Le travail bénévole: engagement citoyen ou travail gratuit? 9782843032042, 2843032040

186 80 4MB

French Pages 219 Year 2010

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Le travail bénévole: engagement citoyen ou travail gratuit?
 9782843032042, 2843032040

Citation preview

LE TRAVAIL BÉNÉVOLE

La collection « Travail et salariat » est dirigée par Bernard Friot. DÉJÀ PARUS

Nicolas Castel, La retraite des syndicats, 2009. Bernard Friot, L'enjeu des retraites, 2010.

Cet ouvrage a été conçu dans le cadre des recherches de l'Institut européen du salariat (IES), réseau de chercheurs en sciences sociales attachés à l'analyse sociologique, politique, économique, historique et juridique du salariat. Le salariat est défini par ses institutions constitutives comme la sécurité sociale, la qualification personnelle, la socialisation du salaire, l'ordre public social, qui l'ont sorti de sa réduction à une relation de subordination. Transposés dans les autres dimensions de la vie en société, ces outils d'émancipation peuvent mener le salariat, né dans le capitalisme, à un dépassement de celui-ci. L'Institut européen du salariat publie des ouvrages chez différents éditeurs, ainsi qu'une note mensuelle et des documents téléchargeables sur le site www.ies-salariat.org.

Illustration de couverture : © Maud Simonet. Maquette d'après François Féret

LE TRAVAIL BÉNÉVOLE ENGAGEMENT CITOYEN OU TRAVAIL GRATUIT ? M a u d Simonet

Travail et salariat

La Dispute

REMERCIEMENTS

Le manuscrit a beaucoup bénéficié des critiques, remarques et suggestions de Daniel Bizeul, d'Yves Lochard et de Delphine Naudier et je les remercie vivement pour leur lecture. Je souhaiterais remercier également Anne Bory, Vérène Chevalier, Matthieu Hély, John Krinsky et Yves Lochard, qui ont largement contribué à l'élaboration de cet ouvrage au cours de nos années de travail, de recherche et d'écriture collectives. J'espère que ce produit final leur plaira, et que, même si j'en suis seule responsable, ils s'y retrouveront. Un immense merci, enfin, à toutes celles et ceux qui, des deux côtés de l'Atlantique, ont rendu cette aventure possible.

Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés pour tous pays. © 2010 La Dlspute/SNÉDIT, Paris ISBN : 978-2-84303-204-2

INTRODUCTION

Le 29 septembre 2009, lors de l'annonce de son plan « Agir pour la jeunesse », Nicolas Sarkozy avait déclaré que l'engagement serait l'un « des piliers de l'autonomie des jeunes », que « le service civique entrait pleinement dans le projet d'une société qui s'engage », « qu'il y a un don de soi des jeunes et que la société a besoin de ce don ». En octobre 2009, Martin Hirsch présentant la proposition de loi relative au service civique devant le Sénat annonce qu'il s'agit là « d'assouvir un désir d'engagement chez ces jeunes qui l'expriment si souvent » et que ce service civique « rassemblera, mobilisera, épanouira l'engagement ». « Nous n'avons pas le droit de décevoir les espoirs, de ne pas saisir les mains empreintes de bonne volonté, de tarir cette soif d'engagements, de ne pas répondre à ces élans de générosité » affirmera encore le haut-commissaire à la jeunesse. En mars 2010, la loi sur le service civique volontaire est votée. À entendre les discours politiques, le volontariat qui se construit avec cette nouvelle loi, celui qui s'exerce déjà sous d'autres statuts (volontariat civil, associatif) dans les associations, et afortiori le bénévolat, pratique associative par excellence, exprimeraient avant tout un désir d'engagement, un don de soi et 7

Le. travail bénévole un élan de générosité. Dans le discours des acteurs engagés dans ces pratiques, pourtant, c'est de travail qu'il est aussi, et parfois essentiellement, question, et pas uniquement d'engagement et de citoyenneté. En 2004, lorsque je le rencontre, Marc a une vingtaine d'années. Q est volontaire depuis quelques mois, non sous ce statut de service civique mais sous celui du volontariat civil qui l'a précédé. Il est engagé à Unis-Cité, une association qui propose depuis plusieurs années des programmes de service solidaire pour les jeunes et se mobilise au niveau national pour généraliser cette expérience à l'ensemble de la jeunesse. Tout au long de l'entretien, Marc utilise les termes « travail », « boulot », « taf » pour parler de son volontariat dans l'association. Alors qu'il vient de dire «Je vois la différence [entre bénévolat et volontariat] quand on travaille avec des bénévoles », il se reprend même soudain, vaguement ennuyé, et cherche alors à se corriger : « Marc : Ouais, en plus déjà faut pas dire "travail". - Maud : Pourquoi faut pas dire "travail" ? - Marc : Parce que c'est pas un travail en fait, c'est un engagement. C'est un engagement pour être volontaire. C'est plus une idée d'engagement, dans le sens où... je sais pas... en fait, quand on trav... par exemple, si demain je travaille dans n'importe quel truc, eh ben, comme je travaille, j'ai le droit de quitter le boulot ou de... alors que là, c'est différent. Vu qu'on est volontaire, volontaire ça veut dire plein de choses, ça veut dire qu'on... enfin, c'est pas pareil, je trouve qu'il y a quelque chose de plus profond que d'aller signer un CDD ou un CDI. Là, c'est pas pareil.»

Quand je lui demande si ces questions sont abordées dans le cadre de l'association, Marc me répond alors que « ouais, ouais, si, si », ils en parlent et qu'on les reprend souvent quand ils [les volontaires] disent « travail ». « Mais ils [les salariés de l'association] nous reprennent souvent parce que eux, ils se battent justement pour que l'image du volontariat, ça soit l'image du volontariat, ça soit pas l'image d'un travail. Ils veulent différencier le travail et le volontaire. Ils se battent pour ça, mais ce n'est pas facile, hein! C'est pas facile parce que machinalement, on dit: "Ouais, je vais au boulot." »

Bien qu'il essaie visiblement de reprendre à son compte ce discours de l'association (« ce n'est pas du travail, c'est de l'engagement... »), Marc le questionne pourtant un peu plus loin dans l'entretien. Il a été malade la semaine passée et m'explique que 8

Introduction lorsqu'il a prévenu l'association, on lui a demandé de ramener un « arrêt de travail ». « C'est là où ça diffère, en fait... j'ai même posé la question, mais... On me dit que ce n'est pas un travail... mais si on est malade, faut un arrêt de travail ! Un certificat médical, ça marche pas. »

À la question de Marc, le sociologue est bien en peine de répondre. Dans la division du travail sociologique, là aussi, le bénévolat dans les associations, dans ses formes « pures » ou indemnisées, est, à de rares exceptions près, du côté de l'engagement, de la citoyenneté. II a généralement été considéré par ceux qui l'ont étudié comme s'inscrivant dans et même symbolisant le « hors » ou le « non ^-travail et c'est au titre de son extériorité et de son opposition à l'objet « travail » justement qu'il a pu être abordé par certains grands sociologues du travail. La participation à la vie associative est ainsi évoquée dans les travaux pionniers de Georges Friedmann comme l'une de ces « activités de non-travail » relevant des « loisirs actifs », types de loisirs susceptibles de compenser, selon l'auteur du Travail en miettes\ les effets désastreux du travail en permettant « la réalisation de soi, la créativité, l'initiative ». Si la pratique associative de Marc est tout entière loisirs ou engagement, alors comment comprendre l'arrêt de travail qui lui est demandé, les mots qu'il utilise malgré lui pour en parler, la leçon que lui fait l'association, ainsi qu'aux autres volontaires, au regard de sa propre « bataille » comme il dit ? Et puis, au-delà de Marc, comment expliquer que des bénévoles puissent intenter — et gagner — des procès pour requaliiier leur « contrat de bénévolat » en contrat de travail, comme ce fut le cas notamment contre la Croix-Rouge en 2002 ? Comment comprendre les discours du monde associatif hier sur la « professionnalisation » des bénévoles, aujourd'hui sur le « management et la gestion des ressources humaines bénévoles » ? Comment analyser la grève des cinquante bénévoles parisiens des Camions du cœur en octobre 2001 ou les discussions en 2010 lors des premières assemblées générales d'ASSO, le nouveau syndicat du secteur associatif, sur la représentation des droits des bénévoles et des volontaires à côté de ceux des salariés et des stagiaires ? En s'appuyant sur plusieurs enquêtes sur le bénévolat et sur le volontariat menées en France et aux États-Unis, cet ouvrage propose une analyse du travail bénévole et de ses enjeux sociaux 1. Georges Friedmann, Le Travail en miettes, Gallimard, « Idées », Paris, 1964.

Le travail bénévole et politiques. Issu du terrain, des mots utilisés par les acteurs bénévoles puis volontaires que j'ai interviewés, en France comme aux États-Unis, pour décrire et dire leur pratique (« mon travail ici... », « I work as... [je travaille comme... ] »), ce projet d'analyser le bénévolat comme du travail a pour ambition d'éclairer certaines dimensions de la pratique bénévole restées dans l'ombre des travaux qui l'appréhendent uniquement comme un acte d'engagement, une expression de la citoyenneté. Avant de faire l'objet d'éventuelles procédures de « reconnaissance statistique », comme on le revendique parfois dans les organisations associatives mais aussi chez les économistes du tiers secteur, le travail bénévole mérite d'abord, comme je tenterai de le montrer ici, de faire l'objet d'une approche sociologique qui permette d'éclairer les enjeux sociaux et politiques dans lesquels il est pris aujourd'hui. En proposant d'analyser le bénévolat comme du travail, j'emprunte ici largement au mouvement de déplacement de regard que les féministes avaient opéré sur les activités domestiques il y a déjà plus de quarante ans. Revenant sur cette mise en lumière du travail domestique, Danièle Kergoat écrit ainsi qu'« il devient alors collectivement "évident" qu'une énorme masse de travail est effectuée gratuitement par les femmes, que ce travail est invisible, qu'il est réalisé non pour soi mais pour d'autres et toujours au nom de la nature, de l'amour ou du devoir maternel » a . En levant le voile de l'amour pour penser le travail domestique, les féministes n'ont pas simplement transformé notre regard sur la famille, elles ont changé notre regard sur le travail, sur les enjeux sociaux et politiques de sa définition, de ses frontières, de sa visibilité. Et surtout elles ont montré combien il nous fallait penser ensemble espace de la production et espace de la reproduction, travail domestique et travail salarié. De façon similaire, en soulevant le « voile de la citoyenneté » qui rend en partie invisible ce travail bénévole, je montrerai combien il faut penser ensemble l'espace de l'engagement et celui du travail et combien ce travail bénévole dans les associations ne peut, lui non plus, être pensé en dehors de ses rapports au travail salarié. Dévoiler le travail derrière l'amour ou la famille n'était pas une mince affaire. Dévoiler le travail derrière l'engagement n'en est pas une non plus. Dans notre compréhension traditionnelle, écrit la sociologue Arlene Kaplan Daniels, le travail désigne « ces

2. Danièle Kergoat, « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », Dictionnaire critique duféminisme, PUF, Paris, 2000, p. 37.

ÎO

Introduction activités que l'on doit faire pour gagner sa vie »3. Il relève de la contrainte et de la rémunération et s'oppose en tout point à la liberté de choix et à la gratuité qui définissent communément le bénévolat. Associer les termes « travail » et « bénévolat » implique donc d'aller à l'encontre de l'une ou l'autre de ces deux définitions et surtout de mettre en cause l'opposition qu'elles sous-tendent. En parlant de « travail bénévole », on reconnaît implicitement soit que le travail peut être libre et gratuit, soit que le bénévolat ne l'est pas autant qu'on serait spontanément amené à le croire. Dès lors que l'on questionne la volonté, la liberté de choix, que l'on introduit de la contrainte dans les engagements, le travail bénévole devient-il autre chose que du travail gratuit ? Ou faut-il au contraire penser le travail bénévole comme un travail libre, parce qu'engagé, porteur de nouvelles formes d'émancipation des travailleurs, au-delà de l'emploi et de notre définition conventionnelle du travail ? C'est par une analyse empirique, comparative et à différentes échelles que je me propose de répondre à cette question. Pour ce faire, je m'appuierai sur plusieurs recherches que j'ai menées, en France et aux États-Unis depuis le milieu des années 1990, sur le bénévolat puis sur le volontariat - cette forme particulière de bénévolat, à temps plein, pour une durée déterminée et ouvrant droit à une couverture sociale et à une indemnité. Au total, ce sont environ cent quarante acteurs qui m'ont confié, à propos du travail bénévole, leur expérience, leur point de vue ou leur mode d'intervention 4 : des bénévoles, des volontaires et anciens volontaires mais aussi des salariés responsables d'équipes de volontaires, ou coordinateurs de bénévoles, des représentants associatifs et des représentants des pouvoirs publics ayant participé à l'élaboration et/ou à la négociation de mesures en faveur du bénévolat. Les entretiens sur le bénévolat (une centaine) ont été réalisés entre 1994 et 2008, dans différentes villes de France et des États-Unis. En ce qui concerne plus spécifiquement les bénévoles interrogés, l'enquête a combiné un principe de diversification de l'échantillon (en termes de caractéristiques sociodémographiques des acteurs, de type d'activité bénévole, de taille et secteur d'activité 3. Arlene Kaplan Daniels, « Invisible work », Socialproblems, vol. 34, n° 5, 1987, p. 403. 4. Cette collecte et cette analyse de discours sur les pratiques étudiées se sont accompagnées d'une analyse de documents juridiques, politiques, associatifs et scientifiques, produits sur ces différentes formes de travail bénévole. Afin de faciliter l'entrée sur des terrains particuliers ou pour appréhender in situ certaines dimensions particulières des pratiques étudiées, des observations plus ou moins participantes mais toujours ponctuelles ont également été réalisées.

11

Le. travail bénévole des associations) à une analyse plus précise de certains terrains locaux ou sectoriels.5 Pour l'essentiel, les secteurs couverts par les entretiens sont le social (logement, vestiaires, distribution alimentaire), l'éducatif (activités de loisirs pour enfants, accompagnement scolaire), la santé (lutte contre le sida, bénévolat à l'hôpital) ou encore le soutien aux travailleurs immigrés (aide juridique, alphabétisation). Loin de viser une représentativité de l'ensemble de la pratique bénévole6, la recherche s'est donné comme objectif une connaissance élargie et diversifiée de ce champ des « associations de solidarité », pour reprendre l'expression de Bénédicte Havard Duclos et Sandrine Nicourd7, avec ses figures idéaltypiques du bénévolat « social » en France, « communautaire » aux Etats-Unis, mais aussi ses tensions et ses oppositions (« Ici, on fait pas du caritatif », souligneront ainsi des bénévoles de C ou de Droit au logement). À la différence de ce premier corpus empirique constitué d'entretiens isolés avec des bénévoles de multiples et diverses associations françaises et américaines, l'enquête de terrain sur le volontariat, menée à Paris et à New York entre 2002 et 2005, a essentiellement porté sur quatre programmes associatifs, deux français (Uni6-Cité et le volontariat étudiant à l'Afev) et deux américains (City Year et Teach for America). Le choix d'étudier ces quatre programmes a combiné deux critères. Le premier visait à étudier le transfert culturel qui a en partie contribué à l'institutionnalisation légale du volontariat en France dans les années 2000 : le programme français de volontariat UnisCité, un des acteurs associatifs clés de cette institutionnalisation, étant issu du programme américain City Year. Le second critère, lui, visait à respecter les définitions du volontariat (civic service) en cours dans les deux pays au moment de l'enquête. 8 Un peu

5. Des contacts, réseaux et recommandations ont ainsi permis une analyse plus poussée du bénévolat dans les associations de lutte contre le sida à New York, et un financement du Fonds national de la vie associative pour une enquête sur le bénévolat dans l'accompagnement scolaire m'a conduite à étudier plus particulièrement cette pratique. 6. Au regard des statistiques nationales, tant françaises qu'américaines, sur le bénévolat, le sport et la culture apparaissent ainsi sous-représentés. 7. Bénédicte Havard Duclos et Sandrine Nicourd, Pourquoi s'engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité, Payot, Paris, 2005. 8. Lorsque l'enquête a été menée, le terme « volontariat » désignait encore dans le monde associatif français de6 pratiques de bénévolat très encadrées, mais non rémunérées, comme celles du « volontariat étudiant » à l'Afev, où des étudiants s'engagent dans les quartiers qui entourent l'université, essentiellement à travers l'accompagnement scolaire mais aussi un nouveau statut d'engagement associatif indemnisé comme à Unis-Cité. Symétriquement, aux Etats-Unis, on parle de civic service pour désigner aussi bien des prati-

12

Introduction plus de quarante-cinq entretiens auprès de volontaires, d'anciens volontaires, de coordinateurs et de responsables locaux et nationaux de ces programmes, mais aussi de représentants associatifs et politiques et de professionnels des champs dans lesquels ces programmes opèrent, ont été réalisés. Si les enquêtes et le matériau sur lesquels s'appuie cet ouvrage sont éminemment comparatifs, le traitement des terrains français et américains dans les différentes parties n'y sera pas équilibré. L'ouvrage étant adressé à un public français, l'Amérique sera convoquée ici pour ce qu'elle nous enseigne dans ses différences ou dans ses ressemblances avec la France, mais aussi et surtout parce que, de l'usage de Tocqueville en Amérique à l'importation du « volontariat à l'américaine » par l'association Unis-Cité, c'est à une véritable histoire du bénévolat entre la France et les ÉtatsUnis que l'on est confronté ; une histoire de représentations réciproques, de modèles et de passeurs, aux frontières des mondes scientifiques, politiques et associatifs. Ne pas tenter a minima de la reconstituer, c'est prendre le risque de se faire prendre dans les fils de cette histoire et dans le jeu de ses miroirs. Cette analyse du travail bénévole a également été menée à plusieurs échelles. Je me suis en effet intéressée aux usages qui sont faits de ces pratiques associatives à la fois par les acteurs qui s'y engagent, par les pouvoirs publics qui les soutiennent, et par les organisations associatives dans lesquelles elles s'exercent. L'ouvrage propose donc à la fois de mettre en lumière ces usages sociaux, politiques et associatifs du travail bénévole et d'en comprendre les articulations pour en faire apparaître les enjeux. Je montrerai d'abord dans une première partie combien ce travail bénévole ou volontaire s'inscrit dans les carrières professionnelles réelles ou idéales des acteurs, et combien l'inégalité du rapport social au bénévolat, cumul pour les uns, sacrifice pour les autres, vient redoubler les rapports inégaux à l'emploi. À l'ambivalence de ces usages sociaux du bénévolat fait écho, comme je le montrerai dans un deuxième temps, l'ambiguïté des usages politiques de cette pratique. À l'encontre d'une certaine doxa à la fois sociale et sociologique qui tend à opposer initiative bénévole et intervention ques bénéficiant d'une indemnité - comme le programme City Year (250 $ par semaine à New York au moment de l'enquête) - que des pratiques pour lesquelles les acteurs perçoivent un véritable salaire - comme le programme Teach for America, qui place pendant deux ans des jeunes très diplômés dans les écoles publiques en difficulté en leur offrant la formation universitaire pour devenir enseignant. Teach for America comme City Year font tous deux partie du réseau AmeriCorps, le grand programme de volontariat national créé par Clinton, et à ce titre reçoivent des financements de la Corporation for Community and National Service, qui gère AmeriCorps.

13

Le. travail bénévole de l'Etat, je montrerai combien, derrière les discours politiques sur la citoyenneté, l'État est un acteur clé de la construction de ce travail bénévole, mais aussi de son instrumentalisation. Dans les politiques publiques du bénévolat, il n'est pas simplement l'objet d'une politique, le bénévolat en est aussi et même surtout l'instrument, dans une visée qui souvent échappe aux acteurs et parfois contredit le sens même de leur engagement. Cette instrumentalisation étatique des pratiques bénévoles ne s'opérerait cependant pas sans la médiation du monde associatif, et c'est sur ces organisations associatives, responsables de la transformation de l'engagement en travail, et sur les relations de travail bénévole qui s'y construisent que je me pencherai alors dans une troisième partie. En convoquant la sociologie du travail, ses concepts, ses outils d'analyse et ses réflexions, en proposant d'analyser le bénévolat comme du travail, je ne prétends pas que le bénévolat ne soit que travail. J'affirme simplement qu'il n'a pas suffisamment été étudié comme tel et qu'il y a quelque chose à y gagner dans notre savoir sur cette pratique, mais aussi dans notre savoir sur le travail, au « sens traditionnel » du terme, pour reprendre l'expression de Kaplan Daniels. Loin de nier l'apport des analyses du bénévolat comme engagement, comme forme de militantisme et/ou comme exercice de la citoyenneté, l'analyse du bénévolat comme travail vient les compléter et même les complexifier en pointant les contradictions qui peuvent s'opérer entre sens de l'engagement associatif et réalité du travail bénévole, entre appel public à la citoyenneté et instrumentation de celle-ci. De la même manière, la sociologie du travail bénévole ne s'inscrit pas dans une simple relation d'emprunt à la sociologie du travail. Elle ouvre des perspectives théoriques et empiriques nouvelles pour analyser l'engagement au travail aujourd'hui, dans ses fondements (« pourquoi travaillons nous ? »9), mais aussi dans ses formes, ses statuts, ses institutions, ses politiques. En forçant les portes de la sociologie du travail pour y imposer l'étude du travail bénévole dans le cadre associatif on fait immanquablement entrer dans le champ d'analyse un cortège de figures et de pratiques qui participent au fonctionnement des mondes du travail sans être socialement reconnues comme travail. L'étude du travailleur bénévole appelle ainsi celle du travailleur volontaire, cette forme d'engagement associatif qui ouvre droit à une indem9. J'emprunte ici le titre d'un ouvrage collectif dirigé par Danièle Linhart. Pourquoi travaillons-nous ? Une approche sociologique de la subjectivité au travail, Erès, Paris, 2008.

14

Introduction nité et à une couverture sociale, sans toutefois relever du droit du travail. Elle fait parfois écho aux quelques analyses qui existent sur le travail du stagiaire 10 , celui de l'« amateur à carrière » 11 ou celui de l'allocataire du workfare12. Enfin, elle n'interroge pas uniquement les pratiques de travail gratuit inscrites dans des statuts qui s'affichent comme au-delà de l'emploi, mais aussi celles qui se nichent au cœur de celui-ci. Dresser le portrait du bénévole en travailleur, comme je le ferai ici, ce n'est pas simplement transformer notre regard sur les citoyennes et les citoyens engagés, c'est aussi mettre au jour une autre figure qui se dessine en négatif, celle du travailleur en bénévole.

10. Cf. Génération précaire, Sois stage et tais-toi !, La Découverte, Paris, 2006, et Gina Neff et Giovanni Arata, « The compétitive privilege of working for free: rethinking the rôles interns play in communication industries », article présenté au congrès annuel de l'American Sociological Association, New York, 11 août 2007. 11. Robert A. Stebbins, Amateurs. On the Margin Between Work and Leisure, Sage Publications, Beverly Hills (Californie), 1979. 12. Apparu dans les années 1980 et généralisé dans les années 1990, le workfare pose comme principe que l'allocataire de l'aide sociale doit travailler pour continuer à percevoir son allocation. Voir John Krinsky, Free Labor ? Workfare and the Contested Language ofNeoliberalism, University Press of Chicago, 2007, et en français « Le workfare. Néolibéralisme et contrats de travail dans le secteur public aux États-Unis », Les Notes de l'IES, n° 8, novembre-décembre 2009.

15

PREMIÈRE PARTIE LES USAGES SOCIAUX DU TRAVAIL BÉNÉVOLE : ENTRE L'IDÉAL DU TRAVAIL ET SA RÉALITÉ

Les deux histoires que je vais présenter en ouverture de cette partie, celle de Marc, jeune volontaire à Unis-Cité évoqué en introduction, et celle de Pierre, aujourd'hui en pension d'invalidité et au long passé de bénévole, montrent bien comment l'analyse des engagements associatifs ne peut faire l'économie des dimensions de travail inscrites dans ces pratiques et, plus précisément encore, de leurs rapports à l'emploi. À elles deux, ces histoires offrent un bon aperçu de la diversité des interactions objectives et subjectives qui relient le travail bénévole et la carrière professionnelle. Leur comparaison laisse également entrevoir la manière dont les rapports à l'emploi des bénévoles déterminent largement leur rapport aux pratiques bénévoles. Elles permettent d'éclairer ce que j'entends par usages sociaux du bénévolat : les modalités, qui se déclinent du plus instrumental au plus intime, par lesquelles ce travail bénévole intervient pour combler l'écart entre les aspirations, les représentations idéales des acteurs en termes d'emploi et de carrière, et les positions qui sont les leurs sur le marché du travail. « J'avais plus d'économies, y avait plus à manger chez moi, et j'avais pas de taf qui m'attendait. Donc au début, il a fallu se speeder

17

Le. travail bénévole comme d'habitude et j'ai trouvé un taf. Et après j'ai réfléchi et j'en avais marre de... en fait, j'en avais marre de prendre seulement ce que l'on me donnait. J'en avais marre de pas choisir et je me suis dit voilà, je suis peut-être dans la merde, mais même quand je suis dans la merde, je me donne ce devoir-là de pouvoir choisir ce que je fais et pas de... pas d'aller voir les annonces et puis de toutes les faire et là où on me dit oui, j'y vais, alors que ça ne me plaît peut-être pas d'aller vendre des télés ou d'aller porter des carreaux toute une journée. Donc, là, je me suis dit voilà maintenant il faut que tu fasses ce que tu aimes, ce qui te plaît et pas ce que l'on te donne, parce qu'il y a soi-disant pas autre chose. » (Marc, volontaire à Unis-Cité)

Au moment de l'entretien, Marc a une vingtaine d'années et il est volontaire à Unis-Cité depuis quelques mois. Il vit seul, dans un foyer de jeunes travailleurs de la région parisienne. Il est titulaire d'un BEP comptabilité et d'un brevet d'État de moniteur sportif. Q a été « vendeur, agent de médiation dans les bus, fait de l'animation dans les maisons de quartier en intérim... » et puis juste avant d'entrer à Unis-Cité, il a fait, pendant quelques mois, de la surveillance dans les cantines scolaires. À plusieurs reprises au cours de l'entretien, Marc exprime son désir de « travailler dans l'humanitaire ». C'est ainsi, raconte-t-il, qu'il est arrivé à Unis-Cité. « Je me suis rendu à la mission locale d'où j'habite et j'ai été voir, c'était une assistante sociale, je crois, ou une éducatrice, et je lui ai dit que je voulais travailler dans l'humanitaire et elle venait de recevoir un e-mail d'Unis-Cité, la semaine d'avant. Donc elle m'a donné les coordonnées, j'ai appelé. »

Marc décrit alors les différents entretiens qu'il a passés pour entrer dans l'association, en s'étonnant un peu qu'il y en ait autant. « Après, ils nous ont un peu parlé de..., enfin ils nous ont parlé de ce que l'on allait faire, que c'était un engagement. » Il m'explique ensuite les différentes « missions » des volontaires, celles d'une journée par semaine, qui dure les neuf mois de l'engagement, et celles de deux ou trois semaines, un mois parfois, qui s'enchaînent. « Ils nous donnent un délai et c'est bien de boucler dans les délais. Faut aller jusqu'au bout. Si la mission c'est d'ouvrir, par exemple, une boutique de vêtements pour des gens démunis, à un prix symbolique, ben on le termine. Quoi qu'il se passe, les différentes péripéties qu'il peut y avoir ! Je donne cet exemple parce que justement c'était pour Z, ça c'était un peu mal passé. »

18

Les usages sociaux du travail bénévole... Q s'attarde alors sur ce conflit qui s'est produit entre les sept volontaires de son équipe et les travailleurs (salariés comme bénévoles) de l'association Z, dans laquelle les volontaires devaient trier les vêtements avant de repeindre les locaux. « Pendant un moment, le travail qu'on faisait il était pas visible », m'explique Marc, en évoquant la pièce pleine de vêtements à trier. « Quand on triait les vêtements, par exemple, chemise par chemise, et qu'on les mettait dans des sacs-poubelle. Eux ils arrivaient, ils voyaient plein de sacs-poubelle, c'est tout. Us voyaient pas... » Quand « ils » ont vu, « après », le travail accompli, la pièce rangée et repeinte, c'était déjà trop tard selon Marc, le « clash » avec les volontaires ayant déjà eu lieu. « Quand les gens de Z nous ont un peu agressés, on n'a pas tous réagi de la même façon. Y en a qui ne voulaient plus revenir, d'autres se sont énervés et par exemple, pour moi, je n'étais plus du tout motivé parce que j'avais l'impression de servir de main-d'œuvre, alors qu'au début ça se passait bien et ça m'énervait de ressentir ça. »

À plusieurs reprises, il exprime à travers cette expression (« servir de main-d'œuvre ») ce sentiment que son engagement dans cette mission n'a pas été reconnu en tant que tel et a versé tout entier du côté d'un travail subordonné. « Ils auraient pu embaucher des manutentionnaires pour servir de main-d'œuvre, ça aurait été la même chose », résume-t-il un peu plus loin. De sa mission à long terme qui consiste à « faire de l'animation dans un centre où les gens ont la sclérose en plaques », Marc parlera dans des termes beaucoup plus positifs. Alors qu'elle lui semblait au départ la plus « dure », c'est au final celle qui lui convient le mieux parce que là il voit « vraiment le résultat de [s] on travail », il se sent vraiment utile. Il me raconte alors différentes anecdotes qui mettent en scène des interactions avec des personnes du centre (« je sais plus ce que je lui ai dit mais hop, ça a déclenché quelque chose, il s'est ouvert et voilà. Et là, on sent qu'on lui a apporté quelque chose et puis c'est bien »). Quand je lui demande ce qu'il compte faire après son volontariat, il répond qu'il aimerait bien « continuer à travailler dans le même domaine ». Et puis il ajoute qu'il a même pensé, à un moment, passer un diplôme pour être éducateur spécialisé, mais il ne pense plus le faire aujourd'hui. Il vit dans un foyer de jeunes travailleurs et il a besoin d'être rémunéré. « Ça me bloque sur beaucoup de trucs, hein, mais ce n'est pas grave, je vais au moins continuer à travailler dans l'humanitaire, même si je ne suis pas rémunéré de beaucoup mais, au moins, j'aime ce que je fais et c'est cooL » Il évoque alors sa situation actuelle de volontaire, « on est 19

Le. travail bénévole rémunéré 570 euros, c'est pas beaucoup »', les difficultés à payer le loyer tous les mois, et puis les remarques des autres volontaires avec qui il discute et qui lui disent qu'ils ne feraient jamais ça s'ils étaient à sa place. « Ils sont tous chez leurs parents, ou leurs parents les aident », reconnaît Marc, qui leur reproche pourtant de ne voir « que la difficulté » de sa propre situation. « Ça, ça ne dure qu'un temps, ça ne va pas être toute ma vie comme ça. Si je décide de vraiment m'investir dans ça, ben peut-être qu'au bout d'un moment, je monterai de grade ou peut-être que je serai mieux rémunéré. » Autour de lui non plus, les gens ne comprennent pas pourquoi il fait ça. Ses amis, « les mecs », lui disent que « c'est noble », « comme je ne suis pas payé ou alors pas beaucoup, ils me disent c'est courageux, c'est bien ». Quand on l'interroge sur l'avis de ses parents, il répond qu'ils veulent qu'il gagne de l'argent, qu'il ait un CDI « au moins ». Et puis il précise qu'avec son père, il n'y a pas trop de dialogue, « il n'accepte pas et on peut pas trop discuter ». La mère de Marc, elle, « n'est pas d'accord, mais elle accepte, en fait ». Elle trouve que c'est bien ce qu'il fait, mais qu'il faudrait qu'il fasse autre chose. Marc, lui, a, pour la première fois de sa vie, l'impression de se donner le pouvoir de choisir et de ne pas juste prendre ce qu'on lui donne. « C'est pas du tout pareil... entre un truc qui est alimentaire et un truc qu'on fait parce qu'on a une conviction, qu'on y met ses tripes, c'est complètement différent. J'ai jamais fait de boulots qui étaient vraiment des boulots très... J'ai commencé par financer des promoteurs immobiliers, après donc vente de produits de placements par correspondance, après j'ai fait de la gestion de patrimoine et puis de la formation... c'est pas le truc exaltant de ma vie ! J'ai jamais pris mon pied dans ma vie professionnelle. J'ai fait mon boulot honnêtement. Alors que là... c'est vrai qu'à C, quand on se retrouvait trois ou quatre autour d'une table et que... je me rappelle une fois... » (Pierre, pension d'invalidité, ancien bénévole à C)

Pierre, âgé d'une cinquantaine d'années, a été diagnostiqué séropositif en 1989. Deux ans plus tard, il rencontre à l'hôpital des bénévoles de C, une association de lutte contre le sida, et décide de la rejoindre. • renoue ainsi avec « le monde associatif » qu'il avait « abandonné » depuis 1976, après deux années d'alphabétisation dont il déplorait la « nullité méthodologique » (« je me suis arrêté parce que je me suis dis je perds mon temps, c'est vraiment de l'amateurisme et ça peut être aussi dangereux pour la population 1. Le statut de volontaire civil sous lequel Marc est engagé est un statut exclusif, qui n'autorise pas d'autre activité rémunérée.

20

Les usages sociaux du travail bénévole... que l'on touche »). Après avoir passé les entretiens et suivi les formations, il se dirige « naturellement » vers la réponse téléphonique, précisant qu'à l'époque il était, au niveau professionnel, « en train de créer une structure de vente par correspondance, de produits financiers, notamment avec un truc de phoningen réception ». Et puis, ayant une formation économique et juridique, il choisit aussi l'accueil des personnes pour leur donner des conseils juridiques, « notamment le droit des personnes, les successions... tout ça, c'était mon domaine ». Quelques années plus tard, Pierre est, dans le cadre de son occupation professionnelle « victime de trois fusions successives ». II est alors chargé de la formation de forces de ventes dans une compagnie d'assurances' et il se retrouve bientôt avec trois autres personnes sur le même poste. Le premier sera « licencié à l'anglaise », le deuxième, plus âgé, partira en retraite. « Et pour la petite histoire, le dernier, il a eu le poste à condition d'accepter une diminution de salaire de 33 % et ils l'ont foutu à la porte quatre ans après. Avec comme indemnités de salaire le calcul sur son nouveau salaire bien entendu ! » Pierre, lui, a négocié son licenciement pour motif médical. À ce moment-là, alors que Pierre se retrouve sans activité professionnelle, le responsable salarié de la formation à C dans la région quitte son poste. Pierre se voit alors proposer de prendre la suite. « J'ai dit : "Ça ne m'intéresse absolument pas ! Moi j'ai aujourd'hui un système de couverture sociale monstrueux, je vais toucher une rente d'invalidité de la sécurité sociale qui est top. Je vais toucher un gros complément de la part de l'organisme de prévoyance de ma compagnie. Vous n'allez jamais pouvoir me proposer un salaire comme ça et en plus si un jour il y a un problème, votre couverture sociale à vous n'est pas à la hauteur de celle-là... ça ne marchera pas. Par contre, au niveau volontaire, je veux bien le faire." » Alors que la plupart des postes de responsabilité à C reposent sur un binôme « salarié-bénévole », Pierre occupe seul et comme bénévole cette fonction pendant deux ans, deux ans au cours desquels il passe toutes ses demi-journées dans les locaux de l'association. Au bout de deux ans, c'est lui qui demande à ce qu un salarié soit recruté et il se charge du recrutement avec le directeur régional. Après quinze années passées à C, Pierre dit avoir eu le sentiment d'avoir « à peu près tout fait dans cette association » : il a 21

Le. travail bénévole été « au contact des personnes », dans les instances politiques de l'association, à différents niveaux (régional, national), puis il a été représentant de l'association dans plusieurs structures partenariales. Il dit avoir eu le sentiment d'avoir fait le tour et reconnaît également que quinze années « en action par rapport à une pathologie qui est la sienne, au bout d'un moment, ça devient un peu fatigant ». Et puis, précise-t-il : « Alors ça, c'est vrai pour n'importe quel, j'allais dire pour n'importe quel métier, on tombe dans un système où on sait à quel moment lancer la vanne qui va produire l'effet que l'on attend sur la majorité du groupe auquel on a affaire. Et donc je me suis dit, là, faut que je m'arrête parce que ça devient heu... systémique, donc il faut faire autre chose. Et donc je me suis dit, bon, ben, j'ai acquis une expérience et pourquoi pas la transposer ailleurs ? »

Pierre va alors contacter l'association R., après avoir vu une émission sur le travail de réinsertion entrepris pas l'association auprès de personnes en difficulté. Il leur envoie une lettre de motivation en expliquant qu'il souhaiterait intervenir comme bénévole auprès de ce public, sur ces questions d'insertion, et se souvient du coup de fil qu'il recevra, peu de temps après, sur son portable, alors qu'il est en train de faire des courses dans un grand magasin : « Voilà, on a reçu votre lettre de motivation. Est-ce que vous pourriez nous envoyer un CV ? » Pierre se voit alors proposer de prendre part au grand projet sur lequel travaille actuellement le service formation de l'association. • serait, entre autres, chargé du recrutement de six cents formateurs bénévoles pour l'association. « Elle me dit : "Est-ce que c'est un challenge qui vous intéresse ?" Je lui dis : "Je n'avais pas pensé à ça... Pourquoi pas ? Sous réserve de rencontrer l'équipe déjà en place, de voir comment tout ça peut s'articuler." »

L'expérience de Pierre à R. fait long feu. Au bout de deux mois, il quitte la structure en leur envoyant une lettre de quatre pages qui leur « dit leurs quatre vérités ». • explique ce départ précipité par le sentiment de n'avoir jamais eu de mission clairement définie et clairement soutenue au sein du service formation. Pierre va faire une « dernière tentative » auprès d'une association d'accompagnement de malades en fin de vie à laquelle il a envoyé plusieurs mails proposant ses services pour accompagner des malades. On finira par lui répondre, de « façon très 22

Les usages sociaux du travail bénévole... sèche », que l'association ne fait pas, à proprement parler, d'accompagnement, mais du lobbying politique. Au moment de l'entretien, il est en plein déménagement pour s'installer avec son compagnon. « Je crois que ma vie associative va s'arrêter là », conclut-il. Les histoires de Marc et de Pierre, dans leurs différences comme dans leurs similitudes, donnent à voir la place et le rôle des pratiques bénévoles dans la construction des carrières professionnelles des individus. Cette place peut être complémentaire à l'activité professionnelle proprement dite, comme c'est le cas dans la première partie de la carrière de Pierre. Jusqu'à son licenciement, la carrière de bénévole de Pierre s'est en effet déroulée en parallèle de sa carrière professionnelle, un parallélisme toutefois marqué par de nombreuses interactions. Certaines sont de nature objective, comme lorsqu'il choisit de s'engager dans des activités bénévoles qui mobilisent certaines ressources qu'il met en exercice dans son activité professionnelle, mais elles sont aussi subjectives si l'on se réfère cette fois à l'opposition qu'il fait entre « l'alimentaire » et les « convictions », les « tripes »... L' histoire de Marc et la seconde partie de carrière de Pierre soulignent toutefois que la pratique associative peut s'inscrire également dans un rapport de substitution à l'activité professionnelle exercée. Les horaires effectués, le caractère exclusif de l'engagement, la dépendance économique à l'indemnité : autant d'éléments qui font de l'expérience de volontariat de Marc une expérience de travail, comme le soulignent sans cesse les termes qu'il utilise, presque malgré lui, pour la désigner. À l'association tous les jours, pour au moins une demi-journée, prenant seul la suite d'un salarié, Pierre passe sans transition d'une occupation professionnelle à une occupation bénévole quasiment aussi engageante. Les différences de condition qui caractérisent toutefois ces deux récits de vie déterminent des rapports différents à ce travail bénévole. Marc vit en foyer, avec un peu moins de 600 euros par mois, Pierre, lui, n'a jamais exprimé de difficultés en matière financière. Alors que le premier recherche un travail dans l'humanitaire et accepte ce statut de volontaire par nécessité, pour se donner les moyens de « choisir ce qu'il aime », le second est amené à refuser un poste de salarié et à l'accepter en tant que bénévole pour ne pas perdre le niveau de vie et de protection sociale que son licenciement lui aura permis d'obtenir. En « choisissant » le volontariat, Marc est, à l'égard de sa situation matérielle, dans le registre du sacrifice. Dans cette étape de sa carrière professionnelle et au regard de sa situation économique, la pratique bénévole de Pierre relève davantage d'un « plus », d'un supplément social et 23

Le travail bénévole symbolique. Entre cumul et sacrifice, c'est cette part invisible des carrières professionnelles que je me propose de mettre au jour et d'analyser dans ce premier chapitre. Je m'interrogerai ensuite sur cet idéal du travail qui conduit ces bénévoles et ces volontaires à s'engager, sur ce qui les pousse à travailler gratuitement ou presque, par choix... ou par nécessité.

CHAPITRE PREMIER

LA CARRIÈRE : ENTRE CUMUL ET SACRIFICE

Les enquêtes statistiques sur la pratique bénévole1 sont riches d'enseignements. Toutes confirment que la pratique augmente avec le diplôme2, le revenu3 et la catégorie socioprofessionnelle, mais aussi avec l'inscription familiale. Elles soulignent combien le « bénévole moyen » a toutes les caractéristiques d'un être bien intégré socialement, pour ne pas dire d'un dominant : homme, entre 35 et 45 ans, avec un diplôme et une catégorie socio-professionnelle relativement élevés, un emploi, une famille, des enfants. Elles permettent également de faire tomber quelques idées reçues qui ont cours dans certains secteurs du monde associatif, sur le « désengagement » des jeunes ou le surengagement des retraités 1. Pour la France, on peut citer l'enquête « Vie associative », partie variable de l'enquête sur les conditions de vie de l'INSEE, ou encore l'enquête CNRSMatisse conduite par Viviane Tchernonog. 2. Selon l'enquête « Vie associative » de l'INSEE de 2002, le taux de bénévolat est de 36 % pour ceux qui ont un diplôme supérieur au bac et de 14 % pour ceux qui n'ont pas de diplôme. 3. Le taux de bénévolat est, selon la même enquête, de 20 % pour le premier quartile de revenus et de 32 % pour le dernier.

25

Le. travail bénévole notamment. Enfin et surtout, elles permettent de mettre au jour la permanence de logiques sociales auxquelles le monde associatif n'échappe pas. Comme le monde professionnel et le monde domestique, le monde associatif attribue certains rôles aux hommes et d'autres aux femmes : aux premiers, le bénévolat dans le secteur du sport, aux secondes, celui dans le sanitaire et le social, le travail du care, pour reprendre une terminologie à la mode. Aux hommes également les fonctions de responsabilité et de direction. Selon l'analyse faite par Muriel Tabariés en 2009 des données tirées de l'enquête CES-Matisse de 2005 4 : 31 % des présidences associatives sont occupées par des femmes, le chiffre variant de 44 % de femmes présidentes dans le secteur de l'action sociale, à 3 % dans celui des associations de chasse et pêche, ou 17 % dans le sport... La proportion de femmes dans les instances dirigeantes s'élève par contre à 57 % quand on ne regarde plus le poste de présidente mais celui de secrétaire. À la reproduction des hiérarchies sexuées dans les instances dirigeantes fait d'ailleurs écho la reproduction des hiérarchies sociales. En effet, selon la même enquête, si 42 % des présidents sont issus des catégories cadres moyens et supérieurs (actifs et retraités), alors que cette catégorie ne représente que 26 % de la population française, les trésoriers et secrétaires, eux, sont plus fréquemment issus des catégories employés que les présidente. L'apport de cette photo statistique de la pratique est, on le voit, loin d'être négligeable. Toutefois, si elle permet de repérer qui est bénévole et où, elle s'avère insuffisante pour rendre compte de tous ceux qui sont, ont ou ont été engagés dans des parcours de bénévole, et a fortiori des parcours eux-mêmes. Un « bénévole retraité » peut être un primo-bénévole, ou avoir derrière lui un long parcours d'engagement dans la pratique. Une personne non bénévole aujourd'hui peut avoir exercé cette pratique pendant des années, comme c'est le cas de Pierre en ouverture à cette partie. Pour analyser ces dynamiques d'engagement, la notion de « carrière », forgée par la sociologie du travail, offre, comme je le montrerai ici, un outil précieux. Ce faisant, l'étude des carrières de bénévoles met en lumière les liens multiples qui se construisent dans le temps entre les engagements bénévoles et les carrières professionnelles réelles ou idéales des bénévoles. Dans une étude menée dans une ville du nord-ouest des ÉtatsUnis qu'elle a rebaptisée pour l'occasion Pacific City, la sociologue américaine Arlene Kaplan Daniels propose ainsi de recourir à la notion de « carrière » pour analyser l'engagement bénévole de 4. Neuf mille trois cents associations interrogées, soit environ vingt-sept mille dirigeants associatifs.

26

La carrière : entre cumul et sacrifice femmes, personnalités associatives au niveau local. Elle reprend alors, en les adaptant, les analyses d*Everett Hughes, sociologue américain des professions, sur les carrières professionnelles. Elle retrace les différentes étapes des carrières invisibles de ces femmes bénévoles et montre comment l'entrée dans ces carrières, plutôt que sur le marché du travail, est fortement déterminée par leur position de classe et le rôle qu'elle leur assigne en tant que mères et qu'épouses. La sociologue souligne, en effet, combien le travail invisible de ces femmes de la classe supérieure, souvent à temps plein et « à vie », leur permet de contourner, tout en la respectant, l'interdiction de mener une carrière professionnelle rémunérée qui incombe à leur statut social... « Pour les femmes qui ont une ambition personnelle dans ce milieu social, le service à la communauté est le meilleur compromis entre les attentes de classes et les attentes de la famille et la meilleure façon de mobiliser leur énergie. » 5 Arlene Kaplan Daniels analyse alors les différentes compétences que ces femmes acquièrent dans l'exercice de ce travail bénévole en direction de la « communauté » et les différents types de carrières bénévoles sur lesquelles elles débouchent (carrières de généralistes/carrières de spécialistes6...). Elle met également en lumière, pour quelques-unes d'entre elles, des modes de sortie des carrières bénévoles vers des emplois rémunérés ou des fonctions politiques. Là où Hughes est essentiellement resté dans les mondes du travail et a déplacé le regard sociologique, en s'appuyant notamment sur la notion de carrière, pour examiner comme des « professions établies » des « occupations » ordinaires, là où certains de ses élèves comme Howard Becker et Erving Goffman ont importé cette notion dans des mondes où il n'est a priori pas question de « faire carrière » (la déviance, la maladie), le travail de Kaplan Daniels pose, au cœur même de l'usage de la notion de carrière, la question des frontières entre travail et non-travail. Kaplan Daniels ne propose pas simplement d'analyser ces carrières de bénévoles comme des carrières professionnelles, elle les considère comme telles et s'intéresse, notamment dans le dernier chapitre de son ouvrage, aux raisons qui font que la société ne reconnaît pas ce travail invisible comme du travail. Pionnier dans l'analyse des carrières bénévoles, le travail d'Arlene Kaplan Daniels porte toutefois sur une population 5. Arlene Kaplan Daniels, Invisible Careers. Women Civic LeadersJrom the Volunteer World, University Press of Chivago, 1988, p. 9. 6- Parmi les spécialités mentionnées, on trouve notamment la collecte de fonds {fttnd-raising), les relations publiques et la défense de causes (advo-

cacy).

27

Le. travail bénévole particulière quant à son usage quasi, exclusif (à la fois à un temps t et tout au long de la vie) du travail bénévole. Ce dont il est question ici, c'est bien une double substitution, synchronique (à un temps t) et diachronique (tout au long de la vie), d'une carrière bénévole à une carrière professionnelle et, en ce sens, toutes les carrières bénévoles ne sont pas des « carrières invisibles ». Les carrières invisibles des femmes de Pacific City constituent un cas particulier et extrême d'une palette d'interactions entre travail bénévole et carrière professionnelle ; palette d'interactions que seule l'analyse des carrières bénévoles permet de mettre au jour. LES DIFFÉRENTES ÉTAPES DE LA CARRIÈRE DU BÉNÉVOLE Le principal apport de la notion de carrière, c'est le modèle en séquences qu'elle invite à construire et qui permet de prendre en compte et d'analyser la dimension temporelle d'une pratique. Ainsi, l'analyse de l'entrée dans le bénévolat, loin de se réduire à un moment, ou même à une seule étape, mérite comme je le montrerai ici d'être décomposée en plusieurs séquences : le « déclic », le contact avec l'association, l'entrée dans celle-ci et l'entrée dans le rôle. En s'interrogeant non plus sur les raisons pour lesquelles on devient bénévole ou volontaire, mais sur les voies par lesquelles on entre dans ces pratiques, on peut mettre en lumière les différents facteurs qui opèrent dans le passage de l'une à l'autre de ces étapes de la carrière. Loin des représentations traditionnelles de l'engagement comme appel individuel, l'étude des carrières bénévoles fait ainsi apparaître les mécanismes sociaux qui participent de ces passages et met au jour le travail des organisations associatives et des institutions sociales dans la construction de ces parcours. Elle donne alors à voir les processus de sélection qui s'opèrent dans ces parcours et la dualité des expériences qui s'y construisent. Le « déclic » : du « pouvoir de la demande » à l'offre de sous-emploi Lorsqu'ils retracent leur parcours, la plupart des bénévoles font rarement démarrer leur carrière au moment effectif de leur entrée dans la pratique. Ils évoquent souvent une période antérieure au cours de laquelle ils souhaitent s'engager, sans être encore prêts à le faire. Alors que l'étape antérieure à l'entrée est présentée comme une étape longue, comme une maturation de la décision, cette dernière est présentée comme un « déclic », 28

La carrière : entre cumul et sacrifice précipité par un événement, raconté dans les entretiens sous la forme d'une anecdote. « C'était sur cette place, je me rappelle. À une manifestation, un étudiant m'a demandé de bien vouloir m'en occuper, enfin, y participer, et donc... Nous avons été quelques-uns à fonder cette association, sous l'impulsion en grande partie de cet étudiant. » (JeanPierre, accompagnement des malades en fin de vie, responsable d'une association de soutien aux travailleurs immigrés, professeur de sport bénévole en club et en prison, 75 ans, ancien professeur de médecine à la retraite, Nantes)

Comme le montre l'extrait d'entretien ci-dessus, ces « déclics » découlent en fait d'interactions et mettent souvent en lumière des phénomènes de repérage, voire de cooptation. Un bénévole dans une association catholique m'expliquait ainsi comment, le jour de la fête de la paroisse, un responsable de cette association qu'il voyait souvent à la paroisse était venu lui proposer de se joindre à eux « maintenant qu'il était à la retraite ». Cet « effet demande » et les processus de stigmatisation sur lesquels il repose (« toi qui es un bon chrétien, de surcroît à la retraite ») se mesurent d'ailleurs dans les enquêtes sur le bénévolat régulièrement publiées par Independent Sector, une organisation aux frontières des mondes scientifiques et associatifs aux États-Unis. En 2000, 50 % des gens interrogés par Independent Sector déclarent qu'on leur a demandé de s'engager. L'enquête met alors en évidence que le pourcentage de ceux qui s'engagent quand on le leur a demandé est beaucoup plus élevé (71 %) que le pourcentage de ceux qui s'engagent sans qu'on leur en ait fait la demande (29 %).7 Un ami, quelqu'un de la paroisse et quelqu'un au travail apparaissent alors comme les principales réponses formulées par les bénévoles à la question « Who askedyou to ?» (qui t'a demandé de... ?). Au-delà de l'entrée dans la première activité bénévole, on retrouve ces processus à l'œuvre pour le passage à d'autres étapes de la carrière (l'entrée dans une nouvelle activité, la prise de responsabilités). Ce « pouvoir de la demande », pour reprendre l'expression utilisée dans les rapports d'Independent Sector, qui fait que l'on répond rarement (difficilement ?) « non » à ceux qui vous demandent de vous engager, est loin d'être ignoré par les associations. « J'ai commencé parce qu'on me l'a demandé ! » déclarait, sur un mode relativement cynique, ce jeune bénévole américain. Il poursuit alors en racontant comment, pour mener des campagnes de recrutement pour les différentes associations 7. Independent Sector, Giving and Volunteering in the United States 2001.

29

Le. travail bénévole auxquelles il appartient, il organise aujourd'hui des événements festifs fonctionnant sur le principe du réseau : il invite ses amis, qui invitent leurs amis... « Beaucoup de gens n'auront pas l'initiative d'aller frapper à la Croix-Rouge mais si un ami leur demande... » Sur ce même registre, le Secours catholique procure aujourd'hui à ses bénévoles un kit de mobilisation pour « les aider à faire la promotion du bénévolat au sein du Secours catholique ». On peut ainsi y lire : « Appeler de nouvelles personnes à être solidaires n'est pas une affaire de spécialistes, c'est votre affaire ! Devenez relais du Secours catholique autour de vous. » Au-delà, on peut analyser les campagnes de recrutement menées par de nombreuses associations dans des lieux clés (lieux de travail, universités...) comme des mises en scène publiques de cette demande qui tentent de faire s'opérer, in situ, ce « déclic » de l'engagement. « En fait, ça fait plusieurs années que je me dis que j'ai envie de faire du bénévolat. [...] J'en avais marre de me dire, tous les ans, je vais faire quelque chose et de jamais faire quelque chose en fait et puis voilà, dans ma fac, y a eu une campagne de l'Afev, j'ai pris un dépliant, je les ai appelés, et puis voilà. » (Sylvia, bénévole dans l'accompagnement scolaire, 20 ans, étudiante, Paris)

Pensée à l'aide de la notion de carrière, l'analyse de l'entrée dans la pratique nuance ainsi le récit « vocationnel » qui se dégage souvent des entretiens pour faire apparaître la construction sociale et la dimension normative de l'engagement. Loin de relever uniquement de la décision strictement individuelle, d'un strict « mouvement intérieur et [d']un acte d'absolue liberté », pour reprendre les termes de Charles Suaud 8 dans son analyse critique de la vocation, l'analyse de l'entrée dans la pratique fait donc apparaître à travers ces phénomènes de repérage, voire de cooptation, des formes de pressions sociales, de sollicitations... Comme le soulignent Pascale Moulévrier, Jean-Noël Retière et Charles Suaud 9 à propos du juge non professionnel, le candidat au bénévolat « n'est pas traîné au tribunal par celui ou celle qui l'y aura incité, voire pressé. Motivations à l'état latent, des dispositions n'attendaient que d'être attisées pour donner naissance au projet. Les solliciteurs eux-mêmes ne sollicitant pas au 8. Charles Suaud, La Vocation, conversion et reconversion des prêtres ruraux, Éditions de Minuit, « Le sens commun », Paris, 1978, p. 8. 9. Pascale Moulévrier, Jean-Noël Retière et Charles Suaud, La volonté de juger : les juges non professionnels du tribunal des baux ruraux, du tribunal pour enfants et de la commission d'indemnisation des victimes, rapport du GIP, MSH-Nantes/Mission de recherche « Droit et justice », 2005, p. 60.

30

La carrière : entre cumul et sacrifice hasard auront su repérer ces dispositions. » Loin de se produire au hasard des milieux sociaux, ce « pouvoir de la demande » apparaît au contraire bien ancré dans ceux-ci et permet entre autre de comprendre certaines formes dliomogamie (c'est-à-dire de choix du semblable) qui caractérisent le recrutement bénévole. Si, pour certains des candidats au volontariat, le « déclic » est bien construit sur un mode similaire à ce qui vient d'être décrit pour le bénévolat - à travers notamment les campagnes de recrutement de volontaires organisées par les associations - , pour d'autres on est davantage confronté à un phénomène de réorientation qu'à un phénomène de sollicitation. Comme l'a bien mis en lumière l'exemple de Marc, l'offre de volontariat est en effet présentée par certaines institutions (missions locales, institution judiciaire) ou leurs représentants (éducateurs spécialisés) en réponse à la demande d'emploi formulée par les jeunes pour la plupart d'origine populaire. De même, pour Myriam : « Jusqu'à ce que ça aille mieux, j'ai un éducateur qui s'occupe de moi... Donc il a fait des recherches sur le Web et il a trouvé UnisCité. II m'a dit : "C'est du volontariat, tu seras payé et tout et t'auras la possibilité de faire plein de choses. C'est une grosse association qui vient en aide aux autres associations." Alors j'y suis allée. » (Myriam, 18 ans, volontaire à Unis-Cité)

Là où une analyse de l'entrée en termes de pourquoi ne permettrait pas de repérer de différences fondamentales entre les volontaires, l'analyse en termes de comment - quelles sont les étapes d'entrée dans la pratique et comment sont-elles socialement construites ? - permet de mettre au jour la dualité des trajectoires qui conduisent à l'exercice de cette pratique et au-delà la dualité des expériences de celle-ci. « Honnêtement, il y avait des gens qui s'engageaient dans le programme parce que c'était un boulot (a job) » déclarait au cours d'un entretien une ancienne volontaire de City Year Boston. « C'était un boulot très très peu payé. Je pense qu'on touchait 100 dollars par semaine. Mais 100 dollars c'était mieux que rien. » Elle décrit alors cette « autre catégorie » de participants au programme, « autre » par rapport à celle à laquelle elle s'identifie : « Il y avait la catégorie de ceux qui n'étaient pas à l'école, avaient quitté l'école. Probablement avaient été en prison, sortaient de prison, vivaient chez eux, dans des familles désunies, des situations familiales très dures. Des gens qui n'étaient vraiment pas en situation de trouver même un boulot. Et leur travailleur social, ou... quelqu'un dans le système de détention de la jeunesse leur a dit :

31

Le. travail bénévole "Bon, voilà un programme, c'est ta dernière chance. Rentre dans ce programme, porte l'uniforme, suit les règles, tu seras même un petit peu payé, et si tu peux t'y tenir, ça te maintiendra en dehors de la prison, et de là, tu as une bonne chance de trouver un boulot... parce que tu auras quelque chose de très positif sur ton CV et les salariés de l'association t'aideront et ils connaissent du monde. Donc, applique-toi dans ton travail." En gros : "C'est ta dernière chance." »

Proche d'un superbénévolat pour ceux qui interrompent leurs études pour se « rendre utile » en France ou « rendre à la communauté » aux États-Unis, en testant éventuellement la possibilité d'une (ré)orientation professionnelle dans les secteurs associatifs ou socio-éducatifs, l'engagement dans le volontariat relève davantage d'une expérience de sous-emploi pour ceux que les institutions ou les travailleurs sociaux ont adressés là, pour répondre à leur recherche d'insertion professionnelle dans « le social ou l'humanitaire ». Cette dualité dans les modes d'entrée dans les programmes se retrouve également à l'intérieur des modes d'occupation du statut de volontaire, comme en témoignent largement, par exemple, les différents rapports des volontaires à leur indemnité : « argent de poche » pour les uns, soutenus financièrement par, voire habitant avec leurs parents, « salaire »10 pour « les autres », « ceux qui vivent en foyer, doivent louer une chambre, n'ont que ça pour vivre », pour reprendre les termes d'un salarié d'Unis-Cité. On la retrouve, enfin, à la sortie des programmes, les entretiens menés tant à Unis-Cité qu'à City Year avec des volontaires ou des responsables d'équipe laissant entendre que les jeunes issus des classes populaires constituent le gros des bataillons de départs anticipés du programme, que ces départs s'effectuent « volontairement » ou non. Certains sont renvoyés du programme parce que l'on a découvert qu'ils avaient contourné l'interdiction de cumuler un volontariat et un emploi et qu'ils ne veulent (peuvent ?) pas renoncer à cet emploi. D'autres sont renvoyés parce que ce contournement, resté secret, leur occasionne de trop nombreuses absences. D'autres, enfin, quittent d'eux-mêmes le programme parce qu'ils ont trouvé, ailleurs, un « emploi mieux 10. Dans les entretiens que j'ai menés à City Year comme à Unis-Cité, les termes « pay », « salary ». « wage », « paie », « rémunération », « salaire » ont été largement utilisés par les volontaires et parfois également par des représentants des associations. Dans l'enquête qu'elle a menée pour la CPCA, en 2008, auprès de volontaires en service civil dans différentes associations françaises, Stéphanie Rizet confirme cette ambivalence des termes utilisés par les acteurs pour désigner « l'indemnité ». CPCA, « Analyser le potentiel et les freins au développement des formes d'engagements associatifs en France », Études et documents, n° 7, septembre 2009.

32

La carrière : entre cumul et sacrifice payé »... Dans tous les cas, c'est leur rapport à l'emploi qui détermine, de l'entrée à la sortie des programmes, les dynamiques de leur engagement et, au-delà, leur rapport subjectif et objectif à celui-ci. Comme le met bien en évidence l'exemple de ces jeunes volontaires issus des classes populaires, le « désir d'engagement » ne préexiste pas nécessairement à l'entrée dans la pratique. C'est bien d'un désir et d'un besoin de travail dont il est question ici, d'un désir de travail engagé (l'associatif, l'humanitaire) couplé à un besoin d'emploi. Retraduit en offre d'engagement par les institutions de l'État social (travail social, justice), il n'en est pas moins objectivement vécu comme un sous-emploi. L'entrée dans le rôle Si la volonté de s'engager ne préexiste pas toujours à l'entrée dans la pratique, tous les « désirs d'engagement » ne se concrétisent pas non plus nécessairement. Une fois le « déclic » opéré ou l'orientation vers la pratique effectuée, la prise de contact avec l'association n'entraîne pas une entrée immédiate et automatique dans la pratique, et encore moins dans le rôle. Les processus de sélection sociale sont donc loin de s'arrêter avec cette première séquence. Pour certains rôles de bénévoles, très construits et contrôlés par l'organisation associative, l'entrée dans le rôle ressemble à un véritable processus de recrutement : on est alors sélectionné avant d'être « embauché », formé avant d'être « opérationnel ». Ainsi Marie, bénévole à Aides, qui sera présentée plus en détail en troisième partie, décrit-elle au cours de son entretien la double procédure d'intégration qu'elle suit depuis six mois et qui lui permettra à terme d'être « opérationnelle » : intégration dans l'association (entretiens, formation, présentation et choix de l'activité), puis intégration dans le rôle d'écoutante (formations spécialisées, « doubles écoutes passives », puis « doubles écoutes actives » avec un processus d'évaluation). A l'instar de ces formes de bénévolat très encadrées, l'entrée dans les programmes de volontariat, en France comme aux États-Unis, comporte elle aussi plusieurs étapes. Marc a ainsi passé trois entretiens : « un entretien individuel avec le gars de la communication », puis « un entretien avec [...] deux chefs d'équipe » suivi d'un « autre entretien collectif », avant d'être retenu pour faire partie d'une équipe de volontaires, équipe qui sera constituée lors de la semaine d intégration où sont réunis tous les candidats qui auront passé ces trois étapes de sélection. À City Year New York, les volontaires suivent un processus de recrutement tout aussi complexe, mais il faut y ajouter en sus un premier mois consacré uniquement à la formation et à la socialisation. Dans les deux associations, la 33

Le. travail bénévole construction d'équipes « équilibrées », pour reprendre le terme d'une coordinatrice, constitue l'étape finale du processus de recrutement Savamment orchestrée selon des critères « psychosociologiques » (au moins deux « leaders » qui « tirent les autres » dans chaque équipe), mais aussi sociaux et ethniques (diversity aux États-Unis ou « mixité sociale » en France), elle s'opère lors de l'étape de l'« intégration » qui permet aux coordinateurs de mettre en observation les nouvelles recrues. Si, l'année où mon enquête a été menée, Unis-Cité avait encore trop peu de candidats pour véritablement limiter l'accès à l'association par le processus de recrutement, à City Year New York comme à Aides, les chiffres approximatifs qui m'ont été fournis par des responsables laissent entendre que seulement 25 % des candidats iraient jusqu'au bout du parcours... 75 % de ceux qui contactent l'association abandonnent donc, de gré ou de force, quelque part entre ce premier contact et l'entrée dans le rôle. Les évolutions de la carrière bénévole L'entrée dans la première activité réalisée, elle est souvent suivie d'une implication dans d'autres activités, pas nécessairement dans la même organisation. Les primo-bénévoles mis à part, nombreux sont les bénévoles que j'ai rencontrés qui étaient parallèlement engagés dans d'autres associations. À la fois plus ouverte « horizontalement » et moins construite « verticalement », la carrière du bénévole offre un horizon bien plus complexe de changements de position et d'emploi que les carrières professionnelles. Même s'il existe des possibilités de progression interne dans l'organisation associative, et que la figure du militant qui prévaut dans certaines organisations porte avec elle l'idée d'une prise progressive de responsabilité (« du terrain au bureau »), les carrières bénévoles ne sont pas à strictement parler organisées sur le modèle d'une progression verticale par paliers. Comme le souligne Arlene Kaplan Daniels, « il n'y a pas de modèle ou de contexte pour une mobilité verticale quand on n'est pas engagé dans une profession ou un monde du travail déjà établi. Il n'y a pas d'idée de progression ordonnée à travers des étapes de carrière, pas de progrès graduels qui seraient affirmés à travers des promotions ou des augmentations. Ainsi, les femmes qui choisissent des carrières non rémunérées dans le bénévolat n'ont ni le réconfort procuré par ces validations extérieures ni le soutien pour le modèle de réussite et de mobilité ascendante implicites dans l'évaluation de leur action » n . 11. Arlene Kaplan Daniels, Invisible Careers..., op. cit., p. 220.

