Panagiotis Karapanagiotis/Dreamstime.com • p. 62h : Yann Arthus-Bertrand/Corbi • p. 63c : Guido Alberto Rossi/www. maxximages.com • p. 64 : © 2010 Lesleyanne Drake • 65h : Brigida Soriano /Shutterstock • p. 65b : Yannis Kontos/Sygma/ Corbis • p. 68h : Orestis Panagiotou/epa/Corbis • p. 68b : AFP/ Getty Images • p. 70 : Orestis Panagiotou/epa/Corbis • p. 71g : Vasilis Germanis/Dreamstime.com • p. 71g : Enrique Algarra/ maxx images • p. 72h : Lefteris Papaulakis/Dreamstime.com • p. 72b : Yannis Kontos/Sygma/Corbis • p. 73 : Bill Stamatis/ iStockphoto • p. 74 : Silwen Randebrock/maxx images • p. 76 : Geozax/Dreamstime.com • p. 78 : De Agostini/Getty Images • p. 79 : Raoul Hunter, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, P716, P62-10-17 • p. 81g : Jacques Descloitres, MODIS Rapid Response Team, NASA/GSFC • p. 82hg : Johnny Stockshooter/maxx images • p. 82hd : Yves Tessier, Tessima • p. 82bg : Michel Setboun/Corbis • p. 82bd : AFP/Getty Images

Dossier 2 Le territoire autochtone p. 83 : Bryan & Cherry Alexander Photography/ArcticPhoto • p. 84 : Bryan & Cherry Alexander Photography/ArcticPhoto • p. 86 : Martin Harvey/Corbis • p. 95 : Wolfgang Kaehler/Corbis • p. 96hg : Photo courtesy of Feheley Fine Arts • p. 96hd : © Musée canadien des civilisations, MCC S90 2906 • p. 96b : Photo courtesy of Feheley Fine Arts • p. 98 : Photo courtesy of Feheley Fine Arts • p. 99 : © Musée canadien des civilisations, JJO 38553 • p. 100hg : Bettmann/Corbis • p. 100hd : Rudolph M. Anderson, mai 1916, MCC 39026 • p. 101 : Bryan & Cherry Alexander Photography/ArcticPhoto • p. 102 : Juergen Priewe/ Dreamstime.com • p. 103 : Nunavut Tunngavik Inc. • p. 105g : Legislative Assembly of Nunavut • p. 105d : Bryan & Cherry Alexander Photography/ArcticPhoto • p.106 : Gracieuseté du bureau de la première ministre Eva Aariak • p. 109g : age fotostock/SuperStock p. 109d : Bryan & Cherry Alexander Photography/ArcticPhoto • p. 111 : Bryan & Cherry Alexander Photography/ArcticPhoto • p. 113 : Vincent K. Chan • p. 115 : CP Photos/Jeff McIntosh • p. 116 : CP Photos/Sean Kilpatrick • p. 117 : Bryan & Cherry Alexander Photography/ArcticPhoto • p. 119 : CP Photos/Jeff McIntosh • p. 121 : AP Photo/Archie Mokoka • p. 122 : Bryan & Cherry Alexander Photography/ ArcticPhoto • p. 123 : Broddi Sigurdarson, United Nations

SOURCES DES PHOTOS

311

Dossier 3 Le territoire agricole soumis à des risques naturels p. 127 : Remi Benali/Getty Images • p. 128hg : Newsis/Xinhua Press/Corbis • p. 128hd : Yann Arthus-Bertrand/Corbis • p. 128bg : Xico Putini /123RF • p. 128bd : Imaginechina/Corbis • p. 129 : Tyler Olson/Shutterstock • p. 134h : Denis Cordier/ Fotolia.com • p. 134b : NASA image courtesy the MODIS Rapid Response Team at NASA GSFC • p. 136 : © dechevre.be • p. 137 : © Patrick Peralta • p. 141h : Philippe Michel/maXx images • p. 141b : Venkra/Dreamstime.com • p. 143 : Alain Nogues/Sygma/Corbis • p. 144 : FAO/G. Diana • p. 147 : Nic Bothma/epa/Corbis • p. 148hg : Rgaudin/Wikipedia Common • p. 148hd : Dé Belgique Afrique • p. 148b : La fédération Via Sahel • p. 150h : www.jwachters2-fr.blogspot.com • p. 150b : Axel Ducourneau • p. 151hg : GEF Small Grants Programme, UNDP Togo • p. 151hd : SOS SAHEL • p. 151b : SOS SAHEL • p. 152 : SOS SAHEL • p. 157 : Denis Cordier/Fotolia.com • p. 158 : SOS SAHEL • p. 162 : © dechevre.be

Dossier 4 Le territoire forestier p. 165 : Galen Rowell/Corbis • p. 167hg : NHPA/Photoshot • p. 167hd : O. Alamany & E. Vicens/Corbis • p. 167cg : Danny Lehman/Corbis • p. 167cd : Enlightened Images/Maxx Images • p. 167bg : © Stuart Westmorland/Corbi • p. 167bd : Bryan & Cherry Alexander Photography/ArcticPhoto • p. 176 : Gregory MD./Getty Images • p. 178g : Picture Contact BV /Maxx Images • p. 178d : Eye Ubiquitous/SuperStock • p. 179hg : Paulo Whitaker/Reuters/Corbis • p. 179hd : Marcelo Sayao/epa/ Corbis • p. 179cg : Eco Images/Getty Images • p. 179cd : josemoraes/iStockphoto • p. 179b : John Van Hasselt/Corbis • p. 181 : Universal Images Group/ SuperStock • p. 185 : Frank Lukasseck/Corbis • p. 186 : Herve Thery CNRS-Creda/Médihal • p. 187A : Celso Diniz/123RF.com • p. 187B : Youssouf Cader/ iStockphoto • p. 187C : Ton Koene/Visuals Unlimited/Corbis • p. 187D : Patrick Poendl/Shutterstock • p. 187E : Rayner2006/ Dreamstime.com • p. 187 : Herve Thery CNRS-Creda/Médihal • p. 189g : Donald Nausbaum/Getty images • p. 189d : AFP/ Getty Images • p. 190A : Sue Cunningham Photographic/ Alamy • p. 190B : Baloncici/Dreamstime.com • p. 190C : Gustavo Gilabert/Corbis Saba • p. 190D : LiciaR /iStockphoto • p. 190E : BrazilPhotos.com/Alamy • p. 190F : Werner Rudhart/ dpa/Corbis • p. 190G : Paulo Fridman/Corbis • p. 190H : UIG via Getty Images • p. 191 : Jacques Jangoux/Getty Images • p. 192 : Brasil2/iStockphoto • p. 196 : Alex Webb/Magnum Photos • p. 200 : Paulo Fridman/Corbis • p. 202 : Sally A. Morgan ; Ecoscene/Corbis • p. 203 : Firstligh • p. 206A : Nigel Cattlin/Visuals Unlimited/Corbis • p. 206B : lenalir/Big Stock Photo • p. 206C : CP PHOTO/Thunder Bay Chronicle-Journal/ Brent Linton • p. 206D : Borut Trdina/iStockphoto • p. 206E : Lars Lentz/iStockphoto • p. 206F : Leigh Warner/Dreamstime. com • p. 206G : NHPA/SuperStock

312

SOURCES DES PHOTOS

Dossier 5 Le territoire énergétique p. 209 : Karen Tweedy-Holmes/Corbis • p. 211h : RelaxFoto.de/ iStockphoto • p. 211bg : National Geographic/Getty Images • p. 211bd : Yann Arthus-Bertrand/Corbis • p. 212hg : Dirk Ott/ Shutterstock • p. 212hd : darren baker/iStockphoto • p. 212c : Devi/Shutterstock • p. 212b : Kim Hart/Robert Harding World Imagery/Corbis • p. 215 : Roger Ressmeyer/Corbis • p. 218 : Liumangtiger/Dreamstime.com • p. 222 : © Nichole Ouellette • p. 227(centre commercial) : Megapress • p. 227(métro) : Chris Howey/Shutterstock • p. 227(usine) : France Paradis, Journal , Transcontinental Medias • p. 227 (maisons) : Tous droits réservés © Promotion résidentielle de Mirabel (maison-mirabel.com). Site produit par Ubermedia inc. • p. 229 : fargomeD/Wikipedia • p. 230 : Photo Hydro-Québec • p. 231 : GoodMood Photo/iStockphoto • p. 234 : Photo Hydro-Québec • p. 235 : CP Picture Archive/Files Staff • p. 236 : Photo Hydro-Québec • p. 237 : Bryan & Cherry Alexander Photography/ArcticPhoto • p. 243 : Construction Photography/Corbis • p. 244 : Benkrut/Dreamstime.com • p. 245 : Getty Images • p. 246 : Wu Hong/epa/Corbis • p. 247 : © Chappatte dans « Le Temps », Genève- www.globecartoon.com

Dossier 6 Le territoire industriel p. 249 : Thomas Kitchin & Victoria Hurst/All Canada Photos/ Corbis • p. 250g : Musée McCord, M930.50.7.469 • p. 250d : The Cleveland Press Collection, Cleveland State University Library • p. 252 : Tomas Sereda/Shutterstock • p. 257 : Provided by the SeaWiFS Project, NASA/Goddard Space Flight Center, and ORBIMAGE • p. 258 : Dominique Landau/Shutterstock • p. 260 : Ivan Cholakov/iStockphoto • p. 261hg : SF photo/ iStockphoto • p. 261hd : Ron Chapple/Dreamstime.com • p. 261c : John Gress/Reuters/Corbis • p. 261b et p. 269 : Lowell Georgia/Corbis • p. 263 : Les Palenik/iStockphoto • p. 270 : ThomasKitchin & Victoria Hurst/All Canada Photos/ Corbis • p. 272 : Ian Lishman/Juice Images/Corbis • p. 273 : gerenme/iStockphoto • p. 274 : Peter Ginter/Science Faction/ Corbis • p. 275 : Car Culture/Corbis • p. 279 : Janusz Wrobel/ All Canada Photos/Corbis • p. 280 : William Campbell/Sygma/ Corbis • p. 281 : Henry Georgi/All Canada Photos/Corbis • p. 285 : Steve Wood/Shutterstock • p. 286 : Henrik Jonsson/ iStockphoto • p. 287 : Jennifer Szymaszek/X02198/Reuters/ Corbis • p. 288 : Imaginechina/Corbis

Boîte à outils p. 291 : dem10/iStockphoto • p. 292 : Andy Z./Shutterstock • p. 294 : Image courtesy USGS EROS Data Center • p. 297 : Daniel Zuckerkandel/Shutterstock • p. 298 : Nathalie Sorensen. Photo : Art Gallery of Hamilton

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

GÉOGRAPHIE

1er cycle du secondaire 2e année

Guide

Parallèles Géographie 1er cycle du secondaire – 2e année Guide © 2012 Chenelière Éducation inc. Édition : Murielle Villeneuve Coordination : Samuel Rosa Révision linguistique : Ginette Gratton Correction d’épreuves : Danielle Maire Illustrations : Marc Tellier Conception graphique et infographie : Danielle Dugal Conception de la couverture : Micheline Roy Cartographie : Colpron Recherche iconographique : Marie-Chantal Laforge Rédaction de tests de connaissances : Christian Dubé, François Goyette, Sébastien Quirion Rédaction du texte « Le recours à un outil numérique » : Sébastien Quirion Impression : TC Imprimeries Transcontinental

Remerciements Pour leur précieuse collaboration, l’Éditeur tient à remercier : Karine Ouimet, enseignante, collège Regina Assumpta ; Geneviève Paiement-Paradis, géographe ; Alain Parent, géographe.

Au sujet des sites Internet proposés dans le présent ouvrage Tous les sites Internet présentés sont étroitement liés au contenu abordé. Après la parution de l’ouvrage, il pourrait cependant arriver que l’adresse ou le contenu de certains de ces sites soient modifiés par leur propriétaire, ou encore par d’autres personnes. Pour cette raison, nous vous recommandons de vous assurer de la pertinence de ces sites avant de les suggérer aux élèves.

Sources des photos p. 350 : Christopher Howey/Dreamstime.com • p. 352A : Suchan/Dreamstime.com • p. 352B : Bernard Gagnon/ Wikipedia • p. 352C : Louis Henault / Dreamstime.com • p. 352D : Yves Tessier / Tessima • p. 352E : Asier Villafranca / Shutterstock • p. 352F : Smudge9000 / Wikipedia • p. 359 : © Gaston Coté • p. 361 : MicroWorks / iStockphoto • p. 366 : iStockphoto • p. 379g : SOS SAHEL • p. 379d : SOS SAHEL • p. 394A : RelaxFoto.de/ iStockphoto • p. 394B : Devi / Shutterstock • p. 394C : National Geographic / Getty Images • p. 394D : darren baker / iStockphoto • p. 406 : © Andy Singer

TOUS DROITS RÉSERVÉS. Toute reproduction du présent ouvrage, en totalité ou en partie, par tous les moyens présentement connus ou à être découverts, est interdite sans l’autorisation préalable de Chenelière Éducation inc. Les pages portant la mention «Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.» peuvent être reproduites uniquement par l’enseignant dont les élèves disposent personnellement du cahier périssable faisant partie intégrante de l’ensemble didactique comprenant le présent ouvrage et exclusivement pour les élèves visés dans ce paragraphe. Toute utilisation non expressément autorisée constitue une contrefaçon pouvant donner lieu à une poursuite en justice contre l’individu ou l’établissement qui effectue la reproduction non autorisée. Dépôt légal : 1er trimestre 2013 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada Imprimé au Canada 1 2 3 4 5 ITM 16 15 14 13 12 Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.

Table des matières Présentation et médiagraphie................................................................... 317 PRÉSENTATION .......................................................................................... SUGGESTION DE PLANIFICATION............................................................... LE RECOURS À UN OUTIL NUMÉRIQUE ...................................................... MÉDIAGRAPHIE.........................................................................................

318 319 321 325

Activités supplémentaires – Notions de base ......................................... 335 COORDONNÉES GÉOGRAPHIQUES............................................................ 337 CARTE GÉOGRAPHIQUE ............................................................................ 339 ÉCHELLE.................................................................................................... 340

CORRIGÉ COORDONNÉES GÉOGRAPHIQUES ....................................................................

C-1

CARTE GÉOGRAPHIQUE ....................................................................................

C-2

ÉCHELLE ............................................................................................................

C-2

Tests de connaissances .............................................................................. 345 DOSSIER 1 DOSSIER 2 DOSSIER 3 DOSSIER 4 DOSSIER 5 DOSSIER 6

– La ville patrimoniale............................................................... – Le territoire autochtone ......................................................... – Le territoire agricole soumis à des risques naturels ................. – Le territoire forestier .............................................................. – Le territoire énergétique ........................................................ – Le territoire industriel.............................................................

347 362 373 382 393 407

CORRIGÉ DOSSIER 1 – La ville patrimoniale .......................................................................

C-1

DOSSIER 2 – Le territoire autochtone .................................................................

C-8

DOSSIER 3 – Le territoire agricole soumis à des risques naturels..........................

C-14

DOSSIER 4 – Le territoire forestier.......................................................................

C-18

DOSSIER 5 – Le territoire énergétique.................................................................

C-24

DOSSIER 6 – Le territoire industriel .....................................................................

C-31

Cartes muettes générales ......................................................................... 417

315

Présentation et médiagraphie La collection Parallèles propose l’étude de tous les types de territoires prévus au programme de géographie et de tous les angles d’entrée. Les cinq dossiers traités en 1re année et les six dossiers abordés en 2e année permettent de couvrir la totalité des territoires obligatoires. Dans chaque dossier du cahier d’apprentissage, l’étude d’un ou de deux territoires est agencée selon la structure que l’on trouve dans le document ministériel La progression des apprentissages en géographie1, à savoir : 1) Localisation ; 2) Caractéristiques ; 3) Aménagement ; 4) Enjeu. Cette étude du territoire est toujours précédée d’une présentation générale du type de territoire et de l’angle d’entrée adopté, et elle est toujours suivie d’une partie intitulée « Enjeu à l’échelle planétaire ». On trouvera dans les pages qui suivent une présentation du contenu du présent ouvrage, une suggestion de planication, des idées pour utiliser l’outil numérique « Google Maps » ainsi qu’une médiagraphie.

S O MMAI R E

1. Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Programme de formation de l’école québécoise. Progression des apprentissages au secondaire. Géographie, 1er cycle. Québec, 1er juin 2010, 30 p. Document accessible à l’adresse électronique suivante : [www.mels.gouv.qc.ca/progression/secondaire/]

PRÉSENTATION ....................................... 318 SUGGESTION DE PLANIFICATION ................................. 319 LE RECOURS À UN OUTIL NUMÉRIQUE ................................ 321 MÉDIAGRAPHIE ...................................... 325

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

317

LE TERRITOIRE AGRICOLE DU QUÉBEC

Présentation Le guide-corrigé du cahier d’apprentissage Parallèles est disponible en version imprimée et en version électronique.

