Livre du Professeur - HISTOIRE-GÉO GÉOPOLITIQUE SCIENCES POLITIQUES Tle - Éd. 2020 - Livre du Professeur [Edition 2020 Livre du Professeur]

5,077 329 4MB

French Pages 480 [176] Year 2020

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Livre du Professeur - HISTOIRE-GÉO GÉOPOLITIQUE SCIENCES POLITIQUES Tle - Éd. 2020 - Livre du Professeur [Edition 2020 Livre du Professeur]

Citation preview

1 Thème

De nouveaux espaces de conquête La logique du thème Le Thème 1 propose d’aborder « de nouveaux espaces de conquête ». Bien que l’espace et les océans soient chacun très spécifiques, la mise en parallèle fonctionne bien et s’avère féconde sur plusieurs plans, tant les points communs et les convergences sont nombreux. En effet, ces espaces restent situés en dehors de l’œkoumène, l’espace habité et approprié par les hommes, et à ce titre, ils soulèvent des enjeux bien particuliers, qu’il s’agisse de leur contrôle, de leur appropriation entendue au sens large (culturelle, juridique, économique), de leur exploitation, et enfin de leur protection. Ils alimentent des ambitions concurrentes et des rivalités entre États, chaque puissance cherchant également à s’affirmer dans ces sphères, comme en témoigne la politique très volontariste, et parfois même agressive, de la Chine dans ces deux champs. L’approche géopolitique trouve donc toute sa pertinence ici, autour de l’étude des relations entre États, qui balance entre rivalités et nécessaire coopération. La photographie du cosmonaute réalisant une sortie extra-véhiculaire depuis la station spatiale internationale est doublement révélatrice. D’abord par le niveau de maîtrise technique qu’elle suppose (station spatiale, sortie dans l’espace, équipement). D’autre part par la nationalité (russe) du cosmonaute, qui incarne une coopération internationale de très haut niveau dans le cadre de la station spatiale internationale, en rupture avec l’âpre concurrence spatiale qui a prévalu entre États-Unis et URSS pendant toute la durée de la guerre froide.

p. 20-21

Introduction

Une connaissance et une maîtrise en constante évolution En dépit de décalages dans les temporalités, ces deux espaces qui environnent les espaces terrestres sont de mieux en mieux connus et maîtrisés par les sociétés, qui les observent et/ou les pratiquent depuis les temps préhistoriques. Les innovations techniques et technologiques jouent dans ce domaine un rôle déterminant pour approfondir la connaissance de l’espace et des océans, dont une large part demeure néanmoins encore méconnue ou même inconnue.

Document 1 Résultant d’une élaboration personnelle, la chronologie permet de mettre, en dépit de leurs différences fondamentales, les deux espaces en parallèle pour dégager quelques idées constantes : maîtrise progressive, exploration et connaissance accrue, rôle des progrès techniques, connaissance encore inégale et incomplète.

Document 2 La photographie de la plateforme off-shore russe Prirazlomnaïa illustre le haut niveau de maîtrise technique nécessaire pour exploiter les ressources du plancher océanique. L’extraction off-shore (littéralement : « au-delà des côtes ») d’hydrocarbures a commencé

dans les années 1930 dans le golfe du Mexique, mais s’est surtout accélérée après le premier choc pétrolier. Les forages sont de plus en plus éloignés des côtes et de plus en plus profond (le record est détenu par le Brésil qui maîtrise les techniques de forage ultra-profond). La plateforme russe Prirazlomnaïa inaugure les forages russes dans l’océan Arctique, une région au niveau de contraintes très élevé (englacement saisonnier, tempêtes, usure rapide des matériaux par le froid) imposant des infrastructures robustes et coûteuses, mais aussi un environnement extrêmement fragile (manifestations de militants Greenpeace à proximité de cette même plateforme en 2013 pour dénoncer les ravages environnementaux de cette opération). La Russie extrait une grande partie de son pétrole et la quasi-totalité de son gaz naturel, fondements de sa puissance retrouvée, au nord du cercle polaire.

Document 3 Le document permet de prendre conscience du caractère progressif de la conquête spatiale, avec un statut de puissance spatiale qui reste pour l’heure réservé à un tout petit cercle (même s’il tend à s’élargir). Très peu d’États ont en effet les moyens, aussi bien techniques que financiers, d’élaborer et d’exploiter leur propre lanceur spatial. En 2017, les États-Unis consacraient 40 milliards de dollars par an à l’espace, activités civiles et militaires confondues, quand l’UE y dépensait 7 milliards et la Russie 5 (source : CNRS).

THÈME 1 Introduction Océan et espace : quelles spécificités ?

1

Document 4 Ce graphique permet de prendre conscience du nombre très élevé de satellites lancés, et de l’accélération récente du processus, en lien avec leur utilisation commerciale et la multiplication de leurs applications possibles dans des domaines très divers, ce qui peut d’ailleurs être l’occasion de rappeler aux élèves à quoi servent les satellites.

Éléments de réponse aux questions p. 21 1. L’exploration spatiale et océanique projette les sociétés au-delà des limites de l’œkoumène, qui correspond au territoire habité, approprié et maîtrisé par les hommes. Océans et espace ne peuvent a priori être peuplés ou occupés de manière permanente, ils nécessitent tous deux des moyens spécifiques (satellites, sondes, stations spatiales, sous-marins, navires, plateformes pétrolières, etc.) pour être atteints, connus, parcourus, et sans eux les hommes ne peuvent y survivre, face à des conditions extrêmes (mobilité, absence d’oxygène, pression, apesanteur). 2. Les progrès techniques sont essentiels dans la mise au

point d’instruments capables d’améliorer leur connaissance (voir question 1). Il est à noter que la connaissance des océans comme de l’espace a été fortement améliorée par la mise en orbite de satellites de télédétection et d’observation spatiale. De même, la technologie GPS, qui fonctionne grâce à un système de satellites, permet de faire un autre croisement, car elle a grandement facilité la navigation et donc la maîtrise des océans.

3. Les États sont longtemps les acteurs quasi exclusifs de

la conquête des océans et plus encore de la conquête spatiale (doc. 1, doc. 3), en particulier au travers des acteurs militaires (doc. 1). Les États impliqués sont de plus en plus nombreux, ce qui est particulièrement visible dans le domaine spatial, plus sélectif : les deux Grands sont longtemps les seules puissances spatiales, avant l’accès à l’espace des pays européens, et désormais, de plus en plus, des pays du Sud avancés (Corée du Sud) ou émergents (Chine, Inde). Mais on constate une diversification croissante des acteurs. Sont désormais impliqués, de plus en plus massivement, des acteurs économiques via des entreprises privées souvent riches et puissantes, comme SpaceX ou Total (doc. 1) ou encore Gazprom (doc. 2). Ces convoitises croissantes nourrissent un besoin de régulation qui fait intervenir des organisations intergouvernementales comme l’ONU (traité de l’espace, convention de Montego Bay) ou ses agences spécialisées (l’OMI, qui siège à Londres).

p. 22-23

Introduction

Les dernières frontières La notion de frontière est ici à comprendre non pas dans son sens de limite d’État, mais dans le sens, dynamique, de front pionnier, comme limite mouvante de l’appropriation d’un territoire, en d’autres termes entre un espace territorialisé et un espace qui ne l’est pas encore. Il s’agit

donc de travailler sur la logique d’une appropriation croissante de l’espace et des océans. Celle-ci comprend une dimension juridique importante (à qui appartiennent la mer et l’espace ?), qui a des implications économiques (qui a le droit d’exploiter les ressources spatiales et maritimes ?). Mais l’appropriation est bien à comprendre dans le sens géographique plus vaste de territorialisation que lui donne par exemple le site Géoconfluences : « La territorialisation consiste en une appropriation qui peut être juridique et économique (la propriété) ou symbolique (le sentiment d’appartenance, de connivence) ».

Document 1 Ce tableau comparatif vise, comme dans la double page précédente, à faire émerger des parallèles entre deux champs bien distincts mais que la problématique de la territorialisation tend plutôt à rapprocher. On peut ainsi mettre en regard différentes dimensions de l’appropriation (juridique, économique, culturelle, géopolitique par exemple).

Document 2 Cet article de presse très récent permet d’aborder un aspect plutôt méconnu de la conquête spatiale au travers des enjeux économiques qu’elle soulève. On peut y découvrir aussi bien le rôle croissant joué par des entreprises qui en convoitent les ressources, que la nécessité de réguler ces usages futurs, soit dans le cadre des législations nationales ou dans le cadre de conventions internationales, soit pour interdire l’exploitation, soit pour l’encadrer et limiter la conflictualité.

Document 3 La carte et la notice explicative fournissent un cas très concret de conflit d’acteurs autour de l’appropriation d’un espace maritime et des ressources convoitées qui y seraient exploitables. Le triangle de désaccord entre Israël et le Liban est bien visible, et incarne plus concrètement les dispositions de la convention de Montego Bay et la façon dont celle-ci, au lieu de régler les conflits, les a par endroits plutôt relancés.

Éléments de réponse aux questions p. 23 1. Les documents permettent de faire émerger plusieurs dimensions de la territorialisation : –– Appropriation symbolique, culturelle, passant notamment par une meilleure connaissance : doc. 1 + voir double page précédente. –– Appropriation par le peuplement (doc. 1) mais très limitée. –– Appropriation juridique : doc. 1, doc. 2 (Space Act), doc. 3. –– Appropriation militaire : doc. 1 (puissance dominante), doc. 2 (création d’une force spéciale). –– Appropriation économique : exploitation (doc. 1) ou velléités d’exploitation (doc. 2, 3) de ressources stratégiques pour les sociétés.

THÈME 1 Introduction Océan et espace : quelles spécificités ?

2

2. L’appropriation de l’espace et des océans est mar-

quée par une logique concurrentielle entre acteurs, qu’il s’agisse de concurrence entre les États ou entre des acteurs privés (entreprises ici). Cette concurrence et ces conflits d’acteurs résultent : –– d’une part de la volonté des États de contrôler ces espaces, dans une logique géopolitique d’affirmation de

puissance (voir axe 1), doc. 1 à 3, qui mobilise les acteurs militaires (doc. 1 et 2) ; –– d’autre part, de la volonté des acteurs (États et entreprises) de contrôler l’accès à des ressources stratégiques et disputées (doc. 1 à 3) comme les ressources alimentaires (doc. 1), minérales (doc. 1 et 2) et énergétiques (doc. 1 à 3).

THÈME 1 Introduction Océan et espace : quelles spécificités ?

3

AXE 1

Conquêtes, affirmations de puissance et rivalités La logique du chapitre La géopolitique est l’inscription dans les territoires de la rivalité de différents acteurs. Mers, océans et espace sont les territoires d’expression de la conflictualité entre les États animés par une politique de puissance. Ils témoignent du renouvellement des champs de la rivalité. La maîtrise des mers, océans et espace n’autorisent pas seulement leur possible exploitation mais relèvent très largement d’une politique de prestige. Seules les grandes nations à l’échelle mondiale peuvent s’en prévaloir.

Bibliographie –– H. Couteau-Bégarie a écrit l’ouvrage de référence sur le domaine maritime : L’Océan globalisé, Economica, 2007. –– P. Royer a rénové l’approche avec son très riche ouvrage Géopolitique des mers et océans, PUF Major, 2012. –– Le magazine Diplomatie a sorti un numéro sur le monde maritime dans la catégorie Grands dossiers : « Géopolitique des mers et des océans », n° 33, 2016. D’un abord aisé et très pratique. –– Le magazine Carto, Dossier « Mers et océans. Géopolitique des espaces maritimes », n° 28, mars-avril 2015. –– Le magazine Questions internationales, « Mers et océans », n° 14, juillet-août 2005. –– On peut consulter avec profit l’Histoire de la conquête spatiale de J.-F. Clervoy et F. Lehot, De Boek Sup, une synthèse récente parue en 2019.

Sitographie –– Le site Géoconfluence donne une liste très complète des ressources mobilisables concernant mers et océans : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/programmes/concours/ mers-et-oceans-ressources-classees –– I. Sourbès-Verger, « Espace et géopolitique », L’Information géographique, 2010/2, https ://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2010-2-page-10.htm –– P. Verschuuren, « Géopolitique spatiale, vers une course à l’espace multipolaire ? », Revue Internationale et Stratégique, 2011/4, https ://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-4-page-40.htm –– J.-L. Lefebvre, « L’espace est stratégique », Diploweb, 29 décembre 2010, https:// www.diploweb.com/L-espace-est-strategique.html

p. 24-25

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 24 1. Ces deux documents sont des affiches de propagande. Chacune illustre l’ambition de conquérir l’espace et donc la rivalité des Supergrands. Elles datent toutes deux du début des années 1960 ; l’affiche américaine présente un projet alors que l’affiche soviétique rappelle l’antériorité des exploits spatiaux de l’URSS. Elles s’opposent car il existe une rivalité entre États-Unis et Union soviétique, l’espace étant une nouvelle source d’affirmation de puissance et donc de compétition.

Éléments de réponse aux questions p. 25 2. Le porte-avions Charles de Gaulle est le bâtiment le plus important de la Marine française. Il représente un investissement lourd, que peu de pays peuvent se permettre. Il témoigne aussi de l’excellence technologique de l’industrie française. Ce porte-avions permet à la France d’appartenir au club très restreint des grandes puissances maritimes. Il lui confère une certaine autonomie stratégique car la Marine française peut opérer sur tous les domaines maritimes pour ses intérêts propres ou au sein d’exercices militaires conjoints. Le porte-avions est l’outil par excellence de projection de puissance de la France, grâce à lui la France est toujours une puissance qui compte à l’échelle mondiale, une puissance contemporaine et pas seulement d’hier.

THÈME 1 Axe 1 Conquêtes, affirmations de puissance et rivalités

4

3. Mers, océans et espace sont devenus les terrains de la

confrontation des États qui ont des projets de puissance. Ils permettent d’exposer les capacités financières, technologiques et la volonté géopolitique de puissance de ces trois États (États-Unis, Russie, France). Leur exploration et maîtrise sont un gage de puissance pour qui l’entreprend. Mers, océans et espace sont devenus indispensables dans les stratégies de puissance déployées par les États.

p. 26-27

Re p è r e s

Conquêtes et rivalités sur les mers et dans l’espace La double page Repères expose une chronologie de la conquête spatiale qui permet d’en envisager les acteurs (les « Supergrands » puis d’autres États, Européens et désormais émergents, acteurs publics puis acteurs privés) et surtout les principales étapes (lancement d’une fusée dans l’espace, puis d’un être humain, alunissage, mise en orbite d’une station spatiale). Elle évoque aussi l’exploitation économique avec le début du tourisme. Les cartes donnent de précieux indices géographiques permettant de spatialiser les acteurs de la course à l’espace mais aussi les principaux protagonistes de la domination des mers. Elles permettent d’envisager les enjeux géoéconomiques car l’aventure spatiale nécessite de très importantes ressources, la réservant de facto à un nombre réduit d’acteurs, riches. Les routes commerciales et les ZEE montrent qu’on ne peut oublier la dimension de l’exploitation économique du domaine maritime. L’analyse des protagonistes de la course à l’espace et de celle à la maîtrise des mers est évidemment géopolitique. La chronologie et les cartes sont des outils qui permettent de comprendre que mers, océans et espace sont des champs d’expression de la rivalité entre les principaux acteurs mondiaux. C’est ce que met bien en évidence la carte de la géopolitique des espaces maritimes avec les épicentres des différentes tensions internationales et les passages stratégiques.

Éléments de réponse aux questions p. 27 1. La première étape est celle de la maîtrise de propulseurs permettant d’échapper à l’attraction terrestre et donc de quitter l’atmosphère. Les travaux des savants allemands pendant la Seconde Guerre mondiale ont été à cet égard fondateurs. Les Soviétiques sont les premiers à envoyer un satellite artificiel dans l’espace en 1957 avec Spoutnik. La deuxième étape est celle d’un vol spatial habité. De nouveau les Soviétiques ont l’avantage en 1961 avec le vol de Youri Gagarine puis avec celui de la première femme (Valentina Terechkova). La troisième étape de la course à l’espace est celle de l’alunissage, que les Américains réalisent en premier en 1969, concrétisant un des vieux rêves de l’homme. L’étape suivante est celle des stations spatiales placées en orbite autour de la Terre Les Soviétiques y parviennent en 1971 avec Saliout 1. La station internationale marque un pas dans la rivalité pour l’espace au profit de la coopération. Mais

celle-ci faiblit désormais avec l’arrivée des pays émergents et des sociétés privées dans la course à l’espace.

2. Les puissances spatiales sont peu nombreuses, se

réduisant dans un premier temps aux principales puissances géopolitiques que sont l’URSS et les États-Unis. Les Européens entrent dans ce « grand jeu » spatial au cours des années 1960 avec en particulier la France qui n’a pas renoncé à ses attributs de grande puissance. Japon, Chine et Inde sont des acteurs plus tardifs mais néanmoins importants. Il existe aussi des acteurs secondaires dont le budget spatial représente moins de 0,25 % du PNB en Amérique latine (Brésil, Argentine), au MoyenOrient (Israël, Iran) en plus de l’Ukraine. Il faut plusieurs conditions pour participer à cette course à l’espace : être suffisamment riche pour y attribuer les fonds nécessaires, être une puissance technologique grâce aux crédits alloués à la recherche, développer une politique de puissance et donc une stratégie qui intègre le domaine spatial. Ces données expliquent que l’aventure spatiale soit réservée à peu d’acteurs, tous riches de façon plus ou moins ancienne et tous voulant peser sur la gestion des affaires mondiales. Ce sont ainsi les puissances installées mais aussi les puissances émergentes.

3. Posséder une vaste zone économique exclusive (ZEE)

est à l’évidence un atout hors norme, c’est d’ailleurs ce que prouvent les demandes d’extension de ZEE formulées par plusieurs pays auprès de la Commission onusienne qui les étudie. Les pays détenant une ZEE ont le monopole de leur domaine maritime concernant les richesses halieutiques – poissons, crustacés et coquillages –, énergétiques – hydrocarbures, éoliennes offshore – et minérales. Ainsi, plus la ZEE est vaste, plus les potentialités de posséder des richesses sont importantes. C’est donc un enjeu d’importance pour l’avenir afin de sécuriser ses approvisionnements, développer des activités économiques et satisfaire les besoins de sa population, donc de moins dépendre de l’extérieur.

4. Les rivalités maritimes sont croissantes entre les pays

riverains de mêmes mers. Il s’agit de revendications de droit de passage, surtout sur les axes et verrous maritimes stratégiques. La mer de Chine méridionale est à cet égard un espace sensible. Les tensions sont aussi consécutives à la délimitation de la ZEE et à l’exploitation des richesses attenantes d’où une rivalité pour la possession des eaux. La situation est conflictuelle en mer de Chine méridionale entre la Chine et ses riverains vietnamien, indonésien, malaisien ou philippin.

p. 28-29

Jalon 1A

Les enjeux géopolitiques d’une conquête : la course à l’espace La course à l’espace illustre plus que tout autre les enjeux de puissance et les rivalités qui en découlent. La guerre froide correspond à la période où la rivalité est la plus exacerbée entre les puissances spatiales. La confrontation géopolitique entre les modèles antithétiques portés par les États-Unis et l’URSS poussent les Supergrands à investir des sommes colossales dans cette

THÈME 1 Axe 1 Conquêtes, affirmations de puissance et rivalités

5

course à l’espace. Il s’agit d’une politique de prestige pour influencer le reste du monde. L’étoile de l’URSS est au firmament avec l’exploit de Youri Gagarine. Celle des États-Unis est encore plus brillante avec le succès de la mission Apollo XI. Maîtriser l’espace c’est aussi maîtriser les communications grâce aux satellites mis en orbite par les gros lanceurs des Supergrands. Ceci explique la volonté des Européens de participer à cette compétition technologique. Maîtriser l‘espace est un gage d’autonomie stratégique. Le projet IDS (« guerre des étoiles ») porté sous les présidences de Ronald Reagan a pour but de s’assurer un avantage stratégique décisif sur l’Union soviétique dans la course à l’armement et ainsi gagner la guerre froide. Cette course à l’espace et à l’armement est une des raisons de l’effondrement de l’URSS dont les structures économiques ne peuvent plus porter le poids du budget militaire et soutenir la compétition technologique. À la rivalité succède la coopération.

Document 4

Les acteurs de la course à l’espace se diversifient dans un second temps. Outre les Européens, qui se regroupent dans l’Agence spatiale européenne, l’évolution la plus notable est l’entrée dans le club des puissances spatiales des pays émergents. La Chine en est devenue un membre à part entière, elle place un nombre croissant de satellites en orbite, et démontre sa maîtrise technologique avec l’alunissage sur la face cachée de la Lune de son « lapin de jade » de technologie entièrement chinoise. Ceux qui aspirent à jouer un rôle toujours plus important sont l’Inde et Israël. Ils reprennent les codes de la rivalité du temps de la guerre froide. Cette course à l’espace est aussi désormais le fait d’entreprises privées comme SpaceX d’Elon Musk. Cela témoigne du formidable enrichissement des entreprises de la « Tech » avec la mondialisation. L’espace pourrait-il finir par se privatiser ?

1. Cette rivalité est technologique. Elle repose sur des supports différents : l’espace extra-atmosphérique, puis la Lune.

Document 1 L’exploit du Spoutnik, premier satellite artificiel envoyé dans l’espace, est un événement pour l’humanité qui accrédite la valeur du modèle soviétique. L’URSS se positionne comme l’une des plus importantes puissances technologiques.

Document 2 La photographie du 20 juillet 1969 immortalise ce « grand pas pour l’humanité » qu’est le pied de Neil Armstrong posé sur le sol lunaire. C’est une réponse aux précédents exploits soviétiques, qui démontre la supériorité technologique des États-Unis par ailleurs engagés dans la très coûteuse guerre du Vietnam.

Document 3 Le texte de Simone Courteix montre que l’espace n’est pas seulement un champ de confrontation entre les Supergrands mais qu’il peut aussi participer à la politique de « Détente » qui existe déjà dans le domaine de l’arsenal nucléaire. Après avoir été un champ de la confrontation idéologique, l’espace peut devenir celui d’une coopération nouvelle.

Le texte de Mickaël Pierrot démontre la capacité de Moscou à reprendre l’avantage dans la course à l’espace après la réussite de la mission Apollo XI. Les stations ­spatiales sont une nouvelle étape dans la conquête de l’espace, elle est d’abord soviétique.

Document 5 Ce schéma explicite le projet américain de la « guerre des étoiles ». Il s’agit d’un projet qui, pour détruire des missiles soviétiques, est en fait une militarisation de l’espace grâce à la nouvelle technologie de guidage et du laser.

Éléments de réponse aux questions p. 29

2. Cette rivalité d’abord exacerbée évolue ensuite entre

compétition et coopération. Les mandats de Reagan se traduisent par une radicalisation des relations entre États-Unis et URSS. Après la guerre froide le caractère conflictuel de la course à l’espace décroît. La compétition est désormais bien moins idéologique qu’économique.

3. L’esprit de « Détente » se transpose dans la conquête

spatiale. Washington et Moscou recherchent une accalmie dans leurs relations pour éviter une guerre qu’ils ne peuvent se permettre ni l’un ni l’autre. Il s’agit aussi de diminuer le montant des budgets spatiaux devenus trop lourds pour des économies désormais affaiblies.

4. Au durcissement des relations internationales entre

bloc occidental et bloc socialiste, la « guerre fraîche », correspond un retour à la rivalité américano-soviétique qui s’incarne notamment dans le projet IDS, mais aussi avec le projet américain des navettes spatiales Columbia et Challenger qui sont des lanceurs réutilisables à la différence des fusées. Synthèse En 1945, Soviétiques et Américains se livrent à une véritable traque pour récupérer les scientifiques nazis et leurs travaux, notamment sur les fusées V1 et V2. Chacun des deux Grands se lance alors dans une course à l’espace qui est à la fois destinée à lui assurer une suprématie stratégique et technologique, mais aussi à démontrer la primauté de son modèle politique. Les Soviétiques prennent de l’avance en expédiant le premier satellite artificiel en 1957, puis la chienne Laïka, toujours en 1957 et le premier cosmonaute en 1961 puis la première cosmonaute en 1963. Mais les Américains réussissent l’exploit de faire alunir le premier équipage en 1969. Après cette intense compétition, les années 1970 sont marquées par une coopération dans le domaine spatial parallèle à la détente politique. Les années 1980 voient cependant le retour des tensions entre les deux Grands tandis que l’annonce par les États-Unis d’un programme de « guerre des étoiles » relance la compétition

THÈME 1 Axe 1 Conquêtes, affirmations de puissance et rivalités

6

spatiale. Mais, distanciée technologiquement et économiquement, l’URSS se montre incapable de soutenir le défi américain.

puissance technologique qu’une puissance dont l’impérialisme se projette jusqu’à la Lune.

Travailler autrement On insistera sur la popularité mondiale de Youri Gagarine et sur la façon dont l’URSS, après son exploit spatial, met en scène cet « homme du peuple » formé et promu par le système soviétique. En parallèle on montrera combien l’alunissage de 1969 fut un événement mondial grâce à la retransmission télévisée des premières images du sol lunaire.

Éléments de réponse aux questions p. 31

p. 30-31

Jalon 1B

Document 1 Cette photographie des spationautes français rappelle que les Européens, et singulièrement les Français, sont des acteurs à part entière de la course à l’espace. Elle montre plusieurs générations de spationautes de JeanLoup Chrétien à Thomas Pesquet, et témoigne que les femmes participent aussi à cette aventure avec Claudie Haigneré.

Document 2 Le texte de Jacques Blamont souligne le rôle actif des Européens dans la course à l’espace. La France a un rôle moteur car elle se pense toujours comme une puissance.

Document 3 Cette photographie de Falcon Heavy attire l’attention sur des acteurs radicalement nouveaux de la course à l’espace : les entreprises. Celle d’Elon Musk, SpaceX, engloutit des sommes colossales dans des projets innovants, comme cette fusée réutilisable, ce qui diminue fortement les coûts d’exploitation et donc le prix du lancement de satellites. On pourra actualiser le document en rappelant que le 30 mai 2020, le vaisseau Crew Dragon de SpaceX a décollé pour la SSI avec 2 membres d’équipage. De son côté, le milliardaire Richard Branson participe à cette course à l’espace avec sa société Virgin Galactic, destinée à commercialiser le tourisme spatial auprès d’un public (très) aisé.

Document 4 Le texte de Michel de Grandi attire l’attention sur les pays émergents qui sont les derniers entrants dans le club des puissances spatiales. La Chine n’est pas la seule dans cette catégorie. L’Inde veut aussi montrer qu’elle est capable d’un alunissage, ce que les Européens n’ont pas fait.

Document 5 Cette caricature publiée dans Courrier international, montre que l’arrivée de la Chine dans la compétition spatiale inquiète. Elle est moins perçue comme une

1. Les pays européens sont chronologiquement les troisièmes venus dans cette course à l’espace. S’unir permet de mutualiser le budget spatial qui est très lourd pour une économie nationale. Tous les pays européens n’y participent pas à la même hauteur. 2. Les pays émergents viennent concurrencer les puis-

sances déjà établies y compris dans le domaine spatial, jusque-là réservé aux puissances les plus riches et les plus avancées technologiquement. Cela témoigne du rattrapage que ces pays ont opéré en quelques décennies. Certains pays émergents ont une politique de puissance qui a une déclinaison dans la course à l’espace.

3. Les entreprises privées se servent d’une richesse accu-

lée dans d’autres secteurs (ainsi Elon Musk avec les voitures électriques Tesla) pour investir dans la conquête spatiale. Ces entrepreneurs estiment que l’exploitation de l’espace est rentable. Il s’agit cette fois-ci d’acteurs très différents des précédents, qu’ils soient des puissances établies ou montantes. L’espace pourrait-il devenir privé ? Synthèse La conquête spatiale est marquée par l’apparition de nouveaux acteurs qui viennent s’immiscer entre les deux Grands. L’Europe, à partir des années 1970 devient un acteur de premier plan pour le lancement de satellites. Le développement économique chinois a permis à la Chine de se lancer à son tour dans la course à l’espace à marche forcée. Plus récemment, les puissances émergentes telles que l’Inde ou le Brésil sont apparues. Enfin, l’irruption d’acteurs privés peut rebattre les cartes de l’accès à l’espace. Travailler autrement Les élèves pourront s’appuyer sur les nombreux articles de presse ou émissions célébrant l’exploit du spationaute français.

p. 32-33

Jalon 2A

Affirmer sa puissance à partir des mers et océans La volonté de maîtrise des mers est ancienne, elle est source de puissance. On peut se souvenir de la thalassocratie athénienne, celle des cités italiennes au Moyen Âge (Gênes, Venise…), et surtout de la thalassocratie britannique remarquable par son ampleur : Londres était à la tête d’un empire mondial. Les États-Unis ont fondé une vraie thalassocratie au xxe siècle déployant plusieurs flottes prêtes à intervenir partout sur le globe. Le monde maritime a pris encore plus d’importance depuis le xxie siècle. Les raisons en sont multiples. Au niveau stratégique, la mer est un espace de projection de puissance avec notamment les porte-avions et les sous-marins à propulsion nucléaire, véritables « seigneurs des mers ». La

THÈME 1 Axe 1 Conquêtes, affirmations de puissance et rivalités

7

Marine constitue une des trois composantes de la dissuasion nucléaire avec les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SLNE). La mer reste bien sûr nourricière. Elle est aussi un espace qui recèle de nombreuses richesses minérales et énergétiques : elle est donc à la base du développement économique. Posséder la plus vaste ZEE possible est donc gage de prospérité présente et à venir. L’actuelle mondialisation repose en grande partie sur l’intensification du transport maritime qui renforce l’importance des ports et façades maritimes. Il n’y a pas de grande puissance qui ne soit une puissance maritime. La sécurisation des approvisionnements participe aussi de la politique de puissance. Mers et océans sont, par conséquent, plus que jamais un espace de rivalité géopolitique. Les tensions sont particulièrement avivées en Asie, dans l’océan Indien (Chine/Inde), dans les mers de Chine méridionale (Chine/Vietnam, Indonésie, Malaisie…) et orientale (Chine/Japon), mais aussi dans l’océan Pacifique où se déroulent de vastes exercices militaires comme le RIMPAC. Les tensions sont fortes au niveau des points de passage stratégiques : les détroits (Ormuz, Malacca, Formose…), les canaux (Suez, Panama…). Plus que jamais il faut maîtriser la mer pour maîtriser le monde.

Document 1 Dans ce texte, Nicolas Roche expose les principes de la doctrine de dissuasion nucléaire, dont une des composantes est maritime. La dissuasion repose sur l’équilibre de la terreur et le non-emploi de l’arme nucléaire. Elle est un gage de souveraineté et d’autonomie stratégique pour un pays comme la France.

Document 2 Cette carte fait le lien entre la ZEE, c’est-à-dire la dimension économique de l’exploitation de la mer, et le volet stratégique et militaire. La France est présente sur tous les domaines océaniques du monde. Elle est en cela une des plus importantes puissances mondiales.

Document 3 Cette carte expose l’ampleur de la première puissance maritime mondiale, celle des États-Unis. Ils dominent les mers et océans du globe en maillant de leur présence militaire tous les espaces maritimes (exemple : VIe flotte en Méditerranée, VIIe flotte dans le Pacifique etc.).

Éléments de réponse aux questions p. 33 1. La dissuasion nucléaire vise à un équilibre international basé sur la peur de la réplique, elle est donc essentiellement défensive. Elle permet aussi de s’affirmer comme une grande puissance de rang mondial tout en protégeant ses intérêts vitaux. 2. La dissuasion nucléaire peut être océanique, elle est un outil de projection de puissance à l’échelle de la planète.

3. Les États-Unis sont la première puissance militaire du

monde grâce à leur présence militaire globale par les alliances militaires (OTAN…), des bases navales et des flottes qui croisent sur tous les espaces maritimes du monde (VIIe flotte dans le Pacifique…). L’armée américaine maille l’ensemble du monde, notamment grâce à l’US Navy.

4. La France est à la tête d’un vaste domaine maritime

(deuxième ZEE mondiale), elle est présente sur tous les espaces maritimes du monde. C’est à l’évidence un gage de richesse et de puissance. Faut-il encore avoir les moyens de sa mise en valeur et de sa sécurisation, ainsi qu’une volonté politique. C’est en cela que la France ne peut pas être véritablement considérée comme une thalassocratie.

5. Posséder une importante ZEE donne la possibilité d’ex-

ploiter les richesses marines très nombreuses et variées. Mais c’est aussi empêcher des autres nations ou entreprises de le faire, ce qui est gage de puissance. C’est enfin pourvoir à ses besoins présents et futurs et ainsi sécuriser ses approvisionnements, autre gage de puissance. L’essentiel des découvertes de ressources à venir se fera au fond des océans. Synthèse Mers et océans sont une source de richesse grâce aux droits exclusifs des États sur leur ZEE. Ils constituent aussi des espaces de circulation essentiels dans une économie mondialisée. Enfin, certains territoires (îles, péninsules, détroits) constituent des points d’appui stratégiques de première importance dont le contrôle donne un avantage géostratégique fondamental. Travailler à l’oral Le professeur pourra aussi s’appuyer sur la préparation au Grand oral p. 86-87.

p. 34-35

Document 4 Ce texte de Yaroslav Pigenet expose les enjeux économiques des espaces marins. Leur exploitation est déjà une source de richesse, mais les potentialités apparaissent encore plus intéressantes. Posséder des ressources stratégiques est gage d’autonomie. Cela avantage évidemment les pays disposant des domaines maritimes les plus vastes. Mais cette chance reste à transformer en atout.

Jalon 2B

Document 1 Dans ce texte, Hervé Couteau-Bégarie expose les enjeux de l’océan globalisé. Il montre qu’aujourd’hui, la domination des mers ne peut plus être aussi complète qu’à l’époque du British Rule, la domination est de facto partagée dans un monde qui n’est plus unipolaire.

THÈME 1 Axe 1 Conquêtes, affirmations de puissance et rivalités

8

Document 2 Ce tableau recense les attributs de la puissance navale. Il montre la large domination américaine, la forte décrue russe, britannique et française (des puissances du passé ?), la montée en puissance des pays asiatiques, notamment de la Chine qui acquiert des compétences nouvelles (porte-avions, SLNE) en termes de projection de puissance. C’est en partie un tableau de l’historique des grandes puissances.

Document 3 Cette photographie du RIMPAC 2018 témoigne d’un exceptionnel exercice militaire organisé par Washington dans l’océan Pacifique avec ses alliés. C’est le plus important exercice aéronaval du monde qui réunit 25 nations, 46 bâtiments de surface (dont la frégate française Le Prairial) et sous-marins et plus de 200 aéronefs. C’est en fait une démonstration de puissance qui vise à montrer à la Chine qu’il faut toujours compter avec la puissance américaine en Asie et que Washington compte de nombreux et puissants alliés.

Document 4 Cette photographie de l’île de Subi dans l’archipel des Spratley en mer de Chine méridionale témoigne de la politique du fait accompli que mène la Chine qui prend possession, de façon illégale, d’îlots pour affirmer sa souveraineté dans cet espace convoité tant pour ses richesses intrinsèques (hydrocarbures, richesses halieutiques) que pour sa situation sur les lignes d’approvisionnement chinoises.

Document 5 La carte de l’océan Indien montre son intérêt géopolitique, assez récent. Ce n’est plus seulement l’« océan du tiers monde », mais un espace traversé par l’une des principales routes maritimes de la mondialisation, bordé par l’une des principales puissances émergentes du monde, désormais cinquième PIB mondial devant la France (2018), un espace de rivalité entre les deux géants asiatiques et sous surveillance occidentale.

Éléments de réponse aux questions p. 35 1. Les premières puissances maritimes sont Athènes et Rome pour l’Antiquité, des puissances méditerranéennes ; elles sont anglo-saxonnes et atlantiques à l’époque contemporaine. La maîtrise des mers est recherchée pour des raisons économiques et militaires. 2. La militarisation de l’océan Indien se mesure au

nombre de bases navales, qui n’ont jamais été aussi nombreuses en Inde. Les grandes puissances y ont presque toutes des bases militaires sauf la Russie, qu’elles soient asiatiques (Chine, Inde) ou occidentales (États-Unis, France).

début du xxie siècle témoignent de l’importance croissante du monde maritime pour des raisons économiques et stratégiques. Mers et océans sont un champ d’expression de la rivalité voire de la conflictualité. Cette militarisation dans les domaines maritimes bordant l’Asie risque de déboucher sur une confrontation militaire.

4. Les puissances émergentes qui ont une récente voca-

tion maritime, sont les nouveaux acteurs de cette militarisation des mers et océans. Après s’être enrichies, elles développent des ambitions géopolitiques ? C’est particulièrement remarquable en Asie, cet espace devient un foyer majeur de tensions internationales. Synthèse La capacité d’un État à contrôler les routes maritimes est fondamentale dans l’économie mondialisée où une part très importante du commerce mondial et des flux de matières premières stratégiques transite par la voie maritime. Les océans sont aussi un espace de déploiement de la puissance militaire et offrent une capacité de projections aux principales armées du globe. Travailler autrement L’expansion du commerce a poussé l’homme à annexer les océans. La conquête des routes maritimes reflète l’histoire des hommes, de leurs échanges et de leur volonté de puissance. Aujourd’hui, la Chine a compris l’importance de maîtriser ces espaces. Dans le cadre de son projet dit des « nouvelles routes de la soie », elle déploie une stratégie mondiale et investit dans les canaux, détroits, isthmes et ports du monde entier.

p. 36-37

Grand angle

L’Arctique, espace géostratégique mondial Document 1 Cette carte précise l’ampleur des richesses du pôle Nord. Cette région est un possible eldorado du xxie siècle (hydrocarbures, charbon, fer, or, uranium…) ce qui aiguise les convoitises des États riverains. En 2007, en médiatisant largement l’événement, la Russie a planté son drapeau sous le pôle Nord en revendiquant la souveraineté de la dorsale de Lomonossov.

Document 2 Cette carte permet de visualiser les routes arctiques : le passage du Nord-Ouest au large du Canada, le passage du Nord-Est le long des côtes sibériennes qui est déjà emprunté l’été par certains navires. La Russie investit dans la construction de brise-glaces à propulsion nucléaire pour développer cette voie arctique, prenant acte du réchauffement climatique. La fonte des glaciers rend néanmoins la navigation dangereuse.

3. Le développement sans précédent des marines depuis

le xxe siècle et la diversification des acteurs depuis le THÈME 1 Axe 1 Conquêtes, affirmations de puissance et rivalités

9

Document 3 Ce texte d’Axelle Degans présente une nouveauté dans la navigation arctique. Celle-ci est habituellement le fait de navires qui répondent à des besoins de la région. Le passage du Yong Sheng relève d’une autre logique, puisqu’il fait de l’Arctique une simple voie de passage qui concurrence la voie méridionale passant par la mer de Chine méridionale et l’océan Indien.

Document 4 Ce texte de Laurence Artaud expose les rivalités croissantes dans le monde arctique du fait du réchauffement climatique qui offre de nouvelles perspectives d’exploitation de richesses dont l’inventaire reste très incomplet. Un « grand jeu » pour les accaparer s’exerce alors que le Conseil de l’Arctique essaie de protéger cet espace éminemment fragile ainsi que les intérêts des autochtones. Les membres observateurs de ce Conseil sont de plus en plus nombreux : des membres de l’Union européenne (comme la France ou l’Allemagne), mais aussi des pays asiatiques comme le Japon ou la Chine.

Éléments de réponse aux questions p. 37 1. Les richesses arctiques sont variées : pétrole et gaz

naturel, divers minerais, mais aussi richesses halieutiques car ce sont des eaux froides.

2. Le réchauffement climatique ouvre une période de

plus en plus longue lors de laquelle la navigation est possible sous escorte d’un brise-glace. La route arctique est la plus courte entre l’Asie et l’Europe, elle pourrait devenir la moins onéreuse.

3. La Russie est la seule vraie puissance du monde arc-

tique, car les États-Unis n’ont pas vraiment une dimension arctique et le Canada n’est pas vraiment une puissance. Certains pays européens sont des acteurs du monde arctique comme le Danemark (avec le Groenland), la Norvège, la Suède ou la Finlande, tous membres du Conseil de l’Arctique.

p. 40-41

Exercices Bac

Exercice 1 Plan n° 1 : I. L’espace, une des manifestations de la rivalité entre les grandes puissances A. La course à l’espace oppose les Supergrands lors de la guerre froide, l’Europe essaie de s’immiscer B. Elle oppose désormais principalement les ÉtatsUnis et la Chine ce qui démontre l’évolution de la hiérarchie mondiale C. Les acteurs se diversifient (Inde, Israël…) dans le cadre d’un monde multipolaire où les entreprises sont des acteurs à part entière

II. La course à l’espace met en œuvre des moyens dont seules les grandes puissances disposent A. La course à l’espace nécessite de très importants moyens financiers B. La course à l’espace repose sur la maîtrise d’une technologie de haut niveau C. La course à l’espace suppose une politique de puissance, un dessein géopolitique d’affirmation sur la scène internationale III. La conquête spatiale n’est qu’un champ limité de la rivalité des puissances A. La course à l’espace mobilise beaucoup de moyens, humains, technologiques et financiers mais n’est pas la seule… B.… la compétition entre les puissances se joue aussi au niveau de l’armement… C.… et de la maîtrise de tous les espaces possibles : terre, mer, air, espace, monde numérique Plan n° 2 : I. L’espace, un champ de confrontation des Supergrands au temps de la guerre froide A. De Spoutnik à l’effet Spoutnik B. Des fusées aux navettes spatiales C. De la Lune aux stations spatiales II. L’espace, champ de confrontation ou de coopération post-guerre froide A. Un esprit de détente ? Du couplage de SoyouzApollo à la station internationale B. Coopération européenne, des Européens avec les États-Unis et la Russie C. Une compétition économique pour l’espace, une rivalité avec les entreprises privées III. L’espace, terrain renouvelé de confrontation au temps d’un monde multipolaire A. Une rivalité sino-américaine pour l’espace B. Les émergents, des acteurs crédibles dans la course à l’espace C. Une rivalité pour l’exploitation économique de l’espace, une rivalité stratégique

Exercice 2 On peut chercher des informations, au-delà des ressources papier, grâce à des sites : –– https://www.ina.fr/video/CAF90018468 : Archive INA : 11’10 –– https://www.maxisciences.com/youri-gagarine/­yourigagarine-le-voyage-historique-du-premier-hommedans-l-espace-en-chiffres_art13854.html : donne quel­ ques chiffres très précis

Exercice 3 La Chine augmente son budget militaire de façon impressionnante depuis la deuxième moitié des années 1990, et développe une Marine qui lui faisait défaut. L’île de Hainan, en mer de Chine méridionale, abrite une base chinoise pour ses sous-marins. Elle est par ailleurs en passe de devenir un des pays les mieux dotés en porteavions, deux outils de projection de puissance.

THÈME 1 Axe 1 Conquêtes, affirmations de puissance et rivalités

10

1. Le document 1 est un article signé Hubert Mary dans la revue L’Usine nouvelle. Le document 2 est une carte de la mer de Chine méridionale, au sud des côtes chinoises.

2. Les deux documents illustrent la puissance navale chinoise, qui s’exerce en particulier en mer de Chine.

3. La mer de Chine méridionale est un axe névralgique

du commerce mondial, la Chine veut comme les plus grandes puissances occidentales – Royaume Uni, ÉtatsUnis – sécuriser ses lignes d’approvisionnement et son commerce maritime. Étendre sa ZEE permettrait à Pékin d’exploiter davantage de ressources halieutiques et en hydrocarbures.

4. La Chine établit une puissante base navale sur l’île

de Hainan, elle revendique les îlots des Spratley et des Paracels pour disposer de la ZEE attenante. Les incidents avec l’USNS Impeccable (2009), au niveau du récif Mischief (2017) que la Chine a transformé en île artificielle témoignent des tensions internationales dans les eaux de la mer de Chine méridionale.

5. Au-delà des marines régionales (le Vietnam achète des bâtiments à la France et se rapproche des États-Unis), la Chine a face à elle la marine américaine.

La mer de Chine est un espace de rivalités et de puissance I. Un espace convoité entre les riverains de la mer de Chine méridionale A. La Chine prétend avoir des droits historiques sur les mers de Chine B. Les pays riverains défendent leurs droits notamment pour les îlots des Spratley et Paracels C. Un espace riche et stratégique donc convoité II. Un espace où se déploie la politique de puissance chinoise A. La chine développe son budget militaire, et notamment se dote des outils de projection de puissance navale B. L’île de Hainan abrite la principale base navale chinoise, support de sa politique de puissance C. La Chine se donne les moyens de sa politique impérialiste III. Un espace de rivalité entre Chine et États-Unis, peut-être bientôt de confrontation ? A. Les États-Unis disposent de la première flotte mondiale, ils patrouillent sur l’ensemble des domaines marins du monde B. Les riverains de la mer de Chine méridionale comptent sur le soutien américain face à la politique agressive de la Chine qui accapare les îlots C. La montée en puissance de la Marine chinoise inquiète Washington, il y a déjà eu des incidents mineurs, un incident plus grave est envisageable

THÈME 1 Axe 1 Conquêtes, affirmations de puissance et rivalités

11

AXE 2

Enjeux diplomatiques et coopérations La logique du chapitre L’Axe 2, en contrepoint du 1er Axe qui travaille sur les tensions et les compétitions qui traversent les océans et l’espace, souligne l’existence de logiques de coopération entre États, avec l’émergence progressive d’une gouvernance internationale dédiée à ces enjeux. Les convoitises croissantes autour des ressources océaniques ont accru le besoin d’une régulation internationale, qui s’incarne dans la définition d’un droit de la mer dans le cadre de la convention de Montego Bay. Celle-ci montre toutefois ses limites, et de nouvelles questions de gouvernance se posent aujourd’hui, en particulier à propos de la haute mer. Les coûts exorbitants de la conquête spatiale, ainsi que la fin de guerre froide, ont quant à eux encouragé la coopération dans le domaine spatial. La station spatiale internationale en est l’exemple le plus abouti, et contribue à une forte progression des connaissances scientifiques.

Bibliographie et sitographie 1. Océans –– Le n° 8104 de La Documentation photographique réalisé par A. Frémont et A. Frémont-Vanacore est consacré à la « Géographie des espaces maritimes » (2014, La Documentation française). –– Le magazine Carto, réputé pour la qualité de ses synthèses et de sa cartographie, a édité en 2015 un dossier dédié aux mers et océans (n° 28, mars-avril 2015). –– A. Louchet, 2015, Atlas des mers et des océans : conquêtes, tensions, explorations, Autrement. Ouvrage de synthèse le plus complet doté de riches illustrations. –– T. Lecoq (dir.), Enseigner la mer. Des espaces maritimes aux territoires de la mondialisation, collection Trait d’union Géographie, SCEREN CNDP/CRDP, Rennes, 2013. Un ouvrage avec une double visée, scientifique et didactique. –– Les notes de synthèse de l’ISEMAR fournissent des mises au point rapides et précises sur le monde maritime. Certaines peuvent concerner notre sujet, comme la note n° 114 « délimitation des espaces marins et relations internationales », n° 168 « exploitations des ressources maritimes », ou encore n° 213 « les grands fonds marins : quel avenir pour les ressources minérales ». On les trouve sur cette page : https://www.isemar.fr/ fr/notes-de-synthese/ –– Le quotidien Le Monde a consacré un hors-série en 2017 en partie aux océans : Atlas de l’eau et des océans. Mises au point rapides et précises, de nombreux exemples utilisables avec les élèves, et une cartographie de grande qualité. 2. Espace –– Une mise au point assez concise par la géographe I. Sourbès-Verger, interrogée ici sur le site du CNRS, et qui aborde les enjeux actuels de la conquête spatiale, entre collaboration et essor de nouveaux acteurs et de nouvelles problématiques : https://lejournal.cnrs.fr/articles/les-puissances-de-lespace. Les travaux de cette spécialiste des politiques spatiales sont particulièrement intéressants, on pourra aussi consulter avec profit « Espace et géopolitique », L’Information géographique, 2010/2 (vol. 74), p. 10-35, https ://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2010-2-page-10.htm. Voici ses articles les plus récents : https ://www.cairn.info/publications-de-Isabelle-Sourb % C3 % A8s-Verger--21064.htm –– Sur le site du CNES, une mise au point très accessible en une vingtaine de pages « 19642014 : 50 ans de coopération spatiale européenne » http://www.cnes-csg.fr/automne_ modules_files/standard/public/p11317_d26004c134fc49255a6495a0c0285957Latitude_5_n105_-_50_ans_dEurope_spatiale.pdf –– Un épisode très récent (janvier 2019) de l’émission d’Arte « Le dessous des cartes » : « L’espace, enjeu de puissance » https://www.arte.tv/fr/videos/083964-003-A/le-dessous-des-cartes-l-espace-enjeu-de-puissance/ THÈME 1 Axe 2 Enjeux diplomatiques et coopérations

12

–– L’ESA, agence spatiale européenne, assure la coopération spatiale à l’échelle européenne. On trouve un petit film qui explique cette coopération sur le site officiel : https://www.esa.int/ESA_Multimedia/Videos/2019/11/This_is_ESA [5 min, en anglais]. –– Le site Spot the station de la NASA permet de suivre en direct la station spatiale : https://spotthestation.nasa.gov/tracking_map.cfm

p. 44-45

Document 4

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 44 1. Ce conflit oppose des acteurs économiques, les pêcheurs anglais et français. 2. Leur conflit se noue autour de la répartition d’une ressource halieutique, les coquilles Saint-Jacques. On a donc là un conflit d’acteurs caractérisé autour de l’exploitation d’une ressource.

Éléments de réponse aux questions p. 45 1. Lors de la guerre froide, les deux principales puissances s’opposent dans le domaine spatial, caractérisé par une forte compétition. La logique de la station spatiale internationale est complètement inverse, puisqu’elle correspond à une collaboration, comme on le voit par exemple à la composition d’équipage. L’utilisation de l’ancien centre de contrôle de la station Mir est, de ce point de vue, très symbolique. p. 46-47

Re p è r e s

Coopérer sur les mers et dans l’espace Document 1 Le lanceur Ariane, mis au point par l’ESA, est un exemple particulièrement abouti de coopération dans le domaine spatial, qui a permis aux pays européens de s’autonomiser vis-à-vis des deux Grands, et qui est ici présenté comme un motif de fierté.

Document 2 Cet article de presse très récent, que l’on peut mettre en lien avec l’introduction du chapitre, souligne les risques d’un investissement croissant de l’espace par les sociétés privées et met en évidence la nécessité d’établir une régulation internationale.

Document 3 Les AMP, bien que de taille et de niveau de protection très divers, tendent aujourd’hui à se multiplier, notamment sous l’impulsion de l’ONU. Pour autant, elles sont encore loin d’atteindre les objectifs minimums nécessaires à une protection efficace des océans, ce qui témoigne de l’importance des pressions exercées sur ces milieux.

Cette actualité récente marque l’aboutissement d’un vieux conflit territorial autour de la mer Caspienne, qui n’avait pas été réglé par la convention de Montego Bay, en raison du caractère fermé de la mer et de l’importance des ressources en hydrocarbures qu’elle renferme. Ce conflit a finalement été dépassé par une négociation multilatérale entre les riverains.

Éléments de réponse aux questions p. 46 1. L’espace et les océans sont de plus en plus investis par les sociétés. Il y a en effet de plus en plus de puissances spatiales, de plus en plus d’acteurs économiques impliqués, ou encore de plus en plus d’espaces protégés. 2. Cet investissement croissant passe par des logiques

d’exploitation des ressources, de protection des milieux ou de régulation des usages.

3. On distingue deux logiques a priori contradictoires à

l’œuvre : –– d’une part des logiques de concurrence (enjeux de puissance, compétition pour l’appropriation des ressources) ; –– d’autre part des logiques de coopération (politique spatiale européenne, négociations internationales, dans le cadre de l’ONU ou non, politique environnementale).

p. 48-49

Jalon 1

Coopérer pour développer la recherche : la station spatiale internationale La SSI constitue un exemple très approfondi de coopération scientifique internationale de haut niveau. La collaboration entre États-Unis et Russie en particulier marque de façon très symbolique le dépassement de la logique de compétition de la guerre froide entre les deux puissances spatiales. C’est de surcroît un exemple spectaculaire, bien souvent connu des élèves, grâce au retentissement médiatique des participations françaises et à la fascination que suscite l’aventure spatiale. Pour autant, des enjeux géopolitiques émergent, en lien entre autres avec le programme spatial chinois, qui pose de nouvelles questions.

Document 1 Cet extrait d’article permet de retracer la genèse de la station spatiale, tout en soulignant le caractère

THÈME 1 Axe 2 Enjeux diplomatiques et coopérations

13

exceptionnel de cette collaboration de grande ampleur. Pour prolonger sur l’utilisation et l’utilité de la SSI, on peut se référer à la chaîne YouTube du Monde, qui propose une courte vidéo intitulée : « À quoi sert la station spatiale internationale ».

Document 2 Ce document statistique issu de la NASA met en avant aussi bien la diversité des nationalités que la forte domination de la Russie et plus encore des États-Unis, qui témoigne d’une puissance restant écrasante. Pour faire prendre conscience de ceci aux élèves, on peut proposer de construire un histogramme.

Document 3 Ce document, au-delà de l’aspect technique, montre de façon très concrète la coopération de cinq agences spatiales différentes, à la construction proprement dite de la SSI, tous ces acteurs se caractérisant par un très haut niveau de maîtrise technologique. Attention : dans la première édition, le schéma comporte des erreurs d’attribution.

Document 4 Le projet Tiangong donne l’occasion de faire le lien avec le premier axe, et de réinvestir les acquis des élèves quant à la politique spatiale chinoise. C’est également un cas intéressant pour montrer que la coopération n’est pas exempte de tensions et d’enjeux de puissance (voir introduction du chapitre).

Éléments de réponse aux questions p. 49 1. La SSI fait collaborer un grand nombre de pays : le document 1 évoque quinze nations, le document 3 montre le travail commun de cinq agences spatiales, tandis que le document 2 montre que les astronautes viennent de tous les continents. Des pays aussi divers que des pays du Nord, du Sud émergent ou de l’ancien bloc soviétique sont amenés à travailler ensemble afin de mettre en commun leur expertise technologique et de mutualiser le coût exorbitant de la conquête spatiale. Ce faisant, ils marquent symboliquement la fin de la guerre froide. 2. Les pays occidentaux, en associant la Russie à la SSI,

effectuent un geste diplomatique très fort, après la chute de l’URSS. Mais derrière le symbole, il s’agit surtout d’utiliser l’expérience et l’avance technique de la Russie en matière de station orbitale.

3. Le projet chinois s’inscrit dans la quête de puissance

de la Chine, qui se traduit aussi dans le domaine maritime. De plus, il leur permet de s’autonomiser vis-à-vis des États-Unis, alors que la fin de la SSI est programmée pour 2024. Pour autant, la logique est bien différente, puisque la Chine reste le maître d’œuvre du projet et la seule instance décisionnelle, bien qu’elle développe des discours d’ouverture en direction des autres acteurs de l’aventure spatiale.

4. Les États-Unis restent une hyperpuissance spatiale.

Le document 1 montre ainsi qu’ils sont à l’initiative du rapprochement avec la Russie et les documents 2 et 3, par la proportion écrasante d’astronautes états-uniens, et par l’importance des composants fournis par la NASA, démontrent la supériorité technologique et financière des États-Unis, à tel point que la Chine (document 4) ne peut pas tellement se permettre de les écarter de son projet de station spatiale. Synthèse On peut proposer aux élèves de travailler en trois temps, selon le plan suivant : I. L a conquête spatiale est historiquement dominée par des logiques de compétition opposant les ÉtatsUnis et l’URSS. II. La nécessité de coopérer sur les plans diplomatique, technique et financier se développe peu à peu. III. La SSI incarne les réussites de la coopération, mais le futur de la conquête spatiale reste marqué par des tensions. Travailler à l’oral On peut encourager les élèves à construire des arguments soulignant l’intérêt de la coopération. Il faudra réfléchir sur trois plans. –– Les dépenses consacrées à l’espace. –– La symbolique du rapprochement États-Unis-Russie. –– La maîtrise technique héritée de l’URSS. Les élèves pourront de ce point de vue réinvestir des éléments issus de l’Axe 1.

p. 50-51

Jalon 2A

Exploiter les mers et les océans, entre rivalités et partage Il s’agit ici de montrer que l’exploitation croissante des espaces maritimes, par des acteurs de plus en plus nombreux, débouche sur des relations de compétition dans l’appropriation des ressources. Ces tensions rendent nécessaires une régulation à différents niveaux des usages. Celle-ci est effective depuis la mise en application de la convention de Montego Bay. Mais paradoxalement, elle a accru la conflictualité autour de certains territoires, notamment insulaires, qui donnent accès à de très vastes ZEE. Cependant la Convention pose également de nouvelles questions pour les espaces maritimes qu’elle ne couvre pas, en particulier la haute mer sur laquelle l’ONU doit statuer dans les prochaines années.

Document 1 Ce texte issu de l’Atlas de la mer et des océans permet de remettre en perspective l’émergence d’un droit de la mer sous l’égide de l’ONU, et explique le changement radical de perception qu’implique l’appropriation juridique des espaces maritimes, comparée à la conception qui a longtemps prévalu d’une mer ouverte.

THÈME 1 Axe 2 Enjeux diplomatiques et coopérations

14

Document 2 Cette infographie illustre de façon plus concrète les espaces délimités par la CNUDM. Il faut les comprendre comme des enveloppes de souveraineté décroissante des États riverains à partir de leurs côtes. On peut déjà commencer à esquisser la question de la haute mer (eaux internationales au-delà des juridictions nationales), qui est laissée de côté par la Convention. De même, on peut commencer à percevoir l’importance stratégique capitale des îles et îlots, qui ouvrent droit à une immense ZEE et au contrôle et/ou là l’exploitation d’immenses espaces océaniques.

Document 3 Cette carte permet de prendre la mesure de l’importance des surfaces maritimes appropriées dans le cadre des ZEE (mais aussi de l’immensité des eaux internationales) ; cette donnée est mise en parallèle des litiges frontaliers, pour montrer que cette application peut être conflictuelle. Ce que montre aussi la non-signature/ratification du traité par quelques États : les États-Unis qui y voient une limitation de leur souveraineté par exemple, ce qui d’ailleurs les empêche par exemple aujourd’hui de revendiquer un PCE (plateau continental étendu) comme le font tous les autres États riverains de l’océan glacial Arctique. On retrouve des litiges dont les élèves peuvent avoir déjà connaissance, comme celui des Malouines/ Falklands, ou encore les litiges en Asie orientales (îles Senkaku/Diaoyu, îles Spratley, îles Paracels).

Document 4 L’exemple de Clipperton est en général méconnu. Cet îlot équatorial situé à quelque 1 000 km au large des côtes mexicaines, dans le Pacifique Nord, est, en dépit de son absence de population, l’une des possessions françaises les plus stratégiques de par sa situation, l’accès qu’il confère à une immense ZEE et la richesse en ressources de la région. Les incidents autour de la pêche illégale mexicaine ont conduit la France et le Mexique à conclure des accords de pêche valables jusqu’en 2027. Bien qu’inhabité, le territoire est annuellement visité par la Marine française qui y entretient le drapeau national. Il serait régulièrement utilisé par les narcotrafiquants de la région.

Éléments de réponse aux questions p. 51 1. L’exploitation croissante des ressources maritimes, qu’elles soient halieutiques ou énergétiques (doc. 1, 3), a entraîné des rivalités accrues quant à leur appropriation. Cette concurrence se renforce sous l’effet des innovations techniques (doc. 1) qui permettent d’accéder plus facilement aux ressources de la mer, et avec les indépendances qui font naître de nombreux nouveaux États après-guerre (doc. 1, 2).

riverain, mais il y détient des droits exclusifs d’exploitation sur la colonne d’eau et le sous-sol, sans pouvoir empêcher le passage inoffensif des navires étrangers. Enfin, sur le plateau continental étendu, ses droits d’exploitation exclusifs ne concernent que les ressources du sous-sol. Au-delà de 200 ou de 350 miles, aucune règle n’est définie, sauf pour la « Zone » (zone internationale des fonds marins hors des limites de la juridiction nationale) déclarée bien commun de l’humanité par l’ONU.

3. Clipperton est un îlot situé un peu au nord de l’équa-

teur, dans le Pacifique Nord, à 1 000 km environ à l’ouest des côtes mexicaines. Il s’agit d’un espace maritime très riche en ressources halieutiques (thon) et minérales, et qui est à ce titre convoité par de nombreux acteurs économiques. Vu l’éloignement considérable de la terre française la plus proche (la Polynésie française) et plus encore de son territoire métropolitain, la France peine à faire respecter ses droits et à surveiller l’immense ZEE autour de Clipperton, ce qui favorise une exploitation illégale de ses ressources par les pêcheurs mexicains aussi bien que japonais (figurant parmi les premiers producteurs halieutiques mondiaux). Synthèse On pourra inciter les élèves à travailler sous forme de tableau, en classant : –– d’une part les apports de la CNUDM : clarification juridique, régulation ; –– d’autre part ses limites : litiges autour de la délimitation des frontières maritimes, difficulté de contrôler les frontières maritimes, enjeux géopolitiques noués autour des îles. Travailler autrement La mer de Barents est une mer de l’océan Arctique, située au nord de la Russie occidentale et de la Norvège. Elle s’étend jusqu’à l’archipel du Svalbard et aux îles russes de Nouvelle Zemble et de la terre François-Jospeh. La gestion commune des ressources pétrolières et de la pêche au cabillaud ont permis à la Norvège et à la Russie de régler leur litige frontalier autour d’une « zone grise ».

p. 52-53

Jalon 2B

Document 1 Le but de cet article de presse est de montrer quels enjeux géopolitiques se cristallisent dans des espaces maritimes a priori non disputés, puisque relevant des eaux internationales, l’Antarctique n’étant approprié par aucun État. Les négociations, opérées dans un cadre multilatéral (la CCAMLR : Convention sur la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique, entrée en vigueur en 1982, qui compte 32 États membres) ont permis des avancées, mais illustrent surtout la difficulté de protéger l’environnement maritime antarctique.

2. Dans le droit maritime, plusieurs zones sont délimitées

à partir des côtes (doc. 2), et les États n’y exercent pas les mêmes droits. Si la souveraineté est complète dans la mer territoriale, elle n’est plus que partielle dans la zone contiguë. La ZEE (doc. 3) n’est pas la propriété de l’État

Document 2 Cette infographie souligne de manière synthétique les différentes menaces qui pèsent sur les mers et les océans

THÈME 1 Axe 2 Enjeux diplomatiques et coopérations

15

et qui justifient des efforts de protection à la hauteur des enjeux (la préservation de la biodiversité marine, des équilibres écosystémiques, et d’une partie des ressources alimentaires de l’humanité).

Document 3 On peut ici facilement établir un parallèle avec le document précédent. Ici la carte met en évidence les enjeux spécifiques à la haute mer, au-delà des ZEE donc. On peut être surpris par leur ampleur, alors même qu’on se situe là déjà assez loin des côtes (à plus de 350 km). C’est un exemple qui peut permettre de montrer aux élèves à quel point l’emprise humaine est forte sur la planète, y compris dans les espaces non habités et même éloignés des foyers de peuplement comme la haute mer, autour de la notion d’anthropisation.

Document 4 Cet article attire l’attention sur les travaux de la commission mise en place par l’ONU en vue d’élaborer des règles relatives à l’exploitation de la haute mer. Comme dans le cas du document 2, on mesure l’importance des enjeux économiques et géopolitiques, et on comprend que les travaux de la commission sont lents et difficiles.

Éléments de réponse aux questions p. 53 1. Il convient ici de souligner la diversité des acteurs impliqués, depuis l’ONU/ses commissions/ses agences (doc. 1, 4) jusqu’aux États dont les objectifs et les ambitions sont très divers et peuvent entrer en concurrence (doc. 1, 3, 4), en passant par des acteurs privés : acteurs économiques dans des domaines variés, liés directement ou indirectement à l’environnement marin (doc. 1, 2, 3, 4) ou encore par des ONG (doc. 1, 4) qui tentent de promouvoir une exploitation plus raisonnée. 2. La haute mer ne fait pas aujourd’hui l’objet d’une

exploitation répondant aux critères du développement durable. Développement économiquement non durable

Développement socialement non durable

• Exploitation de ressources fossiles non renouvelables, hydrocarbures, (doc. 2, 3) • Surpêche (doc. 1, 2, 3) qui menace les stocks : la ressource halieutique est théoriquement renouvelable, à condition que son exploitation n’excède pas le rythme de renouvellement des stocks

• Conflits d’acteurs entre États ou entre entreprises de pêche) (doc. 1) • Difficultés de l’ONU à imposer une régulation internationale (doc. 1 et 4)

Développement écologiquement non durable • Prélèvements de pêche dans des espaces fragiles (doc. 1, 2, 3 • Dégradations, déchets et pollutions (doc. 2, 3)

3. Plusieurs facteurs se combinent pour expliquer la dif-

ficulté à protéger la haute mer : le grand nombre d’acteurs impliqués, l’ampleur des enjeux économiques, le caractère multidimensionnel des sources de pollution, la difficulté de faire appliquer des règles au sein d’espaces par définition difficiles à surveiller. Synthèse Une gouvernance durable supposerait de concilier les trois aspects du développement. Toutefois, on sait que la fragilité des espaces maritimes couplée à leur caractère vital pour l’humanité nécessiterait de « sanctuariser » certains espaces et de les protéger complètement pour favoriser les capacités de renouvellement des ressources. Travailler à l’oral Au-delà des pistes déjà indiquées dans la question, on peut inciter les élèves à faire émerger des convergences d’intérêt. Par exemple une régulation/limitation de la pêche, réclamée par les ONG, permet en même temps de servir les intérêts des grands acteurs de la pêche en préservant les ressources halieutiques et en garantissant la pérennité de leur activité, ce qui a aussi un intérêt social, les captures de pêche constituant un apport en protéines animales essentiel pour toute une partie de l’humanité (la préservation relative des stocks en haute mer faciliterait aussi la pêche côtière artisanale et vivrière, qui a moins les moyens de s’éloigner des côtes pour pallier la raréfaction des ressources comme peut le faire la grande pêche industrielle).

p. 56-57

Exercices Bac

Exercice 1 En novembre 2019, les 32 États réunis dans le cadre de la CCAMLR ont à nouveau échoué à créer un sanctuaire marin supplémentaire en Antarctique. Bien que ces espaces ne soient sous la juridiction d’aucun État, la pression des acteurs économiques autour des richesses halieutiques a fait échouer les négociations, démontrant la difficulté persistante à protéger les espaces maritimes. L’océan mondial se définit comme une immense étendue d’eau couvrant plus des deux tiers de la planète ; c’est à la fois une surface permettant les flux, mais surtout un formidable réservoir de ressources variées pour l’humanité. Les sociétés investissent donc de façon croissante les espaces maritimes et ce faisant les dégradent de plus en plus, faisant émerger la nécessité de les protéger. Mais ce terme polysémique recouvre différentes dimensions variables en fonction des nombreux acteurs impliqués : il peut s’agir de sauvegarder, de sécuriser ou encore de défendre, de garantir des droits, et qui peuvent être difficilement conciliables. On peut donc se demander comment préserver des espaces maritimes de plus en plus exploités et stratégiques que sont les mers et océans, dans un souci de durabilité ? On montrera tout d’abord que des pressions croissantes s’exercent sur des espaces vulnérables. Celles-ci justifient la mise en place de nombreuses initiatives en faveur de la protection des océans. Pourtant ces dernières demeurent limitées, et la protection des océans reste un enjeu conflictuel.

THÈME 1 Axe 2 Enjeux diplomatiques et coopérations

16

Exercice 2

5. Tous ces États sont en concurrence pour l’extension

Les élèves peuvent suivre le plan détaillé proposé par les questions pour leur intervention.

Exercice 3 1. La carte est issue du blog Visions Carto, animé entre autres par le cartographe Philippe Rekacewicz. 2. Il s’agit d’une carte de synthèse sur les enjeux de la

région arctique, qui balancent entre deux logiques, celle de la concurrence entre États autour des nombreuses ressources, et celle de la coopération en vue de protéger un espace maritime particulièrement fragile.

3. L’océan glacial Arctique renferme de très nombreuses

ressources, qu’il s’agisse de ressources halieutiques (notamment sous l’effet de la remontée vers le nord des espèces atlantiques et pacifiques à la recherche d’eaux plus fraîches avec le réchauffement climatique), ou énergétiques, avec des réserves en hydrocarbures estimées en 2008 à 10 % des réserves mondiales de pétrole et 29 % des réserves mondiales de gaz dont une bonne partie sont situées off-shore (bien que ces ressources aient été relativisées depuis, elles demeurent considérables).

4. Cinq États sont strictement riverains de l’océan gla-

cial Arctique : les États-Unis (par l’Alaska), le Canada, le Danemark (par le Groenland), la Norvège et la Russie. On peut éventuellement ajouter l’Islande, qui se situe à l’articulation entre océan glacial Arctique et Atlantique Nord.

de leur ZEE au PCE, avec plusieurs superpositions par exemple au niveau du pôle Nord, sauf les États-Unis qui n’ont pas ratifié la convention de Montego Bay. Tous sont membres du Conseil de l’Arctique, une instance de coopération qui leur assure des relations pacifiques à même de dépasser les conflits.

6. Le caractère inédit de la coopération en Arctique est à

comprendre en regard avec le haut niveau de conflictualité qui a concerné la région dans le cadre de la guerre froide, dont elle était l’un des théâtres majeurs en termes de dissuasion nucléaire (c’était l’un des espaces les plus nucléarisés de la planète). Plus récemment, l’Arctique est à nouveau au centre de l’actualité, mais pour des raisons environnementales, car les manifestations ici très rapides et spectaculaires du changement climatique (la région se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale) ouvrent de nouvelles perspectives logistiques (nouvelles routes maritimes) et économiques (ressources plus facilement accessibles et exploitables).

7. Les États riverains cherchent à s’y affirmer afin de

pouvoir assurer leur souveraineté (cas du Canada), contrôler les routes maritimes arctiques (cas de la Russie avec la route maritime du Nord) ou s’assurer l’appropriation des ressources (États-Unis et Canada opposés sur la délimitation de leur frontière maritime commune en mer de Beaufort dans une région riche en hydrocarbures). Mais d’autres États, extérieurs à la région, tels que la Chine, l’UE ou la Corée du Sud, s’intéressent de très près à ces nouvelles possibilités, et siègent également au Conseil de l’Arctique (mais en tant que membres observateurs).

THÈME 1 Axe 2 Enjeux diplomatiques et coopérations

17

ÉTUDE CONCLUSIVE

La Chine à la conquête de l’espace, des mers et des océans La logique du chapitre Cette étude conclusive est organisée selon trois objectifs principaux. Elle vise tout d’abord à reconstituer la chronologie des ambitions chinoises dans les domaines maritimes et spatiaux, afin d’insister sur les différents rythmes de sa montée en puissance. Elle doit ensuite mettre en évidence les ambivalences et la complexité de cette « conquête », qui ne peut se réduire, dans un monde multipolaire, à une politique hégémonique classique. Enfin, l’étude replace la dynamique chinoise dans un environnement maritime et spatial spécifique : la mer de Chine (avec la présence de deux États chinois), les concurrences avec les autres marines, la nécessaire coopération dans le domaine spatial. Ainsi, les limites de cette conquête apparaissent à chaque moment de l’étude et ne doivent pas être sous-estimées, nuançant fortement le caractère « irrésistible » de la montée en puissance chinoise.

Bibliographie N.B. La progression rapide de la « conquête » chinoise dans les domaines maritimes et spatiaux incite à privilégier des revues spécialisées ou/et des ouvrages très récents. –– Les dossiers sur la puissance chinoise, ainsi que ceux sur les espaces maritimes et spatiaux sont très nombreux dans les revues spécialisées et le thème est régulièrement abordé, avec les mises à jour correspondantes, dans les revues suivantes : –– Diplomatie – Les grands dossiers (numéros spécialisés) : • n° 34 (« Géopolitique de l’espace », août-septembre 2016) • n° 45 (« Géopolitique de la Chine », juin-juillet 2018) • n° 53 (« Indo-Pacifique – Géopolitique d’un nouveau théâtre d’influence », octobre-novembre 2019) • n° 55 (« Géopolitique des mers et des océans », février-mars 2020) –– Diplomatie : • n° 90 (« Les nouvelles routes de la soie », janvier-février 2018) • n° 101 (« la Chine au xxie siècle – Quelles ambitions ? Quelle puissance ? » novembre-décembre 2019) –– Conflits – hors-série : n° 8 (« Atlas de la renaissance chinoise », automne 2018) –– Cargo : n° 58 (« L’Asie du Sud-Est », mars-avril 2020) –– S. Colin, La Chine, puissance mondiale, La Documentation française, coll. « documentation photographique », novembre-décembre 2015. Une reconstitution des étapes historiques et des aspects de la puissance chinoise. –– T. Sanjuan, Atlas de la Chine, Les nouvelles échelles de la puissance, Autrement, 2018. Une vision générale de la puissance chinoise actuelle, largement illustrée. –– S. Boisseau du Rocher et E. Dubois de Prisque, La Chine e(s)t le monde, Odile Jacob, 2019. Un travail de synthèse de spécialistes mettant l’accent sur les logiques et les dynamiques des ambitions chinoises.

Sitographie : –– Site de l’Administration spatiale chinoise (CNSA), en anglais : http://www.cnsa.gov. cn/english/ –– Site anglophone consacré à l’Armée populaire de Libération (il ne s’agit pas du site officiel du ministère de la Défense chinoise, mais d’un site sponsorisé par celle-ci, contenant des articles sur son actualité, des dossiers, etc.) : http://eng.chinamil.com. cn/ –– Diploweb : https://www.diploweb.com/ Articles et entretiens sur les relations internationales

THÈME 1 Étude conclusive La Chine : à la conquête de l’espace, des mers et des océans

18

p. 60-61

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 60-61 1. La Chine est un des rares pays à disposer d’un porteavions, instrument de puissance navale. En moins de 10 ans la Marine chinoise a mis en service deux groupes aéronavals susceptibles d’appuyer les intérêts stratégiques chinois sur les océans. 2. Capable de déployer des porte-avions ou de faire alu-

nir un véhicule, la Chine est une puissance navale et spatiale de premier plan, dont la montée en puissance est récente et surtout très rapide.

p. 62-63

p. 64-65

Jalon 1A

Une volonté politique d’affirmation de la puissance chinoise Ce Jalon est divisé en deux sections consacrées aux mers et océans, puis à l’espace, afin de définir, dans un premier temps, les principales étapes et les différentes dimensions de l’affirmation de la puissance chinoise dans ces deux domaines. Les documents consacrés aux mers et aux océans mettent l’accent sur la dimension militaire et sur l’espace stratégique et conflictuel qu’est la mer de Chine. Les documents portant sur la course à l’espace insistent sur le caractère récent du programme spatial, ses principales étapes et les grandes ambitions qu’il porte à la fin des années 2010.

Re p è r e s

La puissance chinoise du xxe au xxie siècle La frise chronologique donne les éléments nécessaires à la mise en perspective de la conquête maritime et spatiale chinoise. Celle-ci est donc remise dans son contexte international et replacée dans une perspective historique plus large, afin de montrer qu’avant 1949, la République de Chine a déjà entrepris une dynamique de conquête maritime (ou de reconquête après des décennies d’ouverture forcée). La chronologie montre enfin que, depuis 1949, deux Républiques de Chine coexistent de facto en Asie orientale, donnant aux enjeux maritimes une nouvelle dimension.

Éléments de réponse aux questions p. 63 1. Les trois grandes périodes sont : les premières décen-

nies de la République (1912-1949), l’ère maoïste (19491976) et enfin la période d’ouverture de la République populaire de Chine depuis 1978.

2. Le « tournant » a lieu en 1971. La reconnaissance de la République populaire de Chine par l’ONU (résolution 2 758) comme « seule représentante légitime » de la Chine au détriment de la République de Chine (Taïwan) donne à la Chine communiste une légitimité internationale sans précédent. Elle entraîne une accélération considérable de l’établissement de liens diplomatiques entre la République populaire et d’autres États qui reconnaissaient auparavant Taïwan comme seule représentante de la Chine. Elle permet également à la République populaire de disposer du siège de membre permanent du Conseil de sécurité et d’un accès à tous les organes de l’ONU.

3. Le moment correspondant à la plus forte montée en

puissance maritime chinoise est la période débutant en 1978, marquée par une ouverture économique au reste du monde, débutant sur le littoral chinois.

Document 1 Le document permet d’incarner le développement de la Marine chinoise, grâce à la figure de l’amiral Liu Huaqing. Les dates indiquées sur le document de même que la photographie insistent sur le fait que Liu a déjà un long parcours lorsqu’il prend le commandement de la Marine chinoise (il n’est que le troisième à porter ce titre depuis 1950) : il est né au début de la République de Chine, a combattu dans les forces communistes pendant la guerre civile (1945-1949) et a dirigé les départements de recherche et de développement militaire naval. Il est donc pleinement conscient de la nécessité de mettre en place une stratégie à long terme. Il reste actif jusque dans les années 1990.

Document 2 Le Livre blanc de la Défense nationale de la République populaire de Chine donne les grandes orientations prises par le pays en matière de défense. Cet extrait donne tout d’abord un bon aperçu des nombreux objectifs poursuivis dans le domaine maritime, mais également dans d’autres secteurs de la Défense (permettant notamment d’évoquer également l’espace). Il incite à une analyse détaillée et à une « traduction » de termes et concepts parfois précis (contenir « l’indépendance de Taïwan ») mais souvent très généraux et propices à diverses interprétations (« préserver les intérêts »).

Document 3 La carte illustre les projets hégémoniques de la République populaire de Chine dans la partie occidentale de l’océan Pacifique proche de son littoral (le terme de « mer de Chine » utilisé pour la désigner appelle des commentaires). Elle met l’accent sur le caractère évolutif de ce projet. On peut ainsi insister sur la « Ligne en dix traits ». Cette carte créée en 1935 et présentée par la République de Chine en 1947 comptait à l’origine onze traits et définit l’étendue des revendications insulaires chinoises sur les neuf dixièmes de sa superficie, soit près de deux millions de kilomètres carrés. Le gouvernement de la République de Chine maintient encore aujourd’hui ces revendications, tout comme celui de la République populaire de Chine qui l’a adapté : neuf, puis dix traits

THÈME 1 Étude conclusive La Chine : à la conquête de l’espace, des mers et des océans

19

aujourd’hui, incluant Taïwan (montrant ainsi la réaffirmation des revendications sur l’île abritant la République de Chine).

Document 4 Ce tableau a été élaboré en compilant les données de Flottes de combat, publication qui s’adresse principalement aux marins et spécialistes des marines militaires. L’absence de données précises pour la Marine chinoise en 1990 doit appeler des commentaires sur l’opacité de la communication de la République populaire de Chine en matière de données militaires. Le rang secondaire (9e ou 10e) s’explique par le fait que la Marine chinoise dispose à cette époque d’un arsenal conséquent mais en partie obsolète (calqué sur d’anciens bâtiments soviétiques) et ne peut pas mener des opérations combinées en haute mer.

Document 5 L’analyse d’Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique et enseignant à Sciences Po, donne quelques clés d’explication des éléments notamment issus des Livres blancs (« LB » dans le texte) de la Défense. Il montre également l’évolution rapide des positions chinoises en mer de Chine méridionale dans la seconde moitié des années 2010.

Éléments de réponse aux questions p. 65 1. Le concept de « défense au large comme stratégie navale » développé par l’amiral Liu Huaqing permet de rompre avec la logique quasi exclusivement terrestre, qui prévalait jusqu’alors dans la Défense chinoise. C’est un concept de défense progressive, visant d’abord à sécuriser l’espace maritime proche des côtes chinoises (première chaîne d’îles), avant de pouvoir passer à une zone plus étendue, après que la Marine se sera r­ enforcée. 2. La flotte chinoise, d’une importance secondaire en

1990, compte dès 2002 parmi les cinq premières mondiales. Sa puissance franchit encore un palier supplémentaire en 2012 et elle est en 2019 la seconde flotte après celle des États-Unis. Cette ascension fulgurante, s’accompagne d’une extension de ses missions et d’une présence accrue en mer de Chine, notamment depuis la seconde moitié des années 2010 (militarisation d’îlots en mer de Chine méridionale).

3. La puissance chinoise en mer de Chine n’est cependant

pas sans limites. Elle se heurte à des contestations de territoires par la quasi-totalité des États asiatiques proches (à l’exception de la Corée du Nord, traditionnel allié de la Chine). La présence militaire des États-Unis dans le Pacifique (bases américaines dans plusieurs pays alliés et présence de la VIIe flotte américaine) constitue une autre limite, de même que l’existence de la République de Chine (Taïwan), qualifiée de « province rebelle » par la République populaire mais qui, dans les faits, est un État souverain et une puissance maritime non négligeable.

4. L’étendue des revendications chinoises en mer de

Chine méridionale s’explique par des facteurs historiques (la reprise par la République populaire de la « ligne en onze traits » élaborée par la République de Chine), géographiques (l’étendue du littoral chinois), géopolitiques (la volonté de s’affirmer face aux autres puissances asiatiques) et économiques (le désir de sécuriser les routes maritimes vers l’océan Indien) Synthèse Les revendications maritimes chinoises sont anciennes (première ligne en onze traits en 1947). Elles ont été conceptualisées en stratégie maritime dans les années 1980 (amiral Liu Huaqing) et se sont concrétisées lorsque la Marine chinoise a atteint une puissance suffisante pour pouvoir relayer ses revendications. Désormais deuxième puissance navale au monde et première dans le Pacifique, la Chine entend que ce statut soit reconnu en mer de Chine face à d’autres puissances qui lui ont pendant longtemps fait de l’ombre et devant lesquelles elle n’entend désormais plus battre en retraite, voire chercher des compromis. Travailler à l’oral Le but de l’exposé est triple : –– permettre aux élèves de distinguer différents types de bâtiments de guerre maritimes, leur importance (tonnage), leur force de frappe (armement) ; –– mettre en évidence les rôles très différents de ces bâtiments dans la Défense nationale (allant au-delà des questions maritimes, comme les sous-marins) ; –– montrer pour conclure que le nombre de porte-avions et de sous-marins américains garantit pour un temps encore aux États-Unis la suprématie maritime mondiale.

p. 66-67

Jalon 1B

Document 1 Cet extrait du Livre blanc 2019 du ministère de la Défense nationale permet de compléter l’extrait précédent relatif à la puissance maritime (doc 2 p. 64). Il incite par ailleurs à une comparaison entre les deux extraits, celui-ci mettant bien davantage l’accent sur la coopération internationale et le caractère « ouvert » de l’espace, tandis que l’extrait précédent insiste sur les revendications, la nécessité de résister et la multiplicité des missions.

Document 2 Ce tableau doit permettre une comparaison des grandes puissances spatiales dans le monde. Il doit cependant être nuancé. La date de création de l’agence spatiale indiquée n’est pas forcément synonyme de l’accession au statut de « puissance spatiale ». Le Japon a lancé son programme spatial au début des années 1950 et, jusqu’en 2003, trois agences différentes (la première ayant été fondée en 1964) se chargeaient du développement des missions spatiales. Le parallèle peut être fait avec la Chine, en notant que son budget reste encore secret.

THÈME 1 Étude conclusive La Chine : à la conquête de l’espace, des mers et des océans

20

Document 3 Cet article d’un journal économique reconnu a pour but de montrer aux élèves que la Chine n’a de cesse d’étendre ses ambitions dans le domaine spatial et que cette « aventure spatiale » s’inscrit dans une logique de développement bien plus générale prônée par le pouvoir chinois, visant à autonomiser le pays dans tous les domaines, à monter en puissance et à ne plus se contenter d’être une puissance exportatrice.

Document 4 et 5 Ces deux photographies doivent mettre en évidence les progrès technologiques récents de la conquête spatiale chinoise (2003 puis 2016), mais aussi et surtout leur caractère symbolique et leur mise en scène. Ainsi, Yang Liwei (né en 1965), premier taïkonaute (du mandarin taikong = espace), a fait l’objet d’une importante médiatisation. De même, la base de lancement de Wenchang (entrée en fonction en 2016) est bâtie sur un site immense et dégagé sur la plus grande île de Chine, dernière conquête de l’Armée populaire de Libération en 1950 (son débarquement marquant la quasi-disparition de la présence de la République de Chine sur le littoral chinois).

Éléments de réponse aux questions p. 67 1. La Chine a marqué sa conquête de l’espace par trois grandes réussites développées par les documents : l’envoi d’un premier homme dans l’espace en 2003, celui de fusées chargées non seulement de mettre en orbite différents éléments mais également de poursuivre l’exploration du système solaire et, enfin, en 2019, l’alunissage d’un engin sur la face cachée de la Lune, pour la première fois dans l’histoire de la conquête spatiale. Ces réussites sont médiatisées et mises en scène, vantant Envoi d’un premier satellite

Création Envoi d’un premier de l’agence spatiale homme dans l’espace

les mérites de la République populaire : drapeaux mis en évidence, nom des catégories de fusées (la Longue Marche fait référence à un mythe fondateur du Parti communiste chinois en 1934-1935), etc.

2. La Chine entend développer ses propres capacités en

matière d’espace et se confronter aux autres puissances spatiales. Ainsi, la création d’une grande agence spatiale unique en 1993 et le développement de ses propres fusées de catégorie « lanceurs lourds » confirment qu’elle considère bien l’espace comme « un domaine crucial dans la compétition stratégique internationale » (Livre blanc 2019).

3. Le Livre blanc de la Défense nationale chinoise com-

porte plusieurs développements sur l’espace. Celui-ci est vu comme un des « domaines majeurs de la sécurité ». La base de lancement de Wenchang sur l’île de Hainan a été installée après accord de la Commission militaire centrale du Parti communiste chinois et est contrôlée par l’armée. On peut également ajouter que le taïkonaute Yang Liwei est un officier de l’armée et ancien pilote de combat. Synthèse Le programme spatial chinois, après des débuts timides dans les années 1960-1970, se dote d’importants moyens à partir des années 1990 (création d’une agence spatiale, développement de nouvelles bases de lancement, etc.), soutenu et encadré par la technostructure militaire. Ses réussites sont récentes, mais spectaculaires (exploration de la face cachée de la Lune en 2019) et soigneusement mises en scène. La Chine ambitionne désormais d’être la première puissance spatiale mondiale dans un avenir proche. Travailler autrement La chronologie peut s’organiser sous forme d’un grand tableau chronologique comparatif, en plaçant la Chine au centre afin de faciliter la comparaison en conclusion.

Exploration de la Lune

DéveloppeConclusion ment d’une station Rythme du Performance spatiale programme

Ambitions

Russie Chine États-Unis

p. 68-69

Jalon 2A

Des enjeux économiques et politiques considérables pour la Chine et le monde Document 1 Cette célèbre caricature argentine datant de 2014 montre l’étendue des ambitions spatiales chinoises

(caricaturant le géant démographique qu’est la Chine), risquant de reléguer la puissance des États-Unis au second plan. L’utilisation de la formule célèbre de la mission états-unienne Apollo XIII lors de la découverte de l’explosion paralysant leur vaisseau (« Houston, we have a problem ») de même que le journal de parution de la caricature montrent le caractère mondialisé et médiatisé de la conquête spatiale.

THÈME 1 Étude conclusive La Chine : à la conquête de l’espace, des mers et des océans

21

Document 2 Ce tableau fréquemment utilisé permet d’affiner l’analyse sur la puissance des ports chinois. Il peut donner lieu à une définition détaillée des ports à conteneurs (et d’expliquer la notion d’EVP, Équivalent Vingt Pieds, soit environ 6 × 2,6 × 2,4 mètres), à une localisation des ports sur le littoral pour voir où ceux-ci sont les plus concentrés et à un rappel de la distinction entre la Chine et la République de Chine (Taïwan), en insistant également sur le concept de RAS (région d’administration spéciale) pour Hong Kong.

Document 3 Le document donne un aperçu de l’étendue de la présence chinoise dans les ports chinois ou dans lesquels la Chine a investi. La carte fait référence au projet des « routes de la soie », BRI (ex-OBOR), vu en classe de première, permettant des rappels. Elle donne à la fois la vision chinoise de ce projet (il convient bien de rappeler le caractère encore inachevé du projet BRI) et la perception états-unienne avec la stratégie du « collier de perles », expression utilisée pour la première fois en 2004 aux États-Unis et qui n’a jamais été reprise par le gouvernement chinois.

Document 4 Cet article de synthèse complète et étaie la carte 3 p. 65, puisqu’elle donne plusieurs explications sur les raisons de l’intérêt que manifeste la Chine pour le contrôle de la mer de Chine. Les querelles et litiges avec les autres États y sont développés à travers les exemples du pétrole et de la pêche. On peut également faire une analyse de l’évolution des stratégies d’occupation de la mer de Chine par l’État chinois : un intérêt tardif et limité (pêcheurs chinois aux Spratley en 1985), des accords passés avec les autres puissances (25 décembre 2000 avec le Vietnam sur la délimitation des frontières maritimes et la pêche dans le golfe du Tonkin) et enfin, une politique d’occupation de la mer de facto (navires, plate-forme pétrolière, prise de contrôle d’atolls).

plus gros ports à conteneurs du monde) renforce encore l’importance économique de la mer de Chine.

3. Les ports chinois présentés sur la carte sont peu nom-

breux : il s’agit de Shanghai et de Shenzhen. Ces deux villes portuaires ont été parmi les pionnières de la politique d’ouverture du littoral chinois en 1978 : en 1980, une zone économique spéciale (ZES) est inaugurée à Shenzhen, ville créée l’année précédente, et Shanghai, vieille métropole commerçante, a le statut de « ville ouverte » en 1984. Leurs ports, étalés sur plusieurs sites et régulièrement modernisés et agrandis, figurent en 2018 parmi les trois premiers ports à conteneurs au monde, illustrant la puissance de la production manufacturière chinoise. Ils sont intégrés au projet BRI.

4. Le réseau mondial de ports développé par la Chine

pour le projet BRI permet à ce pays de disposer de bases de départ et de relais fiables pour assurer l’exportation et l’approvisionnement des produits. Les investissements dans les ports asiatiques, africains et européens, garantissent à la Chine de ne jamais voir s’interrompre les routes maritimes. La base militaire chinoise de Djibouti, inaugurée en 2017, constitue un moyen supplémentaire de sécuriser un port essentiel dans le détroit de Bab el-Mandeb. Synthèse La Chine a incontestablement réussi à s’affirmer dans les domaines spatiaux et maritimes. Dans la course à l’espace, elle est en passe de disputer la première place aux États-Unis. Sa maîtrise des mers, conséquence d’une logique de développement économique maritimisé, se traduit notamment par une appropriation progressive de la mer de Chine et la mise en place du projet BRI, pour lequel la Chine organise un réseau mondial de ports afin de sécuriser ses voies commerciales maritimes. Travailler autrement La réalisation du schéma peut s’appuyer sur le modèle du schéma de synthèse de la page 77.

p. 70-71

Éléments de réponse aux questions p. 69 1. La puissance spatiale chinoise est vue par cette cari-

cature argentine comme amenée à supplanter les ÉtatsUnis dans la conquête de l’espace. L’arrivée en masse de taïkonautes sur la Lune dans un module infiniment plus grand que le module états-unien illustre les investissements chinois colossaux dans le programme spatial et la relégation de l’exploit américain de 1969 au rang de simple jalon dans la course à l’espace. 2. La mer de Chine est d’une importance essentielle pour l’État chinois, pour plusieurs raisons. C’est de là que partent les routes maritimes commerciales chinoises, essentielles pour l’économie d’un pays qui repose largement sur les échanges, lesquels doivent être sécurisés par la mise en place du projet BRI. La mer de Chine recèle également des ressources nombreuses (produits de la pêche et hydrocarbures). Enfin, la maritimisation de l’économie chinoise (son littoral abrite neuf des vingt

Jalon 2B

Document 1 Ce document permet d’examiner la face sombre de la « Chinafrique », que la Chine se plaît à présenter comme un partenariat entièrement gagnant-gagnant depuis le premier sommet de coopération Chine-Afrique en 2000. L’article du Monde présente la pêche chinoise au large des côtes africaines comme un « pillage », ce qui doit interpeller l’élève sur les questions de l’exploitation des ressources maritimes et sur le rapport de force entre la Chine et les pays africains, toujours en défaveur de ces derniers.

Document 2 La République de Chine (nom officiel de Taïwan) dispose d’une Marine dont les opérations sont concentrées depuis 1949 sur l’autre rive du détroit de Taïwan.

THÈME 1 Étude conclusive La Chine : à la conquête de l’espace, des mers et des océans

22

Autrefois équipée et organisée pour un débarquement sur le continent en vue de « libérer » le territoire chinois de la présence communiste, la Marine taïwanaise, qui fut longtemps bien mieux équipée que la Marine chinoise, a désormais pour objectif d’empêcher ou de repousser un débarquement venu du continent. La photographie présente deux sous-marins taïwanais lors de la visite de la présidente Tsai Ing-wen en 2017, durant laquelle est officialisé un programme national de construction de nouveaux sous-marins afin de remplacer les quatre exemplaires obsolètes actuellement existants. Cette construction est un défi pour l’industrie taïwanaise. La présidente Tsai a déclaré en 2017 : « Je comprends qu’il est difficile de construire des sous-marins […]. Mais la règle de la politique internationale est que vous devez vous aider par vous-mêmes avant d’obtenir l’aide des autres. » Depuis, les États-Unis et le Japon, entre autres, ont officialisé leur soutien technologique dans la construction de ses nouveaux engins.

Document 3 Cette dépêche AFP donne quantité d’informations sur la géopolitique de l’espace et le problème essentiel qui se pose avec l’accélération de la conquête spatiale : l’appropriation d’un tel espace. L’article donne l’occasion de faire le parallèle avec la territorialisation des espaces maritimes depuis la conférence de Montego Bay et de montrer ainsi les difficultés que poserait une lutte américano-chinoise dans l’espace, non seulement juridiques, mais aussi technologiques.

Document 4 La photographie, abondamment relayée sur des sites officiels, illustre la coopération franco-chinoise. On peut noter que cette coopération se fait dans un domaine peu sensible, les questions climatiques et environnementales étant de plus en plus traitées par la France et la Chine qui tentent dans ce domaine une approche multilatéraliste.

Document 5 L’objectif de cette photographie est de montrer le contraste avec les autres documents iconographiques mettant en évidence les réussites chinoises dans la conquête spatiale. La dislocation d’une station spatiale constitue pour les autorités chinoises un échec sans précédent, amenant celles-ci à en minimiser la portée avant de réagir par la mise en avant d’une nouvelle réussite : l’exploration de la face cachée de la Lune l’année ­suivante.

Éléments de réponse aux questions p. 71 1. La pêche illégale chinoise en Afrique pose trois problèmes essentiels : la disparition de la biodiversité dans les eaux côtières ; l’appauvrissement des pêcheurs locaux, confrontés à une concurrence à laquelle ils ne peuvent faire face ; enfin, la perte de facto de souveraineté économique des États africains, le gouvernement chinois étant resté globalement sourd à leurs protesta-

tions, qui pèsent peu au regard de la dépendance économique de ces États vis-à-vis de la Chine.