34

La carrière : entre cumul et sacrifice Non seulement la dimension verticale de la carrière bénévole est moins institutionnalisée que dans les carrières professionnelles12. mais encore elle ne peut être réduite à sa forme ascendante, à l'idée d'une seule progression dans la hiérarchie des activités. De manière tacite ou explicite, certaines responsabilités, qu'elles soient ou non électives, ne sont en effet endossées que pour une durée temporaire (« pendant trois ans, j'ai été responsable de soirée, après je suis redevenu "simple bénévole de terrain" »)• La dimension verticale de la carrière bénévole n'est donc qu'une des formes possibles des transformations de l'engagement avec le cumul (l'abandon) d'autres engagements ou l'intensification (la diminution) du temps passé dans l'engagement... Ainsi, comme le souligne l'entretien ci-dessous avec Jean-Pierre, l'arrêt d'un rôle n'implique pas l'arrêt d'une activité dans la même structure, tout comme l'arrêt d'une activité n'implique pas l'arrêt de la pratique bénévole. «J'ai hâte de trouver un président qui me remplace. Vous savez, c'est trop. À mon âge, c'est trop demander. Non, il faudrait qu'il y ait des jeunes retraités ou préretraités. Non pas pour quitter l'association, mais pour ne plus avoir ce rôle. »

De nombreux bénévoles, en retraçant l'évolution de leur carrière dans le monde du bénévolat, ont évoqué des difficultés à gérer leur implication, leur « investissement »• dans ce monde. Ils dénoncent un trop-plein : trop dans le rôle, trop de rôles, un rôle trop prenant... Dans ces discours sur le « trop d'engagement », l'expérience de la pratique est appréhendée en relation avec d'autres engagements sur lesquels l'implication dans le bénévolat peut « empiéter » : la vie privée et la vie professionnelle. « Petit à petit, je me suis complètement investie, ce qui fait que j'ai un peu arrêté les études et tout quoi. Petit à petit, je m'impliquais de plus en plus. À un moment donné, il a fallu que je choisisse : c'était soit les études, soit je continuais », déclare ainsi Aurélie, étudiante en communication de 19 ans et bénévole dans une association de soutien aux travailleurs immigrés. Il est alors question de « gérer » ses engagements, d'organiser d'une meilleure manière la répartition de son temps, de réaffirmer ses priorités. Mais si les engagements bénévoles peuvent être vécus comme contrariant l'équi12. Ou même que certaines carrières amateurs organisées autour du « cursus idéal du champion ». Cf. Vérène Chevalier et Brigitte Dussart, « De l'amateur au professionnel : le cas des pratiquants d'équitation », L'Année sociologique, n ° 52,2002, p. 451-468.

35

Le. travail bénévole libre familial et professionnel, le travail de Kaplan Daniels nous montre également comment la pratique bénévole peut contribuer à les (ré)concilier, non plus tant sous l'angle de la concurrence des emplois du temps que sous celui de l'opposition des valeurs. C'est par leur engagement bénévole que ces femmes peuvent concilier leurs valeurs de classe et leur désir de mener une carrière. Non seulement la carrière bénévole constitue, pour le milieu social dont ces femmes sont issues, une carrière « acceptable » en dehors du foyer, mais en outre le maintien de la position de classe du mari autorise la prise de responsabilité dans les associations où elles s'investissent et la progression fortement verticale de ces carrières invisibles. En se substituant à une carrière professionnelle, la carrière bénévole reste toutefois essentiellement déterminée par les évolutions de la carrière familiale de ces femmes. Les carrières invisibles décrites par Arlene Kaplan Daniels constituent ainsi une modalité particulière du rapport entre les trois types de carrières dans lesquels les individus ici analysés peuvent être, plus ou moins simultanément, inscrits : une carrière bénévole, une carrière familiale et une carrière professionnelle. LES CARRIÈRES BÉNÉVOLES ET LEURS INTERACTIONS AVEC LES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES Dans le cas des carrières invisibles, la carrière bénévole tenant lieu de carrière professionnelle, ce sont les carrières bénévoles et les carrières familiales qui progressent simultanément et interagissent l'une 6ur l'autre. Dans le cas des secondes carrières, c'està-dire des carrières bénévoles entamées ou poursuivies à l'issue de la carrière professionnelle, les acteurs n'ont de manière similaire « que » ce double engagement bénévole et familial à gérer. Je montrerai toutefois comment leur engagement passé dans une carrière professionnelle influence pourtant sous différentes formes (surinvestissement fréquent au moment du passage à la retraite, choix du secteur d'activité, etc.) leur carrière bénévole. Enfin, la troisième configuration possible, celles des carrières parallèles, fera l'objet d'une analyse plus détaillée. Ici, l'exercice de l'activité bénévole coexiste avec une inscription réelle ou potentielle de l'individu dans le monde du travail ; carrières familiales, professionnelles et bénévoles progressent alors simultanément. Les carrières invisibles «J'ai la chance, c'est vrai, de ne pas travailler. Enfin, la chance... et la malchance, puisqu'en déménageant tous les deux ans, c'était impos-

36

La carrière : entre cumul et sacrifice sible pour moi de me remettre à travailler. Surtout que mon mari quelquefois prenait un nouveau poste en janvier, moi je terminais l'année scolaire avec les enfants, donc on avait déjà six mois séparés. Donc, c'était impossible de travailler, de rechercher un appartement ailleurs, de m occuper de mes enfants, des opérations des uns et des autres, pendant que mon mari était absent toute la semaine. Et là, ça fait, je touche du bois, la cinquième année qu'on est à Paris et qu'on n'a pas bougé. Donc voilà, c'est comme ça que j'ai accepté de prendre la présidence de G. » (Micheline, visiteuse à l'hôpital et responsable d'une équipe de visiteurs, 50 ans, sans profession, Paris)

À l'image de cette femme, responsable d'une équipe de bénévoles à l'hôpital, mariée à un militaire de carrière et mère de trois enfants, j'ai rencontré, au cours de mes entretiens en France comme aux États-Unis, quelques femmes pour lesquelles les activités bénévoles avaient constitué ou constituaient depuis bien longtemps - généralement depuis leur mariage - l'unique activité exercée en dehors du foyer. C'est alors en fonction de l'implication dans la vie familiale que s'inscrivait pour ces femmes l'évolution dans la carrière bénévole. Que ce soit sous la forme d'une prise de responsabilité dans la structure associative ou d'une multiplication des activités bénévoles exercées, ces carrières invisibles s'accélèrent ainsi souvent après le départ des enfants. Leur « travail de bénévole » s'inscrit donc pour ces femmes en interaction avec leur « travail de mère » (« Mon activité professionnelle ? Militante associative et mère de famille ! » me déclarera l'une d'entre elles) et leur condition d'épouse ; la carrière professionnelle du mari et les contraintes qu'elle impose sur la vie familiale jouent alors un rôle important dans l'évolution de la carrière bénévole, comme le met bien en évidence l'extrait d'entretien ci-dessus. Arlene Kaplan Daniels note ainsi, à propos des carrières invisibles qu'elle a observées, que leur développement comporte beaucoup de ressemblances avec n'importe quelle expérience de travail rémunéré. « Bien que leur langage soit contraint et leur horizon restreint par ce qui est traditionnellement attendu des femmes de leur classe, ces leaders civiques accordent une grande importance à la manière dont elles devraient travailler, comment elles pourraient développer leurs talents et servir la communauté. » Mais, précise-t-elle, « ces femmes se différencient de la plupart des professionnels les plus dévoués dans le rappel constant de la subordination de leur travail à leur famille »13. L'exemple de Mathilde illustre bien ce double constat : tout à la fois le caractère « professionnel » de la carrière invisible et 13. Arlene Kaplan Daniels, Invisible Careers..., op. cit, p. 97.

37

Le. travail bénévole la subordination du travail bénévole à la situation familiale... Mère de deux « grands enfants » au moment de l'entretien (2002), titulaire d'un doctorat de droit public international, Mathilde n'a jamais exercé le droit professionnellement. Cette absence de carrière professionnelle, Mathilde en avait fait, au moins temporairement, « le choix » lorsqu'elle vivait avec son mari, cadre d'une direction régionale dans le secteur bancaire. Entrée au début des années 1990 à M. « en tant que bénévole [...] pour simplement trier des vêtements qui étaient acheminés ensuite en ex-Yougoslavie », elle se retrouve rapidement responsable de mission, un « poste » bénévole qu'elle va occuper pendant plus de trois ans. Comme le suggère Mathilde elle-même, sa formation n'a pas été sans influencer son « recrutement » sur ce poste et elle explique sans doute en partie la rapidité avec laquelle elle a gravi les échelons de sa carrière bénévole. « J'ai commencé pendant deux semaines à trier des vêtements avec tout un tas d'autres et, à ce moment-là, il a été décidé, avec le médecin qui était responsable de la délégation qui me concernait, de monter une mission, plus large, sur la Croatie. [...] Un petit groupe s'est constitué et disons que ma spécificité de juriste les a intéressés et c'est à partir de là que j'ai été amenée à faire une première mission d'évaluation, en compagnie du médecin qui était responsable de la délégation et de deux autres personnes. » Mathilde et son mari se séparent en 1993, elle quitte l'association un an plus tard et déménage dans une autre région en 1995. Au cours de cette période, elle essaie, sans succès, de rendre visible professionnellement cette carrière bénévole, c'est-à-dire de la convertir en activité rémunérée. Si sa formation universitaire lui a facilité l'accès à un poste bénévole de responsabilité dans le monde associatif, elle ne lui a pas ouvert les portes du monde travail rémunéré. Son ch angement de statut matrimonial la fait alors basculer d'une carrière invisible choisie à une carrière invisible subie. « Au moment où je commençais à chercher du travaille pense que c'était... ben, je dirais que j'ai essayé mais je n'ai pas réussi. Si tu veux, dans ce domaine-là, il est clair que, bon, à mon âge, tu entres en compétition avec des jeunes, c'est quelqu'un qui me l'avait dit. Il m'a dit : "En fait, vous avez le même profil que quelqu'un qui sort d'une université, c'est-à-dire que vous avez les mêmes diplômes, vous n'avez pas d'expérience professionnelle, lui non plus. On ne peut peut-être pas faire complètement abstraction de votre expérience humaine, mais ça ne vaut pas l'expérience professionnelle

38

La carrière : entre cumul et sacrifice aux yeux de bien des conseils d'administration. Et donc ça veut dire que l'on va privilégier celui qui vous ressemble mais qui n'a pas le même âge." Et si tu veux, c'est ce qui m'a toujours brimée dans toutes mes candidatures, c'est-à-dire qu'effectivement j'étais retenue, effectivement je pouvais aller à un assez grand nombre d'entretiens pour le même poste, et puis à la fin je me faisais griller par quelqu'un qui était plus jeune, voilà. Donc, c'est ça le problème. Alors ça fait rien, reste le bénévolat... »

Après plusieurs années de « galère », pendant lesquelles lui est retirée la pension alimentaire versée par son ex-mari, Mathilde touche à nouveau cette pension depuis 1999 et elle la complète en donnant des cours privés. En 1997, soit trois ans après sa « démission » de M. et deux ans après son déménagement, elle a décidé de s'impliquer à nouveau en prenant, au niveau local, des responsabilités à A., une association qui lutte contre la torture dans le monde et dans laquelle elle « avait déjà un pied » au moment de son engagement à M. Le travail d'Arlene Kaplan Daniels, tout comme l'histoire de Mathilde, pose la question du statut du « choix » qui est fait par ces femmes dans l'exercice de ces carrières invisibles. Là où Arlene Kaplan Daniels présente ces carrières invisibles comme des choix par défaut, sous contraintes de genre et de classe et participant à la reproduction des intérêts de celle-ci, d'autres, comme l'historienne Kathleen D. McCarthy, ont davantage mis l'accent sur la dimension émancipatrice qu'ont pu avoir, par le passé, ces engagements bénévoles quasi professionnels. Dans un texte intitulé « Des structures de pouvoir parallèles : les femmes et la sphère du bénévolat »14, elle défend ainsi l'idée selon laquelle « les femmes ont traditionnellement utilisé ces activités pour exercer du pouvoir dans des sociétés qui avaient pour objectif de les priver de tout pouvoir. À la différence des hommes qui ont pu jouir d'une foule d'options politiques, commerciales et sociales pour poursuivre des carrières fort intéressantes, les femmes se sont souvent tournées vers les institutions sans but lucratif et les associations comme premiers points d'accès à des rôles publics. Au cours de ce processus, elles ont forgé des structures de pouvoir parallèles à celles utilisées par les hommes, créant une gamme croissante d'opportunités pour leurs sœurs et elles-mêmes »1S. La 14. Kathleen D. McCarthy, « Parallel power structures : women and the voluntary sphere », in Kathleen D. McCarthy (sous la direction de), Lady Bountiful Revisited : Women, Philanthwpy, and Power, Rutgers University Press, New Brunswick, 1990. 15. Ibidem, p. 1.

39

Le. travail bénévole discordance des voix au sein de l'association de femmes américaines NOW (National Organization for Women)16 illustre bien cette tension entre dimension aliénante et dimension émancipatrice de la pratique. Dans les années 1970, l'organisation avait passé une résolution contre le bénévolat, soulignant que cette pratique était traditionnellement utilisée comme un moyen de dénier aux femmes une rémunération contre leurs services. Quelques années plus tard, la fondatrice de l'association, Betty Friedan, plaidait pour « un nouveau bénévolat passionné », soulignant que « la polarisation entre le féminisme et le bénévolat était aussi erronée que l'apparente répudiation de la famille par les féministes ».17 Les secondes carrières Les secondes carrières sont celles qui démarrent ou sont accentuées à l'issue des carrières professionnelles. Accentuées, comme c'est le cas pour Pierre en introduction à ce chapitre : la plupart des bénévoles qui avaient déjà une inscription dans la pratique avant leur retraite tendent en effet à accroitre fortement leur investissement au moment de celle-ci. « En fait, j'allais à C une demi-journée par jour, j'occupais le poste, ce qui m'a permis de ne pas avoir une cassure brutale dans mon activité », explique ainsi Pierre au cours de l'entretien en donnant à entendre combien ce travail bénévole s'inscrit dans sa perception de « son activité ». Hubert, qui a 65 ans au moment où je l'ai interviewé en tant que bénévole dans une association protestante, me raconte comment, lors de son passage à la retraite, il s'est construit un emploi du temps de bénévole presque aussi chargé que son ancien emploi du temps de cadre. « Vous comprenez, quand vous en faites trop, ce qui a été mon cas, ça n'est pas raisonnable. Alors ça veut dire : une réunion le lundi, le mardi, le jeudi, le vendredi... j'ai diminué parce que ça ne pouvait plus continuer. » Les secondes carrières se rapprochent des carrières invisibles en ce que l'activité bénévole ne coexistant pas avec l'exercice d'une activité professionnelle, c'est en relation avec leur vie familiale que les bénévoles cherchent, au quotidien, à ajuster leur 16. Créée en 1966 par Betty Friedan, auteure de La Femme mystifiée (Denoël/ Gonthier, Paris, 1975), l'association nationale pour les femmes NOW a joué un rôle primordial sur la scène politique et culturelle américaine dans le6 années 1960 et 1970. Elle compte aujourd'hui plus de cinq cent mille adhérents et est considérée comme la plus importante organisation féministe des États-Unis. 17. Kathleen Kennedy Townsend, « Americans and the cause of voluntarism : the forgotten virtue of voluntarism », Current, février 1984, p. 15.

40

La carrière : entre cumul et sacrifice implication dans le monde du bénévolat. Elles s'en distinguent toutefois par l'influence notable de la carrière professionnelle passée sur le présent de la carrière bénévole. Outre la gestion plus ou moins facile de la transition entre carrière professionnelle et carrière bénévole évoquée ci-dessus, ces bénévoles qui ont entamé ou prolongé une ou des activités bénévoles lors de l'entrée en retraite établissent aussi souvent, dans leur discours, un lien entre leur expérience présente de bénévole et leur expérience professionnelle passée. Ce lien peut être facilement objectivé dans le cas des bénévoles qui démarrent une activité bénévole à leur retraite et entrent dans le bénévolat par le monde du travail qu'ils viennent de quitter (travail social, hôpital, école...). Ils y poursuivent alors souvent, sous ce nouveau statut, un rôle relativement proche de celui qu'ils occupaient dans le cadre de leur activité professionnelle. La maîtrise consacrée par Sophie Bouchés18 aux bénévoles retraités de l'association de conseil aux entreprises et administrations ECTI montre ainsi comment le bénévolat permet à ces ingénieurs retraités de maintenir une présence dans ce monde du travail qu'ils ont quitté : ils prolongent par le biais de l'association leur activité de conseil, valorisent leurs compétences, maintiennent leurs réseaux sociaux et amicaux... Le bénévolat, terme auquel ces « professionnels » ont d'ailleurs du mal à s'identifier, apparaît en quelque sorte ici comme un statut de travailleur par défaut, et d'autant plus que l'association en question n'est porteuse d'aucune « cause ». L'homologie est toutefois loin d'être la règle et la retraite peut être appréhendée comme l'occasion de démarrer une « deuxième carrière », pour reprendre l'expression de Xavier Gaullier19, loin de l'activité salariée et du marché du travail que l'on vient de quitter. « Le bonheur au travail des retraités », pour reprendre l'expression de Bernard Friot30, peut venir justement de ce sentiment de réaliser aujourd'hui, en tant que bénévole, ces « rêves d'activité » que l'on n'a pu voir aboutir, hier, dans le cadre de son activité salariée. « Il faut que je vous dise qu'avant d'être kiné, j'ai été professeur d'éducation physique pendant quelques années. Je pense que ça aurait dû être ma voie, ça », déclarait ainsi Paule, bénévole depuis sa retraite dans une association qui fait du soutien scolaire à Aubagne. Ainsi, 18. Sophie Bouchés, Les retraités bénévoles : lien entre le parcours professionnel et le travail bénévole, maîtrise de sociologie sous la direction de Bernard Friot, université Paris-X Nanterre, 2005. 19. Xavier Gaullier, La Deuxième Carrière. Âges, emplois, retraites, Le Seuil, Paris, 1988. 20. Bernard Friot, L'Enjeu des retraites, La Dispute, « Travail et salariat », Paris, 2010.

41

Le. travail bénévole qu'ils souhaitent ou non poursuivre, de façon bénévole, le rôle de travailleur qu'ils ont quitté, ces bénévoles retraités inscrivent toujours, dans leur discours, leur pratique bénévole actuelle en lien avec leur expérience professionnelle passée, ses réussites et ses échecs, ses manques ou ses erreurs. Tout comme les carrières invisibles posent la question des contraintes tout à la fois sociales, politiques, économiques et normatives qui ont identifié - et identifient encore en partie ce travail bénévole à un travail féminin, les secondes carrières appellent également une analyse de la construction de cette figure spécifique du retraité bénévole. Dans le monde du bénévolat français et américain, les retraités constituent un public cible qui a fait, à diverses occasions, l'objet de mesures, programmes, associations spécifiques. Comme Susan Chambré 21 l'a bien mis en lumière, de nombreuses tentatives ont été faites aux États-Unis depuis les années 1970 pour accroître l'engagement bénévole parmi les personnes âgées et plus particulièrement les retraités. Selon Deborah B. Smith, l'une des raisons de cet encouragement aux secondes carrières bénévoles résidait justement dans la volonté de pallier la disparition attendue, suite à la « participation croissante des femmes à la population active », des bénévoles à carrières invisibles, ce « réservoir traditionnel du travail bénévole disponible des femmes mariées qui ne travaillent pas en dehors de la maison »". De fait, si les efforts mis en œuvre pour encourager un bénévolat des retraités vont bien donner leurs fruits - de 11 % des 65 ans et plus bénévoles en 1963 on passe à 37 % en 1981 « le changement annoncé selon lequel les femmes arrêteraient de travailler gratuitement à mesure qu'un nombre croissant d'entre elles travaillaient contre un salaire ne s'est pas produit »23. La participation des femmes à la population active bénévole, loin d'avoir décliné au cours de la période, passe au contraire de 21 % en 1965 (contre 15 % pour les hommes) à 56 % en 1981 (contre 47 % pour les hommes). En partie à cause de la prolifération d'associations et de programmes de bénévolat, mais aussi de volontariat 24 , faisant 21. Susan M. Chambré, « Volunteerism by elders : past trends and future prospects », Gerontologist, avril 1993. 22. Deborah B. Smith, « Volunteering in retirement : perceptions of midlife workers », Nonprofit and Voluntary Sector Quaterly, n° 33,2004, p. 56. 23. Susan M. Chambré, « Kindling points of light : volunteering as public policy », Nonprofit and Voluntary Sector Quaterly, vol. 19, automne 1989, p. 262. 24. Comme RSVP, Foster Grandparents ou The Senior Companion Program, trois programmes gérés par la Corporation for National Service (cf. chap. V).

42

La carrière : entre cumul et sacrifice spécifiquement appel aux retraités, « les Américains qui entrent aujourd'hui dans leur retraite, qui sont plus jeunes et en meilleure santé que jamais auparavant, rencontrent cette attente sociétale du bénévolat de façon bien plus forte que leurs prédécesseurs »35. Abordée en France en 1984, dans le rapport Sueur Changer la retraite26, cette question du bénévolat des retraités et de la mobilisation de leurs compétences dans le monde associatif fait depuis, régulièrement, l'objet de publications dans le monde associatif français sans toutefois donner lieu à une institutionnalisation sous forme de programmes de bénévolat ou de volontariat spécifiques comme c'est le cas aux États-Unis. Si certaines associations comme ECU ou EGEE (Entente des générations pour l'emploi et l'entreprise) s'inscrivent bien dans ce mouvement de valorisation sociale de la professionnalité des « experts » retraités, elles ne concernent encore, à la différence des États-Unis, qu'un public très spécifique en termes de catégories socioprofessionnelles (cadres, dirigeants d'entreprise et ingénieurs). Quant à la loi sur le volontariat associatif, elle rend incompatible l'exercice de ce volontariat avec la perception d'une pension de retraite publique ou privée. Il s'agit notamment d'« éviter un détournement du bénévolat des seniors, qui pourraient être tentés de se faire indemniser », comme on peut le lire dans un avis du Sénat où il est rappelé qu'« actuellement, 17 % des plus de 65 ans et 23 % des 55-64 ans déclarent être bénévoles »27. De l'appel au bénévolat des retraités pour pallier le désengagement attendu des femmes du marché du travail bénévole aux Etats-Unis à l'interdiction, en France, du volontariat des retraités pour ne pas vider le réservoir des retraités bénévoles, on perçoit déjà ici, et j'aurai l'occasion d'y revenir, combien la composition de la population des travailleurs bénévoles et volontaires ne résulte pas seulement de facteurs démographiques ou mêmes sociaux mais aussi d'actions politiques. Les carrières parallèles Carrières invisibles, secondes carrières... c'est sans doute dans 1 analyse du troisième type de carrière bénévole, les carrières 25. Deborah B. Smith, « Volunteering in retirement... », article cité, p. 56. 26. Jean-Pierre Sueur, Changer la retraite : propositions pour le développement du volontariat des retraités et préretraités, La Documentation française, Paris, 1984. 27. Avis présenté, au nom de la commission sur le projet de loi relatif au volontariat associatif et à l'engagement éducatif, par Mme Sylvie Desmarescaux, n° 317, annexe au procès-veibal de la séance du 4 mai 2005, p. 53.

43

Le. travail bénévole parallèles, que la diversité des modes d'inscription de la pratique bénévole dans la carrière professionnelle des bénévoles se donne le plus clairement à voir. Parler de carrière parallèle, c'est simplement souligner que l'exercice d'une activité bénévole coexiste avec une inscription réelle ou potentielle de l'individu dans le monde du travail. Ces bénévoles n'ont pas « renoncé » à exercer une activité professionnelle comme ceux qui suivent des carrières invisibles. Ils n'ont pas non plus terminé cette carrière comme ceux des secondes carrières. Étudiants, exerçant un emploi ou chômeurs, ils sont, au moment où je les ai rencontrés, inscrits dans une carrière professionnelle. Et lorsqu'ils parlent de leur carrière, plus ou moins longue, plus ou moins dense et continue, de bénévole, ou même simplement du travail bénévole qu'ils sont actuellement en train d'exercer, ils l'inscrivent sous différentes modalités en lien avec cette carrière professionnelle. Ce travail bénévole permet de poursuivre, à côté de l'activité professionnelle, une carrière que l'on a, plus ou moins temporairement, renoncé à exercer professionnellement. Il révèle, permet de « tester » ou même de réaliser une « vocation » et se transforme, le cas échéant, en carrière professionnelle. Il permet de prolonger et de compléter, dans un autre cadre ou sous une autre forme, l'activité exercée professionnellement, quand il ne compense pas tout simplement une activité - ou une carrière - professionnelle ressentie comme trop peu engageante... Ces différentes interactions entre travail bénévole et carrières professionnelles peuvent tout à fait s'enchaîner dans le déroulement des carrières au travail des individus. Chacune d'entre elles présente en quelque sorte une photo, un instantané des modalités par lesquelles carrières bénévoles et carrières professionnelles peuvent se croiser et interagir l'une sur l'autre, témoignant par là du caractère largement oblique de ces carrières parallèles... Le travail bénévole comme préprofessionnalisation «J'ai travaillé pendant dix ans dans le secrétariat et j'en avais plus que ras la casquette ! Et j'ai voulu faire une formation et essayer de partir travailler avec une ONG, soit à l'étranger... enfin, au départ à l'étranger. C'est mon souhait, mais compte tenu de ma formation, il faut pas rêver. Ce qu i fait que j'ai cherché à travailler avec des ONG, mais ici, en France. Donc, là, je travaille avec une association, mais c'est pas ce que je recherchais. Mais en même temps, avec A., ça me permet un peu d'avancer là-dedans, et puis en même temps ça me permet de me former moi aussi, pour voir un peu plus tard ce que je pourrais faire. Parce qu'avec une formation de secrétariat, j'essaye d'amasser le maximum d'expérience. Faut que je voie après ce que ça va m'apporter. » (Marie-Claude, cours d'alphabétisation

44

La carrière : entre cumul et sacrifice et soutien juridique dans une association de soutien aux immigrés, 30 ans, salariée d'une association d'aide à domicile en milieu rural, Paris)

De nombreux interviewés ont présenté leur entrée dans le bénévolat comme une préparation à l'entrée dans une activité qu'ils souhaitaient exercer professionnellement. Et c'est sous deux formes que la pratique bénévole apparaît comme une porte d'entrée dans le monde du travail : — certains, comme la jeune femme citée ci-dessus, souhaitent exercer une activité professionnelle dans le monde associatif lui-même ; — d'autres exercent bénévolement une activité (accompagnement scolaire, écoute psychologique...) qu'ils souhaiteraient exercer professionnellement ailleurs. Si tous insistent sur l'acquisition de l'expérience, la formation que leur prodiguera, à plus ou moins long terme, la pratique bénévole, les premiers présentent davantage ce travail de bénévole comme un tremplin vers un travail rémunéré, alors que les seconds le présentent plutôt comme un moyen de tester leur « vocation ». Dans les deux cas, ils donnent à voir des stratégies d'ajustement au marché du travail qui passent par le bénévolat. Peu nombreux sont les bénévoles qui souhaiteraient travailler dans le monde associatif, dans l'humanitaire, à avoir explicitement déclaré attendre une transformation de leur activité bénévole en position rémunérée. La plupart du temps, ils présentent leur pratique bénévole comme un sas de préparation, une manière de découvrir « le milieu », de nouer des contacts et surtout d'acquérir une formation qui pourra être valorisée, pour l'obtention, ailleurs, d'un poste. « Alors, là, je cherche du travail. Je cherche toujours un peu dans ce milieu et c'est pour ça que ça m'intéresse de travailler avec les assoces, avec le DSU (développement social urbain), parce que c'est vrai qu'on a un bon contact justement en tant qu'assoce avec le DSU et ça, c'est bien. Je crois que c'est bien, ça. On verra, peut-être que ça débouchera sur quelque chose, même si, pour l'instant, j'y crois pas trop. Mais je regrette pas. Je le fais parce que ça m'intéresse... Je pourrais justement faire un boulot qui m'intéresse, mais en attendant de trouver là-dedans, je suis contente de le faire en tant que bénévole. » (Cécile, animation culturelle dans une association de quartier, 29 ans, au chômage, Nantes)

Mais le thème de l'expérience bénévole comme préparation à la carrière professionnelle dépasse largement, dans les entretiens, le terrain de l'emploi associatif. 45

Le. travail bénévole « En fait, j'y suis allée pour voir si le métier me plaisait. » (Ève, soutien scolaire dans une maison de quartier, 21 ans, institutrice stagiaire, Nantes) « C'était aussi pour m'entraîner à être prof. Si je pouvais m'en sortir avec des élèves un peu turbulents, ça me permettrait d'affronter des situations moins difficiles. » (Thibaud, cours d'espagnol dans une association de soutien aux immigrés, 27 ans, enseignant-chercheur, Issy-les-Moulineaux) Comme le montrent les extraits ci-dessus, la pratique bénévole peut aussi apparaître comme un test à l'orientation, à la « vocation » pressentie. L'expérience acquise, même si l'on espère bien pouvoir la valoriser - pour l'entrée à l'institut universitaire de formation des maîtres, par exemple - sert autant à convaincre autrui qu'à se convaincre soi-même que l'on a les capacités, et l'envie d'exercer professionnellement cette activité... « Si je pouvais m'en sortir... » Elle peut d'ailleurs conduire parfois à renoncer à sa « vocation ». Ainsi le cas d'Anne, jeune bénévole à l'Afev depuis deux ans. Elle souhaitait initialement être professeur des écoles, trouvait ses cours « vachement théorique, et un peu pompeux » et pensait « qu'il y aurait plus de gens [à la fac] qui feraient du bénévolat pour se donner au moins une idée dans quoi ils s'engageaient quoi ! ». Et puis elle a changé d'avis. Loin de s'exclure, ces deux facettes de la préprofessionnalisation par le bénévolat, celle plus objective du « tremplin à l'emploi » et celle davantage subjective du « test à la vocation », se combinent généralement sous des formes et à des degrés variés dans les discours des interviewés. « Beaucoup de nos bénévoles sont des étudiants, des étudiants en médecine qui espèrent avoir une formation et une expérience de terrain », me confiait ainsi Ann, la coordinatrice des bénévoles d'une association offrant des services médicaux en direction de la « gay and lesbian community » à New York. Au-delà du stage auquel il fait immanquablement penser, cet usage de la pratique bénévole comme mode de préprofessionnalisation aux métiers du social, de la santé ou de l'éducatif, rappelle également celui qui est fait des pratiques amateur» dans les mondes de l'art ou du sport par ceux qui cherchent à y exercer, un jour, une activité professionnelle. En un sens, ces jeunes bénévoles de l'accompagnement scolaire ou volontaires dans le social ressemblent fortement à des jeunes amateurs en voie de préprofessionnalisation. Leur rapport instrumental à la pratique s'inscrit dans une représentation en termes de « vocation ». Quoique moyen pour obtenir une fin - la conversion en activité professionnelle - la pratique 46

La carrière : entre cumul et sacrifice bénévole participe déjà de celle-ci : elle est vécue comme un premier pas dans la carrière professionnelle. La différence entre pratique amateur et pratique bénévole réside toutefois dans le fait que le parcours de professionnalisation ici est bien moins institutionnalisé que dans les carrières artistiques et a fortiori sportives. Dans l'analyse qu'elle a faite du bénévolat à l'Afev, Dan FerrandBechmann28 met bien en évidence la dimension préprofessionnalisante de cet engagement à travers notamment le profil universitaire des étudiants bénévoles dans l'association spécialisée dans l'accompagnement scolaire. Ainsi, 52 % des bénévoles suivent un cursus en littérature ou en sciences sociales. À la question « À quel métier vous destinez-vous ?», 53 % déclarent vouloir devenir enseignants et 17 % vouloir travailler dans le social. À l'image de ces jeunes bénévoles, la quasi-totalité des volontaires français comme américains en exercice que j'ai interviewés établissent un lien direct entre leur participation au programme et leur « projet professionnel ». Reste que là encore la question du choisi et du subi ne peut manquer d'être posée. On relira pour mémoire l'extrait tiré de l'entretien avec Marc, en ouverture à cette partie. Il est bien ici question d'un choix, mais d'un choix par défaut, d'un choix par le bas - il ne peut pas prétendre à un véritable emploi dans ce secteur - et non par le haut - ce « plus » qui permet de se former concrètement et de mettre à l'épreuve le projet professionnel dans lequel on est déjà objectivement bien engagé. L'autre dimension de la carrière Si certains bénévoles présentent leur activité bénévole comme une porte d'entrée dans une carrière professionnelle, pour d'autres, investis bénévolement et professionnellement dans le même monde du travail, l'activité bénévole est vécue comme une continuité, et même une dimension de leur activité professionnelle. Ils présentent alors leur travail comme une « totalité » qu'ils exerceraient sous différentes formes, dans différentes structures... ou tout simplement sous différents statuts. « Moi, je ne fais pas de différence entre l'école et la vie associative. Parce que comme je suis rééducatrice dans l'Éducation nationale, je suis au contact de l'échec, de l'échec scolaire. C'est quand même Ça qui nous interpelle le plus violemment et ces enfants-là, je les 28. Dan Ferrand-Bechmann, « Motivations et engagement des étudiants bénévoles à l'Afev », rapport du CESOL (Centre d'études des solidarités

sociales), 2000. 47

Le. travail bénévole retrouve dans le milieu associatif avec un besoin d'aide. Pour moi, il n'y a pas de différence, le combat de l'école, c'est le combat de l'association. » (Michèle, responsable d'une association éducative, 50 ans, rééducatrice à l'Éducation nationale, Toulon)

Des recherches portant sur des secteurs associatifs spécifiques comme le sport 29 ou l'humanitaire 30 ont ainsi attiré l'attention sur la circulation et la démultiplication des individus dans la pluralité des statuts offerts dans ces mondes (bénévole, amateur, volontaire, salarié). Ces phénomènes de passage d'un statut à l'autre ou de cumul de « casquettes » bénévoles et salariées dans le même secteur associatif ont notamment conduit Pascal Dauvin et Johanna Siméant, dans leur analyse du travail humanitaire, à refuser de traiter a priori différemment « de l'entrée en humanitaire comme "militantisme" ou comme "travail social professionnalisé" ». Le « bénévolat de compétence » qui se développe depuis quelques années en France, et existe depuis plus longtemps aux ÉtatsUnis, s'inscrit tout à fait dans cette logique de la continuité entre travail bénévole et activité professionnelle exercée par les bénévoles. L'association Passerelles et Compétences, créée en 2002, a notamment participé au développement et à la promotion de cette pratique. Son action consiste à solliciter des salariés, en majorité des cadres, pour des missions bénévoles ponctuelles qui mobilisent leurs compétences professionnelles (l'informatique pour l'informaticien, la gestion des ressources humaines pour le DRH, le droit pour le conseiller juridique) au service d'associations partenaires. L'autre carrière ou le travail à côté À l'inverse de ceux cité6 ci-dessus, certains interviewés présentent leur travail de bénévole comme un engagement dans un « autre monde » que celui dans lequel ils évoluent professionnellement. C'est cette dualité qu'ils mettent en avant quand ils font le lien entre leur engagement professionnel et leur engagement bénévole dans les entretiens, cette possibilité d'être l'un et l'autre 29. Cf. Denis Bemardeau, Sociologie desfédérations sportives. La professionnalisation des dirigeants bénévoles, L'Harmattan, Paris, 2004, et Vérène Chevalier et Sébastien Fleuriel, « Travail bénévole et marché du travail sportif », dossier « Splendeurs et misères du travail associatif », coordonné par Matthieu Hély et Maud Simonet, Les Mondes du travail, n° 5, janvier 2008. 30. Pascal Dauvin et Johanna Siméant, Le Travail humanitaire. Les acteurs des ONG entre siège et terrain. Presses de Sciences-Po, Paris, 2002.

48

La carrière : entre cumul et sacrifice au travail, de ne pas renoncer à circuler dans des univers qui peuvent apparaître pour le moins éloignés ou simplement de ne pas renoncer totalement à un rôle ou un monde social dans lequel ils ont, à un moment de leur carrière professionnelle, pensé, plus ou moins sérieusement, s'investir. De fait, il arrive, pour certains d'entre eux, que l'investissement dans cette autre carrière, cette carrière à côté, s'opère dans le cadre d'un désinvestissement de la carrière professionnelle ou tout simplement de l'activité rémunérée. Comme le soulignait Isabelle de Lajarte31 à propos de certains peintres amateurs qu'elle a étudiés, l'opposition « emploi/travail bénévole » ne recouvre pas nécessairement la partition « carrière principale/carrière secondaire ». C'est un tel renversement de l'ordre des engagements que décrivent également les auteurs de Travailler pour être heureux P32, avec le cas de François F., 50 ans, qui s'occupe du traitement des réclamations des clients pour une grande entreprise de photographie pour laquelle il travaille depuis l'âge de 17 ans. Les auteurs montrent comment la stratégie de retrait qu'il développe à l'égard de son travail s'appuie certes sur des conditions objectives et notamment l'autonomie dont il dispose dans son travail, mais aussi « sur l'existence d'une "passion" hors travail, la géologie, à partir de laquelle s'ordonnent les centres d'intérêt et les priorités. Alors que la géologie, pensée comme "vocation", est la seule chose qui l'intéresse vraiment ("je dirais presque, il n'y a que ça qui m'intéresse") et est investie comme un véritable travail, l'activité professionnelle salariée est pensée comme un simple "boulot" »33. C'est sans doute dans ce type d'interaction entre travail bénévole et activité professionnelle, qui n'est pas sans rappeler le propos de Pierre en ouverture à cette partie (« l'alimentaire » versus « les tripes »), que l'on peut le mieux prendre acte de la charge d'idéal portée par cet engagement bénévole. « Moi, j'ai vraiment construit mon parcours en me disant alors moi, je vais faire des études longues, pas comme mes parents parce que mes parents n'ont pas fait d'études, je vais faire des études longues et puis je vais vraiment choisir mon boulot, je vais faire un boulot tripant, quoi. Donc on a été éduqués aussi dans cette idée qu'il fallait trouver un boulot épanouissant, qu'on ne trouve pas finalement, parce que la majorité d'entre nous, on n'est pas très satisfaits du travail qu'on a. Et du coup, j'ai l'impression que je me crée un peu le 31. Isabelle de Lajarte, Les Peintres amateurs : étude sociologique, L'Harmattan. Paris, 1991. 32. Christian Baudelot, Michel Gollac et ai. Travailler pour être heureux ?Le bonheur et le travail en France, Fayard, Paris, 2003, p. 205. 33. Ibidem, p. 205.

Le. travail bénévole truc qui me fait triper quoi, le boulot que j'aimerais bien avoir ou en tout cas la vie professionnelle qu'on aimerait bien avoir. » (Marion, bénévole dans une association de défense de droits, 23 ans, salariée d'une association culturelle, Paris) C'est dans cet écart entre le réel et l'idéal que le travail bénévole vient alors se nicher, comme une tentative de réponse à cette question posée par Judith Schlanger dans son ouvrage La Vocation : « Quand le travail est rare et cher et quand le travail est improbable, comment demander qu'il me convienne, qu'il m'exprime, qu'il me réalise ? » M Soulignant combien « les valeurs de la vocation restent présentes parmi nous, à la fois paradigmatiques et inadéquates », Judith Schlanger constate que « nous sommes pris aujourd'hui encore dans ce modèle diiïus mais pressant de la vocation comme anticipation de soi et projet personnel d'activité, seulement le scénario est miné »35. Ce « truc qui me fait triper », pour reprendre l'expression de Marion, cette « autre vie [...] autrement plus importante à mes yeux », pour reprendre celle utilisée par Marie, jeune bénévole à Aides, parallèlement en stage dans une entreprise, sont porteurs d'une charge d'émancipation des contraintes, de dépassement des souffrances et des déceptions de la « première vie » au travail. On ne peut manquer de penser ici aux travaux de Florence Weber sur le « travail à côté » 36, qui, de la bricole au double emploi, en passant par la double activité, ne peut s'analyser qu'en miroir de l'usine, dont il libère les ouvriers tout en leur permettant d'accepter ses conditions et son aliénation. Revenant sur la question du travail au noir dans cette enquête ethnographique menée dans une zone industrielle de Bourgogne dans les années 1980 et la comparant à ce qu'elle observe aujourd'hui, la sociologue écrivait récemment : « En trente ans, le travail au noir - qu'il ait augmenté ou non - a profondément changé de sens. Il est passé de ce que j'appellerai l'aménagement d'une niche de vivabilité - c'est-à-dire le fait que des salariés stables amélioraient leur ordinaire grâce à des formes d'économie non officielle - à des activités qui se situent à présent du côté de l'économie de survie. » 37 Ce sont bien des « niches de vivabilité » dans des carrières professionnelles tout à la fois précaires et qui ne tiennent pas 34. Judith Schlanger, La Vocation, Le Seuil, Paris, 1997, p. 228. 35. Ibidem, p. 227. 36. Florence Weber, Le Travail à côté. Étude d'ethnographie ouvrière, EHESS, Paris, 2001. 37. Florence Weber, Le Travail au noir : une fraude parfois vitale ?, Éditions Rue d'Ulm, Paris, 2008, p. 25.

50

La carrière : entre cumul et sacrifice leur promesse que le travail bénévole comme travail à côté tente d'aménager... Reste que pour certains bénévoles ou volontaires, là aussi les plus éloignés de la stabilité de l'emploi, on ne peut manquer de penser que ce travail gratuit s'in6crit lui aussi et paradoxalement dans une certaine « économie de survie »... LE TRAVAIL BÉNÉVOLE, PART CACHÉE DE LA CARRIÈRE PROFESSIONNELLE « Le bénévolat m'apporte deux choses. Ça m'apporte la fierté de faire ce que je fais, mais ça me donne aussi une expérience dont j'ai besoin et que je peux utiliser sur mon CV quand je candidat à un boulot proche de ce que je fais ici. [...] L'une des premières questions qu'ils vous poseront, c'est : "Quelle expérience avez-vous dans ce domaine particulier ?" Et je peux honnêtement répondre : j'ai beaucoup d'expérience. Je fais du bénévolat cinq jours par semaine, huit heures par jour, exactement comme une personne qui va normalement au travail ! Voilà comment je suis dévoué à ce que je fais ici. » (Ronald, 45 ans, sans emploi, bénévole à la permanence et au secrétariat de l'Urban League)

Comme l'illustre l'extrait d'entretien ci-dessus, la participation du bénévolat à la construction des carrières professionnelles représente à la fois tout ce que le travail bénévole fait objectivement à la carrière professionnelle - ici, au CV - et tout ce en quoi il permet, dans un registre plus subjectif, de combler les écarts à la carrière idéale en permettant aux individus de retrouver un certain idéal de soi au travail, de se « sentir engagé », « utile », « fier », comme dit RonaldRonald a 45 ans et il est sans emploi au moment où je l'interviewe. Quelques mois auparavant, il travaillait comme responsable administratif dans le département de neurosciences d'une université du sud des États-Unis, et dans quelques mois, il commencera un nouvel emploi comme directeur adjoint du programme de volontariat AmeriCorps d'un centre communautaire de la ville. Entre les deux, Ronald travaille bénévolement à l'Urban League, une association historique du mouvement pour les droits civiques qui lutte contre la discrimination des Noirs aux États-Unis. Il répond au téléphone, coordonne les activités des différents centres. « Je connais bien tous les autres programmes et tout ce qui se passe ici. Ils m'appellent quand ils ont besoin de savoir ce qu'ils peuvent faire pour régler un problème. Je suis un peu un "dépanneur" tu vois ! J'essaye de résoudre le problème avant que ça ne devienne un gros pépin. »

51

Le. travail bénévole Tout ce qui passe par l'ordinateur... passe par lui. De fait, c'est en prenant un cours d'informatique dispensé par l'association que Ronald a découvert celle-ci en 1995. Reçu avec les honneurs, il commence à faire du bénévolat pour ce centre «mettant en pratique ces compétences qu'il avait apprises dans le cours ». Et puis quand le poste de standardiste s'est libéré à l'association, c'est à lui qu'on l'a offert. Après avoir été étudiant, puis bénévole à l'Urban League, Ronald devient donc salarié de l'association, d'abord à mi-temps, puis à plein temps. C'est grâce à une « collègue » (coworker) de l'association qu'il a trouvé son travail de responsable administratif et a ainsi décidé de quitter son poste de salarié à l'association. C'est grâce à un contact noué par l'association qu'il a trouvé son futur emploi au centre communautaire. De son travail bénévole à l'association, Ronald dira, à un moment, au cours de l'entretien : «Je fais ça comme un boulot (ajob). Je veux dire, le boulot idéal, c'est un boulot qui te plaît tellement que tu le ferais qu'il 6oit payé ou non. Donc, ça, ça doit être le boulot idéal pour moi parce que ça ne paie pas, mais j'aime le faire. Donc c'est mon boulot idéal. » Il paraît ainsi impossible d'analyser la carrière professionnelle de Ronald sans prendre en compte la participation objective et subjective de la pratique bénévole à la construction de celle-ci. En s'en tenant uniquement aux activités rémunérées exercées par Ronald, on ne retrace sa carrière professionnelle qu'en pointillé. Le parcours de Ronald ressemble fortement à ces trajectoires au travail décrites par Rebecca Taylor38 dans son étude portant sur plusieurs associations anglaises et leurs travailleurs. Ces entrecroisements de statuts, ces passages de frontières entre travail rémunéré et travail bénévole la conduisent toutefois à mettre en cause le concept de « carrière » là où son maintien à condition d'un élargissement de son champ d'application me semble préférable. S'il est bien question ici d'analyser l'« ajustement continu entre un homme et les différents faits de sa vie et de son monde professionnel »39, alors on comprend difficilement comment les passages par le travail bénévole, ses apports, ses usages et ses significations, ne relèveraient pas de cette analyse.

38. Rebecca F. Taylor, « Extending conceptual boundaries : work, voluntary work and employment», Work Employment and Society, vol 18, n" 1, mars 2004, p. 29-49. 39. Everett C. Hughes, « The making of a physician », Human Organisation, vol. 14, n° 4,1955.

52

La carrière : entre cumul et sacrifice Au-delà du cas extrême de Ronald, l'ensemble des interactions entre travail bénévole et emploi mises en avant dans ce chapitre méritent d'être intégrées dans une approche renouvelée de la carrière professionnelle, une approche qui prendrait en compte non pas seulement les carrières invisibles telles que décrites par Kaplan Daniels, mais bien la part invisible des carrières professionnelles, en amont, en aval, et au cours des parcours effectués dans des activités rémunérées. En amont de l'entrée dans l'emploi, c'est la dimension, réelle ou supposée, préprofessionnalisante du travail bénévole qu'il convient de mettre en lumière, sous les aspects objectifs et subjectifs qui ont été détaillés et illustrés ici. En aval, c'est la prolongation des carrières professionnelles, au-delà de l'emploi et de la retraite, dans des activités bénévoles plus ou moins développées. Parce qu'elles concernent des classes d'âge spécifiques, ces faces cachées de la carrière professionnelle conduisent à étirer celle-ci sur le cycle de vie. Les différentes interactions mises en lumière par l'analyse des carrières parallèles, elles, étirent la carrière professionnelle au-delà de l'emploi, l'« au-delà » s'entendant dans un sens non plus biographique ou chronologique, mais qui renvoie aux frontières sociales (et sociologiques) entre le travail et ses à-côtés, que ceux-ci soient définis par la négative (le « non- » ou le « hors- » travail) ou sous une forme positive (l'engagement, le militantisme, les loisirs...). En même temps qu'elle nous montre les usages sociaux multiples des pratiques bénévoles et volontaires (tremplin objectif, palliatif, complément subjectif à l'emploi...), la mise en lumière de cette face cachée de la carrière professionnelle donne à voir l'inégalité des rapports sociaux à ces pratiques associatives. D'un côté ceux qui, comme les bénévoles cadres moyens de Passerelles et Compétences, peuvent choisir de faire bénévolement ce qu'ils font ailleurs en tant que salariés, de l'autre ceux qui, comme Marc, Mathilde ou Ronald, espèrent un jour faire contre un salaire ce qu'ils font aujourd'hui en tant que bénévoles ou volontaires. D'un côté, des individus relativement bien intégrés dans le monde du travail, qui vont, grâce à cet engagement, obtenir à la fois un supplément de sens, une ouverture de l'espace des possibles et de nouvelles ressources dans le cadre de leurs carrières professionnelles, et de l'autre, des individus qui sont en réelle difficulté au regard de l'emploi et n'ont pas vraiment d'autre choix que d accepter de travailler plus ou moins gratuitement, faute de mieux, pour avoir le droit à un peu d'idéal et à un peu d'avenir... Les premiers sont dans le registre du cumul quand les seconds sont dans celui du sacrifice. Loin de corriger ce qui s'opère dans le monde du travail (salarié), le rapport social au bénévolat 53

Le. travail bénévole viendrait alors redoubler et accentuer l'inégalité des rapports au travail. Faut-il alors opposer un bénévolat choisi à un bénévolat subi ? Un vrai bénévolat qui reposerait, comme le sens commun le définit, sur le critère de libre choix et de bonne volonté à un bénévolat instrumentalisé et donc détourné ou dénaturé, en tous cas éloigné de sa définition originelle ? C'est en un sens ce que propose le sociologue canadien Robert Stebbins : « Le bénévolat comme forme de travail pour s'occuper [busy work] pour la personne âgée et pour le chômeur et comme moyen de trouver un emploi pour le jeune et le sans-emploi peut comporter une dimension de coercition, quoique indirecte, w40 Quand cette dimension de contrainte, d'obligation existe, écrit-il alors, 0 serait « plus approprié de qualifier cette activité de bénévolat marginal [marginal volunteering] parce que cela ressemble au travail et aux autres activités ordinaires qu'on est obligé de faire au moins autant que cela ressemble au bénévolat classique [mainstream volunteering tel qu'il est examiné dans cet article »41. Toutefois, le sociologue américain relève, à partir d'une enquête menée au Canada, que 45 % des bénévoles interviewés déclarent être à la recherche d'un emploi... Quid d'un bénévolat « marginal » qui deviendrait majoritaire? Au-delà de la mesure quantitative du phénomène, peut-on vraiment reléguer certaines formes de bénévolat dans une catégorisation « marginale » parce qu'elles ne seraient pas conformes à une définition idéale? On peut s'étonner de ce que Robert Stebbins, si enclin à dépasser les catégories binaires dans son analyse des amateurs 42 , défende là une vision relativement idéaltypique, sinon normative, de la pratique bénévole... II semble au contraire que la prise en compte des interactions à la fois objectives et subjectives entre travail bénévole et carrière professionnelle ait bien mis en lumière que la question de la contrainte sociale ne peut être évacuée si facilement de l'analyse du bénévolat... Du bénévolat comme « travail libre » du retraité au volontariat comme « sous-emploi >• des jeunes des classes populaires en passant par le bénévolat comme stage préprofessionnalisant des jeunes diplômés, les normes sociales qui définissent l'idéal du travail et de la réalisation de soi par le travail et qui apparaissent au cœur de la pratique bénévole se révèlent fortement contraignantes. Ce sont ces normes que je me propose de mettre 40. Robert A Stebbins,« Volunteering : a serious Ieisure perspective », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 25, n° 2,1996, p. 211-224. 41. Ibidem. 42. Robert A Stebbins, Amateurs. On the margin between work and Ieisure. Sage, Thousand Oaks (Californie), 1979.

54

La carrière : entre cumul et sacrifice au jour et d'analyser à présent, alin de comprendre pourquoi les uns et les autres, avec des degrés de liberté qui sont loin d'être équivalents, sont « prêts à » travailler bénévolement...

CHAPITRE II LA NORME : « AU NOM DE LA CITOYENNETÉ

»

« Le mot "bénévole" [volunteer] signifie "si je veux bien"... mais je n'ai pas le sentiment que c'est parce que je le veux bien... J'ai le sentiment que c'est quelque chose que je dois faire, que je devais faire. » (Rina, bénévole dans un foyer pour femmes battues, 30 ans, salariée d'une association éducative, Washington) « Comme je te l'ai dit, c'est juste quelque chose que j'avais en téte depuis longtemps tu vois, de rendre à la communauté. J'avais le sentiment que j'avais pas fait grand-chose. J'ai des amis qui font beaucoup de travail bénévole, avec des associations et tout ça. Peutêtre qu'ils me faisaient culpabiliser, ou j'étais juste impressionnée par ce qu'ils faisaient, je ne sais pas. » (Rachel, bénévole comme « grande sœur »', 35 ans, salariée dans une maison d'édition, New York)

1. Les programmes associatifs américains de Big Brother et/ou Big Sister remontent au début du XXe siècle. Os visent à mettre en relation de parrainage des adultes bénévoles et des enfants en difficulté socio-économique et/ou familiale, le Big Brother ou la Big Sister devant jouer le rôle de modèle pour le développement de l'enfant.

57

Le. travail bénévole Dans la littérature sociologique comme associative, le critère d'un engagement « libre », « de son plein gré » ou encore « non contraint », selon les terminologies utilisées, apparaît comme le plus petit dénominateur commun des définitions du bénévolat, en France comme aux États-Unis. Les auteurs qui mettent ce critère au fondement de la définition soulignent souvent que, sans celui-ci, on ne pourrait parler de bénévolat, quand bien même les autres critères de définition de la pratique bénévole seraient remplis : « Pour être bénévole, un acte doit être exercé sans coercition. C'est pourquoi un esclave, qui manifestement ne reçoit pas de salaire, n'est évidemment pas un bénévole. » 2 Au contre-exemple de l'esclave cité par Susan Ellis et Katherine Campbell dans leur histoire de l'Amérique par son bénévolat répond, en France, celui du « travailleur forcé » évoqué par Dan Ferrand-Bechmann dans son ouvrage Bénévolat et solidarité. On pourrait également ajouter à cette liste le workfare - l'obligation de travailler pour conserver ses allocations sociales - si bien décrit comme «free labor » (travail gratuit) par l'américain John Krinsky4, ou encore ces formes de community service (service communautaire) ou de travaux d'intérêt général imposés aux délinquants ou aux détenus. La littérature académique sur le bénévolat, comme le sens commun d'ailleurs, repose donc sur cette opposition entre volonté et contrainte. C'est bien parce qu'on le choisit que le bénévolat relève de l'engagement et pas du travail non rémunéré auquel l'esclave, l'allocataire du workfare ou le délinquant sont contraints. Ce que donne à entendre le discours des acteurs, cependant, semble autrement plus complexe, comme en témoignent les extraits d'entretiens ci-dessus dans lesquels l'exercice du bénévolat apparaît justifié in fine comme une réponse à un comportement socialement attendu. En s'intéressant à cette dimension normative de l'engagement, on est en effet conduit, comme je le montrerai ici, à mettre en question cette opposition commune entre volonté et contrainte et la dichotomie qu'elle construit entre engagement citoyen et travail gratuit. Au cours de mes recherches aux États-Unis, l'expression « I warited to give back to the community » (« je voulais rendre à la communauté ») est revenue comme un leitmotiv dans presque tous les entretiens menés avec des bénévoles. La fréquence d'utilisation de cette phrase - sinon son omniprésence - mêlée au 2. Susan J. Ellis et Katherine H. Campbell, By the People : A History ofAmericans as Volunteers, New Century Edition, Energize, Philadelphie, 2005. 3. Dan Ferrand-Bechmann, Bénévolat et solidarité, Syros-Altemative, Paris, 1992. 4. John Krinsky, Free Labor, op. cit, et « Le workfare », article cité.

58

La norme : « au nom de la citoyenneté » flou que revêtait sa signification, pour moi tout d'abord en tant au'étrangère, mais aussi, comme je le perçus vite, pour ceux-là mêmes qui l'employaient, lui conférait le statut d'expression toute faite, de code culturel. Il semblait naturel, évident aux interviewés de prononcer cette formule pour expliquer leur pratique bénévole et leur engagement dans cette pratique, autrement plus complexe de l'expliciter. « Beaucoup de gens font du bénévolat parce qu'ils veulent rendre à la communauté », m'affirmait la responsable des bénévoles d'une association de la « communauté gay et lesbienne ». Lorsque je lui demandai de préciser ce qu'elle entendait par là, elle me répondit : « Tu sais, je ne peux pas te dire exactement pourquoi les gens ont ce sentiment qu'ils veulent rendre à la communauté. Bien que je n'occupe pas ce poste depuis longtemps, j'ai probablement interviewé entre huit et dix bénévoles potentiels dans les deux derniers mois. Et l'expression "rendre à la communauté* [give back to the community] est utilisée encore et encore sans jamais beaucoup d'explication détaillée de ce que cela signifie. Je ne suis pas certaine que les gens savent eux-mêmes ce qu'ils entendent par là. [...] J'ai demandé : "Pourquoi ? Qu'est-ce que ça veut dire exactement ?" et ils ne sont pas vraiment capables d'exprimer ça très clairement... »

Un énoncé précisant les comportements attendus, un ensemble de règles, plus ou moins formalisées, orientant les conduites de l'action en société : c'est bien là la définition sociologique d'une norme sociale. Et c'est ainsi que la version américaine de la norme sociale du bénévolat s'est présentée à moi, à travers l'énoncé de cette formule « give back to the community ». Je suis alors revenue vers ces discours tenus par les bénévoles français que j'avais interrogés en me demandant si une phrase y occupait une fonction similaire. La « version française » de la formule - « donner, pour se sentir utile socialement » - ne m'est pas apparue de façon aussi marquée et aussi nette que la « version américaine » présentée ci-dessus. Si elle s'est répétée dans de nombreux entretiens réalisés auprès de bénévoles français, c'est moins sous la forme d'une « devise » que sous celle d'un thème récurrent, reliant le « don » bénévole à l'« utilité sociale » ; sa formulation précise apparaissant plus diversifiée, plus hétérogène : « donner » pour... « être utile »,... « se rendre utile »... « avoir une utilité sociale »... « C'est aussi le plaisir de se sentir utile dans quelque chose ! Quand tu réponds au téléphone, tu décroches, tu ne sais pas ce qu'il va t'arriver et tu prends quelqu'un qui est complètement paumé, déprimé. Tu lui dis ce que tu peux, parce qu'en général, le plus important, c'est d'écouter les gens. Tu l'écoutés, tout ça. Tu le laisses parler une

59

Le. travail bénévole demi-heure, trois quarts d'heure et à la fin il te dit quand même "Oh ben, je suis content d'avoir parlé." Ben quand tu raccroches, tu te dis "Putain, c'est pour ça que je viens à l'association, c'est pour ça que je me suis engagée." [...] C'est une goutte d'eau, mais c'est vraiment, c'est quand même essentiel. Donc, ça, c'est quand même agréable de savoir qu'on est essentiel, enfin dans une petite partie de son activité, on est quand même utile, essentiel à d'autres. » (Marie, accueil téléphonique dans une association de lutte contre le sida, 23 ans, étudiante en gestion des activités culturelles, Paris) « Je fais du travail, mais bénévole, je ne peux pas être déclaré vu que j'ai eu un accident. Donc je fais du travail bénévole pour eux, c'est tout. Tout simplement. Et je continue parce que, vous allez bien comprendre la situation, si je reste toute la journée chez moi, qu'est-ce que je vais faire toute la journée ? Je vais dormir, je vais tourner en rond. Il faut que je fasse quelque chose. Donc je me suis rendu utile, je me suis rendu utile avec D., tout simplement. » (Paul, accueil, tâches administratives et multiples activités dans une association de défense du droit au logement, 55 ans, en allocation d'invalidité, Paris)

Ce que le détour par l'Amérique m'a permis de mettre au jour, c'est non seulement que la pratique bénévole répond à une norme sociale, mais que ces normes sociales du bénévolat sont, en France comme aux États-Unis, des normes citoyennes du travail. Derrière la double opposition (« donner » versus « rendre », « société » versus « communauté »), ce sont en effet, comme je le montrerai ici, deux éthiques civiques du travail qui sont formulées : une américaine, fondée sur la responsabilité communautaire, et une française, fondée sur l'utilité sociale. Cette norme française qui veut que l'on se sente « utile au monde » parce que l'« on se rend utile aux autres », pour reprendre une formulation de Robert Cas tel5, comme l'américaine qui veut que l'on se sente libre parce que l'on a payé sa dette à la communauté, s'inscrivent dans un horizon temporel assez large, et leurs enjeux dépassent largement le champ de la pratique bénévole puisqu'ils concernent la définition du travail dans son ensemble. Toutefois, ce que permet de mettre en lumière mon enquête, au-delà de la prégnance de cet idéal civique du travail dans les formes de justification des bénévoles interviewés, c'est le rôle fondamental des organisations du monde associatif et des représentants des pouvoirs publics dans la diffusion de ces normes de la responsabilité communautaire ou de l'utilité sociale. L'appel « intérieur », le désir d'engagement 5. Robert Castel, « Travail et utilité au monde »» in Alain Supiot (sous la direction de), Le Travail en perspective, LGDJ, « Droit et société », Paris, 1998.

