Dictionnaire et armorial des noms de famille de France 221300028X

1,927 133 105MB

French Pages [311] Year 1974

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Dictionnaire et armorial des noms de famille de France
 221300028X

Table of contents :
Couverture
Page de titre
Introduction
Noblesse et roture
Héraldique
L'écu
PARTITIONS DE L'ÉCU.
PIÈCES HONORABLES
MÉTAUX, ÉMAUX ET FOURRURES
MEUBLES
N.B.
Glossaire
ABRÉVIATIONS
SOURCES
NOMENCLATURE
Table des matières

Citation preview

Dictionnaire etarmoriai des nomsdefamille de France

Pierre Blanche Dictionnaire et armorial d e s

n o m s d e

d e

f a m i l l e

F r a n c e

Fayard

© Librairie Arthème Fayard and BPL, 1974

IN MEMORIAM GUSTAVIBLANCHE MARIAE-THERESAE DE FEYDEAU LEONIS HANSEVAL MARIAE MEMPONTE

Introduction

Les nombreux Bouvard et Pécuchet du xixe siècle ont inventé, entre autres passe-temps, une science qu'ils ont appelée anthroponymie. Grâce à eux, nous disposons d'étagères, sous vitre, où sont étiquetées commodémenttoutes les variétés denomsde famille avec leurs sousespèces etleurs aberrations. Mais, sans le savoir, Bouvard et Pécuchet avaient delointains ancêtres, commetous les bourgeois de la terre, et, aussi, comme tous les bourgeois français, ils se distinguaient de l'aristocratie en laissant ces ancêtres soigneusement cachés (sait-on jamais quels secrets scandaleux ils recèlent) dans les catacombes et leur vaniteuse ignorance. Eussent-ils été piqués dela mouche à noblesse, ou bien, tout simplement, MM.Bouvard de la Métairie et Pécuchet de la Basse-cour eussent-ils vécu cent ans plus tôt, ils auraient adjoint à leur petit musée d'érudition, en vertu de la sacro-sainte séparation des disciplines, une salle consacrée àla généalogie et une autre à l'héraldique. Ces deux sciences, dont l'ancienneté leur confère un prestige magique aux yeux des uns, maiséquivoque au regard des autres, sont dédaignées par les esprits modernes, tandis queles descendants de M. Jourdain et de M. Turcaret, du vaniteux nouveau riche et du margoulin dix-huitième, sont devenus Messieurs de Jourdain et marquis de Turcaret; ils se consacrent aux sciences nobles et désuètes dans un sentiment d'exaltation de leur propre race, qu'ils nomment«nos familles »,voire «nos maisons ». Leur grande satisfaction est d'exclure des mystères et des rites ceux qui n'en sont point dignes : la racaille ou gens du commun. A leur façon, ils contribuent à la grande conspiration des temps modernes (qui est d'abaisser les citoyens à leur plus petit commun dénominateur), tandis qu'ils se réservent, et pour eux seuls, un petit jardin de délices où ils ont tout loisir de savourer le plaisir d'être unecaste supérieure et condamnée. Malheureusement pour tout ce beau monde, d'autres savants, venus d'horizons différents, nous ont avertis que ce qu'on appelait réalité n'était, le plus souvent, quele reflet et la coloration d'une mentalité, celle du muséologue. De conséquence en conséquence, on s'aperçoit que le Musée de l'anthroponymiste, comme le cabinet de l'héraldiste, au lieu d'ouvir des fenêtres sur le fameux obscurantisme du Moyen Age, ne fait, en vérité, qu'y projeter la lumière partiale denos préjugés. La vieille France, dont nous sommes issus, était dans une mesure que nous nous refusons à entrevoir, bien plus égalitaire qu'on ne le dit; les fables de séparation des milieux sociaux sont bien venues pour étayer les arguments depolitique, mais ce sontdes fables. Les Bouvard, les Pécuchet, les Dupont et les Durand, en France, se croient les petits-fils de cul-terreux, et s'empressent de renier leurs origines ou, tout au moins, de ne pas les rechercher. Enrevanche, les petits-fils d'agioteurs et de spéculateurs desXVIIet XVIIIsiècles, dans leurs beaux mobiliers d'époque, tirent à eux toute la couverture et s'arrogent le privilège exclusif de représenter l'Histoire de France. Sans doute l'anthroponymiste positiviste, nourri de Voltaire et d'Auguste Comte, se veut-il, à la mode républicaine, sans attache avec aucune tribu, aucune ethnie, mini-ethnie ou famille; il se déclare modestement, orgueilleusement «soi-même»,et rien queles fils de ses œuvres.

Bouvard et Pécuchet ne se sentent nullement liés à leurs homonymes. Récemment, dans une gazette, certaine dame Pompidou faisait savoir quenul lien de parenté nela rattachait à un président de la République du même nom. Peut-être était-elle dans le vrai, mais on se demande quelle connaissance cette dame scrupuleuse possède de ses aïeux! Acombien de générations remonte son souvenir? Deux, trois peut-être, alors qu'il en faut une trentaine pour envisager unelignée depuis l'époque où sefixa, souvent, le nomqu'elle conserve aujourd'hui. Du règne de Saint-Louis à celui de Louis XV : vingt générations (ou degrés). De Louis XV à nos jours, une douzaine... Si l'on songe que la plupart des noms de famille, en France, ont été stabilisés à partir durègne de Saint-Louis, auXIIIesiècle, et quela plupart des gens d'aujourd'hui se trouvent incapables de dire où naquit leur grand-père et quel métier exerçait leur bisaïeul, on mesure à quel point ce siècle de lumière laisse à désirer, quand, dans ce même temps, les découvertes de la génétique remettent à l'ordre du jour les vieux «préjugés »sur l'hérédité. Mais revenons à MM.B-ouvard et Pécuchet. De famille Pécuchet, nulle trace nulle part, maisde Bouvardnous pouvons aisément faire l'étude : En 1969, à Paris, il y avait 27 Bouvard et 5 Bouvart abonnés au téléphone. Aucun généalogiste reçu dans les bonnes maisons n'en tirerait de conclusion, un héraldiste encore moins. Un anthroponymiste hausserait les épaules et se contenterait de déclarer gravement, citant Albert Dauzat : «Bouvard vient de la racine BOVO, par le composé Bov-Hard, ces racines serencontrent dans quelques noms delieux, dans la Marneet la Somme. » Cependant, à y bien réfléchir, une trentaine de Bouvard (ou Bouvart) dans une France de 50 millions d'habitants, doivent descendre des Bouvard d'une France qui, au XIII siècle, n'en comptait peut-être pas plus de 15 millions : nos trente Bouvard, en principe, descendent de moins d'un demi-Bouvard du temps de Saint-Louis. M. Leroy-Ladurie calcule même moinsdedix millions d'habitants au xive siècle! Ne peut-on supposer qu'il y a de fortes chances pour qu'ils descendent, en tout cas, de leurs rares homonymes à cette époque, et, dès lors, soient pour ainsi dire tous parents, ou, peut-être, seulement répartis en deux ou trois groupes originels tout au plus. N'ont pu porter un nomparticulier, Bouvard ou autre, en ces siècles de hiératisme et de respect de la personne (qu'on n'appelait pas encore «individu »), que des gens du même terroir ou d'une mêmeappartenance, et par conséquent, à quelque degré, cousins. Saufdans le cas de gens très éloignés les uns des autres, dans des provinces entretenant peud'échanges communs (Bretagne et Franche-Comté, par exemple), les homonymes ont dû, en principe, appartenir à la même tribu. C'est méconnaître les civilisations traditionnelles, ou même simplement conservatrices, que de ne pas accepter ce fait. En Islam, tout homme connaît par cœur sa parentèle, et la parentèle complète de tous les hommesde sa contrée. AuxIndes, chaque tribu, chaque sous-caste, conserve la mémoire des alliances de chaque famille et le souvenir du nombredefrères à chaque génération depuis des siècles, voire des millénaires. Il en fut ainsi en France jusque vers le XIII siècle, quand les noms devinrent fixes; nous n'irons pas jusqu'à prétendre que tous les Bernard et tous les Martin sont issus d'un seul Bernard et d'un seul Martin, bien sûr, mais nous affirmons que dans le cas particulier de chaque ancêtre, sonnomlui fut attribué en fonction de son appartenance généalogique. Dans le cas des prénoms devenus noms, la situation est certes complexe, et l'on ne doit pas perdre de vue que, dans les «bonnes familles »dejadis, le prénom du père passait toujours au fils aîné, et souvent même au cadet : on peut dire que, pratiquement, les prénomsfurent héréditaires jusqu'au XVIII siècle dans la paysannerie et dans les familles conservatrices. Ils l'étaient depuis l'antiquité chrétienne, probablement, de même que les métiers se transmettaient de père en fils, et, sauf exception, il ne venait pas à l'esprit d'un jeune homme de refuser cet héritage culturel et tribal : le métier de son père. Quand une famille porte le nom de Boucher, nom fort ancien, c'est qu'elle descend non d'un boucher, mais d'une lignée de bouchers. Amoins qu'il ne s'agisse d'une épithète de moquerie. Notre avis est que la plupart des noms de métiers ont été plutôt des surnoms, car pourquoi, au fond, appeler un Boucher Boucher? Tandis qu'un hommesanguinaire, ou maladroit... Il est évident, aussi, qu'une seule famille a pu s'appeler BOUCHER, dans une mêmeville, sinon dans toute une mêmerégion; et une seule, aussi, a pu s'appeler Mercier, ou Tissier, etc.; sans quoi il n'y aurait eu aucune raison pour personne de prendre un nom de famille. MM. Bouvard et Pécuchet se croyaient à mille lieues, mondainementparlant, du «beau

monde» et de la noblesse. Pourtant, l'un d'eux (toujours Bouvard) aurait été sans doute surpris d'apprendre qu'il avait de fortes chances d'avoir plein droit à un blason, tout comme le hobereau du coin; il pouvait peut-être, àjuste titre, s'enorgueillir d'armoiries bien gagnées, payées de trébuchantes espèces au temps où le roi, lorsqu'il levait un impôt supplémentaire, enremerciaitle contribuable et lui décernait un blason inaliénable et légitime. Dans l'armoriai de Paris, en effet, nous relevons un Bouvard, conseiller au Parlement, qui porte : d'azur à trois fasces d'or, accompagnées en chef d'un croissant du même, et en pointe detrois étoiles aussi d'or. Ce Bouvard était le petit-fils d'un médecin originaire de Montoire, devenu premier médecinde Louis XIII, qui l'anoblit. M. Bluche, dans son remarquable ouvrage L'Origine des Magistrats du Parlement de Paris, décrit sa postérité, par quoi nous voyons qu'elle devint rapidement Bouvard de Fourqueux, sans doute prononcé : Fourqueux. Or ni les annuaires téléphoniques ni les annuaires mondains de nosjours ne font état d'aucun Fourqueux, avec ou sans Bouvard, il ya fort à parier quecette noble famille s'est éteinte. Suivons l'exemple de l'aristocratie dans son sens tribal qui lui fait nejamais rien perdre d'un lustre acquis, d'un mérite reconnu. Onsait avec quelle constance les maisons de Montmorency, de Polignac, de Rohan, de la Tour d'Auvergne et tant d'autres (sans parler des acrobaties des Lusignan à travers les généalogies ou celles des Grimaldi), avec quelle ferveur elles ont été, à maintes reprises, sauvées del'extinction. Nous appliquerons au vulgaire les méthodes de promotion qui ont si bien réussi aux gens de distinction et dirons : sur ces trente-deux Bouvard-Bouvart, il y en a au moins une partie, sinon la totalité, qui participent généalogiquement aux mérites du médecin de Louis XIII, et qui, selon les nobles usages de l'ancienne France, doivent être considérés comme investis des honneurs héréditaires qui lui furent conférés, à bon droit et de droit divin, enun temps oùl'on ne se contentait pas d'honorer un individu, mais unerace. Salut à MM.Bouvard ou Bouvart, et gloire à eux qui soignèrent si bien Louis XIII. Que leurs trois fasces d'or ornent leurs frontons etles taques de leurs cheminées. Hommage soit rendu, du mêmecoup, à M. Aguesseau, boucher en gros à La Villette, et seul abonné au téléphone parisien de son nom, lui dont la race a servi la France avec tant d'éclat pendant six générations, avant de sefondre dans les premières maisons dela noblesse. Mais voilà bien du snobisme, va-t-on dire, bien du tracas à propos de valeurs périmées? Eh bien, oui, répondrons-nous. Vive le snobisme, générateur d'élévation et d'accomplissements. Vive cette ultime phase de promotion sociale à l'heure où celle-ci ne saurait encore consister à donner à manger aux Français : ils n'ont plus faim. Les Français n'ont plus faim, ils ne sont plus, sauf exception, des pauvres, et, là, l'anthroponymiste va venir à notre aide pour le prouver. Comment s'appellent désormais nos pauvres? Ils s'appellent Gonzalez, De Angelis, ben Ahmed, etc. Ce sont tous, ou presque tous, des étrangers que les Français, refusant désormais de se livrer à des tâches jugées indignes outrop fatigantes, importent depays et d'ethnies moins bienpartagés. Les Français d'origine, dans leur pays, sont devenus des bourgeois; il serait temps de leur passer un peu de «savonnette à vilain ». Il est temps pour eux defaire ce quefaisaient leurs ancêtres lorsqu'ils parvenaient à l'aisance, et se décrassaient, parfois au point de prêter à rire, comme Monsieur Jourdain. M. Josse, orfèvre, son ami, et dont nous avons l'avantage de descendre, nous prêtera sa compétence proverbiale, espérons-le, afin de rendre cet ouvrage de quelque utilité aux petits-neveux de M. Jourdain. (Petits-neveux, restés vilains, pé-de-zouilles, affreux bourgeois, tandis que ses petits-fils, nous l'avons vu, s'appellent ces messieurs d'Jourdain et vivent dans la volupté d'être aristocrates de vieille souche, nobles d'extraction chevaleresque, commele prouvent les souvenirs et armoiries conservés par eux depuis le XVIIsiècle. Valeurs périmées? Cette condamnation résonne à nos oreilles, mais elle sonne faux à qui connaît un peule monde. Sans même parler des pouvoirs magiques de la particule, qu'un gouvernement éclairé devrait distribuer obligatoirement à tous les citoyens dans un esprit de véritable égalité et de nivellement par le haut; sans parler de cette ultime parure de la bourgeoisie, essayons au

moins derendre aux Français le sens de leur passé, deleur appartenance à des familles bientôt millénaires, et qui, toutes, chacune leur tour, ont plus ou moins participé à l'édification et à la maintenance deleur pays. La première chose est de s'identifier, savoir qui l'on est, et pourquoi; quelles illustrations l'on peutrevendiquer. Ce n'est pas toujours facile, il nous faudra, surtout, abréger au maximum afin derester dans les limites d'un livre de dimensions commerciales. Mais, dans la mesure du possible, nous donnerons quelques indications succinctes sur la quasi-totalité des familles de France et qui donneront, à ceux qui le désirent, le moyen d'orienter leurs recherches. Pour établir une riche nomenclature, nous avons abondamment utilisé quelques ouvrages dignes de foi, et ceux-là sont plus rares qu'on ne le pense. Nous avons été obligés d'éliminer aussi ceux dont la prolixité est néfaste à une vued'ensemble. Les travaux remarquables de M. Dauzat nous ont été une source précieuse d'informations. Les annuaires téléphoniques aussi, dont les enseignements sont nombreux, surtout celui de Paris, où l'on découvre que le premier nompar le nombre des abonnés au téléphone parisien est Le Fèvre, ou Fèvre, avec toutes ses variantes, sans compter Fabre, Favre, qui sont des variantes occitanes. Avec presque treize cents abonnés. En second viennent les Martin. Immédiatement après vient Lévy, y compris ses variantes : autour d'un millier. En quatrième position, nous avons BERNARD,puis COHEN, CAHEN(KAHN)et toutes les variantes. Les ésotéristes hocheront la tête devant cette prolifération de«fèvres »ou métallurgistes de tous poils; premiers par le nombre, ils sont à la fois la cause et l'effet de l'ère moderne, ou Age de Fer. Née dans le giron du Moyen Age, notre ère s'est caractérisée par le développement dela métallurgie; nous vivons à l'âge des Fèvres (Smith, Schmidt, Fabre, etc.), lequel succède à l'âge dela pierre, qui succédait lui-mêmeà l'âge du végétal. Soit que les Fèvre, Lefèvre, etc. aient davantage procréé, soit qu'ils aient été, dès l'aube de leur temps, plus nombreux, il est normal que ce soit eux les mieux représentés durant le règne de la Quantité : champions de la productivité, ils se distinguent par lenombre d'abord, mais aussi par la qualité; ils se sont taillé la part dulion, commeon le verra àleur article. Le travail de M. Bluche sur le Parlement de Paris, d'une précision et d'une intelligence rares, a été également une source bénie d'informations et de recoupements. Et puis, bien entendu, les «bottins mondains » où s'étalent depuis une soixantaine d'années toutes les vanités, et qui, par cette raison, sont d'inestimables documents de sociologie. Nous avons un peu négligé les familles nobles ou réputées nobles. Celles-ci s'occupent assez d'elles-mêmes, et de leurs archives, que chaque génération fignole. Notre but est de mettre en évidence le Français moyen, non de chercher des prétextes à dîner dans les châteaux. Nousnous écartons en cela de bien des érudits. Un certain M. d'Herbécourt, chargé de rééditer, avec des crédits d'État, une monographie de Célestin Port sur le Maine-et-Loire, y a supprimé allègrement nos ancêtres, pourtant représentatifs, de la bourgeoisie angevine (un médecin du début XVII siècle, Julien Blanche, et une victime de la Terreur, Louis Serbelle), mais il y a ajouté un nombre extravagant de vieilles demoiselles à particule, bienfaitrices de leur paroisse au xixe siècle, dontla parenté subsiste localement, dans de charmantes demeures, tandis que nous avons émigré à Paris àla Révolution. Pareillement, MM. Beauchet-Filleau, héritiers de la plus minutieuse somme de documents généalogiques et anthroponymiques de la France entière, réunie par leur aïeul, dans leurs récentes publications, reprises après plus de soixante ans d'interruption, en ont élagué toutes les familles sans importance mondaine. C'est qu'à mesure que la société avance dans son évolution démocratique, d'aprèsguerre en après-guerre, et de révolution en révolution, se crée, parmi ses éléments les plus délicats, la réaction inévitable, aux vertus équilibrantes, de formes nouvelles de snobisme social. La seule nation de vastes dimensions qui soit aujourd'hui une véritable démocratie, c'est l'Amérique du Nord, à laquelle il convient d'inclure le Canada. Or, dans ces pays,le snobisme revêt les caractères de la «culture », il prend une valeur de civilisation et n'est nullement un facteur négligeable pour quiconque est amené à fréquenter la société américaine. Nous n'avons jamais rencontré autant de gens titrés qu'à NewYork, où de véritables

bataillons de comtesses indéfinissables assaillent obligatoirement toutes les manifestations culturelles et mondaines. Al'intérieur de la société d'outre-Atlantique, proprement dite, les familles les plus tranquillement bourgeoises se veulent désespérément d'origine écossaise ou anglaise, voire hollandaise ou allemande. Le sang français n'y est pas mal considéré non plus. Ces revendications d'origine relèvent, il va sans dire, parfois de la plus haute fantaisie; elles n'en sont pas moins étayées sur des preuves ou présomptions multiples. Le célèbre et tolérant «Royal College ofArms »,à Londres, en sait quelque chose. Au Mexique et, d'une manière générale, dans toutes les anciennes colonies espagnoles, être depure race espagnole est le rêve de chacun, si l'on excepte les sauvages... C'est que, là-bas, s'est produit, il y a longtemps, ce qui est en voie de se produire en France, une invasion interne, par le bas del'échelle sociale, d'éléments allogènes, si l'on peut dire, puisque dans le cas des Amériques, l'élément véritablement allogène était précisément celui qu'on yrevendique... Il importe, aux yeux des nantis, de ne pas se confondre avec les «bougnoules », les nègres, les indiens. Ala distinction de classe succède tout bonnement le racisme, sous ses formes particulières à chaque région. Les Français de demain seront farouchement racistes. Peut-être le seront-ils d'autant plus farouchement qu'ils seront moins certains de la pureté de leurs origines. Comme les métis, dans toute l'Amérique, se montrent les plus cruels envers les races opprimées. Puisse cet ouvrage aider le Français moyen à se sentir plus français. Plus intégré à la France, et l'aider à surmonter ces complexes d'infériorité qui rendent si pénible, parfois, le commercedes peuples en expansion économique récente.

Noblesse et roture

Nous n'aimons guère ce mot de roture, qu'on rencontre si souvent sous la plume des journalistes du soir, gargarisés de snobisme et d'ignorance; s'il y a roture quelque part, c'est bien chez ceux qui sont «rompus »à toutes sortes demétiers, car roture veutdire rupture. L'étymologie du mot est complexe, il faut la chercher du côté de «la rupture de ban ». Un roturier serait un hors-caste qui a «rompu »... On voit quel abus a été fait de ce mot quand noble veut dire : digne d'être connu. Si l'on entend par roture le manque de noblesse, alors, nous savons bien aussi qui mérite le vocable. L'idée de noblesse a étrangement évolué avec le développement dela presse et des idées reçues. Dans ce dictionnaire on trouvera, parfois, à propos d'une famille, la mention : Déboutée... Ce qui veut dire que cette famille a été déboutée, à une certaine date, ou bien de sa noblesse, ou bien de sa prétention; en d'autres termes, cette famille peut avoir été noble antérieurement à cette date, ou ne l'avoir jamais été, mais avoir tenté d'accéder à cette conditionjuridique (qui exemptaitd'impôt!). La classe noble en tant que telle, comme le souligne avec autorité M. Bernard Bloch, n'existe guère avant le XIII siècle, ce qui ruine les romantiques évocations de vieilles demoiselles : le XIII siècle, c'est déjà la fin du Moyen Age, cette période était caractérisée, non par la noblesse, mais par la chevalerie, qui est bien autre chose. Il ne faut pas perdre de vue que le système des classes sociales, tant décrié, n'est que la survivance, ou, pour mieux dire, la dégénérescence d'un ancien système de castes, lequel avait du moins cet avantage quenul n'y était négligeable. Dans ses grandes divisions, ce système comportait la Caste sacerdotale qu'on retrouve de nos jours aux Indes avec les Brahmines; puis la Caste guerrière, chargée de défendre par les armes ce queles Sacerdotes maintenaient par la liturgie : c'était l'alliance du sabre et du goupillon. Les autres castes étaient marchandes et artisanales. Aux Indes, conservatoire de civilisation archaïque, tout cela s'est maintenu tant bien que mal, avec les excès et abus inhérents à la chose humaine. Dans ce système nul n'est tenu pour méprisable, sinon celui qui refuse de s'y soumettre, le hors-caste, sur qui est jeté l'anathème,jusqu'à la septième génération. En Gaule, le système des castes, bien mal connu, prit fin, en tout cas, avec la conquête romaine, et probablement bien plus tôt (Vercingétorix, comme les Rajpoutes de l'Inde, portait un nom comportant le mot Roi et impliquant «fils deRoi »;Rix, de mêmeétymologie queRig ou Raj en sanscrit. Rex enlatin, etc.). La caste des Druides était sacerdotale et comprenait, comme aux Indes, une sous-caste de médecins, mais matrilinéale. Les Grecs, établis d'Orléans à Marseille, dans leurs comptoirs, constituaient une caste marchande. Plus tard, il est constant que les Saxons par exemple, à Angers, les Francs à Paris, apparentés les uns aux autres, tinrent lieu de caste guerrière; ils furent les «Kshatryas »du Moyen Age commençant. Les Juifs peuvent aussi être considérés, à l'échelon européen, comme une caste sacerdotale ou marchande... Les

Lombards furent une sous-caste de banquiers, à Londres comme à Cahors. Et ne parlons pas des Gitans... La Chevalerie, au sujet de laquelle nous ne saurions nous étendre ici, constitua, juste avant les temps qui nous concernent, une émanation vers le bas de la caste sacerdotale : des moines furent armés pour la guerre sainte, sans pour autant condescendre à n'être que des «Kshatryas ». Dans cette perspective, la filiation chevaleresque est davantage spirituelle que généalogique; le fils ne succède à son père que s'il est «adoubé », c'est-à-dire adopté, et l'adoubé, héritier d'un fief et des honneurs y afférents, peutn'être pas le fils. Avec le déclin de la Chevalerie, les «Kshatryas »règnent sans partage; l'Église devient soumise au Pouvoir et non plus l'inverse. L'Évêque dîne à la table du Prince et non le contraire. Le guerrier a pris la première place. Quandle Prince dînera à la table du Banquier, c'est que les Temps Modernes sont inaugurés : règne de Philippe le Bel. Condamnation des Templiers et falsification de la monnaie; désormais le monde est livré aux marchands, spéculateurs ou spéculatifs; apogée des Médicis et des Fugger. Avènement de la Troisième Caste. Le Cycle s'accomplit jusqu'à nos jours, avec les jalons historiques de la Renaissance, de la Révolution, de la Révolution industrielle ou avènement de la Quatrième Caste (les Fèvres), et, enfin, sous nos yeux, l'écroulement progressif de toutes les structures ou avènement de la «canaille »ou montée des intouchables; autrement dit «réveil des Masses » ou Règnedela Quantité. Le système des Castes a fait dire beaucoup de sottises; mais qu'on le considère aux Indes contemporaines ou dans l'Europe préhistorique, il est peu sage de l'étudier sans le complément indispensable d'un réseau dense de sous-castes et de structures tribales préaryennes, dont l'enchevêtrement, malgré le nivellement de la Paix Romaine (tout relatifd'ailleurs), constituera une des complexités du monde médiéval. Pour se faire uneidée d'une ville française au xiie siècle, il vaut mieux se promener dans les souks de Marrakech que sur le parvis de Notre-Dame. Le grouillement des foules et la diversité des costumes, la superposition des langages et des dialectes, l'hiératisme de l'architecture et le respect des usages, témoignent non, comme pourrait le croire un «touriste », d'une «pittoresque confusion », mais au contraire d'un système aux rouages délicats et multiples. Dans une société decetype «pittoresque »nul n'est isolé; il appartient à une confrérie, à une guilde, puissante ou faible, mais où toute injure est vengée cruellement. La vendetta, manière corse, florissait au Moyen Age à travers toute la France et en dehors. Les plus déshérités appartenaient à des sociétés secrètes, dont la tradition se perpétuera, dans l'Armée, par exemple,jusqu'au XVIII siècle où les soldats, aux Antilles, aux Indes, prenaient des noms nouveaux et profanes (Lafleur, La Douceur, Riche Cœur, Beau Soleil... Joli Cœur), noms qu'ils transmettaient parfois à leurs enfants de mère «indigène ». On connaît, en outre, les surnoms que prennent les Compagnons du Devoir, et autres affiliés. Les noms de famille du XII au xvie siècle furent pris en fonction d'impératifs fort divers, où il ne faut jamais négliger les signes d'une appartenance à une famille, à une société, à uneguilde, parmi lesquelles la chevalerie, puis la «noblesse ». Cette dernière catégorie créa une équivoque en prenant le nomd'une vertu. En d'autres mots, quiconque n'était pas guerrier était ignoble, tandis que les chevaliers, ou cavaliers, n'impliquaient aucune dérogeance hors de leurs rangs. Pour remettre les classes sociales de l'ancienne France à leur place propre, sans contenu émotionnel, il faudrait dire, pour nobles- ■ se chevaleresque, caste guerrière d'obédience chrétienne, puis pour noblesse (par opposition à roture), classe possédante ou illustre, comme on dit aussi classes dirigeantes pour désigner d'autres milieux ou, du moins, pour les désigner enfonction de vuesdifférentes. Les familles réputées nobles aujourd'hui ne descendent ni plus ni moins que les autres de ces ancêtres du Moyen Age, où se recrutait la chevalerie, et, par le jeu des courbes d'ascension et de descension sociale, le dernier des peigne-cul, au xxe siècle, a autant de chances de compter d'illustres aïeux au XII que nos beaux marquis de salons, petits-fils des spéculateurs du Second Empire. Il faut bien se dire que l'aristocratie médiévale, qui ne remontait guère au-delà du IX siècle, s'est trouvée refoulée vers l'obscurité au XIII siècle, par l'accession d'une nouvelle couche de parvenus, laquelle, vers le xve et surtout le XVI siècle, s'est trouvée à son tour supplantée par d'autres, venues du commerce et de la robe; à chaque tour deroue de la Fortune les «vieilles familles », plutôt que de se mesurer et de se rencontrer avec des rustres qu'elles méprisaient et dont les mauvaises manières leur faisaient horreur, leur laissaient

dédaigneusement le passage et l'accès aux honneurs qu'elles ne partageraient plus, désormais, avec ceux qui les dévalorisaient : aux honneurs, elles préféraient leur honneur. Lors de ces bouleversements sociaux, nous voyons le même schéma se répéter : les gens bien élevés rentrent chez eux et y restent, tandis que les autres s'étalent partout. Les nouveaux riches de la Renaissance faisaient, sous Louis XIV, figure de gloires antiques, ils constituaient l'honneur du Parlement et l'ornement de la Cour; ils furent secoués par la promotion bourgeoise opérée par ce monarque, puis sous le règne suivant, par l'insolente réussite de la crapule (Turcaret). Quand survint la Révolution, maintes bonnes familles en étaient déjà au stade où l'on ne brigue plus rien, où le monde vous apparaît dans toute sa vanité : l'abolition des privilèges n'a-t-elle pas été décrétée par les meilleurs gentilshommes du royaume? (Mortemart, Noailles...) Sous l'Empire, et même sous la Restauration, les Régicides, et toute une racaille surgie de la Révolution, furent « anoblis » à tour de bras, comtifiés et sénateurifiés, au chagrin des survivants de l'ancienne société. Enfin, Napoléon III acheva de désacraliser la noblesse, en l'accordant à n'importe qui, et en inondant le marché de titres de marquis. Au xxe siècle, le Vatican a distribué à tout venant des titres divers, à tel point qu'il y a aujourd'hui (bien que la noblesse, juridiquement, n'existe plus) quatre ou cinq fois plus de «nobles »qu'au xviiie siècle. Pour dire de telle personne qu'elle est de roture ou de noblesse de notre temps, il faut avoir la vue bien courte, et être bien peu informé de l'histoire de la société. Sous le choc de l'invasion allogène, d'ici quelques années, être de souche française ancienne sera le plus rare des titres de noblesse, puisque ce sera forcément être héritier d'une longue série de hauts et de bas, dont on peut retrouver les signes, et, si l'on ne se réfère qu'à ces «hauts », on y trouvera toujours de quoi réconforter les vanités blessées, en tout cas, on y trouvera l'Histoire de France.

Héraldique

L'HÉRALDIQUE est, au fond, une science sacrée. Du moins est-elle le vestige d'une symbolique de caractère sacré dont le sens s'est généralement perdu. Devenue l'apanage de rares spécialistes, la science du blason, depuis des siècles, a souffert de la tendance qui lui fut imprimée, à ne servir queles intérêts etla vanité d'une minorité. L'héraldiste, le plus souvent, se gargarise demots dont le sens échappe au vulgaire, et ce pour dire des choses très simples. Il ahurit son audience de termes comme«vairé de sinople et de gueules », ou bien «à la nuée mouvante du flanc senestre ». Et le bourgeois de se dire : «detels mystères nesont pas pour moi ». Nous nenierons pas que celangage ésotériquejoue un rôle essentiel dans l'art dedécrire un blason, il représente le passé de cet art, avec son contingent de mots persans, francisés, qui témoignent desa lointaine origine orientale et sacrée. Cependant, il ne faut pas se laisser emporter par cejargon, et garder au contraire présent à l'esprit qu'en vertu même de cette science, le droit imprescriptible de tout citoyen est de traduire son nom propre, hérité et transmissible, en une figure symbolique, hiéroglyphique qui, tout comme les enseignes des anciennes boutiques, ou les figures de marques commerciales modernes, précise sonidentité. On a voulu voir dans les armoiries un privilège nobiliaire : rien n'est plus faux, et des tonnes de paperasses, dans le grand minutier des Archives nationales, sont là pour prouver que nul ne fut jamais empêché de faire usage de blason tant qu'il n'usurpait pas celui de quelqu'un d'autre. On a seulement empêché de faire usage de couronnes indues, et cela en des temps reculés, car, depuis, les abus se sont tellement généralisés qu'il aurait fallu condamner en bloc toute la noblesse et la bourgeoisie. Detoute façon, couronnes et fioritures extérieures au blason ou écu ne relèvent pas de l'héraldique, mais de l'art décoratif ou de l'imposture mondaine. Dès le XIII siècle, on voit des paysans, des marchands faire usage de blasons, quand ce neserait quepour marquer le sceau de cire deleurs lettres ou bien des sacs deblé. Ces marques étaient simples, comme doit l'être toujours un blason, puisqu'il doit pouvoir être reconnu d'un coup d'oeil. Les armoiries accordées récemment par Napoléon et par les monarques anglais n'obéissent pas à cette règle : elles sont illisibles et représentent une regrettable décadence de la vraie science des armoiries. Science qui, disons-le, connut en France, à la fois ses débuts et son apogée. Les bons blasons sont donc anciens, ils remontent au moins au temps de Louis XIV. Ce roi en distribua, en échange d'un impôt, à tous les Français en mesure d'en porter, c'est-à-dire à tous ceux qui n'étaient ni mendiants ni miséreux. Autant dire que peu de familles françaises n'en ont pas. En effet, il faut bien de la malchance, pour qu'entre 1696 et 1700, tous les membres d'une mêmefamille, porteurs du mêmenom, se soient trouvés simultanément dans l'indigence. Étonnons-nous que les Français d'aujourd'hui, si épris des fétiches du passé qu'ils passent leurs «week-ends »à décaper leurs plafonds afin d'en exhumer des solives qui, une fois «apparentes », leur serviront de caution dans leur désir de se rattacher à des temps pour eux mythiques, qui collectionnent les pots de terre et s'émeuvent devant les jougs à bœufs,

chez les antiquaires, fassent si peu de cas de ce qu'ils possèdent de plus authentiquement moyenâgeux : leur nom. Et ils se soucient encore moins de leurs armes qui, si elles sont en général plus récentes, ne se rattachent pas moins à un système médiéval, inséparable del'art gothique, et dont, à travers elles, ils s'avèrent les héritiers. Dans cet ouvrage, nous nous efforçons de ne pas abuser de termes de blasons, afin de faire paraître plus familières des choses qui devraient toujours l'être. Nous ne nous perdrons pas dans les descriptions de détails qui n'ont d'autre utilité que d'éviter les similitudes. Les similitudes de blason étaient pleines d'inconvénients sur le champ des tournois, et quand des carrosses se rencontraient à une auberge de relais il pouvait s'ensuivre de fâcheuses confusions entre un puissant seigneur et un misérable procureur. Cedanger nous sembleécarté. Jadis, des enquêteurs étaient chargés régulièrement de vérifier que nul ne prenne abusivement des fleurdelis, privilège royal accordé exceptionnellement (aux verriers, entre autres). De même, l'écu de Bretagne était protégé de crainte que, par le biais sournois du blason, quelque famille ne vienne à en revendiquer la couronne longtemps litigieuse. Dans la plupart des cas, faute de place, nous nous bornerons à indiquer la pièce essentielle de l'écu, sans mêmeannoncer ses couleurs : à leur égard, ne soyons pas plus maniaques que nos aïeux qui en changeaient fréquemment, quoi qu'en pensent les héraldistes dévots, et qui, encore mieux, négligeaient souvent de les préciser, notamment lorsqu'ils faisaient graver de l'argenterie «aux armes ». Cen'est qu'à la Restauration, avec la vogue des romans de Sir Walter Scott, et la recrudescence de manies nobiliaires, que ceux des Français qui n'abandonnèrent point l'usage des armoiries fignolèrentles règles dujeujusqu'à l'obsession. En cherchant bien, dans les derniers châteaux, on trouverait encore des demoiselles capables de partir en guerre avec l'ardeur d'une Jeanne d'Arc, pour une molette d'éperon oubliée, ou un croissant surajouté, mais ce sont là des curiosités pittoresques à préserver jalousement, certes, mais non à invoquerjuridiquement. Nous rappellerons brièvement que le blason consiste en un écu d'une couleur donnée, c'est-à-dire soit un émail, soit un métal, soit une fourrure. C'est que, soit on peignait ou émaillait le champ de cet écu, soit on le recouvrait, en principe, d'or ou d'argent, soit encore on le tendait d'une des trois fourrures héraldiques :l'hermine, quel'écu de Bretagne arendue célèbre, le vair ou petit-gris, représenté par un dessin conventionnel de deux couleurs; le sable ou zibeline qui est noir, et, dans la suite, s'est vu confondu avec cette couleur au point deprendre rang parmi les émaux. Cet écu était orné d'une pièce, dite honorable : un chevron ou une fasce (barre horizontale) ou un pal (barre verticale) ou une bande, ou une barre (obliques). On pouvait encore figurer sur l'écu toutes sortes d'objets, d'animaux ou de figures humaines, à condition qu'ils soient bien clairs et se puissent lire de loin. Une règle absolue était qu'on ne peut mettre métal sur métal, ni émail sur émail, ni fourrure sur fourrure; sauf cas très exceptionnel, prêtant à s'enquérir des raisons de cette dérogation, ce sont les armes à enquerre dont l'exemple le plus connu reste celui deJérusalem : d'argent à la croix potencée d'or, etc. Les fabricants d'automobiles ont fait subir une mutation à l'héraldique en utilisant, très largement, des pièces de blason et en les rendant célèbres. Qui ne connaît la tête delion Peugeot, les chevrons Citroën, le losange Renault (écu de demoiselle). On sait l'anecdote du naïf, invité chez le duc de la Rochefoucauld, et qui, voyant sur une cheminée monumentale une majestueuse représentation du grand écu de cette maison illustre, demande à son hôte : «Tiens! mais vousportez les armesde Citroën? »

L'écu

L'écu est le champ privilégié, la plupart du temps imaginai, où se rassemblent les éléments d'une composition héraldique. Il est un visage qui nous regarde, sa droite étant à notre gauche et sa gauche à droite. (On dit dextre et senestre.) Comme un visage aussi, il se construit en triangle dont la pointe est en bas. Lorsque trois «meubles » constituent un blason, il est inutile de préciser qu'ils se placent en triangle dont la base est en haut (on dit en chef), et le sommet en pointe : cela va de soi. S'il en était autrement, on dirait : «mal ordonnés ». Trois meubles, ou davantage, se groupent toujours selon ce souci d'ordonnance, mais peuvent être posés aussi verticalement : on dit alors : «enpal »;horizontalement ou en fasce; de biais vers la gauche ou en bande; de biais vers la droite ou en barre; tout autour du champ de l'écu ou en «orle ». Groupés en haut : en chef. En bas : en pointe, et, si au centre : en cœur. Six étoiles (ou six coquilles, ou six merlettes, etc.) se disposent, normalement, ainsi :

PARTITIONS DE L'ÉCU. Voici les principales :

On met au chef le blason d'un suzerain, d'un souverain ou d'un ordre de chevalerie (Malte), privilège individuel et non héréditaire, mais bien des familles portent en chef des pièces honorables sans signification.

mêmecommentaire quepour le chef.

La personne dont le blason est aux 1 et IV écartèle aux II et III celui d'une famille alliée, oud'une possession dont on veut perpétuer la mémoire.

au 1:le mari

au II :la femme

peu usitée.

Il y a encore la Champagne, le pairie, etc. dont la description complète constitue un traité d'héraldique! Une partition particulière est le «gironné » assez fréquente en Poitou, qui est une division en huit parties (ou davantage ou moins) à l'aide de triangles dont les sommets se joignent tous au centre (au giron) de l'écu. Il y a aussi : Le coupé

Le tranché

etc.

Le taillé

PIÈCES HONORABLES

La plus répandue est, en France, le chevron (symbole : unpont).

Fasce Puis vient lafasce, symbole d'un arbre abattu et ébranché. Deux fasces amincies sont appelées «jumelles ».

Croix La croix est un exorcisme, ou, mieux, l'Exorcisme par excellence. Elle peut être ancrée, ondée, fleuronnée, potencée, ajourée, bretessée (ou crénélée), etc., c'est-à-dire présentée de mille façons, comme du reste toutes autres pièces honorables.

Une croix posée en X est appelée croix de Saint-André ou sautoir. On trouve beaucoup de croix ancrées, ou fers de moulins, dans les blasons de meuniers, et dans les familles du Bourbonnais (ville de Moulins). Les Broglie, Piémontais, sont l'exemple le plus connu de sautoir ancré.

Bande etBarre La bande symbolise une brisure, par exemple de cadet, quand la barre est brisure de bâtardise. Signe, en principe, de noblesse ancienne (les Noailles) mais dans des cas obscurs, ne pas s'y fier.

Pal

Tiercé enpal

Symbole d'un pieu fiché ou tronc écoté, donc axial, il départage l'écu en deux parties égales; parfois en trois parties égales, alors l'écu est dit «tiercé en pal (voir ci-contre) ».

MÉTAUX,ÉMAUXETFOURRURES Métaux Il n'y a, en héraldique, que deux métaux, l'or et l'argent (le Soleil et la Lune, le Yin et le Yang)qui sont, évidemment,jaune et blanc respectivement. L'or, c'est le feu. L'argent étant l'eau, la mer. On ne les dispose jamais l'un sur l'autre, sauf exception, comme dans les armes de Jérusalem (argent à la croix potencée d'or, etc.). L'or plus noble quel'argent. Émaux Ils sont de toutes les couleurs, mais jamais posés l'un sur l'autre. Les trois principales sont : Azur (bleu) : France, la Vierge, le Ciel. Sans prétention, spécifiquement national, convient aux bourgeois mais aussi aux rois de France, le plus répandu. Symbole : la sérénité. Gueules : (rouge) (du persan gui : rose, fleur) = en symbolique : rose ou cœur, c'est pareil. Noblesse, richesse : premier émail de la hiérarchie, couleur de Rome (la pourpre peu usitée anciennement et seulement marine puisque extraite d'un coquillage). Couleur du sang, bien sûr. Symbole : la passion. Sinople (vert) : de Sinopoli, ville de Turquie; moins «chic », convient aux petites gens, artisans, etc. mais aussi couleur suprême des visions extatiques (voir le Lion vert, alchimique, des Chasteigner, en Poitou). Symbole : Espérance. Pérennité. Planète : Mercure. Vertus champêtres et goût des voyages.

Fourrures Hermine : blanc moucheté de noir : Bretagne, domaine de Notre-Dame La Blanche (ou Gwen); anciennement vénérée par les Celtes. Symbole : Honneur pureté. Vair : ou petit-gris, ventre d'écureuil; signe extérieur de richesse, assez rare dans les blasons bourgeois. Symbole : les honneurs. Le vair, normalement blanc et bleu (ou argent-azur), peut changer d'émaux et l'on dit alors : vairé. Sable : ou zibeline : noir est, en pratique, considéré comme un émail. Planète : Saturne. Minéral : plomb. Symbole : Prudence, savoir et piété. Porte à protéger les veuves.

MEUBLES

Un armorial n'est pas le contraire d'un jeu detarots. Il existe uneinfinité de meubles. On peut blasonner tout et n'importe quoi : une épée, un pied, un chien, une hache, un œil, une perdrix, un fer àrepasser... Mais les objets les plus coutumiers, les plus héraldiques, sont ceux que l'usage a consacrés dès le Moyen Age; ils sont plus divers et moins abstraits qu'on ne croit. Cependant, les plus répandus sont ceux qui portent un symbole. Ils servent, très souvent, à faire du blason un rébus, un calembour plus ou moinsphonétique, parfois allusif. L'Étoile souvent confondue avec la Molette (d'éperon)

L'étoile ou la molette désignait peut-être, jadis, un cadet, comme en Angleterre, mais c'est surtout un astre, un signe d'appartenance céleste, et la molette implique l'idée de chevalerie (ne pas s'y fier trop); souvent, les étoiles ou molettes jouent un simple rôle de garniture, simple et facile à dessiner... En principe d'or ou d'argent, mais... Symbolique : chiffre 5, Vénus.

qui n'est qu'une étoile percée.

Le Croissant

Le Croissant, c'est un quartier de lune quand il est debout ou renversé, cela doit être spécifié. (Signe de cadet? aussi?) en principe, rappelle un pèlerinage en Terre Sainte (ne pas s'y fier...), souvent accompagné d'étoile : souci décoratif, devrait être toujours d'argent, mais...

Symbolique : l'occultation? Noé, Islam. Scorpion dans le Zodiaque.

Le Lambel

Généralement de trois pièces = lambeau d'étoffe au chef de l'écu, désignant le puiné, anc., le célibataire. (Les Orléans.)

Coquille

nombre7.

Symbole de saint Jacques, désignant les pèlerins de Compostelle, enprincipe; parfois des alchimistes.

Rose ou Quintefeuille

Moucheture d'Hermine Hermine

Lotus des Occidentaux, fleur mystique : manifestation accomplie; la Shekinah des Juifs, la Providence. Symbole de la beauté.

Toujours de sable (noire), peut évoquer la Bretagne ou la Magistrature. Nombre 6. En relation avec l'Ouest?

Fleur delis

(= fers de lance?) Nombre 6. Symbole du Royaume de France. (La Vierge dans le Zodiaque.) Leur port était réglementé. Onnepouvait en charger son blason qu'autorisé. Les verriers portaient trois fleurs de lis par privilège royal. Les lis dejardin sont des fleurs naturelles, complémentaires dela rose.

Tour

Sédentarité; continuité : suggère peut-être la possession d'une maison forte. Jonction ciel-terre. Symbole axial.

Lion

Obédience doctrinale en guerre sainte (Lion de Juda), ou force disciplinée. Il menace et tire la langue, sauf s'il est «morné » ou déchu.

Léopard

Par opposition au lion de l'orthodoxie, le léopard se rebelle; c'est un lion, mais «léopardé »ourévolté contre l'ordre saint : il annonce les temps modernes (Normandie, puis l'Angleterre). '

Aigle

Féminin : on dit une aigle. Souvent de sable (ou noir). Autorité spirituelle. A deux têtes, représente les deux trônes; pouvoir temporel et autorité spirituelle, en réalité pourrait être, dans ce cas, mi-aigle, mi-cygne, ou encore dragon. A rapprocher des oiseaux symboles des anciens Mexicains (Serpent à Plumes de Quetzalcoatl, alias Hermès). Élévation dans le ciel : il reste au-dessus des contingences terrestres. Analogies : Janus, saint Jean. Dans le Zodiaque : les Gémeaux.

Phénix

Oiseau qui renaît de ses cendres : éternité, endurance : purification initiatique « Solve et Coagule » des Alchimistes. (Les Durand.)

Pélican

Est censé nourrir ses petits avec sa propre chair : abnégation; sens dynastique.

Griffon, dragon, licorne, etc.

Bestiaire mythique... Se référer aux ouvrages de symbolique sans perdre de vue leurs contreparties dans les civilisations chinoises et américaines, entre autres, et leurs analogies philosophiques.

Vache

Prospérité, abondance (Béarn); voûte du ciel; maternité (voir doctrines védique et égyptienne).

Raisin, grappe

Initiation; affiliation dionysiaque.

Coupe

Le Graal. Quête mystique, mais surtout le Cœur (Sacré-Cœur de Jésus). Yin complémentaire de la lance Yang.

Têtedesanglier ou hure

Les considérations sur l'opposition OURS-SANGLIER, d'ordre cyclique, entraîneraient hors de notre propos... En bref, il s'agit d'un totémisme du SANGLIER qui précède celui de l'OURS, et de la superposition des deux termes naquit le mot baron, entre autres (référence préhistorique). Dans la tradition occidentale, le sanglier, pareil à nos lointains ancêtres, déferle sur l'Ouest et le Sud-Ouest, venant du Nord (par le Caucase?). Symbole du Nord.

Besan

Ou pièce de monnaie byzantine, d'or ou d'argent.

Tourteau

Mêmechose, mais en émail (tartelette?)

Boule

Dessiné ou peint : un simple rond, fréquemment dans le blason des gens de finance et des marchands (les Médicis). Mais pas forcément.

Canette

C'est l'oiseau par excellence, mais il y a aussi toutes les espèces d'oiseaux : perdrix, grues, hérons, etc. .I

Merlette

Sans bec ni pattes, devrait être toujours de sable (ou . noire), émail du non-manifeste; principe de toutes choses. Symbole : sans attributs extérieurs. Tout réside dans le cœurdu vrai chevalier.

Croisette

Petite croix. Nombre 4.

Vol

Paire d'ailes; demi-vol : une aile. Ciel des anges, vertu. C'est la Balance du Zodiaque.

Trèfle

Devrait être de sinople (ou vert), sa couleur naturelle. Nombre 3. Symbole de richesse.

j 1

Chien

Lévrier, braque, brachet, etc. Symbole de fidélité (les Amis, Lamy...) Chasse, quête. Le lévrier : noblesse?

Épée, lance oupique

Vengeance; axe du monde. Souvent en sautoir (croisées); dans ce cas : exorcisme. Pointes en haut ou en bas, suivant qu'on met l'accent sur la descente des émanations célestes ou sur la prière (qui monte). Symbole de combat, rigidité du fer, de l'acier. Nombre : un.

Tête de Maure

Le plus souvent, armes parlantes : les Noir, les Moreau, etc., mais aussi symbole d'alchimie ou science noire, hermétique, venue d'Égypte. Toujours ornée d'une torsade.

Cerf

Attribut de saint Hubert, ses bois arborescents sont des racines plongeant dans le ciel. Arbre de vie. Arapprocher dela Licorne.

Cygne

Esotérisme, pureté, mais souvent calembour : les Blanc, Blanchet, etc.

Macle ourustre

Percée d'un trou rond devient : Rustre; fréquente en Bretagne, en signe d'hommage aux Rohan.

Pour plus d'éclaircissement sur la symbolique chrétienne en général, et du blason en particulier, on aurait avantage à consulter les remarquables ouvrages de MM. Charbonneau-Lassay, René Guénon, Viel, etc. N.B. «Chefau soleil » ou «,chevron à la fleur de lis », sont la manière héraldique de dire : «chefchargé d'un soleil »et «chevron chargé d'une fleur delis ». Les peintres ont conservé ce style dans la légende de leurs tableaux : nature morte à la pomme,etc. De l'un en l'autre : se dit, dans le cas de partition de l'écu, pour préciser que la partie métal doit comporter unepièce, ouun meuble,d'émail (ou defourrure) et vice-versa.

Glossaire

A ABIME ou ABISME Centre de l'écu lorsqu'il porte une ou plusieurs pièces qui ne chargent aucune des autres. Les pièces autour de la pièce centrale étant considérées comme en relief, celle en abîme est comme située au fond. Se dit aussi du petit écu, qui ne prend qu'un neuvième du champ, et posé au cœur de l'écu. Syn : Cœur. ACCOLÉ Se dit : 1° : de deux écus juxtaposés. 2° : de meubles posés l'un à côté de l'autre et se touchant, ou de meubles autour desquels s'enroulent d'autres meubles; par ex., un cep de vigne autour d'un échalas. ACCOMPAGNÉ Se dit d'une pièce ou figure principale ayant à ses côtés une ou plusieurs pièces ou figures secondaires. ACCOSTÉ Se dit des pièces telles que la bande, la barre, le pal qui ont à leurs côtés des pièces secondaires placées dans la même direction. Ex. : d'azur au pal d'or accosté de six étoiles d'argent. ADOSSÉ Se dit de meubles placés dos à dos. Face à face ils sont dits AFFRONTÉS. ALÉRION Meuble. Petite aigle, sans bec, ni membre. L'alérion est mis en pal, les ailes étendues et le vol abaissé. Les petites aigles ayant bec et ongles sont dites AIGLETTES. ALÉSÉ Pour alisé, raccourci, de alis, poli. Se dit des pièces dont les extrémités ne touchent pas les bords de l'écu. ANNELET Anneau, presque toujours en nombre. Ex. : Suzanne, en Lorraine, porte de sable à trois annelets d'argent. ARBRE Meuble fréquent. L'émail particulier de l'arbre est le sinople. L'arbre paraît en pal, les racines resserrées. On le dit arraché lorsqu'elles sont étendues ou d'un autre émail; ébranché quand il n'a pas de branche; écimé, lorsque la cime paraît coupée;fruité, s'il porte un fruit d'un autre émail.

ARMES, du lat. arma. Emblèmes héraldiques propres à un individu, plus souvent à une famille. armes parlantes : celles dont une pièce ou un meuble évoque le nom du titulaire. armes pleines : armes entières et sans brisure. ARMOIRIES : s'applique plus spécialement à l'écu accompagné de timbre, support, collier, devise, etc. ou bien à un ensemble d'écus.

B BANDE Pièce honorable qui a pour largeur un tiers de celle de l'écu. Elle va en diagonale du canton dextre du chefau canton senestre dela pointe. Labande représentel'écharpe del'ancien chevalier, posée sur l'épaule. BARRE Une des neuf pièces honorables, de même proportion que la bande dont elle ne diffère quepar sa position : elle traverse le champ desenestre en chefà dextre en pointe. Labarre est souvent marque debâtardise. Syn : Contre-bande. BATON Bande qui n'a quele tiers dela largeur ordinaire. Raccourci et alaisé, on le dit péri en bande, ou simplement péri (il est mis de droite à gauche) et péri en barre (il est mis degauche à droite). Lebâton péri enbarre est la marque d'une bâtardise. BESANTou BESAN Pièce de Byzance, parce que les empereurs de Constantinople firent frapper cette monnaie :le besant était un sou d'or. Meublereprésentant unepièce de métal, sans marque. Certains en mettaient sur leur écu pour marquer qu'ils avaient fait le voyage en Terre Sainte. Joinville écrit : «Or devez entendre que le Soudan fit crier en son camp qu'il donnerait un bezant d'or pour chacune tête de chrétien qu'on lui apporterait. » Dér. BESANTÉE,se dit d'une pièce chargée de besants. Ex. : une bordure besantée dehuit pièces. BILLETTE Meuble ayant la forme d'un petit rectangle allongé; il est ordinairement posé à la verticale. Les billettes posées dans le sens de la fasce sont dites couchées. Les billettes étaient des pièces d'étoffes, que l'on mettait sur les habits à intervalles égaux, pour leur servir d'ornement. Les billettes sont une marque de franchise, parce que seules les personnes libres pouvaient enporter. BISSEs. g., del'ital. biscia, mêmesens. Un des noms héraldiques du serpent ou de la couleuvre. Est représentée posée en pal et ondoyante. Syn. : GIVRE, GUIVRE, VIVRE. Dulat. vipera. BLASON, orig. obscure. Selon certains, ce mot viendrait de l'ancien allemand blasen, qui signifie sonner de la trompe; le blason annonce donc, ainsi que le cor, un personnage de qualité. Dessin des armesinscrites dans la formedel'écu. Dér. BLASONNER : décrire un écu selon un langage conventionnel qui permet de comprendre sa composition sans avoir recours au dessin. Pour blasonner, on indique d'abord le champ, ensuite les pièces honorables, puis les pièces dont elles sont chargées, enfin les pièces qui accompagnent les pièces honorables. Lechefs'indique en dernier. BLASONNEMENT : art deblasonner.

BORDURE, dér. de bord, du francique bort, bord (d'un vaisseau); par métonymie, ce qui borde, cequi est à l'extrémité. Pièce honorable qui enveloppe intérieurement l'écu et qui est toujours différente de l'émail del'écu. La bordure qui n'entoure que le haut et un des côtés de l'écu est appelée ESCARRE (autre formed'équerre). Labordure étroite sedit FILIÈRE (dér. defil, lat.filum). BOURDON Meuble. Long bâton queles pèlerins portaient ordinairement. Ex. : La Bourdonnaye, de Bretagne, porte degueules à trois bourdons d'argent. BRISER Briser un écu, le charger debrisures. Ex. : Guy prit le nom de Laval et brisa la croix de Montmorency de cinq coquilles (Saint-Simon). Dér. BRISURE Toute pièce, bordure, lambel, que les cadets ajoutent à l'écu des armes pleines de la maison dont ils sortent. BROCHER,passer l'aiguille. Une pièce brochante se dit de celle qui passe sur d'autres comme une fasce ou un chevron qui broche sur un lion. Ex. :les chevrons de LaRochefoucauld brochent sur des burelles. Brochante sur le tout ou Sur le tout se dit d'une pièce qui brochée sur d'autres passe d'un côté del'écu à l'autre. BURÈLEou BURELLE,dér. de bure, du lat. pop. bura, var. probable deburra, bourre -rayé commeles tapis de bure. Pièce honorable de second chef : fasce amincie employée en nombre pair et de couleurs différentes. Ex. : le seigneur de Montmiral qui portait burelle d'argent (Jehan de Saintré). Dér. Burelé ou burellé : se dit du fascé quand le nombre de ses divisions est au moins égal à dix.

c CANTON Pièce honorable de second chef : partie carrée de l'écu qui est un peu plus petite que les quartiers. Ex. : canton senestre du chef. Dér. CANTONNÉ : accompagné dans les cantons de l'écu de quelques autres figures. Les croix et les sautoirs sont cantonnés lorsque les quatre coins sont chargés de figures. Ex. : de sable au sautoir d'or cantonné de quatre coquilles d'argent. CERF Le cerf paraît de profil etpassant, c'est-à-dire qui semble marcher. On appelle RENCONTRE de cerf, la tête de cet animal qui paraît de front; et MASSACRE la ramure, seulement attachée à une partie du crâne. Symbole : arbre de vie. CHAMPAGNE Pièce formée par un trait qui coupe la base de l'écu; elle occupe le quart de la surface de l'écu. CHARGÉ Se dit de toute pièce sur laquelle il y en a une ou plusieurs autres. CHATEAU Meuble. Il représente une forteresse flanquée de deux tours rondes, couvertes et crénelée.

CHEF Pièce honorable la plus employée dans le blason français. Il occupe le tiers le plus haut de l'écu. La qualité en est déterminée par quelque autre mot, comme chefpalé, chefbandé, etc. Il représente le casque de l'homme de guerre ou de l'ancien chevalier. COMPONÉ Se dit des pièces principales composées de carrés d'émaux alternés, dits compons. Lorsque les carrés constituent au moins deux tires, elles sont dites échiquetées (voir ce mot). COQUILLE Coquille saint-jacques. COTICE Bande étroite. Il peut y avoir de une à cinq cotices dans l'écu. Dér. COTICÉ, se dit de l'écu contenant dix cotices de couleurs alternées. COULEURS 1° les émaux : gueules, azur, sable, sinople, pourpre et orange. 2° les métaux : or et argent. A ces couleurs, s'est ajoutée plus tard la teinte dite de CARNATION réservée au corps humain. COUPÉ Se dit de l'écu partagé par le milieu horizontalement. CRAMPONNÉ Se dit des croix et autres pièces qui ont à leurs extrémités une demi-potence. CRÉQUIER Cerisier sauvage ressemblant à un chandelier à sept branches. CROISETTE. Petite croix.