2. Taïwan est considéré par la République populaire

de Chine comme la « province rebelle ». Mais, bien que n’étant plus reconnue par l’ONU depuis 1971, la République de Chine reste de facto un État entièrement souverain (et entretient encore des relations diplomatiques officielles et exclusives avec 16 États dans le monde). Les revendications chinoises sur Taïwan se heurtent à une réalité plus sérieuse : l’armée taïwanaise, soutenue par les États-Unis, dispose d’un équipement bien supérieur aux standards internationaux d’un État de 23 millions d’habitants, et elle s’entraîne depuis des décennies à empêcher puis éventuellement repousser un débarquement en provenance de Chine continentale. L’acquisition prévue de nouveaux sous-marins par Taïwan renforce encore cette politique dissuasive. Si une invasion de Taïwan par l’Armée populaire de libération ne pourrait pas être repoussée sur le long terme, un échec ou même un ralentissement de la progression de cette armée sur le sol taïwanais au bout de quelques jours aurait un impact désastreux, sans parler des conséquences sur les relations internationales et l’image de la Chine dans le monde.

3. La rivalité entre les États-Unis et la Chine sur les mers

et dans l’espace apparaît à travers ces documents d’une triple manière : une compétition aux enjeux symboliques (la Lune) ; un affrontement indirect (Taïwan n’a plus de relations diplomatiques officielles avec les États-Unis depuis 1979, mais bénéficie depuis cette année d’un soutien militaire officiel de la part des États-Unis afin de protéger son territoire) ; une rivalité technologique, dans laquelle la maîtrise de nouvelles techniques de guerre (cyberguerre) devient essentielle.

4. Il y a un « vide géopolitique » car, à la différence des

espaces maritimes, le vide spatial n’a fait l’objet d’aucun traité international de régulation. L’appropriation de l’espace est donc le résultat d’une maîtrise par des puissances qui en ont les capacités technologiques. Un même vide géopolitique règne dans la définition du règlement des tensions et rivalités entre États en cas notamment de heurts ou de piratages d’engins spatiaux.

5. Ces deux exemples montrent que la Chine, si elle

enchaîne les réussites et met en avant une capacité à coopérer dans son programme spatial, subit également des revers de taille, comme la perte de contrôle puis la dislocation de sa première station spatiale en 2016 et 2018. Synthèse En affirmant sa puissance maritime et spatiale, la Chine multiplie les contentieux, les tensions et les litiges avec d’autres États. Il y a tout d’abord les grandes puissances spatiales, comme les États-Unis, qui n’apprécient pas la compétition chinoise. Des États en développement, tels les pays africains, subissent sans pouvoir l’empêcher, une concurrence économique maritime chinoise. Enfin, les États d’Asie orientale (Taïwan, Vietnam notamment) voient avec méfiance les revendications et prises de possession en mer de Chine par la République populaire.

THÈME 1 Étude conclusive La Chine : à la conquête de l’espace, des mers et des océans

23

Travailler autrement L’exposé peut mettre en évidence trois types de pression chinoise : économique, politico-diplomatique et militaire. Il peut aboutir à la conclusion que toutes les puissances asiatiques en mer de Chine sont économiquement menacées, tandis que la pression politico-diplomatique

p. 74-75

et surtout militaire est extrême pour Taïwan (qui subit moins de pression économique, compte tenu des intérêts chinois sur l’île). On peut ainsi mettre en avant l’isolement de la Chine dans cet espace, où elle ne compte finalement qu’un seul allié (la Corée du Nord).

Exercices Bac

Exercice 1 1. Mots du sujet

Connaissances liées au sujet

Les ambitions chinoises

Depuis le début du xxe siècle, la Chine est peu à peu redevenue une puissance mondiale majeure et vise à atteindre la première place dans les deux domaines suivants :

– maritimes

Une présence accrue sur les mers et les océans (développement d’une Marine militaire puissante, construction de ports, investissements dans les ports étrangers, appropriation d’îles)

– spatiales

Une présence accrue dans l’espace (moyens alloués au programme spatial contrôlé par l’armée, multiplication des réussites symboliques et technologiques, œuvre pionnière dans l’exploration spatiale)

Un rêve hégémonique ?

La Chine se considère comme « le pays du Milieu » : être au centre du monde signifie-t-il pour elle diriger le monde ou être une puissance incontournable dans les domaines maritimes et spatiaux ?

Exercice 2 La réalisation de cet exposé peut se faire en s’appuyant sur les sources suivantes : –– le site de l’agence spatiale chinoise (cf. sitographie en introduction)

–– le site du CNES, qui contient des ressources pédagogiques qui ne se limitent pas au programme spatial français : https://cnes.fr/fr/ –– des articles de presse sur les résultats des derniers lancements de fusées

Exercice 3 1. Océans glacials Arctique et Antarctique

Océan Indien

Mer Rouge et mer Méditerranée

Formes de la présence • Présence militaire et chinoise mentionnées commerciale (ports et stations sur la carte relais) • Axe maritime du projet BRI

• Ports et stations relais

• Ports gérés par la Chine • Ports et stations relais • Base militaire de Djibouti

Explication de la présence chinoise

• Intérêt pour une nouvelle route maritime à objectif scientifique et stratégique

• Nécessité pour la Chine de sécuriser la mer Rouge (deux détroits) • Prise de position dans les ports de commerce européen, aboutissement du projet BRI

• Le « collier de perles » • Les objectifs du projet BRI, visant à relier l’Afrique et l’Europe à la Chine

2. Les ambitions chinoises dans le domaine maritime se

jouent désormais à l’échelle mondiale. Elles se caractérisent par le développement de voies maritimes commerciales (projet BRI), scientifiques et stratégiques (contrôle de nouvelles routes d’accès).

3. Les outils utilisés sont essentiellement la prise de

4. La Chine nourrit des ambitions mondiales, mais

celles-ci restent dans le cadre d’une conception du monde autocentrée. La Chine se considère comme « le pays du Milieu » et la carte met bien en évidence qu’elle développe ses ambitions maritimes en partant toujours de son territoire et vise d’abord à maîtriser les mers d’Asie (océan Indien).

contrôle ou le développement de ports civils et/ou militaires, qui constituent des relais et points d’ancrage de ces routes. THÈME 1 Étude conclusive La Chine : à la conquête de l’espace, des mers et des océans

24

BAC

p. 78-79

Dissertation : sujet guidé

SUJET : Mers et océans, coopérations, rivalités stratégiques et économiques Introduction – Accroche : avec 71 % de la surface de la Terre, les mers et océans suscitent presque autant de convoitises que les espaces terrestres. – Analyse des termes : voir p. 78, tous les termes sont analysés. – Annonce de la problématique : Comment les rivalités entre États s’étendent-elles sur les mers et les océans, mettant en échec les volontés de coopération ? – Annonce du plan : Une coopération limitée pour gérer des richesses communes (I), des rivalités stratégiques et militaires pour assurer le commerce et l’exploitation des ressources des mers et océans (II) et des rivalités économiques fortes (III) 1re partie de la dissertation Une coopération limitée pour gérer des richesses communes Les mers et océans sont de plus en plus l’objet d’attention pour les États. Les terres sont exploitées depuis longtemps tandis que les espaces maritimes le deviennent de plus en plus, des négociations et une coopération entre États sont devenues nécessaires. L’accord résultant des négociations de Montego Bay signé en 1982 met en place des règles générales pour la souveraineté des mers et océans. Cette répartition des zones de souveraineté sur les mers et océans instaure des règles pour leur exploitation par les États. L’idée que les mers et océans deviennent un bien commun de l’humanité est défendue par la communauté internationale pour la haute mer : l’ONU à travers l’Organisation maritime internationale (1948) alors que la conférence de Genève sur les espaces maritimes (1958) a tenté d’imposer cette idée. Aujourd’hui, on trouve seulement 6 % d’aires maritimes protégées (AMP) avec un objectif de 30 % en 2030. Mais cet objectif semble peu réaliste tant les accords sont difficiles à obtenir : par exemple, vingt ans de négociation entre les États sur la gestion de la mer Caspienne. Néanmoins, les enjeux environnementaux devraient obliger les États à prendre des décisions concernant la montée des eaux, les continents plastique ou encore la difficile gestion des pôles. Le pôle Nord est ainsi devenu un espace de convoitise exacerbé depuis que la fonte des glaces permet une plus grande circulation.

p. 80-81

Dissertation : sujets d’entraînement

SUJET 1 : Comment la Chine affirme-t-elle sa puissance dans les mers et dans l’espace ? I. Une puissance maritime nécessaire pour assurer sa puissance commerciale A. Le renforcement de ses positions régionales en mer de Chine B. Le renforcement de sa puissance militaire par la mise en place d’une flotte modernisée C. Des routes maritimes sécurisées avec l’installation de bases militaires et logistiques II. Une puissance spatiale pour rivaliser avec les États-Unis A. Un programme ancien mais une accélération des investissements depuis les années 1990. B. Un stimulant scientifique et technologique nécessaire à la puissance C. Un prestige, un rayonnement et des coopérations nouvelles

SUJET 2 : La France est-elle une puissance maritime et spatiale ? I. Une puissance maritime de premier ordre A. La France détient la 2e ZEE en termes de surface exploitable B. Des intérêts nombreux et éloignés difficiles à défendre II. Une puissance spatiale seulement dans le cadre du projet européen A. Le projet Ariane où la France joue un rôle majeur B. Le pari d’Ariane 6, dans une concurrence exacerbée

SUJET 3 : La conquête spatiale durant la guerre froide 1957-1991 I. Une conquête spatiale dans la rivalité de la guerre froide 1957-1969 A. L’avance soviétique et le prestige de Spoutnik/Gagarine B. Les États-Unis et le défi lunaire

THÈME 1 BAC

25

II. Vers une militarisation de l’espace 1969-1991 A. Une coopération qui ne réduit pas les rivalités B. L’IDS et les satellites d’observations réduisent les ambitions d’exploration

p. 82-83

Étude de document : sujet guidé

SUJET : La ruée vers Mars et ses enjeux 1. La planète Mars est devenue un nouvel objectif de la conquête spatiale. C’est en tous les cas ce que nous présente l’article du Monde de Pierre Barthélémy datant du 13 janvier 2020. Il présente en effet, les différents projets de quatre puissances spatiales engagées dans cette nouvelle conquête. Il semble en effet, qu’après la Lune, cette planète sera la prochaine à être foulée par des astronautes. Mars inspire depuis longtemps les écrivains, les cinéastes et donc l’imaginaire collectif. En 2015, Hollywood et le réalisateur Ridley Scott produisent un film qui alimente les ambitions des États et les rêves du grand public. Cette affiche de Seul sur Mars envisage une planète occupée par les hommes en 2035, un horizon qui n’est plus complètement de la science-fiction. Comment l’exploration de la planète Mars est un nouvel objectif pour de nombreuses puissances ? 2. En 1969, les États-Unis avaient permis à un homme de marcher sur la Lune, plus de quarante

plus tard, une autre planète suscite de nombreuses ambitions. L’année 2020 sera l’année de la « ruée vers Mars ». Quatre puissances se sont lancées dans la course mais avec des ambitions bien différentes.

La rivalité Chine-EU Les deux projets les plus ambitieux sont ceux de la Chine et des États-Unis. Mars 2020, avec un budget de 2 milliards, affirme bien les ambitions des États-Unis qui entendent rester leader dans la conquête spatiale alors que l’administration Trump poursuit le désengagement international des États-Unis. Le projet s’inscrit donc dans le Make America Great Again puisqu’il va permettre un atterrissage sur Mars en février 2021 après « sept mois de voyage ». Le lancement aura lieu en juillet et devrait assurer aux États-Unis sa position de tête de pont dans cette conquête. Pourtant le projet chinois tend à concurrencer sérieusement les États-Unis. HX-1 est une première pour la Chine, il permettra de commémorer en grande pompe « le centenaire du Parti communiste chinois ». La mission va ainsi, comme celle des États-Unis, déposer un engin sur Mars et donc permettre de rivaliser avec le projet Mars 2020 mais également de célébrer les réussites du régime. Le nouvel homme fort de Pékin, Xi Jinping est attentif aux signes de la puissance chinoise. Après son exploration de la Lune, la Chine est en passe de devenir la rivale des États-Unis également dans la conquête spatiale. Les puissances secondaires Les Russes et les Européens ont lancé une coopération, ExoMars pour pouvoir suivre les deux autres leaders de la conquête spatiale. Cette alliance marque le recul de la puissance russe en la matière qui n’a, en effet, pas les moyens de poursuivre seule ce projet vers Mars. Les retards s’accumulent alors que le lancement était prévu initialement en 2009. Quant au dernier projet, il s’agit de celui des Émirats arabes unis, appelé Hope. Il n’a pas la même portée que les trois autres car il ne prévoit que l’envoi d’un « petit engin » en orbite autour de Mars pour 2021. L’idée est de permettre au régime qui va fêter ses 50 ans de montrer sa modernité, au moins dans la technologie. Cet État souhaite depuis longtemps diversifier ses activités pour ne pas être dépendant complètement de la richesse pétrolière. Ces quatre projets marquent indubitablement un engouement pour la conquête de Mars mais aussi une compétition d’ambitions pour des puissances pourtant très différentes.

p. 84-85

Étude de documents : sujets d’entraînement

SUJET 1 : La Chine et son empire maritime I. Un empire commercial A. Des infrastructures commerciales pour assurer un approvisionnement à la Chine B. Le modèle de Gwadar

THÈME 1 BAC

26

II. « Le contrôle des mers […] permet d’exercer une influence prépondérante sur le monde » (Alfred Mahan) A. Des bases militaires complètent la stratégie commerciale B. Une influence mondiale qui conteste la puissance des États-Unis.

SUJET 2 : L’avenir de l’industrie spatiale européenne I. Ariane 6, un lanceur performant A. Ariane est un lanceur ancien et rassurant. B. Des performances intéressantes : poids, coût du lancement II. Une concurrence exacerbée A. Les lanceurs russes B. L’émergence de lanceurs privés

p. 88-89

Vers le Sup’ : Se documenter pour débattre

SUJET : La privatisation de la conquête spatiale

Réalisez les trois biographies comparées des principaux acteurs privés de la conquête spatiale. Suivre ce tableau oblige les élèves à ne pas faire un simple copier/coller. L’enseignant pourra pour synthétiser le tableau, interroger les élèves sur les points communs de ces hommes mais aussi les questionner sur les limites du mythe du self-made-man.

Débat : Faut-il privatiser la conquête spatiale ?

Le texte proposé énonce assez clairement le cadre légal de l’espace (Traité de l’espace, 1967) comme une « chose commune » au même titre que l’eau et l’air. Il montre aussi les risques et les dangers de cette appropriation. Dans le débat, il faudra élargir ce concept à l’eau, l’air et le vivant pour montrer les dangers et les risques de cette appropriation.

THÈME 1 BAC

27

2 Thème

Faire la guerre, faire la paix : formes de conflits et modes de résolution La logique du thème Parmi les « grands enjeux du monde contemporain » que le programme propose d’étudier, la question de la guerre et de la paix est une condition pour l’existence des autres sujets. Les rapports entre guerre et paix sont observables sur le temps long. La profondeur historique est présente dans tous les conflits comme un élément accélérateur ou discursif utilisé par les acteurs. La théorie justifiant la guerre ou cherchant à accélérer la paix en est à la fois cause et conséquence. Lorsque Clausewitz énonce l’idée que la guerre est « continuation de la politique par d’autres moyens », il donne autant de justification à la guerre qu’il offre l’outil pour y mettre fin : la politique. Les moments et les espaces où se manifestent une rivalité entre acteurs politiques s’incarnent dans des lieux emblématiques de conflits de temps long, dont le Moyen-Orient semble à nos yeux contemporains l’archétype (Étude conclusive). Mais la définition des acteurs, de leur intérêt à la guerre ou de leur volonté de paix s’incarne dans le temps long par des rencontres, des coopérations devenues progressivement permanentes : les traités de Westphalie (Axe 2) mettent fin à la guerre de Trente Ans en inaugurant une entente qui engage presque tous les acteurs continentaux ; la guerre de Sept Ans et les guerres napoléoniennes (Axe 1) posent la question du rôle des civils et de la distinction civils/militaires ; cette difficile distinction et les croisements du politique et du religieux créent les conditions de guerres longues entre groupes asymétriques ou entre États et groupes asymétriques : les guerres du Golfe, les conflits israélo-arabes (Étude conclusive), l’essor puis le déclin de groupes comme Al-Qaïda ou Daech (Axe 1), sont les terrains de croisements entre justifications idéologiques, politiques, économiques, qui alimentent ces conflits ou peuvent, parfois, en limiter les effets. Alors comment penser la paix ? En temps de conflit d’État à État, la coopération interétatique manifestée en 1648 et incarnée aujourd’hui par l’ONU permet de trouver une réponse par le multilatéralisme. En temps de conflit d’État à groupe asymétrique, les conditions d’une paix définitive sont beaucoup plus complexes, et obligent les belligérants à affirmer idéologies et moyens sur le temps long et à des échelles qui dépassent le régional. Les conflits des xviie-xixe siècles voient s’affronter des puissances et la paix être régie par ces puissances. Ceux du xxe et du xxie siècle, derrière la légitimité et la légalité de l’État comme incarnation de la souveraineté (Max Weber), voient d’autres acteurs s’affirmer et obliger à une transformation du droit international pour permettre le retour de la paix nécessaire à la vie et à la prospérité. La question de la guerre et de la paix, dont il s’agit ici d’étudier la profondeur historique, les étapes de la construction du droit, et la matérialisation dans des espaces de conflits, est bien au cœur de toutes les questions au programme de la spécialité de Terminale.

p. 92-93

Introduction

Panorama des conflits armés actuels Éléments de réponse aux questions p. 92 1. L’Asie est le continent qui concentre le plus de ten-

sions interétatiques, pour l’essentiel dues à des revendications sur le tracé des frontières terrestres et maritimes. L’Afrique centrale et le Moyen-Orient sont les régions qui concentrent le plus de tensions intraétatiques, dont les causes sont ethniques, religieuses ou politiques.

2. Entre l’Éthiopie et l’Érythrée, le conflit frontalier est

Ce conflit a été résolu en 2002 par arbitrage de l’ONU, mais surtout en 2018 par volonté de l’Éthiopie de coopérer avec l’Érythrée pour assurer un développement économique commun.

3. Les causes du conflit au Cachemire sont liées au tracé

des frontières entre Inde, Pakistan et Chine, et au maintien des revendications des 3 États après les conflits qui ont opposé Inde et Pakistan (1948-1949) puis Chine et Inde (1971-1972). Les cessez-le-feu ne signifient pas fin des conflits mais arrêt momentané des combats. Les revendications de chacun des groupes nationaux dans le Cachemire, contrôlé par l’Inde, exacerbent les tensions.

né de l’indépendance de l’Érythrée qui s’est détachée de l’Éthiopie en 1993, lui faisant perdre son accès à la mer. THÈME 2 Introduction Formes de conflits et tentatives de paix dans le monde actuel

1

p. 94-95

Introduction

Essai d’une typologie : nature des conflits, acteurs et modes de résolution Éléments de réponse aux questions p. 95 1. Les acteurs du conflit sont l’État syrien, les groupes

militaires asymétriques et quelques États extérieurs.

2. Le conflit syrien est de nature politique, culturel (religieuse) et économique.

3. En 2012, l’internationalisation du conflit vient des

alliances de l’opposition syrienne (les grands États occidentaux et une partie du reste du monde), et des interventions militaires en soutien de ces États alliés soit à l’État soit à l’opposition.

4. La guerre crée un vainqueur et un vaincu : c’était peu

plausible en 2012 mais cela le devient à partir de 2019 et l’échec des différentes composantes hostiles à l’État syrien sur le terrain. La négociation de paix implique une reconnaissance de la légitimité de l’ennemi par les acteurs du conflit, ce qui semble peu probable en 2012 comme après. La médiation reste l’option la plus plausible, effectuée par l’ONU ou par des États peu engagés dans le conflit mais crédible pour toutes les parties.

alliances du régime syrien (Russie, Chine, Irak, etc.), des

THÈME 2 Introduction Formes de conflits et tentatives de paix dans le monde actuel

2

AXE 1

La dimension politique de la guerre : des conflits interétatiques aux enjeux transnationaux La logique du chapitre Conformément aux attendus du programme, il s’agit dans ce premier Axe du Thème « Faire la guerre, faire la paix », de montrer l’évolution de la manière de faire la guerre depuis « l’ère des révolutions » (1776-1815). Schématiquement, on montrera le passage d’une guerre conventionnelle, menée principalement par des nobles enrégimentés dans des armées royales (Jalon 1), à une guerre asymétrique opposant des forces militaires nationales d’un État à des groupes de combattants (Jalon 2) animés par des motivations diverses (religieuses, territoriales, idéologiques). Ce schéma est en soi discutable : d’une part, Clausewitz déjà a pensé la « petite guerre » (la guérilla) à l’intérieur de la grande ; d’autre part, les guerres conventionnelles opposant des armées n’ont pas dit leur dernier mot (Ukraine-Russie, Éthiopie-Érythrée, etc.). Il convient d’insister sur la dimension politique prise par la guerre : elle devient l’affaire des peuples, nationalisés par l’école et l’armée, ramenés dans le champ de la guerre par la conscription. La guerre est étatisée, l’État acquérant peu à peu « le monopole de la force légitime » (M. Weber, Le Savant et le politique, 1919). Deux ruptures sont mises en relief dans cet Axe : la première est l’avènement de l’ère nucléaire, qui bouleverse la stratégie puisqu’elle permet de remporter la bataille décisive sans la livrer, estompant la notion de « front » devenue centrale depuis la guerre de Sept Ans. La seconde est la fin de la guerre froide, qui accélère la sortie de l’âge de la conscription et bouscule l’approche classique des conflits. La professionnalisation croissante des armées, pas encore universelle cependant, renforce la technicisation de la guerre (Grand angle) : les conflits du xxie siècle dépendront moins de la grande bataille frontale que de la robotique, de l’arsenalisation de l’espace, de la cyberguerre et de l’usage de l’intelligence artificielle. La recrudescence du recours aux sociétés militaires privées révèle une logique de privatisation de la guerre, en rupture avec le processus d’étatisation évoqué précédemment. Surtout, la guerre résulte le plus souvent de l’impuissance des États à empêcher les fragmentations de son territoire, alors qu’hier elle était le produit des ambitions d’expansion des puissances étatiques ou impériales.

Bibliographie –– B. Badie et D. Vidal, Nouvelles Guerres, comprendre les conflits du xxie siècle, La Découverte, 2016 : les auteurs montrent les conséquences du passage de la guerre comme moyen de conforter sa puissance, à la guerre comme fin en soi. On glisse d’une guerre entre puissances pour conforter une domination, à une guerre révélatrice de l’impuissance des États à assurer leur propre sécurité, notamment les États faillis, où la guerre est le mode normal de fonctionnement des sociétés. Devant cet état de fait, l’ordre international consiste à maintenir le désordre à un niveau acceptable. –– B. Cabanes (dir.), Une Histoire de la guerre, du xixe siècle à nos jours, Seuil, 2019 : une entreprise collective remarquable, qui traque les formes de la guerre du xixe au xxie siècle, montrant l’intrication encore actuelle des guerres classiques et asymétriques. L’auteur explore successivement l’histoire des conflits depuis le congrès de Vienne (1815), pour « penser la guerre », puis les mondes et les expériences combattantes, avant d’analyser les sorties de guerre. –– G. Chaliand, Pourquoi perd-on la Guerre ? Un nouvel art occidental, Odile Jacob, 2016 : après avoir analysé ce qui longtemps avait fait la supériorité des armées européennes (connaissance du terrain, de l’ennemi, supériorité technique et stratégique), le chercheur expose les raisons de l’incapacité des Occidentaux à gagner politiquement des guerres malgré leur supériorité au combat : il insiste notamment sur l’aversion contemporaine à la mort au combat des militaires, de moins en moins acceptée par les opinions publiques.

THÈME 2 Axe 1 La dimension politique de la guerre

3

–– A. Crépin, Histoire de la conscription, Gallimard, Folio Histoire, 2009 : l’historienne analyse en France la construction d’une armée de conscrits, de citoyens enrôlés dans l’armée. Elle y voit une grande entreprise de nationalisation et de civilisation, fondée sur une représentation de la virilité associée à la guerre. Elle montre l’extrême difficulté à atteindre cet objectif, avec notamment les pratiques d’évitement jusqu’à la grande loi de 1889. –– H. Drévillon et O. Wieviorka, Histoire militaire de la France, T. 1, Des Mérovingiens au Second Empire, Perrin, 2018 : l’ouvrage de référence en la matière. Il a pour ambition « d’envisager la Nation dans un environnement qui la dépasse », se révélant dans son rapport aux autres puissances européennes. Cette confrontation nourrit imitation et rejet des stratégies adverses et construit l’identité militaire propre à la France, et par voie de fait l’identité nationale. –– J. Keegan, Histoire de la guerre, Perrin, Tempus, 2014 : une réflexion sur l’art occidental de faire la guerre, hérité du modèle de l’hoplite athénien, par opposition à un modèle oriental. Il se caractérise par la recherche du face-à-face et de la bataille décisive, et une éthique de la lutte à mort structurant la modernité occidentale. –– T. Lentz, Le Congrès de Vienne, Perrin, Tempus, 2015 : une analyse de la naissance du concert européen et de l’œuvre gigantesque et visionnaire accomplie par les diplomaties européennes, qui réfléchirent aussi bien aux tracés frontaliers, aux compensations territoriales (migrations de populations, accaparement de ressources) qu’à la gestion internationale de certains biens publics (les eaux du Rhin). –– G. Minassian, Zones grises, quand les États perdent le contrôle, CNRS éditions, Biblis, 2018. L’auteur analyse la diversité des zones d’incertitude, entre guerre et paix, dans le monde. Incertitude politique, dans des États défiés par des seigneurs de guerre lors de conflits de basse intensité, asymétriques. Incertitudes socio-économiques, quand des mafias ou des réseaux criminels instaurent des zones de non-droit y compris dans des pays développés. –– E. Tennenbaum, Partisans et centurions, une histoire de la guerre irrégulière au xxe siècle, Perrin, 2018 : longtemps en marge des pratiques militaires occidentales, la guerre irrégulière a pris depuis la guerre du Vietnam une place primordiale dans les conflits : les partisans recourent à la guérilla dans les guerres de libération nationale au temps de la guerre froide et de la décolonisation. Les États-Unis leur répondent en systématisant la contre-insurrection, au prix d’une ingérence parfois funeste en ­Amérique latine.

p. 96-97

2. Les civils sont touchés parce que les villes sont des

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 96 1. Les États font la guerre pour contrôler des territoires, contrôler des ressources et surtout pour maintenir ou transformer les hiérarchies de puissance, c’est-à-dire atteindre des objectifs politiques. 2. Les civils sont touchés par la guerre par les sièges des villes, l’enrôlement forcé ou la déportation.

Éléments de réponse aux questions p. 97 1. Une paix n’est possible que lorsque les combattants considèrent que l’adversaire, en temps de paix, peut être un partenaire. Ce n’est pas le cas lorsque l’idéologie des combats pousse à considérer l’adversaire comme devant être détruit.

cibles militaires bombardées, parce qu’ils sont enrôlés de force, ou parce qu’ils sont massacrés comme populations-cibles (religieuses, culturelles, politiques).

p. 98-99

Re p è r e s

Clausewitz et la guerre Il s’agit évidemment de comprendre la pensée de Clausewitz, centrale, en replaçant le stratège dans le contexte des guerres révolutionnaires. L’auteur, luimême protagoniste des guerres napoléoniennes, du côté de la Prusse puis de la Russie, explique la supériorité des armées révolutionnaires et impériales par leurs motivations politiques et idéologiques. Leur victoire tient pour l’auteur à la croyance dans la supériorité des valeurs d’égalité et de liberté au nom desquelles ils combattent,

THÈME 2 Axe 1 La dimension politique de la guerre

4

et qu’ils prétendent universaliser. Cet état d’esprit permet alors à une armée populaire de prendre le dessus sur des armées aristocratiques constituées de militaires professionnels. La pensée de Clausewitz influence jusqu’à Raymond Aron lorsqu’il évoque l’importance de « l’action collective » (Paix et guerres entre les nations, 1962) : la notion englobe aussi bien la qualité du commandement que la solidarité entre les combattants, leur motivation. Pour cette raison, dans l’approche clausewitzienne, « la guerre est le prolongement de la politique par d’autres moyens », elle reflète les motivations politiques d’un peuple soudé au combat. Elle est aussi le moyen d’obtenir un avantage décisif, de capter des ressources qui font défaut, lorsque les solutions diplomatiques et politiques traditionnelles ont échoué à déminer les rivalités entre puissances. Les documents choisis permettent de comprendre le glissement, depuis deux siècles, d’une guerre aristocratique, élitaire, à une guerre des nations, reposant sur l’affrontement d’armées de citoyens enrôlés, puis à une guerre irrégulière, où les combattants s’engagent dans des armées de partisans échappant à l’État régalien.

Éléments de réponse aux questions p. 98 1. Les guerres de l’époque moderne voient s’affronter des armées de nobles, alliant cavalerie, artillerie et fantassins lors de batailles décisives sur terre, ou des régiments de marins à bord de navires de guerre lors de batailles navales décisives. 2. À l’époque de Clausewitz, les armées révolutionnaires

font cohabiter des troupes mixtes : les soldats sont pour la plupart des volontaires, puis des conscrits (loi Jourdan Delbrel de 1793), incarnant la Nation, et sont animés de valeurs patriotiques, leur donnant le sentiment de la supériorité de leur cause. Mais il ne faut pas négliger la survivance à côté d’eux d’une armée de professionnels, de nobles royalistes, maîtrisant l’artillerie, comme à Valmy en 1792.

3. Aujourd’hui, les combats sont souvent le fait de mer-

cenaires, ou d’individus enrôlés au nom d’une cause dans des armées de guérilleros. Ces guerres sont dites asymétriques.

p. 100-101

Jalon 1A

La guerre, « continuation de la politique par d’autres moyens » (Clausewitz) L’objectif est de montrer la progressive remise en question de l’ordre européen et mondial instauré par les traités des xviie et xviiie siècle. Les traités de Westphalie (1648) qui mirent fin à la guerre de Trente Ans avaient placé la frontière au cœur des relations internationales. Le respect des territoires souverains devenait le garant d’un équilibre européen, aucune puissance ne devant briguer l’hégémonie continentale. Les traités d’Utrecht et Rastatt (1713-1714), qui mettent fin à la guerre de ­Succession d’Espagne, élargissaient ce principe d’équilibre dans les relations internationales à l’échelle

mondiale : il s’agissait de désamorcer les possibles conflits qui pourraient surgir des rivalités coloniales entre ces mêmes puissances européennes. Mais la concurrence pour les routes commerciales reliant l’Europe à l’Amérique et à l’Asie rompt cet équilibre et occasionne la guerre de Sept Ans (1757-1763). Dans cette première guerre globale de l’histoire, l’avantage va aux puissances navales (l’Angleterre) et à celles qui sont capables de mobiliser, le plus longtemps, les ressources humaines, économiques et techniques pour obtenir la victoire. Les défaites subies par la France la privent alors de son premier empire colonial nord-américain. Un recul parachevé en 1803 par la cession de la Louisiane par Napoléon. Cet ordre européen rompu reposait également sur une division fonctionnelle des sociétés européennes, héritée de la tripartition antique (ceux qui travaillent, ceux qui prient, ceux qui combattent). La guerre n’était pas encore le fait des peuples, des conscrits ; elle restait une affaire de professionnels, des soldats de métier destinés au combat par leur seule naissance. La noblesse, comme hier la chevalerie médiévale, dirigeait les hostilités, cherchant la belle mort. La situation change avec la guerre menée par les révolutionnaires pour diffuser l’idéal de la « Grande Nation ». Les guerres révolutionnaires, et dans leur prolongement celles menées par Napoléon devenu empereur, dessinent une Europe française : les victoires militaires permettent d’imposer le franc, la départementalisation, le Code civil, le Code du commerce. Cet empire est légitime tant qu’il est victorieux sur le champ de bataille. Une fois défait, le système s’effondre. La volonté de rompre avec l’hégémonie d’une puissance européenne pousse les décideurs politiques au Congrès de Vienne (1814-1815) à établir, à la fois, un « concert européen » reposant sur l’équilibre des puissances (quoique l’Autriche de Metternich soit dominante) et une « Saint Alliance » autour des valeurs chrétiennes. Cet ordre « westphalien » laisse sa place aux vaincus, Talleyrand parvenant à conserver à la France un rang de puissance dans le second cercle de ce concert des nations. Deux documents d’analyse (1 et 4) permettent de comprendre les enjeux de la guerre de Sept Ans, première guerre globale de l’histoire, notamment le recul de la puissance française et la remise en cause de l’ordre international fondé sur une esquisse d’équilibre des puissances européennes. Une carte (document 3) permet de localiser les grandes batailles et d’en comprendre les implications commerciales : maîtrise des grandes routes du négoce, du commerce des produits précieux, désir de fonder des comptoirs et des ports pour le mouillage de sa marine. Le document 2 met en miroir l’héroïsation de la mort au combat de deux généraux de la guerre de Sept Ans : la guerre est l’affaire des aristocrates, qui mènent le combat dans l’intérêt de leur souverain

Éléments de réponse aux questions p. 101 1. La guerre de Sept Ans est une guerre « mondiale », en ce sens qu’elle s’étend à l’ensemble du continent américain, au golfe de Guinée, à l’Inde et à l’Asie du Sud-Est.

THÈME 2 Axe 1 La dimension politique de la guerre

5

Mais son foyer originel reste l’Europe, de l’Atlantique à l’Oural. Elle induit la mise en place de systèmes d’alliances, les armées s’affrontant dans des batailles retentissantes pour accroître la puissance commerciale des États. On reste dans une logique mercantiliste : l’État affirme sa puissance en captant les ressources ultramarines ; il utilise des armées populeuses grâce à une forte croissance démographique, la transition démographique n’ayant démarré alors qu’en France. La mortalité de ce conflit fut exceptionnelle : près de 700 000 morts en sept ans.

2. La noblesse constitue le cœur de l’armée, ses officiers

et ses combattants les plus qualifiés, à la fois pour mener les combats ou utiliser habilement les armements les plus performants (artillerie).

3. Les objectifs sont la conquête des vastes terres

nord-américaines, de la route vers l’Extrême-Orient, la fondation de comptoirs commerciaux. Ces terres servirent ultérieurement à amorcer la croissance européenne, permettant sa « grande divergence » (Kenneth Pomeranz) en mobilisant une main-d’œuvre servile et de grands espaces pour l’agriculture. Quant à l’Inde, elle était essentielle sur la route des épices.

4. L’armée française ne peut mettre suffisamment

d’hommes au service de la défense de son empire en construction, gigantesque, et est incapable de se battre avec la même efficacité sur tous les fronts, d’autant que sa marine est surclassée par celle des Britanniques.

Synthèse La guerre de Sept Ans vise à la constitution de zones d’influence et au contrôle des routes maritimes stratégiques pour les cultures agricoles de rente (tabac, sucre, etc.) et les épices. La France est surclassée militairement par une marine anglaise plus efficace, et par des stratèges plus visionnaires ; elle est aussi défaite politiquement car c’est elle qui, en Europe, a pris l’initiative du combat loin de ses frontières, rompant l’équilibre européen né au début du xviiie siècle. Travailler autrement On insistera sur le caractère « mondialisé » de ce conflit qui se déroule sur plusieurs théâtres d’opérations à travers le monde. Une défaite, même cuisante, sur un champ de bataille ne signifie plus la fin du conflit. Ce conflit contribue à asseoir la domination britannique sur le commerce mondial. Toutefois, la France cherchera à prendre sa revanche en soutenant la lutte des Insurgents américains contre le roi d’Angleterre.

p. 102-103

par des officiers royaux, des aristocrates assez tièdes visà-vis des idéaux révolutionnaires, alors que les fantassins étaient pour la plupart des volontaires. Elle accède ultérieurement au rang de mythe républicain, immortalisée dans de nombreux tableaux (avec son célèbre moulin…). Les documents 2 et 4 permettent de comprendre la manière de gagner la guerre pour Clausewitz : mobilisation exceptionnelle de moyens et de soldats, adhésion des armées aux buts de guerre (à un projet politique), imposition des règles du vainqueur et de son droit (Code civil, Code du commerce, maillage administratif,…) voir de ses souverains (népotisme napoléonien). La caricature (document 4) permet de préciser ce qu’est le multilatéralisme et de revenir sur les notions d’équilibre des puissances, de « concert européen », de « Sainte Alliance ». Et d’évoquer la situation particulière de la France, puisque le Congrès de Vienne (1814-1815) coïncide avec le retour de Napoléon de son exil sur l’île d’Elbe (les Cent Jours), avec la défaite de Waterloo et la restauration de Louis XVIII. On pourra aussi mobiliser les connaissances en histoire du programme de première, pour rappeler que ce congrès reconnaît le principe de liberté et de Charte reconnaissant ces libertés (vite bafouées néanmoins par les nouveaux pouvoirs) ; mais qu’il réfute le principe des nationalités et le droit à ­l’autodétermination.

Éléments de réponse aux questions p. 103 1. Les armées de volontaires, puis de conscrits (jeunes hommes inscrits sur les listes de conscription, bientôt assujettis à un « service » militaire) remplacent progressivement les officiers nobles. Les guerres révolutionnaires promeuvent ainsi des hommes nouveaux, comme Bonaparte. L’exercice des armes doit devenir le pendant du nouveau rôle politique des individus, passés du statut de sujet au statut de citoyen avec la Révolution. Le prix du sang à verser est ainsi compensé par la reconnaissance de nouveaux droits politiques inaliénables, inscrits dans le marbre (déclaration de 1789). 2. La guerre est l’affrontement de deux peuples en

armes, autour de valeurs communes ; elle est un moyen au service d’une fin politique et est « le prolongement de la politique par d’autres moyens ». La ténacité, la résilience, l’alliance de la tactique et de la stratégie sont des armes au service de la victoire qui doit permettre d’imposer ses principes et ses exigences (« sa volonté ») aux vaincus. Celui qui capitule est celui qui n’a plus les moyens de mener la guerre : son coût humain et économique devient catastrophique.

3. L’influence française se gagne par des batailles déci-

Jalon 1B

Le document 1 permet d’aborder la bataille de Valmy, stratégiquement anecdotique mais d’une forte valeur symbolique. Elle est le moment de (re)naissance de la nation française, puisque pour la première fois est entonné le Chant pour l’armée du Rhin (bientôt rebaptisé Marseillaise) et qu’elle précède la proclamation de la Première République en France le lendemain. L’artillerie a joué un rôle décisif, et on oublie souvent que l’armée victorieuse était mixte : les canons étaient dirigés

sives. Elle se stabilise par l’imposition de son droit (Code civil), de traités commerciaux (Code du commerce), de princes alliés (venus souvent de la famille de l’empereur), et de son système administratif (départements, préfets, etc..). La présence de troupes militaires est évidemment, aussi, un moyen d’assurer le respect des règles acceptées lors des traités de paix.

4. C’est à la fois le fait d’avoir réservé à la France une

place (secondaire) dans le concert européen et le fait

THÈME 2 Axe 1 La dimension politique de la guerre

6

d’avoir exilé Napoléon loin de l’Europe (à Sainte-Hélène) qui permit restaurer une paix durable en Europe. Synthèse Les guerres de la Révolution et de l’Empire visent à universaliser les principes fondateurs de la Révolution française, qu’incarne la « Grande Nation » révolutionnaire (Jacques Godechot). Les semences de la liberté ont bien germé puisque le Congrès de Vienne reconnaît ces libertés, notamment dans des Chartes constitutionnelles. Mais le droit à l’autodétermination des nations (en Espagne, en Belgique, en Pologne) n’a pas été reconnu, et la période de 1815 ouvre, non l’ère des républiques, mais celle de la restauration des monarchies. Le peuple n’est pas souverain. Cette incomplétude des acquis de 1789 pousse ultérieurement à un nouveau cycle d’incertitudes, avec les révolutions de 1830-1831 et de 1848. Travailler autrement Les Britanniques souhaitent empêcher l’hégémonie française sur le continent afin qu’aucune puissance ne vienne les concurrencer tandis que Napoléon entend réorganiser l’Europe autour de la France par la conquête ou par un système d’alliance. Ces deux conceptions sont fondamentalement antagonistes.

dang. Elle se perpétue avec les Vietcongs lors de l’offensive du Têt (1968). L’objectif et les motivations du partisan restent politiques, il s’agit d’affaiblir la volonté de l’ennemi, en général mieux armé mais souvent moins loyal à ses idéaux (document 2). L’affrontement direct est évité et les partisans se mélangent aux populations, qu’ils terrorisent ou qu’ils parviennent à convaincre (document 1). La répression contre les civils accusés de défendre les rebelles (ce fut le cas lors de la guerre ­d’Algérie) coupe souvent la population de l’armée officielle. Ces guerres prolifèrent enfin dans les États faillis, incapables d’assurer la protection de leurs ressortissants, qui correspondent presque toujours à des espaces de sous-développement et de fortes inégalités socio-économiques. Dans ces espaces (document 3), la guerre est souvent le mode normal d’organisation de la société avec des seigneurs de guerre qui captent les ressources, et monnayent la sécurité des ressortissants contre le paiement de tributs. Ceux-ci vont jusqu’au recrutement d’enfants soldats, endoctrinés pour défendre les buts de guerre, et d’une docilité à toute épreuve, puisque ces seigneurs de guerre leur donnent les moyens de se ­protéger.

Éléments de réponse aux questions p. 105 p. 104-105

Jalon 2A

Le modèle de Clausewitz à l’épreuve des guerres irrégulières Inspiré par la guerre menée par le peuple espagnol contre Napoléon en 1808 (la « guérilla »), Clausewitz donne en 1810-1812 un cours sur la « petite guerre », qu’il incite à utiliser comme un élément « tactique ». Il encourage notamment à attaquer les forces ennemies par l’extérieur, à ne pas affronter frontalement l’adversaire mais à diviser ses forces pour le perturber dans une logique de « défense offensive ». Il faut surtout « l’attaquer par surprise », d’autant « quand on est faible ». Clausewitz a donc, avant Mao, pensé la guerre irrégulière, et pas seulement l’affrontement d’armées enrégimentées. Le second xxe siècle a donné lieu à une recrudescence des guerres irrégulières, dans le cadre de la guerre froide (Afghanistan de 1979 à 1987) et surtout des guerres de décolonisation (Vietnam notamment). Les motivations de ces civils enrôlés dans des armées de fortune, souvent sans uniformes et dotés d’armes de récupération, sont variables : marxistes (Armée zapatiste de libération, FARC), nationalistes, religieuses (Daech)… Ce type de guerre a lui-même muté depuis l’entrée dans l’ère de la globalisation : de plus en plus, les groupes pratiquant la guérilla et la guerre asymétrique sont transnationaux : le développement du djihadisme international et de ses réseaux, au sein d’Al-Qaïda particulièrement, est caractéristique de cette évolution. Ces réseaux sont d’autant plus puissants qu’ils se jouent des divergences des États souverains, comme dans le Sahel actuellement. Les documents visent à montrer que la guerre irrégulière est bien davantage le fruit d’une pratique que d’une théorie. Elle est expérimentée par Mao depuis sa « Longue Marche » (document 4) puis surtout lors de son affrontement avec les forces nationalistes du Guomin-

1. Une guerre régulière oppose des armées nationales combattant au nom d’États ; une guerre irrégulière est une guérilla utilisant la terreur pour frapper l’ennemi et compenser ainsi l’infériorité des forces. Dans ces guerres « asymétriques », les partisans appartiennent à des groupes militaires qui peuvent être infra-nationaux ou transnationaux. 2. Les combattants des guerres irrégulières sont des civils qui s’engagent dans un groupe armé en obéissant à des motivations idéologiques (politiques, religieuses…), et souhaitent obtenir le renoncement des forces légales en minant la « volonté » de l’armée régulière. 3. Les conflits irréguliers se développent sur fond de

misère et de terrorisme international : les pouvoirs locaux captent l’essentiel des ressources et les dilapident ; des seigneurs de guerre apparaissent, qui enrôlent une partie de la population contre le pouvoir central, devenant un État dans l’État. Les groupes terroristes, souvent transnationaux (comme Al-Qaïda) déstabilisent ces États fragiles et endoctrinent une partie de la population qui prend les armes souvent moins pour des raisons religieuses qu’économiques et politiques (cas actuel du Burkina Faso où les conflits ont davantage à voir avec l’opposition séculaire entre Peuls et Dogons qu’avec de quelconques considérations religieuses). Les guerres irrégulières se multiplient dans les États qui n’ont pas encore une solidité suffisante pour avoir une armée régulière légitime : soit qu’ils sont occupés, comme la Chine par le Japon, et qu’apparaisse alors une armée de libération. Soit qu’ils luttent contre les puissances coloniales et capitalistes, comme la plupart des armées marxistes de partisans et de guérilleros. Soit qu’ils refusent le pouvoir nationaliste qui se met en place à l’issue d’une guerre ou d’une phase coloniale, comme ce fut le cas de Mao.

THÈME 2 Axe 1 La dimension politique de la guerre

7

4. Avant 1949, le pouvoir est aux mains du nationaliste

­ u’Al-Qaïda est un réseau qui prétend coordonner offiq ciellement les mouvances terroristes du monde entier (au Yémen, dans le Sahel, en Indonésie…), et n’a pas de prétention à édifier un État islamique, Daech prétend reconstruire le califat, donc fonde son expansion sur une base territoriale. En l’occurrence, en Irak et en Syrie, Daech a tenté de se construire une capitale, de prélever des impôts, d’exploiter et de rentabiliser les ressources à disposition (pétrole) comme l’eut fait un État « classique » pour se développer.

Synthèse Une guerre irrégulière est difficile à arrêter car les combattants irréguliers sont plus difficiles à identifier qu’une armée régulière et ont souvent une bonne connaissance du terrain sur lequel ils opèrent. Ils sont motivés par une idéologie politique ou religieuse. La guerre irrégulière privilégie le temps long et les actions de basse intensité, s’accommodant volontiers de pauses. Enfin, elle se nourrit de la répression de ceux qui entendent la combattre.

Le document 4 insiste sur la modalité d’action préférée de ces mouvances terroristes, l’attentat, qui permet de choquer les opinions civiles et de miner la légitimité des États en rendant l’action classique des armées toujours inefficace, en donnant l’impression que le pouvoir officiel a toujours du retard sur le groupe terroriste. Les données permettent de mettre en lumière une réalité déformée par le prisme des médias occidentaux : l’essentiel des morts d’Al-Qaïda ont été tués au Moyen-Orient, dans le Sahel et la Corne de l’Afrique, mais aussi en Asie centrale dans les anciennes marges musulmanes de l’URSS. Les principales victimes sont donc… des musulmans… et pas seulement des musulmans arabes, les victimes asiatiques étant nombreuses dans cette guerre. Une réalité qui fragilise une partie de la thèse du « civilization clash » énoncée par Samuel Huntington en 1995 et popularisée après les attentats du World Trade Center.

Tchang Kaï-chek (Jiang Jeshi). L’armée nationaliste du Guomindang est donc l’armée légale, celle des communistes, qui suivent Mao, apparaît comme une armée irrégulière. Pour reconquérir les terres perdues après sa « Longue Marche », Mao pratique la guerre révolutionnaire : guérilla, harcèlement de l’ennemi, capacité à se fondre dans la population locale, attentats. Ces pratiques relèvent de la guerre irrégulière.

Travailler autrement Guerre

Combattant

Exemple

xviiie siècle Guerre

Officier noble et Guerre de soldat de métier/ Sept Ans Officier noble et (1756-1763) soldat de métier

xixe siècle

Soldat-citoyen/ Guerres de la Soldat de métier Révolution et de l’Empire (1792-1815)

aristo­ cratique Guerre de masse

Guérilla

xxe siècle

Soldat-citoyen/ Guérillero

Guerre d’Espagne (1808-1813)

Guerre Soldat-citoyen/ industrielle Soldat-citoyen

Guerre de sécession (1861-1865)

Guerre irrégulière

p. 106-107

Soldat de métier/ Guerre d’Indochine combattant (1945-1954) irrégulier (Vietminh)

Jalon 2B

Le document 1 permet de rappeler que le 11 septembre 2001 est souvent vu comme le point de départ du xxie siècle, alors qu’on avait cru à la « fin de l’histoire » (Francis Fukuyama) lors de l’effondrement soviétique le 25 décembre 1991. Il permet de souligner les motivations idéologiques du leader d’Al-Qaïda, formé à la guérilla lors du premier conflit afghan opposant les Soviétiques à une coalition de combattants irréguliers (il était un financier et un relais pour la CIA de cette guérilla anticommuniste). L’insistance dans le document sur le caractère déstabilisateur de la naissance d’Israël en 1948 permet de tisser un lien avec la révolution islamiste en Iran en 1978. Déjà l’ayatollah Khomeiny faisait de la disparition du « petit Satan » en 1978 la condition préalable au retour de la paix avec l’Occident. Les documents 2 et 3 permettent de confronter les logiques terroristes d’Al-Qaïda et Daech. Alors

Éléments de réponse aux questions p. 107 1. Les ennemis d’Al-Qaïda sont le « grand Satan » (les

États-Unis) et le « petit Satan » (Israël). Ben Laden évoque un classique complot américano-israélien, judéo-chrétien, contre l’islam. Il entre dans une logique de croisade qui sera reprise par le Président américain Georges W. Bush et les « faucons » de son administration, acceptant cette logique d’une « croisade contre le mal ». Pour Ben Laden, la question israélo-palestinienne est un puissant catalyseur de la haine anti-occidentale : Israël occupe indûment des territoires qui ne lui appartiennent pas depuis 1967, en violation de la résolution 242, et pratiquent une politique de colonisation inique. Les musulmans de la région vivent la non-reconnaissance de la Palestine en tant qu’État officiel comme une injustice insupportable (elle n’est que membre observateur aux Nations unies, non-membre, depuis 2012 ; elle appartient à l’UNESCO depuis 2011, et c’est l’une des raisons du retrait des États-Unis de Trump de cette institution ; elle fait partie de l’Organisation des nations et des peuples non-représentés). Ben Laden sait donc que cette rhétorique, qui occulte la violence des Palestiniens (attentats du Hamas et du Hezbollah, avec l’aide de l’Iran), est mobilisatrice pour recruter des musulmans.

2. Les zones les plus touchées par les attentats d’Al-

Qaïda sont le Sahel (AQMI et Boko Haram), la Corne de l’Afrique, la zone frontalière tribale du Pakistan (talibans), l’Asie centrale et le Caucase (Tchétchénie) et l’Asie du Sud (Indonésie et Philippines).

3. La volonté de contrôler un territoire large s’explique par la nécessité d’avoir des ressources économiques (pétrole, coton) et des hommes nombreux à disposition pour faire la guerre et défendre les frontières du nouvel

THÈME 2 Axe 1 La dimension politique de la guerre

8

État. La superficie est impressionnante mais l’essentiel du territoire est en zone aride avec une densité moyenne faible, malgré quelques îlots très peuplés (Mossoul, etc.). Il y a aussi une volonté de couvrir plusieurs États pour déstabiliser les gouvernements officiels, déjà souvent contestés par des minorités (exemple des Kurdes). L’installation est facilitée parce que les États visés sont fragilisés : l’Irak par la guerre, la Syrie par l’activisme des Kurdes et un pouvoir alaouite (Bachar El-Assad) d’une rare brutalité. Mais ce gigantisme est aussi un talon d’Achille : Daech n’a pas les moyens et la superstructure pour défendre un tel État. Il rend aussi possible une invasion militaire classique, l’ouverture de fronts, contrairement à Al-Qaïda, et l’intervention des États arabes alliés des Américains. Enfin, l’idée d’État est mobilisatrice pour les combattants du monde entier adhérant aux « valeurs » de Daech, et qui peuvent se réfugier assez facilement, en passant souvent par la Turquie, dans ce nouvel État.

4. Le Moyen-Orient irako-syrien, la Corne de l’Afrique et

la zone sahélienne autour du Mali sont les principaux foyers de l’action terroriste de Daech, même si l’Europe n’a pas été épargnée. Il faudrait y ajouter les pays d’Asie centrale. Le gros des troupes vient d’Afrique et du MoyenOrient, créant une concurrence (mais aussi, parfois, des synergies) avec Al-Qaïda. Mais les combattants viennent aussi nombreux d’Europe et de Russie (13 000 au moins). Synthèse Par sa logique réticulaire et ses opérations coup de poing, Al-Qaïda suit la logique de la guerre irrégulière. Daech a d’abord pratiqué la guerre irrégulière, mais sa constitution en État a contribué à rendre possible une guerre plus classique, conventionnelle. Ce fut d’ailleurs la raison de son affaiblissement, la bataille de Mossoul montrant l’inégalité des forces entre la coalition de ses ennemis et sa jeune armée. Malgré la détermination extrême de ses combattants, Daech n’a pas pu empêcher la perte de ses derniers bastions et l’emprisonnement de ses soldats. Travailler autrement Le politologue insiste sur la communication entre quartiers déshérités, sanctuaires djihadistes syro-irakien et prison. Face à cela l’État doit alterner entre isolement ou regroupement des détenus radicalisés.

savants pour remporter les victoires, fait avancer la médecine… Le combat s’est professionnalisé, et détaché de plus en plus de la citoyenneté : pour les éphèbes grecs, exercer le métier des armes comme hoplite, c’est un rite de passage pour devenir citoyen. Aujourd’hui, le choix des armes est un engagement professionnel avant d’être civique, il ne concerne pas tous les jeunes gens. Les documents 1 et 2 visent à montrer le passage, de l’Antiquité au Moyen-Âge, du combat frontal (mené par les hoplites) au combat à distance (mené par les archers, puis les arquebusiers…). Le xxe siècle permet de franchir un seuil avec la mise à disposition des connaissances de la chimie (gaz de combat de la Première Guerre, ypérite puis phosgène, document 3), et de la physique (arsenal nucléaire, document 4). Le péril nucléaire semble faire disparaître le « front », la guerre pouvant être gagnée sans être livrée sur le champ de bataille. Du moins jusque dans les années 1980 avec l’intensification de la guerre de l’espace. L’entrée dans l’ère informatique a créé un nouveau front, virtuel, celui de la cyberguerre (document 5). Le développement de l’intelligence artificielle laisse « rêver » à une guerre sans combattants, ou avec des combattants « augmentés » par des exosquelettes ou des armes nouvelles (drones et flyboard, ­document 6).

Éléments de réponse aux questions p. 109 1. Le combat depuis l’Antiquité est marqué principalement par l’affrontement frontal : hoplites grecs, tortues romaines, chevaleries du Moyen Âge recherchent la prouesse au combat, acceptent une solidarité dans l’affrontement pour remporter la victoire lors de la bataille décisive. La mortalité au combat reste relativement faible, même si les progrès de l’archerie puis de l’artillerie augmentent la létalité. La guerre chimique traduit l’entrée dans une guerre industrielle, inflige de nouvelles blessures invisibles (les poumons brûlés qui vont fragiliser durablement les survivants, notamment au moment de la grande pandémie de grippe « espagnole », de 1919-1920). C’est aussi la fin d’une forme de respect de l’ennemi, d’une sorte de code d’honneur de la guerre, puisque ces armes avaient normalement été interdites par les conventions de la fin du xixe siècle. 2. Nucléaire, drones et cyberguerre transforment la

p. 108-109

Grand angle

Comment l’innovation transforme-t-elle la guerre ? Il s’agit dans ce dossier de mettre en lumière les innovations technologiques majeures qui ont amené à la guerre contemporaine, pour saisir l’influence croissante de la technique sur l’issue des combats. On pourra aborder la poliorcétique antique, l’importance prise par l’artillerie entre le Moyen Âge et le xviiie siècle, en passant évidemment par l’arme nucléaire depuis 1945 et les progrès de la robotique aujourd’hui. D’art civique, la guerre devient un phénomène industriel. La guerre a fait progresser l’industrie, habitué les États à mobiliser des ressources considérables et des

perception du métier de soldat : la guerre est menée à distance. Les drones militaires de combat sont pilotés depuis la côte Est américaine, la cyberguerre se mène derrière des ordinateurs surpuissants, la guerre nucléaire est lancée également à distance : soit à des milliers de kilomètres (ICBM, IRBM), soit à des distances plus courtes, quand les armes sont portées par des sous-marins lanceurs d’engins (SNLM) ou des avions de combat (type « furtifs » américains). Les soldats sont de plus en plus rarement des experts du combat rapproché (même si les commandos gardent une importance stratégique : Commando « Hubert » en France, Navy Seals américains, Spetznaz dans la marine russe…).

3. La technique a aujourd’hui encore plus d’importance

que la volonté des peuples combattants. La guerre est de plus en plus une affaire de professionnels et de moins en

THÈME 2 Axe 1 La dimension politique de la guerre

9

moins de conscrits. Les forces combattantes ne sont plus qu’une fraction infime des effectifs militaires, la majorité des soldats étant des soldats des transmissions, des techniciens assurant la maintenance des armements et des équipements, des informaticiens chargés de la sécurité et de la cyberguerre, etc.

p. 112-113

Exercices Bac

Exercice 1

Exercice 3 1. Le document est une Une de journal, la première page : elle annonce le sujet majeur mis en avant par la rédaction. Le 28 mai 2013, le grand journal français Le Monde met en avant une enquête sur l’usage des armes chimiques par l’État syrien, et publie le premier volet de cette longue enquête. 2. Une image est souvent plus efficace pour introduire

un thème : ici par des gens armés, que rien ne distingue comme militaires, mais dont le visage est recouvert d’un masque à gaz.

Le tableau fournit un exemple de déroulé pour cette introduction.

3. La violence est montrée par les armes, le mur détruit

Exercice 2

4. Le contexte militaire est celui de la guerre civile

Selon certains historiens, le xixe siècle s’achève avec la Première Guerre mondiale (1914-1918) qui est à la fois une guerre industrielle, une guerre de masse à l’échelle mondiale et une guerre totale engageant toutes les ressources des belligérants. Les progrès de l’armement expliquent l’effroyable bilan du conflit. La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) pousse ces caractéristiques à leur paroxysme mais s’achève sur l’usage de l’arme atomique qui change les paramètres de la conflictualité. Durant la guerre froide (1947-1991), la dissuasion nucléaire et la crainte d’une destruction mutuelle assurée rendent le conflit direct impossible entre les deux Grands. Ils s’affrontent toutefois dans des conflits périphériques aux conséquences limitées (Corée, Vietnam, Afghanistan…). La décolonisation est toutefois marquée par des guerres asymétriques. Le tournant du xxe-xxie siècle est caractérisé par un nouveau désordre mondial, la multiplication des guerres asymétriques et du recours au terrorisme.

depuis lequel la photo est prise, et les masques à gaz, signe de l’invisibilité de l’arme chimique. syrienne, commencée à l’hiver 2011 par la contestation de la dictature syrienne par une partie de la population. En 2013, les « rebelles syriens » affrontent une partie de l’armée restée fidèle au pouvoir du président Bachar El-Assad.

5. L’usage des armes chimiques est interdit par plusieurs

traités internationaux. Depuis la Première Guerre mondiale, leur production est très réglementée par le droit international, mais certains États n’ont pas hésité à les employer (guerre Iran-Irak, répression de l’insurrection kurde par Saddam Hussein en Irak etc.).

6. Les civils sont les premiers visés : les armes chimiques

sont utilisées pour tuer des gens armés qui ne s’affrontent pas à terrain découvert et qui se cachent.

7. Cette Une est spectaculaire : la photographie qui a

été utilisée a reçu le prix Visa d’Or, qui est la plus prestigieuse récompense mondiale pour les photojournalistes.

THÈME 2 Axe 1 La dimension politique de la guerre

10

AXE 2

Le défi de la construction de la paix La logique du chapitre Cet Axe est le parallèle du précédent, mais pose un réel problème de définition, la notion de paix ayant considérablement évolué au fil des siècles. Il est donc nécessaire de bien préciser le concept (Cours) et d’évoquer les différentes étapes de la construction de la paix (Repères) pour bien montrer les défis qui sont posés. Une chronologie générale (Repères) permet ensuite d’illustrer les éléments théoriques de l’Axe tandis que les deux Jalons montrent deux manières de construire la paix, soit dans le cadre de relations interétatiques, soit à travers l’action d’une organisation internationale. Les époques étant très différentes, les Jalons font chacun l’objet d’une première double page de remise en contexte avant une analyse du processus de construction de paix.

Bibliographie –– K. Annan, Interventions : une vie dans la guerre et dans la paix, Odile Jacob, 2013. Kofi Annan relate ses années de mandats à la tête de l’ONU. Ouvrage très structuré et riche en précisions et anecdotes sur les actions menées. –– B. Durieux, J.-B. Jeangène Vilmer et F. Ramel (dir.), Dictionnaire de la guerre et de la paix, PUF, 2017. Un dictionnaire qui est aussi une encyclopédie des conditions de la guerre et de la paix. –– H. Drévillon, Les Rois absolus 1629-1715, coll. « Histoire de France » dirigée par J. Cornette, Belin, 2011. Très bonne mise en contexte (avec cartes) dans les développements consacrés au rôle de la France dans la guerre de Trente Ans. –– Diplomatie – Les grands dossiers (numéros spécialisés) : n° 54 (« L’état des conflits dans le monde » – décembre 2019-janvier 2020). Pour une actualisation (régulièrement faite par la revue) de l’état des conflits et des avancées des processus de paix dans le monde d’aujourd’hui. –– Questions internationales, n° 99-100, septembre-décembre 2019, « La paix – illusions et réalités » Un ensemble très complet de synthèses, chronologies et articles développant des exemples précis –– Y. Krumenacker, La Guerre de Trente Ans, Ellipses, 2008. Un manuel clair et précis sur le conflit. –– F. Mestre-Lafay, L’ONU, PUF, collection « Que sais-je ? », 2013. Une étude synthétique à la fois historique et institutionnelle sur l’ONU. –– L’Histoire, n° 454, décembre 2018, dossier : « 1618-1648 : la guerre de Trente Ans ». Un dossier complet, fait d’entretiens, de synthèses, d’articles et de « zooms » portant sur des aspects spécifiques de la guerre (la figure du mercenaire, les traités de paix).

Sitographie –– Le site du ministère des Affaires étrangères de la République française : www.diplomatie.gouv.fr : –– Le site officiel de l’ONU, très riche en ressources, articles, synthèses, chronologies, etc. : https://www.un.org/fr/

p. 116-117

p. 118-119

O u ve r t u r e

Re p è r e s

Éléments de réponse aux questions p. 117

Faire la paix

1. Le fait de se réunir pour échanger autour de la paix (coopération), de se réunir régulièrement (intemporalité), et de considérer les États à égalité (multilatéralisme), et que des diplomates spécialisés soient utilisés pour ces pratiques sont autant de similitudes sur la manière de faire la paix entre le XVIIe et le xxie siècle.

La double page associe un tableau à une chronologie qui se complètent, en lien avec l’Axe précédent sur la guerre et, plus généralement, avec les connaissances déjà acquises par les étudiants. Montrer tout d’abord le processus de construction de la paix illustré par des exemples relatifs à des conflits étudiés par les élèves

THÈME 2 Axe 2 Le défi de la construction de la paix

11

(les deux guerres mondiales, la guerre froide, etc.) permet d’étudier la chronologie générale, remontant au xviie siècle (compte tenu des Jalons proposés par le programme). Des illustrations mettent l’accent sur certains temps forts, comme le Congrès de Vienne ou la création de l’ONU, permettant de compléter l’étude des Jalons par une mise en avant des prodromes ou des conséquences des dynamiques de construction de paix qui y sont évoquées.

Éléments de réponse aux questions p. 118 1. De décembre 1917 à novembre 1918, une série d’armistices met fin aux combats de la Première Guerre mondiale. De 1918 à 1920, plusieurs traités de paix sont ensuite signés entre les différents belligérants. La création de la SDN ainsi que de commissions de contrôle consécutives à ces traités de paix ont pour but de faire respecter la paix. 2. Les traités de paix, qui mettent les puissances victo-

rieuses en position de force, ne laissent souvent aucune possibilité de négociation aux puissances vaincues (notamment lors du traité de Versailles). Ils engendrent frustrations et rancœurs.

3. Parmi les autres façons de mettre fin à la guerre, on

peut citer le cessez-le-feu ou la capitulation sans conditions. La paix peut s’élaborer par le biais d’une conférence internationale associant tous les belligérants. S’assurer de son respect peut être la tâche d’une organisation internationale, dont les contrôles et les vérifications seront par définition jugés impartiaux.

p. 120-121

Jalon 1A

Faire la paix par les traités :   les traités de Westphalie Ce Jalon traite d’un sujet en général peu ou pas encore abordé par les élèves et dont la complexité peut entraîner dispersion et confusions. Il est donc indispensable de faire une mise en contexte mais également de simplifier les étapes et les enjeux de la guerre de Trente Ans. La complexité des clauses des traités de paix doit également être évoquée, sans pour autant entrer dans des détails qui feraient perdre de vue les enjeux du Jalon : la construction d’une paix durable en Europe par une série de traités après trente ans de guerre qui l’ont ravagée.

Document 1 La carte construite est volontairement simplifiée, afin de mettre l’accent sur les éléments nécessaires à la compréhension des traités de paix. On y a cependant placé, en plus des villes où ceux-ci sont élaborés, les villes les plus emblématiques du conflit, de son déclenchement (défenestration de Prague en 1618), à ses principales batailles (Lützen en 1632, Rocroy en 1643) jusqu’aux lieux d’origine des médiateurs des congrès de paix (ambassadeur de la République de Venise et nonce pontifical).

Document 2 Un tableau comparatif permet de bien distinguer les trois grands traités de 1648 et d’éviter les confusions ; on peut d’ailleurs souligner que le premier traité de Münster est parfois appelé « paix de Münster » pour le distinguer du second. Le lien doit être fait avec les cartes 1 p. 120 et 1 p. 122. On peut insister sur la proximité des deux villes de congrès (45 km de distance) et le fait qu’elles soient transformées en zones neutres. Par ailleurs, la procédure de négociation indiquée dans le tableau permet d’évoquer le rôle d’intermédiaire de la papauté qui avait tout intérêt à un règlement du conflit impliquant l’Espagne et le Saint Empire, les États pontificaux étant insérés entre les deux. Fabio Chigi, le nonce pontifical, deviendra ensuite pape en 1655 sous le nom d’Alexandre VII.

Document 3 Le cas bien connu d’Abel Servien permet d’évoquer à la fois la place prépondérante des diplomates dans le règlement du conflit, ainsi que le rôle majeur de la France. La source appelle des commentaires sur les exemples de grands diplomates du passé. L’image insérée provient de la Bibliothèque du Palais de la paix, situé à La Haye, elle est l’œuvre du peintre flamand Anselm van Hulle, célèbre portraitiste du xviie siècle. Elle peut être l’occasion d’un rappel sur le rôle passé et présent de cette ville dans la construction et le maintien de la paix.

Document 4 Le préambule du traité de Münster d’octobre 1648 donne un aperçu des objectifs d’un des deux traités majeurs (avec celui d’Osnabrück) et de la façon dont a été perçue la longue période de guerre et de négociations qui a permis d’y aboutir. L’importance accordée aux titres et l’énumération de tous les noms des belligérants et ambassadeurs, en insistant sur celui de Venise, peuvent donner lieu à des commentaires sur la logique multilatéraliste qui prévaut alors.

Éléments de réponse aux questions p. 121 1. Les traités de Westphalie constituent l’aboutissement

de trente années de conflits entre des puissances européennes majeures et mineures. L’implication de la Suède (1630) et de la France (1635) ont notamment étendu et aggravé considérablement le conflit. Le fait qu’une décision ait été prise en 1643 sur l’ouverture de négociations dans des villes spécialement consacrées à cette tâche, montre le désir ancien et profond de régler le conflit, qui se prolonge pourtant par ailleurs (campagne d’Allemagne de Turenne 1645-1648).

2. Le préambule insiste sur trois aspects majeurs du

traité : le fait qu’il mette un terme à des années d’un conflit ravageur pour l’ensemble de la chrétienté ; l’importance des médiateurs et du processus de négociation caractérisé par une assemblée de plénipotentiaires ; le résultat de ses négociations, qui est « consenti unanimement ».

THÈME 2 Axe 2 Le défi de la construction de la paix

12

3. La République de Venise semble jouer un rôle majeur

dans les négociations du traité de Münster. À lire le préambule de celui-ci, l’ambassadeur vénitien, Alvise Contarini, aurait parfaitement acquitté sa fonction de « médiateur », facilitée par la non-implication directe de Venise dans le conflit. Contarini, né en 1601, a déjà été ambassadeur à plusieurs reprises en France, en Espagne et au Vatican lorsqu’il est nommé par la République de Venise. Il sera ensuite élu doge de Venise en 1676. De même que le nonce pontifical, Contarini a fait également valoir lors de ces négociations l’opinion de puissances non directement impliquées dans le conflit, ce qui montre le désir général de paix en Europe.

4. Le cas d’Abel Servien montre le rôle essentiel des

plénipotentiaires dans le règlement du conflit. Mais le pouvoir de ceux-ci est d’abord lié au soutien de leur gouvernement. Abel Servien bénéficie du soutien du cardinal Mazarin, alors principal ministre de la régente Anne d’Autriche et du jeune Louis XIV, dont la vision des négociations et de la place de la France est plus européenne que celle de son prédécesseur Richelieu. Servien doit par ailleurs faire face à une opposition interne au sein de la délégation française, dont il ne se défait qu’en 1648, ce qui montre à la fois le pouvoir dont disposent les plénipotentiaires et la précarité de leur fonction. Synthèse Les traités de Westphalie sont le résultat d’un processus entamé cinq années plus tôt. Celui-ci débute par un accord des belligérants sur l’ouverture d’un congrès de paix. Ce congrès intègre les plénipotentiaires de presque tous les États belligérants et se fait selon des modalités précisément élaborées permettant d’aboutir en 1648 à la signature de traités consensuels que sont les traités de Westphalie.

Travailler à l’oral Les conflits actuels du Proche et du Moyen-Orient constituent un bon exemple d’empilements de conflits. On y retrouve, comme dans la guerre de Trente Ans, une dimension constitutionnelle (la guerre civile syrienne remettant en cause la direction du pays), confessionnelle (tensions entre chiites et sunnites), hégémonique (quel pays, de l’Iran, de l’Arabie saoudite ou de la Turquie, dominera cet espace ?) et enfin frontalière, puisque les revendications de « l’État islamique » remettent en question en profondeur les frontières héritées des accords Sykes-Picot de 1916.

p. 122-123

Document 2 L’objectif de ce document est de montrer comment sont formulés et développés les articles des traités. Le traité de Münster comporte 128 articles en tout. Les coupures correspondent à des précisions ou formules redondantes. Article LXIV : « et dans la possession de toutes ces choses en vertu de la présente transaction » et article LXV : « construire au nom du public des forteresses nouvelles dans les terres des États, ou renforcer les anciennes garnisons ».

Document 3 L’analyse de Herfried Münkler est extraite d’un long entretien accordé en décembre 2018 à la revue L’Histoire, complet et éclairant sur les enjeux et la postérité du conflit. Herfried Münkler est professeur de sciences politiques à l’Université Humboldt de Berlin et l’auteur d’un ouvrage sur la guerre de Trente Ans publié en 2017, sous-titré « Catastrophe européenne, traumatisme allemand » (Der Dreissigjährige Krieg. Europäische Katastrophe, deutsches Trauma, 1618-1648, Rowohlt, 2017).

Document 4 Les célébrations des traités de paix ont été très nombreuses dans le Saint Empire. Dès leur signature, des petites brochures relatent l’événement et résument l’essentiel des clauses, saluant une victoire de la paix. Cette gravure allégorique permet d’évoquer la forte dimension religieuse qui caractérise l’Europe d’alors (la paix « chrétienne »). L’expression latine en haut de la gravure peut se traduire ainsi : « Le triomphe de la paix d’Osnabrück et de Nuremberg esquissé tout au plus en un chant héroïque ».

Éléments de réponse aux questions p. 123 1. Les modifications territoriales entraînées par les traités sont somme toute modestes et elles se font pour l’essentiel au détriment du Saint Empire, qui a été l’espace le plus touché par la guerre et aussi le plus propice à des modifications territoriales, compte tenu de sa structure confédérale. Les royaumes de Suède et de France agrandissent légèrement leurs possessions, tandis qu’un nouvel État prend de l’importance au sein du Saint Empire : l’Électorat de Brandebourg-Prusse. 2. La gravure célèbre un « triomphe de la Paix », qui

Jalon 1B

Document 1 Cette carte est à mettre en parallèle avec celle de la double page précédente. La légende a été construite afin de mettre en évidence la modestie des changements territoriaux à l’issue de la guerre de Trente Ans, ceux-ci étant indiqués par des flèches noires. On peut toutefois indiquer que les décennies de guerre ont aussi été marquées par des changements territoriaux dans les empires sans lien direct, comme la séparation du royaume du Portugal de l’Espagne en 1640.

associe une imagerie chrétienne (l’ange de la paix) et mythologique dite « païenne » (Mars et d’autres divinités gréco-latines visibles sur la gravure, tels Ceres, déesse des moissons, au premier plan). Les deux traités sont associés, car ils sont élaborés et signés dans le même esprit, celui d’une paix générale et durable.

3. Le traité de Münster donne aux princes (à savoir les

dirigeants des différents territoires, quels que soient leurs titres, laïcs ou religieux) du Saint Empire des libertés supplémentaires. Ces articles évoquent un droit de participer aux décisions touchant les affaires de l’Empire, ainsi que la possibilité de contracter entre eux des

THÈME 2 Axe 2 Le défi de la construction de la paix

13

alliances pour leur sécurité. La seule restriction en la matière est que ces alliances ne doivent pas se faire dans le but de nuire à l’Empire ou à l’Empereur.

générale » devant l’ensemble des États reconnus par l’ONU.

4. Les traités de Westphalie ont donné aux États euro-

Document 2

péens une pleine souveraineté, en ce sens qu’ils ont amené au respect du principe frontalier. Ils instaurent une situation simple, qui précise l’état de guerre et de paix, lesquels doivent être clairement et juridiquement formulés. « L’ordre westphalien » se traduit par le respect accordé à des processus de négociations, qui doivent associer l’ensemble des États belligérants et veiller à n’en léser aucune, sous peine de voir menacée la durabilité de la paix qui en résulte. Synthèse Les traités de Westphalie, signés au terme de nombreuses années de négociations, semblent faire émerger une paix équilibrée et durable. Les belligérants sont tous associés aux traités et le signent, les cessions territoriales sont peu nombreuses, l’accent est mis sur les libertés à l’intérieur de l’Empire, aucun vainqueur n’est proclamé. Seule la paix « chrétienne » triomphe et est célébrée. Travailler autrement Une paix équilibrée et durable sur le modèle westphalien se construit en respectant les principes suivants : –– l’organisation de conférences de paix dans des territoires sanctifiés et dont la durée peut être très longue ; –– un statut équivalent accordé à tous les belligérants, qui sont tous invités à la table des négociations ; –– un résultat équilibré ; –– l’absence de proclamation de « vainqueurs » et de « vaincus » au terme des négociations.

p. 124-125

Jalon 2A

Faire la paix par la sécurité collective : l’ONU sous Kofi Annan (1997-2006) Ce Jalon vise à donner un aperçu de la notion de sécurité collective dans la construction de la paix à travers une période courte mais intense : les deux mandats de Kofi Annan à la tête de l’ONU. Le premier volet de ce Jalon insiste donc sur la mise en contexte dans lequel s’effectuent les actions de l’ONU. Le second volet donne un bilan des actions de l’ONU exclusivement axé sur les questions directement relatives à la paix. Le choix a donc été fait de privilégier certains thèmes (rôle des Casques bleus, du Conseil de sécurité) au détriment, par exemple, des questions de développement.

La traditionnelle carte des opérations de maintien de la paix a été conçue d’après le site officiel des opérations de maintien de la paix de l’ONU, de manière à associer plusieurs indications : un recensement des principales missions, la catégorie à laquelle elles se rattachent, leur degré d’achèvement (en 2006 et non aujourd’hui) et leur chronologie. Notons que la mission en Érythrée/Éthiopie, lancée en 2000 puis achevée officiellement huit ans plus tard, est un cas unique, puisqu’elle est la seule mission indiquée lancée sous Kofi Annan et achevée peu après la fin de son mandat. Elle s’y rattache néanmoins ­pleinement.

Document 3 Cet article de journal permet de mettre en évidence l’état d’esprit qui règne sous Kofi Annan, notamment lors d’un événement particulièrement éprouvant pour l’organisation : un attentat terroriste et meurtrier contre une représentation de l’ONU. Cela permet de battre en brèche l’idée reçue selon laquelle les fonctionnaires de l’ONU restent dans leur « tour d’ivoire » new-yorkaise et n’ont pas d’appréciation réelle de ce qui se passe sur le terrain.

Éléments de réponse aux questions p. 125 1. Kofi Annan prend ses fonctions à la suite du mandat unique de l’Égyptien Boutros Boutros-Ghali (1992-1996), dont la mandature a été marquée par deux gros échecs, l’ONU ne parvenant pas à ramener la paix en ex-Yougoslavie et au Rwanda. L’ONU a donc perdu en crédibilité, après avoir été véritablement ressuscitée lors de la guerre du Golfe. On peut souligner le rôle clé des ÉtatsUnis durant ces années : respect de l’ONU et de ses procédures lors de la présidence Bush (1989-1993), puis sous Bill Clinton (1993-2001), absence de soutien à BoutrosGhali (davantage vu comme proche de la France) et mise en avant de Kofi Annan, issu d’un pays anglophone. 2. On recense en tout 14 opérations lancées, 8 opérations

poursuivies et 9 achevées pendant les deux mandats de Kofi Annan. Notons que l’on peut ranger plusieurs opérations dans deux catégories (lancées/achevées) et que certaines sont lancées, achevées puis « relancées », elles sont ainsi comptabilisées trois fois (Haïti).

3. Kofi Annan estime que l’action multilatérale est fidèle

Document 1 Un extrait de discours de Kofi Annan est indispensable dans ce Jalon. Il s’articule avec la notice biographique située au-dessus et peut donner lieu à des développements sur le lieu et l’occasion du discours. L’ouverture d’une Assemblée générale est un moment très formalisé et, même s’il ne suscite guère l’attention des médias internationaux, constitue pour le Secrétaire général l’occasion d’une sorte de déclaration annuelle de « politique

à l’esprit des fondateurs de l’ONU, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et qu’elle est le seul moyen de garantir une mondialisation profitable à tous, ainsi que de permettre le développement, de se protéger des catastrophes environnementales et sanitaires, d’empêcher les dérives criminelles d’un monde ouvert et de prévenir le terrorisme. Kofi Annan prononce ce discours presque un an jour pour jour après les attentats terroristes du 11 septembre 2001, qui ont placé la lutte antiterroriste au premier plan des sujets traités par la communauté

THÈME 2 Axe 2 Le défi de la construction de la paix

14

internationale. En 2002, les États-Unis perdent confiance dans le multilatéralisme et songent de plus en plus à une action militaire contre l’Irak qui se passerait d’un accord du Conseil de sécurité de l’ONU.

constater que deux guerres consécutives ou entraînées par des indépendances ont été à l’origine des pertes les plus importantes.

4. Cet attentat a lieu quelques mois après la guerre en

Document 4

Irak menée par une coalition internationale dirigée par les États-Unis, laquelle n’a pas reçu l’aval du Conseil de sécurité, à la différence de la guerre d’Afghanistan menée à l’automne 2001. La coalition occupe alors l’Irak et l’ONU a été appelée à contribuer à la reconstruction politique et économique du pays. L’article met ainsi en évidence le rôle essentiel de l’ONU au lendemain des guerres et les dangers qu’y encourent ses envoyés. Synthèse De 1997 à 2006, les relations internationales dans le monde sont marquées par un glissement d’un multilatéralisme dégradé à l’unilatéralisme, accéléré après les attentats du 11 septembre 2001. Ce contexte difficile pour l’ONU n’empêche pas une grande variété d’actions pour la paix : des appels à l’action multilatérale, seul moyen pour préserver la paix selon Kofi Annan, des opérations de maintien de la paix de différents types, qui vont de l’observation à la reconstruction. Travailler autrement Il est conseillé de travailler plutôt sur les missions en Irak et au Koweït (1991-2003), en raison du contexte souvent bien connu, ou au Sierra Leone (1998-2005), en raison de l’évolution des objectifs de la mission. Le site officiel des opérations de la paix de l’ONU (peacekeeping.un.org) donne à ce sujet d’intéressantes précisions.

p. 126-127

Jalon 2B

Document 1 Le schéma du Conseil de sécurité a été enrichi des propositions de réformes évoquées sous Kofi Annan. On peut noter à ce sujet que celles-ci sont parfois antérieures à son mandat, tels l’élargissement du Conseil de sécurité, évoqué depuis 1992. Le schéma permet également de préparer la simulation de réunion du Conseil de sécurité évoquée dans la rubrique « Travailler autrement » sur la page suivante.

Document 2 Le bilan de l’action de Kofi Annan présenté à la fin de son second mandat dans cet article du Monde présente l’intérêt supplémentaire d’être illustré et enrichi des propos de son adjoint à l’information. Ce regard de l’intérieur, à la fois lucide et optimiste, porte sur les opérations menées et sur le fonctionnement de l’institution.

Document 3

Cette photographie a un triple objectif : elle permet tout d’abord de montrer la solennité des débats au Conseil de sécurité, avec la procédure traditionnelle de vote à main levée par les ambassadeurs des pays concernés. Elle peut être replacée dans un contexte spécifique, celui des lendemains de la guerre en Irak (l’occasion d’évoquer le célèbre discours du ministre des Affaires étrangères français Dominique de Villepin au Conseil de sécurité du 14 février 2003). L’ambassadeur visible sur la photographie est à cette époque Jean-Marc de La Sablière.

Document 5 Ce document a pour but de mettre en avant un contingent de Casques bleus extra-européen, pour bien insister sur la dimension internationale de cette force. On peut noter à ce sujet que la Thaïlande est un pays largement pourvoyeur de Casques bleus (envoyés également au Burundi à la même époque). La mission au Timor oriental, qui accède à l’indépendance sous le second mandat de Kofi Annan, est un exemple complet d’actions menées par l’ONU à cette époque.

Éléments de réponse aux questions p. 127 1. Les documents montrent que l’ONU s’est retrouvée confrontée à des obstacles internes dans ses actions pour la paix entre 1997 et 2006. Ainsi, au Conseil de sécurité, des puissances comme les États-Unis ont préféré s’affranchir de son approbation, d’autres n’ont pas souhaité l’élargissement du Conseil ou le partage de leur siège. Au sein de l’ONU, des affaires de corruption et une certaine perte de moral après l’attentat de Bagdad en 2003 ont également miné la tâche de l’ONU. 2. Le Conseil de sécurité est en quelque sorte l’instance

suprême de l’ONU. Il est à l’origine de milliers de résolutions approuvant, désapprouvant, encourageant ou condamnant les affaires internationales. Afin de maintenir ou de restaurer la paix, le Conseil de sécurité peut décider de l’envoi d’une force armée internationale, les Casques bleus.

3. Les Casques bleus sont constitués de contingents

d’armées nationales mis à disposition pour le temps d’une mission par les États membres de l’organisation. Depuis 1948 (date de la première mission impliquant des Casques bleus), plus d’un million de soldats ont servi l’ONU, fournis par 43 États différents. En 2019, 3 500 y ont perdu la vie, ce qui montre leur degré d’exposition au danger lors des opérations de maintien de la paix.

Le bilan des Casques bleus morts en opération invite à comparer les pertes entre 1997 et 2006 avec celles des décennies antérieures. On peut ainsi faire le lien avec deux conflits antérieurs à l’arrivée de Kofi Annan à la tête du secrétariat général. Les élèves peuvent ainsi THÈME 2 Axe 2 Le défi de la construction de la paix

15

Synthèse Le tableau est élaboré à partir des documents de la double page, conformément au but de l’exercice. Exemple d’action pour la paix Mission en Irak après la guerre de 2003

Succès

Échec (+ raisons)

X (Maintien de la présence de l’ONU malgré Attentat de 2003 à Bagdad affaiblissant l’attentat de Bagdad, renforcement de la cohésion la présence de l’ONU internationale autour de l’organisation)

Mission de reconstruction au Timor

X

Prévention des conflits

X Guerre menée en Irak en 2003 par une coalition internationale sans l’aval du Conseil de sécurité

Réforme du Conseil de sécurité

X Opposition de membres permanents du Conseil de sécurité à toute réforme

Ensemble des actions menées à la fin du xxe siècle

X Reconnaissance internationale (prix Nobel de la paix 2001)

Travailler à l’oral La séance du Conseil de sécurité peut s’organiser en partageant les rôles : –– un président de séance qui présente la situation de crise et le projet de résolution, lequel peut ensuite être amendé par les États membres ; –– 15 représentants des États au Conseil de sécurité (les représentants des membres permanents jouent un rôle essentiel) ; –– un secrétaire de séance.

p. 130-131

Exercices Bac

Exercice 1 1. Définir les termes suivants : –– ONU : Organisation des nations unies, organisation internationale fondée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans le but de défendre la paix.

–– maintien : peut signifier la prévention, le rétablissement ou/et le maintien de la paix stricto sensu (après un état de guerre). –– paix internationale : paix entre les États

2. –– Conditions de création de l’ONU : quelques mois avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre d’un nouvel ordre international à établir après-guerre. –– Objectifs : « préserver les générations futures du fléau de la guerre » (Charte fondatrice de 1945). –– Moyens d’action : des organismes spécifiques, les Casques bleus, l’influence que peut exercer le Secrétaire général et les fonctionnaires de l’ONU dans le cadre de la diplomatie internationale. –– Succès : limités dans la guerre froide, plus nombreux ensuite. –– Échecs : incapacité à maintenir la paix dans certaines régions ou à empêcher certaines guerres de coalition. –– Limites : internes (lourdeur de l’administration) et externes (pression et domination de grandes puissances dans l’action internationale).

3. Moyens et actions de l’ONU De 1945 à 1991 : de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la fin de la guerre froide

Organisation souvent paralysée après 1953 et le veto systématique des deux Grands

De 1991 aux années 2000 : un monde unipolaire (les États-Unis « hyperpuissance »)

« Renaissance » de l’ONU, dans un monde davantage multilatéraliste (projet de New World Order du Président G. H. Bush 1989-1993)

Depuis la fin des années 2000 : un monde multipolaire

Action de l’ONU importante mais dépassée par des puissances qui veulent s’affranchir de son approbation et remettent en cause sa capacité d’action

THÈME 2 Axe 2 Le défi de la construction de la paix

16

Exercice 2 Étapes et principales actions de la carrière de Kofi Annan

Grandes évolutions dans les relations internationales

Avant sa nomination comme Secrétaire général

Différents postes au sein de l’ONU, jusqu’à celui de Vice-Secrétaire général en 1993

• Jusqu’en 1991 : guerre froide • De 1991 à 1996 : temps de « l’hyperpuissance » américaine

Comme Secrétaire général de 1997 à 2003 (identifier une date charnière)

• Multiplications des missions de paix réussies • Soutien à la réforme du Conseil de sécurité et à l’action multilatérale • Création d’une Cour pénale internationale (1998) → obtention du prix Nobel de la paix en 2001

Multilatéralisme dégradé, de façon de plus en plus rapide à partir de 2002 (rappeler que la guerre d’Afghanistan en 2001 s’est faite avec l’aval du Conseil de sécurité de l’ONU)

Comme Secrétaire général de 2003 à 2006

• Soutien à la reconstruction de l’Irak • Poursuite des missions de paix engagées, nouvelles missions

Unilatéralisme : les États-Unis s’affranchissent de plus en plus des actions de l’ONU

Exercice 3 1. Les principales puissances alliées sont : la France, le Royaume-Uni, l’Italie, le Japon et les États-Unis (considérées comme « puissance associée »).

2. Il s’agit de l’Alsace-Moselle (couramment désignée sous le terme « Alsace-Lorraine »).

3. Mesures destinées à réparer les dommages de la guerre

Mesures visant à réprimer l’État vaincu

Mesures visant à empêcher le retour d’un conflit généralisé

Articles concernés

Art. 51, 119, 232

Partie II Art. 42, 43, 51, 119, 160, 198, 231

Préambule Partie I (éventuellement art. 42, 43, 160 et 198)

Termes employés

« réparés tous les dommages », « territoires […] réintégrés dans la souveraineté française », « l’Allemagne renonce en faveur… »

« l’Allemagne le reconnaît, l’Allemagne et ses alliés sont responsables » « il est interdit à l’Allemagne »

« une paix solide, juste et durable » « garantir la paix et la sécurité »

4. L’Allemagne est considérée comme l’unique respon-

sable de la guerre. Elle doit par conséquent payer des réparations aux États qu’elle a combattus.

5. L’Allemagne perd ses différentes colonies (Rwanda,

Burundi, Cameroun) et ses concessions et territoires à bail en Chine (Qingdao).

6. Les articles 160 et 198 ne seront pas respectés. Dès

le début des années 1920, l’armée de la République de Weimar, la Reichswehr, met en place un programme d’entraînement et de réarmement afin de recréer une armée plus puissante dans un futur indéterminé. Toutefois, l’armée de l’air (Luftwaffe) n’est officiellement créée qu’en 1935.

THÈME 2 Axe 2 Le défi de la construction de la paix

17

ÉTUDE CONCLUSIVE

Le Moyen-Orient : conflits régionaux et tentatives de paix La logique du chapitre Le Moyen-Orient demeure la région du monde la plus fracturée depuis la fin de la guerre froide. Ce chapitre a pour but de présenter les nombreux acteurs impliqués dans ­l’organisation passée (depuis 1948) et actuelle du Moyen-Orient : États ou nations de la région, États extérieurs, groupes armés, milices, qui se confrontent pour des causes économiques, idéologiques ou énergétiques. L’articulation des échelles nationale, ­régionale et mondiale explique pourquoi l’ONU et les États-Unis ont tenté d’y prendre le rôle de médiateurs pour le maintien de la paix. Deux Jalons organisent le chapitre autour des deux conflits moteurs de la transformation du Moyen-Orient : le conflit israélo-arabe et palestinien, et les deux guerres du Golfe et leurs prolongements.

Bibliographie –– P. Blanc et J.-P. Chagnollaud, Atlas du Moyen-Orient : Aux racines de la violence, Autrement, octobre 2019. –– P. Blanc, J.-P. Chagnollaud, et S. A. Souiah, Atlas des Palestiniens, Autrement, 2017. –– F. Encel, Atlas géopolitique d’Israël, Autrement, 2018 (nouvelle édition). –– G. Corm, Le Proche-Orient éclaté, Tomes 1 et 2, La Découverte, 2012. –– A. Dufay, Géopolitique du Proche-Orient, coll. « Que sais-je ? », PUF, 2013. –– A. Gresh, Israël, Palestine, vérités sur un conflit, Pluriel, 2017. –– A.-C. Larroque, Géopolitique des islamismes, coll. « Que sais-je ? », PUF, 2016.

Sitographie : Le dessous des cartes : –– « Jordanie, la discrète du Moyen-Orient », 22 février 2020 https://www.youtube.com/watch?v=5vm86obhQ7I –– « Comprendre les guerres du Moyen-Orient », 22 novembre 2016 https://www.youtube.com/watch?v=tu1Yvxf4fcQ Les experts du dessous des cartes, Arte : –– 4 mars 2020, Hamit Bozarslan, « Trump et le Moyen-Orient » https://www.youtube.com/watch?v=qVhtyVfKf_Q –– Octobre 2019 : Anne-Clémentine Larroque, « Existe-t-il plusieurs islamismes ? » https://www.youtube.com/watch?v=SnBfjbVlT8w –– Novembre 2018 : Léïla Seurat et Frédéric Encel, « Israël-Palestine : deux États ? » https://www.youtube.com/watch?v=Dku7dUJ07VQ

p. 134-135

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 134 1. Les accords d’Oslo sont signés en 1993, à une époque où le monde, sorti de la bipolarité de la guerre froide, devient multipolaire. La présence de Bill Clinton, Président des États-Unis, illustre la portée internationale de ce conflit ; il se situe d’ailleurs au centre de l’image. On notera le lieu de la signature de ces accords : Oslo, capitale de la Norvège, État européen sans être intégré à l’UE, montrant cette dimension mondiale. L’enjeu régional est illustré par la présence des deux acteurs géopolitiques ennemis depuis 1948 au Moyen-Orient :

l’État d’Israël et la nation palestinienne, représentée par l’instance politique de l’OLP (Organisation de libération de la Palestine). Les deux figures emblématiques de l’exécutif palestinien et israélien, le chef de l’OLP Yasser Arafat et le Premier ministre Yitzhak Rabin, entourent de chaque côté Bill Clinton, tandis que le ministre des Affaires étrangères israélien Shimon Pères (le futur Premier ministre et Président d’Israël) signe les accords.

Éléments de réponse aux questions p. 135 1. Les poupées Matriochka, de tradition russe, représentent ici les effigies de deux figures ennemies des Américains au Moyen-Orient : le Président Saddam Hus-

THÈME 2 Étude conclusive Le Moyen-Orient : conflits régionaux et tentatives de paix

18

sein (déposé en 2003) et Oussama Ben Laden, chef du groupe terroriste Al-Qaïda. Le premier est irakien et le second saoudien, ils sont arabes et sunnites et entourent ici leur ennemi américain le Président George W. Bush. L’Est de l’Europe affiche ainsi des figures tutélaires qui s’opposent aux yeux du monde entier depuis les attentats du 11 septembre 2001, notamment avec l’invasion américaine de l’Afghanistan en 2001 (où Ben Laden crée Al-Qaïda) et celle de l’Irak en 2003. La portée mondiale de ces événements est encore présente malgré l’exécution de Saddam Hussein par pendaison le 30 décembre 2006 et celle d’Oussama Ben Laden lors du raid des forces spéciales américaines le 2 mai 2011 au Pakistan (à côté d’Abbottabad).

2. Sur les deux documents, les Présidents américains

Bill Clinton et George W. Bush se trouvent au centre de l’image, pourtant ce sont les seuls individus non originaires du Moyen-Orient puisque nés Américains. Les États-Unis d’Amérique jouent un rôle de pacificateur avec Bill Clinton et de gendarmes du monde dix ans plus tard avec George W. Bush. Dans les deux cas, leur intervention au Moyen-Orient paraît décisive d’après ces images.

p. 136-137

Re p è r e s

Le Moyen-Orient en 1918 Afin de comprendre les transformations du MoyenOrient de 1948, la recontextualisation de la région est nécessaire à partir de la dislocation de l’Empire ottoman. D’abord, les délimitations de la zone concernée nécessitent de présenter le monde arabe et de faire la distinction entre le Moyen et le Proche-Orient. La diversité religieuse y apparaît sur le schéma et la carte p. 136. La religion majoritaire est l’islam, divisé entre sunnites et chiites, mais les lieux saints juif et chrétien se trouvent aussi à Jérusalem. La carte historique p. 137 souligne les mutations territoriales de la zone liées aux dislocations internes (fin de l’Empire ottoman et revendications nationales) comme aux colonisations des puissances extérieures, à la fin de la Première Guerre mondiale et au début des années 1920.

Éléments de réponse aux questions p. 137 1. Sur les documents de la page 136, on voit que l’islam, né en Arabie, est la religion d’une majorité d’Arabes mais l’islamisation explique que des peuples non arabes comme les Turcs ou les Iraniens sont majoritairement musulmans. Le monde musulman est donc plus étendu que le monde arabe. La vision française du Proche-Orient correspond à une zone plus réduite que le Moyen-Orient. Historiquement, les Européens ont été davantage en lien avec cette zone voisine, tandis que le sud de la péninsule Arabique et les territoires du golfe Persique demeurent plus lointains. Le Moyen-Orient inclut des territoires disparates qui ont formé une région carrefour entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique.