60

La norme : « au nom de la citoyenneté » des bénévoles, est donc la réponse à un appel extérieur (être utile, rendre à la communauté) auquel ils cherchent à se conformer. En s o u l i g n a n t combien les associations offrent un espace privilégié pour réaliser ce devoir de la responsabilité communautaire et de l'utilité sociale, ces appels à l'engagement participent non seulement à réactiver et à entretenir cet idéal du travail, mais aussi à orienter le citoyen vers ces pratiques spécifiques. « RENDRE À LA COMMUNAUTÉ » OU LA NORME DE LA RESPONSABILTÉ COMMUNAUTAIRE AUX ÉTATS-UNIS

Au cours de mon enquête aux États-Unis, je n'ai en effet pas simplement repéré l'usage de cette formule dans les propos des bénévoles interviewés, mais aussi, dans des registres qui vont de l'incitation à l'injonction, dans les discours tenus par de nombreux acteurs des mondes associatifs et politiques américains, comme en témoignent les trois exemples ci-dessous que je me propose de commenter. « Ce que l'on entend par "rendre" [give back] c'est... tu vois, on donne beaucoup. On offre des services, on dit : "Écoute, si t'as besoin d'aide pour ton CV, si tu as besoin d'aide pour tes devoirs, quoi que ce soit où l'on puisse t'aider, on t'aidera. Mais à un certain moment on veut que tu commences à rendre au reste de la communauté. C'est une attente que l'on a pour toute personne qui passe cette porte. On va faire tout ce qui est en notre pouvoir pour t'aider, mais, en retour, tu dois aider quelqu'un d'autre. [...] Tu donnes et les gens rendent et avec de la chance on peut développer ce cycle. » (Un responsable des bénévoles d'Aspira)

Aspira se définit comme une association qui vise au développement à la fois social, politique, culturel et économique de la « communauté hispanique et portoricaine » aux États-Unis. Elle cherche en priorité à favoriser l'accès à l'éducation des jeunes par différents moyens : accompagnement scolaire, bourses scolaires, construction d'écoles, etc. Selon leur responsable au sein de l'association, les bénévoles d'Aspira sont à 99 % issus de cette « communauté », terme auquel il donne un sens à la fois ethnique - les « Latinos » - et local - les quartiers où s'opère l'action de l'association. Par son fonctionnement, comme par le message qu elle diffuse, Aspira cherche en quelque sorte à se faire l'instigateur d'un contrat moral qui, selon les représentations de ses responsables, s'il était réellement passé entre - et surtout rempli par - tous les membres de la « communauté », devrait permettre

61

Le. travail bénévole son plein développement. En procurant des services gratuits, mais en incitant, en retour, à l'engagement bénévole des jeunes et de leurs parents dans la communauté, elle se substitue en quelque sorte à un mécanisme pensé comme naturel, mais jugé défaillant : celui de la responsabilité communautaire. « Je pense que tous les programmes ont cela comme thème, tu vois, je pense que l'idée derrière AmeriCorps6, c'est O.K., on peut t aider à payer pour la fac parce que c'est cher, mais on veut que tu rendes quelque chose [give something back]. On veut que tu prennes des responsabilités concernant les problèmes de la communauté, pour aider à les régler, que tu sois investi à temps plein. » (Le directeur de la communication du programme fédéral AmeriCorps) Dans les propos de ce directeur de communication du programme AmeriCorps, la notion de « responsabilité » apparaît cette fois explicitement et elle est rattachée à nouveau à celle de « communauté », mais dans un sens différent de celle qui figure dans l'entretien précédent. Le terme n'est plus rattaché à une communauté particulière - la communauté « latino » - mais « la communauté dans son ensemble, la société américaine », pour reprendre les termes du sociologue Amitai Etzioni.7 Le « contrat communautaire », à la réalisation duquel participe la pratique bénévole, se joue donc ici à une autre échelle. Comme dans le cadre de l'entretien précédent, la transaction définie par ce contrat moral est la suivante : le « service » à la communauté, puisque c'est bien le terme employé, rembourse l'aide à l'éducation (la bourse que les volontaires d'AmeriCorps touchent à la fin du programme) fournie par la Corporation for National Service. Mais le tempo du « give » (donner) et du « give back » (rendre) s'opère ici de façon plus complexe. Si Aspira définit un moment à partir duquel l'individu qui a reçu doit rembourser sa dette « à partir d'un certain moment, on veut que vous commenciez à rendre au reste de la communauté » -, le programme AmeriCorps définit deux moments de « retour du don » : — un premier, antérieur à la remise de la bourse scolaire et nécessaire à son obtention, à l'intérieur du programme ; — un second, souhaité et souhaitable, qui s'exercerait par la 6. Créé par Bill Clinton en 1993, le programme AmeriCorps fédère la plus grande partie des programmes de volontariat aux États-Unis. Il est géré par la Corporation for Community and National Service créée par la même loi. Cf. chapitre m. 7. Amitai Etzioni, Rights and the Common Good The Communitarlan Perspective, St Martin's Press, New York, 1995.

62

La norme : « au nom de la citoyenneté » suite et témoignerait par là de la capacité du programme à transmettre, à ses participants, cette éthique de la responsabilité. La citation qui suit, enfin, est extraite de la déclaration signée par tous les présidents américains en vie, lors du Présidents S u m m i t for America's Future, qui s'est tenu à Philadelphie en avril 1997 et dont j'analyserai la portée politique en deuxième partie : « Il y a deux siècles, l'Amérique a été fondée sur l'idée que, si tous les hommes sont dotés par le Créateur de droits inaliénables, la citoyenneté implique des responsabilités indéniables. Tout comme chacun d'entre nous a le droit à la vie, à la liberté et au bonheur, chacun de nous a le devoir de rendre [to give something back] au pays et à la communauté - le devoir d'être responsable non seulement de nous-mêmes et de nos familles, mais aussi les uns des autres. Nous avons le devoir de servir [we owe a debt ofservice] pour honorer la promesse divine faite à l'Amérique et à nos enfants. » (The Président Summit Déclaration for America's Future, signée par les présidents Ford, Bush, Reagan et Clinton en avril 1997) La signification de l'expression « give back to the community» est ici plus explicite que dans les deux exemples précédents puisque la notion de responsabilité est d'emblée rattachée à celle de citoyenneté, et que le champ lexical mobilisé - « responsabilités » mais aussi « obligation », « devoir », « dette » - transforme en impératif civique ce qui s'exprimait jusqu'à présent sous la forme d'une attente - « expectation », disait le responsable des bénévoles d'Aspira - voire d'une injonction morale. Cette obligation de rendre quelque chose à la communauté et au pays, cette dette à acquitter est présentée comme le pendant, l'autre versant des droits fournis par la citoyenneté : c'est un - peut-être le principal devoir du citoyen. Toutefois, la double évocation de Dieu - « dotés par leur Créateur » et « la promesse divine faite à l'Amérique » semble souligner que la relation entre l'individu et la communauté n'épuise pas celle du contrat. Elle nous invite à chercher du côté de la rhétorique protestante, d'abord religieuse puis laïcisée, les fondements de cet impératif de la responsabilité à l'égard de la communauté. Histoire et actualité de la formule Un rapide détour par l'éthique religieuse du travail semble en effet nécessaire pour comprendre et le sens et le poids de cette formule du « give back to the community » aujourd'hui. C'est à la fois en travaillant - en faisant « fructifier ses talents » - et en servant par son travail la communauté que l'on peut rembourser la dette que l'on a contractée auprès du Créateur explique en 63

Le. travail bénévole substance la parabole des talents (Matthieu 25,14-30), texte clé de l'éthique protestante. Sans entrer dans l'exégèse de ce texte religieux, on peut noter que son enseignement est le suivant : chacun a la responsabilité de faire fructifier, par son travail, les talents qui lui ont été donnés par Dieu. Cette responsabilité est une responsabilité face à Dieu, l'assumer, c'est s'ouvrir le royaume des cieux. L'exercice de cette responsabilité matérielle est dynamique, ce n'est pas dans la richesse matérielle mais dans l'enrichissement que l'on apporte la preuve de son service à Dieu. Ainsi est-il demandé par Dieu à chacun des trois serviteurs, à qui il a donné un capital de talents inégal, de le faire fructifier de façon proportionnelle afin de pouvoir lui rendre ce capital initialement donné. Ces « bonnes œuvres » dont parle Weber dans L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme8, ou de façon plus actuelle le « service à la communauté », constituent dans cette logique un moyen d'attester que cet enrichissement n'est pas réalisé à une fin personnelle, mais bien en vue de « la raison divine ». Comme le souligne bien Judith Shklar9, on retrouve ainsi chez Benjamin Franklin une version laïcisée de cette éthique du travail selon laquelle « le travail profite simultanément à soi-même et à la communauté ». La philanthropie qui se développera au XIXe siècle aux États-Unis repose elle aussi sur cette double exigence et pose tout à la fois la légitimité du profit et les devoirs de l'homme riche et du monde des affaires vis-à-vis du reste de la société. Si le Gospel ofWealth10 d'Andrew Carnegie résume parfaitement cette représentation des devoirs de « l'homme fortuné, au double sens de chanceux et de riche » n , il ne limite cependant pas cette obligation de servir la communauté par son travail aux seules classes supérieures. « Ceux qui n'ont pas de surplus peuvent donner au moins une partie de leur temps, ce qui est généralement aussi important que les fonds, et parfois même davantage », écrira ainsi Carnegie. 12 Cette version civique, laïcisée, de l'éthique religieuse du travail se retrouve largement dans de6 textes contemporains évoquant 8. Max Weber, L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme. Agora, « Pocket », Paris, 1989. 9. Judith Shklar, La Citoyenneté américaine ou la quête de l'intégration, Calmann-Lévy, Paris, 1991. 10. Andrew Carnegie, The Gospel ofWealth and Other TimetyEssays (1900), Belknap Press, Cambridge (Massachusetts), 1962. 11. Anne Bory, De la générosité en entreprise. Mécénat et bénévolat dans les grandes entreprises en France et aux États-Unis, thèse de doctorat de sociologie, université Paris-1,2008, p. 115. 12. Cité par Anne Bory, ibidem, p. 116.

64

La norme : « au nom de la citoyenneté » les normes du travail dans l'Amérique d'aujourd'hui Dans Habits ofthe Heart13, Robert Bellah et ses coauteurs soulignent ainsi que presque tous ceux à qui ils ont parlé au cours de leur enquête « seraient d'accord pour dire [...] que deux des composantes les plus fondamentales d'une bonne vie sont la réussite professionnelle et la joie qui découle du fait de servir sa communauté. Et ils auraient aussi tendance à reconnaître que les deux sont si inextricablement mêlées qu'une personne ne peut généralement avoir l'une sans l'autre »14. De même, Alan Wolfe, dans son ouvrage sur les valeurs de la classe moyenne, souligne que cette injonction à rendre à la communauté se formule aujourd'hui dans les mêmes termes à l'égard des entreprises : « L'obligation du monde des affaires est de participer à la communauté, de soutenir les événements de la communauté, de rendre [togive back]. » 15 De fait, les travaux d'Anne Bory sur le mécénat de proximité ou ceux de Marc Abélès sur les nouveaux philanthropes de la Silicon Valley16 illustrent bien combien la rhétorique de la responsabilité à l'égard de la communauté, du « give back to the community », a pu offrir de nouveaux habits aux discours philanthropiques. La norme sociale exprimée par la formule que les bénévoles américains ont utilisée pour justifier leur pratique est donc une norme citoyenne du travail ; elle renvoie à une éthique civique du travail qui englobe la pratique bénévole, tout en la dépassant. Si le sens du « give back to the community » peut être, en partie au moins, trouvé dans cette éthique religieuse du travail qui a nourri les fondements de la philanthropie américaine, l'impératif de la responsabilité par rapport à la communauté a constitué, comme l'a bien souligné notamment Loïc Wacquant 17 , un « thème fétiche des campagnes de Clinton » largement inspiré par les travaux d'Amitai Etzioni, sociologue et chef de file du mouvement communautarien 18 aux États-Unis dans les années 1990. 13. Robert Bellah et aL, Habits of the Heart Individualism and Commitment in American Life, University of Califomia Press, Berkeley, 1996. 14. Ibidem, p. 1%. 15. Alan Wolfe, One Nation After AU, Penguin, New York, 1999, p. 249 et 250. 16. Marc Abélès, Les Nouveaux Riches, un ethnologue dans la Silicon Valley, Odile Jacob, Paris, 2002. 17. Loïc Wacquant, Les Prisons de la misère, Liber, « Raisons d'agir », Paris, 1999. 18. Les quelques lignes qui suivent, issues de « Nous, les communautariens », la plate-forme du mouvement rédigée par Amitai Etzioni, font largement écho à la déclaration du sommet des présidents de Philadelphie : « Plus profondément, nous nous sommes inquiétés du fait que beaucoup d'Américains sont plutôt réticents à prendre leurs responsabilités. Nous sommes

65

Le. travail bénévole Cela explique l'écho de la formule dans les discours des bénévoles américains au moment où je conduisais mon enquête. L'extrait qui suit, tiré du célèbre discours de Clinton, « Un nouveau sens de la responsabilité », prononcé lors de sa seconde investiture en janvier 1997, illustre bien la tonalité communautarienne du président 19 et les liens qu'il dresse entre responsabilité communautaire et engagement bénévole. « Nous avons besoin d'un nouveau sens de la responsabilité pour ce nouveau siècle. Il y a du travail à faire, du travail que le gouvernement seul ne peut pas faire : apprendre à lire aux enfants ; embaucher des personnes qui sont à l'aide sociale ; dépasser les portes fermées et les fenêtres aux volets clos pour reprendre nos rues à la drogue, aux gangs et au crime ; garder du temps dans nos vies pour s'occuper des autres. Chacun d'entre nous, à sa manière, doit assumer une responsabilité personnelle pas simplement pour luimême et sa famille, mais aussi pour ses voisins et sa nation. Notre plus grande responsabilité est d'adopter un nouvel esprit de la communauté pour ce nouveau siècle. Pour que l'un d'entre nous réussisse, nous devons réussir en ne faisant plus qu'un : l'Amérique. ».

On voit ici comment l'analyse de la norme sociale au cœur de la pratique bénévole invite à une analyse des programmes et des politiques publics. C'est également le cas en France, où la norme de l'utilité sociale n'est pas simplement au fondement de la justification de l'engagement dans le discours des bénévoles, mais aussi au cœur du processus de reconnaissance du monde associatif par les pouvoirs publics. DONNER... POUR ÊTRE UTILE À LA SOCIÉTÉ OU LE DEVOIR D'UTILITÉ SOCIALE EN FRANCE « Le premier mois, d'être à la maison, ça allait pas du tout. Et puis bon, c'est bête d'être là. On se sent inutile, on se sent bon à rien. Même quand je ne suis plus ici (à l'association), je pense à ici, à ce qu'il y a à faire... On se sent utile à quelque chose. Quand vous êtes affligés de voir que beaucoup d'Américains sont pressés d'épeler ce à quoi ils ont droit, mais lents à rendre quelque chose aux autres et à la communauté. Nous avons choisi le nom de "communautariens" pour souligner que l'heure est venue de prendre nos responsabilités à l'égard de nos communautés. ». 19. On notera également la présence à cette époque dans le « staff » de la Maison Blanche de nombreux « communautariens » proches d'Etzioni, dont William Galston, ancien professeur de sciences politiques à l'université du Maryland, qui fut depufy assistantfor domestic policy (adjoint à la politique intérieure).

66

La norme : « au nom de la citoyenneté » à la maison du matin au soir, même si vous faites des affaires à vous, on a l'impression, quand les enfants sont partis, que vous avez plus... plus raison d'exister quoi. C'est-à-dire que c'est une démarche un peu personnelle, pour prouver qu'on est encore capable de faire quelque chose pour les autres. » (Pierrette, tâches administratives dans une association en direction des personnes âgées, 55 ans, au chômage, Paris) « Le bénévolat, moi, je le conçois comme un truc où tu donnes de ton temps... pas pour te rendre utile aux autres mais bon... si. » (Sylvie, soutien scolaire dans une association pour les gens du voyage, 23 ans, étudiante en droit, Nantes)

En septembre 1996 est publié le premier guide du bénévolat à Paris sous le titre Être bénévole à Paris. Comment se rendre utile aux autres30. L'auteure, Véronique Roland, reprend dans l'introduction de l'ouvrage l'enquête sur les motivations des bénévoles réalisée par le Centre national du volontariat, où la réponse « se rendre utile » apparaît comme la plus fréquemment citée... « S'engager dans une association est d'emblée perçu par les militants et les bénévoles comme une activité qui a du sens, vécue comme utile pour la société et pour les personnes qui en ont besoin » écrivent, dix ans plus tard, Sandrine Nicourd et Bénédicte Havard Duclos dans le premier chapitre de leur ouvrage Pourquoi s'engager ?, intitulé « Comment être utile ? »21. « "Servir" à quelque chose, être utile, "être un instrument", sont autant d'expressions qui reviennent dès lors très souvent dans les propos des bénévoles et militants » constatent à juste titre les deux sociologues. Même s'ils insistent parfois sur la chance qu'ils ont eue au cours de leur vie et que tous n'ont pas eue, c'est bien comme un « don » que les bénévoles français que j'ai interrogés ont présenté leur bénévolat, non pas comme quelque chose que l'on rend, à la différence des bénévoles américains, mais comme quelque chose que l'on donne et dont on retire aussi, en retour. L'« utilité sociale » apparaît alors dans leurs discours à la fois comme ce qui les « motive » et ce qui les récompense, comme ce qu'ils recherchent par leur pratique et ce qu'ils y gagnent in fine. Cette utilité n'est pas dirigée vers la ou les communautés, c'est une utilité « aux autres ». Si le terme « sociale » apparaît rarement en tant que tel dans les entretiens pour qualifier l'utilité, 1 usage de ce terme générique et anonyme, « les autres », indique 20. Véronique Roland, Être bénévole à Paris. Comment se rendre utile aux autres, Éditions Parigramme, Paris, 1996. 21. Sandrine Nicourd et Bénédicte Havard Duclos, Pourquoi s'engager ?, op. cit., p. 19.

67

Le. travail bénévole bien que c'est l'espace de la « société » qui est visé dans cette recherche d'utilité. Ce qui cherche à s'affirmer ici, c'est bien cette connexion entre « le travail et le fait d'occuper une place retenue dans la société », pour reprendre les termes de Robert Castel22, cette recherche d'une reconnaissance et d'une dignité sociales. Et c'est par la médiation de la structure associative que s'opère cette connexion. « Donc, ça, c'est quand même agréable de savoir qu'on est essentiel, enfin dans une petite partie de son activité, on est quand même utile, essentiel à d'autres. C'est quand même bien. Parce que j'ai quand même pas l'impression que cette façon-là de voir les choses, c'est général dans la société. Je veux dire, moi, je connais bien le monde de l'entreprise, ben non. Les autres, on s'en fout ! Les autres, si c'est la concurrence, on les écrase, si c'est les salariés à côté de soi, on essaie de faire mieux qu'eux pour monter en grade... enfin, tu vois, c'est pas du tout une façon habituelle de voir les choses. Enfin, je pense que c'est dommage que ce soit que dans le cadre de l'association que ces valeurs-là soient présentes. Le monde est ainsi fait ! » (Marie, accueil téléphonique dans une association de lutte contre le sida, 23 ans, étudiante en gestion des activités culturelles, Paris)

Tout comme le devoir de rendre à la communauté, la norme de l'utilité sociale déborde ainsi largement le « cadre de l'association » en France. Elle semble toutefois y trouver, comme le laissent entendre les propos de la jeune bénévole interviewée ci-dessus, un lieu d'exercice privilégié. Les petites cartes postales rouges de l'Afev « Être utile », qui montrent un étudiant souriant à côté d'un enfant, ou encore l'affiche d'Unis-Cité où un jeune est allongé sur un sèche-linge au beau milieu d'un jardin et qui interroge : « Vous avez envie d'être utile ? », interpellent bien le candidat potentiel au bénévolat sur ce registre du désir d'utilité sociale. Au-delà de ces campagnes médiatiques, la mise en avant d'une affinité élective entre utilité sociale et monde associatif s'inscrit, en France, dans une histoire politique et institutionnelle de plus de vingt-cinq ans centrée sur la tentative d'élaboration d'une reconnaissance d'utilité sociale pour les associations. Sans rentrer dans le détail de cette histoire, soulignons ici simplement les quelques événements clés qui jalonnent ce processus d'institutionnalisation qui m'intéresse moins ici pour ce qu'il a (ou n'a pas) accompli que pour ce qu'il nous dit des manières de penser les pratiques de ce monde associatif... et de ceux qui les pensent.

22. Robert Castel, « Travail et utilité au monde », op. cit.

68

La norme : « au nom de la citoyenneté » Le monde associatif et « l'invention de l'utilité sociale » 23 En 1982, le projet de loi Henry pour le développement de la vie associative24 proposait d'apporter un soutien particulier aux associations - et notamment aux bénévoles élus des associations - qui auraient été reconnues d'utilité sociale, une reconnaissance que le ministre et les associations consultées voulaient beaucoup plus large que la reconnaissance d'utilité publique qui concernait, à l'époque, 1 800 associations sur les 350 000 recensées. Cette reconnaissance d'utilité sociale devait être attribuée par l'État, et contrôlée par un « conseil supérieur des associations » institué pour l'occasion. « Pierre angulaire » du projet de loi Henry, la reconnaissance d'utilité sociale n'a pu aboutir à un accord et a participé à l'échec du projet de loi, qui s'est entre autres traduit par la démission du ministre du Temps libre. C'est en 1998 que la notion d'utilité sociale revient sur la scène publique non sans avoir fait au préalable sa place dans les instances de réflexion du monde associatif et dans le débat avec les pouvoirs publics.26 Il est question alors de la fiscalité des associations. L'instruction fiscale de 1998, précisée en 1999, soumet en effet les associations ayant une activité économique aux impôts commerciaux et tente de clarifier, à partir de critères de non-concurrence avec le secteur privé, les conditions dans lesquelles elles peuvent en être exemptées. Si la gestion de l'association est « désintéressée » et si l'activité n'est pas en concurrence avec une ou plusieurs entreprises du secteur privé lucratif, alors l'exonération est acquise. S'il y a concurrence, alors il convient de déterminer « si l'activité est exercée dans des conditions semblables à celles d'une entreprise [...] ou si, au contraire, elle est exercée dans des conditions suffisamment différentes pour justifier un traitement privilégié au nom d'une utilité sociale admise »26. Ce « jugement d'utilité sociale » s'appuie alors essentiellement sur la nature du produit et celle du public visé par

23. J'emprunte cette formule à Jean Gadrey, qui l'utilise dans L'Utilité sociale des organisations de l'économie sociale et solidaire, une mise en perspective sur la base de travaux récents, son rapport de synthèse pour la DIES et la MIRE paru en 2004, pour désigner « la mise en avant de cette notion comme argument central de l'identité revendiquée, dans un contexte plutôt défensif. » 24. Cf. le chapitre III pour une analyse détaillée de ce projet, de son échec et de son rôle dans la politique associative française. 25. On notera notamment la création en 1996 d'un groupe mixte de travail sur la question de la reconnaissance d'utilité sociale réunissant des représentants des associations et des membres des ministères concernés. 26. Jean Gadrey, L'Utilité sociale des organisations de l'économie sociale et solidaire..., op. cit.. p. 28 et 29.

69

Le. travail bénévole la structure. 27 L'étape suivante est constituée par la mission sur la reconnaissance d'utilité sociale commandée par Martine Aubry à Alain Lipietz, dont le rapport sera rendu en 2000, mais dont les premières conclusions sont dévoilées dès 1999 pour calmer les débats houleux qui agitent, dans le cadre des Assises nationales de la vie associative, de nombreuses associations hostiles à cette instruction fiscale. Pour Alain Lipietz, qui reprend à son compte les revendications d'une partie influente du monde associatif, les contours du tiers secteur devraient être définis par un « label d'utilité sociale et solidaire, fondé sur deux types de critères, à inscrire dans sa charte : quant aux buts (ce qui le rattache à l'économie solidaire) et quant aux modes d'organisation interne (notamment lalucrativité limitée, le caractère démocratique et multipartenarial de sa direction), ce qui le rattache à l'économie sociale »28. Des années 1980 aux années 2000, la problématique de la reconnaissance d'utilité sociale s'est donc déplacée à la fois dans ses thèmes - du soutien aux associations en termes de congés ou de formation des élus bénévoles à la question de la fiscalité - et dans son champ - de la « vie associative » aux « organisations de l'économie sociale et solidaire » (OESS). Elle reste toutefois marquée par une ambiguïté, une position ambivalente dont Jean Gadrey souligne qu'elle est constitutive des « controverses » autour de l'utilité sociale. D'un côté, l'utilité sociale est appréhendée comme ce qui est produit par ces structures, en dehors des critères d'appartenance au monde associatif ou à l'économie sociale, de l'autre, elle repose sur des critères « internes » (mode d'organisation, de gouvernance, recours au bénévolat, etc.) qui sont des critères essentiellement statutaires. Les enjeux de cette controverse ne sont pas minces, car ils posent à la fois la question du monopole de l'utilité sociale par les associations (ou les OESS) et celle de la sélection interne au monde associatif. La notion d'utilité sociale permet-elle de définir un secteur ? et éventuellement de faire le tri dans celui-ci ? Ou l'utilité sociale désignet-elle une caractéristique autre, « en plus », qui ne peut se justifier 27. Selon le premier de ces critères, « est d'utilité sociale l'activité qui tend à satisfaire un besoin qui n'est pas pris en compte par le marché ou qui l'est de façon peu satisfaisante ». L'instruction de 1998 précise que cela concerne en particulier « des organismes sans but lucratif qui peuvent contribuer à l'exercice d'une mission d'intérêt général, voire de service public ». Quant au critère du « public » visé, il est défini par l'existence d'actes « réalisés principalement au profit de personnes justifiant l'octroi d'avantages particuliers au vu de leur situation économique ou sociale (chômeurs, personnes handicapées notamment..) », ibidem. 28. Alain Lipietz, Le Tiers secteur. L'économie sociale et solidaire : pourquoi et comment ?, La Découverte/La Documentation française, Paris, 2001.

70

La norme : « au nom de la citoyenneté » uniquement par des spécificités statutaires et à laquelle du coup d'autres organisations pourraient également prétendre? 29 Ainsi, si, aux États-Unis, l'éthique protestante hier et les discours politiques d'aujourd'hui désignent l'espace des pratiques bénévoles comme un lieu privilégié pour accomplir ce devoir de responsabilité à l'égard de la communauté, en France, l'utilité sociale est depuis presque trente ans la notion clé qui cherche à caractériser, « authentifier » ce monde social dans lequel s'exercent les pratiques bénévoles. Même si au terme de ces processus politiques l'institutionnalisation d'un label ou d'une reconnaissance d'utilité sociale n'a pas abouti, si le contenu et les contours de la notion restent flous, si sa mesure et ses critères font encore l'objet de débats, l'opération symbolique qui fait du monde associatif le lieu de production par excellence de l'utilité sociale90, elle, est largement accomplie, à entendre l'évidence avec laquelle les bénévoles interrogés établissent cette connexion entre désir d'utilité et engagement dans l'association. En outre, on ne peut manquer de souligner que cette « convention sociopolitique » de l'utilité sociale n'est pas seulement défendue, débattue et élaborée par des acteurs associatifs et politiques, mais là encore, comme pour la responsabilité communautaire américaine, les chercheurs ont largement participé au débat et à l'activation (ou à la réactivation) de cette norme. Sur les trentehuit rapports de recherche qui abordent la question de l'utilité sociale analysés par Jean Gadrey, seul un rapport 91 s'inscrit dans une « position de prudence ou de méfiance des chercheurs vis-àvis des ambiguïtés d'une notion floue »32. La plupart des travaux 29. Comme le soulignent Hélène Trouvé et Patrick Jolivet, « dans le secteur marchand, l'affirmation de la prise en compte de la responsabilité sociale des entreprises vient quelque peu troubler la question de l'utilité sociale des associations », le Medef ayant notamment interpellé les associations sur cette question. Cf. Hélène Trouvé et Patrick Jolivet, « L'utilité sociale, à la recherche d'une convention de coordination », Politiques sociales etfamiliales, n° 97, septembre 2009, p. 13. 30. A la manière dont l'État a pu incarner l'intérêt général, comme le montrent bien Xavier Engels, Matthieu Hély, Aurélie Peyrin et Hélène Trouvé, De l'intérêt général à l'utilité sociale. La reconfiguration de l'action publique entre État, associations etparticipations citoyennes, L "Harmattan, « Logiques sociales », Paris, 2006. 31. Il s'agit de celui des chercheurs nantais de la MSH Ange-Guépin : Cécile Clergeau, Annie Dussuet, Henry Noguès, Lionel Prouteau, Nathalie SchiebbBienfait, Caroline Urbain (université de Nantes), L'Économie sociale et solidaire et les services à domicile aux personnes âgées. 32. Jean Gadrey, L'Utilité sociale des organisations de l'économie sociale et solidaire..., op. cit., p. 22.

71

Le. travail bénévole de recherche prennent donc part au débat et proposent leurs propres critères de définition de l'utilité sociale. Jean Gadrey luimême s'explique dans une partie de son rapport sur les raisons qui le conduisent, et devraient, selon lui, conduire les chercheurs en général à participer à l'élaboration de cette « convention ». Loin d'être seulement le fait des acteurs du monde associatif la tentation et même la tendance à faire de l'utilité sociale « un outil pour asseoir l'identité et la légitimité des associations », pour reprendre l'expression d'Hélène Trouvé et Patrick Jolivet, sont donc aussi répandues dans le champ académique. Ainsi, tout comme les communautariens américains ont largement contribué à revivifier dans l'Amérique des années 1990 cette nécessité normative de rendre à la communauté que martèle, à travers différents supports de communication, le monde associatif américain, les chercheurs français, et notamment les tenants de l'économie sociale et solidaire, ne sont pas étrangers à l'institutionnalisation et à la diffusion de la thématique de l'utilité sociale et de la rhétorique associative et politique qui l'accompagne. Si les pratiques bénévoles se trouvent investies de ces discours à la frontière du savoir et du pouvoir, c'est qu'elles apparaissent porteuses, à travers ces notions qu'elles sont censées incarner l'utilité sociale, la responsabilité communautaire - de réponses à la crise que ces chercheurs identifient. LE « TRAVAILLEUR CITOYEN » : DES NORMES DE L'ENGAGEMENT AUX PROJETS POLITIQUES POUR LE BÉNÉVOLAT

D'Amitai Etzioni à Jean-Louis Laville ou Roger Sue, en passant par Jeremy Rifkin, nombreux sont les travaux de la seconde moitié des années 1990 qui donnent une place importante au monde associatif, et à travers lui aux pratiques d'engagement qui s'y développent. Sans faire une analyse exhaustive du rôle du bénévolat dans ces différentes approches, je souhaiterais présenter quelques-unes des propositions qu'elles ont pu formuler pour résoudre la question sociale - le chômage, la « fin du travail » et la dissolution des liens sociaux - grâce à l'engagement citoyen, à l'utilité sociale qu'il produit et qu'il permet de ressentir, à la responsabilité communautaire qu'il exprime et dont il témoigne. Le travail bénévole et la « fin du travail » En France, comme en Amérique, l'institutionnalisation des thématiques de l'utilité sociale des associations et de la responsabilité dans le service à la communauté dans la seconde partie des 72

La norme : « au nom de la citoyenneté » années 1990 s'est donc opérée en partie par un mélange des genres, un brouillage de frontières entre discours savants et discours politiques, voire entre savants et politiques.33 Présenté comme un lieu privilégié d'exercice de la responsabilité communautaire ou de la production d'utilité sociale, l'espace des associations ou plus largement des pratiques bénévoles est investi, dans ces discours plus ou moins scientifiques, d'un projet politique. Il représente le terreau idéal pour remédier à la « question citoyenne » : là-bas le désintérêt du bien commun, la « crise morale » et l'effritement du lien civique, ici le chômage et la perte du lien social, les travaux retentissants de Jeremy Riflcin sur la « fin du travail » 34 opérant en quelque sorte le lien entre la thématique civique et communautarienne chère à Etzioni36, et l'approche « économie sociale et solidaire » à la française pour qui il constituera une référence obligatoire. Dans son ouvrage, Jeremy Rifkin explique que la « la fin du travail » est inéluctable du fait de la révolution technologique en cours et des nouveaux modes de gestion et d'organisation des 33. Comme le met bien en évidence Fanny Darbus dans sa thèse, on trouve plusieurs cercles autour de celte catégorie « à la fois savante et politique » d'économie sociale et solidaire. Dans le « sillon mi-scientifique, mi-politique » de Jean-Louis Laville et Bernard Emme, à qui revient la paternité de la catégorie, on trouve tout d'abord « de nombreux travaux en lien avec les membres du Centre de recherche et d'information sur la démocratie et l'autonomie (le CRIDA) », qui fut leur laboratoire de rattachement entre 1984 et 2003. « On rencontre également un groupe de "chercheurs affiliés" qui, bien que travaillant la question de l'économie sociale et solidaire, débattent avec Bernard Emme et Jean-Louis Laville, et rejoignent régulièrement leur point de vue, tout en se plaçant sur un registre sémantique sensiblement différent. » Elle cite alors des chercheurs et universitaires proches de la Revue duMAUSS et d'Esprit tels Alain Caillé, Guy Roustang, Danièle Demoustier, Jean-François Draperi, Guy Aznar et Roger Sue. D'autres travaux sont effectués par des « chercheurs en plein air » à l'instar de Sylvain Allemand et Virginie Seghers, et enfin par des « chercheurs politiques » tels Alain Lipietz ou Guy Hascoët, dirigeant du parti des Verts. Fanny Darbus, Pratiques et praticiens de l'économie sociale et solidaire. 2000-2007. Contribution à la sociologie des croyances économiques, thèse de doctorat de sociologie, EHESS, 2009, p. 17 et 18. 34. Jeremy Rifkin, La Fin du travail, La Découverte, Paris, 1996. Pour une présentation claire et didactique du débat sur la « fin du travail » en France et aux États-Unis, on se reportera à l'ouvrage d'Anne-Marie Grozelier, Pour en finir avec la fin du travail. Les Éditions de l'Atelier, Paris, 1998. 35. On notera avec intérêt que, comme le souligne Jean-Louis Paré dans la traduction française de l'ouvrage, le terme « communauté », très utilisé par Rifkin, a souvent été traduit par « tissu social ». Jean-Louis Paré, « Compte rendu de La Fin du travail », Nouvelles pratiques sociales, vol. 10, n° 2,1997, p. 228.

73

Le. travail bénévole entreprises et que « le remplacement généralisé du labeur humain par celui des machines laisse la masse des travailleurs privée d'identité, sans plus aucune fonction sociétale » 36 . Il propose alors deux solutions majeures pour remédier à cette disparition du travail et à ses conséquences sociales et morales. D'abord, une réduction du temps de travail massive et universelle. Ensuite, le développement d'un tiers secteur répondant à des besoins non satisfaits par le marché ou l'État et qui serait financé par des subventions et le recours au bénévolat. Il propose alors notamment la mise en place de shadow wages37 (« salaires de l'ombre »), une déduction fiscale pour chaque heure de bénévolat exercée dans une organisation agréée, afin d'encourager la participation au bénévolat de ceux qui sont encore dans un emploi rémunéré. Et puis, pour les autres, ceux qui ne sont plus dans l'emploi, Jeremy Rifkin propose un « salaire social pour le service à la communauté » : « Procurer un salaire social - comme alternative à l'aide sociale - pour les millions de pauvres de la Nation, en échange de leur travail dans le tiers secteur, n'aidera pas simplement les bénéficiaires mais aussi les communautés dans lesquelles leur travail sera mis en œuvre. » Il écrit alors qu'« en versant des "salaires de l'ombre" à des millions qui consacreront davantage de leur temps à des activités bénévoles dans le cadre de l'économie sociale, en garantissant un salaire social aux chômeurs et pauvres désireux de travailler dans le tiers secteur, on fait le premier pas d'une longue transition du travail comme prestation marchande [...] au travail comme service communautaire »38. À la même époque, en France, la plupart des propositions de « revenus de l'activité » formulées par des chercheurs plus ou moins directement rattachés au courant de l'économie sociale et solidaire vont également ancrer dans les pratiques associatives, ce « dépassement de la société salariale » et ce passage d'une société de plein-emploi à une société de pleine activité. Analysant comment, dans la société « postmoderne »• dans laquelle nous serions entrés, le temps libre serait devenu le temps social dominant, Roger Sue écrit pour sa part, en 1994, dans Temps et ordre social : « Il semblerait logique d'accorder une compensation-incitation à tous ceux qui accepteraient de participer activement à des missions 36. Jeremy Rifkin, La Fin du travail, op. cit. p. 313. 37. L'expression « shadow wage » sera traduite par « salaires virtuels » dans la publication française de l'ouvrage, ce qui malheureusement fait disparaître la dimension d'invisibilité qui caractérise l'expression anglaise. 38. Jeremy Rifkin, La Fin du travail, op. cit., p. 356 et 357.

74

La norme : « au nom de la citoyenneté » d'utilité sociale dans un cadre associatif. Il s'agirait d'un revenu d'utilité sociale, revenu social, ou encore revenu civique (ou de c i t o y e n n e t é ) versé sous forme d'indemnité et non de salaire, car il s'agirait d'une compensation simple et non d'un contrat de travail, sur une base horaire identique pour tous affirmant le droit et l'égalité de chacun à produire de l'utilité sociale. » 39

Comme le laisse entendre la multiplicité des termes utilisés pour dénommer ce revenu et les équations qu'elle pose (utilité sociale = social = civique = de citoyenneté), la figure du travailleur citoyen apparaît bien ici, non plus comme celui qui « rend à la communauté » comme dans le « travail comme service communautaire » de Rifkin, mais comme celui qui « produit de l'utilité sociale ». Pour celui qui ne produit pas d'utilité dans le cadre d'une activité professionnelle, d'un travail rémunéré, l'espace des pratiques bénévoles peut ainsi lui permettre de mettre en œuvre ses droits de citoyen... ou peut-être faudrait-il dire de s'acquitter de ses obligations. L'usage des termes « compensationincitation » d'une part et « droit à produire de l'utilité sociale » d'autre part dans la proposition de Roger Sue donne bien à voir toute l'ambiguïté de ce type d'institutionnalisation. De la même manière, attacher un financement de l'État en échange d'un service à la communauté en alternative à l'aide sociale, tel que le propose Jeremy Rifkin, n'est pas sans évoquer les programmes de workfare qui vont se développer massivement peu de temps après la publication de son ouvrage et qui posent comme principe que l'allocataire de l'aide sociale doit travailler pour toucher ses allocations. Sylvie Morel, dans l'analyse des transformations de la relation d'assistance aux États-Unis et en France qu'elle livre dans Les Logiques de la réciprocité, souligne combien, dans l'Amérique du workfare des années 1990, la participation de l'allocataire aux activités de travail est bien présentée « comme un "remboursement" à la collectivité de l'aide reçue ». Le travail gratuit devient « l'activité qui représente le mieux la notion de contrepartie associée au workfare » 40 et permet de se « mettre en conformité à un modèle de comportement dominé par l'éthique du travail »41. Dans ces projets d'indemnisation de l'utilité sociale ou du service à la communauté, comment s'assurer alors que l'on ne 39. Roger Sue, Temps et ordre social. Presses universitaires de France, Paris, 1994, p. 284-285. 40. Sylvie Morel, Les Logiques de la réciprocité. Les transformations de la relation d'assistance aux États-Unis et en France, PUF, « Le lien social », 2000, p. 20. 41. Ibidem, p. 188.

75

passe pas subrepticement des droits aux devoirs de la citoyenneté et, en son nom, de l'incitation à l'obligation, de la valorisation de la « citoyenneté active » à l'activation des citoyens ? À ce premier enjeu, posé par ces projets politiques qui voient dans la valorisation du travail bénévole un moyen de dépasser la fin du travail, s'en ajoute un second. Plusieurs travaux sociologiques ou économiques42 menés aux États-Unis ont permis de mettre en lumière combien cette éthique civique du travail appliquée dans le cadre du workfare avait permis à l'État qui la professe d'obtenir à faible coût, et surtout avec une flexibilité que le droit du travail n'autorise pas, une main-d'œuvre peu qualifiée dans les services publics. En revanche, peu de travaux se sont penchés sur les usages politiques du travail gratuit non contraint. Si la politique du workfare est également une politique de l'emploi public... Quid des incitations formulées depuis les sommets de l'État au travail bénévole ? Le scénario proposé par le sociologue américain Eliot Freidson invite à poser de façon plus précise encore ces questions. Le travail bénévole et le besoin en main-d'œuvre de l'État-providence Dans son allocution « Professionnels et amateurs dans l'Étatprovidence», prononcée en 1984 à l'Institute of Applied Social Research, à Oslo, le sociologue américain Eliot Freidson développait l'argumentaire suivant : les États-providence seraient aujourd'hui en crise du fait de coûts croissants des services sociaux prodigués par ces États, services qui sont « labor-intensive » (à forte intensité de main-d'œuvre) et de plus en plus professionnalisés. Il rappelle alors que dans ces État-providence, et aux États-Unis en particulier, on trouve, à côté des marchés officiel, informel et criminel du travail, un marché subjectif du travail, composé en majeure partie de travail bénévole. Une partie de celui-ci repose sur des compétences à la fois complexes et spécialisées et sur un engagement à long terme dans l'exercice de la pratique, compétences et engagement « qui le rendent analogue au travail officiellement défini comme professionnel ». La différence entre ce type particulier de travail subjectif, que Freidson appelle le « travail subjectif professionnel », et le travail officiellement défini comme professionnel réside simplement dans le 42. John Krinsky, Free labor, op.cit ; Laura Wemick, John Krinsky et Paul Getsos, Work Expérience Program. New York City's Public Sector Sweat Shop Economy, Community Voices Heard, 2000, et Sylvie Morel, Les Logiques de la réciprocité, op. cit.

76

La norme : « au nom de la citoyenneté » fait que le premier ne permet pas de gagner sa vie. Comme les autres formes de travail subjectif, sa pratique présuppose d'autres moyens d'existence, qu'il s'agisse d'une activité professionnelle rémunérée, d'un revenu privé, du soutien de son conjoint ou que l'on soit une pupille de la nation ou sous la tutelle d'un maître d'esclave. C'est cette dissociation entre l'exercice de l'activité et la manière de gagner sa vie, entre le « vivre pour » et le « vivre de » qui justifie le qualificatif de « subjectif » pour Freidson. Mais, dans le travail professionnel subjectif et à la différence des autres formes de travail subjectif, comme le travail forcé ou celui de l'esclave, « les gens s'identifient à ce travail et sont engagés dans ce travail », écrit Freidson. Ce « travail professionnel subjectif », poursuit-il, se rencontre fréquemment dans les mondes académiques et artistiques. « Pourquoi ce type d'engagement ne peut-il pas être utilisé pour organiser le travail dans les services sociaux ? » s'interroge-t-il alors. Et le sociologue de proposer le scénario suivant : utiliser des « travailleurs fortement qualifiés mais non rémunérés » [highly skilled but unpaid workers] pour répondre aux besoins en travail professionnel de I'État-providence sans en augmenter les coûts. Pourquoi n'est-il pas possible, demande-t-il, pour des citoyens qui gagnent leur vie par des activités qui les rémunèrent suffisamment et leur laissent assez de temps libre, et qui seraient intéressés par le travail de chirurgien, d'infirmière, de dentiste, de psychologue, d'utiliser ce temps libre pour se former pleinement dans ces métiers et les pratiquer à temps partiel, sur une base bénévole, « for the love ofit »? En s'appuyant en partie sur les travaux de Robert Stebbins sur le serious Ieisure (le « loisir sérieux »), qui légitiment d'une manière nouvelle les amateurs - pas simplement ceux qui « aiment » mais ceux qui sont « engagés », sérieux, qualifiés -, Freidson emprunte le registre lexical et, plus profondément, le mode de fonctionnement des mondes artistiques et sportifs pour l'appliquer à celui des services sociaux. • en appelle ainsi à l'avènement d'un « travailleur professionnel subjectif », « amateur sérieux » du social (travailleur social amateur, infirmière amateur, juge amateur...) comme solution à la crise du travail dans les services publics. La proposition de Freidson aborde ainsi explicitement la question de l'usage politique du travail bénévole, de son instrumentalisation. Toutefois, et même si son intervention se situe dans le cadre d'une conférence de sociologie appliquée, le sociologue ne se penche pas sur la question de la mise en œuvre d'un tel projet Il termine d'ailleurs son intervention en précisant : « Je n'ai pas d'avis très solide ni très systématique sur la façon dont les idées que j'ai présentées dans ce papier peuvent être développées dans un programme concret qui résoudrait les problèmes de l'État-pro77

Le travail bénévole vidence que j'ai décrits. » De fait, et Freidson le sait bien, la question de la mise en œuvre d'un tel projet est une question politique et même de politique publique. Sur le terrain, c'est bien à l'analyse de ce « programme concret » que Freidson passe sous silence que le sociologue du travail bénévole est confronté : des lois et des mesures, des financements et des créations de programmes et d'organisations visant à institutionnaliser, développer, orienter et parfois rediriger le travail bénévole. Le « projet d'instrumentalisation » qui sous-tend ces mesures, lui, est bien plus difficile à mettre au jour. Les politiques du bénévolat menées en France comme aux États-Unis affichent rarement le projet qui les détermine, la vision qui les légitime et précède leur mise en pratique. Ou plutôt elles se présentent presque toujours comme une fin en soi : elles visent à développer le bénévolat... pour que le bénévolat soit développé. Parce qu'un bénévolat développé est une bonne chose. Pour la citoyenneté.

DEUXIÈME PARTIE LES USAGES POLITIQUES DU TRAVAIL BENEVOLE OU L'INVISIBLE POLITIQUE DE L'EMPLOI

Comme tout travail associatif, le travail du bénévole - et a fortiori celui du volontaire - repose, en partie au moins, sur des financements publics. Il est inscrit dans des lois qui déterminent ses modalités d'exercice, mais aussi ses publics ou ses secteurs privilégiés d'intervention. Ces modalités d'exercice, ces financements, ces domaines d'intervention sont négociés dans le cadre d'institutions parfois privées, parfois publiques, mais toujours reconnues par l'État quand elles n'ont pas simplement été fondées par certains de ses représentants. Ainsi du Conseil national de la vie associative en France, fondé en 1983 par l'ancien ministre du Temps libre André Henry, ou de la Corporation for National Service créée dix ans plus tard par Bill Clinton aux États-Unis. Pour reprendre en la détournant une formulation de Pierre Bourdieu1, l'analyse des processus d'institutionnalisation du travail bénévole souligne donc « à quel point l'État est présent dans le bénévolat », combien le travail bénévole constitue bien, en France comme aux États-Unis, « une affaire d'État ». Toutefois, 1. Pierre Bourdieu, « À propos de la Camille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 100, décembre 1993, p. 32-36.

79

Le. travail bénévole l'intervention de l'État sur la pratique bénévole, qu'elle vise à la soutenir, la valoriser, la réorienter ou l'encadrer, se présente rarement comme un processus d'institutionnalisation d'une forme de travail. Les mesures de construction d'un cadre d'exercice de la pratique bénévole, la mise en place d'un statut du volontaire ou le financement de programmes publics de bénévolat ne sont en effet jamais officiellement présentés comme des politiques du i r a b é n é v o l e , mais bien comme des politiques de soutien à la vie associative, à la citoyenneté, à l'engagement. C'est ce voile de la citoyenneté qui masque l'agenda réel des politiques du bénévolat que je me propose de lever ici en mettant en lumière les usages politiques de ce travail bénévole. Je montrerai ainsi comment les politiques publiques du bénévolat sont, en partie au moins, des politiques de l'emploi à un double titre : en ce qu'elles visent à développer et/ou à institutionnaliser des formes de travail bénévole dans les services publics, mais aussi en ce qu'elles mettent au travail (bénévole) des catégories de la population qui ne sont pas dans l'emploi. Loin d'être simplement l'objet d'une politique publique, le bénévolat en est aussi l'instrument, et c'est bien les dimensions de travail au cœur de cette pratique qui permettent à l'État de I'instrumentaliser. C'est parce que le bénévolat est du travail qu'il peut être envisagé comme un remède au « besoin en main-d'œuvre de l'État-providence » et à la « fin du travail », pour reprendre les termes des intellectuels qui ont, comme je l'ai déjà évoqué, largement participé à nourrir ces programmes publics qui seront étudiés ici. Et si c'est bien le travail bénévole qui est au cœur des usages politiques de la pratique, c'est le discours sur l'engagement qui permet de masquer cette instrumentalisation. De fait, ce discours sur les rapports entre l'État et l'engagement bénévole des citoyens est d'autant plus facile à mobiliser qu'il s'inscrit dans un véritable paradigme qui a nourri, directement ou indirectement, les représentations du bénévolat en cours dans les mondes scientifiques mais aussi politiques et associatifs, en France et aux États-Unis. Mieux, c'est dans la comparaison, ou plus exactement dans la confrontation entre ces deux pays que cette représentation s'est construite. J'appellerai ici « héritage tocquevillien » ce paradigme d'analyse de la pratique bénévole qui, s'inscrivant explicitement dans la lignée des travaux de Tocqueville, a dépeint l'Amérique comme une nation ofjoiners (« nation d'associés »), a souligné l'« esprit bénévole » des Américains et a opposé, à ce « modèle américain de bénévolat », un « modèle français » dans lequel la pratique bénévole était peu développée et l'État omniprésent. Dans la manière dont il construit l'opposition entre les deux pays, cet « héritage tocquevillien » suggère

80

Les usages politiques du travail bénévole.. ainsi un rapport d'extériorité et de substituabilité entre l'État et le bénévolat : le bénévolat, engagement citoyen par excellence, se développerait de lui-même, dans l'espace qui serait laissé vacant par l'État, et pourrait, sous la forme d'un vase communicant, s'y substituer. La pratique bénévole serait donc indépendante, a-étatique, voire anti-étatique, à tout le moins elle relèverait de l'initiative privée et pourrait tout à la fois pallier les manques de l'État et limiter son pouvoir. S'opère alors un double oubli de l'État, l'oubli que le bénévolat est non seulement - en partie au moins - construit par l'État, mais qu'il est aussi utilisé par lui. Avant de lever le voile politique de la citoyenneté, et de montrer comment, derrière les discours publics sur l'engagement, la vie associative et la citoyenneté sont mises en place des politiques du travail bénévole, je me propose donc, d'abord, de « ramener l'État dans l'analyse » pour reprendre la formule de politistes américains2, c'est-à-dire de lever ce voile théorique, cette représentation des rapports entre l'engagement bénévole des citoyens et l'État qui s'est construite entre la France et l'Amérique et qui permet à ce mythe de l'initiative privée de masquer la mise au travail public des citoyens.

2. Peter B. Evans, Dietrich Rueschemeyer et Iheda Skocpol (sous la direction de), Bringing the State Bock In, Cambridge University Press, 1985.

81

CHAPITRE III

UNE AFFAIRE D'ÉTAT

À l'exception de quelques travaux américains1, l'analyse de l'intervention de l'État sur la pratique bénévole a été peu étudiée en tant que telle. Alors même que la sociologie des politiques publiques se renouvelle depuis plusieurs années pour se départir d'une vision jugée trop verticale du politique et qu'elle intègre notamment, pour ce faire, le rôle et la place des organisations associatives dans la construction des politiques (sociales, sanitaire, logement, éducation.. .)2, on ne peut que souligner le peu d'intérêt dont 1. Notamment l'article de Susan Chambré, « Kindling points oflight, volunteering as public policy », déjà cité, quelques chapitres de l'ouvrage de Janet Poppendieck, Sweet Charity ? Emergency Food and the End of Entitlement, Penguin, New York, 1998, et les articles de Theda Skocpol sur lesquels je reviendrai en détail plus loin. 2. Voir notamment Éric Cheynis, Usages et enjeux associatifs de la construction du champ de l'exclusion. Éléments pour une genèse de la loi d'orientation relative à la lutte contre les exclusions. 1994-1998, DEA « Politiques sociales et société », université Paris-I/ISST, 2000 ; Susan M. Chambré, Fighting for our Live. New York Aid's Community and the Politics of Disease, Rutgers University Press, 2006 ; Steven Epstein, La Grande Révolte des malades, tome 2 de L'Histoire du sida, Les Empêcheurs de tourner en rond, Paris,

83

Le. travail bénévole ont témoigné, en France comme aux États-Unis, les sociologues pour ce domaine particulier d'intervention de l'État qu'est le bénévolat. Ainsi, si l'on se met aujourd'hui de plus en plus à analyser la participation des associations à la décision et à la politique publique, l'intervention de l'État sur le monde associatif, et particulièrement sur les pratiques associatives, elle, reste peu étudiée. Sans doute parce que l'idée même d'intervention de l'État sur le bénévolat se heurte à la conception traditionnelle qui oppose l'État et le bénévolat héritée de Tocqueville, une conception qui s'est affirmée dans le monde académique, mais aussi dans les mondes politiques et associatifs, comme une véritable doxa. Tout comme Pierre Bourdieu notait à propos de la famille, « l'opposition traditionnelle entre le public et le privé masque à quel point le public est présent dans le privé », cette opposition entre État et engagement bénévole, dessinée par Tocqueville et largement reprise depuis, masque à quel point l'État est un acteur central de6 mondes sociaux du bénévolat et combien le travail bénévole est, en partie au moins, un travail public. Avant d'analyser ces politiques du bénévolat dans les deux pays, je propose donc un détour par cet usage scientifique et politique de Tocqueville et des mythes du bénévolat en Amérique qu'il a participé à diffuser. L'HÉRITAGE TOCQUEVILLIEN ET L'OUBLI DE L'ÉTAT « Il est facile de prévoir que le temps approche où l'homme sera de moins en moins en état de produire par lui seul les choses les plus communes et les plus nécessaires à la vie. La tâche du pouvoir social s'accroîtra donc sans cesse, et ses efforts même la rendront chaque jour plus vaste. Plus il se mettra à la place des associations, plus les particuliers, perdant l'idée de s'associer, auront besoin qu'il vienne à leur aide : ce sont des causes et des effets qui s'engendrent sans repos. L'administration publique finira-t-elle par diriger toutes les industries auxquelles un citoyen ne peut suffire ?[...] La morale et l'intelligence d'un peuple démocratique ne courraient pas de moindres dangers que son négoce et son industrie, si le gouvernement venait y prendre partout la place des associations »3

Par ce type de raisonnement, comme par sa vision « romantique », pour reprendre les termes de la sociologue américaine

2001 ; Bernard Lahire, L Invention de l'illettrisme, La Découverte, Paris, 1999 ; et Pierre Lascoumes, L'Éco-pouvoir, environnements et politiques, La Découverte, Paris, 1994. 3. Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, tome 2, Flammarion, Paris, 2010, p. 139 et 140.

84

Une affaire d'État Iheda Skocpol4, selon laquelle « les groupes bénévoles surgiraient du sol, créés localement, par des individus qui décident spontanément de s'associer pour accomplir des choses "en dehors" du gouvernement et de la politique », Tocqueville a ouvert la voie à « une manière de penser en jeu à somme nulle qui oppose [...] l'État national au bénévolat local ». Fortement répandue aux États-Unis, cette description de l'Amérique comme « nation d'associés » a été reprise par des chercheurs français et opposée au cas français dans un mouvement comparatif s'inscrivant explicitement dans la lignée des travaux de Tocqueville et de son regard incontournable sur l'Amérique. De l'usage de Tocqueville en Amérique... Dans sa bibliographie annotée sur « la philanthropie et le bénévolat », Daphné Niobe Layton5 souligne avec justesse, dans le passage consacré à Tocqueville, que le chapitre 5 de la deuxième partie du tome 2 de De la démocratie en Amérique est la source d'une citation que l'on retrouve au commencement de la plupart des travaux américains portant sur les associations. De fait, Tocqueville apparaît comme le seul nom cité par Stanley Katz dans la préface de ce même ouvrage : « Alexis de Tocqueville a été le premier d'une longue série de visiteurs étrangers à remarquer le caractère distinctif du bénévolat et de l'initiative privée dans la vie publique des Américains. » Dans La Fin du travail, Rifkin écrivait également : « L'homme politique et philosophe français Alexis de Tocqueville fut le premier à s'intéresser à l'esprit de bénévolat en Amérique. Après sa visite des États-Unis en 1831, il écrivit ses impressions sur notre jeune pays. Tocqueville avait été fort impressionné par la propension des Américains à s'engager volontairement dans des associations, phénomène peu présent à la même époque en Europe. » Et Rifkin de conclure, après avoir cité un extrait du chapitre 5 du tome 2 de De la démocratie en Amérique : « Voilà plus de deux cents ans que le tiers secteur façonne l'expérience américaine, imprégnant pratiquement tous les aspects de

4. « What Tocqueville missed : government made ail that "volunteerism" possible » est un texte en ligne posté sur Slate et adapté de « The Tocqueville problem : civic engagement in american democracy », la conférence que Theda Skocpol donna à l'ouverture du congrès annuel de l'Association des historiens des sciences sociales, à La Nouvelle-Orléans, le 12 octobre 1996. Ce texte sera lui-même publié sous ce dernier litre dans une version papier plus développée dans Social Science History, vol. 21, n° 4, en 1997. 5. Daphne Niobe Layton, An Annotated Bibliography, The Foundation Center, 1987.

85

Le. travail bénévole la vie de l'Amérique et contribuant à transformer une culture de pionniers en une société moderne fortement avancée. » 6 Robert Putnam écrivait pour sa part quelques années plus tôt : «< Les normes et les valeurs de la communauté civique sont inscrites dans et renforcées par des pratiques et des structures sociales spécifiques. Le théoricien social le plus pertinent ici demeure Alexis de Tocqueville. S'interrogeant sur les conditions sociales qui nourrissent la « démocratie en Amérique », Tocqueville attribue une grande importance à la propension des Américains à former des organisations civiles et politiques. »7 S'ensuit alors dans le texte de Putnam la même citation que celle de Rifldn, extraite du chapitre 5 du tome 2 de De la Démocratie en Amérique : « Les Américains de tous les âges, de toutes les conditions, de tous les esprits s'unissent sans cesse. Non seulement ils ont des associations commerciales et industrielles auxquelles tous prennent part, mais ils en ont encore mille autres espèces : de religieuses, de morales, de graves, de futiles, de fort générales et de très particulières, d'immenses et de fort petites. Les Américains s'associent pour donner des fêtes, fonder des séminaires, bâtir des auberges, élever des églises, répandre des livres, envoyer des missionnaires aux antipodes ; ils créent de cette manière des hôpitaux, des prisons, des écoles. S'agit-il de mettre en lumière une vérité ou de développer un sentiment par l'appui d'un grand exemple, ils s'associent. Partout où à la tête d'une entreprise nouvelle vous voyez en France le gouvernement et en Angleterre un grand seigneur, comptez que vous apercevrez aux États-Unis une association. »

Au-delà de la littérature académique, on retrouve aussi ce passage obligé par Tocqueville dans la littérature associative (type guides à destination des associations), mais aussi politique. Ainsi cet ouvrage à destination des petites associations locales8 dont le chapitre 1 fait figurer en exergue une citation de Tocqueville, et dont la préface, écrite par le sénateur démocrate du Massachusetts, Edward M. Kennedy, débute ainsi : « Servir les autres - la communauté et la nation - est une idée qui remonte à 1776. C'était l'esprit de la première frontière nationale et de la Nouvelle Frontière de Kennedy. Au cours de l'histoire, les Américains ont servi la nation en temps de crise - de guerre, de récession ou de désastre naturel. 6. Jeremy Rifkin, La Fin du travail, op. cit., p. 322 et 323. 7. Robert D. Putnam, Making Democracy Work. Civic Tradition in Modem Itafy, Princeton University Press, 1993, p. 89 et 90. 8. Robert L. Clifton, Grassroots Organizations. A Ressource Book far Directors, Staff and Volunteers o/Smali, Community-Based, « nonprofit » agencies, Waveland Press, 1993.

86

Une affaire d'État Dans des périodes plus calmes, ils ont servi leurs communautés, aidant un voisin en danger ou un étranger en problème. Le célèbre observateur de la jeune Amérique. Alexis de Tocqueville a écrit qu'un amour de soi éclairé pousse continûment les Américains à s'aider les uns les autres et les conduit à donner librement de leur temps et de leur richesse pour le bien public. » De même, on peut, à titre d'exemple dans la littérature cette fois explicitement politique, citer cet extrait du livre de Bill Clinton, Quand histoire et espoir se rencontrent Se préparer au XXIe siècle, alors qu'il était président : « Il y a un siècle et demi, le grand écrivain français Alexis de Tocqueville s'émerveillait de notre empressement à créer des associations. Il n'était pas loin d'y voir le trait distinctif du peuple américain. » 9 Les quelques exemples cités ci-dessus sont loin d'être exhaustifs ; ils ne cherchent pas à rendre quantitativement compte de cet usage de Tocqueville dans la littérature américaine, mais bien plutôt à donner une image de son étendue. De plus, il va de soi que ces diverses références kDela démocratie en Amérique s'inscrivent et s'articulent différemment dans les propos développés par chacun des auteurs ou des ouvrages ici mentionnés. Ce qui constitue néanmoins le point commun de ces références et qui invite bien à parler d'un « usage »• de Tocqueville en Amérique, c'est la double décontextualisation qui est systématiquement opérée dans les citations de son ouvrage. Cette décontextualisation est tout d'abord opérée par rapport à l'œuvre elle-même, puisque le propos de Tocqueville sur les associations auquel il est constamment fait référence est isolé de l'ensemble de son œuvre. Comme l'a bien remarqué DaphneNiobe Layton, c'est le même chapitre - un chapitre sur les plus de quarante qui constituent l'ouvrage - , sinon les mêmes lignes de De la démocratie en Amérique qui sont constamment cités. À cette décontextualisation par rapport à l'œuvre s'ajoute aussi, et peut-être plus fondamentalement, une décontextualisation historique, ou encore temporelle, puisque ces extraits de De la démocratie en Amérique qui décrivent le rapport des Américains à l'engagement associatif, et le rapport entre engagement associatif et démocratie, il y a un siècle et demi, sont rabattus de façon évidente, naturelle dans le présent. Or, sans même mettre en question la pertinence historique de la description proposée par Tocqueville, ce que des historiens ou politistes de renom 10 9. Bill Clinton, Quand histoire et espoir se rencontrent Se préparer au xxr siècle, Odile Jacob, Paris, 1996, p. 153. 10. On peut penser notamment aux travaux de Iheda Skocpol aux États-Unis ou à ceux de François Weil en France qui seront évoqués plus loin.

87

Le. travail bénévole n'ont pas manqué de faire, on est en droit de s'interroger sur sa pérennité... La description faite par Tocqueville, telle qu'elle se trouve mentionnée dans ces différents textes, semble, en effet, se situer à la frontière entre le récit historique, qui se réfère au passé, et le récit mythique, celui qui renvoie « à un temps primordial auquel on se réfère sans cesse comme à la matrice des temps présents » " . Ce « mythe de la démocratie en Amérique », pour reprendre l'expression de Pierre Bourdieu12, ne fait pas simplement partie d'une « certaine représentation que cet état social américain a et souhaite donner de lui-même »13, il a également traversé l'Atlantique, inscrit dans un « modèle américain » de bénévolat largement valorisé en France. ... à son héritage en France : le « modèle américain » de bénévolat C'est sans doute dans les travaux de la politologue et américaniste Sophie Body-Gendrot que l'« héritage tocquevillien » apparaît le plus explicitement. Dans son article sur « la participation citoyenne », elle y décrit en effet le bénévolat comme une caractéristique de la société américaine contemporaine, affirmant que « l'engagement approprié, l'agir ensemble de personnes qui se rassemblent pour trouver une solution à un problème spécifique, bref, le self-help représentent une approche typiquement américaine d'une société qui fonctionne à l'horizontale »14. Suit un passage qui n'est pas sans rappeler jusqu'au style même de Tocqueville : « Dans la plupart des villes, rares sont les quartiers, les pâtés de maison, et les immeubles où ne se trouve pas au moins une 11. Paul Smith, « Mythes », Encyclopcedia Universalis, 1980, p. 527. 12. Pierre Bourdieu, « Deux impérialismes de l'universel », in Christine Fauré et Tom Bishop (sous la direction de), £ 'Amérique des Français, Éditions François Bourin, Paris, 1992. 13. J'emprunte cette expression à François Furet, qui notait dans sa préface à De la démocratie en Amérique, à propos de l'opposition dressée par Tocqueville entre mariage démocratique et mariage aristocratique : « On voit sur cet exemple comment pour les besoins d'une pensée qui procède par opposition, il [Tocqueville] peut être amené à confondre ce qu'il appelle l'état social démocratique et la représentation que cet état social a et souhaite donner de lui-même. » Cf. François Furet, « Le système conceptuel de la démocratie en Amérique », in Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, op. cit., p. 31. 14. Sophie Body-Gendrot, « La participation citoyenne », Sciences humaines, hors-série n° 9, mai-juin 1995.

