Les 'hapax eiremena' et les mots rares dans les fragments papyrologiques des trois grands tragiques grecs [1 ed.]

268 74 6MB

French Pages [132] Year 1962

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Les 'hapax eiremena' et les mots rares dans les fragments papyrologiques des trois grands tragiques grecs [1 ed.]

Citation preview

POLSKA KOMITET

NAUK

AKADEMIA O

ARCHIWUM

KULTURZE

NAUK ANTYCZNE]

FILOLOGICZNE

POD REDAKCJA KAZIMIERZA

KUMANIECKIEGO

BRONISLAWA

BILINSKIEGO

V

PANSTWOWE

WARSZAWA WYDAWNICTWO

NAUKOWE

LES

HAPAX

EIREMENA

ET LES MOTS RARES DANS LES FRAGMENTS PAPYROLOGIQUES DES TROIS GRANDS TRAGIQUES GRECS

PAR.

IRENA

KAZIK—ZAWADZKA

VARSOVIE—MCMLXII

Pañstwowe

Copyright by Wydawnictwo Naukowe Warszawa 1962

TABLE o$* e

Avant-propos

*

€ c

c

à

€»

5

c3

08

& 08 ?

-.



DES MATIÈRES 09

08

0X

5.

a



O8

9

$9

$9

8

9?

8389

9



*





83

32

89

*

9

9

ax

a4

*9

9

»

9?

$

$9

9

$9

à





*

?

^?

*



..............,. 4... oh νιν sns

Première partie: Eschyle

ἄλδω 7 ἀλδέω ? . ........., ess oen ἀμπελοσκάφος. . 2 . . . esse ss A ἀμφιμήτωρ ss ess se 0 ἀνδροβλήῆς Moni

. . ...... eee see EMEN

sue

ἀντιπέληνος. ML ἀντίφαντος. . . 2 4 e e e e ee su 5 ἀντιφατέω. ML

ms à VI

ἀντίψαλμος. .. 2 4... ee [12114717 RD dplonmmes PN remm

to 0T.

27

2

CROP».

95

*

*

*

c?

—Bh

—€*

4

4

*

^

€*

^"





a4

on n



*

«4



ERRATA

|

Page

|

y

ι

Ligne

|

14

|

latini

Ihhn

Ichn

:

Lir. Ποιμένες

Liter. Ποιμένες

'

Ἵναχος

Ἴναχος

ου



|

20

26 du bas 7 du bas

᾿ !

20

᾿

"

7 du bas

23

i

36

ι

358.

κ᾿

|co 7

27

89

12

Ι

Pxy

᾿Αλκμήνη

|

|

!

|

bas

16

|

i

:

4 du

4 du

||

᾿Αλχμήνη par

ἀλδήσω

rpopiletates

fpa

proprietates

B12

ἑξητήεξήτωρ

ῥητήρ- ῥήτωρ

2

p. 118

p. 81

παρεδρέύίων

παρεδρεύίων

2 du bas

B

5 du bas

1

6 du bas

!

,

Oxy

&. δήσω

]

|

bas

de

latyni

17

|

Au lieu:

p. 45,

â l'insta rd p. 141

ἤρα

p. 45),

& l'instar d' p. 96





*

TABLE Liste des abréviations Liste des fragments Avant-propos

e

*



£$

a

c| o

a

à

c3



9

09

9

c — x." —G

DES $5

c5»

MATIÉRES

*

OG

8

C-

$9

9

9

Oc

o-X&*

3

$*



ac*»

Oca»

0*9

O9

8

à

à



5

GÀ» $$ *

»

4*

δε

*

$

*

+



-

*

931

Première partie: Eschyle

ἀνδροβλήῆς

. . 2 BOR

à / *

o9

c

e

F9

-

0

9 — c

3a

c o9

9 —a3-»—

9 09

9

O3»

085

9

935

9?

9

WV

s

à

O^»

OP»

3

8.

23

39

óOÀ5o0R

A

GOOnR So OX

*

*—03—B—

9

9

9

83.

-—24

9

a3



93



*

9

89

*

*

€ 0*

*

7&

O4

9? 09*

9

c9

008

c

8

νι

^

4$

co



es

c*

xA

À»

3

93

3

0/0»

34

A

c

aos

85

*9

9

$9



c o9

-

c*

8

82 9

O3

*

0

83

9

νυν

»

9

09

νιν

9



c^cOo

4l

e

9

o9

2

oc€

*

030509090ó"

à

?

ooo o3£*

* —Ha»—GA

c*—c8$5

39€



»

$9

9.



^?

*?



^.

8$

^4

à

*.»

e$

+

A



4

-*



*

o3

9

c3

c3?

ΣΕ

ono n

9*4

$9

? +

&

?*

^

3

*

*

$

9

c$*



9

à

o *

*

G&»





*

-*

a

5

9

93

*

F7

9*9

4

*

9.3

*

37

*

$

*

*

$9

9

c

c*

*

9

5»?



$9

€.

»

*?

?

*



t?

*

$*



*$*

LES

κακανδρία



9

9

9

^

c»?

c* oaa

$9

e

o

xo



c

9

354

^

4

à

$

2

e

e

e

e

eoe

καλλίγραπτος.

..

καλλίστευμα.

-

— 89

9

3

9

*

&

^



$9

4

RR

e e e e e



-€.*



*

|o

X

c5

9



9

9

39





à

a

c^

a.»

x



9

À

09» 03.

&

*

9€

. 2 2 li

a

&

c*? 50

4

4

a

λώτωμα

c o9

EIREMENA

353»

c

c3



9

5

c

9

ohm

$5

4

93

c *— 04

^» O0

Gc?

aa

9» cx

9» $9

098

9?

oh

9

9

^



$

3

a

9.

93

*

À&à

O5»

*

$*

83



*

$9

*

-.a

-*

a4

5

à

9



»

*

*?

3

9

&à&

n

n

n

n

su.

ss

nus

ss v9

$9

$*

*

^*

rss *

9.4

ee

*

*

^

$

9

*

*

à

$4

X

5

3

3

8

?

3

$

$*



^

*

93

3



a

$9

**?

c$9

$9

83

9



*€*

9

8



€?

*

€?

c9

a3

9

9

&

*

5^

^

2

*

3

09

9*9





c9»

»

cC

c3

$9

9?



*

8



*

*

89

9

$

*

$9

$5



c$*

c?

&



8



c?

8$



3

c$*

895

4

*



»

89

Y

a

*9

4

$9

*



3



*

85

c?



à

*

8

9

c

c9

κε"

"5



»

54 09

*

on on

4

c*oc3

^?

*?

à

5*

ss

?!

59

à» 9 0

09

9

c 9 €—

^a^

o

. ou ma sen

“ καταπρίσσομαι. κόμιστρον Ὁ ^

μαργαίνω

85

HAPAX

5...“

9

μαριλευτῆς susn n m oy n nh t n n ΣΥΝ 3? aa $9 $92 a4 98 9$ 9 9$ μεθαιρέω ΝΥ μιλτόπρεπτος es nn n n.

s



4

9

à

0

c

a

Go

co o9

0*

9$

$9



$9

»

8

co

39

8

a

«! /*«

83

75

*

3



$9

49

à 09$

$9

9

à

à

9



087 09

*

9



c4"

$

oA



o9

$*

G



9?

$8

$9

4

*

4

85

$*9

9

*

9

4

4

9

*

9*9?

*

$4

c9

9

à

9?

343

&

2

"€.

4d

9

9

9?

a

s

*

9

*9*

*

58

*

8a

4

c

d

9

9

c

c

3

c3

6

$4

*

c o9?

9

9

à

&

*

7

85

?*

$9

*

9

€.

39

c o €

9€

9

9

5$

5



9

a

*

c$

c9



9

83

9

^34

€»

9

c3

9

*

&

&

à

&

co

$9

Ga

849



oo

005

co o4

a

cGcoc9:

a&

&à 03

09

$9

*

€*

*

^

*

t

*

85

»»



*

9"

*

9

3



*

*

2

4

*

'*

c9

3

9

9

9€

c*

9



$9

9

$5

*

5

9

3f

9

0

/ 4*9



^

à

aa

a

co

a

co»

€»

9

&

3

9?

&

5

*

$9

*

*

9

9

*

85

n o€*

-«—G*o8

«9

a

&OÀ

à

Ga

83

coo

9

8

09

*!

4

9

9*9

à

co

3

9

à

$9

3

9

3

s

c! 29

*

c3»

*9

€*

$*

9*

$9

CL ποσθοφιλήῆς. D s est προπράχτωρ . . . . . . . . . ΝΕ seem ῥηματίζω

. .

τάγευμα

-“2“5͵νᾳ΄οἫἦ

Gg

a



»

$9

3» o c3ÓO;c



aa

Bo»

o

4oéo*$

$9

4

»&

9*9

*



2

9



c3*

*

*



c?

P9

*

Ga

*

$*



9?

*

$9

$9



*

$9

$9

9

9

9



^*

a

€$

89

39

9



*

c$*

5

c*

*

€^?

€»

€*

*

$*

$9

$9



*

*

*

ΝΕ

. . . . ..

. . . . . . . ..

2

*

^

c*

$5

a

oc» oc590*

*

9.



4

aa

c

9 5

c*

5

a&

à

$4

85 c»?

5*

à 0979€

co c3» 9€

d4d

x35

5

c?



3

€*

49

à

*

*?— 0-*

9







€9o$ 9



9

9

*

$92

1

9

t9

9

€*

seems oh m mor m s n n n ng

BR)

$

Aa

partie: Sophocle e

.͵ὲέἐ 5»

o9 e

*

5

&

9 «23 &À

c

OX

ho o omi

à



^

0*

X

dd

€»

^

à

9*9

»



a

c

c£.»

c.

3/3 ^» 39

9 9?

X €

IR

aw.

9

89

$5





€*

à»

8

*

c'*o$9*

9

à

3

80899 3s

oos o9

5?! 095

9 og

n o9 on

8

9

5.

x

c€»

€$

&

*

*:



cf

coh *

m"

9 n m on $9

9?

*

9

359

9



$9?

€"

$&

9 n ng on

€*

"

$1

ς



nn

*

9

*

*

*-

""

9*

9*7

*

$9

*

5

t?

TJ

'At&oxUVÉE αἰόλισμα

dau

Deuxiéme

o

9



o

C$

à

a

9

To

*

φυχιόω.. & 9 * χαλκεοτυπῆς

94.3

4d»

o

M oM o

me

σπευσίδωρος

3?

*

€*

ΞΕ

ΨΥ

ΕΣ

ΝΕ

SdSS8$g2292980T08552822Zx

coc»



a

»»»

μολπάζω

ἐκβουτυπόομαι

..

...

s

ss

sus ess

n n n

ss nm] n

ὃ δῷ ὦ

. ,....

MATIÈRES

δ

ἀποψάλακτος.

DES

& & €

TABLE

LES

HAPAX

EIREMENA

πέδορτος. LS πεμπτὴρ

ms

πορπαφόρος. . . . i . ses

ῥοίβδημα.

ss

sors

es

es n non Mousses

LV

σύλησις

se

2

ess

χρυσόφαντος

. , . 4

pp...

.....,....,......

him

oh

2 osseuse

νον

E

4e

TABLE

κήλημα

DES

MATIÈRES

mm

.

κοιμήτωρ. ns o oom o χυμόκτυπος.

at

κυπαρισσόροφος

. . . . «+

+

à

+

oho

m oh n se

mo

ee

+ + + +

106

106 106

4c]

ΕΕΕ

.

106

μακρόπορος. . i ll ses nh nn . μηλοβοσχός. . . .. ss μονοβάμων . . ,...,...,....... 4... uses

107 107 107

μονοίκητος

nn

108

ὀρθυσταδόν. . . . . . . . . . . . . . . . .. osseuses περκαίνω. 2... 4... eh oho o] o o o9 o m o9 m um LL PERDE ΕΞ σύ μφὺρ τος Sn ms ΞΕ

108 109 109 109

ordo ML VV VV VV TRyÜTÀOUG mm mm mm νιν νιν τιθήνημα . 222.24 4 eoo o ons uses ms

109 110 110

ὕλιμος.

110

χείμερος

. .

4

4 4h

o9

9 o

9 o 9 9 o o9

e

sn sm

s

9

es

noon on

44e sum

χρυσεόμαλλος. χρυσόρρυτος. Conclusion

4 4 4

. . . . . 4 ss + n . . 2 4 . . e e e e eoe o γε om y oe o oh m n n n n n n

.......,.....4.4444 4444444 sue us sue

110 111 111 112

LISTE Amim, Suppl. Bechtel, Dial.

H. v. Arnim, Supplementum Euripideum. Bonn, 1913. Fr. Bechtel, Die griechischen Dialekte, B. 1-TII. Berlin, 1921— 1924. Fr. Bechtel, Lexilogus zu Homer. Halle, 1914. H. Diels-W. Schubart, Berliner Klassikertexte 1. Berlin, 1904. W. Schubart-U .v. Wilamowitz-Moellendorff, Berliner Klassikertexte V 2. Berlin, 1907. . W. Breitenbach, Untersuchungen zur Sprache der euripideischen Lyrik. Stuttgart, 1934. Bulletin de la Société Royale d'Archéologie d'Alexandrie. H. Burkhardt, Die Archaismen des Euripides. Wissenschaftliche Beilage zum Jahresberichte des fürstlichen Adolfinums zu Bückeburg, 1906. R. Cantarella, 1 nuoví frammenti Eschilei di Ossirinco. Napoli, 1947.

Bechtel, Lexilogus Berl. Klassikertexte 1 Berl. Klassikertexte V 2 Breitenbach,

Unters.

Bulletin Burkhardt, Archaism.

Cantarella, 1 nuovi framm. Chantraine, Form. Chantraine,

Gramm.

P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien. Paris, 1933.

homer.

Crónert, Nachrichten Debrunner, Debrunner,

Gr.

Et.

A. Debrunner, Griechische Grammatik, B. Il: Syntax und syntaktiache Stylistik. München, 1950. E. Diehl, Supplementum Sophocleum. Bonn, 1913. H. Frisk, Griechisches etymologisches Wórterbuch. Heidelberg, 1954—

Wib.

C. E. Fritsch, Neue Fragmente des Aischylos und Sophokles. Ham-

Fritsch, Fragm. Italie, Ind. Aesch. Kühner-Blass Kühner-Gerth

Kumaniecki,

De eloc. Aesch.

Lechner, De Aesch. Lloyd-Jones, App.

Lobeck,

Paralip.

P. Chantraine, Grammaire homérique, Y. Paris, 1942. W. Crónert, Nachrichten von der Καὶ. Gesellschaft der Wissenschaften zu Góttingen, 1922. Phil.-hist. Klasse, H. 1.

À. Debrunner, Griechische Wortbildungslehre. Heidelberg, 1917.

Gr. Wortb. Gr. Gr. ἢ

Diehl, Suppl. Frisk,

DES ABRÉVIATIONS

stud.

Homer.

burg, 1936. G. Italie, Index Aeschyleus. Leiden, 1955. R. Kühner, Ausführliche Grammatik der griechischen Sprache, 3. Aufl. I Teil besorgt von Fr. Blass. Hannover, 1890--- 1892. R. Kühner, Ausführliche Grammatik der griechischen Sprache, 3. Aufl. II Teil besorgt von B. Gerth. Hannover—Leipzig, 1898— —1904, C.F. Kumaniecki, De elocutionis Aeschyleae natura. Cracoviae, 1935. M. Lechner, De Aeschyli studio Homerico. Erlangen, 1862. Aeschylus with an English Translation by Herbert Weir Smyth, II*. The Appendix containing the more considerable fragments published since 1930 and a new text of fr. 50 is edited by Hugh LloydJones. London, 1957.

Chr. A. Lobeck, Paralipomena grammaticae Graecae, I—II. Lipsiae,

1887.

LISTE DES ABRÉVIATIONS

Mahlow, Neue

Wege

11

. G. H. Mahlow, Neue Wege durch die griechische Sprache und Dich-

tung. Berlin—Leipzig, 1926. Mette, Fragm. Oxyrhynchus Oxyrhynchus Oxyrhynchus Oxyrhynchus Oxyrhynchus Oxyrhynchus Oxyrhynchus Oxyrhynchus

Pap. Pap. Pap. Pap. Pap. Pap. Pap. Pap.

I 1Π VI VIII IX XIII XVII XVIII

Oxyrhynchus

Pap. XIX

Oxyrhynchus

Pap. XX

Oxyrhynchus Pap. XXII Page,

Liter. Pap.

Pap. greci e lat. XI Pearson,

Fragm.

Schindler, De Soph. verb. inv. Schirlitz, De serm. irag. Schmid, Gesch. d. gr. Lit. Schmid,

Unters.

