La self defense 9782212547146, 9782212419177, 2212419171

240 54 22MB

French Pages 191 pages: color illustrations [194] Year 2010

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

La self defense
 9782212547146, 9782212419177, 2212419171

  • Commentary
  • decrypted from F243EBB494BF668E43CDEFECD05C60E8 source file
Citation preview

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

La self défense

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Du même auteur n

Le SPK. Méthode antiagression pour tous, Éditions Chiron, 2007

n

La Canne-Défense. Méthode antiagression pour tous, Éditions Chiron, 2008

Chez le même éditeur n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n

Mieux vivre la ménopause, Dr Roland Cachelou Le yoga au quotidien, Françoise Colombo Manger équilibré, c’est facile !, Catherine Chegrani-Conan Mieux vivre avec le Yi King, Marie-Noëlle Doublet Le nouveau Feng Shui, Martine Evraud et Sarah le Hardy Le potager bio, Agnès Gedda Vaincre le stress, la dépression, Dr Patrick Georges Vaincre le mal de dos, la sciatique, Dr Patrick Georges Le Taï chi au quotidien, Philippe Gouédard Stop à la cigarette !, Dr Ghéorghiï Grigorieff Tabac : arrêter sans grossir, Dr Ghéorghiï Grigorieff et Sébastien Bailly L’acupuncture, Dr Ghéorghiï Grigorieff Mieux communiquer avec son médecin traitant, Dr Ghéorghiï Grigorieff Huiles essentielles, Nelly Grosjean La beauté par les huiles essentielles, Nelly Grosjean L’aromathérapie tout simplement, Nelly Grosjean Le Feng Shui, Nicolas Hardy Mieux vivre avec les fleurs de Bach, Pascale Millier La phytothérapie, Anne-Sophie Nogaret-Ehrhart La sophrologie, Agnès Payen de La Garanderie L’ostéopathie, Pascal Pilate Les drogues, Yasmina Salmandjee Piercings et tatouages, Yasmina Salmandjee Homéopathie et sexualité, Dr Dominique-Jean Sayous La cosmétique bio, Dr Dominique-Jean Sayous et Julie Chevallier L’homéopathie tout simplement, Dr Dominique-Jean-Sayous Le verger bio, Catherine Samson L’alimentation bio, Kilien Stengel L’homéopathie, Catherine Trouvé

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Capitaine Jacques Levinet

La self défense

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Éditions Eyrolles 61, Bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www.editions-eyrolles.com

Mise en pages : 48bis arts graphiques

Le code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée notamment dans les établissements d’enseignement, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au LE PHOTOCOPILLAGE point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles TUE LE LIVRE et de les faire éditer correctement est aujourd’hui menacée. En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de Copie, 20, rue des GrandsAugustins, 75006 Paris. © Groupe Eyrolles 2010 ISBN : 978-2-212-54714-6

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Sommaire Partie 1 - Les principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Analyse de la situation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Le comportement psychologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 La posture physique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 La communication verbale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 La décision. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Les zones de riposte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 La stratégie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Les conseils de l’expert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Partie 2 - Les 10 leçons. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Saisies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Ceinturages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Étranglements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Coups. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Agressions au sol. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Face au bâton. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Face au couteau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Agressions sexuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Armes fortuites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

© Groupe Eyrolles

Défense d’un tiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Partie 3 - Annexes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

5

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Introduction « Un bon moyen de lutter contre la peur était d’apprendre. » Sten Nadolny Partons d’un constat et d’une réalité objective, et non de tergiversations aussi diverses qu’erronées : de plus en plus de femmes cherchent à savoir se défendre. La crainte et la peur constituent-elles le ferment de la self défense  ? S’agit-il d’un phénomène passager à vocation seulement commerciale ? Ou encore, comme le disent certains penseurs de salon, est-ce le sentiment d’insécurité qui crée cette appréhension de l’agression ? En d’autres termes, les affres de la société et son cortège médiatique sontils à l’origine de cette gangrène d’autodéfense ? Qui détient la vérité, si vérité il y a en la matière ? L’important est de rester très pragmatique et de traiter ce mal, plus ou moins présent chez nombre de femmes qui en subissent les effets secondaires : insomnies, peur de rester seules chez elles, de sortir le soir ou de se rendre dans certains endroits, nausées, manque de confiance, etc. La liste est encore longue.

© Groupe Eyrolles

Vaste sujet, donc, sinon gageure, que de vous présenter et de vous donner envie d’apprendre la Self Défense féminine issue du Self Pro Krav ou SPK, pratique que j’ai fondée il y a de cela quelques années. Mon intention n’est pas de l’aborder d’un point de vue philosophique,

7

psychologique ou conjoncturel, mais de rester dans le réalisme des agressions communes dont les femmes peuvent faire l’objet.

La self défense

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Car force est de constater, dans un souci de vérité et sans aucune discrimination, qu’il existe une différence notoire entre les qualités physiques des hommes et celles des femmes. Cette différenciation joue-t-elle en défaveur du genre féminin  ? Ce que l’on peut dire, en tout cas, est que ces dernières sont moins machistes, et donc plus conscientes de leurs possibilités et de leurs limites. Autrement dit, elles sont plus réalistes face au danger. Par ailleurs, lorsqu’il s’agit de se sortir d’une agression violente, elles ont moins de scrupules à riposter en visant les zones génitales de l’homme, à gifler ou à mordre. Atout ou handicap, la question ne se pose plus au moment de l’agression, et toute théorie en la matière est superflue. Soyons donc simplement réalistes face aux dangers de la rue et à la brutalité des agressions. En général, une femme ne se fait pas agresser de la même façon qu’un homme, car les motivations sont souvent différentes. Les agresseurs s’en prennent beaucoup plus à sa personne en tant qu’objet de désir et de convoitise, pensant qu’ils sont en supériorité physique pour parvenir à obtenir d’elle ce qu’ils veulent. Toutefois, la femme n’est pas aussi faible que l’on peut le penser, et elle est sans doute plus déterminée qu’un homme. De plus, elle dispose d’atouts physiques inhérents à son sexe qu’elle doit savoir utiliser pour faire face à une situation périlleuse. Un entraînement réaliste, à base de mises en situation, lui donnera les clés pour se sortir d’un mauvais pas.

Il est vrai que nombre d’arts martiaux ou sports de combat proposent des techniques plus ou moins faciles pour apprendre à se défendre.

8

© Groupe Eyrolles

Mais je veux être honnête en vous prévenant que ce livre n’est pas une recette miracle, genre botte de Nevers, et que grâce à lui, les femmes vont devenir invincibles. Rien n’est jamais sûr, même si l’on est un expert ou un champion en sports de combat, car on ne peut pas prévoir l’impondérable ni dominer les aléas de la vie. Soyons donc modestes, car la fuite, sans perdre l’honneur, reste la première et l’ultime solution, mais lorsque cette option est impossible, la méthode peut se révéler bien utile.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Mon propos n’a pas la vocation d’en « rajouter une couche », comme on dit, mais, au contraire, de partir des agressions de la rue qui nous imposent une ligne de conduite. Et la technique seule ne suffit pas à se sortir d’une agression, la victime ne sachant jamais à l’avance à quelle sauce elle risque d’être mangée, d’autant que souvent, l’agresseur lui-même ne sait pas à l’avance la tournure que va prendre son forfait. Mon raisonnement consiste à partir des différents modes opératoires des agresseurs de femmes, afin de mettre en place une méthode d’autodéfense qui soit à la portée de toutes, sans distinction d’âge ni d’aptitudes physiques. Cette façon concrète d’envisager l’agression m’a naturellement conduit à construire cette réflexion autour d’une méthode d’autodéfense déclinée du SPK, appellation destinée à mieux identifier la méthode, et à donner une voie spécifique d’apprentissage pour toutes.

I n t ro d u c t i o n

C’est donc à partir de ma riche expérience professionnelle de capitaine de police, d’expert international en techniques de combat, de fondateur de plusieurs méthodes d’autodéfense, ainsi que de professeur diplômé d’État et haut gradé d’arts martiaux que j’ai élaboré cet ouvrage dans le but d’aider les femmes à faire face, de façon réaliste, à la violence qu’elles peuvent subir. Il ne s’agit pas, pour moi, d’inventer des types d’agressions et des ripostes plus ou moins spectaculaires, mais de puiser dans notre méthode du SPK, qui a déjà fait ses preuves sur le terrain, comme l’attestent les nombreuses personnes agressées qui ont eu recours à elle. J’ai volontairement omis aussi les menaces avec arme à feu (pistolet, revolver, fusil, carabine), car elles sont, du moins dans notre pays, peu courantes. Vous pourrez, pour plus d’informations dans le domaine, vous reporter au livre Le SPK1 déjà paru.

© Groupe Eyrolles

Parcourez donc ce premier ouvrage sur l’autodéfense féminine, élaboré à l’aide de photos et d’explications claires en salle et, surtout, mettez les techniques en pratique régulièrement sous la direction d’un instructeur qualifié de notre académie, à même de vous faire

1.  Voir bibliographie en fin d’ouvrage.

9

10

© Groupe Eyrolles

La self défense

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

progresser et de vous éviter les faux pas. Et n’oubliez jamais que la fuite, sans fausse honte, demeure la première et la meilleure des self défense quand on a encore le choix. Qui dit fuite ne dit pas abandon, car elle peut se faire avant, pendant ou après l’agression. Mieux vaut sauver sa vie que mourir en héros.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

© Groupe Eyrolles

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 1

Les principes « Changez vos stratégies et tactiques, mais jamais vos principes. »

John Kessel

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Toute méthode digne de ce nom doit reposer sur des principes directeurs et fondateurs qui en font sa colonne vertébrale afin de crédibiliser les techniques enseignées. C’est le cas pour le SPK féminin, qui s’appuie sur des thèmes incontournables tels que : analyse de la situation, comportement psychologique, posture physique, communication verbale, décision, zones de riposte, stratégie, reconnaissances et conseils avertis.

© Groupe Eyrolles

Pa rt i e 1 - L e s p r i n c ip e s 15

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Chapitre 1

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Analyse de la situation

« Il est possible que l’on soit sauvé par le simple fait de comprendre clairement un moment décisif, et de faire une analyse de tout ce qu’implique ce moment. »

© Groupe Eyrolles

Thomas Bernhard

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 1 - Les principes

Que se passe-t-il lorsqu’une agression est imminente  ? Cette phase est capitale pour la marche à suivre. Sa juste appréciation déterminera le succès ou l’échec de la mise en pratique de notre méthode. Mais comment arrive-t-on à jauger une situation de stress ? Il faut exercer notre esprit à une gymnastique cérébrale relativement simple en se posant les questions suivantes pour gérer la crise : pourquoi ? Quand ? Où ? Comment ? Combien ?

Motif de l’agression L’agresseur exige de l’argent ? Si le danger de perdre la vie est important, mieux vaut céder tout en prenant la peine de recueillir le maximum d’indices de description pouvant le confondre ultérieurement. S’il s’agit d’une agression sexuelle, votre honneur, mais jamais votre vie, vaudra la peine que vous ne vous laissiez pas faire. Enfin, en cas d’acte de violence gratuite, le degré de dangerosité vous fera pencher dans l’action ou la fuite si les risques de séquelles sont trop grands.

La scène peut se passer de jour, auquel cas la visibilité vous permettra de mieux identifier le ou les agresseur(s) (physique, nombre, etc.), ainsi que les issues de sortie opportunes. Au contraire, si elle se déroule la

18

© Groupe Eyrolles

Moment de l’agression

nuit, inutile de dire que vous n’aurez pas autant d’informations que dans le premier cas.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Les conditions atmosphériques plus ou moins difficiles (pluie, neige, vent, chaleur) jouent également un rôle du fait, par exemple, d’une chaussée glissante en cas de course-poursuite. Nous développons les entraînements dans la semi-pénombre ou dans une situation de fatigue pour s’habituer à ces circonstances délicates.

C h a p i t re 1 - A n a ly s e d e l a sit ua t io n

Lieu de l’agression Si la scène se passe en milieu ouvert (voie publique), il vous sera peutêtre possible de compter sur l’entourage immédiat par des cris et une extériorisation de votre rébellion. En revanche, si le scénario se déroule en milieu fermé (appartement, endroit privé), vous devrez uniquement compter sur votre force intérieure pour vous sortir de ce mauvais pas. La scène peut également se dérouler dans un endroit sensible (cité, stade…) ou dans une zone à risque (grande surface, centre commercial). Dans ces cas-là, le mouvement de foule et la multitude des agresseurs seront à prendre en compte. Ce genre de situation exige plus de méfiance, la bravoure n’étant pas l’apanage des témoins des délits.

Atmosphère de l’agression Il faut s’habituer à la configuration environnementale du lieu de l’agression. Un endroit désert vous obligera à avoir une vue à 360° pour vous appuyer sur un élément anodin (sable, eau, bout de bois, pierre…) qui pourrait vous aider à riposter.

© Groupe Eyrolles

La foule, à défaut de vous épauler, peut vous abriter et vous soustraire à l’assaillant. La prise en compte de la dangerosité apparente du ou des agresseurs (armes à feu ou armes blanches) constitue aussi une des clés du « comment ? ». Enfin, les issues de secours seront toujours votre principale préoccupation pour entreprendre une fuite.

19

Auteurs de l’agression Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Le nombre d’attaquants est déterminant pour se positionner à défaut de pouvoir s’enfuir. Vous devrez vous placer toujours aux extrémités du groupe pour entamer une première riposte afin de fuir dès que possible. Savoir décrire son ou ses assaillants est aussi un volet de l’entraînement du SPK, fort utile pour retrouver le ou les auteur(s) du délit.

20

© Groupe Eyrolles

Partie 1 - Les principes

Le schéma type de notre exercice commence par la détermination du sexe, du type ethnique, de l’âge apparent, de la taille, de la corpulence, de la couleur et de la coupe de cheveux, des signes particuliers (crâne rasé, barbe, moustache, démarche), des vêtements et de leur couleur, du port de lunettes de vue ou de soleil, du timbre et de l’accent de la voix, ainsi que d’un langage particulier. À cela il faut ajouter la direction et le moyen de fuite du ou des agresseur(s).