Le guide-corrigé, version imprimée On trouvera dans le guide-corrigé : • le cahier d’apprentissage de l’élève, y compris le corrigé des activités et la mention des compétences • • • • • •

mobilisées ; une suggestion de planication ; des idées pour l’utilisation de l’outil numérique « Google Maps » ; une médiagraphie ; des activités supplémentaires, qui exploitent les notions de base abordées dans le cahier et qui sont suivies de leur corrigé ; des tests de connaissances, qui peuvent servir d’outils d’évaluation, suivis de leur corrigé ; des cartes muettes générales (planisphère, continents, etc.).

Le guide-corrigé PLUS, version électronique avec clé USB La version électronique du guide-corrigé comprend : • le guide-corrigé complet (voir plus haut la description du guide-corrigé, version imprimée) ; • pour chacune des cartes du cahier d’apprentissage, un hyperlien conduisant à l’équivalent de

• • •

• •

cette carte sur le site Internet du service Google Maps (ce qui donne accès à Street View et à toutes les fonctionnalités du service de cartographie en ligne) ; pour chacune des cartes du cahier d’apprentissage, une icône sur laquelle on peut cliquer pour faire apparaître en format plein écran une image satellite statique de l’espace cartographié ; des cartes qui peuvent être mises en parallèle sur l’écran TBI (voir la liste) ; une fonction permettant d’agrandir au format plein écran les éléments suivants : – les documents des sections notionnelles, soit les tableaux, diagrammes, photos, cartes et citations (y compris ceux des parties « Notions de base » et « Boîte à outils » qui gagnent à être agrandis au format plein écran) ; – certains documents des sections « Activités », soit les tableaux et les diagrammes déjà complets, les cartes, les photos et les extraits de textes qui gagnent à être agrandis au format plein écran ; les 20 cartes du Mini-Atlas, auxquelles on accède à l’aide de l’icône « Atlas » apparaissant en tout temps au bas de l’écran ; un lien direct vers la page du Mini-Atlas ou de la Boîte à outils lorsque le pictogramme remplissant cette fonction apparaît dans le cahier.

Cartes qui peuvent être mises en parallèle sur l’écran TBI • La tenure de la forêt au Québec (p. 168) et Les autres usages de la forêt au Québec (p. 169) ; • Le territoire forestier de l’Amazonie brésilienne (p. 174) et La transformation de la ressource

forestière en bois d’œuvre en Amazonie (p. 182) ; • Le territoire forestier de l’Amazonie brésilienne (p. 174) et Les aires protégées en Amazonie brésilienne (p. 197) ; • La région industrielle des Grands Lacs américains et canadiens (p. 258) et Grands ports et ressources énergétiques et minières de la région des Grands Lacs américains et canadiens (p. 264).

318

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Suggestion de planication Étant donné le contenu du programme de géographie et les notions qui y sont abordées, il va sans dire que les dossiers du cahier d’apprentissage peuvent être traités dans n’importe quel ordre. Le tableau de planication présenté ci-après n’est donc qu’une suggestion parmi plusieurs autres possibles. La planication proposée couvre 80 des 100 heures prévues au programme. Même si le contenu d’un cahier d’apprentissage peut permettre de couvrir les 100 heures, nous avons préféré proposer une planication qui laisse du temps pour les imprévus et les activités libres ou complémentaires. Les techniques propres à la géographie (voir la « Boîte à outils » aux pages 291 à 306 du cahier) sont de préférence enseignées au moment où les élèves en ont besoin, au cours des apprentissages. Elles n’apparaissent donc pas dans cette suggestion de planication.

Planication globale Étapes

Dossiers

Cours (75 minutes)

Territoires

Notions de base 1

3. Le territoire agricole soumis à des risques naturels

Sahel

9

2. Le territoire autochtone

Nunavut

8

1. La ville patrimoniale

Québec Athènes

15

4. Le territoire forestier

Amazonie

10

5. Le territoire énergétique

Jamésie

6. Le territoire industriel

Grands Lacs américains et canadiens

2

3

3

9 10

Planication détaillée Étape 1

12 cours

NOTIONS DE BASE Les coordonnées géographiques

1 cours

La carte géographique

2 cours Sous-total

3 cours

DOSSIER 3 – LE TERRITOIRE AGRICOLE SOUMIS À DES RISQUES NATURELS Territoire agricole et risques naturels

1 cours

Le Sahel

5 cours

Enjeux à l’échelle planétaire

2 cours

Évaluation*

1 cours Sous-total

9 cours

* Les tests de connaissances proposés dans cet ouvrage peuvent servir à des ns d’évaluation.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

319

Étape 2

23 cours

DOSSIER 2 – LE TERRITOIRE AUTOCHTONE Territoire autochtone et peuples autochtones

2 cours

Le Nunavut

4 cours

Enjeux à l’échelle planétaire

1 cours

Évaluation

1 cours Sous-total

8 cours

DOSSIER 1 – LA VILLE PATRIMONIALE Ville patrimoniale et patrimoine

0,5 cours

Québec, ville patrimoniale

7 cours

Évaluation

1 cours

Athènes, ville patrimoniale

5 cours

Enjeux à l’échelle planétaire

1 cours

Évaluation

0,5 cours Sous-total

15 cours

Étape 3

29 cours

DOSSIER 4 – LE TERRITOIRE FORESTIER Qu’est-ce qu’un territoire forestier ?

1 cours

L’Amazonie

6,5 cours

Enjeux à l’échelle planétaire

2 cours

Évaluation

0,5 cours Sous-total

10 cours

DOSSIER 5 – LE TERRITOIRE ÉNERGÉTIQUE Qu’est-ce qu’un territoire énergétique ?

1 cours

La Jamésie

6 cours

Évaluation

1 cours

Enjeux à l’échelle planétaire

1 cours Sous-total

9 cours

DOSSIER 6 – LE TERRITOIRE INDUSTRIEL Qu’est-ce qu’un territoire industriel ?

1 cours

Les Grands Lacs américains et canadiens

7 cours

Enjeux à l’échelle planétaire

1 cours

Évaluation

1 cours Sous-total TOTAL : 80 HEURES

320

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

10 cours 64 COURS

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Le recours à un outil numérique Dans la version électronique de Parallèles, chaque carte est accompagnée d’un hyperlien qui permet d’accéder directement à l’équivalent de cette carte sur le site Internet de Google Maps. À partir de là, de nombreuses possibilités d’exploitation pédagogique s’offrent aux enseignants. Mais qu’est-ce que Google Maps exactement ? Et quelles sont les exploitations pédagogiques qu’on peut en tirer dans le cadre du cours de géographie ?

Google Maps : qu’est-ce que c’est ? Google Maps est un service gratuit de cartographie en ligne. Il permet d’obtenir une représentation virtuelle de l’ensemble de la Terre. À l’aide du curseur, l’usager peut parcourir la planète, à différentes échelles, à la découverte des grands phénomènes géographiques observables. Le service propose deux types de vues : la vue carte et la vue satellite. La vue carte La vue carte est une vue en plan classique, semblable à la carte routière (avec noms de villes, de quartiers, de rues, etc.). Elle permet de rechercher des lieux ou des adresses, d’obtenir un itinéraire piéton ou routier ou encore de calculer des distances.

La vue satellite La vue satellite est une représentation par image satellite du territoire couvert par la carte. Elle est utile pour attirer l’attention sur le relief, le couvert forestier, les modes d’appropriation du territoire, les zones rurales ou urbaines, etc. Il est également possible d’obtenir une vue mixte en ajoutant sur la vue satellite les noms de lieux de la vue carte.

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

321

La navigation à l’intérieur de ces deux vues et leur exploitation se font grâce à quelques fonctionnalités de base. • Le zoom donne accès à différentes échelles de lecture cartographique. L’usager peut ainsi zoomer,

par exemple, à partir de l’échelle d’un pays jusqu’à l’échelle d’une rue, et vice-versa. • La fonction Street View permet d’arpenter les rues des grandes villes du monde. En effet, le service

Street View est constitué d’images à 360 degrés assemblées de façon que l’usager puisse « circuler » dans les rues comme s’il y était. Ajoutons que Google offre maintenant la possibilité de visiter certains parcs nationaux, comme le Jardin botanique national Kirstenbosch, en Afrique du Sud, à la manière Street View. D’autres fonctionnalités, offertes dans un menu déroulant, permettent d’obtenir, en lien avec un lieu, des photos, des images prises à intervalles réguliers par une webcam, des vidéos, des articles Wikipédia, l’état actuel de la circulation automobile, le réseau de transport en commun, etc. Enn, grâce à la fonction Mes adresses, l’usager peut créer, conserver et partager ses propres cartes en ajoutant des données aux cartes de Google Maps. Il suft pour ce faire d’ouvrir un compte Google à l’aide d’une adresse courriel valide.

L’exploitation de Google Maps en classe : un aperçu Google Maps est un outil interactif qui permet d’offrir aux élèves un complément dynamique à la matière abordée dans la collection Parallèles. En début d’année, il peut être intéressant par exemple de présenter aux élèves certaines notions de base, ou encore de réactiver leurs connaissances, grâce à des activités générales d’introduction à Google Maps : • Initier les élèves à la géographie politique en parcourant le monde à l’aide de la vue carte. • Identier les étendues d’eau, les cours d’eau, les chaînes de montagnes, etc., à l’aide de la vue satellite. • Cibler une région que les élèves peuvent reconnaître et passer de la vue carte à la vue satellite,

et vice-versa, an de les amener à faire le lien entre la représentation cartographiée et la représentation photographique d’un territoire. • Faire des exercices de carte routière à l’aide de la fonction Itinéraire (chemin emprunté, distance parcourue). L’itinéraire routier entre le château Frontenac et la place Royale, à Québec

322

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Par la suite, tous les territoires à l’étude dans le programme de géographie peuvent faire l’objet d’une exploitation en classe avec Google Maps. En voici quelques exemples. Territoire urbain • Ville patrimoniale : Effectuer une visite du Vieux-Québec à l’aide de Street View an de permettre aux

élèves de visualiser les éléments patrimoniaux. • Métropole : Grâce aux fonctions Trac et Transport en commun, amener les élèves à constater les

problèmes de déplacement dans les grands centres urbains et les infrastructures mises en place pour répondre aux besoins de déplacement. L’heure de pointe à Montréal

Territoire région • Territoire forestier : Parcourir l’Amazonie avec les élèves, à la recherche des zones de déforestation,

puis les inviter à s’interroger sur les sentiments que suscitent ces paysages. Déboisement dans l’État de Rondônia

Zone déboisée

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

323

• Territoire énergétique : Survoler les étendues sauvages de la Jamésie, puis zoomer sur les

installations hydro-électriques, pour que les élèves puissent relever dans ces paysages des marques d’appropriation du territoire. La centrale Robert-Bourassa en Jamésie

Évacuateur de crue

Barrage

Réservoir

Territoire agricole • Territoire agricole soumis à des risques naturels : Faire observer aux élèves la région du barrage de Markala,

au Mali, avec ses canaux d’irrigation, an qu’ils associent ces paysages à l’organisation du territoire. Le barrage d’irrigation de Markala, au Mali

Canal d’irrigation

Barrage d’irrigation

Google Maps : des sites intéressants pour la classe de géographie Voici quelques sites Internet qui proposent des activités intéressantes à effectuer en classe de géographie à l’aide de Google Maps. • RÉCITUS : Un dossier consacré aux images satellites.

http://www.recitus.qc.ca/tic/dossiers-tic/images-satellites • Projet-civ : Une SAÉ, en lien avec le dossier « Métropole », portant sur la lecture de territoires

urbains à l’aide de Google Maps. http://www.projet-civ.com/article.php3?id_article=63 • Les Clionautes par Caroline Jouneau-Sion : Une activité sur la métropole Paris et les images satellites.

http://www.college.clionautes.org/spip.php?article2124

324

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Médiagraphie Remarque – Tous les sites Internet présentés dans cette médiagraphie sont étroitement liés au contenu abordé. Après la parution de l’ouvrage, il pourrait cependant arriver que l’adresse ou le contenu de certains de ces sites soient modiés par leur propriétaire, ou encore par d’autres personnes. Pour cette raison, nous vous recommandons de vous assurer de la pertinence de ces sites avant de les suggérer aux élèves.

Notions de base et généralités • Ressources naturelles et Faune Québec. Plein de ressources, 2003-2010. En ligne. Informations sur les ressources naturelles, la faune et le territoire du Québec ; jeux, dessins et bandes dessinées (pour les élèves). Ressources pédagogiques et matériel éducatif (pour les enseignants). http://education.mrnf.gouv.qc.ca/ • Société géographique royale du Canada. L’Atlas canadien en ligne, s.d. En ligne. Application cartographique qui permet de consulter et de personnaliser une carte du Canada, répertoire géographique, glossaire et jeux (pour les élèves). Ressources éducatives, plans de leçons et activités à réaliser en classe (pour les enseignants). http://www.canadiangeographic.ca/atlas/intro.aspx?lang=Fr • Institut Géographique National et ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie (France). Serveur éducatif sur l’information géographique (SEIG), 2012. En ligne. Le site propose un index, des cartes commentées, des dossiers sur la cartographie et l’information géographique, un lexique, des références bibliographiques et une liste de liens vers des sites spécialisés. http://seig.ensg.ign.fr/index.php?RPHP=&RCO=&RCH=&RF=&RPF=&RPC= • ClimateDiagrams.com. ClimateDiagrams, 2009. En ligne. Des climatogrammes du monde entier. http://www.climatediagrams.com • Gouvernement du Québec. Le Québec géographique, 2004-2012. En ligne. Portail donnant accès aux cartes, aux atlas et aux produits d’information géographique disponibles dans les ministères et organismes du gouvernement du Québec. http://www.quebecgeographique.gouv.qc.ca/index.asp • Ressources naturelles Canada. L’Atlas du Canada, 2007. En ligne. Recueil d’informations géographiques sur le Canada. Cartes classées par sujet, tableaux, jeux-questionnaires et textes analytiques pour les élèves et les enseignants. http://atlas.nrcan.gc.ca/site/francais/index.html • Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Indicateurs internationaux de développement humain, 2011. En ligne. Statistiques et classement des pays selon leur IDH (de très élevé à faible). http://hdr.undp.org/fr/statistiques/ • IDH des pays du monde classés par ordre alphabétique. http://hdr.undp.org/fr/pays/

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

325

Dossier 1 – La ville patrimoniale • UNESCO. Liste du patrimoine mondial, s.d. En ligne. Carte du monde sur laquelle on peut cliquer pour obtenir la description de tous les sites du patrimoine mondial. http://whc.unesco.org/fr/list/ • Organisation des villes du patrimoine mondial (OVPM). 2012. En ligne. Liste des villes du patrimoine mondial. Description de chaque ville et repères historiques. Vidéos des jeunes gagnants du concours « Ma ville, notre patrimoine mondial », dont celui de la ville de Québec. http://www.ovpm.org/fr • Tomas, François. « Les temporalités du patrimoine et de l’aménagement urbain », Géocarrefour, vol. 79, no 3, 2004. En ligne. Article sur les monuments historiques, le patrimoine urbain environnant, les habitants et les touristes (pour les enseignants). http://geocarrefour.revues.org/722 Québec, ville patrimoniale • UNESCO. Centre du patrimoine mondial, « Arrondissement historique du Vieux-Québec », s.d. En ligne. Description et histoire du Vieux-Québec, ancienne ville coloniale fortiée. http://whc.unesco.org/fr/list/300 • Ville de Québec. « Histoire », s.d. En ligne. Histoire détaillée de la ville de Québec accompagnée d’illustrations et d’anecdotes historiques. http://www.ville.quebec.qc.ca/touristes/connaitre/histoire/index.aspx • Ville de Québec. «Ville du patrimoine mondial », s.d. En ligne. Court article expliquant comment la ville de Québec en est venue à faire partie de la Liste du patrimoine mondial. http://www.ville.quebec.qc.ca/apropos/portrait/ville_internationale/patrimoine.aspx • L’Atlas canadien en ligne. Centre d’apprentissage, «Vivre dans une ville patrimoniale : Québec », s.d. En ligne. Leçon au terme de laquelle l’élève répondra à la question « Quelles sont les particularités de vivre dans une ville patrimoniale comme Québec ? » (pour les enseignants). http://www.canadiangeographic.ca/atlas/lessonplan.aspx?ID=LESSON151&lang=Fr • Culture, Communications et Condition féminine Québec. Le réseau virtuel de l’archéologie au Québec, « Promenade archéologique à la basse-ville de Québec », s.d. En ligne. Le passé de la basse-ville de Québec raconté par des artefacts qui dénotent la présence des nomades, des agriculteurs amérindiens et enn des Européens. http://www.mcccf.gouv.qc.ca/reseau-archeo/partenai/bassevi.htm

