Johann Michael Wansleben's Travels in Turkey, 1673-1676: An Annotated Edition of His French Report 9004435743, 9789004435742

Johann Michael Wansleben's Travels in Turkey, 1673-1676 is a hitherto unpublished version of a remarkable descripti

493 131 10MB

English Pages 260 [261] Year 2023

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Johann Michael Wansleben's Travels in Turkey, 1673-1676: An Annotated Edition of His French Report
 9004435743, 9789004435742

Table of contents :
Contents
Acknowledgements
Figures
Abbreviations
Introduction
The Turkish Journal
Appendix 1 Haraç Collection in Istanbul
Appendix 2 Prostitution in Izmir
Appendix 3 Protocol and Precedence
Appendix 4 The Monetary System
Appendix 5 Jean Foy-Vaillant’s Description of Bursa, 1670
Appendix 6 Westerners Entering Mosques in Istanbul
Bibliography
Index

Citation preview

Johann Michael Wansleben’s Travels in Turkey, 1673–1676

The History of Oriental Studies Editors Alastair Hamilton (University of London) Jan Loop (University of Copenhagen) Advisory Board Thomas Burman (Notre Dame) Charles Burnett (London) Bernard Heyberger (Paris) Noel Malcolm (Oxford) Francis Richard (Paris) Jan Schmidt (Leiden) Arnoud Vrolijk (Leiden) Joanna Weinberg (Oxford)

VOLUME 13

The titles published in this series are listed at brill.com/hos

Johann Michael Wansleben’s Travels in Turkey, 1673–1676 An Annotated Edition of His French Report Edited by

Alastair Hamilton with

Maurits van den Boogert

LEIDEN | BOSTON

Cover image: Detail of a plan of the Blue Mosque. From: Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople – enrichie de plans levez par l’auteur sur les lieux, et des figures de tout ce qu’il y a de plus remarquable dans cette ville by G.-J. Grelot (1680). Library of Congress Cataloging-in-Publication Data Names: Wansleben, Johann Michael, 1635–1679, author. | Hamilton, Alastair, editor, writer of supplementary material. | Boogert, Maurits H. van den, editor, writer of supplementary material. | Wansleben, Johann Michael, 1635–1679. Nouvelle relation en forme de iournal, d’vn voyage fait en Egypte. Selections. | Bibliothèque nationale de France. Manuscript. NAF 4193. Title: Johann Michael Wansleben’s travels in Turkey, 1673–1676 : an annotated edition of his French report / edited by Alastair Hamilton, Maurits van den Boogert. Other titles: Turkish journal Description: Leiden ; Boston : Brill, [2023] | Series: The history of Oriental studies, 2405–4488 ; volume 13 | The journal continued in a French manuscript at the Bibliothèque nationale de France, MS n.a.f 4193. Far shorter than the Egyptian journal, the Turkish journal covers his travels in Turkey and the Greek Archipelago from 1673 to his return to France in 1676—Galley. | Includes bibliographical references and index. | Text in French, with introduction, appendices, and notes in English. Identifiers: LCCN 2022049739 (print) | LCCN 2022049740 (ebook) | ISBN 9789004435742 (hardback) | ISBN 9789004435810 (ebook) Subjects: LCSH: Wansleben, Johann Michael, 1635–1679—Travel—Turkey. | Wansleben, Johann Michael, 1635–1679—Travel—Greece. | Turkey—Description and travel—Early works to 1800. | Greece—Description and travel—Early works to 1800. Classification: LCC DR424 .W36 2023 (print) | LCC DR424 (ebook) | DDC 915.6104/153—dc23/eng/20221025 LC record available at https://lccn.loc.gov/2022049739 LC ebook record available at https://lccn.loc.gov/2022049740 Typeface for the Latin, Greek, and Cyrillic scripts: “Brill”. See and download: brill.com/brill-typeface. issn 2405-4488 isbn 978-90-04-43574-2 (hardback) isbn  978-90-04-43581-0 (e-book) Copyright 2023 by Alastair Hamilton and Maurits van den Boogert. Published by Koninklijke Brill NV, Leiden, The Netherlands. Koninklijke Brill NV incorporates the imprints Brill, Brill Nijhoff, Brill Hotei, Brill Schöningh, Brill Fink, Brill mentis, Vandenhoeck & Ruprecht, Böhlau, V&R unipress and Wageningen Academic. Koninklijke Brill NV reserves the right to protect this publication against unauthorized use. Requests for re-use and/or translations must be addressed to Koninklijke Brill NV via brill.com or copyright.com. This book is printed on acid-free paper and produced in a sustainable manner.

Contents Acknowledgements vii List of Figures viii Abbreviations x Introduction 1 The Turkish Journal 33 Appendix 1: Haraç Collection in Istanbul 207 Appendix 2: Prostitution in Izmir 211 Appendix 3: Protocol and Precedence 213 Appendix 4: The Monetary System 216 Appendix 5: Jean Foy-Vaillant’s Description of Bursa, 1670 219 Appendix 6: Westerners Entering Mosques in Istanbul 223 Bibliography 227 Index 239

Acknowledgements For the preparation of this edition we benefited from the help of many scholars. Our particular thanks are due to Bernard Heyberger and Georges Koutzakiotis, who provided us with invaluable information and corrections to our text. We would also like to thank Tedros Abraha, Wadi Awad, John-Paul Ghobrial, Sarah Hutton, Gábor Kármán, Vassa Kontouma, Jill Kraye, Jan Loop, Noel Malcolm, Bartolomeo Pirone, Giovanni Pizzorusso, Cesare Santus, Marinos Sariyannis, Emma Spary, Yorgos Tzedopoulos, Arnoud Vrolijk and Joanna Weinberg.

Figures 1 2 3 4 5

6 7 8 9 10 11

12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22

Title page, fol. 1r of Bibliothèque nationale de France, MS NAF 4193 29 Fair copy. Fols. 109v–110r of Bibliothèque nationale de France, MS NAF 4193 30 Rough copy. Fol. 11r of Bibliothèque nationale de France, MS NAF 4193 31 Wansleben’s Levant 32 Turkish vessels (saics and cimbers). Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien naar diverse coninck-rycken, landen, en steden soo nu als dan door mij Gerard Hinlopen gedaan, Amsterdam University Library, MS VIII E-15 i–xi 35 Chios Island and port, Greece, 17th century. Museo Navale, Pegli, Italy 50 Chios, female headdress. Nicolas de Nicolay, Les navigations, after p. 52 64 Smyrna. Cornelis de Bruyn, Voyage au Levant (Paris, 1714), between pp. 24 and 25 70 Sir John Finch. Portrait by Peter Lely (1618–1680), Christ’s College, University of Cambridge, UK 75 Sir Paul Rycaut. Portrait by Peter Lely, c.1679. The National Portrait Gallery, London, UK 76 Aqueduct near Smyrna, c.1750. Drawn by J.S. Müller after the author’s original sketch. Alexander Drummond, Travels through different Cities of Germany, Italy, Greece, and several Parts of Asia (London, 1754), p. 115 82 Sir Thomas Baines. Portrait by Carlo Dolci (1616–1686), painted between 1665 and 1670. The Fitzwilliam Museum, Cambridge, UK 88 The Hellespont, Seddülbahir. Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien 89 Kara Mustapha Pasha, 1696 (?). Portrait by an unknown artist. Wien Museum, Austria, inv. nr. 31.033 104 The Seven Towers fortress (Yedikule). Cornelis de Bruyn, Voyage au Levant (Paris, 1714) 109 Pompey’s Pillar, Bosphorus. Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien 113 Column of Arcadius. Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien 116 Obelisk of Theodosius. Photograph 22 May 1862. Royal Collection Trust UK 120 The Serpentine Pillar, the Porphyry Pillar, and the Pillar of Emperor Marcian. George Wheler, A Journey into Greece (London, 1682), p. 185 121 Sultan Ahmed’s Mosque (‘Blue Mosque’). Eberhard Werner Happel, Thesaurus Exoticum (Hamburg, 1688), p. 240 122 The new mosque or Sultan Ahmed’s mosque. Wheler, A Journey into Greece (London, 1682), p. 186 123 Great Mosque of Bursa (Ulu Cami). View from the slopes of Uludağ. Nineteenth-century engraving, Edouard Charton, Le Tour du Monde (1864) 132

Figures 23 24 25

26 27 28 29 30 31 32

ix

View of Bursa from the Ankara road. Joseph Pitton de Tournefort, Relation d’un voyage du Levant, vol. 2 (Paris, 1717), p. 468 140 View of Bursa from Mount Olympus. Joseph Pitton de Tournefort, Relation d’un voyage du Levant, vol. 2 (Paris, 1717), p. 468 141 Column of Constantine. Istanbul: the column of Constantine and the street Yeniçeriler Caddesi. Engraving attributed to D. Pronti after W. Reveley (1760–1799), c.1800. The Wellcome Collection 2143449i 147 Tefkur Sarayı, Istanbul. Photograph by Sebah & Joaillier, 1885 148 Fortress of Bozcaada/Tenedos. Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien 168 Fortress of Kilitbahir (top drawing). Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien 173 Gallipoli. De Bruyn, Voyage au Levant (Paris, 1714) 175 The Marquis de Nointel enters Jerusalem. Painting by Arnould de Veuz, 1674, 4 Rue de Marginan, Paris, France 188 ‘Porta Suda Paleo in Candia’, by Jan Peeters the Elder and Lucas Vorsterman, published Antwerp, c.1680 194 ‘De kerk de Solimanie genaamt’ (‘the church called Süleymaniyye’). Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien 226

Abbreviations Anderson

Sonia Anderson, An English Consul in Turkey. Paul Rycaut at Smyrna, 1667–1678 (Oxford, 1989). Arvieux Memoires du Chevalier d’Arvieux, 6 vols. (Paris, 1735). BnF Bibliothèque nationale de France, Paris Çağaptay Suna Çağaptay, The First Capital of the Ottoman Empire: The Religious, Architectural and Social History of Bursa (London, 2021). Du Loir Nicolas Du Loir, Voyage du Sieur du Loir contenu en plusieurs lettres écrites du Levant (Paris 1654). Freely John Freely, Blue Guide Istanbul (London-New York 1983). Galland Charles Schefer, ed., Journal d’Antoine Galland pendant son séjour à Constantinople (1672–1673), 2 vols. (Paris, 1881). Gilles Pierre Gilles, De Constantinopoleos topographia libri IV (Leiden, 1632). Goffman Daniel Goffman, Izmir and the Levantine World, 1550–1650 (Seattle-London, 1990). Grelot Guillaume-Joseph Grelot, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople (Paris, 1680). Hinlopen Joris Oddens, Een vorstelijk voorland. Gerard Hinlopen op reis naar Istanbul (1670–1671) (Zutphen, 2009). Magni Cornelio Magni, Quanto di più curioso, e nuovo ha potuto raccorre Cornelio Magni nel secondo biennio da esso consumato in viaggi, e dimore per la Turchia, 2 vols. (Parma, 1679–92). Omont Henri Auguste Omont, ed., Missions archéologiques françaises en Orient aux XVIIe et XVIIIe siècles, 2 vols. (Paris, 1902). Pococke Richard Pococke, A Description of the East, and Some other Countries, vol. 2, part 2 (London, 1745). Alexandre Pougeois, Vie et voyages de Vansleb, savant orientaliste et Pougeois voyageur (Paris, 1869). Slot B.J. Slot, Archipelagus Turbatus. Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane c. 1500–1718 (Leiden, 1982). Spon Jacob Spon, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grece,et du Levant Faits aux années 1675 & 1676 … 2 vols. (Lyons 1678). TiL Alastair Hamilton, ed., Johann Michael Wansleben’s Travels in the Levant, 1671–1674, An Annotated Edition of His Italian Report (Leiden-Boston, 2018). Albert Vandal, L’Odysée d’un ambassadeur. Les voyages du Marquis de Vandal Nointel (1670–1680) (Paris, 1900). George Wheler, A Journey into Greece … In Company of Dr Spon of Lyons Wheler (London, 1682).

Introduction Johann Michael Wansleben is known mainly for his writings which resulted from two visits to Egypt, the first between 1663 and 1665 and the second in 1672 and 1673. The Relazione dello stato presente dell’Egitto was published in 1671, while the Histoire de l’Eglise d’Alexandrie and the Nouvelle relation en forme d’un journal, d’un voyage en Egypte … en 1672 et 1673 were both issued in 1677. On his second visit he was collecting manuscripts, antiquities and curios for the French king, Louis XIV, and his minister Jean-Baptiste Colbert. The Italian version of his Egyptian journal, which he sent to Colbert and had remained in manuscript, was at last published in 2018 – Johann Michael Wansleben’s Travels in the Levant 1671–1674. An Annotated Edition of His Italian Report. The journal, however, continued in a French manuscript at the Bibliothèque nationale de France, MS n.a.f 4193. Far shorter than the Egyptian journal, the Turkish journal which we are now publishing covers his travels in Turkey and the Greek Archipelago from 1673 to his return to France in 1676. In the dedication of his own travel account of the East the French draughtsman Guillaume-Joseph Grelot stated that travellers who had visited the Orient should only include in their reports ‘des perles & des diamans’.1 What he and his contemporaries  – including Wansleben  – considered worth recording is not necessarily what catches the modern reader’s eye. After all, by the third quarter of the seventeenth century a number of Westerners had already published accounts of their experiences in the Eastern Mediterranean in general, and the Holy Land in particular. Some had ventured further east, to Persia, Iraq, and the Arabian Peninsula. Many of the gems that could be observed there had thus already been recorded, even if some were described more extensively than others. Both Grelot and Wansleben were in the Ottoman Empire not to study the Ottomans and their civilisation, but to buy manuscripts, statuary, and any other Greek or Roman artefacts that would enhance the reputation of the collections of the French king. Today, however, it is their casual observations about Ottoman society that often make their accounts such valuable historical sources. In addition to the importance of his own archaeological discoveries, Wansleben’s remarks about the Ottomans add to our knowledge of such diverse topics as prostitution in the Ottoman Empire, taxation, the French consular system, and the importance of protocol for the Europeans in the Levant. 1 Grelot, sig. a2v. See also below.

© Alastair Hamilton and Maurits van den Boogert, 2023 | doi:10.1163/9789004435810_002

2 1

Introduction

Wansleben’s Early Life and Travels

Wansleben was born in Sömmerda near Erfurt in 1635, the son of a Lutheran pastor who seems to have introduced him to the study of Eastern languages.2 After attending the Latin school in Erfurt he went to the University of Königsberg when he was nineteen, and there made further progress in Hebrew. In 1656 Wansleben completed his studies at the university, but also decided that he had no intention of satisfying his father’s ambition that he too be ordained. With an early antiquarian interest in history, he said that he was far more drawn to ‘politische Welthandel’, international political affairs, than to ‘studium theologicum ecclesiasticum’.3 After serving briefly in the household of Countess Theodora Maria von Dohna in Marienwerder south of Danzig, he set out to satisfy both his financial needs and his love of adventure by enlisting as a mercenary in the Swedish army engaged in the Second Northern War on its return westwards from Poland to fight the Danes in Jutland. He managed to obtain his discharge in Flensburg in September 1657, and from there travelled to Holland. After a short stay in Amsterdam he made his way back to Germany, reaching Efurt in February 1658. In Erfurt Wansleben met the man who would train him, help him, and finally try to destroy him, Hiob Ludolf, one of the greatest German Orientalists of his day. Aware of Wansleben’s aptitude for languages, he gave him board and lodging in Erfurt and taught him Ethiopic, the language in which Ludolf himself specialised and in which he was a pioneer. Wansleben made such extraordinary progress that Ludolf decided to dispatch him to Ethiopia. First, however, in September 1660, he sent Wansleben to England to supervise the publication of his own Ethiopic lexicon and grammar by Edmund Castell. Wansleben stayed with Castell in London for some nineteen months, editing Ludolf’s Lexicon Aethiopico-Latinum and then helping Castell with his polyglot dictionary, the Lexicon Heptaglotton. He learnt English and frequented many of the scholars involved in the London Polyglot Bible in which Castell played a significant role. Wansleben returned to Germany in the summer of 1662 and was informed that the duke of Saxe Gotha, Ernest the Pious, had agreed with Ludolf to dispatch him to Ethiopia with an allowance to cover his expenses. He was to establish a relationship with the ruler of Ethiopia which might lead to the organisation of a Lutheran mission, to assemble information about the country – its government, religion and politics – and to persuade some young Ethiopians 2 For a detailed account of Wansleben’s early years and his life before he set out for Egypt in 1671 see TiL, pp. 2–23. 3 Forschungsbibliothek Gotha, MS Chart. A 101, fol. 15r.

Introduction

3

to come to Germany to study Protestantism. Wansleben set off for Egypt in July 1663, travelling overland to Livorno, and then by sea to Alexandria. Already in Alexandria he met members of the Coptic community who would teach him Arabic and, subsequently, assist him during his travels in their country. In Cairo he called on the patriarch of Alexandria, Matthew IV, to enquire about how to enter Ethiopia. The patriarch had no doubts. The journey to Ethiopia, he assured Wansleben, was far too dangerous and too expensive even to be taken into consideration. Wansleben therefore decided to remain in Egypt and devoted himself to the study of the Coptic Church and of the Ethiopic manuscripts he found in the Coptic monasteries.4 Many of these he copied, and on 9 January 1665 he set sail from Alexandria on what was supposed to be his return journey to Erfurt. He reached Livorno on 16 February. From there he sent the duke of Saxe Gotha an apologetic letter explaining why he had been unable to reach Ethiopia. When he was in Italy Wansleben embarked on an entirely new phase in his career. In Livorno he drew the attention of the grand duke of Tuscany, Ferdinand II, who had an interest in Orientalists and who invited him to Florence. In no hurry to return to Germany, Wansleben accepted. Once he was in Florence he not only copied other Ethiopic manuscripts held in the Florentine libraries, but became part of the circle of the Accademia del Cimento, forming a friendship with scientists such as Francesco Redi and Carlo Dati. He also first encountered John Finch, who had just been appointed English minister at the grand ducal court and, after studying medicine in Padua, had been titular professor of anatomy in Pisa since 1659. They would meet again in Izmir in 1674 when Sir John Finch was on his way to Istanbul as English ambassador.5 Wansleben was in Florence for three months, from July to October, and from there, supplied with letters of recommendation from the grand duke, he made his way to Rome. One of the letters was to Cardinal Francesco Barberini who shared Ferdinand II’s interest in oriental studies and arranged for Wansleben to attend the Maronite College which had been founded by Gregory XIII in 1584. He studied there for seven months, probably improving his Arabic and perfecting his Italian. He also continued to copy Ethiopic manuscripts in the Roman libraries and met some of the leading Orientalists who included the celebrated Jesuit Athanasius Kircher. Wansleben’s relations with the duke of Saxe Gotha still seem to have been cordial. He transmitted to him testimonials 4 For Wansleben’s Ethiopic studies see Alessandro Bausi, ‘Johann Michael Wansleben’s manuscripts and texts. An update’ in Alessandro Bausi, Alessandro Gori and Denis Nosnitsin, eds., Essays in Ethiopian Manuscript Studies. Proceedings of the International Conference Manuscripts and Texts, Languages and Contexts: the Transmission of Knowledge in the Horn of Africa Hamburg, 17–19 July 2014 (Wiesbaden, 2015), pp. 206–211. 5 See below, pp. 74–75.

4

Introduction

from the Coptic patriarch and the Dutch consul in Cairo, Jan Theyls, explaining the dangers of a journey to Ethiopia, and the duke continued to send him money to pay for his return. It was in Rome at the end of 1667 or early in 1668 that Wansleben took the step which would lead to a permanent break with the duchy of Saxe Gotha and provoke the relentless hostility of Hiob Ludolf. He converted to Catholicism and joined the Dominican Order, entering the convent of S. Maria sopra Minerva. There was, and still is, a great deal of speculation about his motives. Was he moved by the advice of the Coptic patriarch in Cairo who told him that Catholicism was infinitely preferable to Lutheranism?6 Was it because of a vow he took when threatened by shipwreck off the Calabrian coast on his way to Livorno early in February 1665?7 A convincing intellectual explanation is that his perusal of Ethiopic material had persuaded him that the Church of Ethiopia was far closer to Catholicism than to Protestantism – a conclusion in direct contrast to that of Hiob Ludolf who maintained that it was closer to Lutheranism.8 But there is also another possibility. For an Orientalist Rome was a more attractive prospect than Erfurt or Gotha. Its libraries were full of eastern manuscripts. There was an abundance of Eastern Christians in the various colleges and some of the convents  – Wansleben, for example, studied at the Maronite College and frequented the small Ethiopian community at S. Stefano dei Mori behind St Peter’s. And there were sympathetic Orientalists such as Athanasius Kircher. Wansleben had no money of his own. To this the Dominican Order offered a solution, and all the evidence suggests that discipline was lax. Fed and lodged, Wansleben was free to pursue his studies. That this is a likely hypothesis is supported by a letter Wansleben wrote to the duke of Saxe Gotha on 10 October 1668 stressing the advantages of Rome for an Orientalist.9 That there was an element of opportunism in Wansleben’s conversion is also indicated by the lack of any deep piety in his writings and in his behaviour. He undoubtedly considered himself a Catholic, but he was quite prepared to abandon his vows and his Dominican habit when he embarked on his travels and, as we shall see, only seems to have returned to a convent when there was no other choice.

6 Pougeois, p. 16. After his encounter with the patriarch, according to Pougeois, ‘les rayons de la vérité commencèrent à frapper son esprit: il se sentit incliné vers l’Eglise romaine.’ 7 Gaby Mahlberg, ‘Wansleben’s Harrington, or “The Foundations & Modell of a Perfect Commonwealth”’ in Gaby Mahlberg and Dirk Wiemann, eds., European Contexts for English Republicanism (Farnham, 2013), pp. 145–161, esp. p. 150. 8 Bausi, ‘Johann Michael Wansleben’s manuscripts’, pp. 214–218; TiL, pp. 15–16. 9 He refers to the ‘rarissima ingenia’ he encountered in Rome and added that ‘mir alle bibliothecen und archivia in Rom offenstehen’. Forschungsbibliothek Gotha, MS Chart. A 101, fol. 82r.

Introduction

5

Even if Ludolf started to launch a defamatory campaign against Wansleben which would be remarkably effective in the Protestant world, Wansleben’s reputation rose amongst the Catholics. From Rome he corresponded with his friends at the Accademia del Cimento in Florence and presented Ferdinand II with the copies of the Ethiopic and Arabic manuscripts he had seen in Egypt.10 On his arrival in Italy he had prepared a German report on his visit to Egypt for the benefit of Ernest the Pious. In it he stressed the points of community between the Copts and the Lutherans.11 The report, which was sent to the duke, remained in manuscript until the late eighteenth century. A little later, when he was in Rome, Wansleben prepared an Italian version from which all allusions to Protestantism had been removed. 2

The Second Journey to the East

In 1670 Wansleben’s life again took a different turn. He was invited to France by François Bosquet, the bishop of Montpellier, and in Paris, where he stayed at the Dominican convent in the Rue Saint-Honoré, he was introduced to Louis XIV’s minister Jean-Baptiste Colbert. Colbert was attracted by the prospect of sending Wansleben to Ethiopia and placed him in the hands of his former librarian, the mathematician Pierre de Carcavy. Wansleben thus entered the world of the Parisian scholars and Orientalists. He established his reputation with the publication in 1671 of the Italian version of his Egyptian report, the Relazione dello stato presente dell’Egitto, and of his Conspectus operum aethiopicorum, a detailed list of the Ethiopic manuscripts he had consulted, and which actually contained an outright attack on Lutheranism.12 But Wansleben’s stay in Paris was brief. Colbert decided to carry out his plan without delay, and at the end of April 1671 Wansleben, apparently bound for Ethiopia, left for Marseille. The decision about exactly where Wansleben should go seems to have been the object of some disagreement between Carcavy and Colbert. They agreed that Wansleben should acquire manuscripts, antiquities and curios for the royal collections, and Colbert agreed to grant him an annual allowance of 2,000 livres. He was given a set of instructions drawn up by Carcavy. According to these he was supposed to buy all manuscripts, coins and medallions of any significance, to copy any ancient inscription he came across, to make plans and drawings of all 10 11 12

See Alessandro Bausi, ‘I manoscritti etiopici di J.M. Wansleben nella Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze’, Rassegna di Studi Etiopici, 33 (1989), pp. 5–33. Wansleben’s Beschreibung des Egypten Landes nach dem Zustand des Jahres 1664 appeared in the third volume of Heinrich Eberhard Gottlob Paulus’s Sammlung der merkwürdigsten Reisen in den Orient (Jena, 1794), pp. 10–122. Johann Michael Wansleben, Conspectus operum aethiopicorum (Paris, 1671), pp. 19–20.

6

Introduction

buildings of interest, and to excavate the sites of Nicaea, Ephesus and Baalbek where he was to collect statues and reliefs. He was to describe all machines, tools and articles of clothing unknown in the West, to make a note of any unusual dish or recipe, any mineral, plant or fruit, and to collect unusual animals which were to be sent back to France, preferably alive or otherwise stuffed. When Colbert saw the instructions he was displeased. Any ambassador, he wrote, could have carried them out equally well, and above all there was no mention of Ethiopia, the one country to which he wanted Wansleben to go.13 Nevertheless Colbert contributed to the dispositions for Wansleben’s departure. Besides promising him an allowance, he asked the general of the Dominican Order to grant Wansleben a dispensation from his vows that would enable him to travel as a layman. The general agreed.14 Colbert also arranged for Nicolas Arnoul, the inspector of galleys in Marseille, to supply Wansleben with everything he needed for his expedition, as well as letters of credit addressed to the French merchants he would meet in the Levant. The letters of credit were vague and often inadequate, as was the safe-conduct or passport15 from the king dated 1 April 1671. It did not state where Wansleben was supposed to go, or when, and was no more than a very general appeal to the authorities to help him. In Marseille Wansleben met Arnoul who gave him 2,000 livres. On 21 May he set sail. His journey took him first to Cyprus, and then to Syria. He stayed with the French consuls in Larnaca, Syrian Tripoli, Aleppo and Sidon, and with the Custodians of the Holy Land in Damascus, acquiring manuscripts as he went, inspecting and describing local antiquities in his journal in accordance with his instructions, even if he went nowhere near Nicaea, Ephesus or Baalbek. In March 1672 he landed in Damietta and made his way to Cairo. From there he undertook a series of excursions. He was again advised against any attempt to reach Ethiopia and he never carried out his plan to go up the Nile as far as the first cataract at Aswan. In fact he went no further south than Girga, some way north of Luxor, but the area that he did explore he explored thoroughly. He was the first Westerner to describe some of the main Coptic monasteries, and he made archaeological discoveries of enduring importance in Alexandria and in Upper Egypt (where he found the ruins of Antinopolis, the rock churches of Dayr Abu Hinnis, and the Pharaonic tombs at Dayr al-Birsha). He sent back to Paris the skins of crocodiles and monitor lizards as well as a number of antiquities and an impressive collection of manuscripts. He finally left Egypt 13 14 15

Omont, vol. 1, pp. 58–63. TiL, p. 22. Serge Aroles, ‘Johann Michael Vansleb. Archives inédites sur Vansleb: espion de Colbert vers l’Ethiopie’ in Jacques Charles-Gaffiot and Alain Desrumeaux, eds., Grandes heures des manuscrits irakiens (Paris, 2015), pp. 96–99, esp. p. 96.

Introduction

7

in October 1673. This is when that part of the journal of which this book is an edition, the ‘Turkish journal’, begins. 3

Travels in Turkey

From Damietta Wansleben sailed to the Anatolian coast and stopped off in the islands of Kastellórizo, Rhodes, Kos and Chios. After a particularly pleasurable stay in Chios he visited Izmir and then, in the train of his old acquaintance Sir John Finch, the newly appointed English ambassador to the Porte, he made for Istanbul where he arrived on 17 March 1674. Although the journal gives some details of his stay in the Ottoman capital, where he spent just under 22 months, and even more about his excursion to Bursa and his second visit to Chios, there are substantial interruptions and much is left unsaid. The gaps must be reconstructed from Wansleben’s correspondence with Carcavy and Colbert and from other sources. The French community in Istanbul seems to have treated Wansleben with a hostility and a suspicion which Wansleben attributed to the fact that he was German, but which may actually have been due to reports from the French consulate in Izmir where he was badly received.16 After a brief stay at the French embassy, he lodged with the apothecary to the French embassy in Galata, Chabert, and then moved to Kuruçeşme, just over six kilometres north of Istanbul on the west coast of the Bosphorus. He spent much of his time writing. He made a number of copies of the original Italian version of his Histoire de l’Eglise d’Alexandrie,17 and completed the Italian version of the journal which he kept in Egypt. A striking feature of his Turkish journal is that, in contrast to his account of Egypt, Wansleben says hardly anything about the task in which he was officially engaged – the collection of manuscripts and antiquities. And yet he assembled a number of curios and medallions, as well as some fish, in Chios, which he sent to France in March 1674, and over 70 books and manuscripts in Turkey, which he dispatched in September 1675. With the exception of half a dozen texts in Arabic and Persian, they were all either in Hebrew or written in Hebrew characters.18 In his search for manuscripts he had planned a journey to Mount Athos, but the patriarch of Constantinople, Gerasimus II, whom he met in Istanbul, told him that the works he intended to buy had already 16 17 18

Pougeois, p. 361. See his letters to Colbert and Carcavy, Omont, vol. 1, pp. 142–145. The various copies include BnF, MS italien 1436; Oxford, Bodleian Library, MS Marshall 18. Omont, vol. 1, p. 138; vol. 2, pp. 916–920.

8

Introduction

been purchased for the Vatican by an envoy of the librarian Leo Allatius (Leone Allacci). Wansleben made it clear in his correspondence with his French employers that he could have bought far more had he had the money to do so.19 At the same time Wansleben had to cope with Colbert who continued to change his mind, and whose orders were by no means clear. When Wansleben informed Carcavy that he intended to return to France in March 1674, Carcavy responded with promises of more money and assured him that Colbert wanted him to remain in Turkey and continue to collect. He was particularly eager to obtain a number of classical texts, including codices of Livy and Tacitus, and the works of Dionysius and Chrysostom which Wansleben had missed in Chios.20 At first Carcavy wrote to Colbert warmly about Wansleben,21 but Colbert grew increasingly displeased. He proved singularly unappreciative of almost everything that Wansleben did. When he received the first version of Wansleben’s Histoire de l’Eglise d’Alexandrie he observed that he was not paying Wansleben to write a book about the Copts, which he could perfectly well have done on his return to France. After reading the manuscript of Wansleben’s Egyptian journal, he said that he was certainly not paying Wansleben to gossip about the French consuls – and he might have added that he was not paying Wansleben either to give lavish parties for his friends in Chios and then to hear him moan about lack of money.22 Nor, it appears, could Colbert make up his mind about what to do with Wansleben. One thing was clear to him: he had meant Wansleben to go to Ethiopia and he had not done so. In July 1675, therefore, Colbert instructed Wansleben to set out once more and do what he was supposed to do – to travel through Syria, Palestine and Egypt, collecting manuscripts and antiquities on the way, and to enter Ethiopia.23 Wansleben, accordingly, made preparations to leave for Aleppo.24 In the first days of January 1676, however, the French ambassador informed him of a letter from Colbert written in September but which had only just arrived in Istanbul. Colbert recalled him to Paris.25 19 20 21 22

23 24 25

See his letter to Carcavy dated 13 February 1674 in which he mentions the abundance of manuscripts he saw in Chios and Izmir but did not have enough money to buy. Omont, vol. 1, p. 134. Omont, vol. 1, pp. 140–141. Omont, vol. 1, pp. 135–136. See Carcavy’s letter to Wansleben dated June 1675 and listing Colbert’s complaints (Omont, vol. 1, pp. 157–159). Colbert’s own letter, dated 4 July, was equally tart (Omont, vol. 1, pp. 159–161). Cf. also Wansleben’s letter to Colbert dated 20 March 1677 in which he responds to his complaints (Omont, vol. 1, pp. 169–172). Omont, vol. 1, pp. 159–161. Omont, vol. 1, pp. 162–166. Omont, vol. 1, pp. 161–162, 166–167.

Introduction

9

We know little about Wansleben’s relations with the French ambassador who had been appointed in 1670 and would remain in Istanbul until 1680. Charles-Marie-François Olier, marquis de Nointel, had hardly any experience of politics or diplomacy. Born in Paris in 1635, he was expected to become a magistrate. After his return in 1658 from a grand tour in the company of Philippe-Emmanuel de Coulanges, the cousin of Mme de Sévigné, in Germany and Italy, he was appointed a councillor at the parlement of Paris. During his journey with the Marquis de Coulanges, which took him to Turin, Venice and Rome, he distinguished himself as a collector of antiquities, and when he was back in Paris he frequented the literary salons of the time. Besides his antiquarian interests, Nointel also had a deep religious commitment. His three sisters were nuns, his brother, who accompanied him to Istanbul, was a priest, and his mother retired to the Jansenist convent of Port-Royal des Champs. Nointel himself became part of the circle of the two leading Jansenists, Antoine Arnauld and Pierre Nicole. He owed his career as a diplomat to the protection of Arnauld’s nephew, Simon Arnauld, marquis de Pomponne, at the time ambassador extraordinary to Sweden, and, from 1671, Louis XIV’s secretary of state for foreign affairs. Amiable and cultivated, Nointel was generally liked by French visitors to Istanbul,26 even if Laurent d’Arvieux, who had hoped to be appointed ambassador himself, had his doubts about his competence.27 When he left for Turkey Nointel hoped to perform various tasks. His main objective was to renew the capitulations, or trade agreements, between France and the sultan. The king of France, moreover, wished to be regarded as the protector not only of all Roman Catholics under Ottoman rule but of all the Christian communities, with special privileges in the Holy Land. This brought him into direct conflict with both the Ottoman authorities and the Church of Constantinople. But Nointel also had other objectives. As a Jansenist involved in what is known as the ‘eucharistic controversy’, he wanted to collect testimonials from the Greek prelates stressing their belief in the Catholic teaching of transubstantiation, or the persuasion that the bread and the wine turned into the true body and blood of Christ at the consecration, as opposed to the Calvinist view that the elements, the bread and the wine, underwent no transformation. These would enable the Jansenist leaders to confute the

26 27

See, for example, Spon, vol. 1, pp. 263–264. Arvieux, vol. 4, p. 243, describes him: ‘Il étoit âgé de quarante ans, d’une taille mediocre, il avoit le visage long, le teint brun, le poil noir, le nez aquilin, les yeux grands, d’une complexion melancolique; il étoit grave, comme il convient à un Magistrat; il parloit peu, avoit la voix grosse, rude, & peu agréable; il paroissoit indifferent, peu attaché au bien, sans faste; il aimoit pourtant à être bien logé & bien meublé; il étoit sçavant, fort sage, fort posé, & fort homme de bien.’

10

Introduction

attacks by the Huguenots.28 And Nointel also wished to pursue his own interests as an antiquarian and a collector of antiquities, curios and manuscripts. Wansleben is unlikely to have been on a friendly footing with Nointel. It is quite possible that, just as Colbert was jealous of Nointel as a rival collector,29 so Nointel might have resented Wansleben. In August 1674 Wansleben wrote to Carcavy saying that all he had heard about Nointel in Istanbul suggested that he would not get on with him, but that was well before they met.30 Wansleben had hoped to encounter the ambassador in Chios in the autumn of 1673 and to travel in his company to Istanbul, but he narrowly missed him. When Wansleben finally reached Istanbul in March 1674, Nointel, who had left the city in September 1673, was still on his voyages, visiting Athens and the Greek islands, assembling antiquities, and travelling to Jerusalem, and he only returned in February 1675. At that point the two men at last met. Wansleben hoped that the ambassador had been given orders by Colbert to pay him, but Nointel told him he had received nothing.31 Nointel’s return to Istanbul coincides with a long interruption in Wansleben’s journal. And yet Wansleben must have seen him frequently. The letters to Wansleben from Carcavy and Colbert would probably have been addressed to the French embassy. Even if he did not live at the embassy, Wansleben was surely aware of the transformation it was undergoing at the hands of Nointel. For Nointel’s plans were grandiose. The Palais de France, in itself a splendid building in Galata, was to become a monument to French culture. Nointel consequently filled it with the antiquities and the exotic costumes he had collected on his journeys. He employed painters  – Jacques Carrey and Rombault Faidherbe32  – to depict the monuments he visited, and their works, which included drawings of the Parthenon before its destruction by the Venetians in 1687, were hung on the 28

29 30 31 32

Alastair Hamilton, Arabs and Arabists. Selected Articles (Leiden, 2022), pp. 111–128. See also Margarita Voulgaropoulou, ‘Orthodox confession-building and the Greek Church between Protestantism and Catholicism: The mission of Marquis Nointel to the Levant (1670–1673)’ in Tjana Krstić and Derin Terzioğlu, eds., Entangled Confessionalizations? Dialogic Perspetives on the Politics of Piety and Community-Building in the Ottoman Empire, 15th–18th Centuries (Piscataway, N.J., 2022), pp. 521–562. Vandal, pp. 214–215. Omont, vol. 1, p. 147: ‘Mi dipingono il suo humore di un tal maniera, che non credo potrei esser di accordo con lui.’ Omont, vol. 1, pp. 155–156. Omont, vol. 1, pp. 191–199. For Nointel’s dealings with various painters see Guy Meyer, ‘A la recherche d’un portrait d’Antoine Galland: à propos du tableau montrant le Marquis de Nointel à Athènes et des peintres à son service’ in P.-S. Filliozat and M. Zink, eds., Antoine Galland et l’Orient des Savants. Actes du colloque organisé par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, la Société asiatique et l’INALCO, les 3 et 4 décembre 2015 (Louvain, 2017), pp. 247–315.

Introduction

11

embassy walls. He produced theatrical performances and ballets,33 and in the embassy gardens he went as far as to organise tournaments.34 These and other expressions of largesse were to contribute to his downfall. For Nointel had little money of his own. He believed that the king’s munificence was boundless, but he was ultimately persuaded of the contrary. The king suspended his salary. He was recalled in 1680, and died in penury five years later.35 If Nointel was successful in restoring the commercial agreement with the Porte after three years of negotiation with the grand vizir, from 1671 to 1673, his success in arguing for the rights over the Holy Places of the Franciscan Custodians of the Holy Land was less enduring. The members of the Church of Constantinople had long resented the claims of the Catholics. Nor were the Catholics the only claimants, even if they were seen by the Greeks as the most obnoxious ones. There were also the members of the so-called ‘Monophysite’ Churches, the Copts of Egypt, the Abyssinians, the Armenians and the Syrian Jacobites, and these were joined at different times by the Georgians or Iberians and the Serbians. The Greeks themselves appealed to the concessions made by the Umayyad caliph ʿUmar immediately after the Muslim conquest in the seventh century, a good six hundred years before the Order of St Francis had even existed.36 The Catholics referred to more recent concessions, often bought at a high price from a succession of Muslim rulers who were just as ready to sell to the Greeks. The concessions were extremely vague. The rights of the Custodians were hardly ever specified, any more than were the Holy Places to which the rights applied. Over the centuries, moreover, the Christians of the West had left bad impressions of their behaviour on the Christians of the East. The sack of Constantinople during the Fourth Crusade in the early years of the thirteenth century, the broken promises and the failure to assist in the defence of Constantinople against the Ottomans in the fifteenth century, the later attempts to convert the Greeks to the Church of Rome and to form a rival Uniate Church, increased a sense of distrust and hostility.37 In these circumstances Nointel, determined to emphasise the glory of his king with a scene of unprecedented splendour, behaved rashly and tactlessly. 33

34 35 36 37

See the account of Cornelio Magni, the Italian traveller from Parma, who, with the early seventeenth-century Teatro Farnese in mind, helped Nointel to set up a stage. Magni, vol. 2, pp. 10–15. For the performances attended by Antoine Gallnd early in 1673, see Galland, vol. 2, pp. 8–9, 21, 34, 36. Vandal, pp. 191–213. Vandal, pp. 213–254. Chrysostomos A. Papadopulos, Ἱστορία τῆς Ἐκκλησίας Ἱεροσολύμων (Jerusalem-Alexandria, 1910), p. 488. See Vassa Kontouma, ‘Recherches sur Dosithéee II de Jérusalem (1669.1707)’, Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études(EPHE), Section des sciences religieuses, 124 (2017), pp. 207–218.

12

Introduction

His triumphal entry into Jerusalem on 15 March 1674, heralded by trumpeteers, surrounded by an armed guard, followed by a vast escort, himself under a parasol signifying French sovereignty over the whole of the East, was regarded as little less than an act of war. Brawls ensued when the Custodians of the Holy Land tried to decorate the cupola of the Church of the Holy Sepulchre in Nointel’s honour, and a number of Greeks were injured.38 Some days later Nointel rode to Bethlehem, the members of his escort with their pistols drawn for fear of bandits.39 The Greeks complained to the grand vizir, and the result was that the grand vizir revoked the earlier decision and granted the Greeks exclusive rights as guardians of the Holy Places.40 Such were the events covered in Wansleben’s sole entry in his diary for 1675. It is a survey of the relations over the centuries between the Greek Orthodox and the Custodians of the Holy Land. The material on which it is based must have been placed at Wansleben’s disposal either at the French embassy or, more probably, in Paris after his return. The Treaty of Żurawno, to which he refers at the end, was signed in October 1676. Wansleben had left Istanbul in January of that year and was back in Paris by the end of April. In October he was staying in the Dominican convent in the Rue Saint-Jacques where he would have had access to a number of well-furnished libraries and to more recent sources of information. If we know little about Wansleben’s personal relationship with Nointel, we are slightly better informed about his dealings with the English embassy in Istanbul. He seems to have been a frequent guest at the consulate in Izmir, where Sir John Finch was staying, and once they had arrived in the Ottoman capital Wansleben continued to call on the ambassador and his staff. The English, however, appear to have regarded Wansleben with a mixture of envy, contempt and suspicion. They envied his knowledge of Arabic and his ability to collect manuscripts which they were eager to acquire themselves. They had contempt for what they referred to as his ‘judgement’, and they were suspicious of a man who had converted from Protestantism to Catholicism. These feelings came to the fore after a reception at the English consulate in Izmir on 25 February 1674. There, in the presence of Paul Rycaut the consul, Sir John Finch, and his travelling companion Sir Thomas Baines, Wansleben told of a treasure kept in the Muqaṭṭam Heights dominating Cairo. It had been buried by the Fatimid caliph al-Ḥākim and was guarded by a crocodile in a pool. The crocodile only allowed Copts and Muslims to inspect the treasure, but Wansleben had nevertheless been taken to see it by his Arabic teacher, a Coptic scribe. He 38 39 40

Vandal, pp. 134–137; Magni, vol. 2, pp. 197–203. Vandal, p. 139. Vandal, p. 218; Magni, vol. 2, pp. 564–587. The entire episode is described from the Greek point of view in Papadopulos, Ἱστορία, pp. 548–557.

Introduction

13

then went on to describe a petrified orchard some six days’ ride west of Cairo. Its fruit was made of gold, and it was guarded by a stone statue that spat fire and smoke. Wansleben wrote and signed an account of these phenomena for the ambassador’s benefit. Shortly after his arrival in Istanbul he repeated the story in the presence of John Covel, the chaplain at the English embassy. Covel informed Robert Huntington of Wansleben’s tale. Huntington, the chaplain of the merchants of the Levant Company in Aleppo, was as ardent a collector of manuscripts as Wansleben and resented him accordingly. He referred to ‘his universal plunder of Coptick MSS’41 but also expressed the hope that Wansleben might be ready to sell him some of them. Covel’s tale fascinated him and he responded with details about Wansleben’s life.42 Of the episodes which did Wansleben little credit there is one in particular which demands further investigation. On his second visit to Chios Wansleben had an experience the mere memory of which made his ‘hair stand on end’. Its felicitous outcome was due to the intervention of his friend Giorgio Fatio and the payment of a sum of money. He gives us no hint as to what actually happened. If we look elsewhere in the Turkish journal, however, another episode is described which could throw some light on the events in Chios. When he was in Izmir Wansleben witnessed the punishment of some prostitutes who were driven out of town seated on a donkey and facing its tail, a bowl of offal on their heads.43 The prostitutes, he adds, were not punished for being prostitutes, but for not having paid the kadi the tax due to him. He ends his account (p. 85) by saying: ‘A l’egard des personnes de differente Religion, et quand c’est un Chrêtien qu’on trouve avec une femme Turque, ou quand même on n’en auroit 41 42

43

London, British Library, Add. MS 22910, fol. 99r. London, British Library Add. MS 22910, fol. 79r.: ‘Wansleben is a German the Sonne of a Minister in or neere Erfurt, formerly employed by Sr Castell for 2 or 3 yeares in looking after the Aethiopick part of his Lexicon, for that is the Language to which he mostly pretends,and even therein he will give place I suppose to Job Ludolphus, and in the Coptick to Ath. Kircher. However if he will needs be singular herein, I see not why any wise man should envy this accomplishments. If the weakness of his judgement helps to prove the strength of his memory, don’t for pitty deny his argument. It will stand him in good stead, to remember well what he saith, for no one can expect he should write Oracles. He hath already put forth in Italian and dedicated it to the G. Duke, a little Pamphlet of Aegyptian observations and is now by your Report, furnishing himself with Materials for a second Volume. In troth I am heartily sorry that his most taking and Romantick piece of Errantry, concerning Treasures guarded by a mighty Crocodile, hath bin so far discountenanced, as that he shold be asham’d of it; for by such a Thread, it would have bin easy to prefer at the Texture of the whole: Albeit he is like still to discover himself, and by sev’al peculiar and Characteristicall lineaments scatter’d up and down his Booke to tell the Father. Something must be said more than ordinary, for the vindication of his Apostacy, and the scrupulous holyness of the Church into which he is now admitted.’ See below, Appendix 2, on prostitution in Izmir for a more detailed discussion.

14

Introduction

qu’un simple subçon, on les punit de la mort s’ils n’ont point d’argent tout prest pour se racheter. Car en Turquie l’argent accommode tout.’ His account of his own adventure (p. 153) ends in a strikingly similar manner: ‘Le Lundy 17 de ce mois il m’arriva une malheureuse affaire dont le souvenir me fait encore herisser les cheveux. Il s’agissoit de perdre tout. Neanmoins, graces au Ciel et aux soins de mon bon ami Don Giorgio, elle fut accommodée le Mercredy suivant 19 du même mois moyenant une tres-modique somme d’argent qu’il me fallut donner à celui à qui appartenoit la connoissance de cette affaire. Ce fut alors que je connus que l’avarice dont nous blâmons tant les Turcs ne doit point être appelée un vice chez eux, mais plutost une de leurs meilleures qualités. Car en satisfaction à cette passion qui les domine, on sort de toute affaire pour epineuse qu’elle soit.’ The two accounts allow one to suspect that Wansleben may either have been discovered with a Muslim prostitute or, more probably, with a Greek.44 Wansleben left Istanbul for France on 9 January 1676. On the way he stopped off in Crete and Milos. Most of his sea voyages were overshadowed by the fear of pirates.45 In June 1671 his ship had been boarded by corsairs off the coast of Cyprus, but when he showed them his patent stating that he was travelling in the service of the French king, they contented themselves with a small meal and allowed the ship to proceed unmolested.46 The corsairs he met in Milos, who were nearly all Maltese, were less well-disposed. They planned to rob him, but were advised of the consequences and sailed on.47 In the course of the Cretan War Milos had become a centre of piracy.48 Before the war broke 44

45

46 47 48

Similar episodes are discussed by Eric R. Dursteler, ‘Sex and transcultural connections in Early Modern Istanbul,’ Studi e materiali di storia delle religioni, 84 (2018), pp. 498–512. According to Hinlopen, p. 188, the punishment for being discovered with a Greek woman was a fine of over 30 ducats. If the culprit was unable to pay, he was paraded through the streets seated back to front on a donkey, with his head covered in offal: ‘… soo t bye en Griekinne is, die nochtans onder der Turken protectie leeft, t kost hem ten minsten 100 stucken van achten. Soo hy dit niet wil betalen, men laat hem tyden op een esel met bescheten pensen en darmen den stad rontom.’ For a survey of the phenomenon see Peter Earle, Corsairs of Malta and Barbary (London, 1970), pp. 3–19 and Molly Greene, Catholic Pirates and Greek Merchants. A Maritime History of the Mediterranean (Princeton-Oxford, 2010), pp. 78–137; Wolfgang Kaiser and Guillaume Calafat, ‘Violence, protection and commerce. Corsairing and ars piratica in the Early Modern Mediterranean’ in Stefan Eklöf Amirell and Leos Müller, eds., Persistent Piracy. Maritime Violence and State-Formation in Global Historical Perspective (Basingstoke, 2014), pp. 69–91. TiL, p. 69: ‘Ma quando io gli mostrai la mia patente di Sua Maestà Chritianissima e loro seppero che io era inviato da Sua Maestà in Levante per li suoi affari, dopo haver fatto da noi un poco di collazione, si partirono senza molestarci.’ See below p. 198. For details see Slot, pp. 24–25, 162, 168–170, 172, 193–202.

Introduction

15

out in 1645 the Christian pirates had been opposed by the Venetians, but during the war they turned out to be valuable allies against the Turks and were encouraged. They could also count on the support of the Capuchins to whom they paid generous alms. The island of Milos, with few natural resources, was largely dependent on the pirates for supplies and, in its turn, provided them not only with wives and concubines but with a well-organised network for the sale of their loot. The agency run by Louis Bonnet, whose brother was the French consul in Khaniá in Crete, was a flourishing concern. After the Cretan War ended, in 1669, the corsairs based in Milos and the nearby island of Kimolos were enjoying their heyday. From Milos Wansleben set sail on 1 February, travelling on to Genoa and Toulon. On 22 April he was back in Paris. The final part of Wansleben’s journal seems to have disappeared so, for the last two years of his life, we are left with snippets of correspondence, later reports, and the factual evidence supplied by his publications. Wansleben, we should remember, had put together the largest collection of oriental manuscripts to be assembled by a single individual in seventeenth-century France – over 580 volumes some of which are still the pride of the Bibliothèque nationale de France. This was accompanied by a considerable number of antiquities, curios and animal skins. In his reports – the Nouvelle relation … d’un voyage fait en Egypte, which appeared in 1677, and the unpublished Italian manuscript which he sent to Colbert – he showed that he had done his utmost to follow his instructions. In the Italian manuscript he provided drawings and plans of the more interesting buildings he encountered. He copied various previously unknown inscriptions. He described numerous monasteries and archaeological sites about which no other European had written before him. He gave lists of plants and animals, and statistics about Egyptian trade which were entirely new. In many respects his Nouvelle relation can be regarded as a forerunner of the vast Description de l’Egypte which resulted from Napoleon’s invasion of the country at the end of the eighteenth century. He did all this at a time when Egypt was a subject of the greatest interest in France. His Histoire de l’Eglise d’Alexandrie, also published in 1677, was by far the best-documented and most reliable study of the Coptic Church to have been published and can be read with profit to this day. When he left Paris for Egypt five years earlier, moreover, he had encountered some of the leading Orientalists who, one might expect, would have been eager to hear about his experiences. Returning to France with so many advantages, Wansleben’s ambitions were accordingly high. He had apparently hoped for a bishopric, and then for a royal professorship in oriental languages.49 49

Jean-Pierre Niceron, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres, vol. 26 (Paris 1734), pp. 7–17, esp. p. 15.

16

Introduction

On his arrival Wansleben still wore oriental dress50 and, for some six months, he stayed in private lodgings and must have started to prepare the French versions of his Egyptian report and of his study of the Church of Alexandria. He had an interview with Colbert, but was treated with cold contempt, even if he ultimately succeeded in obtaining most of the money which the minister still owed him.51 In his Nouvelle relation en forme d’un journal, d’un voyage en Egypte … en 1672 et 1673, which appeared in 1677, he implied that he was about to return to Rome ‘où j’ay mon séjour ordinaire’.52 In October he was invited to lodge in the Dominican convent in the Rue Saint-Jacques and once more donned a Dominican habit.53 After making a full confession to Jacques Charton, the penitentiary of Nôtre-Dame, he celebrated the eucharist for the first time since his departure. To start with he had a protector in Abel-Louis de Sainte-Marthe, the general of the French Oratory, who was particularly interested in the Eastern Christians. Sainte-Marthe suggested that Wansleben again be sent to Istanbul, this time in the train of Gabriel de Guilleragues who was about to replace Nointel as French ambassador. He may also have been protected by Cardinal César d’Estrées, to whom he dedicated his Nouvelle relation … d’un voyage fait en Egypte. He received a visit from Louis Picques, a highly respected Orientalist who would later, despite his friendship with Hiob Ludolf, defend Wansleben’s views on the Church of Ethiopia against those of Ludolf.54 But such favour as there was did not endure. Sainte-Marthe seems to have abandoned his protégé. With ever less money he ran into debt and sold for a pittance the Ethiopic manuscripts he had brought back from Egypt. Unable to pay for his board at the convent in the Rue Saint-Jacques, he was expelled in April 1678. He then accepted an invitation by Mathieu Langlois, a councillor at the Châtelet, to stay in his house at Atys just outside Paris. After a few months, however, Wansleben moved to the presbytery of Bois-le-Roi close to Melun to stay with the curate, and then, in September, to Bourron near Fontainebleau where he was invited by the curate Texier, for whom he acted as vicar. Again his stay was brief. He died in Bourron on 12 June 1679. How are we to account for such a quick fall into disgrace? The source closest to the events is the work of Jean-Pierre Niceron. Niceron, who was born in 1685, joined the Barnabites, a congregation of clerks regular, in 1702, and spent 50 51 52 53 54

Niceron, Mémoires, pp. 12–13. Pougeois, p. 315; Omont, vol. 1, p. 174. Johann Michael Wansleben, Nouvelle relation en forme d’un journal, d’un voyage en Egypte … en 1672 et 1673 (Paris, 1677), p. 278. He also mentions his intention in a letter to Colbert dated 20 March 1677 (Omont, vol. 1, p. 170). For details of his stay in Paris see TiL, pp. 35–41. Picques’ name is included in the list of addresses contained in the manuscrit of the Turkish journal, fol. 195r.

Introduction

17

14 years teaching rhetoric and the humanities in different colleges. In 1716, however, he decided to devote the rest of his life to the compilation of an immense biographical dictionary, the Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres. He died in 1738 and the 43 volumes of his dictionary appeared between 1727 and 1745. In spite of its defects, his choice of frequently obscure ‘hommes illustres’ and the disproportionate length of some of the entries, the work is generally reliable and Niceron was tireless in his research. In the case of Wansleben, the entry on whom is at the beginning of volume 26 published in 1734, he had evidently not only consulted the manuscript of the Turkish journal amongst Wansleben’s papers but had also seen the continuation of Wansleben’s diary which has since disappeared.55 Niceron attributes Wansleben’s disgrace to his dissipated life. He reports the unspecified incident in Chios (which he erroneously places in Istanbul) and which, he says, reached the ears of Colbert. Although it is surprising that an essentially local event, known, according to Wansleben, only to Giorgio Fatio and to the man he paid, should have also been known in Paris, Niceron’s claim cannot be dismissed. And then there was Wansleben’s life in Paris, what Niceron describes as his disgraceful ‘commerce’ about which Wansleben provided details in that part of his journal which has been lost. That Wansleben was aware of these suspicions is suggested by one of the deletions (pp. 196–197) in his Turkish journal. When he was in Milos he was mobbed by a crowd of women who thought, or pretended to think, that he was an Armenian selling musk. In fact, however, Wansleben says that they were more interested in his handsome self, dressed in a short fur-lined coat of blue cloth, Turkish boots and a red fur-lined cap, with a fine beard, and, all in all, ‘un homme de tres bonne mine’. That Wansleben had a tendency to extravagance, that he enjoyed good food and wine, and that he entertained his friends lavishly when he had the chance, 55

Niceron, Mémoires, pp. 13–14: ‘Il écrivit en vain à M. Colbert pour obtenir de lui ce qu’il pretendoit lui être dû, & les recompenses qu’il croyoit meriter: ce Ministre lui répondit toûjours qu’il ne lui devoit plus rien, & qu’il étoit trop mécontent de sa conduite, pour avoir égard à ses demandes. Il savoit apparemment la vie peu reguliere qu’il avoit menée dans l’Orient, & qu’il lui étoit arrive à Constantinople le 17 Septembre 1674. une affaire, qui lui auroit fait perdre la vie & l’honneur, s’il n’eût gagné par un present celui à qui la connoissance en appartenoit, comme il nous apprend lui-même dans son Journal Manuscrit; il savoit aussi qu’il entretenoit publiquement dans Paris un Commerce, dont il n’a pas eu honte d’écrire dans le meme Journal les details les plus secrets & les plus particuliers. Les Jacobins meme n’ignoroient point tout cela & ce fut ce qu’ils en apprirent au Pere de Sainte Marthe, General de l’Oratoire, son Protecteur, qui l’engagea à l’abandonner, & à renoncer au dessein qu’il avoit de le faire envoyer à Constantinople avec M. de Guilleragues, Ambassadeur de France à la Porte. D’un autre côté le Prieur de Saint-Jacques voyant qu’il ne payoit pas la pension dont on étoit convenu, & sachant qu’il depensoit son argent ailleurs, le congedia.’

18

Introduction

emerges from his surviving journal. In Chios, where he frequented a society of Roman Catholics and evidently thought he was free of Islamic legal restrictions, he seems to have indulged himself. There is a strong contrast between his repeated complaints about insufficient funds when he was collecting manuscripts and antiquities for Colbert and the descriptions of his entertainment of the Chian nobility and villagers who clearly regarded him as a man of means. Colbert might be forgiven for thinking that Wansleben had squandered much of his allowance on his own pleasures, and the charge that he had misspent the king’s money, supported by Ludolf’s complaints about his use of the funds of the duke of Saxe-Gotha, was to be advanced against him well into the nineteenth century.56 But there are also other elements that could have contributed to Wansleben’s fall from favour. He was clearly indiscreet and he was by no means always tactful. Not only did he complain about the French consuls, some of whom were friends of Colbert, but he also complained about Colbert himself when he met Barthélemy Carré de Chambon in Syrian Tripoli in July 1671.57 That he was aware of the dangers entailed by this behaviour is suggested by another deletion in his Turkish journal (pp. 100–101), when he reports the criticisms of the French ambassadorial system by Chabert, the apothecary with whom he took lodgings in Istanbul. His quarrel with Louis Chambon, the acting consul in Izmir, moreover, seems to have been reported and, judging from a letter from the French merchant Antoine Imber, may already have damaged Wansleben’s reputation in Istanbul.58 Then there was his fondness for magic, a particularly dangerous taste at a time, between 1677 and 1682, when the ‘affaire des poisons’ was shaking French society and accusations of witchcraft and black magic, associated with the 56

57 58

Discussed by Pougeois, pp. 336–346. His last accuser was Jean-Batiste Eyriès in his biographical entry in Michaud’s Biographie universelle ancienne et moderne (Paris, 1843), vol. 44, pp. 319–320. See also Wilhelm Ernst Tentzel’s description of Wansleben’s extravagant behaviour in Egypt at the expense of the duke of Saxe-Gotha in the June 1691 issue of his Monatliche Unterredungen einiger guten Freunde (Leipzig, 1691), pp. 493–494: ‘Tausend Thaler waren zu dieser Reise deputiret/ er hatte auch acht hundert davon würcklich empfangen/ aber/ es war kaum ein Jahr umb/ da waren sie verthan/ denn er hatte einen Janitschar auff seine Kosten angenommen/ und mit demselben im Lande herum gereist/ eine Convocation der Coptitischen Münche angestelt um zu erfahren wie viel Kirchen und Klöster noch im Lande wären/ darinnen er sich selbst zum Praeside constituiret/ anderer/ theils überflüßigen/ theils gar unziemenden Ausgaben zu geschweigen/ wovon viel zu erzehlen wäre. Wie nun das Geld verthan/ und er sich unerwartet der Fürstl. resolution wieder heraus nach Livorno, und weil er seine actiones nicht zu verantworten getrauet/ so wird er aus Desperation ein Dominicaner-Münch alla Minerva zu Rom …’. TiL, pp. 80–81. Pougeois, pp. 357–360.

Introduction

19

concoction of lethal poisons, were extended to courtiers and ministers. Even if he was later exculpated, one of Colbert’s protégés, the financier PierreLouis Reich de Pennautier, was implicated, and Colbert’s greatest rival, the Marquis de Louvois, was making every effort to discredit Colbert himself.59 That this may have played a part in Wansleben’s fall is again suggested by his treatment of a passage in his Turkish journal. As he was returning from his second visit to Chios to Istanbul in December 1674 he described the magical practice resorted to by the sailors on his ship whenever they suspected someone of theft. It involved the use of two Psalters and a key. After writing about the sailors, Wansleben went on to say that he had tried it out himself. He later deleted that particular passage (p. 179). ‘Vous me direz là dessus tout ce qui vous plaira,’ he added apologetically, ‘et je vous accorde qu’il est defendu aux chrêtiens de faire de telles recherches, et que c’est mal fait de les practiquer.’ The ‘affaire des poisons’, moreover, was attended by an increasingly prudish attitude by the authorities towards the behaviour of the clergy. A friar with epicurean tastes, violating his vows of chastity and dabbling in magic, would have met with wide disapproval. The defamatory campaign launched by Hiob Ludolf is unlikely to have affected Colbert, although Ludolf was an authoritative citizen of the Republic of Letters, a friend, as we saw, of Louis Picques and of other French Orientalists. Its effect, however, was limited mainly to Lutheran Germany where the idea of Wansleben’s conversion was found to be particularly distasteful, and hardly reached the Catholic world where his conversion was generally applauded. And even in Protestant Europe Wansleben, who certainly had his critics among the English chaplains in the Levant, nevertheless retained his admirers. Edward Bernard at Oxford, who may have met him when he was working with Castell in London in 1660 and certainly met him when Bernard was in Paris in 1676 as tutor to the dukes of Grafton and Northumberland, went so far as to welcome him back to Europe with a flattering distich.60 His Nouvelle relation was translated into English in 1678 with a laudatory preface by the translator, Marius D’Assigny, in which Wansleben was described as ‘well known to be a Man of Integrity, and one that scorns to impose upon the World an untruth’. D’Assigny went on to absolve Wansleben of any Catholic bias: ‘It is unlikely that such a Person of discretion and interest to the World, as he is known to be, should so 59

60

Claude Quétel, L’affaire des poisons. Crime, sorcellerie et scandale sous le règne de Louis XIV (Paris, 2010), pp. 26, 72–76, 102–104, 245–248. The menacing atmosphere of the time is described vividly by the amateur soothsayer Primi Visconti, Mémoires sur la cour de Louis XIV 1673–1681 (Paris, 1988), pp. 226–227. Pougeois, pp. 310–311, 401: ‘Deseris Aegyptum spoliis majoribus auctus,/ Quam gens Hebroeum sub duce Mose tulit!’ (‘You returned from Egypt with richer spoils than the Jewish nation under the leadership of Moses’).

20

Introduction

much forget his reason, as to subscribe his Name to such falsehoods as may be easily discovered at Rome, in the place of his ordinary abode.’61 But what about Wansleben’s religious commitment? In his determination to rehabilitate Wansleben after his disgrace, the campaign of Hiob Ludolf, the biographical entry of Niceron and the equally critical entry by Jean-Baptiste Benoît Eyriès in Volume 44 of Michaud’s Biographie universelle, which had appeared in 1843, the historian Alexandre Pougeois, in his Vie et voyages de Vansleb, savant orientaliste et voyageur which came out in 1869, presented Wansleben as a pious Catholic62 who had been systematically ill-treated by his enemies. Pougeois’ description of Wansleben’s return to the Dominican Order in November 1676 is an example of his approach: ‘Pendant les cinq ans de son voyage, Vansleb avait été privé de la célébration des saints mystères. De retour à Paris, comme on l’a vu, il eut à coeur de reprendre cette fonction sainte et sublime. Les exercises spirituels de la retraite, suivis d’une confession générale, le préparèrent à ce grand acte. Il monta de nouveau à l’autel le jour de Saint-Martin, 11 novembre 1676.’ Although it is hard to contradict Pougeois on this point, it should again be observed that, having arrived in Paris in April 1676, Wansleben does not appear to have been in any hurry to return to a convent. Nor is there much indication of piety in Wansleben’s journals. Nevertheless the list of books which Wansleben drew up on his return to Paris and planned to purchase63 tells a slightly different story. It contains a high proportion of devotional works. Some were among the more popular publications of the time – Luis de Granada’s Libri sex ecclesiasticae rhetoricae, the Spanish Dominican’s guide for preachers; the 1661 edition of the Heures royales, a collection of meditations for the great feastdays; La Chaire des curez, ou la vraye methode de bien annoncer les Festes aux Eglises Parochiales, by Jean-Baptiste Bovis; Jan Polman’s Breviarium theologicum, a widely read guide to ecclesiastical terminology; and a French translation of the New Testament. These and other works confirm Wansleben’s determination to return to a career in the Church. But at least two of the books listed were associated with Jansenism  – Le Missionnaire de l’Oratoire by the Oratorian Jean Lejeune and, more important still, the Abrége de la morale et de l’Evangile by one of the leaders of the movement, Pasquin Quesnel. Thérèse-Marie Jallais has emphasised Wansleben’s contacts with the movement of Port-Royal and its sympathisers – his dealings with Carcavy, Bosquet,

61 62 63

Wansleben, The Present State of Egypt, sigs. A7v–8r. Pougeois, p. 374. Fol. 193r–v of this manuscript.

Introduction

21

and d’Estrées,64 and to these we can add the names of Sainte-Marthe and above all of Eusèbe Renaudot. The presence of the two books in his list might well be seen as a confirmation. On the other hand there are few statements in his writings which can be interpreted as expressions of Jansenism. Admittedly many Dominicans sympathised with the Jansenists, especially when it came to their hostility to the Jesuits. A substantial section of Wansleben’s Histoire de l’Eglise d’Alexandrie, moreover, is devoted to Coptic views of the eucharist and the Copts’ belief in transubstantiation.65 But there is no indication that he was aware of the efforts of Nointel and his assistant Antoine Galland in support of the Jansenist cause. Nor does anything suggest that a common sympathy with the movement endeared the ambassador and Wansleben to one another. Wansleben had developed his interest in the Copts when he was still a Protestant, and his reference to the union of the Church of Alexandria with that of Rome as his main reason for writing his Histoire should probably be seen as an opportunistic appeal to the tastes of a patron rather than as a deeply felt conviction.66 We should not forget that the German version of his Relazione dello stato presente dell’Egitto, written for the benefit of the duke of Saxe Gotha, stressed the features that the Church of Alexandria shared with the Protestants. All we can say for certain is that the results of Wansleben’s research, not to mention many of the manuscripts he collected, had a deep appeal for the Jansenists. Eusèbe Renaudot, whose commitment to Jansenism prevented him from being nominated custodian of the royal library, had met Wansleben in Paris before his departure for Egypt. He seems to have been one of the first scholars to consult the manuscripts which Wansleben sent to Paris from the Levant, and he based on them much of his Linguarum orientalium collectio which appeared in 1716. He had words of praise for the manuscripts in his Historia Patriarchum Alexandrinorum of 1713, as well as for parts of the Histoire de l’Eglise d’Alexandrie.67

64

65 66 67

Thérèse-Marie Jallais, ‘Wansleben’s interests in international politics’ in Martin Mulsow, Jan Loop and Asaph Ben-Tov, eds., Hiob Ludolf and Johann Michael Wansleben. Oriental Studies, Politics, and History between Gotha and Africa 1650–1700 (Leiden, 2023), forthcoming. Johann Michael Wansleben, Histoire de l’Eglise d’Alexandrie (Paris, 1677), pp. 123–129. Ibid., sig. ã3v: ‘… le premier dessein que j’ai eu en donnant cette Histoire au public, est de contribuer à ce que cette Eglise, qui est une des premières du monde, revienne à l’obeïssance du Saint Siege …’. TiL, pp. 20, 43–44.

22 4

Introduction

The Turkish Journal

When he was in Egypt Wansleben, with a thorough knowledge of Arabic which enabled him to use Arabic manuscripts as his guides, and surrounded by Coptic friends who could supply him with information unavailable to other European travellers, was in a unique position. This was no longer the case when he visited Turkey. He was one of many European visitors. The ground he covered was well known, and he was particularly fortunate in managing to discover the pillar of Marcian in the Ottoman capital.68 To begin with he can hardly have known any Turkish or Greek. When he arrived in Chios in November 1673 on his way to Istanbul, he explained that he took Giorgio Fatio as his interpreter ‘ne sçachant pas alors ni les langues ni les coûtumes de ce pays là.’ He added in a letter to Carcavy from Izmir, dated 13 February 1674, that one of the reasons for his stay in Chios was to learn Greek,69 but in fact he probably only needed to speak Italian. In Izmir, judging from his acquaintances, he could have got away with Italian, French and English. When he arrived in Istanbul in March 1674, his Turkish must have been rudimentary, but he made progress during his stay. He was a versatile linguist and he acquired a teacher (who accompanied him to Hagia Sophia).70 In May he informed Carcavy that he had decided to prolong his stay in Istanbul to improve both his Turkish and his Greek.71 After leaving Istanbul for Bursa in July 1674, he could speak of ‘quelque connoissance que j’avois desja de l’esprit et de la langue des Turcs’ acquired after spending five months in the Ottoman capital.72 In October his Turkish may have been good enough for him to converse with the poet Sabir Parsa in Gallipoli, but it is also possible that the Venetian consul Dimitri Cucciucchi, who had introduced the two men, acted as an interpreter.73 As he did in his Egyptian journal, but less frequently, Wansleben quoted a few of his predecessors. The standard description of the antiquities of Istanbul was by the zoologist and antiquarian Pierre Gilles, who spent a number of years in Turkey from 1544 on and was at one point in the retinue of 68 69 70 71 72 73

See below, pp. 118–119. A year later, however, it was also seen by Spon (vol. 1, p. 225) and Wheler (p. 191) who took full credit for its discovery which they were indeed the first to publish. Omont, vol. 1, p. 131. See below, p. 144: ‘Le 16 Août j’allai avec mon Hogia ou Maître de la langue Turque voir Sainte Sophie.’ Omont, vol. 1, p. 143: ‘Per haver in questo luogo una bonissima commodità di fare gran profitto nella lingua turchesca e greca volgare, mediante le quali mi posso render più utile al servitio di S. Ma.’ See below, p. 125. See below, p. 177. Alastair Hamilton and Maurits Van den Boogert - 978-90-04-43581-0 Downloaded from Brill.com03/08/2023 01:10:59PM via Bayerische Staatsbibliothek Munchen

Introduction

23

the French ambassador Gabriel d’Aramon.74 In 1561 he published his De topographia Constantinopoleos et de illius antiquitatibus libri IV and his study of the Bosphorus, De Bosphoro Thracio libri II. Wansleben refers to Gilles,75 just as he refers to Augier Ghislain de Busbecq, the ambassador of the emperor Ferdinand I to Süleyman the Magnificent between 1555 and 1562.76 Busbecq’s Itinera Constantinopolitanum et Amasianum was first published in 1581, and was later known as the ‘Turkish letters’, the Turcicae epistolae quatuor. Wansleben also quoted from the Navigations of Nicolas de Nicolay (published in 1567 and reissued in later years) but made no acknowledgement.77 He seems to have had a particular predilection, however, for the little known French traveller Nicolas Du Loir, who went to Istanbul in the train of the newly appointed French ambassador Jean de La Haye Ventelet in 1639, and published the account of his travels in Turkey and Greece in 1654. Du Loir, who was evidently well connected, was something of an exception amongst seventeenth-century travellers in the Levant since he knew Turkish well.78 But Wansleben also refers to a later traveller, the Huguenot antiquarian Jacob Spon, the two volumes of whose Voyage d’Italie, de Grece, et du Levant appeared in 1678 when Wansleben, back in France, was completing his account. Spon and his travelling companion, the English physician George Wheler, described many of the same monuments as Wansleben, but as classical scholars and antiquarians they were superior to him. On his return to France Wansleben appears to have acquired further publications on Turkey. The list of books he proposed to buy on fol. 193r–v in this same manuscript included reports by other travellers – L’état present de la Turquie by Michel Febvre, the Nouvelles relations du Levant by Poullet (who passed through Istanbul when Jean de La Haye Ventelet was ambassador and spent eight years in the Middle East), and two copies of Jean Thévenot’s Relation d’un voyage fait au Levant, a work frequently quoted by Wansleben in his Egyptian journal. 74 75 76 77 78

Jacques Paviot, ‘Autour de l’ambassade de d’Aramon: érudits et voyageurs au Levant 1547–1553’ in Jean Céard and Jean-Claude Margolin, eds., Voyager à la Renaissance. Actes du colloque de Tours 1983 (Paris 1987), pp. 381–392. See below, pp. 117, 122. See below, p. 112. See below, p. 171. Du Loir, sig.é1v: ‘Pour moy, le voyage que i’ay fait n’a pas esté fort estendu, mais je puis dire qu’il a esté fort particulier, & que i’ay esté dans les lieux les plus celebres de l’antiquité, qui ne sont plus connus que dans la Carte & dans l’Histoire & dont les habitans n’auoient iamais veu des voyageurs. Outre cet auantage i’ay eu celuy des langues, dont ie parlois le Turque, comme la Françoise qui est la plus vniuerselle du Leuant, & ie me suis estudié particulierement à ne remarquer que ce qui ne l’auoit point encore esté, où qui ne l’auoit pas esté exactement.’ Du Loir also included a transliteration and a translation of various Turkish texts.

24

Introduction

If we compare Wansleben’s Turkish journal with the journal he kept in Egypt one of the most prominent differences is his approach to Islamic monuments. In Egypt Wansleben concentrated on Christian monuments, on the Coptic monasteries and churches, in an effort to map Christian Egypt. He also came across Roman and early Egyptian sites, but he displayed little interest in Islamic architecture. He hardly ever mentions the great mosques in the centre of Cairo, to this day one of the city’s most outstanding features. On his first visit to Cairo, he tells us, he stopped briefly at some distance away to glance at the walls of the mosque of al-Azhar and was consequently assaulted by a local shopkeeper.79 The only occasion on which he actually entered a mosque seems to have been when he was passing through al-Minya in February 1673 on his way to the Coptic monasteries near Sohag. Dressed as an Egyptian labourer, he made his way into the twelfth-century mosque of al-Lamaṭī, copied the inscription above the main gate, and described the interior with admiration.80 At the beginning of his Turkish journal, in his embittered farewell to Egypt, he writes: ‘Et parce que les servateurs de cette detestable Religion pretendent encore qu’elle soit la seule veritable, et toutes les autres fausses et maudites, ils ne souffrent point que les Chrêtiens s’en informent, ou qu’ils en disputent avec eux, ni même qu’ils en parlent. Ils ne leur permettent point aussi d’entrer dans leurs Mosquées, d’assister à leurs prières, et de voir leurs ceremonies sous peine de la vie. Un Chrêtien n’oseroit les regarder en passant sans s’exposer à être mal traitté par le premier Mahometan, qui s’en appercevroit.’81 This

79

80 81

Johann Michael Wansleben, Relazione dello stato presente dell’Egitto (Paris, 1671), pp. 270–271: ‘Giama l’Assar è la maggior’ Moschea, che sia nel Cairo, fabricata da un Schiavo negro, nominato Assar. Essa hà quattro portoni verso le quattro parti del Mondo; e vi hanno il lor seggio li quattro Mufftì, e pare che sia un picciol’ Mondo, trovandovisi ogni sorte di natione del Mondo. Si mantengono con l’entrate d’essa ottocento persone continouamente, sì nel vestire, come nel mangiare, e tutte vi hanno la loro habitatione: mà non è permesso ad alcuno de’ Christiani di capitarvi, senza licenza speciale del primo Mufftì, sotto pena della vita; anzi difficilmente possono fissarvi gli occhi nel passare, senza rischio di ricevere qualche bastonata; come poss’io per prova affermarlo: poiche nel passarvi la prima volta avanti, per andare ad altri miei negotij, e fermandomi lontano circa sessanta passi, per mirare la magnificenza esteriore dell’edificio, uscì un’Moro dalla sua bottega, che cominciò a percuotermi, e più me ne havrebbe date, se non mi fossi posto in fuga. La seconda volta però che vi passai, (perche ero accompagnato con un Rinegato già Religioso, detto P. Michele d’Anversa,) fui libero dalle percosse, mediante la sua protettione. Vi è una famosissima Libraria de’ libri Arabi, quali si vendono: ma se non si hà qualche Turco confidente, che sotto mano possa ciò fare, è difficile alli Franchi di poterne havere.’ TiL, pp. 344–345: ‘E perché io era vestito alla maniera di un homo di paga, presi ardire di entrare in una antica e grande moschea, nella quale era una quantità di belle e grosse colonne, e sopra la porta grande era sculpito il nome di quello che l’haveva fatto fabricare …’. See below, p. 33.

Introduction

25

accounts for his reluctance to go anywhere near the mosques in Cairo, and for his general fear of Islam. Wansleben arrived in Istanbul on 24 March 1675. Although he inspected the aqueducts and other Roman antiquities, it was not until 10 July that he actually visited an Islamic monument – the tomb of Mehmet II. A week later he saw the more recent tomb of Köprülü Mehmet Paşa, and on 26 July he arrived in Bursa, to visit the tombs of the early Ottoman rulers. This, he said, was one of the main reasons for his visit: ‘Et comme le desir de voir les tombeaux des premiers Monarques Ottomans avoit toujours eté une de mes plus fortes passions, je resolus de faire un voyage à Brousse.’82 He had always had a particular interest in history, and the tombs of Bursa, he hoped, would enable him to reconstruct the early years of the Ottoman advance. His reconstruction, we shall see, abounds in errors. In Bursa Wansleben immediately entered the mosques. He started with the Green Mosque and gave an admiring account of the carvings round the main gate.83 He went on to visit the tombs in the same complex, then the Emir Sultan Camii and, with the permission of the imam, the Ulu Camii, the Muradiyye complex, and numerous other tombs. The dervishes allowed him to inspect the tomb of Abdal Murad. The experience delighted him. ‘J’ai trouvé les habitans de cette ville les plus honnêtes Turcs que j’aye pratiqué dans tous mes voyages en Turquie. Leurs Imams, ou gens d’Eglise, nous laisserent entrer dans les Mosquées, et dans les Tombeaux royaux ils nous permirent de toucher les Alcorans et les Turbans des Roys. Ils me laisserent même lire et copier tout ce que je voulais, ce qui dans tout autre pays nous auroit eté imputé pour un tres-grand crime. Aussi ne manquai-je pas de reconnoître exactement leur honneteté.’84 Having summoned up the courage to go into the mosques of Bursa, Wansleben decided to visit some of those of Istanbul. He started with Hagia Sophia, setting out with his Turkish teacher on 16 August. He was uneasy. ‘Aucun Chrétien n’osoit y entrer à present sans une tres-grande precaution, et sans y être conduit par quelque Turc de credit parce que depuis peu l’entrée leur en a eté severem[en]t deffenduë.’85 He thus examined it cautiously and hurriedly. It would appear from his account and those of other Western visitors, that the admission of Christians to the mosques was subject to sudden and constant changes in the policy of the authorities,86 but even when compared

82 83 84 85 86

See below, p. 125. See below, p. 127. See below, p. 124. See below, p. 124. See below, Appendix 6 on Westerners entering mosques in Istanbul.

26

Introduction

to his fellow travellers, Wansleben, as he does in his Egyptian journal, appears to have been particularly cautious. 5

The Manuscript

The early history of the manuscript of Wansleben’s Turkish journal is puzzling. That he should have quoted Spon, whose book appeared in 1678, shows that he was adding to the journal in the last year of his life. When he died in June 1679 the manuscript must have been among his papers in Bourron, where he was buried. Although we know that Niceron, who published his entry on Wansleben in 1734, had seen the manuscript, the first owner in the eighteenth century seems to have been François Hédelin, the procureur of Nemours87 (where his illustrious relative, François Hédelin, abbé d’Aubignac, had died in 1676). It was he who provided the entry on the first folio: Ce manuscript fut trouvé avec un journal ecript de la mesme main moitié italien et moitié françois au commencement du quel on lisoit que celuy qui avoit ecrit ce livre sappeloit le Pere Michel Jacobin non reformé qui est mort a Bourron a deux lieues de Fontainebleau apres avoir fait le Voyage du Levant par ordre du Roy, il paroissoit cependant par le Journal que son autheur etoit le Pere Vansleb qui seurement a esté au Levant et ecrit un Voyage d’Egypte a fait encor l’histoire de l’Eglise d’Alexandrie que j’ay lu et un journal de trevoux de 1709 au mois de juillet p. 1122 dit que l’histoire de l’Eglise d’Alexandrie par le Reverend Pere Vansleb Dominicain fit connoître au Pere Papabrock la possibilité d’ecrire sur pareille matiere par les Contradictions palpables ou Abulbaracat guide unique du P. Vansleb l’avoit engagé.88 This is followed by a silence lasting over a century. In the 1850s, however, Jacques-Joseph Champollion Figeac acquired the manuscript at the sale of a library in Fontainebleau. Champollion Figeac, whose younger brother Jean-François was the Egyptologist who deciphered the hieroglyphs, was himself an archaeologist and professor of Greek literature in Grenoble until 1815. Condemned because of his support for Napoleon, he was sent into exile in Figeac for eighteen months. In 1828 he was appointed keeper of manuscripts at 87 88

Pougeois, p. 407. The reference is to the Jesuit Journal de Trévoux, officially entitled Memoires pour l’Histoire des Sciences et des beaux arts, July 1709, p. 1122, and to the Flemish Bollandist Daniel van Papenbroeck (1628–1714).

