Les éléments chimiques et les hommes 9782759801916

Les étapes et les péripéties de la longue histoire de l'identification des corps simples de la chimie portent les e

171 69 14MB

French Pages 240 Year 2022

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Les éléments chimiques et les hommes
 9782759801916

Table of contents :
Avant-propos
1 La classification périodique un fil conducteur
2 De l'antiquité au XVII eme siècle : la longue marche
3 Naissance de la chimie moderne: le XVIII eme siècle
4 L'essor de la chimie aux XIXeme et XXeme siècles
5 Brèves biographies de chimistes ayant contribué à la découverte des éléments chimiques
6 Quelques techniques fécondes pour l'expérimentation nées au dix-neuvième siècle
7 Genèse et développement de l'enseignement moderne de la chimie
Postface
Ouvrages consultés
Index
Table des matières

Citation preview

LES ELÉMENTS CHlMIQUES ET LES HOMMES

LES

ELEMENTS CHIMIQUES ET LES

HOMMES

ISBN 2-906643-09-2 Édité par SIRPE,

76 rue de Rivoli, F-7.5004 Paris

Imprimé en France par l’Imprimerie Nouvelle, 45800 Saint-Jean-de-Braye

NoImprimeur : 26766.No Editeur : 1 O. O SIRPE,

Paris,

Dépôt légal :

2cmc trimestre 1995

1995

Tous droits, en particulier celui de la traduction en toute langue étrangère, réservés Toute reproduction, même partielle, de cet ouvrage est interdite sans l’autorisation expresse de l’éditeur. Toute copie ou reproduction par quelque procédé que ce soit, photographie, microfilm, bande magnétique, disque ou autre, constituerait une contrefaçon passible des peines prévues par la Loi du 1 1 mars 1957 sur la protection des droits d’auteur.

I\

1

1 LA CLASSIFICATION Pl?RIODlQ [/'E U V FIL CONDI K7ïEIJR

iMESI HE DE LA u k i c ~ VERTE i des éIériicrits. hcioiri s'est fait seritir d ' e n btabiir iiiie classification logique. D 6 j i l'cxistciice parriii les élbrrieiits de iriadcs conirne (I.13r. I oii Li. ha. K avait bt6 rrioiitr-be (16s 180? par l'allcrriarid Jotiariti Dohercincr (1780-1849). D'autres triatlcs fiirerit erisuite rriises eii évitlcncc. 1)iiis ties rcgrotipcrricrits de pliis de trois bltrneriis. Ce sont les valciirs d i i poids atorriiqiie et et de la tknsiii. qui etaierit choisies conmi(' rrii?>r-es.riotarrimcmt par Julius hie\ e r (1 830- 1895).Diirnay* prit ilrie part iriiportaiite daris le regroupemerit dc5 éléiricnt~,en 1)ariiciiIier d e s iiiétalloïties. dont IC caractiw acit-le de la pIi1pai.t des corril~inaisorisox! géiii.es c i t très riet alors qiic les rrii.taitx cioniieiii riaissarice ii de, C)YJ tics hasiqiies. T2-nnalogic cles propribibs cliiniiqiics a v ait coiidiiit Diirrias 5 cla5ser Ici rnbialloïdcs cri qiiatrc groiipes : - 11uor. chlore. hronic, iode., - ox! gèrie. soiifrc. s616riiiiiii. tellure. - azotc. pliospliore, arsenic, antiiiioine. - bore. rarhorie. siliciurri. .ilexaritlr.e Ilegu! er dc Charicviirtois (I 820-1886) h a i t professeur dc g6ologie 1i l-i.c*oledes mines de Paris. I1 e u t 1-itlbc de placer sur i l r i t ' tiblice. trac& stir i i r i cyliridre \ eriical. les syriiholes des Glbiiicnis classés par ortire tie valeur- croi iite (les poids aiorniqucs. La tlir liritlre 6iait divis& eri sei/e parties égales. le poids atorriiqiic de 1'o.r~gètie étant ;gal 5 10. 11 observa qiic Li. ha. K. c h r i t les poids atoiiiiqije5

A

LJ FI-R ET

I

II

III

tl= 1

Iiiiiias* (1 800-188-t). b:lle dbclara que l a r i \ . le preiriier. avait iwlé d i 1 thalliiirii iribtalliqiie. I l eit touicPois intiiv c.iital)lc ( ~ i i cla raic tlii tlialliiiiii a i.tb vite p o u r la preiiiière fois par (:rookes. Le thalliiirii e51 eriiplo!é dniis la coiripositiori de certairis verres cl.iridicc de réf'ractiori (.le\ 6. \\ i l l i a i r i Crookei. tle\eiiii Sir \\illiairi Croohes par la suite. iiaquit l e 17 j u i r i 18:3%.11 eiitra A seize t i n s a u R o \ a l &]lege of C:hernistr!. 4 dix-rieiif atis, i l fit sa prctriitrc pulilication sur les s é l é i i o c y ~ i d c s . , . a viript ans devirit professeiir siippléarit aii Ro\ al College. En 18a9. il est profcssciir tlc chiiiiic a i 1 Collège scieiitifiqiie de Chester et 1)rerid la respoiisahilité de diffbreiiies rei [tes scientifiques. T;&tiide des gaz rai.éf;és et dii passage de l'électricité clans ces atmosphères le conduisit ii eiivisager isi eiice cl' UII (1 itat rièrrie éi at de la matière. oil "btat radian" t h gaz t raréfié. Ses reclierc*hes daris ce doiiiaiiie eureiii pour c~otiséqueiicesla découverte des ra! ons cathodiqiirs dont la iiatiire f i i t déirioritrée par Jrari Perrin (1 870-1 9+2). prix Kohcl de pliysiqiic eii 1020. ( h o h e s fit 6galciiiciit d c s ira\ aiix t r k appliqiibs. iiotariirrierit la créatiori tlc luriclics avec t h verres ahsorbant Ir rayonrierrieiit émis par le \ e r r e t r t s chaiid- qui é\ iiaieiit ainsi qiic les verriers iic soicrit Lietirries de la c a i a r a ï t e . I I s'iiitéresia égaieiiierrt aux pliérionièiics tlc spiritisirie et piiblia i i r i livre $111' ce sujet. I I rrioimit le -t avril 1O1 0. (:laiide l i i g i i s t c T a n \ - riaqiiit & Uey. daris le Jura. le Ili juillei 1820. E l k de 1'Ecole rioririale supérieure, docteur ès-scicriccs cii 18.51. il devirit professetir (le pli!sicliie A l a faciilté (les scierices de Lille jiiscp.eri 186.5, date A laquelle il fiit iioiririii. profcsseiir de chimie intiustrielle 2 1.Ecole centrale des arts et riiariiifactiires. 11 publia iiiie virigtairie de rriérnoircs aiix Annales de ('himie et de notes aiix Corriptrs Krnctus ctr I'Accd6bmir des scirncrs. T a i n \ mourut IC 10 iriars 1878.

l,.l:ssol< III,: I.\ t:l11\111~ \I \ \I\'""' I:'r \.\'""' s Il x :I ,I :s

sons q i i - i l accorripagnait h i rriêrne. tleiix ans plus tard d'iiri c-aiicer.

11 p r i t sa retraite en 1902 et

trioiiiwt

Sclénium Se (33). ( k t 616ineiit fui di-coii\crt en 1817 par Bcrz6liiiy. Celui-ci possédait des actions tlaiis ilrie iisiiic. (l'a(-itle sulfiiricliic s i t i i 4 e N Gripsliolm. qiii iitiliwit de la p!-rite eri t)ro\ eriaricc tlc la iiiirie de Ialiliiii sitiibe ii ilrie centaine de rriilles aii iiortl tlc Stork tiolrii. I1 criit t o i i î tl'at)ord ahoir troiiv6 t l i i tellure (lari, l a hoiie (les ~1iaiiil~rcs (le f';ihi-ic.ntiori tlc l'ac*iclesiilf'uriqiic. (>iielques iiiois pliis tard. il aiiiioriqa cpi-cri f a i l i l s-agissait d'iiii r i o u \ el lli-ment ( l o t i t les propri6ti.s Gtaietit \ oisirics tlc celles dit tellure. cv qui expliquait la confiisioii itiitialc. II Iiii t l o i i i i a le tiom clc 41i-riiuiri. (lu grec oehqvq (la lurie). p m r iappelei. cetic t r k graride analogie de propriéti-s critre T e et Se. Le s6lériiu rri a éti- iitilise clatis la lahricatioii de cell irles photoi-lec*triques et daris certains ~errii-coridiictc.iirs.En 1880. 1.C. Bell (la+?102%)a appliqué pour la lpreini6rc fois ce t! p e tie celliiles à la irmi siori de la parole. Tellure air

Te (52). Le telliire, d&-ou\ert au Xl71llt'"~sikle. et le s6léiiiiirri. XIXcrl'c. doivent être présent& eriserrible car leurs propriétés et leurs

histoires sont très voisines. Eri 1782. Frariz Joseph 'Ilullcr von Reicl-ienstciri ( 1 7 4 - 1836) s'iiitbressa à u n minerai ci-or appel4 (irir'iiiri pnradoxrirrr 0 1 1 auriin/ problcrriw/ic.urn daris lequel il trom a 1111 coriit ituarit clont il soiipc;ontia qu"i1 conteiiait u r i rioiivel élérrierit. Lcs choses eri i.estèrcrit là j i i s q i i ' i i ce que Klaproth. seiLe üris plus tard. se soti\ icnric (les trakauk clc 'Iliiller et donne à 1-61érrierit tmu\ ea11 qu'il a \ ai1 r h s s i à isoler ii partir tl'iiri rriincrai d-or le riom (IC-+tellure". la ter-rc. Vais ce s o u t les travaiiu tie Kerzi-liiis. vers 183%.qui pcrrriireiit de niiciix c-oririaître les propribtbs (le cet blériierit. Viiller von Reicliteriiteiri. ii6 à \'ietirie. fit toiitc sa (-arrière t h i s les rriiries et deviiit Inspecteur. Gbnéral des rriiiies. forideries et saliries (le Trarii\lvanie. Josepli II lui donria le titre de baron. I1 fut attaché la cour (je l'ierine jiisqu.eIi 1818.

LES HALOGÈNES Ililor. c*hlorc, brome, iode, astate : i l aura fallir prGs (l-iiri sitclc aiix cliiriiisies t)our tlbcoiilrir les qiiatrc lialogtries stables. I'exisierice (le 1'ast;ite. qiii est iiii blénieni radioactil' artifiriel. r i ' h r i t coiiiiuc qiie de[ ) i t i s IO-tO. Le clilorc a éii. clécou\ert le prerrijei.. puis l'iode, et le hrorric. I r flitor karit IC dcriiier. Tous les qiratre I-orit ;ti. par des pharriiacieiis. T,*aritérioritb tlaris les (16coiivcrtcs fit l'objet. iioiairirrient polir IC clilorc et l'iode. t i e cwritro\ crscs soiiverit v h e s . en pariiculicr ciiirc Gny-TJiissac e i Da\ !. Ils oiit 6t6 pr6paréi par i.lecirol! se 011 par déplaccrnciii par u t i hihicrit plus élcciroiiégatil'.

Fluor

("). Déjà eri 1768. hridr6as Sigisinutid ICIargraff coriiiai l'acide fliiorhvdriqiic qiic Sclicclc étudia par la silite. Da\-\= Ca! -T,uswc et T l i b r i d s'irit6rcssimmt 5 ce cor1)s et 4riip'rc siiggbra q ~ i - i lpu isw s'agir t l ' i r r i c*orril)osi. forrrié d'h\ tlrogèrie et tl'im 6li.rricrit iricoririii. I:ii 1850 b;drrioiid F r h ? (181 i - 1894). c r i i.lcctrol! sarii le fliioriirc (Ic ralciiitri. olltiiit tlii calciiirii i ila catliode et 1111 gaz à I'aiiode. prohiT;

1)leiiierit ( h i fliior. Xlais ccliii-ci rie prit h e rcciicilli. l o i i s les ctiiriiistcs corisidér.aicrit alors qiic 1'616rnerit iricoririii avait i m e trts graiicle ac'tivit6 : ljeaiicoiip cri ioiiffrircrit daris leiir chair. certains e11 rriouriirerit . T >es re(-herclies en vue d-isoler le fluor fiirerit pratiquement ahaiitlori&es. Frérn! 6iait 6galerrierit l'auteiir de rccherches sur les ciriicriis. l'or.

7.5

77

Brome

70

Iode 1 (8)étaii le tils t i ' i i r i fabricant dc salp'i re, égalerrivrii istaiii clc (;II! tori de Morveau. Celiii-

facilita l-entr6c daiis le l a h ire tie l~oiircroyd i 1 iciiiie Bernard. qui 6tait tlevcnii auparavant pliariiiacieri aprts 1111 a i age de 3 atis (laris i m e officirie cimi2iixerrc.I'liarrnacieri des liôpitaiiu cri 1709- il devint ~ ~ r b parateur chex Plarc scgiiiii (1?65-18;3.5).c h r i t les travaux eii cliiiiiie app1iyui.c btaient coiiiiiis, iiotarririicrit d a n s le tlorriaiiie tlii tarinage d i i cuir. et y lit des rwlierclics rein i6es s i i r l'olpiiirii. (:^eat a l o r s qii'il 5.iiitb I air k'iirus c i a u Laiiiiiiaria. deiiu espèces (le \ arec-115. ( : e s algiie5 rriariiies (taierit iitilisécs alors poiii- le pi+lèverneiit des coriipos6s wdiqiies et potassiqiws. Poiir Gliiiiirier les c o i i i p s6s siilliirés. ( h r t o i s ajouta (le l'acide siilfiiriqiic e r i ex&. I-iie \apeiir biolette se tlkgagea, ac~*oinpagii&tl'iiric odeur irritante. E n se coiitlerisarit, ces vapviirs cioririaieiit dirccteiiieiit des cristaux hrillarits. I'liisieiirs propriétés de l'iode Furerit mises e n b\ idcrice, coirirrie la 1-bactiori a \ cc l'h! drogriie et le phospliore. Il prrisa Cire en pr6seric.c d ' i i r i iioiivcl 614m e i i t , rriais il n'avait pas les riio!-ens de poiirsiiivi-c ses rcc*tierchc,s.Il les confia en 1811 i i ( k i r l e s Uerriartl Dcsornici (1 ???'-I 862) e i himias ci

80

81

Héli urn I IC (2). 1 ,'li6liiim n'a 1x1s 6t6 ti6coiivci.t dari5 l'air. contrairetrielit gaz rares. mais directcinerit par ipeciroscopic. En 1868. l~astroiioirir~ f'ranqais J i d e s ( k a r Jaiisseii (1 82-t- 1907) observa par 5pcriroscopic. daris la Ittini6rc' h i i e par les proi ith6ranc-es c h i ioleil a i l c o i i r s ailx a t i t r e 5

de I'éclipic xisihle ii Gtiritoor. aiix Irides. titie raie jaillie ( p i tie corrcsii aticiiri des w r p s conriils ii 1 ' 6 p q i i c . Sir horrriati I,oc.kycr

poritlaii

dornairie de la chirriie des terres rares qii'il a irriposé son nom. A la (in de s a vie. il 6tudiait la fauiie et la flore rriariiies. 11 rrioiiriit le 18 juin

1903.