326

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

• Ville de Québec. « Québec, nouvelle terre française (1608-1755) », s.d. En ligne. L’histoire de Québec de 1608 à 1755. Illustrations et anecdotes historiques. http://www.ville.quebec.qc.ca/touristes/connaitre/histoire/1608-1755.aspx • Ofce du tourisme de Québec. Québec : ville et région, 2012. En ligne. Monuments, statues et plaques commémoratives de Québec. Activités, événements, hébergement et restaurants. Photos et vidéos. Tout pour préparer un voyage à Québec. http://www.quebecregion.com/fr/region-quebec/monuments-statues-plaques?a=vis • Funiculaire du Vieux-Québec. s.d. En ligne. Histoire du funiculaire, sites historiques auxquels il donne accès et photos. http://www.funiculaire-quebec.com/ • Centre d’interprétation de la vie urbaine de la ville de Québec. Passionné de la vie en ville, « GéoRallyes 2012 », 2012. En ligne. Un circuit pédestre inspiré de la géocache à parcourir avec un GPS. Il permet de découvrir l’histoire, l’architecture, le patrimoine et des œuvres d’art du Vieux-Québec. http://www.civuquebec.ca/fr/georallye-25e.htm • Commission de la capitale nationale du Québec. « La promenade Samuel-De Champlain », s.d. En ligne. Description de la promenade Samuel-De Champlain, des lieux historiques qu’elle traverse, de son circuit d’interprétation, de ses sculptures et des nombreux prix remportés par ce projet d’envergure. http://www.capitale.gouv.qc.ca/realisations/promenade-samuel-champlain/ Athènes, ville patrimoniale • Kluziak, Caroline. Regards culturels : se cultiver en voyageant, regarder autrement, « Les restaurations actuelles de l’Acropole, pas à pas », 26 mars 2011. En ligne. Description de quelques méthodes ayant permis de restaurer divers éléments de l’Acropole. http://regardsculturels.blogspot.ca/2011/03/les-restaurations-actuelles-pas-pas.html • Haider, Jonathan. Athènes – Acropole, « Athènes – Photos de l’Acropole », s.d. En ligne. Photos des divers monuments de l’Acropole. http://www.paris-photo.net/grece-athenes-acropole.php • Éditions Larousse. Larousse, « Acropole d’Athènes », s.d. En ligne. Histoire de l’Acropole et description de ses divers monuments. http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Acropole_dAthènes/103976 • Acropolis Museum. s.d. En ligne. Présentation des différentes expositions du musée (en anglais). http://www.theacropolismuseum.gr/default.php?la=2 • Hellenic Ministry of Culture and Tourism. Odysseus, 2007. En ligne. Présentation des différents musées et de leurs expositions avec photos. Nombreuses photos d’œuvres d’art classées par époques (en anglais). http://odysseus.culture.gr/index_en.html

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

327

Dossier 2 – Le territoire autochtone • Déclaration sur les droits des peuples autochtones (DDPA), 2007. En ligne. Éléments principaux de la Déclaration sur les droits des peuples autochtones, informations sur les groupes qui l’ont élaborée, sur les pays qui ont refusé de l’adopter, etc. http://pro169.org/res/materials/fr/pp/Declaration sur les droits des peuples autochtones (DDPA).ppt • Groupe international de travail pour les peuples autochtones (GITPA). s.d. En ligne. Informations sur le GITPA, les peuples autochtones dans le monde, les problèmes auxquels ils font face, leurs conditions sociales, les moyens dont ils disposent pour défendre leurs droits. http://www.gitpa.org/Autochtone%20Frame%20.htm • Institut polaire français Paul Émile Victor. « Les peuples de l’Arctique », s.d. En ligne. Description des différents peuples de l’Arctique : les Inuits, les Sâmes, les « Petits Peuples du Nord » de la Russie et les Yakoutes. Vidéos. http://www.institut-polaire.fr/ipev/les_regions_polaires/arctique/les_peuples_de_l_arctique • Explore Nunavut. 2006-2012. En ligne. Informations touristiques sur le Nunavut et ses quatre régions (en anglais). http://www.explorenunavut.com/ • Nunavut Tourism. Nunavut : Untamed, Unspoiled, Undiscovered, 2012. En ligne. Informations touristiques sur le Nunavut, les activités qu’on peut y pratiquer, les arts et la culture, la pêche et la chasse avec une courte vidéo (en anglais). http://www.nunavuttourism.com/ • Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. « Cape Dorset, Nunavut : l’épicentre de l’art inuit », 2008. En ligne. Informations sur un village inuit où les arts et la culture traditionnels sont encore vivants. Vidéo montrant des artistes à l’œuvre. http://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/1100100014477 • About.com. Canada Online, « Nunavut Facts », 2012. En ligne. Informations de base sur le Nunavut : localisation, population, gouvernement, etc. (en anglais). http://canadaonline.about.com/cs/provinces/p/nunavutfacts.htm • Laugrand, Frédéric. « Notre terre, le Nunavut. Les dés de la gouvernance inuit », La Vie des idées, 22 décembre 2011. ISSN : 2105-3030. En ligne. L’histoire de la création du Nunavut, les principes qui régissent la vie des habitants du Nunavut (pour les enseignants). http://www.laviedesidees.fr/Notre-terre-le-Nunavut.html • Isuma.tv, webtélé, s.d. En ligne. Un site où les Inuits publient de nombreux lms et vidéos sur les Autochtones autour du monde. http://www.isuma.tv/hi/fr

328

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

• Association des francophones du Nunavut. À l’écoute de notre passé, s.d. En ligne. Un site pour pénétrer l’âme des Inuits. Informations sur les traditions orales avec plusieurs témoignages audio disponibles en format PDF et des animations. http://www.tradition-orale.ca/default.html • Pirurvik Center. Tusaalanga. Apprendre la langue inuit, 2012. En ligne. Glossaire où on entend de nombreux mots en inuktitut (pour les élèves) et leçons pour apprendre des rudiments de cette langue (pour les enseignants). http://www.tusaalanga.ca/splash • ArcticPhoto. 2012. En ligne. Collection de photos illustrant le mode de vie des Autochtones des régions polaires du monde entier, y compris les forêts boréales (légendes en anglais). http://www.arcticphoto.co.uk/gallery2/arctic/peoples/inuitcan/inuitcan.htm • Radio-Canada.ca. « Terres autochtones en vue », 2011. En ligne. Dossier sur les négociations territoriales des Premières Nations avec les gouvernements. Cartes interactives indiquant les territoires appartenant aux Autochtones et ceux qu’ils revendiquent. http://www.radio-canada.ca/sujet/terres-autochtones

Dossier 3 – Le territoire agricole soumis à des risques naturels • Allô prof, Bibliothèque virtuelle. « Territoire agricole – Milieux à risques », s.d. En ligne. Généralités sur le sujet et sections sur l’agriculture au Sahel, au Bangladesh et dans les Prairies canadiennes. Textes accompagnés de schémas et de photos. http://biblio.alloprof.qc.ca/PagesAnonymes/DisplayFiches.aspx?ID=8043 • Quand le sol a soif. Un territoire agricole dans un milieu à risque, s.d. En ligne. Activité de 15 périodes au cours de laquelle les élèves montent un dossier sur le Sahel ou les Prairies canadiennes (pour les enseignants). http://www.protic.net/profs/roxanne/quand_le_sol_a_soif.htm • Dumont, Gérard-François. « La géopolitique des populations du Sahel », diploweb.com et La revue géopolitique online, 7 avril 2010. En ligne. La diversité ethnique, linguistique et religieuse du Sahel, sa démographie. Pour les enseignants. http://www.diploweb.com/La-geopolitique-des-populations-du.html • SOS Sahel international France. SOS Sahel, s.d. En ligne. Informations pour découvrir le Sahel. Projets mis en place par les habitants pour lutter contre la désertication. Vidéos. http://www.sossahel.org/ • Afrique verte international. Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel, 2011. En ligne. Informations sur la sécurité alimentaire au Sahel. http://www.afriqueverte.org/index.cfm?srub=14

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

329

• Institut de recherche pour le développement (IRD). « Sahel. Quand les céréales s’adaptent aux évolutions climatiques », s.d. En ligne. Article sur la sécurité alimentaire au Sahel. http://www.ird.fr/la-recherche/projets-de-recherche/sahel-quand-les-cerealess-adaptent-aux-evolutions-climatiques • allAfrica. « L’agriculture durable est-elle possible au Sahel ? », 17 avril 2012. En ligne. Article décrivant diverses solutions pouvant assurer la sécurité alimentaire au Sahel. http://fr.allafrica.com/view/group/main/main/id/00016490.html • Centre d’actualités de l’ONU. « Sahel : la FAO lance un nouvel appel de fonds pour conjurer la crise alimentaire », 9 mars 2012. En ligne. Article sur la crise alimentaire imminente au Sahel et les moyens que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) veut prendre pour aider les Sahéliens. http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=27758 • Agritrade. « Crise alimentaire imminente dans le Sahel », 1er avril 2012. En ligne. Article sur les facteurs qui vont déclencher une crise alimentaire dans le Sahel et les mesures déjà prises par certains pays. http://agritrade.cta.int/fr/Agriculture/Produits-de-base/Cereales/Crise-alimentaireimminente-dans-le-Sahel

Dossier 4 – Le territoire forestier • Ressources naturelles et Faune Québec. « Forêts du Québec », s.d. En ligne. Article sur les forêts du Québec : milieu forestier, état des forêts, lois sur les forêts, données sur le Québec forestier en 2009. http://www.mrnf.gouv.qc.ca/forets/quebec/index.jsp • Carpentier, Kristel, et Mathilde Ostiguy. La forêt québécoise : de la feuille au crayon. La forêt et son industrie au Québec, 2008. En ligne. Informations sur les types de forêts, les opérations forestières, l’économie des régions, les effets sur l’environnement, etc. Matériel pédagogique pour les enseignants. Vidéo sur l’abattage des arbres hier et aujourd’hui. http://pages.usherbrooke.ca/kcarpentier/ • Société géographique royale du Canada. L’Atlas canadien en ligne, « La foresterie durable », s.d. En ligne. Leçon sur l’exploitation de la forêt boréale dans laquelle les élèves regardent des vidéos, effectuent une recherche et trouvent cinq grands principes de développement durable (pour les enseignants). http://www.canadiangeographic.ca/atlas/lessonplan.aspx?ID=LESSON185&lang=Fr • Société géographique royale du Canada. L’Atlas canadien en ligne, « Les régions naturelles du Québec : du nord au sud… les régions forestières du Québec », s.d. En ligne. Leçon qui amène les élèves à différencier les régions forestières du Québec en observant la végétation type de chaque région dans un atlas (pour les enseignants). http://www.canadiangeographic.ca/atlas/lessonplan.aspx?ID=LESSON9&lang=Fr

330

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

• Société géographique royale du Canada. L’Atlas canadien en ligne, « La orêt boréale “à la une” », s.d. En ligne. Leçon dans laquelle les élèves se servent d’articles de journaux pour mettre en lumière la problématique de l’exploitation de la orêt boréale et dégager des perspectives d’avenir (pour les enseignants). http://www.canadiangeographic.ca/atlas/lessonplan.aspx?ID=LESSON11&lang=Fr • World Wildlife Fund (WWF). « For a Living Amazon ! », s.d. En ligne. Dossier sur les dangers qui menacent l’Amazonie et sur ce que ait le WWF pour les contrer (en anglais). http://wwf.panda.org/what_we_do/where_we_work/amazon/ • Lamarche, Ginette. « La forêt amazonienne en péril », Radio-Canada.ca, 18 septembre 2008. En ligne. Inormations sur la destruction de l’Amazonie au proft de l’élevage du zébu et sur la circulation chaotique sur l’Amazone. Vidéo. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2008/09/04/004-amazonie.shtml • Actu-Environnement. « Destruction de la forêt amazonienne », 4 mars 2004. En ligne. Article sur les causes de la déorestation en Amazonie, laquelle pourrait avoir des conséquences sur le climat de la région, sinon du continent. http://www.actu-environnement.com/ae/news/484.php4 • Amazon Institute of People and the Environment. Imazon, 2011. En ligne. Site dédié à la promotion du développement durable dans l’Amazonie. Articles, cartes et vidéos sur la déorestation (en anglais). http://www.imazon.org.br/pagina-inicial-en?set_language=en&cl=en • Futura-Sciences. «“Soja”, le nouveau danger de destruction de la forêt amazonienne », 2005. En ligne. Article sur la culture du soja en Amazonie, qui entraîne la destruction rapide de la orêt. http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/soja-le-nouveau-danger-dedestruction-de-la-foret-amazonienne_6395/

Dossier 5 – Le territoire énergétique • Société géographique royale du Canada. L’Atlas canadien en ligne, « Nouvelles ormes d’énergie au Canada pour 2050 », s.d. En ligne. Leçon visant à expliquer aux élèves les ormes d’énergie et les besoins énergétiques des Canadiens aujourd’hui et en 2050 (pour les enseignants). http://www.canadiangeographic.ca/atlas/lessonplan.aspx?ID=LESSON42&lang=Fr • Société géographique royale du Canada. L’Atlas canadien en ligne, « L’énergie éolienne : qui est au courant ? », s.d. En ligne. Leçon au cours de laquelle les élèves construisent un questionnaire pour évaluer les connaissances et les attitudes des gens sur l’énergie éolienne (pour les enseignants). http//www.canadiangeographic.ca/atlas/lessonplan.aspx?ID=LESSON107&lang=Fr

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

331

• énergies-renouvelables.org. 2007. En ligne. Un site comprenant de nombreux articles sur toutes les formes d’énergies renouvelables en France, en Europe et dans le monde. http://www.energies-renouvelables.org/ • Ressources naturelles Canada. « Énergies renouvelables », s.d. En ligne. Article avec hyperliens sur la recherche et le développement liés aux énergies renouvelables. http://canmetenergie.rncan.gc.ca/energies-renouvelables/1456 • La ruée vers le Nord. La Jamésie, 2012. En ligne. Informations sur l’éducation, la santé, l’emploi et le tourisme dans l’immense région de la Baie-James ; vidéos. http://larueeverslenord.com/index.php?option=com_content&view=article&id=69&Itemid=91 • Municipalité de Baie-James. Un territoire grand comme un pays !, 2010. En ligne. Informations sur les services, les entreprises et le tourisme à la Baie-James. http://www.municipalite.baie-james.qc.ca/html/accueil00.php • Muma, Walter. Route de la Baie James. La région de la Baie James du Nord du Québec, « Introduction à la région de la Baie James ainsi qu’à la route de la Baie James », s.d. En ligne. Description des routes incroyablement longues qui parcourent la région et informations pour les voyageurs. http://www.routebaiejames.com/travel/intro.html • Grand Conseil des Cris. s.d. En ligne. Informations sur le Grand Conseil des Cris et sa mission (en anglais). http://www.gcc.ca/ • Hydroweb. Le site de l’hydroélectricité. 2012. En ligne Tout sur l’hydroélectricité : principes, fonctionnement des barrages, centrales, histoire, etc. Nombreux schémas et une vidéo. http://hydroweb5.free.fr/hydroweb.php?page=menu.php • Hydro-Québec. « Comprendre l’électricité », s.d. En ligne. Histoire et notions de base, hydroélectricité, énergie éolienne et autres sources d’énergie, transport de l’électricité, jeux. http://www.hydroquebec.com/comprendre/ • Radio-Canada.ca. La zone audio-vidéo. Nucléaire, pétrole, gaz de schiste : le risque en vaut-il la chandelle ?, 29 mai 2011. En ligne. Émission de radio sur les risques technologiques liés à l’exploitation des lières énergétiques. http://www.radio-canada.ca/emissions/les_annees_lumiere/2010-2011/chronique. asp?idChronique=155453

332

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

• Hydro-Québec. Projet de l’Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert, s.d. En ligne. Informations détaillées sur l’aménagement hydroélectrique de la rivière Rupert, en Jamésie. Animation, schémas. http://www.hydroquebec.com/projets/eastmain_1_a.html • Cité de l’énergie. Museevirtuel.ca. L’histoire de l’hydroélectricité au Québec, 2010. En ligne. Histoire de l’hydroélectricité, notions de physique pour comprendre l’électricité, fonctionnement des centrales. Dessins animés. Section éducative avec plans de leçons pour les enseignants. http://hydroelectricite.ca/ • Fondation David Suzuki. « L’énergie hydroélectrique », s.d. En ligne. Informations sur les effets négatifs de certains projets hydroélectriques. http://www.davidsuzuki.org/fr/champs-dintervention/changements-climatiques/ enjeux-et-recherche/energies/lenergie-hydroelectrique/