Schwyzer, Gr. Gr. 1 Setti, Eschilo satir. I

Setti, Eschilo satir. I/

Smereka, Stud. Eur. | Snell, Alexandros

Σοφοχλέους ᾿Ιχνευταί, recensuit et illustravit Victor Steffen, Var-

Steffen, Ichn. Steffen, Satyrogr. Steflen, Stud. Aesch. Todt, Tudeer,

De

Aesch. De

H. J. Mette, Die Fragmente der Tragôdien des Aischylos. Berlin, 1959. B. Grenfcll-A. Hunt, The Oxyrhynchus Papyri, part II, 1899. B. Grenfell-A. Hunt, The Oxyrhynchus Papyri, part ἘΠ, 1903. B. Grenfeil-A. Hunt, The Oxyrhynchus Papyri, part VI, 1908. A. Hunt, The Oxyrhynchus Papyri, part VIII, 1911. B. Grenfell-A. Hunt, The Oxyrhynchus Papyri, part IX, 1912. B. Grenfell-A. Hunt, The Oxyrhynchus Papyri, part XIII, 1919 À. Hunt, The Oxyrhynchus Papyri, part XVII, 1927. E. Lobel-C. H. Roberts-E. P. Wegener, The Oxyrhynchus Papyri, » part XVIII, 1941. E. Lobel-E. P. Wegener-C. H. Roberts-H. 1. Bell, 7he Oxyrhynchus. Papyri, part XIX, 1948. E. Lobel-E. P. Wegener-C. H. Roberts, The Oxyrhynchus Papyri, part XX, 1952. E. Lobel, The Oxyrhynchus Papyri, part XXIII, 1956. D. L. Page, Greek Literary Papyri, Cambridge, 1950. G. Vitelli-M. Norsa, Papiri greci e larini, vol. X1, 1935. A. C. Pearson, The Fragments of Sophocles. Cambridge, 1917. C. Schindler, De Sophocle verborum inventore, particula I. Vratislaviae. 1877. C. R. Schirlitz, De sermonis tragici per Euripidem incrementis, particula I. Halis Saxonum, 1865. W. Schmid, Geschichte der griechischen Literatur, Y Teil, 2—3 Band. München, 1934— 1940. W. Schmid, Untersuchungen zum gefesselten Prometheus. Stuttgart, 1929. , E. Schwyzer, Griechi-che Grammatik, 1. Band. München, 1953. A. Setti, Eschilo satirico. Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa. Lettere, storia ὁ filosofia. Firenze, 1948 (ser. II, vol. XVIT) p. 1—36. Eschilo satirico 1I. Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa. Lettere storia e filosofia. Firenze, 1953 (ser. II, vol. XXI), p. 205—244. J. Smereka, Studia Euripidea, vol. I. Leopoli, 1936. B. Snell, Euripides! Alexandros und andere Strassburger Papyri mit Fragmenten griechischer Dichrer. Berlin, 1937.

vocab.

vocab.

inv.

soviae, 1960. W. Steffen, Satyrographorum Graecorum fragmenta, Poznaf, 1952. V. Steffen, Studia Aeschylea. Wroclaw, 1958. B. Todt, Commeniatio de Aeschylo vocabulorum inventore. Halis, 1855. L. O. Th. Tudeer, De vocabulis quibus Sophocles in Ichneutis fabula satyrica usus est. Helsingforsiae, 1916 (Annales Academiae Scientiarum Fennicae ser. B t. XIV).

LISTE DES FRAGMENTS l. Fragments

papyrologiques

Nombre

Papyrus ]

P. Didot (Ile s. av. n.è.)

Pièce 2

de vers 3

| Κᾶρες ἢ Εὐρώπη | 23 c (tragédie)

d'Eschyle

Edition

d’après

|

Editio princeps | laquelle le frag- | Abréviation ment est cité 4

5

᾿

6

| Monum. gr. 3-4. | Mette, Fragm., | Car. Un papyrus in|fr. 145, p. 49 sq édit de la bibliothèque de M. Ambroise FirminDidot. Nouveaux fragments d'Euripide et d'autres poétes grecs publiés par M. Hen-

Notes 7

|

| fr. 145 Me

ri Weil. Paris,

| P.Oxy 220 col. XI, v. 6 (Ier-Ile s.)

1879, p..18 sqq. Προμηθεύς | Avópevoc (tragédie)

I m.

| Oxyrhynchus Pap. lI, p. 46

Mette, Fragm., fr. 337, p. 125 H. Diels, Rhein. Mus. 56 (1901), p.31

| Prom. Lyom., | fr. 337 Me

P. Oxy 221 tragédie indéter- ! col. III, v. 3 | minée (Ile s. de n.è.)

1 c.

Oxyrhynchus Pap. ΤΊ, p. 59 :

P. Berol. 9780] ᾿Ελευσίνιοι col. XIV, (tragédie)

lc.

Berl. Klassikertexte, 1, p. 67

P. Oxy 1087 | Φινεύς v. 32-33 (tragédie) (Ier s. de n.è.)

1 m.

Oxyrhynchus Oxyrhynchus Phin., Pap. VIII, p. 103 | Pap. VIII, p. 103 | P. Oxy 1087

P. Fayoum 2 | 'HpaxAetóa: (168. de n.2.) (tragédic)

4 c. 2 m.

G. Lefebvre, Bul-| Mette, Fragm., | Heracl., letin, N° 14, fr. 110, p. 38sq. | fr. 110 Me 1912, p. 192

| Mette, Fragm., fr. 269, p. 95

| P. Oxy 221

| Eleus., fr. 269 Me

v. 12-15

(Ile s. de n.è.)

1) c'est-à-dire vers completa ou à peu prés complets. 2) c'est-à-dire vers mutilé (dont il reste moins de la moitié).

12

|attribution douteuse

LISTE

1

2

PSI 1208 (Ile s. de n.&.)

|

3

Νιόβη (tragédie)

21 c.

Auwxevvovixoi

14 c.

18 m

|

Γλαῦκος Hor-

|

(Le s. de n.&.) | νεεύς

3 c.

|

| (tragédie)

, |

5

G. VitelliM. Norsa, Bul-

9m.

|

Μυρμιδόνες (tragédie)

16 c 20 m |

:

Ϊ

'

G. Vitelli-

Mette, Fragm.,

letin, N* 28,

fr. 467, p. 171

Ν 29, 1934,

|

P. 247

|

.

Pap. greci e

Mette, Fragm.,

ja. XI, p. 100 sq. | fr. 441,p. 160;

fr. 442,p.161

:

| |

| Gl. Potn.,

| fr. 441-442 | Myrm., ft. 225a Me |



orientales, IL,

|

:

1934, p. 968

]

|

W. Buchwald, v. 1-8 Mette, Studien zur Chro-| Fragm., fr. 596, nologie der atti- | p. 215; v. 10-18

|

| P. Med. :

|

Diss. Kónigs-

|

berg, 1939, p. 57 |

᾿ (1953), p. 9sqq. !

Oxyrhynchus Mette, Fragm., Pap. XVIII, p. 4 1 fr. 55, p. 19sq. Mette, Fragm., ft. 443-444, P. 161 sqq.;

Δικτυουλκοί moi



10 m.

| 19 m.

(drame satgrique) | Μυρμιδόνες (tragédie)

5 vest.

|

'

Oxyrhynchus

'Pap.XVIH,

| Dict.,

fr. 474,

fr. 474 Me

' p. 174 sqq. | Mette, Fragm.,

— :fr.17,p.6sqq.

| p. 14 sqq.; XX,

p. 167

'

— !Isthm..

1.17 Me

᾿

|

|

| 45 m.

| Oxyrhynchus

Mette, Fragm.,

: Myrm.,

|

| Pap. XVIII,

fr. 213-218,

| fr. 213-218,

|

|

P. Oxy 2164 | Σεμέλη ἢ '"Yópo- | 27 c. (Πε s. de nt.) | φόροι . 15 m.

3) c'est-à-dire vestiges d'un

| Mette, Fragm.,

| , '

| 12 vest.

|

(tragédie)

|Oxyrhynchus Pap. XVII,

16 vest. | p. 9 sqq.

66 c

(le s. de n.&.) 1 ᾿Ισθμιασταί

: Gl. Potn., fr. 443-444, 447-449 Me

Ρ. 163 34.

| 56 c. —

P. Oxy 2162

Οἱ. Pont., ‘fr. 55 Me

fr. 447-449,

, '(drame satyrique)|

| |

71 m. Oxyrhynchus 16 vest.* | Pap. XVIII, p. 5 sqq., 182

(Ile s. de n.e.)

attribution douteuse

| E. Eichgrün, Pro-.

von 455 bis 431, | legomena 2

P. Oxy 2160 Γλαῦκος Ποτνιεύς! (IIe s. de n.à.) (tragédie)

| : |

|

et d'histoire

P. Oxy 2159 | Γλαῦκος Πόντιος ! 2c (IIe s. de n.ë.) l(drame satyrique)l 13 m

᾿

Με

G. VitelliMette, Fragm, M. Norsa, Mé- | fr. 225a, langes Bidez, An-! p. 78 sqq.

schen Tragódie

(Le s. de n.&.)

7

| Dict.,fr. 464,

tut de philologie

P. Med. | tragédie(s) indé- | 10 c. (Ier s. de n.é.) | terminée(s) 8 m.

P. Oxy 2163

|

M. Norsa, Bul- | fr.464,p. 169 sq.;; 467 Me

nuaire de l'Insti-

|

|

P. Oxy 2161

6

Mette, Fragm., | Niobe, |fr. 273, p. 96sq. | fr. 273 Me

1933, p. 115;

|

PSI 1211 (ler-He s.)

4

1933, p. 108

(Ile s. de n.2.) (drame satyrique)|

PS] 1210

13

FRAGMENTS

letin, N* 28,

| PSI 1209

DES

|

p. 23 sqq.

Oxyrhynchus Pap. XVIII,

P. 27 sqq.

vers (il ne reste qu'une

ou deux lettres).

p. 74 sq.;

| 220-223 Me |

fr. 220-223, p. 76 | Mette, Fragm., fr. 355,

p.i32sqq. —

᾿ Sem., ‘fr. 355 Me

|

|

LES

1

2

|

3

| tragédie indé-

! 37 m. -|

P. Oxy 2248

| Σεμέλη rj Yógo-

(Lie s. de n.à.) | φόροι

.

6 m.

1 vest.

5

! Mette, Fragm., fr. 343-350, p. 126 sqq.

Oxyrhynchus

Mette, Fragm.,

Pap. XX,

fr. 494,

; P. 7 sqq.

| p. 182 sq.

Oxyrhynchus Pap. XX, p. 9

| 15 m.

,

|

Oxyrhynchus Pap. XX, | p. 2 sqq.

(Ile s. de n.à.) | terminée P. Oxy 2247 | tragédie(?) indé. | (IIe s. de n.&.) | terminée

EIREMENA

4

P. Oxy 2245 | Προμηθεὺς Πυρ- | 27 c. (es. de n.à.) φόρος ' 35 m. (tragédie) | 32 vest. P. Oxy 2246

HAPAX

. Mette, Fragm., fr. 495, p. 183

Oxyrhynchus

Mette, Fragm.,

| Pap. XX, p. 10.

|

6

|

| Prom. Pyrph., fr. 343-350 Me | fr. 494 Me

] ;

! | fr. 495 Me | Sem.,

| fr. 357, p; 135

fr. 357 Me

(tragédie) — ; P. Oxy 2249

| Σεμέλη ἢ Yópo- | 18 m.

(ile s. de n.e.) | φόροι

|

1 vest.

Oxyrhynchus

Mette, Fragm.,

| Pap. XX, p. 11

(tragédie)

10 πι.

(Lie s. de n.&.) | μιασταί (drame satyrique)

3 vest.

P. Oxy 2251 |tragédie indé(Lie s. de n,&) | terminée

8 c. 5 m.

Προμηθεὺς Ilvo- | 11 m. ? 2 vest.

Προμηθεὺς Πυρ-

Oxyrhynchus

Mette, Fragm.,

| Pap. XX, p. 12

| Isthm.,

|fr. 16, p. 6

Oxyrhynchus Pap. XX, p. 13.

fr. 16 Me

Mette, Fragm., | fr. 496, p. 183 sq.

| Oxyrhynchus | Pap. XX, p. 14

|fr. 496 Mc

Mette, Fragm., | τ. 342 Me | fr. 342, p. 125sq.

καεὺς

(tragédie) —

P. Oxy 2254 drame satyri(Iles. de n.2.) | que(?) indéter-

| $c. ^, 7 m. |] vest.

Oxyrhynchus Pap. XX, p. 15

Mette, Fragm., fr. 223a, p. 77 sq.

|fr. 223a Me

| 24 m. 2 vest.

Oxyrhynchus | Pap. XX, p.16

Mette, Fragm., | fr. 497a,

|fr. 497a Me

miné



29m.

fr. 1-3,5,20,21 (drame satyrique)

16 vest.

Oxyrhynchus

| Pap. XX, p. 17

P. Oxy 2255,

de n.e.) ———

p. 184 sq.

Ϊ

Mette, Frcgm.,

‘ Dict.,

1 fr. 468-473,

(Ile s. de n.é.)

fr.4(Mes.

fr. 468-473

j P. 171 sqq. Θεωροὶ LE

μιασταί

|

]m.

Oxyrhynchus

Pap. XX, p. 17

(drame satyrique)! ——

(—-—

| Mette, Fragm.,

fr. 19, p. 10

|

|

πα

Me | Isthm.,

fr. 19 Me



P. Oxy 2255, | tragédies(?) indé- 119 τη.

: Oxyrhynchus

! Mette, Fragm., | fr. 498-526

17-19, 22-30,

. p. 18 sqq.

, p. 185 sqq.

fr. 6-11, 15, | terminées

42 vest. Pap. XX,

32-34, 36-41

|

(le s. de n.&.);

|

P. Oxy 2255,

Γλαῦκος Πόντος

2c.

fr. 12/13

(drame satyrique)

6 m.

(Ile s. de πὲ.) P. Oxy 2255, fr. 14 (Ile 5.

de n.è.)

[ ἔτ. 498-526, |

Με |

| Oxyrhynchus — Mete, Fragm, | Gi. Pont.

| Pap. XX,

| fr. 56, p. 20

[fr 56 Me

| P- 21 sq. «Ἱαναΐδες (tragédie)

᾿

|

| ἢ

P. Oxy 2253 | Μυρμιδόνες Ὁ (lle s. de n.è.) (tragédie)

P.Oxy 2255, | Autvovixoi

|

fr. 356 Me

p. 134 sq.

P. Oxy 2250 | Θεωροὶ ἢ σθ-

P. Oxy 2252 {Ile s. de n.à.)

| Sem.,

i fr. 356,

7 12

! Oxyrhynchus ' Pap. XX,

p. 21 sq.

; Mette, Fragm., | Dan., fr. 125, p. 43 sq. fr. 125 Me

|

! À

Ι

|

LISTE

1

|

2

P. Oxy 2255,

|

Μυρμιδόνες

fr. 31 (lle s.

de né.)

|

6 m.

Ζείγξ

(drame satyrique)

P.Oxy 2256,

tragédies(?) ! indéterminées

|

Oxyrhynchus

Mette, Fragm.,

|o7

' Myrm.,

|

| fr. 219 Me

| Sph.,

fr. 183b Me

Mette, Fragm.,

fr. 528-589

Pap. XX, |p. 29 sqq.

fr. 528-589, P. 195 sqq.

Me

19 m.

Oxyrhynchus Pap. XX, p. 49 sq.

Mette, Fragm., fr. 388-390, p. 143 sq.

|| fr. 388-390 Me

4m.

'Oxyrhynchus

Mette ,Fragm.,

| Myrm.,

79-82

|

Ϊ

P. Oxy 2256, fr. 51-53 (He-lle s. )

Τένης (tragédie)

P.Oxy 2256,

Μυρμιδόνες

fr. 55

(tragédie)

P.Oxy2256,

Pap.XX,p.51

| |

_

Λέων

fr. 59-60, 62-64, 69

-

9 c.

(drame satyrique)|

fr. 229b, p. 81

P. Oxy 2256,

Pap. XX, p. 52 sqq.

| fr. 186-190, p. 62 sqq.

11 c.

(tragédie)

5m.

Pap. XX,

fr. 296,

i

1 vest.

; p. 57 sq. |

p. 106 sq. d

|

5m.

|! Oxyrhynchus

|

P. Oxy 2256,

AuxtvovAxoi

fr. 72

(drame satyrique)!

(Ile-Nile s.)

Oxyrhynchus

Mette, Fragm., ΒΕ

3 vest. | Fe. XX, p.58

-

P. Oxy 2256, fr. 76-77, 88-89

"Igeyéveia? (tragédie)

(le-Ille s.)

La

LLL

P. Oxy 2256,

!

17 m. "| Oxyrhynchus 2 vest. Pap. XX, p. 59 sq.

un

Adioz?

fr. 78

9 m.

(tragédie)

(fie-Ille s.) (IIe-IIle s.)

Φρύγες

‘à “Ἕκτορος

λύτρα]

(tragédie) P. Heid. 185 (Ile-1He s.)

Προμηθεύς “Δυόμενος

(tragédie)

|

8c.

ap.

XX, p. Ὁ

—Oxyrhynchus

| Pap. XX, p.62

4 vest. |

15 m. vest.

|

| Mette, Fragm., | fr. 137-140, i P. 47 sq. | Mette, Fragm. 4

. fr. 174, p. 59 sq.

: Mette, Fragm., fr. 246a, 250b,

——

|

— fr. 137-140 Me

fr. 174 Me

|

‘fr. 246a,

2500, 251-253

| 251-253, p. 87sqq|.Me '

E.Siegmann, Li| terarische grie-

| Mette, Fragm., | fr. 323a,

‘chische Texte —— p. 117 sq. | |

1956, p. 21, fr. 5 |

—Ó—

| Dict.,

| fr. 465 Me

ΝΕ

Heidelberg,

M

NENNEN

--

19Ox yrhynchus

^ 32 m.

Mette, Fragm.,

!fr.465,p.170

| fr. 296 Me

| —

| der Heidelberger Papyrussammil,

,

———————

fr. 189-160 Me

Φιλοκτήτης Ὁ

(He-IIIe s.) LT c.

P.Oxy 2256,

-

|

fr. 7i

fr. 83-87

fr. 229b Me

| |

|Oxyrhynchus — | Mette, Fragm., | Leon,

41 m. 8 vest.

(lHe-Ille s.)

——————

6

| fr. 183b, p. 61

| Oxyrhynchus

189 m 44 vest.

(Hle-Ille s.)

(Iie-Ille s.)

|

| fre 219, p. 76

Pap. XX, p. 27 | 40 c.

5 Mette, Fragm.,

Pap. XX, p. 26 2 m.

fr.6-36,38-49, 54, 56-58, 61, 65-68, 70,

|

.Oxyrhynchus

|

P. Oxy 2255,

FRAGMENTS

4

i

fr. 35 (Hes. de n.ë.)

73-75.

3 |

(tragédie)

DES

.

| Prom. Lyom, fr. 323a Me

|

attribution douteuse

16

LES HAPAX

II. Fragments

1

(2

P. Grenf. I

Νιόβη]

6a

(tragédie)

(IIIe s. av.

papyrologiques de Sophocle

| ^3

P. Petr. 13(2) | ᾿Ιφριγένεια # ἐν (IHe-He 5.) | Αὐλίδι Αἴας Aoxp.? (tragédie)

9 c. 8 m.

39 m.

BIREMENA

4

6

J. P. Mahaffy, | Fritsch, Fragm., The Flinders Pe- | fr. 8, p. 41 sqq. trie Papyri, I (1891), p. [13]

7

|P. Petr. I 3 (2) attribution douteuse

B. Grenfell-

Pearson,

P. Grenf. II

attribution

À. Hunt, New

Fragm. IL;

6a, fr. 1-4

douteuse

P.Oxy 213,

attribution

Classical

n.é.)

