La Presse Et Le Mouvement National Chez Les Musulmans de Russie Avant 1920: Les Mouvements Nationaux Chez Les Musulmans de Russie, Vol. 2 3112307070, 9783112307076

441 86 10MB

French Pages 400 Year 1964

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

La Presse Et Le Mouvement National Chez Les Musulmans de Russie Avant 1920: Les Mouvements Nationaux Chez Les Musulmans de Russie, Vol. 2
 3112307070, 9783112307076

Table of contents :
TRANSLITTÉRATION
SIGLES, ABRÉVIATIONS ET EXPLICATIONS DES TERMES
INTRODUCTION
I. LES ORIGINES DE LA PRESSE
II. L’ÈRE DU TERĞÜMAN
III. L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE Octobre 1905 - Février 1917
IV. L’ÈRE DE LA PRESSE POLITIQUE (FÉVRIER 1917- FIN 1920
CONCLUSION
TABLEAU
BIBLIOGRAPHIE
INDEX
TABLE DES MATIÈRES

Citation preview

LA PRESSE ET LE MOUVEMENT NATIONAL CHEZ LES M U S U L M A N S DE RUSSIE A V A N T 1920

ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES - SORBONNE SIXIÈME SECTION : SCIENCES ÉCONOMIQUES E T SOCIALES

SOCIÉTÉ, MOUVEMENTS SOCIAUX ET I D É O L O G I E S D E U X IÈ M E S É R IE

DOCUMENTS ET TÉMOIGNAGES IV LES MOUVEMENTS N ATIO N AU X CHEZ LES MUSULMANS DE RUSSIE ★

PARIS



MOUTON & CO MCMLXIV

LA HAYE

ALEXANDRE BENNIGSEN et

CHANTAL LEMERCIER-QUELQUEJAY

LA PRESSE ET LE

MOUVEMENT NATIONAL CHEZ LES MUSULMANS DE RUSSIE A V A N T IÇ20

PARIS

MOUTON & CO MCMLXIV

LA HAYE

© I9^4 h Mouton âz Co and École Pratique des Hautes Études Printed in France

Le point de départ de cette étude a été la découverte de très importantes collections de périodiques musulmans à la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Helsinki et nous tenons à adresser notre vive gratitude au Dr. VaUinkoski, Directeur de cette Bibliothèque, qui a bien voulu nous autoriser à microfilmer ces précieuses collections. Nous n’aurions jamais pu mener notre travail à bonne fin sans le précieux concours des personnes qui ont joué un rôle dans l’histoire de la presse musulmane ou qui se sont intéressées à ce problème et nous les assurons ici de notre profonde reconnaissance. Nous voudrions citer plus particulièrement : Pour la presse tatare de Crimée, M™ Şefika Gasptralt et M M . Ibra­ him Otar, Müstecib Ülkûsal et Aziz Bozgöz, d’Istanbul. Pour la presse kazahe et baSkire, le professeur Ahmet Zeki Velidi Togan de l’Université d’Istanbul. Pour la presse azerie, le professeur Ahmet Caferoğlu de l’Université d’Istanbul et notre regretté ami M . Djeyhun bey Hadjibeyli, de Paris. Pour la presse tatare, le professeur Saadet Çağatay de l’Université d’Ankara et M . Abdullah Battal-Taymas d’Istanbul. Nous tenons également à remercier nos amis qui ont contribué au dépouillement des journaux dont les langues nous étaient difficilement accessibles : M M . Maxime Rodinson et Pertev Boratav de Paris et M . Azamat Attay de New York. Les reproductions nécessaires à l’illustration de cet ouvrage ont été effectuées par le Service I nternational de Microfilms, Paris.

T R A N SL IT T É R A T IO N

Dans cet ouvrage où des termes russes voisinent fréquemment avec des mots de diverses langues orientales (tatar de Kazan, ta ta r de Crimée, azéri, turc, kazah, uzbek, persan, arabe, etc.), la translitté­ ration présentait une difficulté majeure. Le système international de transcription de l’alphabet cyrillique étant incompatible avec celui adopté pour l’alphabet arabe, il n’était pas question de l’utiliser, les mêmes signes latins pouvant avoir des significations différentes. D’ailleurs la translittération employée habituellement pour la graphie arabe ne s’appliquant qu’à la langue arabe, est mal adaptée à la pho­ nétique des langues turques. Nous nous sommes efforcés, en consé­ quence, de trouver un système pratique, conciliant les deux alphabets, cyrillique et arabe : Ä C C E G ù Ğ H

= = = = = = = =

son intermédiaire entre le a et le e, 9 tatar, kazah, azéri. ts, y , russe. tch, H russe et £ turc. toujours ouvert (é). toujours dur, T russe, turc. dj, £ turc. ğ doux turc (dans oğlu). dans les mots russes = X ; dans les mots turcs et persans = h faiblement aspiré (^ e t »). J — i mouillé dans les mots russes = Pt ; dans les mots turcs = g diphtongue. JA, JU = dans les mots russes = H, K). KH = h fortement aspiré = jr turc. Ö = 0 (comme dans cœur).

IO

S’ Q S U U Y

2

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

= n g X turc. = k vélaire du turc (j). = ch - IH russe, = ou (comme dans coup). = u (comme dans nu). = i dur — H russe et I turc. = 7 français (comme dans Jean). = signe mou russe (B). ^ arabe.

Nous n'avons pas jugé utile de noter d'une manière spéciale les consonnes de l'alphabet arabe qui ne correspondent à aucun phonème particulier dans les langues turques et iraniennes. Ainsi S sert à trans­ crire indifféremment les lettres {j t, et & ; T = o et «U; Z = J, i, u et J r De même nous n'avons pas tenu compte de la différence entre les voyelles longues et brèves de l'alphabet arabe, puisque les langues turques ne les distinguent généralement pas. Tous les périodiques musulmans parus pendant la période que nous étudions étaient publiés en caractères arabes, à quelques rares excep­ tions près. Nous donnons toujours leur titre dans la graphie originelle. Mais il convient de remarquer que si, jusqu'en 1917, les musulmans de Russie utilisaient l'alphabet arabe classique, ce dernier a été modifié après 1917 de manière à permettre l'expression des voyelles brèves. Ainsi le même journal Medenijet s'écrivait, avant 1917, et après la Révolution : c^**fjV A^*-~*6^-jxl

4y! yjÿ ^«î yj^ Jv 0İâ: •-u- **\ ^j- ^AÂl 4>-^V4^1 ”* j^-A»V-VjtÿÿĞaV£>-4^ o /»aT*^I'AjU. ^ AÎjpyijA^ • £jı-ir-* û*Vi' 4li^.U—^ y'> vittiV“ f}/l Vtf *î» W yİ-»/* A - 'j 'j ^ J • j j ----Ijly jİ* «3-Ûİ*îji Ä -/ Ly J 4>y* ^ J d£A*U» ^ jr *İ5İ-J 0— j!y> £roV*^— • i } — » i £ h m i fy «i' •Aî.yjp y aaj* j-t iÜJ-aUjJ^ j/y ^ «3a>* ^ ^ AjW JjJ J p- A*/ jbjU*. J j . ç'j fel‘ C j» )j+ A«. j a - l ^/jtA Î^jr • jy klji^jl *i*l .&yAiJ/ J1«w-,)i #>^l é o ^ A - l ^ A*_4 \y Jij* tİJj jVy 6-û*. J^.V y . 1 4 »j4U ll j j j y y** £— /" jkl Oj*-^ çj

AJ U>Ui-£ •••• jJ; jyl A*-\.* j^Tjjuil* 4T^ (£* -S>Vf'j*^ 4^' J> «alt a/ y*b* ^İH b• A-v—►yj|/jt *AfcUl ^t* jjiJy •a\ı—jfj {j\x)\ i»*}J^Uj. •aj.jT^^1 jjÿ^laJ . ^jJt, *j/l? I*' jltfl jltfl •Aw^l •)$* *~J jNy l*U*1/I ^ A*> jA» ••^-*,1 4>VV yjül «^j J^Ujl JU p*JT>*T>İ «jr*^ ûVj^ u Abjjl Jl.,11 JSiydJjf il>j\ yjxl ^jL.4>:>1>Lİ-. Ar j*Sl *>» i ja» **?kyx^>/ •jyu

ô'jj'j ^J'J X• Jly «U ^*•*7^ «jjuû'Jy

t*>>»»ijJjl *jjj^ cA-ljrù^»^y*

0

^— • Wkt '* (J./T)

(>YI*İW.)

*. *j->yla-j £} f} À*—!'JJ1J**aJT

ç>> j-»~ jt 4*-i •■J*» ♦■'>lî^ i*/'

>&V '■■^{L.'ÿil jl* • jV ^} f*J>*^ÔJT- ôj—iïJW'- ««-f* JSrJ-uUo >av* ••

*

•^,û' j-7*‘/J ^y-Ujlrrf

• w~^y jjiîj •jüij *,y.r*’-Ai'ji- jy^l ^ ^ > < L y o»y»w»;vUj C jVji J «jui* ^«*U»1 ^ ijy jîv j / j xi j j y j u- ôy^> 4J j» wf i»

dt jL^L.1 *s) V;1tfLr1 1

t/6

J• ^ jjP*û^jW—C.U7ai. (oxys: a.jwÙouu.^^yM jV*-1* *AAlj jLü • éAa?j\ji-\ 0 _______ ♦ , j »•y y

•✓ *y-^.yy ^iA>jyta^-*A'jj JJjjjl< /»»A»i\ ù; zLy■j^-y^jß* 4^j*i£*i,jYy

à0*é^} ^■'j'v" ts"->->,-^>r ù->,/»aA»wl»jiyj jy^vy- cTT^yj-1*'4^i,î • j ► v^— •jiy^-yy^j^î^ 1çy’^ if>yj) •>^—v ---WiT.v ^ v yy mj* ^-*^1Jj,^XiV.* jYw*\jU*^ »>-LAl

^

aA-^*î"

xSJ: ojj- .ù-îA*^1J*‘Uy^—hijpYy^j «yj — ia*\c-UMj^yßmy * y j«iy*“ nljLjj» îM »*jL,/3l—*JWCl*j — S.&j.Jr *^y. J-jj*j^. «>y.i jlkWA^-yrJlT •■‘*Lk'—■f/İEü ^ ^yyy*^* ^ w yy^^y^^i* yj.i •«jJUy .o 4sSJ's*** &J» jîï J ♦uu ij OUjl 1^>U>1 v>^y*v--y-v*Ai'iU• CUliA.jfï-JiJCJjf — l»*»7>>il «ôU^y»•^^i'i'î*al»ôÿf) v>.y\>vyy ô*'>**•'-.y^> U*>-,W•J.A-rİ£.U li/ffc'* »yy ü/j* j ^*»i‘bkàé&jyyjtji •■,)^j' jjULÜ il^M-iAj «•** 'r>yy jijy^y j>jü-y *j>jr*u «£u> • jjyiî>i»A;iy j; je*sr i>sf}xs^yS}°i*7~*s>y *J^t^jlJî' *4'i>-*.k-‘Jtjfa»• j^**r*^y •>»v>y> *v *aOjj «-^yyj wiii\ yî*jï - »j&âŞtr ° 'VArci«jijtu^»it tjp’i*û^-jy^rî^. ^yy v*WVj o ' ^ j’ »W *A>y»ijUjy }4.1jULL-lj v^V1' • jjÿy ■ diTl >15 W J U JU\ J/ ^lui p ji «ÜlUjkU Jrliy Lt»/ tjf'éïi*ji ft ^n» Jiffi&t'fA4,y-V^ \AAT dAÂi•^ v/î^iy^ «yu vv>ttjjk4j jîM^" •jXlljfJ^bVJ^y *yy ***y*** j>^r'y>j^y ^ 0/*i» (r> ^jxily yytfj^M,yJ m ^wM*>f-»>— oxXtl' 4j^. Jp,\•*1J/ «jy diir.^L-y vrj*^oy cA^tij» j>»aiyjyyji • • j’juIWJyj>r ^-y* •l-}S‘itXi.r+' • Jf'oyj Jl7yjCy&j -al^ ^ *Jl*jjJ* • ja'> jü-r Jy^»^4>v^ .£»a'./. ^*'y--j^i **}yjf jjijLU â J i#-V ^.c^r \AV« iiy—jj w i ys jtf >k* * y jff-/ ^Jr jljMiil ojr*î ^ c jjaT. - at_5^0j1^-

F ig . 6. — Premier numéro du Terğüman-Perevodâik, 10 avril 1883, première page, en tatar.

10AOFİİI 1883toià

lSJUBBIAtf-AXIFl 1300 r.

TOI! DBPBUft HOMBFll^

Fexaa«l8 ■ aoaiope RMtwinu m BiniMpti Cnna apacluaauani UMunili jmiui (un itxumu i « liftten atnpa. UpsaaAtİHenerattaoospupetct i itf|0 >

Ycioali no/pioti: u njn ci ny«. ciuiel 4 pyfctanuroxa 2 pyô. 50mj âoaopi n spou«i 10 son. OOlnâesif xi« «a«««. apatsaumi et nitTol io 4 ion{oTscTpoaa(4 imj.) u »ImiumiIisa $ ton. saiiyn nttun. Bueytii nxcn um iiolui.

ratat*

jiiTBrATrrii, o T E iE m E iio t ■ » « o c m iiio l s a a t E « T l IK A A K U II

U pactynaa nmirô uni raaetu« ifttm imttitl utn uwy, ut pyccaitt «sera coo6paa»0T ca es doponaa tupten« pt A * p esa y jo .e r p a a y .

eeroABi aaA«)ü«t aoaay, iiaxan, liuo ■cyuAcno upoAvrsci aatert ca aoauas eto itTieaa Bpuaa.

XOJXTBA.

UpasAvya ccrojaïunil |e n aatett ca Xpyraaa lapojitcriaa, spuaesio aycyi(an oacsaa aa pexanM») aase, as aoryrv se senoassn seixa Ttxa liaroAissil, soaaa oainoiwyjDTW l ßa8 Bora, ito6u «napeaoAiBaa* 6uia yae eto U ts. ciyrou actaau a npiuoaa vtaa. 8s c a i y c u s s o f t a e « x y a a a a B i p i i t a * üyen, oponoatAj« npasAy a «aoraccia» a i d , a u o t a o a u J t e 6a n a o o s s a o s a n c a 6ja«ts oaa ptftoaa apecalueiu a scA u a x y , B o to p u la s c s c e a j u t ; O p o p o a y , ayctaa. H« y^ucaa au, aaaeaoqa, nay a o r o p u l a ie s o o o a ic n j a ; M a p » , a m ­ casTfu pop ayliyers ojw* paaeaaaers p u l a se a o x p isse ta a F o x a a t, s a a o e l Baas «Uepeaoxnaa». a u u a a e a s. A s a is s y c y jsa a s o a s s y r s A aocaoaic«pyecaieayoyjsaaaocs ayxv a F o c d a j f a o iu y s c s o o ia o l c a o fto x o l Pfctsaalas. IIauarauaaaiaaafypa* a c a o s tA s a ia ; o t u n a a a t e p a r a t s a a v s X t.oepeaoA ars «H epoaoA viaa». * a o s p o s a tu s e t iy u ic a ssa a a o a a ; s e t a u Bisaaaoa-ayAaul atas; aaxo s a i e a s o 6» o - p y c o a i a a p a s a s a T p y x a , aaaaaoaancroüyen, vaaaapautals p c a e e ia , t o p r o s iu , c iy a r t y , o t p n o s a a te

Goaaasai aoa aauaacraa Tpyx«aeva BUT«! aa ca(t uim n, pexaatita yapiulie n «ata saxsaxoft, ara cpexa oômectia Valletta aa aaaa aoifeaauxa, catn m o t . s u a « a t > ' * * * i> * ( w > * ’U o i u » « » t o - , ,ne^onuatŞv.f ß -.aApovoavyaHv; -Uséea«I «lIcposôÂ èaaa». IT B v m JBxeft, m so onaujft et * t u , s o p e a s C u u ^ o e a s c t a i H C a u o c o O u a a aaeoıjseniaaaoMoaıt csoaaa Tpyxaaa. Xyenoa. a a a a a u k a t n c y u p e l, - n n p u x B srs Uaaa apiaraa u iu t^ «ta aacoeirapa 6A a p t u lu ia a o a p a a y u a e ta y s a u s tatapeaixa cevaaapil as tsaeepoaoat a p s s x a n a . B o ta y a c e to lir a , a a a a , X1 CTIHX İ 3B1 CTU a Tapi-r. r. Bancs a lepatesetitt a sas' » U i s s a a a o r S Ö M B o p H a e i a , r p «6 m : l , i « sftpaaoaaaauis aycyisaaaa r. r. Mjeta■ u a o a a a a ta en a eso r p y x a n u a m a n It Xocaiyis caam eatocaopa'acaatie 3axe, Ont yiaaoaa a aiaetepuc no e a c t x a «an case! atia-toay cyxa vaepax« a Cs aepaxoAoas Typuenflcasro Kpaa apaxoA caaxa a ceiopauxs, aennxv cyibou 6u n ne aaaa. I boas SMCTSFoecia, aietaaa SAHuaae- Bpuaa a axpaaia a. aaorutfia C T0 3 1 Ï I I Î

8. Anptii - aaasuaca oxaa a aavuosa xpyrw etuitie^ aaaa Spusa apacoeAsaeaa aa Focda. Fasse eta itra aaiaia 8 AaptJ« 1783 rois aaiaasaae aaaeno, asayvesaaaleaaopiABaaa aipeMBpoisriias t | i u u a vaen» suait* ■al aaaepia aipa a nojyiuo yeaoaoaaie taxa ooiposanitciMaa aoryiel ancra a axpaaol capaasAiBauxa nation»... leas btots, «cas paxacta u s setaa pyeeaaxa, a(a ta apsooexsHeaieaaIpuaa sa Foecia aaaro yauauiacs caia a oéesiie as sa crpnaxa Mrs a foctasa. •aaoBveaiia ateraoeta Bpuaa; am* acpuwMo tope; ajopciul, «aiui; au* aatsi uaxepOAla tonu; tfaiioacsaaia

tpaaia apasasu ounaoen nonTaar« opraaa u rysMioas asuat; s u t actsie nre yao ustssakstuI was vs Tauacar t apa atetauxa vtAoaocraxs asuatca «Typmetaicsu raun • as captcaeaaaspivta. 8n aepua rann u ayeyasaaa* caoaa asuat aa apcxUaxa Foecia. * 8s 1875 r. yweib raaaaaia Aeaav Beta Muaaoss apcıapııua aa Baay ' asxaaie eaeacAtissol nseru armi les personnes qui avaient fait leurs études dans les nouvelles medressehs établissem ents scolaires confessionnels dont le programme comportait des matières laïques). Publicistes, écrivains, auteurs de manuels, et à présent mili­ tants politiques, tous sont d’anciens élèves de ces écoles » (citant le rapport du président du Comité des Publications (censure) du « gouvernement » de Kazan, 1916). 2. Voir biographie, p. 44.

Î

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

63

en assurait aussi la composition. A la fois panislamique, ğadid, voire progressiste, favorable au mouvement islahiste, et même au sociolisme. Ülfet reçut un accueil enthousiaste des étudiants tatars de la capitale auxquels il s'adressait particulièrement. Le nationalisme d''Abdurra§id kadi était entièrement orienté vers la Turquie, siège du Califat et « terre promise » des musulmans de Russie. Envers la Russie, Ülfet reprenait avec plus de prudence les opinions que son rédacteur en chef avait exprimées quelques années auparavant dans son célèbre ouvrage Çulpan Jyldyzy (L'Étoile du matin)1 : hostilité envers le pouvoir des « infidèles », haine à peine dissimulée du régime tsariste, revendication d'une autonomie nationale culturelle pour les rausul• tf*'

iyi «JL tuj il J.

Ip è # * * -» ^ * * » *

yf J

**

^

~ •m

v

là A é ‘J? * “f I ♦ I 1 * * * < * • * < * * .»

>&-

o 1» - L ’Épervier), mensuel illustré violemment anticonservateur, lancé en septembre 1906 par Sakir Mohammedov1 et suspendu par la censure après son 16e numéro pour esprit « révolu­ tionnaire » (le bolchevik Jamasev y publiait des articles et des poèmes). A Astrakan, une revue bihedbomadaire T up («_*jl» - Le Canon) parut en 1906 sous la direction de Qurban ‘Ali ‘Ilmbetov (éditeur) et de Habibvülah Orner Zade, mais son « nationalisme » la fit interdire après son 3e numéro. ☆

Ces quatre périodiques avaient en commun le ton à la fois vio­ lemment anticonservateur, modérément antireligieux et prudemment antirusse, mais ils ne pesèrent pas d’un grand poids dans la formation de l'opinion publique tatare. En revanche, on ne peut en dire autant de deux revues satiriques de Kazan qui, après 1908, servirent de refuge aux meilleurs écrivains et journalistes de gauche. L’une JaSen (j^ b - La Foudre), revue mensuelle lancée en août 1908 par 'Ali ‘Asker Kemal avec la participation régulière de ‘Abdullah i. Sakir M o h a m m e d o v (1 8 6 5 -1 9 2 3 ), publiciste et écrivain progressiste, aux idées proches des socialistes, naquit dans la famille d’un paysan de Buinsk et travailla comme commis et comptable à Orenburg (chez les frères Huseinov), à Moscou et à Harbin en Mandchourie. S. Mohammedov collabora à plusieurs publications nationalistes radicales, notamment à A l-‘A sr al-Ğadid d’Ural’sk. On lui doit de nombreux récits et nouvelles. Sa biographie détaillée figure dans l’ouvrage de M. H. G a j n u l l i n et G. G. V ä z ie v a , Tatar Adäbijaty X X jôz, t. I, Kazan, 1954, pp. 1 4 4-240.

L'ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

91

Tukaj (sous le pseudonyme de Surale)123, d’ibrahim Kuli et de Fatyh Amirhan (sous le pseudonyme de Toi Mohammed) l’emporta en viru­ lence et en audace sur tous les journaux satiriques tatars. JaSen fut le seul périodique tatar chez qui le nationalisme révolutionnaire s’alliait étroitement avec les revendications sociales. Elle dut dispa­ raître en juin 1909, après son 10e numéro. La seconde Jalt-JuU (Ja!y Ja)l - VÉclair), revue bimensuelle illustrée de 16 pages*, éditée à partir du 15 mars 1910 à la typographie « Umid », puis à partir de 1911 chez « Haritonov » par le libraire Ahmed Urmanëiev, tirait à 960 exemplaires, chiffre im portant pour une revue. Joli-Jult peut être considéré comme le plus remarquable des journaux satiriques tatars, le mieux rédigé et le mieux présenté aussi, car son équipe rédactionnelle rassemblait pour ainsi dire tous les jeunes écri­ vains progressistes : F. Amirhan (de 1912 à 1917), ‘A. Kemal (de 1910 à 1917), ‘A. Tukaj (de 1910 à 1913)...* Plus prudent que JaSen, le journal évitait d’aborder directement les affaires proprement russes, se lim itant exclusivement aux pro­ blèmes musulmans. Très hostile envers les conservateurs, mais aussi envers les libéraux et même les « socialistes modérés » (par exemple le journal QojaS), il s'insurgeait contre la participation des députés modérés et socialistes-révolutionnaires à la Duma et suivait en cela la position des S.D. de Y Ural. Volontiers cyniquement antireligieux — une caricature du n° 54 du 3 avril 1913 montre les soldats turcs cher­ chant à se préserver des balles bulgares par des prières4,5 — J ait-Jult s’intéressait pourtant passionnément aux problèmes de l’Islam6 et exprimait ouvertement son idéal de la solidarité de tous les peuples musulmans. Une caricature parue dans le n° 53 du I er mars 1913, caractéristique à cet égard, représente un cimetière dont les tombes portent les noms des défunts et la date des décès : Kazan - 1552, Astrahan - 1554, Turkestan - 1863, Bukhara - 1868 (« suicidé par bêtise »), Maroc - 1911, Tripoli - 1912 (« assassiné par un sauvage, l'Italie »)•. 1. Surale dans le folklore tatar est le génie de la forêt. C'est aussi le titre du plus célèbre des poèmes de Tukaj. 2. La revue avait trois pages de caricatures assez primitives et grossièrement dessinées. 3. La forte personnalité de Tukaj dominait la revue. C'est dans J ait-Jult que parurent ses meilleurs poèmes, qu'il signait du pseudonyme « Surede » ainsi que ses traductions de poètes russes, Pouchkine, Lermontov... 4. Les caricatures de J ait-Jult donnaient libre cours à son anticléricalisme : « Clergé qadymiste dépravé », « mollahs ivrognes »... La caricature parue dans le n° 100 de 1915 est révélatrice à cet égard — elle met en parallèle deux scènes, d'une part un mollah turkestanais siège solennellement au milieu d'autres servi­ teurs du culte, d'autre part ce même mollah, le soir, festoie dans sa luxueuse demeure en compagnie de jeunes garçons... 5. Dans plusieurs numéros de 1911, la revue mit en vedette la polémique ğadide-qadymiste soulevée par l’ouvrage théologique de Musa Ğarullah Bigi, Rehmet-i Illahije. 6. L'analyse des n°* 49 à 64 de 1913 de J ait-Jult figure dans Inorodâeskoe Obozrenie, décembre 1914, t. IX , pp. 665-672.

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

92

La prudence de J ait-Jult la garda des tracasseries de la censure et lui assura l’existence jusqu’au-delà de février 1917.

numau n

5)jlTb lO jlT b

% 1 , 4 r ‘ P * JJy JJL 2-fi rOA1>. H3A

f j* Y «Cm»3 Yr££

\r

SY j

fj~ \

»

'y

3

c

^

T

Ha 1 r. 3 t> • V* r. 1 p. 50 K.

9

1

Aapeci: Ka3aHb,

P°â.

„HJirt-iojirh“.

Fig. 18. — Jalt-Jult, de Kazan.

Après 1912, au lendemain des guerres italo-turque et balkanique, la censure russe se durcit encore davantage, ne laissant passer aucun témoignage de sympathie à l'égard de la Turquie et accentuant sa sévérité envers les idées « de gauche ». Les journaux de tendance révo­ lutionnaire durent alors baisser de ton et se camoufler en organes modérés. Les deux derniers périodiques progressistes parus à Kazan avant la Révolution en fournissent l'exemple : ☆ Le 10 décembre 1912, de la typographie « Kerimov » sortit un quo­ tidien politique, littéraire et satirique QojaS (< j^y - Le Soleil), dirigé par Fatyh Amirhan, ancien leader du mouvement islahiste, avec pour collaborateurs : Zakarija Sadreddinov (rédacteur en chef)1, 'A. Tukaj, Ibrahim Bikqulov, Imad Nugajbek, linguiste et auteur de manuels scolaires..., etc. Organe indépendant, de tendance nationaliste de gauche, aux idées parfois proches de celles des S.D. et des S.R., mais très favorable à la Turquie (de nombreux articles pro-turcs y furent publiés pendant la guerre de 1912), QojaS observa, au début, une grande modération envers les autorités russes. Ainsi, dans les n08 9 et 10 de décembre 1912, plusieurs articles célèbrent le 300e anniversaire de la dynastie des Romanov et, dans le n° 54 de février 1913, une étude intitulée « Nationalistes et Patriotes », s'efforce de prouver que « les particularités nationales n'empêchent pas l'amour des Tatars envers la Russie ». C'est seulement à partir de 1914 que le journal se permit, timidement d'ailleurs, des attaques contre la politique des nationalités du Gouvernement de Saint-Pétersbourg. En revanche, QojaS saisissait

i. Zakarija S a d r e d d i n o v , mollah de campagne, était le neveu de Sihabeddin Marğani et beau-frère de Kerimov qui finançait le journal.

L'ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

93

toute occasion pour dénoncer le fanatisme religieux et, presque dans chaque numéro, étaient lancées des invectives contre l'obscurantisme bukhariote et même turc. Mais, en dépit de ces polémiques avec les qadymistes, le journal restait fidèle à l'idéal musulman et se proclamait résolument panturc et panislamique1, consacrant de nombreux articles à la défense de l'Islam contre les missionnaires, QojaS exprimait mieux qu'aucun autre la pensée politique de l'aile gauche modérée de la bourgeoisie commerçante tatare. Toute occasion lui était bonne pour défendre les positions des ğadids : réforme des medressehs, introduction des disciplines laïques dans les écoles confessionnelles, nécessité de prendre modèle sur les Russes, défense des victimes de la répression policière, etc. Destiné surtout aux commerçants, le journal, remar­ quable par sa présentation, était plus ouvert vers la Russie et le monde extérieur que la plupart des journaux tatars. Sa langue était le tatar de Kazan, mêlé de turc osmardy ; parfois des articles y étaient publiés en russe. Après la révolution de février 1917, QojaS s'engagea dans la voie du nationalisme contre-révolutionnaire et prit partie contre les bolcheviks, ce qui amena le nouveau pouvoir à le suspendre au début de 19182.*3 ☆

Le 15 décembre 1912, presque à la même date que QojaS, était fondée par le libraire Ahmed Girej Hasard (Hasanov) une revue bimensuelle, littéraire, scientifique et politique, de 22 pages, intitulée An (iF - La Conscience), imprimée à la typographie «Haritonov ». An comptait parmi ses collaborateurs réguliers les meilleurs représentants de l'intelligentsia musulmane de gauche, des historiens, des philologues, notamment Galimğan Ibragimov, "A. Rahim, Hadi Atlasy, "Aziz Gubajdullin, les écrivains 'Abdullah Tukaj, Fatyh Amirhan, Sejh ul-Zade Babiö, Mağid Gafuri8, 1. On y trouvait de nombreux articles consacrés à la défense de la religion musulmane contre les attaques des missionnaires russes et sur l’unité des peuples turcs de Russie ; QojaS invoquait, à ce propos, l’autorité de Gasprinski. 2. L'analyse des numéros de QojaS de décembre 1912 à septembre 1914 figure dans Inorodâeskoe Obozrenie, t. I ll, IV, V, VI et VIII. 3. ‘Abdul Mağid Nur ‘Ali oğlu G a f u r i (Ghafuri) (1880-1934), fils d’un khcdfa du village de Elem-Karanovo {uezd de Sterlitamak, « gouvernement » d’Ufa), écrivain bilingue tatar et baèkir, est considéré, à ce titre, comme le fondateur de la littérature baSkire. Après des études dans diverses medressehs à Ufa, Troick et Kazan, Gafuri connut une jeunesse difficile et travailla comme ouvrier en Sibérie et dans les steppes kazahes. D ’abord nationaliste et ğadid extrémiste, poursuivi par la censure et placé sous la surveillance de la police, Gafuri accueillit avec enthousiasme la Révolution d'Octobre et adhéra au Parti communiste. Avant la Révolution, Gafuri avait collaboré à plusieurs périodiques nationalistes : Qazan Mukhbire, Joldyz, Hoquq ve Hajat, An et, en 1917, aux organes des S.R. de gauche : Irek et Bezneâ Jul d’Ufa. Ses œuvres complètes ont été publiées en quatre volumes par la filiale ba§kire de l’Académie des Sciences de l’U.R.S.S. D ’innombrables études biographiques lui ont été consacrées en Union Soviétique où il jouit d’un immense prestige. On peut se référer à celles de la L.E ., t. II, p. 413 et de la B .S.E ., 2e éd., t. X, p. 277.

94

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

Serif Sunèalej1, Serif Kemal, Kerim Tincurin2, Neğib Dumavi, le phi­ losophe Muzzafar Hanafi8, etc. Certains rejoindront, après Octo­ bre 1917, les rangs du Parti communiste. Cependant An, comme QojaS, se tenait sur une stricte réserve envers le pouvoir tsariste et, en février 1913, un poème y fut même dédié à la dynastie des Romanov à l’occasion de la célébration de son 300e anniversaire. Pour les questions religieuses et sociales, An tenait les positions de la petite bourgeoisie révolutionnaire et de la jeunesse des medressehs ğadides. Bien qu’opposé au clergé qadymiste, il s’efforçait d'éviter tout sectarisme et l’on y trouvait des articles consacrés aussi bien aux modérés, tels Jusuf Akcura et Ismail bey Gasprinski, qu'aux progressistes comme ‘Ajaz Ishaki et Tukaj4. Pendant la guerre mondiale. A n fut, sans conteste, l’une des revues tatares qui remporta le plus de suffrages, vraisemblablement en raison de la sympathie qu'elle ne cessa de témoigner à la Turquie. Aussi son tirage atteignait des chiffres importants variant entre 1 500 et 2 200 exemplaires. Sa modération lui permit de durer jusqu’au-delà de la Révolution d'Octobre5. 1. Serif S u n éa l e j, poète nationaliste à la fois révolutionnaire et profondé­ ment religieux, collabora à plusieurs organes ğadids : A n (1912), Mektep (1913), Aq Jul (1913) ; en mars 1917, il écrivait dans le journal Irek et en juin 1917, dans A ul Khalqy, organe pro-bolchevik d'Ufa. Après Octobre 1917, Sunéalej entra au Parti communiste, tout en demeurant un nationaliste. En 1930, il faisait partie du cercle littéraire « Ğidigan » composé de partisans de Sultan Galiev. 2. Kerim ‘Ali oğlu T in ö u r in (1887-1947), fils d’un paysan du « gouverne­ ment » de Samara, élève de Barudi à la medresseh « Mohamediyeh » et militant du mouvement islahiste, fut tour à tour acteur de théâtre, régisseur et dramaturge à Kazan (1910-1917), Samara (1920), Orenburg (1921), Taïkent (1922) et enfin directeur du théâtre académique du Tatarstan de Kazan. Il a composé 27 œuvres théâtrales et collaboré aux journaux An (1912), ES (1918) et Qyzyl Donja. Nationaliste gadid avant Octobre, Tinéurin adhéra peu après au Parti commu­ niste, mais n’adopta le style « réaliste socialiste » qu’après 1925. Sa biographie figure dans A. G a j n u l l i n , Pisateli Sovetskogo Tatarstana (Les Écrivains du Tatarstan Soviétique), Kazan, 1958. ‘Abdullah B a t t a l -T a y m a s lui consacre quelques pages dans son Aîimcan Barudi, op. cit., pp. 48-51. 3. Hanafi M u z z a f a r , de son vrai nom K a j b y s e v , historien et philosophe tatar qui, rallié après 1918 au régime soviétique, mais resté profondément croyant et nationaliste, rédigea à Kazan un travail resté inédit, Din ve Millet Mäsä*leri (l5 3 - Problèmes religieux et nationaux) que certains auteurs soviétiques considèrent, avec quelque exagération peut-être, comme l’œuvre doctrinale qui inspira la déviation « sultangaliéviste ». A r S a r u n i et G a b i d u l l i n (Oâerki Panislamizma i Pantjurkizma v Rossii - Esquisses de l'histoire du panislamisme et du panturquisme en Russie, Moscou, Ed. Bezbo2nik, 1931) et M. A r 2a n o v (« Burihiaznyj nacionalizm orudie podgotovki antisovetskoj intervened », Revoljucija i NacionaVnosti, Moscou, n° 1, 1934» pp. 23-32) en citent de longs passages. Voir à ce sujet notre ouvrage : Le « Sultangalièvisme » au Tatarstan, op. cit., pp. 96-97. 4. F a s e e v , op. cit., p. 168, donne un exemple curieux de l'éclectisme poli­ tique du journal. Dans le n° 18 de 1911, Fatyh Amirhan publia un article enthousiaste sur Ismail bey Gasprinski qu’il compare aux plus grands génies de l'humanité, citant, entre autres, le théologien musulman al-Bukhari et Karl Marx ! 5. Inorodéeskoe Obozrenie, t. IX, déc. 1914, pp. 665-668 analyse les n08 1 à 24 de 1913 de Arl.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE •q ** Y

û



u * !» »

95

o < -M J

c*T*3->-*â —

\/+ M wjiC*« ^ .r i ùjïj'

• Jİ •fj* i - V .fj~\ so*?y,t ^ sU U • r->■** % • • • * *1 . •.

g .>>

*'crf^ OJt.it 0«fL* KasâHb, KoHTopa xcypHana .A H r b *

.J b j j j (J * -j ^cUîfclj ««jJ*.

.J( uf^ll n

‘(jj l *c>ki^ W

«f'^û !

J 7^

F i g . 19. — .4 w , d e K a z a n .

Enfin, le 23 septembre 1913, des progressistes musulmans, tatars et caucasiens, ğadids sans parti, mencheviks et socialistes révolution­ naires fondèrent à Saint-Pétersbourg, où la censure était moins sévère qu'à Kazan ou à Bakou, un journal de langue tatare II (J» I- Le Pays) qui défendait les thèses politiques des nationalistes radicaux. Le pro­ priétaire en était Kuramyiev, richissime commerçant, « roi des karakuls », le rédacteur en chef ‘Ajaz Ishaki (qui rentrait d'exil) ; parmi les principaux collaborateurs, on trouvait le menchevik ossète Ahmed bey Calikov (Calikaty), l’écrivain Neğib ‘Asri, Fuad Tuktar, Sakir Hakimov et le Dr. Lebib Karan. Les quarante premiers numéros furent publiés à Saint-Pétersbourg, puis, le 27 novembre 1914, la rédaction se transporta à Moscou, où le journal connut une existence agitée. Traqué par la censure (plusieurs numéros furent confisqués), il dut cesser de paraître après son 89e numéro, le 27 mai 1915. Le 13 décembre 1915, le même groupe politique remplaça II par le journal Süz (jy* - La Parole) dont le rédacteur en chef officiel était ‘Abdullah Saidov, mais les vrais inspirateurs ‘Ajaz Ishaki et Ahmed bey Calikov. Suspendu le 10 novembre 1916 par la censure, Süz fut immédiatement remplacé par Bezneft II (J*l £fj» - Notre Pays) dont le directeur-rédacteur en chef était l’avocat Sakir Mohammedjarov, disciple et ami d"Ajaz Ishaki. Après la révolution de février, le 23 mars 1917, ‘Ajaz Ishaki put reprendre à Moscou la publication du II qui dura jusqu'à sa suspension, en 1918, par les autorités bolcheviques1. i. Voir p. 186.

96

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

3. PÉRIODIQUES DIVERS

a) Périodiques pédagogiques et périodiques pour enfants. C'est le I er janvier 1907 à Moscou que parut le premier périodique pédagogique de langue tatare Terbijat -i Etfal (JUkl J - L ’Édu­ cation des Enfants). Le fondateur en était le marchand kazanais Mohammed Zahid Samil, petit-fils de l’imam Samil, héros de la résistance nationale des montagnards du Caucase à la conquête russe, assisté de nombreux écrivains tatars de renom, dont Fatyh Amirhan. Ce premier périodique apolitique, mais favorable aux ğadids et très intéressé par tout ce qui se passait en Turquie, disparut, faute d’abonnés, dès le mois d'avril 1907. Il fut suivi, en février 1908, par Terbijat (LjJT - L ’Éducation) de Kazan, revue bimensuelle, pédagogique, littéraire et religieuse, fon­ dée par Habiburrahman Zebiri, instituteur et libraire, auteur de manuels scolaires utilisés dans les medressehs réformées. A la fois panislamique, ğadid et nationaliste, la revue comptait parmi ses rédac­ teurs plusieurs pédagogues et écrivains progressistes connus : 'Abdullah ism eti1. Sultan Rahmanqulov2,3 le juriste Neğib Halfin8, l’instituteur Ishak Kazakov4.* Le quatrième numéro de cette revue, paru en mai 1908, fut le dernier. Après un long hiatus, parut à Kazan, en février 1913 (à la typo­ graphie « Umid »), la revue bimensuelle Mektep (wjC - L ’École) A la différence des précédents, ce périodique pédagogique et scienti­ fique s’adressait moins aux enfants qu’au corps enseignant. De ten­ dance nationaliste, moderniste et progressiste, la revue était bien faite, agréablement présentée, dense par son contenu (on y trou1. ’Abdullah İsm eti, natif de Troick, de père tatar et de mère kazahe, entre­ prit ses études à l’Université de Kazan qu'il n’acheva pas. Il était hafız (titre donné à ceux qui connaissent le Coran par cœur) et auteur de manuels scolaires ğadids. Après 1917, il adhéra au Parti communiste. 2. Sultan R ahmanqulov, écrivain et traducteur, publia plusieurs diction­ naires : Russe-Tatar (Kazan, 1911), Tatar-Russe (Kazan, 1913), Russe-LatinTatar — dictionnaire de terminologie médicale (Kazan, 1931)... 3. Neğib H alfin , parent pauvre du commerçant millionnaire Sakir Hakimov, fit ses études à la Faculté de Droit de l’Université de Kazan. En 1917, il collabora au journal nationaliste Qundtaj ; après l'instauration du régime soviétique, il resta à Kazan, puis se rendit à Bakou. 4. Ishak K azakov , instituteur, professeur de langue russe dans une école tatare de Kazan, adhéra en 1917 au Parti communiste et devint, en 1920, le compagnon du « déviationniste » Sultan Galiev.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

97

vait de nombreux articles de caractère littéraire et historique) et son rayonnement fut grand : le journal tirait à 2 ooo e x e m p l a i r e s , chiffre très important pour une revue spécialisée. La langue employée était le tatar littéraire de Kazan, très faiblement mêlé de turc osmanly. Le rédacteur en chef en était l'historien Sihabeddin Ahmerov et de brillantes personnalités, théologiens, historiens, poètes, lui prêtaient leur concours : Musa Ğarulla Bigi, 'Abdullah B attal, Ahmed Zeki Velidi, Fatyh Sajfi Qazanly, Hadi Atlasy, l’historien ‘Aziz Gubajdullin1,32 Neğib Dumavi, Gahmğan Ibragimov... La revue eut une longue carrière et existait encore à la veille de la Révolution d’Octobre®. Enfin, en avril 1913, parut également à Kazan, le dernier des périodiques spécialement destiné à la jeunesse des écoles, Aq Jul (J y J l - Le Clair Chemin), revue bimensuelle, illustrée, imprimée à la typographie « Ümid », apolitique, mais sympathisante à l’égard des réformistes modérés®. Le fondateur-rédacteur en chef était le pédagogue Fahr ul-Islam Agaev. Il s’entoura d’une excellente équipe d’écrivains et de pédagogues dont certains avaient collaboré au Mektep, ‘Abdullah B attal, Fatyh Sajfi Qazanly, ‘Ali Refiki, Sadri Gelai, Galimğan Şeref4, Nagi Isambet, Neğib Dumavi, Ibrahim Bikqulov, Seid Suncalej, ‘Abdullah Haris... La revue connut un grand succès (son tirage variait entre 1 000 et 2 000 exemplaires) et dura jusqu'à la révolution de 19175.

1. 'Aziz G u b a j d u l l in ('Ubajdullah oğlu), fils du richissime propriétaire foncier Salih Gubajdullah, a été un historien fécond. D'abord nationaliste, il accepta le régime soviétique. On lui doit de nombreuses et intéressantes études historiques sur la société tatare. 2. Inorodöeskoe Obozrenie, t. IX, déc. 1914, pp. 665-689, analyse le contenu de Terbijat de 1913-1914. 3. Aq Ju l restait une revue remarquablement modérée. Ainsi dans le numéro du 2 novembre 1914, on trouvait à côté de plusieurs articles signés d'écrivains progressistes une nécrologie émue du mufti Jar-Sultanov, le coryphée des

qadymistes. 4. Galimğan Ş e r e f , le plus jeune des quatre frères Seref, était élève au gymnase russe de Kazan en 1905 et ne put prendre une part active à l'agitation islahiste. En 1917, encore étudiant à la Faculté d'Histoire et de Philologie de l'Université de Kazan, il commença à s'intéresser à la politique et c'est à lui que revient le mérite d'avoir, le premier, élaboré le projet de l'État Idel-Ural, qu'il défendit avec succès devant la Millet Meğlisi où il présida la fraction des tupraqâylar. Très lié à Galimğan Ibragimov (voir p. 75), il refusa, après Octobre, d'émigrer et resta à Kazan, continuant à y jouer un rôle impor­ tant dans le domaine de l'enseignement et de la presse. Il dirigea notamment une série de publications littéraires et philologiques. En 1926, au Congrès de Turcologie de Bakou, il défendit le maintien de l'alphabet arabe pour la langue tatare, appuyé en cela par certains de ses collègues dont Galimğan Ibragimov. On perd sa trace après 1932. 5. L’analyse des numéros des années 1913-1914 figure dans Inorodöeskoe Obozrenie, t. IX, déc. 1914, pp. 665-689.

7

98

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

b) Périodiques économiques, commerciaux et agricoles. La revue mensuelle, commerciale, industrielle et agricole de 32 pages Iqtisad (oLaiJl - L'Économie), publiée à partir du 15 sep­ tembre 1908, dans la ville de Samara (mais imprimée à la typographie «Kerimov-Huseinov » d’Orenburg) par Yimam Mohammed Fatyh Mur­ tazin, fut la plus connue. Périodique bien fait, intéressant et d’un niveau scientifique assez élevé, s’adressant aux industriels et aux riches mar­ chands tatars, Iqtisad comportait une proportion importante d’articles traduits des meilleurs journaux russes et dura jusqu’à la guerre de 19141. Deux autres feuilles économiques d’importance secondaire publiées en 1914 respectivement à Ufa et à Kazan, durèrent jusqu'à la révolu­ tion de février 1917 : _ Ufanyh Aid Kon-KüreSe Zurnaly f' - Revue agricole d’Ufa), édité par P. Koropaèinskij, président de la direction du Zemstvo d’Ufa, à la typographie « Vostocnaja Pecat » (« Sarq »). Cette revue économique et agricole de 20 pages ne comptait, semble-t-il, que des collaborateurs russes. — Publiée à Kazan (typographie «Magarif ») à partir de novembre 1914 par Sérif Bajéurin et Serefeddin Sagidullin, ancien éditeur de Iglanai, Rusije Saudasy - Le Commerce de Russie), était une revue bimensuelle illustrée de 10 pages, consacrée spéciale­ ment au commerce et à l'industrie2. c) Périodiques féminins. Un seul périodique ta ta r s’adressait spécialement à une clientèle féminine. C’était la revue bimensuelle éditée à partir de novembre 1913 à Kazan par Jakub Halili, que 1. La revue comprenait les rubriques suivantes : 1) Sciences économiques dans laquelle prenaient place des études théoriques, mais aussi des articles sur la situation financière, économique et sociale de la Russie. 2) Industrie et Trans­ ports. 3) Agriculture. 4) Nouvelles diverses politiques et sociales de Russie et de l'étranger et 5) Annonces officielles et courrier des lecteurs. 2. Cette revue, bien faite et intéressante, contenait des informations prati­ ques : tarifs douaniers, prix de diverses denrées, listes de magasins, renseigne­ ments sur les foires, etc., et s'adressait à une clientèle de grands marchands de Kazan. Elle était illustrée d’un assez grand nombre de photographies dont certaines n’avaient qu’un rapport lointain avec le commerce, par exemple, les portraits de quelques actrices américaines (numéro du 12 octobre 1915). 3. Nom de la dernière reine de Kazan qui inspira la résistance aux armées russes d'Ivan le Terrible.

L'ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

99

secondaient quelques écrivains parmi lesquels on remarquait le poète ‘Abdullah Haris, Mir Hajdar, Fatyh Sajfi Qazanly... Bien présentée et intéressante, cette revue littéraire, illustrée de 20 pages, se préten­ dait apolitique, mais Ton pouvait y déceler une sympathie marquée envers le mouvement ğadid favorable à l’émancipation de la femme musulmane1. Süjüm Bike a duré au-delà de la Révolution d’Octobre.

F ig . 20. — Vignette de Tuti de Bakou, n° 28 de 1915.

4.

PÉRIODIQUES DONT LA PUBLICATION N*A PAS ÉTÉ AUTORISÉE

1905. Hürrijet - La Liberté), Kazan ; demande présentée par Zakir Temirov. 1906. Dönja - Le Monde), Kazan ; demande présentée par ‘Ali ‘Asker Kemal. 1907. Al-Bajan —

- Le Messager), Kazan.

Islah - La Réforme), Astrahan ; demande présentée par Yakhund Huğabaev.

i. La revue insistait sur la nécessité d’émanciper la femme musulmane. Citons à titre d'exemple dans le n° 22 de 1916, l'article de Fatyh Sajfi Qazanly sur la liberté sociale des femmes kurdes, un feuilleton de F. P. Salimanijeh sur les femmes de la famille des Qureishites et leur rôle politique, une étude biogra­ phique sur une doctoresse allemande, enfin plusieurs traductions d'articles russes traitant de la puériculture, de l'hygiène domestique et de l’éducation des enfants...

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

100

1907. Tariq al-Insaf (»JUaîVI 1908. Iğtihad

- La Voie de la Justice), Astrahan.

- L'Interprétation), Trolck.

1910. Medenijet - La Civilisation), Tomsk ; demande présentée par Mehmed Vaiz Navruzov. —

MagiSat - La Vie), Tomsk ; demande présentée par Mehmed Vaiz Navruzov.

1912. Aq Idel ( J juI J ' - Kama), Ufa ; demande présentée par Ildyrk h a n C a n y sev .



Paitakkt QojaSy - Le Soleil de la Capitale), SaintPétersbourg ; demande présentée par Jusuf Rahimi.



Doğru Jul (Jy_ 3 - La Voie Droite), U fa; demande pré­ sentée par Zakir Kadyri.

1913. Avaz (jljl - La Voix), Kazan ; demande présentée par Ahmadeev.

S a h id



Sams-4 Haq (J>- (_r ^ i - Le Soleil de la Vérité), Moscou ; demande présentée par A ttaj.



Aj

- La Lune, le Mois), Moscou ; demande présentée par A ttaj et Kamil Mutygy Tuhfetullin.