Chapitre 2

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Le comportement psychologique

« Les femmes sont extrêmes : elles sont meilleures ou pires que les hommes. »

© Groupe Eyrolles

La Bruyère

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 1 - Les principes

Il est certain que l’attitude psychologique de la femme agressée n’est pas la même que celle d’un homme. De prime abord plus apeurée en raison de ses dispositions physiques et émotionnelles, elle fait preuve, néanmoins, de plus de réalisme, car elle peut jouer sur plusieurs tableaux à la fois. Sans doute le raisonnement freudien n’y est pas étranger, l’agresseur voyant inconsciemment sa mère dans la femme qu’il attaque. Le charme, sans provocation, est également un atout dont la femme peut user sans en abuser pour faire réfléchir, sinon dérouter, son assaillant. Enfin, la femme n’hésitera pas à viser les zones génitales, ses forces ne lui permettant aucune fioriture de type coups de poing ou coups de pied. Ce constat nous permet de mettre nos élèves en situation émotionnelle.

Inhérente à l’espèce humaine (et animale, aussi), la peur fait partie de l’agression, et ne peut donc, à ce titre, être évitée. Si vous n’avez pas peur, vous représentez un danger pour vous-même ou pour votre entourage, car votre champ de vision est rétréci, et vos chances de survie le sont tout autant. La peur ne doit pas être vue comme un handicap, mais comme un moteur de pulsion qui puise, dans votre instinct de conservation, les réflexes vitaux de survie. Le SPK féminin prend donc en compte cet aspect psychologique par des mises en situation qui suscitent l’effroi, comme des bruits assourdissants, des simulations d’insultes et de bousculades, ainsi que des mauvaises surprises.

22

© Groupe Eyrolles

La peur

Garder son calme Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

C h a p i t re 2 - L e co m p o r te m e n t psycho lo g iq ue

En dépit des crâneries verbales ou gestuelles, des défis machistes, vous devez veiller à ne pas surenchérir, soit par des refus catégoriques, soit par un mutisme provocant, qui exacerbent l’impatience de l’agresseur. La gestion de la crise s’effectue psychologiquement en amont de la violence physique. Nous habituons nos stagiaires à jauger leur faculté à garder leur calme quelles que soient les provocations subies. De cette attitude capitale d’apaisement dépend une bonne analyse de la situation, à même de préparer la décision de la riposte à l’instant opportun.

Ni téméraire, ni apeurée Les extrêmes sont toujours préjudiciables en la matière. La hardiesse incite l’agresseur à agir plus tôt que prévu, comme un animal qui sent le danger venir. La peur présente le double inconvénient de figer la victime et d’exciter l’assaillant, qui se complaît dans la peau du loup face à la brebis égarée. Le juste milieu est la lucidité : il faut jouer pleinement son rôle d’agressée pour régir sa peur, bien présente, sans excès déstabilisateur. Le

conseil du prof

© Groupe Eyrolles

Le langage gestuel crée les conditions d’une riposte favorable. La victimisation tempère la violence et crée plus d’opportunités pour s’en sortir. Ne fixez pas l’assaillant du regard, ne le dévisagez pas, mais positionnez vos mains vers l’avant, paumes vers le ciel, à hauteur du visage, pour vous protéger et éloigner sa méfiance. Grâce à ce comportement tranquillisant, vous saisirez sans doute un moment favorable pour riposter.

23

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Chapitre 3

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

La posture physique

« Une femme a toujours, en vérité, la situation qu’elle impose par l’illusion qu’elle sait produire. »

© Groupe Eyrolles

Guy de Maupassant

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 1 - Les principes

Ce chapitre constitue un stade très important pour gérer la crise en amont du conflit physique. Il n’y a qu’à voir l’attitude des animaux avant l’affrontement pour comprendre. La violence n’est pas un état normal, et le stress induit par cette violence a tendance à fragiliser instinctivement la victime. Vous devez donc vous rassurer par toute une gestuelle qui vous aidera à affronter le danger et à diminuer votre inquiétude. Cela ne doit pas rester un raisonnement théorique. Le SPK féminin pratique cette épreuve pour vous aider à connaître et à affûter votre corps.

L’attitude L’attitude doit être passive et non agressive sous un calme apparent. L’agresseur ne doit pas sentir une réaction possible de votre part. Les mains doivent rester à sa vue pour éviter toute suspicion. Toute garde de combat, ainsi que le font les boxeurs, est à proscrire. On ne tourne pas un film. Aucune provocation du regard ni aucun geste injurieux. Une femme sait, en principe, se contenir, et cette phase s’acquiert naturellement, en général.

Placer son corps de trois quarts pour offrir le moins de surface possible de frappe à l’agresseur. La jambe avant se placera toujours du côté de l’arme de l’assaillant, s’il en a une, pour raccourcir le temps de blocage et protéger ses organes vitaux, tel le cœur, ou encore les organes génitaux.

26

© Groupe Eyrolles

La position

La distance Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Cette donnée est importante pour ne pas vous laisser surprendre lors de l’altercation. On peut distinguer trois types de distance : ³³ la « courtoisie » : lorsque le danger n’est pas évident, par exemple lors d’une demande de renseignement, prenez une distance correspondant à une longueur d’un bras de la personne ; ³³ la « sécurité » : lorsque la menace se fait jour, prenez une distance correspondant à une longueur de jambe pour avoir le temps de réagir ;

C h a p i t re 3 - L a p o st u re p hy si que

³³ la « défense » : lorsque l’agression va débuter, prenez une distance d’environ deux mètres et plus, selon la taille de l’agresseur. Notre pratique prend en compte ces notions, certes non formelles à cent pour cent, comme le rappellent les difficultés liées aux agressions se déroulant dans les endroits exigus, tels les couloirs ou les transports en commun.

La protection

© Groupe Eyrolles

Sans manifester d’agressivité, il faut néanmoins se protéger de façon discrète pour endiguer toute mauvaise surprise, un coup de poing ou un coup de couteau, par exemple. En position de trois quarts, placez les bras et les mains à environ cinquante centimètres de votre visage, dos des mains vers l’agresseur. Ce langage gestuel est non seulement une preuve d’allégeance aux exigences de l’attaquant, mais surtout une protection des zones internes létales des bras et des mains, où sont situées les ramifications nerveuses et sanguines vitales. Dans cette position, il sera plus facile de tourner les paumes de mains et de les croiser en cas de coup de poing au visage, ou encore de sécuriser un blocage de bras lors d’une attaque au couteau1 à la gorge.

1.  Voir seconde partie, leçon 7.

27

Le déplacement Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Toute agression, généralement dynamique vers l’avant, entraîne nécessairement un déplacement forcé vers l’arrière. Évitez de reculer en faisant des pas de marche, mais déplacez-vous en pas chassés arrière, d’une part pour éviter tout déséquilibre dû à un trou ou à un trottoir, d’autre part pour être prête à riposter en position de sécurité de trois quarts.

28

© Groupe Eyrolles

Partie 1 - Les principes

Le Self Pro Krav féminin entraîne au déplacement de crise, afin de bénéficier du maximum de chances de se défendre et de riposter.

© Groupe Eyrolles

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Chapitre 4

La communication verbale

« Un mot et tout est sauvé. Un mot et tout est perdu. » André Breton

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 1 - Les principes

L’agression commence souvent par une phase brutale d’insultes ou de commandements. Un dialogue forcé s’instaure alors. C’est ce rapport que nous mettons en place, dans nos cours de SPK féminin, pour habituer les femmes à cette phase autour des points suivants : respiration, langage, mensonge, intonation de la voix.

La respiration Sans une respiration maîtrisée, pas d’action possible. On ne respire pas de façon naturelle dans les cas de violence. Notre discipline privilégie la respiration abdominale, qui permet de centraliser son inspiration dans la région du ventre afin de gérer son stress et de ramener l’énergie vers le sol. La finalité est de « coller au sol » et de puiser l’énergie tellurique, au lieu de ventiler par les poumons et de perdre à la fois son équilibre et ses facultés. Le

conseil du prof

30

© Groupe Eyrolles

Voici la respiration à adopter en cas d’agression : inspiration longue pulmonaire par le nez bouche fermée, blocage abdominal de l’air bouche ouverte, expiration lente abdominale par la bouche lors de la phase dialogue, expiration sèche par la bouche sur le temps de la riposte, relâchement et reprise de l’inspiration pulmonaire une fois le danger éloigné ou pendant la fuite.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

L’entraînement permet d’y arriver progressivement, et les résultats sont spectaculaires, notamment au niveau de la confiance et de la vue. A contrario, une mauvaise respiration réduit le champ visuel de la victime : c’est l’« effet tunnel », bien connu des professionnels. On ne saisit plus les opportunités de la fuite ou de la riposte ciblée, mais on focalise notre esprit dans un immobilisme annihilant toute volonté d’agir.

C h a p i t re 4 - L a co m m u n i ca tio n ver b ale

Les exercices spécifiques de notre activité aident considérablement les femmes, en général plus douées que les hommes pour ce mode respiratoire. Une mauvaise respiration est donc synonyme de vision rétrécie, de déséquilibre et d’impuissance. Une crise affole le rythme respiratoire, qui ne peut être contrôlé que par des exercices particuliers.

Le langage Lorsqu’on est agressé, on ne parle pas de façon sereine comme on le ferait entre amis ou en famille. La peur raccourcit le rythme respiratoire, ce qui provoque un manque d’air bloquant les mots de la victime. Voici ce qu’il faut faire, dire ou ne pas dire, concrètement : ³³ les phrases doivent être courtes mais pas sèches, sans provocation ni invective ; ³³ les leçons de morale ne sont pas la meilleure façon de calmer l’ardeur de l’assaillant, qui a déjà franchi le cap du non-retour ; ³³ ne pas adopter les expressions de l’agresseur dans la discussion  ; chacun reste à sa place, pas de mélange des genres ; chacun assume son rôle d’agresseur ou d’agressé. La familiarité ne sert à rien, et le vouvoiement reste de rigueur en dépit du tutoiement de l’agresseur. La seule exception tolérée sera envers un mineur, avec qui le tutoiement pourra être une façon parentale d’aborder le problème ;

© Groupe Eyrolles

³³ parlez, lors des injonctions de votre agresseur, pour mieux agir pendant son inattention suscitée par vos questions. Ripostez quand il répond, car son esprit est plus attentif à ce qu’il est en train de vous dire.

31

Le

conseil du prof

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Lors d’une menace au couteau à bout portant, si vous vous faites racketter, par exemple, le mutisme est dangereux et propice à l’action de l’agresseur, qui s’énerve. Parlez-lui pour lui montrer (et c’est toujours le cas) que vous avez peur, ce qui facilitera votre placement. En prononçant vos mots, baissez les yeux, de sorte à voir la position de son couteau ; cela fixera aussi son attention et son intention, ce qui vous permettra de mieux déclencher votre réplique.

Le mensonge

Partie 1 - Les principes

La vérité n’est pas la bienvenue lors d’une exaction. Vous devez vous apitoyer sur votre sort par des paroles telles que : « Que se passe-t-il ? », «  Que voulez-vous  ?  », «  Vous me faites peur avec ce couteau  », «  Je vais vous donner de l’argent ou autres valeurs  », afin de procurer un sentiment de puissance à l’assaillant. Le but de cette manœuvre est de calmer le jeu et de bien répartir les rôles de chacun. Il s’agit de mentir pour mieux rassurer et saisir, dans ce climat de confiance, l’occasion de riposter ou de s’enfuir. Cet artifice vous fera passer plus facilement de l’état de brebis apeurée à celui de loup vengeur devant l’injustice. Vous, les femmes, bénéficiez, du fait de votre physique et d’une voix souvent douce, de plus d’atouts que les hommes. Soyez donc sans scrupules et moins honnête, car l’agresseur sera moins méfiant face à un mensonge.

L’intonation de la voix

Nombre d’agressions se déroulent discrètement dans des rues bondées de monde, car les victimes n’osent pas réagir en hurlant. Agissez comme un chien qui aboie devant un danger. N’hésitez pas, quitte à en faire un peu trop, à prendre les passants à témoin.

32

© Groupe Eyrolles

Selon l’endroit où a lieu le forfait, profitez de la présence de la foule, non pour espérer une aide quelconque, si rare de nos jours, mais pour hurler votre peur dans l’espoir de faire hésiter, sinon fuir, l’agresseur gêné par l’idée d’être reconnu.

© Groupe Eyrolles

C h a p i t re 4 - L a co m m u n i ca tio n ver b ale

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Nous nous livrons à des jeux de rôle et à des scénarios dans notre entraînement pour habituer les femmes à prendre un rôle actif et perturbateur. Ne pensez pas que cette réaction soit naturelle et facilement restituable au moment du danger, car la peur annihile souvent notre volonté. A contrario, évitez de hausser le ton dans un lieu désert ou peu fréquenté. Votre attitude ne trouvera pas son salut dans la publicité, mais dans vos propres moyens.

33

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Chapitre 5

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

La décision

« Attendre d’en savoir assez pour agir en toute lumière, c’est se condamner à l’inaction. »

© Groupe Eyrolles

Jean Rostand

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 1 - Les principes

Nous venons d’aborder les principales attitudes et réactions en amont d’une agression, mais arrive fatalement le moment où, si la fuite n’est pas ou plus possible, vous êtes amenée à décider des événements à venir. Voici quelques éléments qui vous aideront à prendre les bonnes décisions et à agir en conséquence.

Analyse des conséquences L’inertie de votre réaction vient, pour une part, d’un manque de connaissance des suites physiques, psychologiques et pénales de vos gestes. Si rien ne peut être planifié et suivi pas à pas pour gérer parfaitement une agression, il n’en demeure pas moins que la dangerosité de la situation dictera les conséquences de votre action. Autrement dit, la préservation de la vie justifie les moyens utilisés pour s’en sortir en dehors de tout contexte légal. Mieux vaut regretter ses actes de son vivant que d’avoir raison une fois mort.

Donc, pas de procès d’intention à l’avance, mais préservez à tout prix l’essentiel, c’est-à-dire votre vie, quels que soient les moyens légaux d’y parvenir. L’agression se gère de façon pratique et non théorique. C’est le discours de notre méthode. 36

© Groupe Eyrolles

À partir du moment où votre rébellion, face à une agression mortelle, n’est ni préméditée ni vengeresse, il est difficile de savoir à l’avance quels seront les effets de votre mutinerie. Par exemple, si vous bousculez votre agresseur pour vous dégager de son emprise, vous pouvez provoquer involontairement une chute mortelle.

Ai-je le droit de me défendre ? Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Tout être humain a non seulement le droit, mais le devoir de préserver sa dignité humaine, ainsi que celle des autres, dans les limites de ses possibilités, évidemment. En tant qu’ancien policier, je ne peux référencer le SPK féminin que par rapport à notre code pénal, et en particulier à l’article 122-5 portant sur la légitime défense. Pour intégrer facilement ce droit de riposter, rappelez-vous que, si l’atteinte est injustifiée, actuelle et réelle, vous pouvez, en cas de force majeure, accomplir un geste de défense immédiat et proportionné, comme donner, par exemple, un coup de pied dans les parties génitales d’un agresseur menaçant avec un couteau.