5

fr. 442-445,

Fragments and — | p. 94 sqq. Other Greek and Larin Papyri, Series II (1897) P. 14 sq.

P. Oxy 213

Νιόβη}

üles.den.é.)

— Távradac?

12 c.

9 m.

Oxyrhynchus

(tragédie) P. Amb. 12, col.JL .

1 c.

B. GrenfellA. Hunt, The

v. 14-16

Amherst Papyri,

(Ille s. de n.é.)

part II (1901) p. 3 tragédie(?)

v. 59-61

indéterminée

fr. a-b

douteuse

fr. 5a-b, p. 28 sqq.

Ποιμένες (tragédie)

P. Oxy 410,

Fritsch,

Pap. U, p. 23sqq.| Fragm,

1 m.

Oxyrhynchus

B. GrenfelA. Hunt, The

Pastor. P. Amh. 12

| Amherst Papyri,

part II (1901) p.3 Oxyrhynchus

P. Oxy 410

Pap. UK, p. 28

| Pap. III, p. 28

Berl. Klassiker-

| Diehi, Suppl.

Pastor.,

fr. 11, p. 31

P. Berol.

(ile s. de n.&.) P. Berol.

Ποιμένες

9780,

Ις.

(tragédie)

texte 1, p. 67

col. XIV, v.10 (Iles. de n.è.),

9780

P. Hibeh 3

|: Tupw?

(Ule s. av.n.e.)

(tragédie)

| |

| JO c. 40 m.

B. Grenfell-

Pearson,

A. Hunt, The

Fragm., Il,

3 vest. | Hibeh Papyri, part I (1906),

P. Hib. 3

|fr. 649, p. 275 sqq.

P. 17 sqq. P. Hibeh 11

Νιόβη

(Ille s.av.n.e.)

(tragédie)

li

m.

B. Grenfell-

Fritsch, Fragm.,

A. Hunt, The

fr. 9, p. 44

Hibeh Papyri,

|

part I (1906),

i

p. 44

P.Berol. 9908 [᾿Αχαιῶν σύλλογος (Ile s. de n.é.) (tragédie) P. Oxy 1087, v. 34 (Iers.av.n.é.)

Diveÿc À (tragédie) |

24 c. 3 m.

Berl. Klassikertexte V 2, p.

2 vest. | 64 sqq. Ι m.

P. Oxy 1174 "lyveutai 259 c (IIe s. de n.é.)| (drame satyrique)j154 m. 43

vest.

| P. Hib. 11

| Diehl, Suppl., p. 29 sqq.

Ach. Syll., P. Berol.

9908

Oxyrhynchus Pearson, Fragm.,| Pap.VIIL, p. 103 | LL, fr. 706, p. 315 sq.

Phin. A, P. Oxy 1087

Oxyrhynchus Pap. IX,

Ichn.

| p. 36 sqq.

Steffen, Ichu.

|

LISTE

|

|

2

[3

P. Oxy 1175 | Edeurvloc. (Ile s. de n.é.) (tragédie)

DES

FRAGMENTS

] 4

5.

47 c. Oxyrhynchus 208 m. Pap. IX, 12 vest. | p. 86 sqq.

6

|

7

— | Diehl, Suppl., Eurypyl.: p.215qq.;fr. 40, | P. Oxy 1175 48-51, 54, 76-79, | 84-88, 92-93, 99, , 106 d'aprés A.

:

Hunt,

| |

|

|

7ragico-

rum Graecorum Fragmenta pa-

| |

pyracea nuper re| perta. Oxonii,

.

: ᾿

1912 PSI 724 (Ille ' tragédie

s. de nè.)

indé-

.terminée

9 m.

G. Vitelli-

|

γί greci e latyni.

|

vol VI (1920), P. 161 sq.

P. Οχγ 2077

Σκύριοι

(IIe-IHe s.)



(tragédie)

12 c

21 m.

Oxyrhynchus

Pap. XVII,

p.

P. Oxy 2081a

| ‘Jyvevrai

(Les. de n.è.) (drame satyrique))

20 m.

|

Εὐούπυλος (tragédie) 1

P. Vat. 11, — | Tnorûs col. VII, : (tragédie) col.

IX,

55 m.

30 vest. 14 c.

|

Scyr, P. Pxy :

|

ΠΝ Ϊ

Ihhn.

Steffen, Jchn.

'

Oxyrhynchus

Oxyrhynchus

p.

p.

74

566.

|

74

Eurypyl,

P.Oxy 208 1b

XVII, Sqq.

fr.

M. Norsa-G Vi-| Page. Litr. Pap.| telli, Studi e te-| fr. 24, p. 148sqq.| P

p P. Tebt. 692 Ἴναχος (Me s. av. n.é.); (drame satyri‘ que?)

Pap.

.

. 6

sqq

1

A. S. Hünt-J. G.| Smyly, The Teb-| tunis Papyri, part III, 1 (1933),: P.

Ῥ. Ἀγ]. 482 ᾿Αχαιῶν σύλλο- | 19 c. (Ile s. de n.&.) | γος

3

fr. a-c

|

2 Steffen, Sary-— rogr., p. 168 sqq.; fr. 85

i Inach., P. Tebt. 692

C. H. Roberts, | Br. Snell, Catalogue of the| Gnomon 15

Ach. Syll, — P. Ryl. 482

Papyri in the John, Rylands — |

|

(1938),p. 91 sqq.

|

Library, vol Il |

P. Oxy 2369 : Ἴναχος (Ier s. av.-Ier ! (drame satyris. de πιὸ.) que?)

2 c.

8 c. | 27 m. 5 vest.

| ;

!

(tragédie)

Lu

|

866.

Greek and Latin (1939), p. 540

| 'Hoiuésez

'

11,

| |

' — (tragédie)

'

i

.

. 31c 33 m



1-18

Ter., P. Vat.

sti 53 (1931),

v. 25-27;

P. Oxy 2221,

Fritsch, Fragm.,|

fr. 10, p. 44 sqq.| 2077, fr 1-3 -

I

| Pap. XVIL

col. XI. v. 3-8 , (IIle s. de n.è.):

col. I, v. 24-25 (Ier s. de n.&.)

|

30 sqq.

Oxyrhynchus

attribution

'douteuse

p. 72 sq,

(Ile s. de n.&.).

v. 4446;

PSI 724

3 vest. | Pap. XVII,

|

P.Oxy2081b

ritsch, Fragrm.,!

M. Norsa, Papi-| fr. 11, p. 54 sqq.

Oxyrhynchus

Oxyrhynchus

Oxyrhynchus Pap. XXIII. | p. 55 sqq.

Oxyrhynchus Pap. XXIII | p. 55 *qq.

j

— | Pastor,,

Pap. XIX, p. 59| Pap. XIX, p. 59;

Oxy 2221

P.

— ἠ Inach., | P. Oxy 2369, ; fr. ge . col.

I-IT

!

s

LES HAPAX

EIREMENA

III. Fragments papyrologiques* d'Euripide

1

|

2

1

P. Petr. I 1, 2,| ᾿Αντιόπῃ 3 (1), v. 7-9 (Hle s. av. n.à.) P. Petr. Il 49(d) DX

3

Itt c.

(tragédie)

6 m.

"Ἰνώ ' YweióAg? |. 4 c. , (tragédie) 5 m.

(Ille s. av.

|

4

5

J.P. Mahaffy,

| Arnim, Suppl, | Antiope

The. Flinders Pe- | p. 14, v. 13-15; trie Papyri, 1 p. 18 sqq. (1891), p. [1] sqq. J. P. Mahaffy, | H. J. M. Milne, | P. Petr. II, The Flinders Pe- | Class Rev., 40 | 49(d) DX

trie Papyri, Il

n.è.)

6

(1926), p. 64

4 (1893), p. [161]

P. Amherst 17] Σχίρων (VIe-Vile s.) i(dramesatyrique)| |

5 m. | vest.

B. Grenfell-A. ! Hunt, The Amherst Papyri, part II (1901), p. 8 sq.

| Steffen, Sazy| rogr. p. 222, fr, 22

Scir. P. Amh. 17 |

P.Oxy 419 (He-ITle s.)

᾿Αρχέλαος (tragédie)

i6 m

Oxyrhynchus Pap. Ill, p. 66

Arnim, Suppl.,, | p. 80

| Archel., P. Oxy 419

Perg. Berol. 217 (Ile-Ille s.)

tec (tragédie)

52 c.

Berl. Klassikertexte V 2, p. 73 sqq.

| Arnim, Suppl., p. 22 sqq.

! Cret., P. Berol. 217 |

Perg. Berol. | Μελανίππη 5514 ἡ δεσμῶτις . (Ne s. de n.à.) (tragédie)

34 c. 16 πι.

Berl. Klassikerfexte V 2, p. 85 sqq.

| Arnim, Suppi., p. 29 sqq.

| Mel. desm., P. Berol. 5514

P. Berol, 9771! Φαέθων

19 c

Berl. Klassiker- | Arnim, Suppl,

(Ille s. av. n.&.)

(tragédie)

texte V 2, p. 79 sq.

p. 69 sqq.

P. Berol. 9771

P. Berol. 9772 Μελανίππη (Ile s. av. n.è.)! ἡ δεσμῶτις (tragédie)

| 25 c. 4 m.

Manuscrit de | Πειρίθοος la Bibl. Vatic. (tragédie)

16 c.

H. Rabe, Rhein. | Arnim, Suppl, Mus., 63 (1908), | p. 40 sq. p. 145

| Pirith., Ioh. Log.

22 c.

H. Rabe, Rhein, | Arnim, Suppl., Mus., 63 (1908), | p. 26 sq.

| Mel. soph., Ioh. Log.

Μελανίππη ἡ σοφή

| Σθενέβοια

38 c. — ,

| 'Yyixidng (tragédie)

49(c)

(IIe-IHle s.;

{lle s. av. n.à.)

‘ Mel. desm., P. Berol. 9772

.

|H.Rabe, Rhein. | Arnim, Suppl, | Stheneb., Mus., 63 (1908), | p. 43 sq.

:

P. Oxy 852P. Petr. II,

| Arnim, Suppl., p. 32 sq.

p. 146

(tragédie) (tragédie)

Berl. Klassikertexte V 2, p. 125 sq.

| Phaeth.,

Ioh. Log.

p. 147

292 c. 410 m.

Oxyrhynchus |Pap. Vl,

99 vest. | p. 19 sqq.

+

J.P. Mahaffy,

Arnim, Suppl., | Hyps. p. 48 sqq.;fr. 6-7, 11-17, 19, 25-26,

| 28-31, 33, 36-56,

The Flinders Pe- | 59, 65-116 d'atrie Papyri II prés l'editio prin(1893), p. [160] ceps; fr. 22 et 60, v. 4-19 d'aprés Fr. Petersen,

Hermes 49 (1914), p.623 sqq. 4 ) En plus des papyrus,

on étudie ici aussi quelques

parchemins et inscriptions

trouvés

au XXe

siècle.

LISTE

01 — | P. Oxy 1087,

v. 28-29

2

|

3

Αἰγεύς

1m.

Τήμενος

] m.

(tragédie)

DES

FRAGMENTS

4

19

5

$6

|Oxyrhynchus

Oxyrhynchus

Aeg.,

Oxyrhynchus

Oxyrhynchus

Tem.,

[|

?

Pap. VIII, p. 103 | Pap. VIII, p. 103 | P. Oxy 1087 |

(Ier s. de n.à.) P. Oxy 1087, v. 58-60 (ler s. de né.)

(tragédie)

P. Oxy 1176, fr. 38, col. II, v. 7-30

᾿Αλέξανδρος" (tragédie)

Pap. VIII, p. 105 | Pap. VIII, p. 105 | P. Oxy 1087 ᾿

13 c.

(Ie 5. de n.é.)

P.Oxy1176, |

Oxyrhynchus Pap. 1X, p. 143

Snell, 4lexandros | P. Oxy 1176, . | fr. 63, p. 20 fr. 38, col.Il . |

lOxyrhynchus

| Amim, Suppl, | P. Oxy 1176,

|

tragédie

3c.

fr. 38, col. III, | indéterminée

Pap.IX, p.143

|p.4

fr. 38, col.iil

(IIe s. de n.é.)

P. Oxy 1176,

tragédie

fr. 39, col. II | indéterminée (fle s. de n.è.)

P. Oxy 1176,

tragédie

fr. 39, col. IV, | indéterminée

2 c.

Oxyrhynchus — ! Arnim, Suppl,

] m.

Pap.IX, p.144.

: P. Oxy 1176,

|p.4

fr. 39, col. II

᾿

]

|

2c.

,|Oxyrhynchus

Amim, Suppl,

Im.

;Pap.IX, p.147

|p.5

|P.Oxy 1176, ! fr. 39, col.IV

v. 33-38 (He s. de n.é.)

P. Oxy 1176,

Aavén?

4 c.

Oxyrhynchus — | Atnim, Suppl,

fr. 39, col. VI,

(tragédie)

1 m.

Pap. IX, p.148

| P. Oxy 1176,

| p. 5

fr. 39, col.VI

v. 4-15

(Ile s. de n.é,)

PSI 126 (Ves.denéé)!

tragédie

| c.

indéterminée

1 m.

|G.Vitelli, Po

|Page, Lirer.Pap.,|PS1126 —

piri greci e latini, ir. 18b, p. 134 sq. vol. 1I (1913), p.27

(1Je-IIle s.)

Φρίξος

(tragédie)

18 c.

|G. Vitelli, Revue

Egyptologique,

N. S. 1 (1919),

, Liter. Pap,.| Phrix.

| fr. 32, p. 170 sqq.

p. 47 sqq.

P. Oxy 1611, | ᾿Αλκμέων ὁ &d | 2c. fr. 1, col. IV,

v. 90-93

Κορίνθου

(tragédie)

|

attribution douteuse |

|Oxyrhynchus | Page, Liter.Pap., Alem. Cor., |

Pap. XLII, p. 134 | fr. 8, p. 54

P. Oxy 1611

(iHe s.de n.é.)

P. Strassb. 2342-2344

᾿Αλέξανδοος

— | 47 e.

(tragédie)

78 m.

(Ters. av. n.é.)

Crônert,

Snell, Alexandros,| Alex.,

Nachrichten,

fr. 6-7, 16, 18,

P. 1 sqq.

23, 43, 46-58,

P. Argent.

'

P. 5 sqq.

P. Strassb.

Μελανίππη ἡ

col. II-II1,

(tragédie)

WG 306 r., 308, 1 (IIles.av.n.è.)

P.Oxy 2078 |

(es.den.é)|

cop?

|33c.

55 m.

|Crónert,

Hu

Snell, A4lexandros, | P. Argent.

|Nachrichten,

ρ. 78

15 vest. | p. 17 sqq.

306-308

:ἱ

Πειρίθοος

(tragédie)

27 c.

| 44 m.

Oxyrhynchus

| Pap. XVII,

7 vest. | p. 36 sqq.



|Oxyrhynchus — iPirith.

Pap. XVII,

'P.Oxy 2078

P. 36 sqq.

:

attribution

douteuse

LES

1

|

2

3 c

(Ile s. de n.&.)

I c.

P. Med. (Iles. av. n.é.)

" Ν᾿ Ashmol.

EIREMENA

3

P. Vat. 11, Ady? Τήλεφος; col. IE, v. 43 (tragédie) (Ile s. de n.&.) Σκύριοι (tragédie)

HAPAX

4

|

M. NorsaG. Vitelli, .| Studi e testi, 53 (1931)

5 M. NorsaG. Vitelli, Studi e testi, 53 (1931)

6 P. Vat. 11

C. Gallavotti, Rivistadifilo-

A. Kôrte, | Hermes,

Scyr.

logia classica,

69 (1934),

NS. 11 (1933), p. 177 sqq.

ip.1sqq. Page, Liter. Pap.,| Teleph. fr. 17, p. 130 sqq.| P. Med.

Τήλεφος (tragédie)

16 ς. 4 m.

A. Calderini, Aegyptus, 15 (1935), p. 239 sqq.

Mehéaygos? (tragédie)

33 m

D. L. Page, The Page, Liter.Pap,. | P. Ashmol. Classical Quar- | fr. 27, p. 154sqq. terly, 31 (1937),

(Ile s.av.n.é.)|

7

‘attribution douteuse

p. 178 sqq.

P. Graec. Vindob. 29819] (Iles. de n.&.)

tragédie? indéterminée

4 c. H. Oellacher, H. Oellacher, P. Vindob. 22 m. |Griech. liter. Griech. liter. 29819 1 vest. | Papyri, I1 (1939),| Papyri, II (1939), fr. 19, p. 27 sq.

Inscr. Armavir 2, v. 2-3, 4-6, 10-12 (IHe-1Ie s.)

tragédies indéterminées

3 c. 5 m.

jattribution douteuse

| fr. 19, p. 27 sq.

H. Manandian, | Chr. Habichr, Les inscriptions | Hermes, grecques 81 (1953), d'Armavir p. 251 sqq. d'après une nouvelle interpréta-

Inscr. Armavir

attribution douteuse |

tion, Erivan,1946

PSI 1302

"Alxuéus ὁ διὰ | 16 m.

(He s. de n.é.)

Ψωφῖδος (tragédie)

M. Norsa-

2 vest. | G. Vitelli, \ Papiri greci e latini, vol. XIII, fasc; 1, Firenze,

W. Schadewaldt, | Alcm.Psoph., Hermes, 80 (1952), p. 46 sqq.

PSI 1302

1949,

p. 54 sqq. P.Hamb.118 (Lle-Ile s.)

᾿Αρχέλαος (tragédie)

P. Hamb. 19. — 'Agy£Aaoc? (Hle-IHe s.)

'

᾿μλχμήνηϊ

(tragédie)

21 c 28 m. 17 vest.

15 c.

16 m.

E. Siegrnann, E. Siegmann, Archel. Griechische Pa- | Griechische Pa- | P. Hamb. 118 | pyri der Hampyri der Hamburger Staatsburger Staatsund Universiund Universitütsbibliothek. tütsbibliothek. Hamburg, 1954, | Hamburg, 1954, p. 1 sqq.