Introduction

27

the royal library in Paris and, in 1830, professor of paleography at the Ecole des chartes. Although he lost these jobs during the revolution of 1848, in the following year Napoleon III nominated him librarian at the castle of Fontainebleau.89 There he heard that a library was on sale. According to Alexandre Pougeois the library belonged to the ‘late’ Marquis de Coulanges.90 This must be a mistake. The last Marquis de Coulanges, Philippe-Emmanuel, Nointel’s travelling companion in Germany and Italy, had died without issue in 1716 and could hardly be referred to as ‘the late’ well over a century later. He had no connection with Fontainebleau and never seems to have been a book collector. There was, however, another family, Contaud de Coulange, who were barons and not marquesses, but who were indeed connected with Fontainebleau, so the library may have been owned by one of them. Champollion Figeac was so excited by his acquisition that he decided to investigate the exact whereabouts of Wansleben’s tomb in the church of Bourron and to arrange for some sort of memorial. He thus approached the curate, the historian Alexandre Pougeois. Together they devoted themselves to Wansleben’s rehabilitation. Pougeois, using the manuscript of the Turkish journal, wrote the first biography, Vie et voyages de Vansleb, savant orientaliste et voyageur, which was published in 1869. Champollion Figeac died in 1867, his library was inherited by his children, and in 1879 the Wansleben manuscript entered what is now the Bibliothèque nationale de France. Pougeois’ biography is, on the whole, well informed and reliable, but it is, as we saw, also heavily biased. The manuscript of the Turkish journal, measuring 235  × 175 mm, in a parchment binding and with 228 foliated leaves,91 contains far more than the Turkish journal itself. On the first folio, recto, we have a title in Wansleben’s hand: ‘Voyage du Caire à Chio et de Chio à Constantinople, at aux environs. Par le Pere M. Vansleb Dominicain du couvent de la Minerve a Rome fait depuis 1673 iusqu’à 1675.’ This is followed by the eighteenth-century entry quoted above. The journal starts on fol. 2r with what is clearly a rough copy of the French version of Wansleben’s journey from Cairo to Istanbul. Although this is similar to the Italian version which forms the last part of his Egyptian journal,92 it is very far from being simply a French translation. Each of the two versions supplies a number of different pieces of information and they consequently complement one another. On fol. 40v Wansleben starts his ‘Journal de Constantinople’, the 89 90 91 92

See Ginette Lacaze, ‘Champollion-Figeac’ in François Pouillon, ed., Dictionnaire des orientalistes de langue française (Paris, 2008), pp. 194–195. Pougeois, p. 314. See Henri Omont, Catalogue général des manuscriits français. Nouvelles acquisitions françaises, II, No 3061–6500 (Paris, 1900), pp. 142–143. TiL, pp. 399–457.

28

Introduction

second part of his Turkish journal, still in a rough copy. It runs to fol. 102. From fol. 106 the rough copy turns into a fair copy and continues as such until fol. 160. Much of the rest of the manuscript has been published, partly by Pougeois in an appendix devoted to Wansleben’s correspondence, but mainly by Omont.93 The only entries that do not appear to have been published are the list of printed books Wansleben planned to acquire on his return to Paris (fol. 193r–v), some notes taken on his journey (fol. 194v), a list of addresses in France (fol. 195r), a list of pirate vessels in the Levant (fol. 195v), and a list of Arabic manuscripts (fols. 203r–204v). The editors of the present edition have decided on a diplomatic transcription of the original. Wansleben’s original spelling and punctuation have generally been retained. For the sake of clarity capital letters have sometimes been used in order to avoid confusion, as in the case of the ‘Porte’ and the ‘Terre Sainte’. Wansleben’s first language was German and, after his years in Italy, he was accustomed to writing a first version of his works in Italian. Generally speaking his written French is good, but there are various grammatical mistakes and he is rarely consistent. The mistakes have been retained, except for the few obvious cases of a missing (or added) letter probably due to haste. The letter, and in some cases the word or words, have then been restored between crooked braces {}, or, if incorrect, placed, or corrected, between square brackets. The abbreviations have been resolved between square brackets. The manuscript, as we saw, contains both a rough version and a fair version of much of the text. The rough version is not always easy to read, and in both versions there are a great many deletions. These vary from passages crossed out so heavily that they are illegible, to light crossings out which have no effect on the legibility. Deletions which add something to the text, or which say something different, have been added in a footnote. 93

On fols. 163r–165r we have Wansleben’s instructions issued by Carcavy (Omont, vol. 1, pp. 58–63). After a couple of blank leaves these are followed (fols. 167r–191v) by the ‘Catalogue des livres Arabes, Turcs, Persans, Siriens, Grecs, Aethiopiens, Armeniens et Hebreus que l’autheur de ce voyage a envoyé du Levant à la Bibliothèque du Roy en 1671. 72. 73.’ (Omont, vol. 2, pp. 920–951), and a statement of accounts, fol. 192r–v. (Omont, vol. 1, pp. 172–174). Then there are the letters: fol. 194r. from Nointel to Colbert (Omont, vol. 1, pp. 166–167); fols. 196r–197r from Imbert to Wansleben (Pougeois, pp. 471–472); and fols. 198r–202v, Wansleben to Carcavy (Omont, vol. 1, pp. 98–109), fols. 204Ar–204Dv. from Wansleben to Carcavy (Omont, vol. 1, pp. 70–72; 68–69, 207–208 respectively), fol. 204Er–v to Colbert (Omont, vol. 1, p. 74), fols. 205r–208v to Carcavy (Omont, vol. 1, pp. 91–97), fols. 209r–212v to Carcavy, (Omont, vol. 1, pp. 85–88, 100–109). On fols. 213r–214v there is a letter from Arnoul to Wansleben (Pougeois, pp. 471–472), fols. 215v–217v from Carcavy to Wanseben (Omont, vol. 1, pp. 120–121, 139–142), fols. 218r–220v from Wansleben to Carcavy (Omont, vol. 1, pp. 144–147), fols. 221r–228v from Wansleben to Colbert (Omont, vol. 1, pp. 109, 155–157, 162–164, 167–172).

29



figure 1

Title page, fol. 1r of Bibliothèque nationale de France, MS NAF 4193

30 

figure 2

Fair copy. Fols. 109v–110r of Bibliothèque nationale de France, MS NAF 4193

31



figure 3

Rough copy. Fol. 11r of Bibliothèque nationale de France, MS NAF 4193

32

Figure 4



Wansleben’s Levant

The Turkish Journal [2r] Les curiosités de l’Egypte m’avoient assez occupé pendant deux ans, pour couvrir le dessein qui m’y avoit amené, et j’avois assez bien conduit mes affaires, ayant deja envoyé trois cent trente quatre volumes, tant Arabes, que Turcs, et Persans, à la Bibl[iotheque] du Roy pour croire que mon commerce ne me pouvoit porter1 aucun prejudice, lors que j’appris de mes amis qu’il courroit un bruit sourd dans le voisinage, que je fesois traffic de cette marchandise. Considerant donc le malheur qui m’en pourroit arriver, si l’on avoit decouvert entierem[en]t ce qu’on ne sçavoit que par un supçon, je trouvay à propos de changer de sejour, et de me transporter dans un autre climat, où je pouvois continuer ce commerce avec plus de seureté. Jalousie des Mahometans d’Egypte2 Le Lecteur doit sçavoir que les Mahometans d’Egypte surpassent en emulation et en zele tous ceux qui suivent cette Loy. Cela vient non seulem[en]t de ce que ce pays est le plus proche de l’Arabie, du coté de septentrion, où cette pernicieuse secte a pris sa naissance, et de ce qu’elle est une des premières conquêtes qu’elle a faites hors le lieu de sa naissance, et ainsi l’endroit où elle a demeuré le plus long temps qu’en aucun autre, mais encore de ce qu’on y a plus de grand nombre {de} parens de Mahomet, et d’autres Docteurs celebres de cette loi enterrés, qu’en aucun autre royaume, où cette Religion s’est repanduë, et par consequent ils considerent leur pays comme une terre sainte. Et parce que les servateurs de cette detestable Religion pretendent encore qu’elle soit la seule veritable, et toutes [2v] les autres fausses et maudites, ils ne souffrent point que les Chrêtiens s’en informent, ou qu’ils en disputent avec eux, ni même qu’ils en parlent. Ils ne leur permettent point aussi d’entrer dans leurs Mosquées, d’assister à leurs prières, et de voir leurs ceremonies sous peine de la vie. Un Chrêtien n’oseroit les regarder en passant sans s’exposer à être mal traitté par le premier Mahometan, qui s’en appercevroit. Et d’autant qu’ils estiment d’avoir, ou de lire des livres escrits en leur langue, estre une chose qui regarde leurs mysteres, leurs loys defendent tres-severem[en]t à tous autres qu’à eux d’en acheter, ou de s’en servir, soit qu’ils traittent de la Religion, ou non ; et le moindre soupçon qu’on pourroit avoir contre quelqu’un sur ce

1 Above the line: estre qu’avantageux. 2 In margin.

© Alastair Hamilton and Maurits van den Boogert, 2023 | doi:10.1163/9789004435810_003

34

The Turkish Journal

sujet, sufffiroit pour lui faire un proces criminel. Considerant pour ces raisons que mon sejour au Caire etoit extremement dangereux3, je resolus de me retirer dans un autre climat, puisque je n’avois pas ce qui m’etoit necessaire pour passer en Ethiopie, ny ordre aucun de rentrer en France. Mon depart de Caire pour Rosette4 Aussitost que j’eus pris cette resolution, je la mis en execution, et je partis du Caire pour Rosette, le 12 Octobre 1673. sur le Maasch5 ou barque, qui [3r] part ordinairem[en]t pour cette ville là, les Mardys et les Vendredis, et le Nil etant encore alors dans sa plus grande inondation, et par consequent son cours estant fort rapide, nous y arrivâmes le Dimanche suivant, 14 du même mois. Mr Reynaud6 Etant à Rosette je m’addressai à Mr Reynaud, Marchand et Vice-Consul7 de la nation françoise, homme connu, et fort estimé dans cette ville là, et je le priai d’avoir la bonté de me trouver un bâtiment commode, et dont il connut le Capitaine8, à fin que je pusse passer jusqu’à C[onstantino]ple. Mais la bonne saison de voyager par mer etant deja presque passée, et celle des tempêtes s’avançant, je n’avois pas assez de temps, pour attendre un bâtiment et un Capitaine tel qu’il nous etoit necessaire, de maniere que je fus obligé de me servir de la premiere occasion qui se presenta, qui fut que le Vice-Consul ayant rencontré un Capitaine Grec, qui etoit en reputation d’être habile marinier, et qui commandoit une Saïcote9, qu’on sçavoit être bonne voiliere, nous demeurâmes d’accord, que je lui payerois vingt piastres courantes, qui valent quinze écus de France10, pour la chambre, et pour mon passage seulement, et que je serois obligé de me nourrir, jusqu’à ce que nous fussions arrivés à C[onstantino]ple. Et lui de son coté s’obligea devant le Vice-Consul, selon la maniere du pais, de me rendre à C[onstantino]ple, de me bien servir pendant que je serois sous sa conduite, de faire en sorte que je ne fusse molesté de personne, et de porter à son retour à Rosette, une lettre écrite [4r]11 de ma main 3 4 5 6 7 8 9 10 11

Deleted: et que je m’exposois à un tres-grand peril pendant deux ans que j’avois fait commerce de leurs livres, lequel commençoit deja peu à peu à eclater dans le voisinage. In margin. A Nile boat with cabins. In margin. Claude Reynaud, Archives de la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence, J-669. Domenico Reis (Omont, vol. 1, p. 130). A saic, a kind of ketch, one of the commonest sailing vessels in the Levant. See below, Appendix 4, for the value of the different currencies. The leaf is pasted onto fol. 3v.

The Turkish Journal

35

au Vice-Consul, pour l’assûrer de quelle maniere il se seroit acquitté de son devoir12, et cet accord ayant eté reciproquement ratifié entre nous, je payais par avance au Capitaine l’argent dont nous étions convenus.

figure 5

Turkish vessels (saics and cimbers). Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien naar diverse coninck-rycken, landen, en steden soo nu als dan door mij Gerard Hinlopen gedaan, Amsterdam University Library, MS VIII E-15 i–xi

La Saique13 est un batiment des Grecs et des Turcs, qui n’a qu’une mizaine, un grand arbre14 qui est extremement haut, et un baupré, mais elles portent des voiles si grandes, que c’est une chose étonnante, d’où vient qu’elle a cette incommodité, qu’elle ne peut aller à la bouline, ou prendre le vent de côté, comme font nos vaisseaux, mais ce qui lui donne cet avantage, que lors qu’elle a le vent derriere, il est impossibile à aucun des nos vaisseaux de l’atteindre. Une grande saique porte en toutes les voiles mille sept cent brassées de toile, et la grande, qu’en termes de la marine on nomme la maestra, a tout au moins cinquante six largeurs, et elle est longue de vingt et une brassées. La nôtre 12 13 14

Deleted: afin que le Consul pût le faire châtier, en cas qu’il eut manqué de parole. The saic has neither a top-gallantsail nor a mizen-topsail and cannot sail close to the wind (‘aller à la bouline’). It has a single mizen, a main mast, and a bowsprit. Above the line: mât.

36

The Turkish Journal

n’estoit qu’une petite saique. Elle etoit chargée de ris, de lin, de caffè, et de toile, ce qui est la marchandise ordinaire qu’on enleve d’Egypte, et dont la Turquie a le plus de besoin. Mais parce [4v] que ceux qui fournissent ces sortes des provisions à la Turquie ne sont pour l’ordinaire que des Chrêtiens Grecs, les saïques Turques n’osant presque paroître en mer, sans une grande escorte à cause des armateurs15 Chrêtiens, et c’est pour cette raison aussi, que depuis quelque temps les mêmes armateurs prennent les unes comme les autres partout où ils peuvent les attraper, donnant neanmoins la liberté aux gens de l’equippage, apres les avoir auparavant dépouilléz tout nuds16. Mercredy 20 octobre je m’embarquay, et le même jour [3v] nous sortimes avec la moitié de la charge hors de l’embouchure du Nil, et nous mîmes en pleine mer, pour y prendre le reste suivant la coûtume, à cause du peu de fond que le Nil a en son embouchure. Ayant donc reçeu le reste de la charge, et allesti le vaisseau pour faire voile17, nous allâmes jusqu’à Bouquir qui est un château18, à la moitié du chemin entre Alexandrie et Rosette, eloigné de l’une et de l’autre ville d’environ quinze milles19, et bâti pour la defence de la rade, qui est une tres grande, et tres-commode station pour les vaisseaux, et nous y attendîmes le temps propre pour commencer nôtre voyage. Mais du train qu’il prit dans son commencem[en]t, nous pouvions presque deviner quelle en seroit la suite. Car les saisons, qui dans l’Egypte sont presque toujours fort regulieres, se trouverent cette année là, des plus irregulieres du monde, et la tramontane20 contraire, laquelle cesse presque toujours à la fin de Sept[embre], continua au de là de sa durée ordinaire, ce qui nous obligea de demeurer huit jours à l’anchre devant ce Château, et de passer dans [5r] son port ce qui restoit encore de la bonne saison. Enfin le 27. du même mois, les vents de midy, qui nous etoient favorables, ayans commencé a souffler, nous fîmes voile avec deux autres Saiques, qui venoient de compagnie avec nous. Mais nous n’avions pas encore entierem[en]t perdu de veuë le Château de Bouquir, que le même jour, contre nôtre esperance, la tramontane, qui nous venoit de la prouë, recommença à souffler. Neanmoins nôtre Capitaine voulant s’opiniâtrer contre le vent, et croyant que dans peu il pourroit changer, et nous devenir favorable, fit ranger les voiles au côté, pour aller à la Bouline, non obstant que ces sortes de Vaisseaux ne sont nullement propres pour prendre le vent de coté, à cause de la forme de leur construction et de la grandeur 15 16 17 18 19 20

Corsairs. See Greene, Catholic Pirates, pp. 78–137. In margin: Bouquir Château. The fifteenth-century fortress of Abū Qīr built by Qā’it Bāy. The ‘mille’ to which Wansleben refers coresponds to about 587 metres. A north wind.

The Turkish Journal

37

de leurs voiles, et cette opiniâtreté du Capitaine fût cause, que le vent nous porta tellement à droite hors du chemin, que si nous eussions continué encore un jour à aller de cette maniere là, il nous auroit chassé jusques sur la côte d’Alexandrette21, qui est un port tout à fait hors de nôtre route. Pour cette raison nos gens ne pouvans plus souffrir son caprice, et voyans que ce vent commençoit à devenir plus vehement, que le ciel etoit chargé de nuages epais, et que plusieurs siphons ou trombes, qui sont toujours des [5v] tristes avant courreurs des grands orages, paroissoient autour de nous, ils l’obligerent à faire tourner la prouë vers Alexandrie, pour gaigner le port, et pour nous mettre à l’abry du mauvais temps, de sorte que avec cette même tramontane, qui auparavant nous venoit de la prouë, et qui depuis nous chassoit en pouppe, nous achevâmes dans un seul jour, et sans peine tout ce grand tour de chemin, que nous avions fait avec une peine inconcevable pendant les quatre jours precedens, et nous arrivâmes au port d’Alexandrie le 30 Octobre, au coucher du soleil. La tempête etant enfin passée, nous partîmes d’Alexandrie le 2. Novembre, et nous travaillames fortement pour avancer22 dans notre chemin, de maniere que la nuict du 5e nous vîmes la terre de Rodes, ce qui causa beaucoup de joye à toute la compagnie, chacun se flattant de l’esperance d’y être le lendemain à midy, attendu que nous en etions fort proche. Mais l’experience nous fit voir combien il y a peu de certitude dans les comptes qu’on fait du temps des voyages qu’on entreprend par mer23, car à l’aube du jour, ayant apperceu un bâtiment Chrêtien qui nous poursuivoit24, et l’epouvante s’etant mise parmy nos Grecs, qui auroient eté avec leurs marchandises une tres bonne prise pour ce Corsaire, ils prirent le vent en pouppe, afin de s’en aller droit où il les porteroit, en se mettans en peine de rien, pourveu qu’ils évitassent d’être pris. Le chemin que nous fimes pour cet effet retarda de beaucoup nôtre voyage, et nous fit essuyer une infinité de fatigues, et de [6r] malheurs. Car apres avoir essuyé25 les deux jours suivants une chaleur étouffante, accompagnée d’un calme si grand que la mer etoit aussi egalle que la glace d’un miroir, le 7 du même mois vers le midy, le ciel commença à s’obscurcir, et plusieurs trombes parurent autour de nous, dont nos mariniers s’etant intimidés, ils commençerent à se brouiller, ne sçachant à quoi se résoudre, ou de pointer la prouë vers Rodes, ou 21 22 23 24 25

İskenderun. Deleted: quelque peu. In margin deleted: ce qu’il y a peu de seureté à prendre lorsque l’on n’a point de plus solide fondement que l’inconstance des vents, et les divers accidens aux quels on est exposé sur cet élement. For the problem of piracy see above, Introduction, pp. 14–15. Above line: souffert.

38

The Turkish Journal

de chercher quelque port dans le voisinage. D’arriver à Rodes avant que la tempête se fût levée, il étoit impossibile parce qu’à cause du Corsaire nous nous en étions eloignés de plus de six26 vingt milles, et on craignoit même qu’il ne nous y attendist, de sorte que la pensée de chercher un port dans le voisinage, l’ayant emporté sur la premiere, on fit toute la diligence possible pour gaigner Chateau rouge27, où etoit le port le plus proche, n’etant eloigné de nous que de cinquante milles, et celui de Rodes, comme je viens de dire, de six vingts. Cependant à mesure que le soleil s’approchoit de son occident, le vent se levoit aussi petit à petit, et plus la nuict s’avançoit, plus la tempete s’augmentoit, jusqu’à ce que vers la minuict, l’orage etant dans sa plus grande furie, la mer etoit tellement irritée, que c’etoit une chose effroyable que de la voir dans cette agitation, et d’entendre le bruit que le vent fesoit28. [6v] Car les vagues grosses comme des montagnes, venant tantost à travers de notre Saique, la renversoient entierem[en]t sur le côté, et la cachoient par un grand espace de temps dessous ses ondes, si bien que l’on ne voyoit hors de l’eau que les mâts, et tantost venans par dessous la prouë, et manquans en même temps à la pouppe, ils la haussoient droit vers le ciel, comme un arbre, de sorte que nous qui etions à la pouppe, liés de cordages à quelque partie stable du vaisseau, nous croiyons que les abymes alloient nous engloutir. Parfois aussi les mêmes vagues venans par dessous la pouppe, et manquans à la prouë, l’elevoient de même vers le ciel, et il nous sembloit, en regardant devant nous dans la mer, que nôtre saïque etoit sur une haute montaigne, et qu’elle alloit tomber au même instant dans un precipice. Il nous fallut passer toute cette nuit dans ces frayeurs, et dans la crainte d’être à tous momens engloutis dans les abymes de la mer. Enfin vers la pointe du jour, nous étans approchés du port, où nous souhaitions d’arriver, il nous fallut retourner en pleine mer, à cause qu’il ne fesoit pas assez clair pour reconnoitre les rochers qui sont à son embouchure, et attendre en voltigeant de côté et d’autre jusqu’à ce que le grand jour fut venu. Cependant le vent de mer s’étant changé en un vent de terre, qui nous empêcha d’entrer dans le port, nous crûmes que le plus grand bien que nous pouvions esperer, etoit de gaigner Agazari, qui29 est un golfe etroit, et qui entre fort [7r] avant entre deux montaignes, sur l’une des quelles on void les ruines d’un grand bourg nommé Agazari30, dont ce golfe a pris son nom, et qui est eloigné de douze milles du Chateau rouge, du coté de l’Egypte. Ce fut là où nous nous 26 27 28 29 30

Deleted: cent. The island of Kastellórizo. Deleted: c’etoit un sujet capable de nous faire dresser les cheveux. In margin: Agazari. Kara Ağaç, on the Anatolian coast.

The Turkish Journal

39

retirâmes apres neuf heures de chemin, et où nous fîmes secher nos voiles, et reprîmes un peu de courage. Nous eussions eté heureux, si nous y eussions resté en ce lieu jusqu’à ce que le mauvais temps se fût entierement passé, mais on ne sçait pas toujours approfiter du bonheur que l’on possede. Car à cause que nos mariniers qui etoient de la garde sur la montagne pour decouvrir en mer, ayans apperceu dans un port proche de là un Vaisseau à l’anchre, et ayans jugé que c’etoit un Corsaire franc, nôtre Capitaine, craignant que si leur sentinelles nous decouvroient aussi, il leur pourroit prendre envie de venir nous attaquer, il ne voulut point y rester cette nuict là non obstant que les autres deux Capitaines fissent tout leur possible pour l’y obliger, lui remontrant que du côté du Corsaire, il n’y avoit rien à craindre, parce que durant le mauvais temps, il n’oseroit pas non plus que nous autres se mettre en mer, de plus, que nos matelots étoient encore tout à fait abbatus des fatigues de la nuict precedente, et qu’à cause de la quantité des Isles, et des ecueils qui etoient sur la route, par où il falloit aller, au Chateau rouge, il courroit risque de perdre le vaisseau et tous les hommes qu’il portoit, que le ciel étant [7v] encore chargé de nuages epais, le mauvais temps pourroit recommencer, mais il ne voulut rien ecouter de tout cela, depuis qu’une fois la peur du corsaire eut frappé son imagination. Et dans ce sentiment temeraire il fit lever l’anchre au commencement de la nuict, sortant du port comme un homme qui sembloit aller se perdre volontairem[en]t. Et en effet à peine avions nous quitté le port, que la tempête recommença, une furieuse pluye se dechargea sur nous, qui incommodant extremem[en]t nos mariniers, leur ôta la force de travailler, et de ramasser les voiles, devenues extremem[en]t pesantes par l’abondance de l’eau du ciel qui entroit dessus, de sorte qu’ils furent obligés de les plier toutes, hormis le tringuet31, et d’abbaisser les arbres. L’obscurité de la nuict leur fit perdre leur route, et les engagea parmi les écueils, de maniere qu’ils ne pouvoient plus ny avancer, ny reculer. Se voyans donc engagés de cette sorte, au lieu d’agir et de tâcher de sortir hors de l’embarras où ils étoient, ils recommencerent à s’entrequereller les uns et les autres, de maniere que le pilote, en demeurant etourdy, et ne sçachant à quels avis se rendre, negligea le gouvernail, et les grands coups de la mer donnans incessamment contre nôtre saique et la poussant en arriere, nous nous trouvâmes tout à coup proche, et à un jet de pierre seulem[en]t loin de terre. Je ne sçaurois exprimer l’epouvante que cet accident causa parmy nos gens. Ils commencerent tous à crier comme s’ils eussent deja eté perdus. On voyoit les peres embrasser leurs enfans, et leur dire le dernier à Dieu, les autres fesoient avec precipitation leurs paquets, pour les jetter [8r] en terre, croyans que le 31

‘Trinquet’, mizenmast.

40

The Turkish Journal

vaisseau etoit deja brisé, et ceux qui n’avoient point d’esperance de se sauver à la nage, poussoient des cris epouvantables vers le Ciel, et imploroient l’assistance de la Sainte Vierge du Chateau Rouge, à la quelle tous firent beaucoup de voeux, lui promettant l’un le meilleur habit qu’il avoit, les autres ou de l’argent, ou de la marchandise. Il n’y avoit que le seul Capitain dans tout le vaisseau qui n’avoit pas encore perdu courage, et qui travailloit comme un Leon, exhortant ses mariniers à prendre coeur, coupant ce qui embarassoit, et jettant dans la mer ce qui etoit inutile. Et parce qu’il ne restoit point d’autre esperance humaine que l’anchre, il le fit jetter promptement en mer, sans auparavant sonder le fond comme c’est la coûtume des mariniers, quand ils ne sont pas si pressés, et par bonheur on trouva qu’il n’y avoit que cinquantes brassées d’eau, ce qui nous rassura un peu. Nous passâmes neanmoins toute la nuit dans une crainte continuelle, voyans venir incessament de grosses montagnes d’eau, tomber sur nôtre vaisseau, qui etoit si proche d’un effroyable rocher, qu’il y touchoit presque, et nôtre apprehension redoubla, lorsqu’on connut que le fond y etoit tout plein de rochers tranchans. Et pour autant qu’il y avoit lieu de craindre, que nôtre anchre fut tombé parmi ces cailloux, ou plustost de petits brisans, ils pourroient couper le cable qui le tenoit, parce que la Saique etoit extremem[en]t agitée, ou bien en cas qu’il ne fust pas tombé dans un endroit où il y avoit de ces cailloux, le fond pouvoit être [8v] sablonneux, et ainsi l’anchre pourroit glisser, et alors le vaisseau se seroit reculé, et il se seroit brisé contre le rocher qui etoit à la pouppe, de sorte que, ou de l’une, ou de l’autre maniere, nous n’attendions que la mort32 pendant toute cette nuict là, jusqu’à ce que le jour ayant commencé à paroitre, on redressa les arbres, on raccommoda ce qui etoit brisé, et on mit en ordre ce qui etoit en confusion. Tous à la fin travaillerent pour lever l’anchre, afin de sortir promptement de cet endroit dangeureux, et de gagner un port assuré. Mais l’anchre etant tombé parmi les rochers, qui le tenoient si ferme, qu’il etoit impossibile de le tirer dehors dans cette grande agitation de la mer, on fut obligé de couper le cable, apres y avoir attaché auparavant une marque, pour le pouvoir retrouver lorsque la mer seroit devenue calme. Ainsi nous sortîmes avec joye de cet endroit fâcheux, nous retirans en un autre plus assuré, et qui étoit tout proche, loüans et rendans graces à sa D[ivine] M[ajes]té de nous avoir redonné la vie. Et puisque par ce recit j’ay assez exactem[en]t instruit le Lecteur de tout ce qui s’est passé parmy nous en general, pendant les extremités de cette nuict, je me persuade qu’il sera bien aise de sçavoir encore qu’elle etoit la disposition de mon coeur dans cette rencontre. Je confesse donc ingenuement que la furie de la mer, que je n’avois jamais veuë si vehemente comme en ces deux nuicts 32

Deleted: du malheur.

The Turkish Journal

41

là, et les eclairs, accompagnés du bruit epouvantable des tonnerres, et de celui d’un vent furieux, avec les cris et la confusion qu’on entendoit dans la Saïque m’affoiblirent beaucoup. Je fus aussi extreme[en]t faché de m’être engagé dans un si long [9r] voyage, sur un batiment mal propre pour faire voyage dans une semblable saison, et de me trouver avec des mariniers malhabiles, et parmy les quels on ne voyoit que crainte, et confusion, et que des brouilleries continuelles. C’etoient des motifs assez puissants pour me faire prendre resolution de songer une autre fois mieux à mes affaires. Neanmoins pour ce qui étoit de la crainte de la mort, j’etois dans mon interieur fort calme, et je n’en sentois pas la moindre emotion. Il est bien vray, que je foisois mon paquet aussi bien que les autres, pour tâcher de sauver tout au moins les choses les plus necessaires pour continüer mon voyage, et celles que j’estimois le plus, si en cas de naufrage, j’avois pu sauver ma vie. Mais, graces au Ciel, les choses ne vinrent pas à cette extremité. Il est pourtant necessaire de faire part au Lecteur, d’une aventure risible que j’eus cette nuit là avec le Capitaine. Comme les Grecs sont extremem[en]t superstitieux, et que leur maniere d’agir est fort indiscrete et incivile à nôtre egard, le Capitaine s’etant deja plusieurs fois fâché contre le temps, et ayant souvent consideré que ce voyage etoit un des plus longs, et des plus malheureux qu’il eut jamais fait, il rechercha dans son imagination quelle en pouvoit être la cause, et tous ceux de l’equipage me considerant comme une personne extraordinaire qui etoit parmi eux, ils commencerent enfin à soupçonner que je pourrois avoir de la mommie dans mes hardes. Car c’est une opinion generalem[en]t receuë parmi tous les mariniers, soit Turcs, soit Grecs, soit Francs, que [9v] cette drogue cause des tempêtes, et des mauvais temps, etant portée par mer33. Et c’est pour cette raison aussi, qu’aucun maître de vaisseau ne veut en recevoir parmi sa charge, quoiqu’il put gaigner le double du salaire, qu’il auroit pour une autre marchandise. Dans cette pensée, le Capitaine vint me trouver dans le plus grand embarras de cette nuit, et me demander avec emportem[en]t si j’avois de la mommie, me conjurant de la jetter au même instant dans la mer car, disoit-il, c’est de là que tous nos malheurs procedent. Je lui repondis, que je n’en avois point, et que son 33

For the fear of transporting mummies among Provençal sailors see Peter N. Miller, Peiresc’s Mediterranean World (Cambridge, Mass. 2015), pp. 223–224. Mummies were widely used for medicinal purposes. See Salima Ikram and Aidan Dodson, The Mummy in Ancient Egypt. Equipping the Dead for Eternity (London, 1998), pp. 64–66; N. Bachour, ‘Mūmīya als Arznei in arabischen und osmanischen Schriftum’ in Susanne Kurz, Claudia Preckel and Stefan Reichmuth, eds., Muslim Bodies. Body, Sexuality and Medicine in Muslim Societies/Körper, Sexualität und Medizin in muslimischen Gesellschaften (Berlin, 2016), pp. 407–465.

42

The Turkish Journal

caprice plutost que la mommie étoit la cause de nos peines, et de le prier de me laisser en repos, mais ne voulant point ajouter de foy à mes paroles, il persista à m’importuner jusqu’à me menacer de faire visiter mes hardes, ce que ne pouvant souffrir, je m’y opposai fortement, et sans l’arrivée de quelques mariniers qui avoient entendu nôtre querelle, l’affaire n’en fut pas demeurée là. Il faut aussi que je fasse part au Lecteur, d’une action que je fis cette même nuict, qui etoit à la verité un peu simple selon le monde, mais qui me paroît assez bonne selon la conscience, afin que je lui fasse voir ma disposition le plus naïvem[en]t qu’il me sera possible. Pendant que dans ces extremités je fis moi-même reflexion sur les malheurs, et sur ces disgraces qui nous avoient accompagnés continuellem[en]t depuis le commence[en]t de ce voyage jusqu’à cette heure, je m’imaginay, comme autrefois firent les mariniers, qui portoient le Prophete Jonas dans leur vaisseau, qu’il pourroit y avoir parmi nous quelque [10r] grand scelerat, que la vengeance de Dieu poursuivoit. Et examinant ma conscience le premier, je ne trouvai point d’autre chose qui me donnât de l’inquietude, que le souvenir de ce qu’entre mes M[anuscrit]s Arabes j’en avois un, qui traittoit de la Magie, et qui étoit un des plus fameux, que j’eusse pû trouver en Egypte, touchant cette science. Ce livre34 s’appeloit Sefer Adam, ou le livre d’Adam, nommé ainsi d’autant que par l’ordre de Dieu, selon que la preface le portoit, les Anges avoient inspiré à Adam la science qui y étoit contenuë, et qu’il avoit eté recommandé à Noë, pour le prendre avec soi, en entrant dans l’Arche, et qu’apres le deluge il avoit passé de pere en fils, et qu’ainsi il s’etoit conservé jusqu’à nos jours35. Il me prît un scrupule, que c’etoit un grand peché pour un homme de ma profession, de porter un si mechant livre, qui étant un jour arrivé dans la Chrétienté, pourroit tomber entre les mains de gens, qui peut-être en feroient un mauvais usage : je le jettai aussitost dans la mer, me persuadant que c’etoit rendre un service agreable à Dieu36. Neanmoins je conceus après que la tempête fut passée, un si grand regret de cette action, que confessant ingenuem[en]t l’attache que j’avois pour ce livre, j’aurois mieux aimé avoir perdu toutes mes hardes, et mes 34 35

36

In margin: Sefer Adam. The Sefer Adam or ‘Prayer of Adam’ is a text included in various Kabalistic treatises from the early modern period. The importance of Adam in magical texts is studied by Christopher Braun, ‘“Who Began with this Art? Where Did it Emerge?” A hermetic frame story on the origins of alchemy in Pseudo Ibn Waḥsiya’s The Book of the Ziziphus Tree of the Furthest Boundary,’ Al-Qantara, 37 (2016), pp. 373–398. The episode is discussed in Gilbert-Robert Delahaye, ‘Johann Michael Vansleb, voyageur en Egypte au XVIIe siècle, face au surnaturel’ in Nathalie Bosson and Anne Boud’hors, eds., Actes du huitième congrès international d’études coptes. Paris, 28 juin–3 juillet (Louvain 2007), vol. 1, pp. 69–77, esp. pp. 73–75.

The Turkish Journal

43

nippes les plus curieuses, que ce Manuscrit. Car je l’avois lû au Caire plusieurs fois d’un bout à l’autre, et je me l’étois fait expliquer par un Mahometan habile dans cette science, croyant qu’il pourroit beaucoup me servir pour retablir un jour la science des Talismans, et celle de la connoissance des esprits, dont ce livre donnoit une tres-ample instruction37. [10v] Un an apres, me trouvant à C[onstantinop]le, le Bibliothecaire du Roy38 m’écrivit, pour me prier de chercher ce même livre pour la Bibliotheque de Sa M[ajes]té, mais n’ayant pû en rencontrer un autre, cela redoubla le regret que j’avois de la perte d’un si rare livre. Le 7. Nov[embre], apres avoir retiré auparavant nôtre anchre, de l’endroit où nous l’avions laissé la nuit precedente, nous partîmes de ce port pour le Chateau rouge, où nous arrivames en deux heures de temps. Un moment apres nous les deux autres Saiques, qui etoient restées à Aga Zari y arriverent aussi, et quand ceux de leur equipage eurent appris le danger où nous nous étions trouvés, apres les avoir quittés, ils ne purent s’abstenir de se moquer de nous, et des follies de nôtre Capitaine. Chateau Rouge39 Le Chateau rouge, appelé en Italien Castel rosso, et par corruption Castelorzo, est un bourg avec deux chateaux batis sur un petit écueil, selon la forme marquée en la figure qui est joïnte ici40, dont la pointe a n’est séparée de la terre ferme d’Anatolie, marquée par b, que par un passage tres-etroit. Cet ecueil n’a aucune chose qui le fasse considerer, que ses deux ports dont l’un, marqué par c, est nommé l’exterieur et le grand, et l’autre, marqué d, est l’interieur et le petit. Le premier sert de retraite aux grands vaisseaux, quand le mauvais temps les oblige de se mettre en lieu seur, ou lors que les Corsaires francs leur donnent la chasse, et le second41 sert pour les galeres du G[rand] S[eigneur] et pour les petites barques. De ces deux chateaux ni l’un ni l’autre n’est de grande defense42. Ils sont tous deux de peu de consequence, et à peine pourroient ils résister contre six vaisseaux de nos armateurs. L’un est pour la défence du port exterieur, et l’autre 37 38 39 40 41 42

Deleted: et avec cela je le trouvay fort à mon gré. Pierre de Carcavy. In margin. There is no such figure in the surviving manuscript. In margin: petit. The fortifications of Kastellórizo are studied by Daniel Duran Duelt, Kastellórizo, una isla griega bajo dominio de Alfonso el Magnánimo (1450–1458). Colección documental (Barcelona, 2003), pp. 61–69. Kastellórizo is described in some detail by Vincent Stochove who was there in 1631, Voyage de Levant (Brussels, 1650), pp. 228–229.

44

The Turkish Journal

pour celle de l’interieur. [11r] Ils sont gardés par un tres-petit nombre des Turcs, qui ont soin d’avertir les voiles des amis de la Porte, quand ils passent par un ou plusieurs coups de Cannon, lors qu’il y a des Corsaires francs aux environs, afin qu’ils puissent se retirer sous le Cannon du Château, et se garentir de leurs insultes, et pour ce bon office ils en tirent apres quelque petite reconnoissance, d’où ils tirent une partie de leur subsistance. Le bourg est habité par des Grecs, et il peut y avoir environ cinq cens feux. Il est bati sur un côteau pres du port interieur, et les maisons, qui ont toutes des terrasses pour leur couverture, selon la maniere d’Egypte, sont rangées en forme de theatre, dont aucune n’empêche la veuë de l’autre, ce qui en rend l’aspect fort agreable par le dehors, mais à le voir par le dedans, c’est le lieu le plus pauvre, et les maisons sont les plus mal bâties de tout le Levant. Hormis du bois pour le chauffage, quelques oliviers qui y croissent, et un peu de sel qu’ils y font le long du port interieur, l’Isle ne produit quoique ce soit pour la subsistence des habitans. Il faut tout attendre des villages de la terre ferme qui en est proche. Cela est cause que toute sorte de provision y est rare et fort chere, et qu’il arrive tres-souvent, que quand le mauvais temps empêche les barques d’y venir, et de leur porter chaque jour les vivres qui leur sont necessaires, ils se voyent reduits aux extremités. Et pour surcroît de misere, l’Isle n’a aucune riviere, ni aucune source d’eau douce. Ils n’ont point d’autre eau pour leur usage, que celle qu’ils puisent de deux puits, qui sont hors du bourg, et en pleine campagne et sans toict, dans les quels l’eau de pluye s’ammasse, mais elle y devient incontinent corrompue et verte, comme [11v] celle d’une mare couverte de mousse. Aussi tost donc que nous y eûmes pris terre, nous y fimes dire une Messe par le Papas, apres laquelle chacun satisfit tres-religieusem[en]t au voeu qu’il avoit fait à la Sainte Vierge. Ceux qui avoient promis de l’argent, l’attachoient avec de la cire à son image, qui etoit à la gauche de la porte du sanctuaire, et pour mon particulier j’y attachai un sequin de Venize43. Ceux qui avoient promis de la marchandise, la mirent aux pieds de l’image. Le pauvre Capitaine avoit promis son meilleur habit, qu’il apporta. Il etoit d’un fort bon drap bleu. Il fit même scrupule d’en ôter ce qui s’y trouvoit dans les poches. Mercredy 11. du même mois, nous en partîmes de ce lieu là et, courant toute la nuict avec un petit vent de midy qui nous portoit à la côte d’Anatolie, le lendemain vers le midy, nous nous retirames derriere une petite Isle qui, avec le voisinage de la terre ferme, qui se recourboit autour d’elle, fesoit une espece de port, apres que nous eûmes fait depuis le Château rouge jusques là, environ quatre vingt milles. La nuict suivante il y eut une tres-grande tempête en 43

See below, Appendix 4.

The Turkish Journal

45

mer, mais nous n’étions point en danger. On y voyoit encore dans cette Isle des restes d’un bourg, entremelées d’arbres, et un château ruiné. Il me semble qu’on l’appeloit Lebis44. Les paysans des villages voisins, qui nous avoient veus entrer dans cette baye, apporterent toute sorte de refraichissements pour nous les vendre, ce qui nous fut un tres-grand soulagement, nôtre provision étant finie, et n’ayant point trouvé jusqu’en ce lieu [11r]45 là aucun endroit pour en acheter. Une chose pourtant nous fâcha beaucoup, qui fût, qu’aussi tost que nous y eûmes donné fond, il se leva un vent favorable pour nous conduire à Rhodes, dont pourtant nous ne nous pouvions pas servir, à cause qu’il souffloit droit dans l’embouchure par où nous devions sortir, ce qui arrive fort souvent aux bâtiments Grecs, et Turcs, à cause que ces gens, craignans extremem[en]t les Armateurs Chretiens, ils ont la coûtume d’entrer dans tous les ports et de visiter toutes les bayes, qui sont sur leur chemin, pour s’informer, si il y en a aux environs, afin qu’ils puissent les eviter. Ce qui fait que tous leurs voyages sont extremem[en]t longs, et ennuyeux. Car il leur arrive tres-souvent, qu’apres qu’ils se sont cachés dans quelque baye, ou dans quelque creux de montagne, il se leve un bon vent, qui les porteroit aisem[en]t au terme de leur voyage, s’ils en pouvoient sortir, et se rendre en pleine mer. Pour cette raison, je ne conseilleray jamais à un Franc, de s’embarquer avec des Grecs, ni avec des Turcs, car on s’y desespere presque parmy eux à cause de la longueur de leurs voyages, et de la confusion, et des broüilleries que l’on void continuellem[en]t parmy leurs mariniers. Le 16. Nov[emb]re nous entrâmes dans un autre port, qui étoit aussi sans habitations, et peu eloigné du précedent. Neanmoins les paysans des villages voisins qui nous y apporterent aussi des refraichissements, fürent cause que nous n’eumes pas regret au choix que nous en avions fait. Le 17. nous en partîmes pour Rhodes, mais étans en pleine mer, un vent de ponent s’eleva avec une telle force [11v] qu’il nous obligea de ferler toutes nos voiles, hormis le Trinquet, et de nous retirer dans un autre port, nommé la queue de Renard, qui n’est esloigné de Rhodes, que de quarante milles46. Le mauvais temps nous contraignant d’y rester pendant six jours, durant lesquels nous adoucissions nôtre chagrin, tantôt par la pêche, et tantôt par la chasse aux perdrix. On voyoit en ce lieu là les ruines d’un gros bourg et d’une Eglise, qui avoit eté autrefois grande et fort belle, située sur le rivage de la mer. Le soir du 22. Nov[emb]re nous en sortîmes, et à l’aube du jour nous arrivâmes 44 45 46

The cape of İblis Burun on the promontory south west of Fethiye and Kayaköy. Folio number repeated. Either Panormos, now Sarigerme, or Kaunos, close to Dalyan, on the Anatolian coast north of İblis Burun. We owe this information to the kindness of Georges Koutzakiotis.

46

The Turkish Journal

à Rhodes, qui est eloignée du Caire de quatre cent milles, qui se font ordinairem[en]t en quatre jours, avec un vent mediocrem[en]t bon. Description de l’Isle et de la ville de Rhodes La ville de Rhodes est une des plus belles, et des plus fortes villes, non seulem[en]t de l’Archipel, mais même de toutes celles du Levant. Comme elle a été long temps la demeure des Chevaliers de S. Jean de Jerusalem47, elle a été ornée par eux de belles maisons et palais qu’elle ne cede en beauté aux plus belles villes d’Italie. Ses ruës sont tres-belles, et bien pavées ; ses Eglises, à present devenuës Mosquées, sont fort grandes, et magnifiques. On y voit partout au dessus des portes des maisons les armes de ceux qui les ont fait batir, et sur les portes de la ville des images des Saints, et des Roys, autrefois leurs protecteurs, relevées en bosse, dont les Turcs neanmoins ont effacé les yeux, et defiguré en quelques unes même les visages, par une aversion que leur Religion leur inspire pour tout sorte d’images, croyant que l’Ange gardien n’entre dans aucune maison, ou lieu, où il y en a. Et tout [12r] autour des murailles, et des bastions on void les armes des grands maîtres de la Religion qui les ont fait bâtir, et à coté la croix de la Religion de Saint Jean. Les fortifications que les chevaliers y ont fait faire, sont encore aujourdhui fort bien entretenuës par les Turcs48. Son port a la figure de la lettre C. A chaque pointe il y a un tres-bon château, et au milieu de la muraille qui environne ce port il a une tres-haute, et tres-forte tour quarrée, qui est bien garnie de cannons, et dont les gardes veillent, et crient incessamment pendant la nuict, examinant toutes les voiles qui y entrent, et leur demandant des nouvelles. Les beaux bourgs de la ville sont destinés pour l’habitation des Chrêtiens. Les Grecs en sont les principaux. Il y a encore quelques Francs, qui ont pour leur pasteur un prêtre seculier, lequel se donne la qualité de Vicaire Apostolique. Il reçoit une petite pension de la Congregation de Prop[aganda] Fide à Rome49.

47

48 49

The Knights Hospitaller or Knights of St John of Jerusalem, who had left the Holy Land in 1291 and settled briefly in Cyprus, ruled the island of Rhodes from 1310 to 1522, when it was conquered by Süleyman the Magnificent. The Knights set sail from Rhodes on 1 January 1523 and, in 1530, established themselves in Malta. The fortifications of Rhodes are studied by Albert Gabriel, La cité de Rhodes, 2 vols (Paris, 1921–1923), vol. 1, pp. 31–142. Michele Henrico or Enrici from Chios was appointed apostolic vicar for Rhodes in 1671. See Gualberto Matteucci, ‘La Grecia, le sue Isole e Cipro’ in Josef Metzler, ed., Sacra Congregationis de Propaganda Fide Memoria Rerum, vol. 1/2 (Rome-Freiburg-Vienna, 1972), pp. 316–366, esp. pp. 347–348.

The Turkish Journal

47

L’Isle qui avoit eté sous la domination des Sarazins, qui l’avoient prise sur les Empereurs Grecs, l’an de N[otre] S[eigneur] 130050 ou environ, en fut delivrée par les Chevaliers de S. Jean de Jerusalem, qui la possederent jusqu’en l’an 1522 que Sultan Soliman la leur enleva apres un siege de …51 mois laquelle il erigea en un Gouverneme[en]t de Bey, et donnant à son Bey le commandement sur toutes les galeres de l’Archipel en l’absence du Capitaine Pacha, mais depuis quelque temps le G[rand] S[eigneur] lui a donné la qualité de Pacha, à cause de l’importance du lieu. Elle est de figure ovale, elle a cent quatre vingt milles de circuit, et on dit communem[en]t qu’il ne se passe aucun jour, que le soleil n’y paroisse. Nous en partimes le même jour que nous y arrivâmes, et j’aurois bien souhaitté, qu’au lieu de Chateau rouge et [12v] de plusieurs autres mechants endroits, où les Corsaires, et le mauvais temps nous avoient obligés de nous arréter, nous y eussions demeuré quelques jours, pour avoir le plaisir de l’agreable sejour de cette belle Rose de la mer, car c’est ce que signifie le mot de Rhodes. Mais il nous arriva, ce qui arrive ordinairem[en]t aux voyageurs, que dans des endroits, où il y a de méchants cabarets, les accidens les obligent d’y rester malgré eux, et qu’un secret destin les fait partir promptement des bons lieux. C’est pour cette raison, qu’il n’est rien de si necessaire à un voyageur, que d’avoir l’esprit toujours indifferent pour tout ce qui peut regarder sa satisfaction52, et de ne songer à autre chose, que d’arriver au plûtost au terme de son voyage, s’il ne veut pas ajoûter aux fatigues ordinaires des voyages, beaucoup de peines d’esprit. Stanchioi53 Le 23 Nov[embre] nous arrivâmes à Stanchioi54, qui est eloignée de Rodes de deux cent milles. Mais parce que ce jour là il fit une grande pluye, et que le temps fut fort incommode, je ne pus bien voir le bourg. Neanmoins le peu de temps que j’y restai ne laissa de me permettre de remarquer, que les maisons qui le composent, sont petites, et basses, et que les gens y sont fort mal accomodés. A l’extremité qui regarde le midy, il y un grand et fort chateau, dont les murailles et bastions sont revétus de pierre, à la façon d’Italie55. C’est apparemment un ouvrage des Chevaliers de Rodes qui autres fois etoient les Maîtres de cette Isle, 50 51 52 53 54 55

In fact in 1309. Left blank. The siege lasted six months, from June to December. Deleted: corporelle. In margin. Kos. The fourteenth-century castle of Nerantzia. See Nikos D. Kontogiannes, Μεσαιωνικά κάστρα και οχυρώσεις της Κω (Athens, 2002), pp. 16–22.

48

The Turkish Journal

et qui l’abandonnerent au G[rand] S[eigneur] apres qu’il eut pris Rhodes56. Depuis ce temps là les Turcs ont rempli le port, qui est entre la ville [13r] et le château, pour empecher leurs ennemis d’y mouiller l’anchre. Ils obligent ainsi tous les vaisseaux de se tenir dans le canal, où ils sont exposés à l’injure du temps, et des vents. Dans le bourg il y a un arbre57 qui peut donner le couvert à deux mille hommes. Ses branches sont soutenuës de plusieurs colomnes, et pilliers de bois, et son fruit sert à tanner les cuirs. Cette Isle est fort célèbre à cause des beaux Jardins, qui sont emplis de toute sorte de très-excellents arbres fruitiers, et en particulier des citroniers, d’orangers, et de cedres, qui produisent une quantité de fruits. Ce qui fait, qu’elle est estimée pour une des plus delicieuses Isles de l’Archipel. Elle contient dans son circuit quatre vingt milles. Les villages de cette île sont tous habités par des Grecs, mais le bourg est habité partie par des Grecs, partie par des Turcs, à l’exception du château que les seuls Turcs occupent. Leonardo Iatro58 A Stanchioi je rencontray par hazard un de mes amis, avec le quel j’avois fait connoissance à Damiette en l’année 1671. Il s’appeloit Leonardo Iatro, ou Leonard Medecin59. Il etoit Grec de Religion, Athenien de naissance, et il se qualifia parent des Grands Ducs de Florence60, pretendant que cette illustre famille etoit originaire d’Athenes, d’où s’etant transportés à Florence, elle etoit peu à peu montée aux degrez de fortune et d’honneur, dans le quel nous la voyons à present. Comme mon dessein n’est pas maintenant de démêler cette affaire, je ne la rapporte icy qu’en passant. Il y a pourtant assez de vraysemblance en ce que ce 56 57 58 59

60

In 1523. The so-called Plane-tree of Hippocrates. Despite the legends concerning its antiquity, it stands to this day and is unlikely to date much before the sixteenth century. In margin. Onorato Leonardo Iatró played an important part in Wansleben’s second visit to Egypt. Although Wansleben says that they met in Damietta in March 1672 (TiL, p. 146), the fact that Iatró provided Wansleben with a detailed drawing of the French consulate in Sidon (TiL, p. 135), from where Wansleben sailed to Egypt, suggests that they may have met there, unless, of course, Iatró had made the drawing independently of Wansleben and had later presented him with it. At all events Iatró was employed at the time of Wansleben’s arrival in Egypt by Ambroise de Tiger, the French consul in Cairo, and Wansleben enlisted him as a draughtsman on his visit to the Monastery of Sitt Dāmiyāna (TiL, pp. 161, 163–164, 168). Iatró also supplied Wansleben with a drawing of an Egyptian waterwheel (TiL, p. 146). Although Wansleben describes their encounter in Kos in the Italian version of his Egyptian journey (TiL, p. 414), he omits the details of his nautical activities. There is no evidence whatsoever for his claim that the Medici family originated in Athens. In margin: Origine des G[rands] Ducs de Florence.

The Turkish Journal

49

Grec disoit. Car en premier lieu il n’est pas hors de raison de dire, que le nom de Medicis, a eté tiré du Grec Iatro, qui signifie un Medecin, et qui est le nom de sa famille, et en second lieu, ce Grec se servoit dans son cachet sans aucune difference des mêmes armes, que les Grand Ducs de Florence portent. Il avoit une Saique, et une fregatte à lui, pour vous dire qu’il etoit un homme fort accommodé. Cependant il ne fesoit plus le mêtier de Carabichieri61, ou de Capitaine, et quand même il l’auroit fait, cela n’auroit dérogé en aucune maniere à sa noblesse, cette profession etant estimée fort honnête au Levant. Même quelques uns des Justinens à Chio n’ont point honte aujourdhui de faire ce mêtier62. [14r]63 Mon arrivée à Chio64 Le 25 Nov[emb]re qui etoit un Samedy, nous rentrâmes le matin dans le port de Chio, pour lequel nous avions si longtemps soupiré, apres avoir été en chemin trente six jours, depuis notre depart de Rosette. Et pour récompenser par quelques jours de repos, les ennuys d’un si long voyage, je me determinay de quitter la Saique, et d’attendre en ce lieu une autre commodité pour continuër mon voyage de C[onstantinop]le. Pendant que nous donnames fond dans le port, et que les barques de la ville venoient à notre Saique, pour apprendre de nous des nouvelles, le bruit s’etoit repandu par la ville qu’il etoit arrivé un Franc de qualité, qui vouloit demeurer quelques jours dans l’Isle. La chose la plus importante, pour bien continuer mon voyage etoit de l’achever incognito, comme je l’avois commencé. Je sçavoit combien il etoit important, d’eviter autant qu’il me seroit possible la frequentation d’une certaine sorte de gens, qui semblent n’avoir point d’autre occupation au monde, que la curiosité. Si tost que vous êtes arrivé dans quelque ville, ou dans quelque port, ils sont des premiers à vous saluër, et apres ils vous rendent des visites si frequentes, que vous en êtes importuné. [14v] Et ce qui est de plus dangereux, c’est que sous le pretext de ces civilités, ils decouvrent avec une adresse merveilleuse tous vos desseins, dont apres vous recevez tres souvent bien du deplaisir. En entrant dans le logis, que j’avois fait retenir pour moy, je trouvay deja deux de ces Messieurs, qui m’y attendoient à dessein de me feliciter sur mon arrivée, mais sçachant où ces visites aboutissoient, je ne leur donnai pas occasion d’y revenir une seconde fois, et par là je me debarassai de beaucoup des visites importunes. 61 62 63 64

Καραβοκύρης, captain. Wansleben may have had in mind Giuseppe Giustiniani-Fornetto ‘sopranommato (per burla però) il cavalliero corsaro’ (TiL, p. 424), but there were numerous other examples. The last paragraph of the previous page is deleted. To it is added the sentence: Il s’y etoit marié depuis peu. Fol. 14r–v is pasted onto fol. 13v. In margin.

50

The Turkish Journal

figure 6

Chios Island and port, Greece, 17th century Museo Navale, Pegli, Italy

Don Giorgio Fatio65 A Chio je fis connoissance [13v] avec un pretre, nommé Don Giorgio Fatio, qui accomplissoit la cure de premier Chantre de l’Eglise de l’Evêque Latin66. Il etoit Genois d’origine, et tres-honneste homme. Et comme tous ceux de Chio sont naturellem[en]t bons Musiciens, et comme celui cy etoit non seulem[en]t natif de cette Isle, mais encore premier Chantre de l’Eglise principale de la ville67, je vous laisse à juger si il excelloit en cette science, et si sa compagnie étoit agreable. Je pris ce prêtre pour mon domestique et ensemble pour

65 66

67

In margin. Giorgio Fatio, who was born in about 1630, appears as a member of the local Roman Catholic clergy in the report dated 1667 by the apostolic vicar Giuseppe Sebastiani: ‘Giorgio Fatio, anni 37, virtuoso e buon cantore’ (Giorgio Hofmann, S.J., Vescovadi cattolici della Grecia. I. Chios (Rome, 1934), p. 96). The Catholic cathedral was also known as the Church of the Nativity and as S. Maria di Trave (Hoffman, Vescovadi, p. 15). The Latin bishop at the time was Andrea Soffiano (1590–1679), once bishop of Santorini and in office in Chios from 1642 to 1679 (Slot, pp. 145, 171).

The Turkish Journal

51

mon Truchement68, ne sçachant pas alors ni les langues ni les coûtumes de ce pays là. Neamoni et les villages du mastic Le 4 Decembre, qui fut un Lundy, je partis en compagnie de cet ami, et de[s] plusieurs autres Messieurs, pour Neamoni69, qui est un Illustre Monastere de Grecs, pour voir ce beau lieu, et ensuite quelques uns des villages du Mastic. Et ayans fait provision de tout ce qui nous etoit necessaire pour nôtre voyage, et principalement de ce qu’on ne pouvoit pas trouver dans les villages, nous partîmes de Chio, et nous arrivâmes sur le midy à ce Monastere, qui n’est eloigné de la ville que de [15r] cinq milles. Je vous en donneray une description tres-exacte aussi bien que de son Eglise dans l’Histoire de cette Isle, qui est jointe à la fin de ce Journal70. Etant arrivé au Monastere, je fis saluër l’Igumene71, ou Prieur, lui fesant dire, que la devotion de voir l’image miraculeuse de la Ste Vierge, et leur prétieuses reliques m’avoient porté, à les venir visiter, je le priai de me faire la grace de me les faire voir. Le superieur donna ordre au frere, qui a soin de recevoir les etrangers qui y arrivent, de nous conduire à la chambre des hôtes, et nous pria d’avoir patience jusqu’au lendemain, et qu’alors on nous les montreroit quand nous serions à jeun. Ce logis etoit fort commode. Il regardoit sur la place où est l’Eglise, et etoit assez bien garnie de meubles, et de toutes les autres choses necessaires pour la commodité des voyageurs. Un moment apres que nous y fûmes, le même Igumene vint encore, accompagné d’un autre Religieux, pour nous saluër, et nous porter72 un petit regal de la part de la communauté, pour nous témoigner leur joye de notre bien venuë. Le present etoit d’un boccal d’excellent vin rouge, d’environ de deux ocques73, un plat de figues seiches, et d’amandes, trois pains benits qu’ils appelent Cumúlia74, qui pourtant etoient fort75 noirs, et une 68 69 70 71 72 73 74 75

Interpreter or dragoman. The Greek Orthodox monastery of Nea Moni was founded shortly before 1042. See Charalambos Bouras, Nea Moni on Chios. History and Architecture (Athens, 1982), pp. 21–28. Wansleben refers frequently to this history of Chios, but it seems to have disappeared. Ήγούμενος, prior or abbot. In margin: Present que les Religieux de Neamoni me firent. The value of the oke (French ‘ocque’, Turkish ‘okka’) varied in the pre-modern period, but in the nineteenth century it came to correspond to 1.282 kg or 400 drams. Later passages in the journal suggest that it corresponded to about 5 French livres or pounds. See below. Κουμούλια, the term also used for a sort of cheese pie. In margin: Cumúlia.

52

The Turkish Journal

chandelle de cire d’environ un quart de livre, et apres nous etre un peu reposés, nous allâmes faire un tour par le Monastere, en attendant le soupper. Recherche des oeuvres de S. Denis76 Et parce que certains voyageurs avoient rapporté à Paris qu’il y avoit dans la Bibliotheque de ce Monastere l’original des Oeuvres de S. Denis l’Areopagite77, je n’obmis rien pour en apprendre la verité du prieur, mais il me dit qu’il ne se souvenoit point d’en avoir entendu parler. Je le fis prier aussi, de me faire la grace, que je pûsse voir [15v] leur Bibliotheque, et il me dit qu’il ne pouvoit pas me contenter en cela, à cause que leurs Ecritures, et leurs pieces de consequence étoient enfermées dans leur Tour, dans la quelle il ne pouvoit pas entrer seul, sans avoir auparavant fait appeler par le son de la Cloche, tous les Religieux pour y etre presents, et que cela ne se fesoit que deux fois l’année. Il ajouta encore, que pour cette même raison il n’avoit pas pû rendre service à Mr de Nointel, Amb[assadeu]re de sa M[ajes]té tres-Chretienne à C[onstantinop]le, qui avoit eté par là peu de jours auparavant78, et qui lui avoit fait la même instance. Et en verité je ne m’attendois pas à cette réponce. Le lendemain avant le jour j’allay entendre la Messe, la quelle étant achevée, environ à trois heures du jour, l’Igumene, habillé en pretre celebrant, et ayant fait allumer plusieurs chandelles, me montra leurs Reliques, qui etoient le pouce entier, et bien conservé de la main droite de S. Jean Baptiste, la tête de S. Euthymius79, un grand morceau de la venerable croix de N[otre] S[eigneu]r, la crosse de S. Nicolas, Evêque de Mire80, et plusieurs autres de moindre consequence. Il nous montra encore le tronc de l’arbre, sur le quel on a trouvé l’image miraculeuse de la S[ain]te Vierge. Ce tronc est derriere l’autel, et en 76 77

78 79 80

In margin. Wansleben’s instructions issued by Carcavy included the following paragraph: ‘On l’advertit aussy qu’on a sçeu par des relations véritables qu’au Mont Athos il y a plusieurs bons livres, comme pareillement à Niamonny, dans l’isle de Chio, où sont les oeuvres de St Denys’ (Omont, vol. 1, p. 59). Wansleben told Carcavy that he had indeed come across a privately owned manuscript of Dionysius, for which the owner was asking 200 scudi, as well as the works of St John Chrysostom, but that he did not have enough money to buy them (Omont, vol. 1, p. 134). Many mystical works of the fourth century were wrongly attributed to Dionysius the Areopagite and were the subject of endless controversies in the seventeenth century. For a thorough discussion of French approaches to ‘St Denis’ see Jean-Marie Le Gall, Le mythe de Saint Denis entre Renaissance et Révolution (Seyssel, 2007), pp. 57–183, 230–523. Judging from Wansleben’s account Nointel left Chios for Naxos about 10 November. See also Omont, vol. 1, p. 131. The Palestinian St Euthymius the Great (377–473). St Nicholas, bishop of Myra (270–343).

The Turkish Journal

53

la même place, où il étoit alors que ce lieu étoit encore un boccage, et avant que l’Eglise y fut batie. Et apres l’avoir remercié de cette faveur, je laissay en honneur des Reliques deux Sequins de Venise. Je donnay aussi un sequin pour les chandelles, et pour la Madonne une piece de trente souls81. Et ensuite l’Igumene nous donna quelques filets de cotton, trempés dans l’huyle de la lampe, qui brule devant l’image de la Sainte Vierge [16r] qu’ils nomment un baume, et qu’ils enferment dans des petites cannes, ce qui est la relique que les Religieux donnent aux etrangers qui viennent la visiter. Etant sortis de l’eglise, je fis faire des nouvelles instances au Prieur pour me faire voir leur Bibliotheque82, et soit que le jour precedent il n’eut pas entendu mon truchement, ou que ma generosité de ce matin l’eût gagné, il me conduisit dans une grande chambre, pleine de Manuscrits Grecs, me donnant la permission de les voir, et de les examiner tous. J’en feuilletay une grande partie, mais je ne trouvai pas celui que je cherchois, de sorte que ne voulant pas faire attendre davantage le Prieur, et les Religieux qui etoient avec lui, je sortis en recommandant les soins de le chercher plus à loisir au Sacristain, à cause que je voyois qu’il temoignoit plus d’empressement qu’aucun autre, pour me donner satisfaction, et je lui promis une honnête récompence de ses peines, en cas qu’il trouvât ce manuscrit, et qu’il me donnât des nouvelles, mais quelque recherche qu’il fît, il ne put le trouver. Etant sortis de la Bibliothèque, l’Igumene me pria de déjeuner avec lui dans sa Chambre, et il me traitta, et toute la compagnie, fort honnêtem[en]t. Etant sortis de chez lui, le Sacristain me fit le même honneur, et je connus d’abord qu’il etoit plus curieux en bons vins que son prieur, car celui dont il nous regala, etoit du meilleur du monde. Il le surpassa aussi en liberalité, car il me fit present d’une douzaine de Melopitas83, ou Rayons de miel, qui étoient [16v] tres-exquis. Et ayant contenté genereusem[en]t ceux, auxquels j’etois redevable, nous partîmes du Monastere à midy, et de là nous commençâmes notre promenade aux villages du Mastic. Vessa84 Le premier village que nous rencontrâmes etoit Vessa, où il y a des arbres qui produisent cette gomme. Nous nous y arrêtâmes pour y passer la nuit. 81 82 83 84

See below, Appendix 4. For the library and the visits by Wansleben and other travellers see Bouras, Nea Moni, pp. 39, 180. A catalogue was compiled by Michel Fourmont in 1729 when the library contained some 135 volumes. Μηλόπιττα, can now mean apple pie, but ‘rayons de miel’ are honeycombs. In margin.

54

The Turkish Journal

Et parce que les gens de Chio sont extremem[en]t civils aux etrangers, je ne pus empêcher, que tout le village ne me fit l’honneur de faire un bal cette nuict là, à la clarté des flambeaux, dans la place qui étoit devant la maison en la quelle j’etois logé, pour nous temoigner la joye qu’ils avoient, de voir chez eux un Franc qui étoit venu de si loin, pour voir les curiosités de leur pays, et pour me faire part aussi de leurs divertissements et leur maniere de danser. Elata85 Le lendemain 6 du mois, etant partis de Vessa, nous passâmes par Elata, où il a aussi des arbres de Mastic, mais le village est tres-pauvre, et il y a tres-peu d’habitans, à proportion des autres. Il y croit pourtant de tres-excellent vin rouge, et blanc. Il y a encore cela de particulier, qu’il est le seul, dans le quel on a la methode d’apprivoiser les perdrix, dont je donneray ample recit lors que je parlerai de mon second voyage, fait en 1674 dans cette même Isle86. Pirghì87 Ayant pris nôtre refection dans ce village, nous allâmes à Pirghì, qui est une des plus grandes, et des plus belles bourgades, qui soit dans toute l’Isle, et dans la quelle on recueille le plus de Mastic, et pendant que nous nous y reposâmes, le Protopapas88, ou Archipretre à la tête de tout le Clergé du lieu, vint nous saluër, et ce pendant presque tous les habitans du bourg s’etoient assemblés devant la maison où nous étions logés, pour voir [17r] le Franc qui y etoit arrivé. Dans ce bourg on fait un vin rouge qui est excellent, mais d’une couleur fort chargée. Ils le conservent dans des grandes jarres, ou vases de terre, mises par ordre dans la terre jusqu’au haut. Ils sont poissés en dedans, de maniere que le vin en prend un goust aromatique, et tout à fait agreable, pour ceux qui y sont accoûtumés. Les jarres tien[n]ent les unes plus, les autres moins. J’en ai veu quelques unes, qui tenoient jusqu’à quinze cens ocques. Ils en tirent le vin, ou avec des seaux, ou avec89 des Siphons, qui sont de certains pots de terre, faits en pain de sucre, qui tiennent justement la mesure d’une ocque. Ces pots ont à la pointe un trou, de la grandeur d’un gros poix. D’un côté ils ont une anse pour les tenir, et de l’autre une petite trompe, ou bec, qui va du haut en bas, et dont le passage répond aussi dans le pot, et quand ils veulent remplir de vin ces pots, 85 86 87 88 89

In margin. See below, pp. 156–158, 160, for both the partridges and the mastic harvest. In margin. Πρωτόπαππας, archpriest. In margin: Siphons.

The Turkish Journal

55

ils fichent dans ce bec un gros roseau, et qui est long à proportion que la jarre dont ils veulent tirer ce vin, est vuide ou pleine, et, l’ayant enfoncé dans le vin, ils attirent l’air avec la bouche, par le petit trou qu’est à la pointe du pot, et ainsi ils le remplissent, et le vuident apres par ce même petit trou, s’il en est besoin, dans un autre vaisseau ou bouteille, reitirant cette action autant de fois, qu’ils en veulent tirer du vin. J’y ay encore remarqué une autre chose, qui me semble digne d’être remarquée, car je ne l’ay point veu pratiquer ailleurs. C’est que les femmes et filles filent le cotton en tournant le fuseau avec leurs pieds, et etant assies sur la terre, ce qu’elles font avec une adresse merveilleuse. Armolia90 Apres nous être un peu rafraîchis en ce lieu, nous prîmes le chemin d’Armolia, [17v] qui est un autre petit bourg du Mastic, et le seul lieu où on fait les vases de terre, et les cruches, et les pots à l’eau dont on se sert dans toute l’Isle. Et ayant veu la maniere dont ils les font, nous nous en allâmes à Tholopotami, laissant à notre gauche sur une haute montagne un vieux château ruiné, nommé Apolichno91, dont je parleray dans un autre endroit de ce journal92, et à une heure du soir nous arrivâmes en ce village de Tholopotami, apres avoir fait ce jour là un chemin de quarante milles. Tholopotami93 Le Protopapas ou Archiprêtre, ayant eu la nouvelle de notre arrivée, fit sonner la cloche de son Eglise, pour avertir les gens qu’il y etoit arrivé un etranger de qualité, et nonobstant qu’il etoit deja tard, il vint à la tête de tout son Clergé et des principaux du bourg pour nous saluër, et nous temoigner leur joye, de ce que nous étions passés chez eux. Je les priai à souper avec moy, et apres le souper les gens du lieu, qui étoient tous assemblés devant nostre logis, pour voir le Franc qui etoit arrivé, nous firent un fort agreable bal, passans presque toute la nuit en réjouissance.

90 91 92 93

In margin. The fortress of Armólia or Apoligno. See Piero Spagnesi, Chios Medioevale. Storia architettonica di un’isola della Grecia Bizantina (Rome, 2008), pp. 45, 47. See below, p. 155. In margin.

56

The Turkish Journal

Le lendemain matin nous en partîmes, pour aller à la ville, et en chemin fesant nous vîmes la Tour de Muhardar Pacha94, qui est tres-belle, et dont les jardins son[t] tres-agreables. C’est dans ces jardins qu’on a trouvé depuis peu une pêche qui pesoit cent quarante sept dragmes, qui font …95 et une pommme grenade qui pesoit une ocque et demie. Il y a aussi une fontaine dont les eaux sont tres-claires et fraiches par exces, et à midy nous revinmes à la ville, apres avoir été en campagne quatre jours. Hormis les chemins, qui etoient incommodes, à cause que c’etoit la partie montagneuse de l’Isle, que nous avions parcouruë, nous y passâmes nôtre temps fort agreablement. Nos Messieurs avoient apporté des fusils pour se divertir pendant le jour à la chasse, et des citharres pour se resjouir [18r] la nuict par la Musique. On avoit fait aussi venir avec nous un habile chasseur, afin de nous apporter tous les soirs du gibbier, partout où nous passâmes. Le monde venoit en foule à la maison où nous etions logés, ou ils nous attendoient dans les ruës par où on devoit passer, pour voir le Franc qui etoit venu des pays si eloignés, entre les quels les uns nous apportoient des figues, les autres un plat d’amandes, ou des rayons de miel, et d’autres semblables fruits du pays, qui à mon egard pouvoient passer pour des raretés. Et apres leur avoir donné quelque petite reconnoissance, ils nous accompagnoient de mille benedictions. Dans les villages il y a encore cela de commode, qu’on peut s’y divertir sans aucune apprehension d’être incommodés des Turcs, car il n’y en habitent point du tout, et les Grecs qui y demeurent, sont d’une humeur la plus agreable du monde. Il faut même que je vous die la follie de nôtre trouppe. Ils menoient avec eux deux paysans, dont l’un étoit un fiffre, pour jouër dévant la trouppe, toute{s} le{s} fois que nous devions passer par quelque Cazal, et l’autre pour porter de village en village du vin, avec quelques verres à la main, et quelques perdrix roties dans un panier pour boire le petit coup de temps en temps sur le chemin. Et je vous laisse deviner nos plaisirs. Assurem[en]t jamais voyage ne fut plus divertissant que celuy là. La joye, et la bonne cher y regnoient par tout. [106v]96 A mon retour à la ville, le Sieur Francesco Justinien, le plus ancien de toute cette noble famille97, ayant appris pendant que j’etois aux champs, que 94 95 96 97

Mühürdar Paşa, the governor of the island, known to have fled from Chios on account of the plague in 1671. See Yaron Ayalon, Natural Disasters in the Ottoman Empire: Plague, Famine, and other Misfortunes (Cambridge, 2015), p. 145. Left blank. From here on the text is repeated in the fair copy. The Giustiniani family had been entrusted by the government of Genoa in the late 1340s with the commercial administration of Chios. The venture, in which various Genoese

The Turkish Journal

57

j’avois une lettre de recommendation pour lui, de son fils Joseph, qui je rencontray à Rosette, lors que j’en partis, me prevint par sa civilité, et se rendit à mon logis, avec son fils aisné, le Sr Thomas, et avec son cousin le Sire Joseph98, pour m’offrir leur service, et leur amitié, ce qu’ils firent de la maniere du monde la plus obligeante. L’Isle de Chio, ou plustost sa ville, etant une des sept, qui pretendent avoir donné naissance à l’Illustre Poëte Homere, selon le distique qui dit : Septem urbes certant de stirpe insignis Homeri Smirna, Rhodos, Colophon, Salamin, Chios, Argos, Athenae Elle montre encore aujourdhui un lieu que l’on nomme l’Ecole d’Homere, comme une preuve incontestable de l’avantage dont elle se vante. Le 12 Decembre j’allay à cheval, en la compagnie de plusieurs Messieurs voir cette antiquité, qui n’est eloignée de la ville que de deux milles, en tirant vers le nort, et tout proche de la mer. Ecole d’Homere99 Cette Ecole n’est autre chose qu’un grand rocher100, tout proche d’une haute montagne, à la quelle il etoit autrefois joint101. Sur la surface de ce rocher, qui semble avoir eté applani par artifice, il y a un banc tout autour de la hauteur d’un pied et demy102, et dans le milieu il y a aussi une pierre quarrée de la même hauteur, et largeur, avec un Lion gravé en bosse à chaque coté103. Les bancs, à ce que disent les gens de l’Isle, servoient aux écoliers pour s’y asseoir, et pour ecouter leur maitre, et la pierre du milieu lui servoit de chaire. [107r] Le tout est taillé dans le rocher même, et lui est attaché. Mais tout y est maintenant tellement défiguré, qu’on a de la peine à y remarquer distinctem[en]t aucune

98 99 100 101 102 103

families were involved but which was headed by the Giustiniani, became known in 1362 as the Maona of Chios. The Giustiniani were the virtual rulers of the island until it fell to the Ottomans in 1566. See Karl Hopf, Les Giustiniani dynastes de Chios. Etude historique (Paris, 1888), pp. 37–174. Probably Giuseppe Giustiniani-Fornetto (1640–1703). For a genealogy see https://www.geni .com/people/Giuseppe-Giustiniani-Fornetto/6000000033857390537. In margin. Deleted: et fort mal bati rocher dans la campagne. Deleted: et maintenant détaché. Deleted: de deux pieds. The remains of the ‘school’, described by numerous Western visitors, are illustrated by Pococke, p. 6, pl. 37.

58

The Turkish Journal

chose, parce que ceux qui vont voir cette antiquité, en rompent des morceaux qu’ils emportent pour satisfaire leur curiosité. En revenant vers la ville, le Sieur Pierre Justinien104 donna un disner magnifique à toute nôtre trouppe, dans son jardin, qui est de ce même côté de la ville. Il y avoit alors quelques jours, que les nouvelles etoient arrrivées à Chio, que Sa M[ajes]tè tres-Chretienne avoit pris sur les Hollandois105 la ville de Mastrich106, et remarquant que toute la ville en temoignoit de la joie, je priai l’Evêque107 de faire chanter dans son Eglise de la Travena108, une Messe Solennelle109, et d’y faire assister tout le Clergé, en action de grâces à Dieu, de ce qu’il avoit jusqu’alors110 favori les armes de Sa M[ajes]té, et afin que tout cela se passast avec plus de solennité, il publia le jour qu’on la devoit dire des le Dimanche precedent. Ce fut le 13 du mois de Decembre, un Mercredy, et le jour de Sainte Lucie, qu’on la chanta, avec le Pseaume Exaudiat111, et l’oraison pro Rege112 à la fin. L’Evêque y assista en personne. Mr Balzarini son Coadjuteur n’y vint point, à cause que ces deux Eveques ont toujours quelque petit démêlé entr’eux. Le Grand Vicaire dit la messe à la quelle tout le Clergé composé de 22 prestres, assista113. Un grand nombre de Messieurs et de Dames, suivis d’une grande foule de peuple y assisterent, cette ville ayant toujours témoigné beaucoup d’inclination pour

104 Pietro Giustiniani-Recanelli (1630–1698) (https://www.geni.com/people/Pietro-Giustiniani -Recanelli/6000000034255925332). 105 In margin: Mastrich fut prise en treize jours d’une tranchée qui avoit eté ouverte le 17 Juin 1673. 106 The Siege of Maastricht occurred in June 1673. The town was occupied by the French until 1678. 107 Andrea Soffiano. 108 The cathedral was also known as S. Maria di Trave, hence the name Travenna. 109 Some weeks earlier the French ambassador, Nointel, had also had a mass celebrated in Chios, this time by the Capuchins, to celebrate the fall of Maastricht. It is described by two of the men who accompanied the ambassador on his pilgrimage to Jerusalem, Cornelio Magni and Antoine Des Barres. See Magni, vol. 2, pp. 94–95; Antoine Des Barres, L’Estat present de l’Archipel (Paris, 1678), pt. 1, pp. 113–124. Cf. Vandal, p. 119. 110 Deleted: à present si benignem[en]t. 111 Psalm 20 (19). 112 In the rough copy, fol. 19r. Christianiss[imo] is added. For Balsarini see n. 127. 113 Deleted: le quel se monte au nombre de vingt deux prêtres, qui pourtant n’ont aucun revenü de l’Eglise, hormis l’aumône pour la messe, qui monte à deux aspres et demy, ou à … monnoye de France. Et ce fut alors que Don Giorgio fit entendre sa belle voix.

The Turkish Journal

59

la France. Ils ne souhaitoient pas mieux que d’être sous sa protection114. La solennité etant achevée, j’allay remercier l’Evêque, laissant dix écus pour lui et pour son Clergé, entre les mains du Sacristain, dont on me temoigna d’etre fort content. [107v] La journée etoit trop bien commencée pour ne pas l’achever de même. La rigueur de l’hyver, qui regnoit alors, demandoit d’etre souvent adoucie par quelque sorte de recreation. Il y avoit deja quelque temps que je meditois de faire un regal à tous mes amis. C’etoit une justice que je leur devois, ayant eté regalé en particulier de presque tous les principaux de la ville. Je ne trouvai point de jour plus propre pour ce dessein, que celui cy, qui pouvoit passer pour une fête solemnelle dans cette ville115. Je priai donc Messieurs les Justiniens, avec une partie du Clergé, qui avoit assisté à la solennité116, de me faire l’honneur de venir souper avec moy117, et ce repas fut fait avec beaucoup d’honneur et de satisfaction de tous les conviés. Le 27. Decembre, il arriva au port huit Vaisseaux de guerre de Tunis, pour porter à C[onstantino]ple le present accoutumé que cette ville est obligée d’envoier tous les ans au G[rand] S[eigneur]. Je n’eus pas alors la pensée de m’informer en quoi ce present consistoit. Cependant comme les corsaires Turcs sont fort insolents, et qu’en particulier ils prennent plaisir de faire des insultes aux Francs quand ils les rencontrent par les ruës, le Consul françois118 eut la bonté de m’avertir de ne point sortir de mon logis, tandis qu’ils seroient dans le port, de peur qu’il ne m’arrivât quelque disgrâce. Vous verrez dans la suite de ce journal les insolences qu’ils font aux Francs, lors que ces Corsaires sont dans quelque port119. Mon dessein n’etoit au commencem[en]t que de demeurer seulement quelques jours dans Chio, pour me délaisser un peu des fatigues du voyage, et pour prendre un peu l’air de ce nouveau climat. Mais quand on est dans une Isle, on dépend du temps et du vent [108r] pour en sortir, et tandis qu’il n’est pas favorable, vous ne sçauriez vous mettre en mer. Il faut de plus, si le vent est bon, et s’il se presente quelque commodité pour vous porter à l’endroit où vous desirez d’aller, que cette commodité soit propre pour vous, afin que vous 114 This sentence is missing in the fair copy, fol. 107r. 115 Deleted: auquel tous les habitans de la ville avoient offert leurs prieres pour la prosperité de Sa M[ajes]té tres-Chrestienne. 116 Deleted: et plusieurs autres de mes amis. 117 Deleted: et y étans venus, je les traitai le mieux qu’il me fut possible. 118 Antonio Rendi or Antoine Rendy. See below, n. 574. 119 See below, pp. 84–85.