1914. JuldaS -L e Camarade), Ufa ; demande présentée par Attaj et Kamil Mutygy Tuhfetullin. 1916. Islam ve MagariJ ( c 3 - L ’Islam et l’Enseignement), Saint-Pétersbourg ; demande présentée par Fatyh Bajasev. —

Jangar l - La Nouveauté), Saint-Pétersbourg ; demande présentée par Halil Enikeev.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

IOI

B. LA P R E S S E D E S K R J A S E N S La communauté Krjasene, formée de Tatars convertis au christia­ nisme orthodoxe, soit au xvie siècle (dits Staro-KrjaSen ou KaraKrjaS), soit au xvine siècle (dits Novo-KrjaSen ou Aq ou Taze-KrjaS), parlait le ta ta r de Kazan, mais avait été dotée par les missionnaires orthodoxes russes d'une langue littéraire possédant cette particularité d'être transcrite en caractères cyrilliques. Outre de nombreux ouvrages, surtout religieux, deux périodiques furent publiés en cette langue : — SugyS Khäbärläre (Cyrunn. XaôapAHpe - Les Nouvelles de la Guerre), journal édité à Vjatka à partir de février 1915 par le mission­ naire Paul Gilezeddinov.

— Dus (Æycb - L ’Ami), journal bimensuel édité à Ufa à partir de 1916 par la Société Missionnaire Russe. Le rédacteur en chef en était M*r André, évêque d'Ufa. Ces deux journaux disparurent après la révolution de février 1917.

PR ESSE

I

2

Kazan

Astrahan

Années

3 Orenburg

4 Saint-Pétersboui

1 9 0 2 ___

M irât

1 9 0 4 -----

Nur

1905

I ANGT (av vrier i*

c

U

----- Qazan Mukhbire

1 9 0 6 ___

Azat Azat Khalyq Bajan ul-Haq Tan Joldyzy Tan Meğmu'asy Joldyz Al-Din v'al-Adâp

Islah Vaqt Burhan -i Taraqqi Cikertkà CukyÔ Tup Din ve M agilat

1907 . . . .

Äkhbär Al-Islah TauS

Idel Hämijät Jafia TormyS

1 9 0 8 ___

Terbijat Jalen

1909 . . . .

Iglanat

Ülfet A l-‘Al Isla

Qarfyga Ural Jàz

Duma Neğat M a g i' Mah Sar Ören

Sura

M agarif Mizan

1 9 1 0 ___ Jalt-Jult 1 9 1 1 ___ 1 9 1 2 ___

“ agi Gad

Haq An Qoja§

1 9 1 3 ----- A q ju î Mektep Süjüm Bike Huquq ve Hajat 1 9 1 4 ----- Rusije Saudasy

1915

Khalyq

Islah Kötephanesi

Tormy II (en 1914 transfé à Moscou)

Qarmaq

Millet

U fan> Kon Zum

-----

1 9 1 6 ___ T o ta l

..

22

* Les revues sont en italiques.

10

IO

7

ANGUE TATARE* vrier 1917) 5 Ufa

6 Moscou

7 Ural'sk

8 Tomsk

9 Troick

10 Samara I

I 1 Fiker

2

Uqlar A V A sr alCadid

l-'A lem alIslam

19 T e r b ija t-i Etfal II M a g l u m e -i Mahkemat-i Sari* ye-i Orenburgije

Iqtisad

5 3 I

Aqmolla

M aglumat-i Gadide

3 Sibirija (e n 1 9 1 3 transféré à Ufa)

3

Tormys 7 U f an yf i Aul Kon-Küre§e Zurnaly

5

5 Süz

I

Beznen 11

I

3

3

3

I

1

63

104

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

C. LA P R E S S E D U C A U C A S E

i . L a P r e sse

d ’A zerbajğ an

Le mouvement national au Caucase n’eut ni la portée, ni la réso­ nance du nationalisme tatar. Il suivit un développement autonome et, si ce n'est en de rares occasions, se tin t hors du mouvement panmusulman de Russie. L’originalité de l'évolution politique des musul­ mans caucasiens repose en premier lieu sur la structure de la société azerie dont la direction était assumée, non par la bourgeoisie mar­ chande, comme à Kazan, mais conjointement par la bourgeoisie industrielle et la noblesse terrienne plus intéressées au développement économique de leur pays qu’à la conquête des marchés extérieurs. En Transcaucasie, les différences entre les classes sociales étaient plus accusées qu’à Kazan ; l’industrie pétrolière y avait donné naissance à une classe ouvrière très active et dès avant 1905, s'étaient formés à Bakou quelques cercles, puis de véritables organisations révolu­ tionnaires d’inspiration marxiste, organiquement bées au Parti Ouvrier Social-Démocrate de Russie. Après la révolution de 1905, l’opposition entre la bourgeoisie hbérale et les groupes révolutionnaires fut donc plus nette1 et par voie de conséquence, la presse plus « pohtisée » et plus « à gauche » que chez les Tatars (on n’y trouve pas d’organes reügieux et conservateurs comme à Kazan et à Orenburg). En outre, le nationalisme azéri fut moins « panturc » que le nationalisme tatar, plus « régional-séparatiste ». En raison de la proximité et de la parenté hnguistique et spirituelle avec la Turquie et de la parenté rehgieuse (chiisme) et poHtique avec l’Azerbajğan persan, l’intelbgentsia azerie recherchait moins l’unité des peuples turcs de Russie, que des contacts avec la Turquie ou l’Iran. Enfin en Azerbajğan, l'éveil national après 1908 fut stimulé non seulement par l’exemple de la première révolution russe, mais encore par ceux conjugués des révolutions « Jeune Turque » et iranienne de 1908. La langue employée était, tantôt le turc azéri proche du parler populaire, tantôt une langue intermédiaire entre l’osmanly et l’azeri. Ces journaux étaient lus principalement au Caucase, parfois en Azeri. Elle est toutefois moins rigoureuse que certains historiens actuels ne le prétendent. Ainsi, N. N. Narimanov, futur dirigeant bolchevik, collaborait en 1905 au journal libéral bourgeois IrSad, tandis que Mehmed Emin Rasul Zade, futur leader du parti nationaliste Müsavat, était un des fondateurs, en 19051908, des organes sociaux-démocrates Tekammül et JoldaS.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

105

bajğan iranien et même en Turquie ; leur diffusion en Russie, au nord de la chaîne caucasienne, quoique plus restreinte, était relativement importante. Enfin, dernière différence avec la presse tatare très décentralisée, la presse azerie était presque tout entière concentrée à Bakou. L’histoire de la presse azerie avant la révolution peut être divisée en deux étapes : — A l’essor du nationalisme de 1905-1909 correspond une période d’enthousiasme et de liberté relative de la presse, dominée par quelques personnalités de premier plan. — La période de 1909-1917 est marquée par la surveillance très rigoureuse de la censure ; certains dirigeants nationaux furent contraints à l'exil en Turquie et les grands organes qui avaient dominé la scène au cours de la période précédente disparurent. Dès lors la presse perd de son intérêt et les journaux n’ont plus qu’une existence sporadique. a) Périodiques nationalistes. Dès avant la révolution de 1905, deux groupes sociaux dominaient déjà la société musulmane azerie : la noblesse terrienne dans les cam­ pagnes et la bourgeoisie de Bakou, puissante, consciente de ses intérêts économiques et politiques. Cependant, il faut attendre l’année 1911 pour assister à la fondation par quelques anciens membres de l’Orga­ nisation de Bakou du Parti Ouvrier Social-Démocrate russe unie à un groupe d'intellectuels de Ganğa, du Parti Müsavat (Égalité) qui, d’abord socialisant, se fit le porte-parole du nationalisme azéri et même après la Révolution d'Octobre, détint le pouvoir en Azerbajğan. La plupart des périodiques musulmans de Bakou fondés avant la naissance des partis politiques furent inspirés par des représentants de l’intelligentsia : Ahmed bey Aga oğlu (Agaev), ‘Ali bey Husein Zade (Huseinov), Üzeir bey Hağibejli (Hağibekov) et son frère Ğejhun bey, Haâim bey Vezirov... grâce à la participation financière de quel­ ques grands industriels musulmans tels Haği Zein ul-'Abdin Tagiev, Murtaza Muhtarov1 ou les frères ‘Asurbejli. Ces périodiques ne se diffé­ renciaient pas sensiblement par leur contenu politique. Tous étaient à la fois nationalistes, musulmans (non sans se montrer parfois anticlé­ ricaux) et modernistes ; tous suivaient plus ou moins le mot d’ordre de ‘Ali bey Husein Zade : « türkleëmek, İslamlaşmak, muasirleSmek » (turquisation, islamisation, modernisation), slogan que reprendra plus tard, en Turquie, le théoricien du pantouranisme. Ziya Gök Alp : « Nous appartenons à la nation turque, à la religion musulmane et à la civilisation européenne. » i. Murtaza Muhtarov possédait deux puits de pétrole dans le village de Sabunéi et une usine de construction mécanique a Bibi Eibat (cf. Roboâee dvizenie v Baku v gody pervoj russkoj revoljucii, Bakou, 1950, p. 565).

ıo6

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

L’existence de ces journaux fut généralement de courte durée. Très vite interdits par la censure, ils réapparaissaient sous un nouveau nom, dirigés par la même équipe. Aussi retracer l'histoire détaillée de la presse azerie ne va-t-elle pas sans rencontrer de nombreuses difficultés. C’est en janvier 1904, c’est-à-dire avant la promulgation du mani­ feste sur la liberté de la presse que parut le second (après Ekinli) des journaux de Bakou, Häjat ( 0 ^ - La Vie), quotidien, dont l’influence sur l'histoire de la presse nationale d’Azerbajğan fut capitale. Le Häjat appartenait à Zein ul-'Abdin Tagiev1, déjà propriétaire du Kaspij et les bureaux des deux journaux se trouvaient dans le même immeuble. 'Ali Mardan bey Topéibaâi23en était le directeur en titre ; ses rédacteurs en chef, Ahmed bey Aga oğlu (Agaev)8 et 'Ali bey Husein Zade4,5 jouèrent tous deux un rôle de premier plan dans le mouvement national en Russie et en Turquie. L’élite de l’intelligentsia nationale du Caucase non encore séparée en groupes politiques rivaux lui apportait son concours ; ainsi se côtoyaient au journal le conser­ vateur Ha§im bey Vezirov6 et Nariman Narimanov® qui, peu après, allait assumer la direction du parti socialiste Hümmet. L'enthousiasme présida à l'apparition du Häjat et la popularité du journal ne fit que croître en raison surtout de l'attitude courageuse et intransigeante adoptée par Aga oğlu lors des troubles entre musul­ mans et Arméniens qui ensanglantèrent Bakou et certaines autres villes de la Transcaucasie en 1905. Pour la première fois, un organe de presse 1. Voir supra, p. 31. 2. Voir biographie, p. 32. 3. Ahmed bey A ga oğlu (1865-1939), politicien et publiciste, natif deSu§a, était Tun des coryphées du mouvement national azéri. Après des études à Bakou, Saint-Pétersbourg et Paris, il participa activement à la rédaction de plusieurs périodiques : K aspij, Häjat, IrSad, Progrès, Täräqqi... En 1909 il émigra à Istanbul et joua un rôle actif dans le mouvement Jeune Turc. Pendant la Grande Guerre, il milita dans le « Comité pour la défense des droits des TurcoTatars de Russie » créé à Istanbul en 1915 et assista à la Conférence des mino­ rités de Russie à Lausanne en 1915. Il faisait partie de la Délégation de la Répu­ blique d’Azerbajğan qui allait se rendre à la Conférence de la Paix quand il fut arrêté par les Anglais et déporté à Malte en 1918. Revenu en Turquie, il adhéra avec enthousiasme au Mouvement kémaliste et fut délégué de Kars à la Grande Assemblée Nationale Turque. 4. *Ali bey H usein Zade (1876-1941), né à Saljan, fils d'un mudarris de Tiflis, termina ses études au gymnase russe de Bakou et à l’Université de SaintPétersbourg, puis se rendit, en 1889, en Turquie et y termina l'École de Médecine Militaire. Remarquablement cultivé — outre les langues orientales, il parlait le russe, l’anglais, le français et l’allemand — Husein Zade fut successivement médecin en chef de l’Hôpital Militaire de Haidar Pacha (en 1895) et professeur à l'École de Médecine Militaire d’Istanbul (en 1900). En 1904 il revient à Bakou où il participa activement au mouvement national en collaborant à plusieurs journaux et revues : Häjat, Füjuzat, Tazä Häjat, Jefli Füjuzat, K a sp ij... De retour à Istanbul en 1910, il reprit sa chaire à l'École de Médecine Militaire et continua à militer activement dans plusieurs organisations panturques : Türk Yurdu, Türk Oçağı. Au 3e Congrès du Parti de l'Union et du Progrès, il fut nommé membre du Comité Central de ce parti. 5. Voir biographie, p. 112. 6. Voir biographie, p. 121.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

107

exprimait avec force les thèses pro-turques alors que sur l'ensemble de la bourgeoisie musulmane dangereusement menacée dans ses intérêts économiques par le concurrent arménien jouissant du soutien de l’admi­ nistration russe, soufflait un vent de nationalisme, que, d’autre part, la Turquie exerçait une puissante force d’attraction et que les milieux intellectuels musulmans n'étaient pas encore profondément atteints par les idées socialistes. Aussi pendant deux ans, Hâjat régna-t-il sans partage. Au début de 1906, son tirage avait atteint 2 500 exem­ plaires, chiffre im portant pour un organe musulman. La langue du Hâjat venait étayer sa position politique — c’était un turc azéri très proche de l’osmanly où les termes tech­ niques et administratifs russes ou persans étaient remplacés par leurs équivalents en turc osmanly ou par des mots nou­ veaux créés par Husein Zade. On peut dire que l’influence du Hâjat sur la formation de la langue littéraire azerie contemporaine a été vraiment déterminante. A la fin de 1905, à la suite de frictions entre ‘Ali Mardan bey Topèibasi et Ahmed bey Aga oğlu, ce dernier accusant le bailleur de fonds Tagiev d’intrusion dans la politique du journal. Ahmed bey quitta le journal qui continua cependant avec Husein Zade pour rédacteur, mais, perdant de son influence, devint bientôt déficitaire et disparut à l'automne 1906. Un homme de l'envergure d'Ahmed bey Aga oğlu né pouvait rester longtemps inactif ; peu après avoir quitté le Hâjat, il fonda à Bakou avec l'aide d'un jeune aristocrate terrien, ‘Isa bey 'Aèurbejli (Asurbekov), un nouveau périodique Irtad (aU-jl - Le Guide), qui d’heb­ domadaire, devint ensuite quotidien. Très rapidement une brillante équipe de jeunes intellectuels libéraux se rassembla autour du nouveau journal. On y trouvait le Dr. Nariman Narimanov, à l’époque plus nationaliste que socialiste, Mehmed Emin Rasul Zade, futur leader du Parti Müsavat (encore assez tenté par le socialisme marxiste) dont c'étaient les débuts dans l'arène politique, enfin Uzeir bey Hağibejli1, i. Uzeir bey ‘Abd al-Husein oğlu H ağibejli (1885-1948), né à Agğabedi (dis­ trict de ôavanéir dans la Karabagh). Créateur de l’opéra national azéri, en colla­ boration avec son frère cadet ôejbun, il débuta avec Leila et Meğnun (représenté pour la première fois à Bakou en 1908). Il écrivit ensuite de nombreux autres opéras : Cheikh Sanan, Rustem et Sohrab. Shah 'Abbas, A sli Kerem, Ker Oğlu et des opérettes : Er ve Arvat, A r Sin M al Alan, etc., traduits en plusieurs langues et joués sur de nombreuses scènes lyriques. Uzeir bey fonda la première école de musique qui fusionna ensuite avec le Conservatoire d’État d'Azerbajğan dont il fut le directeur ; il fut aussi membre actif de l’Académie des Sciences

ıo8

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

ancien rédacteur au Hâjat qui, ayant quitté ce journal en même temps qu'Agaev, y assurait, sous le pseudonyme de « Filankes » (« N'importe qui »), la chronique satirique des événements. Bien que deux années à peine se fussent écoulées entre l'apparition du Hâjat et celle de YIrSad, la Transcaucasie musulmane avait été très profondément agitée par les événements révolutionnaires de Russie. Les idées socialistes commençaient à se répandre parmi les musulmans, la différenciation de la société indigène devenait plus appa­ rente et l'hostilité entre la bourgeoisie libérale pro-turque et les conser­ vateurs pro-iraniens plus vive. Aussi, YIrSad, tout en se m aintenant dans la voie nationaliste et panturque, accordait-il une importance grandissante aux problèmes sociaux et aux relations entre la bourgeoisie et le prolétariat ; bref il fut plus « démocratique » et plus révolutionnaire, plus « à gauche » que le Hâjat. Pendant plus d'une année YIrSad fut le plus lu et le plus influent des quotidiens azéris, son tirage dépassant 3 000 exemplaires. Puis, survinrent entre le bailleur de fonds et l'éditeur, des divergences de vues qui mirent le journal en difficultés, et le contraignirent à dispa­ raître à la fin de l'année 1907. Réapparu en juin 1908, avec Emin Rasul Zade comme directeur, il fut, après quelques jours, définitive­ ment suspendu par les autorités russes prenant prétexte d'un éditorial de « Filankes »L CU>

J -s * * -*

, I)*PNCIU jn . M. A u u k u P e u iu ii

J M

m m .iriB iA * R*4mimo Ai jrauthı .1RCII AD' Rmu

*** ?***->w*

.•> •j**1j«' >.A

r**V ' M A *

JV

-*•9

*0-

F ig . 22. — IrSad, de Bakou.

de la R.S.S. d’Azerbajğan, directeur de l'Institut de l'Art azéri, deux fois lauréat du Prix Staline, « artiste émérite » d’Azerbajğan, « artiste du peuple » de rU.R.S.S., etc. Le Conservatoire d'État de Bakou porte son nom. Uzeir bey se révéla un publiciste de talent qui tient une place de premier ordre dans l’his­ toire de la presse azerie. Il collabora activement à plusieurs périodiques nationa­ listes dont : Hâjat, Irlad, Täräqqi, Hägigät, Iqbal, etc. De nombreuses études ont été consacrées à Uzeir bey tant en U.R.S.S. qu'à l'étranger. On peut se référer à la longue notice biographique qui figure dans le tome IX de la B .S.E ., pp. 611 à 615. i. IrSad portait en exergue les mots « Justice, Égalité, Liberté » (Edalet, Müsaveret, Hürrijet) qui résumaient son programme politique. La présentation extérieure du journal était excellente et le niveau des articles souvent remar­ quable. Une place exceptionnelle était réservée aux informations de Turquie et d'Iran et en général à la situation du monde musulman. On trouvait sur les pages d ’Irlad une proportion, inhabituelle pour un quotidien, d'impor-

L'ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

log

Après la disparition en juin 1908 de YIrSad, Ahmed bey Aga oglu réussit à former avec des intellectuels azéris, une société, dont le capital divisé en actions de 75 roubles, devait financer la publication d'un nouveau journal. La majeure partie des actions (500) était aux mains d'un mécène, Beâir bey ‘Asurbejli, parent de ‘Isa bey qui avait financé 0» YIrSad. Grâce à cet effort collectif parut le Täräqqi (J?J - Le Progrès), d'abord quadrihebdomadaire, puis quotidien de Bakou, dont Aga oglu fut l'éditeur. Très rapidement devant les difficultés matérielles crois­ santes, la société fut dissoute et la charge financière entièrement assumée par l'industriel Murtaza Muhtarov qui dota le journal d'une nouvelle imprimerie, dépensant à cette fin plus de 40 000 roubles. Täräqqi poursuivait la politique démocratique et libérale de YIrSad et remporta pendant un an un grand succès, dû avant tout à son natio­ nalisme courageux et à son orientation pro-turque, mais aussi à la qua­ lité de son équipe rédactionnelle où se remarquaient les frères Uzeir et Ğejhun1 Hağibejli, Mehmed Emin Rasul Zade2 qui, expulsé de tantes études politiques et culturelles. Pendant quelque temps, IrSad eut un supplément en persan — une demi-page rédigée par le publiciste iranien Mirza Sadeq Khan, surnommé « 'Adib al-Mamalek», qui avait fondé en 1904-1905 l’heb­ domadaire A bad de Téhéran et plus tard les journaux Mağd al-Islam de Kerman et Nida-ye Vatan, Kelkul et Mahakamat de Téhéran. En tout, onze suppléments persans furent publiés. ‘Adib al-Mamalek retourna, en 1906, en Iran et y joua un rôle actif dans le mouvement constitutionnel. Il publia, en 1907, le journal Iraq -% Ağam, organe de YAnğoman de Téhéran (cf. Edward G. B ro w n e, The Press and Poetry of Modem Persia, Cambridge, 1914, p. 39). 1. Ğejhun bey H ağibejli, né le 3 février 1891 à Su§a (Karabagh), fit ses études secondaires à 5u§a et à Bakou et ses études supérieures à la Faculté de Droit de l’Université de Saint-Pétersbourg, à la Sorbonne et à l’École des Sciences Politiques de Paris. Ğejhun bey joua un rôle éminent dans le mouve­ ment national des musulmans de Transcaucasie et collabora à plusieurs pério­ diques tels que : Kaspij, Progrès, Irlad et Täräqqi. En 1917, il édita le journal Ittihad et les Izvestija Musul'manskogo Nacional'nogo Komiteta de Bakou. En 1919, il fut nommé membre de la délégation d'Azerbajğan à la Conférence de la Paix de Paris, où il resta après la conquête de la Transcaucasie par l’Armée Rouge. On doit à Ğejhun bey, remarquable publiciste, de nombreuses études scientifiques d’histoire et de philologie qui parurent dans les revues françaises (en particulier dans la Revue du Monde Musulman) et anglaises (Asiatic Review). Avec son frère Uzeir bey, il peut s’honorer d’être l'auteur du premier opéra azerbajğanais Leila et Meğnun (1907). Il est mort à Paris en 1962. Une bio­ graphie plus détaillée figure en annexe à son ouvrage Antiislamistskaja propa­ ganda i ee metody v Azerbajğane (La propagande anti-islamique et ses méthodes en Azerbajğan), Munich, 1959, pp. 85-86. 2. Mehmed Emin R asul Zade (1884-1954), né à Bakou, écrivain et politi­ cien azerbajğanais. Gagné d’abord par les idées socialistes, il travailla dans les groupes clandestins sociaux-démocrates de Bakou et collabora à leurs journaux : Tekammül, Joldal... En 1908, il se rendit en Iran et y participa au mouvement révolutionnaire. De 1908 à 1910, il édita à Téhéran un hebdomadaire démocrate : Iran -é Nom (y j l J>\ - L'Iran Nouveau). Expulsé d’Iran sur demande de l’Am­ bassade russe de Téhéran, Rasul Zade se réfugia en Turquie où il coopéra aux organisations panturques, tel le Türk Yurdu. Profitant de l’amnistie de 1913 (à l’occasion du 300e anniversaire de la dynastie des Romanov), il retourna à

no

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

Russie, se trouvait alors à Téhéran, et enfin, au fait qu'il était à l'époque l'un des rares journaux azerbajğanais autorisés à paraître. Son tirage dépassa 3 500 exemplaires et il eut des abonnés jusqu'en Perse. Au cours de l'été 1909, Aga oğlu quitta Bakou pour la Turquie et la rédaction du journal fut confiée à Uzeir bey Hağibejli, mais la censure russe se faisant plus sévère, le journal perdit beaucoup de son indépendance. En octobre 1909, son propriétaire Murtaza Muhtarov décida de le suspendre. Ainsi les tentatives d'Ahmed bey Aga oğlu se soldaient par un échec. Ahmed bey ne devait plus revenir en Azerbajğan, si ce n'est pour une brève apparition en 1918, lors de l'entrée des troupes turques à Bakou. Son projet allait être repris par une autre équipe rédactionnelle composée d'anciens collaborateurs de Hâjat, groupés autour d"Ali bey Husein Zade et servie par la fortune de Zein ul-'Abdin Tagiev. ☆ Dans l'attente de pouvoir rééditer, après la disparition du Hâjat, un organe quotidien, 'Ali bey persuada son bailleur de fonds de lancer une revue littéraire — la première de ce genre au Caucase, — « en vue d'apporter une nourriture spirituelle aux lecteurs du Hâjat ». Ainsi parut le I er novembre 1906 l'hebdomadaire illustré Füjuzat - Les Délices, L ’Abondance), sûrement l'une des plus remar­ quables revues du Caucase, des mieux faites et des plus intéressantes. Husein Zade, moins bon polémiste qu'Agaev, plus étranger aux pré­ occupations politiques, mais philosophe distingué et littérateur de grande valeur, put y donner toute la mesure de son talent. Il était assisté d'une équipe brillante où, aux côtés des musulmans cauca­ siens, on remarquait des Turcs de Turquie, notamment 'Abdullah Ğevdet, poète et politicien, ami personnel de Husein Zade, Ahmed Kemal, etc. Füjuzat s'intitulait « revue islamique, littéraire, scientifique et politique » et sa plate-forme politique était assez proche de l'idéal d'Ism ail bey Gasprinski. La revue s'adressait aux élites musulmanes et son rôle fut très grand dans la formation définitive de la langue littéBakou et reprit son activité politique dans le parti Müsavat. En 1917, le Congrès de ce parti lui confia le poste de président et il prit une part détermi­ nante au Ier Congrès des musulmans de Russie en mai 1917 où il fait triompher les thèses fédéralistes. Le 20 mai 1918, après la proclamation de l’indépendance de 1’Azerbajğan, il fut élu président du Comité National. A la suite de la prise de Bakou par l'Armée Rouge en avril 1920, Rasul Zade fut arrêté, puis transféré à Moscou, d'où il s'évada en 1922. Dans l'émigration ü continua à jouer un rôle de premier plan. On le trouve successivement en Turquie, en Allemagne, en Pologne, en Roumanie. En 1947, il se fixa définitivement en Turquie. Entre 1920 et 1939, Rasul Zade édita plusieurs périodiques émigrés ; à Istanbul, Yeni Qafkasija (1923-1928), Azeri Türk (1928-1929) et Odlu Yurt (1929-1931) ; à Berlin : QurtuluI (1934-1938), etc.

r. 23. — Première page de Füjuzat, de Bakou.

Kimi matı mtnmi urnmmimmmmu mi mim tutunti mı ım m mi m mti iuntil in n u tu timmmmtmttaöä4««*M

XI2

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

raire azerie (que Husein Zade voulait rapprocher de la langue du Terğüman de Gasprinski) et plus généralement dans l'évolution de la culture nationale des Turcs Azeris. Son tirage — i 500 exemplaires — était relativement important, si l'on pense que la revue ne pouvait être appréciée que dans les milieux les plus cultivés1. Malheureusement, un incident fortuit vint rapidement m ettre fin à la carrière du Füjuzat. Husein Zade avait sollicité la collaboration d'un jeune érudit progressiste turc Ahmed Kemal qui, fuyant la police ottomane, avait trouvé refuge à Bakou. Ce nouveau rédacteur ne manqua pas de se servir des colonnes du Füjuzat pour exposer ses griefs contre le Sultan Abdul Hamid et ses attaques parfois très vio­ lentes ne manquèrent pas de soulever une vague d'indignation de la part des musulmans caucasiens presque toujours favorables au Califat. Füjuzat fut accusé de complicité dans un prétendu « complot » JeuneTurc contre la personne du Sultan. Haği Zein ul-‘Abdin Tagiev, qui venait d'ailleurs d'être décoré par le Sultan, voulant m ettre fin à cette fausse situation, décida, en décembre 1907, de suspendre son journal après le 32e numéro. A la suite de cet échec, l'éditeur du Füjuzat essaya de relancer le Hâjat sous un nouveau titre, Tazä Hâjat (o^>- ôb" - La Vie Nou­ velle), quotidien de Bakou dont le premier numéro sortit des presses en décembre 1907. La direction en fut confiée à Hasim bey Vezirov2,* beau-frère d'Ahmed bey Aga oğlu, ancien correspondant du Kaspij et de VlrSad. Doté d'une énergie indomptable et d'une ténacité à toute épreuve, il venait de quitter YIrSad à la suite d'une brouille avec son beau-frère dans l'espoir de ravir à son parent et concurrent sa position de coryphée de la jeunesse progressiste et libérale. En fait Vezirov ne pouvait rivaliser avec Aga oğlu. Fervent nationaliste, très orienté vers la Turquie, mais conservateur et traditionaliste même, son journal devint 1. Citons à titre d'exemple le contenu des n08 30 et 31 de 1907* On y trouvait une longue et intéressante étude sur le poète classique turc Füzuli, la traduction d'un chapitre du Faust de Goethe signée ‘A. H. (‘Ali Husein Zade ?), plusieurs poèmes d’‘Abdullah Ğevdet bey, d'Ahmed Kemal, de M. Hadi, de Hasan Sabri Ajvazov et de Şamil Ğalü Zade ; plusieurs articles politiques sur l'affaire du Maroc et la situation en Europe ; des études littéraires et linguistiques ; des récits et le début de la traduction intégrale de Jules César de Shakespeare par ‘Abdullah Ğevdet bey. La revue était illustrée et le choix des illustrations — qui ne correspondaient pas toujours au texte — était significatif de l'orientation du Füjuzat. On y trouvait les portraits des écrivains et publicistes réformistes musulmans (azéris, turcs, criméens) et les photographies des lieux célèbres de l'Islam, Cordoue, Grenade, Istanbul, Tabriz. 2. Ha§im bey V ezirov (i860 environ-1917), pédagogue, publiciste et poli­ ticien azéri, commença sa carrière comme directeur de l’école russo-turque de Su§a, puis se fixa à Bakou, en 1906, où il collabora à YIrlad d'Ahmed bey Agaev, son beau-frère. Brouillé avec lui, il devint le rédacteur en chef du Hâjat et, après la suppression de ce journal, fonda sa propre imprimerie et rédigea plusieurs journaux : Sâda, Sàda -i Vatan, etc. Très actif, de caractère difficile, Vezirov s’était aliéné les sympathies des milieux libéraux et progressistes, mais parvint à se réhabiliter grâce, surtout, à son défi de la censure russe pendant la guerre.

P l . IV. — « La diffusion de la presse à Bakou ».

Caricature de Molla Nasreddin, n° 13 de 1906,

N#23 2 4 t ro m

to a iH ia .

P l. V. — « L’unité de la presse musulmane ». Les journaux de Bakou s’entrecombattent. Sur les boucliers, on lit Dirilik, Baba-i Amir, Son Khäbär, Tuti, Bàsiret, Jeni lqbal, Sdda-i Haq, Mäzäli, Jeni Iqdam. Caricature de Màzàli, de Bakou, n° 23 de 1915.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

II3

rapidement la plate-forme des «nationalistes de droite », adver­ saires du socialisme. Or, à une époque où un vent de libéralisme poussait la jeunesse vers le socia­ lisme, le Tazä Hâjat ne pouvait, par sa politique, que s’aliéner la sympathie des lecterns. Un boy­ cottage fu t o rg an isé cont r e HaJârn bey ; le tirage du journal diminua rapidement au point que Zein ul-'Abdin Tagiev décida de m ettre fin à une entreprise devenue trop déficitaire. Tazä Hâjat fut supprimé en octobre 1908 après son 440e numéro1. Deux mois plus tard, en décembre 1908, Hasim bey lançait un (0 nouveau quotidien Ittifaq (JU.JI - L'Alliance). Le soutien financier de Tagiev lui faisant défaut, il organisa ce journal sur une base coopé­ rative. En dépit d'une apparence modeste, Ittifaq était bien présenté et bien rédigé. Sa ligne politique était nationaliste, panturque, mais moins conservatrice que celle de son prédécesseur Tazä Hâjat. En septembre 1909, le journal fut suspendu par le Gouvernement à la suite d'un malentendu2. Réapparaissant en 1910, il fut peu après définitivement interdit, en raison de « ses idées panislamiques ». La disparition presque simultanée de YIttifaq et du Täräqqi fut un coup sévère porté à la presse nationale d'Azerbajğan qui, par la suite, ne put jamais retrouver son éclat des années 1905-1909. Le ren­ forcement de la censure à partir de cette époque rendit l'existence d'une presse d'opinion libre plus aléatoire que jamais. Quelques leaders nationalistes d'orientation turque qui animaient la presse émigrèrent à Istanbul. Néanmoins les périodiques de tendance nationaliste conti­ nuaient à paraître, mais n'étaient guère comparables à leurs prédé­ cesseurs. Us manquaient notamment de stabilité matérielle pour 1. N ’ayant pas la haute tenue intellectuelle de ses prédécesseurs, Tazä Hâjat était néanmoins un journal intéressant et bien fait ; on y trouvait de nombreuses informations sur la Turquie et lTran, la vie de lTslam russe ; des études littéraires ; des contes et des récits, originaux ou traduits d'autres langues (par exemple un conte de Tolstoï dans le numéro du 6 août 1908). Parmi les rédacteurs réguliers, on remarquait aux côtés de Vezirov, Aga Mirza Zade Sirvani, Ğelal Jusuf Zade, Fathali Irani... 2. Le journal avait publié une notice sur renseignement religieux musul­ man au Caucase, signalant que certains professeurs s'attaquaient au Coran et à la personne du Prophète. Les milieux conservateurs interprétèrent cette note comme exprimant la position personnelle de YIttifaq. Des manifestations eurent lieu devant les bureaux du journal et le directeur fut accusé d'être un athée.

8

114

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

s’attirer la collaboration d’écrivains de valeur. Leur tirage ne dépassa jamais 3 000 exemplaires. « C’était, écrit öeihun bey Hağibejli, une période d’imitation, au cours de laquelle des publicistes venus d’horizons des plus différents recherchaient la gloire en jouant un rôle dans l’arène sociale ou politique »*.

Les journaux et revues qui parurent pendant cette période durèrent bien peu de temps ; selon un processus devenu fréquent, interdits un jour par la censure russe, ils ne tardaient pas à réapparaître sous des titres à peine modifiés. Trois cycles se dessinent dans leur histoire : — Les journaux publiés par Halim bey Vezirov qui, à la suite de YIttifaq durèrent jusqu'en 1916, c’est-à-dire après la disparition de leur éditeur (mort en 1915). C'étaient par ordre chronologique : Sâda (Ijut - La Voix), d’abord trihebdomadaire, puis quotidien, qui parut à Bakou à la fin de 1909, après le retour de Halim bey de son bref exil. Suspendu en 1911 après son 395e numéro « pour panisla­ misme », il reparut en novembre 1911 sous le titre de Säda-i Vatan (j]*j - La Voix de la Patrie) avec la même direction. Ce second organe, interdit à son tour par ordre du Gouverneur de Bakou en mars 1912, fut aussitôt remplacé par l’hebdomadaire Soda -i Häg (J*. r-‘ jy yh•

• y!^ ôH «*-•a* y'L «^O1—•'t àu-î« »

F ig . 27. — Dâbistan, de Bakou.

Iskander Ğafar Zade. Däbistan, revue nationaliste et panturque (on peut en juger d'après le nombre de pseudonymes tels que Turanı, Türk, etc.), était remarquablement bien rédigée par une excellente équipe où se remarquait la présence régulière de Hasan bey Melikovi. Rähbär était une revue littéraire, s'adressant aux musulmans du Caucase et de toute la Russie, mais destinée plus spécialement aux étudiants. On trouvait dans ses 16 pages des articles politiques, des études sur l'enseignement, beaucoup de poèmes patriotiques et d'excellentes traductions : par exemple, dans le n° 5 du 17 janvier 1907, celle, en turc azéri, d'un chapitre du Shah Nameh. 9

130

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

Zerdabi. On y trouvait d'excellentes études historiques dédiées aux grands hommes de l’Islam (Ibn Sina, le Sultan Akhbar...) et de pré­ cieuses informations sur les établissements scolaires et l’enseignement en Russie et en Turquie. La revue publiait un supplément mensuel de quatre pages : Velideinä makhsus Varaqy - La Feuille spéciale pour les Mères) dans laquelle les éditeurs du Dâbistan exprimaient avec plus de liberté leurs idées générales sur la politique et l’enseignement. Dâbistan disparut au cours de l'été 1908 par suite de difficultés financières. La même année sortit Bahar (jl*> - Le Printemps), revue hebdo­ madaire pédagogique et littéraire sans tendance politique précise, qui disparut peu après. Enfin, deux professeurs — Gafur Relad Mirza Zade et ‘Abdurrhaman Efendi Zade — éditèrent, à partir de novembre 1911, une revue illustrée bimensuelle littéraire et scientifique destinée aux adolescents, Mäktäp - L ’École Primaire). Mäktäb se distinguait de ses pré­ décesseurs par son caractère plus « avancé », dû certainement à la présence dans son équipe rédactionnelle du Dr. Narimanov. Parmi les autres collaborateurs réguliers figurait le poète ‘Ali ‘Abbas Muttalib Zade (« Müznib ») et Oruğ ‘Aüev. La revue survécut jusqu'en 1920. p) Journaux féminins. Comme à Kazan et à Bahcisaraj, paraissait à Bakou, en 1911, un journal spécialement destiné aux femmes, YSyq - La Lumière), hebdomadaire publié par Mustafa bey 'Ali oğlu et Hadiğe Subhanqulova. y) Périodiques commerciaux. On peut classer dans cette catégorie un seul périodique, l’hebdoma­ daire bilingue (russe et azéri) Rus-Iran Tävässütü ({J aZ.ÿ j l j \ ,jr)j PyccKO-MpaHcidft IIocpe/mHKB- L ’Intermédiaire Russo-Persan). C’était un bulletin d'informations commerciales et industrielles destiné aux commerçants russes, caucasiens, persans et turkestanais. On y trouvait à côté de renseignements d'ordre technique, des études généralement fort intéressantes sur l'économie du Caucase, de l'Iran et de l’Asie Centrale. Éditée à partir de 1911 par ‘Abdul Muttalib Aleskerov et G. Mogi­ lev à la typographie du Kaspij, cette feuille avait pour rédacteur en chef un Arménien : S. I. Ter-Krikurov.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

131

d) Journaux en langues persane et russe. A l'adresse d'une partie de l'intelligentsia iranophone et des nombreux Persans habitant la Transcaucasie fut publié, à par­ tir de 1906, un périodique men­ suel en langue persane : Haqaiq -L e s Vérités). Cette revue politique et littéraire illustrée imprimée en 1907 à Bakou, dans Fig. 28. — Haqaiq, de Bakou. la typographie du Kaspij, par ‘Ali Mohammed Khan Uveisi, n'avait pas de tendance politique bien définie sinon une légère sym­ pathie pour les partis révolutionnaires et s’intéressait surtout à l'Iran. De peu de valeur, elle disparut assez rapidement1.

t-C d b V t



Quatre autres périodiques furent publiés en langue russe par des musulmans : — En 1907, Progrès (Ilporpecb), quotidien lancé à Bakou par Ahmed bey Aga oğlu et suspendu par le Gouverneur de Bakou, le 17 avril de la même année, après son 47e numéro, pour cause de « nationalisme révolutionnaire ». — En 1909, Prikaspijskaja 2izn’ (üpmcacniftcıcafl )Kii3Hb - La Vie Précaspienne), hebdomadaire de Bakou, édité par Mohammed Sadiq Ahundov, en russe et en azéri. Ce journal sans tendance politique précise m ilitait pour la réunification des deux Azerbajğan— le russe et le persan. — En 1910, Vostok (Boctokt. - L ’Orient), revue hebdomadaire littéraire et historique éditée à Bakou par Oruğ Oruğev, donc de tendance nationaliste modérée. — En 1911, JuSnyj Kavkaz (HDj k h u ü K a B K a a b - Le Caucase méridional), quotidien fondé en septembre à Elizavetpol’ (Ganğa) par le Dr. Agaev. A. E. Fedorov qui en était le rédacteur en chef, comptait parmi ses collaborateurs Ahmed bey Aga oğlu, Ismail Zijadkhanov et Halil Khas-Mohammedov. Le journal disparut en février 1913 après son 110e numéro. i. Un autre journal persan, Nowruz y - Le Nouvel A n) paraissait à Bakou en 1907. Nous ne possédons aucune information à son sujet.

132

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

e) Journaux dont la publication ne fu t pas autorisée. 1907. Zira'at ve Aul ISleri ( ( £ Jj l j c M jj - Les Problèmes de l’Agriculture et de la Campagne), Tiflis. 1910. Tiğaröt (coU® - Le Commerce), Bakou ; demande présentée par Haâim bey Vezirov. 1910. Topraq {3^J , L a Terre), Tiflis ; demande présentée par Ömer Faiq Nu'man Zade. 1911. Nida ( Ij>* - La Voix), Bakou ; demande présentée par HaSim bey Vezirov. 1911. Kavkazec (Kameasegib - Le Caucasien), en russe, Bakou. 1911. J ağma (L» - La Communauté), Bakou ; demande de Ğelal Jusuf Zade. 1912. Khäbär (jS- - La Nouvelle), Bakou ; demande de Kadir Hajdarov. 1912. Mizan - La Balance), Bakou ; demande de Seid Husein Sadyq oğlu. 1912. Säda-i Millet (ci« - La Voix de la Nation), Bakou ; demande de Haâim bey Vezirov. 1912. Bakinskij Komersant (EaKHHCKİft KoMepcaim. - Le Commer­ çant de Bakou), en russe, Bakou; demande dTsmail Seid Mirzaev. 1912. Baraban (Bapa6am> - Le Tambour), en russe, Bakou ; demande de ‘Isa bey 'Asurbejli. 1913. GardâS ((jojlï - Le Camarade), revue, Susa ; demande de Nazarjan. 1913. Islam ‘Alâmi (^ Ic . - Le Monde de l’Islam), revue, Tiflis ; demande de I. ‘Aibov. 1914. Jeni Zurnal - Le Nouveau Journal), Bakou; demande de Mahmud bey Mahmudbekov. 1914. Vatan Dili ~ Vo*x &e d'Uzeir bey Hağibejli.

Patrie), Bakou ; demande

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

P resse

133

1905 a la révolution de février 1917 (les revues sont en lettres italiques).

azerie de

1905. H âjat Ir§ad Hümmet (illégal) 1906. Koé-Dev'et (en azéri et en arménien) Tekammûl Molla Nasreddin Dàbistan Bähar Rähbär Haqaiq (en persan) N omuz (en posan) Füjuzat 1907. Tazâ H ajat Joldas Behlul 1908. Täräqqi Ittifaq Is tig b a l (E liz a v e tp o l’ = Ganğa) 1909. Säda Hägigät Zänbur Lejlağ Mäzher 1910. GüneS Ary Mirât Neğat Mäktäp 1911. Jefii Hägigät Mä'lumat

Baky H äjaty Jefii Iräad Asar -i Hägigät Hägigät-i Eflcar Säda-i Vatan Rus Iran Tävässütü Hilal YSyq Häg Joht 1912. Säda -i Häg Tazä Khäbär Soil Khäbär Kälnijjät 1913. Igbal Sipur Silalä 1914. Bäsiret Säda-i Qafqas Igdam Lak-Lak Mäzäli Direlik Tuti 1915. Jeni Igdam Doğru Söz Aèyq Söz Jeni Igbal Burhan -i Hägigät (Erevan) Baba -i Amir QurtuluS Gardai Kömâği 1916. Je fii G ânğâ (Elizavetpol’ = Ganğa) Sovgat

Total : 65 périodiques, dont 63 en azéri et 2 en persan. 62 furent publiés à Bakou, 2 à Elizavetpol’ (Ganğa) et 1 à Erevan. Sur les 65 périodiques, on comptait 34 journaux et 31 revues.

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

134

2.

L a P re sse d u C aucase d u N o rd

Jusqu’à l'instauration du régime soviétique, les peuples musulmans du Caucase du Nord ne possédaient pas de véritables langues littéraires (à l’exception des Kumyks, des Laks et des Avars du Daghestan dont les langues littéraires commençaient à se former). Les langues les plus usitées étaient le russe pour le Caucase Occidental et Central (Kabarda, pays Adyghe...) et l’arabe, le russe ou l'azeri pour le Caucase Oriental (Ceénja et Daghestan). Une place à part doit être faite à la langue ossète, langue de famille iranienne parlée par le peuple Ossète (Ossetins), habitant de part et d’autre de la passe de Darjal qui traverse la grande chaîne du Caucase. Ce peuple de 171 000 âmes, en 1897, comprenait une majorité de chré­ tiens orthodoxes et une minorité de musulmans. La langue littéraire ossète ne fut fixée que dans la première moitié du xixe siècle et connut deux transcriptions : une transcription cyrillique pour les Ossètes du Nord et une géorgienne pour ceux qui habitaient au Sud des passes de Darjal. a) Périodiques en langue russe. Jusqu’à la révolution de 1905, les musulmans du Caucase du Nord n’eurent pas de presse propre et les premiers intellectuels allogènes de cette région durent écrire dans les journaux russes qui paraissaient à Vladikavkaz (Terk Qale) tels que Terskie Oblastnye Vedomosti (Tepcıde OÖAacTHbie B^aomocth - Les Informations régionales du Terek), hebdomadaire qui parut de 1867 à 1914 et surtout dans le bihebdomadaire littéraire et politique Kazbek (Ka36eKT>), édité de 1896 à 1906 par S. I. Kazarov. Bien que ses rédacteurs en chef successifs aient tous été russes (A. I. Kolubejko, L. P. Malkoedov, A. N. Suhov, N. S. Lavrov, P. E. Mitnik...), cet im portant journal servait aussi de plate-forme aux écrivains musulmans du Caucase du Nord. Suspendu le 22 novembre 1906, il fut suivi en 1907 de l’hebdomadaire Terek (TepeKt) avec le même éditeur. Terek dura jus­ qu'en 1918. A partir de 1906, d’autres journaux russes furent publiés à Vladi­ kavkaz par des montagnards, ossètes et èerkesses surtout. Leur exis­ tence fut généralement très brève. Le premier fut Zizn' Severnogo Kavkaza (J K h 3 hi> CfeepHoro KaBKasa - La Vie du Caucase du Nord), quotidien édité par I. P. Dzabaev dont le premier numéro parut le I er juin 1906 et le neuvième et dernier le 14 juin. Il fut remplacé le lendemain même par Golos Kavkaza (Toaocb KaBxasa - La Voix du Caucase) avec M. M. Dalgat comme éditeur-rédacteur en chef. Ce

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

135

nouveau quotidien fut à son tour suspendu le 13 juillet 1906, après son 24e numéro par ordre du Gouverneur général et remplacé le 16 juillet par CerkeSenka (HepKememca - La Cerkesse) avec G. P. Valaev pour éditeur. Suspendu le 11 août, il fut suivi le 12 août de Eho Kavkaza (9 xo KasKa3a - L ’Écho du Caucase) dont le rédacteur en chef était K. N. Digurov. Ce journal eut une existence encore plus brève et dis­ parut dès le 15 août après son 3e numéro. Enfin, dernier avatar de cette chaîne de journaux musulmans, le quotidien Gorec (IopegB - Le Montagnard) parut le I er septembre 1905 et fut suspendu le 10 sep­ tembre. L'éditeur-rédacteur en chef en était A. I. Kajrov. ☆

Il fallut attendre 1914 pour que réapparaissent, à Vladikavkaz, de nouveaux organes russes édités par des montagnards caucasiens. Le 4 mars de cette année parut le quotidien Terskaja Zizn (Tepcxaa 2Kh3hi> - La Vie de Terek) dont G. R. Bitiev était l’éditeur-rédacteur en chef. Le journal fut suspendu par les autorités russes après son 168e numéro, le 11 octobre 1914. Il fut remplacé deux jours plus tard par Terskoe Eho (Tepacoe 9 xo - L'Écho de Terek) avec A. G. Gabitov comme rédacteur en chef. Ce journal disparut le 19 novembre de la même année après son 33e numéro. ☆ D’autres journaux de langue russe furent publiés hors de Vladi­ kavkaz par des musulmans du Caucase. Il faut signaler particulière­ ment : — Derbentskij Vestnik (/(epdeHTCKİft Bİcthhkt. - Le Messager de Derbend), octobre 1907, quotidien russe de Derbend (Daghestan), avec Hamid Vekilov comme éditeur . — Majkopskaja Zizri (MathconcKaa JKH3in> - La Vie de Majkop), janvier 1911, hebdomadaire de langue russe de Majkop (Kuban'), édité par Ahmed bey Calikov. Ce journal de tendance nationaliste et socialiste, destiné aux populations cerkesses, fut suspendu par les autorités russes en août 1911, après son 129e numéro. — Terskij Kraj (TepciciÄ Kpaö - Le Territoire du Terek), 19111912, quotidien de Groznyj (Ceènja) en russe, avec, semble-t-il, quelques articles en arabe1.

i. Selon la Bibliografija Periodileskih Izdanij Rossii 1901-1916, t. III, Leningrad, i960, p. 375, le journal Terskij K raj était un organe russe rédigé par des Russes et des Arméniens (Ja. N. Orlov, V. M. FajviSeviö, N. A. Korganov), mais ces renseignements proviennent de l’analyse d’un seul exemplaire incomplet.

136

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

b) Périodiques en langue arabe. Au Daghestan, pays polylingue où l’arabe classique était utilisé non seulement comme langue écrite, mais aussi comme langue parlée par les intellectuels de la montagne, parut au printemps 1915 un hebdomadaire arabe : — Ğarİdat Daghestan (jll—clj - Le Journal du Daghestan), journal hebdomadaire de langue arabe, publié à Ternir Khan-Sura (typographie de Mohammed Mirza Maveraev) par Badavi Saidov. Ce journal, destiné essentiellement aux lettrés arabophones du Daghes­ tan et de la Ceénja, était bien fait et intéressant. Écrit en un arabe excellent, quoique un peu trop classique et recherché, il comprenait, outre les avis officiels et les nouvelles du monde, une importante partie « scientifique s1. Les autres langues du Daghestan n’eurent pas d'organe de presse, mais il faut signaler qu'en 1913 une demande d'autorisation pour un journal en langue kumyke Qumuq Gazâti - Le Journal Kumyk) fut déposée par Mirza Mavaraev de Ternir Khan-Sura. Cette demande fut rejetée par les autorités et les premiers journaux en kumyk ne paraîtront qu’après la révolution de février 1917.