C h a p i t re 5 - L a d é ci si on

Toutefois, ayez à l’esprit qu’en France, il ne suffit pas de connaître la loi  : il faut justifier de la légalité de vos actes, preuves à l’appui. S’il est, certes, important de connaître ce contexte juridique, soyez très pragmatique et défendez-vous de façon percutante si votre vie est en danger. Vous aurez toujours l’occasion de justifier vos gestes, en tant que victime, si vous êtes encore de ce monde. Des simulations concrètes, lors de nos entraînements, portent sur ce travail de décision et sur cette réflexion du droit d’agir, afin d’éviter tout atermoiement paralysant.

Comment me défendre ? Par la fuite, pendant ou après l’assaut, ou par la mise en pratique de nos conseils quand vous êtes le dos au mur. Notre technique vous prépare à adopter le bon comportement face au péril.

© Groupe Eyrolles

Prenons un exemple : s’il s’agit d’un ceinturage et que votre vie n’est pas en danger, une riposte par la technique du coup de pied au tibia ou des doigts dans les yeux suffira. En revanche, s’il s’agit d’un étranglement avec suffocation, pas d’état d’âme : ripostez d’un coup de genou ou de pied dans les zones génitales. Nos exercices attestent à eux seuls de la légitimité de l’autodéfense et entrent, de ce fait, dans le champ d’application de la loi pénale. Se

37

défendre est naturel, mais encore faut-il développer des techniques réflexives conditionnées, sans parasitage de la pensée.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

J’évoque souvent, lors de nos cours, l’exemple de l’instinct de la mère qui ne recule devant rien pour sauver son enfant. Cet état d’esprit, dans le cadre légal, bien sûr, associé à l’apprentissage de nos techniques, sera, sans botte magique, un support de poids sur lequel vous pourrez avantageusement vous appuyer.

Déclenchement de la riposte

Partie 1 - Les principes

Si tous les moyens d’éviter la violence ont été vains, il faut agir sans hésitation. N’attendez pas d’être touchée ou blessée pour riposter dans un esprit guerrier. Le fait de ne pas hésiter mettra plus de chances de votre côté, non pas pour blesser inutilement l’agresseur, mais pour stopper son action et pouvoir vous enfuir.

38

© Groupe Eyrolles

Dans le SPK féminin, on apprend aux femmes à riposter et non à frapper – la nuance est de taille –, par diverses percussions aux tibias, aux genoux, aux parties génitales, et autres enchaînements rapides et efficaces à mains nues ou avec des objets usuels. La femme a, cette fois encore, l’avantage de se voir légitimée dans le déclenchement initial de la riposte du fait de la disproportion des forces admise par rapport à un homme. Donc, profitez-en, mais sans en abuser. Juste ce qu’il faut là où il faut. Et n’oubliez jamais que vous devez riposter dès le début de l’assaut physique, voire, dans certains cas, un peu avant, car une fois un étranglement engagé, par exemple, il est très difficile, et souvent impossible, de s’en sortir malgré les diverses techniques apprises. Donc, pas de balivernes, restons sérieux.

© Groupe Eyrolles

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Chapitre 6

Les zones de riposte

« Mieux vaut se justifier de son vivant que d’être plaint une fois mort. »

Jacques Levinet

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 1 - Les principes

Les zones de riposte dont nous allons parler ici sont déterminantes pour se défendre efficacement, ne serait-ce que pour un temps. Elles tiennent compte, outre votre détermination, du cadre légal. À l’appui de cette argumentation, le langage de notre méthode bannit de son vocabulaire le mot agressif de « frappe » au profit de celui de « riposte », qui sous-entend, de plein droit, l’idée de la légitime défense. Ces ripostes, accessibles sans que l’aptitude au combat soit requise, sont données avec des segments longs (coup de pied, paume de main, doigts tendus) et des segments courts (genou, coude, talon, base du poing) pour éviter toute blessure des os. Les impacts sont ciblés, selon la dangerosité de l’attaque, sur différents endroits.

La tête

Le SPK féminin privilégie d’autres zones d’impacts comme la gorge (si la vie est menacée), les yeux (par un crochetage des doigts), les oreilles (par des percussions), le nez (par un repoussé), ainsi que la gifle (pour figer). Les avantages sont, d’une part, de ne pas trop marquer l’agresseur, qui sera ainsi moins crédible en cas de plainte ultérieure, et, d’autre part, de vous rendre très énergique indépendamment de votre force ou de votre inexpérience lors d’un affrontement.

40

© Groupe Eyrolles

Répliquer par un coup de poing n’est pas donné à tout le monde, à moins de se casser le poignet faute de pratiquer un art martial ou un sport de combat. Qui plus est, ne croyez pas que ce genre de riposte soit radical à cent pour cent contre un assaillant.

Les membres supérieurs Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Le dos des mains est très innervé et peu musclé. Aussi, une percussion à cet endroit avec le poing fermé augmente sa sensibilité, et cela évite de se blesser les phalanges. Cette technique est employée pour les désarmements de couteau ou lors des ceinturages. Les doigts présentent la faculté d’être douloureux, aussi peut-on les tordre pour se dégager d’une saisie, par exemple ; l’efficacité est garantie, quel que soit le gabarit de l’agresseur.

C h a p i t re 6 - L e s z o n e s de r i po ste

Les membres inférieurs Le tibia est hypersensible en raison de la proéminence de l’os. Cet emplacement est donc tout indiqué pour se défendre. En cas d’étranglement proche ou de saisie, percutez-le de la pointe de votre chaussure. Les pieds en général, et les orteils en particulier, seront également recherchés pour se défaire de toute étreinte, étranglement ou mains baladeuses par l’arrière.

Quid de la riposte génitale ?

© Groupe Eyrolles

Bien que cette zone hypersensible doive faire l’objet d’une précaution spéciale légalement, il n’en demeure pas moins qu’elle ne sera jamais interdite. Force est de constater que cet endroit du corps a sans doute été aussi créé par la nature pour autre chose que sa finalité première. En d’autres termes, la sensibilité et la fragilité de cette zone sont l’occasion pour les femmes de lutter efficacement contre certains hommes, en général plus forts qu’elles. La nature, semble-t-il, a pensé à tout. Encore faut-il savoir percuter cet emplacement avec efficacité pour se défendre. Concrètement, vous devez heurter les testicules en priorité, et ce, avec les mains ouvertes (avec la paume, le dos ou le tranchant), en raison de la flexibilité du poignet, pour une riposte fouettée, l’amplitude moins importante d’un poing étant à éviter.

41

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Malheureusement, les femmes pensent souvent à tort que si elles sont agressées, elles sauront instinctivement répliquer à cet endroit. Or, d’après les témoignages recueillis, il semble que cela n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser. N’oublions pas non plus que le port des pantalons taille basse et les coutures rigides des jeans amenuisent l’impact d’un tel coup. Comme quoi, s’y entraîner de façon sécurisée, comme nous le faisons avec nos élèves, est loin d’être superflu.

Les zones à éviter et à privilégier

Partie 1 - Les principes

Aucune zone du corps n’est formellement interdite légalement. Seules la dangerosité de l’attaque et la légitimité de la défense seront prises en compte. Par exemple, une saisie ne peut entraîner une riposte génitale, contrairement à l’étranglement ou à la menace du couteau. C’est bien le risque de mort ou de blessure grave qui prime. La nuque ou la moelle épinière sont à éviter, mais on ne peut pas les bannir puisqu’il est impossible, lors d’une violente prise à partie, de cibler parfaitement l’endroit où l’on va taper du fait des mouvements du ou des protagoniste(s). Donc, pas de zones de couleur verte, dites « autorisées », ni rouges, dites « à éviter », qui ne correspondent à une définition théorique simpliste et irréaliste sans aucun fondement légal.

Les armes naturelles

42

© Groupe Eyrolles

Pensez que dans l’absolu, rien n’est interdit pour sauver sa vie ou celle de ses proches. Cracher, mordre (avec les risques que cela comporte), tordre les doigts, écraser les pieds, percuter les oreilles, comprimer les points de pression (mollets, bras, reins, malléoles, mastoïdes, etc.) sont autant d’autres moyens auxquels vous devez avoir recours quand

le danger est trop pressant. Ni préjugés ni barrières, seule la finalité compte : rester en vie coûte que coûte.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Par des simulations, dans des combats au sol et avec toute la sécurité requise, nous proposons des exercices où nos pratiquantes sont obligées de s’en sortir par le biais d’armes naturelles.

Les armes fortuites C h a p i t re 6 - L e s z o n e s de r i po ste

Amplement abordées dans les leçons 9 et 101, les armes fortuites font partie intégrante de la méthode du SPK féminin, pour la simple et bonne raison qu’elles sont d’une très grande efficacité. Utiliser, pour se défendre, un parapluie, une ceinture, une clé, un stylo, un magazine, un blouson, un sac, mais aussi une chaussure, une carafe d’eau, une chaise, un livre, une carte de crédit ou quelque autre objet peut se justifier. L’arme fortuite n’est pas une arme au sens propre du terme ; elle le devient par destination, dans le respect du cadre légal de son utilisation.

© Groupe Eyrolles

Enfin, n’oubliez pas, mesdames, que vos mains, souvent dotées d’ongles et de bagues, sont aussi des armes occasionnelles pour se dégager d’une emprise malveillante.

1.  Voir seconde partie.

43

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Chapitre 7

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

La stratégie

« Quand il n’y a pas de solution éthique à un problème, il faut sans doute éviter le pire, et pour éviter le pire, il faut recourir à une stratégie. »

© Groupe Eyrolles

Edgar Morin

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 1 - Les principes

Après avoir vu quand, comment et où se défendre, il nous reste à découvrir l’essence même de notre méthode, dont l’efficacité repose sur quelques points clés expliqués ci-après.

L’instinct de survie Sans volonté de survivre à une agression, la technique ne sera d’aucune utilité. Cet instinct de conservation est propre à chacun d’entre nous. Le SPK féminin vous le fait découvrir par des apprentissages d’enfermement, comme le module du bouclier, afin de vous mettre sous pression dans le but d’exorciser cette pulsion de vie à tout prix.

Voici un autre exercice Self Pro Krav féminin de développement de la combativité nécessaire pour se sortir d’une agression : mettez-vous dos à dos avec un protagoniste qui va essayer de vous maîtriser au sol ; vous devez chercher dans votre volonté l’énergie pour résister et éviter toute domination de votre assaillant par étranglement ou autre. L’exercice se réalise avec un maximum de sûreté, puisque les coups sont interdits, l’intérêt étant de savoir jusqu’où vous pouvez aller face au danger.

46

© Groupe Eyrolles

Concrètement, il s’agit d’encercler progressivement une personne à l’aide de boucliers en mousse jusqu’à l’emprisonnement. La personne en question doit alors puiser en elle-même ses dernières ressources, mobiliser toutes ses forces dans la bataille finale de la délivrance, et trouver une issue de secours. Cette simulation renforce le mental et ravive la volonté de lutter.

Le réflexe conditionné Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

La technique est un geste appris et réfléchi, tandis que le réflexe est spontané et irréfléchi. Cette différence fait toute la force de notre méthode. Le stress d’un clash dans la rue amenuise la réflexion technique. C’est ce que nous appelons, dans le langage professionnel, « l’effet tunnel », à savoir le fait de focaliser son attention sur un seul point, au lieu d’avoir une vue à 360° nous permettant une meilleure prise en compte de l’environnement, de ses dangers ou sorties potentiels.

C h a p i t re 7 - L a st rat é gi e

Prenons un exemple de notre discipline. Lors d’un étranglement de face, le réflexe conditionné que nous travaillons est de tourner immédiatement la tête du même côté que la jambe, que nous déplaçons vers l’arrière. Le but est de respirer en évitant l’écrasement de la trachée sous la pression des mains criminelles. Ce n’est pas une réflexion, mais un geste inné de conservation que nous conditionnons par un mouvement réflexe de survie pour préparer efficacement une riposte. Autre exemple : une personne qui reçoit des coups sur la tête se protège naturellement avec ses mains. Eh bien, c’est à partir de cette constatation que vous devez placer vos mains, en un geste conditionné, devant votre visage lorsque quelqu’un vous agresse en vous assenant un coup de poing, en vous étranglant ou en essayant de vous porter des coups de couteau.

La technique opérationnelle

© Groupe Eyrolles

Nous en avons dit un mot dans le chapitre concernant les zones de riposte. La femme n’a pas le droit à l’erreur, sa réplique doit être neutralisante au premier coup, raison pour laquelle les endroits du corps sont sélectionnés en vertu de leur sensibilité, au moins le temps de la fuite. Les coups de poing sont à proscrire autant que les coups de pied au visage. La rue n’est pas un tatami où le fleuret moucheté est de mise. Pas d’arbitre ni de juge pour compter les points, seule compte l’efficacité de la technique, et non sa beauté. Pour la femme, le choix est limité : riposter sans se blesser et en un seul temps, là où ça fait mal (parties génitales, gorge, yeux, tibia), surtout si elle court un grand danger.

47

La légitime défense Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

On ne riposte pas de la même façon lors d’un étranglement (vie en danger) ou d’une saisie, ni face à un importun ou à un violeur. Connaître les limites de son action, c’est mieux l’expliquer par la suite, car il faut toujours rendre compte de ses actes, si licites soient-ils. Notre pratique de l’autodéfense s’apparente au système anglo-saxon qui consiste à expliquer son geste visuellement et verbalement par la formation que l’on a reçue. Cela présente l’intérêt d’être plus clair et plus probant lors des reconstitutions de scènes.

Partie 1 - Les principes

Le Self Pro Krav féminin en question Notre self défense n’est pas dérivée des arts martiaux ni des sports de combat. Elle vient de la rue et de mon expérience professionnelle de capitaine de police, formateur de forces spéciales. Je suis d’autant mieux placé pour en parler que je suis également diplômé d’État et ceinture noire haut gradé de karaté.

Prenons un exemple : un individu qui porte un coup de couteau n’est pas figé dans l’action terminale comme dans une démonstration  ; il répète, sans temps d’arrêt, son geste, et souvent au même endroit. On ne peut donc s’arrêter sur une seule action de défense irréalisable de blocage et de riposte. Il faudra insister sur le blocage et sur le déplacement en reculant en pas chassé avec un bras en bouclier et, en cas d’opportunité seulement, enchaîner avec une riposte, voire un désarmement, ou la fuite.