88

Line affaire d'État personne décidée à ne pas baisser les bras devant les problèmes ou à prendre des initiatives pour améliorer le quotidien. Toute cause est susceptible de trouver une fondation, une église, une université, un philanthrope, un réseau pour financer son action. Les bénévoles impliqués dans des actions multiples et dans des lieux et des temps différents fabriquent ainsi de manière continue et renouvelée du lien social. »

Dès les premières lignes de l'introduction de son rapport à la French-American Foundation, Ensemble, cela fait une diffé' rence1B, elle cite un extrait de l'ouvrage de Tocqueville « observateur clairvoyant de la participation civique comme condition de la démocratie américaine ». Ayant rappelé plus loin, à la suite de Tocqueville, que « la volonté des habitants de contrôler la vie de leur quartier serait la correction nécessaire apportée à l'action de bureaucraties lointaines et insensibles », elle s'interroge alors en ces termes sur la possibilité d'appliquer dans le cadre français ces habitudes américaines : « L'État et les élus ne peuvent continuer à se plaindre de ne pouvoir répondre à toutes les tâches alors même qu'elles sont de plus en plus complexes, tout en refusant l'apport de tous les acteurs concernés par la rénovation des quartiers sensibles. Nous souffrons en France d'un excès de réglementations et de "trop d'État", ce qui tue les initiatives susceptibles de venir des associations, des entreprises, des partenaires syndicaux et des individus de bonne volonté. »

Dans la partie de sa thèse de doctorat consacrée à l'étude du modèle américain de bénévolat, la sociologue Dan Ferrand-Bechmann 16 note, elle, que le bilan fait par Alexis de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique est « très moderne ». Elle écrit un peu plus loin que « le modèle français [de bénévolat] est différent du modèle américain qui est inscrit dans la loi, dans l'économie, dans l'échelle des valeurs, dans l'échafaudage démocratique décrit par Alexis de Tocqueville ». Ainsi, précise l'auteur, aux États-Unis, « le bénévolat est de l'ordre d'une éthique sociale anti-étatique paradoxalement individualiste. C'est une valeur essentielle de la civilisation démocratique américaine », « ce type d'engagement des acteurs correspond aux valeurs communautaires, démocratiques et religieuses qui imprègnent la démocratie 15. Sophie Body-Gendrot, Ensemble, celafait une différence, Paris, New York, French-American Foundation, 1993. 16. Dan Ferrand-Bechmann, Le Phénomène bénévole, thèse d'État, université Paris-VH, 1991.

Le. travail bénévole américaine ». Alors que les Américains (comme les Anglais et les Belges, précise l'auteur) « se mobilisent pour répondre concrètement en tant que société civile à un problème », « les Français sont dépendants de l'État ou de la collectivité locale ». Quant à Édith Archambault, économiste engagée dans de nombreux travaux comparatifs sur le tiers secteur en Europe et aux États-Unis, elle souligne que la puissance du secteur philanthropique américain s'explique notamment « par une tradition associative solidement ancrée dans l'histoire de la démocratie américaine, ainsi que le montre Tocqueville », et rappelle que « Tocqueville analyse déjà, en 1835, cette tradition associative des Américains »17. Aucun de ces travaux français ne déroge à la règle de la citation du chapitre 5 du tome 2 de De la démocratie en Amérique et c'est bien le même extrait que celui déjà évoqué (« Les Américains de tous les âges, de toutes les conditions, de tous les esprits s'unissent sans cesse... ») qui apparaît dans les textes de Dan Ferrand-Bechmann et d'Edith Archambault. Plutôt qu'une coïncidence, on peut supposer que ces chercheurs ont rapporté la référence tocquevillienne de leurs séjours en Amérique. Ces différents travaux sont en effet écrits par des chercheurs français qui ont passé du temps en Amérique et ont lu les travaux américains cités plus haut. Nourris par le regard de Tocqueville, mais aussi sans doute par l'usage américain de ce regard, ils établissent tous trois des modèles français et américain de pratique bénévole qui peuvent être schématiquement résumés comme suit : D'un côté de l'Atlantique, le côté américain, la pratique bénévole serait développée, reconnue, valorisée parce qu'inscrite dans la tradition et dans l'histoire d'un pays. Elle caractériserait un certain fonctionnement démocratique - une « nation d'associés » - dans lequel l'engagement bénévole serait un garant contre la tyrannie et la bureaucratie de l'État, pour reprendre les termes de Tocqueville. De l'autre côté de l'Atlantique, la France est présentée comme un contre-modèle, une « anti-Amérique » pour reprendre l'expression de Furet, avec une pratique bénévole peu développée, peu valorisée, peu reconnue, sinon coupable, trouvant difficilement sa place dans le fonctionnement démocratique du pays du fait notamment d'une tradition de forte attente par rapport à l'État. Tout comme aux États-Unis, la diffusion de la référence tocquevillienne, et plus encore des modèles français et américains et de leur opposition, se fait bien au-delà des frontières 17. Édith Archambault, « Secteur "nonprofit" et secteur philanthropique aux États-Unis », Récma, n° 38,2 e trimestre 1991.

90

Une affaire d'État du monde académique qui vraisemblablement l'importe et la légitime. Ainsi peut-on lire des références au « modèle américain de bénévolat » et à sa réussite à la fois dans les « ouvrages de synthèse », aux frontières entre monde associatif et monde académique, qui sont publiés à la Documentation française dans les années 198018 puis à la fin des années 199019, mais aussi dans le rapport de Marie-Thèrèse Chéroutre au Conseil économique et social en 1989, « L'essor et l'avenir du bénévolat, facteur d'amélioration de la qualité de la vie », qui a influencé en partie l'élaboration des mesures Rocard sur le bénévolat20. Le travail d'Anne Bory sur l'institutionnalisation du bénévolat d'entreprise et plus largement du mécénat de proximité en France souligne également à quel point « la référence américaine est incontournable dans les débats politiques au sujet du mécénat d'entreprise » 21 . La citation ci-dessous, extraite du rapport de Laurent Hénart pour la commission des finances de l'Assemblée nationale, préalable à la première lecture du projet de loi de 2003 sur le mécénat, illustre bien combien « le thème d'un État français omniprésent opposé à une tradition américaine de philanthropie libre et encouragée traverse » aa ces débats : « Le présent projet de loi illustre la volonté forte du Gouvernement de passer d'une culture de suspicion à l'égard des fondations et du monde associatif à une culture de confiance. [...] Le présent projet de loi repose finalement sur une idée forte : l'action publique, au sens large, doit être la préoccupation de tous. Les citoyens doivent pouvoir prendre pleinement une part active dans la vie de la cité. C'est ce constat qu'établissait, dès 1835, Alexis de Tocqueville : "C'est donc en chargeant les citoyens de l'administration des petites affaires, bien plus qu'en leur livrant le gouvernement des grandes, qu'on les intéresse au bien public et qu'on leur fait valoir le besoin qu'ils ont sans cesse les uns des autres pour produire." »

Référence incontournable, label, et parfois même caution, Tocqueville a donc fait, sur cette question du bénévolat comme sur d'autres, l'objet d'un « travail de consécration qui ne trouve 18. Michel Le Net et Jean Werquin, « Le Volontariat : aspects sociaux, économiques et politiques en France et dans le monde », Notes et études documentaires, n° 4780, La Documentation française, Paris, 1985. 19. Bénédicte Halba et Michel Le Net, Bénévolat et volontariat dans la vie économique, sociale, politique, La Documentation française, Paris, 1997. 20. Voir dans ce chapitre, p. 109. 21. Anne Bory, De la générosité en entreprise, op. cit, p. 254. 22. Ibidem, p. 243.

91

Le. travail bénévole pas son principe ni ses raisons suffisantes dans les "textes" ou dans la "pensée de l'auteur" mais qui apparaît comme le résultat de processus longs, hétérogènes et enchevêtrés », pour reprendre les propos de Bernard Lacroix23. Mon propos n'est pas ici de « montrer et démonter » ce processus24, mais d'en donner à saisir l'ampleur (la difïusion des usages entre l'Amérique et la France mais aussi entre les champs savants et politiques) et d'en analyser les effets en France comme aux États-Unis. Le premier effet, méthodologique, c'est d'avoir institué une pensée en termes de modèle (Marie-France Toinet parle même de « l'obsession du modèle » entre la France et l'Amérique25), qui pose la comparaison dans des termes dichotomiques et rend alors difficile à analyser et les similarités entre pays et leurs évolutions respectives. Comme le soulignait Éric Fassin, « une fois dessinée l'opposition radicale entre les cultures nationales, les ressemblances transatlantiques deviennent difficiles à penser » 26. Le second effet, d'ordre analytique, c'est que, dans ces modèles nationaux de pratique, développement de l'Etat et développement du bénévolat fonctionnent comme un « jeu à somme nulle », pour reprendre l'expression de Theda Skocpol. « Partout où à la tête d'une entreprise nouvelle vous voyez en France le gouvernement [...], comptez que vous apercevrez aux États-Unis une association », écrivait Tocqueville... Or pour reprendre le titre de l'un des articles de Theda Skocpol : « ce que Tocqueville a raté », c'est que c'est l'État qui a rendu tout ce bénévolat possible. Rappelant le passage célèbre et souvent cité de Tocqueville (« Les Américains de tous les âges, de toutes les conditions, de tous les esprits s'unissent sans cesse ») elle souligne que selon lui « rien ne frappe plus un voyageur européen aux États-Unis que l'absence de ce que nous appellerions le gouvernement ou l'administration... Il n'y a rien de centralisé ou de hiérarchique dans la constitution du pouvoir 23. Bernard Lacroix, préface à l'ouvrage de Claire Le Strat et Willy Pelletier, La Canonisation libérale de Tocqueville, Syllepse, 2006, p. 11. 24. Pour une enquête sur « la canonisation de l'œuvre et l'histoire de la croyance en ses qualités », je renvoie au travail de Claire Le Strat et Willy Pelletier, et à l'article de Roland Lardinois « L'invention de Tocqueville », Actes de la recherche en rciences rociales, n° 135, décembre 2000. Pour une histoire de la réception de l'œuvre de Tocqueville en France et aux ÉtatsUnis, je renvoie à l'article de François Weil, « Lire Tocqueville », Transatlantica, n° 1,2001. 25. Cf. Christine Fauré et Tom Bishop (sous la direction de), L'Amérique des Français, op. cit. 26. Éric Fassin, « Une morale de la vérité. Journalisme et pouvoir dans la culture politique américaine contemporaine », Esprit, novembre 1996, p. 175.

92

Une affaire d'État administratif aux États-Unis ». Au contraire, écrit Theda Skocpol, la vitalité civique des Américains qui a tellement fasciné Alexis de Tocqueville était profondément liée aux institutions représentatives et à l'activité centralisée d'un État national bien spécifique. Non seulement les associations n'auraient pu se développer sans le soutien des infrastructures mises en place par l'État, gérées par l'administration, votées par le Congrès, etc., mais un bon nombre de celles-ci ont, au cours de l'histoire, largement dépassé le niveau d'action locale et influencé les gouvernements dans leur décisions, fait passer certaines mesures, co-construit certaines lois. « Le gouvernement des États-Unis de la guerre civile aux années 1950 n'a pas "évincé" la société civile. Au contraire, le gouvernement des États-Unis a stimulé et facilité l'associationnisme et l'a récompensé également. » 27 L'âge d'or d'une Amérique dans laquelle le bénévolat civique local aurait « résolu les problèmes du pays en dehors - ou plutôt à la place - des autorités administratives et politiques nationales » tout comme l'idée selon laquelle « le développement des activités du gouvernement fédéral entre le début et le milieu du xxe siècle a évincé la participation politique de quartier et l'engagement bénévole civique aux États-Unis » sont des mythes. Ils ne résistent pas à l'investigation empirique, souligne Theda Skocpol. Et la sociologue de conclure, en soulignant les échos croisés entre l'usage de l'Amérique par Tocqueville en 1840 et l'usage de Tocqueville par les Américains aujourd'hui : « Étant donné le projet anti-étatique de Tocqueville, il n'est pas surprenant que les critiques contemporains du gouvernement fédéral américain célèbrent l'accent mis par le grand homme français sur les associations (entendues comme fonctionnant en opposition au pouvoir bureaucratique d'État). » De l'erreur de Tocqueville à celle de Reagan «II y a plus d'un siècle, un Français est venu en Amérique et plus tard il a écrit u n livre pour ses compatriotes leur rapportant ce qu'il avait vu ici. II leur a dit qu'en Amérique, quand un citoyen voyait u n problème demandant à être résolu, il traversait la rue pour en parler à son voisin et sans même que vous vous en rendiez compte u n comité était formé et en peu de temps le problème était résolu. Et il ajoutait : "Vous ne le croirez sans doute pas, mais pas un seul bureaucrate n'aura été impliqué." »

27. Theda Skocpol, « What Tocqueville missed : govemment made ail that "volunteerism" possible », article cité, p. 468.

93

Le. travail bénévole Les quelques lignes ci-dessus sont extraites d'un discours prononcé à la télévision par Ronald Reagan le 24 septembre 1981, alors qu'il explicitait les raisons de sa seconde série de réduction des budgets sociaux. Les quelques travaux qui abordent la question du bénévolat sous Reagan semblent unanimes. Reagan fit du bénévolat une « haute priorité » M , « un thème clé de son mandat »29. Selon Janet Poppendieck, « il a défini la renaissance du bénévolat comme l'une des missions principales de son gouvernement »3°. Tous ces auteurs soulignent en outre que c'est avant tout par la construction d'une rhétorique du bénévolat que cette promotion publique de la pratique bénévole s'est opérée. « Il ne rata aucune occasion de saluer les individus qui avaient fait preuve de compassion ou d'héroïsme, invitant tous les citoyens à prendre leur part dans la résolution des problèmes de la communauté », résument Susan Ellis et Katherine Campbell31. Comme l'illustrent bien ces extraits de discours de Reagan, l'un prononcé en 1981 et l'autre publié en 1985, cette rhétorique du bénévolat reaganienne repose sur les trois thèmes suivants qu'elle articule : — le thème de la « tradition bénévole » selon lequel I'« esprit bénévole » serait un élément constitutif de l'histoire américaine : « L'esprit du bénévolat coule comme une rivière puissante et profonde dans l'histoire de notre nation. Les Américains ont toujours tendu la main en un geste de soutien. Mais après la Seconde Guerre mondiale, le niveau de cette rivière a diminué » ; — le thème de la déresponsabilisation des citoyens entraînée par le « développement » de l'État : « Au fur et à mesure que le gouvernement s'est développé nous lui avons abdiqué des tâches qui étaient accomplies par la communauté et le voisinage. "Pourquoi devrais-je m'engager?" se demandaient les gens. "Laissons le gouvernement s'en charger." » 3a ; — « Rendre le gouvernement au peuple » constitue enfin le troisième thème : « La vérité, c'est que nous avons laissé le gouvernement nous enlever beaucoup de choses que nous considérions à un moment être les nôtres, que nous devions faire volontairement, par la bonté de nos cœurs et un sens de la fierté commu28. Susan M. Chambré, « Kindlingpoints oflight... », article cité, p. 249. 29. Jeremy Rifkin, La Fin du travail, op. cit, p. 331. 30.Janet Poppendieck, Sweet Charity ?..., op. cit., p. 138. 31. Susan J. Ellis et Katherine H. Campbell, By the Peopie..., op. cit. p. 285. 32. Ronald Reagan, « Now it's our tum », Reader's Digest. mai 1985, p. 109.

94

Line affaire d'État nautaire et du voisinage. Je pense que beaucoup d'entre vous veulent faire ces choses à nouveau, souhaitent s'engager si tant est que quelqu'un veuille bien le leur demander ou leur offrir une chance de le faire. Eh bien, nous avons l'intention de vous faire cette offre. Nous lançons un effort national pour encourager nos citoyens à s'engager avec nous pour trouver où sont les besoins et ensuite mettre en place des programmes bénévoles pour répondre à ces besoins. » 33 On retrouve donc dans les propos de Reagan la référence à Tocqueville et les thématiques de son héritage dans une interprétation des plus poussée et des plus radicale : la théorie du « crowding out » - l'éviction des citoyens par l'État - pour expliquer la crise et celle de la « relève bénévole » (au retrait de l'État) comme remède à celle-ci. Pourtant, malgré la multiplication de discours, d'appels à l'engagement, des formes de récompense et de reconnaissance de celui-ci, la relève bénévole n'a pas succédé au désengagement de l'État sous Ronald Reagan. Plus encore, le pourcentage de bénévoles dans la population américaine a baissé au cours des années 1980, passant de 52 % en 1981 à 45 % en 1987.34 Selon Susan Chambré, la non-réponse aux appels à l'effort bénévole multipliés par le président s'expliquerait, en partie au moins, par le refus des bénévoles de servir d'instrument au retrait de l'État. Elle avance l'idée que les présuppositions du gouvernement Reagan au sujet du travail bénévole étaient en vérité incompatibles avec l'idéologie des bénévoles. « Créer un manque de services publics pour pousser les gens à donner du temps et de l'argent était irréaliste car les bénévoles sont réticents à opérer dans des situations où leurs efforts pourraient permettre à une organisation de supprimer des emplois ou de faire occuper des postes autrefois tenus par des travailleurs rémunérés. [...] L'appel au bénévolat comme un moyen de diminuer les impôts, une faible priorité pour les bénévoles (mentionnée par seulement 3 % des interviewés en 1985 et non inclue dans l'enquête de 1988), peut entrer en conflit avec la représentation selon laquelle les bénévoles devraient compléter le travail des salariés et non les remplacer. 33. Discours télévisé sur le budget prononcé par Reagan et cité dans « A vision of voluntarism ». Time, 19 octobre 1981, p. 47. 34. Déclin d'autant plus surprenant, note Susan Chambré, « sachant que deux causes ont probablement stimulé l'engagement de bénévoles durant cette période, les sans domicile fixe et l'épidémie du sida ». Susan M. Chambré, « Kindling points of light... », article cité, p. 262. 35. Ibidem, p. 263.

Le. travail bénévole À cette première erreur, symbolique, sur l'idéologie bénévole et le sens de la pratique, s'en ajoute une seconde, plus structurelle et sans doute plus fondamentale, qui renvoie au rôle de l'État dans le soutien financier au secteur associatif et au-delà à la pratique bénévole. Comme le résume Lester Salamon, « parce que le gouvernement représente une source importante de financement pour les associations, ces réductions ont posé un problème majeur à leur fonctionnement. Pour le dire rapidement, alors qu'elle encourageait les associations à en faire davantage, l'administration Reagan, à travers ses propositions budgétaires, les forçait à en faire moins »36. Bien que les coupures budgétaires sous Reagan aient été moindres que celles annoncées, le soutien de l'État fédéral aux associations a baissé d'environ 25 % au début des années 1980. À la fin des années 1990, il était revenu à son niveau de 1980.37 Non seulement l'éviction de l'État n'a pas suscité l'engagement de nouveaux bénévoles, mais elle s'est traduite par un désengagement de l'État du monde associatif qui a rappelé, en négative, le rôle central de l'État dans ce monde. Démonstration par l'absurde, le moment reaganien nous invite donc à étudier les modalités concrètes par lesquelles l'État participe à la construction, au maintien et au développement des pratiques bénévoles. D'emblée, il convient de noter que la politique du bénévolat ne se construit pas seulement, loin de là, au niveau de l'État central et fédéral. C'est particulièrement vrai aux États-Unis où les États comme les municipalités interviennent à la fois aux côtés de l'État fédéral et en dehors de lui, à travers leurs propres politiques, programmes et organisations. C'est aussi le cas en France, où les collectivités locales sont un acteur clé de la vie associative et mènent parfois de réelles politiques locales du bénévolat. Le champ réel de l'intervention de l'État sur la pratique bénévole dépasse donc largement celui de l'échelle nationale qui sera principalement étudiée ici. Mais ce premier niveau d'analyse, qui ne demande qu'à être complété, permet déjà de saisir combien, loin du « mythe de la démocratie en Amérique » et de l'opposition entre engagement citoyen et État national qu'il construit, le travail du bénévole et a fortiori celui du volontaire sont bien une « affaire d'État ».

36. Lester Salamon, « The Reagan révolution and non profit organizations : the lost opportunity », Partners in Public Service, Government-Nonprofits Relations in the Modem Welfare State, The John Hopkins University Press, 1995. 37. Lester Salamon, The State of Nonprofit America, Brookings Institution Press, 2002.

96

Une affaire d'État

« RAMENER L'ÉTAT DANS LANALYSE », LA POLITIQUE FÉDÉRALE DU BÉNÉVOLAT AUX ÉTATS-UNIS

L'intervention de l'État sur le bénévolat aux États-Unis vise avant tout, comme l'a bien mis en lumière le travail de Susan M. Chambré, un objectif quantitatif : la multiplication des postes et des profils de bénévoles. Depuis Kennedy et à l'exception notable du gouvernement Reagan, la politique publique du bénévolat, qui est principalement l'affaire du président des États-Unis, s'est traduite par la création et/ou le développement de programmes fédéraux de bénévolat ou de volontariat : pour citer les plus connus d'entre eux, Volunteer in Service to America (VISTA), Retired Senior Volunteer Program (RSVP), PeaceCorps, ou AmeriCorps. Ces programmes publics de bénévolat ou de volontariat - lorsqu'ils sont indemnisés - diffèrent à la fois par le type d'activités proposées aux bénévoles - sociales, éducatives, environnement, sécurité... - , le public de bénévoles qu'ils cherchent à recruter - d'abord les « pauvres » et les retraités dans les années 1960-1970, puis les « jeunes » depuis les années 1980 - et leurs modalités concrètes - financières et organisationnelles - de fonctionnement, mais ils ont en commun d'avoir été initiés et d'être gérés 38 au niveau fédéral. La politique du bénévolat aux États-Unis est donc avant tout l'affaire du président des États-Unis qui représente, en la personnifiant, la « vision publique » du bénévolat. Cette présidentialisation de la politique du bénévolat se matérialise notamment dans l'association des programmes et des hommes : PeaceCorps est le programme de Kennedy, AmeriCorps celui de Clinton, et le USA FreedomCorps le programme de Bush... La plupart des « Fédéral Volunteer Program » qui existent encore aujourd'hui 39 ont été créés dans les années 1960 sous les administrations Kennedy et/ ou Johnson, certains comme VISTA et le Foster Grandparents s'inscrivant explicitement dans la « guerre contre la pauvreté » ( War on poverty). Créé par l'Economie Opportunity Act de 1964, VISTA a pour objectif de lutter contre la pauvreté en plaçant des volontaires - indemnisés et bénéficiant d'une couverture médicale - dans les associations et les administrations locales de commu38. Tout d'abord par ACTION, l'agence créée par Nixon en 1971, puis par la Corporation for Community and National Service, créée par Clinton en 1993. 39. C'est le cas des PeaceCorps, VISTA, Service Corps of Retired Executives (SCORE), Foster Grandparents et Retired Senior Volunteer Program (RSVP).

97

Le. travail bénévole nautés défavorisées pour monter des projets de toute nature afin de combattre la pauvreté, depuis la construction de partenariats économiques à l'organisation de mobilisations plus politiques. Le programme des Foster Grandparents - les grands-parents d'accueil - lui, propose à des personnes de plus de 60 ans de s'occuper, pendant quinze à quarante heures par semaine, d'un jeune en difficulté dans le cadre d'un foyer, d'une école ou d'un centre de détention juvénile. Le programme cible plutôt des volontaires à faibles revenus - moins de deux fois le seuil de pauvreté - à qui est distribuée une indemnité de 2,65 dollars par heure. Les volontaires dont les ressources dépassent ce seuil, eux, ne sont pas indemnisés. Tous ont accès, s'ils en ont besoin, à une couverture maladie. Si les présidents Nixon, Ford et Carter vont tout à la fois étendre et consolider40 ces programmes, ils n'en créeront pas de nouveaux. Il faudra attendre AmeriCorps pour qu'un nouveau programme apparaisse et vienne, avec la création concomitante de la Corporation for Community and National Service, transformer l'ensemble du dispositif. Ce « domestic Peace Corps »41, comme on le désignera dès sa création en 1993, en reprenant là un terme qu'on avait aussi utilisé pour VISTA presque trente ans auparavant, ne s'inscrira pas seulement symboliquement, mais aussi structurellement dans la filiation des programmes antérieurement mis en place par des présidents démocrates. Outre le nouveau programme de volontariat créé (AmeriCorps State and National), AmeriCorps absorbe, sous un dispositif particulier (AmeriCorps VISTA), ce qui reste du programme mis en place sous Johnson. Il crée également un AmeriCorps National Civilian Conservation Corps, centré sur des activités d'aménagement du territoire, en hommage au Civilian Conservation Corps, le programme que Roosevelt avait instauré pendant le New Deal, pour lutter contre le chômage 42 . Les modalités de financements dispensés par la Corporation for Community and National Service varient en fonction des programmes. Dans le cas d'AmeriCorps State and National, le 40. S'appuyant sur les données annuelles fournies par ACTION à partir de 1971, Susan Chambré montre que tous les programmes administrés par cette agence fédérale ont fortement augmenté au cours de la décennie. Ainsi, de 1540 RSVP et 4763 FoBter Grandparents en 1972, on passe, en 1980, à 27400 RSVP et 17600 Foster Grandparents. 41. Mis en place par John F. Kennedy en 1961, le PeaceCoips a comme objectif d'envoyer des Américains travailler bénévolement au développement des payB pauvres. 42. Programme sur lequel j'aurai l'occasion de revenir dans le chapitre IV.

98

Une affaire d'État plus important d'entre eux, la Corporation peut financer jusqu'à 76 % des coûts (du volontaire et du programme) au cours des trois premières années de financement , pour aller graduellement jusqu'à 50 % au cours de la dixième année. À cela s'ajoute le financement intégral des 4725 dollars que touchent, sous forme de « bourse scolaire », les participants aux programmes à l'issue de leur année de service. A côté de ce financement aux organisations qui gèrent les programmes, la Corporation for National Service distribue aussi des financements aux commissions d'État qui participent à l'organisation locale des programmes. L'USA Freedom Corps, mis en place par George W. Bush en janvier 2002, soit quelques mois après le 11 septembre 2001, institue un bureau de la Maison Blanche chargé de coordonner plusieurs initiatives et programmes relatifs au bénévolat, avec des conseillers du président chargés de l'intérieur, de l'économie, de la sécurité nationale et de la sécurité intérieure. Tout en proposant un renforcement des effectifs des programmes AmeriCorps et SeniorCorps44, cet USA Freedom Corps crée également un nouveau programme, le Citizen Corps, qui a pour vocation d'encourager le bénévolat dans le domaine de la « sécurité intérieure » par différentes voies (création d'un corps de réserve médical, programme de bénévolat auprès de la police, initiatives visant à multiplier les patrouilles de quartier, etc.). Le président Bush demandera plus de 500 millions de dollars pour soutenir le développement des programmes en place et 230 millions de dollars pour encourager les Citizen Corps Volunteers dans leurs efforts. Même si le terme disparaît avec l'arrivée d'Obama, la majorité des programmes de l'USA Freedom Corps va toutefois survivre au départ de Bush. Avec l'Edward M. Kennedy Serve America Act, voté en avril 2009, qui propose d'engager plus de 5 milliards de dollars, sur les cinq années à venir, dans le développement des missions de la Corporation for National and Community Service, la présidence d'Obama marque d'emblée et avec force son empreinte dans le soutien à l'engagement bénévole. La loi propose notamment de passer des 75 000 recrues de volontaires AmeriCorps actuelles à 250 000 à l'horizon 2017, en focalisant l'engagement sur des « priorités nationales », parmi lesquelles la santé, l'enseignement, l'énergie propre, les vétérans et le développement économique. La

43. Jusqu'en 2008, elle finançait jusqu'à 85 % des coûts liés aux volontaires et jusqu'à 67 % de ceux liés au fonctionnement du programme. 44. Lors de la création de la Corporation for Community and National Service, les trois programmes Fosler Grandparents, Senior Companions et Retired and Senior Volunteer Program ont été regroupés sous l'intitulé « Senior Corps ».

99

Le. travail bénévole loi augmente également la bourse que reçoivent les participants au programme à l'issue de celui-ci : de 4725 dollars aujourd'hui, elle devrait passer à 5 350 dollars en 2010. Elle diminue aussi l'âge d'accès aux programmes SCP et FGP de 60 à 55 ans, alignant les conditions d'accès sur celles de RSVP. Du fameux discours de George Bush sur les milliers de points de lumière45 au United we serve prononcé par Obama en juin 2009, la présidentialisation de l'intervention de l'État sur les pratiques bénévoles se manifeste aussi dans le recours à un autre instrument auquel la présidence Reagan, cette fois-ci, ne dérogera pas : the call to service (« l'appel à l'engagement »). Prononcés à des moments clés et ritualisés de la vie politique américaine (investiture, discours du State ofthe Union46), ces discours sont généralement accompagnés de mesures qui visent à soutenir et à reconnaître cet engagement bénévole des citoyens auquel il est fait appel depuis le sommet de l'État : des prix pour bénévoles instaurés par Reagan en passant par le Points of Light Program de 50 millions de dollars lancé par Bush47, jusqu'à l'organisation, sous l'administration Clinton, du sommet des présidents américains pour l'avenir de l'Amérique évoqué dans le chapitre précédent. Ayant pour objectif d'encourager l'engagement des citoyens américains en faveur des jeunes, ce sommet de Philadelphie a mobilisé, outre tous les présidents américains encore en vie, des structures publiques, privées et associatives qui se sont toutes « engagées » sous une forme ou une autre à participer à cet 45. « Ce sont les individus qui participent à faire de l'Amérique un meilleur endroit pour vivre. C'est l'étudiant qui reste après l'école pour aider un camarade. C'est un leader de la communauté qui lève des fonds pour construire une crèche pour les enfants défavorisés. C'est le chef d'entreprise qui adopte une école et paye les frais de scolarité de tous les élèves qui réussissent leur année. C'est le bénévole qui apporte à manger à domicile aux personnes âgées. Et il y a des milliers de points de lumière pour tous ceux qui donnent un coup de main et construisent. C'est ça la grandeur de l'Amérique... et c'est l'ambition de ma présidence de faire en sorte que ces milliers de points de lumière brillent comme jamais ils n'ont brillé auparavant » 46. Une fois par an, le président présente devant le Congrès un discours, retransmis par les médias, dans lequel il dresse un bilan de son programme et en définit les orientations futures. Le premier State ofthe Union Speech a été prononcé par Georges Washington en 1790. 47. Ce programme de 50 millions de dollars, financé à la fois par l'État fédéral et par des fonds privés, a pour objectif de donner une visibilité publique au bénévolat, de médiatiser les initiatives bénévoles les plus innovantes et d'encourager par ce biais leur diffusion à l'intérieur du pays. La Points of Light Foundation sera créée en 1991 par ce programme, et l'un des axes principaux qu'elle développe pour remplir sa mission est la constitution d'un système national de centres du volontariat

ÎOO

Une affaire d'État effort Ainsi l'État de Californie s'engage-t-il à l'issue du sommet à passer de 65000 à 250000 bénévoles dans l'accompagnement scolaire. Coca-Cola s'engage à doubler les 50 millions de dollars donnés à l'aide à l'éducation, incluant la formation d'équipes de tuteurs bénévoles dans 90 écoles, et Big Brothers-Big Sisters à doubler ses relations de parrainage (de 100000 à 200000) d'ici l'an 2000. En faisant monter sur scène non pas seulement l'actuel président des États-Unis, mais aussi tous ceux qui l'ont précédé dans cette tâche et sont encore en vie, ce Présidents Summit for America's Future cherche à clamer haut et fort que l'intervention de l'État sur la pratique est : « un événement politique mais non politisé [potitical but non partisan] ». À un premier niveau, pourtant, la vision républicaine et la vision démocrate du bénévolat ne semblent pas identiques. Le bénévolat « privé » des républicains contre le volontariat « public » des démocrates ? De fait, quiconque se penche sur les différentes étapes de la politique fédérale du bénévolat aux États-Unis ne peut manquer d'être frappé par un paradoxe. D'un côté, elle donne régulièrement prise à des conflits entre démocrates et républicains, conflits qui mettent en relief des visions publiques peu compatibles de la pratique, de l'autre, elle donne lieu périodiquement à des célébrations de son caractère « non partisan ». Conflits et célébrations peuvent d'ailleurs s'opérer dans une période très rapprochée, comme ce fut le cas dans la seconde partie des années 1990 où s'élabore et se déroule le sommet de Philadelphie, alors que s'opposent au Congrès les pro-AmeriCorps, pour la plupart des démocrates soutenus par quelques républicains, aux anti-AmeriCorps, essentiellement des républicains conservateurs. L'événement se rejoue en un sens aujourd'hui même alors que le président Obama et l'ancien président Bush s'apprêtent à célébrer ensemble dans un « forum présidentiel » les vingt ans du discours de Bush sur les milliers de points de lumière et la création du Points of Light Institute, à peine quelques mois après la vive attaque lancée par de nombreux républicains contre le soutien financier apporté par Obama, via le Serve America Act au développement d'AmeriCorps et au-delà à la Corporation for National and Community Service. « Nous devons séparer le service bénévole - que nous soutenons fortement - et le volontariat qui est soutenu financièrement et institué par le gouvernement C'est quelque chose de très différent et quelque chose auquel, de notre point de vue, il faut s'opposer », déclarait au sujet du Serve America Act Matthew Spalding, membre du très conservateur think tank I'Heritage Foundation. lOl

Le. travail bénévole « Cette proposition de loi s'oppose en tout point à la façon dont le Congrès voit le monde. [...] C'est le gouvernement fédéral qui avance encore plus loin dans le monde de la société civile », ajoutait pour sa part, devant le Congrès, le sénateur républicain de Caroline du Sud, Jim DeMint, faisant écho au fameux « Should we payfor volunteers ? » (« devons-nous payer pour des bénévoles ? ») lancé dans la même enceinte, il y a plus de quinze ans, lors des premières attaques au Congrès contre AmeriCorps. À un premier niveau, on constate donc une opposition entre ces deux conceptions de l'intervention de l'État qui s'affrontent au sujet d'AmeriCorps et plus largement qui se succèdent dans l'histoire de la politique du bénévolat au cours du XXe siècle : d'un côté, une vision plutôt républicaine qui valorise avant tout l'« effort bénévole » comme initiative privée mais interdit à l'État de le prendre en charge directement, de l'autre, une vision plutôt démocrate qui encourage le bénévolat comme initiative civique et considère que l'État doit participer à son soutien. Ainsi, à l'exception de Reagan, seul président américain à s'en être tenu aux discours, tous les autres ont d'une manière ou d'une autre contribué financièrement pour soutenir leur appel à l'engagement des citoyens, mais ils l'ont fait par des voies différentes. Dans un cas, ce financement s'est opéré sur un mode indirect : il visait à soutenir, valoriser, rationaliser le bénévolat comme pratique privée. C'est le cas notamment du Points of Light Program lancé par George Bush ou du Citizen Corps instauré par son fils. Dans le cas du « service » prôné par les grands leaders démocrates, le financement de l'État contribue à l'indemnisation des citoyens engagés et à la prise en charge, pour certains d'entre eux, de leurs droits sociaux. De fait, lorsque l'on analyse les discours prononcés par Bush et Clinton pour annoncer le sommet de Philadelphie en 1997, on retrouve ces deux visions concurrentes jusque dans les termes mobilisés par les deux présidents pour présenter l'objet même du sommet. Là où Clinton annonce la tenue du « premier sommet des présidents sur le service citoyen [summit on citizen service] », l'ancien président Bush déclare : « Pour définir les objectifs de ce sommet sur le bénévolat [summit on volunteerism], bien sûr nous avons ici des associations et j'aimerais pouvoir citer chacune d'entre elles, chacun des individus qui fait du bénévolat. [...] Et c'est de ça qu'il est question dans ce sommet de Philadelphie sur le bénévolat D est question des citoyens qui font un effort tous ensemble et montrent l'exemple. » Au-delà de l'annonce de l'événement, la coexistence de ces différentes manières de nommer le sommet va se poursuivre tout au long de celui-ci. Comme le soulignera le sociologue Jon Van Til quelques semaines plus tard dans The Chronicle ofPhilanthropy: « Le bénévolat comme image 102

Une affaire d'État préférée de George Bush, l'accent mis par Clinton sur le service citoyen et celui de Colin Powell sur les jeunes se reflétaient tous dans la large couverture médiatique qui le présentait alternativement comme "le sommet du bénévolat", "le sommet du service", et le "sommet de la jeunesse". >• Pourtant, toute la mise en scène du sommet est faite de telle sorte que cet événement apparaisse comme non politisé (non partisan) et exprime le consensus. M Le service citoyen n'appartient à aucun parti, aucune idéologie. C'est une idée américaine, à laquelle tout Américain peut souscrire », affirmera le président Clinton lors du discours d'annonce. Se retournant vers l'ancien président Bush, il ajoute alors, déplorant le peu de précédents dans l'histoire de l'Amérique de ce type d'événement : « C'est pourtant vrai que ce qui nous réunit en tant que citoyens est plus important qu'une personne, un parti, une élection, une idéologie. » Au-delà du consensus, les discours cherchent même à affirmer la continuité des politiques du bénévolat menées par chacun des présidents. Alors que Clinton affirme partager l'espoir de Bush qu'en « soutenant ces milliers de points de lumière ils se multiplieront », ce dernier reprend le discours de Clinton sur la responsabilité communautaire prononcé quelques jours plus t ô t De fait, cette continuité dans les politiques qui s'exprime sur la scène de Philadelphie n'est pas simple rhétorique et on trouve des éléments objectifs, dans les politiques de Bush comme de Clinton, qui nuancent l'opposition entre une vision républicaine et une vision démocrate du bénévolat Ainsi, par le soutien financier apporté à l'organisation de la pratique, par l'attention portée au thème émergeant du « national and community service », par la mise en place des premières mesures le concernant 48 , la politique du bénévolat sous l'administration Bush annonce la période qui suit Toutefois, les accords et la continuité qui s'expriment régulièrement dans le cadre de ces grands événements peuvent aussi être lus comme des stratégies d'ordre politique justement D'abord, en ce que l'affirmation du caractère non partisan, ou bipartisan, des politiques du bénévolat peut résulter de la volonté de chacun des représentants des deux grands partis américains de ne pas laisser à l'autre le monopole politique de l'engagement. Si, comme le disait Tocqueville et comme l'ont, à un moment ou à un autre de leurs interventions, répété chacun des présidents, l'esprit bénévole 48. Notamment la création en 1989 d'un White House Office of National Service, qui symbolise la participation du nouveau président à la tentative de création d'un programme de « service national » qui mobilise à l'époque le Congrès américain.

103

Le. travail bénévole est une caractéristique américaine (America's voluntary spirit), plutôt partager la scène qui la célèbre que de prendre le risque de s'en voir déloger. Quels que soient leurs désaccords sur les modes de financement du travail bénévole, aucun homme politique ne peut s'afficher contre l'engagement. Ensuite, la dépolitisation peut permettre d'assurer la survie d'un programme politiquement marqué, comme ce fut le cas pour AmeriCorps, fortement identifié à Clinton et attaqué à ce titre au Congrès. Mariage d'intérêt pour les acteurs politiques, la dépolitisation de la question bénévole est donc aussi largement de l'intérêt des acteurs associatifs engagés dans la promotion de la pratique. Cette volonté était d'ailleurs au cœur du projet du sommet imaginé par George Rowney, ancien gouverneur républicain et premier président de la Points of Light Foundation 49 , comme le souligne clairement, au cours d'un entretien, Robert Goodwin, à l'époque président de cette organisation : « [Rowney] pensait que si nous pouvions avoir un sommet qui réunirait tous les présidents en vie et leur femme, pour la même cause, nous accomplirions deux grands buts. Premièrement, nous augmenterions l'importance du bénévolat dans la psyché nationale en le mettant sous le projecteur comme jamais cela n'avait été fait dans notre histoire. Le second objectif qu'il pensait important était de dépolitiser le mouvement pour le service. »

De fait, on voit bien comment ces deux objectifs de dépolitisation et de valorisation de la pratique vont de paire dans le cadre du sommet. Alors même que les termes mobilisés par les présidents diffèrent et qu'ils cherchent à incarner sur la scène de Philadelphie des modalités pratiques alternatives de l'intervention de l'État sur la pratique bénévole, de leur présence conjointe, de leur réunion émerge un message commun, qui n'apparaît plus politique, au sens de politisé, mais bien national adressé, par-delà la scène, au public, constitué des citoyens américains : « You have to volunteer » (« tu dois devenir bénévole »). Ainsi du soutien aux programmes fédéraux de bénévolat ou de volontariat, aux discours et événements visant à mobiliser les citoyens, les pratiques associatives américaines constituent un domaine d'intervention importante, à la fois financièrement, structurellement et symboliquement de l'État fédéral américain. Par ces différents instruments, la politique américaine du béné49. La Points of Light Foundation a depuis sa création compté à son bureau ou comme membres d'honneur des gouverneurs républicains, dont l'ancien président Bush lui-même après son mandat présidentiel.

104

Une affaire d'État volât a pour objectif d'influer sur le nombre de citoyens engagés, mais aussi sur les catégories de citoyens qui s'engagent et les domaines dans lesquels ils le font. Par les différentes formes de financement mobilisées - soutien à la diffusion de la pratique, indemnité, bourses de fin de programme, couverture de droits sociaux, etc. - elle construit un travailleur bénévole - ou volontaire - bien éloigné de l'image de l'engagement local et spontané, individuel et privé, portée par l'héritage tocquevillien. Si l'on prend en compte le poids des financements publics - fédéraux mais aussi locaux - dans leur prise en charge, une partie importante de ces citoyens engagés peuvent tout à fait être considérés comme des travailleurs quasi ou semi-publics. En France, la nouvelle loi sur le service civique conduit à formuler des remarques similaires et ceci ne constitue pas une simple coïncidence. Tout comme on ne peut comprendre le sommet de Philadelphie sans analyser le rôle joué en coulisses par les acteurs associatifs, on ne peut comprendre l'élaboration des statuts de volontariat en France sans prendre en compte le rôle des organisations associatives... et notamment de l'une d'entre elles, Unis-Cité, par qui l'histoire des politiques associatives en France, n'est pas totalement indépendante de celle qui s'est élaborée outre-Atlantique. Si l'histoire du volontariat dans les deux pays nous met face à des institutions et des traditions d'engagement différentes, la petite histoire, elle, celle des passages de frontières et des interactions entre acteurs associatifs et monde politique, nous invite à dépasser le « moment culturaliste » pour penser ensemble des formes sociales plus comparables qu'il n'y paraît dans un premier temps. L'INSTITUTIONNALISATION À LA FRANÇAISE : DU STATUT DU BÉNÉVOLE À CELUI DU VOLONTAIRE

Si le mot clé de la politique du bénévolat est celui de « programme », le « statut » est celui de la politique française. Des années 1980 aux années 2010, c'est en effet la construction par la voie législative ou réglementaire d'un cadre d'exercice, d'abord pour la pratique bénévole, puis, à partir de la fin des années 1990, pour la pratique volontaire, qui est au cœur de l'intervention de l'État sur le monde associatif. Les débats autour de l'élaboration de ces cadres d'exercice engagent des négociations entre représentants du monde associatif et des pouvoirs publics 50 et 50. Q faut attendre le second gouvernement de Jean-Pierre Raffarin pour qu'un représentant du gouvernement soit, dans son titre même, chargé de la politique associative. Auparavant, cette politique associative s'opère par le canal du ministère du Temps libre en 1982, du secrétariat d'État à

105

Le. travail bénévole ils concernent la question des congés, de la formation, de la sécurité sociale des bénévoles, puis celles du montant et du financement de l'indemnité du volontaire, de sa couverture sociale, de ses titres-repas... Par bien des aspects, c'est le cadre d'un travailleur associatif, non salarié, que ces politiques ont cherché à élaborer. Après l'échec du statut du travailleur bénévole, le statut du travailleur volontaire, lui, est parvenu à se mettre en place - dans les textes tout au moins - après de nombreuses questions sur l'objectif visé par cette institutionnalisation : un statut de travailleur volontaire pour les jeunes ou pour les associations ? Du statut du bénévole à sa reconnaissance sociale : « le traumatisme de la loi Henry »• Le projet de loi Henry de développement de la vie associative de 1982, déjà évoqué en première partie, constitue un moment fondateur de la politique du bénévolat française à plusieurs titres. Première grande loi proposant des mesures de soutien au développement de la vie associative, engageant une vaste campagne de consultation puis de négociations avec les grandes coordinations associatives sectorielles, ce projet s'est soldé par un échec, la démission du ministre porteur du projet et un « traumatisme » qui a marqué les relations entre les grands dirigeants du monde associatif et les gouvernements socialistes qui suivent. Simultanément, l'échec de ce projet de loi a engendré la mise en place des deux organisations représentatives du monde associatif qui vont intervenir par la suite dans l'élaboration des politiques du bénévolat et du volontariat : le Conseil national de la vie associative (CNVA)S1, créé dès 1983 par André Henry, et la Conférence permanente des coordinations associatives (CPCA), qui officialisera quelques années plus tard la collaboration qui s'est construite, dans l'opposition au projet de loi, par les coordinations. Reprenant une proposition de loi qui avait été rédigée en 1979 par le groupe socialiste de l'Assemblée nationale, alors minoriI"Économie sociale en 1991, et des ministères chargés du Travail, de la Solidarité et des Affaires sociales depuis la fin des années 1990. 51. Le CNVA regroupe des représentants des différents secteurs associatifs auprès du Premier ministre. Le décret de création du CNVA prévoyait qu'il serait composé de cinquante membres du monde associatif, nommés par le Premier ministre, sur proposition des dix-sept ministères concernés. Plusieurs décrets ont à la fois élargi sa composition (désormais soixantedix membres titulaires et autant de suppléants, mais aussi dix personnalités qualifiées, ainsi que des représentants des collectivités territoriales qui participent de façon consultative aux réunions) et transformé les modalités de nomination des membres.

106

Une affaire d'État taire, ce projet de loi est élaboré entre le 10 juin 1981 et le mois de décembre 1982, date de sa présentation au conseil des ministres. Sa « pierre angulaire » résidait, selon les termes mêmes de l'ancien ministre du Temps libre, André Henry, dans les titres I*r et II qui concernaient respectivement : la reconnaissance d'utilité sociale pour les associations et le statut de l'élu social. Le titre I er conditionnait le titre II puisque les trois mesures de soutien à l'exercice de la pratique bénévole qui constituaient ce « statut de l'élu social » (congé représentation, congé formation et congé associatii) ne s'appliquaient qu'aux bénévoles administrateurs d'associations ayant fait l'objet d'une reconnaissance d'utilité sociale. Un double critère était mis en avant par les pouvoirs publics pour l'obtention de cette reconnaissance d'utilité sociale. Le premier critère relatif au fonctionnement associatif renvoyait à la transparence des comptes et des écrits, le second concernait la « mission » de l'association ; selon ses propres termes, l'ancien ministre du Temps libre avait proposé qu'une association « prétendant à ce label agisse dans le prolongement peu ou prou des services publics » (entretien avec André Henry, 1994). Le projet a fait l'objet d'une double opposition, à la fois politique et associative, qui explique largement son échec. D'abord, une opposition ministérielle rencontrée lors de la présentation du projet : celle du ministère des Finances qui ne souhaitait pas débloquer les fonds nécessaires à la mise en application de la loi et celle du ministère de l'Intérieur, en la personne de Gaston Deferre, qui considérait que le statut de l'élu social ne pouvait être institué avant celui de l'élu local sur lequel il travaillait alors. À ce blocage politique s'est ajoutée une opposition du mouvement associatif qui s'est construite au cours de la consultation. Alors que les associations prônaient une définition extensive de cette reconnaissance d'utilité sociale, excluant essentiellement les « fausses » associations, para-municipales ou para-commerciales, les pouvoirs publics, par la limite financière qu'ils imposaient, en limitaient de facto l'accès à un nombre restreint d'élus. Derrière la question financière se posait donc celle du tri qui allait devoir être opéré et celle du pouvoir de définition des critères permettant d'opérer celui-ci. Un grand nombre des représentants associatifs ayant participé à la négociation de ce projet de loi que j'ai eu l'occasion d'interroger soulevaient alors le risque d'une réglementation trop figée des pratiques bénévoles imposées par cette entreprise de définition et de construction d'un statut, voire d'une « fonctionnarisation » du bénévolat, pour reprendre le terme de l'un d'entre eux. Sur le fond comme sur la forme, l'expérience de 1981-1982 va laisser des traces. Sur la forme tout d'abord : depuis l'« échec »• de 107

Le. travail bénévole la loi Henry, une partie de la concertation entre les représentants du monde associatif et ceux des pouvoirs publics ne s'opère plus en coulisses mais là aussi sur scène 52 , que ce soit à travers les Assises nationales de la vie associative organisées par Jospin en 1999 ou les Conférences nationales de la vie associative lancées en 2005 par Jean-François Lamour. En 1998, lors de la présentation aux entretiens de Solférino des Assises nationales de la vie associative , Michel Leblanc, conseiller technique auprès du Premier ministre Lionel Jospin, évoque ainsi « la formidable espérance lancée par André Henry, qui avait avorté, provoquant d'énormes déceptions parmi les militants associatifs » et souligne « la nécessité de trouver une méthode distincte ». De même, l'association des termes de statut et de bénévole fait désormais figure de repoussoir, contraire à l'« essence du bénévolat », comme en témoigne bien la déclaration de Jean-François Lamour lors de la présentation de la politique associative au Conseil économique et social en 2004 : «J'ai déjà eu l'occasion de m'exprimer sur l'éventualité de la création d'un statut du bénévole. Je n'y suis pas favorable en raison de l'essence même du bénévolat et de la grande diversité des formes qu'il revêt L'encadrement trop rigide serait contraire à la notion de bénévolat. » 63 Les mesures discutées au cours des décennies qui suivent la loi Henry, sans plus se référer au terme de « statut », continuent toutefois à porter sur différentes dimensions du cadre d'exercice des pratiques bénévoles ; elles ont ainsi trait à la formation des bénévoles, à divers congés pour les bénévoles, à leur accès à la sécurité sociale, à l'assurance, mais aussi aux modes de valorisation de leur pratique (VAE, passeport bénévole, etc.). Toutes les propositions qui seront faites pour construire ce cadre ne débouchent pas. Ainsi des quatre mesures élaborées par le gouvernement Rocard (un congé représentation pour les responsables associatifs, un dispositif de formation des responsables bénévoles, l'amélioration de la couverture sociale des bénévoles par un élar52. Ces Conférences comme les Assises se préparent toutefois largement en amont, par l'intermédiaire notamment de groupes de travail qui se réunissent et proposent des diagnostics et des mesures sur des thèmes clés, le bénévolat faisant généralement partie de l'un de ces thèmes. 53. De même, le sénateur Bernard Murât écrit-il en 2005 dans son rapport d'information 6ur le bénévolat dans le secteur associatif, qui propose dix mesures pour « soutenir, valoriser et accompagner l'expérience bénévole » : « Il ne sera donc pas question de donner un statut au bénévolat, qui ferait perdre son essence même au don de soi, basé sur l'engagement volontaire et la gratuité. » Bernard Murât, Rapport d'information n" 16, fait au nom de la commission des affaires culturelles, sur le bénévolat dans le secteur associatif, 2005, p. 10.

108

Une affaire d'État gissement du nombre de bénéficiaires du régime de la sécurité sociale relatif aux accidents du travail et le développement de la reconnaissance sociale de l'exercice de responsabilités bénévoles), seul le congé représentation aboutit sous la forme d'une loi votée en août 1991, sous le gouvernement d'Edith Cresson. Cette loi accorde une autorisation d'absence pour les responsables associatifs bénévoles appelés à participer à des instances de concertation créées par l'État. On notera que, jusqu'aux Assises nationales de la vie associative, c'est encore en grande partie le cadre d'exercice des responsables bénévoles, des « élus sociaux », pour reprendre le vocable qui disparaîtra avec le projet de loi Henry, que l'État cherche à construire. Par la suite, c'est l'ensemble des pratiques bénévoles que l'on cherche à « faciliter », pour reprendre le terme qui a cours pendant les Assises de 1998, que l'on cherche à « mieux accompagner et à reconnaître », pour reprendre les mots du ministre de la Vie associative, sept ans plus tard, lors de l'annonce de la première Conférence nationale de la vie associative. La question de la construction d'un « statut » pour l'exercice des pratiques associatives n'a pas pour autant disparu. Elle s'est déplacée du bénévolat au « volontariat », terme qui jusque-là n'avait pas de sens univoque. Jusqu'à la fin des années 1990, le terme recouvre en effet différents usages et différentes pratiques dans le monde associatif français. « Volontariat » s'entend parfois comme un strict équivalent au terme de « bénévolat ». Dans certaines associations (Aides, « le volontariat étudiant » de l'Afev, etc.), les termes « volontariat » ou « volontaire » ont été délibérément substitués à ceux de « bénévolat » et « bénévole », jugés trop connotés idéologiquement. Le terme « volontariat » désigne, enfin, diverses pratiques d'engagement bénévole à « temps plein », sur le long terme, parfois indemnisées. Certaines de ces pratiques sont exercées dans un cadre défini institutionnellement (comme le statut du volontaire international défini par un décret de 1995 ou celui des pompiers volontaires défini par la loi de 1996). D'autres, exercées dans le cadre d'organisations associatives, comme le « service volontaire de solidarité » d'Unis-Cité, les chantiers de jeunesse, etc., ne s'inscrivent dans aucun dispositif juridique. À partir de la fin des années 1990, le terme « volontariat » commence alors à désigner cette pratique spécifique, en cours d'élaboration : celle d'un bénévolat à plein temps pendant une durée déterminée, indemnisé et bénéficiant de divers droits sociaux. Un travail volontaire, qui n'est pas sans lien avec celui qui existe depuis bien plus longtemps de l'autre côté de l'Atlantique, et que l'on cherche à développer, mais avant tout à inscrire dans 109

un « statut d'engagement » pour bien spécifier officiellement qu'il ne relève pas du droit du travail... et donc de son contrôle. Le statut du volontaire : histoires associatives et opportunité politique La construction d'un statut du volontariat est le fruit de plusieurs histoires associatives qui se rencontrent dans le cadre d'une opportunité et d'une volonté politique. La première de ces histoires, celle d'Unis-Cité, qui n'est pas la plus ancienne mais qui apparaît aujourd'hui comme l'une des plus influentes, nous invite à traverser les frontières nationales entre la France et les États-Unis, mais aussi les frontières entre « initiative associative » et « politique publique ». Le programme de volontariat City Year a été créé à Boston en 1988 par deux diplômés de la Harvard Law School, Michael Brown et Alan Khazei. À l'origine local et exclusivement financé par fonds privés, le programme existe aujourd'hui dans plus de quinze villes des États-Unis et est largement soutenu par la Corporation for Community and National Service en tant que programme AmeriCorps. Bill Clinton raconte toutefois que c'est en visitant le tout jeune programme associatif City Year à Boston à la fin des années 1980 qu'il a eu la vision d'AmeriCorps, le grand programme fédéral de service qu'il lancera dès son arrivée à la Maison Blanche. Sans être institutionnellement affiliée à l'association américaine, l'une des fondatrices du programme de volontariat UnisCité a repris le modèle City Year et l'a adapté en France. Venue en France dans le cadre d'une bourse d'entreprenariat social financée par une fondation, cette jeune Américaine n'avait pas fait le programme de service de City Year aux États-Unis. Elle ne connaissait même pas l'association avant de se présenter devant le jury de cette fondation et le projet qu'elle défendait pour partir en France ne portait pas sur le service civil volontaire. C'est la présence de Michael Brown, le cofondateur de City Year, dans le jury d'attribution de la bourse qui a occasionné ce transfert culturel, puisqu'il l'a invitée à visiter son association avant son départ pour la France. Ce qu'elle a fait et, dès son arrivée en France, elle s'est attelée, avec l'aide de deux étudiantes de 1*ESSEC, à y développer un programme semblable à celui-ci. Comme le City Year Youth Corps, le « service volontaire de solidarité » d'Unis-Cité est un programme en trois dimensions : volontariat en équipe affichant une forte mixité sociale, des séances ponctuelles de « sensibilisation citoyenne » (réflexions organisées sur des thèmes rencontrés par les volontaires au cours de leurs missions) et des HO

Une affaire d'État séances de « préparation au projet d'avenir » (que faire après Unis-Cité ?). Comme City Year, l'association s'appuie sur un financement mixte reposant sur un partenariat assez développé avec certaines entreprises (notamment Timberland), dont les salariés interviennent à un titre ou à un autre dans le programme : depuis la formation à la rédaction de lettres de motivation dans les séances consacrées à la préparation au projet d'avenir jusqu'à la participation à des actions bénévoles avec les volontaires. Beaucoup de points communs donc, entre ces deux programmes, même si, loin d'être transposé, le modèle a été intelligemment adapté au contexte d'implantation : ainsi pas d'uniforme, pas de drapeau, pas de logos d'entreprise sur les volontaires d'Unis-Cité, à la différence de ceux de City Year. Pas de « communauté », mais une « collectivité » à servir. « Là-bas, ils commencent à 7 h 30 du matin en faisant des exercices. Nous, ici, on démarre à 9 heures en fumant une clope et en buvant un café ! » déclarait une responsable d'Unis-Cité au cours d'un entretien... Si City Year a en partie servi de modèle au programme AmeriCorps élaboré par Clinton, Unis-Cité, elle, va jouer un rôle central dans l'élaboration du volontariat « à la française ». Alors que la fin de la conscription a été annoncée par le président Chirac, Unis-Cité est « identifiée comme une espèce de laboratoire pour un service civil par le gouvernement », pour reprendre les termes d'un des représentants de l'association, et reçoit alors des financements publics à titre d'expérimentation. Outre l'intérêt du président de la République pour la mise en place d'un volontariat civil, le lobbying d'Unis-Cité en faveur d'un service de solidarité pour les jeunes va croiser la mobilisation d'autres acteurs associatifs, qui voient dans la réforme du service national et la volonté de Jacques Chirac de maintenir une forme d'intégration des jeunes à la communauté nationale après la suppression de la conscription une fenêtre d'opportunité pour élaborer un statut pour leurs volontaires. C'est le cas notamment des organisations du mouvement de paix et de solidarité internationale. Comme le décrit bien la sociologue Valérie Becquet54, ce mouvement est apparu en France après la Seconde Guerre mondiale, en lien notamment avec le mouvement des objecteurs de conscience, et s'est institutionnalisé par la création d'organisations fédératives telles que Cotravaux (Coordination pour le travail volontaire des jeunes), créée en 1959, et Clong-Volontariat, en 1979. Face à la réforme du service national 54. Valérie Becquet, Volontariat et service civil volontaire en France. État des lieux des politiques publiques et des pratiques associatives. Comité de coordination pour le service civil, Centre de sociologie des organisations, 2006.

111

et à la proposition de mise en place d'un service volontaire européen lancée à peu près à la même époque par Édith Cresson55, ces organisations fortes d'une longue expérience dans le domaine du volontariat national, européen ou international se mobilisent en faveur de l'élaboration d'un statut pour les volontaires. Elles participent ainsi à la construction d'un statut pour le volontariat de solidarité internationale, qui est voté en 20056*, mais aussi plus largement nourrissent le débat dans le monde associatif et dans les instances de concertation avec les pouvoirs publics, sur les questions de volontariat en général.57 Comme le souligne à juste titre le sénateur Bernard Murât, rendant hommage à la mobilisation de Cotravaux sur la question du volontariat : « Relevant tous de statuts différents (objecteur de conscience, bénévole...), ces volontaires, qui reçoivent néanmoins tous une indemnité leur permettant de couvrir leurs frais courants, sont toujours menacés de voir leur situation requalifiée par les inspecteurs du travail ou les contrôleurs des Unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales (URSSAF). »58 Cette question du vide juridique dans lequel s'exerce le volontariat - et de la requalification qu'il peut entraîner - est également au cœur d'une autre mobilisation associative en faveur d'un statut du volontariat, celle des centres de vacances et de loisirs (CVL), interpellés à plusieurs reprises par l'inspection du travail sur l'irrégularité juridique dans laquelle se situe une partie de leurs « animateurs volontaires »59. Embauchés sous l'annexe II 55. Fin 1995, Édith Cresson, commissaire européenne responsable pour l'éducation, la formation et la jeunesse, annonce le lancement d'une action pilote intitulée « Service volontaire européen ». Depuis 19%, le service volontaire européen s'inscrit dans le Programme européen de la jeunesse en action de la Commission européenne. 56. La loi du 23 février 2005 sur le contrat de volontariat de solidarité internationale concerne les missions d'intérêt général à l'étranger (hors UE et EEE) dans les domaines de la coopération au développement et de l'action humanitaire dans des associations de droit français ayant pour objet des actions de solidarité internationale et agréées par le ministère des Affaires étrangères. 57. La vice-présidente de Cotravaux, Véronique Busson, participera au titre de son organisation à des réunions sur la réforme du service national et la mise en place des volontariats dans différentes instances et groupes de travail tout au long de cette période (Cnajep, CNVA, Commission armée-jeunesse du ministère de la Défense...) et sera associée par la DIES à la préparation de la mise en place du volontariat civil de cohésion sociale et de solidarité. 58. Bernard Murât, Rapport du Sénat, fait au nom de la commission des affaires culturelles, sur le projet de loi relatifau volontariat associatifet à l'engagement éducatif, annexe au procès-verbal de la séance du 13 avril 2005, p. 5. 59. Sur cette question, voir notamment Abou Ndiaye, « La professionna-

112

Une affaire d'État de la convention collective qui régit le secteur depuis 1988, ce personnel pédagogique occasionnel est employé sous contrats à durée déterminée dans les centres de vacances et de loisirs, pour y exercer des emplois d'animation ou des emplois de direction pendant les grandes ou les petites vacances scolaires ou, s'agissant des centres de loisirs, le mercredi. L'annexe II prévoit, pour ce personnel pédagogique occasionnel, des modalités de rémunération spécifiques, dérogatoires au droit commun 60 , qui ont été progressivement contestées par les animateurs et l'inspection du travail et sont, en outre, entrées en contradiction avec la nouvelle définition légale du travail telle qu'elle résulte de la loi n° 98-461 du 13 juin 1998 relative à la réduction du temps de travail.61 On le voit, les représentations du volontariat dont ces acteurs associatifs sont porteurs sont loin d'être identiques. Toutefois, cet intérêt à l'institutionnalisation n'a pas simplement à voir avec le « désir d'engagement des jeunes » et leur citoyenneté, dont on parle alors dans les discours politiques. Il vise aussi, et sans doute à un premier niveau, à régulariser des pratiques déjà en œuvre dans le monde associatif, à les doter d'un statut juridique « protecteur » c'est-à-dire dérogatoire au droit du travail. Un statut qui va osciller, dans ses différentes versions, entre le public et le privé, entre un dispositif pour les jeunes et un contrat pour les associations. Un volontariat public pour les jeunes ou privé pour les associations ? En très peu de temps, la France a vu se multiplier les dispositifs et statuts de volontariat. Sans compter le volontariat de solidarité lisation des animateurs », in Dan Ferrand-Bechmann (sous la direction de), Les Bénévoles et leurs associations. Autres réalités, autres sociologies ?, L'Harmattan, Paris, 2004. 60. Ce régime particulier « tient à la nature des activités des centres de vacances et de loisirs, qui exige la présence continue du personnel pédagogique auprès des enfants ou des adolescents à tous les moments de la journée, oblige ce personnel à prendre ses repas sur place et, dans le cas des centres de vacances, à y être hébergé. Dans ces conditions, l'annexe II ne se réfère pas à la notion de "travail effectif telle que définie au titre V de la convention, mais elle retient une rémunération à la journée d'activité, ce forfait,fixéau moment de la conclusion du contrat de travail, étant égal à deux heures au moins ». Philippe Vuilque, Rapport d'information sur les métiers de l'animation, Assemblée nationale, mars 2000. 61. Aux termes de l'article L. 212-4 du code du travail, « la durée du travail effectif est le temps pendant lequel le salarié est à la disposition de l'employeur et doit se conformer à ses directives sans pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles. »

113

internationale, on peut mettre en évidence quatre étapes à ce processus d'institutionnalisation : les volontariats civils, le volontariat associatif, le service civil et enfin le service civique. Si la dernière étape, celle du service civique, a pour vocation de fédérer les statuts existants et donc de dissoudre les volontariats précédents, les étapes qui précèdent voient se superposer et même se concurrencer des statuts qui relèvent de logiques différentes et révèlent les rapports de force politiques et associatifs autour de cette question. Suite à la réforme du service national, il s'élabore tout d'abord, au début des années 2000, un volontariat civil, ouvert aux jeunes de 18 à 25 ans et conçu pour s'exercer dans trois domaines : 1) défense civile, prévention et sécurité, 2) coopération internationale et aide humanitaire, 3) cohésion sociale et solidarité, au sein de structures agréées comme organismes d'accueil. Ces structures ont à leur charge le versement d'une indemnité au volontaire - 50 % de la rémunération liée à l'indice brut 244 de la fonction publique, soit environ 570 euros à l'époque - et son affiliation au régime de sécurité sociale. Aux yeux des acteurs associatifs les plus mobilisés cependant, ces volontariats civils nés de la réforme du service national n'apportent pas de réponse satisfaisante. Les associations soulignent à la fois la faiblesse des montants financiers investis : « La différence avec les États-Unis, et même avec l'Italie, qui a lancé la même chose l'année dernière, c'est que la France n'a pas du tout prévu les crédits, c'est assez hallucinant. On donne un statut, mais on ne donne pas de crédits ! » déclare ainsi un représentant d'Unis-Cité lors d'un entretien, et la lourdeur de la procédure : « Inscrit dans le code du service national, le volontariat civil relève du droit public : les volontaires affectés dans les associations sont sous l'autorité du préfet ; les modalités et les délais de traitement des dossiers ne correspondent pas aux besoins des associations : délai d'obtention de l'autorisation de la préfecture et délai de remboursement des charges », peut-on lire dans l'avis du CNVA du 15 novembre 2004. Ainsi Unis-Cité, qui est en 2003 la première association à recevoir l'agrément pour mettre en œuvre le nouveau statut du volontariat civil de cohésion sociale et de solidarité, poursuit-elle simultanément son travail de lobbying en faveur d'un volontariat moins encadré par l'État62. « Il se trouve que cette loi sur les volontariats civils, la réforme du service national est venue, donc on s'est accroché à cela parce que 62. Les organismes qui souhaitent accueillir des volontaires doivent notamment adresser une demande au préfet du département pour obtenir un agrément de l'État.