D DEVISE Fasce amincie. Deux devises se disent JUMELLES, et trois, TIERCE. Le chef dont le bas est brodé d'une devise d'un autre émail est dit SOUTENU. DEXTROCHÈRE Bras droit, nu, armé ou paré, tenant un badelaire, une épée ou autre pièce. De même : SENESTROCHÈRE : bras gauche, mouvant le plus souvent au flanc dextre de l'écu. DOLOIRE, du lat. dolabra, couteau utilisé pour découper et démembrer les victimes. Meuble. Hache sans manche.

E ÉCARTELÉ Sedit del'écu divisé en quatre parties égales :les quatre quartiers. Ex. :les Dol en Bretagne portent écartelé d'argent et de gueules. Dér. ÉCARTELÉENSAUTOIR : partition composéedutranché et du taillé. ÉCARTELURE : chacun des quartiers d'un écu écartelé. En général, on écartèle aux II et III les armes d'une famille alliée dont on veut perpétuer la mémoire. ÉCHIQUETÉ, dér. deéchiquier. Sedit del'écu divisé en carrés alternés commeun échiquier. Chaque rangée se nomme TIRE. Chaque carré, POINT. L'écu doit avoir au moins vingtpoints pour être dit échiqueté.

ÉCU, du lat. scutum, bouclier. Champ qui renferme les pièces des armoiries. La forme de l'écu a suivi celle des boucliers et a varié selon les pays et les siècles. La pointe de l'écu est soit ogivale, soit arrondie. L'écu français moderne a une pointe élargie qui donne à l'écu une forme presque carrée. ÉCUSSON Petit écu, au cœur de l'écu. ÉMAIL L'une des six couleurs employées en héraldique. Gueules (rouge), azur (bleu), sable (noir), sinople (vert), pourpre (violet), orange (peu employé). ENQUERRE s. m., du lat. inquirere, s'enquérir. Les armes qui ne se conforment pas à la règle fondamentale du blason, à savoir : «Ne pas mettre métal sur métal, ni émail sur émail », sont dites armes à enquerre. Elles donnent lieu à enquête sur les raisons qui ont déterminé les juges d'armes à accepter de tels blasons. ÉTOILE s.f. Meuble, qui représente une étoile à cinq rais, un en haut, deux aux côtés, deux en bas. Un seul rais en bas, on la dit versée. Trois étoiles se disposent normalement comme les yeux et la bouche, deux en chef et une en abîme. S'il en est autrement, le blasonnement spécifie : en chef, mal ordonnées en fasce, etc.

F FASCEs.f., dulat.fascia, bande. Pièce honorable qui coupel'écu horizontalement par le milieu et qui en occupe le tiers. Ex. : Il porte d'azur à la fasce d'or. Dér. FASCÉ,divisé en fasces égales enlargeur et ennombre. La fasce représente l'écharpe portée à la guerre autour du corps, en manière de ceinture. FILIÈRE(voir BORDURE). FLEURDELYS, FLEUR DELIS, FLEURDELIS Meuble. Undes plus beaux motifs. Représenterait à l'origine non pas un lis stylisé, mais plutôt un fer delance, l'angon des Francs avec deux crochets. On dit que Louis VII, quand il se croisa en 1147, prit dans son écu des fleurs de lis, par allusion à son nomdeLoys. Charles Vmontant sur le trône en 1364réduisit les fleurs delis à trois; depuis les rois de Franceportent d'azur à trois fleurs delis d'or. Le port des fleurs de lis était réglementé; les verriers portaient trois fleurs de lis par privilège royal. FOI Poignée de main, représentée par deux mains serrées, placées en fasce, au cœurdel'écu. FRANC-CANTON Quartier enhaut à gauche del'écu (dextre du chef!). FRETTÉ Sedit d'un écu, d'un pal, d'une croix, d'une fasce, etc. chargés desix cotices entrelacées endiagonales, trois enbandes et trois en barres. Symbole :défensive. FUSÉE Losange allongé. Plusieurs fusées sont accolées en fasce :il y en a aussi en bande.

G

GIRON 1 1 Triangle qui a une pointe longue faite comme une marche d'escalier à vis et qui finit au centre de l'écu.

Dér. GIRONNÉ : se dit de l'écu divisé en girons. C'est la composition de l'écartelé et de l'écartelé en sautoir. Cugnac, en Périgord, porte gironné d'argent et de gueules. GUIDON Fanion.

H HUCHET Meuble. Nomqueprend le cor de chasse s'il est dépourvu d'attache.

I

ISSANT Se dit de figures d'animaux qui sortent d'une partition, des bords de l'écu ou d'un meuble.

L LACS D'AMOUR,lacet. Se compose d'un cordon entrelacé dont les bouts traversent le centre et ressortent par le bas, à dextre et à senestre, en formedehouppe. LOSANGEou LOZANGEs.m., peut-être du gaulois laus-ink, delausa, pierre plate. Meuble figurant, le fer de lance. Dér. LOSANGÉ, se dit de l'écu couvert de losanges. Les losanges peuvent être inclinés enbarre ou en bande; on dit alors losangé en barre oulosangé en bande.

M MACLEs.f., dulat. macula, moitié. Meuble ayant la formed'un losange évidé. Souvent en Bretagne est le signe d'appartenance ou d'obédience aux Rohan. MAUREou MORE Nomdonné par les Romains aux Berbères. Tête de nègre, figurée de profil avec une torsade ou tortil d'argent qui la ceint à la hauteur des tempes. Elle est toujours de sable. MEUBLE Nom générique des motifs qui garnissent ou meublent les pièces honorables et les partitions, soit seuls, soit ennombreplus ou moins grand sur le champ uni del'écu. Syn. FIGURE, PIÈCE HERALDIQUE. Laposition ordinaire des meubles est : un, au centre du champ; deux, l'un sur l'autre; excepté les lances, épées, etc.; trois, deux en chef, un enpointe; quatre, aux quatre cantons; cinq, en sautoir; six, trois, deux et un; sept, trois, trois et un; huit, en orle, c'est-à-dire :trois, deux et trois, etc. MOLETTE Pièce principale del'éperon. Étoile percée en son centre. L'étoile, ou molette, désignait peut-être un cadet comme en Angleterre; mais c'est surtout un astre, un signe d'obédience céleste, et la molette implique l'idée de chevalerie. Sou-

vent les étoiles et les molettes forment un simple rôle de garniture facile à dessiner. Elles sont en principe d'or ou d'argent. MOUCHETURE Ensemble des marques de l'hermine. Lorsque le champ de l'écu est d'argent semé de mouchetures de sable, on le dit simplement d'hermine. Quand les mouchetures et le champ sont d'un autre émail, il faut le spécifier. MOUVANT Se dit d'une pièce ou d'une figure qui semble sortir d'une autre pièce ou de l'un des bords de l'écu. 1 1

O

ORLE Bordure, sans largeur déterminée, qui ne touche pas les bords de l'écu mais qui en suit la forme. Ex. : Porter de sable à l'orle d'or. L'orle fleuronné est dit TRESCHEUR.

p pal.

PAIRLE Pièce honorable composée de la moitié supérieure du sautoir et de la moitié inférieure du

Ex. : la famille Pépin porte d'azur au pairle d'or. PALÉ : écu divisé verticalement en un nombre pair de parties égales d'émaux alternés. VERGETÉ : palé formé de plus de dix pièces. CONTRE-PALE : se dit de l'écu où un pal est opposé à un autre pal. PARTI Partition de l'écu qui le divise en deux parties égales du haut en bas. Ex. : la famille Veirat, en Languedoc, porte d'or, parti de gueules. Le parti 1est celui du mari, le II celui de la femme. PASSANT, adj. Qui est représenté sur ses pieds et dans l'attitude de la marche. Les animaux passants placés les uns au-dessus des autres dans une direction différente sont dits contre-passants, quand ils ont la tête dirigée vers le même côté de l'écu, ils sont dits passants l'un sur l'autre. PATTÉ, adj. Se dit du sautoir, de la croix, etc. dont les branches s'élargissent à leurs extrémités. Syn. FORMÉ. PÉRI Se dit d'un bâton en bande ou en barre, alisé et très court. PLAIN Se dit d'un écu d'un seul émail, qui ne porte aucune pièce ni aucun meuble. POINTE Partie inférieure de l'écu. Ex. : les fleurs de lis se posent deux en chef et une en pointe. Pièce en forme de coin, placée dans la position inverse de la pile, et dont la pointe aboutit au milieu du chef. POTENCÉ Se dit des pièces terminées en T. POURPRE Sa couleur : le violet. Représentation dans la gravure : traits obliques de droite à gauche.

Signification : le pourpre est le symbole de la foi et de la piété. Il convient aux hommes sages et qui ont de la grandeur d'âme. Sa planète : Jupiter. Il oblige à défendre la foi chrétienne et le clergé. Il donne le calme et préserve de la folie.

Q QUARTIER Quatrième partie del'écu, lorsqu'il est écartelé. On nomme aussi quartiers les divisions d'un écu en le plus grand nombre de carrés égaux. FRANC-QUARTIER : premier quartier del'écartelé. Ex. : Les d'Arces, en Dauphiné, portent d'azur au franc quartier d'or. QUINTEFEUILLE Fleur à cinqpétales. Syn. ROSE.

R RAMPANT Sedit des quadrupèdes dressés sur unepatte dederrière, les autres étant levées. Attitude normale dulion. Pour certains animaux, on emploiedes termes différents. Cabré oueffrayé, pour le cheval. Saillant pour le sanglier et le chien. Elancé pour le cerf. Furieux pour le bœufet le taureau. Ravissant pour le loup et lerenard. Deuxlions adossés et rampants sont dits contre-rampants. RECROISETÉ Sedit d'une croix dontchaque branche se terminepar une autre croix. ROMPU Se dit d'une pièce de longueur présentant une solution de continuité qui la fait paraître brisée. ROSE Meuble. Rose à cinq pétales, qui peut être boutonnée, ornée ou tigée, selon que son centre, ses pointes ou sa tige sont d'un autre émail. RUSTRE Meuble ayant l'aspect d'un losange percé d'un trou circulaire.

s SAUTOIR Pièce honorable formée de la bande et de la barre en forme de croix de Saint-André. Le sautoir était un cordon de soie ou de chanvre, couvert d'une étoffe; attaché à la selle d'un cheval, il servait d'étrier pour se mettre en selle. Les partisans du duc de Bourgogne, dit-on, pour se distinguer de ceux de la maison d'Orléans portaient des croix de Saint-André, ce qui serait à l'origine, pour un certain nombre, de sautoirs figurant dans leurs écus.

T TERRASSE Sol figuré dans l'écu.

TIERCÉ Les divisions tiercées sont celles où trois émaux ou métaux forment le champ de l'écu. Ex. : Tiercé en fasce de gueules, d'or et d'azur. Tiercé en pal d'azur, d'argent et de gueules. TOUR Meuble. La tour est en général représentée ronde avec sa porte, ses fenêtres et son appareil de créneaux. Elle peut être sommée d'une ou de plusieurs tourelles. Surmontée d'un toit, elle est dite couverte ou essorée. Symbole de sédentarisme ou de continuité; peut impliquer la possession d'une place forte. TRANCHÉ, Se dit de l'écu partagé par un trait allant de dextre et en chef à senestre et en pointe. Si le trait part de senestre et en chef à dextre et en pointe, l'écu est dit TAILLÉ. TRANGLE Fasce réduite de largeur.

ABRÉVIATIONS acc. anc. anob. an. bourg. bgs. ch. chev. fam. md. nob. surch. sgr. not. br. cons. surm.

= (en blason) accompagné. = ancien, anciennement. = anobli, anoblissement. = bourgeois. = (en blason) chargé. = chevalier (en blason = chevron). = famille. = marchand. = noble, noblesse. = (en blason) surchargé. = seigneur (parfois anciennement, et intentionellement mal lu pour sieur, qui signifie seulement propriétaire ou co-propriétaire). = notable. = (en blason) brochant (-te). = conseiller. = (en blason) surmonté.

SOURCES LeGrand Armorial de France (1696) àla Bibliothèque Nationale. Nobiliaire et Armorial de Bretagne (Potier de Courcy). Les Dossiers Bleus du Cabinet d'Hozier. Annuaires dutéléphone (Paris). «Bottins mondains ». LesNomsdefamille de France (Albert Dauzat). L'Origine des magistrats du Parlement de Paris (François Bluche). LesNomsde Personnes en haute Picardie (M. T. Morlet). Dictionnaire des familles du Poitou (Beauchet-Filleau). Nobiliaire de France (La Chesnaye-Desbois). Généalogies rouergates (Sahut d'Izarn). La Chancellerie près le Parlement de Bourgogne... (André Bourée). LaNoblesse française subsistante (Baron de Woëlmont-Brumagne). Dictionnaire des changements denoms (1803-1956) par l'archiviste Jérôme. Vraie et Fausse Noblesse —Henri Bellamy (Crapouillot 1937). Ex-Libris et Fers de reliure des médecins et pharmaciens français (Olivier et Vialet). Dictionnaire historique desrues de Paris (Jacques Hillairet). Encyclopédie musicale Fasquelle (François Michel). Dictionnaire des contemporains (Vapereau). Who's Whoin France... Dictionnaire historique Bouillet. Dictionnaire biographique Dezobry et Bachelet. etc.

NOMENCLATURE Nous avons, pour l'étude de chaque nom, pris comme base le Grand Armorial de France dressé par d'Hozier en exécution del'édit denovembre 1696. Comme il était, pour des raisons évidentes, impossible de le reproduire dans son entier, nous nous sommes résigné à n'effectuer que des sondages, notamment à Paris, Lyon et Marseille : sous les paragraphes des noms de ces trois villes, et sous d'autres; quand nous n'indiquons aucune mention, c'est qu'il s'agit del'Armoriai d'Hozier, presque toujours; il a, sur tout autre, du moins l'avantage dela légalité. Cette époque, de 1696 à 1703, pour l'héraldiste, constitue un noyau où s'enroule le temps, en une double spirale. Il en résulte une certaine intemporalité qui est précisément la perspective où se situaient nos ancêtres jusqu'il y a peu. Comme le dit Pierre Gaxotte (Le Figaro) : «Le Moyen Age se caractérise par une vaste indifférence au temps et au nombre : des actes très importants ne sont mêmepas datés... » Nous ne voyons pas, lorsque nous essayons précisément de nous remettre dans l'esprit médiéval qui est celui d'une vraie appartenance à la civilisation française, pourquoi nous nedevrions pas être aussi intemporel . Il va sans dire que la préséance sait bien s'y reconnaître, et que pour une même famille, un écu de croisé a le pas sur unevignette de d'Hozier.

A

a ABADIE, D'ABADIE, ABBADIE, DABADIE, LABADIE. - Abadie : abbaye ou chapelle, en Béarn; nom répandu dans le Sud-Ouest. - 0 BÉARN. Abadie ou d'Abadie : un arbre, un lévrier attaché au tronc. - 0 SAINTONGE. - L'Abadie ou de l'Abadie : une croix patriarcale à trois branches. ABALAIN, ABBALAIN. - Nom breton, veut dire fils d'Alain (v. Abelin). - Attesté, dès le 158 s., dans le Léon. ABBÉ, LABBÉ, L'ABBÉ, LABEY. - • PARIS. L'Abbé, vve de Jean Pelet, marchand bourg. de Paris : chev. acc. en chef de deux marteaux et d'une fontaine. - Labbé, porte-coffre de la Grande Chancellerie, tiercé en pal. - Labbé, docteur en médecine, croissant supportant une étoile. - L'Abbé, cons. chev. acc. de deux têtes de léopards en chef et de deux pattes de léopards coupées et mises en p. en sautoir. - a LYON. - Labbé, marchand à Lyon : une crosse eh pal et deux branches d'olivier passées en sautoir. - • TOURAINE. - L'Abbé, 1417 : une aigle. 0 BRETAGNE. - Labbé Ch. : quatre fusées rangées accolées - Labbé, auditeur des comptes, au chev. ch. de cinq tourteaux, chacun surch. de trois contrehermines et acc. de trois billettes. - • NORMANDIE. - L'Abbé ou Labbey, fam. anc. un chev. deux molettes et une rose. ABEAU, ABEL, ABELARD, ABELY. - Dérivés d'Abel. - 0 PARIS. - Abely : un lis de jardin. ABEILHE, ABEILLE. - Surnom; répandu dans le Midi. Essaimé en Allemagne (dont un compositeur 18e s.). - 0 PARIS. - Abeille, poète né en Provence, venu à Paris : trois abeilles. - 0 MARSEILLE. Abeille : trois ou quatre abeilles. - 0 PROVENCE. Fam. anc. Tarascon 158 s. : une ruche et trois abeilles. ABELIN, ABLAING, ABLAIN, ABLIN, ABELAIN. Variante d'Abel; ou forme de Belin, c'est-à-dire mouton. En Nivernais, Berri et Bourgogne, Abelin veut dire : fils à Belin. - e BRETAGNE. - Abelin 148 s. : une bande chargée d'un léopard et d'une fleur. - • FLANDRE, ARTOIS. - Ablaing : trois lions à la bordure engrelée; Abelin, anc. chevalerie poitevine 138 s. ABERTON. - Nom du Centre, veut dire fils à Berton (v. Abelin). ABGRAL. ABGRALL, ABGUEGUEN, ABGUILLERM. - Nom originaire de Bretagne, voulant dire fils de Gral, etc. (v. Abelin). Ces noms, portés par des personnes anciennement sorties de Bretagne,.ont été francisés ou simplifiés.

ABGRAN, ANGRAN. - Contraction d'Enguerrand. Angran, fam. d'Orléans, anob. 1711s. ABONDANCE, DABONDANCE. - Nom de lieu. Dabondance, notaire à Pont-Saint-Esprit, auteur d'un mystère de la Passion. ABONNAT, ABONNEAU. - Nom du Centre (v. Abelin).Abonneau, fam. anc. de Bas-Poitou. ABOUT, ABOS, ABOT. - Nom anglais ou normand qui veut dire abbé. - 8 ARTOIS. - Abot, fam. origin. de Normandie 148 s. dont un avocat au parlement de Paris : écartelé : 1 et 4 : une coquille; 2 et 3 : une fougère en pal. - D'abos, fam. origin. d'Amiens, nob. d'épée. ABRAHAM, ABRAM. - Nom d'origine chrétienne, dans le cas de noms français anciens. - 8 PARIS. Abraham : une ancre chargée d'une foi. - 8 BRETAGNE. - 148 s. : Abraham : trois jumelles et six étoiles. - 8 TOURS. - Abraham : un banc de changeur. - 8 PICARDIE. - Abraham, écuyers, sgrs de Millencourt 168 s. ABRIA, ABRIAL, ABRIAS, ABRIAT, ABRIO. Nom méridional; nom anc. d'enfant trouvé, ou surnom indiquant la gaieté (signifie avril). ACARIE, ACARY, ACCARIE. - Prénom anc. et rare des environs d'Orléans. - 8 PARIS. - Acarie ou Acary : un chevron et trois étoiles 17° s. - 8 POITOU. - Acarie, fam. nob. et anc. : trois chevrons. - 8 BOULONNAIS. - Acary 138 s. : une aigle à deux têtes. - 8 PICARDIE. - Acary : une aigle. ACCARD, ACCART, ACQUARD. - Forme normande ou picarde d'Achard. - 8 PARIS. - Accart, échevin : une massue en pal armée de pointes et une fasce brochant chargée d'une étoile. ACHALME, ACHAUME. - Rare, anc. prénom, forme limousine de Yquem, Eyquem, à rapprocher de Chalme, Chalmet. ACHARD, ACHART, AICARD, ASCHART. Prénom anc. et répandu; Aicard est la forme méridionale. - 8 MARSEILLE. - Achard : deux croissants entrelacés, un chien courant et une hache. - 8 POITOU. - Achard 138 s. sgrs de la Mothe-Achard : deux fasces. - 8 NORMANDIE. - Un lion et deux fasces brochantes. - 8 DAUPHINÉ. - Trois heaumes. ACHER, ACHE, ACHET, ACHEY, ACHERY. 8 LORRAINE. - Acher, anob. 178 s. : une main droite tenant une masse d'armes, une aigle en chef. - 8 PICARDIE. - d'Achery, anob. 148 s. : un chef d'argent. - 8 BOURGOGNE, FRANCHE-COMTÉ. d'Achey 128 s. : deux haches d'armes adossées, en pal.

ACHILLE.- Rare; moderne ou étranger francisé. ACIER, ASSIÉ, ASSIER, DASSIER. - Nom méridional; v. Dacier, Dassier; surnom ou nom de métier (dans le Nord, cloutier se dit dachier). - 8 PARIS. - Acier, officier de la maison royale : cinq croissants. Dacier, érudit 178 s. M Dacier née Desbrosse, guillotinée sous la Terreur. ACKERMAN, ACREMENT, AKERMAN. - Nom d'origine allemande ou alsacienne, qui veut dire fermier; Acrement représente la forme francisée ancienne. 20e s. : la M'sa de la Bédoyère, née Akerman. ACOLAS, ACOLET, ACOLLAS. - Nom du Centre, qui veut dire : fils à Colas (v. Abelin). ACONIN. - Même remarque que ci-dessus. ACOULON.- Même remarque que ci-dessus. ADAM, ADANT. - Nom très anc., encore fréquemment porté à la fin du MoyenAge. - 8 PARIS. Adam, écuyer : une aigle à deux têtes surmontée d'un soleil entre deux roses. - Adam, avocat : un chevron surmonté d'une croisette, deux roses, et une corne d'abondance. - Adam, bourg. de Paris : une fasce et trois pommes. 8 BRETAGNE. - Adam 15 s. : une tour sommée d'un tourillon. - 8 NORMANDIE.- Adam 151 s. : un chevron et trois roses. 8 POITOU. - Adam : un lion. - 8 LANNION. - Adam 1711 s. : vairé à la bordure besantée. - 8 NOGENTSUR-SEINE. - Adam, curé de Mousseaux : un pommier et un serpent. - 8 LORRAINE, ALSACE. Adant : un chevron, une aigle, et deux molettes en chef. - Maître Adam, menuisier et poète à Nevers 178 s. - Adam, sculpteur 188 s. / En Champagne, Adam de Courcourt 178 s. / Paris 198 s. : Un compositeur Adam, élève de Boieldieu. ADÉLAIDE,ADÈLE,ADELET,ADELINE,ADELON. - Prénom féminin et diminutifs passés en patronymes; nombreux en Normandie et autour. - 8 PARIS. - Adèle : une bande chargée de trois canettes. ADENET, ADENOT, ADNET, ADNEY. - Fils à Denis (v. Abelin); ou complication graphique d'anet, qui veut dire canard. - 8 CHAMPAGNE. - Adenet, écuyer, sgr de Part : un lièvre au pied d'un sicomore. - Adnet, lieutenant de bourgeoisie à Châlons : un lion courQnné. - 8 ANGLETERRE. - Adney : une fasce vivrée et trois chérubins. ADHÉMAR, ASEMA, AZEMAR. - Vieux prénom; Azema en est la forme à l'ouest du Rhône. Adhémar, nom chevaleresque, nom des comtes de Grignan, en Provence / Adhémar, cité en Poitou dès le 10" s. (V.Azema). ADLER, ADELER. - Mot allemand qui veut dire aigle; souvent juif. - 8 FLANDRE, BOURGOGNE. Adeler : coupé, à l'aigle de l'un en l'autre. ADMIRAULT, LAMIRAULT, ADMIRAL, LADMIRAUT. - Sobriquet désignant le parent, ou le domestique d'un amiral. Surtout répandu dans les régions côtières; le «D» ne se prononce pas. - • PARIS. - Ladmiral : six poires. - 8 LYON. - Admirat, bourg. de Lyon : un lion regardant le soleil. - 8 POITOU. - Ladmirault ou Lamiraut, greffier : une quintefeuille. - Admyraut, anc. fam. notable de La Rochelle / Lamiral, valet de chambre de la reine / Amyraut, ministre protestant 168 s. ADOLFE, ADOLPHE. - Nom étranger francisé; ou nom d'enfant trouvé. ADVISART, DADVISART. - 8 NORMANDIE. Fam. anc. : un chevron. AELION. - Forme anc. d'Elie; Elion, en FrancheComté; Hélion, en Limousin. AFFACARD. - Fils à Fagard, dans le Centre; (v. Abelin). AFFRE, AFFRIAT, AFFROY. - Dérivés d'Afer, nom antique nimois. - Affray, fam. anc. de Poitiers / MgrAffre, archevêque de Paris.

AGNAN, AIGNAN, AGNUS. - Prénom, toujours prononcé Agnan autrefois; nom de lieu en Touraine; ou surnom religieux, de chantre, pour Agnus. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Agnus, capitaine : écartelé : 1 et 4 : un agneau pascal; 2 et 3 : une fasce ondée. Agnus, conseiller : un agneau pascal. AGNEAU. - e NORMANDIE. - Agneau : deux fasces et huit merlettes. - 0 PROVENCE. - Agneau : un chev. et un agneau. AGUÈRES, DAGUERRE. - Nom basque francisé : originaire d'Aguerre. - 0 PARIS. Daguerre ; trois pies. - 0 GUYENNE. - Aguères : trois pieds d'oiseau. - Daguerre : inventeur de la daguerréotypie. AGUILLAUME.- Fils à Guillaume (v. Abelin). AGUILLON, AGULHON. - Fils à Guillon; ou dérivé d'aiguillon; Agulhon, dans le Midi; Aiguillon est aussi un nom de lieu. - 0 PARIS. - Aiguillon : une tête de lion regardant trois abeilles. AIGUEPERSE. - Nom de lieu. AILLAUD, AILLER, AILLERET, AILHAUD, AILLIER, AILLOT, AILLOUD, AILLY, ALLEREAU, LAILLER, LAILLET. - Surnom donné aux marchands d'ail, d'après M. Dauzat. Aillaud, dans le CentreOuest; Aillod en Franche-Comté; Aillot, en Bourgogne; Lailler, plus au Nord;Ailler, dans le Midi. - 0 PARIS. - Allier ; une fasce, une colombe et un lion. Alliot : une fasce, un croissant et quatre quintefeuilles. - Laillier : trois roses. - Laillier : un arbre, deux étoiles et un croissant. - Laillier : une fasce chargée de trois cailles, cinq épis de blés et un ailler. - 9 LYON.- Lallier : une main tenant une épée, deux étoiles. - 0 MARSEILLE. - Aillaud : un lévrier coupé d'un pal. - 0 NORMANDIE. - Laillet, fam. anc. : un lion d'or. - e PROVENCE. - Aillaud, fam. venue de Picardie 138 s. : 3 têtes de lion. - 0 PICARDIE. - d'Ailly, prévôt des maréchaux de France : un chef échiqueté. - Dailly, trois barres engrelées. - d'Ailly, une barre chargée d'une merlette. - • FRANCHE-COMTÉ. - d'Ailly : une licorne. Alliot, portier du château des Marin 148 s. / Ailhaud, médecin, qui s'enrichit en vendant une poudre magique 171 s. AIMAR, AIMARD, AYMAR. - Anc. prénom, surtout méridional. - 0 LYON. - Aymard : un chevron chargé d'une croisette. - e BOURGOGNE. Aymard : un lion issant d'un rocher. - 0 POITOU. Aymar : trois coquilles. - 0 PROVENCE. - Aimar : une colombe tenant en son bec un rameau. - • DAUPHINÉ. - Aimar :trois bandes. AIMÉ, AMAT, AMÉ, AMETTE, AYMÉ,AYMERET. - Prénom anc., surtout répandu dans le Midi. - 0 PARIS. - Aymé, échevin 151 s. : une fasce et trois rocs d'échiquier. - Aymeret, écuyer : un chevron et trois coquilles. - 0 LYON. - Aimé : un mouton et trois rencontres de bœuf. - Amat : une main gauche sortant d'une nuée, tenant une épée. - 0 POITOU. Aymé, fam. bourg. de Moselle, dont un baron de l'Empire, dont les Aymé de la Chevrelière. - 0 SENS. - Amette : une fasce et trois hameçons. e BRETAGNE. - Aimé 15 s. : trois têtes de cormoran. - • BAYEUX. - M Amette, évêque de Bayeux, archevêque de Sida : écartelé en sautoir : un cœur et deux roses. - 0 LORRAINE. - Aimez, anob. 17* s. : une épée et trois étoiles en fasce. Lafam. Amé, dont un commissaire des guerres :trois fraises. AIMON, AIMOT, ÉMON, HAIMON, HAMON, HÉMON. - Prénom anc., chevaleresque, à rapprocher d'Aimar et d'Aimery; Hamon, en Bretagne; Hémon, au Nord; Aimon, dans le Midi; légende des quatre fils Aymon, chevaliers, princes des Ardennes, chevauchant tous les quatre une seule monture. - • PARIS. - Hamon : un léopard. - 0 LYON. - Aymond : une fouine et trois étoiles. - 0

POITOU. - Aimon, et variantes, anc. et noble : trois merlettes. - 0 BRETAGNE. - Hémon, chevalier 14° s. : une fasce et trois macles, ou : une croix alésée et quatre macles. - Hamon, en Cornouaille 15° s. : trois annelets; devise : Ha, mon ami. Hamon 1511 s. : trois rocs d'échiquier. - Hamon : un chevron et trois roses. - Hamon : un franc canton chargé d'une tour. - En Bretagne, Hamon, homme d'armes dans une montre 151 s. et son oncle, viceamiral 16* s. - 0 PROVENCE. - Contat venaissin, fam. Aimon, 188 s. dont un compositeur. AINARD. - 0 DAUPHINÉ. - Maison très anc. 108 s. dont les Montainard. AIRAUD, AYRAUD, AYRAULT voir aussi HÉRAUT, HÉRAULT. - Anc. prénom, très diversement écrit. - • PARIS. - Ayrault : un chevron (cette fam. figure également à l'armorial breton et à l'armorial poitevin). - La ville de Châtellerault tire son nom d'un Airaud / Ayrault, ou Errault, lieutenant de la prévôté d'Angers 16* s.; son fils, maire d'Angers / Ayraut ou Airaut, jurisconsulte, élève de Cujas/ Héraut, écuyerde Duguesclin. AISNE, LAISNE. - e PARIS. - Aisné : une croix et trois étoiles. AISSE, ASSE, ASSEAU, ASSELIN, ASSELINEAU. - Asse n'est pas une francisation de Haas, mais un anc. prénom féminin du Moyen Age. - • PARIS. Asselin : un chevron et trois buires. - • LYON. Asselin : une croix. - 0 POITOU. - Asse, chevalier 148 s. : cinq alérions. - Ascelin : trois croix (armes déclarées à Paris par M d'Héronval, née Asselin). 0 SAINTONGE. - Aisse ou Asse, fam. anc. : trois épées en bande. - Asse, chambellan du roi Charles VIII / Asselin, en Lorraine, greffier de la duchesse, anob. 168 s. - • TOULOUSE. - 168 s. : Assezat, riche fam. bourg. marchande. AJALBERT. - Nom origin. du Cantal, d'après M. Dauzat; prénom anc., de racine germanique; v.Jalabert. AJAM, AZAM. - Nom origin. du Languedoc; Ajam, c'est-à-dire Ajean, fils à Jean, origin. du Centre. Les Azam seraient d'origine arabe, issus d'un médecin de Montpellier, mais Azam peut aussi être une déformation d'Azema. AJON. - Fam. allemande 148 s. devenue normande. ALABERGÈRE, ALABLANCHE, ALABRUNE, ALACATIN, ALADAME, ALADEL, ALADÈLE, ALADENISE, ALADENIZE, ALAGUILLAUME, ALAMARTINE, ALAPETITE, ALAPHILIPPE, ALAROSE, ALAROUSSE, ALASAUNIÈRE, ALASIMONE, ALASŒUR,ALASSEUR, ALATEINTE, ALHÉRITIÈRE. - Tous ces noms sont des formations particulières, généralement originaires des provinces de Berri, Bourgogne, Nivernais. Leur rusticité met en évidence une immigration tardive vers les centres urbains. Ils veulent dire : (fils) à la bergère, etc. Anciennement, ils ont été changés : Alamartine est devenu de la Martine ou de Lamartine. Alablanche ou de la Blanche semble être la forme ancienne des Blanche savoyards et des Blanche bourguignons. - 0 BERRY. - Alabat : trois clochettes. - 0 BOURGOGNE. - Alamartine 168 s. : deux fasces, un trèfle, un lambel en chef. - Alarose, ou Alarousse, fam. noble, déboutée pour pauvreté, dont un archer au 1511s. ALAIN, ALLAIN, ALLANIC, ALLENET, ALLENO, ALLENOU. - Prénom anc., répandu surtout au début du Moyen Age, puis plus spécialement en Bretagne;Allanic, signifiant petit Alain, est breton. 0 PARIS. - Allain : trois hures de sanglier. - Allain : un croissant surmonté d'une étoile. - Allain : dix losanges. - Allain : un chevron et un besan. - e LYON. - Allenet : un chevron chargé d'une coquille.

- e MARSEILLE. - Allaine, marchand : un arbre et deux vents soufflants. - 0 BRETAGNE. - Allain 15 s. : dix losanges. - Alleno : trois hures de sanglier. - Allenou : un chef endenché. - Allanic : une poule et deux œufs. - 0 NORMANDIE. - Alain : 3 fam. anc. de ce nom : un chevron et un besan. 0 PAYS DE LOIRE. - Allain, charpentier, maître d'œuvre à Saumur 15 s. / Allain, marchand à Tours 17e s. / Allain, capitaine 18 s. ALAIS, ALAIX, ALLAIS,ALLAIX.-Ancien prénom, comme Alain. - 0 LYON. - Alais : un chevron et un losange. - 0 MARSEILLE. - Allais, marchand : un sautoir et un loup. - Allais, cultivateur, guillotiné sous la Terreur. ALARIC, ALARIE, ALARY, ALERIC, ALLARI, ALLARY, ALRIC, ALRIQ, AURIC. - Prénom anc., répandu surtout dans le Midi; Allaire, dans le Nord; on trouve Alarie et Alaric dans les régions visitées par Alaric, roi des Wisigoths. - • MARSEILLE. Alrics, chevalier. - 0 BRETAGNE. - Allaire, depuis le 1511 s. : un pigeon prenant son essor et quatre alérions. - 0 POITOU. - Allery : neuf alérions. - 0 TOURS. - Alarie : un roc d'échiquier. - 0 LANGUEDOC.- Allari : un cor de chasse. ALAUDE, ALAUX, ALAUZE, ALAUZET, ALLAUX, ALLEAU, ALLOU, ALLOUETTEAU. - Confusion possible avec Lauze et Lalou. Surnom signifiant alouette; Alauze dans le Midi;Alaude, en Gascogne. - 0 PARIS. - Allou : un lion tenant une épée. - 0 BRETAGNE. - L'Alouette 148 s. : une fasce, trois étoiles et trois alouettes. - Alliou 1511s. : trois estamaux ou orceaux. - 0 BEAUVAIS. - Allou : un chevron et trois alouettes. ALAVESNE, ALAVOINE. - Surnom de marchand de grains. Blasons : une gerbe d'avoine; deux épis d'avoine croisés. Davesne, général, et Alavoine, ex-membre du Conseil général à Paris, guillotinés sous la Terreur. ALAZARD, ALAZAY, ALAZET. - Fils à Lazard (v. Abelin); v. Lazard. ALBALESTRIER. - 0 LANGUEDOC. - Albalestrier : un chev. à quatre pommes de pin. ALBAN, ALBANEL, ALBIN, ALBINET, AUBAN, AUBANEL - Prénom anc., variantes et diminutifs d'Aubin; dérivés du latin Albus, c'est-à-dire blanc; Albin en est la forme savante; Aubanel, dans le Midi. - 0 LYON. - Albanel : un chevron, deux étoiles et un croissant. - • TOURS. - Albanel, marchand, bourg. : même blason. - Aubanel, fam. du Midi, imprimeurs depuis le Moyen Age / Albin, nom des anc. sgrs de Valzergues, au Rouergue. ALBAREDE, ALBARET, ALBARES, ALBARIC, AUBARÈDE, d'AUBARÉDE, DAUBARÈDE. - Noms issus de l'albarède, ou aubarède. - 0 LYON. Daubarède, échevin de Lyon : une aigle éployée. Daubarède, ex-noble, guillotiné sous la Terreur. ALBAUD, ALBAULT, ALBAUT, ALBEAUX, AUBAUD, AUBAULT. - Prénom anc., à distinguer d'Alban, Auban, Aubin, à rapprocher d'Aubert, Albert; Albeau en Poitou et autour; Albaud, dans le Centre; Albaud, également en Bretagne 148 s. - • MARSEILLE. - Aubany, mercier : trois coupeaux, trois étoiles et un lambel de deux pendants. - 0 BRETAGNE.- Aubaud, écuyer : une aigle éployée. ALBE, ALBES. - Nom de lieu; ou origin. de l'Albigeois. - e PARIS. - Albes, docteur et avocat, origin. de Béziers : une fasce, un croissant, deux étoiles et un arbre. ALBERGE, ALBERGNE. - Corruption de Alvergne, c'est-à-dire auvergnat, en Languedoc. ALBERT. - Nom d'origine méridionale, ou bien prénom plus récent qu'Aubert. - • PARIS. - Albert : une aigle. - Albert : un anneau où sont attachés quatre chaînons. - Albert : un lion. - Albert : un

chevron, deux étoiles, un croissant, trois cors de chasse. - 8 LYON.- Albert : un chevron chargé d'une pomme de pin. - 8 MONTÉLIMAR. - Albert, issus d'un confiseur; ducs de Luynes 1619, de Chevreuse 1667, de Chaulnes et Picquigny 1621 : un lion. Albert, fam. bourg. de Civray 1711 s. / Albert fam. essaimée en Allemagne, dont un musicien 1911s. ALBI, ALBY. - Surnom donné à des originaires d'Albi, mais assez loin de cette ville pour n'avoir pas pris la forme Albiges. - 8 PROVENCE. - Fam. anc. : une bande et deux coeurs. ALBIGES.- Nom dérivé d'albigeois, origin. d'Aibi. ALBRIER, ALBRIEUX. - Nom originaire du Midi, nom de lieu ou nom de métier; «albero », arbre en italien. ALCOULOMBRE. - Nom méridional, dérivé de colombier. ALDEBERT. - Prénom, doublet savant d'Albert, Aubert; forme savante ou récente, commeAdalbert. ALÈGRE, ALGRET, ALIGRE, ALLAIGRE, ALLEGRET, ALLEGRIER. - Sobriquet, désignant quelqu'un de joyeux, représenté plutôt dans le Midi. Aligre en est la forme la plus connue. 8 PARIS. - Aligre : burelé, chargé de trois soleils. Allegrin, chevalier : une croix. 8 MARSEILLE. Allègre, mercier : un croissant et une étoile. Allègre, procureur : une colombe sur un rocher. Allègre, marchand de soie : un loup et une bande. 8 GASCOGNE. - Alegret, 128 s. : troubadour. 8 PÉRIGORD. - Legret, ou Allaegret, verriers; essaimés en Poitou, où ils sont parfois écrits Algret, Alegret et Aligret : semé de fleurs de lis. 8 DAUPHINÉ. - Allegret : une croix et quatre colombes. - 0 SENLIS. - d'Alègre, bailli 168 s. : une tour et six fleurs de lis. - Aligre, anc. écrit Haligre, célèbre fam. origin. du pays chartrain, devenue puissante maison noble. ALÉPÉE, ALESPÉE. - Surnom rappelant une enseigne de boutique ou de rue; ce nom a pu être transformé en : de l'Espée, l'Espée, Lespée. ALÈS, ALLÉS, ALEST. - 8 ORLÉANAIS et PICARDIE. - Alès, fam. nob. anc. : une fasce et trois merlettes. - 8 LANGUEDOC. - Allès ; deux ailes d'aigle; chef au soleil. - 8 PROVENCE. - Alest, fam. anc. : un vol étendu. ALEXANDRE, ALICANT, ALESSANDRE, ALISSANT, ALIXANT. - Alexandre est un prénom récent sous cette forme, la forme anc. étant Alixant; prénom volontiers adopté par les juifs. - 8 PARIS. Alexandre ; un chevron, deux molettes et une rose. Alexandre : un lion tenant un cœur chargé d'une aigle. - Alexandre, établis aussi en Picardie, Alexandre d'Hannache : une aigle. - 8 BEAUVAISIS. Alexandre, fam. anc. 168 s. : une aigle à deux têtes. 8 POITOU. - Alexandre : un chevron, deux aigles et un arbre. - 8 NIVERNAIS. - Allixant : une bande et des étoiles. - 8 NORMANDIE. - Alexandre : une fasce, deux croissants, un trèfle. - 8 BOURGOGNE.Alexandre, curé : deux pals aiguisés. - 8 ANGOUMOIS. - Alexandre : un chevron, une croisette fleuronnée, un léopard et trois merlettes en chef. Alexandre de Haldat du Lys ; une croix ancrée et un lion léopardé en chef. - Alexandre, ci-devant chantre, se distingua pendant la Révolution par le nombre de personnes qu'il fit massacrer : on le disait capable de manger un homme tout cru / Allissant, bourgeoisie de Bourgogne 18e s. / Alixandre, à Compiègne 138s. ALIBERT, ALLIBERT. - Prénom ancien, attesté dans le Toulousain au 12" s. - * PARIS. - Alibert : un losange. ALICOT, ALIS, ALISON, ALIX, ALLIX. - Diminutifs d'Alix, Alice; la forme la plus répandue est Alix. - 8 LYON. - Alix, marchand : pignonné de deux

montants, au lis fleuri. - Alix : trois lis et trois étoiles. - Alix : parti : 1 : un guidon chargé d'un vol; 2 : une main armée d'un sabre; et une croix de chevalier. - 0 CHARLIEU. - Alex, marchand, bourg. de Charlieu : un chevron et une billette. - • EXCIDEUIL. - de Alis, chevalier 148 s. : deux fasces et un chef crénelé. - 0 LORRAINE. - Alix, garde du trésor du duc : trois têtes de cerfs. - Alix, ministre protestant, qui passa en Angleterre à la Révocation de l'édit de Nantes; prophète, il prévoyait le retour de JésusChrist pour 1720. ALLAIS, ALLEZ. - Matronyme. - • PIÉMONT. Famille Allais, venue de Bretagne / Allez : fam. du Nord. ALLARD, ALARDET, ALARDIN, HALLARD. Allar est un ancien prénom du Sud-Ouest, répandu surtout sous la forme Alliard. - • PARIS. - Allard, marchand bourg. : un chevron, une étoile, un croissant et une ancre. - Allard : coupé à trois étoiles. 0 LYON. - Allard, ou d'Allard, fam. issue d'un contrôleur des finances 168 s., dont les sgrs de Paradis : un chevron, un croissant, et trois étoiles en chef. - Allard, juge à Saint-Etienne : trois fasces et un lion. - Allard, écuyer, à Montbrison : un chevron, deux étoiles, un croissant et deux fasces. 0 POITOU:- Allard : un chevron, deux étoiles et un mouton. - Allard : une croix cantonnée de quatre croissants. - Allard : un chevron, trois étoiles et un croissant. - • NORMANDIE. - Alart : un chevron et trois glands. - Allard : trois étoiles, trois croissants. 0 PICARDIE. - Allard : une fasce chargée de trois étoiles, et une hure de sanglier. - 0 CHAMPAGNE. - Allard, conseiller du roi : un lion surmonté d'un croissant. - 0 BOURGOGNE, FRANCHE-COMTÉ. Allard, notaire : trois demi-vols. - Allard, notaire : un demi-vol. - • ALSACE. - Allard : un chevron et trois demi-vols. - AMarseille, d'Allard 17* s. / Allart, protégé du duc de Luynes, qui devint Alart d'Espion, marquis de Grimaut 17*s. / Allard, curé de Bagneux, guillotiné sous la Terreur/ au 18 s., Allart, de SaintTropez, qui passa en Egypte, puis en Perse où il fut nommé colonel, enfin devint généralissime au service du roi de Lahore; il revint à Saint-Tropez où sa descendance subsiste. - 0 PROVENCE (Brignoles). Allard : trois barres, une trangle chargée de trois fleurdelis; chef à deux demi-vols, surmontés d'un vol. ALLEAUME,ALLIAUME.-Anc. prénom;Alliaume est la forme archaïque conservée dans les campagnes; Alleaume, connu à Paris depuis Philippe le Bel. - • PARIS. - Aleaume, docteur de la faculté de droit : trois coqs. - 0 NORMANDIE. - Alleaume, secrétaire du roi 161 s. : un chevron, deux roses et une colombe surmontée d'une étoile. - • POITOU. Alleaume : une bande chargée d'une étoile et d'un demi-vol. - a BERRI. - Aleaume :trois coqs. ALLEMAND,ALLEMAN,ALEMAN, LALLEMAND, LALLEMENT, dA ' LLEMAGNE. - Surnom indiquant l'origine; on considérait, jadis, comme allemand pratiquement tout ce qui venait de l'Est; aussi surnom donné à quelqu'un ayant voyagé enAllemagne. - e PARIS. -, Lallemant, marchands drapiers, dont un descendant sera titré comte de Lévignon, et un autre marquis de Goupillières : un lion. - Lallemand, ou Lallemant : une fasce, trois étoiles et trois roses. L'Allemant (de l'Estrée) : un chevron et trois étoiles. - Lallemant : les armes de Chalo-Saint-Mars (v. article Boucher, Chartier). - 0 LYON. - Lallemand, marchand : un croissant d'où sort une palme, entre deux étoiles. - • MARSEILLE.- Allemand, greffier de Mazargues : une .nain sortant d'une nuée, tenant un demi-vol. - 0 POITOU. - Allemand : un chevron et trois olives. - • BERRI. - L'Allemand, maire de Bourges 168 s. : un chévron et trois roses. - 0 BRETA-

GNE. - Allemand, comte de l'Empire : trois vaisseaux. - 9 AUNIS. - D'Allemagne : trois fasces. 0 PROVENCE.- Alamand : une bande. - 0 BUGEY.D'Allemagne 168 s., fam. origin. de Provence : deux lions affrontés soutenant une étoile. - Allemand ou L'Allemand, lieutenant criminel au Cnatelet / Allemant de Gué-Péan, maître des Requêtes 1711s. 0 BOURGOGNE. - Alleman, maison des plus anciennes de cet ancien royaume, issue des anc. barons de Faucigny. D'illustres maisons nobles sont issues de ces Alleman : une fasce et trois trèfles. - 0 CHAMPAGNE. - Lallement, maintenus nob. en 1670 sur preuves 1511. - 0 LORRAINE. Lallemand, un an. 1436 : une croix. - Lallemant de Liocourt, un an. 1682 : une fasce, deux étoiles et une hure. - 0 DAUPHINÉ. - Aleman, fam. anc. : bande brochante. - 0 LANGUEDOC. - Aleman, fam. anc. : écartelé, trois fasces, un vol. ALLEZ,ALLIEL- Lesformes en -el sont, généralement normandes ou méridionales; celles en -ez, comtoises, savoyardes, ou du Nord; v. aussi Alliot, Ailhaud. - 0 BRETAGNE. - Alles 1511s. : une bande et trois croissants. - 0 FLANDRE, ARTOIS. - Allez : un cor de chasse et trois colombes. - Allez, échevin de Saint-Omer, banni par le bailli de Cassel, au 148 s. ALLOD, ALLOITE, ALLOT, ALLOU, ALLOUARD, LALEU, LALOU, ALLIOT. - Nom de lieu; un alleu ou allou était une terre franche; leur autonomie semble remonter, dans bien des cas, à la période gauloise. - 0 PARIS. - Allou, lieutenant : un lion tenant une épée. - Laleu, échevin : une couronne, deux étoiles et une lune. - de Laleu, tireur d'or : un lion couronné et deux étoiles. - 0 LORRAINE. Alliot, conseiller d'État : une fasce, quatre quintefeuilles, et un croissant. - Allotte, bourg. de Loudun 18" s., essaimés à Nantes au 198 s. - 0 PICARDIE. Laleu, fam. anc. 138 s. - Plusieurs chanoines aux 17" s. et 188 s. : un chêne; au chef une colombe accostée de deux étoiles. ALLOIN, ALLONEAU, ALLUIN. - V. Halluin, Helluin, Hellouin. - 0 POITOU. - Unsautoir. ALLOUIS. - (fils) à Louis; v. Abelin; nom de lieu en Auvergne; nom connu en Berri, Nivernais, Bourgogne. ALLOYAU, ALLOYEAU. - Terme de boucherie, devenu sobriquet; v. Loyau. ALLUCHON, ALLUSSON. - (fils) à l'Huchon, à l'Husson (v. Abelin); nom de Normandie et Picardie. ALORGE. - 0 NORMANDIE. - Alorge, fam. anc. 158s. : trois gerbes. ALPHAND, ALPHANDERY, HALPHEN. - Nom juif. - Halphen, alliés aux barons Rothschild / Alphand, ingénieur qui créa ou transforma à Paris, les bois de Boulogne, de Vincennes, le parc Monceau, les Champs-Élysées, les Buttes-Chaumont et le parc Montsouris. ALPHERON. - e PROVENCE. - Alpheron, fam. de robe. Aix 17 et 188s. ALPHONSE. - • LANGUEDOC. - Alphonse, fam. anc. : un carré à une fleurdelis et soutenu d'un ours. ALQUIÉ, ALQUIER. - Forme méridionale d'Auger, Aucher; prénom. - 0 TARN. - Alquier, barons de l'Empire; fam. protestante jusqu'au 17 s. : un pal, deux macles en chef. ALTIER. - 0 PROVENCE. - Altier, fam. anc.; une bordure, au chef brochant. AMALRIC, AMAUDRIC, AMAURIC, AMAURY, AMORY. - Prénom jadis très à l'honneur. - 0 PARIS. - Amaulry, marchand bourg. : un pin et un cerf passant devant. - Amaury, valet de chambre de M. le Premier Président de Novion : même blason. Amaury, vve Lucas : une fasce chargée d'une

flamme, une étoile en chef. - 0 LYON. - Amaulry, marchand libraire : un lion, queue fourchue en sautoir. - 0 MARSEILLE. - Amalric, garçon de comptoir : une main gauche mouvante d'une nuée, tenant une branche de laurier. - 0 POITOU. - Amaury : un chevron, trois roses, et trois étoiles en chef. Amaury :trois fleurs de lis. - Amaury ; un lion. AMAND,AMANS. - Prénom. - * PARIS. - Amans, origin. du Laniguedoc ; une croix potencée. - Amant : un chevron et deux pigeons. - 0 MARSEILLE. Amand, bourg. marchand : un cheval gai et une croix. - 0 FLANDRE. - Amand, chanoine : un chevron et trois cœurs. AMAT. - 0 DAUPHINÉ. - Amat : une main tenant une épée, mouvante d'un nuage. AMATHIEU, AMATHIEUX. - (fils) à Mathieu; v.Abelin. AMBERT. - Nom de lieu (Auvergne). - 0 PARIS. Ambert, marchand : un cœur et trois roses. AMBES, AMBECY. - 0 ROUERGUE. - Ambes, fam. not. Toulouse 16" s. AMBLARD. - Ancien prénom; sobriquet tiré d'« amble », c'est-à-dire allure d'un cheval. 0 QUERCY.- Amblard : une martre sur une terrasse, chef à trois étoiles. AMBROIS, AMBROISE. - Prénom (saint Ambroise, évêque de Milan); Ambrois en est la forme archaïque. - Ambrois, fam. angevine d'anc. bourg., essaimée en Poitou. AMELARD, AMELIN, AMELINE, AMELIOT, AMELON, AMELOT, HAMELIN, MELIN, MELOT. Les formes en A sont des diminutifs tirés d'Amélie, mais parfois confondus avec les formes en H, qui sont dérivées de Hameau, Hamel; v. Hamel. - * PARIS. - Ameline, çontrôleur des rentes : un chevron et trois étoiles. - Ameline, chanoine : une bande et un soleil. - Amelon, écuyer : trois roses et une moucheture d'hermine. - Amelot, illustre fam. issue d'un marchand de harengs d'Orléans 168 s., dont les marquis de Gournay, les sgrs de Chaillou, les marquis de Comberonde et de Mauregard, alliée aux Saulx-Tavannes, Nicolay, Caumont-La Force ; trois cœurs et un soleil. - Melin, notaire : un bouc sautant. - Hamelin, conseiller au Châtelet : un lion, un cœur et deux étoiles. - Hamelin, chanoine à Saint-Denis : un sautoir et quatre billettes. - Hamelin : échiqueté. - 0 LYON.- Melot, notaire : un melon soutenu d'un croissant, et un soleil. - 0 POITOU. Amelin, Hamelin : un chevron et trois quintefeuilles. - 0 BRETAGNE. - Hamelin : un cygne et une ancre. - Ameline, dès le 178 s. : une bande et un soleil. • NORMANDIE. - Ameline : une bande et un soleil. - 0 PÉRIGORD. - Amelin, ou Hamelin, fam. de Sarlat, posséda de nombreux fiefs nobles. AMI, AMY, HAMY, LAMI, LAMY. - Sobriquet. 0 PARIS. - Amy, bourg. de Paris : un chevron et un chien. - Lamy, marchand de vins : un chevron et deux étoiles. - 0 LYON. - Lamy, marchand : un chien. - • MARSEILLE. - Amy, dont un courtier royal et un maître bonnetier : un chien levant la patte. 0 LORRAINE. - Lamy, fam. anc. plusieurs branches dont des chambellans des Princes de Lorraine, des anob., etc. : deux épées en sautoir, entortillées de deux serpents. - 0 POITOU. - Lami : une foi. - 0 BRETAGNE. - Jamet Lamy, noble 158 s. - Lamy, débouté au 17" s. : une tête de lévrier et trois étoiles. - Amy, célèbre avocat au parlement d'Aix 18" s. / Lamy, écuyer de Duguesclin / Hamy fam. origin. du Pas-de-Calais, dont deux membres de l'Académie des Sciences, alliée aux Brossolet, Blanche. AMIARD, AMEAUD, AMIOT, AMYOT, LAMIOT. Diminutifs d'Ami;Amyot en est la forme archaïque. 0 PARIS. - Amiot, greffier : un chevron et trois

trèfles. - Amiot, docteur en droit : même blason. Amiot, secrétaire du roi, sgr de Franconville : un chevron, un croissant et deux.. roses en chef. - • LYON. - Amyot d'Albigny, écuyer : trois hermines. - 0 SENS. - Amyot, qui figurèrent au Parlement de Paris : trois fasces, une bande chargée de mouchetures d'hermine. - Amyot, curé : une fasce, un croissant, deux étoiles et un cœur. - 0 NORMANDIE. - Amiot, fam. anc. nob. : quatre fasces, lion brochant. - • PICARDIE. - Amyot de Moyencourt : une bande chargée de cinq mouchetures; devise : Plutôt mourir que se mêler. - 0 CHAMPAGNE. Amyot, lieutenant des eaux et forêts : un lion et une épée en chef. - Amyot, grand Aumonier de France, évêque d'Auxerre. AMIC,AMICE, AMIGAUD, AMIGUES,AMIGUET. - Sobriquet; dans le Midi, amic veut dire ami, avec le sens d'amant; Amice est un prénom. - • PARIS. Amigaud : une fasce, un lion et un coq. - 0 ANJOU. Amis ou Amys, conseiller au Parlement 168 s. un chevron et trois feuilles de vigne. AMOREUX,AMOUR,AMOUREUX,AMOUROUX, LAMOUR, LAMOURETTE, LAMOUREUX, LAMOUROUX. - Sobriquet; aussi nom de lieu. - 0 PARIS. - d'Amours : trois épis naissant d'un croissant. - d'Amour, conseiller au Parlement de Paris : un porc-épic et trois clous. - • LYON. - Lamoureux, marchand : trois colombes. - 0 MARSEILLE. Amoureux, notaire : un cœur enflammé, percé d'une flèche. - 0 NORMANDIE. - Amour : trois fam. de ce nom. - 0 PÉRIGORD. - Lamouroux, dont l'ancien nom était Amoureux, dont une branche anob. 17' s. - • POITOU. - Amoureux : trois têtes d'aigle et six trèfles. - a BRETAGNE. - Amour, l'Amour ou Lamour : trois lacs d'amour 168 s. - L'Amoureux ou Lamoureux, dès le 158 s. : trois macles. 0 NANTAIS. - Lamoureux : gironné 158 s., alliance Trudaine. - • BAS-LANGUEDOC. - Amoreux, médecin et bibliophile : un cœur soutenu d'un croissant, deux flèches en sautoir et deux étoiles. Le baiser Lamourette : Lamourette, grand vicaire de l'évêque d'Arras. AMPHOUX, AMPROUX, ANFOSSY. - Prénom, forme française d'Alphonse. - 0 PARIS. - Amproux, peut-être une mauvaise lecture d'Amphoux : trois larmes. - 0 MARSEILLE. - d'Amphoux, marchand drapier : fretté et semé d'écussons. - Amphoux, marchand magasinier : une montagne et un phénix. - Amphoux, notaire : une bande ondée et deux roses. - Anfossy : une fasce et une molette. 0 POITOU. - Amproux, essaimés en Bretagne : trois larmes. ANCEAU, ANCEL, ANCELET, ANCELIN, ANCELOT, ANSEAU. - De la racine latine ancel, jeune homme ou valet, les deux mots étant longtemps restés synonymes : les jeunes gens étaient jadis préposés à servir leurs aînés, aussi les mots qui désignèrent ensuite les serviteurs signifient jeune homme; naguère, «valet » était encore employé dans ce sens dans les campagnes; sobriquet désignant peut-être un homme à l'allure jeune. - 0 PARIS. - Ancel, commissaire de la marine : un croissant surmonté d'une étoile. - Ancel des Granges : même blason. - Ancelin : une fleur de lis. - • SAINTONGE. - Ancelin : un lion. - • POITOU. - Ancelin : semé de fleurs de lis, au franc canton à la fleur de lis. - 0 BRETAGNE. - Anseau, connétable de Guingamp 148 s. : un lion brisé d'une bande. 0 BERRI. - Ancel 168 s. : trois lionceaux, chef à trois pals. - 0 COULOMMIERS. - Anceau, curé 17 s. : une palme. - 0 SAINT-FLORENTIN. - Ancelot : un loup. - 0 NORMANDIE. - Ancel : une fasce et trois trèfles et un lion en chef. - Anceau, fam. de robe anc. : une tour d'où sort un lion tenant une épée. -

• FLANDRE. - Ancel : une fasce et trois griffons. • CHAMPAGNE, FLANDRE, ILE-DE-FRANCE. Ancelet : une fasce, une ancre, et trois étoiles en chef. - • PICARDIE, ILE-DE-FRANCE. - Ancelin, chanoine : un pal chargé d'un croissant. - • ALSACE. - Ancelin : un chevron et trois trèfles. ANCEVAL,ANESVAL. - Nom de lieu : forme anc. Hanseval, Henseval. - • ARDENNES. - Anesval : trois molettes et un croissant. - d'Anesval, écuyer à Mantes 178 s. ANDELOT. - • BRESSE ET FRANCHE-COMTÉ. Andelot : échiqueté, un lion brochant. ANDIGNE. - Fam. des plus anc. de la noblesse d'Anjou : trois aigles, vols abaissés et posés. ANDOUARD,ANDOUART.-Anc. prénom. ANDOUIN. - • NORMANDIE. - Fam. anc. : une aigle. ANDRAL. ANDRAS, ANDRAU, ANDRÉ, ANDREU, ANDRIEU, ANDRY. - Vieux prénom très répandu, ainsi que toutes ses variantes; Andrieu, dans le Midi; Andreu en Catalogne. - 0 PARIS. Andrault (de Langeron) : trois étoiles, trois fasces et une bande semée de fleurs de lis. - André, dont un capitaine et un écuyer : un sautoir, trois croissants et trois étoiles. - André : un sautoir, trois étoiles et un soleil. - Andry : un sautoir et quatre croissants. - Andry, marchand épicier : quatre de chiffre de marchand, et les lettres J et A. - Andrieu, avocat : les lettres Aet P. - • LYON. - d'André : un rocher et une main mouvante d'une nue attirée par la patte dextre d'un lion grimpant sur le rocher. Dandré, bourg. de Lyon : un sautoir et une tête de lion. - 0 MARSEILLE. - André, marchand : un sautoir. - André : même blason plus un cœur. - André : un sautoir, trois étoiles et un croissant. - André, marchand bourg. : un chevron et un rhinocéros. 0 SAINT-DIZIER. - Androl, chanoine : un chevron, une étoile et deux glands. - • NIVERNAIS. Andrault, comtes de Langeron 178 s. (rencontrés à Paris) : trois étoiles. - • NIVERNAIS, BOURGOGNE. - Andras (15e), écuyer du dauphin : un chevron et trois tourteaux. - 0 DAUPHINÉ. - André : un lévrier. - e BRETAGNE. - André, conseiller du duc (151 s.) : un chevron et trois trèfles; devise : sans venin. André, président au Parlement de Provence : une fasce, deux merlettes et deux étoiles. - André : un sautoir. - Andrieux 1811 s. : une fasce, trois poires et trois carreaux. - 0 POITOU. - André ; un chevron. - e BOURGOGNE. - André, fam. origin. de Langres, issue d'un maître chaudronnier, dont des membres ont figuré au Parlement. - André, fam. origin. de Chalon-sur-Saône, issue d'un scelleur héréditaire, dont des membres ont figuré au Parlement. - 0 MAINE. - Andrieu, 188 s. : une fasce chargée de trois molettes et trois foudres. - 0 LORRAINE. Andry, conseiller au Parlement : un-sautoir et quatre croissants. - Andrieu, écuyer de Duguesclin / Andry, médecin de Napoléon / Andrieux, poète comique, juge au tribunal de cassation 188 s. / le «petit père André », qui faisait des plaisanteries, en chaire, avec le prince de Condé/ Androuet 16e s., architecte célèbre, surnommé «du cerceau», à cause de l'enseigne qui pendait à sa maison, et dont le fils construisit le Pont-Neuf. ANDRAY.- Fam. anc. nob. Normandie. ANDREWS. - Forme anglaise de André. Isabelle Andrews, huit cent mille dollars de dot, comtesse de Pourtalès, vers 1900. ANDRIVEAU, ANDRIVET, ANDRIVON, ANDRIVOT. - Dérivés d'André; les formes en -eau sont de l'Ouest; celles en -ot de l'Est; celles en -et, du Midi et de l'Est. La fam. Andriveau, à Paris, détient des registres paroissiaux parisiens échappés à l'incendie de 1871.