Lli6liiiiri qui fut liqiiéfié en 1908 par Karrierliripli O i l t i e s (18531920) d a n s le célèhre laboratoire de cryogénie de L e ~ t l e(Pays-Bas), e5t actiicllerrieiit pr6par.é ii partir de p z tiatiirels liquéfiés p i i s distillés. (:-est le gaz le plus difficile W liqii6ficr. I~'1iéliiirnsert au gonflage clcs aéro5iats et ttirigeakdcs. Mélangé i i I'ox~gène ii la place tie l'azote. i l aliincnte la reipiratiori des plorigeiirs soils-marins car il rie se tlissoiit p a s daris le sang, contrairenierit A I' azotc. re qir i évite les acciderit s respirai oires. I1 es1 égalerrierit utilisé t*oirirrie gaz poi'teiir en t-hirriic aiialyticlue ou préparativc.

Néon Ye (10). II a été (l6t*oiivertpar Kairisay ct 'Irabers e i i juin 1808. par tlistillation frartioririéc (it, l'air liqiiitie. cornnit' lei autres gaz rares ?i I'exccptioii de 1-tiéliiirii. Kaiiisay l'appela - ~ h é o i i ~di1 ' . grec WOO. nouvcaii. Il J eii a environ 0,002 % tlaris 1~atrriosphi.re.L'utilisation t i t i riéoii est graiitlc pour la f'al)rit*atioiides tiihes a tl6rhargc 6leciriqiic. ioiis faible prcssioii. I,a coloraiiori rouge de la tlbt*l.iorge est s o t i \ crit eiriplo- be poiir les eriseigncs pul~licitaires.

Argon Ar (18).(:.est

ÇII effec.tuarit

ties riicsiires t r k fines de dertsiié iur

tie I-azoic de différerites origines qiic Lord Ka! lei$ t-otistata des ariorrialies daris les r6siiltat.i oblcriiis : 1^azotcpr6paré partir d'air avait uiic dertsiié siipi'i-ieiire d e 0.5 Y O i c*c,liii préparé à partir tl'arrimoniac. Repreriarit uric expériericc faite eri 1785 par Cavendish, mais qui n'avait pas CIL alors g r a d écho, il rriontra par spectrographic. en collaboratiori avec. Sir Ramsay. que IC gaz résiduel, ohtcnu a p r k décharge dectriqiie daris tin iridarige air-oxygtiric, eri préscrice de --lessive de savon". absorption de l'ex( d'oxygène et Cliiiiination des ox! tics d'azote foririés, était iiri gaz iiicorinii. C"cst le 13 aoîit l89+ que lsi qri"cri 19-t ue I.A. Maririski. T.E. Clendeniri et Ch. Ch-yell ohservèrent sa p r it'c h i s les produits de fission tie l'uranium. C-est donc i i r i i.li.rncrit radioactif (période de 3.7 ans). I l s l'appelèrent '-prornéthiiirri". di1 r i o i r i de Prorriétliée qiii apl)or.ta IC feu aiix Iioirirries et leur eriseiyria les r+es dii savoir.

LI3 GKOUPE Y ï ï R I Q U E

Scandium - Europium - Gadolinium - Terbium Dysprosium - Holmium - Erbium - Thulium Ytterbium - Lutéciurn Sc (21). Eii (63). Cd ( O + ) , Th (6.5)- I)\ (66), 110 (67).E r (68). (6'3). Yh (70). Lu (71).Mosantlcr inoritra eri 1843 q i i e l'vttria poilm i t être sciridi. cri trois tcrres de coiileurs diLLCreriies : un oxyde incolore.

Tri1

l'yttrine.

titi

ox!&

rose, la tcrhirie. et

1111

ox!&

jaiiric- 1-erhirie.

II

les

aiix Pays Bas. c i 1 A2iiplcterrc~. 11 eiiseigria la (*liiriiic,il I'iiriiversiié tl'Al)o et corisacxi i a vie 2 l'htiidc d c s iiiiricrais riorribreiix et \. aribs (le la régiori d'\'ttcrb\-. (:-est liii qiii piiblia le prciiiicr livre siihtlois atlol)taiit les 11140ries (le I,a\oi-iei.. II rtiouruî le 1 3 aoiît 183%.

LES ACTINIDES

icmrricliit. les éléiiieiits 8?. 90. O1 et (3% étaient p1aci.s daris les groiipes III, IV, 1-et \'I tlc l a c.lassifkatiori i l(*aiise(le leiir, propriétés voisines. Mais depuis q i i c 1'011 twiriaît riiieiix celle5 des irarisurairicris ( ? cjirsqii^à ~ 103 et aii drlh), riotarriirierii leur5 malogics a\ cc les laritliariides. il est apparu rihc.cxssaire de créer iiiie famille rioiivellc, c ~ l l r(les x i iiiides.

Rappelorii yiie les isotopes d'im hl6nicrii sont des atorriei de iriassc atorriiyue cliffherite. rriaii qui ont les mêmes proprii.ihs chirniqiics. Ces isotopes o r i t (les rio! a u x qiii conticririent le iiiCrnc iioriihrc de protoiis 90

ï'horiun~ ,,

Th (00). Le thoririrri ;e trou\ e sous for.riic de phospliate iiidaiigc a (les pliosptiairs tic t c i w s rares. dari; la irioiiaziic. niais siirtoiit (laris la tliorite 'I'hSiO+. rriincrai aise^ rare. il ;I ;ti. tli.coti\ e r t en 1 828 psi‘ Ikrztliiis qui obtirit t i t i rriCtal iiiipnr par artiori t l i i sotliurri s i i r le ctiloO1

riire de tlioiiiirri, coiiiiiie 1-avait fait Davy OW Ti- (:e et Zr. La diisoc-iatioride 1.iodure. scloii la rribtliode dc Vaii hrkcl. coii(1iiii h la pri-paiatiori de rribtal put’. Le norri tie tlioriuin lui a bti- doririb par Rerzdius eii I‘lioniieiir t h Tlior. divinité siibdoise dii toiirierre c i de la pluie. ISti 1898, hlaric Cririe di-couvrit que le tlioriiiiii ;tait radioactif. (-ommel ~ i ~ a i i i u r n .

Protactinium

Pa (91). Soii

iiorii

kierit

dii

grec- z p o ~ o ç(premier) ci

CCKT~VOÇ

qu’il pri-cède I*actiiiiurridaris les trarisiiiiitatioiis. C’est uti rri6tal radioaciif que l ’ o i i trouve tlaris les rniricrnii d ~ i n i r i i i i r r i .il a i-té décwuvert en 1917. sirriiiltaii~rrieiiten Allerriagne par Otto Ilahri (1879-1968), prix Uohcl de chiriiie 1 9 3 3 ”1)oiir la d(.c*oii\erte de la fissiori (les rio! a u x d’atorrics loiirds‘*. Liic Meitner (18?8-10Ot)),ainsi q u c par le polonais Fajaris (1887-19?r,), p i rn l < c o ~ s epar Fretlcrick Soticlv. J o l i i i Crarist 011 et Flrcb. (rayon), poiii- rappeler

Ses pi‘olprii-tés chiiiiique5

IC rapprochent ciii taritale. Uranium

II (92). Eri 1789. l o r i q w ~lartiri-tl(.iriricliKlaproth eoinrneriqa ses rechcrc-lies sur la pe(-libleritle. qui coiitieiit ntiellernciit Il !O>\* oii pensait qu-il s’agissait (1-iiii iriincrai (le zinc et tlr fer. A p r k attaque par I-aoidc. nitriqiie et neutralisatiori de l’acide par la potasse. il ohsen a i i i i prbcipiib jaiiric, iolii1)lc dans 1’cxci.s de potasse. Cliauffé ii haute terrip6rature. le rnélarigc de p;îtc. liiiileiisv d‘ox! t l r et de cliarhoii doiiriaii m e poudre rioirc. a’ arit l’aspect ~riétalliqiic.Klaproth corisitléi-a qii-il avail isolb im 1ioii\7caii iriétal puisque la poudre iic poiivaii Ctre ikiiiite rii par 1 - hdroghe ~ ni par le c.arl,one. I1 l’appela ““1‘raiiiiuri^’en l’horiiieiir tlc la plariètc. -railils que Sir \I’illiarii kiersctiel vcnnii (le découvrir (1781). II fallut aiieridrc 1841 poiir que T.,iig6iic-MelcliiorPGligot (181 11800) dérrioiitrc qu’il s-agissait cri fait tl’ox\ (le d-iiraiiiiirri. Pour cela, 92

COMPTES RENDUS D E L ' A C A D É M I E D E S SCIENCES

SEANCE DU J , U N D I 23 niAiis î8'36, PRESIDESCE Dti hl. A. COIINU.

PIIYSIQCE.

Stir les rndiniions invisildm c~misrsp r irs srls d'uranium. R'otc d e 31. HENRI BECQUEREL. 1"

.,icliori s u r

ICs

corps ilectris4.s.

u Dans une des dernières seances d e l'Acatléinie, j'ai annoncé que les radi:itions invisibles cmises par les sels d'iiraniiini avaient la propriété d e décharger les corps élccti.isbs : j'ai continué l'étude de ce phénoméne a11 moyen d e I'électroscopc d e hI. Hurrnuzescti c t j'ai pu constater, autrement q u e j e l'avais fait p r la photographic, que les radiations e n question traversent divers corps opnqucs, cn particulier l'aluminium e t l e cuivre. T,c platine ü. l)résentc une absorption beaucoup plus considérabie q u e les deux mélaux précédcnts. Lorsquc l'on suit l e rnpproclicmeiit progressif des feuilles d'or d e l ' e l e c t r o s c o ~ ~pendant e 1;i détliarge, on rcconnriit que, pour des écarts qui 1)

C. I l , 1896,1.' Senresfre. (T.C l h l i . No 12.)

90

il cliaiiffa du chloriire ariliytlre du rnttal a\ ec di1 potassiiim, éliriiiria le potassiiirri par uii miiveau chaiiffagc et le rhlorure de potas5iurii paidissolution. 11 ohtint aiors uric poiidre tii6ialliqiic noire dotit les propriét b s diff6raicrit de celles de l^oxv-ded'iirariiurii. 1:irrariiimi prtscrite des aiialogici a v e c le cliromc. IC mol? hdènc ct le turigstPrie. C:^esteri 1890 CIUP I leriri Becquerel décwiivrit la radioactivit; riaturcllc des sels d*uraiiiuin. Le rriétal coinportr tleiix isotopci, rion fissile et ""II (O,? "LI) fissile. Klaproth' apparieriait à iirie famille pauvre d i r Martz. D k Iiiiii am, il gagnait un peu d'argent coirime erifaiit tlc (-1iwiir. A seize ans, il piit e n t r e r en appreiitissage chez i i r i apoiliicaire oii i l resta cinq ans. I I travailla erisiiite t h i s des laboratoires à Qriedlinhiirg et Hanovre. en 1768 &\kit asiistarii daris un aiitre Iahoratoirc 2 Berlin et. cri 1770. le collaborateur dii ctli.l)re diirriistc Valriiti t i Rosc qui i ~ i o i t r u tqiiclqiies rriois aprhs et airquel il succ6da. 11 d e \ a IC fils de Yaleriti~i-\alerititi Kosc le Jeuiic (1762- 1 8 0 7 ) . aiiqucl il coiiiriiiiriiqua ? a p a i s i o n poiir les sciences et la riaiure et (qui c~)llal.,orasoinwit avec lui. I1 fit etisuitc I'acqiiisitiori ti-irri 1nl)oratoirc daris la SparidaiqaiAe et ( h i r i t à l'âge de 67 ans le pr'ernirr profesbeiir tic chimie de l'uni\ crsiti. de IZerliri rioiivellcriicrit créée. (:eux qui I-ori coririu ont dit que c.i.tait iin hoiiirnc tikiritéiriiègre. modeste, airriable et pleiri dliiiiiioi~r.I I inicrkiiit daris la ~

~~

1 (,I

potirciii p tO

(\ I) I )

( ; e sotit les blbrtieiits qiii siiivcrit l'iirariiiirri (9%)daris la classifi(-at ion. ils sorit tous artific-iels. s a i d I r ricptiiiiiiirri et le p l i i i o r i i i i r n : iiii(' tcriciir eti Pit d e i O-'? mvirori a 6 t h tlbwlée tlaiis la pcctibleritie.

Curium (:ni ((IO).11 a (ti. prbparé cil l0t-t par C.T. Seahru. R.A. jarries et e,-, A. Chiorso eii hornbartiaiit du "'Pii avec des li6lioris accelerés au c y l o trori. Il a 1 t isoto1)et. Sori noin lui a ét6 donrié eii hoinmage aux Curie.

Berkeli um 1O-t(3, S.G. 'I'liompsori~ A . Ghiorio et (;.I7.Seaborg " ' h i a\ec des liblioris. Il a 1O isotol)e5. Sori norri 1ierit de Ikrkelc!. (-6lèlire iiiiiver.iit6 tlc Calif0rnie.

Rk (O?). Eri

l'on ohteiiu par borribardciiicrit (le

Californium Cf (98). II a 616 ohtcnii en 1950 p a r S.G. Thorripsori, K. Street. A. G h i o r i o et C.T. Seaborg. p a r boriil)ardeniciit (le -Yhi a \ ec des tiélioris. 11 a 2 6 isotopes. Sori I i o i r i vierit du i r i o i --(kdifornie...