114

Une affaire d'État t'imagines bien qu'il n'y a pas 15 milliards d'initiatives autour du volontariat civil. Mais on n'aurait pas choisi cette loi-là, si tu veux. Parce que c'est clairement la suite du service national donc déjà c'est connoté, service à la nation et puis c'est un statut de droit public, très contraignant, tu vois les gens ils se sentent assimilés plus ou moins au service public [...]. Ce qui nous intéresse, c'est d'avoir un programme qui soit vraiment porté par le secteur associatif. Et pour ça, on est certainement très influencé par l'exemple américain [...], ce sont les associations qui recrutent les volontaires, qui identifient les missions, avec bien sûr un système d'agrément par les États, mais c'est très ancré dans le secteur associatif. [...] C'est ce pour quoi on a œuvré en fait depuis ce projet de loi : essayer d'améliorer au maximum ces lois et toujours demander aussi la mise en place de quelque chose de plus souple, de plus large, qui serait un contrat de droit privé, enfin quelque chose dans le domaine privé... » (Interview avec un représentant d'Unis-Cité)

L'exclusion d'un trop grand nombre de candidats - les plus de 25 ans et les étrangers non européens notamment - ainsi que le niveau trop élevé de l'indemnité s'ajoutent à cette critique de la lourdeur des formalités administratives. La deuxième étape, celle du contrat de volontariat associatif, va tenter de répondre à ces critiques en élaborant un volontariat de droit privé - un contrat et non plus un statut - , qui n'est pas simplement ouvert aux jeunes et dont l'indemnité peut varier en dessous d'un plafond défini par l'État. En mars 2005 après plusieurs allers-retours entre le ministère de la Vie associative et le Conseil national de la vie associative63, Jean- François Lamour présente en conseil des ministres un projet de loi sur le « contrat de volontariat associatif et l'engagement éducatif ». Le titre I er de la loi instaure un volontariat associatif, contrat de droit civil ne relevant pas des règles du droit du travail. Déconnecté de la 63. Le 23 octobre 2004, le préprojet de loi de Jean-François Lamour est envoyé pour avis au CNVA. Celui-ci dispose alors d'un peu plus de trois semaines pour lire et commenter le texte et nomme, pour ce faire, un groupe de trente et un membres comprenant notamment deux représentants d'Unis-Cité et un de Cotravaux. Le 15 novembre 2004, le CNVA rend son rapport au Premier ministre. Il reconnaît que des progrès ont été faits concernant la durée, les limites d'âge, les conditions de nationalité et plus généralement les dimensions contractuelles du statut de volontaire, mais formule toutefois certaines critiques à l'égard du pré-projet. Q déplore notamment l'absence d'un exposé des motifs clair en introduction à la loL Celui qui sera écrit par le CNVA pour l'occasion sera réintroduit mot à mot par le ministère dans la seconde version du texte. Une version finale du projet de loi sera présentée le 2 mars 2005 et commentée par le groupe de travail du CNVA avant d'être présentée EU Sénat en m ni 2005.

115

Le. travail bénévole problématique du service national, ce nouveau volontariat n'est a priori pas exclusivement réservé aux jeunes64. Il a pour vocation de devenir le « troisième pilier des ressources humaines associatives », « aux côtés du bénévolat et du salariat », pour reprendre deux expressions du ministre. Des passerelles sont notamment aménagées pour des salariés du privé qui souhaiteraient s'investir dans ce volontariat associatif. Le texte précise que l'indemnité perçue par les volontaires « n'a pas le caractère d'un salaire ou d'une rémunération », le montant de l'indemnité fixée par décret dans le cadre du volontariat civil devient ici un montant maximum, le plancher, lui, n'étant pas défini par la loi... L'engagement éducatif, le titre II de la loi, s'adresse exclusivement aux animateurs volontaires et cherche à résoudre le problème de l'annexe II. Il institue un régime spécifique qui, comme son nom ne l'indique pas, « s'inscrit dans le champ du code du travail tout en étant largement dérogatoire »65. La « crise des banlieues » à l'automne 2005 et le plan d'urgence lancé par le président de la République en réponse à celle-ci lui donnent l'occasion de reprendre la main et de réinscrire sa marque sur ce que doit être, selon lui, le volontariat : un service civil pour les jeunes. Le 14 novembre 2005, alors que le projet de loi sur le contrat de volontariat associatif circule entre les deux Chambres, Jacques Chirac annonce la création d'un service civil volontaire destiné aux jeunes de 16 à 25 ans, qui leur permet d'accomplir une mission d'intérêt général, de bénéficier d'une formation citoyenne et d'un accompagnement dans l'insertion professionnelle. Cette mesure phare du plan d'urgence présidentiel ne crée pas de nouveau statut mais fédère, sous un même label, plusieurs dispositifs existants, dont les « cadets de la République »66, la « Défense deuxième chance » 67 et le volontariat 64. Ce statut est toutefois incompatible avec toute activité rémunérée mais aussi avec la perception d'une retraite publique ou privée, d'un revenu minimum d'insertion, d'un revenu de remplacement d'activité (chômage) et de l'allocation de libre choix d'activité. 65. Bernard Murât, Rapport du Sénat, fait au nom de la commission des affaires culturelles, sur le projet de loi relatifau volontariat associatifet à l'engagement éducatif, rapport cité, p. 2. 66. Ce programme a pour objectif de « promouvoir l'égalité des chances au sein de la police nationale » en permettant à des jeunes de nationalité française, de 18 à 25 ans, et n'étant pas munis du baccalauréat, de se préparer aux concours de gardien de la paix. Les cadets de la République sont contractuels de droit public, ils ont le statut d'adjoint de sécurité et signent un contrat de cinq ans non renouvelable. Us perçoivent une allocation d'études fixée à 50 % du SMIC pendant leurs douze mois de formation. 67. Lancés en septembre 2005, les centres Défense deuxième chance, animés

116

Une affaire d'État associatif en cours d'élaboration. La coexistence de ces différents dispositifs souligne bien combien les préoccupations en termes d'insertion des jeunes mais également d'emploi public (la police, le social) ne sont pas exemptes de ce service civil pour les jeunes... L'annonce est faite que cette mesure devrait concerner 50000 jeunes en 2007. La dotation initiale d'un million d'euros, prévue pour le ministère de la Vie associative, est augmentée de 1,5 million d'euros pour permettre ce passage - et ce glissement - des 5000 volontaires, de tout âge, projeté par Jean-François Lamour pour 2007, aux 10000jeunes concernés par le volant volontariat associatif du plan Chirac.68 En fait, entre son lancement en 2006 et le 31 août 2008, ce ne sont guère plus de 3000 jeunes qui se sont engagés dans ce service civil, bien loin des chiffres annoncés. En août 2008, seuls 1544 jeunes étaient en poste, plus de 90 % d'entre eux en contrat de volontariat associatif... 69 Après l'échec du volontariat civil de cohésion sociale et de solidarité décrété par les associations, c'est au gouvernement de souligner à présent les limites d'un dispositif trop complexe. Dans son plan « Agir pour la jeunesse » présenté le 29 septembre 2009, Nicolas Sarkozy, s'appuyant sur les « propositions novatrices formulées par Luc Ferry», annonce ainsi une « nouvelle ambition pour le service civique », précisant qu'« à cet effet, les statuts juridiques du volontariat, sur lesquels s'appuie actuellement le service civil, seront revus pour unifier les principaux dispositifs actuels (il en existe treize aujourd'hui) ». Centré sur l'engagement de service civique des jeunes, presque intégralement financé par l'État, ce service civique présenté par Martin Hirsch contient également un volontariat de service civique pour les plus de 25 ans davantage à la charge des associations. Dans le cas de l'engagement de service civique, l'indemnité, de 440 euros, est entièrement financée par l'État qui prend également en charge le régime de protection sociale. La structure par d'anciens militaires, accueillent des jeunes en grande difficulté &gé6 de 18 à 21 ans. Dans un internat régi par des règles strictes, ils suivent une formation comportementale, scolaire et préprofessionnelle dans un objectif d'accès à l'emploi. 68. Certes, même s'il est toujours possible de faire signer des contrats de volontariat associatif ne relevant pas d'un service civil, on voit bien l'intérêt qu'ont les associations à recruter plutôt des jeunes et à demander l'agrément pour le service civil volontaire : octroi d'une aide allant jusqu'à 90 % de l'indemnité versée au jeune, ainsi que 155 euros pour sa couverture sociale, 75 euros au titre de sa formation aux valeurs civiques et 100 euros au titre de son accompagnement. 69. Rapport de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances. 2008.

117

Le. travail bénévole d'accueil sert par ailleurs au volontaire une aide en nature ou en espèces d'un montant mensuel de 100 euros. Dans le cas du volontariat de service civique (plus de 25 ans), les volontaires recevront une indemnité mensuelle « en espèces ou en nature » de la part de la structure d'accueil, dont le montant est compris entre 8,07 % et 54,04 % de la rémunération afférente à l'indice brut 244 de la fonction publique, le montant en nature ne pouvant excéder 50 % du montant total de l'indemnité. Dans le cadre de ce volontariat, la protection sociale est également prise en charge par l'État.70 S'il est trop tôt aujourd'hui pour apprécier si l'objectif annoncé de 10 000 jeunes pour la première année sera cette fois atteint - e t a fortiori celui de 75000 engagés dans les cinq années - , on peut d'ores et déjà noter les débats que soulève dans le monde associatif cette quatrième étape de l'élaboration du statut du volontariat D'un côté, les associations ou coordinations engagées dans ce processus d'institutionnalisation saluent les moyens financiers conséquents attribués par l'État - 40 millions d'euros pour la première année, 100 millions pour celle qui suit - , mais elles s'inquiètent à travers différents communiqués de presse de « la confusion inopportune » entretenue par ces nouvelles dispositions entre « ce qui relève d'une politique de l'État et ce qui relève de la liberté associative » 71 et soulignent « une liberté qui se restreint pour les associations » 7Î . La disparition du contrat de volontariat associatif et l'impossibilité qui en découle pour les associations de développer des engagements volontaires en dehors du cadre du service civique et du service national apparassent au cœur de cette préoccupation. « L'engagement de service civique sera demain le seul cadre reconnu pour effectuer un volontariat dans une association en France, il faudra alors s'assurer que les missions et les priorités identifiées seront bien ouvertes aux projets associatifs et laisseront aux associations leur part de liberté et d'initiatives. Le service civique ne doit pas être demain une nouvelle « commande publique », formatant les missions, les "grands chantiers", les formations... » peut-on lire dans le communiqué de presse de Cotravaux. Moins d'un an auparavant, le 24 septembre 2009, l'association écrivait pourtant dans un autre communiqué de presse : « D semble envisagé de laisser aux structures d'accueil une part importante des charges (notamment 20 % de l'indemnité, une partie des cotisations sociales et tout les frais de formation de 70. Décret n° 2010-485 du 12 mai 2010 relatif au service civique. 71. Communiqué du Cnajep aux députés le 15 janvier 2010. 72. Communiqué de presse de Cotravaux du 24 mars 2010.

118

Une affaire d'État la personne volontaire), la participation de l'État diminuant par rapport au service civil volontaire. Si ce choix est confirmé, les associations ne seront pas en mesure d'accueillir de manière satisfaisante des jeunes en service civique. » Comme lors des tensions autour de la loi Henry, ou des premiers temps du volontariat civil, demande d'engagement financier de la part de l'État et peur d'une bureaucratisation des engagements se combinent aujourd'hui dans les discours associatifs. Bien loin de l'héritage tocquevillien et de ses dichotomies - public/privé, engagement/travail, État national/bénévolat local - ce volontariat qui s'élabore progressivement en France, dans un mouvement de coconstruction avec certaines organisations du monde associatif, donne à voir un fort soutien public aux engagements et met en cause l'existence d'une frontière bien déterminée entre monde politico-administratif et monde du bénévolat. Comme c'est déjà le cas aux États-Unis, ce qui s'élabore aujourd'hui ressemble bien à un statut de travailleur semi-public, au sens où il est en grande partie « financé » par l'État et où ses secteurs d'intervention - mais aussi son « profil » sociodémographique - sont en priorité définis par l'État. Un travailleur semi-public, ni complètement public ni pleinement reconnu comme travailleur, fruit de la rencontre et de la collaboration entre le monde associatif et l'État. En France comme aux États-Unis, l'analyse des politiques du bénévolat a en effet mis en lumière combien l'intervention de l'État sur les pratiques associatives ne s'opérait pas de l'« extérieur » du monde associatif : d'André Henry, ancien militant associatif devenu ministre, à Harris Wofford et George Rowney, anciens gouverneurs respectivement nommés à la tête de la Corporation for National Service et de la Points of Light, mais aussi de la Points of Light fondée par George Bush au CNVA, « parlement des associations » placé auprès du Premier ministre... La circulation des élites entre le monde du bénévolat et le monde politico-administratif comme la liaison entre ces mondes opérée par les organisations en charge de la représentation et/ ou de la valorisation de la pratique bénévole soulignent combien l'institutionnalisation de ce travail bénévole et volontaire s'inscrit dans des réseaux d'alliance et de connivence et témoigne d'un processus de coopération, sinon d'interpénétration entre ces mondes. Faut-il confondre pour autant les usages politiques et les usages associatifs de ces travailleurs bénévoles et volontaires ? Les quelques conflits rapidement décrits ici dans le cas de la politique française du bénévolat et du volontariat ne suggèrent-ils pas plutôt une inquiétude et une réticence du monde associatif à l'égard de l'usage politique du travail des citoyens, la crainte d'une instrumentation de la pratique bénévole par l'État ? 119

CHAPITRE I V

« D'UNE PIERRE DEUX COUPS », LA MISE AU TRAVAIL (PUBLIC) DES CITOYENS

Le recours à la comparaison France-États-Unis dans le chapitre précédent m'a conduite à souligner à la fois les différences dans les modalités des politiques du bénévolat dans chacun des deux pays - le programme présidentiel de bénévolat versus l'élaboration de statuts, d'un cadre d'exercice, pour les pratiques associatives -, mais aussi les transferts de pratique entre les deux pays et finalement les proximités dans les dispositifs institutionnels récemment créés en France, plus anciens aux États-Unis. Outre qu'elle permettait de démontrer ce que les héritiers de Tocqueville « avaient raté », pour emprunter la formule de Theda Skocpol, à savoir combien le bénévolat est bien aux États-Unis une affaire d'État, la présentation de la politique américaine était en quelque sorte nécessaire pour comprendre l'évolution de la politique française du fait de ce transfert culturel et de son importance dans l'élaboration de cette politique. Pour analyser les usages politiques de ce travail citoyen soutenu par l'État, j'adopterai dans ce chapitre un recours quelque peu différent à la comparaison. Je m'appuierai ici sur les leçons que l'on peut tirer de l'analyse de ces usages aux États-Unis pour questionner, derrière le voile de la citoyenneté et les discours sur le désir d'engagement des jeunes. 121

Le. travail bénévole les enjeux en termes d'emploi de ces politiques du volontariat qui s'élaborent depuis quelques années en France. La reconstruction de l'histoire de nombreux programmes associatifs américains de volontariat, aujourd'hui soutenus par l'État, dans le cadre d'AmeriCorps notamment, montre qu'ils s'inspirent de programmes publics qui avaient des objectifs clairement affichés en termes d'emploi public et de lutte contre le chômage. Si le montage institutionnel de ces programmes a changé - du public au privé soutenu par l'État -, si leur public s'e6t « diversifié » et si la citoyenneté est devenue leur mot d'ordre, l'idée que le service civique des jeunes constituerait une bonne politique de l'emploi est loin d'avoir disparu et continue à être au cœur du soutien de l'État à ces pratiques comme de la création de nouveaux programmes engageant un partenariat entre associations et État. À un premier niveau, l'histoire des soutiens présidentiels au « civic service » des citoyens montre que la force de travail du bénévole ou celle du volontaire sont donc utilisées, comme le proposait Eliot Freidson, pour mettre en place ou favoriser le développement de services ou de politiques publics spécifiques. Ainsi, tout comme Volunteer in Service to America (VISTA) est un programme de la war onpoverty (« guerre contre la pauvreté »), qui s'inscrit tout à fait dans la logique des promesses du gouvernement Johnson de conduire des programmes « avec le maximum de participation possible des pauvres eux-mêmes » \ l e Citizen Corps, créé par Georges W. Bush, ou Teach for America (TFA), largement soutenu par son administration, s'inscrivent pleinement dans deux des priorités de son mandat présidentiel : la lutte contre le terrorisme et la réforme du système éducatif. De même, la Corporation for National and Community Service définit-elle de façon très précise les « domaines prioritaires » d'AmeriCorps lorsqu'elle lance sa procédure de financement tous les ans. La politique du bénévolat analysée dans le chapitre précédent permet donc, à ce titre, une forme originale d'exercice du travail public, peu rémunérée et en partie privatisée. De même, comme je le montrerai ici, ces « soutiens publics à l'engagement » ont pu aussi masquer, dans une version forte, une mise au travail, dans une version plus douce, une politique de l'emploi déguisée, pour une catégorie de la population considérée ne pas remplir les « obligations réciproques de la citoyenneté » a - ce devoir de « rendre à la communauté >• auquel les citoyens seraient soumis. Si, comme je l'ai montré dans le premier chapitre, on constate dans les années 1960 aux États-Unis un effort des pouvoirs publics 1. Susan M. Chambré, « Kindling Points ofLight.. », article cité, p. 251. 2. Sylvie MoreL Les Logiques de la réciprocité, op. ciL

122

« D'une pierre deux coups »... pour (re)mettre au travail (bénévole) les retraités, aujourd'hui, c'est la jeunesse populaire des zones urbaines qui semble particulièrement visée. Dans le prolongement de l'analyse du cas américain, je montrerai dans un second temps comment la question du double usage politique de ce travail citoyen - comme forme alternative de travail dans les services publics et comme politique d'emploi déguisée - se pose également dans le contexte français, un contexte où la fin de la conscription laisse sans travailleurs une somme d'activités d'utilité sociale autrefois exercés dans le cadre des formes civiles du service national, et où le chômage des jeunes devient une préoccupation croissante. Un moment en concurrence avec les emplois-jeunes, le volontariat apparaît comme un moyen de répondre à cette double préoccupation, en faisant là aussi d'une pierre deux coups : (sous-) emploi public et insertion qui ne dit pas son nom... Je terminerai alors cette analyse de la mise au travail (public) des citoyens en mettant en lumière la position ambivalente du monde associatif face à l'instrumentation étatique des pratiques bénévoles et à cette transformation de l'engagement citoyen en travail quasi gratuit. SOUS-EMPLOI PUBLIC ET MISE AU TRAVAIL : LES LEÇONS DE L'AMÉRIQUE

Quiconque se penche sur l'histoire des programmes associatifs de volontariat aux États-Unis se retrouve assez vite confronté à une contradiction. D'un côté se déploie un récit des origines qui met en scène des individus visionnaires, des « entrepreneurs sociaux », qui construisent avec peu de ressources des programmes citoyens que l'État va finir par soutenir. C'est l'histoire, maintes fois racontée dans la presse américaine, de Wendy Kopp, la toute jeune fondatrice de Teach for America qui élabore son projet dans un master à Harvard à la fin des années 1980... et dont le programme, intégré par la suite dans AmeriCorps, bénéficiera d'un très fort soutien du président George Bush et de la first lady. C'est à n'en pas douter celle de la création de City Year, et de la « vision » qu'il inspirera au président Clinton. De l'autre côté, on trouve une référence omniprésente au Civilian Conservation Corps (CCC) créé par Roosevelt en 1933, présenté comme modèle originaire des programmes de civic service américains. Or, si CCC ressemblait bien formellement aux programmes associatifs actuels en ce qu'il recrutait des jeunes pour effectuer des travaux d'intérêt général (entretien des bois et des forêts, nettoyage des parcs, aménagement du territoire) contre une indemnité et une

123

Le. travail bénévole couverture sociale, ce programme était entièrement public 3 et avait des objectifs clairement affichés en termes de lutte contre le chômage et d'emploi public. Ainsi, dans son discours d'investiture à la candidature démocrate le 2 juillet 1932, Franklin Roosevelt était plus qu'explicite sur les objectifs qu'il attribuait à ce programme : « Utilisons notre sens commun et notre sens des affaires, et juste à titre d'exemple, nous savons qu'un moyen très prometteur et immédiat d aider à la fois les chômeurs et l'agriculture, réside dans un large projet de reboisement de millions d'hectares de terre en friche. »

Si Roosevelt soulignera, bien des années plus tard, qu'un tel programme avait comme effet secondaire de renforcer le sentiment d'intégration nationale et la citoyenneté des jeunes, ceci ne fut en aucun cas l'un des moteurs à l'instauration du CCC, qui s'inscrivait bien dans une double stratégie de lutte contre le chômage et de lancement d'une réelle politique d'aménagement du territoire. Comme le souligne Peter Shapiro4, « la terre - faire faire le travail d'aménagement [conservation] - ainsi que les hommes - Le. les "mettre au travail" - constituaient les deux objectifs prioritaires de ce programme fédéral »5. 3. CCC engageait des jeunes hommes entre 18 et 25 ans, pour six mois avec possibilité de renouvellement jusqu'à un maximum de deux ans. Chaque recrue était payée 30 dollars par mois, dont 25 étaient envoyés directement à la famille. L'Etat procurait un logement, des vêtements et des outils. Les recrues devaient travailler 40 heures par semaine et obéir aux règles de vie et de travail dans le camp. « Tout en servant dans ces camps, chaque recrue apprenait une nouvelle compétence et pouvait aussi suivre des cours pour perfectionner son instruction » (James L. Perry et Anne M. Thomson, Civic Service. What Différences Does it Ma/ce ?, M.E. Sharpe, Armonk, New York, 2004, p. 167). L'administration du programme était relativement complexe. L'armée gérait les camps où étaient hébergés et travaillaient les membres, le ministère de l'Intérieur et de l'Agriculture étaient responsables du travail et du personnel encadrant. Le ministère du Travail sélectionnait les recrues avec l'aide de comités locaux. 4. Peter Shapiro, A Historyof National Service in America, Center for Political Leadership and Participation, University of Maryland, College Park, 1994. 5. De façon similaire, Melissa Bass écrit : « Le CCC fut créé pour répondre à un chômage de masse des jeunes causé par la Grande Dépression et il l'a fait directement en donnant un travail public utile à des centaines de milliers de jeunes hommes. Par définition, il a réussi sa principale tâche, procurer du travail, et ses efforts l'ont conduit à réussir son deuxième objectif, accomplir un travail d'aménagement significatif... Alors que CCC est aujourd'hui considéré comme du service national, il ne l'était pas durant

124

« D'une pierre deux coups »... Comment concilier alors ces deux origines, l'une publique et liée à l'emploi, et l'autre relevant de l'initiative privée et liée à la citoyenneté ? Une analyse plus fine de la création des programmes associatifs de civic service contemporains permet de résoudre l'apparente contradiction de cette double filiation. Des programmes associatifs dans l'ombre des programmes publics d'emploi À l'origine de ces programmes associatifs et en amont de l'entrepreneur social, on trouve en effet généralement un programme public, local ou national, qui lui a servi de modèle. Ainsi Wendy Kopp s'est-elle largement inspirée du National Teacher Corps, programme entièrement public, qui avait été mis en place au milieu des années 1960 pour recruter des enseignants issus des « communautés défavorisées » et prêts à enseigner dans celles-ci. Supprimé par Ronald Reagan en 1982, ce programme fédéral a, au cours de ses dix-sept ans d'existence, formé plus de 25000 enseignants qui ont enseigné dans 170 districts scolaires. Un chapitre entier du mémoire de Wendy Kopp est consacré à ce programme à qui elle a emprunté « le nom et l'objectif suprême - créer un corps national d'enseignants qui réformerait le système éducatif aux États-Unis »6 ; au-delà des recherches qu'elle lui a consacrées, elle a également « passé du temps à Washington à parler avec ceux qui ont dirigé le Fédéral Teacher Corps des années 1960 »7. De façon similaire, l'histoire de City Year est loin de démarrer dans un local de Boston à la fin des années 1980, comme la presse et les documents de l'association ont coutume de le raconter. Elle trouve plutôt son origine à New York, au début de la décennie 1980, soit peu de temps après la crise budgétaire de la ville, avec la création par le maire d'un programme public en direction des jeunes, intitulé le City Volunteer Corps (CVC). Quelques années avant de fonder City Year, Michael Brown avait participé à la création de ce programme municipal... Instauré en 1984, alors que les budgets municipaux sont au plus bas et que le taux de chômage des 16-19 ans de la ville de New York dépassait les 30 %, bien au-delà de la moyenne nationale de 18,8 %, le CVC avait pour objectif « de donner aux jeunes de l'expérience dans l'aide aux son existence. » Melissa Bass, « National service in America : poticy (dis) connections over time », CIRCLE Working Paper 11, Cottege Park, Universityof Maryland, Schoolof Public Policy, octobre2003, p. 15. 6. James L. Perry et Anne M. Thomson, Civic Service..., op. cit. 7. Wendy Kopp, One Day, AU Children... : the Unlikely Triumph of Teach for America and what ILearned along the Way, Public Affairs, 2003, p. 22.

125

Le. travail bénévole autres, de les aider à rendre à la communauté {give something back to the community) et de développer des habitudes de travail » selon les termes du maire de New York de l'époque Ed Koch. Les jeunes engagés dans ce programme recevaient 80 dollars par semaine et 2000 dollars en liquide ou 5000 dollars de frais de scolarité à la fin du programme. Vingt-cinq pour cent du travail effectué s'opérait dans les parcs de la ville, un « hommage nostalgique à notre antécédent le Civilian Conservation Corps », déclarera le directeur du programme dans une interview au New York Times. Les 75 % restants s'exerçaient dans les services sociaux, ce qui inaugurait un nouveau type de corps urbain, plus éloigné, dans le contenu du travail, de CCC que les nombreux autres programmes de service pour les jeunes qui ont, depuis les années 1970, cherché, d'abord au niveau national puis au niveau local, à reproduire le modèle. Les activités de base effectuées par les jeunes de CVC sur leurs sites recouvraient différentes tâches, comme accompagner dans leurs déplacements des personnes âgées vivant seules ou en institution, leur faire des courses, leur rendre visite, rendre visite et procurer une aide thérapeutique à des enfants et des adultes handicapés, apporter une aide au personnel dans les hôpitaux, surveiller des aires de jeux pour enfants, accompagner des enfants lors de sorties scolaires, faire du soutien scolaire... Ces projets, écrivaient les consultants Nathalie Jaffe et Marc Freedman dans leur évaluation du programme en 1987, « engageaient les volontaires de CVC dans un travail de para-professionnel 8 , d'aide et de tuteur dans les hôpitaux, les crèches, les équipements pour les handicapés mentaux et physiques, les écoles, les maisons de retraite et les appartements pour personnes âgées, sur toute la ville de New York ». On perçoit bien comment, en période de crise budgétaire et donc de réduction des budgets éducatifs, sanitaires et sociaux de la ville, le travail de ces para-professionnels, non formellement reconnus comme tels, a pu constituer une aide précieuse et peu coûteuse à la municipalité. De surcroît, et bien qu*Ed Koch se soit défendu de créer, avec CVC, un programme ciblant les jeunes défavorisés de la ville, le programme fut, « à tort ou à raison, stigmatisé, catalogué comme un programme pour la jeunesse dans l'impasse idead-endyouth) », 8. Le titre de para-professionnel aux États-Unis désigne des personnes qui, dans différents champs professionnels tels que l'enseignement, la santé ou le droit, ont pour fonction d'assister les professionnels du champ, de travailler à leur côté : ainsi les teachers assistants - ou teachers'aides -, qui travaillent au côté des enseignants, \esparalegal, au côté des avocats, etc. Certains métiers de para-professionnels requièrent des diplômes spécifiques, d'autres exigent des niveaux d'études particuliers.

126

« D'une pierre deux coups »... selon la formule du sociologue américain Charles Moskos. De fait, le jour du lancement de CVC, le New York Times présenta le programme comme « le démarrage officiel de l'effort de la ville de New York pour mettre au travail des adolescents qui pourraient bien, autrement, passer leurs journées et leurs nuits dans la rue ». Malgré quelques tentatives instaurées dès la fin des années 1980 pour augmenter le nombre de volontaires blancs (moins de 2 % des recrues) et issus des classes moyennes, en créant notamment des modalités d'engagement à temps partiel, le programme recrutait essentiellement des jeunes hommes noirs ayant arrêté l'école. Il fut considéré par de nombreux critiques comme relevant plus d'un programme social (welfare program) que d'un programme de service (service program). Dans l'évaluation du programme citée ci-dessus, les auteurs soulignaient en conclusion que, vu les difficultés pour atteindre la mixité (diversity) dans le programme, il convient sans doute que celui-ci concentre ses efforts sur le service apporté à la population actuellement enrôlée. « Un tel effort [...] répondrait] à deux des problèmes les plus importants de la ville de New York : la demande de programmes sociaux pour aider ses infrastructures en difficulté et ses citoyens dans le besoin, et la situation désastreuse de sa jeunesse défavorisée des minorités. »9 À l'origine de Teach for America et de City Year, il y a donc un programme public qui a directement influencé et modelé leur création. Du National Teacher Corps à Teach for America, du City Volunteer Corps à City Year, les programmes ont « glissé dans une nouvelle identité », pour reprendre l'expression de Michael Katz dans In the Shadow of the Poor House10. Dans leur incarnation actuelle ils ne sont plus initiés et gérés publiquement mais de façon privée. Ils parviennent à attirer les classes moyennes et supérieures et non plus seulement « la jeunesse défavorisée des minorités ». Ils mettent la citoyenneté au premier plan et laissent dans l'ombre les questions d'emploi des jeunes ou de travail public. Celles-ci pourtant sont loin d'avoir disparu.

9. Nathalie Jaffe et Marc Freedman, Youth Corps Case Studies : The New York City Volunteer Corps Exit Report, Public/Private Ventures. Philadelphie, 1987, p. 43 10. Dans cet ouvrage, qui propose une « histoire sociale de l'assistance », Michael Katz montre comment les principes qui animaient le traitement des pauvres au xrx* siècle n'ont pas disparu, même si les institutions de leur prise en charge se sont transformées. Michael Katz, In the Shadow ofthe Poor House. A social history of Welfare, Basic Books, New York, 1986.

127

Le. travail bénévole TFA propose un programme « au casting plus "Ivy League"11 » que ne l'était le Teacher Corps public, comme me le dit un des fondateurs du programme de 1967 au cours d'un entretien. Elle se présente moins comme centrée sur la construction d'une carrière professionnelle et plus comme une forme d'engagement. Enfin, elle a comme conséquence majeure d'introduire avec elle fondations et entreprises privées dans le champ de l'éducation publique par son mode de financement. 12 Ainsi, la campagne Sponsor a teacher (« financez un enseignant ») lancée par l'association en 2003 ne manque pas de faire écho aux formes de privatisation des services publics qui se sont développées par exemple à New York dans les années 1990 sous les slogans « Adoptez ou financez une autoroute »13, « Adoptez un parc », « Adoptez un arbre», ou même « Adoptez un pont ». Elle propose notamment aux donateurs de 5000 dollars ou plus de venir voir « les effets directs de leur investissement au moyen de visites dans les classes et d'interactions à la fois avec les volontaires et les anciens volontaires du programme ». Le 6 mai 2003, lors du lancement de la campagne Sponsor a teacher à New York, en présence de Joël Klein, chancelier des écoles de New York, de la responsable des partenariats du département de l'Éducation de la ville et de Wendy Kopp, sir Howard Stringer, P-DG de Sony Corporation of America, qui siège au bureau national de TFA, déclarait : « Il est primordial que le secteur privé prenne plus activement part à l'éducation des jeunes de cette ville. » Le succès de l'organisation n'a pas simplement 11. Les universités de VIvy League (« ligue du lierre »), situées dans le nordest des États-Unis, sont parmi les plus anciennes et les plus prestigieuses du pays. Elles comprennent notamment Harvard, Yale, Columbia et Princeton. Ce sont essentiellement des étudiants diplômés de ces universités que Teach for America cherche à recruter. 12. En 2007, sur un budget de fonctionnement de 75 millions de dollars environ, le programme était à 33 % financé par l'État (fédéral et local), le reste provenant d'entreprises, de fondations, d'individus et d'événements spéciaux. 13. Le programme Adopt a highway a été mis en place à partir de 1990 dans l'État de New York Lancée par l'État du Texas dans les années 1980 sous le sigle « Don 't mess with Texas / » - jeu de mots autour de mess qui signifie aussi bien « mettre du désordre, salir » que « chercher, provoquer quelqu'un » - ce programme géré par les départements de nettoyage des villes et/ou des États propose aux organisations - associatives ou entreprises - et aux individus de participer bénévolement au nettoyage d'une partie de l'autoroute, qu'ils « adoptent ». Dans l'État de New York, les « adoptants » s'engagent ainsi à nettoyer leur section au moins quatre fois par an pendant au moins deux ans. Les programmes Sponsor a highway remplacent le travail bénévole ou le complètent par la possibilité de participer au financement d'un sous-traitant chargé du nettoyage de la portion d'autoroute.

128

« D'une pierre deux coups »... multiplié le nombre d'enseignants du secteur public - environ 8000 en activité aujourd'hui -, certes toujours rémunérés par le public mais dont le recrutement, la formation et l'encadrement sont en partie pris en charge par le privé. En plaçant depuis sa création plus de 24000 jeunes dans les écoles des zones urbaines et péri-urbaines du pays, mais surtout en suscitant la candidature d'un nombre bien supérieur, TFA a également jeté un fort discrédit sur le système traditionnel de formation des maîtres par les School of éducation, comme n'a pas manqué de le souligner Rod Paige, le ministre de l'Éducation américain sous George Bush. « Teach for America nous a montré qu'il n'y avait pas de pénurie d'excellents diplômés de l'université ayant soif d'enseigner et de transmettre leur amour d'apprendre aux élèves des communautés à faible revenu qui sont souvent laissés pour compte [left behind] », avait-il ainsi déclaré en septembre 2002, lors de la remise à l'association d'un prix d'un million de dollars au titre du Fonds pour l'amélioration de l'enseignement. Par le choix des mots, le ministre associait alors explicitement le projet de l'association et celui du président Bush dont le No Child Left Behind Act (loi « pas d'enfant laissé pour compte »), visant à « instaurer une culture de la réussite à l'école », venait d'être votée. Enfin, TFA n'a pas seulement devancé ou accompagné la politique éducative au niveau national, elle l'a également fortement influencée au niveau local, en partie sous l'initiative de la fondatrice de l'organisation, Wendy Kopp. En 1997, forte des premiers succès du programme, elle créait ainsi The New Teacher Project, une association faisant office de cabinet de consultants auprès de différents « clients », pour reprendre le terme utilisé par l'association : des rectorats, des ministères de l'Éducation des États, ou des universités. Au milieu des années 2000, The New Teacher Project avait permis de recruter et de former plus de 15000 nouveaux enseignants et de créer plus de 40 programmes dans une vingtaine d'États. En 2005, il publiait une étude affirmant que les règles de recrutement à l'ancienneté négociées par les syndicats enseignants privaient les élèves de bons enseignants 14 ... Dans la littérature académique comme dans la presse, les rares fois où la filiation entre Teach for America et le Teacher Corps des années 1960 est mentionnée, c'est pour comparer l'échec du programme public à la réussite de l'initiative privée.15 De façon 14. Jessica Levin, Jennifer Mulhern et Joan Schunck, « Unintended Conséquences. The case for reforming the stafflng rules in Urban teachers union contract », The New Teacher Project, 2005. 15. James Perry et Ann Marie Thomson écrivent ainsi : « Malgré des investissements limités dans la formation des membres, Teach for America a réussi

129

Le. travail bénévole similaire, nombreux sont les observateurs à avoir souligné que l'associatif City Year aurait réussi là où le municipal City Volunteer Corps avait échoué : attirer des jeunes au profil socioéconomique diversifié. Ce changement opéré dans le recrutement témoignerait alors, pour certains, d'un changement de nature du programme, comme le défend par exemple Suzanne Goldsmith, une journaliste qui a passé un an avec le programme associatif. « La mixité de City Year le distinguait de CVC et de nombreux autres programmes pour les jeunes. Parce que City Year enrôlait des jeunes de tous les horizons, il était clair que ce n'était ni strictement un programme de bénévolat [a volunteer program], ni du workfare... N'importe quelle photo - et elles furent nom-breuses dans la presse locale cet été-là - rapportait qu'il y avait là un effort de diversité raciale. City Year, clairement, n'était pas un programme de retour à l'emploi [a job program] pour les jeunes des minorités. Il n'était pas non plus, comme les Peace Corps, ouvert aux seuls diplômés du supérieur. C'était un programme de citoyenneté [a citizenship program] et c'était pour tout le monde. » 16

Si City Year, en parvenant d'emblée à réunir des jeunes issus de milieux sociaux différents, peut passer sous silence ce que le CVC ne pouvait nier, à savoir la proximité objective, pour une certaine jeunesse, entre programme de volontariat et programme de workfare, il y a fort à parier que les soutiens publics à ces programmes associatifs, eux, ne se font pas simplement au nom de la citoyenneté... La dimension « citoyenne » de ces programmes, pour reprendre le terme de Suzanne Goldsmith, qui découlerait de facto de la diversité des recrues n'est en aucun cas la garantie d'une homogénéité des expériences ; la « photo de groupe » étant, comme je l'ai montré, dans le premier chapitre notamment, loin de rendre compte des trajectoires et des expériences de chacun, entre le superbénévolat des uns et l'orientation institutionnelle vers le volontariat pour les autres... De même, la « diversité » avancée ne s'oppose pas au fait que ces programmes puissent tout à la fois opérer, et être soutenus par l'État, comme des programmes d'engagement pour une jeunesse déjà bien intégrée et comme des outils d'insertion, voire de mise au travail (put them to work) d'une jeunesse bien moins favorisée. Si l'on ajoute là où le Teacher Corps, pourtant financé de bien meilleure façon, a échoué. » James L. Peny et Anne M. Thomson, Civic Service..., op. cit., p. 138. 16. Suzanne Goldsmith, A City Year: on the Streets and in the Neighborhood with Twelve Young Community Service Volunteers, Transaction Publishers, Somerset, New Jersey, 1993, p. 27.

130

« D'une pierre deux coups »... à cela le travail accompli par les volontaires de City Year dans les écoles américaines, on peut penser que la logique d'efficacité mise en avant par Roosevelt, « la terre et les hommes », n'a pas disparu de l'agenda politique avec la prise en charge de ces programmes par des associations et leur entrée dans l'ère de la citoyenneté. De fait, on peut gager que le recentrage progressif de City Year vers des activités éducatives et un investissement à l'année dans des écoles à la fin des années 199017 n'est pas sans lien avec le caractère de priorité que la Corporation for National Service a conféré à ce secteur d'activité depuis 1997. Suite à la déclaration du Présidents Summit for America's Future selon laquelle l'engagement pour les enfants et la jeunesse était « une obligation, indéniable et absolue », la Corporation for Community and National Service a en effet fait « des enfants et de la jeunesse une priorité pour AmeriCorps avec comme objectif de mettre l'accent de façon plus large sur leur apprentissage et leur développement ». Elle représentait à l'époque le principal financeur de City Year, à hauteur de 25 %.18 Du Civilian Conservation Corps à City Year, en passant par le City Volunteer Corps et autres Youth Corps, l'histoire des programmes de civic service aux États-Unis met en lumière un glissement progressif de programmes publics centrés sur des problèmes d'emploi à des programmes associatifs, soutenus par l'État et officiellement consacrés au développement de la citoyenneté, alors même qu'ils contribuent à prendre en charge une partie du travail dans les services publics - en l'occurrence ici l'éducation, avec TFA et City Year - et à sortir du chômage - ou de son calcul - une partie de la jeunesse hors l'emploi. On soulignera toutefois que, si elle n'apparaît pas dans les discours politiques, cette double instrumentaîisation du service civique est largement prônée depuis plusieurs années par une littérature entre science et expertise, qui trouve un soutien dans les grandes fondations américaines et des échos à la Banque mondiale. 17. Jusqu'alors, les différents sites locaux de City Year proposaient aux volontaires des missions ponctuelles relativement variées sur lesquelles ils travaillaient en équipe pendant quelques semaines, comme le fait actuellement Unis-Cité. Par la suite, les activités de l'association se sont progressivement réorientées vers le champ éducatif: soutien scolaire, activités éducatives, travail dans les écoles auprès des enseignants. City Year New York, qui a été créé en 2003, atteste cette évolution puisque, dès l'ouverture du programme, les équipes de volontaires ont été affectées, pour l'ensemble de l'année scolaire, dans différentes écoles de la ville: ils assistent les enseignants dans les classes le matin, et l'après-midi animent des activités extrascolaires pour les enfants. 18. City Year Annual Report, 1999, p. 23.

131

Le. travail bénévole En 2006, Innovations in Civic Participation, une organisation financée par la Ford Foundation 19 et dirigée par une ancienne responsable de la Corporation for National Service, publiait un rapport au titre pour le moins explicite : Le Service comme stratégie : combattre le chômage desjeunes. On peut lire dans ce rapport que « les programmes de volontariat, qui engagent les jeunes à répondre à d'importants besoins de la communauté en leur donnant la possibilité de construire des compétences et de gagner de l'expérience professionnelle, sont sans doute dans une position unique pour offrir un type d'approche intégrée au chômage des jeunes ». L'argumentation du rapport s'appuie sur une critique des outils traditionnels d'intervention sur le chômage des jeunes et plus particulièrement sur la présentation des limites des programmes dejob/skills training"' (réinsertion et formation professionnelle) à destination de la jeunesse qui existent aux États-Unis mais aussi, expliquent les auteurs, dans d'autres pays du monde. S'ils reconnaissent que le modèle du genre, le Job Corps, un programme de formation pour les jeunes de 16 à 24 ans, mis en place en 1964, entièrement financé par l'État fédéral et en partie inspiré du Civilian Conservation Corps de Roosevelt, a eu des résultats globalement positifs aux États-Unis, ils nuancent cette réussite en la mettant sur le compte de la prospérité économique de l'époque. Ils dénoncent en outre la tendance de ces programmes à créer plutôt des emplois dans le privé que dans les secteurs associatif et public. Comparant le Job Corps avec d'autres programmes mis en place dans les pays en voie de développement21, ils dressent alors une liste de facteurs (trop faible formation initiale des participants 19. ICP a été créée suite au Sommet mondial sur l'engagement des jeunes comme stratégie pour le développement social, économique et démocratique organisé par la Ford Foundation, à San José, au Costa Rica, du 4 au 7 janvier 2000. 20. Pour la plupart d'entre eux financés par l'État fédéral, et adressés aux « jeunes en difficulté » et/ou aux allocataires de l'aide sociale, ces programmes combinent généralement formation générale et professionnelle et une expérience de travail. En 1999, on comptait quarante programmes fédéraux de ce type, essentiellement pris en charge par les ministères du Travail, de l'Éducation ou des Services sociaux. 21. On notera que les travaux de 11CP trouvent de larges échos dans les publications de la Banque mondiale. Ainsi la note « Youth service : a strategy for youth and national development », Children and Youth Development Notes, vol 1, n° 2, décembre 2005, a été préparée par deux responsables de 11CP et deux économistes de la Banque mondiale. Un an plus tard, une autre note intitulée : « Youth Conservation Corps : employment and environment » est publiée par d'autres auteurs, la plupart issus de Conservation International une association de protection de l'environnement.

132

« D'une pierre deux coups »... aux programmes, manque d'emploi à long terme, déficit de capital humain et social) justifiant le recours à cette autre stratégie qu'est le programme de service pour les jeunes. « En participant à des projets qui sont valorisés par leurs communautés, comme nettoyer des parcs ou construire des écoles par exemple, le6 jeunes au chômage, souvent marginalisés ou en voie de le devenir, regagnent confiance, trouvent un soutien et de la reconnaissance auprès des bénéficiaires. En répondant aux besoins de la communauté, en développant des plans de travail, et en coopérant à l'intérieur d'équipes mixtes [diverse], ils sont capables d'accumuler le capital social el humain dont ils auront besoin pour se vendre sur un marché du travail compétitif. De tels programmes présentent une stratégie potentiellement efficace économiquement [cost-effective] contre le chômage des jeunes, tout en appelant les jeunes à jouer un rôle important au développement de leur pays en répondant aux besoins de la communauté, y22 Cette mise en concurrence entre programmes pour l'emploi des jeunes et programmes de volontariat, dans un contexte de taux de chômage important des jeunes, n'est pas sans évoquer un autre contexte national et temporel : celui de la France du milieu des années 1990, où se sont simultanément élaborés le programme emploi-jeune et les premiers volontariats. Sans plaquer au cas français l'analyse de l'Amérique, mais en tirant quelques leçons de son histoire, on ne peut manquer de souligner et d'analyser l'ambiguïté des liens entre volontariat et emploi dans l'élaboration des politiques françaises de soutien à la vie associative. RETOUR EN FRANCE : LE VOLONTARIAT, LES ACTIVITÉS D'UTILITÉ SOCIALE ET LE CHÔMAGE DES JEUNES

Au-delà des discours sur la citoyenneté des jeunes, le brassage social et le développement du lien social qui ont entouré les différentes étapes de l'institutionnalisation du volontariat en France, cette politique s'est construite dans un double contexte de fin de la conscription et de chômage des jeunes et a cherché en partie au moins à répondre aux enjeux d'emploi soulevés par ces deux actualités.

22. Aimée Douglas, Brett Alessi, Charlotte McDowell, Katy Hulter et Susan Stroud, « Service as a strategy. Combating Youth Unemployment », Inovations in Civic Participation, 2006, p. 9.

133

Le. travail bénévole Les activités d'utilité sociale : volontariat ou emplois-jeunes ? « Et puis, avec la suppression du service national, y a eu la volonté de créer une forme d'engagement qui soit un peu la prolongation du service national. [...] Alors, en faisant simple, ça reprend un petit peu ce qu'il y avait autour principalement des objecteurs de conscience et des services ville. C'est un peu ces postes-là. » (Une responsable de la délégation interministérielle à l'économie sociale)

Comme le laisse entendre clairement la responsable de la DIES que j'ai interviewée en 2003, la fin de la conscription n'avait pas pour unique conséquence de laisser un vide dans le rapport que les jeunes allaient pouvoir construire avec la nation. Elle posait aussi la question des multiples activités d'utilité sociale exercées, dans les associations et dans les services publics, dans le cadre de l'objection de conscience ou des formes civiles du service national, des « postes », pour reprendre le terme utilisé dans l'entretien ci-dessus, en développement croissant au cours des années 1990. Ainsi, comme le souligne Valérie Becquet 23 au moment où est entériné le processus de professionnalisation des armées, il existe cinq formes civiles du service national : le service de coopération, le service de l'aide technique, le service dans la police nationale, le service dans la sécurité civile et le service des objecteurs de conscience. À cela il convient d'ajouter les « formes militaires à finalités civiles » qui lient le ministère de la Défense à d'autres ministères et permettent une mise à disposition d'appelés pour des missions civiles mais aussi les « formes militaires atypiques du service national » telles que la gendarmerie, le service militaire adapté et les sapeurs-pompiers. En 1995, à la veille de la réforme du service national, les effectifs concernés par ces formes civiles atteignent ainsi 32 844, soit 13 % des appelés. Si la comparaison entre les anciennes formes civiles du service national et les volontariats civils du nouveau service national met bien en évidence, comme le souligne Valérie Becquet, « le maintien des grands secteurs d'intervention et l'intégration nationale des différents dispositifs en leur sein », les emplois-jeunes vont également proposer une réponse, portée par le gouvernement socialiste, pour tenter de pérenniser et de développer une partie de ces activités d'utilité sociale. C'est alors une véritable concurrence politique qui s'opère dans les années 1997-2003, entre la mise en place de ce programme et le lancement du volontariat civil. 23. Valérie Becquet, Volontariat et service civil volontaire en France..., op. cit., p. 8.

134

« D'une pierre deux coups »... Dans un rapport rédigé pour Cotravaux en décembre 199724, Véronique Busson met bien en évidence la proximité des deux dispositifs en cours d'élaboration dans les textes qui les définissent 28 autour de la prise en charge de ces « activités d'utilités sociales ». L'arrivée des socialistes au gouvernement en juin 1997, suite à la défaite de la droite aux élections législatives, ainsi que l'annonce de la priorité accordée à l'emploi des jeunes ont eu plusieurs effets sur le processus législatif engagé dans le cadre de la réforme du service national. Suite à la dissolution de l'Assemblée nationale en avril 1997, le Sénat, qui allait procéder à la deuxième lecture du projet de loi de 1997, suspend ses travaux. Le 25 juin 1997, Alain Richard, le nouveau ministre de la Défense, confirme alors, au cours de la réunion plénière de la commission armées jeunesse, « le choix de professionnalisation des années », mais annonce que les modalités du rendez-vous citoyen sont remises en débat et qu'un travail doit se faire pour « mettre en cohérence les formules de volontariat avec les nouveaux dispositifs d'emploi des jeunes ».** Le nouveau projet de loi sur le service national présenté par le gouvernement aborde essentiellement la question du volontariat dans l'armée et pose le principe d'un volontariat destiné à contribuer « au développement et à l'action de la France dans le monde ». « Il s'agit d'une réduction d'échelle très sensible par rapport au précédent projet de loi qui proposait de créer des volontariats dans des domaines civils très diversifiés (police, environnement, sécurité civile, coopération internationale et aide humanitaire, entreprises à l'étranger, soutien 24. Véronique Busson, Le Volontariat à moyen et long terme, pratiques, réalités, perspectives dans les associations de travail volontaire regroupées dans Cotravaux, étude réalisée à partir de recherches, de rencontre et d'un séminaire avec le soutien du FNDVA et de 11NJEP, 1997. 25. On peut ainsi lire dans l'article L. 121-3 du projet de loi portant réforme du service national, adopté en deuxième lecture par l'Assemblée nationale le 26 mars 1997, que « les volontaires pour accomplir un service dans le domaine de la cohésion sociale et de la solidarité participent à des missions d'utilité sociale concourant notamment à aider les personnes en difficulté et à appuyer les actions en faveur des zones sensibles. » Les champs d'activité de ce volontariat sont alors définis comme suit : « affaires sociales, ville, jeunesse et sport, action humanitaire, éducation nationale, culture, environnement » Quant à la loi du 16 octobre 1997 relative au développement d'activités pour l'emploi des jeunes ou loi « emplois-jeunes », elle précise qu'« afin de promouvoir le développement d'activités créatrices d'emplois pour les jeunes répondant à des besoins émergents ou non satisfaits et présentant un caractère d'utilité sociale, notamment dans les domaines des activités sportives, culturelles, éducatives, d'environnement et de proximité [...] l'État peut conclure des conventions prévoyant l'attribution d'aides ». 26. Véronique Busson, Le Volontariat à moyen et long terme..., op.cit, p 12.

135

Le. travail bénévole scolaire dans les quartiers difficiles...) », note ainsi le sénateur RPR Serge Vinçon, chargé de l'examen du nouveau projet au nom de la commission des affaires étrangères du Sénat. « Une telle restriction, poursuit-il, est justifiée, selon les informations transmises à votre rapporteur, par la constatation que de nombreux volontariats recouvrent des emplois susceptibles d'être créés sur la base du projet de loi relatif au développement d'activités pour l'emploi des jeunes. C'est ainsi que le volontariat dans la police, si d'aventure il était mis en place, se trouverait redondant par rapport aux postes d'adjoints de sécurité qui seront créés en tant qu'"emplois-jeunes". » 27 De fait, le lancement du programme emplois-jeunes en octobre 1997 conduit à retirer du champ d'application du volontariat différentes activités qui devaient initialement s'y développer. « D'ores et déjà, il a été envisagé de ne pas recourir aux volontariats dans la police nationale ou dans l'Éducation nationale, les activités actuellement effectuées par les appelés allant progressivement être transférées à des emplois-jeunes. Cet exemple montre, s'il en était besoin, la frontière ténue entre les deux formules », déclarait ainsi le sénateur Robert del Picchia lors des travaux préparatoires à la loi sur les volontariats civils, qui évoque un risque de chevauchement entre les deux dispositifs26. Il écrit même : « On peut en effet se demander comment sera perçu, par les jeunes, le volontariat civil de cohésion sociale et de solidarité, alors qu'un poste d'aide éducateur, correspondant sensiblement aux fonctions actuellement assurées dans les établissements scolaires par les appelés du service ville, est rémunéré 5624 francs nets par mois, pour une durée pouvant aller jusqu'à cinq ans. » De fait, les deux dispositifs ne se chevaucheront pas. Bien que la loi sur les volontariats civils soit votée en 2000, le volontariat civil de cohésion sociale et de solidarité ne sera mis en application qu'à partir de 2003. Alors que le gouvernement socialiste n'a pas fait passer les décrets d'application du volontariat civil, le retour de la droite au gouvernement en 2002 a tout à la fois entériné la fin des emplois-jeunes et la mise en place des volontariats. La question posée dans son rapport quelques années plus tôt par Robert del Picchia n'a alors plus lieu d'être posée... les emplois-jeunes sont morts, vive le volontariat !

27. Rapport de M. Serge Vinçon, fait au nom de la commission des affaires étrangères du Sénat, 1 er octobre 1997. 28. Rapport de M. Robert del Picchia sur le projet de loi relatif aux volontariats civils, fait au nom de la commission des affaires étrangères du Sénat, 6 octobre 1999.

136

« D'une pierre deux coups »... Une politique de l'emploi qui ne dit pas son nom « Les socialistes avaient déjà massivement investi dans les emploisjeunes, donc ils n'allaient pas du tout se prendre la téte avec un autre programme. Donc, ça, c'étaient les années Jospin. Et maintenant ce gouvernement-ci [Raffarin] a eu la volonté d'appliquer ces textes, parce qu'ils existent, donc autant le faire. Personne ne le dit, mais ça doit aussi être pour anticiper sur, répondre maintenant au problème du chômage des jeunes. Personne ne le dit dans le gouvernement, mais c'est d'une évidence rare que là il y a un problème de chômage qui monte et si on a une possibilité... en plus les emplois-jeunes qui n'existent plus... enfin bref. Donc, il y a quand même une actualité politique aussi qui fait que, un programme de volontariat civil qui absorberait un certain nombre de jeunes qui sinon se retrouveraient dans les chiffres du chômage des jeunes... encore une fois, personne ne le dit mais c'est juste évident que ça a un certain intérêt aujourd'hui. (Entretien avec un représentant d'Unis-Cité)

Nombreux sont les travaux récents à avoir montré que les transformations des politiques de l'emploi au cours des vingt dernières années s'étaient accompagnées d'un processus d'institutionnalisation de formes de sous-emploi.29 Des travaux d'utilité collective (TUC) de 1984 aux emplois-jeunes de 1997 en passant par les contrats emploi solidarité (CES) en 1989 et les contrats emploi consolidé (CEC) en 1994, le monde associatif a été l'un des lieux privilégiés d'expérimentation et de développement de « cette catégorie d'emplois [qui] prive ceux qui en sont titulaires de certains droits sociaux attachés au statut de salarié de droit commun », comme le montre bien Matthieu Hély.30 En effet, ces emplois « dérogent à la législation du travail31, ne sont soumis à aucune obligation de formation professionnelle de la part de l'employeur, et surtout l'État se substitue à l'employeur dans le versement des cotisations patronales dues au titre des assurances sociales, des accidents du travail et des allocations 29. Voir notamment Robert Castel, « L'invention du sous-emploi », Esprit, juillet 2005, et « Au-delà du salariat ou en deçà de l'emploi ? L'institutionnalisation du précariat », in Serge Paugam (sous la direction de), Repenser la solidarité au XXIe siècle, PUF, Paris, 2007 ; Isabelle Astier, Les Nouvelles Règles du social, PUF, « Le lien social », Paris, 2007 ; et Colette Bec, De l'État social à l'État des droits de l'homme, PUR, Rennes, 2007. 30. Matthieu Hély, Les Métamorphoses du monde associatif, PUF, Paris, 2009. 31. Ainsi, souligne Matthieu Hély, « les bénéficiaires des contrats d'accompagnement dans l'emploi ne sont pas pris en compte, pendant la durée du contrat, dans le calcul de l'effectif pour l'application à l'employeur des dispositions législatives ou réglementaires », ibidem, p. 81.

137

Le. travail bénévole familiales, pendant la durée du contrat. Autrement dit, les salariés dépendant d'une mesure d'insertion sont donc avant tout définis comme des "bénéficiaires" avant d'être considérés comme des "travailleurs"».32 Bien supérieur dans le marché du travail associatif à ce qu'il peut représenter dans d'autres secteurs de l'économie, ce taux de contrats aidés a largement participé à construire un travailleur associatif « entre l'emploi et l'assistance », pour reprendre une formule de l'auteur. Après des années de « logiques d'affichage », pour reprendre les termes de Colette Bec, les politiques d'insertion seraient peut-être passées, avec le volontariat, dans un nouveau registre, qui ne dit plus son nom. Alors qu'Isabelle Astier note qu'avec les TUC s'invente sourdement « une forme hybride du bénévolat et de l'emploi », on ne peut en effet manquer de se demander si le volontariat, incarnation par excellence de cette hybridation, ne pourrait être analysé comme le dernier-né de ces politiques de l'emploi qui construisent des statuts de travailleur en dehors du droit du travail et participent de sa remise en cause. De fait, la différence entre les volontariats et les contrats aidés réside moins dans le statut (ou le non-statut) de travailleur créé que dans les objectifs officiellement assignés à ces mesures. Au regard de la diversité des statuts créés par les contrats aidés, mais aussi de la diversité actuelle des statuts de volontaires et des droits qui y sont associés, il n'est pas évident que les contrats de volontariat se situent tous objectivement à une plus grande « distance de l'emploi classique » 3 que les contrats aidés. Certes, comme le soulignait à juste titre le sénateur Robert del Picchia dans son interrogation sur le risque de chevauchement entre volontariat civil et emploi-jeune, le contrat offert par ce dernier dispositif apparaît, à maints égards, supérieur à celui du volontariat. Mais le statut des emplois-jeunes34 est loin d'être représentatif de l'ensemble des statuts de travailleurs proposés dans le cadre de ces emplois aidés. Si l'on reprend le cas des TUC, par exemple, qui, à la différence des emplois-jeunes ou même des CES, 32. Ibidem, p. 81. 33. C'est la formule utilisée par Robert Castel dans son article de 2007 pour désigner les formes de sous-emploi en expansion comme les contrats aidés, mais aussi les stages, le CPE et CNE... 34. Le contrat emploi-jeune est en principe un contrat de droit privé, à durée indéterminée, mais peut être à durée déterminée (CDD) à condition qu'il soit de cinq ans. Selon la DARES, en 1999,17,3 % des emplois-jeunes étaient en CDD, et une embauche sur deux dans les associations était en CDL Cf. DARES, « Le programme "nouveaux services-emplois jeunes" en 1999 », Premières informations et premières synthèses, n° 28-2, juillet 2000.

138

« D'une pierre deux coups »... ne se caractérisent pas par un contrat de travail, le statut est celui d'un stagiaire de la formation professionnelle, qui touche une indemnité (à l'époque 1200 francs par mois pour 20 heures par mois) prise en charge par l'État3", mais est exclu du droit social commun (retraite et chômage), à l'exception de la couverture maladie qui est assurée par l'État. Au regard des droits et conditions de travail, le statut des volontaires civils n'est sans doute pas « pire » que ne l'était celui des TUC. La différence entre ces dispositifs réside donc essentiellement dans le fait qu'alors que les uns s'inscrivent officiellement dans le cadre des politiques de l'emploi et de l'insertion des jeunes, les autres n'ont pas fait l'objet de cette reconnaissance. Pourtant, même dans le registre des discours, les frontières ne sont pas toujours claires. Ainsi, la confusion des termes et, au-delà, des registres discursifs mobilisés par certains acteurs politiques donne bien à entendre ce mélange des genres entre emploi et engagement, entre citoyenneté et insertion. Lors de son discours devant le CNVA le 10 mars 2004, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin mobilisait à propos du CIVIS, le contrat d'insertion dans la vie sociale, conçu en 200336 comme l'une des mesures phares du gouvernement en faveur de l'insertion sociale et professionnelle des jeunes, une rhétorique proche des discours politiques traditionnels sur le volontariat. Abordant la question des financements du monde associatif par l'État et la nécessité de construire des « formes de partenariats stabilisés, de manière à avoir une certaine forme de sécurité du travail qui puisse rendre la tâche plus sereine pour les uns et pour les autres, y compris sur les questions d'emplois », il poursuit alors comme suit : « Je pense que le ministre du Travail ici présent, notamment, avec le CIVIS qui est un des éléments importants de la mobilisation et de l'engagement des jeunes, pourra, avec vous, participer à la construction de partenariats qui sont des partenariats également pluriannuels pour permettre, justement, à des jeunes, de s'engager. » • évoque alors les valeurs « de solidarité et de fraternité », insistant sur le 35. Il peut aussi bénéficier d'une indemnité représentative de frais à la charge de l'organisme d'accueil, d'un montant ne pouvant dépasser 500 francs par mois. 36. Créé par le décret du 11 juillet 2003, le CIVIS devait être décliné en trois volets : le CIVIS « association », le CIVIS « accompagnement vers l'emploi » et le CIVIS « création d'entreprises ». L'État devait financer le soutien au CIVIS « association », destiné aux jeunes de 18 à 22 ans embauchés pour une durée de trois ans par une association conduisant des activités d'utilité sociale. Selon les types d'activité, l'aide de l'État correspond à 33 % ou à 66 % du SMIC. En raison du faible succès du CIVIS d'utilité sociale, il a été décidé de sa mise en extinction en 2005.

139

fait que « dans la fraternité il y a une notion d'engagement ». Il explique enfin qu'il « souhaite vraiment que le CIVIS puisse être très ouvert pour permettre aux jeunes qui veulent s'engager » de le faire, que la jeunesse en France « a une générosité très importante à donner » et qu'il « faut que le mouvement associatif soit l'un des mouvements d'accueil de cette générosité »... La proposition formulée le 7 février 2005 par Christophe Caresche, alors adjoint au maire de Paris chargé de la prévention et de la sécurité, de remplacer les cinq cents agents locaux de médiation sociale qui allaient progressivement disparaître avec la fin annoncée du dispositif emplois-jeunes par « une forme originale de bénévolat rétribué où la dimension citoyenne sera importante » souligne encore combien, dans le cadre des activités d'utilité sociale, emploi et citoyenneté peuvent apparaître interchangeables. Ce « bénévolat rémunéré », pour reprendre les termes de Christophe Caresche, ou cette « démarche citoyenne indemnisée », pour reprendre ceux qui figurent sur les sites de la mairie, à laquelle il est fait appel pour pallier, au niveau local, la suppression des emplois-jeunes par le gouvernement, prend en réalité la forme de vacations à temps partiel dans la fonction publique (pour un total mensuel d'environ 300 euros). Cette « démarche citoyenne indemnisée », est-il précisé, est destinée prioritairement aux retraités, aux femmes au foyer et aux étudiants. À ce flou des frontières, plus ou moins stratégiquement entretenu par les représentants des pouvoirs publics, fait écho une certaine ambivalence du monde associatif au regard de cette instrumentalisation, à des fins de politiques publiques, de l'engagement bénévole. L'extrait d'entretien avec le représentant d'Unis-Cité ci-dessus illustre parfaitement la position ambiguë de certains responsables associatifs, à la fois moteurs de l'institutionnalisation et conscients que ses objectifs politiques dépassent bien la stricte question de l'engagement des jeunes et de leur citoyenneté. Cette ambiguïté, je l'ai d'ailleurs retrouvée dans le rapport que j'ai noué, au cours de mon enquête sur le volontariat, avec de nombreux interviewés du monde associatif : d'une part, on tend au chercheur, en o f f , des arguments et parfois même des informations permettant une approche critique d'un statut que, d'autre part, l'on défend avec virulence sur la scène publique. C'est sur l'ambiguïté de cettè position associative face à l'instrumentalisation de l'État que je souhaiterais, à partir de quelques exemples, terminer ce chapitre.