ANDUZE. - Nom de lieu; la ville d'Anduze est célèbre pour ses potiers. Anduze, fam. de l'Aude. ANET. - Veut dire : canard; un musicien de ce nom au 18e s. élève de Corelli. ANFRAY, ANFRIE, ANFROY, ANFRUIT, ANFRY. - Prénom répandu dans le Midi, de racine germanique. - 0 PARIS. - Anfrie, chevalier, sgr de Chaulieu : trois triangles, une tête de licorne. - Peut-être faut-il rattacher à ce nom Anfernet, Amphernet, fam. normande, dont un croisé au 12* s. ANGEBAUD, ANGEBAULT, ANGEBAUT, ANGEBEAU, ANGIBEAU, ANGIBOUST, ANJUBAULT. - Prénom, issu d'après M. Dauzat, du croisement de Angle, Anglais, et Ange. Nom du Berriavec terminales variant localement : -eau, dans le bassin de la Loire; -aud, dans le Limousin; -ault, en Touraine et Poitou. - 0 BRETAGNE. - Angebault ou Angeveau : un léopard. - Angibault, dit Jeyrard, sergent royal en Poitou 15 s. / Enjubaut, homme de loi, guillotiné sous la Terreur. ANGEL, ANGELIER, ANGELOT, ANGELLOZ, ANGER, ANGIER. - Anc. prénom, à rapprocher d'Enguerrand, d'Angebaut et d'Angilbert. La forme en -oz est savoyarde; Angel est un prénom courant en Espagne. - 0 POITOU. - Angely : quatre croix. 0 BRETAGNE. - Anger, ou Angier, croisé, issu d'une maison de Lohéac, laquelle descend de Judicael, compagnon de Guillaume le Conquérant : vairé, au bâton (Lohéac brisé). - A Paris, Angely, marchand de vins, et Angely, huissier au Parlement de Paris 188 s. / en Poitou, Angely de la Salle, se disant d'origine italienne, passés en Angleterre et revenus en France au 16 s. ANGENON,ANGENOT, ANGENOUST. - Variante de Angebaut; nom de Champagne. - 0 PARIS. Angenon, avocat : deux épées en sautoir. - • NOGENT-SUR-SEINE. - Angenoust, écuyer : même blason. - ASens, Marie Angenoult 18e s. ANGEVIN, LANGEVIN. - Sobriquet désignant l'origine. - 0 PARIS. - Langevin, écuyer, doyen des lieutenants d'artillerie et provincial au duché de Bourgogne : un écusson orné de huit molettes. • NIORT. - Angevin : un ange portant un raisin et un couteau. - 0 BRETAGNE. - l'Angevin, ou Langevin 13* s., dont un croisé : sommé de billettes et trois annelets. - 0 POITOU. - Angevin : un chevron, un croissant, deux étoiles, un arbre et une bande chargée d'un lion. - Langevin, curé de Neaufle : un ange. - 0 NORMANDIE. - Langevin, fam. anc. une croix et huit molettes. - • BORDEAUX. Angevin fam. considérable et anc. ANGILBERT, ANGLEBERT. - V. Angebaut. - e PARIS. - Anglebert : fam. de clavecinistes, 17" s. Angilbert, avocat : une fasce, un croissant et deux étoiles, soutenue de trois pals. - Angilbert, chanoine de Meaux : même blason. ANGLADE, ANGLADETTE, ANGLARD, ANGLARS, LANGLADE. - Nom de lieu, méridional : terre en angle. - 0 PARIS. - Anglart, architecte : un compas entrelacé d'une équerre. - Anglart, rouleur et chargeur de vin : un chêne. - e LYON.- Langlade, traiteur : deux triangles entrelacés. - e BERRY. Anglard, fam. anc. - 0 EN PÉRIGORD, sgrs de Langlade / Langlard, ou de Langlard, fam. venue d'Auvergne à Paris, au 18' s., alliée à la maison de Vichy / Anglade, coiffeur en ARGENTINE, essaima en Amérique du Sud 188 s. ANGLAS.- Fam. anc. de Champagne. ANGLEBERMES. - Fam. anc. de Thiérache 148 s. ANGLES, ANGLEYS, ANGLICHEAU, ANGLY, ANGLIVIEL - Sobriquet; v. Anglois, Langlois. Angle est un nom de lieu, d'où plusieurs fam. d'Angle; Anglès, dans le Languedoc; Anglicheau et Anglichaud en Poitou. - e MARSEILLE. - Anglès, maître

apothicaire : une aigle et trois étoiles. - 0 LANGUEDOC.- Fam. Angliviel (de la Beaumelle), 188 s. ANGLOIS, LANGLOIS, ANGLOS. - Sobriquet. 0 PARIS. - Langlois, monnayeur : trois triangles vidés, au besant posé. en cœur. - Langlois, march. drapier : un léopard tenant à sa patte dextre levée un triangle. - Langlois, héros général des monnaies de France : une fasce; en chef, un croissant acc. de deux étoiles, et en p. une aigle. - Langlois, sgr de Montry-les-Hautes-Maisons, écuyer de la reine : une fasce acc. de trois gantelets. - Langlois, cons. du roi, correcteur en la ch. des comptes : une aigle; au chef, trois croissants. - Langlois, bourg. : une aigle s'essor. qui enlève une toison..- Langlois, avocat : une bande ch. de trois coquilles. - Langlois de Colmoulins : deux lions passant l'un sur l'autre; au chef, trois besants. - Langlois, porteur de grains ; trois roses. - 0 LYON. - Langlois, secret, du roi ; un chev. acc. de trois oies. - 0 MARSEILLE. Langlois, enseigne d'une des galères du roi : une colonne à dextre, une épée à senestre, la pointe en bas, une étoile en ch., un croissant en pointe. 0 BRETAGNE. - Langlois, sgr du Breil-Aigu et de la Beurrière et autres lieux, 16 s. : trois roses, bordées et pointées. - • NORMANDIE. - 2 fam. Anglois. 0 LANGUEDOC. - Langlois, receveur général des finances de Montauban : un chevron acc. de trois molettes à six rais. - • FLANDRE.- Fam. Anglos. ANGO, ANGOT. - Ango, célèbre armateur de Dieppe 148 s., qui construisit le manoir de la Mothe Ango; Ango est le nom des marquis de Fiers. ANGOS. - Fam. anc. de Bigorre. ANGOULVANT, ANGOULEVENT, ENGOULEVENT. - Nom d'oiseau et nom de lieu, attesté en Bourgogne au 148 s. - * BRETAGNE. - Angoulvant, croisé 131 s. : une fasce d'hermine. ANGUIER. - • PARIS. - Fam. de sculpteurs, 171s. ANIO. - • DAUPHINÉ. - Anio, fam. anc. : une aigle. ANIS, ANISSON, ANNISSON, ANON. - e LYON. - Anisson, fam. célèbre d'imprimeurs qui reçut la direction de l'imprimerie royale au 171 s. : un vol, chef chargé de deux coquilles. - 0 MARSEILLE. Anon, hôte des «Trois faisans » : trois faisans, deux affrontés, le troisième contourné. - 0 PÉRIGORD. Anis : une fasce contrepotencée, une ancre, un mouton entre deux fleurs d'anis et une ruche. ANJORAN, ANJORRANT. - Prénom, à rapprocher d'Angran et d'Anguerrand. Fam. considérable et célèbre du Parlement de Paris. ANNAUD, ANNE, ANNEBAUD, ANNIQUE, ANNOT, ANNOULD. - Matronyme tiré de Anne; Anique peut être une variante de Hennique, qui est Breton. La forme en -eix est limousine. - 0 LYON. - Anicard, Hannicard ou Annecard : trois fasces et une étoile. - 0 NORMANDIE. - Annebaud, maréchal et amiral de France (16 s.) : une croix de vair. - 0 BRETAGNE. - Anneix, avocat, sénéchal de la juridiction du Han : une étoile et trois croix pattées. - Annor : fam. issue d'un bâtard de la maison de Penthièvre : une quintefeuille. - A Paris, Anique, vve du Tart / Aneau, littérateur lyonnais (16' s.). ANNEQUIN.- V.Hennequin. ANQUETIL. ANQUETIN, ANQUIER, ANSQUIER. Vieux prénoms composés d'après la racine normande ou francique Ans; Anquetil est normand. 0 BRETAGNE. - Ansquer 15e s. : une rencontre de cerf. - 0 TOURAINE. - Anquetil, sgrs de Badouilleau : trois feuilles de chênes. - • MANTES. Hanquetin, curé d'Arnouville : un hanneton, couronné. ANSARD, ANSART. - Prénom de Normandie. -

0 PARIS. - Ansart, écuyer : une fasce chargée de trois étoiles, et une gerbe. - 0 POITOU. - Ansart, fam. issue de Ansart, anob. au 1511 s., dont deux conseillers secrétaires du roi, aux 17" s. et 188 s.; dont une branche devenue Ansart du Fiesnet 1911s. : deux épées en sautoir et un cœur. - Ansart, compagnon d'armes de Guillaume le Conquérant, dont plusieurs branches en Normandie, Artois et Poitou. ANSELME, ANSELMET, ANSERMET. - Prénom. • PARIS. - Anselme, abbé et prédicateur : un vol. • LYON. - Anselmet, écuyer, et Anselmet des Bruneaux : trois bandes. - • MARSEILLE.- Anselme, marchands : un chevron, des roses, un croissant, chef à trois étoiles. - • SUISSE. - Fam. Ansermet. ANSTRUDE. - Fam. bourguignonne venue d'Ecosse 16 s. ANTELME, ANTHEAUME. - Prénom anc., de racine germanique. - 0 PARIS. - Antheaume, dont un substitut du procureur du roi au Châtelet, et un vendeur de marée : une antenne de vaisseau avec sa voile pliée, et six étoiles. - Antheaume, procureur un heaume surmonté d'un arbre. Antheaume, mouleur de bois : un chevron et trois flammes. - Antheaume, dizainier : un pigeon. A Meaux, Antheaulme, aide de paneterie de feu M la Dauphine. - 0 PROVENCE. - Antelme, Antelmi : un bâton péri et six étoiles. ANTHENAISE. - 0 NORMANDIE. - Anthenaise, fam. anc. nob. 148 s. ANTHÈS.- 0 ALSACE. - Anthès, fam. an. 1730. ANTHOINE, ANTOINE. - Prénom. - • PARIS. Antoine, conseiller : trois écrevisses. - Antoine, bourg. de Paris : un chevron et trois losanges. - 0 MARSEILLE. - d'Antoine, courtier royal : un chevron surmonté de trois étoiles et d'un lion tenant une épée. - Antoine, charcutier : lettres L et A, trois étoiles en chef. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Antoine, secrétaire de l'Empereur : trois tafs. - 0 PROVENCE. - Antoine, fam. florentine (?) venue en Provence au 168 s., et une autre provençale, à Aix. - En Limousin, fam. d'Anthony, d'obscure paysannerie 18e s., ce qui infirme une fois de plus tout rapport entre la particule et la noblesse / Antoine, fam. dont cinq générations de porte-arquebuse du roi, anob. au 188 s., et dont François, qui tue la bête de Gévaudan. ANTHOUARD. - Anc. prénom, à rapprocher d'Anthéaume. - 0 BOURGOGNE. - Anthouard, drapier 15 s., dont un descendant au service du roi Stanislas Leczinski, établi en Lorraine, et un autre général comte de l'Empire : une fasce chargée de trois roses et trois écrevisses. ANTIER. - Prénom, ou nom de métier. Marie Antier, chanteuse, interprète de Lully, Rameau, etc. 18e s. - Antié, dit Léonard, coiffeur de la reine Marie-Antoinette, guillotiné sous la Terreur. ANTRAIGUES, ANTRAIGUE. - Nom de lieu; v. Entraygues. AOUSTIN, AOUTIN, AUGUSTIN, AUTIN, HAUTIN. - Autin est synonyme d'Augustin, dans la région parisienne; Outin, Aoustin, Austin, formes anc. dans le Midi. - 0 PARIS. - Autin, dit la Boulaye, juré vendeur et contrôleur de vin 178 s. : les lettres L, A, B, accostées de deux phi grecs, de deux roses et d'un croissant. - Hautin : deux triangles vidés, entrelacés et trois étoiles. - Aoustin, capitaine d'Auray 148 s. : un sautoir chargé d'un tourteau (origin. d'Angleterre). - 0 BRETAGNE. Aoustin : une épée, trois étoiles et un croissant. 0 BERRI. - Augustin 15 s. : une fasce et trois hérissons. - 0 CHAMPAGNE. - d'Aoust 15 s. : une tourterelle tenant un rameau dans son bec. APPERT. - Appert, écuyer de Duguesclin / Appert, huissier à Givry, guillotiné sous la Terreur.

ARAGO, ARAGON, ARAGOU. - Surnom désignant le pays d'origine. S. M., la reine des Belges, dont la mère est née Aragon, porte les armes dAragon, il s'ensuit que tous les Aragons le peuvent aussi. Blason du royaume d'Aragon : palé d'or et de gueules. Un marchand gênois, nommé Aragon, ou Daragonis 158 s., eut la même idée; sa descendance habita la Bretagne. ARAZAC, DARAZAC, DARZAC. - Famille du Rouergue : une bande à trois fleurdelis et trois étoiles et un mouton. ARBAUD, ARBEL, ARBELLOT, ARBELOT, ARBOULIN. - Prénom anc., dont est composé Larbaud; la forme en -aud est du Centre-Ouest; celle en -ot de l'Est; Larbaud, dans le Nord. - 0 MARSEILLE. - d'Arbaud : un chevron, une étoile en chef. - 0 TONNERRE. - Arbelot, avocat : quatre arcs en pal, surmontés de trois étoiles. - • LIMOUSIN. - Arbelaut : semé de merlettes, un léopard rampant. - d'Arboulin, marchand de vins du roi, à Versailles. - 0 PROVENCE. - Arbaud, fam. anc., trois branches reconnues au 188 s. : un griffon (et variantes). ARBAZ, ARBAN, ARBEY, ARBON. - Noms de lieux. - 0 PARIS. - d'Arbon : un coq, patte levée, et trois trèfles. - 0 FRANCHE-COMTE. - Arbon : une croix ancrée, chargée d'un écusson. ARBOUSSIER. - • LANGUEDOC. - Arboussier, fam. anc. nob. ARCELIN, ARCELOT. - Mauvaise lecture d'Ancelin, Ancelot; peut-être dérivé d'Arcis, nom de lieu; à Marseille, on trouve la forme Arcère. - • BOURGOGNE. - Arcelot 161 s., dont de nombreuses branches notables : une aigle sur une terrasse. - 0 MACON. - Arcelin, médecin 18" s. : une rencontre de cerf. ARCES, DARCES. - 0 DAUPHINÉ. - Arces, fam. anc. nob. ARCHAIMBAULT, ARCHAMBAUT. - Anc. prénom chevaleresque; nom de la première maison de Bourbon; Bourbon-l'Archambaut. - 0 PARIS. Archambault, bourg. de Paris. - Archambault, écuyer. - Archambault : une fasce, un croissant, une levrette et un pont de trois arches. - 0 LYON. Archimbaud, marchand : une gerbe, trois étoiles et un croissant. - Archimbaud, marchand : une hermine et six étoiles. - Archimbaud, marchand de dorure : trois pins et six étoiles. - Archimbaud, marchand : un pal chargé de six merlettes, et deux branches de laurier. - 0 MARSEILLE. - d'Archimbaud, lieutenant des galères : une bande chargée de trois étoiles. 0 MEAUX. - Archambault, officier du roi : un sautoir chargé de cinq étoiles. - 0 LOUDUN.- Archambault : une bande et six croissants. - Archambault, marchand : une fasce. - En Poitou, Archambault, attesté sous toutes ses formes, dès le 138 s. / Archembaud, noble, archevêque de Bordeaux, vers 1050. ARCHER, ARCHIER, LARCHÉ, LARCHER, LARCHET, LARCHIER, LARQUEY, LARQUIER. Nom de métier : fabricant d'arcs, ou archer. Arquier, Larquier, Larché et Larchet, en Normandie et Picardie; Larguier, méridional, en est peut-être une mauvaise lecture. - 0 PARIS. - Larcher ou l'Archer, chevalier : un chevron, deux roses et une croix de Lorraine. - Larcher, fils du précédent, trésorier payeur de la gendarmerie : mêmes armes, écartelées. - Larcher, audiencier en la chancellerie de Paris : trois fers de dards. - Larcher, Président aux comptes et l'Archer, femme de Colbert, d'une famille connue à Paris depuis le 158 s., issue d'un vendeur de poissons de mer, alliée aux Voyer d'Argenson : un chevron, des roses et une croix de Lorraine. - 9 PROVINS. - Arquier, curé de Cource-

vrost : un arc et deux cœurs. - 9 JOIGNY. - Larcher, curé de Chezy : trois croix et un arc. - 0 SENS. Larcher, conseiller du Roi, et Larcher, avocat : un arc et une flèche. - Larcher, substitut au présidial de Sens : à peu près le même blason. - 0 VERSAILLES. - Larcher, valet de chambre ordinaire du roi et capitaine des mulets de Monseigneur, écuyer, donc noble : un chevron, deux étoiles et un croissant. - 0 POITOU. - Larchier, ou Larcher, maire du Poitiers : trois arcs. - l'Arc, maire de Poitiers 13* s. : un arc. - 0 BÉARN. - Larquier, connue dès le 148 s., essaimée en Saintonge au 17 s., devenue de Larquier : un cadenas. - Larque, en Poitou / à Montpellier, Archier, médecin 188 s. / Larcher maître d'hôtel de Louis XII/ Larcher, grand bailly de Vermandon 1711s. / Larchier, écuyer de Duguesclin. - 0 NORMANDIE. - Archer, fam. nob. anc. : une fasce et trois écussons. - Larcher, Larchier, fam. anc. : un porc-épic. - 0 BRABANT. - Archier, fam. nob. essaimée en France. ARDAIN, ARDAN,ARDANT, ARDELAIN, ARDIN, HARDIN. - Anc. prénom, à rapprocher d'Ardouin, Hardouin. Ardin, dans le Midi; Hardan, nom de lieu (Hardancourt dans l'Oise). - 0 POITOU. - Ardon : un chevron et des soleils. - Ardent, prédicateur de Guillaume IX, duc d'Aquitaine, croisé au 128 s. ARDOIN, ARDON, ARDONCEAU, ARDOUIN, HARDOIN, HARDOUIN. - Prénom anc., du Nord et de l'Ouest. - 0 PARIS. - Hardouin, écuyer, conseiller : un chevron, deux étoiles et un lion. - HardouinMansart, chevalier de Saint-Michel, intendant, ordonnateur et inspecteur général des bâtiments du roi, jardins, arts et manufactures, et premier architecte de S. M. : une colonne surmontée d'un soleil et deux aigles regardant le soleil. - 0 VERSAILLES. - Hardouin-Mansart, épouse du sieur Le Bas de Montargis. - 0 POITOU. - Ardouin : deux pals aiguisés et trois roses. - 0 BRETAGNE. Hardouin, deux auditeurs des comptes 188 s. une aigle tenant un foudre. - • MAINE. - Hardouineau 1711s. : un griffon. - En Bretagne, baronnie de la Hardouinaye / en Saintonge, fam. Ardouin, de moyenne et anc. bourg. / Ardouin ou Hardouin, receveur des tailles à Sarlat 178 s. / Beaubrun Ardouin, historien haïtien 188 s. - 0 NORMANDIE. - des Hardouin, essaimés à Rome, au 198 s., ducs de Gallese; alliance : d'Annunzio. ARFEUILLE, ARFEUILLÈRE, ARFEUX, DARFEUILLE, DARFEUILLÈRE. - Nom de lieu : endroit épineux. - 0 LIMOUSIN. - Arfeuille, fam. très anc.; alliances : La Roche-Aymon, Feydeau, etc. : trois étoiles et une fleur de lis. ARGAUD, ARGOD, ARGOUD, ARGOUT. - • PARIS. - Argoud, procureur général des prises où sa Majesté a intérêt au Conseil Royal des finances : trois 188 s.fasces. - En Dauphiné, des comtes d'Argout ARGELIÈS, ARGELOS. - Noms de lieux; Dargelos est le nom choisi par Jean Cocteau pour en faire un héros incarnant la Beauté. - 0 A PARIS : d'Argelos, commandant la ville et le château de Lourdes. ARGENCE, ARGENT. - Nom de lieu, méridional. • POITOU. - une fam. d'Argence, venue de Normandie; une fleur de lis. - • BRETAGNE.- d'Argent 158 s. : échiqueté. - e CHAMPAGNE. - d'Argent de Deux Fontaines, origin. de Hainaut : un lion et trois étoiles en chef. - A la cour de Frédéric II, un marquis d'Argens s'appelait en réalité Guichard. ARIBAUD. - (fils) à Ribaud, en Berri, Bourgogne, Nivernais; v.Abelin. ARLABOSSE.- Nom de lieu. ARLET, ARLETTE, ARLOING, ARLOT, ARLY. Prénom anc. et, pour Arly, nom de lieu; Ariette

était le prénom de la mère de Guillaume le Conquérant. - 0 PARIS. - Arlot, conseiller et premier médecin de S.A.R. Madame : un lion, un tourteau et deux plantes. - 0 BUGEY. - Arloz, fam. connue depuis le 118 s. : un lion et deux taureaux en supportant un troisième. - Dans l'Allier, une fam. Arloing. ARMAGNAC. - Peut-être issus de Pierre d'Armagnac, bourg. de Périgueux au 13 s. : trois pals. ARMAN, ARMAND, HARMAND, HARMANT. Prénom. Forme archaïque, germanique : Harmant, tirée de la racine Hard, qui donne aussi Hardouin. • PARIS. - Harmant, procureur : une bande chargée de trois vairs, écartelé à trois chevrons. - 0 LYON. Armand : un trophée surmonté d'un soleil. Armand : une main droite tenant une épée. 0 MARSEILLE. - Armand, marchand orfèvre : un guerrier à mi-corps, portant hache d'armes et bouclier. - 0 POITOU. - Armand : un sautoir cantonné et quatre alérions. - 0 BRETAGNE. - Harman : un guerrier à mi-corps, portant épée et bouclier. - 0 LORRAINE. - Harmand, médecin 188 s. : un coq perché sur une montagne. - 0 CHAMPAGNE. Armand : trois annelets. - 0 AUVERGNE. - Armand, fam. très anc.; plusieurs branches : trois fasces; alias : un chevron. - Armand, filleul de Richelieu, ambassadeur au Maroc, converti à la religion musulmane / Sophie Armant, qui périt dans l'explosion du ballon qu'elle avait illuminé, astronaute 1911s. ARMANJON, ARMENGAUD, ARMINGEAT, ARMINGOL, ARMINJON. - Anc. prénom, surtout méridional. - 0 MARSEILLE. - Armenieu, tenant académie : un agneau pascal. - 0 BRETAGNE. Armynot, échanson d'Anne de Bretagne 158 s. : trois mouchetures. - En Poitou, Armenjon, Armanjon, Ermanjon ou Herminio, fam. de noblesse féodale 151 s., dont un chevalier. ARNAL. - Dérivé du prénom Rénal; d'après M. Dauzat, mutation récente, dans le Hainaut et l'Artois, des suffixes Re à Ar; cependant Arnal semble plutôt méridional. - 0 PARIS. - d'Arnal, écuyer : un chevron, deux étoiles et un lion. - • PÉRIGORD. Arnal, bourg. :trois pommes de pin. ARNAUD, ARNAUDET, ARNAUDIN, ARNAULT, ARNOLD. - Anc. prénom, d'étymologie germanique : aigle-loup. Diminutifs : Naud, Naudet, Naudot... - 0 LYON. - Arnaud : un moulin à vent. Arnaud, maître barbier perruquier : une main tenant un sabre. - Arnaud, marchand bourg. : quatre girons échiquetés appointés et mouvant des angles, un croissant et deux étoiles. - 0 MARSEILLE. - Arnaud, marchand : un chevron, des étoiles et une montagne. - Arnaud, cabaretier : un cavalier tenant un bâton de maréchal, sur une terrasse où sont les lettre Get A, avec les mots : Mareschal de France (!). - Arnaud, apothicaire : un arc encoché d'une flèche. - Arnaud, chapelier : quatre pièces, trois roses. - Arnaud, vicaire des Accoiles : un chevron, des étoiles et une montagne. - 0 PÉRIGORD. Fam. Arnaut, 128 s. dont un troubadour de Richard Cœur de Lion, admiré par Dante. - 0 POITOU. Arnaud, ou Arnaut : un lion. - Arnaudet : deux chevrons soutenus d'un épi de blé. - Arnauldet : trois pattes de griffon et un lion. - Arnault : un lion. Arnault : six pigeons. - 0 SENLIS. - Arnauld de la Douye, chanoine : un chevron, deux palmes et une croix. - 0 ALSACE. - Arnold : trois épis et une colline. - Arnoldi ; deux chevrons en losange. - • SUISSE. - Arnold : deux poissons en sautoir, un tertre de trois coupeaux, un panache de cinq plumes et une étoile en chef. - A Paris, Arnauld de Pomponne et Arnault de Courville / en Angoumois, des Arnauld, dont Jean, assassiné par les protestants 168 s. / Arnaud ou Arnauld, avocat général de Catherine de Médicis, père d'Arnauld d'Andilly,

et grand-père d'Arnauld de Pomponne; ce sont les grands Arnauld jansénistes, dont la descendance subsiste en France et en Allemagne / M Colbert de Torcy, née Arnaud, suscita d'après Saint-Simon, une immense colère de Louis XIV, qui débita une généalogie peu flatteuse des Colbert et des Arnauld / en Picardie, des Arnaud originaires du Languedoc; en Provence, une famille Arnaud, très ancienne 108 s.; en Périgord, une famille Arnault, noble et ancienne. ARNOU, ARNOUD, ARNOUIL, ARNOUL, ARNOULT, ARNOUST, ARNOX. - Prénom anc. Saint Arnoul est la tige de la race carolingienne; Arnoul est le nom d'un fils de Carloman, roi de Bavière 98 s.; toujours prononcé Arnou, quelle que soit l'orthographe. - 0 PARIS. - Arnoult : un chevron chargé de trois molettes et trois trèfles. - 0 MARSEILLE. - Arnoul de Vaucresson : trois roses, une fasce et trois croissants entrelacés. - Arnoux, avocat : une tour et une étoile. - d'Arnoux : une fasce, trois roses et trois croissants entrelacés. Arnoux, peigneur de chanvre : les lettres P et A. 0 VERSAILLES. - Arnoul, intendant de la marine, inspecteur général des matelots du royaume : une fasce, trois roses et trois croissants entrelacés. 0 COMPIÈGNE. - Arnoult, curé de Marquéglise : trois araignées. - • MEAUX. - Arnoult, greffier des rôles de Souilly : trois roses. - • POITOU. - Arnou, Arnoul, Arnou du Puy : un chevron et trois coquilles, un croissant. - 0 BRETAGNE. - Arnous : un lion. 0 SAINTONGE. - Arnoul, origin. d'Allemagne, venus en France au 148 s. : sept losanges. - • BOURGOGNE. - Arnould, chanoine : un arc et trois molettes. - • LORRAINE. - Arnould de Mézières, anob. 171 s. : une croix, une fleur de lis et quatre roses. - • CHAMPAGNE, PICARDIE, ILE-DE-FRANCE. Arnoult 151 s. : un chevron, trois cœurs et un lion. 0 FRANCHE-COMTÉ. - Arnoulx 16 s. : un sautoir et un croissant, deux roses en chef. - Arnoux : une bande et six besans. - A Paris, Arnoulet de Bezon / dans le Hainaut 188 s., Arnoult ou Arnould, cousins des Hanseval, Melot, Couvreur. ARONDEAU, ARRONDEAU. - Nom signifiant hirondelle, sobriquet. Château d'Arundel, en Angleterre, siège d'un comté. AROUET, ARROAIX, ARROUET, ARROUY, LARROUY. - Arrouy, nom de lieu, dans le SudOuest. - 0 PARIS. - Arrouet, conseiller du Roi, receveur des épices de la Chambre des Comptes : trois flammes. (Voltaire porte le même blason.) La fam. Arouet, dont Voltaire, descend de tanneurs de Loudun, était répandue dans les environs / Larrouy, avocat établi à Fez, trouva son nom porté par des familles musulmanes d'origine andalouse. ARPIN, LARPIN. - V. Harpin, dont Arpin est une mauvaise forme; signifiejoueur de harpe. - • PARIS. - Arpin : un pin chargé d'un arc. - Arpin, écuyer de Duguesclin. ARQUIER. - e PROVENCE. - Deux familles de ce nom anc. et nob. ARRACHART, ARRACHEQUESNE. - Sobriquet, évoquant une force peu commune, ou bien appliqué à un bucheron. - 0 PARIS. - Arrachart, oculiste 188 s. : un chevron escaladé de deux rats, avec un char en pointe, surmonté d'un croissant. ARRAUDEAU, ARRAUT, ARROT. - Nom de lieu, dans le Midi. - 0 PARIS. - Arrault, avocat : un chevron, deux étoiles et un arbre* - 0 BRETAGNE. Arot : un centaure tenant une massue. - En Poitou, une fam. noble d'Arrot, mais presque toujours dite Darrot, dont les marquis de la Poupelinière. ARRIEU, DARRIEU, DARIEU. - Nom méridional, rieu signifiant ruisseau. ARRIGHI.-Arrighi, duc de Padoue.

ARSAC. - Nom de lieu. - 0 POITOU. - d'Arsac : un chevron chargé de trois coquilles. - 0 BRETAGNE. - Arsac : une aigle. ARSAN, ARSON, ARSONNEAU. - 0 PARIS. Arsan, écuyer : trois étoiles surmontées d'un cerceau et un croissant. - Arson : trois arcs en fasce. ARTAUD, ARTAULT, ARTHAUD, ARTOT, HARTAUD. - Prénom anc., méridional. - 0 LYON. Arthaud, anc. échevin de la ville : trois tours massonées. - Arthaud, bourg. de Lyon : trois bandes et un soleil. - Artaud, marchand bourg. : deux croissants adossés, une trangle, trois roses. - Artaud, femme du chevalier Etienne de Couleurs. - « MARSEILLE. - Artaud, marchand : une montagne, surmontée d'un soleil chargé d'un cœur, chef à trois étoiles. - Artaud, bourg. : un cœur et trois étoiles. Artaud, mercier : une aigle regardant un soleil. Artaud, drapier : une montagne, un soleil, et trois étoiles en chef. - Artaud, bourg. de Marseille : coupé : un chevron; un loup. - Arthaud de Panissière : un chevron chargé d'une billette. - 0 ROANNE. - Artaud, bourg. de Saint-Just : un chevron chargé d'un trèfle. - 0 ANJOU. - Artault 1600 : trois tours. - 0 BOURGOGNE. - Artault : un arc et deux flèches. - d'Arthault, avocat au Parlement : une fasce, un cœur, trois quintefeuilles et deux étoiles en chef. - • DAUPHINÉ, PROVENCE. - Artaud : un château. ARTHUR, ARTUR, ARTUS. - Prénom, jadis prononcé Artu; diminutifs : Thuret, Thurot; perpétue le souvenir des romans de cycle breton et du roi Artur, fils de Pendragon. Artu vient de Arcturus, étoile polaire. - 0 PARIS. - Arthur, chevalier : un chevron et trois sifflets. - • MARSEILLE. - Artus, marchand de blé : une main droite tenant un arc, chef à trois étoiles. - a NORMANDIE.- Artur, médecin à Pontorson et Artur anob. au 178 s. : une coquille. - 0 BRETAGNE. - Artur 15" s., et Artur, bourg. de Saint-Malo et armateur corsaire 168 s. : un croissant et trois molettes. - Arthur, fabriquant de papier à Paris 188 s. ARTIGAU, ARTIGIÈRES, ARTIGUE, LARTIGAU, LARTIGUE, DARTIGUES. - Nom de lieu, méridional, synonyme de bouzigue ou friche. Ce nom ne se trouve ni au Sud-Est, ni en Poitou-Charentes. Il existe une commune du nom d'Artigues, et des fam. Artigue, Artigala à Luchon. - • MARSEILLE. Artier : une barque voguant, surmontée d'un soleil. - e BRETAGNE. - Lartigue, présent à une montre de la noblesse, au 15 s. - • GUYENNE.- Dartigues, fam. anc. : un chevron, deux étoiles et un lion. - 0 BÉARN. - Lartigue, anc. maison nob. dont nombreuses branches, alliée aux maisons de Lorraine, Rohan, Narbonne, Pons, Roquelaure, Montesquiou, etc. : un lion. ARVIS, ARVISENET, ARVISET. - Nom de lieu; v. aussi Aviset, Alviset, tous ces noms ayant jadis été confondus. - 9 DIJON. - Arviset, auteurs de plusieurs branches : un chevron, deux larmes et une étoile. - 0 FRANCHE-COMTÉ, CHAMPAGNE. Trois chevrons. ASSAILLY. - Nom d'origine écossaise?; attesté à Toulouse, dès le 13" s. - 0 NIORT. - Assailly, sieur du Peux, ancêtre des d'Assailly : trois lis de jardin. Asse, Asselin, etc. V.Aisse. ASTIER. - Nom signifiant fabriquant de piques; aussi anc. prénom. Les noms de domaines : l'Asteyrie, La Steyrie, viennent de Astier. - 0 PROVENCE. Astier : un arbre, un soleil, deux étoiles. ASTOIN,ASTOUL,ASTOU.- Nomorigin. du Midi. - • MARSEILLE. - Astour, bourg. de Marseille : une main gauche couverte d'un gant de fauconnier, tenant un faucon. ASTROUIN.- Famille ancienne de Provence.

ASTRUC. - Nomméridional; = né sous une bonne étoile, chanceux. Nomjuif. AUBARBIER. - (fils) au Barbier; v. Abelin. - • PÉRIGORD. - Aubarbier, fam. anob. 178 s. : un chevron, un lion léopardé et deux étoiles. AUBAUD.- Famille de Saint-Malo. AUBER, AUBERT,AUBERTIN,AUBE, AUBERGE. - Vieux prénom; forme anc. d'Albert; actuellement, la forme Aubert est beaucoup plus courante que la forme Auber. - a PARIS. - Fam. Aubert, 178 s., dont un violon du roi. - Aubert : un chevron et trois chandeliers. - Aubert : trois têtes de limiers. - Aubert : une tour soutenue d'un croissant et surmontée de trois étoiles. - Aubert : un lion. - 0 LYON. - Aubert : un chevron et trois chandeliers. Aubert : un chevron. - Aubert : un chevron, deux étoiles et une montagne. - 0 MARSEILLE. - Aubert, dont un négociant et un courtier : quatre chaînes mouvantes des angles de l'écu, liées en cœur à un anneau. - Aubert, marchands et bourg. : un ou deux arbres, et une, deux ou trois étoiles. - Aubert, commis : un corbeau volant, surmonté de trois roses. • POITOU. - Aubert : dix roses. - Aubert : un haubert. - Aubert : un pal accosté de quatre étoiles. - • SAINTONGE. - Aubert : losangé à la bande brochante. - 0 ANJOU. - Aubert, dont les sgrs du Petit-Thouars, dont les célèbres amiraux : un haubert. - 0 BOURGOGNE. - Aubert, receveur des décimes à Dijon : une barre componée. - Aubert, maître d'hôtel du roi, puis secrétaire du roi : trois têtes de lévriers. - • NORMANDIE.- Aubert 151 s. : trois maillets. - Aubert : palé de six pièces. - 0 BRETAGNE. - Aubert, croisé 138 s. : une fasce chargée de deux cerfs passant. - Aubert, secrétaire du roi, évêché de Saint-Malo, anob. 178 s. : une jambe chargée d'un croissant. - Annibal Aubert du Bayet, général 188 s. / Aubert, échevin 158 s. / Aubert, batelier en Anjou 188 s. / Aubert, échevin qui légua sa bibliothèque à la ville de Lyon 17" s. 0 PICARDIE. - Aubé, fam. anc. : huit lozanges en croix. - 0 LANGUEDOC.- Auberge, fam. anc. AUBERNON. - (fils) au Bernon; v. Bernon et Abelin. - • LYON. - Aubernon, chirurgien, juré : une couleuvre ondoyante. - 0 ANGLETERRE. Sir John d'Aubernon 13" s. : un chevron. - Lesalon de M Aubernon, à Paris, vers 1900, est resté célèbre dans l'histoire des Lettres et de la vie mondaine. AUBERTIN, AUBERTOT, AUBERTY, AUBURTIN. - Diminutif probable d'Aubert, plutôt que (fils) au Bertin. - 0 LORRAINE. - Aubertin : une fasce et trois besans, chacun chargé d'une aigle. - Ou : une fasce chargée d'une aigle et trois besans. - Aubertin, anob. 168 s. : deux rochers, deux lions et une étoile en chef. - Aubertin, secrétaire du duc : un chevron, une étoile et un lion léopardé en chef. • CHAMPAGNE. - Aubertin, trésorier de France : un lion s'appuyant sur une branche de laurier. Aubertin, théologien protestant 16 s. / Aubertin, écuyer de Duguesclin / Aubertin, plumassier, fleuriste, guillotiné sous la Terreur. AUBERY, AUBRIOT, AUBRY. - Anc. prénom de racine germanique, dont la forme savante serait Albéric. - 0 PARIS. - Aubry, intendant des maisons de MM. les ducs de la Rochefoucault, dont une branche deviendra marquis de Castelnau, dans le Cher : trois trèfles. - Aubry, du Maine : une hure de sanglier. - Aubry, avocat : trois lampes. - Aubry, receveur général des finances de Rouen : trois pals chargés chacun d'un trèfle. - Aubry, bourg. de Paris (la forme Aubery est généralement préférée pour distinguer la descendance de ce dernier, peut-être origin. du Blésois) : un coq perché sur une branche. LYON. - Aubry, dont un chirurgien, et un apothi-

caire : deux branches de laurier en sautoir. - Aubry : trois tours. - 0 POITOU. - Aubry : un croissant et trois trèfles. - Aubry : une croix et quatre coquilles. - 0 BRETAGNE. - Aubry, anob. par le duc 15 s. : trois fleurs de lis. - Aubry : deux lances en sautoir, une molette et un léopard. - Aubry : deux lions affrontés soutenant un écusson chargé d'un abricotier. - Aubry, docteur de la faculté de Montpellier, né à Vannes, botaniste 188 s. : un fémur et une plante entrelacés en sautoir. - 0 ORLÉANS. Aubriot, dont un prévôt des marchands à Paris : un croissant surmonté d'une étoile. - 0 TOURS. Aubry 148 s. : un croissant et trois étoiles. - Aubry, attesté en Bourgogne dès le 148 s. / Aubry, député du Gard, déporté à Cayenne pour avoir destitué Bonaparte comme terroriste; il s'échappa et mourut en Angleterre / Aubry de Montdidier, chevalier assassiné par Richard de Macaire; le chien d'Aubry dénonça Macaire; le roi Charles Vordonna un duel entre le chien et Macaire dans l'île Saint-Louis, au cours duquel Macaire fut tué / Aubry, médecin du roi 178 s., auteur de «l'Antidote d'Amour ». AUBIER, L'AUBIER, LAUBIER. - Nom d'arbre. 0 BRETAGNE. - l'Aubier, grand maître des Eaux et Forêts de Bretagne, maire de Nantes 168 s. : trois grils. - • SAINTONGE. - Laubier : un aubier terrassé. AUBOURG. - Nom indiquant l'origine, comme du Bourg, par opposition aux écarts d'une paroisse. - 0 PARIS. - Aubourg, avocat au Parlement de Rouen 16° s., auteur d'une fam. normande qui essaima à Paris : un lion, une étoile et une larme. • VEXIN.- Aubourg, anc. fam. nob. :trois fasces. AUBRON. - Anc. prénom, variante Auberon; étymologie germanique. - Aubron, tailleur guillotiné à Paris sous la Terreur. AUBRUN. - Surnom; fils au Brun (v.Abelin; origin. du Nivernais). AUCHER.- Cf. Auger. AUDEBERT, AUDIBERT, AUDIBERTI. - Vieux prénom, qui semble avoir eu plus de succès dans le Midi qu'ailleurs, bien qu'on trouve anciennement des Audibert et Audebert un peu partout. - 0 PARIS. - Audibert : un lion. - d'Audibert, comte de Lussan : même blason. - 0 MARSEILLE. - Audibert, architecte : un arbre et un lion, trois étoiles en chef. - Audibert, bénéficier de la Major : une colombe sur un rocher, trois étoiles en chef. - Audibert, marchand magasinier : une barre et un cheval gai. - 0 PÉRIGORD. - Audebert : un sautoir. - 0 MARCHE. Audebert : un chevron, un croissant entre deux étoiles et un lion. - 0 ANGOUMOIS. - Audebert : deux hallebardes et un chevron. - 0 POITOU. - Audebert : trois croix pattées et alaisées. - Audebert : un sautoir. - • ORLÉANS. - Audebert, fam. issue d'un conseiller au Parlement de Bretagne : trois roses et une étoile, chef chargé de deux fleurs de lis (par concession d'Henri III). - • AVIGNON. - Audibert, conseiller au Parlement d'Orange 168 s., fam. essaimée en Bretagne : un lion surmonté de deux croissants. - 0 TOURAINE. - Audebert, fam. noble : un sautoir. - Audebert, jurisconsulte, auteur d'un Eloge de Venise 168 s. - 0 PROVENCE. - Audibert, fam. nob. anc. origin. de Ramatuelle 181 s. - Audibert, fam. origin. d'Aix 181 s. - • LANGUEDOC. - Deux fam. Audibert nob. et anc. AUDIFFRET.-Anc. fam. provençale nob. AUDOIN, AUDOUIN, ODOIN. - Anc. prénom de racine germanique : nom d i 98 roi des Lombards. 0 POITOU. - Audoin : une aigle. - Audoin : un phénix. - Audoin du Breuil, origin. des Charentes, converti à l'islam. - 0 LANGUEDOC. - Audoin : un chien. AUDOUARD, AUDOUART, HAUDOUARD. Variante de Audoin. - • NIORT. - Audouard : trois

roses surmontées d'un soleil. - • PICARDIE. Haudouard, fam. noble au 188 s. - Mm8Audouard, femme de lettres, dirigea le journal «Le Papillon ». AUDRAN, AUDREN. - Anc. prénom; origin. de Bretagne. - 0 LYON. - Un graveur et deux peintres Audran, tous parents 17 s. : trois têtes de lévrier; un coq; une fasce crénelée. - Audran, sgrs de Kerdrel / Audren, croisé 138 s. / Audren, chevalier 138 s. AUFFRAY, AUFFRET, ARFROY, ARVRAY. Prénom anc. - • PARIS. - Aufroy, mouleur de bois : un agneau pascal et trois étoiles. - Auvray, notaire : deux chevrons et trois têtes de loup. - Auvray, notaire : un chevron, deux étoiles et une colombe. - Auvray, conseiller : une tour, un chevron, deux étoiles et un pigeon. - • MELUN. - Auffroy, greffier en chef de la prévôté de Fontainebleau : une fasce chargée de trois têtes de léopard et deux lions passant. - 0 DREUX. - Auvray, curé de Bû : un sautoir engrelé, trois besans. - Auvry, marchand drapier : une longue maison, au pal échiqueté brochant. 0 NEMOURS. - Auvray, curé de Nanteau-surLunain : trois roses. - 0 BRETAGNE. - Auffray, anob. 158 s. : une bande et un lion. - Auffret, miseur de Quimperlé 1711 s. : un chevron et trois roues de Sainte-Catherine. - Auffroy, chevalier 138 s. : losangé, alias ; une fasce chargée d'un annelet. - Un très grand nombre de fam. bretonnes portant les mêmes armes, avec brisures, il y a lieu de penser qu'un très grand nombre de fam. descendent, soit de ce chevalier, soit de ses aïeux (les Derrien, Boutouiller, Gleincuff, l'Honoré, Kerranou, Kermenguy, Rannou, Omnes, Langalla...). - En Poitou 15 s., Auffray, et Offray, bourg. de Poitiers et de Niort. AUGÉ, AUGER, AUGIER, AUGEIX. - Nom de l'Ouest; Augé, sans doute forme défectueuse de Auger. - 0 PARIS. - Auger : un croissant. - Auger, épicier, bourg. de Paris : une bande chargée de trois lions. - Auger, trésorier de France : une fasce et trois aigles. - Auger, commissaire des Chevaulégers : même blason. - Augié et Augier : une bande chargée de trois lions. - 0 BOURGOGNE. Augé, venus de Toulouse, dont un libraire à Dijon 188 s. - 0 POITOU. - Auger et Augier : un chevron, deux croissants et un arbre. - Aucher : trois miroirs. - Aucher : un chevron et une étoile, chef à trois étoiles. - • ORLÉANAIS. - Augier : trois croix en pal. - 0 DREUX. - Auger, greffier du grenier à sel : un ange. - 0 CHAMPAGNE. - d'Auger : une fasce. - En Poitou, Aucher, sgrs des Mées, au 171 s. / Augereau, imprimeur à Paris en 1531, l'un des premiers à abandonner l'alphabet gothique / Augereau, duc de Castiglione et maréchal d'Empire. - • NORMANDIE. - Auger, fam. anc. de Carentan : semé de flammes, un phénix regardant le soleil. - Augier : un lion rampant. AULARD. - Forme dérivée d'Aulaire; ou bien nom d'enseigne et surnom : Au Lard. - 0 SAINTGERMAIN-LA-MONTAGNE. - Aulard : un chevron chargé d'une billette. AUMONIER, LAUMONIER. - • CHAMPAGNE. l'Aumônier :trois hures. AURIC, AURIOL, AURY, LORIOT, ORIOL, LORIOL, ORRY. - Sobriquet méridional, signifiant loriot; pour Aury et Auric, son diminutif, il n'est pas exclu que ce soit un prénom; Auriol est un nom de lieu; v. Lorry. - 0 PARIS. - Aurillon, chirurgien du corps de Monsieur : un arbre et un lion. - Aury, vve Richard, bourg. de Paris : une fasce, deux croissants et un besan. - Lorieul, écuyer : un loriot et deux étoiles. - Lory, bourg. de Lory, mousquetaire : un chevron et un chêne. - Lory, bonnetier : blason à ses initiales. - Ory, procureur : une croix alésée, deux étoiles et deux besans. - Orry, écuyer,

conseiller secrétaire du roi : un lion rampant contre une montagne. - Ces Ory et Orry appartiennent, de près ou de loin, à la fam. notable, anob. 18° s., des Orry de Fulvy, connue dans la bourg. marchande de Paris depuis le 168 s. et remontant à Orry, imprimeur à Paris 168 s. - 9 POITOU. - Orré, venus de Suède? : à peu près les mêmes armes que les Orry. - 0 BRETAGNE. - Loriot, maire de Nantes : une fasce chargée de trois roses et trois molettes. e VERSAILLES. - M de Gaytal, née de Lory : un chevron et un chêne. - En Anjou, des Aury 17" s. / Orry de Melle, tué à la bataille de Poitiers / Oriot, brocanteur guillotiné sous la Terreur / M Loriot, femme vieille et laide qui échappa à la guillotine grâce 4 une fausse déclaration de grossesse. - • SAVOIE, BUGEY, BOURGOGNE. - Loriol, fam. d'anc. nob. : une tour carrée. AURILLOT, AVRILLOT. - • CHAMPAGNE. Aurillot :trois étoiles et une tête de maure. AUROUX. - Veut dire : (fils) au Roux; v. Abelin. • PARIS. - Auroulx, avocat : trois trèfles. - Auroux, conseiller au Parlement de Paris, fut président aux enquêtes du Parlement de Bretagne 161 s. AUTRY, DAUTRY, AUSTRY, AUSTRUY. - Nom de lieu. - 0 SAVOIE. - Autry : une fasce, trois merlettes et une molette. - • ROUERGUE. - Austry, fam. anc. AUVRAY.- Plus. fam. anc. nob. de ce nom. AUXÉPAULES. - Cf. Épaules. AVEJEAN. - Anc. fam. nob. considérable, Normandie, Paris, etc. AVICE, AVISET. - Prénom et dérivés de SaintAvit; Avis, dérivé du latin; (= aïeul). - 0 PARIS. Avice, aide de camp des armées du roi, gentilhomme de Monsieur : deux têtes de lion et une aigle. - Avise, vve de la Haye : une fasce chargée de trois roses. - 0 POITOU. - Avice, fam. portant de nombreux noms de terre : trois diamants. - 0 NORMANDIE. - Avice, anob. 16° s. : neuf pommes de pin. - Avice, anob. 168 s. : une épée et trois pommes de pin. - 0 LORRAINE. - Avis : une fasce et trois têtes d'aigle. - Dom Benoît Alviset, savant bénédictin 178 s. AVRAY, DAVRAY. - 0 NORMANDIE. - Avray, fam. anc. d'Avranches. AVRIL. - Sobriquet indiquant la gaieté, ou bien nom d'enfant trouvé, anc. - 9 PARIS. - Avril, vve de Le Grand, écuyer : un chevron et trois roses. Avril, vve de Le Grand, capitaine au régiment de Brézé : trois roses en gerbe. - Avril, vve de Ferret, notaire : un arbre. - e MARSEILLE. - Avril, marchand ciergier ; un chevron, deux roses, une tête de taureau et trois étoiles en chef. - 0 POITOU. - Avril : un chevron et trois étoiles. - Avril : un arbre et trois étoiles. - 0 BRETAGNE. - Avril ou Apuril, deux fam. dont l'une venue d'Anjou : un chevron, ou un arbre et trois roses, ou trois étoiles. - EnAnjou, fam. Avril jusqu'au 188 s., issue de Avril ou Auvril, porte manteau du duc d'Anjou. - Au 188 s., à Saint-Pierre-dela-Martinique, une dame Double, née Avril, était parente d'un certain nombre de fam. nobles angevines et poitevines (marquis d'Aitz, MontiersMérinville, etc.) et de fam. de finance parisienne (Dufresne de Saint-Cergues, Lasnier, Aubin) ainsi que des Binet, Mollerat; elle était sans doute fille ou petite-fille d'un capitaine parti de Brest, vers 1702, commandant «Le Héros », négrier. AZEGAT.- Fam. anc. d'Arles. AZEMA,AZEMAR,AZEMARD. - • LANGUEDOC. - Azemar, mais. des plus anc. et illustres, issue dit-on d'un prince maure (ou portugais); on la dit aussi issue des grands Adhémar de ProvenceDauphiné : une bande à trois croissants et un lion. Azemard : trois fasces. V.Adhémar.

B

b BAATARD, BASTARD, BATARD, LEBASTARD. Sobriquet évoquant une bâtardise; patronyme d'un bon nombre de familles d'ancienne noblesse. - 9 VERSAILLES. - F. M. Bastard de Moseron, épouse de Louis, baron de Grimaldy : un cavalier, une aigle à deux têtes, une arête de poisson en barre (signe de bâtardise). - Le Bastard, conseiller du duc Jean V, en 1426 : une croix d'argent et douze fleurs de lis (c'est l'ancêtre des Bastard de Kerbiquet). - Le Bastard (Cornouaille, 188 s.) : trois fasces, la première surmontée de trois hermines. - 0 POITOU. Bastard, à Poitiers : trois glands. - Bastard à Niort : un château de trois tours. - Bastard : trois têtes de léopards. - 0 TOULOUSE. - Bastard, anoblis par le capitoulat, barons de l'Empire et comtes de la Restauration : une aigle et une fleur de lis. - Benedictus Bastardi, vers l'an mil, commence une longue suite de chevaliers et autres personnages du nom de Bastard, pendant tout le Moyen Age / Vicomte de Bastard d'Estang, selon lequel toutes les maisons de Bastard seraient issues d'une seule, du comté nantais, et auraient essaimé dans toutes les provinces et jusqu'en Angleterre / Bastard marchand à Mauzé, au 178 s., allié à la famille Michelin et dt la postérité subsiste / Lebastard, député (19°). BABAUD, BABEAU, BABELON, BABET, BABEUR, BABEYOU, BABIC, BABICHE, BABILLAUD, BABILLE, BABILLET, BABILLON, BABILLOT, BABILLOTE, BABOU, BABU, BABUY, BABY, etc. - Tous ces noms sont des matronymes, diminutifs et composés de Babeau, Isabeau, Isabelle; Isabeau était répandu au Moyen Age; Babel est un prénom masculin qui a pu être confondu; attraction possible de «babine »; babu se rattache au vieux français : babuse, signifiant moquerie; Baby est peut-être un nom de lieu; la forme en aud est en principe de la Marche ou du Limousin; Babic, d'après la terminaison, devrait être du Languedoc, mais en Bretagne, -ic est un diminutif. - 0 PARIS. Babeau, chevalier : d'or au chef emmanché d'azur de trois pièces. - Babel, avocat : une tour surmontée d'un croissant et de deux étoiles. Babinet, sûrement poitevin : trois chevrons. Baboulot, veuve de Varet, bourgeois : de vair. - 0 POITOU. - Babaud : une pomme de pin surmontée d'un croissant. - Babaud de Monvallier : un grenadier à cinq branches. - Babaud : un chevron, trois étoiles et un rameau. - Babin : un cerf regardant une étoile. - Babin : quatre burelles et un chevron brochant. - Babin, dit de Cignac (Marche) : même blason. - Babin, dits de Rouville : un chevron, deux

étoiles et un croissant. - Babinet, anc. fam. de bonne bourgeoisie, dt certaines branches furent anoblies : un chevron, deux étoiles et un croissant (les Babinet ont figuré dans la magistrature pendant au moins quatre siècles). - 0 PÉRIGORD. - Babut : trois pals. - • TOURAINE. - Babou, fam. qui a connu une grande notoriété, par les sgrs de la Bourdaisière, où naquirent plusieurs dames galantes célèbres en leur temps, et maîtresses des rois de France / A La Rochelle, Babu, dynastie d'armateurs (du 188 au 208 s.) / Babaud la Ferdie, juge à Confolens, guillotiné sous la Terreur. Babin, théologien (171). Babeau, historien (191). - 0 NIVERNAIS. - Babaud, dont les seigneurs de Quérigny et le fondateur des forges de La Chaussade : chêne glanté. - 0 CHAMPAGNE. - Fam. Babeau - Finance et robe. - 0 CHAMPAGNE-LORRAINE. - Fam. Babelon, notable. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Babey, dt un député à la Convention, qui vota le bannissement de Louis XVI. BABLE, BABLED.- Sobriquet, désignant celui qui battait le blé (voir Balavesne. Bat l'avoine). On trouve aussi Wattebled, dans le Nord. BABOUIN. - Sobriquet, peu flatteur, à moins qu'il ne s'agisse d'un dérivé de Babou, qui veut dire grimaceur. - En Bretagne, Jean et Guillaume Babouin, père et fils, étaient valets de chambre du duc, de 1403 à 1440; leurs descendants auraient changé leur nom en «de Langle ». BAC, BACH, BACHMANN, BACK. - Nom allemand, en principe, désignant le ruisseau; les composés apparents, comme Bacaud, sont, en réalité, des prénoms. De plus, des noms tels que Baqué (Tarn et Garonne) rendent difficile la distinction entre les Bach francisés et une origine différente. M. Dauzat cite le cas des Bachmann, arrivés en France sous Louis XIV, qui se sont francisés en Pacquement. Il y aurait aussi, dans le Centre, des Bach devenus Bâche. - • LYON. - Bache, marchand bourgeois : un chevron chargé d'une pomme de pin. - Bachman, orfèvre parisien, au 178 s. - 0 ALSACE. Bach, fam. dt un secrétaire du duc de Lorraine (17e) et un greffier : écartelé : 1 à 4 : une croix componnée. 2 et 3 :trois barres ondées. BACCOUCHE, BACOUCHE, BAKOUCHE. - Nom sémitique, d'immigration très récente (Afrique du Nord). BACHELEZ, BACHELARD, BACHELET, BACHELIER, BACHELLERIE, BACHELU. - Bachelier signifie «jeune seigneur » et n'a pris le sens de «diplômé » que récemment; entre-temps, il eut le sens de étudiant, fils de famille; les variantes sont

des sobriquets. La forme Bachelez doit être comtoise. - 0 PARIS. - Bachelier, écuyer, seigneur du Moncel. - Bachelier, trésorier de France. - Bachelier, écuyer, seigneur de Beaubourg. - Bachelier dit Rousselet, bgs : une croix engrelée et quatre paons affrontés. - Bachelier, fam. de Normandie (Coutances) : un cygne, chef à trois coquilles. - 0 CHAMPAGNE. - Bachelier, à Reims : une croix dentelée et quatre paons. - 0 LONDRES. - Bachelier, 171 s. : une fasce à trois sautoirs. BACHOT, BACHOLET, BACHOLLE, BACHY. Nom auvergnat désignant un cuveau; peut-être une variante de Bachelet (Voir Bachelet, Bachelier). • PARIS. - Bachot, bgs : un chevron, deux étoiles, un arbre. - 0 BRESSE. - Bachou : un choux renversé sur une terrasse, chef à trois étoiles. - 0 BOURGOGNE. - Bachelot, curé : une nacelle. - Bachet dt un des premiers académiciens, dt les sgrs de la Garde et de Besserel : un triangle, chef à trois étoiles. Bachez, docteur en médecine : trois fasces ondées, trois croissants et une molette. BACON, BACONNAIS, BACONNET, BACOT, BACOU, BACOUD. - Prénoms, composés d'après la racine Bago, Baco; voir aussi Pacaud. 0 POITOU. - Baconnet : trois mouches. - Baconnais, Baconais : trois molettes. - Des Bacot, protestants, ont essaimé en Angleterre et aux USA. - Un baron Bacot 198 s. - 0 BOURGOGNE. - Bacon : un porc-épic. - • PICARDIE. - Bacouel : trois ancolies. - 0 ARTOIS. - Bacon : chef à trois molettes. 0 SUD-OUEST. - Bacou, fam. notable 1911s. BACQUET, BACQUIER, BAQUE, BAQUET. Fabricant de baquets; soit dériv. de bacon. - • PARIS. - bacquet, pourvoyeur de la Maison du roi : un baquet, d'où sortent trois roses, surmonté de deux étoiles. - Bacquet, aussi pourvoyeur de la Maison du roi : trois besants et une étoile. - Baqué, majordome, essaima à Buenos Aires au 1911 s. - 0 ARTOIS. - Backer : un chevron et trois pommes de pin renversées. - • FRANCHE-COMTÉ. - Bacquet, fam. de Besançon issue d'un avocat : un chevron, deux étoiles et une couronne. - Bacquet : un olivier surmonté d'une couronne. - 0 FLANDRE. Bacquet : parti à deux étoiles en fasce de l'un en l'autre. BADAILLE, BADELON, BADET, BADIE, BADIER, BADILLET, BADIN, BADINIER, BADOC,BADOCHE, BADOUAI, BADON, BADOT, BADOUARD, BADOUR, BADUEL, etc. - Badaille est peut-être un nom de lieu; Badin et Badaud des sobriquets, mais Badoux peut être un ancien prénom (comme Bathilde). - 0 PARIS. - Badin, secrétaire de M. du Monceau : trois têtes de daim. - Badin, trésorier de M. de la Rocheguyon : un sautoir cantonné de trois besants. - Badoulleau, marchand bourgeois : un sautoir cantonné de quatre larmes. - 0 AUVERGNE. - Badier, fam. noble. - 0 VALENCE. - Badoulleau, chanoine : un chevron et un poisson, bordure de vair (ces Badoulleau sont peut-être angevins où ils sont parfois écrits Badouilleau). - 0 HAINAUT. - Bady, seigneur d'Aimeries, écuyer, notaire : un lion tenant une clé. - 0 ROANNE. - Badolle, prêtre : un chevron chargé d'une merlette. - * BRETAGNE. - Badan, conseiller du duc en 1309 : trois merlettes. - Badereau (que l'on trouve aussi en Auxerrois) : deux épées en sautoir, trois étoiles et un croissant. Bachelet, littérateur (19e). - Bachelot, botaniste (19e). - • LORRAINE. - Baderot, fam. anob. (18" s.) dt un sous-brigadier des gardes du corps : une fasce et trois triangles. - e BOURGOGNE-BRESSE. Badoux dt un receveur des fermes du roi : un chevron, deux étoiles et une roue. BAER. - Nom allemand signifiant ours; souvent adopté par desjuifs.