F ig . 29. — Ğaridat Daghestan, de Ternir Khan-Sura.

c) Périodiques de langue ossète. Le premier journal en langue ossète. Iron Gazet (H pora raæ rb Le Journal Ossète), parut à Vladikavkaz, le 23 juillet 1906. Ses fondai. A titre d'exemple, voici le contenu du n° 23 du 6 juin 1915 : 1) Avis offi­ ciels (5 lignes seulement). 2) Nouvelles de la guerre. 3) « Partie scientifique 1, qui contient les articles suivants : description du Japon (très enthousiaste) ; l’invention de l’aéroplane : biographies des frères Wright et rappel de l’invention d'un Arabe cordouan du ix* siècle, ‘Abul-Qasim ’Abbas ibn Firnas qui essaya de voler ; article sur les peuples du Daghestan ; extraits des Prolégomènes d'Ibn Khaldun.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

137

teurs étaient le Dr. Dz. Gazdanov, Ambalov, Almakhsid Kanukov, Al. et Asl. Butaev. Ce bihebdomadaire, tirant à 500 exemplaires, fut très bien accueilli par les intellectuels ossètes et son influence ne fut pas négligeable. Après son 20e numéro, il fut suspendu sur l’ordre du Gouverneur de Terek pour « esprit nationaliste » et son éditeur le Dr. Gazdanov arrêté. Le 24 février 1907, un groupe d'intellectuels ossètes fit paraître à Vladikavkaz, la revue Zond (3 oha% - La Raison) qui fut suspendue après son 34e numéro. Le troisième organe ossète, le journal Khabar (Xa6apr> - Les Nouvelles) vit le jour également à Vladikavkaz en 1909. L'éditrice en était Mme N. Valaeva et le rédacteur en chef, Almakhsid Kanukov, ancien rédacteur d'Iron Gazet. Pour échapper à la vigilance de la cen­ sure, le journal évitait d’aborder les problèmes politiques et se conten­ ta it de traiter de l’histoire des peuples du Caucase septentrional. Néanmoins son esprit nationaliste — le journal m ilitait pour l’union de tous les montagnards du Caucase du Nord — le fit suspendre par les autorités russes, le 11 juillet 1909. Nous savons que deux autres organes ossètes parurent après 1910 : — la revue mensuelle Hurtum (XypryMi - Le Rayon de Soleil) fondée à Saint-Pétersbourg en 1912 par M. R. Britaev1, — et la revue religieuse orthodoxe Cyryston Card (Hupucroirb {JapA b-La Vie Chrétienne) publiée en 1911-1912 (?) par «l’Association pour le rétablissement de l’Orthodoxie au Caucase » (ObSlestvo Vozstanovlenija Pravoslavija na Kavkaze). Malgré le soutien des autorités russes, cette revue, sans écho parmi la population allogène, disparut après son 13e numéro.

i. D ’après Gazetnyj M ir, 2e éd., Saint-Pétersbourg, 1912.

138

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

D. LA P R E S S E D E C R I M É E L’essor, après 1905, de la presse musulmane sur la Moyenne VolgaUral et à Bakou porta un coup décisif au monopole que le Terğüman d'Ism ail bey Gasprinski détenait depuis plus de vingt ans. L'organe de Bahèisaraj n’était plus le seul journal musulman et, qui plus est, d’autres organes, tels le Vaqt d’Orenburg, venaient lui disputer la primauté. Toutefois sa belle langue claire, sa très haute tenue litté­ raire et morale — jamais il ne s'abaissa aux polémiques violentes et sordides qui déshonoraient parfois la presse volgienne et azerie, — son caractère panturc et même panmusulman, l’intérêt enfin qu’il porta à l'ensemble du Dar ul-Islam, lui valurent de conserver, jusqu'à la mort de son éditeur, un rang exceptionnel tan t en Russie qu’à l’étranger. Le Terğüman demeura sur la voie que son directeur avait ouverte en 1883 et resta fidèle au libéralisme social, car, dans la pensée d ’Ismail bey, la société musulmane de Russie, encore indifférenciée, ne pouvait donner prise aux conflits d’ordre social. D’autre part Gasprinski vécut dans l’espoir invincible d’un avenir lumineux de coopération et d'am itié entre la Monarchie Russe et la communauté musulmane, espoir qui devait se briser en 1914, lors de l’entrée en guerre de la Turquie et de la Russie, et définitivement s'anéantir, en février 1917, quand le tour­ billon de la révolution allait entraîner, souvent contre son gré, la société musulmane mal préparée à cette épreuve. Si longtemps qu'Ism ail bey fut présent, les grondements de la révolution de 1905 n’altérèrent guère le calme olympien du Terğüman qui, détaché de la mêlée, désirait se tenir en dehors de la politique russe. Mais une telle prétention, concevable avant 1905, devint un leurre après la première révolution russe. L’apolitisme du Terğüman fut d’ailleurs mis en doute à plusieurs reprises par les éléments musul­ mans progressistes de Kazan. Aux yeux de ceux-ci, résolument «enga­ gés » dans le combat politique ; le Terğüman et personnellement İsmail bey Gasprinski, s’y trouvaient également « engagés », mais du mauvais côté, du côté de la bourgeoisie libérale russe, des Démocrates Constitutionnels (K.D.), c’est-à-dire finalement aux côtés de l’É tat russe centralisé qu’ils combattaient. Le précurseur duğadidisme russe fut la cible de nombreuses attaques. En 1905, le poète progressiste kazanais 'Abdullah Tukaj, dans un article intitulé « Tatarlarga Terğümanyn galäkasy » (L'influence du Terğüman sur les Tatars)1lançait contre Ismail bey les quatre accusations suivantes : i. Cité par M. H. G a jn u l l in et G. G. V äzieva , Tatar Adäbijaty X X jöz La littérature tatare du X X e stiele), i re partie, Kazan, 1954, PP- 537*538.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

ÔJJj i

jA* xaZA*

;

0/

139

V v/Ti» / . 1*ù'p ù i

:A j C / f * A j ï ï a j f tt si)/Zç o'*— ( a;'-> 'l* » -^ ÿ ^ y y ^ rtîC »

ûl>lî Jk’ji ) à V j t êU S^»>i*

F ig . 30. — Gasprinski écrasé par un mudarris tatar et un directeur d'école

russe. Le mudarris : « L'esprit des jeunes tatars qui fréquentent les écoles nouvelles se gâte de jour en jour. » Le directeur : « Ces derniers temps les jeunes tatars glissent vers la gauche. Nous devons renforcer les vieilles écoles et interdire les nouvelles. » Caricature de Molla Nasreddin, n° 17 de 1908.

i° 2° 30 40

Écrire en dialecte criméen, incompréhensible aux Tatars du Nord, Être un « réactionnaire clérical, bureaucrate et monarchiste », Se montrer trop soumis « au despotisme du Sultan turc », Enfin être un écrivain scolastique, totalement dépassé par le temps.

140

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

Parfois le mécontentement de la jeunesse tatare dégénérait en grossières injures. Ainsi pouvait-on lire dans le premier numéro du journal socialisant Tan Joldyzy de Kazan la phrase suivante : « Le voyou (houligan) Criméen trompe notre peuple au nom de la religion et de la nation. Depuis plus de vingt ans, esclave de l’autocratie, il commet un crime envers notre nation... »*. D’autres, cependant plus modérés, reprochaient au TerğUtnan son conformisme envers Saint-Pétersbourg et Constantinople* et son immobilisme antirévolutionnaire formant barrage au courant tumul­ tueux de la vie, qui entraînait les musulmans vers le socialisme et la rupture avec la Russie tsariste. Les critiques de la jeune génération à l'adresse d'Ism ail bey furent formulées d’une manière saisissante par l’un de ses anciens disciples, l’historien Ahmed özenbasly : « Il est pénible de constater qu'en dehors de formules de pure poésie comme dilde, fikirde, Ute birlik, Gasprinski n'est jamais parvenu à éla­ borer des formes d'organisation viables. Pendant trente-trois ans, ses mots d'ordre trop élevés n'ont jamais pu descendre sur terre, donner réponse aux questions concrètes que pose la vie elle-même »•.

Une opposition encore plus prononcée au Terğüman venait de la fraction de la jeune intelligentsia criméenne, issue de la petite bour­ geoisie et de la classe paysanne qui, vers 1906, constitua sous l'influence des « Jeunes Turcs » et aussi sous celle plus directe de mouvements révolutionnaires russes (surtout des S.R.), le groupe des « Jeunes Tatars ». Né dans la clandestinité, ce groupe était composé principale­ ment d’instituteurs de la Crimée du Nord, mais comprenait aussi des représentants d’autres classes : petits commerçants, paysans... A sa tête se trouvait une personnalité marquante, ‘Abdurrasid Mehdi4. Tandis que Gasprinski poursuivait une ligne politique panmusulmane, le groupe de Mehdi se souciait peu du sort de ses coréligionnaires habitant hors de Crimée. Tout en s'associant au travail culturel et éducatif de Gasprinski, il luttait pour libérer les Musulmans de Crimée de la domination politique tsariste. Au centre de ses préoccupations,4321 1. Cité par Galimğan I bragimov, Tatary v revoljucii J905 goda, op. cit., p. 209. 2. Voir l'opinion de Coban Zade dans Izvestija Vostoânogo FakuVteta, t. IV, Bakou, 1929, p. 14. 3. Ahmed ÖzenbaSly, « Geêen devrimize tenkitli bir bakyS teğrübesi » (Essai d'appréciation critique de notre époque passée), Oku illeri, Simferopol', juin 1925. 4. 'Abdurraâid Mehdi (Mediev), 1880-1912, natif de Karanki, village du canton de Perekop, d'une famille de paysans moyens, termina l'École Normale tatare de Simferopol* et fut instituteur de langue russe dans un mektep de la ville de Karasubazar. Dès 1905, Mehdi fut considéré comme l'un des leaders du mou­ vement progressiste des « Jeunes Tatars ». Élu en 1907 député à la deuxième Duma, il remplit les fonctions de secrétaire de la fraction musulmane. A son retour en Crimée, il fut nommé maire ajdoint de Karasubazar, poste qu'il occupa jusqu'à sa mort. Edige K irimal , Der nationale K am pf der Krimtürken, Emsdeten, 1952, pp. 19-20, lui consacre une courte notice biographique.

L'ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

141

il plaçait le problème agraire, im itant en cela la politique des S.R. russes1. Violemment antirusse, le groupe Mehdi prit une part active aux émeutes de l'été 1905* ; dans ces conditions, il ne pouvait que s'opposer à la modération politique du Terğüman ; Mehdi devait d’ailleurs le proclamer sans ambages lors des fêtes du 25e anniversaire du T er­ ğüman : « Sur le plan social et le plan politique, je m’oppose complète­ ment à İsmail Mirza »1 8. *432 Au début de 1906, les « Jeunes Tatars » firent paraître à BaMisaraj une revue à périodicité irrégulière 0(qyn - L'Étincelle), rem­ placée, en mai de la même année, par un journal bihebdomadaire de Karasubazar : Vatan Khadymy - Le Serviteur de la Patrie). Le directeur en était ‘Abdurrasid Mehdi lui-même — qui dictait au journal sa politique — et le rédacteur en chef, Hasan Sabri Ajvaz4, un des meilleurs publicistes de Crimée, qui avait su s’entourer de jeunes poètes et écrivains criméens de talent, entre autres : Afuz 'Osman Murasov, Husein Samil Tohtargazi, JahjaB ajburtlu, Husein Balyê, Hasan Cergi, etc. Très nationaliste criméen, indifférent au panturquisme, le journal avait pour devise le hadith du Prophète : « L’amour de la patrie fait partie de la foi. » Remarquablement rédigé et bien informé, il sut s’acquérir rapidement une place de choix non seulement en Crimée, mais aussi hors de ses frontières. Malgré ses qualités. Vatan Khadymy 1. Dans la pétition des Tatars de Crimée à la Duma, Mehdi déclarait : « Notre misère provient de ce que nos richesses s'en vont dans la poche des autres : le trésor, les propriétaires fonciers... Notre peuple compte 50 000 paysans sans terres... tandis que des terres des Vaqfs, de l'État, des propriétaires et de la Couronne restent improductives, ne nourrissant que quelques rares privilégiés. Toutes ces terres ont été autrefois la propriété du peuple tatar ; toutes sont passées aux mains des autres. » V Gosuaarstvennuju Dumu ot Tatarskogo naroda Krymskogo Poluostrova (De la part du peuple tatar de la presqu'île de Crimée, à la Duma), Karasubazar, s.d., cité par A. K. B oöagov, M illi Firka-Nacional'naja Kontrrevoljucija v Krymu (Milli-Firka, La contre-révolution nationale en Crimée), Simferopol', 1930, p. 22. 2. Voir à ce sujet Edige K irimal , Der nationale K am pf der Krimtürken, op, cit., pp. 20 et suiv. 3. B oöagov, op, cit., p. 21. 4. Hasan Sabri A jvaz (Ajvazov), écrivain, dramaturge, publiciste et homme politique criméen, épigone ae Gasprinski, représentant de l'aile gauche des « Jeunes Tatars », fit ses études secondaires en Turquie ; il commença sa carrière de publiciste dans le Vatan Khadymy, et travailla comme instituteur à Alupka, puis émigra en 1909 en Turquie, d'où il revint peu avant la guerre. Désigné alors par İsmail bey pour prendre sa succession à la tête de Terğüman, il dirigea effectivement ce journal jusqu'au moment où, en février 1917, il lança son propre journal. Millet. Après la révolution de février, Hasan Sabri Ajvaz prit une part active à la vie politique musulmane : il fut délégué au Congrès panrusse des musulmans de mai 1917 à Moscou et, successivement, membre du Comité Exé­ cutif Musulman de Crimée et président du Parlement national de Crimée. Il resta en Russie soviétique et travailla comme professeur à l'Institut Pédago­ gique de Simferopol*. Selon le journal Jeni Dünja du 5 oct. 1936, cité par K irimal (op. cit., p. 296), il fut « épuré » pour raison de « nationalisme » en 1936.

142

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

ne put surmonter de lourdes difficultés matérielles, ni avoir raison de la suspicion des autorités et dut cesser de paraître en 19081. De son côté, Ismail bey poursuivait imperturbablement avec le Terğütnan2son œuvre d’éducateur. Néanmoins, probablement conscient de la désaffection croissante de la jeunesse radicale, il publia, en 1906, r! l|X I JL»* «L«

#*/

♦♦ ♦

NM* 4^.

~Sajy& # U lf s * Fig. 31. — *Alem-i Sibijan, de Bahéisaraj.

— En mars, la revue ‘Alem-i Sibijan ( jt w - Le Monde des Enfants) qui offrait aux enfants des contes, des récits, des leçons de morale et aussi des articles pédagogiques d'inspiration ğadide. Cette revue dura vraisemblablement jusqu'à la mort d'Ism ail bey en 19151. En mars 1906 également, İsmail bey fit paraître la revue Kha ! Kha ! Kha ! (U- U- U-), hebdomadaire humoristique illustré de quatre pages. Cette revue ne contenait pas de longs articles, mais des nouvelles de Russie et de l’étranger et de courtes anecdotes d'une haute tenue, comme dans les autres publications d'Ism ail bey. Les caricatures, naïvement dessinées, s'attaquaient aux qadymistes et prônaient la nécessité de s'unir au moyen d'une langue turque commune2. Parfois, elles exprimaient avec plus de verve la volonté du monde musulman de secouer l'emprise de l'Occident et dénonçaient la carence des Gouvernements turc et iranien3. du 16 novembre 1906, on trouve par exemple une lettre sur l'éducation des filles, une étude sur l'instruction des enfants, un long article sur la puériculture, plusieurs poèmes, un article illustré sur la vie des femmes en Égypte, un récit de voyage, enfin diverses informations sur les écoles musulmanes et le courrier des lectrices. 5. Sur 4Alem-i Nisvan, voir l'article de Jakub S e l im e , « Müsülman kadyn ve qyzlarynyn hamisi -Ismail bey Gasprinski » (Ismail bey Gasprinski défen­ seur de la femme et de la jeune fille musulmanes), Jana M illi Ju l, Berlin, 1933, n° 4 (en tatar de Kazan). 1. Ismail bey Gasprinski a également fait paraître un journal au Caire (Égypte), Al-Nahda, voir p. 176-177. 2. Dans le n° 3 du 21 avril 1906, des mollahs enturbannés traient une vache représentant les Vaqfs. Dans le premier numéro du I er avril 1906, les musul­ mans représentés par leurs journaux marchent sur la voie de la « langue com­ mune » (lisan-i umumi), vers « le Monde de l'Unité » (Dar ul-Ittihad). 3. Dans le premier numéro, une caricature intitulée « La situation du Monde de l'Islam » (Ahval-i *Alem-i Islam) représente le Sultan Ottoman et le Shah d'Iran, profondément endormis dans leurs fauteuils devant une rangée de mau­ solées portant les noms des pays musulmans soumis à l'Occident : Cachemire, Zanzibar, Java, Algérie, Soudan,... Six de ces mausolées représentent les pays pla­ cés sous la domination russe : Karabagh, Şirvan, Kokand, Kazan, Crimée, Ganğa.

144

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

E . LA P R E S S E K A Z A H E

(KIRG H IZE)1

Chez les Kazahs, comme partout ailleurs, l’impulsion du mouve­ ment national fut donnée dans la seconde moitié du xixe siècle par la jeune intelligentsia, mais celle-ci émanait de l'aristocratie et non, comme chez les Tatars Volgiens et les Turcs Azeris, de la bourgeoisie commerçante ou industrielle. Les Kazahs étaient alors (et il en sera ainsi jusqu’en 1928 environ), des nomades2 groupés en quatre fédé­ rations tribales : la Grande Horde ( Ulu Éuz), la Moyenne Horde (Orta Éuz), la Petite Horde (KiSi Éuz) et la Horde de Bukej, subdivi­ sées à leur tour en une multitude de tribus et de clans en conflit plus ou moins ouvert les uns avec les autres. Islamisé superficiellement au xvie siècle, le pays kazah fut annexé à l'Empire russe au xvm e siècle, ce qui d’ailleurs assura sa protection contre les terribles incursions des Gungars buddhistes. La société nomade fut maintenue dans sa structure traditionnelle, et la loi Sari'yat ne réussit jamais à évincer complètement le droit coutumier ('adat). Ce n’est qu’à la fin du xviii« siècle, sur l’initiative personnelle de Catherine II, « afin de civiliser les Kirghizes et d’adoucir leurs mœurs » que les autorités russes commencèrent à construire des mos­ quées et des écoles coraniques dans les villages des steppes kazahes. Cette politique eut pour effet d'assurer à l’Islam des assises plus pro­ fondes et entraîna tout le long du XIXe siècle l’afflux vers les steppes des mollahs et des marchands tatars de Kazan, d’Orenburg et des autres villes de la Volga-Ural. Ainsi, dès le milieu du xixe siècle, dans les domaines économique, culturel et religieux, le pays kazah se trou­ vait-il presque entièrement dominé par les Tatars Volgiens : le ta ta r était même la langue officielle dans les relations entre les autorités russes et les indigènes. Bien que, dans l’ensemble, le niveau culturel des indigènes demeurât très faible selon les régions (1,7 % à 4,7 % de gens sachant lire et écrire en 1920)3, quelques intellectuels (prosvetiteli) kazahs appartenant à la classe féodale, conscients de leurs obligations envers « leur » peuple devaient réagir contre l’emprise tatare et, contrairement à ce qui se passait dans les autres régions musulmanes de Russie, se tourner résolument vers la Russie, modèle de civilisation et de culture « occidentale ». r. Avant la Révolution, les actuels Kazahs étaient appelés « Kirghiz » et les Kirghiz, « Kara-Kirghiz ». 2. En 1920, on ne trouvait que 28 000 Kazahs citadins, soit 1,3 % de la communauté (Z. M in d l in , « Kirgizy i Revoljucija », Novyj Vostok, n° 5, 1924,

P- 217k „ 3. Z. M in d l in , op. c i t p. 217.

cA 1

iS -* ^

* •)**-*

Ji £»\ £

.4*1

,jjlI

> S*y. iS + S < • j'-k A

P l. V III. — Prem ière

page de Kha K ha Kha,

J '*-

n° 3 de 1906.

e li L

P l. IX. — «Le problème de la colonisation » en Kirghizie. Le fonctionnaire russe : « Hors d’ici, nous avons besoin

de cette place pour les Ukrainiens. » Caricature de Molla Nasreddin, n° 8 de 1909.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

145

A la même époque d’ailleurs les gouvernants russes modifiaient leur attitude envers les Tatars et s’efforçaient de neutraliser leur influence. En 1841 était fondée à Khanskaja Stavka (actuellement le village Orda) la première école russo-kirghize ; on en comptait déjà huit en 1866 et de tels établissements ne cesseront de se multiplier tandis qu’un nombre im portant de jeunes Kazahs fréquentaient d'autre part les écoles de cadets d’Omsk et d’Orenburg où ils se fami­ liarisaient avec la culture russe. Après 1867, de nouvelles mesures vinrent renforcer la politique « antitatare » en même temps qu'arrêter — ou du moins freiner — l’islamisation des Kazahs. Les Dispositions Administratives pour le Territoire des Steppes de 1868 interdirent l’usage du tatar dans l’admi­ nistration ; en 1869, le Règlement pour l’éducation des nationalités allogènes introduisait les classes russes dans toutes les écoles musul­ manes et le décret du 14 octobre 1906, qui rendait l’usage de la langue kazahe obligatoire dans les écoles musulmanes, requérait de la part des enseignants, soit la nationalité russe, soit la même nationalité que leurs élèves, ce qui éliminait d’office les Tatars. Il est aisé de comprendre quelle influence déterminante bien qu'indirecte la culture russe a exercée sur le développement du natio­ nalisme kazah, influence renforcée par la présence sur le territoire du Gouvernement Général des Steppes de nombreux déportés poli­ tiques russes, notamment Dostoïevsla (1854-1859 à Semipalatinsk) et le groupe des « Petrasevcy » (entre 1850 et i860), dont l’esprit révolu­ tionnaire et l'athéisme laissèrent une forte empreinte sur les premiers prosvetiteli kazahs. Une place de choix revient parmi eux à trois savants et « éducateurs » qui pouvaient rivaliser avantageusement avec les meilleurs écrivains musulmans de l'époque : Cokan Vaükhanov (1835-1865), descendant des Khans de la Moyenne Horde, officier de l’armée russe, orientaliste célèbre, ami de Dostoïevski, admirateur passionné de l’Occident (« sans les Russes, nous ne sommes que des Asiates », avait-il coutume de dire) et moder­ niste fervent qui voulait « épurer » la culture kazahe des « apports musulmans », tout en se faisant l’ardent défenseur de son peuple contre la brutalité de l’administration russe locale. Ibrahim (Ibraj) Altynsaryn (1841-1889), appartenant à une famille de bij, ethnographe et pédagogue autodidacte qui était inspecteur des écoles de la région de Turgaj et auteur de nombreux manuels scolaires, et surtout Abaj Kunanbaev (1845-1904), fils d’un baj (chef de clan), écrivain et philosophe, premier littérateur de langue kazahe, gagné aux idées révolutionnaires de son temps et ardent pionnier du progrès social qui dénonçait le maintien des moeurs moyenâgeuses et des superstitions et s’élevait contre l’injustice des seigneurs féodaux et des autorités russes. Tous trois étaient convaincus de la nécessité pour le peuple kazah de coopérer, non pas avec les idéologues tatars du panturquisme et du panislamisme, mais avec les Russes, seuls capables, à leurs yeux, 10

146

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

de mener les nomades sur la voie du progrès et de la culture occi­ dentale. L’utopie d’une telle coopération n’allait pas tarder à se révéler et, dans les années 1891-1892, déferla sur les steppes une première vague de colons russes. On peut résumer en un tableau la situation catastro­ phique qu’entraîna la colonisation rurale russe et son corollaire, la diminution des terres de parcours libres pour les troupeaux, impliquant la réduction progressive du cheptel et la baisse constante du niveau de vie des nomades1. i 1

Jusqu'en 1 8 9 6 ........................... De 1896 à 1906 (dans les régions d’Akmolinsk, Turgaj et Semipalatinsk)............................... ; De 1906 à 1 9 1 6 ......................... j De 1916 à 1 9 1 7 ......................... i j T o t a l .........................

Nombre de colons russes

Superficie des terres réquisitionnées (en desjatines)

149 408

I 379 I I I

206 000 i 163 000 ?

4533212 9 357 340 13 000 000 28 269 663

Ainsi, dès la fin du xixe siècle, les Kazahs voués à la misère se voient menacés dans leur existence même. Les conflits entre colons russes et nomades constituent la toile de fond de la vie des steppes et il est difficile aux Kazahs d’accepter alors une orientation exclusive­ ment russe. D’autres courants exerçaient d’ailleurs une puissance d’attraction : l’un traditionaliste et panislamiste, qui venait du Tur­ kestan, cherchait à entraîner les Kazahs vers l’Orient ; l’autre de Kazan et de Bahëisaraj, panturc et moderniste, leur offrait une voie de progrès culturel passant par la Turquie et non plus par la Russie. Au début du xxe siècle, l’amertume, « la haine même de la Russie tsariste »23dominait le Weltanschauung de l’intelligentsia kazahe, mais n’était pas encore cristallisée au point de susciter la formation de groupements politiques, bien que dès 1902 et 1903 la police russe ait pu saisir les premières proclamations clandestines antigouvernemen­ tales d'inspiration panislamique en langue kazahe. A l’exception de Dala Vüajeti fondé en 1899 à Omsk®, il n'y avait encore aucun organe de presse kazahe, et seules, les œuvres littéraires laissaient transparaître les aspirations de l’intelligentsia nationale 1. D'après Baymirza H ayit , Die Nationalen Regierungen von Kokand und der A lash Orda, thèse de doctorat. Université de Münster, 1950 (polycopiée), p. 81. 2. Expression de Z. Mindlin , art. cité, p. 218. 3. Voir p. 43-44.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

147

autour de trois thèmes : la formation de la langue nationale, la protec­ tion des terres des nomades contre la colonisation et enfin la défense de l’Islam1. Ces aspirations émanaient d'une classe sociale nouvelle­ ment apparue sur la scène politique, encore peu nombreuse, mais idéologiquement forte — la jeune bourgeoisie — plus radicale que sa devancière, l'ancienne intelligentsia libérale issue de l'aristocratie féodale. La proclamation du manifeste du 18 février 1905 donna le signal de départ de la vie politique kazahe et permit l'organisation de meet­ ings à l'occasion des foires dans la steppe, où des questions écono­ miques et religieuses étaient débattues avec grande ferveur. Trois lignes politiques principales se dessinèrent alors : l'une religieuse, dirigée par des mollahs tatars ou turkestanais, l'autre libérale, « occidentaliste », dirigée par l'intelligentsia indigène, enfin une troisième, la plus faible, poussait quelques jeunes vers le mouvement socialiste russe2. Très rapidement, ces tendances se précisèrent et donnèrent naissance aux premières formations politiques, dont un important groupe libéral, proche des K.D. et quelques groupuscules révolution­ naires d'inspiration S.R. ou S.D. que la « réaction stolypinienne » devait étouffer complètement après 1908, car la fermentation révolutionnaire était encore trop superficielle. C'est en 1905 qu'on voit pour la première fois les Kazahs se lancer dans la bataille politique par voie de presse. Ils le firent d'abord, à 1. Presque toutes les œuvres en langue kazahe parues avant 1917 sont empreintes d'un profond pessimisme et laissent percer une haine farouche envers le colonisateur russe. Zandybaev écrit dans son récit 2 aS Hajatym (Mes jeunes années), Orenburg, 1907 : « Lorsque nous réfléchissons bien, nous consta­ tons que nous sommes commandés par des Russes. Ils jouent avec nous comme le renard avec sa proie. Nous voyons les paysans russes, installés chez nous, prendre nos terres... » Mir-Jakub Dulatov, futur leader du parti Alaâ-Orda, écrivait dans son poème Ujan Qazaq (Réveille-toi, Kazah), Ufa, 1910 : « Chaque année, nos terres et notre eau diminuent ; elles deviennent la propriété des paysans russes. Les tombes de nos glorieux ancêtres se trouvent déjà au milieu des rues de leurs villes. Toi, paysan russe, tu ne te gênes pas pour prendre les pierres de ces tombes pour faire ta maison et leur bois pour te chauffer. Mais lorsque j'y songe, le chagrin me brûle comme le feu. » Jusuf Köpeev, dans Hal-i Ahval (L ’état des choses), Kazan, 1912, se plaint de son côté : « Il n'y a pas de justice [chez les Russes]. Les fonctionnaires pillent nos biens, exterminent nos troupeaux, volent notre cheptel... » (Ces citations d'après E. J. Ğernysev, « Vostoènaja peéat' v epokhu reakcii x x veka » (Les éditions orientales à l'épo­ que de la réaction du x x e siècle), I.O .A J.E ., t. X X X III, Kazan, 1925, fasc. 1, pp. 105-130). Le même désespoir caractérise les œuvres de Q. Zanybekov , Balalara Badanameh (Livre pour les enfants), du grand poète Magzan Zumabaev , Çulpan (L ’Étoile du M atin), d*‘Abdul-Karim Mazitov, Qazaq Sakyrdlaryna gädija (Cadeau pour les étudiants kazahs) et de presque tous les écrivains kazahs des années 1900-1917. 2. Le prolétariat national kazah, bien qu'assez important numériquement — il comptait en 1917 près de 20 000 ouvriers (cf. T. E leuov , Ustanovlenie Sovetskoj Vlasti v Kazahstane - L ’établissement du pouvoir soviétique au Kazahstan, Alma-Ata, 1957, P- 25) — était politiquement inorganisé, voire inorganisable et les cellules S.D. ou S.R., pourtant très nombreuses, n'avaient que des contacts réduits avec les allogènes.

148

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

défaut d'une presse nationale, sur les pages des journaux tatars et russes ; on voit ainsi dès 1905 des signatures kazahes sur les colonnes du Fiker d'U ral'sk, puis en 1906, de plus nombreuses encore, sur celles du Vaqt et de Sura1, et plus tard dans la revue panislamique Islah Kötephanesi d'Orenburg2. En même temps, d'autres journalistes et hommes politiques écrivaient dans les organes russes oppositionnels : ainsi, en 1905 et 1906, ‘Ali Khan Bukejkhanov3, le futur dirigeant à’Alaê-Orda, collaborait régulièrement aux quotidiens russes d'Omsk, Omit' et IrtyS, puis, en 1907, au Golos Stepi (La Voix de la Steppe) qui succéda à ce dernier4. A la fin de 1905, les Kazahs tinrent leurs premières réunions offi­ cielles : à Orenburg, le Congrès des intellectuels de l'Ouest se déroula sous la présidence de ‘Ali Khan Bukejkhanov ; à Vemyj (futur AlmaAta), le Congrès des intellectuels de l'E st fut dominé par la forte per­ sonnalité de l'écrivain et philologue Ahmed Bajtursun6. La nécessité 1. Voir p. 72-77. 2. Voir p. 148. 3. 'Ali Khan B ukejkhan (Bukejkhanov), né à Samara en 1869, mort en 1932, prince èingiskhanide, petit-fils du Khan Baraq de la Horde de Bukej. En 1894, élève de l’Institut Supérieur Forestier, il fut ensuite fonctionnaire dans le « gou­ vernement » de Tobol’sk, Professeur à l’Institut Forestier d’Omsk, de 1897 à 1903 fonctionnaire dans le « Gouvernement Général » des Steppes (comme spécialiste pédologue) et enfin fonctionnaire à la Banque Agricole de Samara. ‘Ali Khan joua un rôle politique de premier plan. Tente dans sa jeunesse par le socialisme, il se rapprocha ensuite des K.D. Il fut emprisonné à deux reprises par la police russe, siégea à la première et à la deuxième Duma , et fut l’un des fondateurs du parti national AlaS-Orda. Son activité littéraire fut prodigieuse ; économiste, historien et folkloriste, il collabora à de nombreux périodiques russes, tatars et kazahs : IrtyS, Golos Stepi, Omiâ\ Sibirskie Voprosy (articles sur l’agriculture au Kazahstan), Fiker, Dala Vilajeti, Qazaq, Aj-Qap... Ses remar­ quables études sur les épopées kazahes signées du pseudonyme « Qyr Balasy » ont largement contribué au développement du sentiment national de ses compa­ triotes. A. Zeki Velidi Togan considéré Bukejkhan, Bajtursun et Dulatov comme « les trois piliers de la culture Kazahe ». 4. Irtys, quotidien dirigé par I. A. P o v a r e n n y h , suspendu le 13 septembre 1906 pour « tendance révolutionnaire », remplacé le Ier janvier 1907 par Golos Stepi, quotidien progressiste dirigé par D. V. Iv a n o v , V. V. K ir ja n o v . 5. Ahmed B a j t u r s u n (Bajtursunov) (1873-1937), poète, publiciste, péda­ gogue, linguiste et homme politique, de la tribu des Argyn, né dans le village de Sartübek de la région de Turgaj. Ancien élève de l’école russe de Turgaj et de l’École Normale d'Orenburg, il fut instituteur dans les écoles kazahes entre 1895 et 1909 et prit une part active au travail des cercles révolutionnaires clan­ destins, ce qui lui valut d’être arrêté et expulsé de la Région des Steppes en 1909. Bajtursun, chef incontesté du mouvement national kazah, fut l’un des fondateurs du Parti Alal-Orda, mais pendant la guerre civile, convaincu de l'impossibilité de collaborer avec le Gouvernement de Kolêak, il se rallia aux Soviets et entra en 1920 au Parti communiste où, pendant des années, il dirigea la fraction de droite (nationaliste) du P.C. (b) du Kazahstan. Bajtursun est éga­ lement célèbre comme poète et comme linguiste ; le premier, il a rédigé une grammaire scientifique de la langue kazahe. Son activité scientifique, commencée en 1901, se prolongea après l’instauration du régime soviétique, car Bajtursun occupa jusqu’au-delà de 1929 la fonction de président de la Commission Scien­ tifique du Commissariat du Peuple à l’Éducation Nationale de la République Kazahe. Nous possédons plusieurs bibliographies détaillées de Bajtursun dont celle

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

149

de coopérer avec la bourgeoisie russe libérale groupée autour du parti des K.D. s’affirma nettem ent au cours de ces Congrès. De son côté, un délégué kazah, le mollah Sah Mardan Ko&egulov, député à la Duma, affilié au parti des K.D., prit part aux premier et deuxième Congrès musulmans de Niznij -N ovgorod et de Saint-Pétersbourg et devint membre du Présidium de YIttifaq al-Müslimin. Ces manifes­ tations diverses de l'intelligentsia kazahe sur l’arène politique étaient les premiers signes annonciateurs de véritables partis politiques. Pendant près de dix ans, la direction politique de l'intelligentsia kazahe fut assumée par un groupe d'écrivains politiciens, à la fois révolutionnaires et libéraux, allié aux K.D.1 mais nettement plus « à gauche » que la bourgeoisie libérale russe qui inspirait ces derniers. Ce groupe — non encore organisé — était, en réalité, proche des Narodniki russes, en ce sens qu'il s’efforçait au maximum de maintenir des contacts avec les masses rurales et comprenait la nécessité d’une sédentarisation progressive des nomades ; il revendiquait aussi l’intro­ duction d’un système scolaire calqué sur le système russe. Résolument « occidentalistes » et partisans d’une coopération avec tous les mouve­ ments politiques russes dont la plate-forme prom ettait aux allogènes l’égalité des droits et le respect de leur personnalité propre, ses diri­ geants étaient opposés au panislamisme qu’ils qualifiaient d '« utopie orientale ». D’autre part, tout en restant loyaux envers le pouvoir tsariste, adm ettant même l’introduction du service militaire chez les allogènes nomades, ils luttaient courageusement contre la politique de russification linguistique et culturelle, contre l'oppression policière, par­ ticulièrement lourde après 1908, et contre la colonisation rurale russe®. Parallèlement à ce groupe modéré, se formèrent sous l’influence des idées révolutionnaires russes, surtout à Omsk — centre scolaire pour les Kazahs, des cercles culturels légaux ou clandestins, très impré­ gnés de socialisme, grâce auxquels étaient diffusés des mots d’ordre de libération du peuple kazah de l’impérialisme russe et aussi, fait nouveau dans l’histoire de la pensée politique kazahe, de lutte contre l’aristocratie féodale. C’est dans ce climat de bouillonnement intellectuel et politique que naquit, en 1907, la presse kazahe. Si l’on excepte le Sirke d”Abdurrasid kadi Ibragimov® à Saint-Pétersbourg, le premier journal kazah de Mir-Jakub D ulatov , « Ahmed Bajtursunov », Trudy OMSestva Izuienija Kirgizskogo Kraja, fasc. 3, 1922, et les notices que lui consacrent la Literaturnaja Enciklopedija, t. I, p. 305 et la Sibirskaja Sovetskaja Enciklopedija, t. I, PP- 305-306. 1. 'Ali Khan Bukejkhanov était même membre du Parti des K.D. 2. Aujourd’hui les historiens soviétiques accablent ce groupe (d’où sortira en 1917 le parti AlaS-Orda), le qualifiant de « réactionnaire » et de « traître au peuple kazah ». Il n ’en fut pas de même au cours des premières années du régime soviétique, quand ce même groupe était volontiers considéré comme « révolutionnaire » et « progressiste ». Ainsi la Literaturnaja Enciklopedija, Moscou, 1928, t. I, au mot « Bajtursunov », p. 305, écrit qu’en 1905 : « Bajtur­ sunov était le chef (rukovoditeT) des masses révolutionnaires kazahes. » 3. Voir biographie, p. 44.

150

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

fut Qazaq Gazeti Jljtë), publié en mars 1907 dans la ville de Troïck par Andreev et Ismohammed Imanbaev, avec Haïm Sumalov et Sasnovskij comme rédacteurs en chef. Cette feuille, suspendue après son premier numéro, fut suivie de Dala (V\* - La Steppe), journal chrétien publié à Omsk par la Société Missionnaire Orthodoxe qui n'eut guère de retentissement chez les Kazahs. En 1911 apparurent les deux premiers organes politiques impor­ tants, de tendance plus « révolutionnaire » que ceux du groupe de Baj tursun : ☆ 1) En janvier, à la typographie « Energija », à Troïck, le mensuel Aj-Qapx { J i &\ ) édité par un intellectuel kazah, MohammedZan Siralin2, secondé par Ekrem ‘Alimov3 qui assumait les fonctions de secrétaire de rédaction. C'était une revue d'intérêt général, remar­ quable par son haut niveau. Imprimée sur 20 pages, très bien pré­ sentée, possédant une excellente équipe de collaborateurs, historiens, pédagogues, linguistes et poètes4, Aj-Qap apporta une im portante contribution au développement de la littérature et à la formation de la langue littéraire kazahe5. La revue, résolument moderniste, m ilitait pour l'émancipation de la femme kazahe, dénonçait les mœurs féodales, 1. La signification du mot Aj-Qap est difficile à préciser. Il peut provenir du verbe ajqamaq : « bavarder » et signifier alors « la conversation ». Les annuaires russes le traduisent pari* «Élan», «L'Envol» (vzlët) mais dans l'éditorial du pre­ mier numéro de la revue ( i er janvier 1911), Mohammedian Siralin rend Aj-Qap par « Hélas » car, dit-il, « les Kazahs ne cessent de répéter « hélas » quand ils pensent à leurs affaires ». Dans le n° 2 (février 1911), la revue donnait d'autres significations : A j = lune, Qap = ustensile... 2. Mohammed2an Siralin (1872-1929), fils d'un célèbre barde populaire, Siraly Aqyn, poète et publiciste kazah, fit ses études dans une école primaire russe, puis fut instituteur dans des écoles kazahes (1891 à 1902). Son activité littéraire commença en 1900 (poèmes Topêargan et Gulhalyma). En 1905-1907 il prit part au mouvement révolutionnaire et entre 1911 et 1916 édita Aj-Qap. Après Octobre, Siralin rejoignit le régime soviétique et entra en 1918 au Parti Communiste. En 1919, il rédigea le journal ÜSqyn, organe du Kirrevkom et en 1924 consacra un poème à la mort de Lénine. Sa biographie figure dans B .S.E ., 2« éd., t. XXXVIII, p. 539. 3. Ekrem ‘Alimov (1892-1913), né à Kustanaj d'un père tatar et d'une mère kazahe fit ses études à la medresseh du sheikh Zeinullah Rasulev à Troick. C'était un remarquable poète bilingue (tatar-kazah) dont les œuvres parurent dans Aj-Qap (en kazah) et dans Aqmolla (en tatar) sous le pseudonyme de « 6alatatar » (« semi-tatar »). ‘Abdullah B attal lui a consacré une notice nécrologique dans Joldyzdxx 18 août 1913, reproduite dans le M ir Islama, t. II, fase. 1913, p. 572. 4. L'équipe rédactionnelle était tout à fait éclectique. On y trouvait de futurs dirigeants d ’AlaS-Orda comme Ahmed Baj tursun et ‘Ali Khan Bukejkhanov, le député à la deuxième Duma Sah Mardan KoSéegulov, des poètes comme Magzan Zumabaev et le sultan Sahingirej Bukeev, Nurzan NavSabaev, Sultan Mahmud Turajgyrov (1893-1920), Sabit Dönentaev (1894-1933). Ces deux der­ niers partisans d'Alaë-Orda rejoindront, après 1917, le nouveau régime. 5. Ahmed Baj tursun y publia ses premiers articles sur l'orthographe et la phonétique de la langue kazahe.

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

ISI

préconisait la sédentarisation des tribus nomades. Accordant une importance exceptionnelle à la culture nationale, elle consacrait un grand nombre d'études au folklore, à la littérature populaire et à l'ethnographie des Kazahs. Elle s'intéressait d'autre part au mouve­ ment réformiste panturc, en suivant avec passion l'oeuvre d 'Ismail bey Gasprinski, à la propagation de l'enseignement musulman et à la construction des mosquées dans les steppes. Aj~Qap refusait aussi de restreindre l'idée du nationalisme aux seuls Kazah-Kirghiz, et les autres peuples turcs nomades de Russie, Nogajs, Turkmènes1 et les pays musulmans voisins — Turquie, Turkestan chinois —, offraient matière à de nombreux articles. De même des traductions d'œuvres classiques turques et persanes y figuraient souvent, tel par exemple un livre entier du Shah Nameh de Firdowsi. Politiquement, la revue reflétait les aspirations encore contradic­ toires de l'intelligentsia progressiste kazahe. Généralement libéral et en même temps très attaché à l'Islam , Aj-Qap subissait néanmoins l'influence du panislamisme révolutionnaire et parfois des mots d'ordre des sociaux-démocrates russes. Son hostilité envers le régime tsariste et la présence russe dans les steppes s'exprimait parfois avec une grande franchise2, notamment lors du grand soulèvement des tribus nomades de 1916 ; des appels à la révolte armée contre le pouvoir russe furent alors lancés par la revue, ce qui lui valut d'être interdite par les auto­ rités en septembre 1916, après son 88e numéro3. ☆ 2) En mars, parut, d'abord à Khanskaja Stavka (en kazah, Bukej Ordasy) puis, après le cinquième numéro, à Ural'sk, le journal Qazaqstan (jlLJIJlii), dont les éditeurs étaient Jalavsin et Bubrinin. Organe de l'intelligentsia panislamiste et révolutionnaire, Qazaqstan était dirigé par le Sultan Sahingirej Bukeev4, riche mécène passionné de 1. L’éditorial du n° 1 (janvier 1911) déclarait d’ailleurs que Aj-Qap publie­ rait des articles en langues kazahe, nogaj, russe et turque. La revue comptait des collaborateurs occasionnels turkmènes (n° 2 de février 1911). 2. On peut citer à ce sujet l'article « La colère des Kazahs » signé A. B. (probablement Ahmed B a jtursu n ), dénonçant avec une rare violence l'instal­ lation des paysans russes sur les terres kazahes. 3. La B.S.E., 2e éd., t. XXXVIII, p. 539 (1959), considère que Aj-Qap a joué dans l'histoire du peuple kazah « un rôle progressiste », en défendant les masses populaires, en préconisant la sédentarisation et « en démasquant les nationalistes bourgeois ». La présence de dirigeants « nationalistes bourgeois » futurs chefs d’Alai-Orda dans l'équipe rédactionnelle à?Aj-Qap rend cette der­ nière affirmation discutable. 4. Sultan S a h in g ir e j B u k e ev (1850-1921), prince èingizkhanide de la famille des Khans de la Horde de Bukej, avait reçu une excellente instruction (il parlait le français) et poursuivit ses études dans le Corps des Cadets d'Oren­ burg. Grand connaisseur de la littérature musulmane classique, il s'intéressait aussi au folklore et à la poésie populaire kazahe. On lui doit une chrestomatie de la langue kazahe qui contient des extraits des épopées nationales.

152

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

modernisme et par Kulmakov ; il comptait parmi ses rédacteurs de jeunes écrivains, dont Batyr Kheir-Niazov, Mohammed Kuras et Ömer Karasy1 qui y publiait ses études sur la littérature populaire kazahe et nogaj. La censure russe le fit saisir et suspendre après son 4e numéro et il ne réapparut qu'en 1913. Il ne compta en tout que 14 numéros, mais le journal n'en exerça pas moins une influence certaine sur la pensée politique et le développement culturel kazahs. ☆

En 1912, les intellectuels nationalistes se groupèrent en un cercle qui plus tard, en mars 1917, prendra le nom d*Ala$-Orda2. A partir du 2 février 1913, ce cercle eut son organe — le journal bihebdoma­ daire Qazaq (Jljlî), le plus im portant des périodiques kazahs, tan t par sa qualité que par son tirage : il atteignait dès le début 3 000 exem­ plaires et en 1914, son tirage fut même porté à 8 000 (tandis que celui d’Aj-Qap et de Qazaqstan ne dépassait pas quelques centaines). Le journal était publié à Orenburg à la typographie « Kerimov et Huseinov ». L'éditeur Mustafa Urazaev et le rédacteur en chef Ahmed Baj tursun étaient entourés d'une remarquable équipe d'écrivains et de poètes nationalistes kazahs, notamment Magzan Ëumabaev3, et les dirigeants du futur Ala$-Orda : ‘Ali KhanBukejkhanov4,5Mir-Jakub Dulatov6 ; H. Dosmuhammedov... 1. Ömer K a ra s y (KaraSev), 1872-1920, poète et folkloriste, est issu d’une famille pauvre de la Horde de Bukej. Ayant fait ses études dans une medresseh tatare et une école secondaire à Istanbul, il fut nommé mollah en 1900. Après 1905, il prit une part active au mouvement nationaliste. Devenu partisan des bolcheviks à la Révolution, il périt pendant la guerre civile. On lui doit de nombreuses poésies d'inspiration nationaliste et ğadide et deux importants recueils de récits épiques de l’époque féodale. 2. « A laf-Orda » : « la horde d’Alas » — ancêtre mythique du peuple kazah, « A la l » était aussi le cri de guerre (uran) des anciens Kazahs. 3. MagZan 2 umabaev, l’un des plus grands poètes de langue kazahe, naquit en 1894 dans le district désertique de Sasyk Göl. Il fit ses études dans une medresseh tatare, puis à l’École Normale d’Omsket, enfin, après 1918, à l’Institut de Littérature d’Art de Moscou. Ses premiers poèmes parurent en 1913 dans le journal Qazaq, puis furent édités en recueil à Ta§kent en 1923, sous le titre de Çulpan (Étoile du M atin). Avant 1914, Mag2an 2 umabaev rédigeait à Omsk un curieux journal manuscrit pour étudiants : Balapan (Poussin). 2 umabaev, porte-parole du nationalisme panturc, prit une part active à la vie politique kazahe. Il fut envoyé par AlaS-Orda pour siéger à l’Assemblée Constituante et fit partie du gouvernement d’Alal-Orda. Zeki V e lid i Togan, Bugünkü Türkili — Türkistan ve yakın Tarihi, op. cit., pp. 563-568, donne sa biographie détaillée. Sibirskaja Sovetskaja Enciklopedija, t. IV, pp. 203-204 qui lui consacre une assez longue notice, présente plusieurs exemples de son nationalisme panturc et de son hostilité à l’égard du régime soviétique. Il disparut vers 1937. 4. Il y signait du pseudonyme « Qyr-Balasy » des articles sur l'enseignement et la littérature populaire kazahe. 5. Mir-Jakub D ulatov (Dulat) (1885-1937), du clan de Madjar de la tribu des Argyn, né en 1885, instituteur diplômé de la medresseh tatare « Galiyeh » d’Ufa et de l’école russo-kazahe de Gaurgan, est l’idéologue du nationalisme

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

153

La ligne politique du Qazaq correspondait aux revendications d'un parti réformiste national : son souci principal était le relèvement culturel du peuple kazah ; son action sur le développement de la langue et de la littérature nationales fut capitale. Ainsi que l'écrivait Ahmed Bajtursun, dans l'éditorial du premier numéro du Qazaq : « ... Pendant des siècles, le peuple kirghiz [kazah] occupait son terri­ toire et vivait de sa vie propre ; mais maintenant un flot de colons étrangers inonde nos steppes. Quel sera notre avenir ? L'histoire nous enseigne que quand l'élément étranger se révèle culturellement plus fort que la population indigène, il ne manque pas d'absorber cette dernière. En revanche, si les deux éléments s'équilibrent sur le plan culturel, ils peuvent se développer chacun de leur côté jouissant des mêmes droits, préservant ainsi leurs caractères nationaux. La transformation de la vie économique des Kirghiz paraît désormais inévitable. Des paysans s'installent sur nos terres arables, des terrains sont réquisitionnés..., bref l'étranger pénètre dans notre sein. Le problème de l'existence même du peuple kirghiz se pose à nous dans toute son acuité. Pour préserver notre autonomie, nous devons lutter de toutes nos forces afin d'acquérir l'instruction et la culture. Nous devons, en premier lieu, développer notre littérature nationale. Nous ne devons jamais oublier que seul le peuple qui a su créer sa propre littérature dans sa langue nationale, a droit à une existence indépendante...