140

« D'une pierre deux coups »...

LA POSITION AMBIVALENTE DU MONDE ASSOCIATIF FACE À L'INSTRUMENTALISATION ÉTATIQUE

En France comme aux États-Unis, la manipulation politique des frontières entre travail et engagement a pu être dénoncée par des représentants du monde associatif et donner lieu à des épisodes conflictuels dans la relation de collaboration qui relie le monde associatif et l'État autour de l'institutionnalisation du bénévolat S'ils ne sont pas dupes de cette opération politique qui vise à transformer l'engagement en travail, ces acteurs associatifs ne sont pas pour autant toujours dénués d'intérêt pour celle-ci. De la dénonciation de l'instrumentalisation... Le cas du projet de loi Henry constitue assurément une illustration exemplaire de la manière dont une relation de connivence et de proximité entre représentants associatifs et représentants des pouvoirs publics peut se muer en un conflit entre l'État et le monde associatif autour des enjeux de l'institutionnalisation. Les entretiens que j'ai menés en 1994, auprès de différents représentants associatifs et de l'ancien ministre du Temps libre, témoignent bien, plus de dix ans après l'abandon du projet de loi, de l'opposition, sinon de l'affrontement qui a eu lieu autour de cette étape de la pohtique associative ; affrontement qui confirme combien « les exigences élevées découlant de la proximité instaurée par un "ministre du milieu" deviennent l'élément le plus vulnérable de leurs rapports »37. « En effet, il y a bien eu les propositions Henry et c'était pas ce qu'on attendait, donc on a été les premiers à les combattre, très violemment. Je crois que M. Henry, on lui a fait perdre son portefeuille. » (Une responsable associative ayant participé à la consultation) « Je pouvais croire, mais là je me trompais, que ces associations avaient donné leur feu vert. Elles l'avaient donné, mais elles sont revenues dessus. C'est-à-dire que quand on a commencé à discuter du projet de loi, en allant plus au fond, en explicitant, eh bien il y a eu une sorte de reflux, une sorte de retrait. [... ] Personnellement, je suis très sévère à l'égard du monde associatif, des grandes associations qui ont eu peur de leur ombre » (André Henry)

37. Calliope Spanou, Fonctionnaires et militants. L'administration et les nouveaux mouvements sociaux, L'Harmattan, Paris, 1991, p. 192.

141

Le. travail bénévole Sans toutefois revêtir la même charge dramatique que celle qui s'est manifestée au cours de cette étape de la politique du bénévolat en France, les étapes qui ont suivi (les mesures Rocard en faveur du bénévolat au début des années 1990, les Assises nationales de la vie associative à la fin des années 1990 ou plus récemment sur les volontariats) ont également été marquées par des tensions entre représentants du monde associatif et représentants des pouvoirs publics. Celles-ci se cristallisent bien souvent sur des éléments très concrets de négociation : le nombre d'associations qui seront effectivement reconnues d'utilité sociale et pourront à ce titre bénéficier du statut de l'élu social lors du projet de loi Henry, le montant d'activité commerciale en deçà duquel les associations sont soumises au régime d'exemption fiscale des impôts non commerciaux lors des Assises, les procédures d'agrément lors du volontariat civil hier et la dissolution du contrat de volontariat associatif aujourd'hui... Toutefois, comme j'ai commencé à le montrer dans le chapitre précédent, les rapports de force qui se sont développés à ces différentes occasions ont un enjeu plus politique que pragmatique. C'est moins les modalités précises de l'institutionnalisation que l'intérêt des acteurs au processus d'institutionnalisation du bénévolat - et donc la visée et la finalité « réelles » de ce processus - qui est en effet débattu au cœur de ces « arènes publiques ». Les entretiens que j'ai menés, en France, depuis une quinzaine d'années, avec divers représentants du monde associatif et des pouvoirs publics engagés dans les négociations relatives à ces politiques du bénévolat ou du volontariat confrontent souvent les mêmes arguments : les représentants des pouvoirs publics prétendent avoir répondu aux revendications issues du monde associatif et accusent les responsables associatifs de « résister au changement » quand ceux-ci dénoncent une tentation voire une tentative d'instrumentalisation du monde associatif via l'institutionnalisation des engagements et un contrôle accru sur ceux-ci. À l'absence d'intérêt du monde associatif pour la reconnaissance sociale de sa pratique dénoncée par les pouvoirs publics répond ainsi l'interrogation critique des représentants de ce monde sur l'intérêt de l'État à ce processus. C'est cette même question qui a été au cœur de la critique la plus fondamentale qui fut, selon les termes de Jeffrey L. Brudney38, adressée par différents acteurs individuels et institutionnels du monde du bénévolat américain à l'issue du sommet de Philadelphie et dont la marche de protestation qui a eu lieu dans les 38. Jeffrey L Brudney, « The périls of practice : reaching the summit », Nonprofit Management and Leadership, vol. 9, été 1999.

142

« D'une pierre deux coups »... rues de Philadelphie lors de la tenue du sommet a témoigné. « Au niveau le plus fondamental, les critiques ont souligné que les problèmes auxquels sont confrontés les enfants en Amérique ne peuvent être abordés isolément de ceux de leurs parents et des changements récents dans la politique intérieure des ÉtatsUnis qui ont affecté l'assistance aux personnes pauvres ; elles ont insisté sur le fait que les réelles solutions ou améliorations dépassaient largement le champ d'action du bénévolat ou de la philanthropie. » L'argument des manifestants selon lequel « la charité privée et le bénévolat ne pourront jamais remplacer les programmes sociaux que Clinton et le Congrès sont actuellement en train de dissoudre » a été porté, au-delà des rues de Philadelphie, par plusieurs leaders du monde associatif dans des médias propres à ce secteur comme The Nonprofit Times ou The Chronicle of Philanthropy. Dans l'article « Personal reactions to the Présidents Summit on the Future of America », paru dans The Journal of Volunteer Administration, Susan J. EUis, fondatrice de l'Association for Volunteer Administration et aujourd'hui responsable d'Energize, une association spécialisée dans la gestion des bénévoles, souligne ainsi l'hypocrisie de ce sommet auquel elle a, au titre de son organisation, participé. Elle déclare notamment, au sujet de l'appel à l'engagement bénévole des citoyens américains formulé par les représentants successifs de l'État fédéral américain : « ce sont les mêmes chefs d'État qui ont systématiquement supprimé le financement des programmes qui aident les enfants. En mettant l'accent sur les enfants, le sommet a pu facilement passer outre les questions plus difficiles qui concernent l'emploi, l'assurance maladie, et autres structures qui aideraient les parents à construire des familles plus solides. » Toutefois, on peut montrer également, à travers des exemples précis, comment cette ambivalence autour des objectifs de la politique publique du bénévolat peut également servir les intérêts du monde associatif. Ainsi, Unis-Cité, tout en reconnaissant l'existence de ces politiques de l'emploi qui ne disent pas leur nom (« Personne ne le dit, mais... »), entretient elle aussi largement le flou des frontières entre engagement et insertion dans son rapport à ses financeurs. TFA pour sa part a fait du civic service sa stratégie de recrutement pour une carrière professionnelle dévalorisée socialement et économiquement. ... au double discours des associations La position d'Unis-Cité constitue en France une illustration de cette ambiguïté. D'un côté, l'association répète avec force ne « pas faire de l'insertion » mais proposer une expérience d'engagement 143

Le. travail bénévole et de solidarité pour les jeunes - on se souvient ici des propos de Marc en introduction à la première partie : « Ils nous reprennent souvent quand on dit "travail". Mais ils nous reprennent souvent parce que, eux, ils se battent justement pour que l'image du volontariat, ça soit l'image du volontariat, ça soit pas l'image d'un travail. Ils veulent différencier le travail et le volontaire. Ils se battent pour ça, mais ce n'est pas facile, hein ! C'est pas facile parce que, machinalement, on dit "ouais, je vais au boulot." »•

La représentante nationale d'Unis-Cité que j'ai interviewée me soulignait ainsi au cours de l'entretien certains des enjeux de cette confusion : « Si les jeunes rentrent avec l'idée qu'ils font ça d'abord dans une démarche de se former, de trouver un emploi, ça change complètement la nature, à la fois de l'engagement, et puis aussi ce que l'on évalue. Par exemple, si Unis-Cité était un programme d'insertion, on aurait un cadre complètement différent pour évaluer, même des objectifs différents, par rapport aux jeunes et ce qu'ils font. Donc c'est vrai que ça change fondamentalement. [...] On n'est pas un programme d'insertion, mais on aide et nous-mêmes on jongle en permanence avec ça parce qu'on a des études d'impact qui montrent que le fait de faire Unis-Cité aide 90 % des jeunes à trouver après un emploi ou une formation. [...] Mais si on le dit explicitement au départ, "ça va être un tremplin", ça change complètement ! »

Un coordinateur interviewé revenait toutefois, de façon relativement critique, sur les usages de cette étude d'impact auprès des financeurs. « Unis-Cité se gargarise d'offrir un réel avenir aux volontaires et dans la recherche de financements... les mots qu'on utilise pour... Par exemple, quand on a des études d'impact et qu'on dit : "On a réussi ! Tant de volontaires font ci, tant de volontaires font ça !" » L'organisation fait donc de l'insertion sans le dire ou, plus exactement, elle le dit aux financeurs mais pas aux jeunes pour ne pas susciter des attentes et avoir à être redevable sur ce plan... Sur un autre registre, TFA apparaît comme un cas assez exemplaire, et en un sens extrême, d'une forme d'instrumentalisation politique du civic service, instrumentalisation qui est bien ici le fait de l'association - ou plus exactement de sa fondatrice - ellemême avant d'être celle des pouvoirs publics. Dans sa thèse qui dressait le plan d'action à mettre en œuvre pour construire ce teacher corps, Wendy Kopp était en effet plus qu'explicite sur l'objectif principal de ce programme (« Recruter davantage, et de meilleurs enseignants ») et le rôle que l'engagement et la citoyen144

« D'une pierre deux coups »... neté devaient y jouer. « Cette organisation privée, associative, financée par le soutien d'entreprises et de fondations, se consacrera à l'un des trois principaux problèmes affectant nos écoles : le manque d'enseignants qualifiés. » 39 Le métier d'enseignant, écrivait-elle, rencontre aux États-Unis un faible prestige et son salaire est particulièrement faible. Ainsi est-il difficile d'imaginer attirer les meilleurs candidats possible pour cette fonction en centrant le programme sur un appel à s'investir, à long terme, dans cette carrière professionnelle... La rhétorique du « service » lui apparaît alors comme la meilleure stratégie pour mobiliser et utiliser à dessein cet « idéalisme de la jeunesse » qu'elle perçoit dans l'Amérique des années 1980. Elle écrit ainsi dans le quatrième chapitre de son mémoire : « Le Teacher Corps cherchera à capitaliser sur le fait que les salaires sont bas pour augmenter le statut de l'engagement. En vendant l'opportunité de servir dans le Teacher Corps comme quelque chose pour lequel les meilleurs et lesplus brillants se sacrifieront - quelque chose qu'ils feront simplement pour se mettre au service des autres - , l'organisation créera une sorte de mystique que les PeaceCorps ont été capables de créer avec leur slogan : "The hardest jobyou'Uever love" [le plus dur boulot que vous puissiez jamais aimer]. »

L'accent est mis dans les documents de l'association sur le fait que l'on demande aux candidats de ne s'engager que pour deux ans. Parmi l'ensemble de ceux qui s'engageront, précise Kopp dans son mémoire, il est certain que nombre d'entre eux resteront au-delà de ces deux années. Si le service des youth service program peut apparaître comme un moyen de mettre au travail les classes populaires, le service de TFA constitue lui un instrument de mise au travail de l'élite afin d'accomplir une politique publique bien spécifique. La mise en place du programme AmeriCorps, quelques années après le démarrage de son programme, lui fournira une opportunité politique pour institutionnaliser sa stratégie. Elle raconte ainsi dans son livre One Day, AU Children comment, alors qu'il lui avait semblé logique d'essayer de récupérer un financement suite à la loi sur l'éducation primaire et secondaire - dont l'objectif était de renforcer l'enseignement dans les quartiers défavorisés - , elle a été réorientée, par les représentants du gouvernement rencontrés, vers le programme AmeriCorps en cours d'élaboration. « Donc j'ai commencé à travailler avec le gouvernement pour construire la législat ion de manière à rendre possible à une 39. Wendy Kopp, One Day, AU Children..., op. cit., p. i.

145

Le. travail bénévole organisation comme la nôtre d'être financée... J'ai plaidé pour inclure un modèle de corps professionnel où de jeunes diplômés extrêmement qualifiés pourraient répondre à des besoins pressants dans les quartiers défavorisés pour un salaire de base... En 1994, la législation a été votée. Elle a créé la Corporation for National Service [...] autorisée à inclure des corps professionnels. »4° Dans l'optique de Wendy Kopp, la rhétorique du service à la communauté et l'éthique du sacrifice qui lui est associée41 constituent donc des moyens au service d'une fin tout autre, créant, comme le souligne à juste titre Thomas Popkewitz, ce drôle de mélange entre « héritage de la rhétorique de l'ère Reagan » et fortes références symboliques à l'Amérique démocrate des années i960.42 S'il a sans doute permis à l'organisation d'assurer sa prospérité, ce mélange des genres a pu également, comme en témoigne l'extrait d'entretien ci-dessous, y occasionner des tensions. « Représentanle TFA : Je pense qu'une grande partie de ce qui est dans la législation - la loi No Child Left Behind - , nous le disons depuis un moment, donc ça se comprend... Les gens nous regardent maintenant et disent : "Oh voici un exemple de programme qui a fonctionné comme ça pendant tout ce temps." Donc c'est une très bonne chose pour nous. Les Bush sont de grands fans de TFA... Ce qui est intéressant. Ils nous soutiennent beaucoup, ce qui est très utile et aussi quelque peu intéressant politiquement... (elle rit alors légèrement). — Maud : Mais vous me disiez que les membres du programme vont de la gauche au centre... Comment vous gérez ça ? — Représentante TFA : C'est un vrai défi ! On a eu des membres qui ont protesté. Je veux dire, par exemple, on a ce programme qu'on a appelé "la semaine TFA" où on amène des personnalités qui ont du poids, des gens célèbres dans les classes pour enseigner, et on amène des hommes politiques, des acteurs, des P-DG de grandes entreprises. Et Laura Bush l'a fait, l'an dernier je crois, et on a eu des membres du programme qui ont protesté contre sa venue. Maintenant, ce qu'on dit, nous, en substance, c'est : "Tu peux tout à fait avoir les opinions politiques que tu veux, et c'est très bien, et nous avons nos propres opinions politiques également, mais en gros, si le président des États-Unis veut soutenir ton programme publiquement, tu ne dis pas non. Ça n'a aucun sens. " »

40. Ibidem, p. 91 et 92. 41. Sacrifice non pas par rapport à ce que gagne un enseignant puisque les recrues sont payées le même salaire qu'un enseignant débutant mais bien par rapport à ce qu'ils pourraient gagner en cherchant un emploi immédiatement après leurs études. 42. Thomas Popkewitz, Strugglingjbr the Soûl : the Politics ofSchooling and the Construction of the Teacher, Teachers College Press, New York, 1998, p. 8.

146

« D'une pierre deux coups »... Cette manifestation de jeunes volontaires de TFA contre la venue de Laura Bush dans la semaine de promotion de leur programme met en lumière le décalage, l'écart même, entre la visée inscrite dans l'engagement de ces jeunes, souvent très à gauche, qui sacrifient - ou retardent l'entrée dans - une carrière plus rémunératrice pour s'engager contre les inégalités scolaires, et l'usage politique de cet engagement. « Pour moi, faut rien accepter de ces gens-là ! Bush n'a aucun respect pour les valeurs qui devraient être celles de cette organisation », déclarait ainsi Melissa, ancienne volontaire de TFA, aujourd'hui directrice d'une école en Californie. Comme elle, nombreux sont les volontaires ou anciens volontaires de TFA que j'ai pu rencontrer, à vivre ce soutien présidentiel comme une réappropriation erronée et paradoxale de « leur » programme et du travail qu'ils y exercent ou y ont exercé. La responsable nationale de l'association que j'ai interrogée souligne, elle, l'intérêt pragmatique du soutien des époux Bush, sans nier les convergences entre la mission du programme et les réformes éducatives portées par le président. Au-delà du désaccord sur le sens de l'action entre « la base » et le siège de l'association, l'extrait d'entretien ci-dessus témoigne également des tensions qu'a pu susciter dans l'organisation cette protestation. Un peu plus loin dans l'entretien, la responsable interviewée me précise que de toute façon, les volontaires du programme, soumis aux clauses AmeriCorps (AmeriCorps provisions), n'ont pas le droit de prendre part à une manifestation sous les couleurs de l'association. Ainsi, si c'est bien l'engagement qui est le ressort pour mobiliser ces jeunes et les attirer dans la profession peu rémunérée et peu valorisée socialement d'enseignant, on voit comment cet engagement a des limites liées au cadre de travail dans lequel il prend place. Ces limites sont posées ici à la fois par l'intérêt et les choix stratégiques de la structure qui recrute, forme et place ces jeunes, mais aussi par les conditions dans lesquelles leur travail pour l'organisation s'inscrit (les AmeriCorps provisions notamment), conditions imposées par l'État fédéral en échange de son financement. Entre conflit et connivence, critique et double discours, la position des organisations associatives face à l'instrumentalisation politique des engagements et du travail des engagés n'est donc pas dépourvue d'ambiguïté. Certes, il convient de ne pas surestimer l'homogénéité du monde associatif. Même s'il apparaît plus hétéronome que véritablement autonome, le monde associatif constitue à maints égards un véritable champ, comme

147

l'a bien montré, pour la France, le travail de Matthieu Hély43, avec des positions et des divisions, et même des oppositions. On pourrait ainsi rétorquer que cette position ambiguë masque en fait des différences clivantes dans les rapports des associations à l'État et les relations nouées avec ses services. Unis-Cité ou Teach for America, par les liens forts qu'elles ont développés avec les entreprises, les positions dominantes qu'elles occupent sur la scène médiatique, comme dans le champ associatif, se distinguent d'autres organisations qui peuvent peut-être envisager de façon à la fois moins stratégique et plus critique l'instrumentalisation de la citoyenneté par l'État Le cas du Sommet de Philadelphie est à ce titre exemplaire d'une « scission » du monde associatif, une partie dans la salle à présenter ses engagements pour l'an 2000, une autre dans les rues à dénoncer l'instrumentalisation et la délégation aux associations et aux bénévoles des missions de service public. Pourtant, il me semble qu'au-delà des positions et des dispositions, peu d'organisations associatives échappent totalement à l'ambivalence des rapports entre travail et engagement. Le monde associatif constitue bien à ce titre un « ordre structurellement ambivalent », pour reprendre une formule de Sylvain Lefèvre44 : plus légitime que tout autre pour utiliser le travail gratuit ou peu rémunéré qui vient avec l'engagement, ce monde du travail qui se pense difficilement comme tel peut, dans le même mouvement, et lutter contre la précarité et devenir un instrument de sa production.

43. Matthieu Hély, Les Métamorphoses du monde associatif, op. cit. 44. Sylvain Lefèvre, Mobiliser les gens, mobiliser l'argent Les ONG au prisme du modèle entrepreneurial, thèse de sciences politiques, université de Lille, 2008.

148

TROISIÈME PARTIE LES USAGES ASSOCIATIFS DU TRAVAIL BENEVOLE, OU L'ENGAGEMENT COMME RESSOURCE H U M A I N E

Si le travail du volontaire ou du bénévole doit être analysé dans ses rapports à l'État, qui tout à la fois le valorise et le soutient, l'oriente et l'utilise, il importe également de le penser dans sa relation à l'organisation qui l'accueille et le met en forme. Ce que l'analyse des conflits nous donne à voir, dans le cas de la protestation des membres de TFA ou dans celui de la grève des bénévoles des Restos du cœur évoquée en introduction et sur laquelle je reviendrai plus en détail ici, c'est bien l'existence d'une relation de travail qui relie le bénévole à l'organisation dans laquelle il exerce son engagement En étudiant les modalités par lesquelles les organisations associatives construisent et mobilisent cette relation de travail bénévole, comment elles transforment concrètement l'engagement en travail, et en quel travail, on peut comprendre comment elles participent parfois malgré elles, à cette instrumentalisation du travail citoyen décrite dans le chapitre précédent. Loin de s'opposer à l'emploi, le bénévolat lui a progressivement emprunté, en les ajustant sa gamme de contraintes organisationnelles, les techniques qui visent à les faire respecter et les pratiques qui cherchent à les contester. Mieux, ces travailleurs bénévoles et volontaires qui, au nom de leur engagement se donnent 149

Le travail bénévole tout entier et quasi gratuitement à leur travail viennent nourrir les représentations du travailleur idéal « autonome, responsable et engagé » qui ont cours aujourd'hui dans le monde du travail salarié. C'est sur les enjeux de ce rapprochement entre bénévolat et emploi qui s'invente aujourd'hui dans le monde associatif avec le soutien de l'État que je terminerai alors cette partie.

CHAPITRE V

DU RÔLE À LA RELATION DE TRAVAIL, LA GESTION ASSOCIATIVE DES TRAVAILLEURS BÉNÉVOLES

À travers les orientations de sa politique associative et notamment par le financement des secteurs ou des publics prioritaires d'intervention des bénévoles, l'État ne manque pas d'influencer les rôles disponibles ou privilégiés, à un moment donné, pour le travail bénévole. De même, à travers la construction de cadres d'exercice pour les bénévoles (congés, indemnité, protection sociale, formation, possibilités diverses de valorisation dans le champ éducatif ou professionnel), il participe aussi largement à définir concrètement leurs conditions et leur expérience de travail - même si, comme on l'a vu, les caractéristiques socio-économiques des « engagés » jouent par ailleurs un rôle fondamental dans la construction de ces expériences. Reste qu'une part importante du travail des bénévoles et des volontaires est définie in situ par les organisations dans lesquelles ils s'engagent. C'est cette définition, cette construction organisationnelle du travail bénévole, que je souhaiterais étudier ici en montrant comment, après avoir porté essentiellement sur l'explicitation et l'encadrement des rôles de travailleurs, elle porte aujourd'hui de plus en plus sur la gestion de la relation entre le bénévole et l'organisation. Si l'usage du travail bénévole effectué par les organisations associatives a pu 151

Le. travail bénévole apparaître comme un facteur de risque, nécessitant l'emprunt à l'emploi de ses procédures de contrôle et de définition du travail, la transformation de l'engagement en travail est aujourd'hui présentée par les associations en pointe dans le management des bénévoles comme une ressource pour ceux qui s'engagent autant que pour l'association. LA CONSTRUCTION DES RÔLES DE TRAVAILLEURS BÉNÉVOLES

Quand j'ai posé à Marie la consigne de départ de l'entretien : « Tu es bénévole à Aides, est-ce que tu peux m'en parler ? », elle m'a immédiatement reprise : « Alors déjà, on dit pas "bénévole" on dit "volontaire". Nuance de vocabulaire. On nous a expliqué dès qu'on est rentré, à la première réunion d'information qu'on disait "volontaire" et pas "bénévole" parce que, pour l'association en tout cas, être bénévole ça a une connotation un peu caritative, petite sœur des pauvres, etc., et ça plaît pas. Et ça plaît pas, donc je... on dit "volontaire" quoi, c'est un vocabulaire qu'on apprend vite. »

Si le terme « volontaire » recouvre aujourd'hui, comme on l'a vu, un statut spécifique - différent du bénévolat -, la substitution de ce terme à celui de bénévole était « encore possible » à l'époque où l'entretien avec Marie a été menée, en 1998, les lois sur le volontariat civil et le volontariat associatif n'ayant pas encore été votées. Cette « nuance de vocabulaire », cette rectification à laquelle se prête Marie ne renvoie pas simplement à un processus de requalification lexicale mais aussi de requalification symbolique ; processus qu'on ne rencontre pas uniquement chez Aides mais aussi à l'Afev et dans quelques autres associations apparues dans les années 1980-1990. La requalification des « bénévoles » en « volontaires » vise à mettre à distance le double héritage symbolique des « bonnes œuvres » - et de la « bonne volonté » qui les anime - l'héritage de l'« amateurisme » et l'héritage du « caritatif ». La requalification ne renvoie donc pas, à proprement parler, à un changement de statut ; les « volontaires » dont il est question ici ne bénéficient pas d'une indemnité ou d'une protection sociale comme c'est le cas pour les statuts (de droit public ou de droit privé) de volontaires créés par les récentes lois. Toutefois, ce recours symbolique au terme de « volontariat » s'accompagne souvent d'un processus assez élaboré d'information, de sélection et de formation des bénévoles, d'une multiplication des étapes d'entrée dans la carrière de bénévole, comme l'illustrent bien ces 152

Du rôle à la relation de travail... « procédures » que Marie a suivies à Aides et qu'elle va décrire en détail d a n s la p r e m i è r e partie d e l'entretien. « C'est très... enfin, y a des procédures, hein, c'est pas du tout anarchique. Donc j'ai suivi la procédure, c'est-à-dire - enfin je ne sais pas si ça vaut le coup d'entrer dans les détails mais bon - un questionnaire de motivation, pourquoi je veux entrer, etc., donc un peu ce que je viens de raconter. Après j'ai été convoquée à un entretien. J'ai passé un entretien avec un salarié, je crois, enfin quelqu'un qui a des responsabilités à Aides. Ils sont chargés de formation et de recrutement, en fait des volontaires. Alors j'ai eu cet entretien qui a duré une heure et il m'a carrément expliqué qu'à l'issue de cet entretien, il me prenait tout de suite ou il me refusait en me disant pourquoi ou alors il me disait de revenir dans quelque temps. Donc, je veux dire, c'est quand même... j'ai eu la sensation qu'il y avait quand même un filtrage, que tout le monde n'y rentrait pas comme ça. Bon, c'était juste pour voir si j'étais pas détraquée et si les motivations que j'avais n'étaient pas un peu décalées par rapport aux motivations habituelles des gens. [...] Donc voilà. Alors, en fait, après l'entretien, c'était bon, hein, il me prenait. Alors là, démarrage du processus d'intégration qui est quand même assez long et franchement, il faut s'accrocher parce que sinon on ne rentre pas. »

Marie décrit ensuite les sessions d e f o r m a t i o n (trois soirées d e f o r m a t i o n plus d e u x week-ends entiers d e f o r m a t i o n ) d a n s lesquelles s o n t p r é s e n t é e s les s i t u a t i o n s d e s u s a g e r s d e l'association, « p a s m a l d e f o r m a t i o n à l'écoute et p u i s b e a u c o u p d e c o n n a i s s a n c e s théoriques, enfin médicales, s u r le sujet ». A l'issue d e cette formation sont décrites et proposées les différentes spécialisations possibles d u volontaire, les différents « rôles » qu'il p e u t choisir d'interpréter : « Y a tout ce qui est aller vers, c'est-à-dire aller vers les patients, les séropositifs ou les proches. Donc "aller vers", c'est faire des permanences à l'hôpital ou c'est l'aide aux malades, c'est-à-dire qu'on a un suivi. Un suivi, c'est-à-dire qu'on suit des personnes séropositives, généralement en sida déclaré, qui sont relativement isolées, qui ont besoin de soutien, de compagnie, etc. Ou alors, y a tout ce qui est accueil. Y a l'accueil au sein de l'association, ou alors l'accueil au téléphone. [...] Bon, je n'entre pas dans le détail parce qu'après il y a tout ce qui est groupe d'appartenance. C'est à dire qu'on peut choisir de s'occuper plus spécifiquement des prostitués hommes, femmes. On peut préférer s'occuper du groupe "prison", on va visiter des prisonniers... » Marie a choisi l'accueil téléphonique. (« Donc je suis allée voir le groupe et alors là, reprocessus d'intégration d a n s le groupe.

153

Le. travail bénévole Tu vois, c'est long ! ») Lors des soirées d'accueil téléphonique, les volontaires sont encadrés par les responsables de soirée, les coordinateurs, qui sont aussi chargés de « l'intégration » des nouveaux arrivants. Le « processus » suivi par Marie depuis son arrivée dans le groupe est le suivant : — quatre soirées de « double écoute passive », c'est-à-dire qu'elle écoute les coordinateurs répondre au téléphone ; — puis cinq soirées de « double écoute active », où c'est elle qui est écoutée par un des coordinateurs alors qu'elle répond au téléphone. A l'issue d'une réunion des responsables, « trois doubles écoutes actives » lui ont été ajoutées. « Moi, j'avais fait part de mes remarques, c'est-à-dire que je ne me sentais pas encore tout à fait à l'aise, tout simplement. Que bon, j'avais l'impression de ne pas être totalement au point. Donc ils m'ont proposé, en tenant compte de ça, encore trois doubles écoutes. Ça, c'est assez récent tout ça. Donc j'ai accepté. [...] Donc tu vois c'est long. Depuis le mois de décembre, je suis... de l'avis des autres, je ne suis pas vraiment vraiment opérationnelle. » Au cours de l'entretien, Marie parle très peu de son rapport avec les « usagers » de l'association. Ou pour être plus précise, elle n'en parle qu'indirectement, en termes techniques et objectivés, à partir d'une typologie des « appels » à « gérer » qu'elle me récite et me commente, illustrant bien ces processus de catégorisation des événements et de « routinisation », par les praticiens, de l'« urgence » de leur public, analysés par Everett Hughes1. M Alors oui, je vais te parler des appels alors. En fait, t'as plusieurs types d'appels. T'as les blagues. Bon, moi, je ne suis pas très forte pour gérer les blagues ! [...] Et puis t'as les appels de questions pures. Enfin, c'est rare que ce soit une question pure, c'est rare que la réponse à la question suffise, généralement y a quelque chose derrière. Mais y a quand même quelque chose à apporter au niveau technique. [...] Et puis y a aussi les obsessionnels, c'est-à-dire les gens qui appellent 1. « Chaque métier doit considérer de manière relativiste certains types d'événements, d'objets et d'idées. Ceux-ci doivent être catégorisés. Pour cela, ils doivent être comparés ; les comportements doivent être analysés et, si possible, prédits. Q faut élaborer un langage technique approprié pour permettre les discussions entre collègues. » Everett C. Hughes, « Licence et mandat », in Everett C. Hughes, Le Regard sociologique. Essais choisis, EHESS, Paris, 19%. p. 102.

154

Du rôle à la relation de travail... toutes les demi-heures pendant une soirée, pour la même question, donc ça il faut les gérer aussi. Enfin, bon, on se donne le mot. On se dit, bon, ce soir, y a un mec, il est sûr qu'il a partagé la brosse à dents de quelqu'un et que ça y est, il va être malade. Donc on le sait, et on essaye de gérer ça.

Et il y a les appels, ce qu'on appelle les appels lourds. Alors c'est soit des gens hyperangoissés par rapport à un risque certain [...]. Soit c'est des gens qui viennent d'apprendre qu'ils sont séropositifs et ça c'est atroce, c'est très dur à gérer. Soit des gens malades ou séropositifs depuis longtemps qui habituellement vont bien et là ont vraiment mal donc appellent. Soit c'est des proches qui ont les boules pour leurs proches quoi, pour des personnes qu'ils connaissent, ou des malades. » Outre la grille de classement des appels, elle évoque deux autres modalités techniques de construction de la relation des « volontaires » aux « usagers ». La première s'exerce dans le cadre même de l'accueil téléphonique, par l'intermédiaire du suivi des « coordinateurs ». Marie insiste également sur l'importance des « groupes de régulation », groupes de paroles réunissant régulièrement les bénévoles et animés par un psychologue. Elle revient d'ailleurs, à de nombreuses reprises, sur les relations conviviales qu'elle a établies avec les autres bénévoles de l'association, d'abord avec ceux avec qui elle a été formée, puis avec ceux avec qui elle fait de l'accueil téléphonique. Lorsqu'elle évoque leurs échanges au cours des soirées de permanence, on ne peut manquer de penser à la définition que Hughes donne du « secret » des professionnels, de ce nécessaire partage entre soi de certaines dimensions du savoir professionnel « susceptibles de choquer le profane » : « Ce qui est sympa, c'est qu'on commence à 19 heures, on fait une pause à 21 heures. On fait une bonne demi-heure de pause. Donc là, on a une salle de repos, enfin, je sais pas, ouais, c'est la salle de convivialité un peu, des gens, des salariés, mais aussi pour nous. Donc là, on prend un café. Généralement, on emmène toujours un gâteau, un truc, tu vois, c'est assez convivial. On se raconte nos appels d'avant, généralement les appels marrants ou les appels dramatiques. Mais des fois, c'est malheureux à dire, mais des fois on rigole, mais c'est tragique, quoi ! Des fois t'as des situations pas possibles. T'as des gens qui appellent, mais qui sont dans une merde noire, quoi. Donc, après, on en parle entre nous, on dit : 'Oh là là, lui, il a perdu son père, il est séropositif, il a plus de boulot, il a plus de...", l'horreur quoi ! » Marie présente donc son rôle de volontaire comme un statut qui couronne ce « processus d'intégration» qu'elle décrit pendant toute la première partie de l'entretien. À l'époque où l'entretien 155

Le. travail bénévole a eu lieu, elle dit n'être pas « encore totalement intégrée », « pas vraiment opérationnelle » et se présente en quelque sorte comme volontaire « en formation ». Elle est depuis six mois dans la phase d'apprentissage de son rôle. Ce rôle est donc fortement construit et les étapes d'entrée dans ce rôle, successives et codifiées : questionnaire de motivation, entretien, sessions de formation (d'abord générales puis spécialisées), etc. Si l'entrée dans le rôle ne coïncide pas avec l'entrée dans l'association, il en est de même pour la sortie de celui-ci, qui peut elle aussi, comme Marie l'évoque à la fin de l'entretien, faire l'objet d'un traitement codifié : « C'est-à-dire que tu peux décider pendant une période, alors je ne sais plus si c'est six mois ou un an, ou trois mois ou six mois, mais pendant une période assez longue, d'arrêter toute activité.[...] Mais tu continues à recevoir du courrier, à être informé de tout ce qui se passe. Mais tu ne fais pas d'activité. Et à l'issue de ça, tu as un entretien et tu dis si tu veux continuer ou pas. Je crois que 70 % des gens arrêtent définitivement après. Mais c'est quand même bien. C'est une façon de partir en douceur. Je pense que c'est bien comme idée. »

Ce cadre d'exercice du bénévolat, dans lequel Marie évolue depuis bientôt six mois, correspond donc à un processus organisationnel d'apprentissage et de contrôle du rôle du bénévole, inspiré du monde du travail salarié : recrutement (et donc sélection) des candidats, spécification plus ou moins contractuelle de la durée de l'engagement, formation, suivi, évaluation, modalités de sortie... ; un processus plus ou moins développé à l'intérieur des mondes du bénévolat. Peu de bénévoles suivent un parcours aussi construit et formalisé que celui de Marie avant d'intégrer pleinement leur rôle, mais la plupart de ceux qui, comme elle, ont un rôle d'« écoutant » y sont généralement soumis. Au-delà des singularités associatives, l'analyse comparée des situations de travail bénévole permet en effet de dégager empiriquement certaines régularités, de mettre au jour certaines normes qui opèrent dans la construction organisationnelle de ces rôles. La construction du « bon travailleur bénévole » : à « juste distance » des bénéficiaires et des salariés L'étude comparée des situations de travail à laquelle j'ai procédé au début des années 2000, en France et aux États-Unis, a mis en lumière que les rôles de bénévoles qui apparaissent les plus encadrés par les organisations associatives, les plus construits formellement, sont ceux pour lesquels le bénévole entre en contact 156

Du rôle à la relation de travail... « étroit et régulier », pour reprendre l'expression de Hughes, avec les autres acteurs de la situation de travail : — avec le public bénéficiaire de l'activité tout d'abord : activités en tête à tête (one on one) et afortiori de face-à-face, exercées de façon régulière, relevant du suivi, du soutien ou de l'accompagnement (alphabétisation, soutien scolaire, accompagnement des malades en fin de vie, etc.) ; — mais aussi avec les autres travailleurs et tout particulièrement les professionnels salariés (travailleurs sociaux, médecins, enseignants...). Plus le bénévole est, dans son activité, en contact à la fois étroit et régulier avec l'une et/ou l'autre de ces deux catégories d'acteurs, plus la relation du bénévole à ces acteurs a des chances de s'inscrire dans un cadre formel (recrutement, formation, etc.) qui, pour construire le rôle du bénévole comme travailleur, cherche avant tout à définir sa place dans la matrice sociale du travail. L'analyse de ces dispositifs d'encadrement et de contrôle de la pratique bénévole montre en effet qu'ils visent un double objectif : construire la relation du bénévole à son public et inscrire le bénévole dans la division du travail. Ils sont ainsi porteurs d'une définition implicite du « bon travailleur bénévole » : celui qui, ni trop intime, ni trop distant, ni trop impliqué, ni trop dégagé, a trouvé la « juste distance » dans et à la relation avec le public et celui qui, sachant être le « complémentaire » (et non le concurrent) des salariés en place, a trouvé sa « juste place » dans la division du travail. Les différentes procédures de construction du rôle du bénévole, telles que celles décrites par Marie, ont donc pour objet de négocier et de maintenir l'ordre de l'interaction entre les bénévoles et les autres acteurs de la situation de travail bénévole : les coéquipiers et le public. Elles désignent, en creux, les risques que ce participant régulier, mais étranger, à une situation de travail peut faire peser sur celle-ci. Le premier risque dont est porteur le travailleur bénévole, c'est celui de l'« incompétence relationnelle », le second, celui de la concurrence et donc du conflit dans la relation avec les professionnels salariés. Plus l'activité du bénévole l'inscrit « étroitement et régulièrement » dans une situation de travail, plus l'étrangeté du bénévole à ce monde du travail apparaît comme un facteur de désordre potentiel. Le cadrage de la pratique bénévole par des procédures importées du travail salarié (recrutement, sélection, formation, profils de postes...) apparaît, pour les organisations associatives dans lesquelles les bénévoles interviennent, comme la réponse à ces risques, comme un principe d'organisation et de contrôle de la pratique - et donc, en partie au moins, de l'expérience - bénévole (« mon travail de bénévole »). Ces procédures que l'on désigne souvent, à tort, du

157

vocable de « professionnalisation » du bénévolat relèvent ainsi plutôt d'un processus d'« institutionnalisation » de cette pratique : elles visent à institutionnaliser la présence de ce travailleur non institutionnel dans une situation de travail institutionnalisée. Elles visent à transformer en personne de l'intérieur (insider) cet « étranger » (outsider) dans des organisations de travail composées pour le reste d'« insiders », pour reprendre la formulation de Robert Stebbins2. Ainsi, il n'est pas surprenant que ce soit dans les matrices sociales du travail les plus institutionnalisées, comme le travail hospitalier ou le travail scolaire, que la présence des bénévoles ait à la fois engendré les tensions les plus fortes et entraîné la mise en place la plus poussée de procédures telles que celles décrites par Marie. Le conflit est en effet, comme le soulignait Simmel3, loin d'être seulement un rapport destructeur. Il est aussi producteur de normes communes, que celles-ci s'inscrivent dans des chartes, comme celles des associations de bénévoles à l'hôpital ou dans l'accompagnement scolaire signées dans les années 1990, ou encore dans des modes de régulation plus informels. La responsable d'une association de visiteurs à l'hôpital me rapportait ainsi le « principe » qui avait été adopté, puis appliqué dans l'ensemble des hôpitaux dans lesquels l'association intervenait, suite à des conflits survenus entre infirmières et visiteurs sur leur « répartition des rôles ». Les responsables de l'association et l'équipe médicale avaient décidé, d'un commun accord, que les bénévoles n'iraient pas directement dans les chambres, mais s'adresseraient, avant d'entamer leur tournée, aux infirmières du service pour leur demander leur avis sur les malades à visiter en priorité. Dans un univers de travail aussi hiérarchisé que l'hôpital, un travailleur quel qu'il soit ne peut très longtemps évoluer comme un électron libre, échappant à la structuration hiérarchique de l'organisation. L'accusation des infirmières selon laquelle les bénévoles leur volaient le « beau rôle », le « relationnel », l'« humain » est tout entière à réinscrire dans la « totalité » que constitue le travail hospitalier, dans le rôle que sont censées y jouer les infirmières et donc dans le rapport qu'elles entretiennent elles-mêmes aux autres acteurs de ce drame du travail, médecins et malades en particulier. Comme l'écrivait Hughes « dans la pièce de théâtre (drama) que constitue le soin des malades et des blessés, l'infirmière est au centre de l'action de chaque scène » 4; son rôle est 2. Robert A. Stebbins, « Serious Ieisure : a conceptuel statement », Pacific Sociological Review, n° 25,1982, p. 251-272. 3. Georg Simmel Le Conflit, Circé, Paris, 1995. 4. Everett C. Hughes, « Licence et mandat », article cité, p. 76.

158

Du rôle à la relation de travail... d'opérer la médiation entre le médecin et le malade mais également de réconforter celui-ci. En retirant à l'infirmière sa centralité dans le soin des malades, on rend plus difficilement acceptable le sale boulot qui accompagne ses tâches de médiation et de soin. « Si "infirmière" évoque réconfort et médiation entre le malade et le médecin, qui portera ce nom quand les tâches remplies précédemment par l'infirmière seront redistribuées ? » 5 s'interroge alors le sociologue. Le « problème » évoqué par Julien, bénévole dans une association de lutte contre le sida, fournit une autre illustration, du côté du rapport au public cette fois-ci, de cette interrogation autour de la répartition des rôles et de la (juste) place du bénévole dans la matrice sociale du travail. « Les malades voulant être bénévoles, on s'est dit on va leur faire ce plaisir. Et ça leur faisait plaisir. Ils venaient, ils organisaient... un peu comme on fait, ils préparaient le repas, ils préparaient les boissons, ils servaient... maisfinalementon s'est retrouvés tous... le bénévolat n'avait plus de sens ! Ça perdait complètement son sens, il n'y avait plus d'écoute. C'est-à-dire, eux, les malades, écoutaient les autres [...] et en plus, comme ils se sentaient bénévoles, ils ne parlaient même pas d'eux. [...] Maintenant, les gens qui sont suivis par l'association ne peuvent pas être bénévoles. Parce qu'il a fallu tout simplement créer un règlement, peut-être idiot, complètement empirique. » (Julien, bénévole dans une association de lutte contre le sida, 20 ans, étudiant en histoire de l'art, Paris) La dissolution du rôle d'« écoutant », due à la disparition des frontières entre le public et les bénévoles, et le désordre des interactions qui en a découlé ont ainsi trouvé leur issue dans une réglementation de l'accès au bénévolat, interdisant le bénévolat des patients. Pour maintenir l'intégrité du rôle de bénévole, il a fallu remettre « chacun à sa place »... et de la distance entre bénévoles et bénéficiaires. À l'inverse, le sentiment, non plus d'une trop grande proximité et donc d'un risque de « confusion des rôles », mais celui d'une trop grande distance entre le bénévole et le public, peut conduire des responsables associatifs à bloquer l'accès à un rôle de bénévole, pour protéger en quelque sorte ex ante le public d'un désordre de l'interaction. Ainsi la responsable des bénévoles d'une association américaine procurant des soins médicaux à la « gay and lesbian community » m'expliquait-elle qu'elle avait refusé, au cours d'un premier entretien, l'entrée dans l'association à un jeune homme souhaitant y être bénévole « parce qu'il ne connaissait 5. Ibidem, p. 73.

159

rien de l'homosexualité et des populations homosexuelles ». Aux États-Unis, des procédures dites d'outreach - c'est-à-dire visant à « aller chercher » (to reach oui) des bénévoles dans les « communautés » qui constituent le public de l'association - se sont développées dans de nombreuses associations depuis les années 1990. Elles ont pour objectif de réduire la distance (en termes de sexualité, de genre, de classe ou de race) qui sépare le bénévole de son public, celle-ci faisant peser sur la pratique bénévole - et plus largement sur l'association - le soupçon que le « faire pour » relèverait en réalité d'un « faire sur », pour reprendre la formule d'Everett Hughes... Cette volonté de contrôler, par le recrutement, le rapport social entre le bénévole et son public pour contrôler le sens de la relation de service s'est par exemple révélée un enjeu fort dans certaines associations de lutte contre le sida aux ÉtatsUnis. Ainsi Gay Men Health Crisis, la pionnière des associations de lutte contre le sida, a-t-elle mis en place de telles procédures, confrontée à la fin des années 1990 à la distance tout à la fois « de sexe, de classe, de race et de sexualité » des jeunes hommes blancs homosexuels des classes moyennes ou supérieures qui constituaient toujours l'essentiel de ses bénévoles, alors que le sida touchait de plus en plus des femmes noires, hétérosexuelles, des milieux populaires. Lorsque je réalisais mon enquête auprès de TFA New York, cette question de Youtreach était à l'ordre du jour de nombreuses réunions de l'association, dont les volontaires sont essentiellement de jeunes hommes ou femmes, blancs, issus des meilleures universités du pays et souvent de milieux sociaux privilégiés, intervenant dans les écoles de quartiers défavorisés des zones urbaines et périurbaines à majorité composées d'enfants - mais également d'enseignants - noirs ou hispaniques. Ainsi, la sélection sociale opérée dans les pratiques de recrutement révèle plutôt une appréhension de cette « compétence relationnelle » du bénévole en termes de « qualités de l'individu »6, sinon d'attributs, là où les procédures de suivi des bénévoles telles que les groupes de parole évoqués par Marie l'abordent sur un angle plus « technique ». Dans les deux cas, la construction de la « bonne distance » dans et à la relation apparaît pour les organisations associatives comme un moyen de limiter l'autre danger inhérent au drame social du travail bénévole : non plus celui d'une tension avec les professionnels, mais celui d'un désordre de l'interaction qui pourrait nuire ici tant au bénévole (et à son engagement) qu'au public en direction duquel il agit, et par ricochet à l'association elle-même. 6. Marie Christine Combes, « La compétence relationnelle, une question d'organisation », Travail et emploi, n° 92,2002.

160

Du rôle à la relation de travail... Si ces principes sont notamment au cœur des chartes du bénévolat qui se sont multipliées en France dans les années 1990, on voit apparaître, depuis les années 2000, de façon croissante dans la littérature produite par et pour le monde associatif, un nouveau registre discursif relatif au « management » du travail bénévole. II n'y est plus alors uniquement question, dans la formulation des problèmes comme dans les outils proposés pour les résoudre, du rapport des bénévoles aux autres acteurs du « drame social du travail », pour reprendre la métaphore théâtrale de Hughes, mais également et de façon prioritaire de la relation entre le bénévole et l'organisation qui l'« embauche ». Ainsi, dans les nouveaux guides diffusés par France Bénévolat en 2006 puis en 2009, c'est moins le rôle et la place du bénévole qu'il s'agit de construire que sa mobilisation. « Un bénévole régulier, c'est un bénévole occasionnel que l'association a su élever », peut-on lire ainsi dans les travaux de la commission interassociative de France Bénévolat sur « la gestion des ressources humaines bénévoles ». De même, la récente « convention d'engagements réciproques entre une association et un bénévole », inspirée de la FNARS et proposée comme modèle au monde associatif par France Bénévolat, comprend-elle, outre un devoir d'accueil, d'intégration et de formation du bénévole par l'association, l'engagement « de faire un point régulier sur [l]es activités [du bénévole] et sur ce que lui apporte son engagement bénévole, notamment en matière d'utilité, de reconnaissance et de développement de compétences ». À la préoccupation d'éviter les désordres que ce travailleur particulier pourrait créer dans les interactions (conflits avec les professionnels et tensions avec le public) fait donc progressivement place celle de le « fidéliser » et (pour ce faire) de le « rendre heureux »7. « MANAGER » LES BÉNÉVOLES

À partir des années 1980 aux États-Unis, deux décennies plus tard en France, des ouvrages, documents et fiches pratiques se sont multipliés en direction des organisations associatives pour les encourager et leur apprendre à « manager les bénévoles », pour reprendre le titre du livre de Daoud Belaroussi et Sébastien Lasserre paru en 20058. Cette managérialisation du travail 7. On peut noter, dans le document de France Bénévolat de 2009, La Gestion des ressources humaines bénévoles. Une responsabilité essentielle des associations, le titre de l'introduction : « Bien vivre son bénévolat, à tous les niveaux de l'association ». 8. Daoud Belaroussi et Sébastien Lasserre, Manager les bénévoles. Animation d'équipes, cadrejuridique etfiscalité, Juris Associations, Paris, 2005.

161

Le travail bénévole bénévole s'inscrit dans un mouvement plus large de transformations managériales des associations 9 et plus largement des activités politiques (associatives, mais aussi partisanes, syndicales et gouvernementales), voire civiques.10 Si comme le souligne bien Cécile Robert1 \ ce « management » se caractérise notamment par la plasticité de ses formes et la polysémie de ses contenus, « les propos et les réformes qui s'en inspirent présentent néanmoins plus qu'un air de familiarité ». Elle évoque alors plusieurs principes communs, qui « revendiquent d'avoir été initialement forgés par et pour le monde de l'entreprise, [mais] prétendent toutefois à une forme d'universalité », parmi lesquels : « la recherche de l'efficience (par la mesure, l'évaluation et la valorisation de la performance) ; la promotion de l'autonomie et de la responsabilité individuelle ; ou encore l'importance accordée aux formes organisationnelles et aux procédures, ainsi qu'à leur adaptation continuelle ». Dans le cadre plus spécifique du bénévolat qui m'intéresse ici, ces transformations managériales pourraient être résumées par le titre et le sous-titre d'un document publié en 2009 sur internet par France Bénévolat : « la gestion des ressources humaines bénévoles » devient « une responsabilité essentielle des associations ». Les logiques sociales de la « managérialisation » : de la diffusion aux usages À un premier niveau, on peut voir l'arrivée de cette préoccupation managériale dans les associations comme un effet du « mouvement en cours de promotion des normes propres au monde des grandes entreprises comme moyen d'être efficace dans les autres sphères de la société, et notamment dans la prise en charge des questions sociales »12. Elle résulterait d'une forme de diffusion, d'imposition du modèle de l'entreprise qui s'opérerait notamment par l'intermédiaire de certains acteurs clés du monde associatif aujourd'hui, ceux qui dirigent et ceux qui financent. 9. Voir notamment Sylvain Lefèvre, Mobiliser les gens, mobiliser l'argent, op. cit ; Éric Cheynis, L'Espace des transformations de l'action associative au Maroc. Réforme de l'action publique, investissements militants et légitimation internationale, thèse de sciences sociales, université Paris-I, 2008 ; et Anne Bory, De la générosité en entreprise, op. cit 10. Voir l'injonction au management des pompiers volontaires formulée par Luc Ferry dans le rapport « Ambition volontariat » 11. Cécile Robert, « Les transformations managériales des activités politiques », Politix, dossier « Management », n° 79,2007. 12. Anne Bory, De la générosité en entreprise, op. cit, p. 445.

1Ô2

Du rôle à la relation de travail... « Bien que de nombreuses associations résistent à cette culture de l'entreprise [businesslike], soulignent ainsi Jeffrey Brudney et Mark Hager13, les financeurs et les membres des conseils d'administration exigent souvent que les associations caritatives adoptent des méthodes de management moderne. » Les travaux d'Anne Bory sur les liens entre entreprise et bénévolat aux États-Unis mettent bien en lumière ces différentes courroies de transmission. Par exemple, le cas de la Capacity Building Initiative Academy, mise en place par Goldmann Sachs, illustre les modalités par lesquelles ces financeurs peuvent contribuer à la diffusion du modèle de l'entreprise. Ainsi la fondation Goldman Sachs propose-t-elle aux associations qu'elle finance le suivi de « sessions de formation destinées à améliorer leurs modes de gestion, et à poursuivre leur mission de façon plus efficace. Les sessions de formation concernent la récolte de fonds, le management, la gestion, la comptabilité, le montage de projets ». À un autre niveau, l'institutionnalisation croissante de la pratique qui consiste à placer des cadres de grandes entreprises dans les conseils d'administration des associations 14 participe largement de ce processus de diffusion des normes et pratiques entrepreneuriales dans les organisations à but non lucratif. De même, l'appel à être plus businesslike est-il largement relayé par les business schools et les formations en gestion des organisations non lucratives qui se développent depuis de nombreuses années aux États-Unis et plus récemment en France. 15 Toutefois, comme le montre l'exemple de Care Force, une entreprise créée par City Year New York pour organiser et vendre des journées de bénévolat pour les entreprises 16 , le développement, 13. Mark A. Hager et Jeffrey L. Brudney, « Volunteer management practices and rétention of volunteers », The Urban Institute, 2004, p. 3. 14. Anne Bory, « Le monde des affaires à la tête du secteur non lucratif américain ? Un regard sociologique », Entreprises et histoire, n° 56, 2009. 15. Ainsi, « la business school de Columbia dispense un cours destiné au futurs cadres supérieurs souhaitant siéger dans des nonprofits boards, et des cours de nonprofit management sont dispensés au sein de la business school et de la school of international and public affairs de l'université. Le Center for Social Innovations de Stanford joue un rôle de premier plan dans la diffusion du management et des normes de la finance dans le nonprofit sector, notamment au travers de la Stanford Social Innovation review ». Anne Bory, De la générosité en entreprise, op. cit, p. 446. En France, on peut citer notamment l'Association pour le développement du management associatif (ADEMA), liée à l'École des Mines, et la majeure Alter d'HEC, mais aussi les différentes formations à l'économie sociale qui intègrent une dimension gestionnaire. 16. Le bénévolat d'entreprise est une forme de mécénat d'entreprise largement diffusée dans les grandes entreprises américaines. Il consiste à

163

Le.travail bénévole aux États-Unis, d'un véritable marché du bénévolat d'entreprise et d'une intermédiation sur ce marché est loin d'être à l'initiative des entreprises qui y participent. Ce sont les structures associatives telles que United Way, New York Cares ou City Year qui ont transformé ce bénévolat d'entreprise en une « prestation », « vendue à un client », qu'il s'agit de satisfaire, quitte à évincer au passage les causes et associations dont on pressent qu'elles n'emporteront pas l'assentiment de l'entreprise mécène 17 ... Comme le souligne Sylvain Lefèvre, les acteurs associatifs « ne subissent pas passivement cette évolution [managériale], qui adviendrait malgré eux » IS; ils peuvent tout à fait l'accompagner, la promouvoir, voire l'initier. Ils peuvent également y résister ou la détourner, en un mot l'utiliser. « Les anciens et les modernes » ou les usages du management des bénévoles Dans son article cité plus haut, Cécile Robert propose, à l'encontre d'une vision trop univoque et trop fataliste de cette « managérialisation » des activités politiques, une grille de lecture des différents usages qui peuvent en être faits, de façon isolée ou combinée. De fait, quand on se penche sur les écrits et/ou les discours qui prônent l'avènement d'une véritable gestion des ressources humaines bénévoles, on retrouve ces principaux usages qu'elle met en lumière. En premier chef, le « label » management constitue une stratégie de légitimation pour certaines organisations comme France Bénévolat ou Passerelles et Compétences en France, qui cherchent à rapprocher le monde associatif du monde de l'entreprise. L'Enquête sur la gestion des ressources humaines bénévoles, ses enjeux et ses bonnes pratiques, publiée par France Bénévolat en 2005 et réalisée sous la direction de son vice-président, Dominique Thierry, annonce d'emblée qu'elle s'appuie sur une « certaine comparaison avec le monde de l'entreprise et plus précisément avec la gestion des ressources humaines ». Tout au long du document qui détaille encourager les salariés à exercer, seuls ou en groupe, une activité qualifiée de bénévole, pendant le temps de travail ou durant leur temps libre, auprès d'une association sélectionnée par l'entreprise, et sous les couleurs de cette dernière. City Year propose ainsi aux directions d'entreprise d'organiser des journées de bénévolat pour leurs salariés, auprès d'associations qui accueillent habituellement des volontaires. Cf. Anne Bory, De la générosité en entreprise, op. cit. 17. Ibidem. 18. Sylvain Lefèvre, Mobiliser les gens, mobiliser l'argent, op. cit., p. 18.

164

Du rôle à la relation de travail.. les étapes clés de la gestion des ressources humaines bénévoles, des allers-retours entre l'entreprise et l'association sont opérés, généralement pour signaler que des questions similaires se posent dans ces deux univers : « En entreprise, recruter, former, retenir et fidéliser les managers constituent des enjeux importants ; de nombreux outils sont mis en œuvre pour attirer les meilleurs candidats, les faire venir, les développer, afin qu'ils deviennent les dirigeants de demain. On retrouve avec étonnement assez souvent ces mêmes préoccupations dans le monde associatif. » Un peu plus loin, on peut lire, à propos des transformations des profils de bénévoles, que « dans l'entreprise aussi, on s'interroge sur le profil des salariés et leur évolution : le jeune d'aujourd'hui n'aborde pas sa vie professionnelle de la même manière que ses parents ; les rapports hiérarchiques ont changé, ainsi que la valeur du travail et de l'investissement professionnel. » Ou encore, à propos cette fois des difficultés que pose le recrutement des bénévoles : « Ces mêmes préoccupations se retrouvent dans l'entreprise, où généralement les recrutements sont pilotés par des professionnels. » Enfin, le document se termine par un plaidoyer pour plus de proximité des pratiques et une plus grande fluidité des personnes entre ces deux univers. De fait, Dominique Thierry, France Bénévolat ou Passerelles et Compétences incarnent bien, le premier par sa trajectoire 19 , la seconde par ses partenariats 20 et la troisième par l'objet même de ses activités 21 , ce pan du monde associatif français déjà relativement proche du monde des grandes entreprises et qui entretient des liens continus avec celui-ci. Dans les deux documents émis par France Bénévolat comme dans l'ouvrage Manager les bénévoles22, la justification du recours à une « véritable » gestion des ressources humaines bénévoles 19. Docteur en sociologie, ingénieur ENSC Caen, il a exercé comme conseil auprès d'entreprises, après douze ans chez Rhône-Poulenc. Il a créé et dirigé l'association Développement et Emploi et est considéré comme l'un des pionniers de la gestion prévisionnelle des emplois et compétences en France. Q a publié de nombreux ouvrages dont L'Entrepriseface à la question de l'emploi, L'Harmattan, Paris, 1996, La Gestion prévisionnelle et préventive des emplois et des compétences, L'Harmattan, Paris, 1997, ou encore 20, 40, 60 ans, dessinons le travail de demain. Éditions d'Organisation, Paris, 2002. 20. Notamment Pro BTP, AG2R, IBM et Algoe-recrutement. 21. Passerelles et Compétences, créée en 2002, propose des activités de « bénévolat de compétences », qui sollicitent des salariés, en majorité des cadres (infographistes, DRH, informaticiens), généralement par le biais de leur entreprise, pour des missions bénévoles ponctuelles dans des associations. 22. Daoud Belaroussi et Sébastien Lasserre, Manager les bénévoles..., op. cit.

1Ô5

Le. travail bénévole repose sur l'argument d'une transformation des engagements bénévoles.On retrouve bien la construction d'une opposition entre « anciens » et « modernes » mise en évidence par Cécile Robert, « l'introduction de certains principes et outils managériaux permettant] non seulement de parer des attributs de la modernité les acteurs qui prétendent importer et/ou incarner le management, mais aussi de "faire vieillir socialement" certains modes d'être et de faire au sein des organisations dans lesquelles il est introduit ». Ainsi peut-on lire dans le document de France Bénévolat de 2009 que « certaines associations pensent encore que, pour un bénévole, le fait même de s'engager veut dire qu'il adhère pleinement au Projet que lui présente l'association et qu'il restera longtemps fidèle à l'un et à l'autre. Derrière cette représentation se profile un schéma unique de militants, finalement assez dogmatique, qui ne prend pas en compte la diversité des formes et des raisons des engagements ». De même, le document de 2005 démarre-t-il par le constat que « les formes d'engagement sont en train de changer, [qu']elles sont plus diversifiées, on ne s'engage plus pour la vie, on s'engage moins pour des raisons purement idéologiques, on est plus exigeant. On veut évaluer les résultats de son investissement ; l'engagement bénévole s'apparente à une entente négociée et mutuellement profitable, et non plus à un sacrifice de temps à sens unique pour le bénévole ». Ce discours s'inscrit bien dans la promotion d'une nouvelle figure d'engagement, promotion qui s'opère en partie par la disqualification ou à tout le moins la « ringardisation » du modèle du militantisme ouvrier institutionnalisé. 23 La référence à l'ouvrage de Jacques Ion, La Fin des militantsP84, qui a inscrit à la fin des années 1990 dans l'univers académique cette nouvelle figure de l'engagement distancié, apparaît d'ailleurs dès les premières pages de l'ouvrage Manager les bénévoles. De façon similaire, Anne Bory retrouve également chez les responsables du mécénat de compétence dans les entreprises qu'elle a étudiées cette « évasion hors du cadre scientifique du discours sur l'engagement distancié » pointé par Annie Collovald.25 Là où les responsables du mécénat, figures de la modernité, présentent le bénévolat d'en23. Sur ce thème, voir notamment les contributions d'Annie Collovald (sous la direction de), L "Humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » enfaveur du tiers-monde. Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 233, et Bénédicte Havard Duclos et Sandrine Nicourd, Pourquoi s'engager ?, op. cit. 24. Jacques Ion, La Fin des militants ?, Éditions de l'Atelier, Paris, 1997. 25. Annie Collovald, L'Humanitaire ou le management des dévouements, op. cit, p. 233, cité par Anne Bory, De la générosité en entreprise, op. cit., p. 423.

166

Du rôle à la relation de travail.. treprise comme en adéquation avec ces « nouveaux » bénévoles, les organisations du monde associatif comme la Fonda, ou France Bénévolat, mettent en avant le retard des structures associatives (« les anciens ») au regard de ces évolutions. Ce bénévole qui est dépeint ici, moins engagé au double sens de moins militant et de moins disponible, il faut donc apprendre à le « mobiliser » par le management. Le régime de mobilisation des travailleurs bénévoles Dans un rapport sur les associations et la validation des acquis de l'expérience publié en 2005, la Fonda préconisait « qu'à l'égard des bénévoles, tout au moins ceux qui ont des responsabilités précises ou dont les tâches techniques sont bien définies, les associations appliquent les mêmes dispositifs que pour les salariés, moyennant quelques aménagements faisant droit aux spécificités de l'engagement bénévole. Introduire de la rigueur dans la gestion des ressources humaines des bénévoles, c'est un service rendu au bénévolat, c'est prendre au sérieux le don du temps et des compétences, c'est assurer une plus grande efficacité à l'association ». Empreinte de la « rigueur » de la GRH et prise en compte des spécificités du travail associatif constituent les maîtres mots de cette gestion des ressources humaines bénévoles telle qu'elle se présente dans les documents internes à certaines associations ou la littérature grise sur la gestion des bénévoles publiée par les organismes de promotion des mondes du bénévolat. Au premier rang des emprunts vient l'ordre des choses, qui définit comme suit les différentes « étapes de la gestion des bénévoles » 26 : attirer les bénévoles, mener un entretien de recrutement, les accueillir, les intégrer et les animer, les évaluer et les fidéliser, les former et les développer. L'association américaine CASA27, qui met à disposition sur le Web ses « Fondamentaux du management des bénévoles » et dans lesquels figurent à peu de chose près les mêmes étapes28, écrit ainsi que pour fonctionner, un programme de bénévoles « requiert le même effort managérial que 26. France Bénévolat, La Gestion des ressources humaines bénévoles, op. cit., p. 6 27. CASA, Court Appointed Spécial Advocate (« avocat spécifique nommé par la Cour »), est une association nationale qui a pour mission de soutenir le travail d'avocats bénévoles, nommés par les juges et chargés de suivre les dossiers des enfants en danger ou maltraités, dans les tribunaux. 28. Développement et définition du poste, recrutement, sélection et entretien, orientation et formation, supervision, reconnaissance.