P. 1 sqq.

|E.Siegmann.

E. Siegmann,

Griechische Pa- | Griechische Pa-

5 vest. ! pyri der Ham- — | pyri der Hamburger Staats- — | burger Staatsund Universiund Universitütsbibliothek. tütsbibliothek. Hamburg, 1954, Hamburg, 1954, p. 14 sqq.

| P. 14 sqq.

P. Hamb. 119|attribution douteuse

AVANT — PROPOS Gráce aux papyrus, nous sommes aujourd'hui en possession d'une quantité considérable de nouveaux fragments des trois grands tragiques grecs!. Nous avons environ 1640 vers, plus ou moins complets, et plus de 2300 vers fragmentaires (non compris ceux qui ne comptent qu'une ou deux lettres), qui constituent des matériaux importants dont on peut aussi tirer des conclusions linguistiques. Dans ces fragments, le vocabulaire présente un intérét particulier. On sait que chacune des tragédies d'Eschyle et de Sophocle posséde, pour ainsi dire, son propre fonds des mots, chacune a une certaine quantité de mots (assez considérable) qui lui sont propres, qui ne se rencontrent pas dans les autres tragédies du méme auteur; chez Eschyle on en trouve de 329 (dans les Euménides) à 782 (dans Agamemnon), chez Sophocle de 285 (dans Philoctéte) à 432 (dans Ajax). De tels ,.Eigenwórter'' se retrouvent aussi chez Euripide, mais en quantité bien plus restreinte, de 74 (dans les

Héraclides) à 252 (dans les Bacchantes?). Et, comme les piéces des trois grands poétes tragiques, parvenues à notre temps, constituent à peine 1/10 de l'enserhble de leur oeuvre, on peut conclure à une grande richesse du vocabulaire de la tragédie grecque. Cela résulte d'ailleurs du principe méme de la tragédie, ou il fallait — autrement que dans l'épopée avec ses formules — montrer une maniére bien variée de l'expression. Dans quelle mesure cette richesse du vocabulaire se refléte-t-elle dans les nouveaux fragments retrouvés pour la plupart dans la premiére moitié de notre siécle? C'est à cette question que nous tácherons de répondre dans notre étude, dont l'objet sera en premier lieu les ἅπαξ elpnuéva — mots qui ne sont attestés que dans ces fragments, et cela une seule fois — parce qu'ils ont un intérêt du point de vue linguistique ainsi que stylistique. Mais on traitera aussi des mots rares*, puisque ceux-ci jouent dans le style du poéte le méme róle que les hapax, la distinction de ces deux catégories de mots n'étant due qu'au 1 Il existe en outre un nombre considérable de fragments provenant certainement ou très probablement de piéces composées par des tragiques mineurs, pour la plupart postérieurs à Euripide. Ces fragments ont été laissés de côté dans notre étude. * Cette différence peut être expliquée par la différence des styles d'Eschyle et de Sophocle d'une part, et d'Euripide de l'autre, voir Schmid, Gesch. d. gr. Lit., I, 3, p. 793. Mais il ne faut pas oublier le fait que quant à l'oeuvre d'Euripide nous en avons trois fois plus que quant à celle de chacun des deux autres tragiques. Plus on connaîtra de pièces, moins il y aura de probabilités que certains mots se retrouvent dans unc seule pièce.

* Comme rhots rares sont considérés ceux qui dans le dictionnaire de Liddell-Scott-Jones ne sont illustrés que par trois ou quatre exemples (non compris celui du fragment papyrologique).

22

LES

HAPAX

EIREMENA

hasard. Les mots rares ont une valeur d'autant plus grande pour la recherche qu'ils nous permettent, par le fait méme de leur apparition dans les textes de certains genres littéraires, de préciser avec plus de certitude leur caractère et leur otigine. Le sujet de cette étude nous a été suggéré par. M. Wiktor Steffen, professeur à l'Université de Poznaüi, qui nous a aussi donné des renseignements précieux au cours de notre travail. Qu'il veuille bien accepter l'expression de notre profonde gratitude.

Premiére partie

ESCHYLE

ἄλδω ἀλδέω nourrir”.

7 (ἀλδὼν αὐτός)

Dict., fr. 474 Me, v. 815, lyr., satyr. ‘faire croître,

La forme ἀλδων est — sans aucun doute — un participe d'un verbe dérivé de la racine ἀλ-ὃ- “nourrir, élever”; il est cependant difficile d'établir, si c’est le participe ptésent ou aoriste. Dans le premier cas il faudrait l'accentuer ἄλδων ou ἀλδῶν et faire dériver cette forme du verbe ἄλδω ou ἀλδέω. Ces verbes ne se trouvent pas dans les textes, mais ils sont attestés chez un grammairien du XIle siécle, Eustathios, qui les cite comme prototypes des verbes ἀλδήσχω et ἀλδαίΐνω (en citant également le futur àA8f«).. Ceux-ci, et en particulier ἀλδαίνω (qui en dehors de la poésie épique ne se retrouve que chez Eschyle, et cela trois fois), pouvaient servir de base pour la formation du participe aoriste ἀλδών,. Cette forme aoristique est admise par tous les éditeurs et les commentateurs du fragment?. Il est vrai que l'actif des verbes ἀλδήσκω et ἀλδαίνω ne comporte que des formes de présent et d'imparfait; seul ἤλδανε chez Homère (o 70, ὦ 368) est ,,assez proche pour le sens d'un aoriste"' (Chantraine, Gramm. homér., p. 315; proprement dit, c'est l'imparfait d*àA32vo, voir Schwyzer, Gr. Gr., I, p. 700). Toutefois nous connaissons, chez les écrivains tar-

difs, deux formes d'aoriste moyen, tous les deux au participe: ἀλδόμενος Quint. Smyrn. 9,475 et ἐναλδόμενος Nic. Alex. 532. Déjà Lobel, premier éditeur du fragment, y voyait la preuve qu'à l'actif aussi le verbe ἀλδαίνω pouvait constituer, d'une facon analogue, un participe aoriste. Le verbe ἀλθαίνω 'guérir', provenant de la méme racine et constitué avec le méme

suffixe, présente avssi (chez Hippocrate, ap. Gal.

19,75), à cóté de l'aoriste sig-

matique ἤλθησα, un aotiste radical thématique ἀλθεῖν, Par conséquent, l'interprétation du mot comme

participe aoriste — ὀλδών — ne soulève pas de difficultés; il n'est pas néces-

saire d'introduire ici un verbe qui n'est pas attesté dans les textes grecs. Il est possible que le méme aoriste actif du verbe ἀλδαίνω se retrouve aussi dans le fragment de la Niobé d'Eschyle (PSI 1208 — fr. 273 Me, v. 2), οὐ il a été reconstitué par

W. Steffen (Stud. Aesch., p. 107), dans la phrase ἀλ]δόντα xai φύσαντα Ταντάλου βίαν; ! P.1837,59: Πρωτότυπον

δὲ τοῦ ἀλδαίνειν, τὸ ἀλδῶ, ἀλδύσω, ἐξ οὗ καὶ ἀλδήσκω. Ibid. p. 720, 18:

᾿Απὸ τοῦ ἄλδω, τὸ αὐξάνω ... ἀλθεῖσθαι.... οὗ τὸ πρωτότυπον ἤγουν τὸ ἄλδω, À περισπωμένως ἀλδῶ, ἀλδήσω. * E. Lobel, Oxyrkynchus Pap. XVIII, p. 13; Cantarella, 1 nuovi framm., p. 54; Setti, Eschilo satir., 1, p. 35.

24

|

.

LES HAPAX

EIREMENA

ce participe est parfaitement en accord, quant au sens, avec le mot suivant φύσαντα,

il

présente aussi la méme forme verbale. La reconstitution du participe ἀλδόντα est d'autant plus probable, que la lacune du papyrus ne peut contenir que deux lettres.

ἀμπελοσκάφο ς (π]άντες γεωργοί, δεῦτε, κἀμπελοσκάφοι) Dict., fr. 464 Me, v. 18, trim. jiamb., satyr. 'viticulteur, vigneron’. C'est un composé qui jusqu'ici n'était pas attesté dans les textes grecs; ses deux éléments sont cependant bien connus. Le substantif ἄμπελος 'vigne' se retrouve chez Homère, dans la poésie postérieure et dans la prose grecque, en particulier scientifique. Le second élément du composé présente la racine du verbe σκάπτω 'creuser' (oxag- comme dans l'aoriste passif ἐσκάφην et dans les substantifs τὸ (ὁ) σκάφος, σκαφεύς, etc.?), avec le suffixe -o-, On emploie parfois le verbe σκάπτω pour exprimer l'action de sarcler la vigne; le substantif à σκάφος (chez Hésiode et chez les écrivains agronomes) et l'adjectif ἄσκαφος

(ἄσκαφοι ... ἄμπελοι, Strab. 11, 4, 3) ne sont employés que dans ce sens-là. Le type du composé nous est bien connu — c'est un composé déterminatif, οὐ le premier élément constitue- le complément de la notion verbale contenue dans le second élément. Le mot désigne une personne qui sarcle la vigne (‘ditcher”, chez Lloyd-Jones, App., p. 537). Cependant, il ne semble pas que le mot ἀμπελοσκάφος désigne une profession particuliérement spécialisée et que le sens de ce mot soit plus étroit que celui d'&uneAoupyóc “vigneron”. L'emploi de ce mot à côté de γεωργοί indique plutôt qu'áuxtAooxágog a le méme sens 4 ἀμπελουργός. On rencontre d'ailleurs assez souvent de pareils synonymes, par exemple φυτοσκάφος et φυτουργός, composés qui ont justement les mémes seconds éléments. Maintenant se pose la question de savoir si le mot nouveau d'Eschyle est un néologisme du poète ou a été emprunté à la langue courante. Dans le langage usuel les noms de métiers ont souvent des formes diverses; on peut indiquer plusieurs synonymes grecs de ce genre, qui ne différent entre eux que par le second élément du composé ou par son absence (par exemple σχυτοτόμος, σκυτορράφος, σκυτεύς 'cordonnier") Dans notre cas nous avons affaire à un composé en -ox&goc et de tels composés avaient probablement une nuance poétique. Cette nuance poétique existe dans le mot φυτοσκάφος, qui se trouve seulement chez Théocrite, Apollonios de Rhodes et chez les poètes de l' Anthologie Palatine. Un cas particulier de création poétique artificielle est l'hapax πυργοσκάφος chez Lycophron. Ainsi mot ἀμπελοσκάφος a été sans doute créé par Eschyle comme variante poétique du terme courant ἀμπελουργός. ἀμφιμήτωρ (παῖδες οἵδε ... ἀϊμφιμή[τορες) Heracl., fr. 110 Me, v. 4, trim. iamb., trag. 'fils de méres différentes". . Comme Hésychios cite ce mot au nominatif pluriel et l'attribue aux Héraclides d'Eschyle (fr. 76 N*), il est possible de le reconstituer avec certitude dans le fragment papyrologique découvert à Fayoum et d'identifier ce fragment*. D'ailleurs Hésychios n'est pas le seul, * En outre, il y a la racine (c)x«z-, comme dans les mots σκαπάνη, σκαπανεύς. homér. κάπετας “la fosse, le fossé”. Le rapport réciproque de ces deux racines n'est pas expliqué suffisamment, cf. Boisacq, s.v. * A. Kórte, Archiv für Papyrusforschung VII (1924), p. 141.

ESCHYLE

25

qui ait cité et commenté ce mot visiblement bien rare et difficile à comprendre. On le retrouve chez les autres grammairiens et lexicographes (Pollux, l'atticiste Phrynichos, βιβλίον Σοῦδα, Etymologicum magnum). D’après les commentaires des lexicographes ce mot désigne les fils du même père, mais de mères différentes. Les lexicographes citent ce mot aussi à l'accusatif pluriel tiré d' Euripide, Androm. 466, dans la forme dorienne ἀμφιμάτορας (c'est une partie lyrique). Ils indiquent, à cette occasion, un autre sens: ἀμφοτέρους τοὺς γονεῖς ἔχοντας. Leur données résultent évidemment d'une fausse interprétation du texte d'Euripide*. En réalité, l'adjectif ἀμφιμήτωρ a le méme sens chez Euripide que chez Eschyle et représente un des nombreux emprunts qu'Euripide doit à Eschyle*. Lycophron (v. 19) emploie dans le même sens l'adjectif

ἀμφιμήτριος., ἀνδροβὰλἧς les hommes’.

ᾳῃάνδροβλῆσι

Sev.o[) P. Med.,

v. 13, trim. iamb.,

trag.

‘abattu

par

Le mot vient d'un fragment, dont l'authenticité est fort douteuse. En premier lieu, on met en doute l'attribution à Eschyle des vers 10—19; la plus récente édition de Mette les omet complétement (les premiers 9 vers du papyrus de Milan se trouvent chez Mette comme fr. 596 à la page 215). E. Eichgrün' croit que le mot n'est pas complet et il propose la restitution d'&vz]av8poβλῆσι; selon lui, c'est l'épithéte du mot ὀϊδυρμοῖς qui le suit dans la méme ligne et qui presque tout entier a été reconstitué. Il s'agirait donc de lamentations sur des guerriers tombés au champ de bataille. Cette hypothése résulte sans doute du fait que Eichgrün traite le fragment comme une partie d'une anthologie de vers eschyliens représentant, selon Eichgrün, la douleur des veuves à la vue des cadavres de leurs maris-héros (la partie centrale du fragment, v. 5—10, constitue, selon lui, un passage des ᾿Ελευσίνιοι qui se rap-

porterait au suicide d'Euadne). Bien que nous ne contredisions pas l'interprétation de ce fragment, lequel a été de nouveau collationné par Eichgrün avec l'original, la leçon ἀντ]ανδροβλῆσι nous semble cependant trop audacieuse. Premiérement, dans la langue grecque on ne trouve pas de tel

triple composé de type hypostatique (— ἀντὶ ἀνδρῶν βεβλημένων); deuxièmement l’emploi de la préposition ἀντὶ en rapport avec le verbe ὀδύρομαι ou un autre verbe signifiant

‘se lamenter' n'est pas attesté. Tl nous faut donc considérer ἀνδροβλῆσι comme un mot complet. C'est un composé tout à fait nouveau, mais il représente un type connu. Le premier élément du composé se retrouve souvent dans des épithétes semblables, usitées dans la * Le choeur plaint le destin d'une famille, oü il y a plus d'une épouse, et particuliérement le destin des enfants nés de mères différentes, mais du méme père. Unc lecture superficielle du vers 465: οὐδ᾽ ἀμφιμάτορας κόρους pouvait donner l'impression que la négation οὐδ᾽ qui en réalité appartient au prédicat ἐπαινέσω. était en rapport avec l'adjectif ἀμφιμάτορας. Dans ce cas, la circonstance dont il était question en rapport avec les enfants malheureux, pouvait étre interprétée comme jouissance de deux parents (il s'agit de l'enfant de la veuve Andromaque). * cf. Breitenbach, Unters., p. 92. * Prolegomena 2 (1953), p. 9 sqq.

:

26

LES HAPAX EIREMENA

tragédie (par exemple ἀνδρόβουλος Esch., ἀνδροδάικτος Esch., ἀνδροκτόνος Hdt., Soph., Eurip., ἀνδροτυχής Esch., ἀνδροφθόρος Pind., Soph., ἀνδροφόντης Esch., ἀνδρόφρων Soph.). Particulièrement propres au style de la tragédie, mais étrangers aux autres textes grecs sont justement ces composés, oü, comme dans notre cas, le second élément du composé

avec &vBpo- présente un mot radical exprimant une notion verbale, par exemple ἀνδροβρώς Eurip., ἀνδροδμής (cité par Hésychios, mais tiré sans doute d'une tragédie), ἀνδροθνής Esch., ἀνδροκμής Esch., Eurip. Le mot radical dans le second élément du composé pouvait avoir un sens actif ou passif*. Ainsi nous nous trouvons en face de deux significations possibles de notre épithéte: *celui qui frappe les hommes' ou 'qui est frappé par les hommes'. Le sens actif du terme verbal se retrouve dans presque tous les composés avec &v8po-, excepté le mot homérique

ἀνδρόκμητος ‘fait de main d'homme" (mais ici le sens passif est déterminé par le fait que dans le second élément du composé on emploie un adjectif verbal ayant un sens passif) et ἀνδροδμής expliqué par Hésychios par ὕπανδρος γυνή ‘asservie par le mari, soumise au mari'; ἀνδροθνής contient un verbe intransitif. Autrement se présentent les composés qui comportent dans leur second élément la racine du verbe βάλλω. Ici on trouve, principalement, un sens passif, ainsi λιθο: λής ‘attaqué à coups de pierres' Tzetz., Auf 'foudroyé par Zeus’ Sch. Pind., κεραυνοβλής ‘frappé de la foudre’ Theophr., Tzetz., νιφοβλῆς

“couvert de neige” (proprement ‘battu par la neige") Anth. Pal., ἀστεροβλῆς ‘émis par des astres’ Inscr., ἀστροβλής ‘frappé d'insolation' Aristote, sans parler des composés avec des prépositions ou l'alpha privatif, où le sens passif du mot radical dans le second élément

du composé est tout à fait commun. Seuls ἀσπιδαποβλῆς ‘qui rejette son bouclier” et xoλυβλής ‘qui a frappé plusieurs” comportent -βλής au

sens actif.

Il faudrait donc,

pour

le mot ἀνδροβλής aussi, admettre a priori le méme sens que comportent, dans leur majo-

rité, les autres composés en -βλής. Cette supposition peut étre corroborée par l'analyse du contexte, du reste trés mutilé. On peut supposer que le substantif, déterminé par l'épithéte ἀνδροβλῆσι, pouvait suivre immédiatement cette épithéte et que ce sont ses restes qu'on lit dans les lettres conservées δενί. Eichgrün, il est vrai, voit ici encore la lettre o qui devrait suivre une petite lacune pouvant contenir une lettre, mais ce signe o doit étre peu visible, puisque la lecture antérieure l'a omis?; il est probable que nous ayons ici un vestige de la lettre p. Nous pourrions alors admettre le mot δενδρέοις ou δένδρεσι; notre épithéte désignerait donc des arbres ‘abattus par les hommes’. Il est vrai que l'emploi de βάλλω en rapport avec l'action d'abattre les arbres n'est pas attesté dans nos textes, mais le poéte

pouvait se servir ici d'une expression imagée et comparer un assaut de bücherons avec leurs haches contre les arbres à unc attaque lancée par des guerriers armés contre un adversaire inférieur; en ce sens βάλλω était usuel. Cette interprétation peut être corroborée dans une certaine mesure par le mot στέλεχος "tronc' qui apparait dans le vers précédent (v. 12) et qui nous autorise à supposer qu'il s'agit là de l'action d abatire les troncs des arbres pour ériger un bücher funéraire.