Dossier 6 – Le territoire industriel • Action de Carême – Pain pour le prochain. Pour des ordinateurs produits dans la dignité, « La vie d’un ordinateur : ses débuts », s.d. En ligne. La chaîne de production des ordinateurs à partir de l’industrie minière et les conditions de travail inacceptables des ouvriers qui fabriquent ces ordinateurs dans les pays en développement. http://www.fair-computer.ch/cms/index.php?id=601 • Drezet, Éric. « Épuisement des ressources naturelles », ÉcoInfo, 2009. En ligne. Article énumérant les métaux et autres éléments qui entrent dans la fabrication des ordinateurs et qui seront épuisés à plus ou moins long terme. http://www.ecoinfo.cnrs.fr/spip.php?article129 • Haski, Pierre. « Apple fait du bruit en Chine », Aujourd’hui le monde : la Chine, 29 janvier 2012. En ligne. Les conditions déplorables dans lesquelles travaillent les personnes qui fabriquent les ordinateurs Apple en Chine. http://chine.aujourdhuilemonde.com/apple-fait-du-bruit-en-chine • Encyclopédie de l’Agora : pour un monde durable. « Grands Lacs », s.d. En ligne. Description du réseau hydrographique et de l’écosystème des Grands Lacs. http://agora.qc.ca/dossiers/Grands_Lacs • Réseau Grands Lacs – Voie maritime du Saint-Laurent. « Faits sur le réseau Grands Lacs – Voie maritime du Saint-Laurent (autoroute H2O) », s.d. En ligne. Des chiffres sur ce grand réseau de navigation : distances, tonnage des navires, heures de navigation, etc. http://www.greatlakes-seaway.com/fr/voie-maritime/faits/index.html • Société géographique royale du Canada. L’Atlas canadien en ligne, « La Voie maritime du Saint-Laurent et des Grands Lacs : une voie importante au cœur même du territoire industriel canadien », s.d. En ligne. Leçon de deux périodes visant à amener l’élève à déterminer le rôle de la Voie maritime du Saint-Laurent sur le développement du territoire canadien (pour les enseignants). http://www.canadiangeographic.ca/atlas/lessonplan.aspx?ID=LESSON88&lang=Fr Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

333

• Environnement Canada. « Le bassin de drainage des Grands Lacs », s.d. En ligne. Les divers rôles du bassin de drainage des Grands Lacs. Carte. http://www.ec.gc.ca/grandslacs-greatlakes/default.asp?lang=Fr&n=03B3F448 • Société géographique royale du Canada. L’Atlas canadien en ligne, « Transport de céréales de la Saskatchewan vers l’Atlantique », s.d. En ligne. Leçon dans laquelle les élèves explorent la fonction de la Voie maritime du Saint-Laurent dans le transport des marchandises par rapport à d’autres moyens de transport (pour les enseignants). http://www.canadiangeographic.ca/atlas/lessonplan.aspx?ID=LESSON89&lang=Fr • Ministère des Transports du Canada et Department of Transportation des États-Unis. Étude des Grands Lacs et de la Voie maritime du Saint-Laurent, 2007. En ligne. Rapport binational sur les Grands Lacs et la Voie maritime du Saint-Laurent. De nombreux documents (photos, cartes, schémas et diagrammes) illustrent le rapport. http://www.seaway.ca/fr/pdf/GLSL-Final-Report-Fr.pdf • Radio-Canada.ca, Archives. « Les Grands Lacs, dépotoir du Nord », 3 août 2003. En ligne. Clip radio sur la pollution de la plus grande étendue d’eau douce de la planète. http://archives.radio-canada.ca/environnement/pollution/dossiers/1280/ • « La Voie maritime du Saint-Laurent », Histoire Québec, vol. 6, no 2, novembre 2000. En ligne. Article détaillé sur la Voie maritime du Saint-Laurent : historique, négociations avec les États-Unis, construction, écluses, navires. http://www.histoirequebec.qc.ca/publicat/vol6num2/v6n2_13v.htm • Environnement Canada et United States Environmental Protection Agency. Atlas des Grands Lacs, 2008. En ligne. Cet atlas comprend six chapitres : Introduction : les Grands Lacs, Processus naturels caractérisant les Grands Lacs, Les habitants et les Grands Lacs, Les Grands Lacs d’aujourd’hui : sujets d’inquiétude, Gestion conjointe des Grands Lacs, Nouvelles directions pour la communauté des Grands Lacs. On y trouve aussi un glossaire et de nombreux diagrammes et cartes. http://epa.gov/greatlakes/atlas/index-f.html • Union St-Laurent Grands Lacs. s.d. En ligne. Nombreux articles sur la protection et la conservation de l’écosystème des Grands Lacs et du Saint-Laurent. http://www.glu.org/fr • Allô prof, Bibliothèque virtuelle. « Industries dans les Grands Lacs américains et canadiens », s.d. En ligne. Article sur la situation géographique de la région, le développement industriel et l’environnement. Cartes et schémas. http://biblio.alloprof.qc.ca/PagesAnonymes/DisplayFiches.aspx?ID=8037

334

PARALLÈLES 2 • Présentation et médiagraphie

Reproduction interdite © Chenelière Éducation inc.

Activités supplémentaires Notions de base

S O MMAI R E

Les activités supplémentaires offertes dans cette partie du guide permettent aux élèves de vérier leur compréhension des notions de base, notamment de s’exercer à la lecture de cartes géographiques.

ACTIVITÉS SUPPLÉMENTAIRES .............. Coordonnées géographiques ............ Carte géographique .......................... Échelle ................................................

337 337 339 340

Corrigé .................................................... Coordonnées géographiques ............ Carte géographique .......................... Échelle ................................................

C-1 C-1 C-2 C-2

335

Nom :

Groupe :

Date :

Notions de base 1/7

Activités supplémentaires Notions de base Coordonnées géographiques 1. a) Comment appelle-t-on les lignes imaginaires horizontales qu’on peut voir sur un globe terrestre ou sur un planisphère ?

b) Comment appelle-t-on les lignes imaginaires verticales ?

c) Pourquoi dit-on que ces lignes sont des lignes « imaginaires » ?

d) Quel est le plus long des parallèles ?

Peut-on poser la même question au sujet des méridiens ?

Pourquoi ?

2. Indiquez dans quels hémisphères se situe chacun des pays suivants. Pays

Hémisphères

a) Canada

_________________________________________________________________________________

b) Chine

_________________________________________________________________________________

c) Nouvelle-Zélande

_________________________________________________________________________________

d) Mexique

_________________________________________________________________________________

e) Bolivie

_________________________________________________________________________________

f) République démocratique du Congo

_________________________________________________________________________________

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Activités supplémentaires − Notions de base

337

Nom :

Groupe :

Notions de base 2/7

Date :

3. Des points gurent sur le globe terrestre ci-dessous. Donnez leurs coordonnées.

A:

_________________________________________________________

D:

_________________________________________________________

B:

_________________________________________________________

E:

_________________________________________________________

C:

_________________________________________________________

4. À l’aide du Mini-Atlas, dites quelle capitale de quel pays se situe le plus près de chacune des coordonnées suivantes. Coordonnées

338

a)

P. 17 7 °N, 80 °E

b)

P. 17 3 °N, 102 °E

c)

P. 17 36 °N, 138 °E

d)

P. 19 35 °S, 149 °E

e)

P. 11 34 °S, 58 °O

f)

P. 115

38 °N, 9 °O

Pays

Capitales

____________________________________________

____________________________________________

____________________________________________

____________________________________________

____________________________________________

____________________________________________

____________________________________________

____________________________________________

____________________________________________

____________________________________________

____________________________________________

____________________________________________

PARALLÈLES 2 • Activités supplémentaires − Notions de base

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Notions de base 3/7

5. Près de quel continent les coordonnées 0°, 0° se croisent-elles ?

Carte géographique 6. Observez la carte ci-dessous puis suivez les consignes. Carte – La répartition des Autochtones dans le monde

a) Entourez la bonne réponse. Cette carte est : • une carte politique

• une carte physique

• une carte thématique

• une carte routière

• une carte topographique

b) Complétez le tableau suivant à partir de la carte. Continents ou parties du monde

Nombres approximatifs d’Autochtones

Amérique centrale et Mexique

______________________________________________________________________

Océanie/Pacique

______________________________________________________________________

Europe (y compris le Groenland et la Russie)

______________________________________________________________________

Afrique

______________________________________________________________________

Amérique du Nord

______________________________________________________________________

Amérique du Sud

______________________________________________________________________

Asie

______________________________________________________________________

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Activités supplémentaires − Notions de base

339

Nom :

Groupe :

Date :

Notions de base 4/7

7. a) Donnez deux éléments que l’on trouve généralement sur une carte politique.

b) Comment sont généralement représentés ces éléments sur une carte ?

8. Donnez les trois principaux éléments qu’on peut trouver sur la carte physique d’un pays ou d’un continent et dites en quoi consiste chacun de ces éléments.

9. Vous partez en voyage avec votre famille dans l’État du Vermont, aux États-Unis.

a) Pour connaître la route à suivre et les distances entre les villes, de quel type de carte aurez-vous besoin ?

b) Vous désirez explorer à fond une petite région et en parcourir une partie à pied. Vous avez besoin de renseignements précis comme l’étendue des plans d’eau, le degré d’inclinaison des pentes, le tracé des chemins de campagne et des sentiers, l’emplacement des bâtiments, des terres cultivées et des zones boisées. Quel type de carte vous serait le plus utile ?

Échelle 10. Indiquez si chacune des échelles suivantes est une petite échelle (PE) ou une grande échelle (GE).

a) L’échelle du plan du quartier historique de Québec b) L’échelle d’un planisphère c) 1 : 200 000 000 d) 1 cm représente 200 m e)

340

0

200

400 km

PARALLÈLES 2 • Activités supplémentaires − Notions de base

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Notions de base 5/7

11. Observez les trois cartes suivantes puis répondez aux questions. Carte 1 – La Grèce et sa capitale, Athènes

Carte 2 – La transformation de la ressource forestière en bois d’œuvre en Amazonie

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Activités supplémentaires − Notions de base

341

Nom :

Groupe :

Date :

Notions de base 6/7

Carte 3 – Des infrastructures de la région des Grands Lacs américains et canadiens

a) Sur la carte 1, combien de kilomètres représente un centimètre ?

b) Laquelle des trois cartes a la plus petite échelle ?

c) Laquelle a la plus grande échelle ?

d) Laquelle représente le plus grand territoire ?

e) Comment appelle-t-on la petite carte qui accompagne la carte 1 ?

Dans ce cas-ci, à quoi sert-elle ?

342

PARALLÈLES 2 • Activités supplémentaires − Notions de base

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Notions de base 7/7

f) Les deux cartes au bas de la page 5 du Mini-Atlas jouent-elles le même rôle que la petite carte qui accompagne la carte 1 ?

12. a) Quelle est, à vol d’oiseau, la distance entre Ciuabá et Boa Vista sur la carte 2 de l’activité précédente ? Laissez des traces de votre raisonnement.

b) Un exploitant forestier doit aller de Ciuabá à Boa Vista en empruntant la route. Quelle est alors la plus courte distance entre les deux villes ?

c) Par quelles villes passera l’exploitant forestier ?

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Activités supplémentaires − Notions de base

343

S O MMAI R E

Tests de connaissances

TESTS DOSSIER 1 – DOSSIER 2 – DOSSIER 3 – DOSSIER 4 – DOSSIER 5 – DOSSIER 6 –

La ville patrimoniale ......................................................... Le territoire autochtone ................................................... Le territoire agricole soumis à des risques naturels ........ Le territoire forestier ........................................................ Le territoire énergétique .................................................. Le territoire industriel ......................................................

347 362 373 382 393 407

Corrigé DOSSIER 1 – DOSSIER 2 – DOSSIER 3 – DOSSIER 4 – DOSSIER 5 – DOSSIER 6 –

La ville patrimoniale ......................................................... Le territoire autochtone ................................................... Le territoire agricole soumis à des risques naturels ........ Le territoire forestier ........................................................ Le territoire énergétique .................................................. Le territoire industriel ......................................................

C-1 C-8 C-14 C-18 C-24 C-31

345

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D1 1/15

Date :

Dossier 1 La ville patrimoniale Test de connaissances

Patrimoine et ville patrimoniale 1. Qu’est-ce que le patrimoine ? Donnez une dénition en utilisant les termes ci-dessous. • bâtiments

• conserver

• protéger

• paysages

• biodiversité

• diversité culturelle

• objets

• sites

2. Les villes suivantes sont reconnues ofciellement comme des villes patrimoniales. Situez-les en écrivant le nom de chacune au bon endroit sur le planisphère. • Alger

• Beijing

• Istanbul

• Paris

• Athènes

• Brasília

• La Havane

• Rome

Carte – Des villes patrimoniales dans le monde

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

347

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 2/15

3. Nommez le principal organisme international qui dénit la valeur patrimoniale d’un bien.

4. Les biens patrimoniaux inscrits sur la Liste du patrimoine mondial sont classés dans deux catégories : les biens naturels et les biens culturels.

a) Dénissez, dans vos propres mots, le terme « bien culturel ».

b) Les villes patrimoniales sont-elles des biens naturels ou des biens culturels ?

c) Donnez deux exemples de biens culturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

d) Pour être inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, un site doit répondre à un des critères établis par l’organisme qui gère cette liste. Donnez deux de ces critères.

5. L’OVPM est actif dans le monde entier.

a) Que signient les lettres « OVPM » ?

b) Quelle est la principale caractéristique des villes de l’OVPM ?

c) Nommez deux villes qui font partie de l’OVPM.

348

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 3/15

Québec, ville patrimoniale Localisation 6. Situez les éléments suivants en écrivant leur nom au bon endroit.

a) Sur le carton, situez ces pays : Canada, États-Unis, Mexique. b) Sur la carte, situez : • les provinces de l’Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve-et-Labrador, de l’Île-du-Prince-Édouard ; • la ville de Québec. Carte – La ville de Québec dans l’est du Canada

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

349

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 4/15

Caractéristiques 7. Réalisez un croquis du Vieux-Québec vu du euve Saint-Laurent à partir de la photo suivante. Le Vieux-Québec vu du euve Saint-Laurent

a) Tracez votre croquis. b) Situez les éléments suivants en écrivant leur nom sur votre croquis. • Basse-Ville

350

• Haute-Ville

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

• cap Diamant

• euve Saint-Laurent

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 5/15

8. Le texte suivant porte sur les caractéristiques du Vieux-Québec. Complétez-le à l’aide de la banque de mots. Attention, certains mots sont superus !

• anglaise

• française

• intra-muros

• Basse-Ville

• habité

• mondial

• cohérent

• Haute-Ville

• préservé

• détruit

• historique

• universel

• fortiée

C’est grâce à certaines caractéristiques que le Vieux-Québec a pu gurer sur la Liste du patrimoine ____________________________________ de l’UNESCO. Ce site se divise en deux sections : la Basse-Ville et la ____________________________________ . Cette dernière est un bel exemple de ville coloniale __________________________________ .

On appelle aussi cette section l’___________________________________ , ce qui

signie « à l’intérieur des remparts ». La ___________________________________ , quant à elle, est le lieu où a été construit le premier bâtiment de la ville, en 1608, par l’explorateur français Samuel de Champlain. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’UNESCO considère la ville de Québec comme le berceau de la civilisation ___________________________________ en Amérique. De plus, le site du Vieux-Québec a été continuellement ____________________________________ depuis sa fondation. Encore aujourd’hui, on compte environ 4800 habitants dans le quartier ____________________________________ . Finalement, le tout forme un ensemble urbain ____________________________________ et bien ____________________________________ .

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

351

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 6/15

9. Nommez l’élément patrimonial du Vieux-Québec qui est représenté sur chacune des photos ci-dessous. A

D

_______________________________________________________________

B

E

_______________________________________________________________

C

_______________________________________________________________

F

_______________________________________________________________

352

_______________________________________________________________

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

_______________________________________________________________

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D1 7/15

Date :

Aménagement 10. Pourquoi le Vieux-Québec est-il un endroit difcile à aménager ? Donnez deux raisons.

11. Plusieurs infrastructures ont été mises en place an de faciliter la visite du Vieux-Québec. Complétez le tableau ci-dessous en nommant les infrastructures (colonne de gauche) ou en donnant leur fonction (colonne de droite). Infrastructures

Fonctions

Escalier ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________

___________________________________________________________

Permet d’éviter les pentes abruptes du Vieux-Québec en reliant mécaniquement la Basse-Ville et la Haute-Ville.

___________________________________________________________

Restreignent la circulation automobile et permettent aux piétons de mieux apprécier les charmes du quartier historique.

et ________________________________________________________

___________________________________________________________

Permet aux cochers de se garer sans nuire aux piétons ni à la circulation automobile.

Terminal de croisières ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________

Bureaux d’information touristique ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

353

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 8/15

12. Les résidents du Vieux-Québec ont des besoins dont doivent tenir compte les autorités de la Ville.

a) Parmi les demandes suivantes, cochez celles qui viennent des résidents. b) Pour chaque demande cochée, expliquez, dans la dernière colonne, pourquoi les résidents l’ont formulée. Demandes 1. Il faut créer des rues piétonnes dans le Vieux-Québec. 2. Dans les rues du Vieux-Québec, de très nombreuses places de stationnement devraient être réservées aux touristes. 3. La Ville doit adopter des règlements par rapport au bruit dans le Vieux-Québec.