BAFFEREAU, BAFFET. - Mauvaise lecture de Basset, Bassereau (?) : les S s'écrivantjadis comme des F. BAFOIL - Prononcé Bafouille, sans doute, comme Fenoil, Fenoyl : fenouille. - 0 PARIS. - Bafoil, avocat : une croix fleurdelisée soutenue d'une foi. BAGOT, BAGUENAULT, BAGUENIER, BAGUET. - dérivés de bago (du germain bagam, combattre) ou fabricant de bagues. - 0 MARSEILLE. - Baguet, seigneur de la Condamine, agent de S.A.R. de Savoie : deux lances en sautoir, et quatre annelets. Baguet, négociants : même blason. - 0 ORLÉANS. Baguenault, attesté depuis 1390 : un chevron, deux étoiles et un lis, une foi en pointe, chef chargé de trois merlettes. - • BRETAGNE.- Bagot : un annelet. - Baguenet : un sautoir cantonné de deux étoiles, un croissant en pointe, et en chef deux croix potencées. - • POITOU. - Bagot, médecin, dt la descendance est devenue Bagot de Blanchecoudre / Baguenard, marchands de Poitiers (16e). - Baguener, bgs de Parthenay. - Baguenier d'Anjou, dynastie de chirurgiens (18e). - Baguenoult, littérateur (19e). - Baget, littérateur (19e). BAIAR, BAGARD, BAGARRY, BAJARD, BALLIARD, BEJARRY, BEJART, BAYAR, etc. Baiard est composé de Bai, couleur de la robe d'un cheval et nom du cheval des quatre fils Aymon. Bagarre est évidemment un sobriquet, mais il est difficile de distinguer les composés de ce dernier et ceux de «bai »; il ya dû avoir attraction et confusion. - 0 PARIS. - Baillard, procureur en Parlement : une croix cantonnée de quatre croissants. - Armande Béjart, veuve de Molière et femme de Guérin, comédien officier du roi : une fasce et trois molettes. - 0 LYON. - Bayard, dame du fief de Buisant : une fasce chargée de trois oiseaux. - Bayard veuve de Malmonte, marchand bourgeois : un lion trois étoiles et trois croissants. - 0 MARSEILLE. Bagary ou Bagarry, dt Louis, capitaine de vaisseau marchand, François, marchand, Jean-François, capitaine de vaisseau marchand, Jacques, marchand : un lion, parfois écartelé d'une croix. - 0 SAINTDIZIER. - Bayard, chanoine : un chevron renversé chargé de sept flammes, un dard et deux roses. Bayard, marchand bourgeois : un arbre. - 0 COMPIÈGNE. - Bayar : un chevron et trois étoiles, chef de vair. - 0 POITOU et BRETAGNE. - Baillardel, établi à la Martinique en 1625. - Béjarry : trois fasces. - Bajard, politicien (19e). - 0 LORRAINE. Bagard, médecin du duc, anob. 188 s. : un lion et trois annelets. - 0 BOURGOGNE. - Bayard : un cheval. - Bayard, général des finances de François 1 fut jeté en prison pour s'être moqué de Diane de Poitiers, et ymourut. BAIGNIÈRES, BAIN, BAINS, BAINAT, BAINIER, BAYNAST, etc. - Nom de lieu; il peut yavoir confusion avec Banier, Bannier : celui qui proclamait les bans. - 0 PARIS. - Bains : une levrette, chef chargé d'une couleuvre. - Bains, chevalier : un chevron, deux étoiles et un soleil. - Banier : trois pommes de pin. - 0 MARSEILLE. - Bin, marchand : trois têtes de bélier (Bin peut être un diminutif d'Albin, comme Binet). - 0 VERSAILLES. - F. M. de Bains : un chevron, deux étoiles et un soleil. - 0 BRETAGNE. Bain, seigneurs de Bain, dt Bernard, présent à la bataille de Bouvines (dès 1199) : lozangé. - Bain 178 s., procureur au Présidial : une bande chargée de cinq croissants et deux lévriers. - 0 POITOU. Bain, venus de Rennes (19 s.) : une fasce chargée d'un cœur et trois trèfles. - 0 PÉRIGORD. - Baine ou de Baine, anobli en 1711 : un chevron, deux molettes et une aigle. - 0 NEMOURS. - Banière, curé de Nargy : une bannière. - Les Baignières, à Paris, se seraient prononcés Banière, autrefois. -

Banny, ami du poète Scarron. - Banier, littérateur 178 s. - Bain, fam. d'architectes angevins. - 0 PICARDIE. - Baynast, fam. connue depuis 1300, apparentée aux princes de Hohenzollern : un chevron surmonté de trois fasces. - • NORMANDIE. Baignard, anc. fam. ayant donné son nom à un village. BAILE, BAYLE. - • DAUPHINÉ. - Trois familles nobles. BAILLARGE, BAILLARGEAU, BAILLARGET,etc. Sobriquet et nom de métier : vendeur d'orge. Baillargeau, receveur des tailles à Loudun, en 1677. BAILLAT, BAILLARD, BAILLE, BAILLET, BAILLEUL, BAILLIÈRE, BAILLOT, BAILLOU. Sobriquet, évoquant une baille, ou baquet, peut être attribué à des marchands de bailles; peut-être dans certains cas nom de lieu; diminutif de bailly. • PARIS. - Baille, avocat : un lion et trois roses. Baillet, procureur : un chevron, deux grappes et une main gauche tenant trois épis. - Baillet de la Cour : une bande et deux dragons. - Baillon, orig. de Haute-Bretagne : deux épées en sautoir et un croissant. - Baillet, curé de Hernes : un balai. - Baillot, curé de La Chapelle-Rablay : trois colonnes surmontées de trois étoiles. - Baillot, curé du Plessis du Mez : même blason. - Baillot, curé de Vertilly : une face d'homme, la bouche ouverte. - Baillot à Tonnerre, conseiller du roi; deux cœurs et une étoile. 188 s. Baillot, virtuose à Paris, auteur d'un «Art du violon». - 0 BRETAGNE. - Baillet : une bande et deux griffons. - Baillet : trois chardons fleuris. - 0 MARSEILLE. - Baille, pelletier : un A et un B, surmontés d'une croix pattée. - • POITOU. - Baillet : un baquet, chef charg.é d'un casque. - 0 RUFFEC. Baillet : une bande et deux dragons ailés. - • PERCHE. - Baillou, qui essaima en Poitou dès le 16 s. : trois hures de sanglier. - 0 DOLE. - Bailley, médecin 188 s. : une aigle, deux étoiles et un croissant. - 0 PÉRIGORD. - Baillot 181 s. : un chevron surmonté d'une pointe. - 0 ABBEVILLE. Bail : trois poissons. - A Tours, en 1392, Baillou, sieur d'Argenson / A Lyon, Baillon, Baglion en réalité, italiens immigrés, dt les comtes de Baglion, en France / Baillet, érudit 17" s. - Baillon, naturaliste, ami de Buffon / Baillot, violoniste 188 s. / Baillès, prélat 19 s. - 0 BOURGOGNE. - Bailleul, faits comtes au 17 s. : une bande. - 0 SOISSONS. Baillart, écuyers : un cavalier armé tenant un guidon, sur une terrasse. - • NORMANDIE. - Baillart : une tête de lion et trois trèfles. - Bailleul : plus. fam. Bailliond : un griffon. - 0 FLANDRE. - Bailliencourt, dit Courcol, connu depuis le 11 s., fam. nombreuse et importante : parti 1 : quatre émanchés; 2 : coupé d'un canton fascé de huit pièces. - Bailleul, plus. fam. - 0 VIVARAIS. - Baillard : trois palmes réunies en bouquet. - Les Bailleul normands ont donné un roi d'Ecosse et un marquis de Château-Gontier. BAILLI, BAILLIF, BALLY. - Sobriquet, se référant à une charge de magistrature. Bally est la forme suisse. - 0 PARIS. - Bailly, conseiller au Grand Conseil, Charles, Michel et Thomas Bailly, chevaliers : une fasce chargée d'une croix ancrée, deux glands et un chêne. - Bailly, président au présidial de Vitry : un lion tenant une hache. - Bailly, apothicaire : une ancre et deux roses. - Bailly, entrepreneur : une fasce chargée d'une croisette (peut-être parent des chevaliers Bailly). - Bailly, avocat : un chevron surmonté d'un croissant, deux étoiles et un lion. - Bailly, notaire : trois canettes. - Bailly, docteur en médecine : un cœur traversé d'une plume. - Bailly de Beyre : une fasce, un chevron et trois coquilles. - a LYON.- Baillif, marchand libraire : trois livres ouverts et trois roses. - Bailly, bourgeois : un rocher chargé de trois lis et deux calebasses. -

Bailly, marchand de draps de soie : trois chevrons. Bailly, libraire : un chevron chargé de trois croix ancrées et trois étoiles. - 0 BRETAGNE. - Le Baillif : un château, au bâton brochant (Vannes). - Baillif : deux orceaux couronnés (Léon). - Baillif : écartelé (Léon). - Baillif : un chevron et trois besants (Tréguier). - Baillif : une ancre (Saint-Brieuc). - 0 NORMANDIE. - Roch le Baillif ou Baillif, médecin d'Henri IV : un palmier. - Bailly : trois annelets. 0 BOURGOGNE. - Une fam. Bailly, Le Bailly ou Le Baillif, dt les descendants sont devenus Bailly de la Falaise, marquis de la Coudraye à partir de 1876 : une fasce emmanchée, deux croissants et une molette. - 0 POITOU. - Bailly, Baillif ou Le Baillif, échevin de Poitiers en 1373 : trois coquilles et un chef chargé d'une aigle. - • TOURS. - Baillif : d'argent au lion (17e). - 0 LOCHES. - Bailly : trois cygnes. - 0 AUTUN. - Bailly, procureur : un lis. 0 DOLE. - Bailly : un chevron, deux étoiles et une main. - 0 VESOUL. - Bailly, alliés aux Lyautey : une fasce, trois étoiles et un croissant. - Une famille Bailly, orig. de Dijon, figura au Parlement de Bourgogne. / Bailly, archer, servit au ban des nobles de Poitou en 1491 / V. Bailly, marchand, époux d'une tante de Voltaire / Bailly, évêque de Chartres, ami du duc de Saint-Simon, soupçonné de jansénisme / Mme Bailly, entretenue par le président Longueil de Maisons / Bailly, conseiller au Parlement de Grenoble sous Henri IV / Bailly, astronome guillotiné sous la Terreur/ Gédéon Bailly, comte de Monthyon, général. BAL, BALAY, BALEY, BALLET, BALLEY. - Sobriquet appliqué aux marchands de balais (balai est un mot breton). - 0 LYON. - Baley : un chevron chargé d'une fleur de lis. - Balley, conseiller du roi, notaire : trois fasces et trois croix fleuronnées. - a FRANCHECOMTÉ. - Balai : un lion rampant. - • BRETAGNE.Ballet, secrétaire du roi en 1690 : un balai. - 0 JURA. - Bailley : une aigle, deux étoiles et un croissant. - 0 VERSAILLES. - Ballet, contrôleur de la maison du roi : un lévrier et trois balles. - 0 POITOU. - Ballet, écuyer, sieur de la Combe : un balai. ALyon, une famille Balay, notable descendant peutêtre des Balley de Lyon ou des Bailley, du Jura Balaïn, prélat 19" s. - 0 FLANDRE. - Ballet, dt un anob. 16 s. : trois hermines. BALAND, BALANDE, BALLANDE, BALLANDIER, BELANDE. - Nom de lieu. - 0 MARSEILLE. Belande, peigneur de chanvre : un P et un B. - • BRETAGNE. - Ballan, échevin de Rennes 17° s. : une fasce, chargée de trois tourteaux. - 0 DOLE. Balland : une bande chargée de trois étoiles et deux besants. - 0 BRESSE. - Ballandier, commissaire aux vivres : un griffon. BALARD, BALLARD. - Peut-être dérivé de Balle, comme Ballot et Ballon (?) ou dérivé de Baillard, Bayard (?) : signifiant peut-être aussi danseur (?). 0 PARIS. - Balart, seul imprimeur de la musique du roi : une fasce, un demi-vol et deux balles (fam. connue dès 168 s.). - Ballard, à Meaux, doyen du chapitre de N.-D. de Dammartin, même blason. Un Ballard de Montpellier, républicain, fut tué à la guerre de Vendée / Balard, chimiste 198 s. - 0 BOURGOGNE. - Ballart, chanoine : une aigle à deux têtes chargée d'un écusson à trois quintefeuilles. BALATHIER. - 0 DAUPHINÉ, CHAMPAGNE, BOURGOGNE.- Famille illustre et ancienne. BALEINE. - 0 CHAMPAGNE. - Fam. noble et ancienne : une fasce crénelée. BALLON, BALON, BASLON, BELON, BESLON, etc. - Sobriquet, aussi nom de terre. - • PARIS. Ballon, bourgeois : deux fasces, une coquille, trois roses et une autre coquille. - Belon, chef de gobelet du roi : une épée en pal, chef chargé de trois

étoiles. - 0 VERSAILLES. - Ballon, écuyer, huissier de la chambre du roi : un tronc d'arbre, chef chargé d'un cygne. - 0 BRETAGNE. - Belon : trois tourteaux, un chevron et trois coquilles. - Belon, greffier à Nantes : un lion et deux épées. - 0 POITOU. Ballon, ou Beslon, supposé anglais, évêque de Poitiers en 1226, fam. noble, alliée aux Rabaste, aux Frotier, aux Couhé et aux Saint-Gelais, prétendus Lusignan : semé de merlettes. - Balon, Ballon ou Baslon, fam. noble se disant écossaise; André et Guillaume de cette fam. condamnés pour avoir vendu du blé aux Anglais et aux Flamands : trois losanges. BALLUE, BALU, BALUE, LA BALLUE. - Nom de métier. - Aux confins de l'Anjou et du Poitou. Cardinal La Ballue, favori de Louis XI; sa fam. était issue d'un tailleur de la ville d'Angle : trois têtes de lion et un chevron ou non. - • ANGOUMOIS, BERRY et MARCHE. - La Ballue : une tour surmontée d'un croissant. - La Ballue : trois croissants. - 0 ANJOU. - Balue : un chevron et trois oiseaux (qui seraient, dit-on, les vraies armes du cardinal). Ballue ou La Ballue, chirurgien angevin 178 s. / Ballu, architecte 198 s. / Ballue, député. BALSA, BALSSA, BALSAC, BALZAC.- • ROUERGUE. - Balsa, Balzac (on trouve des Balsa écrit Balzac mais se prononçant Balsa, à toutes les époques). - Fam. anc. not. issue de marchands de Pont-au-Grou dont probablement les aïeux d'Honoré de Balzac. Ils se sont toujours laissés, à tort ou à raison, confondre avec les anc. sgrs de Balzac. Nombreuses branches de cond. fort diverses. Honoré inventa donc moins sa nob. qu'on a bien voulu le dire. BALSAN. - Surnom : un cheval balsan (forme méridionale de Beaussant?). - Une famille Balsan de l'Hérault, marchands drapiers depuis le règne de Louis XV, fut ruinée par la chute de l'Empire. Pierre Balsan vint à Paris refaire sa fortune, avec succès; sa veuve, propriétaire de la résidence de LouisPhilippe à Neuilly, fit don du terrain où l'on construisit Saint-Pierre de Neuilly. - All. Dupuytren, Exelmans, Variderbilt, Montalembert, Decazes. - Les Balsan ont acheté la Manufacture Royale du Parc à Châteauroux en 1860. BALUZE. - Nom de lieu dans le Limousin. - • PARIS. - Baluze, aumônier du roi : un chevron, deux trèfles et un épi. - • LYON. - Baluze, avocat : même blason. BANCE, BANCEL, BANCELET, BANCELIN, etc. Sobriquet, dont le sens est : petits bancs (marchands de?). - • PARIS. - Jacques Bance, écuyer, conseiller au Châtelet, et Pierre Bance, écuyer : un chevron, deux molettes et une foi. - 0 FRANCHECOMTÉ. - Bancenel (un Bancenel aurait été anobli en 1408, mais ses descendants auraient dérogé) : une tête de léopard et trois quintefeuilles. - Les Bance de Paris étaient originaires de Lisieux, issus de Jean Bance, bourrelier; ils devinrent seigneurs barons d'Oulmes, en Vendée / En Anjou, au 18e s., une fam. Bancelin, du nom d'un fief, et un lieu dit la Bancelinière / Bance, éditeur 198 s. / Bancel, politicen 198 s. BANCHEREAU, BAUCHEREAU et variantes. Ces deux noms sont souvent confondus dans les vieux manuscrits. Bauchereau est sans doute la forme correcte (voir Baucher). Dans l'Ouest, Banchereau est peut-être un ancien prénom; c'est un nom de lieu dans cette région où l'on trouve, en outre, des lieux dits Baucheron, mais apparemment peu de Bauchereau; Banchereau peut aussi venir de banc. - 0 PARIS. - Léonor de Banchereau, écuyer : échiqueté, chef à trois roses. - 0 ANJOU. Banchereau, représentés aussi en Bretagne : échi-

queté, chef à trois roses. - 0 ANJOU. - Banchereau, avocat 178 s. : trois fasces. - 0 POITOU. - Banchereau, antique famille ayant donné son nomà La Haye Banchereau; ses descendants s'appelèrent ensuite de la Longueraire : hermines et un lion. - Banchereau ou Bauchereau 168 s. : une fasce chargée de trois canettes, deux étoiles et un croissant. BANEL, BANNELIER. - Marchand de paniers. 0 PARIS. - Bannelier, moyenne bourgeoisie de l'île Saint-Louis 178 s. dt un commissaire au Châtelet : un lion et deux mouchetures d'hermine. - Banel, maître menuisier à Angers 181 s. - 0 FRANCHECOMTÉ.- Bannelier : un sanglier. BARA, BARAS, BARAT, BARATEAU, BARATIER. - Sobriquet : menteur. - Barra est la forme sous laquelle on écrivait, anc. les La Barre dans certains cas. - • PARIS. - Barat de Pradines : un poisson tenant une croix dans sa gueule, sur un champ mi parti. - 0 MARSEILLE. - A. de Barras, capitaine de galères : une fasce. - 0 NOGENT. - Baras, curé de Saint-Aubin : deux barres. - 0 TOURS. - Barat 188 s. : un fer de moulin. - Barat, en Picardie en 1300 / Barat, courtier, guillotiné sous la Terreur / Bara, politicien belge (191). - • DAUPHINÉ. Baratier, fam. anc. : un lévrier. BARACHIN, BARRACAUD, BARRACHIN. - Diminutif de Barras (?) ou bien dérivé de barraque; on trouve des Barach en Bretagne. - • REIMS. - Barrachin : un lion et une bordure (Bertrand Barrachin fut anobli en 1667, mais ses héritiers ne retirèrent pas l'ordonnance de maintenue). - En Poitou, des Barrachin, nobles, jusque vers 1710 / Dans la Drôme, une famille Barracaud. BARAL, BARALY, BARRAL, BARRALY. - Baral : anc. mesure de liquide. - 0 MARSEILLE. - Baral, orfèvre ; un chevron et trois têtes de maure. - 0 ROANNE. - Barrai, bourgeois de Saint-GermainLaval : un chevron chargé d'une billette. - Barrai, comtes du Dauphiné / Barrai, fixés en Bretagne au 178 s., bgsie de finance, l'un d'eux fut anobli par charge au 188 s. - 0 FLANDRE. - Baralle, bgs de Cambrai : une fasce et trois roses. BARANGIER, BARANJON, BÉRANGER, BÉRENGER, BÉRENGUIER, etc. - Vieux prénom, diversement écrit suivant les régions avec un maximum d'orthographie, peut-être, là où le souvenir des Bérenger, comtes de Provence, était plus vivace, ou plus flatteur. - 0 PARIS. - Baranjon, huissier : un phénix regardant un soleil. - 0 LYON. Barange : trois barres et un ange. - • MARSEILLE. F. de Béranger, seigneur de la baume : une croix chargée d'un écusson, chargé d'un lion. - • LANGUEDOC. - Bérenger, dits de Calandon : une aigle accostée de deux bassets affrontés. - En Picardie, dès 1324, on trouve des Bérangier et Beranguier. - En Poitou, des Barangier ou Barenger, dès 1309; seigneurs de la Forest / Bérenger, littérateur 188 s. - En Dauphiné, un comte Bérenger et son fils dit Bérenger de la Drôme / Béranger, poète, se disait issu des anciens comtes de Provence / Béranger, député 198 s. / Bérenger, sénateur 191 s. BARBA, BARBAT, BARBERYE, BARBET, BARBEY, BARBIN, BARBOT, etc. - Composés de Barbe, signifiant, pour la plupart, «barbu ». - 0 0 PARIS. - Barbar, notaire : une bande chargée de trois bars. - Barbé, procureur : un barbet. - Barbet, avocat : une fasce, deux étoiles et un chien. - Barbet : une tour au milieu d'une mer. - Barbet, procureur : trois rats barbés. - Barbin : une aigle. Barbin : un lion. - Barbin : deux barbillons dressés. Barbon, payeur de rentes à l'Hôtel de Ville : un chevron, un croissant, une étoile et un arbre. - Barbot,

écuyer et Barbot, bgs : trois gerbes et un croissant. Barbotin, bgs : trois grenades. - 0 PERCHE. Barbay : une épée en pal. - • BRETAGNE. - De la Barbaye : un chevron palé et trois pommes de pin. Barbe : un chevron et un chef chargé de trois besants (autrefois trois barbes). - 0 POITOU. Barbastre ou Barbaste : semé d'étoiles au léopard. 0 LOCHES. - Barbin : un chevron et trois tourteaux. - • PÉRIGORD. - Barbu : une croix dentelée. - Tobie de Barberie de Saint-Contest, drapier à Rouen, auteur d'une bonne famille de robe, anoblie en 1639. - Barbet de Jouy. - Barbat du Closel. - Barbette, archer breton 188 s. - Barbault de la Motte. Barbotin, parti en 1226 chasser les Philistins de l'Espagne. - Barberon, maîtresses de pension à Orléans, guillotinées sous la Terreur. - Barbe, député 198 s. - Barbara, romancier 198 s. - Barbedette, sénateur 198 s. - Barbot, peintre 198 s. - Barbotin, député 198 s. - 0 BOURGOGNE. - Barbey : une fasce, deux colombes et un mouton. - 0 LORRAINE. - Barbey : trois jumelles et une bordure. 0 CHAMPAGNE. - Barbin, fam. très anc. : un chevron, deux roses et un lion. BARBIER. - Nom de métier. - 0 PARIS. - Barbier, référendaire : un lion et trois mouches. - C. Barbier, vve de J. de Sens : deux fasces. - Barbier, procureur : deux barbeaux. - Tanneguy Barbier, intéressé aux fermes de S. M. : deux barbeaux en sautoir, cantonnés de quatre étoiles. - Barbier E. J., avocat, auteur d'un journal relatant l'histoire de la société parisienne au 188 s. : fretté, chef chargé de trois grelots. - Barbier, procureur : un chevron et trois croisettes. - Barbier de Montjoye : un chevron, deux croissants et un lièvre. - Barbier de Préville : même blason. - 0 LYON. - Barbier, libraire, imprimeur : deux chevaux barbés, affrontés, chef chargé d'un losange. - 0 MARSEILLE. - Barbier, marchand : une fasce chargée d'un croissant, une tête de lion et trois besants, chef chargé de trois étoiles. - Barbier, batteur d'or pour le roi dans l'arsenal de Marseille : trois poissons en fasce, celui du milieu contourné, chef chargé d'une rose et de deux étoiles. - • POITOU. - Nombreux Barbier dans cette province dt le plus ancien connu fut, en 1240, arrêté pour avoir battu sa femme «non enormiter» : un plat à barbe ou un chevron accompagné de trois molettes. 0 BEAUVAIS. - Barbier : cinq rasoirs. - En Anjou, Philippot Barbier, nautonnier à Saumur 158 s. En Franche-Comté, des Barbier, vignerons de longue date et alliés aux Jouvenot au 18* s. - Barbier, cultivateur guillotiné sous la Terreur. - Barbier, contrôleur général 178 s. - Barbier, auteur dramatique 198 s. - Barbier de Meynard, orientaliste 198 s. - Barbier, compositeur 198 s. BARD, BARDEAU, BARDET, BARDIN, BARDON, BARDOT, BARDOU, etc. - Anciens noms de baptême, de racine germanique, à partir de Bard, les autres étant des composés ou des diminutifs; une barde était une selle; Bardot, en outre, désigne un mulet; Bardon, d'après Dauzat, le cas régime. Nomrépandu dans toute la France, compte tenu des terminaisons locales -eau dans l'Ouest, -ot dans l'Est, -et dans l'Est aussi et le Sud-Ouest surtout. 0 PARIS. - Bardet, écuyer : un chevron, deux molettes et une aigle. - Bardin, gendarme du roi : trois bagues d'or, au chaton de rubis. - Bardin, bourgeois : trois dauphins. - Bardou, maître-menuisier : un J et un B-entrelacés. - Bardou, bgs : une barre échiquetée,- une hermine et deux souches. - Bardy, juré mouleur de bois : un Met un Bentrelacés. 0 LYON. - Bard, avocat : un chevron chargé d'une larme. - • MARSEILLE. - Bardon, bgs : un chevron, un cœur et trois étoiles. - Bardot, curé : un chevron et trois roses. - • VÉZELAY.- Bardet, chanoine : une

aigle à deux têtes. - 0 CHARLIEU. - Deux Bardet, apothicaire et chirurgien : un chevron chargé d'un trèfle. - 0 BELLEVILLE. - Bardy, marchand : une fasce. - 0 POITOU. - Bardon, d'origine limousine (souche des marquis de Segonzac) : une main droite tenant un guidon. - Bardeau : un chevron, deux étoiles et un croissant surmonté d'une rose. Bardet : un chef chargé de trois étoiles. - Bardin : trois dauphins. - Bardonin, qui furent comtes de Sansac et marquis de Sonneville : un chevron et trois hures de sanglier. - 0 MARCHE. - Bardonnin, anc. bgsie : trois molettes. - 0 BRETAGNE. Bardon : trois coquilles. -Bardoul 148 s. : une fasce et deux burelles. - 0 BOURGOGNE. - Bardeau : un mulet. - Bardin, curé : une bande chargée d'une quintaine. - 0 NIVERNAIS. - Bardin : un trèfle soutenu d'un croissant et deux étoiles. - 0 LORRAINE. Bardin, sommelier du duc : écartelé en sautoir à une sphère. - 0 DAUPHINÉ-PROVENCE. - Bardel, fam. anc. : un basilic couronné. - 0 NORMANDIE. Bardouil, Bardoul, fam. anc. - Une famille Bard, vendéenne, tenait, vers 1900, l'auberge de Pierre Brune, au lieu de pèlerinage de la grotte du père Grignon de Montfort. - Bardy, négociant à Montpellier, guillotiné sous la Terreur. - Bardin, député 19* s. - Bardoux, politicien 198 s. BARE, BARET, BARRÉ, etc. - Peut-être sobriquet (?). - e PARIS. - Barré, sieur de la Grance Barre, grenetier du grenier à sel de Lagny : trois fasces et trois étoiles. - Barré, auditeur en la Chambre des Comptes : trois barres, chef chargé d'un lion. - Barré, bgs : une bande, un croissant surmonté de deux étoiles et d'un lion, la patte sur un besant. Barré, sieur de Bailly, avocat : trois fasces et trois étoiles. - Barré, médecin : une croix pattée et quatre croisettes (Jérusalem aux émaux erronés?). - Barré, maître-pâtissier et traiteur privilégié : un perroquet sur un tronc. - Barré, procureur : trois barres. 0 LYON. - Barret, secrétaire de Mgr le duc du Maine, et Barret, bgs : cinq barres, un lévrier brochant. - 0 MARSEILLE. - Baret, receveur des tailles 188 s. : trois fasces. - 0 POITOU. - Barré, maire de Poitiers, en 1313. - 0 NIVERNAIS. - Barres, baron de Neuvy : une croix ancrée. - 0 CHAMPAGNE. Barres, fam. connue depuis le 128 s. : un chevron et trois coquilles. - 0 POITOU. - Un chevalier Barré 128 s. - Barré, sénéchal de Vouvant : un sautoir et un lambel. - des Barré, en Saintonge en 1180. Une famille noble Barré, qui donna son nom au Breuil-Barret, en Deux-Sèvres. - Un Barret, de famille noble, fut, vers 1619, déclaré incapable de gérer ses biens et dépossédé par ses sœurs. Barré, directeur de la Monnaie à Rennes et sa postérité se sont agrégés à la noblesse 178 s. - Barré, receveur du district de Lascy, guillotiné sous la Terreur. - Barette, actrice 198 s. - Baret, littérateur 198 s. BARENTON. - 0 TOURAINE-PICARDIE. - Barenton, fam. illustre. BARGE, BARGER, BARGY, BARJON, BARJOT. Noms dérivés de Barge, signifiant meule de foin ou barque; on trouve Barjou dans le Midi; Barjot, qu'on trouve aussi en Bretagne, sont de Touraine ou de Bourgogne, selon certains auteurs. - 0 PARIS. Barjot, chevalier : un griffon et une étoile. - • LYON. - Barjot, chevalier : même blason. - De la Barge : chevron, trois roses, une fasce chargée de trois étoiles, en chef un lion léopardé. - e DAUPHINÉ-CHAMPAGNE. - La Barge, Labarge, fam. nob. anc. - • MARSEILLE. - Barjon, contrôleur en l'amirauté : un jonc et deux barres. - 0 VILLEFRANCHE-SUR-SAONE. - Barjot, avocat à Beujeu : un chevron chargé d'une molette.

BARILLER, BARILLET, BARILLIER, etc. - Sobriquet ou nom de métier : fabricants de barils. Le baril et la barrique furent inventés enAuvergne au temps des amphores. - a PARIS. - Barillot, huissier : un chevron et trois barillets. - ANJOU. - Barillet ou Barillier : un chevron, deux cœurs et un croissant. 0 NORMANDIE. - Baril : coupé, un épervier, un lion léopardé. - 0 PICARDIE. - Barellier, fam. anc. : une bande crénelée à trois besants. - 0 BRETAGNE, POITOU, TOURAINE. - Barillon, orig. d'Auvergne, dit-on : trois barillets. - Witasse Barillet, à Senlis 148 s. - Barillier ou Le Barillier, notaire en Bretagne 1611 s. - En pays Nantais, une famille ancienne de . La Barillière, dt le premier nom était Baril. - Barillet, maître des Eaux et Forests en Poitou 171 s. - BarilIon, de Paris, issus d'un apothicaire d'Issoire, anoblis en 1534; alliés aux Duprat, Boucherat, Mesmes, enfin devenus de Morangis; dt nombreux conseillers au Parlement : un chevron, deux coquilles et une rose. - Une famille Barillet, au 178 s., fut exécutée pour avoir trop aimé les animaux. - Barillot, peintre 198 s. BARLY.- Nom de lieu, en Artois. -Anciennement, une famille noble Barly : trois jumelles. Comme il y a plusieurs bourgs appelés Barly, il y a sans doute plusieurs familles de ce nom. - Un Barly, sous la Révolution, se serait établi en Hainaut belge, et allié aux Poncelet. BAROIS, BARROIS. - Nom indiquant l'origine : le comté ou la ville de Bar. - 0 PARIS. - Barroy : deux fasces et une oie. - 0 VERSAILLES. - Barrois, écuyer, valet de chambre du roi : une barre chargée de trois aiglons. - Barrois, général, comte 198 s. 0 NORMANDIE-PERCHE. - Barois, fam. anc. ail. Blanche : un lion, chef à six feuilles de chênes. BARON, LE BARON. - Sobriquet, ayant pu désigner un homme majestueux et mûr. - 0 PARIS. Baron : un chêne. - Baron, maître ordinaire en la Chambre des Comptes : écartelures compliquées, mais comprenant un chêne. - Baron de Cottinville de Chastenay : un chêne. - Baron, contrôleur des rentes de l'Hôtel de Ville : deux B adossés et entrelacés, deux étoiles et un croissant. - Baron, médecin : une main tenant une plante, deux étoiles et un croissant versé. - • MARSEILLE. - Baron, chanoine de Saint-Martin : quatre bâtons écotés et alaisés, en bande l'un sur l'autre. - 0 BRETAGNE. baron : un sautoir et douze losanges (Rennes). Le Baron : une fasce et trois trèfles (Quimper) ou trois têtes de lion. - Baron du Taya : deux lions affrontés, tenant, soit une hermine, soit une rose (Saint-Malo). - Baron :trois livres ouverts (Nantes). 0 POITOU. - Baron, ss doute orig. de Picardie : un chevron surmonté d'un lion issant, une étoile en pointe. - Baron : un chevron, des roses et un sanglier. - • MARENNES et ANGOUMOIS. - Baron 178 s. : une fasce chargée de trois fers de lance. 0 ARTOIS. - Baron, prévôt : un lion, chef à trois étoiles. - 0 CHAMPAGNE. - Baron, président du grenier à sel : mouvant d'une nuée, tenant un coutelas. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Baron, docteur en droit : écartelé à une croix de l'un en l'autre chargée d'un écusson à une quintefeuille. - 0 BUGEY. Baron, avocat au Parlement : un pélican avec sa piété. - 0 NORMANDIE. - Baron, fam. anc. cinq besants. - • DAUPHINÉ. - Baron : un ours tenant une épée et deux roses et une étoile. - En Bretagne, un Baron, archer 151 s. - Baron, alias Le Ber, bailly du roi en Poitou 1311 s. - En Anjou, ce nom apparaît au 158 s. - En Argentine, une famille de ce nom, venue du Sud-Ouest ail. Supervielle. Baron, venus de Paris, possédèrent le château de Langeais. - Baron, acteur 198 s. - Baron, littérateur 198 s. - Baron, peintre 198 s. - Baron, fondateur,

avec Martin de Pondichéry 1711s. - Baron, son descendant dut remettre Pondichéry à Nehru 208 s. BAROUX, BARROUX. - Ancien prénom à rapprocher de Barreau, Barrault; peut-être aussi nom de lieu. - 0 PARIS. - Baroux : deux bars adossés. - 0 LYON. - Baroux, marchand : cinq traverses et un ours brochant, debout. - 0 MONTBRISON. - Barou, curé de Saint-Maurice-en-Gourgois : un chevron chargé d'un losange. - Barouille, député 19" s. BARRAS. - • PROVENCE. - Barras, fam. noble des plus anc. BARRAUD, BARRAULT, BARREAU. - Dérivé de Barre : sobriquet? - 0 PARIS. - Barreau : une bande chargée d'un croissant et deux étoiles. - 0 LYON. Barraud, bgs : un gironné. - • MARSEILLE. - Barrot, mercier : trois barres. - 0 ANJOU. - Barrault, maire d'Angers, en 1497 : deux léopards et un lambel. Barrault ou Barraut, chevalier de Malte 178 s. : trois corbeaux. - 0 POITOU. - Barraud, Barrault, Barraut, orig. de Touraine : un chevron, chef chargé d'un ciboire et deux étoiles. - 0 TOURAINE. - Barrault : une croix cantonnée de quatre étoiles (ou bien chargée de cinq coquilles). - • BOURGOGNE.- Barrault : un chevron, deux étoiles et une foi. - Barraud, échevin de Poitiers 1411 s. - Barreau, à Chef-Boutonne, procureur. - Barrau, devenus Barrau de Lorde en 1923. BARRE, LA BARRE, DE LA BARRE. - Nom de lieu. - 0 PARIS. - Delabarre ou de la Barre : un chevron, deux perdrix, une étoile. - De la Barre, trésorier : trois chevrons et trois étoiles. - De la Barre, avocat : deux cotices, deux lions et un soleil. - De la Barre, conseiller : une barre à trois roses. Delabarre de Vildé : trois lions. - 0 LYON. - De la Barre, bourg. de Lyon : écartelé, cotice brochante. De la Barre, bourg. de Pinquet : un chevron au trèfle. - 0 POITOU. - De la Barre : une croix alaisée, barre brochante et bordure. - De la Barre : trois fasces. - • TOURAINE. - De la Barre : six croissants. - De la Barre : trois lions, trois fasces. - 0 BRETAGNE. - Delabarre ou de la Barre, fam. normande 14* s. : trois croissants. - De la Barre 148 s. : une quintefeuille. - De la Barre : un chevron et trois étoiles. - 0 NORMANDIE. - De la Barre : trois merlettes. - 0 BEAUCE. - La Barre, fam. nob. et anc. BARRÉ. - • NORMANDIE. - Barré, 168 s. ail. Potier : trois bandes, chef à trois hures. BARRÈRE, BARRIÈRE. - Nom de lieu (?) Barrère est du Midi. - • PARIS. - Barrère, sieur de Toulouse, courrier du cabinet du roi : un lion, fasce en devise chargée de trois étoiles, brochante. - Barrère, chirurgien des mousquetaires : une bande chargée d'un épi, une tête d'aigle et une montagne. Barrier, bourgeois : un lion et une barrière. - S. de Barrière, chevalier : un léopard. - 0 MONTEREAU. Barrière, curé de la Tombe : une barrière. - 0 TOURAINE. - Barrière : une fasce, six fleurs de lis. . GASCOGNE. - Barrère, qui ont essaimé ailleurs, dès le 178 s. : un lévrier assis, regardant une étoile. - 0 SENLIS. - Barrière, évêque de Senlis : trois bars l'un sur l'autre. - Barrière, député 19" s. Barrière, littérateur 19" s. BARTET, BARTHE, BARTHES, BARTIN, BARTON, etc. - Nom de lieu et dérivés, barthe signifiant broussaille, voir Delabarthe, etc. - Barton est un vieux prénom passé en nom de famille, attesté en Berri dès 1229, en Auvergne, dès 1415 et en Limousin dès 1444, bien que certains Barton se disent d'origine anglaise. - 0 PARIS. - Bartet, fam. poss. le château de Mézières-en-Brenne, au 1711 s. : trois bars posés en barre. - • POITOU ET MARCHE. - Barton, licencié es lois 15' s. et sa descendance, les vicomtes de Montbas : un cerf

couché, chef échiqueté. - 8 ALSACE. - Barth : écartelé, trois roses, un croissant; une tête d'hippocampe, trois croissants. - Barthe, sénateur 19*s. BARTHÉLEMOT, BARTHÉLÉMY, BARTHÉLEMI, BETTHOMIEU, BERTHOULOUME. - Ancien nom de baptême; Barthelémot est bourguignon; Berthomieu, Berthomier, Berthomé, Bertholomé sont du Midi; Barthouloume et Bourthouloume sont gascons; on ne trouve guère ce nom dans l'Ouest. 8 PARIS. - Berthelemy, marchand : un lion et trois croissants. - Barthélémy : trois têtes de lion (famille de l'Est?). - Barthélémy : une montagne et trois étoiles. - Barthélémy : un massacre de cerf et une levrette en chef. - Barthélémy : un chevron, deux merlettes, un croissant et une gerbe. - 8 MARSEILLE. - P. de Barthélemy, écuyer : une montagne et trois étoiles. - Barthélémy, marchand : un chevron, deux croissants et une pierre, trois étoiles en chef. - Barthélemy, capitaine de vaisseau : un cœur percé d'une flèche, et une main tenant un rameau. - 8 AUVERGNE. - Barthélemy, fam. très anc. essaimée à Toulouse 168 s. : trois bandes. 8 PICARDIE. - Barthélémy : coupé, un lévrier, un massacre. - 8 VAUCLUSE. - Barthelier, fam. distinguée de L'Ile-s-Sorgue : trois étoiles, chef à la colombe. BARY, BARYE, BARRIEU, BARRIGUE, BARRIOT, BARRY. - Nom méridional (?); en langue d'oc, Barry signifie quartier, faubourg, comme Barrio, en espagnol. Nom de lieu en Hainaut. - 8 PARIS. - C. de Barry, avocat : un chevron, deux étoiles et un lion. Barry, secrétaire : deux lions passants, l'un sur l'autre. - Barris, bourgeois : un rocher chargé d'un baril, une étoile et deux roses en chef. - Bary, procureur : un chevron, deux étoiles et un baril. - L. de Bary, avocat : un chevron, deux étoiles et un lion. 8 LYON. - Barrieu, chanoine : un arbre et deux étoiles. - Barriot, marchand de toile : un rocher chargé d'un baril, deux roses en chef. - 8 MARSEILLE. - M.A., H.B. et G.H. Barrigue, négociants et bourgeois, d'orig. portugaise (leur généalogie a été publiée) : une tour crénelée, donjonnée, portant bannière croisettée, le tout sur une mer. Barry, peintre 198 s. - Baric, dessinateur 198 s. 8 ALSACE. - Bary : trois têtes de barbeaux. BAS (LE). - Fam. anc. divisée en nombreuses branches, Paris et Besançon, dt les marquis du Bouchet, les Le Bas du Plessis, etc. : un lion et trois arbres. - 8 NORMANDIE. - Bas : une croix et quatre croissants. BASARAB. - Nom des hospodars de Valachie, princes de Brancovan, alliés aux Noailles et établis en France. BASDEVANT, BAUDEVENT, BAUDEVIN. - Nom de lieu, décrivant un terrain. - Badevant et Baudevin, guillotinés sous la Terreur. BASIN, BAZE, BAZIN, BAZINET, BAZOT. - Vieux prénom. - 8 PARIS. - Bazin, mouleur de bois : deux roues. - Bazin, seigneurs de Besons, descendant d'un échevin de Paris dt un maréchal de France, sous Louis XIV; ils étaient d'origine champenoise : trois couronnes ducales. - On trouve des Bazin en Bas-Poitou. - Au 178 s. est venue de Paris, une famille Bazin à Angers, avec Claude, bourgeois de la paroisse Saint-Jacques du Haut-Pas, contrôleur des fermes du roi, comme le seront son fils et son petit-fils. - A Sainte-Menehould, pendant la guerre 14-18, les Bazinet étaient célèbres : M Bazinet tenait le salon de thé élégant de la ville tandis que M. Bazinet se faisait une grande réputation avec une spécialité de pieds de cochon. - Baze, député 198 s.198 - Bazaine, maréchal 198 s. - Bazin, composis. teur BASIRE, BASIRON. - Basire, fam. anc. de Nor-

mandie. - Basiron : fam. flamande, 158 s., dont un musicien. BASSEREAU, BASSET, BASSIER, BASSOT, etc. Sobriquets se référant à la petite taille de ceux à qui ils furent donnés. Les formes en -et et -ot sont de l'Est; Bassereau est du Loudunois. - 0 LYON. Basset, import. fam. de bgsie marchande au 178 s., qui s'est répandue à Paris, notamment au 188 s., et s'est adjoint des noms de terres : une fasce bretessée, contrebretessée. Les branches cadettes ajoutaient un lambel. Certaines devinrent Basset de la Marelle, guillotinés sous la Terreur, Basset de Lestras et Basset de la Pape, barons de Châteaubourg, au 198 s. Ils sont alliés aux Chaponay, aux Mey, aux de Bordeaux, aux Mauroy, aux Denyau, aux Toupet des Vignes. - 0 CHARLIEU. - Bassot, marchand bourgeois : un chevron chargé d'un trèfle. - 0 BRETAGNE. - Basset, supposés d'origine anglaise : trois fasces vivrées, chargées chacune de cinq tourteaux. - 0 POITOU. - Basson : un basson. 0 TOURS. - Bassier 1700 : une fasce et trois tourteaux. - 0 LORRAINE. - Bassot, docteur en médecine anob. 178 s. : un chevron, deux étoiles et une palme. - 0 NORMANDIE. - Basset, fam. anc. ayant donné son nom à un village. - En Bretagne, au 178 s., on trouve des Bassot. - En Poitou, Basset est attesté depuis 1140, avec Raoul, chevalier, et jusqu'au 198 s. - A Loudun, Bassereau, écuyer, famille de notables 17* s. - Basset, de La Rochelle, armateurs sardiniers, figurant dans la meilleure bourgeoisie 198 s. - Basset, coiffeur guillotiné sous la Terreur. - Basset, originaire d'Orléans, maître voiturier par eau 17" s. BASTIANI, BASTIEN, etc. - Abréviation de Sébastien. - 188 s. : Bastiani, colosse que le roi Frédéric-Guillaume avait mis dans les grenadiers, et dont Frédéric Il fit un chanoine. BASTIER, BASTET, BATET, BATHIAS, BATHIAT, BATILLAT, BATY. - Ce nom est, avant tout un diminutif de Baptiste; mais dans certains cas, il peut être rapproché de Bastier, Bastié, signifiant fabricant de bâts : les formes Bathiat, etc. sont surtout du Centre : Auvergne et autour (Thiers). - 0 PARIS. - Batilly, bourgeois : un château flanqué de deux tours (mais Batilly est peut-être un nom de lieu). - 0 BEAUVAIS. - Le Bastier : un chevron et trois roses. - On trouve des Batillat, en Anjou. Batton, à Paris 1811s. - Bathiat, pionnier de l'aviation cousin de Léonie Bathiat, alias Arletty. - Batiot, député 198 s. BASTIDE, LA BASTIDE, DE LA BASTIDE, etc. Nom relativement aisé à situer, bastide désignant une maison dans le Midi de la France. - 0 PARIS. Bastide, mouleur de bois : une tour donjonnée. e MARSEILLE. - Bastide, bourgeois : burelé de six pièces, un griffon brochant sur le tout. - 0 SAINTETIENNE. - Bastide, forgeur de gardes d'épées : une tour donjonnée (même blason que la Bastide de Paris, soit qu'ils soient parents, soit que le nom ait imposé sa représentation héraldique). - • POITOU. Bastide, bonne bourgeoisie, dès le 168 s. dt un procureur au 17 s. : deux chevrons, une rose en pointe. - 0 PROVENCE. - Bastide, fam. de sénéchaux héréditaires d'Hyères. - APérigueux, A. de la Bastide, conseiller au présidial 178 s. - Dans la Basse-Marche, des Joubert, ancienne famille, se faisaient souvent appeler, et de plus en plus : de la Bastide. - A Paris, un La Bastide, secrétaire de l'intendant Guillaume de Bordeaux 178 s. - Bastid, famille du Cantal. BASTIN. - Sobriquet : terme de charpente. - • PROVENCE.- 188 s. mais venue d'ailleurs. BASTON, BASTONNEAU, BATTON. - Sobriquet explicite. - 0 PARIS. - Bastonneau (peut-être Tou-

rangeaux), dt Henry et Gabriel, de bonne condition dans la robe : un chevron et deux quintefeuilles, un arbre. - 0 OUEST. - Perette Baston 1511s. semblant appartenir à une famille féodale, disparue, qui donna son nom à La Chapelle-Bâton, Deux-Sèvres : une aigle. - 0 BRETAGNE. - Baston 168 s. dt Jean Baston, député de Fougères : un chevron et deux trèfles. BASTY, BATY. - Édifice dans le Midi. - 0 LYON. Basty, bourgeois : une fasce nuagée et trois comètes. BATAILLARD, BATAILLE, BATAILLER. - Sobriquet; surnom de chevalier ou de guerroyeur; on ne pourrait affirmer que tous les Bataille descendent d'un seul personnage, toutefois, dans plusieurs provinces, on trouve pour ce nom un seul et unique blason : trois coquilles et un lambel, ce qui semble indiquer que le premier Bataille à avoir porté cet écu était un cadet de bonne maison (à moins qu'il ne s'agisse d'une politesse du duc d'Orléans). Bataillé est un nom de lieu; Bataillard, un surnom moins prestigieux; il n'est pas exclus, d'ailleurs, que certains Bataille tirent leur nom d'un lieu, plus tardivement. - 0 PARIS. - Bataille, maître de la musique de la reine, t 1630. - F. de Batailler, évêque de Bethléem : un sautoir cantonné de quatre étoiles. - Bataillé ou Batally, bourgeois : un château bataillé de deux tours. - Bataillard, contrôleur aux montres de la maréchaussée de Beaujolais : un chevron chargé d'une molette. - 0 BRETAGNE et POITOU. - Bataille, se réclamant de Guillaume Bataille, sénéchal d'Angoulême et chambellan de Dauphin : trois coquilles et un lambel. - 0 TOURS. Bataille : trois coquilles et un lambel. - En Picardie, dès le 13* s., on trouve une famille Bataille. - A Tours, une famille Bataille (16e s.), dt un apothicaire, peut-être neveu de Clément, chanoine de Saint-Gatien. - Bataille, général (19 s.). - Bataille, politicien (19* s.). - 0 CHAMPAGNE. - Bataille : trois fasces crénelées. - 0 BOURGOGNE. Bataille, maison orig. d'Autun, connue depuis le 148 s. dt les comtes de Mandelot : trois flammes, mouvantes de la p. BAUCHANT, BAUCHART, BAUCHE, BAUCHER, BAUCHET, BAUCHERY, BEAUCHAMP. - Bauche est un nom de lieu, ainsi que Bauchet, Bauché; Bauchant est souvent écrit Beauchamp, et viceversa; peut-être s'agit-il aussi d'un ancien prénom du type Bauger, Baugier (?). - Pour les Beauchamps en nom de terre, voir les articles Robert, Marais, Thebault, Henry, etc. - 0 PARIS. - L. de Beauchamp, docteur en médecine; certains de ses descendants ont sans doute supprimé la particule : un chevron sommé d'un croissant, deux étoiles et un chêne. 0 LYON. - Beaucand, dit Saint-Germain, bgs : trois roses et un soleil. - 0 BRETAGNE. - P. de Beauchamps 128 s.; un Beauchamp épousa la sœur de Du Guesclin : une croix alésée et trois croissants. • POITOU. - Beauchamps, dès 1087 : une aigle à deux têtes. - 0 FLANDRE. - Bauchart, imprimeurs dt les Quentin-Bauchart qui ont donné leur nom à une rue de Paris. - 0 NORMANDIE. - Bauche ou Débauche : une main tenant une épée, deux étoiles et un soleil dans un nuage. - Bochart, illustre fam. issue de Vézelay, établie à Paris et en Normandie. A Montfort, il y avait un C. de Beauchamp, chevalier, seigneur de la Péruche. - En Picardie, au 148 s. des Beauchant, et, cent ans plus tard, un Jacquemart de Beaucamps. - Des seigneurs de Beauchamps, en Bretagne, étaient en réalité des Henry. Des Beauchamps, passés anciennement en Angleterre, où ce nom a été écrit Bicham, Beecham. Bauchier en Poitou, était un nom noble en 1467. Une famille Bauchet ou Beauchet, de Paris, forma

une branche poitevine, devenue Bauchet-Filleau par alliance, dt un érudit : Eugène BeauchetFilleau, qui réunit une immense somme d'informations généalogiques. BAUDAN ou BAUDEAN. - Maison des plus anc. de Bigorre. BAUDENYS.- Fam. anc. de Normandie. BAUDICHON. - 0 TOURS. - Baudichon : un chevron et trois tourteaux. BAUDIER, BAUDIÈRE. - Fam. anc. de Champagne : trois têtes de maure. - Fam. anc. du Languedoc : cinq épées. BAUDIER, BAUDRAN, BAUDRAND, BAUDRE, BAUDRIER, BAUDRILLER, LE BAUDIER, LEBAUDY. - Ancien prénom, de la racine Bald, signifiant audacieux. - 0 PARIS. - Baudran, d'origine lyonnaise, en principe, qui remonteraient à Gonnet Baudran ou Beaudrand, damoiseau vivant au 158 s.; ces Baudran essaimèrent en Bretagne, où ils furent maintenus nobles en 1708 : une bande et trois étoiles. - 0 LYON. - Baudran, hôte de Condrieu : une rose accostée de ses initiales C et B. - Baudran, prêtre : une bande et trois étoiles. - • BRETAGNE. Baudré ou Baudre, issus de G. Baudré, présent à Lamballe 1381 : cinq billettes en sautoir. - 0 ANJOU. - De la Baudrière : un lion, franc canton d'hermine. - 0 CHATELLERAULT. - Baudy, marchands au 158 s. puis avocats du roi; alliés aux Dupleix, Thenault, Moutard devenus de Montard : un phénix regardant un soleil. - Dans l'évêché de Saint-Malo, un Baudran, sieur de Boiselène, fut débouté en 1669. - En Picardie, une famille Baudier, et D. Le Baudier, professeur d'éloquence à Leyde 168 s. qui buvait et faisait des dettes. - En Anjou, des Baudrier souvent écrits Baudriller, dont James, sieur de la Cottière 188 s. et Aubin, batelier à Saint-Maur-sur-Loire. - En Touraine, des Baudrier, sans doute de même souche : Macé (Le) Baudrier, à Chinon, fit aveu d'un fief en 1398. - Baudrillard, économiste 198 s. BAUDIN, BAUDE, BAUDELET, BAUDELOT, BODIN, BODINET, BAUDART, BAUDARD. Dérivés de Baud, ancien prénom; avec attraction de Baudet qui a pu être malicieuse; les formes en -eau sont de l'Ouest, celles en -ot, de l'Est, celles en -et, de l'Est ou du Languedoc. - 0 PARIS. - Baudar, écuyer, chevau-léger de la garde du roi, et Baudart seigneur des Coutures ; trois fasces ondées. - Baudelot, commissaire au Châtelet : une écartelure, une aigle à deux têtes, des croissants, des trèfles, une étoile, un chevron, deux croissants et un coq, sur le tout : une fasce ondée, soutenue d'une bande, et deux hérissons. - Baudelot, avocat : un chevron et trois trèfles. - Baudequin, bgs : une bande à trois trèfles, un soleil et un croissant. - Baudin, scelleur héréditaire en la Chancellerie : une étoile. Baudin, procureur : un daim, chef à trois étoiles. Baudin, marchand bgs : une bande au croissant, trois étoiles. - Baudin, bgs : trois fasces ondées et trois trèfles. - Beaudin, chef du gobelet du roi : un chevron, deux soleils et un daim. - Bodin, procureur du roi à Montlhéry : un chevron et cinq besans. Bodin, veuve d'H. de Chivré, marquis de la Barre; une bordure chargée de neuf besans. - Bodineau, femme de M. de Chennevières : une aigle. - 0 LYON. - Baudet, procureur au Présidial de Lyon : un chevron chargé d'une pomme de pin. - 0 POITOU. Bodin, 148 s. essaimés à Châtellerault et en HautPoitou : un cœur percé de trois épées. - 0 TOURAINE. - Baudet : une croix ancrée. - • DEUXSÈVRES. - Bodin, sieur de la Bachelière ; une bordure besantée. - 0 ANJOU. - Bodin, dt un publiciste, ami de Henri III : un lion rampant sur un rocher, trois étoiles en chef. - 0 BLOIS. - Bodin, maintenus

nobles en 1706 : un chevron et trois roses, trois merlettes en chef. - 0 BRETAGNE. - Bodin 148 s. dt deux maires de Guingamp : deux fasces d'hermines. - • PARIS. - Baudet : trois hameçons. 0 ARTOIS. - Baudet : trois lions. - • BEAUJOLAIS. Baudet : trois fleurs de lis, chef au lion léopardé. • ALSACE. - Baudet : un chevron, une étoile et un lion. - 0 LORRAINE. - Baudinet : trois croisettes pommetées, un lion. - • BOURGOGNE.- Baudinot : trois fasces et trois croissants. - 0 NORMANDIE. Baudart, fam. anc. - En Anjou, Touraine et Périgord, des Baudet ou Bodet, venus de Bressuire, ont compté des sénéchaux, des archers, certaines branches ont été anoblies; alliances : Clervaux, Darrot, Chabot, Montrichard, Thorigné, Jaudonnet. En Poitou, ce nom se trouve très anciennement, soit Bodin, soit Baudin, dt un échevin de Poitiers 148 s. - Les Bodin de la Bodinière, nobles (trois fasces d'hermines, abandonnèrent le Bodin, au 16" s. pour garder le Bodinière. - Des Bodin, à Niort et'La Rochelle, et des Baudineau, parfois Bodinot à Montmorillon et Châtellerault, anc. figurèrent ds la haute bourgeoisie. - Bodin, charpentier naval, à Saumur 171 s. - Une Bodin, dans la famille de Voltaire. BAUDOIN, BEAUDOIN, etc. - Prénom écrit diversement. - 0 PARIS. - Baudoin, veuve de Vialart : un lion, trois roses en chef. - Baudoin, écuyer, seigneur de Verneuil, et Baudoin, chevalier, capitaine des gardes : même blason. - Baudoin, procureur en la cour : une croix pattée. - Baudoin, veuve du Plessis : trois croix pattées. - Baudoin, avocat : une croix pattée. - Baudoin, conseiller honoraire : trois aiglons regardant le soleil. - Baudouyn ou Baudoin : un chêne, chef au croissant et deux étoiles. Beaudoin, conseiller secrétaire du roi : un chevron, deux étoiles et un épi. - Beaudoin, président en la cour des aides, et Beaudoin, procureur : à peu près le même blason. - Beaudoin, bgs : une main droite, trois étoiles en chef. - 0 BRETAGNE. - Baudeoin 12" s. : une croix pattée. - Beaudoin, déboutés de la noblesse en 1671 : neuf billettes. - • LA ROCHELLE. - Baudoin, fam. nob. poitevine alliée aux Desmier d'Olbreuse dt descendent les rois d'Angleterre de la maison de Hanovre : un chevron et trois hures de sanglier. - 0 PARTHENAY. Baudoin, peu connus 17" s. : un cœur enflammé et deux étoiles. - 0 AUNIS. - Baudoin : un lion au franc canton d'hermines. - 0 ANGOUMOIS. Baudoin, dt Alain épousa une La Rochefoucauld en 1581 : une croix pattée. - 0 FLANDRE. Baudoin, chanoine de Lille, un chevron chargé de deux lions affrontés et trois trèfles. - • NORMANDIE. - Baudoin, fam. anc. - Baudoin, écuyer de bouche de Louis XIV. - Baudoin, qui dessina, avec trois autres maîtres d'œuvres, les plans de l'hôtel de ville de Loches, vers 1530. A Saint-Lambert-lès-Saumur, au 178 s. une fam. Baudoin, dt un chirurgien et un architecte (ail. aux Maupassant). - On trouve des Baudoin en Poitou dès 827. - Baudoin, écuyer 16e s. - Baudouyn, capitaine de Prahec 15 s. - Baudoin, jurisconsulte 16e s. - Baudoin, traducteur 16e s. BAUDON, BAUDOT. - Dérivés de baude. - 0 PARIS. - Baudot, receveur : un chevron brisé et trois molettes. - Marguerite Baudon, vve de Jérôme Murat, conseiller au Parlement. - 0 BRETAGNE. Baudot, conseiller au grand conseil, l'un des signataires du traité de mariage de la duchesse Anne et de Louis XII, en 1498 : une coquille, écartelé : une canette. - 0 PÉRIGORD. - Baudot, bgs de Sarlat, venu de Vendôme, devenus Baudot de Jully : un chevron, deux étoiles et une grappe de raisin. - Baudon, premiers résidents 17e s. - e BOURGOGNE. -