60

The Turkish Journal

n’y soiez point en danger. Car un homme de prudence ne doit pas se hazarder legerem[en]t. Il y a cela d’incommode durant l’hyver dans l’Isle de Chio, que d’ordinaire il n’y regne que deux sortes de vent, l’un est celui de midy, et l’autre celui du nord. Le vent du midy est celui qui peut porter à C[onstantino]ple, mais quand il souffle, il excite presque toujours de si grands orages, que ceux qui s’en trouvent surpris en mer, voudroient pour toutes choses être encore au lieu d’où ils sont partis. Et si le vent du nord souffle, il est entierement contraire pour aller à C[onstantino]ple. De sorte qu’ayant eu le malheur, pendant que j’etois dans cette Isle, que le temps avoit toujours été de cette sorte, ma patience etoit traversée de mille peines, et de mille inquietudes, et je fus obligé d’y passer les fêtes de Noël contre mon dessein, et le bien de mes affaires. Les fêtes étans passées, je resolus de poursuivre mon voyage de C[onstantino]ple, et quoi que mes amis me priassent, de ne point me mettre encore en chemin, parce que nous étions au coeur de l’hyver, et que tout au moins je voulussse attendre que les eaux fussent baptizées, ce qui est une Ceremonie que les Grecs font dans leurs Eglises, la nuict de l’Epiphanie, apres la quelle ils disent, que la mer n’est plus si agitée, ni les tempêtes si frequentes, neanmoins mes affaires ne me permirent pas de m’y arrêter d’avantage. Ainsi mes amis, voyans l’impossibilité d’obtenir de moy, ce qu’ils souhaitoient, me trouverent une petite barque à huit rames, n’y ayant pour lors aucune autre commodité plus propre dans [108v] le port, la quelle etoit chargée de limons120, pour les porter à C[onstantino]ple, car il n’y en a point du tout dans cette ville là. Etant donc convenu avec le Maître de lui donner huict reaux d’Espagne121 pour mon passage, je leur dis à Dieu à ces Messieurs122, et je m’embarquai le 2 Janvier, 1674. apres midy. Mais nous n’avions pas encore perdu de veuë le port de Chio, que le ciel commença à se charger de nuages, et le maître, prevoyant la tempête qui devoit venir, tacha de gagner de bon heure S. Jean Tholos, ou S. Jean le Theologien, qui est un port propre pour les petites barques, dans la même Isle, à douze milles de la ville. Ce port est ainsi nommé à cause d’une petite chapelle des Grecs dediée à ce saint, laquelle est au fond du même port123. 120 121 122 123

Lemons, rather than limes. See below, Appendix 4. Deleted: à qui j’etois redevable d’un si favorable traictement, que j’avois receu d’eux. Agios Ioánnis Theológos in Kéros, Agios Ioánnis o Thólos [‘Theológos’ corrupted to ‘Thólos’], or simply Thólos, near Sykiada; see Nikos Mitsis, Χίος. Το λιμάνι της πόλης και

The Turkish Journal

61

Et en verité nous pouvions compter pour un grand bon heur d’avoir pû gaigner ce port, car à une heure de nuict, il se leva une tramontane si terrible, accompagnée de greles, et de deluges si excessifs, qu’on croyoit que nous etions arrivés à la fin du monde. A minuit le vent dechira en cent pieces la voile qui couvroit notre barque, et qui etoit attachée à la barque même en plusieurs endroits, l’emportant dans la mer. Ce desordre fit que nous demeurâmes plus de deux heures à decouvert, et jusqu’à ce que les mariniers pussent en trouver une autre, et la mettre en la place de celle qui avoit eté enlevée. En cet etat je pensois mourir de froid, mes habits et mes couvertures etans mouïllées, et moy même jusqu’à la chemise. Voyant donc le danger, et l’incommodité qu’il y avoit sur cette petite barque, je resolus de la quitter aussi tost que la tempête seroit passée, la quelle ayant duré un jour et deux nuicts, et le temps se remettant au beau, je m’en retournai à la ville,[109r] à mon premier logis, où tous mes amis me vinrent trouver, temoignant de la joye de me voir de retour chez eux, en bonne santé. Mais ils furent fort surpris, quand ils entendirent, que j’avois fait ce voyage à jeun, à pied, sans compagnie, sans guide, dans une tramontane la plus perçante du monde, et tantost par des montagnes, tantost par des vallons, où il n’y avoit que des broussailles, et des cailloux, et que pourtant il ne m’etoit arrivé nul autre mal qu’une petite blessure aux pieds, qui m’avoit été causée par les botines à la Turque, dont j’étois chaussé. Le lendemain je fis revenir aussi mes hardes, payant au maître de la barque deux écus et demy, qui etoit la troisième partie du nolis124, ou salaire, dont nous étions convenus, pour ne pas lui donner occasion de se plaindre de moy, de ce que je quittois sa barque125, et je laissai ma provision aux mariniers, avec un baril de quatre vingt ocques de bon vin, ce qui leur fit plaisir. Travena126 Le 6 Janvier, jour de la fête de l’Epiphanie de N[otre] S[eigneur] un nouveau prêtre devant dire sa premiere Messe, dans la Travena, qui est l’Eglise de l’Evêque du lieu, il arriva que Mon[seigneu]r Balzarini, Evêque de Philadelphie, τα άλλα αγκυροβόλια του Νομού (Chios, 1998), pp. 94 (map), 105. See also https://mapio .net/pic/p-26256452/ (the anchorage of the present church of Agios Ioánnis Theológos). 124 The rent of a boat. For the etymology see https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire /definition/nolis. Cf. Jong-Kuk Nam, Le commerce du coton en Méditerranée à la fin du Moyen Age (Leiden, 2007), p. 273. 125 Deleted: et aux mariniers. 126 In margin.

62

The Turkish Journal

et Coadjuteur de l’Evêque127, s’y voulant trouver, l’Evêque128 lui fit dire, qu’il souhaitoit qu’il sortît du choeur, à cause, comme il disoit, qu’il n’y avoit pas assez de place pour y mettre deux chaises, l’une pour lui, et l’autre pour le nouveau prêtre, le choeur etant un peu étroit. Mais le Coadjuteur lui ayant répondu, qu’on defendoit l’Eglise aux excommuniés, et aux femmes de mauvaise vie, et non pas aux Evêques, et aux Prelats, comme lui, l’Evêque, se picquant de cette réponce, lui envoya son neveu, qui etoit prêtre dans cette même Eglise, pour lui ôter le prie Dieu, sur le quel il étoit à genoux, et le Coadjuteur [109v] ne se retirant point du Choeur, pour cet affront, l’Evêque defendit au nouveau prêtre de dire la Messe ce jour là. Mais parceque cette querelle, et ces affronts qu’un Evêque fesoit à l’autre dans l’Eglise, et dans un jour de grande solennité, causoient un tres-grand scandale aux Chrêtiens de l’une, et de l’autre Communion, qui y etoient en foule129, et etoit même fort prejudiciable au nouveau prêtre, qui pour cela courroit risque de perdre une aumône de cent cinquante écus, cette partie du Clergé, qui tenoit pour le Coadjuteur, avec Messieurs les Deputés de la ville, s’entremirent pour detourner l’Evêque de son procedé capricieux, mais plus il le prierent, plus il s’obstina, jusqu’à leur dire, qu’il aimeroit mieux donner lui même au nouveau prêtre deux cens écus, que de voir son Coadjuteur dans le Choeur contre sa volonté. Non obstant cette dureté, ces Messieurs continuans leurs instances aupres de lui, ils obtinrent à la fin, qu’il permît au nouveau prêtre de dire sa Messe, dans une chapelle, et sans chant, ce qu’il fit, mais il ne receut que cent dix écus, à cause que l’heure de midy etoit deja passée, et qu’une grande partie de ses amis s’etoient déja retirée. Ce que je viens de dire des aumônes qu’un nouveau prêtre reçoit à sa premiere Messe, me donne occasion de remarquer icy quelques coûtumes qu’on prattique dans cette ville, à cette solennité, les quelles me paroissent assez curieuses, dont l’une est, que le nouveau prêtre choisit pour ses assistans un homme et une femme, ou fille, qu’il nomme son compere, et sa commere, et que ce compere, et cette commere sont obligés à l’offertoire de luy faire un present en argent comptant, qui est rarem[en]t moins de six, ou de huit sequins de 127 Leonardo Balsarini (c.1636–1699), appointed coadjutor bishop of Chios and titular bishop of Philadelphia in 1668 and bishop of Chios in 1680. See Philip P. Argenti, The Religious Minorities of Chios. Jews and Roman Catholics (Cambridge, 1970), pp. 293–294, 535. 128 Andrea Soffiano. 129 Cf. Cesare Santus, Trasgressioni necessarie: communicatio in sacris, coesistenza e conflitti tra le comunità cristiane orientali (Levante e Impero ottomano, XVII–XVIII secolo) (Rome, 2019), pp. 219–223 for the sharing of churches.

The Turkish Journal

63

Venise. La seconde est, qu’outre ce compere, et cette commere, il convie encore tous ses autres amis, chacun des quels lui fait encore un [110r] present, pour le moins d’un écu. La troisième est, qu’à l’offertoire, quand le compere, et la commere font leur offrande, quelques uns de ses amis ont soin de laisser voler par l’Eglise plusieurs paires de pigeons, et autres plus petits oiseaux, propres à manger. Mais je n’ay pû sçavoir ce que cette ceremonie signifie. Celui qui peut prendre quelqu’un de ces oiseaux s’en saisit, et le porte en sa maison, ce qui pourtant ne se fait point sans un grand bruit, et tres-indecent dans une eglise. Coëffures des dames de Chio130 C’est dans une semblable solennité, qu’on voit paroître les belles Dames et Demoiselles de Chio, dans leurs habits magnifiques et dans leurs coëffures majestueuses, et ces coëffures étans d’une maniere tout-à-fait particuliere, et d’une dépence fort grande, chacune des plus belles montant jusqu’à quatre vingt ecus, aussi est-ce une des plus grandes curiosités que les étrangers affectent le plus de voir131. C’est à mon jugement le plus beau, et le plus magnifique ornement de tête, qu’une femme, qui se picque de magnificence, puisse porter, et je m’assure que si les dames de France, (qui aiment extremem[en]t le faste)132, avoient veu une de ces belles coëffures bien ajustée, elles auroient envie d’en suivre la mode, quoique les soins qu’il faut avoir pour les conserver, et la longueur du temps qu’il faut pour les mettre, pourroit peut-être leur donner de l’embarras, contraire à leur genie. Au reste hormis cette coëffure je n’ay rien trouvé dans tout leur habit, quoique tres-riche, et tres-pompeux, qui m’a paru avoir de l’agreement. Cependant le mauvais temps continuant toujours, je fus obligé de moderer mes chagrins, en me trouvant plus souvent qu’à l’ordinaire dans les compagnies, et dans les visites de mes amis.

130 In margin. 131 Numerous travellers commented on the beauty of the women of Chios (Philip Argenti and Stilopos Kyriakides, Η Χίος παρά τοις γεωγραφοις και τοις περιηγηταίς από του ογδόου μέχρι τοῦ εἰκοστού αιώνος (Athens, 1946), pp. 81–82, 146, 149, 165, 168, 200, 224, 248–249, 332). Pietro Della Valle, however, found their headdress singularly unbecoming. See Viaggi di Pietro Della Valle, il Pellegrino (Venice, 1664), p. 13. See Figure 7. 132 Deleted: et la nouveauté.

64

figure 7

The Turkish Journal

Chios, female headdress. Nicolas de Nicolay, Les navigations, after p. 52

The Turkish Journal

65

Limini Pierre Justinien133 Le 9 Janvier je m’en allay en la compagnie de mon ami, et de [110v] quelques autres Messieurs, à Limini, qui est une maison de campagne du Seig[neu]r Pierre Justinien. Ce Gentilhomme qui est la generosité, et l’honnêteté même, nous traitta pendant cinq jours avec une magnificence extraordinaire. Me servant de la commodité que j’avois pendant que j’etois dans cette maison, j’allai voir les autres Tours des Gentilshommes de Chio134, qui sont dans le voisinage de la sienne. J’allay à la grande et magnifique de Domenico Soffietti135, beau pere de Seig[neu]r Pierre ; à la belle et gallante de Franc[esc]o Domestico136 ; à la grande de Pandali Justiniani, appelée l’Abaye de Crina, et à celle des R[everends] P[eres] Jesuites137, et j’y reçeus par tout beaucoup d’honneur, et de marques de bienveillance. Tour de Vincenzo Fitili138 Le 16 Janvier je m’en allay de compagnie avec plusieurs Messieurs à la Tour de Messir Vincenzo Fitili139. C’est la plus belle maison de campagne entre toutes celles des Gentilshommes de Chio, et particulierem[en]t de celles qui sont dans cet endroit de l’Isle, qu’on nomme il campo140, ou le champ, et nous y passâmes cinq jours en recreations. Il n’y avoit que quelques mois, que Mr de Nointel y avoit aussi sejourné pendant trois jours.

133 In margin, fol. 110v. 134 For the Genoese towers of Chios, some of which still stand, see Spagnesi, Chios Medioevale, pp. 44–50. 135 Domenico Soffietti, born in 1608 (https://www.geni.com/people/Domenico-Soffietti/600 0000034162347492). He founded the chapel of St Dominic in the Church of S. Sebastiano of the Dominican convent in Chios. See Antonio Lembo, Croniche del convento di S. Domenico in Soriano (n.p., 1687), p. 33. 136 Francesco Domestico, born c.1597 (https://www.geni.com/people/Francesco-Domestico /6000000034119328847). 137 The Jesuits had first arrived in Chios in 1593 (Hoffman, Vescovadi, pp. 15, 17). 138 In margin. 139 Vincenzo Fitili, born in 1627 (https://www.geni.com/people/Vincenzo-Fitili/60000000 34197053256). 140 Kampos. See Fanny Aneroussi and Leonidas Mylonadis, The Kampos of Chios in its Heyday: Houses and Surroundings (Athens, 1992).

66

The Turkish Journal

Un jour entr’autres nous allâmes voir le Monastere de Mari Mina141, des Religieux Grecs. Il est le plus grand, et le plus beau Monastere, apres celui de Neamoni, dans toute l’Isle142. Il est distant de la ville d’environ une heure et demie. Monastere de Mari Mina143 Il est bâti sur le sommet d’une haute montagne, où il a une si belle, et si charmante veuë, que je n’en ay point remarqué une semblable dans tous mes voyages. Comme cette montagne est fort haute, et qu’elle a de tous les cotés [111r] la veuë libre sur quantité d’autres, dont les unes sont petites et les autres mediocres, et que toutes les côtes et les vallées des environs sont chargées, les unes de vignes, les autres d’oliviers, et plusieurs sont semées de bled, et que le tout est entremelé des belles bourgades, et de villages, cela joint à la veuë qui du coté gauche s’etend sur la mer, sur les Isles, et sur les ecueils qui y sont en quantité, fait un des plus agreables objets du monde. Comme tous les Monasteres de l’Isle sont faits d’une même façon, celui cy ne differe en rien quant à l’essentiel, de celui de Neamoni, hormis qu’il n’est pas si grand, ni si riche, ni si beau. Il y avoit quarante Religieux prêtres, et autant de Laiques. Il contient environ cent maisons pour le logement des Religieux. L’Eglise est petite, mais si jolliment peinte en dedans144, que c’est l’unique dans tout l’Archipel, que j’ay trouvé peinte d’une si jollie façon. Dans le monastere il n’y a point d’etude, et il n’y avoit pas un seul Manuscrit. Nous y restâmes pendant deux heures. Le Prieur nous combla d’honnêtetés, et nous ne pûmes jamais refuser la collation qu’il nous offrit. Sa bonne mine, l’excellence du vin dont il nous regala, joint à la charmante veuë de l’endroit où il nous mena, nous obligea à lui donner cette satisfaction145.

141 Agios Menas near Neochóri (Bouras, Nea Moni, p. 137). The monastery dates from the late sixteenth century. It is discussed in a dissertation for the Aristotle University of Thessalonica by Konstantinos G. Karatzas, Η ιστορία της Ιεράς Μονής των αγίων Μηνά, Βίκτωρος, και Βικεντίου της Χίου (Chios, 2007); http://ikee.lib.auth.gr/record/103178/files/gri-2008-1398.pdf (published in Chios in 2009). For Wansleben and his visit see p. 28. 142 Deleted: Il étoit distant de la Tour où nous etions, d’environ une heure de chemin, pour un homme de cheval. 143 In margin. 144 Deleted: et par de hors sous son portique. 145 Deleted in rough copy, fol. 23v: qui apres en descendant de la montagne, que les uns de notre trouppe en sentirent les effets, car il y en eut qui firent une partie du chemin sur leurs têtes.

The Turkish Journal

67

Neochóros146 En retournant à la nôtre Tour, nous passâmes par Neochóros147, qui est une fort belle bourgade, où j’observay entr’autre, que le sex y etoit tres-bien fait148. Nous nous y arretâmes environ une heure, et à deux heures de nuict nous fûmes de retour dans nôtre maison de campagne, d’où le lendemain nous reprîmes le chemin de la ville. Etant de retour à la ville, j’allay avec Don Giorgio voir [111v] tous les Monasteres des filles Grecques qui y sont. Il y en a huit en tout, qui se nomment S. Constantin, nôtre Dame la conduitrice, S. Isidore, S. Elia, S. George, S. Simon, S….149, et S. Jacques, qui est le plus grand et le plus beau. Tous ces Monasteres sont bâtis de la même maniere que ceux des hommes. Les Religieuses n’y vivent point en communauté, et elles ne sont point dans des dortoirs, non plus que les Religieux, chacune ayant son menage, et sa maison séparée, où elle demeure avec quelque parente, ou avec quelque amie, se nourrissant du travail de ses mains. Les unes travaillent en broderie, les autres font des belles borses, ou des gands, ou des ceintures, ou des bas de soye, et cent autres manufactures curieuses, qui sont fort recherchées par tout le Levant. Les Monasteres sont toujours ouverts, depuis le matin jusqu’au soir, et on entre dans les maisons des Religieuses aussi librement, que dans celles des seculiers, sans aucun soupçon, et sans aucun prejudice. Autrement comment pourroient-elles vendre leurs ouvrages, et gaigner leur vie, le Monastere ne leur donnant quoique ce soit pour leur subsistance, hormis du pain noir ? Il est vray pourtant, que depuis que l’Isle a passée sous la domination du Turc, cette conversation trop familiere, et trop libre, avec tout sorte de gens, et particulierem[en]t avec les Turcs, qui sont des brutaux, ces Monasteres ont perdu beaucoup de leur ancienne bonne reputation, en particulier celui de S. Jacques, où il y a un plus grand nombre de belles filles, et où, pour cette raison, la coquetterie est beaucoup plus en vogue. Le 23 Janvier apres minuit, il fit un tremblem[en]t de terre par toute l’Isle, qui ebranla non seulem[en]t les maisons, et les palais de la ville, mais même les montagnes, les arbres, et les vaisseaux qui etoient à l’anchre dans le port. Il se fit trois secousses, [112r] en trois intervalles ; mais la premiere, qui fut la plus 146 147 148 149

In margin. Neochori. One of Wansleben’s various comments on the beauty of Greek women. Left blank. In TiL, p. 432, Wansleben mentions the same seven monasteries.

68

The Turkish Journal

forte, etoit si violente, qu’il sembloit qu’elle jetteroit toutes les maisons par terre. On étoit au desespoir, ne sçachant pas où se retirer, pour ne pas être accablé sous les ruines. Le vent etoit alors de Siroco, ou Sud-Est, accompagné d’un epouvantable deluge d’eau. Le 25. Janvier, environ à minuict, il se leva une tempête si furieuse qu’aucun de la ville ne se souvenoit d’en avoir veu une semblable. Le vent etoit du midy. Il etoit accompagné des deluges, de lampes et de tonneres si furieux, qu’on croyoit que tout periroit. Cette tempête dura jusqu’au soir du lendemain. Considerant enfin que plus j’attendois, plus le temps se faisoit mauvais, et qu’il se presentoit toujours moins de commodité pour passser à C[onstantino]ple, et de plus, qu’il étoit extremem[en]t difficile, d’y aller dans l’hyver, à cause de la tramontane, qui regne pendant ce temps là, la quelle est contraire à ceux qui y vont, et encore à cause des courants d’eau qui y viennent de la Mer Noire, et qui sont tres rapides, et tres-difficiles à surmonter, particulierem[en]t lors que le vent n’est pas favorable, et bien fort ; pour ces raisons je changeay le dessein du voyage de C[onstantino]ple, en celui de Smirne, non seulem[en]t parce que cette ville est la residence de quantité des marchands francs ; elle est guere loing de Chio ; mais encore, parce que j’avois des lettres de recommendation pour le Consul des François, avec lequel j’esperois passer le reste de l’hyver. Mon depart de Chio150 Le 27 Janvier, qui etoit un Samedy, je partis de Chio, pour Smirne, sur une petite barque à huit rames, qui y portoit des limons, à cause qu’il n’y en croît point. Nous restâmes la nuict suivante à151 Grilimano152, qui est une baye dans l’Anatolie, [112v] où les petites barques sont en asseurance. Ce lieu est vis à vis de Chio, en distance de dix huit milles, qui sont la largeur de tout le Canal. Cette nuit le Maître de la barque jetta les filets dans la mer, et le matin en les retirant il y avoit tant des poissons, qu’ils suffirent pour nourrir tout l’equipage pendant trois jours. Carabornu153 [25r] Le 28 avant midy, nous arrivames à Saip154, qui est un autre port dans l’Anatolie, sous le Cap Carabornu155, ou le Cap noir, que les anciens nommoient Argennon, lequel s’avance beaucoup dans la mer. Nous y demeurames trois jours, en attendant un vent qui fut propre pour continuer nôtre voyage, celui que nous avoit porté jusque là, nous etant desormais contraire. 150 151 152 153 154 155

In margin. In margin: Grilimano. Eğri Liman. In margin. Saip Köyü. Karaburun.

The Turkish Journal

69

Pour comprendre cela il faut sçavoir que le port de Grilimano (qui est vis à vis de Chio), Smirne et le Cap Carabornu, font un triangle, dont il faut s’imaginer que Grilimano et Smirne sont aux deux extremités de la base, de ce triangle, et que le Cap Carabornu fait sa pointe, de sorte que le vent du midy, qui nous avoit porté jusqu’à ce Cap, nous devenoit apres contraire pour le doubler, à fin d’aller à Smirne. Saip156 Saip est un tres bon village d’Anatolie. Il est situé sur la croupe d’une montagne, loing de la mer d’une demie heure de chemin, pour un homme de pied. Il n’est habité que par des Turcs. Il y a deux ports séparés l’un de l’autre par une langue de terre, et dans ces ports les barques sont fort en asseurance. Le sejour y est fort agreable, parce qu’ils sont beaucoup frequentés, par ceux qui vont sur mer, et qu’on peut toujours y apprendre quelques nouvelles des lieux circonvoisins, comme sont Mitilene, Chio, Smirne, Phoce157, et les autres. Le Mardy à trois heures apres midy nous en partîmes, et côtoyant toujours la terre ferme d’Anatolie, nous nous retirames [113r] la nuict suivante dans un petit port où il n’y avoit point d’habitations. Le Mercredy à l’aube du jour nous continuâmes nôtre chemin, sans pourtant avancer beaucoup, à cause que le vent etoit foible, et changeant, et le Jeudy 1. fevrier apres midy, nous arrivâmes à Smirne158. Journal de Smirne Etant arrivés à Smirne, qui n’est eloignée de Chio que de cent cinquante milles, il fallut que nôtre barque s’arrêtat à la Douäne, pour être visitée. Et apres y avoir payé trois paras, qui valent environ cinq sols monnoye de France, pour159 le droit de Cefalatico160, que le partisan prend de chaque etranger qui arrive, comme qui diroit, le droit qui se paye pour la tête161, je montai dans un Caiq, pour me faire porter à la maison du Consul françois162, afin de lui faire mes civilités, et de lui rendre les lettres de faveur, que j’avois pour lui163. 156 157 158 159 160 161 162

In margin. Eski Foça. Deleted: où je payai au maître de la barque trois ecus pour mon passage. In margin: Cefalatico. Κεφαλάτικο, head tax, i.e. haraç. See below, Appendix 1. In rough copy, fol. 25v: le mot de Kefali en Grec signifiant une tête. Together with the Genoese, Dutch and English consulates, the French consulate was on ‘Frank Street’, backing onto the sea in the north-west quarter of Izmir (Anderson, p. 1). 163 The French consulate in Izmir was the property of the Dupuy family who had purchased it from François Bourgignon de La Mure in 1636. From 1672 to 1675 Louis Chambon, a magistrate from Marseille and future consul in Aleppo, stood in for the titular consul, Henri Dupuy (see Julien Pillaut, Les consulats du Levant. I. Smyrne (1610–1900) Satalie

70

The Turkish Journal

Car c’est la coûtume au Levant, que tous les voyageurs en arrivant dans quelque ville, où il y a des Consuls de leur nation, d’aller premierem[en]t les visiter, pour leur faire la reverence, et pour leur demander leur protection. Les Consuls etant bien aises de voir arriver chez eux des etrangers de leur nation, ils les reçoivent avec beaucoup de courtoisie, et souvent il les obligent de loger dans leur maison. Tous les marchands de la nation vienent ensuite au même logis du Consul, pour feliciter cet étranger de son arrivée, et on est plus exact dans ces sortes des civilités, lors que celui qui arrive est une personne de consideration, et s’il est recommandé de la part de quelque ministre de la Cour164. J’ai toujours tres-exactement observé cette coûtume, par tous les lieux du Levant, où j’ai rencontré des Consuls, et je n’en ai jamais abordé aucun, dont je n’aye receu mille témoignages [113v] d’amitié, et d’honnêteté165.

figure 8

Smyrna. Cornelis de Bruyn, Voyage au Levant (Paris, 1714), between pp. 24 and 25

de Caramanie (1607–1814) (Nancy, 1902), pp. 2–3; Géraud Poumarède, ‘Naissance d’une institution royale: les consuls de la nation française en Levant et en Barbarie aux XVIe et XVIIe siècles’, Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France. Année 2001 (Paris, 2003), pp. 65–128, esp. pp. 78, 88.) Chambon, who was underpaid by Dupuy, was always short of money and was ‘respected neither by the Turks nor by the merchants’ (Anderson, pp. 62–63). See also Antoine Galland, Le voyage à Smyrne. Un manuscrit d’Antoine Galland (1678), ed. Frédéric Bauden (Paris, 2000), p. 263. 164 The ‘ministre de la Cour’ was presumably Nicolas Arnoul (1608–1674), close to Colbert and inspector of the galleys in Marseille, who equipped Wansleben for his expedition to the Levant and supplied him with letters of credit. See Omont, vol. 1, p. 133 and Introduction. In 1672, however, Arnoul had fallen ill and was a less efficient protector than he might otherwise have been. He died in October 1674 to be succeeded by his son Pierre. See TiL, pp. 22–23, 90–91. Deleted at the end of the line: comme j’etois. 165 This observation stands in contrast to his remarks about some of the French consuls Wansleben encountered, especially Du Pont in Aleppo and de Tiger in Cairo. See TiL, pp. 91, 109, 319, 339.

The Turkish Journal

71

Mr Sauvant166 Mr Sauvant Consul de Chypre167 me combla de civilités pendant quinze jours que je fus chez lui en 1671. Mr Martin Meyer168 Mr Martin Meyer à Tripoli de Sourie169, quoiqu’il fût Hollandois, et par cette raison heretique, et d’une nation ennemie à la France, me fit neanmoins tant d’honnêtetés, et eut tant des soins pour moi dans ma maladie, dont je fus travaillé pendant deux mois que je demeurai chez lui, qu’on n’en auroit pû avoir d’avantage, si j’avois eté dans la maison de mon propre pere. Mr du Pont170 Mr du Pont à Alep171 m’obligea de prendre une chambre en son logis, malgré que j’en eusse, protestant que si je ne voulois point l’accepter, qu’il ne vouloit point me reclamer, si par malheur il m’arrivoit quelque accident. Mr de Bonnecorse172 Mr de Bonnecorse à Saide173 de même ne voulut point permettre que je logeasse ailleurs que dans la maison consulaire, et j’y sejournai deux mois. Mr de Tiger174 Mr de Tiger au Caire175 en usa aussi fort honnêtement à mon egard, pendant qu’il n’eut point des brouilleries avec les marchands de sa nation, et si apres il changea de façon d’agir, il eut le deplaisir de se voir cassé et mal traitté par le 166 In margin. 167 Balthazar Sauvan, French consul in Cyprus until 1691 (Julien Pillaut, Les consulats du Levant. II. Larnaca 1673–1900) (Nancy, 1902), pp. 1–2. He was noted for his generosity and his hospitality. See TiL, pp. 70, 73. 168 In margin. 169 Marten Meyer, a Dutch Lutheran from Amsterdam, was consul in Syrian Tripoli where he acted for the English, the French, and the Dutch. He looked after Wansleben with exceptional solicitude and was highly praised by other visitors. See TiL, pp. 78–80, 84–87. 170 In margin. 171 Joseph Du Pont, French consul in Aleppo from 1670 to 1679, was notoriously incompetent and was criticised accordingly by other French travellers. See TiL, pp. 90–91. 172 In margin. 173 Balthazar de Bonnecorse (1631–1706) from Marseille was French consul in Sidon until he replaced Ambroise de Tiger in Cairo in 1673. A poet of some distinction, he ended his career as a royal counsellor and first consul of Marseille. See TiL, pp. 127, 132–137, 394–395. 174 In margin. 175 Ambroise de Tiger, a lawyer at the Paris parlement and close to Colbert, was French consul in Cairo from 1670 to 1673 when he was recalled in disgrace and replaced, to Wansleben’s delight, by Bonnecorse. See TiL, pp. 142, 319, 339.

72

The Turkish Journal

moindre des marchands de sa nation176. [114r]177 Enfin tous les autres Consuls françois, tant à Rosette178 qu’à Alexandrie179, m’ont fait mille civilités, et rendus mille bons offices, l’un à l’envi de l’autre. Je n’attendois pas un traittement moins honnête de celui de Smirne, puisque j’avois pour lui des lettres de la part des mêmes personnes180, qui avoient ecrit aux autres en ma faveur181. Cependant je fus un peu surpris de la maniere dont il les receut. Il m’allegua une infinité des choses pour me faire connoître que je lui etois suspect, ce qui m’obligea de prendre congé de lui, et de me retirer chez un …182 [26r] Cependant je fus obligé de voir, à mon [26v] grand étonnement, qu’il n’en fit aucun cas, alleguant cent exceptions badines et ridicules, tant contre les unes que contre les autres, pour me faire connoître qu’elles ne valoient rien, et qu’il n’étoit point obligé de les suivre. Cela ne se pouvoit point sans quelque petite contestation, melée de quelques paroles d’aigreur qu’il y eut entre lui et moi, de sorte qu’à la fin, voyant que je n’avançois rien, je pris congé de lui, et depuis je n’entrai plus dans sa maison183. Je me logeai chez un honnête François184, qui tenoit auberge où, moyennant onze écus par mois, j’avois une belle chambre, et j’etois fort bien traitté. Ce procédé étrange de ce Consul, de qui je ne m’attendois rien moins que de l’honnêteté, pourra faire voir au Lecteur, que ce ne sont pas toujours ni les voleurs, ni les Arabes qui rendent penibles les voyages du Levant, mais que ce sont fort souvent ceux dont on doivroit esperer de l’assistance, et du soulagement. Car j’ay sceu éviter heureusement les lances et les épées des Arabes,

176 In his Egyptian journal Wansleben attributes his antipathy largely to de Tiger’s untrustworthy behaviour towards himself (TiL, p. 319). Reliant on de Tiger for funds with which to buy manuscripts for Colbert, Wansleben discovered that the consul, also a collector, was availing himself of his information to precede him and to enrich his own collection. But in a letter to Carcavy dated 23 November 1672 (Omont, vol. 1, p. 107) Wansleben wrote: ‘Et avanti ogn’altra cosa la ricordo di nuovo, con ogni dovuto rispetto, quello che di già gli hò scritto, nel mese di settembre passato, cioè che il consolo e li mercanti sono in disunione, essendosi ancora Mr Brousson, fattori delli signori della Compagnia, separato dal consolo, e che l’uno fa all’altro ogni dispetto inimaginabile.’ 177 Fol. 114 is pasted onto fol. 113v. 178 Claude Reynaud was the French vice-consul in Rosetta. See above, n. 7. 179 The French vice-consul in Alexandria until 1678 was Melchior Laurens. See TiL, p. 181. 180 For the letters see below. 181 In rough copy, fol. 26r.: et qui etoient de la même force, et de la même teneur, qu’etoient celles que j’avois portées pour les autres Consuls. 182 Here the fair copy is interrupted. The text continues in the rough copy. 183 For a detailed description of their meeting see TiL, pp. 436–438. 184 Messer Honorato, TiL p. 438.

The Turkish Journal

73

mais les coups de langue et de plume des gens mal intentionnés m’ont été inevitables. Cependant comme le souvenir en est facheux, je passeray à d’autres choses plus agreables, et je diray de quelle maniere les Francs font leur Carnaval dans cette ville, puisque ce divertissement a été la premiere curiosité qui s’y est offerte à mes yeux. Carnaval de Smirne185 Ce divertissement186 consiste en ce que les Francs ont coûtume de se masquer, et de s’abandonner pendant ce temps là, à tout sorte de passetemps, et des débauches, [27r] mais leur principal divertissement consiste, dans la liberté que les masques ont d’entrer par tout dans les maisons des Dames Chrêtiennes, et d’y danser, d’y rire, et d’y follatrer tant qu’il leur plaist, sans aucune apprehension ni de la justice des Turcs, ni des amans187 jaloux de leurs dames, qui ont ces jours là la permission de tenir leurs maisons ouvertes jusqu’à minuit, et de recevoir chez elles toutes les masques qui y veulent entrer. Et même plusieurs dames tien[n]ent des musiciens chez elles, pour mieux divertir ceux qui y viennent, et elles les régalent même de la collation, de maniere qu’alors, et particulierement les tous derniers jours du Carnaval, on ne voit autre chose dans les quartiers des Francs, que de trouppes des masques, qui courent jour et nuit par la ville, lesquelles si tost qu’elles sont sorties d’une maison, entrent dans une autre, s’abandonnans ainsi à pleine bande à toute sorte des divertissements. Ce qui pourtant ne laisse pas de rendre le nom des Francs, et particulierem[en]t celui de la Religion Catholique, beaucoup méprisable, non seulem[en]t aupres les Schismatiques188, mais même aupres des Turcs, qui ne sçachant pas nos coûtumes, croyent que dans ces jours là tous les Francs deviennent fouls, et qu’apres ils guerissent de leur follie, par un peu des cendres, que le prêtre leur met sur la tête. 185 In margin. 186 For the carnival in Izmir see Frederick Hasselquist, Voyages and Travels in the Levant; in the Years 1749, 50, 51, 52 (London, 1766), pp. 22–23, and Philip Mansel, Levant. Splendour and Catastrophe on the Mediterranean (London, 2010), p. 174. 187 Deleted: maris. 188 The word ‘schismatiques’ refers to what the Catholics regarded as the ‘schismatic’ communities of Eastern Christians, in this case the Greeks and the Armenians. There were, however, also a number of Protestants in Izmir. According to Galland (Voyage, p. 114) there were only two or three Protestants in the French community, which consisted of at least 160 people, but, besides the English, there was a larger Dutch community. See J.W. Samberg, De Hollandsche Gereformeerde Gemeente te Smirna. De geschiedenis eener handelskerk (Leiden, 1928), pp. 1–112.

74

The Turkish Journal

Jean Finche189 Quelques jours auparavant mon arrivée dans cette ville, le Chevalier Jean Finche y avoit venu pour passer à C[onstantinop]le, où il devoit resider en qualité d’Amb[assadeu]r pour sa M[ajes]tè de Grand’ Britagne190. Il etoit arrivé sur un vaisseau de [27v] guerre, nommé le Centurion191, monté de cinquante deux pieces de Canon, et de deux cent cinquante personnes d’equipage, et ce vaisseau là devoit le porter jusqu’à l’embouchure de l’Hellespont. On lui avoit donné encore son petit brulôt pour porter ses hardes jusqu’à C[onstantinop]le. Et comme j’avois eu l’honneur de le connoître, il y avoit neuf ans, lors qu’il n’étoit que simple Resident pour Sa M[ajes]tè Britannique, chez le Gr[and] Duc de Toscane, Ferdinand II. Paul Ricaut192 Je renouvelai cette connoissance par le moyen de Paul Ricaut, Consul de la nation angloise à Smirne193, et l’Amb[assadeu]r, ayant connu que mon dessein étoit d’aller à C[onstantinop]le, et que je n’attendois que la commodité du passage, il m’offrit tres-obligeamment celle de son vaisseau, dont j’eus bien de la satisfaction. Ce Paul Ricaut est l’autheur qui a donné au public l’Histoire de l’état present de l’Empire Ottoman, la quelle a eté traduite de l’anglois en françois par Mr Briot194, et qui a trouvé un si grand applaudissement parmi nos curieux, qu’elle a eté traduite en plusieurs langues de l’Europe, et même reimprimée 189 In margin. 190 Sir John Finch (1626–1682), knighted in 1661 and the younger brother of Sir Heneage Finch, Earl of Nottingham, was ambassador to the Porte from 1674 to 1681. He had received a medical training at the University of Padua and became a member of the scientific circle of Leopoldo de’ Medici in Florence. From 1659 to 1665 he was titular professor of anatomy in Pisa. It was in Florence, where he performed dissections at the Arcispedale di Santa Maria Novella and was appointed English minister to the court of Ferdinand II, grand duke of Tuscany, that Wansleben first met him in 1665 (Sarah Hutton, ‘Finch, Sir John’, Oxford Dictionary of National Biography). 191 The log of the Centurion’s voyage is kept in the National Maritime Museum in Greenwich; https://collections.rmg.co.uk/collections/objects/491639.html. 192 In margin. 193 Paul Rycaut (1629–1700) first went to Turkey as the secretary of the English ambassador Heneage Finch in 1666, and was appointed by the Levant Company as English consul in Izmir in 1667 after publishing his immensely influential Present State of the Ottoman Empire in the previous year. He returned to England in 1679. In 1685 he became secretary to the Earl of Clarendon and received a knighthood. In 1689 he was appointed English resident in Hamburg. The standard study is Anderson. 194 Pierre Briot’s translation of The Present State of the Ottoman Empire appeared in 1670. The work was also translated into Italian, German, Dutch, Polish and Russian. See Anderson, pp. 40–46.

The Turkish Journal

figure 9

75

Sir John Finch Portrait by Peter Lely (1618–1680), Christ’s College, University of Cambridge, UK

en France en 1677. L’honneur d’être connu et estimé de ces deux illustres personnes me recompensa en quelque maniere de la disgrace que j’avois receue du peu d’estime que le Consul françois avoit faite de moi. Don Leone Macropodari195 Le 19 de ce mois j’allay rendre visite à Don Leone Macropodári, Vicaire Apostolique de cette ville196. Entr’autres [28r] choses que j’etois bien aise de sçavoir 195 In margin. 196 Leone Macripodario was appointed vicar apostolic in Izmir in 1659 (Anderson, p. 8).

76

The Turkish Journal

figure 10 Sir Paul Rycaut Portrait by Peter Lely, c.1679. The National Portrait Gallery, London, UK

de lui, je lui demanday son sentiment, sur ce que j’avois entendu dire plusieurs fois à Chio, que les Arbres du Mastic avoient eu leur origine du sang de S. Isidore, martyr dans cette Isle197. Mais je connus qu’il n’approuvoit pas cette opinion, par deux raisons convainquantes, dont la premiere étoit la tradition, qui porte que ce Saint a eté 197 St Isidore of Chios, martyred in 251, was the subject of many legends.

The Turkish Journal

77

martyrizé dans la haute partie de l’Isle, où il n’y en a point198, et non pas dans la basse partie, où ils se trouvent. La seconde raison par la quelle il trouvoit cette opinion insoutenable, etoit le trop grand nombre d’arbres, et des villages, et la trop grande etendue du pays où il y en a. Car on compte vingt deux villages où ces arbres croissent, d’où il infera, qu’il etoit impossibile que le sang de ce Saint martyr se soit repandu en tant d’endroits, et si eloignés l’un de l’autre. Ce Prelat m’assura que cette opinion etoit plutost un sentiment pieux de ses compatriotes, qui en attribuant à ce Saint cette benediction, vouloient l’honorer d’avantage, tenant à grande gloire qu’il ait arrousé leur patrie de son precieux sang, en témoignage de la verité de la foy de Jesus Chr[ist]199. Alexander de Lugo200 Ensuite il me fit le récit du martyre d’un Pere Dominicain, nommé Alexandre de Lugo, Espagnuol de nation, et qui avoit eté martyrisé dans cette Isle, il y a environ quarante ans201. La chose s’etoit passée de cette maniere : Ce Religieux ayant un jour eté accablé d’une tres profonde melancolie, s’en étoit allé dans cette perplexité d’esprit au Cadi faire profession de la Religion Mahometane, [28v] mais le lendemain, sa melancolie étant passée, et considerant le grand crime qu’il avoit fait en reniant Jesus Christ son sauveur, il en conceut une si sensible douleur, qu’il s’en alla incontinent devant le même Cadi, et en sa presence, et de tous les autres Turcs qui s’y etoient trouvés alors pres de lui, 198 Deleted: d’arbres de cette gomme. 199 Popular beliefs in Chios were the subject of De Graecorum hodie quorundam opinationibus by Leo Allatius, future Vatican librarian and himself from Chios. For St Isidore and the mastic tree see Karen Hartnup, ‘On the Beliefs of the Greeks’. Leo Allatios and Popular Orthodoxy (Leiden, 2004), p. 32. 200 In margin. 201 Alessandro di Lugo, originally Giacomo Baldrati, was in fact an Italian from Lugo di Romagna where he was born in 1594. He was martyred on 10 February 1645 and his hagiography was written by Leo Allatius. (Leone Allacci, Vita e morte del P.F. AlessandroBaldrati da Lugo, Fatto morire nella Città di Scio da’ Turchi per la Fede Cattolica li 10. di Febbraio 1645 (Rome, 1657)). For a discussion of the official attitude to martyrdom in Rome see Giovanni Pizzorusso ‘Il martirio in odium fidei dalla realtà missionaria alla burocrazia romana: note di ricerca sul protonotario apostolico di Propaganda fide (XVII secolo), Annali di scienze religiose, 12 (2019), pp. 183–214. A number of reports of the martyrdom were sent to the Propaganda Fide in Rome, including one by the bishop of Chios Andrea Soffiano (Allacci, Vita e morte, sig. †5v). The phenomenon of ‘neomartyrdom’ has been studied by Marinos Sariyannis, ‘Aspects of “neomartyrdom”: religious contacts, “blasphemy” and “calumny” in 17th-century Istanbul’, Archivum Ottomanicum, 23 (2005/06), pp. 249–262, esp. pp. 249–252, and by Yorgos Tzedopoulos, ‘Orthodox martyrdom and confessionalization in the Ottoman Empire, late fifteenth–mid-seventeenth centuries’ in Tjana Krstić and Derin Terzioğlu, eds., Entangled Confessionalizations? Dialogic Perspectives on the Politics of Piety and Community-Building in the Ottoman Empire, 15th–18th Centuries (Piscataway, N.J., 2022), pp. 335–381.

78

The Turkish Journal

il avoit renoncé et detesté publiquement la Rel[igion] de Mahomet, et avoit derechef fait profession de la veritable foi de J[esus] Chr[ist]. La suite de cette heroique action fut, que le Cadi, ayant fait tout son possible pour le tenir ferme dans la Rel[igion] Mahometane, dont il avoit fait p[ro]fession, et voyant que ni ses menaces, ni ses promesses ne fesoient aucun effet sur son esprit, il l’avoit condamné d’etre brulé vif, dans le Vanachi202, qui est la place, où les Chiotes se promenent, et où ils tiennent leurs assemblées deux fois le jour, pour y traitter de leurs affaires. Ce Prelat m’assura qu’il etoit arrivé plusieurs choses extraordinaires, et qui pouvoient passer pour miracles, pendant qu’on avoit fait l’execution et apres sa mort. J’aurois été plus exact de m’informer de toutes ces choses, si ce Prelat ne m’avoit temoigné, qu’il en avoit deja donné une exacte information à la Congr[egatio]n de Prop[aganda] Fide à Rome. Le 20 de ce mois sur le soir un vaisseau de guerre d’Alger arriva de Chio dans la rade de Smirne. Il etoit armé de plus des trois cents hommes, et en donnant fond les quatre vaisseaux anglois qui y etoient le salüerent tous, mais aucun des sept François qui s’y trouverent sur le fer, le salüa203. Et comme le Capitaine qui etoit un renégas [29r] espagnol se sentit fort offensé, de ce que les François ne l’avoient pas salué, à la maniere accoûtumée entre les vaisseaux amis, quand ils se rencontrent en mer, il alla le lendemain s’en plaindre au Cadi, et apres au Consul françois même, de ce que ses Capitaines avoient manqué de luy faire leurs civilités. Mais le Consul voulut les excuser, en attribuant la faute à ce qu’il etoit arrivée à l’entrée de la nuit, et qu’on n’avoit pas bien pû sçavoir, de quelle nation il étoit. Neanmoins puis que maintenant il se declairoit bon ami des François, il lui prometta de donner ordre à ses Capitaines qu’ils le saluassent. Ce que le Consul ayant fait, et les Capitaines françois l’ayant salüé chacun par la decharge de trois canons, il leur rendit le salut, et mît banniere blanche, pour marque qu’il etoit satisfait. Leventis204 Le 24 il arriva que quelques Leventis205, c’est ainsi qu’on nomme en Turquie les gens de guerre, qui servent sur mer, coupperent en pieces les chapeaux de deux marchands anglois, qu’ils rencontrerent par la ville. Aucune chose ne choque d’avantage les Turcs, lorsqu’ils voyent un Franc que son chapeau, et ses cheveux, car et l’un et l’autre leur semble extremem[en]t ridicule. Mais 202 203 204 205

Βουνάκι, little mountain. For the etiquette of saluting ships see below, Appendix 3. In margin. From the Turkish levent, irregular troops deployed on land and at sea, the latter being known as deniz leventleri. J.H. Kramers [W.J. Griswold], ‘Lewend’, Encyclopaedia of Islam. New Edition, vol. 5 (Leiden, 1986), pp. 728–729.

The Turkish Journal

79

l’Amb[assadeu]r ayant fait faire ses plaintes au Capitaine Turc, de l’insolence de ses gens, il lui promit qu’il metteroit bon ordre, afin que cela n’arrivât plus. Dimanche 25 de ce mois une barque françoise ayant arboré sa banniere, selon la coûtume des mariniers, qui le pratiquent ainsi tous les dimanches et tous les jours de fêtes, le vaisseau d’Alger tira un canon à balle à cette banniere, pour la jetter en bas, et immediatement apres, le Capitaine y envoya un [29v] homme à bord, pour demander les mariniers, où ils avoient appris de mettre la banniere, lorsqu’il y avoit un vaisseau de guerre dans le port, leur demandant encore une charge de poudre, et une balle pour le coup, qu’il avoit tiré. Mais comme le Capitaine de la barque ne se trouvoit pas alors à bord, les mariniers ne lui pouvoient rien donner. Cependant ils ôterent la banniere. Ensuite le Capitaine du vaisseau Turc n’etant pas content de cela, il alla trouver le Consul, lui reprochant la même chose, et lui demandant non pas une charge de poudre seulem[en]t mais un baril entier, et une balle. Ce que le Consul lui accorda, pour ne pas s’attirer sur les bras un affaire de plus grande consequence. Toutes ces vetilleries n’etoient faites par les Algerins, que pour chercher quelque pretexte pour venir aux mains avec les François. Le 28. de ce mois, j’allay voir une antiquité, qui est hors de la ville, en distance d’environ une heure de chemin, du coté qu’on va à C[onstantinop]le. Les Francs nomment cette antiquité le Temple de Janus. Temple de Janus206 C’est une fabrique quarrée, et qui a au dessus une voute surbaissée207. Ses quatre murailles sont faites en façon d’arcade, dont à present deux sont ouvertes. Toute la fabrique est faite des grandes masses des pierres, où on n’a point employé de chaulx, mais qu’on a joint ensemble par des clefs de fer. Au haut de la voute on n’y a laissé un trou de la longueur de sept pieds, et de la largeur de deux et demy, pour y donner de la lumiere, n’y ayant [30r] point d’autre fenêtre que celle cy, et par toutes les quatre faces de dehors, il y avoit eu autrefois des degrez, qui maintenant sont en partie gatés, et en partie enlevés. 206 In margin. 207 The so-called Temple of Janus, visited by many travellers, is described in detail by Alexander Drummond, the future British consul in Aleppo, who visited Izmir in December 1744. The plan and the measurements he provides, although less detailed than those given by Wansleben, correspond to Wansleben’s description (Alexander Drummond, Travels through Different Cities of Germany, Italy, Greece, and Several Parts of Asia as far as the Banks of the Euphrates (London, 1754), pp. 116–117.) See the brief descriptions by Du Loir, p. 15; Wheler, p. 242; Spon, vol. 1, pp. 308–309; Cornelis De Bruyn, Voyage au Levant (Paris, 1714), p. 25, and Antoine Galland, who was there in 1678 (Le Voyage à Smirne, pp. 92, 255–256). See also TiL, pp. 447–448.

80

The Turkish Journal

La longueur de la fabrique par dedans est de vingt six pieds de chaque coté. La porte est large de dix pieds. Une des pierres qui composent les murailles est de trois pieds, et de neuf poulces de hauteur, et de cinq et demy de longueur, et une de celles dont la voute est faite, est longue de sept pieds, et large de deux et demi. On n’y voit point de sculpture, ni d’ecriture. A chaque coté de l’entrée il y a une petite porte dans la muraille, et des degrez, pour y monter jusqu’au faiste. L’exterieur de cette fabrique est tout à fait défiguré, et à la voir en dehors, on diroit, que ce n’est qu’un tas des grandes masses des pierres, mises confusément l’une sur l’autre. On ne sçauroit dire pour certain ce que c’est que cette fabrique. Les Francs la nomment, comme j’ay déja remarqué, le Temple de Janus, mais ils n’en sçauroient donner aucune raison. Je croi{s} plutôt que c’est le tombeau de quelque homme illustre de l’antiquité, car l’endroit où elle est, etoit autrefois un cimetiere qui se connoît par la quantité des quaisses de marbre, qu’on y déterre presque tous les jours, dont entr’autres j’en vis une tout proche, qu’on y avoit trouvé depuis deux jours. Elle étoit d’une grandeur extraordinaire, et bien gravée par dehors en bosse, d’un dessein capricieux, mais fort beau. Son couvercle etoit fait en comble, et il y avoit à chaque coin une balle de pierre. Cette quaisse [30v] fût retrouvé quelques jours après, pour trente écus, pour servir d’abbrevoir devant une fontaine. Et c’est l’usage ordinaire que les Turcs font de ces sorte{s} de monuments. Dans le jardin d’Ahmed Aga208, qui est au bout de la ruë des Francs, il y a une semblable quaisse devant la fontaine, qui est proche la porte, en entrant dans le jardin à main droite, dans la quelle on a trouvé les ossements d’une femme, et d’un homme, avec son epée au coté, et son casque en tête, et en dehors on lit en lettres Grecques, que c’etoit le tombeau de Marcus Fabius, fils de Marcus Fabius, et de Faleria sa femme de la tribu Galeria209. Le 27 de ce mois un Turc du vaisseau d’Algier Ionien, agé de 21 ans, menant un esclave Hollandais, agé de dix huit ans, à la maison du Consul de cette même nation210, pour le lui vendre, l’esclave se servit de la commodité, et il se sauva dans la maison d’un Franc, pendant que son maître étoit occupé à d’autres affaires. Neanmoins comme le Turc s’apperçeut immediatement apres, que 208 Çavuşzade Yusuf Ahmed Ağa, one of the richest merchants in Izmir, built the Kemeraltı Mosque close to the port in 1671. See Yasin Taș, Osmanlı dönemi İzmir medrese ve kütüphaneleri (Istanbul, 2020), pp. 64–66. 209 Wansleben reproduces the inscription, see TiL, p. 448. The tomb is illustrated by De Bruyn, Voyage au Levant, p. 26. 210 Jacob van Dam, who was appointed Dutch consul in 1666 but only arrived in Izmir two years later. He remained in office until 1688. See O. Schutte, Repertorium der Nederlandse vertegenwoordigers residerende in het buitenland 1584–1810 (The Hague, 1976), pp. 332–334.

The Turkish Journal

81

son esclave avoit pris la fuite, il commença à faire du bruit dans la maison du Consul, et comme il n’avançoit rien, il alla s’en plaindre à son Capitaine, disant que les gens du Consul avoient sauvé son esclave, sur quoi le Capitaine envoya dire au Cadi, que s’il ne tachoit pas de faire en sorte que le Consul fît venir à l’heure même l’esclave de ce marchand, ou qu’il n’en lui en payast le prix, qu’il feroit piller la maison du Consul, et apres qu’il le feroit raser de fond en comble. Et en effet le Consul Hollandais fut obbligé, par l’ordre du Cadi, de payer sur le champ au marchand Turc, quatre cens écus [31r] pour son esclave, et s’il l’avoit achepté, il ne lui auroit pas coûté plus de cent cinquante écus. Peu de jours avant cette action ces Barbares firent publier aux carrefours de la ville, que celui qui auroit tüé son pere, ou sa mere, ou qui auroit commis quelqu’autre crime, digne de la mort, et qui craindroit la justice, ou qui auroit des debtes, qu’il ne voudroit pas payer, pouvoit servir chez eux en qualité de soldat, et que non seulem[en]t ils le garantiroient de la main de la justice, mais qu’on lui donneroit encore sa paye, et sa provision. Et par ce moyen ils amasserent pres de quatre cens hommes, tous criminels, qu’ils emmenerent avec eux à Chio, pour les y partager entre eux et les autres vaisseaux de leurs camarades, qui les y attendoient. Et pour vous faire voir qu’ils étoient des gens desesperés, et qui ne craignoient rien, ils enleverent de main forte cinq homicides de la galere de Bopasan, qui etoit un Bey211, et qui les tenoit dans les fers dans sa galere, sans qu’il pût les en empecher. Le 3. Mars j’allay voir pour la seconde fois le temple de Janus, dont j’ay deja parlé, et ensuite aussi l’acqueduc212, qui porte les eaux d’une montagne à une autre pour les conduire à Smirne. [31v] Cet acqueduc est derriere le vieux chateau, et il est éloigné de la ville d’une heure et demie de chemin pour un homme de cheval. Il est soûtenu par trois rangs d’arcades tres-hautes, dont l’un est au dessus l’autre, et par dessous il passe une petite riviere nommée Melas213. Il ne semble pas être fort ancien, ou du moins il est plus nouveau que l’ancienne ville. On ne put pas m’apprendre le nom de son autheur214. 211 Baba Hassan, the son-in-law of Muhammad Trik, the first dey of Algiers who came to power in 1671. Although Baba Hassan only received the title of dey from his father-in-law in 1677 and was officially announced as ruler in 1682, he had in fact ruled together with Muhammad Trik. Like nearly all the deys of Algiers he was murdered by his successor, in this case Mezzo Morto Hüseyin Paşa who replaced him in 1683. Cf. Roger North, ed., The Life of Dudley North, Knt., ed. Roger North (London, 1744), p. 48, where the name is given as ‘Bobahassan’, ‘a bey of the galley’. 212 The aqueducts are illustrated and described by Drummond, Travels, pp. 114–115. See Figure 11. 213 The river Meles. 214 What are known as the Kızılçullu Aqueducts date from the second century AD and were heavily restored by the Ottomans.

82

The Turkish Journal

figure 11 Aqueduct near Smyrna, c.1750. Drawn by J.S. Müller after the author’s original sketch. Alexander Drummond, Travels through different Cities of Germany, Italy, Greece, and several Parts of Asia (London, 1754), p. 115

Etat des ruines du paleo castro ou vieux Château de l’ancienne ville Le 4 Mars j’allay voir l’ancien château de la ville215. Il est bati sur le sommet d’une haute montagne, qui reste à l’egard216 de la ville du coté du Levant. Il est d’une figure irreguliere, qui neanmoins tire sur le quarré. Il est d’une tres-grande etenduë. Ses murailles sont faites à crenaux, et fortifiées de tours. Du coté qu’il regarde la ville, les murailles sont doubles, mais du côté qu’il regarde les montagnes, qui est le derriere de ce château, elles sont simples. Leur largeur est de huit pieds et demy, et du coté de la ville elles sont plus entieres que de l’autre, où pour la plupart elles sont tombées en ruine. Le dedans du château est entierement ruiné, hormis une petite Mosquée, à la quelle on monte par une demi douzaine des degrez. Dans la court, en tournant à main droite en entrant, il y a une tres-grande cisterne, qui est presque 215 Kadifekale in Turkish, the castle was built by the Byzantine emperor John III Doukas Vatatzes (1222–1254). It is also described by Du Loir, p. 14; Galland, Le Voyage, pp. 89–90; and, in some detail, by Drummond, Travels, pp. 115–116. 216 It should be ‘écart’.

The Turkish Journal

83

remplie de terre. Elle est soutenue par cinq rangs des tres-gros pilliers quarrés, dont l’un est distant de l’autre de seize [32r] pieds. Sa voute est en partie tombé en bas, et cette ouverture donne passage à un figuier qui a creu au fond de la cisterne. Dans la premiere Tour du château en entrant à main droite, est la demeure d’un pauvre Turc avec sa famille, qui fait la garde pour decouvrir de loing les vaisseaux qui arrivent, à fin d’en donner avis à ceux à qui il appartient d’en avoir des nouvelles les premiers. Le château n’a que deux ouvertures, qui sont du côté de la ville. C’est le coté qui est entre l’occident et le septentrion. L’une est connuë, et n’a rien de particulier. Elle n’a point de porte pour la fermer. Sur la place qui est au devant de cette porte, on voit un grand arbre d’une espèce inconnuë, lequel produit tous les ans des feuilles de differente sorte. Tout proche de cette baye on voit la tête de la Smirne, gravée en bosse sur une table de marbre blanc, en grandeur de geante. La tâble est enchassée dans la muraille du coté droit en arrivant. Cette Smirne etoit autrefois Reyne de l’Asie, et on la tient pour la fondatrice de cette ville et de ce château217. La sculpture de la figure est encore fort belle, hormis qu’on lui a couppé le nez. L’autre ouverture, qui est moins connue que la precedente, est à la droite de celle cy. L’arcade est de marbre blanc, et fort haute, mais elle est murée. On y voit sur son impost trois lignes d’anciens caracteres Grecs gravés qui vont d’une corniche à l’autre, et une quatriéme qui ne contient que tres-peu de mots. Ils sont fort difficiles à lire, à cause qu’ils sont faits [32v] d’une autre maniere de ceux d’aujourdhui, même ils sont presque tout couverts de mousse, et l’arcade est fort haute. Pour en discerner quelque chose, il faudroit aller un jour qu’il feroit bien clair, et se servir encore de quelque bonne lunette d’approche. On me dit, que cette inscription contenoit le nom de celui qui a fait bâtir cette porte, et l’année qu’elle a eté achevée. Ayant assez consideré les ruines du vieux Château, j’allay voir ensuite les restes de l’ancienne ville, qui en étoit fort proche. Elle etoit bâtie sur le côteau de cette même montagne, et on voit encore à present presque tout le circuit de ses murailles, qui etoient larges218 d’environ sept à huit pieds, et faites des tres-grandes pierres219, qui portent quatre à cinq pieds de longueur, et deux de hauteur.

217 The source of this legend is Strabo (14.1.4), according to whom Smyrna was an Amazon connected with the foundation of Ephesus. 218 Deleted: de quatorze pans de ma main. 219 Deleted: dont l’une avoit entre sept pans.

84

The Turkish Journal

Amphitheatre220 Au milieu de ces ruines on voit les restes de l’Amphitheatre, où S. Polycarpe, disciple de S. Jean, et premier Eveque de cette ville, a souffert le martyre221. L’Amphitheatre est pris dans la montagne, et on connoît par sa grande circonference, dont le diametre est environ de cent pieds, et par la hauteur des murailles du côté de son entrée, qu’il etoit un des plus superbes bâtimens qu’on pouvoit voir. Mais à present il est tellement défiguré, qu’à peine peut-on remarquer aucun vestige de ce qu’il étoit autrefois, les Turcs s’etans servis de ses pierres pour batir le Château, de Sangiak Turmi222, qui est à douze milles de Smirne, sur une pointe de terre, pour empecher les ennemis d’entrer dans le port. [33r] Le Dimanche, 5 Mars. Sept Algeriens maltraitans un marchand Anglois, qu’ils recontrerent au commencem[en]t de la ruë des Francs, et ce marchand criant au meurtre, les Janissaires du Consul françois, qui en furent advertis, vinrent incontinent à son secours, et dechargerent avec une grande furie leur bâtons sur ces Algeriens. Ces malheureux voyant qu’il leur arrivoit ce qu’ils n’attendoient pas, chercherent à se sauver par la fuite, mais au lieu de se retirer hors de la contrée des Francs, par malheur pour eux ils s’y engagerent davantage. Et parce que toute la ruë etoit deja en alarme, et que les Janissaires des autres Consuls, et une quantité de marchands francs y accourroient, pour decharger leur furie sur cette canaille, un223 que le bruit dit avoir été un224 Anglois, donna un coup de stilet à un des ces Algeriens, dont il tomba tout roide, et guere loing de là il en mourut encore un autre des coups de bâton qu’il avoit receus. Aussi tost que ces rumeurs s’etoient un peu appaisés, le Consul Anglois, voulant prevenir le malheur qui menaçoit sa nation, à cause que le bruit courroit qu’un Anglois avoit tué un de ces Turcs, s’en alla à la tête de tous ses marchands chez le Cadi, pour lui faire ses plaintes du peu de zele qu’il avoit pour defendre les Francs, amis du G[rand] S[eigneur], contre l’insolence de cette canaille. Et le Cadi, apres lui avoir reparti qu’il avoit defendu plusieurs fois à ces sortes de gens de ne point molester les Francs, et qu’ils ne fesoient point de cas de ses defences, il donnoit la permission à tous les Francs de se defendre eux mêmes, leur promettant qu’en cas qu’ils tuassent [33v] quelques un, il les garantiroit 220 In margin. 221 St Polycarp, martyred in 155. 222 Sancak Burun, south of Izmir, once known in English as St James’s, or Castle, Point (John Purdy, The New Sailing Directory for the Mediterranean Sea, the Adriatic Sea, or Gulf of Venice, the Archipelago and Levant, the Sea of Marmara, and the Black Sea (London, 1826), p. 259), and in French as the ‘Fort de Sangiac-Bournon’ (Arvieux, vol. 1, p. 38). 223 Deleted: Franc. 224 Deleted: marchand.

The Turkish Journal

85

de toute poursuite. Et comme cette réponce etoit fort au gré des Anglois, et generalement de tous les Francs, et que les Algeriens avoient temoigné qu’ils vouloient tous mettre pied à terre pour venger sur les Francs la mort de leur deux Camarades qui avoient été tués, les Consuls donnerent ordre à ceux de leur banniere, de s’armer, et de se retirer avec leurs armes dans leurs maisons pour se defendre en cas qu’ils fussent attaqués, et en vertû de cet ordre, un chacun s’étant retiré dans la maison de son Consul, on établit des corps de garde, on posa des sentinelles, on y mit même des petites pieces de campagne chargés du plomb tout le long des galeries de ces maisons qui sont du côté de la marine. Aux avenuës de la maison, on etendit des matelas pour servir de parapet, et à tous momens on n’entendoit que le bruit des tambours et les coups de fusils qu’ils dechargeoint tout expres pour faire connoître aux Algeriens qu’on ne les craignoit point, de maniere qu’à voir cet armem[en]t et ces maisons des Consuls, il sembloit que l’on etoit dans une ville assiegée. Mais quand les Algeriens virent la resolution des Francs, ils se donnerent bien de garde de venir les attaquer, et même le Cadi les obligea de quitter la ville, et de s’en retourner à Chio, d’où ils étoient venus, et si tost qu’ils s’en furent allés, les Consuls congedierent leurs trouppes, et chacun s’appliqua à ses affaires comme auparavant. Peu de jours avant ce desordre il arriva dans cette ville une chose tres-remarquable touchant la justice des Turcs à l’egard des femmes débauchées225. Il se rencontra que trois femmes [34r] Turques, etant trouvées fesans un mauvais commerce, furent accusées devant le Cadi, qui les ayant condamnées à l’exil, apres qu’on les eut auparavant menées par les carrefours de la ville, etant montées sur des ânes, et ayant le visage tourné vers la queüe, qu’elles tenoient au lieuë de bride, et portant sur leurs têtes un boyau tout salle, la sentence fut executée, et chacune de ces malheureuses fut accompagnée par deux Jüifs, dont l’un menoit l’animal, et l’autre le piquoit pour le faire marcher plus viste. Il y avoit une infinité de menu peuple et d’enfans qui les suivoient, et qui se moquerent d’elles226. C’est de cette maniere que la justice des Turcs punit les personnes débauchées, quand elles sont de leur religion, et quand elles manquent de payer au Cadi le droit qu’il exige d’elles pour la permission qu’il leur donne. Car si ces femmes lui payent punctuellem]en]t leur taxe, personne ne les incommode, et il y a en Turquie, aussi bien qu’ailleurs des maisons où cette infame commerce 225 See below, Appendix 2, on prostitution in Izmir. 226 Public humiliation appears to have been part of the Ottoman correctional philosophy. Laurent d’Arvieux wrote that in Izmir in 1655 to be paraded around the town and ridiculed was a punishment also meted out to other kinds of offenders, such as sellers in the marketplace who had repeatedly been caught tampering with weights and measures, Arvieux, vol. 1, pp. 83–84.

86

The Turkish Journal

se pratique publiquement. A l’egard des personnes de differente Religion, et quand c’est un Chrêtien qu’on trouve avec une femme Turque, ou quand même on n’en auroit qu’un simple subçon, on les punit de la mort, s’ils n’ont point d’argent tout prest, pour se racheter. Car en Turquie l’argent accommode tout. Par parenthese je ne dois pas oublier de vous dire, que dans Smirne les Turcs font toujours faire l’execution du supplice ou par un Chrêtien sujet au G[rand] S[eigneur] ou par un Juif, prenans pour cet office le premier de l’une, ou l’autre de ces deux religions qu’ils rencontrent ce jour là par la ruë. Ce qui fait connoître l’extrême mépris qu’ils font [34v] des Chrêtiens, puisque ils les égalent aux Juifs, et qu’ils les destinent aux actions les plus honteuses de la terre. Et même autrefois on ne perdonnoit pas aux Francs, au commencement de leur etablissement dans cette ville, mais à present on n’oseroit même pas leur en parler. Le Mardy, 13 du même mois, l’Amb[assadeu]re d’Angleterre se partit de Smirne, pour se rendre à C[onstantinop]le, apres y avoir demeuré environ trois mois. Son Consul avec tous les marchands de sa nation l’accompagnerent dans des barques, jusqu’à son vaisseau de guerre qui l’attendoit au Château, avec des bannieres et des flammes mises au vent. Je les suivis aussi dans un Caiq à part, pour m’embarquer avec lui. Mais un deplaisir notable qu’il avoit receu de la nation françoise, le jour qu’il fit son entrée solemnelle, et que la nation françoise lui reitera le jour de son depart, diminua de beaucoup les satisfactions que j’aurois pu attendre de lui dans ce voyage. Voicy ce que ce fut que cette affaire. C’est une coûtume à Smirne, que toutes les fois qu’un nouvel Amb[assadeu]re, ou Consul arrive, le jour qu’il doit faire son entrée solemnelle, tous les Consuls des autres nations députent un nombre de marchands pour aller au devant de lui, et pour l’accompagner jusqu’à la ville. Le jour que Mr Finche doivoit faire son entrée publique, Mr Chambon Consul françois deputa Mr G[aillard]227, avec douze marchands bien montés à cheval, pour lui faire cette civilité, et il donna avis de ce dessein dès le soir précédent au Consul Anglois, lui fesant entendre, qu’il se promettoit de sa bonne amitié, que ses marchands ne disputeroient pas le pas aux siens, ce que le Consul Anglois lui [35r] assura. Les deputés du Consul françois étans arrivés vers l’Amb[assadeu]re, qui étoit dans son vaisseau de guerre, à douze milles de Smirne, et lui ayant fait leurs civilités, de la part de celui qui les avoit envoyés, l’Amb[assadeu]re se mit en chemin pour aller à la ville faire son entrée, et toutes les choses se passerent dans la bonne intelligence entre toutes les nations qui s’y trouverent, jusqu’à un certain passage fort étroit qui est sur le chemin, et où à peine deux hommes 227 Joaquin Gaillard, one of the French agents in Izmir. See TiL, pp. 95, 436–437.

The Turkish Journal

87

de cheval peuvent passer de front, et comme par hazard il s’y rencontra un marchand françois avec le Chevalier Bendishe, qui accompagnoit l’Amb[assadeu]re228, et que le marchand françois voulut passer en ce lieu le premier, un marchand Anglois, qui trouvoit cela incivil, retira [119r]229 le cheval du François par la bride, pour donner lieu au Chevalier de passer devant. Sur ces contrefaites le marchand françois s’etant emporté contre le march[and] Anglois, et les députés de la nation françoise prenant le procedé de l’Anglois pour un affront, et pour une marque que sa nation vouloit disputer le pas à la leur, ils persuaderent tous les marchands François de quitter l’Amb[assadeu]re, ce qu’ayans fait, et étans arrivés à la Sainte Venerande230, qui est le lieu où il y avoit autrefois une Eglise dediée à l’honneur de cette Sainte, qui appartenoit aux Grecs, les matelots de leur nation, les voyans et croyans que c’etoit l’Amb[assadeu]re qui venoit, déchargerent leur artillerie, puis ils leverent les bannieres de leurs vaisseaux. Mais un moment apres l’Ambassadeur estant venu231, et les matelots François ayant appris ce qui s’estoit passé, il n’y en eut aucun qui luy rendit les honneurs accoutumés. L’affaire cependant n’en demeura pas là, mais de plus, pendant que l’Amb[assadeu]re sejourna dans la ville, le Consul françois ne lui rendit aucune visite, ni pour le feliciter de son arrivée, ni pour excuser la promtitude de ses marchands, et même nul autre Consul ne lui fit cette civilité, la coûtume etant que celui de France doit être le premier à rendre la visite au nouveau venu, et apres lui les autres, et qu’en cas que le Consul françois ne lui rende point de visite, les autres n’en rendent point aussi. Je ne fais point ce desagreable recit à dessein de choquer personne, comme je ne pretens point aussi d’examiner si la campagne étoit le lieu, où les François devoient pretendre le pas au devant les autres, ou s’ils ne devoient pas plutost attendre jusqu’à ce qu’ils fussent arrivés à la ville232. Je ne [119v] rapporte ici 228 For the entire episode see Anderson, p. 187 and below, Appendix 3. Wansleben confuses the name of Sir Thomas Baines, the lifelong companion of Sir John Finch, with that of Sir Thomas Bendish, a former English ambassador to the Porte. For the symbiotic friendship between Finch and Barnes, see G.F. Abbott, Under the Turk in Constantinople. A Record of Sir John Finch’s Embassy 1674–1681 (London, 1920), pp. 40–45. 229 Here the fair copy is resumed. 230 The Orthodox church of Agia Paraskevi known by the Franks as St Veneranda after the second-century martyr St Venera. See Christos S. Solomonidis, Η Εκκλησία της Σμύρνης (Athens, 1960), pp. 107–110. The ruins of the church are described by Arvieux, vol. 1, p. 5. It was also where the cemeteries of the Western communities in Izmir were located, and Europeans would often go hunting in the vicinity. 231 Deleted: nul vaisseau François ne le salüa, et n’arbora sa banniere. 232 Deleted in the rough copy, fol. 35v: Je ne veux en aucune maniere prendre les interests de la nation Anglois.

88

The Turkish Journal

figure 12 Sir Thomas Baines Portrait by Carlo Dolci (1616–1686), painted between 1665 and 1670. The Fitzwilliam Museum, Cambridge, UK

cette affaire, qu’autant qu’elle trouve sa place entre les choses que j’ai veuës dans mon voyage. Mais il est tres-certain, que du coté des Anglois cette action fut tres-mal reçeue, et qu’elle les irrita si fort contre les François, qu’on n’entendoit autre chose dans leur bord, que des injures, qu’ils vomissoient contr’eux, ne cessant entre autres que de les appeler frenche dogs, c’est à dire, chiens de François. Pour mon particulier, je perdis beaucoup de la bienveillance, que l’Ambassadeur et toute sa suite m’avoit temoignée auparavant. Certainem[en]t si j’avois pû prevoir la maniere peu obligeante dont les François en userent envers l’Amb[assadeu]r le jour de son depart, je ne me serois jamais embarqué avec

The Turkish Journal

89

lui. Mais comme cela arriva dans un temps où je ne pouvois plus reculer, je fus obligé de passer avec lui, et avec ceux de sa suite, le mieux qu’il me fut possible. Au Château de Sangiak Tourmi il fallut attendre la galere qui devoit porter l’Amb[assadeu]r des chateaux neufs233, jusqu’à C[onstantinop]le, et le Samedy, la galere etant venuë, on fit voile, et le soir nous passâmes à la veuë de l’Isle de Chio, la laissant à nôtre gauche. Le Dimanche matin on donna fond devant l’Isle de Tenedo234, pour attendre le retour du Brulot235, que l’Amb[assadeu]r y envoya dans le port, pour se donner à connoître au Gouverneur du château, et le Brulot etant de retour, on leva le fer, et le soir on donna fond un peu en deça des châteaux neufs de l’Hellespont, que lon nomme Jeinissari236, qui sont eloignés de Tenedo de trente milles.

figure 13 The Hellespont, Seddülbahir. Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien 233 234 235 236

The Hellespont. The island of Tenedos (Bozcaada in Turkish) is described at length below, fol. 74r. A fire-ship, often used to accompany galleys. Yeni Saray, the ‘new’ castles of Seddülbahir on the European coast and Kumkale on the Asiatic coast, built in about 1658. Hinlopen, p. 131, left a sketch of Seddülbahir (Figure 13). They are also illustrated and described by Grelot, pp. 4–5, 12, 18–19.

90

The Turkish Journal

Et parce que le vaisseau de guerre devoit s’en retourner des châteaux à Smirne, pour escorter les vaisseaux marchands de sa nation qui l’y attendoient, le Lundy de la Semaine Sainte on en debarqua les hardes de l’Amb[assadeu]r, et on les chargea sur le Brulot. L’Amb[assadeu]re et le Chevalier Bendishe237 [120r] se mirent sur la galere avec quelques marchands de leur Nation. Pour moy il laissa à mon choix, ou de m’embarquer avec lui sur la galere, ou si j’aimois mieux, sur le brulot. Mais je preferay le brulot à la Galere, sçachant bien que c’etoit un bâtiment plus commode et plus assûré en mer, que l’autre. Le Capitaine s’appeloit Fox. C’etoit un jeune homme, fort brave et fort resolu. Le mauvais temps ne lui fesoit pas peur, et le vent avoit beau souffler de quelque coté que ce fût, il fesoit toujours avancer son brulot238. Mais aussy nous estions tellement agitez dans ce vaisseau que les vens et les vagues poussoient avec violence, et qui la elevoient et precipitoient tout d’un coup, que nous ne pouvions retenir dans nostre Estomach la nourriture que nous avions prise. Parmy ceux qui s’embarquerent sur le brulot, il y avoit plusieurs officiers de la maison de l’Amb[assadeu]r qui etoient fort de mes amis. Il y avoit encore deux Demoiselles Angloises239, dont la hardiesse m’étonna beaucoup, lors qu’en passant devant les châteaux, qui sont sur l’Hellespont, je vis que chacune à son tour, avec un petit bout de mêche à la main, mit le feu à trois canons pour les saluër. A six heures du matin nous passâmes entre les deux châteaux neufs240, et à trois heures apres midy, entre les Dardanellles. Le mardy nous nous trouvâmes dans la mer de Marmara. Le mercredi le vent fut si fort, et nous fut si contraire, que ne pouvans guere avancer, quelque effort que nous fissions, le Capitaine trouva à propos de jetter l’ancre sous le Cap Bosborun241, qui est à la pointe du Golphe de Montagnà242, eloigné de C[onstantinop]le de cent milles. Le Jeudy Saint il envoya des gens243 à Armoutli244, pour [120v] y achepter quelque peu de provision. Ce village étoit eloigné de la pointe du Cap, sous lequel nous etions sur le fer245, de deux heures de chemin, pour un homme de pied. Je mis pied à terre avec les autres qui y alloient, afin de me promener un peu246. Le soir nous 237 Baines. See above, n. 228. 238 Deleted: Aussi sautoit-il quelque fois de cette sorte qu’il nous fesoit rendre tout ce que nous avions dans le corps. 239 In the rough copy: qui etoient de la même famille. 240 This first phrase is lightly deleted. 241 Cape Bozburun. 242 Mudanya. See below, pp. 125–126. 243 In margin: Armoutli. 244 Armutlu. 245 Above the line: à l’encre. 246 Deleted: et de voir aussi le village.

The Turkish Journal

91

partimes du Cap, mais à cause que les vents continuoient encore à souffler de la prouë, nous avançames fort peu. Le Vendredy Saint, les vents étoient de même que le jour precedent, les courants d’eau qui venoient de C[onstantinop]le, les brouillards, et les pluyes nous incommodoient tout à la fois. Enfin le Samedy Saint, nous arrivâmes à C[onstantinop]le. Mais avant que de faire le recit de ce qui s’est passé à mon égard à C[onstantinop]le, je trouve à propos de vous representer en deux mots l’etat de la ville de Smirne telle qu’elle est aujourdhui. Etat present de Smirne247 Smirne est une ville tres-marchande dans l’Asie mineure, nommée ordinairem[en]t l’Anatolie. Elle est assise au bout d’un Golphe de la mer Mediterranée, d’où il tire son nom de Golphe de Smirne. Son assiette est en partie sur la pente d’une montagne, dans le même endroit où etoit batie l’ancienne ville, et en partie dans une plaine, qui est entre deux montagnes, et c’est de ce côté là qu’elle est battuë de la mer. Elle a souvent changé d’Estat sous les Empereurs Grecs, car tantost elle a été au pouvoir des Genois, et tantost sous la domination des Venitiens, et enfin elle est venuë sous celle du Turc. Ce n’est que depuis peu qu’elle [121r] a commencé à se relever un peu de ses ruines, par le commerce des Francs, qui ayant auparavant eu leur etablissement à Chio, et perdant souvent des barques et des marchandises, qui leur venoient de l’Anatolie, ces pertes les obligerent de quitter cette ville, et de se transporter à Smirne, où le sejour étoit plus commode pour le traffic. Et y ayant attiré le commerce de la Perse, et celui de toute l’Asie mineure, elle est enfin devenuë si riche, et si puissante, qu’aujourdhui elle est contée pour une des villes les plus marchandes de l’Asie248. Cette ville est un appanage de la Sultane épouse du G[rand] S[eigneur]. Il n’y a pour tout gouverneur qu’un Cadi, et un Serdar249. Le Cadi est le juge dans le civil, et dans le criminel, et le Serdar commande à la milice. Elle n’est pas fort grande, et même elle n’a point des murailles. Ses maisons ne sont point bâties en terrasses, mais250 en comble. Leur structure est foible, et fort simple. Elles ne sont faites que de bois et de terre, mélés de briques, et les planchers et les plafons sont d’aix251, de maniere que quand on se promene tant soit peu fort dans les chambres, toute la maison tremble252. Elles ne laissent 247 248 249 250 251 252

In margin. For the precipitous rise of Izmir in the seventeenth century see Goffman, pp. 50–146. Military commander. Deleted in the rough copy: à la façon de celles de C[onstantinop]le. ‘Ais’, planks. Deleted: incontinent.

