Histoire de l’architecture (tome 1) [1]

un véritable chef d'œuvre!

469 13 37MB

french Pages 654 Year 1899

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Histoire de l’architecture (tome 1) [1]

Citation preview

HISTOIRE DE

L' AR(~HITE

CTURE.

~.,--~-~ ".

FIGURES ET 'l'RAC\SFORMÉES

GH,\\-ÉES

EX 'l'AILLE-DOUCE

PAR J. 5UL1'18

EX CLICHÉ S 'l'YPOGRAPHIQUES J:\fPRBIERIE

GAD'l'HIER-VILL."'-RS.

PAR FER'XIQ1:E ET F1LS.

AL GUSTE CHOISY.

HISTOIRE DE

L'ARCHITECTURE TOME 1.

P ARl G A UTHIER -VILLARS,

IMPRIMEUR-LIBRAIRE

D TI B TIH E A TI D E S TeO :\ G IT TID E S, 55, Quai

des

s)

DEL'

É e OL E

Granc1s-Augllstins,

1899 ( Tous droits

réservés.)

55.

P o L y T E e H K I Q TIE}

IlIsrrOIRE DE

L' ARCHITECTIJRE.

l.

LES AGES

PRÉHISTORIQUES.

Les monuments do l'arehiteeture naissante nous font apereevoir, dans leur manifostation la plus simple, ees inévitables attaches qui lient le mode de construire aux états sueeessifs do fhumaIÍité et font de l'lÜstoire de 1'art un résumé de l'histoire nlcme des soeiétés. Nous yoyons l'habitation se constituer, se tr~nsforrner suivant les vieissitudes du climat et du gen re de yie qu'il impose ; les proeédés se modifler avec les ressourees locales, avee les progres de 1'outillage; les eifets imposants de masses employés eomme premiers moyens d'expression ; l'architecture funéraire et religie1.lse préeéder l'art utilitaire; l'art figuré devaneer 1'arehitecture. Nmis reconnaissons memo cotte singuliere influenee de l'hahitude, qui fait survivre les formes, ap.x raisons dont elles dérivent. Chez tous les peuples l'art passera par les mémes alternatives, obéira aux n1cmes lois : 1'art préhistorique semble contenir tous les autros en lenr gornle. LES PRINCIPALES ÉPOQUES.

Les temps préhistoriques se partagent nettement en trois p6riodes qui répondent a trois genres de vie de 1'homme prilnitif, et par suite a trois direetions tres distinetes imprimées

2

AGBS

P~lÉHíSTORJQUE~.

aux essais d'ou sortira l'art de hátir : les temps qui précedcllt les grands phénomenes glaciaires, ceux flui les accompagnent et ceux qui leur succedent..

Pendant la premiero périodc r le climat de nos contrées est doux et égal : l'hommo alors u'(>.prouvele hesoin de se protéger contre le froid ni par l'habitation ni par le vetemel1t; l'existence qu'il mene est sédentaire et, comme instrument, il ne possedc que le silex éclaté soit par le choc, soit par le feu. Survient la période glaciaire : elle impose a la fois le vetement et l'abri. L'homme ignore encore la domestication des animaux et la vie pastorale : essentiellement chasseur, il se déplace suivant les saisons 11la poursuite du gihier, et surtout du renne dorit il fait sa principale nourriture. L'hahitation devient nécessaire, et avant tout elle doit etre mohile. Les outils qui permettent de l'exécutersont, comme pendant la période antérieure, des outils de silex, mais déja montés sur manches et qui accusent par la diversité de leurs formes, une remarquable spécialisation de fonctions : haches, scies, per~oirs, grattoirs, ete. On commence a fabriquer des cordages en meme temps quc des tissus. A la fin de la période glaciaire se produit une émigration en masse des populations de nos contrées : h.mesure que les glaces tendent a se confiner dans les' régions polaires, le renn~ se retire vers le Nord; l'hon1me chasseur le suit et laisse la place libre a une invasion, probablement venue de la haute Asie, qui appúrte avec elle les principes de tout un état social nouveau. Les envahisseurs connaissent la domestication des animaux et meme la métallurgie. Avec eux commence la vie pastorale et agricole, avec eux les armes, les outils de métal font leur appa~ rition. Le silex, dont ils continuent l'usage, n'est plus seulement éclaté mais poli. Ils emploient le feu pour durcir l'argile et fabriquer la poterie. Les métaux que nous leur devons sont le cuivre et le bronze, en attendant le fer dont l'introduction sera plus tardive. Leurs arts sont surtout ceux OUle feu intervient, leur -époque celle d'un des plus surprenants efforts de l'activité

LES

inventiva:

3

PROCÉDÉS.

ces memes 11o.mmes qui llo.US o.nt clonné les Inétaux

se présentent a no.us co.mme les créatours el'une mécaniquo assez puissante po.ur ponnettre la manceuVl'edes blo.cs monstres qui S01'ontles premiers 1110.numentsdo l'architocture. Tellos so.nt los alternatives du mode de vio ot elo r outíllago; passo.ns on revue les travaux aux(IUels cet outillage s'est to.ur il to.ur appliqu('. LES PROCÉDÉ~. a. -

LE TRAVAIL DU BOIS.