48

© Groupe Eyrolles

Chaque art martial développe des techniques dites de « self défense » qui sont appelées « jutsu », mais elles dérivent forcément de leur propre art  : pour le karaté, karaté jutsu, pour le judo, jujitsu, pour l’aïkido, aikijutsu, pour le taekwondo, hapkido, et ainsi de suite pour toutes les autres disciplines. Or, le mode opératoire des violences de la rue n’obéit à aucune règle, sinon à celles de la conjoncture dans lesquelles elles voient le jour. Si les techniques des arts martiaux sont souvent millénaires et immuables, les agressions publiques évoluent sans cesse. C’est pour cela que notre cursus ne cesse de s’adapter à la réalité.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

La violence se transforme selon les pays, les régions, les villes, et même les quartiers. Ne pas en tenir compte est une erreur grossière qui pourrait nous coûter la vie. Il suffit d’écouter les informations, qui relatent souvent des agressions au marteau ou à la hache, et même au sabre, bien loin du traditionnel couteau. N’oublions jamais que nous n’imposons pas notre technique dans la rue, mais l’inverse ; ce sont les mises en situation qui entraînent tel ou tel réflexe conditionné.

Comprendre pour agir « Pour apprendre quoi que ce soit, commencez par y trouver un sens. » Seymour Papert

C h a p i t re 7 - L a st rat é gi e

L’intérêt de notre formation est que les femmes la comprennent assez facilement, parce qu’il n’y a ni geste inutile ni technique compliquée à mettre en œuvre. Si l’on veut qu’une self défense soit réaliste, donc efficace, elle doit être aisément applicable et, dans ce but, compréhensible. La réflexion doit céder le pas à l’action.

La vérité

© Groupe Eyrolles

Un mot, enfin, pour insister sur ce point primordial  : une agression peut se révéler dangereuse. Nul système de self défense honnête ne peut enseigner de bottes magiques qui donneraient, pour chaque type d’agression, une réponse miracle. Il existe une expression dans le langage policier lorsque la solution est difficile à trouver  : «  L’article 22 », autrement dit : « Démerde-toi. » C’est ce sur quoi j’insiste lors de mes cours et stages. On ne peut prévoir l’imprévisible. Qui plus est, face à un couteau, par exemple, la fuite est la meilleure des solutions, à moins de pouvoir faire autrement. Et un bon professeur se doit de dire la vérité  : vous aurez de fortes probabilités, même avec un entraînement et de la chance, d’être entaillée ou atteinte face à quelqu’un qui brandit une lame devant vous, ou de prendre des coups dans une altercation à mains nues. Affirmer le contraire serait suicidaire et irréaliste.

49

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Aussi, soyez forte mentalement pour vous en sortir, et ne comptez pas sur des remèdes miracles purement livresques. Au moment de l’agression, il y a cette sensation des jambes qui se dérobent, de respiration courte (cela dure quelques secondes, mais semble être une éternité) ; passer ce cap, il faut être bien déterminée à refuser ces circonstances non souhaitées et se défendre à corps perdu. Pensez à ces femmes qui ont été capables de soulever un poids énorme pour sauver leur enfant pris au piège : n’acceptant pas la situation, elles ont fait preuve d’une détermination insoupçonnée.

50

© Groupe Eyrolles

Partie 1 - Les principes

Parler vrai et gérer sa peur sont les leitmotive de notre doctrine ; rendre faussement confiant par des balivernes et penser que l’on n’a jamais peur est le lot des affairistes inconscients. Rien n’est jamais sûr à cent pour cent, ni même à quatre-vingts, puisque, par exemple, dans la plupart des cas, une victime qui a reçu des coups de couteau non mortels ne s’en est même pas aperçu. Seul l’instinct de survie provoquera une montée d’adrénaline qui nous fera oublier, l’espace d’un instant, les blessures superficielles pour mieux réagir. Et cela, ce n’est pas de la théorie, c’est du vécu.

© Groupe Eyrolles

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Chapitre 8

Les conseils de l’expert

« Personne ne croit aux experts, mais tout le monde les écoute. »

Auguste Detœuf

Partie 1 - Les principes

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ces conseils sont juste de modestes réflexions dont vous ferez l’usage qu’il vous plaira. Ils soutiennent notre système, et leur mise en pratique nous a appris qu’ils peuvent être fort utiles dans certains cas, sur le terrain. Ne dit-on pas qu’« il vaut mieux prévenir que guérir » ? La liste de recommandations ci-après n’est pas exhaustive, mais représente les principaux points à mettre en pratique lors d’une suspicion d’agression. Elle est empreinte d’humilité, car rien n’est jamais formel. Seule l’expérience augmente notre méfiance et enrichit notre vigilance. Pour autant, ne tombons pas dans la paranoïa, car comme le disait si justement André Gide  : «  L’expérience instruit plus sûrement que le conseil. » Ainsi donc, en zone dite « sensible » ou potentiellement dangereuse, il est préférable de se remémorer les précautions suivantes.

Dans la rue ³³ Ne pas laisser de valeurs dans un sac que tout le monde peut voir, et préférer des endroits plus discrets (chaussures, doubles poches, etc.).

52

© Groupe Eyrolles

³³ Marcher en sens inverse de la circulation automobile sans sac en bandoulière.

³³ Éviter les chaussures à talons pour faciliter la fuite ou pour se défendre. ³³ Entrer dans un commerce en cas d’incident ou de filature. Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

³³ Ne pas s’accrocher à son sac à main lors d’un vol à l’arraché. ³³ Respecter une distance de courtoisie lors d’une demande de renseignements. ³³ Chercher un appui de mur en cas d’agression de plusieurs assaillants.

C h a p i t re 8 - L e s co n s e i l s de l’ exp e rt

En voiture ³³ Remonter les vitres, verrouiller les portes et ne pas sortir lors d’un car jacking. ³³ Ne laisser rien en vue (sac à main, blouson ou autres objets, même sans valeur). ³³ Ne pas serrer son frein à main lorsque la voiture est en arrêt, et rester en première pour démarrer au plus vite. ³³ Utiliser les feux de détresse et le klaxon en cas d’agression. ³³ Éviter les parkings non payants le soir ou dans les lieux déserts la journée. ³³ Entrouvrir la vitre, et non l’ouvrir, lors d’une demande de renseignements. ³³ Noter le numéro d’immatriculation d’un véhicule suspect.

Dans les transports en commun ³³ Se plaquer à la paroi du bus pour éviter tout encerclement. ³³ Se placer près des sorties. ³³ Ne pas dévisager les gens, sans pour autant baisser la tête.

© Groupe Eyrolles

³³ Attendre pour téléphoner. ³³ Faire attention à son sac.

53

En milieu clos ³³ Repérer les issues de secours. Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

³³ Saisir ses clés comme arme fortuite. ³³ Défaire sa ceinture pour mieux l’enlever.

En tout lieu ³³ Crier en cas d’agression publique. ³³ Dresser un portrait-robot d’un individu.

Partie 1 - Les principes

³³ Éviter les vêtements provocants (minijupe, décolleté, etc.), ou prévoir un manteau. ³³ Ne pas exhiber son téléphone portable. ³³ Programmer une numérotation d’appel en abrégé en cas d’urgence. ³³ Ne pas tutoyer son agresseur, sauf s’il est jeune. ³³ Ne pas insulter son agresseur, même si lui le fait.

54

© Groupe Eyrolles

³³ Dépister une arme fortuite pour se défendre.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

© Groupe Eyrolles

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 2

Les 10 leçons « La technique la plus parfaite est celle que l’on ne remarque pas. »

Pablo Casals

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Pa r t i e 2 - L e s 1 0 le ço ns

Les 10 leçons proposées ne sont qu’une ouverture grand angle sur les agressions les plus courantes dont les femmes peuvent faire l’objet, et sur la façon de s’en sortir avec un minimum de techniques et un maximum d’efficacité. Mais il ne faut jamais oublier que le manque d’entraînement régulier diminue la restitution des gestes réflexifs. Le réflexe inné de survie ne se mue en réflexe conditionné de restitution que par la répétition des gestes lors des mises en situation réalistes. Ce n’est pas le nombre d’heures d’entraînement qui entraîne l’efficacité, mais les états de choc qui développent l’instinct de survie, sans lequel rien n’est réellement possible. La technique doit être pure et simple pour être efficace. Afin de suivre facilement ces cahiers techniques de façon chronologique et logique, nous avons répertorié les types les plus courants d’agressions de rue. Pas de cinéma, donc, mais des exemples bien concrets de violences de petite et moyenne délinquance. Les menaces à mains nues sont longuement passées en revue, car elles représentent la plupart des agressions, notamment les étranglements. Faire face à un couteau ou à un bâton est aussi développé avec des exemples à l’appui. Bien sûr, les agressions sexuelles les plus communes, allant du simple importun au violeur, sont examinées. Un chapitre important est consacré à l’utilisation des armes par destination, c’est-à-dire fortuites, accessibles au plus grand nombre. Je ne pouvais omettre de traiter le sujet de la défense d’un tiers ou d’autrui. N’importe quelle femme peut être à même de protéger ou de défendre les siens, mineurs ou majeurs, et, à ce titre, elles savent, souvent mieux que les hommes, se montrer guerrières au sens noble du terme.

© Groupe Eyrolles

Pour plus de concision et de compréhension, l’agresseur se nommera « A », et le défenseur « D ». Bon entraînement, et rappelez-vous que rien ne vaudra jamais le suivi d’un professeur qualifié et expérimenté.

59

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Leçon 1

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Saisies

© Groupe Eyrolles

Les saisies constituent le premier contact, souvent désagréable, que l’agresseur vous inflige. Ces violences, considérées à tort comme légères, ne le sont pas réellement, car elles provoquent un choc psychologique en plus de l’indélicatesse manifestée par l’agresseur. Subir une emprise des poignets, du col, des épaules ou des cheveux ne peut rester sans réponse sous peine de laisser suggérer à votre agresseur un début de consentement. La réaction, plus ou moins sévère en fonction de l’intensité et de la douleur du geste, s’impose donc immédiatement pour éviter toute équivoque. Ne laissez jamais s’envenimer une situation qui peut parfois se résoudre par les seuls mots : « Stop, ça suffit, arrêtez », ou autres injonctions de cet ordre.

Poignet de face Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

2

A saisit un poignet de face.

3 D se dégage avec une percussion de phalanges sur le dessus de la main et une riposte de pied sur le tibia.



62



P ercussion efficace du fait de l’innervation et du peu de muscles du dos de la main.

© Groupe Eyrolles

Gros plan de la percussion.

Poignet avec coup de poing Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2 A saisit un poignet à une main.

L e ço n 1 - S a i s i e s

3 A saisit un poignet à deux mains.

© Groupe Eyrolles

D se dégage avec un écrasement du tibia.



 Ripostez toujours avec votre jambe arrière pour éviter tout déséquilibre. 63

Poignets de dos

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Sur une saisie des poignets par l’arrière.

2



64



R  ipostez avec votre jambe arrière en utilisant la force de l’agresseur.

© Groupe Eyrolles

Dégagement par riposte de pied sur le genou.

Poignets à plusieurs Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Sur une saisie latérale par deux agresseurs, D riposte d’un coup de pied génital sur le troisième assaillant.

L e ço n 1 - S a i s i e s

2 Puis se dégage par un coup de pied latéral sur le genou d’un agresseur.

3

© Groupe Eyrolles

Et par là même riposte sur l’autre agresseur.



 Ne forcez pas, et répliquez en premier sur l’agresseur qui menace de face. 65

Col à une main Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

2

Partie 2 - Les 10 leçons

1

Sur une saisie à une main, D se protège avec les mains au niveau du visage.

Puis s’agrippe au poignet de A pour riposter d’un coup de pied au tibia.

3 4



Gros plan de la torsion.

 Protection du visage avec les mains en croix en cas de coup de poing. 66

© Groupe Eyrolles

Et pour effectuer une clé de torsion des doigts.

Col à deux mains 2

L e ço n 1 - S a i s i e s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

© Groupe Eyrolles

Sur une saisie du col de face à deux mains, D se protège avec les mains.





Puis, en repoussant le visage de A, riposte d’un coup de pied au tibia.

P rotection des mains pour éviter un coup de tête. 67

Épaules sans retournement Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Partie 2 - Les 10 leçons

Sur une saisie pesante de dos.

D riposte, sans se retourner, d’un coup de coude au plexus.

3

4

Puis d’une riposte génitale.



 A fléchit le buste après la riposte génitale, ce qui rend très efficace le coude au menton. 68

© Groupe Eyrolles

Et d’un coup de coude remontant au menton.

Épaules avec retournement Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Sur une saisie de dos resserrée.

L e ço n 1 - S a i s i e s

2

© Groupe Eyrolles

Rotation vers A et riposte génitale de paume de main.



 La rotation augmente la distance pour une meilleure riposte. 69

Cheveux de face Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Partie 2 - Les 10 leçons

Sur une saisie de face à une main.

3 D écrase le poignet de A avec ses deux mains.

4

Puis riposte d’un coup de pied au genou.



 Déplacez-vous vers l’agresseur lors de la riposte au genou. 70

© Groupe Eyrolles

Gros plan de l’écrasement.

Cheveux de côté

L e ço n 1 - S a i s i e s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Sur une saisie latérale à une main.

2

© Groupe Eyrolles

D se dirige vers A avec une double riposte génitale et visage avec les paumes de mains.



 Votre déplacement s’effectue vers l’agresseur sans retenue. 71

Cheveux de dos

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Sur une saisie de dos à une main.

2



 Votre réplique génitale doit se faire avec la main la plus éloignée de l’agresseur. 72

© Groupe Eyrolles

D exécute la même technique.

Leçon 2

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ceinturages

© Groupe Eyrolles

Un ceinturage n’est jamais anodin, parce qu’il préfigure souvent une mise au sol douloureuse ou un rapt. Une simple étreinte n’est pas la finalité de ce genre d’attaque. Soyez donc toujours vigilante, et veillez à toujours vous dégager rapidement de cette emprise, sans jamais lutter lorsque vous êtes soulevée du sol. Bien au contraire, utilisez la force de votre protagoniste pour enserrer, en appui, une de ses jambes, ce qui facilitera votre riposte sèche aux parties génitales pour mettre fin à cet abus.

De face, bras non pris

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

D est ceinturée à la taille sans les bras.

Elle se dégage par un crochetage des yeux.

3



74



L a riposte peut être génitale si la saisie est violente.

© Groupe Eyrolles

Libérant un espace pour une riposte de pied au genou.

De face, bras pris 2

D est ceinturée à la taille avec les bras.