2. Même si l’islam y est majoritaire, on peut effective-

ment dire que le Moyen-Orient demeure une mosaïque religieuse qui concentre les berceaux des trois grands monothéismes : le judaïsme, la chrétienté et l’islam. Jérusalem-Est compte les trois lieux saints de ces trois religions : le mur des Lamentations, le Saint-Sépulcre et la mosquée Al-Aqsa. L’Arabie Saoudite et l’Irak abritent les autres lieux sacrés des musulmans. Notons que chaque religion comporte elle-même des branches différentes et des courants hétérodoxes : le chiisme en islam est lui-même divisé entre zaydites au Yémen, duodécimains en Iran et au Liban ou alaouites en Syrie. Les juifs plus concentrés en Israël se divisent entre Ashkénazes et Séfarades. Dans le monde chrétien, les chrétiens d’Orient par exemple sont représentés par les communautés maronites et les coptes (Égypte) par exemple.

3. Les puissances ottomane, italienne, russe sont pré-

sentes avant la Première Guerre mondiale. Les Ottomans ont déployé leur califat et sultanat sur une partie du monde arabe depuis le xve siècle, tandis que les Russes sont présents au nord-ouest de l’Iran de manière plus ou moins approfondie depuis le début du xixe siècle. Les Italiens sont présents en Libye (monde arabe et musulman mais non moyen-oriental) à partir du xixe siècle et conquièrent Tripoli en 1911. À l’exception de l’Égypte, les Anglais et les Américains sont peu présents au Moyen-Orient avant la Grande Guerre mais ils y implantent des majors pour exploiter le pétrole, à partir de la Perse. Après le conflit, Anglais et Français s’arrogent le nord de la péninsule Arabique et y fondent des mandats au sein desquels de futurs États sont délimités. Les Anglais occupent la zone sud (Transjordanie, Palestine et Irak) et les Français la zone nord (Grand Liban et Syrie).

p. 138-139

Re p è r e s

Sionisme et panarabisme Ces Repères permettent de remettre en perspective les principaux acteurs et événements préfigurant le conflit israélo-arabe. Les deux idéologies, sionisme et panarabisme, sont présentées grâce aux biographies de l’Israélien David Ben Gourion et de l’Égyptien Gamal Abdel Nasser. La carte historique du plan de partage permet d’insister auprès des élèves sur la cause principale du conflit. Une frise chronologique répartit les événements principaux (origines et confrontations) en trois colonnes selon les acteurs qui les ont incarnés : les Juifs, les Britanniques et les Arabes. Ajout pour la carte historique sur le plan de partage : ce plan, adopté le 29 novembre 1947 par le Comité spécial des Nations unies sur la Palestine créé par l’ONU, est approuvé par cette dernière à New York. Ce plan a été refusé par les Palestiniens.

Éléments de réponse aux questions p. 138 1. Avec la déclaration Balfour en 1917, la puissance britannique encourage la création d‘un « Foyer national

THÈME 2 Étude conclusive Le Moyen-Orient : conflits régionaux et tentatives de paix

19

juif » en Palestine, reconnue comme un territoire composé d’Arabes et d’une nation juive mais elle incite aussi les Arabes à se révolter contre les Ottomans (à la tête du monde musulman) en 1916-1918, leur promettant la création d’un grand État indépendant sous la houlette de la famille hachémite descendante du Prophète Mahomet. Elle adopte une troisième position plus secrète en proposant aux Français de se partager le Proche-Orient libéré de la tutelle ottomane après la guerre. Ainsi, les Britanniques adoptent une position triple invitant Arabes et nation juive à s’émanciper.

les Américains et l’ONU vont tenter de mener les belligérants vers un accord de paix, obtenu en 1993 à Oslo mais celui-ci ne règle pas les dossiers sensibles qui rendent le conflit encore bien réel aujourd’hui.

Document 1 On notera la transformation du nom de Transjordanie en Jordanie. Ces noms, tout comme celui de la Cisjordanie, sont des dérivés du Jourdain, fleuve qui sépare la Palestine, Israël et la Jordanie.

2. La déclaration de Lord Balfour et la conférence de

San Remo plaçant les provinces arabes sous mandat britannique et français, ont fait naître un sentiment d’injustice dans la population palestinienne arabe vis-à-vis du traitement des Juifs. Pourtant, en 1922, le premier Livre blanc des Britanniques concède aux Palestiniens un territoire plus grand et réduit celui du foyer juif. Malgré cela, les Palestiniens franchissent un pas avec le massacre commis dans la ville d’Hébron (en Palestine mandataire) le 24 août 1929. Ils tuent plusieurs centaines de Juifs et pillent foyers et synagogues. Ils suspectaient les sionistes de vouloir mettre la main sur les tous les lieux saints de Jérusalem-Est. En 1936, des révoltes éclatent dans tout le monde arabe contre les Britanniques jugés impérialistes. Le grand État arabe promis par ces derniers n’a jamais été créé. Malgré des concessions multiples et un troisième Livre blanc favorisant les Palestiniens, la situation s’enlise. Après la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques honnis, évacuent la Palestine. Les Nations unies reprennent le dossier jusqu’à la proclamation d’Israël en 1948. De son côté, le discours sioniste s’intensifie à partir de 1929 et un sentiment anti-arabe s’adjoint à un nationalisme virulent pour la création d’un État juif.

3. Les deux idéologies sioniste et panarabe souhaitent

la défense d’une nation y compris si elle doit se faire aux dépens des autres. Ces nations, juive ou arabe, se fondent sur l’idée d’une culture à préserver. Si les sionistes souhaitent la constitution d’un seul État dont le territoire est délimité au Moyen-Orient, le panarabisme prône une union internationalisée des États arabes qui dépasse la péninsule Arabique avec l’intégration du Maghreb. Aussi, le vecteur principal de l’idéologie sioniste demeure la religion juive alors que le panarabisme s’appuie sur l’arabité et non l’islam, puisque sa doctrine est laïque, proche des socialistes. Les islamistes comme les Frères musulmans en sont d’ailleurs exclus.

p. 140-141

Jalon 1A

Du conflit israélo-arabe au conflit israélo-palestinien Ce jalon a pour but d’appréhender les modalités multiples du conflit israélo-palestinien, d’abord ancré sur une opposition d’Israël avec les États de la Ligue arabe, que l’État juif provoque tous azimuts en jusqu’à la fin des années 1970. Ensuite, la position unanime des États arabes fléchit (Égypte, Jordanie notamment) grâce à l’intervention américaine à Camp David et le conflit se resserre entre Israël et la Palestine. Malgré deux intifadas,

Document 2 Cette lettre est extraite de la correspondance mouvementée établie entre David Ben Gourion et le général de Gaulle. Le Général reçoit à deux reprises le chef de l’État en 1960 et 1961 et leurs relations sont plutôt cordiales, mais la guerre des Six Jours marque une rupture diplomatique automatique du côté français. David Ben Gourion attaché au soutien de la France n’est plus au pouvoir depuis 1963, il tente par cette lettre de légitimer sa position auprès du Président de Gaulle. Ce dernier lui répondra en lui expliquant son désaccord le 30 décembre 1967.

Document 3 La carte historique de la crise de Suez permet d’insister sur l’internationalisation des crises au Moyen-Orient. Il est nécessaire de rappeler le contexte de guerre froide et les conséquences de la crise de Suez sur les puissances européennes : la France et la Grande-Bretagne sont reléguées au statut de puissances moyennes.

Document 4 Le document 4 peut être mis en lien avec l’actualité : 45 % de la population jordanienne actuelle est composée de ressortissants originaires de Palestine. Cette donne a orienté la politique régionale du roi Hussein et de son fils Abdallah II d’abord en faveur de l’OLP puis au début des années 2000 à l’inverse. D’après le gouvernement jordanien les réfugiés syriens seraient 1,3 million, soit 20 % de la population des suites de la guerre en Syrie depuis 2011.

Document 5 Cette photographie peut être mise en lien avec les deux iconographies d’ouverture de l’étude conclusive. La présence américaine représentée par le Président Carter est symboliquement intéressante et prélude à la position hégémonique du pays dans la région, que l’on retrouve sur les images des pages 134-135.

Éléments de réponse aux questions p. 141 1. Comme il a été vu dans les pages Repères, la lutte entre les sionistes et les Arabes commence dès le début du xxe siècle. À l’issue du second conflit mondial, le territoire réparti entre Israéliens et Palestiniens génère des

THÈME 2 Étude conclusive Le Moyen-Orient : conflits régionaux et tentatives de paix

20

tensions suite au plan de partage onusien que les Palestiniens refusent. À peine l’État d’Israël est-il fondé, que la première guerre israélo-arabe survient et aboutit à l’annexion de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est par l’État juif.

2. Le territoire israélien s’étend en 1949 dans le voisinage direct, sur les territoires palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, puis en 1967 en Syrie (plateau du Golan) et en Égypte (Sinaï). L’expansion est donc régionale.

3. La Jordanie, appelée au départ Transjordanie sous

autorité anglaise, obtient son indépendance totale en 1946 pour devenir le royaume hachémite. Elle est séparée par le Jourdain de ses voisins israéliens et palestiniens. L’annexion israélienne en 1949 ou 1967 de leurs territoires, provoque des migrations massives de Palestiniens dans les pays arabes alentours comme la Jordanie à l’est (mais aussi le Liban au nord). Les Palestiniens constituent la première communauté de réfugiés dans le monde, ils ont bouleversé la démographie et l’administration du territoire jordanien. La photographie montre que des moyens très modestes sont organisés à la hâte pour ces réfugiés qui dorment sous des tentes, sous un climat aride et contraignant pour des familles avec enfants.

4. La crise de Suez est un événement régional aux consé-

quences mondiales. Les Français et les Britanniques (anciens colons de l’Égypte) sont propriétaires du canal de Suez reliant Port-Saïd à Suez. Dans le contexte de la montée du panarabisme, le Président égyptien Nasser décide unilatéralement de nationaliser le canal provoquant l’ire et l’intervention des Anglo-Français, soutenus par les Israéliens, alliés des Occidentaux au moment de la guerre froide. Proche des Soviétiques, Nasser obtient gain de cause grâce au compromis que les Américains concèdent pour préserver la paix. Les gagnants sont l’Égypte et l’URSS, les perdants Israël, la France, le Royaume-Uni, tandis que les ÉtatsUnis se situent en point de neutralité sur cette affaire.

5. L’Égypte de Sadate tend la main à Israël en 1978 sous l’égide des Américains. Elle récupère sa zone frontalière du Sinaï. Les États arabes de la région condamnent fermement l’Égypte en l’excluant de la Ligue arabe dont le siège se trouvait au Caire, lieu symbolique fort pour cette organisation créée en 1945. Jusqu’en 1990, le siège est déplacé à Tunis, il retrouvera Le Caire sous l’ère Moubarak.

Synthèse Des tensions avec les Palestiniens du fait des annexions territoriales ; des tensions avec les voisins directs arabes Syrie et Égypte en 1967 mais aussi des tensions indirectes avec un pays pacifique comme la Jordanie ou avec le Liban du fait des flux de réfugiés palestiniens. Enfin, la crise de Suez relie le conflit israélo-arabe au conflit mondialisé de la guerre froide, elle engendre des tensions au sein du bloc de l’Ouest et entre Israël et ce bloc de l’Ouest. Les accords de Camp David provoquent des tensions au sein même des pays arabes alliés. Les tensions concernent toutes les échelles et tous les groupes d’acteurs.

Travailler autrement On insistera sur la nouvelle donne que représente l’initiative du Président Sadate. Il conviendra de rappeler aux élèves l’évolution des relations américano-égyptiennes et notamment l’aide militaire considérable apporté par les États-Unis à l’Égypte. Il faudra bien sûr conclure sur l’assassinat de Sadate en 1981.

p. 142-143

Jalon 1B

Document 1 Yasser Arafat déclare cette Charte caduque en 1988, privilégiant une avancée vers la paix. Arafat est également à la tête du Fatah (Mouvement de libération nationale) crée en 1959 au Koweït : il est le véritable acteur politique et paramilitaire de la résistance palestinienne. Ces deux mouvements sont laïcs par opposition au Hamas qui est islamiste.

Document 2 Le texte 2 est à mettre en lien avec le document iconographique d’ouverture de l’étude conclusive p. 134. Il a pour but de mettre en lien les étapes du processus de paix qui a échoué.

Document 3 Ce schéma permet une mise au point sur l’importance stratégique de Jérusalem-Est, trois fois sacrée. La Jordanie est officiellement depuis 2013 la gardienne historique des lieux saints musulmans de Jérusalem (mosquée Al-Aqsa et dôme du Rocher), selon un accord tacite existant depuis 1924. Les autorités palestiniennes ont accepté cette situation.

Document 4 Benjamin Netanyahou, homme d’État clé d’Israël, chef du Likoud, le parti nationaliste et conservateur israélien, est encore actuel Premier Ministre depuis 2009, malgré des affaires judiciaires qui nuisent à son autorité et la percée de son rival Benny Gantz.

Document 5 La carte illustre la situation actuelle (carte de 2015). Fin avril 2020, le Likoud a annoncé vouloir appliquer l’une des promesses de campagne en renouvelant la colonisation en Cisjordanie alors que se constituait un gouvernement d’union nationale. Les membres de la Ligue arabe ont condamné cette annonce.

Éléments de réponse aux questions p. 143 1. L’Organisation de libération de la Palestine est laïque car son idéologie s’appuie sur la défense de l’arabité et de l’ensemble de « la grande nation arabe ». Aucune mention d’un combat au nom de la religion musulmane n’est donc à relever, l’ennemi demeure Israël et l’idéolo-

THÈME 2 Étude conclusive Le Moyen-Orient : conflits régionaux et tentatives de paix

21

gie « sioniste et impérialiste » (article 15). L’OLP s’oppose au partage territorial que l’ONU a élaboré en 1947 et rappelle qu’il contrevient aux « principes fondamentaux contenus dans la Charte des Nations unies ». Ainsi, l’OLP assume son opposition aux incohérences qu’elle souligne dans la prise de décision onusienne.

2. On parle des accords d’Oslo car il y en eut deux

rounds : l’un en 1993 et l’autre en 1995. Les accords d’Oslo ont permis la reconnaissance du statut autonome de la Palestine et de sa souveraineté. Ils concrétisent une reconnaissance mutuelle symbolisée par la poignée de mains Rabin-Arafat et complétée par un accord sur l’autonomie de la bande de Gaza et d’un territoire de 65 km² autour de Jéricho, prélude à la mise en place d’une Autorité palestinienne à Gaza et dans toute la Cisjordanie où il est prévu d’élire un Conseil palestinien pour gérer l’éducation, la santé, la culture, les questions sociales, la police et les impôts. Israël conserve la main sur les questions relatives aux colonies établies dans cette zone. La remise conjointe du prix Nobel de la paix en 1994 à Yitzhak Rabin et Yasser Arafat, est perçue comme le symbole d’un possible retour à la paix au Moyen-Orient. Cependant, ils n’ont pas réglé les dissensions historiques sur le statut de Jérusalem-Est (voir Q3). Fin 2017, la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et non plus Tel-Aviv a avivé les tensions. Enfin, le statut des réfugiés palestiniens doit être pris en compte. Leur statut crée des problèmes de gestion dans les pays dans lesquels ils ont émigré et les résolutions sont vues comme insuffisantes.

3. Épicentre sacré des trois monothéismes, Jérusalem-Est

désigne la partie de la ville qui est à l’est de la ligne verte tracée à la suite de la guerre des Six Jours. Jérusalem-Est est passée du statut de zone internationale administrée par l’ONU à celui d’un territoire intégré à la Jordanie en 1949. Elle demeure ensuite aux mains des Israéliens mais cela a été contesté et condamné par les Nations unies. Aujourd’hui, comme l’a signifié la Cour de justice internationale en 2004, Jérusalem-Est demeure un territoire palestinien annexé par Israël. La construction du mur de sécurité a servi à Israël à protéger cette annexion. Après la mort de Yasser Arafat en 2004 et son remplacement par Mahmoud Abbas, Ariel Sharon, devenu Premier ministre, s’est lancé dans la création d’un mur destiné, en principe à défendre les Israéliens du terrorisme, mais qui empiète sur les territoires palestiniens et semble réaliser des annexions de fait, traçant une véritable frontière agrandissant Israël en Cisjordanie. Le problème n’est donc toujours pas réglé.

4. Benjamin Netanyahou démontre que la menace isla-

miste (sur fond du 11 septembre 2001) relancée par la guerre civile syrienne dans le cadre des Printemps arabes en 2011 n’a jamais cessé et appuie son discours sur la dénonciation des appels à la destruction d’Israël. Ainsi, les exactions d’Al-Qaïda ou des groupes islamistes palestiniens ne sont pas dissociés, il ne rentre pas dans le détail (un attentat avait eu lieu à Tel-Aviv le 1er juin 2001). La menace n’est plus arabe mais islamiste. Par conséquent, il justifie la construction à partir de 2002 de

ce mur de séparation qui sépare Jérusalem et fait gagner du terrain aux Israéliens sur les territoires palestiniens.

5. Elle est relative et elle dépend des hommes qui sont au pouvoir pour la préserver du côté israélien comme palestinien.

Synthèse La résolution du conflit israélo-palestinien est bloquée en raison de la radicalisation des positions des deux parties. La poursuite de la colonisation, la question de Jérusalem, l’usage de la violence sont autant de pierres d’achoppement entre les deux camps. Travailler autrement Situation de départ : la gestion pour l’ONU d’une scission : départ des Anglais après-guerre, enjeu de 1947 sur le plan de séparation, refus des Palestiniens et Jérusalem-Est sous administration onusienne. La stratégie onusienne pour instaurer un processus de paix : l’ONU déplore 3 moments de guerre avec des résolutions comme sanctions : 1948-1949, guerre des Six Jours, première intifada. Mise en place d’un processus de paix avec les accords de Camp David (1979) et les accords d’Oslo (1993-1995). Établir la feuille de route avec les préconisations à mettre en place concernant les points de blocage suivant : statut de Jérusalem-Est avec imposition d’un contrôle onusien permanent et suppression de la clôture sécuritaire dans et autour de Jérusalem, le Haut-Commissariat aux Réfugiés devra prendre connaissance de toutes les demandes jordaniennes, libanaises et égyptiennes concernant le statut des ressortissants palestiniens. La colonisation en Cisjordanie fera l’objet d’une résolution à venir. Les Casques bleus seront envoyés pour empêcher les violences du Hamas sur Israël, ou de l’arme israélienne sur la Palestine.

p. 144-145

Re p è r e s

Le Moyen-Orient, un espace géostratégique d’importance mondiale L’enjeu de la distribution des ressources est crucial au Moyen-Orient mais il n’est pas le seul, le poids des idéologies islamistes est aussi à prendre en compte. La chronologie en page 145 sert à présenter islamisme et djihadisme en plus des définitions (si besoin de précisions sur l’historique, suggestion du « Que sais-je ? » Géopolitique des islamismes, PUF, 2016). La carte p. 144 met en lien les tensions causées par les événements géopolitiques, les ressources et les idéologies. Elle peut être utilisée comme carte de synthèse. Elle complète le graphique 2 sur le prix du baril de pétrole de 1940 à 2020.

Éléments de réponse aux questions p. 145 1. On remarque sur le graphique du prix du baril de pétrole que les pays de l’OPEP peuvent réagir à des événements géopolitiques et constituent un groupe de pression. Par exemple en 1973, l’Égypte et la Syrie profitent

THÈME 2 Étude conclusive Le Moyen-Orient : conflits régionaux et tentatives de paix

22

de la fête du début de l’année juive, Kippour, pour lancer une offensive surprise : les troupes égyptiennes réussissent à franchir le canal de Suez et à infliger des pertes sérieuses aux Israéliens. Ceux-ci réagissent et stabilisent le front. L’URSS et les USA se mobilisent pour ravitailler les belligérants, mais l’ONU trouve une médiation, impose un cessez-le-feu sur les positions acquises et ouvre des négociations. Suite à cette guerre du Kippour et à la dévaluation du dollar amorcée en 1971 (fin des accords de Bretton Woods), le premier choc pétrolier éclate en raison de l’embargo imposé par les principaux membres de l’OPEP à leurs importateurs.

2. Même scénario en 1979 mais cette fois, les causes

viennent principalement d’un seul des membres de l’OPEP : l’Iran. En effet, y ont lieu la révolution islamique, puis le début de la guerre contre l’Irak. La première guerre du Golfe repose majoritairement sur l’or noir puisque l’Irak envahit le Koweït très riche en puits de pétrole, idem pour l’invasion des Américains en Irak en 2003. Enfin, les Printemps arabes touchant le Maghreb et Moyen-Orient vont avoir pour effet entre autres une augmentation du prix du baril. En revanche, un événement extérieur au monde musulman et aux pays pétroliers arabes a lieu en Asie et a pour effet de faire baisser le prix du pétrole en 1997.

3. Aspect économique : les ressources en hydrocar-

bures créent des concurrences économiques (Iran-Arabie saoudite) constituent un moyen de pression pour les membres de l’OPEP mais conduisent aussi à des guerres (Iran-Irak et les deux guerres du Golfe). Les ressources en eau sont aussi une source de tensions : or bleu opposant Turquie, Syrie et Irak ou Liban et Israël avec le Jourdain. Enfin, les guerres civiles issues des Printemps arabes demeurent au départ économiques et sociales : les jeunesses arabes demandent un partage plus équilibré du produit des ressources. Aspect religieux/politique : la diversité religieuse au sein de l’islam est instrumentalisée au nom des luttes d’influence des puissances régionales (pétrolières notamment). Le clivage entre sunnites et chiites a justifié bon nombre de conflits (guerre Iran/Irak, guerre civile en Syrie et en Irak, guerre du Yémen) et a permis aux organisations terroristes prônant le djihad de se développer en Afghanistan (années 1980) puis dans la décennie 2000 dans la péninsule Arabique. L’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak par les Américains a marqué un moment charnière dans leur affirmation : Al-Qaïda se développe en Irak (AQI), État islamique en Irak puis État islamique en Irak et au Levant (EIIL) et enfin EI le 29 juin 2014 à Mossoul. L’apparition de ce dernier acteur a pour effet de mondialiser le conflit en en faisant en émerger un autre : les Kurdes, grands ennemis des Turcs. Le conflit israélo-palestinien constitue aussi un exemple de conflit territorial qui a dégénéré en conflit idéologique et religieux, entre sionistes et islamistes et plus globalement avec le temps, entre juifs et ­musulmans.

4. Voir définition et souligner que tout islamiste ne veut

pas faire le djihad et qu’un islamiste peut être sunnite ou chiite. Bien insister sur 3 événements :

–– La révolution islamique iranienne : les chiites iraniens parviennent à réaliser ce que les Frères musulmans sunnites souhaitent faire depuis 1928. –– 1979-1989 : guerre d’Afghanistan où les moudjahidin du monde entier viennent soutenir le sunnisme contre les Soviétiques alliés des Iraniens chiites, création d’AlQaïda par Abdallah Azzam et Oussama Ben Laden en 1987 au Pakistan. –– 2003 : invasion de l’Irak par les Américains en violation des dispositions onusiennes : le débarquement des élites sunnites soutenues par Saddam Hussein implique une radicalisation de celle-ci aux côtés des khatibats djihadistes et notamment celle d’Abu Moussab Al-Zarkaoui (Jordanien combattant d’Al-Qaïda).

p. 146-147

Jalon 2A

Les deux guerres du Golfe (1991 et 2003) et leurs prolongements jusqu’à aujourd’hui L’objectif de ce Jalon est de montrer que chaque intervention américaine en Irak est différente l’une de l’autre et marque une nouvelle organisation du monde et du Moyen-Orient entre la décennie 1990 et la décennie 2000. La seconde guerre du Golfe de 2003 crée le terreau propice à une faillite de l’État irakien qui permet aux organisations terroristes de s’emparer des vides créés et d’expliquer l’arrivée des groupes djihadistes dans la région ouvrant la voie à un conflit mondialisé en Syrie. La chute ou le soutien à Bachar El-Assad en est l’enjeu premier. Le document 1 donne l’occasion de rappeler le contexte de fin de guerre froide où le bloc occidental apparaît gagnant et caresse l’espoir de prendre le leadership sur le monde. Le document 2 est une caricature qui permet d’insister sur la transposition d’une nouvelle autorité à la fois économique et culturelle contre la dictature de Saddam Hussein avec l’invasion américaine. Raymond Burki est un caricaturiste suisse mort en 2016. La carte historique montre les acteurs en présence. On peut évoquer la place de la Turquie dans l’OTAN et souligner la neutralité de l’Iran. Le document 4 constitue un exemple d’éloquence politique. L’invasion américaine commence officiellement six jours après le discours historique de Dominique de Villepin qui traduit la volonté du Président Chirac de ne pas s’aligner sur la position américaine. Les raisons idéologiques sont exposées dans ce discours mais des raisons économiques et budgétaires ont aussi existé. Mettre en lien avec le document iconographique d’ouverture p. 135 (matriochkas).

Éléments de réponse aux questions p. 147 1. Les Américains orchestrent une résistance contre Saddam Hussein qui n’obéit plus à la logique Est-Ouest « une ère dans laquelle les nations du monde […] peuvent prospérer ». Sur la carte, document 3, de nombreux

THÈME 2 Étude conclusive Le Moyen-Orient : conflits régionaux et tentatives de paix

23

pays arabes et pétroliers participent à la coalition tout comme Israël. Les États-Unis n’agissent pas seuls et le conflit éteint certains clivages idéologiques. Le nouvel ordre mondial s’appuie aussi sur l’institution onusienne « ces objectifs ne sont pas les nôtres. Ils ont été approuvés par le Conseil de sécurité de l’ONU ». Les États-Unis sont des gendarmes éclairés du monde, dont les pouvoirs ne sont pas absolus car limités par des contre-pouvoirs internationaux.

2. De manière prémonitoire, le ministre envisage les

conséquences de l’unilatéralisme américain : –– remise en question de l’unité et de la légitimité de l’ONU ; –– prémisses d’autres conflits et fractures des sociétés : c’est le cas avec le chaos irakien et syrien en 2011 et l’opposition sunnites et chiites au paroxysme dans la région (Yémen, Liban, Arabie Saoudite contre Iran).

La caricature a été produite 12 jours avant la proclamation du califat. L’EI est en pleine expansion en Syrie et en Irak. Adam Zyglis est un dessinateur très connu aux ÉtatsUnis, ayant reçu le prix Pulitzer en 2018. Ses caricatures et dessins satiriques dépassent l’analyse de la politique américaine ; il s’est beaucoup intéressé aux impacts de l’islamisme radical en Irak et en Syrie et l’attaque de Charlie Hebdo en France en 2015 l’a particulièrement marqué. Il travaille pour le quotidien Buffalo Post, un journal américain de la région new-yorkaise. Lien du site pour avoir accès à tous ses croquis satiriques en ligne : https://buffalonews.com/section/opinion/political-cartoons/

Document 2

3. La première intervention renforce l’influence des

Les trois échelles de lecture (nationale, régionale et internationale) sont apparentes dans l’organisation de la légende et de ses figurés. La carte permet une lecture évolutive dans le temps : de 2011 à fin 2019. On peut se servir du dernier figuré pour évoquer l’offensive turque au nord-est de la Syrie dans la province du Rojava en octobre 2019. Recep Tayyip Erdogan profite de la décision des Américains de quitter la zone de conflit pour s’imposer dans cette région afin de lutter contre les Kurdes syriens (YPG) qui ont grandement œuvré à la capture et la détention des combattants et combattantes de l’EI.

Synthèse Le multilatéralisme de George Bush s’inscrit dans un contexte très favorable aux États-Unis et à leur position de gendarmes légitimes du monde, où la paix est à l’ordre du jour ; à l’inverse le fils Bush subit les effets de la terreur du 11 septembre et part en croisade au Moyen-Orient pour infliger une punition aux ennemis désignés : l’Afghanistan, l’Irak, Saddam Hussein et Oussama Ben Laden. Il incarne une stratégie unilatérale et vengeresse qui ne soucie pas des décisions de l’ONU et les outrepasse.

Document 3

États-Unis mais l’attaque du 11 septembre va marquer le changement de cette ère, les clivages vont reprendre. Cependant, déjà en 1994, les États-voyous sont définis par l’administration Clinton : le Pakistan allié en 1990 en fait partie. Ainsi, cette domination politique et économique réelle ne se fait pas que par la voie du multilatéralisme. La seconde intervention en 2003 viole les règles du droit international et déclenche l’ire des Irakiens et des islamistes contre les États-Unis. Malgré le soutien des EAU et de l’Arabie saoudite, la domination politique américaine est clairement mise en question.

Travailler autrement On insistera sur le moment qu’a constitué ce discours politique, salué par tous les opposants à ce conflit.

Cette photographie 3 permet de faire le lien entre l’échelle régionale et l’échelle mondiale : ici il faut bien montrer ici la dimension géopolitique de la guerre civile en Syrie, avec une logique d’alliances pour ou contre Bachar El-Assad. Mais on pourra rappeler que la Russie fait aussi partie de la coalition internationale avec les Occidentaux et les pays sunnites de la zone pour lutter contre l’EI. Un contexte d’alliance n’en exclut pas un autre. Même idée pour les Turcs, qui sont dans la coalition mais ennemis de l’un de ses membres actifs : les Kurdes.

Éléments de réponse aux questions p. 149 p. 148-149

Jalon 2B

Document 1 Dans la légende, bien comprendre que l’EII : État islamique en Irak crée en 2006 est la continuité d’Al-Qaïda en Irak (AQI) après la mort de son fondateur Abou Moussab Al-Zarkaoui la même année. Abou Bakr Al-Baghdadi succède à Abou Omar Al-Baghdadi en 2010 mais transforme le titre du groupe le 9 avril 2013 en EIIL : État islamique en Irak et au Levant qui deviendra l’EI lors de son autoproclamation en calife le 29 juin 2014. La séparation avec le commandement d’Al-Qaïda a lieu pendant ­l’année 2013 et se concrétise par des confrontations armées début 2014.

1. Les deux États en faillite, Irak à partir de 2003 et Syrie à partir de 2011, sont touchés par une crise sociale et politique qui se confessionnalise dans le cadre d’un conflit entre sunnites et chiites. Les organisations terroristes islamistes se réclamant du sunnisme en profitent pour installer leurs groupes et diffuser leur idéologie au sein des populations fragilisées. 2. La guerre asymétrique prend tout son sens en Syrie car

des groupes terroristes (Al-Qaïda avec le Front Al-Nosra et l’EI) s’opposent à l’autorité militaire de l’État syrien (Armée syrienne de Bachar El Assad et ses alliés) et à une coalition internationale d’États mais également une nation, les Kurdes, luttent à la fois contre l’organisation terroriste et contre l’État turc. Par ailleurs, une alliance d’États chiites s’est formée contre les organisations

THÈME 2 Étude conclusive Le Moyen-Orient : conflits régionaux et tentatives de paix

24

terroristes sunnites mais aussi contre les rebelles et les États opposés à Bachar El-Assad.

3. La coalition internationale commence en sep-

tembre 2014 à intervenir contre le Front Al-Nosra et l’EI en lançant des frappes aériennes, elle se « mondialise » davantage dans l’année 2015 notamment avec la collaboration des Turcs. Par ailleurs, la guerre civile syrienne entraîne une affirmation des alliances notamment visà-vis de Bachar El-Assad soutenu par le Président russe Vladimir Poutine, un allié politique ayant des intérêts en Syrie mais aussi une même conception de l’autorité. Le règlement territorial du conflit s’élabore d’ailleurs à partir de 2017 entre les Turcs, les Iraniens et les Russes (processus d’Astana). Le sommet d’Ankara en octobre 2019 devait régler la situation de la province d’Idlib au nordouest du pays. Synthèse Allés régionaux

Alliés internationaux

Régime Assad

Irak Iran Hezbollah libanais

Russie

Rebelles antiAssad (Armée syrienne libre)

Qatar Jordanie Arabie saoudite Turquie

Coalition internationale

Forces kurdes

Kurdes turcs (PKK) Coalition Kurdes irakiens internationale

État islamique Djihadistes non affiliés à l’EI

Al-Qaïda

Travailler à l’oral Tout en rappelant l’ancienneté de l’opposition entre sunnites et chiites (la succession du Prophète Mahomet), on insistera sur l’importance de la révolution islamique iranienne.

2. Le Moyen-Orient n’est pas le Proche-Orient (cf.

Repères p. 136), zone tampon entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique, il intègre une partie du monde arabe et musulman : de l’Égypte à l’Iran et de la Turquie au Yémen. Il est très riche en hydrocarbures et pauvre en eau d’où l’existence de tensions et de rivalités pour ces ressources.

3. Les bornes chronologiques :

–– de départ : 1948 : création de l’État d’Israël et reconnaissance de cet État par les deux superpuissances qui ouvrent une guerre atypique : la guerre froide depuis 1947 ; –– de fin : jusqu’aujourd’hui : le programme s’achève avec les conséquences de la seconde guerre du Golfe. Les récents événements en Irak ou en Syrie témoignent de son actualité.

4. Le 14 mai 1948, l’État d’Israël est proclamé, tandis que

des troubles et des affrontements secouent la Palestine, enclenchant le conflit israélo-arabe. Ce conflit n’est pas le seul à fracturer le Moyen-Orient. Survenue entre les États-Unis et l’URSS, la guerre froide a déjà des conséquences au Moyen-Orient riche en ressources pétrolières et traversé de mouvements idéologiques en affirmation. En effet, ni État, ni continent, cette région du monde est une zone tampon au carrefour des continents asiatique, africain et européen. Jusqu’à nos jours, elle a offert aux acteurs géopolitiques intérieurs et extérieurs un terrain de confrontations unique, cumulant des oppositions économiques, politiques, idéologiques ou religieuses. Les conflits idéologiques israélo-palestiniens ou les Printemps arabes ont des causes économiques et sociales et les conflits économiques comme les chocs pétroliers, des causes idéologiques. Ainsi, l’affirmation des courants panarabe, sioniste, islamiste ou nationaliste (Palestine, Kurdistan) ont structuré une nouvelle configuration du Moyen-Orient et impliqué des conflits de tous ordres.

Exercice 2 1. Le panarabisme est l’idéologie politique et culturelle visant à défendre l’identité arabe et à unifier les peuples arabes au Moyen-Orient. 2. Un positionnement non-aligné : conférence de Ban-

p. 152-153

Exercices Bac

Exercice 1 1. Idéa (idée) et logos (science) = discours des idées à

l’origine d’une doctrine politique désignée comme vraie par son concepteur. C’est une doctrine politique qui propose un système unique et cohérent de représentation et d’explication du monde qui est accepté sans réflexion critique. Conflits : « situation relationnelle structurée autour d’un antagonisme » (A. Cattaruzza, et P. Sintès, Géopolitique des conflits, Bréal, 2016), en géopolitique ils sont symétriques (entre deux États, deux nations) ou asymétriques (nature différente des acteurs). Un conflit n’est pas nécessairement une guerre, il est composé de guerres en général. Il se traduit par un ensemble d’oppositions qui s’établissent dans la durée qui peuvent être militaires mais aussi économiques, politiques, sociales (migratoires) ou idéologiques.

dung en 1955 et crise de Suez en 1956 où il défie les Européens et les Américains. Il gagne son défi en s’imposant comme leader arabe. Dans le conflit israélo-palestinien : front Syrie-Égypte de 1958 à 1961 contre Israël. Après 1967 et la conquête du Sinaï, sa politique anti-israélienne est systématique.

3. En nationalisant unilatéralement le canal de Suez qui

appartient aux Britanniques et aux Français, il impose son indépendance dans le monde et son leadership dans la région vis-à-vis d’Israël. De plus, il se fait respecter et convoiter par les deux Grands. C’est un triple succès.

4. Bien que sunnite, Nasser se positionne contre l’idéo-

logie islamiste frériste, il interdit la Confrérie des Frères musulmans mais sait leur influence et leur impact dans la société égyptienne. Il les considère comme des opposants politiques et ceux-ci n’ont pas accepté de négocier avec lui.

THÈME 2 Étude conclusive Le Moyen-Orient : conflits régionaux et tentatives de paix

25

5. Nasser est perçu comme le Rais du monde arabe, il

est le leader de la Ligue arabe dont le siège est au Caire jusqu’en 1979. Il est le porte-parole des pays arabes dans le monde entier et est encensé en Égypte, en Syrie et en Irak où le parti Baas proche des panarabes, a pris racine.

Exercice 3

2. Le Sénat et les citoyens français. 3. L’Iran, Israël : États de la région, la Ligue arabe (Égypte

et ses alliés) : organisation régionale, Europe : organisation régionale étrangère et États-Unis : superpuissance étrangère. Enfin, les organisations terroristes.

4. La nucléarisation de l’Iran et d’Israël, le retour du reli-

1. C’est un document administratif et politique, un rap-

port émanant d’une Commission (des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées) du Sénat en 2009.

gieux et de l’idéologie politique islamiste, les risques pour la sécurité européenne avec le terrorisme islamiste, l’enjeu des hydrocarbures.

5. I. Des ressources stratégiques convoitées par les États Sous-partie A

Idée : pétrole et gaz convoités Citation : « il y a bien sûr l’énergie et les intérêts commerciaux […] importations de pétrole et de gaz »

Sous-partie B

Idée : dépendances du MoyenOrient à l’Europe en biens et produits Citation : « l’Europe exporte quantité de biens et de services vers cette région »

II. Des tensions religieuses de plus en plus nombreuses

Idée : nucléarisation illégale en Idée : retour du religieux, partout dans le monde arabe Iran : vue comme menace terroriste potentielle en Israël et Occident Citation : « si l’Iran arrivait à se doter Citation : « dans un temps de l’arme nucléaire » « nucléarisation long, un retour du religieux de l’ensemble de la région » dans toute la région » Idée : réislamisation dans les pays arabes Citation : « la réislamisation est vraisemblablement une mutation du “panarabisme” »

Exercice 4 4. On définira salafisme, djihadisme, frères musulmans. 5. L’islam est une religion, apparue au

III. Des guerres asymétriques renforcées par le terrorisme

viie siècle après

J.-C. révélée par prophète Mahomet et qui a un livre saint, le Coran. L’islamisme est une idéologie politique

Idée : groupes transnationaux terroristes en constitution entre l’Occident et le Moyen-Orient Citation : « de jeunes Européens prennent le chemin des madrasas […] attentats au Caire, à Londres ou à Madrid »

et sociale, mise en place par des hommes pour des hommes et qui a pour but de placer l’islam au cœur de son système de pensée.

6. On pourra évoquer les cas égyptien, marocain, tunisien, turc, saoudien.

THÈME 2 Étude conclusive Le Moyen-Orient : conflits régionaux et tentatives de paix

26

BAC

p. 156-157

Dissertation : sujet guidé

SUJET : Les guerres de 1914 à nos jours : des guerres de masse aux nouvelles guerres irrégulières 1. Analyse du sujet Mobilisation de la population/ service militaire ?

Types de combats

Place de l’État dans la guerre

Des guerres de masse

Mobilisation de la population militaire et civile/service militaire

Batailles, guerre d’usure. Nombreuses victimes militaires mais aussi civiles

L’État organise la guerre et mobilise l’ensemble de la société/guerre totale/ guerre interétatique

Des guerres asymétriques

Mobilisation d’une armée professionnelle bien équipée d’un côté, mobilisation de la population de l’autre

Batailles/guérillas. Bilan des victimes asymétrique

L’État mobilise une armée professionnelle ou dans l’autre côté toute la population/guerre interétatique

Des nouvelles guerres irrégulières

Pas de mobilisation générale, pas de service militaire mais des petits groupes d’activistes.

Guérilla, actes terroristes isolés ou organisés

Pas d’État/rejet des règles de la guerre

2. Proposition de plan détaillé I. Les guerres de masse et leur remise en cause (1914-1945) Les guerres révolutionnaires ont mis fin aux guerres aristocratiques par la levée en masse de troupes et la conscription. C’est la Première Guerre mondiale qui impose le modèle de la guerre de masse. A. La Première Guerre mondiale, une guerre de masse, une guerre industrielle – Une guerre qui concerne de nombreux États : l’Europe essentiellement, les colonies, l’Asie – Une guerre industrielle : des armes nouvelles, artillerie plus puissante, aviation, blindés. – Une guerre qui mobilise les hommes : conscription : bilan 11 millions de victimes – Une guerre totale qui mobilise la nation : les civils, l’économie, la propagande G. Mosse décrit la brutalisation des sociétés par la guerre propice à la montée des violences durant l’entre-deux-guerres. B. La Seconde Guerre mondiale, une guerre de masse et d’anéantissement – Une guerre généralisée, des combats intenses en Europe, Afrique, Pacifique – Une guerre avec de nouvelles armes : atomiques, missiles V2, bombardements massifs – La logique d’anomie l’emporte : les civils sont victimes (ex : Blitz, génocides…) – Un bilan humain s’élevant à 50-60 millions de morts Le traumatisme des génocides et les deux premières déflagrations nucléaires conduit à une autre conception de la guerre : dans un contexte de guerre froide dans un premier temps. II. Les stratégies nouvelles des puissances : de Hiroshima aux guerres asymétriques (1945-2001) A. La menace d’une déflagration nucléaire – La peur de la fin du monde/la dissuasion nucléaire – La lente diffusion de l’arme nucléaire au sein des États, malgré le traité de nonprolifération – De petites puissances nucléaires : Israël, Pakistan B. Les guerres asymétriques des grandes puissances contre des États émergents – Les guerres coloniales : guerre d’Indochine, guerre d’Algérie – La guerre du Vietnam – La guerre d’Afghanistan – La guerre du Golfe Gérard Chaliand dans Le Nouvel Art de la guerre (2008) montre que les guerres asymétriques ont jeté les bases des guerres irrégulières fondées sur la mobilité et la guérilla.

THÈME 2 BAC

27

III. L’émergence des nouvelles guerres irrégulières A. Les attentats du 11 septembre 2001 : une rupture dans le modèle clausewitzien de la guerre B. La prolifération des actes terroristes dans des modes opératoires variés : attentats dans les grandes capitales occidentales (Paris, Londres, Bruxelles, Madrid) mais également dans les pays musulmans. C. Des nouvelles formes de combat technologiques et des guérillas traditionnelles : cyberattaques, drones et technologies Des formes de guérillas se maintiennent notamment en Afrique : Libye, Darfour etc.

p. 158-159

Dissertation : sujets d’entraînement

SUJET 1 : Les populations civiles dans les guerres, enjeux et vulnérabilités I. Les populations civiles dans les guerres conventionnelles A. Des populations civiles, cibles collatérales B. Les sièges de villes C. Le viol, une arme de guerre ancienne II. Les populations civiles, une cible stratégique dans les guerres aux logiques d’anomie A. Les civils bombardés : Blitz B. Les génocides prennent pour cible des civils III. Le terrorisme et les formes irrégulières : la surprise des attaques sur les populations civiles offre un nouveau mode opératoire aux guerres A. Des actes terroristes sur des bâtiments ou des vols dont la cible demeure les civils B. Des actes terroristes, crimes de masse seulement contre les civils

SUJET 2 : Comment expliquer la supériorité des puissances occidentales dans les guerres du xixe au xxe siècle ? I. Des armées bien équipées, bien organisées, une culture de la guerre A. Les armes de la guerre B. Des écoles de la guerre, un art de la guerre II. Des armes modernes qui assurent une supériorité sur les théâtres d’opérations A. Une industrie et des armes puissantes : chars, canons, bombardiers B. Des armées permanentes déploient des stratégies de combat III. Des armées appuyées par une diplomatie, des alliances, des coalitions, des organisations internationales permettant une légitimité dans les guerres menées. A. Des armées dans des systèmes d’alliances B. Des instances internationales fondées par les puissances occidentales

SUJET 3 : Comment expliquer l’essor du terrorisme comme une nouvelle forme de conflit ? I. L’essor du terrorisme depuis les années 1960 A. Les méthodes du terrorisme B. Les terrorismes d’extrême droite et d’extrême gauche II. L’émergence de petits États ou de causes idéologiques qui choisissent cette stratégie A. Le terrorisme devient l’arme des faibles B. Le terrorisme islamiste III. Une certaine efficacité rendant les grandes puissances vulnérables A. Les attentats du 11 septembre, un terrorisme qui fait vaciller les États-Unis B. Le terrorisme, une guerre irrégulière.

THÈME 2 BAC

28

p. 160-161

Étude de document : sujet guidé

SUJET : Les attentats du 11 septembre 2001, exemple de guerre irrégulière 1. Éléments extraits des déclarations de Ben Laden

Éléments d’analyse

Mise en perspective

Les critiques « Je jure par Dieu que l’Amérique contre ne connaîtra plus jamais la les États-Unis sécurité avant que la Palestine ne la connaisse »

Menace est faite aux États-Unis de la poursuite des actes terroristes. L’attaque s’adresse aussi à l’ONU et aux autres puissances.

Ben Laden relie son action terroriste au soutien indéfectible des États-Unis à Israël et sa politique vis-à-vis de la Palestine

Le djihad, un combat religieux

« Avant que toutes les armées occidentales athées ne quittent les terres saintes »

Dans ses annonces Ben Laden multiplie les références à la guerre sainte. Il évoque les terres saintes : Jérusalem mais aussi les autres lieux saints de la région, La Mecque, la présence militaire des États-Unis en Irak, en Arabie saoudite.

Ben Laden souhaite transformer sa haine des EU en une guerre religieuse afin de rassembler autour de sa cause, tous les musulmans qui contestent l’hégémonie occidentale.

« La guerre est entre nous et les Juifs »

Outre la dimension antioccidentale, anti-chrétienne, Ben Laden attaque les Juifs du monde.

La haine des juifs mais plus encore d’Israël permet de mobiliser de nombreux musulmans du monde.

Un terrorisme Des vidéos clandestines diffusées Ben Laden est représenté assumé par la chaîne d’information arabe, en djihadiste, en combattant, Al-Jazeera la barbe longue, son fusil à côté de lui. Il menace les États-Unis

Les méthodes clandestines, la diffusion de vidéos devenant virales montrent que la stratégie du terrorisme fonctionne avec peu de moyens. Une grande capacité de nuisance et peu de soldats.

Plan I. Ben Laden en guerre contre les États-Unis, l’ONU et Israël II. Un terrorisme qui se présente comme un djihad III. Une guerre irrégulière sans moyen mais qui fragilise pourtant les États-Unis et leurs alliés 2. Dans ces différents messages Ben Laden tente de définir une ligne idéologique qui pourrait mobiliser de nombreux combattants islamistes radicalisés partout dans le monde. Il fait ainsi la liste des ennemis d’Al-Qaïda. – C’est d’abord une guerre contre les États-Unis. Ben Laden critique la politique hégémonique des États-Unis depuis la fin de la guerre froide : ses interventions durant la guerre du Golfe, en Afrique et surtout son soutien à Israël dans le conflit avec les Palestiniens. – Ben Laden suit sa logique et condamne donc les Juifs en général et remet en cause l’existence même de l’État d’Israël. – Parmi les autres ennemis d’Al-Qaïda, on retrouve l’ONU qui, selon Ben Laden, est au service de la cause des athées, des États-Unis. C’est sous mandat de l’ONU, qu’une grande coalition est intervenue au Koweït en 1991. – Plus généralement, Ben Laden s’en prend aux Occidentaux, la France, le Royaume-Uni notamment alliés des États-Unis. Ces deux puissances ont une politique active au Moyen-Orient. Ben Laden identifie tous ces ennemis sur le registre de la foi, il les nomme les infidèles ou athées ce qui donne à son combat une dimension religieuse.

p. 162-163

Étude de documents : sujets d’entraînement

SUJET 1 : La présence des États-Unis en Irak depuis 1990

Les contextes : le 1er document évoque la victoire de la guerre du Golfe en 1990-1991. C’est une victoire écrasante de la grande coalition sur l’Irak, très isolée. Néanmoins, le mandat de l’ONU ne prévoyait que la reconquête du Koweït, Saddam Hussein reste en place en Irak. Le 2e document évoque la seconde intervention en Irak des États-Unis en 2003. Entourés de quelques alliés (dont les Britanniques), George W. Bush (fils) a permis de renverser THÈME 2 BAC

29

le dictateur irakien Saddam Hussein. La victoire est toute aussi écrasante mais la perspective d’une paix durable semble s’éloigner dans la région tant la légitimité de l’intervention états-unienne dans la région n’est plus aussi forte. I. Les États-Unis une puissance forte et respectée au sortir de la guerre du Golfe George Bush (père) fixe les conditions de la paix. Ces conditions sont alors plutôt favorables surtout dans le processus de règlement de la question palestinienne (accords d’Oslo, 1993). II. Les États-Unis occupent l’Irak après la victoire militaire de 2003. Les tensions sont alors très vives, les résistances très fortes. Par ailleurs, les États-Unis sont aussi présents en Afghanistan et cela suscite les mêmes difficultés. Le processus de paix entre Israël et Palestiniens et au point mort. L’intifada a d’ailleurs repris à partir de 2000.

SUJET 2 : La place de l’ONU dans le défi de la construction de la paix

Les atouts : une organisation issue de l’ordre mondial établi en 1945. Les grandes puissances financent et dominent cette organisation. Le vote de résolutions contraignantes à l’encontre de certains États et l’envoi croissant de Casques bleus depuis 1990 montrent une certaine efficacité. Les faiblesses : le droit de veto des membres permanents au Conseil de sécurité limite l’action de l’ONU. Les interventions se limitent à l’Afrique et l’Asie. La forte contribution financière des grandes puissances et la forte contribution en hommes des petites puissances produisent un déséquilibre.

p. 166-167

Vers le Sup’ : Organiser un débat

La double page propose deux visions de la paix, une vision morale, une vision pessimiste. Cette opposition pourra nourrir le débat : Faut-il toujours éviter la guerre ? Quelle guerre est légitime ? Pour compléter le débat : il est possible de partir également des accords de Munich (1938) ou encore du projet de paix perpétuelle (1795) d’Emmanuel Kant. Emmanuel Kant envisage une paix perpétuelle dans une période charnière où la guerre aristocratique est remise en cause par les victoires des armées révolutionnaires françaises. C’est dans ce contexte de guerres européennes incessantes que le philosophe constate que la guerre est l’état naturel des rapports entre puissance et qu’il faut établir de manière raisonnée la paix. Texte

« L’état de paix n’est pas un état de nature, lequel est au contraire un état de guerre, c’est pourquoi il faut que l’état de paix soit institué. […]

1re section contenant les articles préliminaires en vue de la paix perpétuelle entre les États 1. Aucune conclusion de paix ne doit valoir comme telle, si une réserve secrète donne matière à une guerre future […]. 2. Aucun État indépendant (petit ou grand, cela est indifférent ici) ne doit être acquis par un autre État à la faveur d’un échange, d’un achat ou d’un don […]. 3. Avec le temps, les armées permanentes doivent disparaître totalement […]. 4. Aucun État ne doit s’immiscer par la violence dans la constitution et le gouvernement d’un autre État […]. 5. Aucun État en guerre avec d’autres ne doit se permettre des hostilités telles qu’elles rendraient impossible la confiance réciproque dans la paix future, comme le sont le recrutement d’assassins […], d’empoisonneurs […], la violation de la capitulation, l’instigation de la trahison […] dans l’État avec lequel on est en guerre […]. 2e section – Les articles définitifs en vue de la paix perpétuelle entre États 1. La constitution civique de chaque État doit être républicaine1 […] 2. Le droit des gens doit être fondé sur un fédéralisme d’États libres […] 3. Le droit cosmopolitique doit se restreindre aux conditions de l’hospitalité universelle […]. » Emmanuel Kant, Vers la Paix perpétuelle, 1795, dans Vers la Paix perpétuelle – Que signifie s‘orienter dans la pensée ? – Qu‘est-ce que les Lumières et autres textes, F. Proust, trad. J.-F. Poirier et F. Proust, Garnier-Flammarion, 1991. 1. Selon Kant, un État républicain est un État avec un gouvernement représentatif et une séparation des pouvoirs, au moins un contrôle de l’exécutif. Il n’évoque cependant pas le suffrage universel.

THÈME 2 BAC

30

3 Thème

Histoire et mémoires La logique du thème Le programme de HGGSP de Terminale n’a pas pour vocation de suivre un ordre déterminé. Mais faire suivre le thème « Faire la guerre, faire la paix » par « Histoire et mémoires » semble obéir à une triple logique intellectuelle qui permet une incarnation pédagogique liée au monde très contemporain : 1) La paix n’est pas la non-guerre. La guerre peut se maintenir par des symboles, des tensions, des coopérations, qui transcendent les territoires et les générations. La paix vit, apaise et parfois souffle sur les braises d’un souvenir de la guerre qui devient mémoire collective et s’incarne dans une mémoire individuelle. Les causes de la Première Guerre mondiale (Axe 1, Jalon 1) sont un support politique autant que générationnel : le débat incarne un regard que la mémoire, en Europe comme aux États-Unis ou dans l’Empire ottoman, vient conforter ou remettre en cause, apaiser ou recréer. Si la mémoire de la Grande Guerre est pour l’essentiel apaisée, celle de la guerre d’Algérie (Axe 1, Jalon 2) montre comment la mémoire individuelle, les tensions nationales et les mémoires collectives s’interpénètrent et se modifient les unes les autres. 2) La paix peut éviter le retour à la guerre par l’action d’une justice consentie dont l’objectif n’est pas le pardon individuel mais l’apaisement collectif. Les jeux d’échelles peuvent montrer les choix politiques et les réalisations sociales : à l’échelle mondiale, les tribunaux internationaux ont une histoire récente, des tribunaux de Nuremberg et Tokyo jusqu’au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY, Axe 2 Jalon 2) ou à l’idéal d’une justice internationale (Cour pénale internationale). La comparaison avec les tribunaux gacaca (Axe 2, Jalon 1) créés pour juger les responsables du génocide des Tutsis permet de mettre en avant des valeurs, des acteurs, des réalisations, et de s’interroger sur l’échelle la plus efficace selon les contextes. 3) Mémoire et justice s’incarnent dans un sujet que nos élèves ont pu aborder avant la Terminale : « L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes ». Le temps long de la mémoire et sa relation aux travaux des historiens et de la justice depuis les années 1970, mais sans cesse renouvelé et réinterrogé, permettent de poser les fondements des Axes précédents (mémoire des conflits, action de la justice) en les incarnant autour de ce qui construit une part très forte de l’identité européenne : le génocide des Juifs et des Tsiganes, son histoire, ses mémoires souvent troublées et progressivement judiciarisées. En relation avec les enseignements de la spécialité en Première, cet objet de travail conclusif interroge le citoyen : que dit l’historien de la construction de la preuve ? comment construire la paix par le droit ? comment faire mémoire par l’histoire ? comment lutter contre les faussaires de l’histoire ? Comme l’écrit l’historien Johann Chapoutot dans son introduction à La Loi du sang. Penser et agir en nazi (Gallimard, 2014) : « L’époque qui a vu l’émergence du nazisme a été en effet travaillée en profondeur par la question des valeurs et des impératifs moraux ». L’histoire ne donne pas de leçon, mais son étude permet à nos élèves d’interroger leur époque.

p. 170-171

Introduction

La différence entre histoire et mémoire Cette double page doit permettre au lycéen de se familiariser avec les notions d’« histoire » et de « mémoire ». Il s’agit de différencier les deux, tant dans leur démarche que dans leurs objectifs. Pour l’ensemble des conflits abordés au cours du thème, les historiens et historiennes se sont intéressés à des thématiques différentes en raison de leur propre parcours mais aussi des possibilités d’étudier tel ou tel sujet en fonction de l’ouverture des

archives, des restrictions politiques ou de la parole des témoins. La mémoire diffère dans le temps et selon les acteurs, chacun a donc interprété les conflits du xxe siècle en fonction de sa position personnelle. Une fois ces éléments posés, il convient de montrer avec des exemples précis que nos sociétés attendent des gouvernements qu’ils assument les crimes de leurs prédécesseurs. La justice a également un rôle à jouer dans cette relation que les sociétés entretiennent à leur passé, notamment en jugeant ceux qui ont commis les pires crimes.

THÈME 3 Introduction Histoire et mémoire, histoire et justice

1

Éléments de réponse aux questions p. 171 1. Jacques Chirac consacre la première partie de ce discours à la mémoire avec plusieurs passages : « des moments qui blessent la mémoire et l’idée que l’on se fait de son pays » (lignes 1-2) car la rafle du Vel d’Hiv va à l’encontre des valeurs de la République française ; « trouver les mots justes pour rappeler l’horreur, pour dire le chagrin de celles et ceux qui ont vécu la tragédie » (lignes 4-5), le Président est ici dans le registre du souvenir ; « ces journées de larmes et de honte » (ligne 6), l’historien doit essayer, autant que faire se peut, d’éviter une approche sentimentale, ce qui n’est pas le cas ici. La seconde partie se détache de l’émotion pour poser des faits précis et incontestables sur le plan historique : « Il y a cinquante-trois ans, le 16 juillet 1942, 450 policiers et gendarmes français, sous l’autorité de leurs chefs, répondaient aux exigences des nazis » (lignes 10 à 12), Jacques Chirac insiste ici sur la responsabilité française, ce sont des fonctionnaires français qui ont commis la rafle à la demande de leurs supérieurs hiérarchiques ; « près de dix mille hommes, femmes et enfants juifs furent arrêtés à leur domicile au petit matin, et rassemblés dans les commissariats de police » (lignes 14 à 17), le Président donne ici un chiffre, l’identité des victimes et les lieux, il pose donc des faits historiques.

2. Plantu montre d’un côté l’église d’Oradour-sur-Glane

pour rappeler la violence du massacre. Dans l’église avaient été enfermés les femmes et enfants avant que les SS de la division Das Reich n’y mettent le feu. Près de 70 ans plus tard, Plantu y représente une commémoration avec les Présidents allemand et français, devant un public. Il caricature le tout en y rajoutant des larmes aux deux Présidents, les cœurs et la colombe. Il y a donc un contraste entre l’aspect inhumain du massacre et la volonté des deux hommes d’avancer ensemble.

3. La caricature de Plantu n’en est pas moins une

condamnation. En effet, au moment où les deux Présidents commémorent le massacre d’Oradour-sur-Glane, la communauté internationale laisse Bachar El-Assad bombarder son peuple en Syrie. La scène est représentée dans une télévision pour montrer que le monde entier est informé de la situation mais demeure passif. Si les Allemands et Français commémorent le massacre d’Oradour, ils en laissent un se dérouler sous leurs yeux.

4. L’historien Henry Rousso explique que le « devoir de

mémoire » est un mythe, selon lui, car les sociétés, malgré leur bonne volonté, ne peuvent réparer le passé. De plus, elles se trompent, car la reconnaissance des crimes commis par leurs prédécesseurs ne leur permet pas de devenir meilleures.

p. 172-173

Introduction

Les notions de crime contre l’humanité et de génocide Le juriste Raphaël Lemkin a joué un rôle capital pour penser et qualifier les crimes relevant du génocide. S’il n’est pas nécessaire d’énumérer tous les génocides en introduction, il peut être utile de rappeler que le premier perpétré est celui des Hereros et des Namas de Namibie (alors Sud-Ouest africain ou Südwestafrika) en 1904-1905 dans le cadre d’une colonisation allemande brutale. Si le génocide arménien conduit de nombreux penseurs à réfléchir à une nouvelle catégorie de crimes, c’est la Seconde Guerre mondiale qui amène le concept de génocide, d’autant plus que Raphaël Lemkin est polonais et juif. Cette double page doit permettre de suivre, de façon succincte, comment a été élaboré le concept et la complexité à qualifier, ou non, certains crimes de masse de génocides.

Éléments de réponse aux questions p. 172 1. Les crimes contre l’humanité et les génocides sont principalement l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage et la déportation de populations civiles. Dans le cadre du génocide, ces mêmes crimes sont commis contre un groupe social précis dans le but de le faire disparaître. 2. À Nuremberg, les responsables nazis sont accusés

de crimes contre l’humanité et non de génocide car la répression de ce dernier n’entre en vigueur qu’en 1948.

3. La Haye, aux Pays-Bas, apparaît comme la ville

accueillant la plupart des tribunaux compétents pour juger les génocides. La Cour pénale internationale y est la seule juridiction pénale permanente pouvant juger les responsables de génocides, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Les autres tribunaux sont temporaires afin de juger un génocide précis comme le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie à La Haye qui devait juger les responsables de crimes de guerre dans cet espace. Il a été dissous en 2017. Le Tribunal pénal international pour le Rwanda a été installé à Arusha en Tanzanie. Il devait juger les personnes responsables de génocide et autres violations graves du droit international humanitaire commis au Rwanda au cours de l’année 1994 contre les Tutsis. Il a été dissous en 2015.

4. Les trois génocides ayant provoqué le plus de victimes

sont ceux des Juifs et Tsiganes (1941-1945), le génocide des Arméniens en 1915 et celui des Tutsis en 1994. Les trois génocides reconnus officiellement par l’ONU sont celui des Juifs et Tsiganes, celui des Tutsis et celui des musulmans à Srebrenica.

THÈME 3 Introduction Histoire et mémoire, histoire et justice

2

AXE 1

Histoire et mémoires des conflits La logique du chapitre Cet Axe 1 porte une réflexion sur la dialectique entre l’histoire et les mémoires des conflits. En s’appuyant sur les exemples des causes de la Grande Guerre et de la Guerre d’Algérie, il s’agit de montrer qu’il n’y a qu’une histoire qui se renforce avec le temps grâce à de nouvelles sources, de nouveaux questionnements, mais aussi en fonction des enjeux politiques. Les mémoires sont, à l’inverse, forcément plurielles, elles dépendent de la position des acteurs et sont subjectives.

Bibliographie –– R. Branche, La Guerre d’Algérie : une histoire apaisée ?, Gallimard, coll. Folio, 2014. –– H. Rousso, Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire, Gallimard, coll. Folio, 2001. –– B. Stora, La Gangrène et l’oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie, La Découverte, 2005.

p. 174-175

O u ve r t u r e

Les deux documents proposés reviennent sur la dimension mémorielle des conflits abordés. La caricature insiste sur la présence du Président Charles de Gaulle et du chancelier Konrad Adenauer dans la cathédrale de Reims alors qu’elle avait été détruite au cours de la Grande Guerre. Les deux hommes se serrent la main sous le regard de Frédéric II de Prusse, Napoléon et Bismarck, hommes d’État et chefs de guerre qui ont symbolisé au cours de périodes différentes les rivalités et les conflits entre la France et l’Allemagne.

Éléments de réponse aux questions p. 174 1. Les relations entre la France et l’Allemagne sont mar-

quées par l’histoire car les deux pays se sont souvent retrouvés face à face au cours de différents conflits. Avec les deux guerres mondiales, cette rivalité a atteint un sommet.

2. Le caricaturiste Behrendt souligne un contraste entre

les grands personnages de l’histoire des pays qui ont incarné la violence séculaire franco-allemande et la poignée de mains sincère des deux dirigeants en 1962. Les deux hommes semblent vouloir surmonter les tensions du passé pour construire une nouvelle relation, d’autant que le chancelier Adenauer est venu en France pour une visite de sept jours.

Éléments de réponse aux questions p. 175 1. Le monument de 1928 veut mettre en avant de préten-

dus liens entre la métropole et sa colonie au cours de la Première Guerre mondiale. Les deux soldats, français et arabe, ont combattu ensemble pour la République française (symbolisée ici par Marianne) et portent tous les trois un soldat mort. Le monument insiste donc sur un combat mené en commun par les Français et les Algériens.

2. Après la Seconde Guerre mondiale, ce monument

situé au cœur d’Alger apparaît comme un message

tronqué sur la colonisation française de l’Algérie. Ce sentiment est encore plus fort après la guerre d’Algérie. Mais, respectueux de l’œuvre créée par le sculpteur Paul Landowski, M’Hamed Issiakhem décide de recouvrir la sculpture d’un coffrage plutôt que de la détruire. Les deux mains avec la chaîne brisée symbolisent l’indépendance de l’Algérie.

p. 176-177

Re p è r e s

Histoire et mémoires   de la Grande Guerre La première page met en avant la multiplicité des causes de la Grande Guerre : le système des alliances, les territoires disputés, les rivalités dans les espaces coloniaux et les crises qui précèdent le début du conflit. Les deux documents insistent sur un point particulier : les rivalités coloniales pour l’Empire allemand, qui s’est lancé plus tardivement que le Royaume-Uni et la France dans la colonisation mais y a eu une politique particulièrement agressive et destructrice. L’autre document montre comment la perte de l’Alsace-Moselle a été utilisée pour renforcer l’idée d’une revanche pour la France. Ce constat convient d’être nuancé en fonction des régions et des sensibilités politiques. La chronologie dégage plusieurs temps dans l’analyse des causes de la Grande Guerre. Entre 1914 et 1918, chaque camp rejette la responsabilité sur l’adversaire afin de se présenter comme l’agressé alors que Lénine pointe les contradictions du système capitaliste. L’entredeux-guerres voit émerger les premiers travaux d’historiens mais ces travaux sont parfois prisonniers d’enjeux immédiats. Le NSDAP rejette ainsi le traité de Versailles et plus particulièrement l’article 231 qui reconnaissait l’Allemagne, et ses alliés, comme seuls responsables. Pendant la guerre froide, la réconciliation franco-allemande permet d’avoir une lecture plus nuancée, mais aussi plus complète, des causes du conflit. La dernière période voit émerger des travaux communs. Le centenaire témoigne d’un réel intérêt de l’opinion publique

THÈME 3 Axe 1 Histoire et mémoires des conflits

3

française pour la Grande Guerre. Si les travaux s’appuient sur un siècle d’avancées scientifiques et de nombreuses sources, le débat persiste comme entre les historiens Gerd Krumeich et Christopher Clark.

Éléments de réponse aux questions p. 177 1. Les tensions sont nombreuses avant la guerre. Tout d’abord, le siècle passé a laissé des territoires disputés entre certaines puissances européennes comme l’Alsace-Moselle entre la France et l’Empire allemand. Ces deux pays sont aussi entrés en concurrence dans les colonies comme au Maroc. Ces exemples de tensions concernent de nombreux pays européens jusqu’à l’Empire ottoman qui sort à peine des guerres balkaniques. Ces pays sont regroupés dans des alliances défensives. 2. Les tensions persistent après la fin du conflit et son

règlement par le traité de Versailles, en particulier en Allemagne avec le parti nazi qui condamne ce traité et le rejette, une fois au pouvoir en 1933. Ces tensions s’apaisent après 1945 car la France et la RFA (Allemagne de l’Ouest) se rapprochent dans le cadre de la guerre froide. Désigner l’autre comme le responsable n’est plus un but politique immédiat.

p. 178-179

Jalon 1A

Un débat historique : les causes   de la Première Guerre mondiale Les deux premières pages montrent les enjeux politiques de la réflexion sur les causes de la Grande Guerre. Ces débats s’ouvrent dès le début du conflit et persistent encore dans certains espaces. La double page suivante insiste davantage sur les aspects historiographiques et se concentre sur les travaux majeurs portant sur les causes du conflit mais aussi aux ouvrages ayant provoqué une polémique.

Document 1 Si le nombre de tirages du Petit Journal a diminué au début du xxe siècle, il reste l’un des grands quotidiens français. Ici, le député Jean Jaurès, figure du pacifisme, est mis devant ses responsabilités par une Marianne guerrière qui lui présente le passé conflictuel entre les deux pays. L’armée française, que l’on reconnaît aux pantalons rouges, est en difficulté face à l’armée prussienne. Dans le fond brûle la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, bombardée par les Prussiens en septembre 1870. Tous les acteurs de la scène placent Jaurès face à la violence de l’Empire allemand. La guerre semble alors être la seule issue.

Document 2 Cette carte postale destinée au grand public présente le kaiser Guillaume II en conquérant. Sa main gauche placée sur l’Afrique fait référence à ses volontés de conquête sur ce continent. La carte de 1915 justifie la « guerre défensive » contre l’Empire allemand, présenté ici comme conquérant et belliqueux.

Document 3 Pour le centenaire de l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand par Princip, des Serbes ont inauguré une statue en l’honneur de l’assassin à Sarajevo-Est (partie serbe de la ville). Certains responsables politiques en font un héros de l’identité serbe et un symbole de liberté. Un siècle après, le responsable de l’événement provoquant l’entrée en guerre des différentes puissances européennes par le système des alliances voit sa mémoire glorifiée.

Document 3 L’interview de l’historien allemand Gerd Krumeich confirme le document 3. Pour ce dernier, la Grande Guerre n’est pas autant enseignée en Allemagne qu’en France, alors que dans les pays des Balkans et d’Europe centrale la mémoire a été réinvestie après la fin de la guerre froide.

Éléments de réponse aux questions p. 179 1. D’après les documents 1 et 2. La France et l’Empire allemand sont dans un cycle d’oppositions, en particulier lors des crises marocaines. Le pacifisme semble minoritaire en France derrière la figure de Jean Jaurès alors que les médias insistent sur l’esprit de conquête des Allemands. La guerre est ici présentée comme la seule réponse possible. 2. Princip est représenté comme un résistant face à

l’Autriche-Hongrie. Si les pays occidentaux présentent aujourd’hui cet homme comme le responsable de l’événement qui a conduit à la guerre, une partie des Serbes voient en lui un héros de l’identité serbe qui s’est opposé à un empire oppresseur.

3. Pour Gerd Krumeich la Grande Guerre n’a pas le

même sens pour les Français et les Allemands. Les premiers y sont très sensibles et connaissent assez bien ce conflit pour lequel ils font porter la responsabilité sur l’Allemagne. À l’inverse, les Allemands connaissent peu ce conflit, éclipsé par le suivant. Pour l’historien, il faut réconcilier les deux visions afin de permettre l’émergence d’une mémoire commune entre les deux pays. Synthèse La question des responsabilités a été utilisée à des fins politiques dès le début du conflit pour montrer que l’ennemi était le responsable du déclenchement de la guerre. En France, les médias dénoncent l’attitude agressive de l’Allemagne depuis la guerre de 1870 et les crises marocaines. Aujourd’hui, c’est encore un sujet de débat pour plusieurs raisons. Les Français et les Allemands n’accordent pas la même importance à cette guerre et ne sont donc pas aussi bien informés. Cela dépend aussi de la position du pays au moment de la guerre. Si la majorité des Européens voient Princip comme le principal responsable du déclenchement de la guerre, une partie des Serbes rappellent que l’Autriche-Hongrie a eu une politique agressive envers les pays des Balkans et Princip s’est dressé contre cet ennemi qui serait alors le principal responsable de la Première Guerre mondiale.

THÈME 3 Axe 1 Histoire et mémoires des conflits

4

Travailler autrement Les historiens Antoine Prost et Jay Winter ont analysé le travail des historiens de la Grande Guerre. En fonction des époques et des pays, les chercheurs n’ont pas abordé ce conflit de la même façon. Certains ont par exemple d’abord réfléchi aux nations en guerre en abordant le rôle de chaque pays et comment ils ont traversé ce conflit. Ensuite, d’autres historiens et historiennes se sont intéressés aux chefs de guerre, notamment les généraux comme Joffre, Ludendorff ou encore Foch. Enfin, plus récemment, la découverte de témoignages a permis de s’intéresser aux soldats, la façon dont ils vivaient dans les tranchées, quelles étaient leurs occupations hors du temps de combat et comment ils ont supporté les difficultés du conflit. D’autres travaux, se sont éloignés du front pour comprendre la façon dont les civils ont vécu le conflit. Des catégories sociales comme les femmes, les étrangers et les enfants sont ainsi étudiés pour comprendre leur expérience de la guerre.

p. 180-181

dépassant le cadre universitaire puisqu’il faisait de l’Empire allemand le principal, voire le seul responsable, de la guerre. Il replace également les objectifs belliqueux de Guillaume II dans une politique impérialiste depuis la fin du xixe siècle.

Éléments de réponse aux questions p. 181 1. Selon Pierre Renouvin, les causes de la Grande Guerre sont l’ultimatum de l’Autriche-Hongrie qui ne laissait guère d’autre choix à la Serbie que de refuser. L’Empire allemand est aussi responsable car il n’a pas respecté la neutralité belge. Pierre Renouvin n’évoque pas la France, il oublie aussi les rivalités coloniales et fait surtout peser les responsabilités sur la Triple Alliance. 2. Un manuel rédigé par des historiens français et alle-

mands permet de croiser les deux visions du conflit et de comprendre comment chaque pays aborde la Première Guerre mondiale. Le manuel présente donc une vision respectant les approches des deux pays.

3. Fritz Fischer s’est concentré sur les sources alle-

Jalon 1B

Document 1 Pierre Renouvin est le premier historien français à avoir travaillé sur les causes du conflit. Il a participé à la guerre et perdu un bras au Chemin des Dames. Si son objet d’étude ne porte pas sur cette question, le ministre de l’Instruction publique André Honnorat le charge de mener une enquête sur les causes de la guerre. Il devient dès lors l’un des plus grands spécialistes de la Première Guerre mondiale.

Document 2 L’étude des manuels permet de montrer l’état d’esprit des deux pays. En France, la ligne défendue par Jules Isaac l’emporte pour réconcilier les deux pays en passant par l’éducation alors qu’en Allemagne les manuels présentent le traité de Versailles comme une injustice et certains en ont fait un argument permettant de justifier une revanche.

mandes, il est donc normal qu’en ressorte avant tout la responsabilité de l’Empire allemand. Il faudrait compléter son travail par des sources françaises, britanniques et russes pour voir dans quel état d’esprit la Triple Entente a abordé les mois de juin et juillet 1914.

4. Christopher Clark fait des Russes les principaux res-

ponsables de la guerre. Ils ont encouragé la Serbie à rejeter l’ultimatum de l’Autriche-Hongrie. Leur but était d’intervenir pour s’étendre dans les Balkans. Les Russes avaient été également rassurés par le soutien français. Comme la Russie est la première à avoir mobilisé son armée, l’Empire allemand était obligé d’attaquer rapidement et a donc déclaré la guerre à la Russie. Synthèse

Document 4 Nicolas Offenstadt présente ici les idées de Fritz Fischer qui, en 1961, a créé, avec son livre, une polémique

Lacunes de leurs travaux

Pierre Renouvin

Plusieurs responsables, Il s’interroge mais l’Autriche-Hongrie peu sur le rôle de la France et l’Empire allemand ont la plus grande part de responsabilité

Auteurs de manuels francoallemands

Responsabilités partagées

La volonté de réconciliation peut l’emporter sur l’analyse des faits historiques

Fritz Fischer

Empire allemand

Sources allemandes.

Christopher Clark

Principalement la Russie, puis la France

Minimise la responsabilité de l’Allemagne

Document 3 Le livre de Christopher Clark, Les Somnambules, paru juste avant le centenaire, montre que le débat sur les causes est loin d’être terminé. Les somnambules seraient les différents chefs d’États européens qui ont avancé en se trompant sur les intentions de leurs adversaires. Par un solide travail sur les sources, il replace l’attentat de Sarajevo dans un cadre plus global et insiste sur le rôle de la Russie, soutenue par la France, qui voulait la guerre des Balkans. L’Empire allemand a, selon lui, tenté de dissuader les Russes, mais ces derniers sont les premiers à avoir mobilisé et ont donc mis l’Allemagne devant le fait accompli.

Responsables de la guerre

Auteur

Travailler autrement L’historien allemand Gerd Krumeich revient sur les causes de la Première Guerre mondiale à l’occasion du centenaire. Il montre que les puissances européennes

THÈME 3 Axe 1 Histoire et mémoires des conflits

5

étaient impérialistes et n’avaient aucun problème à faire la guerre, qui était pour eux une continuité de la politique. Selon lui, les principaux responsables sont les Autrichiens et les Allemands qui ont voulu et déclenché cette guerre. Les Allemands étaient persuadés d’être encerclés d’ennemis (France à l’ouest et Russie à l’est) et craignaient d’être attaqués par la Russie qui devenait de plus en plus puissante. À l’inverse, les membres de la Triple Entente ont essayé d’éviter ce conflit jugé inutile. Pour cela, Gerd Krumeich étudie surtout les événements du mois de juillet 1914 et s’oppose à l’interprétation de Christopher Clark qui fait porter la responsabilité majeure sur la Russie, soutenue par la France, puis minimise celle des empires centraux qui n’auraient pas eu d’autre choix que celui d’entrer dans en guerre. Il décrit l’Europe de 1914 comme une poudrière dans laquelle le nationalisme, les guerres passées et les rivalités coloniales ont multiplié les causes pouvant amener ces pays à se faire la guerre. L’attentat de Sarajevo ne fut pas la seule cause du conflit mais l’étincelle qui provoqua la Première Guerre mondiale.

p. 182-183

Re p è r e s

La guerre d’Algérie (1954-1962) Cette double page rappelle certains éléments majeurs de la guerre d’Algérie, elle doit aussi permettre de se détacher d’une vision résumant la guerre à un affrontement binaire entre Français et Algériens. Le tableau et la photographie montrent que les Français vivant en Algérie occupent une position dominante sur le plan économique. Concentrés dans les villes, ils captent l’essentiel des richesses du pays. La photographie du port d’Alger confirme ce constat puisque les Français vivent essentiellement autour du port (cœur économique) alors que les Algériens habitent davantage dans le cœur de la vieille ville. Le tableau présentant le bilan de la guerre souligne un net déséquilibre sur le plan des décès entre les Algériens et les Français. Là encore, les divisions internes doivent être mises en avant aussi bien en Algérie avec les affrontements entre le MNA et le FLN que côté français avec les actions de l’OAS. La dernière ligne nous amène à insister sur l’abandon des harkis après les accords d’Évian. La chronologie rappelle que les tensions s’exacerbent après la Seconde Guerre mondiale. Les illustrations exposent les débats provoqués en métropole par l’envoi des appelés et l’affaire Maurice Audin.

Éléments de réponse aux questions p. 183 1. Les Algériens réclament l’indépendance à la France,

mais les manifestations publiques organisées pour cette cause ont été réprimées par les autorités françaises. Le FLN décide alors de recourir à la force en novembre 1954.

2. La guerre d’Algérie oppose principalement les Algé-

riens aux autorités françaises, mais chaque camp connaît des divisions internes.

3. Certains Français vivant en Algérie veulent garder leurs prérogatives et donc refusent l’indépendance alors que d’autres défendent cette idée comme Maurice Audin. Quant à l’OAS, elle organise une série d’attentats pour que l’Algérie demeure sous administration française. Côté algérien, les divisions sont nombreuses parmi les indépendantistes à l’exemple de celles opposant le FLN au MNA alors que les harkis combattent côté français. La guerre d’Algérie ne peut donc se résumer à une simple opposition entre Français et Algériens.

p. 184-185

Re p è r e s

Les mémoires de la guerre d’Algérie L’histoire et les mémoires de la guerre d’Algérie impliquent moins de pays que pour la Grande Guerre mais les acteurs n’en sont pas moins nombreux et amènent avec eux leur propre mémoire. De 1962 à 1992, les mémoires demeurent divisées en raison de la proximité du conflit et de la multiplicité des expériences. Dans les deux pays, les autorités interprètent le conflit selon leurs intérêts : la « guerre de Libération » du FLN s’oppose aux « événements d’Algérie » du gouvernement français. Les deux premières photos montrent qu’il convient de ne pas séparer les mémoires en deux catégories. Les pieds-noirs se sentent lésés avec la fin du conflit et certains continueront à défendre l’idée d’une Algérie française, notamment dans le sud de la France. Côté algérien, le FLN veut apparaître comme le grand acteur de l’indépendance et occulte le rôle d’autres groupes comme le Mouvement national algérien (MNA) de Messali Hadj. À partir de 1992, les archives de la guerre d’Algérie deviennent accessibles en France. Peu à peu, les hommes politiques reconnaissent le rôle de l’État dans la torture, l’abandon des harkis et les historiens mettent en lumière la majorité des aspects occultés de cette guerre. La carte page 185 met en avant la diversité des lieux de mémoire de cette guerre et surtout le sens qui leur est donné. En Algérie, les monuments et lieux rappelant la guerre d’Algérie et la colonisation française sont particulièrement nombreux. En France, les monuments évoquant l’Algérie française sont également nombreux dans le sud du pays. Ils sont souvent le fruit d’une volonté politique locale répondant à une demande des pieds-noirs, implantés là en nombre, et parfois d’anciens membres de l’OAS.

Éléments de réponse aux questions p. 185 1. Les lieux de mémoire de la guerre d’Algérie reflètent une multiplicité d’acteurs car en Algérie, les autorités insistent sur la dimension de martyr, alors qu’à Paris les lieux rappellent les événements ayant lieu dans la capitale française ou dans l’ensemble du Maghreb. Dans les régions du Sud, plusieurs monuments défendent l’Algérie française. 2. Depuis 1962, la mémoire est tiraillée entre tensions et

apaisement. En effet, il y a des différences entre les deux anciens ennemis, mais aussi à l’intérieur des pays. Pour la France, il s’agit d’assumer progressivement le rôle de

THÈME 3 Axe 1 Histoire et mémoires des conflits

6

l’État dans les exactions commises entre 1954 et 1962. Cela permet de rapprocher les deux pays, mais les nostalgiques continuent à défendre la mémoire de l’Algérie française. En Algérie, les historiens n’ont pas encore accès à toutes les archives et rappeler les exactions françaises permet au gouvernement d’occulter les divisions internes et de ressouder la nation.

1961 à Paris. Il présente les événements du côté des Algériens. Des historiens comme Benjamin Stora et Guy Pervillé soulignent la distance entre cette fiction et la réalité, ils craignent que l’opinion publique n’y voie que la dimension violente sans en comprendre la complexité politique.

Document 5 p. 186-187

Jalon 2A

Mémoires et histoire d’un conflit : la guerre d’Algérie Dès 1962, si les accords d’Évian mettent fin à la guerre, le conflit se poursuit sur le terrain de l’interprétation historique. Les médias, utilisés pendant et après le conflit, véhiculent différentes interprétations et peuvent être censurés. Un certain temps a été nécessaire aux historiens pour proposer des travaux aboutis sur la question. Pourtant, les années 2000 ont été marquées par plusieurs polémiques et montrent que le sujet demeure sensible. Le travail des historiens n’est pas le même des deux côtés de la Méditerranée. En France, après l’ouverture des archives en 1992, les historiens et historiennes ont pu aborder la grande majorité des thématiques soulevées par ce conflit comme Raphaëlle Branche avec la torture. En Algérie, cela demeure complexe car les manuels insistent essentiellement sur les crimes et exactions de la France pour occulter le rôle d’autres acteurs algériens et les exactions du FLN. L’historien Mohamed Harbi explique qu’en Algérie il vaut mieux s’autocensurer.

Document 1 Le journal L’Humanité a tenté à plusieurs reprises de dénoncer les exactions de l’armée française. Les passages censurés mettent en avant le fait que l’État interdise la publication d’articles dévoilant certaines vérités.

Benjamin Stora apparaît comme l’historien ayant contribué à une nouvelle vision de la guerre d’Algérie. Il rappelle que cette guerre occupait le devant de la scène au début des années 2000 grâce à la publication de nombreux travaux et aux témoignages. On pourra expliquer que l’historien a été l’objet d’un article antisémite à la fin de l’année 2019 pour ses origines et ses travaux. https:// www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/20/une-diatribe-de-valeurs-actuelles-contre-l-historien-benjaminstora-suscite-l-emotion_6019853_3212.html

Éléments de réponse aux questions p. 187 1. Le journal L’Humanité, communiste et anti-colonial, est opposé aux « événements » d’Algérie, il insiste sur la violence de la répression française et tente de révéler la vérité mais est censuré par l’État. 2. L’État veut ici réparer le fait qu’il ait abandonné les

harkis après les accords d’Évian et atténuer la précarité de leurs conditions de vie en France.

3. Commémorer les massacres d’octobre 1961, en les

rappelant sur un support du quotidien, est un moyen pour les autorités algériennes de rappeler et dénoncer les exactions commises par le gouvernement français en Algérie, mais aussi en France. C’est également un moyen de mettre une certaine pression sur les autorités politiques françaises.

4. Le film Hors-la-loi et la polémique qu’il a déclenchée

témoignent de l’opposition entre la mémoire algérienne et celle des pieds-noirs.

Document 2 Ce texte de l’AFP montre que le gouvernement reconnaît enfin l’abandon des harkis pendant la guerre d’Algérie et l’abandon des rapatriés qui ont vécu en France dans des conditions précaires. Le versement de 40 millions d’euros est autant une réparation que la reconnaissance de cet abandon.

Document 3 Ce timbre de 2011 insiste sur la violente répression de la manifestation des Algériens de Paris par la police, le 17 octobre 1961. Selon les travaux de différents historiens, il y aurait eu entre une cinquantaine et une centaine de morts. Peu évoquée par les autorités françaises, elle constitue une séquelle pour le peuple algérien.

Document 4 Le film Hors-la-Loi de Rachid Bouchareb a suscité la polémique. Il insiste sur les massacres de Sétif et Guelma en 1945, puis se termine avec le massacre du 17 octobre

5. Pour Benjamin Stora, la reconnaissance par l’Assem-

blée nationale de la guerre d’Algérie comme une guerre et non des « événements », les débats sur la torture et le sort des harkis, l’ouverture des archives, l’arrivée de jeunes historiens, puis le besoin pour les derniers acteurs de laisser un témoignage ont permis de mieux connaître les différents aspects de la guerre d’Algérie. Synthèse De multiples visions de la guerre d’Algérie se confrontent depuis 1962. Il y a d’abord celle relevant de l’histoire, puis celle concernant les mémoires. La première n’était pas la même selon la période, la volonté des politiques et l’ouverture des archives. Les historiens français ont également eu plus de facilités pour étudier tous les aspects de la guerre après 1992 alors que les historiens algériens restent soumis à une pression du pouvoir politique. Dans chaque pays, plusieurs visions se confrontent. En Algérie, la vision du FLN l’a emporté. Le FLN s’est présenté comme le principal, voire le seul, acteur de l’indépendance algérienne, au détriment des autres partis.

THÈME 3 Axe 1 Histoire et mémoires des conflits

7

En insistant sur les exactions françaises, il a pu occulter les siennes notamment contre certaines catégories du peuple algérien. En France, le travail des historiens se heurte encore aux nostalgiques de l’Algérie française qui n’acceptent pas qu’ils exposent les violences commises en Algérie par les différents acteurs venus de métropole.

Éléments de réponse aux questions p. 189 1. Le pouvoir algérien insiste sur les exactions et atrocités commises par l’armée française. Cette condamnation de la France permet de masquer les violences du FLN mais aussi les divisions de la société algérienne depuis 1962. 2. Les historiens en Algérie subissent une pression poli-

p. 188-189

Jalon 2B

Document 1 Les manuels à destination des adolescents algériens font ressortir deux éléments dans leurs pages : les brutalités françaises et le rôle du FLN dans la lutte pour l’indépendance. Le fait qu’il n’y ait qu’une seule édition permet de mieux contrôler son contenu.

Document 2 Mohamed Harbi est un historien algérien. Ancien haut fonctionnaire et membre du FLN, il a participé aux accords d’Évian. Emprisonné pendant trois ans (19651968) après le coup d’État de Boumediene, il fuit vers la France en 1973. Professeur à Paris, il y écrit sur le FLN. Dans cet entretien avec Le Monde, il décrit les difficultés rencontrées par les historiens algériens pour mener à bien leur travail en Algérie.

Document 3 Raphaëlle Branche est une historienne spécialiste de l’étude des violences en situation coloniale. Elle soutient sa thèse sur la torture et l’armée française pendant la guerre d’Algérie en 2000 et celle-ci est publiée en 2001. Après les dénonciations d’intellectuels tels Pierre Vidal-Naquet ou de militants tels Herni Alleg, les travaux de Raphaëlle Branche ont établi le caractère systématique de l’emploi de la torture. Elle revient ici sur le rôle de l’historien dans la construction des mémoires.

Document 4 Ali Dilem publie ses caricatures dans le journal algérien Liberté mais aussi l’hebdomadaire Charlie Hebdo qu’il rejoint peu après les attentats de janvier 2015. Menacé de mort par des groupes islamistes, il a également été condamné à six mois de prison ferme par le gouvernement algérien.

Document 5 L’historien Benjamin Stora revient sur le contexte particulier des années 2000. La loi de février 2005 prévoyait, entre autres, d’enseigner les aspects positifs de la colonisation. Cela avait mobilisé les historiens et les enseignants qui y voyaient une pression du politique dans leur enseignement et s’opposaient à cette vision. Si cet alinéa a été supprimé, d’autres sujets de tension persistent alors que dans le même temps des historiens algériens et français tentent d’écrire ensemble une histoire commune du conflit.

tique. Ils doivent s’autocensurer car ils sont surveillés par le pouvoir. Les historiens français subissent moins de pression politique mais leurs idées mettent du temps à être connues par l’ensemble de la société. Cela se fait grâce aux manuels et hors-séries des grands journaux mais l’opinion publique n’est pas toujours informée des grandes nouveautés en histoire.

3. La date de commémoration de la fin de la guerre

­ ’Algérie dépend des acteurs du moment. Les immigrés d algériens et les appelés n’accordent pas la même importance aux différents événements. Synthèse L’histoire et les mémoires de la guerre d’Algérie tendent à un relatif apaisement. Des sujets de tension demeurent entre les différentes mémoires qu’il convient de prendre en compte. De plus, les gouvernements n’ont pas forcément intérêt à appuyer cet apaisement puisqu’en Algérie le rappel des horreurs commises par l’armée française permet de masquer celles du FLN et les difficultés internes du pays. Par ailleurs, si le travail des historiens a connu de solides avancées, ces idées ne sont pas toujours connues du grand public qui garde encore une vision tronquée de la guerre. Pourtant, l’arrivée d’une nouvelle génération qui a de moins en moins de liens avec ce conflit permet d’apaiser les mémoires. De nombreux Français et Algériens ont tendance à se retrouver sur une vision partagée de la guerre reconnaissant le rôle de chacun sans y rechercher des arguments politiques pouvant être utilisés contre tel ou tel acteur des années 2000. Des intellectuels et des journalistes comme Ali Dilem, Benjamin Stora et Mohamed Harbi permettent d’avancer vers un apaisement, certes lent, des mémoires.

Travailler autrement Diffusé en mars 2012, ce documentaire sur l’histoire de la guerre d’indépendance de l’Algérie a été réalisé à partir d’images d’archives restaurées et colorisées, provenant de diverses cinémathèques, de l’armée française, de la télévision algérienne, de télévisions étrangères, mais aussi d’archives familiales et personnelles de soldats. Sorti à l’occasion du 50e anniversaire de la signature des accords d’Évian, il a nécessité une année de travail.

p. 192-193

Exercices Bac

Exercice 1 En novembre 2013, à l’occasion du lancement des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, le président français François Hollande a déclaré : « Le centenaire n’a pas vocation à exhumer les combats d’hier,

THÈME 3 Axe 1 Histoire et mémoires des conflits

8

mais à réunir tous les belligérants ». Il opposait ainsi la compréhension des événements historiques de la Grande Guerre à des objectifs politiques immédiats. Si l’histoire est la connaissance du passé des sociétés humaines, la mémoire apparaît davantage comme un ensemble de souvenirs restant dans l’esprit des hommes. Les mémoires sont donc plurielles et varient d’un acteur à l’autre. L’expression « face aux » place les deux termes en opposition, comme si l’histoire de la Première Guerre mondiale était incompatible avec les mémoires. D’un côté, l’historien cherche à comprendre les événements en s’appuyant sur des archives et un questionnement. De l’autre, les mémoires divergent en fonction de la date, du lieu et des intérêts immédiats. Dès le début du conflit, et encore plus après le traité de Versailles, il y a eu une opposition entre les deux car les mémoires ont évolué avec l’arrivée du parti nazi, la Seconde Guerre mondiale ou encore la guerre froide. Pourtant, les mémoires et l’histoire peuvent parfois être complémentaires comme l’a prouvé la célébration du centenaire. Dans quelle mesure les mémoires ont-elles limité, ou non, la connaissance historique de la Grande Guerre ? L’histoire et les mémoires ont d’abord été prisonnières des enjeux immédiats de 1914 à 1945 car les archives n’étaient pas toutes accessibles et l’ensemble des acteurs essayaient de rejeter la responsabilité de ce conflit sur le camp adverse. De 1947 à 1991, la guerre froide a facilité le rapprochement entre la France et la RFA, ce qui s’est ressenti dans les mémoires. Depuis 1991, l’histoire n’a cessé de se renouveler et de progresser alors que les mémoires ont oscillé entre unité et diversité.

Exercice 2 Pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), les différentes parties impliquées ont pratiqué la torture contre leurs adversaires. Si certains intellectuels tels que Pierre Vidal-Naquet ont dénoncé cette pratique dès les années 1950, elle a pourtant été tue en France pendant près d’un demi-siècle par les autorités politiques. Reconnaître la torture était aussi une façon de reconnaître que les « événements » d’Algérie étaient bien une guerre. Des travaux d’historiens et historiennes, des témoignages et des gestes politiques ont été nécessaires pour mettre en lumière cette question sensible. Comment la question de la torture pendant la guerre d’Algérie est-elle passée de l’ombre à la lumière en France depuis 1962 ? La question de la torture a longtemps été occultée car la Ve République refusait de qualifier ce conflit comme une guerre. De plus, la loi d’amnistie de 1964 a empêché toute poursuite judiciaire et témoigne de la volonté du politique de ne pas aborder cette question. L’étude des témoignages et l’ouverture des archives en 1992 ont permis aux historiens de rédiger de solides travaux sur la question. L’historienne Raphaëlle Branche a ainsi réalisé sa thèse au cours des années 1990 et publié ses travaux en 2001 dans son ouvrage La Torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962). Elle y décrit de façon complète la pratique de la torture par les soldats français. D’un autre côté, des témoins et des acteurs prennent la parole, aussi bien des victimes que des bour-

reaux. Le général Aussaresses a ainsi reconnu avoir eu recours à la torture pendant la guerre d’Algérie. Les différents gouvernements ont longtemps évité le sujet pour ne pas heurter la communauté des piedsnoirs et les anciens partisans de l’Algérie française. Peu à peu, les hommes politiques ont aussi assumé ces exactions comme un processus qui n’était pas l’initiative de quelques soldats isolés mais bien une pratique répandue. Les Présidents François Hollande et Emmanuel Macron vont reconnaître progressivement la pratique de la torture. En 2012, devant le Parlement algérien François Hollande a reconnu la pratique de la torture et surtout Emmanuel Macron a reconnu en 2018 le caractère systématique de la torture pendant la guerre d’Algérie. Le document proposé est une photographie de 1956, elle pose un contraste entre la jeunesse de l’homme arrêté et les mains attachées dans le dos. La peur se lit dans ses yeux. Autour de lui se trouvent quatre soldats français ayant des grades différents. Leur sang-froid contraste avec la peur de l’homme arrêté. On peut également s’interroger sur la personne qui a pris la photographie. Il s’agit probablement d’un photographe de l’armée française. Longtemps sujet tabou, la torture a été peu à peu mise en lumière par des témoins, des chercheurs et des personnalités politiques. Symbole de la réalité de la guerre, il était nécessaire que les autorités françaises reconnaissent ce système pour faciliter la réconciliation progressive entre les deux pays.

Exercice 3 1. La source du document est un mensuel allemand paru en février 2014. 2. Cet article est publié à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre.

3. Courrier international est un hebdomadaire français

qui traduit des articles issus de la presse internationale. Il s’agit ici de montrer les débats sur les causes de la guerre en Allemagne 100 ans après le début du conflit.

4. Au lendemain de la guerre, les Allemands récupèrent

l’argument du Premier ministre britannique David Lloyd George selon lequel aucun État n’a voulu la guerre. Un ensemble de circonstances auraient conduit les Européens dans la guerre.

5. L’auteur contredit cela car l’Allemagne était dominée

par les milieux militaires, liés aux élites. Ensemble, ils ont délibérément provoqué la guerre en sachant la forme qu’elle prendrait et sans écouter les discours pacifistes.

6. Wolfram Wette met en avant la grande responsabilité

allemande. À l’occasion du centenaire et au moment où les personnalités politiques françaises et allemandes consolident les liens entre les deux pays, puis gardent un discours modéré, il cherche à pointer la responsabilité allemande. D’autant plus, qu’au même moment, les idées de Christopher Clark, minimisant la responsabilité de l’Empire allemand, sont diffusées dans les pays ­d’Europe centrale et occidentale.