1Ô7

Le. travail bénévole tout autre programme ». Avec une attention particulière, préciset-elle toutefois, « due au manque de familiarité et d'aisance du personnel avec le concept de l'utilisation de bénévoles ». L'élément clé de ce « concept de l'utilisation de bénévoles » avec lequel il faut familiariser les encadrants du travail bénévole, c'est la spécificité des rétributions des bénévoles. Qu'ils l'expriment sous les termes de « reconnaissance », de « valorisation », de « satisfaction » ou de « contrepartie », les textes qui prônent la mise en place d'une gestion des ressources humaines bénévoles ont en quelque sorte intégré l'idée et soulignent même la nécessité des rétributions de l'engagement, dans leur dimension la plus symbolique comme parfois dans leur dimension la plus matérielle. L'avant-propos de la première partie de Manager les bénévoles s'intitule ainsi : « offrir des contreparties aux bénévoles » et souligne d'emblée que « la non-lucrativité des associations n'interdit pas que les bénévoles de l'association profitent personnellement de celle-ci »29. Dans l'entretien que j'ai mené avec lui, un responsable d'équipe d'Unis-Cité comparait la « gestion bénévole » à la « gestion des salariés » en mettant en avant trois facteurs spécifiques à celle-ci. « Y a le sourire... le bénévole, 0 est accueilli avec le sourire, le salarié, pas forcément. Il y a aussi l'acquisition de savoir-faire, on travaille beaucoup sur essayer de faire avancer ces bénévoles pour qu'ils y trouvent un intérêt. Et le troisième, c'est la reconnaissance de l'utilité, du sentiment d'utilité. J'ai fait mon boulot, du soutien scolaire auprès d'enfants, les enfants me le rendent, l'association me le rend, la société me le rend parce qu'aujourd'hui y a un discours sur le bénévolat, qui encense le bénévole... en tous cas y a un discours aujourd'hui assez fort là-dessus. Donc, ça, c'est vraiment la gestion bénévole. »

Il précise ensuite « gérer [s]es volontaires plutôt comme des bénévoles », mais en mettant encore davantage l'accent sur « le renforcement du sentiment d'utilité » : «[...] c'est-à-dire vraiment la motivation sur l'idéal, sur le sentiment d'utilité et tout ce que les autres peuvent renvoyer... l'entourage... nous, on bosse sur faire venir des journalistes, faire venir des gens 29. Les auteurs reprennent alors à leur compte les différents types de contredon, plus ou moins directs, proposés par Christophe Drot dans Stratèges de ressources pour l'association, Juris Associations, « Managers d'association », Lyon, 2005 : « la satisfaction personnelle, la reconnaissance de la générosité et de l'utilité, l'amélioration des conditions sociales bénéficiant à ses proches mais aussi à soi-même, les menus avantages matériels liés, etc. ».

168

Du rôle à la relation de travail... à chaque fois sur les équipes parce que à chaque fois qu'ils regardent les volontaires ils disent : "Ah ! ça, c'est bien", et ça renforce le sentiment d'utilité. Aujourd'hui, à Unis-Cité, on bosse vraiment sur ce sentiment d'utilité. »

Au regard d'autres outils plus classiques de reconnaissance, mis en place depuis longtemps aux États-Unis, depuis la distribution de prix ou de médailles à l'organisation de fêtes célébrant les bénévoles, cette gestion par la contrepartie apparaît relativement sophistiquée. Non seulement les liens entre travail bénévole (ou volontaire) et carrière professionnelle sont-ils pris en compte, dans leur dimension objective (« l'acquisition de savoir-faire ») comme subjective (« la motivation sur l'idéal ») mais ils deviennent, pour l'organisation, le lieu d'élaboration de contreparties qui peuvent aider à attirer et à retenir les bénévoles, à l'image de la mise en scène médiatique de l'utilité sociale des volontaires évoquée dans l'entretien. Le passeport bénévole, conçu en 2007 par France Bénévolat, constitue un outil relativement récent et en cours de diffusion dans le monde associatif français, qui incarne et conjugue « à la carte » ces différentes formes de contrepartie décrites ci-dessus. Validé par l'AFPA, soutenu par l'ANPE, diffusé dans certaines associations partenaires 30 et par des municipalités (comme la Ville de Paris qui l'a officiellement lancé le 4 décembre 2008), ce livret, que les bénévoles peuvent remplir et faire remplir par les structures dans lesquelles ils interviennent, consigne les tâches et les missions qu'ils ont effectuées et les compétences acquises au cours de celles-ci. En tant que tel, il correspond à un outil de valorisation et de reconnaissance de l'engagement bénévole, mais ce « capital bénévole » peut également être valorisé en dehors de l'espace associatif, notamment en étant associé à une validation des acquis de l'expérience, dispositif en lien duquel il a été conçu. On peut ainsi lire dans le dossier de presse de la mairie de Paris que le passeport bénévole « est utile dans le cadre d'une démarche professionnelle : recherche d'emploi, réorientation professionnelle, accès à un premier emploi pour les jeunes... », et dans le dossier de presse établi par France Bénévolat que, grâce à cet outil, « tout bénévole associatif peut faire fructifier ses actions, ses réalisations, les compétences qu'il a acquises en association, en bref, son expérience bénévole, de manière identique à une expérience professionnelle ».

30. Il a notamment été adopté par la Croix-Rouge, le Secours populaire français, le Secours catholique et l'Association des paralysés de France.

169

Cette « fin du tabou de la rétribution »31, selon la belle expression de Laurent Willemez, marque peut-être l'avènement d'un « nouvel esprit de l'associationnisme », pour reprendre en le détournant le titre de l'ouvrage de Luc Boltanski et Eve Chiapello32, c'est-à-dire d'une nouvelle idéologie qui justifierait l'intérêt personnel - et notamment professionnel - à l'engagement dans les associations et qui témoignerait à la fois des capacités d'adaptation et d'un art de la récupération du monde associatif. À partir de l'analyse d'un corpus de textes de gestion contemporains, Luc Boltanski et Ève Chiapello montraient combien le capitalisme a intégré la « critique artiste»33, qui s'était exprimée notamment en Mai 68 en revendiquant « une exigence de libération, d'autonomie et d'authenticité », et l'a reprise à son compte en cherchant, dans le discours et dans les méthodes proposées, à « réconcilier l'individu et la production, à faire de l'organisation un lieu où il peut pleinement se réaliser »34. De façon similaire on peut avancer l'idée que le monde associatif, ou plutôt une partie de celui-ci, a intégré aujourd'hui la « critique utilitariste» faite, entre autres par les sociologues, à une certaine vision enchantée du militantisme et de l'engagement et fait preuve là aussi d'un art de la récupération en faisant de l'intérêt à l'engagement le moteur du travail bénévole.

31. Dans son article « Faire fructifier son engagement : conséquences et limites de la validation des expériences militantes », in Frédéric Neyrat, La Validation des acquis de l'expérience. La reconnaissance d'un nouveau droit. Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges, 2007, Laurent Willemez montre à la fois le travail pratique de réinsertion de l'engagement dans une trajectoire imposée par la mise en forme des dossiers et au-delà la « fin du tabou de la rétribution » que fournit, par son existence même, la VAE militante. Il écrit notamment que « les travaux de la fin des années 1970 évoquant les rétributions apportées par le militantisme ont longtemps trouvé une fin de non-recevoir de la part des acteurs qui refusaient l'idée même de "bénéfices", de gratifications, voire de satisfactions, liées à l'engagement. L'existence d'une VAE militante montre l'affaiblissement relatif de ce positionnement institutionnel et l'acceptation croissante du fait que l'engagement puisse être désormais une source de "bénéfices" et apporter au militant, de la même manière que celui-ci apporte à la cause qu'il défend et représente ». 32. Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999. 33. Selon Luc Boltanski et Ève Chiapello, la critique du capitalisme se divise en deux branches : une critique « artiste » qui trouve son expression principale lors de Mai 68 et dénonce l'oppression et l'aliénation produites par le capitalisme, et une « critique sociale » fondée sur le socialisme et le marxisme qui dénonce la misère et les inégalités engendrées par le capitalisme. 34. Valérie Boussard, Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Belin, Paris, 2008, p. 120.

170

Du rôle à la relation de travail... Digéré, le tabou des rétributions symboliques et de l'intérêt au désintéressement serait désormais à la base des nouveaux discours qui « autorise[nt] des justifications publiques du militantisme mêlant, ce qui était impensable auparavant, intérêt et désintérêt, service de soi et dévouement aux autres, bonheur privé et vertu civique »36 mais aussi des nouvelles méthodes cherchant à susciter et surtout à fidéliser l'engagement... parce qu'un bon bénévole est un « bénévole régulier », sur la présence (et le travail) de qui l'on peut compter. Comme support de consignation des activités exercées par une population dont la « transhumance» 36 peut inquiéter et déstabiliser les organisations du travail, comme outil de « traçabilité » pour reprendre le terme qui figure sur le site internet créé pour le présenter, ce passeport bénévole n'est pas sans évoquer le livret ouvrier, un outil qui, dans un tout autre contexte, visait bien à fidéliser mais aussi à domestiquer la main-d'œuvre. On retrouve ici le troisième et dernier type d'usage du management évoqué dans le dossier de Politix mentionné ci-dessus, usage qui consiste « à s'appuyer sur les méthodes et outils du management pour mettre en place de nouvelles formes d'encadrement au sein de l'organisation ». Un des arguments les plus fréquemment mobilisés dans le discours managérial, rappelle Cécile Robert, « avance que, par opposition à d'autres formes d'organisation "scientifique" du travail, il libère l'individu du carcan des rapports hiérarchiques, pour valoriser l'autonomie et la responsabilité individuelle ». « Pour moi, l'enjeu, c'est l'autonomie, la responsabilisation. Mettre en place les outils pour que les équipes s'autonomisent », m'expliquait ainsi un responsable d'équipe d'Unis-Cité au sujet de sa « gestion des volontaires ». Du référentiel de la professionnalisation à celui du management, on est passé de préoccupations externes (ne pas fâcher les salariés, bien servir le public) à des préoccupations internes à l'organisation : fidéliser le bénévole. Certes, la « gestion de6 ressources humaines bénévoles » est loin d'être aussi généralisée et professionnalisée que ceux qui l'appellent de leurs vœux pourraient le

35. Annie Collovald (sous la direction de), L'Humanitaire ou le management des dévouements, op. cit., p. 12. 36. « En contrepoint de la fidélisation, le "zapping" peut trouver sa source dans des raisons impliquant la qualité du management, un manque d'effort de fidélisation de la part des associations ou une insertion manquée. Mais d'autres raisons de "zapping" (ou transhumance des bénévoles), sur lesquelles il est difficile d'avoir prise sont propres aux bénévoles qui pratiquent cette forme de recherche », in France Bénévolat, La Gestion des ressources humaines bénévoles, op. cit., p. 13.

171

souhaiter37, et les fonctions d'administration, de contrôle et de management du travail bénévole peuvent s'articuler selon des configurations variables en fonction des types de pratiques, des situations de travail et des organisations. Toutefois, l'apparition de ces nouveaux discours sur la pratique bénévole, de ce « néomanagement » du bénévolat, invite largement à ne pas limiter l'étude du bénévole comme travailleur à celle d'un acteur pris dans une situation de travail, avec sa division du travail et ses interactions. Elle conduit à s'intéresser également à la relation de travail bénévole, à ce lien bien particulier entre un bénévole (ou un volontaire) et l'organisation dans laquelle il s'engage, mai6 aussi pour laquelle il travaille, aux rapports de pouvoir qui s'y exercent comme aux contre-pouvoirs qui peuvent, ou non, s'y développer.

37. On dispose, en France comme aux États-Unis, de peu de données globales sur les pratiques de management mises en œuvre dans les associations. Selon la première enquête sur le sujet commanditée par la Corporation for National Service, US Freedom Corps et UPS Fondation, parmi les neuf « bonnes pratiques de management » proposées aux deux mille organisations interrogées, la seule qui soit dans une assez large mesure mise en place est « la supervision et la communication régulière avec les bénévoles ». Seulement un tiers des associations interrogées déclarent avoir adopté à un large degré la pratique qui consiste à reconnaître publiquement le travail de leurs bénévoles, et 39 % ont un salarié qui consacre au moins la moitié de son temps à gérer les bénévoles. Cf. « Volunteer management capacity in America's charities and congrégations : a briefing report », The Urban Institute, 2004.

172

CHAPITRE V I LA « SUBORDINATION INQUALIFIABLE D U TRAVAIL ET SES

»*

BÉNÉVOLE

CONTRE-POUVOIRS

Dans les textes juridiques ayant trait au bénévolat et au volontariat en France, il est sans cesse rappelé que ces modes d'engagement dans la vie associative se caractérisent par une absence de lien de subordination. Ainsi, à la suite d'un amendement déposé par David Assouline et les membres du groupe socialiste et retenu par le Sénat en première lecture, il a été spécifié dans le projet de loi sur le contrat de volontariat associatif que celui-ci n'emportait pas de lien de subordination juridique. Toutefois, comme cela a été largement souligné dans des travaux français récents, en matière de subordination, juristes et sociologues n'ont pas nécessairement les mêmes points de vue. Plusieurs auteurs se sont en effet attachés à mettre en lumière l'écart entre le critère juridique de subordination et la réalité de la subordination dans le travail. Certains, comme Patrick Fridenson1 ou Claude Didry 1. Patrick Fridenson, « Les transformations des pratiques de subordination * J'emprunte cette formulation à Anne-Chantal Hardy-Dubemet, in JeanPierre Chauchard et Anne-Chantal Hardy-Dubernet (sous la direction de), La Subordination dans le travail, La Documentation française, « Cahier Travail Emploi », 2003. 173

Le. travail bénévole et Rémi Brouté2, en ont ainsi appelé au regard de l'historien et du sociologue pour mettre au jour, derrière la subordination juridique, « des pratiques d'autonomie des salariés » et des « formes d'ajustement incessantes »3. D'autres, comme la sociologue du droit Anne-Chantal Hardy-Dubernet, ont, dans un mouvement inverse, rappelé que si « les juristes associent la subordination au travail salarié », les sociologues se devaient, eux, d'étudier M les rapports de domination et de pouvoir dans les relations de travail, quelle qu'en soit la forme juridique ». Ainsi se donnentils les moyens de saisir un éventail large de formes de contrôle de l'activité des prestataires qui échappent aux critères juridiques du M lien de subordination », ce que la sociologue appelle la « subordination inqualifiable ». C'est pour cela que même si le critère de la subordination, comme la forme du contrat de travail à laquelle il renvoie ont un sens bien spécifique dans le droit français, les questions que pose, dans le registre du travail, l'« ordre établi entre les personnes qui rend les unes dépendantes des autres » 4 s'y posent également dans le contexte américain, alors même que, comme le souligne bien Donna Kesselman 5 , le statut salarial n'a jamais dans ce pays « été l'objet d'une standardisation institutionnelle ou étendu à l'ensemble des travailleurs »6. Je me propose donc ici de qualifier sociologiquement cette « subordination inqualifiable » du travail bénévole et du travail volontaire, c'est-à-dire de la décrire, de la caractériser et d'en analyser les enjeux au regard du travail bénévole, du travail salarié et de leurs transformations respectives. L'analyse des répertoires d'actions collectives7 mais aussi individuelles mobilisés par ces dans les entreprises et l'évolution du tissu industriel français », in Heloïse Petit et Nadine Thèvenot, Les Nouvelles Frontières du travail subordonné, La Découverte, Paris, 2006. 2. Claude Didry et Rémi Brouté, « L'employeur en question, les enjeux de la subordination pour les rapports de travail dans une société capitaliste », ibidem. 3. Patrick Fridenson, « Les transformations des pratiques de subordination... », article cité, p. 43. 4. Définition de la subordination du Larousse citée par Patrick Fridenson, ibidem. 5. Donna Kesselman, « Travail et salariat aux États-Unis : quels droits, quelles perspectives ? », Revuefrançaise d'études américaines, n° 111, 2007. 6. Il a, au contraire « été forgé par une combinaison d'éléments hétérogènes : des normes légales, les négociations collectives, les pratiques de gestion des ressources humaines des grandes entreprises », Donna Kesselman, ibidem. 7. La notion de « répertoire d'actions collectives » a été forgée par l'historien américain Charles Tilly. Dans La France conteste de 1600 à nosjours (Fayard,

174

La « subordination inqualifiable »... travailleurs spécifiques pour contester ou requalifier cette subordination permet de caractériser davantage la relation de travail bénévole en soulignant à la fois ce en quoi elle se différencie de la relation salariale mais aussi ce qu'elle lui emprunte. Comme je le montrerai ici, les « nouveaux visages de la subordination »8, mis en évidence par les travaux actuels sur les transformations de la subordination dans le travail, ne témoignent pas simplement d'un dépassement de la dichotomie entre travail indépendant et travail salarié. Elles témoignent aussi d'un rapprochement de ces deux figures de travailleurs que sont le bénévole et le salarié, dans les ressorts de leur subordination comme dans les formes qu'ils donnent à sa contestation. LA SUBORDINATION DANS LE TRAVAIL BÉNÉVOLE ET VOLONTAIRE

La confrontation des récents travaux sur la subordination dans le travail aux analyses empiriques des modalités d'exercice du travail bénévole et volontaire conduit largement à poser, au-delà de la qualification juridique, la question de la subordination dans le travail. Elle souligne toutefois, dans le même mouvement, les enjeux bien réels de cette qualification en termes de droits et de protection des travailleurs et de devoirs des employeurs. Les formes et types de subordination Ce « lien de subordination » qui permet de qualifier une relation de travail salarié « est caractérisé par l'exécution d'un travail sous l'autorité d'un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d'en contrôler l'exécution et de sanctionner les manquements de son subordonné »9. Selon Alain Supiot, la notion de subordination revêt en fait un double sens. Dans le premier sens, la subordination désigne l'appartenance à Paris, 1986, p. 541), il souligne en effet que « toute population a un répertoire limité d'actions collectives, c'est-à-dire de moyens d'agir en commun sur la base d'intérêts partagés [...]. Ces différents moyens d'action composent un répertoire, un peu au sens où on l'entend dans le théâtre et la musique, mais qui ressemble plus à celui de la commedia dell'arte ou du jazz qu'à celui d'un ensemble classique. On en connaît plus ou moins bien les règles, qu'on adapte au but poursuivi ». 8. Alain Supiot, « Les nouveaux visages de la subordination », Droit social, 2000, p. 131-145. 9. Cf. Cour de cassation, chambre sociale, 13 novembre 1996, Société générale, décision ayant fait jurisprudence (RJS 12/96 n° 1320).

175

Le. travail bénévole un tout, il s'agit donc d'une subordinationfonctionnelle qui résulte de l'intégration à une organisation. Dans le second, elle renvoie à la soumission d'un individu à des ordres, il s'agit ici d'une subordination personnelle qui résulte d'un devoir d'obéissance. « La relation de travail » doit donc être pensée comme « le lieu d'une tension entre ces deux faces de la subordination : celle de l'appartenance à une institution ayant ses lois propres, que ce soit la corporation ou l'entreprise ; et celle de la soumission au pouvoir d'un autre : l'employeur ou son représentant »10. Dans diverses contributions, Alain Supiot développe alors l'idée que la période actuelle est marquée par le retour en force d'une subordination fonctionnelle qui s'accompagne le plus souvent d'un reflux de la subordination personnelle. Ce qui caractérise ces « nouveaux visages de la subordination », c'est « non plus le visage d'un chef identifiable, armé ou non d'un chronomètre, mais celui d'un Ordre anonyme, que chaque travailleur, salarié ou non, se doit de servir fidèlement ». C'est le modèle de « l'athlète du travail » qu'évoque Bernard Grassi, inspecteur du travail, dans sa contribution à l'ouvrage La Subordination dans le travail : « un modèle où il ne s'agit plus de se conformer à des ordres, mais de répondre continûment et parfaitement à des attentes »u. Cette nouvelle forme de subordination est donc plus diffuse, au double sens du terme. Elle est plus diffuse au sens de plus subtile car elle laisse davantage place à des éléments d'autonomie dans cette relation d'autorité. Elle s'appuie ainsi, in principio, sur une valorisation de l'initiative, de la créativité et de la responsabilité du salarié. Mais elle peut être tenue également pour plus diffuse en ce qu'elle déborde, qu'elle se répand au-delà du cadre strict du salariat. Si Alain Supiot écrit bien « un Ordre anonyme que chaque travailleur, salarié ou non, se doit de servir fidèlement », c'est parce qu'avec d'autres, il fait le constat de l'apparition croissante de formes « d'allégeance dans l'indépendance ». La subordination fonctionnelle s'étendrait ainsi au-delà des frontières du salariat et la distinction entre le travailleur subordonné et le travailleur indépendant serait de plus en plus floue. Comme l'analyse des processus de définition et de contrôle du rôle et de la place du bénévole dans la matrice sociale du travail l'a montré, sans être pris dans le cadre formel de la subordination juridique inscrite dans le contrat de travail, le travailleur 10. Alain Supiot, « Préface », in Jean-Pierre Chauchard et Anne-Chantal Hardy-Dubernet (sous la direction de), La Subordination dans le travail, op. cit., p. 7. 11. Ibidem, p. 8.

176

La « subordination inqualifiable »... bénévole est bien, dans une certaine mesure et dans une certaine limite, soumis à cette subordination, peut-être faudrait-il dire cette « autorité » fonctionnelle dont parle Alain Supiot, celle qui renvoie au fait d'appartenir à un ensemble, de participer à une situation de travail et d'en respecter les règles... « Le bénévolat, qu'il soit formel ou informel, écrit Robert Stebbins, comporte souvent l'obligation claire d'être à un endroit particulier, à une heure précise, pour exercer une certaine fonction. » 12 C'est aussi ce que souligne Gildas Loirand dans le domaine du sport lorsqu'il écrit, au sujet des entraîneurs de clubs, que « dans la relation bénévole, le lien de subordination - qui ne peut d'ailleurs être pensé comme tel - est en quelque sorte marqué par l'absence d'un donneur d'ordre identifié hiérarchiquement (ce qui ne signifie pas absence de hiérarchie interne) » 13 . Il y a alors selon lui « acceptation volontaire d'une relation de subordination », c'està-dire « acceptation librement consentie des directives issues de la direction administrative du groupement (présence aux entraînements, respect des calendriers et règlements fédéraux, hygiène de vie, exemplarité...) »14. Comme le laisse entendre l'inventaire dressé par Gildas Loirand, cette autorité fonctionnelle va au-delà de ce qu'énonce Robert Stebbins. Il est bien sûr question de présence, de ponctualité, de respect des horaires collectifs et des rôles dévolus à chacun... mais « appartenir à un ensemble et en respecter les règles », pour reprendre la définition d'Alain Supiot, c'est aussi apprendre à, et accepter de se conformer aux « comportements prescrits ». « Quand on entre à C, expliquait Pierre au cours de l'entretien, on vous explique qu'il y a un cadre, que le volontaire agit dans un cadre, et qu'il ne faut pas déroger du cadre. Alors évidemment, à un moment ou à un autre... on va toujours déroger du cadre. » Ne pas « déroger du cadre », c'est apprendre à ne pas donner ses coordonnées personnelles quand on fait de l'accueil téléphonique par exemple ou à ne pas héberger chez soi quand on fait de l'accueil en face-à-face. « C'était pendant la guerre en Irak et ça a eu une répercussion énorme sur les enfants [...]. Le directeur nous a dit : 'Jamais un enfant qui est seul sur la religion, changer immédiatement de sujet",

12. Robert A. Stebbins, « Volunteering : a serious leisure perspective », article cité, p. 218. 13. Gildas Loirand, « Des relations "d'homme à homme" au contrat de travail », in Jean-Pierre Chauchard et Anne-Chantal Hardy-Dubemet (sous la direction de), La Subordination dans le travail, op. cit, p. 139. 14. Ibidem, p. 137.

177

parce que y a une année où un enseignant a essayé de parler avec un enfant de ce problème-là, et les parents ont porté plainte pour racisme contre l'école. Le directeur a adopté la politique d'éviter le conflit par tout moyen. » (Anne, bénévole à l'Afev, 22 ans, étudiante en préparation du Capes d'anglais à l'université)

À l'Afev, le « cadre » n'impose pas seulement à l'étudiant bénévole de respecter les règles fixées par l'établissement scolaire, comme l'évoque Anne ci-dessus, bénévole depuis deux ans dans une ZEP de la région parisienne, mais aussi de s'engager à exercer son activité pendant une durée déterminée, de suivre en parallèle de son activité les formations dispensées par l'association, et de ne pas faire d'accompagnement scolaire pendant les périodes d'examen pour montrer l'exemple au jeune dont il s'occupe. Le cadre, c'est encore, pour les bénévoles de l'hôpital, l'obligation de respecter le secret médical, règle inscrite noir sur blanc dans la charte du bénévolat à l'hôpital Le cadre bien entendu accompagne le rôle. Plus le rôle est construit, plus il est accompagné de comportements prescrits et formalisés. La soumission à une autorité fonctionnelle apparaît ainsi plus forte, plus prégnante pour les bénévoles de Aides ou les entraîneurs de clubs que pour certaines formes de bénévolat moins spécialisées... Les travailleurs volontaires, tout en s'inscrivant a fortiori dans cette autorité fonctionnelle, semblent en outre, davantage que les bénévoles, sous l'emprise d'un devoir d'obéissance, de soumission à un pouvoir. Ainsi, « le pouvoir de sanction des manquements du subordonné », s'il apparaît rarement explicité dans le cas du travailleur bénévole, fait partie intégrante du lien, parfois « contractuel », qui relie le volontaire à son association. « [...] au bout de deux mois elle a eu trop d'absences, trop de machins, trop de... donc on l'a, en fait on l'a un peu virée, et puis en fait elle s'est pas présentée à un truc où elle devait nous présenter tous ses justificatifs d'absence, donc voilà. » (Un coordinateur Unis-Cité)

Sans doute la subordination à laquelle se plie le volontaire de City Year constitue-t-elle un exemple extrême. Comme le mentionnait dans son livre la journaliste Suzanne Goldsmith, qui s'est engagée dans le programme dans sa première année, « les règles, ainsi que le code disciplinaire, étaient consignées dans un document, intitulé le "contrat City Year". Le contrat se concentrait sur dix aires de performance et soulignait les conséquences 178

La « subordination inqualifiable »... de toute infraction possible »15. Ce contrat, les membres de City Year continuent aujourd'hui de le signer à leur entrée dans le programme, bien que celui-ci soit, à la différence de l'époque où Goldsmith effectue son enquête, également soumis aux clauses AmeriCorps. « Gary : Chaque fois que j'avais des trucs de City Year sur moi, fallait que je respecte le code, j'ai signé ce contrat que je ne ferai pas... Je veux dire, certains trucs ont du sens : tu ne peux pas fumer, tu ne peux pas dire des gros mots parce que tu ne veux pas donner cet exemple aux enfants. Mais certains sont franchement drôles. Par exemple, tu ne peux pas écouter ton walkman, tu dois rester debout dans les transports publics s'il n'y a pas de places... hmm... si par exemple, si je suis assis et quelqu'un... y a pas de sièges libres... et un jeune homme de 20 ans qui était tout aussi bien portant que moi, monte, je devrais me lever et lui donner mon siège... même après une très longue journée de travail... — Maud : Et c'est un contrat que tu as signé ? — Gary : C'est u n contrat que tu signes, ouais, au début de l'année. »

Si le contrat de City Year va, pour reprendre la formule de Jack, un jeune volontaire interviewé, « bien au-delà d'un contrat de travail », c'est parce que, comme on le perçoit bien dans l'extrait d'entretien de Gary ci-dessus, il ne régule pas seulement les conditions d'exécution du travail volontaire (horaires, absences, retards, congés, etc.), mais aussi les comportements des travailleurs (ne pas fumer, ne pas écouter son walkman, laisser sa place dans le bus...). Ces règles de travail et de comportement, sanctionnées par toute une procédure d'amendes, évoquent d'ailleurs davantage les règlements d'atelier du xix e siècle que le contrat de travail... En outre, par le média de l'uniforme, l'organisation « surveille et punit » les comportements des acteurs bien au-delà du site de travail. Dès l'instant où il porte l'uniforme, le volontaire est de facto soumis à ce qu'il convient bien d'appeler un « code disciplinaire ». Le temps en uniforme, comme « temps mesuré et payé, doit être aussi un temps sans impureté ni défaut, un temps de bonne qualité, tout au long duquel le corps reste appliqué à son exercice »16. La cristallisation des règles autour du port de l'uniforme (« Chaque fois que j'avais un truc de City Year sur moi, je devais respecter le code »), à l'image des exercices physiques que font tous les matins sur la place publique les volontaires de City Year, évoque ainsi le modèle militaire et l'idée de commandement, 15. Suzanne Goldsmith, A City Year..., op. cit., p. 32. 16. Michel Foucault, Surveiller et punir, Gallimard, Paris, 1998, p. 177.

179

Le travail bénévole et au-delà une certaine technologie du pouvoir, « un dressage des corps » et une « prise en charge méticuleuse du corps et du temps coupable » décrits par Michel Foucault. 17 Certes, ce pouvoir s'affirme sur un mode moins personnel (« le patron ») que collectif (« les coordinateurs », le « CA », « l'association »...), mais l'arbitraire des modes de sanction, largement souligné par plusieurs volontaires et anciens volontaires interviewés, tend à personnaliser le lien de subordination, au moins dans ses dimensions de contrôle et de sanction. Mais, au-delà de cette dérive personnalisante inscrite dans les modes de gestion des volontaires, l'emprise de ce lien de subordination n'est « structurellement » pas la même pour tous. Quand il est soutenu matériellement par sa famille, l'expérience et donc la subordination du jeune volontaire sont proches de celles du bénévole. Pour ceux qui dépendent économiquement de l'indemnité et se rapprochent en ce sens bien plus de la figure, et de la condition, du salarié, le lien de subordination a une autre réalité. Ainsi, les amendes n'ont pas que des effets symboliques pour ceux qui n'ont que l'indemnité de volontaire pour vivre et en viennent, quoi qu'en disent les textes de loi, à la considérer comme un « salaire », une « paie »... Le retrait d'une partie de l'indemnité est loin d'avoir le même sens et la même prise lorsque celle-ci correspond à de « l'argent de poche », pour reprendre les termes d'une interviewée vivant chez ses parents et soutenue financièrement par eux au cours de son volontariat. C'est bien la question de la dépendance économique qui est posée ici, et plus précisément des modalités par lesquelles cette dépendance économique peut durcir et renforcer le lien de subordination. Au regard des travaux de sociologues et historiens fondés sur la confrontation de la subordination juridique à une subordination réelle, il semble que l'on devrait introduire ici un troisième terme dans la discussion, qui renverrait en quelque sorte à une subordination de condition. Il conviendrait ainsi de distinguer dans l'analyse une subordination juridique, celle qui est définie par la loi, une subordination de statut, telle qu'elle s'analyse dans les pratiques et les règles des organisations qui peuvent être bien loin de l'esprit des lois, et une subordination de condition, qui renvoie aux modes d'occupation d'un statut et donc aux conditions sociales et économiques de ceux qui l'occupent. Ainsi, si l'on reprend l'exemple du volontaire, on peut noter qu'il n'est pas inscrit dans un lien de subordination juridique, que l'analyse de son statut au travail témoigne bien pourtant de certaines formes de subordination, à la fois fonctionnelle comme personnelle, dont 17. Ibidem, p. 154.

l80

La « subordination inqualifiable »... la nature même, sinon l'intensité vont varier en fonction de ses caractéristiques sociales (subordination de condition). Continuum et requalificalions : les frontières de la subordination et leurs passages... Qu'elle soit appréhendée du côté des statuts dans lesquels elle s'inscrit ou du côté de ceux qui les occupent et donc la vivent, la subordination pourrait être pensée, comme le proposent Jean-Pierre Chauchard et Anne-Chantal Hardy-Dubernet, « non comme un état permettant de trancher des situations de travail, mais comme un continuum qui contribuerait à définir de manière positive des relations de travail allant d'un salariat "pur" à une "vraie" indépendance, mais en concevant clairement d'autres cas "parasubordonnés" définis à partir de critères concrets »18. On ne peut manquer de penser ici aux travaux de Robert Stebbins qui proposait, en introduisant la figure du « serious leisurer » (« l'amateur sérieux »), de penser la traditionnelle dichotomie de l'amateur et du professionnel sur le registre du continuum et non de l'opposition, mettant ainsi en lumière un spectre de rapports à la pratique et le faisceau des critères susceptibles d'identifier le positionnement des acteurs sur celui-ci.19 À bien des égards, le statut du volontaire pourrait être juridiquement pris au « sérieux » et reconnu comme une relation de travail parasubordonnée, pour reprendre les termes de Jean-Pierre Chauchard et Anne-Chantal Hardy-Dubernet. « Qu'il s'agisse des lieux de travail, de la propriété des moyens de travail, du contrôle des horaires, de la nature de la prestation, etc., ces critères, que les juges veulent tirer des faits, existent et sont facilement repérables, mais ils nécessitent que le droit du travail rompe avec une représentation dichotomique des relations laborieuses. » 20 18. Jean-Pierre Chauchard et Anne-Chantal Hardy-Dubernet, La Subordination dans le travail, op. cit., p. 305. 19. Dans l'article fondateur déjà cité, « Serious leisure : a conceptuel statement », Robert A. Stebbins propose six éléments qui permettent de caractériser le rapport des « amateurs sérieux » à leur pratique : l'implication dans une carrière, la persévérance, l'accumulation de connaissances et d'habiletés spécifiques, des gratifications personnelles, un éthos, et enfin une solide identité de pratiquant (ou une forte identification). Pour une présentation plus détaillée du travail de Robert Stebbins, cf. Vérène Chevalier et Maud Simonet, « Au-delà des frontières : les "carrières invisibles" de Kaplan Daniels et le "loisir sérieux" de Stebbins », in Régine Bercot et Charles Gadéa (sous la direction de), Professionnalisation des groupes professionnels, Octarès, « Le travail en débat », à paraître en 2010. 20. Jean-Pierre Chauchard et Anne-Chantal Hardy Dubemet, La Subordination

181

Le. travail bénévole Ainsi, comme le souligne l'entretien ci-dessous avec un responsable d'équipe, l'augmentation d'environ 370 euros à 570 euros du montant de l'indemnité à Unis-Cité suite à l'application du décret de 2003 sur le volontariat de cohésion sociale et de solidarité a conduit à aligner davantage la gestion des volontaires sur celle des salariés. « Il y a le salarié... voilà, salaire, on va fixer un certain nombre d'exigences. Le bénévole, aujourd'hui... c'est un nombre d'heures plutôt faible dans la semaine, dans l'année et aucune exigence. Bon, même si, aujourd'hui, on en revient. Le bénévolat aujourd'hui, on est en train d'organiser de la vraie formation de bénévoles et du coup ça change un peu. Et "entre", il y a le volontaire. On va donner un peu d'argent, et du coup on va avoir un peu d'exigences. Mais pas autant [que pour un salarié] parce qu'on donne pas autant d'argent. [...] Y a quand même une bourse de volontariat et par rapport à cette bourse de volontariat, les exigences qu'on pose de retard, enfin de non-retard, de non-absence, de justificatifs, de choses comme ça parce que nous, par exemple, y a des sanctions financières si jamais... alors c'est pas forcément légal, je sais pas, mais ça on verra... Y a des sanctions financières, donc du coup y a des implications directes sur la bourse. Donc y a ces exigences-là, qui sont peut-être plus dures que l'année dernière parce que l'année dernière, sur une bourse de 370 euros, 380 euros, pour enlever encore des sous dessus... » Si les frontières de la subordination apparaissent ainsi pour le moins poreuses, reste que la question de la qualification juridique du lien de subordination et donc de sa reconnaissance est loin d'être secondaire puisque, avec cette qualification, est attachée toute une série de droits sociaux, de protections et de contrepouvoirs du « subordonné ». C'est tout l'enjeu des demandes de requalification de travail bénévole en salariat qui ont été portées par des bénévoles devant les prud'hommes ou par l'URSSAF en France et par le ministère du Travail, le DOL (Department of Labor) aux États-Unis. Plusieurs arrêts ont retenu l'attention des commentateurs en France. Dans l'affaire Emmaùs, tout d'abord, où un compagnon avait saisi la justice pour faire reconnaître qu'il était titulaire d'un contrat de travail. Le 9 mai 2001, la chambre sociale a rendu l'arrêt en faveur d'Emmaus défendant le point de vue selon lequel « les travailleurs qui sont acceptés dans les foyers Emmaùs et participent au travail d'Emmaus ne sont pas des salariés ». Comme le souligne Philippe Waquet dans son commentaire de l'arrêt, « ce jugement se rattache à la jurisprudence religieuse [...] et renvoie dans le travail, op. cit., p. 305.

182

La « subordination inqualifiable »... à l'idée que l'on s'engage par vœu ou d'autre manière dans une communauté, que l'on n'y travaille pas avec l'idée de rendre service à un tiers ou à un employeur. Ce point de vue est peut-être discutable. Toujours est-il qu'il a justifié l'arrêt en question »21. On notera qu'en 2008, la loi généralisant le revenu de solidarité active et réformant les politiques d'insertion a inséré dans le code de l'action sociale et des familles un chapitre relatif « au statut des personnes accueillies dans des organismes d'accueil communautaire et d'activités solidaires ». Cette disposition, qui a pour conséquence d'instituer dans la loi un statut non salarié pour les compagnons d'Emmaiis, a relancé le débat sur cette question de leur exclusion du droit du travail, au Sénat 22 comme dans les médias 23 . Dans un second cas qui a fait date, celui de l'arrêt Croix-Rouge (Cour de cassation, chambre sociale, 29 janvier 2002), le lien de subordination a été reconnu et la demande de requalification formulée par les bénévoles a été validée. Celle-ci avait été émise par deux bénévoles qui accompagnaient depuis plusieurs années pour la Croix-Rouge des personnes voyageant seules. Ils avaient signé un « contrat de bénévolat » avec l'association et n'étaient pas membres de celle-ci, leur voyage était payé par la Croix-Rouge qui leur dispensait également une indemnité pour leurs frais. Cette fois-ci, l'arrêt a été rendu en faveur des demandeurs et le contrat de bénévolat a été requalifié en contrat de travail. Comme le résume Matthieu Hély : « La chambre sociale de la Cour de cassation a ainsi estimé que l'exécution du travail était effectuée dans un état de subordination juridique 24 et que l'indemnité 21. Philippe Waquet, « Les zones grises entre bénévolat et salariat », La Tribune Fonda, n° 170, décembre 2004, p. 41. 22. Voir notamment la question écrite n° 09516 de Mme Josiane MathonPoinat (sénatrice CRC-SPG de la Loire), publiée dans le JO Sénat du 9 juillet 2009, où elle attire l'attention de Martin Hirsch, alors haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, haut-commissaire à la jeunesse sur le statut juridique des compagnons d'Emmaiis qui « empêche de considérer les compagnons en tant que salariés au motif qu'il n'existerait pas dans ce type de relation de "lien de subordination" nécessaire à l'établissement d'un contrat de travail » et conduit à ce que « les compagnons se retrouvent exclus des droits protecteurs que peuvent leur apporter le code du travail et le statut de travailleur alors même qu'une bonne partie d'entre eux exercent une réelle tâche professionnelle à finalité économique » (p. 1753). 23. Cf. notamment « Emmaus. Ancien compagnon, il réclame un certificat de travail qu'on ne peut lui fournir », Sud-Ouest, lundi 9 mars 2009, et Chloé Leprince, « Généreux et ouvert, Emmaus ? Des compagnons se rebiffent », Rue 89,13 juin 2009. 24. Parmi les éléments plaidant en faveur de la reconnaissance de la relation de subordination, on trouve des éléments ayant trait à la manière dont

183

Le. travail bénévole équivalait à une rémunération puisqu'elle ne dépendait pas d'un tarif forfaitaire ajusté aux frais réels exposés, mais fluctuait selon les missions. » 25 Ainsi, un double critère peut conduire à pointer l'existence objective d'un contrat de travail derrière un engagement bénévole et aboutir ainsi à une requalification du bénévolat en salariat. Il convient de prouver à la fois l'existence d'un lien de subordination et celle d'une rémunération, qui peut se justifier à partir d'une indemnisation ou d'une prise en charge forfaitaire (et non réelle) des frais, mais aussi dans certains cas de la présence d'avantages en nature. La contrepartie (monétaire ou en nature) ne peut en effet être considérée comme une forme de salaire qu'en présence de ce lien de subordination. Ainsi le cas du Café des arts (Cour de cassation, chambre sociale, 31 mai 2001), un établissement de restauration servant de support à diverses activités artistiques et culturelles, dont le fonctionnement et l'animation étaient assurés par six membres permanents d'une association, non rémunérés mais bénéficiant d'avantages en nature (logement, nourriture, entretien) et que l'URSSAF avait affiliés au régime général de sécurité sociale, considérant que ces bénévoles effectuaient pour le compte de l'association un travail rémunéré par ces contreparties diverses. La Cour de cassation a jugé que, bien que les membres aient bénéficié d'avantages en nature, le lien de subordination entre eux et l'association n'était pas établi. En effet, la Cour de cassation a souligné qu'ils n'avaient aucun horaire de travail, géraient eux-mêmes leur activité, choisissaient les activités et orientations à mettre en œuvre, ne recevaient aucune instruction pour le travail et participaient aux activités selon leur bon vouloir et selon les modalités qu'ils déterminaient eux-mêmes. L'affiliation au régime général de sécurité sociale ainsi que la réclamation du paiement des cotisations afférentes aux années 1991 à 1993 demandées par l'URSSAF ont alors été refusées. Toutefois, dans plusieurs autres cas, la reconnaissance de formes de rémunération cumulées à l'existence d'un lien de subordination a conduit les tribunaux ces dernières années à requalifier des activités bénévoles en contrat de travail. Ainsi de cet le travail était effectué mais aussi, comme le souligne Philippe Waquet, le fait que les bénévoles n'étaient pas membres de l'association. « En l'espèce, parce que les intéressés n'étaient pas membres de la Croix-Rouge, la Cour de cassation les a considérés comme des salariés qui travaillaient pour le compte de la Croix-Rouge et ne cherchaient pas à satisfaire au but de la Croix-Rouge, n'étant pas militants ou membres. » Philippe Waquet, « Les zones grises... », article cité, p. 42. 25. Matthieu Hély, Les Métamorphoses du monde associatif, op. cit., p. 67.

184

La « subordination inqualifiable »... entraîneur de foot, pour qui le contrat de travail a été retenu car il résultait de plusieurs témoignages qu'il exerçait ses fonctions sous la subordination de l'entraîneur principal du club, dont il exécutait les instructions, et qu'il percevait une allocation forfaitaire dont le montant était tel qu'il ne pouvait se limiter aux seuls remboursements des frais.36 De même, c'est bien la question de savoir si l'on peut ou non parler de subordination qui est au cœur du conflit actuel opposant l'URSSAF et l'association Sauve qui peut le court métrage, à Clermont-Ferrand, qui a subi en 2008 son troisième contrôle (après ceux de 1993 et 1996). Les deux cent quarante bénévoles du festival, qui dure neuf jours et accueille cent trente cinq mille spectateurs, touchent une participation pour frais de repas de 13 euros que l'URSSAF propose de requalifier en salaires, constatant un lien de subordination, que l'association conteste. Le redressement auquel l'association organisatrice du festival est confrontée s'élève à 171000 euros correspondant aux cotisations URSSAF mais aussi à celles des caisses de retraite complémentaire et de l'Assédic. Après avoir saisi la commission de recours amiable de l'URSSAF pour échapper à ce redressement qu'elle ne peut payer, l'association a saisi le tribunal des affaires de sécurité sociale, la commission ayant entériné les conclusions du rapport qui enjoint l'association à salarier désormais les bénévoles du festival. Une pétition intitulée « Remise en cause du statut du bénévolat par l'URSSAF » circule sur internet depuis l'été 2008 pour soutenir l'association.37 Aux États-Unis, bien que le cadre légal du droit du travail ne soit pas le même, les critères de reconnaissance juridique et donc d'éventuelle requalification du bénévolat ne sont pas si éloignés. Mis en place sous le New Deal, en 1938, Le Fair Labor Standard Act (FLSA) « a fixé des normes minimales : semaine 26. Cour de cassation, chambre sociale, 11 juillet 2007, pourvoi n° 06-43804. 27. Elle se termine ainsi : « L'association souhaite alerter le milieu associatif contre les risques encourus si l'interprétation de la réglementation faite par les caisses de recouvrement devait remettre en cause la nature désintéressée des actions menées par des bénévoles. Une telle application des textes se révèle d'autant plus contradictoire qu'un grand nombre d'associations et d'actions menées par celles-ci sont profondément ancrées dans des valeurs sociales, de respect, de partage et de rassemblement Le maintien du redressement URSSAF conduirait inévitablement à la mort de très nombreuses manifestations qui font la richesse culturelle de notre pays. L'application à la lettre d'une réglementation inadaptée (et que nous contestons juridiquement) induit tellement d'effets pervers qu'elle ne peut tout simplement pas perdurer. »

185

de quarante heures avec paiement des heures supplémentaires, salaire minimum, âge minimum du travailleur »28 et a participé à ce titre à construire la catégorie d'employee (employé) et les droits qui lui sont associés. C'est dans le cadre de cette loi que la question de la distinction juridique entre bénévolat et emploi s'est posée, en 1985, lors des amendements par le Congrès américain du FLSA, amendements qui selon certains commentateurs donnent naissance à la reconnaissance juridique du statut de bénévole aux États-Unis. Les amendements précisent ainsi qu'un individu est reconnu bénévole sous le FLSA s'il « (1) effectue des heures de service pour une agence publique pour des raisons civiques, charitables ou humanitaires, sans promesse, attente ou perception d'une compensation pour les services rendus ; même si un bénévole peut être défrayé, recevoir des avantages en nature raisonnables ou une somme symbolique pour exercer cette activité ; (2) offre ses services librement et sans pression ni coercition et (3) n'est pas en même temps employé par le même type de services que ceux pour lesquels il se propose de faire du bénévolat ». C'est autour de ce dernier point, le « bénévolat des employés », au cœur de l'amendement de 198529, que des cas de requalifications ont été présentés devant les tribunaux américains et c'est sur lui également que la doctrine du Département of Labor (DOL), le ministère du Travail américain, relative à la différence entre un employee (employé) et un volunteer (bénévole) s'est essentiellement constituée. En septembre 2005, devant le cas de salariés d'une université sous statut associatif ayant fait du bénévolat lors de la course annuelle organisée par l'université, le DOL a affirmé que les bénévoles devaient être compensés pour tout temps de travail exercé durant leurs horaires de travail habituels et pour tout travail similaire à leur activité professionnelle régulière, même si celui-ci était exercé en dehors des heures de travail. En revanche, ceux qui avaient exercé, en dehors de leur journée de travail, une autre activité que leur activité de salarié pouvaient être considérés comme des bénévoles (et non des employés) au cours de l'événement. En novembre 2005, devant un cas concernant cette fois le bénévolat d'un employé du secteur public - un gardien d'école opérant bénévolement comme coach sportif pour les enfants -, le DOL a été conduit à préciser ce qu'il considérait comme un nominalfee (indemnité minime ou somme symboli28. Donna Kesselman, « Travail et salariat aux États-Unis : quels droits, quelles perspectives ? », article cité. 29. James F. Clark, « Congress amends Fair Labor Standard Act Légal Comment », Wtsconsin School News, janvier 1986, p. 36.

186

La « subordination inqualifiable »... que) qui pouvait être payé à un bénévole dans le cadre du FLSA. Premièrement l'indemnité ne peut constituer une rémunération {compensation) du bénévolat, en d'autres termes, elle ne peut varier en fonction du temps passé par l'individu à la tâche ou de la réussite de son entreprise. Deuxièmement, elle doit vraiment être symbolique : dans le cas du coach, le DOL a établi qu'une telle condition serait respectée si elle n'excédait pas 20 % de ce que l'école dépenserait en embauchant quelqu'un pour exercer la même fonction. La frontière juridique reste assez floue et elle se construit avant tout dans la jurisprudence, d'un cas à l'autre, cas qui, comme le soulignait Génération précaire 30 en posant la question de la requalification des stages en contrat de travail comme répertoire d'action, sont nécessairement rares au regard des situations qui pourraient y prétendre. On peut se prendre à imaginer ce qu'il adviendrait si, un beau matin, l'URSSAF et le DOL se penchaient sur l'ensemble des organisations du monde associatif ou, mieux, si tous les bénévoles décidaient de demander une requalification de leur activité bénévole en travail subordonné... mais, dans la réalité, de telles pratiques sont peu concevables. La zone d'incertitude qui caractérise cette frontière juridique explique toutefois que, malgré le faible nombre de demandes de requalification, des fiches ou conseils juridiques se sont pourtant multipliés sur les sites des coordinations associatives en France, des structures de conseil aux nonprofit aux États-Unis, pour sensibiliser leurs membres au « risque de requalification ». Les deux encadrés ci-dessous illustrent ce type de mise en garde faite aux associations, le premier en France, le second aux États-Unis, et témoignent, malgré la différence des contextes légaux et institutionnels, de la similarité du faisceau d'indices mobilisé et au-delà de la proximité des enjeux soulevés par la requalification pour ces organisations. « Voici une liste d'éléments susceptibles d'éviter une requalification de la relation "bénévole-association" en lien de subordination : — Liberté dans les horaires. — Liberté dans l'organisation du travail. — Autogestion de l'activité. — Absence d'instructions précises. Dans la mesure où peu d'activités, même bénévoles, peuvent être organisées avec une telle absence de contraintes pour ceux qui s'engagent, il convient d'être particulièrement vigilant sur le remboursement des frais. Bien souvent, seule l'absence de rémunération permettra d'éviter la requalification en contrat de travail. 30. Génération précaire, Sois stage et tais-toi !, op. cit., p. 129.

187

Le. travail bénévole Il convient de noter que la signature d'un "contrat de bénévolat" ne garantit en rien d'échapper à une requalification judiciaire, la présence d'un tel élément formel dans la relation "bénévole-association" pouvant même avoir l'effet contraire. » (Extrait de « Fiche pratique bénévolat », site de la coordination Sud, Solidarité urgence développement) « Certains facteurs qui peuvent faire la différence entre le bénévolat et l'emploi sont : — Est-ce que le travailleur est motivé par un motif personnel, civique, humanitaire, charitable, religieux, ou de service public ? — Est-ce que les services accomplis sont généralement associés au travail bénévole ? — Est-ce que les services procurés sont différents de ceux généralement accomplis par des travailleurs rémunérés et est-ce que les heures de service sont inférieures à un temps plein ? — Quel contrôle l'association exerce-t-elle sur le bénévole quand il ou elle exerce son service ? — Est-ce que le bénévole arrange généralement son emploi du temps pour procurer ce service à un moment où cela lui est le plus pratique ? » (Extrait de « Volunteer or employee, do you know the différence? », Nonprofit risk management center)

Comme le souligne Anne-Chantal Hardy-Dubernet, la jurisprudence est éclairante sur l'enjeu de la qualification juridique d'un contrat de travail, « puisqu'elle montre que ce ne sont jamais les employeurs qui font appel aux tribunaux pour obtenir la requalification d'une relation de travail. Il s'agit soit d'un travailleur qui, à l'occasion d'une rupture de son activité, réclame des indemnités de licenciement, soit des organismes collecteurs des cotisations sociales qui suspectent l'existence d'une relation de travail dépendant de fait, sans contrat de travail, et réclament leur dû. Jamais un employeur ne demande au juge d'être reconnu comme tel. C'est d'ailleurs lui, en priorité, qui fait l'objet de plaintes et qui est condamné lorsque sa position d'employeur est établie. Le juge cherche, lors des débats, à prouver l'existence d'un lien de subordination que, paradoxalement, le donneur de travail dénie. Ce "détail" de l'activité jurisprudentielle doit alerter sur l'"enjeu" de la qualification du travail salarié. Car il peut paraître paradoxal que l'employeur ne veuille pas que soit établi qu'il dispose d'une autorité légale sur son "salarié" » 31 . Cette interrogation prend un sens tout particulier dans le cas du travail bénévole, qui est 31. Anne-Chantal Hardy-Dubernet, in Jean-Pierre Chauchard et Anne-Chantal Hardy-Dubernet, La Subordination dans le travail, op. cit, p. 48.

188

La « subordination inqualifiable »... bien souvent dénié comme relation de travail par l'ensemble des acteurs associatifs, bénévoles y compris... à l'exception de ceux qui attaquent en requalification. Comme en témoigne l'argumentation développée dans la pétition ci-dessus (« le bénévolat est un dispositif indispensable à la vie associative », « les valeurs sociales de respect, de partage et de rassemblement portées par les associations en cause », etc.), il y a fort à parier que dans de nombreux cas de requalification l'employeur des travailleurs bénévoles, tout en se comportant comme tel, ne se soit jamais véritablement pensé en ces termes. En transformant le contrat de bénévolat en contrat de travail, la requalification transforme dans le même mouvement l'engagement d'hier en travail dissimulé. Elle opère en quelque sorte une sortie du travail bénévole par le salariat Pour défendre leurs droits, les travailleurs bénévoles mettent-ils également en œuvre d'autres formes de contestation qui maintiennent la définition de leur travail comme engagement ? LE DÉPART ET LES PROTESTATIONS : LES CONTRE-POUVOIRS DU TRAVAILLEUR BÉNÉVOLE Hormis la requalification, par quelles modalités spécifiques ce travailleur particulier, non subordonné juridiquement mais bien soumis à une autorité, inscrit dans des rapports organisationnels et hiérarchiques, contrôle-t-il un minimum ses conditions de travail et se protège-t-il du « pouvoir du plus fort que lui » 32 ? Ces modalités sont-elles uniquement individuelles ou existe-t-il des formes de mobilisation collective des travailleurs bénévoles ? S'inscrivent-elles alors dans un répertoire d'actions collectives spécifique ou empruntent-elles au répertoire d'action des « autres » travailleurs ? La relation de travail bénévole, des contre-pouvoirs spécifiques ? Dans le sens commun, social comme sociologique, en France comme aux États-Unis, on entend souvent que face à une déception ou à un désaccord sur le fonctionnement ou les prescriptions de l'organisation, la différence entre le salarié et le bénévole résiderait dans le fait que « le bénévole, lui, peut toujours partir ». N'étant tenu ni par un contrat ni par un salaire, le contre-pouvoir du bénévole, comme travailleur, résiderait ainsi dans la possibilité qui est la sienne de « faire défection ». À la manière du consom32. Ibidem, p. 56.

189

mateur de biens ou de services décrit par Albert O. Hirschman, « face au déclin [de son] organisation », c'est-à-dire au sentiment que la qualité de ce qui lui est proposé se dégrade, le bénévole aurait à tout moment cette possibilité de « voter avec ses pieds », qu'il choisisse de le faire en silence... ou en claquant la porte33. L'exemple de Mathilde, déjà évoquée à plusieurs reprises, illustre assez bien cette représentation idéal-typique d'un départ (exit) orchestré par une protestation (voice). Entrée à M. en 1991, « en tant que bénévole [...] pour simplement trier des vêtements qui étaient acheminés ensuite en ex-Yougoslavie », elle a fait partie deux semaines plus tard de l'organisation d'une mission dans deux villages de Croatie. Après plus de trois années comme responsable de mission en ex- Yougoslavie, Mathilde a mis fin à son engagement bénévole à M. Une part non négligeable de l'entretien est d'ailleurs consacrée à l'explicitation des motifs qui l'ont conduite, après nombre de discussions et selon ses propres termes, à « démissionner » de cette organisation. Prise de parole et défection se sont donc succédé, dans le cas de Mathilde qui, après une année de combat pour faire valoir sa position à M., a donc décidé, avec d'autres volontaires, de quitter l'association. « A partir de là le bilan était simple, tu pouvais continuer en te disant ben effectivement on alimente qui, les lobbies pharmaceutiques, les lobbys des armes, et puis une fois que la guerre sera finie, c'est-à-dire une fois que les grandes puissances par le biais de la Serbie, de la Bosnie et de la Croatie, auront réglé leur problème européen [...], lorsque ces États auront réglé leurs problèmes, eh bien viendront les lobbys de la reconstruction et on commençait à les voir, effectivement, suivant les territoires dans lesquels nous étions. [...] Donc à partir de là, ben, au sein de M. [en ex-Yougoslavie], de vastes discussions. Au retour [dans la délégation régionale], de nouvelles vastes discussions et, à la suite de ça, des prises de position radicales [...] Et là, s'en est suivie toute une série de démissions, dont j'étais, après une entrevue avec [un responsable de M. à Paris],

33. Je me réfère ici à la trilogie conceptuelle proposée par Albert O. Hirschman : exit (« départ » ou « défection »), voice (« protestation » ou « prise de parole ») et loyalty (« fidélité »). Dans leur première version, en 1970, les concepts de défection et de prise de parole avaient été définis dans un « jeu de bascule », écrit-il en 1995, comme « deux réponses contradictoires des consommateurs ou de membres d'organisations à leur sentiment que se dégrade la qualité des biens qu'ils achètent ou des services et des avantages dont ils bénéficient ». Dans un article de 1995, il nuance cet antagonisme pour souligner leurs rapports d'interaction : « Défection et prise de parole s'entremêlent et se stimulent mutuellement ». Cf. Albert O. Hirschman, « Défection et prise de parole dans le destin de la RDA », Un certain penchant à l'autosubversion, Fayard, Paris, 1995, p. 5.

190

La « subordination inqualifiable »... qui quelque part comprenait parfaitement ce que je disais. Qui souhaitait que je reste en étouffant ce que j'avais à dire. Il voulait éviter la scission et en définitive, ben, la scission a eu quand même lieu en ce sens, si tu veux, qu'il y a eu des démissions en cascade. »

Tout au long de l'entretien que j'ai réalisé avec lui, Julien, bénévole « en souffrance » dans une association de lutte contre le sida, pose des questions relatives à la manière d'interpréter son rôle (« Est-ce qu'on s'en fait des amis ? Que faire quand une discussion tourne à la politique ? Comment appréhender la douleur, la déchéance physique ? Et comment le vivre après, avec soi ? »), questions auxquelles il dit beaucoup réfléchir sans trouver dans le cadre de l'association de réponses. Il rappelle à plusieurs reprises que l'association X « n'a pas de tradition de bénévolat », que la « venue des bénévoles pose des problèmes » et reproche à l'association la faible construction de son rôle, le manque de formation et d'encadrement des bénévoles, l'impossibilité du partage avec les autres bénévoles, l'absence de « secret » pour reprendre le terme d'Everett Hughes. Pourtant et paradoxalement, l'extrait qui suit témoigne du fiait que s'en aller ne va pas toujours de soi pour le bénévole®4 : « Y a un espèce de... J'ai l'impression qu'on est en pleine guerre froide. Jérôme [le responsable des bénévoles], c'est le Politburo et on ne peut rien dire entre nous parce que ça va remonter. Et ce qui est fou, c'est qu'on est là de notre propre chef, et on a peur de se faire exclure ! C'est ça qui est inacceptable dans le fond. Après tout, on pourrait aller le voir dans son bureau et lui dire que ça ne va pas. Moi, ça me ferait beaucoup de bien. [...] Mais entre la thérapie et le soulagement... après on sait qu'on est grillé quoi, si on veut rester, on ne peut pas. Alors tout le monde entend des petites critiques sur Jérôme, mais quand on entend les gens, y a un peu d'hypocrisie, même beaucoup d'hypocrisie. »

34. On notera d'ailleurs qu'en appliquant le cadre d'interprétation d'Hirschman, Patrick Fridenson a pour sa part souligné l'importance du tum-over et de l'absentéisme comme mode d'expression de l'« insatisfaction salariale ». Malheureusement, peu de travaux permettent aujourd'hui de mesurer le turn-over des travailleurs bénévoles et de le confronter à celui des salariés. On mentionnera simplement l'enquête de Jeffrey L. Brudney et Mark A. Hager auprès de trois mille associations américaines qui a posé la question suivante : « Parmi les bénévoles qui ont travaillé dans votre organisation l'année dernière, quel pourcentage est selon vous toujours impliqué dans l'association ? » Environ 3 % ont répondu 0, et 17 % que tous étaient toujours là, mais la plupart se situaient quelque part entre les deux : « L'association médiane rapportait un taux de rétention de 80 %. »

191

Le. travail bénévole Non seulement Julien ne s'imagine pas un instant « faire défection », mais il n'envisage pas non plus de « prendre la parole », c'est-à-dire de « se plaindre ou orchestrer la plainte ou la protestation », pour reprendre la définition d'Hirschman, de peur de ne pouvoir continuer à exercer une pratique dont il n'a pourtant de cesse de dénoncer, dans l'entretien, les conditions de - et les relations au - travail. Sans doute Julien, tout comme de nombreux bénévoles et volontaires36, n'est-il pas membre de l'organisation dans laquelle il intervient en tant que bénévole, et donc, de ce fait, ne participe pas à la prise de décision collective et aux échanges qui caractérisent pourtant, sur le mode idéal typique, le fonctionnement associatif.36 Plus fondamentalement, et au-delà des arènes de délibération, le « climat » qu'il décrit, et surtout l'absence de cohésion dans le groupe qu'il donne à entendre semblent laisser peu de place à l'expression collective spontanée d'un désaccord, comme l'avaient fait, par exemple, le matin même de mon arrivée sur le site de leur « mission », les jeunes de l'équipe de volontaires d'Unis-Cité que j'allais interviewer. Ûs se plaignaient du « sale boulot » qu'on leur avait confié dans cette association, essentiellement des tâches manuelles assez lourdes, et ne s'étaient pas privés de le faire savoir à leur responsable d'équipe, tout nouveau dans sa fonction. Pour la plupart issus de classes populaires, ils avaient, à la manière de Marc dans le conflit qui avait opposé son équipe de volontaires aux salariés de Z, reproché à l'association accueillante de les utiliser comme des « manutentionnaires » et à leur responsable d'équipe de ne pas leur avoir trouvé une mission plus intéressante. Au cours de l'entretien que je vais mener avec elle ce matin-là, Leïla reviendra à plusieurs reprises, avec une certaine colère, sur cette altercation à laquelle elle a largement pris part.

35. On notera ainsi qu'au moment de l'enquête les volontaires d'Unis-Cité ne sont pas membres de l'association et ne participent donc pas aux délibérations collectives sur le projet et le fonctionnement de l'organisation. Un responsable d'équipe interviewé déclarait à ce sujet : « La place des volontaires dans l'association est absolument scandaleuse, aucun pouvoir... On fonctionne de façon hyperhiérarchique et le projet d'Unis-Cité, le projet démocratique d'Unis-Cité, il est pas très [démocratique]... enfin, au niveau du volontariat. Parce que nous [les salariés], dans notre façon de fonctionner, c'est très démocratique. » 36. Voir notamment les travaux de Jean-Louis Laville et Renaud Sainsaulieu (sous la direction de), Sociologie de l'association. Des organisations à l'épreuve du changement social, Desclée de Brouwer, Paris, 1997, pour qui l'entreprise associative constitue une « autre forme de socialisation collective de production » caractérisée par les notions de « projet » et de « débat ».