C'est pour cette raison que ce quotidien de quatre pages réservait une place de choix aux études très scientifiques d''A li Khan Bukejkhanov sur le folklore et d'Ahmed Bajtursun sur la langue et la littérature kazahes. D 'autre part les éditeurs du Qazaq renouant avec la tradition de Cokan Valikhanov et d'Ibraj Altynsaryn, se montraient les défen­ seurs d'une collaboration culturelle avec les Russes, estimant que l'exemple russe devait aider les Kazahs à accéder à la civilisation moderne. Qazaq était un organe gauchisant, modérément révolutionnaire, assez indifférent aux idées panislamiques et, tout en se gardant d'inci­ ter à la révolte contre l'adm inistration tsariste, s'opposait courageu­ sement à la politique de colonisation russe. Il donna toute la mesure de sa modération lors de la révolte des tribus kazahes-kirghizes en 1916, en se déclarant adversaire de la lutte armée contre le pouvoir russe, moins d'ailleurs par conviction profonde que par calcul réaliste. kazah. Il se rendit célèbre par ses poèmes Ujan Qazaq (Réveille-toi, Kazah) en 1906, et Azamat (Jeune brave), 1919, et son drame Bahtsyz Ğamal (La malheu­ reuse Cantal), 1909, dans lesquels il exprimait sa haine du tsarisme et sa foi en la renaissance du peuple kazah. Poète et publiciste fécond, Dulatov collabora à plusieurs périodiques kazahs : Qazaq, A q Èol, Birlik Tuuy, Aj-Qap... Il joua aussi un rôle politique de premier plan en tant qu'un des leaders d'Alaf-Orda. Rallié en 1919 au régime soviétique, Dulatov resta un nationaliste fervent. Il disparut vers 1937 dans une épuration. Sibirskaja Sovetskaja Enciklopedija, t. III, pp. 591-592 lui consacre une notice biographique. i. Cité par Mir-Jakub D u la to v , article cité dans Trudy Oblâestva Izuâenija Kirgizskogo Kraja, t. III, 1922, pp. 21-23.

154

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

Dans le numéro du 22 juin 1917, l’éditorial intitulé « Appel au peuple kirghiz », comportait les lignes suivantes : « L’ordre du tsar [la mobilisation des Kazahs dans les unités des travailleurs — cause immédiate de la révolte des tribus] doit être exécuté sans discussion. Servir le tsar, tel doit être notre devoir »'.

La prudence ne suffit pas à lui assurer une existence sans troubles : en 1913 et 1914, il fut saisi et suspendu à 26 reprises. Il put cependant durer jusqu’au-delà de la Révolution d’Octobre et ne disparut qu’en mars 1918 par suite d'une décision du Congrès régional des Soviets de Turgaj. ☆ Le règne de Qazaq sur l’opinion publique kazahe avait été pour ainsi dire sans partage pendant quatre ans, jusqu’à la révolution de février, mais dès la fin de 1913, deux courants d’opposition se profilaient dans l'ombre de sa puissance. Le premier venait du Sud, de Taşkent, où s’était constitué peu avant la guerre un groupement politique, ÜS Èuz (Les trois Hordes) qui exprimait les aspirations idéologiques des Kazahs méridionaux du Syr Darja, plus profondément pénétrés par l’Islam que leurs frères du Nord, donc orientés davantage vers l’Orient bukhariote, plus conser­ vateurs aussi. Ce parti était plus proche des masses que YAlaS-Orda bourgeois et intellectuel, très panislamique aussi et s’appuyait, dans ses débuts du moins, sur le clergé. Après 1914, le groupe ÜS Zuz gagna des partisans dans le Semireèie, à Turgaj et même dans le Kazahstan du Nord jusqu’à Omsk, répandant partout des idées de résistance armée au pouvoir russe. Son action ne fut certes pas étran­ gère à la révolte de 1916. Peu avant la révolution de février 1917, ce parti, sous l’influence de son leader Kölbaj Tugusov, adversaire de l’équipe rédactionnelle du Qazaq, glissa vers la gauche, se rapprocha progressivement des sociaux-démocrates russes accentuant encore cette tendance après février 1917. Un autre cornant plus faible, également hostile à la politique d’AlaS-Orda, était animé par divers groupuscules révolutionnaires, favorables à une coopération avec les socialistes russes. Au début leur action fut négligeable en raison de l’absence quasi-totale de conscience de classe chez les Kazahs. Les études récentes publiées en U.R.S.S. sur la presse révolution­ naire dans le Kazahstan prérévolutionnaire* révèlent qu’il n’y avait pas d’organes socialistes véritables, tant en russe qu’en kazah, mais seule1. Cité par Vosstanie i ç i 6 goda v Srednej Azii i Kazahstane (La révolte de en Asie Centrale et au Kazahstan). Recueil de documents, Moscou, Ac. des Sc., i960, p. 742, renvoi 337. 2. Im asev, « Rasprostranenie marksistskoj peôati » (La diffusion de la presse marxiste), Kommunist Kazahstana, Alma-Ata, 9, sept. 1957, p. 35. iç i6

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

ISS

ment quelques périodiques « socialisants », dont un en langue kazahe : Him Dalasy - La Steppe d’ISim) qui parut à Pétropavlovsk en septembre 1913. Ce journal, trihebdomadaire, bilingue (en tatar de Kazan et en kazah) était édité par le quotidien russe ISimskij Kraj qui paraissait en 1912 et 1913, sous la direction de S. K. Voronkov et fut suspendu par l’administration russe pour « avoir répandu des idées révolutionnaires ». Him Dalasy fut, lui aussi, sus­ pendu à la fin de 1913. Il faut signaler enfin l’hebdomadaire kazah AlaS (- J f—1. - La Nouvelle Vie) de Kasgar, publié par un intellectuel de formation istanbulliote, Sauki bey. Avant cette date, seuls y paraissaient des journaux en langue chinoise. Or, dès avant 1905, le Terğüman de Bahèisaraj commençait à péné­ trer dans cette région, suivi, après 1906-1908, par les périodiques d’Orenburg, Vaqt et Sura. Ces trois journaux dont l’entrée était offi­ ciellement interdite par les autorités chinoises, étaient introduits par des colporteurs, surtout dans la partie septentrionale du Turkestan Oriental : Kulğa, Kaégar, Coguèak... où une organisation nationale secrète se chargeait de les transm ettre de la main à la main. Grâce à leur langue « panturque », ils pouvaient être lus et compris par les intellectuels et même les milieux populaires sachant lire et écrire. Ceci était vrai aussi du Terğiiman, justifiant ainsi le vœu de son fondateur qui voulait que son journal puisse être lu « par le batelier du Bosphore et par le caravanier de Kaâgar ». L’influence que ces organes — les meilleurs journaux musulmans de Russie — exercèrent sur le mouvement national du Turkestan Orien­ tal fut énorme. C'est dans ces journaux que la jeunesse puisait des arguments et des idées pour la lutte qu’elle menait contre la domina­ tion chinoise. Il convient donc de noter l’importance considérable de Bahcisaraj et des centres tatars de la Volga-Ural sur l’éveil du sentiment panturc chez les musulmans de Chine. Tandis que leurs journaux pénétraient au Turkestan Oriental, la Turquie ottomane restait éloignée et les périodiques d’Istanbul ne parvenaient pas au Sinkiang. On peut citer une seule exception avant 1914 : une medresseh, fondée à Khotan par un hoğa turc de Konya, Ismail Hakkı, recevait irrégulièrement quelques journaux d’Istanbul.

furent repoussées par le Gouverneur général ; elles visaient les organes suivants : Came’ al-Akhbar (jL»-YI - La Réunion des Nouvelles) à Kokand ; Jefti Samarqand ( J C . J - Le Nouveau Samarkand) de Behbudi à Samar­ kand et Al-Tuzzar al-Namangan - Le Commerçant de Namangan) de Ishak Qazi à Namangan. i. D'après le Dr. Mehmed Emin Buğra, Ankara, juillet 1961.

172

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

G. J O U R N A U X D I V E R S

i . J ournaux

e n l a n g u e r u s s e p u b l ié s pa r l e s m u sulm ans

Des musulmans russes publièrent à l’étranger ou hors des territoires proprement musulmans de l'Empire des périodiques en langue russe. Le premier fut une revue « scientifique, littéraire, sociale et poli­ tique populaire » publiée à Villemomble, près de Paris, par un Cau­ casien, Mohammed beg HağetlaSe, en langue russe, son titre seul, Moussoulmanine, était imprimé en français, suivi d’un sous-titre en caractères arabes : Cette revue de 40 à 60 pages, paraissait tous les quinze jours et se présentait « avec une jolie couverture, à l’image des périodiques parisiens ». Le premier numéro sortit le 15 juillet 1908 et le dernier parut le 10 novembre 1911. De tendance panislamique et moderniste, fortement influencée par les idées radicales de Gemaleddin al-Afghani, Moussoulmanine s’intéressait à l’ensemble du monde musulman. On y trouvait des articles sur la Turquie, l'Iran, le Maroc, la Tunisie, etc. Bien faite et intéressante, la revue constitue, encore aujourd’hui, une excellente source pour l’étude des mouvements nationaux chez les peuples musulmans à la veille de la première guerre mondiale. Ses collaborateurs étaient surtout des Caucasiens du Nord et des Tatars peu connus, ou signant de pseudonymes : « Aqsaqal Mirza », « Àâq Olsun », « Ingus », « Tatarin », « Hasan d’Orenburg »... Parmi les publicistes de renom, on y remarquait la signature du menchevik caucasien Ahmed bey Calikov, d'Aslan Girej Datiev, de l'historien ğadid tatar Hadi Atlasy et de son compatriote le poète Serif Sunéalej. La revue avait quelque audience en Russie, bien que son entrée y fût officiellement interdite. De retour en Russie, le propriétaire du Moussoulmanine publia, à partir du 3 avril 1911 à Saint-Pétersbourg (typographie « Sila »), en collaboration avec son compatriote Aslan Girej Datiev (rédacteur responsable), l’hebdomadaire V Mire Musul’manstva (Bt> M ipi MycyjvBMaHCTBa - Dans le Monde Musulman). Ce journal politique, littéraire et scientifique, assez remarquable par sa présentation, suivait avec plus de modération la ligne politique de son prédécesseur. Il s’intéressait à l’ensemble du monde musulman et possédait un réseau de correspondants : Istanbul, Le Caire, Téhé-

L'ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

173

ran, Calcutta, Bombay, Fez, Kaboul, Alger... L 'attitude panislamique de ce journal lui valut d’être suspendu le 20 avril 1912 après son 44e numéro. Le 28 février 1912, le Daghestanais (Lak) Said ‘Abiev (Gabiev) fit paraître à Saint-Pétersbourg une revue mensuelle, politique et littéraire : Zarja Dagestana (3 apa /(arecraHa - L ’Aurore du Daghestan), destinée à la colonie caucasienne — et plus particulièrement daghestanaise — de la capitale. En supplément, cette revue offrait à ses abonnés des recueils de poèmes et de contes, tels Saz Saida et Novdly Dagestana. Devenue hebdomadaire en 1913, elle dura jusqu’au 8 août de la même année. Elle était de tendance « gauchisante » (‘Abiev rejoindra, après Octobre 1917, les rangs du P arti communiste)1. En octobre 1912, Seid ‘Abiev, secondé par le Tatar Ismail Sagiahmedov, publia à Saint-Pétersbourg un autre périodique, Musul’manskaja Gazeta (MycyAbManacaH rasera), hebdomadaire de langue russe, dont une partie était rédigée en tatar de Kazan. Organe panislamique modéré, ce journal dont le premier numéro fut pourtant confisqué par la censure®, dura jusqu'en juin 1914. Comme la Zarja Dagestana, ce journal s’adressait surtout à la colonie daghestanaise de la capitale.

2. J o u r n a u x p u b l ié s a l 'étr a n g e r PAR LES MUSULMANS RUSSES

Le durcissement de la politique antiminoritaire à partir de 1908 en Russie contraignit plusieurs journalistes et politiciens d’orienta­ tion turque à émigrer, principalement à Istanbul où ils formèrent bientôt une importante colonie. Plusieurs d’entre eux, tels les Cauca­ siens Aga oğlu et Husein Zade, ou le T atar Jusuf Akcura, brillants représentants de l’intelligentsia musulmane de leur époque tinrent encore dans leur patrie d’adoption un rôle intellectuel et politique de premier plan. En dehors du Moussoulmanine de Paris, on trouvait des périodiques qu'ils publiaient dans quatre pays. a) Turquie. Nombre de journaux de langue turque furent publiés à Istanbul par les soins de ces émigrés notoires ou avec leur participation directe. 1. Cette revue était rédigée en russe, mais comportait, selon l’annuaire Gazetnyj M ir de 1913, p. 447, des articles en langue lake. 2. Pendant la Guerre Balkanique, le journal publia des articles favorables à la Turquie, ce qui valut à leur auteur, Aytek Namitok, d’être condamné à deux ans de forteresse.

174

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

En écrire la chronique n'est pas ici notre propos, car ils appartiennent à l'histoire de la presse de Turquie. Aussi nous contenterons-nous d'en citer les principaux : — Islam Dünjasy ( ^ l o - Le Monde de VIslam), revue d'Istanbul (typographie « Istiqbal »). 24 numéros parurent en 1911 et une trentaine en 1912. Nous ne savons pas si ce périodique paraissait encore en 1913. L'éditeur était Abdurrasid kadi Ibragimov et le rédac­ teur en chef Osman Ğudi. Parmi les collaborateurs de la revue, on remarquait Musa Ğarullah Bigi. — Islam Meğmu'asy - La Revue de VIslam), revue bimensuelle d’Istanbul (typographie « Dar-i Saadet »). Lancée en janvier 1911, cette revue semble avoir paru avec une périodicité irrégulière jusqu'en été 1917. Organe littéraire et religieux, Islam Meğmu'asy portait en exergue le slogan : « Dinli bir hayat — hayatly bir din » (« Une vie inspirée par la religion — une religion vivante »). Le directeur-éditeur en était Halim Sabit et parmi les collabora­ teurs réguliers, on remarquait les meilleurs représentants du mouve­ ment réformiste de Russie : Rizaeddin kadi Fahreddin, Musa Ğarullah Bigi, Fatyh Amirhan et de Turquie, par exemple. Ziya Gök Alp. Islam Meğmu'asy s'intéressait de près à la situation des musulmans de Russie (surtout à celle des Tatars) et reproduisait parfois des articles des journaux ğadids de Kazan. — Khalqa Doğru (j - Vers le Peuple), hebdomadaire d'Istanbul. Le premier numéro fut publié le 11 avril 1329 (1911). Cette revue était éditée par le Türk Yurdu , et le rédacteur en chef était Ğelal Sahir. Parmi les collaborateurs, on relève les noms de Jusuf Akéura, Ahmed Aga oğlu, ‘Ali Husein Zade et des écrivains turcs, tels Fuad Köprülü, Ziya Gök Alp, Mehmed Emin, etc., c'està-dire les protagonistes du mouvement panturc en Russie et en Turquie. Ce périodique existait encore en été 1914. — Mizan (jtjju - La Balance), quotidien, qui parut à Istanbul entre le 17 juillet et le 27 septembre 1908. Les articles du journal ne portaient généralement pas de signatures, mais, comme celle des autres organes publiés en Turquie par des musulmans russes, leur inspiration était panturque. — Ta'aref~i Müslimin (jj-JLj* cijUï - Les Bonnes Relations entre Musulmans ), hebdomadaire politique, historique et littéraire d’Istanbul consacré au monde musulman et plus spécialement à l'Islam russe. Le premier numéro de cette intéressante revue parut le 2 avril 1908 et le 32e et dernier, le 19 janvier 1909. Ahmed Tağeddin(ov), un Tatar de Troick, et Jakub Kemal en étaient les éditeurs

175

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

et Osman Ğudi le rédacteur en chef, mais la revue était pratiquement faite par ‘Abdurrasid kadi Ibragimov. — Türk Sözü à j ÿ - La Voix turque), hebdomadaire poli­ tique et littéraire, édité par Türk Yurdu, à Istanbul, à la typographie de « Tanin », portant en exergue ce programme-slogan : « Khalqa doğru gitmek, khalq ilin lalylmaq » (Aller vers le peuple, travailler pour le peuple). Le directeur en était Ğelal Sahir (rédacteur en chef de Khalqa Doğru) et le rédacteur en chef Ömer Sejfuddin ; Ziya Gök Alp, le théoricien du panturquisme, figurait parmi lesrédac-

ißjhS ) Jf : *MJ*' Ü y : JjA.1

J

«Afcé jeXj «vu. a

\ i•

4>.JJ

T İ A W

ty tîjlï

i

^LTj JI\ • jj*\j «

F ig . 37. — Ta*aref-i Müslimin, d'Istanbul.

teurs réguliers. La tendance de la revue rappelait celles d'Islam Megtnu'asy, Khalqa Doğru et Türk Yurdu ; on y trouvait de nom­ breux articles sur la situation de l'Islam en Russie et même des traductions des meilleurs périodiques tatars et criméens, notamment du Terğüman. Le premier numéro parut le 12 avril 1330 (1912). La revue parais­ sait encore en août 1914. — Türk Yurdu (& j y m ib y - La Pairie turque), l'une des plus célèbres revues politiques turques, publiée à Istanbul par des Turcs et des émigrés de Russie, dont Jusuf Akcura, Ahmed bey Aga oğlu, 'Abdurrasid kadi Ibragimov et Galimgan Idrisi (Tatar de Sibérie). Le premier numéro parut fin 1911. La revue devait survivre à la première guerre mondiale1. i. La revue était rédigée par des musulmans de Russie et par des Turcs, mais son esprit panturc était inspiré par les premiers. Les historiens soviétiques

176

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

D’autres périodiques furent publiés à Istanbul par le même groupe d’émigrés, tels Ta'avun -i Islam ÔjU - La Coopé­ ration Islamique) et ‘Alem-i Islam l’Islam).

jjlc- - Le Monde de

b) Allemagne. Pendant la première guerre mondiale, en 1916, sous la direc­ tion de l’infatigable 'Abdurrasid kadi Ibrahimov et de Galimğan Idrisi, réfugiés eux-mêmes à Berlin, un groupe d’émigrés tatars publia à l’adresse des musulmans russes, prisonniers de guerre en Allemagne, un journal bimensuel, Cihad-i Islam ((«%-! - La Guerre Sainte de l’Islam). Ce journal semble avoir été rédigé en tatar de Kazan. c) Chine. En juillet 1910, un groupe formé de commerçants tatars installés en Chine1 et de musulmans chinois publia un journal lithographié sur papier bible, en langues tatare et chinoise dont le nom chinois était. Ping Hwa-Cu et le tatar, Ile Vilajetinin Gazeti xUL^Vj d>_). Ce curieux journal édité par Ping Tung-Lin et 'Abdulqajjum Hafizi disparut en 1911 après la publication de 74 numéros.

d) Égypte. Au cours du séjour qu'il fit en Égypte pour préparer le Congrès Islamique, Ismail bey Gasprinsky fit paraître en 1908, au d'aujourd’hui, tout en reconnaissant qu'elle comportait « des motifs progres­ sistes », la présentent comme purement turque et minimisent le rôle pourtant prédominant des Tatars et des Azeris au sein de la revue. Voir à ce sujet les deux études récentes de E. Ju. G asanova , « Progressivnye motivy v 2umale Tjurk Jurdu » (Les motifs progressistes dans la revue Türk Yurdu), Jzvestija Akademii Nauk Azerbajğanskoj S.S.S.R., série des sciences sociales, n° 3, 1961, pp. 149162, en russe avec un résumé en azéri, p. 162 ; et « K istorii 2umala Tjurk Jurdu » (A propos de l'histoire de la revue Türk Yurdu), même revue, n° 6, 1959, pp. 127 et suivantes. i. R am iev , op. cit., p. 226, indique comme lieu de publication de ce journal Jana-Kure

?

L’ESSOR DE LA PRESSE NATIONALE

*77

Caire, un journal en langue arabe, ALNahda - La Renais­ sance). Tiré sur quatre pages abondamment illustrées, ce journal destiné à propager l’idée de l’unité du monde musulman, eut seu­ lement trois numéros, respectivement publiés, le 28 février, le 3 et le 6 mars1. i. L’unique collection de ce curieux périodique se trouve au Dar uî-Kuiub, section des périodiques, La Citadelle du Caire, Égypte.

Fig. 38. — Vignette d’Al-Islah, de Taèkent.

12

Chapitre IV

L’ÈRE DE LA PRESSE POLITIQUE Février 1917 - Décembre 1920

Le renversement de la Monarchie en février 1917 introduisit un nouveau chapitre dans l'histoire de la presse musulmane. Aux côtés des périodiques anciens — peu nombreux d'ailleurs — qui survivaient, apparurent, à partir de mars-avril 1917, de nouveaux organes, se diffé­ renciant de leurs prédécesseurs par une présentation plus sommaire et plus fruste et par un contenu plus «politisé ». En effet, le mouvement national des peuples musulmans jusqu'alors assez monolithique va s’engager dans plusieurs cornants qui bientôt deviendront rivaux. Des groupes politiques se forment, les uns nationalistes-libéraux, d’autres socialistes et chacun aura ses organes de presse. La répartition linguistique et géographique ne subit pas de grands changements, la presse tatare de la Volga tenant toujours la première place, mais des essais sont tentés en vue de créer une presse kumyke, lake, abhaze... La Révolution d’Octobre ne fut pas suivie d'un bouleversement immédiat dans le domaine de la presse musulmane. Les périodiques nationalistes modérés, voire antibolcheviks, de même que les organes religieux continuèrent de paraître. C’est le déclenchement de la guerre civile qui, au printemps 1918, vint tout modifier. La quasi-totalité des anciens organes disparut alors dans la tourmente et de nouveaux prirent leur place ; leur contenu correspondait aux impératifs politiques des organismes qui les publiaient : Commissariats Musulmans, unités Musulmanes de l’Armée Rouge, Parti Communiste, Soviets, Organisa­ tions contre-révolutionnaires. Armées « Blanches »... Les périodiques publiés pendant la guerre civile étaient entière­ ment « engagés » dans le combat pour ou contre la Révolution et la propagande-agitation avec ses appels enflammés à la lutte et ses exposés doctrinaux y tenait une place de choix. Inférieure en qualité, mais plus nombreuse que sa devancière, cette presse cherchait à atteindre les couches les plus étendues de la popu­ lation tan t par une diffusion plus large que par une langue plus proche des parlers populaires. Le tatar de Kazan — langue officielle des orga­ nisations communistes musulmanes (Commissariat Central Musulman, par exemple) et des unités musulmanes de l’Armée Rouge — jouit.

ı8o

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

pendant cette période, d’une suprématie incontestée ; il se présente comme une véritable lingua franca panmusulmane. Au total, entre février 1917 et la fin de 1920, on vit paraître 256 périodiques, dont 139 en tatar de Kazan (contre 63 titres seulement entre 1902 et la fin de 1916), répartis entre 53 villes et bourgades tandis qu’avant la révolution de février, 32 villes seulement possédaient des journaux musulmans. C’est en 1920, avec la victoire définitive du régime soviétique, que prend fin cette phase «révolutionnaire » de l’histoire de la presse musul­ mane et que s'ouvre une page nouvelle, celle de la presse soviétique.

Fig. 39. — Les conservateurs s’efforçant d’arrêter la locomotive de la réforme (Usul-i ğadid).Caricature de Molla Nasreddin, n° 2 de 1909.

L’ÈRE DE LA PRESSE POLITIQUE

l8l

A . — LA P R E S S E T A T A R E

i. L e s p é r io d iq u e s d e l 'é po q u e d u « G o u v e r n e m e n t P ro visoire » (fé v r ie r - octobre 1917)

Les positions politiques de l'intelligentsia tatare subirent un pro­ fond bouleversement à la suite de la révolution de février. Le «centre » modéré, formé des membres de l’ancien Ittifaq al-MusUmin, allié autrefois aux K.D., perdit toute son influence en raison surtout de l'incapacité de ses dirigeants à obtenir satisfaction de la Duma, pour ses revendications nationales, pourtant limitées. En outre la politique des K.D. russes en faveur de la poursuite de la guerre « jusqu’à sa fin victorieuse », autrement dit jusqu’à la conquête de Constantinople, leur aliéna définitivement la bourgeoisie musulmane. La droite cléricale et traditionaliste disparut à son tour, et avec elle presque tous les journaux qui la soutenaient. L’opinion publique très rapidement s’infléchit vers la « gauche » et, comme l’écrit Dimanstein, « même les cléricaux endurcis et les réactionnaires se transfor­ maient en socialistes exigeant le transfert des terres au peuple labo­ rieux j)1. Mais le glissement vers le socialisme n'entraînait pas encore l’acceptation de l’idéologie marxiste par la société tatare. En réalité si les libéraux se « gauchisaient », des socialistes de diverses tendances, mencheviks et surtout socialistes-révolutionnaires, pensant « natio­ nal », se rapprochaient d’eux. Seuls faisaient bande à part les rares bolcheviks tatars et ceux des socialistes qui, n’étant pas encore des marxistes convaincus, suivaient leur programme, sans cependant refuser de façon catégorique — contrairement à ce que prétendent aujourd’hui certains historiens — leur concours au mouvement natio­ nal musulman. Plus que jamais décidée à prendre la direction de l'ensemble du monde musulman de Russie, l’intelligentsia progressiste tatare imprima un caractère panmusulman au mouvement national, devenu très actif après février 1917. Cependant, il s’en faut de beaucoup que l’unité de pensée ait régné au sein de ce « socialisme national ». Des diver­ gences très nettes se faisaient sentir, à la fois sociales, opposant les modérés aux socialistes, et politiques, entre les partisans du principe de l’autonomie nationale culturelle extra-territoriale des allogènes au i. Revoljucia i Nacional’nyj Vopros, op. cit., t. III, Moscou, 1930, p. 288.

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

i 82

sein d’un É tat Unifié — (objectif traditionnel de la bourgeoisie commerçante tatare) ou türkcüler (« turquistes »), défenseurs de l’idéal panturc cher à Ismail bey Gasprinski et aux anciens ğadids — et les partisans de l’autonomie territoriale des régions musulmanes de Russie dans un É tat Fédéral — appelés encore tupraqâylar (« fédé­ ralistes»), représentant les aspirations de la jeune bourgeoisie indus­ trielle et aussi celles de certains socialistes plus proches des sociauxdémocrates. Peu sensibles au début, ces divergences ne firent que croître à l’approche des journées d'Octobre et c’est à travers elles que se devinait déjà la future scission de la société tatare : d'un côté, les nationalistes de toutes tendances, des conservateurs aux socialistes révolution­ naires, hostiles au régime des Soviets et d'un autre côté, les partisans du nouveau régime qui, avec les bolcheviks et les S.R. de gauche comptaient une majorité de nationalistes venus au communisme non par conviction doctrinale, mais par calcul national. La rupture ne fut définitive qu’après le deuxième Congrès Militaire Musulman de Kazan en janvier-février 1918 et l'aventure de la « République de TransBulak » en mars 1918. Du mois de février à la fin de l'année 1917, 33 nouveaux périodiques tatars virent le jour, dont 8 à Kazan, 8 à Orenburg, 4 à Ufa, 4 à Astrahan et un respectivement à Pétrograd, Moscou, Troick, Ural'sk, Menzelinsk, Semipalatinsk, Simbirsk, Saratov et Pskov. Ces pério­ diques reflétaient toutes les opinions qui,en ces jours de fièvre intense, avaient cours dans la société tatare, opinions encore flottantes bien que toujours exprimées avec passion. Aussi la tendance de chaque journal est-elle bien difficile à définir avec exactitude. Ramiev1 a tenté de les répartir en quatre groupes principaux : i° 2° 30 40

Les Les Les Les

organes organes organes organes

« musulmans » (religieux) ; « nationalistes » ; « révolutionnaires » ; « socialistes ».

Une telle division risque toutefois de donner une image assez erronée de la presse tatare de cette époque. La plupart des journaux, en réalité, étaient à la fois « nationalistes », « musulmans » et « révolu­ tionnaires », voire « socialistes ». Même ceux que Ramiev classait parmi les « socialistes », notamment le plus « à gauche » de tous, le Qyzyl Bajraq de Kazan, restaient « nationalistes ». Aucun d’eux ne suivait encore fidèlement la ligne du parti bolchevik, car, jusqu’en 1918, aucune organisation socialiste tatare ne se montra plus « orthodoxe » que le Comité Socialiste Musulman de Kazan qui, malgré son pathos révolutionnaire, se tenait encore plus proche du nationalisme que du marxisme. i. Vaqytly Tatar Matbugaty..., op. cit., p. 80.

L’ÈRE DE LA PRESSE POLITIQUE

2e Congrès Musulman — Congrès Religieux — Congrès Militaire

183

184

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

a) Les publications des groupements nationalistes. L’avènement du Gouvernement Provisoire fut salué dans toutes les régions de l’Empire Russe comme le début d’une ère de libéra­ lisme national et les leaders nationalistes cherchèrent à donner à leur communauté une organisation politique, premier pas vers l'autonomie. L’effort fut tenté simultanément à Pétrograd et à Kazan. a) Les organes des comités musulmans. A Kazan, les dirigeants nationalistes alliés aux socialistes de droite (S.R. et mencheviks) formèrent, le 7 (20) mars 1917, le Comité Musulman de Kazan dont le modèle fut repris par les différents orga­ nismes qui firent leur apparition dans les principales villes musulmanes de la Russie Orientale. Ces comités musulmans composés d’éléments disparates aux idées politiques encore instables, firent paraître au printemps 1917 plusieurs journaux qui venaient s’ajouter aux douze périodiques ayant survécu à la révolution de février1. Si le ton général de ces nouveaux organes était passionnément nationaliste, certains restaient modérés, d’autres se teintaient de socialisme. Le premier en date fut Hür Millet (cX» j>- - La Nation Libre), journal bihebdomadaire, publié à partir du 17 mars 1917 à Troick à la typographie « Energija » par le Comité Musulman de la ville, composé de bourgeois nationalistes et de mollahs ğadids. D’un caractère religieux assez marqué, ce journal dont le rédacteur en chef était Ahmed Tağeddinov, lu ttait principalement contre les sociaux-démo­ crates qui « prétendaient susciter dans la société tatare une rivalité de classe ». Il fut suivi, en avril 1917, par l’organe du Comité Musulman du « gouvernement » d’Ural'sk, Khäbärler {J jf~ - Les Nouvelles) publié à Ural’sk, dont l’éditeur-rédacteur en chef était ‘Ali Abubekir. Le mot d’ordre « lutte pour l’autonomie nationale culturelle des Turcs Tatars de Russie » était lancé dès le premier éditorial. H uit numéros seulement furent publiés, d’ailleurs à intervalles irréguliers, le dernier en décem­ bre 1917. _ Ce même mois d’avril parut à Astrahan Azat Khalyq (Jjl®- il jl Le peuple libre), édité par Habibullah Ömer Zade pour le compte du Comité Musulman du « gouvernement » d’Astrahan. Bien que le ton i. Ces périodiques comprenaient quatre journaux : Joidyz, Vaqt, Tormyë, Qojai, et huit revues : Din ve MagiSat, Sura, J ait-Jult, Aqmolla, An, Süjüm-Bike, Qarmaq, Maglumat-i Makkeme-i Sari'ye-i Orenburgije.

L'ÈRE DE LA PRESSE POLITIQUE

185

farouchement révolutionnaire fût affirmé dès l'exergue : « Vive la République Populaire, vive l'Internationale des camarades », Azat Khalyq était un organe nationaliste et non socialiste. ß) Les organes du Milli Sura. Pendant ce temps, à Pétrograd, les députés musulmans de la dernière Duma tenaient les 15-17 mars 1917 une conférence à Tissue de laquelle fut fondé le « Bureau Central Provisoire des Musulmans de Russie» (Vremennoe Central*noe Bjuro Rossijskih Musul*man) pré­ sidé par le menchevik caucasien Ahmed bey Calikov, qui avait pour mission essentielle de préparer la convocation d'un grand Congrès musulman. A partir d'avril 1917, ce Bureau assura la publication d'un hebdomadaire d'annonces officielles en langue russe sans tendance politique très marquée : Izvestija Vremennogo CentraVnogo Bjuro Rossijskih MusuVman (H3b4 ctİh BpeMeHHoro D^eHTpaABHoro Eiopo PocciftcKHXb MycyABMam»). Calikov fut le rédacteur en chef de ce journal tiré à Pétrograd par la typographie « Trudoljubie ».

Grâce aux efforts du Bureau Central provisoire, fut réuni à Moscou, le Ier mai 1917, le premier Congrès panrusse des Musulmans auquel prirent part plus de 900 délégués, nombre correspondant à une repré­ sentation proportionnelle de tous les peuples musulmans de Russie. Ce Congrès offrait pour la première fois aux Tatars de la Volga parti­ sans du principe de l'autonomie extra-territoriale, l'occasion la plus favorable d'imposer à tous leurs coreligionnaires une organisation politique unique, mais le principe fédéraliste de l'autonomie territo­ riale1, prôné par les délégués caucasiens et turkestanais, l'em porta et ce fut pour les Tatars un semi-échec. Néanmoins fut créée une orga­ nisation centrale, en principe panmusulmane, mais en réalité dominée par les Tatars : le « Conseil National Central Musulman » (Rusije Müsülmanlarynyh Surasy, ou plus simplement M illi Sura), composé de 25 membres, siégeant à Moscou sous la présidence d'Ahmed bey Calikov et représenté à Pétrograd par son Comité Exécutif ( Ispolnitel*nyj Musul*manskij Komitet ou I.K .O .M .U .S .) sous la direction du socialiste-révolutionnaire kazanais 'Ajaz Ishaki. Dans la plupart des villes musulmanes de la Volga et de l'Ural, M illi Sura tenait des filiales, fondées généralement sur la même base que les anciens Comités Musulmans et dominées par des socialistes-révolutionnaires de droite et des mencheviks. ☆

Le M illi Sura Central de Moscou et certaines de ses filiales provin­ ciales publièrent des organes de presse. Tous, de tendance nationaliste i. Pour plus de détails voir notre travail Le « Sultangaliévisme » au Tatarstan, op. c i t pp. 63-69.

ı86

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

assez modérée, militaient en faveur de l’autonomie nationale culturelle et polémiquaient avec les organes d’inspiration bolchevique. Le plus im portant fut l'organe officiel du Milli Sura Central de Moscou, le II (J,,| _ Le pays) imprimé à la typographie « Sarq », avatar de l'ancien II prérévolutionnaire1 qui réapparut dès le 25 mars 1917. Cet hebdomadaire rédigé par une équipe de socialistes-révolution­ naires, autrefois membres du groupe Tan, que dirigeait ‘Ajaz Ishaki, donnait le ton à toute la presse nationaliste de Russie. Devenu très antisoviétique après octobre 1917, Il fut interdit le 2 avril 1918 par décision du Commissariat Central Musulman après son 137e numéro. ☆

A Kazan, le Milli Sura local fit paraître, le 2 juin 1917, le journal Qurultaj (tÿlÜjjy - L ’Assemblée) qui rapidement l'em porta en renom­ mée et en qualité sur tous les autres journaux nationalistes tatars. Comme II, Qurultaj se trouvait aux mains des anciens Tanâylar*, défenseurs du principe de l’autonomie culturelle extra-territoriale. Le rédacteur en chef en était l’avocat Mahmud Fuad Tuktar, ancien député socialiste-révolutionnaire à la Duma et compagnon de ‘Ajaz Ishaki, assisté d"Abdullah B attal, secrétaire de rédaction. Le Comité de rédaction responsable de la politique du journal comprenait, outre Tuktar et B attal, les historiens Ğemaleddin Validov3 et ‘Aziz Gubajdullin — qui, après 1918, accepteront le nouveau régime tout en res­ tan t fidèles à l’idéal du ğadidisme, l'étudiant en médecine ‘Izeddin Sejfülmülükov et le pédagogue Neğib Halfin. Parmi les collaborateurs réguliers du journal figuraient des intellectuels connus, tels le mudarris Färhi Ahmed, Sejhullah Alkin... La position d'hostilité envers le régime soviétique adoptée par Qurultaj, après février 1918, lui valut d’être interdit dès le mois de mars 1918 par le Commissariat Musulman de Kazan. En avril, ses rédacteurs obtinrent des autorités soviétiques l'autorisation de faire paraître un nouveau journal, à condition que Fuad Tuktar ne fasse plus partie de la direction : Altaj I ), dont ‘Abdullah B attal assuma la rédaction, parut en avril 1918. Il fut interdit après son 13e numéro et B attal arrêté pour « nationalisme bourgeois ». Lors de l’occupation de Kazan par les légionnaires tchèques. 1. Voir supra, p. 95. 2. Voir supra, p. 85. 3. Ğemaleddin Validi (Validov), ancien mudarris de la medresseh réformée Huseiniyeh d'Orenburg, historien ğadid connu pour ses opinions panturques (cf. son article célèbre : « Notre nation et notre peuple » dans le n° 1, 1912 du Sura), collabora avant la Révolution à Vaqt et Sura. A. B attal T aymas lui consacre une brève notice biographique dans la monographie Rizaeddin Fahreddin oğlu, Istanbul, 1958, pp. 45-46.

L’ÈRE DE LA PRESSE POLITIQUE

187

Quruttaj réapparut pendant un mois sous la double direction de ‘A. B attal et de Ğ. Validov. Au nombre des autres organes provinciaux les plus im portants du Mitti Bura figuraient : ☆

— TetüSi UjuSmasy ^ y - L ’Entente de TetüSi), organe démocrate et national édité par le Conseil Musulman du canton de TetüSi, publié à partir de mai 1917. — Orenburg Mukhbire ( < £ Le Messager d’Orenburg), hebdomadaire, édité en juillet 1917 par le Mitti Bura provincial d’Orenburg, dont Burhan Şeref était le rédacteur en chef. — Ğümhürijet (CJjy*■*»• - La République), hebdomadaire de Simbirsk, édité à partir du 14 septembre 1917, d’abord par Ibrahim Bikqulov, puis par 'Abdurrauf Şehidi. Exprimant les opinions de la fraction la plus modérée et la plus conservatrice de la bourgeoisie tatare, Gümhürijet se tenait nettem ent plus à droite que II et Quruttaj. Enfin Saraj (^1j*>-Le Palais), hebdomadaire d'A strahan, édité en décembre 1917 par Neğib Asri Mevleberdiev, l’ancien rédacteur en chef de Burhan-i Taraqqi et Fatyh Sinasi, qui, après février 1918, prit lui aussi une position antisoviétique et fut fermé par ordre du Commissariat Musulman d’Astrahan. Au cours de l'été 1917 s’amorça un nouveau tournant de l’histoire du mouvement national musulman. Déçus par le Gouvernement Pro­ visoire, constatant que les K.D. et les S.R. russes reprenaient à l’égard des populations allogènes l’ancienne politique tsariste et persuadés de l’impossibihté d’une coopération fructueuse avec un régime déli­ quescent, les dirigeants musulmans réunirent, en juillet 1917, à Kazan, trois Congrès Musulmans — un Congrès religieux, un Congrès militaire et le deuxième Congrès des musulmans de Russie — qui, plus nette­ ment encore que cdui du I er mai, furent menés par les Tatars, en l’absence des Azeris, et rassemblèrent toutes les tendances, de la droite conservatrice à l’extrême-gauche, représentée là par le Comité Socia­ liste de Kazan. Dans ces Congrès que dominaient les socialistes, fut proclamée à l’unanimité — ce qui ne s’était pas produit au Congrès de mai — l’autonomie nationale culturelle des Musulmans de la Russie intérieure et de la Sibérie avec tentative d’étayer cette autonomie sur une organisation politique et militaire solide. y) Les organes du Milli idare et du Millet Meğlisi. La décision la plus importante prise au ze Congrès Musulman fut la constitution, dès juillet 1917, de la « Direction Nationale des Musul-

ı 88

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

mans de la Russie Intérieure et de la Sibérie » (Iik i Rusije hâm Sibirija Müsülmanlarynyn Milli idaresi ou plus simplement Milli idare), dont le siège fut fixé à Ufa et la présidence confiée à Sadri Maksudi, ancien député libéral (K.D.) de la Duma. Au Milli idare fut adjoint un collège, se tenant à Kazan, chargé de la promotion de l’autonomie nationale culturelle. C'est ce collège qui assura la convocation de l'Assemblée Nationale Musulmane (MiUet Meğlisi) qui se réunit effectivement à Ufa du 20 novembre 1917 au début de janvier 1918. Outre une majorité de modérés et de socialistes de droite « unitaristes » (türktüler), partisans de l'autonomie extraterritoriale, l’Assemblée compta une im portante fraction de S. R. de gauche « territorialistes » (tupraqlylar), partisans de l’autonomie territoriale d’Idel-Ural, qui allaient, après Octobre, se rapprocher du régime soviétique. Ces divers groupes et organismes publièrent quelques périodiques offrant ainsi aux dirigeants la possibilité de faire connaître leurs idées politiques. Ainsi le Milli idare eut, à partir d’octobre 1917, un organe officiel, l’hebdomadaire Mukhtarijet (ojU-s** - L'Autonomie) de tendance libérale et unitariste, publié à Ufa par Mubarraq Sah Hanafi. Ce journal qui réservait une grande place aux annonces officielles de la « Direction Nationale », partagea son infortune, disparaissant en même temps qu’elle, le 12 avril 1918. Après octobre 1917, les « territorialistes » de la Millet Meğlisi publièrent aussi plusieurs périodiques, généralement favorables à la Révolution. Il en fut ainsi de Mukhtarijet (o jt-s* * - L'Autonomie), bihebdomadaire de Saratov, de tendance à la fois socialiste et natio­ naliste, et surtout de Idel-Ural Ülkesi J ljjl Jj»_I - Le Territoire de la Volga-Ural), publié le 2 mars 1918 à Kazan, à la typo­ graphie « Umid » par 'Iftaheddin Gabidullin. L'orientation de ce journal restait assez imprécise, oscillant selon le moment du socialisme révolutionnaire au nationalisme antibolchevik. Ce journal disparut vraisemblablement dès la fin du mois de mars 1918. S)

Les organes du Harbi Sura.

Les délégués au Congrès Militaire formèrent de leur côté le -Harbi Sura (titre complet. Bütün Rusije Müsülmanlarynyn Harbi Surasy Conseil Militaire), dont le siège fut étabü à Kazan et qui eut pour président le lieutenant Ilias Alkin1, assisté du lieutenant 'Usman i. Ilias A l k in , fils de Seid Girej Mirza Alkin (voir p. 66), dirigeant natio­ naliste tatar, sous-lieutenant dans l'Armée tsariste en 1917, S.R. de droite, se vit nommé, lors du Congrès Militaire Musulman de juillet 1917, président du Harbi Sura Central ; en novembre 1917, il devint membre du MiUet Meğlisi d'Ufa, se rattachant à la fraction des fédéralistes tupraqâylar. Au début de l’année 1918, il rallia le camp antisoviétique, tout d'abord auprès du Komuë

L'ÈRE DE LA PRESSE POLITIQUE

189

Tukumbetov, de l’aspirant Asadulaev, de ‘A. Munasibov, du lieute­ nant-colonel Kugulev, de Sultan Bek-Mamleev, de A. S. Tagirov, de Ğ. Alkin, frère d'Ilias Alkin, du sous-lieutenant 'Abdurrahman, des lieutenants Abulhanov et Almasev, tous Tatars de Kazan ou de Lithuanie. Du Harbi Sura Central dépendait un certain nombre de Harbi Sura provinciaux et d’organisations régimentaires, divisionnaires et d’autres relevant d’échelons supérieurs de l’Armée (Corps d’Armée, Armées, Fronts...) que Harbi Sura cherchait à regrouper en une véri­ table armée musulmane1. Le Harbi Sura était, théoriquement, une organisation apolitique, englobant toutes les tendances de la communauté musulmane. En réalité son État-M ajor Central était aux mains des socialistes-révolu­ tionnaires de droite et des mencheviks et après février 1918, rejoignit le camp antisoviétique. Mais il n'en était ainsi ni à l’échelon régional, ni à celui des unités militaires où des éléments hostiles au nationalisme et déjà gagnés au bolchevisme se trouvaient parfois en majorité. C’est pourquoi tandis que les périodiques publiés par le Harbi Sura Central restaient imprégnés de nationalisme, certains des journaux locaux étaient assez proches des organes socialistes de gauche. ☆

Le Harbi Sura assura la publication de huit périodiques, qui dis­ parurent tous en mars-avril 1918, à la suite de la décision prise par le Narkomnac de m ettre fin à l'autonomie militaire des Tatars. Le premier de ces périodiques, publié par le Comité des Soldats Musulmans d'Ufa sous le titre Ufa Müsülman ’Askeri Surasy Khäbärleri {• - Les Enfants de Cingiz). Cet hebdomadaire nationaliste, violemment hostile aux bolcheviks, fut suspendu par les autorités soviétiques en avril 1918. Le journal suivait la même ligne politique que le Qurultaj, organe du Milli Sura de Kazan4. A Astrahan, le Comité Musulman Militaire provincial confia à ses membres Basir Gadidullin (en tan t que rédacteur en chef). Ahmed Donskoj, ômerov et Qajjum Edaâin la charge de publier un hebdo­ madaire Soldai Jalqyny ÿ ll o 'jJU - La Flamme du Soldat), qui vit le jour en août 1917. Il donna 60 numéros de tendances tantôt nationaliste et religieuse, tantôt socialiste, avant de disparaître en 1918. A Orenburg, troisième centre militaire musulman après Kazan et Ufa, le Comité Militaire provincial publia à la typographie du journal Vaqt, en décembre 1917, avec Sehi Eifi comme rédacteur en 1. Voir p. 197-198. 2. ‘Abdulaziz M u n asib o v , auteur dramatique ğadid, était en juillet 1917, membre du Harbi Sura Central. 3. ‘Abdurrahman D a v le tS in , ancien élève de l’École Normale russo-tatare de Kazan, socialiste-révolutionnaire, fondateur, avec ‘Ajaz Ishaki, du groupe des Tanlylar et collaborateur en 1906 du journal Tail Joldyzy de Kazan. 4. Voir supra, p. 186.

L’ÈRE DE LA PRESSE POLITIQUE

191

chef, un hebdomadaire Bezneü Tdâk » Jj» - Le Monde Rouge), publié à partir du 15 juillet 1920 à Samara par Mehmed H. Kerimov, Ismail Ramiev, Hasan Ishakov, Mirza Daudov, Kerim Tinêurin et Mehmed Temirbaj... — Khalyq 4Askeri (t£j«0 «t j)U - - Le Partisan), apparu le I er avril 1922 à Orenburg, organe du Front Oriental, et destiné surtout

LA PR E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

212

aux anciens partisans soviétiques qui avaient combattu les Armées Blanches. Dans cette série des périodiques militaires peut se ranger un journal de caractère spécial : Qyzyl Sorg (J J - Jj» - VOrient Rouge), imprimé, à partir de janvier 1920, en cinq langues : tatare, kazahe, uzbeke, persane et turkmène, dans un train de propagande-agitation qui suivait la marche de l’Armée du Turkestan d'Orenburg à Taàkent.

c) Les premiers organes du Parti Communiste, des Soviets et du Komsomol (1918-1920). Dès septembre 1918, apparurent dans le sillage de l’Armée Rouge progressant vers l’Est, les premiers organes du Parti, des Soviets et, plus tard, du Komsomol, généralement avec un certain retard sur les organes militaires. Ces journaux très nombreux (5 en 1918, 23 en 1919, 15 en 1920) appartiennent déjà à une ère nouvelle de l’histoire de la presse musulmane de la Russie : celle de la presse soviétique. Comme tels, ils sortent du cadre de notre étude. Néanmoins, puisqu’ils ont été publiés pendant la guerre civile, il est intéressant de les citer. a) Journaux du Parti et des Soviets.

Astrahan

— Golos Trudovogo Musul’manstva (I oaoc Tpy^OBoro MycyAbMaHCTBa - La Voix des Travailleurs Musulmans), décembre 1918été 1919. — Kôé - La Forcé), 24 janvier 1919 (remplaçant l'ancien TartyS). B irsk

— Jana Khäbärler ( j \ j *i *±- tt l -LesDernières Nouvelles), 21 juil­ let 1920, devenu en novembre de la même année Turi Jul ( J (£jß* - La Voie Droite). B ugul’ma

— J a p-—; Le Drapeau du commu­ nisme), 10 février 1919, devenu peu après Qyzyl Simal (J L i Jj» - Le Nord Rouge). S am ara

— Jana Kö(

o l - La Nouvelle Force), 18 octobre 1918.

S aratov

— Jarly (JjL - Le Pauvre), 26 avril 1919. — Qyzyl §arq (_ Jj» - La Voie Rouge), juin 1919. Organe de la section musulmane de gubispolkom et de la section tatarobaâkire du gubkom du P.C. (b) d’Ufa. Le 15 mars 1920, le journal changea de titre pour prendre celui de Sarq Jarlylary A - Les Pauvres d’Orient) qui disparut à son tour au milieu de 1921. — Ural (Jljjl), juin 1919. — Jana Khäbärler ( 1920.

J

- Les Dernières Nouvelles), 25 mars

U ral ’sk

— Ikktilal Bajragy (^1 février 1920. — Jana Fiker

- Le Drapeau de la Révolution),

'S i'\- La Nouvelle Pensée), 6 février 1920.

VjATKA

— Kommunist (o —i

), 23 janvier 1919.

i . « Asqadar » est le nom d’un fleuve de la BaSkirie.

Carte. — Distribution des périodiques musulmans. En noir Idiq

dît ldiques

d'avant 1917» en blanc les périodiques de 1917 à 1920.

2l8

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

ß) R evues du P arti e t des S o v iets.