L eço n 2 - C e i n t u rag e s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Elle se dégage avec une bascule arrière du bassin et une riposte génitale de tranchant de mains.

3

© Groupe Eyrolles

Puis d’un coup de pied génital en s’accrochant à A.



 Riposte d’un coup de genou si la distance est proche. 75

Portée de face, bras non pris Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Partie 2 - Les 10 leçons

Elle crochète les yeux et enroule une jambe de A.

D est soulevée du sol sans les bras.

3



 L’enroulement de la jambe assure l’appui de la riposte. 76

© Groupe Eyrolles

Pour riposter d’un coup de genou génital.

Portée de face, bras pris 2

L eço n 2 - C e i n t u rag e s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D est soulevée du sol avec les bras.

3 Elle enroule une jambe de A pour riposter genou génital.

© Groupe Eyrolles

Gros plan de la technique.



 Accrochez aussi vos mains pour mieux riposter. 77

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

De dos, bras non pris 1

2

D donne un coup de bassin arrière.

Puis percute, avec les phalanges, le dos de main de A.

3

4

Gros plan de la percussion.



 Le coup de bassin crée un espace pour la réplique. 78

© Groupe Eyrolles

Et se dégage d’un coup de pied mulet sur son tibia.

De dos, bras pris Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

2

1

L eço n 2 - C e i n t u rag e s

Pour se dégager par retrait du bassin et plongeon des bras.

3

D penche le buste en avant.

© Groupe Eyrolles

Et finir par une percussion du talon sur le tibia.



 Le coup de bassin en plongeon est essentiel pour se libérer. 79

Portée de dos, bras non pris Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Partie 2 - Les 10 leçons

Elle enroule, de sa jambe, celle de A pour riposter talon génital.

D est soulevée du sol par la taille.

3



 Accrochez-vous aux bras de l’agresseur lors de la réplique. 80

© Groupe Eyrolles

Gros plan de la riposte.

Portée de dos, bras pris 2

L eço n 2 - C e i n t u rag e s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

© Groupe Eyrolles

D est soulevée du sol avec les bras.

Elle enroule, de sa jambe, celle de A pour riposter talon génital.



 Verrouillez, en appui, votre jambe derrière le genou de l’agresseur. 81

Double Nelson

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

D est penchée vers l’avant par double pression de la nuque. Après un retrait du bassin, elle saisit un doigt de A.

3 4



Gros plan de la clé de doigt.

 La clé se réalise par la saisie fermée d’un seul doigt. 82

© Groupe Eyrolles

Qu’elle tord en hyper extension pour une mise au sol.

Double clé américaine Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D est tirée en arrière par un double crochet de bras.

L eço n 2 - C e i n t u rag e s

2

© Groupe Eyrolles

Elle bascule le buste en avant et riposte d’un coup de pied mulet sur le tibia.



 La riposte se fait en regardant en arrière par le bas, sans jamais vous retourner. 83

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Leçon 3

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Étranglements

Nous voilà au stade ultime de la violence à mains nues, car un étranglement représente un danger immédiat de mort. Dans ce type de cas, il n’y a pas une seconde à perdre, car la suffocation est proche. Il faut donc restituer les réflexes conditionnés de survie appris dans la pratique du SPK féminin. Debout, à genoux, assise ou au sol, l’étouffement ne laisse le temps ni de la réflexion ni de la discussion. La riposte doit être immédiate, sèche et sans fioritures. Raison pour laquelle les zones impactées sont essentiellement la gorge et le triangle génital.

© Groupe Eyrolles

Mais attention, trop de femmes pensent, à tort, qu’il est relativement simple de répliquer en visant les organes génitaux d’un homme, et qu’un entraînement réaliste, avec toute la sécurité exigée du port d’une coquille de protection, bien sûr, est inutile. Or, sans pratique régulière, sans exercices de simulation, le résultat n’est pas toujours au rendez-vous ; sans habitude en la matière, l’effet escompté n’est pas garanti. Il ne tient donc qu’à vous, mesdames, de vous exercer pour éviter toute mauvaise surprise, malheureusement maintes fois constatée.

De face à une main Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

2

Elle se dégage en pique de doigts gorge. D est tenue à la gorge, le bras de A étant tendu.

3



 Positionnez vos mains, en protection, à hauteur du visage en cas de coup de poing. 86

© Groupe Eyrolles

Et riposte d’un tranchant de main à la saignée du coude avec écrasement du genou.

De face en guillotine 2

D tourne la tête vers l’agresseur dès le début de l’étranglement en s’accrochant au bras de A.

3

4

Afin de se dégager sous le bras de A.

© Groupe Eyrolles

Pour riposter d’un tranchant de main génital.

L eçon 3 - É t ra n g le m e nt s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Qu’elle tient en armlock pour finaliser un coup de pied derrière le genou.



 Le bras en hyper extension (armlock) assure l’équilibre de la riposte finale. 87

De dos en poussant Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Partie 2 - Les 10 leçons

Elle tourne la tête vers sa jambe arrière pour se dégager par élévation du bras.

D est poussée vers l’avant lors de l’étranglement.

3



 Le bras élevé est celui de la jambe arrière pour libérer aisément la gorge. 88

© Groupe Eyrolles

Pour enrouler les bras de A et riposter genou génital.

De dos en tirant Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D est tirée en arrière, bras fléchis.

L eçon 3 - É t ra n g le m e nt s

2

© Groupe Eyrolles

Elle avance son pied avant pour riposter d’un coup de pied mulet génital.



 Accrochez-vous aux poignets de l’agresseur pour avoir plus d’équilibre. 89

En collier statique

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D déplace de suite son pied pour riposter coude corps.

2

Puis par percussion génitale de la paume de main.

4 3



Puis finit par un écrasement du genou.

 La réaction doit être immédiate, sans attendre l’aboutissement de l’étranglement. 90

© Groupe Eyrolles

Et par coup de coude remontant au menton.

En collier penché 2

D tourne sa tête vers A, et monte sa main dans son dos.

L eçon 3 - É t ra n g le m e nt s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Elle approche sa main des parties génitales de A.

3 4

© Groupe Eyrolles

Et enchaîne une seconde réplique paume de main génitale.

Gros plan du crochetage des yeux.



 Le crochet neutralise l’agresseur par action sur ses centres nerveux. 91

En collier projeté Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

2

D tourne sa tête vers A pour respirer. Elle pose sa main au sol pour préparer sa chute.

3 4

Puis roule sur son épaule avec sa jambe en barrage pour projeter A.



 Le barrage de la jambe sert de tremplin et évite de subir le poids de l’agresseur. 92

© Groupe Eyrolles

Et finit au sol par une riposte génitale de la paume de main.

En collier tiré 2

Sur une tentative d’étranglement vers l’arrière.

L eçon 3 - É t ra n g le m e nt s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D libère sa trachée en se tournant vers l’agresseur.

3

© Groupe Eyrolles

Pour effectuer une double riposte génitale et visage.



 La rotation de la tête entraîne celle du corps pour riposter. 93

De dos vers un mur Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Sur un étranglement arrière en poussée.

4

Partie 2 - Les 10 leçons

2

D bloque ses bras tendus contre le mur.

3 Et enrouler les bras de A afin de riposter genou génital.



 Les bras tendus au mur évitent l’écrasement du visage. 94

© Groupe Eyrolles

Pour élever le bras situé dans l’alignement de la jambe arrière.

De face contre un mur, bras fléchis

Sur une strangulation bras fléchis, D tourne la tête.

2

L eçon 3 - É t ra n g le m e nt s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Elle libère l’étreinte par percussion de poing au flanc.

4

3

© Groupe Eyrolles

Puis, en repoussant A, riposte genou génital.

Et se dégage en repoussant A contre le mur.



 Percutez sous l’aisselle du côté de la rotation de la tête. 95

De face contre un mur, bras tendus

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Sur une strangulation bras tendus. D tourne la tête et percute A en paume de main au menton.

3

4



Et se dégage en le repoussant contre le mur.

 Décalez vos appuis pour ne pas subir un choc de la tête contre le mur. 96

© Groupe Eyrolles

Puis s’agrippe à son épaule pour riposter genou génital.

Leçon 4

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Coups

Une idée fausse est de croire que les femmes ne sont pas, traditionnellement, les premières victimes de coups. Les exemples quotidiens de violences conjugales nous démontrent le contraire. De plus, psychologiquement, elles subissent un choc affectif durable lié aux conséquences visibles de la brutalité subie, notamment au visage.

© Groupe Eyrolles

Traitons donc le problème sans excuses ni états d’âme. Même si le réflexe naturel des femmes n’est pas de riposter de façon pugiliste, il n’en demeure pas moins que leur efficacité est bel et bien réelle, grâce, notamment, aux techniques du SPK féminin. La patte d’ours sur les oreilles, la percussion du tibia, l’écrasement du genou ou le tranchant, voire la paume de main génitale restent des réparties incontournables qui ont déjà prouvé, en situation réelle, leur fiabilité, quels que soient la force et le gabarit de l’agresseur.

Coup de poing de face

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D se protège mains en croix devant le visage.

2



 Cette protection bloque n’importe quelle trajectoire de coup de poing. 98

© Groupe Eyrolles

Protection maintenue, elle riposte du pied avant génital.

Gifles contre un mur Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 D protège sa nuque avec les mains en croix, coudes rentrés.

2 L e ço n 4 - C o u p s

Une main en protection, elle riposte tranchant de main génital.

3

© Groupe Eyrolles

Puis se libère par écrasement de pied au tibia.



 Protection constante de la zone sensible de l’occipital. 99

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Leçon 5

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Agressions au sol

© Groupe Eyrolles

Le sol représente un danger à éviter à tout prix, car il diminue les chances de fuir le lieu de tous les dangers. Le but de notre système n’est pas de vous apprendre des techniques sportives de combat, bien difficiles, sinon impossibles, à reproduire dans la réalité. Nous misons essentiellement sur le placement des hanches et les temps de bascule pour rivaliser avec le poids de l’agresseur. Le premier réflexe sera de tourner la tête vers l’agresseur pour libérer les voies respiratoires, sans lesquelles aucune action de dégagement n’est possible. L’erreur à éviter sera de vouloir en découdre à tout prix. Mieux vaut préserver ses forces pour le moment le plus opportun de la libération. Ne cherchez pas à immobiliser l’attaquant, car le bitume n’est pas un tatami, et vous risqueriez de vous faire beaucoup plus mal que vous ne le pensez. Le but est de vous sortir au plus vite de cette impasse pour pouvoir vous relever et vous enfuir. Des exercices de protection et de redressement vous sont montrés afin de vous dégager de l’impasse du sol. Enfin, en cas d’absolue nécessité, n’hésitez pas à mordre malgré les risques encourus. Tous les coups sont permis si la vie est en jeu.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Protection

2

Partie 2 - Les 10 leçons

1

Prendre appui sur les mains sans les genoux.

Protéger le crâne en croisant les mains.

3 4



Et se relever sans les mains en pliant une jambe.

 Dans la rue, en cas de mouvement de foule ou de détonation suspecte, protégez-vous au sol. 102

© Groupe Eyrolles

Se retourner en position fœtale pour voir le danger.

Redressement 2

© Groupe Eyrolles

Pour s’enfuir une fois au sol.

L eçon 5 - A g re ss i o n s a u so l

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Ramener une jambe en basculant le buste vers l’avant.

3

4

Se relever sans les mains grâce au transfert du poids.

Pour se positionner tout de suite en course avant.



 Technique rapide pour éviter de perdre du temps avec un appui de main. 103

Tirage de cheveux Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

D adopte une position fœtale de protection.

2



 La protection fœtale protège les organes vitaux. 104

© Groupe Eyrolles

Puis bloque le poignet de A et riposte d’un tranchant de pied au genou.

Étranglement cavalier bras tendus Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 2

L eçon 5 - A g re ss i o n s a u so l

Sur une strangulation à une ou deux mains, D met ses bras en protection.

Pour éloigner A d’une pique de doigts à la gorge.

3 4

© Groupe Eyrolles

Puis ramène sa jambe pour une projection en poussée de bras.

Et finalise par une riposte génitale de la paume de main.



 Déhanchez-vous pour projeter l’agresseur en tremplin. 105

Étranglement cavalier bras fléchis Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Partie 2 - Les 10 leçons

D éloigne A par percussion de poing au flanc.

3

Puis le projette avec sa jambe, et poussée du bras.

4

Et finit par une riposte génitale de la paume de main.



 Le coup de poing aux côtes libère l’étreinte pour le dégagement. 106

© Groupe Eyrolles

Gros plan de la percussion.

Étranglement de côté, bras tendus Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 D positionne sa jambe en barrage.

L eçon 5 - A g re ss i o n s a u so l

2 Pour la placer sous l’aisselle de A, et amorcer un ciseau de jambes au cou.

3

© Groupe Eyrolles

Pour une projection de côté avec riposte génitale de la paume de main.



 Percutez le visage du talon, lors du ciseau, pour amener l’agresseur au sol. 107

Étranglement de côté, bras fléchis Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Partie 2 - Les 10 leçons

Sur une strangulation de côté, bras fléchis.

D éloigne A par percussion du genou au flanc.

3

Pour effectuer un ciseau de jambe au cou.

4



 Le coup de genou au flanc est efficace du fait de la sensibilité de la zone. 108

© Groupe Eyrolles

Et finaliser par une riposte génitale de la paume de main.

Étranglement en collier de côté

L eçon 5 - A g re ss i o n s a u so l

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D tourne tout de suite la tête.

2

© Groupe Eyrolles

Puis crochète les yeux de A pour faciliter les ripostes génitales de la paume de main.



 Repoussez ensuite l’agresseur pour vous relever et vous enfuir. 109

Étranglement en collier à genoux

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

D libère sa gorge par rotation de la tête.

Puis ramène ses jambes pour riposter coude menton.

3



 Le repli des jambes facilite le dégagement.

110

© Groupe Eyrolles

Et enchaîne coup de coude aux corps et paume de main génitale.

Étranglement arrière en tenaille Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 D s’accroche aux poignets de A.

L eçon 5 - A g re ss i o n s a u so l

2 Pour faciliter un ciseau de jambes à son cou.

4

3

© Groupe Eyrolles

Et le projeter sur le côté.

Puis finir par riposte génitale de la paume de main.



 Verrouillez le ciseau par entrecroisement des pieds. 111

Étranglement guillotine à genoux 2

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D libère sa respiration par rotation de tête vers A.

Pour riposter tranchant de main génital avec saisie du poignet de A.

3



 Prenez appui sur un pied pour refouler énergiquement l’agresseur. 112

© Groupe Eyrolles

Pour le repousser vers l’arrière.