192

La « subordination inqualifiable »... « Certains onl beaucoup été surpris parce que justement, ils disent oh là là ! j'ai fait quoi ? J'ai coupé du bois, j'ai fabriqué de6 planches, j'ai rangé des cartons, j'ai trié des petits accessoires, des habits, j'ai empaqueté, j'ai filmé, j'ai mis sur palette, mais... on dirait que j'ai postulé pour quoi ? Pour un poste de manutentionnaire alors que non, c'est pour avoir une expérience dans le social. [...] Vous vous imaginez pendant six mois faire des projets : empaquetage, sciage de bois... ben non ! Y a coup de main et coup de main. Coup de main à une association d'accord, ça peut être sur un plan matériel, mais il faut aussi qu'il y ait un rapport humain ensuite qui se fait sur plusieurs plans. Parce que si on vient uniquement ranger les cartons, pliez ci, pliez ça, faites ci, faites ci, faites ça... d'accord on donne un coup de main mais déjà de un : on n'est pas des esclaves non plus ! De deux : on est pas ouvrier, manœuvre, manutentionnaire. »

Cette contestation autour du contenu du travail, de la délégation du sale boulot et au-delà de ce qu'elle révélait de leur position hiérarchique dans l'organisation avait été portée avec une telle force par ce petit groupe de volontaires que la tension avec le responsable d'équipe était encore palpable à mon arrivée sur le site. Bien loin de la voice, mais sans doute aussi loin de l'exil, Julien s'inscrit - au moment de l'entretien tout au moins - dans une forme de fidélité malheureuse qui n'a pas grand-chose à voir avec le loyalisme de ceux qui « retarderont leur défection parce qu'ils espèrent, ou plutôt parce qu'ils prévoient au terme d'un calcul fondé en raison, qu'il leur sera possible d'agir de l'intérieur pour réaliser des réformes ou des améliorations »37. Sa façon de rester diffère ainsi fortement du « double je[u] » dans lequel Mathilde s'inscrit dans la nouvelle organisation dans laquelle elle est engagée au moment de l'entretien, en 2002. En 1997, soit trois ans après cette « démission » et deux ans après un déménagement, Mathilde a décidé de s'impliquer à nouveau en prenant, au niveau local, des responsabilités à A., une association qui lutte contre la torture dans le monde et dans laquelle elle « avait déjà un pied » au moment de son engagement à M. Elle y est, depuis cette date, responsable de commission. Quelques années après son départ de M., Mathilde a le sentiment d'être à nouveau face « au même dilemme ». Le travail accompli par A. dans la défense des droits politiques ne lui semble pouvoir avoir de réelle utilité si l'association n'élargit pas son mandat à la défense des droits économiques et sociaux. En position minoritaire sur 37. Albert O. Hirschman, « Défection et prise de parole dans le destin de la RDA », article cité, p. 124.

193

Le. travail bénévole cette question dans sa délégation, elle n'a pourtant pas choisi, cette fois, de quitter l'association. « Donc ma position est minoritaire dans le sens où ceux qui partagent mon avis ont tous démissionné et je suis là, moi... J'ai pas envie de me battre, là, ce sera un combat perdu. Peut-être aussi que j'ai acquis une autre sorte de sagesse. Et aussi parce que Paris, si tu veux, a la même vision que moi. Donc, je te dis, je reste à A., mais je travaille par le biais. En quelque sorte, je fais le sous-marin, en ce sens que mes informations viennent directement de Paris, que je travaille par internet et que les réunions ici, j'y vais comme ça pour voir où ils en sont et puis, benJe continue mon travail avec ceux de A. qui pensent comme moi. »

« Parent pauvre de la trilogie conceptuelle d'Albert O. Hirschman », pour reprendre le titre d'un article de Patrick Lehingue38, la loyalty (fidélité) recouvre de fait un continuum, ou peut-être faudrait-il dire comme Lehingue un « amalgame », de pratiques et de comportements qui vont de la déférence à la résistance en passant par l'indifférence. Or, bien loin de l'apathie, certaines de ces pratiques peuvent, notamment si on les regarde par le prisme de la sociologie du travail, être lues comme des formes de protestation collective, de « subjectivité rebelle [...] qui reconstruisent des espaces d'autonomie qui échappent en partie à la domination », pour reprendre les termes de Stephen Bouquin dans la présentation de son ouvrage Résistances au travail9. L'anecdote qui m'a été rapportée par Jack, un ancien volontaire de City Year New York, illustre bien cette forme de protestation, certes sourde et peu visible, mais qui vise à retrouver, dans et par le collectif de travail, une certaine autonomie et un certain contrôle sur la définition de son travail et de ses conditions d'exercice. Face à l'interdiction de fumer attachée au port de l'uniforme, certains volontaires de City Year New York ont donc mis en place une technique de « freinage » lors du trajet qui les conduit tous les matins de Union Square, le parc dans lequel ils se retrouvent à 8 heures pour faire des exercices physiques en plein air, au métro qu'ils prennent pour regagner leur école ou l'organisation. 38. Patrick Lehingue, « La "loyalty", parent pauvre de la trilogie conceptuelle d'Albert O. Hirschman », in Jean Laroche (sous la direction de), La Loyauté dans les relations internationales, L'Harmattan, « Logiques politiques », Paris, 2001.

39. Stephen Bouquin (sous la direction de), Résistances au travail, Syllepse, Paris, 2008.

194

La « subordination inqualifiable »... « On fumait tous. Donc y avait un groupe parmi nous, on s'appelait les Ninjas Newport. Les Ninjas Newport parce qu'on fumait des cigarettes Newport. Et tu sais... on marchait et on faisait notre entraînement physique dans Union Square. Et au retour... on marchait vraiment lentement et tout le monde allait à la station de métro et on ralentissait pendant cinq minutes et on fumait une cigarette. Je veux dire, il y avait un truc fort entre nous, à cause de, vu comment ils étaient stricts... »

Si, en cas de désaccord ou de déception, certains choisissent Xexit, le recours au voice peut, au-delà des canaux officiels de la délibération démocratique, également emprunter, comme on le voit déjà avec ces formes de microrésistances, au répertoire d'actions collectives du travail salarié. La grève des bénévoles des Restos du cœur, évoquée en introduction et sur laquelle je reviendrai plus en détail à présent, tout comme la manifestation des volontaires de TFA contre la venue de Laura Bush ou le procès des volontaires de VISTA contre la direction de leur programme, constituent une tentative d'expression et de représentation collectives des intérêts de ces travailleurs. Certes minoritaires, ces « prises de parole » de travailleurs bénévoles ou volontaires posent sur un mode non plus individuel, comme le faisait la requalification, mais cette fois collectif la question des droits de ces travailleurs invisibles. De la grève à la syndicalisation ? La protestation des collectifs de travail bénévole La grève des bénévoles des Restos du cœur s'inscrit bien dans le cadre d'une « prise de parole » et d'une action collectives. En octobre 2001, une cinquantaine de bénévoles parisiens des Restos du cœur se sont en effet mis en grève pour protester contre la décision du conseil d'administration de l'association de remplacer les plats chauds, traditionnellement servis dans les camions du cœur, par des sandwichs. Ici, la démonstration de pouvoir du travailleur bénévole emprunte directement au répertoire d'action du travail salarié : l'arrêt du travail exprime un désaccord, et s'inscrit dans un rapport de force, avec la direction de l'association. La grève ne semble pas avoir été choisie dans un processus de confrontation des différents modes d'action possibles, elle s'est imposée comme suite logique et plus radicale devant l'« échec des négociations avec la direction », pour reprendre l'expression de Patrick, l'un des bénévoles grévistes, interviewé quelques années après la grève.

195

« Ça a duré quand même au moins trois semaines de négociations à essayer de les faire revenir sur leur décision et ça a été un non, négatif, définitif. Et donc le seul moyen qu'on a eu après de faire pression pour essayer de les faire changer d'avis c'était de faire grève. »

Le « choix »• de la grève rend compte de la force du sentiment collectif qui s'est construit entre certains bénévoles, au fil de ce désaccord avec la direction, mais aussi en amont de celui-ci. Tous les bénévoles des Camions du cœur n'ont pas fait grève, mais presque tous les bénévoles de « l'équipe du jeudi »40 l'ont suivie. Et comme le souligne Patrick, membre de cette équipe, l'équipe du jeudi n'est pas n'importe quelle équipe. « Cette équipe du jeudi elle a toujours été comme ça, c'est marrant, elle a toujours eu une réputation assez particulière. L'équipe du jeudi des camions. Ça a toujours été l'équipe qui râle, plus que les autres. Les jeudis, c'étaient des chieurs ! Mais toujours dans le bon sens du terme... Enfin, pour nous. Et on a réussi, par les différents responsables qui se sont succédé, à transmettre une certaine philosophie, un certain esprit de groupe. »

La spécificité de l'équipe du jeudi repose sur un sentiment d'unité au-delà de la division en sites. Elle se distingue par des conditions d'exercice du travail spécifiques ; à l'initiative de leur responsable de soirée et à la différence des autres soirées, les bénévoles du jeudi se sont longtemps réunis dans un dépôt pour charger la nourriture avant de partir sur les différents sites, mais aussi après les distributions pour « échanger sur la soirée ». D'où une certaine culture commune qui se transmet aux nouveaux entrants bénévoles. « Moi, quand je suis arrivé, c'est ce que l'on a essayé de me faire passer comme message, c'était que le jeudi, c'était pas quatre équipes différentes, c'était une seule et même équipe. Et on essayait d'être tous ensemble, d'être soudés, de faire vraiment une équipe. »

Exception faite de la spécificité des travailleurs mobilisés, on est donc ici dans un cas assez classique de conflit du travail. 40. Les équipes de distribution sont organisées par soirées (lundi, mardi...) et réparties sur différents sites (Austerlitz, Bréguet-Sabin, République et Invalides).

196

La « subordination inqualifiable »... L'équipe du jeudi évoque ces collectifs de travail dont la sociologie du travail a pu ici et là souligner les modes de résistance face à une intensification du travail ou une transformation imposée des modes de production. Les grévistes dénoncent tout à la fois l'atteinte à la dignité des bénéficiaires qu'implique un remplacement des plats chauds par des sandwichs et le « manque de respect fait à leur dignité » de travailleurs, pour reprendre l'expression de Bernard Grassi41, par l'absence de consultation et l'imposition, comme un fait accompli, de la décision prise par le conseil d'administration. Le conflit sur la dimension formelle de la décision pose, un peu à la manière des jeunes volontaires qui s'étaient révoltés contre le sale boulot qu'on leur confiait, la question de la place des bénévoles dans la structure. En ne consultant pas ceux qui allaient être les exécutants de la décision, on les traite comme des travailleurs subordonnés dans le sens le plus classique du terme, comme des employés et non comme des travailleurs engagés dans l'organisation et dans ses décisions. Ce premier motif de contestation se double d'un conflit sur les transformations du sens du travail qui découlent de cette décision de remplacer les plats chauds par des sandwichs. Celle-ci n'entraîne pas de modifications spécifiques des conditions de travail à proprement parler, mais la réforme ne fait pas « sens sur le plan éthique », pour reprendre une expression utilisée par François Abàlléa42 dans son analyse d'une réforme de la CAF, c'est-à-dire qu'elle n'apporte pas, selon les bénévoles, de réponse plus satisfaisante à l'usager. « C'était inconcevable, ça faisait six ans à l'époque que j'étais, de 95 à 2001, donc c'est ça, ça faisait six ans que j'étais bénévole et on avait sans cesse essayé d'améliorer les choses et là c'était un recul pour les bénéficiaires qui était énorme, quoi. Franchement moi, ça me tuait, je me disais... j'étais vraiment choqué. »

Dans la protestation s'exprime ainsi une certaine fidélité, une loyauté à l'image que les bénévoles se font de l'association 43 41. Bernard Grassi, in Jean-Paul Chauchard et Anne-Chantal HardyDubernet, La Subordination au travail, op. cit., p. 104. 42. François Aballéa, « Le retrait comme conséquence paradoxale de l'intérêt au travail », in Jean-Pierre Durand et Marie-Christine Le Floch, La Question du consentement au travail, de la servitude volontaire à l'implication contrainte, L'Harmattan, « Logiques sociales », Paris, 2006. 43. L'esprit maison, la « loyauté » se retrouve d'ailleurs dans la volonté affichée par l'interviewé, pourtant l'un des leaders de la protestation, de ne pas ébruiter trop l'affaire, de ne pas ternir l'image des Restos. Au cours de

197

Le. travail bénévole (« c'était contraire à l'esprit des Restos ») et de ce que doit être leur travail à l'association : « Fallait voir ce que c'était comme sandwich, c'était deux tranches de pain de mie, avec une tranche de volaille à l'intérieur, c'était petit comme ça, c'était dégueulasse. [...] Pour nous, c'était plus fort que nous, on pouvait pas, moi, je pouvais pas donner ça. »

Patrick évoque alors le « dilemme » des autres bénévoles, ceux qui n'ont pas fait grève, et qui se sont retrouvés pris entre deux feux: « Eux aussi ils étaient mal de distribuer cette nourriture, mais ils le faisaient parce qu'ils se disaient qu'ils [les bénéficiaires] n'avaient rien d'autre à côté. »

L'inscription de cet événement dans le paradigme des « conflits du travail » ne s'arrête cependant pas à la figure de la grève et du collectif de travail. Dans la grève des bénévoles, les « briseurs de grève » n'ont pas fait défaut Le deuxième jeudi, en effet, des bénévoles des autres soirées ont été mobilisés par la direction parisienne de l'association pour assurer les distributions des bénévoles en grève ; « dans le dos des grévistes », pour reprendre l'expression de Patrick. Le conflit s'est bien soldé par une « victoire » des grévistes puisque la mobilisation a conduit l'association à revenir sur la décision initiale de remplacer les plats chauds par des sandwichs... Mais cette victoire s'est opérée au prix de « la suspension de leurs fonctions » des responsables de sites en grève et de la « radiation » de quelques-uns des leaders de cette protestation. « À l'issue de la réunion, ils [les membres du CA de l'association de Paris] nous ont annoncé que les quatre responsables de site étaient suspendus, étaient relevés de leurs fonctions. Parce qu'on avait osé faire grève. Voilà. [...] Moi, ils m'ont carrément radié de l'association. Je ne pouvais plus faire partie d'aucune association des Restos du cœur sur la France. [... ] Ah, ouais, ouais, j'ai encore la lettre. Je l'ai à la maison, j'ose pas... bon ce qui m'a pas empêché de continuer à faire le bénévolat aux Restos du cœur pendant un an et demi encore. l'entretien, il répète ainsi à plusieurs reprises que ce n'est pas un membre de « son équipe », l'équipe du jeudi, l'équipe en grève, qui a prévenu le journaliste de Libération, seul représentant des médias qui couvrira l'événement Si on est bien face à une acceptation de la radicalisation, il ne semble pas que l'on s'inscrive pleinement dans un « registre de la scandalisation ». Cf. Michel Offerlé, Sociologie des groupes d'intérêt, Montchrestien, Paris, 1994.

198

La « subordination inqualifiable »... J'ai enlevé mon badge, j'y allais, je mettais plus mon badge, mais j'étais connu, ça faisait six ans que j'étais bénévole, les bénéficiaires me connaissaient très bien, j'avais des bons contacts avec eux, je me disais qu'il y a aucune raison parce que trois cons ont décidé de mettre des sandwichs à la place des plats chauds de faire tout un scandale. Que moi je me prive d'avoir des relations avec des gens comme ça. Donc moi j'ai continué pendant un an et demi. Jusqu'à juin de cette année. J'ai continué de venir tous les jeudis soir, à être bénévole, en fait j'étais plus bénévole, mais je venais comme d'habitude, comme si rien ne s'était passé. »

Pendant plus d'une année, Patrick, travailleur bénévole sans badge, « illégal » en quelque sorte, a ainsi continué son activité de distribution alimentaire dans « son » équipe, à l'insu et malgré le désaccord du siège de l'association. Un conflit, une grève et une radiation n'auront donc pas eu raison de son engagement. Le procès qui a opposé, dans les années 1970, certains volontaires de Volunteers in Service to America (VISTA) à l'administration de leur programme constitue un autre exemple d'emprunt au répertoire d'actions collectives du travail salarié. L'objectif de VISTA était de prendre en charge les questions liées à la pauvreté en procurant des ressources matérielles et une expertise organisationnelle aux communautés au moyen du placement de bénévoles dans des agences gouvernementales. L'engagement VISTA auprès d'administrations locales ou d'associations était d'une année, les participants au programme travaillant et vivant dans les communautés où ils effectuaient leur service. Ils recevaient une indemnité de subsistance : environ 465 dollars par mois et une prime de 75 dollars pour chaque mois de service. Ils bénéficiaient également d'une couverture maladie. En 1970, des membres de VISTA ont créé la National Vista Alliance (NVA), une association destinée à regrouper les volontaires et anciens volontaires du programme, à soutenir et à défendre les principes de celui-ci... quitte à aller contre les organisations en charge de sa direction. « Il est temps désormais pour les bénévoles de VISTA de prendre en main l'autodétermination qu'ils prônent chaque jour aux communautés les plus pauvres et de la lancer à la face de ceux qui administrent VISTA, du bureau des opportunités économiques et du gouvernement fédéral », ont ainsi déclaré les fondateurs de cette association. Les rangs de la NVA ont grossi rapidement pour représenter dès 1971 jusqu'à 2000 volontaires et 10000 anciens volontaires du programme. En 1974, la NVA a attaqué en justice quatre responsables de VISTA pour avoir imposé des coupes budgétaires jugées « arbitraires et sélectives » dans les services de soutien aux volontaires. Selon la NVA, ces coupes faisaient partie d'une conspiration visant 199

Le. travail bénévole à transformer VISTA en « un programme type Croix-Rouge » orienté vers la distribution de services et qui « ne ferait qu'améliorer les effets de la pauvreté mais pas combattre sa cause Selon Melissa Bass, VISTA et ses différentes administrations répondirent de plusieurs manières à cette attaque. « Elles durcirent et clarifièrent les règles concernant les activités politiques des bénévoles sur le lieu de travail et en dehors. Elles recrutèrent un nombre plus important de bénévoles plus âgés, issus des classes moyennes et des communautés locales. » Enfin, elles accrurent également le contrôle sur les activités du programme et sur les bénévoles par la décentralisation et un accent plus fort sur la planification et l'évaluation.45 Que les revendications et les protestations portent sur le sens du travail et/ou sur les modalités de son exercice, c'est bien la relation de travail bénévole ou volontaire qui est au cœur des différents conflits présentés ici, la grève des bénévoles des Restos du cœur, la manifestation des volontaires de Teach for America ou le procès des volontaires de VISTA. En ce sens, ces conflits entre la « base » et le « siège », pour reprendre la terminologie de la sociologie politique, sont bien des conflits entre des travailleurs et la direction de « leur » organisation. Ils mettent à chaque fois en scène des travailleurs qui ont le sentiment d'être dépossédés de leur travail par une direction - et parfois, à travers elle, une administration ou un gouvernement - qui se l'approprie. À travers la mobilisation, le collectif cherche à se réapproprier ce travail bénévole, à en redéfinir le sens comme les modalités légitimes d'exercice. Dans les trois cas, l'existence préalable d'un collectif (« l'équipe du jeudi », la National Vista Alliance, ou la « promotion 2002 » de Teach for America46) peut sans doute être considérée comme une condition facilitatrice de l'émergence de cette mobilisation, comme une condition de possibilité de la transformation de ce désaccord entre « eux » et « nous » 47 en expression d'une revendication autour de « notre » travail. À ma plus grande surprise, au cours de mon enquête à UnisCité comme à City Year, des jeunes volontaires ou ex-volontaires 44. « U.S. agency sued by VISTA workers », New York Times, 16 janvier 1974, p. 42. 45. Melissa Bass, « National Service in America... », article cité, p; 8. 46. Constituée à travers une formation de plusieurs semaines après leur entrée dans le programme, puis de cours du soir pour obtenir leur diplôme d'enseignant tout au long de leur participation au programme. 47. Sylvain Lefèvre pointe ainsi le recours répété des acteurs des collectifs locaux de Greenpeace et de Handicap International qu'il étudie à cette énonciation d'une distance entre « eux » et le « siège ».

200

La « subordination inqualifiable »... interviewés ont évoqué leur souhait de mettre en place un syndicat pour défendre leurs droits et rendre « la vie des volontaires plus vivable ». « Us te font bosser très longtemps, environ dix-sept heures par jour, des trucs comme ça. T'as besoin de te sentir à l'aise dans ton uniforme ! Donc j'essaye juste de dire : un volontaire a le droit d'être à l'aise dans son uniforme. Donc si on nous fait faire des exercices physiques, pour l'entraînement ou pour des démonstrations, ben, s'il fait 40 degrés, on n'a pas besoin de porter nos blousons... Quand on a notre paie, le vendredi, ils ne veulent pas que les volontaires aillent à la banque pendant la pause déjeuner, encaisser leurs chèques pour pouvoir être payés, donc on ne peut pas être payés, parce qu'ils veulent pas que les gens arrivent en retard [...]. Et on n'a aucun recours, on ne peut rien dire... Donc ça serait ça, le but d'un syndicat, de dire, O.K., pendant le temps où on est là, on a ces droits, même si on part à la fin de l'année. Parce qu'on a le droit d'être traités de façon décente pour ce que l'on fait, de toucher un salaire qui nous permette de vivre, et de se sentir à l'aise dans notre environnement et de sentir qu'on peut, d'une certaine manière, conserver notre autonomie. »

Ce jeune de City Year, cité ci-dessus, déclare ainsi avoir écrit, sans succès, aux responsables locaux de l'association pour leur faire part de cette revendication. Il souligne toutefois que la mise en place d'un syndicat ne sera pas chose facile, « les membres n'étant là que pour dix mois », ce qui n'est pas sans évoquer à nouveau la problématique, sur le plan cette fois non plus du droit mais de l'organisation collective, des travailleurs intérimaires ou encore des stagiaires. Le jeune Français interviewé, un ancien volontaire d'Unis-Cité, pose la question de la représentation collective des volontaires sur un mode plus léger, et n'a visiblement pas entrepris de démarches en ce sens. Dans l'entretien, il me confie toutefois avoir eu cette « idée » d'un syndicat pour les volontaires, juste après qu'il a déclaré « inacceptable le fait que les volontaires fassent parfois plus de 39 heures par semaine quand les salariés de l'association, eux, sont passés à 35 heures ». Aux États-Unis, les clauses AmeriCorps qui définissent le statut des membres des programmes ayant reçu le label et le financement de la Corporation for National Service établissent une interdiction stricte d'engagement dans toute activité syndicale ou politique lors du temps de travail, du temps de formation ou de toute activité ou port d'insignes en lien avec le programme : l'organisation de syndicats, le boycott et la grève étant explicitement mentionnés dans cette liste. En 1995, l'association ACORN Housing pour le droit au logement et l'accès à la propriété des 201

Le. travail bénévole ménages à faible revenu a ainsi vu son financement AmeriCorps suspendu suite à la participation de ses volontaires à des campagnes de recrutement pour ACORN48, activité jugée politique du fait de l'organisation en question. En France, les phrases qui soustraient le contrat de volontariat associatif ou le service civique au droit du travail et à la subordination juridique pourraient à un premier niveau avoir raison de toute interrogation sur la possibilité d'une représentation collective et plus largement de contrepouvoirs institutionnalisés des volontaires. Et pourtant... En ce qui concerne les pompiers volontaires, comme le rappelle bien Romain Pudal49, l'avis du Conseil d'État, section de l'intérieur, du 3 mars 1993, souligne que « les SPV [sapeurs-pompiers volontaires] sont des agents publics contractuels à temps partiel qui exercent, dans les conditions qui leur sont propres, la même activité que les SPP [sapeurs-pompiers professionnels] et qu'à ce titre on ne peut leur refuser le droit syndical ». Sur le site CFDT du ministère des Affaires étrangères, on peut lire à propos des volontaires civils internationaux que « la CFDT a récemment obtenu, dans le cadre de la négociation en cours sur le dialogue social dans les postes, que la qualité d'électeur pour les élections locales » leur soit reconnue. Rappelant leur droit d'adhérer au syndicat professionnel de leur choix, l'organisation syndicale annonce « que, pour la première fois, les Volontaires internationaux pourront voter aux élections des 4 et 5 mai 2010 pour le renouvellement du comité technique paritaire ministériel». Du côté associatif enfin, le jeune syndicat ASSO (Action des salariés du secteur associatif), créé en 2010 et affilié à l'Union syndicale Solidaires, réfléchit depuis sa création - et malgré son sigle - sur les contours statutaires de la définition du travailleur associatif au cœur de son activité de représentation. Filiation oblige, puisqu'une partie des membres fondateurs de ce syndicat est issue de Génération précaire, la fiche d'adhésion sépare déjà explicitement la catégorie « salariés » de la catégorie « stagiaires » pour le calcul de la cotisation. En attendant peut-être d'y ajouter une catégorie « volontaire »... 48. ACORN (Association of Community Organizations for Reform Now) est un réseau d'associations qui défendent les droits et les conditions de vie des familles pauvres ou à faible revenu à travers l'accès à un logement décent, à une éducation publique de qualité, à la sécurité sociale, etc. 49. Romain Pudal, « Un cas de professionnalisation du bénévolat : les sapeurs-pompiers volontaires », communication au RT35 de l'Association française de sociologie, 2009.

202

La « subordination inqualifiable »... L'avenir nous dira si et dans quelles conditions cet ultime emprunt au répertoire de protestation ( voice) des travailleurs salariés peut s'institutionnaliser et quels en seront les enjeux pour les collectifs de travail associatif. En attendant, l'analyse du conflit en tant que mise en cause de la relation de travail bénévole, permet de penser son envers : les conditions d'acceptation de cette relation. Ce qu'on lit quand la relation craque... c'est qu'elle tient tant que le travailleur bénévole a le sentiment de garder une certaine maîtrise, un certain pouvoir dans la définition de ce travail, quitte à se soumettre pour cela à des contraintes ou des règlements définis par autrui. On accepte d'autant mieux une subordination qui n'est pas qualifiée juridiquement qu'on a le sentiment que l'on choisit de le faire et que les contre-pouvoirs dont elle nous prive ne sont au fond, pas nécessaires. L'engagement est donc un ressort puissant de la subordination et, à ce titre, les bénévoles ou les volontaires qui se « donnent » tout entiers, et quasi gratuitement, à leur travail constituent des figures suprêmes de réalisation d'un idéal de travailleur, « autonome et responsable », porté par le « nouvel esprit du capitalisme ». PORTRAIT DU TRAVAILLEUR EN BÉNÉVOLE : « NOUVEL ESPRIT DU CAPITALISME » ET « NOUVEL ESPRIT DE LÀSSOCIATIONNISME »

Ainsi, le portrait du bénévole en travailleur dessine-t-il en miroir un autre portrait celui du « travailleur en bénévole ». À un moment où les modes et les degrés de construction et de contrôle du rôle du bénévole et de sa place dans la matrice sociale du travail soumettent de fait le travail du bénévole à des formes néomanagériales d'autorité, sinon de dépendance, on demande, de façon croissante, au travailleur salarié d'être un « bénévole » au sens étymologique du terme : on attend de lui son « bien vouloir », sa « bonne volonté », voire sa « volonté de faire le bien »... Alors que l'engagement tend à se mouler dans les habits du travail salarié, le travailleur salarié, lui, semble de plus en plus confronté à cette injonction de « s'engager ». L'engagement comme ressort de la subordination C'est sans doute, comme de récents travaux 60 l'ont montré, dans le cas du salariat associatif que cette injonction est à la fois 50. Matthieu Hély, Les Métamorphoses du monde associatif, op. cit, et Yves Raibaud et Éric Gallibour (sous la direction de), Les Transitions professionnelles dans l'animation et le monde associatif, L'Harmattan, Paris, 2010.

203

Le. travail bénévole la plus intériorisée par les travailleurs et la plus objectivable dans l'organisation du travail. D'un côté, on a affaire à une forme de dépassement de soi déjà incorporée du fait de l'éthos militant ou de la passion qui caractérise ce travailleur salarié et donne prise à l'acceptation de cette nouvelle figure de l'autorité, de l'autre, on constate que les contreparties à la subordination de son travail y sont plus faibles qu'ailleurs. À la fois moins rémunéré et moins protégé que dans d'autres secteurs, ce travailleur salarié engagé est propre « à faire rêver n'importe quel chef d'entreprise aujourd'hui » comme le soulignait Abou Ndiaye51 à propos des animateurs de l'éducation populaire. Q incorpore de fait une part de bénévolat dans son travail salarié : dans sa subordination comme dans ses contre-pouvoirs. « Dans les clubs de moyenne et de faible importance, écrit ainsi Gildas Loirand, le salariat laisse très souvent exister au cœur même de la relation de travail des éléments de sujétion qui favorisent, voire exigent implicitement des salariés un engagement qui va bien au-delà des termes mêmes des contrats signés et des limites proposées par l'application stricte du droit du travail. Un peu comme si les directions administratives avaient bien perçu qu'en matière de production de résultats sportifs amateurs le don de soi à la "cause du sport" était un ressort beaucoup plus puissant de la soumission, de l'acceptation d'une relation de subordination, que celui de l'échange marchand d'une force de travail encadré par le droit. » 52 Le travail bénévole du salarié engagé se fait donc lui aussi au nom de l'engagement, sur un registre proche de ce que l'on a analysé pour le bénévolat traditionnel... Parce qu'il est militant, parce qu'il est passionné, le travailleur qui nous est décrit ici « accepterait » ainsi une certaine « dose » de précarité au travail, une certaine forme de « bénévolat salarial », pour reprendre l'expression de Ndiaye. Là encore, on retrouve le débat déjà évoqué entre « choix ou contrainte », « exploitation ou émancipation ». Plusieurs travaux économiques et sociologiques ont ainsi modélisé cette « acception » comme un choix, en suggérant que les rétributions sociales et symboliques de ce « travail engagé », viendraient en quelque sorte se substituer à la part de rémunération et de sécurité qui lui ferait défaut. Ainsi en est-il de la théorie économique du « labor donation » (don de travail) proposée par Anne Preston 53 , qui a été également testée dans 51. Abou Ndiaye, « La professionalisation des animateurs », article cité. 52. Gildas Loirand, « Des relations "d'homme à homme" au contrat de travail », article cité, p. 146. 53. Anne £. Preston, « The nonprofit worker in a for-profit world », Journal ofLabor Economies, vol. 7, n° 4, octobre 1989.

204

La « subordination inqualifiable »... le cas de la France. 54 Elle expliquerait par « la disposition des travailleurs à accepter un salaire réduit afin de travailler pour des entreprises qui génèrent des externalités sociales positives » le différentiel de salaire de 5 à 20 % mesuré pour les travailleurs en col blanc de ce secteur. « À l'instar de l'engagement bénévole, il peut exister un "engagement salarié" dans le secteur sans but lucratif », concluent de même David Legros et Mathieu Narcy, après avoir montré que les salaires dans le secteur non lucratif français sont en moyenne de 18 % inférieurs à ceux du privé. De son côté, abordant la question de l'engagement salarié sur un mode plus critique, Abou Ndiaye relève-t-il à la fois « la précarité de l'emploi » et l'exceptionnelle « disponibilité et loyauté à l'égard de leur entreprise» des agents de l'animation sociale. En se privant de l'analyse des valeurs et qualités que les animateurs ont importées et transférées du monde du militantisme dans l'exercice de leur activité professionnelle, on ne peut pas comprendre, explique-t-il, pourquoi ces salariés particuliers « sont prêts à se soumettre » à des conditions salariales que refusent la plupart des salariés. Dans un registre proche, l'analyse du consentement des stagiaires à des conditions de travail relevant du « sous-salariat » sinon de « travail gratuit », proposée par le collectif Génération précaire s'appuie aussi sur les ressorts de la liberté de l'engagement, du choix et du don de soi en en montrant toute l'ambivalence. « Les liens entre le stagiaire et l'entreprise sont d'autant plus ténus que personne n'oblige la stagiaire à être stagiaire », écrivent-ils ainsi dans leur ouvrage Sois stage et tais-toi !, « le fait qu'il participe librement à sa propre servitude fait toute la puissance de la domination ». Soulignant la surprenante actualité du texte de la Boétie sur la servitude volontaire, ils remarquent que « si le maître de stage avait un bâton dans les mains, la soumission aurait au moins le mérite d'être claire ». Rien, ni personne ne force le stagiaire à accepter n'importe quelle corvée et à en faire toujours plus, « c'est lui-même qui a décidé de se "donner à fond pour l'entreprise", et c'est cela qui l'y attache » ss . Servitude volontaire, fabrique du consentement... nombreux sont les travaux de sociologie du travail contemporains à recourir à ces notions qui renvoient à la mobilisation croissante de la subjectivité des travailleurs par l'entreprise pour obtenir le 54. David Legros et Mathieu Narcy, « Différentiel de salaire entre secteur sans but lucratif et secteur privé en France », in Dorola Girard (sous la direction de), Solidarités collectives, famille et solidarités, L'Harmattan, Paris, 2004, tome 1. 55. Génération précaire, Sois stage et tais-toi .', op. cit. p. 133.

205

Le. travail bénévole « meilleur d'eux-mêmes ». Danièle Linhart voit ainsi dans le management moderne « une prétention à jeter les bases d'une fusion entre deux projets, deux objectifs : celui lié aux intérêts de l'entreprise, à sa cause et ses propres valeurs, et celui de l'idéal personnel du travail pour des salariés à la recherche d'une réalisation de soi. Les qualités du "salarié vertueux" poussées à l'extrême représentent le point de rencontre entre ces deux quêtes » se . Si elle voit dans le salarié du public le représentant par excellence de ce « salarié vertueux », les travaux de Matthieu Hély soulignent également combien, structurellement mais aussi symboliquement, le travailleur associatif pourrait bien sous peu incarner cette figure. Peu d'organisations sont mieux à même que l'association d'engendrer et d'opérer la fusion entre un projet collectif fondé sur une cause et des valeurs et un projet personnel de réalisation de soi. Comme le soulignait Lester Salamon à propos du management associatif, « alors que les associations ressemblent de plus en plus à des entreprises, les méthodes qu'elles adoptent se sont elles-mêmes fortement transformées dans les années récentes, et beaucoup de ces changements ont consisté à incorporer des approches de la gestion qui sont depuis longtemps associées avec le travail associatif, telles que l'importance de la mission de l'organisation, l'éthos du service au client, et le besoin d'imprégner les salariés avec du sens au-delà de la maximisation du profit. D'une certaine manière, ces vieux principes de gestion du monde associatif se sont désormais mélangés avec les techniques de management de l'entreprise pour produire un noyau commun de principes de management qui pénètre à la fois les entreprises et les associations » 7. Ainsi nouvel esprit du capitalisme et nouvel esprit de l'associationnisme se nourrissentils réciproquementReste que dans le monde associatif comme ailleurs, tous ne sont pas égaux face à ce nouveau régime de mobilisation des travailleurs et aux sacrifices qu'il entraîne. Les théoriciens du « don de travail » ont tous précisé, comme le souligne justement Matthieu Hély, qu'il valait surtout pour les cadres et les professions reconnues. « On pourrait donc s'interroger, poursuit-il, sur sa pertinence pour des catégories socioprofessionnelles moins qualifiées pour lesquelles une diminution de 18 % du salaire n'a pas forcément la même signification du point de vue des conséquences sur le "style de vie". » M Comme je l'ai montré à propos 56. Danièle Linhart, Travailler sans les autres ?, Le Seuil, Paris, 2009, p. 153. 57. Lester Salamon, The State of Nonprofit America, Broolrings Institution Press et Aspen Institute, Washington, 2002, p. 6. 58. Matthieu Hély, « À travail égal salaire inégaL Ce que travailler dans le

206

La « subordination inqualifiable »... des volontaires ou comme l'a fait Génération précaire à propos des stagiaires, le « sacrifice », en termes de protection et de rémunération du travail, fait au nom de l'idéal du travail et au secours de sa réalité, même lorsqu'on le considère comme un « choix », est loin de peser d'un poids égal pour tous. Or, dans le monde associatif comme dans d'autres espaces de vocation, mettre en cause ce « sacrifice », le dénoncer, c'est questionner d'emblée l'« authenticité », la « pureté » de l'engagement... La gratuité du travail comme preuve de l'engagement Pour le bénévole qui le choisit, comme pour le travailleur du workfare qui y est contraint, c'est par leur travail gratuit qu'ils montrent ou démontrent leur qualité de citoyen. Comme le souligne Sylvie Morel59, le workfare repose « sur le devoir de l'allocataire de contribuer à la société en déployant individuellement les comportements méritoires qui l'institueront comme citoyen » et le travail gratuit en est un, et même le principal. Dans le cas du bénévolat, la qualité de citoyen ne se démontre pas explicitement sous la forme d'une contrepartie obligatoire, elle se montre à travers l'intériorisation individuelle d'un comportement socialement attendu (être utile, rendre à la communauté). « C'est-àdire que c'est une démarche un peu personnelle, pour prouver qu'on est encore capable de faire quelque chose pour les autres », expliquait ainsi Pierrette, bénévole chargée du secrétariat et de l'accueil dans une association en direction de6 personnes âgées, ancienne employée au chômage et âgée de 55 ans au moment de l'entretien. Au cœur des discours sur la pratique bénévole, on trouve à la fois cette prégnance de la société comme « commanditaire qui exige la contribution de chacun » eo et ce sentiment subjectif, presque intime, de répondre à un « appel » intérieur, à une nécessité personnelle de « se réaliser ». « Quand vous êtes à la maison du matin au soir, même que vous fassiez des affaires à vous, on a l'impression, quand les enfants sont partis, que vous avez plus... plus raison d'exister quoi », ajoute ainsi Pierrette. Le registre « vocationnel » du discours sur la pratique bénévole a déjà été souligné à plusieurs reprises dans les chapitres précédents et de fait, au-delà de la mise en discours, le processus de construction sociale du bénévole comme les représentations sociales de ce processus ne sont pas sans évoquer ceux décrits secteur associatif veut dire », Sociétés contemporaines, n° 69.2008. 59. Sylvie Morel, Les Logiques de la réciprocité, op. cit, p. 268. 60. Daniele Linhart (sous la direction de), Pourquoi travaillons-nous ?, op. cit., p. 12 et 13.

207

Le. travail bénévole par les sociologues qui se sont penchés sur la fabrique de l'artiste ou du religieux. Gisèle Sapiro écrivait ainsi à propos de la « vocation littéraire » que « les valeurs d'imprédictibilité et d'originalité expliquent que, si la notion de vocation n'est pas étrangère à l'idée de prédestination qui est associée au sentiment d'élection, elle s'enracine dans une profonde dénégation des mécanismes sociaux qui participent de sa formation au niveau collectif et individuel »61. Ici, ce sont les valeurs de choix et d'engagement qui expliquent que le sentiment de répondre à un appel {the call to service) puisse se combiner avec une dénégation ou simplement une méconnaissance de la norme sociale qui l'énonce (« we want you to give bak to the community »). Plus fondamentalement, il me semble que les liens entre « travail bénévole » et « vocation » méritent d'être analysés de façon plus poussée. En dehors du monde associatif, les mondes du travail spécifiques qui invitent au travail bénévole et le justifient sont des mondes qui défendent l'image de la profession comme vocation, des mondes sociaux qui s'inscrivent, pour reprendre les termes de Nathalie Heinich, dans le « registre vocationnel du travail » ; l'art, la recherche, le sport, la religion... Tout comme le « / wanted to give back to the community », « être prêt à le faire, même si c'est pas payé », s'inscrit également dans ce registre de l'allant de soi, celui de la passion cette fois, de cette entente sur ce qui définit, et donc ceux qui possèdent, « véritablement », la « vocation ». Comme si la vocation rendait la condition bénévole acceptable... ou, mieux, comme si l'exercice du travail gratuit permettait de repérer ceux qui ont vraiment la vocation. Dans le cadre de l'association comme dans celui des métiers « à vocation », le travail bénévole est donc ce qui traduit et atteste de l'engagement. Il est ce qui prouve, ce qui donne à voir l'« authenticité », le « vrai citoyen », digne parce qu'utile en France, libre parce que responsable aux États-Unis, le « vrai artiste », engagé, passionné... Il est, en un sens, la mesure de la « valeur » de l'engagement. Une valeur de l'engagement qui s'oppose souvent dans les discours avec la valeur monétaire, sur le mode d'un vase communicant, comme si l'argent mettait en doute la pureté, voire l'authenticité de l'engagement dans la pratique. Cette opposition se retrouve certes dans les discours des acteurs, mais aussi parfois dans ceux des sociologues, comme Eliot Freidson ou Nathalie Heinich qui ont cherché à analyser les spécificités du travail et de l'engagement au travail dans ces mondes. Ainsi Nathalie Heinich reprochait-elle récemment à Bernard Lahire d'ignorer « ce qu'est 61. Gisèle Sapiro, « La vocation artistique entre don et don de soi », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 168,2007, p. 7 et 8.

208

La « subordination inqualifiable »... le régime vocationnel, et la croyance concomitante qu'il serait normal de gagner sa vie par la création »62. Répondant aux critiques que Lahire a formulées, dans Condition littéraire, à l'égard de son approche compréhensive, elle écrit ainsi que « le livre de Lahire repose sur un postulat partagé par beaucoup, selon lequel toute activité doit être pensée dans la logique proprement professionnelle de la rémunération, si possible en fonction du temps passé. [...] Certes, il est légitime de réclamer la rémunération de son travail lorsque celui-ci entre sur un marché, et se trouve ainsi pris dans le jeu de l'offre et de la demande : en l'occurrence, un éditeur qui ne règle pas les droits d'auteur contractuels se met dans l'illégalité. Mais de là à réclamer une rémunération pour le simple fait d'écrire, indépendamment de la qualité du travail produit et de ses chances d'intéresser un éditeur et des lecteurs, il y a une marge. Quant à exiger, comme le font certains, que l'auteur soit payé autant que les autres maillons de la chaîne du livre (éditeur, imprimeur, diffuseur, distributeur, libraire), c'est méconnaître une condition constitutive du régime vocationnel : l'écrivain écrit même s'il n'est pas payé, alors qu'aucun entrepreneur ou commerçant n'accepterait de travailler gratuitement - régime professionnel oblige. Parce que, justement, la création n'est pas vécue comme un travail mais comme une vocation. Et qu'elle engendre des profits qui ne sont pas réductibles, loin de là, à l'argent ». Dans son texte « Les professions artistiques comme défi à l'analyse sociologique », Eliot Freidson 63 avance pour sa part la notion de « travail de vocation » M pour décrire « la disposition à accomplir une activité productive pour des raisons non 62. Nathalie Heinich, « Régime vocationnel et pluriactivité chez les écrivains : une perspective compréhensive et ses incompréhensions », Sociologos, n° 3, 2008.

63. Eliot Freidson, « Les professions artistiques comme défi à l'analyse sociologique », Revue française de sociologie, n° 27,1986. 64. S'inspirant explicitement de la distinction opérée par Hannah Arendt entre work et labor, « la première conçue comme activité créative spécifiquement humaine, la deuxième comme activité vouée exclusivement à la satisfaction du besoin matériel de subsistance » (ibidem, p. 441), Eliot Freidson souligne qu'alors que le labor peut être assimilé à la catégorie marxiste de « travail aliéné », l'« œuvre » a été fort peu analysée. Or, souligne le sociologue américain des professions, une « sociologie du travail qui conceptualise seulement le travail aliéné est aussi pauvre que l'économie politique qu'elle accuse de produire le travail aliéné » (ibidem). Q propose donc d'opposer au travail aliéné le « travail de vocation » dont l'idée centrale résiderait dans le fait que « son exécution n'obéit pas au désir ou au besoin d'un gain matériel ».

209

économiques - disposition à répondre aux besoins des autres, à contribuer à la formation d'un capital scientifique ou autre, disposition à l'exercice même de l'activité pour elle-même, par passion plutôt que par intérêt matériel »65. Ce « travail de vocation » peut prendre plusieurs formes, précise alors le sociologue, et le premier exemple qu'il cite est celui des bénévoles. « Nous avons l'exemple de bénévoles accomplissant des activités utiles à la collectivité pendant leur temps de loisir. Des pays à socialisme d'État, peu développés selon les normes occidentales, ont réalisé des prouesses dans les domaines de l'alphabétisation et de la lutte contre l'insalubrité par la mobilisation de volontaires. Nombre de pays comptent sur le volontariat pour combattre les incendies, organiser des secours et autres tâches similaires. Mais, en général, cette sorte de travail engagé accompli par des volontaires est assez limitée. Il ne s'exerce pas pendant une longue période et n'implique pas de qualifications très exigeantes qui sont justement la pierre de touche du "travail de vocation". Il explique alors que les trois types de profession qu'il a examinés dans l'article (les professions appliquées traditionnelles, les professions artistiques et les professions académiques) présentent tous, à des degrés variables, des formes empiriques de ce « travail de vocation ». Certes, les professions traditionnelles réclament toutes de leurs membres « l'amour du savoir sur lequel elles reposent, la compétence - l'intérêt porté à leur travail -, la volonté de faire passer l'intérêt de leurs clients avant le leur. Mais le fait même d'avoir à gagner leur vie par l'exercice de cette activité professionnelle crée un conflit d'intérêts qui peut compromettre la qualité de leur engagement »67. Du côté des professions artistiques et académiques, nous dit Freidson, « où les œuvres n'ont pas de valeur marchande et où c'est une autre activité qui assure la subsistance économique », ce n'est cependant pas le cas. « Ceux qui veulent mêler les deux ordres, vulgariser leur science ou leur discipline ou qui, en art, donnent dans le commercial, sont considérés comme des déviants par leur communauté professionnelle. »68 Dans l'enquête qu'elle a menée pour la CPCA auprès d'une trentaine de volontaires de quatre associations françaises, la sociologue Stéphanie Rizet met bien en lumière, à travers le malaise qui touche les responsables associatifs enquêtés mais aussi les volontaires lorsqu'elle aborde la question du montant de l'indemnité de volontariat, combien l'argent peut apparaître 65. Ibidem. 66. Ibidem. 67. Ibidem, p. 442. 68. Ibidem.

210

La « subordination inqualifiable »... comme une « question taboue », un « gros mot », « un signe vécu de compromission » qui n'est pas sans rappeler les propos tenus par Freidson. « L'indemnité, écrit-elle, justement parce qu'elle est jugée faible, peut également constituer la preuve de cet engagement véritable au sens de désintéressé, effectué pour de "bonnes" raisons. Elle est en quelque sorte garante des motivations des volontaires et la remettre en question peut revenir à mettre en doute la nature de ses propres desseins, la sincérité de sa démarche. » 69 Elle cite alors les propos de cette jeune volontaire qui lui dit : « Je trouve bien que ça reste un défraiement et pas un salaire. Parce que... Tu justifies ton engagement en fait. Peut-être que ça découragera des personnes qui le font uniquement pour le fric. »70 Rappelant la critique des théories du don de travail formulée par Matthieu Hély à propos des salariés associatifs, Séphanie Rizet montre bien comment ce « tabou de l'argent » participe à justifier et à faire accepter des conditions de travail et de rémunération relativement précaires. « Parce qu'ils [les volontaires] se vivent comme engagés, parce qu'ils ont intégré les normes, les valeurs et les façons de penser en vigueur au sein de leur association, toute forme de revendication devient ainsi presque indécente à leurs yeux ou, en tout cas, difficilement exprimable. Et l'on peut se demander si cette phrase fréquemment prononcée en entretien : "De toute façon, on ne vient pas dans l'associatif pour se faire du fric" ne consiste pas aussi à faire de nécessité vertu. » 71 Comme cela s'est également produit lors de mes entretiens avec des volontaires en France et aux États-Unis, et comme le remarque justement Stéphanie Rizet dans son rapport, lorsque s'exprime le mécontentement ou le sentiment d'injustice devant le montant de la rémunération, c'est pour « les autres » - ceux qui sont dans une situation plus difficile : « moi, ça allait encore parce que j'étais chez mes parents, mais je sais que pour d'autres, c'était compliqué », M c'est un sujet qu'on a abordé en formation, c'est vrai que certains n'étaient pas très contents », « j'habitais pas trop loin de l'association, mais pour un autre qui venait en voiture, ça lui payait à peine les frais d'essence et l'entretien » 7a . On se souvient des paroles de Marc, à cet égard, en introduction à la première partie, qui, tout en expliquant ses difficultés à vivre avec 570 euros par mois, ne se plaint pas de sa condition et reproche même « aux autres », « qui sont tous chez leurs parents, ou leurs parents les 69. Stéphanie Rizet, « Analyser le potentiel et les freins au développement des formes d'engagements associatifs en France », article cité, p. 44. 70. Ibidem, p. 44. 71. Ibidem, p. 45. 72. Ibidem, p. 42.

211

Le. travail bénévole aident » et qui lui disent qu'ils ne feraient jamais ça s'ils étaient à sa place, de ne pas voir que « la difficulté » de sa propre situation ne durera qu'un temps. « Si je décide de vraiment m'investir dans ça, ben, peut-être qu'au bout d'un moment, je monterai de grade ou peut-être que je serai mieux rémunéré. » Entre la figure du bénévole et celle du travailleur du workfare, entre la condition et la vocation, l'engagement et l'insertion, le volontaire, dans sa dualité, symbolise bien cette « figure de Janus » décrite par Alain Supiot, « dont une face est celle du professionnel dont l'identité individuelle trouve à s'exprimer dans le travail, et l'autre celle du salarié isolé ou précarisé, dont le travail tend à nouveau à être traité comme une marchandise »73. Cette figure normative du travail aujourd'hui nous rappelle dans toute son ambivalence que « la Terre promise de l'individu maître de sa destinée ne sera accessible en effet qu'à [un] petit nombre de salariés »74, alors que dans le même mouvement « la mondialisation néolibérale pousse aujourd'hui la plupart de la main-d'œuvre "au centre", vers un travail qui n'est plus tout à fait gratuit, mais qui n'est certes pas "correctement" rémunéré ni pleinement "salarié" et "prolétaire" et qui ne le deviendra jamais »75. Pour cette Terre promise, nombreux sont ceux qui, comme Marc, sont prêts à s'engager dans ce centre, qui, s'il est bien valorisé par l'engagement, n'en a pas moins toutes les caractéristiques d'un « travail dévalorisé »76. « Demain, tous volontaires ? » propose à l'ordre du jour de sa troisième réunion publique le syndicat ASSO, en ce début du mois de juin 2010, alors que je termine la rédaction de ce manuscrit...

73. Alain Supiot, Critique du droit du travail, PUF, Paris, 2002, p. 107. 74. Ibidem, p. 107. 75. Jules Falquet, « La règle du jeu. Repenser les rapports sociaux de sexe, de classe et de race dans la mondialisation néolibérale », in Eisa Dorlin, Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, PUF, Paris, 2009, p. 74. 76. Ibidem.

212

CONCLUSION

Le bénévolat, solution à la crise de l'emploi? Ce pourrait, à première vue, être le mot d'ordre qui réunit les différents usages, sociaux, politiques et associatifs, du travail bénévole que j'ai mis en lumière ici, et même ce qui fait système, à ces différentes échelles de l'analyse... Un système composé d'individus qui tentent de corriger ou de dépasser les contraintes, les limites ou les désillusions du marché du travail en investissant ce travail « choisi » ; des pouvoirs publics qui soutiennent financièrement des formes d'engagement qui prennent en charge une partie des besoins sociaux et peuvent insérer, ou tout au moins occuper utilement une partie des citoyens hors emploi ; et des associations devenues entreprises associatives qui mobilisent et construisent les ressources humaines dont elles disposent pour agir. Dans ce système, les usages du bénévolat à ces différentes échelles se complètent et se rendent possibles : sans la courroie associative, l'État ne pourrait si facilement faire du bénévolat une politique de l'emploi, sans l'apport du bénévolat aux carrières professionnelles et au-delà à la représentation de soi au travail, les engagements ne se laisseraient sans doute pas transformer ainsi en travail gratuit.

213

Le. travail bénévole Ce système bien huilé où tout le monde a l'air d'y gagner - à condition de fermer les yeux sur l'instrumentalisation des engagements, la précarité du travail et le cumul des inégalités qui s'y construisent - permet de comprendre pourquoi la pratique bénévole s'est retrouvée depuis ces vingt dernières années au cœur de tant de projets ou d'utopies, aux frontières de la science et de la politique, là encore instrumentalisée. Du « revenu d'utilité sociale » de Roger Sue à I'« économie sociale et solidaire », en passant par le « salaire de l'ombre » de Jeremy Rifkin, il semble que la plupart des utopies du travail - ou de sa fin - aient accordé un rôle au bénévolat. Contrepartie à l'indemnisation, support de quelques droits sociaux, preuve de citoyenneté et parfois garant de non-oisiveté, le travail bénévole apparaît comme un rouage naturel, presque naturalisé, à tout le moins peu questionné, de ces théories/projets de société. Pas de doute que cette instrumentalisation - cet usage - idéologique de la pratique associative ait contribué à son institutionnalisation croissante. En France comme aux États-Unis, les tenants de ces différentes utopies ont occupé des fonctions politiques ou influencé les hommes politiques en place. Ils contribuent aussi largement à nourrir les réflexions sur les pratiques et les ambitions de réforme du monde associatif. Sans nier que s'inventent et s'actualisent des pratiques de travail et même des rapports au travail spécifiques dans le monde associatif, sans nier qu'ils puissent être porteurs de formes de subversion et d'émancipation, l'analyse du travail bénévole que j'ai livrée ici vient s'ajouter aux travaux menés par d'autres 77 , et notamment Matthieu Hély, qui portent un regard critique et non naturalisant sur ce « travailler autrement » qui fait slogan dans le monde associatif et au-delà dans les organisations de l'économie sociale. Si l'association comme forme d'entreprise invente sans aucun doute, comme le soutenaient Jean-Louis Laville et Renaud Sainsaulieu78 de nouvelles formes de délibération et d'organisation, si l'articulation entre travail et engagement qui s'opère dans le travail associatif peut être un support de formes originales et innovantes de « bonheur au travail », l'analyse du travail bénévole souligne également le potentiel d'infra-emploi qui se construit dans l'organisation et la valorisation de ce travail engagé. 77. Je renvoie entre autres le lecteur aux différents articles du dossier « Splendeurs et misères du monde associatif » que j'ai dirigé avec Matthieu Hély dans Les Mondes du travail, n° 5,2008, et à ceux de l'ouvrage collectif dirigé par Yves Raibaud et Éric Gallibour, Les Transitions professionnelles dans le monde associatif et l'animation, L'Harmattan, Paris, 2010. 78. Jean-Louis Laville et Renaud Sainsaulieu (sous la direction de), Sociologie de l'association. Des organisations à l'épreuve du changement social op. cit

214

Conclusion Pour celles et ceux qui n'ont pas déjà toutes les protections et les droits octroyés par l'emploi, le bénévolat ou le volontariat constitue rarement un au-delà de l'emploi... Pis-aller, tremplin, substitut, promesse, il résulte bien plutôt de l'attente, plus ou moins contrainte et plus ou moins réaliste, d'un au-delà du bénévolat ou du volontariat. En un sens, s'inscrire dans un engagement associatif qui ne soit pas envahi par des problèmes et problématiques d'emploi apparaît aujourd'hui comme un luxe, un nouveau privilège. À ce titre, la révolution de demain consiste peut-être moins à libérer du travail par le bénévolat qu'à libérer, pour toutes et pour tous, les engagements bénévoles de l'emprise de l'emploi. En attendant, la manière dont les rapports au travail bénévole reproduisent et redoublent aujourd'hui l'inégalité des rapports à l'emploi devrait nous alerter sur les limites de ces approches qui pensent l'espace du travail et celui de l'engagement comme des mondes séparés et autonomes, et afortiori comme des vases communicants, des formes de compensation. Et si « toute la question » n'était pas plutôt - comme l'écrit si justement Jules Falquet - « de savoir comment sont coconstruites l'extraction de travail moyennant salaire, l'extraction de travail gratuit et surtout tout ce qui se trouve entre ces deux extrêmes » et qu'elle appelle « travail dévalorisé »79 ? Et si, loin d'être un remède, une solution à la « crise de l'emploi », la valorisation politique et idéologique du travail bénévole lui était consubstantielle ? Observons ce qui se passe aujourd'hui dans les parcs municipaux de la ville de New York que j'étudie depuis 2008 avec le sociologue américain John Krinsky.80 S'y côtoient, dans l'exercice des activités d'entretien et de nettoyage, des employés municipaux, figures légendaires de la syndicalisation des salariés du public à New York, en nombre décroissant depuis la crise budgétaire de 1975, quelques centaines de travailleurs associatifs qui font, en dehors des protections de l'emploi public et de la représentation syndicale le même métier, mais aussi, et par milliers, des bénévoles de tous types (associatifs, informels, d'entreprise), et des participants aux programmes de transition du welfare à l'emploi, quelques volontaires et quelques allocataires du workfare. C'est essentiellement par le recours au travail des bénévoles et à celui des allocataires de l'aide sociale que la réduction 79. Jules Falquet, « La règle du jeu », article cité, p. 73. 80. Pour un premier article sur cette enquête, voir dans l'ouvrage consacré aux Journées internationales de sociologie du travail, de John Krinsky et Maud Simonet, Qui nettoie le parc ? Statuts de travailleurs et régimes de mobilisation dans les parcs municipaux de la ville de New York, Presses universitaires de Nancy, 2010.

215

Le. travail bénévole de la main-d'œuvre municipale liée aux coupures budgétaires a été compensée. Encouragement au bénévolat, mise en place du workfare et diminution de l'emploi public syndiqué ont donc été de pair ; ils constituent trois mouvements d'un même traitement politique du travail dans les services publics. Dans les parcs de la ville, la coprésence de ces différents statuts de travailleurs sur les mêmes lieux de travail et parfois dans la même activité, donne à voir de façon condensée les enjeux de cette évolution. Le travail des bénévoles, celui des volontaires et celui des allocataires du workfare constituent tout d'abord des formes de déprofessionnalisation et de désinstitutionnalisation du travail public. En passant de 7 500 à 2 300 salariés municipaux les syndicats ont perdu un pouvoir important dans la définition et le contrôle des conditions de travail dans ce service public spécifique. Pas besoin d'être formé pour exercer, pas de job title (intitulé de poste) à respecter, chacun fait ce que son supérieur lui dit de faire et non plus ce qui relève de son grade, de sa qualification. En outre, l'arrivée progressive et concomitante de ces travailleurs bénévoles et des allocataires du workfare entraine une forte dépolitisation des relations de travail. Comme je l'ai montré ici, les modes de contestation des travailleurs bénévoles et volontaires - comme ceux des allocataires du workfare - sont limités institutionnellement et dans les rares cas où des mobilisations surviennent elles s'inscrivent dans un entre-soi qui réaffirme la séparation entre ces travailleurs spécifiques et les « autres travailleurs ». Quels peuvent être les intérêts communs de ces travailleurs et travailleuses, aux classes sociales, aux rapports à l'emploi, et au travail si différents? Sans même aller jusqu'à interroger la possibilité d'un collectif de travail pour soi qui passerait au-delà des différences de statut, c'est le collectif de travail en soi qui semble difficile à construire avec des travailleurs invisibles aux autres, mais parfois aussi à eux-mêmes... Qu'y a-t-il au final de commun entre ces travailleurs et travailleuses invisibles ou semi-visibles, sinon certaines tâches qu'ils exercent et l'usage qui est fait de leur travail par la municipalité aujourd'hui ? « Nous avons quelque chose que les entreprises privées n'ont pas », nous déclarait ainsi au cours d'un entretien un responsable du département des parcs de la ville de New York : « du travail gratuit ». Au regard de la situation française actuelle, l'exemple des parcs de New York peut, à première vue, sembler bien exotique. Toutefois, le soutien politique de l'État français au bénévolat d'une part, les ambitions attachées au service civique et autres volontariats d'autre part, devraient nous inciter à réfléchir à ces enjeux de déprofessionnalisation, de désinstitutionnalisation et surtout de

216

Conclusion décollectivisation du travail qui accompagnent ce retour de l'invisible au travail dans les services publics. Presque malgré lui - ou à tout le moins à l'insu de la plupart de celles et ceux qui l'exercent - le travail bénévole nous dit qu'« un autre travail est possible », qui associe idéal, réalisation de soi, bonheur et engagement... à une absence ou une faible rémunération, des droits sociaux inexistants ou incomplets, une désinstitutionnalisation du conflit dans les rapports de travail. Dans le même mouvement où il se substitue à l'emploi pour les jeunes des classes populaires, le volontariat institue un statut de travailleur qui attaque par différentes voies ces « institutions du salariat nées au cœur de l'emploi », pour reprendre l'expression de Bernard Friot 81 : la cotisation sociale, le syndicalisme, le droit du travail... La valorisation politique et idéologique du travail bénévole et volontaire peut ainsi contribuer à faire accepter et même à institutionnaliser, dans les têtes comme dans les textes, une « bénévolisation du travail » dont les enjeux dépassent largement le seul monde associatif et dont la responsabilité, on l'a vu, le déborde également, puisque c'est bien du traitement politique du travail dont il est question ici. C'est un risque que le monde associatif, en tant qu'espace collectif aujourd'hui organisé et structuré, ne doit pas manquer d'appréhender sous peine de réaliser, trop tardivement, qu'il a, avec ferveur, croyance et parfois un peu de pragmatisme bien raisonné, participé, « au nom de la citoyenneté », à construire un cheval de Troie pour une nouvelle précarité. Si c'est bien l'État néolibéral qui est au cœur des processus décrits ici, c'est sans aucun doute dans le monde associatif que résident en premier lieu les potentiels de résistance et de lutte contre leur pérennisation. Aux femmes et aux hommes qui l'animent, comme aux organisations qui le construisent, de refuser de choisir entre l'idéal du travail et les droits des travailleurs, de refuser que le bénévolat devienne, demain, synonyme d'engagement citoyen pour les catégories favorisées et de travail gratuit pour les autres.

81. Bernard Friot, Puissance du saiariaL Emploi et protection sociale à lafrançaise, La Dispute, Paris, 1998.

217

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION

7

PREMIÈRE PARTIE. LES USAGES SOCIAUX DU TRAVAIL BÉNÉVOLE : ENTRE L'IDÉAL DU TRAVAIL ET SA RÉALITÉ CHAPITRE PREMIER. LA CARRIÈRE : ENTRE CUMUL ET SACRIFICE

25

Les différentes étapes de la carrière du bénévole 28 Les carrières bénévoles et leurs interactions avec les carrières professionnelles 36 Le travail bénévole, part cachée de la carrière professionnelle .51 CHAPITRE II. LA NORME : « AU NOM DE LA CITOYENNETÉ »

57

« Rendre à la communauté » ou la norme de la responsabilité communautaire aux États-Unis Donner... pour être utile à la société ou le devoir d'utilité sociale Le « travailleur citoyen » : des normes de l'engagement aux projets politiques pour le bénévolat

61 66 72

DEUXIÈME PARTIE. LES USAGES POLITIQUES DU TRAVAIL BÉNÉVOLE OU L'INVISIBLE POLITIQUE DE L'EMPLOI CHAPITRE III. UNE AFFAIRE D'ÉTAT

L'héritage tocquevillien et l'oubli de l'État

83

84

219

« Ramener l'État dans l'analyse », la politique fédérale du bénévolat aux États-Unis L'institutionnalisation à la française : du statut du bénévole à celui du volontaire CHAPITRE IV. « D'UNE PIERRE DEUX COUPS », LA MISE AU TRAVAIL (PUBLIC) DES CITOYENS Sous-emploi public et mise au travail : les leçons de l'Amérique Retour en France : le volontariat, les activités d'utilité sociale et le chômage des jeunes La position ambivalente du monde associatif face à l'instrumentalisation étatique

97 105

121 123 133 141

TROISIÈME PARTIE. LES USAGES ASSOCIATIFS DU TRAVAIL BÉNÉVOLE OU L'ENGAGEMENT COMME RESSOURCE HUMAINE CHAPITRE V. D u RÔLE À LA RELATION DE TRAVAIL, LA GESTION ASSOCIATIVE DES TRAVAILLEURS BÉNÉVOLES La construction des rôles de travailleurs bénévoles « Manager » les bénévoles

151 152 161

CHAPITRE VI. LA « SUBORDINATION INQUALIFIABLE » DU TRAVAIL BÉNÉVOLE ET SES CONTRE-POUVOIRS 173 La subordination dans le travail bénévole et volontaire . . . . 175 Le départ et les protestations : les contre-pouvoirs du travailleur bénévole 189 Portrait du travailleur en bénévole : « nouvel esprit du capitalisme » et « nouvel esprit de l'associationnisme » 203 CONCLUSION

213

Achevé d'imprimer en octobre 2010 sur les presses de la Nouvelle Imprimerie Laballery 58500 Clamecy Dépôt légal: octobre 2010 Numéro d'imprimeur: 010032