Au cours des trois premières années du régime soviétique, il ne parut que trois revues tatares : — Khalyq Magarifi jjlU- - U Instruction populaire), revue littéraire et pédagogique, bimensuelle, publiée à partir de la fin 1919 par le Conseil Culturel Musulman d’Astrahan. Éditeur : Serif Sattarov. — J a) - BaSqurt TauSy aJJX - La Voix des BaS­ kir s)1, organe de la direction militaire du Gouvernement BaSkir dont les rédacteurs en chef furent Habibullah ‘Abibi et ‘Abdur­ rahman Fahreddin2. Le premier numéro parut le 30 juillet 1918. Le 20 août, ce journal prit le nom de Vestnik Provitd’stva BaSkirii (BicTHHKb IIpaBHTeABCTBa BanncHpHH - Le Messager du Gouverne­ ment de la BaSkirie), hebdomadaire bilingue (russe-tatar) édité par ‘A. Fahreddin. L’existence de ce premier Gouvernement national baSkir fut de très courte durée. En novembre 1918, l'am iral Koléak renversait le fragile « Gouvernement Sibérien » d’Avksent’ev ; ce changement de régime chez les « Blancs » devait avoir des conséquences décisives sur la position des allogènes, Koléak refusant de prendre en consi­ dération les revendications des minorités musulmanes. Des frictions ne tardèrent pas à se produire entre Russes et Balkirs et le 6 décem­ bre 1918, à la suite d’une réunion secrète dans les montagnes de l’Ural, Ahmed Zeki Velidi et les chefs Kazahs d’AlaS Orda décidaient en principe d’abandonner les « Blancs », pour passer du côté des « Rouges ». Cette décision était prise au moment même où Koléak lançait sa première offensive contre Perm’, devançant de peu la contre-offensive de la 5e Armée Rouge contre l’Ural Méridional. Le 31 décembre 1918, les unités rouges entraient dans Ufa et quelques jours après s’emparaient d’Orenburg, puis de l'ensemble du territoire bailor. Le 23 janvier, Koléak faisait arrêter les officiers baikirs et trois jours après, donnait l’ordre de dissoudre les unités baikires qui combat­ taient à ses côtés. Le 31 janvier les délégués baskirs et soviétiques se rencontraient à Kananikol’sk, en arrière des lignes soviétiques pour négocier les modalités du passage des forces armées baikires du côté des Rouges, et le 6 février le Sovnarkom accordait l’amnistie complète à tous les Balkirs qui abandonneraient Koléak. Deux semaines après, le 18 février, les chefs nationalistes et leurs troupes (au nombre de 2 000 combattants) passaient les lignes soviétiques et le 19 février. Ahmed Zeki Velidi signait avec le Gouvernement soviétique un accord préliminaire instituant un « Gouvernement Pro­ visoire de la Baskirie» confié au BaSrevkom, composé de représentants soviétiques et nationalistes. L’accord définitif fut signé à Moscou en mai 1918. 1. I. Ramiev donne à ce journal le nom de BaSqurt Tele MT j JiiX - La Langue BaSkire), ** 2. Voir biographie, p. 193. ‘Abdurrahman F a h r e d d in resta en Russie Soviétique après 1920 et y publia, en collaboration avec Sai dMras, des études historiques sur le peuple baSkir.

15

226

LA PR E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE



Une petite fraction de Baskirs dont le chef de file était Mohammed ‘Abdul Haq Qurbangaliev1, resta fidèle à Koléak et le suivit en 1919 dans sa retraite vers la Sibérie. Ce groupe publia le 19 octobre 1919 à Omsk un journal, Qahraman -i BaSqurt (aJitX j l » - Le Héros BaSkir) dont les rédacteurs furent Qurbangaliev, Aqsaq Iâan oğlu et Galimğan Tagan®. ☆

Le nouveau « Gouvernement Provisoire BaSkir » publia de son côté en février 1919 un journal bilingue, en tatar, Basqurdistan HarbiInqilab Kamititinin Mukhbire j f e»), et en russe : Izvestija BaSkirskogo Voenno-Revoljucionnogo Komiteta ( H 3 b c c th h EauncnpcKoro BoeHHO-PeBOAKrçjHOHHoro K ommt era - Nouvelles du Comité Militaire Révolutionnaire BaSkir). Ce journal, rédigé par ‘Abdurrahman Fahreddin, parut d’abord dans le village de Temjasovo (Ternes) du « gouvernement » d’Orenburg en tant qu’organe officiel du Bureau d’information du BaSrevkom. Sa tendance était purement nationaliste et non communiste. Le BaSrevkom ne devait pas rester longtemps à Temjasovo ; le 4 mars 1919, les armées de Kolçak lançaient une nouvelle offensive contre la Russie Orientale et en avril occupaient tout le territoire baskir. Le BaSrevkom, fuyant l'avance des « Blancs », se réfugiait en mai 1919 au-delà de la Volga, à Saransk, où il demeura jusqu’à ce que l’offensive de l’Armée Rouge durant l’été 1919 eût libéré définitivement le pays baâkir ; il y fit paraître entre mai et août 1919, sous le même titre que précédemment, son journal officiel qui était désormais l’organe du BaSrevkom et du « Bureau Central des Communistes (bolcheviks) de Baskirie ». Pendant que se déroulaient les combats dans l’Ural, le Collège Mili­ taire Musulman fit paraître à l’intention des unités baskires qui avaient rallié la cause de la révolution, un journal spécial, Salavat (o l/> ^ )8 dont le premier numéro parut à Pétrograd le 21 septembre 1919. 1. Mohammed 'Abdul-Haq Qurbangaliev , mollah de Celjabinsk, issu d’une famille riche et influente û’iSans baskirs était un monarchiste convaincu, conser­ vateur, et ennemi déclaré des nationalistes. Pendant la Révolution il émigra au Japon où il mourut. 2. Dr. Galimğan T agan , commandait le 3e régiment baSkir qui, coupé des autres unités baskires, resta avec Kolèak. Il émigra au Japon, puis en Hongrie où il termina ses études à l’Université de Budapest. 3. Nom d’un héros b aâk ir, Salavat Julaev, compagnon de P u g a é e v .

L ’È R E DE LA P R E SSE POLITIQUE

227



Les jours du « Gouvernement Provisoire Baâkir » étaient comptés. En août 1919 il se transféra à Sterlitamak, entièrement dominé par les nationalistes. Des conflits incessants l’opposèrent au Parti Commu­ niste russe et au Gouvernement soviétique jusqu’à la rupture définitive qui survint en juin 1920, quand les membres du BaSrevkom convaincus de l'impossibilité de collaborer avec les Russes, s’enfuirent au Turkestan pour rejoindre les BaSmaéis en lutte ouverte contre le régime soviétique. D urant la courte période où le BaSrevkom gouverna la Basknie, il fit paraître un journal en tatar, BaSqurdistan Khäbärläre JûX Jjf~) avec une édition en russe, Izvestija BaSkirii (H3Becmx EaïuKHpim - Les Nouvelles de BaSkirie). Ces deux éditions étaient distinctes l’une de l’autre. La première était rédigée par ‘Abdurrahman Fahreddin et la seconde par le juriste Halim Amirov, Commissaire du Peuple à l’Agriculture de la République Baskire. Ce journal, qui paraissait à Sterlitamak depuis septembre 1919, était l'organe officiel du BaSrevkom ; après juillet 1920, il devint celui de Yobkom baJîkir du P.C. (b) russe et du BaSrevkom. En 1923, il fut remplacé par un organe de langue baikire, BaSqurdistan _ ^ l). Durant la même période parut également une revue pédagogique et culturelle mensuelle, M agarif ESlere jU a. - Problèmes d'Enseignement), organe officiel du Commissariat à l’Éducation natio­ nale de la République Baskire (premier numéro en février 1920, à Sterlitamak). Les journaux baSkirs qui parurent à Sterlitamak après la rupture, à savoir : Qyzyl Joldyz (jj)y_ Jj» - L ’Étoile Rouge), le 29 octobre 1920 ; Qyzyl Batyr (j\> Jj» - Le Héros Rouge), le 2 novembre 1920 ; et Qyzyl TauS J j » - La Voix Rouge), appartiennent déjà à la presse soviétique1.

i. Dans son ouvrage sur la presse tatare (op. cit., p. 204), R amiev relève les titres de quatre autres périodiques baékirs lithographiés ou multigraphiés dont il n'a pu retrouver aucun exemplaire. Ce sont : en 1918, Baïqurtlar Ittifaqy (J ù JjtLıİ - L'Union des Baikirs) et Tu - Le Drapeau) de Sterlitamak, Baiqurt Taufy 1JÂJX - La Voix BaSkire) d'Orenburg et, en 1920, Bekht Gönü - Le Jour Heureux), revue mensuelle de Petrograd, des­ tinée aux com battants baSkirs de l'Armée Rouge.

228

LA PR E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

D. P R E S S E DU CAUCASE

i. La

presse

d

'A z e r b a j ô a n

a) La Transcaucasie sous le Gouvernement Provisoire (février içij-m ars ig i8 ). L’avènement du Gouvernement Provisoire, favorablement accueilli par la majorité de la population musulmane, n’apporta pas à celle-ci les satisfactions qu’elle en attendait. L’autorité du pouvoir central représenté par YOzakom (Osobyj Zakavkazskij Komitet - Comité Spécial de Transcaucasie) était faible ; le pouvoir réel appartenait aux orga­ nisations populaires locales : conseils de députés ouvriers et paysans, comités exécutifs (ispolkom), etc., composés principalement de révo­ lutionnaires russes et arméniens, les musulmans n’y étant que peu ou pas représentés1. Les partis politiques musulmans, fondés avant la chute de la Monarchie, survécurent tous à la révolution de février et ne modi­ fièrent guère, au début du moins, leur position quant aux problèmes essentiels engageant l’avenir de la MiUet musulmane. a) Partis modérés et de droite.

Le plus im portant aussi bien par le nombre de ses adhérents recrutés parmi les classes moyennes des villes, surtout de Bakou, que par la force de son emprise sur l’opinion publique était le parti natio­ naliste de tendance gauchiste, Müsavat, dont certains dirigeants étaient passés par l'école de la Social-Démocratie2. Autonomiste mais non 1. Ce fait a été noté par la presse musulmane de l’époque. Dans Aâyq Söz — cité par S. B elen 'kij et A. Manvelov , Revoljucija i p i y goda v Azerbajğane — Hronika sobytij (La Révolution de 1917 en Azerbajğan — Chronique des évé­ nements), Bakou, 1927, p. 59 —, on écrivait en juillet 1917 : « Les partis de gauche qui ont assumé la direction du mouvement révolutionnaire ont commis une grave erreur en se désintéressant de la population locale musulmane. Les musulmans ne sont pas représentés dans des organisations telles que l'Ispolkom, les Soviets, etc. ». 2. Le parti Müsavat fut fondé à Bakou en 1911-1912 par un groupe d’intel­ lectuels d’origine bourgeoise, Mehmed Emin Rasul Zade, Gulam Reza Serif Zade, ’Abbas Kuli Kazim Zade, K e rb e la i Veli Mikail Zade... qui, en 1905, avaient fait partie de l’organisation de Bakou du P.O .S.D.R. Voir à ce sujet M. D. G u sei-

L 'È R E DE LA P R E SSE POLITIQUE

229

séparatiste, ce parti jusqu’à Octobre préconisait le maintien des régions musulmanes au sein d’une Fédération Russe. Cette conception fut défendue à la i re Conférence des Musulmans du Caucase à Bakou (19-20 avril 1917) et Mehmed Emin Rasul Zade la fit triompher au Premier Congrès Panrusse des Musulmans à Moscou (ier mai 1917). Ce n’est qu’en 1918 que les dirigeants du Müsavat abandonnant tout espoir de coopération avec la Russie se firent les ardents défenseurs de l’indépendance totale. Autour du Müsavat gravitaient plusieurs formations politiques dont le premier en titre, le Parti Fédéraliste Turc, avait été constitué en avril 1917 à Elizavetpol’ (Ganğa) par des intellectuels et des pro­ priétaires fonciers1. Plus modéré que Müsavat en matière de politique sociale, il était opposé au partage des terres. Le Parti Fédéraliste Turc fusionna le 20 juin 1917 avec le Müsavat pour donner naissance à un nouveau parti : le Parti Fédéraliste Turc-Musavat (que l'on continua d’ailleurs par simplification d’appeler Müsavat) dont Emin Rasul Zade fut le président. Un autre groupe, le parti Ahrar (« P arti Agrarien ») se recrutait principalement parmi les paysans aisés et la petite bourgeoisie de l’Azerbajğan du Nord. Son programme plus à gauche que celui du Müsavat se rapprochait de celui des Socialistes-Révolutionnaires. Enfin, à l’extrême-droite m ilitait Ittihad (« Union »), parti conser­ vateur, voire réactionnaire dont les dirigeants s'opposaient au libéra­ lisme social du Müsavat. Il était présidé par le Dr. Karabek Karabekov et ‘Issa bey 'Asurbejli4. p) Partis de gauche. La gauche socialiste musulmane, de son côté, apparaissait, au len­ demain de la révolution de février, aussi désunie que les petits «bour­ geois ». Elle comptait bon nombre d’organisations dont la majorité se rattachait à la Social-Démocratie et une minorité aux SocialistesRévolutionnaires. La plus ancienne était le vieux parti Social-Démo­ crate Hümmet fondé en 1904 et rattaché au Comité du P.O.S.D.R. de Bakou. Dès la chute du régime tsariste, le Hümmet déploya une intense Nov (Huseinov), Tjurkskaja Demokratiâeskaja Partija Müsavat v proUom i

nastojaééeem — Programma i Taktika (Le Parti Démocrate Turc Müsavat dans le passé et le présent — Programme et Tactique)t Tiflis, 1927. 1. Parmi les fondateurs de ce parti figuraient Nasib bey Jusufbejli (Jusufbekov) qui en fut le président et qui plus tard devint président du Conseil des Ministres de l’Azerbaj ğan indépendant, Säfi bey Rustambejli, le Dr. Hasan bey Agaev, Hahl bey Khasmamedov, Murza Mamed Ahundov, etc. 2. Karabek Karabekov et Tssa bey ‘ASurbejli avaient été, en 1905, mem­ bres de l'organisation de Bakou du P.O.S.D.R. (cf. S. B elen 'kij et A. Manve lov, op. cit., p. 9). La biographie du Dr. Karabekov figure à la page 119. Issa bey Aâurbejli, riche propriétaire foncier, avait contribué avant février 1917 à la publication de plusieurs périodiques, dont Iriad et le social-démocrate KoâDev'et (voir p. 121-122).

230

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

activité et compta, outre Bakou, des cellules dans les autres villes de Transcaucasie et même du Turkestan où se trouvaient des colonies d 'Azerbaj ğanais. Le Hümmet n’avait rien d’un parti monolithique et bien que dirigé par des bolcheviks1, il posséda jusqu'en 1919 une importante fraction menchevike. Entre le Hümmet et le Müsavat fut observée jusqu’en janvier 1918 une certaine neutralité, tan t en raison de bonnes relations personnelles entre les dirigeants que parce que tous deux souhaitaient la défaite de la Russie dans la guerre et réclamaient — pour des motifs différents, il est vrai — une paix « sans annexions ni contributions ». ☆

Du Hümmet dépendaient deux petits partis S.D. réservés aux musulmans étrangers à l’Azerbaj ğan : — D’une part, un groupe persan2,3 fondé en 1905 sous le nom d’Eğtemajun Am ijun par quelques révolutionnaires originaires de Tabriz et de Téhéran, prit en 1916 le nom d‘Edalet («Justice»). Dis­ persé cette même année par la police russe, il put sous l’impulsion du Hümmet, renaître en mars 1917. Rattaché comme le Hümmet au Comité de Bakou du P.O.S.D.R., ce groupe était dirigé par Asadullah Kafar Zade, B. Agaev, et A. S. Mamedov. — D’autre part, le groupe Birlik («Unité») formé le 22 avril 1917 par des Tatars de la Volga et affilié comme le précédent au P.O.S.D.R. Faible numériquement, il était présidé par Hanifa Hasan oğlu Teregulov, membre du Hümmet depuis 1905. En février 1920, ces trois groupes fusionnèrent avec les organisa­ tions russes du P.O.S.D.R. pour former le Parti Communiste (bolchevik) d’Azerbaj ğan. ☆ L’influence des socialistes-révolutionnaires sur les musulmans était moins forte que celle des sociaux-démocrates* bien que les premiers grou­ puscules S.R. azéris aient été formés à Bakou dès 1903. En 1917, les S.R. musulmans se scindèrent en deux fractions : celle de droite s’allia aux Musavatistes, tandis que l'aile gauche se transforma à la fin de cette année en un parti autonome E kinii (« Le Laboureur »), sous la présidence de M. H. Vezirov4, qui se rapprocha progressivement des bolcheviks. 1. En mars 1917, à l’issue d’une Conférence du parti, fut constitué le Comité Central du Hümmet, composé de N. Narimanov, M. ‘Azizbekov, M. Israfilbekov, H. Sultanov et DadaS Bunjat Zade. 2. Ce groupe comprenait des Persans proprement dits et des Azeris origi­ naires de l’Azerbaj ğan Iranien. 3. Ce fait mérite d’être noté, car dans les autres territoires musulmans de Russie, l’influence des S.D. était plus faible que celle des S.R. 4. Mir Hasan Seid Kazim oğlu V ezirov (1886-1918), né d’une famille de

U ÈRE DE LA P R E SSE POLITIQUE

231

L'histoire de la presse transcaucasienne de l'époque du Gouver­ nement Provisoire est mal connue. Nous savons qu'aux anciens périodiques, surtout nationalistes modérés1 qui s'étaient maintenus après février, vinrent s'ajouter, au printemps et en été 1917, les jour­ naux des nouveaux groupements politiques. Parmi ces derniers, les organes de gauche et d'extrême-gauche furent les plus nombreux. Le parti Hümmet fit paraître à Bakou, le 3 juillet 1917, son organe officiel portant ce même nom Hümmet auquel collaborèrent les principaux leaders du parti : Nariman Narimanov (rédacteur en chef)2, Mesadi ‘Azizbekov8, Stepan Saumjan, Sultan Meğid Efendiev4, T. Sahbazi5, Hamid Sultanov6, Dadas Bunjat Zade7, M. Israfilbekov8, P. Ğaparidze, etc. D'abord hebdomadaire, puis tri- ou quadrihebdomadaire, ce périodique atteignit un tirage de quelques milliers d'exemgrands propriétaires-commerçants de Suèa, fit ses études à l’Institut polytech­ nique de Novoêerkask. S.R. de gauche, il fut Commissaire du Peuple à l’Agri­ culture au Sovnarkom de Bakou en avril 1918. Arrêté par les S.R. de la Transcaspienne, il fut exécuté le 20 septembre avec les « 26 commissaires » de Bakou. 1. Parmi ces derniers, une place spéciale revient à Aâyq Söz (cf. p. 119), devenu, après février, l’organe officiel du parti Müsavat. Acyq Söz parut sans interruption jusqu’en mars 1918, fut arrêté sous la « Commune de Bakou » et réapparut en septembre de la même année. Il dura jusqu’en avril 1920. Le vieux K aspij continuait également à paraître ; une de ses pages rédigée par Ğeihun bey Hağibejli avait pour titre : Izvestija Komiteta Bakinskih Musul’manskih ObSöestvennyh Organizacii (Nouvelles du Comité des Organisations Politiques Musulmanes de Bakou). 2. Voir biographie, p. 121. 3. Voir biographie, p. 121. 4. Voir biographie, p. 121-122. 5. Voir biographie, p. 201. 6. Hamid H asan oğlu S ultanov (1889-1938), né d’une famille de petits propriétaires du district de Kazah, dans la région d’Elizavetpol’ (Ganğa), devint membre du P.O.S.D.R. en 1907, se rendit, en 1909, en Allemagne et poursuivit ses études à l’Institut polytechnique de Leipzig. Membre du parti Hümmet en 1917, en mars 1918 commissaire extraordinaire pour la lutte contre les adver­ saires du régime soviétique, il se réfugia à Astrahan en août 1918. A la fin de 1919 il fut membre du Comité du Caucase du P.C. (b) R. et en février 1920 membre du Comité Centred du P.C. (b) d’Azerbajğan. Après l’instauration du régime soviétique, il occupa divers postes importants, tel celui du Narkom à l’Intérieur, au Commerce, secrétaire du C.C.E. de la R.S.S. d'Azerbajğan, etc. Tombé en disgrâce comme tant d'autres dirigeants communistes d’Azerbajğan, il disparut en 1938. 7. Voir biographie, p. 123. 8. Movsum Nağmeddin I srafilbekov , pseudonyme « Gadirli » (1892-1941), natif de Semaha, ancien élève de la Faculté de Médecine de Kiev, était membre du P.O .S.D.R. depuis 1911 en Ukraine. Il revint à Bakou en mars 1917 et devint secrétaire du Bureau du Hümmet. En juin 1917, membre du Comité de Bakou du P.O .S.D.R., il fut en juillet 1918 délégué au 5e Congrès panrusse des Soviets. Pendant la guerre civile, il prit une part active aux combats à Astrahan, travailla à la Section Moyen-Orient du Narkomindel de la R .S.F.S.R . Après l’instauration du régime soviétique en Azerbajğan, il occupa des postes importants, tels que celui de Narkom à la Sécurité Sociale et à la Santé publique. De 1920 à 1935, il fut membre du C.C. du P.C. (b) d’Azerbajğan.

* Carie. — Carte manuscrite préparée pour le premier Congrès Baèkir d'Orenbu ji Kazahstan, Turkestan, Bukhara, Khiva, Turkmenistan et BaSkirie, te l el Les traits continus représentent les frontières des É tats, les lige n t

•>

•Js ?j » ^ t c 4 m v

• •« " J

nbu juillet 1917), indiquant les lim ites des É tats autonomes musulmans, te l elles avaient été conçues par les groupements nationalistes musulmans, ign ntillées, les lim ites des anciens « gouvernements ».

234

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

plaires. 113 numéros parurent à Bakou jusqu'au 30 juillet 1918. Lors de la prise de la capitale de la Transcaucasie Orientale par TArmée turque, le journal disparut pour réapparaître en 1919-1920 à Astrahan', ville tenue par les bolcheviks et qui servait de refuge aux nombreux révolutionnaires caucasiens de tendance communiste. Ce n'est qu'après la prise de Bakou par l'Armée Rouge, en avril 1920, que la rédaction du journal put revenir dans la capitale azerbajğanaise. D 'autres feuilles furent publiées par les organisations du parti Hümmet hors de Bakou. Nous manquons malheureusement d'informa­ tion à leur sujet et ne connaissons que deux journaux de Tiflis : — A l Bajraq ( « j l J T - L e Drapeau Rouge), de périodicité irrégulière, qui parut à Tiflis en été 1917 grâce aux efforts du Comité local du Hümmet, présidé par "Ali H ajdar Karaev. En 1918, ce journal fut transféré à Bakou. — Geleğek - U Avenir) qui parut en février 1918, édité par Agamaly oğlu1.2Ce dernier journal de tendance menchevike s'adres­ sait surtout aux ouvriers musulmans des districts de Borcalo, Ganğa et Kazah. ☆

Les révolutionnaires persans de YEdalet eurent, eux aussi, à partir du 20 juin 1917, leur organe officiel Bajragh-i *Edalet Le Drapeau de la Justice)*, hebdomadaire de Bakou, en langue azerie, dont Téditeur-rédacteur en chef était Asadullah Kafar Zade. ☆

Les S.R. musulmans publièrent à Bakou deux hebdomadaires : Zähmät Sädasy - La Voix du Travail) et E kinli 1. Samed Aga A gamaly oğlu (1867-1930), né d'une famille de propriétaires fonciers du village de Karahkesaman (district de Kazah, région d'Elizavetpol’), géomètre de profession, devint, en avril 1917, membre du Comité Exécutif de l'organisation de Ganğa du P.O.S.D.R. Entré au Hümmet en février 1918, il fut l'un des dirigeants de la cellule de Tiflis de ce parti et, à la fin de 1918, député au Parlement de la République d'Azerbajğan. Après la victoire du régime sovié­ tique, il fut successivement Narkom à l’Agriculture, en 1921 vice-président et, de 1922 à 1929, président du C.C.E. de la R.S.S. d'Azerbajğan. De 1922 à sa mort, Agamaly oğlu fut membre du C.C.E. de l'U .R .S.S. et membre du C.C. du P.C. (b) d'Azerbajğan. De plus Agamaly oğlu présida de 1923 à 1930, le Comité pour la latinisation des alphabets (turcs) de l'U .R .S.S. 2. S. B e l e n ' k ij et A. M anvelov , op. cit., p. 56 reproduisent l'éditorial-programme du premier numéro du journal (20 juin 1917) qui déclare, entre autres : « Notre parti 'Edalet est un parti Social-Démocrate qui défend les intérêts des paysans, des ouvriers et des petits marchands. Il s'efforce d'unir les différentes nationalités d’Iran en établissant entre elles des liens spirituels étroits et en abrogeant toutes les lim itations imposées aux nationalités non musulmanes. Notre parti accepte le programme du P.O.S.D.R. et souhaite la fin rapide de cette guerre fratricide ».

L’ÈRE DE LA PRESSE POLITIQUE

235

- Le Laboureur)1. Ce dernier était l’organe de la fraction de gauche, alliée aux hümmetistes et aux bolcheviks. ☆

Il est vraisemblable que les groupements de droite aient eu, eux aussi, dès cette époque leurs nouveaux organes de presse, mais seule U»I - L ’Union), organe du parti conservateur du même nom qui parut à Bakou de 1917 à 1920 (avec une interruption sous la « Commune de Bakou »). Il était rédigé par Ğejhun bey Hağibejli qui, d’ailleurs, n’appartenait pas à ce parti. Il faut signaler aussi l'apparition, en 1917, des périodiques des étudiants musulmans de Bakou, tels : CD

Ittifaq-i Mütä'älimin Jbul - L ’Union des Étudiants), dont le premier numéro parut le 19 mai 19172 et Gän6ler Sädasy - La Voix des Jeunes). Parmi d’autres périodiques éphémères parus à la même époque, nous connaissons les suivants : A B akou :

— Il Hâjaty - Le Peuple Laborieux). b) Caucase du Nord. a) Périodiques en langue russe. Les langues des peuples ibéro-caucasiens de la Montagne, Ceëens InguSes, Adyghes (Cerkesses), Kabards ne furent fixées par l'écriture qu’après 1923. Aussi, entre la révolution de février et l’établis­ sement du régime soviétique, ce sont les organes de langue russe qui servirent aux allogènes de plate-forme pour exprimer leurs idées politiques. Dès février 1917 parut à Vladikavkaz, le journal Gorskaja 2 izri (Topaca« )Kh3hb - La Vie des Montagnards), organe de l'Union des Peuples du Caucase du Nord qui groupait les éléments nationalistes des montagnards : Adyghes, Kabards, Ossètes, Karacajs, Balkars, Ceëens et Inguses. Ce journal musulman fut suivi de Terskij Vestnik (TepcKnft Becrmnc - Le Messager de Terek), nouvel avatar de Terskie Vedomosti, organe du Comité Exécutif de la région du Terek comprenant des musulmans et des Russes. En décembre 1917, le pouvoir soviétique s’établit dans toute la région et au printemps 1918 parurent à Vladikavkaz les premiers organes bolcheviks dont certains s’adressaient aux cosaques russes, tels le Terskij Kozak (Tepenini Ko3aic - Le Cosaque du Terek) ou le Terskij Trudovoj Kozak (Tepocuft Tpy^OBOh Ko3a*c - Le Travailleur Cosaque du Terek)... D 'autres étaient rédigés et lus surtout par des montagnards : — Gorskaja Bednota (Topaca« Be^Hora - Le Prolétariat des Mon­ tagnes), édité par Gojtov. 1. IUİ est le premier des journaux paru dans l’une des langues ibéro-caucasiennes du Daghestan. 2. Harun S aidov (1891-1919), Lak, ancien élève de l’Institut Commercial de Moscou, membre du P.C. (b) Russe en 1918, vice-président de YObkom du Daghestan du P.C. (b), Commissaire à la guerre et membre de Ylspolkom régional. Organisateur et animateur du mouvement clandestin bolchevik pendant Toccu­ pation du Daghestan par Denikin. Il fut fusillé par les Blancs en août 1919.

2 44

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

— Revoljucionnyj Gorec (Pcboaiohhohhhä Ibpeu - Le Monta­ gnard Révolutionnaire), dont l’éditeur-rédacteur en chef était Seid ‘Abiev (Seid Gabiev), ancien éditeur de Zarja Dagestana et de M usul'manskaja Gazeta1, etc. En janvier 1919, le Caucase du Nord fut occupé par les forces Blanches du général Denikin. Tous les périodiques soviétiques dispa­ rurent et à leur place parurent les organes des Blancs dont la plupart s’adressaient aux Russes seuls. Le pouvoir soviétique ne fut rétabli à Vladikavkaz qu'en mars 1920. Pendant le court interrègne entre l'évacuation des forces Blanches et l’arrivée des Rouges, un journal fut publié par des éléments non entièrement « engagés » : Svobodnyj Terek (Cboôoahhü Tepex - Le Terek Libre). 13 numéros seulement virent le jour. A partir d’avril 1920, de nombreux journaux soviétiques en langue russe commencent à paraître à Vladikavkaz. ß) Presse ossète. Le 25 avril 1917, l’ancien Iron Gazel23réapparut sous le même titre à Vladikavkaz avec pour éditeur-rédacteur en chef Aslanbek Butaev. Ce journal fut interdit par les autorités bolchevikes le 7 février 1918. Aucun organe ossète ne v it le jour pendant la guerre civile ; il faut attendre le 18 avril 1920 pour voir paraître le premier organe ossète soviétique : Cermen’ (HepMem.), dont le rédacteur en chef était Gino

Barakov. Le journal disparut le 28 avril 1921 après son 68e numéro*. y) Périodiques en langues i béro-caucasiennes et en langues turques. Pendant la guerre civile, un journal de langue abhaze4 paraissait, en 1918-1920, vraisemblablement à Suhumi, sous le titre de Abhazija (A6xasHfl) sous la direction de l’historien poète et folkloriste Dimitri Gulija5. Ce journal de tendance menchevike, de faible diffusion, dispa­ ru t sans doute après 1920. L’histoire de la presse abhaze ne commence 1. Voir p. 173. 2. Voir p. 136. 3. On considère généralement que le premier journal soviétique ossète fut Rastdzinad (PacTAsmiaA - La Vint!) qui parut à Vladikavkaz (OrdjonikidzeDzaudzikauj le 14 mars 1923. 4. Peuple ibéro-caucasien habitant la rive nord-est de la mer Noire, qui com ptait, en 1897, 72 000 âmes dont moins de la m oitié étaient des musulmans. Les tentatives faites pour transcrire la langue abhaze en caractères cyrilliques remontent à 1892. Cette écriture fut remplacée en 1925 par l'alphabet latin et en 1938 par le géorgien. 5. Literaturnaja Enciklopedija, t. I, p. 17. Une biographie détaillée de D . Gulija figure dans le n° 10 de i960 de Caucasian Review de Munich, pp. 150151.

245

L ’È R E DE LA P R E SSE POLITIQU E

réellement qu’en 1922 avec la fondation du journal Apsny-KapS (L ’Abhazie Rouge) rédigé par Dimitri Gulija et Sija Canba. Il convient de signaler à titre de curiosité une feuille de propa­ gande (dont nous ignorons le titre, le lieu et la date d’édition) en langue karacaj-balkare transcrite vraisemblablement en caractères arabes, publiée par les services de propagande de l’Armée de Deni­ kin en 1919* 1.

3. P r e s s e a ğ a r e d e B a tu m

La région de Batum comptait, en 1917, une assez nombreuse population musulmane comprenant des Ağars (géorgiens musulmans), des Turcs, des Lazes et des Kurdes. Le laz et le kurde n'étaient pas des langues littéraires ; les Ağars parlaient le géorgien, mais avaient subi, depuis le xvne siècle, une assez forte influence culturelle et linguistique de la part de leurs coreligionnaires turcs. En avril 1918, la ville et la région de Batum furent occupées par l’armée turque qui, en vertu des clauses de l'Armistice de Mudros, dut se retirer à l’automne. Des imités anglaises vinrent s’y installer le 15 décembre 1918 et soumirent la ville à une administration mili­ taire qui se termina en juillet 1920 quand le Gouvernement Géorgien prit en main le pays. Le pouvoir soviétique fut instauré à Batum le 18 mars 1921. Deux périodiques musulmans y furent publiés entre février 1917 et 1920 : — Un journal quotidien, Islam-i Gurğistan en géorgien Samusulmano Sakartvelo, - L ’Islam de Géorgie), organe IJ ojCnto

TOM

lîM M »1)^ İA»

flft-HH $/r*°

MİMİ fàWOU

^

*

>u

F ig . 44. — T itre géorgien du jo u rn al bilingue

Islam-i Gurğistan - Samusulmano Sakartvelo.

i. Renseignement donné par la Literaturnaja Enciklopedija, t. V, p. 117, au mot « Langue et littérature Karaéaj ».

246

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

bilingue, en turc et en géorgien (les pages 1 et 2 étaient en turc, 3 et 4 en géorgien), édité d’abord par Hasan Tahsin Khemsi Zade, puis par Mohammed Taqi Abasidze pour le compte de 1’ « Association Litté­ raire de l'Islam de Géorgie ». Le journal dut commencer à paraître en février 1919 ; il était encore publié au début de 1920. Sa tendance politique était nationaliste et l'on y trouvait des articles tirés de l’officieux Azerbajğan de Bakou. O» — Un hebdomadaire de langue turque, Seda -i Mittet (cl* La Voix de la Nation) publié à partir de 1917 à la typographie « Semaevski » par 1’ « Association Islamique du Caucase du Sud-Ouest ». Son directeur-rédacteur en chef était Haği 'Ali Maqaiev.

F ig . 45. Vignette de Molla Nasreddin, n° 29 de 1907.

U È R E DE LA P R E SSE POLITIQUE

E. PR ESSE

247

DE CRIMÉE

Le vénérable Terğüman, ancêtre des journaux musulmans, sur­ vécut à la mort de son illustre créateur et même à la révolution de février, mais son libéralisme n’était plus en mesure de satisfaire la nouvelle génération. Il perdit définitivement la première place qu’il avait longtemps occupée. En mars 1917, son rédacteur en chef Hasan Sabri Ajvaz le quitta. La direction du journal fut alors reprise par la fille de Gasprinski, Sefika, puis par son fils Rifat Gasprinski. La plupart des anciens rédacteurs le quittèrent aussi après mars 1917 pour rejoindre les nou­ veaux journaux, mais certains — tels Osman Aqèoqraqly12et Ahmed Ozenbaély* lui restèrent fidèles jusqu'à la fin. Le Terğüman continua à paraître jusqu’au 10 (23) février 1918, date à laquelle les autorités bolchevikes décidèrent de le suspendre. En avril 1918, lors de l’occupation allemande, Sefika Gasprinski rou­ vrit la typographie du Terğüman pour la publication des journaux nationalistes mais, en août 1919, Denikine la faisait réquisitionner. Le renversement de la monarchie m it en Crimée le pouvoir aux mains des libéraux russes, K.D. et S.R. de droite. Peu après, le 23 mars 1917, était convoquée à Simferopol la Conférence des Tatars de Crimée — première manifestation nationale — au cours de laquelle furent décidés la nationalisation des vaqfs, le contrôle du peuple sur les institutions religieuses, enfin l'élection du Comité Exécutif Musul­ man — embryon d'un Gouvernement National. 1. Osman A ç > £ o q r a q l y , romancier, historien et archéologue tatar, d’une famille noble de Bahéisaraj, travailla comme typographe à l’imprimerie « Baraginsky » de Saint-Pétersbourg et collabora à 1’ülfet d’’Abdurra§id kadi Ibra­ gimov et au Vaqt d’Orenburg. En 1906, il devint rédacteur au Terğüman. Après février 1917, il joua un rôle actif dans la vie politique de la Crimée, milita dans le parti M illi Firka et fut député au Kurultaj. Après l'instauration du régime soviétique, il resta en U.R.S.S. et occupa la chaire d'histoire à l'Institut Péda­ gogique de Crimée. Selon Jeüi Dünja de Simferopol’ (n° du 5 octobre 1936), cité par Edige K i r i m a l , Die nationale K am pf des Krimtürken, Emsdetten, 1952, p. 296, il fut condamné comme « nationaliste » en 1936. 2. Ahmed Ö z e n b a S l y , écrivain et historien criméen, fit ses études à la Faculté de Médecine d’Odessa. En 1917, il prit une part active à la vie politique de la Crimée et fut député au Kurultaj tatar de Crimée. Il resta en Russie après 1920 et publia en 1925 à Simferopol' un ouvrage fondamental sur l’émigration criméenne en Turquie, Carlyk hakimijetinde Qyrym fağiasy, yahut Tatar hiğretleri. Pendant l’occupation de la Crimée par l'armée allemande, il émigra en Rou­ manie ; il y fut arrêté après 1945 et ramené en U.R.S.S.

248

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

Le premier parti politique tatar, M illi Firka (« Parti National »), fut fondé en juillet 1917, sur l'inspiration et sous la direction de jeunes intellectuels formés en Turquie et en Europe Occidentale, plus radicaux que les disciples de Gasprinski et dont le nationa­ lisme se teintait de socialisme. M illi Firka , fédéraliste, hostile aux conservateurs et au clergé puisqu'il préconisait la nationalisation des vaqfs et des propriétés privées, domina longtemps la vie poli­ tique musulmane de Crimée. Si ses relations étaient tendues avec les K.D. russes, elles étaient meilleures, au début du moins, avec les socialistes, sans qu'il puisse cependant s'agir de véritable coo­ pération. Le 26 novembre, le Comité Exécutif Musulman, dominé par les éléments modérés de M illi Firka , réunit à Bahëisaraj l'Assemblée Constituante (Kurultaj) des Tatars de Crimée qui adopta une Consti­ tution criméenne, nomma un Directoire national et entreprit la forma­ tion d'unités militaires tatares. Un Gouvernement Autonome Tatar de fait existait dès lors aux côtés des autorités russes. Au cours des premiers mois du Gouvernement Provisoire, le mou­ vement national tatar connut un vigoureux essor. Plusieurs périodiques parurent alors, tous en liaison plus ou moins étroite avec le parti M illi Firka. Le premier fut l'organe offi­ ciel du Comité Exécutif MusulCÛ

man, Millet1 - La Nation), quotidien qui parut à Simfe­ ropol' (en tatar A q Meôet) le 27 juin 1917, sous la direction de Hasan Sabri Ajvaz2. Un mois plus tard, le 22 juillet 1917, F ig . 46. — Millet, de Sim feropol’. M illet eut son homologue hebdo­ madaire en langue russe : Golos Tatar (roAOCTb TaTapi» - La Voix des Tatars), rédigé par Ibrahim özenbasly, 'Ali Bodaninski3 et Halil Capcaqcy4. Les deux journaux défendaient les positions de la fraction modérée 1. Ce nom avait déjà été attribué à un journal publié en 1906 par Gasprinski (cf. p. 142). 2. Voir biographie, p. 141. 3. 'Ali B odaninski, socialiste révolutionnaire de gauche, chef de la fraction de gauche du M illi Firka, secrétaire pour la langue russe du Comité Exécutif Musulman, membre de l’État-Major Révolutionnaire Tatar formé en novembre 1917, député du Kurultaj, partisan de la coopération avec les bolcheviks, tué en juin 1920 dans les rangs de l’Armée Rouge. 4. Halil CapÔaqôy, jeune intellectuel progressiste, diplômé de l’École Nor­ male tatare et de l’Université d’Odessa, membre du Comité Exécutif Musulman (avril 1917)» délégué au Ier Congrès des Musulmans de Russie à Moscou (mai 1917), député du Kurultaj des Tatars de Crimée.

U ÈR E DE LA P R E SSE POLITIQUE

249

(majoritaire) du Milli Firka, mais la fraction minoritaire, plus pro­ gressiste, ne tarda pas à posséder aussi son organe quotidien, Qrym Oğağy pJjï - Le Foyer Criméen), dont le premier numéro sortit des presses à Simferopol le 30 juin 1917. Plus « à gauche » que Millet, Qrym Oğağy n'était cependant pas un journal socialiste, ni à plus forte raison, bolchevik et son opposition se m aintenait dans les limites du nationalisme et de l'Islam . De jeunes intellectuels déjà en renom en composaient le co­ mité de rédaction : l'éditeurpropriétaire était Mehmed Koğa Ahmed Veğdi1 et le rédacteur en chef ‘Abdulhakim Hilmi 'Arif Zade2. Le publiciste Mustafa Berke3, Husein Ğahid Mağitov, Veli Ibrahimov45et le romancier B aty r A jtuvgan6 ap p o rtaien t leur collaboration régulière au journal. Les bonnes relations qui exis­ F ig . 47. — Qrym Oğağy» de Sim feropol'. taient entre les différentes com­ munautés de Crimée sous le Gouvernement Provisoire devaient s'in­ terrompre tragiquement en janvier 1918. Le Revkom bolchevik de 1. Sheikh Mehmed K oğa Ahmed Veğdi, mudarris, directeur de la medresseh de Dagdajyr, partisan de la réforme, introduisit dès 1911, dans son école, le programme d'enseignement des disciplines laïques, parmi lesquelles la zoo­ logie et la physique, et joua en 1917 un rôle important dans la vie politique tatare. 2. ‘Abdulhakim H ilm i 'A r if Z ad e (Arifov), publiciste, romancier et histo­ rien tatar, ancien collaborateur du Terğüman (il y publia de 1911 à 1917 des articles historiques), fit ses études à la Faculté des Lettres d'Istanbul et y édita, en 1911, la célèbre Histoire des Khans de Crimée ( Gülbün-i Khanan) de Halim Girej. Il fut l’un des principaux organisateurs de la Conférence des Tatars de Crimée du 23 mars (7 avril) 1917. Il présida pendant quelque temps le Kurultaj et le Directoire National. 3. Mustafa B e rk e , plus connu sous le pseudonyme de « Mustafa K u r tie v », natif de Feodosija, publiciste, l'un des membres du Mouvement « Jeunes Tatars » et député au Kurultaj. 4. Veli Ibrahim ov, d'une famille pauvre (son père était épicier), ancien typographe du Terğüman, membre de l'Association Culturelle tatare de Simfe­ ropol', député au Kurultaj ; partisan de la coopération avec les bolcheviks, membre du P.C. (b) Russe depuis 1919 ou 1920 (?). Après l'instauration du régime soviétique, il fut président du Comité Central Exécutif et du Sovnarkom de la R.S.S.A. des Tatars de Crimée. Il fut condamné à mort en janvier 1928 pour « nationalisme ». 5. Batyr A jtuvgan , romancier tatar, natif de Karasubazar (en 1899), délé­ gué à la Conférence des Tatars de Crimée en mars 1917, secrétaire du Comité Musulman de Karasubazar (en mai 1917), député au Kurultaj et président de l'Union de la Jeunesse Tatare de Crimée.

LA PR E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

250

Sébastopol refusant de reconnaître le « gouvernement » tatar de Sim­ feropol, donna aux marins de la Mer Noire l'ordre de marcher sur Simferopol. Ceux-ci bousculèrent le 13 (26) janvier, les faibles unités tatares, et s'emparèrent le lendemain de leur capitale. Le Kurultaj fut dispersé, son président Celebiev arrêté et peu après assassiné dans la prison de Sébastopol. Les autres leaders musulmans se dispersèrent afin d'échapper aux poursuites. Ainsi s'écroulait le rêve des musulmans d'obtenir l'autonomie administrative. Tous les journaux tatars furent suspendus à la fin de janvier 1918. Le Revkom de Sébastopol administra la péninsule pendant quatre mois. Composé uniquement de Russes, il n'accorda guère d'intérêt aux musulmans1 bien que l'aile gauche de l'ancien Kurultaj ait accepté de siéger au I er Congrès Régional des Soviets, à Simferopol, en mars 1918. A l'issue de ce Congrès fut constitué un « Gouvernement Criméen » de 21 commissaires, comprenant un Tatar auquel on accorda la direction du Commis­ sariat aux Affaires Musulmanes. En février 1918, cet orga­ nisme édita à Simferopol, un journal bihebdomadaire, H 6i Khalq (JjX- Le Peuple laborieux), qui portait en titre « journal démocratique, organe du P a r t i Socialiste Unifié Tatar »2. En mars, ce journal disparut, cédant la place à A l Bajraq (J! j\> J î - Le Drapeau Rouge), également à Simferopol, qui dura jusqu'en avril 1918. L'occupation de la péninsule en avril 1918 par les armées alle­ mandes devait renverser le premier régime soviétique de Crimée à la fois faible, despotique et inefficace. Le changement allait être favorable aux Tatars. Un musulman, T atar de Lithuanie, le général Sulkevié, se vit confier par les Allemands l'adm inistration civile de la 1. V. E la g in , « Nacionalistiéeskie illjuzii Krymskih Tatar v revoljucionnye gody » (« Les illusions nationalistes des Tatars de Crimée pendant les années révolutionnaires »), Novyj Vostok, n° 6, 1924, p. 216, écrit : « Le pouvoir bol­ chevik en Crimée depuis son avènement et jusqu'à sa destruction par les Allemands a été un pouvoir russe qui parlait un langage incompréhensible aux Tatars. En 1918 les bolcheviks de Crimée n'ont pas su résoudre le problème national. » 2. Ram iev (op. d t , p. 215) ignore ce journal mais en cite un autre, Millet

- - La Voix de la Justice), édité par Mehmed Nijazi1, un écrivain et pédagogue tatar originaire de la Roumanie. A ces trois périodiques, il convient d’ajouter une revue, Qrym Meğmu'asy - La Revue de Crimée), publiée à partir du 2 mai 1918 à Istanbul par un groupe de Criméens immigrés en Turquie, dont Ğafer Sejdahmet2, ancien Ministre de la Guerre et des Affaires Étrangères du Gouvernement tatar. Cette importante revue bimensuelle, politique et littéraire, de tendance turque (türkéülük), imprimée à la typographie « Orhaniyeh » et rédigée en turc osmanly eut, durant toute l’année 1918, une très large diffusion non seulement parmi les nombreuses colonies criméennes établies en Turquie, mais aussi en Crimée même. Le directeur était S. Sudi et le rédacteur en chef A. Halil. En novembre 1918, après l’évacuation de la Crimée par les Alle­ mands, le gouvernement de Sulkevic fut remplacé par un gouverne­ ment russe libéral présidé par un Karaim, ancien député K.D. de la 1. Mehmed N ija zi , né en 1878 dans le village d'Asèylar dans la Dobrudja fit ses études à l'École Normale d'Istanbul. En 1889, il se rendit en Crimée et y exerça le métier d'instituteur. En 1918, il se réfugia en Roumanie. Ses poèmes furent publiés en 1931 à Pazarğik. 2. Ğafer Sejdahmet (en turc Cafer Seydahmet) K irimer , né en 1890 dans le village de Qyzyl Taâ près de Jalta dans la famille d'un paysan aisé. Très jeune il fut envoyé à Istanbul où il fit ses études primaires et secondaires. En 1910, il se rendit à Paris où il fit ses études supérieures à la Faculté de Droit. De retour en Crimée en 1914, il participa activement au mouvement national tatar. Le 5 mars 1917, la première Conférence Tatare le nomma Président de la Commission de la réforme agraire et en mai 1917, il représenta la Crimée au Congrès Musulman de Moscou. Enfin, le 24 novembre 1917, il fut nommé Ministre de la Guerre et des Affaires Étrangères du Gouvernement Criméen. Après l'occupation de la Crimée par l'Armée Rouge, il émigra à Istanbul où il mourut en i960. Ğafer Sejdahmet fut un publiciste fécond : il avait collaboré au Terğüman et au Millet et dans l'émigration, il assura la rédaction de la revue mensuelle Emel (UEspoir) de Constantsa (Roumanie), puis d'Ankara. On lui doit plu­ sieurs ouvrages historiques, dont une grande monographie sur Ismail bey Ğasprinski : Gasptrat Ismail Bey , Istanbul, 1934 (en turc), un ouvrage en français : La Crimée (Lausanne, 1922), un roman historique : Milli Duyğu et de nombreuses nouvelles qu'il signait parfois du pseudonyme « Sahab Nyiazî ». Des renseigne­ ments très complets sur sa vie et son œuvre figurent dans le fascicule n° IV, de mai i960, de la revue Emel d'Ankara.

252

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

première Duma, Solomon S. Krym. En avril 1919, la malheureuse presqu'île fut, une fois de plus, secouée par un im portant bouleverse­ ment politique. Les troupes soviétiques venues d'Ukraine pénétrèrent de nouveau en Crimée et chassèrent le gouvernement des K.D. Le second régime soviétique établi en mai 1919 devait se montrer plus clément, surtout plus soucieux de ménager les susceptibilités des musulmans. Plusieurs postes, dont celui du Président du Commissariat du Peuple aux Affaires Étrangères, furent confiés à des Tatars, géné­ ralement membres de la fraction de gauche du Milli Firka, présidée par Veli Ibrahimov. Les journaux tatars. Millet, Krym, etc., continuèrent à paraître sans que leur orientation nationaliste ait été sensiblement modifiée. En outre, au début d'avril 1919 parut à Simferopol un journal bolche­ vik, Jeni Dünja (U.» (jxT - Le Monde Nouveau), hebdomadaire de langue turque, organe du Commissariat Central Musulman de Moscou, qui avait été transféré en Crimée, après avoir publié quelques numéros à Moscou. Le journal rédigé par Mustafa Subhi1 s’adressait surtout aux nombreux prisonniers de guerre turcs. Le second Gouvernement soviétique n’eut, lui aussi, qu'une existence éphémère. En juin 1919, la Crimée fut occupée par les Armées Blanches du général Denikin qui, luttant pour une « Rus­ sie unie et indivisible », se montra un adversaire intraitable de tous les mouvements nationaux allogènes. Le 28 juin, il dispersa le Directoire National Tatar, interdit le Milli Firka qui, entrant dans la clandestinité, collabora dès lors avec les organisations bolchevikes russes. Enfin, le 23 août, les autorités « Blanches » fermè­ rent tous les journaux tatars et se saisirent de la typographie du Terğüman. Au début de l’année 1920, l’administration de Denikin céda la place au dernier Gouvernement Blanc de Russie, celui du général Wrangel qui, durant son court règne, chercha à revenir sur les erreurs de son prédécesseur. Des promesses d’autonomie religieuse et culturelle i. Mustafa S ubhi (1883-1921), fondateur du Parti Communiste turc, né à Giresun (Turquie) dans la famille d'un fonctionnaire. Il fit ses études à l'École de Droit d'Istanbul et à l'École des Sciences Politiques de Paris. Après la révo­ lution « Jeune Turque », il revint en Turquie où il travailla comme journaliste et professeur à l'École Normale d'Istanbul. En 1910, il adhéra au Parti Socia­ liste Ottoman ; arrêté en 1913, il s'évada en 1914 et se réfugia en Russie. Interné au moment de la déclaration de guerre et déporté d'abord à Kaluga, puis dans l'Ural, Subhi adhéra en 1915 au P.O.S.D.R. Subhi prit part au I er Congrès du Komintern et organisa le I e r Congrès des Organisations Communistes Turques formées d'anciens prisonniers de guerre (septembre 1920 à Bakou). A ce Congrès fut fondé le P.C. turc dont le Comité Central eut Subhi pour président. Celui-ci joua un rôle de premier plan dans le Narkomnac ; on lui doit la traduction en turc de plusieurs œuvres clas­ siques du marxisme-léninisme. Le 28 janvier 1921, Subhi et un groupe de diri­ geants communistes turcs périrent dans des circonstances assez obscures lors de leur voyage de retour en Turquie.