97

1,exisierice (les Glbiiients 104 et 10.5 ii b i b iiitiiqiibe par ties clier(-lieurs russes : l'isotope 200 du \prmii(xr a 6th n o r r i m 6 par eux kim*liatoviuiii- du noiii d'Igor Kurctiuto\. en 206-k. En 1969. i l . C1 J 1101'50 ' ct 5CS collahorateirrs intliqiiiwnt 1'cxistcnc.c de l'isotope 257 qu'il appelèrerit riitherfordiurri, di1 nom de E. R. Riiilierford. 1;Iiriiori Triteimatioriale dc (:himie Piirc et Appliquée (IIJPAC) proposa qii-on 1.appclIr I-ririilquadiiirri (~rri-riil-yira~~iiirri). eri réfbrerice a u x chiffres 1-0-4 exprimés cri latiri. Les rhercheiirs russes aiiiioiic+rerii eri 1 O,->? l'existeiice des isotopes 260 et 261 du second. et en 1960. Gliiorso et ses ( ~ o l l ~ ~ ~ ) o r ~ i t ( , i i r , corifirmi.rerit l'exiiience de I'isoiope 260 qii'ils appelèrent ~~lialiiiiwn'' dii riorri de Olio Halin. Les mêmes rnisoris c p e celles iiidiyiiées préci.cielninerit firerit qtie IX-PAC; proposa l e riorri de ~-ririiIf)eiiiii~rri. Pour I'él6ment numéro 100, dont I'existenc*e a b t b cwiifirrribe A I-auiorriiie 1993. le noni de seaborgiirm a 6th proposé. Qii(~lqu(.satomes ties Glbrrieriis 107 (riielsholiriiiin). 1 O 8 (liassiurri) et 109 (rrieitneriirm) (iioms proposééS par l e s chercheurs allcrriaiids) auraient été isolés ii Darmstadt (hllcrnapnc) avrc i i i i acc6lérateiir de particules. La possibilité tie l'existence d'616rricrits de iriiiriéro atoriiiytre supérieur est coiitrover4e.

o8

5

BRÈCZS BIOGRAPHIES DE CHIMISTES cycmt rontriOu6 ù lu dC;couoer-te des C;lC;rrients

Amadéo comte AVOGADRO DI QUAREGNA E CERETTO Idenombre

I

I, XAQIJTT

,i TIJRTN

Th 1770. S o n père, qui appartenait à la Iiaiiie rriagistratiire. liii fit faire des études de droit et i l f u t riorriirib secrbtaire (le prhfcctim à ïiirin. Mais il était davaritage attirb par les scirric-es ct, à 27 an5, il publia. avec sori frère Felice. un rii6rnoir-e i t i t i t i i l b “Essai analytique sur l’élcctriciti.” qui lui valut cl’etre rionirrib rricrrihi.e corrcsporidani de I’acatlbrriie ties sciences de Tiiriri. C‘éiait i i r i sc-ientifiquc autodidacte. 11 quitta I’adrriiriist ratiori prbfrctorale poui- clevcriir. profes5eiii. de -*pliilosophienat iire1le.- au lycée tie \’vrc.elli oil il rcsta pendarit quinze ans. TI eri\myaii d e s riibrrioires aux rewit’s italieriric~set fraiic;aiic5, riotarrinierit celui sur -.la masse rclative tlcs rrioléciilcs chiiiiiqiies” qui eut heaiiroiq) d-bchos. Tcro i s s a rz ce in t ellec tu P Ilt. &tuit corrz rn e ces phCnorrtènes gui se produistwt par i i r i e sorie d’action c l t D i&sincigc ». TIS sc retroiivèrerit plus tard. réiiriii ai1 Coll6gc de Fra iice. Renan coinni(’ adrriirii st ra t e i i r et I kr il1 e10t coninic profcs seiir. Ikrthelot fit dc brillantes étiicles au lvcbe Heriri IV. II repit les prix de vers Idris. dc la classc de qiiatrièrrie ii la rIi6toriqiie. et. eri 2848. Ir 1)rix cl~horirieur dc philosophie a u Coiicoii 1.5 g6n6ral des Iyc6cs dc Fimice. Cependant. bicii qiw soti a r i i i Keriari ait tent6 tic I-critraîriei. vers iiiie carrière litthraire, il coninirnqa ii siiic re dcs criscigririneiits 1116dicaiix, inais obtint parallèlcincnt. en 1840. le grade de licciici6 i.sscicnccs de la faculté des sciences de Paris. I1 acheva ensuite ses h i d e s niédicales et critra, en janvier 1831 coniine préparateur tie Antoine Balard au CollCge de France. 11 soutient. en 183-t, s a thPsc de doctorat

1O2

i.s-sc*iencw siir It's coiiiliiriaisoiii d e l a glyc6riiie avec les acides ei la reprotiiictiori des corp5 gras iieiii res iiai irrels. En 18i>9, il est norrirrit profcssciir tic chirriic orgariique & I'bc-ole de pliarrriacie de Paris, folic-tion (lii-il e x e i ~ e r nj i i s q i i ' e r i 1876. fivarit 1805. il i i ' ~a \ a i t a u (:olli.gc de I r a n c e qii'urie chaire coiisacr6c 6 la fois & l'ctiscignerrierit d e l a cliirriie rriintralc e t d e IA ctiirriie orgariiqiie. Ikilartl ohtirit di1 rriiriistrc Fïctor Duriij (1811 -O+) le tlbtloi~C)lrrrieritde la c*liairc it\ cc l'iritciitioii de cotilier ii Berthelot. d o i i t il ay)y)réciait la l i a i i i c \ aleiir. I'erisei~rieiiieritde la chimie orgarii(pv. Celiii-ci cnseigna tlc 1863 6 1865 d a n i le cadre d'irn (*oi~rs coinpl6riiciitnii.c qiii fiii alors irarisforrut en chaire. Berthclot publia aiissilôt -"ll6thotlcs gh6ralcs clc syiitIi?sc cri cliirnie" et - - A l c o o l s et sptcialciiicwt l e s ;11cooIs pol! atorriiqiies--. II o c ~ * i i p la a c.liairc tlc cliiriiic orgariiqiie jiisqii'à sa rrioi't IC 18 iiiars 1907. TXS 1860. Rerilieloi, daris sa "Cliiiriie orgariiqiie foridhc 5111' la S\ iitliI=sc~~. mait tl6fiiiir airisi le tloriiairie de la chiiriie: « L a chirtiir cr6r s o n objet. Criic j k c i d i h cr&iiriw. srmhl~xblrU celle de l'art liii-ttii?tric~, la dis i i t igii P S S P I i tir llr rit P r i t des s c ic. ri c es I I a I in re IIcs c I h is to riy i i es.

1,r.s clrrrii6irs o r i i i i r i ol?j(Jtdoriri6 c l ' m w i c e rt itid6~xtidariide lu idoritc; de I'aciioti clri s c w t r r i i . (.. .) Css scitvicrs r i p disposrrii poini de leur objci. Air corrtraiw, IPS scierices e.-c.l~~;rirti~~rii~iak.s orit le poiiiwir ch> r6alisrr 1rinr.s c.ot!jr.r.tiirt~s ». ((Lachirtrir posstYe cette facidi6 cr.c;airic.r U inti degr6 p l i r s c:rnirzerii ericoir q i i ~IPSautrrjs sciences, parce qu 'elle prritirr plris profbrrcl6rrirnt t>t attcint j i i s q r i 'aii.1 hlhrrirriis riaturds &s Gtrrs.. . EIIe a la piiis,scitrcr~jbrrtirr iitir rniiliitudr d(:ircs ciriijicirls. wrri0Iublt~s( i i i . ~ ' i?trrs riatiirel.s. el pcwiicl;r,nrit de toutrs leurs proprir'tés ». Cet acte de foi en la scierice G t a i i liartli. r i l u i 3 il sc rGvèle toil5 les j o u r s tl-urie jiistc>ssc> ,

alors iriiriiagi ria1)Ie. Lwiivre sc-ientifiyiic de Berthelot concerile tout d'abord la syithI,se organiquv. 11 s'agit par cueiiiple (le la s-iiilièse de graisses à partir de la gl- c h i n e . de l'acide forriiiqire ii pariir d i r rnorioxydc de carbone e t d'eau. de la &lèl)re syritli+icX (le l'a(-i.t--lime daris "l'ceuf bleririqiie'.. e t dii twrizène A psi-iir dc I'acét! 1i.rie. C'htait entre 18c53 et 1808. Il corrirrieti~'aalors 1'41iitle tie la tlicrmochiiiiic. l'urie des t)raric*liestl' uriv scieriw riouvelle. la chimie-pli- siqiic. II ,'agissait de tl6tcrmiiicr par l-expérierice les énergies riiiscs cri jeu iiii cours cles i.b;ic.tioris. ç i i rricsurant la clialeur dbgagbe oil al~soi-lite. J , a clialeiir btarit tcpivaleiitc à lin travail mécanique. les lois chiiiiicpes se rariièrieiit i la rri6c~ariiqiicratioririelle. Pour effectuer ces niesiircs~ i I fut alors conduit à coiicevoir sori chlCbre calorirriètre airisi qu.urie bombe caloriinbtriqirc. II pihlia lcs r6siiltats de 5es travaux datis tlr iioiiihrciiscs riotes ii I'Acadbrriie et. eri 1870. tlaiis i i r i livrc iniiiiil6 :

1 O+

10.5

Claude Louis BImTt I O l J , W La rnodestie c.ouror1ni.e de succès

II riaqiiii le 9 no\(~mI)re1 7 4 i Talloir~.cii Savoie alors italicniie. fit ses étiidcs sec*oritlaii.es a i l col1i.g~(le Ctiaiiil)br>. suivit lcs eiiseigrieriieiits (lc rri4deriiie (le I'iinivt it6 de Turiri et ohtiiit s o l i diplôme ('II de 1708. \'eriu 5 Paris qiiatre ails rès. il fiit riib(let*iriordiriaire (le Montessori et tlii tliic d'0rli.aris qiii favorisa sori goût poiii' les wiericcs. Il avait des relatioris siiivics a v w IA\oisicr. S e s prrriiii.rcs pub1irat ioiis. tec*liiiiquc. Eir 1796, il fut cliargb par IC Directoire. avec. hlonge et quelyiics peintres et sciilpteui.5. de t-ariicricr en Frarice tlcs c h c f s - d ' ( ~ ure \ dc grands Maîtres iialieris qui coiiititiiaieiii le 1)riu de la paix a u x p r i i i c e s d u pi! s, et a(~oiiip1itc e t t e tâche délicate a \ cc i i i c t + s . Chargi. par

1O?

1O8

1O 0

Henry CAVENDISH I,e génial misanthrope

I1 (tait ni. le 10 octobre 1731 A hice où s a irii~rc,tie sant6 di.lic.aie. ])assait de longs rrioriietits. Sa fainille biait aristoc.raiique et riclie. proclic parerite des c l i i c i de 1)ecoiisliire et de Kerit. ILI mort de s a rni.rc alors qu'il était tri.:, jrurie et le rriariqiie tl~afl'ectioriiriaierriellc qui en rbsulta firent qiie Herin fut atieirit cl-iirie tiriiiditl rrialadive q u i se traduisait riotûrrirricnt par iiiie irr1iwssihilii6 tie s-adresser ~ I I Yferiirnes. même celles qiii ,+8.valeur proche de celle actiiellerrient admise (,5.3%).

a

110

(;ti\ eiidisli. qit i consacra s a vic de iiiisantlirope A la science. était avnrit toiri u t i ex~)i.rirnei~tatriir. de gbnic. I,-irii )ri.tatioii qu'il donriait tlc s e s proprcs eupbricnc-es ;tait soiivent crroribe. Et les iioiivcllcs tliboiics tir Lavoisier qui. notarriiricrit. haiiaierit cri hrèrlie ( ~ l l du c pliIogistiqiic. rie fiircrit jamais admises 1):ir h i . I I i i i o i m i t ci1 1810 A L,oiitlrc.s.

111

21%

113

ri-était pas iiiie ferririie d.int6rieirr. Deux erifants riayuireiit. deux filles. Irèrie le 1 2 septerribre 1897 et Eve le 6 t-lécerribre 1003. Avec IIeriri Reccperel. ils rcqiirent le prix IUol>el de physique cri 1903 pour lciirs travaux s u r la ratlioactivitb. et Pierre eiitra ii 1.4cadérriic des scierices eri 1903 après s'ttre déjà présent6 deiix a n s auparavant. Cne chaire de ph'siqiie avait 6té cr polir Iiii à la Çorboiiiie eri 1904. Marie devint chef de travaiiï daiis le laboratoire de soil mari. Le 19 avril 1906, Pierre Curie mourut. écrasé par un loiirtl \;hiciile traîrié par des chevaux 1)erclicrons. ait croiserrierit dii Porit-_lciif e i de la rue Dauphiiic. Son eiitcrrernerit fut t r e s ciiicret. seuls sa famille e i i e s proches amis y assistaient. Llais ce décès e i l t un trGs grand reteritisYerricnt. tarit dans la presse f r a r i q a i ~ eqii'6trarigèi.e. 'reus les articles iwidaicrit honiriiage au grand s a v aril diyjarii i r k jeiiiie alors q u ^ i l était promis ii de rioiivelles graiides d6c~)ii\ertcs. Rieri ne proiive. coiitraircrilent à ce que l'on a pii dire. qii'il $e soit siiicidh. Marie fut chargbc dii r o i i n que faisait ion mar-i ii la Sor1)oiiiie. puis. en 1909. nornrnéc professcur titiilairc de la chaire (-ré& pour Pierre. C'était la premiere fois. cri France. qu-uiic feiiirrie accédait à 1111 poste de professciir (le I'eriscipeiiiciit 5iipériciir. Ce qiii wricernc les trakaiix de Pierre (:uric d a r i 5 le tlorriairie 1111clbairc sera iridiqiié avec- ceux de sori b p o u w . Mari\ a (Marie) Sklodou ska naquit ii Varsovie le ? noverribre 1807. Ses parent5 étaiciit de iiiode5tes criseigriaiits. Elle avait u r i frrre, Jozio. et trois sueur5 Zosia, Rrori>a et Il6la. Après dç très buriiles études secondaires, elle décida dc travailler polir faire tlcs économies lui perrriettarit tout ti'al)orcl d'aider 5a soeur Bron' a qui s*l.tait hcaiicoup occupée d^clle d e p u i s la rriort de leur r1ii.i-c et qui faisait aloi-5 des étude5 iiiédic.ales à Paris. eiisiiite pour aller elle-rriêriie à Paris suivre les eriseigncrnerit5 dc sriences pli! siques ii la Sorbonne. Bieri qii'elle fîlt tiriiidc. sori ainhitiori le lui coiiiiriaridait. Ellc deviiit donc. '"goiivcriiarite"ti'erifarits daiis différerites faiiiilles aisées de la rhpiori. et cela dura cinq iuis. Marie arriva Paris eri octohre 1891. A u h i i t de clciix a n s . elle fut r c ç i i e prciiiitre à la licericc de pli! siqiie et eri 1890. première ii l'asrbgatiori de pki\ iique. Pliis tard. elle de\ i r i t professcirr it I' Ecole rioririalc siipér.icirre d e j c i u i e b filles de Si,\ res. Ses blèces l*adoraierit. Aiiparavant. la Socihtb d'Eiirefois. cri Fraric.e. t p ' uric fcrrirnc ohteriait r e p a c k . Le d4ci.s de soli rriari apporta i.vidcrri rririit beaiicoup tlc jwrtiirIiatioris da115 la vic farriiliale et scientifiyiie de M"" Curie. Elle ri'cri poiir-

siiivit pas nioins se5 recherches qui ahoutircrit en 191O ii la préparatioii. Aritlr4 Del)ieriie, de ratliiirri rn/.talliqiic, aprhs avoir trait; Urie graride yiiaiitité de peclihlcride. Le riorri de *-riir.ie-'fiit dom6 6 I-imité abet

1 1.5

116

117

tioris pliis liicratives et les r i i o ) elis inat6riels irieilleiirs qui liii h i e n t proposés. Sa seule distraction h i t d’aller chaque jeudi faire uric partie de quilles ’“ilichien l et à la perdrix’-. Ses qualités tie scicritifiqiie c o r r i nieriCarit & & r e conniies. il piit faire des (~~rif6rerices daris les grarides villcs d’Arigleterrc. ce qui liii tloriiia l’o(-casiori de reiicoiitrei- lcs graiids

cliirni5tes de l‘tpoque. On dit que Davy le traita dc faqori a s w z désirivolte. Pixis il rvritrait à hlaiiclicster oil il reiroiivait w r i iridépeiidaricr et le calme propice à l a réilcxion. I1 était atteirit de ..d .hroriiatopsie c-cst 2 dire d’iin trouble de la perccptioii des coiileiirs, dorit il h i d i a sui- Iiiirriêine les caractbristiqiies. On s a i t qiic depuis cette i.poqiie- cette maladie est couraniment appel& ““daltonisme”. C’est en 1805 qiie parut dans ““Marichesterrnernoirs” la première publication de Dalton stir la théorie atomique, mais ce ii’est qii-cri 1808 qiie fut &lit6 sori “’vew Si-stern of &?rriical Philosopliv” dans leqiiel il prtcisa sa peris6.e. riotaininerit a p r k avoir &tudi4 la cornposition des oxvdes d’azotc. IL faisait revivre la conception grccqiie des atomes. i i r i i i t s iridivisihlcs de la matière, soils i i i i e forinc pr‘cise. Daris un 616nietitl e s atoiries, qui sont iristcables. ( a privatif et ~epvo,je coiipe). sont ideritique5 eritrc e i i x , mais o r i t uiic rnasse difftreriie qiiand O I I passe d-nri éléincnt i un autre. Ida masse 1 est attribuée à l^liydrogi.rie, 5 ii l’azote. 7 à l’ox! gène, . . . Qiiaiid tleiix 6lérrients IIC dorinent qii’iiii sciil coinposi., il est biriaire. Exemple : HO, NH. Si deux coiiiposés existent, l’iin est binaire. l’autre terriaire. La loi des proportions iriiiltiplcs de Dalton d i t : c< Lorsque c1eri.n. d4irrerris se coinbinent pour donner plusieurs cotripos6s, les dif~6rentspoids de 1U n des 4lthwnis qui entrent en cornbinaison ai’ec ”~