92

The Turkish Journal

pas pourtant d’être commodes, particulierem[en]t celles où demeurent les Francs, et quelques autres qui appartiennent aux personnes de qualité. Cette ville a un petit port pour les galeres et les barques, et les grands vaisseaux demeurent à la rade. Le port est désfendu par un petit chateau, qui est de peu de considération, et fort mal gardé. On y voit sur la grande porte les armes de [121v] quelques Papes, et à côté de quelques autres puissances de l’Europe, ce qui marque qu’autrefois ils ont été maitres de cette ville là. Il y a encore sur une autre pierre de l’es{c}riture Arabe. Tous les nations font leur residence dans Smirne, Grecs, Turcs, Francs, Armeniens, et Juifs. Les Grecs sont les originaires du pays253. Ils sont gouvernés par un Archevêque254. On conserve dans leur Eglise255 le corps d’un de leurs martyrs256, nommé S. Marc le jeune, avec les fers qu’il portoit dans sa prison, et l’épée dont les Turcs lui couperent la tête, en haine de la Religion de J[esus] Christ, en 1623 l’11. May257. Ils n’ont point aujourdhuy d’autre Eglise que celle là. Celles qu’ils avoient autrefois ont eté toutes ruinées. Les Turcs en sont à present les maîtres. Ils y ont quinze Mosquées, qui ne sont pas fort grandes, ni fort magnifiques. Les Armeniens et les Francs y font le plus grand traffic. Celui des Armeniens258 consiste en toutes les sortes des marchandises, que la Perse fournit. Il y vient

253 For the Greeks in Izmir see Goffman, pp. 83–85, 142–143; Elena Frangakis-Syrett, The Commerce of Smyrna in the Eighteenth Century (1700–1820) (Athens, 1992), pp. 108–112; Marie-Carmen Smyrnelis, Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles (Paris, 2005), pp. 33–34. 254 Makarios. 255 Agia Fotini in Frank Street. 256 In margin: S. Marc le neuf martyr. 257 Markos Kyriakopoulos from Crete who converted to Islam and then reverted to Christianity. He was in fact executed on 14 May 1643. His martyrdom, which was encouraged by the Orthodox clergy as an assertion of confessional identity, attracted some attention in Western Europe. Buried in the church of Agia Fotini, his relics were sought after by both Catholics and Orthodox. See Yorgos Tzedopoulos, ‘Συνύπαρξη και ανταγωνισμός στη Σμύρνη του 17ου αιώνα: Ο διαμφισβητούμενος τόπος του μαρτυρίου’ in Ioannis Karachristos and Paraskevas Potiropoulos, eds., Σμύρνη: Η ανάπτυξη μιας μητρόπολης της Ανατολικής Μεσογείου (17ος αι.–1922) (Athens, 2016), pp. 191–203, esp. pp. 192–194. 258 Armenian merchants from Persia began to arrive in Izmir from the early 1620s on, and by 1626 the Venetian consul in Aleppo already complained that many caravans carrying silk and other precious wares were now passing Aleppo by on their way to Izmir. Goffman, pp. 77, 81–86, 141–143; Frangakis-Syrett, The Commerce of Smyrna, pp. 107–108; Smyrnelis, Une société hors de soi, pp. 34–35.

The Turkish Journal

93

d’Ispahan, capitale de ce Royaume, presque tous les mois une Caravane259. Ils ont à Smirne une fort belle Eglise, et un Evêque qui en a la direction260. Il y a beaucoup de Francs tres-riches et de toutes les nations261. Il y a un grand nombre de François, d’Anglois, d’Hollandois, de Genois, et de Venitiens. Chacune de ces nation{s} a son Consul. Ils y ont plus des privileges, et plus de liberté qu’en aucune autre ville de la domination du G[rand] S[eigneur]. Ils n’en sçauroient pas souhaiter d’avantage, quand même ils seroient dans leur propre pays. Ils y vont à cheval ; ils s’habillent de vert262 ; ils portent le Turban blanc, quand ils vont en voyage, [122r] comme les Turcs mêmes. Le Soubachi263, ou le Commissaire ne peut pas entrer dans leur quartier, ni de jour, ni de nuit pour les molester. Ils y vivent fort splendidem[en]t ; ils sont tres-bien logés ; leur ruë est la plus grande, et la plus commode de toute la ville. Elle va tout le long de la marine, et les maisons qui sont sur le bord264, ont l’avantage, qu’on y peut charger et decharger les marchandises sans aucune peine. Ils ne sont point obligés comme ailleurs, de faire porter leurs marchandises à la Doüane, pour les y faire visiter et peser, avant que de les mettre dans leurs magazins. Le fermier de la Douane est obligé de venir chez eux, et de les visiter dans leurs magazins. Les droits pour leur entrée, et pour leur sortie sont modiques, ne payant que trois pour cent. Chaque Religion y a son libre exercice. Les Catholiques n’ont point d’autres Curés que des P[eres] Capucins, qui sont de la Province de Paris265. Ils y ont une fort belle Eglise. Leur couvent est vis à vis la maison du Consul françois, qui a la commodité d’y passer sans être vu de personne, par un pont couvert, qui traverse la ruë, et qui joint ces deux maisons. Les P[eres] Jesuites demeurent aussi dans cette même ruë266. Ils sont fort commodém[en]t logés, et de plus ils ont une chapelle dans leur maison. Ils sont aussi de la Province de Paris. Les Religieux de S. François sont logés dans l’autre bout de la ruë des Francs267. Ils

259 In the rough copy, fol. 38r: Elle est six mois en chemin et elle porte…. 260 At the time when Wansleben was in Izmir this was Ephrem Vertabeat. See Hyacinthe de Boniface, Arrests notables de la Cour de Parlement de Provence, vol. 3 (Lyon, 1689), p. 412. We owe this information to the kindness of Cesare Santus. 261 For the French in Izmir see Goffman, pp. 119–137; Frangakis-Syrett, The Commerce of Smyrna, pp. 85–96, 119–154; Smyrnelis, Une société hors de soi, pp. 36–39. 262 Green was the colour of the sharifs or descendants of the family of the Prophet. 263 Subaşı, the commander of the police. 264 Deleted: ayant encore leurs magazins sur le bord. 265 The French Capuchins settled in Izmir in 1628. 266 The Jesuits had established themselves in Izmir at the end of 1623 (Galland, Le Voyage, p. 264). 267 The Franciscan Recollects had been in Izmir since 1642.

94

The Turkish Journal

sont Italiens. Il y a encore un Vicaire Apostolique, qui est un prêtre séculier, qui est entretenu par la Congreg[ation] de Prop[aganda] Fide à Rome268. Les Anglois ont un Ministre pour l’exercice de la Religion [122v] protestante dans la maison du Consul de cette nation269. On voit les femmes à Smirne avec la même liberté que l’on fait en France. Il y en a un grand nombre dans le quartier des Francs, de toute sorte des nations. Il y a des Angloises, des Françoises, des Italiennes, et presque de toutes les Isles de l’Archipel. Chacune s’habille à la mode de son pays, et celles des Isles affectent en particulier de porter pendant l’hyver des pellices garnies de riches fourrures. Elles ont un tel ascendant sur l’esprit des Francs270, qu’il n’y en a presque point, qui puisse se desfendre de leurs charmes. Imbat271 Le sejour y est fort agreable, et quoi qu’il sembloist que les chaleurs y deussent être insupportables, parce que la ville est sçituée entre deux montagnes, qui reflechissent les rayons du soleil, et qui empechent que le vent n’y passe, pour en moderer l’ardeur, la providence neantmoins y a remedié, par un vent de mer qu’on nomme Imbat272, qui vient du Septentrion, et qui souffle tous les jours depuis l’equinoxe de Mars, jusqu’à celui du Septembre, et depuis neuf heures du matin jusqu’à neuf heures du soir, en sorte qu’il arrive rarem[en]t que l’on ressente des chaleurs excessives. Vin de Smirne273 Le vin y est excellent274. Il y en a de deux sortes. L’un est d’une couleur jaunâtre chargée, qui ressemble presque à la bierre rouge275, et l’autre est blanc. Celuy cy est doux, et l’autre a un goust qui a quelque chose d’aromatique. C’est sans contredit le vin le plus fort qui soit dans tout le Levant, et dont par consequent on puisse moins faire exces. Il cause de grands [123r] maux de teste quand on en boit trop, mais au contraire, il fortifie l’estomach quand on en use avec moderation. Il y a encore cela de singulier dans les vins de ce pays, qu’on n’en 268 Leone Macripodario. See above, n. 196. 269 Philip Traherne (1635–1686), the brother of the poet Thomas, was chaplain in Izmir from 1670 to 1674. See J.B. Pearson, A biographical sketch of the chaplains to the Levant Company 1611–1706 (Cambridge 1883), pp. 32–33. For his friendship with Wansleben see Til, p. 449. 270 In rough copy, fol. 38v: qu’on pourroit les nommer leur pierre d’achopement. 271 In margin. 272 Imbat, usually meaning a west or south-west wind. 273 In margin. 274 For wine production in Izmir see Goffman, pp. 42–43. 275 In rough copy: d’Alemagne.

The Turkish Journal

95

sçauroit trouver deux cuvées qui aient tout à fait le même goust, ce qui vient en partie des diverses sortes des raisins, et en partie de la differente maniere dont on les fait276. On y trouve quantité de volaille, et tout sorte de gibbier, dans la saison. Il y a aussi des francolins277. Le poisson et tout sorte d’ecailles de mer y sont en abbondance, comme sont les Astaci278, les locustes, les ecrevisses, les herissons279, les huitres, et plusieurs autres sortes. Cependant les huitres n’y sont pas si bonnes, ni si grandes, comme celles de Mitilene, et de C[onstantinop]le, à cause que leur chair est trop molle, et qu’elles ont trop de laict. Il y a une chose à Smirne qui est d’une tres-grande commodité pour les étrangers. C’est qu’ils n’ont pas besoin de se mettre en peine, où se loger quand ils y arrivent280, parce qu’il y a quantité de cabarets dans la ruë des Francs pour toutes les nations, où pour onze écus par mois281 l’on est admirablement bien logé. Touchant la monnoye282 qui a cours dans cette ville, on y passe les reaux d’Espagne, les Dallers d’Hollande, les pieces de cinq souls, les maidins du Caire, les sequins de Venise, et plusieurs autres especes, mais toute sorte d’espèce y vaut beaucoup moins, que dans les villes des environs. C’est pourquoi il n’est pas avantageux pour un passager d’y rester longtemps, et d’y faire des grandes depences. En particulier il y avoit lorsque j’y etois une grande confusion pour les aspres, car [123v] ceux de Smirne en ayant fait de particuliers, ils rejettoient ceux des autres villes des environs. Savon283 On fait à Smirne un si grand traffic de savon284, qu’il y a plus de soixante maisons où on en fait, et dont chacune consume tous les dix jours cinquante mille livres d’huyle d’olive. On y peint encore des toiles de cotton à la persienne. Ce

276 Deleted: chacun observant dans la façon du sien une maniere particuliere. 277 Resembling, but slightly larger than, partridges, francolins are now classified in the subfamily Pavoninae. 278 Sea shrimps. 279 Below in the rough copy, fol. 39r: echini. From αχινός, sea urchin. 280 Deleted: comme à C[onstantinop]le et ailleurs. 281 Deleted: on a une chambre et un lit, et … 282 See below, Appendix 4. 283 In margin. 284 For the production of soap in Izmir, see Goffman, p. 73.

96

The Turkish Journal

sont particulierement les François qui les font faire par les Armeniens, pour apres les envoyer en France. Gabai285 Un Juif nommé Gabai, et qui est aujourdhuy Truchement de Mr Augustin Spinola, Resident pour la Rep[ublique] de Gennes à C[onstantinop]le286, a une imprimerie, et les matrices pour faire des caracteres des langues Slavonique, Armenienne, Hebraique, Grecque et Latine. Il a fait imprimer plusieurs ouvrages dans ces trois dernieres langues. Il offrit de me vendre son imprimerie, et me dit qu’à Gallipoli, dans la maison d’un particulier, il y avoit la Bible Turque en caracteres Ebraiques, et qu’il avoit veu aussi la Bible Grecque en caracteures Hebreux287. Mr Imber288 Un marchand François, nommé Imbert289, qui s’est etabli à Smirne, a trouvé depuis peu une racine290, qui croît en quantité dans ce quartier là. Cette racine teint aussi bien en noir, quand elle est bien pilée, et reduite en poudre, que la noix de galle. C’est une chose certaine, et dont j’ay fait moi-même l’experience. C’est que cette poudre trempée dans l’eau, fait à l’heure même une encre 285 In margin. 286 Agostino Spinola was elected Genoese resident in Istanbul in August 1674 and returned to Genoa early in 1680. See Onorato Pastine, Genova e l’impero ottomano nel secolo XVII (Genova, 1952), pp. 140, 179–183. 287 Wansleben’s encounter with the Jewish printer and publisher Abraham Gabbai is discussed by Joseph Hacker, ‘Sheliho shel Louis 14 bi-levent ve-tarbutam shel yehudei ha-impiria ha-ottomanit be-doah mi-shehat 1675’, Zion 52 1987, pp. 25–44. We owe this reference to the kindness of Joanna Weinberg. Cf. Galland, vol. 2, p. 217: ‘Il y a, à Smyrne, un imprimeur Juif qui y est passé de Ligourne depuis plusieurs années, lequel a imprimé beaucoup de livres nouveaux en langue hébraïque qui n’ont pas encore passé en Europe. On peut les avoir tous pour peu d’argent.’ Abraham Gabbai arrived in Izmir from Livorno in 1657 with material from his father’s printing press, and in Izmir printed a number of works in Hebrew as well as two in Spanish. See Rachel Simon, ‘Printing and Printers’ in Norman A. Stillman, ed., Encyclopedia of Jews in the Islamic World (Leiden, 2010), pp. 102–103; Marvin J. Heller, Printing the Talmud: A History of the Individual Treatises Printed from 1700 to 1750 (Leiden, 1999), p. 328; Avraham Yaari, ‘Hebrew Printing at Izmir’, Areshet, 1 (1958), pp. 97–222, esp. pp. 101–102. 288 In margin. 289 Antoine Imbert. See Anderson, pp. 187–189. A letter from Imbert to Wansleben, included in this same manuscript, fols. 196r–197v, is published by Pougeois, pp. 471–472. 290 The root of spiraea hypericifolia L., now generally known as Iberian spirea, is common throughout Turkey and was used there to produce a black dye. Yunus Doğan, Süleyman Bașlar, Hasan Hüseyın Mert and Güngör Ay, ‘Plants used as natural dye sources in Turkey’, Economic Botany, 57 (2003), pp. 442–453, esp. p. 449.

The Turkish Journal

97

excellente. Il seroit à souhaiter que ce marchand vînt en France, comme il en avoit le dessein, pour produire lui-même son secret aux Teinturiers. Son voyage lui seroit assurément beaucoup profitable, et au public. Il seroit superflu de vous faire un portraict des Consuls des [124r] Francs, chacun sçachant que ce sont de petits souverains. Je diray seulement touchant le Consulat des François, qu’il appartient à Messieurs de Puits de Marseille, qui l’ont obtenu de Henri IV291. Du temps292 que j’y etois, ils le firent exercer par un marchand, nommé Louis Chambon, mais depuis peu293 Messieurs du Puits ont eté obligés par un ordre du Roi, de l’exercer eux-même, pour empecher les continuelles broüilleries qu’il y avoit entre les marchands et ceux qui exerçoient le Consulat par commission294. Ils sont juges des differens qui arrivent entre ceux de leur banniere, mais on appelle de leurs sentences à l’Amb[assadeu]r de C[onstantinop]le. Ils peuvent avec l’avis des Deputés de la nation lever de l’argent sur les vaisseaux, et sur les marchandises qu’on y charge, si la necessité, et le bien de la nation le demande. Et dans cette année cy le Consul a fait payer à chaque vaisseau françois, qui arrivoit au port, douze cens écus d’avanie295, et à chaque barque six cens, pour satisfaire aux frais que Mr de Nointel avoit faict à Andrinople, pour renouveller les Traittés entre le Roy de France, et le G[rand] S[eigneur]296, et pour contribuer aussi aux dépences de son voyage de la Terre Sainte, de maniere que pour ces

291 In fact the Dupuy family had purchased the consulate from François Bourguignon de La Mure in 1636 (see above). The French consulate in Izmir was opened by Henri IV before 1610, and Jean and François Dupuy had acted as vice-consuls from 1624 on. In 1657 they made the consulate over to their nephew Augustin and their son Henri, the titular consul when Wansleben was writing. See Galland, Le Voyage, p. 263; Poumarède, ‘Naissance d’une institution royale’, pp. 78, 88. 292 In margin: Louis Chambon. 293 The change occurred in 1675. 294 For the many attempts by the French authorities to reform the consular system and to insist that the titular consul actually act as such rather than entrusting the office to a deputy, see Poumarède, ‘Naissance d’une institution royale’, pp. 112–128. It was only at the very end of the century, thanks to Colbert’s son Jean-Baptiste Antoine Colbert de Seignelay and his successor, Jérôme Phélypeaux de Pontchartrain, that the measures had a true degree of success. 295 Wansleben’s use of the term ‘avanie’ in this context is unusual. It was normally applied to sums of money extracted from Westerners by Ottoman officials on what the ‘victims’ considered false pretences. 296 For Nointel’s renewal of the capitulations in Adrianople see Vandal, pp. 99–112 and above, Introduction, pp. 9–10.

98

The Turkish Journal

deux parties, la nation françoise de Smirne a contribuée dix mille écus, depuis le mois de Septembre, de l’année passée, jusqu’au mois de Mars de celle ci297. Journal de Constantinople Etant arrivé à Pera le 17 Mars, et ayant dit à Dieu aux Anglois, en la compagnie des quels j’avois fait voyage dans le Brulot, et qui s’en allerent avec joye au logis de leur Amb[assadeu]r, je me trouvai seul sans sçavoir de quel coté je devois tourner, [124v] parce qu’il n’y a point d’auberges ni des cabarets à C[onstantino]ple, où un etranger puisse aller loger quand il arrive. Dans cette necessité, et parce qu’il etoit deja trois heures apres midy, je fus obligé de me retirer pour quelques jours dans la maison de l’Ambassadeur de France298, en attendant que je pusse m’accommoder ailleurs. Car je n’ai point honte d’avouër que j’etois alors fort mal dans mes finances. Mais je pris d’abord un tres-mauvais presage de l’etrange solitude que je trouvais dans ce palais299, et j’y demeurai presque une heure entiere sans rencontrer personne à qui je pusse parler. Cela me jetta mille inquietudes dans l’esprit, touchant ce qui pourroit m’arriver dans cette ville300. Enfin je frappai la porte d’une chambre, qui etoit à main gauche301, dans la court. C’etoit la chambre du Janissaire, qui garde la maison, chaque Amb[assadeu]r en ayant toujours trois ou quatre, pour empecher que les Turcs n’y fassent aucune insolence, et n’y causent quelque desordre. Il en sortit un homme avec une pippe de Tabac à la bouche, qui m’ayant fait connoître qu’il etoit premier Truchement de la nation302, je lui presentay mon passeport. Mais au lieu de le porter à son front, et de le baiser ensuite, pour marquer le respect qu’un sujet doit avoir pour son maître, comme c’est la coûtume des Levantins, quand ils lisent quelque ordre de leur Prince, je fus fort surpris 297 It was this levy exacted from the merchants of Izmir that seems to have contributed more than anything else to the disgrace of Nointel. When Louis XIV received their complaints he never forgave the ambassador. See Vandal, pp. 232–234. 298 The ‘Maison’ or ‘Palais’ de France, off what is now the Istiklal Caddesi in Galata, was built shortly after the land was given to the French in 1581. The original building was destroyed by fire in 1831 (Freely, p. 302). 299 Added in rough copy, fol. 40v: ‘Car Mr de Nointel avoit pris tout son monde avec lui dans son voyage de Jerusalem.’ Nointel, who reached the Holy Land on 12 February 1674, was in Jerusalem from 15 March to 7 May. See Vandal, pp. 133–145. 300 Deleted: dont je ne sçavais ny la langue ny les personnes, ny le genie du peuple. 301 Deleted: en descendant de l’allée qui conduit…. 302 If this was indeed the first dragoman of the French embassy it must have been Jean Baptiste Fornetti (1618–1694), whom Wansleben would be happier to see during a later incident. See below, p. 108.

The Turkish Journal

99

de voir qu’il en faisoit la lecture avec aussi peu de Ceremonie, que si c’eust eté le billet d’un marchand. Il n’ota pas même sa pippe de sa bouche, [125r] et pour toute reponce, il me dit froidem[ent] qu’il falloit que je m’addressasse à la maitresse d’hôtel, sans se donner la peine lui même de m’y accompagner. Je vous avouë que je fus un peu mortifié d’un procedé si mal honneste, et que j’eus toutes les peines du monde à ne lui point faire connoître mon ressentiment. Je fus donc trouver cette Dame, qui se nommoit Mad[emoisell]e Retel, et je connus d’abord sur son visage, l’embarras ou cette rencontre la mettoit, ne sachant à quoy se determiner. D’un coté elle m’alleguoit des raisons tres-fortes pour s’excuser de ne recevoir personne dans la maison de son Maître, et d’un autre il sembloit que l’honnesteté ne lui permettoit pas de refuser le couvert à un estranger de ma sorte. Mais enfin, ayant surmonté par sa bonté naturelle toutes les difficultés qu’elle m’avoit faites, elle m’offrit de la maniere du monde la plus obligeante, non seulem[ent] une chambre, mais encor sa table. Aussi tost que je fus assuré de mon gîte, je me fis conduire à la maison des marchands pour qui j’avois des lettres de recommendation. Il est bien vray, qu’elles n’etoient pas écrites par celui même, qui avoit écrit les autres que j’avois eües pour les Consuls, mais par un marchand au Caire, qui fesoit les affaires des Messieurs de la Compagnie du Levant, qui avoit eu ordre de ses superieurs, de me donner des lettres de faveur, pour ses amis des autres lieux où je devois aller303. Mais ces Messieurs [125v] ayant deja eu des nouvelles de Smirne, de la maniere que le Consul m’avoit traitté, se persuaderent que c’estoit un exemple qu’ils pouvoient suivre. En effet ils me refuserent ce que je leur demandai. J’eus beaucoup de chagrin de voir que mes affaires prenoient un si mauvais commencem[ent]. Mercredy le 4 Avril, la Galere qui portoit l’Amb[assadeu]re d’Angleterre arriva à C[onstantino]ple, mais il ne fit point d’entrée publique. Le 10 du même mois je sortis de la maison de l’Ambassadeur de France, et je me mis en pension chez un Apothicaire François, qui demeuroit à Galata, nommé Chaber304, en attendant que les ordres fussent venus de France, pour toucher 303 Of the original letters, written in May 1671, one was signed by Nicolas Arnoul, the inspector of galleys in Marseille, and one by François Paparel and Jean Tronchin, shareholders and partners of the Compagnie du Levant. For the letters themselves and Wansleben’s discussion and criticisms of them see TiL, pp. 92–96. The merchant who gave Wansleben further letters of recommendation was Pierre Brousson with whom Wansleben stayed when he first arrived in Cairo, and who saw to the dispatch from Egypt to France of many of Wansleben’s manuscripts. See TiL, pp. 153, 341, 436. 304 Chabert was the apothecary to the French embassy. See Galland, vol. 2, p. 124, who also mentions Mlle ‘Sisibé’. For Chabert as a source of information (and rumours) see John-Paul A. Ghobrial, The Whispers of Cities. Information Flows in Istanbul, London, and Paris in the Age of William Trumbull (Oxford, 2014), p. 48.

100

The Turkish Journal

mes appointements, et que je pusse prendre une maison à moy. Je convins avec lui à vingt ecus par mois pour ma nourriture, et pour une chambre, qui pourtant n’etoit pas ni des plus belles, ni des plus commodes. Ce qui fait voir que les vivres à C[onstantino]ple ne sont pas à si bon marché, comme on pourroit se l’imaginer en France. Cet Apothicaire étoit marié avec une tres-vertueuse Demoiselle françoise, nommée Theresa Phisibé, qui demeuroit avec sa mere, et avec deux de ses soeurs. Ce qui m’obligea particulierement de prendre logis dans cette maison, fut que cette famile etoit en tres-bonne reputation à Galata, et que la maîtresse etoit soeur de Mr Phisibé, Truchement de la nation françoise à Saide, avec le quel j’avois lié une tres etroite amitié, lorsque j’etois en cette ville là, en 1671305. Le306 premier entretien que mon hôte eut avec moi, fut sur l’Ambassade de C[onstantino]ple. Il me voulut persuader, qu’il n’etoit [126r] pas necessaire que Sa M[ajes]tè y tint un Ambassadeur avec tant des depences, mais qu’un simple Resident y pouvoit exercer cette function, avec le même honneur pour Sa M[ajes]té avec le même avantage pour la nation, et avec la moitié moins de depences qu’un Amb[assadeu]r. Il me dit, que les marchands en etoient fort incommodés, à cause que c’etoient eux, qui lui devoient avancer ses appointements, pour attendre apres leurs remboursement de la cour, ce qui leur ôtoit le moyen d’employer une partie de leur argent pour le traffic, qui seroit bien plus avantageux pour eux que de le donner au change. Il ajoûta que tout ce grand eclat avec le quel les Ambassadeurs paroissent à C[onstantino]ple, et à la cour du G[rand] S[eigneur] ne les fesoit pas plus considerer, ni du Grand Vizir, ni des autres grands de la Cour, qui etans des gens grossiers, et qui ne sçavent pas nos coûtumes, ni la difference qu’il y a entre un Amb[assadeu]r et un simple Resident, nommoient tous egalement Eltcis307 ou Legats : hormis qu’ils donnoient à celui de France la preseance sur les autres, et même sur celui de l’Empereur. Et pour confirmer son discours, il

305 For Wansleben’s stay in Sidon from 21 January to 16 March 1672 see TiL, pp. 127–138. In spite of the many details he describes he does not mention Denis Fuzibé, a Greek from Constantinople who was educated by the French Jesuits in Sidon and amazed his teachers by his gifts as a linguist. ‘N’oublions pas,’ wrote Joseph Besson (La Syrie Sainte ou la Mission de Iesus et des Peres de la Compagnie de Iesus en Syrie (Paris, 1660), p. 176), ‘un Grec de Constantinople, appellé Denys Fusibé, qui, à la douziesme de ses années, avoit tant profité à nostre école de Seyde, qu’il parloit aisément en quatre sorte de Langues, Françoise, Arabe, Turquesque, & Grec vulgaire  …’. D’Arvieux met him when he was in Sidon in 1658. ‘Au-dessus de ces pièces,’ he wrote about the French consulate, ‘il y a un grand corps de logis qui étoit occupé par le Sieur Fuzibée, Drogment, ou Interprete de la Nation, & qu’il avoit fait bâtir.’ (Arvieux, vol. 1, p. 321). 306 The following passage in italics is lightly crossed out but perfectly legible. 307 Elçi, envoy or ambassador.

The Turkish Journal

101

apporta l’exemple de Mr R[oboly]308, qui n’etant qu’un simple marchand et laissé par Mr N.N.309 à sa place, pour avoir soin des affaires de la nation, pendant son absence, il dit, que ce Mr R[oboly] avoir soûtenu les interests de la nation pendant plusieurs ans, avec tant de vigueur, qu’un Amb[assadeu]r même n’auroit pû faire d’avantage ; et que neanmoins ce Resident n’avoit eu pour tous ses appointements que quatre mille ecus par an. Il qualifia l’Ambassade de C[onstantino]ple la plus miserable de toutes celles où la Cour [126v] envoyoit, à cause qu’elle ne donne pas assez d’occupation a celui qui l’exerce ; que celui qui en est revetu, est incessamment exposé à souffrir des affronts, que la Barbarie des Turcs peut leur faire ; et que tres-souvent leur vie même etoit en danger, lors particulierem[en]t qu’il n’y avoit pas une fort bonne correspondence entre le Vezir et l’Amb[assadeu]r, ou qu’il y avoit quelque brouillerie dans les affaires d’etat entre l’une et l’autre nation, la Porte ne permettant pas à un Representant qui y reside de la part d’un Prince Chrétien de se retirer, ou de quitter son poste quand il veut, s’il n’y en laisse un autre en sa place. Par une autre raison il la nomma aussi la plus profitable de toutes, à cause que le Roy lui donne douze mille écus d’appointements par an, et que le commerce de Marseille lui paye encore dix sept mille livres310. Ce qui est suffisant à un Amb[assadeu]r pour vivre splendidem[en]t, et pour epargner encore quelque chose, s’il est tant soit peu menager de ses revenus311. Comme il n’y a rien de si necessaire que l’eau dans une grande ville comme C[onstantino]ple, où il n’y a point de rivieres, parce qu’elle est toute bâtie sur des montagnes, il n’y a point aussi de dépenses que les Grands Seigneurs n’ayent faites, pour y en faire venir abondam[men]t312. [127r] Mais la magnificence de Sultan Soliman a surpassé celle de tous ses predecesseurs. Car313 il a fait venir de la bonne eau par des conduits souterrains tres-spatieux, continués par un chemin de plus de quatre heures pour un homme de cheval, et par une infinité de314 tours et de detours, ayant été besoin en plusieurs endroits de 308 Jean-François Roboly (1623–1689) from Aix-en-Provence. See below, n. 523, for Wansle­ ben’s meeting with him. 309 Denis de La Haye Ventelet, ambassador from 1665 to 1670. 310 See below, Appendix 4. 311 Deleted: Avec tout cela, et bien que je fusse fort aise d’être un peu instruit des affaires de C[onstantino]ple, et du sentiment des François de cette ville là, je connus pourtant depuis en plusieurs autres rencontres, que la langue de cet homme etoit aussi adroite pour faire un mauvais rapport, que sa main etoit habile à donner une bonne medecine. 312 Deleted: de tres beaux conduits, pour donner abondamment de l’eau douce à cette ville Imperiale. 313 Deleted: pour eterniser sa memoire, il a fait faire des conduits, qui pour la grandeur du dessein, et pour l’extraordinaire depense peuvent passer pour une des merveilles du monde. 314 Deleted: effroyables.

102

The Turkish Journal

percer des montagnes tres-hautes par où l’eau devoit être conduite, et de les joindre en d’autres lieux par des arcades tres-magnifiques et tres-elevées. Le 5  May je fus voir ces acqueducs, avec plusieurs Messieurs qui eurent la même curiosité. Nous nous servîmes pour cet effet des cheveaux de l’écurie de Mr l’Ambassadeur. Nous sortimes par Pera315, et nous primes ensuite nôtre chemin entre l’occident, et le nort. Nous traversâmes tantost des bois, tantost des campagnes decouvertes, et des montagnes, qu’il nous fallait monter et descendre. Il y a trois de ces acqueducs316 qui joignent ensemble des montagnes, dont l’une est fort eloignée de l’autre. Le premier que nous vismes dans le chemin par où nous étions venus, a trois rangs d’arcades les unes au dessus des autres. Dans le plus haut rang il y a vingt arcades, toutes tres-elevées, et tres-spacieuses, et de coté et d’autre il y a un espace par où un homme de cheval peut passer d’un bout de l’acqueduc à l’autre. L’arcade qui sert de base à toutes les autres qui sont au dessus est large de vingt huit pieds. Tout l’ouvrage est fait [127v] de tres-grandes pierres de taille, coupées en pointes de diamants, et toute l’archtecture en est tres-belle. L’autre acqueduc, qui joint aussi deux montagnes ensemble, n’est pas si long que ce premier. Il n’a que deux rangs d’arcades, les unes audessus des autres, et dans chaque rang il n’y a que quatre arches. Celles d’enbas sont fort grandes, et celles d’en haut le sont moins ; et entre chaque grande il y en a trois petites l’une sur l’autre. Cependant il est plus curieux que tous les autres pour l’archtecture. Le troisieme acqueduc, qui est le plus haut et le plus long de tous (à cause qu’il y joint ensemble deux montagnes fort eloignées l’une de l’autre) a trois rangs d’arcades l’un au dessus de l’autre. Dans celui d’en haut il y a cinquante et une arcades tres grandes, et toute la fabrique est de pierres tres-grosses, et l’ouvrage en est fort magnifique. Tout le long du chemin par où passe ce conduit, il y a d’espace en espace de grands bassins, dans les quels l’eau s’amasse, afin de continuer apres son cours en plus grande abondance jusqu’à la ville, et de peur qu’elle ne diminue, ou ne se perde, dans un si long chemin.

315 Added in rough copy, fol. 43r: qui est un faubourg où les ambassadeurs ont leur demeure. 316 The aqueducts are described in some detail by Balthasar de Monconys, Iournal des voyages de Monsieur de Monconys (Lyons, 1665), pp. 409–411 and Hinlopen, pp. 200–201. See the survey in Hermann Barth, Constantinople (Paris, 1903), pp. 76–81.

The Turkish Journal

103

Bassins317 Celui des bassins que nous vîmes ce jour là, est fait en forme de puits tres large. Son diametre est environ de six toises318. Son cou est muré en dedans de pierres de taille de la même grandeur, que celles dont l’acqueduc est fait. Il n’est point couvert par dessus. On peut y descendre jusqu’au fond par l’escalier qui y est. En descendant onze degrés on arrive à une gallerie, large de cinq pieds et neuf poulces, qui va tout autour du puits, et qui est de niveau à la bouche du conduit, par la quelle l’eau se decharge dans le bassin. Depuis cette gallerie jusqu’au fond, où l’eau s’amasse, il y a dix sept autres degréz, [128r] et de là elle se decharge dans un autre conduit sous terrain dans le quel elle coule jusqu’à ce qu’elle arrive au bassin le plus proche319. Ce bassin est dans l’enclos d’une muraille. On y passe par une porte qui est fermée à la clef pour empecher que l’on n’en approche et que l’on ne gaste l’eau. Il y a un homme qui en a la charge, et c’est à lui qu’il faut s’adresser pour le voir. Au dessus de la muraille il y a une petite maison, où ceux qui viennent voir cette curiosité ont coutume de se reposer. Il faut employer une journée entiere pour voir ces acqueducs, et il faut être bien monté, pour en revenir le même jour à la ville. Car on ne peut y aller qu’en moins de quatre heures. Il en faut quatre autres pour en revenir, et autant pour faire le chemin d’un acqueduc à l’autre, et pour les bien considerer. Il est necessaire aussi, que ceux qui les vont voir, portent avec eux leur provision de bouche, car on ne trouve rien dans les villages qui en sont proche, outre que ce seroit une chose trop embarassante de chercher alors quelque chose pour manger. Les habitants des environs de ces acqueducs sont chargés d’en avoir soin, de les nettoyer, et d’y faire quelque petite reparation, quand il en est besoin ; et en recompense de leur peine, ils320 ne payent autre tribut que douze aspres par an seulement.

317 318 319 320

In margin. About 12 metres. Deleted: et ensuite à la ville. Deleted: sont exempts du carache, et pour tout tribut ils ne payent que douze aspres par an.

104

The Turkish Journal

figure 14 Kara Mustapha Pasha, 1696 (?) Portrait by an unknown artist. Wien Museum, Austria, inv. nr. 31.033

The Turkish Journal

105

Premiere audience de Mr Finche Le 17 Avril l’Amb[assadeu]r d’Angleterre eut la premiere audience publique, chez le Caiem macám, ou Lieutenant du Vezir321. Sa cavalcade se fit en cette maniere. Vingt quatre Janissaires marchoient à la tête de la trouppe deux à deux, avec leur grande canne à la main, et ayans en tête leur bonnet de ceremonie. Apres eux venoient trente chiaus322 ou environ, à cheval, aussi deux à deux, avec leur grand turban [128v] en tête. Apres eux le Chiaoux Bachi323 marchoit seul, ayant une tres-haute, et tres-belle aigrette sur son bonnet. Il etoit suivi par le Soubachi324, ou Commissaire de C[onstantino]ple, aussi seul, qui avoit en tête un bonnet de Circasbey325, qui a la forme d’un pot à fleurs renversé. L’un et l’autre etoient à cheval. La famille de l’Amb[assadeu]r suivoit cette trouppe. Elle etoit composée de douze laquais couverts d’une tres-belle livrée, les quels alloient à pied deux à deux ; apres eux venoient les pages de l’Amb[assadeu]r deux à deux. Ses Truchements326 les suivoient, aux quels s’etoient joints encore ceux des autres envoyés des Princes Chretiens, pour lui faire honneur. Ils etoient tous montés à cheval, et marchoient deux à deux. Apres les Truchements venoient les marchands Anglois, les officiers de sa maison, et les Gentils hommes, deux à deux, qui formerent une fort belle trouppe. L’Amb[assadeu]r parut le dernier. Le harnois de son cheval etoit de l’escurie du Caiem macam. Il etoit tres-magnifique. La bride et tout ce qui est à la tête, et au poitrail etoit d’argent massif, enrichi des pierreries, et sa housse etoit couvert d’une broderie fort riche. Etans arrivés à la maison du Caiem macám, ils mirent tous pied en terre. Un page portoit l’epée de l’Amb[assadeu]r devant lui. Deux des principaux marchands le tenoient sous les bras, l’un d’un coté, et l’autre de l’autre, le menant ainsi à la chambre d’audience, où etans arrivés, il s’assit sur un petit tabouret couvert de drap rouge, qui estoit vis à vis l’endroit où le Caiem macam devoit 321 The kaymakam, or sub-governor, was the official who deputized for the grand vizir. In 1674 the grand vizir, Köprülü Fazıl Ahmed (1635–1676), was engaged in the Polish campaign which ended with the treaty of Żurawno on 17 October 1676, three days before Fazıl Ahmed’s death. His brother-in-law, Merzifonlu Kara Mustafa Paşa (1634–1683), was his kaymakam. For ambassadorial audiences see below, Appendix 3. 322 Çavuş. The chavushes, the military personnel or heralds of the Ottoman palace departments who were often part of the sultan’s official ceremonial escort. 323 The çavuş başı or Imperial grand marshal. 324 The subaşı or commander of the police. 325 ‘Çerkes beyi’ here simply means ‘Circassian gentleman’. The shape of the simple headgear worn by Circassians in the Ottoman Empire indeed somewhat resembles an upturned flower pot’; https://circassian67.rssing.com/chan-60001706/all_p1.html. 326 See below, n. 329.

106

The Turkish Journal

se placer. On avoit encore mis une chaise au coté gauche de l’Amb[assadeu]r pour le Chevalier Bendische327, à cause qu’il etoit incommodé de la goutte328. Il y avoit derriere l’Amb[assadeu]r son premier Truchement329, [129r] et autour de lui plusieurs Chiaoux debout, et ceux à qui il fut permis d’entrer dans la chambre pour assister à cette audience. Un moment apres que l’Amb[assadeu]r fut arrivé, le Caiem macam entra, et s’approchant vers l’Amb[assadeu]r, il le salua à sa mode, apres quoi il s’assit vis à vis de lui, ayant son visage tourné du coté de la porte, il le felicita sur son heureux arrivée, et il lui dit qu’il etoit le bien venu chez lui. Le premier Truchement de l’Amb[assadeu]r interpreta à l’un et à l’autre ce qui se disoit. Ces compliments etant achevés, l’Amb[assadeu]r dit à son interprete, Dites à Son Excellence que je suis envoyé icy Amb[assadeu]r du plus puissant, et du plus absolu Roy de Chrétiens, du Roy d’Angleterre, d’Escosse, de France, et d’Hybernie, qui est le defenseur de la vraye foy des Chrêtiens, contre tous ceux qui adorent les images, au plus puissant Roy de tous ceux du Levant, qui est le defenseur de la vraye Religion Mahometane, pour maintenir la paix, la bonne correspondence, et le commerce, que depuis longtemps a eté etabli entre ces deux nations. Le Truchement ayant dit cela en langue Turque, hormis les paroles qui signifient, contre tous ceux qui adorent les images, les quelles il ne repeta pas, et qui furent estimées dites mal à propos, par tous les Catholiques qui s’y trouverent presents330. On apporta du Caffè à l’Amb[assadeu]r. Ensuite on le parfuma, et en dernier lieu les Coftans, ou habillements331 que les Pachas ont coûtume de donner à ceux aux quels ils conferent quelque authorité. L’Amb[assadeu]r fit donner au Caiem macam le present qu’il avoit fait apporter pour lui. Cela etant fait, il prit congé de lui, et il s’en retourna à son logis dans le même [129v] ordre, et avec la même pompe, qu’il etoit venu. Neanmoins s’il m’est permis de dire la verité, sans faire tort à la reputation de l’Amb[assadeu]r, les chevaux que le Caiem macám avoit envoyés pour ces Messieurs, et leur harnois, etoient si pauvres, et si mal ajustés, qu’ils fesoient pitié à voir. Les Chiaoux même ressembloient plutost à des gueux, qu’à des 327 Deleted: son cammarade. 328 Sir Thomas Baines. See above, n. 228. 329 Giorgio Draperis, see Abbott, Under the Turk, p. 50. Cf. Ghobrial, Whispers of Cities, p. 104. The second interpreter was Antonio Perone. Draperis was a Roman Catholic. 330 The visit to the kaymakam is described briefly by Abbott, Under the Turk, pp. 20–21, but although he gives the text of Finch’s address, he says nothing about the removal of the offending sentence. ‘Sir John’, he writes, ‘had written this speech in Italian and given it to his two chief Interpreters, with orders to study it carefully beforehand, so that they might not omit one word in interpreting what he should say. The Interpreters having fulfilled their function, some conversation ensued …’. 331 Above the line: robes.

The Turkish Journal

107

Officiers d’un si puissant Monarque. C’estoit peut estre que tout le beau monde étant pour lors allé à la guerre contre le Polonnois, le Caiem macam ne pouvoit pas en avoir332 d’autres. Le 12 Juin il m’arriva une affaire assez facheuse333. Ce n’est pas la coustume à Constantinople que les Francs portent le turban en tête, ni qu’ils laissent croître leur barbe comme on le fait au Caire, à cause que les Turcs de C[onstantino]ple sont accoûtumés de les voir avec leurs chapeaux334, et avec leurs mentons rasés. Or parce que je n’avois pas encore quitté mon turban, ni fait raser ma barbe, pour les raisons que j’en avois, et que cela fesoit croire aux gens du Vayvode, ou Commissaire de Galata, que j’etois un homme du Levant, et peut être un Chiot, ils m’arretoient presque toutes les fois qu’ils me rencontroient dans Galata335, me demandant le Carache336, ou tribut. Mais je m’etois toûjours fort bien debarassé d’eux. hormis ce jour là, que337 m’ayant derechef rencontré, ils m’arrêterent brusquement, me demandan comme les autres fois le tribut, et croyans que je me moquois d’eux, en leur disant que j’etois un Franc, ils m’ammenerent devant leur maître, afin que lui même pût examiner la chose au fond338. Etant arrivé devant le Vaivode, il commença d’abord à me [130r] charger d’injures selon la coûtume des Turcs, disant qu’il sçavoit fort bien que j’etois un Chiote, quoy que je voulusse passer pour Franc, pour ne pas payer le tribut au Gr[and] S[eigneur], mais que les coups de bâton me feroient bien tost confesser la verité. Encor que ces injures et ces menaces me fussent tres sensibles, je n’en fus pas neanmons ebranlé. Je demeurai toujours ferme à lui dire que j’etois franc, et même françois, et qu’en cette occasion je ne craignois pas de m’attribuer cet avantage. Il me parut que ma fermeté, et le nom de François firent quelque impression sur son esprit, car depuis il ne me parla plus des coups de bâton. Cependant il me mit en Arrest dans une chambre de sa maison, me fesant garder par deux de ses valets, qui me firent beaucoup d’insultes, pendant que je fus entre leurs mains. Car ils se faisoient un plaisir de contrefaire toutes mes actions, mes gestes, et toutes les manieres des Francs, pour se mocquer de moi, et pour me faire connoître, qu’elles etoient ridicules, en comparaison des leurs. Peu apres il me fit mettre dans une cage, dans la quelle je 332 Deleted: [en]voyer. 333 Deleted: qui peu s’en fallait, qu’elle ne m’eut attiré des coups de bâton. Pour en apprendre le sujet il faut sçavoir qu’à C[onstantino]ple ce n’est pas la coûtume. 334 Deleted: en tête. 335 Deleted: leur quartier. 336 Haraç, from the Arabic ‘kharāj’, the head tax levied on Christians and Jews. See below, Appendix 1. 337 Deleted: par malheur. 338 For the entire episode see below, Appendix 1.

108

The Turkish Journal

demeurai quatre heures, jusqu’à ce qu’on eût pu avertir le premier Truchement de la nation françoise339, de ce qui m’etoit arrivé. Ce Truchement etant venu, et ayant assuré le Vayvode que j’etois un veritable Franc, sous la protection340 de l’Empereur de France, et pour cette raison nullement obligé de lui payer aucun tribut, il me mît en liberté. C’etoit là la seconde fois dans ce voyage, que j’avois eu l’honneur d’etre mis en prison en Turquie. La premiere m’arriva à Alep en 1671 au mois de Decembre341, d’où voulant partir sans avoir fait visiter auparavant mes hardes à la Doüane, le Douanier, en ayant eté averti par ses espions, me fit suivre par ses gens [130v] qui me joignirent proche du grand Han, où les François demeurent. Je fus ramené devant lui. Il declara mes hardes confisquées, et me donna pour prison le magazin de la Doüane, dans le quel il me laissa depuis le matin jusqu’au soir, et j’y aurois demeuré davantage si je ne luy eusse pas payé ce jour là même cent cinquante écus pour l’amende. Il m’en falloit sortir à quelque prix que ce fût, parce que j’avois alors la fievre quarte, qui me tourmentoit depuis sept mois. De plus je m’etois engagé avec le maître de la caravane, pour aller à Damas, et je lui avois deja avancé l’argent, dont nous étions convenus pour les valets, qu’il me devoit donner, et pour les bêtes qui devoient porter mes hardes. Pour cette fois il ne me couta pas beaucoup. Je fis seulement un petit present342 au concierge de la prison, mais la mortification que j’en eus me fut bien plus sensible que l’autre, parce que j’avois en cette ville bien meilleure opinion de moy qu’alors, et que je croyois, que dans une ville où un Ambassadeur de France reside, un François n’etoit pas sujet à des semblables insultes. Cependant il me fallut souffrir, que je fusse mis dans une cage, qui etoit si basse, que je n’y pouvoit être autrement qu’à genoux, ou couché, et à la compagnie d’un pauvre homme, qui etoit malade de la peste. Cet exemple pourra servir, à faire connoitre la barbarie des Turcs, et le peu d’estime qu’ils ont pour toute sorte d’etrangers, pour nobles, pour riches, ou pour qualifiez qu’ils puissent être. Car au lieu que nous autres Européens faisons gloire de les honnorer et de les estimer, eux au contraire se font un honneur de nous mépriser, et de nous fouler aux pieds. [131r] Le 20 Juin j’allai à la porte d’or343, pour voir les bas reliefs, qui y sont de l’un et de l’autre côté.

339 Jean Baptiste Fornetti. See https://gw.geneanet.org/marmara2?lang=en&pz=mathilde&nz=d +andria&p=jean+baptiste&n=fornetti&oc=2. 340 Deleted: du Roy. 341 TiL, pp. 110–111. 342 Deleted: au Cuisinier qui etoit le … 343 See below, n. 350.

The Turkish Journal

109

Timin344 A Tophaná je pris un caiq, avec quattre batteliers, leur payant sept Timins pour tout le voyage. C’est ainsi que les Turcs nomment nos petits Louis de cinq sols, et en deux heures et demie nous arrivâmes aux Sept Tours, qui est l’endroit, où il faut mettre pied en terre pour aller à cette porte. Tophanà345 Tophanà est un quartier de Galata, où on trouve en tout temps la commodité des barques, pour se faire porter par mer dans tous les environs de C[onstantino]ple. On l’appele Tophanà, à cause de la fonderie des Canons qui y est, le mot Top, en langue Turque ne voulant dire autre chose qu’un Canon, et Tophanà une maison où on les fait346.

figure 15 The Seven Towers fortress (Yedikule). Cornelis de Bruyn, Voyage au Levant (Paris, 1714)

Sept Tours347 Les Sept Tours348 est le quartier349 de C[onstantino]ple qui fait l’angle entre le midy et le couchant. On lui a donné ce nom, à cause qu’il y a Sept grosses Tours dans le circuit de ses murailles. Les Empereurs Grecs y renfermoient autrefois leurs thresors, et maintenant elles servent de prisons pour les gens de qualité. Elles sont la même chose qu’à Paris la Bastille. 344 In margin. 345 In margin. 346 Tophane, or the Canon House, on the Lower Bosphorus, was once the main military foundry of the Ottoman Empire. Originally built by Mehmed II, it was demolished by Süleyman the Magnificent and replaced by a more modern establishment, which is what Wansleben saw. 347 In margin. 348 The first of the great towers forming part of the Theodosian Walls which Wansleben encountered was the Castle of the Seven Towers, also known as the Marble Tower, standing on a promontory. 349 Above the line: un château.

110

The Turkish Journal

Des Sept Tours je m’en allai avec mon Janissaire tout le long des murailles de la ville, jusqu’à ce que nous arrivâmes à la porte, que nous souhaitions voir350. C’est la premiere porte qu’on rencontre sur ce chemin. Elle est tres-grande, et tres-magnifique. Il y a à chaque côté deux belles colomnes, de granit, et tout autour de son portail ce sont de tres-belles figures faites à l’antique. J’y reconnus entre autres plus distinctement que le reste l’aigle Romaine. Au dessus de la porte on void une croix, et la chiffre ☧ qui sont les deux premier{e}s lettres du mot Christos, ou Christ, que la pieté des Empereurs Chrêtiens avoit substitué dans leurs drapeaux à l’aigle Romaine. [131v] Cette porte est au milieu de deux tours, qui sont les plus grandes et les plus magnifiques des sept. Ces Tours sont quarrées, leur sommet est fait en pyramide, et couvert de plomb. Quant aux reliefs qui y sont, et dont on fait tant de cas en France, que même on a eu dessein de les faire demander au Cayem macám, comprennent douze grandes tables de marbre, qui ont eté mises en oeuvre par les plus habiles maîtres de l’antiquité, et où l’on voit ce qu’il y a de plus recherché dans la sculpture. Il y en a six d’un côté de la porte, et six de l’autre, trois au dessus, et trois au dessous. Chaque table est separée de l’autre par deux petites colomnes deliées, et chacune est ornée par le dessus d’une belle corniche. Ces tables representent les travaux d’Hercule. On distingue fort exactement dans l’une le mont Parnasse, et une Muse ayant le bras retroussé etrille le cheval Pegase, mais les pieds manquent à ce cheval. On voit dans une autre table un homme jetté par terre, et qui est battu par un autre. Dans une autre on voit un homme qui est couronné par deux genies, et quant au reste, on a de la difficulté à discerner ce qu’elles representent, à cause de la delicatesse de la sculpture, et de leur elevation. La ville a trois murailles de ce côté là, les bas reliefs sont dans la seconde, et pour les voir il faut traverser premierem[en]t un fossé de la ville qui est à sec. 350 The openings of the Golden Gate, built as a part of the Theodosian Walls in about 390 and once the main ceremonial entrance into Constantinople, were bricked up towards the end of the Byzantine period. The rich reliefs, arranged in two tiers, were described by numerous travellers but have been almost entirely lost since the seventeenth century. The few remaining fragments are in the Archaeological Museum of Istanbul. Cf. the description by another traveller who visited the Golden Gate just over a year after Wansleben, Spon, vol. 1, pp. 262–263; ‘Ie consideray moins ce Château pour sa force qui n’est pas grande, que pour cinq ou six bas relief qu’on void à une porte de derriere qui est maintenant murée. Il y en a un qui represente Hercule, qui conduit le chien Cerbere, & un troisiéme, un Adonis dormant, Venus qui s’en approche, & Cupidon qui luy prête son flambeau; le tout d’une assez bon maniere. Le reste n’est pas fort considerable.’ The description is repeated by Wheler, p. 194.

The Turkish Journal

111

En suite il faut passer par un trou qui est dans la premiere muraille, tout proche la porte d’or, qui est toujours fermée. Si on les vouloit enlever, il faudroit jetter par terre un grand pan de la muraille, où ils sont, ce que les Turcs ne permetteront jamais, non pas même pour un thresor. Mais quand on les pourroit avoir, ils n’en valent pas la peine, etant tous mutilés. Neanmoins les reliefs qui [132r] sont du côté droit de la porte sont bien plus enters, que ceux du côté gauche. Le 1 Juillet j’allois avec Mr Kimitz351, Consul de la nation Alemanne en cette ville, et avec Mr Marc Antoine, premier Truchement de l’Empereur352, voir la colomne de Pompée. Depuis la paix concluë en suite de la conquête de Neuhausel en Hongrie353, il s’est fait à Vienne une compagnie de marchands qui traffiquent en Turquie par le Danube, dont le Consul avec ses marchands demeurent à present dans un Han, ou logis, qui est nommé le Han des Alemans. Ce logis est petit, mais en recompence il est fort commode, et nullement sujet au feu, qui est la chose qu’on recherche le plus dans une maison à C[onstantino]ple, à cause que rien n’y est plus incommode que ces incendies. Les étrangers quand ils entendent parler de la colomne de Pompée, qui est à l’emboûchure de la Mer Noire, s’imaginent de voir quelque chose de fort considerable. Il{s} se persuadent, que tout ce qu’on a fait en memoire de ce grand Capitaine Romain doit être proportionné à la grandeur des actions qu’il a faites. Et en mon particulier je le croyois plus qu’aucun autre, apres avoir veu celle qu’on lui a dressée à Alexandrie, qui est de granit, tout d’une piece, et sans contredit la plus grande et la plus belle colomne que l’on puisse voir 351 Georg Christoph von Kuniz (1652–1690), who had succeeded Lelio de Luca as the consul of the recently founded Orientalische Kompagnie in 1673. He would later, in 1679, be appointed imperial resident in Istanbul. See Herbert Hassinger, ‘Die erste Wiener orientalische Handelskompanie 1667–1683’, Vierteljahresheft für Sozial- und Wissenschaftsgeschichte, 35 (1942), pp. 1–53, esp. pp. 40, 51–52. See also Kerekes Dóra, ‘Az oszmánellenes európai összefogás kialakítása 1683-ban’, Lymbus CORE Budapest (2007), pp. 85–93, esp. p. 86. 352 Marc’Antonio Mammuca della Torre. He was born in Pera in 1635 to a family of Sicilian origin which had long been in the Levant. His mother was a Giustiniani from Chios, where he had numerous relatives. Recruited into imperial service by the resident Johann Rudolf Schmid von Schwarzenhorn, Mammuca della Torre rose from first dragoman to imperial councillor and was finally rewarded by Leopold I with a patent of nobility. His career is documented in Vincenzo Giulio Lodi, L’immortalità del Cavalier Marc Antonio Mamuca della Torre, Conte del Sacro Romano Impero, consigliere attuale di guerra di Sua Maestà Cesarea (Vienna 1701). See also E. Natalie Rothman, The Dragoman Renaissance. Diplomatic Interpreters and the Routes of Orientalism (Ithaca, 2021), pp. 60–61, 129, 135–136, 241–243, 320. 353 Neuhäusel in German, Érsekújvár in Hungarian and now Nové Zámky in southern Slovakia, fell to the Turks in 1663.

112

The Turkish Journal

au monde354. Je croyois que tout au moins j’en verrois icy une pareille. Mais ce n’est rien en comparaison, de sorte que nous eûmes quelque regret de la peine que nous nous [132v] etions donnée, de venir de vingt milles loing (ceci est la longueur de tout le canal de la Mer Noire) pour voir une semblable bagatelle. Quand d’ailleurs nous fismes cette reflexion, que toute colomne est faite ou pour porter quelque statue, ou pour soutenir quelque fabrique, ou pour marquer les limites entre deux provinces voisines, ou pour étaler soit par son inscription soit par les figures qui sont gravées dessus, les actions heroiques de quelque personne illustre, et que celle cy n’avoit aucune de ces choses, nous admirâmes encore d’avantage le caprice de celui qui l’avoit fait dresser, dans un lieu où elle ne peut être utile à quoique ce soit. Car elle est plantée sur un petit ecueil dans la Mer Noire, proche le bord de l’Europe, guere loing de l’embouchure du Bosphore, ou Canal355. Mr Spon356, Docteur Medecin, aggregé à Lion, dit dans son Voyage à C[onstantino]ple [dit], que cette inscription est gravée dessus …357 Nous ne pûmes avec toute l’application que nous y apportâmes, 354 Wansleben inspected ‘Pompey’s Pillar’ (which was in fact dedicated to Diocletian) in Alexandria on 21 June 1672. See TiL, pp. 187–188. 355 Deleted: ‘on n’y void aucune inscription encor que Busbequius dise que le nom d’un certain Octavian Romain est gravé dessus’. Cf. Ogier Ghislain de Busbecq, Epistolae quatuor (Hanau, 1595), p. 52: ‘In medio ostio, quo in Bosphorum influit, saxum est cum columna, in cuius basi nomen Romani cuiusdam Octaviani (si memini) Latine inscriptum extat …’. 356 This is the only occasion on which Wansleben mentions Jacob Spon (1647–1685), the Huguenot physician and antiquarian who visited the Levant the year after he did. See above, Introduction p. 23. 357 Left blank. Cf. Spon, vol. 1, pp. 229–230: ‘Pour ce qui est de la colonne de Pompée, comme le vulgaire l’appelle, elle est à l’embouchure de la Mer noire ou du Pont-Euxin, sur un écueil vis-à-vis du village de Fanari. Ce rocher est une des ces pierres Cyanées, dont les Anciens racontoient diverses Fables, comme de dire qu’elles flotoient sur la mer, tantôt d’un côté, tantôt de l’autre. Nous prîmes une Felouque à six rames pour l’aller voir. Elle est de marbre, & n’a guere plus de douze pieds de haut, avec un chapiteau Corinthien, & une base ronde, qui ne paroît pas avoir été faite pour cela, mais plutôt pour quelque Autel de Sacrifice. L’inscription de cette base est à l’honneur d’Auguste.’ The column is illustrated on the page opposite. This reference to Spon shows that Wansleben wrote the fair copy of his journal after his return to France, shortly before his death on 12 June 1679. Spon’s work first appeared in 1678. Wheler, pp. 206–207, gives a more detailed description of the column, and above all of the inscription, which he reads as: ‘…. DIVO CAESARI AVGVSTO/ … E CL. ANNIDIVS/ … L. F. CL. ARRONTO.’ ‘But it is imperfect,’ he writes, ‘and so worn with standing bleak to the Winds, that to make any more of it, is past the Skill of the Antiquaries; some calling the last word PONTO, and some FRONTO. The other Lines are imperfect likewise … And to conclude, I believe the Basis upon which the Inscription is, was not made for that Pillar, because they bear no proportion one with another.’ The rock on which the pillar stood was one of the Symplegades or Clashing Rocks also known as the Cynean or Blue Rocks. It is the rock on the European side of the Bosphorus known in Turkish as Öreke Taşı or the Midwife’s Stool, close to Rumeli Feneri. The column collapsed

The Turkish Journal

113

decouvrir l’endroit où cette inscription est gravé358. Elle n’a pas plus de 12 pieds de hauteur. Elle est de marbre blanc, et toute entiere. Son pied d’estail359 est rond, et d’une seule pierre. Il est entouré d’un feston relevé en bosse, et d’espace en espace il y a des têtes de boeuf, qui pendent du même feston. Il est fort difficile, et fort dangereux même, de monter à cette colomne, de sorte qu’il faut bien prendre garde que les pieds ne glissent, autrement on tomberoit du rocher, et on se romproit le cou infalliblem[en]t.

figure 16 Pompey’s Pillar, Bosphorus. Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien

Mavro molo360 Ayant consideré cette colomne nous allames en retournant à la ville à Mauro molo361 pour profiter un peu de l’agreable sejour [133r] de ce lieu, et pour y prendre nôtre refection. Mauro molo est un Monastere de Religieux Grecs situé au milieu d’un petit bois fort agreable qui est sur la montagne qui borne le canal du côté de l’Europe, et qui n’est guere loing de son embouchure dans

358 359 360 361

in April 1680, but the base, an ancient altar with a garlanded ram’s head and other much worn reliefs, remains. There was no connection with Pompey. Cornelis de Bruyn depicted it (Voyage au Levant, p. 55) and Hinlopen left a sketch of it (Figure 16), p. 145. Deleted: Quant à la colonne … ‘Piédestal’, pedestal. In the margin. The monastery of Mavro Molo, close to the village of Sariyer on the European shore of the Bosphorus, was to acquire a bad reputation as a base of smugglers and a centre of debauchery. It was consequently torn down on the sultan’s orders in the early eighteenth century. See Pococke, p. 138; Domenico Sestini, Opuscoli (Florence, 1785), p. 15.

114

The Turkish Journal

la Mer Noire. Il y a dans l’eglise de ce Monastere une image miraculeuse de la Sainte Vierge, et un puits d’eau extremem[en]t fraische. Les Religieux de ce Monastere sont fort civils envers les étrangers. On y trouve pour de l’argent tout ce qu’on peut souhaiter pour se regaler, et même on y peut passer la nuict, les Religieux y tenant toujours des chambres garnies prestes, pour ceux qui y veulent demeurer quelques jours362. Mont Athos363 Le 9 Juillet j’allais voir le Patriarche de C[onstantino]ple nommé Erasme364, et par occasion je lui demandai une lettre de faveur, pour le mont Athos, où j’avois fait dessein d’aller. Le Mont Athos, que les Européens nomment Monte Santo, est une petite [l’]Isle de l’Archipel, à quatre vingt milles ou environ de l’embouchure de l’Hellespont. Il n’y habite que des Caloyers365, ou Religieux Grecs, dont le nombre monte jusqu’à cinq mille, et d’avantage. Ils y ont jusques à vingt quatre monasteres. Ils sont sous la jurisdiction du Patriarche de C[onstantino]ple, et ils ont un hospice à Galata. La plus grande partie de mon entretien avec le Patriarche fut sur l’etat de son Patriarchat. Il ne me parla que des chagrins et des Inquietudes que cette grande dignité lui donnoit. Quoique cet entretien ne fut pas fort agreable, j’y donnais pourtant toute l’attention qu’il me fut possible, étant bien aise de sçavoir [133v] à quelles peines sont exposés ceux qui se trouvent dans un siege366 si considerable. Il m’apprit que ses concurrens, lorsque le Patriarchat etoit vacant, avoient tellement haussé le prix de cette dignité, que pour l’emporter sur eux, il avoit eté obligé de trouver trois367 cens bourses d’argent, qui font …368 écus369 de France ; et que maintenant à cause des debtes immenses dont il etoit accablé, et qu’il ne pourroit jamais payer, il n’avoit pas encor eu un moment de repos depuis qu’il en avoit eté pourveu. Il me dit, qu’il avoit veu quelque fois jusqu’à cent creanciers dans sa maison, pour lui demander de l’argent, et qu’il ne se passoit pas un jour, qu’il 362 363 364 365 366 367 368 369

Deleted: au soir nous revîmes à la ville. In margin. Gerasimos II, from Rethymno in Crete, was patriarch from 1673 to 1674. Καλόγερος, monk. Deleted: poste. Deleted: sept. Blank space. See below, Appendix 4. 300 bourses amounted to 150,000 akçe.

The Turkish Journal

115

n’en eut tout au moins cinquante. Il se plaignoit fort de l’inconstance de ses Metropolitains, et Evêques, qui l’avoient sollicité à briguer cette dignité, et qui maintenant l’abandonnoient370, et même il me dit, que ses propres domestiques etoient devenus ses ennemis, et le trahissoient. Nous passâmes ensuite à d’autres choses. C’est aussi de sa propre bouche que j’appris, que le patrimoine du Patriarchat, ne montoit tout au plus qu’à cent bourses par an, et que de ces cent bourses, le siege etoit obligé de faire tous les ans des presents aux grands de la Porte de la valeur de cinquante bourses, ou dix sept cents cinquante mille écus. Portrait d’Erasme Patriarche de C[onstantino]ple371 Ce Patriarche etoit de Retimo en Candie. Il parloit fort bien Italien, et il n’avoit pas encore un an qu’il remplissoit cette dignité. Il avoit la goutte, et je le trouvay au lit. La maison Patriarcale est grande et commode, comme sont celles des Pachas. [134r] Elle est au Fenèr372, qui est le nom d’un quartier de C[onstantino]ple au dedans du port et proche de l’Eglise de S. Georges, qui est aujourd’hui la Patriarchale. Je remarquai dans ses habits et dans ses meubles une grande pauvreté. Son lit etoit fait sur le pavé de la chambre, selon la coûtume des Turcs. Ses carreaux etoient vieux et salles. Il me presenta du caffè, et un plat de pistaches pour boire ensuite un verre de vin rouge. En prennant congé de lui, il m’accorda la lettre que je lui avois demandée, quoique je ne m’en sois point servi, ayant depuis eté informé par une personne qui le sçavoit tres-bien, qu’il y avoit à present tres peu de M[anuscrit]s dans le mont Athos, une grande quantité ayant eté enlevée et portée à la Bibliotheque Vaticane, par une personne que Leon Allatius373, qui de son vivant etoit Bibliothecaire de cette Bibliotheque, y avoit envoyé. De plus je fus averti, qu’un Franc ne se pouvoit pas trop fier à ces Moines, et on m’apporta un exemple, qu’ils avoient depuis peu trahi et livré entre les mains des Corsaires Turcs, une barque françoise, qui ayant eté chassée par ces mêmes Corsaires, s’etoit refugiée dans un de leurs ports.

370 Deleted: et le laissoient dans la peine sans se mettre en peine de l’en tirer. 371 In margin. 372 The Fener quarter of Istanbul, about halfway up the Golden Horn. Ever since the first years of the seventeenth century the Patriarchate has been on the site of the present building in what is now Sadrazam Ali Paşa Caddesi. 373 For the Vatican librarian Leo Allatius, who organised the removal of the Palatine library from Heidelberg to the Vatican, see above, n. 201.

116

figure 17 Column of Arcadius. Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien

The Turkish Journal

The Turkish Journal

117

Colomne Historiale374 Le 10 Juillet j’allai voir la colomne d’Arcadius, que les Turcs appelent Tikli tasche375, ou la pierre plantée, et les Francs la nomment la Colomne Historiale, à cause qu’une expedition d’Arcadius376 y est gravée en bas relief. Elle est plantée sur une eminence de la ville, en allant vers la porte de Selivrée377. Elle a, selon le rapport du Loir378 dans son voyage, soixante pieds de hauteur, son diametre en a douze tout au plus, et son pied d’estail en peut avoir six. Je n’eus garde de la [134v] mesurer379 avec quelque instrument de Mathematique, sçachant trop bien le danger qu’il y a, de faire de semblables choses380 devant les Turcs. Elle est vuide en dedans, et on y peut monter jusqu’au haut381, quand on en a la permission, par un escalier tres-curieux, qui est fait en forme de coquille de limaçon, qu’on dit être soutenu par une colomne d’air. Les figures qui sont gravées sur la colomne, sont fort gatées, en partie par le grand incendie, qui consuma la moitié de la ville en 1628382, et en partie par d’autres accidens. Au dessus da la colomne etoit posée la statue de l’Empereur qui l’a fait dresser, mais à present elle n’y est plus. Aux quatre faces du chapiteau on voit la figure de la croix gravée, aussi bien qu’au pied d’estail, et le chiffre ☧383, dont j’ai 374 375 376 377 378

379 380 381 382 383

In margin. ‘Tıklı taşı’, but mainly known as ‘Avrat taşı’. Added in rough copy, fol. 50r: et Honorius. Silivri Kapısı in the Theodosian Walls. Du Loir, p. 60: ‘La seconde appellée hystorialle, est où se tenoit autrefois le Marché des Femmes, les Turcs l’appellent Dykili-Tach, c’est à dire Pierre plantée. Elle à bien soixante pieds de haut, sur un pied destal qui en peut avoir six depuis le bas iusques en haut. Une expedition d’Arcadius est taillée en bas relief de Figures mal faites, & celle de cet Empereur qui la fait dresser estoit autrefois dessus; mais si la sculpture de cette colomne, n’est pas rare l’escalier en est merveilleux, regnant dedans tout du long, comme une coquille de limasson, quoy qu’elle n’ait que douze pieds de diametre au plus.’ In his rough copy (50r) Wansleben refers to Pierre Gilles rather than to Du Loir. See the highly detailed description giving measurements in Gilles, pp. 306–311. Spon (vol. 1, pp. 226–227), on the other hand, describes the sculpture. Erected by the emperor Arcadius in 402, the column no longer stands. It was demolished in 1715 when its imminent collapse seemed to threaten the nearby houses. All that remains is the base (Freely p. 264). Hinlopen left a sketch of it (Figure 17), p. 165. Deleted: moi même par … Deleted: la moindre des semblables practiques. Deleted: faite. It is hard to know which of the many fires Wansleben had in mind. Although there were fires in 1618, 1645, 1652, and 1658, the worst one, which really did destroy a large part of the city, was in 1660. Deleted: ‘par le quel les anciens Grecs vouloient exprimer les mots pro Christo’. The passage continues in the rough copy, fol. 50r.: ‘paroit en differents endroits. Ce chiffre est fait en cette maniere ☧ et il fut substituté des Empereurs Chrêtiens à l’aigle romaine. Sur les quatre faces du pied d’estail il y a des bas-reliefs. Sur un côté deux victoires mettent la couronne sur la tête de ces Empereurs, et ils sont accompagnés d’une trouppe des Senateurs.

118

The Turkish Journal

deja donné l’explication dans un autre endroit de ce journal384. Sur les quatre faces385 du pied d’estail il y a des bas reliefs, qui marquent encore quelques actions illustres de cet Empereur. Mais on ne peut en approcher pour les bien examiner, à cause qu’il y des boutiques de feronniers attachées au pied d’estail même. D’autres m’ont dit qu’il y a de l’ecriture grecque autour du chapiteau, mais je n’en ay point pû decouvrir. Ensuite je suis allé voir le tombeau de Sultan Mehmet II, Septieme Empereur Turc386, qui prit la ville de C[onstantino]ple, en 1453 le 29 Mars. Je vous donneray une exacte description de la maniere que tous ces tombeaux royaux sont bâtis, lors que je vous entretiendray de mon voyage de Brousse, dans la suite de ce journal, car ils sont presque tous faits de la même façon. Ce même jour j’allai voir une colomne de granit, qui est [135r] derriere un bain387, nommé le bain du Sultan388. La colomne est dressée en l’honneur de l’Empereur Marcian. Elle n’est pas fort haute389. Sur son sommet est posé390 un tombeau de marbre, à chaque coin du quel on voit gravé un aigle, presentant son estomac et deployant ses ailes, de côté et d’autre. Le pied d’estail est d’une seule pierre, qui est haute de six pieds, et large de cinq à six poulces. La figure de la croix etoit autrefois gravée sur chaque face, comme il paroît par les marques qui en restent. Sur une des quatre faces du même pied d’estail on voit deux Anges qui s’entreregardent, et qui tiennent une guirlande à la main. Sur une autre on voit des marques d’une inscription, dont les lettres etoient de bronze, appliquées dans la pierre ; mais le metal s’est fondu dans l’incendie. L’inscription contenoit ce Distique

384 385 386

387 388 389 390

Au rang de dessous deux autres victoires amenent des figures des femmes couronnées de crenaux, qui representent autant des villes que les armées de ces deux princes avoient soumises à l’Empire’. See above, p. 110. Deleted: de la masse. The tomb of Mehmed II, who died in 1481, is in the graveyard behind the Fatih Camii. The original mosque complex was built between 1463 and 1470, but little is left of what Wansleben must have seen. The mosque was destroyed by an earthquake in 1766. It was entirely rebuilt by Mustafa II and completed in 1771. The baths of Ibrahim Paşa in the courtyard of a private house, according to Spon, vol. 1, p. 225. Added in the rough copy, fol. 50v: au quartier des Janissaires. The rough copy, fol. 50v, has instead: Elle est de granit et peut avoir environ 15 pieds de haut. The rough copy has: une quaisse de marbre dans laquelle le coeur de ce prince y etoit enfermé.

The Turkish Journal

119

Principis hanc statuam Marciani cerne Torumque per ejus vovit quod Tatianus opus391 Le samedy 17 Juillet j’allai à l’Hippodrome392, nommé en langue Turque At meidan393, qui signifie la course des chevaux, pour y voir l’Obelisque d’Egypte394, marquée des figures Hieroglyphiques395. Cette Obelisque est toute entiere, et les figures qui sont dessus ne sont point encore gatées. Elle est haute de 50 pieds environ. Elle est posée sur quatre boulles de marbre blanc, et sur chaque face du pied d’estail, qui est aussi de marbre blanc, il y a des figures en bosse. D’un côté paroit l’Empereur Theodose, qui l’a fait dresser en trente deux jours, apres qu’elle eut eté longtemps negligee, et couchée par terre. Il tient une couronnne à la main, et une foule des soldats l’environne. Au dessous est un choeur des Musiciens qui jouent de la flute,

391 The Column of Marcian, known in Turkish as Kız Taşı or the Maiden’s Column, still stands. Wansleben can claim to have been its discoverer, or at any rate the first Western traveller to describe it. Freely, however, writes (p. 212): ‘This column, though known to Evliya Çelebi and described by him in his “Narrative of Travels”, escaped even the penetrating eyes of Gyllius and remained unknown to the West until rediscovered in 1675 by Spon and Wheler.’ Although Wansleben describes it in the rough copy of his journal (50v), he only added the words of the inscription in the final version. It is most likely that he took them from Spon’s illustration opposite the description (vol. 1, p. 225). Wheler too illustrates (Figure 19) it, p. 191, and writes: ‘Our Guide, to shew us the Curiosities of this Place, told us, He knew of another Pillar in the City, which no Stranger had yet seen; in which, I believe, he told true; for I find none that have taken notice of it, before us: It is the Monument of the Emperour Marcianus, as the Inscription on the Basis informed us; although hard to be read, by reason the Letters were made of some Mettal; which is all picked off, and the Holes only, with some strokes of the Letters, now remain. The Basis, and Pillar, is of Granite Marble; but the Capital is of white, and of the Corinthen Order. On top is an Urn of white Marble, carved at the Corners with Eagles …’. 392 Originally constructed by the emperor Septimus Severus in 200 AD. 393 At meydanı. 394 The obelisk (Figure 18) was commissioned by the Pharaoh Thutmose III who ruled from 1549 to 1503 BC. It was erected in Thebes and was shipped to Constantinople in the fourth century AD. It broke apart during the journey, only one third of it surviving to be erected in the Hippodrome by Theodosius I in 390. It is described, and the base with the Greek inscription illustrated, by Spon, vol. 1, pp. 231–234. Wheler describes it, pp. 183–184, gives Spon’s illustration without the Greek inscription, but has both the Latin and the Greek inscriptions in the text. Hinlopen, p. 158, left a sketch of it, far superior to the illustrations by Spon and Wheler. 395 The rough copy, fol. 51r, adds: L’Hippodrome est une place longue de 150 pas, et large de 120.

120

The Turkish Journal

figure 18 Obelisk of Theodosius. Photograph 22 May 1862 Royal Collection Trust UK

et d’un certain instrument hidraulique fait en façon d’orgue. A une autre face Theodose est assis sur un throne avec ses deux fils Arcadius et Honorius, accompagné de tout{e} leur cour. Il y a sur deux faces de la base des caracteres hieroglyphiques, qui sont fort gatés, et sur l’une des deux autres il y a des vers Latins, et sur l’autre des vers Grecs, en ancien caracteres. Voicy la copie des vers Latins : [135v] Dificilis quondam Dominis parere Serenis. Jussus et extructis396 palmam portare Tyrannis Omnia Theodosio cedunt sobolique perenni Le dernier vers etoit couvert de terre397. Voicy la copie des vers Grecs, qui sont à l’opposite des Latins. 396 Wheler, p. 184, has ‘extinctis’. 397 Wheler, however, completes it (p. 184): Judice sub proclo superas elatus ad auras.

The Turkish Journal

121

ΚΙΟΝΑ ΤΕΤΡΑΠΛΕΥΡΟΝ ΑΕΙ ΧΘΟΝΙ ΚΕΙΜΕΝΟΝ ΑΧΘΟΣ ΜΟΥΝΟΣ ΑΝΑΣΤΑΕΑΙ398 ΘΕΥΘΟΣΙΟϹ399 ΒΑΣΙΛΕΥΣ ΤΟΛΜΙΣΑΣ400 ΠΡΟΚΛΟΣ ΕΠΙΚΕΚΛΕΤΟ ΚΑΙ ΤΟΣΟΣ ΕϹΤΗ401 ΚΙΩΝ ΗΕΛΙΟΙΣ402 ΕΝ ΤΡΙΑΚΟΝΤΑ ΔΥΩ

figure 19 The Serpentine Pillar, the Porphyry Pillar, and the Pillar of Emperor Marcian. George Wheler, A Journey into Greece (London, 1682), p. 185

Dans la même place, et proche de cette Obelisque, on voit la colomne de bronze de trois serpens entortillez, qui ont la gueule ouverte403. La colomne est de la hauteur environ de deux hommes, et de la grosseur d’un seul. On dit qu’elle n’est pas massive, et que le dedans est rempli des petits cailloux. Sultan Morad l’Empereur404, 17 Emp[ereur] Otto[man], qui mourut en 1640, courant un jour dans cette place à cheval, et lançant un dard contre ces têtes, porta le 398 399 400 401 402 403

Spon has ΑΝΑΣΤΗΣΑΙ and Wheler ΑΝΑΣΤΕΣΕ. Spon and Wheler have ΘΕΥΔΟΣΙΟΣ. Spon has ΤΟΛΜΗΣΑΣ and Wheler ΤΟΛΜΕΣΑΣ. Spon and Wheler have ΕΣΤΗ. Wheler has ΗΕΛΙΟΣ. The so-called Serpentine Column, dating from the fifth century BC, which was brought to Constantinople by Constantine the Great. Spon describes it (vol. 1, pp. 234–235) and Wheler describes and illustrates it (p. 185) (Figure 19). Hinlopen, p. 158, again, made a sketch of it, superior to Wheler’s. 404 Murad IV, sultan from 1623 to 1640.

122

The Turkish Journal

coup contre une avec une telle force, qu’il jetta à bas la moitié de la machoire inferieure. Ce qui est une marque, qu’il avoit une force au dessus du commun des hommes. A l’aile gauche de cette place est la Mosquée neufve, que Sultan Ahmed, 14 Empereur Ottoman, a fait batir. Il y est enterré avec ses enfans, ses neuveus, et ses soeurs405. Il y a encore une autre colomne fort haute, massonée de gros quartiers de marbre, qui a une inscription sur sa base, qui est apportée par Gyllius dans sa description de C[onstantino]ple406.

figure 20 Sultan Ahmed’s Mosque (‘Blue Mosque’). Eberhard Werner Happel, Thesaurus Exoticum (Hamburg, 1688), p. 240

405 Sultan Ahmed Camii, better known as the Blue Mosque (Figure 20), was founded by Sultan Ahmed I, who ruled from 1603 to 1617, and was built between 1609 and 1616. It is one of the finest mosques in the city. Wansleben gives it short shrift, but Wheler, who calls it ‘the most Magnificent of any at Constantinople’, illustrates (Figure 21) it and describes it at length (pp. 186–188). Spon too describes it, but in less detail (vol. 1, pp. 235–236). 406 Misleadingly known as the Column of Constantine Porphyrogenitus, and earlier as the Colossus, it bears an inscription stating that it was restored by the Emperor Constantine Porphyrogenitus (912–959), but it is probably far earlier, dating from the time of Theodosius I or Constantine the Great. Gilles, to whom Wansleben refers, describes it in detail and gives the Greek inscription (Gilles, pp. 133–135). So does Smith, Remarks, p. 318, who is copied by Wheler (pp. 184–185). Hinlopen, p. 158, left a sketch of it.

The Turkish Journal

123

figure 21 The new mosque or Sultan Ahmed’s mosque. Wheler, A Journey into Greece (London, 1682), p. 186

Tombeau du Vizir Kiupruli407 Ensuite je vis le tombeau de Kiupruli Mehmet Pacha408, qui a esté Vizir pendant la minorité de Sultan Mehmet IV, Empereur aujourdhuy de C[onstantino]ple. Ce tombeau est petit, à l’egard des tombeaux royaux, mais il est fait, et entretenu de la même maniere409. [136r] L’année suivante, qui fut en 1675, on ôta le dome qui etoit dessus, par ordre du Vizir son fils410, et on mit à la place de barres de fer. Une vision donna lieu à ce changement. Son père, dit on, lui apparut en songe, et à un autre grand personage de la Cour, qui avoit eté son ami intime. Il les pria tous deux de faire ôter le dome de dessus sa sepulture, et de lui donner de l’air, parce 407 In the margin. 408 Köprülü Mehmed Paşa, the founder of the powerful Köprülü dynasty, had been appointed grand vizir in 1656. Known for his cruelty and his efficiency, he died in 1661 at the age of 86. His mosque and tomb are part of the Köprülü mosque complex in what is now Yeniçeriler Caddesi. 409 Deleted: Je donnay une piece de quinze sols à l’Imam, ou prêtre, pour avoir la liberté d’y entrer et de le voir. 410 Köprülü Fazil Ahmed Paşa. See above n. 321.

124

The Turkish Journal

qu’autrement il ne pouvoit avoir de repos, et qu’il etoit dans des inquietudes et des tormens effroyables. Doa411 Le Lundy 23 Juillet, les Turcs commencerent à faire leur Doa412. C’est une priere publique qu’ils font pour la prosperité du Gr[and] Seigneur413, lors qu’il est en guerre avec quelque potentat, et que le temps s’approche qu’on doit donner battaille. Pour lors les ecoliers de chaque quartier de la ville, et des faux bourgs s’assemblent au lever du soleil dans la Mosquée, qui leur tient lieu de Paroisse. De là ils vont avec leur Hogia414, ou Maître d’école, qui marche à leur tête, visiter les douze Mosquées principales de la ville. Ils n’en visitent qu’une chaque jour, et allant par les rues, le Hogia dit à haute voix des prieres courtes, faites à la maniere de nos Litanies, et à la fin de chaque priere les garçons répondent Amen. Ils continuent ainsi leurs processions et leurs prieres jusqu’à ce que la bataille soit donnée. Voicy l’ordre des Mosquées qu’ils visitent. Ils commencent par Okmeidan415, qui est la place où les Turcs s’exercent à tirer [136v] de l’arc, et où ils declarent la guerre. Le lendemain ils vont à Sultan Eiiub, qui est la Mosquée où l’on sacre l’Empereur416. Le troisieme jour ils vont à celle de Sultan Mehmet II, qui prit la ville de C[onstantino]ple417 ; le 4. à celle de Sultan Bajazed418 ; le 5. à celle de Sultan Selim419 ; le 6. à Sainte Sophie420 ; le 7. à celle de Sutan Ahmed421 ; le 8. 411 In the margin. 412 From the Arabic duʿāʾ, a prayer or invocation of God. 413 The rough copy, fol. 51v., has: C’est la coûtume des Turcs de faire des prieres publiques pour la prosperité de leur prince et de son armée, aussi bien que font les Chretiens pour les leurs. 414 Hoca, teacher. 415 Ok Meydanı or Archery Field, north of the city walls on a hill overlooking the Golden Horn. 416 The mosque complex at Eyüp, Eyüp Camii, not far from the Ok Meydani, was originally built by Sultan Mehmed II, the Conqueror, in 1458. By the end of the eighteenth century it was a ruin, probably destroyed by the earthquake of 1766. (Semavi Eyice, ‘Eyüp Sultan Külliyesi’, TDV İslâm Ansiklopedisi vol. 12 (Istanbul, 1995), pp. 9–12.) 417 Fatih Camii, the largest mosque in the Ottoman Empire, built between 1463 and 1470. It was completely destroyed by the earthquake of 1766. It was rebuilt by 1771, but on a different plan. 418 Beyazit Camii, built between 1501 and 1506 under Sultan Bayezid II. 419 The mosque of Selim I, Sultan Selim Camii, was completed in 1522 under Süleyman the Magnificent. 420 Hagia Sophia, the great Byzantine church dating from the sixth century and converted into a mosque by Mehmed the Conqueror in 1453, immediately after the fall of Constantinople. See below. 421 Sultan Ahmed Camii or the Blue Mosque. See above, n. 405.