Leçon 6

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Face au bâton

De prime abord, une attaque au bâton paraît plus brutale qu’un coup, avec un risque de séquelles plus important. Or, objectivement, dans notre méthode, la parade se révèle relativement facile à réaliser, avec de la pratique, bien sûr. Le paradoxe vient du fait qu’il ne faut absolument pas, face à un coup de bâton, parer, ce qui évite un retour de l’arme sur soi.

© Groupe Eyrolles

Le réflexe que nous proposons est le plongeon vers l’agresseur, la plupart du temps entre son bras armé et son visage. Le premier avantage de ce geste est qu’il nous évite d’hésiter, car il s’agit d’un réflexe pratiquement inné. Le second, et non des moindres, est de ne réfléchir ni à l’angle ni à la hauteur de l’impact (visage, corps, jambe) du fait de notre rapprochement vers l’assaillant. Le troisième, enfin, est que la victime ne subit pas la puissance du coup porté par l’agresseur. Autant d’arguments qui donnent à notre savoir-faire tout son pragmatisme.

1

2

D décale ses appuis de jambes en protection des mains.

Pour plonger entre le bras armé et le visage en percussion du genou au corps.

3

4

D désarme par armlock du bras.



Et finalise avec un écrasement du pied sur le genou.

 Le plongeon protège dans n’importe quel angle d’attaque. 114

© Groupe Eyrolles

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Attaque circulaire de face

Attaque revers de face 2

Et plonge sur A entre son bras armé et son visage avec percussion du menton.

D décale ses appuis avec ses mains en protection.

L eçon 6 - Fa ce a u b âto n

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

4 3

Puis le désarme, par armlock, en enroulant son bras armé avec un crochet des yeux.

© Groupe Eyrolles

Pour finir par un écrasement du pied sur son mollet.



 Le dos de la main contre le coude de l’agresseur amplifie l’armlock (clé de bras). 115

Attaque revers de côté 2

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D décale ses appuis avec ses mains en protection.

3

Et plonge sur A un bras de chaque côté de son visage avec percussion de manchette.

4

Puis le désarme en armlock par collier de cou et extension de bras.



 Technique dangereuse sur une attaque circulaire à cause du retour de bâton. 116

© Groupe Eyrolles

Pour finir par un écrasement du mollet.

Leçon 7

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Face au couteau

La prudence et la franchise sont de mise pour apprendre à se défendre face à une lame de type couteau, rasoir, canif, poignard ou autre objet de la panoplie. Si l’on veut être honnête, il faut vous prévenir que dans 80 % des cas, on ne voit pas venir l’attaque de cette arme, mais, d’un autre côté, les menaces constituent un gros pourcentage des agressions de ce type. Une chance, si l’on peut dire, car cela laisse le temps à la victime de mieux gérer la situation en fixant la lame, autrement dit en se donnant les moyens de s’en sortir, comme nos adhérentes s’y exercent régulièrement dans nos cours.

© Groupe Eyrolles

Le souci de vérité m’impose aussi de vous informer que vous risquez d’être blessée face à une lame qui a le désagrément de couper, trancher et perforer. Mais le plus important est de rester en vie, même au prix de quelques coupures, lesquelles, grâce à notre savoir-faire, seront la plupart du temps non mortelles.

Menace à bout portant de bras Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Partie 2 - Les 10 leçons

D monte les bras à hauteur de la menace.

3

Pour dégager, en un temps, la main armée d’une percussion de la paume de main et riposter d’un coup de pied génital.

4

Puis désarme par saisie du poignet et percussion sur le dos de main de A.



 Parlez à l’agresseur et attendez sa réponse pour riposter. 118

© Groupe Eyrolles

Gros plan du désarmement.

Menace à bout portant de jambe

2

D monte les bras à hauteur de la menace.

L eçon 7 - Fa ce a u co ute au

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Puis désarme d’un coup de pied remontant sur la main armée.

3

© Groupe Eyrolles

Et riposte génitale avec la même jambe.



 Placez votre jambe avant côté arme, et désarmez avec le tranchant du pied. 119

Menace à bout touchant au corps 2

D lève les bras en décalant ses appuis.

3

D désarme par saisie du poignet et percussion du poing sur le dos de la main.



Elle dégage la main armée, puis coup de pied au tibia.

4

Gros plan du désarmement.

 Main en supination (paume vers le haut) pour la saisie du poignet. 120

© Groupe Eyrolles

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Menace circulaire à la gorge Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

D lève les bras à vue, de chaque côté du bras armé.

L eçon 7 - Fa ce a u co ute au

3

Pour percuter plus vite le menton de A avec un appui sur son poignet armé.

4

Et riposter d’un coup de pied génital.

© Groupe Eyrolles

Puis désarmer par une percussion du coude à la saignée du coude de A.



 Lors d’une menace, placez toujours votre jambe arrière du côté de l’arme. 121

Menace revers à la gorge Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Partie 2 - Les 10 leçons

Puis saisit et dégage son bras armé.

4 D place ses deux bras à l’extérieur des bras de A.

3



Et finit par un écrasement de pied sur le genou.

 La saisie du poignet armé, bras tendu en levier, évite tout retour de couteau. 122

© Groupe Eyrolles

Et désarme par percussion du poing sur le dos de la main.

Attaque orientale 2

D décale ses appuis avec les mains à hauteur de sa gorge.

L eçon 7 - Fa ce a u co ute au

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Puis, en un temps, pare et contre d’un coup de poing à la gorge.

3 4

© Groupe Eyrolles

Elle suit en enroulant le bras armé avec un coup de pied génital.

Pour désarmer avec un coup de coude sur le coude de A.



 Dans une attaque, placez toujours votre jambe avant du côté de l’arme. 123

Attaque pic à glace Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

2

Bloque et riposte en un temps d’un coup de poing à la gorge de A. D place l’extérieur de ses bras en protection.

3



 Bras en arc et main ouverte sur le blocage.

124

© Groupe Eyrolles

Puis désarme en armlock de bras.

Leçon 8

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Agressions sexuelles

Nous voilà arrivés à la leçon qui blesse le plus directement les femmes, à la fois physiquement et psychologiquement. Autant vous pouvez, certes, avec quelques réticences, vous résoudre à perdre de l’argent ou des bijoux lors d’un vol avec violence ; autant vous ne pouvez admettre, sans résistance, perdre votre dignité de femme lors d’une agression sexuelle. J’ai gradué, dans ce chapitre, la dangerosité de ces exactions physiques, mais il faut les traiter avec la même détermination, car elles sont toutes intimement liées à un lien de cause à effet. Une simple caresse, présentée comme anodine, peut, sans réaction immédiate de votre part, induire un trouble du comportement plus sérieux chez votre agresseur, qui n’en restera pas là.

© Groupe Eyrolles

C’est pourquoi le SPK féminin intègre, dans son cursus d’apprentissage, des situations qui vont crescendo et qui dégénèrent pour obliger la pratiquante à réagir promptement. L’atteinte physique touche la femme au plus profond d’elle-même ; elle laisse des traces à jamais guéries, notamment sur le plan psychique. Soyez donc prêtes à vous entraîner à ces états de choc qui passent de la parole au geste en un rien de temps.

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Bise forcée 1

2

D place ses mains de part et d’autre des bras de A.

Pour anticiper une riposte de la paume de main au menton.

4

3

Et riposter pied génital avec maintien de la main de A contre D. 5

Afin d’engager une clé du poignet pour une mise au sol de A.



 Pouces en parallèle sur le dos de la main de l’agresseur pour ramener celle-ci vers lui. 126

© Groupe Eyrolles

Gros plan de la clé.

1

2

D repousse A avec ses mains.

L eçon 8 - A g re ss i o n s sex ue l les

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Baiser contre un mur

Puis percute son crâne avec les phalanges pour l’éloigner.

3

© Groupe Eyrolles

Et mieux crocheter ses yeux pour riposter genou génital.



 Le crochet des yeux doit se faire avec les pouces enfoncés pour être efficace. 127

Collage au mur de face Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Partie 2 - Les 10 leçons

D ne peut contenir la fougue de A.

Elle lui crache au visage pour le perturber.

3



128



Cracher joue un rôle de retardateur psychologique, alors que mordre a un impact physique.

© Groupe Eyrolles

Et pour lui crocheter les yeux et riposter genou génital.

Collage au mur de dos Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 D se fait plaquer contre une poutre par A.

L eçon 8 - A g re ss i o n s sex ue l les

2

3

En appui, d’une main, elle riposte par un coup de coude en rotation au visage.

© Groupe Eyrolles

Avec un retour de l’autre côté.



 N’hésitez pas à enchaîner les coups de coude des deux côtés jusqu’à la touche. 129

Main aux fesses

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Sur une main insistante aux fesses par l’arrière.

D dégage ses mains et regarde vers A.

3



 La riposte avec le dos de la main est plus directe qu’avec la paume. 130

© Groupe Eyrolles

Pour riposter avec dos de main génital.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Toucher de sein de face

1

L eçon 8 - A g re ss i o n s sex ue l les

D évite l’« effet tunnel » et prépare sa riposte.

2

De baffe d’ours à l’oreille de A.

© Groupe Eyrolles



 L’effet dit de « tunnel » consiste à se focaliser sur le moins important, en l’occurrence tenter d’enlever la main de l’agresseur au lieu de riposter immédiatement.

131

Toucher des seins de dos Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

2

D se libère par un retrait violent du bassin avec un plongeon des bras vers l’avant. Sur une étreinte des seins par l’arrière, bras pris.

3



 Il faut basculer le bassin vers l’arrière pour toutes les agressions de dos à mains nues. 132

© Groupe Eyrolles

Et termine par un coup de pied mulet sur le genou.

Tentative de viol debout Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 2

L eçon 8 - A g re ss i o n s sex ue l les

D riposte par une double percussion des paumes de mains aux oreilles. A enroule du bras la jambe de D et lui bloque la gorge.

3

© Groupe Eyrolles

Pour se libérer et riposter d’un coup de genou génital.



 L’impact douloureux aux oreilles agit sur l’équilibre interne et permet la riposte. 133

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Tentative de viol au sol

Partie 2 - Les 10 leçons

1

2

A se place entre les jambes de D, mains sur sa gorge. Qui repousse A avec une pique de doigt à la gorge.

4

Pour passer sa jambe, en projection, sur le bras de A.



Et finir par armlock et clé de poignet.

 Déhanchez-vous pour engager votre jambe en projection. 134

© Groupe Eyrolles

3

1

2

Sur la même agression, plus engagée.

3

D repousse A d’un crochet aux yeux pour pouvoir se déhancher.

4

Et percuter la cuisse de A avec son talon.

© Groupe Eyrolles

L eçon 8 - A g re ss i o n s sex ue l les

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Début de viol au sol

Puis repousser A d’un coup de pied corps.



 Cette technique est valable même si le viol est engagé. 135

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Leçon 9

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Armes fortuites

L’arme fortuite ne doit pas être une arme par nature au sens légal du terme, à savoir une arme nommément désignée dans les catégories soumises à autorisation ou à interdiction. Il s’agit de tout objet pouvant vous servir à vous sortir d’un mauvais pas. Autrement dit, une arme par destination dans le respect de la légitime défense.

© Groupe Eyrolles

Les exemples traités dans cette leçon vous donneront un aperçu de la façon d’utiliser des objets non destinés à la self défense (magazine, sac, blouson, clé, stylo, ceinture, portable), mais la liste pourrait encore se rallonger avec une chaussure, une casquette, une bague, un verre, une carafe, un livre, une carte de crédit, une chaise, une fourchette, du liquide, etc. Apprendre à utiliser ces éléments, en apparence inoffensifs dans leur usage traditionnel, constitue un atout majeur dans notre méthode. Les ignorer serait une grave erreur, car dans toute confrontation, c’est l’esprit de ruse qui prédomine, au détriment du comportement chevaleresque qui n’a sa place que dans les contes. L’arme fortuite peut être active, comme dans la plupart des démonstrations ci-après, mais aussi passive, comme l’écharpe qui protège le bras lors de l’affrontement, sachant que la même écharpe peut aussi aider à se débarrasser d’un individu menaçant une tierce personne.

La clé

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

Sur une agression en ouvrant une porte.

3 D se retourne avec une riposte de clé au flanc.



 Garder la clé dans le poing et laisser sortir la partie métallique. 138

© Groupe Eyrolles

Puis par une seconde riposte génitale du genou.

La ceinture Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Sur une menace au couteau, D défait sa ceinture.

L eçon 9 - A r m e s fo r tuite s

2

Pour fouetter le bras armé et désarmer A.

3

© Groupe Eyrolles

Et cingler en retour son visage.



 Faites un anneau de ceinture dans votre main avant de vous en servir. 139

Le stylo

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

D se fait agresser alors qu’elle est en train d’écrire.

Elle saisit le poignet de A pour assurer une pression de pointe de stylo sur sa saignée du coude.

3



 Tenez le stylo le poing fermé avec la mine sortie pour piquer l’agresseur. 140

© Groupe Eyrolles

Puis se dégage par une pique du stylo au cou et un écrasement du genou.

Le portable 2

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

L eçon 9 - A r m e s fo r tuite s

Lors d’une tentative de racket de portable, D fait mine de le donner et saisit le poignet de A.

Puis percute avec le portable la saignée du coude de A.

3

4

Puis sa mâchoire.

© Groupe Eyrolles

Et crochète sa nuque avec un coup de genou génital.

141

L’écharpe

Partie 2 - Les 10 leçons

Face à un couteau, D enroule son avant-bras avec son écharpe.

2

Pour dévier l’attaque en piqué vers l’intérieur.

3

4

Et, en bloquant le bras de A, riposter manchette au visage.

Et désarmer par une percussion sur son coude.



 L’écharpe ou n’importe quel vêtement protège le bras des coupures. 142

© Groupe Eyrolles

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Le magazine sur couteau de face Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

2

L eçon 9 - A r m e s fo r tuite s

D, après avoir roulé son magazine pour le durcir, lève les bras. Pour désarmer en percutant la main armée.

3

4

Puis riposter avec le magazine sur la nuque de A.

© Groupe Eyrolles

Et finir par une riposte génitale.



 Parlez à votre agresseur avant d’engager votre action. 143

Le magazine sur couteau de dos 2

D, qui a roulé son magazine, lève les bras et tourne son regard.

3

Et désarmer A par une saisie du poignet et une percussion sur le dos de la main armée avec la base du magazine.



Pour surprendre A et tourner de l’autre côté afin de percuter le bras armé avec son magazine.

4

Et finir par une riposte génitale avec le magazine.