. I

118

Sir IIumphrey DAVY Le savant homme du monde C:'rst u n personnage hors dir ( * o i r i m u r i . I1 naquit le 17 (1i.ccrribr.e 3 778 i Pcrizarice, en (:orriouailles, daris ilrie farriillc de cotidition rriodeste. il avait qiiatrc frères et sociirs. Sori p6rc &ait sculptciir w r bois. Tri% vitc, son iristitiiteiir rccoririiit eri liii iirie aptitiide particiilii.rc aux étiities qui le fit corisitl6rer par sori eritoiirage wiririic un prodive II ai rriait heaii: coup la pohsie. Poiir siirvciiir a u x hesoins de sa faniille a la mort de sori p're. i a riière, qui trriaii U r i hôtel rrieuhlé, I(. rilit eri api)reriii5sacv d i c z r iiri apothic-aire ci rribdeciri. Birighüm Borhse, qiri rcçoririiit ires \ ite -*I'aptitiiiledc sori jeilrie aitxiliaire 2 la perisbe originale" et ( p i l'aida 2 satiifaire sori Ilesoiri de conriaissarices, lié riotairirricrit aiix progrk de la @

1 10

1%O

E: u gè II e A nat oI e I) t! M A KGAY Une référence en spectroscopie

Né le l e r jamier 1832 à Paris. il fit ses h i d e s aii 1\&e ( h i i d o r c e t puis passa irnc anriGe en Angleterre. A s o n retour. i l eiitra 5 I'Ecole pol! tectiriiyiie et f u t q u e l q i i e terrips, daris cette 6colc. assistant cl'Aiigii3te &tiours (1813-1801 ). C e l i i i - c i étai1 5iirtoiit comiii poiir i c s travaiis e11 c h i n i i e o r g a r i i q i i e . II a \ a i t notarrirrierit découvert l'al(wo1 ani! liqiie et & r i t plrisieur5 t r a i t é 5 t l o r i i la -*C:tiirriic ties dcriioiscllts". aii titre 6voc.atctir tie la s6gr6gatioii wxiicIIc dc I'6poqiic. et qiii raiseiiihlait l e i legoiis ée i i l 1a Sort, or1ri e p oii r 1 .e r i s ei p i ern e r i t 3e (YI I I cia i re (IC s fil IC s . (:onirrie c-ellei tle son patrori. lei preinières recliert*lies tic L)ciriarc;a! coricerriaicrit la chirnic orgariiqiie et, plus p"rtic.iilièi.eirierit la série terp6riiqiic c i I c i ester5 des acides riionosaturés. I1 aiinail la scieric-e piirr ct. tlaiis cc tloniaiiic. ciit tics c*ontac*tsavec tie jeiiiiei c.tierclieii r5 cwnnic Lloissan. Rccqiicrcl ct Ici Ciiric. (:-6tait 1111 trèy graiid s p é c i a l i i t c tic spectro5copie. cori5iilté par de- cIiercli(~iirsri.piiti.3. iiinsi. c'est l u i cliii. à la deniande ties Curie. c*onfirnia I'exisierice des raie5 d u raciiiirii dans le spectre de certains sel3 de t)ar>11111. I I f u t tout riatimllcnicnt anierii. ii Gtiitlier lei terres rares. 11 eiit. ai1 coiirs de s a cw-ritre. de5 accidents de lahoratoircs q u i tie l'erripêchèrent pas de poiir5iiivrc s c s rc~cti(wlir~s. r i o t ariiirierit sur l'ciiropiiirri yii'il avait di.c.oiivcxrt. mais q i i ' i l iie p i i t irierier U leur trrriie car il rriouriit ri cinqiiaiiie tieiix a i s . eri 1004.

Jean-Baptiste André DUMAS Le grand maître

I1 riaqiiit à h1i.s le 1 1 jirillct 1800. Sori père. q u i posiédait iinc horine citltirre, Gtait u r i siiriple iecrétaire riiimicipal. 1 1 10 a i s , i l partit à picd poi~rCeriève o i l il deviiit apprenti pliarmacicri ct piit suil re tlcs coiirs à 1TTriivcrsitC. S'inti.ressarii siirtoiit ii la pti! siologie, il piihlia. a \ ec le ph! siolopiste Pierre Prcvost (î751-18:30).des tra\ aux ti'cni1)i~ologie et de chimie hiologiqiie. 11 rrioiiia alors Paris oci. grâce 6 Arago. Tlihard le prit coniine pri.prateu r ii I'll;colc pol Iiniqur. K i t 1830. il fut 1 " r i r i des foiidateiirs de 1-Ecole centrale et, er Liissac dans la chaire de la Sorlmnnc. oii Sainte-Claire De\ ille le rciiiplaga. En 18r>3,il fiit élu rrieriibre de 1'Acadi.rriic des scierices dorit il t h i i i i secrétaire perpétuel. I1 cnscigna 6galeiiierit à la Faciilté tlc rri6decine et au (hllège de Frarice. Eri 1875. 1-iicatli.rnic francaise I-accueillit ap1-i.i IC décès de Guizot. Il s'(tait mari6 ri 25 a n i avec la fille tl'hlc\aiidre Brongniart (i??O-1847). d i r e c i e i i r de la iriariiifactiire de Sèvres. ttiiiii.ra122

tes suivirent le Maître (laris le camp cles ““équivaleiiiistcs”.tout ail moins c’n Frarice, c a r en Allcriiagiie par exemple. les travaux t3e Gerliardt* et lAaiirerii* reçurent un &ho très fa\ orablc tic la majorité des chimistes. I A tlil‘féreiice entre atomiste5 et é c p ivalentisics se tradiiisait eri fait clans la f a p r i d’écrire la forrniile (le l”eaii?l i , 0 poiir Ics premiers. €10p i i r les secoritls. avec toiitcs les cori4yucncci qui s.ensiii\ aient. Cela &ait dii 6 la confiision qui existait entre riiolb(w1e et atoriie. si him que l’on tionriait à O la valeur 8 et non pas 1 6 et qii’airisi la forniille HO iic (-onesporitiait pas à la striirtiire de la nioli.cde d-eaii. Eri Fraricc. la c p e r e l l e n~ prit firi qii’aprrèi le d&?s dii iiiaître. Par contre. Diirrias c.oritribiia largcnierit iila prise e n coniitl/.ratiori de la tliéoriv tlcs si11)stiiiitioris.initit+ par Laiirerit. iiotarnnient grâw 6 ses ex1)érieri siir 1;i siilistiiiltiori clii chlore 6 l‘hi droghie t h i s les coniposbs orpiiic I d e p l u s soirvcnt en cwllahoi-atioriavcc tlc jciiiies clierchciirs c h i i t il aisoc.iait l e r i o i r i a u sien. Diiniat fit (lei rcclicrclies irriportantes s i i r l’esprit de bois (alcool iiiétliyliyiie) 1”alcool arriyliquc. 1.indigo. lei amines. les iiréthanes. I’osaniitle. airisi qiic siir lcs derisitbs de x apciir. . . 11 p i i b h pliisieiirs traites de chiniie. dorit lei ”Lcqons de philosophic rliirriique-- paru en 18:36. et des livres siir cles sujets pliis pr la teinture ou les engrais. (:^était 1111 très graritl proI‘esseur. A I’iriairgiiratioii (le sa statue 6 LUiisle 91 ortohi.e 1889. Pasteur déclara : ((Pourmoi, j e p i s dire qire p n c l a n i clriararite aiis~jeI I ’aicess6 de tmi~uillr~r(>ri q?-anî deiwrit 1’esprit celte ,figure i+ri6r& dont 1111 I I W I cricour.ngrant CI’allord, puis inierc.r. p u i s p l r r s qrw j e I I ’ocsuisespérer, stnieri î U I I V rk-oiriprnsr r î irti horinerir qrri clt+mssaioni îorrs les ( U L I ~ Y S . Sori rriseigrieinrrit m w i t Gblorri Irici ~ ~ s i c ~ i < j’ai ~ s s e Gt6 ‘ , le disciple des rii~~i«risiasriic~s qii ;’I 1r1’cwaiî iiispir6.s ». (:’était iin brillant orateur avec des &happées 11 riqiies. des exions heureilses. iinc riohlesse vouliic. et $es ‘“Discoiirset e l o p acadi.miqiies^^sont célèbres. Ils orit été réiiiiis ct piihliés en 1883 c i 1885. Ce f u t uri ardent dtfcriseiir (le T~koisicret il criivra bcaiicoiip polir ohtenir. sa rbhabilitation, notaninierit. lorsqii’il fiit élu president de 1-Acadérriie cies scienc-es. en cicniaiitlant aii ministre de l’lnstriictioii Piibliqiic des crédit5 pour pcrrriettre l’édition des (liiivres dii grand rliirnistc. Orsi, dit-il devant l’aiitlitoire du Coll?ge de I=rarice, ;e doter-& les c1iirniste.s cltD I w r b,rangililde Frariçc. I l paisa uric liçcmc-c eri riiatliitrri~rtici~ie~ f ) i j i i entra tiaiis le laboratoire dc W-iirtz" coin~nc i.li.vc 1)ayant. cn 1853. Dcvcriii pri'paratciir A I'Ecolc des rriiiicii. il ri'cri cwtiiiriua pas rrioiris li ira va il lei^ thris le lahoratoirc tlc W iirtz, ct soiitiiit sa t k i ; ~ . dr doc.torat siir tlc siijcti : --Kccl.ic~clics siir les acétoiics et les aId81! tics" et -"Siii.la p? ém6lcctricitC tlttrib 1c.s c.ristaiix c.ori(iiic.tciirs tic I"4lc,ctriciti!". Fr.icdc,l ;tait doric ii la f o i s t i r i rriiriéralogistc et iin cliirriistc. 11 tlevientlra tl'ailleiiri professeur à la Sorboririe tlaiis les dcu\ tlisciI)liiicxs. niin6ralopic ;I la mort de Ilclafossc (1796-1 878). cliiiiiie orgariiqiic c r i 188-t a p r k le déc?s tic son riiaître F 7 i i r t z . i;cc.ir\rc scieriiiliqiie (le Frietlel est t r k \aste. 11 a pihlii. X-t mi.moires origiriaiix e ~ irt' i 1tE56 et 1899, wiil o i i B\(Y des collègiics 011 (-01lahoiateurs corriirie Berthelot et Crafts. et aiiisi son fils et ion iicveii. Daris l e (loiriairie de la tniri6rdogie9 il dPminrit ties c+ccs rioiivcllcs dorii i l chercha ii faire la s! titlièse. E11 (,hiinit>organiqiic. ses travaiiï coricerrieiit t)lus p~ri.liciilièrerrieriiles ( orles. les altléh>t l ~ stk la si.ric grasse. les corripos6s du iilici uiri corriiiie le silico-pentane. Mais c"csi 6vidcrriincnt l'action catalytiqiie tiir clilorure d'alurriiriiiirn eii si\-iitli6sc organique. la c6lthrc réaction de Friedel et de sori (~)llal)or:iteiir.1'arni.r.iw i r i lairies Mason (:rafts (1830-191?)9qiii 1-21 fait coririaîirc tlc tous lei

c.liirriistes. La note a1iiionc;arit cet te découverte fut pr6seritée le 1 1 juin 2877 et IC premier brevet pris IC 22 mai de la riiêriie a n i i k . I,cs deiix chirriistes s-éiaient coriiiiib aii laboratoire de M'iirtz. Ils étaierit très l i k . Crafts fut par la suite (liiwteur d u c6li.hrc M.I.T. II prorriut l'usage de la iiotatiori at orrii qiie . I A riécessité de foriricr des chimistes de qiialiti. poiivarit apporter à I'iritliiitrie chimique le tli.~cloi)i)(.ir~eril qiii lui faisait c16L'aut depuis le rriilien du siècle. surtout CII cliirriie orgiriique. incita Frieclel A 5e battre pour obtenir de la part des orgaiiisrnes de tirtelle la creation d'un établissement ayant cette vocation. Il > parvirit grâce à sori opiniâtreté. sa paticricc. son pouvoir de persuasion ct sa notoriété. Eii 1890. le laboratoire tie chimie pratiqiic et idubtrielle était crcé et il en frit le prciiiier tiirecteiir. C e s t maintciiaiit l*Ec*olenationale siipériciirc de chimie de Paris. C h ~ j l i e de r la I i G i r d^lionrieur dès 186'). aii lendemain de sa '? soutenance de thèse, ofhcicr cri 1888. I I succéda à l'Institut à \Ictor Regiiaiilt (1 810-1878). ci.li%re p u r ses trakaux siir les é t a t s de la rnat i h e . 11 f u t trois fois pr6siitleiit de la Çociéti. (:l.iiriiique de France. et aiisii présiiderit de la Socibti. de ptivsiyiie et de l a Çocii.té de rniiiéralogic. I1 obtint la rriédaille Day> tic la Sociét6 K o ~ a l ede Londres. et 1-iiriiversit6 d'0xîot-d le iiorririia '"doctor juris ci\& honoris causa". Friedel était t i n esprit tl'6lite. II parlait 1-anglais et I'allrinand. libail le latin et 1c grec'. II troiivait i i r i d&lasserrierit daris le dessiri qu'il prat icpait avec talent. 11 appartenait à 1-Erlise Kéforrri6e et faisait partie ? de la Yoribti. des amis des pauvres, de 1 I'nioii Chréticririe (les jeuries gens. dorit i l fut IC pr6sidetii. et il visitait lrs iridigetits. Les exercices

130

physiqiies avaient aussi leur part daris son bdiicxtion. Wine ii un âge avaricb, il était souple et faisait travailler ses riius(*lcs cornirie il faisait travailler son esprit. I1 mourut le 20 avril 1899 à Moritaiihri. chez s a fille. Son fils Georges (1 863-1933) fiit un cristallographe réputé. Son pet ii-fi Is Etlrrioritl (1895-1972) ghologiie. devint directeiir de l*hcolc des i1iirif.s tlc Paris. Sori arrik-e-petit-fils, Jacques Fricdcl, n6 cri 2921. profcssciir à la faciilté des sciericei d’Orsay et niernbre de I~Tristitiit.est 1111 pli\sicieii de l’état solide dorit les travaux 5ont coniiiis (le t o u s les si+ ci a 1i st es .