Raisons des demandes

___________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________

13. Voici trois témoignages au sujet de la présence des autocars dans le Vieux-Québec. Encerclez celui ou ceux qui représentent le mieux l’opinion des résidents du quartier historique.

a)

c) « Les autocars dans le Vieux-Québec, c’est merveilleux ! Ils sont bondés de touristes qui viennent dépenser leur argent dans notre ville ! »

« Ces énormes autocars m’empêchent de me déplacer avec ma voiture. Ils sont encombrants, surtout dans les rues étroites du quartier historique ! »

b) « Les autocars ! Quelle pollution visuelle ! Le Vieux-Québec, c’est un quartier tellement joli. C’est dommage que ces gros véhicules cachent notre patrimoine. »

14. Nommez deux mesures mises en place par la Ville de Québec an de limiter la présence des autocars dans la section intra-muros.

354

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D1 9/15

Date :

Enjeu 15. Pour préserver le patrimoine du Vieux-Québec, il faut accepter certaines contraintes quand il s’agit d’aménager le territoire. Pour chacune des contraintes, indiquez l’acteur qui doit en tenir compte en inscrivant son numéro. Contraintes

Acteurs

a) Respecter le style architectural des propriétés et n’utiliser que certains matériaux pour les restaurer.

1. Ville de Québec

b) Avant de construire, protéger les vestiges archéologiques qui pourraient être déterrés.

2. Propriétaires de maisons patrimoniales

c) Se doter d’équipements plus petits que les équipements standards pour l’entretien des rues étroites.

3. Gouvernement du Québec

d) Faire appliquer la loi sur les biens culturels du Québec.

4. Entrepreneurs en construction

16. À l’aide d’un trait, reliez chaque élément qui cause une dégradation des sites patrimoniaux à la mesure qui permet d’éviter une telle dégradation. Éléments qui causent une dégradation des sites patrimoniaux

Mesures qui permettent d’éviter la dégradation

a) Exécution de graftis sur des biens patrimoniaux

1. Gestion planiée du tourisme

b) Pollution de l’air due à la circulation automobile

2. Amendes sévères imposées aux contrevenants

c) Trop grande afuence touristique

3. Aménagement d’infrastructures pour limiter la circulation automobile

17. Nommez deux inconvénients causés par la trop grande afuence touristique dans les villes patrimoniales.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

355

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 10/15

18. Vous avez à réaliser un dessin schématique du Vieux-Québec. Votre dessin devra :

• contenir au moins deux éléments patrimoniaux de la ville de Québec ; • illustrer l’enjeu « Conserver le patrimoine dans une ville en expansion » ; • être accompagné d’un court texte qui explique comment vous avez représenté l’enjeu. a) Pour vous préparer, répondez aux questions suivantes avant d’effectuer votre dessin. 1. Quels éléments patrimoniaux voulez-vous mettre dans votre dessin ?

2. Quels éléments (objets, personnages, lieux) allez-vous intégrer à votre dessin an de représenter l’enjeu ?

b) Effectuez votre dessin. Comme il s’agit d’un dessin schématique, vous n’avez à tracer que les éléments essentiels, sans entrer dans les détails. Vous n’avez pas non plus à le colorier.

Texte :

356

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 11/15

Athènes, ville patrimoniale Localisation 19. Situez la Grèce et sa capitale, Athènes, de la façon suivante.

a) Sur le carton, coloriez la Grèce. b) Sur la carte, coloriez la Grèce et écrivez son nom. c) Indiquez où est Athènes à l’aide du symbole approprié. d) Situez les étendues d’eau suivantes en écrivant leur nom au bon endroit. • Golfe Saronique • Mer Méditerranée

Carte – La Grèce et sa capitale, Athènes

20. Donnez une raison pour laquelle Athènes connaît une très forte densité de population.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

357

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D1 12/15

Date :

Caractéristiques 21. Athènes est une ville patrimoniale, car elle possède un site historique et culturel exceptionnel.

a) Quel est le nom de ce site ?

b) Soulignez la bonne réponse. Le site patrimonial est situé : • sur un promontoire rocheux, en banlieue d’Athènes ; • dans le creux d’une vallée, en plein cœur d’Athènes ; • sur un promontoire rocheux, en plein cœur d’Athènes ; • dans une vallée entourée de montagnes, en plein cœur d’Athènes. c) De quels siècles datent la plupart des vestiges qui se trouvent sur ce site ?

d) Ce site est-il habité ou non habité ?

22. L’UNESCO a inscrit ce site sur sa Liste du patrimoine mondial parce qu’il correspond à certains de ses critères. Donnez deux de ces critères.

23. Quatre éléments architecturaux donnent une valeur exceptionnelle au site patrimonial d’Athènes. Il y a d’abord l’Érechthéion, un temple renommé pour sa splendide architecture. Quels sont les trois autres éléments ?

24. Voici d’autres lieux patrimoniaux qu’on peut voir à Athènes. Reliez chacun à sa description. a) L’Agora antique

1. Théâtre construit en l’honneur du dieu de la vigne et du vin. C’est là que les premières tragédies grecques ont été jouées.

b) La colline de la Pnyx

2. Les citoyens d’Athènes se retrouvaient à cet endroit pour faire leur marché et pour discuter.

c) Le théâtre de Dionysos

3. Les citoyens d’Athènes allaient voter à cet endroit. On y trouvait une petite esplanade sur laquelle les orateurs* prenaient place pour annoncer les lois proposées ou s’adresser aux citoyens. *Orateur : Personne qui fait un discours.

358

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 13/15

Aménagement 25. La ville d’Athènes reçoit environ deux millions et demi de touristes par année.

a) À quelle importante occasion, au début du 21e siècle, la ville d’Athènes a-t-elle construit des infrastructures pour faciliter l’accès à ses sites historiques ?

b) Nommez deux de ces infrastructures.

26. À Athènes, le très grand nombre de touristes aggrave deux problèmes. Quels sont ces problèmes ?

Enjeu 27. La photo suivante a été prise dans une station de métro d’Athènes. En quoi cette photo illustre-t-elle le fait qu’Athènes cherche à conserver son patrimoine tout en se développant ?

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

359

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 14/15

Enjeux à l’échelle planétaire 28. Parmi les énoncés suivants, cochez ceux qui représentent une contrainte imposée par l’UNESCO aux villes patrimoniales.

a) Entretenir en permanence les bâtiments et les monuments de la ville historique. b) Accepter la construction de grands axes routiers à l’intérieur du quartier historique. c) Mettre un frein aux recherches archéologiques. d) Adopter des mesures préventives contre les catastrophes naturelles et la pollution. e) Respecter le caractère historique de la ville lors de la construction de nouveaux immeubles ou lors de la rénovation d’anciens immeubles. 29. L’UNESCO fait des gestes concrets an de protéger les sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Par contre, cette protection a des limites. Classez les énoncés suivants selon qu’ils expriment une action menée par l’UNESCO ou une limite de la protection qu’elle peut offrir. Répondez en écrivant la lettre des énoncés dans le tableau.

a) Création de la Liste du patrimoine mondial en péril b) Budget peu élevé par rapport aux coûts des gestes à faire c) Aide nancière accordée aux pays qui ont un site à protéger d) Mesures de protection pas toujours appliquées

Actions de l’UNESCO en vue de protéger les sites patrimoniaux

360

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Limites de la protection offerte par l’UNESCO

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D1 15/15

30. Dans les villes patrimoniales, les bâtiments anciens côtoient souvent des édices récents. Par exemple, à Paris, le centre Pompidou, un lieu culturel moderne, se situe dans un arrondissement historique. Le centre Pompidou comprend un musée d’art moderne et contemporain, des salles de spectacle et de cinéma, une bibliothèque, des boutiques et des restaurants.

a) Êtes-vous pour ou contre la construction de bâtiments modernes dans un site patrimonial ? Pour

Contre

b) Dites pourquoi en donnant une raison.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

361

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D2 1/11

Dossier 2 Le territoire autochtone Test de connaissances

Autochtones et territoire autochtone 1. Il n’existe pas de dénition universelle du terme « autochtone ». L’ONU (Organisation des Nations Unies) a établi des critères généraux pour déterminer quel peuple est autochtone et quel peuple ne l’est pas. Parmi les énoncés suivants, cochez ceux qui correspondent aux critères de l’ONU.

a) Les Autochtones ont une langue et un mode de vie différents de ceux de la société qui les entoure. b) Ils se considèrent eux-mêmes comme Autochtones. c) Les Autochtones sont les individus désignés comme tels par les gouvernements. d) Les Autochtones sont les descendants des premiers habitants d’un territoire. Leurs ancêtres vivaient sur le territoire avant l’arrivée de groupes de cultures ou d’origines ethniques différentes. e) Les Autochtones vivent de chasse et de pêche. 2. Vrai ou faux ? Si vous cochez « Faux », récrivez l’énoncé de façon qu’il soit vrai. Vrai

Faux

a) Un territoire autochtone est un territoire où vivent des Autochtones qui revendiquent l’autonomie sur ce territoire ou qui l’ont obtenue.

b) Les limites d’un territoire autochtone sont toujours clairement dénies.

362

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D2 2/11

Date :

3. Situez les peuples autochtones suivants sur le planisphère. • Aborigènes d’Australie

• Inuits du Canada

• Peuples d’Amazonie

• Saamis

• Touaregs

Carte – Pays avec une population autochtone reconnue

Source : Groupe international de travail pour les peuples autochtones (GITPA), 2010.

4. Complétez le texte à l’aide des termes suivants. Attention, l’un des termes est superu !

• Amérindiens

• Indiens

• Métis

• Autochtones

• Inuits

• Premières Nations

Au Canada, le terme « ___________________________________________ » désigne les premiers peuples de l’Amérique du Nord et leurs descendants. Il regroupe trois grands groupes culturels distincts : les __________________________________________ , les ___________________________________________ et les _________________________________________ .

Même si le mot « Indien » est le terme ofciel qu’utilise le

gouvernement du Canada pour désigner le premier groupe, les membres de ce groupe préfèrent être désignés par l’expression « membres des ___________________________________________ ».

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

363

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D2 3/11

Le territoire autochtone du Nunavut Localisation 5. Par rapport aux points cardinaux, où est situé le Nunavut dans le Canada ?

6. Quel peuple autochtone forme la majorité des habitants du Nunavut ?

7. Que signie le terme « Nunavut » ? Cochez la bonne réponse.

a) Les terres du Nord

c) Le territoire des Inuits

b) La terre blanche

d) Notre terre

8. Complétez la carte en suivant les consignes. Carte – Le territoire du Nunavut, au Canada

364

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D2 4/11

a) Situez les éléments suivants en écrivant leur nom à l’endroit approprié sur la carte. • Alberta

• Iqaluit (capitale du Nunavut)

• Québec (province)

• Baie d’Hudson

• Manitoba

• Saskatchewan

• Île d’Ellesmere

• Océan Arctique

• Territoires du Nord-Ouest

• Île de Bafn

• Ontario

b) Coloriez le Nunavut en jaune et écrivez son nom.

Caractéristiques 9. Quelle est la langue maternelle de la majorité des habitants du Nunavut ?

10. Nommez les trois langues ofcielles au Nunavut.

11. a) Lequel des matériaux suivants est rarement utilisé dans l’art inuit ? Entourez-le.

• La pierre • L’ivoire de morse • Le bois • Les os de baleine • Les bois de cervidé b) Pourquoi ce matériau est-il rarement utilisé dans l’art inuit ?

12. Qu’est-ce que le chamanisme ?

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

365

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D2 5/11

13. Observez la photo suivante puis répondez aux questions.

a) Comment s’appelle le monument de pierre sur la photo ?

b) Quelle est l’utilité de ce monument pour les Inuits ?

14. Pour chaque énoncé, indiquez au moyen d’un crochet s’il représente des éléments du mode de vie traditionnel des Inuits ou des éléments de leur mode de vie moderne. Énoncés

Élément du mode de vie traditionnel

Élément du mode de vie moderne

a) Les Inuits sont majoritairement sédentaires. b) Ils vivent dans des igloos l’hiver et dans des tentes l’été. c) Ils utilisent des outils fabriqués à partir de restes d’animaux (os, bois, ivoire, etc.). d) Ils chassent avec des fusils. e) Ils portent des manteaux fabriqués industriellement. f) Ils se déplacent en motoneige l’hiver. g) Ils chassent la baleine en oumiak.

366

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D2 6/11

15. Qui suis-je ?

a) Activité pratiquée par les Inuits depuis bien avant l’arrivée des Européens et qui constitue un exemple de droit ancestral.

b) Le plus important règlement concernant des revendications territoriales au Canada.

c) Le territoire du Canada qui a été divisé en 1999 pour permettre la création du Nunavut.

16. Répondez aux questions suivantes sur le gouvernement du Nunavut.

a) Le gouvernement du Nunavut est-il un gouvernement spéciquement inuit ? Justiez votre réponse.

b) Par qui sont élus les députés formant le gouvernement du Nunavut ?

c) Par qui est nommé le premier ministre du Nunavut ?

17. Les technologies de l’information et les télécommunications jouent un grand rôle dans le fonctionnement du gouvernement du Nunavut. Pourquoi ?

18. Depuis la création du Nunavut, les Inuits ont établi des principes fondamentaux (Inuit qaujimajatuqangit). Plusieurs de ces principes concernent l’importance de travailler ensemble et de respecter l’autre. Lesquels ? Cochez-les.

a) Il faut servir non seulement sa famille, mais également sa communauté en faisant appel aux expériences vécues, aux savoirs et à la générosité nécessaire pour que les intérêts de la communauté passent avant les intérêts individuels. b) Il faut miser sur la consultation et sur la compréhension mutuelles dans le but de parvenir à une prise de décision commune et sensée. c) Le savoir s’acquiert avant tout par l’observation et par l’expérimentation.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

367

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D2 7/11

Date :

d) Il faut travailler ensemble, collaborer à la vie communautaire, car chacun possède un point de vue original qui peut aider à résoudre des problèmes. e) Les humains doivent respecter et soigner l’environnement dont ils font partie et dont ils sont responsables. f) Il est important de rechercher sans cesse des savoirs nouveaux et des solutions aux problèmes. g) Il est important de toujours avoir une attitude bienveillante à l’égard des autres et de les inclure dans le groupe. h) Il faut respecter les autres et adopter un comportement qui démontre : l’affection, la tolérance, la compassion et l’attention que chacun doit porter à son entourage.

Aménagement 19. Complétez les phrases suivantes en entourant le ou les termes appropriés.

a) La densité de population au Nunavut est l’une des plus FAIBLES / FORTES du monde, avec moins de 0,01 habitant par kilomètre carré. b) BATHURST INLET / IQALUIT, la capitale du Nunavut, est la communauté la plus peuplée, avec environ 7000 / 50 000 habitants. c) Les 26 communautés du Nunavut sont PROCHES / ISOLÉES les unes des autres. d) Dans chaque communauté, on trouve des services de base comme UN HÔPITAL SPÉCIALISÉ / UNE ÉCOLE et UN AÉROPORT / UNE GARE FERROVIAIRE. 20. Pour chaque énoncé, indiquez de quel moyen de transport il s’agit. Énoncés

Avion

Bateau

Véhicule tout terrain (VTT)

a) Moyen de transport le plus rapide pour se rendre du village de Bathurst Inlet à Iqaluit. b) Moyen de transport qui assure la livraison du courrier chaque semaine dans les villages. c) Moyen de transport privilégié par les Nunavummiuts pour circuler sur le territoire autour des villages. d) Moyen de transport qui assure l’approvisionnement en biens et en aliments non périssables provenant du sud du Canada durant l’été. e) Moyen de transport le plus coûteux.

368

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D2 8/11

21. Le pergélisol est l’une des principales contraintes de l’aménagement au Nunavut.

a) Qu’est-ce que le pergélisol ?

b) Les scientiques prévoient que la température moyenne pourrait augmenter de 10 °C d’ici 2100 au Nunavut. Ainsi, la fonte du pergélisol, qui a débuté dans le sud du Nunavut, se poursuivra vers le nord. Quel phénomène planétaire est à l’origine de cette situation ?

c) Pourquoi la fonte du pergélisol est-elle préoccupante pour les infrastructures comme les routes, les pistes d’atterrissage et les édices ?

d) Donnez un exemple de mesure que l’on peut prendre pour limiter les dégâts causés aux nouveaux édices par la fonte du pergélisol.

Enjeu 22. Vrai ou faux ? Si vous cochez « Faux », récrivez l’énoncé de façon qu’il soit vrai. Vrai

Faux

a) La population du Nunavut est vieillissante : près de 50 % de la population est âgée de plus de 50 ans.

b) Au Nunavut, les emplois sont rares et le taux de chômage est élevé.

c) Le taux de suicide chez les Inuits du Nunavut est 10 fois moins élevé que dans l’ensemble de la population.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

369

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D2 9/11

Date :

23. Les autorités envisagent des solutions pour créer des emplois et améliorer la qualité de vie des habitants du Nunavut. Quels secteurs d’activité sont les plus prometteurs ? Entourez la bonne réponse.

a) La foresterie et le tourisme

c) Les mines et le tourisme

b) La foresterie et les mines

d) Les mines et les pêcheries

24. Le développement économique du territoire peut bouleverser le mode de vie des Inuits. Lisez les énoncés suivants et indiquez si, du point de vue de la population inuite, ils ont un impact positif ou négatif. Énoncés

Impact positif

Impact négatif

a) Près de 40 % des employés d’une mine d’or située près de la communauté de Baker Lake sont Inuits. b) Les Inuits qui travaillent pour les compagnies minières ont moins de temps pour pratiquer leurs activités traditionnelles. c) Il arrive qu’un projet minier soit situé dans le territoire de chasse traditionnel des Inuits. d) Les parcs à résidus miniers peuvent contenir des substances toxiques pour la faune et la ore. e) Les nouveaux emplois créés contribuent à la prospérité du Nunavut et permettent, dans une certaine mesure, de diminuer les problèmes sociaux.