U ÈRE DE LA PR E SSE POLITIQUE

253

furent faites aux Tatars et un quotidien : Qrym Müsülmanlary Sedasy Ls~J - L ’Élevage) d’Akmolisnk suivit la même voie ; de nationaliste, proche d’AlaSOrda, il vira vers la gauche après Octobre, et devint en été 1918 un journal bolchevik.

La Révolution d’Octobre n’eut pas de répercussions immédiates sur la vie des steppes qui restèrent isolées de la Russie Centrale par les territoires peuplés des Cosaques contre-révolutionnaires de l’Ural et d'Orenburg, ce qui, un certain temps du moins, rendait impossible toute infiltration des bolcheviks dans le pays kazah. Du 5 au 13 décem­ bre 1917, AlaSOrda convoqua à Orenburg, sous la protection de Dutov, le 3e Congrès Pankirghiz, au cours duquel, le 10 décembre, fut pro­ clamée l’autonomie du pays kazah et fut élu un Comité Exécutif 1. Kurama, « cousu ensemble », « métis » ; c’est aussi le nom d’une impor­ tante tribu turque de l’actuel Uzbekistan dont la langue tient à la fois de l’uzbek et du kazah. 2. Voir p. 154. 3. Bien souvent pendant la Révolution et la guerre civile, on constatera le même phénomène : par hostilité envers le nationalisme « racial », les partisans de l’idéal panislamique se retrouveront, bien que conservateurs, du côté des bolcheviks.

L ’È R E DE LA P R E SSE POLITIQUE

257

(composé de représentants d’AlaS-Orda) devant siéger à Semipalatinsk. En réalité le territoire des Steppes, en raison de son immensité, ne pouvant relever d’une seule autorité, il fallut instituer deux gouver­ nements : l’un pour le Kazahstan Occidental, dans le village de Zambejtu (région d’Ural'sk) avec à sa tête Dosmohammedov, et l’autre pour le Kazahstan Oriental à Semipalatinsk avec Bukejkhanov. Tous deux étaient anticommunistes, avec le souci majeur, sinon unique, d’empê­ cher la pénétration des bolcheviks dans les Steppes. Mais les milices rouges de Sibérie et de l’Ural, rompant les minces barrages des Cosaques, s'emparèrent d’Orenburg le 18 janvier et furent à même d'aider les ouvriers russes, les partisans d'Amangeldy Imanov qui, révoltés en 1916, résistaient encore dans les steppes désertiques de Turgaj ainsi que la tribu des Qypêaks dont le chef Ğangil’din avait pris le parti des bolcheviks, à instaurer le pouvoir des Soviets dans les principales villes du pays : Akmolinsk, Kustanaj (7 janvier), Aktjubinsk (8 janvier), Turgajsk, Semipalatinsk (21 janvier), enfin Vemyj (Alma-Ata) le 3 mars. Ce fut un succès éphémère ; en mai 1918, le soulèvement des Tché­ coslovaques anéantit le pouvoir soviétique dans l’Ural et sur la Volga, plongeant les Steppes dans la guerre civile qui dura, sous le signe de la confusion et de la sauvagerie, jusqu’au début de 1920. Les villes se trouvaient sous le contrôle tantôt des « Rouges », tantôt des « Blancs » (unités du général Annenkov, années de Kolçak, Cosaques du Semirecie, d'U ral et d'Orenburg...), tandis que l'anarchie régnait dans les Steppes : « Blancs », « Rouges », « Verts », détachements de paysans russes, unités d’AlaS-Orda, partisans kazahs des bolcheviks, s’enga­ geaient dans la lutte avec des fortunes diverses. Pendant cette sombre période, l’autorité d’AlaS-Orda resta purement virtuelle. Le gouvernement de VAlaS-Orda Occidental chassé d’Orenburg, en janvier 1918, se réfugia dans les Steppes, signa avec les Cosaques de l'U ral un accord pour une administration commune de l'U ral et, après la création du Komut de Samara, entra, platoniquement d’ailleurs, dans le front antibolchevik qui groupait aussi des S.R. russes et les Baâkirs. Le gouvernement de YAlaS-Orda Oriental se tourna, lui, vers le Gouvernement de Sibérie d’Avksent’ev et coopéra avec lui, sans tou­ tefois prendre une part active à la lutte contre les bolcheviks. De leur côté, les partisans des bolcheviks tinrent, en mars 1918, à Turgaj, un Congrès favorable au nouveau régime et leurs délégués participèrent aux travaux du Bureau Kirghiz du Narkomnac créé le 12 mai 1918. L’annonce officielle faite le 4 novembre 1918, par le « Gouvernement de Sibérie » de son impossibilité de soutenir plus longtemps l’autonomie kazahe bouleversa la situation. L’amiral Kolçak qui lui succéda durcit davantage encore sa position envers les revendications des allogènes, ce qui eut pour effet de rejeter les Kazahs vers le régime soviétique. Les dirigeants d‘AlaS-Orda, désorientés, sans espoir d'entente avec le Gouvernement de Kolëak, durent réviser leur politique. 17

258

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

En mars 1919, au moment de la seconde offensive de Kolçak, contre la Volga, Ğangil'din qui avait été, entre-temps, nommé Commis­ saire Extraordinaire soviétique pour le Territoire des Steppes, ren­ contra à Omsk les représentants d'AlaS-Orda et réussit à convaincre Bajtursun de suivre l'exemple des Baikirs et de passer du côté des Soviets. Les unités militaires d’AlaS-Orda se retirèrent peu à peu dans les régions les plus reculées des steppes et, le 10 novembre, VAlaSOrda Occidental reconnaissait le pouvoir soviétique ; quelques semaines plus tard, YAlaS-Orda Oriental suivait cet exemple. En juin 1919, Bajtursun se rendit à Moscou et y signa avec Lénine, Staline et ĞangU’din un accord qui aboutit à la formation, le 10 juillet 1919, du premier gouvernement révolutionnaire Kazah (Kirrevkom). Pendant ce temps, les unités du Front Oriental de l’Armée Rouge, bousculant l’Armée de Kolçak qui battait en retraite, pénétraient dans les steppes : le 8 octobre, elles dégageaient la voie ferrée SamaraTaikent, le 5 décembre Turgajsk était pris, six jours après Semipalatinsk subissait le même sort. En janvier 1920, Gure’v, sur la mer Caspienne, tenu par les Cosaques d’Ural, tombait à son tour et, en mars, le pouvoir soviétique était instauré au Semirecie, dernier bas­ tion des Blancs au Kazahstan. ☆ Plusieurs périodiques en langue kazahe furent publiés pendant la guerre civile. En avril 1918, un groupe de Kazahs, socialistes de gauche, repré­ sentant le soviet de la région de Turgaj, publiait à Orenburg, alors aux mains des bolcheviks, un hebdomadaire Qazaq Munu y jli)x dont l’éditeur était Nazir Turmequlov. Ce premier journal socialiste de langue kazahe disparut au moment de la reprise d’Orenburg par Dutov, en juillet 1918. En juin 1918, parut à Petropavlovsk, dans le Kazahstan Nord, l’hebdomadaire pour les jeunes Zas Azamat (oU ljl î«*‘^W Ipirt» WAV MAMta

> ^ 3 * '

:i

y ^„y

**i— i*î*

F ig . 50. — Qazaq, d'O renburg.

iSjûjAi- Cr^’ljLw.1^ Jlj» je j.ju -1- Les Nouvelles du Commis­ sariat Militaire Kazah), rédigé par Ahmed ömerov. Dans ce dernier, une place importante était réservée aux nouvelles officielles de Narkomnac. Après la reprise d'Orenburg par l’Armée Rouge, en décembre 1918, le soviet local y fit paraître le journal Enbek Tuuy (i£)ÿ iUpTl - Le Drapeau du Travail) opposé à la politique d’AlaS-Orda, mais cepen­ dant plus proche du nationalisme que du communisme, avec ‘Abbas Tugianov comme éditeur-rédacteur en chef1. D’autres journaux à la fois communistes et nationalistes virent le jour à la même époque. En novembre 1919, à Ural’sk, le Comité régional du Kirrevkom lançait un journal bihebdomadaire Sakhra Tany (> b L ’Aurore des Steppes) tandis qu’à Semipalatinsk, occupé le 11 décem­ bre 1919 par les forces soviétiques, la section des Communistes kazahs du Semireéie faisait paraître le bihebdomadaire Qazaq ‘Aqly’ (^gUc. J l j l i - L ’Esprit Kazah). Enfin, en décembre 1919, le Kirrevkom commençait à publier son organe officiel ÜSqün - L ’Étincelle)2 d’abord à Orenburg, puis à Vemyj (Alama-Ata) ; son rédacteur en chef était Mohammedian Siralin3, ancien éditeur de Aj-Qap. 1. En 1921, ce journal fut transféré à Kzyl Orda et, devenu EnbekSil Qazaq (Le Travailleur Kazah) fut, jusqu'en 1928, l'organe officiel du Gouvernement et du P.C. (b) du Kazakhstan. 2. L'ouvrage Obrazovanie Kazahs koj A.S.S.R. (La Formation de la R.S.S. A. Kazàhe) , Alma-Ata, Ac. des Sciences de la R.S.S. du Kazahstan, 1957, donne à la page 143 un fac-similé du numéro du 15 août 1919 de ce journal qui parais­ sait alors à Vemyj. A l'origine ÜSqün paraissait trois fois par mois, puis il devint hebdomadaire et en septembre 1920, trihebdomadaire. 3. Voir biographie, p. 150.

2Ö0

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE



Il semble que la quasi-totalité des journaux nationalistes ait dis­ paru dans la tourmente de la guerre civile. Après la conclusion de l’accord entre Alat-Orda et le Gouvernement soviétique, les publicistes nationalistes apportèrent leur collaboration à la rédaction des pério­ diques soviétiques publiés par le Kirrevkom. Seul, un petit groupe irréductiblement hostile au nouveau régime refusa de suivre les diri­ geants à’AlaS-Orda et rejoignit en été 1919 les forces de Kolçak. C’est aux efforts de ce groupe qu'est due la publication, à partir de sep­ tembre 1919, de l’hebdomadaire Qazaq Sözü {/S 'jy* - L a Voix Kazahe) édité par ‘Aziz Bulatov, d’abord à Semipalatinsk puis succes­ sivement dans celles des villes de Sibérie qui jalonnaient la retraite de l’administration de Kolçak vers l'Est. ☆

En 1920, parurent plusieurs nouveaux périodiques kazahs, surtout dans les villes situées hors des frontières de l’ancien « Gouvernement Général » des Steppes ; bien qu’appartenant déjà à la presse soviétique, nous les citons id brièvement : Janvier 1920 : Turkestan Kedeili ^ c S ' J - Le Prolétaire du Turkestan) \ hebdomadaire de Talkent, organe de l’Armée Rouge du Turkestan. Février 1920 : Kedei Sözü tariat), hebdomadaire d'Omsk.

- La Parole du Prolé­

Mai 1920 : EnbekSil Zastar (jU-G- J a S ’i È ’1 - Les Jeunes Travail­ leurs) d’Omsk, hebdomadaire satirique et politique destiné aux jeunes communistes. Septembre 1920 : T elti - Le Correspondant), hebdomadaire d’Astrahan, édité par le Comité des Combattants Kazahs de la VolgaCaspienne. Décembre 1920 : Aq Zol (J^>- J J - La Voie Claire), hebdomadaire littéraire de TaSkent, dont les éditeurs furent Sultanbek Khoğanov.i i. Les expressions « prolétaire » et « prolétariat » traduisent improprement les termes kazahs kedeili et kedei et peuvent prêter à confusion. Le sens précis de kedeili est « le pauvre », que le russe rend parfaitement par bednyj et kedei par bednota. D ’ailleurs les communistes kazahs et turkestanais ont longtemps nié l’existence d’un « prolétariat » en Asie Centrale.

U È R E DE LA P R E SSE POLITIQUE

261

et ‘Azimbek Bermezanov. Plusieurs intellectuels nationalistes ralliés, avec plus ou moins de sincérité au nouveau régime, collaboraient à ce journal, notamment Mir-Jakub Dulatov1.2 La presse soviétique kazahe resta jusqu’en 1925 entièrement dominée par le groupe d’intellectuels nationalistes qui avaient dirigé le parti Ala$-Orda. On peut citer à ce sujet le témoignage d'un auteur soviétique A. Anuskin qui écrivait en 1930 : « Jusqu'en 1925 le Commissariat du Peuple à l'Éducation Nationale, la presse et les établissements scolaires (kazahs) étaient des citadelles du nationalisme contre-révolutionnaire. Il suffit de rappeler que Bajtursun, le chef du mouvement antisoviétique, était alors le Narkom à l'édu­ cation et qu'il put avec son compagnon Dulatov, utiliser largement la presse... Cette dernière était à 100% aux mains des nationalistes d'AlaSOrda »#.

F ig . 51. — Vignette de Molla Nasreddin, n° 2 de 1907.

1. Voir Sibirskaja Sovetskaja Enciklopedija, t. III, pp. 591-592. 2. A. A n u Skin , « Iz opyta korenizacii v Kazahskoj S.S.R. » (« L'expérience de la nationalisation de l'appareil dans la R.S.S. Kazahe »), Revoljucija i NacionaVnosti, n° 7, novembre 1930*

2Ô2

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

G. P R E S S E D U T U R K E S T A N

i . F évrier

a octobre

1917 - L’essor

de la presse nationale

Comme dans les autres territoires allogènes de l’Empire, la chute de l’Autocratie fut saluée avec enthousiasme par l’intelligentsia musul­ mane, d'autant plus confiante en un avenir propre à satisfaire enfin ses aspirations que Kerensky, natif du Turkestan, lui semblait être l’homme le plus désigné pour comprendre et résoudre ses problèmes. Très vite ces espoirs furent déçus, car, bien que prêt à accéder aux demandes de libertés individuelles, le nouveau régime s’opposait à toute concession sur le plan des libertés collectives. De fait son autorité sur le Turkestan n’était-elle pas purement nominale ? Le pouvoir fut exercé par deux organismes dressés l’un contre l'autre. Le « Comité du Turkestan » de neuf membres (5 Russes et 4 musulmans) nommé par Pétrograd et le « Soviet des ouvriers, soldats et paysans » composé entièrement de Russes, représentants des S.R. (majoritaires), des mencheviks et des bolcheviks. L’autorité réelle appartenait au Soviet de Talkent dont les chefs étaient fermement décidés à écarter les indigènes de l’exercice du pouvoir. Comme le disait l’un de ses dirigeants : « La révolution a été faite par des Russes et il est juste que leur en incombe la direction. » Cependant, le mouvement national musulman, dans le climat euphorique de la révolution de février trouva un regain de forces nou­ velles. Dès février 1917, les différentes tendances, autrefois imprécises, s’ordonnèrent autour de trois groupes principaux : 1) Une fraction conservatrice nombreuse et puissante qui se compo­ sait surtout d’éléments religieux, la plupart fidèles à la Monarchie russe, se groupa autour de l’Association des Ulémas (Ulema Ğamijeti), présidée par un moUah d’Aq-Meéet (Perovsk), Said 'Ali Lapin, dont les préoccupations étaient surtout d’ordre religieux. 2) Une fraction libérale, qui rassemblait des Tatars volgiens et des Turkestanais partisans de la modernisation de la vie musulmane et de la participation des indigènes à la vie politique, forma, en avril 1917, le Parti Sura-i Islamiyeh (« Conseil de l’Islam »). L’opposition irréduc­ tible des Russes allait provoquer le rapprochement de ces deux groupes et finalement même, les amener à fusionner. 3) Les éléments révolutionnaires influencés par des socialistes russes, surtout S.R. et mencheviks, se divisaient à leur tour en plusieurs groupes : 1’ « Union des travailleurs musulmans » à Skobelev (Fer-

L ’È R E DE LA P R E SSE POLITIQU E

263

ghana), le parti Ittihad (« Union ») à Samarkand et une petite organi­ sation d'ouvriers musulmans à Talkent, présidée par Mufti Zade. Faibles numériquement, ces groupuscules devaient rallier, après Octobre 1918, le camp soviétique. Il ne faut pas négliger enfin la présence au Turkestan de formations politiques étrangères, dont le centre était Bakou, telles les cellules locales du parti Edalet123formé de Persans et du Müsavat1 composé d’Azeris. La première manifestation de la vie politique de ce pays resté si longtemps en sommeil, est dûe à l'initiative des ğadids qui, en mars 1917, convoquèrent à Talkent le Congrès des Musulmans du Turkestan. Dans sa résolution finale, le Congrès se prononça pour le système fédéral de la Russie, conforme en cela aux idées des Azeris et en oppo­ sition aux Tatars, et pour la restitution aux indigènes des terres occupées par les colons russes. Le Congrès désigna un Conseil Central des Musulmans : Türkistan Musulman Merkezi Surasy, appelé plus simplement « Centre National » (M itti Merkez), dont Mustafa Cokaj8 fut le premier président, et qui rapidement établit un réseau d’orga­ nisations régionales prenant la direction de toute la vie politique des musulmans. Ainsi, dès avril 1917, face à la dyarchie russe, se dressait un troisième pouvoir, musulman4.* Le Gouvernement Provisoire fut une période faste pour la presse nationale, ainsi qu'en témoigne le nombre de périodiques parus entre les mois de février et d'octobre 1917. Autour de la majorité qui suivait la ligne politique des ğadids modérés, on trouvait encore quelques organes religieux conservateurs et déjà des périodiques socialistes. a) Périodiques de Taikeni. La presse nationale devait prendre son essor dans la capitale du Gouvernement Général, avec la parution, en mars 1917, c’est-à-dire avant même la convocation du Congrès des Musulmans du Turkestan, du journal hebdomadaire de langue uzbeke NeSat - La Déli­ vrance) imprimé à la typographie «Jeni Hükümet». Le grand leader réformiste Münever Qari en était le rédacteur en chef et comptait au nombre de ses collaborateurs des ğadids de la première heure : Sakirğan Rahimi, Mir Muhsin, Leziz ‘Aziz Zade, le poète Hoğa Miarov 1. Voir supra, p. 230. 2. Voir supra, p. 228-229. 3. Voir supra, p. 255. 4. Parmi les dirigeants du Conseü Central, les plus en vue étaient, après Mustafa Cokaj, Mahmud hoğa Behbudi, ‘Ubajdullah Hoğa (Hoğaev), Asadullah Hoğa, Nasyr Khan Törä (à Ferghana), Tynysbaev (au Semireôie), Oraz Serdar (à Ashabad)... Voir à ce sujet Serçe A. Z en k o v sk y , Pan-Turkism and Islam in Russia, Cambridge, Harvard University Press, i960, pp. 227-228.

264

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

(pseudonyme « Tavella »), Haimohammed Törequli oğlu (pseudonyme « Merdikar »), Mahmud hoğa Bebhudi, le romancier ‘Abdullah Qadyri (pseudonyme « Ğolkunbaj »)*, le poète Kemi, Salaheddin Mufti Zade et aussi des non-musulmans, par exemple Nalivkin, ancien député de Taşkent à la deuxième Duma (menchevik) ou le socialiste arménien Hoğanian. NeSat portait en exergue le slogan Müsavat, Hürrijet, Edalet («Éga­ lité, Liberté, Justice »). Il saluait avec enthousiasme la révolution de février dans laquelle il voyait une occasion unique de réaliser l’union des peuples musulmans du Turkestan. Ses positions politiques étaient celles de la bourgeoisie progressiste tatare : union nationale des Turcs, refus de la lutte des classes, réforme de l’Islam. Ces mêmes idées furent reprises, en avril 1917 par Sura-i Islamiyeh dont NeSat devint l’organe officieux. En tout, vingt numéros furent publiés. Au moment où se tenait à Taşkent le Congés Musulman, un groupe de nationalistes progressistes Uzbeks et azéris dont certains, tel Nizameddin Qari, étaient assez proches des S.D. russes, fondaient l'Asso­ ciation Turan NeSr -i Ma'arıf Ğamijeti (« L'association pour la diffusion des connaissances - Turan »). Cette association fit paraître en avril 1917, sous la direction d’un Azeri, Mehmed bey Emin Efendi Zade, qui avait pris pour rédacteur en chef le poète ‘Abdullah Evlani, puis Nizameddin Qari, le journal bihebdomadaire Turan (O b/)- La tendance politique du journal était socialiste et comme le laissait entendre son nom, panturque. Il défendait en réalité un programme assez proche de celui du parti Müsavat d'Azerbajğan. Turan disparut après son 20e numéro et fut remplacé, en septem­ bre 1917, par Türk EU ( J»J Le Drapeau du Pays). D’abord organe du Sura -i Islamiyeh, Il Bajrağy devint, en décembre 1917, celui de l'éphémère Gouvernement Musul­ man de Kokand. L'historien Bulat Sali oğlu (Saliev), futur professeur à l'Université de Samarkand et ‘Alura ‘Ali Zahiri rédacteurs en chef, s’appuyaient sur une équipe d’intellectuels ğadids, parmi lesquels on notait, Nusirvan JauSev, Sirdar ‘Abdullah bey Kheirullah, ‘Ubajdullah Khan, ‘Abid Nazir Haği, Hafiz Nur-Mohammed, Junusğan Agaliq, etc. El Bajrağy tirait à 1000 exemplaires — chiffre assez im portant pour une ville de province. Il disparut après son 20e numéro. c) Périodiques de Samarkand. A Samarkand, deuxième ville de l'ancien Gouvernement Général, parut le 16 avril 1917, le journal Hürrijet - La Liberté), publié par la société Zeraßan, qui fut certainement, à l’époque, le plus influent, le mieux fait et le plus intéressant des journaux ğadids du Turkestan. Jusqu'au 27e numéro, Mardankul Sah Mohammed Zade et Marhum Ekabir Sah Mansur Zade en partagèrent la direction qui fut ensuite attribuée jusqu’à la fin, c'est-à-dire pour 50 numéros encore, à ‘AbdurRauf F itrat, secondé par un comité de rédaction où le rôle principal incombait à Mahmud hoğa Behbudi, Haği Mu’in et Said Riza. Ce journal de tendance panturque tirait à 1000 exemplaires environ. Il disparut en 1918, après son 87e numéro. en 1920. On lui doit de nombreuses pièces de théâtre, des poésies, des chansons ainsi que d’importantes études sur la musique populaire uzbeke. B.S.E. (2e édi­ tion, t. 46, pp. 49-51) lui consacre une notice. Ses œuvres choisies ont été publiées en traduction russe à Moscou en 1951 et en uzbek à TaSkent en 1954 (Tanlangan Asarlar).

268

LA PRESSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

d) Périodiques de Bukhara. La révolution de février 1917 n’eut pas de répercussion immédiate à Bukhara, où le pouvoir de l'Ém ir bien que de plus en plus menacé par l’agitation révolutionnaire des « Jeunes Bukhars », restait encore très fort. Un journal semble avoir été publié avant le renversement de l'Ém ir, probablement au cours de l’été 1917 ; seul le titre, Zeraßan ( jttiljj) , nous est connu.

2. L a R év o lu tio n

d ’O ctobre e t la p r e sse so v ié t iq u e

a) Presse du Turkestan. Au Turkestan, la Révolution d’Octobre, comme celle de Février, fut le fait des Russes seuls ; les nouveaux détenteurs du pouvoir, S.R. de gauche et bolcheviks, entendaient suivre la politique du Soviet de Taâkent et empêcher les musulmans — éléments non prolétariens — d’accéder aux postes de commande. La résolution votée à l’issue du 3e Congrès régional des Soviets, le 15 novembre 1917, spécifiait notamment : « Il n’est pas possible d’admettre dès maintenant les musulmans dans les organes suprêmes du pouvoir révolutionnaire, parce que l’attitude de la population locale envers le pouvoir des soviets est incertaine et que la population indigène ne possède pas d’organisations prolétariennes »*.

Le Conseil des Commissaires du peuple du Turkestan (Türksovnarkom) formé à l’issue du Congrès comprenait 15 membres (7 bolcheviks et 8 S.R. de gauche), tous Russes. A son tour, le Conseil Central des Musulmans convoqua, le 28 novembre 1917, à Kokand, le 4e Congrès des Musulmans, auquel prirent part aussi des non-musulmans — Juifs de Bukhara et Russes adversaires du nouveau régime. Les délégués réunis à Kokand, repré­ sentant toutes les tendances, à l’exception des socialistes, décidèrent de créer, face au Gouvernement russe de Talkent, un Gouvernement national, établissant un Conseil du Peuple (Khalq Surasy) de 44 mem­ bres et un Comité Exécutif, présidé d'abord par Mohamedzan Tynyâbaev, puis par Mustafa Cokaj, qui proclama l’autonomie du Turkestan musulman. L’autorité du « Gouvernement » de Kokand ne devait cependant pas s’étendre au-delà de la vallée de la Ferghana. De plus i. Cité par R ubinstein , V borbe za leninskuju nacional’nuju politiku (En luttant pour la politique nationale léniniste), Kazan, 1930, p. 8.

U È R E DE LA P R E SSE POLITIQU E

26g

ses jours étaient comptés, car, ne disposant pas de force armée, il ne pouvait guère espérer opposer une résistance efficace au Türksovnarkom de Taşkent. Le conflit allait éclater en janvier 1918, quand le Türksovnarkom lança ses troupes contre Kokand. Le 6 (19) février, la capitale musulmane fut prise d’assaut, la mise à sac s’ensuivit, et l’éphé­ mère gouvernement se dispersa pour rejoindre les Basmaéis déjà enga­ gés dans une longue et sanglante guérilla contre les forces soviétiques. Décrire ici l’histoire du premier régime soviétique en Asie Centrale ne relève pas de notre propos. Il étendit d'abord assez rapidement son pouvoir à l’ensemble de l’ancien Gouvernement Général du Tur­ kestan — à l’exception des régions montagneuses tenues par les insurgés Basmacis, et tenta même, en mars 1918, une opération contre l'Ém irat de Bukhara, mais l’expédition se solda par un échec, qui se réitéra dans le pays turkmène où, en juillet 1918, des éléments contrerévolutionnaires russes, S.R. de droite et mencheviks, soutenus par les unités anglaises venues d’Iran, s’emparèrent du pouvoir à Ashabad et s'y maintinrent jusqu'en août 1919. Le pouvoir soviétique de Taşkent — complètement isolé du reste de la Russie par les Armées Blanches (Cosaques d’Orenburg et Koléak), menacé par les Basmaèis, mais aussi par les Anglais en cours d’inter­ vention au Turkmenistan, mis en échec par l’Émir de Bukhara, déchiré par des discordes intérieures — réussit cependant à faire front contre tous ses ennemis et à survivre jusqu’au rétablissement définitif, en novembre 1919, des communications avec la Russie par la défaite des Armées Blanches dans l’Ural Méridional. Durant cette sombre période, l’une des plus tragiques que le Tur­ kestan ait traversée, le régime soviétique de Taâkent appliqua aux musulmans une politique que certains historiens soviétiques n’ont pas hésité à qualifier « d’exploitation féodale des larges masses de la population indigène par les soldats russes de l'Armée Rouge, les colons et les fonctionnaires »*.

Les communications avec la Russie furent rétablies en novembre 1919 et une Commission du Turkestan (Turkestanskaja Kommissija) nommée par le Gouvernement de Moscou, dès son arrivée à Taşkent, procéda à la remise en ordre des affaires turkestanaises. Pour ce faire, bon nombre des premiers dirigeants russes furent déplacés et les portes du Parti Communiste furent assez largement ouvertes aux musulmans dont la plupart étaient d'anciens ğadids. a) Les derniers périodiques nationalistes. Durant les premiers mois du nouveau régime, les anciens périodiques nationalistes continuèrent à paraître et même de nouveaux furent créés. X. G. Safarov, Kolonial’naja Revoljucija (Opyt Turkestana) (La Révolution Coloniale - Expérience du Turkestan), Moscou, 1921, p. 86.

270

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

Les deux premiers qui virent le jour en février 1918 à Taèkent, furent d'ailleurs des revues de caractère religieux : — W ahde - L ’Unité), hebdomadaire bilingue uzbek et persan, et — Azhar id-Haq (JjsJl jlfUl - La Manifestation de la Vérité), hebdomadaire lithographié, également bilingue uzbek et persan. Cette dernière revue était l'organe des mollahs réformistes et sa tendance politique était résumée dans les deux slogans : « Türklük ve İslamiyet jaSasyn I » (« Vive le turquisme et l’islamisme ! ») et « Bütün dönja müsülmanlarynyn ittifaqy jaSasyn ! » (« Vive l’union des Musulmans du monde entier ! »). Son rédacteur en chef était le mollah Sadreddin hoğa Mufti Zade. 18 numéros de ce journal virent le jour. Deux autres périodiques nationalistes de langue uzbeke, reflé­ tan t les idées politiques de l'aile gauche du ğadidisme qui accueillit favorablement la victoire des bolcheviks, parurent en mai 1918 à Taşkent : — Türk Sösü ((S'jy à j ÿ - La Voix Turque), bihebdomadaire édité par Ternir beg Khodajar Khan, se faisait remarquer par ses sympathies panturques. Plusieurs de ses collaborateurs avaient d’ail­ leurs été formés dans des écoles d’Istanbul. — Khalq Dar ul-Fununi yâ)t j b jjU- - La Maison des Sciences du Peuple), organe de l'Association du même nom. Cet hebdomadaire, qui se voulait apolitique — il proclamait que « seule l'ignorance était son ennemie »* — était aux mains des mudarris tatars pour qui la réforme des medresséhs n'était que le premier pas vers la réalisation de l'union des peuples turcs. La langue de ce journal était un uzbek fortement mêlé de tatar. Son éditeur, Mukhtar Bekir, était entouré d'un collège rédactionnel où se remarquait le folkloriste Abubekir Divaev. Un cinquième périodique nationaliste ISöiler Dönjasy I - Le Monde des Travailleurs) fut publié le 4 novembre 1918 à TaSkent par un groupe de ğadids qui cherchait à concilier l’Islam et le socia­ lisme et à édifier un communisme fondé sur la loi coranique. Le mollah Ghazi Junusov, Leziz 'Aziz Zade, Gholam Zaferi, Mohammed Jusuf Mohammed oğlu en étaient les principaux collaborateurs. Cette revue bimensuelle disparut après son 6e numéro. Enfin, le dernier des périodiques turkestanais considéré comme « non soviétique » par Zija Saidov1 2 fut la revue Tan ( f ll>- L ’Aurore), qui parut le 9 avril 1920 à Taşkent. Ce dernier périodique, littéraire et politique, bien que se disant « communiste », était en réalité rédigé par des ğadids bukhariotes réfugiés à Taşkent, groupés autour de l’écri1. Z. S aidov , op. cit., p. 72. 2. Id., pp. 117-118.

L 'È R E DE LA P R E SSE POLITIQU E

271

vain *Abdur-Rauf F itrat. Tan se préoccupait surtout de la réforme de la langue littéraire qu’il voulait rapprocher de l’ancien £ağataj. Il disparut le 15 mai 1920 après son 3e numéro. ß) Les périodiques soviétiques. La presse soviétique n’apparut au Turkestan qu’en été 1918. Elle appartient déjà à une ère nouvelle et nous ne pouvons que signaler brièvement les périodiques parus avant 1921.

1. Organes centraux. — Le premier périodique soviétique de Taâkent fut publié le 20 juin 1918 par les soins du Comité Central Exécutif du Turkestan. C’était le quotidien IStirakijun (j - Le Socialiste), dont le premier rédacteur en chef fut un Tatar venu de Moscou, ‘Aref Klevleev, remplacé peu après par Ahmed Donskoj. Ce journal se transforma, le 19 décembre 1920, en Qyzyl Bajraq (Jl j\> Jj» - Le Drapeau Rouge), organe du Comité Central du P.C. (b) du Tur­ kestan dont les rédacteurs en chef furent Orner Elmuhammedov, puis Mir Muhsin et le Tatar Ghazi Junusov. A Taşkent également parut en été 1918 l’hebdomadaire littéraire et pédagogique Ma ‘arif ( 3 j U* - L ’Enseignement), organe du Commis­ sariat du Peuple à l’Instruction Publique de la République du Tur­ kestan. Revue de 8 à 16 pages, publiant les annonces officielles. Ma ‘arif comptait parmi ses rédacteurs réguliers Münever Qari, Nureddin Sejfülmülükov, Sadyq ‘Abdusatarov, 'Abdullah Lutfi et d’autres anciens ğadids ralliés au nouveau régime. La revue disparut en avril 1919, après son 6e numéro. Enfin le 20 novembre 1920, un groupe de communistes tatars (Ahmed Sahid Ahmadeev, Şamil 'Usmanov, Jusuf Tuimin...) lança une revue hebdomadaire politique bilingue (uzbek-tatar), Qyzyl Ju l (Jj* Jj» - La Voie Rouge) dont Ahmed Donskoj fut le rédacteur en chef. 2. Organes régionaux. — C’est à Samarkand que parut le 11 juin 1918, avant même l'IStirakijun de Taşkent, le premier organe que les historiens considèrent comme véritablement soviétique, le bihebdo­ madaire MehnatkeSler TavuSy ( ^ 3 f i - La Voix des Tra­ vailleurs) dont le rédacteur en chef fut Haği Mu’in. Ce journal dont le tirage variait de 500 à 2 200 exemplaires disparut le 28 septembre 1922 après son 304e numéro. Le I er janvier 1920, Mehatkesler TavuSy publia en supplément un bimensuel satirique de 8 pages, Tajaq (Jlb - Le Bâton), dont Haği

272

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

Mu’in, puis Ghazi Junusov furent les rédacteurs en chef. Tajâq avait un tirage variant de 1 000 à 2 000 exemplaires. 8 numéros seulement virent le jour. Le 23 mai 1919, la Direction de l’Instruction Publique régionale de Samarkand fit paraître une petite revue pédagogique lithographiée. Balalar JuldaSy jW l - Le Camarade des Enfants). Rédigé en langue tatare de Kazan par un muallim tatar, Hebir ‘Abdullaev, Balalar JuldaSy disparut le 3 août 1919, après son 3e numéro. C’est à Samarkand encore que fit son apparition, vraisemblable­ ment au cours de l’été 1919, le premier organe socialiste de langue persane du Turkestan, Sä'äle-ye Inqilab (wOtäJl - Le Flambeau de la Révolution), hebdomadaire lithographié, organe officiel de la section turkestanaise du Parti Social-Démocrate Edalet, fondée par des immigrés persans, et aussi par des indigènes iranophones. Parmi ces derniers figurait Sadreddin Aini qui y publia, en 1919 et 1920, des poèmes et des récits historiques signés S. M. (Said Murad Zade)1. L’éditeur-rédacteur en chef était Said Riza ‘Ali Zade. Ce périodique devenu organe de Vobkom du P.C. (b) de Samarkand, peut être consi­ déré comme le précurseur de la presse soviétique tağike. ☆ A Kokand, ancienne citadelle du nationalisme, reprise en février 1918 par les unités rouges, les périodiques soviétiques apparurent en été 1918 : — Ferghana ISci, Dehqan ve Qyzyl ‘Asker Vakitler Surasynyn Akhbary Jj» j - Les Nouvelles du Soviet des députés des travailleurs, paysans et soldats rouges), édité à partir de juillet 1918 par Dadabaev. i. Sadreddin Said Murad Zade (1878-1954), plus connu sous le pseudonyme d' « Aini », célèbre romancier, historien et poète de langue persane, est considéré comme le fondateur de la littérature soviétique tağike. Natif du village de Soktar, il fit ses études dans une medresseh de Bukhara et prit une part active au mouvement ğadid de l'Émirat. Exilé et arrêté à plusieurs reprises par le Gouver­ nement de l'Émir, Aini participa dans les rangs des forces soviétiques à la Révo­ lution de 1920 qui entraîna la chute du régime princier. Aini occupa divers postes en vue dans l'administration soviétique et termina sa carrière comme Président de l'Académie des Sciences de la R.S.S. du Tağikistan. On lui doit un grand nombre d'ouvrages sur l'histoire de Bukhara, de remarquables romans et surtout des Mémoires qui lui valurent en 1950 le prix Staline. Ils furent traduits en plusieurs langues, dont le français. De nombreuses études biographiques ont été publiées en U.R.S.S. sur Aini. On peut consulter, entre autres, celle de J. S. B r a g in sk ij , « Sadreddin Aini — Oêerk iizni i tvoréestva » (« Sadreddin Aini — Esquisse de sa vie et de son œuvre »), Trudy Instituta Jazyka i Literatury, Académie des Sciences de la R.S.S. du Tağikistan, t. XXIV, Stalinabad, 1954.

L ’È R E DE LA P R E SSE POLITIQU E

273

— Khalq Gazeti (J?J? J}*- - Le Journal du Peuple), organe du soviet de Kokand, édité, à partir du 4 décembre 1918, par un groupe de ğadids ralliés au régime : Nazir Türekulov, ‘Asura ‘Ali Zahiri, Ghani Tincurin, Hadi Fajzi... Khalq Gazeti tirait à 1 000-1 500 exem­ plaires et disparut le 27 août 1919 après son 39e numéro. La même équipe fit paraître le 8 juillet 1919 le bihebdomadaire Jeni Sarq (J J* M> - Le Nouvel Orient), organe de la Direction du Commissariat du Peuple aux Nationalités de la Ferghana et du Bureau des Organisations Communistes Musulmans de Kokand. Ce journal devait durer jusqu’en 1921. ☆ A Namangan, seconde ville de la vallée de la Ferghana, parut, le Le Bouclier des Travailleurs), organe du soviet local, édité par Tahir Fathullin. 40 numéros virent le jour. Il fut suivi, le 18 juillet 1919, par le bihebdomadaire A r kinlik (dULf^jl - La Liberté), organe de la direction locale du Commissariat du Peuple aux Nationalités. I er septembre 1918, le bihebdomadaire Kéiler Qalqany



Nous ne savons pas si les diverses forces contre-révolutionnaires qui luttaient contre le pouvoir soviétique disposaient d’organes de presse. Nous pensons que les Basmacis n’en eurent jamais. Mais il convient de signaler la publication à Ashabad d’un journal de langue uzbeke. Tan Julduzi x U» - L'Étoile du Matin), Selon Ramiev, ce journal parut pour la première fois en juillet 1919, comme organe du « Conseil Provincial Musulman ». Si cette date est exacte, il aurait été publié par le gouvernement des S.R. d’Ashabad qui prirent le pouvoir au Turkmenistan en juillet 1918 et s’y m aintinrent jusqu’au 11 août 1919.

b) Presse de Bukhara et de Khiva. Peu après l’arrivée de la Commission du Turkestan à Taşkent, l’Armée Rouge d’Asie Centrale commandée par Frunzé, fut chargée de m ettre fin à l’indépendance du Khanat de Khiva et de l’Ém irat de Bukhara. Khiva fut prise en décembre 1919 et son territoire transformé en République Populaire du Khwarezm. En mai 1920, Frunzé entama les préparatifs de l'expédition contre l’Ém irat de Bukhara et, en septembre 1920, à la faveur du soulèvement des « Jeunes Bukhars », les unités soviétiques s’emparaient de la capi-

18

274

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

JİATor C Ln rg tA

F ig . 52. — L'avenir (geleğek) coupe les cordes du hamac sur lequel repose l'Émir de Bukhara. Caricature de Molla Nasreddin, n° 3 de 1909.

taie de l’Émirat. L'Ém ir parvint à s’enfuir et sa principauté fut érigée en République Populaire de Bukhara. Avant même l’expédition, le Comité Central du P.C. de Bukhara, réfugié à Taékent, y publia (de juillet à septembre 1920) un journal en uzbek QutuluS - La Délivrance), dont les exemplaires (3 000) étaient expédiés illégalement dans l’Ém irat1. i. B. I. Is k a n d e ro v , « Buhara v 1918-1920 gg », Trudy Institute Akademii N auk Tağikskoj S.S.R., Institut d’Histoire, d ’Archéologie et d'Ethnographie, t. X IX , Stalinabad, 1954, p. 53.

L'È R E DE LA P R E SSE POLITIQUE

275

Dès la chute de l'Ém ir, en septembre 1920, un bihebdomadaire de langue uzbeke vit le jour à Bukhara, Bukhara Akhbary - Les Nouvelles de Bukhara), organe du Comité Central Révolution­ naire et du Comité Central du Parti Socialiste de Bukhara. Son rédac­ teur en chef était Leziz ‘Aziz Zade et parmi ses rédacteurs figuraient la plupart des ğadids bukhariotes ralliés au Parti Communiste : Fajzullah Hoğaev, ‘Abdul Qadir Muheddinov, ‘Abdul Hamid Suleimanov, etc. ☆

Enfin, il faut noter l’apparition, le 8 mars 1920, à Khiva, capitale de la République du Khwarezm, d'un journal lithographié, Inqilab QojaSy (©jb jljlî J lt»j£ İ) - Les Turcs de Kazan. Aperçu historique et politique), Istanbul, Amedi Matbaası, 1341 (1925), (en turc), 248 p.

— Rizaeddin Fahreddin oğlu, n° 1, de la collection Kazanlı Türk Meşhur­ larından, Istanbul, Sıralar Matbaası, 1958 (en turc), 62 p. B e le n 'k ij (S.) et M a n v elo v (A.), Revoljucija 1917 v Azerbajjane (La Révolution

de 1917 en Azerbajjan), Bakou, 1927. B e n n ig se n (Alexandre), « Molla Nasreddin et la presse satirique musulmane

de Russie avant 1917 », in : Cahiers du Monde Russe et Soviétique, Paris, III-3, juill.-sept. 1962, pp. 505-520. B e n n ig se n (A.) et Q u e lq u e ja y (C.), Histoire des Mouvements Nationaux chez

les Musulmans de Russie — Le Sultangaliévisme au Tatarstan, Paris-La Haye, Mouton & C°, i960, 285 p.

Bibliografiâeskij UkazateV peâati Kazahskoj S.S.R. (1917-1939) (Index biblio­ graphique de la presse de la R.S.S. Kazahe, 1917-1939), 2e partie. Presse Périodique, Alma Ata, 1941, 100 p.

Bibliografija periodiâeskih izdanii Rossii 1901-1916 (Bibliographie des publi­ cations périodiques de Russie, 1901-1916), Leningrad, 3 volumes, 19581960.

BIBLIOGRAPHIE

293

BoĞagov (A. K.), Milli Firka - Nacional'naja Kontrrevoljucija v Krymu (Milli

Firka - La Contre-révolution nationale en Crimée), Simferopol*, Krymgosizdat, 1930, 117 p. B o g o s lo v sk ij (E.), Bakinskaja peâat*posle 17 Oktjabrja J905 goda-po 1 Ijulja x 9°7 i* (La presse de Bakou après le 17 octobre 1905 - jusqu'au I er juillet

1907), Bakou, 1907, 28 p. Id., pour Tannée 1907, Bakou, 1908, 38 p. Id. pour Tannée 1908, Bakou, 1908, 86 p. BoUevistskaja partijnaja peâat* - Mart -Nojabr* 19x7 (La presse du Parti bol­ chevik, mars-novembre X917), Moscou, Gospolitizdat, Inst. MarksizmaLeninizma, 1957, 70 p.

BolSevistskaja peâat* v period podgotovki velikoj Oktjabr*skoj Socialistiâeskoj Revoljucii - Bibliografiâeskij ukazatel po fondam G.P.B. (La presse bolchevike pendant la préparation de la Grande Révolution Socialiste d*Octobre Index bibliographique d*après les fonds de la Bibl. Nat.), Leningrad, Bibl. Saltykov Séedrin, 1956, 32 p.

Bor*ba za ustanovlenie i uproânenie Sovetskoj Vlasti v Dagestane 1917-1921 Sbornik Dokumentov i Materialov (La lutte pour rétablissement et raffer­ missement du pouvoir soviétique au Daghestan, 1917-1921 - Recueil de Documents et de Matériaux), Moscou, Ac. des Sciences, 1958, 540 p. B o r o v k o v (A. K.), Uzbekskij literaturnyi jazyk v period 1905-1917 gg. (La

langue littéraire uzbeke en 1905-1917), TaSkent, 1940. B o u v a t (L.), « La presse musulmane de Russie », in : Revue du Monde Musul­

man, nov.-déc. 1906, n° 1, fasc. 1 et 2, pp. 125-129 et 283-284. B raginskij (I. S.), Oâerki iz istorii Tadâikskoj literatury (Pages d*histoire de

la littérature tağike), Stalinabad, Ac. des Sc. de la R.S.S. Tağike, Institut de langue et de littérature, Tağikgosizdat, i960, 452 p. —

« Sadreddin Aini - Oéerk 2izni i tvoréestva » (Sadreddin Aini - Esquisse de la vie et de l’œuvre), in : Trudy Instituta Jazyka i Litetatury, Ac. des Sciences de la R.S.S. du Tağikistan, t. XXIV, Stalinabad, 1954.

B r o w n e (Edward G.), The press and poetry of Modem Persia, Cambridge Uni­

versity Press, 1914» 361 p. B u r b ie l (Gustav), Die Sprache Ismail bey Gaspyralys (Thèse défendue le 24 juin

1950 à l’Université de Hambourg), Hambourg, 1950, 90 p. (dactylo­ graphiée). C a sta g n é (Joseph), « Le Bolchevisme et TIslam », in : Revue du Monde Musul­

man, t. II, octobre 1922. Ğabrov (G. N.), « Iz istorii poligrafii i izdateTstva literatury na mestnyh jazy-

kah v dorevoljucionnom Turkestane » (Pages d'histoire de la polygra­ phie et de Tédition en langues locales dans le Turkestan prérévolution­ naire), in : Trudy S.A.G .U ., Série des Sciences Historiques, fasc. LVII, t. 7» PP- 77-95» TaSkent, 1954. C ernyS ev (E. J.), « Vostoènaja peèat’ v epohu reakcii xx veka » (Les éditions

orientales à Tépoque de la réaction du x x e siècle), in : Izvestija Obââestva Arheologii Istorii i Etnografii Kazanskogo Universiteta, t. X X X III, fasc. i, pp. 105-130, Kazan, 1925.

294

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

D im anStein, Revoljucija i Nacionàl'nyj Vopros, t. III, Moscou, 1930. D u la to v (Mir-Jakub), « Ahmed Bajtursunov », in : Trudy Oblâestva Izuâenija

Kirgizskogo Kraja, fase. III, Kzyl Orda, 1922. E la g in (V.), « Nacionalistiéeskie illjuzii Krymskih Tatar v revoljucionnye

gody » (Les Illusions nationalistes des Tatars de Crimée dans les années de la Révolution), in : Novyj Vostok, 1924, n° 5, pp. 190-216 et n° 6, pp. 205-225. E le u o v (T.), Ustanovlenie Sovetskoj Vlasti v Kazahstane (Uétablissement du

pouvoir soviétique au Kazakstan), Alma Ata, Ac. des Sc. Inst. Hist., Arch, et Ethn., 1957, 112 PE lif - B i, Iz tatarskoj musuVmanshoj peâati (A propos de la presse tatare musul­

mane), tiré à p a rt du journal Kazanskij Telegraf, n08 4539, 4575, 4578» Kazan, 1908. E n ik o lo p o v (I.), « Pervaja tjurkskaja gazeta na Kavkaze » (Le premier journal

turc au Caucase), in : KuVtura i Pismennost' Vostoka, Bakou, t. III, 1928, pp. 140-146. F a s e e v (K. F.), Iz istorii tatarskoj peredovoj oblâestvennoj mysli

(vtoraja polovina X I X - naéalo X X veka) (Pages d'histoire de la pensée politique progressiste tatare - Deuxième moitié du X I X e-début du X X e siècle), Kazan, Tatknigoizdat, 1955, 279 P-

F e d o to v , « Pecat* Tatrespubliki » (La presse de la République Tatare), in :

Bulletin d'information du V.O.K.S. (numéro tatar), Moscou, 1927, n®8 23-25, pp. 19-20. F e t is o v (M. I.), Zaroédenie Kazahskoj publicistiki (La naissance du journalisme

Kazak), Alma Ata, Kazgosizdat, 1961, 438 p. F é v r e t , « Les Tatars de Crimée », in : Revue du Monde Musulman, t. III, 1907,

PP- 73-105. G a jn u llin (M. H.), «Gafur Kulahm etov- 1881-1918 », in : Izvestija Kazanskogo

Filiala Akademii Nauk S.S,S.R,, série des sciences humaines, n° 1, Kazan, 1955, pp. 53-67. G a jn u llin (M. H.) et V aziev a (G. G.), Tatar Adäbijaty X X jöz (La littérature

tatare du X X e siècle), Kazan, Tatknigoizdat, 1954, 2 vol. (en tatar de Kazan), 592 et 567 p. G asp rinsk i (Ismail bey), Russkoe Musül'manstvo (L'Islam Russe), Simferopol*,

typ. Sapiro, 1881, 45 p. G in ij a tu llin a (A.), Pisateli Sovetskogo Tatarstana (Les écrivains du Tatarstan

Soviétique), Kazan, Tatknigoizdat, 1957, 486 p. G in le in (E. R.), Katalog gazet i lurnalov po vsem otrasljam literatury vykod-

jaéâih v Rossii na russkom i drugik jazykak v 1903 g. (Catalogue des jour­ naux et des revîtes concernant tous les secteurs de la littérature paraissant en Russie, en russe et dans d'autres langues, en 1903), Saint-Pétersbourg, 1902, 23 p.