 Tournez la tête côté inverse du déplacement pour attirer l’attention de l’agresseur. 144

© Groupe Eyrolles

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Le sac en vol à l’arraché

L eçon 9 - A r m e s fo r tuite s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D se retourne et tient la lanière de son sac.

2

© Groupe Eyrolles

Pour la relâcher et lui permettre de riposter d’un coup de pied mulet au genou.



 Le relâchement de la tenue du sac à une main ajoute de la distance pour la riposte. 145

Le sac avec bâton Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

D, sac en bandoulière, se met en position de protection.

2

Pour saisir son sac et parer bras tendus au-dessus de sa tête.

3



 La bonne tenue du sac assure la protection du visage et la riposte immédiate. 146

© Groupe Eyrolles

Et riposter d’un coup de pied génital.

Le sac avec couteau Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D saisit la lanière de son sac tenu en bandoulière.

L eçon 9 - A r m e s fo r tuite s

2 Pour percuter le bras armé de A.

3

© Groupe Eyrolles

Et lui assener une seconde riposte retour au visage.



 Pensez à fermer votre sac à main.

147

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Erreur de port de sac

Partie 2 - Les 10 leçons

1

Ne pas laisser la lanière pendante d’un sac tenu en bandoulière.

2



 Tenez votre sac de façon à ne pas vous faire accrocher ni tirer par la lanière. 148

© Groupe Eyrolles

Pour ne rien laisser à portée de main.

Le blouson en bandoulière Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 D, en protection, met son blouson en bandoulière.

L eçon 9 - A r m e s fo r tuite s

2

Pour désarmer par une percussion sèche du blouson sur le bras armé de A.

3

© Groupe Eyrolles

Et riposter par retour de blouson sur sa nuque.



 Reculez votre jambe avant, lors du désarmement, pour avoir une distance de sécurité. 149

Le blouson en cape Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

Sur la même menace, D met son blouson en protection de cape.

2

Pour le jeter sur la tête de A en amorçant un coup de pied.

3



 Le jet du blouson et le coup de pied sont simultanés. 150

© Groupe Eyrolles

Qu’elle donne au niveau génital une fois A aveuglé.

Le parapluie en pointe1 Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 D saisit son parapluie en position de défense pour être plus rapide.

L eçon 9 - A r m e s fo r tuite s

2 Pour reculer sa jambe avant, et désarmer par une percussion de pointe sur la main armée.

3

© Groupe Eyrolles

Et riposter par retour de parapluie au visage.

1.  Cette technique est issue de la méthode de la Canne-Défense Jacques Levinet.

151

Partie 2 - Les 10 leçons

1

2

D tient son parapluie en position crosse.

3

4

Et riposter d’une percussion de crosse au corps.

1.  Ibid.

152

Pour désarmer par une percussion de crosse sur la main armée de A.

Avec un retour de pointe du parapluie génital.

© Groupe Eyrolles

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Le parapluie en crosse1

Le parapluie sur étranglement1 Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 D tourne sa tête vers A et prend son parapluie à deux mains.

L eçon 9 - A r m e s fo r tuite s

2

Pour riposter de la pointe génitale.

3

© Groupe Eyrolles

Et se libère en crochetant la nuque de A avec la crosse.

1.  Ibid.

153

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Leçon 10

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Défense d’un tiers

Je ne veux pas vous rappeler, de façon péremptoire, que la loi française, dans son article 223-6 du code pénal, prévoit l’omission de porter secours, plus connue dans le public sous le nom de « non-assistance à personne en danger ». Je désire, en revanche, attirer votre attention sur ce long chapitre qui peut, un jour, vous aider à secourir les personnes qui vous sont chères, sans oublier, bien sûr, les autres, si vous le pouvez, évidemment. Le sujet est d’actualité, et chaque jour des faits divers nous en apportent la preuve.

© Groupe Eyrolles

Les agressions n’arrivent pas qu’aux autres, et ne rien faire, dans les cas où l’on peut intervenir, engendre un sentiment de culpabilité. Sachant qu’il est difficile de se battre à mains nues, les exemples évoqués ci-après portent essentiellement sur l’utilisation d’objets fortuits, susceptibles d’être terriblement efficaces pour neutraliser un agresseur s’en prenant à une tierce personne. Cette perspective apporte plus de confiance et d’affirmation de soi. Il faut rester réaliste, certes, mais admettez que de sentir que l’on peut porter secours apporte un sentiment d’humanité, en ce sens que l’on peut oublier, de temps en temps et dans des circonstances graves, de faire l’autruche. Les gestes développés dans ce chapitre ont tous été testés en situation réelle, ce qui leur donne une relative crédibilité. Savoir que vous pourriez, en cas d’agression brutale, secourir vos enfants, votre mari, votre compagnon, vos parents, grandsparents et autres est un gage de sérénité et de bien-être, sinon d’exemple à suivre.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

À mains nues, par coup de pied

Partie 2 - Les 10 leçons

1

Sur une menace de couteau.

2



 Restez hors du champ visuel (360° environ) de l’agresseur. 156

© Groupe Eyrolles

D neutralise A par un coup de pied arrière génital.

Par armlock Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 Sur une menace de couteau.

L eçon 1 0 - D é fe n s e d ’ un t ie rs

2 D désarme par enroulement du bras armé de A pour choquer son articulation du coude.

3

© Groupe Eyrolles

Gros plan de l’armlock.



 Le traumatisme de l’armlock est effectif par retour sec du coude armé contre vous. 157

Par point de pression Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

Sur un étranglement au sol.

2 D libère la victime par effondrement de son genou sur le mollet de A avec crochet d’un œil.

3



 La douleur provient de la suspension de la jambe bloquée par le pied sous la cheville. 158

© Groupe Eyrolles

Gros plan de la pression.

Par crochetage debout Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 D se met hors du champ visuel de A.

L eçon 1 0 - D é fe n s e d ’ un t ie rs

2

© Groupe Eyrolles

Pour lui crocheter les yeux vers l’arrière avec un effondrement du mollet avec son pied.



 Pour crocheter, montez en escalier sur le mollet de l’agresseur s’il est grand. 159

Par crochetage au sol Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

D s’apprête à agir, hors du champ visuel de A, en glissant son pied sous sa cheville.

2



 Le blocage de la cheville accentue la rotation de l’agresseur sans que vous ayez à supporter son poids. 160

© Groupe Eyrolles

Et crochète ses yeux en le tirant sur le côté.

Avec sac entre les jambes 2

Sur une menace coup de poing, D prépare son sac pour la riposte.

L eçon 1 0 - D é fe n s e d ’ un t ie rs

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Qu’elle assène au niveau des parties génitales.

3

© Groupe Eyrolles

Gros plan de la tenue du sac.



 Ramenez les anses du sac pour favoriser la saisie à une main. 161

Avec sac au cou Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

Sur un étranglement, D prépare l’anse de son sac en lasso.

2

Pour encercler la tête de A vers l’arrière.

3



 La même technique peut être réalisée avec un blouson ou un manteau. 162

© Groupe Eyrolles

Et le charger sur le dos pour le neutraliser.

Avec magazine sur couteau Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1 D roule son magazine en bâton.

L eçon 1 0 - D é fe n s e d ’ un t ie rs

2

Pour percuter le bras armé par l’arrière.

3

© Groupe Eyrolles

Et assener une riposte à la nuque.



 Un magazine bien enroulé peut être utilisé comme un bâton. 163

Avec magazine sur étranglement

Partie 2 - Les 10 leçons

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

D déplie son magazine.

2



 Pliez la jambe de l’agresseur s’il est grand. Cette technique peut également se faire avec une casquette. 164

© Groupe Eyrolles

Pour coiffer le visage de A et l’aveugler tout en écrasant son mollet.

Avec ceinture sur couteau 2

D prépare sa ceinture.

L eçon 1 0 - D é fe n s e d ’ un ti ers

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Puis enroule le cou de A vers l’arrière.

3

Pour l’amener au sol et le neutraliser.

4

© Groupe Eyrolles

Gros plan de la tenue.



 Tenez la ceinture à chaque extrémité et enroulez-la en lasso. 165

La ceinture sur étranglement Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

D prépare un lasso de ceinture.

2 Pour l’enrouler au cou de A et le neutraliser.

3



 Pensez à bloquer la cheville avec votre pied. Verrouillez la ceinture pour resserrer le lien. 166

© Groupe Eyrolles

Gros plan de la tenue.

Avec parapluie sur couteau Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

L eçon 1 0 - D é fe n s e d ’ un ti ers

D positionne le parapluie en position de défense.

2

Pour désarmer A par percussion de pointe.

3

© Groupe Eyrolles

Et riposter d’un retour de pointe derrière le genou.



 La longueur du parapluie permet de rester hors du champ visuel de l’agresseur, et la position de défense accélère et facilite la riposte.

167

Avec parapluie sur étranglement. Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

1

Partie 2 - Les 10 leçons

D positionne le parapluie en tenue crosse.

2 Pour crocheter le cou de A avec son pied en barrage.

3



 La pointe de la crosse fait pression sur la carotide. 168

© Groupe Eyrolles

Gros plan du crochet.

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 3

Annexes « C’est en effet un des grands et merveilleux caractères des beaux livres que, pour l’auteur, ils pourraient s’appeler “Conclusions”, et pour le lecteur, “Incitations”. »

© Groupe Eyrolles

Marcel Proust

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Des annexes plutôt qu’une conclusion, car la modestie s’impose face à la chance ou à la malchance lors d’une agression. Mieux vaut inciter que conclure, car rien n’est jamais joué en matière d’exactions et d’injustices. Pour coller à la réalité, le SPK féminin se doit de donner envie et d’évoluer, afin de ne pas devenir obsolète et rétrograde.

© Groupe Eyrolles

Pa r t i e 3 - A n n exe s 173

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58



 Témoignages

Té m o i g n a g e s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

J’aurais pu vous asséner nombre de témoignages d’experts mondiaux de self défense unanimement reconnus afin de valoriser la méthode du Self Pro Krav (SPK) féminin, mais j’ai préféré, plus modestement, glisser quelques impressions de pratiquantes anonymes directement touchées par le problème de la violence envers les femmes. Ces remarques sont sans doute plus convaincantes que toute autre louange de confrères.

Cette self défense correspond totalement à ce que j’attendais d’une méthode efficace contre les agressions dont sont victimes de nombreuses jeunes filles aujourd’hui. Estelle, 22 ans, étudiante. J’ai trouvé dans la pratique de cette self défense un moyen d’avoir plus confiance en moi pour pouvoir faire face aux problèmes de la violence liés à ma profession. Brigitte, 35 ans, enseignante. Pour toutes celles qui ne possèdent pas d’acquis d’arts martiaux ou de sports de combat, le SPK féminin est facilement accessible et procure des réponses adaptées pour affronter les dangers de la vie moderne. Catherine, 43 ans, directrice de société.

© Groupe Eyrolles

Enfin une méthode accessible à toutes celles qui ont perdu l’espoir, en cas de besoin, dans leurs possibilités de se défendre ou de protéger les leurs. Sylvie, 38 ans, mère de famille.

175

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ce qui m’a immédiatement séduite dans cette méthode, c’est la prise en compte des personnes dont le potentiel physique est diminué du fait de l’âge ou de la condition physique. Mathilde, 62 ans, retraitée.

176

© Groupe Eyrolles

La self défense

Réalisme, accessibilité, efficacité sont les trois mots qui me viennent à l’esprit en pensant à cette méthode moderne et réaliste d’autodéfense. Solange, 51 ans, scientifique.



 Reconnaissances

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

« Les arts ont besoin de témoignages de considération ; la soif de reconnaissance donne à tous de l’ardeur au travail, alors qu’on abandonne vite une activité qui ne rencontre pas l’adhésion. » Cicéron La méthode du SPK féminin, au travers de l’académie Jacques Levinet, a acquis ses lettres de noblesse et des références qui en font une discipline fiable. Il est important de ne pas rester dans sa bulle hexagonale d’autosatisfaction et de tester ailleurs ce à quoi l’on croit. Cela a toujours été ma démarche dans toutes les méthodes que j’ai mises au point (Self Pro Krav SPK, Canne-Défense CDJL, Bâton-Défense BDJL, Real Operationnel ROS).

R e co n n a i ss a n ce s

Mais affirmer que sa méthode est bonne par la seule argumentation théorique n’est pas suffisant. Il faut se mettre en danger et prouver ce que l’on avance. À ma grande satisfaction, les plus grands experts internationaux, toutes disciplines confondues (arts martiaux et sports de combat), ainsi que ceux exerçant dans la police et dans l’armée partout dans le monde, sans oublier de nombreuses forces spéciales françaises et étrangères, ont plébiscité notre savoir-faire. Cela est un gage de sérieux, sans forfanterie aucune. Cependant, que ceux qui sont convaincus d’être les meilleurs ou de posséder la méthode la plus efficace se méfient, car on trouve toujours, un jour ou l’autre, son Maître dans la rue. « On n’est maître que de soi-même, mais on ne naît pas Maître. » Jacques Levinet

© Groupe Eyrolles

Reconnaissances françaises L’académie Jacques Levinet, dont le SPK féminin fait partie, bénéficie d’un agrément ministériel de la Jeunesse et des Sports, d’une affiliation à la Fédération française de savate et boxe française, ainsi que d’un numéro de dispensateur de formation professionnelle auprès du ministère du Travail et de l’Emploi. Ses formateurs, hautement qualifiés et annuellement « recyclés », sont dotés d’une pédagogie spécifique SFJL pour une identité de la discipline en tout lieu. 177

Reconnaissances internationales

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

La réputation de notre structure est reconnue auprès de la World Organisation of Self Defense (WOSD), de l’International School of Martial Arts (ISMA), de l’International Confederation of Police and Security Experts (ICPSE), de l’Association Police Martial Arts et de la fédération russe Genshikan. Autant d’institutions mondiales, dont le renom des experts et Maîtres qui en font partie sont source d’honorabilité.

178

© Groupe Eyrolles

La self défense

Notre savoir-faire a déjà été expérimenté avec succès dans de nombreux pays comme les États-Unis, la Russie, le Japon, le Canada, l’Australie, Israël, la Bulgarie, la Hongrie, l’Autriche, l’Italie, le Danemark, l’Espagne, l’Angleterre, la Belgique et l’Argentine. Une garantie de sérieux et de compétence s’il en est.



 Biographie « La vérité s’accorde avec la renommée. » Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Jean Racine Au-delà des titres, diplômes et autres reconnaissances nationales et internationales obtenus par le capitaine et Grand Maître Jacques Levinet, il y a des valeurs. Et ces valeurs ne se décrètent pas seulement par ces signes ostentatoires : elles se prouvent continuellement, sans peur de se remettre en question, pour mieux progresser et éviter de s’isoler dans un nuage factice d’adulations.