Baudot : une ancre en pal et une fasce en devise chargée de trois étoiles. - Baudot : trois têtes de léopard, chef à une croix pattée, écartelé à un cygne. - 0 PROVENCE. - Baudon, fam. anc. - 0 NORMANDIE. - Baudot, fam. anc. : un chevron et trois molettes. BAUDOUX. - Une famille Baudoux à Toulon, venue d'Alsace, émigra en Normandie, puis à Nouméa; alliée aux Girard, Kupferschmitt, Bonnet de Larbogne, Le Sourd, d'Helluine. - Baudran, Baudron, fam. anc. du Lyonnais. - Baudre, fam. anc. de Normandie. BAUDRY. - Prénom très ancien. - • PARIS. Baudry, bgs : une bande et trois étoiles. - Baudry, payeur de rentes : une croix ancrée : écartelé, une aigle, sur le tout : trois étoiles. - Baudry, vve Hamelin : un lion. - • ÉTAMPES. - Baudry, receveur des consignations du bailliage : une bande crénelée, un cœur et une pomme de pin. - 0 VERSAILLES. Baudry de Breteuil, femme d'A. de Bouzens : un chevron, deux roses et un cœur. - • BOURGOGNE. Baudry, dt Philibert, marchand à Vauginois, allié aux Alligre. Cette fam. s'est établie à Paris au 188 s. : un chevron et trois molettes. - 0 VALOIS. Baudry 151 s. : trois mains d'or. - 0 BRETAGNE. Baudry, semblant avoir essaimé en Poitou 161 s. : trois fasces. - 0 TOURNAI. - Baudry : burelé de huit pièces, une étoile et un croissant. - En Picardie, Grebert Baudry 138 s. - En Poitou, Baudry 118 s. En Poitou, une famille Baudry, noble et ancienne, d'où les marquis de Baudry d'Asson. - A. Châtellerault, Baudry, nobles au 148 s., semblent avoir disparu. - En Anjou, Pierre Baudry 178 s. - En Vendée, une importante famille Baudry 198 s. Baudry, philosophe rouennais. BAUDU, BAUDUS. - Baud : joyeux anc. fr. - • MARSEILLE. - Baudeu (prononcé Baudu), commissaire général des galères : un chevron haussé, deux étoiles et un rocher surmonté d'un duc, ou chathuant. - Bauduf, capitaine de barque : une fasce et un ours. - * TOULOUSE. - Baudus, capitoul de cette ville, originaire de Cahors, allié auxTascher 18* s. : une foi issant de deux nuages, tenant trois épis de blé. BAUGE, BAUGER. - Ancien (?); surtout nom de lieu. - 0 PARIS. - Bauger, trésorier de M le prince de Conti : un chevron et trois geais. - 0 MANTES. Bauge de Colombel, écuyer, capitaine : une main dextre tenant une épée, un soleil, deux étoiles et une colombe. - • TOURAINE. - De Baugé : une croix engrelée. BAUGIER, BEAUGIER, BEAUQUIER. - Ancien prénom. - 0 PARIS. - Baugier, écuyer, seigneur de Voise : un chevron boisé surmonté d'une croix de Lorraine et trois étoiles. - G. de Baugy, écuyer : trois souches et une molette. - 0 POITOU. - Les descendants de Baugier, valet seigneur des Roches; 148 s. venus de Saint-Maixent, à Niort dt Antoine, député des Deux-Sèvres, et Charlotte, épouse du premier président Le Camus (Nicolas V); famille alliée aux Boncenne, Fraigneau, Vasselot, Supervielle, Indekeu, Poute de Puybaudet, Buor, La Tribouille, Sonis : une main dextre tenant une croix, accompagnée de trois trèfles. - A Chauny, en 1315, on trouve Simon Baugies. - En Poitou, Baugis, chanoine à Poitiers 13* s., et Baugi, chevalier 148 s. - ABesançon, Beauquier 19* s. BAULT. - Fam. anc. du Nivernais : un chevron et trois merlettes. BAUSSAN, BEAUSSAN, BEAUSSANT. - Sobriquet, qualificatif désignant un cheval baussant. 0 PARIS. - Baussan, chevalier, et Baussan, intendant en Alsace : un chevron et trois glands. - Cette famille d'ancienne bourgeoisie robine de Paris, agré-

gée à la noblesse au 178 s., alliée aux Chauvelin, semble être encore représentée. Les variantes d'écriture, Beaussan, Beaussant, pourraient être des branches séparées avant l'illustration de la famille. BAUTOT, BOTOT, BEAUTOT. - Normandie, fam. anc. à trois coqs. BAUTRU, BEAUTRU. - Nom de domaine. - • PARIS. - Grande famille qui défraya la chronique de son temps. Les Bautru, distingués par leurs mérites et de grandes charges acquises fortune faite, sont issus de moyenne bourgeoisie angevine et mancelle; Saint-Simon les dit sortis du bas peuple de Tours. On y trouve les comtes de Serrant, barons de Segré, et marquis de Vaubrun, alliés aux Estrées et aux Colbert. Le premier Bautru connu était sénéchal de Château-du-Loir, et les derniers, comtes de Nogent, pour une branche notoirement issus du valet de chambre de M Bautru : un chevron, deux roses et une tête de loup. - Un seul Beautru, à notre époque, à Paris, confectionneur rue Belleville, dont on ignore s'il est apparenté aux Bautru. BAYNE.- Fam. anc. du Languedoc. BAYOL.- Fam. anc. nob. de Provence. BAZAN. - Fam. anc. de Franche-Comté : un chevron et trois besants. - Fam. anc. de Normandie. BÉAR, BÉART, BÉARD. - Ce mot devrait être basque, signifiant : travailleur, mais on le trouve en Bretagne au 178 s. Il peut aussi signifier Béarn (prononcé Béar). - 0 BRETAGNE. - Béard, sieur de la Marre : écartelé, une croix fleuronnée, chargée de neuf billettes. - Béart, sieur du Désert : une vache. - Ces familles sont de bonne bourgeoisie d'armateurs de Saint-Malo, au 1811s. BEATRIX.- Fam. anc. Normandie. BEAU, BEAULT, BAUD, BAULT, BAUX. - Peutêtre un ancien prénom, mais plus probablement sobriquet; voir aussi Le Beau, etc.; bien des familles, par indifférence, ont perdu la particule Le. - 0 MARSEILLE. - Beau, écuyer : un lion tenant un poisson. - Beau, avocat : trois poissons, sur une mer. - Beau, artisan : trois croissants, surmontés de trois étoiles, soutenus de trois besants. - Beau, bgs : un lion regardant un soleil. - Beau, bgs : coupé, un chevron et un renard. - 0 BRETAGNE. - Beau : un buste. - Beau : un soleil. - • NIMES. - Baux, médecins au 18" s. : écartelé, trois pins et une main tenant une palme. - 0 BOURGOGNE. - Beau, chanoine, un chevron, deux croissants et un lion. On trouve des Baux, en Languedoc. - En 1923, des Beau ont été autorisés à s'appeler : Beau de Loménie. BEAUFFREMONT. - Maison de Beauffremont, duc 1787, issue de la Maison de Lorraine. BEAUFILS, BEAUFILZ. - Sobriquet. - 0 PARIS. Beaufilz, avocat : un chevron, deux croissants et une étoile. - 0 LYON. - Beaufils, contrôleur aux Monnaies : un chérubin et huit flammes. - 0 ANJOU. - Beaufils, voituriers par eau 178 s., alliés aux Maupassant au 18e s. : trois étoiles. - 0 EN POITOU. - Au 15" s. Beaufils était seigneur des Bordes. - • LORRAINE. - Beaufils, sommelier du duc, anob. 151 s. : trois pattes de lion et trois étoiles. - Beaufort - 0 ARTOIS. - Beaufort, maison illustre. - 0 CHAMPAGNE. - Beaufort : une bande, un lion et deux étoiles. - 0 DAUPHINÉ. - Beaufort : une bande, trois molettes et une tour. - • LANGUEDOC. - Beaufort, fam. anc. : écart. un lion, un lévrier. - • SAVOIE.- Beaufort : un lion. BEAUGENDRE. - e NORMANDIE. - Fam. anc. : deux chev. et trois coquilles. BEAUGRAN, BEAUGRAND, BELGRAND. Sobriquet, mais il est possible que certains noms, jadis dérivés de «bougre », aient pris cette forme plus flatteuse. - 0 PARIS. - Beaugrand, marchand

bgs : un chevron, un soleil, deux étoiles et une rose. - Ontrouve des Belgrand, en Champagne. BEAULIEU. - 0 NORMANDIE. - Fam. très anc. : six croix. - 0 CHAMPAGNE. - Un vol et trois étoiles. - • GASCOGNE. - Fam. d'épée 168 s. : trois corneilles. BEAUMONT. - Nombreuses fam. de ce nom de terre dt une fam. anc. de Vendôme, une fam. anc. nob. de Provence, une en Dauphiné, une en Touraine, etc. BEAUREPAIRE. - a NORMANDIE.- Beaurepaire : trois gerbes. - 0 CHAMPAGNE. - Une bague, une bordure dentelée. BEAUSSIER. - 0 PROVENCE. - Fam. anc. : trois coquilles sans oreilles. BEAUVAIS. - Ce nom de lieu est porté aussi en nom de terre par des familles dt le patronyme est différent : voir Le Pellerin. - 0 BRETAGNE. - Beauvais : d'argent au chef de gueules. - 0 CHAMPAGNE. - Beauvais, fam. orig. de Flandre : trois pals. Beauvais, de Beauvais cinq coquilles. - 0 NORMANDIE. - Ce nom a été illustré par Catheau la Borgnesse, qui dépucela Louis XIV; mariée au sieur Beauvais, ou de Beauvais, son fils se fit appeler le baron de Beauvais; (v. Saint-Simon) Beauvais, batelier de la Loire 171 s. BEAUVAU. - Maison illustre d'Anjou, princes de Craon. BEAUVILLIERS. - Maison illustre de Touraine, ducs de Saint-Aignan. BEAUVIS. - Veut dire beau visage. - • BRETAGNE. - Beauvis : un chevron et trois chouettes. C'est le nom des Beauharnais. BEAUVOIR. - Nom de lieu. - 0 ROANNE. Beauvoir : un chevron chargé d'une merlette. BEC. - 0 PROVENCE. - Fam. anc. : trois oiseaux à long bec. BECEL- 0 PICARDIE. - Fam. anc. BÉCHARD, BÉCHET, BESCHARD. - Cenom semble de même origine que Béchu, Bécheu, Béchau. 0 PARIS. - Béchet, juge consul : un chevron, deux étoiles et un arbre, chef à trois croissants. - 0 BRETAGNE. - Béchard, ou Beschard, dt Guillaume, écuyer en 1371 : trois bêches. - Beschais 1500 : un croissant et trois étoiles. - • SAINTONGE. Béchet : un lion. - 0 SUD-OUEST. - Béchillon, vieux nom noble, peut-être tiré d'un fief, en Vendée : trois losanges en fasce. - 0 CHAMPAGNE. - Béchet, même famille qu'à Paris : un bélier surmonté d'une étoile, chef à une main tenant un rameau, ou une fasce chargée de trois merlettes. BÉCHAUD, BÉCHEU, BÉCHU, BÉCU, BEQUET, BESQUET. - Nom signifiant bêcheur ou laboureur; Bécu, Béchet et Becquet peuvent être des sobriquets tirés de Bec (?). - Beche : ruisseau (flamand). 0 PARIS. - Beche, bourgeois : un J et un Bentrelacés. - Béchet, ancien juge, et Béchet, trésorier général du sceau : un chevron, deux étoiles et un arbre, chef à trois croissants. - Becquet, bourgeois : un rocher portant deux oiseaux becquetant un raisin. - Becquerel, orig. de Châtillon dt les célèb. physiciens : un rocher soutenant deux oiseaux affrontés becquetant une grappe de raisin. 0 PÉRIGORD. - Béchaud ou Bécheau : un ou deux serpents, en pal ou en bande. - 0 SAINTONGE. Béchet 118 s. : un lion. - 0 POITOU. - Béchet : trois fusées en fasce. - a LORRAINE. - Bêcher : écartelé : 1 : une épée; 2 et 3 : une tête de cheval; 4 : trois étoiles en pal. - Becher : un sautoir ondé et quatre croix de Lorraine. - 0 FLANDRE. - Becq, colonel du royal artillerie ; fasces et neuf merlettes. Becaert : un chevron et trois fers de lance. - Bécu était le nom de la mère de Mme du Barry. - On trouve des Béchard, dans le Gard 188 s.

BECTOZ.- • DAUPHINÉ. - Fam. anc. BEDEAU, BEDEL - Sobriquet. - • BRETAGNE. Bedel : un seau d'eau. - Bedel : un sautoir. - Bedeau est le nom du comédien Jodelet 16* s. - Bedel, archer 168 s. - Bedeau de l'Ecorchère, gentilhomme poitevin 188 s. - Bedeau, général 198 s. BÉDIER. - Veut dire stupide. - a COULOMMIERS. - Bédier, secrétaire de feu M. le Prince : un chevron, deux étoiles et un lion. BEDOS. - Fam. normande dont un bénédictin, organiste fameux 18 s. BEER, DEBEER. - 0 FLANDRE. - Fam. chevaleresque. BEFFROY.- • CHAMPAGNE.- Beffroy : un lion. BÉGAT, BÉGAUD, BÈGUE, BÉGUET, BÉGUIER, BÉGUIN, BÉGON, LE BÈGUE. - 0 Sobriquet, voir Le Bègue; mais Béguin peut avoir un autre sens, qu'on retrouve dans Béguine et béguinage (coiffure du MoyenAge); Béguier signifie viguier. - • PARIS. Bégon, écuyer : trois annelets. - F. et M. Bégon, écuyers : un chevron, deux roses et un lion. Béguin, bgs : un chevron, deux étoiles et une tête de léopard. - Béguin de Sausseuil : un cygne, deux roses et un croissant; on retrouve le même blason à Loudun. - Le Bégue : un cep tortillé autour d'un échalas, une merlette entre deux croissants. - 0 LYON. - Bégon, marchand : un chevron et trois étoiles. - 0 MARSEILLE. - Bègue : un chevron sommé de deux paons affrontés, une étoile, trois étoiles en chef. - • POITOU. - Bégaud, anc. famille noble de Bas-Poitou, dt Pierre, valet en 1301 : six fleurs de lis et un franc canton au lion. - Béguier : un coq. - Béguier : deux fasces et trois molettes. 0 BRETAGNE. - Bégaud : deux perroquets adossés, une quintefeuille et trois croissants. - • FLANDRE. Beghin : une croix et une merlette. - • LORRAINE. Le Bègue, orig. de Normandie : écartelé : 1 et 4 : un chevalier, en fasce; 2 et 3 : un écusson, sur le tout une aigle éployée. - On trouve des Begin en Lorraine et à Liège et des Begat en Bourgogne. BEL, LEBEL - 0 PICARDIE. - Bel anc. fam. nob. : une fasce. - 0 NORMANDIE. - Bel anc. fam. nob. : trois besants. BELHOIR, BELLOIR. - Surnom (?), voulant dire bel héritier (?). - 0 POITOU. - Belhoir ou Belloir : semé d'étoiles, chef chargé d'une croix pattée, accostée de deux hermines. BELHOMME. - Surnom. - • PARIS. - Belhomme, secrétaire du roi : un arbre. - On trouve des Belhomme, protestants, à Loudun. - Belhomme, médecin 19 s. BÉLIER, BÉLlARD, BELLIARD, BELLIER. Sobriquet qui veut dire bélier. Ce nom ne devrait pas être, à l'origine, représenté dans le Midi, car il y serait en langue d'oc, c'est-à-dire : Aret, Ares. 0 PARIS. - Bellier le jeune, marchand. - Bélier, quartinier : une tour et un bélier, un soleil. - Bélier, écuyer, sieur de la Bretonnière : un chevron et une molette. - • BESANÇON. - Béliard : trois béliers sautant. BELIN, BELLIN, BELLINEAU, BLIN, LE BELIN. Veut dire mouton. - 0 PARIS. - Belin, doyen des conseillers du Châtelet : une croix échiquetée, Cantonnée d'un lion au 1 et 4 et d'une écharpe nouée au 2 et 3. - 0 MARSEILLE. - A. de Belin, we Du Pont : coupé : un ours et un pal. - 0 SAINTÉTIENNE. - Belin, avocat : trois béliers, deux sautant, affrontés. - 0 POITOU. - Belin ou Bellin, protestants 16* s. : un lion, trois étoiles en chef. Bellineau : trois rencontres de bélier, une étoile en chef. - • BOURGOGNE. - Le Belin ou Levelin, maire de Beaune en 1610 : trois béliers, deux sautant, affrontés. - 0 BRETAGNE. - Bellin, débouté de prétention noble en 1668 : bandé. - 0 BESANÇON. -

Belin dt un maître des requêtes : trois têtes de bélier. - 0 LORRAINE. - Bellin : une tête de bélier et trois étoiles. - • NORMANDIE. - Belin, fam. anc. : une flamme, chef à trois étoiles. - AThouars, Belin ou Bellin, possédait un domaine; 118 s. En Anjou, Belin, procureur et son fils, maire d'Angers 1611s. BELLAMY.- Surnom essaimé en Angleterre; fam. notable à Nantes, 198s. BELLANGER, BELLANGIER, BELLENGER, LE BELLANGIER, etc. - Nom de métier : boulanger, mais forme plus ancienne. - • PARIS. - Bellanger, avocat : un lion, deux étoiles en chef. - Hiérosme Bellanger, notaire : un cygne, vol ouvert, chef à trois molettes. - Bellanger, notaire : semé de flammes. 0 CHAMPAGNE. - Bellanger, famille essaimée un peu partout, une branche anoblie en 1607 dt Jean, archer 158 s. : un chevron. - 0 BRETAGNE. - Le Bellangier, père et fils, ayant servi en armes le duc, 158 s. : un pin et trois coquilles. - Le Bellanger : une épée en pal. - Des Bellanger, attestés anc. au Maine. - En Anjou, F. de Bellanger, en 1626, vendit le domaine du Bois de Lhumeau à Julien Blanche, médecin; il était peut-être de la famille des fondeurs de ce nom, à Angers. - A Paris, une famille Bellanger, au 188 s. figura au Parlement, s'allia aux Dupré et aux Charpentier, posséda une seigneurie dans l'Aisne. BELLAVOINE. - Sobriquet de marchand d'avoine ou de fermier. - • PARIS. - Bellavoine, écuyer, et Bellavoine, bourgeois : trois épis liés, chef à trois molettes. BELLAY, BELLET, BELLOY. - Ancien prénom, qui fut héréditaire, très anc. dans des familles chevaleresques. Il s'agit, sans doute, d'un nom angevin. 0 PARIS. - Bellay, vve Le Goux : un chevron, deux étoiles et une écrevisse couchée. - 0 LYON. Bellet, conseiller au Parlement, J. de Bellet, écuyer, Bellet, écuyer et Bellet, chanoine : une bande chargée d'une aigle. - Bellet, agent de change : une fasce, un chérubin et trois étoiles. - 0 POITOU. Bellet ou Blet, anc. bgsie de Niort : trois feuilles de bette (venue de Berri, cette famille aurait été noble à l'origine). - • ILE-DE-FRANCE, PICARDIE. Bellay, maison connue depuis le 128 s. essaimée en Normandie : trois fasces. - • SOISSONNAIS. Bellay : une bande. BELLE, BELLEROT, BELLICHON. - Matronyme; ce prénom féminin était très en vogue dans le haut Moyen Age, comme Bonne, Blanche, etc. - 0 PARIS. - Belle, contrôleur de la bûche (peut-être Bell, francisé?) : six cloches. - Jeanne de Belle :trois tours. - Bellichon, marchand bgs : trois roses. Bellucheau, gentilhomme ordinaire du roi (peutêtre poitevin) : un mouton. - 0 MARSEILLE. Bellerot, bgs ; une montagne de six coupeaux et deux arbres, une étoile en chef. - 0 POITOU. Belleau, anc. fam. noble : trois bourdons en pal, sommés d'une étoile, et trois molettes. - Bellucheau : une rose et une tulipe. - 0 PICARDIE. Belledame : une croix chargée d'une croisette. 0 FLANDRE. - van Belle ; un chevron et un porc passant. - Belleau, poète 168 s. - Belle, peintre 18" s. - EnTouraine une famille Belle. BELLEVILLE. - 0 NORMANDIE. - Fam. anc. : sautoir et quatre aigles. BELLON. - e PROVENCE. - Fam. anc. : un cerf grimpant. BELLONET. - • PROVENCE. - Une tour, deux étoiles et un croissant. BELOT, BELU, BELUD, BELY, BELLOT, BELLOTEAU, BELLOU. - Noms dérivés de Belle, ou de Belin; Bellou est un nom de lieu en Normandie et au Maine. - 0 PARIS. - C. de Belot, bailli garde et concierge du Palais, et Bellot, veuve du

- Tillet : un chevron, deux étoiles et une tête de licorne. - Belot, notaire : une fasce surmontée de trois roses. - Belu, épicier, et Belu, bgs : une aigle. 0 LYON. - J. B. de Bely, ex-consul : un rocher sommé d'une couronne. - 0 VERSAILLES. - Belot, valet de chambre ordinaire du roi : une licorne. • BRETAGNE et TOURAINE. - Belloteau : deux pals et deux rocs d'échiquier. - Belloneau, en Bretagne : une fasce. - Bellot 178 s., en Bretagne : quatre pieds de vautour. - Bellot, en Bretagne : un paon cantonné de quatre hermines. - Belot; Blois et autour : un lac d'amour. - 0 POITIERS. - Bellot, évêque 198 s. : semé d'étoiles un sautoir alaisé. 0 BOURGOGNE. - Belot, marchand à Saulieu dt au 178 s. sont encore issues deux générations de marchands, à Saulieu et Dijon puis une branche anoblie par charge : une main et deux ou quatre étoiles. - 0 NORMANDIE. - Bellot, fam. anc. : un chevron, deux lions, un fer de lance. - Bellot, poète 198 s. - Belot, auteur dramatique 19* s. - Belly, peintre 19" s. BELUTEAU, BLUTEAU. - Il se peut que ces deux noms ne fassent qu'un seul (?), dérivé du verbe bluter. Jean Bluteau rendait un aveu, en Gâtine, en 1424. BÉNARD, BESNARD. - Corruption de Bernard, surtout représenté dans l'Ouest, semble-t-il. - 0 PARIS. - Bénard : un chevron, deux soucis et une tour, chef chargé d'un croissant et deux étoiles. Bénard, avocat : un chevron, deux étoiles et un lion. - Bénard, prieur de Fagniers : une croix pattée soutenue d'un croissant, trois étoiles en chef. Bénard, seigneur de Boulerne, écuyer, lieutenantcolonel au Royal Piémont : un lion surmonté d'une trangle et deux étoiles. - Bénard, veuve Le Maire : une bande chargée d'un croissant et de deux étoiles. - Bénard, veuve de Lanoys : un chêne chargé d'une foi. - Bénard, marchand bourgeois : deux clés en sautoir, un cœur en chef. - Besnard, procureur : un chevron et trois trèfles. - Besnard, marchand : un lion. - Besnard, veuve Chariot : un sanglier et trois lévriers. - Bénard de Rézé, chevalier : deux fasces ondées, chef chargé de trois cavaliers d'échec (rocs d'échiquiers). - 0 BERRI. - Bénard, alliés à la Maison d'Etampes : une fasce et trois trèfles. • NORMANDIE. - Bénard : trois lis de jardin. • POITOU. - Besnard, écuyer, seigneur du Fougeré : une ancre, chargé de trois étoiles. - Bénard ou Besnard, originaires de Touraine, qui figurèrent au Parlement de Paris, et ds l'épiscopat : deux fasces ondées, chef chargé de trois rocs d'échiquiers. - Des Besnard, protestants poitevins, furent poursuivis au 17" s. par le syndic et les députés du clergé. - Besnard, essayeur de la monnaie à La Rochelle 188 s. - En Touraine, Besnard, receveur et député aux États de Tours 178 s. - En Anjou, Besnard, batelier. - La veuve Besnard, apothicaire à Angers, 17 s. - Un Besnard, angevin, se convertit en 1686. - Un Besnard, aussi angevin, publia, en 1880, les «Souvenirs d'un nonagénaire ». - Besnard, notaire en Touraine. - Besnard, ingénieur 188 s. BENAT, BENAY, BENECH, BENET, BENEY, BENOIST, BENOIT. - Le vieux prénom de Benoit, diversement écrit et prononcé, a subi l'influence de l'adjectif benet; certains ont volontairement modifié l'écriture de ce nom; il y a aussi des lieuxdits Benay; certains Benoit sont d'anciens Baruch juifs, dont le nom veut dire la même chose; Benech est du Midi. - 0 PARIS. - Benech, ancien contrôleur du domaine de Guyenne : un arbre accosté de deux oiseaux affrontés. - Beneyton, avocat : trois taons et un soleil. - Benoist, peintre et sculpteur : trois abeilles. - Benoist, prévot des ouvriers de la Monnaie : un chevron et trois mains apaumées. -

Benoist, contrôleur : même blason. - C. de Benoist, procureur, et A. de Benoist, avocat : une fasce et deux jumelles. - Benoist, épicier : une fasce, deux étoiles et un agneau. - Benoist, conseiller aux Monnaies : une fasce et trois pommes de pin. Benoist, notaire : un ours. - Benoise (peut-être ancien Benois?) anoblis par charge en 1585 : une fasce chargée d'une fleur de lis et trois roses. 0 LYON. - Benay, marchand : un chevron, deux coqs et un croissant. - Benoist, chapelier : un bénitier avec son goupillon. - Benoist, chirurgien : deux bandes. - Benoist, confiseur : même blason. Benoist : un chevron à une coquille. - 0 MARSEILLE. - Benoist, garnisseur de chapeaux : ses initiales entrelacées. - 0 POITOU. - Benet, ou Benest 158 s., qui fut taxé pour ne pas s'être rendu aux armées, bien qu'il se dît noble : une aigle. - Benoist : un chevron componné. - • BRETAGNE. - Benoist, évêque de Saint-Malo 14" s. : trois chevrons chargés de besants. - Benoist, archer 158 s. : neuf merlettes en sautoir, et quatre tiercefeuilles. - Benoist : une aigle. - 0 LORRAINE. - Benoist, fam. orig. de Belgique : écartelé : 1 et 4 : une bande, une étoile et un croissant; 2 et 3 : semé de fleurs de lis. Benoist, humaniste 198 s. - Benoist, compositeur 198 s. - Benoist, député 198 s. - Benoit, littérateur 198 s. * NORMANDIE. - Fam. anc. : une aigle. 0 PROVENCE. - Fam. anc. : un lion tenant un globe sommé d'une croix. BENAUD, BENAUT. - • AUVERGNE. - Fam. essaimée en Provence : trois têtes de maure enchaînées par trois chaînes à un anneau au cœur de l'écu. BENIDICTI. - • FRANCHE-COMTÉ. - Benedicti, fam-. anc. : une bande engrelée. BENJAMIN. - Ancien nom de baptême qui a pratiquement disparu, sauf en diminutifs, tels Jamet, Jamin; il a été repris, plus tard, par des Juifs. - Benjamin, bourgeois de Paris, sous Louis XV, et maître d'hôtel de la vicomtesse de Noailles. BÉON. - • LANGUEDOC.- Fam. anc. BÉRAUD, BÉRAULT, BÉRAUT, BÉRARD, etc. Ancien prénom. - En principe, les Béraud devraient venir du Sud. - • PARIS. - Béraud, écuyer, seigneur de Sannois : une aigle, une étoile en chef. - Bérault, sieur de Dolo : un chevron et trois colombes tenant en leur bec un rameau. - Bérault, drapier : une aigle regardant un soleil. - Bérault, marchand : un pélican avec sa piété, un croissant et deux étoiles en chef. - 0 LYON. - Bérauld, président en l'élection de Roanne, et Béraud, capitaine châtelain de Sury-leBois : un arbre sur une terrasse et trois étoiles en chef. - Béraud, greffier : une main et trois papillons. - e MARSEILLE. - Béraud de la Tour, bgs : une tour et un écartelé. - Béraud, courtier royal, et Béraud, drapiers : un chevron, deux étoiles et une montagne surmontée d'une aigle. - 0 BRETAGNE. - Béraud ou Bérault, venus de Poitou : un loup et trois coquilles. - 0 SAINTONGE. - Béraud : trois chevrons et trois étoiles. - 0 BOURGOGNE. - Bérard, chanoine : une fasce, un cœur, deux étoiles et un croissant. - 0 LORRAINE. - Bérard, fam. anc. de Vaudémont, essaimée en Provence : un cor de chasse, la bordure crénelée. - • TOURAINE. Bérard : une fasce. - 0 DAUPHINÉ. - Bérard : un -homme armé; chef à trois étoiles. - Bérard : parti un lion, une panthère. - Dans toutes ces régions, on trouve des Béraud dès avant l'an mil. - La noble maison poitevine de la Béraudière, seigneurs de la Béraudière, est certainement à l'origine Béraud. Les Béraud de La Rochelle passent pour une des plus anciennes familles de la ville et de la région. Des Béraud à Saint-Pétersbourg. - EnAgenais, fam. anc. 158 s. : un chevron bande brochante. - En

Languedoc, fam. anc. 1440, essaimée Paris : une bande. BERBIER. - • CHAMPAGNE. - Fam. anc. : trois colombes. BÉRENGUIER.- Fam. anc. de Tarascon. BERGÉ, BERGER, BERGERAT, BERGERET, BERGERON, BERGEON, etc. - Nom de métier : berger, pouvant représenter en Alsace et autour la traduction de montagnard; Bergé est méridional et peut représenter, dans le Sud-Ouest, un verger. Bergerat = Bergerac? - 0 PARIS. - Berger, docteur en médecine : un mouton et trois roses. - Berger, notaire : un chevron, deux étoiles et un mouton. Berger, prêtre, bachelier en théologie : deux houlettes en sautoir et un mouton. - Berger, payeur de rentes : un chevron, deux étoiles et un mouton. Bergeret, gentilhomme de fauconnerie : un chevron, deux étoiles, un mouton et une rose. - Bergerat, bgs : trois chiens mâtins. - Bergeron, marchand : un chevron, deux croissants et une tour. - Bergeron de la Goupilière : un lion. - Bergiron, avocat : un phénix et trois trèfles en chef. - Bergeon : un chev. surm. d'un croissant et trois grappes de raisin. - 0 LYON. Bergier, marchand : un chevron. - Berger, bgs : une houlette et deux étoiles. - Berger, mouleur de bois : deux houlettes et une étoile. - Berger, bgs : trois cornets. - Bergiron, bgs et avocats : un phénix et trois trèfles en chef. - Bergiron de Fontenaille, maître des Eaux et Forêts de Beaujolais : une fasce ondée et trois arbres. - Bergeon, médecin : une fasce chargée de trois coquilles. - 0 MARSEILLE. Bergier, ménager : une bande, une étoile et un croissant. - En Poitou, des Bergier 138 s. et des Le Berger, écrits parfois Laubergier. - Bergereau, homme d'armes 158 s. - Au Parlement de Paris, des Berger, peut-être du Bourbonnais. - Les Bergeron de la Goupillière figurèrent au Parlement : ils étaient peut-être originaires de Touraine, anoblis en 1655, révoqués en 1664, puis rétablis en 1675. - Des Bergeron en Seine-et-Marne et à Blois. Des Bergerot, à Bordeaux. - A Lyon, un Berger, curé, et un Berger, notaire. - Bergé, général baron d'Empire au 198 s. BERLAND. - Ancien prénom, de racine germanique. - 0 LYON. - Berland, procureur : parti : une croix cantonnée de quatre étoiles; coupé au cygne; et une vache surmontée d'une main tenant trois épis. - Berland, l'aîné, procureur ; une fasce chargée de trois étoiles et un oiseau. - 0 POITOU et BRETAGNE. - Berland, fam. répandue : semé d'étoiles à deux merlans. BERLES. - 0 CHAMPAGNE. - Berles : un sautoir, quatre lionceaux. BERLIER, BERLIET, BERLIZE, BERLIOZ, BERLIN. - Tous ces noms, sauf Berliet, peut-être (prénom?) sont des noms de lieu dérivés de Berle, qui est une plante; Berlioz est savoyard et se prononçait Berle ou Berlie; Berlize est un hameau de Thiérache si petit qu'il ne peut y avoir qu'une famille à en porter le nom. - 0 PARIS. - Berlize, devenu magistrat à Metz, essaima à Paris, s'allia aux Jacquier, Digeon, Fréteau, Massot, Legendre, Carlier; un mousquetaire de Louis XV, dans cette famille ; un pal chargé d'un croissant. - 0 LYON. - Berlier, ou peut-être Berliet : un lévrier. - 0 ALSACE. - Berlin, sénateur de Strasbourg 148s. : un ours et une bordure. BERMOND. - • PROVENCE. - Anc. fam. : un cœur. BERNARD. - Prénom ancien, répandu dans toute la France. C'est le quatrième nom de famille par le nombre dans l'annuaire de Paris en 1969, après Lévy et ses variantes (troisième), Martin (deuxième) et Fèvre, Le Fèvre et ses variantes, premier nom. 0 PARIS. - 29 Bernard, dt deux avocats, trois

écuyers, un bourgeois, un aubergiste, un marchand de vins, un chanoine. - Blasons ; une fasce et trois étoiles; un croissant; une tête de licorne; trois cygnes. - 0 LYON. - 10 Bernard. - Blasons : un arbre; trois lièvres. - • MARSEILLE. - 4 Bernard, dt un échevin et un capitaine de galères. - Blasons : barre abaissée, un renard et un poisson; coupé : une croix et un rhinocéros. - 0 ANJOU. - Bernard, dt un maire d'Angers, essaimés en Bretagne : deux lions. - 0 BOURGOGNE. - Bernard : un chevron et trois roses. - Bernard, vicomtes de Chalon-surSaône : une fasce deux sabres croisés et un étendard. - Bernard, sieurs de Montessus : un chevron et trois étoiles. - 0 POITOU. - Deux Bernard, maires de Poitiers, aux 1311s. et 148 s. : un chevron et trois coquilles. - Un maire de La Rochelle 188 s. : une cotte de maille et trois étoiles. - 0 BRETAGNE. Bernard 158 s. : un chevron, et trois étoiles. Bernard, capitaine, aboli par Henri IV pour s'être emparé d'un château et en avoir tué le capitaine : un lion surmonté d'une molette. - Bernard 151 s. : trois têtes de maures. - Bernard, échevin de Nantes 168 s. : une bande et un croissant. - Bernard 168 s. et sa descendance, déboutée au 188 s. : une bande soutenue de deux ours. - Bernard : un château; coupé, chevron brochant, deux canettes et une croix. - 0 NORMANDIE. - Bernard, fam. anc. d'Alençon : trois fasces ondées. - Bernard, fam. nob. anc. de Coutances : deux fasces et trois molettes. - Bernard, de Vire : trois roses? - 0 ARTOIS. - Bernard, qu'on dit issus de la maison de Baralle, en 1096 (?) : une épée et deux étoiles (fam. aux alliances illustres). - • FRANCHE-COMTÉ. - Bernard, anoblis au 198 s. : un chevron, deux étoiles et un croissant. - 0 AUVERGNE. - Bernard, nom chevaleresque : trois têtes de lion. - 0 FLANDRE. - Bernard, trésorier de France : trois abeilles et un chevron. - • ROUERGUE. - Bernard, fam. de Rodez, présumée nob. issue d'un apothicaire, consul en 1512. - Bernard, seigneurs de la Ferté-Bernard, dans la Sarthe. - En Dauphiné, des Bernard, calvinistes, dt Jacques, écrivain 178 s. En Picardie, des Bernard, originaires de Caix, firent fortune à Paris, anoblis au 181 s. - Des comtes «de » Bernard depuis le 198 s., des comtes Bernard, et les barons Bernard, dits de Saint-Affrique, protestants. Bernard, célèbre financier protestant, originaire de Hollande. - Bernard, en Bretagne, déboutés de leur noblesse en 1668. - Bernard, précurseur de SaintVincent-de-Paul. - Bernard, général, aide de Napoléon, alla rejoindre La Fayette aux USA. - Des Bernardou dans le Tarn. - Bernard, maire de Dijon 168 s. - Bernard, peintre et graveur 17 s. BERNARDI. - Fam. de Sisteron, issus des anc. sgrs de Sigoyer? BERNIER, BERNAY. - Prénom à rapprocher de Bernard : nom de l'Ouest. Bernay : nom de lieu. • PARIS. - Bernier, procureur : une fasce chargée de trois roses, trois étoiles et un lion naissant. - Bernier, anc. fam. du Piémont : trois pals, un écusson brochant ch. d'un lion. - • BRETAGNE. - Bernier, dt Jehan 13" s. et un chevalier 1511s. : une fasce et six quintefeuilles. - 0 TOURAINE. - Bernier, bailli de Touraine 1311s. : trois aigles et pour supports deux griffons. - Bernier, encore bailli 14" s. : une bande chargée de trois croix ancrées. - 0 PICARDIEBOURGOGNE. - Bernay : un écusson chargé d'une épée en bande. - Bernier, voyageur 1711s. - Bernier, médecin et historien 17" s. - Bernier, musicien 178 s. - Bernier, évêque d'Orléans 1811s. - Bernier, seigneurs de la Borde : un chevron et trois étoiles. Des Bernier, distingués dans le Loir-et-Cher à Senlis, à Colmar et à Paris au 191. BERNOU, BERNON. - Ancien prénom; Bernon est

aussi un nom de lieu. - • PARIS. - Bernon, écuyer, seigneur de Nantas : un chevron, deux étoiles et un lion. - 0 LYON. - Bernoud, bgs : un chevron et une ancre. - Bernou, bgs : un chevron, une ancre et deux étoiles. - 0 BRETAGNE. - Bgrnon, maire de La Rochelle 148 s. qui construisit deux châteaux appelés tous deux La Bernonnière; un de ses descendants fit souche en Poitou, au 158 s.; sa descendance est innombrable et constitue, autant qu'on sache, une famille noble de son nom, comportant une infinité de branches : un lion. - Des Bernon furent comtes de Mâcon, en Bourgogne, d'autres ont donné leur nom à un bourg. BERTET. - Fam. anc. établie en Provence : trois roses, chef à l'étoile. BERTOUX, BERTEAU, BERTHAUD, etc. - Très ancien prénom, aux écritures diverses. - 0 PARIS. Bertaud, vendeurs de marée : une mer chargée de poissons. - Bertaut, conseiller : une bande chargée de trois losanges et six annelets. - Berthault : trois pals et un lion brochant. - 0 LYON. - Bertaud, voyer de la ville : un chevron chargé d'une coquille. Berthaud, prêtre : un chevron chargé d'un losange. 0 BRETAGNE. - Bertaud, après le 168 s. : deux bars adossés. - 0 POITOU. - Stephanus Bertaudus, cité en 1130, un chevalier en 1248. - 0 PÉRIGORD. Bertaud, anoblis vers T680 : sept étoiles. - En Normandie, Bertaud. - En Anjou, des Bertaut, dont René, seigneur de la Grise, littérateur 16e s., et des maîtres tapissiers, aux 16* s. et 178 s. - Berthauld, oratorien 178 s. - Berthault, architecte jardinier 188 s. BERTHE, BERTHIER, BERTIER, etc. - Bertier est un vieux nom de baptême, comme Bertin et Bertelot. Berthe ou Berte est un matronyme, Bertin aussi, peut-être : Bertaz est une forme savoyarde de Berthe. - • PARIS. - Berthe, marchand banquier : un lion, écartelé. - Berthe, payeur de rentes : un lion. Berthier ou Berthier, avocat : un bœuf furieux chargé de cinq étoiles. - Bertier, entrepreneur : un chevron, deux coquilles et un lion. - Berthier, secrétaire à la Cour des Aides : un bœuf furieux. - Bertier : un taureau «effaré » à cinq étoiles sur la fesse. - Berthet, aumônier de Madame : une gerbe. - Berthemy, orig. de Champagne : une épée en pal et trois têtes de cheval, une fasce brochante, chargée du signe des chevaliers légionnaires. - Berthemet : un chevron et trois têtes de lion. - Berthier, orig. de Bourgogne : une main tenant une épée. - Berthier, duc de Wagram 1818, prince souverain de Neuchâtel. - 0 LYON. - Berthillet, marchand. - Berthoux, marchand : un chevron, deux cocons de vers à soie et un croissant. - 0 MARSEILLE. - Bertet : une foi sur une montagne, tenant trois roses. - Berthe, libraire : une brebis. - Berty : un chevron, un croissant, trois étoiles en chef. - 0 BRETAGNE. Berthou, alliés au 168 s. aux Le Maistre et aux La Bourdonnaye : un épervier et trois molettes. Bertho, famille plus ancienne : même blason. Bertier, sénéchal de Dinan 16e s. : un bœuf effaré. Berthe, curé de Moussy-le-Vieil : un chevron et trois maillets. - 0 NEMOURS. - Berthier, procureur : un épi de blé sur lequel il pleut. - • VERSAILLES. Berthier, porte manteau de la duchesse de Chartres; un chevron et trois hermines. - 0 POITOU. - Berthe : un taureau, un chevron et deux cœurs. - Berthe : trois merlettes. - • SAINTONGE. - Bertus : une colombe. - Bertus : des lévriers. - Bertus, marquis de l'Anglade : une couleuvre. - 0 OUEST. - Berthet : douze billettes. - Berthre : deux mouches à miel et un raisin. - Berthon, une fam. bgse et une autre noble au 16" s. : un chevron, deux étoiles et une mouche. - a SOISSONNAIS. - Berthenet, procureur : une licorne. - • CHAMPAGNE.- Berthemin :

une fasce chargée de trois quintefeuilles. 0 BOURGOGNE. - Berthet : une fasce et trois étoiles. - Bertez : un chevron, chef à trois étoiles. Berthier, chanoine : une aigle chargée d'un écusson surchargé de trois perdrix. - Berthier, connue depuis le 138 s. : un chevron, trois étoiles et un lion. - Berton, surintendant de la musique de Louis XV. Berton général 18* s. - Berthoud qui inventa une horloge marine 18" s. BERTHÈLE, BERTHELET, BERTHELOT, BERTHELIN, etc. - Diminutifs et dérivés de Berthe, ancien matronyme, ou de Bertier. Il n'est pas impossible qu'à une certaine époque du Moyen Age, l'ainé d'une famille se soit appelé Berton ou Bertier, que les cadets aient été nommés Bertelet et Bertelot, et le plus petit Bertelin, comme on fait encore en langage parlé dans nos campagnes; mais cette remarque est valable pour tous les noms dérivés d'un autre. - 0 PARIS. - Berthelot, intéressé aux fermes du roi : trois têtes de léopard traversées chacune d'une fleur de lis. - Berthelot, originaires de Montdidier, où ils étaient bourgeois, puis ils s'enrichirent dans la finance et s'allièrent aux Gouyon-Matignon, de Mesmes, Potier de Novion et Séguier; famille dor.t François : un chevron et trois besans. - Bertelin, bourgeois : un chevron et trois aigles. - 0 LYON. - Berthelon, sieur des Brosses : un cœur, deux roses et un croissant, chef à trois étoiles. - Berthelon, chanoine : un chevron chargé d'une molette. - Berthelot, marchand : un chevron, un lévrier et trois étoiles. - 0 MARSEILLE. - Berthelot, professeur hydrographe et pilote ponantier : une givre d'argent, une fasce. - • PICARDIE. - Berthelot : un chevron et trois besans. - • TOURAINE. - Berthelot, seigneurs d'Azay-le-Rideau, vers 1515, alliés aux Briconnet : une fasce bandée et une aigle. - 0 POITOU. - Berthelot : trois aigles. - 0 BRETAGNE. Berthelot 138 s. trois têtes de léopard. Berthelot : deux lions. - Berthelot : un chevron et trois macles. - Berthelin 151 s. : un chevron, deux fleurs de lis et une hermine. - En Anjou, Bertelot, sieur de Sauvigny, procureur fiscal 1S8s. BERTIN, BERTINOT. - Prénom ancien. - • PARIS. - Bertin, originaires de Reims, seigneurs de Vaugien, barons de Chaumont-sur-Loire, où ils reçurent Benjamin Franklin; alliés aux Feydeau, Barentin, Pajot : un sautoir dentelé, cantonné de quatre hermines. • LYON. - Bertin, conseiller du roi : un chevron et trois montagnes. - Berthin, commis aux finances : un chevron chargé d'une étoile. - 0 MARSEILLE. Bertin, marchand ; même blason que le chanoine Bertet. Cf. Berthe. - 0 PICARDIE. - Bertin 148 s. : losangé. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Berthier : trois bâtons et deux coquilles. - 0 PÉRIGORD. - Bertin, fam. anc. dt les comtes de Bourdeilles, premiers barons du Périgord. - Rose Bertin, modiste de la reine Marie-Antoinette, dont elle partagea le destin. - ASenlis, Bertin 148 s. - Bertin, peintre 17 s. - Des Bertin, à l'île Bourbon 1S8 s. - En Poitou, des Bertin du Breuil, dont Pierre, croisé en 1147, qui s'attacha à Richard Cœur de Lion. - Bertin l'Aîné, publiciste politique 18e s. BERTRAND, BERTRAN, BERTRAM. - Vieux prénom, de racine germanique, répandu dans toute la France, semble-t-il. - 0 PARIS. - Bertrand : une fasce chargée d'une hure de sanglier, et trois casques. - 0 LYON.- Bertrand : une croix cantonnée de quatre trèfles. - Bertrand, apothicaire : cinq vipères. - M de Bretagne, née Bertrand ; un lion. Bertrand, maître perruquier, et Bertrand, bourgeois ; un chevron chargé d'une fleur de lis. - 0 MARSEILLE. - Bertrand, mercier ; un cyprès surmonté des initiales J et B. - Bertrand, docteur en médecine : un chevron, trois roses en chef. - 0

POITOU. - Bertrand ou Bertram, ail. La Trémoïlle : une fuye (colombier) sommée d'un pigeon. Bertrand de la Bazinière, barons de Mervent et Vouvant, alliés aux Maupeou : un chevron et trois roses. - Bertrand : trois molettes; un lion, la queue passée en sautoir; trois chevrons. - • PÉRIGORD. Bertrand 14 s. : un lion et trois fleurs de lis. - • LANGUEDOC. - Bertrand, cardinal archevêque de Sens : un cerf passant. - Bertrand, pharmacien, connu pour sa passion de la botanique : un cerf passant. - 0 BRETAGNE. - Bertram 148 s. : trois corneilles. Bertrand : un chevron et trois cœurs; une croix cantonnée d'une tête de léopard; une aigle. - En Berri, des Bertrand furent vicomtes de Bourges. De Provence, un capitaine Bertrand fit souche en Bretagne, où son fils, maire de Nantes, fut baron de l'Empire. - En Normandie, des Bertrand, dont un maréchal de France 148 s. ont possédé la baronnie de Bricquebec, la vicomté de Roncheville : palé argent azur. - Bertrand, maréchal d'Empire, dont la statue, érigée à Châteauroux, fut considérée, un temps, comme un chef-d'œuvre. BESAN, BESAND, BESANT. - Sobriquet : un besan est une pièce de monnaie, d'or ou d'argent. Étymologie : monnaie de Byzance (?). - 0 PARIS. Besand, président au bureau des finances : six besans. - Ce nom est représenté en GrandeBretagne, sous la forme Besant. BESANSON, BEZANÇON. - Nom de lieu. 0 PARIS. - Bezançon, bourgeois : une tête de maure et trois trèfles. H. «de» Bezançon épouse de Louis Charles, prince de Courtenay : même blason. 0 MAINE. - Bezançon, famille essaimée en Bretagne, dont Guillaume conseiller au parlement des Grands Jours, en 1495 : une tête de maure et trois trèfles. - Estevene de Besenchon est attesté en Picardie, en 1320. BESARD.- Fam. de Besançon, 168s.? BESSARD, BESSART. - Probablement une forme de Besson (?). - 0 BRETAGNE. - Bessart 138 s. et Bessart, valet de chambre et garde-robier du duc 15" s. : un croissant, neuf merlettes, surmontées d'un lambel. - Bessart, sieur du Parc 17" s. : deux fasces et sept merlettes. BESSE, BESSIÈRE, BESSIÈRES. - Nom de lieu; besse désigne un bouleau, dans le Midi. - • PARIS. Bessé, écuyer, conseiller du roi au parlement de Metz ; un chevron, un lion, chef à trois étoiles. 0 LYON. - Besset, prêtre : un chevron, un arbre et deux étoiles. - Bessier, écuyer, sieur du Peloux, Bessie, chanoine. - Bessie, lieutenant criminel en Beaujolais, sieur de Montauzan, Bessie, marchand : une bande et trois étoiles. - Bessie, doyen du chapitre de Beaujeu : un chevron chargé d'une molette. - Tous ces Bessier ou Bessié sont donc sans doute parents et établis dans le Beaujolais, autant qu'à Lyon. BESSON, BESSONNEAU. - Besson veut dire jumeau; bessoneau est un diminutif qui aurait le Bourbonnais comme aire originelle, d'après Dauzat. - 0 PARIS. - Besson, avocat : un amandier. Bessonnet, drapier : deux colombes. - 0 LYON. Besson, marchand : deux enfants affrontés, se tenant d'une main et de l'autre tenant un rameau. Besson, procureur un chevron chargé d'une coupe. - Besson, écuyer, avocat : une croix alaisée. Besson, marchand de vin à l'enseigne de SaintVictor : un Saint-Victor, monté sur un cheval. Besson, courtier royal héréditaire : une croix pattée, alaisée, trois étoiles en chef. - Besson, écuyer : une croix alaisée, cantonnée de quatre besans, chargée d'anneaux ovales formant quatre cœurs. - Besson, hôte ; deux B entrelacés, sommés d'une croix pattée. - Besson, apothicaire : une croix pattée et

alaisée. - Bessonne, hôtesse, peut-être une Besson (?) : une enseigne au Saint-Michel. - 8 OUEST. Bessonneau, famille noble et ancienne : trois fasces, semées de macles. - Besson, curé : dix besans. - Un Besson, écuyer, cité en 1339. A Paris, une famille d'artisans Besson, et un industriel facteur d'instruments de musique vers 1800. BÉTHUNE. - Nom d'une ville de Flandre. - Nom illustre de la noblesse française, cependant les origines des Béthune modernes restent obscures, car ils seraient originaires d'Ecosse où leur nom serait Bethon ou Beton. Un fils adultérin, sous la Révolution, Armand Louis de Béthune-Sully, eut descendance, et c'est seulement en 1910 que d'autres Béthune s'en avisèrent et lui firent interdire de prendre aucun titre. BEURDELOT. - 8 PARIS. - Beurdelot, 168 s. : une bande, trois fers de lance et deux besants. BÉZARD, BÉZIN, BEZUEL- Dunormand : bézer : courir çà et là, en parlant d'une vache effarouchée. 8 PARIS. - Bézard : trois aigles. - Bézin : trois étoiles et un croissant. - Famille Bezuel Le Roux d'Esneval : rattrapage. - 8 ALSACE. - Bézer : trois pigeons. BÉZIEUX. - 8 PROVENCE. - Fam. anc. : une croix vivrée. BICHE, BICHET, BICHIER, BICHOT, BICON, BICQUET, LA BICHE, DE LA BICHE. - Petit sobriquet qui, d'après M. Dauzat, désignait les invertis, mais il se peut que cela ait été seulement par ironie. - En argot : nom d'un homme en fuite? et aussi nom de lieu. - 8 PARIS. - Bicquet, marchand de chevaux : ses initiales, deux étoiles et une rose. - 8 LIMOUSIN. - De la Biche, peut-être anciennement Biche, ou Labiche : un chevron, deux étoiles et une biche. 8 BERRY. - Bichier : une biche. - 8 BOURGOGNE. - Famille Bichot, qui a exercé pendant quatre générations la charge de receveur à Châteauneuf, puis s'est divisée en trois branches, au moins : trois sapins et une biche passante. 8 CHAMPAGNE. - Bichet, orig. de Franche-Comté : trois biches passantes. - Des Bicon, au 158 s. portaient : trois macles. - Au Maine, une famille Bichain, qui essaima en Bourgogne. BIDAL, BIDARD, BIDART, BIDÉ, BIDON, BIDOU. - Bidar veut dire «entre les chemins », en Béarn. - 8 PARIS. - Bidard, bourgeois de Paris : deux flèches en sautoir. - Bidé d'Angary, d'une famille qui semble bretonne ou angevine et a peut-être essaimé en Aunis : un lion, un croissant et deux étoiles. - Bidal : une bande chargée de trois couronnes. - 8 CHAMPAGNE. - Bidal, fam. not. de Paris 168 s. faits barons d'Asfeld par la reine de Suède : écartelé : 1 et 4 : une bande chargée de trois couronnes. 2 et 3 : un lion naissant couronné; sur le tout : une ancre surmontée de deux flèches en sautoir. BIDAULT, BIDAUT, BIDOT, etc. - Du germain : bid = espérer; prénom. - Ce nom connaît de nombreuses variantes d'écriture, selon les régions et les caprices des intéressés. - La forme en -aut serait plutôt de l'Ouest; celle en -ot, de l'Est. - 8 PARIS. Bidault, seigneur de Rochefort, écuyer de la grande écurie du roi : une croix alésée et trois losanges. 8 SAINTONGE. - Bidault : deux bars adossés. Bidault : un cerf sortant d'un bois. - Les Bidault de Glatigné à Paris sont venus du Maine, issus d'un médecin de Château-Gontier 171; famille dont Jean-Loyis, qui fit fortune dans la ferme des traites 188 s. BOURGOGNE. - Bidot, vignerons de père en fils. - 8 POITOU. - Bidault est attesté dès le 138s. BIGOT, LE BIGOT. - Sobriquet. - 8 PARIS. Bigot de Morogues, vicomtes de Morogues, originaires de Berry, dt Michel, anobli en 1369, un comte de l'Empire, et Abel, chevalier, seigneur