Joseph Louis GAY-LUSSAC 11 était même admir6 par Davy

Il iiaqiiit lc O décembre 1778 ii Saint-Léonard de hohlat daris le Liiiioii5iii. Soii père était riiagistrat et son grand p è r e iriétlec.iii. Eri 170+. il se rerid ii Paris pour pr6parer le concouri cl’eritrhc i1’Ecole pol! teclinique. R e p cri 1797, il sort de 1’6role eii 1800 et clc\ietit assistarit (it> Fourcro\ puis pr6prateiir de Berthollet. Ses l)rerrii$res recherches sont relatives aiix propri des g u et des vapciirsTsa prerri ière put )lic.atioii coricertiarii la dilatatioii d c s gaz sous l’effet clc la clialcur. q i i i (le\ ait roritlirirc. A la loi d~hgalitédes coeflirimts de dilatation. LI 180+ il effectue, avec Biot, iinc asceriiiori en hallori l w i i r sa\ oir i i les for(-es rriagrihtiqiies existent eriwrc aii dcssirs de la surfacc de la terre. I1 atteint alors iirie altitiidc de +O00 rri. I d e IO septcriihrc tic la rriêirie armée, il fait mie rioiivelle : iiiiori. sciil cette fois. atteint 7 O00 111, ”record tlii irioiide” d*altitude,ct ratrii.iic des &.liaritilloiîs d’air 1)c)iir les arialvscr. Eri 1805-11306. il htablit iiiic c.ollat)oration t r h friictiieiisc avcc le géologue et rniriéralogiste Alexaritlre von lliiitlboltlî (1709-î 859). 11s firerit ense.rnblc iiri voyage à travers l‘Europe. C-cst A la f i i l de 1806, A 28 mi>-qu’il flit hlii mcrnhre (le l’lristitiit. Le 31 dhccriibrc 1808. dans lei **Méinoiresde la Société d’ Arcweil” foridbe par Berthollei . il faisait paraître u n article qui cornrneriqait airisi : «J7ai/:lit w i r dans ce rrkrnoire que IPScombinaisons des sirhiances g:rxzrrr~r~ IPS i i w s u i w los nritr(3s S P /;)ni ior+xrrs cltzrrs IPSr a p p r i s les plris sirriplc>s, et tels 911’c.rr repiGsrnt(int l’ria cks tcrrrws p a r I’irniié, liintr(>est r i i l oii cteii.r O I L (xu p l r c s trois x. C’est la farrieuse loi des rionihïes eiitiers qiii pr6side a i i x c*ornt)inaisonsdes corps s o i l s I’btat gazeux. Ilri jour. Ga! -1,iissac reinarqua tlaiis iiiic lingerie parisicriiic qii^urie jetiiie ventleiise, dans ses niorrietits perdiis- lisait u r i li\ re tlv chiinic. Il apprii qiie la jeiine JosCphiiic Kogeot avait dii iriicrrorripre ies étiides. 11 i-aida il achever c-eiies-ciet l*épousa. 131

Ga\ -Lussac et Thériarti btaierit condisc-iples à 1'Erole po1vtec.hnique. Vers 1808. ils entanikreiit une cwllaboratioii wieriiifiqiie qui devait être longue et I'ruct ut-use. notarrirneiit daris IC domai rie dcs métaux alcalins et des lialogimes. Ga\ - L L M ~faillit C dcvcriir aveugle à la suite d'une explosion qui 5~ lmdiiisit aiors qu'il niariipulait t h i potass i u m . et s a viie (YI miiffrit toiit IC restant de s a vie. 1 x 5 - furent iiornhrcuses au s u j e t de la paternité de la décoiiverte de norribreiix C l h e r i t s r i o u \ eaux- rriais, au delà ties discussions parfois vives. chacun avait de la (bonsidératiori pour son rival. Eri 1813, D a y a ;(.rit : Dout; d'un esprit prompi ct alerte, irig6tiieris et p r o j k d , et d'uiic. a c tir i t é in tellec t i 1& in tense, Ca)--I,ussa c est lern en t 11ri tri ai i I;.I L la teu r i rC:s h a I> ilp. Selon tri o i, c 't>st le p rem i e r dc.s c h im is t P S f i a ri ç u i s co t i terryO ruins >>. Gay- I,ussac $7mt égalerrierit intéressé i d'autres dorriaines de la chimie, par exeiiiplc la chimie aiialvti que. Il est IC priricipal initiateur de la nii.tliode volurn6trique. C'est lui q u i i n k enta ime éprouvette gratiiiéc dorit il appliqua I'irtilisatiori aux dosages --acide-alcali". i,a tccliriologie chiriiiqire l'attirait bg&rnerit. Par exerriple. il proposa une rriCtliode pour reiidre le bois inidlariirnable e11 l^imprégnanttlc borax ou (le phospliate d~amrnoriiurri.et c o q u t les p h i s deune toiir destinée ?fixer i les vapeur5 nitreuses pendant la fabrication d'acidc siilfinique dans le5 chambres de ploriih. G a > - - l , u i s a c f u t pro[ cur d e ph!siquc et d e c h i m i e i'i la Sorhorinc, A I-Ecole yolyterkiriiquc ct ail Jardin du roi. En 1818, il ((

132

devint siiririteritlant de la piidrière de I'Etat. eri 1829 essaycur prinripal à la Monnaie et ci1 183%.abaridonriarit la cliairc de physique de la Sorbonne. il prii (*ellede rliirriic géribrale tlii Mirshri tl'histoirc riat i ~ r e l le. Député de 1831 5 1848, il sibgca B la (;liarribre tics pairs e r i 1836. i Ionirrie ?ila voix doiicc mai5 énergique, prbcis. p e u t - h e uii pifroitl et ri.scr\ 6. 1-ernarqiiahlc profesmir. c'était en quelqiic sorte IC cliiiriiste "oliciel". de la Frarit Il tomba rrialade le lcr jari, ier 18c50alors qu'il sbjoiirriaii tlaris la propriété qii'il possbrlait ii Saint-Li-otiartl tic _\ot)lat. o ù i l avait iiistalli. I I I I 1almratoir.c c*t utle hihliothèqiie. ' l l a r )orti. ;i Pari3 cleux rriois q)r&. il r i i o t i r i i i tl'iiric. criw c*ardiaqiieIC 9 mai.

a11laboratoire dirigé par ce rriaître, pour uii sbjoiir de six mois. Ses camarades de recherche \o>aicrit d6jà en lui le prorrioteur de la chimie de 1”avcnir. Pendant sori séjoii r eii Allerriagrie. Gerhardt avait traduit en fratiçais un livre de ~ u l g a r i s aion t de Liehig intitulé ““lritroductiori ii l’ttude de la chimie*-.T,es id exprirnées 6taierit très éloignées de celles qu‘il dbveloppera plus tard. Après i i r i iiouveau diff6rerid avec 5011 pèrelors de w r i retour à Strasbourg, il partit à pied Iwur Paris. Eli 1838, il aurait p i 1 entrer (laiis le laboratoire de Diirnas grâce ii l’iriterveritioii de Liehig. mais il prbfïra travailler au Miis6irrn. avec soil fidèle aini (:ahours (1 813-1891). prcparateur de (:he\reiiI. puis & l l h l e cetitrale o i l (:alioiir$ kcriait cl-être rioriiiiil. professeur. I1 continua cepeiitlarit. quatre ails tiiiraiit. ii sui les eriscigriviiieiits tlc Diiiiia5. (k1iiik.i le coiisiclbrait cornrtie iiri (le ses ciisc+les et. il faiit le sigrialvr. le lit rioirimer e11 18+1professeur tlc c*hiiriieii 12lontlwllier. où il siic*ct!tiait ti Ralartl. Ses coiiccptioris de la cliitiiic oroariique é\ oliièrerit avec le .? temps. En 1 N Y . i l .i\ ait : c( I x cliirriistc J u i ioiit IOppos‘: de la riailire

ilimiite, qrr LI brrîI(., cl6irriit. opPw par C ~ I I ~ X I ~ alors X C , que lu jbrce ililale seult. op,i.re p a r sjrithi.sc; elle recorisiitur l’&Iificc abattu peu' les jbrws chirnigti(~.s». En 185533. I)ar contre. daris la préFace de s o ~ traité i de (*hiiiiic organique. il &*rit: cc 1,e.s corriOirinisons q i w lt’ chiiiiistr~sait p r é p t ~ ~ r a u iaboratoirc~lui serrent & d6coiirrir It>s lois (JP trcinsjbrmntion des cotri->os‘:s que la riatiire rv’rante .fagontie elle-rti?ttie ; elles lrri enseigtrrnt les rnojrns d Irriiier ou plutôt rcpt.ocliiiw hiit qiii esi la connaisscince de composer toiis IPS corps. lu continissatice des nioj-. (;*est en 18++que Gerhardt fit la cwririai rice de Laiireiit a\ ec lccpel il se lia d‘iinr tri% forte amitié dont I^origirieétait A la fois scieritifique, car ils akaieiit la iriêrrie idée de la iioiivelle chiiiiie. et philosophique car ils avaient dii irioridc futur et de l - i d k l social la rriêrne \ision. K t i 18+8. Gerliardt abaridoriria sa chaire de \/lotitpcllier revint ii Paris où. poiir vivre- il n‘avait gui.rc q i i e (.e qui h i &ait alloilé au titre tl‘iiri LLcoiig(: & clerrii-traiteiiierit“ . Après quelqiics t1tl~oirc.squi lui valiirelit. lace ti soil ami (:ahoiirs. deiix éc*hecs darii ses ticinarides dc tiorriination. 1’une coirirrie chimiste ii la Maniifactilre des talmcs. 1‘aiiti.e ii la hloritiaic. et doiit i l rendit Durnas reslsorisablc. sails doute à juste raison sur ce point, i l f u t enfin. grâce ii ‘I’héiiard. riorriiiié profcsseiir ii Strasbourg en 28-55. o i l il mourut le 10 août 1836 d-iine péritonite. Il avait repris des contacts. a u rrioiris épistolaire5. avec Dirrnas ct aussi avec Liehig. “ce fïrocr gcririairi”. qiii avait temi ties propos très durs ii

4 i (;Is-Il:I, \Ilil:\'l (1 807- 18,533).

sori critlroit ait 1 r i o i i i m t de la pu1)licatioii tic certains de ses iravaiix. (;'6iait 1111 erithoiisiastr. iiri exalté quelqiwfois. inai5 sa p a s s i o n était la cliiinie ii laqirelle il se corisacra eriti6rerrient. saris ino! en+. a i i dbtrimerit de s a carrière ct de son bieii-ttrc. II fiit très r r i a r q u b par les qiierellci ci'arrtérioriiés 011 tie coiiceptions que Diirritis liii fit. bltine près de trciitc ani a p r L sa mort. cri 1 883?i la siiitc tl'iiiic adresse de conipliirients que liii envo! ait la Socibti. Chimiqiie. Durrias. \ oulaiii rappeler le riorri tics çIiirriistc5 qiri eri France abaient éi6 ses prbtli.ccsseirrs oii ses coiiteitipori(' jugea p a s Imi de citer GerCiardt r i i Idaiirerit. I1 fallut toute I'aiitoritc de \\. Urtz. qui fui leiu. coritiiiiiateur. p u i ' q i i c cette iiijusiiw soit pu 1)liqiiernrrit répa r6e. Augiiste I>aiirerit était rib ('ri 1807 >I La Folic, pi& (l'Arc. dans la 1 lailte Saôric. A sa sortie tic I'Ecolc des triines ert 1830. il devin1 r+éiit e w t-lc Ilinrias ii I'Ecole centrale. mais poirr peu dr temps. car Imireiii éiait lui a i i s s i c i - i i n carartère hoilillant et il s'ciiteiiclaii trial a t e(- sori Pairori. En 18X3. il ti.a\ailla ri la riianiifactiire tic % r e s p u i s . en 1835. pi(^ tie porcelaine A Eiclt, au 1,iixerriboiirp. C'est là qu'il ricc tic, la Glltl d ' i i r i Coriwiller it la Larvisier. c (.st, ci rnon sens, et si,je p i s tri ’cJ.xiirimerainsi. d’aiqoir ititrooliiit darts la chirnic. l’esprit de la phpiqiie. La ph.l*siqriepsi esseritiellerrieni, cornine I’astronornie, u n e science de rnesuws précises ... 11 savait prendre ses resporisabilitts aussi bien dans sa vie professionnelle qu‘en recherche. C’est ainsi que pendant dix ans. de 1773 it 1785. ((

))

1 so

0

, s

h(*tiielleriicritI .avoisirr n'a ni i,tatiie, r i i boulevard OIL avenue ;i dans Paris. seulcrricrit II tic petite r u e dii 8'1111 arroriclisseirieiit. M"'~I ,avoiyier i,e rciiiariû ('II 1805 avec iirr anglais cxceniriqiie, le coriitc Beiijairiiri tlc l < i ~ i ~ i f o (1?53-18 id l + ) - ;i qui l'on doit l-iriveritioii tic diff4rerits appareils (c*aloriiiiètrc,theririoscope 6 air. photoiiii~trt.)et (les i.iii(les sur la derisiti. de l'caii, l e Irotteriirrii cles rriéiaiix. Elle tint N he Pairc :ippclcr 1L1"'' I.avoisier de Rtitriforcl. 12'iiiiioririe f u t pas lieurciise. l'lie i i v d u r a q i i e quatrv ;iris. hl'''' 12a\oisier rnoiiriit Ir 10 f k r i e r 1836 ;I sori i i o t r i

78 atis.

til

\Ifbnctioii pbriodiqiic (le la grtcrirlwr i t~~rivii riri emploi daris m e

IIlalliciirciisein eii t. 1a fabri que fii t

A

,

((

dii

poids atorrrirlrir

)).

a t.aiise de i e s \lcricl616cv eiit i m e \ ie urii\ersitaire a5iez agit it1i.e~p e i i traditionricllcs et tie sori f r a n c - p a r l e r . II f u t iii611icsiispriitiii dr scs forictiorii en 1890 pour aboir sigrib uiie pttitiori coriiidi.rhc c'oriirrie i i i j i i r i e u ~par le gouvcrricmeiit. \ l e r i t i b l l e v s"iritbrf a Ii hien d-autres d o r r i a i r i e s d e l a (*himie. rioiatriirierii I'iiiciitstrir p6trolière daris l e Caucase e i eri Pensyl\ aiiic. I'iridiiitric d i 1 fer daris l 9 0 r i r d la fabrication directe tlc gaz clans les rriirici de c l i a r h o r i . la corripressioii tics gaz. l'isornorpliisrrie.. . II 6rrivit p l u s i e u r s oit\ rages dont 1111 w*31ariiicl de cliirnie organique" et -'l.es priricipcs tic cliiiiiie'*. Kieii des p a y l'lioIior;rriit9 mais ses idées très "av aii.. t-w? liii cr66rciit souketit des tiiff;c.iiltbs tlaiis soil propre pa! 5 et le Tsar 1.éloigiia li t i i r f b r e i i t e b reprises ci1 l~eri\o!ant en iiii5siori ii 1'i.trangcr. Lorsqu-il inourul. le 2 février 1907. il lisait un livre de Jules \'errit>. Et le Tsar hicolas 11 en\ O! a ii s a ferrirrie l e tblhgrainriic siiivaiit «Lri In pc~rsoriiir c h i profisscvu- Werid616er, In Krissir perd I iirr dc scs rneillerirs j 2 s . dori/ noils g(mkrorrs tor!joiirs Ir sorwciiii. ». .