25. Des entreprises minières prennent des mesures pour atténuer les impacts négatifs que pourrait avoir un projet minier sur le mode de vie des Inuits. Donnez un exemple d’une telle mesure.

26. Le quotidien montréalais Le Devoir a envoyé une de ses journalistes au Nunavut en 2011. Voici ce qu’elle recommande aux touristes dans un article qu’elle a publié à son retour. Prenez-en connaissance puis répondez aux questions. « Budget. Tout, ou presque, doit être importé au Nunavut, d’où les tarifs exorbitants de certains services et biens de consommation. Prévoir 5000 $ par personne pour une semaine, avec des excursions à l’extérieur d’Iqaluit. Saison. Avril est le meilleur mois de l’année pour y aller. Le thermomètre remonte autour de -10 °C et les jours s’allongent, permettant ainsi des activités extérieures prolongées comme le ski nordique, le traîneau à chiens et les sorties en motoneige. L’été est aussi très agréable, mais reste frais, avec une température qui monte rarement au-dessus de 10 °C. Vêtements. Il n’est pas rare de voir la neige tomber en été et le thermomètre descendre à -50 °C en hiver. Des vêtements adaptés sont indispensables. […] Déplacements. À cause de l’absence de route, l’avion est le seul moyen de se déplacer entre les différents villages. Recommandation. Réserver un hébergement avant d’arriver au Nunavut. L’offre hôtelière est très restreinte et souvent monopolisée par le tourisme d’affaires. La météo et le rythme de vie local exigent également de la exibilité. » Source : Gwenaëlle Reyt, « Escapade en terre inuite », Le Devoir, 10 septembre 2011.

370

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D2 10/11

a) Julien veut découvrir la culture inuite et aimerait prendre des vacances au Nunavut l’an prochain avec un ami. Quel budget lui et son ami devront-ils prévoir pour un séjour de deux semaines ?

b) Pourquoi le Nunavut est-il une destination touristique qui coûte cher ? Donnez deux raisons.

c) Marc prévoit visiter le Nunavut l’été prochain. Que doit-il absolument faire avant son départ ? Pourquoi ?

d) Laurence est attirée par les grands espaces sauvages du Nunavut. Elle aimerait faire de longues balades en traîneau à chiens et en motoneige. À quelle période de l’année devrait-elle planier son voyage ?

27. Certains considèrent que le tourisme peut permettre de développer le Nunavut en harmonie avec le mode de vie des Inuits. Pourquoi, selon vous ?

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

371

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D2 11/11

Enjeux à l’échelle planétaire 28. Les énoncés suivants décrivent des situations vécues par différentes populations autochtones de la planète. À l’aide d’un trait, reliez chaque énoncé au type de problème engendré. Énoncés

Problèmes engendrés

a) En Amérique latine, la mortalité infantile est de 70 % plus élevée dans les communautés autochtones que dans le reste de la population.

1. Décrochage scolaire

b) Au Pérou, les Autochtones ont en moyenne 2,3 années de scolarité de moins que les non-Autochtones.

2. Dépossession des terres

c) En Malaisie, la construction du barrage Bakun a obligé le déplacement de 8000 Autochtones appartenant à 15 communautés différentes.

3. Problèmes de santé

29. Les revendications des peuples autochtones portent sur des sujets aussi variés que le territoire, le développement économique, l’éducation, la santé, la culture ou la justice. Sur lequel de ces sujets chacune des revendications suivantes porte-t-elle ?

a) Les peuples autochtones veulent protéger leur identité culturelle (langue, coutumes, etc.).

b) Les peuples autochtones revendiquent auprès des gouvernements des pays où ils vivent le droit de posséder et de gérer leurs territoires.

c) Les peuples autochtones veulent proter des retombées économiques de l’exploitation des ressources naturelles sur leurs territoires.

30. Auprès de quelles instances (ou autorités) les peuples autochtones peuvent-ils faire valoir leurs revendications :

a) à l’échelle internationale ? ______________________________________________________________________________ _________________ b) à l’échelle nationale ? _____________________________________________________________________________________________________

372

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D3 1/9

Dossier 3 Le territoire agricole soumis à des risques naturels Test de connaissances

Territoire agricole et risques naturels 1. Précisez quelques concepts à l’aide des questions suivantes.

a) Qu’est-ce qu’un territoire agricole ?

b) Le terme « activité agricole » désigne deux grands types d’activités. Lesquels ?

c) Qu’est-ce qu’un risque naturel ?

d) À l’aide des réponses que vous avez données en a et c, dénissez ce qu’est un territoire agricole soumis à des risques naturels.

2. Quels sont les deux phénomènes naturels qui causent le plus de dommages aux territoires agricoles ?

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

373

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D3 2/9

Date :

3. Le planisphère ci-dessous représente certaines zones agricoles soumises à des risques naturels. Carte – Quelques zones agricoles à risques

a) Dans quel pays ou quelle région du monde chacune de ces zones à risques est-elle située ? Répondez en écrivant le numéro qui convient à l’endroit approprié sur la carte. 1 Asie du Sud-Est

4 Australie

2 Afrique de l’Est

5 Côte est des États-Unis

3 Nord-est de l’Inde

b) Coloriez en jaune les zones qui sont menacées par la sécheresse. c) Coloriez en bleu les zones qui sont menacées par les inondations. d) Rédigez la légende.

Le Sahel, territoire agricole à risques Localisation 4. Vrai ou faux ?

Vrai

Faux

a) Le Sahel est un pays. b) Le Sahel se trouve en Afrique. c) Le Sahel est bordé au nord par la mer Méditerranée. d) Le Sahel est bordé à l’ouest par l’océan Atlantique.

374

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D3 3/9

Date :

Vrai

Faux

e) Le Sahel est bordé à l’est par la mer Rouge. f) La Gambie est un pays traversé par le Sahel. g) L’Égypte est un pays traversé par le Sahel. h) La Mauritanie est un pays traversé par le Sahel. i) Le Sénégal est un pays traversé par le Sahel. j) Le Mali est un pays traversé par le Sahel. k) Le Burkina Faso est un pays traversé par le Sahel. l) Le Niger est un pays traversé par le Sahel. m) Le Bénin est un pays traversé par le Sahel. n) Le Tchad est un pays traversé par le Sahel. o) Le Maroc est un pays traversé par le Sahel. p) Le Soudan est un pays traversé par le Sahel. q) L’Érythrée est un pays traversé par le Sahel. r) Le Sahel est une région subsaharienne. 5. a) Tracez les limites du Sahel le plus précisément possible sur le planisphère suivant. Coloriez ensuite le Sahel.

b) Complétez la légende. Carte – Le territoire du Sahel

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

375

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D3 4/9

Caractéristiques 6. Voici quatre climatogrammes. Lequel correspond à des conditions climatiques qu’on trouve au Sahel ?

a)

c)

b)

d)

Réponse : Le climatogramme

.

7. Parmi les énoncés suivants, lequel décrit le mieux le climat du Sahel ?

a) Le climat alterne entre une longue saison sèche en hiver et une courte saison humide en été. b) Le climat alterne entre une courte saison sèche en hiver et une longue saison humide en été. c) Le climat alterne entre une longue saison sèche en été et une courte saison humide en hiver. d) Le climat alterne entre une courte saison sèche en été et une longue saison humide en hiver. Réponse : L’énoncé

.

8. Sur le plan de la végétation, la région du Sahel constitue une transition entre une zone désertique et une zone caractérisée par une végétation tropicale.

a) Comment s’appelle la zone désertique qui se trouve au nord du Sahel et qui s’étend sur plusieurs pays ?

b) Comment nomme-t-on la végétation tropicale constituée d’herbages et d’arbres ou d’arbustes plus ou moins dispersés ?

376

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D3 5/9

Date :

9. a) Parmi les phénomènes naturels suivants, lequel menace le plus le Sahel ? Entourez-le. • Inondation

• Sécheresse

• Tempête

de sable

• Verglas

Les questions b à d portent toutes sur le phénomène naturel qui menace le plus le Sahel. b) Expliquez comment ce phénomène naturel rend la culture des végétaux difcile au Sahel.

c) Expliquez pourquoi ce phénomène naturel entraîne la migration des troupeaux vers le sud.

d) Expliquez pourquoi ce phénomène naturel accroît l’érosion des sols, ce qui nuit à l’agriculture.

10. Au Sahel, l’agriculture se pratique selon deux principaux modes de culture et d’élevage. Indiquez, à l’aide des chiffres, quels énoncés s’appliquent à chacun des modes. Modes de culture et d’élevage a) Élevage extensif traditionnel

Énoncés 1. Se pratique surtout dans le nord. 2. Se pratique surtout dans le sud. 3. Se pratique là où les précipitations sont les moins abondantes.

b) Élevage et culture vivrière et pluviale

4. Se pratique là où les précipitations sont un peu plus abondantes. 5. Est pratiqué par des populations sédentaires. 6. Est pratiqué par des populations nomades.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

377

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D3 6/9

11. Au Sahel, deux facteurs en particulier font qu’une sécheresse risque de devenir catastrophique. Donnez un de ces facteurs.

12. a) Lorsqu’un risque naturel se concrétise dans un milieu habité, quand peut-on dire qu’on se trouve face à une catastrophe naturelle ?

b) Au Sahel, une sécheresse prolongée risque de devenir une catastrophe. Donnez deux conséquences que peut avoir une telle catastrophe sur les populations.

Aménagement 13. Nommez trois infrastructures utilisées au Sahel qui permettent aux agriculteurs d’avoir accès à l’eau en dehors de la saison des pluies.

14. Le croquis suivant représente une des infrastructures agricoles utilisées au Sahel, vue d’en haut.

a) Nommez chacun des éléments représentés. b) Donnez un titre au croquis. Titre du croquis : _________________________________________________________________________________________________ __________

378

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D3 7/9

Date :

Enjeu 15. Pour gérer l’eau au Sahel, on a adopté diverses solutions. En voici cinq. • cordon pierreux

• diguette

• irrigation au goutte-à-goutte

• demi-lune

• zaï

a) Parmi ces cinq solutions, laquelle est une infrastructure, souvent en terre, qui permet de réduire la vitesse du ruissellement en surface ?

b) Laquelle consiste en un empilement de pierres perpendiculaire à la pente du terrain qui permet de ralentir l’écoulement des eaux de pluie ?

c) Laquelle permet d’acheminer l’eau dans un boyau jusqu’aux racines de la plante ?

d) Quel est le nom de chacune des deux techniques représentées ci-dessous ? 1

2

________________________________________________________ _____

________________________________________________________ _____

e) Décrivez le fonctionnement de chacune des techniques représentées ci-dessus. Faites ressortir en quoi chacune vise à résoudre le problème de la disponibilité de l’eau. Photo 1 :

_____________________________________________________________________________________________ ______________________

Photo 2 :

_____________________________________________________________________________________________ ______________________

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

379

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D3 8/9

f) Parmi les cinq solutions, lesquelles visent à résoudre le problème de la dégradation du sol liée au ruissellement ?

16. En plus des infrastructures et des techniques dont ils disposent pour gérer l’eau, les Sahéliens appliquent des mesures an de protéger les terres agricoles contre certains risques naturels. À quoi sert chacune des mesures de protection suivantes ?

a) L’aménagement de haies denses autour des territoires cultivés

b) Le clayonnage des dunes

Enjeux à l’échelle planétaire 17. Voici les effets dommageables que peuvent avoir certaines pratiques agricoles.

• Diminution des réserves d’eau

D

• Érosion et/ou dégradation des sols

E

• Perte du couvert végétal

P

Indiquez au moyen d’une lettre (D, E ou P) le principal effet que peut avoir chacune des pratiques agricoles suivantes. a) Le défrichement, c’est-à-dire la mise en culture de nouvelles terres b) Le labour des terres, qui peuvent par la suite subir des pluies intenses c) Une irrigation intensive à partir de la nappe d’eau souterraine d) L’emploi d’engrais de synthèse et de pesticides e) Le surpâturage f) L’utilisation de machinerie lourde sur les terres agricoles

380

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D3 9/9

18. Pour chacune des pratiques agricoles ci-dessous, indiquez quelle pourrait être la solution. Pratiques agricoles dommageables a) Le labour des terres, qui peuvent par la suite subir des pluies intenses

Solutions

___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________

b) Une irrigation intensive à partir de la nappe d’eau souterraine

___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________

c) Le surpâturage ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

381

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D4 1/11

Dossier 4 Le territoire forestier Test de connaissances

Territoire forestier et forêts 1. Quel paragraphe, parmi les suivants, correspond le mieux à la dénition du territoire forestier ? A. Un territoire forestier est organisé en fonction de l’exploitation et de la commercialisation d’une ressource naturelle : la forêt. L’exploitation forestière domine, mais on y pratique également d’autres activités économiques, comme le récréotourisme et l’extraction minière. B. Un territoire forestier est organisé en fonction de l’exploitation et de la commercialisation d’une ressource naturelle : la forêt. L’exploitation minière domine, mais on y pratique également d’autres activités économiques, comme le récréotourisme et l’exploitation forestière. C. Un territoire forestier est organisé en fonction de l’exploitation et de la commercialisation d’une ressource naturelle : la forêt. Le récréotourisme domine, mais on y pratique également d’autres activités économiques, comme l’exploitation forestière et l’extraction minière. D. Un territoire forestier est organisé en fonction de l’exploitation et de la commercialisation d’une ressource naturelle : la forêt. L’exploitation forestière domine et aucune autre activité n’est tolérée.

Réponse : Le paragraphe

.

2. a) De quoi une forêt est-elle principalement constituée ?

b) Quels autres êtres vivants trouve-t-on dans une forêt ?

3. Pourquoi faut-il exploiter les territoires forestiers avec précaution ?

4. Qu’est-ce que la déforestation ?

5. Plusieurs types de forêts se sont développés sur la Terre. Qu’est-ce qui a permis cette diversité ?

382

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D4 2/11

6. La carte suivante comprend les régions administratives du sud du Québec. Situez sur la carte les cinq régions administratives suivantes, qui sont les cinq principales régions forestières du Québec. • Abitibi-Témiscamingue

• Côte-Nord

• Mauricie

• Outaouais

• Saguenay−Lac-Saint-Jean

Carte – Les cinq principales régions forestières du Québec

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

383

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D4 3/11

Date :

7. Le planisphère ci-dessous représente les 17 pays qui ont les couverts forestiers les plus étendus au monde. Carte – Les pays ayant les couverts forestiers les plus étendus, en 2009

Source : FAO, Situation des forêts du monde, 2009.

Parmi ces 17 pays, les 10 premiers sont les suivants. Dans la case de chacun, écrivez le numéro du planisphère qui lui correspond. • Russie

• Chine

• Indonésie

• Brésil

• Australie

• Pérou

• Canada

• République démocratique du Congo

• Inde

• États-Unis

Le territoire forestier de l’Amazonie Localisation 8. a) Dans quel continent se trouve l’Amazonie ?

b) Sur la carte de la page suivante, hachurez le pays dans lequel se trouve la plus grande partie de l’Amazonie. Écrivez le nom de ce pays. c) À l’aide d’un épais trait noir, indiquez l’étendue de l’Amazonie dans ce pays. d) Donnez un titre à la carte. e) Complétez la légende.

384

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D4 4/11

Titre de la carte : ______________________________________________________________________________________________________ __________

9. Quel euve important et ses afuents irriguent le territoire forestier amazonien ?

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

385

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D4 5/11

Caractéristiques 10. Voici une série d’énoncés qui portent sur les caractéristiques du territoire forestier de l’Amazonie. Sont-ils vrais ou faux ? Si vous cochez « Faux », récrivez l’énoncé de façon qu’il soit vrai. Vrai

Faux

a) Le Brésil contient à lui seul près de 15 % de la supercie forestière mondiale.

b) Une bonne partie de la forêt amazonienne est constituée de forêts primaires, c’est-à-dire de forêts qui n’ont jamais été exploitées dans un but commercial.

c) Le type de forêt amazonienne le plus connu est la forêt tropicale sèche.

d) La forêt amazonienne est très dense.

e) La forêt amazonienne est composée d’une très grande diversité de conifères.

f) Les forêts riveraines sont complètement inondées pendant la saison des pluies.

g) Le sud de l’Amazonie est dépourvu de forêts : il est couvert de savanes et de prairies tropicales.