* cf. Debrunner, Gr. Wortb.,

ρ.53΄.



* Ce fragment a été publié par W. Buchwald (Studien zur Chronologie der attischen Tragódie, Künigs-

berg, 1939, p. 57) qui s'a servi d'une copie obtenue de M. Cazzaniga. C'est d'aprés Buchwald que Mette a publié de nouveau ce fragment dans Nachtrag zum Supplementum Aeschyleum, Berlin, 1949, fr. 196.

ESCHYLE

27

πἀντίπλους (ἀντιποιεῖν [σ᾽ ἀντ)πλουν) Zsthm., fr. 17 Me, v. 93 (suppl. Steffen), trim. iamb., satyr. ‘prenant une orientation opposée’. La restitution ἀντπλουν, faite par Kamerbeek!? et Steffen!!, permet de voir dans la locution ἀντιποιεῖν ἀντίπλουν une expression imagée tirée de la terminologie maritime, procédé métaphorique trés souvent pratiqué par Eschyle!*t. Kamerbeek admet aussi la

possibilité de reconstruire le mot comme ἐπίπλουν; on évite alors le pléonasme qui apparait, lorsque la méme préposition qui fonctionne comme préfixe du verbe, sert comme premier terme du composé nominal. Il n'est pas facile, en fait, de retrouver un pareil pléonasme dans les textes grecs; Kühner-Gerth, qui ont consacré tout un chapitre aux expressions pléonastiques!*, ne connaissent guère de pareil type. Mais avec ceci il n'est pas exclu qu'une telle expression — l'expression de la langue courante sans doute — ait pu apparaitre dans le drame satyrique. Du langage populaire plusieurs pléonasmes se

sont infiltrés dans la langue littéraire, par exemple οἶνον οἰνοχοεῖν Hom., οἶχον οἰκοδομεῖν Xénoph., ναῦς ναυπηγεῖν Hdt.ié Le mot ἀντίπλους est nouveau, attendu que jusqu'ici on ne connaissait pas le composé du substantif πλοῦς avec la préposition ἀντί, tandis que presque toutes les autres prépositions (sauf £v et ὑπέρ) ont été représentées dans de pareils composés paraissant, principalement, en prose; dans la poésie on ne trouve que ἔχπλους chez Eschyle, ἐπίπλους chez Epicharme, σύμπλους chez Sophocle et Euripide, quelques autres dans !' Anthologie Palatine. Toutefois le verbe ἀντιπλέω chez Ps. Phocylide (et, comme variante de la leçon con-

tenant une autre préposition, chez Thucydide) nous prouve que le composé formé avec

ἄντι- a aussi été en usage. Le substantif ἀντίπλοια chez Polybe (6, 10,7) est d'une authenlicité douteuse; il faut plutôt lire ἀντίπνοια.

ἀντισέληνος

(ἀν)τισέληνον) Prom. Pyrph., fr. 343 Me, v. 74, lyr., trag. ‘brillant

comme

la lune'.

Le mot

est conservé dars vn contexte trés mutilé.

épithétes du feu (cf. σέλας

Il constitue,

sans doute, une des

v. 72; τ]ηλέγνωτον, v. 73) et signifie — comme l'a dit Lobel,

premier éditeur de ce fragment — ‘brillant comme la lune’. On aurait donc ici un composé

du méme type que ἀντήνωρ, ἀντίκεντρος, ἀντίπαις, ἀντίφερνος (tous chez Eschyle, en fonction d'adjectifs), οὐ ἀντι- — ἰσο- (cf. ἀντίθεον ἰσόθεον Hsch.). La signification de ce mot, proposée

par Lobel,

nous offre, de plus, des analogies avec le mot

ἀντήλιος,

lequel est

expliqué chez Hésychios comme ὁ ἴσος xai ὅμοιος ἡλίῳ φαινόμενος. L'adjectif ἀντήλιος, il est vrai, comporte encore d'autres significations dell-Scott-Jones: 1) exposé au soleil, 2) reflétant mais quand il s'agit de la lune, aucune des ces chez un poéte. Il serait aussi vain de supposer le 18 J, C. Kamerbeek, 11 Stud.

Aesch.,

!5 Schmid,

Mnemosyne,

p. 80.

Unters., p. 60.

1 Kühner-Gerth, 2, p. 582 sqq. 1 Kühner-Gerth,

2, p. 582.

(à savoir, d'aprés le dictionnaire de Lidles rayons du soleil, 3) couvrant le soleil), significations n'entre en ligne de compte sens temporaire 'pendant' dans le préfixe

ser. IV, 8 (1955), p. 12.

28

LES HAPAX EIREMENA LI

ἀντι-; en ce cas-là, le second élément du composé ne pourrait signifier '"lune', mais ‘mois’. Un tel sens du substantif σελήνη est attesté dans les textes grecs, en particulier chez Euii-

pide. Alors notre mot offrirait la méme valeur que l'adjectif!5 ἀντίμηνα- κατὰ μῆνα. ‘de chaque mois' cité par Hésychios. Or cette signification est bien plus difficile à admettre, vu le contenu du chant qui vante d'une fagon nette la puissance et les qualités du feu.

ἀντίφαντος

(ἀ]ντίφαντος) fr. 342 Me, v. 10, lyr? trag? “réfléchi”.

Ce composé, avec un adjectif verbal dans son second élément et avec une préposition dans le premier, est typique pour les composés employés par Eschyle parmi ses néolo-

gismes, cf. πρόσπλατος, ἐπίσσυτος, ἀπευκτός, etc. Cependant, quant à -pavroc, il apparait, dans les composés d'Eschyle, avec un nom, savoir dans νυκτίφαντος, ἡμερόφαντος et ὀνει-

ρόφαντος. Maintenant nous avons affaire, pour la premiére fois chez Eschyle, à un composé contenant -pavros avec préposition, type favori de Sophocle, chez qui nous trouvons ἐπίφαντος, περίφαντος et πρόφαντος (ce dernier aussi chez Pindare et dans la prose). Notre adjectif est nouveau; jusqu'ici on ne connaissait que le nom propre ᾿Αντίφαντος. Il signifie *qui est réfléchi' et semble se rapporter au clair de lune (Mette propose de reconstituer

la phrase comme σελήνης ἀϊντίφαντος αὐγά) ou à l'éclat du feu (ce qu'on peut lire et reconstituer avec certitude dans les vers 10 et 11 c'est: &]vripavroc αὐγὰ] ... xup[óc). Selon Mette, dernier éditeur du papyrus, le fragment appartient à la tragédie Προμηθεύς Πυρφό-

pos ou au drame satyrique Προμηθεύς Πυρκαεύς. κἀντιφατέω

|

(évriplarolouev.) Leon, fr. 186 Me, v. 15, lyr? satyr. ‘contredire, ne

pas approuver’. Grâce à la restitution de Mette nous avons ici un verbe qui n'était pas attesté auparavant; il est tiré du mot, non plus attesté, ἀντίφατος (mais on connaît, en prose classique,

ἀντίφημι, ἀντιφάσκω, ἀντιφατικός), et doit signifier ‘contredire, ne pas approuver’. Une pareille dérivation de verbes constitués sur des adjectifs verbaux est trés fréquemment représentée dans la langue grecque. Bien que nous ne puissions procurer .des exemples sürs pour démontrer des formations avec le méme verbe φημί (ἀφατέω IG 5(1) 209,34 apparait dans un sens obscur), nous disposons cependant de dérivés d'autres verbes comme

ἀκινητέω, ἀτακτέω, ἀχαριστέω, ἀδυνατέω, δυσαρεστέω, ἀναισχυντέω en prose et dans la comédie; ἀελπτέω, ἀπιστέω, ἀμνηστέω se retrouvent aussi chez les poétes épiques et tragiques. La quantité de tels dérivés, qu'on a formé ad hoc et qui ne faisaient leur apparence qu'une

seule fois, subit, dans la prose tardive, un accroissement

considérable.

On

rencontre à cette époque des prépositions diverses dans le premier élément des composés, tandis qu'à l'époque classique c'est l'alpha privatif qui y apparait le plus souvent. Ainsi

ἀντιφατέω

d'Eschyle appartient à ce type de formation de mots nouveaux

qui allait

devenir le plus vivant dans la prose des époques plus récentes; il porte donc des traits visibles de la langue courante, dont l'évolution précède toujours celle de la langue littéraire. 15 Le mot ἀντίμηνα est adjectif selon Debrunner, Gr. Gr. ΠῚ, p. 443.

ESCHYLE

ἀντίψαλμος

2

(ἀ]ντίψαλμος) Sem., fr. 357 Me, v. 13, lyr., trag. 'qui répond à des

chants”.

°

|

Ce mot apparaît une fois encore, savoir chez Euripide (/T 179), étant considéré jusqu'ici

comme hapax de ce poéte!*, Puisque le mot ἀντίψαλμος apparaît chez Euripide dans des strophes lyriques exécutées alternativement par le choeur et l'acteur (ce qu'on appelle χομμός), Lobel suppose qu'on peut attribuer le même caractère aussi au fragment d'Eschyle.

Le préfixe ἀντι- exprime ici, ainsi que dans les mots ἀντιστροφή ou ἀντῳδή, une correspondance rhythmique. Cependant ἀντίψαλμος n'est pas un mot technique de la métrique comme les deux autres, Premiérement c'est un adjectif (ce qui est indiqué par l'emploi de l'expression ἀντιψάλμους o8&c chez Euripide), deuxiémement il n'y a pas à côté de lui de terme au sens opposé, tel que στροφή se révèle pour ἀντιστροφή et &ô pour ἀντῳδή. A vrai dire, existe le mot ψαλμός, méme chez Eschyle; mais pendant toute la période du grec classique ce mot était considéré comme nomen actionis du verbe ψάλλω 'faire vibrer la corde en ia touchant avec les doigts”. Les poètes tragiques se servaient des mots ψάλλω, ψαλμός pour désigner le son d'un instrument de musique ainsi que le sifflement de la corde

d'un arc. Le mot ἀντίψαλμος est sans doute une formation postverbale dérivée ἀ᾿ ἀντιψάλλω qui est attesté chez Aristophane (Av. 218: ἀντιψάλλων ... φόρμιγγα, il s'agit d'Apollon). ἀξιάζομαι

(ἀξιάζοιτο) Isthm., fr. 17 Me, v. 15, lyr., satyr. 'vénérer, estimer, ho-

norer”. La leçon du papyrus ἀξιάζοιτο a subi plusieurs changements chez les éditeurs; l'édition la plus récente de Mette présente une correction conjecturale ἄζοιτο. Pour le maintien de la leçon du papyrus se déclare Kamerbeek"", qui considère le verbe nouveau comme une altération du verbe ἀξιόω en citant une couple de verbes tout à fait analogue, ἀτιμάζω et ἀτιμόω. On trouve dans la langue grecque un plus grand nombre de telles couples!*, ll est vrai, que le sens des formations en -άζω et -όω est souvent différent (la plupart de ces dernières sont des factitifs ou bien instrumentatifs), mais nous avons plusieurs exemples de synonymes en -άζῳ et -ὀω, cf. homér. ἰσάζω et laóc, γουνάζομαι et γουνόομαι,

chez les auteurs postérieurs ἡλιάζω et ἡλιόω, δεξιάζω et δεξιόομαι, πλαγιάζω et πλαγιόω, πολιάζω et πολιόω (dans cette énumeration nous ne citons que les verbes tirés des thémes

nominaux

en

-ἰο-, c'est-à-dire tels que ἀξιάζω et ἀξιόω).

Les dérivés en -ἰάζω des

thèmes én -to- appartiennent, du reste, au type relativement récent, Homère ne les connaît pas encore!?, Cependant ils apparaissent déjà chez Eschyle; parmi les verbes eschyliens en -ἰάζω (qui sont assez rares, une dizaine à peine à cóté de 70 formations en -ἀζω) les suivants reposent certainement sur des thèmes en ιο- : ὀρῚθιάζω, ἐξορϑιάζω,

ἐπορϑιάζω (dérivés d'6p910c), νηπιάζω (dérivé de νήπιος), ῥυσιάζω (de ῥύσιος), φροιμιάζομαι (de φροίμιον -Ξ προοίμιον), ἐξυπτιάζω (ἀ ὕπτιος). Il faut souligner le fait que quelques-uns 16. cf. Breitenbach, 7

Mnemosyne,

Uniers., p. 96; Smereka,

ser. IV,

8 (1955),

Stud. Eur. 1, p. 156.

p. 4.

8 J, Richter dans son travail Ursprung und analogische Ausbreitung der Verba auf -X5o, Leipzig 1909, P. 91 sq., dresse une liste de 11 couples de pareils verbes. " Les verbes homériques en -ἰιάζω reposent sur des thèmes en -ux, voir Debrunner, Gr. Wortb., p. 127.

30

LES

HAPAX

EIREMENA ———

ee

mme

ee

cm



de ces verbes sont des mots très rares qui ne réapparaissent que quatre ou cinq siècles plus tard; d'autres se rencontrent encore chez les poétes (en particulier chez les

tragiques) de l'époque classique, et puis pas plus tót que dans la prose de

l'époque

romaine. On n'est donc pas surpris de trouver maintenant un nouveau mot de méme type chez Eschyle. En conclusion il faut constater que la leçon du papyrus (ἀξιάζοιτο), du point de vue linguistique, peut être défendue. De plus, il faut prendre en considération les raisons métriques*?; la question de l'établissement du texte continue donc à rester ouverte.

ἀρίστιππος (χιὼν δ᾽ ἀρ᾿στ[πποίς) Prom. Pyrph., fr. 343 Me, v. 67, lyr., trag. ‘le meilleur pour les chevaux’. Ce composé, qui auparavant n'était connu qu'en fonction de nom propre, se trouve dans une partie lyrique du Prométhée Pyrphoros d'Eschyle, probablement comme épithète de la neige. Ce composé ne diffère point, quant à sa forme, des autres composés en -ἰππος, oü l'esprit dur de ce mot ne cause pas le passage de la consonne finale du premier terme

à l'aspirée (ainsi, constamment dans les composés avec un élément nominal au premier térme,

cf. Κράτιππος,

Στράτιππος,

᾿Αρέτιππος,

Πρώτιππος;

mais

τέθριππος,

ἔφιππος).

Quant au sens du composé ἀρίστιππος, une indication nous est procurée par le fait que ce mot semble être associé à χιών. Il ne peut donc présenter ni un composé possessif

du type ῥοδοδάκτυλος, trés fréquent en grec ancien (il signifierait alors 'qui a les meilleurs chevaux"), ni un composé déterminatif du type ἀκρόπολις (car le sens serait ‘le meilleur cheval’ ou ‘étant le meilleur cheval”). Il parait le plus probable que nous avons affaire ici à un composé déterminatif dont les deux termes restent en rapport de dépendance casuelle : ἀρίστιππος équivaut ainsi à l'expression ἄριστος ἵπποις (cf. chez Eschyle ἰσόνειρος, ἰσόπαις, ἰσόπρεσβυς, κρεισσότεκνος ‘plus cher que les enfants' — tous des hapax, formés d'une facon analogue). Il s'agirait donc de la neige ‘la meilleure pour les chevaux”, pour la raison, sans doute, qu'elle rend humide la prairie qui gráce à cela se couvrira ensuite de riches herbes.

Cf. λειμῶνα χιονόβοσκον chez Eschyle, Suppl. 559, à propos des champs d'Egypte fertilisés par le Nil, grossi lors de la fonte des neiges. ἄρπαγος

(ἅρπαγοι χ[εἸροῖν) Phin., P. Oxy 1087 “griffes”: (yspaiv ἁρπάγοις) Soph.,

Phin. A, ibid. 'avide, rapace'; trim. iamb.?

trag.

Un auteur inconnu de scholies du VIle livre de l'Iliade, parvenues à nos temps grâce au papyrus, nous atteste qu'Eschyle a employé, dans la tragédie Phinée, l'expression &pra-

vot x[c]eotv?!, οὐ &prayor constitue, sans doute, un substantif** désignant les griffes des Harpyies qui enlevaient la nourriture à Phinée. L'expression de Sophocle χερσὶν ἁρπάγοις. —



-..

-----ὄ-...------.

|

pes

—M



.--

--

-ττ

- «-

τ





_



'* En admettant la leçon ἀξιάζοιτο nous obtenons un dochmiaque terminant un dimètre Jambique, ce qui ne semble pas acceptable. 11 Dans sa dernière édition (Fragm., fr. 434) Mette propose de corriger la leçon du papyrus en lisant &pr&yo.(v» ; de cette facon le mot devient un adjectif au méme sens que chez Sophocle. Cette correction

ne semble pas juste; ἁρπάγοιν est une forme attique du duel, tout à fait regulière, elle ne pouvait donc être citée par le scholiaste de l'Iliade comme exemple de métaplasme parallele à homér. μάρτυρος. ** Cela semble résulter de la manière de citer employée par le scholiaste.