d'Ornoy : trois têtes de léopard. - Bigot : un chevron et trois roses. - Bigot le jeune, procureur : un chevron, trois canettes et un vol. - Bigot, procureur : un chêne, trois étoiles et un croissant. - Bigot, conseiller : une fasce chargée de trois losanges et trois trèfles. - 8 LYON. - Bigot, ancien garde du corps du roi : une main sortant d'une nuée, tenant un sabre et un croissant. - 8 BRETAGNE. - Le Bigot : un écureuil. - Le Bigot : un lion morné. 8 NORMANDIE. - Bigot, fam. anc. ayant donné son nom à un village. - 8 BERRY. - Bigault, connues depuis le 138 s. dt plusieurs verriers : trois furets et trois étoiles. - 8 FLANDRE. - Bigo : un lièvre courant sur une terrasse, chef à trois étoiles. BILLET. - 8 CHAMPAGNE. - Fam. anc. : un chevron, deux moulinets et une épée. BINGARD. - 8 NORMANDIE. - Fam. anc. ayant donné son nom à un village. BIRAUD, BIRON, BIROT, BIROTHEAU. - Sobriquet tiré du latin «birrus » ou «birretus » qui veut dire capuchon; Biron est une ville de Dordogne; Biros un nom de lieu. - 8 PARIS. - Birot, avocat et Birot, capitaine : une bande chargée de trois roses, un pied de griffon et une molette. - 8 LYON. Birouste (prononcé Biroute) : deux roues et deux roses. - 8 ROANNE. - Birot : un pin, deux croissants et une étoile. - 8 POITOU. - Birot : une bande chargée de trois coquilles. - Birotheau : une bande gironnée. - En Poitou, on trouve des Biraud, ou Birault dès 1534, des Biroche, en 1370 et des Biré au 198 s. BISET, BIZARD, BIZET, BIZEAU, BIZOT, BIZOTON. - Sobriquet indiquant une couleur de peau foncée (v. pain bis); les pigeons gris n'ont pris ce nom que tardivement; Bizard est un terme de vénerie. - 8 PARIS. - Bizet, sellier et carrossier : un arbre sommé d'un pigeon. - Bizoton : un dragon ailé. - Bizoton : un sautoir et deux têtes de maure. C. Février, veuve Bizot, portait les armes de ChaloSaint-Mars, mais on ne sait si c'est de son propre chef, ou de celui de son mari. (cf. Boucher, Chartier...). - Bizeau : une fasce, deux étoiles et un croissant. - 8 MARSEILLE. - Bizaudin : un vol, trois besants en chef. - • BERRI. - Bizeau 151 s. : un chevron et trois tourteaux chargés d'une molette. 8 LANGRES. - Bizot, connue depuis le 16 s. : une croix et quatre merlettes. - 8 BOURGOGNE. Bizonard, orig. de Saulieu dt un lancier de la grande fauconnerie : deux chevrons et un lion. - Bizard est un ancien nom du Poitou 128 s. dt Bizouard est peut-être une variante. - En Bourgogne, une famille Bizoton venue de Clermont-sur-Oise. - Bizot, dans la Haute-Marne, et Bizouard, à Saulieu. BISSON. - 8 NORMANDIE. - Bisson, fam. anc. ayant donné son nom à un village. BLACAS. - Maison des plus nobles de Provence, alliée au 128 s. aux comtes de Toulouse et de Provence. BLAIN, BLIN. - Variante de Belin : nom d'un saint; nom d'une ville de Haute-Marne; nom de lieu en Bretagne. - 8 PARIS. - Blin : un chevron, deux étoiles et un mouton. - Blin, chapelier : un chevron et trois têtes de bélier. - Blin, procureur : trois béliers. - 8 DAUPHINÉ. - Blain : trois bandes, celle du milieu chargée de trois molettes. - Des comtes Blin, à Abbeville. BLAIS, BLAISE, BLAISOT, BLAIZOT. - Prénom et ses dérivés. - 8 PARIS. - Blaizot peut-être de Saulieu : trois tours. - 8 ANJOU. - Biais 148 s. essaimé au Canada (?), Bretagne et Poitou : une fasce et six merlettes. - 8 BRETAGNE. - Biais 178 s. : cinq belettes, une jumelle brochant. - 8 LORRAINE. - Blaise, commissaire d'artillerie : une ancre, une mer ondée et deux étoiles. - Blaise, pro-

cureur au Parlement : un cerf chargé d'un annelet. Blaise, économiste, et Blaize, publiciste, au 198 s. 0 NORMANDIE. - Fam. Biais, Leblais : chevron et trois trèfles. BLANC, LE BLANC. - Ancien surnom qui s'appliquait à la couleur des cheveux, ou du teint; il a donné de nombreux diminutifs : Blanchard, Blanchot, Blanchet, Blanchou, etc. - Blanc est plus répandu dans le Midi qu'au Nord, sans doute parce que la blancheur du teint est plus distinctive. Du moins, au Sud, trouve-t-on plutôt des Blanc, et ailleurs des Leblanc. - 0 PARIS. - Le Blanc, maître des Trois Couronnes, à Sentis : trois couronnes. Huit autres Le Blanc, ou Leblanc : une fasce chargée d'un but percé, trois étoiles et une tige de lis; un chevron, trois quintefeuilles et une aigle en chef; un chevron surmonté d'un croissant, trois larmes et une étoile; une aigle couronnée vol abaissé. Le Blancq : trois licornes. - 0 LYON. - Blanc, marchand : une fasce et trois ballots. - Le Blanc, avocat : un lion et un griffon affrontés. - Le Blanc : un loup. - • MARSEILLE. - Le Blanc, capitaine d'infanterie : trois fusées en fasce. - Blanc, drapier : un cygne. - De Blanc : une fasce, deux masses d'armes en sautoir et une palme. - Blanc ; un demi-vol. Blanc : une croix; coupé, à une givre. - Blanc : une bande; coupé, à l'écureuil. - 0 SARLAT. - Le Blanc, évêque : une aigle, vol abaissé. - 0 POITOU. Blanc et Leblanc : un cygne. - 0 BRETAGNE. Le Blanc : trois bandes. - Le Blanc (181) : une fasce, un croissant surmonté d'une étoile, accosté de deux étoiles, et un lion passant. - 0 NORMANDIE. Le Blanc, fam. anc. : trois licornes effarées. - • PROVENCE. - Le Blanc, fam. établie à Aix au 168 s. nob. du Piémont : un croissant soutenu de deux palmes en sautoir. - Autres Le Blanc ; un demi-vol. BLANCHAR, BLANCHARD, BLANCART, BLANCKAERT.- Un des plus vieux noms de France, désignant la blancheur des cheveux ou du teint. La terminaison -ard, qui peut avoir une intention péjorative, est aussi une racine germanique. - Il n'est pas certain que Blanchard ne soit un prénom par attraction de noms de saints locaux, tel Blancat. Les Blanchard, le plus souvent, semblent originaires de l'Ouest. - Un Blanchard peut désigner une pièce d'argent. - 0 PARIS. - Six Blanchard : un chevron et trois têtes de lion (représentés en Angleterre), originaires de Normandie. - Blanckaert : deux esquilles, un cygne passant tenant un poisson dans son bec. e POITOU. - Blanchard, depuis le 118 s. dont un archer au 158 s. : trois besans, une aigle issante en chef. - 0 SAINTONGE. - Blanchard : un ours. - 0 BRETAGNE. - Blanchard 148 s. : cinq losanges. Blanchard 178 s. : une fasce et trois besans. Blanchard : trois croissants. - Blanchard : deux bandes chargées chacune d'une macle. - Blanchard : un hibou. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Blanchard, connue depuis le 188 s. : un chevron et trois merlettes. - 0 FLANDRES. - Blanckaert : semé de fleurs de lis, un chevron brochant. BLANCHE, DE LABLANCHE.- Matronyme qu'on ne rencontre anciennement qu'en Anjou et Normandie. - Aussi nom d'oiseau. - Plus de la moitié des Blanche parisiens contemporains sont de la même famille, originaire des environs de Saumur (15 s.). 0 PARIS. - 148 s. Raoul et Jean B. maîtres de médecine. - 188 s. : Claude B. cordonnier, dont nombreuse postérité. - 19" s. et 201 s. : fam. d'acteurs Blanche. - • LYON. - J. de la Blanche, sieur du Brouillat une fasce (cette famille savoyarde devenue Blanche a essaimé à Orléans au 198 s.). - 0 PICARDIE. - De la Blanche 14" s. (?). e BRETAGNE. - Blanche, archers du duc venus d'Anjou, présents aux montres de la noblesse bre-

tonne au 1511s. : deux aigles adossées. - • ANJOU et NORMANDIE. - Blanche, dont une branche normande, noble au 178 s. : trois têtes de lion (aigles mal lues?). - 0 BOURGOGNE. - Blanche, apothicaires, notaires, dt une branche anoblie au 188 s. : un renard passant. - • CHAMPAGNE. - Blanche, anobli au 158 s. : trois fasces ondées. - 0 BELGIQUE. - Blanche, anciens de la Blanche (?) belges depuis le 161 s. : une fleur de lis. - AAngers, en 1205, des Blanche font don aux moines de vignes et d'un pressoir. - Blanche, archevêque de Tours, qui fut le premier prélat français à se faire porter sur son trbne par les quatre plus hauts barons du diocèse. - Des Blanche, bateliers et mariniers sur la Loire du 158 s. au 188 s., de bourgeoisie saumuroise, ruinés par la révocation de l'Edit de Nantes; deux d'entre eux partirent alors pour la Hollande, où ils servirent dans la marine, et prirent le nom de «Black». - A la Révolution, les Blanche saumurois s'établirent architectes à Paris; alliés aux Cantineau, Feydeau, Grasset, Bonvalot, etc. - A Josselin, en Bretagne, une dynastie de chimistes, apothicaires, dt la descendance nantaise, puis parisienne a donné un évêque et un général. - En Normandie, Blanche, célèbres aliénistes. - Blanche, chevalier tué à la bataille de Poitiers. - D'Anjou ou de Normandie, les Blanche ont essaimé en Angleterre, où l'un d'eux fut lord maire de Londres (16 s.). - Un Blanche, établi à la Martinique, corsaire plusieurs fois condamné à mort 17 s. 208 s. : la Mise de Faymoreau d'Arquistade, née Blanche. BLANCHET, BLANCHETON, BLANCHIN, BLANCHO, BLANCHOT, BLANQUET. - Diminutif de Blanc, voire de Blanche, dans l'Ouest, Blanchet peut représenter une traduction de Le Guennec. Nom répandu un peu partout en France. - • PARIS. - Blanchet, écuyer : un cygne. - Blanchet, bourgeois : trois porcs-épics, une bande brochant chargée de trois coquilles. - Blanchin : un chevron et un chien passant. - e LYON.- Blanchet : un lis terrassé et deux étoiles. - Blanchet : trois poissons en fasce. - Blanchet : un cygne et deux lis. - Blanchet : un chevron chargé d'une pomme de pin. - • MARSEILLE. - Blancon, marchand naviguant : une tour, dans une mer et un soleil. - • BOURGOGNE. Blancheton, originaires de Nolay (16e s.) qui figurèrent au parlement de Bourgogne : un lion rampant sur un épi. - 0 BRETAGNE. - Blanchet : fuselé, ou trois fusées surmontées d'une jumelle ou une tige de lis accostée de deux cygnes. - 0 POITOU. Blanchet, écuyer 148 s. : trois cygnes. - 0 SABLESD'OLONNE. - Blanchet, maître de navire : un cygne. - 0 LORRAINE. - Blanchelaine, avocat : un chevron, deux roses et une tête de lion. - A Bordeaux, une famille Blanchy. - A La Rochelle, Blanchon. - Blanchet, compagnon et âme damnée de Gilles de Rais. - Blanchet, marchand de vins, capitaine cannonier, ayant refusé ses canons pour marcher sur les Tuileries, fut guillotiné 188 s. - Blanchet, avocat et poète, qui se fit prêtre à 60 ans 15" s. - Blanquet de Rouville, ex-marquis originaire du Languedoc, guillotiné sous la Terreur. BLASIN. - Fam. de capitouls de Toulouse depuis 1284. BLAUS, LEBLAUS, LEBLEU, LEBLOI, LEBLOIS, etc. - Veut dire le loup (?). - • PARIS. - Le Blaus, curé ; une tête d'homme. - Lebled, curé : une gerbe et trois faucilles. - 0 BRETAGNE. - Le Bley ou Le Loup (en français) 15 s. : trois loups. - Le Bloy ; trois trèfles. - 0 PICARDIE. - J. de Blois 158 s. : deux fasces, chargées d'un annelet (cette famille se disait issue de la maison de Châtillon, par les seigneurs de Trélon en Hainaut). - 0 BELFORT. Le Bleu, dit La Feuille, entrepreneurs des fortifica-

tions : un pied d'estail sommé d'une pomme de pin supportant une tourterelle, chef à trois étoiles. BLOCH, BLOCK, BLOCHMANN. - Nom juif qui veut dire valaque. - Au 19 s., un de Block, peintre flamand. BLONDEAU, BLONDEL, BLONDOT, BLONDIN. Sobriquet indiquant la blondeur. Aussi nom d'oiseau. - 0 PARIS. - Blondeau, écuyer, premier huissier du Cabinet de la Dauphine : un roseau, deux palmes et une étoile. - Blondeau et Blondeau de Chapuis : un chevron et trois fleurs. - Blondel, seigneur d'Azincourt, trésorier de la marine trois épis soutenant un croissant. - Les Blondeau sont venus de Bourgogne; ils étaient issus de Melchior Blondeau, bourgeois à Nolay : leur descendance a connu des principes d'anoblissement et s'est alliée aux Phélipeaux, Aligre et Aguesseau. - 0 LYON. - Blondel, enquêteur en Beaujolais : un chevron et trois blondeaux ou tourterelles. - 0 BRETAGNE. - Blondeau, anobli au 1511 s. : trois pommes de pin. - 0 POITOU. Blondé : une palme et deux étoiles. - Leblond : deux pals. - 0 ARTOIS-PICARDIE. - Blondel : écartelé : 1 et 4 : une aigle; 2 et 3 ; trois aigles. - Blondin : un cerf et trois merlettes. - Le Blond : un chevron et trois roses. - 0 FLANDRE. - Blondel, connue depuis le 118 s. : une bande. - Leblond, député 198 s. Blondeau, compositeur 198 s. - Blondel, fam. anc. du Bourbonnais : une aigle. BLOUET. - • NORMANDIE. - Blouet, fam. considérable : un lion, chef au cœur et à deux croissants. BOHIER, BOUHIER. - Bouvier. - • TOURAINE. Bohier : un lion, une rose en chef. - En Bourgogne, des Bouhier. - Une famille noble Bohier, d'origine bourgeoise. BOILEAU, BOILÈVE, BOILLAUD, BOILOT, BOISLÈVE, etc. - Boillaud et Boillot seraient de Franche-Comté et de Bourgogne et signifient trapu. - Boileau signifie bois l'eau (ironique). - Boislève est une forme dialectale (ève = eau dans l'Ouest). 0 PARIS. - Boileau des Préaux, ancienne famille bourgeoise ; un chevron et trois molettes. - Boilletot, marchand : un chevron et trois tourteaux. - Boisleau, marchand : trois épis de blé. - • ORLÉANS. Boislève 13 s. : un chevron chargé d'un croissant, trois étoiles en chef. - 0 ANJOU. - Boislève, dt un rameau breton et d'autres tourangeaux ; trois sautoirs alaisés. - • TOURAINE.- Boileau :trois cygnes; un chevron et trois trèfles. - 0 BOURGOGNE. Boillaud ou Boileau, originaire d'Auxonne : un chevron et trois étoiles, un poisson en pointe. - 0 CHAMPAGNE. - Boileau ; un loup passant. - 0 PICARDIE. - Boileau : un chevron, deux vols de héron et un gland. - • LORRAINE. - Boileau : cinq besans, un lambel et une étoile. - • LANGUEDOC. Boileau, fam. très anc. dt Étienne grand héros de Paris en 1250 et compagnon de Saint-Louis. BOINDOIN. - Nom d'un homme d'esprit jadis célèbre (18e s.), ami de Marmontel. BOIREAU, BOISROT, BOYREAU,etc. - • PARIS. - Boireau, procureur ; un sautoir et quatre étoiles. • LORRAINE. - Boisrot 16" s., essaimés en Berry, où ils firent fortune ; un chevron et trois étoiles, dt deux surmontées d'oiseaux. - 0 TOURAINE. Boireau, seigneur de Cangey, dont les armes figurent au plafond de la chapelle de ce lieu : un lion. 0 LYONNAIS. - Boiron, fam. dont un baron; un poète et comédien, ami de Molière : une balance. BOISSE, BOISSELET, BOISSELY, BOESSET. Boisse, maison chevaleresque. - Boisselet, fam. de Bourgogne : trois merlettes. - Boissely, fam. d'Aix et de Marseille : un chevron et trois besants. - Boesset ou Boisset, Blois, 168 s. fam. de musiciens et magistrats venus à Paris.

BOISSEAU, BOISSINOT, BOISSONADE, BOISSONET, BOUSSEAU, BOUSSINOT, BUSSARD, BUSSEAU. - Sobriquet dérivé de Boisseau ou de busseau, appliqué à des ivrognes, ou à des fabricants de boisseaux, ou busses. - 0 PARIS. - Boisson, écuyer : un chevron chargé de cinq aiglons et trois colombes. - Busseau, veuve Babinet : un chevron et trois merlettes. - 0 LYON. Boisson, bourgeois : un chevron chargé d'une billette. - 0 MARSEILLE. - Boisson, avocat : un chêne, deux étoiles et un croissant en chef. - Des Boisson, chapelier, apothicaire et marchand de laine : des arbres ou un buisson, diversement accommodés. - 0 ANJOU. - Boussineau, appelé à l'arrière ban d'Anjou 1611s. : trois mondes croisés. Boisson ou Boison : trois fasces. - 0 BRETAGNE. Busson 14 s. : un lion. - Boisseau ou Boiceau : trois boisseaux. - Bossinot : trois grenouilles. - 0 POITOU. - Busseau : un chef chargé de trois hirondelles. Boissenot, connu par son ex-libris 19 s. : un chevron, deux étoiles et un arbre entortillé d'un serpent. - 0 CHARENTE. - Boisseau, ou Bousseot, Bouessot, ou Boiceau : losangé, au franc canton d'hermine (armes des Lamoignon). - • BOURGOGNE.- Boisot, orig. de Bourgogne, essaimés en Franche-Comté : un mont surmonté d'un chêne. - Des Boissel, ou Boisseau, anciens et nobles : une aigle éployée. Des Boisson au Moyen Age : un chevron chargé de cinq aiglettes et trois colombes. - Au 19" s. un Boussi, député, un Boisseau, sculpteur, un Boissonet, général, un Boisse, sénateur, et un Boisselot, compositeur. BOISSIÈRE. - Fam. issue de la maison de Corneillan en Languedoc. BOITARD, BOITET, BOISTET, BOYETET, LE BOISTEL, BOITEUX. - Sobriquet, soit désignant un boiteux, soit tiré de noms de récipients. - 0 PARIS. - Boitel, ou Boytel, écuyer : trois coqs, patte levée. - Boyetet : un chevron, deux ou trois étoiles et parfois une cassolette. - Le Boisdel, originaire de Beauce, issu d'un aubergiste d'Ablis, anobli au 178 s. : une bande chargée de trois merlettes. Le Boiteux, ou Le Boiteulx : un lion et trois quintefeuilles. - Boitet, chanoine : un chevron, deux épis de blé, et une pomme de pin, une étoile et deux roses en chef. - Boitard, payeur de rentes : semé d'étoiles, un lion. - Boitier : un chevron, deux molettes et un croissant : chef à un lion. - 0 BOURGOGNE. - Boiteux : un chevron et trois losanges. - 0 OUEST. - Boitault : un croissant soutenant une fougère, trois étoiles en chef. - Au 1911s. : Boistel, auteur; Boitelle, sénateur. BOIVEAU, BOILVIN, BOIVIN, BOYVEAU, BOYVIN, etc. - Sobriquet, appellation ironique dans le cas de Boiveau : on disait que boire de l'eau rendait méchant. - • PARIS. - Boivin, marchands teinturiers : un chevron, trois étoiles et trois grappes de raisin. - Boivin, huissier : un cep de vigne et trois raisins. - Boisin d'Hardencourt, gentilhomme de la fauconnerie du roi : une croix potencée, cantonnée de fers de lance et de coquilles. - Boivin, contrôleur : un perroquet et trois raisins. - 0 BRETAGNE.- Boisvin, conseiller du duc Jean V 15 s. : trois feuilles de vigne. - 0 POITOU. - Boivin ou Boyvin 12" s. : deux chevrons. - 0 SAINTONGE. - Boyveau, médecin, dont la couronne de comte qui sommait son écu sur ses ex-libris fut, à la Révolution, troquée pour un bonnet phrygien, grâce à quoi, peut-être, il vécut jusqu'en 1812 : une cigogne tenant un rameau d'origan. - 0 BOURGOGNE. - Boiveau ou Boyveau dt une branche fut anoblie au 171 s. : trois têtes de bœuf. BON, LE BON, LEBON. - Surnom : voir Bonneau. - 0 PARIS. - Lebon : un chevron, deux lions affron-

tés et deux couteaux en sautoir. - Lebon : valet de chambre du roi : un chevron, deux trèfles et une branche d'olivier soutenue d'un croissant. BONAL, BONALD. - 0 ROUERGUE. - Bonald, jadis Bonal, fam. issue d'un notaire à Rodez (16 s.) dt les vicomtes de Bonald : une aigle. BONAMY, BONENFANT, BONFILS, BONGARS, BONHOMME, BONJEAN, BONNEFOY, BONNEMÈRE. - Sobriquet se référant, sans doute, à la bonhomie. - 0 PARIS. - Bonhomme (peutêtre venu de Montauban) : un chevron, deux colombes et un croissant. - Bonhomme, marchand : une fasce et six merlettes. - Bonamy, chirurgien : un chevron, deux étoiles et une ancre (cette ancre indique peut-être une origine marinière?) Il y avait, en Basse-Loire, des Bonamy, marchands navigants et, à Saumur, une célèbre école de chirurgie. Bonenfant, marchand : une fasce, deux croissants et une onde. - 0 MARSEILLE. - Bonfillon, bourgeois : une cigogne. - 0 BRETAGNE. - Bonamy, argentier de la duchesse 16" s. : une fasce et un chien. - Bonenfant : une croix pattée (famille ancienne dt un membre fut débouté en 1671). - 0 ANJOU. - Bonfils : trois besans. - • ORLÉANS. Bongars, essaimés en Poitou : une fasce chargée d'une étoile. - • TOURAINE et POITOU. - Bonamy, dt quelques-uns anciennement nobles : trois roses. - Bonenfant, bourgeoisie ancienne : un chevron, trois merlettes et un lambel. - 0 NORMANDIE. Bonenfant 15 s. : une fasce et six roses. BONNARD, BONNARDEL, BONNEAU, BONNEL, BONNET, BONNIER, BONNIÈRES, BONARDI. Noms dérivés de Bon, qui fut longtemps un prénom. Le sobriquet Bonnet peut évoquer un bonnet. Bonnel est, soit méridional, soit normand: Bonneau, de l'Ouest, sauf Normandie et Bretagne; Bonnot de l'Est; Bonnard, peut-être provençal (?); Bonnières est un nom de ville; Bonardi est corse. - 0 PARIS. Bonneau : trois grenades. - Bonneau, épicier, et Bonneau, directeur général des Aides : une fontaine. - Bonnel, contrôleur : coupé, le premier chargé d'un lion. - Bonnerain, facteur de marchands de grain : un chevron, une gerbe et deux étoiles. Bonnerot : un chevron, un croissant et trois étoiles. - Bonin : un rocher, et une aigle regardant le soleil. P. de Bonnaire, bourgeois : trois trèfles. - J. de Bonnaud : un fer de lance en bande. - Bonot : une licorne. - Bonnet Du Bonet : semé d'étoiles et un lion; un chevron deux étoiles et un croissant; un chevron et trois coquilles, une gerbe. - • LYON. Bonnard, tireur d'or : un arc et une flèche en sautoir, quatre roses et un cœur enflammé, accosté de deux étoiles. - Bonnard : un poirier de bon chrétien. - Bonnard : une croix ancrée et quatre flammes. - Bonnardel, bourgeois : un arc en pal et deux demi-vols. - Bonnardel, mouleur de bois ; une colombe et trois flammes. - Bonnardet : un oiseau de paradis et deux aigles. - Bonaud, marchand : un chevron et trois palmes, un soleil en chef. Bonichon, bourgeois : un chevron chargé d'une larme. - J. de Bonnel, aïeul des Bonnel parisiens : un chevron, deux étoiles et croissant. - Bonnières, marchands de soie : trois bonnets d'ambanois et un éléphant en abîme. - 0 MARSEILLE. - Bon, bourgeois : un agneau et trois étoiles. - Bonnet, courtier : un chevron et trois casques. - Bonnet, orfèvre : une fasce, un monde et un agneau. e BERRY.- Bonin ou Bonnin, essaimés en Bretagne et à la Martinique : une fasce et trois têtes de pucelles. - 0 BRETAGNE. - Bonnet 15" s. : six billettes. - Bonnet 17e s. : trois triangles vidés. Bonnier, passé en Suède : trois trèfles, alias, trois merlettes. - a POITOU. - Bonnin, tué à la bataille de Poitiers : une croix dentelée. - 0 TOURAINE. -

Bonin de la Boninière, fam. très ancienne, dont les marquis de Beaumont. - Bonnard : trois huchets. Bonnet ou Bonet : trois besants. - 0 NIVERNAIS. Bonnin : losangé, cinq pals brochants. - • OUEST. Bonneau ou Bonnaud : une fasce chargée de trois roses et trois étoiles. - Bonneau : un chevron, deux étoiles et un cœur. - Bonnault : trois soucis. - 0 BOURGOGNE. - Bonnet : une tour et deux étoiles. 0 FLANDRE. - Bonnet : une bande, un lion tenant un sabre, une tête de cheval. - Bonnier : un chevron, deux merlettes et un trèfle renversé, chef à trois étoiles en fasce. BONTEMPS. - Sobriquet, sans doute appliqué à des gens gais. - 0 PARIS. - Bontemps. avocat : un chevron et trois canettes. - 0 POITOU. - Bontemps, archer au 158 s. - Bontemps, famille bourgeoise : une gerbe, une grappe, des écus et une étoile. Bontemps, valet de chambre du roi, que la protection de son maître rendit riche et puissant. BONVALET, BONVALLET. - Sobriquet; voir aussi Bonvalot : valet voulant dire jeune homme d'armes. C'est un nom de l'Ouest, tandis que Bonvalot est de l'Est. - 0 PARIS. - Bonvallet, confiseur : une croix chargée de cinq annelets. - En Poitou, Bonvalet était gouverneur capitaine de Châtellerault. Sa famille s'écrivait aussi Le Bonvalet. - Des Beauvallet à Pithiviers 188 s. BONVALOT, BONVALLOT. - Sobriquet : bon valet. - Tous les Bonvalot semblent être originaires d'une même région, et peut-être d'une même famille. - A Besançon, dès 1260, une famille Bonvalot, de riches marchands et de co-gouverneurs de la ville. Jean, de cette famille fut anobli par l'empereur Charles IV. - A Château-sur-Salins, une famille de propriétaires vignerons, dits Bonvalot de Prétin, dont l'écrivain du 18e s. ALons-le-Saunier et Dole, des Bonvalot, seigneurs de l'Étoile. - Des Bonvalot, dits de Vielvergue ou bourguignons, vignerons et marchands de vin. - Des Bonvalot, dans l'Aube, au 18e s., d'où le célèbre explorateur, dont un neveu essaima au Portugal. - Bonvalot ancien : trois jumelles. - Bonvalot moderne : un chevron, deux étoiles et un croissant surmonté d'un cœur. - Alliances anciennes : de Clerval, Varin, Gramont de Saulx, Porcelet, Grenier, Merceret, Perrenot de Granvelle, etc. - Alliances modernes : de Dommartin, Girard, Mayrot, Richardet, Perrot, Chaumont, de la Mare, etc. BONVOISIN. - Sobriquet. - • BRETAGNE. - Bonvoisin, originaire d'Anjou : une aigle éployée, trois trèfles en chef. BORDAS, BORDE, BORDERIE, BORDERYE, BORDES, BOURDARIA, BOURDARIAT, BOURDELET, BOURDEREAU, BOURDIN, etc. Nom de lieu, une borde ou borderie étant une petite ferme dans le Sud-Ouest; nom de métier : tenancier d'une borde. Voir aussi article des Bordes, de la Borde, de la Borderie. Les formes Bour-, au lieu de Bor-, sont dialectales. - • PARIS. - Bordel : chevalier : une tour et une étoile. - Bordel de la Marquisière : même blason. - Borderel, procureur : un rocher, un croissant en chef, parti de : un lion. Borderie, écuyer : une fasce. - Bordier, ingénieur : deux épées en sautoir et un cœur. - Bordier : semé de trèfles. - Bourdelain, ou Bourdelin : gironné. Bourdelet : un cep de vigne. - Bourdereau : un lion contourné et une aigle affrontée, tenant une lance. - Bourdet : un chevron, un rossignol et deux besans. - Bourdin, avocat : trois têtes de daim. - Bourdois ou Bourdais, marchands : leurs initiales. - Bourdois, avocat : trois roses. - 0 LYON. - Borde, marchand : une bande, deux têtes de lion et un croissant. Borde, chevalier : même blason, mais écartelé. Bordas, marchand (ce nom est une forme peut-être

savoyarde, et se prononçait Borda ou Borde) : trois losanges. - Bourdin, ou Bourdain : une fasce, trois roses et tête de daim; ou : un lion et trois étoiles en chef. - 0 BRETAGNE. - Bourdais : une bande, une étoile et un buste. - Bourdin : trois roses. - Bourdin : une aigle. - 0 POITOU. - Bourdin : trois rencontres de daim. - • PICARDIE. - Bourdin : trois têtes de daim. - En Bretagne, Bourdin fit une fondation aux moines de Buzay, au 12' s. - En Poitou, une famille ancienne, Bourdier. - A Paris, et en Touraine, Bourdais devenu Bourdais-Fauvelet de CharbonnièresBourrienne 208 s. - En Limousin, des Bordas. Bourdin, antipape : Grégoire VIII (1211s.). BORDEAUX, BOURDEAUX, DE BORDEAUX, DEBORDEAUX, etc. - Nom de lieu, indiquant l'origine; Bourdeaux, forme ancienne est un nom de lieu dans la Drôme. - 0 PARIS. - C. de Bordeaux, sieur du Plessis : un chevron, deux canettes et un cor de chasse. - Plusieurs personnes de ce nom portent des armes diverses, mais où les canettes restent une constante. Leurs descendants ont choisi de conserver ou non la particule «de ». - • BRETAGNE. - Bourdeaux 178 s. : deux cœurs accolés et trois billettes couchées. - 0 POITOU. - De Bourdeau, bourgeois : trois bourdons. - En Picardie, en 1218, on trouve des Bordeaus, puis des Bordiaus au siècle suivant. BOREL, BOUREAU, BOUREL, BOURELY, etc. Noms dérivés de Borie, Bory (?), avec attraction de Bourreau, Bourrel, bourrelier (?); Bourely est une de ces adjonctions niçoises ou provençales, destinées à insinuer une particule, par un faux génitif. 0 PARIS. - Boureau, lingère : trois pals, trois besans en chef. - J. de Borely : un chevron et trois molettes, un lambel en chef. - 0 MARSEILLE. Borelly, échevin : trois pals, trois besans en chef. J. de Borelly : coupé, un loup et un sautoir. - Borel, hôte du Logis de la Tarasque : un Aet un Bsenestrés chacun d'une fleur de lis. - 0 NORMANDIE. Borel, écuyer (14 s.) : une bande et quatre pièces renversées, et deux lions (une branche de cette famille établie en Bretagne). - 0 TOURAINE. Boureau, jadis Bourel, ou Borel : un chevron, fleurs de lis et hermines et un lionceau. - 0 BEAUVAISIS. - Borel : cinq ou six burèles. BORGNE, LEBORGNE, LE BORGNE. - Surnom. - 0 BRETAGNE. - Des Le Borgne sont issus de la maison d'Avaugour, elle-même issue de celle de Penthièvre, puinée de Bretagne, ce sont donc les descendants des anciens rois de Bretagne. Blason : une croix, cantonnée en chef de quatre billettes. Deux autres familles Le Borgne issues de la première : un- chef emmanché 14" s. - Autres Le Borgne : trois huchets; trois fleurs de lis 13" s.; une fasce et trois macles; une fasce et six besans 158 s. - Au 198 s. on trouve les Leborgne, notables à Paris et Bruxelles. - Des industriels Le Borgne à Roubaix. BOSC, BOSQUET, BOUSQUET, DUBOSC, BOST. - Nom de lieu, méridional; Bost en Auvergne. - 0 PARIS. - Bosc, chevalier : une fasce et trois têtes d'aigle. - Bosc, marchand bourgeois : un lion passant. - • LYON. - P. de Bosco, écuyer : un bois de haute futaie, quatre étoiles en chef. - Bost, curé de Saint-Just-sur-Loire : un chevron chargé d'un losange. - 0 MARSEILLE. - Du Bousquet, ou de Bosquet : trois pals. - e BRETAGNE. - Bosquien : un lion. - 0 PICARDIE. - Bosquet : un franc canton chargé d'un écureuil. - Des environs de Béziers, au 148 s., est venue une famille Boscal, plus tard Boscal de Réals, de noblesse ancienne. - Des Bosquier, en Bretagne, au 1711s. - Au 198 s., on trouve Bosc, général. BOSON, BOUSON, BOUX, BOUZON. - Ancien

prénom. - • ANJOU. - Boux : un sautoir et quatre merlettes. - Boson, nom de la maison de TalleyrandPérigord. - En 1174, Boux fit une donation à Fontevrault. - Des Boux, vendéens, sont devenus Boux de Casson. BOSSART, BOUSSARD, BOSSARD, BOUSSART, BUSSARD. - Peut-être dérivés de Bossu, Bossard; ou prénom, comme Bouchard et Boucard. - Vieux nom du Dijonnais, qui se trouve aussi en Touraine. - 0 AUTUN. - Boussard, famille dont une branche établie à Beaune au 168 s.; bourgeois et apothicaire, alliés aux Bourée de Corberon : une fasce chargée d'une rose et trois têtes de cerf. 0 SUISSE. - Bussard (un bussard est une sorte de tonneau) : un croissant. - 0 BRETAGNE. - Bossart 148 s. : trois croissants. - Au 178 s., Boussard, sieur de la Haye, était fermier général à Josselin en Bretagne. - Boussard 158 s. fut employé à la défense des places du Poitou. BOUCARD, BOUCAU, BOUCHARD, BOUCHART. - Très vieux prénom. La forme normande et picarde est Boucard, ainsi que dans le Midi. - 0 PARIS. - Bouchard, marchand : une croix cantonnée de quatre coquilles. - M Souart, née Bouchard : un chevron et trois canettes. - 0 LYON. Bouchard, procureur : une bande chargée d'une comète. - 0 ARMAGNAC. - La maison d'Esparbez, issue de Jean, maréchal de France en 1620, a repris le nom de Bouchard, qu'elle tient de son aïeule Hippolyte Bouchard, vicomtesse d'Aubeterre : trois léopards. - 0 BRETAGNE. - Bouchart, amiral de Bretagne 148 s.■:trois dauphins. - • NORMANDIE.Bouchart : un lion. - 0 GASCOGNE. - Boucard : trois lions. - 0 LORRAINE. - Boucard : un héron et trois annelets. - 0 SOISSONNAIS. - Boucard : une tour surmontée de deux croissants. - Bouchard, nom original des Montmorency. - En Poitou, la ville de L'Isle-Bouchard perpétue le nom de son ancien seigneur, un Bouchard. - Une famille Bouchard, de Saint-Tropez, passée en Argentine où elle est devenue «Bouchardo ». BOUCHÉ, BOUCHER, BOUCHERON, BOUCHET, BOUCHEZ, BOUCHEIX, LE BOUCHER, DU BOUCHERON. - Boucher est un des plus vieux noms de la bourgeoisie parisienne, qui désignait ceux qui exerçaient le métier de boucher. La forme Bouquier est du Nord-Ouest; Bouchez du Nord-Est; Boucheix, du Limousin; Bouchet est peut-être un nom de lieu : Boucher veut dire, en fait, marchand de viande de bouc; Boucheron, Bouchereau, Boucherot sont des diminutifs; ce nom implique, semble-t-il, une origine citadine. - 0 PARIS. Dès le 128 s., une puissante famille Boucher, changeurs d'or; ses descendants les plus connus portent le nom de Boucher d'Orsay : un lion sur un champ de croisettes. - Boucher, marchands drapiers, membres du Parlement, un intendant de Bordeaux 188 s., à qui l'on doit les embellissements de la ville, et le peintre Boucher; armes de Chalo-SaintMars : écartelé de Jérusalem et d'une feuille de houx ou de chêne. - Ce blason est un privilège qui remonte à l'an 1100 environ, date à laquelle Eudes le Maire, sgr de Chalo-Saint-Mars, fit un fameux pèlerinage en Terre Sainte, à la place de Philippe I (voir article Chartier). Tous les descendants d'Eudes le Maire étaient, de droit, bourgeois de Paris, et nobles, mais cette noblesse leur fut contestée, par suite de trop grande prolifération : tout Paris eût été bientôt anobli, vers le 178 s. Le souvenir de cette descendance s'est conservé vif dans certains milieux de haute bourgeoisie très conservatrice jusqu'à la fin du 18" s. : avec ce blason, se transmettaient des reliques de Terre Sainte, comprenant une parcelle de la Sainte-Croix :

ces reliques devaient présider à la naissance des ayants droit. Anne-Charlotte Boucher, vers 1750, porta ses reliques en Poitou, lorsqu'elle épousa J. Mirel des Essarts, et, jusqu'à nos jours, la coutume s'est perpétuée dans sa nombreuse postérité. La famille des Boucher issus de Chalo-Saint-Mars, marchands drapiers, dont un grand chancelier de France, portait, en outre : 3 colonnes supportant 3 étoiles et 1 croissant. - Boucher : trois losanges; une main droite, deux croissants et un cœur; un chevron, deux roses et une tête d'aigle; un chevron et trois massacres de cerf; une bande et deux merlettes; un chevron, deux étoiles et un croissant; une palme et deux lions; trois coqs; un sautoir et quatre roses. - Le Boucher : un chevron, un lion et trois annetets. - 0 MARSEILLE. - Boucher, marchand : les armes de Chalo-Saint-Mars. - 9 CHAMPAGNE. - Boucher, évêque de Cornouaille 161 s. : trois écrevisses. - 0 BRETAGNE. - Bouché : trois fasces, un buste de vierge brochant. - Le Boucher : trois palmes; un chevron et trois têtes d'aigles. - • POITOU. - Boucher : un chevron et trois étoiles; un chevron et trois roses. - Bouchier : un cœur percé de deux flèches, un croissant. - 0 ANJOU. Bouchet : trois anneaux de sable. - Boucher d'Argis, ex-lieutenant particulier au Châtelet. - Boucher ex-secrétaire de Bailly, Boucheron, inspecteur de la navigation (guillotinés sous la Terreur, ainsi que M. Bouchet, marchand, pour avoir insulté l'arbre de la Liberté, crié «vive Louis XVI» et caché les ennemis de la République). BOUCOT, BOUQUET, BOUQUIN, BOUQUOT, BUGUET, BUQUET, etc. - Sobriquets dérivés de Bouc, qui désignaient des paillards; Bouquet pouvait être un jeune homme frais et printanier : Buquet, Buguet ont peut-être désigné des buveurs, dans le Midi. - • PARIS. - Bouquet, bourgeois : un chevron, un soleil, deux étoiles et un cyprès. - Boucot, alliés aux Feydeau et aux Godot (écrit aussi Bouquot en Champagne, au 188 s.) : un chevron, deux molettes et une gerbe. - Buquet, procureur, et Buquet, chargeur de bois : trois pals et une fasce brochante. - Boucquin, ou Bouquin, orfèvre : un chevron, deux roses et une tête de maure. Buquet, procureur : une fasce et trois trèfles. - • LYON. - Boucquet, juge d'Ambierle : un chevron et trois roses. - Bouquet, traiteur : un bouquet de fleurs dans un vase. - • MARSEILLE. - Bouquet ; un bouquet naturel; une licorne. - 0 BRETAGNE.- Bouquais : une fasce et trois bustes de pucelles. - Dom Martin Bouquet (18 s.). - a LORRAINE. - Boucquet, médecin du duc anob. 168 s. parti un lion brochant. BOUGUEREAU, BOUGRAND, BOUGRENET, BUGRAT. - Noms dérivés de Bougre, signifiant homosexuel, ou bulgare, ce qu'on estimait équivalent. - Tous ces noms sont plus ou moins distordus, dans le désir de s'éloigner le plus possible du sens premier. - 0 PARIS. - Bougarel, procureur : une gerbe, deux étoiles et un croissant. - • MARSEILLE. - Bougerel, chanoine : un lion et trois étoiles en chef. - Bourgarel, veuve Juramy : un chevron et trois trèfles. - • BRETAGNE.- Bougrenet : un lion chargé de macles. - En Poitou, Bogarel et Bouguereau, au 148 s., désignant une même famille. BOUILLAUD, BOUILLAULT, BOUILLEAU, BOUILLEROT, BOUILLET, BOULLIAU. - Diminutif de Boullier, Bouyer (?). - • PARIS. - Bouillerot, famille de bourgeoisie marchande, alliée aux Josse, orfèvres, probablement originaire de Champagne, dont des marchands tanneurs, et un écuyer, seigneur de Taffourault, maître d'hôtel de Madame : deux épées en sautoir, pointes en haut (avec variantes et écartelures). - Bouillerot, maître du GrandCerf : un chevron, deux boules et un roc. - Bouille-

rot, femme de L. d'Arboulin, marchand de vins : un chevron et trois roses. - 8 BRETAGNE. - Bouilliau : trois besans (ou boules?); un lion naissant en chef. 8 BOURGOGNE, des Bouillerot se sont alliés à des familles notables, comme les Desormes. -8 ANJOU. - Bouilleau, ou Bouillaut, 188 s., bâteliers, mariniers de Loire. - 8 POITOU. - Bouil, famille noble, tirant son nom d'un fief, 118 s. - Des Bouillet, en Normandie, à Paris et en Bourgogne au 191s. BOULANGER, BOULLANGER, LE BOULANGER. - Même mot que Ballanger, plus moderne. - 8 PARIS. - Boulanger, avocat : un chevron et trois maillets. - Boulanger : écartelé : une fasce, trois étoiles et trois roses. - Boulanger, avocat : une gerbe, deux étoiles et un croissant. - Boullanger : un coq, une étoile et un croissant. - Boullanger, marchand de vin, hôtelier : un E, un B, un 1et un L entrelacés. - Le Boulanger, qui remontent à Eustache, mercier en gros et échevin, en 1594, dont la descendance a connu des principes d'anoblissement et est alliée aux Leclerc de Lesseville et aux Pinon : une fasce, trois étoiles et trois roses. - 8 LORRAINE. - Boulanger alias Pistou, orig. de Bordeaux : une fasce, surmontée d'un lion tenant une croix recroisetée. - 8 FRANCHE-COMTÉ, BOURGOGNE. - Boulanger ou Boulangier, fam. notable connue depuis le 188 s. alliée aux Fabert : une croix dentelée. BOULLE, BOULLEAU, BOULAY, BOULIN, BOULLAY, BETAULD, BÉTAULT, BÉTOLAUD, BETOUL, BETOULAUD, DE LA BOULAYE. - Ce nom désigne le bouleau, dans la moitié Nord de la France; Boulle et ses dérivés indiquent la rondeur. 8 PARIS. - Bétault ou Betauld, alliés aux Molé et aux Poncet de la Rivière\: un lion, une bande chargée de trois quintefeuilles brochantes. - Boula :trois boules. - Boulanc (l'étymologie est-elle ici Boulange?), trésorier de France à Soissons : une fasce à trois roses et trois épis de blé. - Boulart : une fasce, deux étoiles et un croissant. - Boulard : un lion soutenant une boule. - Boulé : un chevron et trois boulets. - Boulin : un chevron et trois roses. Boullain : un lion, deux étoiles et un triangle. Boullard, procureur Boullard : une aigle couronnée. - Boullay : un sautoir, un écusson chargé d'un lion brochant. - Boulle, bourgeois : un homme vêtu, tenant une boule, et posé entre deux arbres. - 8 LYON. - Boulard, boulanger : trois bombes. - Boulard, anoblis au 18" s. : un bouleau, trois besans en chef. - Boulet ou Boullet : un arbre et deux besans. 8 MARSEILLE. - Boule, maître tondeur de draps : une fasce à trois boules, surmontée d'une étoile. 8 BRETAGNE. - De la Boulaye, traduction de Bezven : trois têtes de lévrier; ou : un chevron (essaimés en Auvergne); ou : un cygne; ou : trois merlettes. - Du Boullay, nobles chevaleresques, et Boullay, d'ancienne noblesse : une croix alésée et trois quintefeuilles. - Boullays : trois croissants adossés. - Boullé : un écartelé : un œil ouvert et une balance. - Boulleuc : une épée en bande et un poignard. - Boulliau : trois besans, un lion naissant en chef. - 8 OUEST. - Boulay : trois pointes et un croissant en chef. - 8 ANGOUMOIS. - Boullet : une bande chargée d'une fleur de lis entre deux besans et un cygne, un besan en chef. - 8 TOURAINE. Boulin : un chevron, trois roses mal ordonnées et un lis de jardin. - Boullay : trois feuilles de houx. Boullioud : un chevron et trois besans en chef. 8 BOURGOGNE. - Boullay, chanoine : un chevron, deux étoiles et un groupe de raisin. - 8 LORRAINE.Boulay : une gerbe soutenue d'une champagne chargée de deux palmes. - 8 FLANDRE. - Boulet ; un chevron et trois soucis. - 8 CHAMPAGNE. Boulet, écuyer : trois fasces. - Boula, de Nanteuil et

de Quincy, anoblis en 1705. - Boullet, famille de Reims venue à Paris au 17" s.; dont les seigneurs d'Ouchamps. - Boulliau, astronome de la Renaissance. - Des Betolaud, à La Souterraine (Creuse), début 198 s. B ' OULOGNE, BOULLENOIS, BOULLONGNE, DE BOULOGNE, etc. - Nom d'origine; Boullongne est archaïque. - 0 PARIS. - Boullenois, procureur, des Ardennes : un chevron et trois roses. - Boulogne, peintre du roi, auteur d'une famille illustre alliée aux Bourbon, Feydeau, etc., riche et puissante au 18" s., qui devint de Boullongne, comtes de Nogent-sur-Seine : une tour trois étoiles en chef. 0 BRETAGNE. - Boullonois : une fasce, une boule surmontée de trois noix, et un lion en pointe. Boulonneau : trois têtes de loup. - 0 FLANDRE. Boulogne : une bande et trois lionceaux. BOUR, BOURON, BOURRIER, BOURROUSSÉ, BOURROUX, BOURRY, BURIN. - Bourrousse, nom du Sud-Ouest, doit être un nom de lieu, de même étymologie que Bourreure, Bourreuille (Meuse). Bour et Bourrier sont peut-être d'une origine semblable mais on pense aussi à la «bourre », que peutêtre les bourriers ramassaient, ou vendaient (?). En dialecte poitevin et charentais, bour et bourrier désignent les ordures ménagères et ceux qui les ramassent. // paraît possible, surtout, que ce soient des variantes de Borie, Bourie. - 0 POITOU. Bouron, maître de navire : d'or parti d'azur mantelé de gueules. - Bourin, ou Bourrin : un lion couronné 148 s. - Un missionnaire nommé Bourry, voyageur au Tibet, yfut assassiné en 1853. BOUREE, BOURET, BOURRÉE, BORIE, BORYE, BOURYE, BOURAFFEAU. - Variante de Borie (?); bourret veut dire taureau dans le Centre, bouret : canard; bourrasseau : étoffe, bure; borie veut dire ferme; Boury est un village normand. - 0 PARIS. Borry : une croix et quatre losanges. - Bourret, avocats : un chevron et trois molettes, une étoile en chef. - Bourye, veuve de Gallerand : un chevron et trois roses, trois pommes de pin en chef. - 0 BOURGOGNE. - Bourée, puissante et nombreuse famille de robe, originaire de Bligny-sur-Ouche 151 s.; ses nombreux descendants sont tantôt restés Bourrée, ou Bourée, tantôt devenus Bourée de Corberon : un chevron, deux étoiles et un pin. - 0 BRETAGNE. - Borie, ou Borye, se disant noble 168 s. : un cerf-volant. - 0 POITOU. - Bourasseau : deux épées en sautoir et deux étoiles. - • BOURGOGNE. - Bourrée, connue depuis le 1811s. : trois gerbes. - Une famille Bory, angevine, accéda à la bourgeoisie sous Louis XIV et vint à Paris, où elle connut un anoblissement par charges. - En Anjou, le château du Plessis-Bourré tient son nom de Bourré, secrétaire des finances de Louis XI, Charles VIII et Louis XII, et propriétaire du château de Langeais. - EnAnjou, on trouve des Boreau. BOURCEAU, BOURSAUD, BOURSAULT, BOURSAUT, BOURCIN, BOURSIN, BOURZAT. Ces noms sont, sans doute, dans bien des cas, des noms de lieu. Boursin est surtout un nom de fromage. - 0 PARIS. - Bourceau, écuyer : une aigle, une couleuvre et un lion. - Bourcin, traiteur : trois bourses. - Boursin, commissaire : une croix engrelée chargée de cinq bourses. - 9 POITOU ET LOUDUNOIS. - Boursault (nom attesté en 1180) : un chevron et trois croissants. - Boursault, poète 1711s., fam. bourguignonne. BOURCIER, BOURSIER. - Nom de métier. - • PARIS. - Boursier, notaire : deux aigles et un lion. Boursier, conseillers : une croix potencée, cantonnée de quatre croisettes : écartelé d'un écusson chargé d'une feuille d'arbre (armes de Chalo-SaintMars). - 0 TOURAINE. - Bourcier, bourgeois 18' s. :

trois bourses. - Voir articles Chartier et Boucher pour l'historique dçs descendants de Chalo-SaintMars. BOURGAULT, BOURGEAT, BOURGEAU, BOURGEOIS, BOURGEOT, BOURGOIS. - Sobriquet désignant, ironiquement ou non, un état juridique : un bourgeois était membre de la communauté d'un bourg ou d'une ville; le droit de bourgeoisie s'acquérait et se perdait, tout comme la noblesse. - 0 PARIS. - Bourgeois, procureur : un chevron, deux croisettes et un coq becquetant des grains. - Bourgeois, marchand bourgeois : une fasce et trois croissants en chef. - 0 LYON. - Bourgeois, receveur : une bande chargée de trois merlettes. - Bourgeois, écuyer : un chevron chargé d'une étoile. Cette famille Bourgeois, dont le receveur, était d'origine comtoise, et s'est établie à Paris, au moins une de ses branches, où elle est devenue Bourgeois de Boynes, et s'est alliée à la maison de Bourbon-Busset. - Bourgeat, marchand : une fasce, trois hermines et un lion léopardé. - • BRETAGNE. - Bourgeois peut être la traduction de Bourhis et aussi écrit Le Bourgeois; Bourhis ou Bourgeois, lieutenant de Quimper au 15* s. : trois étoiles et trois feuilles de laurier mal ordonnées. Le Bourgeois, devenus, pour une branche; de Kermoysan. - • POITOU. - Bourgeois : trois hures de sanglier. - 0 TOURAINE. - Bourgault ; deux tours terrassées. - • BOURGOGNE. - Bourgeois, famille issue d'un tonnelier de Beaune, au 178 s., une fasce chargée de trois merlettes. - 0 CHAMPAGNE. - Bourgeois : une fasce, un croissant et une rose. - En Touraine, des Bourgeau, apothicaires et minotiers au 188 s., essaimèrent en Franche-Comté et aux colonies. BOURGOGNE, BOURGOIN, BOURGOING, BOURGOINT, BOURGUIGNON, BERGOUGNAN, BERGOUGNOUX. - Sobriquet indiquant l'origine bourguignonne; forme ancienne Bourgoin, puis Bourgogne, enfin Bourguignon, forme la plus moderne. Bergougnoux et Bergougnan sont les formes méridionales. - • PARIS. - Bourgoin, seigneur de la Grange-Batelière : un chevron et trois trèfles. - F. de Bourgogne, bourgeois : un lion, bande brochante. - • LYON. - Bourgoin, mercier : un bouc surmonté d'une hure de sanglier. - Bourguignon, curé : un chevron chargé d'une molette. 0 MARSEILLE. - Bourguignon et de Bourguignon : un sanglier et trois roses. - 0 TOURAINE. - Bourgoin : coupé à quatre roses. - Bourguigneaux : un guignier (arbre) et un bouc. - 0 BRETAGNE. Bourgogne, maire de Nantes, 178 s. : coupé, au fermail, et quatre roses; devise : «tout par amour et rien par force ». - Bourgon, «nationaliste »breton 148 s. : trois écussons, chargés chacun d'une bande. - 0 POITOU. - Bourgoin : un héron. - 0 NIORT. - Bourguignon : trois casques (ou bourguignottes). - a NIVERNAIS. - Bourgoing : une croix ancrée. - Les Bourgoin de la Grange-Batelière venaient de Pont-Audemer, un de leurs descendants fut anobli en 1641. - Des Bourgogne, bourgeois de Reims, vinrent à Paris, et connurent un anoblissement en 1745. BOURLET, BOURLON. - Dérivé de Borie, Bourie (?). - 0 PARIS. - Bourlon, bourgeois : un chevron et trois épis soutenant trois croissants. Bourlet, bourgeois : une licorne. - 0 FLANDRE, PARIS, BOURGOGNE. - Bourlet, dont un porte manteau et bouteiller du grand chambellan du roi : un chevron, deux étoiles et une quintefeuille. 0 CHAMPAGNE. - Bourdon : un cheval effrayé surmonté d'un croissant et deux étoiles. BOURLIER, BOURRELIER. - Nom de métier. 9 LYON. - Bourlier, prêtre : un marin entouré d'une

couronne d'épines. - Bourlier ou Bourrelier : une aigle. - Bourlier, député d'Alger, au 198s. BOURNAND, BOURNAUD, BOURNEAU, etc. Nom de lieu, dérivé de Bourne, lieu creux et aquatique. - En patois de l'Ouest, une bourne, de nos jours, est une nasse. - 0 LOUDUN. - Bournan : un lion et une bordure componée. - Bourneau est le nom d'une importante famille saumuroise du 178 s. d'origine vendéenne. - Bournezeau est un bourg vendéen. BOUSSELIN. - 0 PARIS. - Bousselin : une croix et un lion. - En Anjou, au 188 s., des Bousselin, bourgeois. BOUSSINGAULT. - Sobriquet : un boussingault était une coiffure à la mode au Moyen Age. 0 PARIS. - Boussingault, vieille bourgeoisie parisienne ; un sautoir, une étoile, deux aigles et un lion. - Boussingault, ami et compagnon d'armes de Simon Bolivar. BOUTAUD, BOUTAULT, BOUTEVILLAIN, BOUTEVILLE, BOUTIER, BOUTIN, BOUTINIER, etc. Ces noms ont sans doute même étymologie que Boutet, avec attraction de Bottin, dérivé de botte; Boutier est peut-être un bottier; Boutard vient sans doute du verbe bouter (sens libertin?) Bouteville est un nom de lieu. - 0 PARIS. - Boutier, avocat : un oiseau de paradis. - Boutin : deux épées en sautoir, cantonnées de quatre étoiles. - Boutard, auditeur des comptes : un écartelé : trois molettes et deux chevrons. - Boutault : trois chevrons et trois triangles. - Boutevillain, marchand de vin privilégié : un cep de vigne, un Saint-Esprit en chef. - Bouteville, notaire : un sautoir et quatre aigles. - • LYON. - Boutereau, marchand : un bouc, chef coupé. - 0 MARSEILLE. - Boutard, marchand vitrier : un bouc rampant. - Bouthier, capitaine de vaisseau marchand : une bande ondée de deux tours, trois étoiles en chef. - Bouttier, et Boutié : même blason. - 0 BRETAGNE. - Boutier : gironné (nobles d'extraction chevaleresque). - Boutin, déboutés au 178 s. : une bande et deux étoiles. 0 BOURGOGNE. - Bouthier, originaires de Semur : un lion et un croissant en chef. - 0 POITOU. Botaud, valet 138 s. dont postérité noble : trois demi-vols. - Boutin : une aigle à deux têtes. Boutou, modernisé en Bouton : trois roses (dont Hugues mort en Terre Sainte en 1102). BOUTET, BOUTHET. - Ce nom ancien est d'une étymologie abscure; peut-être faut-il le rapprocher de bot, botet et botot, noms signifiant crapaud, en vieux français, ou bien de boudet, signifiant veau. Boutet est peut-être dérivé de bout, et voudrait dire : petit bout, petit homme. - 0 PARIS. Boutet, bourgeois, et Boutet, père et fils gentilshommes de Monsieur ; un écartelé de Jérusalem et un écusson à la feuille de houx (armes de ChaloSaint-Mars) (cf. articles Chartier et Boucher). - Boutet, bourgeois et chevaliers : une licorne. - Boutet, maître bourrelier : une fasce chargée d'une hure, et trois croissants. - 0 POITOU. - Botet ou Boutet, chevalier 13* s. : un chevron, deux rocs d'échiquier et une hure de sanglier. - En Picardie, le nom est attesté dès 1384. BOUTILLIER, LEBOUTEILLER, et de nombreuses variantes d'écriture. - Très ancien nom de fonction : les bouteillers ou boutilliers étaient des officiers préposés au vin, dans les grandes maisons féodales. - Bouteille doit être un ivrogne. - • PARIS. Bouteiller, veuve Brulard : trois fusées en fasce. Bouthilier, marquis de Chavigny : même blason. Boutillier, maire de Chartres : une fasce chargée d'un cœur et de roses, une gerbe et deux étoiles, deux colombes en pointe, tenant un croissant dans leur bec. - 0 LYON. - Bouteille, marchand : un

chevron échiqueté et trois bouteilles. - 0 MARSEILLE. - Le Bouthillier de Rancé : trois fusées en fasce. - • BRETAGNE. - Le Bouteiller qui tirait son nom de la charge héréditaire de bouteiller des évêques de Dol, depuis le 118 s.; famille dont Hervé, croisé au 138 s. : une amphore. - De nombreuses branches de cette lignée, dont une famille : une bande fuselée. - Le Bouteiller : un chevron et trois besans; sept macles; dix-sept coquilles. Boutilier 18" s. : trois bouteilles. - Bouteiller 138 s., dont un médecin au 18* s. : un pélican. - 0 ANJOU et AUNIS. - Boutillier, notable : trois bouteilles et une grappe de raisin. - Ce nom est passé en Grande-Bretagne et en Irlande, sous la forme Butler : nom des ducs d'Ormond et de cinq pairs d'Irlande. Un Bouteille, maire de Manosque, au 198s. BOUTMY, BOUTON. - Fam. flamande, 16 s.; musiciens. - Ce nom a peut-être même origine que Boutet, Boutin; il peut avoir été un sobriquet donné à un porteur de bouton, ou verrue, ou à un fabricant, ou vendeur de boutons. - Bouton est le nom des marquis de Chamilly, bourguignons, et de race noble : une fasce. - Un Bouton, physicien, et un Boutiot, archéologue, au 198 s. - 16 s. Ph. Bouton, musicien de Charles Quint, à Vienne. - Voir aussi Boutaud, etc. BOUVARD, BOUVART, BOUVET, BOUVOT. Comme pour Bouvier, le doute subsiste entre deux explications : soit un ancien prénom, racine germanique, soit dérivé de bœuf et nom de métier. 0 PARIS. - Bouvard : trois fasces, un croissant et trois étoiles. - Bouvenot, maître des requêtes : un bœuf, trois croissants en chef. - 0 LYON. - Bouvard, marchand : un bœuf passant sur un bûcher. 0 BRETAGNE. - Bouvet 151 s. : trois rencontres de bœuf. - Des Bouvet s'illustrèrent aux Indes : un vice-amiral baron. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Bouvard, bailli de la princesse d'Orange 16" s. - Bouvot, forme essaimée en Bourgogne et Champagne : trois têtes de bœufs couronnées. - Les Bouvard orig. du Vendômois sont les ancêtres des marquis de Fourqueux. - Au 198 s., Bouvattier, député, Bouvier, auteur, Bovier, député et Bovy, graveur. BOUVIER. - Nom de métier, peut-être une francisation de termes synonymes dialectaux (voir article Bouvard). - e LYON. - Bouvier, marchand de vin : un taureau, trois étoiles en chef. - e ORLÉANS. - Bouvier : un chevron et trois trèfles. 0 BRETAGNE. - Bouvier : trois rencontres de chèvre. - Une famille Bouvier, ancienne dans le Vivarais, serait la même que celle, émigrée en Amérique, dont descend l'ex-veuve du président Kennedy, Jacqueline Bouvier. BOYER. - Veut dire bouvier, et a été soumis à des francisations anciennes, ainsi qu'à des variantes dialectales : Bouyer, Bouier : la forme Boyer serait plutôt du Centre et du Midi. - 0 PARIS. Boyer, conseiller : une colonne et un serpent, une aigle en chef. - Boyer, procureur : un chevron et un pélican et trois étoiles en chef. - Boyer, seigneur de la ville d'Auzon, et Boyer, avocat : un lion. - La duchesse de Noailles, née Boyer : un bœuf passant. - Boyer de Beaulieu, chevalier : un lion et une étoile. - a LYON. - Boyer, conseiller à Montbrison, d'une importante famille alliée aux Basset, représentée dans toute la France : un casque couronné et trois roses. - Boyer, conseiller : un bœuf. Boyer : trois fasces. - 0 MARSEILLE. - Boyer, négociant : un bœuf. - Boyer, bourgeois : un bœuf. Boyer, officier de galères : un bœuf. - 0 POITOU. Boyer, devenus de Boyer : un faucon. - 0 BRETAGNE. - Boyer 168 s. : un cerf. - 0 BOURGOGNE. Boyer : un chevron et trois larmes. - Saint-Simon

évoque à plusieurs reprises les dames Boyer surtout la présidente Tambonneau, femme d'esprit et de suprême bon ton, bien que n'étant pas de la cour; sœur de la duchesse de Noailles. - Au 19" s., Boyer d'Aubagne, de Nîmes et de Grenoble. - Un baron Boyer à Paris. BRAC, BRACHET, BRAQUE. - Sobriquets issus de Braque, chien. - 0 PARIS. - Braque, écuyer : une gerbe. - Les Braque, d'Orléans et Paris, étaient une des plus anciennes familles de la bourgeoisie française, la plupart de leurs descendants, sans doute, ont été anoblis. - 0 LYON. - Brac, médecin : un griffon et une étoile. - 0 BORDEAUX. - de Brach, du nom d'un village : une bande et deux losanges. 0 POITOU. - Brachet 13" s. : deux chiens brachets, ou braques. - 0 ORLÉANS. - Brachet, conseiller en Bretagne 168 s. : un chien braque. BRANLART, BRANLANT. - Surnom. - 0 PARIS. Branlard : un arbre battu de deux vents mouvant de deux nuées. BRAYER. - Surnom de bourrelier? Courroie. 0 Paris. - Brayer, famille de drapiers et de médecins, d'abord chaussetiers, alliée aux Bochart, aux Joly de Fleury, aux Paris et aux Josse : une bande chargée de trois tourteaux et deux croissants. • CHAMPAGNE. - Brayer : un chevron, trois étoiles et une pensée. BRAZIER. - Brazier, médecin 18e s. : six torches enflammées, un soleil et deux étoiles en chef. BRET, BRETEAU, BRETON, BRETONNEAU, LE BRET. - Nom indiquant l'origine bretonne, mais Bret peut aussi vouloir dire : bègue, ou « baragouineur », c'est-à-dire qui parle comme un breton. - 0 PARIS. - Bret : un chevron. - Breteau, auditeur en la Chambre des Comptes : un chevron deux coquilles et deux épées en sautoir. - Breton, receveur des tailles de Vézelay : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Breton, sieur de Hauteroche, bourgeois : trois bandes chargées chacune d'une coquille. - Bretonnet, officier de la reine : cinq fusées en fasce. - Bretonnier, avocat : un chevron, deux roses et un cœur, une levrette en chef. - Le Bret, originaire du Vexin, établie à Paris depuis le 168 s. alliée aux Coriolis et aux Aguesseau, dont Cardin, maître des requêtes : un sautoir et quatre merlettes. - Le Breton : trois colombes, un écusson en cœur chargé d'une fleur de lis, un lion naissant en chef. - Autres Le Breton : chevrons diversement accompagnés. - 0 LYON. - Bretonnier, médecin : un chevron et une tête d'aigle, et deux étoiles en chef. - 0 MARSEILLE. - Bretton, marchand tonnelier : deux épées en sautoir et une étoile. - • TOURAINE. - Le Breton, chambellan de Henri III : un chevron, chef à trois besans. - • BRETAGNE. - Le Breton 158 s. : un sautoir engrelé d'hermines et quatre têtes de loup. - Le Breton : cinq fusées et trois tourteaux. - Le Breton, anobli en 1481 : un lion léopardé. - Le Breton, échevin de Nantes 171 s. : un olivier, un herminet et une croix pattée. Le Breton : trois bandes chargées de trois coquilles; trois palmes; de gueules à la croix de vair. - Bretineau : un chêne, deux étoiles et un croissant. - Le Bret ; trois coquilles. - • NORMANDIE. - Breton; famille essaimée en Bretagne. - 0 POITOU. - Brétinaud, venus de Bretagne : trois hures de sanglier. 0 CHINON. - Breton : un chevron, deux étoiles et un croissant. - 0 Ouest. - Bretonneau : un saule et trois étoiles en chef. - Bretonneau : un lion, trois étoiles en chef. - A Tarascon et en Provence, une famille notable Bret, répandue jusqu'à Cannes. Breton, sculpteur 1811s. BRIGNON. - 0 TOURAINE. - Famille ancienne ayant donné son nom à un village. BRINON. - Fam. anc. de Picardie.