THÈME 3 Axe 1 Histoire et mémoires des conflits

9

AXE 2

Histoire, mémoire et justice La logique du chapitre Les rapports entre histoire, mémoire et justice sont analysés à travers le prisme des deux crises majeures qui ont tragiquement marqué les années 1990 : le génocide commis au Rwanda (Jalon 1) et les crimes de guerre à grande échelle lors des conflits en ­ex-Yougoslavie (Jalon 2). Si la communauté internationale s’est montrée incapable d’empêcher ou de mettre fin rapidement à ces crimes, elle a pu mettre en place les conditions d’une justice.

Bibliographie –– I. Delpla et M. Bessone (dir.), Peines de guerre, la justice pénale internationale et l’ex-Yougoslavie, Éditions de l’EHESS, 2010. Un livre de synthèse sur le sujet, publié avant que le tribunal ait fermé ses portes en 2017. –– P. Hazan, La Paix contre la justice, comment reconstruire un État avec des criminels de guerre ?, André Versaille Éditeur, 2010. De nombreux exemples concrets sur le rôle de la justice dans la construction de la paix. –– P. Hazan, Juger la guerre, juger l’histoire, PUF, 2007. Une synthèse et une définition de ce qu’est la justice transitionnelle, le livre date un peu mais il éclaire bien cette notion. –– F. Piton, Le Génocide des Tutsi du Rwanda, La Découverte, 2018. Une belle synthèse récente sur le génocide rwandais, qui tente d’éclairer de manière équilibrée le rôle qu’a joué la France dans cet événement. –– O. Rovetta, Un Génocide au tribunal, Le Rwanda et la justice internationale, Belin, 2019. Un travail récent sur le rôle du tribunal pénal international pour le Rwanda mais peu d’informations sur les tribunaux populaires, les gacaca.

Sitographie –– Le site officiel du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, on y trouve une documentation très riche sur les procès, les dossiers tes condamnés : https://www. icty.org/fr –– Le site du Tribunal pénal international pour le Rwanda fournit lui aussi de précieux documents, tels que la liste des accusés, des condamnés et des fugitifs. https://unictr. irmct.org/fr/tribunal –– Deux vidéos intéressantes sur le TPIR d’Arusha (https://enseignants.lumni.fr/fiche-­ media/00000001174/le-tribunal-penal-international-tpi-d-arusha-pour-le-rwanda. html) et le siège de Sarajevo (https://enseignants.lumni.fr/fiche-media/00000000207/ le-siege-de-sarajevo.html).

p. 196-197

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 196

plus basses, ils étaient notamment chargés de terroriser les populations civiles. Les victimes sont les populations musulmanes de Bosnie.

1. Lors des guerres en ex-Yougoslavie, la violence s’est souvent tournée contre les civils qui étaient de véritables cibles, terroriser les populations étant une stratégie afin d’accélérer le nettoyage ethnique. Cette photographie, diffusée dans la presse, a profondément choqué par sa violence. Ce cliché d’un milicien frappant des civils à terre alors qu’ils sont blessés ou morts saisit le moment d’une violation des règles de la guerre.

1. Kroll dénonce à travers ce dessin un double oubli. L’inaction de la communauté internationale durant le génocide des Tutsis au Rwanda (jusqu’à l’opération Turquoise) mais aussi, l’amnésie de l’opinion publique à l’occasion des commémorations du 25e anniversaire du génocide.

2. Il s’agit de troupes paramilitaires, les Tigres d’Arkan

2. Les commémorations œuvrent généralement pour la

que le photojournaliste Ron Haviv a suivi en 1992. Ces supplétifs de l’armée serbe s’occupaient des tâches les

Éléments de réponse aux questions p. 197

réconciliation. Elles permettent de rappeler la vérité historique et de rendre hommage aux victimes.

THÈME 3 Axe 2 Histoire, mémoire et justice

10

p. 198-199

Une justice pour établir la paix

presse comme ce journal appelé Kangura mais aussi sur les ondes de la tristement célèbre Radio télévision libre des Mille Collines (RTLM).

Éléments de réponse aux questions p. 199

Document 4

1. La justice internationale est l’un des leviers de la jus-

Le graphique fait le bilan total des personnes assassinées durant le génocide et propose l’estimation de 800 000 morts communément adoptée par les chercheurs et les instances internationales. Ce graphique permet de souligner le mode opératoire de ce génocide : une majorité d’armes blanches et notamment la machette, l’outil des paysans.

Re p è r e s

tice transitionnelle. Elle permet de juger des criminels avec une certaine neutralité extérieure et donc une certaine légitimité. Elle permet aussi au pays qui a connu ces crimes de retrouver sa place au sein de la communauté internationale en acceptant ses règles.

2. Une soixantaine d’États ne reconnaissent pas la justice

internationale car ils n’ont pas signé ou ratifié le traité fondant la CPI. Parmi ces États, on retrouve des États non démocratiques comme la Chine, l’Arabie saoudite, Cuba mais aussi l’Inde, la Turquie, l’Indonésie. On constate que l’Europe a adhéré assez unanimement à cette instance.

3. Cette justice internationale a beaucoup d’ambition

mais peu de moyens. Elle dépend d’abord de ces contributeurs et de la volonté ou non des États d’adhérer aux principes qu’elle défend.

p. 200-201

Jalon 1A

Les tribunaux gacaca   face au génocide des Tutsis Ce dossier propose neuf documents qui retracent les origines du génocide, ses étapes et son épilogue par la mise en place d’un Tribunal pénal international pour le Rwanda et des tribunaux communautaires villageois afin d’établir toutes les responsabilités des nombreux acteurs de ce crime. Depuis la fin de 1994, Paul Kagamé, le nouvel homme fort du régime, tente de mettre en place une réconciliation nationale en s’aidant de la justice transitionnelle.

Document 1 Cet extrait d’un article des Cahiers français établit clairement les racines complexes de cet antagonisme profond entre d’une part les Tutsis éleveurs et propriétaires et les Hutus cultivateurs et majoritaires. La colonisation belge a amplifié l’antagonisme et produit des haines profondes entre les deux communautés. L’indépendance n’a pas résolu ces tensions au contraire.

Éléments de réponse aux questions p. 201 1. Les causes du génocide sont anciennes et multiples.

Traditionnellement, la société rwandaise était divisée essentiellement en deux communautés. La minorité composée de Tutsis détenait le pouvoir monarchique, les Hutus très majoritaires étaient dominés. Les colons allemands et belges ont maintenu et entretenu cette domination entre les deux communautés. Les Tutsis étaient estimés par les colonisateurs comme étant d’une « race supérieure ». Avec l’indépendance, les rapports changent les Hutus prennent le pouvoir et des premiers massacres ont lieu en 1963 et 1973. La haine ethnique est entretenue par une propagande qui attise les rancœurs sociales.

2. Dans un climat de guerre civile, les extrémistes hutus

commencent par déployer une intense propagande anti-Tutsis. Avril 1994 : l’attentat contre le Président donne le signal des massacres organisés par les extrémistes hutus au pouvoir. Les troupes belges de l’ONU sont la cible d’attaques et se retirent en grande partie du pays Les rebelles du FPR lancent une offensive à partir du nord du pays et prennent la capitale en juillet. Les massacres perpétrés par les Hutus se poursuivent dans le sud du pays. 22 juin, sous mandat de l’ONU, la France intervient dans le cadre de l’intervention Turquoise pour stopper, mais un peu tard, le génocide. Les génocidaires Hutus s’enfuient par la zone sécuritaire mise en place par la France.

3. La violence semble être le fait d’une grande partie de

Document 2 Cette carte montre l’impact du génocide selon les régions et comment il entraîne l’exode des populations. La zone dite humanitaire mise en place à l’aide de l’opération Turquoise a favorisé la fuite des populations victimes mais aussi celle de certains coupables vers la République démocratique du Congo.

la population hutue. Elle se manifeste par une sorte de « fièvre » de violence en apparence spontanée, mais en réalité orchestrée par les miliciens. Les violences sont perpétrées le plus souvent avec des armes blanches, la machette. On rassemble les victimes dans des églises pour des massacres de masse. Les Tutsis sont aussi battus, noyés et les femmes violées. Ce qui frappe c’est ce génocide « de proximité » ou l’on tue ses voisins, parfois ses proches.

Document 3 La couverture de ce journal de propagande anti-Tutsi illustre l’ancienneté de la haine qui s’affiche dans la THÈME 3 Axe 2 Histoire, mémoire et justice

11

4.

ACTEURS EXTÉRIEURS

LEADERS POLITIQUES

Les troupes belges de l’ONU quittent le Rwanda juste avant le génocide (avril)

Juvénal Habyarimana Président mort dans un accident d’avion

Opération Turquoise menée par la France sous mandat de l’ONU (juin)

Paul Kagamé, hutu, fondateur du FPR, devient le nouveau président

Génocide contre les Tutsis

Médias attisant les haines Revue Kangura, radio des Mille collines

Travailler autrement Il est possible de reprendre l’essentiel des dates de la chronologie de la page 201. On pourra ajouter l’instauration du TPIR en novembre 1994 et des gacaca entre 2002 et 2012. Le récit du génocide doit comprendre les éléments suivants : Les causes –– Une situation ancienne où les Tutsis minoritaires détenaient le pouvoir. –– La colonisation belge et allemande renforçant les antagonismes en « racialisant » cette domination tutsie. –– L’indépendance et le renversement des rapports de force/massacres de Tutsis de 1963 et 1973. –– L’échec du processus de paix d’Arusha, disparition du Président Habyarimana à l’initiative de la paix. Les étapes du génocide –– Avril 1994 : la disparition du Président donne le signal des massacres organisés par les extrémistes hutus au pouvoir. –– Les troupes belges de l’ONU sont la cible d’attaques et se retirent en grande partie du pays –– Les rebelles du FPR lancent une offensive à partir du nord du pays et prennent la capitale en juillet. –– Les massacres perpétrés par les Hutus se poursuivent dans le sud du pays. –– 22 juin, sous mandat de l’ONU, la France intervient dans le cadre de l’intervention Turquoise pour stopper, mais un peu tard, le génocide. Les génocidaires Hutus s’enfuient par la zone sécuritaire mise en place par la France. Les conséquences –– Un génocide très violent qui a fait 800 000 morts en quelques mois. –– Une partie importante de la population hutue a pris part aux massacres. –– L’intervention française soulève des doutes et des polémiques.

Une grande partie de la population hutue participe aux massacres

–– Novembre 1994, instauration d’un Tribunal pénal international pour le Rwanda afin de juger rapidement les principaux responsables. –– Paul Kagamé, le nouvel homme fort met en place une justice transitionnelle : les tribunaux gacaca.

p. 202-203

Jalon 1B

Document 1 Le document nous montre la réalité de cette justice traditionnelle car elle se passe en extérieure, ouverte à tous. Plus de 12 000 tribunaux ont ainsi été mis en place pour traiter plus de 2 millions d’affaires.

Document 2 Le document souligne l’aspect inédit de ce tribunal, le premier depuis la convention de 1948. Il montre que son action a été limitée dans le temps et dans le nombre de personnes suivies : il s’agissait d’abord de punir les acteurs politiques de ce génocide.

Document 3 Ces tribunaux traditionnels ont permis de traiter dans les meilleurs délais plus de 2 millions d’affaires liées au génocide. C’est l’instrument de la justice transitionnelle qui a permis de rétablir la paix et la réconciliation au sein même des villages.

Document 4 La patrimonialisation des sites du génocide est un des éléments de la stratégie de réconciliation nationale initiée par la justice transitionnelle. L’église catholique de Nyamata (construite en 1980) a été réduite en abattoir où plus de 45 000 personnes ont été massacrées.

THÈME 3 Axe 2 Histoire, mémoire et justice

12

Aujourd’hui, transformée en lieu de mémoire du génocide, on trouve dans une salle les outils utilisés par les génocidaires (machettes, lances, couteaux) et dans une seconde, une accumulation des habits que portaient les victimes. Cette scénographie est à rapprocher des accumulations de chaussures, lunettes, valises et autres objets rassemblés dans certains baraquements d’Auschwitz.

Document 5 L’article du Monde de Guillaume Ancel est le reflet des vifs débats autour de l’implication de la France dans le dernier génocide du xxe siècle. Le 5 avril 2019, à l’occasion du 25e anniversaire de ce génocide, le président de la République, Emmanuel Macron a mis en place une commission de chercheurs chargés d’analyser les archives françaises sur l’engagement de la France au Rwanda entre 1990 et 1994. Cette commission est présidée par l’historien Vincent Duclert mais elle a écarté deux historiens pourtant spécialistes de la question : Hélène Dumas, chargée de recherches au CNRS et Stéphane Audouin-Rouzeau, directeur d’études à l’EHESS.

Éléments de réponse aux questions p. 203 1. Le Tribunal a reconnu que ces massacres étaient bien un génocide selon la définition de la convention de 1948. 93 personnes ont été inculpées, 62 condamnées, essentiellement des personnalités politiques ou militaires. 2. Le TPIR n’a en fait jugé que les principaux responsables

politiques et militaires alors qu’une grande partie de la population hutue a participé au génocide. Juger tous ces coupables aurait dû prendre beaucoup de temps. Le nombre important de ces tribunaux locaux a permis de juger plus de 2 millions d’affaires.

3. La patrimonialisation des lieux du génocide est le

moyen de construire une mémoire collective autour de ce traumatisme et d’œuvrer à la réconciliation par des commémorations régulières.

4. La France doit prendre sa part dans ce travail de

mémoire car elle a été impliquée dans ce génocide. D’une part par la vente d’armes au gouvernement avant et pendant le génocide puis en intervenant dans le cadre de l’opération Turquoise. Synthèse Dans cette synthèse, il serait intéressant de décomposer le propos en deux parties. En introduction, rappeler la définition de la justice transitionnelle.

1re partie : L’originalité de ce génocide : un génocide qui implique une grande partie de la population, avec une flambée de violence sanguinaire rarement égalée. 2e partie : L’action du Président tutsi Paul Kagamé. Recours à une justice traditionnelle qui arrive à juger les nombreux acteurs de ce massacre. Patrimonialisation et travail de mémoire. La France et les anciennes puissances coloniales accusées d’avoir une part de responsabilité dans ce génocide : afin de ressouder l’unité nationale ?

En conclusion, on peut cependant s’interroger sur les limites de cette justice transitionnelle. Les tensions et les traumatismes sont encore bien présents vingt-cinq ans plus tard. La réconciliation est néanmoins lancée, bien plus qu’en ex-Yougoslavie. Travailler autrement Pour remédier à l’impossibilité de juger autant d’inculpés, les autorités mettent en place en juin 2002 plus de 11 000 tribunaux populaires dans le cadre d’une justice participative où la population est à la fois, témoin, juge et partie. Mais ce processus suscite des critiques : –– Une justice parodiée : absence d’avocat, juges non rémunérés, amateurisme des juges, une justice des vainqueurs. –– Une vérité qui peine à émerger : ces tribunaux ne font par émerger complètement la vérité des faits. Les témoins des massacres sont intimidés et ne participent pas aux procès. Le silence s’impose aux procès et force à une fausse réconciliation. –– Pour les survivants, les défauts de sanctions se rapprochent d’une nouvelle impunité. De plus aucune réparation est prévue dans tous ces jugements pour les victimes. La réconciliation reste limitée dans le pays tant les antagonismes ethniques demeurent profonds. Les tribunaux gacaca à la justice participative sont une réponse incomplète à l’idée d’une réconciliation nationale.

p. 204-205

Jalon 2A

Face aux crimes de masse,   le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) Ce dossier propose six documents qui retracent dans un premier temps les étapes principales de la guerre en ex-Yougoslavie (une carte et une chronologie) et caractérisent les violences et les buts de ce conflit : une guerre civile ou plutôt contre les civils (stratégie du nettoyage ethnique). Dans une seconde double page, trois documents tentent de montrer les difficultés de l’établissement d’une justice internationale.

Document 1 La carte se propose de montrer tout d’abord la complexité de l’espace yougoslave et notamment le fait que dans beaucoup d’États, on constate le mélange des nationalités formant un véritable patchwork ethnique. On constatera aussi l’étalement dans le temps de l’éclatement de la République fédérative socialiste de Yougoslavie par les dates d’indépendance des différents États de 1991 à 2008.

Document 2 Ce charnier situé à Pilica constitue une preuve des massacres perpétrés par les milices serbes contre les musulmans. Grâce aux travaux des experts médico-légaux, les corps exhumés livrent de précieuses informations sur

THÈME 3 Axe 2 Histoire, mémoire et justice

13

le déroulement des massacres. Ces preuves ont servi à condamner les différents responsables de ces massacres.

Document 3 Cet entretien avec l’historien Jacques Semeli nous éclaire sur les acteurs et leurs motivations, notamment le rôle des milices paramilitaires qui vont perpétrer les pires crimes (voir aussi la photographie du doc. 1 p 196) mais aussi sur la stratégie de guerre : cibler les civils afin de les faire fuir et procéder ainsi au nettoyage ethnique.

Éléments de réponse aux questions p. 205 1. Le maréchal Tito avait assuré la cohésion de cet espace politique rassemblant de nombreuses nationalités. À sa mort en 1980, la Yougoslavie semble encore tenir mais la chute des régimes communistes en Europe de l’Est et l’affaiblissement de l’URSS vont précipiter la dislocation de cet État. En 1991, la Slovénie, la Croatie et la Macédoine proclament leur indépendance. La Serbie dirigée par le nationaliste Milosevic entend conserver sa place prépondérante dans la région et profiter de cette période pour rassembler autour de cet État tous les Serbes en pratiquant la purification ethnique. La Serbie mène ainsi des attaques contre la Croatie puis contre la Bosnie-Herzégovine. Les accords de Dayton en 1995 marquent la fin du conflit le plus meurtrier. Les hostilités reprennent en 1998 au Kosovo qui souhaite son indépendance. La Serbie considérant qu’il s’agit du berceau de sa nation entend le conserver dans son giron. L’intervention de l’OTAN en 1999 marque la fin des combats et l’indépendance du Kosovo est proclamée en 2008. Entre-temps, le nationaliste Milosevic a quitté le pouvoir et a été arrêté pour être jugé par le TPI pour l’ex-Yougoslavie.

2. Les acteurs des massacres sont les armées, la police

mais surtout les milices paramilitaires composées de nationalistes, mais aussi de hooligans et de repris de justice qui, dans ces circonstances exceptionnelles, en profitent pour exercer des violences contre les minorités, commettre des actes de banditisme et pratiquer le viol.

–– Les conséquences : l’éclatement de l’ex-Yougoslavie a provoqué la création d’États nouveaux mais la Serbie a voulu maintenir l’unité et rassembler les Serbes autour d’une Grande Serbie. Les velléités nationalistes se sont propagées sur l’espace de l’ex-Yougoslavie, en Croatie, en Bosnie et au Kosovo. Le « nettoyage ethnique » a eu aussi pour conséquence des déplacements de populations et des tensions entre les communautés restées sur place. Travailler à l’oral Il est possible de partir d’une BD, celle par exemple de Joe Sacco, The Fixer, une histoire de Sarajevo de 2005 qui raconte le conflit par le biais d’un reporter et son « fixer », celui qui met en contact les reporters avec les interlocuteurs locaux.

p. 206-207

Jalon 2B

Document 1 Le texte de Pierre Hazan explique et justifie l’établissement d’une justice internationale pour rompre la spirale de la haine et de la vengeance. Il laisse sous-entendre que ce n’est qu’une pièce imparfaite du processus de réconciliation.

Document 2 La caricature du suisse Chapatte montre avec ironie, un dirigeant en prison accusé de crime contre l’humanité. Arrêté en 2001, Slobodan Milosevic est présenté comme rassuré, il peut, seul au sein de sa cellule concevoir sa vision d’un monde ethniquement pur.

Document 3 Le document soulève les limites nombreuses du TPIY. Il montre que les pressions extérieures de la communauté internationale et de l’UE ont certes permis de juger les dirigeants mais cela a suscité bien des réticences et des doutes de la part des populations. Et les acquittements de certains dirigeants ont jeté un peu plus le discrédit sur cette institution.

3. Car il s’agit bien d’une stratégie menée par les pro-

tagonistes : cibler les civils c’est les forcer à quitter un territoire par la terreur et pratiquer ainsi la « purification ethnique ». Cette stratégie rend désormais toute cohabitation entre les communautés impossible. Synthèse En introduction : présenter la Yougoslavie comme un État multinational inédit. Reprendre la définition du terme : nettoyage ethnique. –– Les causes : La mort de la figure tutélaire, Tito. La disparition du communisme partout en Europe de l’Est. L’émergence de gouvernements nationalistes. –– La mise en œuvre : la dislocation de la Yougoslavie est une opportunité pour revoir les frontières et déplacer des minorités jugées indésirables. Des violences sont menées d’abord contre les civils, des viols, des massacres systématiques : en Bosnie-Herzégovine la moitié des victimes durant la guerre ont été des civils.

Éléments de réponse aux questions p. 207 1. Les objectifs du TPIY sont de mener des procès indépendants, impartiaux et équitables pour les crimes commis au cours des conflits survenus lors de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie et de punir les coupables. 2. Le TPIY a dû faire face à l’hostilité des opinions

publiques des pays de l’ex-Yougoslavie qui avaient parfois soutenu les accusés. De plus, sans force de police propre, il a dû faire appel aux forces de police des États de l’ex-Yougoslavie, rencontrant parfois des résistances. Enfin, certains verdicts ont été contestés tant par les soutiens des accusés que par les victimes. Synthèse En introduction : quelques rappels sur les circonstances de l’instauration du TPIY et du principe d’une justice internationale.

THÈME 3 Axe 2 Histoire, mémoire et justice

14

Les victoires : –– Le principe d’une justice internationale s’est imposé à tous ; –– Les principaux dirigeants ont été arrêtés et condamnés ; –– Les crimes de guerre sont ainsi poursuivis de manière indépendante ; –– Le TPIY s’intègre dans une stratégie de réconciliation et de justice transitionnelle ; –– Les victimes de ces crimes sont finalement reconnues. Les échecs : –– Le TPIY est une volonté des puissances extérieures, faible adhésion des belligérants ; –– Le TPIY est une réponse incomplète, la réconciliation n’est pas vraiment commencée et le travail de mémoire trop limité ; –– Les acquittements de certains dirigeants croates ont jeté un peu plus le discrédit sur l’institution. Travailler à l’oral Pour cet argumentaire qui est en quelque sorte un réquisitoire voici quelques conseils. RÉQUISITOIRE Qui parle ?

Nous, je (implication de l’émetteur)

À qui ?

Forte implication de l’auditoire à convaincre

De qui,  de quoi ?

D’un sujet considéré comme coupable

Vocabulaire

Péjoratif

Registre

Polémique

Stratégie

Ironie, appel à la raison

Les gacaca participent au dispositif de la justice transitionnelle car près de 2 millions de jugements ont été prononcés dans ces tribunaux d’exception. Ils ont permis de donner une réponse judiciaire à ces crimes de masse qui avaient impliqué une grande partie de la population hutue. Ils ont enfin permis de juger les coupables qui étaient encore en attente de jugement dans les prisons. Ainsi, les tribunaux traditionnels ont été un outil judiciaire inédit et relativement efficace pour initier un début de réconciliation au Rwanda. Mais la justice doit être complétée par une politique plus large de réconciliation, commémorations, travail de mémoire, développement économique.

Exercice 2 Voici la liste des criminels dont on pourra facilement trouver des informations presque tous condamnés à de longues peines de prison : Slobodan Milosevic, Radovan Karadzic, Ratko Mladic, Milan Martić, Milomir Stakic, Radislav Krstić, Radoslav Brđanin, Dragan Nikolić, Goran Jelisić.

Exercice 3

Vous pourrez accéder au dossier (très complet) de Milosevic : https://www.icty.org/fr/case/slobodan_milosevic Le dossier de l’accusation : https://www.icty.org/fr/ content/le-proc%C3%A8s-milo%C5%A1evi%C4%87-­ledossier-de-laccusation Plaidoyer et réquisitoire fonctionnent de la même manière

p. 210-211

est composé de juges non professionnels qui sont choisis parmi les sages des villages, ils suivent une rapide formation et ce sont eux qui rendent la justice. Ces procès sont en plein air et ouverts à tous, ils impliquent l’ensemble de la population et participent au processus de réconciliation.

Exercices Bac

Exercice 1 Les tribunaux qu’on appelle gacaca (signifiant « herbe douce » en kinyarwanda) sont des tribunaux communautaires s’inspirant de la justice traditionnelle. Ils ont complété la poursuite des dirigeants du génocide jugés dans le Tribunal pénal international pour le Rwanda. Ils se sont tenus durant entre 2002 et 2012. Dans le tribunal (exemple de Gotovo, doc 1 p. 202), l’accusé comparaît dans la tenue rose des prisonniers devant un survivant du génocide. Ces tribunaux traditionnels se sont implantés partout sur le territoire rwandais, près de 12 000 d’entre eux se tenant au plus près de la population. En effet, le tribunal

1. Le siège de Sarajevo a duré plus de trois ans (19921995) il a opposé les forces bosniaques qui avaient déclaré leur indépendance et des troupes paramilitaires serbes souhaitant rester attachées à la Serbie. 2. La Bosnie-Herzégovine organise la commémoration

du 20e anniversaire du siège de Sarajevo en mettant en scène à travers la ville, une « Red line », 11 541 chaises rouges symbolisant l’ensemble des victimes tuées au cours du siège.

3. Les accords de Dayton de 1995 prévoient l’arrêt des

combats entre les deux communautés à la suite d’un accord de partition de l’État entre deux entités politiques : Fédération croato-musulmane pour 51 % du territoire et la République Serbe de Bosnie pour 49 % du reste du territoire, consacrant la logique de la séparation des deux communautés. L’arrêt des combats, la séparation ne veulent pas dire la fin de la haine entre les deux communautés.

4. Cette commémoration a marqué les esprits, surtout

de ceux qui étaient convaincus du rôle nécessaire de la mémoire collective pour pouvoir ensuite entreprendre une réconciliation.

5. La Bosnie-Herzégovine est en fait une composition

complexe de deux États, de deux communautés qui se tournent le dos. Pour le moment, le travail de mémoire, de justice et de réconciliation n’est toujours pas commencé.

THÈME 3 Axe 2 Histoire, mémoire et justice

15

ÉTUDE CONCLUSIVE

L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes La logique du chapitre L’objectif de cette étude conclusive est de montrer que la mémoire, « une trace du passé dans le présent ou une commande du présent pour évoquer, interpréter et sélectionner le passé » selon Raphaëlle Branche, est longtemps forte d’enjeux politiques quand elle touche à la Seconde Guerre mondiale. En France, le conflit ayant rompu l’identité de la nation, toutes les forces sociales et politiques se retrouvent divisées. C’est une période marquée par le souvenir d’années noires et honteuses, que les Français ont cherché à oublier car totalement en désaccord avec les principes et les valeurs de la République. Après 1945, des communautés de mémoires sont en concurrence ; elles tentent de corriger, de dicter, d’élaguer le récit historique. Afin de permettre l’évolution de ces mémoires dans l’espace public, le rôle des historiens, de la justice ou des artistes est important pour faire émerger ces mémoires, les corriger, les diffuser, par leurs recherches, leurs jugements ou leurs œuvres.

Bibliographie –– G. Bensoussan, Atlas de la Shoah. La mise à mort des Juifs d’Europe, 1939-1945, ­Autrement, 2014. En une centaine de cartes et d’infographies, cet atlas permet une appréhension globale de cet événement, ses origines, sa chronologie, son déploiement géographique et ses conséquences démographiques. –– V. Duclert, « Les Génocides », La Documentation photographique, n° 8127, mars 2019, CNRS Éditions. Un numéro qui rend compte des êtres humains qui ont conçu les projets génocidaires et les ont mis en œuvre, de l’histoire des victimes à qui tout a été soustrait jusqu’à leur mort même et dont on continue pour beaucoup d’ignorer le nom et le passé, de l’histoire des rares témoins et sauveteurs… –– M. Moutier-Bitan, Les Champs de la Shoah. L’extermination des Juifs en Union soviétique occupée, 1941-1944, éditions Passés composés, 2019. L’historienne Marie Moutier-Bitan amène son lecteur sur les lieux de l’extermination des Juifs dans le contexte de l’avancée allemande en URSS. –– C. Ingrao, La Promesse de l’Est : espérance nazie et génocide (1939-1943), éditions du Seuil, 2016. Christian Ingrao revient sur l’histoire de l’utopie nazie, de sa conception à ses tentatives de mise en œuvre et de ses rapports intimes avec le génocide des Juifs et des Tsiganes. Il décrit l’hallucinant projet qui devait vider les territoires de l’Europe de l’Est de ses millions d’habitants pour les remplacer par des colons allemands. –– « Les écrans de la Shoah », Revue d’Histoire de la Shoah, n° 195, 2011. La télévision et le cinéma construisent un savoir sur la destruction des Juifs d’Europe largement partagé. Pourtant, ce rôle dévolu aux images animées ne va pas de soi et il alimente débats et polémiques. Ce recueil offre un état de la question et de ses enjeux de 1941 à nos jours, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis. –– G. Steinacher, Les Nazis en fuite, Perrin, 2015. Comment certains sbires d’Hitler ontils échappé à la justice après la chute du IIIe Reich ? Gerald Steinacher démêle ici le vrai du faux, laissant de côté fantasmes et théories du complot.

Sitographie : –– Les ressources documentaires proposées par le site Mémoires tsiganes : http://www. memoires-tsiganes1939-1946.fr/accueil.html –– Les ressources documentaires du United States Holocaust M ­ useum Memorial : https://www.ushmm.org/fr –– Les ressources documentaires proposées par le site du Mémorial de la Shoah : http:// www.memorialdelashoah.org/

THÈME 3 Étude conclusive L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes

16

p. 214-215

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 214 1. Cette photographie fixe la mémoire de la Shoah d’abord car elle témoigne d’un des moments du processus, l’arrestation dans les ghettos avant la déportation dans les centres de mise à mort. Elle est ainsi utilisée comme preuve à charge lors du procès de Nuremberg. Mais cette photographie fixe aussi la mémoire car son impact visuel la rend emblématique. Enfin, reprise dans des films ou dans de nombreux manuels scolaires et publications, elle devient « iconique ».

Éléments de réponse aux questions p. 215 1. Les historiens peuvent contribuer à faire mieux connaître les évènements passés par leurs recherches et leurs publications, mais aussi parfois en témoignant lors de procès mémoriels comme ici Jean-Pierre Azéma lors du procès de Maurice Papon, haut fonctionnaire du régime de Vichy, ayant activement participé à la collaboration et la déportation. Cependant, certains historiens sont en désaccord sur ce rôle de témoin pour l’historien, comme Henry Rousso car selon lui « la capacité d’expertise de l’historien s’accommode mal des règles et des objectifs d’un tribunal ».

rien n’était prévu pour les abriter, moins encore pour les nourrir ne serait-ce que 24 heures. Il s’agit donc plutôt de centres de mise à mort que de camps. Indépendants du système concentrationnaire nazi, ils échappaient à son système d’inspection, à l’exception d’Auschwitz et de Majdanek, initialement « simples » camps de concentration avant de devenir mixtes (camp de concentration, de travail et centre d’extermination).

Éléments de réponse aux questions p. 217 1. Les Juifs sont d’abord concentrés dans des ghettos, notamment en Pologne, où la mortalité est forte de par la faim ou la maladie. Les Einsatzgruppen ont assassiné des Juifs et des Tsiganes, essentiellement sur le front russe. L’expression « Shoah par balles » est utilisée pour cette phase du génocide. Mais la « Solution finale » est surtout mise en œuvre avec les camps d’extermination ou centres de mise à mort, où environ 3 millions de Juifs et Tsiganes sont morts. 2. L’Europe de l’Est est de loin l’espace le plus concerné

par le génocide. La Pologne est le pays le plus touché en valeur absolue (3 millions de morts) et en pourcentage (plus de 80 % de morts pour les Juifs, plus de 60 % pour les Tsiganes). L’URSS est le 2e pays le plus touché en nombre.

2. Les acteurs construisant la mémoire des génocides

sont les victimes, leurs bourreaux (ici le soldat SS qui prend la photo, mais aussi les accusés nazis lors d’un procès), les historiens, les juges, les artistes (comme Alain Resnais pour le document 1).

p. 216-217

Re p è r e s

Le génocide des Juifs   et des Tsiganes d’Europe L’objectif de cette double page Repères est de regrouper quelques éléments permettant au professeur de faire le point sur le génocide des Juifs et des Tsiganes d’Europe. Un tableau statistique associé à des définitions permet d’aborder les différentes phases de la politique d’extermination nazie. Une carte permet de spatialiser ces chiffres. Deux autres documents permettent d’insister sur le lieu le plus emblématique : Auschwitz-Birkenau. La photographie est la seule qui nous soit parvenue de la section tsigane du camp. Le témoignage de Rudolf Höss permet de montrer un témoignage de bourreau. C’est peut-être à tort que le camp d’Auschwitz désigne aujourd’hui par métonymie la Shoah car dans les centres de mise à mort de Belzec, Sobibor ou Treblinka, les taux de mortalité y avoisinent les 100 %. L’expression de « centres de mise à mort » est privilégiée aujourd’hui, notamment par Raul Hilberg. En effet, Belzec, Chelmno, Sobibor, Treblinka, Majdanek et Auschwitz-Birkenau sont moins des camps que de simples terminus ferroviaires pour l’écrasante majorité des Juifs qui y furent acheminés. Sitôt arrivés, la plupart des Juifs y sont gazés sans même avoir été immatriculés. À Treblinka, où il n’était pas rare qu’en un seul jour soient déportés 9 000 Juifs,

p. 218-219

Jalon 1A

Lieux de mémoire du génocide   des Juifs et des Tsiganes L’objectif de ce Jalon est de montrer comment des lieux au cœur de l’histoire du génocide des Juifs et des Tsiganes ont permis ou non de construire la mémoire de ces évènements.

Document 1 Ce texte permet d’aborder les différentes phases de la construction de la mémoire de la Shoah en France, de la mémoire résistancialiste à aujourd’hui. Dès le discours de l’Hôtel de ville, le 25 août 1944, de Gaulle appelle à l’unité nationale nécessaire à un moment où le général doit imposer sa légitimité sur l’ensemble du territoire et à tous les Français. Et de Gaulle arrive à faire passer la France de vaincue et outragée à vainqueur. Le général fonde pour cela le résistancialisme. Selon Henry Rousso, qui propose ce néologisme en 1987, c’est un mythe politique selon lequel toute la nation française aurait été en résistance, les collaborateurs étant minoritaires, négligeables et à oublier. De Gaulle déclare que « Vichy est nul et non avenu » et la République n’a jamais cessé d’exister, avec la Résistance. Si des pages sombres sont oubliées et effacées, cela peut laisser libre place à toutes sortes d’interprétations. Comme aucune histoire n’a été faite, personne ne peut la contredire. Ainsi, en 1954, Robert Aron, dans son Histoire de Vichy, parle de « glaive et bouclier », et de « double jeu ». Aron prétend que Pétain en collaborant voulait protéger la population française et préparer la libération du pays. Pétain faisait

THÈME 3 Étude conclusive L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes

17

semblant de parler avec Hitler mais attendait la réaction de De Gaulle. Aron s’appuie sur des arguments de la défense de Pétain pendant son procès. Pour l’historien, les responsables de la collaboration sont Pierre Laval et les chefs de la Milice qui ont arrêté les Juifs et les résistants. Face à cette thèse aucune réaction officielle n’est faite car cela permet d’oublier et de continuer à conserver l’unité nationale. En 1964, de Gaulle propose d’organiser une cérémonie en l’honneur de Jean Moulin. Il décide de faire transférer les cendres de celui-ci au Panthéon le 19 décembre. La cérémonie est grandiose et le discours de Malraux, ministre de la Culture, est célèbre notamment par la phrase suivante : « entre ici Jean Moulin, avec ton terrible cortège ». Mais dans ce discours, les Juifs, les travailleurs du STO ou encore les prisonniers de guerre ne sont pas mentionnés. Il n’y a toujours pas de place pour les autres victimes. Le réveil d’une mémoire du sort spécifique réservé aux Juifs, se produit lors du procès du responsable nazi Adolf Eichmann en 1961-1962 à Jérusalem. Suivent d’autres procès comme ceux de Klaus Barbie en 1987 ou de Maurice Papon en 1997-1998, « procès mémoriels » qui permettent une réflexion sur le rôle de Vichy et de l’administration française dans les déportations. Un autre tournant majeur a lieu en 1973 avec Robert Paxton, historien américain et donc plus neutre par rapport aux mémoires concurrentielles. Il travaille sur les archives allemandes et remet en cause la thèse de Robert Aron dans son ouvrage La France de Vichy. Il affirme que Vichy a sa propre dynamique idéologique et politique c’est-àdire indépendamment des Allemands, avec un rôle actif et volontaire notamment dans la déportation des Juifs. Pétain n’a pas répondu à la pression d’Hitler de déporter mais c’est une initiative qu’il a eue de lui-même (ex : le Statut des Juifs dès octobre 1940). Cet ouvrage et ces procès remettent au cœur de l’actualité et du débat public ces mémoires et ces questionnements autour de Vichy, occultés par le résistancialisme.

Document 2 Jacques Chirac est le Président qui a reconnu officiellement la responsabilité de l’État français dans le génocide des Juifs en 1995. Simone Veil est une déportée victime de ce « grand silence », comme elle en témoigne dans son autobiographie. Ils se rendent tous deux ici à une commémoration faite à Auschwitz.

Document 3 La campagne présidentielle de 2017 a été une nouvelle occasion de relancer les polémiques autour du devoir de mémoire et de la responsabilité de l’État français. Nicolas Sarkozy remettait déjà en cause la « repentance » en 2007. Et il avait ensuite insisté sur la Résistance avec la dernière lettre de Guy Môquet à lire devant les élèves. Marine Le Pen invoque ici de Gaulle et Mitterrand, qui avait des difficultés à se positionner sur la mémoire de Vichy. En effet, comme l’a analysé le journaliste Pierre Péan dans Une Jeunesse française, en 1994, Mitterrand est un ancien fonctionnaire du régime de Vichy. Il collabore jusqu’en 1943 puis devient résistant. Il a protégé certaines personnalités vichystes comme Maurice Papon

dont le procès s’ouvre après la mort de Mitterrand. Les propos de Marine Le Pen sont qualifiés de « révisionnistes », en lien avec les thèses de Robert Faurisson à partir de 1978, ou la déclaration de Jean-Marie Le Pen en 1987 qui parle des chambres à gaz comme d’un « point de détail de l’histoire ». En 1990, le législateur réagit avec la loi Gayssot qui réprime le négationnisme autour de la Shoah.

Documents 4 et 5 Ces documents permettent de montrer que les « lieux de mémoire » et commémorations ne suffisent pas pour entretenir un « devoir de mémoire » autour de la Shoah. Sans explications, cela reste vain. Les historiens critiquent le manque d’informations face aux évènements et l’inutilité de ces commémorations si l’on n’en connaît pas le sens. Ici, dans le document 4, Auschwitz n’est qu’un lieu touristique parmi d’autres, et le souvenir de la Shoah s’efface. Dans le document 5, Auschwitz est utilisé à contre-emploi par l’extrême droite polonaise, pour minimiser la place de Shoah dans l’histoire polonaise.

Éléments de réponse aux questions p. 219 1. La mémoire de la Shoah a eu du mal à s’exprimer, car le pays avait besoin d’union nationale, et les résistants devaient donc être mis en avant et non les victimes du conflit ou Vichy : « Buchenwald symbolisait la réalité concentrationnaire. ». « Auschwitz l’incarne dorénavant » car une mémoire spécifique de la Shoah est possible grâce au retentissement mondial du procès d’Adolf Eichmann à Jérusalem en 1961, et en France après la publication en 1973, par l’historien américain Robert Paxton, d’un ouvrage mettant en avant la collaboration du régime de Vichy et son rôle dans la déportation. Des lieux de mémoire apparaissent partout en Europe, le premier étant Auschwitz. Le Vél’ d’Hiv, où plus de 13 000 Juifs avaient été entassés avant d’être, pour la plupart, déportés puis exterminés dans des camps nazis, est un lieu important en France. 2. C’est là, au Vél’ d’Hiv, que Jacques Chirac a choisi de

prononcer son discours sur « les fautes du passé ». C’est la première fois qu’il y a une reconnaissance officielle que l’État français porte une part de responsabilité dans les déportations et les crimes commis sous l’Occupation. Jacques Chirac participe aussi à d’autres commémorations, notamment celle du 60e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, en 2005.

3. Jacques Chirac est gaulliste et sa reconnaissance offi-

cielle de la responsabilité de l’État français n’a que plus de poids après la promotion du résistancialisme par le général de Gaulle. Pour Marine Le Pen, candidate du FN à l’élection présidentielle, la France n’était « pas responsable » de la rafle du Vél’ d’Hiv. Elle refuse les critiques envers les pages sombres du passé, rappelant les figures de De Gaulle et de Mitterrand, avec un argumentaire reprenant celui du résistancialisme. Synthèse L’objectif, en mobilisant ici les documents 4 et 5, est d’analyser comment les lieux de mémoire et

THÈME 3 Étude conclusive L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes

18

commémorations permettent d’entretenir le devoir de mémoire. Mais il faut aussi montrer que, sans explications, ces lieux peuvent être utilisés à mauvais escient et récupérées pour faire passer un message politique ou pour participer à un révisionnisme voire un négationnisme, qui permet d’occulter les pages sombres de certaines histoires nationales, en France ou en Europe de l’Est. Travailler à l’oral Les élèves peuvent ici élargir les bornes du sujet et analyser la montée du révisionnisme en Europe de l’Est, notamment en Pologne, en Hongrie ou en Russie. Quelques liens pour orienter leur travail : –– http://www.rfi.fr/fr/europe/20180321-pologne-fiertenationale-pis-histoire-shoah-mars-1968-andrzej-duda –– https://www.lemonde.fr/blog/filiu/2020/04/12/orbanreecrit-lhistoire-de-la-shoah-en-hongrie/ –– https://www.lemonde.fr/culture/article/2012/05/17/ holocauste-ne-se-dit-pas-en-russe_1703190_3246.html

p. 220-221

Jalon 1B

Document 1 Cette carte permet de rappeler les conséquences du conflit sur le territoire français, et de visualiser la géographie des camps en France, ceux des Juifs et ceux des Tsiganes.

Document 2 Le mémorial pour les Sintis et Roms d’Europe, inauguré par Angela Merkel en 2012 rappelle le Porajmos, qui est reconnu par l’État allemand depuis 1982. Il est situé face au Reichstag et consiste en un bassin d’eau circulaire au milieu duquel se trouve une stèle en pierre de la forme d’un triangle, comme ceux de couleurs différentes qui ornaient les vêtements des détenus pour les identifier. Sur le bord de la fontaine, on peut lire le poème « Auschwitz » du Rom italien Santino Spinelli. Le document peut permettre de faire le point sur les différentes dénominations associées à ce peuple (Roms, Tsiganes, Sintis, mais aussi les noms péjoratifs Gitans, Gipsys, etc.)

tration. Mais des lieux spécifiques sont réservés aux Juifs et aux Tsiganes, avant leur déportation. Il y a des camps dans la zone occupée, notamment le plus célèbre, celui de Drancy, en banlieue parisienne. Mais il y en a aussi dans la zone libre, montrant le rôle actif du régime de Vichy dans l’internement de ces populations. Certains camps enferment à la fois les Juifs et les Tsiganes, comme celui de Rivesaltes.

2. La mémoire du génocide des Tsiganes a d’abord été

refoulée, comme celle de la Shoah, après le conflit. Mais cet article de 2007 montre que les lieux du génocide n’ont pas été préservés pour en faire des lieux de mémoire et que des commémorations n’ont pas été organisées. De plus, les historiens ont tardé à s’emparer de cet objet d’étude. Ainsi, la mémoire commune, celle des ouvrages de vulgarisation et des manuels scolaires, ne permet pas d’y inclure celle du Porajmos.

3. L’État allemand a reconnu officiellement le génocide

en 1982. En France, en octobre 2016, François Hollande reconnaît la responsabilité du régime de Vichy dans l’internement de Tsiganes lors d’une cérémonie d’hommage sur le site d’un ancien camp à Montreuil-Bellay, le plus grand des 31 camps gérés par les autorités françaises. « L’amnésie républicaine » face au sort des Tsiganes pourrait ainsi être remise en cause avec la valorisation ce lieu de mémoire et les dernières recherches des historiens. Synthèse L’objectif est de continuer le parallèle et la comparaison entre la construction des mémoires de la Shoah et du Porajmos, en se concentrant spécifiquement sur l’utilisation des lieux de mémoire cités dans les deux doubles pages, et leur fonction dans les politiques mémorielles en France et ailleurs. Travailler autrement Cette recherche peut permettre de réfléchir au concept de concurrence mémorielle. Elle permet aussi d’aborder la mémoire des républicains espagnols dans cette région de France. Un lien pour orienter le travail des élèves : http:// www.slate.fr/story/164894/societe-histoire-camp-rivesaltes-stele-soldats-nazis-prisonniers-guerre-allemands-memoire

Documents 3 et 4 Ces deux textes peuvent permettre de faire le parallèle et de comparer la construction des mémoires de la Shoah et du Porajmos. Le chancelier allemand Helmut Kohl a reconnu officiellement le génocide en 1982. En France, à partir de 2007, une première proposition de loi visait à la reconnaissance du génocide tzigane. En octobre 2016, François Hollande reconnaît la responsabilité du régime de Vichy dans l’internement de Tsiganes de 1940 à 1946 lors d’une cérémonie d’hommage sur le site d’un ancien camp à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), le plus grand des 31 camps gérés par les autorités françaises.

Éléments de réponse aux questions p. 221 1. Des opposants à l’Occupation nazie comme les résistants peuvent être internés dans les camps de concen-

p. 222-223

Jalon 2A

Juger les crimes nazis après Nuremberg L’objectif de ce Jalon est de montrer comment la justice et ses acteurs (juges, avocats, témoins, accusés) ont permis de construire la mémoire du génocide, le plus souvent à travers les procès mémoriels.

Document 1 Du 20 novembre 1945 au 1er octobre 1946, 24 criminels nazis sont jugés à Nuremberg. Le lieu du procès est symbolique car Nuremberg était la « capitale idéologique » du Reich où se déroulaient les congrès du parti nazi. Les accusés ont tous ont occupé des fonctions politiques ou

THÈME 3 Étude conclusive L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes

19

économiques importantes. Ce sont donc les principaux chefs nazis capturés. Ils sont accusés de crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Les magistrats chargés de ce procès sont des juges des 4 puissances vainqueurs. Le procès est retransmis en direct à la radio et couvert par plus de 400 journalistes. Ses répercussions sont nationales et internationales. Il est donc un instrument de la dénazification et une œuvre de réparation vis-à-vis des victimes qui vise à « ne pas oublier » « la barbarie qui (a) horrifié le monde ». Mais la justice de Nuremberg est celle des vainqueurs. Le rôle de l’URSS dans l’entrée en guerre ou les massacres en Pologne (Katyn) n’apparaissent pas et sont pour elle, un « terrible non-dit de Nuremberg ». La seconde imperfection est l’indifférenciation entre « les camps de concentration et les camps d’extermination » même si les crimes contre les Juifs d’Europe sont au centre du procès. La définition du crime contre l’humanité et la dimension internationale du tribunal ont ouvert la voie à l’idée d’une justice pénale internationale qui existe aujourd’hui avec la CPI qui siège à La Haye.

Document 2 Hannah Arendt évoque ici la difficile poursuite de la dénazification après Nuremberg. Pour sortir le pays du conflit, notamment après la partition RFA/RDA, l’administration a pu employer des fonctionnaires au passé compromettant. Mais le chancelier Adenauer, à la façon de De Gaulle et son résistancialisme, voyait cela comme un mal nécessaire pour permettre la reconstruction du pays. Ainsi, le 3e chancelier de la RFA, Kurt Georg Kiesinger (1966-1969, CDU) est un ancien membre actif du parti nazi. À la défaite du Troisième Reich, il est emprisonné dans un camp d’internement de 1945 à 1946 avant d’être libéré en 1948. La publication tardive en 1966 par le Spiegel des archives du NSDAP saisies par les Américains, confirme la défense de Kiesinger selon laquelle il n’avait jamais entretenu de sentiment antisémite. Il y était expressément dénoncé par ses collaborateurs auprès de la SS en 1944, comme principal responsable faisant obstacle à la mise en œuvre de la politique antisémite au sein de son département. Sa nomination comme chancelier n’en fut pas moins controversée. Il fut publiquement giflé par Beate Klarsfeld, le jeudi 7 novembre 1968. Dans la zone soviétique, l’impact de la dénazification est également limité pour plusieurs raisons : le souci est moins de punir les nazis que d’asseoir solidement le pouvoir communiste et l’interprétation communiste, qui fait du fascisme un produit du capitalisme. Cela amène les autorités à cibler la répression sur les hommes d’affaires et les fonctionnaires soupçonnés d’avoir servi les intérêts de la classe dirigeante. Au début des années 1960, 10 % des parlementaires communistes est-allemands sont d’anciens nazis et beaucoup de cadres de la Stasi, la police politique communiste, sont d’anciens membres de la Gestapo.

nombreux responsables nazis ont fui à l’étranger pour éviter les procès et condamnations. Eichmann se réfugie en Argentine. Le Mossad monte une opération pour le capturer en pleine rue à Buenos Aires, bafouant la souveraineté de l’Argentine. Pour sortir le prisonnier du pays, le commando d’agents secrets se déguise en stewards et drogue Eichmann ce qui permet de l’amener à son procès. Cette exfiltration reste très polémique. En suivant le procès, Hannah Arendt parle de « banalité du mal ». Mais, ce procès donne aussi pour la première fois la parole aux témoins : 111 témoins vont se succéder à la barre. Cela permet de libérer la parole des victimes, qui se sentent légitimes pour parler, raconter leur expérience personnelle qu’il ne faut plus refouler. Les victimes retrouvent une identité, celle de victimes mais également de survivants de la Shoah. C’est le début de la mémoire de la Shoah.

Document 4 Ce document permet d’insister sur un aspect qui précède la tenue de ces procès, la poursuite des criminels nazis. Simon Wiesenthal, rescapé des camps, a consacré sa vie à la traque de 1 100 criminels de guerre nazis en fuite. Il a créé un centre en 1977 à Los Angeles qui œuvre pour la mémoire de la Shoah, mais qui est surtout connu pour publier chaque année une liste des criminels nazis les plus recherchés. En 2002, le nouveau directeur du centre, Efraim Zuroff, lance l’opération « Dernière chance » pour accélérer la traque des anciens nazis avant qu’ils ne meurent de vieillesse.

Éléments de réponse aux questions p. 223 1. Le lieu du procès est d’abord symbolique car Nuremberg était la « capitale idéologique » du Reich. Ce procès a aussi un but pédagogique car pour la première fois dans l’histoire, la procédure est filmée pour que les crimes ne tombent pas dans l’oubli. La définition du crime contre l’humanité et la dimension internationale du tribunal ont ouvert la voie à l’idée d’une justice pénale internationale incarnée aujourd’hui dans la CPI qui siège à La Haye. 2. Hannah Arendt évoque ici la difficile poursuite de la

dénazification après Nuremberg. Pour sortir le pays du conflit, notamment après la partition RFA/RDA, l’administration a pu employer des fonctionnaires au passé compromettant. Mais le chancelier Adenauer voyait cela comme un mal nécessaire pour permettre la reconstruction du pays.

3. Des civils, anciens déportés, et les services secrets

Document 3

israéliens poursuivent la traque des responsables nazis. Cela permet la tenue de plusieurs procès dont celui d’Adolf Eichmann en 1961-1962 à Jérusalem. Ce procès permet de libérer la parole des victimes, qui retrouvent une identité. Cela marque le début de la mémoire de la Shoah, qui permet aux États de ne plus oublier et d’admettre leurs responsabilités passées.

Ce texte évoque le moment majeur pour le réveil de la mémoire de la Shoah : le procès du responsable nazi Adolf Eichmann en 1961-1962 à Jérusalem. De

Synthèse L’objectif est, après avoir utilisé les lieux de mémoire, de montrer comment les procès de criminels nazis permettent aussi de retrouver les différentes étapes

THÈME 3 Étude conclusive L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes

20

de la construction de la mémoire de la Shoah, d’abord avec Nuremberg, puis avec la difficile dénazification (qui

rejoint l’idée du « grand silence ») et finalement le réveil de cette mémoire avec le procès Eichmann.

Travailler autrement Accusations Accusé

Complot

Crimes contre la paix

Crimes de guerre

Verdict

Crimes contre l’humanité

Martin Bormann

Acquitté

Non inculpé

Coupable

Coupable

Condamné à mort par contumace

Karl Dönitz

Acquitté

Coupable

Coupable

Non inculpé

10 ans de prison

Hans Frank

Acquitté

Non inculpé

Coupable

Coupable

Peine de mort

Wilhelm Frick

Acquitté

Coupable

Coupable

Coupable

Peine de mort

Hans Fritzsche

Acquitté

Acquitté

Acquitté

Non inculpé

Acquitté

Walther Funk

Acquitté

Coupable

Coupable

Coupable

Prison à perpétuité

Hermann Göring

Coupable

Coupable

Coupable

Coupable

Peine de mort

Rudolf Hess

Coupable

Coupable

Acquitté

Acquitté

Prison à perpétuité

Alfred Jodl

Coupable

Coupable

Coupable

Coupable

Peine de mort

Ernst Kaltenbrunner

Acquitté

Non inculpé

Coupable

Coupable

Peine de mort

Wilhelm Keitel

Coupable

Coupable

Coupable

Coupable

Peine de mort

Gustav Krupp von Bohlen und Halbach

Inculpé

Inculpé

Inculpé

Inculpé

Considéré comme médicalement inapte à être jugé

Robert Ley

Inculpé

Inculpé

Inculpé

Inculpé

Mort avant le verdict

Konstantin von Neurath

Coupable

Coupable

Coupable

Coupable

15 ans de prison

Franz von Papen

Acquitté

Acquitté

Non inculpé

Non inculpé

Acquitté

Erich Raeder

Acquitté

Coupable

Acquitté

Non inculpé

Prison à perpétuité

Joachim von Ribbentrop

Coupable

Coupable

Coupable

Coupable

Peine de mort

Alfred Rosenberg Coupable

Coupable

Coupable

Coupable

Peine de mort

Fritz Sauckel

Acquitté

Acquitté

Coupable

Coupable

Peine de mort

Hjalmar Schacht

Acquitté

Acquitté

Non inculpé

Non inculpé

Acquitté

Baldur von Schirach

Coupable

Non inculpé

Non inculpé

Coupable

20 ans de prison

Arthur SeyssInquart

Acquitté

Coupable

Coupable

Coupable

Peine de mort

Albert Speer

Non inculpé

Non inculpé

Coupable

Coupable

20 ans de prison

Julius Streicher

Acquitté

Non inculpé

Non inculpé

Coupable

Peine de mort

p. 224-225

Jalon 2B

Documents 1 et 2 En 1979, Serge Klarsfeld créé l’association Fils et filles de déportés de France pour la mémoire des victimes de la Shoah. Une année avant, il a publié le mémorial de la déportation des juifs de France. Avec sa femme Beate, ils vont chercher à démasquer des anciens nazis. Ils ont été victimes en 1979 d’une tentative d’assassinat (une bombe sous leur voiture) par le réseau néonazi ODESSA, qui cherchait à les empêcher de retrouver les criminels

nazis. Cette chasse va notamment permettre la tenue du procès de Klaus Barbie. Ce procès, qui se déroule en 1987, juge le responsable de la Gestapo à Lyon et le tortionnaire de Jean Moulin. Hautement symbolique, il va permettre de réfléchir un peu plus profondément (après la publication du travail de Paxton en 1973) à la question de l’antisémitisme de Vichy. Ce procès a un retentissement national. Les Klarsfeld portent aussi plainte contre Alois Brunner, responsable de la rafle des enfants d’Izieu, qui est retrouvé par le couple en Syrie. Mais Brunner n’a jamais été extradé et est décédé libre entre 2001 et 2010. C’est un échec mais il faut surtout retenir que

THÈME 3 Étude conclusive L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes

21

de nombreux personnages ont été poursuivis en justice grâce à l’initiative des époux Klarsfeld comme René Bousquet (1991), Paul Touvier (1994) et Maurice Papon en 1997-1998.

Document 3 Ce texte permet de réfléchir au sens de ces procès de criminels nazis aujourd’hui. Leur médiatisation qui reste importante reflète une demande sociale. Mais quel sens y a-t-il à poursuivre des criminels présumés plus de 70 ans après les faits ? Pour le professeur Jérôme Vaillant, directeur de la revue Allemagne d’aujourd’hui (Presse universitaire du Septentrion, Villeneuve-d’Ascq), la portée de cet acte est « moins judiciaire que pédagogique ». Surtout dans une Europe où les idées d’extrême droite restent encore présentes.

Document 4

Travailler autrement Quelques pistes pour orienter les élèves dans leurs recherches : le livre Gérald Steinacher, Les Nazis en fuite, Perrin, 2015 ; un dossier de L’Express : https://www. lexpress.fr/actualite/societe/la-derniere-traque-des-nazis_1297589.html

p. 226-227

J a l o n 3A

Le génocide dans la littérature et le cinéma L’objectif de ce Jalon est de montrer si la littérature et le cinéma sont des médias pertinents pour permettre de rendre compte de la réalité du génocide et ainsi participer à la construction de sa mémoire.

Document 1

Tous ces procès sont permis par la loi de 1964 sur l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité, contrairement aux autres crimes prescriptibles après 20 ans. Ces procès, surtout celui de Maurice Papon, permettent de réfléchir à la responsabilité des fonctionnaires, qui exécutent des ordres immoraux sans se soucier des conséquences de leurs actes administratifs. La parcellisation du processus permet aux exécutants de se déresponsabiliser, au point qu’à la Libération beaucoup ne verront même pas ce qu’on pourrait leur reprocher. Lors du procès Maurice Papon, haut fonctionnaire sous l’occupation, est mise en avant la notion de « crime de bureau ».

Éléments de réponse aux questions p. 225 1. En 1979, Serge Klarsfeld créé l’association « Fils et filles de déportés de France » pour la mémoire des victimes de la Shoah. Avec sa femme Beate, ils vont chercher à démasquer des anciens nazis. Cette chasse va permettre de révéler le passé du chancelier allemand Kurt Georg Kiesinger, et amener la tenue de procès comme celui de Klaus Barbie. Tous ces procès sont permis par la loi de 1964 sur l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité, contrairement aux autres crimes prescriptibles après 20 ans. 2. Leur médiatisation importante reflète une demande

sociale. Ces procès hautement symboliques permettent de réfléchir un peu plus profondément à la question de l’antisémitisme de Vichy. Le procès Barbie a un retentissement national.

3. Selon Eva Kor, ces procès ont une utilité moins judi-

ciaire que pédagogique. Le négationnisme est ainsi combattu par le témoignage, ce qui demeure nécessaire dans une Europe où les idées d’extrême droite restent encore présentes. Synthèse L’objectif est de faire le bilan pour montrer que les procès de Nuremberg, celui d’Eichmann, ceux permis par les époux Klarsfeld jusqu’aux procès récents comme celui auquel Eva Kor apporte son témoignage, ont des objectifs qui évoluent au fil du temps, avec une utilité moins judiciaire que pédagogique aujourd’hui.

Le film documentaire Nuit et Brouillard, réalisé à la demande d’une association de déportés résistants, est le premier à prendre pour objet le système concentrationnaire nazi. Le film connaît un grand succès à sa sortie. Cependant une critique est faite, car Alain Resnais ne parle pas de la spécificité du cas des Juifs par rapport aux résistants. Mais surtout, la censure frappe le film car une image y apparaissait montrant un gendarme français et son képi gardant le camp de Pithiviers (Loiret). Une bande noire apposée sur cette scène du film permet d’oublier cette image de la complicité française qui dérange. En 1987, Henry Rousso parle de « syndrome de Vichy » pour désigner les difficultés de la société française à assumer ses années sombres dans les années 1950-1960. Il faut attendre 1997 pour que le film soit diffusé sans cette bande.

Document 2 Ce texte permet d’opposer deux points de vue d’historiens. D’abord celui d’Annette Wieviorka, qui parle de « grand silence » après la Libération car les sociétés n’auraient pas été prêtes à écouter les rescapés des camps. La littérature et le cinéma n’auraient fait que répondre à cette demande sociale et politique d’oubli, célébrant plutôt la Résistance comme dans l’immense succès en salles qu’est La Grande Vadrouille en 1966. Mais François Azouvi relativise ce « grand silence » dans un ouvrage de 2012. Pour lui, au moment même où se déroule à Jérusalem le procès Eichmann, en France l’opinion est instruite sur ce que les nazis ont fait aux Juifs. Il montre qu’en 1957, la sortie parisienne au théâtre Montparnasse de la pièce tirée du Journal d’Anne Frank et la réédition à cette occasion du livre lui-même témoignent que le génocide des Juifs est connu de la presse populaire de grande diffusion.

Document 3 La mini-série américaine Holocaust est un succès mondial en 1978. À travers le sort de cette famille allemande moyenne, le public peut s’identifier au destin de ces personnes. La charge émotionnelle est beaucoup plus forte

THÈME 3 Étude conclusive L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes

22

que celle des documentaires ou des livres d’histoires, entraînant des réactions fortes en Allemagne, entre menaces de l’extrême droite et catharsis pour les autres.

Documents 2 et 3

Document 4 On pourra compléter l’évocation de ce film par le visionnage de quelques extraits.

Éléments de réponse aux questions p. 227 1. Le film documentaire Nuit et Brouillard, réalisé par Alain Resnais est marqué par ce « résistancialisme » et ce « syndrome de Vichy » décrits par Henry Rousso car il ne parle pas de la spécificité du cas des Juifs par rapport aux résistants. Mais surtout, la censure frappe le film car une image montrant un gendarme français et son képi gardant le camp de Pithiviers est masquée d’une bande noire. 2. Le Journal d’Anne Frank, publié en français en 1950, porté à la scène en 1957 et au cinéma en 1959, fait pénétrer le drame juif chez un large public. Au moment même où se déroule à Jérusalem, en 1961, le procès Eichmann, en France l’opinion est largement instruite sur ce que les nazis ont fait aux Juifs.

3. Holocaust choisit de parler du génocide à travers des

personnages auquel le public peut s’identifier. La charge émotionnelle est beaucoup plus forte que celle des documentaires ou des livres d’histoires. Shoah de Claude Lanzmann choisit de rendre compte du génocide avec minutie. Il met 12 ans à réaliser le film, qui dure près de dix heures, le rendant plus complet mais peu accessible à une partie du public. Les deux œuvres ont cependant connu un grand succès critique à leur sortie, participant à la dénomination du génocide. Synthèse Il faut montrer comment le cinéma et la télévision ont répondu à une demande d’oubli, par le « résistancialisme » et le « grand silence » auprès du grand public, même si la spécificité du sort réservé aux Juifs est connue dans les foyers de ceux qui lisent et vont au cinéma. Le nouveau contexte mémoriel des années 1970 montre la modification de cette demande du public avec les grands succès de Holocaust ou Shoah. Travailler autrement L’objectif est ici de sortir des exemples proposés par le manuel pour que l’élève trouve des exemples personnels parlants.

p. 228-229

dans ce nouveau contexte mémoriel, et qu’il soit traduit en français en 1987.

Jalon 3B

Le premier document permet de réfléchir aux débats nombreux entre réalisateurs et critiques de cinéma pour savoir s’il faut rendre compte de la réalité du génocide par la rigueur documentaire, comme Claude Lanzmann dans Shoah, ou par le drame historique hollywoodien grand public comme Steven Spielberg dans La Liste de Schindler (1993). Le deuxième document montre que ce débat et ces controverses tendent à s’apaiser, et que la mémoire de la Shoah devient une mémoire grand public.

Document 4 Le positionnement et le rôle de l’Église catholique pendant la Seconde Guerre mondiale sont un sujet toujours très sensible aujourd’hui. Le cinéaste Costa-Gavras relance la polémique sur le silence du pape Pie XII face au génocide avec son film Amen, et cette affiche provocatrice. La papauté s’est clairement positionnée face à Hitler avec le Pape Pie XI, qui en 1937 fait lire l’encyclique Mit brennender Sorge (« Avec une brûlante inquiétude ») critiquant l’idéologie nationale-socialiste. Il meurt au début de l’année 1939 et son successeur, Pie XII, observe un lourd silence pendant la guerre. Son attitude ambiguë peut aussi s’expliquer par une peur du communisme. Il faut aussi rappeler le rôle trouble d’Alois Hudal (évêque des Allemands en Italie) et de prélats croates à Rome dans la « route des rats », qui a permis l’exfiltration de responsables nazis vers l’Amérique latine et le Moyen-Orient. Aujourd’hui, la Papauté empêche l’ouverture totale des archives du Vatican, notamment celles de Pie XII. Mais des traces du rôle de la Papauté peuvent être retrouvées dans les archives argentines (ouvertes en 2000) et celles des services de renseignement américains (où l’on y voit aussi rôle des États-Unis dans ces exfiltrations, avec l’opération Paperclip et la récupération de scientifiques nazis comme Wernher von Braun qui travailla ensuite sur les fusées pour la NASA).

Document 5 Tony Gatlif est né d’un père kabyle et d’une mère gitane. Après une enfance à Alger, il arrive en France en 1960 durant la guerre d’Algérie. S’ensuit un parcours difficile et éclaté, qui ira d’une maison de redressement à une rencontre avec l’acteur Michel Simon en 1966, en passant par des cours d’art dramatique. Il joue dans des pièces de théâtre puis réalise son premier film en 1975. À partir de 1981, il aborde le thème qu’il approfondira de film en film : les Roms du monde entier.

Document 1

Éléments de réponse aux questions p. 229

En Italie comme en France, il y a un silence de la société qui n’est pas prête à entendre ces rescapés d’Auschwitz. Certains tentent de s’exprimer mais leur mémoire est alors intransmissible, comme Primo Levi qui ne vend que 1 400 exemplaires de Si c’est un homme en 1947. Il faut attendre 40 ans pour que le livre devienne un succès

1. Primo Levi ne vend que 1 400 exemplaires de Si c’est un homme en 1947. En Italie comme en France, il y a un silence de la société qui n’est pas prête à entendre ces rescapés d’Auschwitz. Il faut attendre 40 ans pour que le livre devienne un succès dans ce nouveau contexte mémoriel, et qu’il soit traduit en français en 1987.

THÈME 3 Étude conclusive L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes

23

2. La Shoah est utilisée par Steven Spielberg pour faire

un drame historique hollywoodien grand public dans La Liste de Schindler (1993). Cette démarche est critiquée par Claude Lanzmann et Tom Segev car pour eux la Shoah ne peut être dramatisée, elle ne doit être abordée que comme un événement unique sous forme documentaire.

3. Depuis 1993, le traitement de la Shoah a fait l’ob-

jet d’autres polémiques, mais elles tendent à s’apaiser, comme le montre la sortie du film Le Fils de Saul du Hongrois Laszlo Nemes en 2015.

4. Le génocide des Tsiganes reste très peu abordé par

la littérature et le cinéma, tout comme par les historiens. La mémoire du génocide des Tsiganes reste encore aujourd’hui marginale car elle a une faible visibilité dans l’espace public, dans les discours politiques ou les créations culturelles. Synthèse En se concentrant sur le cinéma, il faut montrer comment il a facilité l’émergence de cette mémoire auprès du grand public, par-delà les critiques de certaines victimes, lorsque le traitement de l’événement paraissait trop « trivial ».

Travailler à l’oral Pour orienter les élèves sur le ­génocide arménien, deux liens : http://ecrannoir.fr/blog/blog/­2015/04/24/7-filmspour-ne-pas-oublier-le-genocide-armenien/ et http:// ecrannoir.fr/blog/blog/2015/04/24/7-films-pour-ne-pasoublier-­le-genocide-armenien/

p. 230-231

Grand angle

L’histoire et les mémoires   des crimes de guerre en Asie de l’Est Cet exposé doit permettre de montrer que la mémoire est loin d’être apaisée sur ce sujet de la Seconde Guerre mondiale de l’autre côté de la planète, en Asie de l’Est. Le Japon n’a toujours pas exprimé officiellement envers ses voisins les regrets que ceux-ci attendent. Cela engendre aujourd’hui encore des tensions, largement perceptibles dans les polémiques récurrentes autour du sanctuaire Yasukuni, des « femmes de réconfort », du contenu des manuels japonais, ou des litiges frontaliers persistants et plus tendus depuis que la Chine cherche à imposer ses vues sur la mer de Chine.

Éléments de réponse aux questions p. 231 1. On insistera sur le projet expansionniste du Japon,

entamé à la fin du xixe siècle avec les guerres contre la Chine, puis contre la Russie et l’annexion de la Corée. Le développement du militarisme dans les années 1930 s’accompagne de l’invasion de la Mandchourie et de la création d’un quasi-État dans l’État : l’armée du Kwantung, bastion de militaires radicaux n’hésitant pas à fomenter des « incidents » pour forcer la main du gouvernement. La guerre sino-japonaise, à partir de 1937, est pour certains historiens le véritable début de la Seconde Guerre mondiale. Bientôt, les conquêtes japonaises en

Asie du Sud-Est lui donnent un vaste empire organisé en « sphère de coprospérité de la Grande Asie orientale », en théorie libéré de la tutelle coloniale européenne mais soumis à une administration particulièrement ­brutale.

2. Conflits territoriaux avec la Chine (îles de la mer de

Chine), la Russie (Sakhaline et Kouriles) et la Corée (îles de la mer de l’Est/du Japon). • Conflits mémoriaux liées au passé militariste nippon : femmes de réconfort coréennes, sac de Nankin et brutalité de l’occupation en Chine, mauvais traitement des prisonniers occidentaux ou chinois et des travailleurs asiatiques, recherches bactériologiques criminelles menées par l’Unité 731. • Traumatisme du bombardement atomique. • Action des nationalistes japonais qui refusent de reconnaître l’ampleur des crimes de guerre commis en Asie.

3. Les questions de souveraineté territoriales génèrent et

se nourrissent des tensions tandis que l’action des nationalistes contribue à jeter de l’huile sur le feu des passions.

p. 234-235

Exercices Bac

Exercice 1 Une proposition de plan chronologique : I. L’impossible émergence face à la mémoire « résistancialiste » A. Des procès de Nuremberg sans lendemain. B. La Résistance héroïsée. C. Le « grand silence ». II. La lente reconnaissance de ces mémoires A. Une prise de conscience dès les années 1950-1960. B. Les tournants Eichmann et Paxton. C. La Shoah présente dans les arts. III. Le « devoir de mémoire » actuel A. Le temps de la reconnaissance officielle. B. Le temps des procès mémoriels. C. Une mémoire dans la culture commune ?

Exercice 2 Les élèves doivent montrer les étapes progressives qui ont mené au génocide depuis les premiers internements dans les camps de concentration de Dachau et de Buchenwald pour « insociabilité » entre 1933 et 1936.

Exercice 3 1. C’est l’avant-propos à la seconde édition de l’ouvrage de Robert Paxton, La France de Vichy, 1940-1944. La première édition date de 1973, la 2e édition de 1997. 2. Paxton est un historien américain qui souhaite travailler sur le régime de Vichy.

3. Un avant-propos permet à l’auteur d’ajouter des élé-

ments d’informations au lecteur, par exemple ici sur les conditions de rédaction de l’ouvrage.

THÈME 3 Étude conclusive L’histoire et les mémoires du génocide des Juifs et des Tsiganes

24

4. En 1973, le syndrome de Vichy est encore bien pré-

sent, et le Président Pompidou reste attaché au « résistancialisme ». Paxton ne pouvait ainsi pas accéder aux archives françaises, closes pour 50 ans. Il se tourne vers les archives allemandes.

5. La seconde édition de l’ouvrage a lieu dans le contexte du début du procès Papon (1997-1998), avec la mémoire de Vichy au cœur de l’actualité.

6. Les archives étaient closes (classifiées 50 ans) contrai-

rement à celles des Allemands. L’influence du résistancialisme et les thèses de Robert Aron empêchent le travail sur la mémoire de l’Occupation.

7. Robert Paxton, historien américain, est neutre par rap-

port aux mémoires concurrentielles. Il travaille sur les archives allemandes pour pouvoir remettre en cause la thèse de Aron dans son ouvrage La France de Vichy. Il affirme que Vichy a sa propre dynamique idéologique et politique indépendamment des demandes des Allemands, avec un rôle actif et volontaire dans la déportation des Juifs sans répondre à la pression d’Hitler. Ainsi, Pétain n’a pas été le « bouclier » comme le présentait Robert Aron. Pétain a aggravé la vie des Français en livrant les matières premières des Français. Il n’y a pas de « double jeu » comme cela a été défendu par Robert Aron car il espère obtenir une place pour la France dans l’Europe façonnée par l’Allemagne victorieuse.

THÈME 3 Axe 1 Histoire et mémoires des conflits

25

BAC

p. 238-239

Dissertation : sujet guidé

SUJET : La justice internationale, de Nuremberg à la Cour pénale internationale 1. Idées

Exemples précis/chiffres/dates

Le contexte de 1945

• Victoire des alliés • Découverte des crimes perpétrés durant la guerre

• Arrestation et poursuite des dignitaires nazis • Ouverture des camps par les troupes américaines, films et photographies

Le tribunal militaire de Nuremberg

• Mise en place par les États-Unis

• Un tribunal qui se tient en Allemagne, dans la ville des grands rassemblements nazis. • 4 juges un pour chaque puissance : EU, URSS, RU et France • 24 inculpés, et des organisations politiques (NSDAP, SA, SS) ou militaires (État-major) • Crimes de guerre, crimes contre la paix et crimes contre l’humanité • 12 condamnations à mort

• Les juges • Les accusés • De nouveaux chefs d’inculpation • Les condamnés

Le tribunal militaire de Tokyo

• Juger les criminels japonais • 28 prévenus mais l’empereur n’est pas inquiété

• 11 juges de 11 États dont les EU, URSS, RU, France Avec les mêmes chefs d’inculpation qu’à Nuremberg • 7 condamnations à mort

2. II. Les années 1990 : la justice internationale, une réponse à des crimes de guerre Les progrès de l’idée de justice internationale dans un contexte favorable : la fin de la guerre froide, l’affaiblissement de la Russie. Quelques victoires diplomatiques du multilatéralisme (guerre du Golfe) et les États-Unis, hyperpuissance qui est assez favorable à cette idée. A. La mise en place du TPIY : rendre justice 1. La guerre en ex-Yougoslavie, des crimes de guerre pour un « nettoyage ethnique » • La complexité du conflit, dislocation de l’ex-Yougoslavie, les nationalismes s’expriment dans tous les nouveaux États notamment en Serbie : des États multinationaux et une volonté de séparer les populations : « nettoyage ethnique » • Une stratégie de guerre contre les civils : massacres, viols, crimes de guerre 2. Instauration d’un Tribunal pénal international entre 1999 et 2017 • Une justice difficile à passer : 169 personnes mises en accusation, 90 condamnés, 4 650 témoins. Les principaux criminels sont condamnés • Une justice qui n’empêche pas les crimes : massacre de Srebrenica en 1995 alors que le TPIY est déjà en place • Des acquittements qui fragilisent la réputation du tribunal. B. Le TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda), une réponse incomplète 1. Des crimes qui impliquent une grande partie de la population • « Génocide des voisins » • Seulement 93 personnes inculpées, le TPIR ne répond pas aux attentes de justice 2. Mise en place des gacaca, tribunaux traditionnels • 2 millions d’affaires sont alors traitées par ces tribunaux inédits • Échec relatif du TPIR D’autres tribunaux temporaires voient le jour le Tribunal spécial pour la Sierra Leone en 2002 et le Tribunal spécial pour le Liban en 2009. III. Vers une justice internationale avec le CPI ? A. La fondation d’une nouvelle instance internationale sous l’égide de l’ONU 1. Le statut de Rome de 1998 envisage la création de la CPI, 120 États sont signataires et adhèrent donc à la future instance. 2. Mise en place d’une instance permanente qui peut poursuivre théoriquement tous les chefs d’État et autres criminels de guerre

THÈME 3 BAC

26

B. Les premiers résultats et critiques de la jeune institution 1. Seulement 60 États ratifient le traité d’adhésion, de nombreux États importants ne sont pas membres, les États-Unis, la Chine, la Russie, l’Inde. 2. La jeune institution a certes jugé quelques chefs d’États, quelques ministres et surtout des miliciens mais son action se limite à des puissances secondaires. Les grandes puissances tombent d’une certaine manière dans l’impunité. 3. Les poursuites se concentrent essentiellement en Afrique et parfois les jugements prononcés sont contestés : ex. de l’acquittement de l’ex-Président ivoirien, Laurent Gbagbo pourtant accusé de crime contre l’humanité.

3. Idées Réponse à la problématique

Une justice internationale qui s’est mise en place en deux temps, d’abord après la Seconde Guerre mondiale puis dans les années 1990

Exemples 1946 : Tribunaux de Nuremberg et Tokyo 1993-1994 : TPI ex-Yougoslavie et TPI Rwanda 2002 : Cour Pénale internationale

La politique de désengagement Élargir le sujet/voir Une CPI fragilisée par le retrait de de Trump au sein des instances les perspectives nombreux États. Des régimes autoritaires et populistes internationales ne souhaitant rendre aucun compte à la justice internationale : la démarche unilatérale l’emporte sur le multilatéralisme

Conclusion Une justice internationale s’est mise en place en deux temps : après la Seconde Guerre mondiale et dans les années 1990. La création de la Cour pénale internationale marque une victoire de l’idée d’une justice internationale. Néanmoins, les résultats de cette justice internationale sont limités. Les grandes puissances, grandes contributrices à l’ONU ne sont jamais inquiétées. Les populismes et l’unilatéralisme des États-Unis ne renforcent pas l’idée de justice internationale, bien au contraire.

p. 240-241

Dissertation : sujets d’entraînement

SUJET 1 : Les enjeux mémoriels de la guerre d’Algérie Les mémoires de la guerre d’Algérie peuvent-elles devenir un instrument de réconciliation ? I. Des mémoires longtemps contenus par les États B. Pour la France, une guerre qui ne porte pas son nom, la pratique de la torture oubliée C. Pour l’Algérie une guerre de libération héroïque II. Des mémoires qui tardent à s’apaiser A. Des mémoires officielles qui résistent à la vérité B. Des communautés qui agissent sur la mémoire : pieds-noirs, harkis, anciens combattants français ou algériens

SUJET 2 : Pourquoi la culpabilité de l’Allemagne dans les causes de la Première Guerre mondiale est-elle un enjeu mémoriel fondamental ? Pourquoi la mémoire de la Première Guerre mondiale est un enjeu de la réconciliation franco-allemande ? I. Un enjeu mémoriel et politique dans les relations franco-allemandes 1919-1945 A. L’article 231 du traité de Versailles et la culpabilité de l’Allemagne B. Le rapprochement franco-allemand et les premiers travaux d’historiens (Jules Isaac) C. Un outil politique pour le parti nazi. II. Le temps des débats d’historien et des commémorations, outils de réconciliation 1945 à nos jours A. De vifs débats en Allemagne à partir de 1961 B. Des commémorations pour une mémoire apaisée, outils du rapprochement franco-allemand THÈME 3 BAC

27

SUJET 3 : La justice est-elle suffisante pour réconcilier un peuple ? Vous vous aiderez en particulier du cas du Rwanda. La justice peut-elle réconcilier seule un peu déchiré par un génocide ? I. Un « génocide des voisins » qui impliquent une grande partie de la population rwandaise A. Deux communautés antagonistes avant même l’époque coloniale B. Un génocide orchestré par une partie de la population hutue. II. Une justice internationale d’exception A. Le Tribunal pénal international pour le Rwanda juge les principaux responsables B. Une réponse incomplète, des milliers de coupables non jugés. III. Une justice traditionnelle pour juger des milliers de coupables A. Deux millions d’affaires jugées mais une réconciliation difficile à imposer B. Une justice transitionnelle qui s’appuie sur des commémorations et la réussite économique

p. 242-243

Étude de document : sujet guidé

SUJET 1 : Histoire et mémoire de la Shoah 1. Nature des documents : Le 1er document : deux couvertures de livre sur l’histoire de Vichy dont les auteurs sont Robert Aron et Robert Paxton. Le second document est un extrait d’un entretien de Ginette Kolinka rescapée des camps. Résumé et contexte : Les deux couvertures témoignent du débat historiographique sur le rôle du régime de Vichy, notamment sur sa participation au génocide des Juifs. Robert Aron évoque dès 1954 dans son essai, l’idée d’un double jeu du maréchal Pétain. Mais cette hypothèse sera complètement remise en cause, presque vingt ans plus tard par l’historien Robert Paxton. Après 1973, le contexte change, les voix, les témoignages de déportés se multiplient, le mythe résistancialiste s’effondre. Ginette Kolinka, 94 ans fait partie des derniers témoins et publie ses mémoires. Elle souhaite désormais faire œuvre utile en allant dans les écoles et raconter son expérience dans les camps.

2. Idée

Connaissances du cours pour enrichir le commentaire

Citation du document

Robert Aron alimente le mythe du bouclier

« Son ouvrage incite à une certaine indulgence pour le maréchal, héros de Verdun »

La volonté des gouvernements d’après-guerre d’éviter la guerre civile, des jugements cléments, des amnisties. Reconstruire la France

La question de la complicité du régime dans la Shoah

« notamment l’envoi de 76 000 Juifs français dans les camps d’extermination »

Politique antisémite du régime de Vichy qui exclut les Juifs de nombreuses professions. Port de l’étoile jaune, rafles, déportation

Le rôle déterminant « Il critique la vision française d’Aron et le mythe du bouclier » de Robert Paxton et la fin du mythe résistancialiste

Paxton montre qu’en comparant les États européens occupés, les Juifs de France n’ont pas moins souffert.

La culpabilité du régime de Vichy

76 000 Juifs français ont été assassinés avec la complicité du régime de Vichy. La police, la gendarmerie française ont participé aux rafles des Juifs.

« La responsabilité écrasante du régime de Vichy »

3.

A. Cinquante ans de silence dans le contexte du mythe résistancialiste, du « bouclier » de Pétain. « Ce que les survivants des camps ont le mieux partagé, à leur retour, c’est le silence ». Dans l’immédiat après-guerre, même si beaucoup parlent et que l’idée d’un silence général et volontaire est fausse, un grand nombre de déportés n’ont qu’une envie : oublier, réintégrer la société, travailler. Le retour des déportés se fait à l’hôtel Lutetia, un peu dans l’indifférence. Les déportés, les prisonniers, les STO, les malgré-nous : les mémoires se mélangent et les parcours ne sont pas très étudiés avant les années

THÈME 3 BAC

28

1980. « Je n’ai jamais rien raconté de l’univers concentrationnaire à ma mère ni à ma sœur », le traumatisme, l’incompréhension et la nécessité de tourner la page ont contribué à ce silence des témoins. B. Une parole libérée tardivement Ginette Kolinka avec l’aide de Marion Ruggieri publie Retour à Birkenau en 2019. Les témoignages se multiplient entre les années 1990 et 2010. Mais les premiers textes sur les camps sont apparus plutôt autour des années 1960 : Primo Levi publie une première édition de Si c’est un homme en 1947, sans réel succès, puis une seconde en 1958, puis La Trève en 1963. « Bientôt, il n’y aura plus personne pour témoigner ». Ginette Kolinka publie également à 94 ans parce qu’elle fait partie des derniers témoins encore vivants. Elle succède d’une certaine manière aux témoignages de ses amies déportées, Simone Veil et de Marcelin Loridan-Ivens. C. Une transmission à la jeunesse « C’est pourquoi il est si important de le transmettre aux jeunes générations ». On voit ici que la mémoire, le témoignage a toute sa place dans notre société, notamment à l’école. Malgré son grand âge, Ginette Kolinka arpente les écoles et les établissements secondaires pour faire passer un message humaniste. « Méfiez-vous de la haine, et combattez-la dès qu’elle pointe, sous quelque forme que ce soit, car c’est la haine qui conduit tout droit à Birkenau ». Son message semble clair, Ginette Kolinka fait œuvre de sagesse, d’exemple pour la jeune génération. Elle peut convaincre par son exemplarité, par son expérience vécue. On s’interrogera malgré tout sur les limites de cette démarche. Les moteurs des haines, de l’intolérance et de l’antisémitisme ont la vie dure.

p. 244-245

Étude de documents : sujets d’entraînement

SUJET 1 : Génocides et justice internationale I. Le TPIY, une justice internationale sous mandat de l’ONU A. Le contexte d’une mise en place B. La victoire du principe d’une justice internationale II. Poursuivre les criminels de guerre et les convoquer au tribunal à La Haye A. La poursuite des criminels B. Des crimes reconnus III. Rendre justice aux victimes du « nettoyage ethnique » notamment en Bosnie A. Des victimes qui témoignent, une vérité qui s’impose B. Une réconciliation qui tarde

SUJET 1 : Mémoires, crimes et génocides I. Une approche nouvelle, pour un Président jeune A. Les politiques mémorielles de ses prédécesseurs B. Un Président qui n’a pas connu de guerres II. La guerre d’Algérie très liée à la Ve République A. Une mémoire de la guerre d’Algérie négligée pendant longtemps B. Les crimes de la France lentement reconnus III. La mémoire du génocide rwandais sur laquelle la France doit œuvrer pour la vérité A. Le rôle ambigu de la France lors du génocide B. Une France qui doit lever les suspicions et reconnaître ses manquements.

p. 248-249

Vers le Sup’ : Rédiger une note de synthèse

Ce dossier rassemble plusieurs documents sur les mémoires de la guerre d’Algérie. Il permet de constituer un dossier autour de trois thèmes : La mémoire des rapatriés d’Algérie, La mémoire des autres victimes de la guerre (harkis et nationalistes algériens) et la délicate politique mémorielle de la France (commémorations, conflits mémoriels autour d’une date de célébration).

THÈME 3 BAC

29

4 Thème

Identifier, protéger et valoriser le patrimoine : enjeux géopolitiques La logique du thème Le Thème 4 traite de la notion de patrimoine, avec un double objectif : connaître ce que recouvre aujourd’hui la notion de patrimoine, matériel et immatériel, dans ses dimensions historiques et géographiques, et comprendre les enjeux géopolitiques qui lui sont associés. L’exemple de la cathédrale de Reims en ouverture du thème montre bien comment le patrimoine peut à la fois être outil d’identification, au cœur de tensions géopolitiques et comment sa préservation peut être l’objet de débats entre acteurs. La cathédrale a en effet longtemps été au cœur du pouvoir monarchique français, par la cérémonie du sacre qui s’y déroulait. En 1914, au début de la Première Guerre mondiale, elle a été détruite par un bombardement allemand. Notre-Dame de Reims offrait la même image de dévastation que Notre-Dame de Paris aujourd’hui. Et comme à Paris en 2019, la charpente a été détruite sous l’effet d’un incendie dévastateur, attisé par les bottes de paille entreposées dans la cathédrale, alors transformée en hôpital à proximité du front. Mais la voûte a, là aussi, résisté. Après la Guerre, toutes les forêts de l’est de la France avaient été dévastées et il y avait un vrai problème de manque de main-d’œuvre. C’est pourquoi l’architecte Henri Deneux a fait un choix, audacieux de reconstruire la charpente en béton armé, structure ininflammable et ne nécessitant pas d’échafaudage. Plusieurs voix s’y sont opposées, prétendant notamment que Notre-Dame de Reims ne résonnerait plus comme avant à cause de cette charpente en béton. Mais dès 1920, sa reconstruction démarre. Elle fait l’objet d’une mobilisation internationale sans précédent. Pour son financement, il est fait appel à des mécènes. L’homme d’affaires américain John Davison Rockefeller, qui a fait fortune dans le pétrole, finance la restauration de la toiture. Il faudra plus de vingt années de restauration. La cathédrale est reconsacrée en 1937. Et de grandes célébrations religieuses se tiennent à l’été 1938. Soit vingt-quatre ans après son incendie ravageur.

p. 252-253

Introduction

La construction et l’élargissement de la notion de patrimoine L’objectif de la double page est de montrer comment la notion de patrimoine a évolué et s’est complexifiée pour regrouper des composantes toujours plus diverses, et comment cette définition s’est aussi construite à différentes échelles, de l’échelle individuelle à l’échelle mondiale avec l’UNESCO et son patrimoine mondial. La construction de ce concept débouche sur un processus de patrimonialisation, c’est-à-dire une volonté de conserver les traces du passé et de les transmettre aussi intactes que possible. L’historien Pierre Nora explique que « la société, saisie par la croissance et l’innovation, a été brusquement coupée de ses racines ». Elle perdrait son identité, ses repères, ce qui l’amène à « conserver des traces de son passé pour affronter son avenir », et la réponse depuis la fin des années 1980 est une « vague patrimoniale » avec par exemple la mise en place en 1985 des Journées du patrimoine, de nombreuses commémorations ou encore une offre exponentielle en musée les plus divers.

Pour aller plus loin : – T. Le Hégarat, Un historique de la notion de patrimoine, 2015 (https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs01232019). – D. Poulot, Une Histoire du patrimoine en Occident XVIIIe-XXIe siècle : du monument aux valeurs, 2e édition, PUF, 2009. 192 p.

Éléments de réponse aux questions p. 253 1. Le mot patrimoine est issu du latin patrimonium, c’est-

à-dire, l’héritage, le bien de famille transmis par le père (pater) et la mère.

2. S’il recouvre d’abord par son étymologie la sphère indi-

viduelle, le sens du mot patrimoine a progressivement été élargi au bien collectif, de la communauté, de la nation, et même du monde. Au Moyen Âge (document 2), se développe la sauvegarde d’objets de valeur, lies à la religion (reliques, regalia). Mais c’est avec la Renaissance que la valeur fondatrice du patrimoine passé s’affirme, autour de cette redécouverte de la culture antique classique. Parallèlement, les premiers textes apparaissent, ayant pour but de protéger le patrimoine en interdisant ses dégradations. L’intérêt pour les traces du passé initié à la Renaissance se perpétue dans les siècles suivants,

THÈME 4 Introduction Qu’est-ce que le patrimoine ?

1

et il s’élargit. Outre l’Antiquité gréco-romaine, toujours prédominante, des collectionneurs curieux, parfois princiers (document 3) multiplient les collections et cabinets de curiosités. Le Grand Tour initié par les Anglais puis repris dans toute l’Europe devient une sorte de voyage initiatique pour les jeunes aristocrates, les grands bourgeois et les artistes qui partent à la recherche des traces du passé dans le bassin méditerranéen, notamment en Grèce et en Italie. Aujourd’hui, après de nouveaux enrichissements – certains très récents notamment autour du patrimoine industriel ou immatériel –, le patrimoine n’est plus seulement culturel, mais il est un ensemble complexe à la typologie multiple (document 4).

3. La monarchie ignore la conservation du patrimoine

culturel, et par exemple Louis XVI n’hésite pas à donner à son frère, le comte d’Artois, le château neuf de SaintGermain-en-Laye qui sera entièrement détruit. La véritable apparition du patrimoine comme un bien commun intervient à la Révolution. Cette période est fortement marquée par les destructions pour faire table rase du passé en effaçant tous les symboles de la royauté (destruction du « Portail des Rois » de NotreDame de Paris, profanation des sépultures royales de la Basilique de Saint-Denis, etc.) et des voix s’opposent à ces destructions : l’abbé Grégoire parle pour la première fois de « vandalisme ». Le député François Puthod de Maison-Rouge présente une pétition devant l’Assemblée pour demander une sorte d’inventaire documenté des « monuments précieux de notre histoire ». Pour la première fois l’expression « patrimoine national » est employée. Aujourd’hui, la préservation du patrimoine culturel est de plus en plus active, par l’Inspection générale des monuments historiques à l’échelle française (avec des figures majeures comme Prosper Mérimée ou Eugène Viollet-le-Duc), ou par l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, les Sciences et la Culture (UNESCO), qui œuvre à la protection des différentes composantes du patrimoine culturel, qui peuvent être retrouvées dans les définitions arrêtées par l’institution (document 4).

4. Des fouilles archéologiques menées à partir du

xve siècle à Rome exhument des chefs-d’œuvre res-

tés longtemps ensevelis, qui ornaient, dans l’Antiquité, jardins et villas romaines. En 1471 (chronologie), le pape Sixte IV expose ces trouvailles aux Romains, cette démarche étant la première vers la constitution des musées. D’autres initiatives privées sont à l’origine de collections nationales (document 2 et 3), car certains souverains éclairés, gagnés aux idées des Lumières sont persuadés que la communication des connaissances est la condition du progrès et que l’instruction du peuple doit être une priorité. De nombreuses collections princières s’ouvrent au public, partiellement ou totalement et constituent les premiers musées (chronologie) : en 1753, les Anglais rédigent l’acte de fondation du British Museum qui ouvre en 1759. D’autres suivront comme le Musée de Vienne en 1783, le Prado en 1785, la galerie des Offices de Florence en 1796, etc. En France, c’est en 1793 qu’Alexandre Lenoir sauve de la destruction de nombreux objets liés au patrimoine royal, qu’il entrepose dans le couvent des Petits-Augustins et dans son jardin. Il ouvre au public le couvent, créant le premier

Musée des monuments français en 1795, devenu depuis l’École des Beaux-Arts.

5. L’UNESCO (rubrique Acteur clé) est une institution

spécialisée de l’ONU créée à la suite des dégâts et des massacres de la Seconde Guerre mondiale, notamment envers le patrimoine culturel mondial. L’institution a pour objectif de « contribuer au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant, par l’éducation, la science et la culture, la collaboration entre nations ». Concernant le patrimoine, l’objectif est de contribuer à son recensement partout dans le monde via le label « Patrimoine mondial » (World Heritage), pour permettre sa mise en valeur et sa préservation.

p. 254-255

Introduction

Le « patrimoine mondial » de l’UNESCO L’objectif de la double page est de montrer comment le patrimoine mondial de l’UNESCO peut être analysé avec une grille de lecture géopolitique, entre poids différencié des États dans le concert des nations et inégalités spatiales dans la localisation des biens protégés.

Pour aller plus loin : –– https://whc.unesco.org/fr/list/ –– https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Monuments-historiques-Sites-patrimoniaux-remarquables/ Presentation/Le-patrimoine-mondial –– L. Prigent, « L’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO, les promesses d’un label ? », Revue internationale et stratégique, 2013/2 (no 90), p. 127-135 (https :// www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique2013-2-page-127.htm). –– P. Marcotte, L. Bourdeau, « La promotion des sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO : Compatible avec le développement durable ? », Management & Avenir, 2010/4 (n° 34), p. 270-288 (https ://www.cairn.info/revuemanagement-et-avenir-2010-4-page-270.htm).

Éléments de réponse aux questions p. 255 1. En 1972, l’UNESCO créé une Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel permettant l’inscription de 1 121 sites protégés en 2019. Depuis, tous les ans, de nombreux pays proposent des éléments de leur patrimoine représentant un intérêt exceptionnel pour l’héritage commun de l’humanité. Les sites inscrits au patrimoine mondial font généralement l’objet d’une exploitation touristique mettant en avant cette reconnaissance. L’UNESCO peut aussi lister le patrimoine mondial en péril, pour informer la communauté internationale que des opérations majeures doivent y être effectuées. Cette liste du patrimoine en péril est très souvent reprise par les médias internationaux, aidant à la mise en œuvre d’actions de préservation localement. 2. Les sites inscrits au patrimoine mondial sont inéga-

lement répartis dans le monde, à l’échelle continentale

THÈME 4 Introduction Qu’est-ce que le patrimoine ?