— Spisok povremennyk izdanii v Rossii (Liste des publications périodiques de Russie), Saint-Pétersbourg, 1900, 2e édition, 1903.

BIBLIOGRAPHIE

295

G orodeckij (V. D.) et Gorodeckaja (M. N.), Bibliografija Turkestana, t. I,

Taékent, 1913, 152 p. G u sejn o v (Ragim), Istorija Revoljucionnogo dvilenija v Azarbajğane (Histoire

du Mouvement Révolutionnaire en Azerbajğan), Bakou, 1926. G u sejn o v (Mirza-Daud), Tjurkskaja Demokratiâeskaja Partija Müsavat v proï-

lom i nastojalâem - Programma i Taktika (Le Parti Démocrate Turc Müsavat dans le passé et le présent - Programme et Tactique), Tiflis, 1927. Ğafarov (S.), « Filosofskie vzgljady M. F. Ahundova » (Les idées philosophiques

de M. F. Ahundov), in : Voprosy Filosofii, Moscou, 1955, n° 5, pp. 120-124. H a j ib e y li (Jeyhun bey), « The origins of the national press in Azerbadjan », in :

The Asiatic Review, Londres, 1930, t. XXVI, fasc. 88, pp. 757-765 et t. XXVII, fasc. 90, pp. 349-359 et fasc. 91, pp. 552-557. H artman, The Arabic Press of Egypt, Londres, 1899. H a y i t (Baimirza), Die nationalen Regierungen von Kokand und der Alash Orda,

Thèse de doctorat. Université de Münster, 1950 (polycopiée), 112 p. H ilm i (Abdulhakim), « Matbuat tarihimiza dair » (Au sujet de l'histoire de

notre presse), in : Afta Jurt, AkmeSôit (Simferopol*), 1943, n° 1, pp. 9-13 et n° 2, pp. 6-7 (en tatar de Crimée). H o s t le r (Charles W arren), Turkism and the Soviets, Londres, George Allen &

Unwin, 1957» 244 p. Ibragim ov (Galimğan), Tatary v Revoljucii 1905 goda (Les Tatars dans la Révo­

lution de 1905), Kazan, Typ. de l'Université, 1926, 259 p. (traduit du tatar par G. Muhamedova).

— Sarqynyft böjuk rivalütsionere Molla-Nur Vahitov ( l İ y y j ÿ Vy gjkAx~Sy}\ymj - MoUo-Nur Vahitov, grand révolu­ tionnaire de VOrient), Kazan, Ümid, 1919, 96 p. ImaSev (S.), « Rasprostranenie marksistskoj peéati - Iz istorii Kommunisti-

éeskoj Partii Kazahstana » (De la diffusion de la presse marxiste - Pages d'histoire du Parti Communiste du Kazahstan), in : Partijnaja ï i z n ' Kazahstana, Alma-Ata, n° 5, mai 1958, pp. 34-38. I s a e v (I. Ju), « K istorii vozniknovenija i oformlenija marksistsko-leninskoj

organizacii v Baku » (A propos de la création et du développement de l'organisation marxiste-léniniste à Bakou), in : Voprosy Istorii, Moscou, n° 8, août 1958, pp. 97-113. Isk a n d e r o v (B. I.), « B uhara v 1918-1920 gg » (Bukhara dans les années 1918-

1920), in : Trudy Akademii Nauk Tağikskoj S.S.R., In stitu t d'Histoire, d*Archéologie e t d'Ethnographie, t. X IX , Stalinabad, 1954.

Istorija Tatarskoj A .S.S.R . , t. I, Kazan, Tatknipoizdat, 1955, 55° P- l Kazan, Tatknigoizdat, i960, 320 p.

II,

J a n sk y (Herbert), « Ahmet Zeki Velidi Togan », in : Zeki Velidi Togan'a Arma­

ğan (Hommage à Z. V. Togan), Istanbul, 1955.

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

296

Jä sch k e (G.), « Der Weg zur Russisch-Türkischen Freundschaft », in : Die

Weit des Islams, t. XVI, 1934. K a r a e v (A. G.), Iz nedavnego proSlogo - Materialy istorii Azerbajğanskoj

Kommunistiâeskoj partii (Pages du passé récent - Matériaux pour servir

à Vhistoire du Parti Communiste d*Azerbajğan), Bakou, 1926, 135 p. K asum ov (M.), « G. Zardabi-vydajuSôijsja azerbajğanskij prosvetitel' vtoroj

poloviny x ix v. » (G. Zerdabi - ém inent civilisateur azéri de la seconde moitié du x ix e siècle), in : Trudy Instituta Istorii i Filosofii Akademii Nauk Azerbajğanskoj S.S.R., Bakou, t. V III, 1955, PP- 136-177. Kirim a l (Edige), Die nationale K am pf der Krimtürken, Emsdetten, Verlag

Lechte, 1952, x x x ix + 374 p. K lja s to r in a (V.), « 2 umal Molla Nasreddin i persidskaja politiöeskaja satira

perioda revoljucii 1905-1911 gg » (La revue Molla Nasreddin et la satire politique persane pendant la Révolution de 1905-1911), in : Kratkie Soobfâenija Instituta Vostokovedenija, Moscou, t. XXVII, 1958» PP* 31-41* K ö ğ e rli (Feridun bey), Azerbajğan Adäbijaty Tarikhi Materiallary ( jU ü ljil

- Matériaux pour Vhistoire de la littérature d'Azerbajğan), Bakou, 1925-1926, 2 tomes. K o r b u t (M.), « Proekt pervoj tatarskoj gazety » (Le projet du premier journal

tatar), in : Vestnik Nauânogo Oblâestva Tatarovedenija, Kazan, t. V, 1926, pp. 106-131. L e m e rc ie r-Q u e lq u e ja y (Chantal), « Un réformateur tatar au x ix e siècle :

‘Abdul Qajjum Al-Nasyri », in : Cahiers du Monde Russe et Soviétique, Paris, IV-1-2, janv.-juin 1963, pp. 117-142.

Letopis* povremennoj peâati (Chronique de la presse périodique), Saint-Péters­ bourg, annuaires 1908 à 1917. L iso v sk ij (N. M.), Russkoja periodiâeskaja pefat* 1703-1900 (La presse pério­

dique russe,

ijo 3-içoo), Petrograd, 1915» 2 vol., 1067 p.

M agom edov (5. M.), « Kumykskaja periodiéeskaja peéat’ v 1917-1918 godah »

(La presse périodique Kumyke dans les années 1917-1918), in : Trudy Instituta Istorii Partii pri Dagestanskom Obkome K.P.S.S., Mahaé-Kala, t. II, 1958, pp. 3-21. M aksakov (V.) et T u ru n o v (A.), Hronika graldanskoj vojny v Sibiri iQij-1918

(Chronique de la guerre civile en Sibérie en 1917-1918), Moscou, 1926. M arkeviô (A. I.), « Pereselenie Krymskih Tatar v Turciju » (L’émigration des

Tatars de Crimée en Turquie), in : Bjulleten* Akademii Nauk S.S.S.R., 7e série, Moscou, 1928, pp. 375-405 et 1929, pp. 1-16. MaSanov (Mihail), Sovremennoe sostojanie Tatar Muhammedan i ih otnolenie

k drugim inorodcam (La situation actuelle des Tatars musulmans et leur attitude envers les autres allogènes). Rapport présenté au Congrès des missionnaires orthodoxes de Kazan en 1910, Kazan, I. S. Perov, 1910, 132 p.

BIBLIOGRAPHIE

297

M end e (G. von). Die nationale K am pf der Russlands Türken, Berlin, Weid-

mannsche Buchhandlung, 1936, 196 p. —

« Jusuf Akéura ein Vorkämpfer des Turkismus », in : Osteuropa, 9 juin 1935-

M ih a jlid is (N.), « Stroiterstvo partijno-sovetskoj peöati v Turkestane v pervye

gody sovetskoj vlasti » (« La création de la presse du Parti et des Soviets pendant les premières années du pouvoir soviétique au Turkestan »), in : Vestnik Moskovskogo Universiteta, sérié VII, FilologiBeskij Éurnal, n° 6, nov.-déc. 1962, pp. 20-34. M ih a jlo v , « NacionaTnaja peéat' Turkmenii » (La presse nationale de la Turk­

ménie), in : Revoljucija i Nacional'nosti, Moscou, 1931, n° 4, pp. 99-105. M in d lin (Z.), « Kirgizy i Revoljucija » (Les Kirghizes et la Révolution), in :

Novyj Vostok, Moscou, n° 5, 1924, pp. 217-229. M uharjam ov (M. K.), Oktjabr* i nacionaVnyj vopros v Tatarii (Octobre et le

problème national en Tatarie), Kazan, Ac. des Sc., Filiale de Kazan, Tatknigoizdat, 1958, 276 p. M u h sinov (Z.), « Dom Tatarskoj Kul’tury » (La maison de la culture tatare),

in : OBerki po izuBeniju mestnogo Kraja, Kazan, 1930, pp. 9-14. N a s y r o v (T.), «Sovet vlastenin berenôe jyllarynda tatar vaqytly matbugaty »

(La presse périodique tatare dans les premières années du régime sovié­ tique), in : Sovet Àdàbiaty, Kazan, n° 9, 1956 (en tatar de Kazan).

O obrazovanii BaSkirskoj Avtonomnoj Sovetskoj SocialistiSeskoj Respubliki (De la formation de la R.S,S. A. de BaSkirie), Ufa, Filiale baékire de FAc. des Sc. de VU.R.S.S., 1959. (Recueil de documents réunis par B. H. Juldaébaev), 990 p.

Obrazovanie Kazahskoj A .S,S,R. (La formation de la R.S.S.A. Kazahe), Alma Ata, Ac. des Sc., 1957, 3^8 p.

OBerki po istorii Komsomola Tatarii (Pages d'histoire du Komsomol de la Tatarie), Kazan, Tatkni goizdat, i960, 151 p. O rkun (Hüseyin Namık), « Kayıplarımız Ayaz Ishaki » (Notre disparu 'Ajaz

Ishaki), in : Türk Yurdu , Ankara, n° 2 (234), août 1954, PP* 150-156 (en turc). O zen baS ly (Ahmed), « Gegen devrimize tenkitli bir bakyS tecrübesi » (Essai

d'appréciation critique de notre époque passée), in : Oku IBleri, Bahéisaraj, juin 1925, pp. 14-22 (en tatar de Crimée). « Pantjurkizm v Rossii » (Le panturquisme en Russie), in : M ir Islama, janviermars 1913, t. II, fasc. i, pp. 13-30. P j a sk o v sk i j (A. V.), Revoljucija iç o y iç o j godov v Turkestane (La Révolution de iQ05-içoy au Turkestan), Moscou, Ac. des Sc., 1958, 616 p. Q u e lq u e j a y (Chantal), « La presse périodique musulmane de Russie avant

1920 », in : Cahiers du Monde Russe et Soviétique, Paris, III-i, janv.mars 1962, pp. 140-165.

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

298

Rabocee dvizenie v Baku v gody pervoj russkoj revoljucii (Le mouvement ouvrier à Bakou pendant la première révolution russe), Bakou, 1950. R amiev (Ismail), Vaqytly Tatar Matbugaty

jbb

presse

périodique tatare), Kazan, £d . Ga2ur, 1926, 231 p. (en tatar de Kazan). R asul Zade (Mehmet Emin), L*Azerbaïdjan en lutte pour Vindépendance, Paris,

1930* —

« Ayaz Ishaki Merhum için » (A la mémoire d'Ajaz Ishaki), in : Azerbay­ can, Ankara, n° 4-5, août 1954, PP* 6-9 (en turc).



O panturkizme v sujazi s Kavkazskoj problemoj (Du panturquisme en liaison avec le problème caucasien), Paris, 1930.

Revoljucija 1905-1907 gg. v national*nyh rajonah Rossii (La révolution de 19051907 dans les régions nationales de Russie). Recueil d’articles sous la direction de L. M. I vanov , A. M. P ankratova et A. L. S idorov, Moscou, Gospolitizdat, 1955, 832 p. Revoljucija 1905-1907 gg, v Uzbekistane (La révolution de 1905-1907 en Uzbe­ kistan), Recueil d’articles, TaSkent, Ac. des Sc. de la R.S.S. Uzb., 1955, 143 P* R ubinstein , V borbe za leninskuju nacionaVnuju politiku (En luttant pour la

politique nationale léniniste) , Kazan, Ispartotdel de Vobkom Tatar, Tatizdat, 1930, 148 p. S aadi (‘Abdurrahman), Tatar Adäbijaty Tarikhi (^»d jb

jbb - His­

toire de la littérature tatare), Kazan, Tatgosizdat, 1926, 300 p. (en tatar de Kazan). S abir (Alekper), Hop Hop Namek (ob

azeri).

*

t* ^ **), Bakou, 1914, 337 p. (en "

S afarov (A.), « Z istorij tatarskoj periodiönoj presi 1905-1925 » (Pages d’his­

toire de la presse périodique tatare, 1905-1925), in : Shidnij Svit, Khar­ kov, 1928, nos 3-4, pp. 212-215 (en ukrainien). S afarov (G.), Kolonial*naja Revoljucija - Opyt Turkestana (La révolution colo­

niale - L*expérience du Turkestan) , Moscou, Gosizdat, 1921. S aidov (Zija), Uzbek Vaqytly Matbu*aty Tarikhige Materiialar (^ llil^ uJL j y

jV lu y jU

>

- Matériaux pour Vhistoire de la presse

périodique uzbeke), TaSkent-Samarkand, Ed. d’État d’Uzbekistan, 1927, 180 p. (en uzbek). S elime (Jakub), « Müsülman kadyn ve qyzlarynyn hemisi - Ismail bey Gas-

prinski » (Ismail bey Gasprinski - défenseur de la femme et de la jeune fille musulmane), in : Jaüa M illi Jul, Berlin, n° 4, 1933 (en tatar de Kazan). Se yd ahmet (Cafer), Gasprah Ismail bey, Istanbul, Türk Anonim Şirketi, 1934, 250 p. (en turc).

BIBLIOGRAPHIE

299

Spisok povremennyh izdanii vyhodjalâih v Rossii v 1916 godu (Liste des publica­ tions périodiques paraissant en Russie en 1916), Petrograd, 1916. S ultan G aliev (M. S.), « Tatarskaja Autonomnaja Respublika », in :

2 izn9

NacionaVnostej, Moscou, n° 1, 1923. —

« Tatary i Oktjabr'skaja Revoljucija » (Les Tatars et la Révolution d’Octobre), in ; 2 izn NacionaVnostej, n° 24 (122), 5 nov. 1921.

S a h g eld iev (A. G.), «Legai'naja bol'éevistskaja gazetaTekammjul» (Tekammül

- journal bolchevik légal), in : Bakinskij Raboâi, Bakou, 29 déc. 1957. S a r if (A.), « 50 let so dnja osnovanija 2umala Molla Nasreddina » (50 ans depuis

la fondation de la revue Molla Nasreddin), in : Kratkie Sooblâenija Instituta Vostokovedenija, Moscou, t. XXVII, 1958, pp. 23-30. T agirğanov (A. T.), « Istoriëeskie komi persidskoj politiéeskoj satiry (o vlijanii

iuraala Molla Nasreddin na satiru Dehhoda) » (Les racines historiques de la satire politique persane - de l'influence de la revue Molla Nasreddin sur la satire de Dehhoda), in : Vestnik Leningradşkogo Universiteta, n° 2, 1952. T arasov (A.), Kazanskie boUeviki v period podgotovki i provedenija Oktjabr'skoj

Revoljucii (Les bolcheviks de Kazan pendant la préparation et Vexécution de la Révolution d*Octobre), Kazan, Tatkni goizdat, 1956, 153 p. Tatarija v borbe za proletarskuju revoljuciju, Fevral’-Oktjabr* 1917 (La Tatarie dans la lutte pour la révolution prolétarienne, février-octobre 1917). Recueil de documents, Kazan, Ispartotdel de Vobkom T atar, 1957, 5°9 PT ip e e v (S.), Milliât, M illi Kul*tura (La nation et la culture nationale), Moscou,

Éd. Centrale des peuples de l'U.R.S.S., 1929, 9 * P* (en tatar de Kazan). T ogan (Ahmed Zeki Velidi), Bugünkü Türkili (Türkistan) ve yakın tarihi

(Le Turkestan d’aujourd'hui et son histoire récente), Istanbul, Göven Bas, 1942-1947, 696 p. (en turc). T oropov (A. D.), Spisok povremennyh izdanii vyhodjaéâih na svet v 1908 godu

(Liste des publications périodiques paraissant en 1908), Saint-Pétersbourg, 1909. T ugay (M. F.), Jusuf Akçura, Hayatı ve Eserleri (Jusuf Aklura, sa vie et ses

œuvres), Istanbul, Hüsnütabiat Bas. 1944, 141 p. (en turc). A . Tukaj - Materialy nauânoj sessii posvjaïéennoj 60 -ti letiju so dnja ego roZdenija (A. Tukaj. Matériaux de la conférence scientifique consacrée au 60e anni­ versaire de sa naissance), Moscou, 1948. V a h a b o v (M.), Taïkent v period treh revoljucii (Taïkent dans les trois révolu­

tions), TaSkent, Uz. Gosizdat, 1957» 284 p. V a lid o v (Ğemaleddin), Oöerki istorii obrazovannosti i literarury Tatar do revol­

jucii 1917 goda (Esquisse d'histoire de l'éducation et de la littérature des Tatars avant la révolution de 1917), trad u it du ta ta r par P. R ah im o v et G. Ib ra g im o v , Moscou-Petrograd, Gosizdat, 1933» 108 p.

300

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

V ezirov (Miri Bek), Azerbajğan edebijattna bit nazar

jU e ljil

y u - Un coup d'œil sur la littérature d'Azerbajğan), Istanbul, 1337 (1921-1922), 103 p., tra d u c tio n française abrégée p a r L. B ouvat dan s la Revue du Monde Musulman, t. L, ju in 1922, pp. 101-121. ViTKiND (N. Ja.), Bibliografija po Srednej Azii (Bibliographie de l'Asie Cen­ trale). Moscou, 1929, 166 p., (Trudy de TAssociation Scientifique p rès de

TUniversité des Travailleurs d'Orient, fasc. 4). V ol ' fson (I. V.), éditeur, Gazetnyj M ir (Le monde de la presse), i rc éd., Saint-

Pétersbourg, 1910 ; 2e éd., Saint-Pétersbourg, 1912. Vosstanie i ç i ô goda v Srednej A zii i Kazahstane (Le soulèvement de i ç i ô en Asie Centrale et au Kazakstan). Recueil de documents, Moscou, Ac. des Sc., i960, 795 p. Z ejnalov (A. P.), « KeSkül ium aly vä gäzetin näSri tarikhinde » (A propos de

l'histoire de la publication de la revue et du journal KeSkül), Izvestija Akademii Nauk Azerbajğanskoj SSR, serija ObStestvennyh N auk, 1959, n° i, pp. 75-87, en azéri, avec un résumé en russe. Z enk ovsky (A.), Pan Turkism and Islam in Russia, Cambridge, Harvard Uni­

versity Press, i960, 348 p. İizn ' zametaleVnyh ljudej v Kazani (La vie des hommes illustres de Kazan), Kazan, Tatgosizdat, t. 1 et 2, 1940-1941, 203 et 168 p. Zu2e (P.), Musul'manskaja petal' v Rossii (La presse musulmane en Russie), Saint-Pétersbourg, 1911, 8 p. 2 v a n i j a (G.), Bolievistskaja petal' Zakavkazja nakanune i v period pervoj Russkoj

Revoljucii (La presse bolchevike de Transcaucasie à la veille et pendant la première Révolution Russe), Tbilisi, 1958, 416 p.

BIBLIOGRAPHIE

COLLECTIONS

301

DE

PÉRIODIQUES DE

MUSULMANS

RUSSIE

(Hors de V Union Soviétique). Au cours de recherches effectuées de 1959 à 1963, en France, en Finlande, en Angleterre, en Iran, en Turquie et aux États-Unis, nous nous sommes efforcés de retrouver les principales collections des périodiques publiés par les musulmans de Russie avant 1920, tant en Russie qu'à l'étranger. Le catalogue que nous présentons ci-après est, certes, loin d'être complet ; d’autres collections existent vraisemblablement dans les bibliothèques publiques et privées des pays d'Orient, peut-être aussi en Allemagne, et dans d'autres pays encore. S igles

B.D.I.C.

Bibliothèque de la Documentation Internationale Contemporaine, Paris. B.K. Belediye Kütüphanesi (Bibliothèque de la Municipalité), Istanbul. B.M. British Museum, Londres. B. N. Bibliothèque Nationale, Paris. C.P. Collections privées : (1) - Paris, (2), (3), (4) - Istanbul, (5) - Ankara, (6) - diverses. C.U.L. Bibliothèque de l'Université de Cambridge (Angleterre). D. Dar ul-Kutub, La Citadelle, Le Caire. H. Bibliothèque de l'Université deHelsinki. H.I.S. Hoover Institution, Université de Stanford. H . T.U. Bibliothèque H akkı Tarik Üs, Istanbul. I.M. Institut zur Erforschung des U.d.S.S.R., Munich. I.U.K. Istanbul Üniversitesi Kütüphanesi (Bibliothèque de l'Université d'Is­ tanbul), Istanbul. I.T. Institut de Turcologie, Paris. K.M. Ketabkhane -ye Mağles (Bibliothèque de l'Assemblée Nationale), Téhéran. L.O. Bibliothèque de l’École Nationale des Langues Orientales Vivantes, Paris. M. Millet Kütüphanesi (Bibliothèque Millet), Istanbul. M.K. M illi Kütüphane (Bibliothèque Nationale), Ankara. S.A. Bibliothèque de la Société Asiatique, Paris. S. O.A.S. Bibliothèque de la London School of Oriental and African Studies, Londres. T.E. Bibliothèque du Türkiyat Enstitüsü (Institut de Turcologie), Istanbul. T. T.K.K. Türk Tarih Kurumu Kütüphanesi (Bibliothèque de la Société d'his­ toire turque), Ankara. U.C. Bibliothèque de l'Université de Columbia, New York. U.C.L.A. Bibliothèque de l'Université de Californie, Los Angeles. W.L. Bibliothèque Widener, Université de Harvard, Cambridge (E.-U.).

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

302

ACYQ SÖZ - j y

- LA FRANCH E PARO LE.

Bakou (azéri). Organe officieux du parti Müsavat, quotidien. Octobre 1915-mars 1918. B.M.

Août-octobre 1917.

A IN A - o l - LE M IR O IR . Samarkand (uzbek). Revue bimensuelle littéraire et politique. Octobre 1913-1915. H. 1914, n° i (6-11). A J-Q A P - J İ 4 I Troick (kazah). Revue mensuelle. Janvier 1911-septembre 1916. H.

1911 complet, 1912, nos 4 (avril), 5 (mai), 6 (juin), 9 (sep­ tembre).

A L-D IN V A L -A D A P É D U C A TIO N .

3 jjjJ l - LA R E LIG IO N E T LA BONNE

Kazan (tatar). Revue religieuse mensuelle (de périodicité irrégulière). Mars 1906-avril 1908, puis hiver 1912-1913, à 1917 (?). H.

1906, n08 i (17-3), 5 (10-6) à 12 (16-12). 1907, n08 13 (3-1), 14 (23-1), i (1-2), 5 (1-4), 7 (1-5), 8 (20-5), 9 (3-6), 10 (23-11), 12 (22-12). 1908, n®* 13-14 (11-1), i (20-1), 2 (4-2), 5 (19-3)» 6 (3-4)1913, n® i (17-n). 1915, n®» 13 (15-6), 14(23-6), 15 (30-6), 17-18(30-7)»1 (26-10), 2 (9- n ) , 3 (25-11)1916, n®» 4 (9-1), 6 (3-3), 7 (10-3), 8 (21-3), 9 (31-3). 10 (25-4), i l (16-6), 15 (15-9).

A L -ISL A H - C^ V I - LA RÉFORM E. TaSkent (uzbek). Revue religieuse lithographiée, bimensuelle. Février 1915-février 1917. H.

1915, n®» 12 (1-7), 14 (1-8), 16 (1-9), 19 ( i5-10)» 22 (I-12)» 23 (15-12). 1916, n®* i (1-1), 2 (15-1). 4 (15-2). 6 (15-3). 9 (1-5). i l U-6), 12 (15-6), 13 (1-7), 15 (1-8).

AL-NAHDA - Îİ4JI - LA R E N A ISSA N C E . Le Caire (arabe). Journal illustré publié par Ismail bey Gasprinski lors de la préparation du Congrès Islamique du Caire, 1908. D.

Complet, 1908 (2S-2, 3-3, 6-3).

BIBLIOGRAPHIE

303

A L -T IL M IZ - juJU3I - L 'É LÈ V E . Saint-Pétersbourg (arabe). Hebdomadaire. Fin 1906-août 1907. H. 1907, no 23 (19-7)« *ALEM-i N IS V A N -

^

- LE MONDE D ES FEM M ES.

Bahdisaraj (tatar de Crimée). Revue bimensuelle littéraire illustrée des­ tinée aux femmes et aux jeunes filles musulmanes. Supplément au Terğüman, 1906-1910. H. 1906, n08 35 (1-11), 36 (16-11). C.P. 4 (Istanbul), 1906, n° 15 (9-6). ALEM -i S IB IJ A N -

^

- LE MONDE D E S E N F A N TS.

Bahéisaraj (tatar de Crimée). Hebdomadaire (de périodicité irrégulière) destiné aux enfants, supplément au Terğüman. Mars 1906-1914. C.P. 3 (Istanbul), 1912, n° 38. A

N

L

A

CONSCIENCE.

Kazan (tatar). Revue bimensuelle politique, littéraire et scientifique. Décembre 1912-1918 (?). H. 1914, n° 20 (12-11). 1915, nos 22 (10-1), 23-24 (12-1), 11-12 (25-6), 13 (25-7), 17 (28-9), 18-19 (5-11), 20 (20-11), 21-22 (15-12). 1916, n«» 2 (29-2), 3 (IO-3), 4 (22-3), 6 (20-4), 7 (10-5), 8 (28-5), 9 (18-6), 14 (12-9), 15 (25-9). AQ JU L -

- LA VOIE CLAIRE.

Kazan (tatar). Revue bimensuelle pédagogique illustrée. Avril 19131917 (?)• H. 1914, n° 14 (9-11). 1915, n®» I3 (7_7) à 24 (24-12). 1916, n08 i (4-1), 2 (22-1). M.K. 1913, nos i à 24.

CO

AQMOLLA - % J \. Kazan (tatar). Revue mensuelle de périodicité irrégulière, littéraire et satirique. Juillet 1911-octobre 1917. H. 1911, n®» i (15-7), 2 (15-8). 3 (25-8), 4 (ï-9)> 6 t1*10). 7 (!-” )• 1912, n° 19 (15-12). 1913» n08 22 (7-2), 23 (21-2). 1915, n®» 49 (5-10). AZERBA JĞ A N Ganğa, puis Bakou (azéri). Organe officieux de la République d’Azerbajğan, quotidien. Septembre 1918-avril 1920. U.C. 1919 (17-12). B.K. 1918, n08 30, 209, 308. M.K. 1920, n° 9.

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

304 BABA-İ A M IR -

Bakou (azéri). Hebdomadaire satirique» littéraire et politique. Avril 19151916. H. 1915. 7 (3-6), 13 (15-7). 1916, n° 12 (1-4). BA J A N ul-HAQ - J s J j L - L ’E X P O SÉ D E LA V É R ITÉ . Kazan (tatar). Quotidien (de périodicité irrégulière). Mars 1906-fin 1914. H. 1909, n 495 (16-7). C.P. 2 (Istanbul), 1906, n° 62 (août). B A SİR E T -

- LA C LA IR V O YA N C E .

Bakou (azéri). Hebdomadaire littéraire et politique. Mai 1914-1920. H.

1915, n° 48 (6-6).

B EH L U L Bakou (azéri). Hebdomadaire satirique, politique et économique illustré. 1907. H. 1907, n°s z (I9-5), 5 (14-7). B U K H A R A -i SA R I F - f

J * J S - L'EN TRAID E.

Bakou (azéri). Revue bimensuelle politique et littéraire. 1915-1917. C.P. 6 (Ankara), complet (?). H.T.U. 1917, n° i. GOLOS T A T A R - IoAocb fflamap* - LA VOIX D ES T A T A R S . Simferopol (russe). Organe du Comité exécutif musulman de Crimée. Hebdomadaire. Juillet 1917-janvier 1918. C.P. (Istanbul), 1917, n° 6 (25-8).

20

306

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

ĞARID AT DA GH ESTAN - j t - i j I j , j>- - L E JO U R N AL D U DA GHESTA N . Temir-Khan-Sura (arabe). Hebdomadaire. Printem ps 1915-1917 (?). H. 1915, n°» 23 (6-6), 33 (15-8), 34 (22-8), 36 (5-9). H Ä J A T - o l * - - LA VIE. Bakou (azéri). Quotidien. Janvier 1904-Automne 1906. C.P. 4 (Istanbul), 1905, n®* 15 (24-6), 17 (28-6), 18 (29-6), 20 (3-7), 21 (5-7) * 39 (29-7). 43 (4-8). 50 (14-8). 57 (2-9), 67 (18-9), 69 (21-9), 72 (24-9), 73 (28-9), 82 (12-10). 1906, n°» 62 (19-3). 68 (28-3) à 77 (9-4), 83 (18-3) à 86 (21-4), 90 (26-4), 92 (28-4), 94 (1-5), 96 (4-5), 97 (8-5). 99 (9-5). 100 (15-5). 104 (16-5) à 108 (25-5), 112 (26-5) à 120 (4-6), 122 (6-6), 124 (9-6), 126 (12-6) à 137 (25-6), 144 (3-7), 146 (5-7), 147 (6-7), 149 (9-7). 150 (10-7), 154 (14-7) à 158 (19-7), 160 (21-7), 161 (23-7), 163 (25-7) à 166 (28-7), 168 (31-7) à 171 (3-8), 173 (6-8), 185 (20-8), 186 (21-8), 187 (22-8), 190 (25-8). H A M I J A T - LE ZÈLE. Astrahan (tatar). Hebdomadaire. Avril 1907-janvier 1909. H.T.Ü. 1907, n° i. HAQAIQ -

- LE S V ÉRITÉS.

Bakou (persan). Revue mensuelle politique et littéraire illustrée. 1907. H. 1907, n°» 3 (8-5), 4 (7-6), 5 (7-7). HOQUQ ve H A J A T - û l > ) J ÿ o ~ - L E D RO IT E T LA VIE. Kazan (tatar). Revue juridique bimensuelle. Janvier i9i3-(?). H. 1913, n® 13 (24-2). IDEL - J j J - LA VOLGA. Astrahan (tatar). Hebdomadaire. Septembre 1907-janvier 1914. H. 1908, n® 94 (7-10). IG BAL - J l i l - LA F É L IC IT É . Bakou (azéri). Quotidien. Mars 1913-avril 1915. B. K. 1915, n® 615.

BIBLIO G RAPH IE

307

IL - J J - LE P A Y S . Saint-Pétersbourg et Moscou (tatar). Hebdomadaire. Septembre 1913mai 1915, puis 23 mars 1917-1918. C.P. 5 (Ankara), 1913, n° 4 (14-11). 1914, n°» 4, 19 (8-3), 34 (11-7), 45 (27-11), 49 (12-12). 1917, nos 7 (21-1), 32 (20-6). C.P. 3 (Istanbul), 1914, n° 40 (25-9). IQ TISAD - jL a lil - U ÉCONOMIE. Samara (tatar). Revue mensuelle commerciale, industrielle et agricole. Septembre 1908. H. 1908, n08 i, 2 et 3. 1909, n®8 (25-4), 10 (5-7), n (1-8), 12 (15-9). H. 1910, complet. 1911, complet, sauf les n°® 1 (janvier) et 7 (juillet). 1912, n° 6 (septembre). B.K. 1908, n° 2.

1RSAD - iU j I - L E GUIDE. Bakou (azéri). Quotidien. Hiver 1905-1906-fm 1908. H. 1907, n° 123 (4-12). B . K. 1909, n° 49. C. P. 4 (Istanbul), 1906, n°® 80 (29-3), 108 (9-5), 113 (15-5), 120 (23-5)1908, no® 49 (12-4), 50 (13-4), 52 (17-4), 56 (22-4), 59 (29-4), 64 (8-5)» 66 (11-5), 68 (15-5) à 82 (6-6), 85 (11-6) à 87 (13-6). C.U.L. 1908, n®® 65 (10-5), 74, 76-80, 82-87, 91» 94. 95 (25-6). ISL A H (A L ). Voir AL-ISLAH . IS L A M D Ü N JA S Y -

- LE MONDE D E L ’ISLA M .

Istanbul (turc). Revue bimensuelle éditée par des musulmans émigrés de Russie. 1911-1913 (?). H.T.Ü. 1911, n° 10 (4-7). B.K. 1911, n° 10 (4-7). H.I.S. 1911, n0B i à 24. 1912, n°* i à 33. M.K. 1913, n°* 1-24. 1914, no* 1-3. ISLA M -i GU RĞ ISTAN - jlL -s -j $

^ 1

- L 'I S L A M DE GÉORGIE.

Batoum (turc et géorgien). Quotidien. Février 1919-1920. B.K. 1919, n08 114 (13-6), 256 (23-12). (En très mauvais état.)

LA PR E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

308 IS L A M M E Ğ M U 'A SY -

- LA R E V U E D E L'ISLA M .

Istanbul (turc). Revue mensuelle (de périodicité irrégulière) littéraire et religieuse, éditée par des musulmans émigrés de Russie. Janvier 1911Été 1917. T.E. 1912-1916, vol. I (nos 2 à 12). II, III complets, IV (n°® 37 à 43)B . K. 1912, n°® i à 12. M. 1912, nos i à 13. C. P. 3 (Istanbul), complète. H. I.S. 1915-1917, nos 25 (15-4) à 52 (1-4-17). M.K. Collection complète, sauf le n° 53. I. U.K. Collection complète, n08 1-53.

iS C l KH ALQ -

jr o lA - LE P E U P L E L A B O R IE U X .

Simferopol (tatar de Crimée). « Organe du Parti Socialiste Unifié Tatar », quotidien. Février-mars 1918. M. 1918, n° 4 (mars). C.P. (Istanbul), 1918, n° 12 (19-2). IT T I FAQ - j U r l - U ALLIA N C E . Bakou (azéri). Quotidien. Décembre 1908-septembre 1909, 1910. H. 1909» n 163 (17-7). IT T IH A D - jU r l - U UNION. Bakou (azéri). Organe du Parti conservateur Ittihad, quotidien, 19171920. U.C. 1919» n° 18 (11-12). JA L T -JU L T - J»)£ Ja)l> - L ’ÉCLAIR. Kazan (tatar). Revue bimensuelle satirique illustrée. Mars 1910-1917. H. 1911, n° 28 (12-10). 1914, n08 92 (29-6), 94 (29-7), 95 (16-8), 96 (1-9), 98 (2-IO) à 102 (23-12). 1916, n®* 103 (12-1), 104 (27-1), 106 (1-3), 107 (15-3), 109 (12-4). J E N I F Ü J U Z A T - o U j* » J ï , - L A NO U VELLE ABONDANCE. Bakou (azéri). Hebdomadaire littéraire illustré. Octobre 1910-mars 1911. H. 1910, n08 3 (2-11), 4 (9-11). 5 (16-11). 6 (23-n), 8 (7-12), 9 (14-12), 10 (21-12). 1911, n « 5 (1-2). 6 (15-2), 9 (8-3), 10 (15-3). C.XJ.L. 1910, n®» 5 (16-11), 6 (23-n), 7 (30-11), 8 (7-12), 9 (14-12). IO ( 2 I - I 2 ) .

1911, n®8 i (4-1), 2 (11-1). 3 (18-1). 4 (25-1), 5 (1-2), 6 (15-2), 7 (22-2), 8 (1-3). 9 (8-3).

BIBLIO G RAPH IE JE N I IG B A L -

309

Jlil J Z

- LA NOUVELLE F É L IC ITÉ .

Bakou (azéri). Quotidien. Avril 1915-1917. H.

1915, nos 31 (2-6) à 37 (9-6), 40 (12-6), 95 (19-8), 96 (20-8), 99 (24-8), 109 (4-9), n o (6-9), m (7-9), 113 (9-9). 114 (IO-9), 116 (13-9).

J E N I I G D A M -ç \S i\ ' J Z - L E N O U V E A U COM M ENCEMENT. Bakou (azéri). Quotidien. Mars 1915 à (?). H. 1915, n 1° 1910, n°» h (17-11) à 14 (13-5).

M AG LU M AT-i ĞADIDE - .ju jb* M A TIO N S.

- L E S N O U VELLES INFO R­

Ufa (tatar). Hebdomadaire religieux. Mars 1911-1917. H. 1911, n°s i (10-3) à 15 (22-11). M A G LU M A T-i M A H K E M E -i S A R P Y E -i OREN BURGIJE -

j )I j ï 47 (25-2), 50 (25-4), 53 (20-6), 56 (15-8). 1916, n° 14 (15-7).

M AĞM U'A-i M A V A R A -i BAH R-i K H A Z A R - jj> - J * =** LA R E V U E DE LA TR A N SC A SP IE N N E . Aèhabad (persan et turkmène). C.U.L. 1905, n° 35 (28-8). 1908, nos 3 (15-2), 4 (22-2), 8 (21-3), 40 (15-11)K.M.

M A Z A L I - J . y - L E FARC EU R . Bakou (azéri). Hebdomadaire satirique illustré. 1914-1915. H. 1915, nos I2 (21-3), 23 (6-6), 25 (20-6), 26 (27-6), 28 (11-7).

BIBLIO G RAPH IE

311

M A K T A P - j£ j> - L ’ÉCOLE. Bakou (azéri). Bimensuel pédagogique illustré. Novembre 1911-1920. H. 1911, nos i (29-n), 2 (11-12), 3 (24-12). 1912, no 4 (7-1).

M IL L E T - c i * - LA N A TIO N . Simferopol (tatar de Crimée). Organe du Comité exécutif musulman de Crimée. Quotidien. Juin 1917-octobre 1920 (interruption de janvier à mai 1918). C.P. 2 (Istanbul), 1917, n° 44 (21-8). 1919, nos 82 (23-6), m (1-8), 112 (2-8), 113 (4-8). C.P. 3 (Istanbul), 1917, nos 44 (21-8). 1918, n° 121 (12-10).

M IR A T - c l y * - L E M IR O IR . Saint-Pétersbourg et Kazan (tatar et arabe). « Livre-journal » littéraire et politique, panislamique, de périodicité variable. 1902 à 1909. En tout, 22 numéros. H. 1902-1903, n°* 2, 8, 9, 10, i l , 13, 14, 15, 16, 17, 18. 1908, nos 20-21. 1909, n° 22.

M İZ A N -

j

\J * - L A B A L A N C E .

Istanbul (turc). Quotidien édité par des musulmans émigrés de Russie. Juillet-septembre 1908. I.U.K. 1908, année complète. M.K. 1908, année complète. o» a»

MOLLA N A SR E D D IN - j , j i \ ^ Tiflis (azéri). Hebdomadaire satirique illustré. Avril 1906-1914. Réappa­ raît en 1917 et en 1921. H. 1906. n«s j (7- 4 ), 4 (28-4), 5 (5-5), 7 (19-5). 9 (2-6), i l (16-6), 13 (30-6), 14 (7-7), 15 (14-7), 20 (18-8), 23 (8-9), 28 (13-10), 35 (1-12), 36 (8-12), 37 (15-12). 1907, n°s J, (6.!), 2 (13-1), 3 (19-1). 6 (10-2). 7 ( i 7*2). 8 (24-2), 9 (3-3), i l (17-3). 12 (24-3), 13 (31-3), 15 (14-4), 18 (5-5), 20 (19-5), 22 (2-6), 26 (15-7), 29 (5-8). 1908, n»s i (6-1), 2 (13-1), 3 (20-1), 7 (17-2), 35 (30-6). 1909, n°s I7 (26-4), 35 (30-8). 1913, nos 5 (10-2), 6 (20-2). S.A. 1907, nos 28, 29, 33, 35, 36, 37, 41, 42, 43, 44. 1908, nos 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48. 1909, n°s 3, 8, 9, 14.

B.K .

1908, n°s i à 4, 6, 7, 9 à 25, 28, 30 à 52. 1909, n°* i à 52.

LA PR E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

312

1913, n08 i l , 15, 24, 26. 1914, n 5. C.U.L. 1907, nos I7 (28-4), 18 (5-5), 19 (12-5), 20 (19-5)» 34 (10-9). 36 (24-9), 49 (30-12). 1908, nos 4 (27-1), 5 (3-2). K. M. 1910, n08 39, 40. 1911, n«® 2, 5t 6, 9, 10, 14, 17-19, 21, 23, 25, 27, 29, 34. 1912, n08 2, 3, 7, 19, 25, 29, 41. 1913, n08 25, 26. H.T.Ü. 1915, n° 4. 1916, n° 3. 1924, n® 9. T.T.K.K. 1906, n0B 1-37. 1907, n0# 1-39. 1909, n0B 11-52.

M O U SSO U LM AN IN E * - jxiU JL ^ - L E M U SU LM A N . Paris (russe). Revue mensuelle politique et littéraire. Juillet 1908-novembre 1911. B.D.I.C. 1910, nos i L. O. 1910, n° 1911, n08 i U.C. 1911, n° i I.T. 1911, n08 2

à 4. 3. à 4. (15-1) à 24 (10-11). (30-1) à 24.

NAHDA (A L ). Voir AL-N AH D A. N U R - j ÿ - LA L U M IÈ R E . Saint-Pétersbourg (tatar). Organe de la fraction modérée des mollahs réformistes, bihebdomadaire. Septembre 1904-1914. H.

1907, n° 106 (25-7).

Q AZA N M U K H B IR E - S

j t J * - L E M ESSAG ER DE K A Z A N .

Kazan (tatar). Quotidien. Octobre 1905-octobre 1910. C.P.

2 (Istanbul), 1906, n° 137 (21-8).

QAZAQ - J I J l ï - L E K A ZA H . Orenburg (kazah). Journal bihebdomadaire. Février 1913-mars 1918 (avec plusieurs interruptions entre 1913 et 1914). H.

1915, nos l2 y (17-5), 128 (20-5), 129 (23-5), 130 (28-5), 131 (31-5). 144 (8-8), 146 (22-8), 147 (29-8).

* Le titre du journal était en français.

BIBLIO G RAPH IE QOJAS

313 SOLEIL.

Kazan (tatar). Quotidien politique et littéraire satirique. Décembre 1912I9I8.

H.

1915, nos 718 (2-6), 719 (3-6), 720 (4-6), 759 (24-7), 779 (21-8), 781 (24-8), 782 (25-8), 790 (3-9), 791 (4-9), 792 (6-9), 793 (7-9). 794 (8-9)» 795 (9-9). 796 (10-9), 797 (n -9). 798 (13-9).

Q R YM M E Ğ M U 'A SY -

^ j - LA R E V U E DE C RIM ÉE.

Istanbul (tatar de Crimée). Revue bimensuelle politique et littéraire. Mai 1918-août 1919. C.P. 4 (Istanbul), 1918, nos 1 à 16. 1919, nos 18 à 21. M.K. 1918-1919, n08 i à 23 (sauf le n° 8). M. 1918-1919, n08 2 à 14, 16 à 23. H.I.S. 1918, nos i, 3, 4. I.M. 1918, n° 3.

Q RYM M Ü SÜ LM A N LA RY - g J* U L + C RIM ÉE.

- L E S M U SU L M A N S DE

Simferopol (tatar de Crimée). Organe du Q.G. de l'Armée Wrangel. Quotidien. Printemps 1920-octobre 1920. C.P. 3 (Istanbul), 1920, n08 31 (21-5), 32 (22-5), 34 (25-5). (En mauvais état.)

Q RYM OĞAGY -

- L E FO YER C RIM ÉEN .

Simferopol (tatar de Crimée). Quotidien. Juin 1917-janvier 1918. C.P. (2) (Istanbul), 1917, n08 12, 14, 46, 47.

R À H B À R - j * j - L E GUIDE . Bakou (azéri). Revue bimensuelle pédagogique et littéraire. 1906-1907. H. 1907, n® 5 (17-1).

R U S -IR A N TA V A SSU TU RUSSO-PERSAN.

« j-jj - L 'IN T E R M É D IA IR E

Bakou (azéri). Bulletin hebdomadaire d’informations commerciales et industrielles. Janvier 1911-1914 (?). H. 1911, n08 2 (29-1), 4 (12-2), 5 (19-2), 6 (26-2), 10 (26-3), 1 1 -1 2

R U S IJE SA U D A SY -

y*

(9 -4 ),

1 3 -1 5

(3 0 -4 ),

17

(1 7 -5 ).

L E COMMERCE DE R U SSIE .

Kazan (tatar). Revue mensuelle illustrée consacrée aux questions commer­ ciales et industrielles. Novembre 1914-février 1917. H. 1915, n08 6, 9, 10, 12. 1916, n° 4.

LA PR E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

314

RU ZN A M E -i M A V A R A -i BAK H R-i K H A Z A R - j j i L E JO U RN AL DE LA TR A N SC A SP IE N N E .

^1j j U U i j j j -

Aèhabad (persan et turkmène). Organe officiel de radministration russe de la Transcaspienne. 1915 à (?). H. 1915, n08 63-64 (14-8), 69 (1-9), 70 (4-9), 71 (8-9).

SÂDA —lju» —LA VOIX. Bakou (azéri). Quotidien. Fin 1909-1911. C.P. i (Paris), 1911, n° h (13-1). CD

S AD A 4 M IL L E T - cJU

- LA VO IX DE LA N A TIO N ,

Batoum (turc). Hebdomadaire. 1917-1920. B.K. 1917-1918, nos 77, 82, 84, 87. H.I.S. 1919, n° 6.

SAD A-i QAFQAZ - j l i i l » ^ I j u >~LA VO IX DU CAUCASE. Bakou (azéri). Quotidien. Mars I9i4-février 1916. H. 1915, n®8 i (1-6) à 6 (7-6), 82 (7-9).

SON K H Ä B A R

Î T y - D E R N IÈ R E NOUVELLE.

Bakou (azéri). Hebdomadaire illustré. 1915. H. 1915, n08 2 (6-6), 19 (12-9).

SUJÜM B IK E - J L

- SU JU M B IK E .

Kazan (tatar). Revue bimensuelle littéraire illustrée s’adressant aux femmes. Novembre 1913-1918 (?). H.

SARQ-i R U S - ( j - j j

1915, n®8 16-17 (25-6). 18 (15-7). 19 (1-8). 20 (15-8), 23 (4-10). 24 (17-10), i (5-11), 2 (15-n). 3 (3-12), 4 (15-12). 1916, n08 5 (1-1), 6 (24-1), 7 (1-2), 9 (1-3), 10 (18-3), n (1-4) 12 (16-4), 13 (1-5), 14 (15-5), 17 (5-7). 22 (24-9). 24 (24-10).

L 'O R IE N T RU SSE.

Tiflis (azéri). Quotidien. Mars 1903-décembre 1904. S.A. 1903, n 08 i (30-3), 6 (13-4). 13 (30-4). 18 (11-5) à 115 (31-12). 1904, n08 i (4-1) à 6 (18-1). C.P. 4 (Istanbul), 1903, n08 44 (13-7) à 57 (15-8). 1904, n®8 204 (15-10), 213 (4-11), 214 (5-11), 240 (4-12), 243 (8-12), 246 (11-12), 249 (14-12), 255 (21-12), 256 (22-12), 258 (24-12). C.P. 3 (Istanbul), 1903, n® m (19-12).

BIBLIO G RAPH IE Şe l a l e -

-

315

la cascad e.

Bakou (azéri). Hebdomadaire satirique illustré. Été 1913-1914. B.K. H.I.S.

1913, n° 6. 1913, n08 28 (17-8) à 33 (21-9).

SURA - \jy * —L E CONSEIL. Orenburg (tatar). Revue bimensuelle littéraire et politique. Janvier 1908janvier 1918. H.

B.K.

T.T.K.K. M.K. T.E.

1909, 1910, 1911, 1912,

complet (sauf n° 1 du 10-1). complet (sauf n° 15 du 22-7). complet. n®» 5 (1-3) à i l (1-6), 13 (1-7). 14 (15-7). 18 (15-9). 19 (1-10), 24 (15-12). 1913, n» 3 (1-2). 1915, n®» 13 (1-7), 15 (1-8), 16 (15-8). 17 (1-9). 18 (15-9), 21 (1-11), 22 (15-11), 23 (1-12), 24 (15-12). 1916, n»» i (1-1), 2 (15-1), 6 (15-3), 7 (1-4), 8 (15-4), 12 (15-6). 1909, n08 7, 9 à 12, 15 à 17. 1910, n° 13. 1911, n° 21. 1912, n°8 3, 5, 16 à 19, 24. 1913, n° 23. 1914, n08 i, 8, 12, 13, 19. 1908-1910, complet. 1914, n° 8. 1908, n08 2 (21-1) à 8, 10 à 13, 15, 17 à 24. 1909, n°8 2 à 7, 9, n , 12, 23, 24. 1914, n°8 i, 3 à 24. 1915, n°8 i à 19, 21 à 24. 1916, n°8 i à 4, 6 à 12, 14 à 24. 1917, n08 i à 23-24, 30 (12-17).

TAA R E F -i M Ü SL IM IN E N T R E M U SU LM A N S.

J j L r - L E S BO N N ES R E L A T IO N S

Istanbul (turc). Hebdomadaire édité par des musulmans émigrés de Russie. Avril 1908-janvier 1909. M.K. M.

T A N JO L D Y Z Y -

1908, n08 i à 32. 1908, n08 i à 32. - L 'É T O ILE DU M A T IN .

Kazan (tatar). Organe du groupe des Taüâylar, S.R. Musulmans, quoti­ dien. Mai 1906-septembre 1906. C.P.

2 (Istanbul), 1906, n08 29, 35 (29-8), 37 (2-9).