The Turkish Journal

125

à celle de la Válede, ou mere du G[rand] S[eigneur]422 ; le 9. à celle de Sciech Zadé, qui etoit le fils de Sultan Soliman423 ; le 10. à celle de Sciech Véfa424 ; le 11. à celle de Kogia Mustapha Pacha, qui etoit un Vezir425 ; et le 12 jour, ils vont à celle de Scudari426, qui est un fauxbourg de C[onstantino]ple au delà du canal, du côté de l’Asie. Voyage à Brousse La commodité de la saison, et quelque connoissance que j’avois desja de l’esprit et de la langue des Turcs, pendant mon sejour de cinq mois dans cette ville, me firent resoudre à faire un petit voyage aux environs. Et comme le desir de voir les tombeaux des premiers Monarques Ottomans avoit toujours eté une de mes plus fortes passions, je resolus de faire un voyage à Brousse427, capitale de Bithynie, où ces Empereurs ont eu autrefois leur siege. Etant convenu avec le maître d’une grande barque, pour me porter jusqu’à Montagnà428, qui est le lieu où il faut mettre pied à terre pour aller à Brousse, je m’embarquai la veille de S. Jacques apres midy, avec un chiaoux de mes amys qui me servoit de Conducteur, avec mon valet429, et un domestique de Mr de Nointel430. Un vent de nort tres favorable nous ayant accompagné pendant toute cette journée, nous arrivames à trois heures de nuit au Cap Bosborun431, qui est à cent milles loing de C[onstantino]ple, et le lendemain à sept heures du matin, nous arrivâmes à Montagnà, qui est distant de ce cap de vingt milles, au dedans du Golphe. 422 The Yeni Camii, also known as the Yeni Valide Camii. The building works actually started in 1597 and were protracted until the original mosque was destroyed by fire in 1660. It was then rebuilt on the orders of the Valide Sultan Turhan Hadice, the mother of Mehmed IV, by Mustafa Ağa in 1663. 423 Şehzade Camiii, built by Sinan and completed in 1548, in memory of Mehmed, the son of Süleyman the Magnificent. 424 Vefa Camii. Şeyh Vefa was a renowned scholar and mystic who numbered Sultan Bayezid II among his followers. Nothing remains of his mosque close to the Süleymaniye except for his tomb dated 1491. 425 Koca Mustafa Paşa Camii, once the thirteenth-century church of St Andrew in Krisei converted into a mosque early in the sixteenth century by Koca Mustafa Paşa, the grand vizir of Sultan Selim I. 426 Iskele Camii in Üsküdar built by Sinan in 1547–48. It is also known as the Mihrimah Sultan Mosque, after the daughter of Süleyman the Magnificent for whom it was built. 427 Bursa. 428 Mudanya. 429 Costa. See below, p. 151. 430 Deleted: vint aussi avec moy en qualité d’ami. 431 Bozburun.

126

The Turkish Journal

[137r] Montagnà Montagnà est un[e] gran bourg432 dans l’Asie. Il est situé sur la côte occidentale d’un Golphe, à qui il donne le nom433. Il y a tres-peu des Turcs, la plus part des habitans sont Grecs, qui ont huit Eglises, gouvernées par un Archevêque, dont la jurisdiction dans le spirituel s’etend jusques à Brousse même. Ils vivent en partie de l’Agriculture, et en partie de la navigation. La campagne des environs est si delicieuse, et il y a une si grande quantité des vignes, et des jardins, qu’on pourroit dire que ce pays est un Paradis terrestre. Ils font encore grand traffic par mer à C[onstantino]ple, et aux environs, et ils ont un tres-grand nombre des barques. Ayans trouvé des chevaux tous prêts à Montagnà pour nous conduire à Brousse, nous ne fîmes que nous y reposer un petit moment. Nous montâmes aussitost à cheval, et à une heure apres midy nous arrivâmes en cette ville qui n’est eloignée de Montagnà que de cinq heures de chemin. Les Turcs et les Grecs mesurent ainsi les Ligues434. Une heure de chemin est la traite qu’un homme de pied fait, quand il suit le pas d’un cheval. En allant à cette ville on passe par quatre villages, où l’on trouve de tres-bon vin, et de fort bonne eau. Le chemin est le plus agreable du monde. Nous435 logeâmes chez un François nommé Mr le Blanc436, qui s’etoit marié avec une Grecque, et pour l’amour de cette femme il avoit abandonné la communion Romaine. Il prenoit le titre de Consul françois quoiqu’il n’y demeure aucun autre de cette nation que lui, le predecesseur de Mr de Nointel437 lui ayant accordé une patente de cette dignité pour lui servir de privilege, contre les insultes des Turcs438. Le Jeudy 26 Juillet nous commençames la visite des Mosquées, et [137v] des tombeaux royeaux. Et parce qu’il faut faire des grands tours et detours pour aller de l’un à l’autre, je louay cinq chevaux pour nous epargner cette peine, car il nous en fallut autant, tous les jours, pendant que ces visites durerent439.

432 433 434 435 436

Deleted: grande villace. Deleted: le Golphe de Montagnà. Deleted: leurs distances. Deleted: A Brousse. Le Blanc, an apothecary from Aix-en-Provence, had been living in Bursa since about 1653. See below, Appendix 5, Jean Foy-Vaillant’s description of Bursa. 437 Denis de La Haye Ventelet. 438 Such titular consulships were common in the Ottoman Empire in the seventeenth and eighteenth centuries. 439 Seventeenth-century Western travellers to Bursa are listed in Heath W. Lowry, Seyyahların Gözüyle Bursa (1326–1933) (Istanbul, 2004), pp. 133–136.

The Turkish Journal

127

Mosquée de Sultan Mehmet I440 La premiere Mosquée que nous vîmes fut celle de Sultan Mehmet I fils de Sultan Baiazed, et V. Empereur Ottoman441. Elle est nommée par les Turcs jescill imáret Tcelebi Sultan Mehmet442, ou la fabrique verte du Gentil Sultan Mehmet. Elle est tres-grande, et tres-magnifique. Il y a autour de la porte une si belle sculpture, partie de feuillages, et partie de caracteres Arabes, qu’elle peut passer pour un des plus beaux ouvrages de cette nature, qui se voyent en Turquie. Il y a quatre rangs de sculpture qui vont tout autour de la porte, depuis un bout jusqu’à l’autre. Le rang qui est le plus en dehors est de fleurs. Celui qui en est le plus proche en dedans, est d’écriture Arabe en lettres ordinaires, qui sont tres-grandes et tres-artistement entrelassées à leur mode. Le troisiéme est aussi de fleurs, et le quatriéme est d’écriture Cufique443. Cufa est une ville dans l’Arabie deserte, où autrefois residoient les Caliphes d’Arabie444. Un certain nommé Ali y inventa des character{e}s Arabes particulier[e]s, qui à cause de cette ville ont eté nommés Caracteres Cufiques. Apres ces quatre rangs de sculpture, un gros boudin regne tout autour de la porte, et ensuite est l’ouverture même. Le dedans de la Mosquée n’a rien de particulier des autres Mosquées Turques. Le tombeau de cet Empereur est à côté droit de la Mosquée en y arrivant. Et parce que je ne vous ay pas encore donné une description de la maniere dont ces Tombeaux royaux sont bâtis, je vous la donnerai icy, ce lieu etant l’endroit propre pour ce sujet. [138r] Tous les Tombeaux royaux en Turquie sont bâtis en forme d’une grande et spacieuse chapelle, avec un tres-beau dome, couvert de plomb par dessus, 440 In margin. 441 Mehmed I, who reigned from 1413 to 1421, was the son of Bayezid I who ruled from 1389 to 1402. Mehmed I’s mosque, usually known as the Yeşil Camii or Green Mosque, one of the finest examples of Ottoman architecture, was left unfinished at his death. See Çağaptay, pp. 92–93. 442 Yeşil imaret Sultan Mehmed Çelebi. 443 In margin: Cufa. 444 Kufic script, named after the city of Kufa in Iraq, is the earliest calligraphic form of the various Arabic scripts. According to Sheila S. Blair, Islamic Calligraphy (Edinburgh, 2006), p. 104 ‘the name Kufic was introduced to Western scholarship by Jacob Georg Christian Adler (1756–1834)’, but in fact European Arabists were familiar with the term far earlier. It was known to Thomas Erpenius and Jacobus Golius in Leiden, while Golius’s pupil Johann Heinrich Hottinger refers to it in 1645 (Jan Loop, Johann Heinrich Hottinger. Arabic and Islamic Studies in the Seventeenth-Century (Oxford, 2013), p. 123, 125). Edward Pococke mentions it in his Specimen Historiae Arabum (Oxford, 1650), p. 158, and attributes its invention to ‘Moramerus’ (Murāmir ibn Murrah). For a further discussion see Jan Loop, ‘Hiob Ludolf, the Quran and the History of Writing’ in Mulsow et al. eds., Hiob Ludolf and Johann Michael Wansleben, forthcoming.

128

The Turkish Journal

sur le sommet du quel le croissant est planté. Ils sont les uns quarrés, les autres ronds, et les autres sexangulaires. Ils sont d’ordinaire ouverts de tous les cotés, et ils reçoivent le jour par des tres-grandes fenêtres. Il y en a plusieurs à C[onstantino]ple qui ont encore un tres-beau jardin à côté, environné d’une muraille qui n’est pas fort haute, et qui d’espace en espace a des ouvertures en forme des fenêtres, barrés de trillis de fer, pour donner la commodité aux passans de regarder dedans. Quelques uns de ces Tombeaux sont ornés d’un beau portail, et ils sont d’une architecture excellente. Le dedans est fort propre, et surtout le pavé, qui est couvert de natte affin qu’en y faisant ses prieres on ny rencontre rien de salle qui puisse donner de l’aversion lorsque l’on se baisse pour baiser la terre. La representation445 du prince est au milieu. Elle est de la hauteur d’un homme, et d’une pareille longueur. Elle est couverte d’un grand poîle446 de velours, qui touche la terre de tous les côtés. Ce velours est ou noir, ou tané, ou d’une autre couleur, selon le caprice de ceux qui ont eu soin de l’enterrement du prince. Elle est encore brodée des grandes lettres Arabes fort artistement entre lassées, qui contiennent des sentences de l’Alcoran, et quelque fois le nom du Prince, qui y est enterré, à la tête de la representation, (qui est toujours tournée du coté de la porte, qui est l’endroit opposé à leur Kible447, ou lieu où ils doivent tourner leur visage, quand il font des prieres), et aux pieds il y a un flambeau de cire d’une grandeur prodigieuse, et qui pourtant ne sert que de parade. Au dessus de la [138v] representation, du coté où est la tête, est posé le Turban du Prince, qui est plus ou moins grand, selon que les Empereurs le portoient alors. Car ceux qui sont enterrés à Brousse ont de petits turbans, qui sont pliés d’une maniere differente de ceux qui sont enterrés à C[onstantino]ple, qui portent le grand turban de Chiaoux. Tout autour de la representation du prince, sont celles de ses enfans et de ses femmes448, accommodées de la même maniere, mais plus basses et moins riches. Tout autour il y a aussi plusieurs pupitres, sur lesquels sont posés des Alcorans, d’un gros volume royal, et qui sont tres-bien ecrits, afin que les Imams, ou prêtres, qui sont gagés pour prier Dieu pour le repos des ames449 qui y sont enterrés, se puissent occuper dans la lecture de ces livres. Ces pupitres d’ordinaire ne sont pas plus hauts qu’il faut, afin qu’un homme assis sur les genoux, puisse lire dans le livre qui est posé dessus. Les Imams, ou prêtres couchent la nuit dans ces tombeaux, et pendant le jour ils ôtent 445 By ‘représentation’ Wansleben means the insignia, the symbols of gender and rank surmounting the tombstones, braids for women and a head dress for men. 446 ‘Poil’ in this case means a pile or cover (of velvet). 447 The ‘qibla’ or recess indicating the direction of Mecca. 448 Deleted: si il en avoit. 449 Deleted: des Princes et princesses.

The Turkish Journal

129

leurs matelas, et les serrent dans un coin. On voit sur la corniche qui y regne tout autour du dedans une ligne de grands caracteres Arabes, et à la voute du tombeau il y a tousjours un tres-grand nombre des lampes suspendues à des fils de fer, pour y eclairer pendant la nuict. L’on n’y entre qu’avec un tres-grand respect, et un tres-grand silence, ces lieux etant parmi les Turcs450 la même veneration que les Mosquées. Le tombeau de Sultan Mehmet a cela de particulier sur les autres tombeaux des Empereurs, que ses murailles en dehors sont revetuës des carreaux vernisés de bleu, et que le turban du prince est plié avec un tres-grand artifice, et d’une maniere qui etoit en usage dans ce temps là seulement que les Empereurs residoient dans cette ville. Les tombeaux des Vezirs et d’autres grands de la cour sont [139r]451 faits452 de la même maniere que les Royaux, à l’exception seulem[en]t que les fabriques ne sont pas si magnifiques, ni qu’ils sont si richement entretenus. Tombeau d’Emir Sultan453 En suite nous allâmes voir la Mosquée et le tombeau d’Emir Sultan454, qui etoit parent du faux Prophete Mahomet455. Il avoit pour épouse la soeur de ce Sultan Mehmet. Un gran turban vert est planté à un bout de sa representation, cette couleur marquant, qu’il etoit de la lignée de Mahomet. La representation de la Sultane sa femme, de ses deux filles, et de son fils, y sont à côté. Tombeau de Jilderim Bajazed456 Le troisiéme tombeau que nous vîmes fut celui de Jilderim Bajazed, ou de Bajazed le foudroyant IV. Empereur Ottoman457. La fabrique est petite, et fort ordinaire, mais en recompence celle de sa Mosquée est tres-grande et fort belle, et particulierement son portique, qui est fait des tres-grandes pierres de taille, a quelque chose de magnifique, et la Mosquée, qui est dans une scituation elevée, a un abord fort agreeable, à cause des arbres qui y sont plantés. 450 451 452 453 454

Deleted: tenus dans … This line, missing in the fair copy, is in the first draft, fol. 54v. Deleted: et entretenus … In margin. The original Emir Sultan Camii visited by Wansleben dated from the fourteenth century but was entirely destroyed by the earthquake of 1766. Emir Sultan, from Bukhara, was a dervish and a scholar who became the advisor of Sultan Bayezid I and married his daughter Hundi Hatun. 455 Deleted: dans le quatorzieme degré. 456 In margin. 457 The complex of Yıldırım Beyazit Camii built between 1390 and 1395, but heavily renovated after the earthquake of 1855. See Çağaptay, pp. 90–91.

130

The Turkish Journal

Tombeau de Sultan Urhan458 Le quatriéme tombeau fut celui de Sultan Urhan, 2. Empereur Ottoman, qui prit la ville de Brousse sur les Empereurs Grecs459. Il est au milieu de l’Eglise du Château, qui du temps des Chrêtiens étoit un Monastere dedié à S. Athanase460 et qui à present est une Mosquée. Cette Eglise est grande, ancienne, et fort venerable. Elle est faite de briques, et ses murailles par le dedans sont revetues de marbre coloré. On y voit encore la croix gravée en quelques endroits, que les Turcs n’ont point effacée. Tambour d’une grandeur extraordinaire461 Entre la premiere nef et la porte de l’Eglise un tambour [139v] d’une grandeur extraord[inai]re est suspendu à la voute. Son Diametre est de deux pieds, et trois quarts, et sa longueur de trois pieds. Il y a dedans des cailloux, de sorte que en le battant, et en le remuant en même temps462, on entend un bruit comme celui du tonnere. Les Turcs se servent encore aujourdhui à l’armée de tambours d’une semblable grandeur. Ils les chargent sur des chameaux, et quand ils sont campés, on les suspend à des pieces de bois, devant la tente du Vezir, et des Beyglerbeys463. J’aurois bien voulu sçavoir qui s’etoit servi de celuicy, et la raison pour la quelle on l’a suspendu dans cet endroit, mais il n’y eut personne qui pût satisfaire ma curiosité. Tout proche de cette Eglise, ou Mosquée si vous aimez mieux la nommer ainsi, est une ancienne Chapelle, batie du temps des Chrêtiens464, dans laquelle est enseveli Osmangik 1. Empereur Ottoman465, avec environ vingt de ses enfans,

458 In margin. 459 Orhan, the second Ottoman sultan, whose father, Osman, founded the Ottoman dynasty, reigned from 1326, the year in which he took Bursa, to his death in 1362. His tomb was in the nave of the church dedicated to the prophet Elias in the citadel of Bursa. The church buildings, converted into a mosque in 1417, were destroyed and reconstructed on several occasions. The most massive destruction was caused by the earthquake of 1855. See Çağaptay, pp. 39–46. For a contemporary description see Jean-Pierre Grelois, ed., Dr John Covel. Voyages en Turquie 1675–1677 (Paris, 1998), pp. 146–149. 460 In margin: Eglise de S. Athanase. 461 In margin, fol. 139v. 462 Deleted: les pierres qui y sont. 463 Beylerbeyi, governor general. 464 In margin: Osmangik. 465 Orhan’s father, Osman Gazi, who died in 1326, was supposedly buried in the baptistery of the same church. See Çağaptay, pp. 39–40.

The Turkish Journal

131

et parens autour de lui. C’est le grand pere de tous les Empereurs Ottomans, et celui dont ils ont pris ce nom. Olu giámá466 Le Vendredy 27 Juillet nous vîmes Olu giama467, qui est une Mosquée antique, et fort magnifique, faite des grandes pierres de taille, et qui est batie à la façon des Mosquées du Caire. Elle a cinq nefs, et chaque nef a cinq domes au dessus. Au milieu de la Mosquée il y a un jet d’eau, dans un grand et beau bassin, et le dessus du bassin est fait en forme de dome surbaissé, mais ouvert vers le ciel, de la maniere du dome de la Rotonde à Rome468. Et parce que j’etois curieux de sçavoir de l’Imam, qui nous avoit donné la permission d’entrer dans la Mosquée, pour quoi on avoit fait ce bassin au milieu, et laissé le dessus ouvert, [140r] il me repondit, que lorsque Sultan Bajazed, qu’il disoit être fondateur de cette Mosquée, avoit eu dessein de la bâtir en cet endroit là, une femme y avoit une maison qu’elle n’avoit point voulu lui vendre, de sorte qu’estant empeché par l’opiniatreté de cette femme, de bastir sa Mosquée de la grandeur qu’il avoit projetté, (parceque selon la Religon des Turcs il ne pouvoit pas prendre d’autorité ce qui ne lui appartenoit pas, pour ensuite l’offrir à Dieu) il fut consulter l’Emir Sultan, dont nous avons deja parlé, et que cet Emir, s’etant mis en prieres, Dieu toucha tellem[en]t le coeur de cette femme, qu’elle fit un present de sa maison à l’Empereur, qui apres avoit fait commencer la fabrique de la Mosquée. Comme apres les gens de loy lui eussent representé, que bien que l’on put dire, que cette femme avoit donné sa maison volontairem[en]t, neanmoins on ne pouvoit pas appeler cette acquisition helal, ou legitime, à cause qu’il y avoit eu quelqu’espece de force, qui l’y avoit obligée469, et que par consequent on ne la pouvoit pas offrir à Dieu, l’Empereur avoit trouvé à propos, de faire ce bassin au lieu où etoit cette maison, pour servir d’ornement à la Mosquée.

466 In margin. 467 Ulu Camii or the Great Mosque (Figure 22), begun in 1379 by Murad I, continued by Bayezid I in celebration of his victory over the Crusaders at Nicopolis in 1396, and completed under Mehmed I in 1421. See Çağaptay, pp. 62–65. 468 Wansleben has in mind the Pantheon originally built in 27 BC and completely remade by Hadrian in the second century AD. 469 Deleted: à la lui offrir.

132 The Turkish Journal

figure 22 Great Mosque of Bursa. View from the slopes of Uludağ. Nineteenth-century engraving, Edouard Charton, Le Tour du Monde (1864)

The Turkish Journal

133

Piring han470 Continuant nôtre promenade, nous allâmes voir Piring han471, qui est un grand logis quarré, fait de murailles tres-fortes, où demeurent les marchands de ris. Car Piring472 en Turc signifie ris, et han, un auberge, ou logis. C’est un vieux bâtiment, [140v] et qui sans doute a servi de modelle à tous les autres Hans plus modernes qui sont à C[onstantino]ple. Etant à croire, que les Empereurs Ottomans ont transporté de Brousse à C[onstantino]ple, tous les beaux desseins, que leurs ancêsters473 y avoient pratiqués. On nous dit que Sultan Bajazed avoit fait bâtir ce Han. Au dessus de sa porte on voit suspendu un grand bouclier de Geant et une massuë d’armes, dont vingt boules de pierre de la pesanteur de dix livres chacune, jointes ensemble, font la tête ou le bout. On peut juger de la force extraordinaire de celuy qui se servoit de ces armes474. Tombeau de Roland475 Apres le disner nous montâmes sur la montagne qui est derriere la ville, pour voir le tombeau du Roland. Les Turcs appellent cet homme Abdal morad476. Nous trouvâmes le chemin par le quel on y monte, assez rude, ce qui nous obligea de descendre de nos chevaux. Roland477 Ce n’est pas ce Roland tant renommé parmi nos Historiens, qui etoit neveu de Charle magne, et qui tua Marsille, un des Rois Sarracins, contre les quels cet Empereur eut guerre, et qui tua dans un combat singulier aussi Ferragut, qui 470 In margin. 471 Badly damaged in the earthquake of 1855, Pirinç han was built by Yakup Shah bin Sultan Shah and Ali bin Abdullah between 1490 and 1508 on the orders of Sultan Bayezid II. For the hans of Bursa see Çağaptay, pp. 95–100, and for another contemporary description of Pirinç Han see Grelois, ed., Dr John Covel. Voyages en Turquie, pp. 144–147. 472 Pirinç. 473 It should be ‘ancêtres’. 474 Deleted: Il faut assurement que celui qui a manié cette massue ait eté bien fort, car de manier deux cens dix livres avec ses deux mains n’est pas peu de chose. 475 In margin. 476 Abdal Murad, from Bukhara, took part in the conquest of Bursa in 1326. His tomb is in a dervish convent, Abdal Tekke, in the southern part of the city. It is described by Jean Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant (Paris, 1665), p. 166. For travellers’ views of Roland and Abdal Murad see Lowry, Seyyahlarin, pp. 109–122, and for a discussion of the complex Çağaptay, pp. 81–82. 477 In margin.

134

The Turkish Journal

etoit un geant d’une epouvantable grandeur. Car il fut tüé apres dans la defaite des Roncevaux, par la trahison de Gannes478. Cependant l’histoire de l’un a beaucoup de rapport avec celle de l’autre. Car les Turcs disent, que celui qui est enseveli à Brousse, étoit479 un grand Capitaine, qui fit des grands massacres des Sarrazins, qui de son temps fesoient des courses dans ce pays. Pour voir ce tombeau, il faut s’addresser aux Dervis, ou Religieux [141r] Turcs, qui demeurent à deux pas de là dans une petite maison. Car ce sont eux, qui vous doivent y conduire, et ces Dervis sont de fort honnêtes gens480. La maison dans la quelle on void ce tombeau est petite, et pauvre ; mais elle est batie dans un endroit qui est le plus agreable du monde. La veue y est tres belle. Elle s’estend sur une partie de la ville, et sur un paysage tres agreeable, ou l’on decouvre une infinité de choses differentes, mais on ne sçauroit rien voir au monde de si negligé que la representation de ce vaillant Capitaine. Il n’y a point de sciech ou docteur en Turquie, pour miserable qu’il ait eté pendant sa vie, qui n’ait un tombeau mieux accomodé que celuy cy. Le poisle dont sa representation est couverte est tres-pauvre ; le turban qui y est placé au dessus481 l’est encore davantage. Il est fait d’une toile ordinaire, et fort grossiere. La maniere dont la toile est pliée tout autour du bonnet est celle des Schechs. Elle est presque toute mangée des vers. Cependant les armes qu’on lui attribuë sont celles d’un veritable Geant. L’epée (dont pourtant il n’y a que la moitie seulem[en]t) est longue de quatre pieds ; la lame près de la poignée est large de sept poulces, et à la pointe de quatre. La garde est longue d’un pied, et de cinq poulces. Le plombeau est un fer gros comme un melon de Paris. Toute l’epée pese douze ocques, qui font trente six livres de France. Son Darbûs482, ou massuë d’armes, est tout entierem[en]t de fer, et au bout elle a un Lion de bronze. Elle pese deux ocques et demie qui font huit livres de France. Apres avoir veu ces choses nous allâmes nous reposer sur cette montagne en un endroit, où il y avoit une fort belle veuë sur la ville, et sur les environs. Et pour mieux profiter de cet agreabe lieu, nous y fîmes collation, ayans pour cela fait porter du vin, et [141v] quelque chose à manger.

478 Ganelon, alleged to have betrayed Charlemagne’s nephew Roland who was killed at Roncevaux in 778. With the Chanson de Roland at the end of the eleventh century, the legend to which Wansleben refers obtained a literary form. 479 Deleted: un Geant et … 480 Deleted: et moyenant quelque petit present, ils vous montrent tout ce qu’il y a de curieux. 481 Deleted: semble avoir eté celui d’un sciech, car il est fait … 482 From darbe, a blow, derived from the Arabic ḍaraba, to strike.

The Turkish Journal

135

Mosquée de Sultan Morad483 Etans descendus de la montagne, nous allâmes voir la Mosquée de Sultan Morad III Empereur Ottoman, surnommé le Gazi ou le guerrier484. Il etoit fils de Sultan Urhan, Second Empereur Ottoman. La mosquée est dans ce quartier de la ville qu’on nomme Tciekerié485. C’etoit autrefois une Eglise des Grecs, dediée aux Apôtres. Le batiment au dehors est ancien et fort magnifique, mais par le dedans il n’y a rien d’extraordinaire. A une des poutres qui posent sur l’entablement de la muraille, et qui passent à travers de la Mosquée, on voit le cadavre d’un faucon fiché avec son bec à la poutre même. Les Turcs disent que ce faucon appartenoit à Sultan Morad, qui lui donnoit la liberté de voler par tout, et que quand il l’appeloit il ne manquoit jamais de revenir, mais qu’un jour il s’envola, et se mit sur cette poutre, et que l’Empereur ne l’ayant pu faire revenir, il en fut tellem[en]t en colere qu’il le maudit, et souhaitta qu’il n’en sortit jamais, qu’au même instant cet oiseau mourut, et qu’il est toujours demeuré en cet endroit depuis ce temps là. Le lecteur pourra croire ce compte s’il lui plaist, car pour moi je le regarde de la même sorte que celui de Roland. Jet d’eau curieux du bassin486 Dans la place qui est devant cette Mosquée, il y a un basin, au milieu du quel est un petit jet d’eau froidde, et tout autour il y a plusieurs tuyeaux de plomb qui jettent de l’eau chaude souffrée. Comme ce spectacle est fort agreable, aussi surprend-il d’abord ceux qui ne sçavent pas, que dans ce quartier là il y a quantité de sources, et de l’eau chaude, et de l’eau froide, et qu’il n’a eté besoin que d’un peu d’adresse pour les faire venir dans ce bassin, [142r] pour faire ces jets curieux. Il y a tres-peu des maisons dans ces environs, où il n’y ait des fontaines d’eau chaude et froides dans une même chambre, et des bains naturellem[en]t chauds. Tout contre cette Eglise est un bain mineral publiq[ue], entretenu pour les pauvres gens, qui n’ont pas la commodité d’aller aux autres. Tout proche de ce bain il y a plusieurs choses necessaires, avec des fontaines dans chacune de la quelle il’y a une d’eau chaude minerale pour faire l’ablution.

483 In margin. 484 The Muradiye Complex was built between 1424 and 1427 in the reign of Murad II (the son of Mehmed I), who ruled from 1421 to 1444 and from 1446 to 1451. Wansleben confuses him with Murad III, who ruled from 1574 to 1595, and with the son of Orhan, Murad I, who ruled from 1362 to 1389. See Çağaptay, pp. 93–94. 485 Çekirge. 486 In margin.

136

The Turkish Journal

Tombeau de Sultan Morad487 Vis à vis cette Mosquée est le tombeau de Sultan Morad488. L’edifice en est tres beau, et il y a un beau dome au dessus, soutenu par quatre rangs de colomnes, au milieu des quelles est la representation de l’Empereur. Son Cauwk489, ou bonnet, est de brocard. Tout proche490 il y a un grand vase de cuivre rempli de bled, que l’on a mis là en memoire de ce que cet Empereur avoit accoutumé de labourer la terre, de mener la charruë, et de gaigner ainsi la depence de sa table. Car il y une loi chez les Mahometans, qui oblige tous les Empereurs Ottomans d’apprendre quelque métier, pour pouvoir gaigner par le travail de leurs mains la depence de leur table. L’Imam donna à chacun de nous une poigne de ce bled, par maniere de benediction491. En suite on nous montra la veste de cet Empereur, qui etoit de camelot vert, et fort ordinaire. On avoit eté obligé de la raccommoder en plusieurs endroits, à cause que les vers l’avoient rongée. On nous fit voir aussi le tapis, dont il s’etoit servi pour s’asseoir. Du coté qu’on l’estendit sur la terre, il etoit doublé d’un gros cuir, et de celui où l’Empereur avoit coûtume de s’asseoir, il y avoit une peau de tigre cousuë. La même charruë, avec la quelle il a labouré la terre, est suspenduë encore, avec une poignée d’epis, à une des voutes du tombeau, qui est [142v] à la main droite en entrant. Et en dernier lieu on nous montre la clef de la ville de Mecque, que les habitans492 lui avoient envoyée, en marque qu’ils se rendoient entierement sous son obeissance. Dans ce même tombeau il y a encore cinq autres493 representations494.

487 In margin. 488 Murad I. ‘Following his murder in Kosovo in 1389,’ according to Çağaptay, p. 88, ‘Murad I became a martyr and was labeled a holy warrior and saintly figure. He became known for his miracles, and the hot waters in his bath complex were praised for their generative and therapeutic qualities.’ For a discussion of his complex see Çağaptay, pp. 88–89. 489 Kavuk, a headdress for men of felt or woollen cloth of different thickness around which was wrapped a turban. T. Majda, ‘Libās iv. Turkey’, in: The Encyclopaedia of Islam. New Edition, vol. 5. (Leiden, 1983), p. 751. 490 Deleted: Aupres de la representation. 491 See Nicolas Vatin, ‘Le corps du sultan ottoman’, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 113–114 (2006), pp. 213–227. https://doi.org/10.4000/remmm.2981. 492 Deleted: de cette ville là. 493 Four of these are of Murad’s sons. 494 Deleted: dont celle qui est à gauche est un fils de Sultan Bajazed.

The Turkish Journal

137

Le Samedy 25 Juillet nous allâmes voir les tombeaux, qui sont dans le cimetiere royal, aupres de la Mosquée de Morad Bey495. Tombeau de Sultan Ahmed han496 Le premier dans le quel nous entrames, ce fut celui de Sultan Ahmed han, fils de Sultan Bajazed497. Je le trouvay écrit en langue Arabe sur un morceau de papier, qui étoit attaché à la representation. Le second étoit celui de Sultan Morad498. On nous dit qui’il n’a regné que trois jours499. Tout proche est celui de Sultan Ali Iddin500, fils du même Empereur, qui a bati cette belle Mosquée. Son Cauwk, ou bonnet est de velours vert, et plié de la même maniere qu’est celui de Sultan Baiazed. La representation501 est environnée502 de colomnes. Le troisiéme etoit celui de Sultan Mustapha, fils de Sultan Selim503, qui s’etant revolté contre son pere, et ayant eté obligé de s’en fuir, s’etoit refugié en Perse ; mais le Roy de Perse mesme l’estrangla par l’ordre de son pere, et apres la mort son corps fut envoyé à Brousse, où il est enterré504. Il y a tout aupres quatre autres representations. 495 ‘The complex of Murad II,’ writes Çağaptay, p. 94, ‘offers a snapshot of the Ottoman imperial family, housing the tombs of princes who died untimely deaths, or in exile, or were killed by their reigning brothers or fathers, as well as those of princesses, the sultans’ wives and favorite consorts, and midwives.’ 496 In margin. 497 Here there are various inaccuracies. Sultan Ahmed I, also known as Ahmed Khan, who ruled from 1603 to 1617, was the son of Mehmed III and not of Bayezid. He was not buried in Bursa but in the precincts of the Sultan Ahmed Camii or Blue Mosque in Istanbul. The tomb Wansleben visited is that of Şehzade Ahmed, the oldest living son of Sultan Bayezid II who reigned from 1481 to 1512. Ahmed, who regarded himself as his father’s rightful heir to the throne, was once governor of Amasya but later captured Konya, after his younger brother Selim had been defeated by Bayezid, and declared himself the ruler of Anatolia. Selim, with the support of the army, obliged his father to abdicate and was himself crowned Sultan Selim I. Ahmed was defeated by his brother close to Bursa in 1513 and was subsequently executed. 498 Deleted: sixiéme Empereur Ottoman. 499 This is altogether inaccurate. Murad II ruled for over 27 years. See above. 500 Alaeddin Ali Çelebi, the second son of Murad II, was born in 1425 and died in 1443. 501 Deleted: de ce prince. 502 Deleted: d’un enclos. 503 Deleted: 1. de ce nom. 504 Once more this account has many inaccuracies. Şehzade Mustafa, born in 1515, was the eldest surviving son of Süleyman the Magnificent. He was the governor first of Amisa, then of Amasya, and finally of Konya. He distinguished himself in Süleyman’s Persian campaign, but never went to Persia himself. He was murdered in Ereğli in 1553 on his father’s

138

The Turkish Journal

Le quatriéme etoit celui de Bilbul hatún505, femme de sultan Bajazed, 8 Empereur Ottoman, qui est enterré à C[onstantino]ple. Ce tombeau commence de tomber en ruine, quoique cette Reine ait laissée une tres-grande somme d’argent, pour en entretenir la fabrique, avec un nombre suffisant des prêtres, pour prier Dieu pour le repos de son ame, les Pachas du lieu ayant ruiné les fonds dont on [143r] devoit tirer les rentes destinées à cet entretien. Toug506 Apres celui ci nous vimes un tombeau où il507 y avoit trois Sultanes enterrées, dont l’une etoit fille508 de Ilderim Bajazed509. Et ensuite un autre où il510 y avoit quatre Sciah Zadiler511, ou Enfans d’Empereurs, qui avoient deja eté dans des emplois. Pour marque de cela on y avoit planté aupres de leurs representations des lances, et des enseignes, que les Turcs nomment en leur langue512 Toug. Ce sont des queuës de cheval teintes en rouge, attachées au bout d’un baton fort gros et fort long qui est peint aussi, et qui a pour ornem[en]t une pomme dorée au dessus des queues. Le Gr[and] Seig[neu]r a six de ces enseignes, et chacun des six Vizirs en a trois pour sa marque. Et le dernier etoit d’un nommé Sultan Selim513, et ce fut le dernier tombeau que nous vîmes dans ce cimetiere. Etant sortis de là, nous vimes encore quelques autres de moindre consequence, dont l’un etoit celui514 de Sultan Charistrun515, et l’autre de quatre Sultanes.

505 506 507 508 509 510 511 512 513 514

515

orders allegedly as the result of an intrigue organised by Hürrem Sultan, Süleyman’s wife, who wanted one of her own sons, Selim or Bayezid, to succeed Süleyman. Bülbül Hatun died in 1515. She was the wife of Sultan Bayezid II. In margin. Deleted: Dans le cinquieme il … None of Bayezid I’s daughters are buried in the Muradiye complex. Wansleben may be thinking of the tomb of Şirin Hatun, the consort of Bayezid II, or of the tomb of Bayezid I’s daughter Hundi Hatun in the mosque complex of her husband Emir Sultan (see above). Deleted: mais ce tombeau n’est pas si magnifique que les autres. Deleted: Dans le sixiéme … Turkish ‘șehzadeler’, i.e. all male descendants in the male line of an Ottoman ruler. In margin: Toug. There does not appear to be any such tomb in the complex, but Wansleben may be referring to the highly decorated tomb of Prince Cem, the third son of Mehmed II, who died in 1494. Here again there seems to be some confusion. Charistrun could be a distortion of the Greek Κυριτζής (Lord’s son). This was one of the by-names of Sultan Mehmed I (1389–26), a son of Sultan Murad I and, in his youth, his representative as governor, or vice-roy, in a part of Anatolia. See Wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Mehmed_I. Mehmed I, however, is buried in the precincts of the Green Mosque in Bursa. Deleted: vice Roy de Sultan Morad.

The Turkish Journal

139

Nous entrâmes ensuite dans un Mekteb. C’est ainsi qu’on appele en Turquie une école, et de la dans une Medrese, ou maison d’étude pour les Religieux Turcs516. J’appris d’eux qu’on donne à chacun trente cinq pains per semaine, pour sa nourriture. Ces pains sont de la grandeur d’une assiette, et de l’epaisseur de deux doigts, et que avec cela on leur donne encore cinq ocques, ou quinze517 livres, de ris, une ocque de miel, et une ocque de beurre. Ils plient leur turban d’une manière fort particuliere, car à les voir, il semble qu’il y ait plusieurs boutons de toile, de la grosseur d’un oeuf, attachés tout autour. Le Dimanche 29 Juillet nous partimes de Broussse pour revenir à Montagnà. [143v]518 Je loüai six chevaux519, à quinze sols chacun, jusqu’à ce bourg520, où nous primes gîte la nuict suivante, logeant dans la maison du maître, dont j’avois loüé la barque pour nous porter à C[onstantino]ple. Le Lundy matin, 30 Juillet, nous fimes voile, mais le temps n’etant pas propre, nous fûmes obligés de demeurer la nuict suivante au Cap Bosborun, qui est distant de vingt milles seulem[en]t de Montagnà. Le Mardy 31. Juillet devant le jour nous fîmes voile. Il fesoit fort obscur, et le vent même ne nous etoit pas fort favorable. A midi nous arrivâmes à Katerli521, qu est un village esloigné du cap Bosborun de vingt milles522. A trois heures apres midy nous arrivâmes à l’Isle du Prince, qui est une des cinq, qui sont devant C[onstantino]ple. Nous y allâmes faire un tour de promenade, dans le jardin d’un marchand François, nommé Roboli523, qui demeure à Pera, et sur le soir nous arrivâmes de retour à Galata, apres avoir employé huit jours dans ce voyage. Etat present de la ville de Brousse Comme la ville de Brousse est une des plus celebres parmy celles de l’Asie, je ne dois pas la quitter sans dire quelque chose de particulier touchant son état present. C’est la capitale de la Bithynie, et elle tient son nom de Prusias524, qui fut son fondateur, et roy de cette province. Elle est assise au pied de mont Olympe, du coté qu’il regarde l’occident. Ses côteaux sont couverts des 516 517 518 519 520 521 522 523

Deleted: avec les quels j’eus un petit entretien touchant la maniere dont on les nourrit. Deleted: dix […] ou environ. Deleted: et pour apres nous en retourner à C[onstantino]ple. Deleted: car il nous en fallut autant pour nous et pour nôtre bagage je payai. Deleted: Montagnà. Katirlı. Deleted: en tirant vers C[onstantino]ple. Jean-François Roboly. See above, n. 308. Wansleben had approached him in order to obtain an advance on his salary (Omont, vol. 1, p. 143). 524 Prusias I (228–185 BC), the fourth king of Bithynia.

140 The Turkish Journal

figure 23 View of Bursa from the Ankara road. Joseph Pitton de Tournefort, Relation d’un voyage du Levant, vol. 2 (Paris, 1717), p. 468

The Turkish Journal

141

figure 24 View of Bursa from Mount Olympus. Joseph Pitton de Tournefort, Relation d’un voyage du Levant, vol. 2 (Paris, 1717), p. 468

142

The Turkish Journal

vignes, des beaux jardins, et de boccages, entremelés d’agreables maisons de plaisance. Les campagnes aussi qui sont proche la ville, et les environs sont tres-divertissans. [144r] Elle a plusieurs avantages sur les autres villes de l’Asie. En premier lieu elle a eu la gloire d’avoir eté le Siege des Empereurs Ottomans pendant environ cent vingt cinq ans, au commencement de leur grandeur, et avant qu’ils se rendissent les maîtres de C[onstantino]ple. Elle renferme encore maintenant dans son enceinte un tres grand nombre de leurs tombeaux magnifiques. La beauté et la fertilité de son terroir lui donne aussi une prerogative qui l’eleve beaucoup au dessus des autres, et ses delicieux jardins, et le nombre infini des sources d’eau tres-fraiche et tres-claire, la font nommer avec justice les delices de l’Asie. Mais cet avantage qui lui est particulier parmi toutes les autres villes de cette vaste province, ce sont ses bains mineraux tres-salutaires pour leur vertu, et tres-magnifiques pour leur structure. Bains mineraux525 Il y en a six526 qui sont publics527. Celuy de Tciekerié528, qui est ancien et du temps des Chrêtiens, celuy d’Is Ki Kapligià529, celui de Iaini Kapligià530, qui sont modernes531, celui de Kukurtlì532, autrement dit de S. Patrice, qui est ancien ; et apres sont celui de Kara Mustapha533, et celui de Keinargià534 qui sont modernes. Outre ces bains publics, il y en a encore plusieurs particuliers, où on a la même commodité de l’eau qui est naturellem[en]t chaude, et froidde, et mesme dans plusieurs endroits de la ville, on voit courir des ruisseaux d’eau bouillante, où l’on pourroit faire cuire des oeufs. La ville n’est pas large, mais en recompence elle est fort longue. Son tour est environ de 6 milles. Sa longueur s’etend de sud au nort. Elle est bâtie en partie sur un rocher elevé, et en partie dans la plaine qui regne le long du pied de la montagne. Cet endroit qui est bâti sur le rocher, se nomme le château. Il est 525 In margin. For the baths of Bursa see Çağaptay, pp. 30–33. 526 Deleted: de ces bains. 527 Deleted: sans en parler de ceux qui sont dans les maisons des particuliers. Ils se nomment … 528 Çekirge, still famed for its hot spring baths which contain sulfur and iron. 529 Eski Kaplica, the oldest of the baths in Bursa, built in 1389, dating from the reign of Murad I. It is described in some detail by John Covel (Grelois, ed., Dr John Covel. Voyages en Turquie, pp. 172–175, 184–185). 530 Yeni Kaplica, renovated in 1522 by Rüstem Paşa, Süleyman the Magnificent’s grand vizir. It is also described by Covel (ibid., pp. 174–177, 184–185). 531 Deleted: j’ai pris le bain par curiosité dans toutes ces trois maisons, ensuite est. 532 Kükürtlü Kaplica, built in 1380. 533 Kara Mustafa Kaplica, built in 1490 by Kara Mustafa Paşa, the nephew of Hamza Bey. 534 Kaynarca Kaplica. Allegedly built in 1680, it is clearly a little earlier.

The Turkish Journal

143

d’une étendue fort grande, et ceint [144v] d’une muraille qui à present commence à tomber en ruine535, et tout ce qui est hors des murailles se nomme la ville. Elle etoit autrefois la plus florissante, et la plus riche de la Bithynie. Sultan Urhán, second Empereur de la lignée des Ottomans536, la prit par famine sur les Empereurs Grecs, en 1325, et il y etablit son siege537. Le Serrail où ces Empereurs ont eu leur demeure, est dans le Chateau. Il est scitué dans un endroit fort avantageux, où il y a une tres-belle veuë, mais il est petit, et il n’y a rien d’extraordinaire dans sa structure, car il n’est fait que de bois et de brique. L’Eglise de S. Athanase, qui est à present devenuë une Mosquée, est la chose la plus remarquable qui soit dans le chateau. Je vous en ai deja dit quelque chose, lors que je vous ay parlé des tombeaux de Sultan Urhán. La ville est encore aujourdhui fort marchande, quoy qu’elle n’ait point de riviere. Il y a quantité de soye538, dont on fait cent sortes de beaux ouvrages qui sont fort estimés en Turquie. On y fait sur tout de belles nappes de soye dont les bords sont bigarés. Les gens riches se servent pour se couvrir quand ils vont au bain. On les nomme en langue du pays futas539. On y fait des carreaux d’un velours à fleurs, qui sont fort beaux, et fort en usage en Turquie, pour orner les Soffas, ou estrades sur les quels on se repose. Les pipes à Tabac sont encore une des manufactures particulieres de cette ville. Les têtes en sont si mignonnes, et si bien travaillées, qu’il n’y a rien de si curieux. On y fait de la toile pour des chemises, qui est tres-claire, et [145r] aussi legere que le crespon. Ils ont la methode de mesler de la soye parmi cette toile. On y en fait d’autre, dont les extremités sont de soye de la largeur de deux doigts ; et encore d’une autre sorte, où il y a une raye de soye, et une de lin entremlées. Enfin on y en travaille qui est toute de soye, et presque aussi subtile que de la toile d’araignée. Les fruits qui y croissent sont excellents, et en si grande abondance que c’est une chose surprenante. Ils y deviennent beaucoup plutost moeurs qu’à C[onstantino]ple540. Les habitans sont pour la plus part des Cherifs, ou nobles, qui est le nom qu’on donne à ceux qui descendent de Mahomet. Ils portent en tête un turban vert 535 For the walls, the gates, the citadel, and the palace see Çağaptay, pp. 25–30. The walls and the palace are also described by Spon, vol. 1, pp. 278–279, and Wheler, pp. 215–216. 536 For Orhan Gazi see above, n. 459. 537 Deleted: Sultan Mehmet II et septième Empereur de cette lignée fut le dernier qui y resida, car ce fut lui qui prit la capitale de l’Empire de Grecs en 1453 le 29 Mars. 538 For travellers’ impressions of the silk trade and products in Bursa see Lowry, Seyyahlarin, pp. 57–91. 539 From the Arabic fūṭa. 540 Deleted: j’en ai fait moi même l’experience, car à la fin du mois de Juillet je pris à Brousse des Raisins qui y etoient tout communs, et je les portai à C[onstantino]ple, où ils furent considerés comme du fruit nouveau.

144

The Turkish Journal

pour se distinguer du Commun. J’ai trouvé les habitans de cette ville les plus honnêtes Turcs, que j’aye pratiqué dans tous mes voyages en Turquie. Leurs Imams, ou gens d’Eglise nous laisserent entrer dans les Mosquées, et dans les Tombeaux royaux, ils nous permirent de toucher les Alcorans, et les Turbans des Roys. Ils me laisserent même lire, et copier tout ce que je voulus, ce qui dans tout autre pays nous auroit eté imputé pour un tres-grand crime. Aussi ne manquai-je pas de reconnoître [145v] exactement leur honneteté. Suite du Journal de Constantinople Il est temps maintenant de revenir à ce qui se passe à C[onstantino]ple. Sainte Sophie541 Le 16 Août j’allai avec mon Hogia ou Maître de la langue Turque voir Sainte Sophie542. Aucun Chrétien n’oseroit y entrer à present, sans une tres-grande precaution, et sans y être conduit par quelque Turc de credit, parce que depuis peu l’entrée leur en a eté severem[en]t deffenduë543. Nous y allâmes entre les neuf et les dix heures du matin, qui est le temps où il y a le moins de Turcs, chacun étant alors occupé à ses affaires, et cinq timins, ou pieces de cinq sols544, que je donnay a mon hogia pour les donner ensuite au portier de la mosquée, firent des merveilles. Quelle joye n’aurois-je pas à present, si je pouvois contenter vôtre curiosité, en vous donnant un plan exact de cette belle Eglise. Mais sa magnificence, et le grand nombre des beaux objets, qui d’un coté frappoient mes yeux, et de l’autre la crainte d’être observé, et le peu de temps que nous y demeurâmes, m’empecherent d’en prendre les dimensions. Je n’ay pû retenir dans mon esprit que cette Idée fort superficielle. Son Portique a sept portes, dont cinq sont de face, et d’ordinaire fermées. La largeur du portique est de trente deux pieds. Apres on entre dans le temple, par neuf grandes ouvertures, dont celle du milieu a dix huit pieds de haut, et au dessus il y a la figure de N[otre] S[eigneur] à la Mosaique. Les portes qui les ferment sont de cuivre rouge, qui étoit autrefois doré. [146r] La structure interieure du Temple est en ovale. Au bout de cette ovale il y a un dome surbaissé, dont le diametre est de quatrevingt six pieds. Il est 541 542 543 544

In margin. This seems to be the only reference to Wansleben’s actually taking language classes. On the dangers of entering mosques see below, Appendix 6. See below, Appendix 4.

The Turkish Journal

145

soutenu par quatre grands pilastres, dont chacun est large de quarante sept pieds. Une gallerie tres large et tres-magnifique, qui y regne tout autour, fait cet Ovale. De Loir545 dit dans son voyage, qu’elle a cinquante trois pieds de large. Elle est soutenuë de deux rangs des colomnes, dont les deux exterieurs546 ont des colomnes doubles de granit, et celles qui sont du coté de la muraille de l’Eglise n’ont qu’un rang des colomnes de marbre blanc, pareil à celui dont les murailles sont revetues. Le même De Loir dit, qu’il y en a cinquante trois, et je me tiens à ce qu’il en assure. Car pour moi je n’osai pas faire connoître que j’eusse la moindre curiosité. On monte sur cette gallerie par un chemin tres large, fait en talut. Son plancher est peint à la Mosaique d’Histoires de la Sainte écriture, dont les Turcs n’ont pas encore effacé les figures, quoiqu’ils ayent effacé les yeux à plusieurs des personages qui y etoient representées, à cause que c’est la chose qu’ils peuvent souffrir le moins dans les peintures. Je remarquai en un endroit la descente du S. Esprit sur les Apôtres, le jour de la Pentecôte. Dans un autre je vis la figure de N[otre] S[eigneur] qui avoit des Cherubins autour de lui, les quels etoient de la grandeur d’un homme, et qui couvroient leurs visages avec leurs ailes. J’y

545 Nicolas Du Loir visited the Hagia Sophia in the company of the Venetian patrician Antonio Boldù in 1640, and gave a series of precise measurements, Du Loir, pp. 46–47: ‘Encore que quelque-uns ayent dit que l’entrée des Mosquées estoit tres-difficile, & plutost impossible, comme cela peut-estre veritable en quelques endroits, & en certaines rencontres, i’ay entré plusieurs fois en celle-cy; & un iour le Signor Antonio Boldû Gentilhomme Veniten homme tres-sçavant, & tres-curieux, & moy, nous en prismes toutes les mesures avec une corde divisée par neuds en plusieurs pieds, & moyennant quelque argent que nous donnasmes à un des Officiers qui en ont les clefs, & qui nous enferma dans les Galleries pour cét effet. Il faut descendre de quelque costé qu’on y veuille entrer. Son Portique a sept portes; Il y en a cinq de face qui sont ordinairement fermées; la largeur de ce portique est de trente-deux pieds, & de là on entre dans saincte Sophie par neuf grandes ouvertures, celle du milieu a dix-huict pieds de haut, & les portes qui les ferment sont de cuivre rouge qui estoit autresfois doré. La structure de ce vaste batiment vous surprendroit d’abord. Quatre grands Pilastres larges de quarante-sept pieds, soustiennent le Dome qui en a 86. de diametre, & qui par un artifice merveilleux est tellement escrasé,qu’il n’a de hauteur que la concavité d’un demy globe parfait. Les Galleries qui regnent tout autour ont 53. pieds de large, et sont appuyées sur 64. colomnes. Celles de dedans sont de Serpentin, & de Porphyre hautes de 18. pieds, & les autres de dessous sont de marbre blanc pareil à celuy dont les murailles sont revestuës. Dedans les Galleries il y a 52. Colomnes de mesme ordre, & de matieres semblables à celles qui sont en bas, & au dessus des portes du Temple il y a encores quatre petites Colomnes de Iaspe.’ For a far more detailed description, however, with depictions and plans, see Grelot, pp. 95–164. And for a more recent and thorough study of the mosque see Emerson Howland Swift, Hagia Sophia (New York, 1940). 546 Deleted: celles qui s’entreregardent.

146

The Turkish Journal

remarquai aussi547 le Baptême de N[otre] S[eigneur] [146v] avec les mots de l’Evangile, en vieilles lettres Grecques au dessous, qui signifient Hic est filius meus dilectus. Sur le pavé de la galerie on me montra une sepulture, qu’on disoit être celle du maître, qui a bati cette belle Eglise. Il y avoit sur la pierre qui couvroit son tombeau deux croix, faites en cette maniere ♁. En bas dans l’Eglise il y a un pilier qui sue continuellem[en]t548. Les Turcs l’ont revetu de tables de bronze, pour le cacher aux curieux, à cause que les Grecs comptent un miracle là dessus, qui n’est pas fort avantageux aux Turcs. Etant sortis de Sainte Sophie j’allai voir la colomne de Porfire qui est tout proche du tombeau du Vezir Kiupruli549 dont j’ai deja parlé. Colomne de Porfire550 Cette colomne est fort grande551. Elle est composée de huit pieces, qui etoient si bien jointes ensemble devant l’incendie de C[onstantino]ple552, qu’on la croyoit d’une seule piece, à cause que les assemblages, que le feu a fait paroître etoient cachés sous des feuilles553 de laurier, entrelassées, qui y sont taillées en relief tout autour554. Au sommet il y a une pierre quarrée faite en façon de Zocle, autour de la quelle il y a d’anciens Caracter{e}s Grecs gravés, que la grande distance ne me permit pas de lire555. Il y a des boutiques attachées au pied d’estail, qui empêchent qu’on ne puisse en approcher pour la bien considerer. 547 Deleted: et dans un autre endroit etoit … . 548 For the medieval legends concerning this column see Swift, Hagia Sophia, pp. 64–65. It was alleged to have thaumaturgic powers which, depending on the purity of heart of the suppliant, cured pain, while the moisture in its cavity ‘has always been considered a cure for eye diseases and a nostrum for fertility’ (Freely, p. 90). It is described by Georgius Dousa, De itinere suo Constantinopolitano epistola (Leiden, 1599), p. 38, but not by Gilles. 549 The Köprülü Mehmed Paşa mosque complex built in 1659–60 by Mehmed Paşa and his son Fazıl Ahmed Paşa. They are both buried there. See above. 550 In margin. 551 The Column of Constantine (Figure 25), erected by Constantine the Great in 330 in commemoration of the dedication of the city as capital of the Roman Empire. Over the years it was heavily damaged – by an earthquake in 416 and by a hurricane in 1106 when the statue of Constantine on its summit was destroyed. It would later be damaged by fire in 1779 (Freely, pp. 160–161). Hinlopen, p. 165, left a sketch. 552 Wansleben must be referring to the great fire of 1660 said to have destroyed 280,000 houses, to have killed 40,000 people, and to have raged for two days. 553 Deleted: des tours. 554 Deleted: sont gravés dessus en bosse. 555 Wheler, however, ‘by the Help of a small Prospective Glass’, was more successful (p. 190). He also illustrates the pillar. Spon too describes it, vol. 1, pp. 228–229, and refers to one of the earliest published descriptions, by Pierre Gilles (Gilles, pp. 208–219).

The Turkish Journal

figure 25 Column of Constantine. Istanbul: the column of Constantine and the street Yeniçeriler Caddesi. Engraving attributed to D. Pronti after W. Reveley (1760– 1799), c.1800 The Wellcome Collection 2143449i

147

148

The Turkish Journal

figure 26 Tefkur Sarayı, Istanbul Photograph by Sebah & Joaillier, 1885

Palais de Belisaire556 Le 19 dAout j’allai voir le palais de Belisaire557, que le peuple nomme communem[en]t le palais de Constantin ; mais c’est sans raison, car tous les plus savants dans les antiquités de C[onstantino]ple disent unanimem[en]t que cet Empereur avoit son palais dans le Jardin, [147r] où est à present le serrail du G[rand] S[eigneur]. Vous sçavez l’histoire de ce grand homme, et comme la fortune apres luy avoir eté si favorable, luy fut si contraire sur la fin de ses jours558. Il etoit General de l’Empereur Justinien, et apres avoir vaincu les Perses au Levant, les Gothes en

556 In margin. 557 Wansleben is referring to what is now known as the Palace of Porphyrogenitus or Tefkur Saray (Figure 26). Probably built at the end of the thirteenth century, it was an annex to the nearby Palace of Blachernae built by the Emperor Anastasius in 500. Tefkur Saray was an imperial residence during the last two centuries of Byzantine rule. There was no connection with Belisarius (500–565). 558 Deleted: et le renversement de fortune qu’il y essayé à la fin de ses jours.

The Turkish Journal

149

Italie, et les Vandales en Aphrique, ayant pris Carthage et mené Gillimer559 leur Prince en triomphe à C[onstantino]ple, son trop grand bonheur dans la guerre, le rendit à la fin suspect à l’Empereur, qui le soupçonnant d’infidelité, lui fit arracher les yeux, le priva de tous ses biens, et le reduisit dans une telle necessité, qu’il fut obligé de mendier son pain, devant les portes de la ville de Rome, jusques à sa mort560. Palais de Belisarius561 Pour aller à ce palais on prend un Caiq à Galata. On se fait porter à Eivansari562, qui est le nom d’une echelle à C[onstantino]ple, où l’on se debarque. De là on passe par Egri capi563, qui est le nom d’une porte de la ville, et etant hors de cette porte on tourne à main droite, et à deux pas de la porte on arrive à ce palais. Il est à l’extremité occidentale de C[onstantino]ple, qui est le coté où elle regarde la terre ferme. Chacune des extremités de ce palais est posée sur une des murailles de la ville, de sorte que sa longueur occupe tout l’espace qui est entre ces deux murailles564. Tout le corps du batiment ne fait qu’un quarré long, dont les deux plus longs costés s’etendent de l’Est au couchant, et les autres du sud ou nord. L’entrée du palais est du coté du nort, entre les deux murailles de la ville. De ce coté interieur il est soûtenu de trois rangs des colomnes petites et deliées, qui sont de marbre blanc, dont [147v] les deux rangs interieurs n’ont chacun que trois colomnes, et l’exterieur en a le double. En montant au permier étage, on y voit quelques chambres et appartements, qui sont maintenant beaucoup gatés. Au second étage il n’y a qu’une grande salle, qui regne d’un bout du palais à l’autre. Elle est longue de quatre vingt quatre semelles, et large de quarante deux. Elle est de même que les chambres en tres-mauvais état. La veuë de cette salle est tres-belle, parce qu’on y decouvre toute la ville, à cause de l’elevation de l’endroit où ce palais est situé. En revenant de ce palais par eau, et en passant par devant la maison, où Nicolas Soleimi, Prince de Transsylvanie log{e}oit, ce prince apperçeut de sa fenêtre 559 Gelimer. 560 This popular medieval legend about the disgrace and death of Belisarius is almost certainly apocryphal. In fact Belisarius seems to have been pardoned by Justinian after being tried on charges of conspiracy, and died on his estates in Chalcedon, now Kadıköy south of Üsküdar, on the Asiatic coast of the Sea of Marmora. 561 In margin. 562 Ayvansaray. 563 Eğri Kapı. 564 Deleted: qu’il est de la même longueur qu’est la largeur de l’espace qui est entre ces deux murailles de la ville.

150

The Turkish Journal

que son beau frêre, le Sr Abraham Meyer565, marchand, et natif de Basel, etoit avec moi dans le même Caik. Il nous appela, et il fallut entrer chez lui. Il nous regala d’une petite collation qui etoit même fort mediocre. Nicolas Soleimi566 Ce Prince est fils de la soeur de Bethlehem Gabor, autrefois Prince de Transylvanie, et Roy d’Hongrie567. Son pere etoit le Comte Soleime Gabor. Ses sujets ayans refusé de le reconnoître pour leur Prince, et ayant mis en sa place un Gentilhomme nommé Michel Abaffi568, il a eté si sensible à cet outrage qu’il a eté contraint de rechercher569 la protection du Gr[and] S[eigneur] qui lui donne depuis sept ans, tous les jours, cinq cens aspres pour sa subsistence, qui font dix neuf livres de la monnoye de France, dans le dessein de [le] restablir570 un jour dans sa principauté. Il vit fort pauvrem[en]t, et il est deja beaucoup avancé en age. Je connus à sa physionomie, et dans son entretien, qu’il n’etoit pas un homme de grand esprit. Il [148r] s’est marié571 avec la fille d’un Horologer à Galata, qu’il a repudié au bout de trois moys. On en parle à present diversement572.

565 Since the Swiss did not have capitulations of their own, in the Levant they had to seek protection under another flag. Many were Protestants and often opted for Dutch protection, as did Abraham Mayer (or Meyer), who conducted trade as a factor on behalf of some Dutch merchants. When Mayer was blamed for their bankruptcy in the early 1670s he switched to French protection, but in 1676 he still had a child baptized secretly by the Dutch Minister in Istanbul. When the Dutch traveller Gerard Hinlopen met Mayer in December 1670 and stayed at his house in January 1671, the latter was still a member of the Dutch Nation. Hinlopen, pp. 141–142, 208; Justinus Colyer to the States-General, 4 Dec. 1676, in K. Heeringa (ed.), Bronnen tot de geschiedenis van den Levantschen handel. Tweede deel: 1661–1726 (The Hague, 1917), p. 218. 566 In margin. 567 Gábor Bethlen (1580–1629) was prince of Transylvania from 1613 to 1629. He was king-elect of Hungary from 1620 to 1621, but never controlled the entire kingdom. 568 Mihály I Apafi (1632–1690) was prince of Transylvania from 1661 until his death. 569 Deleted: dont s’etant faché il s’est rendu sous … 570 Deleted: l’etablir … 571 Deleted: depuis peu … 572 ‘Nicolas Soleimi’ is in fact Miklós Zólyomi. He was the grandson not of Gábor Bethlen but of his younger brother István, and the son of Dávid Zólyomi who was arrested by the Hungarian ruler György Rákóczi on charges of treason in 1633 and died in prison. Miklós too was twice imprisoned and finally sought refuge in the Ottoman capital where he was welcomed as a pro-Ottoman pretender to the Transylvanian throne. We owe this information to the kindness of Gábor Kármán.

The Turkish Journal

151

Mon second voyage à Chio Le mois de Septembre étant le temps que tout le monde se retire de C[onstantino]ple à la campagne, ou sur la Mer Noire, pour y jouir de la beauté de la saison et y respirer un air plus libre, pour moy, au lieu de prendre ce party, je resolus de faire un petit voyage en quelque lieu voisin, où je pûsse contenter ma curiosité. Et parce que je n’avois pas encore vu la maniere dont on recueille le mastic à Chio, n’y ayant pas eté dans la saison où cette recolte se fait, je crus que cette curiosité meritoit bien la peine d’y faire un voyage expres. Cimber573 Le Mardy 4 Sept[embre] je m’embarquai à Galata avec mon valet Costa, sur le Cimber (c’est une espece d’un tres-grand bâteau rond, qui porte la voile presqu’aussi grande que celle d’une galere)574, d’un Turc nommé Mustapha Reiis. Il s’en alloit dans un port d’Anatolie nommé Cissimé575, qui est au delà de l’Isle de Chio, pour y charger des raisins. Le Mercredy au soir nous partîmes de C[onstantino]ple, et le Jeudy 6 Sept[embre] étant dans la mer de Marmara, il fit une grande chaleur etouffante, le ciel etoit fort couvert, et le vent tres-foible. La nuict suivante il nous survint un calme, qui nous arrêta tout à fait. Il n’y a rien au monde qui ennuye tant en mer que cette bonace576. On n’avance point, et cependant on est fort tormenté de la mer, qui s’elevant et s’abaissant continuellement, leve et abbaisse en même temps le vaisseau, et les voiles tombans tantost d’un côté, et tantost de l’autre, il se fait un fracas epouvantable, [148v] en sorte qu’alors on ne sçauroit prendre un seul moment de repos. Tout ce qui nous consoloit, c’etoit qu’il n’y avoit rien à craindre des corsaires, qui ne croisent point en cette mer. Le Vendredy 7 Sept[embre], une bonne tramontane s’etant levée devant le jour, nôtre bateau commença tout de nouveau à faire du chemin, de sorte qu’à sept heures du matin nous decouvrîmes l’Isle de Marmara. Sur les neuf heures nous la passâmes du coté de dedans, qui est la partie qui regarde la Romelie, et le soir nous arrivâmes à Gallipoli577. 573 In margin. 574 The ‘cimbeer’ is described (and illustrated) by Hinlopen, p. 208, as a wide ship with two masts and a bowsprit: ‘Imbarqueerde wy ons in ons Turkx vaartuygh, synde een cimbeer, omtrent soo langh als een wytschip, doch wel ruym soo wyd, hebbende 2 masten, daar besaans aen voerde, en een boeghspriet.’ Elsewhere, p. 214, it is spelt ‘simbeer’. See Figure 5. 575 Çeşme. 576 Deleted: ces calmes. 577 See below, pp. 174–177.

152

The Turkish Journal

Le Samedy 8 Sept[embre] à neuf heures du matin nous en partîmes, et à deux heures apres midy nous passâmes entre les Dardanelles, où nôtre Cimber fut visité par le Douanier, et où il fallut payer le tribut. À cinq heures du soir nous passâmes encore entre les deux autres chateaux neufs, où il fallut que nôtre Reiss, ce mot signifie en langue Turque, et Arabe un Capitain, payât trente sept aspres pour l’entretien de la lumiere, qui est sur une tour, pendant la nuict, pour eclairer les voiles qui y passent, et apres le coucher du soleil, nous arrivâmes à Tenedo578. Le Dimanche de grand matin 9 Sept[embre] nous partîmes de Tenedo, ayans toujours le vent favorable, et à midy etans arrivés au Cap Baba borun579, qui est du coté de l’Anatolie, nous passâmes le detroit de Mitilene, nôtre Capitaine ne voulant pas se hazarder de faire le tour de l’Isle par de hors, pour la crainte qu’il avoit des Corsaires francs, qu’il pouvoit y trouver. Cependant ayant trouvé dans ce detroit une grande tranquilité580, à cause que les montagnes nous couvroient du vent qui pouvoit nous aider, nous y eusmes beaucoup [149r] des peines, avant que de le passer, ce qui dura jusqu’au lundy à l’aube du jour, qu’ayant gagné un endroit où le vent du nort pouvoit nous prendre, nous fimes de nouveau beaucoup de chemin, et en plein jour nous laissâmes l’Isle de Mitilene581 derriere nous. Sur les deux heures apres midy nous arrivâmes à Chio. Je vous rendray un compte exact de tous les lieux qui sont sur le chemin de C[onstantino]ple à Chio, lors que je vous entretiendray de mon retour de cette Isle à C[onstantino]ple, car ce fut alors que j’eus la commodité de les bien remarquer. Mon arrivée à Chio582 Estant arrivé à Chio, le Lundy 9 Sept[embre] je logeay chez un parent de Don Giorgio Fatio583, dans la ruë nommée Tripla campana. C’etoit alors le temps de vendange, et la vraye saison pour profiter de l’agreable sejour de cette belle Isle. Les Galeres du Gr[and] S[eigneur] etoient alors dans le port, pour s’y refraichir. Elles n’etoient en tout que dix sept. Huit s’etoient detachées du reste de leur corps, et s’en etoient allées à Alexandrie charger de la poudre à Canon, et pour l’apporter après à C[onstantino]ple. Treize de celles qui se trouvoient dans 578 579 580 581 582 583

See below, pp. 166–168. Baba Burnu. Deleted: dans ce detroit rencontré un temps fort tranquille. See below, pp. 163–166. In margin. For Giorgio Fatio see above, n. 66.

The Turkish Journal

153

le port, etoient Beyligs584, ou Galeres qui appartenoient aux Beys, et quatre etoient Tzacalis585, qui est le nom qu’ils donnent à celles, qui n’appartiennent pas aux Beys, et586 qui ne sont pas entretenües, ni commandées par eux, mais qui sont faites, et entretenues aux depens du thresor du G[rand] S[eigneur] et dans les quelles il met des Capitaines. Ils les distinguent par ces deux mots, pour marquer que les unes sont fortes, et les autres foibles. Armée navale du G[rand] S[eigneur]587 Le G[rand] S[eigneur] n’a presentem[en]t point d’autre force maritime, que cinquante cinq galeres, et quand il a besoin de vaisseaux, il en emprunte de ses vaisseaux de Barbarie. Vingt cinq de ces Galeres s’en vont [149v] tous les étés dans l’Archipel, pour y exiger des Chrêtiens588 le Carache ou tribut qu’ils sont obligés de lui payer. Elles partent de C[onstantino]ple, le lendemain de S. Georges, 23 Avril, et retournent environ le jour de S. Demetrius, qui est le 5 Nov[emb]re. Les autres s’en vont à la Mer Noire, s’il est besoin, pour porter des trouppes au Camp, ou des provisions de bouche et de guerre dans les places que le Gr[and] S[eigneur] a sur le Danube. En 1675 il envoya trente Galeres en ces quartiers là. Le Samedy 15 Sept[embre] elles partirent de Chio pour achever de visiter les Isles où ils n’avoient point encore eté. Le Lundy 17 de ce mois il m’arriva une malheureuse affaire, dont le souvenir me fait encore herisser les cheveux589. Il s’agissoit de perdre tout. Neanmoins graces au Ciel, et aux soins de mon bon ami Don Giorgio, elle fut accommodée le Mercredy suivant 19 du même mois, moyenant une tres-modique somme d’argent, qu’il me fallut donner à celui, à qui appartenoit la connoissance de cette affaire. Ce fut alors que je connus, que l’avarice, dont nous blâmons tant les Turcs, ne doit point être appelée un vice chez eux, mais plutost une de leurs meilleures qualités. Car en satisfesant à cette passion qui les domine, on sort de toute affaire, pour epineuse qu’elle soit. Le 19 de ce mois, qui estoit un mercredy des quatre temps, j’allai avec Don Giorgio à sa Tour, pour effacer un peu le souvenir de ce fâcheux accident. 584 585 586 587 588 589

From ‘beylik’, which simply meant that the ships were commanded by a bey. Wansleben is probably referring to the ‘çektiri’, a type of warship with oars and sails. Above the line: ni. In margin. Deleted: des Isles. For a discussion of this ‘malheureuse affaire’ see above, Introduction, pp. 13–14.

154

The Turkish Journal

Titimale590 Le jour de S. Matthieu 21 Sept[embre] nous allâmes pecher des anguilles avec du Blomo, ou Titimale591, dans un ammas d’eau, qui etoit proche de la Tour de Don Giorgio.Voicy la maniere dont nous fimes cette peche : [150r] Nous fimes amasser par un paysan de la Titimale, trois fois autant qu’il en pouvoit porter entre ses bras. En suite nous le fîmes entrer dans l’eau. Cet ammas etoit large environ de trois jets de pierre, et long d’une fois autant. Ce paysan couppa cette plante en petits morceaux, et les jetta en se promenant par tous les endroits de cette eau. La Titimale est une plante, qui represente assez bien le dattelier. Par tout où on la couppe, il en sort un suc blanc comme du laict, qui est le venin des poissons, et si tost que ce lait s’est repandu dans l’eau, et que les poissons le sentent, ils deviennent incontinent étourdis. Et se retirans vers le rivage, pour chercher de meilleure eau, et n’en trouvans point, ils se pâment, et alors on a le plaisir de les prendre avec la main à demi morts. Nous n’eumes ce plaisir que six heures apres, et nous en attribuyons la cause à ce que nous n’avions pas fait jetter assez de Titimale dans l’eau. Nous n’en primes pas une quantité fort grande, à cause que d’autres qui y avoient pêché peu auparavant, avoient pris une charge d’anguilles. C’est une pêche fort divertissante, et qui ne coûte aucune peine. Thymianà592 Le Samedy matin 22 Sept[embre]593. Environ midy le Sigr Rendi594, Consul de la nation française vint de la ville me saluër, et quand il entendit que nôtre dessein étoit d’aller faire un tour par l’Isle, voir les villages du Mastic, et la manière dont on le cueille, il s’offrit être aussi de la partie. Apres disner nous allâmes rendre visite à un Gentilhomme, nommé Vincent Fitili595, qui etoit à sa maison de campagne, pour faire [150v] vendange. Nous y passâmes quelques heures avec lui en conversation, et au soir nous revînmes

590 In margin on fol. 150r. 591 Tithymalus, spurge. In a letter to Carcavy (Omont, vol. 1, p. 150) Wansleben gives the Greek, βλόμο. 592 In margin. 593 Deleted: j’allai avec Don Giorgio à Thimianà où il avoit une affaire et devant midy nous revînmes à nôtre Tour. Ce lieu de Thymianà est un tres-bon casal. 594 Antoine Rendy or Antonio Rendi, himself from Chios, was the French vice-consul. He would later help Antoine Galland in his search for manuscripts (Omont, vol. 1, pp. 211–212). Wansleben had already met him on his first visit to the island. See TiL, p. 425. 595 Vincenzo Fitili, see above, n. 139.

The Turkish Journal

155

à la nôtre596. J’ay deja parlé de ce Gentilhomme, et de sa belle maison597, dans un autre endroit de ce journal. Le Dimanche 23 Sept[embre] nous allâmes598 trouver le Sieur Pierre Justinien599, qui etoit dans sa Tour à Limini, distante de la nôtre d’environ deux heures de chemin600. Apolichno601 Le Lundy 24 Sept[embre] qui etoit la fête de la Sainte Croix des Grecs, le Seigr Pierre s’etant joint à nôtre trouppe, nous començames nôtre promenade en passant par Armolia602. Et pendant que les autres Messieurs s’arrêterent dans le bourg, pour quelque affaire, je montai avec Don Giorgio sur la montagne qui en est proche, pour y voir l’ancien château d’Apolichno603. Nous trouvâmes que le dedans étoit entierem[en]t ruiné, hormis une petite Eglise des Grecs, qui y etoit encore, et une grande cîterne, qui n’etoit point gatée. A la porte du chateau il y a une inscription sur une pierre de marbre blanc, dont le temps a presque entierem[en]t effacé les lettres, et je n’y pus lire distinctem[en]t autre chose que le nom de Bernard Justinien, et l’an de N[otre] S[eigneur] 1448. La nuit suivante nous restames à Pirghì. Je vous en ay deja donné sa description ailleurs604. Le Seigr Joseph Justinien de la famille Fournetti605 nous fit l’honneur de nous y recevoir dans sa maison, où il nous traitta avec une magnificence tout a fait grande. C’etoit alors la saison des tourterelles sauvages, appelées en langue du pays Trigonia606, et ce Seigr, ayant eté averti que nous devions passer chez luy, avoit fait une si grande provision de ces oiseaux, qui etoient tous en vie607, que de ma vie je n’en ay tant [151r] mangé608.

596 597 598 599 600 601 602 603 604 605 606 607 608

Deleted: Tour. Deleted: de campagne. Deleted: tous ensemble. Pietro Giustiniani-Recanelli. See above, n. 104. Deleted: nous y passâmes la nuit suivante fort agreablem[en]t. In margin. Deleted: dont j’ay deja parlé. See TiL, p. 422. The fortress of Armólia or Apoligno. See above, n. 91. TiL, pp. 422–424. Giuseppe Giustiniani-Fornetto. See above, n. 98. From τρυγόνι, turtle dove. Deleted: afin que nos yeux eussent part à la satisfaction de la bouche. The fair copy is interrupted at this point. The narrative continues in the rough copy, fol. 67r.

156

The Turkish Journal

[67r]Tourturels de Chio609 Ces tourterelles viennent dans ce temps là des autres Isles, et s’etans un peu reposées dans celle cy, elles passent en suite ailleurs, leur temps ne durant que vingt jours depuis le commencement du mois de Septembre, jusqu’à la fête de la S[ain]te Croix de Grecs. Elles sont pendant ce temps là en si grande quantité dans l’Isle, que les paysans les prennent la nuit sur les arbres, et par tout ailleurs sans aucune peine. Elles sont si grasses, et si delicates à manger, qu’il n’y a rien au monde de semblable. Le lendemain de la fête de la Sainte Croix des Grecs, 25 Sept[embre], qui est le jour où l’on commence la recolte du Mastic, nous dejeunâmes de bonne heure afin d’aller apres à la campagne voir la maniere dont on le cueille610. Les portes du bourg furent fermées ce jour là jusqu’à trois heures du jour, afin que tout le peuple eût du temps pour s’y assembler. Il n’y a qu’une porte par la quelle il faut sortir, et le peuple s’etant assemblé, l’Archiprêtre du lieu qui demeuroit aupres, l’étole au cou, donna auparavant sa benediction à tous, et leur fit en même temps defence sous peine d’excommunication de ne point aller aux arbres les uns des autres, et ainsi ils sortirent tous, chacun allant à ses arbres. Voici la maniere dont ils ramassent le mastic : ils ont un instrument, fait à la façon d’un petit fermoir de [67v] menuisier, et avec cet instrument ils l’amassent à terre, ou l’enlevent de l’arbre, en cas qu’il y fut encore attaché, mettant leur doigt par dessus, et ainsi ils l’ammassent dans des papiers. C’est un travail tout à fait incommode, et penible, car il faut que ces gens là soyent continuellem[en]t assis en terre pendant toute la journée, dessous les arbres, qui sont fort bas et rampans. Et il faut qu’ils l’amassent piece à piece, et goute à goute, ce qui est une peine incroyable, et qui rend leurs mains aussi salles, et aussi gluantes, que s’ils avoient manié de la poix. Quant aux arbres, ils croissent d’eux même, sans être ni semés ni plantés, car autrement si on les pouvoit planter, on en verroit par tout. On ne les trouve que dans l’etenduë de vingt et un ou vingt deux villages. Ils sont fort petits, et guere plus hauts qu’un homme à cheval. Il croît plusieurs troncs d’une même racine,

609 In margin. 610 The mastic harvest is described by many visitors including Nicolas de Nicolay, Les navigations, peregrinations et voyages, faicts en la Turquie (Antwerp, 1576), pp. 66–67; Monconys, Iournal, pp. 442–443; Jean Baptiste Tavernier, Les Six voyages (Paris, 1676), pp. 313–314; and Des Barres, L’Estat present de l’Archipel, pt. 1, pp. 85–88. For the harvest, its distribution and its taxes see Dimitrios G. Ierapetritis, ‘The geography of the Chios mastic trade from the 17th through to the 19th century’, Ethnobotany Research and Applications, 8 (2010), pp. 153–167.

Alastair Hamilton and Maurits Van den Boogert - 978-90-04-43581-0 Downloaded from Brill.com03/08/2023 01:10:59PM via Bayerische Staatsbibliothek Munchen

The Turkish Journal

157

et ces troncs sont fort gros. Les feuilles en sont petites, et fort epaisses, et le bois aussi bien que ses feuilles ont l’odeur de la raisine. On multiplie pourtant ces arbres, en mettant les jeunes branches, quand elles sont encore unies à l’arbre, dans la terre, car ainsi elles prennent racine, et deviennent après elles-mêmes des arbres. Ses fruits sont de petits grains attachés ensemble en maniere d’un grappe de raisins, et dans ces grains il y a un petit noyau. Ils deviennent noirs quand ils sont meurs, et ils ont la vertu de conforter l’estomach. On cultive ces Arbres en ouvrant son ecorche par un fer, et c’est de cette ouverture que le Mastic decoule. On fait cette incision deux fois l’année. La premiere fois le 18 de nôtre mois de Juillet, et la seconde fois, six jours apres la fête de l’Assomption de la Sainte Vierge. Et si tost qu’on a fait cette ouverture, [68r] on nettoye le terrain qui est au dessous sur le quel le mastic decoule, et où on le laisse, jusqu’au temps qu’on doit le cueillir. Et pendant cet interval, il est defendu sur de grandes peines d’en prendre le moindre grain, y ayant partout des gardes, qui veillent jour et nuit par la campagne, pour empêcher qu’on n’en ramasse. Tous les arbres sont pris à ferme par un fermier611. Il paye annuellem[en]t vingt quatre mille ècus au Cadi et outre cela612 il donne encore dix quaisses du meilleur, et du plus choisi qu’on nomme en langue Turque Sechtanie613, et ces quaisses sont portées au serrail. Ce fermier tient une liste faite de tous les arbres que chacun possède en son particulier, et selon le nombre que l’on en a, on est taxé à lui donner du Mastic. A Pirghì, où il y a des Grecs, (car les Francs ne s’en mêlent point du tout) qui ont jusqu’à sept cens arbres, quelques uns sont obligés de lui en donner jusqu’à soixante et dix ocques. Tout le bourg en commun est taxé à trois mille ocques. Elata qui est un village pauvre paye mille vingt deux ocques, et ainsi les autres614 à proportion. Le terme auquel ils sont obligés de le lui rendre, est à Noël. Tout l’intervale leur est donné pour avoir le loisir de le nettoyer. Ils le cueillent deux fois l’année, une fois apres la fête de l’assomption de la Sainte Vierge, et l’autre, le lendemain apres la fête de la Sainte Croix des Grecs, mais celui qu’ils cueillent la premiere fois, est beaucoup meilleur que celui qu’ils cueillent à la Sainte Croix, à cause qu’alors le soleil a plus de force, qu’il n’a pas au mois de Sept[emb]re. Huict jours apres la Sainte Croix un chacun a la

611 612 613 614

Deleted: qu’on nomme l’Emir du mastic. Deleted: de surplus. Possibly connected with the Ottoman ‘sakht’, meaning ‘heavy’, ‘hard’. Deleted: villages.