I

\

I

163

Henri MOlSSAN l,e premier frariqais prix Nobel de chimie

Sori père était erriployé ti la C:orripagriic tles Clicniiris de fer de l'Est et sa m è r e coirtiiriri.e. 11 iiaquit ti Paris le 28 scptenibre 18c52.En 186+, sa famille se tiua A Meaux et i l entra air collège muriicipal. Soii maître. M. James, air quel Moissari garda iirie t r k vive rcco~iiiaissaric~, remarqua ses qualités iritcllcctuelles et lui clotiria gratuiterrieiit des Icpiis siipplérrieritaii-es pour faciliter ses pi-ogrk et lui insuffler le goiît du travail. II clnitta ccpciiclarit IC collège eii 1870 sans avoir le riiointlre grade uriiversitairc. iriais il a\ ait d6jà un tri's grand erithousiabriie pour la cliirriic. II lut d^abordap1)reriti chez i i r i hoidogrr tlc Meaux piiis. sa famille a\ arit regigrib I'ari5. w r i P è i ~lui conseilla tic devenir pliarriiacieri, et i l eritra ('oirirric stagiaire dans la droguerie Baudr!. rue ÇairitDenis. Ori pouvait e11 effet ti ('ette 6poqne tlevriiir phariiiac*ieri tie d e u x i h e classe sans posséder le baccalaur6at. Thbo dore P lic q tie s o ri c a rna r a d e d e col 1ège . gII i t r avai 11ai t a LI Pvluséiirii d'liistoire t i a t iirelle ( l a i i 5 le 1:ihatoire tlr l'apmnoiiir Delii.raiii (1830-1902). l'incita à quitter la clrogiierie pour entrer. eti 1872, ai1 Muséuni dans le laboratoire du p r o f e s s e u r Fréni!. merrihre de 1' Aca(1i.rriic des scierices. ITii an après. il rejoignit cepericiatit Plicqiie chez Delierain q u i reiiiarqiia rapiderrient lei brillantes clua1iti.s de sa rioii\Telle recrue. Mais Moissari avait 6galerrierit unç \ éritahlc p iori pour la Iitté.\ rature et il fit yiielc~iiesirifidélités à la cliirnir pour ire ilrie piece eri vers ( p i faillit être repr6scuti.e & I'Odéori. l'lus tard il dira: ((Jecrois que j'ai irii(le &ti i rai(,, hrillariies et iiota q i i e l'addition tlc traws (le sorliiiin tlaiis i i r i e Ilaiiiitic. suffisait t; Ici faire :ipp;iraître. Rlais l'origine clcs raits ii'éiaii 1x1s ciiçoi'(~ C O I ir i i i c' .

(:*est à deilu allerriaiids. Roljert (:iiillatirric Biiriseri et ( ; i i 5 t a v c Rolwrt Kii.(*l.il.iofT,qiic I ' m doit la créatiori clc l-aiial! se specti.alc. l x prernier. apri.s c l c i 6i i i i l e s ?I Gottiiigcii c~)rrit)Iéiée52 Bcrliii. Paris et Ilcniie. de\ i r i t profcss~iii.(le cliirriie 2 I'irriiver5itb tl'Heidclhcrg c't le eiir de pti! sicpc tlaiis la rriêirie uriivcrsiti.. 1riisiaiii Ieiirs cfforls. ils pel-fei-tioiirièrcrit IC spectroscwpe ('ri (talarit Ir specaire. cc qiii pcriricttait 1111 repérage plus fac*ilcties raies. r t arridioi leur de flariiiiic~sgrâw i la ci.éatiori t l i i f'aiiieiix '*hcc~K i i\cirient d a r i , la Ilariiriie diffi.reriis cor Kirclihoff vit a p p raîire daris le spec-trtb (les raies rie positioiis préci et souveiit tlv coiileiirs tlifféreiitcs : raie jaillie pour le sodiiirri. roil$ )III' le litliiiirii. etc II e11 dressa l - i i i \ ciitairr et coristaia qu'il y avait cwïric*idciiccciitrc l c s raies t l c w s i i i é i a i ~ uet ccrtaincs raies t l t i spectre solaire. 11 dbtliiisit rlc ses ohscrvatiori,. d'une part que l e soleil coriteiiait toils l e y i r i é t u i i i coriiii~ssur terri' et. d'autre part. que lor5yu'uric rait, apparai i i n spectre. c ~ l a sipifiait que lu flairiiiic conicriait le iriétal corrcspori(larit, sodiiirri pour l a rait. j a i i i i e doni rious a v o ~ i parlé. i i.oiige p o i i r le 1ittiiiirn. Mais, poiii-quoi les raies dii specirc 5olairc soiit elles sotri1)rcs ? Dari5 leiir piihlic-atiori ..Recherches sur le spectre solaire e i sur lcs i p e c t r e s des él6iiicrits cliiiiiiqiies". Kirchtioff ct Biiiiseii iiiiiicpeeiit. eii

LES HAUTES

IEMP~RATURES

Même si ce n'est qu'une légentle, or1 fait remonter la première utilisation spectaculaire des tiaiites terriph-atures à Archimède qui, en 21 2 avant J.-C.. brûla, grâce à ses '"miroirs arderits'. la flotte romaine qui s'apprêtait 6 attaqiier Syracuse. C'hait uric iitilisatiori de l'énergie solairc. Lorigtenips après. Buffon (1707- 1788) reprit la rnétliode eri brûlant un tas de bois à OD ni de distance. puis L,avoisier fondit différents rnbtaux avec des "riiiroirs ardents". Ce ri'est qii'aprbs iin silence de 170 m i s que l'énergie solaire recommença intéresser les chcrclieurs. Aux tcriips ri6olitliiqucs. la corribustiori dii bois ou di1 cliarbori constitimient alors les seiiles possihil i t é s d'obtention de températures blevi.c5 qui pouvaient Gtre de I*oidre dc 500"(:. voire 900°C : I'cxameri de5 poteric.7 voriserv6cs jiiiqii'à l^i.poquc actuelle eii t4rrioipe. i,es flarriiries fiirciit vraiserriblahleriierit I I tilisées par les bgypticris, Ics grecs et les romains. Les vestiges cles villes rrioritrent en cffct l'existence de carialisatioris en plonib aisemhlées par soudage autogène.

Lc chalumeau I,avoisier avait nioritri. qiic la corribustiori était u n e réaction chirriiqiic et le rôle qu.! jouait I'ox! gène. L'ne application intliistricllc de cette réaction a C.tb I'iitilisatiori tie la chaleiir d t y a y é c par corribiistion tl-irn mélange gaz-ox) g h e . la nature d u gaz Ctarit ~ a r i a b l e Le . premier clialiimeau qui p e r m e t tait la production de la flainrrie. n'apparut que trente aris aprk lcs travaux dc Lavoisier Il était dû à K. H a r e (17811858) qui. cri 1801. prtsenta iiri chaliirneair oxh! driqiie à la société ciiiniiqiic de Philadclpliic. I1 utilisait irn &lange d-un voliirrie d'oxygène pour deux volumes d'h- drogèrie. Eri 1859, les travaux qii'il poursuivait s u r le platine avec. IIeriri Debra\. condiiisirerit Fieiiri Sainte-Claire Dcvillc à constriiirc im clialiimcau oxhydrique pliri perfectioririé et plus sîlr. qiii I i i i perrriit d'atteiritlre la teriipératiire de 2500°C et de foridre aisbrricrit le platine. I,a soci6t6 L O x l i ~tlriqiie f u t foridée eri 1896 A Briiuelles p i i r la fabrication de (T clialiirricaii. Cependant. I'iitilisatiori de celui-ri rie prit pas alors iin tlbvclol)F)~,rti(,ritcorisidbrable. en dehors (les lahoratoircs. E. Desbassa\ ris de Richerriorit (2 800-1859) déposa, en 2838, un brevet irititiilé : i)c>sr.riIitiori d'un rioiiwau proc6dP dr soiiditrr du plornli, noinin4 ccuio@nc, et d'un chaliiirreair (1 air et (1 hj-drog&ie dit a6rhydriqiir ». I1 utilisait u n mélange coiiteiiant u n \ olume d * l idrogène ~ pour deiiu volilnies d'air. 11 fit bgalcnicrit des essais en siihstitiiant le gaz ((

d’éclairage à l’hydrogène. Cet appareil a permi5 la première application riioderrie du soudage autogène, du plomb en particulier. et servit égalemerit pour le brasage du cuivre. Georges Claude (1870-1960). physicien et industriel qui réalisa un procédé de syritlièse de I’ammoriiac sous très haute pression, le perfectionna en 1906. Henri Le Châtelier indiqua. eri 1895. que la chaleur dégagée au cours de la combustion d ^ u n mélange équimoléculaire d’acétylène et d-oxygène était très élevée et qu’elle permettrait d‘atteindre une ternpérature de 3000°C. soit environ 1000°C: de plus que celle de la ilarrime oxhvdrique. Cri chalumeaii oxyacétylénique fut donc construit ail quel. petit à petit, l’ingénieur Charles Picard apporta des arnélioratioris, notarrirrierit afin de rendre sori utilisation sans dangers. Finalerrlent. on utilisait de 1-ox-gi.ne comprimé en bouteille métallique et de I’acét’ l h c dissous daris l’ac6torie. Le succès de la flamme ox! acétylénique résidait daris le fait que. corrime l’avait prédit Le Châtelier. elle est la plus chaude, la plu5 puissante par unité de surface. la plus réductrice. la plus aisérrient r6glable et la plus économique de toiitcs les flammes que donne l’oxygène avec les combustibles usuels. C”était. jusque vers les années 1950, I’urie des sources de chaleur les plus chaudes connues. Le chalumeaii h! drogènc-fluor permet d’atteindre une terripérat lire de l’ordre de 4500°C. Depuis 1951. il existe ce que 1-on appelle des chalumeaux à plasma daris lesquels la très haute terripérature est obtenue par l’impact di] plasma qui c.orrirriiiriique sori énergie a u matériau situé devant la chambre de production. La température de ce plasma est de plusieurs rriilliers de degrés Celsius. Rappelons qu’un plasma, qu’on a quelquefois appelé le yiiatrièrrie état dc la matière. c s t constit tri. de particiilcs molécules ou atomes, et de particules chargees, ions et 6lectrons.

Le four électrique La découverte de la pile électrique avait suscité un grand enthoiisiasrrie parmi les savants et provoqué des recherches d70rientatiori riouvelle. Elles conduisirent ii des r6sultats spectaculaires, notammerit à la conception de ],arc électrique par Davy en 1808. Cependant, la puissarice des générateurs électriques n’était pas assez élevée pour permettre d’effectuer certaines expériences. I1 fallut donc attendre la naissarice de la dynamo pour pouvoir envisager la construction de fours électriques. C7est William Siemens qui constrikit le premier four dans lequel il piit fondre différents métaux. Mais, c‘est Moissan qui apporta au four des perfectionnements qui lui permirent d‘atteindre 3500°C. I1 écrivit : Ce ((

189

vui d$j%rericie ce f o u r électrique ceux qrri orii étb ernpl~vbs.jusqu Ici, c'est que la matière ti chau& ne SC trouve pas en coritact avec l'arc dectriqur, c'est ù dire arec la inpeur de carborit>.L'appareil que i v u s a i ~ sous z les .yeux est [in iv!ritaldt>jour i1 rbi>erbère». En 1892. Moissan rtiissit ii prhparer des nitriires riiétalliqiies. mais surtout des carhures dorit le carhure de calcium qui fui ii1-origirie d"urie industrie très h i s s a r i t e . étant tloriné la proprihté de ce carbure tie dormer de l-ac+t! Ièric s o i l s l'action (le l'eau. Selori toute vraisemhlarice. il rbalisa la svrithèse du diairiaiit (\air le paragraphe sur Ir carhone). Des fours électriyucs à résisiarice de rnbtauu pr6cieiix forictiori riant par effct Joule furent éplenicnt consthiits vers la fin tlii siècle. rioiarnrrierit 6 résistance tie platine. qiii pcub erit inoiiter à 1600°C. et de r ti odiurri j us yu' 1800"( . ~

7

L t raiisri

LE JARDIN DU

KO1

Mais il existait un antagonisme profond entre la doctrine des professeurs de 1-Ecole de médecine, très traditionnelle- et celle des médecins de la Cour. plus novatrice. I1 s’agissait donc pour certains scientifiques de créer un contrepoids à la puissance de la Sorbonne. très scolastique. eri organisant d’autres centres de culture. Sous l’impul’ion de G i i ~de la Brosse (1586-1641). botanisîe connu et ami d’II6roard (1331-1628). premier médecin de 1,ouis XIII. le roi accepte, err 1626. de créer un lardin des plantes médicinales. Héroard est nommé surintendant et Gu\ de la Brosse intendant. L,e 23 février 1633, le roi achète le terrain appel6 ”‘clos Clovpeau^- situé daris le faubourg Saint-\’ictor, donnant sur l’actuelle rue Geoffroy Saint-IIilaire. non loiri de la --rivière” où les belles darnes \. ieririerit en carro5se pour assister aiix ébats nautiques : TA portc Saint-Berriard fameuse par 5e5 bains. A. poiir le5 attirer. certains tritons himiaini Qii’expc à leim regards. 011 I’oride ou le ri\ age. Leuri C C P I I ~ Sver5 ces ohjrts be rendent ii la nape. Les travaux diirent cinq ans. En 1641, le jardin compte 2360 espèces et son iuccès est éclatant. Malheiirmwuient, Guy de la Brosse rneiirt cette année là. L‘établissement est un jardin. Inais aussi un lieu d-enseignement gratuit de botanique, zoologie, chimie et médecine. Les cours sont professé5 en français, ce qui constituait une nouveauté très appréciee. Aucun diplôme n’est décerné. IIouvard succède à Héroard daris les fonctions de sininteridatit où l’on trouke un certain Pierre Chirac (1650-1732).premier médecin de Louis XV, en 1718. Le grand intendant. celui a qui l’on doit 1,essor considérable du Jardin du roi. fut George5 Louis Marie Leclerc, dcveriii phis tard corrite de Buffon par la grâw clri roi Louis XV. I1 était né en 1707 à Montbard, en Côte dOr, où son père était président du grenier à sel. A p e s des études à Angers puis à Genève. il eut la chance dc faire la connaissance di1 duc de Kingston qui parcourait 1-Europe, se joignit à lui, apprit l’anglais et f u t initié à l’entomologie et à la botanique par le précepteur du duc qui les accompagnait. Très entreprenant. il acheta. près de Montbard. le domaine de Buffon. La préserice à proximité ü u n gisement de minerai de fer l’iricita ii monter une entreprise métallurgique et à rechercher line nouvelle méthode tie traitement dii minerai local qui était de mediocre qualiti.. L’entreprise se développa. 11 emplo? a jusqu’à 400 ouvriers. Buffon vivait en 6té à Montbard et en hiver à Paris où il fit la connaissance de hauts personnages tant dans le milieu économique que scientifique. Il participa à de5 recherches dans des domaines varies touchant les mathématiqucs, la chimie, la botanique, l’agronorriie et entra à 1-Académie en 17’33, en tant que mécanicien. Ccst alors que ses rela-