ESCHYLE

31

citée par le scholiaste et venant d'une tragédie qui traitait du méme sujet, comporte &praγος employé en fonction d'adjectif, au sens 'avide, rapace'. Ces phrases des tragiques ont attiré l'attention du scholiaste, vu qu'il y trouvait des formes du mot ἄρπαξ avec des désinences de la déclinaison thématique. En fonction d'appellatif la forme ἅρπαγος n'était pas attestée jusqu'ici; on connaissait seulement le nom propre “Άρπαγος (c'était le nom du cheval d'vn des Dioscures chez Stésichore; d'autre part, quelques personnages médiques et perses portaient ce nom). La flexion thématique d'un nom de la troisième déclinaison est parfois admise; on la trouve à divers degrés d'évolution de la langue, à partir de l'époque indo-européenne : cf. δόμος en grec, domus en latin, dama- en sanscrit, qui reposent sur un théme consonantique attesté dans des formes conservées comme Év-8ov**, Ce phénomène apparait aussi après la constitution de la langue grecque; les grammairiens anciens le considèrent comme propre au dialecte éolien**. En effet, de nombreux métaplasmes que nous trouvons dans la poésie épique peuvent être d'origine éolienne (par exemple φυλακοί Ὠ 566 à côté de

φύλακες; μάρτυροι B 302, etc., au lieu du commun μάρτυρες; πτωχός 400, etc. à côté de πτώξ, où cependant a eu lieu un changement de sens, etc.). En éolien, peut être, cette flexion était employée d'une manière plus générale, mais il est sûr tout de méme qu'une pareille tendance existait aussi dans les autres dialectes grecs. Une inscription d'Élide présente la forme &yàvotg**; une autre — de Chios — comporte le datif (pccx** du nomi-

natif ἱερεύς; chez les écrivains attiques on trouve, à partir d'Eschyle: ῥῶπος au lieu de $e; Χάλυβος à côté de Χάλυψ; ἀλάστορος au lieu d ἀλάστωρ; αὐτόχθονος au lieu d'abtóyOov; φλογοπός à côté de φλογώψ, etc.; à partir d'Aristophane στίχοι au lieu de στίχες, etc. C'est donc surtout Eschyle qui se révéle novateur dans ce domaine, en introduisant dans la langue littéraire de telles formes, tirées sans doute de la langue populaire.

'

ἀρταμέω (ἀγκύλαισιν ἀρταμῶν) fr. 530 Me, v. 35, trim. lamb., satyr? 'dépecer' Cet ample fragment, dans lequel la Δίκη prononce un discours sur la scéne, nous apporte un récit sur les excès d'un fils dénaturé de Zeus et d'Héra; ce fils prenait plaisir à tuer les hommes en les dépeçant (ἀρταμῶν) avec ses mains (yspot]v?"), courbées par rapacité (ἀγκύλαισιν). Le mot le plus caractéristique, qui nous permet de. faire une telle

# cf. Schwyzer, Gr. Gr. Y, p. 450 sq. et 458. ** Photios, Lex. 28, 16 R. atteste la forme ἄγωνος (à la place 4᾿ ἀγών) chez Alcée; Hésychios indique

ἄγωνον᾽ τὸν ἀγῶνα, Αἰολεῖς; Schol. sur Odyss. 1 402 cite ἑκατόγχειρον᾽ ἑκατόγχειρα Αἰολικῶς. Mais le

procédé contraire, lui aussi, est attribué par les grammairiens aux Éoliens, par exemple Hdn. II, 51 (cf. Kühner-Blass, #

SGDI

1, p. 517). 1172,

26.

38 Schwyzer, Del?, 692. 31 Nous sommes très obligée à M. Steffen d'avoir bien voulu nous communiquer son observation

que la lettre v précédée par un accent circonflexe (visible encore sur le papyrus), dans le vers 36, nous indique la seule restitution possible, notamment χεροῖν. La combinaison des termes ἀγκύλαισιν ... χεροῖν

a ses paralièles dans l'expression d'Aristophane (Eg. 205): ἀγκύλαις ταῖς χερσὶν ἁρπάζων. L'emploi d'un substantif au duel avec un adjectif au pluriel est attesté plus d'une fois chez Homère, cf. χεῖρε ... ἀμφο-

τέρας ᾧ

115, ὅσσε φαεινά IN 435, ὅσσε ... αἱματόεντα Ν 616.

32

LES HAPAX EIREMENA

.

reconstitution du contenu des vers 31—-36, est justement ἀρταμέω. Ce mot n'apparait en outre que trois fois, à savoir chez Euripide : A/c. 494 (on y parle de juments de Dioméde déchirant des corps humains), Εἰ. 816 (il y est question d'écartélement d'un boeuf) et dans un fragment de la tragédie Péliades (cité par Hésychios, sans contexte). Chez Hésychios uniquement nous trouvons aussi la forme d'aoriste ἀρταμῆσαι, expliquée par κρεονομῆσαι.

C'est donc un verbe dénominatif reposant sur le substantif ἄρταμος “boucher, cuisinier”#, comme φιλέω repose sur φίλος; οἰκέω sur οἶκος; xeprouéc sur xéprouoc; βουκολέω sur βουκόλος.Ce type de dérivation apparait trois fois dans les innovations lexicales d'Eschyle??. Mais il est douteux qu'&praguéo soit un néologisme; le mot était en usage probablement aussi dans la langue courante, ce qui résulte de son caractére technique ainsi que du fait, que le composé διαρταμέω, attesté chez Eschyle (Prom. 1023), se retrouve dans la comédie (Anaxandr. 6).

&priyauoc: (ν]εολέκτρους ἀρτιγάμ[ους τε) Sem., fr. 355 Me, v. 20, hexam., trag. ‘nouvellement marié’. ° C'est une variante de l'adjectif νεόγαμος que nous retrouvons chez Eschyle (Ag. 1176),

ainsi que chez Euripide et dans la prose d'Hérodote; celui-ci devait donc être d'un usage commun. Ce mot a subi chez Eschyle une sorte de renforcement gráce à l'emploi de l'ad-

verbe ἄρτι ‘il n'y a qu'un instant”, qui a pris la place de veo-. On rencontre cet adverbe dans d'autres composés d'Eschyle, notamment dans ἀρτιτρεφής Sept. 350, et en particu-

lier dans le substantif ἀρτιζυγία Pers. 542, qui désigne un mariage qui vient d'être contracté. | L'épithéte ἀρτέγαμος se trouve aussi chez Oppien, Nonnos et dans d'autres textes poétiques de l'époque tardive. Son emploi pourrait résulter d'une imitation du mot d'Eschyle, mais il pourrait aussi bien étre l'effet d'une création poétique indépendante. La transformation d'un mot aussi commun que νεόγαμος n’exigeait pas d'invention particulière;

les composés avec ἀρτι- apparaissent trés souvent dans la poésie tardive (cf. ἀρτιβρεχῆς Anth. Pal., ἀρτιγένεθλος Orph., ἀρτιγένειος Anth. Pal., Nonn., ἀρτίγονος Anth. Pal., Nic.,

Opp., Nonn., épu8af; Anth. Pal., ἀρτιδάικτος Nonn., etc.). αὐτόμαργος

(Javov αὐτόμαργον) fr. 342 Me, v. 5 lyr? trag? ‘qui a amené lui-

méme à la démence',



La graphie aucouapyov fait entrevoir trois mots αὖ τὸ udpyov, cette possibilité étant signalée par G. Italie, Ind. Aesch.; cependant il préfère lui-même lire un seul mot en met-

tant en vedette αὐτόμαργος 'sponte furens'. Un tel adjectif pouvait, avec toute probabilité, se trouver dans le texte d'Eschyle. Son premier élément apparaît dans de nombreux

18. 1} est plus difficile d'établir l'étymologie du substantif lui-même. Jusqu'ici la meilleure étymologie est celle proposée par Eustathe, selon lequel nous avons affaire ici à une haplologie de la forme ἀρτιταμός 'celui qui coupe adroitement, suivant les règles de l'art; cf. Frisk, Gr. Et. Wib., s.v. En tout cas, le second terme du composé semble reposer, en effet, sur τέμνω. # cf. Todt, De Aesch. vocab. inv., p. 48. Chez Sophocle, on trouve une dizaine de pareilles innovations, chez Euripide deux seulement. :

ESCHYLE

33

composés eschyliens, dont ]a plupart sont des innovations du poéte (voir ci-dessous, sur αὐτότευκχτος); le second élément — adjectif poétique, très fréquent dans la tragédie — est attesté en la méme fonction dans un autre hapax d'Eschyle, δορίμαργος Sept. 687 'enragé, la lance à la main; saisi d'une fureur belliqueuse”. αὐτότευκτος gène’.

(αὐτότευχί[τον) Heracl., fr. 110 Me, v. 2, trim. iamb., trag. ‘auto-

C'est ainsi que le mot a été lu par Br. Snell (contrairement à ἀν τίτευκ[τον de Kórte), cette lecture étant généralement admise. Il est vrai que ce mot n'était pas connu jusqu'ici, mais de semblables composés étaient attestés. Chez Eschyle seul, on trouve plus de 20 com-

posés avec αὖτο-, dont quelques-uns qui n'ont été employés qu'une seul fois (αὐτόβουλος Sept. 1058, αὐτόδηλος Sept. 848, αὐτόθηκτος fr. 703 Me, αὐτόκωπος Choeph. 163, αὐτόpapruc Ag. 989, αὐτοπήμων Sept. 917, αὐτόστονος Sept. 916). Ce type de composés, du reste, est fréquemment représenté en grec et offre souvent la méme structure qu'ici, c'est-

à-dire la combinaison du mot «5co- avec un adjectif verbal. Le premier terme, αὐτο-, peut avoir le sens soit ‘par soi-même, par sa nature”, soit ‘de sa propre main'; le prénom αὐτός se rapporte donc ou bien à la notion qualifiée par cet adjectif composé, ou bien à la personne qui constitue le sujet grammatical ou logique de la phrase. C'est parmi les mots du deuxième groupe que St. Srebrny® est enclin à classer

le nouveau mot d'Eschyle, en le rapprochant des composés poétiques αὐτάγρετος, αὐτόvatos, et en admettant qu'il s’agit ici du bücher érigé par les fils d'Héraclés ‘de leur propre main”. Selon W. Steffen?! cet adjectif doit être interprété autrement: le bücher s'est formé par soi-même, par sa nature”, c'est un bücher 'autogéne, naturel” et non construit artificiellement. Les deux significations d’xdro- sont attestées par des exemples; l'acceptation de l'une ou de l'autre dépend de la manière de rétablissement du texte, trés mal conservé. Pour autant qu'il soit possible de conclure de la fréquence des deux significations, il faut donner la préférence plutôt au sens ‘par soi-même, par sa nature”, car il apparait plus souvent et est représenté dans le texte des tragiques. Cette conclusion est d'autant plus admissible, que nous trouvons dans ce groupe des composés analogues au nôtre, comme αὐτοκατασκεύαστος (gramm.), αὐτόκτιτος (trag.), αὐτοποίητος (Sophr.); χὑτοσκεύαστος (gramm.). Le composé αὐτουργόττευκτας Lyc. 747 ‘fait de sa propre main”, en apparence trés semblable au nótre, comporte pourtant dans son premier élément le mot αὐτουργός ‘qui travaille lui-même, de ses mains”, ce qui le classe parmi les mots du deuxième groupe sémantique.

ἀφίλητος

(ἀφιλήτων) fr. 497a Me, v. 24, trim. iamb.?, satyr? ‘non aimé”.

Ce mot appartient aux composés du type &- + adjectif verbal, extrêmement nombreux chez Eschyle, et surtout chez les autres tragiques; mais ils sont, en général, plutôt prosaiques que poétiques. Ces composés pouvaient étre formés à tout moment, sur la base de verbes divers. Eschyle a fort souvent profité de ce mode de formation de mots nouveaux. 30 De Aeschyli Heraclidis, Eos 45 (1951), fasc. 21

Stud.

Aesch., p. 57.

1, p. 53.

34

LES

HAPAX

EIREMENA -—— ——

————— € —-—L———

B. Todt?' énumére 18 adjectifs de ce type, qui peuvent être considérés comme des néologismes eschyliens, dont la majorité (12, et il faut en ajouter encore cinq omis par Todt) sont des hapax ou des mots employés par Eschyle plus d'une fois, mais non attestés chez. d'autres. Quelques-uns seulement ont été répétés (ou formés d'une maniére analogue) par les tragiques postérieurs (ἀμάχετος chez Sophocle, ἀκόμπαστος chez Euripide). Ce dernier groupe précisement est enrichi par le mot ἀφἔλητος, qui se retrouve en outre chez Sophocle, et plus tard dans la prose du Ier siècle av.n.è., chez Philodéme. βιόδωρος

('Apysiou ποταμοῦ

παισὶν

βιοδώροις)

Sem., fr. 355 Me, v. 17, hexam.,

trag. ‘qui donne la vie’. Le mot βιόδωρος, connu déjà auparavant grâce au petit fragment 168 N°, possède maintenant dans P. Oxy 2164 un contexte plus large, ce qui d'ailleurs n'a pas provoqué le changement du sens de cette épithéte des eaux personnifiées de l'Inachos argien : elles donnent

la vie, comme la terre chez Sophocie (βιόδωρος ata Phil. 1162; le mot βιόδωρος est attesté comme épithéte de la terre par Artémidore 2,39) et le vin chez Pindare (βιόδωρον ἀμαχανίας ἄκος Pae. 4,21 Tur.; Paulus Silentiarius parle d'éABió3cpov μέθυ Anth. Pal. 11,60,9). L'adjectif βιόδωρος est donc indubitablement une création poétique (toutefois il est difficile d'établir, si la priorité de son emploi doit étre attribuée à Pindare ou à Eschyle) sur le modèle de l'ancienne épithète épique de la terre ζείδωρος. Ce dernier qualificatif contient dans son premier élément uu terme représentant une sorte de céréale (eut); mais très tôt on a lié ζείδωρος au concept de la vie (ζῆν, cf. Frisk, Gr. Et. Wib., s. v. Cetal), ce qui explique l'emploi du mot comme épithéte d'Aphrodite (Emped. 151) et d'Hélios (Nonn., Dion. 12,23), et même l'identification sémantique de ce mot avec βιόδωρος chez

Hésychios (ζείδωρος βιόδωρος, ἡ (τὰ) πρὸς τὸ ζῆν δωρουμένη γῆ) et chez Artémidore. En parodiant le style tragique, Aristophane a employé un composé (βοτρυόδωρος, Pax 520).

διαμυδαίνω

de type analogue

(διεμύδαιν᾽ ἤδη νέκυς) Eleus., fr. 269 Me, trim. iamb., trag. ‘pourrir,

se putréfier”. Ce mot que nous ne retrouvons ailleurs que chez les lexicographes anciens® (ils donnent la forme διαμυδαίνεται, ce qui prouve qu'ils interprétent un autre passage?*) signifie 'se putréfier'; ce sens est d'ailleurs attesté dans d'autres mots de la méme racine, en particulier dans μυδάω (cf. chez Sophocle μυδῶν ... σῶμα ... γυμνώσαντες, Ant. 410). Parmi ces mots, c'est l'adjectif μυδαλέος (Hom., Hés., Soph., Antim., Apoll. Rhod.) qui possède la plus ancienne tradition poétique; cet adjectif présente un allongement métrique de la premiére syllabe dans les vers dactyliques. Cet allongement est aussi nécessaire dans μυδαλόεις (Anth. Pal.), tandis qu'il a affecté le verbe uo3atvo (Apoll. Rhod., Lyc.) probable-

?! 93 ** au lieu il n'y

De Aesch. vocab. inv., p. 28. Anecd. Gr. Y, 238, et Etym. Magn. 269, 1. Du reste, la forme διαμυδαίνεται aussi peut facilement entrer dans le trimètre lambique d'Eschyle, de διεμύδαιν' ἤδη. Mais puisque la leçon du fragment est correcte du point de vue métrique, a pas de raison suffisante de douter de son exactitude.

ESCHYLE

35

ment par analogie. L'unique composé attesté de ce verbe avec préfixe, à savoir le mot eschylien διαμυδαίνω, ne présente pas d'allongement; non plus que le verbe μυδάω, employé trois fois par Sophocle. Ces verbes probablement étaient plus éloignés de la tradition épique, bien qu'ils ne semblent pas dépasser les limites de la langue poétique. δινόφος

Gl. Potn., fr. 442 Me, v. 1, lyr.? trag. 'obscurité, ténèbres”.

Le substantif 3vópoc se trouve dans un petit fragment de cinq vers, conservé dans un papyrus avec les restes de Glaukos Potnieus, et classé dernièrement par Mette dans σοῖς tragédie malgré les réserves exprimées auparavant. Parmi les mots du fragment, dont un petit nombre seulement sont compréhensibles, la préposition (peut-étre adverbe) ἄτερθεν, attestée chez Pindare et apparaissant chez les tragiques, principalement dans les parties lyriques, laisse supposer que ce fragment constitue une partie d'un chant de choeur. En ce cas, le mot δνόφος pourrait étre considéré comme un terme propre à la poésie chorique; ajoutons qu'il apparait une deuxième fois chez Eschyle dans une partie lyrique (Choeph. 52) et une fois chez Simonide (37,8). Dans ce mot, ainsi que dans les adjectifs poétiques ὄνοφέος (Bacchyl.), δνοφερός (Hom., Théogn., Esch., Pind., Eurip.), δνοφόεις (Emped.), 3voφώδης (Eurip.) et dans le compcsé ἰο-δνεφής (Hom.), nous retrouvons le consonantisme original 8v-. Ce groupe de consonnes -ὃν- avait tendance à se transformer en -yv- (cf. παίγνιον de *raiô-wov), et ces transformations, on les trouve en effet dans la prose tardive:

γνόφος, γνοφόω, γνοφώδης. δοριλύμαντος (δοριλυμάντους Δαναῶν μόχθους) Myrm., fi. 213 Me, v. 2, anap., trag. 'dévasté ou endommagé par les lances, c'est-à-dire par la guerre”. Ce mot, quoique reconstruit dans sa plus grande partie, est pourtant absolument sür, car il appartient aux vers cités par Harpocration**. Inconnu d'autres sources, il constitue cependant un des composés (ou plutót des juxtaposés) trés caractéristiques de la langue de la tragédie et, comme l'a déjà remarqué Cantarella?*, apparaissant souvent chez Eschyle, avec le datif δορι- (δουρι-) dans premier élément (cf. δορίγαμβρος, δορικανής, δουριχμής,

δορίμαργος, δορίπονος, δοριτίνακτος, δορίτμητος, δουρίπληκτος, SoupbxXuroc; dans la tradition manuscrite ces juxtaposés sont souvent confondus avec les composés commengant par δορυ-, ainsi δορίκρανος et δορίπαλτος). La signification de ce qualificatif, citée par Italie (Ind. Aesch.), est "bello funesto piaebitus”, c'est-à-dire ‘causé par la guerre"; elle correspond le mieux à l'épithéte du substantif μόχθος, mais ne rend pas entièrement le sens du composé, qui dars son second élément contient le verbe λυμχένομαι "tourmenter, endommager”. Eschyle aimait à employer ce verbe, justement au passif (cf. λόγοισι λυμαν-

θήσομαι Dict., fr. 474 Me, v. 776; γαλκηλάτῷῳ πλάστιγγι λυμανθὲν δέμας Choeph.