158

The Turkish Journal

permission d’aller partout chercher si par hazard on y avoit laissé [69r]615 quelque chose, et de le prendre. Mais on n’a ce privilege qu’apres cette derniere moisson. Le mastic a la forme d’un grain blanc et transparent comme le christal. Les uns sont grands et les autres petits. Les plus grands passent rarement la grosseur d’un aricot, et d’ordinaire ils sont de celle d’un pois. Il a une vertu admirable pour comforter le coeur, quand le matin on en avale trois ou quatre grains. Les gens commodes en mettent dans la pate pour donner un meilleur goust au pain. Mes amis me regalerent souvent de cette sorte de pain, sçachant que celui de la ville est plein de sable et fort mal sain. Le Mastic etant mâché rend l’haleine bonne, et rarem[en]t on se trouvera en conversation avec une Dame à C[onstantino]ple ou à Chio, sans qu’on remarque qu’elle en mache. En Egypte les grands du pays en perfument leurs pots où ils mettent l’eau qu’ils boivent, pour rendre l’eau du Nil, qui est la plus douce et la plus agreable du monde, encore plus delicieuse au goust, qu’elle n’est pas d’elle même. Le nombre des quaisses du mastic que l’Isle rend tous les ans au Fermier [68v] est de trois cens dix quaisses, dont il est obligé d’en donner trois au Cadi, une à l’écrivain des villages du Mastic, une autre au commerce des planches, à cause qu’il fournit celles qui sont nées pauvres pour faire les quaisses, et une à celui qui donne les canevates, les cordes, et qui les emballe. De plus il est encore obligé, comme j’ay deja dit, d’en rendre dix au serrail du G[rand] S[eigneur] de sorte que il ne lui en reste que deux cent quatrevingt quatorze quaisses. Vous pourrez voir dans l’Histoire de l’Isle de Chios qui est jointe à la fin de ce journal616, ce que la quaisse valoit du temps des Justiniens. Mais aujourdhui elle ne vaut que soixante dix ecus. Etant venduë à l’en gros elle pese soixante douze ocques, qui font …617 livres de France. Personne n’en peut porter hors du pays sans la permission du fermier, sous peine de tres-grosses amendes, si on en est trouvé saisi. Et ce commerce de contrabande a ruiné quantité des bonnes familles à Chio. Le fermier même [70r] n’en peut pas vendre auparavant qu’il n’ait donné au G[rand] S[eigneur] le nombre des quaisses qui lui est deu. Il vent l’ocque du bon à trois ecus, et il scelle la boite dans la quelle il le donne, avec son cachet, autrem[en]t on n’en sçauroit porter hors de l’Isle. Les paysans en vendent aussi secretem[en]t et ils donnent l’ocque du petit, à une piastre et un quart618, mais le peril est trop grand pour vouloir s’en charger619. 615 616 617 618 619

Fol. 69r is pasted onto fol. 68v. See above, n. 70. Left blank. It should be about 360 French livres. For the ocque see above, n. 73, and for the piaster see below, Appendix 4. For a survey of Chian trade at a slightly later period see Daniel Panzac, ‘L’escale de Chio: un observatoire privilégié de l’activité maritime en Mer Egée au XVIIIe siècle’, Annales Economies, Sociétes, Civilisations, 4(1985), pp. 541–561, esp. pp. 544–545.

The Turkish Journal

159

Fanà620 Ce même jour nous allâmes voir une ancienne Tour (c’est ainsi qu’on nomme à Chio les maisons de campagne des gentilshommes) qui est tout proche de Pirghì, la quelle appartenoit autrefois aux Justiniens. Elle se nommoit Fana. A voir cette tour de loing on diroit que c’est une forteresse plutost qu’une maison de campagne, ce qui marque la grandeur de ceux de cette famille dans les siecles passés. Elimbo + Miel du mastic621 Le Mercredy 26 Sept[embre] à quatre heures devant jour nous montâmes à cheval, pour achever et varier notre promenade, et premierement nous passâmes par Elimbo622, qui est le Cazale où on trouve le miel du mastic. Ce miel est nommé ainsi à cause que les abeilles suceant le Mastic, dans le temps où il coule des arbres, et fesant apres leur miel, il prend tout à fait l’odeur, et le goust du mastic, et ce miel est estimé en Turquie comme une chose tres-delicate. J’en achetai quelques pots à trente souls piece, pour en regaler mes amis à C[onstantino]ple. Mista623 En suite nous passâmes par Mistá624, qui est un autre grand et beau Cazale. Il y a au milieu une tres-grande Tour, environnée d’une bonne muraille, qui servoit autre fois pour la defence du bourg, mais à present elle tombe en ruine. Ce bourg produit entr’autres particularités, des amandes, dont l’ecorce est si tendre, qu’on peut la rompre en la frottant entre les doigts. Chilé625 J’en acheptai un Chilé626, qui est une mesure qui pese quarante quatre livres de Venise, à une piastre et un [70v] quart le Chilé. On nomme ces amandes du pays Amygdala talica627.

620 621 622 623 624 625 626

In margin. In margin. Olympoi. In margin. Mesta. In margin. Probably from the Turkish ‘kile’, bushel. The value of this weight varied from place to place and over time. 627 Αμύγδαλα ιταλικά.

160

The Turkish Journal

Elata628 En suite nous arrivâmes à Elata629, où voulant voir la maniere dont les paysans rappelent les perdrix apprivoisées630, apres les avoir laissé courir par la campagne et par les montagnes, j’en fis porter quelques unes dans une muise631. Le paysan les laissa courir par la campagne, et quelque temps apres il les rappela. Neanmoins il eut toute la peine imaginable pour les faire revenir à lui, et il nous en dit la raison, qui est que la moisson du mastic l’avoit empeché de les laisser sortir de leur cage pendant trois jours, et qu’ainsi elles etoient desacoûtumées d’entendre et de reconnoître sa voix. Nous en trouvâmes qui etoient tellem[en]t apprivoisées, qu’en entrant dans les maisons des paysans, elles venoient monter sur nos epaules. J’en acheptai quelques paires à un écu le couple, et le soir nous en revînmes à Pirghi. Calamotì632 Le Jeudy 27 de Sept[embre] nous en partîmes pour retourner à Chio. Nous prîmes le chemin de Calamoti633, qui est un grand et beau bourg, où nous rencontrâmes le Cadi de la ville, qui nous fit bien de la peur à cause que j’avois quelque poignée de mastic dans mes poches, dont les paysans m’avoient regalé, et quelques tranches de son bois dans mes besaçes pour m’en faire faire apres des curedents, pour lesquelles ce bois a une vertu admirable, tout cela étant dans ce pays de la marchandise de contrebande, et matiere de grands malheurs. Patricà + Nenita634 Ensuite nous passâmes par Patricà635, et apres par Flatia636, qui sont deux peits Cazals, et la nuict nous couchâmes à Nenita, qui est apres Pirghì, le plus grand bourg de toute l’Isle, y ayant deux cent cinquante personnes qui payent tribut. Il est [71r] scitué sur une elevation, proche la mer. Cependant ses ruës 628 In margin. 629 For Wansleben’s previous visit to Elata see above. 630 The tamed partridges, for which Chios was famed, like the extraction of mastic, were noted by a number of travellers, such as Francesco Lupazolo in 1638, Jean de Thévenot in 1656, Jean-Baptiste Tavernier in 1664 and Cornelio Magni in 1673. See Argenti and Kyriakides, Η Χιος, pp. 183, 222–223, 230, 263. 631 ‘Muid’, a large barrel or hogshead. 632 In margin. 633 Kalamotí. 634 In margin. 635 Patriká. 636 Flàtsia.

The Turkish Journal

161

sont extremem[en] étroites. On y cultive quantité de cotton, et fort peu de mastic. Le sexe en particulier y est fort agreable, et d’un tres-beau teint637. Il y en a entre elles qui chantent admirablem[en]t bien, et qui composent naturellement bien en vers. Le Consul voulant ce jour là traitter la compagnie à son tour, il s’en acquita d’une maniere merveilleuse. Deux choses entr’autres furent les ragouts principaux du festin. L’une fut une si grande quantité d’hortolans, d’Atomachi638, et d’autres semblables petits oiseaux, qui etoient alors de la saison, et fort gras, que nous en etions etonnez. Et l’autre etoit qu’il fit venir deux filles des plus belles du Cazal, pour nous faire entendre les voix charmantes de ces agreables paysanes. Une des ces deux filles se nommoit Marie Angera, et ce qui me surprit en elle, outre la douceur de sa voix, fut qu’elle fesoit des octaves des vers Grecs à l’impromptu, sur telle matiere qu’on lui proposoit, sans contrainte, et sans hesiter, et qu’elle les chantoit en même temps qu’elle les fesoit. Ce fut la seconde fois qu’en cette Isle, on me fit voir dans la conversation des personnes qui etoient naturellement poëtes. La premiere fois, fut dans la maison de Don Matthieu, grand vicaire de l’Evêque639. Cet ecclesiatique m’ayant prié un soir avec Don Giorgio, et plusieurs autres de nos amis de souper avec lui, il fit venir un homme qui touchoit la chitarre admirablem[en]t bien, et en la touchant il fesoit en même temps des octaves Grecques, qui s’accordoient merveilleusem[en]t bien au son de la Citharre. Ce qui fait connoître la disposition naturelle que les Chiotes ont pour la poësie. [71v] Calimassia640 Le Vendredy matin 28 Sept[embre] nous partîmes de Nenita, et nous passâmes par Calimassià641, qui est un autre gros bourg, où nous demeurâmes jusqu’au soir, et saluâmes le Sigr Ignatio d’Avila642, qui étoit un de nos bons amis et voisins à Chio, qui etoit dans sa maison de campagne tout proche de Calimassia. Nous nous retirâmes à une heure de nuit pour nous rendre à Chio.

637 For the legendary beauty of the women of Chios, on which Wansleben and numerous other Western travellers commented, see TiL, p. 430. 638 Shrikes, αετομάχοι. 639 Probably Matteo Mongiardini. The Roman Catholic bishop of Chios from 1642 to 1679 was Andrea Soffiano. See above, n. 67, and TiL, p. 424. 640 In margin. 641 Kallimasià. 642 This seems to be a reference to Don Ignazio Serra, a priest whom Wansleben met on his first visit to Chios (TiL, p. 425).

162

The Turkish Journal

Le lendemain je commençai à me disposer pour mon depart. Je le fis le plus secretement que je pouvois, à fin de ne pas donner occasion, à ceux qui ne dormoient pas sur mes affaires, de me procurer des nouvelles inquietudes. Le depart causa beaucoup de douleur d’un coté et d’autre. Mes amis avoient souhaité que je fusse toujours demeuré avec eux, et l’humeur du peuple à mon egard n’etait point contraire à mon genie. Cependant il se presenta une commodité pour C[onstantino]ple, qu’il ne fallut point negliger, la quelle avança ma sortie de ces lieux. Mes amis me donnerent un jeune garçon de bonne famille pour demeurer avec moy à C[onstantino]ple, et je le reçeus d’eux particulierement pour avoir quelqu’un dans ma maison qui me fit continuellement souvenir de leur bonté pour moi. Ils me regalerent, les uns des coffres remplis de limons, des cedres, et d’oranges des meilleures, et des plateaux du pays, et autres de bouteilles d’eaux de senteur, dont on fait d’excellentes dans cette ville. D’autres me donnerent des pots d’olives d’une espece tout à fait particuliere et tres-exquise. Elles n’etoient pas plus grandes de la grosseur d’une grande pois et le noyeau y etoit si petit, qu’on eut de la peine à s’en apercevoir. D’autres me donnerent des bouteilles d’eau de vie, des belles bourses, des ceintures pour les caleçons, des jarretieres, et d’autres raretés du pays. Docteur Pepanò643 Le Docteur Pepanò, qui avec Don Giorgio, ne m’avoit presque point quitté, fit un bel Acrostiche sur mon nom touchant mon Histoire de l’Eglise d’Alexandrie, que je [72r] vous donneray dans quelque autre occasion644. Il fit encore un prognostic de ce que devoit m’arriver, à l’egard de la recompence de mes services, lors que je serois de retour en France. Ce prognostic etoit conceu en ces propres termes : Virtuti Alemannicae Nimiae Sacer Ludovicus Exhibebit Bona Immensa Optima dice VANSLEBIO Mais il n’avoit pas le don de prophetie. J’avois fait encore provision de quelques pots de miel de mastic, d’amandes qui ont l’ecorce tendre, et je n’obliai point de porter avec moy un tonneau de 643 In margin. 644 For the learned Chian physician Dimetrio Pepanó see TiL, pp. 235, 425. The acrostic he composed for Wansleben’s Histoire de l’Eglise d’Alexandrie (Paris, 1677) appears in the Italian manuscript version, BnF MS italien 1436, fol. 1, but is omitted in the printed edition. This shows that Wansleben wrote the rough copy of his Turkish journal in 1677, when he had prepared the French version of his Histoire but had not yet had it published.

The Turkish Journal

163

bon vin d’Homere pour me regaler avec mes amis lors que je serois de retour à C[onstantino]ple, où ce vin est rare, et fort estimé. Et ayant ainsi dit à Dieu à mes amis, apparemment pour toujours, et eux me souhaitant un calo Katabóδιo645, ou heureux voyage, je m’embarquay le Vendredy, 5e Oct[obre] à neuf heures du matin, sur une fregatte, qui etoit venüe de Candie, chargée d’huyles et de fromage. Nous avions pendant tout le jour un vent tres-favorable, et à l’entrée de la nuit nous arrivâmes à Mitilene646, donnant fond dans le port Meridional, apres avoir fait ce jour là un chemin de pres de cent milles. Le lendemain 6 Oct[obre] nous nous retirâmes de ce port dans l’autre, nommé le Septentrional, qui est opposé au premier, et qui en est separé par une langue de terre, qui est entre deux, et y demeurâmes jusqu’à Lundy au soir, à cause que le vent nous etoit devenu contraire. Etat d’aujourdhui de la ville et de l’Isle de Mitilene Mitilene est une Isle de la mer Egéenne. Son premier nom etoit Lesbos, et depuis elle a eté nommée Mitiléne, de Milet, fils de Phoebus, qui y batit une ville, la quelle il nomma de son nom [72v] Mitilene. La longueur de cette isle, de l’Ouest à l’Est, est de cent dix milles, et la largeur de …647 est de …648 Tout son circuit est de deux cent soixante milles. Elle est fort montagneuse, et son terrain est plus propre pour le vin que pour le bled. Il y a trois cens villages et deux châteaux. Il y croît les meilleurs huyles de toutes celle de l’Archipel, et le vin qu’elle produit est fort estimé. Du coté du Sud elle a quantité des beaux jardins, qui produisent une infinité des beaux fruits, et ses figues sont excellentes. Le nombre des Chretiens Grecs qui y habitent, monte à cinq mille têtes qui payent tribut. Franco Gattalusio649 L’an 1355 Calojanni Empereur de C[onstantino]ple650 la donna a Fran[ces]co Gattalusio, General des Genois651, en reconnoissance du succour qu’il avoit 645 646 647 648 649 650 651

Καλό κατευόδιο. Lesbos, often named after its capital, Mytilene. Left blank in the manuscript. Left blank in the manuscript. In margin. John V Palaiologos. Francesco I Gattilusio (c.1336–1384), from an illustrious Genoese family, started out as a pirate but, after landing on the island of Tenedos, decided to help John V Palaiologos, who shared the throne with his father-in-law John VI Kantakouzenos and his brother-in-law Matthew Kantakouzenos, regain control of Constantinople. Gattilusio succeeded, and John V rewarded him with the island of Lesbos and with the hand of his sister Maria. Francesco Gattilusio was killed in the earthquake of 1384, but was succeeded as ruler of

164

The Turkish Journal

receu de lui, pour remonter sur le Throne Imperial, dont il avoit eté chassé par Cantacusine. Mais quoi que ce General fût le souverain dans cette Isle, il se declara toujours vassal de la Rep[ublique]. Cette même île passa ensuite sous la domination du Turc. Ce fut Sultan Mehmet II qui s’en rendit le maître en …652 et depuis ce temps là elle a toujours eté sous cette puissance. Il ne reste plus rien de son ancienne ville, que quelques debris qu’on voit çà et là. Celle d’aujourdhui est tres peu de chose. Sa situation est presque au même endroit où l’ancienne etoit, c’est-à-dire au côté du Septentrion de l’Isle, et proche la mer. Elle n’a pas eu le bonheur d’être rebâtie apres sa destruction, comme plusieurs autres villes de l’Asie, qui apres leur ruine, ont eté edifiées de nouveau plus belles et plus grandes qu’elles n’etoient auparavant, ce qui fait voir que la durée des villes, aussi bien que celle des hommes, ont des bornes. [73r] Ses maisons sont petites et basses. Elles sont bâties à la façon de celles de Smirne, et de C[onstantino]ple, avec des toicts par dessus, hormis qu’elles ne sont pas de bois et de terre come celles là, mais des bonnes pierres. Elle a deux ports. On nomme l’un le Septentrional, à cause qu’il est ouvert au nort, et l’autre le meridional, parce qu’il est du coté du midy. Le Septentrional n’est pas fort grand, ni fort profond. Il ne sert que pour des Galeres, et pour de petites barques. Autrefois il etoit enfermé de muraille, et on en voit encore des vestiges dans la mer. Elle a un tres-grand château653 du coté du Septentrion. Il est sur une elevation, et commande sur le port septentrional. Non obstant qu’il soit vieux, il est encore en fort bon etat. Il a des murailles doubles, qui sont tres-fortes, et tout autour il a des grosses tours, et un fossé qui est tres-profond, avec sa contrecharpe. Le château a trois portes, dont l’une est au haut de la colline, vers le port meridional. L’autre est vers la ville du côté de l’ouest, et la troisieme, qui est petite, est du coté du septentrion proche la Doüane. A gauche de la porte meridionale, on voit dans la muraille une aigle à deux têtes gravée sur une pierre, qui a ces lettres au coté BB, et tout proche on en voit une autre qui n’a qu’une tête seulem[en]t avec les armes d’une souveraineté d’Europe, que je ne reconnus the island by his third son Jacopo. See Christopher Wright, The Gattilusio Lordships and the Aegean World 1355–1462 (Leiden, 2014), pp. 39–46. 652 Left blank in the manuscript, but the year was 1462. Conquered by Mehmed II, Lesbos remained in Turkish hands until the end of the Ottoman Empire despite numerous attempts by the Western powers to liberate it. 653 The Kastro built by the Gattilusi in 1374 on the site of a Byzantine castle. It was expanded by the Turks. Robin Barber, Blue Guide. Greece (London-New York, 1987), pp. 716–717.

165

The Turkish Journal

point654. En sortant de cette porte pour s’en aller au port septentrional, on voit encore une aigle dans la muraille, avec ces caracteres gravés au côté :

Il ya dans l’Isle des bains chauds, et plusieurs restes de bâtimens faits par les Romains, avec des inscriptions Latines, [73v] mais comme nous etions à tous momens en etat de partir, et que nous n’attendions plus rien si non que le vent fût devenu favorable, cela fut cause que je n’osai pas m’eloigner de la fregatte pour les remarquer. Dès le Dimanche, 7 Octobre j’etois allé saluër le Metropolitain du lieu, lequel se nommoit Gregoire655, et etoit un homme tres-bien fait de sa personne, et il me reçeut fort civilem[en]t. C’est de lui que j’eus ce peu de connoissance que je vous donne icy, touchant l’etat present de cette Isle. Il y a dans la ville six Eglises Grecques, qui sont les seules chrêtiens qui y habitent. La Metropolitaine est dediée à S. Athanase. Elle est petite, mais fort jollie. Dans la place656 qui est devant cette Eglise je vis une chaise de pierre, qui est un ouvrage de l’antiquité, et d’une tres-belle sculpture. Du coté de devant il y avoit cette Inscription en langage du pays : ΠΟΤΑΜΟΝΟΣ ΤΟΛΕΣΒΟΝΑΚΤΟΣ ΠΡΟΕΔΡΙΑ Ce qui veut dire : …657 L’Archevêque me dit, qu’autrefois le Metropolitain du lieu avoit coûtume de s’y asseoir les jours de Dimanche, et de fête apres la Messe, et d’entendre les plaints, et les differends de ses sujets, et de les accommoder ensuite. 654 The double-headed eagle is the Byzantine eagle and John V had the Gattilusi arms engraved on its breast. The single-headed eagle is of the Doria family. 655 Grigorios, Metropolitan until 1676. https://www.immyt.gr/diocese/prokatoxoi.htm. We owe this reference to the kindness of Vassa Kontouma. 656 This, as the inscription on the seat indicates, was the site of the ancient theatre. 657 Left blank. The translation should run: ‘The seat of Potamon, son of Lesbonax’.

166

The Turkish Journal

Baba borun658 Le Lundy au soir 8 Octob[re] nous partîmes de Mitilene, et cette même nuit nous donnâmes de rechef fond sous un cap, qui n’étoit guere loing du port, que nous venions de quitter. Le Mardy au matin nous mîmes encore les voiles au vent, et le soir nous doublâmes le Cap de Baba borun659, qui est du coté de l’Asie, apres avoir franchi660 ce jour là tout le detroit qui est entre cette Isle et la terre ferme de l’Asie, qui etoit un chemin [74r] d’environ soixante milles. Baba borun signifie en langue Turque le nez du pere. C’est du nom de nez que les Turcs appelent tous les caps. Ils croyent qu’un des six vingt quatre mille prophet{e}s y est enterré. Mercredy nous eûmes un grand calme pendant toute la journée, ce qui fut cause que nous avançames tres-peu, et au soir nous donnâmes fond à Tenedo, ce qui n’est guère loing de ce cap. Tenedo661 Tenedo662 est une petite Isle, qui ne contient que trente milles de circuit. Elle est fort pierreuse, et pour cette raison tres-peu cultivée. Cependant elle produit des bons vins, et en particulier du Muscad qui est excellent. Elle est scituée tout droit devant l’embouchure de l’Hellespont, de maniere que celui qui en est le maître, est en même temps le maître de l’Hellespont, car rien ne sçauroit ni entrer ni sortir qui ne soit sujet à sa visite. Elle n’est eloignée du promontoir Sigëen663, nommé aujourdhui Cap Jeinissari664, que de dix milles, et des châteaux neufs665, qui sont à l’embouchure de l’Hellespont, de trente. Elle a eté longtemps sous la domination de Venitiens666. Pagano Doria la prit sur les Empereurs Grecs en 1352, et l’ayant perdue  …667 apres, l’Empereur 658 659 660 661 662 663 664 665 666

In margin on fol. 74r. Baba Burnu. Above line: passé. In margin. Tenedos, now Bozcaada, has been part of Turkey since 1923. The Sigean Promontory. Yeni Saray, the New Castles. See above, n. 236. The island was long disputed between the Genoese, the Venetians and the Byzantines. It was conquered by the Genoese in 1304, but the Venetians tried to buy it from the Byzantine emperor John V Palaiologos in 1350. The Genoese commander Paganino Doria took it again in 1352, but John V regained it and in 1376 sold it to Venice. He was opposed by his son Andronikos IV Palaiologus who endeavoured, but failed, to give the island to Genoa in reward for Genoese assistance in overthrowing his father. The island remained in Venetian hands until 1455. For the vicissitudes of Tenedos see Donald M. Nicol, Byzantium and Venice. A Study in Diplomatic and Cultural Relations (Cambridge, 1988), pp. 275–279, 297, 301, 305–307, 309, 312–315, 317–320, 322, 335–336, 348–350. 667 Left blank.

The Turkish Journal

167

Andronicus la leur redonnoit en 1356. Enfin les Turcs la prirent sur eux par la trahison de  …668 Loredan, Gouverneur de la forteresse en l’an  …669 Elle est encore aujourdhui sous les lois de cette formidable puissance. Son chateau est presque triangulaire670. Il est tres bien gardé et tres-bien pourveu d’artillerie. Les habitans de la ville sont Grecs, lesquels n’ont qu’une Eglise. Il y a trois cens soixante caraches671, et il sont tous fort pauvres, et les maisons sont fort basses et fort petites. Le Jeudy 11. de ce mois nous partîmes de Tenedo pour entrer dans [74v] l’Hellespont, et le jour nous donnâmes fond à celui des châteaux neufs672, qui sont à son embouchure, lequel est du côté de l’Asie, et nous y demeurâmes jusqu’au dimanche, à cause qu’il s’etoit levé une tramontane qui nous souffloit de la prouë. Ces deux châteaux sont nouvellement batis, par l’ordre de Kiupruli, predecesseur, et pere du Vezir d’aujourdhui673. Ils sont tres-forts, et tres-bien pourvuës de munitions de guerre. Ils ne sont pas tout à fait l’un vis à vis de l’autre. Celui qui est du côté de l’Asie est plus en dehors du Canal, et l’autre, qui est du côté de la Romelie, est plus en dedans. Samedy suivant 13 oct[obre] nous allâmes du village qui est aupres de ce château, pour y achepter quelques provisions, dont nous avions besoin, mais comme il n’y a que quinze ou vingt ans tout au plus qu’on a commencé à le bâtir, ces châteaux, et ce village etant tres moderne, nous n’y trouvâmes rien de ce qui nous etoit necessaire, hormis du caffé, dont nous bûmes quelque tasse, 668 Left blank. The name should be Girolamo. In the course of the Cretan War Tenedos had again been seized by the Venetians after the Third Battle of the Dardanelles in 1656. Girolamo Loredan, the ‘provveditore straordinario’ of Tenedos, together with Giovanni Contarini, the ‘provveditore ordinario’, were accused of abandoning the fortress after the Fourth Battle of the Dardanelles in the summer of 1657. They were banished and deprived of their titles (Bando et sentenza dell’Eccelso Conseglio di Dieci. Contra Girolamo Loredan & Zuanne Contarini, furono Commandanti al Tenedo (Venice, 15 February 1657 O.S./1658 N.S.). According to Des Barres, L’Estat present de l’Archipel, pt. 1, pp. 19–24, the Turks ‘corrupted’ the governor of the fortress with a substantial sum of money, a barrel of oil and a Greek girl of extraordinary beauty who persuaded him to surrender the fortress which the Turks threatened to besiege and to join her in a life of bliss. No sooner had he done so than she robbed him and left him. The story of the sale of Tenedos was clearly in wide circulation. Hinlopen, pp. 214–215, too, refers to it. 669 Left blank. The date should be 1657. 670 The spectacular fortress of Tenedos was entirely rebuilt under Mehmed II. Hinlopen, p. 215, left a sketch of it (Figure 27). 671 360 who paid the capitation tax or haraç. 672 See above, n. 236. The two ‘new castles’, built in about 1658. 673 The reference is to Köprülü Mehmed, Sultan Mehmed IV’s grand vizir from 1656 until his death. See above, n. 408.

168 The Turkish Journal

figure 27 Fortress of Bozcaada/Tenedos. Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien

The Turkish Journal

169

plutost pour y passer un moment du temps, que pour la necessité que nous en eussions, celui que je fesois apprêter tous les matins dans la fregatte etant dix fois plus exquis que celui ci. Les habitans de ce village sont tres-pauvres, les maisons basses, et il n’y a pas encore une ruë qui soit achevée. Jaur Kioi674 Apres dîner nous allames à un autre village, nommé Jaur-Kioi675, ou le village des Chrétiens, pour ce même dessein. Il n’est guere loing du château, en tirant vers Tenedo, et est sçitué sur le rivage de la mer, mais il est sans port, à cause que ce rivage est fort élevé, et n’a point d’enfoncement. Les gens y sont commodes, et fort à leur aise moyennant un tribut [75r] de cent sols par an, qu’ils payent au G[rand] S[eigneur]. Il y a jusqu’à deux cent têtes qui payent tribut. Les Grecs nomment ce village, l’ancienne C[onstantino]ple, et disent que c’est l’endroit, où le grand Constantin avoit fait jetter les fondemens pour batir une nouvelle Rome. Mais apparemment ils se trompent, car hormis la tradition qu’ils en ont, et qui ne prouve rien, leur opinion n’a aucun ancien historien pour garant. Il est bien vray, que tous tombent d’accord, que cet Empereur a commencé de jetter des fondements d’une nouvelle ville Imperiale, en plusieurs endroits, apres avoir quitté celle de Rome. La premiere a eté dans la Sardique ; la seconde, l’ancienne Troie dans la haute Phrygie, qui est le pays des environs de ce village ; la troisieme, la ville de Chalcedoine ; et la quatrieme l’ancienne Byzanze, qui est celle qu’il a achevée, et l’a nommée de son nom C[onstantino]ple. Mais aucun ne dit qu’il ait commencé à bâtir ce village676. Jelmes677 Le Dimanche 14 du même mois, nous partimes de ce Château, mais la tramontane qui recommençoit à souffler de la prouë, nous empêcha d’avancer. Il fallut tout de nouveau jetter le fer assez prês du chateau. Ce jour là nous allâmes à un autre village, nommé Jelmes678, pour y achepter nos provisions. Ce fut une des plus grandes satisfactions que nous eûmes dans ce voyage, de pouvoir aller tous les jours nous promener en terre, pour achepter dans des villages ce

674 In margin. 675 Giaourköy. According to Pococke, p. 105, this corresponds to Yenişehir (just south of Kumkale): ‘There is now a village on the spot called Ienechahere [The new city] or more commonly Jaurcui’. 676 Deleted: En avançant un peu dans le pays on commence à trouver des restes de l’ancienne Troye. 677 In margin. 678 Gelmez, corresponding to Babakale south of Çanakkale.

170

The Turkish Journal

que nous etoit necessaire. Ce village est fort eloigné de la marine. Le Lundy 15, je ne sortis point de la fregatte, mais le Mardy 16, la tramontane continuant à s’opposer à nôtre voyage, et m’ennuyant fort dans ce bâtiment, où j’etois fort incommodé des Turcs qui [75v] etoient tous des Cadis, des Odebachis679, et d’autres gens de pareille étoffe, je resolus de m’en aller à pied jusqu’au chateau Abide680, qui est du coté de l’Asie, et le bord où toutes les voiles qui entrent dans l’Hellespont se rangent. Nous etions eloignés par terre d’environ six heures de chemin, mais par mer il etoit bien plus long, à cause des caps qu’il falloit doubler. Je pris cette resolution à dessein d’y voir en attendant que nôtre fregatte y arriva, les antiquités qu’on disoit être aux environs. Mais le chemin etant un peu trop long pour une promenade, et de mon naturel ne sçachant pas bien me moderer, quand il arrive qu’il faut que je marche seul, le trop d’action m’avoit tellem[en]t echauffé, qu’en arrivant au chateau, je sentis un accès de fievre, qui neanmoins me quitta le lendemain. Au bourg qui est aupres du chateau, je logeay chez un Juif, nommé Ebiezer681, qui etoit Truchement de la nation française à C[onstantino]ple, et chargé d’avoir soin de leurs interests. Ce lieu etant un endroit considerable, à cause que tous les vaisseaux, soit qu’ils viennent de C[onstantino]ple, ou qu’ils y aillent, doivent y relacher, et d’y payer avant que d’en aller, les droits, aux quels ils sont obligés. Je vous diray tantost plus distinctement ce qu’ils sont obligés de payer. Ce Juif, non obstant sa nation, etoit un fort honnêste homme, et fort raisonnable. Mercredy, 17 de ce même mois je me fis porter à Maitos682, nommé en Grec Μαδυτος, qui est à l’autre coté de l’Hellespont, pour y voir les ruines de cette ancienne ville. Je pris une barque à quatre hom{m}es, et je leur payai trente sols pour toute la journée. Etant arrivé à ce bourg, j’allai droit au Papas ou Curé du lieu pour le prier de me conduire lui même à l’endroit, où l’ancienne [76r] ville avoit eté. Il le fit de fort bonne grace, mais je trouvai qu’elle etoit rasée de fond en comble, et je n’y remarquai que les Vestiges de cinq Eglises, dont la Metropolitaine etoit dediée

679 Odabaşı, a page of the highest rank or a captain of a company of Janissaries. 680 Abydos. 681 He is also described in Arvieux (vol. 4, p. 347): ‘Je me préparois à aller faire au Commandant de ces Châteaux le même compliment que j’avois fait à celui des premiers, lorsqu’un Trucheman Juif que l’Ambassadeur de France entretient pour la commodité des Marchands vint à bord offrir ses services à M. de Preüilly qui le chargea de ses ordres, & l’envoya au Commandant des Châteaux.’ 682 Maydoz, the ancient Madytos and the modern Eceabat.

The Turkish Journal

171

à S. Euthymius, martyr de cette ville683. Le circuit de ses murailles montroit, qu’elle avoit eté grande. Il y avoit un agiasma684, ou fontaine d’eau benite, à la quelle on attribuoit la guerison de plusieurs maladies. Les autres Eglises avoient été dediées, l’une à Sainte Macrine, soeur de S. Basile, où le Papas me montra un trou, qui est dans un reste de ses murailles, par le quel lors qu’un malade passoit, qui avoit de la confiance dans les merites de cette sainte, il guerissoit incontinent. Une autre Eglise etoit dediée à la Sainte Paraschevi685, une autre à S. Constantin, une autre à S. George, dans chacune des quelles il y a un agiasma, ou fontaine d’eau benîte, et enfin une autre Eglise qui etoit consacrée au fils de Dieu. Maitos686 Maitos, ou Maiton si vous voulez, tel qu’il est aujourdhui, est un grand bourg du coté de la Romelie, bâti sur le penchant d’une colline, proche l’Hellespont, et guere loing des ruines de l’ancienne ville. Les habitans sont tous Grecs, et fort accommodés. Ils y filent du cotton, et de la laine, dont ils font apres des couvertures ; et le terroir est planté de quantité des vignes, qui produisent de tres-bon vin rouge. Au haut de la colline on voit les debris d’un ancien château, et le long de la marine, il y a quantité de moulins à vent, par le moyen des quels on connoit le bourg de bien loing. Chateau des veuves687 A trois milles de Maiton, en remontant l’Hellespont, il y avoit autrefois un château, sur une colline qui est aupres de la mer, appelé le château des Veuves688. Les Grecs disent, que c’est l’endroit par où les Turcs passerent la premiere fois 683 St Euthymius the Wonderworker, bishop of Madytos, martyred in about 990. 684 From the Greek αγίασμα. 685 Probably the second-century St Paraskevi of Rome, whose remains were taken to Constantinople where she was first arrested and tortured. 686 In margin. 687 In margin. 688 Akbaş Kalesi (Sestos Kalesi), reportedly the first location on the European continent occupied by the Ottomans in 1355. Cf. Nicolas de Nicolay, Les navigations, p. 82: ‘Nous departismes l’apres disnee de ce lieu: & ayans le vent en pouppe, navigant le long de la Grece passames le chasteau des Veufves, qui est sur un costau le long de la mer, à trois mille de Mayton: mais l’on ny voit plus que les ruines, au dessous desquelles y a une vallee fort fertile de toutes choses. Les Grecs disent que c’est parlà, ou premierement les Turcs passerent de l’Asie en la Grece par le moyen de deux Genevois, qui les passerent dans leurs navires moyennant un ducat pour teste. Et estans passez tuerent tous les hommes du chasteau: lequel faict donna aprez argument de l’appeller le Chasteau aux veufves.’

172

The Turkish Journal

de l’Asie dans la Grece, sur deux navires Genois, moyenant le payement d’un Ducat par tête ; et qu’apres être passés, ils [76v] massacrerent tous les hommes qui etoient dans ce chateau, ce qui dans la suite lui a donné le nom de château des veuves. Le soir je revins689. Le lendemain j’allai me promener par le bourg. Il est grand et bien peuplé. Le nombre des habitans peut monter à trois ou quatre mille ames, moitié Mahometans et moitié Juifs. Les Chretiens Grecs y sont en tres petit nombre et fort mal traités. Mais l’endroit où il est scitué etant extrêmem[en]t marescageux, l’air y est fort malsain, et de tres mauvaise odeur en l’eté, et les ruës fort sales pendant l’hyver. C’est à ce château690, où tous les vaisseaux des Francs qui partent de C[onstantino]ple, sont obligés de demeurer trois jours, afin d’y être visités pour la derniere fois, et cette visite est la plus exacte de toutes. On conserve encore cette coûtume pour voir, s’ils ont bien satisfait à la Douane de C[onstantino]ple, ne portant point quelque esclave franc691, qui obligeast la justice des Turcs de les arrêter, et de les poursuivre, ce temps là étant suffisant à un courrier pour y arriver, et donner avis au Gouverneur du Château. Chaque voile est obligée en passant par devant eux, de les saluër de trois coups de canon, et quand on en part pour s’en aller en Chretienté, on est obligé d’y payer encore cinquante huit écus et demy, qui sont partagés entre quarante huit personnes, qui en profitent, et qui sont dans tous les quatre châteaux692. Touchant l’etat de ces deux châteaux, les autres voyageurs les ayant assez exactement décrits693, je n’y sçaurois rien adjouter sinon qu’il n’est pas vray, ce 689 Deleted: à mon logis. 690 The castle of Kilitbahir built by Mehmed II in 1462. Hinlopen, p. 134, left a sketch of it (Figure 28). 691 Deleted: ou s’il n’est rien passé d’autre chose. 692 The four castles are Kilitbahir on the southern point of the Gallipoli peninsula and the castle of Çimenlik in Çanakkale, both built by Mehmed the Conqueror in 1462, and the far later ‘new castles’ of Seddülbahir and Kumkale. (see above, n. 236). 693 Wansleben is here referring to Kilitbahir and Çimenlik. In view of their military importance most western visitors to Istanbul describe them in detail. See Du Loir, pp. 206–211; Thévenot, Relation d’un voyage, p. 32; Arvieux, vol. 4, pp. 346, 437; François de La Boullaye Legouz, Les voyages et observations (Paris, 1653), p. 23; Poullet, Nouvelles relations du Levant, vol. 1 (Paris, 1667) pp. 123–129; Jean Coppin, Le Bouclier de l’Europe (Lyons, 1686), pp. 105–106; Smith, Remarks, p. 275; De Bruyn, Voyage au Levant, pp. 55–56; Stochove, Voyage de Levant, pp. 187–188; Magni, p. 87. All these sources tend to agree with Wansleben about the comparative weakness of their arsenals. The only exception, the ‘certain voyageur’ whom Wansleben seems to have in mind, is Louis Deshayes de Courmenin who set out as French envoy to Jerusalem in 1621 (Gérard Tongas, L’Ambassadeur Louis Deshayes

The Turkish Journal

173

figure 28 Fortress of Kilitbahir (top drawing). Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien

de Cormenin (Environ 1600–12 octobre 1632) (Paris, 1937), pp. 25–43). He in fact mentions 46 canons and two ‘basilisks’ or large brass canons. See Louis Deshayes de Cormenin, Voiage de Levant fait par le commandement du Roy en l’année 1621 (Paris, 1624), pp. 301–302: ‘Ces Chasteaux gardent le passage de la mer, qui n’a gueres plus d’une demie lieue de large en cet endroit. Il y a en chacun quarante-six pieces de canon, qui sont à fleur d’eau, sous de grandes arcades, qui sont fermées avec des portes de bois (pour empescher que de la mer l’on entrast par là dans les Chasteaux,) lesquelles ils ouvrent quand ils veulent tirer … Il

174

The Turkish Journal

qu’un certain voyageur dit, qu’il y ait dans chaque chateau quarante huit pieces de canon, braquées à fleur d’eau. Il n’y en a que dix huit dans chacun, qui tire une balle de pierre d’un qualibre surprenant694. J’y ay souvent veu tirer des canons de petit qualibre. Ils portent [77r] aisement d’un coté du canal à l’autre. Jaur Issar695 A quatre heures de chemin de ce chateau, en avançant dans le pays, il y a un ancien château qui est du temps que les Chrêtiens etoient les maîtres de cette terre, nommé en langue Turque Jaur issar ou le Chateau des Chrétiens696, où on me dist, qu’il y a beaucoup d’antiquités. Cependant mon hôte n’etoit point d’avis que j’y allasse, à cause des voleurs, qui pour lors se tenoient sur le chemin. Le Vendredy à midy, nôtre fregatte etant arrivée, je m’y embarquai de nouveau, mais le vent etant fort foible, nous fimes tres-peu de chemin ce jour là, et le Samedy 20 du même mois, à l’entrée de la nuit, nous arrivâmes à Gallipoli, qui est eloignée des Dardanelles de trente milles. Dimetrio Cuciucacchi697 A Gallipoli je logeay chez le Consul Venitien, les Français n’en ayant point. Je ne sçay si c’est de fait pour epargner une petite pension, qu’ils seroient obligés de lui donner, ou si c’est, à cause qu’ils croyent qu’il n’est pas necessaire. Cependant la bonne raison veut, ce me semble, que si les Venitiens, dont le traffic est beaucoup moins considerable à C[onstantino]ple, que celui des François, en ont un, à plus forte raison ceux-ci devroient avoir un. Ce Consul s’appeloit Don Dimetrio Cuciucacchi698. Le nom de Dom marque qu’il etoit prêtre, Franc699, n’ayant personne d’autre à qui on donne le titre de Dom que les

694 695 696

697 698 699

y a deux Basiliques en chacun de ces Chasteaux, qui portent unze cens livres de balles de pierre, & faut cent septante-cinq livres de poudre pour les charger.’ Deleted: approchant jusqu’à trois cens livres et qui demande autant des livres de poudre pour sa charge. In margin. Giauor Hisar. The ancient fortress of Gavurhisar, usually known as Atikhisar, some six kilometres from the centre of Çanakkale on the eastern coast of the Dardanelles, on a hill dominating the Sariçay valley. Allegedly dating from the seventh century BC, it was an important Ottoman watchtower. In margin. The Franciscan Dimitri Cucciucchi. See Umberto Signori, ‘Proteggere i privilegi dello straniero. I consoli veneziani nell’Impero ottomano tra Sei e Settecento’, PhD thesis, University of Milan, 2016–2017, p. 389. Deleted: n’ayant point d’autres prêtres au Levant qu’on appele de ce mot d’honneur de … .

The Turkish Journal

175

prêtres francs700. Il n’est pas le premier prêtre qui ait exercé la charge de Consul dans ces pays là. Les François en ont eu aussi un au Caire qui s’appeloit …701 Dans la maison ils sont habillés en prêtres, et quand il faut qu’ils paroissent en public, ils sont vetus de rouge. Don Dimetrio étoit un homme fort obligeant, et avoit longtemps demeuré en France, et il parloit tres-bien françois. [77v] Pendant que j’y etois, une partie de l’armée du G[rand] S[eigneur] qui s’en revenoit de la guerre de Pologne, passoit à l’autre coté de l’Hellespont, pour s’en retourner chacun à la maison. Ils etoient tous des Spahins, ou des Cavalliers. Ils menoient avec eux une tres-grande quantité d’esclaves, de tout age, et de tout sexe, dont la plus part etoient des Russes. Le bruit courrait que ces Cavaliers avoient pris la fuite à l’arrivée de l’ennemi, et ce bruit avoit quelque chose de vray semblable, car le Cadi avoit receu un ordre da la Porte, de ne laisser passer personne, et cet officier ayant voulu observer l’ordre qu’il avoit receu, ils declarerent qu’ils pilleroient la ville, si on les arretoit, ce qui obligea le Cadi de les laisser passer.

figure 29 Gallipoli. De Bruyn, Voyage au Levant (Paris, 1714)

La Politique du Turc de transporter les peuples des pays conquis dans ses terres, afin de retablir par ce moyen les pertes des hommes que les continuelles guerres y causent, n’est pas la moindre de celles qui font subsister sa puissance. Mais il n’y a rien de si barbare, que cette coûtume, car c’etoit pitié de voir ces 700 Deleted: Il etoit de Chio. 701 Left blank. The name should be Gabriel Fernoulx, a priest from Provence and French vice-consul in Egypt from 1601 to 1623 and from 1626 to 1631. He was one of the longest serving French consuls in Egypt in the seventeenth century. Wansleben had already referred to him in his Egyptian journal, TiL, p. 236.

176

The Turkish Journal

pauvres miserables, marcher à pied, et liés aupres de leurs maîtres. Plusieurs Turcs menoient avec eux plusieurs petits enfans, liés ensemble sur des chevaux, lesquels etoient suivis par leurs peres et leurs meres. Il y avoit de pauvres vieillards, qui avoient l’apparence d’avoir été des gens de marque dans leurs pays, et qui etoient tellement abbatus de la fatigue du chemin, et de la faim, qu’à peine pouvoient-ils se tenir sur les pieds. Gallipoli702 Gallipoli est une ancienne ville scituée sur l’Hellespont au bord qui est de l’Europe, et presque vis à vis de l’ancienne Lampsacus703. Les uns croyent, qu’elle a eté bâtie par Cajus Calligula, et d’autres que les François en sont les fondateurs. La pensée des derniers est fondée sur la denomination de cette ville, qui signifie, [78r] Ville des François704. Elle est grande et peuplée. Les Grecs y ont six Eglises, et jusqu’à trois cens feux, et le nombre des maisons des Turcs peut arriver jusqu’à mille cinq cent. Elle a un grand et tres bon port qui est capable de tenir une grande armée de toute sorte des voiles. Il y a une Douane, et les voiles qui y viennent de C[onstantino]ple, sont obligées d’y relâcher en passant, et payer le droit au quel elles sont obligées. Il y a encore un petit château quarré, avec un fossé autour, mais il est fort en decadence, et si peu de chose, qu’il ne merite pas qu’on en parle705. Tout proche de ce château il y avoit douze grandes voûtes de rang, qui servoient autrefois aux Empereurs Turcs pour y bâtir leurs galeres, auparavant qu’ils se fussent rendus maîtres de C[onstantino]ple, mais à present ces voùtes sont tombées en ruine. A l’entrée du port, en venant de C[onstantino]ple, il y a une haute tour sur une elevation proche la mer, sur la quelle est une lanterne, dans laquelle on allume des chandelles pour eclairer pendant la nuict aux voiles qui y arrivent.

702 In margin. 703 Lapseki. 704 Ancient Callipolis (‘beautiful city’), modern Gelibolu, had been inhabited by the Greeks, by the Romans and by the Byzantines before falling once and for all to the Ottomans in 1376. The allusion here is to the popular but incorrect etymology of Gallipoli meaning the ‘City of the Gauls’, i.e. the French. Cf. Hinlopen, p. 135. 705 This is the ruined Byzantine castle in which the Jewish ‘Messiah’ Sabbatai Zevi was imprisoned in 1666.

177

The Turkish Journal

Pars Afendi706 Un Seig[neu]r Turc nommé Pars Afendi707 demeuroit dans cette ville, lequel étoit en reputation d’être un grand Astronome, et tres-habile homme dans la loy des Turcs. Le Consul des Venitiens me procura la satisfaction de le voir, et de lui parler, et en verité je reconnus de son entretien qu’il sçavoit quelque chose de plus, que les gens de cette nation ne sçavent d’ordinaire, étans pour la plûpart des ignorans. Il avoit une fort belle Bibliotheque des livres Arabes et Turcs, et etoit fort à son aise. Kemeré708 Le Lundy matin 22 du même mois, nous partîmes de Gallipoli, et le soir nous demeurâmes à Kemeré709, qui n’est maintenant qu’un village sur le rivage de l’Hellespont du coté de l’Asie. J’y allay pour voir l’Eglise, quoi qu’il fesoit un tres-mauvais temps. Proche de là je vis sur terre un chapiteau de marbre blanc, sur le sailloir duquel les paroles Grecques qui suivent etoient gravées : [78v]

ΝΓΕΣΙ ΧΙΕΡΕΩΣ ΑΙΛΙΟΥ ΙΟΥΛΙΑΝ ΚΑΓΑΡΧΙΕΡΕ ΤΑΣ ΟΦΙΛΙΑΣ ΖΩΤΙΚΗ ΘΥΓΑΤΡΟΣ ΟΦΙΛΑΙ ΖΩΤΙΚΟΥ

Il y avoit encore dans les environs plusieurs autres beaux restes d’anciens palais, d’acqueducs, et de morceaux des colomnes, et à l’endroit où nous debarquâmes, une antitrave de marbre blanc etoit tenduë dans la mer, pour servir de pont à ceux qui venoient s’y debarquer. Elle avoit neuf pieds de longueur, et etoit fort curieusem[en]t travaillée. Ces ruines sont aupres d’un cap, eloigné de Marmara de trente milles. 706 In margin. 707 Sabir Parsa, also known as Sabir Parsa Muhammed Efendi. Sabir Parsa, who was born and died in Gallipoli, was acclaimed above all as a poet. His Divan is one of the classics of Ottoman literature. But when Wansleben met him he had also acted as kadi, first in Bosnia and then in Sofia, and would thus have been an expert in ‘la loy des Turcs’. He was appointed kadi of what is now Plovdiv in 1676 and died in 1680. http://teis .yesevi.edu.tr/madde-detay/sabir-parsa-agazade-sabir-parsa. 708 In margin. 709 Kemer.

178

The Turkish Journal

Marmara710 Mardy 23711 nous donnâmes fond à Marmara, capitale de l’Isle du même nom712. Elle est assise à la pointe occidentale de l’Isle. Son assiette est fort agreeable, à cause que les rangs des maisons s’elevent l’une au dessus de l’autre, en forme de theatre. Elles sont baties à la façon de celles de C[onstantino]ple. Son port n’est point assuré, etant exposé aux vents du midy. Le sexe y est d’une beauté vive. Il a l’air et le port des dames de C[onstantino]ple. Les habitans sont Grecs, mais la justice et les autres charges sont exercées par les Turcs. Isle de Marmara713 Toute l’Isle a soixante milles de circuit. Il n’y a que six villages en tout. Ils se nomment Aftoni714, Palladia715, Gallimi716, Prasticò717, Asmali Kioi718, et je ne me souviens point du sixieme719. Elle fournit des beaux marbres, et elle produit des excellens vins blancs, qui sont beaucoup recherchés à C[onstantino]ple. Car c’est dans cette Isle où les Amb[assadeu]res, et autres Messieurs de C[onstantino]ple, envoyent tous les ans faire leur provisions de Vin. Il y a vis à vis de Marmara quatre autres isles plus petites, qui se nomment [79r] Cutali720, Afsia721, Jaloni722, et …723 Aftoni724 Le Mercredy 24 nous partîmes de Marmara, mais le temps etant fort calme, et ne pouvans guere avancer, nous donnâmes fond à Aftoni, qui est un village de la même Isle, et peu eloigné de sa capitale. Tous les habitans de ce village sont originaires d’Albanie, autrem[en]t nommée Epyre. A l’occasion de ce village, je n’ay point de scrupule de vos apprendre une plaisante maniere de deviner, que j’y vis practiquer par nos mariniers. Il s’agissoit 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724

In margin. Deleted: de ce mois. Marmara Adası. In margin. Asmalı [Αfthóni]. Saraylar [Palátia]. Çinarlı [Gallimì]. Gündoğdu [Prasteiò]. He probably means Topğaç, since Asmalı corresponds to Afthóni. This is probably Marmara itself. Ekinlik Adası [Koútali]. Avşa Adası [Afysià]. Paşalimanı [Alóni]. Left blank, but he must mean Ekinlik Adası. In margin.

The Turkish Journal

179

d’un écu blanc qu’un d’eux avoit perdu peu de jours auparavant, et pour sçavoir si celui dont ils avoient du soupçon l’avoit pris, ou non, voicy ce qu’ils firent. Divination725 Ils prirent deux pseautiers Grecs imprimés, et une petite clef forée. Ils ouvrirent un de ces pseautiers à l’endroit où est le pseaume 49, et sur les propres paroles de ce pseaume qui disent, Cum videbas furem currebas cum eo726, ils mirent cette clef, tournant sa bouche en dedans, et fermant apres le pseautier, et le liant tout autour avec de la ficelle, afin que la clef ne pût s’ôter de dessus les paroles sur les quelles ils l’avoient mise. Ayant fait cela, deux mariniers soutinrent cette clef chacun sur l’extremité de son doigt. Alors un autre leut dès le commencement le pseaume ci dessus marqué, chacun qui y etoit present ayant son intention, dressée sur celui que l’on soupçonnoit, pour sçavoir s’il etoit coupable ou non. Cela se connoît, en ce que, quand on est venu à ces paroles Cum videbas furem currebas cum eo, le pseautier et la clef se tournent d’eux mêmes sur les doigts de ceux qui les soutienent, et cela avec une telle force, qu’ils tombent en bas. Mais si celui [79v] qui est soupçonné n’est point coupable, le pseautier, ni la clef ne se remüent aucunement. Vous me direz là dessus tout ce qui vous plaira, et je vous accorde qu’il est defendu aux chrêtiens de faire de telles recherches727, et que c’est mal fait de les practiquer. Cependant j’ai vu plusieur fois l’effet de celle cy728. Et certainement si cet homme là n’avoit eu un puissant protecteur dans la fregatte, il auroit eté fort mal traitté. Le Jeudy 25. de ce mois nous partîmes d’Aftoni, et parce que ce jour là le vent nous etoit un peu favorable, il nous emporta vers le soir jusques à la veuë d’Heraclée, nommée par les anciens Perinthia729. A quinze milles, ou environ en deça de cette ville, nous observâmes que la surface de la mer etoit toute couverte des tres-grandes taches de beaume, que les mariniers nomment Nafta730, 725 726 727 728

In margin. Psalm 50 (49):18: ‘When thou sawest a thief, then thou consentedst with him.’ Deleted: des divinations. Deleted: on ne sçauroit nier [l’effet de celle cy], car j’en ay fait l’experience moi-même plusieurs fois. Je sçavois qui etoit celui que l’on soupçonnoit, et toutes les fois qu’en fesant moi-même ce sortilege je song{e}ay à lui, toutes les fois, dis-je, le pseautier tomba en bas des mes mains, et jamais quand je song{e}ay à quelqu’autre, dont on n’avoit aucun soupçon. 729 Marmara Ereğlisi. 730 Naphtha is discussed at length by the German physician Engelbert Kaempfer who was in the Caucasus in 1683 and discovered that it was being collected in the Absheron peninsula

180

The Turkish Journal

et nous y sentîmes pendant un tres-long espace de chemin une odeur tout à fait aromatique, en sorte qu’il ne nous sembloit point être en la mer, mais plutost dans la boutique d’un Apothecaire. Nous prîmes des serviettes et des mouchoirs pour rammasser de ce beaume731, lequel s’y attacha, comme une poix noire et fort gluante, et conserva son odeur aromatique pendant un tres-long temps, et qui même la communiqua à l’autre linge parmy le quel nous mîmes les serviettes. [80r] Ce fut à mon egard une chose bien surprenante de voir que dans la mer il y eut une fontaine de cette sorte de baume, dont j’aurois souhaitté sçavoir un peu plus exactement l’origine et les qualités, mais je me trouvai dans une compagnie qui ne pouvoit rien me dire là dessus. Il fallut que je me contentasse d’entendre dire, que c’étoit un agiasma, ou source benîte, qui étoit sortie par les merites de quelque Saint d’Heraclée. Nous demeurâmes cette nuict proche d’Heraclée, en deça de la ville, sans y mettre pied à terre, et le lendemain matin, ayans derechef fait voile, nous la passames, et apres celle de Selivrée qui est l’ancienne Selimbria732, et la nuit suivante nous nous tînmes en mer à la voile, à cause du beau temps. Le Samedy matin, 27 du même mois nous découvrîmes la ville de C[onstantino]ple, et nous aurions pû y arriver de bonne heure, si apres midi il ne se fut levé une tramontane, qui nous obligea de donner fond contre les Isles du Prince, qui sont devant cette ville, en distance de douze milles ou environ. Mais le Dimanche, 28. Octobre, le vent s’étant devenu favorable, nous arrivâmes à C[onstantino]ple sur le midy, apres avoir été en chemin vingt quatre jours, et essuyé bien des peines. Voicy la distance la plus juste des lieux principaux qui sont sur l’Hellespont, depuis les Chateaux neufs jusqu’à C[onstantino]ple. Des Chateaux neufs qui sont à l’extremité de l’Hellespont, jusqu’aux Dardanelles, on compte trente milles, et des Dardanels jusqu’à Gallipoli on compte trente milles, et des Dardanels jusqu’à Gallipoli autant. De Gallipoli jusqu’à Marmara, il y a soixante milles, et de là à Heraclée on en compte encore autant, de Heraclée jusqu’à C[onstantino]ple on compte la même distance, ce qui fait en tout deux cens quarante milles, de C[onstantino]ple aux Chateaux neufs.

near Baku. See Engelbert Kaempfer, Amoenitatum exoticarum politico-pyisico-medicarum fasciculi V (Lemgo, 1712), pp. 274–282. 731 Deleted: par dessus la surface de la mer. 732 Silivri, the ancient Selymbria.

The Turkish Journal

181

[80v] L’An 1675733 Le commencem[en]t de l’année 1675. me fournit une tres-ample matiere pour entretenir le Lecteur sur les affaires de Jerusalem, les quelles se sont passées à Adrianople734, en plein Divan, devant le G[rand] Vizir735, entre le Patriarche Grec de la sainte ville d’une part736, et le P[ere] Commissaire de la Terre Sainte737, religieux de l’ordre de S. François de l’autre, le Patriarche Grec disputant aux Religieux de S. François la possession des Saints lieux où les mysteres de nôtre Redemption ont été operés, et pretendant qu’elle lui appartenoit, quoique ces Religieux en ayent été les maîtres pendant plus de deux cens ans. Je sçay bien que ce n’est pas la premiere fois, que les Grecs ont pretendu ce droit contre les Rel[igieux] de S. François. C’est une querelle qui a durée déja fort longtemps, et les Grecs ont pour cette raison donné bien souvent de la peine à ces Religieux. Mais jamais ils n’ont fait paroître tant d’animosité contr’eux, et jamais ils n’y ont mieux reussi qu’en cette rencontre. Et parce que je crois que c’est un sujet digne de mon journal que d’exposer aux yeux du Lecteur l’etat de ce differend, et de proposer les raisons que les R[eligieux] de la Terre Sainte 733 The following passage, from fol. 80v to fol. 84v, has been studied and published in Alastair Hamilton, ‘The French, the Greeks and the Ottomans. Charles Olier de Nointel, the Custody of the Holy Land, and Johann Michael Wansleben’s report on the Greek claims (Constantinople 1675)’, Studia Orientalia Christiana Collectanea, 54 (2021), pp. 217–241. 734 The agreement about the Holy Places was part of the renewal of the capitulations discussed by Nointel in Adrianople between 1671 and 1673. 735 Köprülü Fazil Ahmed. 736 Dositheos II, patriarch of Jerusalem from 1669 to 1707. Born close to Corinth in 1641, Dositheos Notaras was well-educated and a prolific author. ‘His learning, his energy and his high probity,’ according to Steven Runciman, ‘made him the most influential figure in the Christian East … He was the equal of any scholar of his time.’ (Steven Runciman, The Great Church in Captivity. A Study of the Patriarchate of Constantinople from the Eve of the Turkish Conquest to the Greek War of Independence (Cambridge, 1968), pp. 348, 350) Although he agreed with many Catholic teachings, such as transubstantiation, he was in fact deeply hostile to the Church of Rome (ibid., pp. 347–353). For a detailed survey of his career see Papadopulos, Ἱστορία, pp. 538–605. For his theology see Gerhard Podskalsky, Griechische Theologie in der Zeit der Türkenherrschaft 1453–1821 (Munich, 1988), pp. 282–295; Vassa Kontouma, ‘La Confession de foi de Dosithée de Jérusalem: les versions de 1672 et de 1690’ in M.-H. Blanchet and F. Gabriel, eds., L’union à l’épreuve du formulaire (Paris, 2016), pp. 341–372. 737 Joannis Cagnizares (Juan Cañizares). See Girolamo Golubovich, Acta S. Congregationis de Propaganda Fide pro Terra Sancta, pars I 1622–1720 (Rome, 1921), pp. 210, 217–220, 225, 230, 233, 268. The Franciscan Custodians of the Holy Land trace their presence in the Holy Places back to 1219 when their founder, Francis of Assisi, visited the sultan. (Girolamo Golubovich, Serie cronologica dei Reverentissimi Superiori di Terra Santa (Jerusalem, 1898), p. IX).

182

The Turkish Journal

ont eues de leur côté, et de l’autre les injustices que les Grecs leur ont faites, je prendrai la chose à son commencement, sçachant de quelle maniere elle s’est passée, puisqu’en ce temps là je me trouvay à C[onstantino]ple, où je pus en apprendre toutes les particularités. Ce qu’il faut sçavoir en premier lieu, c’est que du temps que le Soldan d’Egypte738 reprit sur les Francs la Palestine, (les Levantins nomment de ce nom tous les Europeens en general, qui ne sont point sujets au G[rand] S[eigneur]) avec la Sainte ville, [81r] pour la derniere fois, ce qui arriva en l’an de l’Hegire 642, qui etoit environ l’an de N[otre] S[eigneur] …739 alors plusieurs Chrêtiens de l’une et de l’autre communion y resterent, et revêrerent en cachette ces Saints lieux le mieux qu’ils purent, sans qu’aucun y eût ni Couvent, ni juridiction. Il faut sçavoir encore, qu’en l’an 1219 S. François même avec douze de ses compagnons alla en Egypte voir le Soldan qui y regnoit alors740, du quel il obtint la permission, de voyager dans les pays de sa domination, et d’y prêcher la loi de J[esus] Ch[rist] sans être molesté de ses sujets. Et ce Saint, apres avoir partagé ses compagnons dans les pays du Levant, il s’en alla lui même dans la Palestine, pour visiter les S[aints] lieux, et on compte ce voyage de S. François pour la premiere entrée des Religieux Europeens de son ordre dans Jerusalem, et depuis ce temps là il n’a jamais manqué d’y en demeurer quelques uns. Robert Roy de Sicile Donna Sancia741 Il est à remarquer, qu’en l’an 1304 ou comme d’autres veulent peu apres, Robert Roy de Sicile, et Donna Sancia son épouse742, ayant obtenu par de grosses sommes d’argent du Soldan d’Egypte alors regnant743, tous les principaux lieux saints, comme sont la Sainte crèche de N[otre] S[eigneur] avec son Eglise à Bethlehem ; les monts de Calvaire, et de Sion ; les sepulchres de N[otre] S[eigneur] et celui de la Sainte Vierge, la pierre d’onction, et autres, ils les donnerent après en garde aux Religieux de S. François, et cette concession leur

738 Al-Sāliḥ Najm al-Dīn, the Ayyubid sultan of Egypt who ruled from 1240 to 1249. 739 Left blank. It should be 1244. 740 Al-Malik al-Kāmil. See Azza Heikal, ‘Saint François d’Assise et le sultan Al Kâmil’, Etudes franciscaines, n.s. 14 (2021), pp. 225–240; Jean-Baptiste Auberger, ‘Sources occidentales de la rencontre du saint et le sultan en 1219’, Etudes franciscaines, n.s. 14 (2021), pp. 241–263. 741 In margin. 742 Robert of Anjou (1276–1343), king of Naples, and his second wife Sancia, daughter of James II of Majorca. 743 Ibn Qalāwūn, who died in 1341, was three times sultan of Egypt.

The Turkish Journal

183

fut confirmée par Clement V. le premier an de son Pontificat744, ou comme d’autres veulent par Clement VI en l’an 1342745, par Sultan Omar746 et ses successeurs, qui de plus donnerent à ces Religieux plusieurs privileges, et cautions Juridiques, qu’ils ont entre leurs mains ; et à la fin cette permission leur fut encore confirmée par Sultan Selim, lors qu’il eut conquis la Palestine sur les Soldans d’Egypte747, leur accordant cette grace à l’instance [81v] de François I, Roy de France748. De sorte que par ces trois permissions, il paroît evidemment que depuis cette investiture des S[aints] lieux, faite par Robert Roy de Sicile, aux Religieux de S. François, les Grecs n’y ont eu aucune jurisdiction. Ils demeuroient seulement dans quelques Monasteres des environs de Jerusalem, et particulierem[en]t

744 Clement V, the first pope of the ‘Babylonian captivity’ when the papacy was transferred to Avignon, was in office from 1305 to 1314. But in fact it was Clement VI who confirmed the rights of the Custodians. See Golubovich, Serie cronologica, pp. XXI–XXII. 745 Clement VI, pope from 1342 to 1352, was the fourth Avignon pope. 746 This is probably a somewhat anachronistic reference to the second Umayyad Caliph ‘Umar ibn al-Khaṭṭāb who ruled from 634 to 644 and allegedly granted protection to the Christians and their Holy Places. The Greeks frequently appealed to this agreement in order to justify their own rights. In the fourteenth century there was no Mamluk Sultan of this name. The concessions to the Franciscans were confirmed repeatedly by the Mamluk sultans, from Baybars in the thirteenth century to Qā’it Bāy in the fifteenth century. For the text of some of the agreements see Golubovich, Serie cronologica, pp. 163–184, and for a list of the sultans who recognised the rights of the Custodians, pp. 185–187. 747 Selim I, Ottoman sultan from 1512 to 1520, conquered the entire Mamluk sultanate of Syria and Egypt in 1516–17. 748 The document in question was not part of the capitulations or trade agreement, but a letter from Süleyman the Magnificent to François I, written in September 1528. In 1524 the sultan had expelled the remaining Franciscans from the complex known as King David’s Tomb on Mount Zion, part of which had been turned into a mosque by Sultan Barsbay in 1429. The French king had asked the sultan to revert his decision, but Süleyman refused. He went on: ‘Les lieux autres que la mosquée continueront de rester entre les mains des chrétiens; personne ne molestera, sous notre équitable règne, ceux qui y demeurent. Ils vivront tranquillement sous l’aile de notre protection; il leur sera permis de réparer leurs portes et fenêtres; ils conserveront en toute sûreté les oratoires et les établissements qu’ils occupent actuellement, sans que personne puisse les opprimer et les tourmenter d’aucune manière.’ (I. de Testa, Recueil des traités de la Porte Ottomane avec les puissances étrangères depuis le premier traité conclu en 1536, entre Suléymane I et François I jusqu’à nos jours, vol. 3 (Paris, 1866), pp. 326–327). For the Greeks, who interpreted this vague agreement as applying to the Ottoman Empire in general rather than to Jerusalem in particular, see Papadopulos, Ἱστορία, pp. 462–463.

184

The Turkish Journal

dans celui du Mont des Olives, d’où ils venoient visiter les S[aints] lieux qui étoient sous la garde des Religieux francs749. Mais comme l’envie est inseparable des malheureux, et d’autant plus, que ceux qui sont l’objet de l’envie sont ou etrangers, ou d’une Religion differente de celle des autres, ainsi on a veu que les Grecs ont fait la même chose à l’egard des Rel[igieux] de S. François. Car les Grecs voyans qu’eux même{s} etoient des miserables esclaves d’une puissance severe, et impitoyable, et que d’etrangers etoient les maîtres des S[aints] lieux, et qu’ils etoient plus favoris qu’eux aupres des souverains du lieu, ils enragerent d’envie contre les Rel[igieux] de S. François, et par ce motif, au lieu de leur temoigner de la reconnaissance, à cause qu’ils leur permettoient de venir visiter les S[aints] lieux, et qu’ils les recevoient charitablem[en]t et de leur en être obligés, ils firent tout ce qu’ils purent pour les rendre odieux aux Turcs, et pour à la fin les faire chasser entierem[en]t hors de la Palestine. Voicy les mauvaises demarches qu’ils ont fait pour ce sujet contre les Francs. L’an 1467. Les habitans Grecs du mont des Olives intenterent la premiere querelle contre les R[eligieux] francs, à cause de la possession des S[aints] lieux. Ensuite l’an 1555. ils accuserent le P[ere] Gardien750, qu’il avoit volé l’Eglise du S. Sepulcre. Neanmoins ils demeurerent confus après, et furent condamnés à une grosse somme d’argent, pour la peine de leur calomnie. L’an 1565. Un des Patriarches Grecs751 commença un proces contre [82r] les Religieux de S. François, pour la Sainte creche de Bethlehem, produisant de faux temoignages, pour prouver qu’elle avoit toujours été à eux, et accusant malicieusement les Religieux d’être Maltois752, et Espagnols, qu’ils tuoient les Turcs, qu’ils tenoient des grand{e}s provisions d’armes dans leur Couvent753, et declarant qu’il aimeroit mieux que cette venerable Eglise fût convertie en Mosquée, que de la voir demeurer davantage entre les mains des Francs754. L’An 1573. ils accuserent les Rel[igieux] qu’ils possedoient des grands tresors.

749 See Camille Rouxpetel, ‘Les franciscains de la Custodie de Terre Sainte à la période mamelouke: des Orientaux comme les autres?’, Etudes franciscaines, n.s. 14 (2021), pp. 299–308. 750 Bonifacio Stefani da Ragusa, Custodian of Mount Sion from 1551 to 1559 (Golubovich, Serie cronologica, pp. 52–53). 751 Probably Germanus, patriarch of Jerusalem from 1537 to 1579. 752 For the Ottomans the term was synonymous with corsairs. 753 The Convent of St Saviour, purchased from the Georgians in 1560. 754 For the dismissal of the charges see Testa, Recueil, p. 313.

The Turkish Journal

185

L’an 1581. Ils jetterent un corps mort dans le jardin des mêmes Religieux, et les accuserent ensuite devant la justice Turque, d’avoir tué un Turc. L’an 1582, 86 et 91. Ils les accuserent, d’elever des bâtimens grands comme des châteaux, et s’efforcerent par des presents, qu’ils firent aux ministres Turcs, de les faire chasser hors de leur Couvent de S. Sauveur. L’an 1603. Ils susciterent des grands bruits, à cause des lampes des Princes Chrêtiens, qui sont suspendues dans le S. Sepulchre. L’an 1605. Ils accuserent les Francs d’avoir couppé les cordes de leurs lampes, et leur susciterent encore d’autres querelles, pour les lampes qui sont dans le petit dome du S. Sepulchre, pour obtenir par ce nouvel effort le Couvent de S. Sauveur. Ce bruit coûta aux Religieux de S. François mille Sequins de Venise qu’ils employerent, pour se maintenir dans la possession de leur couvent. L’an 1613. Ils les accuserent, à cause qu’ils convertissoient les Grecs à leur communion755. L’an 1618. Ils refuserent de payer leur part des depences, auxquelles toutes les nations sont obligées de contribuire pour …756 L’an 1619. Ils pretendirent encore le Couvent de S. Sauveur. [82v] L’an 1621. Ils voulurent s’emparer de la Galerie des Rel[igieux] de S. Fr[ançois] en disant qu’elle leur appartenoit. L’an 1629. Ils tâcherent de se rendre les maîtres des voutes, et des chambres qui sont sur le mont Calvaire, et pour ce sujet ils exciterent des grands bruits aux Relig[ieux]757. L’an 1630. Ils usurperent la fonction de benir le pain, que les Rel[igieux] de S. Fr[ançois] ont coûtume de le benir, le jour de l’Epiphanie. L’an 1632758. Ils leur susciterent une grande querelle par le moyen des faux temoignages de quelques Armeniens, mais les Religieux recouvrèrent apres toutes les choses qui leur avoient eté usurpées. Ils s’efforcerent encore de s’emparer de la Sainte crêche en envoyant un Archidiacre à la Porte où, par le moyen des impostures, et des presents, il obtint des commandements en 755 For the missionary activity of the Custodians among the other Eastern Churches see Bernard Heyberger, Les Chrétiens du Proche-Orient au temps de la Réforme catholique (Rome, 1994), pp. 273–317; id., ‘Les frères mineurs de la Terre Sainte entre régime ottoman et Réforme catholique (XVIIe–début XIXe siècle)’, Etudes franciscaines, n.s., 14 (2021), pp. 309–328, esp. pp. 323–327. 756 Left blank. 757 Cf. Papadopulos, Ἱστορία, p. 498. 758 For the judgement in favour of the Custodians see Testa, Recueil, p. 317. See also Halim Nujaim and Bartolomeo Pirone, I Francescani e i Maroniti, Volume II. Dall’anno 1516 fino alla fine del diciannovesimo secolo (Milan, 2018), p. 153. The events of 1632 are discussed from a Greek perspective by Papadopulos, Ἱστορία, pp. 501–502.

186

The Turkish Journal

faveur de sa nation, portans ordre au Cadi, et le Mutsellim, qui est le vicaire du Pascha en son absence, de mesurer les bâtimens, ce qui leur couta beaucoup des depences aux Religieux de S. François759. L’an 1633760. Ils firent connoitre leur mechanceté plus que jamais, car ils firent mettre en prison le P[ere] Pierre Maronite761, ce qui coûta aux R[eligieux] francs quatre mille ecus pour l’en retirer. Le Patriarche Grec762 fit elever son siege, se fesant baiser les pieds, à la maniere du Pape. Ils obtinrent un commandement de la Porte, en vertu duquel ils eurent la clef d’une porte de la Sainte creche, mais un mois apres les Religieux de S. François la recouvrerent. Apres ils inventerent des faussetés pour l’avoir de nouveau. Ils accuserent les Francs qu’ils etoient des rebelles, des Maltois, et des espions des princes Chrêtiens. Ils obtinrent pour de l’argent d’autres commandemens en leur faveur, engageant par ce moyen le Vezir, d’entrer dans leurs interests. Le Patriarche Grec obligea ses sujets, sous peine d’excommunication de contribuer chacun dix aspres, qui font environ cinq souls, pour [83r] playder contre les Francs, et ainsi il ammassa pour cela une somme de six vingt mille ecus. De plus plusieurs d’entr’eux vinrent dans la Chrêtienté, pour y ammasser sous differents pretextes des aumones, à ce même fin. Ils chargerent les Francs de mille calomnies aupres des Turcs, pour les inciter à les chasser de la Terre Sainte. Ils murmurerent contre le pape et contre les Princes Chrêtiens. Ils tacherent encore de rendre la Sainte crèche une Mosquée, ayant pour ce sujet recours au Capitaine Pasha, ou capitaine general de la mer763, qui envoya à Jerusalem un Capigi Bachi, ou 759 Cf. Papadopulos, Ἱστορία, p. 501. 760 The events of 1633 and 1634 are discussed by Papadopulos, Ἱστορία, pp. 503–512. They were influenced by the patriarch of Constantinople Cyril I Lucaris. Lucaris, born in Crete and educated in Venice and Padua, had once been sympathetic to the Church of Rome, but, after the union concluded at the synod of Brest-Litovsk (1595–1596) between the Ukrainian and the Catholic Churches and which was regarded as a threat to the Church of Constantinople, he became increasingly critical of the papacy and partial to Calvinism and Anglicanism. The English and the Dutch were favoured accordingly, while the French and the Austrians, who did all they could to oust him, met with hostility. For a discussion of Lucaris see Runciman, The Great Church in Captivity, pp. 259–288 and above all Ovidiu-Victor Olar, La Boutique de Théophile. Les relations du patriarche de Constantinople Kyrillos Loukaris (1570–1638) avec la Réforme (Paris, 2019), pp. 39–234. The expulsion of the Custodians is also described by Jean Chardin, Journal du voyage du Chevalier Chardin en Perse et aux Indes Orientales, vol. 1 (Amsterdam, 1686), pp. 55–57. 761 Pietro Maronita, who also served the Custodians as interpreter. He was arrested by the pasha of Jerusalem on various occasions in an endeavour to extract money from the Custodians. See Nujaim and Pirone, I Francescani e i Maroniti, pp. 144–159. 762 Theophanes III, patriarch of Jerusalem from 1608 to 1644. 763 Cambulat Mustafa Paşa.

The Turkish Journal

187

Capitaine de la porte du Serrail du G[rand] S[eigneur], pour mettre son bulle764 aux portes de cette Eglise, et pour lui en porter les Clefs, afin de les envoyer après au G[rand] S[eigneur]. En fin ils firent tant par leurs intrigues, fausses escritures, et par d’autres tromperies, qu’ils obtinrent un commandem[en]t du G[rand] S[eigneur] en vertu du quel leur furent accordé trois lieux, 1. celui de la naissance 2. celui de la mort de N[otre] S[eigneur] et 3. la pierre d’onction, que neanmoins les R[eligieux] de S. François recouvrerent apres l’an 1638, par l’assistance des Representans des princes Chrêtiens, qui resident à la Porte. L’an 1638. ils donnerent une autre requête à Sultan Morad765, lors qu’il s’en alla en Perse, pour prendre Bagdad, chargeant derechef les Francs de plusieurs calomnies, et ils obtinrent de lui un commandement, en vertu du quel les Francs furent obligés de leur ceder tous les S[aints] lieux. En fin je n’aurois jamais fait si je voulois mettre icy tous les mauvais desseins, qu’ils ont executés contre les Francs depuis ce temps là jusqu’à present. Je passeray seulement au dernier qu’ils ont fait cette année presente, lors que l’Ambassadeur de France etoit absent de C[onstantino]ple766, et qu’on sçavoit bien que le Vezir s’étoit faché contre lui, à cause qu’il avoit entrepris le voyage de la Terre Sainte sans son aveu. Car le Patriarche de Jerusalem, se servant de cette occasion comme tres-avantageuse pour son dessein, alla à Adrianople, pour reiterer [83v] ses pretensions contre les Rel[igieux] de S. François, et pour obtenir l’execution d’un commandem[en]t que Sultan Mehmet767, Empereur d’aujourdhui, leur avoit donné, et qu’il avoit entre leurs mains, lequel portoit, que les Grecs seroient les maîtres du S. Sepulchre, qu’il appartiendroit à eux de visiter les S[aints] lieux avant toutes les autres nations ; que les Francs leur devroient rendre l’Eglise de Bethlehem, et ses dependances, voutes, et jardins, aussi bien que celle du S. Sepulchre ; et que les mêmes Francs devroient être sujets à leur Patriarche. Car le 6 Janvier, un jour de Dimanche, le Patriarche, apres avoir fait une exhortation de son Eglise dans la quelle il s’etoit beaucoup emporté contre les Francs, et contre les Catholiques Romains en general, en les nommant tantost chiens, et tantost perfides, il s’achemina au Divan avec une grande suite des siens, et en presence du G[rand] Vizir et de tous les grands de la cour, il chargea les Francs des choses qui suivent. Il dist : 764 Above the line: sceau. 765 Murad IV, who ruled from 1623 to 1640. 766 There was indeed no French ambassador in Istanbul in 1638. Henri Gournay de Marcheville had been expelled by the sultan in 1634, and his successor Jean de La Haye Ventelet would only arrive in 1639. 767 Mehmed IV, sultan from 1648 to 1687.

188

The Turkish Journal

1. Que de tout temps, jusqu’à deux ou trois mois en deça, les Grecs avoient eté les maîtres des S[aints] lieux, et que quand quelques Religieux francs y etoient arrives, ils avoient eté obligés de reconnoître leur Patriarche pour chef, et pour maître, et que sans sa permission ils n’avoient pû les visiter. 2. Qu’il n’avoit jamais demeuré plus de trois Religieux francs dans l’Eglise du S. Sepulchre, mais qu’à present ils y etoient non seulem[en]t en grand nombre, mais encore qu’ils maltraittoient ceux de sa Religion, ayant l’année precedente tué un de ses Religieux, et blessé quelques autres768. 3. que le nombre des Francs s’augmentoit tous les jours, en partie à cause que plusieurs étrangers y fesoient leur demeure, et en [84r] partie parce qu’ils tiroient quantité des pauvres Grecs à leur communion, en leur donnant de l’argent pour leur subsistence769. 4. Que si autrefois les Religieux francs étoient venus à Jerusalem, qu’ils s’en étoient retournés dans leur pays apres Pâsques, mais que depuis quelque temps, ils arrivoient en quantité, et qu’ils y demeuroient ; que tous les jours on voyoit dans la sainte ville des trouppes des Francs armés et outrageant les Grecs, en sorte que le sejour leur en devenoit insupportable.

figure 30 The Marquis de Nointel enters Jerusalem Painting by Arnould de Veuz, 1674, 4 Rue de Marginan, Paris, France

768 A reference to the brawls to which Nointel’s entry into Jerusalem had led. 769 A reference to Catholic attempts to draw members of the Greek Church to Rome.