192

I

I

K(

~

(

o h i i r Dr

Bi

I bo\

(1707-1788)

tions lui permirent d-être. en 1739, riomrrié intendant du Jardin du roi ii la succession de Dufa\ (1698-1739)’ subitement e. Buffon va mettre son génie d’hornme d’a au service d-une ts,il rit>peut 4trr 6 g - d ~ ~ pclrpr~rsonric». Il rriourui de la gravelle cri 1788. Dciix iritentlnrits succbdi.rciit ri l3u f h i avant le cliangcirierii de noni tlii lardiii. Ils ri^étaicrit l’as iiaturalistcs et n e durerit lcur rioriiiiiaiiori qii-à leiirs relatioi II s’agit (le Charles Claiide de Flahaiit. comte tie la Billartlerie c 1 - h illcr eii 1788 et Jaccpees Henri Berriardiri tic Saint-Pierre (1 737-1813), l-écri\ airi aiitciir de --Paul et I’irgiriie.. . qiii avait bt6 iiig6iiieiir dei Poiits et C;1i:iiiisées. Peiiclarit la Révoliitioii. le Jardiri du roi. (-le\ eri t i Jardiri des plantes. e s i I‘ohjct dii \aridalisirie: les tr6sors queil conticrit rie ?ont plus eri séciiriié ct il c s t qiiestiori de IC siipprirrier. comme d7aiitres iristitiitioris. C’cst alors q u ‘irii ci.\ icrit Jowpti Lakarial (1 762-1835). dépiiié de l’Ariège. riieirihrc de la cwtririiission d’iiisiriiciioii puhliyue. 11 réussit ii ( * o i i \ airici-e la C:oii\ erii ion riatioriale de I’iritbrêt scieritiliqiie et culturel qui rend iiidispensal)lc IC rriairitien tie I‘cxisterice dii lardiri. 1,’arbt.r dr ICI librrib serait-il kc seirl qiii I I P p C t pas 6trp ritriuralis6 nil pJardiriclrs plrnics :/». dit-il (YI c*oric.lu?ioiide sori tli5coui.s. Lc dbcrei porte : - 1 : T ,’i.tahlissmieiii sera iiomrrib a\ eriir Miiséiirn d-histoire riaiurclle. -2: Le 1 1 ~ 1priricild (le r e i étal) eirieiii 5era l~ciiseigriernriitpiiblic de l’histoire naturelle, 1)riie daris sori bteriduc. et appliquée particiilièrctrierit i l’avaricerrierii de 1-agric*ultui.c.dii corrimerce et dcs arts. T A rbiiiiiori des ptdcsseirrs. or1 ne dit pliis désormais --officiers”, b l i i Daiihcntori coiritrie prcrriier directeur dii \îirséurri tl’liiitoire riatii((

i.c,llc. on iie dit pliis inieiitiant. I N prernier (wiir5 de chimie tloririi. au Jardiri t l i i roi eiit lieu le 23 juillet 1648. i six h i i r e s d i 1 riiatiri. 11 passa iiialwrqi~car c’;tait la Froride et Paris h i t en &illlition. ITnc affiche k i i g é e daris uii si!lc qui rappelle ccliii (les bateleurs. disait : It illiutri Dai,issorr, Ecossclis, d plnritrs in6diCorrsrillt~rr t M6deciir r q d dire t i r (ILI .Jwditi r o ~ &s c-irr a les. O I I r i m IPSso I I rc es b O i a n iq u ~s e i ch in7 iq 11P S ci II .x’ n rn is clcs sciences r>tdu s c m i i : Grcîcr. h lui, ils wrront l‘accroi.s.srrtrcrii de plus Clr. i O pl(.&Jlu r7ie et qrii renfirrtie riz liri I(. ‘LKd.scliriiAes”l et la “IIiirriici”’mix a phis de sept siècles. L~uiiiversitéde Paris se di.\ eloppe ci d-aiitrcs naissent eri province. Toiiioiise et 'Llontpcllier sont les prernil,res 5 être cr6ées aprk Paris. poiii. 'Ioiiloiisc ii la siiite de la parution de deux 1)iilles pontificales eii 1233 et ('ri 194i,. c t poiir Moritl)ellic.r. cclle de h i c o l a s I V e11 1289. l x s s t t i t i i t s ci ~

pribilèges de I'imiversith dc Paris servent dc modèle ii ceux des autres iiniversités. Les faciiltés qui les (wrripoient sont eri génbral (,elles tic droil. de niédccirie. de théologie (la plus importante) et (.elle dcs arts. qui comporte notairirrierit l'arithrnhtique. la géonibtrie et l'astronomie. Mais il ri-! avait pas encore d'enseigrierrieiit de sciences ph! sicpies oil riatiirellcs. .e '(Ivcitu sikle voit la création des iniiversités (4- 4vigriori. Orléans. Cahors. Grenoble. Perpignan. Angers et Orange. Ileiix iinivcrsités naissc.nt aii X I T "" siècle. Strasbourg. alors e n terre 6trarigike. en 1538. e i Douai. eri 156.3. qui icra traiislérée à Jillc. Les difficultés nées dcs giierrcs. de la famine et de la peste reiident impossible la création de noiivellci tir1 iversitbs ail XVII1''tsikle. 'l'out ei les iiiiivcrsiths trab erseiii d'ailleurs une loriglie et difficile période (hi XVI"'' au XI~IJP""siècles pour toiites rei raisons. mais aussi ii caiiye dii dyiarriisirie des collègei dirigi.5 par les jésuites. qui lie se contenterit pas de transmettre lei corinaiisancc5 rriais ( p i pronicii\e.rit la recliert-he. surtout clarii le c.at1i.e des arts. Il ! a e~itwrc22 imiversités eti France à la \cille de la rbvoliition. Ida C;oiiveritiori siippririie les uriiversiths. riotarrirrieiit parce qu'il est interdit aux prêtres r i o r i jureurs de remplir iinc fonction piihliqiie. T,es locairx sont traiisforrnés en prisons c ) u eri c-aseriies. \ cridu5 011 toiiiberit à l-abandori. 1;eriseigrierrieiit supérieur est assiiri. dans d e s écolcs spécialisbes poiir les hcsoiris de la guerre. En 1806. ùapoléoii crhc I-LIiiT crsité impériale a! ant le monopole de I*eiiscignerrierit el diri@% par 1111 graiid maître. En fait. les universiths n'existent pliis dcpiiis la Conkeritiori. Les faciilths sont au nombre de cinq : théologie. droit. iriédeciric. sciences et lettres. I,eur fonction esseiitielle est de faire pa les examens et de dblivrcr. lcs d i I ) h i e 5 et gratlcs. A son retoiir. IC roi 1,ouii x\'111 et sori rTrii\ersii6 ro! ale rie inodifièrerit qiie pcii de clio5es ii l a s t r i i c t i i r e de l'lhiiversité impériale. Ckpcridaiit. les postes principaux firreni occupés par des inernhres tlir clcrgi: et le grand maître. Monseigrieur Fra! ssirioiri (17ht5-l8+1). fut e n même temps rniriistre ties Affaires eccléiiastiqiies et tic l'lnstructiori Piibliqiie, ce y t r i montrait la \oloriib ro! ale tlc doiiner aii goilverrierrient autorité i u r I'llnircrsité. Sous la tlerixièrric Hépublique. la loi (hi lC5niai-s 1850 cst relative à la liberté de I'eriieigriement e t favorise l'eriseigrieinent corifessiorincl. Elle p r i e le ~ i o r i ide son proinoiciir le coirite Frbd6ric tie Falloiix (18111886). rniriistre de 1'Instriiction publiqiie. ro! aliste. J,es faciiltbs haierit 6pargrihes. I .e second Empire prend conscience des besoins des faciiltbs. C'est alors qu'il était ministre de lqInstriic'tion ~jihliqiieentre 1803 et 1869. que Victor Iliiriiy (1811-189-t)fit admettre la rib de créer des laboratoires de recherche. pilis la reconstruction de la Sorhritie. i

La troisième République avait une Assemblée composée d-une majorité de monarchistes. Elle vota le 12 juillet 1875 une loi sur la liberté de 1-enseignement supérieur. donc la possibilité d-ouvrir des établissements d’enseignement libre. A la démission de Mac Mahon, le nouveau gouvernement. r6piiblicain celui là, décida. sous l’influence de Jules Ferry (1832-1893)- ministre de I’Education nationale, de faire un gros effort en faveur des îacultés afin de leur donner des movens décents d’existence, en particulier en leur faisant une dotation annuelle et en crcant des postes d-enseignants. Le décret du 28 décembre 18% leur donnait un nouveau statut. Elles étaient dirigés par un doyen. Les universités étaient rétablies par la loi du 10 juillet 1896. La modification suivante du stat ut des universités interviendra avec la loi Edgar Faure du 1 2 novembre 1968. lénons en plus spécialement à la faculté des sciences de Paris. Sa création date officiellement de 1808. I,e recteur Liard a dit : s.

de la conservation dc la rnatih-e. à 1-analyse chimique. à la s-nthèse. ou à l*ohtentionde matériaux et de rnédicarnerits nouveaiix. sans oublier. ce qui est souvent reproché à la chimie. des agents de pollution et de mort. 1,a continuité dans la perisre du chimiste doit Ctrc soulignée. Ainsi, les notions d’atome insécable et de vide qui les entoure et dans lequel ils se meuvent, introduites en Grècc cinq sii.clcs avant J.-C. par Ixucippe et son élève et ami Démocrite. serviront de base, an MoyenAge, à la conception d’une chimie corpusculaire pour trouver un aboutissement darii la théorie atorriiqiie de Dalton. avec les coriséqiiences que l’on roiiriait. A l’opposé de ses prédeccsscurs. les Eléates. philosophes greci d’Klée, ( p i ne recoririaiisaierit d’être q i i e 1-Etre ahsolii, irrirriiiable. éternel, et niaient la divisihiliti. et la rnobiliti. des clioses, Démocrite pcnsc qiic la matière poss“èe une divisibilité limit& et qu’elle est constiti& de particiilcs 616rncntaircs et indivisibles qui sont les atonies. En corollaire. Démocrite ajoute que *’rien n‘est fait de rien’” et que -“e serrihlahle attire le seinblahle”. Selon Démocrite. l’Cni\ers est donc corriposé d-atonies et de vide pur. 1,135 atomes sont iririombrahles, tous de niêrne siihstance et parfaitement IiomogPnes. indestructibles, inaltérables. imperceptibles à nos sens. pleins et impénétrables. 11s sont insécables. en raison de leur extrêrne petitesse selon Leucippe, en raison de leur extrême dureté selon Dérnocrite. Le moiivenient perpétuel dans le vide qui les entoiire entraîne les atomes dans toutes les directions à travers l’espace. Bien qire constitués de la inênie substance, il en existe pourtant des variétés nombreuses car ils diffèrent par leurs formes. leurs dimensions et leurs positions. Dans leiir moiivement, il l e i i r arrive de se heurter entre eux. de s’accrocher par leurs asp6rités : certains forment alors fortuitement les di\ers corps. Si les aspérités sont très imbriquées les unes dans les autres, on a un corps solide. Par coritre. si la surface des agrégats est peu rugueuse. il n’y a pas de cohésion entre ceux-ci: c’est un liquide. De leurs assemblages particuliers. résultent les qualités sensibles sans lasquelles les objets de notre expérience ne poiirraient être appréhendés. Et Démocrite d‘écrire : «Nous disons chaud, nous disons froid, nous disons doux, nous disons urner, nous disons couleur. En rbalitb, il na. a que des atomes eî du ride.N ‘vous soinrries eii face du plus cohérent des grands systèmes de pensée antérieurs au IV1’’‘siècle de notre ère. C’est aussi le plus abstrait : pas de --plan“ préétabli, pas de c>cles auxquels une fin piii5se être assignée. Par sa seule striictiire. la matière éternelle engendre la diversité des choses, sans autre loi que celle dii hasard, iin hasard causal. 1:atomisriie antique relevait de la seiile métaphysique, les grecs. soucieux d7abstraction,ne cherchant pas à le justifier par les faits.

208

Les alchimistes pensent que la niatière est la mêrne pour t o i l s les corps, donc cornmiine à tout l’univers. Eux-mênies rie créent rien. Les transformations qu’il5 obtiennent correspondent à des modifications des propriétés qui peuvent évoluer en forictiori de la présence dans ces corps des “principes” soufre, principe masculin, et mercure. principe féminin. Ces principes sont eux-mêmes divisibles, mais l’alchimiste ne peut pas y parvenir. Par ailleurs, les alchimistes établissaient un lien entre les planètes et les rriétaiix: soleil et or (ce métal inaltérable et en bonne santé, que seul le soleil avait la propriété d’élaborer). lune et argent.. . Leur but principal. qui fai5ait une large part i iI^expérirrieritatioriet qui leur permit la découverte de nonibreiix corps. était sans doute la recherche de la tran5mutatiori des métaux tils cri or pur, c’est à dire de la perfection pour eux-rriêrries. Ce n’est qu‘au x\~I‘”’’ scitcle que les notions de corpus(.ules avaricGes dans l‘antiquité furent reprises par Francis Bacon (1501-1026). Les travaux iiltérieiirs de hem ton sur l’attraction unit erselle furent appliqu par lui aux corpiisciiles et perniireni d’abandonner la conception des atonies crochus des alchimistes. La plupart des chimistes accueillirent avec u n grand intérêt la théorie du phlogistique de Becher et Stalil. 11 s’agissait d’un élément irivisible et irnrnatériel que possèdent tous les corps combustibles comme le soufre et le charhon. qui abandonnait ces corps au moment de leur combustion. Cette théorie fut, jusqu’à Lavoisier, acceptée par tous car elle n’était pas en contradiction avec les idées qui prévalaient alors. notamment celles des atomistes et des newtoniens. La notion d’affinitk a eu line influence certaine sur la gestation de la théorie atomique. 11 s-agissait cl-établir des tableaux donnant la tendance pour un corps à s’associer à un autre corps. On disait égalerrierit son amitié ou sa sympathie pour ce corps. Parallèlement, Tzwoi5icr siihstituait. grâce à des mesures rigoureuses. le quantitatif au qualitatif. T,a théorie atomique de Dalton a pour origine 1-étude clil corriporternent des mélanges gazeux. Elle fut très controversée pendant p r e y u e un siècle. mais. la connaissance progressive de la constitution de5 atonies permit de l’asseoir définitivement. Lapparition en 1869 de la classification des éléments de Mendéléev redonna confiance à ceux qui pensaient qu’une rationalité profonde structurait l’incohérence apparente des éléments. L‘objet de la chimie était toujours 1-étude des corps dans leur variété, mais cette variété devenait cohérente. Les lacune5 même du tableau suggéraient l’existence de corps simples aux propriétés phvsiqiies et chimiques prévues par Mendéléev avant leur découverte. Dans les quinze années qui suivirent. le gallium (éka-aluminium). le scandium (éka-bore) et le germanium (éka-silicium) vinrent occuper les cases vides.

209

[ r i tel ordre rie pouvait Ctrc fortuit. Mais ce ri"est qii'à la \cille

de

la Crande Guerre qiie hlosele\ (1887-191 5) et Kiitherfoid en doririaient la raisori. Le numéro d-ordrc des corps dans la classificatiori des 616merits correspondait a i 1 riombre total des electrons. p r t i c d e s c-1iargb:c.s 1i6gativcrncnt. de chaque atonie. (;'était iuic preuve du fait que tous les atomes étaient coristriiits avec les mêmes blbrnerits. Latonic h a i t tioric urie -.sti-iicture"'.Par la iiiite. pli-sivieni et cliirriistes (ibcoiivrireiit dans 1-atome les électrons. p i i s le rio! au. les protons. particiilci chargées poiiti+eirieiit. lei nciitronz. pariictiles rieiitres. et d'autre, encore dont les quarks. La transmutat ioii naturelle pilis. quarante aris pliii tard. la trarisiiiiitatiori artificiel l e out btb clb(*oiivcrtcs.L-util isat ion t h rrienie terriic. trarisrrintation. 1)ar les alchimistes ct les ph! sirieris et chimistes rrinderne5, ne signifie al)soliuncrit pas qu'il i'agit d'iin mCmc ph6riomi.nc préxu i i i t u i t i \ errierit p a r lcb prciiiierb. Ceux-ci rie pois6daicnt pas iuic coiiriaissari(~esiiffiiantc de la structure de la rriatihe. Ils ri-cii avaient d'ailleurs pas lcs rrioyeris.