BRIOIS. - Fam. nob. anc. d'Artois. BRION, BRIOT, DE BRION, DEBRION. - Nom de lieu, villages et villes. - 0 PARIS. - Marguerin Brion, bourgeois, originaire de Normandie, dt un descendant fut anobli au 188 s. : trois croix pattées. 0 LYON. - Brion du Pré, marchand bourgeois : un chevron et une fleur de lis. - 0 THOUARS et SAUMUR. - Brion, famille protestante 168 s., dont des médecins et un auteur de traité d'anatomie en alexandrins : un chevron brisé et un tourteau. 0 LANGRES. - Brion, fam. anc. picarde établie 16e, 188 s. - • AUVERGNE. - Brion, fam. anc. dont les marquis de Cambronde. - Dans l'Ouest, des familles de Brion, de conditions fort diverses. BRISARD, BRIZARD. - e PARIS. - 18e s. : M brisard, dont les galanteries sont évoquées par Chamfort. BRISELANCE. - Fam. anc. Normandie. BRISOULT. - Fam. anc. Normandie ayant donné son nom à un village. BRISSARD, BRISSART, BRISSET, BRISSIER, BRISSON, BRISSONNEAU, BRISSONET, BRISSOT. - Dérivés de Bris, Brix, prénom perpétuant le souvenir de saint Brictius, évêque de Tours. • PARIS. - Brissart, laboureur : une gerbe de blé surmontée d'un croissant. - Brisset, marchand bourgeois : un cep de vigne sur un échalas. - Brisset, huissier : un chevron, deux étoiles et un cerf. - Brissier, conseiller du roi : un chevron, deux plumes et une tête de maure. - Brisson, marchand bourgeois : écartelé, une croix pattée, une aigle. 0 TOURS. - Briçonnet, ou Brissonnet, dont un cardinal, deux archevêques : une bande componée chargée d'une étoile et accostée d'une autre étoile. - 0 VENDÉE. - Brisson, remontant à Nicolas, notaire 158 s.; pendant plusieurs siècles, elle a occupé des charges, produit un savant et un premier président au parlement de Paris; certaines de ses branches ont été anoblies : trois fusées en fasce. 0 POITOU. - Brisset : trois trèfles. - 0 FLANDRE. Brisseau, médecin 188 s. : un chevron et trois croix recroisettées. - Au Nord de Paris, on trouve Brisse et Brice, dès le 148 s. - En Poitou, il y avait des Brisseau, en 1300, qui possédaient un fief. - Brissot, littérateur, qui a donné son nom aux brissotins, fut guillotiné 188 s. BROCARD, BROCHARD. - Sobriquet : cornu? 0 POITOU. - Une anc. fam. Brochard de la Rochebrochard. - • BOURGOGNE. - Brocard : un brocard passant. - • FRANCHE-COMTÉ. - Brocard, connue depuis le 15" s. : deux fasces et trois étoiles. BROGLIE. - Fam. illustre orig. du Piémont, princes du Saint-Empire; duc 1742, baron 1814, duc à nouveau 1817. BROGNART, BROGNIER, BRONGNART. - Nom de métier : fabricant de cuirasses. - 0 PARIS. Brongniart : un chevron et trois têtes de léopard. BROSSARD, BROSSAUD, BROSSE, BROSSET, BROSSETTE, BROUSSE, DESBROUSSES. - Noms de lieu, désignant un taillis ou brosse. Les formes Brosse, Brosseaud, Brossette se trouvent vers l'Ouest et en Bourgogne (Brossette plus au Centre, Brossotte dans l'Aube) : les formes en Brou, plus au Sud, et en Lozère et Cantal, Brossier serait un fabricant de brosses; Brossard, un habitant d'une brosse. - 0 PARIS. - Brossard, bourgeois : un chevron, deux tourterelles et un arbre. - Brossard, avocat : trois épis de blé. - Brossard, mouleur de bois : trois brossettes. - Brosseau : un chevron, deux étoiles et un coq. - Brosseau : une fasce et trois brosses. - Brossier : une tour, trois trèfles en chef. - 0 LYON. - Brossard, marchand : un pin, un croissant et deux étoiles chef au lambel à trois trèfles. - Brosset, marchand : quatre frettes. -

Brosset, bourgeois : une montagne avec deux tours. - Brosse, tenant le logis du Chapeau-Rouge : une brosse soutenue de deux lions affrontés, une couronne de fleurs et un croissant. - Brossette, avocat : un chevron chargé d'une coupe. C. de Brosses, écuyer : un cerf. - 0 MARSEILLE. - Brousson, négociant, juge consul : un chevron et trois têtes d'aigle. - 0 BRETAGNE. - Brossais : un pélican. - Brossard : trois fusées et une étoile. - 0 BERRI. - de Brosse : trois brosses. - • NORMANDIE. - Brossart, ou Brossard, qui seraient issus, en bâtardise, du sang royal de France 138 s.; mais ce sont peut-être simplement des gentilshommes verriers qui ont accrédité cette légende, à cause des fleurs de lis : un chevron et trois fleurs de lis. - Brossard, fam. anc. : un chevron, deux besants, une molette. Desbrosses, fam. anc. - 0 POITOU. - Brossaud, issus d'un notaire 168 s. : un lion chargé d'une fasce d'hermines. - 0 ANJOU. - Brossier, fam. bourgeoise : un chevron et trois roses. - 0 TOURAINE. Brossin, fam. noble : un chevron. - 0 PÉRIGORD. Brousse, dont les marquis de Verteilhac : un chêne et trois étoiles en chef. - 0 PROVENCE. - Brosset, fam. anc. BROSSOLET ou BROSSOLETTE. - Fam. anc. orig. d'Auvergne dt trois branches principales essaimées en Poitou, Champagne et Paris. BROUAULT. - Fam. anc. de Normandie. BROUCHIER, BROCHIER. - Fam. anc. de Provence. BRUET. - Fam. anc. d'Agenais. BRUN, BRUNEAU, BRUNEL, BRUNELOT, BRUNET. - Sobriquet indiquant une teinte de peau ou de cheveux. - 0 PARIS. - Bruneau, avocat : un chevron, deux étoiles et un cygne. - Bruneau, huissier : trois glands. - Bruneau : une fasce chargée de trois merlettes et trois étoiles. - Brunei, prieur de Saint-Privat : un chevron, deux croissants et une colombe. - Brunot : un chevron, deux roses et un lion (ou trois étoiles). - Brunet : écartelé : un lévrier, une tête de maure; les cadets brisent d'un lambel. 0 LYON. - Brun, notaire : un ours. - Brunet : écartelé : un lévrier, une tête de maure. - Brunon, avocat : un chevron surmonté d'un croissant, deux étoiles et une colombe. - 0 MARSEILLE. - Brun, capitaine de vaisseau : une tête d'homme et une tête de maure sommée d'un toupet de cheveux en forme de flamme. - Brun, marchand : deux lions affrontés, sur une montagne, une lune, deux nuages. - Brun, gantier : un J et un B. Bruny, négociant, échevin : un chien, un cerf, un rocher et une colombe perchée dessus. - Brunet : un lévrier. - 0 SAINT-ÉTIENNE. Brunon, marchand : un sautoir et quatre poires. 0 BRETAGNE. - Bruneau : trois aiglettes et une étoile. - Bruneau : sept merlettes de sable. - Brunei : deux épées en sautoir, pointes en bas. - Brunet, écuyer 148 s. : trois molettes, trois têtes de loup en chef. - 0 POITOU. - Bruneleau : un lion. - Brun, noblesse du 158 s. : burelé, un lion brochant. Brun, bourgeois : une fasce chargée d'une belette et une faux. - Bruneau : une fasce et trois étoiles. Bruneau, anc. nob. 13 s. : sept merlettes. - Brunet : trois arcs en fasce et trois besants en pointe. - • NIORT. - Brunet : une colombe et trois étoiles. Brunet : deux étoiles et une coquille. - 0 VEXIN puis LORRAINE. - Brunet : deux chevrons et trois étoiles (dont les comtes de Neuilly). - 0 BOURGOGNE. Brunet, issus de magistrats de Beaune 168 s.; anoblis écartelé : un lévrier et une tête de maure. e CHAMPAGNE. - Bruneteau : coupé : 1 : une épée, un lion, une étoile et deux colonnes; 2 : une étoile. e BOURGOGNE-LORRAINE. - Bruno, originaire d'Italie : un chevron, trois brugnons et une tête de lion. - 0 ARTOIS. - Brun, fam. anc. - 0 PROVENCE. -

Brun, fam. anc. de Castellane : une hache d'armes. Brunet, fam. anc. - • ANTILLES. - Fam. Brunelot, 188 s. BRUNI, BRUNY, BRUNERYE. - • PARIS. - Brunerye : trois merlettes. - 0 NICE. - Bruny fam. anc. : un cerf courant. BRUSSART, BRUSSET, BRUSSEL, BRUSSON. Nom de lieu? forme archaïsante de dérivés de Brousse? Bruce est passé en Grande-Bretagne, venu de Normandie. - 0 PARIS. - Brussart, chevalier : une bande chargée d'une traînée et de cinq barils. - Brussel : un lion, la queue retroussée en dedans. - 0 POITOU. - Brusse, ou Brusle, ou Bruce, pour évoquer Robert Bruce, roi d'Écosse, chevalier 138 s. : un sautoir, une étoile en chef. - En Normandie, une famille Bruce qui serait parente du roi d'Écosse. BUAT. - Plus. fam. en Normandie et en Anjou. BUFFARD, BUFFET, BUFFOT. - Sobriquet dérivé de bufe, ou buffe, partie du casque, couvrant les joues. Il y a, dans ce mot, l'idée de « souffle ». Buffer est un verbe, équivalent de souffler. - Buffon est un lieu où le vent souffle. - 0 PARIS. - Buffart, avocat : une bande componée et deux quintefeuilles. - Buffet, avocat : semé de moléttes et un lion. 0 LYON. - Buffard, procureur : une croix alaisée et dentelée. - Buffereau, bourgeois : une tête sortant d'une nuée et soufflant contre un ciel étoilé. 0 AUTUN. - Buffot, alliés aux Ganay : une croix fleurdelisée et alaisée, cantonnée de quatre hermines, un lion issant en chef. - • FLANDRE. - Buffet : une tête de buffle. - Buffet est attesté en Poitou dès 1309. - Les Buffeteau 1370, en sont peut-être issus. - Des Buffet, anciens Couillandeau. - Buffard est passé en Angleterre. BUGEAUD. - Bugeaud, duc d'Isly. BUISSON, DUBUISSON. - Buisson : Maison nob. et anc. du Rouergue : un buisson. - Dubuisson : fam. de musiciens, 161, 17e et 18e siècles, peutêtre d'orig. normande. BULLION. - Lingot; surnom. - • PARIS. - Bullion, devenus de Bullion, marquis de Courcy en 1681, issus d'un habitant de Mâcon, alliés aux Beauvilliers, de Crussol, Montmorency-Laval, Lamoignon : trois fasces ondées, surmontées d'un lion naissant. Des Bullion, de même souche, sont restés bourguignons et obscurs, et ont de nombreux descendants. BUREAU, BUREL. - Sobriquet, tiré de bure, qui a laissé son nom aussi aux tables dont on la recouvrait, et aux offices où se trouvaient ces tables. 9 PARIS. - Bureau, avocat : un chevron, deux croissants et un trèfle. - Burel, maître teinturier : une fasce et trois fioles. - 0 LYON. - Bureau, veuve Carraire : un cœur, deux palmes et cinq étoiles. Burelle, juge de La Bénissondieu : un chevron et un trèfle. - 0 DREUX. - Bureau, marchand drapier : trois moutons et trois aunes. - 0 MONTFORT. Bureau, officier de la vénerie du roi : une hure de sanglier, trois tourteaux et une rivière. - • NOGENTSUR-SEINE. - Bureau, chanoine : une fasce chargée d 'une étoile. - 0 SAINT-FLORENTIN. - Bureau, officier de la maison du roi : un chevron et trois

burettes. - 0 SENS. - Bureau, curé de Moulinons : trois burelles. - 0 TONNERRE. - Bureau, chevalier, comte de la Rivière : une bande. - Bureau, bourgeois : ses initiales. - • OUEST. - Bureau, seigneurs de la Mothe-Bureau, essaimés à Paris anciennement : un chevron potencé et contrepotencé. Burel, qui pourrait être la forme ancienne de Bureau. - En Anjou, des Bureau, dont un chirurgien et un avocat 178 s. - 0 FRANCHE-COMTE. Bureau : un chevron, deux étoiles et un croissant. BURET, BURIN, BURON, BURETTE. - Buron est un nom de lieu auvergnat; bure, en patois normand, désigne une maison, et Buret une porcherie; voir aussi Bureau et les dérivés de Bure, étoffe. 0 PARIS. - Burin, fam. anc. distingués sous les Valois. - Buron, apothicaire de Mademoiselle : un chevron brisé, un fourneau et trois vaches. 0 LYON. - Buirin, ou Burin (?) : une bande et deux soucis. - Burin, bourgeois : un buis, chef de vair. 9 BRETAGNE. - Buret : un murex, coquillé en fasce. - Les Burin des Roziers, se disant issus des Buri, d'Italie (?) Burin du Buisson, simples Burin jusqu'en 1866, et des Buret, devenus de Sainte-Anne en 1859. - • Bourgogne. - Fam. Burette dont plusieurs musiciens, 171 s. BUSSET, BUSSIÈRE, BUSSIÈRES, BUISSON, BUSSON, BUSSY. - Nom de lieu, explicite quant à Buisson, et ses dérivés pour Busson, voir Busseau, dérivés de busse, signifiant tonneau. 0 PARIS. - Buisson : un chevron et trois têtes de lion. - Buissières, bourgeois : trois besants. - De Bussières, curé : un lion naissant. - De Bussy, avocat : un chevron écoté et trois soleils. - 0 LYON. Buisson, marchand gantier : une bande. - Bussière, receveur en Beaujolais : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Bussières, maire de Montbrison : trois croix fleuronnées. - • BOURGOGNE. - Buisson, Du Buisson, ou Dubuisson, à Dijon depuis le 168 s. marchands et chirurgiens; un anoblissement en 1719 : un chevron et trois trèfles, trois croissants en chefs. - 0 POITOU. - Bussy ou de Bussy : une aigle. • ANJOU. - Bussy : une fasce chargée de trois aigles. - Busset, poitevin, chevalier 128 s. - Le nom de Bussy se retrouve en nom de terre fréquemment. - En Limousin Busson fut dit Busson de l'Age. BUTARD, BUTEAUD, BUTET, BUTIN, BUTOR, BUTTARD, etc. - Noms d'oiseau. - 0 PARIS. Buterne, musicien organiste du roi (peut-être représente-t-il le village picard d'Hébuterne, qui est passé en nom de famille?) : deux chevrons, une montagne et un soleil. - Butard, marchand gantier : une tour et trois croissants. - Bûte, marchand épicier : un N et un B. - Butin : trois annelets. - Butor, agent d'affaires : un butor. - 0 LYON. - Butterieux : un chevron, deux étoiles et une grive. - Buty : un chevron chargé d'une molette. - 0 BRETAGNE. Butault 151 s., se disant noble, et les paroissiens lui contestant cette qualité : une fasce et trois trèfles. Butet : un pin arraché. - e NORMANDIE. - Butin, fam. anc. ayant donné son nom à un village. 0 BOURGOGNE. - Butard : une aigle. - Des Buttier, en Bretagne.

c

c

CABAIL, CABAILLE,CABEUIL - Nom méridional, dérivé de «cabal »; cheval, cavalier, mais vient peut-être de cabille, ou cheville, ou du breton cabel, ou chapeau. - 0 PARIS. - Cabaille, bourgeois de Paris : une fasce et un sautoir brochant. - Cabeuil, mercier, bourgeois de Paris : un chevron, deux losanges et un lion. CABANE, CABANES, CABANIS, CABANNE. Nom méridional, qui veut dire petite maison. 0 LYON. - Cabanis, apothicaire et bourgeois de Lyon : un chevron chargé d'une fleur de lis. Cabanne, bourgeois de Lyon : une cabane et trois étoiles. - 0 MARSEILLE. - Cabannes : une licorne. Au 198 s., on trouve des Cabanel à Montpellier, des Cabanes dans le Cantal. CABARET, CABARRUS, CABART. - Noms de lieux. - 0 PARIS. - Cabart : une croix niellée et moulinée. - 0 POITOU. - Cabaret, fam. anciennement bourgeoise : un chevron et trois roses. - Thérésia Cabarrus, fille d'un banquier, qui fut nommée Notre-Dame de Thermidor, pour son action salvatrice sous la Terreur, de nombreux suspects lui durent la vie; épouse du prince de Chimay, dont postérité. - Au 19° s., à Paris, des Cabert. CABECE. - Fam. portugaise implantée à La Rochelle au 188 s. : treize besans, et trois têtes de turcs en chef. CABOCHE. - Paris, Caboche, fam. anc. : trois quintefeuilles. CABOT, CHABOT. - Cabot est le nom normand du chabot, poisson à grosse tête, d'où le sobriquet désignant quelqu'un ayant une grosse tête. - 0 POITOU. - Chabot, très ancien nom de chevalerie : une des toutes premières maisons nobles de cette province, dont de nombreuses branches au Moyen Age : les Chabot ont relevé le nom de Rohan, au 178 s. : deux chabots. - Chabot, ancienne bourgeoisie de Poitiers : trois chabots. - Cabot; navigateur vénitien; au 198 s., des Chabot de Bouin. CABRE, CABIROL, CABROL, CHABROL, CHEVREAU, CHEVREL, CHEVROT, CHEVREUIL Surnom : chèvre, chevreuil, chevreau, ou chevrier. 0 PARIS. - Chevrot : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Cabre, chambellan de Monsieur : une chèvre. - Chabray, bourgeois : un lion tenant un falot. - Chevrel : une chèvre. - Chevreuil : un chevreuil. - • LYON. - Cabrol ; une chèvre. - Chabrol, marchand ; un lion. - • MARSEILLE. Cabre : une chèvre. - e POITOU. - Chevreau : trois fasces. - • LOUDUN.- Chevreau : un chevron, deux étoiles et un chevreau. - • SAINT-JEAN-D'ANGÉLY.

- Chevreuil, nobles en 1500, essaimés en Angoumois : un chevreuil. - 0 AUVERGNE. - Chabre, essaimés en Bretagne : écartelé, 1et 4 : un chevron et trois têtes de chèvres; 3 et 2 : une croix alaisée. 0 BRETAGNE. - Chevré, noblesse ancienne, deux chevrons et trois têtes de chèvres. - Chevrel : fretté. - Chevrie : un lion léopardé. - • OUEST. Chevrier 128 s. ; une bande chargée de trois chevrons. - En Angoumois, une ancienne famille de Chevreuse, de l'illustre maison de Chevreuse. Au 198 s., des Chevreau, à Paris, et des Chevreul, à Angers. - • PROVENCE. - Cabre, fam. anc. orig. d'Aubagne ; nombreuses branches de conditions diverses. CABU, CABAT, CABET.- Dérivés de cap, qui veut dire tête. - Cabu : ancienne famille de Beaugency, au 149 s. Au 198 s., des Cabet, à Paris, des Cabet à Dijon. - Cabus, écuyer, témoin du serment des habitants de Cambrai à leur évêque. Cabus, banquier à Arras au 159s. - En Flandre, Caby, chapelain de Saint-Pierre (16e s.). - Caby, architecte à Cambrai (17 s.). CACAUD, CACAULT. - Surnom péjoratif, tiré de caque. - 0 OUEST. - Plusieurs fam. importantes de ce nom : trois œufs et deux étoiles; ou : un chevron, trois étoiles et une grappe. CACHELEU.- Fam. anc. de Picardie. CACHET,CACHEU,CACHEUX,CACHIN. - Cachet veut dire cachette; cachin, éclat de rire; cacheux, chasseur. - 0 PARIS. - Fam. Cachet, venue de Dombes, anoblie en 1628, représentée à Lyon : trois pals, chargés chacun d'un losange. - b LYON. - Cachot, bourgeois : un chevron, deux étoiles et une pomme de pin, en chef un croissant. - En Poitou, Cachin, ou Cahin (14e s.). - En Alsace, Cacheux (19 CAQUERAY, CAQUEREAU, COIQUERAUT, COIQUEREAU. - Surnom donné à une personne bavarde ou médisante. - 0 POITOU. Caquereau, fam. dont Aimery, chevalier (13 s.), alliée aux Dreux (16 s.) : deux caquets. - En Bourgogne, une famille Coiquerault, à Pontaillier, au 16 s., ensuite à Dijon; alliée aux Joly. CADART, CADENEL, CADENET, CADET, CADEAU, CADIER, CADOT, CADU, CADUC. Cadet est un petit animal. - 0 PARIS. - Cadeau, ancienne fam., très nombreuse au 178 s. venue de Tours; alliée aux Boucher et aux Pinon :trois bandes ondées. - Cadet, avocat : une demi-croix, trois étoiles en chef. - Cadot, marquis de Seneville : une hure de sanglier. - Cadot, bourgeois ; trois épis

de blé. - Cadot : trois croissants; une fontaine; une aigle ayant un écusson sur le ventre. - Cadot, avocat : douze flèches empennées; devise : «Rien ne me touche». - 0 CHAMPAGNE. - Cadot, anob. (18 s.) : un lion. - 0 BOURGOGNE, FRANCHECOMTÉ. - Cadot de Bessey, conseiller à la chambre des comptes de Dole (18 s.), Cadot, écuyer, sgr de l'Oliverie, gendarme du roi : trois croissants. • ALSACE. - Cadot, chanoine : trois fasces ondées. • LYON. - Cadier, bourgeois de Condrieu : un chevron chargé d'une larme. - 0 MARSEILLE. Cadenel, marchand navigant : trois chaînes en pal, un croissant et deux étoiles en chef. - 0 BRETAGNE. - Cadé : une croix anillée. - Cadet, débouté en 1669 : un pin sommé d'un épervier. - Cadier (15 s.) : une fasce nouée, une merlette et une molette. - 0 BRETAGNE et VENDÉE. - Cadart : un chevron chargé de trois étoiles, et trois canards. Cadet, fermier : deux fasces et un croissant. - En Bourbonnais, Cadier est le nom des vicomtes de Veauce. - En Poitou, familles Cadet; Caduc, à Bordeaux, au 19" s. - 0 PROVENCE. - Cadenet, fam. anc. : un taureau ailé. CADIO, CADIAU, CADY.- Dans le Midi, surnom : contraction de Cap Diou? Cadio, en breton, signifie peu combatif. - 0 BRETAGNE. - Cadio, débouté (17 s.) : échiqueté, une bande fuselée. Cadiou (141 s.) : une fleur de lis florencée. CADOLLE. - Languedoc : Cadolle fam. nob. et anc. CADOR, CADORET. - Ancien surnom, signifiant «qui protège au combat ». - 0 ANJOU, BRETAGNE et AUNIS. - Cador : un ours. - 0 BRETAGNE. Cadoret ou Cadoré 138 s. : un ours et deux fasces. Cadoret : orné de merlettes; une bande et un croissant; une croix engrelée. - 0 LA ROCHELLE. Cadoret 178 s. : un chevron, deux étoiles et un croissant. CADRIEU.- • QUERCY.- Cadrieu fam. anc. CAEN, CAHEN, COHEN, KAHEN, KOHEN, etc. Caen représente en principe la ville de Caen, mais ce nom peut être aussi une francisation de Cahen, Kahen, etc. - Cahen est le nom de la tribu sacerdotale des Israélites. - Kahen et Kohen sont des immigrés plus tardifs, qui ont gardé la consonne étrangère. - Cinquième nom, par le nombre, dans l'annuaire du téléphone à Paris (1969), après Bernard, quatrième; Lévy, troisième, Martin deuxième et Fèvre-Le Fèvre premier. - Cahen, d'Anvers, comtes en Italie, marquis de Torre Alfina; Cahen d'Anvers, qui signait C. d'Anvers, et à qui un Oppenheim, de Cologne, répondit, en signant 0. de Cologne. - Au 199 s., Cahen, hébraïsant français, fils du traducteur de la Bible (Paris). Cahen journaliste (Marseille), Cohen, compositeur (Marseille). CAGNAT, CAGNET, CAGNON, CAGNY. - Cagny est un nom de lieu, mais les autres signifient petit chien. - 0 PARIS. - Cagnet, mouleur de bois : un chevron et trois canes. Cagnyé, contrôleur de la maison du roi : trois montagnes enflammées, et un demi-soleil. - Au 19 s., des Cagnat, à Paris. CAHOUET, CAHUET. - Pièce de couvre-chef. - A Orléans (16e s.), une fam. Cahouet. CAIGNOU.- Fam. anc. de Normandie (14e s.). CAIL, CAILLAT, CAILLARD, CAILLAUD, CAILLAULT, CAILLE, CAILLET, LACAILLE. - Ces noms veulent dire caillou; mais Caille signifie peut-être caille (?). Voir aussi Chaillou. - • PARIS. - Caille : trois cailles. - Caille : une nuée et trois cailles. Caillard : un chevron et trois merlettes. - Caillé : un chevron et trois colombes. - Caillet : un chevron et trois cailles. - Caillou : un jonc et une caille perchée. - Cailly : un pin et deux cailles. - Lacaille,

bourg. : chev. acc. de trois cailles. - 0 LYON. Caillot, marchand de Villefranche : une caille et deux étoiles. - Cailloux, bourgeois de Lyon : cinq cailloux en sautoir. - 0 MARSEILLE. - Cailhol, bourgeois : un chevron, une étoile et trois cailles. Caillot, académiste : une caille et trois étoiles. • TOURS. - Caillon : un chevron et trois poissons. • LANGEAIS. - Caillot (18 s.) : un chevron et trois paquets de coquerelles. - 0 ANJOU. - Cailleau ou Caillault : trois cailles. - Caillard : une fasce échiquetée. - 0 LA ROCHELLE. - Cailleau, protestants et nobles : un lion. - 0 ANGOULÊME. - Caillon, ou Cailhon (1 5 s.) : une aigle et trois cailles. - • ANGOUMOIS. - Caillou : un cœur soutenu d'un croissant. - 0 POITOU. - Caillou ou Cailhou : trois hures. - • NANTES. - Cailleau, échevin de Nantes (171 s.) : une fasce chargée d'un cœur, une gerbe et deux étoiles. - 0 BRETAGNE. - Cailleteau : une fasce chargée de trois têtes d'aigle, et trois fleurs de lis. Cailleau, bourgeois de Paris (16e s.) - Plusieurs maires de Saumur du nom de Cailleau. - Au 198 s., Caillaux, à Orléans, Caillaud à Nantes, Cailletet à Châtillon-sur-Seine. - • BOURGOGNE. - Caillot, procureur au bailliage d'Avallon : trois cailles. En Normandie, Caillot de Coquereaumont, dont des conseillers au parlement et à la chambre des comptes, un président de la cour des aides (181 s.) A Dunkerque, des Caillez arment des corsaires (171 s.) - 0 ARTOIS, FLANDRE, PICARDIE. - Cayeu, de Cayeux, dont un chevalier, un prévôt, un évêque : une croix ancrée. CAILLEBOT, CAILLEBOTE. - Nom d'un fromage. 0 BRETAGNE et BEAUCE. - Caillebot : six annelets. - 0 SAINTONGE. - Des Caillebote. AChâtellerault, des Caillebon (14" s.). CALAMAR, CALMAND, CALMAR, CALLEMAR, etc. - Diverses formes qui veulent toutes dire : calamar, ou seiche. Ce nom se retrouve de la Grèce à la Provence, sur toute la Méditerranée. - 0 MARSEILLE. - Calamand, échevin : un chevron et trois roses. - • BUGEY. - Callemard, fam. bourgeoise, essaimée en Bourgogne : une bande. - A Montbrison, un Callemard, marchand (17 s.). CALLAS, CALLARD, CALLE, CALLES, CALLO, CALLOT. - Nom de lieu, impliquant l'idée de caillou, ou rocher, comme Chaille; nom du Midi, de Normandie et de Picardie; Callo et Callot, bretons, peuvent représenter un calot. - 0 PARIS. - Calle (s) : une fasce et deux merlettes. - 0 LYON. - Callas, marchand : deux bâtons en sautoir, et quatre sautoirs écotés. - • BRETAGNE.- Callo, archer (16 s.) : une croix dentelée, et une bordure. - Callon : une hermine et trois cailloux. - 0 BOURGOGNE. Callard, fam. notable anoblie, alliée aux Bourée, originaire de Montcenis et issue de notaires au 168 s. - 0 PROVENCE. - Calas, fam. anc. - L'affaire Callas, à Castres, fut un des grands scandales du 188 s. - Au 198 s. des Callen à Bordeaux, des Callet à Saint-Etienne. CALLOCH. - Surnom signifiant entier (en parlant d'un cheval). - En Bretagne, les Calloch de Kerillis. CALMEIL, CALMEL, CALMELS, CALMON. Forme méridionale de Chaumel, Chalmet, signifiant chaumière. - Au 198 s. des Calmeil, à Poitiers; des Calmels, à Paris; des Calmon, dans le SudOuest. - Cayenne, Calmeil, fam. anc. CALVET, CALVIN, CAUVIN. - Forme méridionale, ou latinisante de Chauvet, Chauvin. - 0 MARSEILLE. - Cauvet, avocat : une grue surmontée d'une étoile. Cauvin, hôte : un coq, posé sur un cep de vigne, fruité de deux raisins pendants; deux étoiles en chef. - e SUD-OUEST. - Chalvès, fam. espagnole (?) : trois têtes de lion. - 0 BRETAGNE. - Calvé (17 .s.); une macle, et trois hermines. - Calvez : une

bande chargée de trois étoiles. - Calvin, inventeur du calvinisme, s'appelait Cauvin, fils d'un tonnelier de Noyon. -AAvignon, fam. Calvet, dont un médecin et antiquaire (18 s.), vicomtes au 191 s. CAMBACÉRÈS. - Duc de Cambacérès, passé aux Delaire. CAMBON, CHAMBAULT, CHAMBON, etc. Noms de lieux : les formes en Cam sont du Midi, Normandie et Picardie. - 8 PARIS. - Chambon, chef de fourrière : une tour, deux croissants et une croix pattée fichée dans un croissant. - Chambon, huissier : un chevron, un œillet, deux mouches et un lis. - Chambon, bourgeois de Paris : trois épis de blé. - • MARSEILLE. - Chambon, échevin : une gerbe et des épis. - 8 TOURAINE. - Chambon, ou Champbon, nobles (13e s.) : deux fasces. - 8 POITOU. - Chambon : une tour. - AParis, Chambon, marquis d'Arbouville. - A Lyon, une fam. de Chambaud, et Chambost, marchand. - Au 1911s., Cambon, dans les Bouches-du-Rhône et à Paris. CAMBRAI, CAMBRAY, DECAMBRAI, DE CAMBRAY. - Originaire de Cambrai. - 8 PARIS. - De Cambray, contrôleur de la maison du roi : trois concombres. - 8 MARSEILLE. - De Cambray, capitaine de galères : un chevron, deux molettes et un trèfle. - 8 BOURGES. - Fam. bourgeoise de Cambray (16 s.) : trois cérots. - 8 NORMANDIE et BRETAGNE. - Très anciennement : trois lionceaux. - 8 BRETAGNE. - Cambray : parti. Au 198 s. Cambray-Digny, ministre italien, qui mit en régie l'exploitation du monopole des tabacs. CAMBRONNE. - Nom de lieu. - 8 PARIS. Cambronne, marchand pelletier : un A, un D, un C, entrelacés, deux étoiles et un croissant. - 8 PICARDIE et BRETAGNE. - Cambronne, dont le général vicomte : un lion et dix grenades. CAMELIN. - Fam. anc. de Provence. CAMPION. - 8 NORMANDIE. - Campion, anc. fam. dont plusieurs branches séparées. CAMUS, CAMUSET, CAMUZET. - Sobriquet, désignant un nez camus; voir aussi Le Camus. 8 PARIS. - Camus de Pontcarré, venus de Bourgogne, alliés aux La Rochefoucauld, aux Briqueville, de la Luzerne, aux Marillac, sortis de la bourgeoisie d'Auxonne, au 168 s. : trois croissants et une étoile en abîme. - Camuzat, officier du roi : un chevron et trois têtes de bélier. - Camuset, médecin, et Camusot : vairé, deux têtes de licorne en chef. 8 TOURS. - Camus : une bande. - 8 BRETAGNE. Camus : trois oiseaux. - Camusat, ou Camuzat : cinq points équipolés, une aigle naissante en chef. 8 BOURGOGNE. - A Auxonne, dès le 158 s., fam. Camus de même souche que les Camus de Pontcarré : trois croissants, et une étoile en abîme. 8 LYON. - Des Camus de Pontcarré. - En Anjou, des Camus. - Sous l'Empire, un baron Camus. 8 FRANCHE-COMTÉ, BOURGOGNE. - Camus, président à mortier : trois têtes de lion. - 8 LORRAINE. Camus, dit de la Chaussée La Vaulx, anob. au 17e s. : coupé au lion brochant. - En Ile-de-France, Camus du Martroy, conseiller secrétaire du roi au 188 s. CANARD, CANAUD, CANAYE, CANELLE, CANET, CANETTE, CANOT. - Signifie petit canard, ou nom de lieu; Canaye signifie canaille (?); Canelle, surnom d'épicier (?). - 8 PARIS. - Canaye, fam. bourgeoise, issue de teinturiers parents des Gobelins (15 s.) : un chevron, trois étoiles mal ordonnées et une rose. - Canelle : un chevron, deux étoiles et trois maillets. - Canette, épicier : une canette et un rosier. - 8 LYON.- Canet, cabaretier : un cœur, deux croissants et deux étoiles. - Canat, bourgeois : un chevron chargé d'une pomme de pin. - Canot, marchand : un canot voguant. -

0 BOURGOGNE. - Canat, fam. originaire de Beaune, issue de marchands (16 s.) : trois canettes posées en bande. - Canat de Chizy, avocat à la cour : semé de croissants, coupé à une chaussetrappe. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Caneti, ou Canetti : une bande. - 0 FLANDRE. - Canone, ou Canonne, échevin de Cambrai, et Canone, avocat : un chevron chargé de trois roses et trois merlettes. - • NANTES, Canaud, armateurs (19" s.) - Canard, bateliers de Loire en Anjou. CANDOLLE.- Anc. nob. provençale. CANIVET.- Fam. anc. Normandie : trois canifs. CANON.- Fam. anc. Lorraine. CANT, CANTIN, CANTINEAU, CANTO. - Cantin est le prénom Quentin : Cantineau est un dérivé. Voir Quantin, Quentin. - 0 PARIS. - Canto, chirurgien : une aigle et deux étoiles. - 0 LYON.- Cantuel : une aigle percée d'une flèche, un soleil en chef. • ANJOU, BRETAGNE et POITOU. - Cantineau, fam. noble et ancienne : trois molettes. - • OUEST. Cant (141 s.) : un franc canton chargé d'une fleur de lis. - On trouve aussi des familles anciennes Cantaud, Cantereau et Canteteau. CANU, CANUEL, CHANEL, CHANU, CHENU, CHENUET. - Ces noms signifient chenu; les formes en «Ca»sont du Midi, de Normandie ou de Picardie. - 0 PARIS. - Chanu, avocat : losangé, chef d'hermines. - Chanut, Chenuet, avocat, et Chenuot : un chêne. - e OUEST et BERRI. - Chenu (13 s.) : d'hermines, chef losangé. - Chenu : une hure de sanglier, et deux fasces. - 0 BRETAGNE. Chanu (17" s.) : une étoile. - • NORMANDIE : Canu : un lion. - Au Perche, Canuel, dont un rameau poitevin, baron (19e s.); des Chanel se disent issus des princes de Croÿ et sont devenus Crouy-Chanel; au 19 s.; Chenu, naturaliste (Metz). CAPELUCHE, CAPE, CAPERON, CAPET, CAPPÉ, CAPOT, CAPRON. - 0 PARIS. - Capeluche, bourreau de Paris, décapité 1418. Cape, trésorier de France à Caen : une ancre et une colombe. Caperon (fam. de Dauphiné?) : un losange chargé d'une barre. - Caperon, procureur : écartelé à 4 coqs. - Caperonnier, gentilhomme servant de Monsieur : un chaperon d'épervier. - Capet, mouleur de bois : une rencontre de bœuf. - Cappé, veuve Régnier : une colombe tenant en son bec une palme. - Capron, violoniste, 188 s. - Denis Capet, procureur en 1460 : sa veuve, Yolande Bailli, mourut à 88 ans, ayant vu 288 enfants issus d'elle et des siens. 0 LYON. - Capot, tenant le logis du Royal-Louis : une couronne d'épines et trois clous, le tout soutenu d'un sceptre et d'une main de justice passés en sautoir. - 0 MARSEILLE. - Capel : une ancre et trois lauriers. - 0 ROUERGUE. - Cappella, fam. de Saint-Affrique, 161 s. - 0 HAINAUT, CHAMPAGNE. Cappe. - Fam. anc. une fasce et 3 merlettes. 0 PICARDIE. - Fam. Capel 14" s. - Robert, dit Caperon 1324. - • BRETAGNE. - Fam. Cappel, orig. de Paris, 161 s. : 3 fleurs de lis et un lambel. Fam. Capitaine, 1420 - un anob. 1440. 0 PROVENCE, CANNES. - Fam. Capron, notable, 20" s. - 0 FLANDRE. - Fam. Capron 19" s. 0 AVEYRON.- 191 s., baron Capelle. - Protestants. Cappel, fam. distinguée, 168 s., dont plusieurs hébraïsants (Bordeaux, Sedan, Saumur, etc.). CAPITAIN. - 0 PARIS. - Capitain, conseiller du roi; une bande de six besans. CAPDEPON. - Fam. du Sud-Ouest, chef de pont. CAPDEVIELLE. - (Chef de vallée). Fam. du SudOuest. CAPENDU. - Fam. anc. du Soissonnais. CAPMAS.- Maison chef, fam. du Sud-Ouest. CAPPELIN.- Fam. anc. de Normandie. CAPPON. - Fam. anc. de Normandie.

CAPRIS. - Anc. nob. de Savoie, essaimée en Provence : une tête de chèvre. CARDINAL, CARDINET. - Cardinal : surnom. • PARIS. - Cardinal : une croix, un lion au premier canton. - • BRETAGNE. - Le Cardinal : ancienne fam. noble : coupé, un lion de l'un en l'autre. - 0 POITOU. - Cardinal, Cardineau, ou Cardinault, anc. fam. : trois trèfles. - Cardinet, échevin d'Orléans (16e s.). CARDON, CARDONNE. - Fam. anc. de Lorraine. Grandes alliances et grandes terres titrées. - Cardonne : musicien, 18e s. Versailles. CAREL - Fam. anc. de Normandie. CARETTE.- Fam. anc. de Paris. CARLE. - 0 ROUERGUE. - Famille anc. dont un hôtelier à Rodez, 168 s., qui fit fortune, escroqua des bourgeois de la ville et disparut. CARLIER, LE CARLIER, CHARLIER. - Ces noms veulent dire : charron : la forme en Car est picarde. 0 PARIS. - Carlier, alliés aux Bautru : parti : un lion, une roue. - Le Carlier, vicomte d'Oueilly en Vermandois : idem. - Le Carlier : un chevron et trois roses. - Charlier, bourgeois de Paris : une lance, au bout de laquelle est un guidon portant une croix et deux épées. - Charlière : un chevron surmonté d'une étoile, deux croissants et une rose. 0 BRETAGNE. - Cartier, Le Carlier, cousins de ceux de Paris : mêmes armes. - 0 FLANDRE, ARTOIS, PICARDIE. - Carlier, dit de Preseau (1 5# s.) : un lion. - Nombreux Le Carlier, en Picardie, dès 1292. - Au 198 s., Carlier à Cambrai et dans l'Yonne. CARPENTIER, LE CARPENTIER, CHARPENTIER, LE CHARPENTIER. - Nom de métier, très ancien et très répandu. - Les formes en «Car » sont normandes ou picardes. - 0 PARIS. - Charpentier, fam. bourgeoise depuis le 158 s., alliée aux Bragelonne, Miron, Le Jay, Feydeau, Pinon, Portail, Fraguier; certains de ses membres anoblis en 1602 : une bande échiquetée. - Carpentier : un chevron, deux étoiles et un croissant. Charpentier : trois canettes. - Charpentier, huissier : une main tenant une hache, et coupant, une scie en chef. - Le Carpentier : échiqueté, trois coquilles en chef. - • MARSEILLE. - Charpentier, commissaire général aux poudres et salpêtres : une fasce chargée de deux colombes. - 0 NIVERNAIS. Carpentier : une étoile et trois croissants. - 0 BRETAGNE. - Charpentier ou Le Charpentier : trois canettes. - Charpentier, anobli en 1648 : deux épées en sautoir. - • POITOU. - Charpentier, fam. noble (16e s.) : un chevron et trois roses. En Saintonge, Charpentier (17 s.) - En Poitou, Charpentier, châtelain de Saint-Maixent en 1240. Charpentier, éditeur de Zola; Mme Charpentier, dont Renoir fit le portrait. - Au 198 s., des Charpentier à Paris, dans le Vaucluse, en Eure-et-Loir, à Etampes; Carpentier en Angleterre. CARRE, CARRAULT, CARREAU, CARREL, CARRET, CARRETTE, etc. - Surnom, relatif à la forme des épaules? - Carrel est normand(?) : Carret, Carrette sont tirés de Charrette. Carrelet : filet de pêche, et aussi une arme. - 0 PARIS. - Carré, procureur : cinq losanges. - Carré, mouleur de bois : écartelé, sautoir brochant. - Carrel : une bande componée. - Carrel, bourgeois de Paris : deux corneilles affrontées et un losange. - 0 LYON. - Carret, marchand : une fasce, deux losanges et une caille (les cadets de cette famille ajoutaient un lambel). - 'Carret, aumônier de Saint-Martin-I'Ile-Barbe : un échiqueté. - Carrette : une fasce fuselée, un lion en chef. - Carra : un chevron et trois carreaux. - Carra : quincaillier : quatre harengs. - Carraud, ou Carrand : un chevron et trois losanges. - 0 TOURAINE. -

Carré, fam. anc. dite Carré de Busserolles, originaire du Poitou : trois losanges. - Carreau : un lion. 0 BRETAGNE. - Carre, qui seraient venus d'Écosse, avec un archer du duc, en 1480 : un chevron chargé de trois molettes. Carré : une fasce chargée de trois quintefeuilles, deux aigles et un lion. - 0 POITOU. Carré : une bande chargée de trois roses. Carré : une croix cantonnée de quatre étoiles. 0 BOURBONNAIS. - Carrelet; dont un chevalier de Saint-Louis : trois épées une étoile en chef, au franc quartier de comte sénateur. - 0 BOURGOGNE. - Carrelet de Loisy, fam. connue depuis le 168 s. dont un conseiller à la chambre des comptes au 178 s., un receveur général des finances (181 s.) : un lion, trois losanges. - Carrelet, conseillers en la chambre des comptes : un lion lampassé et armé, trois losanges en chef. - 0 PARIS. - Les Carré de Montgeron, fam. alliée aux Machault, originaires du Nivernais. - Au 198 s. des Carré dans les Ardennes, à Paris et à Laval; des Carret en Savoie. CASARS, CASAUBON, CASE, CASES, CASET, CAZES, CAZOT, DE CAZES, DECAZES. - Sens : maison, dans le Sud-Ouest; Casaubon signifie bonne maison : voir aussi Las Cases. - 0 PARIS. Casaubon, bourgeois de Paris, fam. protestante, encore représentée dans la bourgeoisie de Paris : un chevron et trois roses. - Casault, veuve Husson : un chevron, deux roses et une tête d'homme. Casier : une aigle. - • LYON. - Caze, de Montbrison : un chevron, deux losanges et un lion. Cazot, veuve Tardy : une fasce, un rocher et trois roses. - 0 MARSEILLE. - Cazeneuve, teinturier : coupé : un éléphant; un sautoir. - 0 MEAUX. Caset : trois aigles. - 0 LIBOURNE. - Decazes ou de Cazes, fam. anc. bgse, duc 1822 et duc de Glucksberg : trois têtes de corbeau. - Decazes, (Danois-1818), branche poitevine (vicomtes), alliée à plusieurs maisons chevaleresques de l'Ouest. - Au 19 s., des Caze à Toulouse. CASELIS, CAZALIS, CAZELIS. - Veut dire grande maison; la forme catalane est Casals. • POITOU. - Cazelis ou Cazalis, originaire du Béarn (14 s.) : trois fasces. - De cette fam. une branche bretonne; beaucoup furent et sont protestants. Au 198 s., des Cazelles à Nîmes et dans l'Hérault; des Cazalas et Cazeaux dans les Hautes-Pyrénées. CASENAVE, CAZENAVE. - Fam. méridionale : une maison; chef à deux canettes. CASTAGNÈRE, CASTANIER. - Fam. méridionale dont un prévôt des marchands de Paris (18e s.) : un châtaignier. - Sud-Ouest : Castanier, fam. anc. : un châtaignier; en chef, un croissant et deux étoiles. CASTEL, DUCASTEL. - Normandie.' - Ducastel, anc. fam. du Vermandois essaimée en Normandie, Picardie, etc., nombreuses branches, considérable au 148 s. : 3 chevrons et une merlette. Castel, anc. fam. dont étaient les marquis de Saint-Pierre, Crève-Cœur, etc. : un chevron et trois roses. CASTELBAJAC. - Maison illustre de Bigorre, dont les barons de Castelbajac, appauvrie par la multiplication de ses branches. CASTILLON. - Fam. nob. anc. de Guyenne. CAT. - • ROUERGUE. - Cat, fam. not. issue d'un notaire de Lapanouse - 1385 - d'où une dynastie de notaires. Une autre fam. nob. chevaleresque en Haut-Rouergue (141s.). CATELAN, CATALAN. - • PARIS. - Catelan : un lévrier et trois molettes. CATHERINET. - Fam. anc. de Normandie. CAULAINCOURT. - Anc. fam. puissante de Picardie. - Caulaincourt, duc de Vicence. CAULET, CHAULLET, CHOL, CHOULX, LECAULLE.- Dérivés de choux. - • PARIS. - Choulx, huissier : une bande chargée de trois étoiles. -

8 LYON. - Chaullet : un chou. - 8 LORRAINE. Choux : un chevron chargé d'une croisette ancrée et une rose. - Une fam. Chol, du Lyonnais, essaima à Paris, en Anjou; elle remontait à 1287. - En Bourgogne, des Caulet, originaires de Saint-Dizier, devenus Caulet de Thoiras. - Au 19e s., des Chollet (Loire et Paris). CAUMIA.- Fam. anc. de Béarn. CAUVET. - NORMANDIE. - Cauvet, anc. fam. : un chev. et trois roses. CAVALIER, CAVELIER, CHEVALIER, CHEVALIEZ, CHEVALLIER, LE CHEVALIER. - Surnom, probablement ironique, comme Roy ou Lévêque, mais désignant peut-être aussi un chevalier (?); la forme en «Ca » est méridionale; Cavelier vient soit de Cuvelier, soit de Cavalier. - 8 PARIS. - Cavelier, avocat : un chevron et trois arbalètes. - Cavalier, avocat, peut-être normand, comme Cavelier de la Salle : les armes de Chalo-Saint-Mars (v. Chartier, Boucher). - Chevalier, fam. alliée aux Courtin et aux Parfait, aux Pinon et aux Fraguier; originaire de Mantes : une licorne ou une tête de licorne. Chevalier, maître des Eaux et Forêts de Hainaut : une bande chargée de trois coquilles, entre deux dauphins. - Chevalier, fam. considérable de Champagne : une fasce, une molette et deux glands. - Chevalier : une fasce et trois croix de Malte. - Chevalier, chirurgien : un chevron, une étoile, deux roses et deux «C» entrelacés. 8 LYON. - Chevalier, apothicaire : un chevron, un lion et trois étoiles. Chevalier, huissier à SainteColombe : un cheval et un arbre. - Chevalier, traiteur : un chevron et une aigle. - 8 BRETAGNE. - Le Chevalier : trois bécasses. - Chevalier (15e s.) : trois annelets, un lion en chef. - Chevalier (Nantes) : trois clefs, un chevron et trois merlettes, un héron. 8 NORMANDIE. - Le Chevalier : trois chevaliers. 8 ANJOU. - Chevalerie : un cheval effaré. - 8 POITOU. - Chevalier (13 s.) : deux épées en sautoir et un casque. - 8 VENDÉE. - Chevalier : un porcépic. - 8 SAINTONGE. - Chevallier, dits de Villemorin : un croissant, trois étoiles en chef. - 8 TOURAINE. - Chevalier : un chevron, deux roses et un croissant. - Chevalier des Prunes : un lac d'amour. 8 LORRAINE.- Chevalier, anob. (161 s.) : une bande chargée d'un croissant, et trois molettes. 8 BOURGOGNE. - Chevalier, sgr de Montrouan, conseiller secrétaire du roi : une croix à huit pointes pommetée. - 8 PARIS. - Chevalier, échevin de Paris (16 s.) : un lac d'amour en double sautoir. 8 AUGOUMOIS. - Chevalier, fam. bourgeoise (17e s.). - Au 198 s., Chevallier à Langres. - Des Chevalier à Limoges, en Côte-d'Or, à Paris, Coutances, en Indre-et-Loire, à Rambouillet. CAYS. - Fam. de Nice, établie à Arles (141 s.) alliance : Porcelet. CEBERET, CEBERT, CEBRON, CESBRON. Contraction de Ceberon, signifiant bois fexible. 8 PARIS. - Ceberet : trois massacres de cerf. En Anjou, des Cesbron, dont les Cesbron-Lavau. En Bretagne : Cébert (19e s.). - Bordeaux, Cesbron (19e s.). CERF, LECERF. - 8 NORMANDIE. - Le Cerf, fam. anc. : écartelé : un cerf; deux fasces. 8 ALSACE. Traduction de Hirsch, fam. dont un remarquable militaire au service du grand Turc au architecte 198 s. CERVEAU, CERVELLE, CERBELLE, DE LA CERVELLE. - Surnom, désignant un homme intelligent (?); Cerbelle pourrait être synonyme de Cervelle mais anciennement écrit Serbelle en Touraine, il peut ressembler à un nom italien répandu jusqu'en Provence : Serbelli, Cerbelli. 8 PARIS. - Cerveau, procureur : une rose. -

8 TONNERRE. - Fam. Cerveau (17" s.) : un chevron renversé. - 8 DREUX. - Cervelle : une tête de mort. - 8 NORMANDIE. - De la Cervelle (14e s.) : trois losanges. - A Bourgueil (17 s.), une fam. Serbelle, écrite, ensuite, parfois Cerbelle et Cerbèle : maîtres de poste, voituriers par terre et par eau, jusqu'à la Révolution; l'un d'eux fut incarcéré sous la Terreur, et probablement exécuté; alliés aux Jaudonnet et aux Bureau. CHABAN, CABANIER, CHABANNES, CHABANEIX. - Sens : cabane; les formes en «Ca » sont normandes, picardes ou méridionales. - 8 PARIS. De Chabannes, qui sont les Chabannes du Bourbonnais, marquis de Cureton en 1563, dont La Pallisse un lion. - Chabenat, originaires du Berry, d'anc. bourg., alliés aux Le Fèvre de la Malmaison, Boucher, Petit de Passy : trois pensées, un soleil en chef. - Chavannes : trois têtes de levrette. - 8 LYON. - Cabanis : un chevron chargé d'une fleur de lis. - Cabanne : une cabane de berger. - Chabannes (Montbrison) : trois tours, dont une donjonnée. - Chabanon : une tour. - Chavannes, archiprêtre de Charlieu : un sautoir et trois croix ancrées. - 8 MARSEILLE. - De Cabannes : une licorne. - 8 GUYENNE. - Chabannes, grande et illustre maison, plusieurs fois alliée à la maison de France et à la maison de La Tour d'Auvergne et «cousins du roi», célèbre par le maréchal Chabannes de la Palisse dont les vérités sont proverbiales. Plusieurs branches bâtardes, reconnues, en Auvergne et Quercy. - A Paris, une fam. Chavanne, originaire de Beauce (18e s.), qui devint évidemment de Chavanne. - A Lyon, Chavance, marchand. - En Poitou, une anc. fam. Chaban ou Chabans. - Chaban de la Fosse à Paris (18 s.). - Chabaneix dans le Limousin. Chabanais fut le nom de plusieurs fam. féodales. Au 198 s., des Chabaneau à Nontron; des Chabas à Briancon. CHABERT. - Ce nom vient peut-être du Vivarais. Tours : Chabert (171 s.), un chevron. CHABOT.- Duc de Rohan-Chabot, 1645. CHABRIER, CHEBRIER. - Chevrier; nom du Limousin. - 8 VÉZELAY. - Chebrier : une main tenant une poignée de flèches. - Au 198 s., des Chabrié en Aveyron, Chabrillat à Marseille. CHAFFAUD, CHAFFOTEAU, DE CHAFFAUD. Échafaud, échafaudage. - Du Chaffault est breton : une fam. Chaffoteaux à Saint-Brieuc. CHAILLOU, CHAILLET, CHAILLON, CHAILLONNET, CHAILLOUET. - Noms de lieu, signifiant caillou, rocher; Chaillon et Chaillou sont souvent confondus. - 8 PARIS. - Fam. importante Chaillou, peut-être originaire de Dreux (?) que l'on retrouve dans l'Ouest, Poitou et ailleurs dans des conditions de fortunes diverses : échiqueté. Chaillou, marchand bourgeois de Paris : trois chevrons. - Chaillon : un chevron, deux abeilles et un lion (blason tourangeau des Chaillou). - Chaillouet une bande chargée de trois roses. 8 MARSEILLE. - Chaillet, chanoine : une bande chargée d'un chat. - 8 BRETAGNE. - Chaillou, déboutés au 178 s. : échiqueté. - 8 POITOU. Fam. Chaillé : un chevron et trois cailloux (bourg. au 141 s.). - A Paris, des Chaillonet. - Des Chaillou (17e s.), dont un procureur au bailliage, un médecin (Angers). - Une dynastie Chaillou, notaires aux Rosiers-sur-Loire (17 et 188 s.). - Des Chaillot, dans les Deux-Sèvres, bourgeois de Saint-Maixent (16 s.). - Unbaron Chaillou, en Bourgogne (19 s.). CHALENÇON. - Chalançon est un nom de lieu. Fam. ancienne qui releva les noms et titres des Polignac; les Chalençon, vicomtes de Polignac depuis 1427, ont été faits ducs en 1780; princes

bavarois 199 s.; princes souverains de Monaco (20" s.). CHALET, CHALLET. - Fam. anc. du Chartrain : trois chevrons et trois étoiles. CHALMETTE, CHALMETON, CHALMOT, CHAUMETTE.- Ces noms, du Centre, signifient chaumière ou chaume. - 0 PARIS. - Chalmette, marchand : un chevron et trois croissants, chacun supportant une palme; un lion naissant en chef. - Chalmette, fam. anc. : écartelé : une croix de Lorraine et une tour. - 0 LYON. - Chalmas : un chevron chargé d'une étoile. - 0 MARSEILLE. - Chalmette, marchand : un arbre sommé d'une merlette. - 0 POITOU. - Fam. Chalmot, dès le 138 s.; nobles anc.; plusieurs branches dont quelques-unes en Hollande; d'autres paysannes au 188 s.; protestants pour la plupart : un vol et trois étoiles. - A Lyon, des Chalmette. - A Uzès, fam. Chalmeton. - Au 198 s., Chalamet en Ardèche. CHALON, CHALONS, DE CHALON. - Ce nom de lieu peut représenter la ville de Châlons. - L'hôtel Châlons-Luxembourg, à Paris, porte le nom d'un marchand normand : Chalon : trois levrettes. • PARIS. - De Châlons : deux épées en sautoir, un cerf et deux étoiles en chef. - • ILE-DE-FRANCE. Chalon : un lion passant. - • MARSEILLE. Chalon, marchand ; trois pieux; trois molettes en chef. - En Bourgogne, une illustre maison de Chalon, issue des comtes de Bourgogne; dans l'Ouest, une autre, se disant issue de la première. Au 198 s., des Chalon à Genève, à Londres. Aussi des Chalons francisés. CHALOT, CHALU, CHASLOT. - Peut-être nom de lieu, comme Chaillot (rocher); ou bien Charlot, dont le «R»a disparu. - 0 PARIS. - Chalut : une croix. 0 LYON. - Challu, bourgeois : un chevron chargé d'une étoile. - 0 PROVENCE et BRETAGNE. Chalot : une croix et quatre lionceaux (Rennes1446). - A Niort, Chaslot, archer (16e s.). - Chaslot, fam. angevine qui naviguait sur la Loire (18 s.), qui donna des chirurgiens; essaimée en Touraine, et peut-être en Bretagne et en Provence. CHALVET. - Fam. d'Auvergne connue dès 1500, dont les comtes de Vernassal, etc. CHAMBELLAIN. - Paris, Chambellain : une tige de trois lis et un soleil. CHAMBELLAN, CHAMBERLAND, CHAMBRELAN. - e BOURGOGNE. - Fam. Chambellan, illustre sous les ducs de Bourgogne, qui remonte à un bourg, de Dijon (1400), dont trois vicomtes de Dijon : deux pattes de griffon et une tête de léopard. - Au 191 s., des Chamberland (Jura). CHAMBES, DECHAMBES. - Anc. maison illustre d'Angoumois. CHAMBRE, LACHAMBRE, DECHAMBRE, DELA CHAMBRE. - Nom de lieu; chambre signifie maison en Savoie et dans le Massif Central. - • PARIS. De Chambre ; deux ancres en sautoir. - 0 SAINTONGE. - De la Chambre, anc. fam. : un chevron et trois têtes de lion. - 0 THOUARS. - Chambret (16 s.) : trois maisons et un chef chargé d'un léopard. - • NORMANDIE. - De la Chambre : de France, au bâton (bâtards de rois?). - 0 SAVOIE. De la Chambre, noble au 148 s. : une fasce frettée. Dans les Deux-Sèvres (1711s.), M. de Chambre. - Au 198 s., La Chambre à Saint-Malo. CHAMIER. - Fam. notable du Dauphiné, protestante, essaimée en Périgord, où elle s'est éteinte, puis rallumée en Angleterre : une fasce chargée d'un cœur et trois roses. CHAMPAGNE. - Fam. de Salins (Jura) (16e s.) 0 PARIS. - La Champagne, bourg. : chev. deux étoiles et une champagne de laquelle naît un lis.