290),

bien qu'il füt employé otdinairement au moyen (le passif apparait encore, mais rarement, chez les orateurs attiques et dans la prose tardive). Cette épithéte signifie proprement 'dévasté' ou ‘endommagé par les lances’, c'est-à-dire ‘par la guerre”, et bien qu'elle se rapporte grammaticalement à μόχθοι, logiquement elle est liée à son complément au gé55 Lex, rhetor., p. 159, 6 Bekker —frg. ** ] nuovi framm., p. 101. 1*

131 N*.

36

LES HAPAX EIREMENA

nitif, au mot Δαναοί. Les exemples d'une telle énallage dans l'emploi de l'adjectif sont

assez fréquents chez Eschyle, par exemple δεκάτῳ φέγγει ἔτους Ag. 504, πυρὸς πηγήν κλοπαίαν Prom. 110%. D'ailleurs, elle constitue un cas particulier d’un phénomène général, trés caractéristique du style d'Eschyle: la briéveté d'expression obtenue par l'emploi d'adjectif au contenu assez large (ici: 'causé par le fait que les Δαναοί étaient tourmentés par la guerre")**. δυσαυλίαι

(κακοῖς δ[υσ]αυλίαις) Isthm., fr. 17 Me, v. 43, troch., satyr. ‘manque

de logis’.

mE

Il parait justifié de traiter ce substantif comme plurale tantum, étant donné qu'il n'est

pas employé au singulier. On peut expliquer ce fait par l'influence du grand nombre de dénominations d'habitation, employées depuis Homére au pluriel, et auxquelles devait s'associer, par opposition, le mot désignant ‘manque d'habitation'. D'ailleurs c'est au pluriel que sont employés le plus souvent d'autres composés en -αὐλία, comme ὄμχυλίαι (Esch., Choeph. 599), θηραυλίαι (Tim. Locr. 103b), et d'habitude ÉrauXot, ἔναυλοι (mots de l'épopée et de la tragédie).

Le composé δυσαυλίαι vient du mot αὐλή représentant proprement une cour autour de la maison, oü les bestiaux étaient parqués pendant la nuit (ce sens est demeuré long-

temps dans le verbe αὐλίζομαι ‘passer la nuit, coucher”, qui n'était employé que si l'on parlait de boeufs ou de cochons; ce n'est qu'à partir d'Hérodote que ce verbe est employé

en parlant de troupes qui bivouaquent ou, en général, de personnes). Mais, dès Homère, le substantif αὐλή a pris le sens de maison d'habitation des hommes (on dit Ζηνὸς «0X5,

8 74), et δυσαυλίαι dans les Isthmiastes d'Eschyle, quoique mis dans la bouche des Satyrés, ne renferme plus d'allusion à leur nature semi-animale.

Dans Agamemnon,

Eschyle s'est

servi du même mot pour exprimer les peines supportées par Agamemnon et ses compagnons pendant leur voyage par mer. Les deux passages se ressemblent beaucoup, dans l'un et l'autre il est question d'une misérable couche.

Pour la troisième fois, δυσαυλίαι

ne se retrouve que dans la prose tardive, chez Philon (1, 195), mentionnant aussi une misérable couche située par terre. Sophocle emploie l'adjectif δύσαυλος 'inhospitalier' en parlant du gel (Ant. 356). δύστομος augure”,

(δυστόμων)

Myrm..

fr. 223

Me, v. 6, trim. iamb., tiag. 'de mauvais

Cet adjectif composé, ayant pour second

élément -crouos (il existe aussi δύσ-τομος

"difficile à couper”, Théophr. HP 3, 14, 1), se rencontre, en dehors de ce passage eschylien, chez Euripide, fr. 863 N°, oùil a été reconstitué par W. Steffen (Stud. Satirica, Poznaü

1933, p. 37) sur la base de la leçon δύστοκος, dans l'expression δύστομον S&xoc, c'est-à-dire ‘bête à la bouche laide’, Ce n'est que quelques siècles plus tard que cet adjectif apparait

dans le sens de ‘qui a la bouche dure” (Anth. Plan.), en parlant d'un cheval, et celui de #7 La liste de ces exemples est donnée par O. Wolterstorff, Dicrionis Aeschyleae in dialogis quae sin: rpoprietates, Jenae

1874, p. 25 sq.

* Kumaniecki, De eloc. Aesch., p. 82 sqq.

" ESCHYLE

37

‘difficile à prononcer' (chez Philodéme), en parlant d'une syllabe, Pour le δύστομος d'Eschyle il existe encore une autre signification. Cantarella®, en reconstruisant le mot suivant

comme λίόγων, propose la signification de 'ingiurioso', c'est-à-dire 'injurieux'; il semble qu'il se fonde de quelqu'un’ les tragiques, représentant

plutôt sur la signification du verbe δυστομέω (Soph. OC 986) ‘parler mal que — comme il le dit lui-même — sur la signification, apparaissant chez des antonymes εὔστομος (Soph., Phil. 201) et εὐστομέω (Esch., Choeph. 997), des synonymes α᾽ εὔφημος, εὐφημέω. Si l'on reconnait réellement le

terme δύστομος eschylien comme

antonyme

du

terme

εὔστομος

accepter la signification ‘de mauvais augure”. C'est ainsi que explique ce mot. En jugeant par analogie avec les autres “στομέω (cf. sur θρασυστομέω, p. 42 sq.), δύστομος possède tragique.

ἐκφυλλάζω

de

Sophocle,

il faut

G. Italie, Ind. Aesch., composés en -orouoc, une nuance nettement

(ἐξεφύλλασεν γέν[ος) Niobe, fr. 273 Me v. 13, trim. iamb., trag. 'ef-

feuiller’. C'est un mot nouveau

qui pourtant — conformément à l'observation de Schadewaldt,

rapportée et acceptée par Kórte!? — était sûrement connu par Hésychios, comme il résulte de sa glose ἐχφυλάσαι' ἐκσπάσαι, où le mot a visiblement subi une déformation. perdant à. L'explication donnée par Hésychios indique que le lexicographe avait ce mot devant les yeux dans un contexte, probablement avec un complément à l'accusatif, et ce complément devait étre un substantif signifiant 'feuilles' ou quelque chose de semblable. Chez Eschyle, le sens est un peu différent, car l'idée de 'feuilles' est contenue dans le sens méme du verbe, conforme d'ailleurs à son étymologie : ‘effeuiller”. Son complément est l'idée qui, au sens propre du verbe, correspondrait, par exemple, à celle d'une branche ou d'une tige (dans l'expression imagée d'Eschyle il est question de la famille d'Amphion). Par conséquent, si Hésychios avait effectivement expliqué le mot ἐκφυλλάζω, il n'avait sürement pas eu devant les yeux le passage d'Eschyle (la forme verbale différente de la glose le prouve aussi), mais un texte postérieur, où ἐκφυλλάζω avait déjà perdu beaucoup de son expression, bien visible encore chez Eschyle. Pour exprimer cette méme action d''effeuiller' (une plante), la prose grecque scientifique se sert des verbes φυλλίζω (Géop.), ἀποφυλλίζω (Théophr., Diosc.); la forme &xquA^o, cité par R. Pfeiffert! d’après Stephanus à propos du mot d'Eschyle en question, ne date que de l'époque byzantine (XIIe si&cle). Ce n'est pas sans doute par hasard que le substantif φυλλίς se rencontre uniquement dans la littérature scientifique, tandis que les

tragiques préférent le collectif puAA&c. C'est justement ce collectif qui chez Eschyle a donné naissance au verbe en -άζω. C'est ainsi sur xvépas qu'Eschyle a formé l'hapax κνεφάζω (Ag. 131, lyr.) et, peut être, sur τέρας le verbe τεράζω (Ag. 125, lyr.; d’après Hdn. Gr. 1, 443 cepto).

** 7 nuovi framm., p. 104. 40 Hermes 68 (1933), p. 261. *! Die Niobe des Aischylos, Philologus 89 (1934), p. 12.

38

LES HAPAX EIREMENA

ἐπήρανος (ἐπηράνῳ πόνων) Isthm:, fr. 17 Me, v. 36, trim. lamb., satyr. 'protecteur'. Au sujet de ce mot se sont largement prononcés R. Cantarellat? et A, Setti**. En constatant que la forme ἐπήρανος, à côté de la forme plus fréquente ἐπιήρανος, n'est pas attestée d'une facon assez sûre, Cantarella a proposé la leçon ἐπ᾿ ἠράνῳ, quoiqu'il se rendit

compte des difficultés syntaxiques résultant d'une telle restitution du texte. Setti a minutieusement analysé les deux cas d'emploi du mot ἐπήρανος, connus jusqu'à ce moment (Orph., 4rg. 823; Epigr. Gr. Kaib., 1013, v. 52). Cette analyse démontre qu'on peut, dans le premier cas, introduire la leçon ἐπιήρανος à l'aide d'une simple correction, et que dans

le deuxième, la leçon ἐπιήρανος est, à vrai dire, inadmissible, mais, par contre, le seul mot admissible ἐπήρανος est reconstruit aux trois quarts. Toutefois Setti, autrement que Can-

tarella, arrive à la conclusion que ces leçons douteuses — non seulement n'offrent aucun doute sur la leçon des /sthmiastes, mais, au contraire, sont confirmées par'le mot eschy-

lien ἐπήρανος. Ainsi connaissons-nous maintenant trois cas d'emploi de la forme ἐπήρανος, qui mé-

rite l'attention par comparaison à ἐπιήρανος, attesté plus fréquemment (depuis Empédocle), eu égard à l'emploi de l'élision à l'initiale comportant jadis un digamma*t. Donc &rrfjpa voc doit être une forme plus récente d'un mot ancien, qui, de plus, est conservé sous une forme archaique tenant compte de l'ancien digamma. Le mot est tiré de l'ancienne poésie et se retrouve chez les poétes. Ce n'est que beaucoup plus tard (dans la poésie hellénistique) que le mot simple ἥρανος est attesté, étant formé peut-être de nouveau sur la base d'un composé.

Les lexicographes anciens donnent pour

ἤρανος l'explication βασιλεὺς ἤ Bor06cf*.

Or, le composé possède le méme sens (il s'agit évidemment de l'emploi d’Érinpavos chez les auteurs posthomériques ; l'homérique ἐπιήρανος ‘agréable’ + 343 est un dérivé d’érinpæ); l'adverbial £rt- ne constitue ici qu'un élément renforçant, comme dans l'homérique ἐπι-

βουκόλος, émiforwp'*. On attribue aussi la signification d''auxiliaire, souverain, protecteur' au mot d'Eschyle ἐπήρανος, construit avec génitif, comme dans d'autres cas de l'emploi de ce mot. Puisque le mot κτέαίνα, reconstitué au début du vers par Cantarella

(chez Mette: xze&[vov), semble indiquer que dans l'expression ἐπηράνῳ πόνων est mentionnée la personne acceptant ces dons, on admet généralement (Cantarella, Setti, Steffen) qu'il s'agit ici de Poseidon en tant que 'protecteur des jeux' — isthmiques évidemment. Le mot πόνοι ne se rencontre pas chez Eschyle dans le sens de ‘jeux, exercices physiques”, mais il est attesté chez Hésiode, Pindare et d'autres; dans le drame satyrique il désigne en principe les travaux des satyres.

*! I nuovi framm., p. 83. *5 Fschilo satir. 11, p. 237. ** Frisk, Gr. Er. Wtb.,s.v., rattache la racine de ce mot à celle du skr. vérand-‘ protégeant, défendant” et du grec ἔρυμαι; par contre, il exclut la parenté avec l'homérique fpa, ἐπέηρα 'faveur pour des raisons sémantiques. *5 Etym. Magn. 436, 28.

** D’après Frisk, ce sont des formations analogues à celles comme ἐπίουρος (reposant sur le verbe composé ipopio).

ESCHYLE

ἐπιπασσαλεύω

39

(ιἀπιπασσάλευ᾽ ἕκαστος) Isthm., fr. 17 Me, v. 19, troch., satyr.

*clouer, fixer avec des clous”. Le substantif πάσσαλος “cheville, clou” a donné naissance à plusieurs verbes qui désignent des actes réalisés à l'aide de clous: προσπασσαλεύω et διαπασσαλεύω apparaissent en particulier chez les poètes comiques; καταπασσαλεύω “percer” (dans un but magique) est noté dans une inscription attique du IVC*/III€ siècle. C'étaient probablement des mots

techniques, en usage dans la langue courante. Actuellement, apparait dans le drame satyrique d'Eschyle un nouveau composé avec ἐπι-, sans doute d'un caractére semblable. Le simplex πασσαλεύω, qui se rencontre uniquement chez les tragiques (Eschyle et Euripide),

semble être seulement une forme poétique formée par l'omission du préfixe (voir sur rov“ίζω,

p. 67).

ἐπιτέρμιον (τοὐπι[τ]έρμιον γάμου) Niobe, ‘ | ‘résultat, conséquence”.

fr. 273

Me,

v. 5, trim. iamb.,

trag.

L'adjectif τέρμιος, réposant sur le substantif τέρμα (pour la plupart poétique), est attesté deux fois chez Sophocle et a toujours la signification de limite par rapport au temps. Ainsi Créon. abattu par les malheurs de famille, emploie cet adjectif pour désigner le jour

de sa mort (Ant. 1330); de méme Oedipe se sert de cet adjectif en parlant du moment οὗ il verra la terre de Colone, lieu oü il pourra enfm mourir et étre enterré (OC 89). Vu que τέρμα aussi possède souvent, en particulier chez Eschyle, la signification de ‘terme, fin”

par rapport au temps, et que l'explication du mot ἐπιτέρμιον chez Hésychios suggére le méme

sens, les premiers éditeurs du fragment de Niobé d'Eschyle*? acceptaient également

une signification temporaire pour l'adjectif composé eschylien ἐπιτέρμιος, et l'associaient à ἦμαρ se trouvant dans le vers suivant. C'est Kôrte*® qui, le premier, attira l'attention sur les défauts d'une pareille interprétation et propcsa de considérer l'adjectif avec l'article

τοὐπιτέρμιον comme notion substantivale devant exprimer, d'une facon plus emphatique, la méme chose que τέρμα au sens consécutif, notamment ‘résultat, suite, conséquence”. Ajoutons que le mot τέρμα, ainsi compris, est attesté uniquement chez Eschyle (Ag. 781 et 1177). Dans notre fragment il est donc question des fácheuses conséquences du mariage de Niobé; cf. γάμου ... πικράς τελευτάς Ag. 745 sur les conséquences du mariage de Páris avec Héléne. Il semble qu'on pourrait concilier l'explication d'Hésychios avec une pareille interpré-

tation du mot ἐπιτέρμιον. Dans son explication, Hésychios emploie les mots ἐπὶ τοῦ τέρματος, οἷον ἐπὶ τοῦ τέλους. La première définition ne donne que l'étymologie, et ne dit sur la signification du mot que ce qui résulte de sa structure. En revanche, la deuxième définition accepte pour τέρμα le sens de τέλος, ce qui peut signifier non seulement ‘terme, fin? par rapport au temps, mais aussi 'accomplissement, résultat, conséquence’, et c'est là la signification dominante de τέλος que nous retrouvons à la fois en poésie depuis Homère ainsi qu'en prose. De plus, la forme neutre dans laquelle Hésychios met en vedette le mot, #7 G. Vitelli et M. Norsa, Bulletin, 28 (1933), p. 107 sqq.; K. Latte, Nachrichten von der Gesellschaft der

Wissenschaften

zu

Güttingen,

* Hermes, 68 (1933), p. 256.

Philol.-histor.

Klasse,

1933,

p. 22 sqq.

40

LES HAPAX

EIREMENA

fait supposer que le lexicographe explique justement le terme eschylien. Dans ce cas, ce serait un hapax, et au point de vue de la formation un composé hypostatique du type employé souvent par Eschyle, cf. ἐπιτίμιος apparaissant pareillement avec l'article en

fonction de substantif (robnuriuov, τἀπιτίμια), ἐπιτύμβιος et ἐπιμαστίδιος. ἐπῴζω

(ἐπώφ)ζε(,) ζῶσα) Niobe, fr. 273 Me, v. 7, trim. iamb., trag. 'couver'.

Ce mot, transmis par Hésychios avec la signification ἐπικαθῆσθαι τοῖς ᾧοῖς ‘couver”, fut employé dans une scène expressive, où Niobé, en profond silence, est assise sur la tombe

de ses enfants. ll est vrai que dans ce passage du papyrus on lit ποιμώζουσα (le verbe ἐποιμώζω est un hapax eschylien que nous connaissons seulement de Choeph. 547; mais dans les textes poétiques et prosaiques attiques nous rencontrons souvent le simplex oli. eo), pourtant la majorité des philologues considèrent cette leçon comme une erreur du copiste et se déclarent pour la leçon d'Hésychios et la signification qu'il donne. Probablement le mot ἐπῴζω, loin de refléter l’atmosphère de la tragédie (attesté seulement chez Epicharme 172,3 Kaib., et chez les comiques attiques Cratinos 108 et Aristophane, Av. 266), fut inconsciemment, au cours d’une lecture superficielle, ou consciemment,

pendant une

critique incompétente du texte, remplacé par ἐποιμώζω, mot plus clair et plus compréhensible dans la situation décrite, mais, par contre, plus banal. La forme participiale figurant dans le papyrus est peut-être, elle aussi, le résultat d'une erreur; d’après Hésychios c'est la troisieme personne du singulier de l'imparfait qui figurait dans ce passage. Sous ce rap-

port pourtant la lecon d'Hésychios fait douter de son exactitude (d'ailleurs, immédiatement aprés le mot, une lacune est visible dans le texte), et généralement on change cette forme en 3° personne du singulier du présent ou bien — comme l'a fait W. Steffen*? —

en infinitif.

|

|

Le verbe ἐπῴζω paraissait étrange aux copistes grecs, d'autant plus que l'idée de *couver', exprimée par ce verbe, était désignée dans la littérature grecque (notamment scientifique, chez Aristote) par un verbe autrement formé, ἐπῳάζω, et ses dérivés ἐπῴασις, ἐπῳασμός, ἐπῳαστικός et ἐπῳάδιος (ou ὑπῳάδιος). Le rapport entre ces formations, apparaissant surtout en prose, et le mot ἐπῴζω, fut déterminé par quelques chercheurs*! de la facon que ce dernier, comme se trouvant deux fois chez les poétes comiques athéniens et une fois chez Epicharme, doit étre attique et dorien, tandis que ἐπῳάζω doit provenir du dialecte ionien. Cette hypothèse relative à une forme en -τάζω, préfixe commun en attique,

est sans doute fausse. On peut constater, entre ἐπῴζω εἰ ἐπῳάζω, uniquement des différences de nature chronologique. Nous y avons affaire à une expression prépositionnelle

ἐπ᾿ φοῖς, qui est devenue un verbe grâce au suffixe -(5o, cf. ἐγχειρίζω (£v χειρί), ἐγγυαλίζω (£v γυάλῳ), ἐπαμφοτερίζω (ἐπ᾿ ἀμφότερα), προσουδίζω (πρός οὖδας), etc. Si l'on ajoutait ce suffixe à un thème

nominal en -to-, on obtenait *at 5c, qui sonnait mal, et qui, pour

*! Ce probleme est traité largement par W. Steffen, Stud. Aesch., p. 102 sq.; dernièrement par A. D. Fitton

Brown,

The

Classical

Quarterly,

New

50 Stud. Aesch., p. 102 sqq. δ cf, A, Kórte, Hermes 68 (1933), p. 258 sur les Phéniciennes

d'Euripide

v. 447).