On observe donc qu'au cours tlii teriips. la iiotioii d'atoniiirne se charge de signific-atioris variées jusqu'à être porteuse d'un sens qui convierine au ternps présent. Le rnot iriêrrie désiprie taritôt le s! s t h e ties pliilosoplies qui s'efforcerit d'expliquer la forrriation (le l17nivers par la cornhinaison fortuite clrs atomes, taritôt la théorie scientifique moderne qui considère les corps cornrne form& de particules Clhriicntaircs nomr n k --atonies-'. Catoriiisrrie philosophique rie repose aucunement sur l'expérience et ne petit être alors yu-une explication a priori des pliériorrièries ria tiircls. Latome du physicien n'est pas différent de l'aiorrie du chimiste. 1;iin et l-aiilre situent cet atome dans des contextes différents. liii attrihuent des --xaleurs" différentes et linalenient ri'eri font pas le merrie usage. Le véritable caractère d'une science se ré\èle par l a manière dorit ceux qui y corisacrent leurs efforts considèrent les phérionièrie5, par le point de vile qii-ils adoptent, par la riaturc des rclatioiis qu'ils retiennent. Le pli~sicienexprirrie des rapports entrc des proprihtés de la matière. le chimiste eii représerite l-irnagc. rious en révèle la structure. en observe le comporteriieiit et les transformations. Eri fait, la frontière entre p h ~ s i q u eet chimie. si elle existe. est difficile à situer. 11 $-'agitde scierices cornplbmentaires. Les physiciens iitilisent des riiéthodcs qu'ils ont crhées et des corps a u x propriétés bien définies pr6pari.s par les cliirriistes : ceux-ci emploient pour préparer ou contrôler les corps des méthodes d'étude introduites le plus souvent par des ph! sicieiis.

Les progrès techniques qui caractérisent notre époque sont diis au fait que l’hornriie sait iin peu corriniander la Nature. Mais. conirrie l’a dit Francis Racon : la lVilturt>qii é n lrci obr‘issunt ». IA coiinaissarice ties lois de la Natitie est donc le hiit de la scierice.

Lime ties amhitioris de cc livre, qui figure d’ailleurs dans sori titre. est d-attirer l’attention tlil lecteur sur les relations qui existent entre l’essor de la rhiniic et la personrialit6 des hornrncs qui l’ont permis. 1:ciithouiiasriic des uns et les réticences. voire l’hostilité des autres pour les idbes noiivelles. ne pcukerit pas être ipnorhs. Et si ccrtairies idées ont boiilc\ersé défiriiti\ errieiit rios conceptions. il s’en est trow3 i aux Etats-l-riis). Maison 6tl.. 19.56. I . Pi I W I \ : 12(~s ntortirs. .I . ;cl. (troisiimc rédaction). 19:39. R. PI,IWI\ et J.P. SCII\I ïliirnir itic/iistric~llp.iîlasson éd.. 1093. K. Pi I \I \I : Mcirir C'tirz? c't su jïllr lr?ricl (tradirii de l'ainéricairi par F. DI \ I ~ l ~ l l \ ~Relf'or1d ~ i l ~ )6d.. .

R . Poi

II

1002. \I\ : ('liuirrs r i Maîtrises dr e o t I J ; ~ t ~ r (Ir i c ~lu s Fticult4 rirs Scicwcrs tir Paris. Iriilersité P. c t kl. Liirie id..1971.

V B. Vii141, : Histoire de la Chimie. P.U.F.91985. W Mar- E. WCLKS: La décourierte des GlGments. (adapté par Isa PRES\I.). Journal of Chernical Education, paru dans Ir Bulletin de la SociPtG clr Chirnir Industrielle, 1933 - 1935.

Ed. WIII \I et M. H ~ \ K I O : Traite‘ I de chimie minGrale et organique. Masson 6d.. 1889. B. ’W;OJT K O U I \ K : Histoire dr la clzirnie. Technique et Documentation (Librairie Lavoisier) 6d.. 1987. B. WOII ko\\ I \k : Tous les “Jrohel”de chirriw. Ouest Editions (Vantes). 1990. Ad. W i K I L : Lecons PlGrnentaires de chimie moderne. Wassori éd.. 1879.

OUVRAGES COLLECTIFS Le Collège de France. P.U.F.. 1932. Dictionnaire cles biographies. Ini5enteiu-s et Scientijïqurs. Larousse éd.. 1994. Histoire CiriPrale des sciences. P.U.F. éd. Histoire clr 1’1niversité de Paris. Irriprimerie Cnion. Paris.1973. Sciences et We (Les cahiers de -) : Les p13-e~ fondateurs dp la sciencr: Lavoisier. Numéro hors série 11’ 14. avril 1993. Troisième Centenaire de l’ilcadérnie des Sciences. Gaiithier-Villars éd.. 1967.

216

INDEX NOMS PROPRES CITÉS

/,es

n o t r i b i c s en i / ( i l i q i i e i c v r i ~ « r c v i / ( z i i i

prrgrr

A 95

BI ( 0 1~ K Bi ( oi E K I

19.5 5's. 63. Henii (1832-1908) 94. 111. 1 1 3 . 114. 115. 122 195 Jedi1 (1878-1953) 74

E Ediriorit-l I (1820-1891) I

BI ( ()i IKI I

--

di\J \1 96 KI 111 I K ~~~i~~~~~~~~ ( I 571-1630) 154 Kii{< 111101 I Cri,ta\ (1824.1887) 10. 15. 51,. 1 5 5 , 156 Ki \I’K()I t l hlartin (17t3-1817) 39, 40, 59, 7$.$6. 92, 94 K L ~iI Karl (1790-186-t) .52, 199 KO\ \KSKI Leu (1907-1979) 146 KT\kl I Jolianri (10c30-3702) 24, 25 KLK( llilO\ Igor (190:3-1960) 95

L (173-1822) 92 1 Georg (188,51966) 41 Hi1 I I HR t\l> 1 1illiani (18*53-1926) 1.3 HISIVAKF illirlrn (1766-1852) I6 HIELIT Peter -Jacob (1746- 1813) $2 Hoi t t t K Ferdinand (1811-1878) 30, 171 H o w KF Il Hookr Robert (1634-1703) 35 Hoi b~ hicolas (1524-lCX7) 199 1 O\ Hi \IBOI,I)T Alexandre (276‘)- 18-59) 1.31

J J i v r iK ,4 J I \ ~ \ F111 . T \ \ i i ~ \ Jiilei (18%+-1907) J I KAntoine ~ (1732-1709) Thorriai (1743-1826) JOB(patriarche) dLbbhK50’1

220

96 41,

52 149

165 15

i>tLILRA\LI 1,oiiis

(17-36-1813) 149 1, Ioscph (1762-1845) 192 L \\I\ Claiide ( 1820-1878) ‘2 L\\c,r \ I\ Paill (1872-1946) 112, 1.39, 140, 141 LA\(:I>I I 3.3 L i p 1 \ < t Pierre Simon (1748-1827) .y.?. 105, 154. 153

-

L i ~ h i 4.E. i

91

(1807- 18.53) 100, 134, 125, 133 Ù 191.1.59. 160. 176 L \ \ O l i l b d K Antoine 1,aurerit (1743-1794) 13. 22, 35, 31. 32. 3.3, 37, 36, 37. 35, 39. 5.5. 71. 15.90, 104. 106. 111. 124. 135, 129. 131, Ù 15.7. 171. 176, 179, Li\\H1 \ ( 1 Ernest (1901-1958) 97 LI HI 41 Paul (1868-1%9) GO, 166, 167,199 I,II 11Henri ( 1 8.50-1936) 1. 2, 25. 152. 1.55. 156. 166. 159, 201 122i K t U I r\iiguçte

LI ( 00 D r UOI\BA~VIRAN Paid (1838-1912) 6, 69, 70, 57, Y9. 156. 157 LFt j \ Jean-Marie (1939-) 201 L,i.hlFii\ Nicolai (1645-1715) 24. 35713159, 195, 199 L ~ O \ M Ii )~ VIUC.I t (1452-1319) 35 5 5 , 20% LI 1 ( IPPI (460-370 av. J -C ) Lt V H W ~ KUrbain (1811-1877) 6 I,i \ Y I \ \Xilliarii (1714-1781) 49 I,i\iii>1,niiis (1843-1917) 197, '04 Lii IN. Jiiitiii ( 1803-1873) 50. 133, 134, 136, 146, 1-59 i2 161, 175 \O\ IJi\\i ( h l (1707-1778) 170 L I I > I > \ ICahriel ~\\ (18+c5-1921) 114, 115 Lii I K F Eiriile (1801-1881) 15 I,()< K \ I II Norrnaii (1836-1920) 80, 5.7 1,0\0i \ (Ignace de -) (1491-1556) 200 Lo\\ I(, (:ad (1803-1890) 75. Y0

M Mu K F V I I K R 82 Vi( M~iioù Edme (1808-1898) 203 McMii I ZR Edaiïi (1907-1991) 95 Mi( ()r r n Piene (1718-1784) 45, 145 5' C ~ Z 01 I li\ (IY -) (1701-1778) \I Z î l u i i H Abu Jafar Abdallah (710-77'5) 23 hfii~ I I Tearirie (1709-1838) 126 M 4 i i c . i i i i I Aridréas (1709-1782) 30. -52. 75, 161, 162 ~ I A H I \( L R(Jean Cliarles CAI (1817-1804) ~ I l i l \ i K I1 A 90 Miiiiorii k l m e (1620-1684) 33 MAI ILNO\ Camille ( 1 867-1034) 201

116

7, 69, 70, 73. 55, 90. 147, 162 163

MLIshit.,~lit LA PI 4( r Jeari-Baptiste (1734-1793) 32 (1830-1895) 4, 5, 7, 10 K H A W François (1916-) 117

I Jdiiis

Moiio (prophète) 36 M O I ~ S AHenri V (1852-1907) 22, 39. 60, 76, 115, 355, 164 & 167, 189, 190. 199 MOMI Caypard (1748-1818) 33. 106, 138, 153 MORGi\\ 96 Moi Z W E H Gusta\ (1797-1856) 36, 55, 199 Moi 111 I Charles (1863-1929) '01 h41 I I I R \O\ Ri I( I I I \i I I I \ Fraiiz (1740-1836) 74

N hi w 1,4\1>i Johii (1837-1898) 5, 10 '2, 154 Ni. W 10%Isaac ( 1 G+3-1727) NIEIV I hi&plinre ( 1765-1833) 15,156.157 Nii il( b i>t S \ i \ I -Vi( I OH -\bel (1805-1870) 111.197 Uii,ioù Lars (1840-1899) 39, 49, 90 Yo»i>A 67 1 i

-t9

c53 77 :3 6 57 1O3 3

71 12 25 1O 1 80 -t2 6O 10 93 28 *I 102 79 7’6 8 -t6

ll(l\ > P ( l / ( J ~ l ~ i ~ l i ( ’

63.54 247 102.50 254 167.20 118.71 1,; 1 .96 .ï3.84 257 18.99 223 1r,?. 2.5 (19.72 72.01 178.4‘3 +.O0 104.03 1.00 114.82 120.90 192.22 83.80 1.38.90 200

I’rIQC.

16 96 44 97 $5 I6 I 5

15 O7

--3 1

55 55 69 73 41 52 55

31 70 50 50 45

0.94 174.07 24.30

$6 97 36 45 60

.ï+,9:2

44

258 2 O O. c59 9.5.9-t 1 4t.2-t 2O,18 2.37.04 38.71 92.90 2x3 194.96 190.2 3 5.90 10O.-t2

97 20 42 56 54

9.5 $6 6.5 97 21 50 34 50

s1mlloll~

\»IR

Pliosp h e

P

Platine Pi orr i b Yliiton iimi Poloriiimi I’otassi 11111 Prai6od) r m Prornéiliiimi Proiartiriiii rri Rad i I I 111

Pl

PI,

\ o(rt«mir/ire

13 78 82

Pli

04

PO

Ilad o ri

Rn

8-t IO 59 O1 91 88 86

R1ii.ri i imi Kliotliii rr)

Re

7.5

Kh Rh

-t .5 37

il t i t I i4iiiiiri i Sa rriariii rri

R 11

-t-t

sir1

Scaritliimi

SC

O2 21

S416riiIi i i i Si Iici iim

Se

3-t

Si \a

1-t

Riihitliiiiii

Sotliirrri So1iîr.e Strori t iirrn Tarital c Tedin6tiii rrr Tellure Terhiiirn

Thalli i i m Ttioriirrri ‘1% uliimi Titane Tiirigst èric I1nriilpeiitiiirri Ilrinilq uadiirrii I rariiirin lari adiiirri

x,, (

11011

K

Pr Prri Pa Ra

Ta

11 1h 38 73

7i-

43

TC

.52 O5 81 90 69 22 7-t 1or, 104 02 23 .5-f 70 39 30 40

S Sr

Th T1 Tli Trri Ti

5‘ IJnp

Iriq

I\ 7

Xe \‘b

l’it(d~itirti Yttriii rri

Y

Zinc

Zii

Zirconiiirri

Zr

llmsw irtiitnrrlirc

30.97 195,08 207.2 2-t-t 209 30.1 O 140.90 1-t5 231 . O 3 230 232 186.2 102.00 8.5 4 O 1 0 1 . O7 150.30 ~

+-t.S;> 78.90

28.08 22.08 32.00 87.02 18.9-t 08.90 127.00 158.92 2O-t.38 2 3 2 0-3 168.93 47.88 3 83.85 262 26 1 238.02 r,0.9-t 13 1.%O 13.04 88.90 6 li. 3 9 91,22

INDEX QUELQUES THÈMES ET MOTS-CLÉS

Thi.mr

I’ag r

TtIi.IflP

- Acide aérien

101

- Elémerits principes

- Acide rriuriatiqiie

- Equilibres chimiques

- Air

77 106 106 31

- Air pur? vicié

101

- Acide rriuriatique

oxyghé

- Action de masse

-

Air phlogistiqiié. déphlogistiqué, inflarnrnable, fixe

- Alchimie - hrrialgaination - Analyse spectrale - Anirnisirie

- Equivalents -

Escarboucle

- Esprits - Ethérène - Fission

31

11, I S , 26

20 184 13

-

Iondantç

67, 76

177 147

- Four électrique

1y9

- Fréons

194

- Gaz hilarant

- Chalumeau

198

- Gaz m6phitique

13

12 106, 109 119 2.5 11, 12 125 145

- Forrriules développées

- Force vitale

- Balsarniis

- Chiniiatrie

l’rlg \lll~.\'l~ ( (1::07-11L5 I.\[ (17:37-1810) - LA1 l i o i I i ~ i i ~ ~ l : l l l l .. rr Ii.i.ii. ( 1 O O O - l ~ ) Xct ) Ii+ii(* (180 KIXI 1.1. \ O \ SIX \I)O\ITZ (11~20-180b)- I,'irispii.atioii .................... L \ \ 0 l S l l . l l (17+:)-170+) - TX c4iriir ~ i l i a l l l i ................

................

129

.............. 1137

............

Koisii \I I I I olt~s. iiiiiribro atoiriicpic.. IIIRSW trtoiriiqiic')

'lahlc drls

..

__

"