The Turkish Journal

189

5. Que l’année precedente l’Amb[assadeu]re de France, accompagné des gens armés, avoit brisé les portes pour en chasser les Grecs, et pour mettre ses Francs en possession, et en enlever leurs sanctuaires770 ; et que ces gens avoient maltraitté ses Religieux, et déchiré leurs bonnets771. 6. Que le Roy de France tâchoit de se rendre maitre de la sainte ville, et disoit qu’elle lui appartenoit, et que le Roi d’Espagne772, (que le Patriarche qualifioit de traître), y envoyoit tous les ans des grandes sommes d’argent, pour y maintenir les Religieux francs, Rebelles et ennemis de la Porte, et pour en chasser les Grecs, fidels sujets du G[rand] S[eigneur] ; et de plus, qu’avec cet argent ils corrompoient les ministres Turcs, qui donnoient des sentences en leur faveur, contre ceux de sa Religion. 7. Que le Roi de France fesoit croire aux autres Potentats Chrêtiens, qu’il etoit Roi de Jerusalem, et que pour marque de cela, il y tenoit ses armes attachés dans le Sepulchre de N[otre] S[eigneur], y envoyant tous les ans un tapis pour le couvrir, de même que le G[rand] S[eigneur] envoye un pavillon pour couvrir le sepulchre de Mahomet773. 8. Que depuis un an les Religieux de S. Fr[ançois] avoient fait mettre les armes du Roy d’Espagne à une grande lampe, et qu’ils ne permettoient pas aux Grecs d’y attacher les leurs. 9. Que dans le même S. Sepulchre les prêtres francs s’entrebattoient, à qui diroit le premier la messe, et pour qui on le devroit dire le premier, l’un voulant dire la [84v] premiere pour le Roy d’Espagne, l’autre pour le Roy de France, et d’autres pour d’autres Princes chrêtiens.

770 Above the line: reliques. 771 This refers to Nointel’s triumphant entry into Jerusalem on 13 March 1674 surrounded by an armed guard, and to the brawl that ensued when the Greeks tried to prevent the Custodians from decorating the cupola of the Church of the Holy Sepulchre in Nointel’s honour. For an eye-witness account see Magni, vol. 2, pp. 187, 197–203; cf. also Vandal, pp. 134–137. See above, Introduction, pp. 9–12. 772 Carlos II, who reigned from 1665 to 1700. Spain played an important part in the Custody of the Holy Land. The friars themselves were nearly all either Spanish or Italian, and the Spanish Crown regarded itself as the heir of the Anjou dynasty by way of the kingdom of Naples. The king of Spain was one of the most munificent donors to the Custody, and often looked on the French as dangerous rivals. See Heyberger, ‘Les frères mineurs’, pp. 314–316. 773 This refers to the annual custom of sending a kiswa, smaller than the one intended to cover the kaʿba in Mecca, to Madina as a covering for the Prophet’s tomb.

190

The Turkish Journal

10. que nouvellem[en]t ils avoient mis le portrait du Pape774 sur le S. Sepulchre, le Patriarche le nommant infidèle et infame. Or le P[ere] Commissaire de la Terre Sainte qui se trouvoit alors à C[onstantino]ple pour veiller sur les demarches de ce Patriarche, ayant sçeu que le Patriarche avoit gagné le G[rand] S[eigneu]r moyenant un present de trente bourses, qui font …775 ecus de France, se porta en diligence à Adrianople pour s’opposer à ses desseins, et pour tâcher d’empêcher, s’il pouvoit, l’execution du commandement du G[rand] S[eigneur] que les Grecs avoient entre leurs mains, et il obtint un de lui de six mois, à condition neanmoins que après ce terme expiré il ne produiroit pas des commandements du G[rand] S[egneur] qui fussent d’un date plus fraîche que ceux des Grecs, que ces derniers auroient gaigné leur proces, et le P[ere] Commissaire n’ayant pu produire, au moins comme tout le monde disoit alors à C[onstantino]ple, d’autres ordres que des Hoggiets, ou des Sentences des Cadis, qui n’étoient pas de la force de ceux que les Grecs avoient, et qui leur avoient eté procurés par le Panaiotachi776, Truchement du G[rand] S[eigneur] pendant son vivant, les Rel[igieux] de S. François perdirent leur cause, et furent declarés sujets du Patriarche Grec777. Ils furent reduits au petit nombre de trois ou quatre seulem[en]t qui y devroient demeurer, et on ajugea aux Grecs la possession de tous les lieux saints778.

774 Clement X. 775 Left blank. It should be about 15,000 écus. 776 The Italian-educated Chian Panaiotis Nikousios, grand dragoman from 1669 until his death in 1673. See D. Janos, ‘Panaiotis Nicousios and Alexander Mavrocordatos: the rise of the Phanariots and the office of Grand Dragoman in the Ottoman administration in the second half of the seventeenth century,’ Archivum Ottomanicum, 23 (2005/6), pp. 177–196; Georges Koutzakiotis, Attendre la fin du monde au XVIIe siècle. Le messie juif et le grand drogman (Paris, 2014), pp. 125–174. His role in the negotiations between the grand vizir, to whom he was devoted, and the French ambassador, was regarded as highly suspicious by Laurent d’Arvieux (Arvieux, vol. 4, pp. 382–383) and by Nointel’s secretary Edouard de La Croix, Memoires, vol. 1, p. 258. 777 See above, Introduction, pp. 11–12, and Nointel’s letter to Louis XIV dated 16 November 1674 in Magni, vol. 2, pp. 564–565 and the decision of the grand vizir in the last days of August of the same year, Magni, vol. 2, pp. 568–569. 778 This is confirmed by Paul Rycaut who describes the entire episode, The Present State of the Greek and Armenian Churches, Anno Christi 1678 (London, 1679), pp. 350–355.

The Turkish Journal

191

Neanmoins ces bons Religieux y ont depuis été retablis par la derniere paix de Pologne779 faite avec la …780 …  [93r] arrivâmes à Gallipoli, où j’allai saluer Don Demetrio Caciucacchi, Chiote, et consul des Venitiens, dont j’ai deja parlé dans un autre endroit de ce journal781. Le 12 nous arrivâmes aux châteaux des Dardanelles, où nostre Pollacre782 resta trois nuits, selon la coûtume. Le Mardy 14 de ce mois nous en partîmes. Le Jeudy 16. nous nous trouvames entre l’Isle d’Andro, et celle du Negrepont, laissant Andro à nôtre gauche, et le Negropont783 à nôtre droite, mais parce qu’il fesoit ce jour là fort mauvais temps, et que nous craignions un plus grand orage la nuict, le Capitaine trouva à propos de donner fond au soir, dans une baye, qui etoit à la côte occidentale de cette Isle. Zea784 Vendredy 17 Janv[ier] le soleil ayant paru, nous avions fort beau temps. La nuit suivante nous donnâmes fond dans l’entrée du port de l’Isle de Zea785, sur quarante brasses d’eau. L’obscurité de la nuict, qui nous avoit surprise, nous empêcha d’y entrer tout à fait dedans. Zea est une petite Isle de cinquante milles de circuit, habitée par environ quatre mille hommes qui payent tribut au G[rand] S[eigneur]. Le bourg est eloigné du port d’environ cinq milles, 779 The fifth clause of the Treaty of Żurawno, signed on 15 October 1676, runs: ‘Conventus et loca sacra in ecclesia Hierozolimitana, simul cum ecclesia Bethleemica patribus regulae Sancti Francisci, dictis Franki, restituetur,et prout ex antiquitate his locis praeerant, circa eandem praecedentiam et mansionem, cum libero fidei et devotionis exercitio, conservabuntur.’ (Dariusz Kołodziejczyk, Ottoman-Polish Diplomatic Relations (15th–18th Century). An Annotated Edition of ‘Ahdnames and Other Documents (Leiden, 2000), p. 516. This clause, however, had no effect. While the Latin version implied the restitution of possession and guardianship, the Turkish translation merely spoke of access, and the Turkish authorities said they were not prepared to grant any more than that (Abbott, Under the Turk, pp. 254–255). It was not until 1689 that the claims of the Custodians were accepted once more under a new grand vizir, Köprülü Zadeh Mustafa, the brother of the deceased Fazıl Ahmed. For the Greek reactions see Papadopulos, Ἱστορία, pp. 571–576. 780 Here the manuscript is interrupted. It resumes on fol. 93r with Wansleben’s account of his journey back to France in January 1676. For the intervening events in Istanbul see above, Introduction, pp. 7–9, 12–13. 781 See above. 782 A brig, found only in the Mediterranean, with a combination of lateen and square-rigged sails. 783 Euboea. 784 In margin. 785 Kéa, ancient Kes also known as Tziá.

192

The Turkish Journal

toujours en montant. Il y a environ quatre cens maisons qui sont habitées. Elles sont rangées comme les degrez d’un amphitheatre. Son port est fort assuré. On y entre par ponente maestro786. Cette Isle n’est eloigné du cap des colomnes787 qui est vis à vis que de cinq milles. Le Samedy 18 Janvier devant le jour, ayant retiré le fer, et mis tout de nouveau les voiles au vent, il s’éleva en même temps une tramontane, qui nous fit beaucoup avancer dans nôtre chemin. Zifanto788 Vers les trois heures apres midy nous [153r]789 nous trouvâmes à droite de l’Isle de Zifanto790, qui est habitée par environ trois mille Chrêtiens Grecs qui payent tribut. A la premiere garde de la nuict, il s’eleva un vent Grec791, qui excita en suite une tempête si grande, qu’elle nous fit attendre les extremités. Elle nous obligea de ferler tous nos voiles, abbaisser les arbres même, et marcher toute la nuict à sec. Et non obstant tout cela, les vagues poussoient le vaisseau de telle sorte, que nous fîmes dix milles de chemin par heure, ce qui peut passer pour une chose extraordinaire. Le Dimanche matin, vers les neuf heures nous decouvrîmes la terre de Candie, qui etoit à nôtre droite. La tempête duroit encore, quoi que nous ne l’apprehendassions pas tant, comme la nuict. Cependant tout l’equipage trouva à propos de se retirer dans un port, pour se reposer un peu des fatigues de la nuict passée. Le Capitaine fut obligé de suivre leur sentiment, et apres avoir remarqué en quelle côté de l’Isle nous etions, nous reconnûmes que nous n’avions point d’autre port plus proche, que celui de la Suda792. On dressa donc la prouë pour gagner ce port là, et à midy nous y entrâmes, donnant fond aupres de la fortresse sur vingt quatre brassées d’eau. Aussitost que le vaisseau fut à l’anchre et en repos, j’escrivis une lettre au Consul françois de la Canée793, qui en est eloignée de trois heures de chemin, pour sçavoir de lui, s’il n’y avoit point de voile françoise prête pour s’en aller droit 786 787 788 789 790 791 792 793

A west-northwest wind. Cape Sounion, also known as Cape Kolónes. In margin fol. 153r. At this point the fair copy is resumed. Sífnos. This is probably the μελτέμι or north-east wind. Souda, east of Khaniá. Khaniá in Crete. The consul was Jean Bonnet. Appointed consul in 1671, Bonnet died in 1679. See Georges Koutzakiotis, ‘Les pionniers du commerce français à Thessalonique au cours du XVIIe siècle’, Études Balkaniques, 53 (2017), pp. 550–567, esp. pp. 555–557.

The Turkish Journal

193

en France, afin de m’embarquer dessus. Et lui m’ayant le lendemain envoyé réponse, qu’il y avoit une des meilleurs de Provence, toute preste pour s’en aller à Toulon, et qu’il m’envoyeroit des chevaux, pour me conduire chez lui, je remerciai la providence Divine, de m’avoir fait trouver une si bonne occasion, d’abreger mon chemin. Le Mardy 22. Janv[ier] le Consul m’envoya à la Pollacre son fils, et son neveu accompagnés de plusieurs autres Messieurs, un Janissaire [153v] et des chevaux pour moy, pour mon valet, et pour porter mes hardes, afin de nous conduire chez lui, et apres avoir dejeuné un peu ensemble, et dit à Dieu au Capitaine, nous montâmes à cheval, et sur le midy nous arrivâmes à la Canée, ayant passé par une campagne la plus agreable du monde, entierement semée de bled et plantée d’oliviers. Sude794 La Sude est un petit ecueil tres-bien fortifié, scitué à la côte …795 de l’Isle de Candie, à l’embouchure d’un Golphe, qui surpasse de beaucoup en grandeur le port de C[onstantino]ple, quoi que ce port ait bien deux lieuës de circuit, et plus d’un quart de largeur, hormis que le Golphe n’est pas si profond, que ce port. C’est la plus grande et la plus commode retraite pour les vaisseaux qu’on puisse voir au monde, etant estimé capable de tenir ensemble commodem[en]t vingt armées navales. Cette forteresse est demeurée aux Venitiens avec celle de Spina longa, et quelqu’autre par la derniere paix qu’ils firent en …796 avec le Turc797. Ils y tiennent un Provediteur, qu’ils changent de trois ans en trois ans798, et une bonne garnison. On ne voulut point nous y donner entrée, à cause que nous venions d’un lieu suspect de Peste. Neanmoins de nôtre vaisseau nous pouvions tres-bien découvrir le dedans de la forteresse, qui est tres-peu de chose. Les maisons sont petites, et le monde y est tres-pauvre et tres-miserable. Il y a un petit Couvent de peres Capucins qui paroist par dessus toutes les autres maisons799. Et si ce n’etoit à cause du Golphe, qui est 794 795 796 797

In margin. Left blank. Souda is on the northern coast of Crete. Left blank. It should be 1669. This refers to the peace signed with the Ottomans by the Venetian captain general Francesco Morosini on 5 September 1669 whereby, despite its defeat in the ‘Cretan War’, Venice was allowed to retain the Cretan island fortresses of Spinalonga, Gramvousa and Souda, as well as the islands of Tinos and Kythera. 798 Vincenzo Vendramin was the ‘provveditor estraordinario alla Suda’ from June 1674 to the end of March 1677. http://www.archiviodistatovenezia.it/siasve/documenti/ptm.pdf. 799 The Annunziata (Evangelistria). See Rocco da Cesinale, Storia delle Missioni dei Cappuccini, vol. 3, (Rome, 1873), p. 135; Μarkos Ν. Roussos-Milidonis, Φραγκισκανοί Καπουκίνοι. 400

194

The Turkish Journal

d’une tres-grande importance aux Venitiens, le lieu ne [154r] meriteroit pas les depences, qu’ils sont obligés de faire pour vivre, n’y ayant pas un pied de terre hors des murailles, qu’ils puissent cultiver.

figure 31 “Porta Suda Paleo in Candia”, by Jan Peeters the Elder and Lucas Vorsterman, published Antwerp, c.1680

Etat present de la ville de Canée800 La Canée est une place forte avec un bon port située à la côte septentrionale de l’Isle de Candie. Elle est batie en demi cercle dont l’une des extremités regarde l’Est, et l’autre le Ouest, et sa largeur va du Sud au nord. Encor qu’elle soit petite, ses ruës ne laissent pas d’etre fort droites, et ses palais fort beaux. Ils sont bâtis de même que toutes les autres maisons des bonnes pierres, et d’une Architecture à l’Italienne, mais au lieu des toicts elles ont de tres-fortes terrasses à la maniere de celles d’Alep. Elle se rendit aux Turcs par composition, en 1645801, et à l’endroit du bastion où ils firent breche, on voit presentement une massuë d’armes plantée en memoire de leur prouësse. Elle est habitée par des Grecs, par des Turcs, par des Juifs, et par quelques François, et cependant elle n’est point peuplée. Il semble que tous ces habitans soient des étrangers, qui s’y sont établis depuis qu’elle est entre les mains des Turcs, les anciennes familles ayans mieux aimé, comme je pense, quitter leur patrie, et abandonner le tout, que d’y demeurer, et d’estre soumis à un gouvernement tyrannique. Le traffic de même y est fort petit. Il n’y avoit alors Χρόνια Προσφορά στους Έλληνες 1585–1995 (Αthens, 1996), pp. 106–107, 426. The Capuchins had arrived in Crete in 1569. 800 In margin. 801 Deleted: apres avoir soutenu le siege pendant … mois.

The Turkish Journal

195

dans le port qu’un seul vaisseau franc, qui etoit de Raguse, le nôtre étant deja sorti pour l’Isle de S. Theodore802, qui n’en est eloignée que d’une demie heure de chemin [154v] par mer, et tout le monde, generalem[en]t parlant, y est fort pauvre. Ils ont tous une tres-mauvaise couleur. La façon des habits des femmes est choquante, et le sexe même n’y a aucune beauté, ni grace. Son port Et parce que son port est si petit, qu’il ne sçauroit tenir que six ou huit vaisseaux tout au plus, ils demeurent pour l’ordinaire à S. Theodore, dont j’ai parlé tantost803, où ils prennent leur charge. L’embouchure du port est defendu par deux châteaux, bâtis sur deux pointes qui la forment. On y entre avec le vent de nort. Celui qui est à la pointe du côté gauche en entrant, et qui est celle d’Ouest, est grand, et bâti sur une elevation. C’est la demeure du Gouverneur de la place, qui étoit alors un Pacha, qui avoit eté autrefois Cajem macám804, ou Lieutenant du Vezir à C[onstantino]ple805. Il est presentement en disgrace, et on lui a donné ce petit gouvernem[en]t pour y passer le reste de ses jours avec honneur, et en repos. Il est fort bon amis des marchands françois qui demeurent dans cette ville depuis peu. Car il n’y a que trois ans qu’un Consul françois, avec quelques marchands s{e}sont etablis pour y faire traffic. Consul françois à la Canée806 Le consul s’appelle Jean Bonnet. Il est de la Ciotad807 en Provence, et il soutient sa charge avec honneur. Elle lui seroit sans doute de grand rapport, si les oliviers portoient tous les ans, mais comme les vaisseaux françois n’y chargent presque que des huyles, et du bled, et que les oliviers ne portent que des deux ans l’un, cela fait qu’il n’y a des vaisseaux françois, et qu’il ne tire du profit de sa charge que des deux en deux ans. Il a trois pour cent des Consolats. Son logis a [155r] la veuë sur le port, qui est l’endroit le plus beau de la ville, et où il n’y avoit autrefois que des maisons de gentils hommes. Les choses y vont d’un 802 The island of Agioi Theódoroi just west of Khaniá. 803 Deleted: qui, comme je viens de dire, est un petit ecueil habité à une demie heure de chemin loing de la ville. 804 See above, n. 321. 805 Ankebut Ahmed Paşa. He had become kaymakam in 1657, but had then fallen into disgrace and been sent to Khaniá. See Mehmed Süreyya, Sicill-i Osmani, ed. Seyit Ali Kahraman and Nuri Akbayar (Istanbul, 1996), pp. 203–204. We owe this information to the kindness of Marinos Sariyannis. 806 In margin. 807 La Ciotat. According to G. Koutzakiotis, Les pionniers, p. 556, Bonnet was in fact from Cassis.

196

The Turkish Journal

bel air. Parmy ceux qui composent sa famille il y a deux peres Capucins, qui instruisent la jeunesse, et qui ont soin de sa chapelle. Ils demeurent dans une maison qui est jointe à celle du Consul. Ils ont la commodité de communiquer les uns avec les autres sans sortir dehors. Le Vendredy 24 Janvier nous partimes de cette ville pour S. Theodore, afin de nous y embarquer, et le lendemain dès le matin, nous mîmes les voiles au vent, et dressâmes nôtre prouë vers l’Isle de Milo, où nôtre Capitaine avoit affaire. Milo est eloigné de la Canée de quatre vingt dix milles. Je vous en parleray tantost plus amplement. Port de Milo808 Le Dimanche 26 Janvier devant le jour nous arrivâmes dans son port809, qui est long de six milles et large de trois. Il y a cent pas d’eau dans quelques endroits. Si tost qu’il fut jour, le Caik nous mit à terre pour aller au bourg810, entendre la Messe chez les Capucins811, qui y ont une fort belle Eglise812 et une maison assez commode. L’une et l’autre est batie à l’Italienne, et de bonnes pierres. Le bourg est eloigné du port d’une bonne demie heure de chemin. Apres la Messe, pendant que le Capitaine, et les autres Messieurs de la troupe s’en alloient, chacun où ses affaires l’appeloit, je fis un tour par le bourg, pour y chercher une maison où je pouvois loger, car nous y etions venus à dessein d’y sejourner quelques jours. Et parce que c’etoit après la messe des Grecs aussi813 et l’heure où toutes les femmes etoient aux fenêtres, et aux [155v] portes de leurs maisons, pour causer l’une avec l’autre, quand elles me virent passer par les ruës, habillé d’une pellice courte de drap bleu, chaussé des botines à la Turque, avec une belle barbe, et avec mon bonnet rouge garni d’une belle fourrure en tête, ils vinrent en foule m’accabler, me demandant en langue Grecque, si j’avois du musc à leur vendre814. Elles crûrent que j’etois un Armenien, qui d’ordinaire font traffic de cette merchandise. Elles en vouloient parce que les femmes du Levant en ont 808 809 810 811

In margin. Klima. Zefiria, also known as Khóra and once known as Borgo. The Capuchins had been in Milos since the mid-1630s. Clemente da Terzorio, Le Missioni dei Minori Capuccini. Sunto Storico. Volume II. Europa (Rome, 1911), p. 68. 812 The Church of Saint John the Baptist (Agios Ioannis Baptistis), see Roussos-Milidonis, Φραγκισκανοί Καπουκίνοι, pp. 303–307; G.D.R. Sanders, ‘Two Kastra on Melos and their relations in the Archipelago’, in Peter Lock and G.D.R. Sanders, eds., The Archaeology of Medieval Greece (Οxford, 1996), pp. 146–177, esp. p. 171. 813 Above line: l’heure que le monde venoit de sortir de la Messe. 814 For the musk trade see Anya H. King, Scent from the Garden of Paradise. Musk and the Medieval Islamic World (Leiden, 2017), pp. 85–146.

The Turkish Journal

197

toujours quelque morceau sur elles, pour donner plus de plaisir à leurs amants, quand ils les viennent voir. Je ne sçauroit vous dire le divertissement qu[e] la follie de ces femmes me donna, voyant qu’elles m’assiegeoient de tous les cotés, pour avoir de cette drogue. Mais connoissant que leur empressement n’etoit pas tant pour le musc, que pour l’Armenien supposé, et qui etoit un homme de tres bonne mine, et sçachant d’ailleurs que cette Isle est l’écueil où la pudeur a fait naufrage, je leur fis connoître qu’il n’y avoit point de conquête à faire pour elles, de sorte que me retirant, elles demeurerent sans musc, et sans conquête815. Je trouvay un logis qui etoit assez commode pour ce peu du temps que nous devions demeurer en ce lieu. L’Hoste s’appeloit Andrea Brito. Il etoit Catholique, et depuis peu revenu de Marseille. Et parcequ’il savoit quelque peu les manieres de France, je choisis son logis preferablem[en]t à tous les autres qui me furent offerts, et meme à celui du Consul François816, qui etoit de la communion des Grecs. J’y fis encore connoissance [156r] avec un Gentil homme du pays, nommé Demetrio Segnano, qui avoit eté autrefois Consul de la nation françoise817. Il parloit fort bien Italien. Il etoit honnête homme, et un des plus riches du pays. Je l’obligeai de la sorte, qu’il ne me quitta presque point, tandis que nous y demeurâmes. Le Lundi 20 Janvier après disner818 j’allai revoir une curiosité que j’avois déjà veuë en 1664 lors que je fus dans cette Isle pour la premiere fois. Cette curiosité est un ammas d’eau, c’est un bain naturellement chaude dans une grotte qui est entre le port, et le bourg, et je m’etois baigné dans cet ammas alors, croyant que son eau etoit minerale. Mais en ce dernier voyage l’ayant mieux examiné cette eau, j’ai reconnu qu’elle ne l’est point, ni tout à fait chaude. Elle vient de la mer par des passages souterrains par un chemin de deux milles, et qu’elle y devient tiede, à cause que la grotte est naturellem[en]t fort chaude. Je m’y baignai encore cette derniere fois, plutost par complaisance pour la compagnie, avec la quelle j’etois, la quelle s’y baignoit, que pour en esperer quelque avantage pour ma santé, qui etoit, Dieu merci, la meilleure du monde.

815 The passage in italics is deleted but legible. 816 Nicolas Zucco. See below, n. 839. 817 This is a rare reference to Demetrio Segnano who may have been Zucco’s predecessor. Thanks to the kindness of Georges Koutzakiotis we know that a member of the same family, Consta Segnane, is mentioned in the archives in 1695 as one of the ‘marchands grecs de ce lieu’. (Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, Milo et l’Argentière (consulat), vol. 1, pp. 272–273.) 818 The passage in italics is deleted but legible.

198

The Turkish Journal

Pendant que nous etions dans cette promenade, il arriva dans le port six armateurs Chrêtiens819. C’etoit Don Philippo Espagnol, qui commandoit le Vaisseau nommé la Reine ; le Capitaine Marion, qui commandoit S. Joseph ; Mr Andrescio820, qui commandoit S. Pierre ; le Chevalier de Varadier, qui commandoit la Religion, et le Capitaine Francesco821, qui commandoit la Jerusalem. Ils etoient tous Maltois, hormis le dernier qui etoit de Ligourne. J’etois alors me baigner avec quelques uns de mes amis, dans un bain d’eau chaude, qui est dans une grotte, du coté du port, mais nôtre trouppe n’etoit point aisé de voir arriver [156v] [ces] demons dans le port, à cause qu’ils sont extremement insolents et debauchés822. Je fus en particulier l’objet de leur envie, à cause qu’ils me voyoient toujours fort propre, et marcher d’un bel air. Ils avoient fait dessein, d’enfonçer la nuit la porte de mon logis, pour prendre ce que j’avois ; et ils l’auroient fait, si quelques uns de leurs cammarades, à qui ils avoient communiqué leur dessein, ne les eussent dissuadés en leur remonstrant que ce coup leur pourroit coûter cher823.

819 The names of the ‘armateurs chrétiens’ whom Wansleben encountered in Milos form part of a list of corsairs ‘in the Levant’ on fol. 195v. of this same manuscript. For a discussion of the piracy which was particularly rife in the Cyclades, see Slot, pp. 23–24, 162–172, 193–204, 210, 229, 234, 254–256. For a more general discussion of piracy in the Mediterranean see Paul Masson, Histoire du commerce français dans le Levant au XVIIe siècle (Paris, 1896), pp. 24–47, 209–239, while the piracy practised by the Maltese is discussed by Earle, Corsairs of Malta, pp. 97–191 and Greene, Catholic Pirates, pp. 167–200. See also above, Introduction, pp. 14–15. 820 For Jean-Joseph d’Antrechaux (1649–1678), a Knight of Malta, see Octave Gensollen, ‘Notice généalogique sur les Geoffroy d’Antrechaux’, Répertoire des Travaux de la Société de Statistique de Marseille, 46 (1905), pp. 164–214, esp. pp. 183–184, 201–205. 821 Francesco Barbieri, see Archives Nationales de France, Marine, B3 40, ff. 292r–296r (documents of 1682: ‘Franchisque Barbier, capitaine du vaisseau le Jerusalem de Ligourne’); cf. Guillaume Calafat and Wolfgang Kaiser, ‘Le laboratoire méditerranéen. Course et piraterie aux XVIe et XVIIe siècles’, in Gilbert Buti and Philippe Hroděj, eds., Histoire des pirates et des corsaires de l’Antiquité à nos jours (Paris, 2016), pp. 225–247, esp. pp. 242–243. 822 Deleted: ce qui obligea pour lors le monde à se retirer, et qui est cause qu’on n’a ni plaisir, ni conversation, ni aucune liberté. 823 Although the Knights of Malta were under oath to attack only Muslims, they would also attack fellow Christians, especially Greeks suspected of transporting Turkish goods. In view of their financial dependency on France, however, the Knights, many of whom were themselves French, would certainly have hesitated to rob a man in the service of the French king. See Earle, Corsairs of Malta, pp. 102–122, 145–149, 162–167; Greene, Catholic Pirates, esp. pp. 6–7 and 107 for the position of the French.

The Turkish Journal

199

Etuve seiche824 Le Mardy après disner 21 Janvier j’allai en compagnie de Sigr Demetrio voir l’etuve seiche qui est dans cette Isle. C’est une petite grotte, qui est naturellem[en]t si chaude, qu’une étuve artificielle bien echauffée ne pourroit pas l’être d’avantage. Elle est scituée sur le sommet d’une montagne, qui est à l’egard du bourg entre le levant et le ponant, et qui en est eloignée environ de trois milles. Le temps qu’il faut prendre ce bain, est au mois de May et d’Aoust, à cause que les chaleurs alors non seulem[en]t y sont plus grandes que dans un autre temps, mais encore parceque on y sent une agreeable odeur de roses. Ce bain guerit toute sorte des maladies, et particulierem[en]t c’est un souverain remede contre le mal venerien. La cave n’excede pas la juste hauteur d’un homme. On ne peut s’y baigner que trois personnes à la fois. On y a fait un toict par dessus, afin que la pluye n’y puisse entrer, et le gâter. Tout proche cette grotte il y a une petite chambre, où l’on peut se reposer, après avoir sué, et il est necessaire, que celui [157r] qui veut prendre ce bain s’y fasse apporter un lit, et qu’il y ait un homme avec une eponge, pour l’essuyer. Le Jeudy matin 30 Janvier j’allai avec cette meme personne voir la carriere des meules à Moulin, au sujet de quoi il faut sçavoir que cette Isle est nommée Milo à cause des meules à moulin qu’on y tire. Car Milo en Grec vulgaire veut dire un Moulin825. Carriere de meules à moulin826 La carriere est dans une haute montagne, qui est du côté du Levant à l’égard du bourg, d’où elle est eloignée de quatre milles827. Le chemin qui y conduit est fort mal aisé, et fort raboteux. On y entre par une allée longue d’environ soixante et dix pas, qui va tant soit peu en descendant, et toujours en ligne droite. Elle est large autant qu’il faut pour passer deux hommes qui s’y rencontrent. A la fin de cette allée on arrive à la cave où l’on taille les pierres, et alors il faut tourner un peu à droit. La cave est fort vaste et affreuse, n’etant eclairée que par quelques lampes d’huyle qui y brulent. Il y a vingt hommes destinés pour ce travail, huit des quels taillent les pierres, huit autres les portent dehors, dans des carioles, et le reste fait les autres ouvrages necessaires. Mais il y fait si chaud, qu’en 824 825 826 827

In margin. Μύλος. In margin. For the quarry at Rema, see Margarita Vrettou-Souli, Η Μυλόπετρα της Μήλου. Από την εξόρυξη στην εμπορική δραστηριότητα (Athens, 2002), pp. 45–77.

200

The Turkish Journal

moins de rien nous fûmes tout en eau, et à peine pûmes nous y demeurer un petit quart d’heure seulem[en]t pour les voir travailler. Les ouvriers y sont tout nuds, sans meme couvrir leurs parties honteuses. Je m’etonnai comment on pouvoit trouver des gens qui voulussent s’engager à un si penible travail. Nous en sortîmes au plus vite, après avoir donné à ces miserables quelque chose pour boire. [157v] Parocci828 Le Gr[and] S[eigneur] a donné cette carriere à un Gentilhomme de Candie nommé Parocci829, en recompence de ce qu’il a trahi sa patrie en montrant aux Turcs l’endroit où la ville etoit foible, et où ils devroient donner l’assault, pour l’emporter. Outre cette carriere qu’il lui a donné il l’a fait encore Seigneur de quatre villages en Candie, dont il tire les revenus pendant sa vie. Le{s} dépences que ce Gentilhomme est obligé de faire pour l’entretien de cette carriere se montent à mille cinq cens écus par an, dont il y a mille écus qu’il depence pour les ouvriers, et pour les instruments necessaires à ce travail, et cinq cens écus qu’il paye au G[rand] S[eigneur], et il en retire environ deux milles écus de profit, la carriere lui rendant un jour pour l’autre vingt pierres primes, comme il les nomment, et vingt secondes. Une pierre prime est payée sur le lieux par ceux qui les acheptent, trente sols piece, et on donne cinq secondes pour un écu. On envoye les primes à C[onstantino]ple, pour les moulins de cette ville là, et les secondes en Dalmatie, pour le même usage. Chaulx830 Outre cette carriere de meules à Moulin il y a encore dans cette Isle des mines de souffre, dont les habitans en tirent quelque peu en cachette, de peur que le Gr[and] S[eigneur] ne vienne à le sçavoir, et qu’il ne les charge de quelque nouvel impost. On y tire encore de la chaulx, dont ils se servent pour accommoder le vin, qui sans cela ne se conserveroit pas d’une année à l’autre. Cette maniere d’accommoder le vin avec la chaulx est fort en usage dans les Isles de l’Archipel, et tous les vins qu’on boit à C[onstantino]ple sont accommodés de cette façon. On y fait encore du sel, autant qu’il en faut pour l’usage des habitans. 828 In margin. 829 Andrea Barozzi, an engineer and colonel from a family of the Venetian nobility which had long been loyal to the Republic of Venice. Andrea, however, supplied the Turks with a plan of the fortifications of Chándakas (now Heraklion) in 1669. He converted to Islam and, as we see from Wansleben, was amply rewarded. 830 In margin.

The Turkish Journal

201

[158r] L’Isle a quantité des vignes dont on fait de fort bon vin rouge et blanc. On en a une bouteille de Venise, qui tient environ deux peintes de France pour trois sols. Le rouge est acre, et le blanc est doux. On en fait dans toute l’Isle deux mille tonneaux, comptant le tonneau à cinquante mêtres, et la metre à dix ocques et demie. Elle produit encore quelque peu d’huyle, et de cotton, dont les habitans font du Dimite831, ou toile double, du prix de six jusqu’à douze picques de Venize pour la piastre d’Espagne. Les femmes y nourissent des cochons et des poullailles en quantité, et on les a à fort bon marché832. Etat de l’Isle de Milo833 L’Isle a quatre vingt milles de circuit. Elle n’est habitée que des Chrêtiens, qui sont en partie de la communion Latine, et en partie de la Grecque, et depuis peu deux marchands françois de Provence y sont venus demeurer, dont l’un s’appelle Louis Bonnet834, frère du Consul de la Canée, et l’autre Mr Durant835. Ils font tous deux traffic des prises que les Corsaires francs leur apportent, les envoyans après en France, ou à Messine. On y parle Grec, et Italien. Il castro836 Dans toute l’Isle il n y a que deux bourgades, dont l’un se nomme il Castro837, où il ne demeure que cinquante familles. Il est situé sur la montagne, qui est à l’embouchure du port, du côté gauche en entrant, et l’autre est le bourg dont nous parlons. Toute l’Isle paye quatre mille deux cens écus de tribut au Gr[and] S[eigneur]. Cela monte à trois reaux d’Espagne, [158v] par tête838, et il y a dans toute l’Isle sept cens vingt personnes qui sont écrites pour ce tribut, au quel si vous y ajoutez la cinquiéme mesure de chaque denrée que l’Isle produit, qu’ils 831 Dimity, a light cotton fabric. 832 Deleted: nos achetâmes les chapons gras vingt sols piece, le cochon de lait à quinze sols, et la paire de perdrix autant. 833 In margin. 834 Laurent d’Arvieux, who describes Milos in great detail, stayed with Louis Bonnet when he was there in 1671. Rarely, he said, had he been subjected to such a ghastly stench and to such an invasion of mosquitos (Arvieux, vol. 4, p. 323). For the stench, which also struck Wansleben, see below. For the corsairs’ agents, see Slot, p. 201. For Louis Bonnet from Cassis, see BnF, MSS Fr. 7162, pp. 509–510 (fol. 271) and Fr. 7174, p. 389 (fol. 197r). We owe the references to Bonnet and Durand to the kindness of Georges Koutzakiotis. 835 Antoine Durand from Marseille, see BnF, MSS Fr. 7162, pp. 509–510 (fol. 271) and Fr. 7174, p. 389 (fol. 197r). 836 In margin. 837 The Kástro above the village of Pláka. 838 See below, Appendix 1.

202

The Turkish Journal

sont aussi obligés de donner au Gr[and] S[eigneur], l’argent qui en revient, joint au Carache, fait la somme que nous venons de dire. L’Isle a un gouverneur qui est eleu par toute la communauté, et qui a pour ses assistans les premiers du lieu, qui sont les nobles. Il a soin qu’on ne fasse aucune injustice, ni outrage au peuple, que le poids et la mesure soient justes, et que les provisions necessaries n’y manquent point. Il peut en cas de necessité mettre sous les armes au son d’une petite cloche, qui est sur la place de la ville, cinq cens hommes pour le defence du pays, et pour reprimer les insolences des corsaires francs, qui sans cela ruineroient l’Isle. Pour ce qui est des affaires des étrangers il y a des Consuls qui en ont soin. Celui des François estoit alors Nicolo Zucchi839. Il etoit de la communion Grecque. Il avoit obtenu cette charge de la cour, à l’instance de Mr de Gremonville840, qui autrefois en passant par cette Isle, avoit logé chez lui. Il y en a encore un pour les Venitiens841, un pour les Anglais842, et un agent pour les affaires des Corsaires, qui est obligé de se sauver ailleurs, lors que l’armée navale du Gr[and] S[eigneur] s’en approche pour exiger le tribut, mais il revient aussi tost qu’elle s’en est retirée. Pour le Spirituel les Latins y ont un Evêque, qui tire une petite pension de la Congreg[ation] de Prop[aganda] Fide. Il etoit natif de l’Isle de Naxie et il s’appeloit Antonio Camilla843. Le bourg est d’une grandeur raisonnable. Il n’a ni murailles, ni chateau, non plus que son port. Le premier et le plus fort [159r] qui y vient, en est le maître, ce qui oblige les habitans d’etre bien avec tout le monde. Les ruës sont etroites, et fort irregulieres. Les maisons sont faites de pierres avec des terrasses par dessus. Elles n’ont que deux étages, et on monte au second par un escalier, 839 According to Jörg Ulbert, ‘L’origine géographique des consuls français sous Louis XIV’, Cahiers de la Méditerranée, 98 (2019), pp. 1–17, esp. p. 9, the consul’s name was Nicolas Jucco, ‘Zucco’ only being consul at a later date, from 1684 to 1685. D’Arvieux, however (Arvieux, vol. 4, p. 324), gives his name as Zucco, as does Nointel’s secretary Edouard de La Croix, Memoires, vol. 1, p. 14. D’Arvieux describes him in the most flattering terms, and says that although he was born in Milos, he and his entire family were Roman Catholics. Ioannis Tzoukos/Zucco, the son of Nicolas, was consul from 1680(?) to 1681 and from 1684 to 1685. 840 Jacques Bretel de Grémonville (1625–86), who spent ten years in Crete in the service of the Venetians before being appointed French ambassador extraordinary to Vienna. 841 Manoli Armeni, consul from 1674 to 1681 (Signori, ‘Proteggere i privilegi’, p. 391). 842 There appears to be no record of an English consul in Milos before the late 1680s, when the post seems to have been held by Thomas Wilson. See B.J. Slot, ‘Καθολικαί Εκκλησίαι Κιμώλου και των πέριξ νήσων. Ιστορία των Δυτικών ναυτικών Κοινοτήτων των ΝΔ Κυκλάδων και των Εκκλησιών των (1600–1893)’, Κιμωλιακά, 5 (1975), pp. 51–293, esp. 279. We owe this information to the kindness of Georges Koutzakiotis. 843 Giovanni Antonio Camilli was the last Latin bishop of Milos, in office from 1669 to 1698. See Cesare Santus, Trasgressioni necessarie, p. 225.; Slot, pp. 187, 246–247.

The Turkish Journal

203

qui est toujours par le dehors de la maison. Il y en a de fort propres, selon que les maisons des Isles de l’Archipel on{t} coûtume d’etre. Cependant le bourg a cela d’incommode, que les maisons n’ayant point de lieu pour y recevoir les ordures, ni des conduits pour les faire écouler, chaque maison a un fossé devant soi, dans le quel on les jette. Et parcequ’on ne vuide ces ordures que deux fois l’année, elles y croupissent, et causent, dans l’eté particulierem[en]t, une puanteur insupportable. Leur traffic par mer est à present fort petit, n’y ayant presque plus des barques, à cause que les Armateurs Chrêtiens les leur ont enlevées sous diverses pretextes. D’ailleurs le terroir qui est labourable a fort peu d’etendue, l’Isle etant toute chargée des montagnes. D’autre part elle n’a point de pâturages pour nourrir du bétail, et pour ces raisons les habitans sont pour la plus part tres-pauvres. Et s’ils ne tiroient pas quelque petit profit des Armateurs francs, qui y viennent achepter leurs denrées, et qui leur vendent du bled, du ris, et d’autres victuailles dont ils ont besoin, elle seroit, je crois, tout à fait inhabitable. Femmes de Milo844 Cependant il est tres-vray, que pour la seule reputation qu’elle a à cause du sexe845, qui est jolli et agreable, aucun voyageur ne passe par l’Archipel, qu’il ne souhaitte d’y mettre pied en terre, et d’y passer quelques jours. Cette reputation est generalem[en]t [159v] repanduë par tous les ports de l’Europe où l’on fait traffic au Levant. Elles sont en reputation de bien chanter, et de dancer agreablem[en]t, et leur maniere d’agir a quelque chose d’attirant. Habillement des femmes de Milo846 Il faut vous dire par occasion, qu’elles sont habillées d’une maniere fort plaisante. Leurs jupes ne leur descendent que jusqu’aux genoux, les quelles sont ordinairem[en]t de toile blanche, ou de Dimite. Elles en mettent l’une sur l’autre, deux ou trois, qui sont toutes fort plissées, ce qui les fait paroître fort grosses. Les chemises descendent d’un demi pied plus bas que leurs jupes, et elles sont tout autour par le bas bien travaillées d’une broderie de soye colorée large de deux doigts. Les manches en sont garnies d’un même travail aux bouts, et le long des coûtures. Les manches sont longues de trois pieds et demie, et larges de six. Une chemise des plus ordinaires de cette façon coûte pour le 844 In margin fol. 159v. 845 For the reputation of the women of the Cyclades for extreme promiscuity see Slot, pp. 22, 25: ‘La réputation des femmes de Milos était extrèmement mauvaise, les corsaires y avaient leurs concubines, et la prostitution y florissait.’ 846 In margin.

204

The Turkish Journal

moins treize écus. Ainsi à cause du grand prix une femme n’en aura ordinairem[en]t que deux, et quand elle est en necessité, c’est la premiere chose qu’elle porte en gage. Et à fin que cette grande ouverture ne montre pas trop leurs bras, et que la longueur des manches ne les embarrasse point, elles ont d’autres petites chemises par dessous, qui ont les manches étroîtes, et elles retroussent les grandes sur leurs epaules, quand ells veulent travailler. Leur corps est de velours rouge, leurs bas sont de drap rouge et bien travaillés de soye, ou d’or aux coûtures ; et au lieu des souliers, elles n’ont que des mules de drap rouge, ou de velours, les quelles sont petites, mais fort propres. Elles s’entortillent la tête de plusieurs tours d’une longue toile, dont elles rejettent les deux bouts sur leurs epaules, ou par devant [160r] leur sein, ou autrement si elles le trouvent plus commode. Telle est la façon de leurs habits pour les jours ouvriers. Mais les jours de fête, celles qui sont commodes portent des habits bien plus riches. J’ay eu la curiosité de m’en faire montrer quelques uns. La chemise etoit toute travaillée aux endroits que nous venons de dire, d’or filé, qu’on appele en Turquie Sirmé847, et qui n’a point de soye parmi. Ce travail etoit large de deux doigts, et fort epais. Une de ces chemises avoit coutée, à ce qu’on me disoit, pour le moins cent écus. La jupe etoit de satin blanc, et une autre que je vis aussi, etoit de satin rouge. Chacune avoit couté soixante écus, car à cause de leur excessive largeur il faut une tres-grande quantité d’etoffe. Le corps etoit de velours rouge, et chargé d’une broderie d’or fort epaisse. Il fut estimé quarante écus. Les bas, qui etoient d’escarlate, et brodés aussi aux coûtures, et au dessus des pieds, furent estimés vingt écus. Les mules etoient de velours craimoisy, et brodées, sans parler des colliers des perles dont elles ornent leur gorge, des brasselets d’or, des anneaux, dont elles mettent deux ou trois à chaque doigt, et qui montent à beaucoup. Et c’est de cette maniere qu’un pere est obligé d’accommoder sa fille, quand il la veut marier. A la fin nôtre Capitaine ayant fait ses affaires, il me vint avertir qu’il etoit temps de s’embarquer. Je me rendis au bord samedi au soir 1. Feuvrier, et la nuit suivante nous fîmes voile. Dimanche 2 feu[vrier], ayant pendant toutte cette journée marché avec un gros vent, qui nous chassoit en pouppe, [160v] nous laissâmes au soir l’Isle de Cerigo848 derriere nous, ayans fait ce jour là un chemin de cent milles pour le moins. Les jours suivans, savoir Lundy, mardy et mercredy le bon vent continua, et nous avions le temps aussi beau qui si nous eussions eté au milieu du printemps. Le Jeudy 6 du même mois, ayans pointé 847 ‘Sırma’, gold or silver thread. 848 Kythera.

The Turkish Journal

205

nôtre prouë pour gaigner Malthe, nôtre garde du grand mat decouvrit devant midy deux vaisseaux sur nôtre chemin, et ne sçachant pas quels ils etoient, de maniere qu’entrans en defiance, nous fimes un bord pour prendre la gauche de Malthe, afin d’eviter leur rencontre. Ce bord fut cause, qu’apres nous ne pûmes jamais plus nous mettre en état de gagner cette Isle. Le Vendredy 7. nous eûmes pendant toute la journée un vent fort variable, qui nous obligea de dresser nôtre prouë tantost vers le ponent, et tantost vers le nort. La meme chose nous arriva encore le Samedy, et le Dimanche, sans que nous pussions sçavoir avec certitude, en quel endroit nous etions, n’ayans pû decouvrir terre depuis le jeudy precedent. Le Lundy 10 feu[vrier], le temps s’etant mis au beau, nous decouvrîmes Malthe, mais parceque nous l’avions au dessus du vent, il nous fut impossible d’y aborder. Le Mardy 11, nous passâmes entre les Isles d’Alignosa, et de la Lampadosa849, laissant la premiere à nôtre droite, et l’autre à nôtre gauche. Alignosa est de trente milles en deça de Malthe. Il y a à ce qu’on dit, une image miraculeuse de la Sainte Vierge. Pantaleria850 Au soir nous decouvrimes Pantaleria851, qui est une autre Isle habitée par les Espagnols, et eloignée de Malthe en deça, de six vingts milles. Tout ce jour, et la nuict suivante il fit un tres-852 [100r] bon vent. Mercredy matin, 12 fevrier nous laissâmes à nôtre gauche le Cap bona, en Barbarie853. C’est un cap qui avance beaucoup dans la mer, le quel est eloigné de Malthe du côté de ponant, de deux cent trente milles854 et au devant de ce [100v] Cap il y a un ecueil dans la mer, nommé Zimbo855. Ce jour là il fit pendant cinq heures entieres un temps fort serain, et calme, et vers les trois heures apres midy, il se leva un bon vent, qui se renforçant vers le soir de plus en plus, il nous fit faire cette nuict plus de cent trente milles de chemin. Le Jeudy matin, treiziéme fevrier, nous decouvrîmes l’Isle de Sardaigne, que nous laissâmes à notre droite856. Le vent étoit fort modéré, et tout à fait selon nos souhaits. Ce même jour nous decouvrîmes aussi plusieurs voiles, tantost à 849 850 851 852 853 854 855 856

The Pelagie islands of Linosa and Lampedusa, like Pantelleria, were under Spanish rule. In margin. Pantelleria. Here the fair copy breaks off. The narrative continues briefly in the rough copy, fol. 100r–v. Cap Bon or Kāb Būn, in Arabic Ra‌ʾs al-Tayyib, in Tunisia. In margin Zimbo. The Tunisian island of Zembra. Zimbo is also in the margin. Deleted: et c’etoit un veritable jour de printemps.

206

The Turkish Journal

nôtre prouë, et tantost du côté de Sardaigne, les quelles donnoient beaucoup d’alarmes. Quand on est en mer il faut se défier de tout, et le danger qu’il y a des voleurs, est cent fois plus grand que où l’on se trouve par terre. Cependant ces voiles passerent leur chemin. Toute la nuict suivante il fit un grand calme. Le Vendredy à l’aube du jour nous découvrîmes tout à coup un vaisseau, qui étoit au dessus du vent, eloigné de nous de deux portées de canon seulem[en]t. L’obscurité de la nuit ne nous permit pas de reconnoître promptement si c’étoit un marchand, ou un Corsaire. Le plus seur pour nous, étoit de nous disposer au combat, en cas qu’il eût eté ennemi. Nous preparâmes toutes choses pour nous defendre vigoureusement. Il ne paroissoit pas être fort grand, et nous étions bien cinquante hommes tant mariniers que passagers. Le nôtre etoit monté de vingt quatre pieces de Canon, et nous nous flattâmes beaucoup de l’esperance qu’il n’auroit point d’avantage sur nous. Cependant le grand jour etant venu, il tourna sa prouë ailleurs, et cessa de nous poursuivre, ce qui nous donna bien de la joye. Nous eûmes peut etre cette obligation à la nôtre pouppe, qui etoit grande, et belle, et qui fesoit paroître nostre vaisseau comme une fregatte, armée en course, pour vous dire que l’apparence trompe fort souvent et particulierem[en]t en mer. Toute la journée suivante il fit un fort beau temps jusqu’au soir, qu’il se leva un vent de nort, qui nous etoit contraire de sorte que la mer fut fort agitée pendant toute la nuit, et ses courrants nous etoient contraires, ce qui retarda de beaucoup le cours de nôtre vaisseau. Cette agitation dura jusqu’à trois heures après midy du lendemain. Le Samedy matin 15 Fev[rier] il fit un temps pluvieux, et la mer étoit encore …857 857 Here Wansleben’s narrative ends in this manuscript. Five days later, on 20 February, he stopped in Genoa, where he spent the day, and on the 24th he landed in Toulon. He reached Paris on 22 April 1676.

appendix 1

Haraç Collection in Istanbul Wansleben’s journal contains a number of references to the tax called haraç or cizye collected by the Ottomans. It was a poll-tax levied annually on all adult male non-Muslim subjects throughout the Empire. Although Wansleben usually mentions it in order to assess the number of Christians in any particular locality, there is one episode in which he himself was called upon to pay it and which deserves closer investigation.1 Westerners were exempt from the haraç. The capitulations granted to the French all include a clause to this effect, so Wansleben should not have had to pay the poll-tax either. In practice, however, matters were more complicated. Ottoman subjects received a receipt upon payment of the haraç, which then served as written proof of payment for the duration of that fiscal year. The servants of the tax collectors were not allowed to enter people’s homes to check whether they had already paid the tax, so they tended to stop people in the street and to collect it on the spot, unless they were shown a valid receipt that proved prior payment.2 Non-Muslim Ottomans could easily be distinguished from Muslims by their dress. European clothing was equally recognizable in the streets of seventeenth-century Istanbul and must have been helpful for the tax collectors. The problem was that Wansleben was not dressed as a European. As he recounts, in Istanbul the Turks were used to seeing Western hats and shaven faces, while Wansleben, ‘pour les raisons que j’en avois’, for his own reasons, still wore a turban and a full beard, as he had done throughout his travels in the Levant. So when, on 12 June 1674, he was stopped in the street in Galata by the voyvoda’s men demanding instant payment of haraç, Wansleben was unable to convince them that he was a Westerner and therefore exempt from payment. He was consequently apprehended and taken to the voyvoda of Galata, who had evidently acquired the tax farm on the local collection of haraç. Just as his men had done in the street earlier, the voyvoda accused Wansleben of being a Chian who merely claimed to be a ‘Frank’ in order to avoid paying taxes. Neither insults nor the threat of the bastinado made Wansleben change his story, however, and the threats ceased when he continued to insist that he really was a Frenchman. He was subsequently held in a room guarded by two of the voyvoda’s officers, who insulted him and mimicked all 1 Above, pp. 107–108. 2 Vladimir Polosin, ‘Two late eighteenth-century Ottoman fiscal documents from the manuscript collection of the St. Petersburg branch of the Institute of Oriental Studies’, Manuscripta Orientalia, 3/4 (1997), pp. 30–34. See also the report by Henry Grenville, the British ambassador in Istanbul from 1762 to 1765, Henry Grenville, Observations sur l’état actuel de l’Empire Ottoman, ed. Andrew S. Ehrenkreutz (Ann Arbor, 1965), p. 37.

© Alastair Hamilton and Maurits van den Boogert, 2023 | doi:10.1163/9789004435810_004

208

appendix 1

his ‘Western’ gestures. He was then locked in a cage for four hours until Jean-Baptiste Fornetti, the first dragoman of the French embassy, finally secured his release. The incident might never have occurred if the French ambassador had been in Istanbul at the time rather than in the Holy Land. As it was, however, Wansleben had not received a particularly warm welcome at the embassy where only a skeleton staff had remained behind. The ambassador, or any Frenchman on his staff, might have warned Wansleben to change into European dress, but the Ottoman personnel he encountered at the palais de France had been far from helpful. At first glance this is just another anecdote about the fickleness of Ottoman officials (as Wansleben intended it to be), or about the unreliability of the sultan’s promise to safeguard trade and traffic with the West. Similar reports of offended (and offending) Ottomans are easy to find in the European consular sources from the Levant, and several attempts were made to collect haraç from individual Europeans as well as from Westerners in general. But in this case the Ottomans’ indignation was genuine, heart-felt, and perfectly justifiable – although directed at an innocent man. When Wansleben was in the Ottoman Empire the procedure of collecting the poll-tax per household was being reassessed. In 1670 a new system with three classes (rich, middle, and poor) had been introduced in Crete and the Aegean and would be implemented throughout the Empire in 1691.3 Wansleben does not seem to have been aware of the new policy. He merely says that the Ottoman sultan sent 25 galleys to the archipelago for the collection of haraç.4 The vessels left Istanbul on 23 April and returned there on 5 November. Only for the island of Milos does he offer any details: its 720 inhabitants who were liable to pay haraç paid altogether a sum of 4,200 écus, or ‘trois reaux d’Espagne par tête’.5 Various Western travellers later wrote about the new poll-tax system – Tournefort was particularly informative6 – but few discussed the practical aspects of its collection in everyday life. Alexander Russell confirms that, just as in Europe, in Aleppo in about 1750 incarceration was commonly used to coerce debtors into repaying their creditors and to force people to pay their taxes. The family members of the inmates were expected to supply victuals for their relatives,7 but some Western merchants took pity

3 Marinos Sariyannis, ‘Notes on the Ottoman poll-tax reforms of the late seventeenth century: The Case of Crete’, Journal of the Economic and Social History of the Orient, 54 (2011), pp. 39–61. 4 See above, p. 153. 5 See above, p. 201. 6 See, for example, Joseph Pitton de Tournefort, Relation d’un voyage du Levant (Lyon, 1717), vol. 2, pp. 10, 37, 53, 70, 73, 99, 107, 170, 324, 438. 7 Alexander Russell, The Natural History of Aleppo, ed. Patrick Russell (London, 1794), vol. 2, p. 42.

Haraç Collection in Istanbul

209

on them. For example, when Peter Bosanquet, a successful merchant in Aleppo from a Huguenot family, died in Syria in 1738, he left some money in his will for the benefit of the poor in the Carrach prison and Prison Gate [Bāb al-Qinnasrīn] prison fifty Pounds say four hundred Dollars to be laid out in victuals and sent twice per week to them when bread shall be at three medeens the rottolo in Aleppo.8 The fact that Wansleben was repeatedly accused of being a Chian is the key to understanding the incident from the Ottoman perspective. The Ottoman authorities had noticed that an increasing number of inhabitants from islands in the Aegean under Venetian rule, such as Tinos and Corfu, had emigrated to Izmir and other Ottoman cities. The Venetian representatives there considered these immigrants Europeans, who enjoyed a variety of fiscal and juridical privileges on the basis of the capitulations that Venice had been granted over the years. In the eyes of the Ottoman authorities, however, these people had no intention of ever going back, and should therefore be considered non-Muslim immigrants who were liable to pay Ottoman taxes. In 1672 the farmer of the haraç levied on Izmir’s Armenian community had complained to the central authorities in Istanbul that the refusal to pay taxes of these so-called Venetians in Izmir – whom he characterized as ‘grocers, market gardeners, makers of babouches,9 millers, and other artisans’, i.e. not merchants – undermined his ability to collect the sums he was entitled to. The authorities in Istanbul replied with an order stating unambiguously that haraç must be collected from these immigrants and that they should stop claiming to be Venetians.10 It seems that the inhabitants of Chios, which used to be under Genoese rule, had seized the opportunity created by this conflict to try and pass themselves off as Westerners too – despite the fact that Chios had by then been under the Ottomans for more then a century. For the non-Muslim migrants from Venetian territory a separate type of poll-tax, the yava cizyesi, had been established, but the Chians had to pay the regular haraç. The order issued two years prior to Wansleben’s arrival had evidently not solved the issue, and this would go some way to explaining the ferocity of the Ottoman tax collectors’ behaviour towards him. That the voyvoda and his men should have changed their attitude towards Wansleben as soon as he claimed to be a Frenchman also makes sense in this context. After all, those Chians who tried this ploy might have invoked Genoese diplomatic protection. 8 9 10

London, The National Archives [for England and Wales], Prob. 11/699/178: Peter Bosanquet – Merchant of Aleppo – 19 July 1738. Heelless slippers. Elisabetta Borromeo, ‘Commerçants et artisans vénetiens à Smyrne: d’étrangers à sujets du Sultan’, in Elisabetta Borromeo and Nicholas Vatin, eds., Les Ottomans par eux-mêmes (Paris, 2020), pp. 137–142.

210

appendix 1

Wansleben was by no means the only European from whom Ottoman tax collectors attempted to extract the haraç, but his first-hand account of what actually happened to people who were brought in for questioning – the intimidation, the cage – appears to be unique. Perhaps the most mystifying aspect of this unfortunate episode is the fact that, when Wansleben had arrived in Izmir from Chios earlier, he said in passing that he had to pay 3 Para ‘pour le droit de Cefalatico’, which he explained as ‘le droit qui se paye pour la tête’.11 This was probably either the yava cizyesi or the regular haraç, which Wansleben had paid without hesitation. 11

See above, p. 69.

appendix 2

Prostitution in Izmir A few days after his arrival in Izmir Wansleben witnessed the expulsion of three Muslim prostitutes from the city. The three women had been accused before the kadı, who had sentenced them to be banished. Wansleben described what he saw as follows (p. 85): apres qu’on les eut auparavant menées par les carrefours de la ville, etant montées sur des ânes, et ayant le visage tourné vers la queüe, qu’elles tenoient au lieuë de bride, et portant sur leurs têtes un boyau tout salle, la sentence fut executée, et chacune de ces malheureuses fut accompagnée par deux Jüifs, dont l’un menoit l’animal, et l’autre le piquoit pour le faire marcher plus viste. Il y avoit une infinité de menu peuple et d’enfans qui les suivoient, et qui se moquerent d’elles. Whenever a Christian was caught with a Muslim woman, the punishment was death – unless the accused could afford to pay a hefty fine to obtain a different verdict. From the Ottoman records we know that banishment was a common punishment for prostitutes,1 but Wansleben’s vivid account of the humiliations attending its implementation is a valuable supplement to the existing body of evidence. The same is true of his observations about the regulation of prostitution: nobody bothered prostitutes who promptly paid the kadi the fee for his permission, Wansleben asserted. He also mentioned brothels ‘où cette infame commerce se pratique publiquement.’2 While there is no doubt about the existence of prostitution in the Ottoman Empire, surprisingly few Westerners have written about the subject and those who did have not always been consulted by modern-day historians. We owe what appears to be the most extensive description to Alexander and Patrick Russell. With regard to make-up, Alexander Russell reported in the first edition of his Natural History of Aleppo (1756) that ‘few of the women paint, except […] such as are common prostitutes; but they generally black their eye-brows, or rather make artificial ones, with a certain composition which they call hattat. This practice, however, is daily declining.’3 In the second edition of 1794, enlarged and edited by Patrick Russell, the following observations were included: 1 Fariba Zarinebaf, Crime and Punishment in Istanbul 1700–1800 (Berkeley, 2010), pp. 87, 98. 2 See above, pp. 85–86. Marinos Sariyannis, ‘Prostitution in Ottoman Istanbul, Late sixteenth-early eighteenth century’ Turcica 40 (2008), pp. 37–65. 3 Alexander Russell, The Natural History of Aleppo (London, 1756), p. 102.

© Alastair Hamilton and Maurits van den Boogert, 2023 | doi:10.1163/9789004435810_005

212

appendix 2 The common prostitutes (who are chiefly attached to the soldiery) are of the lowest order, and lodge in such obscure places of the town, that no person of character can have any decent pretense to approach them. These prostitutes are licensed by the Bashaw’s Tufinkgi Bashee [tüfenkci bașı], whom they pay for his protection. Some are natives of Aleppo, but many come from other places. They parade in the streets, and the outskirts of town, dressed in a flaunting manner, their veil flying loosely from the face, their cheeks painted, bunches of flowers stuck gaudily on the temples, and their bosom exposed; their gait is masculine, and full of affectation, and they are in the highest degree impudent and profligate. There are perhaps a few courtezans of a somewhat higher class, who entertain visiters in more suitable lodgings; but the risk which people of property run, when detected, of being forced to submit to arbitrary extortion, or to be exposed to public ridicule, confines this mode of gallantry to the inferior class of Osmanli, and the Janizaries.4

The Russells’ description supports Wansleben’s report that prostitution was regulated throughout the Ottoman Empire, although the way in which this was done seems to have varied from one place to another. And in Aleppo too ‘public ridicule’ was evidently a form of punishment associated with prostitution, including the clients of prostitutes who were caught in the act. The notion that such clients only consisted of ‘Osmanli’ (i.e. ‘the Bashaw and his retinue, and any one else immediately in the service of the Porte’5) and soldiers can be rejected out of hand. Western residents in the Ottoman Empire undoubtedly also availed themselves of the services of prostitutes, but on that less honourable aspect of life in the Levant the European sources tend to be silent. 4 Alexander Russell, The Natural History of Aleppo, ed. Patrick Russell (London, 1794), vol. 1, pp. 159, 263–264. 5 Ibid., p. 159.

appendix 3

Protocol and Precedence The concept of honour was most important among Europeans in the Ottoman Empire, particularly among ambassadors and consuls, and affronts were taken seriously. By the seventeenth century the Europeans with the longest history of commercial and diplomatic relations with the Ottomans  – the Genoese and the Venetians  – had been replaced as the principal trading partners by France, England, and, to a lesser extent, the Dutch Republic. The diplomatic decline of Venice was underlined at the Peace Congress at Karlowitz in 1699, where Venice tried in vain to re-assert its former prominence.1 The Venetians continued to have a large network of representatives in the eastern Mediterranean until the early nineteenth century, but in practice the length of their friendship with the Sultan no longer gave them a competitive advantage in their dealings with the Ottoman authorities. The House of Osman had a variety of reasons for granting trade privileges (Turkish ahdname, usually called ‘capitulations’ in the West) to European powers. In the case of France and the Dutch Republic military considerations clearly played a role.2 Ensuring stable bullion imports was just as important. Money was often in short supply in the Ottoman economy, and Westerners paid in cash for the goods they bought in the Levant. All Westerners in the Ottoman Empire enjoyed the same fiscal and legal privileges, but in practice the European powers with the largest volume of trade had more leverage in their negotiations with the Ottomans than the others. Yet individuals could still make a difference. Levinus Warner, for example, the German-born scholar who acted as the Dutch diplomatic representative in Istanbul from 1655 to 1665, spoke excellent Ottoman Turkish and Arabic, and had so many friends among the senior Ottoman officials that he was reportedly granted anything he asked for on behalf of the Dutch merchants.3 The fact that Warner was officially only a ‘Resident’ 1 Erica Ianiro, ‘Venice after Carlowitz: change and challenge in eighteenth-century policy’ in Colin Heywood and Ivan Parvev, eds., The Treaties of Carlowitz (1699): Antecedents, Course and Consequences (Leiden, 2020), pp. 273–292. 2 For the Ottoman-French military alliance, see Christine Isom-Verhaaren, Allies with the Infidel. The Ottoman and French Alliance in the Sixteenth Century (London, 2011), pp. 23–48. On the Dutch Republic see A.H. de Groot, The Ottoman Empire and the Dutch Republic: A History of the Earliest Diplomatic Relations, 1610–1630 (Leiden and Istanbul, 1978), pp. 137–162. 3 According to Laurent d’Arvieux ‘[…] le sieur Varner […] sçavoit très-bien parler, lire, & écrire les Langues du Païs. […] Il n’a jamais rien demandé pour sa Nation qu’il n’ait obtenu.’ (Arvieux, vol. 4, p. 231.) Although d’Arvieux was clearly promoting his own agenda by emphasizing the usefulness of linguistic skills in Ottoman diplomacy, there was obviously some truth to his claim about Warner.

© Alastair Hamilton and Maurits van den Boogert, 2023 | doi:10.1163/9789004435810_006

214

appendix 3

(i.e. second-grade representative) and not a full ambassador in no way diminished his status in the eyes of the Ottomans. A well-known incident which occurred in 1677 sheds light both on the importance of protocol for Ottoman-European encounters and on the hierarchy among Western ambassadors in Istanbul as seen by the Ottoman authorities. In principle the Ottoman court did not distinguish between the various types of Western representative in Istanbul, but considered them all elçis (envoys) of equal rank. When it came to granting official audiences upon the appointment of a high-ranking Ottoman dignitary, however, choices had to be made. On such occasions the French and English ambassadors would usually both submit requests to be granted the first audience, and the officials in question did indeed tend to receive one of the two first. The French were perhaps slightly more successful than the English, but the latter invariably gave their direct competitors a run for their money. When Kara Mustafa Pașa was appointed grand vizier in October 1676, he took the opportunity to make significant changes in the way European ambassadors were granted an audience. The French ambassador, the Marquis de Nointel, was invited first, and when he enquired about the number of kaftans he would receive so that his own ceremonial gifts would match those of the grand vizier, his interpreters were told that Nointel would receive none at all. Undeterred, Nointel called on the grand vizier, but he was first made to wait for hours in an anteroom. When he finally entered the audience chamber he immediately noticed another breach of protocol: the stool for the ambassador, normally placed on the same platform (the ‘sofa’) as the grand vizier’s seat, was now placed on the ground below. Nointel made various vain attempts to put the stool back where it used to be, but when the Ottoman servants continued to take it away and place it on the floor, Nointel, furious to be treated so disrespectfully, walked out. In what became known as the ‘affaire du sofa’ the grand vizier summoned the English ambassador to an audience the following morning, and, when he pretended to be ill, the Venetian bailo was invited instead, followed by the Dutch ambassador. The resident of Genoa also asked for an audience, but his request was denied. Such, then, was the informal hierarchy among European ambassadors in Istanbul in the late 1670s.4 The often bitter disputes between the French and the English over precedence and protocol also had a noticeable effect on relations between the two communities in every-day life. This is illustrated by a minor incident which Wansleben witnessed on the day of the public entrance into Izmir of the new English ambassador at the Ottoman court, Sir John Finch, in March 1674.5 As Wansleben explained, when a new 4 Abbott, Under the Turk, pp. 196–226. 5 See above pp. 86–87.

Protocol and Precedence

215

ambassador or consul arrived it was customary for all other European communities to send a delegation that accompanied the new arrival on the last leg of his journey over land to Izmir. Finch and his retinue, which included his boon companion Sir Thomas Baines, had disembarked some twelve miles from the town. A delegation from the French Nation was there to welcome him, as protocol dictated. The procession of English, French, and other Europeans was travelling on horseback when they arrived at a particularly narrow part of the road where two horses could barely pass each other. For the sake of safety, it was decided that only one rider should pass at a time. When it was Baines’s turn, the French merchant who rode beside him insisted on being allowed to go first, but an English merchant, who considered this an affront, grabbed the reins of the Frenchman’s horse and held it back. Another example of a perceived violation of protocol in Wansleben’s account concerned an Ottoman captain – a Spanish convert to Islam – who filed an official complaint with the kadı of Izmir because the French had not saluted his ship when it entered the port ‘à la maniere accoûtumée entre les vaisseaux amis.’ The French consul explained that the ship had arrived during the night and that it had not been clear to which nation it belonged. Now that he knew that the captain had declared himself to be ‘bon ami des François’, the consul promised to instruct his captains to give the proper salute. The French vessels that lay at anchor in the port of Izmir consequently each fired three canons as ordered, whereupon the plaintiff raised the white flag to signal his satisfaction.6 These were not examples of individual pettiness. Every (perceived) violation of established protocol was considered an affront not only to the ambassador himself, but first and foremost to the sovereign he represented. This meant that the smallest slight could easily escalate into a full-blown diplomatic incident, be it between the Ottoman authorities and a Western power, or among European representatives. The Ottoman captain may well have felt the same. In the eyes of Muslim Ottomans he had a far higher social rank than non-believers, and the fact that he was a European convert to Islam may have made him even more sensitive to any perceived disrespect by Westerners.

6 See above, p. 78. The obligation of the respective naval fleets to greet each other with a canon salute was codified in art. 6 of the Treaty of Alliance between the Ottoman Empire and the United Kingdom signed in Istanbul on 5 January 1799. [William Cobbett,] The Parliamentary History of England from the Earliest Period to the Year 1803 vol. 36 (London, 1820), pp. 309–312. Cf. Darin Stephanov, ‘Salvos and sovereignty: comparative notes on ceremonial gunfire in the late Ottoman and Russian Empires’, Journal of the Ottoman and Turkish Studies Association, 6 (2019), pp. 81–102.

appendix 4

The Monetary System A wide variety of coins was in circulation in the Ottoman Empire, and Wansleben mentions several of them. Their value fluctuated over time and could differ from one place to another, also depending on the quantity of precious metal per coin. Wansleben often refers to the French écu, undoubtedly the silver variety that was mechanically minted in France from 1641 on with the aim of competing with the German thaler. The écu was divided into 3 livres tournois, each of which consisted of 20 sols, each sol divided into 20 deniers. Sols and deniers were paper accounting units, not actual coins. The fact that Wansleben mentions them several times means that he applied unknown exchange rates to the currencies he actually used. Only in a handful of cases does Wansleben calculate the French equivalent of an Ottoman price, fee, or salary, but the evidence in the diary alone is too fragmentary to be of use. In his Nouvelle relation d’un voyage Wansleben included a note about the ‘poids at monnoyes d’Egypte’,1 but the situation there was different from that in Istanbul and Izmir. Those few concrete references to currency conversions in Wansleben’s diary concerning Istanbul and Izmir should be treated with great caution. According to Şevket Pamuk, the Venetian ducat was worth 190 and 250 akçe in 1659 and 1668 respectively; the Spanish eight-real between 88 (1659) and 110 (1669) akçe; and the Dutch Lion Dollar between 78 (1659) and 100 (1668) akçe.2 According to Edouard de La Croix, the secretary to the French ambassador Nointel, the French écu as worth 100 akçe in 1673.3 Antoine Galland’s account of his stay at Izmir in 1678, only a few years later than Wansleben, offers the closest reliable survey of the types of money in circulation there. The most valued coin was the golden Venetian ducat, also known as the sequin or ‘zecchino’. According to Galland one Venetian sequin equalled 7 livres 10 sols (or 1 écu, 1 livre and 10 sols). All gold coins minted in Germany – be they imperial, electoral, or from the free cities – were also accepted, provided their weight was equal to that of the

1 Wansleben, Nouvelle relation, pp. 210–211. 2 Şevket Pamuk, ‘Appendix: Money in the Ottoman Empire, 1326–1914’ in: Halil İnalcık with Donald Quataert, eds., An Economic and Social History of the Ottoman Empire, 1300–1914 (Cambridge, 1994), pp. 947–980, esp. p. 964 (Table A:6). 3 [Edouard de La Croix], Les capitulations entre l’empereur de France et Mehemet quatrième empereur des Turcs, renouvellées le 5. Iuin 1673 (Marseille, 1675), p. 15.

© Alastair Hamilton and Maurits van den Boogert, 2023 | doi:10.1163/9789004435810_007

217

The Monetary System Table 1

The value of coins in circulation in Izmir in 1678a

1 French écu 1 Spanish 8-real 1 German thaler 1 Dutch Lion Dollar

Para

Akçe (Para minted in Istanbul)

Akçe (Para minted in Izmir)

44 44 42 42

132 132 126 126

220 220 210 210

a Galland, Le voyage à Smyrne, pp. 157–158.

French golden écu.4 Valued at 1 écu 2 livres in France, in Izmir the German golden coins of this type were worth 2 écus 1 livre. The Ottoman golden coin called the șerīf, which was minted in Istanbul and Egypt, was the equivalent of 6 livres 15 sols. In everyday life silver coins were far more common than golden ones, and once again a wide variety was in circulation. In addition to the French silver écu, we find the various German thalers, which were especially popular in interregional trade in this period; the Spanish ‘real’ (or ‘piaster’) of Seville, often called ‘piece of eight’, about three of which made up a ducat;5 and the Dutch lion dollar, the ‘leeuwendaalder’ (Turkish aslani), which was a key component of the rise of Dutch trade in the Ottoman Empire in the second half of the seventeenth century. There were also several Ottoman silver coins, the value of which tended to fluctuate. Galland informs us that in 1678 the akçe (called ‘asper’ in Western sources) was worth 4 deniers. He complains about the impracticality of the akçe, accusing the Jewish sarrafs (currency exchangers) of clipping the coins: C’est une monnaie fort incommode en ce qu’ils sont si petits et si minces qu’ils échappent souvent d’entre les doigts sans que l’on s’en aperçoive. Les Juifs les ont réduits à cette forme à force de les rogner, car ils sont plus grands lorsqu’ils sortent de la fabrique de Constantinople, qui est le seul endroit où l’on en fait, aussi y valent-ils deux deniers davantage.

4 Galland (Le voyage à Smyrne, p. 158) mentions the ‘demi-pistole d’Espagne’, which had the same value as the golden French écu and which he used here in order to remain within the French monetary system. 5 John J. McCusker, Money and Exchange in Europe and America, 1600–1775 (London, 1978), p. 9.

218 Table 2

appendix 4 The exchange rate of Ottoman coins vs. French coinsa

Ottoman

French

akçe para

4 deniers 12–20 deniersb

1 gold șerīf

6 livres 15 sols

Notes

5 akçe from Izmir, 3 akçe from Istanbul

a Galland, Le voyage à Smyrne, pp. 157–158. b 20 deniers = 1 sol.

The para was worth 5 akçe if it was minted in Izmir, but only 3 akçe when it came from Istanbul. Galland recounted that the Spanish real-of-eight equalled 44 paras, the same as the French écu, while the Dutch Lion Dollar had the same value as the German thaler, 42 paras. A ‘bourse’ (Turkish kise) consisted of 500 akçe. Some indication of the purchasing power of these currencies during Galland’s stay in Izmir is provided by the following prices. An okka (the equivalent of 2.5 pounds in France) of mutton cost 6 sols – i.e. 30 akçe – in Izmir in 1678, the same quantity of beef costing only 6 akçe (1 sol 4 deniers) with the bones, and 15 akçe (3 sols) without them. A wide variety of poultry was available in Izmir’s marketplace at 5, 6, or 7 sols, i.e. between 25 and 35 akçe. A hare cost 8 to 10 sols, or 40–50 akçe.6 6 Galland, Le voyage à Smyrne, p. 146.

appendix 5

Jean Foy-Vaillant’s Description of Bursa, 1670 Many European travellers visited Bursa in the course of the seventeenth century1 but few left as detailed a description of the city and its monuments as Wansleben. Of the shorter reports one of the more interesting, drawn up four years before Wansleben’s visit, is in the unpublished journal of the physician and numismatist Jean Foy-Vaillant (1632–1704) who set out for Turkey in order to collect coins and antiquities for the French king. He sailed from Italy to Izmir in May 1670 in the company of the draughtsman Guillaume-Joseph Grelot whom he had met in Rome, and arrived in Turkey on 10 June. On 3 July they left Izmir for Istanbul, where they stayed until 8 August. It was then that they made for Bursa. Foy-Vaillant’s journal, now at the BnF, MS n.a.f. 27251, has been studied by Guy Meyer, who provides extensive quotations from it.2 In fact only fragments of the journal seem to survive: an account of the journey from Rome to Izmir and Istanbul, which is by far the longest part, and descriptions of Nicomedia (now Izmit), Izmir and Bursa. The description of Bursa reveals a high degree of carelessness. Words are missing, there are few accents and no punctuation, and little attention seems to have been paid to the rules of grammar. In the description of Bursa that follows we have tried to observe the original spelling but have corrected between square brackets the more glaring grammatical mistakes and solved the abbreviations. We have added capitals, accents, and the most essential punctuation. Missing words have been added between crooked braces {}. The explanatory notes only refer to terms and names that have not been annotated above in Wansleben’s account. [fol. 78r] DESCRIPTION DE PRUSA Entre les villes qui furent autrefois bastie[s] par Prusias Roy de Bithynie celle icy est distinguée par les medailles et monumens antiques luy donnant le nom de ΠΡΟΥCΑ ΠΡΟC ΟΛΥΜΠΟΝ. A la distinction de celles {de} ΠΡΟΥCΑ ΠΡΟC ΥΠΙΩ3 elle estoit veritablement autrefois batie sur une petite croupe de montagne à la montée de ce haut et fourcilleur mont qui encore auiourdhuy est appellé des Grecs ΟΛΥΜΠΟ et des Turcs 1 Lowry, Seyyahlarin, pp. 133–136. 2 Guy Meyer, ‘Un voyage au Levant effectué par ordre de Louis XIV: Jean Foy-Vaillant dans l’Empire ottoman’, SynergiesTurquie 5 (2012), pp. 13–26. 3 Prusias ad Hypium, the former Kieros which was renamed by Prusias. The site is Konuralp, just north of Düzce in north-western Turkey.

© Alastair Hamilton and Maurits van den Boogert, 2023 | doi:10.1163/9789004435810_008

220

appendix 5

Kyezsash4. Il est d’une hauteur tres grande et sans doute plus que celle du mont Senis sur lequel telle diligence qu’on peut faire. Il y vaut une grande journée pour arriver au sommet où il y a un lac qui ne commence qu’à degeler au mois d’Aoust et dont on porte la glace a Constantinople. Les Turcs la fonde[nt] avec de grosses haches et ainsy l’emporte[nt] en morceau. Il se void de loin et se trouve en tout temp de la neige. Il est fort escarpé, divisé en trois eminences du costé de Brouse, dont la 1ere est plus de la moitié fort garnie d’arbres et principal de chastenier. Cette ville est auiordhuy beaucoup plus ample qu’elle ne fut autrefois. Elle s’apelle Bours des Turcs et des Francs Brouse. L’enceinte de ces anciennes murailles s’y {voit}5 encore, de grosse[s] et grandes pierres quasi sans ciment qui retient encore auiourdhuy le nom de ville, car les Turcs la divise en trois. Le pr[emier] canton est celuy par {où} on vient du costé d’Europe. Ils l’appellent Cain bachina6 qui est le lieu où habitent les Grecs et Chrestiens. Il ne laisse pas d’y avoir 5 minarets et passeroit entre lieux pour une ville considerable. Dans ce lieu proche d’une de ces mosquées sont deux batimens en ronds dont l’un est tout decouvert et demi ruiné et l’autre entier, fermé à clef, où l’on voit six sepultures que l’on dit estre des sultans quand ils y faisoient leur residence avant la prise de Constantinople7. Le second est l’ancienne ville8 qui est sur la montagne enceinte encore des vielles murailles refaites et rehaussé[e]s en plus[ieu]rs endroits. Du moderne on y voit le vaste palais des Empereurs grecs dont l’entrée estoit asses simple. L’ancienne porte n’a pour ornement qu’un bas relief de marbre de chaque costé asses haut mais etroit, dont l’un represente des gens armés à cheval qui semble[nt] se vouloir heurter, et l’autre des gens à pieds armés aussy avec quantité d’instrumens de guerre. Il y avoit alentour plus[ieu]rs colonnes petites et de peu de prix dont les chapiteaux estoient de fabrique grecque [fol. 78v] depuis Constantin. Nous ne pusmes entrer dans ce lieu a cause que iceluy qui a gouvernement sur les bostangis9 n’y estoit pas, mais la grand[e] porte estant ouverte nous pusmes considerer que ce palais estoit encein de ces propres murailles anciennes et separé[e]s de celles de la ville. Vis à vis de ce chateau estoit une ancienne eglise au lieu de quoy les Turcs firent leur premiere mosquée, et sur un coin de l’eglise où pouvoit estre le10 clocher ils ont eslevé un gros minaret qu’on nous asseure estre le premier qui fut bati. Il est fort materiel 4 5 6 7 8 9 10

The word, partly crossed out, is hard to read in the manuscript. The Mysian or Bithynian Olympos used to be known in Turkish as Keşiş Daği, the Mountain of the Monk, but is now known as Uludağ, the Great Mountain. It is 2,543 metres high. In the manuscript: voyent. Kaya Başı, the Greek neigbourhood directly west of the city. Çağaptay, p. 49. Foy-Vaillant is referring to the tombs in the Muradiye complex described by Wansleben, above, pp. 136–138. Above the line: sarai ou castro. Gardeners. Above the line: couvent.