2

(document 2) et à l’échelle nationale (document 1). Ces biens sont répertoriés suivant cinq régions selon une définition propre à l’UNESCO qui ne se base pas que sur des critères géographiques : Afrique subsaharienne, États arabes (composés de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient), Asie et Pacifique (incluant Australie et Océanie), Europe et Amérique du Nord (États-Unis et Canada), et Amérique latine (incluant le Mexique et les Caraïbes). À l’origine, l’Europe était surreprésentée. C’est encore le cas, mais l’apparition des sites naturels exceptionnels contribue à une harmonisation géographique et l’UNESCO s’efforce de respecter un équilibre entre continents dans la localisation du patrimoine mondial. À l’échelle nationale, l’affirmation des puissances émergentes comme la Chine est visible dans le classement des pays par nombre de sites inscrits. Le pays est même devenu le premier avec 55 biens inscrits par l’UNESCO, tout comme l’Italie.

3. De nombreux risques menacent le patrimoine mondial.

Ils peuvent être liés à la mondialisation comme le braconnage qui alimente le marché mondial du commerce illégal d’espèces sauvages, notamment la demande chinoise, comme l’exploitation forestière illégale ou la pêche illégale. Ils sont aussi liés à l’industrialisation des sociétés, à cause d’opérations extractives – exploitation de mines, de carrières, de pétrole et de gaz, construction des infrastructures associées, construction de barrages, de ports de commerce, d’infrastructures linéaires (pipelines, voies routières et ferrées), agriculture et sylviculture industrielle, et enfin toute surexploitation des ressources. Le changement climatique met aussi en danger ce patrimoine mondial. Enfin, les conflits armés peuvent aussi mettre en danger ce patrimoine, les destructions de Daech en Irak et en Syrie (notamment sur le site antique de Palmyre) étant les exemples les plus flagrants. Chaque année, l’UNESCO dresse la liste du patrimoine mondial en péril, pour alerter et mettre en œuvre des actions de préservation.

THÈME 4 Introduction Qu’est-ce que le patrimoine ?

3

AXE 1

Usages sociaux et politiques du patrimoine La logique du chapitre Dès l’élaboration de la notion de patrimoine à la fin du xviiie siècle et de la prise de conscience des dirigeants politiques de l’époque de son importance, le patrimoine a constitué un outil de préservation des biens matériels d’un État, mais aussi un instrument pouvant servir les visées patriotiques, voire nationalistes, surtout au xixe siècle, des pays souhaitant renforcer leur unité nationale. Ainsi, il apparaît que le patrimoine a acquis une dimension et un rôle politiques indéniables. Mais il possède d’autres facultés, toutes aussi essentielles : on constate depuis au moins trois décennies, si ce n’est plus, qu’il est un vecteur majeur de développement économique et social. Économique, car héberger sur son territoire un édifice connu ou un site naturel remarquable, peut amener des subsides importants et générer des emplois directs et indirects. Social, car le patrimoine, mis en valeur par l’État ou les collectivités territoriales (en France), détient une charge identitaire qui peut permettre de rassembler la nation ; en outre, une utilisation didactique, à travers des ateliers pédagogiques pour les plus jeunes, par les acteurs publics et privés, lui confère une fonction éducative certaine. Par ailleurs, il est incontestable que le patrimoine est un instrument de puissance. Les États richement dotés en bâtiments remarquables s’en servent comme des lieux où sont organisées des cérémonies fastueuses afin d’accueillir des invités prestigieux ou des décideurs, comme des chefs d’États ou des patrons de grandes entreprises. Ces événements sont l’occasion de renforcer les liens diplomatiques entre les protagonistes, afin de conclure des accords économiques et/ou culturels. Néanmoins, le patrimoine peut aussi générer des conflits. En effet, l’histoire est jalonnée d’exemples d’appropriations illégales et de vols d’objets précieux, notamment durant l’époque de la colonisation, où de nombreux États européens ont spolié les biens culturels des peuples colonisés. Certains d’entre eux ont, dès le xixe siècle, réclamé les trésors qui leur avaient été dérobés. Leurs appels ont été d’abord peu entendus ; puis ils ont pu s’appuyer sur le droit international pour montrer la validité et la légitimité de leurs réclamations, notamment des textes comme l’appel du directeur de l’UNESCO pour le retour du patrimoine (1978). Un cas emblématique est celui des marbres du Parthénon, prélevés sur le site par Lord Elgin en 1801, récupérés par le British Museum en 1816 et revendiqués par la Grèce depuis son indépendance en 1830. Mais ces conflits peuvent également se dérouler au niveau national ou local, par exemple lorsque les autorités veulent détruire tel ou tel bâtiment et que la population environnante s’y oppose. Au final, le patrimoine représente un enjeu considérable pour les États, quels qu’ils soient, développés ou non. Son exploitation peut générer d’importantes retombées économiques et l’utilisation théâtralisée de monuments en fait un moyen d’action diplomatique. La majorité des pays ont ainsi bien compris les bénéfices qu’ils peuvent espérer des usages politiques et sociaux de leur patrimoine.

Bibliographie –– J.-Y. Andrieux, Patrimoine et société, Presses universitaires de Rennes, 1998. Cet ouvrage aborde les enjeux et les usages sociaux du patrimoine aujourd’hui. –– J.-Y. Andrieux (dir.), Patrimoine. Sources et paradoxes de l’identité, actes du ­cycle de conférences prononcées à l’université Rennes 2, 5 nov. 2007-2 avril 2008, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011. Une réflexion sur les rapports entre patrimoine et identité, notamment concernant les risques de l’instrumentalisation celui-ci. –– P. Beghain, Le Patrimoine : culture et lien social, Presses de Sciences Po, Paris, 1998. L’auteur insiste sur une nécessaire redéfinition du concept de patrimoine pour qu’il renforce le lien social.

THÈME 4 Axe 1 Usages sociaux et politiques du patrimoine

4

–– G. Di Meo, Le Patrimoine, un besoin social contemporain. Patrimoine et estuaires, Actes du colloque international de Blaye, 5-7 octobre 2005, Blaye. Un article éclairant sur l’extension de la notion de patrimoine dans les sociétés occidentales et sur le processus accru de patrimonialisation. –– A. Sinou, « Enjeux culturels et politiques de la mise en patrimoine des espaces coloniaux », Autrepart, 2005, no 33. Cet article analyse le processus de patrimonialisation récent dans les pays anciennement colonisés et notamment de la réutilisation du bâti colonial. –– M. Vernières, « Le patrimoine : une ressource pour le développement », Techniques financières et développement, 2015, n° 118. L’auteur démontre que le patrimoine constitue une ressource qu’il convient de valoriser dans une perspective de développement économique et social d’un territoire.

Sitographie –– Une vidéo de l’INA sur le conflit entre la Grèce et le Royaume-Uni concernant le retour des dalles de la frise du Parthénon exposées au British Museum : https://enseignants.lumni.fr/fiche-media/00000001518/athenes-et-londres-se-disputent-les-frisesdu-parthenon.html –– Une vidéo de l’INA sur la nouvelle offre culturelle du château de Versailles : https:// www.ina.fr/video/I05270389 –– Une vidéo de l’INA (1973) sur la restauration du château de Versailles et le mécénat états-unien qui en permit la sauvegarde : https://www.ina.fr/video/I05250826 –– Une page de l’UNESCO sur la question du retour des biens culturels, avec de nombres documents, publications, vidéos disponibles dans l’onglet « ressources » situé à droite : –– http://www.unesco.org/new/fr/culture/themes/restitution-of-cultural-property/ –– Un article d’Alain Babadzan autour du phénomène récent de patrimonialisation : https://lersem.www.univ-montp3.fr/fr/revue-num%C3%A9ro-2/les-usages-sociaux-dupatrimoine-alain-babadzan

p. 256-257

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 256

à la France). En outre, le domaine de Chantilly, déjà connu des touristes indiens, espère des retombées économiques de cette entrevue.

1. La plupart des États cherchent à conserver, entretenir

et valoriser leur patrimoine. Pour cela, beaucoup se sont dotés de musées, à qui ils ont confié ces tâches. Ceux-ci, publics ou privés, sont dépositaires d’une partie du patrimoine.

2. Les grands musées du monde, comme le musée du

Louvre ou le MoMA à New York, disposent depuis des années d’ateliers pédagogiques ouverts aux enfants et aux adolescents. Ils assument donc une mission éducative et montrent ainsi un usage social du patrimoine. Ce patrimoine pourra ainsi être apprécié et traverser les générations.

Éléments de réponse aux questions p. 257 1. Les États richement dotés en bâtiments admirables ont un usage politique de ce patrimoine. Des cérémonies fastueuses accueillant des invités prestigieux sont l’occasion de renforcer les liens diplomatiques afin de conclure des accords économiques et/ou culturels. Lors de la visite du président indien Narendra Modi, E. Macron a évoqué avec lui la coopération économique de leurs deux pays (livraison des Rafales français vendus à l’Inde en 2016, projet indien d’acheter six réacteurs nucléaires

p. 258-259

Re p è r e s

Usages sociaux et politiques du patrimoine Dans cette double page Repères, les expressions « usages sociaux » et « usages politiques » du patrimoine sont clairement explicitées. En ce qui concerne la première, il s’avère que la plupart des États utilisent le patrimoine, à travers des monuments ou des sites mis en valeur, comme créateur de ciment social, dans la mesure où il permet une appropriation et une identification des citoyens à leur territoire ; il a donc une fonction identitaire. Il possède aussi une fonction éducative : les musées, les châteaux, etc., ont ainsi développé des ateliers pédagogiques à destination des jeunes, afin qu’ils connaissent, apprécient et intègrent intellectuellement le patrimoine local, voire national.

THÈME 4 Axe 1 Usages sociaux et politiques du patrimoine

5

Éléments de réponse aux questions p. 259 1. Les États utilisent généralement deux leviers pour parvenir à ces objectifs de cohésion sociale et d’unité sociale grâce au patrimoine. Ils doivent d’abord le mettre en valeur. Ainsi, ils organisent des événements qui font la promotion des sites, des édifices qu’ils possèdent à travers des journées spécialement dédiées (Journées européennes du patrimoine), mais aussi celle de festivals culturels emblématiques (festival d’Avignon). Cela doit permettre d’inculquer une culture commune à une grande partie de la population et d’en faire de meilleurs citoyens. Ensuite, toujours dans cette logique, ils cherchent à éduquer la jeunesse, ce qui est réalisé par le biais des ateliers éducatifs que l’on retrouve désormais dans la majorité des musées, des châteaux, etc. 2. Il est désormais indéniable que le patrimoine repré-

sente un élément essentiel du soft power pour les grandes puissances. En effet, il constitue un instrument diplomatique de premier ordre. Comme nous le montre la photographie du couple Trump reçu par Xi Jinping devant la Cité interdite, où le Président chinois a fait donner un concert privé pour ses deux invités et leur a fait découvrir le palais pluriséculaire. Cette visite s’est conclue par des accords commerciaux d’un montant de plus de 253 milliards de dollars. Emmanuel Macron s’est lui servi du cadre prestigieux du château de Versailles pour vanter les mérites de l’appareil productif français auprès de chefs d’entreprise étrangers en 2018 (« Choose France »). Enfin, le patrimoine naturel peut également être utilisé pour conclure des partenariats culturels. La Chine a mis en œuvre la « diplomatie du panda » depuis le viie siècle afin de renforcer ses relations culturelles, économiques et diplomatiques avec certains pays. Ce qu’illustre la photographie montrant le prêt de deux pandas géants chinois au zoo de Berlin en 2017, où l’on constate la présence de la chancelière allemande Angela Merkel, ce qui démontre qu’il ne s’agit pas d’un événement anodin.

p. 260-261

Jalon 1A

Réaménager la mémoire. Les usages de Versailles de l’Empire à nos jours Ce Jalon vise à montrer à analyser les usages sociaux et politiques du château de Versailles depuis le xixe siècle, exercés par différents acteurs. Après la Révolution française, au gré des changements de régime, il a été plus ou moins utilisé. Napoléon Bonaparte souhaitait en faire un écrin magnifiant son régime, mais les circonstances ne lui ont pas permis de réaliser son projet. Il faut attendre Louis-Philippe pour que l’édifice retrouve sa splendeur passée. Il le transforme en musée, mais avec un objectif politique bien précis : une réconciliation entre la monarchie et la France. Par la suite, Versailles ne perd pas son importance dans ce domaine ; il est fréquemment mis en avant par les gouvernants qui s’en servent pour des réceptions officielles, des signatures de traités, etc. Son rôle culturel s’est affirmé dans la deuxième moitié du xxe siècle ; il est à la fois un site cinématographique apprécié, mais aussi le théâtre d’expositions d’envergure internationale. Enfin, il conserve un rôle diplomatique au

service de la grandeur française, comme le démontre sa mise en lumière fréquente par le président Emmanuel Macron (réception de Poutine), et toujours politique puisque le chef de l’État y tient annuellement un discours devant le Congrès.

Document 1 En 1805, Napoléon visite le château de Versailles ; l’année d’après, il commande les premiers travaux d’aménagement, puis confie à l’architecte Jacques Gondouin la transformation de l’édifice. Ces projets sont abandonnés en raison des coûts engendrés par les opérations militaires de l’empereur. En 1811, Pierre Fontaine et Alexandre Dufour proposent un nouveau projet : il prévoit la construction d’un bâtiment faisant pendant au Grand Commun, l’un et l’autre intégrés au château et reliés par une façade sur la cour, la colonnade masquant l’arrière de la chapelle du palais. La fin précipitée de l’Empire empêcha la réalisation de celui-ci.

Document 2 L’archiviste Éric Landgraf expose un des grands projets de Louis-Philippe : réconcilier la monarchie et la Révolution française. Ainsi, celui-ci décide de créer le musée de l’histoire de France sis au château de Versailles. Il s’agit d’une entreprise monumentale, tant par les sommes qui y sont englouties, que par l’ampleur du chantier qui mobilise des centaines d’ouvriers ; le projet était particulièrement suivi par le souverain qui y effectue 398 visites et y investit une partie de sa fortune personnelle (18 millions de francs de l’époque).

Document 3 En avril 1855, Napoléon III et l’impératrice Eugénie sont reçus par la reine Victoria au château de Windsor. L’empereur français est décoré de l’ordre de la Jarretière. La visite est un réel succès diplomatique, le voyage ayant eu pour but de rapprocher la France et le Royaume-Uni. Ainsi, dans les rangs français s’impose l’idée d’une visite officielle de la souveraine anglaise. La tenue de l’Exposition universelle à Paris est l’occasion rêvée. Napoléon III accueille la reine Victoria et son mari, le prince Albert de Saxe-Cobourg à Boulogne-sur-Mer le 18 août 1855. Le séjour de la souveraine est ponctué de nombreuses cérémonies officielles et de divertissements. Le 25 août, un souper est donné en son honneur dans la salle de l’Opéra du château de Versailles. Le dîner fut servi entre la première et la seconde partie d’un bal. La table avait été dressée pour 400 convives. À l’issue de cette soirée, Napoléon III exprima son regret que le séjour de la reine se terminât. L’œuvre d’Eugène Lami est une commande officielle du souverain français.

Document 4 Le tableau de Sir William Orpen, peintre accrédité par l’armée anglaise durant le conflit, est l’image d’Épinal de l’événement. Les plénipotentiaires allemands Müller et Bell signent la mort dans l’âme le traité sous le regard

THÈME 4 Axe 1 Usages sociaux et politiques du patrimoine

6

dominateur de Wilson, Clemenceau et Lloyd George en face d’eux. Le traité de Versailles vole en éclat vingt ans plus tard. Les clauses de celui-ci, notamment le montant des réparations de guerre, apparaissent odieuses aux Allemands. Le projet de la Société des Nations porté par Wilson est rapidement décrédibilisé par l’absence d’une force armée internationale, puis par la non-participation des États-Unis à l’organisation, suite au vote négatif du Sénat étas-unien en mars 1920.

proclamation de l’Empire allemand dans la galerie des Glaces le 18 janvier 1871 ; le « diktat » de Versailles en 1919 ; les visites de responsables nazis comme Goebbels pendant l’Occupation.

Éléments de réponse aux questions p. 261

Au début des années 1920, le château de Versailles, par manque d’entretien régulier, est menacé de ruine. En 1924, le milliardaire et philanthrope étas-unien John D. Rockfeller propose une aide financière à l’État français pour sa restauration. C’est un premier pas. En 1953, le nouveau conservateur en chef du château est Gérald Van Der Kamp. Celui-ci va s’attacher à restaurer le domaine de Versailles, en sollicitant les institutions nationales, mais également en faisant appel à la philanthropie étrangère. Son action va être appuyée par une publicité inattendue : du 6 juillet au 6 septembre 1953, Sacha Guitry tourne au château Si Versailles m’était conté. Une partie des droits du film est offerte pour la conservation du domaine, et, surtout, le succès de celui-ci entraîne un engouement pour Versailles et lance « une mode qui ne se démodera pas » (Marc Ladreit de Lacharrière, discours d’hommage à G. Van der Kamp).

1. Napoléon Bonaparte voulait s’installer au château de Versailles ; ainsi, il a commandé des projets d’agrandissement, notamment aux architectes Dufour et Fontaine. Son objectif était d’en faire un écrin à la gloire de ­l’Empire. 2. C’est le roi Louis-Philippe lui-même qui prend cette

décision de transformer le château de Versailles en musée. On constate que ce projet retient toute son attention puisqu’il y investit une somme colossale (18 millions de francs), prélevée sur sa cassette personnelle, et il rend 398 visites au chantier, afin de vérifier l’avancement des travaux.

3. L’objectif de Napoléon III est d’établir une alliance

diplomatique forte avec l’Angleterre. Pour cela, après avoir lui-même effectué un voyage en Grande-Bretagne, il reçoit la reine Victoria et son époux. Il se sert du ­château de Versailles pour organiser des bals, des concerts et des dîners somptueux, qui vont charmer ses deux i­nvités.

4. Le gouvernement français de l’époque a choisi le châ-

teau de Versailles pour la signature du traité de paix avec l’Allemagne car il s’agissait d’un lieu de pouvoir déjà utilisé dans l’histoire nationale et, surtout, pour laver l’affront qui avait été fait par les Allemands en 1871 : le roi de Prusse Guillaume Ier s’était proclamé empereur d’Allemagne dans la galerie des Glaces après sa victoire contre le Second Empire de Napoléon III.

Synthétiser Les élèves doivent organiser leur réponse en prenant en compte la chronologie. Tout d’abord, il faut préciser que le château était tombé en désuétude pendant la Révolution française, mais que, très rapidement, il retient à nouveau l’attention, en l’occurrence, celle de Napoléon Ier. Celui-ci comptait faire de Versailles un écrin à la gloire de son Empire. Mais la fin du régime ne permet pas l’achèvement de travaux qui avaient été engagés. Louis XVIII fait aussi procéder à quelques rénovations. Mais c’est surtout Louis-Philippe qui joue un rôle important dans le retour de l’édifice sur le devant de la scène : il le convertit en musée, non sans avoir fait réaliser de grandes transformations des bâtiments. Sous le Second Empire, il est un outil de la politique diplomatique de Napoléon III qui s’en sert comme un lieu de pouvoir où sont organisées des réceptions hautes en couleur. Travailler autrement L’exposé préparé par les élèves sur « la place du château de Versailles dans la mémoire allemande » doit absolument prend en compte les événements suivants : la

p. 262-263

Jalon 1B

Document 1

Document 2 Le château de Versailles a organisé du 10 septembre au 14 décembre 2008 une exposition de l’artiste étas-unien Jeff Koons. Celui-ci y expose dix-sept œuvres, dont son célèbre Split-Rocker (sculpture de 12 mètres de haut, moitié cheval à bascule, moitié dinosaure, recouverte de 100 000 fleurs), et Ballon Dog. L’exposition a suscité des polémiques et de nombreuses controverses, entre la direction du domaine, les commissaires de l’exposition et certaines personnalités de l’art en France d’une part, et les tenants du classicisme de l’édifice d’autre part.

Document 3 En février 2011, la société états-unienne Google lance Google Arts & Culture, un service en ligne permettant de visiter virtuellement des musées et de visualiser leurs œuvres en haute définition. Cela a été rendu possible par la technologie Street View. Dix-sept musées d’envergure internationale ont participé au projet dès ses débuts, notamment le MoMA, le musée de la Reina Sofia, le Rijksmuseum, etc. En 2012, le château de Versailles adhère à cette opération.

Document 4 En 1875, les lois constitutionnelles instaurent de façon définitive la IIIe République. Elles prévoient le bicamérisme, divisant le Parlement en deux chambres distinctes : le Sénat et la Chambre des députés. Elles ne siègent pas alors à Paris, considéré comme un foyer d’insurrections ; elles préfèrent s’installer à Versailles. Le Sénat choisit de siéger dans la salle de l’Opéra royal. Pour accueillir

THÈME 4 Axe 1 Usages sociaux et politiques du patrimoine

7

la Chambre des députés, l’architecte du Parlement, Edmond de Joly, livre, fin 1875, une nouvelle salle en hémicycle aménagée au cœur de l’aile du Midi du château de Versailles. Elle est inaugurée lors de l’ouverture solennelle des chambres le 8 mars 1876. Les députés y tiennent séance jusqu’à leur retour au palais Bourbon, à Paris, en 1879. La salle possède de vastes capacités qui permettent de réunir les deux chambres en « Assemblée nationale », notamment lors de l’élection du président de la République.

Document 5 L’historien Christian Delporte, cité dans l’article, précise qu’Emmanuel Macron n’est pas le premier chef d’État français à utiliser le château de Versailles comme lieu de rencontre avec les grands de ce monde. Il ajoute que « cela permet en quelque sorte au président de la République de parler de souverain à souverain ». Ce lieu, symbole de la monarchie absolue, ne cessa pas d’exister politiquement après la Révolution française. Napoléon Ier y invita la reine de Westphalie en 1807 et Frédéric-Auguste Ier de Saxe en 1809. La Restauration puis le Second Empire furent aussi l’occasion de nombreuses visites officielles. En 1855, Napoléon III y reçut notamment la reine Victoria. À partir de 1870, la ­Troisième République ne mit pas fin à cette coutume et le château de Versailles disposa dès lors d’un versant républicain de son histoire. En 1873, le maréchal de Mac Mahon, alors président de la République, y invita le Shah de Perse. Félix Faure accueillit en 1896 le tsar Nicolas II. Sous les Troisième et Quatrième Républiques, de 1870 à 1958, douze visites officielles eurent pour décor le château de Versailles. Sous la Ve République, il a été utilisé une trentaine de fois entre 1958 et au début du premier mandat de F. Mitterrand. Lui-même et ces successeurs ne s’en servirent que de manière très limitée et ce, jusqu’au mandat d’Emmanuel Macron.

Éléments de réponse aux questions p. 263 1. Le château de Versailles a reçu une somme d’argent correspondant à une partie des droits du film, ces fonds devant être utilisés pour sa restauration. En outre, le film ayant connu un grand succès en France et à l’étranger, il a remis le domaine de Versailles au goût du jour et a accru sa notoriété. 2. Avec plus de 5 millions de visiteurs par an, le château

de Versailles est l’un des monuments les plus visités en France et dans le monde. D’autre part, depuis les années 2000, sa direction a décidé que des artistes contemporains viendraient, chaque été, y présenter leurs œuvres. L’exposition de Jeff Koons a suscité la polémique, car celui-ci est un artiste contemporain, très médiatisé, créant des œuvres contestées, géniales pour les uns, inutiles selon les autres, et celles-ci ont été exposées dans le chef-d’œuvre du classicisme français. Ainsi, certains historiens ou personnalités de l’art estiment qu’il s’agit d’une atteinte au bon goût, que les pièces de Koons dénatureraient le site.

3. L’application de Google Arts & Culture permet

une immersion et une visite virtuelles du château de

Versailles. Il est aussi possible de visualiser les œuvres exposées à l’intérieur et d’accéder à des commentaires faits par des spécialistes pour éclairer son exploration. Pour les créateurs de l’application, il s’agit de montrer que leur produit est à la pointe de la technologie et permet une expérience inégalée. Pour la direction du château, il s’agit de développer la notoriété du domaine, notamment à l’étranger et de faire connaître, outre l’édifice, les œuvres abritées.

4. Versailles reste indéniablement un lieu de pouvoir.

Lorsque la Constitution doit être modifiée, le Parlement (Assemblée nationale + Sénat) se réunit dans la salle du Congrès au château de Versailles pour procéder à ceci. Depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron tient un discours devant le Congrès. Enfin, le site, depuis sa création en 1623, a été utilisé par les souverains ou les chefs d’État français comme un espace de mise en scène du pouvoir ; ils y accueillent les grands de ce monde, afin de renforcer les liens diplomatiques de leurs invités avec la France ou pour vanter les mérites du pays (opération « Choose France » en 2018). Synthétiser Il faut tout d’abord que l’élève rappelle ses connaissances sur le concept de puissance avant de définir le soft power, et celui-ci à l’œuvre à Versailles.

Travailler autrement Il s’agit pour les élèves de repérer les grandes étapes qui marquent les différents usages du château au xxe siècle. De manière très synthétique, on peut retenir quelques périodes : au début du xxe siècle, le château est en très mauvais état, presque à l’abandon. En 1919, il est utilisé comme un éminent lieu diplomatique avec la signature du traité de Versailles qui établit l’accord de paix signé entre l’Allemagne et les pays de la Triple Entente. Des années 1920 au début de la décennie 1950, les conservateurs se consacrent au remeublement du site. L’année 1953 est un jalon important car Gérald Van der Kamp devient conservateur en chef et va déployer son talent pour rassembler des financements afin de restaurer le domaine ; il est aidé en cela par la publicité générée par le film de Sacha Guitry Si Versailles m’était conté. Le succès de Versailles en tant que lieu de production cinématographique ne se démentira pas, puisque le château accueille 170 films entre 1904 et 2011 ; sa fonction culturelle est évidente. Sous la Ve République, son rôle politique (Parlement réuni en Congrès pour modification de la Constitution, 1963) et diplomatique (accueil de chefs d’État étrangers) est réaffirmé. Depuis les années 2000, son rôle culturel se renforce avec l’accueil d’artistes contemporains, et des expositions d’envergure.

p. 264-265

Jalon 2A

Conflits de patrimoine. Les frises du Parthénon depuis le xixe siècle Ce Jalon aborde le thème des conflits liés au patrimoine. Ceux-ci se sont multipliés dès le xixe siècle avec les conquêtes coloniales menées essentiellement par les puissances européennes ; celles-ci ont spolié des biens culturels appartenant à des peuples autochtones. L’un

THÈME 4 Axe 1 Usages sociaux et politiques du patrimoine

8

des litiges les plus emblématiques est celui opposant la Grèce au gouvernement britannique et à la direction du British Museum depuis le xixe siècle. En effet, en 1800, Lord Elgin, l’ambassadeur britannique auprès du gouvernement ottoman, avait diligenté une équipe d’artistes et d’archéologues pour explorer le site du Parthénon. Dès 1801, il prélève illégalement des statues et des plaques de marbres provenant de la frise du Parthénon (appelées « marbres Elgin » au Royaume-Uni). Confronté à des difficultés financières, il finit par les vendre au British Museum en 1816. Dès son indépendance (1830), la Grèce réclame le retour des dalles de la frise du Parthénon, car elle estime que les documents produits par Elgin pour justifier l’accaparement de celles-ci n’ont pas de valeur juridique. Le roi Othon Ier de Grèce (1832-1862) essaie de les racheter, puis de procéder à un échange de pièces archéologiques. Ces négociations n’aboutissent pas. L’affaire rebondit à la fin du xxe siècle, avec les revendications énergiques formulées par Mélina Mercouri, ministre de la Culture grecque en 1986, qui se soldent également par un échec. Avec l’annonce du Brexit, le gouvernement grec s’est tourné vers la commission européenne pour solliciter le rapatriement de ces sculptures historiques, une demande qui a été refusée en novembre 2017.

Document 1 Le tableau Phidias montrant la frise du Parthénon à ses amis est le seul parmi les 448 œuvres du peintre Lawrence Alma-Tadema à s’intéresser à l’Antiquité grecque. L’auteur convie les spectateurs à une visite presque commentée de la frise, élément architectonique et décoratif du monument phare de l’Acropole d’Athènes, le Parthénon. Dans une scène intimiste éclairée au flambeau, le sculpteur Phidias présente sa réalisation en cours de construction à un public privilégié et averti : Périclès, Aspasie, Alcibiade, etc.

Document 3 En 1816, le caricaturiste écossais né à Londres, John Cruikshank, évoque la polémique qui a eu lieu en Angleterre en raison de l’achat des marbres d’Elgin par le gouvernement. En effet, le pays était frappé par une sévère famine et pour de nombreux députés, le montant de 35 000 livres offert à Elgin pour ses marbres constitue une dépense exorbitante (alors que pour Elgin cela avait représenté un coût total de 74 000 livres). Sur la gauche, Lord Castlereagh, alors secrétaire d’État aux Affaires étrangères, dit « Bonne affaire pour vous Johnny ! Seulement 35 000 livres ! Je les ai achetés exprès pour vous ! Ne pensez pas au pain quand vous pouvez avoir des pierres si bon marché ». Au centre, John Bull répond : « Je ne pense pas que ces pierres soient parfaites ! Et je ne pense pas les acheter pour le moment. Le commerce est très mauvais et les provisions très chères et ma famille ne peut pas manger des pierres… ».

Document 4 Cette peinture montre une vue idéalisée de « La salle temporaire d’Elgin au Musée en 1819 ». Cette salle a été conçue par l’architecte du musée, Robert Smirke, pour l’exposition temporaire des sculptures du Parthénon apportées d’Athènes par Lord Elgin, achetées par le gouvernement et déposées au British Museum en 1816. Le tableau présente des portraits du personnel, d’un administrateur et de visiteurs. On sait peu de choses sur l’artiste, qui apparaît assis à droite du tableau. Le docteur Gray [donateur de l’œuvre au British Museum] a écrit que le tableau « a été exposé dans la maison de l’artiste à Hart Street, Bloomsbury ». Il a ensuite été acheté auprès d’un marchand par le conservateur des antiquités, Edward Hawkins, puis par Gray après la mort de Hawkins.

Document 5 Document 2 C’est en 1800 que Lord Elgin charge le peintre Lusieri de prélever sur le site du Parthénon un maximum d’éléments qu’ils pourront rapatrier en Angleterre. Néanmoins, les autorités locales, dans un premier temps, ne le laissent pas travailler comme il le souhaite sur le site. Finalement, Elgin corrompt les fonctionnaires ottomans. Ainsi, fin juillet 1801, Hunt, le chapelain d’Elgin, demanda et obtint l’autorisation d’emporter une métope de la frise. Le travail fut destructeur ; pour avoir accès aux métopes, il fallut enlever l’intégralité de ce qui restait de la corniche sud qui fut jetée au sol. Il fallait travailler vite, car les Français (et tout spécialement l’archéologue Fauvel) commençaient à revenir en grâce auprès des Ottomans. En mai 1802, quand Lord Elgin et son épouse vinrent à Athènes inspecter les travaux, sept métopes avaient été enlevées du Parthénon, ainsi que les statues des frontons et une vingtaine de plaques de la frise. Lusieri travaillait dans l’urgence et avec de moins en moins de précautions. Le 16 septembre, il écrivit à son commanditaire que pour la « huitième métope, celle où le Centaure emporte la femme […] [il avait été] obligé d’être un peu barbare » : par là, il signifiait qu’il avait fait tomber encore plus de corniche.

L’auteure, ancienne élève de l’école des Chartes, cheffe d’un service d’archives historiques aux Archives nationales, livre une analyse des déprédations d’Elgin sur le Parthénon, tout en donnant des repères historiques et en narrant les vicissitudes qu’a connues l’édifice au cours du temps.

Éléments de réponse aux questions p. 265 1. La frise du Parthénon est un ensemble constitué de statues et de dalles sculptées. Pour les historiens de l’art, les historiens et les archéologues, ces dalles représenteraient, sous la forme d’une frise, une représentation de la procession des Grandes Panathénées, qui se déroulaient à Athènes. 2. Il a été pillé à l’époque de Justinien. Puis, transformé

en église vers 550 et en mosquée en 1456. Lors de la période ottomane, le Parthénon avait été transformé en forteresse militaire. Il avait subi des tirs de mortiers lors du siège d’Athènes par les Vénitiens en 1687. Lord Elgin justifie le prélèvement des statues et des marbres du Parthénon en disant que ceux-ci sont fortement dégradés, et qu’il les ramène en Angleterre pour les

THÈME 4 Axe 1 Usages sociaux et politiques du patrimoine

9

protéger. Les dalles enlevées directement sur le temple dégradent fortement l’édifice, comme l’avoue Lusieri.

3. Les vêtements soignés des visiteurs montrent qu’il

s’agit principalement d’aristocrates, même si l’on remarque un artiste au premier plan sur la droite, en train de faire des croquis. La culture en Angleterre au xixe siècle est essentiellement réservée aux élites fortunées (aristocratie et grande bourgeoisie).

4. John Bull, le personnage allégorique représentant le

Royaume-Uni, est en train d’acheter les marbres d’Elgin, alors même que sa famille souffre de la faim. Le caricaturiste, John Cruikshank, dénonce le fait que le gouvernement ait acheté ces œuvres d’art alors que le pays est durement frappé par une famine.

Synthétiser Il s’agit pour les élèves de montrer qu’il y a plusieurs types de réactions face à l’accaparement des marbres du Parthénon : l’aristocratie, la bourgeoisie et les artistes les voient comme des éléments culturels incontournables et n’hésitent pas à aller visiter le British Museum, leur lieu d’exposition. En revanche, des intellectuels comme Lord Byron critiquent vertement Elgin qui est accusé d’être un pillard ; de même que le caricaturiste John Cruikshank qui se moque du gouvernement, qui a déboursé 35 000 livres pour les dalles et statues, alors qu’une partie du pays mourrait de faim. Travailler à l’oral Les élèves doivent montrer que, tout comme pour Elgin, c’est l’influence diplomatique de leur pays qui a permis aux Allemands d’accaparer les éléments du grand autel.

p. 266-267

Jalon 2B

Document 1 Les marbres de Lord Elgin sont achetés en 1816 par le gouvernement britannique. Ils sont ensuite exposées dès la même année au British Museum. Depuis 1830 et les revendications de l’État grec, la direction du musée oppose un refus ferme au retour de ces biens culturels dans leur pays d’origine. L’argument qu’elle utilisait le plus jusqu’à la fin des années 2000 était que la Grèce ne disposait pas d’un musée ou d’une structure apte à recueillir, exposer, et entretenir les marbres d’Elgin. Or, depuis 2009, le pays s’est doté d’un musée, au pied de l’Acropole, spécialement conçu pour les recevoir. Les arguties du British Museum ne sont donc plus valables.

Document 2 Amadou-Mahtar M’bow est un homme politique sénégalais, plusieurs fois ministre dans son pays. Il a été président de l’UNESCO de 1974 à 1987. En 1978, il interpelle les anciens États colonisateurs et les exhorte à restituer les biens culturels prélevés dans leurs anciennes colonies. Sa déclaration comporte un passage célèbre : « J’appelle solennellement les gouvernements des États membres de l’Organisation à conclure des accords bilatéraux prévoyant le retour des biens culturels aux pays

qui les ont perdus ; à promouvoir prêts à long terme, dépôts, ventes et donations entre institutions intéressées en vue de favoriser un échange international plus juste des biens culturels ; à ratifier, s’ils ne l’ont pas encore fait, et à appliquer avec rigueur la Convention qui leur donne les moyens de s’opposer efficacement aux trafics illicites d’objets d’art et d’archéologie. »

Document 3 En 1974, l’actrice grecque Mélina Mercouri entame une carrière politique. Elle est députée du Mouvement socialiste panhellénique en 1978 et ministre de la Culture de 1981 à 1989, puis de 1993 jusqu’à sa mort. Elle s’est battue, mais sans succès, pour le retour des frises du Parthénon exposées au British Museum. Elle s’est dépensée sans compter pour réparer ce qu’elle considérait comme une énorme injustice. En 1986, elle prononce ce discours, resté célèbre, devant l’Oxford Union Society, qui est une société de débats, l’une des plus prestigieuses au monde. Beaucoup de membres de cette organisation étaient en faveur du retour des marbres d’Elgin en Grèce.

Document 4 Le musée de l’Acropole d’Athènes est ouvert en 2009. Il abrite les objets provenant des monuments et des fouilles sur l’Acropole : bas-reliefs, statues et céramiques allant de la Préhistoire à l’Antiquité tardive. Il contient une salle spécialement consacrée à la frise du Parthénon (dalles et métopes), prévue également pour recevoir les dalles manquantes, actuellement hébergées au British Museum et revendiquées par le gouvernement grec.

Document 5 Le Comité britannique pour la restitution des marbres du Parthénon fait campagne depuis les années 1980 pour que les sculptures exposées au British Museum soient rendues à la Grèce. Cette association a reçu de nombreux soutiens : des universitaires britanniques (historiens, archéologues), mais aussi des personnalités médiatiques comme George Clooney ou Ian McKellen.

Éléments de réponse aux questions p. 267 1. Selon le gouvernement britannique et le British

Museum, la Grèce ne disposait d’un lieu d’exposition et de conservation suffisamment bien équipé et performant pour recevoir les sculptures du Parthénon. Les marbres d’Elgin sont parmi les pièces les plus célèbres du British Museum ; ils enrichissent considérablement leurs collections, accroissent la réputation du musée et représentent aussi une source de revenus indirects.

2. Pour Amadou-Mahtar M’bow, le directeur de l’UNESCO

en 1978, les biens culturels représentent l’identité d’un peuple et sa mémoire. En leur dérobant une partie de leurs trésors nationaux, les colonisateurs ont privé les colonisés d’une partie d’eux-mêmes.

THÈME 4 Axe 1 Usages sociaux et politiques du patrimoine

10

3. Le passage à relever : « Car il s’agit bien des marbres du

Parthénon. Il n’existe pas de marbres d’Elgin. Une attaque en règle, fiévreuse, terrifiante, [fut] menée contre un édifice [le Parthénon]. » Beaucoup d’artistes britanniques ont condamné les agissements de Lord Elgin. Pour Horace Smith, c’est un « voleur de marbres ». Lord Byron le surnommait « le pillard ».

4. La construction de ce musée de l’Acropole était une

priorité pour le gouvernement grec, car cela permettait d’invalider l’argument du gouvernement britannique et du British Museum selon lequel la Grèce ne disposait d’un lieu performant pour accueillir et conserver les marbres d’Elgin.

5. Le Comité britannique pour la restitution des marbres

du Parthénon est une association britannique qui milite pour les marbres d’Elgin soient rendus à la Grèce. Il fait des campagnes médiatiques retentissantes au RoyaumeUni, et il est soutenu par des universitaires, des personnalités médiatiques, des citoyens.

Synthétiser Il s’agit de montrer dans ce paragraphe que la querelle entre la Grèce et le Royaume-Uni concernant les marbres d’Elgin a commencé dès l’indépendance du pays en 1830 et que celles-ci se poursuivent toujours en 2020. Les élèves doivent citer les événements les plus marquants de la lutte engagée entre les deux États. Les premières tentatives de négociations du roi Othon Ier de Grèce entre 1834 et 1843 n’ont pas abouti, débouchant sur des relations diplomatiques tendues entre les deux pays. La polémique a ressurgi en 1986 avec l’appel lancé par la ministre de la Culture Mélina Mercouri et se poursuit depuis : le gouvernement grec a profité du Brexit pour reposer officiellement la question du retour des sculptures du Parthénon auprès de la Commission européenne. Pour l’instant, il se heurte toujours au refus conjoint du gouvernement britannique et du British Museum. Travailler autrement Le paragraphe doit suivre et indiquer les éléments apportés par la vidéo : l’importance historique du Parthénon ; les énormes travaux de restauration qui y sont engagés ; le souhait de la majorité des archéologues grecs pour le retour des marbres d’Elgin en Grèce ; le fait que ce dernier ait considérablement dégradé l’édifice lorsqu’il a prélevé les statues et les dalles ; la construction du musée de l’Acropole qui invalide l’argument du gouvernement britannique et du British Museum selon lequel ce pays ne disposait pas d’un musée suffisamment équipé pour recevoir les sculptures ; le nouvel argument de la direction du British Museum qui insiste sur le caractère « universel » de sa collection, qui mettrait en valeur l’apport grec antique au reste du monde ; le soutien d’une partie de la population britannique au retour des marbres d’Elgin en Grèce.

p. 270-271

Exercices Bac

Exercice 1 1a. Patrimoine : littéralement « l’héritage des pères »,

ensemble de biens détenu ou transmis par un individu, mais aussi ce qu’une communauté choisit de conserver de son passé. La notion a évolué avec le temps, elle est plus large aujourd’hui avec notamment la prise en compte du patrimoine immatériel. Puissance : capacité à établir sa domination ou du moins son influence dans le monde.

1b. Il s’agit des principales puissances mondiales, qui

détiennent un patrimoine remarquable (édifices, sites naturels, faune…) et qui s’en servent dans le cadre des relations internationales : la France (Louvre Abu Dhabi, réceptions à Versailles, etc.), la Chine (diplomatie du panda), le Japon (« Cool Japan »), la Corée du Sud (K-pop), etc. Dans les acteurs secondaires, on retrouve des États qui ne possèdent pas l’envergure des États cités précédemment, mais qui utilisent leur patrimoine ou le mettent en valeur afin d’en obtenir des retombées (diplomatiques, économiques…), comme par exemple le parc national Kruger en Afrique du Sud, ou celui du Kilimandjaro en Tanzanie.

1c. Les bornes chronologiques n’apparaissent pas dans

le sujet. Mais on comprend qu’il s’agit de la période contemporaine, on peut même préciser des années 1980 (accélération de la mondialisation) à nos jours. En ce qui concerne les bornes spatiales, le « niveau international » suggère des exemples choisis dans le monde entier.

1d. Ils l’utilisent à la fois comme un instrument de diplomatie, pour conclure des accords économiques et des partenariats culturels. 1e. Initialement, le patrimoine, et surtout les édifices étaient des lieux de pouvoir, où l’on signait des traités de paix, des accords diplomatiques. En France, dans les années 1970-1980, les responsables politiques ont pris conscience qu’il pouvait servir de levier pour le développement économique et social des territoires, voire du pays entier. Au niveau international, le patrimoine (monumental, naturel) est mis en exergue dans les rapports diplomatiques. Les conséquences en sont que le patrimoine est devenu un enjeu majeur, au niveau économique, diplomatique, politique, social, voire stratégique, tant au niveau local, national, qu’international. 2. Quels usages les États font-ils de leur patrimoine et

qu’espèrent-ils en retirer dans le cadre des relations internationales ?

Exercice 2 L’exposé à l’oral pourra comporter deux parties : la première qui montre que le patrimoine monumental national a depuis longtemps été utilisé par les souverains (Napoléon Bonaparte, Louis-Philippe, Napoléon III) et les chefs d’État français (de Gaulle…) pour organiser des réceptions fastueuses afin de recevoir dignement leurs

THÈME 4 Axe 1 Usages sociaux et politiques du patrimoine

11

invités et de favoriser ainsi les relations diplomatiques avec ceux-ci. La seconde peut aborder le patrimoine français qui « s’exporte », en se servant des exemples bien connus du Louvre Abu Dhabi, la Sorbonne Abu Dhabi, etc.

3. Il s’agit d’un membre de l’organisation terroriste État

islamique. Derrière lui, on peut voir le socle d’une statue dont il ne reste que les pieds. Le corps de celle-ci a été réduit en gravats par cet homme à coups de masse.

4. Une légende en haut de la caricature « Daech s’est

Exercice 3 L’exposé doit insister sur plusieurs points, notamment : la venue de pandas chinois dans un pays étranger est le fruit d’une négociation réalisée entre les chefs d’État ; en l’occurrence, Hu Jintao et Nicolas Sarkozy. Cet événement est l’occasion pour les deux pays d’opérer un rapprochement diplomatique. Enfin, le zoo de Beauval peut espérer de fortes retombées économiques liées à la présence des deux plantigrades.

Exercice 4 : 1. Une caricature, publiée en mars 2015. 2. Dilem est un dessinateur de presse algérien ; il publie ses caricatures dans le quotidien algérien Liberté, dans l’hebdomadaire français Charlie Hebdo et dans l’émission de télévision Kiosque de TV5 Monde. Charlie Hebdo est un journal hebdomadaire satirique français, fondé en 1970 par François Cavanna et le professeur Choron.

acharné sur les statues ». Dilem reprend des événements d’actualité : des statues détruites par cette organisation en Irak, plus précisément dans les villes de Hatra et de Nimroud. La bulle : « on en a besoin pour les lapidations ». Cette phrase est une référence aux pratiques réalisées par Daech, en l’occurrence la lapidation des femmes adultères. Il s’agit (selon eux) d’une application de la charia.

5. L’auteur utilise l’humour et la dérision pour condam-

ner les actions de Daech qui a détruit une partie du patrimoine de l’Irak et de la Syrie. Selon un procédé humoristique, l’auteur fait s’excuser le membre de l’organisation qui justifie un fait révoltant par un autre fait révoltant ! C’est une condamnation sans ambiguïté de Dilem vis-à-vis de cette organisation terroriste.

6. En reprenant tous les éléments de votre analyse (ques-

tions 1 à 5), il s’agira de rédiger un paragraphe structuré, présentant d’abord la nature du document, son auteur, sa composition globale, en finissant par le message délivré par Dilem, ainsi que sa portée.

THÈME 4 Axe 1 Usages sociaux et politiques du patrimoine

12

AXE 2

Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrences La logique du chapitre L’objectif de cet Axe 2 est de montrer que le patrimoine culturel ou naturel, matériel ou immatériel, est au cœur de nombreux enjeux et tensions dans les sociétés, notamment urbaines. En effet, la préservation du patrimoine est un objet de développement économique, par le tourisme culturel, par exemple dans les grandes villes touristiques choisies par le programme que sont Paris et Venise. Cette mise en valeur peut s’appuyer sur la Convention de l’UNESCO mais aussi sur des infrastructures, des évènements et un imaginaire commun véhiculé par les arts et les médias. Cependant la mise en valeur touristique du patrimoine reflète aussi les inégalités de la mondialisation, car elle est plus difficile dans les pays les moins avancés comme le Mali, 3e espace choisi par le programme. Ce patrimoine est par ailleurs au cœur de tensions entre acteurs. La massification du tourisme entraîne des mouvements de protestation dans les grandes villes touristiques, contre une marchandisation de la ville trop orientée vers l’activité touristique, contre les rénovations pour l’usage de l’espace par les touristes dans les hauts lieux patrimoniaux, ou à l’inverse contre l’impossibilité d’une rénovation urbaine pour préserver un patrimoine muséifié. Les solutions pour encadrer ce tourisme de masse sont difficiles à mettre en place. Le modèle est peu remis en question par des acteurs qui en sont très dépendants économiquement, entraînant un risque pour la préservation du patrimoine. Enfin, le patrimoine est aussi en danger face à diverses menaces, géopolitiques comme au Mali ou climatiques comme à Venise par exemple, posant la question de l’échelle de gouvernance à privilégier pour répondre à ces menaces et ces défis et ainsi préserver le patrimoine.

Bibliographie –– A. Fermigier, La Bataille de Paris. Des Halles à la Pyramide. Chroniques d’urbanisme, Gallimard, 1991. André Fermigier, grand critique d’architecture, témoigne des transformations de Paris, des Halles ou de la gare d’Orsay, jusqu’à la bataille perdue contre la pyramide du Louvre. –– P. Pinion, Paris détruit, Parigramme, 2011. Un panorama illustré des destructions qui ont affecté Paris, des destructions symboliques sous la Révolution aux réhabilitations actuelles en passant par les grandes opérations urbaines traumatisantes des années 1960-1970. –– E. Hazan, L’Invention de Paris, Seuil, 2012. Une histoire de la ville et de ses révolutions à travers une déambulation dans ses rues et ses quartiers. –– F.-X. Fauvelle et I. Surun (dir.), Atlas historique de l’Afrique. De la Préhistoire à nos jours, Autrement, 2019. Cet atlas permet de comprendre à l’aide de cartes les civilisations et empires qui se sont développés sur le continent africain au fil des siècles. –– F.-X. Fauvelle (dir.), L’Afrique ancienne, Belin, 2018. Un manuel d’histoire des civilisations de l’Afrique ancienne richement illustré pour se renseigner sur l’empire du Mali. –– A. Zorzi, Histoire de Venise, Perrin, collection Tempus, 2015. Un voyage à travers l’histoire de la ville et de ses habitants, par l’un des meilleurs spécialistes du patrimoine vénitien.

THÈME 4 Axe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrence

13

p. 274-275

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 274-275 1. Les deux documents permettent d’identifier deux types de patrimoine majeurs, le patrimoine culturel et le patrimoine naturel. Un point commun à ces deux exemples est la fragilité de ce patrimoine, ici face aux incendies qui menacent de les faire disparaître. Un autre point commun est la tension entre acteurs que l’on peut rencontrer au sujet de la protection ou de la reconstruction de ce patrimoine. 2. Ces incendies ont touché les opinions publiques dans

le monde car, dans notre village global, ces lieux et espaces emblématiques, même s’ils n’ont pas été visités, font partie de l’imaginaire commun véhiculé par les arts et les médias. C’est aussi pour cela que les réactions ont pu être polémiques sur les actions à mettre en œuvre pour leur nécessaire préservation ou reconstruction. Concernant Notre-Dame, des tensions existent aujourd’hui au sujet d’une reconstruction à l’identique ou non du monument, et de la flèche de l’édifice bâtie lors de grands travaux de restauration par Viollet-leDuc en 1859. Quant aux gigantesques incendies dans le « poumon de notre planète », le Président Emmanuel Macron y a réagi sur Twitter, illustrant son tweet d’une photo largement relayée. Mais s’il s’agit bien de la forêt amazonienne, la photo avait été prise bien avant par le reporter américain Loren McIntyre, décédé en 2003. Un prétexte utilisé par Jair Bolsonaro pour lancer une violente polémique, le Président brésilien accusant le Président français d ­ ’ingérence.

p. 276-277

Re p è r e s

Patrimoine et tourisme L’objectif de cette page Repères est de montrer le lien entre patrimoine et tourisme, à travers la grande variété des acteurs et des espaces concernés.

3. La géographie du tourisme et celle des sites classés

au patrimoine mondial ne correspondent pas. Les deux pays abritant le plus grand nombre de sites (l’Italie et la Chine avec 55 sites) ne sont pas les plus visités au monde, malgré une forte augmentation du nombre de touristes vers la Chine ces dernières années. Les trois pays les plus visités sont la France, l’Espagne et les États-Unis, qui comptent peu de sites classés (24) car ils mettent en valeur leur patrimoine par d’autres actions, notamment celle des parcs nationaux (les très nombreux et visités parcs naturels de l’Utah n’étant par exemple pas classés par l’UNESCO). Certains pays souvent ciblés par l’UNESCO sont même à la périphérie d’une géographie du tourisme, qui reste très liée à celle de la mondialisation et des trois aires de puissance mondiales : ainsi le Brésil et l’Australie ont accueilli seulement moins de 10 millions de touristes en 2017.

4. Les principales villes touristiques du monde sont essen-

tiellement concentrées en Europe et en Asie-­Pacifique. New York est seule aux États-Unis car la géographie du tourisme y est moins concentrée et de nombreux touristes sont attirés par le patrimoine naturel du pays et moins par les centres urbains. En Europe, de nombreux pôles touristiques sont liés au tourisme culturel et au patrimoine urbain. En Asie du Sud-Est, la Thaïlande a misé sur le tourisme de masse, notamment balnéaire (Phuket, Pattaya). Ces villes ne sont pas toutes économiquement dépendantes de l’activité touristique car le PIB créé par les touristes à Shanghaï ou Paris est important en valeur absolue, mais faible en pourcentage par rapport au PIB urbain total de ces villes. À l’inverse près de la moitié du PIB urbain de Cancún (Mexique) est dû à l’activité touristique (par tourisme de masse, notamment les spring break des étudiants états-uniens). On trouve aussi d’autres villes dépendantes du tourisme comme Orlando (avec son Disneyworld floridien) ou Venise, un exemple développé dans cet Axe 2.

p. 278-279

Jalon 1A

Éléments de réponse aux questions p. 277

Paris entre protection et nouvel urbanisme

1. Un visiteur est un touriste s’il passe une nuit sur place, et un excursionniste si son voyage n’inclut pas de nuit sur place. Pour aller plus loin : https://media.unwto.org/fr/content/ comprende-le-tourisme-glossaire-de-base.

L’objectif de ce Jalon est de montrer les hésitations parisiennes entre développement économique et préservation du patrimoine, car souvent les deux objectifs ne peuvent être conciliés dans les projets d’urbanisme. Et l’exemple parisien permet aussi de montrer comment la préservation du patrimoine est devenue un impératif de plus en plus important dans la prise de décision politique, à l’image de la France dans son ensemble.

2. Le lien entre patrimoine et tourisme est très fort dès

le xviiie siècle, avec le « Grand Tour » déjà évoqué dans l’introduction du thème. Un acteur apparaît très tôt et il est toujours très présent : le guide de voyage, qui permet d’accompagner le touriste, mais qui sélectionne aussi à sa place les lieux patrimoniaux dignes d’un détour. Ces guides sont donc des acteurs centraux qui impulsent la construction des espaces touristiques nationaux. L’UNESCO a aussi un rôle important, par la labellisation « patrimoine mondial » qui permet de structurer une mise en valeur touristique, mais aussi des actions de préservation.

Document 1 Cette peinture représente deux ponts sur la Seine, en plein centre de Paris, en contrebas de ce qui est aujourd’hui la place de l’Hôtel de Ville. Hubert Robert permet ainsi de conserver une trace des maisons qui recouvraient les ponts parisiens, remplis d’échoppes, comme on le voit encore aujourd’hui sur le Ponte Vecchio à Florence. Une

THÈME 4 Axe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrence

14

partie du roman Le Parfum de Patrick Süskind décrit ces commerces sur la Seine.

Document 2 Ce procès-verbal relatant une réunion du Conseil municipal parisien en 1898 permet de montrer le lent passage d’un urbanisme par la démolition, le baron Haussmann en étant l’exemple le plus marquant, à un urbanisme plus respectueux du patrimoine passé. La destruction en juillet 1897 de l’hôtel d’Anglade, un hôtel du xviie siècle en parfait état, pour y construire des infrastructures commerciales est pour Alfred Lamouroux le point déclencheur d’une prise de conscience de la nécessaire conservation des traces du passé.

Document 3 Cette carte permet de localiser les différentes strates de l’extension urbaine parisienne ainsi que les principaux plans d’urbanisme et aménagements majeurs. Le cœur historique parisien est l’île de la Cité, et l’immédiate rive gauche de la Seine, avec des ruines gallo-romaines comme les arènes de Lutèce et les thermes de Cluny. Une première enceinte bâtie par Philippe Auguste incluait aussi dans les remparts le quartier du Marais. L’enceinte des fermiers généraux délimitait la ville au xviiie siècle, et l’on devait y payer l’octroi pour faire pénétrer des produits dans la ville. En 1844, une fortification défensive est construite au-delà des premiers villages et collines, mais l’urbanisation galopante du xixe siècle fait que ces interstices s’urbanisent très vite et ces espaces sont annexés en 1860, donnant à Paris ses 20 arrondissements actuels. En parallèle, le préfet Haussmann lance ses grandes transformations, et il n’hésite pas à détruire de nombreux vieux quartiers centraux de Paris, aux rues étroites et insalubres, pour les remplacer par un plan d’urbanisme moderne prônant l’hygiénisme et les boulevards aérés percés en ligne droite. Depuis, les Expositions universelles sous la IIIe République ont permis la construction de nombreux monuments emblématiques comme la Tour Eiffel en 1889. Enfin, sous la Ve République, de nombreux Présidents ont voulu laisser une trace urbanistique dans Paris.

Document 4 Cette maquette témoigne de la persistance d’un urbanisme de la table rase au xxe siècle. Le jeune architecte Le Corbusier présente en 1922 un plan sur un terrain débarrassé de toute construction antérieure, inspiré des principes de la Charte d’Athènes qui souhaite le zonage des activités avec des moyens de circulation entre chaque quartier. Ce plan séduit Gabriel Voisin, constructeur d’avions et d’automobiles, qui finance en 1925 une étude pour que ce projet s’applique au centre de Paris. Ce plan, resté à l’état de projet, préfigure tout de même les grandes rénovations urbaines après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, comme au Havre ou à Brest. En 1967, un plan autoroutier pour Paris a aussi été pensé. Des autoroutes intra-urbaines et des échangeurs (notamment un enroulant l’Opéra Garnier) étaient prévus pour Paris « d’ici l’an 2000 ». Ce projet devait

détruire 10 000 logements et coûter au moins 6 milliards de francs, mais une grande partie fut abandonnée par Valéry Giscard d’Estaing en 1974, dans un contexte de crise économique et face à une franche opposition des Parisiens.

Éléments de réponse aux questions p. 279 1. Le baron Haussmann cherche à moderniser Paris par un vaste plan d’urbanisme voulu par Napoléon III (document 3 et acteur clé). L’objectif est de faciliter la circulation et d’améliorer l’hygiène dans la ville. Il perce de grandes avenues reliant des places étendues, construit des gares, un système d’égouts… Les anciens immeubles et autres traces du passé sont rasés. Haussmann est vu comme un démolisseur par Alfred Lamouroux (document 2). 2. La Commission du Vieux Paris souhaite rompre avec

cet urbanisme destructeur comme sur les ponts parisiens (document 1), sous Haussmann ou jusqu’en juillet 1897 avec l’hôtel d’Anglade. Elle veut être le relais parisien de l’Inspection générale des monuments historiques, chargée depuis 1830 d’établir des listes de monuments à restaurer dans tout le pays.

3. Le moyen de transport au cœur de ce projet est l’au-

tomobile. De grands axes de circulation, comme des autoroutes intra-urbaines, permettraient de circuler. Ce projet souhaite raser une grande partie du centre historique parisien, immédiatement au nord de l’île de la Cité, face au palais du Louvre. Un grand nombre de bâtiments historiques auraient été détruits, et le paysage aurait été transformé par ces hautes tours. Synthétiser L’objectif est ici de montrer que Paris, capitale et vitrine du pays, est au cœur des projets d’aménagements du pouvoir, et cherche à se développer économiquement par des infrastructures de façon continue. Mais ces projets négligent la préservation du patrimoine, jusqu’à une lente prise en compte, la Commission du Vieux Paris étant une première rupture. De nombreuses lois permettant ensuite de préserver le patrimoine urbain, comme la loi Malraux en 1962 qui instaure les « plans de sauvegarde et de mise en valeur », ciblant le quartier historique du Marais. Travailler à l’oral L’exposé ne doit pas oublier l’objectif militaire des percées d’Haussmann, qui doivent faciliter les mouvements de troupe à l’intérieur de la capitale, au milieu d’un siècle de révolutions parisiennes (cf. Éric Hazan, L’Invention de Paris, 2012). L’influence d’Haussmann est importante sur d’autres plans d’urbanisme français et européens, mais il ne faut pas oublier d’autres précurseurs comme par exemple Ildefons Cerda et son plan d’urbanisme pour Barcelone en 1859.

THÈME 4 Axe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrence

15

p. 280-281

Jalon 1B

Document 1 En janvier 1984 est dévoilé le projet du Grand Louvre. Il visait d’abord à récupérer l’aile du bâtiment occupée alors par le ministère des Finances, pour pouvoir doubler la superficie du musée. De plus, la cour centrale était un parking et le musée était handicapé par l’absence d’une entrée centrale indispensable à un « musée de masse ». Une pyramide de verre est choisie pour couvrir cette nouvelle entrée. La « bataille de la pyramide » est le nom donné à la polémique engagée lorsqu’en janvier 1984 est dévoilé le projet du Grand Louvre. André Fermigier, chroniqueur artistique du Monde, lance la polémique en disant que l’architecte Ieoh Ming Pei « traite la cour du Louvre en annexe de Disneyland ». Fermigier se fait l’écho d’autres architectes français qui ont peu apprécié le choix d’un Sino-Américain. Dans un autre article, un journaliste du Monde, Jacques Michel, assure que le Louvre doit devenir un « musée de masse » et non une chasse gardée pour « public cultivé ». André Fermigier annonce sa démission du journal. Après d’énormes travaux doublés de fouilles archéologiques, la pyramide est inaugurée en 1989 par François Mitterrand. Ce projet montre les crispations autour des lieux à forte portée symbolique comme le Centre Pompidou ou la pyramide du Louvre, entre nécessaire développement économique par le tourisme de masse et préservation d’un paysage muséifié.

Document 2 Ce document illustre les tensions entre mise en valeur du patrimoine pour un développement économique et usage de la ville par ses résidents permanents. En effet, des élus et des associations se sont opposés aux projets d’aménagements des berges de Seine, notamment l’idée de réinstaller des commerces sur des ponts au-dessus de la Seine. Leur volonté était de limiter la densification du tissu urbain en bord de Seine. Ces tensions se retrouvent aussi autour du projet pour la transformation de la gare du Nord.

Document 3 Un autre projet est lui plus consensuel à Paris, celui de la transformation du quartier Montparnasse. Les bâtiments concernés ne rentrent pas dans ce paysage caractéristique et homogène recherché par les touristes. Ce patrimoine urbanistique des années 1970 ne fait ainsi pas objet d’une préservation. La volonté est d’ouvrir l’espace et les perspectives urbaines, de promouvoir une architecture contemporaine, tout en maintenant le développement économique, ici le nombre de commerces.

Document 4 La polémique récente autour d’un autre monument emblématique, la cathédrale Notre-Dame de Paris, montre d’abord l’importance du patrimoine culturel à l’échelle mondiale. Cela montre aussi le poids du tourisme dans le développement économique de la ville,

la volonté présidentielle étant de reconstruire avant l’échéance majeure que seront les Jeux Olympiques de 2024. Enfin, cette nouvelle « querelle des Anciens et des Modernes » au sujet de sa reconstruction montre l’importance que prend le patrimoine parisien dans l’opinion publique.

Éléments de réponse aux questions p. 281 1. Ce projet entraîne de fortes crispations car c’est un lieu emblématique qui interpelle l’opinion publique, entre modernisation pour un développement économique par le tourisme de masse et conservation d’un paysage muséifié à forte portée historique. 2. Les projets sont de lancer sur le fleuve trois nouvelles

passerelles accueillant des activités commerciales, financées par le privé, et la vente de droits à construire pour deux bâtiments sur l’espace public de la place Mazas (12e arrondissement), à l’angle de la Seine et du bassin de l’Arsenal. L’UNESCO s’oppose à la modification d’un site classé au patrimoine mondial. Les élus et les associations s’opposent à la « densification » et la « marchandisation » du fleuve et de ses quais.

3. Le projet de réaménagement du quartier Montpar-

nasse cherche à « redonner de l’attrait à ce quartier emblématique de Paris ». La tour de 210 mètres de 1973 sera transformée en gratte-ciel végétalisé. Des espaces seront piétonnisés et le jardin sera plus accessible. Il contribuerait au développement économique de la ville car la gare Montparnasse pourrait absorber plus de voyageurs et le centre commercial serait rénové tout en conservant le même volume de commerces. Il y a peu d’opposition car cette architecture des années 1970 ne fait pas partie du patrimoine caractéristique mis en avant et recherché par les touristes.

4. Une première école souhaite une « reconstruction

inventive » de la flèche de la cathédrale, et une autre défend une reconstruction à l’identique. Un lien peut être fait avec la « bataille de la pyramide » du Louvre car c’est ici aussi une initiative présidentielle qui cherche à laisser une empreinte dans un paysage parisien majeur, ce qui suscite des polémiques. Synthétiser L’objectif est ici de montrer que le patrimoine parisien est un atout énorme pour le développement économique par le tourisme. Mais il peut créer des conflits d’usage avec les riverains face à cette massification du tourisme et cette appropriation de l’espace. Et la nécessaire préservation de ce patrimoine peut aussi se transformer en muséification, ce qui peut freiner les volontés de modernisation de la ville. Travailler autrement Un des exemples majeurs à mobiliser ici est la percée de la via dei Fori Imperiali par Mussolini. Cette percée reliait symboliquement le Colisée à la Piazza Venezia, laquelle était le centre du nouvel empire fasciste. Lors de son inauguration, le 9 avril 1932, Mussolini à cheval, coupa lui-même le ruban. Il cherchait à utiliser le passé antique et son patrimoine dans sa propagande, sans préserver toutes les traces archéologiques potentielles du

THÈME 4 Axe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrence

16

site. À l’inverse, aujourd’hui, le chantier du métro romain, indispensable au développement économique de la ville, est au ralenti. Il est régulièrement arrêté après la mise à jour de restes antiques dans le sous-sol de la ville.

p. 282-283

Jalon 2A

La question patrimoniale au Mali, un enjeu géopolitique L’objectif de ce Jalon est de montrer les enjeux autour de la protection du patrimoine dans un pays en développement, le Mali. Tout d’abord, la description d’un patrimoine riche et méconnu est à faire. Puis, les menaces passées et actuelles envers ce patrimoine sont à analyser, notamment en abordant la situation de cet espace sahélien au cœur de la « mondialisation grise » et ses trafics, et de plus en plus intégré à la nébuleuse djihadiste. Les acteurs de la protection et la restauration de ce patrimoine sont à recenser, notamment le rôle de l’UNESCO à Tombouctou.

Document 1 à 3 L’espace malien a laissé de nombreuses traces historiques dans les sources locales, arabes ou européennes. Dès l’Antiquité on trouve à travers le Sahara des flux ­commerciaux grâce aux caravanes de dromadaires. Les produits échangés à travers le désert ont toujours été de haute valeur ajoutée, car il fallait au moins un mois de traversée et des dangers multiples. Au Mali, sont échangés l’or du fleuve aurifère Sénégal, des esclaves, du sel, du coton, de l’ivoire contre des étoffes (draps), des chevaux, des livres… L’islam se diffuse en suivant cet axe, du nord vers le sud, par les commerçants arabes. L’empereur du Mali est le mansa (« roi des rois »). Celui qui a le plus impressionné le monde est le 10e mansa, Kankou Moussa. Il part en pèlerinage pour La Mecque en 1324 avec 60 000 hommes, 12 000 esclaves et 80 dromadaires portant des tonnes d’or. En arrivant au Caire, il donne tellement d’or aux habitants pour les impressionner qu’il fut le seul homme dans l’Histoire à modifier le cours mondial de l’or. Dans son empire, il développe de nombreuses villes au bord du Niger, par exemple Tombouctou, ville renommée pour son palais, sa madrasa, sa bibliothèque, sa mosquée Djingareyber et son marché, décrits par des voyageurs musulmans comme Ibn Battuta en 1352-53. Une autre description du commerce transsaharien et de la ville de Tombouctou est faite par Amin Maalouf dans Léon l’Africain, en 1986. Les successeurs de Kankou Moussa n’ont pas réussi à maintenir leur autorité sur un ensemble aussi vaste. Maghan (1332-1336) vit le sac de Tombouctou par les Mossi et l’empire du Mali disparaît face à la nouvelle hégémonie de l’Empire songhaï. Ces empires africains déclinent au xviie siècle suite à la découverte de nouvelles routes commerciales par les Européens. En effet, le commerce se réduit avec les « Grandes Découvertes » et surtout plus tard à cause de la colonisation et de la littoralisation des échanges.

Document 4 Plusieurs peuples ont subsisté dans cet espace malien, comme le peuple dogon, réputé pour sa mythologie, ses statues et ses masques de cérémonie. De nombreuses œuvres d’art, le plus souvent conservées en Europe, témoigne encore aujourd’hui de ce riche patrimoine historique. Jacques Chirac a œuvré pendant sa présidence à la promotion des arts premiers (c’est-à-dire les arts africain, océanien, précolombien, etc.), invisibles dans les grands musées français. Il a d’abord favorisé l’ouverture en 2000 du pavillon des Sessions, une salle du musée du Louvre consacrée à ces arts premiers. Il a aussi permis l’ouverture du musée du quai Branly. En 2011, une exposition y est consacrée à l’art dogon, que l’ancien Président découvre en avant-première.

Document 5 Ce document permet de rappeler les conditions d’acquisition d’œuvres d’art africaine pendant la colonisation. Elles sont soit des butins de guerre, ou des achats à prix bradés. Par exemple, la mission Dakar-Djibouti, une expédition ethnographique menée en Afrique en 1931, avait acheté un masque dogon pour seulement 7 francs, alors que le même mois, un tel masque était vendu à Drouot en moyenne à 200 francs. Ce document permet aussi de poser les bases d’un débat relancé par Emmanuel Macron, celui de la restitution de ces œuvres. Dans le discours prononcé à l’université de Ouagadougou, le 28 novembre 2017, le Président français annonçait la mise en œuvre, dans un délai de cinq ans, de « restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique ». Puis un « Rapport sur la restitution du patrimoine africain » confié à Bénédicte Savoy, historienne de l’art et à Felwine Sarr, écrivain et professeur d’économie sénégalais, a été remis à Emmanuel Macron fin 2018. Afin de rompre avec l’inaliénabilité du patrimoine national qui empêchait jusqu’alors la France de répondre aux réclamations de certains pays, le rapport Savoy-Sarr préconise d’organiser la restitution du patrimoine culturel africain en modifiant le code du patrimoine français.

Éléments de réponse aux questions p. 283 1. La richesse de cette civilisation vient du commerce avec les Arabes, et notamment de l’or. C’est ce qui explique son rapide effondrement lorsque les routes commerciales se sont fortement transformées au xvie siècle. 2. Au

xive siècle, l’empereur Kankou Moussa développe de nombreuses villes au bord du Niger, telle Tombouctou, ville renommée dans le monde pour son palais, sa madrasa, sa bibliothèque, sa mosquée Djingareyber et son marché.

3. Les œuvres d’art africaines ont été acquises pendant

la colonisation soit par la force, soit à prix bradés. Ces œuvres sont aujourd’hui exposées dans de nombreux musées, notamment celui du quai Branly à Paris.

4. Les conditions d’acquisition peuvent appuyer le choix d’une restitution, tout comme la volonté que l’Afrique

THÈME 4 Axe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrence

17

se réapproprie son patrimoine. La bonne valorisation par les musées, le difficile transfert d’œuvres fragiles ainsi que les capacités muséales africaines déficientes peuvent empêcher le choix d’une restitution. Synthétiser La chronologie peut s’appuyer sur le bloc Repères. Travailler à l’oral La question 4 peut être transformée en débat, avec le document 5 comme base pour lancer des recherches personnelles des élèves avant le débat.

p. 284-285

Jalon 2B

Document 1 Cette carte permet de faire le point sur la situation géopolitique du Sahel. Aujourd’hui la région est de nouveau convoitée pour ses hydrocarbures ou ses ressources minières, notamment l’uranium, stratégique pour la France et ses centrales nucléaires. Le Sahara est un espace de transit pour les migrants vers l’Europe et permet à une multitude d’acteurs criminels, de s’enrichir en les rackettant. Ces acteurs participent souvent à d’autres trafics illégaux sur les mêmes routes : drogue d’abord ou encore contrefaçon et contrebande (voitures, cigarettes, essence, etc.). Le trafic d’armes est associé à ces autres flux avec les mêmes acteurs généralement et les mêmes routes. La plupart viennent des arsenaux libyens pillés après la guerre civile de 2011. De plus, ces espaces sont peu habités, peu contrôlés, les frontières sont poreuses, faciles à traverser et fournissent des refuges aux criminels. Les groupes qui se livrent à ces commerces sont souvent liés aux groupes djihadistes qui opèrent dans la région, qui perçoivent un tribut lors du passage des marchandises dans les zones qu’ils contrôlent. Le Sahara est donc un vaste espace de non-droit qui s’inscrit dans la mondialisation par l’augmentation des activités illicites : on parle de « mondialisation grise ». Cette situation alimente l’instabilité politique. Les Touaregs, une population nomade qui vit au Sahara, partagé entre l’Algérie, le Burkina Faso, la Libye, le Mali, la Mauritanie et le Niger, veut plus de considération des pouvoirs locaux. Ils se sentent lésés en ne profitant pas des retombées économiques dues aux ressources locales. La rébellion touarègue démarre dans les années 1990 et se structure autour du Mouvement national de libération de l’Azawad, le MNLA, qui revendique tout le nord du Mali, une région touchée par le djihadisme. En 2012, le MNLA s’empare de tout le nord du Mali qui échappe donc au contrôle du gouvernement de Bamako. L’une de ses émanations est le groupe touareg islamiste Ansar Eddine qui se rapproche de la principale organisation islamiste de la région, Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), créé en 2007 par Mokhtar Belmokhtar, dit Le Borgne. Ce djihadiste, vétéran de l’Afghanistan ayant côtoyé Ben Laden, prend part à la guerre civile algérienne dans les années 1990 et doit se réfugier dans le désert après la défaite et la répression de la dictature militaire. En 2012, profitant du conflit entre le gouver-

nement de Bamako et les Touaregs, les djihadistes s’emparent de plusieurs villes majeures du nord du Mali dont Gao et Tombouctou. Face à la menace d’un conflit qui se déplace au sud, la France lance l’opération Serval et repousse militairement les groupes terroristes. Toutefois, cette aide ne semble pas suffisante pour endiguer cette menace mouvante. On remarque une confusion entre djihadistes et trafiquants, à travers ces frontières poreuses, mais qui leur sont utiles car elles freinent les courses-poursuites et les enquêtes criminelles. La menace terroriste déborde actuellement de la région sahélo-saharienne vers d’autres pays africains (Ansar al-Charia en Tunisie et Libye, Boko Haram au nord du Nigeria…). Elle est aussi nouvelle, car au Mali la minorité des Peuls est de plus en plus tentée de rejoindre les islamistes d’AQMI. Les États occidentaux doivent renforcer leur coopération militaire avec les pays du Sahel pour lutter contre la menace terroriste, mais ils doivent aussi participer à trouver d’autres solutions pour la sécurité et le développement de la région.

Document 2 et 3 Les djihadistes ont déstabilisé le pays, et ont indirectement menacé le patrimoine malien, voire directement, en ciblant certains sites comme la ville de Tombouctou. On y trouve des mausolées, qui sont des monuments funéraires dédiés à des saints musulmans locaux et qui ont été classés au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1988. Leur destruction a été revendiquée en juillet 2012 par le groupe Ansar Dine et sa « police islamique », qui contrôlait le nord du Mali avec ses alliés d’AQMI. Pour eux, les cultes personnalisés autour de ces saints seraient incompatibles avec un islam où seul le prophète Mahomet peut être invoqué. Les djihadistes ont aussi souhaité détruire les milliers de manuscrits, témoignages de l’importance de l’université islamique fondée au xve siècle qui prônait un islam modéré, ouvert et tolérant. Des habitants de la ville ont courageusement caché puis exfiltré la nuit une partie des manuscrits, par la route ou par pirogue, entassés dans des malles, jusqu’à la capitale Bamako. Ils y sont toujours stockés, mais à cause du climat humide du sud, leur bonne conservation est menacée et ces manuscrits sont à nouveau en danger.

Document 4 Depuis 2012, l’instabilité politique et les actions des djihadistes ont ruiné l’activité touristique qui faisait vivre plus de 70 % de la population. Sur la carte « Conseils aux voyageurs » éditée par le Quai d’Orsay, Tombouctou est encore en avril 2020 en zone rouge, notamment après des enlèvements visant les Occidentaux. Les attaques revendiquées par des groupes djihadistes se multiplient.

Éléments de réponse aux questions p. 285 1. Les ressources de la région sont l’or, héritage du passé malien, l’uranium, une ressource stratégique pour l’énergie nucléaire et les hydrocarbures, surtout au sud de l’Algérie. Le tourisme est une ressource potentielle avec la mise en valeur du patrimoine malien classé par l’UNESCO. Les trafiquants, les groupes rebelles et les

THÈME 4 Axe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrence

18

djihadistes déstabilisent la région, se finançant par le racket des migrants et les nombreux trafics illégaux.

2. En 2012, profitant du conflit entre le gouvernement

de Bamako et les Touaregs, les djihadistes s’emparent de plusieurs villes majeures du nord du Mali dont Gao et Tombouctou. Face à la menace d’un conflit qui se déplace au sud, et d’une déstabilisation durable d’un espace où est extrait l’uranium stratégique pour ses centrales nucléaires, la France lance l’opération Serval et repousse militairement les groupes terroristes. Cela permet de libérer de l’emprise djihadiste des sites classés par l’UNESCO.

3. Les djihadistes ont une conception très restrictive de

l’islam. Le culte des saints de Tombouctou serait ainsi incompatible avec un islam où seul le prophète Mahomet peut être invoqué. Les djihadistes ont aussi souhaité détruire les milliers de manuscrits qui prônaient un islam modéré, ouvert et tolérant. Certains habitants de la ville ont réussi à en sauver une partie, montrant leur opposition au discours et aux volontés de ces djihadistes.

4. Cette instabilité a des conséquences catastrophiques

sur le tourisme, un des secteurs participant au développement du pays. Les touristes peuvent être des cibles d’enlèvement, et les ambassades déconseillent fortement aux voyageurs de se rendre dans le pays. Synthétiser Pour avoir encore quelques précisions sur le rôle de l’UNESCO, un lien vers un des nombreux rapports de l’organisation sur son site : https://fr.unesco.

org/news/dommages-caus%C3%A9s-au-patrimoineculturel-tombouctou-sont-plus-s%C3%A9rieux-quepr%C3%A9vu-d%E2%80%99-mission-l Travailler autrement Sur Palmyre, le livre de Paul Veyne, Palmyre, l’irremplaçable trésor, en 2015.

p. 286-287

J a l o n 3A

Venise, entre valorisation touristique et protection du patrimoine L’objectif de ce Jalon est de montrer comme une ville a réussi à mettre en valeur son patrimoine pour en faire une destination majeure du tourisme mondial. Mais ce tourisme de masse rend la ville très dépendante de cette seule activité, et surtout les enjeux économiques peuvent freiner les nécessaires régulations et aménagements pour protéger durablement ce site fragile.

des paquebots géants déversant des millions de touristes dans les rues de la cité des Doges. De fines bandes de terre séparent la lagune vénitienne de la mer Adriatique.

Document 2 Ces chiffres montrent la dépendance économique de la ville à ce tourisme de masse. Ils sont à rapprocher des chiffres de la DP repères (p. 276) et permettent de réutiliser les définitions différenciant visiteur et touriste.

Document 3 De nombreux évènements rythment la saison touristique. Le carnaval, connu pour ses costumes et ses masques, attire des foules considérables au début du mois de février. Évènement majeur de la scène culturelle internationale, depuis 1895, la Biennale de Venise est organisée tous les ans, de mai à novembre, alternant architecture et art contemporain. Elle accueille plus de 500 000 visiteurs. La Mostra de Venise est le Festival international du film de Venise, qui se déroule annuellement en septembre, depuis 1932. La principale récompense attribuée est le Lion d’or, qui tient son nom de l’attribut du saint patron de la ville : le lion de saint Marc, l’Évangéliste.

Document 4 Cet article montre les activités et passages obligés du tourisme de masse à Venise, et l’importance des paquebots géants pour acheminer ce flux considérable de personnes.

Éléments de réponse aux questions p. 287 1. Le site de la lagune de Venise abrite un ensemble d’îlots où terre et eau se mélangent. Une fine bande de terre ou lido sépare la lagune vénitienne de la mer Adriatique. 2. Les Vénitiens ont consolidé ces multiples îlots pour

en faire un archipel abritant une ville et des villages de pêcheurs ou d’artisans, comme Murano. La densité de constructions est très forte dans le centre historique, et les immeubles donnent directement sur les canaux où l’on circule en bateau. Cette ville est devenue une des principales puissances commerciales du Moyen-Âge. Venise abrite des chefs-d’œuvre architecturaux et ses palais renferment des œuvres de grands artistes. Ils ont été mis en valeur par les Vénitiens en y développant le tourisme, accentué par l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987.

3. Des millions de visiteurs sont attirés par ces paysages

Document 1 Cette image satellitale montre la spécificité du site de Venise. Dans cette lagune, les îlots ont été consolidés, réunis, pour former un archipel. Au milieu de la lagune, le centre historique de la ville. Des canaux séparent ces différentes îles et forment les axes de circulation de cette cité sur l’eau. À l’extrémité ouest du centre historique, le port accueille de nombreuses embarcations, notamment

uniques, ce patrimoine artistique, et de nombreux évènements permettent de répartir ces flux sur l’année et de créer de l’animation dans la ville. Le carnaval, la Biennale d’art contemporain ou la Mostra rythment la saison touristique.

4. Le tourisme fait vivre 30 000 personnes et rapporte à la

municipalité deux milliards d’euros par an (11,4 % du PIB urbain). 65 % de la population vit grâce aux millions de

THÈME 4 Axe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrence

19

touristes. Mais la ville se dépeuple, son centre historique abritant environ 54 000 résidents permanents contre 180 000 en 1945, soit 1 habitant pour 148 touristes. Synthétiser L’objectif est de reprendre les éléments de réponse précédents en 3 temporalités (héritage mis en valeur, construction de la saison touristique, massification actuelle). Travailler autrement Dubrovnik (anciennement Raguse) est une autre ville apparaissant dans le classement p. 276, et ce de façon très récente, du fait que la cité médiévale abritait le tournage de la série à succès Game of Thrones.

p. 288-289

Jalon 3B

Document 1 Cette carte permet d’abord de situer le centre historique à une autre échelle, dans son environnement proche, celui de la lagune. À travers trois petits passages, appelés « bouches de port » ou passes, le flux de la marée se propage dans la lagune et les canaux de la ville. La lagune dans son ensemble accueille d’autres activités en plus du tourisme culturel. Et les moyens de transport y sont nombreux, et à toutes les échelles, pour permettre la mobilité des touristes et des locaux. Cette carte permet aussi de voir les risques que font courir toutes ces activités sur l’environnement local. En 1981, le projet MOSE est lancé pour contenir les grandes marées, accentuées notamment par le passage des grands paquebots. Ce projet MOSE vise à installer 78 digues flottantes sur les trois passes séparant la lagune de la mer Adriatique afin de protéger Venise quand le niveau de l’eau dépasse 110 cm. Ces digues, en conditions normales, sont remplies d’eau et invisibles. Quand une marée haute est prévue, les digues se soulèvent grâce à l’envoi d’air comprimé en vidant par la même occasion l’eau. Le chantier a déjà coûté plus de 6 milliards d’euros, et a été marqué par un scandale de corruption avec un détournement d’un milliard d’euros. Par ailleurs, les travaux avancent très lentement, les Vénitiens espérant leur fin pour 2022.

Document 2 En 1897, une mesure de la marée a été effectuée à la Punta della Salute. Le niveau moyen de la mer mesuré est devenu le niveau zéro de référence de la ville pour l’élévation du niveau de la mer. Depuis, les autorités parlent de marée soutenue (marea sostenuta) lorsque l’eau s’élève au-dessus de 80 cm. Le centre historique est faiblement inondé (de 0 à 10 % de sa surface). Mais une marée très soutenue (marea molto sostenuta) de 110 cm à 139 cm ou une acqua alta exceptionnelle (acqua alta eccezionale) à partir de 140 cm peuvent avoir des conséquences catastrophiques. Ainsi, en novembre 2019, suite à une violente tempête, l’eau a atteint à Venise des niveaux historiques, à 187 centimètres au-dessus de la mer. 75 % du centre historique était inondé et les fondations de la basilique Saint-Marc sont fragilisées. Avec le dérèglement climatique, les inondations ont tendance

à se multiplier (source : https://www.comune.venezia.it/ node/6145) : Années

Nombre de fois où le niveau de la mer a atteint ou dépassé 110 cm

1949-1958

11

1959-1968

29 (record à 194 cm en 1966)

1969-1978

25

1979-1988

36

1989-1998

39

1999-2008

41

2009-2018

85

Document 3 En juin 2019, suite à une panne de moteur, le paquebot géant MSC Opera heurte un quai puis un autre bateau touristique à son arrivée sur Venise, suscitant la panique. L’accident relance la question des dommages infligés par ces énormes navires qui naviguent près du rivage, car ils contribuent à l’érosion des fondations de cette ville déjà régulièrement inondée et qui s’enfonce lentement dans la mer. En 2012, le décret Clini-Passera interdit les paquebots dans la lagune. En théorie seulement, car les passages restent autorisés tant qu’aucune solution n’a été trouvée.

Document 4 Des mesures d’encadrement sont mises en œuvre dans de nombreuses villes de tourisme de masse comme Venise. Une taxe à l’entrée de la ville y est régulièrement évoquée pour permettre la limitation d’un « tourisme pendulaire ». On peut aussi penser à la Ligurie, où un système est expérimenté pour contrôler le nombre de personnes autorisées à visiter cinq villages de pêcheurs classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais la volonté politique est faible à Venise et les aménagements pour garantir l’équilibre du site difficiles à mettre en œuvre car la ville et ses résidents sont dépendants de la manne touristique.

Éléments de réponse aux questions p. 289 1. Les touristes, à l’échelle mondiale, sont acheminés

par l’aéroport puis la lagune ou le port du centre historique, via la passe du Lido. À l’échelle continentale ou nationale, ils peuvent aussi utiliser le train, qui arrive en centre-ville, ou encore le car. Mais il y a aussi des flux de marchandises par les porte-conteneurs, qui utilisent les deux passes au sud et le port industriel de Porto Marghera. À l’échelle locale, les pêcheurs circulent mais surtout de nombreux travailleurs liés à l’industrie du tourisme, qui résident sur le continent et qui utilisent les ferrys pour leurs mobilités pendulaires, en attendant la construction d’un tramway sur le pont ferroviaire.

THÈME 4 Axe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrence

20

2. Une acqua alta est une marée haute qui inonde une grande partie de la ville. Leur accentuation s’explique par le tassement de la ville à la suite du pompage de la nappe phréatique, par le dragage des trois passes qui laissent entrer des flux de marées de façon plus importante dans la lagune mais aussi par la montée générale des eaux due au dérèglement climatique.

3. En plus du dragage des passes qui facilite les inon-

dations, les paquebots affaiblissent les fondations des bâtiments de cette ville sur pilotis. Enfin, ils menacent de créer des accidents qui pourraient endommager un bâtiment historique de la ville, au bord de l’eau, et blesser des passants.

4. Pour contrer l’afflux de touristes, un quota d’entrées

a été mis en place pour le Carnaval en 2018. En 1981, le projet MOSE est lancé pour contenir les grandes marées avec des digues flottantes qui se soulèveraient avant une acqua alta. Ce projet n’est toujours pas achevé. Enfin, en 2012, le décret Clini-Passera interdit les paquebots dans la lagune. En théorie seulement, car les passages restent autorisés tant qu’aucune solution n’a été trouvée. Synthétiser L’idée est de répondre à la question en montrant bien ce dilemme pour les résidents et les autorités face à cette dépendance. Les questionnements autour du projet MOSE sont à développer ici. Travailler à l’oral La ville de Barcelone est aussi touchée par les effets pervers du tourisme de masse sur la qualité de vie des résidents (photo p. 293). Il faut en plus insister sur l’influence d’Airbnb, qui déstabilise le marché de la location immobilière barcelonais, avec des réactions parfois violentes des résidents contre les touristes.

p. 290-291

Grand angle

Le Mur de Berlin, entre protection et développement économique Éléments de réponse aux questions p. 291 Cet exposé doit permettre de montrer comment le Mur de Berlin (1961-1989) est devenu un élément du patrimoine allemand et mondial au cœur d’un conflit d’usage. Beaucoup de Berlinois ont d’abord souhaité sa destruction, réalisée en grande partie en 1989. Rapidement, l’idée de préserver un morceau d’histoire pour se souvenir a été mise en œuvre. Et la principale section encore debout, réappropriée par des artistes du monde entier, est un site majeur du tourisme local. Mais les effets pervers du tourisme de masse s’y font ressentir et l’East Side Gallery est menacée par le vandalisme. Le site en plein centre-ville est enfin menacé par la volonté d’une autre forme de développement économique, soutenue par les promoteurs immobiliers. Et de nombreux Berlinois se mobilisent pour préserver ce morceau de mur après avoir voulu sa destruction des années auparavant.

p. 294-295

Exercices Bac

Exercice 1 1. I. La progressive construction d’un patrimoine culturel A. Le rôle de l’histoire et de la politique B. Le rôle du tourisme et de l’imaginaire C. Le rôle de l’UNESCO dans la définition du patrimoine II. Des conflits sur l’usage de ce patrimoine et de son environnement immédiat A. Entre destructions urbanistiques et conservation des traces du passé B. Entre muséification et modernisation de la ville C. Entre qualité de vie des riverains et accueil des touristes III. Des acteurs qui peuvent mettre en danger la pérennité de ce patrimoine A. Massification touristique et vandalisme B. Instabilité politique et destruction du patrimoine culturel C. Menaces environnementales et patrimoine en péril

Exercice 2 Cet exposé s’appuie sur un exemple majeur de destruction urbanistique parisienne pour faciliter le développement économique. Les pavillons de Baltard ont été détruits pour désengorger le centre de la ville en transférant les Halles à Rungis. Seul un pavillon a été sauvé, aujourd’hui visible à Nogent. L’espace laissé vacant a permis la construction d’une gare souterraine et d’un centre commercial. Certains espaces alentour étaient utilisés comme parkings, comme celui où a été construit le Centre Pompidou. Récemment, cet espace a été au cœur d’une grande rénovation pour améliorer l’attractivité du centre commercial et la circulation dans la gare souterraine.

Exercice 3 1. C’est une dépêche AFP. L’agence France-Presse (AFP) est une agence chargée de collecter, vérifier, recouper et diffuser l’information, sous une forme neutre, fiable et utilisable directement par tous types de médias. 2. Venise est une ville sur l’eau, au milieu d’une lagune.

C’est un environnement très fragile, du fait « du risque d’engloutissement que court la ville, bâtie sur 118 îles et îlots en majorité artificiels et sur pilotis. Elle s’est enfoncée de 30 centimètres dans la mer Adriatique en un siècle. »

3. Les acteurs sont le gouvernement italien, le maire

de Venise, de potentiels mécènes, les commerçants, les hôteliers, les musées, les touristes ou les écologistes.

4. Il y a une tension entre les riverains et les touristes

au sujet de l’engloutissement de la ville. Il y a une tension entre les écologistes, industriels et croisiéristes au

THÈME 4 Axe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrence

21

sujet du trafic et de son influence sur l’accroissement du nombre d’acqua alta. Il y a une tension entre le maire de

Venise et le gouvernement italien de Giuseppe Conte au sujet de la lente avancée du projet MOSE.

5. Un patrimoine culturel riche et mis en valeur… Idée : Un site et un patrimoine uniques Citation : « Venise, endroit unique, est l’héritage de tout le monde. »

Idée : Le tourisme, activité vitale pour Venise Citation : « les églises, commerces, musées et hôtels de ce joyau classé au Patrimoine mondial. »

…mais des conflits entre acteurs quant à son utilisation…

…et des menaces qui appellent des réponses rapides.

Idée : Les tensions dans le centre historique Citation : « une Autrichienne de 28 ans, juge aussi la situation “étrange : les touristes prennent des photos mais la ville souffre”. »

Idée : L’engloutissement de la ville

Idée : Les tensions pour préserver l’écosystème de la lagune Citation : « Les écologistes montrent aussi du doigt l’expansion du grand port industriel de Marghera, situé en face sur la terre ferme, et le défilé des bateaux de croisière géants. »

Idée : Des solutions difficiles à mettre en œuvre Citation : « De nombreux responsables dont le maire de Venise ont appelé à mettre en service “au plus vite” le projet de digues MOSE. Lancé en 2003 et retardé par des malfaçons et des enquêtes pour corruption »

Citation : « Venise a connu un nouveau pic de marée haute vendredi 15 novembre, trois jours après avoir été dévastée par des inondations records »

THÈME 4 Axe 2 Patrimoine, la préservation entre tensions et concurrence

22

ÉTUDE CONCLUSIVE

La France et le patrimoine, des actions majeures de valorisation et de protection La logique du chapitre Même s’il existe des prises de conscience de la part de certains dirigeants politiques ou d’intellectuels dès l’époque moderne, c’est lors de la Révolution française qu’apparaissent des mesures d’envergure prises pour inventorier et protéger le patrimoine du territoire national. Les députés vont créer des commissions et adopter des dispositifs afin de répertorier les biens possédant une valeur architecturale (monuments, édifices) et/ou esthétique (objets d’art). La politique du patrimoine émerge réellement en 1830 : François Guizot, alors ministre de l’Intérieur, présente au roi Louis-Philippe son rapport sur la création d’une Inspection générale des monuments historiques, chargée d’inventorier les édifices remarquables. La mission de l’inspecteur général des monuments historiques est ainsi définie en 1831 : « Constater l’existence et faire la description critique de tous les édifices du royaume qui, soit par leur date, soit par le caractère de leur architecture, soit par les événements dont ils furent les témoins, méritent l’attention de l’archéologue, de l’historien […] ; en second lieu, […] veiller à la conservation de ces édifices en indiquant au Gouvernement et aux autorités locales les moyens soit de prévenir, soit d’arrêter leur dégradation. » Les fondations de cette volonté étatique d’assurer la classification, la préservation et l’entretien du patrimoine sont désormais clairement établies. Puis, au cours du xixe siècle, le pouvoir décide de réorganiser les musées (1882) et d’accroître les dépôts dans les archives (1887). Le 30 mars 1887, la loi sur la conservation des monuments et objets d’art ayant un intérêt historique et artistique national est promulguée. Cette disposition législative est complétée par les lois du 9 septembre 1905 portant sur la séparation de l’Église et de l’État qui place sous la juridiction de l’État les édifices cultuels (construits avant la promulgation de la loi) et la loi du 31 décembre 1913 sur le classement et le statut des monuments historiques. Entre 1930 et 1960, on constate un élargissement de la protection du patrimoine. En effet, les pouvoirs publics font voter des lois (2 mai 1930 : loi sur la protection des monuments naturels et des sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque qui étend la sauvegarde et la protection au patrimoine naturel ; 27 septembre 1941 : loi portant réglementation des fouilles archéologiques terrestres) qui agrègent au patrimoine des sites remarquables et les vestiges archéologiques. Entre 1960 et 2003, la notion de patrimoine évolue encore. La loi du 22 juillet 1960 sur la création des parcs naturels nationaux montre une réelle volonté de l’État français de protéger des zones reconnues pour la diversité de leur faune et de leur flore. Le 16 novembre 1972, les pays présents lors de la conférence de l’UNESCO signent la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel. C’est un tournant, à la fois pour la France et le monde, puisqu’il est reconnu que les pays et les citoyens de toute la planète doivent s’engager pour préserver les biens culturels. L’année 2003 est une année charnière puisque le rapport du 17 novembre 2003 présente les modalités sur le transfert de monuments historiques appartenant à l’État aux collectivités territoriales, ce qui a été réalisé dans les années qui suivent. Dès lors, l’État n’est plus le seul acteur de la politique du patrimoine. Les collectivités territoriales le sont également, auquel on peut ajouter des associations, des acteurs privés (entreprises avec le mécénat et la création de fondations… et les citoyens.

Bibliographie –– M. Fumaroli, L’État culturel : essai sur une religion moderne, Le Livre de poche n° 4158 Biblio essais, LGF, 1999. Une enquête historique sur les origines et les précédents de la politique culturelle en France jusqu’à celle qui a eu cours sous les mandats de F. Mitterrand. –– N. Heinich, La Fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère. Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2009. L’auteure détaille les diverses opérations par lesquelles un édifice ou un objet se retrouvent intégrés au corpus du patrimoine.