3 l6

la

PR E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

TARAQQI - J J - LE PROGRÈS. Bakou (azéri). Quotidien. Juin 1908-octobre 1909. C.P. i (Paris), 1908, n08 10 (1-4), 19 (30-7). B . K. 1908, n® 88. C.U.L. 1908, n08 i (3-7)*4. 6, 7» 9. n , 12, 68-70, 72 (9-10). TA TA R IL I - JL Ijbb- LE PA Y S TA TAR. Berlin (tatar), bimensuel. Décembre 1918-avril 1920. C.

P.

(Istanbul), n®8 1-8 (collection complète).

TAZA HA JA T - 6 İ »

- LA N O U VELLE VIE.

Bakou (azéri). Quotidien. Décembre 1907-octobre 1908. H. C.U.L.

1908, n° 180 (6-8). 1908, n°» 98 (1-5), 164 (18-7).

TERĞÜMAN - j L >■J - L 'IN T E R P R È T E . Bahôisaraj (tatar de Crimée). Hebdomadaire, puis quotidien. Avril 1883février 1918. H.

1883, n® i (10-4). 1915, n08 124 (3-6) à 128 (7-6), 184 (20-8) à 189 (26-8), 198 (5-9) à 202 (11-9). B . K. 1895, n«» 24 à 34 ; 36 ; 38 à 42 ; 44 à 50. 1896, n®» i, 3, 4, 14, 16 ; 18 à 2 i ; 23, 24 ; 26 à 35 ; 37, 39» 42. 1897, n«8 3 ; 5 à 10 ; 12 à 20 ; 22, 26, 33. 1907, n®8 23 ; 31 à 33 ; 35, 38, 47, 50, 51, 58, 60, 62 ; 64 k 751908, n08 3 à 6 ; 9 à 22 ; 64, 65,67 à 71 ; 74 à 76 ; 78, 79. 1909, n08 i, 2, 4, 5, 9 à n ; 13 à 16 ; 18 à 20 ; 22 à 48 ; 50 à 52. M.K. 1895, n08 19 k 51. 1896, n®8 i (7-1) à 3 (21-1), 5 (4-2) à 34 (1-9), 36 (15-9) à 49 (29-12). 1909, n® 28. M. 1895, n°s 19 (14-5) à 38 (8-10), 40 (22-10), 44 (19-11) à 46 (24-11). 1896, n®8 9 (3-3). 12, 23, 27, 30, 36, 38, 43, 51. C. P. 3 (Istanbul), 1896, n® 13 (31-3). 1908, n«8 33 (9-5), 42, 46. 1913, n®8 18 (23-1), 198, 200, 245 à 249 ; 254, 255, 258, 259 à 261, 270, 273, 278, 279, 285, 286. C.P. 2 (Istanbul), 1895, n08 36 (24-9), 37 (1-10). 1907, n® 51 (3-8). 1913, n® 274 (14-12). 1916, n® 242 (13-n).

BIBLIO G RAPH IE

317 1917, nos 138 (31-9), 208. 1918, n°

C.P.

B.M.

12 (10-2).

1896, n° 14 (7-4). 1903, n° 50 (22-12). i (Paris), 1908, n°* 30 (8-2), 38 (27-5). 1913, n° 280 (20-12). 1914, no 48 (1-3). 1891, nos 2 (i 8- i )-I2, 14-18, 22-25, 27-32, 34, 36-38, 40-47 (28-12). 1892, nos ! (8-i)-5, 7-20, 23-34, 36-45» 47» 48 (31-12). 1893, nos i (9-i)-20, 22-26, 28-33, 36-46 (31-12). 1894, nos ! (7-i)-45, 47, 48 (31-12). 1895, n°s 2 ( i3-i)-5 (3I”I2). 1901, n o s ! ( 8 - i ) - I 3 , 15-42, 45-48 (30-12). 1902, nos ! (8-1), 3.5, 7-49 (29-12). 1903» nos 1-50 (complet). 1904, n08 i (2- i )-8o, 82-104 (31-12). 1905, nos ! (4 - i ) -6 , 9, i i , 13-15, 17, 18, 21, 22, 25-28, 30, 31» 38» 39» 41» 43-78» 80-84, 87-110 (30-12). 1906, nos i (9- i )- i i , 13-52, 54-62, 66-70, 72, 77, 79-90» 92

94, 96-101, 108-132, 136-138 (8-12). 1912, nos g, 24, 41, 43. 1913» n°s 6 (8-i)-8, 32-34, 36-40, 44-45,52,55» 57-59» 61-64, 66, 68, 72-74, 76-78, 81, 82, 85-87, 89, 90-98, 104110,117-124,126-135,137-139» 141» 143» 144» 150154,157-163,171, 173» 174» 179-187,191-195,197208,225,227,228,232-252,255,256,262-265,268270, 272, 273, 278-281 (21-12). 1914, n o s ! (2-l), 2, 4-7, 9, 15-18, 24, 25, 49-58, 60-64, 6668, 70-73, 75-78, 80-85, 87, 88, 90, 92-105, 108, 110-113.115,117-121, 123, 129-133,135,137,139154, 160-163 (31-7). T İL M İZ (A L ). Voir A L -T IL M IZ . TÜRK SÖZÜ -ZiSJy* Û j y - LA VOIX TURQUE. Istanbul (turc). Hebdomadaire politique et littéraire, édité par des musulmans émigrés de Russie. Avril 1912-1914 (?). M.K. 1912-1913, nos i à B.K. 1912-1913, n08 i à 9. H.I.S. 1914, n° i (25-4) à 16 (6-8). TÜRK YU R D U - & j j y

iJj ÿ - LE PA Y S TU R C .

Istanbul (turc). Revue éditée avec la participation des musulmans émi­ grés de Russie à partir de 1909 ; a continué à paraître longtemps après la première Guerre mondiale. Des collections complètes ou très importantes en existent à : T.E. - B.K. M.K. - M. - L.O. - S.A.

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

318

TÜ R K İST A N VILA J E T İN İN G A ZE TI -

Z jû jŞ i)

'J c S J

-

LA GAZETTE D U « GOUVERNEM ENT » D U T U R K E ST A N . TaSkent (uzbek). Bihebdomadaire. Janvier 1870-1917 (?). L.O.

H.

C.P.

TUTI - J * L E

1876, 1883, 1884, 1885, 1886, 1907, 1910, 1915,

n®8 12, 18, 23. n08 i à 47. n® 2. n® 34. n® 15. n® 5. n®8 81 (31-10), 83 (7-11). n®8 41 (31-5), 42 (4-6), 62 (16-8), 63 (20-8), 67 (3-9), 68 (6-9), 69 (10-9). i (Paris), 1912, n®8 28 (15-4), 49 (28-6).

PERROQUET.

Bakou (azéri). Hebdom adaire satirique. 1914-1917. H.

1915. n ® 8 22 (23-5), 23 (30-5). 24 (6-6), 26 (20-6), 27 (27-6), 28 (4-7)» 29 (IO-7), 31 (25-7)1916, n ® 8 8 (12-3), 9 (19-3)-

U F A N Y N A U L KON-KÜRESE

J \ij)j

2 U R N A L Y - J U j j f j ^ J j l S L ilijl

- LA R E V U E AGRICOLE D 'U FA.

Ufa (tatar). Revue bimensuelle (de périodicité irrégulière) économique et agricole. 1914-février 1917. H.

1916, no» IO (20-6), 14-15 (3-8).

ÜLFET - ^ ill - L E RAPPROCH EM ENT. Saint-Pétersbourg (tatar). Hebdomadaire politique et culturel. Janvier 1906-juin 1907. H. 1906, n® 23 (11-5). 1907, nos 81 (23-5), 82 (26-5).

V M IR E M U S U U M A N S T V A - B* Mip* MycyAbMaHCTBa - D A N S LE MONDE DE L'ISLA M . Saint-Pétersbourg (russe). Hebdomadaire politique, littéraire et scien­ tifique. Avril 1911-avril 1912. B.D.I.C. U.C.

1911, n° 23 (23-9). 1911, n° 25 (7-10).

BIBLIO G RAPH IE vaqt

-

cJ j

-

le

319 TEM PS.

Orenburg (tatar). Quotidien. Février 1906-janvier 1918. H.

C.P.

C.P. C.P. H.T.Ü.

1915, n°» 1765 (6-5) à 1785 (8-8), 1839 (8-8) à 1851 (20-8), 1853 (26-8) à 1856 (29-8), 1861 (4-9), 1864 (8-9) à 1868 (13-9). 2 (Istanbul), 1906, n° 66 (26-8). 1910, n° 675. 1912, n08 1066 (2-11), 1080, 1082, 1085, 1086, 1088, 1091, 1092, 1094, ïo 95 (30-12). 1913» n08 1098 (4-1), 1099 (5-1), 1117 à 1123 (2-2). 3 (Istanbul), 1914, n° 1588 (12-9). 4 (Istanbul), 1914, n° 1586 (17-9) 1910, n°* 691, 693, 694, 697» 70 ï . 1913, n° 1261.

Z Â N B U R - j y ô j - U A B E IL L E , Bakou (azéri). Hebdomadaire satirique. 1909. C.P. H.T.Ü.

6 (Istanbul), collection complète (?). 28 numéros parus. 1910, n° 15.

Z I JA QAFQ ASIJA -

U - LA L U M IÈ R E DU CA UCA SE,

Tiflis (azéri). Hebdomadaire de périodicité irrégulière. Janvier 1880-1884. H.

1881, n° i l .

INDEX

21

I INDEX DES NOMS DE PERSONNES ET DES PSEUDONYMES*

Abasi, Hasan ‘Ataullah : mollah et historien tatar, 58. A ba§idze , Mohammed Tagi : ağar, éditeur d’Islam-i Gurğistan, 246. ‘A bbasov, Halil : publiciste kazah, 255. •Abdal Gani H useinov , voir H useinov , *Abdal Gani. ‘Abdallabekov Zaman bey : publiciste azéri, 116. •Abdul-Bari B attal, voir B attal-T aymas, •Abdullah. •Abdul H amid II : sultan, 22, 33, 112. •Abdullaev , Hebir : journaliste turkestanais, 272. •A b d u lk h an o v : officier tatar, un des dirigeants du Harbi Sura, 189. •A bdurrahm an : officier tatar, un des dirigeants de Harbi Sura, 189. •AbdurraSid kadi Ibragim ov, voir Ibragim ov, 'AbdurraSid kadi. #A bdurra§id o v , Münever Qari : voir M ünever Qari. V A bdusatarov, Sadyq : turkestanais, collaborateur de Ma*arif de TaSkent, 271. •Abidi, *A. : ba&kir, membre du Sura régional baSkir, 224. •Abidi, Habibullah : baSkir, membre du Sura régional baïkir, 224, 223. •Ab id i , Said Ismail : tatar, éditeur de Taraqqi de Taâkent, 161, 265. •Abidi, S. : baékir, membre du Sura régional baïkir, 224. •Abiev , Said : poète lak, éditeur de Zarja Dagestana et de MusuVmanskaja Gazeta, 173. Ablajkhanov , ISmohammed Sujuk oğlu : publiciste kazah, 43. « Abu’1-Muhanirin », surnom de M elikov -Z e r d a b i , 27. A bubekir , ‘Ali : tatar, éditeur de Khabarler d’Ural'sk, 184. A buziarov, Husein : Socialiste-Révolutionnaire tatar, rédacteur en chef de Tan Meğmu*asy, 83, 87. A byzgildin , Sheikh ‘Attar : tatar, rédacteur en chef d*AU*Alem al-Islamt 59. « Adib al-Mamalek », surnom du publiciste persan Mirza Sadeq K han , 109. A digezalov : historien azéri, 28. A di Gözel, voir A digezalov. A ga oglu, Ahmed bey : écrivain, publiciste et homme politique azéri, 32, 46, 105, 106, 107, 108, 109, 110, 112, 131, 173, 174, 175, 237. * Les pseudonymes sont entre guillemets. En caractères gras, les pages contenant les biographies.

LA PR E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

324

A g a e v , v o ir A ga o g l u , A h m ed b e y . A g a e v , B. : azéri (iranien), leader du parti Edalet, 230. A g a e v , Dr. Hasan bey : publiciste azéri, éditeur de Juznyj Kavkaz, 131, 229. A g a e v , Fahr ul-Islam : publiciste tatar, éditeur de Aq Jul, 97. A g a l i q , Junusğan : uzbek, collaborateur d 'il Bajraği de Kokand, 267. A g a m a ly o g l u , Samed Aga : philologue azéri, membre du parti H ümmet, 2 3 4 . A h m a d e e v , S. : mollah tatar, collaborateur de Hoquq ve Hajat, 61. A h m a d e e v , Sahid : publiciste révolutionnaire tatar, 69, 100, 193, 204, 210, 271. A h m a d u ll i n , Fäthi : tatar, éditeur de Saldat Telägi d'Ufa, 190. A h m e d , Färhi : tatar, rédacteur de Korel d'Ufa, 203, 210. Ahmed bey A ga o g l u , voir A ga o g l u , Ahmed bey. Ahmed K e m a l , voir K e m a l , Ahmed. A h m e d K h a n , Sir Sayid : réformateur indien, 22. Ahmed R iza, voir R iza Ahmed. Ahmed Z e k i V e l i d i , v o ir Z e k i V e l i d i , Ahmed. A h m e d i, S. : ta ta r , r éd a cte u r d u Balalar Dünjasy, 191. A h m e d o v , Aziz-Mir : h isto r ie n a zéri, 128. A h m e d o v , Jusuf : azéri, éditeur de Jeni Irlad, 116. A h m e r o v , M. : tatar, collaborateur du Beznen Jult 198, 207. A h m e r o v , Şahbaz Girej : publiciste tatar, 24. A h m e r o v , Sihabeddin : historien ta ta r , 97. A h t a m o v , Abu Su'ud : tatar, avocat d'Ufa, 82. A h ta m o v , Benjamin : publiciste tatar, 8 2 . A h t a m o v , Ibrahim : Socialiste-Révolutionnaire tatar, collaborateur d'Ural,

82, 89. A h u n d o v , Mirza Feth-*Ali, voir A h u n d Z a d e , Mirza Feth-'Ali. A h u n d Z a d e , Mirza Feth-'Ali : écrivain azéri, 23, 28-30, 124. A h u n d o v , Dr. *Abdul Haliq : azéri, éditeur du Zertbur, 118. A h u n d o v , Asadullah, Ğavad oğlu : socialiste azéri, 123, 128. A h u n d o v , Husein : azéri, rédacteur du Istigbal d'Elizavetpol', 120. A h u n d o v , Mohammed Sadiq bey : azéri, rédacteur de Prikaspijskaja Éizn', A h u n d o v , Mirza Mamed : azéri, leader du Parti Fédéraliste Turc, 229. ‘A ib o v , I. : p u b lic iste azéri, 132.

131.

Aini, Sadreddin : écrivain tağik, 272. A j d a §e v , Fatyh : tatar, rédacteur de Minzele Ile, 199. \A j n u l l i n , v o ir G a j n u l l i n . A j t p e n e v , Mihaj : kazah, p r é sid e n t d u g ro u p e A j t u v g a n , Batyr : romancier criméen, 249.

ÜS Zuz, 256.

Ajukhan, Zakir : tatar, rédacteur en chef de Tom Süzü, 208. Hasan, Sabri : écrivain et homme politique criméen, 40, 112, 141, 142, 247, 248.

A jv a z ,

A jv a z o v , v o ir A j v a z . A k b a r : su lta n , 130. A k Cu r a , Hasan : député tatar de A k ô u r a o g l u , Jusuf : écrivain et

la Duma, 59. homme politique tatar, 40, 65-66, 71, 74, 94,

173, 174» 175. A k S u r a , Mohammed Sah : tatar, collaborateur Ak Surin, Hasan, voir Ak Sura, Hasan.

du Terğüman, 40.

IN D E X

325

A k ô u r in , J u su f, v o ir A k ô u r a o ğ l u , Ju su f. A k h v e r d o v , 'Abdurrahim bey : écrivain azéri, 125-126. Al-A fg h a n i, Ğemaleddin : réformiste afghan, 37, 172. A l -B a r u d i , v o ir B a r u d i . A l - B u k h a r i : théologien musulman, 94. A l -H a s a n i , Mohammed Sabir : voir H a s a n i , Mahommed Sabir al-. A l -K u s t r a m a v i , Serefeddin : voir K u s t r a m a v i , Serefeddin al-. A l a v i , Ö m er : p u b lic iste ta ta r , 200. A l e k s e e v : g én éral, 201. A l e s k e r o v , 'Abdul Muttalib : azéri, rédacteur de Rus Iran Tävässütü, A l e x a n d r e III : tsar, 51. 'Ali 'Abbas M u t a l ib Z a d e , voir M u t a l ib Z a d e , 'Ali 'Abbas. ' A l i B e y o ğ l u , Mustapha : azéri, rédacteur de Yfyq, 130. 'A l i K e m a l bey : voir K e m a l bey, 'Ali. 'A li Zade, Said Riza : turkestanais, éditeur de MäFäle-i Inqilab, 272. 'A l i e v , 'Ali 'Alesker : publiciste azéri, 118, 205. 'A l ie v , 'Ali Mehmed : azéri, collaborateur de Ary, 123. 'A l ie v , Ismail : publiciste turkestanais, 161. 'A l ie v , Mahmud : tatar, rédacteur en chef de Sugyl Safy de Pskov, 191. 'A l i e v , Onığ : publiciste azéri, rédacteur du Mäktäp, 130. 'A l im o v , Ekrem : kazah, rédacteur du Aj-Qap, 150. 'A l i o ğ l u (G a l ie v ), Galimğan : voir B a r u d i . A l k i n , G. : officier ta ta r , u n d e s d ir ig e a n ts d u Harbi Sura, 189. A l k i n , Ilias : officier tatar, un des dirigeants du Harbi Sura, 188-189. A l k i n , Said Girej Mirza : homme politique tatar, 66, 183, 188. A l k i n , Sahi Ahmed : Directeur de la Police de Kazan, 66. A l k i n , Sejhullah : tatar, rédacteur du Qurultaj, 186. A l m a e v , Ahmedğan : tatar, rédacteur du journal tatar Sugyl Safy de

130.

Pskov et de Qyzyl Armija, 191, 210. A lmasev : lieutenant tatar, un des dirigeants de Harbi Sura, 189. A lparov, 'Arif : révolutionnaire baSkir, 198 . A l t y n s a r y n , Ibraj : écrivain, ethnologue et pédagogue kazah, 43, 145, 153. A m a n u l l a h : roi d’Afghanistan, 158. A m b a lo v : ossète, rédacteur d ’Iron Gazet, 137. A m ir h a n , Fatyh : écrivain tatar, 71, 79» 83, 91, 92, 93, 94, 96, 174, 200. A m ir o v , H a lim : ju r iste baèkir, 227. A n d r é , M*r : évêque d’Ufa, éditeur du journal krjaSen A n d r e e v : russe, é d ite u r d e Qazaq Gazeti, 150. A n n e n k o v : gén éral, 257. A p a n a j , ’Abdullah : mollah tatar, éditeur d *Azat, 86.

Dus, 101.

A qôoqraqly , Osman : écrivain et homme politique criméen, 19, 40, 70, 247. A qmolla : poète baskir du x ix e siècle, 80. A q £ u r a , v o ir A k ô u r a . A q s a q IS a n o ğ l u : baSkir,

collaborateur du Qahraman-i Basqurt, 226.

A rabs ki j, Ismail : criméen, collaborateur du Terğüman, 40. 'A r if o v , v o ir 'A r if Z a d e . 'A r if Z a d e , 'Abdulhakim Hilmi : écrivain A r u t ü n o v , Tigran : arménien, directeur de

criméen, 249. Koâ-Dev'et, 121.

LA P R E SSE M U SU LM A N E E N R U S S IE

326

A sad u laev : officier tatar, un des dirigeants du Harbi Sura, 189. *As r i , Neğib : écrivain tatar, 95. ASmasov, 'A. : tatar, rédacteur du KinäS de Samara, 205. AS m a r in : m issio n n a ire ru sse, 33.

*A§ur, 'Ali Z a h ir i , voir Z a h ir i , 'A§ur 'Ali. 'AS u r b e jl i : fam ille d 'industriels azéris, 105. 'A s u r b e jl i , Besir bey : propriétaire terrien azéri, 109. 'ASu r b e jl i , 'Issa bey : propriétaire terrien et publiciste azéri, 107, 109, 119, 121, 128, 132, 229. 'ASurbek o v , voir 'ASu r b e jl i . A tlasy , Hadi : mollah et historien tatar, 68, 76, 88, 97, 172. A tnagulov , Salah : révolutionnaire baSkir (S.D.), 204, 205, 210, 211, 218. A ttaj : publiciste tatar, 100. A v k sen t ' ev : président du Gouvernement Sibérien, 224, 225, 257. 'A zimbaev , Mir Said Kerim : commerçant turkestanais, éditeur du TuzZar, 163.

'Azizov, Luqman : 208. 'Azız Z a d e , Leziz : publiciste turkestanais, 263, 270, 275. 'A zizbekov , MeSadi 'Aziz : révolutionnaire azéri (S.D.), 121, 122, 123, 126, 230, 231. B abiô, Sejh ul-Zade : poète tatar (baSkir), 93, 193, 224. B a d a m s in ,

'Arif : c o m m e r ça n t ta ta r , d é p u té à la Duma, 85, 88.

B agirov : premier secrétaire du P.C. de la R.S.S. d'Azerbajğan, 121. B a h a verdiev : publiciste tatar, éditeur de Khalyq d'Astrahan, 80. B ahtjarov , N. : tatar, rédacteur de Jaqty Jul de MalmyZ, 218. B ahtjarov , Vefa : publiciste tatar, rédacteur en chef d'Al-Islah de Kazan, 83. B ahtsan , Sultan : publiciste kazah, collaborateur du Fiker d'Ural'sk, 78. B a ja Sev , Fatyh : publiciste tatar, 100. « Bajazitov » : pseudonyme de Galimğan S e jfu d d in o v , 89. B ajazitov , 'Ataullah : akhund tatar, éditeur du Nur de Saint-Petersbourg, 45. B ajazitov , S. : mufti de Saint-Petersbourg, fondateur de l'association « Sirat-i

Mustaqim », 54, 58. B a jb u r tlu , Jahja : publiciste criméen, collaborateur de Vatan Khadymy, 141. B a jô u rin , Serif : publiciste tatar, 98, 210. B a jg ild ie v , Serif Kemaleddin oğlu, voir K em a l, Serif. B a jm b et , 'Ilemdar : Socialiste-Révolutionnaire tatar, 197, 198, 203, 204, 210. B a jt u r su n , Ahmed : publiciste et écrivain kazah, dirigeant du parti Ala$-Orda,

15, 148, 149, 150, 152, 153, 254, 258, 261. B a k i , S. : tatar, collaborateur du Qyzyl Bajraq de Kazan, 195. B a k ik h a n l y ,

voir B a k ik h a n o v , 'Abbas-Quli Aga.

B akikhanov , 'Abbas-Quli Aga : écrivain azéri, 23. B algynbaev , Hajreddin : kazah, éditeur de Birlik Tuuy, 255. B a l m o n t : p o è te russe, 32.

B alyô , Husein : publiciste criméen, collaborateur de Vatan Khadymy, 141. B ammat, Haidar : homme politique daghestanais, 241.

B araq : Khan de la Horde de Bukej, 148. B arakov , Gino : ossète, éditeur de Cermen, 244. B a r r é s : é c r iv a in fran çais, 66.

IN D E X

327

B a r s e g j a n , Khikar : historien soviétique arménien, 122. B a r t h o l d : orientaliste russe, 159. B a r u d i , sheikh Galimğan al- : mufti d’Orenburg, écrivain

et publiciste tatar, 59-60, 75, 86, 183. B a s ir i , ‘A. : publiciste tatar, collaborateur d'Idel d’Astrahan, 80. B a t t a l -T a y m a s , ‘Abdullah : historien et publiciste tatar, 68, 97, 186, 187, 191, 208, 265. B a t y r m u r z a e v , Nuhaj : poète kumyk, 240. B a t y r m u r z a e v , Zein ul-*Abid : écrivain kumyk, 240, 242. B e g i , N. : ta ta r , c o lla b o r a teu r d e M am adyl TauSy, 205. B e h b u d i , Mahmud hoğa : historien et publiciste turkestanais, 162, 163, 164, 165, 167, 171, 263, 264, 267. B e j Bu l a t o v , Ternir Bulat : écrivain kumyk, 240. B e k -M a m l e e v , Sultan : officier tatar, dirigeant de Harbi Sura, 189. B e k i r , Lütfi : collaborateur d* Uluğ Türkistan, 265. B e k i r , Mukhtar : turkestanais, collaborateur d* Uluğ Türkistan, 265, 270. B e k t e m ir , Ahmedğan : tatar, rédacteur en chef de Suhrat, 163, 164. B e l j a e v : russe, rédacteur en chef de Ruzname-i Mavera~i Bakhr-i Khazar d'Aéhabad, 169. B e n k e n d o r f f : général, comte, commandant la Gendarmerie, 23. B e r ia : 121. B e r k e , Mustafa : publiciste criméen, 249. B e r m e za n ov, 'Azimbek : publiciste kazah, collaborateur d ’Aq Zol de 261. B e s t u Se v -M a r l i n s k ij , A. A. : décembriste déporté au Caucase, 23. B e Si r i , Zarif : publiciste tatar, 77. B iö e r a h o v : gén éral, 242.

TaSkent,

Bigi, Musa Ğarullah : théologien, historien et publiciste tatar, 19, 56, 74, 76, 77» 79» 91» 174» 199. B ig ie v , v o ir B ig i . B ik b o v , J u n u s : a v o c a t baâkir, 222. B ik q u l o v , Ibrahim : mollah et publiciste tatar, 68, 92, 97, 187, 207. B im e t o v , Ahmed Serif : mollah tatar, collaborateur de Joldyz, 68. B ir g e n , Mühittin : publiciste turc, éditeur du Tanin, 119. B it ie v , G. R. : caucasien, éditeur de Terskaja Zizn, 135. B l ü m b e r g : g én éra l, 209. B o b i , ‘Abdullah : pédagogue, philosophe et publiciste tatar, 46, 69-70, 97. B o b in s k i , voir B o b i , ‘Abdullah. B o d a n i n s k i , ‘Ali : publiciste et homme politique criméen, 248. B r it a e v , M. R. : ossète, éditeur du Hurtum, 137. B u b r i n in : russe, éditeur du Qazaqstan, 151. B u d e j l i , Mahmud : é c r iv a in ta ta r , 205. B u j n a k s k i j , Ulubij : révolutionnaire daghestanais, 2 41. B u k e e v , Sultan Sahingirej : écrivain kazah, 150, 151. B u k h a r in e : 197. B u k e j k h a n , v o ir B u k e j k h a n o v . B u k e j k h a n o v , ‘Ali Khan : écrivain et homme politique kazah, 43, 78, 148,

149, 150, 152. 153» 254» 257-

328

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

B ulaô, H. O. : publiciste daghestanais, 240. B ulatov, ‘Aziz : publiciste kazah, 260. B unin : écrivain russe, 32. B unjat Zade , Dadas Hoğa oğlu : publiciste révolutionnaire (S.D.) azéri, 123, 205, 230, 231. B unjat Zade , Ğafar : publiciste azéri, éditeur du Tuti, 117. B urhan Ş er ef , voir Ş eref , Burhan. B urna S, Fäthi : poète tatar, 200, 209, 210, 218. B urundukov , Mikdad : révolutionnaire tatar, 204, 218. B utaev frères : ossètes éditeurs d'Iron Gazet, 137. B utaev , Aslanbek : ossète, éditeur d ’Iron Gazet, 244. Calikaty , voir Calikov . Calikov , Ahmed bey : homme politique (menchevik) ossète, 95, 135, 172, 183, 185, 202. Canba, Sija : publiciste abhaz, rédacteur du journal abhaz Apsny KapS, 245. Catherine II : impératrice, 51, 144. Cvetkov : russe, rédacteur en chef de Ruzname-i Mavara-i Bakhr-i Khazar, 169. Ca jk in , Vadim : S.R. russe, éditeur de Turkestanskij Golos d’AndiSan, 164. « Cala Tatar » : pseudonyme d’Ekrem ‘A limov, 150. ĞanySev , H. : tatar, éditeur du Türkistan Vilajetiniü Gazeti, 26. C a n y Se v , Ildyrkhan : publiciste tatar, 100. C a p £ a q ô y , Halil : écrivain criméen, 248. C e l e b i e v : président du Kurultaj des Tatars de Crimée, 250. Ge r g i , Hasan : publiciste criméen, 141. C e r n y s e v , E. I. : historien soviétique, 84. « Cingiz » : pseudonyme d’Ajaz I shaki, 87. Cokaev, voir Cokaj oglu, Mustafa. C o k a j o g l u , Mustafa : homme politique turkestanais, 255, 263, 265, 268. « Çulpan » : pseudonyme dMAbdul Hamid Suleimanov, 165. D adabaev : publiciste turkestanais, 272. D ada§ oglu, ‘Abdurrahman MeSadi : publiciste azéri, 115. D ahadaev, Mahaé : révolutionnaire daghestanais, 241, 242. D ahadaeva, Nafisat : épouse de Mahaé D ahadaev, 242. D algat, M. M. : caucasien, éditeur de Golos Kavkaza, 134. « Damollah » : pseudonyme de Fatyh A mirhan , 83. D a§kin , Abubekir : tatar, collaborateur dTslah d’Astrahan, 80. D atiev , Aslan Girej : caucasien, éditeur de V Mire MusuVmanstva de SaintPetersbourg, 172. D audov, Faiz Khan : tatar, rédacteur en chef du Din ve M agiiat d'Orenburg, 5 5. D audov, Mirza : 211. D a v l e t §i n , 'Abdurrahman : Socialiste-Révolutionnaire tatar, membre du groupe des Taüâylar, 87, 190. D enikin : général, 242, 243, 244, 245, 247, 252. « Derdmend » : pseudonyme de Zakir R amiev . D ibirov , Mohammed hadi : leader nationaliste daghestanais, 241. D igurov , K. N. : caucasien, éditeur d ’Eho Kavkaza, 135.

INDEX

329

D im anstein : historien soviétique, 181. D inmohammedov, ‘Abdulhaq : tnudarris tatar, 200. D inmohammedov, Han ISmohmamed : publiciste qadymiste tatar, 55. D iv a e v , Abubekir : écrivain et folkloriste turkestanais, 270. D önentaev , Sabit : publiciste et homme politique kazah, 150. D onskoj , Ahmed : tatar, collaborateur de Soldat Jalqyny d’Astrahan, 190, 271. D osmuhammedov, H. : écrivain et homme politique kazah, 78, 152, 254, 257. D ostoevski : écrivain russe, 143. D ulat-*Ali , Mahmud : tatar, collaborateur du Çulpan de Moscou, 203. D ulatov, Mir-Jakub : écrivain et homme politique kazah, 147, 148, 149, 152153, 254, 255, 261. « Dumavi », Negib : écrivain et publiciste tatar, pseudonyme de Negib S ig b at o g l u TohtamyS, 71, 94, 97. D unsterville : général, 236. D utov : Ataman des Cosaques d’Orenburg, 199, 200, 201, 204, 206, 223, 224, 256, 258. D zabaev, I. P. : caucasien, éditeur de Zizri Severnogo Kavkaza, 134. E da§in , Qajjum : tatar, rédacteur du Soldat Jalqyny d'Astrahan, 190. E fendi Zade , ‘Abdurrahman : pédagogue azéri, collaborateur du Maktâp, 130. E fendi Zade , Mohammed Hasan : publiciste azéri, collaborateur du Dàbistan, 129. E fendiev , Sultan Meğid : socialiste (S.D.) azéri, 121-122, 123, 231. E gorov : russe, éditeur de Ufa Qajupiratury d'Ufa, 192. E if i , Sehi : tatar, rédacteur du Bezneti Telâk d 'Orenburg, 190. E l m u h a m m e d o v , Ömer : S.R. baàkir, collaborateur de Çulpan de Moscou, 198, 203, 271. E lzan o v , Sahmardan : kazah, vice président du groupe ÜS 2 uz, 256. E metkar, Bekir : criméen, collaborateur du Terğüman, 40. E min E fendi Zade , Mahmud bey : azéri, éditeur du Turan de Ta§kent, 264. E min , Mehmed : poète turc, 41. E miri, Kerim : tatar, membre de Musvoenkollegija, 210. E nikeev , Nigmet : voir E n ik e j , Nigmet. E nikeev , Halil : publiciste tatar, 100. E n ik e j , Nigmet : tatar, collaborateur de Jarly TauSy, 205, 210. E nikolopov , Mirza Apriam : orientaliste caucasien, rédacteur en chef de Tifliskie Vedomosti de Tiflis, 23. E vlani, ‘Abdullah : poète turkestanais, 163, 165, 264. F ahreddin , ‘Abdurrahman : publiciste tatar (baâkir), 74, 193, 206, 207, 225, 226, 227. F ahreddin , Rizaeddin : théologien et historien tatar, 19, 40, 74, 75-76, 77, 79, 174. 193F ahri, Ahmed : tatar collaborateur du Qurultaj de Kazan, 186. Faiz Khan D audov, voir D audov, Faiz Khan. Fajzi, Hadi : turkestanais, éditeur de Khalq Gazeti de Kokand, 273. F ajzi , Haris : pédagogue et tatar, 71, 219. F ajzullin , S. : tatar, rédacteur de Jaqty Jul de Malmyz, 218.

330

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

F asah hoğa : ulema tatar, père de Fuad T uktar , 85. F a th a k h u n d o v , Mubarraq Sah : mollah tatar, collaborateur du Joldyz, 68. F a th u lla e v , Mirza : azéri, éditeur du Laklak, 119. F a t h u l l in , Tahir • turkestanais, éditeur de Hâiler Qalqany, 273. F edorov , A. E. : russe, éditeur de Juznyj Kavkaz, 131. F edorov : russe, éditeur de Meğmua-i Mavera-i Bakhr-i K hazar, 169. F ehmi, Ibrahim : criméen, collaborateur du Terğüman, 40. Feridun bey K ôôerli, voir K ööerli, Feridun bey. Feth-'Ali Ahund Z ade , voir Ahund Zade , Feth-‘Ali. « Filankes » : pseudonyme d'Uzeir bey H ağibejli , 108. F itrat , *Abdur-Rauf : écrivain et publiciste turkestanais, 158, 162, 267, 271. F runze : général, commandant le front du Turkestan de l’Armée Rouge, 209, 273* F urkat , Zakirğan : poète uzbek, 26, 2 7 . F ü zuli : poète turc d’Azerbajğan, 112. Gabidullin , Basir : tatar, rédacteur en chef de Saldat Jalqyny d’Astrahan, 190. G abidullin , Tftaheddin : tatar, éditeur d ’Idel-Ural Ülkesi de Kazan, 188. G abiev , Said : voir ‘Abiev , Said. G abieddinov (‘Abieddinov ), Kemal : tatar, éditeur d'Aqmolla de Troick, 80. G abitov, A. G : caucasien, éditeur de Terskoe Eho, 135. Gabitov, Ismail : voir ‘Abid i , Ismail. « Gädirli » : pseudonyme de Movsum Nağmuddin I srafilbekov , 231. Gafuri , Mağid : écrivain tatar (baâkir), 60, 61, 67, 69, 86, 93, 193, 198. Gajda : général, 209. Gajnullin , Hasijet : tatar, collaborateur de Qyzyl Bajraq de Kazan, 195-196, 210. Galiev , Galimğan, voir B arudi, Galimğan. Galiev (‘Aliev ), ‘Abdurrahman : mollah tatar, rédacteur en chef de Magarif d'Astrahan, 61. G aliev , Ismail : voir ‘Aliev , Ismail. « Gamgüsar » : pseudonyme de ‘Ali Kuli N a ğ a f o g l u , 126. Gani Bey, voir H useinov , ‘Abdal-Gani. Ganiev (*Aniev ), Habiburrahman : tatar, éditeur d’Aqmolla de Troick, 80. Gaspraly , Ismail bey : voir Gasprinski, Ismail bey. G asprinski, Ismail bey : écrivain, philosophe et publiciste criméen, 15, 18, 19, 24, 35-42, 52, 53, 67, 68, 69, 72, 74, 76, 83, 87, 93, 94, n o , 112, 126, 138, 143, 151, 157, 158, 160, 163, 164, 176, 182, 247, 248, 251, 265. Gasprinski, Rifat : criméen, fils d'Ismail bey, 142, 247. G asprinski, Sefika : criméenne, fille d’Ismail bey, 142, 247. G azdanov, Dr. Dz. : ossète, éditeur 6*Iron Gazet, 137. Ghazali : imam, 77. Ghafuri, Mağid : voir Gafuri, Mağid. G ilezeddinov , Paul : krjaSen, missionnaire, éditeur de Sugyl Khäbärläre, 100. G ilmanov, Mohammed Fatyh : voir K erim i , Fatyh. G ire j. Halim : historien criméen, 249. Gocinskij , Nağmuddin : imam, chef religieux daghestanais, 241, 242. Gœthe : 112.

INDEX G ö k A lp , Ziya : philosophe turc, 40, 105, 174, 175. G o r k i , Maxime : écrivain russe, 74, 85, 210. G rigor ' ev , Ivan : orientaliste russe, 43, 161. G riSin -Almazov : 224. Gubajdullin , 'Aziz : historien tatar, 25, 93, 97, 186, G ubajdullin , Salih : propriétaire foncier tatar, 97. G u l ij a , Dimitri : historien, poète et folkloriste abhaz, G usmanov, voir 'U smanov.

331

200. 244, 245.

Ğ a fa r Z ade, *Ali Iskander : pédagogue azéri, collaborateur du Däbistan, 129. Ğ a lil Zade, Şamil : journaliste azéri, collaborateur du Füjuzat, 112. Ğ a n g ild in : chef révolutionnaire kazah de la tribu des Qypéaks, 257, 258. Ğ a n tu rin , Selim Girej : tatar, député à la Duma, 8 2 . Ğ a p a r id z e , A. : révolutionnaire (bolchevik) géorgien, 120, 122, 231. Ğejhun bey H ağibejli , voir H ağibejli , Ğejhun bey. Ğ elal , Sadri : tatar, collaborateur d*Aq Jul, 97, 190, 191, 204, 210. Ğ elal , Vaqif : tatar, collaborateur de Sarq Qyzy de Kazan, 200. Ğemaleddin Al -Afghani, voir A l-Afghani, Ğemaleddin. « Ğemaleddin oğlu » : pseudonyme d''Abdurrahman F ahreddin , 206. Ğ e v d e t , 'Abdullah : poète turc, n o , 112. « Ğolkunbaj » : pseudonyme de r écrivain turkestanais 'Abdullah Q a d y ri , 264. Ğ u d i , Osman : publiciste turc, 174, 175. Ğ u m a il , Haris : tatar, rédacteur au Qurultaj de Kazan, 186. H a b i b i , 'Abdullah : tatar, rédacteur de Jaqty Jul de Malmyz, 218. H abibi , Burhan : tatar, rédacteur de $ura-i Islam de Taèkent, 264, 265. H abibi, Ahmed Sultan : S.R. tatar, 197, 210. H a d i , M. : tatar, collaborateur de Sura d'Orenburg, 77, 112. H a djibeyli , Djeihun bey, voir H ağibejli Ğejhun. H afiz al-Hağ Al -H uremin , voir H uremin , Hafiz al-Hağ. H afizi, 'Abdulqajjum : tatar, éditeur de ile Vilajetinifi Gazeli, 176. H a Ğe t l a Se , Mohammed beg : caucasien, éditeur de Moussoulmanine de

Paris, 172. Haği Ibrahim K a sim Z a d e , voir K a sim Z a d e , Haği Ibrahim. Haği M u ' i n : publiciste turkestanais, 167, 267, 271, 272. Haği Seid ‘Azim Sirvani, voir Sirvani, Haği Seid 'Azim. Haği Seid U n s i Z a d e , voir U n s i Z a d e , Haği Seid. H a ğ i b e j l i , Ğejhun bey : publiciste et écrivain azéri, 31, 32, 105, 107, 109, 114, 231, 235, 237, 238. H a ğ i b e j l i , Uzeir bey : publiciste et compositeur azéri, 105, 107-108, 109, n o , 115, 132, 237, 238. H a ğ ib e j l i , Zulfigar bey : 238. H ağibekov , voir H ağibejli . H a ğ in s k i , Mehdi : publiciste azéri, rédacteur en chef de Tekammül, 122. H ahn : explorateur russe, 32. H a ir u l l in , Zeinullah : tatar, collaborateur du Din ve MagiSat, 55. H ajdarov , Kadir : publiciste azéri, 116, 119, 132. H a k im Z a d e , Hamza (Nijazi) : écrivain turkestanais, 165, 266. H akimov, Fatyh : publiciste tatar, collaborateur de Bajan ul-Haq, 70.

332

LA PRESSE MUSULMANE EN RUSSIE

H A k im ov, Sakir : commerçant tatar de Bugul’ma, membre du groupe des Tanâylar, 87, 95, 96. H a k k i , Ismail : philosophe et pédagogue turc, 77, 171. H a l f i n , Neğib : écrivain tatar, 96, 186. H alil , A. : criméen, rédacteur en chef de Qrym Meğmu'asy, 251. H a l il i , Jak u b : publiciste tatar, éditeur de Süjüm Bike, 98, 191. Halim Gir e j , voir Gir e j , Halim. H amidi, Ahmed : tatar, collaborateur de Minzele Ile, 199. H a m id i, Sakirğan : tatar, collaborateur de Minzele Ile, 199. H a n a f i , Mubarraq Sah : mollah tatar, 188, 206. H an a fi, Muzzafar (KajbySev), écrivain tatar, 9 4 . H a n i f a Kkanym : épouse de M e l ik o v -Z e r d a b i , 27. H aris , ‘Abdullah : poète tatar, 61, 69, 97, 99. « Hasan d*Orenburg » : pseudonyme d'un collaborateur du Moussoulmanine de Paris, 172. HASANi, Ahmed Girej : tatar, éditeur de An, 93. H asan i, Mohammed Sabir al- : mollah tatar d'Orenburg, 5 8 , 59. H a s a n o v , Kalimullah : socialiste tatar, député à la Duma, 85, 88. H ebirov , Umde : tatar, collaborateur à* Ufa Khähärlere, 207. H ikmet , Nazim : poète turc, 128. Hilmi A rif Zade , voir A rif Zade , *Abdulhakim Hilmi. H o ğ a , Asadullah : homme politique turkestanais, 263. H oğaev, 'Ubajdullah : publiciste turkestanais, un des dirigeants du M illi Merkez, 164, 263. H oğaev, Fajzullah : turkestanais, un des leaders du P.C. d’Uzbekistan, 275. H oğanian : socialiste arménien de TaSkent, 264. « Hop Hop » : pseudonyme d'Alekper Sabir , 125. H u d a i b e r d i n , Said : révolutionnaire baèkir, 210, 211. H uğabaev : akhund tatar, 99. H uremin , Hafiz al-Hağ al- : tatar, éditeur du Fiker, 78. H u s e i n Z a d e , *Ali bey : publiciste azéri, 105, 106, 107, 108, n o , 112, 119, 173, 174H usein Zade , 'Ali Pacha : azéri, directeur de Jeni Füjuzat, 119. H u s e i n o v , Ahmed : marchand tatar, 87. H useinov , 'Ali, voir H usein Zade , 'Ali. H u s e i n o v frères : industriels tatars d'Orenburg, 40, 90. H u s e i n o v , 'Abdal-Gani : industriel tatar d’Orenburg, 55. H useinov, Mohammed Veli : industriel tatar d’Orenburg, fils d*'Abdal Gani H useinov, 5 5 . I b n K h a l d u n : historien arabe, 77, 136. I bn S ina (Avicenne ) : 130. « Ibragim Muratov » : pseudonyme de Zarif S a d y q o v , 70. I bragimov, 'AbdurraSid kadi : écrivain, publiciste et homme politique tatar, 44, 46, 62, 63, 64, 70, 74, 82, 149» 162, 164, 174, 175, 176, 247. I b r a g im o v , Galimğan : écrivain, publiciste et homme politique tatar, 61, 69, 75, 83, 93, 97, 193, 197, 202, 203, 204, 210, 218. Ibragim ov, Sahmardan : journaliste tatar, 26.

INDEX

333

I brahimov, Mehmed : publiciste criméen, collaborateur du Terğüman, 40. I brahimov, Veli : homme politique criméen, 249, 252. I drisi , Galimğan : publiciste tatar, 175, 176, 219. I l ' minski, N. : orientaliste et pédagogue russe, 43, 51. ' I l m b e t o v , Qurban 'Ali : journaliste tatar, 90. I m a n a e v , sheikh 'Attar : avocat tatar, 60. I manaev, S. : tatar, rédacteur de Bajan ul-Haq, 70. I m a n b a e v , ISmohammed : kazah, éditeur de Qazaq Gazeti, 150. I man Quli , S. : tatar, collaborateur de Ittifaq de Kazan, 200. I m a n k u l o v , S., v o ir I m a n Q u l i . I m a n o v , Amangeldy : chef des partisans rouges kazahs, 257. I n a n , 'Abdul Kadir, voir S u l e im a n o v , Fath ul-Qadir. « Ingu§ » : pseudonyme d'un collaborateur du Moussoulmanine de Paris, 172. I r a n i , Fathali : journaliste azéri, collaborateur de Tazä Hâjat, 113. I r g a z ie v , 'Ubajdullah : publiciste turkestanais, 165. I shaki, 'Ajaz : écrivain et homme politique tatar, 25, 33, 67, 71, 84-85, 87, 94, 95, 183, 185, 186, 190, 207, 208, 220. I shakov, Hasan : journaliste tatar, rédacteur de E l de Kazan, 204, 211. I skander , Halim : tatar, collaborateur d 'il Tele d'Ufa, 207. I smailov-Sirvanski, Mustafa Lütfi : publiciste azéri, 64, 65. I s r a f il b e k o v , Movsum Nağmuddin : azéri, leader du parti Hümmet, 230, 2 31. I§ a n o ğ l u , Aqsaq : baèkir, rédacteur de Qahraman-i Baïqurt, 226. İ s m e t i , 'Abdullah : pédagogue tatar, 96. I v a n l e T e r r ib l e : tsa r , 98. I vanov, D. V. : russe, éditeur

de Golos Stepi, 148.

J a g e l l o : c o lo n e l ru sse, 158.

J alavsin : russe, éditeur de Qazaqstan, 151. J alginbaev , Rahmatullah : tatar, collaborateur du Sura, 77. J Alimov : communiste tatar, 204. J amaSev , Husein : écrivain et publiciste social-démocrate tatar, 25, 67, 86, 88, 89, 90. J a r -S u l t a n o v , Mohammed : mufti d’Orenburg, 58, 60, 97. J arullin , Nurullah : tatar, rédacteur de E l de Kazan, 2 04. J auSev , NuSirvan : journaliste turkestanais, 165, 267. J unusov, Ghazi : mollah et publiciste tatar, rédacteur en chef de Qyzyl Bajraq et de illile r Dônjasy de Taşkent, 270, 271, 272. J usuf Zade , Gelai : publiciste azéri, 113, 115, 132, 168. J usufbejli , Nasib bey : homme politique azéri, 229. J usufbekova , Selika, voir Gasprinski, Sefika. J usupov , Musa : tatar, collaborateur de Bezneü Jul, Qyzyl J au, etc., 197, 198, 210. K adyri, Zakir : pédagogue et publiciste tatar, 81-82, 100. K a d y r o v , Zakir, voir K a d y r i , Zakir. K a f a r Z a d e , Asadullah : iranien, leader du parti Edalet, 230, K a j b y Se v , voir Muzzafar H a n a f i . K ajrov , A. I. : caucasien, éditeur du Gorec, 135.

234.

LA PR E SSE M U SU LM A N E E N R U SSIE

334

K amil Mutygy , voir T uhfetullin . K anukov , Almakhsid : ossète, éditeur à 1Iron Gazet, 137. K arabekov , Dr. Karabek : publiciste azéri, 119, 229. K araev , 'Ali Hajdar : azéri, membre du parti Hümmet, 234, 239. K aran , Dr. Lebib : publiciste azéri, 95. K aragözov, Nedim : publiciste azéri, 116. K ara Sy , Ömer : poète et folkloriste kazah, 152. K asim Z a d e , Haği Ibrahim : publiciste azéri, 114, 116. K asimov, Said Mehdi : tatar, éditeur de Meğmu'a-i Mavera-i Bakhr-i Khazar,

169. K asimov, Hazym : tatar, collaborateur du Çulpan, 203. K atkov : écrivain Slavophile russe, 36. K azakov, Ishak : publiciste tatar, 96 . K azarov, S. I. : caucasien, collaborateur de Kazbek, 134. K azbekob , S. S. : publiciste daghestanais, 240. K azem B eg , Alexandre (Mirza Mohammed *Ali) : orientaliste, 2 4. K azim Zad e , *Abbas Kuli : azéri, un des dirigeants du parti Müsavat, 228. K ebir , Bekir : publiciste tatar, 83. K efajev , Jusuf, voir K öpeev , MaSur Jusuf. K em al , Ahmed : écrivain turc, n o , 112. K emal bey, 'Ali : publiciste turc, éditeur du journal Türk du Caire, 33. K emal, 'Ali 'Asker : écrivain tatar, 25, 67, 69, 86, 87, 90, 91, 99. K emal , Jakub : éditeur de Ta'aref-i Müslimin d'Istanbul, 174. K emal, Mustafa (Atatürk ) et mouvement kemaliste : 66, 106. K em al, Serif (Serif K em aled d in o g lu B a jg ild ie v ) : écrivain tatar, 7 4, 94. K em a led d in ov, voir K em al, 'Ali 'Asker. K em ali , Zijauddin (Zija) : théologien tatar, 56, 59, 82. K emi : poète turkestanais, 264. K e n g e r l i : publiciste criméen, collaborateur du Terğüman, 40. K erenski : 262. K erimi , Fatyh (Mohammed Fatyh Gilmanov) : écrivain et publiciste tatar,

73, 74, 76, 79, 90, 192. K erimov : industriel tatar, 92. K erimov, Mehmed : tatar, rédacteur de Qyzyl Donja de Samara, 211.