Series X

(1960),

nr.

1, p. 79.

(d'après l'opinion de Valckenaer, dans son commentaire

ESCHYLE

4l

cette raison, était ordinairement remplacé par -ἰάζω (de méme -ἰάς apparait au lieu de *2íc; -txxóc au lieu de *-uxóc; -&8»; au lieu de *«(85c9*). Egalement -ἰζω, ajouté au thème du substantif ὠιϊόν, a donné tout d'abord "ἐπωιίζω (et, avec contraction, ἐπῴζω), et ensuite a été transformé en ἐπῳάζω. Il est difficile de constater exactement, quand cette transformation s'est produite. En tout cas, des verbes en -ἰάζω, tirés des thèmes en -:0-, n'existaient pas encore dans la langue homérique. Cependant, à l'époque classique, ces verbes étaient déjà communs. De méme ἐπῳάζω a dû exister au temps de l'activité lit*éraire d'Epicharme, d'Eschyle et d'Aristophane (toutefois, ce mot n'est attesté que chez Aristote). Malgré cela, les poétes pouvaient introduire une forme plus ancienne, qui convenait mieux à leur style que la variante prosaique du verbe, usuelle à leur temps. εὐδερκχής

(τόδ᾽ εὐδερκὲ[ς] φέρε[«) fr. 530 Me, v. 30, trim. iamb., satyr.? ‘net,

visible".

|

Cet adjectif était jusqu'ici étranger à la tragédie grecque; il était uniquement attesté dans le poème astrologique de Maxime (I*T siècle av.n.è.?) au sens de ‘qui a une bonne vue”. Chez Eschyle le sens doit être ‘nettement vu, net”; le second élément, partant, a un

sens passif. En outre, Εὐδερκής est attesté chez Demosthéne comme nom propre, mais il est difficile, en ce cas, de déterminer la signification.



Les autres adjectifs composés avec -Sepxñc sont, pour la plupart, des hapax de poètes; ils sont employés volontiers par Bacchylide, dans les fragments duquel nous trouvons

πανδερκῆς, ξανθοδερκής, ὀβριμοδερκῆς et ἰοδερκής, donc quatre parmi les 14 composés attestés de ce type. Les autres hapax sont ἀδερκῆς et λιθοδερκής dans l' Anthologie Palatine, ἀμβλυδερκῆς dans les fragments du poète tragique Nicomaque, νεκροδερκῆς et μεσο-

δερκῆς chez le poète astrologique Manéthon et γλυκυδερκής cité par Hésychios. Les adjectifs πολυδερκής chez Hésiode et δυσδερκῆς chez Seul ὀξυδερκής se rencontre plus fréquemment, en prose médicale. Ces faits nous prouvent que en raison de nécessités directes, ce qui explique second élément, cette diversité n'apparaissant pas comme chez Eschyle, ne se trouve que dans deux

Oppien sont employés chacun deux fois. et cela justement en prose, entre autres les composés avec -δερχής étaient créés aussi la diversité des significations du seulement dans εὐδερκήῆς. Le sens passif, composés; trois possédent un sens actif,

et dans les autres -3epxc n'a pas trait à la vue, mais à l'aspect des yeux ou méme de toute la personne. Encore plus rares et à la fois poétiques sont les composés avec -ópax^c, dont deux

sont attestés: εὐδρακήῆς chez Sophocle au sens actif et ἀδρακής cité par Hésychios, au sens passif et actif.

εὔμολπος (εὐμόλποις ὑμ[εναίοις) Sem., fr. 355 Me, v. 19, hexam., trag. ‘qui sonne bien, mélodieux'. Cet adjectif se rapporte au chant nuptial. Le deuxième exemple d'emploi de ce mot que nous connaissons (outre /t. Cer. 154, etc., où Εὔμολπος apparait comme nom propre)

45 Debrunner,

Gr.

Wortb., p. 127.

42

LES HAPAX EIREMENA

est εὔμολπος chez Paulus Silentiarius (Anth. Pal. 9, 396): ici pourtant il désigne une per-

sonne et signifie ‘qui chante bien’. Evidemment il n'y a là aucune différence essentielle ; tous les deux sens sont proches l'un de l'autre en tant qu'épithétes du son et de la personne qui produit le son. Des composés formés pareillement, avec -uoAxoc (senti comme élément

verbal par rapport à μέλπω), peuvent désigner aussi des objets, pour autant qu'ils émettent un son, donc des instruments de musique (par exemple σύμμολπος Eutip., en parlant de la phorminx). En s'appuyant sur les matériaux que nous possédons, nous pouvons constater que les poètes tragiques appelaient ainsi surtout le son (ὀξύμολπος Esch., Sept. 1028, en parlant du cri, ἀντίμολπος Esch., Ag. 17, Eurip., Med. 1176). En revanche, il n'y a pas, chez les tragiques, d'exemples d'épithétes formées à l'aide de -uoAzoc, désignant des personnes; il en existe un seul, à l'époque ancienne, savoir λιγύμολπος ἢ. hom. 19,19 (épithéte de nymphes).

Les composés ἀναξίμολπος chez Bacchylide ainsi que ἐρασίμολπος et φιλόμολπος chez Pindare appartiennent à un autre type, car ils contiennent dans leur premier terme un élément verbal et dans leur second le substantif μολπή.

"Ῥθαμνοῦχος

(θα[μν]ούχοιίς τόποις) Heracl., fr. 110 Me, v. 3, trim. iamb., trag.

‘couvert d'arbrisseaux'.

|

Ce mot, conservé incomplet, fut reconstitué comme θα[λαμ]ούχοις par A. Kórt ess qui lui attribue, dans les Héraclides d'Eschyle, un contenu pareil à celui qui est dans les Héraclides d'Euripide. D'après Kórte ce mot fait allusion aux fils d’Héraclès, enfermés à l'intérieur de la maison et poursuivis par Eurysthée. Les savants polonais St. Srebrny*! et W. Steffen*? qui, d'accord avec l'hypothése de T. Zieliñski, rattachent le récit de la tragédie eschylienne aux derniers moments et à la mort d'Héraclés, ont reconstitué un autre mot, également nouveau, θαμνοῦχος ‘couvert de broussailles” qui correspond à la scène de ces événements. Dans les deux cas nous avons affaire aux composés avec -oyoc, dérivé d'Éyc; dans leur premier élément se trouve un thème nominal en -o-. De pareils composés se rencontrent chez Homère et apparaissent, de temps à autre, dans la tragédie de l'époque classique; ils devaient étre méme trés fréquents, attendu que -οὔχος a été traité comme second élément de composé, et a donné naissance à des composés nouveaux, dont d'autres thémes que ceux en -o- constituaient le premier terme. C'est pourquoi nous avons aussi chez Eschyle des mots tels que πολιοῦχος, (πολισσοῦχο ς), ἐστιοῦχος. En ce qui

concerne le sens, Lloyd-Jones (App., p. 588) cite δρύοχα Eurip., Εἰ. 1163, comme

mot

analogue au terme discuté.

θρασυστομέω

(μὴ θρασυστομζ[εῖν) Niobe, fr. 273 Me, v. 18, trim. iamb., trag.

‘parler hardiment'. Ce verbe appartient nettement au langage de la tragédie. Il se trouve, d'abord, à part le passage de Niobé, encore dans trois autres passages chez les tragiques (Esch., Suppl. 203; 9 Archiv für Papyrusforschung, VII (1924), p. 141. % De Aeschyli Heraclidis, Eos 45 (1951), fasc. 1, p. 55 Stud.

Aesch., p. 57.

52.

ESCHYLE

43

Soph., Phil. 380; Eurip., Hec. 1286); ensuite, chez Eschyle et chez Euripide on rencontre l'adjectif θρασύστομος reposant sur ce verbe (θρασυστομία est l'hapax du poéte de la période

hellénistique, Méléagre de Gadara). De méme, un grand nombre d'autres composés avec -στόμος, -στομέω (mais jamais -στομία 1 ces substantifs sont surtout des termes techniques et se trouvent en prose) sont des mots du style tragique. Parmi les hapax d'Eschyle on peut citer: παλινατομέω, λαβροστομέω, πολυστομέω, ἐλευθερόστομος, δύστομος (voir p. 36 sq.),

parmi ceux de Sophocle καχοστομέω, ἐλευθεροστομέω, δυστομέω. Plus d'une fois apparaissent ψευδοστομέω (Soph., Lucien en ïambes tragiques), εὐστομέω (Esch., Soph., Aristoph.), ἐλευθεροστομέω (Esch., Eurip., prose tardive), χακόστομος (Eurip., prose). Le reste des composés de ce type représentent ou bien des formations prétentieuses de la

prose tardive (ἐνευστομέω Philostr., ὀρθοστομέω

Procop., πανσεμνοστομέω

Tzetz.) ou

bien apparaissent dans la prose scientifique comme termes désignant des traits caractéristiques du langage ou de !a prononciation. *Qupot87 c (θυμοιδ[ές) fr. 530 Me, v. 32, trim. iamb., satyr.? 'irascible, prompt à se mettre en colère”. Le premier éditeur du fragment, E. Lobel, a proposé deux possibilités d'interprétation de la partie conservée du mot θυμοιδί. Celle-ci pourrait être le début de l'adjectif θυμοeds "irascible'; la forme conservée dans le papyrus démontrerait une contraction. Mais Lobel fait en méme temps des objections à une telle interprétation du mot, parce que ce composé appartient au langage prosaique; il rejette, aussi, pour la méme raison, la possibilité de voir dans cette partie conservée l'adjectif θυμώδης. Il penche, par contre, à admettre un composé, non attesté jusqu'ici, avec οἰδέω, verbe existant déjà dans la langue homérique. Ce composé, θυμοιδύς, devrait alors signifier 'gonflé de colère, irrité, en colère’, donc οἰδέω aurait ici un sens figuré. Le verbe οἰδέω n'est pas attesté en ce sens, mais Lobel indique un verbe analogue οἰδάνω employé au sens figuré déjà par Homére; on pourrait ajouter encore οἰδαίνω (d'après Hésychios olôxiveoflar” θυμοῦσθαι), et surtout διοιδέω (Phil. 2, 583). D'autre part, les objections formulées par Lobel, et concernant la possibilité d'admettre un mot prosaique dans ce passage, ne semblent pas justes. De nouveaux fragments d'Eschyle présentent un grand nombre de mots qui jusqu'à présent n'étaient pas attestés dans la langue des tragiques (voir la liste p. 117 sqq.); ces mots sont particuliérement nombreux dans les fragments des drames satyiiques, dont P. Oxy 2256, fi. 9a en est probablement un. Des adjectifs semblables, en -οιδης, sont à relever dans les Limiers de Sophocle, où

le papyrus présente (v. 295) la leçon χυτρόιδης, et la glose marginale donne un autre adjectif, terminé de la méme manière: τροχοιδηίς. A cause de l'accent dans le papyrus, xvτρόιδης se lit comme χυτρώδης. Il est donc possible que θυμοιδί aussi représente θυμώδης.

θῶμαι

(θῶσθαι μητρὶ παρέξεις) Dict., fr. 474 Me, v. 818, lyr., satyr. 'festiner".

C'est un des mots — nombreux dans ce fragment — d'origine dorienne, attribués à l'influence d'Epicharme (voir p. 72 sq., sur φίντων). Dans ce cas l'influence du poète

sicilien semble être confirmée pour autant que ce mot existe en effet dans les fragments d'Epicharme, et cela sous la forme de futur θωσούμεθα (fr. 139, 1 Kaib.). Hésychios, gráce

44

LES HAPAX EIREMENA

auquel nous connaissons depuis longtemps θῶσθαι comme mot appartenant aux Δικτυουλ-

κοί d'Eschyle (fr. 49 N?), atteste encore d'autres formes de ce verbe: 3* p. sing. θῶταει, 3° p. plur. θῶνται, inf. aor. moyen θώσασθαι et passif θωθῆναι, participe θωμένους. On voit que ce mot a été trés employé en littérature. D’après Hésychios il signifie ‘festiner” : cette signification se confirme dans le fragment papyrologique. L'origine dorienne du verbe θῶμαι est confirmée par l'Etymologicum Magnum (p. 461,1).

qui donne aussi l'actif 065 comme vedette. De méme, le substantif θωστήριον, apparenté à θῶμαι, semble étre d'origine dorienne; il est mentionné chez Alcman

(23,81) et, d'aprés

Hésychios, signifie 'festin sacré'. Dans le dialecte attique, la racine de ce mot s'est maintenue uniquement dans θοινή et ses dérivés. ἐσθμιάζω

(σὺ δ᾽ ἰσθμιάζεις) Isthm., fr. 17 Me, v. 75, tiim. iamb.; (σὺ δ᾽ ἰσθμιάζεις)

ibid., v. 34, trim. iamb., satyr., ‘prendre part aux jeux isthmiques'.



Le suffixe -t&5o était particulièrement fréquent dans les verbes indiquant des activités religieuses, surtout la célébration des fêtes et des solennités religieuses. À ce groupe sémantique appartient aussi ἰσθμιάζω, attesté auparavant chez les lexicographes seulement,

savoir chez Hésychios, dans le lexique de Photios et dans le livre de Souda. Chez Eschyle pourtant ce mot signifie ‘prendre part aux jeux isthmiques' (pas absolument en caractère de délégué officiel —

sens que nous retrouvons dans le substantif loûuiacrns —

comme

l'a indiqué A. Setti**); les lexicographes indiquent d'autres sens: ‘être indisposé' et'boire'. Probablement ἰσθμιάζω au sens eschylien ne présentait pas d'ambiguité, était intelligible ; ce devait être donc un terme de la langue courante. R. Cantarella^? a fait remarquer que d'entre les verbes, dérivés des dénominations des trois autres principaux jeux grecs, s'est conservé uniquement le mot πυθιάζω (Steph. Byz.) signifiant ‘être inspiré par Apollon, prédire”. Il paraît cependant que πυθιάζω est un dérivé du nom de la prophétesse delphienne, Πυθία, et n'a rien de commun avec les jeux.

Pareillement ἰσθμιάζω ‘boire’ chez Photios vient ἀ ἴσθμος 'gorge' ou plutôt du diminutif ἴσθμιον. En revanche, les lexicographes associent nettement aux jeux ἰσθμιάζω au sens de ‘se porter mal, être indisposé, être malade’. Cette signification est expliquée par le fait que les jeux isthmiques avaient lieu à une époque malsaine (probablement pendant la der-

niére semaine d'avril), cf. chez Hésychios : ἐπίνοσος γὰρ ὁ καιρός, ἐν ᾧ τὰ ᾿Ἴσθμια ἄγεται; ainsi aussi dans le livre de Souda. Evidemment cette explication des lexicographes mérite peu la croyance. Mais il faut souligner le fait, cité par eux, que le méme sens du verbe ἰσθμιάζω se rencontre dans un proverbe. Or, dans le drame satyrique d'Eschyle, ἰσθμιάζω

a été employé deux fois dans une locution identique, σὺ δ᾽ ἰσθμιάζεις. Ce n'est pas tant le vestige d'un proverbe, mais plutót sa source. Bien entendu, il faudrait admettre que la

locution σὺ δ᾽ ἰσθμιάζεις ‘tu prends part aux jeux isthmiques au lieu de faire ton travail" hors de son contexte, avait pris un sens nouveau, à peu prés celui de ‘tu perds la raison’, donc ‘tu n'es pas bien portant’.

*5 Eschilo satir. ΠῚ, p. 207. "I

nuovi framm.,

p. 82.

ESCHYLE

Ἰσθμιαστικός

|

u

45

(ἐξέτριβες ᾿Ισθμιαστικὴν [πάλη]ν) Isthm., fr. 17 Me, v. 30, trim.

jamb., satyr. ‘se rapportant aux jeux isthmiques'. . A Les formes de l'adjectif *isthmique' (par rapport aux jeux isthmiques), attestées aupa: avant, sont Ἰσθμιακός (Aristoph.) et ᾿Ισθμικός (prose tardive). La forme employée par Eschyle provient du nom d'agent ᾿Ισθμιαστής *participant aux jeux isthmiques' et a été , ttablie à l'aide du même suffixe -xó-. Celui-ci était usité, depuis l'époque la plus reculée, «pour former les ethniques (Τρωϊκός, ᾿Αχαιϊκός, Πελασγικός, etc. chez Homère), mais , C'est grâce aux sophistes qu'il s'est étendu, dans la langue littéraire, à d'autres types d'ad| jectifs (parmi les tragiques c'est Euripide qui présente le plus grand nombre de formations - en -txéc). Particulièrement les adjectifs qui, comme ᾿Ισθμιαστικός, reposent sur un thème élargi par -