THÈME 4 Étude conclusive La France et le patrimoine, des actions majeures de valorisation et de protection

23

–– C. Hottin et Y. Potin, « Le Patrimoine. Pourquoi, comment, jusqu’où ? », La Documentation photographique n° 8099, mai-juin 2014. Un ouvrage de synthèse sur la question, qui s’interroge sur la notion de patrimoine, l’évolution de celle-ci et sur les formes actuelles de patrimoine. –– D. Irvoas-Dantec et F. Morel, C’est quoi le patrimoine ?, Éditions Autrement, 2008. Un ouvrage court (63 p.), mais qui fait une synthèse utile sur ce qu’est le patrimoine, en expliquant pourquoi cette volonté de cataloguer et préserver les biens s’est faite jour. –– F. Lucchini (dir.), La Mise en culture des friches industrielles, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016. Cet ouvrage explore les reconversions et les réappropriations des friches industrielles par les milieux artistiques, en lien ou non avec des instances locales. –– P. Moulinier, Les Politiques publiques de la culture en France, PUF, 2005. L’auteur analyse la politique volontariste du ministère de la Culture lors des décennies 1990 et 2000. –– P. Poirrier, Les Politiques culturelles en France, La Documentation française, 2002. L’auteur a rassemblé des textes législatifs, réglementaires, discours de responsables de l’administration publique, afin d’évaluer la politique culturelle impulsée par l’État depuis 1789.

Sitographie –– Un article évoquant la mise en lumière du haut-fourneau U4 d’Uckange, inscrit à l’inventaire annexe des Monuments historiques : https://www.usinenouvelle.com/article/un-parc-du-haut-fourneau-mis-en-lumiere-en-moselle.N20888 –– Un article sur la reconversion de ce même site, où s’est implanté un centre de recherche sur la métallurgie et ses procédés : https://www.republicain-lorrain.fr/editionde-thionville-hayange/2019/01/27/metafensch-a-uckange-le-defi-de-l-aluminium –– Un rapport sur les politiques publiques en France concernant le patrimoine, téléchargeable sous format PDF, rédigé par deux universitaires, l’une à Paris XIII (­Françoise Benhamou), l’autre à HEC (David Thesmar) : https://www.ladocumentationfrancaise.fr/ var/storage/rapports-publics/114000512.pdf –– Un autre rapport, également téléchargeable, concernant l’éducation artistique et culturelle dans les musées nationaux : https://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/ storage/rapports-publics/134000635.pdf –– Une vidéo référencée sur le site de l’INA sur le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, alors candidat à l’éligibilité au patrimoine mondial de l’UNESCO : https://fresques.ina. fr/memoires-de-mines/fiche-media/Mineur00263/le-bassin-minier-du-nord-pas-decalais-candidat-a-l-unesco.html –– Une vidéo qui suit la précédente, annonçant justement le classement de 353 éléments du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais au patrimoine mondial de l’UNESCO : https://fresques.ina.fr/memoires-de-mines/fiche-media/Mineur02026/annonce-duclassement-du-bassin-minier-a-l-unesco.html –– Un article évoquant les menaces qui pèsent sur certains sites du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, pourtant classés à l’UNESCO : https://www.francetvinfo.fr/economie/industrie/patrimoine-mondial-de-l-unesco-une-partie-du-bassin-minier-du-pasde-calais-menace-de-disparition_2824871.html –– Un article de Philippe Faure, ancien ambassadeur, qui a assuré la présidence déléguée du Conseil de promotion du tourisme et Jean-Claude Ribout, ancien chroniqueur au Monde, dans lequel ils analysent l’importance de la gastronomie dans les relations internationales (article téléchargeable en PDF) : https ://www.cairn.info/revue-geoeconomie-2016-1-page-151.htm ? contenu = resume#

THÈME 4 Étude conclusive La France et le patrimoine, des actions majeures de valorisation et de protection

24

p. 298-299

Éléments de réponse aux questions p. 301

O u ve r t u r e

1. En 1872, l’architecte Édouard Corroyer est chargé par la Commission des monuments historiques de la restauration du site. Pour faciliter ces travaux, le site est classé deux ans plus tard.

1. Mérimé est devenu en 1834 le deuxième inspecteur général des monuments historiques. Il entreprend des voyages dans toute la France pour inventorier, inspecter et faire protéger les édifices remarquables. Il abat un travail colossal, renforcé par la collaboration d’Eugène Viollet-le-Duc.

2. Après la Révolution, le site a été transformé en pri-

2. Le principal acteur de la protection du patrimoine en

Éléments de réponse aux questions p. 298

son puis délaissé. Des destructions et des incendies ont dégradé le mont, et certaines parties menacent de s’effondrer.

Éléments de réponse aux questions p. 299 1. Pour sauvegarder le haut-fourneau, l’association MECILOR (Mémoire culturelle et industrielle de Lorraine), soutenue par la Direction régionale des affaires culturelles de Lorraine et la municipalité d’Uckange, obtient l’inscription du haut-fourneau à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 2001. 2. L’ancien site industriel est reconverti en pôle culturel et en centre de recherche sur la métallurgie.

3. La notion de patrimoine évolue car au

xixe siècle, ce

sont les monuments « classiques » qui sont visés par les politiques de préservation du patrimoine. Au xxe siècle, comme le montrent aussi les définitions de l’UNESCO, le patrimoine culturel peut aussi être un patrimoine industriel ou un patrimoine immatériel.

France est l’État ; il est représenté par le ministère de la Culture, qui dispose de commissions comme la Commission nationale des monuments historiques qui inventorie, classe et propose des mesures pour protéger les monuments historiques, les immeubles et les objets d’art. Néanmoins, il y a d’autres acteurs comme la Fondation du patrimoine qui est un organisme privé, mais qui a reçu une délégation de la part de l’État pour accorder un label qui permet au propriétaire réalisant des travaux de bénéficier de déductions fiscales significatives. Enfin, les entreprises privées jouent également un rôle important (mécénat…).

3. La notion de patrimoine culturel s’est considérable-

ment enrichie depuis sa première définition (xixe siècle). Aujourd’hui, le patrimoine culturel englobe aussi bien le patrimoine matériel, qu’immatériel. Ce dernier (voir la définition de PCI) regroupe par exemple des objets, des artefacts, des pratiques (l’alpinisme), des savoir-faire (la dentelle au point d’Alençon ; tapisserie d’Aubusson). Ainsi, certains historiens ont pu dire que, finalement, « tout est patrimoine » !

4. La notion de patrimoine est apparue lors de la Révop. 300-301

Re p è r e s

Le patrimoine en France Dans cette double page Repères, les notions de patrimoine culturel et de patrimoine culturel immatériel sont définies. La définition de patrimoine culturel s’est considérablement enrichie depuis son apparition ; désormais, celui-ci englobe les édifices, les bâtiments, les objets, les sites naturels, etc. et beaucoup plus récemment le patrimoine industriel, fluvial et maritime. Le patrimoine culturel immatériel (PCI) a été établi par la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel organisée par l’UNESCO en 2003. Sa définition, longue, est la suivante : « On entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine ».

lution française. En 1790, les députés ont alors institué une Commission des monuments, chargée d’inventorier les édifices et objets français remarquables. Puis, des services d’archives ont été créés (1796) et des musées en province (1801).

5. En 1941, les vestiges archéologiques intègrent la

notion de patrimoine. En 1957, les sites naturels. Depuis 1972, l’UNESCO inclut des éléments comme le patrimoine immatériel.

p. 302-303

Jalon 1

La gestion du patrimoine français : évolutions d’une politique publique Dans ce Jalon, il s’agit de s’interroger sur la politique du patrimoine en France : quand est-elle née ? comment a-telle évolué ? comment est-elle appliquée ? Les prémices de celle-ci apparaissent au moment de la Révolution française, avec la volonté de certains députés (Talleyrand, l’abbé Grégoire) de classer et de protéger des monuments remarquables et les objets d’art. Pour les historiens c’est avec la création de l’Inspection générale des monuments historiques en 1830 par François Guizot que l’on peut réellement parler de politique du patrimoine en France. Les pouvoirs publics vont alors adopter tout un arsenal législatif afin d’inventorier, de classer, de protéger et d’entretenir les édifices ayant une valeur

THÈME 4 Étude conclusive La France et le patrimoine, des actions majeures de valorisation et de protection

25

esthétique et historique. Cette politique s’élargit et évolue au cours du xxe siècle, avec l’intégration des vestiges historiques dans le patrimoine (loi de 1941), ainsi que les sites naturels exceptionnels (loi de 1957 ; création des parcs nationaux en 1960). Celle-ci est principalement définie et mise en œuvre par l’État via le ministère de la Culture, qui entreprend des actions visant à valoriser le patrimoine (Journées européennes du patrimoine). Néanmoins, il n’est pas inutile de se questionner sur la pertinence ou l’efficacité des mesures étatiques adoptées dans ce domaine (document 4).

Document 1 Le 13 octobre 1790, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, alors évêque d’Autun, tient un discours resté célèbre devant l’Assemblée constituante. Il évoque principalement la nécessité de réformer l’instruction publique, et, à la fin de son allocution, il formule un certain nombre de propositions concernant la classification et la sauvegarde des monuments, des objets d’art et des archives.

Document 2 Les Journées européennes du patrimoine sont des manifestations nationales annuelles, organisées actuellement dans une cinquantaine de pays, sur le modèle des « Journées Portes ouvertes des monuments historiques » créées en 1984 par le ministère de la Culture français. Ces manifestations locales dont les dates s’étalent de fin août à début novembre, permettent au public la découverte de nombreux édifices et autres lieux qui ne sont souvent qu’exceptionnellement ouverts au public, ou de musées dont l’accès devient alors provisoirement gratuit ou à prix réduit. En 1991, le Conseil de l’Europe institue officiellement des « Journées européennes du patrimoine », auxquelles l’Union européenne s’associe en soutenant le bureau de coordination dans sa mission de promotion internationale dont la création est alors confiée aux Pays-Bas. En 1995, ce sont 34 pays européens qui s’associent à la manifestation et 13 millions d’Européens qui visitent les 26 000 monuments ouverts pour l’occasion. En 2000, six États supplémentaires (principautés d’Andorre et de Monaco, Islande, Vatican, Macédoine, Ukraine) ouvrent les portes de leur patrimoine. En 2002, la Turquie crée la même manifestation que les pays européens. En 2001, Taïwan imite les 47 pays déjà associés à la manifestation, pourtant toujours qualifiée d’européenne. En 2019, on compte plus d’une cinquantaine de pays participant à cette opération.

Document 3 C’est par la loi n° 60-708 du 22 juillet 1960 (bien après la Suède en 1909), que le statut officiel de parc national est créé en France métropolitaine, par une loi élaborée par le ministère de l’Agriculture. Le premier parc national français, le parc national de la Vanoise, est créé le 6 juillet 1963. En France, un parc national est une zone naturelle qui est classée du fait de sa richesse naturelle exceptionnelle. Il a la particularité d’être structuré en deux secteurs à la réglementation distincte : une zone

de protection appelée « zone cœur » à la réglementation stricte de protection de la nature et une « aire d’adhésion » où les communes sont partenaires du développement durable du parc. La législation du parc national est plus stricte que celle du parc naturel régional. En 2019, la France compte onze parcs nationaux : huit en métropole dont quatre en haute montagne (Vanoise, Pyrénées, Écrins, Mercantour), le parc national des Cévennes situé en moyenne montagne, le parc national de Port-Cros et le parc national des Calanques mi-terrestres, mi-marins ainsi que le parc national des forêts en plaine ; et trois en outre-mer, en Guyane, à la Réunion et en Guadeloupe.

Document 4 Le loto du patrimoine, commercialisé sous l’appellation « Super Loto Mission Patrimoine », est un jeu de loto créé par la Française des jeux afin de récolter des fonds destinés à la Fondation du patrimoine pour assurer l’entretien de monuments considérés comme étant en péril, qu’il s’agisse de monuments historiques ou non. Ce dispositif a été adopté grâce à un amendement au projet de loi des finances rectificative pour 2017 adopté en décembre 2017. Les monuments qui bénéficient de cette nouvelle ressource ont été identifiés dans le cadre de la mission confiée à Stéphane Bern par Emmanuel Macron en novembre 2017. Cette mission a permis d’identifier 270 monuments, dont 18 sites « emblématiques » (aqueduc romain du Gier, château de Bussy-Rabutin… qui ont figuré sur les billets de loto vendus. Le premier tirage de ce loto a lieu à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, les 15 et 16 septembre 2018. L’affectation des fonds est déterminée par une convention entre le ministère de la Culture et la Fondation du patrimoine. La deuxième édition de la Mission Patrimoine se déroule en deux temps en 2019. Le tirage du Loto du Patrimoine a lieu le dimanche 14 juillet, pour la fête nationale. Le jeu de grattage est quant à lui mis en vente pour les Journées européennes du patrimoine (13 au 15 septembre).

Éléments de réponse aux questions p. 303 1. Talleyrand utilise l’expression : « Les chefs-d’œuvre des arts sont de grands moyens d’instruction, dont le talent enrichit sans cesse les générations suivantes » ; il veut dire par là que les édifices et objets d’art permettent d’éduquer les enfants à l’art et à l’histoire, mais servent aussi à former des citoyens. Pour lui, d’autres éléments méritent d’être protégés comme les églises, les maisons devenues domaines nationaux, mais aussi les dépôts des chartes, etc., c’est-à-dire tout ce qui constitue ce qu’on appelle aujourd’hui les archives. 2. Les partenaires sont nombreux et sont aussi bien des

acteurs publics (ministère de la Culture, musées nationaux), des acteurs privés (Lidl, Crédit Agricole, etc.) et des institutions comme l’Union européenne. Pour les acteurs privés, le fait d’investir de l’argent dans les opérations de valorisation du patrimoine leur permet d’améliorer leur image auprès du public et, surtout, de bénéficier de déductions fiscales.

THÈME 4 Étude conclusive La France et le patrimoine, des actions majeures de valorisation et de protection

26

3. Les parcs nationaux en France ont principalement été

créés dans des sites naturels de montagne ou donnant sur la mer. On retrouve dans ces zones une flore et une faune tout à fait exceptionnelles, qui nécessitent une protection particulière, décidée par les pouvoirs publics à partir de 1960 (date de création des parcs nationaux en France).

4. L’État français finance la restauration de monuments

remarquables, comme le château de Voltaire à Ferney, mais il a aussi créé une loterie et un jeu de grattage, dont les bénéfices sont affectés au patrimoine national. Le député LR Gilles Carrez estime qu’il y a eu des coupes budgétaires très importantes, et que les dividendes du loto du patrimoine ne pourront les couvrir. Synthétiser Dans leur paragraphe, les élèves doivent utiliser à la fois les documents et les informations tirées du bloc Repères. Il s’agit de montrer que l’État français agit tout d’abord en promulguant des lois visant à protéger le patrimoine. Il complète les mesures législatives en sanctuarisant certains sites (parcs nationaux), mais également en menant des actions de promotion du patrimoine (via le ministère de la Culture) visant à mieux faire connaître les monuments, les édifices auprès du public. Il n’hésite pas pour cela avec faire également appel aux acteurs privés (entreprises). Travailler à l’oral Les élèves peuvent utiliser les ressources à disposition au CDI, mais aussi celles numériques (sites web…). Ils doivent donc citer notamment la date de l’inscription de ce patrimoine, les entités gérant le site, les actions de protection et de valorisation mises en place, les conflits d’usage potentiels, etc.

p. 304-305

Jalon 2

Le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, entre héritage culturel et reconversion Ce jalon est centré sur le bassin minier du Nord-Pas-deCalais, une zone qui a vu se développer une intense activité industrielle et minière entre le xixe et le xxe siècle. Néanmoins, celle-ci a énormément souffert dans les années 1970 et 1980, à la fois des effets de la crise économique consécutive aux chocs pétroliers, et de la concurrence étrangère (charbon moins cher venant de l’étranger). Cela a entraîné la fermeture de la totalité des mines et une explosion du chômage dans ces territoires. Dès les années 1970, la société civile (associations, citoyens) et les collectivités territoriales ont pris conscience de l’importance des différents sites, qui constituaient autant de témoignages prégnants d’une activité industrielle désormais disparue, et donc de leur valeur patrimoniale et historique. Elles ont alors entamé des démarches pour obtenir leur classement en tant que patrimoine remarquable (monuments historiques, UNESCO). Les pouvoirs publics, de leur côté, ont soutenu ces projets et ont émis le souhait de voir se réaliser une reconversion économique afin de redynamiser ces espaces.

Document 1 La fosse Arenberg de la Compagnie des mines d’Anzin est un ancien charbonnage du bassin minier du NordPas-de-Calais, situé à Wallers. La fosse commence à extraire en juin 1903. Très vite, elle devient un des sièges d’extraction les plus importants de la compagnie. Des cités, avec école, école ménagère, église, salle des fêtes… sont édifiées autour de la fosse. La Compagnie des mines d’Anzin est nationalisée en 1946, et intègre le Groupe de Valenciennes. La fosse est choisie pour devenir l’un des plus grands sièges de concentration du bassin minier. Les crises pétrolières des années 1970 donnent à la fosse quelques années de fonctionnement en plus. L’extraction cesse à la fin du mois de mars 1989. Les installations ont ensuite été sauvées grâce au tournage du film Germinal qui accélère les premières mesures de protection (1992) et la patrimonialisation du site. La salle des fêtes et l’école ménagère sont inscrites aux Monuments historiques en 2009. La fosse est classée le 22 février 2010, quelques années après sa rénovation complète. La fosse Arenberg, la cité pavillonnaire de Bellaing, la cité de corons d’Arenberg, la salle des fêtes, l’école ménagère, l’église Sainte-Barbe, l’école, le dispensaire de la Société de Secours minière, la cité pavillonnaire du Nouveau Monde et son école, les cités modernes de la Drève et du Bosquet, l’école de la cité du Bosquet, la mare à Goriaux et le terril plat no 171, ainsi que l’embranchement ferroviaire de la fosse, ont été inscrits le 30 juin 2012 au patrimoine mondial de l’UNESCO. En septembre 2015, le centre de création cinématographique « Arenberg Créative Mine » est inauguré.

Document 2 Nœux-les-Mines a transformé l’un de ses terrils en piste de ski artificielle, la deuxième plus vaste d’Europe, derrière celle d’Édimbourg en Écosse. Inaugurée le 25 mai 1996, la « station la plus basse de France » fonctionne ainsi toute l’année. Elle était constituée d’une sorte de paillasson en plastique vert fluo, arrosé en permanence par des buses automatiques pour faciliter la glisse et pour éviter l’échauffement de la piste. Elle a subi un important lifting en 2006, car son premier revêtement l’empêchait d’accueillir les planches de surf. Le domaine skiable offre une hauteur de 74 mètres, la longueur de la piste est de 320 mètres pour 35 mètres de large, avec une inclinaison qui va jusquʼà 28°, mais également trois tremplins, une corniche de 2 m de haut, un champ de 21 bosses, un half pipe de 44 m, trois rails de 5 m, un quarter pipe, et la possibilité de pratiquer du ski ou du snowboard. L’originalité du site a permis l’apparition d’une discipline : le skiathlon, qui mélange la course à pied, le VTT et le ski. La piste attire plus de 30 000 skieurs par an, avec un pic de fréquentation (près de 20 000) entre décembre et mi-mars quand elle sert à la population locale notamment de terrain d’entraînement en préparation d’un séjour aux sports d’hiver dans les stations de montagne. Près de ce terril se trouve une base nautique, ouverte généralement entre avril et fin septembre. Elle accueille un téléski nautique, une plage, des locations de pédalos et canoës, un minigolf et divers terrains de sport. L’ensemble, appelé Loisinord, est inauguré en 1994.

THÈME 4 Étude conclusive La France et le patrimoine, des actions majeures de valorisation et de protection

27

Document 3 La fosse Delloye de la Compagnie des mines d’Aniche est un ancien charbonnage du bassin minier du Nord-Pas-deCalais, situé à Lewarde. La fosse est commencée en 1911. Les travaux sont interrompus par la Première Guerre mondiale et ne reprennent qu’en 1921 ; le puits est mis en service en 1927, lorsqu’il a atteint la profondeur de 360 mètres. La Compagnie des mines d’Aniche est nationalisée en 1946, et intègre le Groupe de Douai. Des cités de taille relativement modeste sont alors construites, la Compagnie d’Aniche n’en ayant pas bâti. La fosse ferme en 1971. En 1973, les Houillères décident de créer un musée de la mine sous l’impulsion d’Alexis Detruys, secrétaire général du bassin du Nord-Pas-de-Calais, et le site de la fosse Delloye est choisi. Le Centre historique minier ouvre ses portes en 1984. La fosse Delloye constitue avec la fosse Arenberg un des sites majeurs de la mémoire du bassin minier. En plus de présenter au public toutes les installations d’une fosse du xxe siècle, y compris des galeries reconstituées, le Centre historique minier possède également 2 700 mètres linéaires d’archives, parmi lesquelles on trouve 7 000 ouvrages, 550 000 documents photographiques, 500 films, 350 vidéogrammes et 300 enregistrements sonores. Le 21 septembre 2009, les installations de surface sont classées aux monuments historiques. La fosse Delloye a été inscrite le 30 juin 2012 au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Document 4 Sur les 353 éléments du bassin minier Nord-Pas-de-Calais inscrits, en 2012, sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, dix sites sont menacés, et particulièrement trois chevalements : celui de la fosse n° 6 à Haines-lez-laBassée ; la fosse 5 à Billy-Berclau ; la fosse 2 de Flinnes à Anhiers. Ils ont en commun de ne pas appartenir aux communes mais à divers propriétaires. Si on prend chaque chevalement, il faut minimum 1 à 1,5 million d’euros juste pour les travaux de consolidation, les travaux de reconversion représentent des investissements encore plus énormes. C’est pourquoi une souscription nationale « Patrimoine minier en danger » (www.fondation-patrimoine.org/les-projets/patrimoine-minier-en-danger) a été lancée au siège de l’UNESCO en 2019 par la Fondation du patrimoine et la Mission Bassin minier. Il s’agit de lever des fonds autant que de sensibiliser les pouvoirs publics à l’importance de ce patrimoine.

Éléments de réponse aux questions p. 305 1. Les éléments de l’ancienne fosse d’Arenberg (chevalements, puits, etc.) ont été conservés pour leur valeur patrimoniale, car ils représentent une architecture singulière issue du monde industriel. De plus, leur préservation a permis de se servir du site comme lieu de tournage du film Germinal. Aujourd’hui, le site est à la fois un lieu touristique, mais également le siège d’un centre de recherche dédié à l’image et aux médias numériques.

minier, c’est-à-dire un musée sur la mine, les hommes et les activités. La création du site Loisinord a été portée par la municipalité de Nœux-les-Mines et il est maintenant géré par la communauté d’agglomération de l’Artois. Le projet du Centre historique minier de Lewarde a reçu le soutien de l’État et des collectivités territoriales (région Pas-de-Calais à l’époque ; département du Nord, commune de Lewarde). Les deux projets, malgré une baisse de fréquentation, peuvent être envisagés comme des réussites, car ils ont créé de l’emploi et ils perdurent dans le temps.

3. Dix sites du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, pour-

tant classés, sont menacés de ruine, car leur entretien nécessite des investissements financiers énormes, que ne peuvent pas assumer la plupart des municipalités qui les hébergent. Plusieurs actions sont envisagées pour les sauver : une souscription nationale, mais aussi la sollicitation de fonds provenant des collectivités territoriales, de l’État et de l’Union européenne. Synthétiser Les élèves doivent d’abord mettre en évidence que les politiques de reconversion ont pris plusieurs aspects : la fosse Arenberg a été sauvegardée, est devenue un site touristique, mais aussi un centre de recherche. Le terril et le charbonnage de Nœuxles-Mines ont été transformés en une piste de ski et un centre de loisirs aquatiques. Alors que la fosse Delloye à Lewarde s’est métamorphosée en un musée. De nombreux acteurs ont pris part à ses projets : dans chaque cas, les municipalités sont parties prenantes ; mais on retrouve aussi les autres collectivités territoriales (département, région), l’État, voire l’Union européenne. Les acteurs privés (entreprises) peuvent également amener des fonds, et les associations jouent aussi un rôle dans la sensibilisation des populations locales et dans l’exposition médiatique de situation concernant les sites (potentialités ou, au contraire, dégradations, etc.). Travailler autrement Le compte rendu réalisé par les élèves doit suivre la trame proposée par le reportage de France 3 : tout d’abord, l’inscription validée par l’UNESCO du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais au patrimoine mondial. Cette réussite est à mettre au crédit d’associations qui se sont mobilisées pour la reconnaissance de cet espace historique singulier, mais aussi à la pugnacité du maire de Loos-en-Gohelle, Jean-François Caron. Celui-ci espère que cela va amener du dynamisme à ce bassin minier qui a largement été frappé par une crise économique, principalement dans les années 1970 et 1980 avec la fermeture des mines, mais qui a perduré ensuite. Les bénéfices attendus de ce classement au patrimoine mondial sont d’abord une médiatisation accrue, et, certainement, des retombées économiques provenant de la mise en tourisme de cet espace, qui suit généralement l’annonce de l’UNESCO.

2. Le terril de la ville de Nœux-les-Mines a été trans-

formé en une piste de ski artificielle, et le site abrite un centre de loisirs aquatiques (Loisinord) ; la fosse Delloye à Lewarde a été reconvertie en un Centre historique THÈME 4 Étude conclusive La France et le patrimoine, des actions majeures de valorisation et de protection

28

p. 306-307

Jalon 3

Le patrimoine, facteur de rayonnement culturel et objet d’action diplomatique Ce Jalon aborde le thème du patrimoine français (matériel et immatériel) qui est, depuis longtemps, un outil au service de la diplomatie française, qui cherche, en l’utilisant, à faire rayonner la France dans le monde et à accroître sa notoriété au niveau international. Les diplomates et les dirigeants français mettent ainsi en avant le patrimoine architectural français à l’étranger (doc. 1 l’ambassade de France en Thaïlande), mais aussi celui du territoire national (doc. 2 le château de Chantilly). Il s’agit ainsi de promouvoir l’image de la France, mais également en invitant les chefs d’État étrangers dans des lieux prestigieux, de les mettre dans de bonnes dispositions afin de mener des négociations à l’avantage de notre pays. Ils disposent d’un autre atout pour réaliser ces objectifs : la réputation d’excellence dont bénéficie la gastronomie française qui a été considérée par des hommes politiques (Talleyrand, L. Fabius) comme une « arme » au service des intérêts français.

Document 1 Les Journées européennes du patrimoine concernent également les monuments français à l’étranger, notamment les ambassades. Dans le cadre de cette opération, certaines sont ouvertes au public. L’ambassade de France en Thaïlande est la représentation diplomatique de la République française auprès du royaume de Thaïlande. Elle est située à Bangkok, la capitale du pays. La photographie montre l’édition de 2018 des Journées européennes du patrimoine, mais cet événement s’est poursuivi en 2019. Ci-après un extrait du site web de l’ambassade concernant son bilan : « Une augmentation de 100 % des visiteurs à l’ambassade et à la résidence de France à Bangkok dimanche dernier par rapport à l’année dernière [en 2018] : c’est la marque du grand succès des Journées européennes du patrimoine le 16 septembre dernier. […] Reçus par des membres du personnel de l’ambassade puis guidés par des volontaires du Musée national et des membres du Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade, les quelque 2 000 visiteurs ont ensuite découvert ces murs chargés d’histoire, entre œuvres d’art, masques de khon et anciens panneaux de bois, lesquels sont des vestiges des premiers bâtiments de la fin du xixe siècle. L’occasion rêvée de se plonger dans les profondeurs historiques de relations franco-thaïes, […]. M. Jacques Lapouge, ambassadeur désigné de France en Thaïlande, s’est mêlé aux visiteurs, leur souhaitant la bienvenue sur la véranda […]. 90 % des visiteurs étaient thaïlandais, ce qui atteste de l’étroitesse des liens entre les deux, mais une proportion importante de Français, des Belges, des Anglais et des Russes ».

Document 2 Le Président Emmanuel Macron, comme ses prédécesseurs, ne se prive pas d’utiliser le patrimoine français à des fins politique et diplomatique. Il faut d’ailleurs

mettre en relation ce document et ce thème avec l’Axe 1 du Thème 4 sur les usages politiques et sociaux du patrimoine, et notamment le Jalon 1 sur les usages du château de Versailles (et le document 5 sur l’utilisation de Versailles). Ici, c’est le château de Chantilly qui est le théâtre de la rencontre entre le chef de l’État français et le Premier ministre indien Narendra Modi, avec, à la clé, des négociations importantes concernant des ventes de réacteurs nucléaires EPR et des avions de chasse Rafale.

Document 3 Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les relations entre la France et les États-Unis sont à la fois cordiales et nuancées. Lors de la guerre froide, la priorité des Américains est de lutter contre la montée du communisme dans le monde. À la fin des années 1950, les États-Unis, en désaccord avec la politique de la France face à la guerre d’Algérie, accueillent favorablement l’arrivée de Charles de Gaulle au pouvoir. De son côté, celui-ci émet des réserves à l’égard de la superpuissance d’outre Atlantique. Il conteste la politique américaine voulant dominer l’Europe. Refusant l’influence des ÉtatsUnis et celle de l’URSS, Charles de Gaulle prône la souveraineté et l’indépendance de la France dans tous les domaines : politique, économique, militaire… C’est donc dans un contexte tendu que le chef de l’État français accueille John Fitzgerald Kennedy en 1961. Du 31 mai au 2 juin, le Président américain et son épouse Jackie Kennedy sont en voyage officiel en France et sont reçus au palais de l’Élysée par de Gaulle. Le 1er juin, un dîner de gala dans la galerie des Glaces du château de Versailles est offert en l’honneur du couple présidentiel. Lors de cette visite, les Français ont beaucoup apprécié la « Première Dame » américaine et sa parfaite maîtrise de notre langue due à ses origines françaises. De cette rencontre au sommet va naître une estime mutuelle entre les deux hommes d’État, interrompue tragiquement par l’assassinat de Kennedy, le 22 novembre 1963 à Dallas. Charles de Gaulle se rendra à Washington pour ses obsèques.

Document 4 En complément à ce document, un extrait d’un article de Philippe Faure et Jean-Claude Ribaut paru dans la revue Géoéconomie en 2016 [voir la sitographie] : « La diplomatie a de tout temps regardé l’art culinaire comme un moyen d’améniser la négociation, de créer une ambiance de détente, sinon de bonne humeur, autour de discussions ardues ou crispantes : “Peut-on douter que ce soit la France qui ait apporté le plus d’ingéniosité dans l’exploitation de cette technique paraprotocolaire ?” écrivait Albert Mousset dans Le Monde Diplomatique en 1956. La légende d’un Talleyrand se rendant au Congrès de Vienne pour solder les conséquences de l’épopée napoléonienne, accompagné d’Antonin Carême, le plus célèbre cuisinier de l’époque, a entretenu longtemps le sentiment d’une invulnérabilité de la cuisine française. Fin diplomate et gourmet avisé, Talleyrand écrivait au roi Louis XVIII, à la veille de son départ : “Sire, j’ai plus besoin de casseroles que d’instructions écrites”. Au Palais Questenberg-Kaunitz où s’installe la brigade de Carême, de septembre 1814 à juin 1815, le “Congrès

THÈME 4 Étude conclusive La France et le patrimoine, des actions majeures de valorisation et de protection

29

s’amuse”. La magnificence des banquets subjugue les Altesses, Metternich et tous les plénipotentiaires de la Quadruple Alliance. La gastronomie mise au service de la diplomatie scellait pour un siècle le destin de l’Europe. De nos jours, la plupart des pays considèrent la gastronomie comme une composante habituelle des relations internationales. Hillary Clinton elle-même a lancé, en 2012, le Diplomatic Culinary Partnership (Partenariat diplomatique culinaire), qui visait, en faisant intervenir plusieurs dizaines de chefs cuisiniers de tout le pays, à faire reconnaître le rôle de la cuisine dans la diplomatie américaine ».

du congrès de Vienne par Talleyrand pour le compte de Louis XVIII, afin d’amoindrir les répercussions de la défaite de Napoléon et du désir des autres souverains européens d’abaisser la puissance française. Le ministre des Affaires étrangères de François Hollande, Laurent Fabius, développe l’idée de promouvoir la gastronomie française dans le monde avec le festival « Goût de France/Good France », car celle-ci génère d’importants revenus ; pour cela, il mobilise des chefs connus mondialement comme Alain Ducasse.

p. 310-311

Éléments de réponse aux questions p. 307 1. Les bâtiments qui abritent les ambassades de France à

l’étranger sont ouverts au public. Le but est de leur faire découvrir non seulement l’architecture de l’édifice, ses objets et/ou collections, mais aussi l’histoire des relations entre la France et le pays d’accueil (via une exposition généralement).

2. Emmanuel Macron se sert du château de Chantilly, l’un

des plus beaux en France et très connu par les Indiens, pour montrer l’estime qu’il porte à son invité de marque, le Premier ministre indien Narendra Modi. En l’accueillant somptueusement dans ce haut-lieu du patrimoine français, il va chercher à le mettre dans de bonnes dispositions afin de mener des négociations fructueuses avec lui (concernant la vente de réacteurs nucléaires EPR et d’avions de chasse Rafale à l’Inde).

3. Le but pour Charles de Gaulle était d’améliorer les

relations franco-américaines relativement tendues à cette époque-là. Il organise pour le Président américain et sa femme la visite du domaine de Versailles et un somptueux dîner le 1er juin 1961. Les deux invités sont fortement impressionnés. De là découle une entente mutuelle entre les deux présidents.

4. Talleyrand faisait servir beaucoup de vin à table pour

« délier les langues », c’est-à-dire pousser les diplomates à révéler des secrets qu’ils n’auraient pas divulgués à jeun. De même, les excellents déjeuners et dîners créent une atmosphère cordiale, propice à la négociation. Synthétiser Les élèves doivent développer ces différents éléments : –– Les chefs de l’État français et leurs diplomates ont compris depuis longtemps l’utilisation politique et diplomatique qui pouvait être faite du patrimoine. –– Les lieux remarquables et la finesse de la gastronomie française permettent de créer une atmosphère propice aux négociations. –– De même, la valorisation du patrimoine français qui est ponctuellement ouvert au public sert la France en lui permettant de mieux faire connaître son histoire, sa culture, et d’améliorer son image. Travailler à l’oral Les élèves doivent synthétiser et organiser les différents éléments apportés par l’émission. Ils peuvent structurer leur exposé avec une logique chronologique : la « gastrono-diplomatie » a été utilisée au xixe siècle lors

Exercices Bac

Exercice 1 Pour l’accroche de cette introduction, les élèves peuvent utiliser la déclaration de Barrère de Viuezac, prononcée devant l’Assemblée constituante le 26 mai 1791, inscrite dans la double page cours : « Les révolutions des peuples barbares détruisent tous les monuments et la trace des arts semble effacée. Les révolutions des peuples éclairés les conservent, les embellissent ». Ils peuvent l’exploiter en précisant que ce député estime essentiel de préserver les monuments remarquables et les objets, ce qui est un des objectifs de l’Assemblée depuis les préconisations faites par Talleyrand. Dans la contextualisation, il faut indiquer que les prémices de la politique du patrimoine apparaissent au moment de la Révolution française et évoquer les premières mesures prises par les députés constituants. En ce qui concerne le plan, il semble nécessaire d’en adopter un qui soit chronologique, car les bornes s’étalent de 1789 à nos jours. Les parties montreront les évolutions de cette politique du patrimoine dans le temps : de 1830 à 1930 : la naissance de la politique du patrimoine ; entre 1930 et 2003, un élargissement de la notion de patrimoine ; et, enfin, depuis 2003, une politique qui compte de nouveaux acteurs (collectivités territoriales) et qui s’inscrit dans un cadre mondialisé.

Exercice 2 La biographie fournie est courte. Les élèves doivent donc la compléter par des recherches utilisant les ressources du CDI et celles que l’on peut trouver sur Internet. Ils doivent articuler leur exposé autour de plusieurs parties : une première pourrait être consacrée à la présentation de Viollet-le-Duc (jeunesse, formation, profession) ; la deuxième pourrait être axée sur son importante œuvre de restauration dans toute la France, mais qui suscite des critiques de certains de ses contemporains, car il ne restaure pas « à la mode de l’époque » et n’hésite pas à inventer des styles architecturaux (le néogothique) ; enfin, la dernière partie pourrait se concentrer sur la postérité de Viollet-le-Duc : certains édifices transformés par lui sont considérés comme des chefs-d’œuvre et ne sont pas remis en question, alors que d’autres (basilique Saint-Sernin à Toulouse) ont été dérestaurés.

THÈME 4 Étude conclusive La France et le patrimoine, des actions majeures de valorisation et de protection

30

Exercice 3 1. Ce document est une affiche ; il s’agit d’une campagne nationale d’appel aux dons pour le patrimoine en péril. Le commanditaire de l’affiche est la Fondation du patrimoine. 2. Cette affiche a été réalisée en 2018. 3. Le décor utilisé pour l’affiche est le théâtre de Mire-

court (département des Vosges). Le choix du concepteur de l’affiche s’est porté sur ce théâtre précis car il a été classé monument historique, et, pourtant, il est en ruine.

4. On constate la présence de nombreux acteurs sur cette

affiche : tout d’abord la Fondation du patrimoine qui est l’auteur de celle-ci. On peut observer les logos du ministère de la Culture (représentant l’État français), celui de

la Française des jeux, qui est une société anonyme, mais dans laquelle l’État français détient des parts. Enfin, on voit la photographie du présentateur Stéphane Bern, chargé par le Président Emmanuel Macron de promouvoir le loto du patrimoine.

5. L’affiche insiste sur la situation catastrophique de certains sites ou édifices patrimoniaux en France, qui sont en ruines ou menacés par la ruine.

6. L’affiche s’adresse avant tout aux Français qui sont

invités à verser des dons à la Fondation du patrimoine, chargée de récolter des fonds pour financer les travaux de restauration de certains sites en péril. La campagne vise également les entreprises en espérant que certaines se positionnent en tant que mécène.

THÈME 4 Étude conclusive La France et le patrimoine, des actions majeures de valorisation et de protection

31

BAC

p. 314-315

Dissertation : sujet guidé

SUJET : Le patrimoine et ses enjeux : nécessités, limites et débats 2. Plan détaillé sous forme de tableau Parties

Idées

I. Une nécessité Pour protéger, restaurer et valoriser le patrimoine

• Protéger le patrimoine en danger • Restaurer le patrimoine • Valoriser le patrimoine pour en faire un atout économique

II. Les limites de la patrimonialisation Muséifier les villes, surexploiter les sites, mettre en danger les patrimoines des pays les pauvres

• Risque de muséifier les centres-villes

III. Les débats liés au patrimoine Le patrimoine est devenu un enjeu de société : pour l’architecture contemporaine, pour l’environnement, pour l’histoire et l’éthique

• Faut-il refuser des apports contemporains ?

Exemples • Le petit patrimoine local est oublié, succès de l’initiative du Loto du patrimoine en 2018 • Des grands programmes de restauration : Carcassonne • Les derniers aménagements du Mont SaintMichel, la passerelle et la destruction de la route d’accès. • Le centre de Paris, ville musée, spéculation foncière. Dans les plus petites villes : Sarlat en Dordogne • Venise, les pyramides d’Égypte

• Surexploitation de certains sites patrimoniaux par le tourisme de masse • Le Machu Picchu, le temple d’Angkor • Protection du patrimoine dans les souffrent de la surexploitation touristique pays développés mais pas forcément dans les pays en développement

• La question se pose sur la restauration de Notre-Dame de Paris et avant sur le HautKoenigsbourg. • La forêt amazonienne doit-elle être protégée • Doit-on patrimonialiser le vivant ? comme un patrimoine ? • Doit-on rendre les œuvres confisquées • Les crânes surmodelés mélanésiens durant la colonisation ?

3 et 4. Reprise des principaux arguments : Le patrimoine est devenu une nécessité pour les sociétés contemporaines, elles ont pris conscience que les vestiges du passé doivent être protégés, restaurés et aussi valorisés. Cette patrimonialisation montre cependant certaines limites, elle est parfois excessive, elle favorise la surexploitation de certains sites devenus très touristiques. Ce phénomène est réservé aux pays développés, on peut parfois constater l’abandon de certains vestiges aux pillards ou au tourisme sauvage dans les pays les plus pauvres. Réponse à la problématique : Le patrimoine est donc devenu un enjeu central dans les sociétés contemporaines. Ouverture du sujet : La mise en valeur du patrimoine est bien devenue une stratégie de développement économique. La France ou encore l’Italie entretiennent leur patrimoine pour des raisons scientifiques, historiques mais aussi économiques.

p. 316-317

Dissertation : sujets d’entraînement

SUJET 1 : Les enjeux politiques du patrimoine de 1789 à nos jours Le patrimoine peut-il être un outil efficace d’identité, d’éducation et de développement ? I. Protéger le patrimoine pour construire une identité, une nation A. Protéger le patrimoine face au vandalisme révolutionnaire B. Les biens nationaux et la construction de la notion de patrimoine national II. Valoriser le patrimoine pour en faire une richesse A. Inventorier et restaurer B. Valoriser le patrimoine par le tourisme III. Élargir la notion de patrimoine pour plus de démocratie et d’éducation A. Du patrimoine aux patrimoines : industriel et immatériel B. Un patrimoine accessible à tous, le difficile projet d’une culture pour tous

THÈME 4 BAC

32

SUJET 2 : pourquoi protéger et valoriser le patrimoine ? Quels sont les enjeux du patrimoine dans nos sociétés ? I. Le patrimoine est devenu une nécessité pour tous les États, les régions, les villes, les villages A. Le patrimoine pour forger une identité B. Patrimoine régional/Patrimoine national : des projets concurrents ? II. Une notion élargie du patrimoine qu’il faut désormais protéger A. Du petit patrimoine au patrimoine industriel et immatériel B. Mobiliser les acteurs publics et privés pour financer et protéger ces patrimoines III. Valoriser le patrimoine pour en faire une richesse mais aussi un instrument d’éducation A. Quel rôle peuvent jouer l’État et les collectivités territoriales B. Le patrimoine un outil d’éducation pour tous

SUJET 3 : Les destructions du patrimoine : de l’indifférence aux usages du tourisme de masses et aux destructions Comment la notion de patrimoine s’est construite sur l’idée première de sa protection I. L’ère de l’indifférence : un patrimoine sans protection avant 1789 (pour la France) A. Le patrimoine avant l’idée de protection B. Le rôle déterminant de la Révolution française II. La destruction ou les dégradations par un tourisme de masse A. La mise en place d’un tourisme de masse depuis les années 1960 B. Travers et limites du tourisme de masse III. La destruction du patrimoine, une stratégie nihiliste A. Les destructions du patrimoine comme acte terroriste B. La victoire de l’idée d’héritage et de patrimoine dans toutes les sociétés

p. 318-319

Étude de document : sujet guidé

SUJET : Le classement au patrimoine mondial de l’UNESCO 1. Thèmes

Citation du document

Pistes d’analyse

La patrimonialisation pour renforcer l’idée d’un héritage collectif, objet de fierté locale

« institutionnaliser la notion de patrimoine mondial » (doc. 1, lignes 4-5) « Le nombre de biens inscrits ne cesse de croître » (doc. 1, lignes 5-6) « Les monuments font également partie du quotidien des Nîmois qui les côtoient chaque jour avec fierté » (doc. 2)

La diffusion de l’idée de patrimoine. Comment expliquer cette inflation ? Il y a une course aux labels et celui de l’UNESCO est le plus prestigieux. → Rechercher d’autres exemples de lieux inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Canal du Midi, cathédrale de Chartres Comment l’inscription à l’UNESCO mobilise-t-elle les habitants et participe-t-elle à une prise de conscience de la qualité du patrimoine local ? Fierté locale, implication des habitants à la valorisation Comment une candidature à l’UNESCO permetelle de renforcer la préservation d’un site ? La valorisation du patrimoine devient une priorité pour la municipalité

Le développement économique et touristique

« Un exemple est donné par Le Havre (2005) qui a explicitement préparé son inscription dans le but de développer une économie touristique. » (doc. 1, lignes 25-28)

Pourquoi la ville du Havre avait-elle besoin de valoriser un patrimoine pourtant assez récent ? Quelle est, en général, la perception de l’architecture contemporaine d’Auguste Perret ? En grande partie détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville du Havre reconstruite selon les plans d’Auguste Perret est très critiquée, mal-aimée. Son inscription au Patrimoine de l’UNESCO a changé en partie le regard de ses habitants et l’image de la ville

THÈME 4 BAC

33

« utilisé pour de La dimension environnementale et nombreux évènements les effets du tourisme et spectacles » (doc. 2) de masse « Plus que l’efficacité économique, il faudrait donc interroger la compatibilité entre développement durable et promotion des sites du patrimoine mondial » (doc. 1, lignes 43-46) « La surspécialisation touristique » (doc. 1, ligne 39)

La ville de Nîmes se défend d’être une ville-musée. Quel est le risque de patrimonialiser des monuments ? Une ville sans habitants, une ville qui développe une mono-activité Quels sont les travers de la surexploitation touristique d’un patrimoine ? Dégradation du patrimoine, augmentation des prix, spéculation foncière → Reprendre l’exemple de Venise. Le centre-ville est déserté par les Vénitiens. La ville est envahie par les touristes, Venise une étape des paquebots de croisière.

3. L’inscription d’une ville comme Nîmes au patrimoine mondial de l’UNESCO est un véritable

enjeu stratégique pour cette collectivité territoriale. Elle permet de mobiliser les habitants mais aussi de les rendre fiers de leur patrimoine en renforçant l’adhésion à une identité locale. Ce label a un impact direct sur le développement économique et touristique de la ville. Mais l’afflux de touristes en masse nécessite des équipements et une prise en compte du développement durable. Les exemples de réussite de villes tels que Carcassonne, Albi ou Strasbourg ont donné les mêmes ambitions à des villes en quête de reconnaissance comme Nice ou Metz.

p. 320-321

Étude de document : sujet guidé

SUJET : La place de l’art contemporain dans le patrimoine I. Une œuvre contemporaine contestée sur un site historique, le Palais-Royal A. Le Palais-Royal, un édifice central dans Paris B. Daniel Buren, un artiste déjà reconnu II. Une bataille politique entre « modernes » et « anciens » entre la mairie de Paris et le ministère de la Culture, entre la gauche et la droite. A. Le contexte de l’alternance et de la cohabitation B. Les antagonismes « modernes » contre « anciens » III. Une bataille artistique sur la place que peut avoir l’art contemporain dans une ville au si riche patrimoine A. Paris et ses transformations : les Halles, le Centre Pompidou, la pyramide du Louvre B. La victoire de Buren et de ses audaces

p. 324-325

Vers le Sup’ : rédiger une note de synthèse

SUJET : Le Familistère de Guise : protection, valorisation et patrimonialisation d’un site industriel et d’une utopie Il est possible de compléter les documents par l’utilisation de ressources sur le site du Familistère : https://www.familistere.com/fr Il est possible de faire un parallèle avec un autre site industriel patrimonialisé et valorisé : la Saline royale d’Arc-et-Senans. https://www.salineroyale.com/accueil/

THÈME 4 BAC

34

5 Thème

L’environnement, entre exploitation et protection : un enjeu planétaire La logique du thème Le Thème 5 traite de l’environnement, que l’on peut définir comme « la combinaison des éléments naturels […] et socio-économiques qui constituent le cadre et les conditions de vie d’un individu, d’une population, d’une communauté à différentes échelles spatiales » (Géoconfluences). L’intérêt est ici d’aborder les interactions qui existent entre les sociétés et l’environnement. D’une part les milieux influencent fortement les sociétés, qui s’y adaptent, en exploitent les ressources et en maîtrisent les contraintes à des degrés divers. Mais en retour, les sociétés transforment profondément les milieux sous l’effet de différentes dynamiques qui tendent, historiquement, vers une artificialisation croissante. Toutefois les sociétés cherchent également à protéger l’environnement ou à l’exploiter d’une façon plus durable. La question environnementale soulève aujourd’hui des enjeux géopolitiques importants, à la fois parce qu’elle induit ou renforce les inégalités entre espaces et entre populations, mais aussi parce qu’elle est devenue un enjeu majeur des relations internationales. Le document choisi en ouverture du chapitre permet d’interroger ces différentes dimensions sous un angle aussi bien historique que géographique. Le territoire américain s’est construit selon un rapport très spécifique à l’environnement, avec une volonté de conquête et de maîtrise, voire de domination, ancrée dans la culture états-unienne. Mais ces représentations sont aussi à l’origine de la toute première politique de protection des espaces naturels au monde. L’affiche de promotion du parc de Yellowstone, au travers d’une esthétique assez caractéristique des années 1930, met en scène l’un des geysers du parc (surnommé « Old Faithful »), des phénomènes naturels particulièrement spectaculaires qui ont fait la renommée mondiale de cette réserve, gérée au niveau fédéral (« US Department of the interior, National Park service ») aujourd’hui classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour autant les mentions en haut à droite de l’affiche (« nature walks, field trips ») montrent bien que les objectifs ne sont pas strictement environnementaux mais aussi touristiques. En effet, la création du parc tient beaucoup à l’action d’une des grandes compagnies ferroviaires transaméricaines, la Northern Pacific, qui avait d’ailleurs financé l’expédition à l’origine de l’idée de création d’un espace protégé. Pour aller plus loin sur l’origine des politiques de conservation aux États-Unis, on peut utilement se référer aux travaux de Samuel Depraz et Stéphane Héritier, par exemple au travers de cet article accessible en ligne : Depraz, Samuel, et Stéphane Héritier. « La nature et les parcs naturels en Amérique du Nord », L’Information géographique, vol. 76, nº 4, 2012, pp. 6-28. https ://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2012-4-page-6.htm

p. 328-329

Introduction

L’environnement : une construction historique, sociale et politique La protection de l’environnement n’a pas toujours été une préoccupation centrale pour les sociétés. Celle-ci a progressivement émergé au cours du temps. C’est la transformation croissante des milieux, opérée depuis le Néolithique (maîtrise de l’agriculture et de l’élevage), mais fortement accélérée depuis la révolution industrielle, qui entraîne une prise de conscience sociale au travers du constat de dégradations croissantes et multiformes (artificialisation, pollutions, réchauffement climatique et leurs effets sanitaires). Devenu problème de société, l’environnement entre aussi dans le champ politique vers la fin du xxe siècle, d’abord par l’intermédiaire

de partis « verts » centrés sur l’écologie et la défense de l’environnement, avant de se généraliser dans le débat politique contemporain.

Document 1 Le rapport Meadows, aussi connu sous le nom de « rapport du Club de Rome » constitue un tournant dans l’émergence d’une question environnementale aussi bien dans le champ social que dans le champ politique. Dirigé par des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology parmi lesquels Donna et Dennis Meadows, ce rapport, commandé par le Club de Rome, un think tank qui se penche sur les problèmes de développement, est la première étude qui mette en évidence, à l’échelle globale, les « limites à la croissance » (sous-titre du rapport). En considérant différents phénomènes comme la

THÈME 5 Introduction Qu’est-ce que l’environnement ?

1

croissance démographique et le rythme de consommation des ressources terrestres, les chercheurs élaborent des hypothèses pessimistes qui mettent en question le futur de l’humanité, et affole par ses scénarios particulièrement dramatiques. Le rapport est fondateur d’une approche préconisant la « croissance zéro », considérée par certains chercheurs comme la seule à même de garantir un équilibre relatif. Ces débats annoncent les prémisses de l’élaboration de la notion de développement durable.

Document 5 On peut attirer l’attention des élèves sur plusieurs éléments : –– Le lien entre développement socio-économique, appari­tion d’une classe moyenne et émergence d’une conscience environnementale comme nouvelle préoccupation sociale. –– La généralisation de cette prise de conscience en lien avec l’ampleur des problèmes environnementaux que pose la croissance chinoise, en particulier autour de la question de la pollution atmosphérique. On peut citer par exemple le documentaire Under the dome, réalisé par Chai Jing, qui, en dépit de la censure, aurait été vu plus de 150 millions de fois en Chine. –– Le rôle des manifestations et des réseaux sociaux dans la diffusion de ces nouvelles préoccupations. Le gouvernement chinois, depuis les années 2010, a tendance à laisser davantage s’exprimer les mécontentements environnementaux et sociaux, tandis qu’il cède très peu sur les revendications politiques. Quelques ressources sur l’essor de l’écologie en Chine : –– Guillaume Pitron, « En Chine, la ligne rouge du virage vert », Le Monde diplomatique, juillet 2017, p. 6-7. –– Sébastien Goulard, « Les réactions sociales face aux défis environnementaux en Chine », Géoconfluences, 2016, disponible en ligne : http://geoconfluences.enslyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/ la-chine/articles-scientifiques/defis-environnementaux –– Charles Vally, « Sous le dôme : le film sur la pollution qui secoue la Chine », Libération, 2015, https://www.liberation.fr/planete/2015/03/03/sous-le-dome-le-film-surla-pollution-qui-secoue-la-chine_1213269

Éléments de réponse aux questions p. 329 1. Dans la seconde moitié du xxe siècle, plusieurs phéno­

mènes amènent à une prise de conscience collective de la dégradation croissante de l’environnement et de la nécessité de le protéger : –– Une croissance démographique rapide (doc. 1, 2) : la population mondiale a en effet triplé depuis 1950, passant de 2,55 milliards à 7,55 milliards (2018), et l’ONU projette 9,7 milliards pour 2050. –– La crainte d’un déséquilibre entre une population croissante et des ressources finies (doc. 1, 2). –– La transformation accrue de l’environnement, voire sa dégradation par les sociétés (doc. 3, 5) et la fragilité de l’environnement face à ces transformations (doc. 3, 4, 5). Les populations ressentent donc les effets directs des dégradations environnementales (doc. 5 les habitants

ont « du mal à respirer, toussent, tombent malades ») et sont également sensibilisées par des travaux scientifiques médiatisés, comme le rapport Meadows.

2. La prise de conscience environnementale en France

s’opère, comme dans la plupart des pays du Nord, au cours des années 1970 (doc. 3) ; à la suite des Trente Glorieuses, période de prospérité caractérisée par une forte croissance économique, une importante consommation de ressources et une phase de croissance démographique (Baby-Boom), la crise causée par le premier choc pétrolier ébranle les sociétés (inquiétude autour des ressources). En Chine (doc. 5), comme dans la plupart des pays du Sud, ces préoccupations environnementales sont plus récentes, car la croissance économique (décollage économique de la Chine dans les années 1980) et démographique (transition démographique) est décalée dans le temps et plus récente que dans les pays du Nord. Par ailleurs, cette prise de conscience est portée, dans les deux cas, par les classes moyennes, qui apparaissent et se développent beaucoup plus récemment dans les pays du Sud, en particulier dans les pays émergents comme la Chine.

3. La prise en compte de l’environnement dans le

domaine politique est récente, mais va en se renforçant : –– Création d’institutions, d’instances ou de ministères dédiés à la question environnementale (doc. 3). En France le premier ministère « de la Protection de la nature et de l’environnement » est créé en 1971. En Chine, il existe un ministère de la Protection de l’environnement depuis 2008. –– Apparition de partis politique dits « verts » (doc. 4), centrés sur les questions écologiques comme Die Grünen en Allemagne fondé en 1980, ou encore Les Verts, fondé en France en 1984. –– Mise en place de politiques diverses destinées à protéger l’environnement : dans le cas de la Chine (doc. 5) infléchissement de la politique énergétique ou de la position de l’État dans les négociations climatiques et environnementales internationales.

p. 330-331

Introduction

Un regard sur l’histoire de l’environnement Nouvelle aspiration sociale, nouvelle préoccupation dans le champ politique, l’environnement s’affirme aussi comme objet d’étude au sein des sciences sociales. C’est le cas en particulier en histoire, avec l’apparition et le développement d’une nouvelle branche dans la discipline, l’histoire environnementale. Celle-ci vise aussi bien à reconstituer l’évolution historique de l’environnement, que l’évolution du rapport des hommes à l’environnement. Les sciences sociales s’interrogent aussi autour de la notion d’Anthropocène. Le discours développé par la collapsologie, qui étudie les risques d’effondrement des sociétés industrielles, a rencontré un grand succès, notamment médiatique, bien que ses thèses soient très largement discutées par les spécialistes, comme en témoignent les débats autour des travaux du géographe

THÈME 5 Introduction Qu’est-ce que l’environnement ?

2

américain Jared Diamond. On cherche enfin à développer des indicateurs permettant de saisir l’ampleur de l’action humaine sur l’environnement.

Éléments de réponse aux questions p. 331 1. La proposition de changement d’ère géologique a une portée symbolique très forte pour comprendre une période contemporaine « marquée par la capacité de l’homme à transformer l’ensemble du système terrestre » (doc. 1). La notion d’Anthropocène renvoie donc à la capacité, complètement inédite, des sociétés à transformer en profondeur l’environnement et à le déséquilibrer, avec des conséquences sur tous les plans (« climat, sécurité alimentaire, accès aux ressources vitales, migrations forcées et soudaines, précarité énergétique » doc. 1, « sixième extinction des espèces, réchauffement prévisible de 3 °C en 2100 », doc. 2). Elle a le mérite de permettre une prise de conscience de la « rupture » (doc. 1) que cela représente, et elle souligne la responsabilité des sociétés face à cette crise (« En découle la nécessité de transformer notre système de gouvernance et de gestion des ressources », doc. 1). 2. On date la naissance de l’histoire environnementale

avec la publication d’un article de référence aux ÉtatsUnis en 1972. On peut mettre cet évènement scientifique en relation : –– D’une part avec son contexte spatial, ou plutôt culturel, qui est à relier au rapport spécifique élaboré entre les Américains et l’environnement, et qui s’ancre dans un temps long (cf. ouverture). –– D’autre part avec son contexte chronologique, celui d’une prise de conscience accrue des dégradations environnementales (voir point précédent de l’introduction). La date de 1972 correspond aussi à la publication du rapport Meadows, ce qui traduit bien l’émergence de ces nouvelles préoccupations au tournant des années 1970.

3. Le « jour du dépassement » comme « l’empreinte écologique » sont des indicateurs fréquemment utilisés dans les médias, et avec lesquels les élèves peuvent être familiarisés. Ils sont calculés par l’ONG Global Footprint Network. –– Ces deux indicateurs présentent indéniablement la qualité d’être frappants : par des chiffres assez imagés, ils sont propres à alerter les opinions publiques et à mobiliser les citoyens en accélérant une prise de conscience. Le jour du dépassement est calculé à partir de l’empreinte écologique à l’échelle mondiale ; il est traduit par une date dans l’année, qui a l’avantage d’être plus marquante qu’un pourcentage. La comparaison depuis les années 1970 montre que plus on avance dans

le temps, plus les sociétés ont dépassé rapidement les capacités de renouvellement des ressources terrestres : il traduit donc une empreinte écologique croissante. L’empreinte écologique, calculée par pays, rend également compte d’une pression forte, mais différenciée en fonction des sociétés sur l’environnement. C’est un indicateur qui mesure les surfaces alimentaires productives de terres et d’eau nécessaires pour produire les ressources qu’un individu, une population ou une activité consomme et pour absorber les déchets générés. On l’exprime ici, là encore de manière frappante, en fonction du « nombre de planètes nécessaires ». Sur tous les États présentés, seule l’Inde se situe deçà du seuil de 1 planète (la seule dont nous disposons) ; tous les autres pays ont des modèles qui dépassent les capacités de renouvellement des ressources terrestres. Ce seuil est également dépassé à l’échelle mondiale (voir paragraphe ­précédent). On peut, pour prolonger, présenter aux élèves les limites de ces indicateurs qui ont fait l’objet de plusieurs critiques. Ils sont tout d’abord centrés sur les besoins des sociétés, et ne prennent pas en compte ceux des autres espèces animales. Certains auteurs (Michael Schellenberger par exemple) critiquent la validité scientifique et la rigueur des calculs, et ont montré que ces indicateurs sous-estimaient l’utilisation des ressources. À l’inverse, d’autres estiment (Sylvie Brunel par exemple) qu’ils ne tiennent pas assez compte de l’évolution des techniques possibles dans le futur, et qui pourraient atténuer l’empreinte écologique, en réduisant par exemple les surfaces nécessaires pour produire.

4. Face à la crise environnementale, les sociétés sont

profondément inégales, et ces inégalités environnementales sont profondément liées aux inégalités de développement socio-économique. On observe ainsi des écarts considérables entre pays du Nord et du Sud (rapport de 1 à 7 entre États-Unis et Inde, doc. 5), mais aussi entre pays du Nord (rapport de 1 à 2 entre États-Unis et Espagne), ainsi qu’au sein du groupe encore plus différencié des Sud (un extrait plus long du document permettrait d’opposer des PMA (Mozambique, 0,5 planète en 2018) et des émergents (Afrique du Sud, 2 planètes en 2018) ou des pays pétroliers (Qatar, 9,2 planètes en 2018). Ces différences s’expliquent par de nombreux facteurs ayant trait aux modèles et au niveau de développement, qui impliquent des degrés différents d’urbanisation et d’industrialisation, des modèles énergétiques et des modes de production et de consommation plus ou moins économes en ressources, mais reflètent aussi des politiques environnementales inégalement développées.

THÈME 5 Introduction Qu’est-ce que l’environnement ?

3

Prolonger le Thème 5 autour de la pandémie de Covid-19

I. On peut relier la pandémie de Covid-19, un évènement sanitaire sans précédent, à plusieurs aspects de la géographie de l’environnement, en lien avec les thèmes abordés au sein du Thème 5. 1. Le rôle de la dégradation des écosystèmes dans l’apparition des maladies émergentes Les maladies infectieuses émergentes (c’est-à-dire nouvelles) suivent souvent le même processus : ces virus d’abord inconnus sont hébergés par les organismes des animaux (on parle alors d’épizooties) ; et ils passent d’un réservoir animal à un autre en changeant d’hôte pour infecter l’espèce humaine (ce que l’on appelle une zoonose). Les épidémies précédentes du VIH/sida (primates), du SRAS (chauve-souris), du H5N1 (oiseaux), comme le Covid-19 (probablement transmis par un pangolin) sont toutes au départ des épidémies animales. Sur plus de 300 maladies infectieuses émergentes apparues entre 1940 et 2004, 60 % viennent d’un réservoir animal. Le risque de maladies émergentes tend à augmenter sous l’effet de plusieurs dynamiques en lien avec la façon dont les sociétés transforment et perturbent leur environnement : • La déforestation (notamment en Asie, au Brésil, en Afrique centrale, avec 250 millions d’hectares disparus en zone tropicale ces 40 dernières années), qui rapproche les hôtes animaux et humains, et met donc en contact les hommes avec des agents pathogènes inconnus de son organisme. C’est l’origine probable de la transmission d’Ebola à l’homme, les chauves-souris porteuses du virus ayant été délogées de leur habitat naturel et s’étant rapprochées des villages en Afrique centrale. • L’urbanisation, la conversion des terres pour l’agriculture, multiplient de la même manière les contacts viraux entre la faune sauvage et l’homme. • L’intensification de l’agriculture. La multiplication des élevages intensifs facilite la prolifération des agents pathogènes, comme dans le cas de la grippe aviaire, dont l’origine a été identifiée dans un élevage de poulets à Hong Kong. Le traitement systématique des animaux d’élevage par antibiothérapie développe d’inquiétants phénomènes d’antibiorésistances. En Inde, on a établi un lien entre des traitements vétérinaires et la transmission accrue de la rage (vautours décimés par un anti-inflammatoire donné au bétail, ne dévorent plus les carcasses d’animaux, qui contaminent les points d’eau où viennent boire les chiens errants qui transmettent la rage). La monoculture intensive en appauvrissant la biodiversité, renforce la vulnérabilité de la faune. • La déstabilisation des équilibres écosystémiques, par exemple avec l’élimination de certains prédateurs comme les renards, qui chassent les rongeurs pouvant héberger les tiques responsables de la transmission de la maladie de Lyme. De même avec le trafic d’espèces parfois protégées : la transmission du Covid-19 s’est faite sur un marché de Wuhan où sont fréquemment vendus des animaux braconnés. • Le réchauffement climatique, qui contribue à une forte réduction de la biodiversité, et favorise, par l’adoucissement des températures, l’extension des aires d’endémies tropicales ou les périodes d’activités de certains virus, comme la grippe. Selon certaines études, la pollution atmosphérique pourrait faciliter la transmission du Covid-19. L’origine des épidémies est souvent asiatique. La zone intertropicale est de loin la plus riche en biodiversité et donc aussi en agents pathogènes, et la forte concentration de population de l’Asie (qui abrite plus de la moitié de l’humanité) augmente les risques de zoonoses. Mais d’autres zoonoses proviennent d’Afrique centrale, également en zone intertropicale, connaissant une dynamique de déforestation active et de nombreux de déplacements contraints de populations (flux de réfugiés et de déplacés) particulièrement vulnérables. D’une façon générale, les populations exposées dans les pays du Sud sont plus vulnérables (plus pauvres, moins bien nourries, accédant plus difficilement aux soins)

THÈME 5 Introduction Qu’est-ce que l’environnement ?

4

2. L’environnement, grand gagnant de la crise sanitaire ? D’une part le ralentissement économique a effectivement entraîné une chute de la consommation de charbon et de pétrole (avec des répercussions sur les prix et la décision des producteurs de réduire la production afin de les maintenir) et une baisse spectaculaire (mais ponctuelle) des émissions de GES liées à l’industrie (-25 % en Chine en février 2020 par exemple) et aux transports, notamment aérien, très fortement émetteurs. La qualité de l’air dans les grandes villes s’est considérablement améliorée. Mais d’autre part, le plastique à usage unique, très polluant, est fortement sollicité dans le cadre des recommandations sanitaires. À plus long terme, la relance de l’économie pourrait correspondre à un boom des émissions de GES, comme on a pu l’observer après la crise de 2007-2008. 3. La vulnérabilité des sociétés contemporaines face aux crises La crise actuelle est une crise qui dépasse largement les seules implications sanitaires, et qui a des répercussions aussi bien économiques, que sociales, politiques et même géopolitiques. Pour un théoricien de l’effondrement comme Pablo Servigne, « c’est une crise cardiaque générale » qui joue comme un révélateur du fort degré d’exposition de nos sociétés aux différentes crises (sanitaire, énergétique, financière etc.) qui peuvent, entrant en résonance, déboucher sur un « effondrement » plus généralisé. C’est pourquoi la crise met également en jeu les capacités de résilience des sociétés, leur aptitude à absorber et surmonter les chocs. La sortie de crise pourrait-elle ainsi être une occasion pour repenser le monde d’après ? Certains auteurs soulignent la possibilité de proposer une relance qui soit fondée sur un développement plus durable, et qui permette de répondre au défi du changement climatique.

II. La pandémie soulève par ailleurs de nombreuses problématiques géographiques sur lesquelles il est possible de rebondir avec les élèves, voici quelques pistes complémentaires. 1. La mondialisation Le lien avec les mobilités. Les flux généralisés de la mondialisation ont fait d’une maladie apparue en Chine une pandémie en à peine 3 mois. L’analyse des processus de diffusion met en exergue le rôle des nœuds et des interfaces (ports, aéroports). Les métropoles en tant que hubs sont ainsi des lieux privilégiés de transmission, d’autant que les villes sont des lieux denses qui favorisent la maximisation des contacts sociaux. D’où la mise en place massive de confinement, pour limiter les déplacements et la propagation. La dépendance à des chaînes de production en partie délocalisées, qu’on a évoquée quant aux produits de consommation courante, et surtout quant à l’approvisionnement en masques et en gels hydroalcooliques, en partie relocalisés à la faveur de la pandémie, ou à propos des traitements pharmaceutiques, dont la production se fait massivement en Asie (Chine, Inde). 2. La question de la gestion des crises sanitaires Les réponses apportées au Covid-19 ont été dans un premier temps désordonnées, différenciées d’un État à l’autre, voire d’une collectivité à l’autre (Italie, États-Unis, Brésil), réduisant fortement la portée des mesures adoptées. Les États autoritaires (Chine) ont pu adopter des mesures drastiques (confinement total du Hubei), mais la question se pose de la réalité du bilan (problème de transparence). Un risque sanitaire global suppose par définition une réponse globale. La coopération internationale semble être la seule à même, via l’OMS par exemple, d’imposer une réponse efficace et coordonnée, ce qui n’a pas été le cas. Et le multilatéralisme prôné par l’OMS est affaibli par ses blocages internes du fait des rapports de force entre puissances (la Chine

THÈME 5 Introduction Qu’est-ce que l’environnement ?

5

aurait ainsi freiné les volontés de l’institution d’alerter sur la propagation du virus). La remise en cause de l’efficacité de l’institution est forte, comme le montre la suspension de la contribution américaine à l’OMS voulue par Donald Trump. La pandémie impose surtout de réfléchir à la façon de limiter les processus qui favorisent l’émergence des maladies.

3. La problématique des inégalités La gestion de la crise révèle les énormes disparités des systèmes de santé, en particulier entre pays du Nord et pays du Sud. En période de confinement, les inégalités de revenus, de logement, de conditions de vie, sont plus durement ressenties. C’est vrai à l’échelle mondiale comme à l’intérieur des villes françaises. Les plus pauvres et les exclus (SDF, travailleurs migrants, réfugiés dans des quartiers surpeuplés, habitants des townships en Afrique du Sud ou des favelas au Brésil par exemple) subissent plus durement le confinement. Les travailleurs précaires sont les premières victimes des conséquences économiques du ralentissement généralisé, et les systèmes d’assurance collective sont inégalement capables de les prendre en charge. Nombre d’emplois peu qualifiés (livreurs, caissiers, aides-soignants) restent indispensables, et exposent fortement ceux qui les occupent au risque de contracter la maladie. On a par exemple observé une surmortalité spectaculaire en Seine-Saint-Denis, l’un des départements les plus pauvres de France, ou encore parmi les populations noires aux États-Unis. 4. Les implications géopolitiques Sans provoquer de bouleversements géopolitiques, il semblerait, selon nombre d’observateurs, que la pandémie confirme voire accélère les recompositions géopolitiques en cours, par exemple sur le plan de la relation Chine-États-Unis. Cette pandémie révèle aussi une fragilité potentielle dans le principal outil des forces de projection sur les mers et océans, analysé dans le Thème 1 : le porte-avions. Un porte-avions américain, le Theodore Roosevelt, et le porte-avions français Charles de Gaulle ont dû interrompre leurs missions, touchés par le Covid-19. Cette décision a aussi révélé quelques tensions au sein des états-majors sur la manière de gérer cette crise.

Quelques ressources • Gérard Salem et Zoé Vaillant Atlas mondial de la santé, Autrement, 2008, rééd. 2020. • Les épisodes du Dessous des cartes consacrés au Covid-19 et à ses implications géo­ politiques : https://www.arte.tv/fr/videos/096952-001-A/covid-19-une-lecon-de-geopoli­ tique-­­01-­les-deux-coree-face-au-virus/

THÈME 5 Introduction Qu’est-ce que l’environnement ?

6

AXE 1

Exploiter, préserver et protéger La logique du chapitre Cet Axe a pour but d’aborder la question du rapport des sociétés à leur environnement en évoquant d’une part le cas de la gestion de la forêt française depuis le xviie siècle, qui correspond à une prise de conscience de l’État de la nécessité de s’assurer de la pérennité d’une ressource essentielle ; et d’autre part en abordant les deux grandes ruptures sociétales et systémiques qu’a connues l’humanité, à savoir la révolution néolithique et la révolution industrielle.

Bibliographie –– J. Arnould, Au plaisir des forêts, promenade sous les feuillages du monde, Fayard, 2014. Une série de « leçons » pour découvrir et comprendre la forêt, son histoire et ses métiers. –– J. Boulier et L. Simon, Atlas des forêts dans le monde. Protéger, développer, gérer une ressource vitale, Autrement, 2009. Une approche différenciée des problématiques et dynamiques forestières autour du globe. –– J. Gadan (dir.), Atlas des forêts de France, De Monza, 2002. Un inventaire carto­ graphique de la diversité des milieux forestiers métropolitains et ultramarins. –– A. Lehoërff, Préhistoires d’Europe, Belin, 2016. Un ouvrage très richement illustré sur la préhistoire européenne, consacrant plusieurs chapitres à l’agriculture et aux cultures néolithiques. –– C. Louboutin, Au Néolithique, les premiers paysans du monde, Gallimard, collection Découvertes, 1990. Un historique illustré des civilisations du Néolithique. –– P. Verley, La Révolution industrielle, Gallimard, collection Folio, 1997. Une synthèse pour comprendre comment s’est construit depuis le xixe siècle la notion de révolution industrielle et un zoom sur les personnages, produits, processus et inventions qui y sont associés. –– J.-P. Rioux, La Révolution industrielle 1770-1880, Seuil, collection Points, 2015. Un petit ouvrage pour comprendre la révolution industrielle, saisir la pertinence de ce thème et les débats que le phénomène suscite.

Sitographie –– www.onf.fr : le site présente ses missions et actions sur le terrain. Il contribue à faire connaître les espaces forestiers, leur diversité, leur richesse, leur fragilité. –– www.parcsnationaux.fr : outre une présentation de tous les parcs, le site propose des outils pédagogiques en lien avec le paysage et la biodiversité. –– www.agriculture.gouv.fr : le ministère de l’Agriculture dispose de dossiers notamment sur la restauration des terrains de montagne.

p. 332-333

O u ve r t u r e

Les deux documents d’ouverture invitent à réfléchir sur le rapport des hommes à leur milieu : étude, mesure, gestion d’un côté ; destruction, pollution de l’autre. Cela dans des contextes géographiques (France, Nigeria) mais aussi économique différents. Il s’agit de confronter les regards et discours, savoir apprécier les enjeux et processus à l’œuvre.

Éléments de réponse aux questions p. 332 1. Les forêts couvrent une partie importante du territoire français, fournissent depuis des siècles des ressources économiques, des espaces de loisirs. L’État cherche donc à réglementer leurs usages et leur exploitation, proté-

ger, valoriser. Ces forêts abritent aussi une biodiversité et des écosystèmes que l’on cherche désormais à protéger, associées à des identités régionales, des cultures. Les forêts constituent des paysages qui contribuent à l’image du pays, à sa qualité de vie, appartiennent pour certaines au patrimoine national.

Éléments de réponse aux questions p. 333 1. La photo a été prise dans le delta du Niger, qui se trouve au Nigeria en Afrique de l’Ouest, en zone tropicale humide, comme en témoigne l’abondance de couvert végétal, l’aspect verdoyant du paysage. On constate la présence de la savane arborée et la mangrove.

THÈME 5 Axe 1 Exploiter, préserver et protéger

7

2. Les deux images s’opposent en montrant l’action dif-

férenciée de l’homme sur ces forêts : d’un côté, entretien, mesure, étude, relevés effectués sur le terrain par des agents de l’ONF, organisme public chargé de leur gestion. Cette forêt bénéficie d’une protection ; de l’autre, on voit un milieu dévasté, détruit, souillé par un déversement d’hydrocarbures et sans doute un incendie consécutif. Cette pollution est la conséquence de l’exploitation industrielle d’une ressource, provoquant la destruction irrémédiable du milieu préexistant, ce qui rend impossible son usage agricole.

p. 334-335

ou moins longs selon des espèces, il est nécessaire d’inscrire sa gestion dans le temps long. Cela signifie qu’il ne faut pas exploiter la totalité de la ressource, l’entretenir, prévoir son renouvellement, anticiper des besoins futurs, anticiper un aléa et intervenir après celui-ci. C’est ce que montre le schéma pour le pin des Landes. La forêt constitue aussi un élément du cadre de vie des populations, s’inscrit dans l’identité locale, appartient au patrimoine. Il y a donc un lien fort, un attachement des sociétés à leur forêt.

p. 336-337

Re p è r e s

Qu’est-ce que la forêt ? La double page vise à revenir sur une notion à première vue évidente mais qui pourtant de l’est pas. L’arbre ne fait pas la forêt, il existe différentes formations végétales distinctes, occasion d’un travail sur le vocabulaire de la forêt et de l’arbre. L’unité de cette double page Repères réside dans une approche à la fois historique et contemporaine d’une réalité actuelle qu’est la forêt française. Mais de quoi parle-t-on quand on parle de la forêt française ? L’idée est de montrer la permanence et un renouvellement au cours des siècles de l’intérêt de l’État pour les forêts, faire prendre conscience que cette forêt est une construction historique et sociale, associée à des pratiques variées et parfois antagonistes ; qu’elle n’est pas « naturelle » mais le résultat de choix et d’actions successives qui lui ont donné ses formes et profils actuels.

Éléments de réponse aux questions p. 335 1. La forêt est une réalité paysagère et structurelle variable selon les milieux. Elle peut en effet être plus ou moins dense, plus ou moins haute, plus ou moins homogène quant à la nature et l’âge de son peuplement. C’est ce que montrent les différents documents. L’action de l’homme a grandement déterminé l’aspect actuel des forêts en prélevant, en sélectionnant, en entretenant ou abandonnant. L’espace forestier se définit également par une certaine surface, qui peut être discontinue ou divisée en plusieurs appellations et propriétaires. La présence de l’arbre ne suffit pas à définir la forêt, mais elle peut exister en son absence : la forêt correspond à un statut juridique, et à ce titre, bénéficie d’une réglementation spécifique, même après un incendie qui l’aurait fait disparaître. Un glacier, une zone incendiée peut tout à fait entrer dans cette définition. 2. La forêt française comme objet d’étude inclut des for-

mations végétales de toutes les zones bioclimatiques, de la forêt dense guyanaise aux hautes futaies de chênes de l’Allier, en passant par les maquis méditerranéens. Elle abrite par conséquent une grande quantité d’espèces tant végétales qu’animales. Par ailleurs, sa forme et sa présence sont le résultat de plusieurs processus : reboisement, plantation, abandon de terres, mode d’exploitation spécifique. Il existe donc différents profils forestiers, qui correspondent à des usages et des besoins à une époque donnée. Du fait de cycles de croissance des arbres étalés sur plusieurs dizaines d’années, plus

Jalon 1A

Une ressource « naturelle » : la forêt française depuis Colbert La cohérence du Jalon est de faire le lien entre l’histoire de la forêt française et son état actuel. Il vise à montrer qu’elle est le produit d’une histoire commune, et aussi un espace vécu, objet d’une appropriation, d’une valorisation et de pratiques qui peuvent entrer en concurrence. C’est enfin une plongée dans un univers d’une grande richesse souvent peu familiers des lycéens. Le document 1 présente une vision très utilitariste de l’arbre, occasion aussi d’une plongée dans l’univers des chantiers navals de l’époque moderne, qui peut se prolonger par le visionnage d’une vidéo sur la construction de ­L’Hermione (www.hermione.com) Le document 2 illustre la mise en œuvre concrète de la décision de boiser. Il peut être complété par une image montrant à quoi ressemblaient les Landes de Gascogne avant les boisements. Le document 3 permet d’aborder le rôle des forêts dans le contrôle des phénomènes naturels littoraux (érosion ou ici ensablement). Le document 4 permet d’aborder la question des risques, leur prévention, les moyens de lutte. Le document 5 témoigne de l’ampleur de l’action des services de l’État et de la dimension historique d’un paysage.

Éléments de réponse aux questions p. 337 1. La reprise en main des forêts par Colbert intervient à partir du début du règne personnel de Louis XIV, qui entend faire de la France la principale puissance en Europe. La forêt doit être mise au service de cette ambition politique, en fournissant du bois de qualité en quantité suffisante pour les besoins de la construction navale. En effet, le roi entend doter la France d’une marine de guerre à même de concurrencer ses rivales anglaise et hollandaise, mais aussi espagnole, pour participer à l’expansion coloniale. La marine marchande voit ses besoins augmenter, alors que sont créés plusieurs grandes compagnies commerciales et des arsenaux à Toulon et Rochefort. Or les navires ont besoin de bois aux formes très spécifiques : des arbres droits et hauts pour les mâts, des morceaux courbes issus de bois souples et résistants pour les pièces de la coque. Colbert bénéficie en outre d’une conjoncture économique favorable et de quelques années de paix en début de règne pour mener à bien ses projets.

THÈME 5 Axe 1 Exploiter, préserver et protéger

8

2. La création de forêts par l’homme répond d’après

les deux documents à des problèmes spécifiques d’une époque donnée. Les boisements des Landes sont la conséquence de plusieurs décisions : celle de boiser les dunes littorales au xviiie, pour mettre fin à l’invasion du sable dans les terres agricoles, et à l’ensevelissement de villages. Les seigneurs locaux avaient tout intérêt à cela pour conserver leur source de revenus. Fixer les dunes, et donc le trait du littoral, rendait aussi plus sûre la navigation côtière. Sous Napoléon III, ce sont les préoccupations sanitaires qui sont mises en avant pour justifier le boisement de zones marécageuses jugées insalubres et improductives (elles n’étaient utilisées que comme terrain de parcours pour le bétail). Le texte justifie également la volonté de créer une ressource (le bois d’abord, mais aussi des terres « saines » pour l’agriculture à moyen terme) pour assurer le développement des communes de cette partie du territoire national. La création de chemin d’exploitation contribue également au désenclavement du territoire. On peut sans doute aussi y voir la manifestation d’une sensibilité esthétique, paysagère, le xixe siècle étant celui du romantisme. Et Napoléon III aimait séjourner dans la région, que ce soit à Arcachon ou à Biarritz !

3. La forêt constitue un risque pour l’homme car elle

peut compromettre sa présence et certaines de ses activités. Le document 4 montre l’intervention de canadairs, avions porteurs d‘eau, dans une zone habitée du littoral varois cernée par les flammes. Le feu peut provoquer des dégâts matériels (destructions), mais aussi causer des blessés et des morts. Le document 5 montre les pentes dénudées et ravinées du mont Ventoux en 1902. L’absence d’arbres, liée à leur surexploitation, a entraîné une accélération du ruissellement, de l’érosion des sols, l’apparition de torrents qui ont emporté des terres agricoles. La restauration de la forêt et des lits des torrents a permis de stabiliser les versants et protéger les installations humaines. On pourrait ajouter que certaines espèces d’arbres peuvent provoquer des allergies chez des individus, ou que les chutes d’arbres et de branches occasionnent des accidents routiers et des destructions ponctuelles. Des accidents peuvent aussi impliquer la faune hébergée par la forêt (chevreuils, sangliers), quand ce ne sont pas des contacts, empoisonnements, piqûres ou morsures qui peuvent s’y produire. En retour, l’homme constitue une menace pour la forêt car sa présence accroît la pression sur celle-ci : les risques d’incendies se trouvent augmentés par des actes malveillants ou accidentels (jet de cigarette, écobuage non maîtrisé) ; l’homme menace aussi les écosystèmes par des prélèvements sélectifs (espèces animales et végétales, mais aussi minérales dans le cas de carrières et mines) ; le fait d’introduire des espèces qui peuvent s’avérer invasives peut détruire, réduire, fragiliser ou modifier la forêt ; enfin, les défrichements agricoles, le surpâturage peuvent faire disparaître la forêt ou en réduire la biodiversité. Synthèse Elle doit à la fois comporter des aspects historiques, des « moments » décisifs jusqu’à nos jours, montrer qu’il y a une continuité de l’intérêt de l’État pour la forêt, mais pour des raisons différentes selon les époques ; elle doit aussi intégrer les différents types

d’espaces forestiers (de plaine, de montagne, littoraux) et les moyens mis en place pour en assurer le renouvellement et l’exploitation. Elle doit être l’occasion d’intégrer la diversité de la forêt française et de ses dynamiques, et son inégale répartition sur le territoire. Travailler autrement Le schéma peut placer au centre l’action des RTM et de l’ONF. À gauche, figurer les éléments ayant conduit à l’intervention des deux institutions (ravinement, effondrements) et encore plus à gauche les processus qui en sont l’origine (défrichements, surpâturage) ; à droite, indiquer des exemples d’actions concrètes montrés dans le film : reboisement, construction de murs de soutien et d’ouvrages maçonnés…

p. 338-339

Jalon 1B

Le document 1 permet différencier boisement et forêt. Cette carte montre la faiblesse des surfaces forestières dans le Nord et l’Ouest. Elle peut être aussi l’occasion d’une approche critique sur ce qu’elle ne montre pas : la nature des boisements, leur valeur sur pied, leur état… La pertinence de l’échelle départementale ici utilisée doit aussi être questionnée, ne respectant pas la stricte délimitation des massifs. Le document 2 présente une pratique localisée de la forêt ; elle peut être l’occasion d’interroger les élèves sur leur(s) propre(s) pratiques et expériences de la forêt. Le document 3 invite à aborder la gestion concrète de la forêt par l’ONF, ses difficultés actuelles, la critique de sa gestion passée et présente. Le document 4 joue sur la sensibilité et peut être le point de départ d’un débat. On peut montrer le parallélisme des slogans (non aux loups, non aux tirs de loup).

Éléments de réponse aux questions p. 339 1. Les taux de boisement représentés par département témoignent de l’inégale répartition de la forêt sur le territoire métropolitain. Les principaux massifs forestiers français correspondent en grande partie aux zones de relief : Vosges, Jura, Alpes, Corse, Pyrénées et Massif central, Ardennes. À cela s’ajoutent le Sud-Ouest (Landes et Périgord) et le Val de Loire (Sologne). Cette géographie peut s’expliquer par le moindre intérêt de ces zones pour l’agriculture, pratique pour laquelle ont été effectués les grands défrichements. Mais la forêt a aussi été dans certains cas plantée par l’homme. 2. La forêt française a des usages à la fois complémen-

taires et contradictoires ; en effet, elle est un espace utilisé pour les loisirs de plein air et sportifs (randonnée, jogging, chasse). Elle nécessite pour cela d’être entretenue et accessible (pistes forestières), ce qui est une des tâches de l’ONF qui gère les forêts domaniales (doc. 3). Cet organisme est le gestionnaire qui doit assurer l’exploitation, la protection et le renouvellement de la forêt à l’échelle nationale, élaborer une politique cohérente et une stratégie à long terme. Or toutes les forêts ne se prêtent pas aux mêmes usages selon leur localisation (proches ou éloignées des villes), leur qualité paysagère, la valeur du bois sur pied (selon la composition

THÈME 5 Axe 1 Exploiter, préserver et protéger

9

et la qualité des arbres). Ainsi s’opère une sélection des usages : les forêts de grande qualité écologique font l’objet de protection, d’autres d’exploitation de la ressource en bois, la plupart d’usages multiples notamment comme ressource (cueillette) ou terrains de parcours pour le bétail. Il arrive cependant que des conflits se produisent en matière d’usage, comme indiqué dans le document  4 : éleveurs de moutons et protecteurs du loup expriment leur désaccord, la présence du prédateur étant une menace pour l’élevage.

3. La gestion des espaces forestiers dépend du type de forêt et des enjeux dont ils font l’objet. Les forêts domaniales appartiennent à l’État et sont directement gérées par l’ONF (doc. 3) ; mais il existe aussi une multitude de propriétaires privés, ainsi que des collectivités (communes, départements). Surtout, les espaces forestiers sont pratiqués par de très nombreux usagers, la forêt étant en grande partie un espace public : chasseurs, clubs sportifs, associations de défense de la nature, qui y ont chacun des centres d’intérêt, des représentations qui peuvent entrer en conflit. L’exploitation de la forêt peut nuire au maintien de la biodiversité et à la qualité des paysages, priver les usagers de leur espace de ressource ou de loisir. Pour les éleveurs, la forêt est une ressource pour le bétail, pour les écologistes, la forêt est un espace où la nature doit conserver tous ses droits et où l’homme doit limiter son impact. Chasseurs, éleveurs et écologistes constituent des groupes de pression, des lobbies qui manifestent épisodiquement pour défendre leurs intérêts respectifs (doc. 4). Certains choix de l’ONF en matière de gestion ou défaillances de sa part peuvent aussi faire l’objet de critiques. Synthèse L’idée est de réfléchir sur la notion de nature et donc le sens à donner à chacune des deux expressions. Montrer que parler d’« espace naturel » est contradictoire avec le rôle déterminant de l’homme dans la répartition, l’état et la composition des forêts actuelles, dont il est en grande partie responsable. Rappeler que l’homme fait partie de la nature bien qu’il tende toujours à s’en dissocier ; parler d’« espace de nature » indique plutôt un espace où l’action de l’homme est volontairement réduite, où la présence de la nature se manifeste visuellement et à travers pratiques et expériences. Travailler à l’oral L’intérêt du débat est d’interroger le rôle de l’homme dans les transformations du milieu. Le propos peut être élargi à des exemples hors de France qui peuvent être mobilisés à titre de comparaison. Il peut s’appuyer sur des événements récents, notamment les feux de forêt qui ont ravagé la Sibérie et la Californie en 2019. « Laisser faire la nature » mais jusqu’où ? la laisser se détruire par des incendies non maîtrisés ? la colonisation par des espèces invasives ? Réintroduire et accroître des menaces pour l’homme (loup…) ? À l’opposé : « Replanter des arbres » a été l’objet de plusieurs campagnes d’ONG par le passé, mais pour quels résultats ? En plantant ou replantant, on crée un milieu différent de l’originel : la forêt landaise est une création humaine, qui a introduit des risques qui n’existaient pas avant (incendie, allergies, parasites). Évoquer une forme de néocolonialisme environnemental dans certains cas, en privant des sociétés de leur territoire. On peut évoquer la Grande muraille verte en Afrique.

p. 340-341

Jalon 2A

Le rôle des individus et des sociétés dans l’évolution des milieux La cohérence du Jalon 2 est à la fois d’ordre sémantique, autour de la notion de révolution, et structurelle, un changement d’organisation humaine. Mettre en parallèle les deux permet de faire intervenir les aspects temporels et spatiaux du changement, ainsi que la durée du processus lui-même. La première double page permet de revenir sur une période que les élèves n’ont eu l’occasion d’étudier qu’en classe de 6e, et d’aborder la manière dont on construit un savoir scientifique et une histoire avec peu de sources. La seconde montre comment le processus d’industrialisation démarré il y a deux siècles se poursuit, se transforme, touche de nouveaux espaces et contribue à la transformation irrémédiable des milieux et des sociétés. C’est aussi l’occasion d’avoir un regard critique sur son impact sur l’environnement et le changement climatique. Le document 1 donne la parole à un archéologue renommé, invite à faire prendre conscience aux élèves de l’impact insoupçonné de l’invention de l’agriculture sur l’homme et son milieu. Un lien peut être fait avec des extraits du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes de J.-J. Rousseau (question abordée par le programme de spécialité HLP). Le document 2 montre la diffusion décalée dans le temps de la révolution néolithique, les régions précocement ou tardivement touchées, les axes de diffusion. Il peut être l’occasion de revenir sur les grandes étapes du peuplement de la Terre. Le document 3, permet l’observation d’un terrain de fouilles et peut être l’occasion d’une mise au point sur les méthodes et outils modernes de l’archéologie comme des images aériennes ou satellites, les moyens de la datation, la reconstitution 3D…

Éléments de réponse aux questions p. 341 1. La révolution néolithique s’est déroulée de façon décalée dans le temps et l’espace comme l’indique le document 2 : partie du Proche-Orient, elle s’est diffusée vers l’Asie du Sud, l’Afrique et l’Europe, puis l’Amérique, mais plus ou moins rapidement selon les contraintes liées au climat et au relief qui ont pu déterminer les migrations humaines. Les différenciations entre foyers de domestication se créent selon le type de plantes et d’animaux concernés, selon les zones bioclimatiques : mil, sorgho, riz africain et bœuf en Afrique ; blé et orge au Proche-Orient ; pomme de terre, maïs et lama dans les Andes. Elles se créent aussi en fonction des itinéraires qui ont été suivis : dans le cas de l’Europe, la carte montre un itinéraire le long des côtes méditerranéennes et un autre qui a suivi le Danube. Ces différenciations ont donné naissance à différentes traditions culinaires, des savoirs faire et techniques agricoles spécifiques. Il a pu se produire ensuite des innovations, des transferts de savoir-faire, des échanges. 2. L’archéologie et ses méthodes scientifiques ont permis de connaître le mode de vie des premiers paysans, malgré

THÈME 5 Axe 1 Exploiter, préserver et protéger

10

l’absence de vestiges monumentaux ou de traces écrites. Sur un site archéologique néolithique, on conserve la trace de remblais, d’anciens poteaux, de céramiques. Le nombre de sépultures permet de connaître l’importance des peuplements, l’âge moyen des individus, leurs maladies et carences, la nature de leurs blessures éventuelles ; les restes retrouvés sur place (outils, graines), la composition de leurs repas et les techniques de culture utilisées. La présence d’objets et matériaux indique aussi l’existence d’éventuelles relations commerciales avec des régions plus éloignées.

3. D’après Jean-Paul Demoule, archéologue interviewé

dans le document 1, la révolution néolithique entraîne la sédentarisation des groupes humains et une appropriation de territoires. Celle-ci marque le début de leur transformation, principalement avec des défrichements pour pratiquer l’agriculture. Cela rend possible une croissance démographique mais aussi par conséquent, une hausse de la conflictualité, puisque les besoins en nourriture augmentent. Cela favorise le fonctionnement collectif des groupes, avec des spécialisations techniques. Celles-ci vont être la base de différenciations sociales et d’inégalités de statut au sein du groupe, d’une hiérarchisation. Demoule parle d’une « fuite en avant » des groupes humains forcés de se déplacer lorsque les ressources et terre sont devenues localement insuffisantes et les tensions trop fortes. Cela a contribué à peupler la Terre par occupation successive des territoires disponibles, jusqu’à la découverte de l’Amérique. Synthèse On peut parler de révolution, à l’échelle de l’humanité et de l’histoire, dans la mesure où les changements sont d’une ampleur mondiale et d’un impact décisif pour les humains. Il y a une rupture dans l’histoire humaine, qui est décalée dans le temps et l’espace. Les transformations du milieu rendent tout retour en arrière impossible, obligeant les hommes à changer leur mode d’alimentation, à développer des savoir-faire. Elle induit de nouvelles formes d’organisation sociale et fait basculer l’homme dans une autre échelle de peuplement et de violence. Travailler à l’oral Les élèves peuvent réaliser des captures d’écran comme support de leur propos. L’intérêt est d’être dans le concret de la découverte d’un site, voir comment les archéologues procèdent.

p. 342-343

Le document 3 illustre l’ampleur de la déforestation et la taille des mines à ciel ouvert. Cette image choc doit faire réagir les élèves sur les conséquences de l’industrialisation sur les milieux. Le document 4 permet de confronter les regards : ce qui était perçu comme la modernité et l’image de la prospérité économique à la fin du xixe siècle est aujourd’hui davantage associé à la pollution de l’air et à la condition ouvrière. Le document 5 apporte un éclairage sur les transformations paysagères, sociales et économiques de la révolution industrielle. Il explique en quoi cette révolution est sociétale et structurelle.

Éléments de réponse aux questions p. 343 1. D’après la carte, la révolution industrielle est née à la fin du xviiie siècle en Europe du Nord-Ouest, plus précisément en Angleterre, avant de gagner le continent proprement dit. Elle a ensuite gagné l’Amérique du Nord au xixe siècle et le Japon, à partir de transferts technologiques depuis l’Europe. Ces transferts ont aussi concerné certains dominions britanniques comme l’Australie et le Canada, mais c’est le nord-est des États Unis, connu sous le nom de « manufacturing belt » qui devient le foyer de la 2e révolution industrielle à la fin du xixe siècle. Alors que l’industrialisation se diffuse en URSS dans l’entredeux-guerres, le mouvement gagne à son tour l’Afrique du Nord, l’Amérique du Sud, l’Inde et le Moyen-Orient après 1945. Les dernières décennies du xxe siècle voient le phénomène toucher la Chine et l’Asie du Sud-Est, à travers d’importantes délocalisations depuis les pays anciennement industrialisés. Parallèlement la 3e révolution industrielle se produit en Californie, autour de l’informatique, des télécommunications et du numérique. Le xxie siècle voit à son tour l’Afrique s’industrialiser, depuis des foyers asiatiques, européens et sud-africains. Il aura fallu deux siècles au monde pour s’industrialiser, cependant, le phénomène n’est pas continu dans le temps mais procède, selon le doc. 2 par cycles, mis en évidence par l’économiste russe Kondratieff : chaque cycle est porté par un ensemble d’activités économiques. Elles se développent à partir d’une source d’énergie qui se généralise, d’abord le charbon, puis l’électricité et le pétrole, et enfin l’énergie atomique. Après une période de croissance de plusieurs décennies se produit une crise et le cycle entame une phase de déclin plus ou moins rapide, tandis que le relais est pris par de nouvelles activités. 2. Les images montrent que la production dans un

Jalon 2B

Le document 1 montre les étapes de la diffusion de l’industrialisation dans le monde. Il invite à réfléchir aux modalités de la diffusion : imitation, transfert de technologie, colonisation, délocalisation. Il permet de revenir sur la construction historique des puissances britannique puis américaine, vue dans le programme de spécialité de Première. Le document 2 montre le caractère cyclique de l’industrialisation et de l’économie, contre l’idée d’un progrès linéaire et continu. Il doit interroger la notion de crise, de transition, de reconversion, de déclin.

contexte d’industrialisation connaît un changement d’échelle. La taille des engins de chantier indique l’immensité de la mine de Carajas, dont l’exploitation est entièrement mécanisée et mobilise des moyens techniques et humains considérables, pour une production décuplée. De même le document 4 montre la taille des usines, comparée à celles de maisons autour, la taille et la hauteur des cheminées qui en sortent. L’industrialisation induit une rationalisation, une systématisation de la production.