Jean Foy-Vaillant ’ s Description of Bursa, 1670

221

et grossierement bati et quasi aussy gros par en haut que par embas11. Et cette ville contient toute l’enceinte antique qui n’estoit peu considerable puisque auiourdhuy elle {a} encore dix sept moschée[s]. Il ne s’y void plus q[u]’un ancien couvent entier dont on a fait une mosché[e]12. Au devant estoit un portique de briques, deux moyens domes sur le devant, et sur le milieu un plus gros. On ne voit autre dans cette ville d’antique sinon q[u]’un morceau cassé et rompu enclavé dans quelque muraille de maison, les Turcs ayant {tout}13 brisé et sacagé en prenant cette ville ayant passé tout au fil de l’espée les Chretiens qu’ils y trouverent. Le haut de la montagne est auiourdhuy la plus remplie {et}14 sans doute est à son droit appellée la seconde de l’empire Turc pour sa grandeur, car elle est tres spacieuse. Cette contrée qu’on appelle Fassuba contient tous les bazars et kiarvansarai[s] et est de telle estendue qu’elle a 124 minarets. Ses habitants sont au nombre de 140 mils homes ou encore tant Turc[s], Armeniens que Grecs et Juifs. Il n’y a q[u]’un François habitant apotiq[uair]e app[e]lé Mr Le Blanc de la ville d’Aix depuis dix septs {ans}15. Les moeurs des habitans [sont]16 asses douce[s] mais redoutée[s] asses du Grand Seigneur dont ils ne reçoivent les ordres avec tant de soumissions estant plus prompts à s’y opposer. Les principaux officiers sont le Bacha, un Cadis p[ou]r lequel {il y a un} Aga p[ou]r le criminel et le Soubacha qui fait executer le Sardar p[ou]r les janissaires. Son principal traffic est de soye crue dont le bezestein plus considerable est entierement rempli. Elle a grand commerce pour cet effet avec la Perse, et une partie des marchands qui vendent à ce {marché} [fol. 79r] sont Persiens naturels. Elle n’a autre fabrique que de velours et taffetas, mais principalement ouvrages d’or car on ne voit dans tou[te]s les boutiques que des nippes superbes, et de cette façon la plus part des marchands ont leur caffetans de soye et les femmes de ce pais portent par dessus leur veste un grand voile blanc qui leur pend par derriere à un pied pres de terre. Tou[te]s leurs mosquées sont couvertes de plomb aussy bien que la plus part des hans proche de la ville. Quasi à l’entrée du faubourg du costé de montagne est une source d’eaue sousent[e]rrée si chaude qu’il est impossible de mettre autre que le doig fort legerement et promptement pour ne pas estre bruslé. On y peut cuire mesme la viande. Les Turcs ont fait à vingt pas de là de tres beaus bains. En temperant cette eaue on entre d’abord dans une tres grand[e] sale couverte de deux beaux domes sous lesquels directement sont deux bassains qui jettent de l’eaue douce de tous costés. Elle est pavée de tres beau marbre blancs et sert pour les bains ordin[ai]res des Turcs. Au mileu de cette sale à costé droit est une petite porte carré[e] par où en passant on laisse 11 12 13 14 15 16

This seems to refer to Orhan Gazi Camii. This seems to refer to the remains of the church of St Elias described by Wansleben (above, p. 130). In the manuscript: Turc. In the manuscript: est. See above n. 436. In the manuscript: et.

222

appendix 5

deux petits cabines separés, de mesme qualité que celuy dans lequel on vas entrer. Il est tres grand, fait en rond avec un peron tout à l’entour embelli de marquetterie de marbre noir sur le blanc dont il est pavé. Au milieu est un grand basin d’eaue tiede, et toute cette sale y est adonc remplie de fumée et resemble aux estuves à sueur. De celle icy vous passes dans une troisieme beaucoup plus {chaude}17 où l’on met les malades suer. Pour toutes les maladies froides quaternaire[s] on les y laisse trois heures entieres et les font ils boire jusques quatre ou six pintes de cet eaue. Chacun dit qu’elles sont de grand effet et l’on y concours de tout l’empire turc. Et le temp principal est au mois d’Aoust quoiqu’ils ne laisse[nt] pas d’operer et s’en servir en tout temp. La ville est située entre le levant et le midy du mont Olympe18. Le reste est une tres grande pleine entourrée d’autres montagnes qui a quatre lieu[x] vers le ponent montant vers le septentrion et qui se va borner.

17 18

In the manuscript: chaudes. Deleted: de la montagne.

appendix 6

Westerners Entering Mosques in Istanbul How did Wansleben’s own experience of the mosques of Istanbul compare to that of other slightly earlier or contemporary travellers? According to Du Loir, who described his visit to Hagia Sophia in 1639, ‘Encore que quelque-uns ayent dit que l’entrée des Mosquées estoit tres-difficile, & plutost impossible, comme cela peut-estre veritable en quelques endroits, & en certaines rencontres, i’ay entré plusieurs fois en celle-cy’. With a tip to the guards, he was allowed to take measurements with a piece of rope.1 Galland2 and Nointel entered the imperial mosques some years later,3 while Spon4 and Wheler5 visited the same mosques in 1678. None of them refer to the slightest difficulty. Jean Thévenot saw them in 1656 and tipped one of the guards in order to be allowed into the galleries of Hagia Sophia,6 but he also added that Christians who entered mosques were punished by impalement, even if there were some mosques to which they were admitted at certain hours of the day.7 Laurent d’Arvieux, who entered Hagia Sophia in 1671 wearing Turkish dress, confirms Wansleben’s impression: ‘Je ne ferai pas une ample description de cette Mosquée, quoique j’y sois entré, & que je l’aye visitée avec autant d’exactitude qu’aucun Chrétien l’ait pû faire : car il ne nous est pas permis d’entrer ; mais je trouvai des amis que j’avois connu dans le Levant, & étant entierement vêtu à la Turque, ils m’y introduisirent avec eux dans un tems où il n’y avoit personne. Je ne laissois pas de risquer beaucoup ; mais la curiosité l’emporta sur les regles de la prudence.’8 This uncertainty is explained by Cornelio Magni who was in Istanbul in 1672. He visited a number of imperial mosques with comparative ease. The first one he describes in

1 Du Loir, p. 46. 2 Galland, vol. 2, p. 80, visited the Selimiye Camii in Adrianopole at the end of May 1673. 3 Galland, vol. 1, pp. 79–80, describes in detail Nointel’s visit to the Yeni Camii in March 1671. ‘Il y entra et la considéra à loisir. Il monta mesme aux premières galeries et vit le lieu où le Grand Seigneur a coustume de faire sa prière, quand il y vient et la chambre où il s’arreste s’il le trouve bon …’ See also Vandal, p. 72. 4 Spon, vol. 1, pp. 235–241. 5 Wheler, pp. 181–182, 186–188. 6 Thévenot, Relation d’un voyage, pp. 38–41. 7 Ibid., p. 131: ‘Mais les Chrestiens qui font ou disent quelque chose contre la Loy de Mahomet, ou sont surpris avec une femme Turque, ou entrent dans une Mosquée, sont empalez, quoy qu’il y ayt neantmoins quelques mosquées où les Chrestiens peuvent entrer à certaines heures.’ 8 Arvieux, vol. 4, p. 458.

© Alastair Hamilton and Maurits van den Boogert, 2023 | doi:10.1163/9789004435810_009

224

appendix 6

detail is the Yeni Camii.9 When he entered it one of the custodians welcomed him and showed him round ‘con ogni cortesia.’10 It was only when worshippers arrived for the midday prayer that Magni was told to leave and rewarded the custodian with a giulio, about a tenth of a ducat. He went on to visit the Blue Mosque, the Şehzade Camii and the Fatih Camii.11 At one point he attracted the attention of an ‘emir’ who was passing by. Intrigued by the prospect of visiting the tomb of the allegedly Christian Gülbahar Hatun, the first wife of Mehmet II and the mother of Bayezid II, in the Fatih mosque complex, the emir, after a long argument with the custodian, succeeded in persuading him to fetch the keys. Magni could then inspect the tombs of both Gülbahar Hatun and Mehmet II at leisure.12 But Magni also pointed out that the ‘Turks’ were generally ‘very jealous’ of their mosques and never allowed non-Muslims to enter them. In Istanbul, however, matters were different. ‘Franks’ were permitted to visit the mosques and gave the custodians substantial tips. Nevertheless, he continued, a few years earlier the officers of some French ships decided to visit Hagia Sophia. When the custodian asked them to remove their shoes they laughed at him and kept them on. The custodian reported the matter, and the authorities issued an order forbidding all Christians to enter Hagia Sophia. A little later, however, the order was ‘mitigated’. After making further enquiries Magni was told that he could indeed visit the great mosque provided he wore the poorest possible clothes and chose a time when there were no worshippers. He donned ‘una vestaccia succida’, a ‘dirty old coat’, and an Armenian cap, and began to make his way round the imperial tombs in the gardens. As he was about to enter the mosque itself, a custodian, who was sweeping the pavement, stopped him. At first he tried to prevent him, but, after some persuasion, and making sure that nobody was looking, he led him in.13 One of the more interesting cases is that of Thomas Smith who had been appointed chaplain to the English ambassador Sir Daniel Harvey in 1668. A keen Orientalist, Smith spent some three years in Istanbul, and in that time not only visited all the main mosques and tombs, but even, with caution, entered the Yeni Camii during the evening prayer in Ramadan.14 He was impressed by the behaviour of the worshippers. ‘Lifting up the Antiport, and advancing a little forward, I could not perceive the least noise, no coughing or spitting, no disorderly running up and down, no gazing one upon another,

9 10 11 12 13 14

Magni, vol. 1, pp. 177–184. Ibid., p. 179. Ibid., pp. 212–215. Ibid., pp. 216–222. Ibid., pp. 232–238. Noel Malcolm, Useful Enemies. Islam and the Ottoman Empire in Western Political Thought, 1470–1750 (Oxford, 2019), p. 304.

Westerners Entering Mosques in Istanbul

225

no entertainments of discourse, nothing of irreverence or heedlessness, as if they had forgot the business they came about …’.15 In 1672 the man who first introduced detailed images of mosques into Europe was in Istanbul. This was Guillaume-Joseph Grelot,16 whose great publication on Istanbul, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople, was published in Paris in 1680. By far the greater part of the book is devoted to Hagia Sophia, but he also provides descriptions, depictions and plans of the Süleymaniye and the Yeni Camii. In his address to the reader he admits that it was difficult for a Christian to enter Hagia Sophia, but, thanks to his Turkish dress, his beard and his knowledge of the language, with an addition, if necessary, of ‘l’adresse, l’intrigue, & les presens’, ‘skill, cunning and gifts,’ he managed not only to do so repeatedly, but to take with him a pencil and tablets on which to draw.17 The general impression given by such descriptions is that, in spite of any laws prohibiting Christians from visiting mosques, entry depended on the audacity of the Christian visitor and on the whim of the custodian (who could usually be persuaded by a more or less abundant gratuity).

15 16

17

Smith, Remarks, p. 55. In his description of Istanbul he lists the imperial mosques and describes both the mosques and the tombs in some detail, pp. 305–316. Grelot had been recruited in Rome by the numismatist and physician Jean Foy-Vaillant, who was on his way to the Ottoman Empire to collect antiquities and manuscripts for Louis XIV (Meyer, ‘Un voyage au Levant,’ pp. 14–16. See above, Appendix 5). He accompanied Foy-Vaillant to Bursa, but Foy-Vaillant then returned to France, while Grelot left Turkey for Lebanon and Persia. There, in Tabriz in 1673, he joined the jeweller Jean Chardin, whom he had already met in Istanbul (Dirk Van der Cruysse, Chardin le Persan (Paris, 1998), pp. 174–177). On his way from Turkey Grelot had stopped in Aleppo and had drawn the great mosque (Ambrogio Bembo, Viaggio e giornale per parte dell’Asia di quattro anni incirca fatto da me Ambrosio Bembo nobile veneto. Disegni di Joseph Guillaume Grelot, ed. Antonio Invernizzi (Turin, 2005), plate 16.) The representation is from the outside but seen from a height so that the courtyard is clearly visible. In Persia he provided a number of illustrations of antiquities and mosques for Chardin’s Voyages en Perse, but he disliked his employer, and, in Isfahan, met the Venetian traveller Ambrosio Bembo, with whom he returned to Europe (Bembo, Viaggio, pp. xiii–xvi, 322, 353–356). Grelot, sigs ĕ1v.–2r.: ‘Les grandes difficultez qu’il y a pour un Chrétien d’entrer dans cette Mosquée, ne vous doivent pas faire douter de l’exactitude des crayons que j’en ay tirez, l’habit, la barbe, & la langue Turque dont je me servois, me donnoient souvent l’entrée des lieux qui estoient fermez à bien du monde. Et lors que la difficulté estoit grande, je joignois à ces avantages, l’adresse, l’intrigue, & les presens: tellement que d’une maniere ou d’une autre, il faloit que les lieux fussent bien gardez & bien observez quand je n’en pouvois tirer un Plan, ou tout au moins un crayon du dedans & du dehors sur des tablettes que j’avois toujours sur moy. J’y retournois tant de fois pour confronter mes esquisses avec le modele, que j’en observois jusques aux moindres petits ornements.’

226

appendix 6

FIGURE 32 ‘De kerk de Solimanie genaamt’ (‘the church called Süleymaniyye’). Gerard Hinlopen, Verscheyde voyagien

Bibliography Manuscripts Gotha, Forschungsbibliothek Gotha, MS Chart. A 101. London, British Library, Add. MS 22910, fol. 99r. London, The National Archives [for England and Wales] Prob. 11/699/178: Peter Bosanquet – Merchant of Aleppo – 19 July 1738. Marseille, Archives de la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence, J-669. Nantes, Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, Milo et l’Argentière (consulat), vol. 1. Oxford, Bodleian Library, MS Marshall 18. Paris, Archives Nationales de France, Marine, B3 40, ff. 292r-296r. Paris, Bibliothèque nationale de France: MS Fr. 7174. MS Fr. 7162. MS italien 1436. MS n.a.f. 4193. MS n.a.f. 27251.

Printed Sources Abbott, G.F., Under the Turk in Constantinople. A Record of Sir John Finch’s Embassy 1674–1681 (London, 1920). Allatius, Leo, Vita e morte del P.F. Alessandro Baldrati da Lugo, Fatto morire nella Città di Scio da’ Turchi per la Fede Cattolica li 10. di Febbraio 1645 (Rome, 1657). Anderson, Sonia, An English Consul in Turkey. Paul Rycaut at Smyrna, 1667–1678 (Oxford, 1989). Aneroussi, Fanny and Leonidas Mylonadis, The Kampos of Chios in its Heyday: Houses and Surroundings (Athens, 1992). Argenti, Philip and Stilopos Kyriakides, Η Χίος παρά τοις γεωγραφοις και τοις περιηγηταίς από του ογδόου μέχρι τοῦ εἰκοστού αιώνος (Athens, 1946). Argenti, Philip P., The Religious Minorities of Chios. Jews and Roman Catholics (Cambridge, 1970). Aroles, Serge, ‘Johann Michael Vansleb. Archives inédites sur Vansleb: espion de Colbert vers l’Ethiopie’ in Jacques Charles-Gaffiot and Alain Desrumeaux, eds., Grandes heures des manuscrits irakiens (Paris, 2015), pp. 96–99.

228

Bibliography

Arvieux, Laurent d’, Memoires du Chevalier d’Arvieux, 6 vols. (Paris, 1735). Auberger, Jean-Baptiste, ‘Sources occidentales de la rencontre du saint et le sultan en 1219’, Etudes franciscaines, n.s, 14 (2021), pp. 241–263. Ayalon, Yaron, Natural Disasters in the Ottoman Empire: Plague, Famine, and other Misfortunes (Cambridge, 2015). Bachour, N., ‘Mūmīya als Arznei in arabischen und osmanischen Schriftum’ in Susanne Kurz, Claudia Preckel and Stefan Reichmuth, eds, Muslim Bodies. Body, Sexuality and Medicine in Muslim Societies/ Körper, Sexualität und Medizin in muslimischen Gesellschaften (Berlin, 2016), pp. 407–465. Bando et sentenza dell’Eccelso Conseglio di Dieci. Contra Girolamo Loredan & Zuanne Contarini, furono Commandanti al Tenedo (Venice, 15 February 1657 O.S./1658 N.S.). Barber, Robin, Blue Guide. Greece (London-New York, 1987). Barth, Hermann, Constantinople (Paris, 1903). Bausi, Alessandro, ‘I manoscritti etiopici di J.M. Wansleben nella Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze’, Rassegna di Studi Etiopici, 33 (1989), pp. 5–33. Bausi, Alessandro, ‘Johann Michael Wansleben’s manuscripts and texts. An update’ in Alessandro Bausi, Alessandro Gori and Denis Nosnitsin, eds., Essays in Ethiopian Manuscript Studies. Proceedings of the International Conference Manuscripts and Texts, Languages and Contexts: the Transmission of Knowledge in the Horn of Africa Hamburg, 17–19 July 2014 (Wiesbaden, 2015), pp. 206–211. Bembo, Ambrogio, Viaggio e giornale per parte dell’Asia di quattro anni incirca fatto da me Ambrosio Bembo nobile veneto. Disegni di Joseph Guillaume Grelot, ed. Antonio Invernizzi (Turin, 2005). Besson, Joseph, La Syrie Sainte ou la Mission de Iesus et des Peres de la Compagnie de Iesus en Syrie (Paris, 1660). Blair, Sheila S., Islamic Calligraphy (Edinburgh, 2006). Boniface, Hyacinthe de, Arrests notables de la Cour de Parlement de Provence (Lyons, 1689). Borromeo, Elisabetta, ‘Commerçants et artisans vénetiens à Smyrne: d’étrangers à sujets du Sultan’, in Elisabetta Borromeo and Nicholas Vatin, eds., Les Ottomans par eux-mêmes (Paris, 2020), pp. 137–142. Bouras, Charalambos, Nea Moni on Chios. History and Architecture (Athens, 1982). Braun, Christopher, ‘“Who Began with this Art? Where Did it Emerge?” A hermetic frame story on the origins of alchemy in Pseudo Ibn Waḥsiya’s The Book of the Ziziphus Tree of the Furthest Boundary,’ Al-Qantara, 37 (2016), pp. 373–398. Bruyn, Cornelis De, Voyage au Levant (Paris, 1714). Çağaptay, Suna, The First Capital of the Ottoman Empire: The Religious, Architectural and Social History of Bursa (London, 2021). Calafat, Guillaume, and Wolfgang Kaiser, ‘Le laboratoire méditerranéen. Course et piraterie aux XVIe et XVIIe siècles’, in Gilbert Buti and Philippe Hroděj, eds., Histoire des pirates et des corsaires de l’Antiquité à nos jours (Paris, 2016), pp. 225–247.

Bibliography

229

Chardin, Jean, Journal du voyage du Chevalier Chardin en Perse et aux Indes Orientales, vol. 1 (Amsterdam, 1686). Cobbett, William, The Parliamentary History of England from the Earliest Period to the Year 1803 vol. 36 (London, 1820). Coppin, Jean, Le Bouclier de l’Europe (Lyons, 1686). Delahaye, Gilbert-Robert, ‘Johann Michael Vansleb, voyageur en Egypte au XVIIe siècle, face au surnaturel,’ in Nathalie Bosson and Anne Boud’hors, eds., Actes du huitième congrès international d’études coptes. Paris, 28 juin–3 juillet (Louvain, 2007), vol. 1, pp. 69–77. Della Valle, Pietro, Viaggi di Pietro Della Valle, il Pellegrino (Venice, 1664). Des Barres, Antoine, L’Estat present de l’Archipel (Paris, 1678). Deshayes de Cormenin, Louis, Voiage de Levant fait par le commandement du Roy en l’année 1621 (Paris, 1624). Doğan, Yunus, Süleyman Bașlar, Hasan Hüseyın Mert and Güngör Ay, ‘Plants used as natural dye sources in Turkey’, Economic Botany, 57 (2003), pp. 442–453. Dousa, Georgius, De itinere suo Constantinopolitano epistola (Leiden, 1599). Drummond, Alexander, Travels through Different Cities of Germany, Italy, Greece, and Several Parts of Asia as far as the Banks of the Euphrates (London, 1754). Du Loir, Nicolas, Voyage du Sieur du Loir contenu en plusieurs lettres écrites du Levant (Paris, 1654). Duran Duelt, Daniel, Kastellórizo, una isla griega bajo dominio de Alfonso el Magnánimo (1450–1458). Colección documental (Barcelona, 2003). Dursteler, Eric R., ‘Sex and transcultural connections in Early Modern Istanbul,’ Studi e materiali di storia delle religioni, 84 (2018), pp. 498–512. Earle, Peter, Corsairs of Malta and Barbary (London, 1970). Eyice, Semavi, ‘Eyüp Sultan Külliyesi’, TDV İslâm Ansiklopedisi, vol. 12 (Istanbul, 1995), pp. 9–12. Eyriès, Jean-Batiste, ‘Wansleben (Jean-Michel)’ in Louis-Gariel Michaud, ed., Biographie universelle ancienne et moderne (Paris, 1843), vol. 44, pp. 319–320. Frangakis-Syrett, Elena, The Commerce of Smyrna in the Eighteenth Century (Athens, 1992). Freely, John, Blue Guide Istanbul (London-New York, 1983). Gabriel, Albert, La cité de Rhodes, 2 vols. (Paris, 1921–1923). Galland, Antoine, Journal d’Antoine Galland pendant son séjour à Constantinople (1672– 1673), ed. Charles Schefer, 2 vols. (Paris, 1881). Galland, Antoine, Le Voyage à Smirne. Un manuscrit d’Antoine Galland (1678), ed. Frédéric Bauden (Paris, 2000). Gensollen, Octave, ‘Notice généalogique sur les Geoffroy d’Antrechaux’, Répertoire des Travaux de la Société de Statistique de Marseille, 46 (1905), pp. 164–214. Ghislain de Busbecq, Ogier, Epistolae quatuor (Hanau, 1595).

230

Bibliography

Ghobrial, John-Paul A., The Whispers of Cities. Information Flows in Istanbul, London, and Paris in the Age of William Trumbull (Oxford, 2014). Gilles, Pierre, De Constantinopoleos topographia libri IV (Leiden, 1632). Goffman, Daniel, Izmir and the Levantine World, 1550–1650 (Seattle, 1990). Golubovich, Girolamo, Acta S. Congregationis de Propaganda Fide pro Terra Sancta, pars I 1622–1720 (Rome, 1921). Golubovich, Girolamo, Serie cronologica dei Reverentissimi Superiori di Terra Santa (Jerusalem, 1898). Greene, Molly, Catholic Pirates and Greek Merchants: A Maritime History of the Mediterranean (Princeton, 2010). Grelois, Jean-Pierre, ed., Dr John Covel. Voyages en Turquie 1675–1677 (Paris, 1998). Grelot, Guillaume-Joseph, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople (Paris, 1680). Grenville, Henry, Observations sur l’état actuel de l’Empire Ottoman, ed. Andrew S. Ehrenkreutz (Ann Arbor, 1965). Groot, A.H. de, The Ottoman Empire and the Dutch Republic: A History of the Earliest Diplomatic Relations, 1610–1630 (Leiden and Istanbul, 1978). Hacker, Joseph, ‘Sheliho shel Louis 14 bi-levent ve-tarbutam shel yehudei ha-impiria ha-ottomanit be-doah mi-shehat 1675’, Zion, 52 (1987), pp. 25–44. Hamilton, Alastair, Arabs and Arabists. Selected Articles (Leiden, 2022). Hamilton, Alastair, ‘The French, the Greeks and the Ottomans. Charles Olier de Nointel, the Custody of the Holy Land, and Johann Michael Wansleben’s report on the Greek claims (Constantinople 1675)’, Studia Orientalia Christiana Collectanea, 54 (2021), pp. 217–241. Hamilton, Alastair, ed., Johann Michael Wansleben’s Travels in the Levant, 1671–1674, An Annotated Edition of His Italian Report (Leiden, 2018). Hartnup, Karen, ‘On the Beliefs of the Greeks’. Leo Allatios and Popular Orthodoxy (Leidon, 2004). Hasselquist, Frederik, Voyages and Travels in the Levant; in the Years 1749, 50, 51, 52 (London, 1766). Hassinger, Herbert, ‘Die erste Wiener orientalische Handelskompanie 1667–1683’, Vierteljahresheft für Sozial- und Wissenschaftsgeschichte, 35 (1942), pp. 1–53. Heeringa, K., Bronnen tot de geschiedenis van den Levantschen handel. Tweede deel 1661–1726 (The Hague, 1917). Heikal, Azza, ‘Saint François d’Assise et le sultan Al-Kâmil’, Études franciscaines, n.s. 14 (2021), pp. 225–240. Heller, Marvin J., Printing the Talmud: A History of the Individual Treatises Printed from 1700 to 1750 (Leiden, 1999). Heyberger, Bernard, Les Chrétiens du Proche-Orient au temps de la Réforme catholique (Rome, 1994).

Bibliography

231

Heyberger, Bernard, ‘Les frères mineurs de la Terre Sainte entre régime ottoman et Réforme catholique (XVIIe–début XIXe siècle)’, Etudes franciscaines, n.s., 14 (2021), pp. 309–328. Hofmann, Giorgio, S.J., Vescovadi cattolici della Grecia, I, Chios (Rome, 1934). Hopf, Karl, Les Giustiniani, dynastes de Chios. Étude historique (Paris, 1888). Hutton, Sarah, ‘Finch, Sir John’, Oxford Dictionary of National Biography. Ianiro, Erica, ‘Venice after Carlowitz: change and challenge in eighteenth-century policy’, in: Colin Heywood and Ivan Parvev, eds., The Treaties of Carlowitz (1699): Antecedents, Course and Consequences (Leiden, 2020), pp. 273–292. Ierapetritis, Dimitrios G., ‘The geography of the Chios mastic trade from the 17th through to the 19th century’, Ethnobotany Research and Applications, 8 (2010), pp. 153–167. Ikram, Salima and Aidan Dodson, The Mummy in Ancient Egypt. Equipping the Dead for Eternity (London, 1998). Isom-Verhaaren, Christine, Allies with the Infidel. The Ottoman and French Alliance in the Sixteenth Century (London, 2011). Jallais, Thérèse-Marie, ‘Wansleben’s interests in international politics’ in Martin Mulsow, Jan Loop and Asaph Ben-Tov, eds., Hiob Ludolf and Johann Michael Wansleben. Oriental Studies, Politics, and History between Gotha and Africa 1650–1700 (Leiden, 2023), forthcoming. Janos, D., ‘Panaiotis Nicousios and Alexander Mavrocordatos: the rise of the Phanariots and the office of Grand Dragoman in the Ottoman administration in the second half of the seventeenth century,’ Archivum Ottomanicum, 23 (2005/6), pp. 177–196. Kaempfer, Engelbert, Amoenitatum exoticarum politico-pyisico-medicarum fasciculi V (Lemgo, 1712). Kaiser, Wolfgang and Guillaume Calafat, ‘Violence, protection and commerce. Corsairing and ars piratica in the Early Modern Mediterranean’ in Stefan Eklöf Amirell and Leos Müller, eds, Persistent Piracy. Maritime Violence and State-Formation in Global Historical Perspective (Basingstoke, 2014), pp. 69–91. Karatzas, Konstantinos G., Η ιστορία της Ιεράς Μονής των αγίων Μηνά, Βίκτωρος, και Βικεντίου της Χίου (Chios, 2007). Kerekes, Dóra, ‘Az oszmánellenes európai összefogás kialakítása 1683-ban’, Lymbus CORE, Budapest (2007), pp. 85–93. King, Anya H., Scent from the Garden of Paradise. Musk and the Medieval Islamic World (Leiden, 2017). Kołodziejczyk, Dariusz, Ottoman-Polish Diplomatic Relations (15th–18th Century). An Annotated Edition of ‘Ahdnames and Other Documents (Leiden, 2000). Kontogiannes, Nikos D., Μεσαιωνικά κάστρα και οχυρώσεις της Κω (Athens, 2002).

232

Bibliography

Kontouma, Vassa, ‘La Confession de foi de Dostihée de Jérusalem: les versions de 1672 et de 1690’ in M.-H. Blanchet and F. Gabriel, eds., L’union à l’épreuve du formulaire (Paris, 2016), pp. 341–372. Kontouma, Vassa, ‘Recherches sur Dosithéee II de Jérusalem (1669–1707)’, Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 124 (2017), pp. 207–218. Koutzakiotis, Georges, ‘Les pionniers du commerce français à Thessalonique au cours du XVIIe siècle’, Études Balkaniques, 53 (2017), pp. 550–567. Koutzakiotis, Georges, Attendre la fin du monde au XVIIe siècle. Le messie juif et le grand drogman (Paris, 2014). Kramers, J.H. [W.J. Griswold], ‘Lewend’, Encyclopaedia of Islam. New Edition vol. 5 (Leiden, 1986), pp. 728–729. La Boullaye Legouz, François de, Les voyages et observations (Paris, 1653). La Croix, Edouard de, Memoires du Sieur De La Croix, cy-devant secretaire de l’Ambassade de Constantinople, 2 vols. (Paris, 1684). La Croix, Edouard de, Les capitulations entre l’empereur de France et Mehemet quatrième empereur des Turcs, renouvellées le 5. Iuin 1673 (Marseille, 1675). Lacaze, Ginette, ‘Champollion-Figeac’ in François Pouillon, ed., Dictionnaire des orientalistes de langue française (Paris, 2008), pp. 194–195. Le Gall, Jean-Marie, Le mythe de Saint Denis entre Renaissance et Révolution (Seyssel, 2007). Lembo, Antonio, Croniche del convento di S. Domenico in Soriano (n.p., 1687). Lodi, Vincenzo Giulio, L’immortalità del Cavalier Marc Antonio Mamuca della Torre, Conte del Sacro Romano Impero, consigliere attuale di guerra di Sua Maestà Cesarea (Vienna, 1701). Loop, Jan, ‘Hiob Ludolf, the Quran and the History of Writing’ in Martin Mulsow, Jan Loop and Asaph Ben-Tov, eds., Hiob Ludolf and Johann Michael Wansleben. Oriental Studies, Politics, and History between Gotha and Africa 1650–1700 (Leiden, 2023), forthcoming. Loop, Jan, Johann Heinrich Hottinger. Arabic and Islamic Studies in the SeventeenthCentury (Oxford, 2013). Lowry, Heath W., Seyyahların Gözüyle Bursa (1326–1933) (Istanbul, 2004). Magni, Cornelio, Quanto di più curioso, e nuovo ha potuto raccorre Cornelio Magni nel secondo biennio da esso consumato in viaggi, e dimore per la Turchia, 2 vols. (Parma, 1679–92). Mahlberg, Gaby, ‘Wansleben’s Harrington, or “The Foundations & Modell of a Perfect Commonwealth”’ in Gaby Mahlberg and Dirk Wiemann, eds., European Contexts for English Republicanism (Farnham, 2013), pp. 145–161. Majda, T. ‘Libās iv. Turkey’, in: The Encyclopaedia of Islam. New Edition, vol. 5. (Leiden, 1983), p. 751.

Bibliography

233

Malcolm, Noel, Useful Enemies. Islam and the Ottoman Empire in Western Political Thought, 1470–1750 (Oxford, 2019). Mansel, Philip, Levant. Splendour and Catastrophe on the Mediterranean (London, 2010). Masson, Paul, Histoire du commerce français dans le Levant au XVIIe siècle (Paris, 1896). Matteucci, Gualberto, ‘La Grecia, le sue Isole e Cipro’ in Josef Metzler, ed., Sacra Congregationis de Propaganda Fide Memoria Rerum, vol. 1/2 (Rome-Freiburg-Vienna, 1972), pp. 316–366. McCusker, John J. Money and Exchange in Europe and America, 1600–1775 (London, 1978). Memoires pour l’Histoire des Sciences et des beaux arts (July, 1709). Meyer, Guy, ‘A la recherche d’un portrait d’Antoine Galland: à propos du tableau montrant le Marquis de Nointel à Athènes et des peintres à son service’ in P.-S. Filliozat and M. Zink, eds., Antoine Galland et l’Orient des Savants. Actes du colloque organisé par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, la Société asiatique et l’INALCO, les 3 et 4 décembre 2015 (Louvain, 2017), pp. 247–315. Meyer, Guy, ‘Un voyage au Levant effectué par ordre de Louis XIV: Jean Foy-Vaillant dans l’Empire ottoman’, Synergies – Turquie, 5 (2012), pp. 13–26. Miller, Peter N., Peiresc’s Mediterranean World (Cambridge, Mass., 2015). Mitsis, Nikos, Χίος. Το λιμάνι της πόλης και τα άλλα αγκυροβόλια του Νομού (Chios, 1998). Monconys, Balthasar de, Iournal des voyages de Monsieur de Monconys (Lyons, 1665). Nam, Jong-Kuk, Le commerce du coton en Méditerranée à la fin du Moyen Age (Leiden, 2007). Niceron, Jean-Pierre, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres, 43 vols. (Paris, 1729–1745). Nicol, Donald M., Byzantium and Venice. A Study in Diplomatic and Cultural Relations (Cambridge, 1988). Nicolay, Nicolas de, Les navigations, peregrinations et voyages, faicts en la Turquie (Antwerp, 1576). North, Roger, ed., The Life of Dudley North, Knt., ed. Roger North (London, 1744). Nujaim, Halim and Bartolomeo Pirone, I Francescani e i Maroniti, Volume II. Dall’anno 1516 fino alla fine del diciannovesimo secolo (Milan, 2018). Oddens, Joris, Een vorstelijk voorland. Gerard Hinlopen op reis naar Istanbul (1670–1671) (Zutphen, 2009). Olar, Ovidiu-Victor, La Boutique de Théophile. Les relations du patriarche de Constantinople Kyrillos Loukaris (1570–1638) avec la Réforme (Paris, 2019). Omont, Henri Auguste, ed., Missions archéologiques françaises en Orient aux XVIIe et XVIIIe siècles, 2 vols (Paris, 1902). Omont, Henri, Catalogue général des manuscriits français. Nouvelles acquisitions françaises, II, No 3061–6500 (Paris, 1900).

234

Bibliography

Pamuk, Şevket, ‘Appendix: Money in the Ottoman Empire, 1326–1914’ in: Halil İnalcık with Donald Quataert eds., An Economic and Social History of the Ottoman Empire, 1300–1914 (Cambridge, 1994), pp. 947–980. Panzac, Daniel, ‘L’escale de Chio: un observatoire privilégié de l’activité maritime en Mer Egée au XVIIIe siècle’, Annales Economies, Sociétés, Civilisations, 4 (1985), pp. 541–561. Papadopulos, Chrysostomos A., Ἱστορία τῆς Ἐκκλησίας Ἱεροσολύμων (Jerusalem-Alexandria, 1910). Pastine, Onorato, Genova e l’impero ottomano nel secolo XVII (Genova, 1952). Paviot, Jacques, ‘Autour de l’ambassade de d’Aramon: érudits et voyageurs au Levant 1547–1553’ in Jean Céard and Jean-Claude Margolin, eds, Voyager à la Renaissance. Actes du colloque de Tours 1983 (Paris 1987), pp. 381–392. Pearson, J.B., A biographical sketch of the chaplains to the Levant Company 1611–1706 (Cambridge, 1883). Pillaut, Julien, Les consulats du Levant. I. Smyrne (1610–1900) Satalie de Caramanie (1607–1814) (Nancy, 1902). Pillaut, Julien, Les consulats du Levant. II. Larnaca (1673–1900) (Nancy, 1902). Pizzorusso, Giovanni, ‘Il martirio in odium fidei dalla realtà missionaria alla burocrazia romana: note di ricerca sul protonotario apostolico di Propaganda fide (XVII secolo), Annali di scienze religiose, 12 (2019), pp. 183–214. Pococke, Edward, Specimen Historiae Arabum (Oxford, 1650). Pococke, Richard, A Description of the East, and Some other Countries, 2 vols. (London, 1745). Podskalsky, Gerhard, Griechische Theologie in der Zeit der Türkenherrschaft 1453–1821 (München, 1988). Polosin, Vladimir, ‘Two late eighteenth-century Ottoman fiscal documents from the manuscript collection of the St. Petersburg branch of the Institute of Oriental Studies’, Manuscripta Orientalia, 3/4 (1997), pp. 30–34. Pougeois, Alexandre, Vie et voyages de Vansleb, savant orientaliste et voyageur (Paris, 1869). Poullet, Nouvelles relations du Levant, 2 vols. (Paris, 1667). Poumarède, Géraud, ‘Naissance d’une institution royale: les consuls de la nation française en Levant et en Barbarie aux XVIe et XVIIe siècles’, Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France. Année 2001 (Paris, 2003), pp. 65–128. Purdy, John, The New Sailing Directory for the Mediterranean Sea, the Adriatic Sea, or Gulf of Venice, the Archipelago and Levant, the Sea of Marmara, and the Black Sea (London, 1826). Quétel, Claude, L’affaire des poisons. Crime, sorcellerie et scandale sous le règne de Louis XIV (Paris, 2010).

Bibliography

235

Rocco da Cesinali, Storia delle Missioni dei Cappuccini, 3 vols. (Rome, 1867–1873). Rothman, E. Natalie, The Dragoman Renaissance. Diplomatic Interpreters and the Routes of Orientalism (Ithaca, 2021). Roussos-Milidonis, Marcos N., Φραγκισκανοί Καπουκίνοι. 400 Χρόνια Προσφορά στους Έλληνες 1585–1995 (Athens, 1996). Rouxpetel, Camille, ‘Les franciscains de la Custodie de Terre Sainte à la période mamelouke: des Orientaux comme les autres?’, Etudes franciscaines, n.s. 14 (2021), pp. 299–308. Runciman, Steven, The Great Church in Captivity. A Study of the Patriarchate of Constantinople from the Eve of the Turkish Conquest to the Greek War of Independence (Cambridge, 1968). Russell, Alexander, Alexander Russell, The Natural History of Aleppo (London, 1756). Russell, Alexander, The Natural History of Aleppo, ed. Patrick Russell, 2 vols. (London, 1794). Rycaut, Paul, The Present State of the Greek and Armenian Churches, Anno Christi 1678 (London, 1679). Samberg, J.W. De Hollandsche Gereformeerde Gemeente te Smirna. De geschiedenis eener handelskerk (Leiden, 1928). Sanders, G.D.R., ‘Two Kastra on Melos and their relations in the Archipelago’, in Peter Lock and G.D.R. Sanders, eds., The Archaeology of Medieval Greece (Οxford, 1996), pp. 146–177. Santus, Cesare, Trasgressioni necessarie: communicatio in sacris, coesistenza e conflitti tra le comunità cristiane orientali (Levante e Impero ottomano, XVII–XVIII secolo) (Rome, 2019). Sariyannis, Marinos, ‘Aspects of “neomartyrdom”: religious contacts, “blasphemy” and “calumn” in 17th-century Istanbul’, Archivum Ottomanicum, 23 (2005/06), pp. 249–262. Sariyannis, Marinos, ‘Notes on the Ottoman poll-tax reforms of the late seventeenth century: the case of Crete’, Journal of the Economic and Social History of the Orient, 54 (2011), pp. 39–61. Sariyannis, Marinos, ‘Prostitution in Ottoman Istanbul, Late sixteenth-early eigh­teenth century’ Turcica 40 (2008), pp. 37–65. Schutte, O., Repertorium der Nederlandse vertegenwoordigers residerende in het buitenland 1584–1810 (The Hague, 1976). Sestini, Domenico, Opuscoli (Florence, 1785). Signori, Umberto, ‘Proteggere i privilegi dello straniero. I consoli veneziani nell’Impero ottomano tra Sei e Settecento’, PhD thesis, University of Milan, 2016–2017. Simon, Rachel, ‘Printing and printers’, in Norman A. Stillman, ed., Encyclopedia of Jews in the Islamic World, vol. 4 (Leiden, 2010), pp. 102–103.

236

Bibliography

Slot, B.J., Archipelagus Turbatus. Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane c.1500–1718 (Leiden, 1982). Slot, B.J., ‘Καθολικαί Εκκλησίαι Κιμώλου και των πέριξ νήσων. Ιστορία των Δυτικών ναυτικών Κοινοτήτων των ΝΔ Κυκλάδων και των Εκκλησιών των (1600–1893)’, Κιμωλιακά, 5 (1975), pp. 51–293. Smith, Thomas, Remarks Upon the Manners, Religion and Government of the Turks, Together with A Survey of the Seven Churches of Asia As they now lye in their Ruines: And A Brief Description of Constantinople (London, 1678). Smyrnelis, Marie-Carmen, Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles (Paris, 2005). Solomonidis, Christos S., Η Εκκλησία της Σμύρνης (Αthens, 1960). Spagnesi, Piero, Chios Medioevale. Storia architettonica di un’isola della Grecia Bizantina (Rome, 2008). Spon, Jacob, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grece, et du Levant Faits aux années 1675 & 1676 … 2 vols. (Lyons, 1678). Stephanov, Darin, ‘Salvos and sovereignty: comparative notes on ceremonial gunfire in the late Ottoman and Russian Empires’, Journal of the Ottoman and Turkish Studies Association, 6/1 (2019), pp. 81–102. Stochove, Vincent, Voyage de Levant (Brussels, 1650). Süreyya, Mehmed, Sicill-i Osmani, ed. Seyit Ali Kahraman and Nuri Akbayar (Istanbul, 1996). Swift, Emerson Howland, Hagia Sophia (New York, 1940). Taș, Yasin, Osmanlı dönemi İzmir medrese ve kütüphaneleri (Istanbul, 2020). Tavernier, Jean Baptiste, Les Six voyages (Paris, 1676). Tentzel, Wilhelm Ernst, Monatliche Unterredungen einiger guten Freunde (Leipzig, 1691). Terzorio, Clemente da, Le Missioni dei Minori Capuccini. Sunto Storico. Volume II. Europa (Rome, 1914). Testa, I. de, Recueil des traités de la Porte Ottomane avec les puissances étrangères depuis le premier traité conclu en 1536, entre Suléymane I et François I jusqu’à nos jours, 8 vols. (Paris, 1864–1894). Thévenot, Jean, Relation d’un voyage fait au Levant (Paris, 1665). Tongas, Gérard, L’Ambassadeur Louis Deshayes de Cormenin (Environ 1600–12 octobre 1632) (Paris, 1937). Tournefort, Joseph Pitton de, Relation d’un voyage du Levant, 2 vols. (Lyon, 1717). Tzedopoulos, Yorgos, ‘Orthodox martyrdom and confessionalization in the Ottoman Empire, late fifteenth-mid-seventeenth centuries’ in Tjana Krstić and Derin Terzioğlu, eds., Entangled Confessionalizations? Dialogic Perspectives on the Politics of Piety and Community-Building in the Ottoman Empire, 15th–18th Centuries (Piscataway, N.J., 2022), pp. 335–381.

Bibliography

237

Tzedopoulos, Yorgos, ‘Συνύπαρξη και ανταγωνισμός στη Σμύρνη του 17ου αιώνα: Ο διαμφισβητούμενος τόπος του μαρτυρίου’ in Ioannis Karachristos and Paraskevas Potiropoulos, eds., Σμύρνη: Η ανάπτυξη μιας μητρόπολης της Ανατολικής Μεσογείου (17ος αι.–1922) (Athens, 2016), pp. 191–203. Ulbert, Jörg, ‘L’origine géographique des consuls français sous Louis XIV’, Cahiers de la Méditerranée, 98 (2019), pp. 1–17. Van der Cruysse, Dirk, Chardin le Persan (Paris, 1998). Vandal, Albert, L’Odysée d’un ambassadeur. Les voyages du Marquis de Nointel (1670– 1680) (Paris, 1900). Vatin, Nicolas, ‘Le corps du sultan ottoman’, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 113–114 (2006), pp. 213–227. Visconti, Primi, Mémoires sur la cour de Louis XIV 1673–1681 (Paris, 1988). Voulgaropoulou, Margarita, ‘Orthodox confession-building and the Greek Church between Protestantism and Catholicism: The mission of Marquis Nointel to the Levant (1670–1673)’ in Tijana Krstić and Derin Terzioğlu, eds., Entangled Confessionalizations? Dialogic Perspectives on the Politics of Piety and Community-Building in the Ottoman Empire, 15th–18th Centuries (Piscataway, N.J., 2022), pp. 521–562. Vrettou-Souli, Margarita, Η Μυλόπετρα της Μήλου. Από την εξόρυξη στην εμπορική δραστηριότητα (Athens, 2002). Wansleben, Johann Michael, Beschreibung des Egypten Landes nach dem Zustand des Jahres 1664 in Heinrich Eberhard Gottlob Paulus, ed., Sammlung der merkwürdigsten Reisen in den Orient, vol. 3, (Jena, 1794), pp. 10–122. Wansleben, Johann Michael, Conspectus operum aethiopicorum (Paris, 1671). Wansleben, Johann Michael, Histoire de l’Eglise d’Alexandrie (Paris, 1677). Wansleben, Johann Michael,  Johann Michael Wansleben’s Travels in the Levant 1671–1674. An Annotated Edition of His Italian Report, ed. Alastair Hamilton (Leiden, 2018). Wansleben, Johann Michael, Nouvelle relation en forme d’un journal, d’un voyage en Egypte … en 1672 et 1673 (Paris, 1677). Wansleben, Johann Michael, The Present State of Egypt; or, A new Relation of a Late Voyage into that Kingdom Performed in the Years 1672 and 1673 (London, 1678). Wansleben, Johann Michael, Relazione dello stato presente dell’Egitto (Paris, 1671). Wheler, George, A Journey into Greece … In Company of Dr Spon of Lyons (London, 1682). Wright, Christopher, The Gattilusio Lordships and the Aegean World 1355–1462 (Leiden, 2014). Yaari, Avraham, ‘Hebrew Printing at Izmir’, Areshet, 1 (1958), pp. 97–222. Zarinebaf, Fariba, Crime and Punishment in Istanbul 1700–1800 (Berkeley, 2010).

238

Bibliography

Databases http://ikee.lib.auth.gr/record/103178/files/gri-2008-1398.pdf. http://teis.yesevi.edu.tr/madde-detay/sabir-parsa-agazade-sabir-parsa. http://www.archiviodistatovenezia.it/siasve/documenti/ptm.pdf. https://circassian67.rssing.com/chan-60001706/all_p1.html. https://collections.rmg.co.uk/collections/objects/491639.html. https://en.wikipedia.org/wiki/Mehmed_I. https://gw.geneanet.org/marmara2?lang=en&pz=mathilde&nz=d+andria& p=jean+baptiste&n=fornetti&oc=2. https://mapio.net/pic/p-26256452/. https://www.geni.com/people/Domenico-Soffietti/6000000034162347492. https://www.geni.com/people/Francesco-Domestico/6000000034119328847. https://www.geni.com/people/Giuseppe-Giustiniani-Fornetto/6000000033857390537. https://www.geni.com/people/Pietro-Giustiniani-Recanelli/6000000034255925332. https://www.immyt.gr/diocese/prokatoxoi.htm. https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/nolis. https://www.geni.com/people/Vincenzo-Fitili/6000000034197053256.

Index Abdal Murad 133 Absheron peninsula 179–180 Abū Qīr 36 Abū ‘l-Barakāt 26 Abydos 170 Abyssinians 11 Accademia del Cimento 3, 5 Adler, Jacob Georg Christian 127 Adrianople (Edirne) 181, 187, 190 Selimiye Camii 223 Agioi Theódoroi 195–196 Agios Ioánnis Theológos 60 Agios Menas 66 Ahmed I, Ottoman Sultan 122, 137 Aix-en-Provence 101, 126 Akbaş Kalesi 171–172 Alaeddin Ali Çelebi 137 Albanians 178 Aleppo 6, 8, 69, 70, 71, 79, 92, 108, 194, 208–209, 211–212, 225 Alessandro di Lugo (Giacomo Baldrati)  77–78 Alexandretta (İskenderun) 37 Alexandria 3, 7, 36–37, 72, 152 Alexandria, Church of. See Copts Algiers and Algerians 79, 81, 84–85 Ali bin Abdullah 133 Allatius, Leo (Leone Allacci) 8, 77, 114 Amasya 137 Amisa 137 Amsterdam 2, 71 Anastasius, Roman Emperor 148 Anatolia 43, 68, 69, 91, 151, 152 Andronicus IV Palaiologus, Byzantine Emperor 166–167 Andros 191 Anglicanism 186 Ankebut Ahmed Paşa 195 Antinopolis 7 antiquarianism 1 Antrechaux, Jean-Joseph d’ 198 Arabian Peninsula 1 Aramon, Gabriel d’ 23 Arcadius, Roman Emperor 117, 120 archaeology 1, 6

Armeni, Manoli 202 Armenians 11, 73, 92–93, 96, 185, 196–197, 209 Armolia 55, 155 Armutlu 90 Arnauld, Antoine 9 Arnoul, Nicolas 6, 28, 70, 99 Arnoul, Pierre 70 Arvieux, Laurent d’ 9, 85, 100, 170, 172, 190, 202, 213, 223 Asmalı 178 Aswan 6 Athens 48 Athos, Mount 7–8, 52, 114–115 Atikhisar 174 Atys 16 Austrians 111 Avignon 183 Avşa Adası 178 Baalbek 6 Baba Burnu 152, 166 Baba Hassan 81 Babakale 169 Babylonian captivity 183 Baghdad 187 Baines, Sir Thomas 12, 87–90, 106, 215 Baku 180 Baldrati, Giacomo. See Alessandro di Lugo Balsarini, Leonardo 58, 61–62 Barbary 153 Barberini, Cardinal Francesco 3 Barbieri, Francesco 198 Barnabites 16 Barozzi, Andrea 200 Barsbay, Mamluk Sultan of Egypt 183 Basel 150 Basil, St 171 Baybars, Mamluk Sultan of Egypt 183 Bayezid I, Ottoman Sultan 127, 129, 131, 138 Bayezid II, Ottoman Sultan 124, 125, 133, 137, 138, 224 Bayezid, son of Süleyman I the Magnificent 138 Belisarius 148–149

240 Bembo, Ambrosio 225 Bendish, Sir Thomas 87 Bernard, Edward 19 Besson, Joseph 100 Bethlehem 12 Church of the Nativity 182, 184–185, 187 Bethlen, Gábor 150 Bethlen, István 150 Bibliothèque nationale de France 1, 15, 27 Bithynia 139, 143 Black Sea 68, 111–114, 151 Bois-le-Roi 16 Boldù, Antonio 145 Bonnecorse, Bathazar de 71 Bonnet, Jean 15, 192–193, 195–196, 201 Bonnet, Louis 15, 201 Bosanquet, Peter 209 Bosnia 177 Bosquet, François, bishop of Montpellier 5, 20 Bosphorus 7, 109, 112 Bourguignon de La Mure, François 69, 97 Bourron 16, 26–27 Bovis, Jean-Baptiste La Chaire des curez 20 Bozburun, Cape 90, 125, 139 Bozcaada. See Tenedos Brest-Litovsk, synod of 186 Briot, Pierre 74–75 Brito, Andrea 197 Brousson, Pierre 72, 99 Bruyn, Cornelis de 79, 80, 113, 172 Bukhara 129, 133 Bülbül Hatun 138 Bursa 7, 22, 25, 125–144, 225 baths 221–222 Eski Kaplica 142 Kara Mustafa Kaplica 142 Kaynarca Kaplica 142 Kükürtlü Kaplica 142 Yeni Kaplica 142 Çekirge 142 churches St Athanasius 130, 143, 220–221 St Elias 130, 221 citadel 143, 220 exports and industry 143 Foy-Vaillant describes 219–222

Index Kaya Başı 220 mosques 221 Abdal Murad Tekke 133 Emir Sultan Camii 25, 129, 138 Muradiye complex 25, 135, 137, 138, 220 Orhan Gazi Camii 130, 220–221 Ulu Camii (Great Mosque) 25, 132–133, 138 Yeşil Camii (Green Mosque) 25, 127–129 Yıldırım Beyazit Camii 129 tombs Abdal Murad 25, 133 Hundi Hatun 138 Murad I 136 Şehzade Ahmed 137 Şirin Hatun 138 Sultan Orhan 130, 220–221 Sultan Osman 130–131 Yıldırım Beyazit 129 Pirinç han 133 visited by Wansleben 125–144 Busbecq, Augier Ghislain de Itinera Constantinopolitanum et Amasianum 23 Turcicae epistolae 23, 112 Byzantines 166, 176 Byzantium 169 Cairo 3–4, 6–7, 13, 24, 34, 48, 70–72, 99, 175 al-Azhar mosque 24 Muqaṭṭam Heights 13 Caligula, Roman Emperor 176 Calvinism 186 Cambulat Mustafa Paşa 186 Camilli, Giovanni Antonio 202 Çanakkale 169, 172, 174 Cañizares, Juan 181, 190 Capuchins 58, 93, 193–194, 196 Carcavy, Pierre de 5, 7–10, 20, 22, 28, 52, 72 Carlos II, King of Spain 189 Carré de Chambon, Barthélemy 18 Carrey, Jacques 10 Carthage 149 Cassis 195 Castell, Edmund 2, 19 Lexicon Heptaglotton 2

Index Caucasus 179 Çavuşzade Yusuf Ahmed Ağa 80 Cerigo. See Kythera Çeşme 151 Cem, Prince 138 Chabert 7, 18, 99–101 Chalcedon (Kadıköy) 149, 169 Chambon, Louis 18, 68–73, 78, 84–85, 86–87, 93, 97 Champollion, Jean-François 26 Champollion Figeac, Jacques-Joseph 26–27 Chándakas (Heraklion) 200 Chanson de Roland 134 Chardin, Jean 186, 225 Charlemagne 134 Charles II, king of England 74 Charton, Jacques 16 Chios 7–8, 10, 13–14, 17–19, 22, 46, 49–68, 76–78, 91, 151–163, 190, 207, 209–210 Church of the Nativity 50, 58–59, 61–63 doves 155–156 eel fishing 154 mastic harvest 54–55, 156–158 Nea Moni, monastery 51–53, 66 tame partridges 160 visited by Wansleben 49–68, 151–163 wine 54–55 women 55, 63–64, 161 Chrysostom, St John 8, 52 Çimenlik castle 172 Çinarlı 178 Clarendon, Edward Hyde, Earl of 74 Clement V, Pope 183 Clement VI, Pope 183 Clement X, Pope 190 Colbert, Jean-Baptiste 1, 5–10, 15–19, 28, 70, 71, 72, 97 Compagnie du Levant 99 Constantine the Great, Roman Emperor 120, 122, 146, 169, 171, 220 Constantine Porphyrogenitus, Byzantine Emperor 122 Constantinople 11, 169, 171, 220. See also Istanbul Constantinople, Church of 9–12, 67, 114–115, 181–190 Contarini, Giovanni 167 Contaud de Coulange family 27

241 Coppin, Jean Le Bouclier de l’Europe 172 Copts 3, 11, 21, 24 Corfu 109, 209 Corinth 181 corsairs 14–15, 36, 37, 38, 39, 43–44, 45, 47, 59, 115, 151, 152, 184, 198, 201–203, 206 Costa, Wansleben’s servant 125, 151 Coulanges, Philippe-Emmanuel de 9, 27 Covel, John 13, 142 Cretan War 14–15, 193 Crete 14–15, 92, 114, 163, 186, 192–196, 200, 201, 208 Crusade, Fourth 11 Cucciucchi, Dimitri 22, 174–175, 177 Custodians of the Holy Land 6, 11–12, 181–190 Cyprus 6, 14, 46, 71 Cyril I Lucaris, Patriarch of Constantinople 186 Dalyan 45 Dam, Jacob van 80–81 Damascus 6 Damietta 6, 48 Danes 2 Danube 111, 153 Danzig 2 Dardanelles 90, 152, 174, 180, 191 Third Battle of 167 Fourth Battle of 167 D’Assigny, Marius 19–20 Dati, Carlo 3 Dayr Abu Hinnis 6 Dayr al-Birsha 6 De Luca, Lelio 111 Della Valle, Pietro 63 dervishes 134 Des Barres, Antoine L’Estat present de l’Archipel 58, 156, 167 Description de l’Egypte 15–16 Deshayes de Courmenin, Louis 172–174 Diocletian, Roman Emperor 112 Dionysius the Areopagite 8, 52 divination 178–179 Doa 124–125 Dohna, Countess Theodora Maria von 2 Domenico Reis 34–49

242 Domestico, Francesco 65 Dominican Order 4, 6, 12, 16–17, 20, 77 Doria family 165 Doria, Paganino 166 Dositheos II Notaras, Patriarch of Jerusalem 181, 187–190 Dousa, Georgius De itinere suo 146 Draperis, Giorgio 106 Drummond, Alexander 79, 81–82 Du Loir, Nicolas 23, 79, 82, 117, 145, 172, 223 Du Pont, Joseph 70–71 Dupuy family 69, 97 Dupuy, Augustin 97 Dupuy, François 97 Dupuy, Henri 69–70, 97 Dupuy, Jean 97 Durand, Antoine 201 Dutch 71, 73, 80–81, 93, 150 Dutch Republic 58, 69, 213 Düzce 219 Ebiezer, interpreter 170 Eceabat 170–171 Ecole des chartes 27 Edirne. See Adrianople Eğri Liman 68–69 Egypt 1, 3–4, 6–8, 24–25, 33–37, 48, 175, 216–217 Ekinlik Adası 178 Elata 54, 157, 160 Emir Sultan 129, 131, 138 England and the English 2, 12–13, 69, 71, 73, 78–79, 86–89, 93, 94, 98, 105–107, 202, 213, 215 Enrici. See Henrico, Michele Ephesus 6 Ephrem Vertabeat, Armenian bishop of Izmir 93 Ereğli 137 Erfurt 2, 4 Ernest the Pious, Duke of Saxe Gotha 2–5, 18, 21 Erpenius, Thomas 127 Eski Foça 69 Estrées, Cardinal César d’ 16, 20 Ethiopia 2–6, 8, 34 Ethiopian community 4 Ethiopic 2–3, 5, 8–9

Index Euboea 191 eucharistic controversy 10 Euthymius the Great, St 52 Euthymius, St, the Wonderworker 171 Evliya Çelebi 119 Eyriès, Jean-Baptiste Benoît 20 Faidherbe, Rombault 10 Faleria, wife of Marcus Fabius 80 Fanà 159 Fatio, Giorgio 13–14, 17, 22, 50–51, 58, 67, 152–155, 161–162 Febvre, Michel L’état present de la Turquie 23 Felipe, Don, corsair 198 Ferdinand I, Holy Roman Emperor 23 Ferdinand II, Grand Duke of Tuscany 3, 5, 13, 74 Fernoux, Gabriel 175 Ferragut 133–134 Fethiye 45 Figeac 26 Finch, Sir John 3, 7, 12–13, 74–75, 79, 86–91, 98, 99, 105–106, 214–215 Finch, Sir Heneage, Earl of Nottingham 74 Fitili, Vincenzo 65, 154–155 Flàtsia 160 Flensburg 2 Florence 3, 5, 74 Fontainebleau 26–27 Fornetti, Jean Baptiste 98–99, 108, 208 Fourmont, Michel 53 Fox, Captain 90 Foy-Vaillant, Jean 126, 219–22, 225 France and the French 5, 8–9, 14, 16–17, 34, 63, 69, 71, 75, 78–79, 86–88, 94, 97–101, 107–108, 170, 174, 176, 191, 192–194, 197, 198, 201, 202, 207–208, 213, 215, 218, 225 Francis of Assisi, St 181–182 Franciscan Recollects 93 François I, King of France 183 Franks 41, 46, 59, 73, 80, 84–87, 92–94, 107, 172, 174–175, 182 Fuzibé, Denis 100 Fuzibé, Thérèse 99–100 Gabbai, Abraham 96 Gábor Bethlen, King of Hungary. See Bethlen, Gábor

243

Index Gaillard, Joaquin 86 Galata 7 Galland, Antoine 21, 79, 82, 154, 216–218, 223 Gallipoli 22, 151, 174–177, 180 castle 176 visited by Wansleben 174–177 Ganelon 134 Gattilusi family 163–164 Gattilusio, Francesco I 163–164 Gattilusio, Jacopo 164 Gelimer 149 Gelmez 169–170 Genoa 15, 96, 206 Genoa, Republic of 56–57, 69, 96, 166–167, 209, 213 Genoese 50, 56–57, 93, 163, 166 George, St 171 Georgians 11 Gerasimus II, Patriarch of Constantinople 7–8, 114–115 Germanus, Patriarch of Jerusalem 184 Germany 2–3, 9, 27 Giaourköy. See Yenişehir Gavurhisar. See Atikhisar Gilles, Pierre 22–23, 117, 119, 122, 146 De topographia Constantinopoleos et de illius antiquitatibus libri IV 23 De Bosphoro Thracio libri II 23 Girga 6 Giustiniani family 56–57, 59 Giustiniani, Bernardo 155 Giustiniani, Francesco 56–57 Giustiniani, Pandali 65 Giustiniani, Tommaso 57 Giustiniani-Fornetto, Giuseppe 49, 57, 155 Giustiniani-Recanelli, Pietro 58, 65, 155 Golius, Jacobus 127 Gotha 4 Goths 148 Grafton, Henry FitzRoy, Duke of 19 Gramvousa 193 Greeks 9, 36, 41, 45, 46, 48, 56, 60, 73, 126, 163, 165, 171, 172, 176, 178, 192, 194, 201 Gregory XIII, Pope 3 Grelot, Guillaume-Joseph 1, 89, 145, 219, 225 Grémonville, Jacques Bretel de 202 Grenoble 26 Grenville, Henry 207 Grigorios, Metropolitan of Lesbos 165

Guilleragues, Gabriel de 16, 17 Gülbahar Hatun 224 Gündoğdu 178 György I Rákóczi, Prince of Transylvania 150 Hadrian, Roman Emperor 131 Ḥākim, al-, Fatimid caliph of Egypt 12 Hamburg 74 Hamza Bey 142 haraç (poll-tax) 69, 107–108, 153, 163, 167, 192, 201–202, 207–210 Harvey, Sir Daniel 224 Hebrew printing 96 Hédelin, François, abbé d’Aubignac 26 Hédelin, François, procureur of Nemours 26 Heidelberg 115 Hellespont 74, 89–90, 170–177, 180 Henri IV, King of France 97 Henrico, Michele 46 Heraklion. See Chándakas Heures royales 20 Hinlopen, Gerard 14, 35, 89, 102, 113, 116–117, 119, 120, 121, 122, 150, 151, 167–168, 172–173 Holland 2 Holy Land 1, 8, 10–12, 98, 181–190, 208 Homer, school of 57–58 Honorato, Messer 72 Honorius, Roman emperor 117, 120 Hottinger, Johann Heinrich 127 Huguenots 10 Hundi Hatun 129, 138 Hungary 150 Huntington, Robert 13 Hürrem Sultan 138 Iatró, Honorato Leonardo 48–49 Iberian spirea 96–97 İblis Burun 45 Ibn Qalāwūn, Sultan of Egypt 182 Imbert, Antoine 18, 28, 96–97 Iraq 1, 127 Isfahan 225 Isidore of Chios, St 76–77 Islam 24–25, 33–34, 77–78 Istanbul 7–12, 19, 22, 24–26, 34, 43, 49, 50, 60, 68, 74, 86, 91, 95, 96, 133, 139, 142,

244 Istanbul (cont.) 143, 152, 153, 158, 159, 164, 170, 172, 178, 180, 193, 200, 209, 214, 215, 216–218, 219–220. See also Constantinople aqueducts 101–103 baths of Ibrahim Paşa 118 Castle of the Seven Towers 109–110 churches St Andrew in Krisei 125 St George 115 Colossus 122 columns of Arcadius 116–118 of Constantine 146–147 of Constantine Porphyrogenitus 122 Serpentine Column 121–122 of Marcian 22, 118–119 fires 146 gates Eğri Kapi 149 Golden 110–111 Silivri Kapısı 117 Greek Patriarchate 115 Hippodrome 119 monetary system 216–218 mosques Beyazit Camii 124 Eyüp Camii 124 Fatih Camii 118, 124, 224 Hagia Sophia 22, 25, 124, 144–146, 223–225 Iskele Camii, Üsküdar (Mihrimah Sultan Mosque) 125 Koca Mustafa Paşa Camii 125 Şehzade Camiii 125, 224 Süleymaniye 225 Sultan Ahmed Camii (Blue Mosque) 122–123, 124, 138, 224, 226 Sultan Selim Camii 124 Vefa Camii 125 Yeni Camii (Valide Camii) 125, 223–225 Ok Meydanı 124 Obelisk 119–121 palaces Blachernae 148 Porphyrogenitus (Tefkur Saray) 148–149

Index quarters Fener 115 Galata 107, 109, 139, 151, 207 Pera 98, 102, 111, 139 Theodosian Walls 109–111 Tophane 109 tombs Köprülü Mehmet Paşa 25, 123–124, 146 Mehmet II 25, 118 visited by Wansleben 98–125, 144–150 Italy and Italians 3–5, 9, 27, 46, 94, 149 Izmir 7, 12–13, 22, 68–98, 99, 164, 209–211, 214–215, 219 amphitheatre 84 Armenians 73, 91–93, 209 carnival 73 churches Agia Fotini 91–92 Agia Paraskevi (St Veneranda) 87 exports and industry 94–96 fish and game 95 Franks 73, 84–85, 91–94 Greeks 73, 91 Jews 91 Kadifekale 82–83 Kemeraltı Mosque 80 Kızılçullu Aqueducts 81 monetary system 95, 216–218 prostitution 85–86, 211–212 Protestants 73 Sancak Burun 84, 89 soap 95–96 Temple of Janus 79–80 toleration 93–94 visited by Wansleben 68–98 wine 94–95 Izmit 219 James II, King of Majorca 182 Jansenism 9–10, 20–21 Jerusalem 10, 12, 58, 98, 172, 181–190 Church of the Holy Sepulchre 12, 184–185, 187–190 Church of the Virgin 182 Convent of St Saviour 184–185 King David’s Tomb on Mount Zion 183 Jesuits 65, 93, 100 Jews 86, 92, 107, 172, 194, 211

245

Index John III Doukas Vatatzes, Byzantine Emperor 82 John V Palaiologos, Byzantine Emperor 163–166 John VI Kantakouzenos, Byzantine Emperor 163–164 Journal de Trévoux 26 Justinian, Roman Emperor 149 Jutland 2

Kosovo 136 Kufa 127 Kufic script 127 Kumkale 89, 169, 172 Kuniz, Georg Christoph von 111 Kuruçeşme 7 Kwidzyn. See Marienwerder Kyriakopoulos, Markos 92 Kythera 193, 204

kaʿba 189 Kāb Būn (Raʾs al-Tayyib) 205 Kadıköy. See Chalcedon Kaempfer, Engelbert Amoenitatum exoticarum politico-pyisicomedicarum fasciculi V 179–180 Kalamotí 160 Kallimasià 161 Kampos 65 Kantakouzenos, Maria 163 Kantakouzenos, Matthew 163 Kara Ağaç 38–39, 43 Kara Mustafa Paşa 104–106, 142, 214 Karaburun 68–69 Karlowitz, Treaty of 213 Kastellórizo 7, 38–40, 43–45, 47 Kástro 201–203 Katirlı 139 Kaunos 45 Kayaköy 45 Kéa 191–192 Kemer 177 Khaniá 15, 192–196, 201 Kilitbahir castle 172–174 Kimolos 15 Kircher, Athanasius 3, 13 kiswa 189 Klima 196 Knights Hospitaller or Knights of St John of Jerusalem. See Malta, Knights of Koca Mustafa Paşa 125 Königsberg 2 Konuralp 219 Konya 137 Köprülü Fazil Ahmed Paşa 101, 105, 123–124, 146, 181, 187, 190–191 Köprülü Mehmed Paşa 123–124, 146, 167 Köprülü Zadeh Mustafa 191 Kos (Stanchioi) 7, 47–48

La Boullaye Legouz, François de Les voyages et observations 172 La Ciotat 195 La Croix, Edouard de Memoires 190, 202, 216 La Haye Ventelet, Denis de 126 La Haye Ventelet, Jean de 23, 187 Lampedusa 205 Langlois, Mathieu 16 languages Arabic 12, 22 English 2 Ethiopic 2 French 22, 28 Hebrew 2 German 28 Greek 22, 201 Italian 22, 28, 197, 201 Turkish 22, 125, 144 Lapseki 176 Larnaca 6 Laurens, Melchior 72 Lebanon 225 Le Blanc, apothecary in Bursa 126, 221 Leiden 127 Lejeune, Jean Le Missionnaire de l’Oratoire 20 Leonardo, Honorato. See Iatró Leopold I, Holy Roman Emperor 111 Lesbos 69, 152, 163–166 castro 164–165 Church of St Athanasius 165 visited by Wansleben 163–166 Levant Company 13, 74 leventleri 78–79 Limini 65, 155 Linosa 205 Livorno 3, 96 Livy 8

246 London 2 London Polyglot Bible 2 Loredan, Girolamo 167 Louis XIV, King of France 1, 5, 6, 9, 26, 33, 43, 52, 58, 97, 100–101, 108, 189–190, 219, 225 Louvois, François-Michel le Tellier, marquis de 19 Ludolf, Hiob 2–5, 18–19 Lexicon Aethiopico-Latinum 2 Lugo di Romagna 77 Luis de Granada Libri sex ecclesiasticae rhetoricae 20 Lupazolo, Francesco 160 Lutheranism 2–5 Luxor 6 Maastricht 58 Macrina, St 171 Macripodario, Leone 75–78, 94 Madina 189 magic 19, 42–43. See also divination Magni, Cornelio 11, 58, 160, 172, 223–224 Makarios, archbishop of Izmir 92 Malik al-Kāmil, al-, Ayyubid Sultan of Egypt 181 Malta 46, 205 Malta, Knights of 46–48, 198 Maltese 15, 184, 186, 198 Mammuca della Torre, Marc’Antonio 111 maona of Chios 57 Marcheville, Henri Gournay, comte de 187 Marcian, Byzantine Emperor 118–119 Marcus Fabius 80 Maria Angera 161 Marienwerder (Kwidzyn) 2 Marion, Captain 198 Marmara 177–178 Marmara, Sea of 90, 151 Marmara Adası 178 Marmara Ereğlisi 179–180 Maronites 3–4 Marseille 6, 69, 70, 71, 97, 101, 197 Marsile 133 mastic harvest. See Chios Matthew IV, Patriarch of Alexandria 3–4 Mavro Molo 113–114 Maydoz. See Eceabat Mayer, Abraham 150

Index Mecca 128, 136, 189 Medici family 48 Medici, Leopoldo de’ 74 Mehmed I, Ottoman Sultan 127, 131, 138 Mehmed II, Ottoman Sultan 118, 124, 138, 143, 164, 167, 172, 224 Mehmed III, Ottoman Sultan 137 Mehmed IV, Ottoman Sultan 97, 100, 123, 125, 150, 167, 175, 187, 200, 201–202 Mehmed, son of Süleyman the Magnificent 125 Meles river 81 Melun 16 Messina 201 Mesta 159 Meyer, Marten 71 Mezzo Morto Hüseyin Paşa 81 Michele d’Anversa 24 Michaud Biographie universelle ancienne et moderne 20 Mihály I Apafi, Prince of Transylvania 150 Miletus 163 Milos 14–15, 18, 196–204 , 208 Church of Saint John the Baptist (Agios Ioannis Baptistis) 196 hot baths 197, 199 Kástro 201 mill stones 199–200 visited by Wansleben 196–204 women of 196–197, 203–204 Minya, al- 24 al-Lamaṭī mosque 24 Mitilene. See Lesbos Monconys, Balthasar de Iournal des voyages 102, 156 monetary system 216–218. See also Istanbul and Izmir Mongiardini, Matteo 161 Monophysite Churches 11 Morosini, Francesco 193 Mudanya 90, 125–126, 139 Muhammad, Prophet 129, 143, 189 Muhammad Trik 81 Mühürdar Paşa 56 mummies and mummy powder 41–42 Murad I, Ottoman Sultan 131, 135, 136, 138, 142 Murad II, Ottoman Sultan 135, 137

Index Murad III, Ottoman Sultan 135 Murad IV, Ottoman Sultan 121, 187, 190 Murāmir ibn Murrah 127 musk trade 196–197 Mustafa Ağa 125 Mustafa II, Ottoman Sultan 118 Mustafa Reis 151–152 naphtha 179–180 Naples, Kingdom of 182, 189 Napoleon I, Emperor of France 16, 26 Napoleon III, Emperor of France 27 Naxos 52 Nenita 160–161 Neochóri 66–67 Nerantzia 47–48 Neuhäusel 111 Nicaea 6 Niceron, Jean-Pierre 16–17, 20, 26 Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres 17 Nicholas of Myra, St 52 Nicolay, Nicolas de 23, 64, 156, 171 Navigations 23, 171 Nicole, Pierre 9 Nicomedia. See Izmit Nicopolis 131 Nile 6, 36 Nointel, Charles-Marie-François Olier, marquis de 9–12, 16, 21, 27, 28, 52, 58, 65, 97–98, 100–102, 125, 126, 170, 187–190, 208, 214–215, 216, 223 Northumberland, George FitzRoy, Duke of 19 Nové Zámky. See Neuhäusel Olympoi 159 Olympos, Mount 139, 219, 222 Oratorians 16–17 Orhan Ghazi, Ottoman Sultan 130, 135, 143 Orientalische Kompagnie 111 Osman, Ottoman Sultan 130 Oxford 20 Padua 3, 74, 186 Palestine. See Holy Land Panaiotis Nikousios 190 Panormos. See Sarigerme Pantelleria 205

247 Paparel, François 99 Papenbroeck, Daniel van 26 Paraskevi, St 171 Paris 5, 7, 8, 12, 15–18 , 20, 93, 109 Bastille 109 Parma 11 Teatro Farnese 11 Parthenon 10 Paşalimanı 178 Patriká 160 Pennautier, Pierre-Louis Reich de 19 Pepanó, Dimetrio 162 Perone, Antonio 106 Persia and Persians 1, 91, 137, 225, 148 Phrygia 169 Picques, Louis 16, 19–20 Pietro Maronita 186 pirates and piracy 14–15. See also corsairs Pirghí 54–55, 155, 157, 159–160 Pisa 3, 74 Pláka 201 Plovdiv 177 Pococke, Edward Specimen Historiae Arabum 127 Pococke, Richard Description of the East 169 Poland 2 Polish-Ottoman War 106–107, 175, 191 Polman, Jean Breviarium theologicum 20 Polycarp, St 84 Pompey 111, 113 Pompey’s Column, Black Sea 111–113 Pompey’s Pillar, Alexandria 111–112 Pomponne, Simon Arnauld, marquis de 9 Pontchartrain, Jérôme Phélypeaux de 97 Port-Royal des Champs 9 Pougeois, Alexandre 20, 27 Vie et voyages de Vansleb 20, 27 Poullet Nouvelles relations du Levant 23, 172 Preuilly, Raymond Louis de Crevant d’Humières, marquis de 170 Prince’s Islands 139, 180 Propaganda Fide, Congregatio de 46, 78, 94 prostitution 13, 85–86, 211–212 Protestants 73, 94 protocol 213–215

248 Provence 175, 195 Prusias I 139, 219 Qā’it Bāy, Mamluk Sultan of Egypt 36, 183 Quesnel, Pasquin Abrége de la morale et de l’Evangile 20 Ragusa 195 Rákóczi, György 150 Redi, Francesco 3 Rema 199 Renaudot, Eusèbe 21 Linguarum orientaliumcollectio 21 Historia Patriarchum Alexandrinorum 21 Rendy, Antoine (Antonio Rendi) 59, 154, 161 Retel, Mademoiselle 99 Rethymno 114 Reynaud, Claude 34–35, 72 Rhodes 7, 37–38, 45–47 Robert of Anjou, King of Naples 182–183 Roboly, Jean-François 101, 139 Rocaberti, Juan Tomás de 6 Roland 133–134 Roman Catholicism 4–5, 13, 18, 20–22, 73 Romans 176 Rome 3–5, 9, 16, 169, 219 S. Maria sopra Minerva 4, 18 Maronite College 3–4 Pantheon 131 S. Stefano dei Mori 4 Roncevaux 134 Rosetta 34–36, 49, 57, 72 Russell, Alexander Natural History of Aleppo 208, 209, 211–212 Russell, Patrick Natural History of Aleppo 211–212 Russians 175 Rüstem Paşa 142 Rycaut, Sir Paul 13, 74–76, 79, 84–85, 86–87, 190 Present State of the Ottoman Empire 74–75 Sabir Parsa 22, 177 Divan 177 Sainte-Marthe, Abel-Louis de 16–17, 20 Saip Köyü 68–69

Index Sāliḥ Najm al-Dīn al-, Ayyubid Sultan of Egypt 182 Sancia of Majorca 182 Saraylar 178 Sardinia 205–206 Sariçay valley 174 Sarigerme 45 Sariyer 113 Sauvan, Balthazar 6 Schmid von Schwarzenhorn, Johann Rudolf 111 Sebastiani, Giuseppe 50 Second Northern War 2 Seddülbahir 89, 172 Sefer Adam 42–43 Segnane, Consta 197 Segnano, Demetrio 197, 199 Şehzade Ahmed 137 Şehzade Mustafa 137–138 Seignelay, Jean-Baptiste Antoine Colbert de 97 Selim I, Ottoman Sultan 124, 125, 137, 183 Selim II, Ottoman Sultan 138 Septimus Severus, Roman Emperor 119 Serbians 11 Serra, Ignazio 161 Sévigné, Mme de 9 ships The Centurion 74 Jerusalem 198 La Reine 198 La Religion 198 Saint Joseph 198 Saint Pierre 198 Sidon 6, 48, 71, 100 Sífnos 192 Sigean promontory 166 Silivri (Selymbria) 180 Sinan 125 Şirin Hatun 138 Sitt Dāmiyāna, monastery 48 Smith, Thomas 122, 172, 224–225 Remarks 122, 172 Smyrna. See Izmir Smyrna, legendary Amazon 83 Soffiano, Andrea 50, 58–59, 61–62, 161 Soffietti, Domenico 65 Sofia 177

249

Index Sohag 24 Sömmerda 2 Souda 192–194 Sounion, Cape 192 Spain 189, 205 Spinalonga 193 Spinola, Agostino 96 Spon, Jacob 23, 26 Voyage d’Italie, de Grece, et du Levant 23, 79, 110, 112, 118, 119, 121, 122, 143, 223 Stefani da Ragusa, Bonifacio 184 Stochove, Vincent Voyage du Levant 172 Strabo 83 Süleyman I the Magnificent, Ottoman Sultan 23, 46–47, 101, 124, 125, 137–138, 142, 183 Sweden 9 Swedish army 2 Swiss 150 Sykiada 60 Syria 6, 8, 209 Syrian Jacobites 11 Tabriz 225 Tacitus 8 Tavernier, Jean-Baptiste Les six voyages 156, 160 Tenedos (Bozcaada) 89, 152, 163, 166–168 fortress 167–168 visited by Wansleben 166–168 Tentzel, Wilhelm Ernst 18 Texier, curate of Bourron 16 Theodosius I, Roman Emperor 119–120, 122 Theophanes III, patriarch of Jerusalem 186 Thévenot, Jean Relation d’un voyage fait au Levant 23, 133, 160, 172, 223 Theyls, Jan 4 Tholopotami 55 Thólos 60 Thutmose III, Pharao 119 Thymianà 154–155 Tiger, Ambroise de 48, 70–72 Tinos 193, 209 tithymalus 154 Topğaç 178

Toulon 15, 206 Traherne, Philip 94 Traherne, Thomas 94 Transylvania 150 Tripoli (Syria) 6, 19, 71 Tronchin, Jean 99 Troy 169 Tunis 59 Tunisia 205 Turhan Hadice 125 Turin 9 Turks 41, 45, 46, 48, 56, 67, 70, 73, 78, 80, 84–86, 92, 101, 107, 126, 171, 178, 194 Ukrainian Church 186 ʿUmar ibn al-Khaṭṭāb, Umayyad Caliph 11, 183 Üsküdar 125 Valide Sultan Turhan Hadice. See Turhan Hadice Vandals 149 Varadier, Chevalier de 198 Vatican Library 115 Vefa, Şeyh 125 Vendramin, Vincenzo 193 Venera, St 87 Venetians 10, 15, 93, 166, 167, 209 Venice 186 Venice, Republic of 9, 166, 167, 174, 191, 193–194, 200, 202, 209, 213 Vessa 53–54 Vienna 111, 202 Visconti, Primi 19 Wansleben, Johann Michael in Bursa 125–144 in Chios 13–14, 49–68, 151–163 early life and travels 2–5 and Islam 24–26 in Istanbul 98–125, 144–150 in Izmir 68–98 manuscript of Turkish journal 26–28 Nointel and 8–12 return to France 15–21 second journey to the East 5–8 Turkish journal 22–26

250 Wansleben, Johann Michael (cont.) works Relazione dello stato presente dell’Egitto 1, 5 Histoire de l’Eglise d’Alexandrie 1, 7, 8, 15, 21, 22, 26, 162 Nouvelle relation en forme d’un journal, d’un voyage en Egypte … en 1672 et 1673 1, 7, 15, 16, 19–20, 26 Travels in the Levant 1671–1674 1, 7, 8, 15 Conspectus operum aethiopicorum  5 Beschreibung des Egypten Landes nach dem Zustand des Jahres 1664 5, 21 Warner, Levinus 213–214

Index Wheler, Sir George 23, 79, 112, 119, 121, 122, 143, 146, 223 Wilson, Thomas 202 Yakup Shah bin Sultan Shah 133 Yeni Saray 89–90, 167 Yenişehir 169, 180 Zefiria 196 Agios Ioannis Baptistis 196 Zembra 205 Zevi, Sabbatai 176 Zólyomi , Dávid 150 Zólyomi, Miklós 149–150 Zucco, Ioannis 202 Zucco, Nicolas 197, 202 Żurawno, Treaty of 12, 105, 191