386

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D4 6/11

11. À l’aide du climatogramme suivant, faites un lien entre les conditions climatiques du territoire amazonien et le type de forêt qui y pousse. Climatogramme de Manaus, en Amazonie

Températures mensuelles moyennes Précipitations mensuelles moyennes

12. Plusieurs acteurs interviennent dans la transformation du territoire forestier amazonien. Les énoncés de la colonne de gauche ont trait aux actions ou aux pratiques de ces acteurs. Associez chaque énoncé à l’acteur qui convient en écrivant le numéro de cet acteur dans la case. Énoncés

Acteurs

a) Ils sont propriétaires de grandes étendues de forêt qu’ils ont transformées en vastes pâturages pour l’élevage bovin ou la monoculture.

1. Les autochtones

b) Ils ont déboisé des parcelles de forêt le long des routes et y pratiquent une agriculture extensive.

2. Les colons agriculteurs

c) Ils construisent souvent eux-mêmes des routes an d’avoir accès aux arbres les plus précieux. C’est pourquoi une bonne proportion du bois qu’ils commercialisent est récoltée de manière illégale. d) Ils adoptent des politiques de planication de l’exploitation et de surveillance des défrichements. e) Elles transforment les grumes en planches et en madriers puis elles vendent ces produits sur les marchés brésilien et international. f) Ils pratiquent l’agriculture sur brûlis, c’est-à-dire qu’ils brûlent un petit secteur de la forêt, le cultivent quelques années puis recommencent ailleurs. g) Ils voient à la conservation de la ressource forestière, par exemple en créant des aires protégées.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

3. Les grands exploitants agricoles

4. Les ou exploitants forestiers

5. Les entreprises forestières

6. Les ministères du gouvernement brésilien

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

387

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D4 7/11

13. a) Quelle est la principale façon d’exploiter la forêt amazonienne ?

b) En quoi consiste cette méthode ?

14. Cochez, parmi les activités économiques ci-dessous, celles qui sont associées à la transformation du bois en Amazonie.

a) Industrie touristique

f) Industrie agroalimentaire

b) Industrie du divertissement

g) Industrie du charbon de bois

c) Industrie des pâtes et papiers

h) Industrie automobile

d) Industrie énergétique

i) Industrie du bois de sciage

e) Industrie de la construction

j) Industrie du meuble

15. Nommez trois activités économiques, autres que l’exploitation forestière, qui sont pratiquées sur le territoire forestier de l’Amazonie.

Aménagement 16. La commercialisation du bois amazonien se fait en plusieurs étapes. Placez ces étapes en ordre chronologique, en les numérotant de 1 à 8.

• Transformation des grumes en planches ou en madriers • Abattage et ébranchage de l’arbre • Vente au détail des produits nis • Transport des grumes • Transport des planches ou des madriers • Récolte et chargement des grumes • Transport des produits nis vers les marchés • Fabrication de produits du bois (meubles ou autres)

388

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D4 8/11

17. Quelle est la principale infrastructure mise en place pour exploiter et commercialiser la ressource forestière en Amazonie ?

18. Nommez deux autres infrastructures mises en place pour répondre aux besoins des différentes activités économiques en Amazonie.

Enjeu 19. Donnez deux exemples de pratiques qui contribuent à la dégradation de la forêt en Amazonie.

20. Les acteurs qui interviennent en Amazonie ont des intérêts divergents. Il faut arriver à concilier ces intérêts tout en protégeant la forêt.

Donnez deux pistes de solution. Pour chacune, dites pourquoi cette mesure peut contribuer à résoudre certains des problèmes qui affectent le territoire forestier amazonien. • Piste de solution 1 : __________________________________________________________________________________ _______________________

Pourquoi ? ___________________________________________________________________________ __________________________________________

• Piste de solution 2 : __________________________________________________________________________________ _______________________

Pourquoi ? ___________________________________________________________________________ __________________________________________

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

389

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D4 9/11

Enjeux à l’échelle planétaire 21. Remplissez la grille suivante pour découvrir les phénomènes naturels qui perturbent la forêt.

Horizontalement 1. Un grand feu qui se propage en causant des dégâts et qui est dévastateur dans une forêt. 5. Arbres renversés par le vent. 7. Lorsqu’on a un coup de…, l’amour n’est pas loin. Verticalement 2. Lorsqu’ils sont nombreux et font une invasion, ils peuvent détruire une forêt. 3. Ce phénomène naturel a frappé le Québec très fort à l’hiver 1998. 4. Comme les humains ou les animaux, la forêt peut en attraper. 6. Ce phénomène peut survenir en milieu tropical ; le sol et les végétaux manquent alors cruellement d’eau.

390

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D4 10/11

22. Les territoires forestiers sont surtout menacés par l’activité humaine : actuellement, on déboise plus de forêts dans le monde qu’il n’en repousse. La croissance démographique et le développement économique des pays augmentent cette menace. Pourquoi ?

23. La coupe à blanc consiste à abattre la totalité des arbres d’un secteur. Il s’agit d’une coupe excessive. Voici quelques-unes des conséquences entraînées par la coupe à blanc.

a) La coupe à blanc diminue la biodiversité. Dites pourquoi.

b) L’utilisation de machinerie lourde lors de coupes excessives favorise l’érosion. Dites pourquoi.

c) La disparition de tous les arbres change radicalement le climat près du sol. Dites pourquoi.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

391

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 1/14

Dossier 5 Le territoire énergétique Test de connaissances

Territoire énergétique et énergie 1. Qu’est-ce qu’un territoire énergétique ?

2. Indiquez dans chaque cas s’il s’agit d’une source d’énergie non renouvelable ou renouvelable. Source d’énergie

Non renouvelable

Renouvelable

a) Pétrole b) Hydroélectricité c) Énergie marémotrice d) Biomasse e) Charbon f) Géothermie g) Énergie nucléaire

3. Nommez deux combustibles fossiles.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

393

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 2/14

4. Complétez le tableau en indiquant, pour chaque photographie, l’énergie qui est produite et l’infrastructure qui est illustrée. Un exemple vous est donné en A. Énergie produite

Infrastructure

___________________________________

___________________________________

___________________________________

___________________________________

___________________________________

___________________________________

___________________________________

___________________________________

___________________________________

___________________________________

___________________________________

___________________________________

A

B

C

D

394

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 3/14

5. Observez les deux diagrammes, puis suivez les consignes. Diagramme – Les principaux pays producteurs de pétrole en 2010

Diagramme – Les principaux pays producteurs de gaz naturel en 2010

Source : BP Statistical Review of World Energy, juin 2011 [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

a) Sur le planisphère qui suit, dessinez des points sur trois des six principaux pays producteurs de pétrole. b) Sur le même planisphère, coloriez en jaune trois des six principaux pays producteurs de gaz naturel. c) Complétez la légende. Carte – Les principaux producteurs de pétrole et de gaz naturel

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

395

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 4/14

6. En vous appuyant sur les diagrammes de l’activité précédente, nommez les quatre pays qui sont à la fois de grands producteurs de pétrole et de grands producteurs de gaz naturel.

7. Observez la carte ci-dessous, puis répondez aux questions. Carte – La consommation d’énergie par habitant en 2010

Source : BP Statistical Review of World Energy 2011 [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012.

a) Combien d’énergie par habitant utilise-t-on dans les pays où la consommation est la plus forte ?

b) Nommez deux des pays où la consommation d’énergie par habitant est la plus forte.

c) Nommez deux des pays où la consommation d’énergie se situe entre 4,5 et 6 tep/hab.

8. Quels sont les deux pays qui devraient connaître la plus forte croissance de consommation énergétique d’ici 2035, selon les prévisions d’experts ? Entourez la bonne réponse.

a) États-Unis et Canada

b) Chine et États-Unis

c) Chine et Inde

d) Inde et États-Unis

396

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 5/14

Territoire de la Jamésie Localisation 9. Dans la partie sud de quelle région administrative du Québec la Jamésie est-elle située ? Entourez la bonne réponse.

a) L’Abitibi-Témiscamingue

c) La Côte-Nord

b) Le Saguenay–Lac-Saint-Jean

d) Le Nord-du-Québec

10. Sur la carte :

a) situez la baie James en écrivant son nom à l’endroit approprié ; b) tracez d’un trait épais les limites approximatives de la Jamésie ; c) surlignez en bleu le tracé de La Grande Rivière et écrivez son nom ; d) complétez la légende. Carte – La Jamésie dans le Québec

Caractéristiques 11. Quelle source d’énergie est mise en valeur sur le territoire de la Jamésie ?

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

397

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D5 6/14

Date :

12. Quels facteurs naturels expliquent le fort potentiel hydroélectrique de la Jamésie ? Entourez la bonne réponse.

a) Les fortes marées et les forts vents b) La longue période d’ensoleillement et l’important réseau hydrographique c) Les forts vents et le climat d) L’important réseau hydrographique et le climat 13. Selon les données du tableau ci-dessous, quelle rivière de la Jamésie présente le plus fort potentiel hydroélectrique ? Pourquoi ?

Les caractéristiques naturelles des principales rivières de la Jamésie Supercie du bassin hydrographique* (km2)

Débit moyen naturel (m3/s)

La Grande Rivière

97 643

1 690

Nottaway

65 786

1 190

Eastmain

46 360

895

Rupert

43 253

846

Broadback

20 849

312

Rivière

Source : CRRNT Baie James, Portrait hydrique de la Baie-James [en ligne]. Consulté le 22 janvier 2012. * Bassin hydrographique : Zone à l’intérieur de laquelle toutes les eaux, de surface et souterraines, s’écoulent vers un même cours d’eau ou une même éte ndue d’eau.

14. a) Quel est le nom du complexe hydroélectrique de la Jamésie ?

b) Quelle proportion de l’électricité produite au Québec ce complexe génère-t-il ? Entourez la bonne réponse. • Environ 2 % • Environ 20 % • Environ 50 % • Environ 90 %

398

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 7/14

15. Voici, dans le désordre, les principales étapes du cycle de l’eau. Dans chaque case du schéma, inscrivez la lettre qui correspond à l’étape.

A. Les eaux des rivières coulent vers l’océan où elles s’accumulent.

Le cycle de l’eau

B. La vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère se condense et forme des nuages. C. Une partie de l’eau ruisselle sur les sols avant d’atteindre les lacs et les rivières. D. Lorsque le poids des gouttes d’eau devient trop lourd, celles-ci chutent sous forme de pluie ou de neige.

Lac Rivière

Océan

E. Le soleil réchauffe l’eau des océans, des lacs et des rivières. L’eau passe de sa forme liquide à sa forme gazeuse. 16. Pourquoi considère-t-on l’hydroélectricité comme une source d’énergie renouvelable ?

17. Classez les secteurs d’activité du plus grand consommateur d’électricité au plus petit. Cochez la bonne réponse.

a) Transports, résidentiel, commercial et industriel b) Industriel, résidentiel, commercial et transports c) Résidentiel, commercial, industriel et transports 18. À quoi sert principalement l’électricité dans les résidences du Québec ? Cochez la bonne réponse.

a) L’eau chaude b) Le chauffage c) L’éclairage d) Les électroménagers 19. Au Québec, la consommation d’électricité par habitant est l’une des plus élevées du monde. Pourquoi ? Donnez deux éléments de réponses.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

399

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D5 8/14

Date :

Aménagement 20. Complétez le texte à l’aide des termes suivants. Attention, certains mots sont superus.

• 1970

• beaucoup

• Hydro-Manitoba

• La Grande Rivière

• route de la Baie-James

• 1980

• centrales

• Hydro-Québec

• la rivière Rupert

• route du Nord

• Autochtones

• gouvernement

• Jamésiens

• Matagami

• très peu

Avant les années 1970, la Jamésie était ______________________________________ aménagée. Le territoire était habité par des ______________________________________ , membres de la nation crie, mais était dépourvu d’infrastructures modernes. Les travaux ont commencé au début des années construction de la

______________________________________

______________________________________ .

avec la

D’une longueur de plus de 700 km, elle relie la

ville de ______________________________________ à l’embouchure* de ______________________________________ . Elle a permis d’acheminer les matériaux, la machinerie lourde et les maisons mobiles qui allaient loger les travailleurs. L’aménagement du complexe hydroélectrique est la réalisation de la société d’État ______________________________________ ,

une entreprise qui appartient au ______________________________________ .

Sa construction s’est échelonnée sur plus de 40 ans. En 2012, le complexe comptait 11 ______________________________________ hydroélectriques et plusieurs réservoirs. * Embouchure : Endroit où un cours d’eau se jette dans un autre cours d’eau ou dans l’océan.

21. Lors de la première phase des travaux, on a dérivé une partie des eaux des rivières Eastmain, Opinaca et Caniapiscau vers le bassin hydrographique de La Grande Rivière. Pourquoi ? Cochez la bonne réponse.

a) Pour augmenter la supercie du bassin hydrographique de La Grande Rivière et la puissance des centrales installées sur la rivière. b) Pour augmenter le débit de La Grande Rivière et inonder des territoires. c) Pour augmenter le débit de La Grande Rivière et la puissance des centrales installées sur la rivière.

400

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 9/14

22. Répondez aux questions à l’aide de la carte. Carte – L’aménagement du complexe La Grande

a) Quel réservoir est situé à l’extrême est de La Grande Rivière ?

b) Quel réservoir est situé à l’est de la ville de Radisson ?

c) Nommez trois centrales hydroélectriques situées le long de La Grande Rivière.

d) Quelle centrale est située à proximité du réservoir Opinaca ?

e) Quelle route relie Radisson au réservoir de Caniapiscau ?

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

401

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 10/14

23. Décrivez la fonction des réservoirs en ajoutant les mots manquants dans le paragraphe suivant.

Les réservoirs permettent

_______________________________________________

est plus _______________________________________________ (l’été) et de la

l’eau lorsque la demande en électricité

_______________________________________________

pour

qu’elle soit turbinée dans la centrale lorsque la demande est plus _______________________________________________ (durant les froides journées d’hiver). 24. Quelle infrastructure permet de retenir l’eau des réservoirs ? Cochez la bonne réponse.

a) Le barrage b) L’évacuateur de crue c) La centrale 25. Dans quelle infrastructure sont installés les groupes turbines-alternateurs qui produisent l’électricité ? Cochez la bonne réponse.

a) Le barrage b) L’évacuateur de crue c) La centrale 26. Grâce à quelles infrastructures l’électricité produite en Jamésie est-elle acheminée vers le reste du Québec ?

Enjeu 27. Le texte suivant traite du projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert. Complétez-le en entourant les termes appropriés.

Au Québec, les besoins en électricité sont CROISSANTS / DÉCROISSANTS. Pour répondre à ces besoins, Hydro-Québec a lancé, au début des années 1970 / 2000, le projet Eastmain-1-A– Sarcelle–Rupert. Ce projet vise notamment à garantir que le Québec soit DÉPENDANT / AUTONOME en électricité. Le projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert a nécessité la construction de deux centrales (Eastmain-1-A et Sarcelle) et le détournement d’une partie des eaux de la rivière RUPERT / EASTMAIN vers le SUD / NORD.

402

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 11/14

28. Selon Hydro-Québec, le projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert est un exemple de développement durable. Parmi les arguments suivants se trouvent trois arguments d’Hydro-Québec. Cochez-les.

a) Exploitation d’une énergie propre qui produit peu de gaz à effet de serre. b) Maximisation de la capacité de production de plusieurs centrales : une même goutte d’eau produira de l’électricité dans six centrales avant de se jeter dans la baie James. c) Faibles retombées économiques pour l’ensemble des Québécois. d) Mise en place de mesures pour permettre aux Cris de poursuivre la pratique de leurs activités sur le territoire. e) Contrats accordés aux commerces locaux et donc création d’emplois. f) Ennoyage de terres peu fertiles et peu habitées. 29. Pour quelle raison le Grand Conseil des Cris, l’organisme qui représente l’ensemble des communautés cries, a-t-il appuyé le projet ?

30. Lisez le texte, puis répondez aux questions. « Même s’il y a un débit moindre, les poissons ressentiront l’effet. L’eau c’est la source principale, la survie du poisson. Si vous regardez l’esturgeon, par exemple, on considère l’esturgeon comme étant le poisson le plus sage. S’il y a des changements dans la couleur de l’eau, ça fait beaucoup de dommages. L’esturgeon, c’est le poisson le plus sacré du peuple cri. Nous avons tellement de respect pour l’esturgeon. […] Je ne veux pas que la rivière Rupert soit dérivée. Le poisson sera l’espèce la plus touchée à la suite de cette dérivation de la rivière Rupert. […] » Témoignage d’un Cri de la communauté d’Eastmain

a) Quelle espèce de poisson est la plus sacrée pour les Cris ?

b) Pourquoi ce Cri ne voulait-il pas que la rivière Rupert soit dérivée ?