3. Les paysages présentés sur les documents portent la trace de l’industrialisation : l’exploitation minière a

THÈME 5 Axe 1 Exploiter, préserver et protéger

11

entraîné la destruction irrémédiable de la forêt ; on peut deviner que l’absence de couvert végétal modifie la circulation de l’eau, dans une région au climat tropical humide ; elle provoque un ravinement accéléré du sol et son lessivage, qui rend impossible par la suite une régénération forestière. On observe en outre une modification de la topographie en raison de l’excavation à ciel ouvert, la création de bassins de rétention et la formation de collines de déchets miniers (appelés terrils). On peut imaginer que l’exploitation entraîne une importante pollution de l’air, de l’eau et des sols. On peut aussi s’interroger sur la propriété et les usages antérieurs de cet espace : se pourrait-il que l’exploitation se soit faite au détriment de populations amérindiennes ou de petits paysans spoliés ? Les déplacements de population sont selon J.-P. Rioux (doc. 5) un corollaire de la révolution industrielle : en offrant des emplois, il entraîne l’exode rural et l’accroissement des villes, l’urbanisation de la société. « On passe du vieux monde rural à celui des villes tentaculaires ». L’industrialisation change selon lui le rapport au travail (des horaires, des rythmes) et le type de travail. Cela débouche sur de nouvelles identités, de nouveaux modes de vie, de nouvelles cultures « ouvrières ». Synthèse Elle peut reprendre une grande partie des éléments ci-dessus. Elle doit insister sur la notion de rupture, qui est essentielle, du fait du changement d’échelle de la production et des espaces qui lui sont consacrés. Elle rend archaïque et obsolète le système productif antérieur, bouleverse l’économie et modifie la hiérarchie des puissances. Elle marque les paysages, génère des pollutions – visibles ou non – et bouleverse les conditions de vie des hommes, leur quotidien, leur environnement proche et éloigné. Elle est une étape essentielle du processus de développement des sociétés à travers l’urbanisation et la fin de la société rurale. Souvent associée à l’idée de progrès matériel et social, elle est aussi synonyme d’exploitation, de hiérarchisation sociale et de dégradation environnementale. Elle est critiquée pour ses effets de déshumanisation et d’aliénation du fait de la répétition des tâches et des risques sur la sécurité et la santé des individus. Travailler autrement On peut envisager le contenu des interventions autour de plusieurs thématiques. L’idée de progrès pour le pays et ses habitants (emplois, salaires, hausse des exportations) mais qui renforce les inégalités et crée une forme d’exploitation (entre dirigeants chinois et salariés éthiopiens à bas salaire). L’industrialisation de l’Éthiopie doit être contextualisée au sein du processus temporel à l’échelle mondiale (vague la plus récente de pays industrialisés). Elle doit aussi être évoquée dans le cadre de la stratégie chinoise dite des nouvelles routes de la soie, de son investissement massif dans le pays (achats de terres arables, voie ferrée reconstruite, autres financements d’infrastructures) et en Afrique de manière générale. À la place de champs a vu le jour une immense zone industrielle en périphérie de la ville, sorte de monde clos bénéficiant d’un régime d’exception ; la transformation du paysage est un symbole du passage de la société agricole à la société industrielle. Les conditions de l’expropriation relèvent d’une forme

de spoliation (atteinte au droit de propriété). La question des salaires et des conditions de travail (rythme, risques pour la santé) doit être évoquée, tout comme le secret qui entoure les avantages dont bénéficient les entreprises. La question environnementale doit être aussi évoquée en lien avec les activités industrielles et les divers rejets qu’elles occasionnent.

p. 346-347

Exercices Bac

Exercice 1 Le terme de « réalités » renvoie à des paysages, mais aussi des statuts et des compositions floristiques très différentes, en fonction du relief, des zones bioclimatiques, de la localisation de la forêt (littoral, en bordure d’agglomération). La forêt peut être mono spécifique, mixte, elle peut être à maturité ou au stade pionnier, elle peut être issue de régénération naturelle ou d’un boisement ou reboisement opéré par l’homme. C’est pourquoi il est nécessaire de parler de « forêts » au pluriel car c’est la diversité qui l’emporte quand on évoque la forêt française. Le terme d’« usages » renvoie aux différentes fonctions et utilisations de la forêt. Elle est à la fois un réservoir de biodiversité et à ce titre peut faire l’objet d’une protection ; elle fait aussi l’objet d’exploitation (bois, cueillette, chasse, sylvo-pastoralisme), tout en étant un espace récréatif, associé à l’idée de liberté (sport, promenade, observation de la nature) ; elle peut aussi servir refuge pour des marginaux et de cachette pour les fugitifs ; enfin, elle peut être un espace de l’illicite (crime, orpaillage clandestin, braconnage) et éventuellement celui de rites et croyances anciennes (druides, elfes…). Cette réflexion préalable permet de mobiliser des exemples dans la France entière. Les incendies qui ont ravagé l’Australie pendant plusieurs semaines en 2019 ont permis de mettre en avant l’importance des moyens de lutte et le savoir-faire français face à ce type d’aléa. Ces risques renvoient à la forte présence de la forêt sur le territoire français, sous différentes formes paysagères et structurelles. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire d’envisager « les forêts » au pluriel qui composent « la forêt » française à travers un état des lieux préalable, à partir duquel on pourra aborder dans un second temps la manière dont elle est exploitée, puis enfin comment elle est protégée. La forêt française occupe aujourd’hui 31 % du territoire national et est en progression constante depuis quarante ans. Pour autant, elle est inégalement répartie et présente des caractéristiques très différentes d’une région à l’autre, d’un massif à l’autre. Certains sont vastes et mono-spécifiques (la forêt landaise, plantée en pins), d’autres plus réduites (forêt de Brocéliande) et morcelées. On trouve aussi bien des maquis, épaisses forêts méditerranéennes (Maures, Corse), que des futaies de chênes (forêt de Tronçais) ou de sapins (Vosges). Ainsi, l’aspect et la composition des massifs forestiers sont le résultat de siècles d’interventions humaines, de boisements, prélèvements, reboisements, sélections, abandons de terres. Là où les sols pouvaient être facilement cultivés, la forêt a été défrichée ; en revanche, les régions aux sols pauvres ont conservé d’importants

THÈME 5 Axe 1 Exploiter, préserver et protéger

12

massifs forestiers, tout comme les régions de montagne. Les dynamiques forestières varient aussi d’une région à l’autre. Il y a des régions comme la Guyane où la forêt recule du fait de l’orpaillage et de défrichements pour la culture de terres ; dans le Var la forêt recule en raison du mitage et de la pression immobilière sur le littoral ; en revanche, dans les régions qui connaissent un déclin démographique et une déprise rurale, les friches progressent et la forêt regagne du terrain (Cévennes, Corse). Ces forêts sont soumises à des risques plus ou moins présents : des incendies viennent détruire une partie des massifs méditerranéens en période estivale, en raison le plus souvent d’actes de malveillance ; les tempêtes de 1999 ont abattu d’importants secteurs dans les Vosges ; ailleurs, divers parasites ou maladies s’attaquent aux arbres (chancre, chenilles processionnaires). Les forêts sont donc des organismes dynamiques, une ressource naturelle en perpétuel renouvellement, qui donnent lieu à différentes formes d’exploitation. En effet, la forêt française est exploitée de longue date, pour fournir à la fois du bois d’œuvre pour la construction et du bois de chauffage. Cela a entraîné une sélection des espèces végétales selon leur intérêt, leur qualité, leur vitesse de croissance. Le type d’usage a déterminé le mode d’exploitation, en taillis (chauffage) ou en futaie (bois d’œuvre). D’autres produits de la forêt (entendue comme écosystème) sont exploités indépendamment de la filière bois-papier, comme la chasse sous différentes formes, l’exploitation de la résine pour la chimie (Landes) ou du liège pour les bouchons (Maures), des champignons, plantes médicinales, fleurs et de diverses baies, de manière artisanale le plus souvent. Les Landes sont un exemple de ressource forestière spécialement créée en vue d’une exploitation ultérieure. La forêt fournit aussi des zones de pacage pour le bétail, qui par son ingestion d’herbes et de broussailles, participe aussi à la prévention des incendies. Mais la forêt a aussi un usage récréatif pour les populations urbaines. Elles constituent des poumons verts des agglomérations, offrant des espaces de nature pour la promenade et la pratique sportive. Du fait de ces différents usages, les populations y sont attachées, raison pour laquelle la forêt fait l’objet de mesures de protection. Depuis le xviie siècle et les réformes de Colbert, l’État a pris conscience de la nécessité de protéger la ressource que représente la forêt, en réglementant l’accès et l’exploitation des forêts royales. Un Code forestier a été adopté en 1827 pour harmoniser les règles, tandis que l’Office national des forêts (ONF) créé en 1964 définit les grandes orientations en matière de gestion des massifs. Il élabore une stratégie mêlant exploitation, préservation et renouvellement de la ressource. Auparavant, d’importants travaux de renouvellement et de protection forestière avaient été menés afin de protéger les littoraux ou les versants soumis au ravinement (RTM). De forêt protectrice, on est passé à l’idée de forêt protégée. Il existe d’autres dispositifs de protection que sont les parcs nationaux, créés à partir de 1963 pour protéger les forêts aux écosystèmes riches, encore préservés et potentiellement menacés, comme Port-Cros ou la Vanoise. Enfin, d’autres dispositifs existent comme des parcs régionaux qui valorisent la forêt comme élément du patrimoine local (forêt de cèdres du Lubéron), des réserves intégrales dont l’accès est strictement interdit,

des réserves de biosphère. Certaines sont incluses dans le réseau européen Natura 2000, ou encore protégées par le Conservatoire du littoral. Il existe enfin des propriétaires privés qui assurent à leur niveau l’entretien et la préservation d’espaces forestiers. Ainsi, la forêt française allie différentes formes d’exploitations à des types de protections adaptés à la diversité des contextes et profils rencontrés. Toutefois, l’ONF fait l’objet de critiques récurrentes dans sa gestion, alors que les difficultés financières pèsent sur l’avenir de cet organisme public. L’exploitation seule peut-elle assurer les moyens d’une protection efficace, alors que les pressions et pratiques humaines se renforcent ?

Exercice 2 Les élèves peuvent réaliser des captures d’écran comme support de leur propos. L’intérêt est d’être dans le concret de la découverte d’un site, voir comment les archéologues procèdent.

Exercice 3 1. Précisément, le document proposé est un extrait d’article du japonais Noriko Hama, intitulé « Le retour du vol des oies sauvages » paru dans Les Echos, journal économique de référence en France le 7 avril 2004. 2. Kaname Akamatsu est un professeur d’économie japo-

nais ; le texte précise qu’il a le sens de la formule et une vision assez poétique du fonctionnement du système économique.

3. La théorie de Kaname Akamatsu a été énoncée dans

les années 1930, alors que le monde connaissait la grave crise économique consécutive au krach boursier de Wall Street en 1929, qui a touché en quelques années l’économie mondiale. Le Japon fait figure de nouveau pays industrialisé, ayant bénéficié de technologies importées d’Europe et d’Amérique, qu’il a su perfectionner, au point de supplanter ses concurrents et devenir exportateur. C’est vraisemblablement le cas japonais qui a inspiré le professeur Akamatsu. À cette époque, le Japon s’est engagé dans une politique expansionniste en Asie orientale, région dont il entend prendre le leadership et exploiter les ressources naturelles à son profit. C’est alors un État au régime autoritaire, dont le développement économique reste dépendant de ses importations de matières premières minières et agricoles. Alors qu’il avait déjà annexé la Corée et Formose, il met la main sur la Mandchourie et progressivement sur l’ensemble des zones littorales chinoises. En 2004, alors que le monde assiste à la montée en puissance de la Chine et au décollage économique de l’Asie toute entière, sa théorie connaît un regain ­d’intérêt.

4. À cette époque, une partie de l’Asie est déjà fortement

industrialisée. Après le Japon qui fait figure de pionnier, et qui a reconstruit ses capacités industrielles après 1945, ce sont la Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong et Singapour qui ont pris le relais et bénéficié de délocalisations japonaises dans la métallurgie, la construction navale, puis l’électronique, l’électroménager et l’informatique. On les

THÈME 5 Axe 1 Exploiter, préserver et protéger

13

a désignés sous l’appellation NPIA (nouveaux pays industrialisés d’Asie) dans les années 1980. Au départ il s’agissait de production de produits à bas coût et de qualité médiocre, imitant les grandes marques, puis s’est produit une montée en gamme à même de concurrencer les firmes américaines et européennes : Daewoo, Hyundai et Toyota dans l’automobile, Samsung dans les télécoms, ou encore Mitsubishi. La décennie suivante a vu l’émergence des « bébés tigres » asiatiques (Thaïlande, Indonésie, Malaisie) qui ont à leur tour commencé à accueillir des activités devenues moins compétitives en raison de la hausse des salaires. Au tournant des années 2000, c’est la Chine qui est devenue le géant montant, après deux décennies d’ouverture d’abord timide et de réformes économiques menées par Deng Xiao Ping. La Chine a bénéficié de délocalisations et de capitaux de Hong Kong, des États-Unis, du Japon et s’est construit un véritable empire industriel. On parle aujourd’hui d’elle comme « usine du monde ». Or certains secteurs comme le textile, conformément à la théorie d’Akamatsu ont commencé à s’implanter dans de nouveaux pays d’Asie à faible coût de main-d’œuvre (Vietnam, Bangladesh, Birmanie, Pakistan). L’Inde a aussi édifié un puissant secteur industriel autour de la métallurgie (Mittal), l’automobile (Tata), l’informatique (Infosys). On voit donc que cette théorie fonctionne parfaitement à l’échelle régionale, à mesure que les pays se sont ouverts à la mondialisation capitaliste.

5. Ce processus contribue à l’émergence de l’aire asia-

tique car de nombreux capitaux asiatiques sont investis dans la région, créant des solidarités économiques de fait, des systèmes productifs transnationaux qui exploitent les avantages comparatifs de chacun. La Chine est devenue le principal investisseur, tandis que de puissants groupes industriels diversifiés se sont constitués dans la plupart des pays. C’est en Asie que se trouve aujourd’hui le plus grand nombre de millionnaires, dont la fortune est liée à des activités industrielles. Cette croissance a été très rapide, dans un contexte de mondialisation accélérée, et malgré les crises successives (crise économique de 1997, puis crise sanitaire du SRAS en 2003, crise bancaire de 2008, épidémie de grippe aviaire H1N1 de 2009…). De fait, le poids de l’Asie dans la production industrielle et les échanges commerciaux mondiaux n’a cessé de croître, au point d’en faire un pôle essentiel de l’éco-

nomie mondiale. Il existe aujourd’hui une dépendance du reste du monde aux productions asiatiques dans le domaine de l’industrie pharmaceutique, de la téléphonie, de l’informatique, secteurs devenus stratégiques et fondamentaux dans le système économique contemporain. La R & D occupe une place de plus en plus importante, tout comme les places financières (Hong Kong, Shanghai, Singapour), les ports de commerce. Les firmes asiatiques s’engagent désormais dans des investissements productifs en Europe, en Afrique, en Amérique, rachètent des entreprises et infrastructures dans ces régions, implantent leurs usines, achètent des terres arables. Cela nourrit la méfiance et les craintes d’une domination et d’une forme de colonisation économique. Cela se traduit par une augmentation des discours et actes xénophobes à l’encontre des Asiatiques dans les pays des régions concernées.

6. Le processus en cours implique la Chine, première

puissance démographique mondiale, qui est en passe de devenir la première économie mondiale. Le poids exceptionnel de ce pays, associé à son régime politique autoritaire, fait craindre une hégémonie chinoise sur l’ensemble du monde, le pays disposant d’un réservoir de main-d’œuvre perçu comme inépuisable. Elle est aussi un immense marché en croissance, à même de prendre le relais en cas d’une baisse des exportations. Les sanctions adoptées par les pays occidentaux après la répression de Tian’anmen en 1989 n’ont eu aucun effet sur le régime, qui cherche à promouvoir son propre modèle politique « démocratique » à travers sa réussite économique. La Chine est en outre devenue un pôle d’innovation technologique, qui attire désormais étudiants, investisseurs et entrepreneurs. Mais cette puissance effraie aussi en raison de ses capacités militaires en forte augmentation, de sa politique commerciale agressive, de son contrôle sur les médias et le cyberespace. Rien ne semble pouvoir la contrebalancer, alors qu’elle est en parallèle impliquée dans les principales tensions qui agitent le continent, depuis le Cachemire jusqu’aux îlots qu’elle a fortifiés en mer de Chine méridionale. Si sa croissance tire la croissance régionale et assure une relative stabilité régionale et mondiale, elle y génère aussi de nouvelles tensions à son égard. Une déstabilisation économique et politique du pays aurait des conséquences considérables.

THÈME 5 Axe 1 Exploiter, préserver et protéger

14

AXE 2

Le changement climatique : approches historique et géopolitique La logique du chapitre Le réchauffement climatique global et les nombreuses transformations environnementales qui y sont associées sont aujourd’hui l’une des préoccupations majeures des sociétés contemporaines. L’Axe 2 propose d’aborder cette thématique selon une double perspective, historique et géopolitique. La mise en perspective historique est utile pour : d’une part pour montrer que le climat a toujours varié et que les sociétés se sont adaptées ; d’autre part pour montrer que le changement climatique actuel constitue une rupture sans précédent dans l’histoire de l’humanité, de par sa rapidité sans égale, l’ampleur de ses conséquences, et enfin l’originalité de son origine humaine. L’entrée par la géopolitique trouvera une résonance particulière avec l’actualité. Le changement climatique contemporain est un problème global qui nécessite une concertation internationale. Il s’est ainsi récemment affirmé comme l’un des enjeux clefs des relations entre États et des négociations internationales où s’établissent et se recomposent des rapports de force. Ainsi, la thématique des inégalités face au changement climatique est centrale ; c’est pourquoi elle fait l’objet d’une double page Grand angle.

Bibliographie 1. Approche historique –– Les ouvrages d’E. Le Roy Ladurie ont été fondateurs dans l’approche historique du climat, ce sont des classiques incontournables. L’Histoire du climat depuis l’An Mil (1967) peut être approfondi avec l’Histoire humaine et comparée du climat (tome I : Canicules et glaciers xiiie-xviiie siècle ; tome II  : Disettes et révolutions 1740-1860 ; tome III : Le réchauffement climatique de 1860 à nos jours), paru entre 2004 et 2009 chez Fayard. –– La synthèse de P. Acot, 2003 (réed. 2009), Histoire du climat, Perrin, coll. « Tempus » est très accessible et commode pour aborder de façon efficace et concise ces problématiques. –– Enfin le court ouvrage de C. Bonneuil et J.-B. Fressoz, 2013 (réed. 2016), L’Évènement anthropocène, chez Folio Histoire, offre une réflexion particulièrement stimulante autour de la notion d’Anthropocène. –– Pour terminer une référence très pointue, qui croise les approches d’une façon brillante  : A. Metzger, 2018, L’Hiver au siècle d’or hollandais  : art et climat, Sorbonne université presse. 2. Approche géographique et géopolitique –– La référence la plus commode est certainement F.-M. Bréon et G. Luneau, 2018 (réed.), Atlas du climat : face aux défis du réchauffement, Autrement. Comme tous les atlas Autrement, il est organisé en doubles pages richement illustrées qui permettent d’aborder chaque point d’une façon très synthétique. –– Les travaux de F. Gemenne sont des références essentielles sur la question climatique en géographie. Son très récent Atlas de l’anthropocène (2019, Presses de Sciences Po) est une réussite ; très accessible, il balaye de nombreuses thématiques, des négociations internationales aux migrations environnementales ; les illustrations, réalisées par l’Atelier de cartographie de Sciences Po, sont formidables. On retrouve nombre d’entre elles dans l’Atlas mondial de Sciences Po, désormais disponible gratuitement en ligne, et qui propose, parmi les très nombreuses thématiques traitées (et accessibles y compris pour des élèves de terminale, avec à signaler une très belle cartographie et un précieux glossaire), une entrée « Changements climatiques » : https://espace-mondial-atlas.sciencespo.fr/fr/rubrique-ressources/article-5A02-changements-climatiques.html THÈME 5 Axe 2 Le changement climatique : approches historique et géopolitique

15

–– Toujours à Sciences Po, on pourra se référer, pour approfondir, à S. C. Aykut, A. Dahan, 2014, Gouverner le climat  : 20 ans de négociations climatiques internationales, Presses de Sciences Po ; ou encore accessible en ligne et de très grande qualité scientifique : F. Gemenne (dir.)/CERIscope Sciences Po, dossier « environnement et relations internationales », http://ceriscope.sciences-po.fr/environnement –– Les ouvrages de J. Diamond sont très connus et ont occasionné de nombreux débats. Le plus discuté est sans doute : Effondrement : comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, 2005, Gallimard, Folio Essais.

Sitographie Les rapports officiels des différentes agences de l’ONU sont accessibles en ligne, comme : –– GIEC, 2014-2017, Assessment Report 5 Climate Change, https://www.ipcc.ch/report/ sixth-assessment-report-cycle/ –– OIM, 2019, Climate change and migration in vulnerable countries, https://publications.iom.int/system/files/pdf/climate_change_and_migration_in_vulnerable_countries.pdf

p. 350-351

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 350 1. La couche superficielle de glace est suffisamment solide pour permettre l’organisation d’un évènement sur la Tamise ; des tentes semblent durablement installées, tandis que les embarcations sont remisées sur les rives du fleuve, et que les Londoniens paraissent chaudement couverts.

Éléments de réponse aux questions p. 351 1. Sur cette image également londonienne qui contraste nettement avec le premier document, plusieurs slogans montrent que les jeunes manifestants se questionnent sur le long terme (« It’s our future »), appellent une action rapide («  Act now  ») face à un changement ressenti comme une impasse (« There’s no planet B »). 2. Historiquement les sociétés ont vécu une alternance

de périodes relativement fraîches, comme le Petit Âge glaciaire à l’époque moderne (doc. 1  ; frise), et de périodes relativement plus chaudes comme l’optimum climatique médiéval ou le réchauffement actuel (doc. 2, frise). Si l’impact des sociétés sur l’environnement a longtemps été limité, la révolution industrielle (frise) ouvre une période de réchauffement accéléré, qui se poursuit aujourd’hui avec l’industrialisation des pays du Sud (Chine 1er émetteur de GES depuis 2006). Toutefois les sociétés s’efforcent de réguler leurs émissions de GES responsables d’un accroissement de l’effet de serre au travers de grandes conférences internationales (­Sommet de la Terre, COP 21 par exemple), débouchant sur des accords plus ou moins efficaces (protocole de Kyoto, accords de Paris).

p. 352-353

Re p è r e s

Qu’est-ce que le changement climatique ? La double page repère permet de contextualiser le changement climatique, aussi bien dans le temps que dans l’espace. Il peut être utile de faire prendre conscience aux élèves des différentes temporalités qui se superposent, et de la très grande profondeur temporelle de l’histoire de la Terre, comparativement au caractère très récent du changement climatique actuel. La notion d’Anthropocène interroge justement l’importance de cette rupture en la recontextualisant. Le graphique souligne le lien entre l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère, qui connaît une nette accélération à partir de la Révolution industrielle, et plus encore de l’après-guerre, et l’augmentation des températures par rapport à la moyenne préindustrielle. Il est ici important d’insister avec les élèves sur la responsabilité des sociétés dans le phénomène, qui a été longtemps débattue, mais qui est aujourd’hui largement admise dans la communauté scientifique, en particulier grâce aux travaux du GIEC qui font autorité, ce qui permet de contrer les arguments climatosceptiques. La carte de synthèse permet de différencier la contribution des États au réchauffement climatique, avec la mesure des émissions de CO2. Elle fait ainsi émerger une opposition entre les pays qui contribuent le plus au réchauffement climatique et ceux qui en souffrent le plus. Elle permet en outre d’aborder la mise en place d’une politique internationale de lutte contre le réchauffement climatique.

Éléments de réponse aux questions p. 353 1. La notion d’Anthropocène permet symboliquement de mettre l’accent sur la responsabilité humaine dans l’évolution de l’environnement et du climat. 2. À l’échelle globale, les sociétés émettent de plus en

plus de CO2, l’un des gaz responsables de l’accroissement

THÈME 5 Axe 2 Le changement climatique : approches historique et géopolitique

16

de l’effet de serre et de la hausse des températures. Toutefois, les différents États contribuent très inégalement à ce phénomène, les six premiers pays émettant plus de 50 % du total.

3. L’ONU est très active, en particulier au travers de ses

agences spécialisées, comme le GIEC, et par l’organisation de grandes négociations internationales sur l’environnement et le climat. Certains États, comme ceux de l’UE ou plus récemment la Chine, s’efforcent d’impulser une politique active, tandis que d’autres grands émetteurs, comme les États-Unis ou le Brésil s’y refusent encore.

4. À l’échelle mondiale, les pays du Sud sont les plus

vulnérables, alors même qu’ils contribuent nettement moins au changement climatique (cas de l’Afrique subsaharienne).

p. 354-355

Jalon 1A

L’évolution du climat en Europe, du Moyen Âge au xixe siècle Il s’agit de montrer dans ce premier jalon que le climat a toujours fluctué, et que ces changements climatiques passés ont impacté les sociétés de façon très diverses. Après une contextualisation générale, la première double page montre qu’au Moyen Âge, un climat relativement clément est plutôt associé à une certaine prospérité et à des phases d’expansion territoriale. La deuxième double page se concentre quant à elle sur le Petit Âge glaciaire, un épisode historique très bien documenté, et qui permet de retourner la problématique pour mettre en évidence les effets d’un refroidissement.

Document 1 La confrontation des deux frises chronologiques peut permettre aux élèves de prendre conscience de la profondeur temporelle et de la superposition des temporalités dans les changements climatiques, en mettant en regard les temps géologiques (frise du haut) et les temps historiques (frise du bas). On peut expliquer aux élèves comment ces documents sont élaborés et comment les scientifiques parviennent à reconstituer les climats du passé, en croisant des sources entre autres historiques, géologiques, chimiques (analyse des bulles d’air emprisonnées dans les calottes glaciaires qui constituent de véritables archives du climat), en parallèle avec la rubrique « travailler autrement ».

Document 2

proposer une représentation de la campagne toscane, marquée par des récoltes abondantes (présentées par la fresque comme l’un des effets du « bon gouvernement » de la ville qui maîtrise son contado). L’optimum climatique médiéval bénéficie facilite en effet la pratique de l’agriculture et l’amélioration des rendements, à une période de forte croissance démographique.

Document 4 L’expansion viking fournit un autre exemple d’effet du réchauffement climatique médiéval. Celui-ci, en facilitant les expéditions maritimes, permet l’implantation et le maintien de colonies vikings au sud-ouest du Groenland qui connaît alors un climat adouci, l’agriculture y étant possible (cela n’a longtemps été plus le cas à la période suivante, alors qu’aujourd’hui on peut à nouveau développer quelques cultures dans la région).

Éléments de réponse aux questions p. 355 1. On connaît les sources du passé d’après des sources très diverses dont certaines sont ici présentées : sources géologiques et chimiques (doc. 1, doc. 2), ou encore sources historiques (archives, récits, œuvres d’art, archéologie) comme on le voit au travers des documents 1 à 4. 2. À l’échelle des temps géologiques, on observe des

cycles réchauffement-refroidissement presque réguliers, qui ont lieu environ tous les 100 000 ans. À l’échelle des temps historiques, on retrouve des fluctuations sur un pas de temps plus court (à l’échelle de plusieurs siècles) et d’ampleur inégale, mais moins marquée.

3. On peut mentionner des activités agricoles facilitées

(doc. 3 et 4), ou encore l’expansion territoriale vers des contrées naguère trop froides comme le Groenland, peuplé au Moyen Âge par les Vikings et les Inuits (doc. 4).

Synthèse L’échelle du temps long montre des variations de température. Historiquement l’optimum climatique romain (ier et iie siècles) et l’optimum clima­tique médiéval (xe-xiiie siècle) ont favorisé le développement des cultures et, partout, de la population. Travailler autrement Cette vidéo de vulgarisation scientifique permet de lister les éléments dont disposent les chercheurs : prélèvement de roches, de carottes de sédiments lacustres ou marins, de carottes glaciaires permettant l’analyse des bulles d’air, des traces de pollen ou de coquillages.

p. 356-357

Il complète utilement le document 1, en soulignant d’une part l’existence de fluctuations historiques  ; et d’autre part en mettant en évidence les effets de celles-ci sur les sociétés. On peut aussi faire le lien avec les documents 3 et 4.

Document 3 Cet extrait d’une œuvre médiévale très célèbre mettant en scène la prospérité de la ville de Sienne permet de

Jalon 1B

Document 1 Il permet de faire la transition avec la double page précédente puisque si les Vikings ont connu une expansion importante avec l’OCM, on sait en revanche que les colonies vikings du Groenland ont disparu pendant le PAG, sous l’effet de différentes logiques, imputables indirectement au rafraîchissement climatique, même si les Vikings s’y sont dans un premier temps manifestement

THÈME 5 Axe 2 Le changement climatique : approches historique et géopolitique

17

assez bien adaptés, avant d’entrer en concurrence pour les ressources avec les Inuits également installés sur le territoire groenlandais, et qui, avec le froid, sont descendus vers le sud pour trouver des conditions plus clémentes.

Document 2

(banquise, glaces dérivantes) qui compliquent la navigation (doc. 1), l’avancée des glaciers alpins vers les vallées (doc. 2), l’englacement des canaux et des cours d’eau (doc. 3), avec des hivers nettement plus rigoureux (doc. 4) ou encore des étés plus humides marqués par de violentes précipitations (doc. 4).

3. Mais on peut aussi en souligner quelques-uns des

Avec le refroidissement et l’avancée spectaculaire des glaciers ainsi que la manifestation d’autres effets du froid, de nombreuses villes et villages organisent des processions, voyant dans le rafraîchissement et ses effets une punition divine. Le choix a été fait de donner un extrait direct des travaux d’Emmanuel Le Roy Ladurie pour décrire ces effets, à contresens de ceux que nous connaissons aujourd’hui.

Document 3

effets indirects au travers des documents comme de mauvaises récoltes (doc. 1, doc. 4), le ralentissement de nombreuses activités (doc. 1, doc. 3) ou encore des migrations de populations à la recherche de conditions plus clémentes (doc. 1). Synthèse On soulignera le fait que les sociétés humaines sont parvenues à s’adapter au Petit Âge glaciaire, même si son impact a pu avoir des conséquences économiques voire politiques importantes.

La peinture européenne a été largement marquée, à l’époque moderne, par des représentations de l’hiver, qui ont été bien étudiées par les historiens de l’art. Les peintures de Bruegel l’Ancien sont particulièrement connues sur ce thème. Elles représentent fréquemment des scènes de liesse ou de jeux, comme aussi au travers de la pratique du patinage sur les canaux, très appréciée des Hollandais ; mais elles ne doivent pas faire oublier la dureté des conditions de vie, en particulier pour les paysans pauvres, à cette période.

Travailler autrement En fonction du niveau des élèves, on peut leur proposer de classer les conséquences sous forme de tableau, ou bien de résumer l’article sous forme de carte mentale pour en extraire les idées principales tout en insistant sur les liens causaux entre les phénomènes.

Document 4

Le climat, enjeu des relations internationales

L’orage du 13 juillet 1788 est très connu et a été très largement documenté et étudié, en raison notamment de sa date, un an presque jour pour jour avant la prise de la Bastille. Ses effets directs et indirects sur le déroulé des évènements politiques et sociaux ont été débattus, mais il est établi que l’«  été pourri  » de 1788 a joué un rôle déterminant dans les mauvaises récoltes et la crise de subsistance qui a suivi ; il pourrait avoir joué à ce titre un rôle de déclencheur. Pour plus de précisions, on peut se référer à : Anouchka Vasak, « L’orage du 13 juillet 1788. L’histoire avant la tourmente », Le Débat, 2004/3 (n° 130), p. 171-188. DOI  : 10.3917/deba.130.0171. URL  : https :// www.cairn.info/revue-le-debat-2004-3-page-171.htm

Éléments de réponse aux questions p. 357 1. On attribue la disparition des colonies vikings du

Groenland au refroidissement climatique, ce qui constitue en fait un raccourci. Si le refroidissement a effectivement eu des conséquences directes comme les difficultés grandissantes voire l’impossibilité de pratiquer l’agriculture, ce sont plutôt les effets indirects du rafraîchissement qui auraient mené les colonies à leur perte, telles que le recul du commerce avec l’Europe pourtant indispensable pour s’approvisionner (en bois par exemple), ou encore la concurrence croissante avec d’autres communautés (les Inuits) pour des ressources, notamment de chasse, amoindries par les conditions climatiques.

2. Le refroidissement du climat se manifeste par des

effets directs, comme l’augmentation de la glace de mer

p. 358-359

Jalon 2A

Le Jalon se décompose en deux temps. La première double page s’attache tout d’abord à montrer comment le climat est progressivement devenu un enjeu des relations internationales, autour duquel se nouent des jeux d’acteurs fondés sur des approches différentes du problème, voire sur des visions conflictuelles. La deuxième double page précise cette approche en s’attachant à une négociation particulière, celles de la COP21 qui a débouché sur le premier accord universel sur le climat, un espoir dans la lutte contre le changement climatique bien vite remis en cause.

Document 1 À partir d’un article de presse résumant les conclusions d’un rapport du GIEC, le document permet de saisir les transformations nécessaires à une lutte significative contre le changement climatique. Il peut être intéressant d’ailleurs d’analyser le titre de l’article, autour des expressions «  changement radical  » et «  mode de croissance » ; un parallèle peut être établi avec les propositions du Club de Rome dans les années 1970 qui prônaient une « croissance zéro », tandis que dans la phase actuelle de la mondialisation, l’objectif de croissance n’est pas remis en cause. Le document permet en effet de soulever la question du niveau d’action pertinent : si l’action individuelle est nécessaire, aucune amélioration réelle n’est envisageable en l’absence d’un effort marqué de la part des États, dans le cadre d’une gouvernance globale et coordonnée.

THÈME 5 Axe 2 Le changement climatique : approches historique et géopolitique

18

Document 2 La carte permet de confronter deux informations  ; elle peut d’ailleurs être l’occasion de rappeler aux élèves quelques règles de sémiologie graphiques (informations relatives représentées en plage de couleur, tandis que les valeurs absolues sont représentées par des figurés ponctuels dont la taille varie proportionnellement). Les données sur les émissions sont issues du très riche Global Carbon Atlas, élaboré à partir d’une base de données partagée entre des chercheurs du monde entier. Les émissions sont très inégales : on pourrait choisir de travailler à partir de valeurs relatives pour pouvoir comparer les niveaux de pollution entre eux ; mais à partir de cette carte on peut identifier les principaux pollueurs mondiaux, ceux dont l’action est donc la plus déterminante. La couleur informe sur la ratification d’accords internationaux ; on remarque que le consensus est bien plus large autour de l’accord de Paris qu’autour du protocole de Kyoto. L’immense majorité des pays du monde sont engagés dans la politique globale de lutte contre le réchauffement climatique.

Document 3 La caricature permet, au travers d’un média facilement accessible aux élèves, de mettre en avant le dilemme entre croissance économique et réduction des GES ; c’est l’argument en fonction duquel les pays du Sud n’étaient soumis à aucune obligation de réduction des émissions de GES dans le cadre du protocole de Kyoto ; il a longtemps été brandi par la Chine. On sait aujourd’hui qu’il faut au contraire chercher à concilier les deux objectifs autant que possible dans le cadre du concept de développement durable, sans nécessairement opposer la dimension économique et la dimension environnementale. Il peut être intéressant de travailler avec les élèves sur la construction graphique de l’image, et la façon dont elle contribue à véhiculer le message. Le dessinateur suisse Chappatte a produit de nombreuses caricatures sur le thème de l’environnement.

Éléments de réponse aux questions p. 359 1. Différentes activités humaines contribuent à émettre des GES, en particulier la combustion d’énergies fossiles (doc. 1), mais aussi, directement ou indirectement, l’agriculture, la production industrielle, les transports, la construction (doc. 1). L’industrie et la production d’électricité restent des sources d’émissions majeures (avec les transports) comme le montre le doc. 3 (cheminées d’usine, lignes THT). Les émissions de GES augmentent sous l’effet de plusieurs dynamiques telles que la croissance démographique mondiale, l’urbanisation croissante de la population, l’industrialisation des pays du Sud (doc. 3), ou encore l’élévation du niveau de vie qui se traduit entre autres par une consommation accrue d’énergie. 2. La Chine, les États-Unis, l’Inde, la Russie se dégagent

très nettement comme les principaux émetteurs de GES ; mais il faut aussi ajouter l’UE, ici représentée par les émissions nationales des 28 États membres (comptabilisées

ensemble, elles font de l’UE le 3e contributeur mondial aux émissions de GES). Si l’UE est de longue date engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique, et si la Chine s’y est plus récemment ralliée, de même que l’Inde, la Russie et les États-Unis, dont le modèle de développement est fondé sur une consommation massive d’hydrocarbures, y sont plus réticents. Synthèse On peut partir des deux notions centrales, pour ensuite les relier à des dynamiques productrices de GES. La société de consommation est devenue un modèle culturel dominant qui pousse à produire toujours plus, et donc à consommer davantage de ressources en encourageant le développement industriel ; tandis que la mondialisation, dont la phase actuelle se caractérise par une intensification de tous les types de flux, repose sur les transports (routiers, aériens, maritimes) très fortement émetteurs de GES, de même que l’industrie qui se développe rapidement dans les pays du Sud entre autres sous l’effet des délocalisations industrielles depuis les pays du Nord. Travailler à l’oral L’article présente de manière détaillée la « construction de l’ignorance sociale » en fonction d’intérêts économiques, financiers, politiques ou idéologiques. On pourra le relier au Thème 4 du programme de 1re.

p. 360-361

Jalon 2B

Document 1 Le texte est issu du Grand atlas, édité annuellement par Autrement et Courrier International, et qui est une ressource abordable et commode pour des données à jour. L’analyse assez courte permet de souligner aussi bien les avancées que représente l’accord de Paris que ses limites.

Document 2 Cette caricature issue de la presse mexicaine (donc d’un pays du Sud, ce qui témoigne de la mondialisation de la médiatisation et de l’intérêt social pour la question environnementale et climatique). Elle met sur le même plan les dirigeants des trois principaux émetteurs de GES, de gauche à droite la Chine, l’UE, les États-Unis. Tandis que des ampoules basse consommation symbolisant des efforts en matière de réduction des émissions de GES surmontent la tête des deux premiers, les États-Unis incarnés par le climatosceptique Donald Trump sont surmontés par une cheminée d’usine fumante, incarnant avec le pouce baissé la position du Président hostile à toute mesure risquant selon lui de diminuer la compétitivité de l’économie et de l’industrie états-uniennes.

Document 3 Le document permet de nuancer la position étatsunienne en montrant que celle-ci ne se résume pas à celle du chef de l’État. L’initiative «  We are still in  » (« nous en sommes toujours », sous-entendu : de l’accord

THÈME 5 Axe 2 Le changement climatique : approches historique et géopolitique

19

de Paris) permet également de souligner la diversité des acteurs impliqués dans la lutte contre le réchauffement, en soulignant le rôle clef de la société civile, des entreprises, et des collectivités locales. On constate ainsi que la préoccupation environnementale est largement partagée au sein de la société américaine. La chronologie, assez détaillée, peut aussi être mobilisée pour répondre aux questions et enrichir les réponses.

Éléments de réponse aux questions p. 361 1. Les négociations internationales sur le climat débutent

à la fin des années 1970. L’UE en a été l’un des acteurs les plus engagés, en cherchant toujours à promouvoir une action concertée. Les États-Unis, qui ont également joué un rôle important, se sont placés en retrait depuis l’élection de Donald Trump (chronologie, doc. 1, doc. 2) qui a choisi de désengager son pays de l’accord de Paris (le retrait sera effectif au mieux en novembre 2020). À l’inverse, la Chine, longtemps tenue hors des engagements (protocole de Kyoto, chronologie) et hostile à des mesures contraignantes perçues comme des entraves à son développement économique, et à l’origine de l’échec des négociations de Copenhague en 2009, a changé d’attitude depuis les années 2010 et se pose aujourd’hui en nouveau moteur de ces négociations (chronologie, doc. 1, doc. 2).

2. La réponse est évidemment nuancée. D’une part c’est la première fois que la communauté internationale parvient à s’entendre sur un accord universel ; les pays du Sud sont mis à contribution contrairement aux accords précédents (chronologie, doc. 1). Mais l’enthousiasme doit être tempéré par des objectifs encore largement insuffisants, le désengagement des États-Unis (2e pollueur mondial) (chronologie, doc. 1, doc. 2).

3. La société civile est appelée à jouer un rôle croissant

dans la lutte contre le réchauffement climatique  : «  la société civile mondiale a pris conscience de son rôle décisif » (doc. 1). Ces acteurs très divers (doc. 3) peuvent agir directement ou en faisant pression sur leur gouvernement respectif pour faire adopter des législations plus ambitieuses (doc. 1, doc. 3). Synthèse On pourrait inciter les élèves à travailler à partir d’un tableau en deux colonnes, pour rassembler des arguments pour et contre. Ou pour différencier le travail, on peut proposer aux élèves les élèves de répondre directement sous forme rédigée, en donnant de grandes directions, par exemple  : «  pour cela, vous montrerez d’abord que les États sont parvenus à établir progressivement un consensus mondial  ; mais vous nuancerez ensuite ces avancées par les désaccords persistants et le manque d’ambition des objectifs ». Travailler à l’oral Ici il paraît important de sélectionner des États ayant une vulnérabilité différenciée au changement climatique, et un positionnement varié quant aux politiques à mener en la matière. Il faut également veiller à sélectionner des États au poids diplomatique différencié, pour mettre en évidence la nécessité pour les plus petits États de s’allier afin de faire entendre leur voix. Les élèves, pour préparer

le débat, doivent effectuer un travail de recherche sur la problématique environnementale rencontrée par chaque pays et son positionnement dans les conférences sur le climat. C’est aussi l’occasion d’expliquer comment se déroulent des négociations internationales, ce que l’on pourra éventuellement prolonger par la participation à un exercice de simulation ONU.

p. 362-363

Grand angle

Quelles inégalités face au changement climatique dans le monde ? Les inégalités constituent une thématique très transversale lorsque l’on étudie le changement climatique  : inégalité dans les émissions de GES (que ce soit par pays ou par habitant), inégalités dans les effets subis du réchauffement, inégalités enfin dans les moyens de lutte possible, dans le contexte d’un espace mondial dont le développement reste marqué par des disparités phénoménales entre pays (et au sein même des pays).

Document 1 On peut partir de cette image qui a été très médiatisée, ce qui était le but, puisqu’il est très difficile pour un PMA comme les Maldives au soft power quasi inexistant d’avoir une audience sur la scène internationale. Cette mise en scène spectaculaire a rempli son rôle de prise de conscience, pour sensibiliser les opinions au risque de submersion qui menace les îles coralliennes basses dans le contexte de l’élévation du niveau de la mer qui est l’un des effets du changement climatique (sous l’effet conjugué de la fonte des calottes glaciaires terrestres et de la dilatation thermique des océans).

Document 2 Ce texte émane du PNUD, l’agence des Nations unies dédiée à la question du développement. Il permet de faire le lien entre la thématique environnementale et celle des inégalités socio-économiques, en mettant en évidence une boucle de rétroaction (les inégalités et la pauvreté augmentent la vulnérabilité au changement climatique, qui à son tour exacerbe la pauvreté et les inégalités).

Document 3 Cette carte de synthèse permet de mettre en évidence d’une part les nombreux effets directs et indirects du changement climatique sur les sociétés  ; d’autre part le degré très inégal d’exposition des sociétés face à ces manifestations, avec une vulnérabilité maximale pour les pays du Sud, à la fois plus pauvres et fréquemment situés en zone intertropicale (l’une des régions les plus fortement déstabilisées par le changement climatique).

Document 4 La question des réfugiés environnementaux est l’une des plus problématiques qui commencent à se poser avec le changement climatique. Le texte, très récent, est signé

THÈME 5 Axe 2 Le changement climatique : approches historique et géopolitique

20

par Catherine Wihtol de Wenden, une chercheuse dont l’expertise en matière migratoire est très largement reconnue ; mais l’on pourrait également travailler à partir de l’Atlas des migrations environnementales dirigé par François Gemenne.

Éléments de réponse aux questions p. 363 1. On peut ici amener les élèves à souligner la discordance presque parfaite entre les principaux émetteurs de GES et les pays qui sont le plus fortement victimes des conséquences environnementales du changement climatique. Seule l’Inde apparaît comme un important contributeur dont la vulnérabilité est élevée. On peut donc ici caractériser une situation d’injustice environnementale, au sein de laquelle certains pays subissent le plus durement des dégradations environnementales dont ils ne sont que très peu responsables, alors que ce sont eux qui ont le moins les moyens de s’en protéger (doc. 1 à 3). 2. Les pays du Sud, majoritairement situés en zone inter-

tropicale, subissent des effets environnementaux plus forts dans cette région climatique (les effets du changement climatique sont également marqués en zone arctique et subarctique, mais celles-ci sont nettement moins peuplées et font partie de pays du Nord bien qu’elles y connaissent un décrochage en matière de développement). De plus, les moyens des pays du Sud pour faire face à ces conséquences sont plus réduits que ceux des pays du Nord. Et une forte partie de leur population vit déjà dans des conditions de précarité socio-économique très marquée.

3. Il existe une relation à double sens entre la pauvreté

de certains pays et leur vulnérabilité face aux effets du changement climatique. De fait, les manifestations de celui-ci peuvent fragiliser nombre d’activités, notamment des activités de subsistance comme l’agriculture et la pêche, dans des pays dont les populations dépendent plus largement que dans les pays du Nord de leur environnement pour survivre. La résilience des pays du Sud est également plus faible, notamment dans le cas des réfugiés environnementaux qui voient leurs conditions de vie bouleversées sans pouvoir bénéficier, comme les réfugiés politiques, de la protection des États, en raison d’un vide juridique problématique dans la définition de leur statut.

p. 366-367

3. Le problème se pose en des termes différents suivant

les pays du Sud. Le pluriel souligne la grande diversité des situations. Les géants démographiques, en forte expansion économique, s’efforcent de limiter leurs émissions. L’équation est différente pour d’autres émergents, comme la Russie ou le Brésil, dont une part de l’économie repose sur l’exportation d’hydrocarbures. Les pays les moins avancés, en particulier l’Afrique subsaharienne très peuplée, ou les petits États insulaires tropicaux les plus exposés à l’élévation du niveau de la mer, sont clairement les plus en difficulté.

4. La contribution des pays du Sud au changement clima-

tique est très différenciée. Si, dans l’ensemble, ils ont historiquement, par un décollage économique plus tardif, moins contribué, aujourd’hui la Chine et l’Inde figurent parmi les 5 premiers pollueurs mondiaux. Toutefois d’autres pays du Sud, notamment les PMA, émettent très peu de GES.

5. Ainsi leur capacité d’action est très différenciée. Les

pays les plus en difficulté ont besoin de l’aide des pays les plus riches pour financer leur adaptation aux effets du changement climatique. Mais les Suds émergents ont un rôle majeur à jouer, comme en témoigne la volte-face de la politique chinoise, qui, après des décennies d’opposition à des mesures contraignantes, cherche aujourd’hui à se positionner comme l’un des leaders mondiaux dans la lutte contre le changement climatique.

6. On peut proposer des pistes très différentes, par ex :

dans quelle mesure le changement climatique creuset-il les disparités entre les pays du Sud ?

7. On peut répondre en trois temps : I. Des pays inégalement responsables du réchauffement climatique II. Une plus grande vulnérabilité que les pays du Nord, qui aggrave les difficultés des pays du Sud III. Des capacités d’action très différenciées

8. En avril 2020, le cyclone Harold a dévasté plusieurs

archipels du Pacifique comme les Vanuatu. Le risque cyclonique tend à s’aggraver avec le réchauffement climatique, et a des conséquences désastreuses pour ce petit État du Sud à l’IDH très faible (0,670, 119e rang mondial en 2019). C’est une injustice environnementale terrible pour ce pays qui est l’un des plus petits émetteurs mondiaux de GES (179e sur 186) et qui est parmi les terres les plus menacées par l’élévation du niveau de la mer.

Exercices Bac

Exercice 2

Exercice 1 1. Changement climatique : changement des conditions

climatiques dans l’atmosphère terrestre lié aux activités humaines, se caractérisant le plus souvent par une élévation des températures, et de multiples effets indirects. Les Suds : par opposition au Nord, le Sud est une notion géoéconomique qui désigne les pays en développement.

2. Les effets du changement climatique touchent beaucoup plus les pays du Sud, qui en raison d’un plus faible développement, y sont de surcroît les plus vulnérables.

On peut partir de la photographie et de sa légende pour sensibiliser les élèves aux différents modes d’actions possibles : sommets internationaux pour favoriser une action à l’échelle de la communauté internationale, action des États, rôle des ONG dans une prise de conscience collective et pour faire pression sur les gouvernements. Les actions individuelles sont aussi à mobiliser. On peut ainsi réfléchir aux différentes échelles d’action, et à l’efficacité différenciée de ces interventions. On pourra renvoyer les élèves vers des sites institutionnels comme ceux de l’ONU (GIEC, PNUD, PNUE),

THÈME 5 Axe 2 Le changement climatique : approches historique et géopolitique

21

ou encore vers les sites étatiques ou ceux des collectivités locales (voir la page dédiée du ministère de la Transition écologique  : https://www.ecologique-solidaire. gouv.fr/politiques/lutte-contre-changement-climatique) ou ceux des grandes associations/ONG (par exemple le WWF https://www.wwf.fr/champs-daction/climat-energie/dereglement-climatique). Les initiatives citoyennes sont également à consulter pour enrichir la réflexion, par exemple les travaux de la Convention citoyenne pour le climat : https://www.conventioncitoyennepourleclimat.fr/. Le travail pourrait être prolongé par l’élaboration d’un « Agenda 21 » à l’échelle de l’établissement (ce site recense les agendas 21 scolaires : http://www.agenda21france.org/agenda-21-scolaires/initiatives-etablissements/lycees.html)

4. Quelques pays se distinguent par leurs efforts : ce sont

surtout des pays d’Europe occidentale et d’Europe du Nord (France, Allemagne, Suède par exemple), ainsi que l’Inde.

5. En revanche, plusieurs pays du Nord (États-Unis,

Canada, Australie), émergents (Afrique du Sud), intermédiaires (Turquie) ou pétroliers (Arabie saoudite, Iran, Russie) apparaissent plutôt comme de mauvais élèves en matière de lutte contre le changement climatique.

6. On constate qu’il n’y a pas de corrélation entre le

1. Germanwatch est un think tank allemand qui délivre une expertise sur les thématiques du développement durable, notamment autour de la question du changement climatique.

niveau des émissions de GES et l’ampleur des efforts en matière de lutte contre le changement climatique. Les très gros émetteurs sont soit de mauvais élèves (ÉtatsUnis), soit des élèves méritants (Chine), soit de bons élèves (Europe occidentale, Inde). Tout dépend des contraintes économiques et des choix politiques qui sont opérés par les gouvernements. On peut ainsi opposer le climatoscepticisme assumé de Donald Trump, au volontariste chinois ou à la recherche d’exemplarité des pays d’Europe du Nord.

2. Le document rassemble sous forme de carte les per-

7. Si les pays européens sont engagés de longue date

Exercice 3

formances de plusieurs États en matière de lutte contre le changement climatique.

3. Le calcul de l’indice intègre plusieurs paramètres tels

que le niveau des émissions de CO2 et leur évolution, l’efficacité énergétique (la quantité d’énergie utilisée pour produire une unité de PIB), la proportion d’énergie renouvelable dans le mix énergétique, et des indicateurs plus qualitatifs comme la politique climatique mise en œuvre par le gouvernement.

dans des politiques environnementales ambitieuses, la communauté internationale s’est saisie du problème climatique assez récemment, notamment depuis le Sommet de la Terre à Rio en 1992 qui a placé au centre du débat les questions environnementales. Le protocole de Kyoto (1997) a été déterminant dans la mobilisation des pays riches, mais c’est surtout depuis la COP21 (2015) que l’ensemble de la communauté internationale a pris la mesure du problème et s’efforce de promouvoir des actions plus volontaristes.

THÈME 5 Axe 2 Le changement climatique : approches historique et géopolitique

22

ÉTUDE CONCLUSIVE

Les États-Unis et la question environnementale : tensions et contrastes La logique du chapitre L’intérêt de ce chapitre conclusif est de remobiliser les notions abordées dans les deux axes du Thème dans le contexte états-unien. Il invite à une relecture de l’histoire des États-Unis et une intégration de la question environnementale dans le rapport au monde de la première puissance mondiale. Il s‘agit de voir comment l’environnement est devenu autant un enjeu interne au pays (entre États fédérés et État fédéral) qu’un thème au centre de débats sur le rôle des États-Unis dans le monde.

Bibliographie –– G. Billard, J. Chevalier (coord.), Géographie et géopolitique des États-Unis, Hatier Initial, 2012. Un ouvrage général et thématique sur les États-Unis, comportant de nombreuses cartes. –– O. Delbard, Prospérité contre écologie, l’environnement dans l’Amérique de G.W. Bush, Ed. Lignes de repères, 2005. Comment le Président a assumé de sacrifier l’écologie à la prospérité… –– F. Duban, « L’écologisme américain, des mythes fondateurs de la nation aux aspirations planétaires », Hérodote n°100, 2001. Un retour sur les origines et des aspects de la question environnementale et ses impacts au quotidien. –– A. Gore, Une Vérité qui dérange, La Martinière, 2007. Un livre référence qui dénonce les atteintes à l’environnement et les effets du changement climatique à l’échelle mondiale. –– L. Henneton, La fin du rêve américain  ?, Odile Jacob, 2017. Une réflexion sur les discours et réalités du déclin américain, en lien avec les enjeux contemporains, dont la question environnementale.

Sitographie : –– www.blm.gov  : le site du Bureau of Land Management propose de nombreuses cartes des espaces protégés aux États-Unis, les activités de plein air… –– www.nps.gov : le site des parcs nationaux américains, leur action sur le terrain, leur organisation, des données chiffrées sur la fréquentation, une banque d’images sur les milieux concernés. –– www.seashepherdlegal.org : l’ensemble des actions et opérations menées par l’ONG. Il existe aussi un site de l’organisation en France. –– www.environmentcalifornia.org  : (en anglais) l’association californienne milite en faveur de la protection de l’environnement et lutte contre la pollution, mène des actions pour la transition énergétique.

p. 370-371

O u ve r t u r e

Les deux photos d’ouverture jouent sur le contraste saisissant entre l’image d’une nature préservée et d’un espace souillé par des activités humaines dans un même État, l’Alaska. C’est le paradoxe d’un État qui est à la fois le second producteur de pétrole des États-Unis et le second en nombre de parcs nationaux ! Cela illustre donc le rapport ambivalent qu’entretient la première puissance mondiale à l’environnement, qu’elle protège d’un côté mais contribue à dégrader de l’autre, que ce soit sur son propre territoire mais aussi dans le reste du monde.

Éléments de réponse aux questions p. 370-371 1. Les parcs nationaux américains sont à la fois des lieux d’accueil des visiteurs et des espaces protégés. L’ouverture au public assure des retombées financières pour assurer la protection, mais surtout contribue à sensibiliser le public. Les visites guidées ou encadrées permettent de contrôler le comportement des visiteurs dans le parc, la limitation le cas échéant des visites pour éviter la sur fréquentation (risque de piétinement, ou d’effrayer les animaux sauvages), évitent aussi la divagation hors des sentiers. En parallèle, ces parcs donnent à voir

THÈME 5 Étude conclusive Les États-Unis et la question environnementale : tensions et contrastes

23

la nature sauvage souvent fantasmée, un spectacle, des paysages qui ont contribué à forger l’imaginaire national a ­ méricain.

2. Les États-Unis ont une attitude contrastée en matière

d’environnement car d’un côté le pays fait figure de pionnier dans la protection des espaces naturels, se dotant de moyens matériels pour en assurer la protection  ; et d’autre part, leur modèle économique est générateur d’atteintes parfois violentes à l’environnement, comme ici la marée noire de l’Exxon Valdez. Les États-Unis possèdent parmi les plus grandes et plus puissantes compagnies pétrolières, qui constituent des lobbies très puissants, et qui ont contribué à faire des États-Unis la première puissance mondiale au xxe siècle. Ainsi, le niveau de vie et la puissance économique du pays ont été rendus possibles par l’utilisation du pétrole comme source d’énergie de la troisième révolution industrielle dont les États-Unis ont été le cœur. Ce qui s’est produit aux États-Unis, tant en matière de protection de l’environnement qu’en gestion de catastrophe a largement inspiré le reste du monde.

p. 372-373

Re p è r e s

États-Unis : les Américains à l’épreuve de l’environnement La double page revient sur la diversité des milieux et par conséquent des risques aux États-Unis. Un focus sous forme de vignettes est fait sur plusieurs catastrophes emblématiques anciennes ou récentes qui ont frappé le territoire états-unien. Ils montrent les fragilités d’un territoire par ailleurs source de puissance. Ils invitent à réfléchir sur le rapport qu’entretient la société américaine aux différentes formes de risques présents sur son territoire.

Éléments de réponse aux questions p. 372 1. Les États-Unis ont un territoire principal (48 États en continuité territoriale) qui s’étend sur plus de 4 000 km d’est en ouest, de l’Atlantique au Pacifique, et plus de 2 000 km du nord au sud depuis les Grands Lacs jusqu’au golfe du Mexique. Ce territoire comporte des régions de plaines et des montagnes (Appalaches, Rocheuses, Sierra Nevada), plus ou moins humides ou sèches selon la latitude et à localisation par rapport aux façades maritimes. À cela s’ajoutent les États d’Alaska et d’Hawaï séparés de plusieurs milliers de kilomètres du territoire principal contribuent à la diversité bioclimatique. Le pays propose donc des milieux très différents au regard de ces caractéristiques physiques et climatiques. Au total la carte indique neuf types de climats différents. Au regard de ces caractéristiques exceptionnelles, le pays répond bien à la définition d’un État-continent. 2. Au regard du contenu de la carte et des photos, les

populations et l’économie états-uniennes sont soumises à tous les types de risques, qu’ils soient liés des aléas climatiques (blizzard au nord, ouragans au sud, inondations le long des cours d’eau et des côtes, tornades dans le Midwest) ou tectoniques (séismes sur la côte pacifique dans les Rocheuses, volcanisme à Hawaï, en Alaska et dans les montagnes bordant la côte Ouest). À ces risques s’en

ajoutent d’autres d’origine humain ou renforcés par l’action humaine. Les incendies sont à la fois d’origine naturelle mais aussi humaine  ; tout comme les inondations qui peuvent être amplifiées par l’imperméabilisation des sols ou des déboisements  ; quant aux phénomènes climatiques exceptionnels comme les ouragans, leur récurrence est liée au réchauffement climatique en partie lié aux activités humaines. La carte ne les mentionne pas, mais en tant que pays industrialisé, les États-Unis sont également exposés aux catastrophes industrielles (voir la marée noire de la page précédente) et aux pollutions en général (urbaines, agricoles et industrielles).

3. Le changement climatique contribue à accroître la

vulnérabilité du territoire américain. On voit tout d’abord que les diverses parties du pays ont été touchées au cours des dernières années par des phénomènes d’origine climatique violents. En particulier, les principales métropoles économiques comme New York, Miami, Chicago, Los Angeles ou San Francisco ont été directement frappées par des catastrophes et sont exposées aux risques. Populations et économie sont dont directement exposées. Or, le fait que le pays refuse de s’engager par des accords internationaux contraignants et que ses dirigeants nient la réalité du changement climatique contribue à l’exposer davantage puisqu’il ne prend pas les mesures qui pourraient en atténuer les effets.

p. 374-375

Jalon 1A

L’environnement aux États-Unis : entre protection, exploitation et transformation Les Jalons reviennent sur les rapports complexes qui lient la question environnementale à l’histoire du pays mais aussi son fonctionnement institutionnel et son rapport au monde. Ils lient l’identité des États-Unis, à son rapport complexe et ambigu à l’environnement, entre protection et exploitation ; et d’autre part il s’agit d’envisager comment l’environnement est devenu l’objet de nouvelles tensions entre l’État fédéral et les États fédérés, un objet de débats au sein de la société américaine. Cela interroge le statut et la place des États-Unis dans le monde. Le document 1 invite à définir les notions de Destinée manifeste et d’allégorie. Sa vision manichéenne (ombre/ lumière, bien/mal, civilisation/barbarie) doit inviter les élèves à réagir. Il constitue une forme de propagande laïque mais de forte inspiration religieuse, légitimant la colonisation et la négation des droits des indigènes amérindiens. On laissera apprécier les qualités esthétiques et le soin apporté aux paysages états-uniens. Le document 2 fait ressortir d’inégalement ampleur des défrichements par région, notamment le fait que l’Ouest soit préservé. Ceci peut être relié au fait que la majorité des terres y appartient toujours à l’État et non à des propriétaires privés (lien avec l’Axe 1 sur la forêt française). Il invite à faire le lien avec d’une part l’histoire du peuplement du territoire américain et ses étapes, d’est en ouest ; d’autre part avec la carte de la page 373 figurant les différents milieux et leur possibilité de mise en valeur agricole.

THÈME 5 Étude conclusive Les États-Unis et la question environnementale : tensions et contrastes

24

Le document 3 montre la concentration des parcs nationaux dans l’Ouest américain, mais aussi en Alaska. Les élèves en connaissent vraisemblablement plusieurs, avec les paysages associés, cela peut servir de point de départ sur les milieux naturels présents. Le document 4 montre la face cachée de la ruée vers l’or, à travers des méthodes d’exploitation minières qui détruisent irrémédiablement l’environnement. Il illustre la violence et la rapidité des changements dans le paysage. Un lien peut être fait avec la méthode d’extraction de l’or par utilisation du mercure en Guyane, ou par l’exploitation des hydrocarbures de schiste par fracturation hydraulique (p. 377) qui entraînent de graves dégâts (visibles ou non) sur l’environnement.

Éléments de réponse aux questions p. 375 1. L’Europe est un foyer de peuplement ancien, qui a été transformé depuis le néolithique et a vu se succéder plusieurs grandes civilisations (grecque, romaine, byzantine, musulmane, médiévale…). Chacune a laissé des héritages dans l’aménagement du territoire et des vestiges. En revanche, aux États-Unis, la colonisation européenne du territoire n’est intervenue que de façon plus récente, à partir du xvie siècle pour la côte Est, mais essentiellement au xixe siècle pour le reste du territoire. Celui-ci était peuplé d’Amérindiens mais leur nombre était modeste et leur empreinte sur les milieux tout autant. Par conséquent, les pionniers européens ont eu le sentiment de découvrir un territoire vierge, encore préservé de toute intervention humaine, et sur lequel la nature était toute-puissante. Ils se considéraient alors comme investis de la mission de civiliser ces espaces encore «  barbares  » et hostiles. Cette mission est incarnée par l’allégorie au centre du document, qui accompagne le mouvement de progrès incarné par la diligence, la voie ferrée, la ligne électrique ou télégraphique, l’agriculture… Elle fait reculer le monde sauvage représenté par les troupeaux de bisons, les bêtes sauvages, et les Indiens. Ce recul est la condition du progrès et de l’exploitation du territoire. 2. Le recul de la surface boisée depuis le xix  siècle s’explique d’une part par l’essor de l’agriculture, principalement dans les régions nord et sud, les plus anciennement et densément peuplées, comme l’indique le graphique. Ce sont en effet les régions les plus propices, disposant de terres fertiles (dont la Corn Belt) et de climats offrant des précipitations suffisantes. Cela correspond aux arrivées massives de migrants européens et la mise en place d’un front pionnier agricole repoussant toujours plus vers l’ouest la frontière de la civilisation américaine. On observe en revanche que l’Ouest intérieur et la côte Pacifique ont été moins touchés par les déboisements. On peut l’expliquer par le fait qu’ils offraient initialement moins d’aménités agricoles en raison de leur climat sec et d’un milieu montagnard. Toutefois, le document 4 montre que l’exploitation minière qui s’y est développée, en lien avec les ruées vers l’or successives a entraîné des déboisements importants. Le mode d’extraction de l’or par exploitation hydraulique s’est révélé dévastateur e

pour les forêts et les cours d’eau, transformant considérablement les milieux.

3. La carte montre que la plupart des parcs nationaux

sont situés dans l’Ouest et en Alaska. On pourrait penser que les autres parties du territoire ne présentaient pas d’intérêt spécifique sur le plan des milieux et des paysages qui aurait pu justifier d’un classement. On pourrait invoquer la faible sensibilité des premiers colons sur la côte Est à la beauté des espaces originels, ou à la nécessité d’étendre les cultures pour assurer leur survie. Ce sont les territoires les plus récemment intégrés au territoire des États-Unis (depuis le milieu du xixe siècle) qui abritent les plus grandes surfaces protégées et le plus grand nombre de parcs. Cela peut s’expliquer par le faible intérêt économique (agricole et minier) des grands espaces de l’Ouest. Cela s’explique surtout par la prise de conscience à la fin du xixe siècle de la fragilité de certains milieux jugés exceptionnels, et de la nécessité de les protéger, au regard de l’ampleur et de la rapidité des transformations consécutive à l’arrivée des pionniers. On constate cependant que la répartition du nombre de visiteurs ne tient pas compte de la taille du parc ni de sa localisation. Le parc le plus visité se trouve dans les Appalaches dans l’est du territoire et n’est pas forcément le plus connu à l’étranger. Les parcs ont une fréquentation touristique considérable, de plusieurs millions de visiteurs annuels tant à l’est qu’à l’ouest. Cela peut sembler paradoxal au regard de la fonction de préservation. La part des touristes nationaux et internationaux n’est pas spécifiée sur la carte. On constate toutefois que les parcs les plus visités se situent à proximité (relative) des grandes agglomérations urbaines de l’Est (mégalopolis) et de l’Ouest (Californie, Washington), tandis que les parcs d’Alaska sont peu fréquentés en comparaison. On peut y voir la conséquence d’un triple éloignement : par rapport au territoire métropolitain, aux autres foyers mondiaux émetteurs de touristes, et aux concentrations urbaines rares et modestes dans cet État. La différence avec Hawaï peut se comprendre dans l’inégale insertion dans les flux touristiques nationaux et internationaux. Synthèse Les États-Unis entretiennent un rapport paradoxal à la nature : d’un côté ils ont été les premiers à la protéger en créant des parcs nationaux sur leur territoire, de l’autre ils ont été l’objet d’une mise en valeur intensive qui s’est traduite par un recul rapide des espaces naturels. L’agriculture et l’exploitation minière, ainsi que l’urbanisation, ont fortement contribué à transformer les milieux et paysages originels. Cela a été la condition de l’émergence économique du pays, tout en entretenant le mythe d’un paradis originel dont il s’agit de préserver des éléments. La nature sauvage a donc été largement instrumentalisée dans la naissance de la nation et du territoire américain. Les pionniers ont été les vecteurs de l’idéologie du progrès tout en ayant été marqués par la beauté de la nature sauvage à laquelle ils ont été confrontés. La géographie des parcs nationaux est ainsi révélatrice de la construction historique de la notion de wilderness, tandis que les chiffres de la fréquentation touristique révèlent l’intérêt du public pour ces espaces d’exception, dont la fonction est autant de préserver que de « donner à voir ».

THÈME 5 Étude conclusive Les États-Unis et la question environnementale : tensions et contrastes

25

Travailler autrement Historiquement, la recherche d’or a été un puissant moteur de conquête et d’exploitation, comme l’a montré la conquête de l’Amérique centrale par les conquistadores au xvie siècle. Aux États-Unis il y a eu en réalité plusieurs « ruées vers l’or » en Californie, mais aussi dans le Colorado, le Montana et l’Alaska, ainsi qu’au Canada voisin. La recherche peut mettre en avant les similitudes entre les phénomènes dans le temps et l’espace. Le schéma est toujours le même  : premières découvertes, boom, déclin, abandon du site et/ou mise en place d’un nouveau cycle économique. L’intérêt est de faire le lien avec des dynamiques le peuplement, avec l’arrivée d’une population essentiellement jeune et masculine dans un premier temps (caractéristique des espaces dits « pionniers  »). Puis évoquer l’intégration progressive du territoire (construction de routes ou voies ferrées), voire dans le cas de la Californie, l’autonomisation à travers l’érection au statut d’État de ce qui n’était jusqu’alors qu’un « territoire ». Montrer aussi que la ruée vers l’or a nourri tout un imaginaire, la Californie étant toujours appelée le « Golden State ». La recherche peut intégrer des références cinématographiques pour montrer les conditions de vie difficiles des chercheurs l’or, la violence, l’absence de loi.

p. 376-377

Jalon 1B

Éléments de réponse aux questions p. 377 1. La carte révèle tout d’abord que les États-Unis disposent d’importants gisements d’hydrocarbures. Ils sont principalement localisés au Texas, en Californie dans les Rocheuses et en Alaska, aussi bien à terre qu’en mer (off-shore, dans le golfe du Mexique). Il existe aussi d’importants gisements de gaz et pétroles de schiste (dits non-conventionnels) dans les Dakota, au Texas et dans la région des Grands Lacs. L’exploitation de ces ressources fait des États-Unis le premier producteur mondial. L’abondance de la ressource, associée à la place occupée par l’automobile dans le mode de vie des Américains explique l’importance de la consommation d’hydrocarbures. C’est sur le pétrole que s’est fondée la seconde révolution industrielle qui a permis aux ÉtatsUnis de devenir la première puissance mondiale au début du xxe siècle. En outre les Américains maîtrisent la technique de forage par fracturation hydraulique qui permet d’exploiter les réserves non conventionnelles. Cela explique l’empreinte carbone élevée du pays. 2. L’État fédéral est favorable à l’exploitation des res-

sources et à la construction d’infrastructures lourdes, comme l’oléoduc Keystone XL. Cela assure au pays son indépendance énergétique et d’importantes retombées financières. Le document 4 indique le soutien de Donald Trump à la technique controversée de fracturation hydraulique dont le développement a permis de créer de nombreux emplois. Par ailleurs, le Président a la possibilité de remettre en cause le classement de certains sites protégés, au nom de l’intérêt économique (doc. 2). Il veut favoriser l’exploitation des ressources du sous-sol, estimant qu’il y a trop de surfaces protégées à ses yeux de façon injustifiée. Ce faisant, il s’attire les foudres de

certaines tribus indiennes et de certains États fédérés qui ne sont pas favorables à ces mesures.

3. Certains États fédérés n’ont pas le même raisonnement

et les mêmes intérêts que l’État fédéral sur la question de l’exploitation des ressources du sous-sol. D’une part, ils peuvent s’opposer à la construction d’infrastructures sur leur territoire. Les États-Unis sont un État fédéral où les compétences sont partagées, et les pouvoirs locaux sont très forts. Ainsi l’État d’Oklahoma a décidé de la fermeture de sites de forage, estimant qu’ils étaient responsables d’un tremblement de terre. La Californie quant à elle a décidé d’aller plus loin que les engagements du pouvoir fédéral en signant directement des accords avec les constructeurs automobiles pour réduire la consommation de carburant des moteurs. Ainsi, il existe des contre-pouvoirs face à des décisions controversées prises par le locataire de la Maison Blanche. Cela peut créer des tensions entre les deux échelons de gouvernement, surtout s’ils ne sont pas du même bord politique ! Synthèse Il y a clairement un positionnement opposé entre l’État fédéral et les États fédérés sur la question environnementale. D’un côté le pouvoir de Washington se montre très favorable et incite à l’exploitation des ressources disponibles afin d’assurer l’indépendance énergétique du pays dans son ensemble  ; d’autre part, certains États fédérés se montrent plus prudents car directement exposés à des risques liés à l’exploitation, comme l’Oklahoma  ; d’autres entendent maintenir le statut protégé de territoires indiens ou de monuments nationaux, qui peuvent générer des flux touristiques ou considérer leur dimension patrimoniale  ; d’autres enfin comme la Californie, sont résolument engagés en faveur de l’environnement et prennent les devants, s’engagent sur le plan législatif au-delà des mesures prises au niveau fédéral. On voit donc que la prise en compte de la question environnementale se fait à différentes échelles et selon différentes considérations et arguments. Travailler à l’oral On peut prendre des États comme l’Oregon, le Massachusetts, le Washington (autorisation du compost humain) ou l’État de New York (loi anti carbone), qui font figure de précurseurs dans différents domaines ayant trait à l’environnement. Localisation de l’État, ses caractéristiques démographiques et économiques, expliquer la nature des mesures qui ont été prises et leurs motivations (comment s’est faite la prise de conscience ? Est-ce suite à un événement local ou national ? Y a-t-il eu des oppositions ? Est-ce à l’initiative d’un gouverneur ? à l’issue d’un référendum ?)

p. 378-379

Jalon 2A

Les États-Unis et l’environnement à l’échelle internationale Éléments de réponse aux questions p. 379 1. Les États-Unis se considèrent comme les artisans de l’architecture de la gouvernance mondiale (doc. 1) issue de la victoire de 1945 qui les a confirmés comme pre-

THÈME 5 Étude conclusive Les États-Unis et la question environnementale : tensions et contrastes

26

mière puissance mondiale. À cet égard ils se considèrent comme un État d’exception qui défend ses intérêts avant tout (doc. 2). Or le passage du monde bipolaire au monde multipolaire se fait à travers des engagements internationaux, auxquels les États-Unis rechignent à se plier. Ce faisant, leur posture de grande puissance se trouve confirmée, mais cette attitude suscite incompréhension, consternation et mécontentement de la part des autres États, qui jugent cette attitude égoïste. La communauté internationale ne parvient pas à contraindre durablement les États-Unis.

2. Donald Trump juge l’accord de Paris « injuste, ineffi-

cace et très coûteux  ». Il estime que celui-ci est inutile pour les États-Unis qui sont selon lui en avance et beaucoup plus efficaces en matière de protection de l’environnement que les autres pays promoteurs et signataires de l’accord. L’accord est jugé peu contraignant pour les grands pays émetteurs, comme la Chine. Il considère que les États-Unis ont déjà fait beaucoup et qui lui-même depuis sa prise de fonction n’a de cesse d’améliorer la situation. C’est pourquoi il a décidé de retirer les ÉtatsUnis de l’accord de Paris, disposition prévue par une clause du traité. Il sera effectif en novembre 2020. C’est le seul État au monde à avoir entrepris cette démarche. Il fustige au passage l’action de son prédécesseur Barack Obama qui l’avait accepté. Il entend explorer d’autres pistes comme l’exploitation du potentiel offert par l’énergie solaire…

3. Trump affirme que les États-Unis sont en avance et plus

efficace en matière de protection de l’environnement. Or la carte montre que le pays se classe dans la catégorie la plus élevée, celle des États ayant une empreinte écologique supérieure à 400  %, c’est-à-dire qui consomme quatre fois plus que la capacité des ressources à se régénérer. Ils sont le seul « grand pays » (en termes de puissance et de population) dans cette catégorie, les autres étant les émirats pétroliers du Golfe, le Canada et l’Australie beaucoup moins peuplés. Le diagramme sous la carte montre également que les États-Unis se classent deuxième en termes d’émissions de CO2, soit le second pollueur mondial. Trump est donc dans le déni ou s’appuie sur des chiffres issus d’une autre source… Synthèse L’exemptionnisme américain reste une manifestation de la puissance du pays, puisqu’il illustre la prétention et la capacité à rester en dehors de tout engagement international contraignant. Le fait que la communauté internationale ne soit pas en mesure d’imposer ces règles à la première puissance mondiale reste emblématique de la faiblesse de la gouvernance et des institutions mondiales. Toutefois, l’attitude américaine contribue à l’isoler vis-à-vis du reste du monde et participe à la dégradation internationale de son image, de son soft power. En s’estimant au-dessus des autres États, elle devient une puissance arrogante et égoïste qui bafoue ouvertement une gouvernance internationale qu’elle a largement mise en place. D’autant que les États-Unis ont fait preuve d’ingérence dans les affaires intérieures d’autres États et n’hésitent pas à dénoncer les manquements des autres États, à les critiquer pour leurs actions ou inaction. Le fait d’annuler une ratification faite par le précédent Président est aussi un mauvais signal pour la

démocratie, préjudiciable à la fiabilité et la durabilité des autres engagements pris par les États-Unis. Travailler autrement L’intérêt peut être de varier de ton et de point de vue. On peut imaginer un ton très décalé, satirique, en mobilisant les saillies et sorties verbales du Président (type Canard Enchaîné)  ; ou au contraire, rédiger un article d’un ton sobre/neutre qui se contenterait de comparer et de s’étonner  ; à l’inverse, un article plus engagé et polémique qui dénoncerait les incohérences du Président, sa bêtise, les conséquences dramatiques pour les populations mondiales de l’attitude du « monstre » américain ; on peut aussi imaginer un article pro-Trump qui dénonce la désinformation, la manipulation de chiffres, les fake news en matière de climat et l’action des lobbies antiaméricains (au hasard à la solde de la Chine…).

p. 380-381

Jalon 2B

Éléments de réponse aux questions p. 381 1. Tesla est une firme automobile américaine spécialisée dans les véhicules électriques. Sachant que l’automobile traditionnelle fonctionne avec des énergies fossiles, elle est à l’origine d’importantes émissions de CO2. De surcroît les véhicules américains sont très gourmands en essence (doc. 3 p. 277). En faisant le choix de l’électrique, Tesla se positionne en entreprise pionnière sur le plan technologique. Ses dépenses en recherche et développement se sont envolées depuis 2013. L’entreprise se veut plus respectueuse de l’environnement en proposant des véhicules « propres » (sans tenir compte du coût énergétique de la construction ni du mode de production de l’électricité utilisée). 2. Monsanto est le géant mondial de l’industrie agro-

chimique. Elle est à l’origine du célèbre herbicide Roundup, accusé de provoquer des cancers, et du glyphosate, très utilisés dans l’agriculture. Elle est aussi productrice de semences OGM dont l’usage est critiqué en raison de ses conséquences sanitaires et environnementales. La firme est accusée d’écocide, c’est-à-dire de détruire les écosystèmes par ses produits et sans en informer les utilisateurs. La santé de ceux-ci serait même exposée directement. La firme nie en bloc les accusations portées contre elle, a refusé de se rendre au procès organisé à La Haye, dénigre ses organisateurs et la légitimité du tribunal. Monsanto dispose de moyens financiers considérables qui, selon ses accusateurs, sont utilisés pour poursuivre son développement au détriment de l’environnement et des générations futures.

3. Sea Shepherd est une ONG états-unienne qui lutte

contre la pêche illégale et en faveur de la protection des espèces marines menacées. Son siège est à Friday Harbor dans le Washington et elle dispose d’une quinzaine de bureaux dans les principales villes nord-américaines, en Europe occidentale, mais aussi en Australe, Amérique du Sud et Afrique du Sud. Elle fonctionne uniquement à partir des dons de particuliers et n’est donc pas dépendante d’un État. La carte montre que l’ONG a mené différentes opérations au cours de la décennie 2010 aussi

THÈME 5 Étude conclusive Les États-Unis et la question environnementale : tensions et contrastes

27

bien au large des côtes africaines qu’en Europe et autour de l’Australie. Elle entend dénoncer le laxisme ou l’incapacité des États à lutter contre des pratiques illicites. Leurs actions « coup de poing » évoquent plus des actes de piraterie que l’attitude d’un simple «  berger  » des mers. Les images choc des opérations menées notamment aux îles Féroé ont fait le tour du monde, suscitant la colère contre les pratiques des Féroïens. Or du point de vue des habitants de cet archipel danois, la chasse aux cétacés est une pratique traditionnelle très ancienne, qu’ils associent à leur identité. Ils dénoncent une forme d’ingérence et de mise en scène médiatique. Le texte indique que l’action de l’ONG serait contre-productive car elle renforcerait la cohésion et le sentiment national des Féroïens. Les méthodes de l’ONG lui ont valu plusieurs condamnations en justice et la saisie de plusieurs bateaux. On peut critiquer le fait qu’elle s’en prenne ici à un petit archipel (même pas indépendant) ou à de petits pays comme l’Islande, ou des États africains dépourvus de moyens de riposte (Liberia, Bénin) et non à des États militarisés et non démocratiques comme la Chine et la Russie. Synthèse Les documents révèlent que l’action des ÉtatsUnis en matière d’environnement ne se résume pas aux décisions prises par le Président à Washington, mais que le pays compte aussi bien des ONG, des entreprises et des particuliers qui prennent des initiatives en la matière. Sea Shepherd et Tesla offrent à des niveaux et par des actions très différents des exemples d’engagement en faveur de l’environnement, indépendamment du domaine politique. Également, les documents témoignent que des entreprises américaines comme Monsanto, ou des compagnies pétrolières, sont montrées du doigt et attaquées pour l’impact de leurs activités et leurs atteintes à l’environnement. D’autre part, ils révèlent que la dimension environnementale dépasse le cadre du seul territoire américain. Le champ d’action des ONG et entreprises américains, éléments du soft power du pays et de son statut de première puissance, est bel et bien mondial. Elles contribuent donc à contrebalancer les décisions très critiquées de la Présidence, accusée de favoriser certains lobbies économiques. Travailler autrement L’exercice doit permettre de revenir sur la notion d’acteur. Il ne doit pas fournir une simple liste de personnes issues du monde de l’entreprise (Bill Gates) du cinéma (G. Clooney, L. Di Caprio), de la politique (Al Gore) mais plutôt faire apparaître les différents types et niveaux, qu’ils soient publics et privés, et leur rôle  : individus, entreprises, ONG, associations de défense, tribunaux, État fédéral, États fédérés ; leur rôle et leur champ d’action est-il local, national, global ? quels types d’actions (informer, dénoncer, protéger, sanctionner, légiférer…) ? quels types de moyens (actions sur le terrain, conférences, procès, financements, médiatisation…)

p. 384-385

Exercices Bac

Exercice 1 1. Le sujet invite à remobiliser l’ensemble des éléments de l’étude, à intégrer une démarche multiscalaire dans le propos, confronter les discours et points de vue. 2. On peut rappeler tout d’abord la grande diversité

des milieux états-uniens puis la création ancienne des parcs nationaux. Puis montrer des exemples de mesures concrètes qui ont été prises par l’État fédéral et certains États pour réduire l’impact environnemental (après une catastrophe, ou en réponse aux préoccupations des citoyens). Évoquer aussi le rôle de certaines entreprises innovantes, d’ONG de défense de l’environnement, de différentes personnalités.

3. Le retrait de l’accord de Paris peut concentrer les cri-

tiques, en lien avec les émissions de CO2 par habitant ou l’empreinte écologique des États-Unis d’après des études d’organismes internationaux. On peut aussi l’associer au rôle des lobbies climatosceptiques et anti-écologistes qui ont l’oreille du Président américain. On peut donner des exemples de catastrophes écologiques imputables à des entreprises américaines et des catastrophes écologiques qui ont touché historiquement les États-Unis (Dust Bowl, assèchement du delta du Colorado, catastrophe du Salton, marée noire de l’Exxon Valdez, incident nucléaire de Three Mile Island, pollution de l’eau et des sols de l’ancienne Manufacturing Belt, pollutions de nappes et séismes en lien avec la pratique de la fracturation hydraulique).

4. Toutefois, les Américains sont divisés sur la question

environnementale. Il y a un fort courant climatosceptique, soutenu par d’importants lobbies d’une part ; des oppositions qui se manifestent entre le pouvoir fédéral d’une part, certains États fédérés et d’importantes municipalités d’autre part (qui ont décidé d’appliquer l’accord de Paris) ; des oppositions du fait de l’impact économique et social qu’aurait l’arrêt d’activités polluantes comme l’exploitation du charbon sur des territoires  ; l’opposition entre des tribus indiennes impactées par la remise en cause de terres ancestrales par la construction d’un oléoduc… On peut associer à ces oppositions leur transposition politique, entre républicains et démocrates, pour intégrer la dimension science politique.

5. Les questions soulevées sont nombreuses et peuvent

être élargies à des réflexions sur la géopolitique contemporaine. Comment la question environnementale poset-elle un nouveau problème de rapport au monde de première puissance mondiale  ? Comment est remis en cause le modèle économique sur lequel cette puissance s’est construite  ? Quelles réponses y ont été apportées  ? Comment les États-Unis se trouvent-ils à la fois fragilisés et renforcés  ? La question environnementale contribue-t-elle vraiment au déclin des États-Unis  ? La question environnementale accroît-elle la fracture entre deux États-Unis d’Amérique ?

THÈME 5 Étude conclusive Les États-Unis et la question environnementale : tensions et contrastes

28

Exercice 2 1. Les hydrocarbures non conventionnels sont également appelés gaz et pétroles de schiste, ils sont contenus dans des roches mères qui doivent être fracturées et non simplement dans des nappes souterraines plus ou moins profondes. Leur exploitation nécessite une technique spécifique appelée fracturation hydraulique, qui demande l’injection de produits chimiques et d’importantes quantités d’eau. Cette technique est critiquée en raison de la pollution qu’elle génère dans le sous-sol, des séismes que l’on lui impute, et de l’importante quantité d’eau qu’elle mobilise, précisément dans les régions arides. Ces gisements sont situés précisément au Texas et dans les Rocheuses, zones touchées par l’aridité, mais aussi dans le Dakota du Nord. Il y aurait aussi d’importants gisements dans la région des Grands Lacs et des Appalaches. 2. Les enjeux de l’exploitation : sur le plan national, l’ex-

ploitation contribue à développer des régions jusque-là faiblement peuplées et peu dynamiques, comme le Dakota du Nord, en y créant de nombreux emplois, en développant les villes et les services et les infrastructures de transport. Elle assure aux États-Unis l’autosuffisance énergétique, alors que les besoins de leur économie et de leur mode de vie sont colossaux. Sur le plan international, les États-Unis disposent de l’avantage de la maîtrise technique du processus d’extraction, qu’ils ont expérimenté sur leur territoire. Le fait de ne plus être dépendants des importations depuis des régions troublées et à la gouvernance autoritaire ou chaotique (Moyen-Orient, Venezuela) justifie la fin d’un engagement militaire coûteux et critiqué (Irak). Les États-Unis, en devenant exportateurs de pétrole et de gaz, peuvent ainsi contrer le rival russe et utiliser cet argument dans leur diplomatie. Les critiques  : l’exploitation bénéficie aux grands groupes pétroliers, qui disposent des moyens techniques et financiers pour mener la prospection et l’exploitation. Cela accroît leurs profits, au détriment de l’environnement qui est irrémédiablement endommagé par l’injection de produits chimiques et d’eau dans le soussol, en plus de l’atteinte à la vie et aux paysages en surface. L’exploitation crée de nouveaux dégâts et risques (déversements accidentels, fuites, émissions de CO2). Les populations se trouvent exposées à des risques sanitaires, à de nouvelles pollutions (air, eau, sol), parfois expropriées pour les besoins de l’exploitation. L’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, qui font partie des énergies fossiles, retarde la transition du pays vers des sources d’énergie renouvelables, augmente les émissions de CO2 du pays alors que les autres pays développés s’efforcent de les réduire.

3. On peut demander aux élèves de ne présenter qu’un seul type de document par exposé : photo, carte, schéma, tableau de données ou graphique, extrait de texte…

Exercice 3 1. La caricature proposée est l’œuvre du célèbre des-

sinateur suisse Chappatte, collaborateur régulier du quotidien Le Temps de Genève. Il porte donc un regard extérieur critique sur les États-Unis et leur politique envi-

ronnementale. Elle est parue le 17 octobre 2006, sous le mandat du Président George W. Bush, proche des milieux pétroliers américains et qui s’est opposé à la ratification par le pays du protocole de Kyoto. Le Président américain est connu pour ses positions anti-environnementalistes et son unilatéraliste en ce qui concerne les affaires mondiales. Le ton général du document est à la fois humoristique au premier coup d’œil (il se moque d’un cliché de l’Américain moyen – donc obèse) tout en dénonçant les effets de l’attitude américaine sur le reste du monde, en particulier les pays pauvres en développement.

2. La caricature peut être divisée en deux éléments qui

reprennent la structuration du globe terrestre en deux hémisphères : au nord le « gros » américain qui occupe toute la place, au sud un ensemble d’individus maigres, issus de différentes parties du monde (on identifie un chapeau mexicain, des tenues traditionnelles africaines et arabes) et serrés sur une petite surface. On a une vision binaire du monde, qui fait disparaître les autres États et peuples (où sont les Européens ? les Chinois ?), ce qui pourra être utilisé comme critique.

3. L’auteur veut dénoncer à la fois la surconsomma-

tion des ressources de la planète par les États-Unis, les méfaits de leur mode de vie, et l’attitude égoïste, l’indifférence du pays à l’égard du reste du monde. Le mode de vie américain nécessite d’importantes quantités d’espaces et de ressources, qui ne sont donc pas laissés à disposition des autres pays. Cela a aussi un impact négatif sur la santé, créant des «  monstres  » obèses et dépendants, ici au pétrole. L’auteur place donc sa critique aussi bien du point de vue de l’économie que de la morale.

4. Plusieurs critiques sont ici faites aux États-Uniens. Ils

sont présentés comme insatiables, dépendants, ici au pétrole assimilé à un soda (on peut évoquer l’idée de junk food, malbouffe). Les Américains seraient ainsi de grands enfants incapables de se poser des limites. Ils sont aussi présentés comme vulgaires, avec une tenue vestimentaire décontractée/négligée, peu conforme à l’idée que l’on peut se faire d’une personne éduquée, incarnant l’image d’une puissance dominante. Enfin, ils sont présentés comme égoïstes : le mot USA sur son polo associé à ces courtes paroles indique que seul son pays, son confort l’intéresse et compte pour lui. C’est donc l’image d’une société américaine malade de sa surconsommation et qui n’en a pas conscience.

5. Le document cible les États-Unis mais comme toute

caricature est très réductrice. On est dans le cliché de l’Américain moyen blanc de la classe moyenne ou populaire. Les 300 millions d’États-uniens n’ont pas tous ce profil ethnique et économique. Par ailleurs les États-Unis ne sont pas le seul pays au monde à avoir un mode de vie énergivore et à surconsommer les ressources : les États européens, l’Australie, le Canada sont aussi fortement émetteurs de CO2, sans compter la Chine… D’autre part le cliché joue aussi pour les pays en développement  : tous les pays dits du Sud ne connaissent pas la famine et la misère même si elles restent présentes dans les PMA en Afrique. Certains disposent désormais d’un revenu moyen qui se rapproche des États européens, et le développement a favorisé aussi bien l’émerge d’une classe moyenne que de grandes fortunes.

THÈME 5 Étude conclusive Les États-Unis et la question environnementale : tensions et contrastes

29

6. États-Unis

Reste du monde

Ce que montre le document

Un seul homme, obèse, addict, qui prend ses aises, en couleur.

Des individus nombreux, serrés, maigres et sombres.

Ce que suggère le document

L’Américain type, le poids élevé (il va faire craquer sa chaise/la Terre), égoïsme, il est mal élevé, négligé, il considère que tout lui est dû, il n’a pas conscience de ce que son attitude implique.

La misère, le manque de nourriture, la tristesse, l’exiguïté, on ne leur demande pas leur avis, ils subissent, ils sont chassés.

THÈME 5 Étude conclusive Les États-Unis et la question environnementale : tensions et contrastes

30

BAC

v

p. 388-389

Dissertation : sujet guidé

SUJET : Le changement climatique : constats, premiers effets et actions Problématique : Comment la question du changement climatique s’est-elle imposée comme un enjeu politique mondial ? Établir un plan détaillé avec les exemples. Parties I. La mesure et la prise de conscience du réchauffement climatique

Idées

Exemples

• Études sur l’histoire du climat : il y a des variations dans l’histoire mais le xxe siècle est marqué par une accélération du réchauffement. • Mise en évidence du lien entre activités humaines, GES et réchauffement climatique : l’ère de l’Anthropocène. • Des débats demeurent encore, notamment chez les climatosceptiques • Prise de conscience des jeunes générations de l’urgence écologique : engagement, manifestations, etc.

II. Les effets de ce réchauffement climatique

• Avec l’Anthropocène, le réchauffement est généralisé et beaucoup plus rapide. • Les climatosceptiques sont le plus souvent aux services d’industriels ou du lobby des hydrocarbures. • La prise de conscience est le fait d’une partie de la jeunesse, de grandes manifestations : Greta Thunberg est devenue l’une des figures de la contestation

• Le réchauffement climatique transforme les écosystèmes de presque toute la planète, il touche autant la faune que la flore. Des équilibres sont rompus. • Fonte des glaciers des montagnes et de la zone arctique.

• Incendies des forêts en Australie entre septembre 2019 et février 2020, 1 milliard d’animaux ont disparu.

• Élévation du niveau de la mer, disparition d’îles et de territoires, érosion des côtes.

• Disparition d’îles, fonte des glaces : les « espaces sentinelles » sont en première ligne des changements climatiques. • On estime à 50 M le nombre de réfugiés climatiques d’ici 2050. • Augmentation des incendies de forêt dévastateurs : Amazonie, Californie, Australie.

• Augmentation du nombre de réfugiés climatiques. • Accroissement des incendies. III. La difficile lutte contre le réchauffement climatique

• Optimum climatique médiéval entre les xe et xiiie siècles et Petit Age glaciaire xvie-xixe siècle.

• Recul rapide de la Mer de Glace à Chamonix dans les Alpes françaises

• Différents acteurs : – les organisations internationales ; – les États et les collectivités territoriales ; – les ONG ; – les citoyens ; – les entreprises.

• Des États œuvrent activement pour la transition écologique : Norvège, Costa Rica par ex. Greenpeace : une ONG fondée en 1971, 3 M de membres dans 55 pays Des entreprises affichent une éthique écoresponsable : marketing ?

• Des décisions politiques internationales : – l’accord de Paris contre le réchauffement climatique (2015) ; – le départ des États-Unis de cet accord ; – seulement 16 États sur 157 signataires respectent leurs engagements en matière de GES ; – aux dernières COP 24 et 25, peu de décisions prises. • Le GIEC, groupe d’experts de l’ONU, multiplie les rapports pour alerter sur la nécessité d’une gouvernance mondiale en matière de réchauffement de la planète. • Les entreprises cherchent à être écologiquement plus vertueuses dans leurs activités, parfois il s’agit seulement d’une stratégie de communication (green washing).

• Les COP (conférence des parties) dont la 1re réunion remonte à 1979 Les accords de Paris marquent une étape importante dans la prise de conscience, un symbole presque tous les États ont signé. Son application semble être beaucoup difficile. Retrait des EU de cet accord.