Les emplois du bo.is, réeluits a eo qui peut s'exéeuter ~tl'aído de la haehe et de la seie de silex, so.nt bien restreints : la eharpenterie pro.pl'ement elite suppo.se au mo.ins des instruments de bro.nze. Et, méme a leur aide, la tailledes assemblages est pénible; elIe l'est a ee po.int, qu' o.nvo.itles eo.llstrueteurs ereusel' leurs piro.gues dans des tro.nes d'arbres plutot que de les eOlllpo.ser de pieces ajustées. Lo.rsqu'i! s'agit de batir des huttes, les assemblages so.nt autant que po.ssible remplaeés par des ligatuÍ'es plus o.umo.ins semblables a ceHes qui fixent les instruments de sílex a leurs lnanches : la vannerie, qui n'exige aucun o.util, do.ít avo.ír preeédé la eharpente; et la eharpente par ligatures devanee néeessaírement la eharpente d'assemblage. Plantel' des po.teaux dans le so.l, et relier a ces 'po.teaux a 1'aíde de harts des traverses de planehers ou de to.itures, vo.ila en so.mme le résumé . "

de la eharpenterie

'

préhisto.riqur.

b. -

LA

PIERRE.

La pierre était d'unemplo.i plus difficile eneore : le tranehant du sílex se brisepar les eho.es. Le bronze méme entame mal le roe et permet mo.ins de le tailler que de l' « étonner » par pereussion, to.utefois rend,-ille travail possible; 1'arehitecture de pierre n' étaít praticable qu'a l'épo.que des métaux : de la sa tardive apparitio.n.

4

AGES

PRJ~EISTORIQ-cES.

Au moment de ses débuts elle présente un aspect caractéristique, qui est le mégalithisIDc: elle procede parblocs énormes: partout les masses remuées préexistent aux masses construites. Et cela meme, nous allons le reconnaitre, est une conséquence de l' état de l' outillage : .

Le rnégalithisme aux temps préhistol'iques. - Pour nous il

est commode de débiter la pierre en petits blocs de forme réguliere et d'un maniement facile; aux ages préhistoriques il était plus simple de l'employer par grandes mas se s entierement brutes : on éclatait le bloc en carriere a l'aide de coins, pour le transporter au moyen de leviers. Rien de plus aisé que cette manceuvre; la fig. 1 en expliquera les détails : t

,

M

N

N

M

Veut-on soulever le bloc '! il suffit de lui adapter une série jointive de leviers qu'on charge en queue (croquis M); Au moment OUles leviers sont ahattus (position l\'), on cale la pierrc (croquis ~') : Puis, par un terrassement indiqué ~n JI', on exhausse les points d'appui des leviers: Et ainsi de suite. Onpcut de cctte sortc faire monter la pierrc tt volonté. Veut-on la faire cherniner? on donnera (fig. 2 A) au massif qui la porte une légere inclinaison, et on rendra glissante la surface d'appui en la revetant d'un corroi d'argile; cela fait, il suffira d'abandonner la pierre a elle-mcme : si l'inclinaison du

5

LES PROCÉDÉS.

plan de glissement est convenablement réglée, le bloc descendra par son poids comme un navire sur une cale de lan~age. La pierre est parvenue au terme de sa descente : on renouvello l'opération (croquis B et e); ot ainside suite. Et il est a ren1arfIuer que le procédé permet (variante R) de cheminer memo au rebours de la pente naturelle du sol. 2

A

~~~&Wd&/M'd&dd&/&Wd~M'&/d//MdW//'"

///.

~

"k,

, ./

-

Z

'"

~ ,

///.

/.

;'

'o

,:1.

'

-,

.

:1"/////////////////////////,;:///".,.-./,.'°/.'/':,':.

-

':-\

.

,

\

'\

/"

:-.: . , ".

d

,

\'

'\

,

.

,I'''

'

~ "

v.

...

,.'

/n'./

,

,

//"

/'

Y ,//1',/

',,-'

.1-"

,.""

'

S'agit-il de dresser la piene a la maniere d'un obélisque? la solution fig. 3 se présente d' elle-meme : 3

On installe en SOUS-CBuvre un pivot A fait d'un tronc d'arbro et une glissiere G en argile savonneuse; puis on affouille progressivement le remblai sur lequelle bloc repose: par lo seul effet de son poids, le bloc bascule et se dresse. L'opération

G

AGE3

PRÉHISTORIQUES.

n'exige ni mécal1isme ni eordages. Elle est lente, milÍs on sait cambien le temps compte peu chez les peuples primitifs. Elle demande une somme de travail énorme,. n1ais le fait seul de ces monuments sans utilité matérielle témoigne d'un,e formidable organisation autoritaire : le mégalithisme, OUla clépense de travail compense la pénurie d' outils, est bien l'architecture de populations encore demi-sauvages au service d'une toutepuissante volonté. Le mégalithisme est a la fois une consé(Iuence du manque d' outils et un indice du régime des sociétés llaissan tes. La pie/Te excavée. - Une autre fa