Jacques Levinet, Capitaine de police honoraire ;

B i o g ra p h i e

Président fondateur et directeur technique de la fédération AJL ; Expert international en arts martiaux, self défense et forces de l’ordre ; Professeur diplômé d’État de karaté et arts martiaux affinitaires ; Grand Maître d’arts martiaux 2007 ; Pionnier des arts martiaux 2008 ; Ceinture noire haut gradé de karaté ; Champion de France de karaté ; Expert fondateur, ceinture noire level 8 Self Pro Krav (SPK) ; Expert fondateur, ceinture noire level 8 Canne-Défense ; Expert fondateur, ceinture noire level 8 Bâton-Défense ; Expert fondateur, level 8 Real Operational System (ROS) ; Expert fondateur du tonfa opérationnel, bâton opérationnel et GTOIP ; Diplômé d’arts martiaux asiatiques ; Administrateur ISMA (International School of Martial Arts) ; © Groupe Eyrolles

Officier instructeur police ISMA ; Expert ISMA (International School of Martial Arts) ;

179

Expert ICPSE (Confédération internationale des experts police et sécurité) ; Directeur France de la World Organisation of Self Defense (WOSD) ; Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Responsable technique national Canne-Défense à la fédération française FFSBF ; Expert fondateur de la Canne-Défense thérapeutique et de santé ; Médaille d’or du ministère de la Jeunesse et des Sports France ; Médaille d’honneur de la police nationale française.

 Organigramme

180

© Groupe Eyrolles

La self défense

La fédération AJL, académie Jacques Levinet, est représentée en France dans de nombreux clubs, départements et régions, ainsi que dans de nombreux pays étrangers. Cette aura plébiscite les méthodes du pionnier 2008 des arts martiaux, et en particulier la dernière en date de la Self féminine SFJL. Ce réseau permet des échanges productifs et une convivialité hors du commun, via des langues différentes, axés sur des traditions et des cultures diverses. Une exportation du savoir-faire français qui rayonne dans le monde entier.

WQSD ISMA ICPSE POLICE M.ARTS RUSSIE BSA AUTRICHE

AJL Monde

AJL Liens

ANGLETERRE ESPAGNE JAPON BRÉSIL SUISSE INDE TUNISIE MEXIQUE CHILI

AQUITAINE RHÔNE-ALPES PACA LANG. - ROUSSILLON BOURGOGNE ÎLE-DE-FRANCE MIDI-PYRÉNÉES

FRANCE

AIN ALPES-MARITIMES HÉRAULT LANDES PYR. -ATLANTIQUES TARN SAVOIE HAUTE-SAVOIE SEINE VAR YONNE ALLIER HAUTE-GARONNE BOUCHES-DU-RHÔNE YVELINES

DÉPARTEMENTS

BAYONNE (64) BOURG/BRESSE (01) CASTELNAU (34) DAX (40) DOUVAINE (74) DRAGUIGNAN (83) GRASSE (06) ST-JEAN-VÉDAS (34) LAGNIEU (01) SAIX (31) TOULOUSE (31) LA VALETTE (83) MOUGUERRE (64) SENS (89) TOULON (83) USTARITZ (64) PAULHAC (31) MT-DE-MARSAN (40) PARIS (75) MARSEILLE (13)

CLUBS

Directeur adjoint Pôle Arts Martiaux Sensei F. De Hebles

Président Fondateur Capitaine Jacques Levinet Expert international Grand Maître d’Arts Martiaux

Régions

Directeur adjoint Pôle Pro Chef Instructuer C. Wimouth

Interlocuteurs AJL

DANEMARK AUTRICHE BULGARIE SUÈDE ITALIE NORVÈGE RUSSIE USA SÉNÉGAL CANADA PORTUGAL ARGENTINE

Pays affiliés FD

MIN. SPORTS Organisme FION FFSBF

Françaises

Reconnaissances

INTERNATIONAL

Directeur adjoint Pôle Self Defense Chef Instructuer T. Lecerf

FÉDÉRATION AJL Académie Jacques Levinet

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Secrétariat Administration Affiliations - Photos Édith Levinet

Internationales



 Pour en savoir plus

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Vous pourrez compléter ce livre en parcourant les ouvrages complémentaires de Jacques Levinet sur la mise en place de ses méthodes de self défense. Ils vous permettront de mieux comprendre la logique et le fil conducteur des travaux de cet expert, dont le souci a toujours été l’efficacité, la simplicité et l’accessibilité de ses innovations pour tous.

Livres Le SPK. Méthode antiagression pour tous, Éditions Chiron, 2007.

La self défense

Livre décrivant la philosophie et les points clés de la redoutable méthode antiagression SPK, reconnue sur le plan européen et international par les plus grands experts et gradés du monde entier. Plus de quatre cent cinquante photos techniques sur les défenses contre diverses agressions agrémentent ce livre. La méthode est détaillée pour les adultes, les enfants, les femmes, les seniors, la défense d’un tiers et les forces de l’ordre dans le but d’expliquer l’efficacité du SPK dans des situations d’agression physique. La Canne-Défense. Méthode antiagression pour tous, Éditions Chiron, 2008. Livre décrivant la méthode de la Canne-Défense antiagression CDJL, reconnue sur le plan européen et international par les plus grands experts et gradés du monde entier. Plus de quatre cent cinquante photos techniques sur les méthodes de défense contre diverses agressions agrémentent cet ouvrage.

Vidéos

182

© Groupe Eyrolles

Il existe huit DVD, traduits en cinq langues, réalisés par Jacques Levinet pour faire connaître au plus grand nombre, en France et à l’étranger, son savoir-faire désormais suivi dans plusieurs continents.



Self Pro Krav (SPK) (Budo international)

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Techniques de mains nues face à de nombreuses saisies, étranglements, coups de poing, coups de pied, attaques avec bâton, battes, nunchaku, couteau et armes à feu, défenses d’une tierce personne face à des menaces au couteau, pistolet et fusil. Knife Defense Self Pro Krav (Budo international) Techniques éducatives du SPK, techniques réflexes du 360° et différents types de désarmement pour entrer de plein fouet dans le modus operandi du SPK : menaces debout de face, de dos, latérales et au sol, attaques frontales, latérales, par-derrière, menaces dissimulées et protection d’un tiers.

Pou r e n s a vo i r p l us

ROS (Real Operational System) (Budo international) Le ROS est destiné aux forces de l’ordre et aux groupes d’intervention, et il s’adapte aux législations du monde entier. Le ROS constitue un pas en avant dans la formation des forces de sécurité, apportant à leurs représentants les plus importants de plus grandes possibilités d’action et de réaction à travers une manière novatrice d’intervenir. Police Weapons (Budo international)  Techniques élaborées et adaptées aux situations de terrain, éliminant tout geste superflu pour une efficacité optimale. Le tonfa d’intervention, le bâton télescopique et le Self Pro Krav sont utilisés dans leur pleine puissance, sans fioritures, avec des méthodes nouvelles et complètement originales. Le Riot Baton (bâton long), adopté par certaines unités de police dans le monde, est également présenté dans cette vidéo.

© Groupe Eyrolles

Operational Locks (Budo International) Dans un attroupement de rue, tout commence et se termine par une soumission ou une neutralisation de l’agresseur. Partant de ce fait, le capitaine Levinet nous présente une nouvelle manière de travailler les clés, réunissant l’efficacité opérationnelle et le respect de la légitime 183

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

défense. Dans ce DVD, les clés sont ordonnées par famille, suivant le but poursuivi (conduite, technique pour amener l’adversaire au sol, étranglement, changement de position de l’agresseur, relevage et évacuation), et les techniques sont étudiées à mains nues pour les civils, et avec le tonfa et le bâton opérationnel pour les professionnels. L’Art de la Canne-Défense (Karaté Bushido) Avec des techniques claires et détaillées, le capitaine Jacques Levinet enseigne l’art de transformer la canne, objet usuel et autorisé, en redoutable arme de défense à travers des mises en situation réelles. Canne et Bâton-Défense (Budo international)

La self défense

Se basant sur les méthodes de tonfa et de bâton opérationnel qu’il a créées pour les forces de l’ordre, le capitaine Levinet a développé deux nouvelles méthodes de self défense pour le tout public : la CDJL et le BDJL. La simplicité et l’efficacité caractérisent ces nouvelles disciplines grâce à une progression technique et à une pédagogie cohérente. Dans ce travail, le capitaine Levinet montre le maniement de la canne et du bâton défense, les objectifs, le travail de bouclier et de précision, et comment les utiliser face à toutes les menaces possibles.

Operational Tonfa (Budo international)

184

© Groupe Eyrolles

La méthode du tonfa opérationnel, mise au point par le capitaine Levinet, est une révolution dans le monde de la formation des forces de l’ordre et des unités spéciales. Empreinte d’un réalisme à toute épreuve, cette façon d’utiliser le tonfa en complémentarité avec les autres armes professionnelles que sont l’arme de poing et les menottes apporte un éclairage jusqu’ici ignoré. Le tonfa opérationnel ouvre de grandes perspectives pour les forces de l’ordre tout en respectant le cadre légal de la légitime défense.



 Coordonnées

C o o rd o n n é e s

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Académie Jaques Levinet

Site internet : www.academielevinet.com E-mail : [email protected] Tél./Fax : 0467075044

© Groupe Eyrolles

GSM : 0698070851

185

Remerciements  L’auteur tient à remercier : Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Le duo de choc et de charme Céline Chirouze et Christine Martin, qui ont su démontrer avec une grande compétence les techniques du SPK féminin, aidées de façon très professionnelle par le trio d’agresseurs Daniel Berthier, Gérald Gleonnec et Robert Gendre ;

186

© Groupe Eyrolles

La self défense

Édith, ma charmante épouse, qui a, encore une fois, su illustrer avec brio ce livre en nous faisant profiter de ses dons de photographe et de son travail précis de spécialiste.



Table des matières  Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Partie 1 - Les principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Analyse de la situation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Motif de l’agression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Moment de l’agression. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Lieu de l’agression. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Atmosphère de l’agression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Auteurs de l’agression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

La posture physique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’attitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La position. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La distance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La protection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le déplacement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Ta b le d e s m a t i è re s

Le comportement psychologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 La peur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Garder son calme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Ni téméraire, ni apeurée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 25 26 26 27 27 28

La communication verbale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 La respiration. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Le langage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Le mensonge. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 L’intonation de la voix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

© Groupe Eyrolles

La décision. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Analyse des conséquences. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ai-je le droit de me défendre ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Comment me défendre ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Déclenchement de la riposte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

35 36 37 37 38

Les zones de riposte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 La tête. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Les membres supérieurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Les membres inférieurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

187

Quid de la riposte génitale ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les zones à éviter et à privilégier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les armes naturelles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les armes fortuites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

41 42 42 43

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

La stratégie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 L’instinct de survie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Le réflexe conditionné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 La technique opérationnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 La légitime défense. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Le Self Pro Krav féminin en question. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Comprendre pour agir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 La vérité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

La self défense

Les conseils de l’expert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Dans la rue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 En voiture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Dans les transports en commun. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 En milieu clos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 En tout lieu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Partie 2 - Les 10 leçons. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

Ceinturages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De face, bras non pris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De face, bras pris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Portée de face, bras non pris. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

188

73 74 75 76

© Groupe Eyrolles

Saisies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Poignet de face . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Poignet avec coup de poing. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Poignets de dos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Poignets à plusieurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Col à une main. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Col à deux mains. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Épaules sans retournement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Épaules avec retournement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Cheveux de face. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Cheveux de côté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Cheveux de dos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

77 78 79 80 81 82 83



Portée de face, bras pris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De dos, bras non pris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De dos, bras pris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Portée de dos, bras non pris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Portée de dos, bras pris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Double Nelson. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Double clé américaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Ta b le d e s m a t i è re s

Étranglements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 De face à une main. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 De face en guillotine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 De dos en poussant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88 De dos en tirant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 En collier statique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 En collier penché. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 En collier projeté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 En collier tiré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 De dos vers un mur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 De face contre un mur, bras fléchis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 De face contre un mur, bras tendus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Coups. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Coup de poing de face . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Gifles contre un mur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

© Groupe Eyrolles

Agressions au sol. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Protection. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Redressement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Tirage de cheveux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Étranglement cavalier bras tendus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Étranglement cavalier bras fléchis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Étranglement de côté, bras tendus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Étranglement de côté, bras fléchis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Étranglement en collier de côté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Étranglement en collier à genoux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Étranglement arrière en tenaille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Étranglement guillotine à genoux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Face au bâton. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Attaque circulaire de face . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

189

Attaque revers de face . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Attaque revers de côté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Face au couteau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Menace à bout portant de bras. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Menace à bout portant de jambe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Menace à bout touchant au corps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Menace circulaire à la gorge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Menace revers à la gorge. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Attaque orientale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Attaque pic à glace. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

Armes fortuites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 La clé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 La ceinture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Le stylo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Le portable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 L’écharpe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Le magazine sur couteau de face. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Le magazine sur couteau de dos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Le sac en vol à l’arraché. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Le sac avec bâton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Le sac avec couteau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Erreur de port de sac. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Le blouson en bandoulière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Le blouson en cape . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Le parapluie en pointe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

190

© Groupe Eyrolles

La self défense

Agressions sexuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Bise forcée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Baiser contre un mur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Collage au mur de face. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Collage au mur de dos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Main aux fesses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Toucher de sein de face . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Toucher des seins de dos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Tentative de viol debout . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Tentative de viol au sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Début de viol au sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135



Le parapluie en crosse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Le parapluie sur étranglement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Ta b le d e s m a t i è re s

Défense d’un tiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 À mains nues, par coup de pied . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Par armlock . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Par point de pression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Par crochetage debout. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Par crochetage au sol. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Avec sac entre les jambes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Avec sac au cou. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Avec magazine sur couteau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Avec magazine sur étranglement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Avec ceinture sur couteau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 La ceinture sur étranglement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Avec parapluie sur couteau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Avec parapluie sur étranglement.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Partie 3 - Annexes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Témoignages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Reconnaissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Reconnaissances françaises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Reconnaissances internationales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Biographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Organigramme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Pour en savoir plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Livres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Vidéos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Coordonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

© Groupe Eyrolles

Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186

191

Ce document est la propriété exclusive de Mafinza Monika ([email protected]) - 9 Septembre 2010 à 05:58

Dépôt légal : juillet 2010 Imprimé en Slovénie par DZS