THÈME 5 BAC

• Le GIEC fondé en 1988 a joué un rôle dans la prise de conscience de l’accélération du réchauffement climatique. • Des entreprises parfois très polluantes affichent des campagnes publicitaires très « environnementales » notamment des multinationales dans les hydrocarbures : Total par exemple.

31

p. 390-391

Dissertation : sujets d’entraînement

SUJET 1 : Les États-Unis et la question environnementale, échecs et espoirs Comment la première puissance polluante mondiale tarde à réaliser sa transition écologique ? I. Les États-Unis un État très pollueur mais pionnier dans la protection de l’environnement A. L’American way of life, la première société de consommation B. Les premiers parcs au monde II. La priorité assumée de l’économie met en danger l’environnement A. Le modèle capitaliste défendu B. L’environnement n’est pas encore une priorité pour l’État fédéral III. Une prise de conscience des États fédérés, des municipalités, des citoyens A. Une prise de conscience lente qui touche seulement une partie de la population B. Localement, la question de l’environnement gagne du terrain

SUJET 2 : L’empreinte écologique des sociétés humaines depuis la révolution industrielle Comment l’empreinte écologique des sociétés humaines peut se réduire pour ne pas dépasser les capacités de la planète ? I. Des révolutions industrielles qui exploitent les richesses et impactent durablement l’environnement, l’ère de l’Anthropocène A. Les révolutions industrielles, une économie prédatrice B. L’épuisement de certaines ressources et les premières pollutions II. La difficile prise de conscience de l’empreinte écologique des sociétés humaines A. Les débuts de l’écologie politique B. Du sommet de la Terre de Rio à la COP21 III. Comment les sociétés humaines peuvent agir rapidement ? A. Des accords internationaux mais des accords contraignants B. Le progrès technique peut-il être une solution ?

SUJET 3 : Les conséquences économiques, politiques et géopolitiques du réchauffement climatique Peut-on encore de réduire l’impact du réchauffement climatique ? I. La difficile évaluation du coût du réchauffement climatique A. Mesurer le réchauffement climatique B. Les débats et critiques II. Des États qui doivent intégrer le réchauffement climatique dans leur politique publique A. Le développement durable, principes et réalités B. Les objectifs et normes dans les politiques publiques III. Les conséquences du réchauffement climatique impliquent une plus grande coopération des États A. Poursuivre et accentuer les décisions prises lors de la COP21 B. Des États majeurs qui refusent toute coopération

p. 392-393

Étude de document : sujet guidé

SUJET : Aux États-Unis, l’exploitation plutôt que la protection 1. Le premier document est une caricature de Donald Trump par Georges Million datant de 2017.

Elle montre Donald Trump en pionnier qui envahit une réserve indienne pour imposer les pipelines de la société Keystone, il semble ainsi bafouer les accords de protection de ces territoires indiens. Le second document complète le propos, il s’agit d’un extrait d’un article du Monde de Michel Naepels intitulé « Les oléoducs, ultime combat des Amérindiens » datant de juin 2018. L’article montre comment l’arrivée de Donald Trump a permis d’autoriser l’installation d’oléoducs dans les réserves des Amérindiens malgré leur mobilisation. L’article s’interroge sur la place des populations natives dans la société américaine face à la valorisation des richesses d’origine fossile.

THÈME 5 BAC

32

2. Idées

Citations des documents

Pourquoi ? Des arguments religieux

Pistes de commentaire

• « La mise en avant de concepts religieux dans de nombreux mouvements indigènes » « Le grand esprit n’est plus avec nous » doc. 1

• Les Amérindiens ont un rapport religieux avec la Terre mère, Gaïa. La place de la nature est centrale dans leurs croyances.

Des arguments environnementaux

• « La pollution de la terre et de l’eau et ses contrecoups à long terme sur la santé » • « La dépendance de l’économie nordaméricaine envers une énergie carbonée ». • « La vie (naturelle, humaine et sociale) est un ensemble de relations. »

Des arguments de justice

• « Défendant le peu qu’il leur reste de droits fonciers et les reliquats de leur souveraineté.

• Le procédé d’extraction du gaz dit de schiste est très polluant. Les fuites des oléoducs également. • Une partie des États-uniens sont sensibilisés à la transition écologique mais ils ne constituent sans doute pas la majorité de la population. • Les Amérindiens ont une conception de la vie très proche de l’idée de développement durable, une forme d’harmonie, d’équilibre en contradiction avec la société capitaliste.

Des arguments politiques

• Se « posent à nouveau la question de la place des « indigènes », des « autochtones des premières nations » dans notre monde »

• Le projet Dakota Access Pipeline est la dernière illustration de la place marginale, de la relégation des Amérindiens dans la société états-unienne.

• « La plus forte mobilisation a eu lieu fin 2016 contre le Dakota Access Pipeline »

• Il y a une unité des tribus indiennes contre ces projets. Ces luttes permettent aussi de mobiliser ces populations marginalisées et de poursuivre la prise de conscience politique indienne qui a débuté dans les années 1960 par exemple par l’occupation d’Alcatraz (1969-1971). On peut constater le recours à des forces privées pour défendre les intérêts des grandes sociétés pétrolières mais sous couvert de l’administration Trump. On constatera que ces luttes n’ont pas rencontré un grand succès, une humiliation supplémentaire pour les populations amérindiennes appauvries et marginalisées.

Comment ? Par des manifestations Par des occupations de terres

• « Le camp de Standing Rock a été expulsé par des groupes de sécurité privés et par la police utilisant gaz lacrymogènes, canons à eau, grenades explosives »

Par la mobilisation des médias

• La mobilisation a permis une couverture médiatique des articles de presse dans la presse américaine et internationale dont les deux documents sont les témoins

p. 394-395

Étude de document : sujets d’entraînement

SUJET 1 : Une forêt française exploitée par les humains I. Une forêt plantée par les hommes A. Des marécages nuisibles B. Une forêt de pins maritimes et la fin de la société agropastorale II. Une valorisation qui a dû évoluer A. Les premières tentatives de valorisation B. Des pins maritimes pour la résine et le bois III. Comment gérer et protéger la forêt landaise A. L’exploitation du bois B. Protéger la forêt contre les incendies

SUJET 2 : Le greenwashing, la nouvelle arme des multinationales I. Le greenwashing, une pratique qui se généralise A. Les entreprises polluantes en quête d’honorabilité environnementale B. Des campagnes médiatiques

THÈME 5 BAC

33

II. Des ONG, des militants qui parodient la communication des grandes entreprises A. La parodie, l’appel au boycott, l’usage des réseaux sociaux B. Des résultats obtenus sur certaines entreprises 

p. 398-399

V  ers le Sup’ : Exploiter des cartes topographiques

Autres pistes de réalisation pour les élèves : Au lieu de rédiger une synthèse, il est possible de demander aux élèves de réaliser un croquis de synthèse ou encore une infographie avec un logiciel en ligne du type Canva. Il est possible aussi de demander aux élèves de réaliser une affiche sur le massif de l’Estérel : un groupe réaliserait une affiche qui proviendrait des autorités du parc naturel départemental, un second groupe une affiche de l’office du tourisme de Fréjus.

THÈME 5 BAC

34

6 Thème

L’enjeu de la connaissance La logique du thème Ce Thème 6 a un double objectif : mettre en avant les conditions nationales et internationales de la construction de la connaissance, en particulier de la connaissance scientifique, et expliquer la manière dont les États favorisent ou contrôlent, entre coopérations et conflits, la production ou la diffusion de celle-ci. Pour cela, il souligne l’importance de l’alphabétisation des sociétés afin d’accroître le nombre de personnes susceptibles de produire, de recevoir et de diffuser de la connaissance, et examine le fonctionnement d’une communauté savante à partir de l’exemple des recherches sur la radioactivité au xxe siècle. Il montre aussi comment des États se sont saisis de l’enjeu de la connaissance dans leurs affrontements, comme lors de la guerre froide ou dans leur souci de favoriser leur développement économique, restreignant ou favorisant la circulation des connaissances scientifiques et technologiques. Enfin, il fait le point sur la situation actuelle vis-à-vis du cyberespace, où technologie, tensions et affrontements peuvent être à l’œuvre pour tenter de préserver sa souveraineté. Le choix de Marie Curie en document d’accroche s’explique car c’est personnage le plus connu à la jonction de deux enjeux importants du thème, ceux de l’alphabétisation des femmes et des recherches sur la radioactivité qui ont mené à la bombe atomique. Née et alphabétisée en Pologne, Marie Curie poursuit des études de physique et de chimie à Paris. Symbole du mouvement d’alphabétisation des femmes en Occident à partir du xixe siècle, elle mène des recherches sur la radioactivité. Avec sa fille Irène et son gendre, Frédéric Joliot, ils font des découvertes qui aboutissent à la possibilité de créer une bombe atomique.

p. 402-403

Introduction

La notion de « société de la connaissance », portée et débats Cette notion, théorisée par Peter Drucker, est importante pour les élèves puisqu’elle place le concept de connaissance au centre de la réflexion. Il est notamment montré ici, au travers de la biographie de Peter Drucker comment la connaissance a révolutionné le travail. Peter Drucker est souvent considéré comme le père du management moderne. On illustre sa théorie par la représentation du travail à la chaîne (organisation scientifique du travail) (doc. 1). La connaissance peut aussi amener la recherche scientifique à avoir des applications concrètes, notamment industrielles (doc. 4). Les documents 2 et 3 montrent une critique universitaire de cette notion de « société de connaissance ». La science (ici les sciences exactes ou dures) est vue comme seule source de la connaissance, face à la rhétorique, la littérature ou aux sciences dites sociales, ce qui réduirait la pensée politique dans cette « société de la connaissance ». Une deuxième critique est faite sur l’éducation dans la révolution informatique, car il faudrait différencier un simple traitement d’informations du processus de la connaissance par une transmission du savoir nécessairement appuyée sur un savoir-faire humain.

Éléments de réponses aux questions p. 403 1. La société de la connaissance, théorisée par Peter Drucker, désigne une société où les informations se diffusent très vite et où la connaissance, au sens d’innovation, est source de développement. 2. La connaissance a permis d’améliorer la productivité

du travail en mettant en place de nouvelles formes d’organisation du travail comme le travail à la chaîne ou, aujourd’hui, la robotisation.

3. La connaissance favorise l’industrie puisqu’elle

entraîne des applications concrètes qui se traduisent par la fabrication de nouveaux produits, comme ici les robots.

4. La « société de la connaissance » peut être critiquée

car la difficulté est de savoir si les seules sciences amènent des connaissances exactes et si seule la science peut alors légitimer une connaissance. De plus, la question de la transmission des connaissances se pose. Elle va au-delà de la simple transmission d’informations traitées. Il faut un savoir-faire humain en plus des ordinateurs.

THÈME 6 Introduction La société de la connaissance, théorie et implications

1

p. 404-405

Introduction

p. 406-407

Introduction

Communautés savantes et communautés scientifiques

Les acteurs et les modalités de la circulation des connaissances

L’essentiel des nouvelles connaissances est produit par la communauté scientifique ou communauté savante. Les communautés savantes et scientifiques ont beaucoup évolué. Si au départ, ce sont surtout des savants isolés qui proposent leurs découvertes, ils s’associent de plus en plus et forment des communautés. Le rôle de ces groupes va aussi plus loin. Ils ont pour but de développer la collaboration des savants mais aussi de valider les nouvelles connaissances. Ce rôle est d’autant plus primordial pour se prémunir des fake news.

La question de la diffusion des connaissances est importante pour qu’elles puissent profiter au plus grand nombre. Les informations validées par la communauté scientifique circulent via des médias spécialisés puis sont vulgarisées par les médias de masse. Dès lors, plusieurs supports sont utilisés jusqu’à la vulgarisation au grand public mais certains médias comme Internet posent le problème de l’accès à une connaissance fiable, à l’opposé des fake news.

Éléments de réponses aux questions p. 405 1. Une communauté scientifique est un groupe de cher-

cheurs qui utilisent la méthode scientifique pour élaborer de nouvelles théories ou de nouvelles inventions. Elle a aussi pour but de valider le résultat des recherches d’autres savants.

2. La communauté scientifique est parfois divisée. C’est le

cas à propos du changement climatique puisqu’il existe encore des climatosceptiques qui remettent en cause le rôle de l’homme dans le réchauffement du climat de la planète. De même, la question des vaccins ou de certains essais cliniques (comme ceux du fonds Josefa) divise les scientifiques. La récente pandémie de Covid-19 fournit une parfaite illustration de ces débats à l’échelle mondiale.

3. La validation des résultats par une communauté scien-

tifique est importante car cela permet d’éviter que de fausses informations circulent. Cela est d’autant plus important à l’heure d’Internet et des fake news.

Éléments de réponses aux questions p. 407 1. Traditionnellement, les connaissances sont diffusées dans le cadre de colloques et autres réunions de scientifiques mais aussi par le biais de publications dans des revues plus ou moins spécialisées. La revue américaine Science est ainsi l’une des plus importantes au monde. 2. De nos jours, elles circulent surtout par le biais d’Inter-

net, le plus souvent par le moteur de recherche de Google, l’encyclopédie en ligne Wikipédia ou des articles postés sur les réseaux sociaux.

3. Le risque en est que des informations fausses circulent comme les fake news. On peut citer la rumeur selon laquelle Barack Obama n’était pas né aux États-Unis en conséquence de quoi, selon la loi américaine, il n’aurait pas pu se présenter à la présidence. Cela est faux. Barack Obama est bien né aux États-Unis, dans l’État de Hawaï.

4. Internet modifie la diffusion des connaissances car

certains estiment que les connaissances qui circulent sur Internet sont peu intéressantes. D’autres pensent au contraire qu’Internet va au-delà des connaissances traditionnelles en permettant aux internautes de construire et de participer à l’élaboration des connaissances.

THÈME 6 Introduction La société de la connaissance, théorie et implications

2

AXE 1

Produire et diffuser des connaissances La logique du chapitre Le chapitre propose d’analyser la connaissance au travers de deux éléments principaux : la possibilité et la volonté, pour un État, de donner accès à la connaissance et notamment à l’alphabétisation, à ses habitants mais aussi la possibilité de faciliter la ­recherche scientifique et donc la production de connaissance. Ici, le rôle de l’État est donc primordial et s’est renforcé. Les dossiers s’efforcent aussi de montrer les limites dans la production et la diffusion des connaissances, notamment celles des inégalités hommes-femmes encore fortes.

Bibliographie 1. Sur l’alphabétisation des filles –– F. Mayeur, L’Éducation des filles en France au xixe siècle, Tempus, 2008. Un ouvrage très complet sur la façon dont les filles sont éduquées et sur les différences avec les garçons, malgré les progrès de l’alphabétisation. –– A. Prost, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Armand Colin, 1968. L’ouvrage est ancien mais il retrace bien toutes les politiques mises en place notamment par l’État, contre la religion, en matière d’alphabétisation et notamment des filles. 2. Sur la radioactivité –– R. Bimbot, Histoire de la radioactivité, l’évolution d’un concept et ses applications, Vuibert, 2006. L’avantage de cet ouvrage est de proposer une histoire mondiale de la radioactivité. –– P. Reuss, L’Épopée de l’énergie nucléaire : une histoire scientifique et industrielle, EDP Sciences, 2013. Cet ouvrage est très complet sur l’histoire du nucléaire mais il ne porte que sur la France.

Sitographie 1. Sur l’éducation des femmes –– https://fr.unesco.org/themes/education-egalite-genres Le site de l’UNESCO sur les inégalités en matière d’éducation et de genre. Il donne des informations précises et actualisées sur l’évolution de la situation. 2. Sur les recherches en matière de radioactivité Deux documentaires qui montrent bien comment la communauté scientifique cesse de collaborer face à la perspective de la guerre. Ils montrent bien aussi comment les nazis étaient assez loin d’obtenir la bombe nucléaire. –– N. Jallot, La course à la bombe, La case du siècle, 2018. –– N. Jallot, Le IIIe Reich n’aura pas la bombe, La case du siècle, 2019. Deux sites qui résument bien l’histoire des recherches et des applications en lien avec la radioactivité. –– https://www.andra.fr/les-dechets-radioactifs/la-radioactivite/lhistoire-de-la-radioactivite –– https://musee.curie.fr/decouvrir/documentation/histoire-de-la-radioactivite

p. 408-409

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 408 1. À l’échelle nationale, on constate un premier décalage car au Sénégal, 62 % des femmes sont analphabètes

alors que la moyenne nationale est de 54 %. Il existe un retard à l’échelle mondiale, où le taux d’alphabétisation est de 90 % pour les femmes nées au début du xxie siècle.

2. Les conditions d’alphabétisation sont rudimentaires.

La photo montre bien que les femmes sont accueillies

THÈME 6 Introduction La société de la connaissance, théorie et implications

3

dans une case faite avec des végétaux. Le matériel est insuffisant : elles n’ont pas de table pour écrire ni de cahier. Seul un tableau est utilisé.

Éléments de réponse aux questions p. 409 1. Les nazis cherchaient à mettre au point la bombe atomique pendant la guerre, comme indiqué par Albert Einstein. Le célèbre scientifique, ayant fui l’Europe, participe au projet Manhattan qui permet aux États-Unis de maîtriser en premier la technologie de la bombe atomique en juillet 1945. 2. Cela leur a permis de vaincre le Japon en lançant deux bombes sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945.

p. 410-411

Re p è r e s

Produire et diffuser des connaissances L’objectif de cette double page est à la fois de préciser autour de quelles notions majeures s’articule le couple « produire et diffuser » et de proposer quelques pistes pour en explorer les enjeux. Ainsi, le schéma, qui place au centre les « acteurs » de la production et de la diffusion de connaissances permet aux élèves d’avoir une vision plus concrète de l’ensemble de l’Axe. Les autres documents, dont on peut faire une approche croisée, donnent des exemples pour certains acteurs (Samsung et Elsevier pour les entreprises, l’UNESCO pour l’engagement des États à travers une agence spécialisée de l’ONU) et mettent l’accent sur deux aspects majeurs de l’Axe : un défi (les inégalités hommes-femmes) et une tendance (l’investissement croissant des entreprises dans la recherche), avec leurs conséquences positives et négatives, en insistant sur un phénomène peu connu : l’accaparement des résultats de la recherche par un é ­ diteur.

soient alphabétisés et éduqués. Il investit également dans la recherche, c’est-à-dire qu’il donne des moyens technologiques et scientifiques aux chercheurs et facilite leur coopération. Un État comme la Corée du Sud, pays très pauvre dans les années 1950 devenu aujourd’hui la douzième puissance économique mondiale, a ainsi massivement concentré ses efforts sur l’éducation dès les années 1960 dans le cadre d’une stratégie de développement qui s’est avérée payante.

2. Les entreprises jouent un rôle ambivalent dans la

production et diffusion de connaissances. En effet, elles investissent massivement dans la recherche, facilitent les rencontres et coopérations entre chercheurs et ainsi, elles favorisent les progrès scientifiques. Mais ces investissements doivent leur permettre de conquérir des parts de marchés dans leurs secteurs et d’accroître leurs profits. Redoutant une concurrence exacerbée (même si celle-ci peut également stimuler leurs investissements) et l’espionnage industriel, elles surveillent donc jalousement les connaissances qu’elles produisent et tentent de maîtriser leur diffusion. Une entreprise éditoriale est aussi accusée de monnayer cher l’accès aux découvertes par un mouvement protestataire de chercheurs.

3. Les obstacles qui limitent l’accès des femmes au savoir

et à la recherche sont symbolisés par deux phénomènes. Il y a d’abord le taux d’analphabétisme, qui est plus important chez les femmes que chez les hommes (les deux tiers des analphabètes du monde sont des femmes). On le constate ensuite par les inégalités persistantes entre hommes et femmes dans la recherche mondiale : les femmes, pourtant davantage diplômées dans les pays de l’OCDE, sont minoritaires dans la production scientifique et peu présentes dans certains domaines. Au plus haut niveau, « l’effet Matilda » désigne le phénomène qui veut que les femmes de science ne bénéficient que très peu des retombées de leurs découvertes, quand elles ne voient pas tout simplement le prix Nobel leur échapper.

Pour aller plus loin : Sur Elsevier : –– https://www.telerama.fr/medias/dirtybiology-leve-levoile-sur-la-mafia-de-la-recherche, n6118741.php Sur les femmes dans le monde de la recherche : –– https://www.femmes-esr.com/portraits/ –– https://www.franceculture.fr/sciences/leffet-matilda-rosalind-franklin-pionniere-de-ladn Notamment, l’exemple de Lise Meitner, citée dans le document 3 p 417 : –– https://www.franceculture.fr/sciences/lise-meitner-etla-fission-fut –– https://www.photoniques.com/articles/photon/ pdf/2014/03/photon201471p22.pdf

Éléments de réponse aux questions p. 411 1. L’État est un acteur majeur dans la production et la

diffusion de connaissances, car il assume, au sein du territoire qu’il administre, des fonctions éducatives et de recherches essentielles. Ainsi, il organise le système d’enseignement, veillant à ce que ses ressortissants

p. 412-413

Jalon 1A

Accès à la connaissance et alphabétisation des femmes La première double page propose une histoire de l’alphabétisation des femmes en Europe depuis le xvie siècle. Celle-ci se développe à la faveur de l’humanisme, de la Renaissance et de la Réforme protestante. Mais à partir du xixe siècle, l’État prend le relais des Églises. La deuxième double page propose un éclairage sur la situation mondiale afin d’insister sur les régions du monde où les inégalités sont les plus fortes entre les sexes. L’objectif est aussi de montrer en quoi l’alphabétisation des femmes est un levier de croissance et de développement.

Document 1 Il s’agit d’un traité sur l’éducation des filles qui permet de mesurer le fait que les commentateurs de l’époque prennent conscience de la nécessité d’alphabétiser les femmes. Cela dit, cette action est faite en faveur des

THÈME 6 Axe 1 Produire et diffuser des connaissances

4

hommes puisque la justification est que les femmes s’occupent des enfants et qu’elles doivent donner une bonne image de leur mari. D’autres traités ont pu être écrits. En 1523, Jean-Louis Vivès rédige De l’Institution de la femme chrétienne. Si l’auteur y affirme que la première vertu qui doit être enseignée à une femme est la pudeur, il est également nécessaire qu’elle puisse disposer d’une certaine culture pour effectuer correctement ses rôles d’épouse et de mère. Il préconise ainsi que les femmes sachent lire et écrire en plus de connaître parfaitement les travaux domestiques.

Document 2 Ce document a pour but de montrer le rôle de la Réforme protestante qui privilégie la lecture personnelle de la Bible en langue vernaculaire. Cela encourage donc à l’éducation des filles. Mais le but est aussi de montrer que les femmes de l’aristocratie sont en général alphabétisées et éduquées. D’autres figures féminines pourraient être citées comme Marguerite de Navarre, sœur de François Ier, qui parlait couramment le latin ainsi que plusieurs langues et qui entretenait une petite cour d’artistes et d’intellectuels, ou Marguerite de Valois, sœur d’Henri III et première épouse d’Henri IV.

Document 3 Ce document montre que les créations d’écoles de femmes sont soumises au bon vouloir de grands aristocrates. On voit également que peu de femmes y participent ici et qu’elles appartiennent en réalité à un milieu privilégié. Cette maison inspira Napoléon Bonaparte qui créa en 1805 les maisons d’éducation de la Légion d’honneur et même Madame Lafont qui fonda à Saint-Pétersbourg l’institut Smolny en 1764.

3. Les femmes aristocrates sont plus alphabétisées. On

le voit avec le personnage de Jeanne d’Albret, mère du futur Henri IV qui écrit ses mémoires et plusieurs poèmes. On voit également que la maison royale de Saint-Louis accueille des filles issues de la noblesse.

4. L’éducation des filles est rudimentaire en Algérie au

milieu du xixe siècle car le matériel manque cruellement. Il n’y a ni bureau ni chaise, seulement un petit tableau.

5. Les programmes scolaires ont évolué car ils se sont

peu à peu harmonisés entre les sexes. Au départ, les filles reçoivent une éducation qui est considérée comme étant liée à leur fonction dans la société (être épouse et mère). Mais peu à peu, on considère qu’elles doivent apprendre les mêmes choses que les garçons.

Synthétiser D’abord du xvie siècle au xixe siècle en Occident : l’alphabétisation des femmes est encouragée mais la femme reste une inférieure. Les programmes sont différents et cela ne touche que les femmes de la haute société. Le rôle de la Réforme protestante et des humanistes est important. Ensuite, du xixe au xxe siècle en Occident : l’État prend en charge l’éducation notamment des filles en généralisant l’enseignement. À noter que les régimes communistes insistent sur l’égalité hommes-femmes. Travailler autrement Pour démarrer les recherches, ce site institutionnel : https://www.legiondhonneur.fr/fr/page/presentationdes-maisons-deducation/279 ; et cette page Internet avec de nombreuses photos : https://artcorusse.org/l-institut-smolny-pour-jeunes-filles-de-bonnes-familles/. L’exposé doit aussi prendre en compte la réflexion de la question 3 sur les inégalités sociales dans l’accès à l’alphabétisation.

p. 414-415

Document 4 La question de l’alphabétisation des femmes se pose aussi dans les colonies. En 1954, dans l’Algérie française, 100 % des enfants pieds-noirs sont scolarisés dans le ­primaire, mais seulement 14 % des Arabes et Kabyles, malgré les lois Ferry (cf. aussi les pages 182-183 du manuel).

Éléments de réponse aux questions p. 413 1. Les femmes doivent être alphabétisées, selon Féne-

Jalon 1B

Document 1 Il s’agit d’un planisphère de 2018 qui montre le taux d’alphabétisation des femmes adultes par pays. Cette carte ne prend donc pas en compte la scolarisation des petites filles de moins de 15 ans. On peut y retrouver la géographie du mal-développement, et la rapprocher d’une carte de l’IDH.

Document 2

lon, car elles participent à l’éducation de leurs enfants et notamment des garçons. De plus, elles représentent leurs maris et s’occupent de la maison. En revanche, les femmes ne doivent pas être savantes ni justifier de ces connaissances pour vouloir gouverner.

Ce texte recense tous les obstacles liés à l’alphabétisation des filles dans certains pays. Cela est à mettre en lien avec le statut accordé aux femmes dans ces pays.

2. La Réforme protestante favorise l’alphabétisation des

Cette photo montre comment l’alphabétisation des femmes renforce leur autonomie et leur rôle de citoyennes. Elles s’investissent beaucoup plus dans la vie publique lorsqu’elles sont alphabétisées.

filles car elle valorise la lecture personnelle de la Bible. Tous les fidèles, y compris les femmes, doivent donc savoir lire.

Document 3

THÈME 6 Axe 1 Produire et diffuser des connaissances

5

Document 4 Il s’agit d’un extrait du discours de Malala Yousafzai à l’ONU, reprenant les difficultés que rencontrent les filles pour aller à l’école. Elle en appelle à une lutte plus globale en faveur de l’éducation. Pour diversifier les exemples, on peut aussi évoquer Humaira Bachal, militante pakistanaise en faveur de l’éducation.

Éléments de réponse aux questions p. 415 1. L’alphabétisation des femmes est la plus faible en Afrique, en Asie centrale, en Asie du Sud et du Sud-Est. 2. Plusieurs obstacles empêchent l’alphabétisation des

filles au Niger : manque d’infrastructures, garçons prioritaires pour les études alors que les filles sont plutôt destinées au mariage, mauvaise formation des professeurs, violences sur les filles faites à l’école, interdiction de l’éducation pour les filles selon certains terroristes.

3. Le programme « Raising her voice », mis en place

par l’ONG Oxfam, vise à accroître l’alphabétisation des femmes car cela leur donne plus d’assurance et plus d’autonomie. Elles s’investissent plus dans les instances décisionnelles.

4. Des ONG comme Oxfam et des organisations interna-

tionales comme l’ONU ou l’UNESCO tentent de se mobiliser grâce à des militantes issues de la société civile comme Malala.

5. Le terrorisme empêche la scolarisation des filles. Les

parents n’osent souvent pas braver les interdits religieux édictés par les terroristes. De plus, les terroristes ferment les écoles pour filles. Synthétiser On reprendra les réponses aux questions en les organisant : I. Une alphabétisation des filles très inégale dans le monde. II. De nombreux obstacles. Travailler autrement Pour enrichir l’exposé, il est aussi possible d’aller sur le site suivant : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/ pf0000226970. Les élèves y trouveront un rapport de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie, publié en 2014, intitulé « Alphabétisation et autonomisation des femmes ». Les pages 10 à 28 présentent divers cas où l’alphabétisation des femmes a permis leur autonomisation, comme le programme népalais tiré de ce rapport.

p. 416-417

Jalon 2A

Produire de la connaissance scientifique : la radioactivité La première double page insiste sur l’histoire des recherches et de la collaboration entre scientifiques occidentaux en matière de radioactivité. Ce phénomène

naturel ouvre un champ énorme de recherches et d’applications civiles puis militaires. La seconde double page aborde la question de ces applications (médecine, énergie, bombe atomique) ainsi que leurs enjeux.

Document 1 Ce document présente Henri Becquerel qui découvrit par hasard la radioactivité alors qu’il menait des recherches sur la phosphorescence. La radioactivité est un phénomène physique par lequel des noyaux d’atomes instables se transforment spontanément en d’autres atomes en émettant notamment de l’énergie sous forme de rayonnement. En 1896, le physicien Henri Becquerel découvre que l’uranium émet un rayonnement naturel spontané, diffèrent des rayons X.

Document 2 Il s’agit d’un extrait d’un article qui témoigne des découvertes de Pierre et Marie Curie qui ont poursuivi les recherches à partir des découvertes de Becquerel. Le couple découvre en 1898 deux éléments radioactifs inconnus : le polonium et le radium, ce dernier élément étant 2 millions de fois plus radioactif que l’uranium. Ils en étudient ensuite les propriétés chimiques. En 1903, Henri Becquerel ainsi que Pierre et Marie Curie obtiennent le prix Nobel de Physique pour ces découvertes.

Document 3 Ces documents présentent les recherches croisées en France et en Allemagne. La collaboration est d’ailleurs importante entre les savants des deux pays jusqu’en 1939.

Éléments de réponse aux questions p. 417 1. Becquerel a découvert la radioactivité en 1896, par hasard, en faisant des recherches sur la phosphorescence. Il découvre que l’uranium émet un rayonnement naturel spontané, diffèrent des rayons X. 2. La radioactivité de l’uranium est trop faible pour se

prêter à des expériences utiles. Pierre et Marie Curie découvrent les propriétés du radium : il émet naturellement de la chaleur et des radiations beaucoup plus importantes que l’uranium.

3. Plusieurs autres découvertes ont ensuite été faites : –– Découverte de la radioactivité artificielle. –– Principe de la fission de l’uranium –– Déclenchement d’une réaction en chaîne lors de la fission et dégagement d’énergie atomique. Synthétiser On peut répondre selon le plan suivant : I. Des recherches françaises au début. II. La collaboration des savants de différentes nationalités. III. Des découvertes nombreuses.

THÈME 6 Axe 1 Produire et diffuser des connaissances

6

Travailler autrement L’objectif est ici de se concentrer sur la période 18951939 pour cette chronologie.

p. 418-419

5. Le nucléaire risque d’entraîner la destruction de l’hu-

manité. C’est pourquoi certains savants comme Einstein se sont opposés à la poursuite des recherches après 1945. Synthétiser On peut répondre selon le plan suivant :

Jalon 2B

Document 1 Il s’agit de la photo d’un des premiers cyclotrons. Il permet d’augmenter la vitesse des particules et de les faire entrer en collision pour observer comment elles se comportent.

I. Enjeu politique et militaire. II. Enjeu économique III. Un risque pour l’humanité. Travailler autrement Pour enrichir l’exposé, il est possible de s’appuyer sur l’article suivant : https://www.persee.fr/doc/polix_02952319_2002_num_15_58_1001

Document 2 Ce document interroge, via une interview du documentariste Nicolas Jallot, l’arrêt de la collaboration entre savants en lien avec la Seconde Guerre mondiale. On comprend bien ici les enjeux stratégiques liés aux découvertes. Enfin, on entrevoit le basculement de la recherche vers les États-Unis.

Document 3 La photo montre la puissance du rayonnement nucléaire puisque l’ombre d’un homme avec son échelle a été imprimée sur un mur. Après 1945, le risque réside dans la prolifération de la bombe nucléaire.

p. 422-423

Exercices Bac

Exercice 1 1. Plan proposé I. L’alphabétisation des femmes n’a cessé de faire des progrès pour atteindre l’égalité avec les hommes dans nombre de pays aujourd’hui. II. Pourtant, celle-ci reste encore très inférieure à celle des hommes dans certaines régions du monde. III. Cela représente donc un enjeu de lutte pour divers acteurs et notamment la communauté internationale.

Document 4 Cette photographie montre les applications civiles liées au nucléaire. Mais le nucléaire civil n’est pas exempt de risques. En 1957, un accident touche un des réacteurs à uranium du site nucléaire de Windscale, en Grande-Bretagne. Lors d’une opération d’entretien, des produits de la fission sont libérés dans l’atmosphère et forment un nuage radioactif qui survole l’Europe continentale. L’accident est classé au niveau 5 sur l’échelle internationale des événements nucléaires. D’autres vont ensuite suivre jusqu’à Tchernobyl en 1986.

Éléments de réponse aux questions p. 419 1. Un cyclotron est un accélérateur de particules. Le but est qu’elles entrent en collision pour former de nouvelles molécules. 2. La radioactivité connaît des applications civiles dans le domaine médical et dans la production d’énergie.

3. La coopération entre scientifiques a été stoppée pen-

dant la Seconde Guerre mondiale. Par exemple, toute coopération entre Français et Allemands est terminée. Cela dit, des scientifiques qui se trouvent dans le même camp coopèrent. Ce fut le cas pour permettre d’élaborer la première bombe atomique aux États-Unis.

4. Les recherches sur la radioactivité ont mené à la

création de la bombe atomique. Elle a été utilisée par les États-Unis en août 1945 sur Hiroshima et Nagasaki, occasionnant environ 200 000 morts.

Exercice 2 L’Allemagne était un pays à la pointe de la recherche en matière de radioactivité puisque c’étaient des scientifiques allemands qui avaient découvert le principe de la fission nucléaire en 1938. Dès avril 1939, les autorités nazies lancèrent un programme de recherche sur les potentialités de l’atome, baptisé « projet Uranium ». Des sommes assez importantes ont été allouées à ce projet, dirigé par Werner Heisenberg. Pourtant, les recherches ont tardé à donner des résultats tangibles. En 1942, nous savons par exemple que les chercheurs allemands ne faisaient pas la différence entre le processus d’un réacteur nucléaire, qui fonctionne avec des neutrons lents, et une bombe nucléaire qui nécessite des neutrons rapides. Cette erreur de conception empêcha vraisemblablement les savants nazis de faire aboutir leurs recherches. De plus, le ministre de l’Armement, Speer, définit également d’autres priorités au vu des avancées en matière d’aéronautique et de fusées à longue portée. L’accent fut mis sur la conception de fusées V1 et V2, de prototypes de soucoupes volantes, d’avions à réaction ou d’un sous-marin furtif.

Exercice 3 I. Malala et sa famille, sa scolarisation Le livre raconte d’abord l’histoire de la famille de Malala, issue d’une famille pauvre du Swat, un district reculé d’une province du Nord du Pakistan, où l’armée nationale et les talibans s’affrontent depuis plusieurs années.

THÈME 6 Axe 1 Produire et diffuser des connaissances

7

Son père décide de fonder une école pour jeunes filles alors que sa mère est femme au foyer. Malala a donc la chance d’être scolarisée. En effet, nombreux sont ceux qui doivent travailler pour aider leurs parents à subvenir aux besoins de la famille. De plus, la majorité des femmes étant mères au foyer, la plupart des filles apprennent à cuisiner plutôt qu’à lire, car leurs parents estiment cette compétence bien plus utile pour leur avenir. II. L’arrivée des talibans remet tout en cause Mais les talibans gagnent en influence dans cette région et limitent la scolarisation des filles. Ils commencent par critiquer la mixité des classes, puis celle des écoles. En 2009, lorsqu’ils prennent officiellement le pouvoir, ils autorisent la scolarisation des filles de moins de 11 ans, mais finissent peu après par l’interdire complètement, et ce de manière musclée. Au total, près de 150 écoles sont détruites. Bravant l’interdit, Malala et quelques-unes de ses camarades poursuivent clandestinement les cours. Mais face aux affrontements armés, Malala ne peut finalement plus aller à l’école. III. Retour à l’école et force du discours Finalement, l’armée pakistanaise regagne les terrains perdus et les écoles rouvrent. Mais en 2010, des pluies torrentielles détruisent les quelques écoles de filles restées debout. Cependant, pour Malala, tout s’arrête à nouveau en octobre 2012 lorsque deux talibans l’attaquent à bord du bus scolaire. Elle survit miraculeusement et est transférée dans l’un des meilleurs hôpitaux du RoyaumeUni pour y être soignée. Après de nombreuses opérations et une longue rééducation, elle peut enfin reprendre les cours, à Birmingham cette fois où elle réside désormais avec sa famille. Malala va alors faire porter sa voix, notamment à l’ONU.

Exercice 4 1. L’auteur de ce document est Albert Einstein, un grand scientifique allemand qui émigre aux États-Unis dès 1933, fuyant les persécutions antisémites nazies. Le destinataire est le président des États-Unis, Franklin D. Roosevelt, en poste depuis 1933. 2. Le texte est écrit le 2 août 1939, c’est-à-dire à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Les États-Unis, qui s’étaient déjà engagés en 1917 dans la Première Guerre mondiale, ne souhaitent pas repartir en guerre et une bonne partie de la population américaine est pacifiste et isolationniste (elle veut que leur pays se tienne à l’écart des affaires du monde et notamment de l’Europe). En Allemagne, Hitler est au pouvoir depuis 1933 et le monde sait qu’il prépare une guerre d’agression

sur le continent européen. Il représente donc un danger pour la paix.

3. En 1939, les recherches sur la radioactivité ont beau-

coup progressé depuis 1896. Dès 1934, Irène et Frédéric Joliot-Curie parviennent à créer les premiers éléments radioactifs artificiels. Ce dernier met également en évidence la possibilité d’une réaction en chaîne lorsque les neutrons libérés lors d’une première fission viennent frapper les noyaux d’autres atomes provoquant de nouvelles fissions.

4. Ce document a pour but d’alerte le Président Roosevelt sur le fait que les dangers que représente l’Allemagne nazie et sur le fait qu’elle est potentiellement en train d’effectuer des recherches scientifiques pour mettre au point une arme terrible, la bombe atomique. 5. En 1938, des physiciens allemands ont découvert la fission du noyau d’uranium et ses conséquences en termes de dégagement d’énergie. 6. Einstein propose au Président Roosevelt d’accélérer les recherches dans le domaine de la bombe atomique afin de l’atteindre avant les nazis. Il écrit qu’il faut : « accélérer le travail expérimental, qui n’est à présent accompli que dans les limites des budgets des laboratoires universitaires » et que le gouvernement américain doit lever des fonds ou faire appel à de l’argent privé pour mener à bien ce projet. 7. Après avoir lu cette lettre, Roosevelt décide de mettre en route le projet Manhattan qui vise à développer la bombe atomique. Cela dit, cela n’est réellement décidé qu’en 1942, c’est-à-dire juste après l’entrée en guerre des États-Unis, en décembre 1941. La portée de ce document n’est donc pas immédiate. Cela aboutit en juillet 1945 à l’explosion de la première bombe atomique dans le désert du Nouveau-Mexique et le test est concluant. 8. En réalité, les nazis étaient assez loin de parvenir à développer la bombe atomique. La recherche était trop dispersée et les fonds alloués ont finalement été surtout affectés à la création d’autres armes, comme notamment les fusées V1 et V2. 9. Einstein se méfie de la bombe atomique. Il refuse de participer aux recherches pour mettre en place la bombe H (procédé par fusion nucléaire et non par fission) beaucoup plus puissante. Il en appelle à une organisation internationale pour gérer cette arme destructrice.

THÈME 6 Axe 1 Produire et diffuser des connaissances

8

AXE 2

La connaissance enjeu politique et géopolitique La logique du chapitre L’étude de la connaissance sous un angle politique et géopolitique se fait autour de deux Jalons. L’histoire des services de renseignement américain et soviétique pendant la guerre froide montre bien comment avoir accès à des informations est capital dans le jeu des puissances. L’autre aspect de la question est de voir comment l’Inde développe sa puissance en permettant à ses étudiants d’avoir accès à plus de connaissances par le biais de ses établissements d’enseignement supérieur qui se multiplient mais aussi par l’envoi de nombre de ses étudiants à l’étranger. Enfin, l’Inde favorise les transferts de technologie, qui représentent également une circulation des connaissances des pays développés vers les pays en développement.

Bibliographie 1. Sur le renseignement pendant la Guerre froide –– C. Andrew et V. Mitrokhine, Le KGB contre l’Ouest (1917-1991), Fayard, 2000. L’ouvrage déborde de la période de la guerre froide mais présente bien l’organisation et les opérations menées par le KGB pour espionner l’Occident. –– N. Marie-Schwartzenberg, Le KGB, PUF, « Que sais-je ? », no 2757, 1993. Un ouvrage complet sur le rôle de ce service d’espionnage pendant la guerre froide. –– K. Philby, Ma Guerre silencieuse, Éditions Robert Laffont, 1968. Il s’agit des mémoires de l’agent double MI6-KGB –– R. Pietrini, Vostok, missions de renseignement au cœur de la guerre froide, Mission spéciale production, Témoin des temps, 2008. Il s’agit d’un récit de la part d’un expert dans le domaine du renseignement qui effectua une large partie de sa carrière comme sous-officier à l’Est, pendant la guerre froide. 2. Sur l’Inde –– I. Saint-Mézard et H. Piolet, Atlas de l’Inde : Une nouvelle puissance mondiale, ­Autrement, 2016. Un ouvrage général sur l’Inde avec des cartes intéressantes sur le développement économique et le système universitaire.

Sitographie 1. Sur l’espionnage –– Pour des biographies d’espions : https://www.geo.fr/histoire/guerre-froide-et-espionnage-le-pantheon-des-agents-secrets-156044 –– Un site qui résume bien les affaires d’espionnage entre États-Unis et URSS : https:// cf2r.org/historique/la-guerre-du-renseignement-est-contre-ouest-pendant-la-guerrefroide/ 2. Sur l’Inde, les étudiants indiens et les transferts de technologie –– Un site sur l’organisation de l’enseignement supérieur en Inde : https://cft19.edufair. fr/infos-utiles/l-enseignement-superieur-en-inde.html –– Sur Narendra Modi et sa politique : https://www.francetvinfo.fr/monde/inde/videoqui-est-narendra-modi-reelu-premier-ministre-de-l-inde_3458677.html 3. Sur le concept des transferts de technologie –– Un article complet ; https ://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie2009-2-page-229.htm

THÈME 6 Axe 2 La connaissance, enjeu politique et géopolitique

9

p. 426-427

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 426 1. Les époux Rosenberg sont accusés d’espionnage au profit de l’URSS. Dans certains pays, des manifestations sont organisées pour clamer leur innocence et tenter de leur éviter la chaise électrique. Ils sont finalement exécutés, malgré la campagne en leur faveur. 2. Depuis l’ouverture des archives de l’URSS en 1990 leur

culpabilité est avérée, mais pour des faits moins graves que ceux qui leur étaient reprochés. Les informations transmises ont été en réalité de peu d’importance scientifique. Elles n’ont manifestement pas aidé les Soviétiques à acquérir la bombe atomique.

3. En pleine guerre froide, la course aux armements ato-

miques accentue les fortes tensions entre les deux superpuissances. Les partis communistes du monde entier organisent ces manifestations pour se donner une bonne image et déprécier celle des États-Unis, dans le contexte de cette guerre idéologique.

Éléments de réponse aux questions p. 427 1. L’Inde est la 5e puissance économique du monde en

2019, devant la France.

2. Cette puissance repose entre autres sur la formation de ses étudiants et sur les transferts de technologie.

3. En 2016, l’Inde et la France ont signé un contrat selon

lequel la France livre à l’Inde 36 avions Rafale. Ce contrat comporte des transferts de technologie. C’est positif pour l’Inde car elle achète du matériel et acquiert également de la technologie.

p. 428-429

Re p è r e s

La connaissance, un enjeu politique et géopolitique La double page s’articule autour de deux déclinaisons majeures de l’Axe : le renseignement et les transferts de technologie (cette notion étant probablement nouvelle pour les élèves, elle est plus précisément définie). Un tableau chronologique simplifié permet tout d’abord de remettre en perspective et d’en comparer quelques aspects dans l’histoire du monde depuis 1945, grâce à des exemples variés (d’autres pouvant être sollicités par le professeur à partir des connaissances des élèves acquises lors de l’étude de la guerre froide ou de la Seconde Guerre mondiale, comme le cas de Wernher von Braun). Deux autres documents insistent sur les activités d’espionnage dans deux cadres chronologiques différents, mais dont les méthodes et les objectifs sont tout à fait comparables.

Pour aller plus loin : Sur l’espionnage aujourd’hui, l’affaire Skripal : –– https://www.lemonde.fr/long-formatarti­cle­/2018/10/22/ sur-les-traces-de-serguei-skripal-l-espion-russe-empoisonne-au-novitchok-a-londres_5372660_5345421.html Sur l’espionnage industriel : –– https://www.capital.fr/economie-politique/espionnage-industriel-les-affaires-qui-ont-fait-trembler-l-economie-1074640 –– https://www.usinenouvelle.com/article/du-concordea-renault-14-affaires-d-espionnage-industriel.N144468

Éléments de réponse aux questions p. 429 1. Les transferts de technologie peuvent s’opérer d’une façon ouverte, grâce à des accords commerciaux et scientifiques entre un pays avancé dans la recherche et développement et un pays moins avancé dans ce domaine. Le premier exporte ses produits, envoie des scientifiques, ingénieurs, techniciens, etc. dans le second. Mais de façon couverte, les transferts de technologie se font également par des activités d’espionnage entre entreprises ou/et entre États. 2. La guerre froide est une compétition entre deux

superpuissances qui ont chacune leur modèle politique, économique, social et culturel. Pour l’emporter sans affrontement direct (impossible en raison de l’équilibre des forces), chacune développe différents services secrets (CIA et NSA pour les États-Unis, KGB – qui est également une police secrète – pour l’URSS), chargés d’espionnage et de contre-espionnage. La guerre froide est souvent qualifiée de « guerre des espions », dont les résultats, sur le plan scientifique, ont été notamment visibles dans le domaine aérien et spatial.

3. Depuis les années 1990, les activités d’espionnage

reposent moins sur les États et se développent dans un monde marqué par l’accélération de la mondialisation, l’importance des FTN et l’émergence de nouveaux États. Ces activités ne sont pas pour autant plus visibles, leur discrétion est favorisée par le développement du numérique, qui rend plus difficile la traçabilité, et par le rôle de paravent de grandes entreprises mondialisées, étroitement liées à certains États (comme les FTN chinoises).

p. 430-431

Jalon 1A

Les services secrets soviétiques et américains durant la guerre froide Le Jalon s’organise autour de deux doubles pages. La première a pour but de présenter les agences de renseignement et leurs méthodes. La seconde insiste plus sur les enjeux de ces opérations de renseignement, pour le pays, pour les agences et pour les espions, voire pour la population.

THÈME 6 Axe 2 La connaissance, enjeu politique et géopolitique

10

Document 1

p. 432-433

La photo illustre une école du KGB dans les années 1980. Cela permet de montrer comment la formation au sein de ces organisations est importante de même que le recrutement. La photo présente également le matériel informatique de l’époque.

Document 2 Le schéma présente la plupart des méthodes d’espionnage du KGB. Il est repris du site du musée du KGB à New York : https://kgbespionagemuseum.org/even-walls-can-­ hear/. Le site présente beaucoup d’objets utilisés pour espionner, y compris les plus étonnants.

Document 3 La photo présente un des moyens d’espionnage les plus sophistiqués, les avions espions, à l’origine de nombreux problèmes lorsqu’ils sont détectés. C’est le cas notamment en 1960 lorsqu’un avion espion américain, volant à haute altitude est abattu par la défense antiaérienne soviétique tandis que le pilote, le capitaine F. G. Powers, est capturé. En 1962, c’est un avion espion américain qui a pris des photos montrant que l’URSS acheminait à Cuba des rampes de lancement de missiles permettant aux ÉtatsUnis de présenter à l’ONU des preuves photographiques du déploiement soviétique.

Éléments de réponse aux questions p. 431 1. Le KGB a trois missions principales : espionnage extérieur, contre-espionnage et liquidation des opposants politiques. 2. CIA et KGB tentent de retourner des agents. Ce fut

le cas pour Adolf Tolkatchev, un ingénieur soviétique recruté par la CIA. Ce fut également le cas de Kim Philby, un des « Cinq de Cambridge », recruté par le KGB alors qu’il appartenait au MI6, les services secrets britanniques. Ces espions peuvent risquer jusqu’à la mort.

3. Plusieurs informations peuvent être révélées comme

l’identité de certains agents, des renseignements sur la technologie adverse, les chiffres de son armée et de ses ressources militaires, le positionnement de ses espions… Elles peuvent être récoltées par divers moyens comme des caméras, appareils photos miniatures, différents systèmes d’écoutes… Elles sont capitales car elles permettent à l’adversaire de mieux adapter sa stratégie. Synthétiser On peut répondre selon le plan suivant : I. CIA et KGB, deux agences de renseignement importantes. II. Des moyens divers pour recueillir du renseignement. III. Des résultats inégaux. Travailler autrement Sur le site du musée du KGB de New York : https://kgbespionagemuseum.org/. Dans l’onglet « Exhibitions », cliquez sur « in the exhibition », visitez les 6 pages différentes relatives aux moyens d’espionnage.

Jalon 1B

Documents 1 et 2 Il s’agit d’une photo d’un tunnel découvert par l’URSS officiellement en 1956. Opérationnel entre mai 1955 et avril 1956, ce tunnel a permis l’enregistrement de 443 000 conversations vocales et 6,2 millions d’heures d’écoute. Les enregistrements audios étaient traités à Londres par la Main Processing Unit (MPU), un groupe d’émigrés russes payés en grande partie par la CIA ; les télex étaient analysés au siège de la CIA. Cependant, ce volume gigantesque obligea la CIA à faire appel à la NSA, qu’elle n’avait jusque-là pas informée l’opération. Le tunnel fut l’une des deux sources clandestines les plus fructueuses de la CIA sur l’armée soviétique entre 1955-1959. L’autre fut l’agent double Pyotr Popov, qui donna des informations sur les sous-marins nucléaires soviétiques et sur les missiles guidés. Les documents enregistrés ont permis aux États-Unis de connaître la composition des forces du Pacte de Varsovie, les tensions en Pologne, les oppositions entre l’Allemagne de l’Est et l’URSS, la localisation de certaines bases de l’armée de l’air soviétique et l’identification de centaines d’agents de renseignements soviétiques… Le doc. 2 le complète en décrivant comment un véritable arbitrage doit être mené entre recueil ou don d’informations et la préservation de l’identité des agents.

Document 3 À partir de 1950, une véritable « peur des Rouges » s’installe aux États-Unis. Elle est incarnée par le sénateur Joseph McCarthy qui lance une « chasse aux sorcières » contre les communistes, accusés d’être tous des espions infiltrés à la solde de l’URSS. Dans un discours de 1950, il dénonce la mainmise des communistes sur les lieux du pouvoir et affirme avoir en sa possession une liste de 205 noms. Il crée, en 1953-1954, une sous-commission d’enquête au Sénat et mène des investigations dans différents milieux, comme le cinéma. C’est dans ce contexte que les époux Rosenberg sont exécutés en 1953. En 1954, ses excès sont dénoncés et McCarthy est désavoué par le Sénat américain.

Document 4 En 1960, un avion espion U2 américain, parti d’une base américaine au Pakistan, est abattu au-dessus du territoire de l’URSS. Cela crée une crise diplomatique entre les deux Grands à propos du renseignement puisque le pilote, attrapé vivant, effectuait bien une mission d’espionnage.

Éléments de réponse aux questions p. 433 1. Dès 1954, dans le cadre de l’opération Gold, des agents creusent un tunnel depuis Berlin-Ouest pour atteindre des câbles souterrains de communications militaires soviétiques sous Berlin-Est et les mettre sur écoute. 2. Cela dit, les autorités soviétiques apprennent le projet

grâce à un agent double, George Blake. Le KGB décide

THÈME 6 Axe 2 La connaissance, enjeu politique et géopolitique

11

alors de laisser écouter pendant près d’un an les communications soviétiques pour ne pas remettre en cause la position de cet agent précieux. Le tunnel est officiellement découvert en 1956.

3. Aux États-Unis, le sénateur McCarthy lance une vraie

« chasse aux sorcières » : il veut traquer tous les ennemis de l’intérieur susceptibles de livrer des informations à l’URSS. C’est dans ce contexte que les époux Rosenberg sont exécutés en 1953.

4. L’affaire de l’avion espion U2 en 1960 divise les Américains sur les capacités de frappe de l’URSS qui a abattu l’avion après qu’il a parcouru 2 000 km au-dessus de son territoire. Quoi qu’il en soit, les relations entre les deux Grands se sont dégradées. Synthétiser On peut répondre selon le plan suivant : I. Résumé de l’opération Gold. II. Enjeux : politique et géopolitique. Travailler autrement Le projet Venona est le travail de cryptanalyse effectué par les services de renseignement américains pour tenter de casser les codes des communications des services de renseignement soviétiques. Ces messages décryptés furent, durant les premières années de la guerre froide, permettent notamment de découvrir le réseau des « Cinq de Cambridge » et de plusieurs espions travaillant dans le domaine nucléaire. Le projet était un des plus secrets de son époque. Venona est le dernier nom de code de classement, utilisé à partir de 1961 par les États-Unis et la Grande-Bretagne. Le projet ne fut déclassé et rendu public qu’en 1995.

p. 434-435

Jalon 2A

Étudiants, transferts de technologie et puissance économique en Inde La première double page présente le système universitaire indien, sa démocratisation et les problèmes qu’il présente pour certains étudiants et pour l’Inde même. La seconde double page insiste plutôt sur la politique de puissance du Premier ministre Narendra Modi qui cherche à développer les transferts de technologie en Inde et le « Make in India ». Le schéma 1 présente le système de l’enseignement supérieur indien, finalement calqué sur celui des pays occidentaux. 3 établissements sont à connaître : les collèges, les universités et les IIT. Ces derniers sont l’équivalent de nos grandes écoles. Certains établissements sont publics, d’autres privés. Le texte 2 présente les limites du système éducatif indien et notamment le problème de la sélection et du coût des études. La photo 3 présente l’un des IIT les plus réputés en Inde, celui de Kharagpur, créé en 1951. Le diagramme (doc. 4) présente le problème de la fuite des cerveaux (ou brain drain) des étudiants indiens, en lien avec la mobilité qui leur est proposée.

Enfin, le texte 5 montre combien les patrons indiens sont recherchés à l’international pour leurs qualités managériales, acquises dans les IIM (Instituts indiens de management). Le texte donne quelques exemples comme Sundar Pichai, patron de Google.

Éléments de réponse aux questions p. 435 1. Les IIT sont les Instituts indiens de technologie. Ce sont des établissements d’excellence car le recrutement est très sévère. Ils forment la future élite de la nation indienne. 2. Le nombre d’étudiants indiens va beaucoup augmen-

ter. Il y a 35 millions d’étudiants aujourd’hui en Inde et on estime qu’il y en aura 70 millions en 2030. Cela pose plusieurs problèmes : tous les étudiants ne pourront pas faire des études et beaucoup d’établissements privés, donc cher, se sont ouverts. La sélection se fait donc sur les finances des familles et non sur les compétences des étudiants.

3. Les étudiants indiens sont recherchés dans le monde

car la formation qu’ils ont reçue dans les IIT, IIM, ou IIS est excellente. Mais le risque est que nombre d’étudiants aillent se faire employer dans les pays développés pour bénéficier de salaires plus attractifs (brain drain). Synthétiser On peut répondre selon le plan suivant : I. Le système universitaire en Inde. II. Des atouts III. Des faiblesses. Travailler autrement Dans le cadre d’un partenariat stratégique débuté en 1998, la France entend développer l’accueil d’étudiants indiens. Moins nombreux que les étudiants chinois, l’objectif est d’accueillir 10 000 étudiants en 2020. Réputé pour leurs compétences, ces étudiants privilégient cependant les pays anglophones. Mais l’accueil des étudiants indiens en France est l’occasion de créer et de développer des relations, d’expérimenter des formes de coopérations et de présenter la France comme un partenaire commercial et culturel alternatif.

p. 436-437

Jalon 2B

Document 1 La source de ce graphique est le World Economic League Table du CEBR (Center for economic and business research) : https://cebr.com/wp-content/ uploads/2019/12/World-Economic-League-Table-Report-2020-Final.pdf pour la dernière version. Le CEBR fournit depuis 25 ans des prévisions et analyses économiques indépendantes à des centaines d’entreprises privées et d’organisations publiques. Ce graphique montre les perspectives d’évolution économique de l’Inde qui deviendra la 3e puissance du monde en 2032. Cela montre que l’Inde a de véritables potentialités de développement.

THÈME 6 Axe 2 La connaissance, enjeu politique et géopolitique

12

Document 2

3. Ici il s’agit d’entreprises sud-coréennes et françaises.

Le texte explique les raisons du succès indien et évoque notamment la politique du « Make in India » initiée par Modi en 2014. Symbolisé par un lion, en référence à l’ancien empire d’Ashoka, ce programme vise à remettre l’industrie au centre du développement économique. Car, selon les experts, les seules activités des services ou de l’agriculture ne pourront suffire, dans les décennies à venir, à générer assez d’emplois pour ce géant de 1,25 milliard d’habitants. Le plan « Make in India » intègre une vingtaine de secteurs par des mesures incitatives ou des transferts de technologie : automobile, aéronautique, énergies renouvelables, chimie, textile, ferroviaire ou encore les TIC.

On peut imaginer que les entreprises qui coopèrent avec l’Inde sont asiatiques, américaines ou européennes. Il s’agit de transferts de technologie puisqu’en fabriquant en Inde des produits ou en les livrant à l’Inde, les accords signés impliquent que le pays transfère sa technologie à l’Inde qui peut ensuite la reproduire.

4. L’Inde mise beaucoup sur la Défense pour être aussi

une puissance militaire. C’est le cas avec le contrat signé avec la France en 2015 concernant la livraison de sous-marins. Les entreprises étrangères y ont intérêt car l’Inde est un marché très important. Le pénétrer, c’est s’assurer des commandes importantes et pour longtemps.

Documents 3 et 4

Synthétiser On peut répondre selon le plan suivant :

Les deux documents présentent des exemples d’accords économiques et de transferts de technologie : le premier avec le sud-coréen Samsung, le second avec le français Naval Group. En juillet 2018, Samsung a inauguré à Noida, dans la banlieue de New Delhi, une usine de fabrication de smartphones, en présence de Narendra Modi, Premier ministre de l’Inde et du Président sud-coréen Moon Jae-in. Samsung a investi 750 millions de dollars dans ce projet et l’usine est devenue le plus grand centre de fabrication de smartphones au monde. Elle devrait être en capacité de fabriquer 120 millions de smartphones par an. L’objectif de la marque sud-coréenne, qui fait face à la concurrence des Chinois Xiaomi, Tencent et Huawei, est de pénétrer le marché indien. La décision a été accueillie à bras ouverts par le gouvernement indien, dans le cadre de la politique du « Make in India ». Le document 4 présente le chantier naval Mazagon Dock Limited (MDL) de Mumbai qui a procédé en mai 2019 à la mise à l’eau du Vela, quatrième des six sous-marins de type Scorpène commandés par l’Inde à l’industriel français Naval Group. Ils sont réalisés en transfert de technologie. Ces sous-marins de 67 mètres peuvent mettre en œuvre une vingtaine d’armes, torpilles lourdes et missiles antinavire. C’est en octobre 2005 que le contrat avait été signé entre l’Inde et la France, qui espère vendre d’autres sous-marins à ce pays. Naval Group est notamment en lice pour une prochaine commande d’au moins trois bâtiments.

I. La politique du « Make in India » II. Les enjeux de cette politique.

Document 5 Le texte analyse la politique du Président Modi et les bénéfices pour l’Inde en termes de croissance et de développement. Elle y gagne en puissance dans tous les domaines et notamment sur le plan économique et ­militaire.

Éléments de réponse aux questions p. 437 1. L’Inde ne cesse de gagner en puissance. 7e puissance

du monde en 2017, elle devrait devenir 3e en 2032.

2. L’Inde bénéficie d’une population jeune et nombreuse. Former cette population est une formidable opportunité de développement, mais aussi un immense défi car il faut réussir à créer des emplois pour ces millions de personnes arrivant sur le marché du travail.

Travailler autrement Les transferts de technologie, parfois exigés par certains pays comme la Chine ou l’Inde, ont permis aux pays développés d’accéder aux marchés émergents. Mais en livrant leurs technologies, savoir-faire etc. les entreprises européennes ou américaines ont armé leurs propres concurrents. Ces derniers, ayant économisé sur les budgets de recherche et développement, ont pu créer de toute pièce des industries performantes disposant des dernières technologies ou techniques de production (automobile, télécoms, aéronautique). Pour s’en protéger, les entreprises doivent continuer à investir massivement dans la R & D et faire respecter leur droit de propriété intellectuelle. Enfin, certains États décident de limiter ces transferts de technologies, notamment dans les secteurs les plus stratégiques.

p. 440-441

Exercice Bac

Exercice 1 Les agences de renseignements utilisent tout d’abord des moyens matériels. La CIA est ainsi à l’origine de la création des avions espions U2. Les informations récoltées sur les forces stratégiques de l’URSS permettent notamment de corriger le mythe du « bomber gap » à savoir que l’URSS aurait des forces nucléaires bien supérieures à celles des États-Unis. CIA et KGB utilisent du matériel espion de plus en plus perfectionné comme des micros espions, des caméras miniatures… Elles utilisent aussi des moyens économiques. Les pouvoirs de la CIA se renforcent puisque dès 1949 elle n’est plus limitée en termes de budget et obtient l’autorisation de dissimuler son organisation, sa hiérarchie, ses salariés et la taille de ses effectifs. De même, le budget du KGB est quasi illimité. Enfin, les moyens humains sont également très importants. Le KGB obtint des succès importants dans la récolte continue de technologie occidentale par des agents comme Melita Norwood, qui travailla au projet de bombe atomique britannique. Fervente communiste, elle transmettait des informations par conviction et par

THÈME 6 Axe 2 La connaissance, enjeu politique et géopolitique

13

opposition à la bombe atomique. D’importantes informations ont aussi permis à l’URSS de pouvoir construire ses premiers avions à réaction. Les services secrets soviétiques réussirent aussi à infiltrer le gouvernement de la RFA sous Willy Brandt, au début des années 1970, par l’intermédiaire de la police secrète est-allemande, la Stasi.

Exercice 4 1. Les données de la carte sont issues de l’UNESCO. 2. Elle traite de la mobilité des étudiants indiens dans le monde.

3. Les principaux pays d’accueil des étudiants indiens

Exercice 2 Cette activité peut permettre d’aborder le jalon p 434435 d’une autre façon, par une présentation des élèves.

sont les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, les Émirats arabes unis et quelques autres pays européens. Ce sont en tout cas des pays développés.

4. À l’inverse, moins d’étudiants souhaitent venir étudier

Exercice 3 La série est historiquement exacte. Anthony Blunt était connu pour être le 4e homme des « Cinq de Cambridge ». En 1963, sur information de Michael Straight, le MI5 découvre son passé d’agent double au service de l’Union soviétique. N’ayant d’autre issue que d’avouer, Blunt se confesse au MI5. Il détaille les secrets militaires qu’il a transmis aux Soviétiques et donne les noms d’autres espions en échange de l’immunité et du fait que ses activités ne seront pas rendues publiques. Sa carrière d’espion reste donc un secret d’État jusqu’en 1979, lorsque le Premier ministre de l’époque, Margaret Thatcher, décide de révéler son passé, dans l’enceinte de la Chambre des communes. Le scandale est considérable. Son titre de chevalier lui est aussitôt retiré.

en Inde. Ils sont principalement issus des pays voisins (Afghanistan, Bhoutan, Iran, Népal…).

5. Cette mobilité est une opportunité pour l’Inde car les

étudiants peuvent compléter leur formation dans les meilleures universités du monde et ensuite revenir en étant encore mieux formés.

6. C’est aussi un risque à cause du brain drain ou fuite des cerveaux. Les étudiants indiens peuvent vouloir rester dans des pays développés car les salaires qui leur sont proposés sont plus attractifs.

THÈME 6 Axe 2 La connaissance, enjeu politique et géopolitique

14

ÉTUDE CONCLUSIVE

Le cyberespace : conflictualité et coopération entre les acteurs La logique du chapitre Le cyberespace est à coup sûr le nouvel espace où les puissances s’affrontent désormais. Encore peu réglementé, une nouvelle hiérarchie s’établit en son sein. Il s’agit alors, face à des menaces de plus en plus graves, de favoriser la coopération entre des acteurs de plus en plus divers. Le premier Jalon porte sur le cyberespace, nouveau territoire formé à partir d’infrastructures stratégiques où la question de la liberté est posée. Le second traite de l’Europe et de la coopération en matière de cyberdéfense face à la souveraineté nationale des États.

Bibliographie –– Revue Hérodote, « cyberespace, enjeux géopolitiques », mai 2014. Des articles qui abordent les principales thématiques liées à la géopolitique du cyberespace : cyberguerre, coopérations régionales et mondiales, nouveaux acteurs, darknets… –– L. Bloch, L’Internet, vecteur de puissance des États-Unis ? géopolitique du cyberespace, nouvel espace stratégique, éditions Diploweb, 2017. Un ouvrage intéressant pour étudier la recomposition de la puissance dans le cyberespace. –– L. Gayard, Darknet, GAFA, Bitcoin, l’anonymat est un choix, Sltakine et Cie, 2018. Un bon ouvrage qui présente les aspects positifs et négatifs des darknets notamment.

Sitographie –– Le site officiel du ministère français de la Défense, en matière de cyberdéfense : https://www.defense.gouv.fr/portail/enjeux2/la-cyberdefense/la-cyberdefense/presentation. –– Cyberattaques : les braqueurs de l’ombre, Envoyé spécial, reportage, France 2, 2017 : Une enquête sur les logiciels de rançon qui se multiplient : en France, une entreprise sur deux aurait déjà été piratée de cette façon. https://www.francetvinfo.fr/internet/ securite-sur-internet/cyberattaques/video-les-braqueurs-de-l-ombre_2512161.html –– À voir aussi le documentaire d’Arte Netwars, la guerre sur le Net, 2014. À l’heure des automatisations et des mises en réseau, les infrastructures sont de plus en plus vulnérables à des cyberattaques. Pour protéger leurs intérêts, les États commencent à s’armer.

p. 444-445

O u ve r t u r e

Éléments de réponse aux questions p. 444 1. Un cybersoldat est un militaire qui effectue ses opéra-

tions dans le cyberespace. C’est plutôt un informaticien. Aujourd’hui, toutes les grandes puissances prennent conscience que le cyberespace est un nouveau terrain de conflits potentiels. Elles se dotent de moyens propres à mener une cyberguerre ou du moins à être en capacité de se défendre en cas de menace.

2. La Chine a trois fois plus de cybersoldats que la France (9 000 contre 3 000).

Éléments de réponse aux questions p. 445 1. En 2018, E. Macron a lancé un appel pour la confiance

et la sécurité dans le cyberespace, c’est-à-dire à une

bonne gouvernance du cyberespace, à une collaboration plus étroite entre les différents acteurs.

2. Le but est de pacifier ce nouvel espace stratégique et

condamner les cyberactivités malveillantes, en associant les États et des entreprises comme Microsoft, Facebook, Airbus… Mais les États-Unis et la Chine ont refusé de prendre part à cet accord.

p. 446-447

Re p è r e s

Le cyberespace, un espace virtuel géopolitique L’enjeu de cette double page est d’établir le lien entre cyberespace et géopolitique (faisant ainsi écho à des notions qui ont pu être vues par les élèves en 1re).

THÈME 6 Étude conclusive Le cyberespace : conflictualité et coopération entre les acteurs

15

Comment le cyberespace reflète-t-il les rivalités de pouvoir sur et pour les territoires ? Les documents, dont on peut faire une approche croisée, mettent ainsi l’accent sur trois aspects de cette question : le développement des cyberattaques contre les États et les réponses qui y sont apportées (avec leurs limites) ; la question de la cybersécurité dans les entreprises et, pouvant faire office de document de synthèse, une carte montrant les rivalités et les hiérarchies qui s’établissent entre les puissances en fonction de leur maîtrise du cyberespace et de leur agressivité.

p. 448-449

Jalon 1A

Le cyberespace entre réseaux et territoires La première double page présente plutôt les infrastructures du cyberespace, le but étant de montrer que même s’il s’agit d’un espace virtuel, il a des prolongements dans l’espace réel. La seconde s’articule surtout autour de la question des libertés dans le cyberespace et sur Internet et de leur possible limitation.

Éléments de réponse aux questions p. 447

Document 1

1. Une cyberattaque constitue un « péril multiple » pour les États et les entreprises. Elle se présente en effet sous différentes formes, paralyse momentanément leur fonctionnement, fait courir le risque d’une désorganisation en profondeur de leur structure, permet à l’attaquant de s’emparer d’un « cyberbutin » (données) et rend les États et entreprises méfiants les uns envers les autres. Enfin, une cyberattaque peut être à l’origine d’une cyberguerre, faisant courir le risque d’une désorganisation totale et massive d’États entiers.

Ce texte présente la puissance des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) et autres NATU (Netflix, Airbnb, Tesla, Uber) et BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi). Ce sont des acteurs de plus en plus importants du cyberespace et ils tentent d’être en situation de monopole.

2. La cyberattaque lancée en 2007 par la Russie contre

l’Estonie, État membre de l’OTAN (depuis 2004), a amené cette organisation et ses 26 États membres (30 en 2020) à prendre très au sérieux ce type de menace et à fonder, l’année suivante, un centre de cyberdéfense (CCDCOE) où sont mutualisées des informations, mis en place des procédés de contre-attaques et pratiqués des exercices de cyberguerre. Ce centre a été symboliquement implanté à Tallinn, capitale de l’Estonie, État avancé dans le domaine du numérique (surnommé parfois « E-stonie »).

3. L’Appel de Paris pour la cybersécurité lancée en

Document 2 La photo illustre la pose d’un câble sous-marin. Ces infrastructures doublent le plus souvent les infrastructures téléphoniques dans les océans mais elles restent fragiles et soumises à des risques de rupture. Les GAFAM réalisent 50 % des investissements en la matière. Un câble peut coûter jusqu’à 700 millions d’euros. Ils restent très vulnérables en cas de séisme (risque de rupture), d’acte de malveillance ou de piratage. Une véritable bataille s’opère entre les différents acteurs. En 2018, Orange et Google ont décidé de collaborer pour mettre en place un câble sous-marin entre les États-Unis et la France, long de 6 600 km, baptisé « Dunant » et qui devrait être opérationnel en 2020.

novembre 2018 n’a été signé au moment de son lancement que par 51 États et 218 grandes entreprises. Même si, un an après, le nombre d’États signataires est passé à 73 et celui des entreprises et ONG à 965, ce chiffre reste infime comparé aux milliers d’ONG et de grandes entreprises, et faible au regard des 193 États reconnus par l’ONU, d’autant plus que des cyber-puissances majeures ne l’ont pas signé : Chine et États-Unis (bien que quelques États des États-Unis et des entreprises chinoises l’aient fait).

Document 3

4. La cybersécurité suppose de disposer de moyens

Le texte présente les nouvelles possibilités qu’offre le cyberespace, moins contrôlé, pour les terroristes qui ont des méthodes de recrutement bien rodées.

technologiques, humains et financiers importants. Les PME, dont la taille et les moyens sont par définition limités, doivent en effet former leurs salariés aux risques informatiques, mettre en application des règlements ­complexes sur la protection des données et disposer d’outils informatiques performants pour assurer leur cybersécurité. S’y ajoute également la nécessité de sécuriser son matériel, lequel peut faire l’objet de vol ou de destruction.

La photo présente le groupe de hackers Anonymous qui sont des acteurs importants du cyberespace. On peut ainsi considérer que le numérique crée de nouvelles hiérarchies et permet de valoriser les génies de l’informatique. Ils mènent ainsi des actions qu’ils estiment juste, contre les groupes terroristes par exemple.

Document 4

Éléments de réponse aux questions p. 449 1. Les infrastructures que sont les câbles sous-marins se situent dans toutes les mers du monde. Mais compte tenu du nombre de connexions, ils sont plus importants entre les pays développés et les pays émergents. 2. Ces infrastructures ne cessent de se développer car les

besoins sont exponentiels. Les GAFAM réalisent 50 % des investissements en la matière, donnant à ces entreprises

THÈME 6 Étude conclusive Le cyberespace : conflictualité et coopération entre les acteurs

16

une position dominante leur permettant de tenter de diriger cet espace en utilisant leur puissance financière, et d’avoir un rôle géopolitique majeur aujourd’hui face aux États.

3. Il s’agit d’un groupe de hackers anonymes, les Ano-

nymous, apparus au milieu des années 2000 pour lutter contre la volonté d’encadrer Internet.

4. Les autres acteurs sont les entreprises en particulier

les géants du net, les États, les citoyens et aussi certains groupes comme les groupes terroristes. Synthétiser On peut répondre selon le plan suivant : I. L es géants du net (GAFAM, NATU, BATX) : une puissance considérable. II. Des stratégies pour exercer un quasi-monopole sur le cyberespace. Travailler autrement On pourra notamment s’appuyer sur les possibilités de déradicalisation et faire des recherches du Dounia Bouzar, spécialiste de la question. En matière de radicalisation sur Internet, on pourra aussi regarder la série suédoise Kalifat.

p. 450-451

Jalon 1B

Document 1 La déclaration d’indépendance du cyberespace est un texte important. Datant de 1996 il vient en réaction à des lois qui cherchent à contrôler le cyberespace. Il faut aussi prendre en compte le fait que le cyberespace a été créé par des personnes issues de groupes qui rêvaient, dans les années 1970, de fonder des communautés autonomes et libres. N’ayant pas réussi dans la réalité, ils ont espéré pouvoir le faire dans l’espace virtuel.

Document 2 Le tableau liste les menaces pour les différents acteurs que représente le cyberespace.

Document 3 Face à la menace terroriste, et comme les États-Unis en 2001 avec le Patriot Act, la France a adopté la loi sur le renseignement en 2015. Un débat s’est ouvert sur la nécessité d’une telle loi et sur la remise en cause du droit à la vie privée.

Éléments de réponse aux questions p. 451 1. Le cyberespace n’est pas un espace physique à proprement parler. Il représente, pour l’auteur du texte, l’avenir alors que l’espace traditionnel représente le passé. L’idée principale du texte est de refuser toute législation dans le cyberespace. L’auteur y veut une liberté totale. 2. Il existe de nombreuses menaces dans le cyberespace.

Les plus fréquentes sont les actes criminels contre les particuliers (vols de données, hameçonnage…), le cyberterrorisme et les cyberattaques contre des États qui se multiplient.

3. Les États veulent encadrer les pratiques dans le cybe-

respace au nom de la sécurité. Ils mettent en place des lois pour que la loi s’applique aussi dans le cyberespace. Mais cela reste difficile à cause des darknets. Synthétiser L’accroche pourra partir d’un fait d’actualité plus ou moins récent (une cyberattaque). Il faudra ensuite définir les termes et notamment le cyberespace et la liberté. La problématique pourra être : dans quelle mesure le cyberespace peut-il rester un espace de liberté totale alors que les menaces se multiplient en lien avec son existence ? Le plan à annoncer peut s’articuler autour de deux parties : I. A  rguments en faveur d’une liberté totale sur Internet. II. Arguments en faveur d’une régulation étatique. Travailler autrement WikiLeaks est une organisation non gouvernementale fondée par Julian Assange en 2006, dont l’objectif est de publier des documents, pour partie confidentiels, ainsi que des analyses politiques et sociales à l’échelle mondiale. Sa raison d’être est de donner une audience aux lanceurs d’alertes et aux fuites d’information, tout en protégeant ses sources. Plusieurs millions de documents relatifs à des scandales de corruption, d’espionnage et de violations de droits de l’homme concernant des dizaines de pays à travers le monde ont été publiés sur le site Internet depuis sa création. À partir de juillet 2010, les révélations de WikiLeaks ont commencé à être relayées par de grands quotidiens nationaux. En juillet 2013, l’organisation aide Edward Snowden à sortir de Hong Kong et à obtenir l’asile politique en Russie. En 2015, l’organisation révèle que de nombreux membres de l’élite française, y compris trois présidents de la République, ont été espionnés par la NSA.

p. 452-453

Grand Angle

Un exemple de cyberattaque : le hacking de TV5Monde et ses enjeux

Document 4 Cette photo illustre les protestations en Russie contre la mise au pas d’Internet par le pouvoir de Poutine. Certains régimes autoritaires tendent en effet à contrôler le cyberespace et à restreindre les libertés pour leurs utilisateurs. En Chine, par exemple, les géants du net américains sont interdits au profit des géants chinois.

Le but de cette double page est de donner un exemple précis de cyberattaque et ses enjeux.

Document 1 La capture d’écran que l’on pouvait voir sur le site Facebook de TV5 Monde présentait un message provenant

THÈME 6 Étude conclusive Le cyberespace : conflictualité et coopération entre les acteurs

17

soi-disant de l’État islamique. En réalité, il s’agissait d’une manipulation de hackers russes.

Document 2 L’article montre ici comment l’enquête a mené vers des hackers russes qui n’en sont pas à leur première cyberattaque. Des hackers russes avaient ainsi mené une cyberattaque contre l’Estonie, pays très dématérialisé, en 2007.

Document 3 La carte présente la crise ukrainienne. C’est en réalité une explication de la cyberattaque contre la chaîne de télévision française, en lien avec le refroidissement des relations franco-russes, le Président français, ­François Hollande, ayant refusé de livrer des bateaux de guerre commandés par Moscou par mesure de rétorsion après l’intervention russe en Ukraine et l’annexion de la C ­ rimée.

Document 4 L’article présente l’augmentation des coûts en matière de cybersécurité pour tous les acteurs, États, entreprises, particuliers.

Éléments de réponse aux questions p. 453 1. En 2015, la chaîne française TV5 monde a été attaquée. Pendant 2 jours, la chaîne a été dans l’impossibilité d’émettre et ses réseaux sociaux diffusaient un message de propagande en faveur de l’État islamique (Daech). 2. L’attaque a été menée par des pirates russes qui se

faisaient passer pour des djihadistes. Cette cyberattaque est à replacer dans le contexte des troubles en Ukraine. La Russie avait en effet annexé de fait certaines provinces du pays, dont la Crimée et le Donbass, et les relations entre l’Europe et Moscou s’étaient considérablement refroidies. La France avait même finalement refusé de livrer à la Russie des porte-hélicoptères Mistral, commandés en 2010.

3. En matière économique, la multiplication des cyberat-

taques entraîne un renchérissement des coûts pour les entreprises comme TV5 Monde et même pour les États voire les particuliers.

p. 454-455

Jalon 2A

Cyberdéfense, entre coopération européenne et souveraineté nationale La première double page aborde la question de la cyberdéfense européenne et de la coopération des 27 pays de l’UE qui reste difficile malgré les menaces et la nécessité. La seconde focalise plutôt sur le cas français en matière de cybersécurité.

Document 1 Le texte montre que les menaces, notamment contre les entreprises se multiplient. Il peut s’agir de vols de données par exemple ou de piratage du site Internet et des réseaux sociaux. Cela coûte donc de plus en plus cher.

Document 2 La photo présente Jean-Claude Juncker en 2017, alors qu’il était encore président de la Commission européenne. Son discours du 13 septembre 2017 témoigne d’une prise de conscience des menaces qui pèsent sur l’Europe, légèrement à la traîne en matière de cybersécurité.

Document 3 Ce document montre l’un des moyens développés par l’UE pour recruter les meilleurs spécialistes informatiques. Il s’agit ici de créer une compétition de cyberdéfense.

Document 4 Le texte présente les difficultés européennes pour harmoniser les règles en matière de cybersécurité et pour mettre en place une cyberdéfense européenne. L’UE a cela dit mis en place la directive SRI (sécurité des réseaux et des systèmes d’information) et le règlement RGPD pour protéger les données sur Internet. La loi relative à la protection des données personnelles sur Internet a été adoptée en 2018 en France. Elle procède d’une réglementation européenne de 2016, appelée RGPD (règlement général sur la protection des données). Elle étend les pouvoirs de la CNIL (Commission nationale informatique et liberté) dont les pouvoirs de contrôle et de sanction sont étendus. Ses agents peuvent par exemple visiter des locaux qui traitent des données personnelles. ­Certaines données sont considérées comme sensibles (origine ethnique, orientation sexuelle, choix politiques…) et ne doivent faire l’objet d’aucun traitement. Des amendes peuvent être infligées aux entreprises qui ne respecteraient pas la vie privée des individus sur Internet.

Document 5 Le document présente un extrait du règlement européen sur la cybersécurité en 2019 et les mesures décidées par l’UE en la matière. Ce règlement marque une véritable avancée pour l’autonomie stratégique européenne. Il poursuit un double objectif : l’adoption du mandat permanent de l’ENISA, l’Agence européenne pour la cybersécurité, et la définition d’un cadre européen de certification de cybersécurité, essentiel pour renforcer la sécurité du marché unique numérique européen.

Éléments de réponse aux questions p. 455 1. L’UE reste mal protégée face aux menaces : 80 % des entreprises européennes ont été touchées par une cyberattaque. Leur nombre ne cesse d’augmenter puisque

THÈME 6 Étude conclusive Le cyberespace : conflictualité et coopération entre les acteurs

18

le nombre d’attaques par extorsion de données personnelles a été multiplié par 3 entre 2015 et 2016.

2. Une compétition européenne permet de repérer les

meilleurs informaticiens pour ensuite les recruter. Cela permet aussi de sensibiliser les jeunes à ces problématiques via une compétition.

destinées aux sociétés et administrations jugées stratégiques par l’État. Après quatre ans de développement et de tests, deux acteurs, Thales et la start-up parisienne Gatewatcher (sonde Trackwatch Full edition), obtiennent ainsi le précieux sésame pour proposer leurs sondes aux 250 opérateurs d’importance vitale (OIV) : acteurs du transport, banques, ports, aéroports, industriels dans l’énergie, l’eau ou la défense.

3. L’UE a adopté la directive SRI et le règlement RGPD.

Mais elle se heurte à des difficultés : les pays n’ont pas les mêmes capacités économiques pour investir dans la cyberdéfense ni ne présentent les mêmes vulnérabilités. Synthétiser On peut répondre en suivant le plan suivant : I. L’UE a fait des progrès en matière de cyberdéfense. II. Mais de nombreux problèmes se posent encore.

Travailler autrement Les pays européens ont pris conscience au début du xxie siècle des enjeux de la cybersécurité. S’ils ont su se doter d’un cadre commun, son application est plus délicate. Les perspectives nationales sont souvent privilégiées malgré les déclarations d’intention. La protection des libertés individuelles, le rapporta aux géants du net, la question des normes communes restent des questions sur lesquelles les positions des pays européens varient. Enfin, la question du financement de la cybersécurité européenne reste entière. Les États-Unis investissent ainsi 10 fois plus que l’UE dans ce domaine.

p. 456-457

Jalon 2B

Document 1 Il s’agit d’un document qui aborde la question de la loi de programmation militaire qui fixe les grandes orientations en matière de défense. Sur la période 2019-2025, la cyberdéfense tient une place de choix dans les objectifs fixés.

Document 4 La réserve citoyenne de cyberdéfense, créée en 2012, a pour but de faire prendre conscience aux citoyens des menaces et de les associer à la stratégie de cybersécurité de la France, sur la base du volontariat.

Éléments de réponse aux questions p. 457 1. La LPM française alloue un budget de 1,6 milliard d’€ sur la période de 2019 à 2025 pour développer les cybersoldats. 2. La France intègre la notion de cybersécurité dans sa

stratégie globale de défense. L’arme cyber est considérée comme une arme opérationnelle et la France n’hésitera pas à l’utiliser si elle est attaquée.

3. La France est évidemment vulnérable aux cyberattaques. En 2017, 1/7e des attaques de sécurité ont visé des réseaux numériques. Les espaces qui présentent le plus de risques sont les OIV (opérateurs d’importance vitale) comme les acteurs du transport, les banques, les centrales nucléaires… Les attaques proviennent de différents pays, dont certains assument plus ou moins leurs actes. 4. La France tente de renforcer sa cyberdéfense en asso-

ciant à sa politique des entreprises françaises, mais aussi les citoyens (via la réserve citoyenne) ainsi qu’en augmentant les budgets de cyberdéfense. Synthétiser On peut répondre en suivant le plan suivant :

Document 2 La France élabore une stratégie offensive dans le cadre de sa politique de cybersécurité. La cyberdéfense a été érigée en priorité nationale par le Livre blanc pour la défense et la sécurité nationale de 2013. Aujourd’hui, d’ailleurs, toute opération militaire comporte un volet cyber. Au même titre que la terre, la mer, l’air et l’espace, l’espace numérique constitue un milieu à part entière dont la défense est une nécessité permanente.

Document 3 Certaines entreprises françaises travaillent avec l’État afin de protéger le pays des cybermenaces. Thales et Gatewatcher, deux entreprises françaises, ont ainsi collaboré pour créer une sonde capable de détecter les cyberattaques. L’ANSSI (Agence nationale de sécurité des systèmes d’informations), l’agence de cybersécurité française, a annoncé en avril 2019 la qualification des deux premières sondes de détection de cyberattaques

I. La France un pays cybermenacé. II. Les mesures mises en place par la France. Travailler autrement Les services de sécurité français sont désormais dotés de départements spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité. À l’été 2019, le C3N (Centre de lutte contre la criminalité numérique) a ainsi neutralisé un réseau de pirates qui était parvenu à prendre le contrôle de 850 000 ordinateurs à travers le monde. Les services de sécurité se concentrent notamment sur les serveurs physiques de ces réseaux.

p. 460-461

Exercices Bac

Exercice 1 Accroche : le discours d’E Macron du 12 novembre 2018. Analyse des termes : reprendre les définitions du livre sur le cyberespace. Il s’agit ici de voir que la France oscille

THÈME 6 Étude conclusive Le cyberespace : conflictualité et coopération entre les acteurs

19

entre une stratégie européenne et une stratégie nationale. Contexte : augmentation des cybermenaces. Problématique : dans quelle mesure la France peut-elle être considérée comme un acteur important du cyberespace ? Cela est-il dû à la stratégie européenne ou au contraire à une stratégie plutôt nationale ? Plan : I. La France participe à la coopération européenne en matière de cybersécurité. II. Mais elle a aussi une stratégie nationale.

Exercice 2 Quelques aides : –– Le livre et le film sont assez proches même si le livre reste une nouvelle. Le livre insiste plutôt sur l’aspect émotionnel du robot personnage, qui rêve d’autres robots, réduits en esclavage par des hommes. On est ici à l’intersection entre homme et machine.

–– La science-fiction participe à une certaine peur du numérique via des œuvres de fiction qui sont souvent dystopiques. Elles présentent fréquemment un avenir dangereux où les machines et les robots domineront les hommes. Le risque est ici bien montré même si la fin est plutôt positive puisque la machine qui tendait à contrôler les robots est détruite. –– De nombreuses œuvres de fiction mettent en scène un avenir du tout-numérique. L’idée d’un pouvoir confisqué par les ordinateurs ou les robots est très présente dans de nombreuses œuvres comme Terminator, de James Cameron (1984). Il aborde la question de la menace que pourrait faire naître, pour l’humanité, des robots créés par une super-intelligence artificielle, en lien avec la singularité technologique (idée que l’invention de l’intelligence artificielle pourrait engendrer un emballement de la croissance technologique qui pourrait avoir des conséquences imprévisibles, voire néfastes pour l’humanité).

Exercice 3 Les darknets : des espaces de liberté

Les darknets, des espaces très dangereux

L. Gayard montre que le « darknet », c’est l’ensemble des réseaux cryptés qui existent sur Internet. Cela ne représente que moins de 0,05 % du volume de données sur Internet et on devrait parler plutôt des darknets, car il y en a plusieurs : Freenet, I2P, Tor… WikiLeaks, le site fondé par Julien Assange en 2006, utilise notamment Tor pour permettre aux « lanceurs d’alerte » de poster documents, révélations et informations sans compromettre leur identité. Le réseau Tor est actuellement le plus populaire des darknets. Il comptait quelque 400 000 à 500 000 utilisateurs quotidiens avant que n’éclate l’affaire Snowden et sa fréquentation a été multipliée par quatre en deux mois après les révélations de l’ancien agent de la NSA. Il s’agit d’un réseau parallèle et confidentiel qui rassemblerait plus de 60 000 sites et garantit l’anonymat et la confidentialité des échanges.

C’est le lieu privilégié des cybercriminels, pédophiles, terroristes, trafiquants de drogue et d’armes. Les attaques d’avril et mai 2017 ont été les premières attaques pirates globales (plus de 150 pays touchés) et elles ont utilisé des logiciels vendus sur des forums du darknet devenus de véritables places de marchés pour les pirates qui monnayent identifiants mails ou de comptes en banque, données piratées, logiciels, failles d’exploitation.

Les darknets, des espaces difficiles à contrôler et à réglementer La police peut difficilement tout contrôler. Il a fallu deux ans d’enquête au FBI pour infiltrer le site Silk Road, véritable supermarché de la drogue sur Tor, et arrêter son propriétaire Ross Ullbricht. Et encore le site a-t-il redémarré rapidement sur Tor, puis sur le réseau I2P.

Exercice 4 1. Il s’agit d’un extrait d’un article du journal Les Echos intitulé « En Chine, la vie sous l’œil inquisiteur des caméras ». Il a été écrit par Julie Zaugg, le 7 mars 2019. Il aborde le thème des caméras de vidéosurveillance que la Chine est en train de mettre en place à très grande échelle dans de nombreuses villes pour surveiller ses citoyens et leur attribuer des points de citoyenneté.

3. Le but affiché est la sécurité des personnes.

2. La liberté des Chinois est remise en cause par le sys-

Nord-Ouest car les Ouïgours y sont surveillés et menacés en permanence. Les Chinois veulent mieux contrôler cette région qui ouvre sur l’Asie centrale et se servent des caméras de surveillance pour lutter contre toute opposition.

tème de reconnaissance faciale puisque n’importe qui peut être identifié à partir de son visage dans l’espace public. Le texte évoque la surveillance généralisée des Ouïgours, les musulmans chinois. Les caméras sont aussi utilisées pour surveiller le travail des employés.

4. Les Chinois sont partagés. Certains estiment que

cela peut faire baisser la délinquance et augmenter le civisme. D’autres refusent cette remise en cause de leur vie privée.

5. Cela est problématique dans le Xinjiang, une région du

THÈME 6 Étude conclusive Le cyberespace : conflictualité et coopération entre les acteurs

20

BAC

p. 464-465

Dissertation : sujet guidé

SUJET : L’alphabétisation des femmes en France depuis le XVIe siècle Plan détaillé I. Du XVIe au XIXe siècle : une alphabétisation des femmes limitée A. Le rôle de la Renaissance et de la Réforme protestante. B. Mais une alphabétisation qui reste cantonnée à quelques privilégiées. II. Depuis le XIXe siècle : l’État a permis une alphabétisation quasi complète aujourd’hui A. L’action de l’État. B. Une alphabétisation quasi complète aujourd’hui.

p. 466-467

Dissertation : sujets d’entraînement

SUJET 1 : Les recherches sur la bombe atomique et leurs enjeux de 1939 aux années 1950 I. Une collaboration scientifique qui s’arrête compte tenu du contexte géopolitique A. Le rôle de la Seconde Guerre mondiale B. Le rôle de la guerre froide II. Des recherches qui s’intensifient sur le plan militaire et civil A. L’enjeu de la bombe atomique B. L’enjeu de l’énergie civile nucléaire et des recherches médicales III. Des recherches qui suscitent des inquiétudes A. Le risque de prolifération nucléaire B. Les risques d’explosion

SUJET 2 : Actions et risques des activités américaines et soviétiques de renseignement pendant la guerre froide I. Des actions qui se multiplient pendant la guerre froide A. Des moyens qui se développent compte tenu des enjeux B. Des actions très diverses II. Des risques majeurs à plusieurs échelles A. Des risques pour les agents B. Des risques pour la paix

SUJET 3 : Le cyberespace, nouvel espace de conquête pour les grandes puissances I. Des enjeux de puissance importants pour les grandes puissances A. L’enjeu du contrôle sur le cyberespace B. Des acteurs qui se diversifient et des hiérarchies qui s’établissent II. Des cyberconflictualités qui se multiplient A. La multiplication des attaques en lien avec des conflits dans le monde réel B. Des conséquences qui pourraient être désastreuses III. La nécessité d’une régulation qui reste encore difficile A. Les prémices d’une régulation mondiale B. Des États inégalement dotés face aux menaces

THÈME 6 BAC

21

p. 468-469

Étude de document : sujet guidé

SUJET : L’exécution des époux Rosenberg, une affaire d’espionnage aux retombées importantes I. Une affaire d’espionnage entre les États-Unis et l’URSS A. Les origines dans une ambiance maccarthyste. B. Le procès et les enjeux. II. Des répercussions mondiales A. Une campagne internationale pour sauver les Rosenberg, orchestrée par les partis communistes B. L’exécution finale en 1953 et la culpabilité de ces acteurs

p. 470-471

Étude de documents : sujets d’entraînement

SUJET 1 : L’alphabétisation des femmes au Congo-Brazzaville I. Une inégale alphabétisation selon les sexes au Congo-Brazzaville A. Des femmes moins éduquées que les hommes B. Cela se vérifie à tous les degrés de l’éducation II. Mais des progrès importants qui favorisent l’émancipation des femmes A. Des progrès importants B. Cela favorise une certaine émancipation des femmes

SUJET 2 : La surveillance des darknets, un enjeu pour les États I. Le développement de la criminalité sur les darknets A. Drogue, pédophilie et autres activités malveillantes B. Des sites qui se développent et qui sont de plus en plus faciles d’accès II. Les stratégies de lutte mises en place par les États A. Le rôle de la police et de la gendarmerie B. Les difficultés d’une coopération intergouvernementale

p. 474-475

Vers le Sup’ : Organiser un débat

En guise de mise en œuvre, on peut partir de la vidéo suivante https://www.youtube.com/ watch?v=i3_RgmMlgQ8 qui montre que des puces pour stimuler le cerveau humain existent déjà. On peut ensuite enchaîner sur les recherches de Google en matière d’immortalité avec cet article : https://www.atlantico.fr/decryptage/2279143/et-maintenant-google-annoncel-immortalite-pour-la-fin-du-siecle-laurent-alexandre-vincent-pinte-deregnaucourt Pour s’appuyer sur des exemples d’œuvres de science-fiction qui permettent de réfléchir au transhumanisme : https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/11/05/huit-uvres-de-sciencefiction-pour-reflechir-au-transhumanisme_5378846_4408996.html On peut ensuite faire réfléchir les élèves sur les conséquences de ces progrès en matière d’innovation : conséquences positives et négatives. On peut aussi les amener à réfléchir aux conséquences à court terme (confort…) et à plus long terme (problèmes de droit, d’inégalités…). La classe peut ensuite être répartie en deux groupes pour débattre de plusieurs éléments : – Faut-il continuer les recherches ? – Si on doit les arrêter, comment faire ? – Si un État arrête les recherches, ne va-t-il pas se placer en situation d’infériorité par rapport aux autres ?

THÈME 6 BAC

22