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

403

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 12/14

31. Lisez le texte, puis répondez aux questions. « D’après ce que je comprends, les niveaux d’eau du réservoir [Opinaca] vont s’accroître. Où vais-je chasser maintenant ? La plupart de mes pièges vont se trouver sous le niveau de l’eau. Ce sont mes pièges qui sont directement touchés par les barrages et les réservoirs. J’ai beaucoup de préoccupations à propos de mes camps de chasse qui seront sans doute touchés par l’augmentation des niveaux de l’eau. » Témoignage d’un Cri de la communauté de Wemindji

a) Selon ce Cri, quel réservoir connaîtra une hausse de son niveau d’eau ?

b) Pour quelles raisons la hausse du niveau d’eau de ce réservoir préoccupe-t-elle ce Cri ?

32. Vrai ou faux ? Si vous répondez « Faux », récrivez l’énoncé de façon qu’il soit vrai. Vrai

Faux

a) En plus de la Jamésie, l’Abitibi-Témiscamingue et l’Estrie sont les deux régions administratives du Québec qui ont bénécié le plus des retombées économiques du projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert.

b) Sur le plan régional, les retombées économiques se traduisent par des contrats attribués aux entreprises locales, des achats de biens et services dans les commerces locaux et la création d’emplois.

33. Des groupes environnementaux et des Cris proposaient des solutions de rechange au projet Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert. Indiquez deux de ces solutions.

404

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 13/14

Enjeux à l’échelle planétaire 34. Quel lien pouvez-vous établir entre la consommation d’énergie, les émissions de gaz à effet de serre comme le CO2 et le réchauffement climatique ?

35. Quelle est la source d’énergie dont l’utilisation contribue le plus à l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère ? Cochez la bonne réponse.

a) Les combustibles fossiles b) L’hydroélectricité c) L’énergie nucléaire d) L’énergie solaire 36. Quelle source d’énergie libère dans l’air des polluants qui contribuent au smog et aux pluies acides ?

37. Trois types de solutions peuvent limiter les impacts liés à l’utilisation des combustibles fossiles. Dans la colonne de droite, donnez un exemple correspondant à chaque type de solution. Types de solution a) Modier les façons de faire et consommer moins d’énergie

Exemples ___________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________________________

b) Améliorer l’efcacité énergétique des processus et des appareils

___________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________________________

c) Utiliser des sources d’énergie moins polluantes

___________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________________________

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

405

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D5 14/14

38. Nommez un type d’industrie qui consomme beaucoup d’énergie.

39. Les biocarburants comme l’éthanol sont des sources d’énergie nouvelles qui remplacent les carburants traditionnels comme le pétrole.

a) L’éthanol est perçu par certains comme une source d’énergie propre. Pourquoi ?

b) Quelle est la principale céréale utilisée dans la production d’éthanol ? Cochez la bonne réponse. 1. Le blé 2. Le riz 3. L’orge 4. Le maïs c) Cette caricature illustre un argument contre l’éthanol. Lequel ?

406

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D6 1/10

Date :

Dossier 6 Le territoire industriel Test de connaissances

Territoire industriel et industrie 1. Précisez quelques concepts en répondant aux questions suivantes.

a) Donnez une dénition du mot « industrie ».

b) Quand peut-on dire qu’il y a industrialisation sur un territoire ? Quand il y a c) L’industrialisation joue un rôle déterminant dans l’évolution de la société. Pourquoi ?

d) Qu’est-ce qu’un territoire industriel ?

2. La liste ci-dessous comporte des éléments (choses, activités, personnes) présents dans un territoire industriel. Pour chacun des éléments, indiquez, au moyen d’une lettre, s’il représente : • une ressource naturelle

R

• une activité de distribution

D

• un emploi

E

• un service

S

Liste

a) Pétrole

h) Transport de marchandises

b) Serveurs de restaurant

i) Comptabilité

c) Entreposage

j) Eau

d) Publicité

k) Minerai de fer

e) Points de vente

l) Opérateurs de grues

f) Dessin industriel

m) Bois

g) Gardiens de sécurité

n) Architectes

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

407

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D6 2/10

3. Indiquez si chacun des secteurs industriels suivants appartient à l’industrie extractive (E) ou à l’industrie manufacturière (M).

a) Industrie chimique b) Industrie du charbon c) Industrie minière d) Industrie du textile e) Industrie pétrolière et du gaz naturel f) Industrie des pâtes et papiers g) Imprimerie h) Métallurgie 4. Vrai ou faux ? Si vous cochez « Faux », récrivez l’énoncé de façon qu’il soit vrai. Vrai

Faux

a) Les régions industrielles sont réparties de façon égale entre les différents pays.

b) Les entreprises industrielles s’installent là où elles trouvent ce dont elles ont besoin pour fonctionner.

c) Des moyens efcaces de communication et de transport gurent parmi les critères d’installation pour plusieurs entreprises industrielles.

d) Les entreprises industrielles recherchent surtout des ressources naturelles pouvant servir de matières premières.

e) Les entreprises industrielles préfèrent faire venir leur main-d’œuvre d’autres pays.

408

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D6 3/10

Vrai

Faux

f) Les entreprises industrielles cherchent à s’installer près d’un bassin important de clients.

g) Les entreprises industrielles s’installent aussi là où il y a des fournisseurs de biens et de services.

5. Pourquoi la plupart des grandes métropoles du monde ont-elles de nombreuses industries ? Donnez deux raisons.

1.

2.

6. Situez les grandes régions industrielles suivantes sur le planisphère en y inscrivant leur numéro.

1 La région de São Paulo, au Brésil

4 La région des Grands Lacs américains et canadiens

2 L’est de la Chine

5 Le sud de l’île de Hokkaido¯, au Japon

3 L’Europe rhénane (le long du euve Rhin)

6 Le sud-est du Royaume-Uni

Carte – Quelques grandes régions industrielles dans le monde

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

409

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D6 4/10

Région des Grands Lacs américains et canadiens Localisation 7. a) Situez la région industrielle des Grands Lacs américains et canadiens en traçant ses limites sur la carte.

b) Situez les éléments ci-dessous en écrivant leur nom à l’endroit approprié sur la carte : • les deux pays dont fait partie la région industrielle des Grands Lacs ; • les cinq Grands Lacs : le lac Érié, le lac Huron, le lac Michigan, le lac Ontario, le lac Supérieur ; • les villes suivantes : Buffalo, Chicago, Cleveland, Detroit, Hamilton, Milwaukee, Sault Ste. Marie, Toronto, Windsor. c) Complétez la légende. Carte – Une région industrielle importante en Amérique du Nord

410

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D6 5/10

Caractéristiques 8. Nommez les cinq principaux pôles industriels de la région des Grands Lacs américains et canadiens, et entourez celui qui se situe au Canada.

9. Quelles sont les deux industries les plus importantes du territoire des Grands Lacs américains et canadiens ?

10. Divers facteurs ont contribué au développement industriel dans la région des Grands Lacs américains et canadiens. Voici la description de quatre de ces facteurs. Après chaque description, indiquez de quel facteur il s’agit.

a) Au 19e siècle, la présence de cette ressource naturelle jouait un rôle majeur dans l’économie : elle servait au chauffage des bâtiments, au transport (combustible pour les bateaux et les trains), à la production d’énergie dans les usines, etc. Le fait que certains États américains situés dans la région des Grands Lacs possédaient des sources importantes de cette ressource énergétique a largement contribué à la naissance de son territoire industriel dans les années 1850. Facteur : b) Des ressources énergétiques et des ressources minières (comme le fer, très utilisé dans l’industrie) sont disponibles en grande quantité dans la région. Les ressources forestières sont aussi très présentes. Enn, la région contient la plus grande étendue d’eau douce de la planète. Facteur : c) L’industrie est une grande consommatrice de cette ressource naturelle : or il y en a une très grande quantité dans la région. De plus, cette ressource sert de voie de circulation : elle permet d’acheminer les matières premières vers les usines et les produits manufacturés vers les consommateurs. Facteur : d) Un facteur humain explique aussi le développement du territoire industriel des Grands Lacs. Ce facteur est d’abord apparu grâce à la fertilité des sols de la région. Facteur :

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

411

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D6 6/10

11. Étant donné les quatre facteurs décrits à l’activité précédente, expliquez pourquoi les deux industries que vous avez nommées à l’activité 9 se sont beaucoup développées dans la région des Grands Lacs. Donnez trois éléments de réponse.

Aménagement 12. Les Grands Lacs américains et canadiens constituent le plus grand système de transport intérieur uvial du monde.

a) Nommez deux infrastructures servant au transport maritime qui ont été aménagées dans la région.

b) Entre le Grand Lac situé le plus à l’ouest et l’océan Atlantique, il y a une différence d’élévation de 180 m. Quelle infrastructure permet aux navires de passer d’un niveau d’élévation à l’autre ?

13. a) Nommez trois infrastructures, autres que celles du transport maritime, qui permettent l’expédition des marchandises et le déplacement des personnes.

b) Parmi les infrastructures que vous avez nommées en a, entourez celle qu’utilise la main-d’œuvre employée dans la région industrielle des Grands Lacs pour se déplacer.

412

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D6 7/10

14. Comment se nomment les infrastructures aménagées pour transporter le pétrole et le gaz naturel vers les lieux de rafnage et de consommation ?

15. Nommez une infrastructure qui permet de distribuer l’énergie nécessaire au fonctionnement des industries.

Enjeu 1 16. Sur le plan économique, quel est l’enjeu auquel fait face la région industrielle des Grands Lacs américains et canadiens ?

17. La région industrielle des Grands Lacs connaît un certain déclin depuis environ 40 ans. Parmi les facteurs suivants, cochez ceux qui expliquent ce déclin.

a) Les changements technologiques b) La baisse de la consommation aux États-Unis et au Canada c) La transformation de l’économie des principaux pays industrialisés d) La concurrence internationale e) Le manque de motivation des employés par rapport à leur travail f) Le manque de capitaux (c’est-à-dire d’argent) 18. L’automatisation a bouleversé la production industrielle.

a) Qu’est-ce que l’automatisation de la production industrielle ?

b) Pourquoi les propriétaires d’usines procèdent-ils à l’automatisation de leur production ?

c) Donnez une conséquence de l’automatisation de la production sur les emplois.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

413

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D6 8/10

d) Nommez une industrie qui fait partie des plus importantes industries de la région des Grands Lacs américains et canadiens et qui a connu une forte automatisation de sa production depuis plusieurs décennies*.

* Décennie veut dire « période de 10 ans ».

e) Nommez deux secteurs qui ont connu une forte croissance dans l’économie des pays industrialisés au cours des 30 dernières années.

19. Le phénomène de la délocalisation industrielle touche plusieurs régions industrielles.

a) Qu’est-ce que la délocalisation industrielle ?

b) Pourquoi certaines usines d’automobiles de la région des Grands Lacs américains et canadiens ont-elles déménagé leur production au Mexique ou dans le sud des États-Unis ?

c) Pourquoi, entre 1950 et 2010, des villes comme Detroit et Cleveland ont-elles perdu respectivement 62 % et 47 % de leur population ?

20. Il arrive que des gouvernements soutiennent des industries en difculté.

a) En 2008-2009, les gouvernements américain et canadien ont fourni une aide importante aux constructeurs automobiles de la région des Grands Lacs. De quel type d’aide s’agissait-il ?

b) Qu’est-ce que les géants de l’industrie automobile se sont engagés à faire en échange de cette aide ? Cochez la ou les bonnes réponses. • Apporter des changements majeurs dans leur organisation • Acheter d’autres entreprises d’assemblage automobile • Produire des véhicules moins polluants • Exporter plus de véhicules • Engager plus d’employés • Être plus compétitifs

414

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Test de connaissances D6 9/10

Enjeu 2 21. Quelles sont les deux sources de pollution des eaux des Grands Lacs américains et canadiens ?

22. Pourquoi est-il difcile d’harmoniser les besoins de l’industrie et la protection de l’environnement ?

23. Donnez trois impacts environnementaux de l’activité industrielle dans la région des Grands Lacs.

24. La Commission mixte internationale a été créée en 1972. Quel est son mandat ?

25. Les moyens d’action ci-dessous visent-il à protéger le sol (S), l’eau (E) ou l’air (A) ?

a) Enlever les barils contenant des matières polluantes. b) Filtrer les gaz avant qu’ils ne soient relâchés dans l’atmosphère. c) Décontaminer les sédiments qui risquent de se retrouver dans les cours d’eau. d) Mettre au point des technologies an de brûler plus proprement les carburants. e) Restaurer les marécages dégradés.

Enjeux à l’échelle planétaire 26. Pourquoi certains territoires industriels connaissent-ils des difcultés économiques ? Donnez deux raisons.

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

415

Nom :

Groupe :

Test de connaissances D6 10/10

Date :

27. Pourquoi certaines entreprises déménagent-elles leur production dans d’autres régions ou d’autres pays ? Donnez trois raisons.

28. La délocalisation industrielle se fait souvent vers des pays en développement.

a) Dans le tableau ci-dessous, cochez les éléments qui sont des conséquences de la délocalisation pour les pays en développement. b) Pour chaque conséquence que vous cochez, indiquez si elle constitue un avantage ou un désavantage pour la population d’un pays en développement. Conséquence pour le pays en développement

Avantage

Désavantage

a) La création d’emplois b) L’aggravation des problèmes de gestion des déchets c) L’amélioration du niveau de vie de la population d) La progression de la démocratie e) Le changement des habitudes alimentaires f) La fermeture d’entreprises locales ou la baisse de leur rentabilité g) L’aggravation des problèmes de pollution h) La croissance des universités i) La construction de certaines infrastructures j) Des conditions de travail parfois très difciles k) La fermeture d’écoles l) Les droits des travailleurs souvent bafoués m) L’acquisition de nouvelles compétences techniques par les populations

416

PARALLÈLES 2 • Tests de connaissances

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

S O MMAI R E

Cartes muettes générales

Le monde politique ................................ L’Amérique du Nord politique .............. L’Amérique centrale politique ............... L’Amérique du Sud politique ................. L’Afrique politique ................................. L’Europe politique .................................. L’Asie politique ....................................... L’Océanie politique ................................ Le Canada politique ............................... Le Québec politique ...............................

419 420 421 422 423 424 425 426 427 428

Note : On trouvera des cartes muettes des divers territoires à l’étude dans les Tests de connaissances.

417

Nom :

Groupe :

Date :

Le monde politique

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Cartes muettes générales

419

Nom :

Groupe :

Date :

L’Amérique du Nord politique

420

PARALLÈLES 2 • Cartes muettes générales

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

L’Amérique centrale politique

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Cartes muettes générales

421

Nom :

Groupe :

Date :

L’Amérique du Sud politique

422

PARALLÈLES 2 • Cartes muettes générales

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

L’Afrique politique

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Cartes muettes générales

423

Nom :

Groupe :

Date :

L’Europe politique

424

PARALLÈLES 2 • Cartes muettes générales

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

L’Asie politique

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Cartes muettes générales

425

Nom :

Groupe :

Date :

L’Océanie politique

426

PARALLÈLES 2 • Cartes muettes générales

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

Nom :

Groupe :

Date :

Le Canada politique

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

PARALLÈLES 2 • Cartes muettes générales

427

Nom :

Groupe :

Date :

Le Québec politique

428

PARALLÈLES 2 • Cartes muettes générales

Reproduction autorisée © Chenelière Éducation inc.

est un matériel complet. Il permet aux élèves d’acquérir les connaissances énoncées dans la Progression des apprentissages au secondaire et de développer les compétences du programme de géographie, 1er cycle du secondaire. Conçu de façon à convenir à tous les types d’enseignement, peut être utilisé seul ou comme complément à tout matériel de base. Le cahier d’apprentissage Une structure simple, qui correspond étroitement à celle adoptée pour la géographie dans la Progression des apprentissages au secondaire. Des textes accessibles et des activités variées. De nombreux documents : cartes géographiques, photographies, citations, diagrammes, tableaux, etc. Une couverture de tous les territoires obligatoires, qui respecte le nombre prescrit par le programme. Une section « Notions de base », traitant des notions indispensables à la lecture des cartes géographiques. Une section « Boîte à outils », comprenant les techniques propres à la géographie.

Le Mini-Atlas Un fascicule qui réunit une vingtaine de cartes de référence couleurs couvrant toutes les parties du monde.

Le corrigé • Version papier Le corrigé en couleurs du cahier d’apprentissage.

Le guide-corrigé • Version papier Le corrigé en couleurs du cahier d’apprentissage. Une indication des compétences mobilisées. Des outils pour l’évaluation des connaissances. Des activités supplémentaires. Des cartes muettes.

Le guide-corrigé PLUS Le guide-corrigé complet, version papier. Une clé USB, compatible avec tout type d’ordinateur, tout TBI et tout projecteur, sur laquelle on trouve : – le guide-corrigé complet incluant les documents reproductibles en format modiable ; – des cartes interactives et des images satellites des territoires couverts ; – tous les schémas, tableaux, cartes et photographies du cahier en format TBI. Les composantes pour le 1er cycle du secondaire 1re année Cahier d’apprentissage Mini-Atlas Corrigé • Version papier Guide-corrigé • Version papier Guide-corrigé PLUS

2e année Cahier d’apprentissage Mini-Atlas Corrigé • Version papier Guide-corrigé • Version papier Guide-corrigé PLUS