CHAPEAU, CHAPEL, CHAPELLE, CHAPELIER, CHAPELLIER, etc. - Surnom et nom de métier. Abondamment répandu dans le Sud-Ouest. 0 PARIS. - Chapelier : un chevron, trois couronnes de laurier et trois chardons. - 0 LYON. - Chapelon, marchand : un soleil et trois chapelets. - Chapel, boulanger. - 0 MARSEILLE. - Chapeau, bourgeois : coupé, un : une barre, deux : un rhinocéros. 0 BRETAGNE.- Chapel, débouté (17e s.) : une fasce crénelée en bas. - Chapelier, débouté : trois losanges, trois pals en chef. - • BOURGOGNE. Chappeau, fam. noble, issue d'un viguier (16 s.), puis trois générations de bourgeois et marchands à Beaune ; une foi; trois coquilles en chef. - 0 NORMANDIE. - Chapelle : un chev., deux molettes, un croissant. - 0 BERRI. - Chapelle : une fasce, trois étoiles. CHAPT. - Maison anc. du Limousin et du Périgord : une hure. CHARBONNIER. - Fam. de la Bresse; trois branches au 18 s. : un sautoir. CHARLES, CHARLET, CHARLOT, CHASLES, etc. - Prénom et ses dérivés. - 0 PARIS. - Charles : une fasce chargée de trois couronnes. - Charlet, bourgeois de Paris : fam. originaire du Poitou, issue d'un maire de Poitiers (15 s.), essaimée en Bretagne et ailleurs : une aigle. - Charlonnet : trois étoiles. - Chariot : capitaine au régiment de Touraine : un sanglier et trois lévriers. - Chariot, bourgeoise de Paris : chevron surmonté d'un trèfle et trois croissants. - e PARIS. - Charlet, intéressé aux fermes : une aigle au vol abaissé. - • LYON. Charlet, marchand : un chevron et trois roues. 0 MARSEILLE. - Charles : six besans. - Carle, hôte à Arenc : un J, un F et un C rangés en fasce. 0 BRETAGNE. - Charles (17 s.) : un pin et deux trèfles. - 0 LORRAINE. - Charles, chirurgien de l'armée du duc, anobli au 17" s. : un bateau surmonté d'un croissant entre deux ailes fascées. Charlet, auditeur des Comptes de Lorraine : deux bandes, parti au sauvage tenant sur l'épaule une masse et de la main gauche un merle. - Charlet de Rimaucourt, anob. (18* s.) : trois fasces et un lion brochant. - Charlet, assesseur : un chef chargé d'un trèfle. - En Poitou, Charlot attesté au 15 s. Au 198 s., Charles, à Valenciennes; Chasles en Normandie (?). CHARLEMAGNE, CHARLEMAINE. - Sobriquet : Charlemaine semble une corruption du premier. 0 PARIS. - Charlemagne, marchand drapier, bourgeois de Paris : une aigle éployée, et la fasce en devise brochante : c'est le blason d'un bâtard de Charlemagne, pure fiction, puisque les blasons n'existaient pas du temps de l'empereur. 0 BERRY. - Charlemagne, peut-être les mêmes qu'à Paris : les mêmes armes, plus trois roses sur la fasce. - 0 PARIS. - 188s. : quartier Saint-Jacques, M Charlemagne, nourrice de Talleyrand sous Louis XV. - AParis (18e s.), Charlemagne, cocher. Charlemagne, échevin de Bourges (16 s.), dont la famille a contracté de bonnes alliances, et subsisterait à Châteauroux (19 s.). CHARON, CARON, LE CARON, CHARRON, LE CHARRON, CHARRONIER. - Nom de métier; la forme en «Ca» est normande ou picarde; dans le Midi : Rodier, Roudier. Charonnier est peut-être dérivé de charogne (?). - 0 PARIS. Charon, bourgeois : un chevron et trois roues. Charron, bourgeois : un chevron, deux étoiles et une roue. - Charron, marquis de Ménars, fam. issue d'un marchand des env. de Blois, sans doute encore représentée dans cette région; a construit le château de Ménars; fam. dont un marchand de vin à Saint-Dié (16 s.); alliée aux Colbert, Lastic,

Castellane : un chevron et trois étoiles. - Le Caron : parti : un : fretté, coupé à trois besans; deux : un griffon. - Le Charron : un chevron et trois pensées. 0 LYON. - Caron, bourgeois : une fasce, trois losanges mal ordonnés, un croissant et deux trèfles. Charonier, commissaire de la marine : un chevron chargé d'une étoile. - • PICARDIE. - Carron (14e s.) : un chevron, deux croissants et trois losanges. 0 BRETAGNE. - Carron, capitaine 1511 s. : une fasce crénelée. - Charon : un chevron et trois chats effarés. - 0 POITOU. - Caron, fam. bourg. de Civray : une barque. - 0 MARCHE. - Charron, anc. fam. bourg. au 17" s., alliée aux Feydeau : un chevron et trois chats. - 0 TOURAINE. - Caron : une croix ancrée. - Au 198 s., des Caron (Lille). CHARPIN. - Fam. anc. du Forez : une croix ancrée. CHARRETIER, CHARTIER. - Nom de métier (et prénom?). - C'est, peut-être, le plus vieux nom de la bourgeoisie parisienne. - 0 PARIS. - Chartier, officier du roi Philippe I épousa la fille d'Eudes Le Maire, seigneur de Chalo-Saint-Mars, qui était allé en Croisade pous son souverain (voir article Boucher); les enfants issus de cette union, comme tous les descendants d'Eudes Le Maire, dit ChaloSaint-Mars, jouissent d'un certain nombre de privilèges, dont la noblesse (qui leur fut plus tard contestée), des indulgences, le droit à la protection spéciale de certaines reliques, et, enfin, le droit d'écarteler leur blason aux armes de Jérusalem. Les Chartier ne semblent pas avoir porté, cependant, d'autres armes que : un tronc d'arbre écoté, en fasce, et deux perdrix perchées dessus. - Un procureur et un avocat,'un conseiller et un bourgeois de Paris, du nom de Chartier, portent encore ce blason en 1696, à Paris. - Un maire de Tours, au 168 s., porte de même et, peut-être, un Chartier, Angevin, premier médecin de la reine d'Angleterre, pendant la Révolution. Des premiers degrés (jusqu'au 168 s.), on sait peu de chose des Chartier, mais cent ans plus tard, on connaît leurs alliances et les familles qui se targuaient de descendre d'eux, et en revendiquaient les privilèges. - Les Delahaye, Le Coigneux, Le Maistre de Bellejamme, Le Fèvre d'Ormesson, Baillet, Bernard de Forax, les Montholon, Mesgrigny, Molé, Basan, Mouchoy, toutes familles parisiennes, ou devenues telles, et jouissant, par leur descendance de Chalo-Saint-Mars, du droit de bourgeoisie parisienne. Aussi les fam. Guillaureau, Le Doux de Melleville, Dreux (de Montrollet, de Nancré, Brézé, etc.), Bragelongne (alliés en outre aux Marie), Camus, Sève, Girard (dont les G. de Villetaneuse), Tronson, Testu (dont les T. de Balincourt), Berbisey, Alleaume, Gallus, Gougnon (de Bourges), Teste, Chevalier, Longueil (dont les L. de Maisons), etc. - Tout descendant des Chartier a droit de porter les armes de Chalo-SaintMars et le faisait même lorsque sa famille en possédait d'autres : un écartelé de Jérusalem et de : à l'écusson à la feuille de houx (ou de chêne), avec ou sans bordure. - Autres Chartier : un épicier : deux C entrelacés; un curé : un chariot. Un receveur des tailles à Provins : le tronc écoté aux perdrix. • LYON. - Chartier ; une fasce et trois étoiles. • POITOU. - Chartier (1500), trois fam. dont une nob. venue de Touraine : un chevron, deux demi-vols et un hérisson. - • NORMANDIE. - Deux fam. de ce nom anc. et nobles; outre les Chartier aux perdrix (de Paris) qui y figurent aussi. CHARRI, CHARRY. - Fam. anc. du Nivernais. CHARRIER. - Fam. nob. auvergnate (131 s.) essaimée à Lyon, anc. une roue et un lambel. Devise : « Sempre in orbita ».

CHARTRAIRE. - Fam. de Bourgogne : une tour. CHATEL, CHASTEL, DUCHATEL DUCHASTEL.* DUCATEL. - Château, du château. - 8 PARIS. Ducatel, maître de pension : ses initiales entrelacées J et C. - Ducatel, maître es arts ; un château. - Duchastel, éc. : une bande à trois tours et six lions. - 8 BRETAGNE. - Duchâtel, illustre maison chevaleresque dont était Tanneguy. 8 FLANDRE. - Duchâtel; fam. anc. dont un conseiller du comte au 148 s. : un chev. et trois croix recroisettées, fichées. - 8 NORMANDIE. - Duchâtel, fam. anc. noble (1206) : un château. - 8 LANGUEDOC. - Duchastel, fam. anc. alliée aux Pierre de Bernis. CHAUVEAU, CHAUVELIN, CHAUVELOT, CHAUVET, CHAUVIN. - Sobriquet, tiré de chauve; Le Cauve ou Caube sont du Nord; Calvet, Calvin, du Sud; Chauvot et peut-être Chauvelot de Bourgogne. - 8 PARIS. - Chauveau, avocat et bourgeois de Paris : un lion, trois étoiles en chef, bordure aux neuf besans. - Chauveau, officier de feu la reine ; trois tours, une aigle en chef. - Chauveau, avocat : une ancre et trois étoiles. - Chauveau, procureur : trois trèfles. - Des Chauvelin, écuyer, chevalier, écuyer : un chou et un serpent. - Chauvereau, écuyer : un chevron et trois sauterelles. - Chauvin, maître ordinaire en la Chambre des Comptes : un lion et trois étoiles. - Chauvin, procureur : un chevron brisé, surmonté d'un soleil, deux étoiles et un raisin. - Chauvin, conseiller, et Chauvin, marchand bourgeois de Paris, ancien échevin et ancien consul : trois coupes couvertes, en fasce, surmontées d'un soleil. - Chauvinot, marchand hôtelier, maître de poste : Fet Cdoubles et entralacées. 8 LYON. - Chauvin, médecin : un chevron et trois besans, un lion léopardé en chef. - Chauvin, bourgeois de Lyon : un soleil cantonné de quatre raisins. - 8 LIMOUSIN. - Chauveron : un pal bandé. 8 POITOU et LIMOUSIN. - Chauvet, vieux nom chevaleresque : trois fasces et neuf merlettes. 8 OUEST. - Chauveau, chevaliers, et autres conditions : chauves-souris, diversement accommodées. 8 BOURGOGNE. - Chauveau, devenus de Quercize, descendant d'un procureur à La Roche-enBrénil, originaires de Côte-d'Or un chevron, deux étoiles et deux branches de chêne en pointe. 8 BOURGOGNE. - Chauvot, dont deux médecins de Louis XVIII et de Charles X : écartelé, aux 1 et 4 : un chevron et deux étoiles en chef; 2 et 3 : un agneau pascal. - Chauvelot, curé de Nolay : un sauvage tenant une massue en pal. - Chauvenet, venus de Catalogne? essaimés en Picardie : deux gerbes en fasce et trois huchets. Devise : «Exlabore fructus». - 8 NORMANDIE. - Chauvel, chanoine du chapitre de Mouchy : un vol de chauves-souris. Chauvel, avocat, lieutenant-général à Ervry : un chevron et trois roses. - 8 BRETAGNE. - Chauvot : trois feuilles de scie en chevron brisé. - Chauvet : une bande échiquetée, deux oiseaux; francanton : une croix potencée, contrepotencée. - Au Nord de Paris, Chauve et Chauvel sont attestés dès le 138 s. ACahors (an 1500), Chauveau, épouse de Feydeau, avocat dont descend une grande partie de la noblesse et de la vieille bourg parisienne. - En Vendômois, Chauvelin, dont les marquis dits de Chauvelin, titrés en 1734, marquis de Grosbois, issus de Chauvelin, avocat (16* s.). - A Paris, Chauvin, notables, magistrats, alliés aux Bragelonne. - En Bourgogne, Chauvenet, devenus de Chauvenet. - En Bretagne, Chauveau (17* s.). - Au 198 s., à Paris, Chauveau et Chauvel; Chauveau à Villeneuve-le-Guyard, Poitiers; Chauvet à Caen; Chauvin dans l'Orne. CHAVANNES.- Bresse, très anc. noblesse.

CHENARD, CHESNARD, CHESNEAU. - De chêne ou de chenu, i.e portant des cheveux blancs; voir aussi Duchesne. - 0 PARIS. - Chesnard; un chêne, trois coquilles en chef. - Chesne, procureur : un chêne. - Chesnelon, bourgeois : un chêne. Chesneau, bourgeois de Paris : une bande et deux chênes. - Chesnel : trois chicots en pal. - 0 LYON. Chenard, épouse de C. de Brosse : un chêne, trois coquilles en chef. - Chesnel, ou Chenel, avocat : un chêne soutenu d'un vol. - 0 MARSEILLE. - De Chêne : coupé : un loup; une fasce. - 0 BRETAGNE. - Chesnel (1 51 s.) : une bande fuselée. - Chesnel (1511s.) : trois marmites. - • TOURAINE. - Chesneau ou du Chesneau, fam. noble et anc. : un lion. Chesneau : trois chiens, une croix de Jérusalem en chef. - Chesnon : un chevron, deux étoiles et un lion. - 0 CHÂTELLERAULT. - Chesne, .pu Chaigne, ou de Chesne, fam. noble (161 s.) : deux renards, l'un contourné, passant l'un sur l'autre. - • SAINTONGE. - Chesnel : trois branches écotées, posées en pal. • BOURGOGNE. - Chesnard, fam. anc. issue d'un avocat de Saint-André-du-Désert (16 s.); plusieurs branches et principes de noblesse : un chêne, trois coquilles en chef. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Chesne, anob. par Philippe Il (161 s.) :trois glands surmontés d'une étoile. - • BOURGOGNE. - Chesne : un chêne surmonté de trois étoiles. - 0 ILE-DEFRANCE. - Chesne, sous-lieutenant des chasses du roi à Boulogne : une bande chargée de trois glands. - En Bretagne, Chesnu et Chesnon. - En Poitou (17 s.), Chesneau ou Chaisneau, Chaineau; notaires, écuyers, procureurs à Civray et à Loudun. Au 16" s., Chesnevert, fam. protestante, dont un maître des requêtes du roi de Navarre. - Au 19" s., Chesnelong, Basses-Pyrénées; Chesneau, Rouen; Chesney, général irlandais. CHÈRE, CHEREAU, CHERET, CHÉRIER, CHÉRIÈRE, CHÉRON, CHERRÉ, CHERRET, CHÉRI, CHERRY. - Dérivés du prénom Chéron, ou de cher, au sens affectif. - 0 PARIS. - Cherré, ou Chéré; trois trèfles. - Chéreau, avocat : trois fasces ondées, abaissées et un soleil en chef. - Cheret, marchand de vin, bourg. de Paris : un chevron et trois trèfles. Chérier d'Avricour, Chérier, procureur : gironné, un soleil brochant. - Chérière : un chevron, trois fers de dards, supportant chacun une rose. - Cheron, marchand fruitier oranger : un chevron et trois pommes. - Cheron : un chevron et trois fruits. 0 BRETAGNE. - Chéreau (151 s.), débouté (171 s.) : un chevron et trois roses. - Chéreil : un sautoir engrelé. - Chéreil : un demi-vol de vair. - 0 ANGOUMOIS. - Chérade (17 s.), alliés aux Sartre, dont les comtes de Montbron : trois losanges. - 0 BOURBONNAIS. - Chéri, fam. anc. : un chev. et trois roses. - 0 LORRAINE. - Cherisey : coupé au lion issant; devise : toujours tout droit. - 0 PICARDIE. Chéry, écuyer, sgr de Villancourt : deux lions affrontés. - Chéry, chanoine de Saint-Florent-de-Roye : une moucheture. - En Limousin, Cheyron du Pavillon et de Beaumont, anoblis (171 s.). Au 191 s., Chéron (Périgueux); Chereau (Aube); Cheruel (Rouen); Cherrier (Vosges). CHEUREL. - Fam. du Mâconnais : une fleur de lis. CHICAULT, CHICOLET, CHICOT, CHIQUET. Sobriquet, diminutif; petit. (espagnol : chico). * PARIS. - Chicot, avocat : trois chicots en bande. Chicolet : un cygne percé d'une flèche et deux étoiles. - 0 LYON. - Chiquet, marchand ; un chevron et trois roses, chef échiqueté. - 0 SENS. Chicault : huit rocs d'échiquier. CHINOINEAU, CHICOYNEAU. - De chic qui veut dire petit; ou désignait un chicaneur. - Chicoineau, fam. de Blois, fixée ensuite à Montpellier, et illustrée

au Parlement de Paris : trois chicots en pal, une bande chargée d'une étoile et de deux croissants. CHIRAC, CHIRAT, CHIREX, CHIRIS, CHIRON. Même étymologie que Caire, Cairn, Choille, c'est-àdire tas de cailloux, rocher. - 0 PARIS. - Chirat : un lion. - Chirex : un laurier et une palme en sautoir, un croissant et une étoile. - 0 LYON. - Chirat : un lion. - 0 VERSAILLES. - Chiron, grand valet de pied du roi : une foi, deux étoiles et un croissant. 0 POITOU. - Chiron, avocat à Thouars : un centaure. - 0 BRETAGNE. - Chiron (14 s.) : un croissant, trois coquilles en chef. - 0 PROVENCE. De Chiris, très anc. fam. provençale, issue des sgrs de Cirie, essaimée en Savoie puis à Lille : une fasce et trois roses. - Chiron (Limousin). - Chirac, médecin de Louis XIV. - Au 198 s., Chiris (AlpesMaritimes). CHISSERET. - 0 BOURGOGNE. - Fam. originaire de Nuits; plusieurs branches, issue d'un apothicaire vivant vers 1600 : trois têtes de femme. CHOISEUL - Ducs de Choiseul de Stainville et de Praslin. CHRÉTIEN,CHRÉTIENNOT, CHRISTIN, CRISTIN. - Ancien prénom; ou surnom désignant les simples d'esprit. - 0 PARIS. - Chrestien : trois croisettes, ou trois croix potencées (et un chevron). - Chrestiennot : un chevron et trois poires. - 0 LYON. - Christien, veuve Gâcon : trois croisettes. - Crestien : une poire de bon chrétien. - Cristin, marchand : une fasce, trois aiglons et une croix pattée. - • BRETAGNE. - Chrétien, croisé (13 s.) : une fasce et trois casques de profil. - «TOURAINE.- Chrétien (13 s.) : cinq fasces. - • SAINTONGE. - Chrestien (16e s.) : trois besans. - 0 AUXERROIS. - Chrestien, archidiacre ; une bande chargée d'un lambel à trois pendants. - En Lorraine, Chrestien, lieutenant de cavalerie, anob. au 178 s. En Beauvaisis, essaimés à Paris, puis Lorraine, les Chrestien, sgrs de Bonneuil, de Libermont, de la Ferronnière, du Perron. En Flandre, de Hasbrouck, dit Chrétien (13 s.). - En Touraine, Christin, barons de l'Empire. - En Poitou, Chrétien (12° s.). - En Bourgogne, Chrétiennot, bourg, de Dijon (16 s.). - Au 198 s., Christison (Écosse); Christ (Allemagne). CIPRIANI. - Fam. florentine établie à Marseille (18e s.) : trois triangles. CIRON, CIRLOT. - Sans doute composé de Cyr. • PARIS. - Ciron : une aigle et trois étoiles. • LYON. - Cirlot : trois bandes. - 0 Toulouse. Ciron, capitouls, alliés aux Crussol : trois rochers. CLARKE.- Clarke, duc de Feltre 1809. CLEMENS. - Fam. consulaire de Tarascon (151 s.) : trois pals. CLERC, CLÉREAU, CLÉRET, LE CLERC, LE CLERCQ. - Surnom et nom d'état, signifiant lettré, savant, ou même religieux. - e PARIS. - Cléreau : un chevron, deux étoiles et un soleil sur une onde. Cleret, boucher : deux «C» entrelacés avec un «N», surmontés d'un soleil et deux étoiles. - Le Clerc, avocat : une fasce ondée surmontée d'un soleil. - Le Clerc, marchand, bourgeois de Paris : une gerbe, cinq étoiles et un croissant. - Le Clerc, mouleur de bois : deux fasces et trois tourteaux. Le Clerc, alliés aux La Fayette, dont un anobli au 14e s. et le fameux père Joseph, éminence grise de Richelieu : un chevron et trois roses. - 0 LYON. Clerc, marchand : une bande chargée d'un aiglon, et un soleil. - Clère, notaire : un chevron, étoile, un soleil et un aigle. - Le Clerc, bourgeois de Paris, demeurant à Lyon : un lion deux épées en sautoir et deux étoiles. - 0 NIORT. - Clerc, fam. notable (15* s.) : trois têtes de lion. - • LIMOUSIN. Le Clerc, anc. : trois trèfles. - 0 ANJOU. - Cléreau, jadis nobles : une fasce et sept merlettes. -

• TOURAINE. - Cléret : deux fasces ondées. • NORMANDIE. - Leclerc : un lion issant d'un croissant. - 0 BRETAGNE. - Leclerc, Le Clerc, anobli (15° s.); déboutés (17 s.) : un écureuil. Le Clerc (14 s.) : trois roses. - Le Clerc : des macles. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Clerc : deux jumelles. - Clerc de Landresse : une écrevisse. - Plusieurs Clerc, en Bourgogne, dont un conseiller au bailliage de Semur (16e s.), un chanoine d'Autun, un avocat au Parlement. - 0 FLANDRE. - Le Clercq, écuyers : deux palmes, une couronne et quatre étoiles. - Le Clercq d'Hurtebise : un écusson chargé d'une bande, trois merlettes en chef. - Clerk; une fasce et trois coquilles; devise : Godt is myn hope. A Paris, deux grandes familles Le Clerc, l'une issue d'un conseiller à Angers (16e s.), mais avant lui, tenant fief au Maine depuis le 158 s.; l'autre issue de tanneurs de Melun; toutes deux ont été anoblies. - AParis, des Le Clerc, marquis de Juigné, originaires d'Anjou, alliés aux Montmorency, Feydeau. - En Bourgogne, anc. fam. Clerc, originaire de Gemeaux, marchands puis magistrats. - En Aunis, des Le Clerc, Leclerc (19 s.), alliés aux Pascaud de Poléon. - Au. 191 s., Cléret (Normandie); Leclerc (Nancy); Leclercq (Belgique); Clère (Paris); Lecler (Aubusson). CLERMONT. - Les Clermont de Tonnerre, illustre maison de la noblesse française, seraient issus de conseillers des dauphins du Viennois. - Au 198 s., duc de Clermont-Tonnerre à Paris; Clermont-Ganneau. CLOPET, CLOPIN. - Sobriquet appliqué aux boiteux. - 0 PARIS. - Clopet, alliés aux Blondel d'Azincourt. - 0 BOURGOGNE. - Clopin, fam. de procureurs à Dijon (17e s.) : un pin et deux étoiles en chef. CLOUTIER. - Fam. anc. Normandie : deux lions affrontés; chef au léopard. > COCHE, COCHET, COCHETON, COCHIN, COCHOIS, COCHON, COCHARD. - Noms très anciens, voulant tous dire cochon, ou truie. - 0 PARIS. Cochart de la Boulaye, bourgeois : six besans, et une tête de coq. - Cochelin, bourgeois de Paris : un coq et trois étoiles. - Cochet et de Cochet : trois coqs. Cochon, chevalier de Saint-Lazare : une fasce, un soleil et trois étoiles. - 0 LYON. - Cochardet, chevalier : un coq. - Cochard, marchand drapier : un char et deux coqs. - Cochaud : un chevron chargé d'une coupe. - Cochonet, cabaretier : un chevron et un sanglier. - • MARSEILLE. - Cochardière, écrivain du roi : deux coqs attelés à un char. - 0 NORMANDIE. - Cochart, anobli (15e s.) : trois fasces. 0 BRETAGNE. - Cochon (17 s.) : trois billettes percées. - 0 FLANDRE. - Cochet, anob. au 178 s. : un chef chargé d'une molette. - • CHAMPAGNE. Cochet, sgrs de Gillocourt, Russon, origin. de Picardie : un chevron chargé de cinq mouchetures, deux molettes et une hure de sanglier surmontée d'une molette. - 0 LORRAINE. Cochet de Savigny, origin. de Montcenis : un coq. - 0 NIVERNAIS. - Cochet, barons de La Ferté-Chauderon : trois coqs. - 0 PARIS. - Cochin, anc. fam. qui occupa des charges importantes à Paris, dont un graveur du roi, un curé qui fonda l'hôpital Cochin : un coq sur une montagne, surmonté de trois étoiles en chef. - 0 A PARIS. Cochet de Saint-Vallier, originaire de Bourgogne où ils étaient Cochet et bourg. au 16" s. - Cochin, fam. parisienne d'anc. bourg. dont un anobli (18 s.) et un baron (19e s.). - Cochon fam. originaire de La Rochelle, répandue à Niort, Saumur, Paris, plus connue sous le nom de Cochon de Lapparent; comtes de Lapparent (19" s.), dont Cochon du Puy, de la Tour, du Vivier. - Fam. Coche de la

Ferté (201 s.). - En Limousin, avant 1300, une fam. noble Coche, alliée aux Duraton, Poute. Fam. Coche en pays nantais. - Cocheton (Loir-etCher). - Babette Cochois, actrice de la troupe française chez Frédéric II, qui devint marquise d'Argence. - Des Cochon, devenus Cochin, à ne pas confondre avec les grands Cochin. - Au 198 s., Cochet (Le Havre). - Cochelet (Charleville). COCQ. - Fam. anc. Normandie : un sautoir; en chef, une molette et deux sautoirs. COLAS, COLIGNON, COLIN, COLINEAU, COLINET, COLLAS, COLLET, COLLETTE, COLLIN. Noms anciens, tous dérivés de Nicolas. - 0 PARIS. Colas, prêtre : une fasce, trois roses et trois chicots d'arbre. - De Colas : trois fasces. - Colas, procureur : un chevron, deux chênes et une grappe. - Collart ou Collard : une fasce chargée de trois roses. - Collé : un arbre et deux tourterelles. - Collesson, avocat : un chevron et trois abeilles. - Collet : un chevron, trois roses et une étoile. - Collet, bourgeois de Paris : deux piques en sautoir. - Colletet : un coq, une gerbe et quatre tours cantonnées. - Colin ou Collin : une aigle à deux têtes. - Collin : une croix ancrée, une aigle en chef. - Collin : un lion. - Collinet : un coq et trois étoiles. - Colliquet, officier du roi (étymologie différente?) : un quai sommé d'un coq. - Collot, bourgeois de Paris : un chevron chargé de trois croix et trois merlettes. - 0 LYON. Colabeau, échevin : une bande chargée de trois hermines. - Colas : un phénix regardant un soleil. Collard, marchand : un sanglier portant un coq sur son dos. - Collet : un chevron chargé d'une rose. - 0 NORMANDIE. - Collart : un soleil et trois étoiles. - Collardin, anc. Le Large (avant 1520) : une fasce à la fleur de lis et au besan. Collas : un serpent avalant le bas du corps d'un enfant. - • BRETAGNE. - Collas, noble (13e s.) : une aigle. - Collet, écuyer à Bourges (14" s.) : écartelé : une fleur de lis : un lion. - Collet (17 s.) : une tête de Maure. - Colin ou Collin, issu de la maison féodale d'Ingrande (?) : trois merlettes. Collin, venu d'Irlande : un chevron et trois merlettes. - Collin, franc par lettres ducales (15" s.) : trois fasces, bande brochant. - Collin, anobli (19 s.) : parti : une tour : un lion. - 0 PICARDIE. Collot (15e s.) : un chef chargé d'une molette. • POITOU. - Collin, médecin (16" s.) : un chevron, deux roses et une coquille. - Collinet : une bande gironnée. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Collette, anob. (17 s.) : trois étoiles, une montagne surmontée d'une aigle. - • ILE-DE-FRANCE. - Collette, origin. de Franche-Comté : dix losanges au lambel brochant sur les trois premiers. - Collette : un myrte terrassé, dix abeilles en pal, deux colombes affrontées en chef. - 0 LORRAINE. - Colette, gouverneur d'Epinal (15 s.) : une tour à trois créneaux sur un rocher, surmontée d'une croix potencée. Colin : une rencontre de bœuf, un anneau dans les naseaux, une étoile au-dessus de chaque corne. 0 FLANDRE. - Colins, nombréuses branches dont les sgrs de Termareu, Liembos, les comtes de Mortagne, les vicomtes de Ham : une bande et six tourteaux. - Collart : une fasce et quatre étoiles. - 0 CHATILLON. - Collet, chanoine de Châtillon : un soleil entouré d'un serpent. - 0 ILE-DEFRANCE. - Collet de la Marre : une bande chargée de trois étoiles. - Collier : trois fasces. - a BELLEY.Colliex, écuyer, sgr de Richemont : deux lions affrontés trois croissants en chef. - • LORRAINE. Collignon : un pal chargé d'un annelet. - Collinet, sieur de la Salle, anob. au 17e s. : une épée en pal, la pointe en haut. - En Bretagne, Colleau, Collotin (15e s.). - En Picardie, Colet, Colette, Coletet,

Colin, Collard (14* s.). - En Bourgogne, Collenot, Colnot, Colignon. - En Poitou, Colas et Collas, anciennement Nicolas (?); Collardeau, de bonne bourgeoisie de robe (16 s. et 17e s.). - Les Collin du Bocage descendent de Collin, auteur dramatique 1922; au 198 s., Colin en Haute-Saône, Meurthe, Yonne, Paris; Collas à Paris; Collin de Plancy dans l'Aube. - 0 ORLÉANAIS. - Colas, fam. anc. : écartelé, trois fasces, une bande. - 0 PROVENCE. - Colla : écartelé. - 0 CHAMPAGNE. Collin : une bande à trois molettes et trois cotices. COLBERT. - Forme contractée de Colibert (?). Illustre maison noble, issue d'un marchand de draps, prétendant descendre d'anciens rois d'Ecosse. - 0 CHAMPAGNE. - Colbert : une couleuvre ondoyante. COLOMB, COLOM, COLOMBEL, COULON. Nom plutôt méridional; nom de saint. - 0 PARIS. Colombel, écuyer : un chevron brisé, deux molettes et un croissant. - Coulon ou Coullon : une fasce chargée de trois têtes de Maure. - Coulombier, ou Colombier : une tour sommée d'une colombe. Coulon, notaire : une croix et quatre têtes de Maure. - Coulon, procureur : trois colonnes en pal. - Coulon, avocat : une colombe. - Coullon : un chevron et trois têtes de grue. - 0 LYON. Colomb : trois colombes. - Collombet : trois colombes, un demi-vol et une flèche. - Colombier : bourgeois de Roanne : une colombe. - Colomby : trois colombes. - 0 MARSEILLE. - Colomb, marchand de bois : un pigeon buvant à une fontaine et deux étoiles. - Colombi : fretté, trois colombes en chef. e BRETAGNE. - Coullon : un cygne nageant sur une fasce. - Coulombe : un lion. - Une fam. du Colombier. - Des Colomb, méridionaux devenus Colomb de Daunant (1928); marquis (?) de Puyblanc. Au 198 s., Colomb (Figeac); Colombet (Lozère). 0 NORMANDIE.- Colombel : fam. anc. - Colombier : fam. anc. du pays de Vaud. - Bordeaux; Colom fam. considérable (13 s.). COLOMBA.- Fam. considérable du Brabant. COLONNA, COLONNE. - Nom d'une antique maison romaine, d'où les princes Colonna. - 0 PARIS. - Colonne (peut-être francisation anc.) : une colonne couronnée. COMAILLE, COMEAU, COMON, COMMON. Comaille est un nom de lieu. - 0 PARIS. - Comeau ou Commeau, fam. peut-être angevine et parente de M. Comeau, professeur à Angers en 1576 : une ancre et un dauphin entrelacés. - 0 BRETAGNE. Comaille : trois mailles (besans). - 0 BOURGOGNE. - Fam. Comeau, importante et anoblie, remontant à un receveur de Pouilly-en-Auxois (16 s.) : une fasce et trois étoiles cométées. - En Poitou, une fam. Common, protestante (171s.). COMBASTET, COMBAUD, COMBE, COMBES, LACOMBE. - Nom de lieu signifiant vallée haute, ou col. - 0 PARIS. - Combes : un sautoir échiqueté et quatre trèfles. Lacombe, bourg. de Paris : un croissant, trois étoiles et un rocher. Lacombe, marchand : une montagne. - Combet, protonotaire apostolique à Sentis : un cœur d'où sortent trois épis, une croisette en chef. - • LYON. Combat : écartelé, une rose, une molette surmontée d'un oiseau. - Combe, maître ouvrier en drap de soie : deux rochers formant combe, d'où sort un lis surmonté d'un soleil. - Combette : une fasce et trois roses. - 0 MARSEILLE. - De la Combe : un sautoir, bordure à dix lions. - 0 LIMOUSIN, SAINTONGE. - Lacombe : trois tours. - Au 198 s., Combe (Ecosse); Combes (Paris, Tarn, Aude); Lacombe (Rodez, Lorient, Toulouse, Bourges).

COMPAGNON, COMPAING, COMPANS. - Compans est nom de lieu en Beauvaisis : les deux premiers veulent dire : compagnon. - 0 PARIS. Compagnon, l'aîné, marchand de vin : un ours debout. - De Compans, écuyer : trois grappes de raisin. - 0 LYON. - Compagnon : deux bourdons en sautoir et une foi. - Compain : un massacre de cerf, trois molettes en chef. - 0 ORLEANS. Compain ou Compaing (14 s.), essaimés à La Rochelle et ailleurs : un massacre de cerf surmonté d'une tête de léopard et d'une fleur de lis. 0 POITOU. - Compaing, marchands à Availles, tige d'une famille prolifique, ensuite noble, du moins certaines branches : deux fasces, trois étoiles et un cœur navré d'une flèche. - 0 LYONNAIS, BOURGOGNE, BUGEY, LORRAINE. - Compagnon : un croissant. - Compagnon, cons. du roi au présidial de Toul : un chevron deux étoiles une tour crénelée à deux fenêtres. - A Paris, Marie Compans, ou de Compans, femme de Boucher et mère du grand audiencier de ce nom. - En Poitou, Compagnon, bourg. de Poitiers au 148 s. COMPASSEUR (LE). - Fam. anc. consid. orig. du Roussillon, essaimée en Champagne et anciennement illustrée sous le nom Le CompasseurCréquy-Montfort. COMPOINT. - Fam. de vignerons propriétaires à Paris (17e arrondissement) (19 s.). COMTE, COMTESSE, LE COMTE, LECOMTE, CONTE, CONTESSE, LECONTE. - Surnom : Conte, méridional est une faute d'écriture; Le Conte est du Nord. - 0 PARIS. - Comtesse : trois coqs. Leconte ou Le Conte des Graviers. Le Conte : un chevron, deux soucis et une sphère. - Leconte : un sautoir dentelé chargé de cinq maillets. - Le Comte, comte de Fontaine : un chevron et trois besans. - Leconte : trois croissants. - Lecomte, seigneur de Mouchy : une bande dentelée, écartelé : trois étoiles. - Lecomte, procureur : un chevron et trois couronnes. - 0 LYON. - De Contes : un lion tenant une épée. - Lecomte : six besans. - 0 MARSEILLE. - Comte, juge : neuf besans en fasce et un croissant, trois étoiles en chef. - Comte, peintre entretenu par le roi : un coq et trois étoiles. Comte, march. bourg. : parti ; un sautoir, un cheval bai. - Conte, marchand : sept besans en fasce et un croissant. - 0 BRETAGNE. - Le Comte (15e s.) : écartelé en sautoir, à quatre fleurs de lis. Le Comte (17 s.) : une couronne comtale et trois cœurs. e PERIGORD. - Comte : trois couronnes. - 0 SAINTONGE. - Conte : une aigle. - 0 FOREZ. - Le Conte : trois merlettes, un lion en chef. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Comte, fam. orig. du pays de Vaud : une grue et une croix. - 0 LORRAINE. Comte, anob. par le duc : un chevron et trois vautours. - 0 NORMAÑDIE. - Comte, fam. nob. un chev. trois besans mal ordonnés. - Comte, fam. nob. de Coutances :trois cœurs et un écusson barré, une barre ch. de trois merlettes. - En Picardie, Le Comte (13 s.); Le Conte (14 s.). Au 198 s., Comte (Montpellier, Nantes, Genève, Lyon); Lecomte (Mayenne, Nord, Paris, Boulogne-surMer, Loire); Lecomte du Nouy (Paris); Leconte (Indre, New York). - Leconte, fam. orig. du Vermandois (16e s.), essaimée en Berry, Sologne, Blésois, etc. avant le 188 s. : deux cœurs et un croissant; chef à trois étoiles. CONARD, COSNARD, COYNARD. - Noms tirés de Conon, ancien prénom. - 0 PARIS. - Fam. Coynard, issue d'un marchand de drap (16 s.), bourg. alliée aux Targer, un anob. (16* s.). A. Conard, épouse Berbizy. - • ALSACE, BOURGOGNE. - Conat, capitaine des portes de la ville de Montroyal : un chevron et trois quintefeuilles,

et une cane sur un marais. - De Conna, commandant à Neustadt : écartelé aux 1 et 4 : une tour; aux 2 et 3 : trois flammes. CONDÉ. - Nom tiré de la ville de Condé en Hainaut. - • POITOU. - Fam. de Condé, anc., pourrait descendre des anciens seigneurs de Condé, alliée aux Exea (18 s.) : un chevron et trois casques de profil. - Casanova cite une Condé, concierge au Louvre, avec laquelle il eut des démêlés, pour l'avoir appelée Condé Labré. Des Sépulchre devenus de Condé (1929). CONRARD, CONRART. - Vieux prénom, peu fréquent, qu'on trouve dans le Nord, à rapprocher de Conrad. - 0 PARIS. - Conrard, conseiller, avocat : un sautoir. - Conrard, ou Conrart, bourg. de Valenciennes, dont descend le Conrard de Paris. Conrard, célèbre érudit, homme de lettres du 171 s. CONSEIL - Sobriquet appliqué à un conseiller ou à un homme donnant des conseils. - 0 PARIS. Conseil, procureur : un renard. - 0 TOURAINE. Conseil (14 s.) : une crosse et deux étoiles. - En Savoie, une rue de Megève porte le nom de Mgr Conseil. Au 198s., Conseil, en Bretagne. CONSTANT, CONSTANTIN. - Prénom. • PARIS. - Constans, marchand drapier, bourg. de Paris : une tour et douze barillets. - Constant, bourg. de Paris : un poirier. - Constant écuyer : un chevron, deux aigles et une côte. - 0 LYON. Constant : un sautoir ondé chargé d'un écusson. Constantin (Charlieu) : un chevron chargé d'une billette. - 0 ANJOU, TOURAINE, etc. - Constantin : un rocher sur une mer. - 0 BRETAGNE. - Constantin (15e s.) : une bande chargée de trois coquilles. 0 POITOU. - Constantin, noblesse féodale (13e s.) : six annelets. - Constant : un palmier. - 0 BARROIS et LYON. - Constant : un sautoir ondé, chargé en cœur d'un écusson. - Constant, fam. protestante, représ. en plus. régions : une fasce chargée de trois croissants, dans lesquels sont trois étoiles (nobles au 168 s.). - AParis (19 s.), fam. Constantin, bourg. et notaires, issus d'un marchand d'articles religieux à Saint-Sulpice (?). - Dans le Rouergue, au château de Bourines, vivait au 188 s. un sieur Constant ou Constans, audiencier à la chancellerie de Bourgogne. - En Anjou, des Constantin alliés aux Contades (181 s.). - Au 191 s. Constant (Hérault). CONTADES. - Fam. anc. de Narbonne, illustrée par un maréchal de France et établie en Anjou. COPIN, COPPIN. - Altération de copain ou de copin, signifiant morceau ou coupe. - 0 PARIS. Copin : un palmier, deux étoiles et un croissant. Coppin, fermier général : une fasce et trois têtes d'aigle. - 0 LYON. - Coppin, marchand : un pin et un coq dessus. - 0 BOURGOGNE. - Coppin, fam. originaire de Semur-en-Auxois, issue d'un bourg. de cette ville au 168 s. : deux lions portant une mûre. - Au 198 s. Coppino (Italie). COPPIER. - Fam. anc. du Dauphiné (16e s.). COQ, LE COQ, COQUELET, COQUELIN, COCQUARD, COQUET, COQUATRIX. - Nom de métier : cuisinier; cook en anglais. Coquatrix : crocodile (dragon). - e PARIS. - Cocquart de la Motte : un sautoir, trois roses et une étoile. Coquart, marchand bourg. de Paris : un coq. Coquebert, orig. de Champagne : trois coqs, chantant la patte levée. - Coquelay : écartelé, une croix engrelée; un chevron et trois besans. - Coquelet : un coq. - Coquatrix : fam. attestée très anc. à Paris, puis en Normandie. - • NORMANDIE. Le Coq : parti, trois poissons. - Coquet, fam. anc. : dix rochers. - 0 BRETAGNE. - Le Coq (14 s.) : deux fasces. - Le Coq (17e s.) : un besan chargé d'un coq. - • BOURGOGNE. - Cocquard, fam. de magis-

trats, connue à Dijon depuis le 17 s. : un coq et un soleil. - Coquet, fam. nombreuse, issue d'un receveur et châtelain à Pontailler (16e s.) : deux croissants adossés et une étoile. - A Paris, Le CoqMadelaine, fam. protestante. - Le Coq de Courbeville de Goupilières. - 0 FRANCHE-COMTÉ. Coquelin, procureur général au parlement de Dole (17 s.) : trois coquilles. - Coquelin, orig. de Salins, anob. au 168 s. - Deux licornes affrontées, les cornes en sautoir. - 0 PARIS. - 'Coquerel, capitaine des portes de Montreuil au 171 s. : un chevron et trois étoiles ou : écartelé à la croix engrelée et quatre coqs. - Coquerel de Montdidier : un sautoir chargé d'une molette. - Le Coq, fam. de Niort, tirait son nom de la charge de maître-queux de Richard Cœur de Lion. - Au 198 s., Le Coq (Calvados, Avesnes). COQUILLE, COQUILLARD. - Surnom, en principe donné à ceux qui revenaient de Compostelle. 0 PARIS. - Coquille, quatre coquilles, dont un avocat : des coquilles. - 0 LYON. - Coquillard, bourg. de Paris : une fasce et trois coquilles. - 0 YONNE. Coquille au 198 s. CORAL - Veut dire corail, ou prénom ancien (?). • LYON. - Coral, marchand : un chevron, deux étoiles et un croissant chargé de deux branches de corail. - Coral, bourg. : deux branches de corail. 0 MARSEILLE. - Corail, capitaine : une tige de corail et deux cœurs. - • POITOU et LIMOUSIN. Coral, fam. nob. et anc. : une croix pattée. CORBIÈRE. - Fam. anc. de Normandie : un lion. CORBIN, CORBINEL, CORBINEAU. - Veut dire corbeau. - • NORMANDIE. - Corbinel fam. 138 s. possédait d'importantes terres. - 0 OUEST. Corbin, fam. notab. anc. :trois corbeaux. CORDEBEUF. -Anc. nob. d'Auvergne. CORDIER, LE CORDIER, LECORDIER, CORDELET, COURDIER. - Nom de métier. - 0 PARIS. Cordier : une croix dentelée et quatre roses. Cordier : un chevron, deux étoiles et un lis. - Le Cordier ou Lecordier : une bande chargée de trois molettes. - 0 LYON. - Cordier, bourg. : un chevron chargé d'une fleur de lis. - Cordier (Roanne) : un chevron chargé d'une merlette. - • MARSEILLE.Cordier : une fasce, deux molettes et une cigogne. 0 BRETAGNE. - Le Cordier : une cordelière, passée en lacs d'amour. - 0 BOURGOGNE. - Cordier, venus d'ile-de-France, issus d'un valet de chambre du roi (16e s.) : un chevron et trois croissants. • ARTOIS. - Cordier, écuyer, grand prévôt d'Artois : deux griffons sans ailes affrontés. - 0 FLANDRE. Cordier : un chevron, deux grappes de raisin, et un croissant. - • BOURGOGNE. - Cordier, conseiller du roi : une bande chargée d'un clou. - Cordier, conseiller : un cœur rayonnant. - 0 FRANCHECOMTÉ. - Cordier, capitaine châtelain de Sagny : une fleur de lys, deux étoiles et un croissant. Cordier, sgr de la Bergement-Iès-Frangy : deux étoiles et un croissant. - A Paris, importante fam. Cordier, orig. d'Ile-de-France, alliée aux Sade, Le Pelletier, a connu des principes d'anoblissement. - En Poitou, des Cordier au 198 s. - Dans la Bresse, Courdier, notaires au 188 s. - Courdier, en Bourgogne. - Au 198 s. Cordelet dans la Sarthe. - Cordier (Orne, Toul, Louisiane, Nord). 9 NORMANDIE. - Cordier, fam. anc. : une fasce et trois coquilles. - Le Cordier : trois fers de pique. CORDON. - • NORMANDIE. - Fam. anc. : trois cordons. - 0 BUGEY.- Cordon : écartelé. CORMIER, DU CORMIER, CORMERAY,CORMIS CORMON. - Noms dérivés de l'arbre appelé cormier, aussi nom de lieu. - 0 MARSEILLE. - Cormis, marchand bourg. : une licorne. - 0 BRETAGNE. -

Du Cormier (16 s.) : un chevron et trois croissants. 0 TOURAINE. - Cormier, anoblis : une fasce, un pélican et un cœur. - En Poitou, anc. fam. Cormier. ALyon, Cormon, dynastie de libraires. CORNALOU.- Fam. anc. de Bresse, (12" s.). CORNEILLE, CORNETTE, CORNIER, CORNILLEAU, COURNOT, CORNU, CORNUAU, CORNUEL Surnoms dérivés de corne; cornette peut être le surnom d'un efféminé; dérivés parfois aussi de corneille. - 0 PARIS. - Cornette, agent de change : un chevron, un croissant, trois guidons et une levrette. - Cornety, avocat : trois cornets. Cornier, avocat : un chevron, une aigle et un lion. - Cornil, procureur : une licorne. - Cornillau : un chevron et trois merlettes. - Cornilleau : un cœur et trois roses. - Cornillier, drapier : trois corneilles. - Cornuelle, bourg. : une licorne. 0 LYON. - Cornié, traiteur : une licorne. - CornilIon : une corneille et trois étoiles. - Cornuel, marchand : trois cœurs. - 0 MARSEILLE. - Cornier, marchand : une licorne. - • BRETAGNE. - Cornu : un chevron et trois glands. - 0 PARIS, CHAMPAGNE. - Cornette, importante fam. dont les marquis de Cely, comtes de Saint-Cyr, de Venancourt, de Monlaur : un chevron, deux quintefeuilles et un lézard en pal. - 0 ILE-DE-FRANCE, PICARDIE. Cornois, ou de Cornoy, chevalier (14 s.) : une bande chargée de trois têtes de cheval, au franc quartier à l'épée en pal. - Cornu (15 s.) : une orle. - Cornut : trois cornets. - Cornuel, chevalier, sgr de Gachetière et de Monçay : une croix chargée d'un lévrier courant. - A Paris, Cornuel, fam. considérable dont Mme Cornuel, la femme la plus spirituelle de Paris, sous Louis XIV. - En Bretagne, Cornulier, très anc. et noble maison. - En Bourgogne, des Cournot. - A Loudun, des Cornay. - En Poitou et à La Rochelle, des Corneille. - En Poitou, des Cornette et des de Cornette, des Cornuau. - En Anjou, des Cornu, au 198 s. Corneau (Ardennes); Corne (Arras); Corneille (Carpentras); Cornil (Allier); Cornille (Arras); Cornu (Lyon); Cornudet (Loire). - • NORMANDIE. - Lecornier ou Cornier : une tête de licorne et deux étoiles. CORRÉARD. - Fam. du Dauphiné : deux fasces losangées. CORROYER, COURROYER. - Métier : marchand de courroies. - 0 PARIS. - Corroyer, teinturier : une rencontre de bœuf. - Corroyer, marchand de vins : un chevron, deux roues et un cœur. CORTOIS, LE COURTOIS, COURTOIS. - Sobriquet désignant un homme bien élevé. - 0 PARIS. Courtois, notaire : une aigle à deux têtes. - Courtois, officier du roi : une levrette. - Courtois, avocat : une fasce, un lion et une oie. - 0 BOURGOGNE. Cortois, originaire du Bugey, dont une branche devenue bretonne : une traînée de lierre posée en fasce, une aigle en chef. - 0 BRETAGNE. - Courtois, 151 s. : trois hures de sanglier. - Courtois : deux jumelles et trois trèfles. - Courtois : une aigle. Courtois : un cygne. - 0 CHAMPAGNE. - Courtois, fam. anc. de Troyes : trois mûres. - 0 NORMANDIE. - Courtois : une fasce et trois oies sans queues (court'oies!). - A Paris, une anc. fam. Le Courtois, originaire de Bourgogne et de Champagne, remontait au 14e s., alliée aux Molé. - Dans l'Ouest, Courtois (13 s.). - Au 198 s.. Courtois (Haute-Saône). COSSÉ, COCEA. - Surnom de marchand de légumes. - 0 PICARDIE, NORMANDIE. - Cossette, 148 s. : une croix échiquetée. - • Anjou. - Les Cossé, ducs de Brissac, sont une illustre famille de la noblesse française : ils se disaient issus des Cocéa, ancienne «gens» de l'antiquité romaine; une Cossé, à Nantes, au 178 s., assise parmi les dames

nobles de 'a ville, exigeait d'être surhaussée d'une estrade. Cocéa, 208 s. Alliance : La Rochefoucauld. COSTA, COSTART, COSTE, LACOSTE, LACOSTE. - Noms de lieux; pour Costard, voir Coustard. 0 Paris. - Coustard, enrichis dans le commerce du drap, fam. venue d'Anjou au 168 s. parfois Costar : trois losanges, un chevron, un croissant. - Costar : une fortune tenant un drapeau, sur un rocher. Costart, bourg. de Paris, fam. noble en Bretagne : une fasce vivrée. - Coste, bourg, de Paris : trois bandes. - Coste de Champéron, fam. de Touraine, anoblie au 17* s. : un lion et trois roses. - Costé, bourg. de Paris : un léopard et trois molettes. Costes, bourg. de Paris : un lévrier. - Lacoste, bourg. de Paris : trois bandes, trois roses en chef. 0 LYON. - Costat ou Decosta, bourg. de Lyon : trois bandes. - Coste : un chevron au. trèfle. 0 MARSEILLE. - Coste, bourg. : une foi, deux étoiles et un renard. - 0 SAVOIE. - Costa de Beauregard (15 s.) marquis 1700. - 0 PERIGORD. Costes, bourg. de Salignac, puis Sarlat : une licorne. - 0 PERIGUEUX. - Lacoste : trois montagnes, trois étoiles en chef. - Au 198 s., Coste (Héraut, Marseille, Auvergne, Yonne); Costes (Aveyron); Costa (Italie); Costa-Cabral, comte de Thomar (Portugal). - • ARTOIS, BOULONNAIS, NORMANDIE. - Costart : un lion et une étoile. COTEL, COTELLE, COTHEREAU, COTIGNON, COTTA, COTTARD, COTTE, COTTEREAU, COTTET, COTTIER, COTTIN, COTTON. - Surnoms dérivés de cotte, ou manteau, tunique : coat en anglais. -. e PARIS. - Cotel, bourg. de Paris : une fasce, trois étoiles et trois croissants. - Cotelle, bourg. de Paris, vendeur de poisson de mer : deux cotices, un soleil et un dauphin. - Coteron, capitaine de galères : un chien rampant. - Cothereau, mousquetaire (sans doute de la même fam. que les Cottereau, tous mousquetaires) : un lion. - Cotignon, fam. du Nivernais : un sautoir et une molette. - Cottier, épicier : un chevron et trois épis. - Cottereau, procureur, fam. de l'Ouest : trois lézards. - Cotin de Charny : deux bourdons posés en chevrons et trois rochers. - Cottin, procureur : un arbre et deux épis. - Cottin, procureur : une fasce vivrée et trois tours. - Coutel, we Testu : un lion, huit pals en chef. - 0 LYON. - Cottin, marchand ; deux piliers. Cotelle, baron, chanoine de Saint-Just : une fasce chargée de trois étoiles, un vol et un coq. - 0 MARSEILLE. - Cotta, avocat : une foi, une montagne, trois étoiles en chef. - Cotelle, peintre du roi : un lion tenant une tour. - Cottereau : trois lézards. e BOURGOGNE. - Cottin, barons de Jancy, originaires du Bugey : deux colonnes, ou piliers. - • BRETAGNE. - Cottel : un poignard. - Cottes (15e s.) : un croissant, trois macles en chef. - Cottin : trois chevrons et trois hures de sanglier. - 0 NORMANDIE. - Cotton, fam. anc. : trois carreaux (ou coussins). - 0 POITOU. - Cothereau, fam. bourg. anc. : un coq sur un rocher. - 0 LIMOUSIN. - Cotet, ou Cothet, chevaleresque : trois lions. - 0 DEUXSÈVRES. - Cotron, Cottron, ou Cotheron : trois molettes. - 0 CAMBRAI. - Cotteau, importante fam. : un chevron, un croissant, deux étoiles et une rose. - 0 FLANDRE. - De Cottignies : un chevron et trois canettes. - 0 PICARDIE. - Cottin : deux chevrons et trois hures de sangliers. - • LORRAINE. - Cottin, dit de Lion, anob. (16" s.) : trois têtes de léopards. - AParis, de Cotte, célèbres architectes alliés aux Gilbert de Voisins. - En Anjou, Cottereau, paysans, dont Jean dit Jean Chouan, chef des rebelles qui prirent son nom. Au 198 s., Cotte (Var); Cotteau (Auxerre, Yonne); Cotton (Isère); baron de Cotta (Allemagne).

COUDERT, COUDÈRE, COUDRAY, COUDREAU, COUDRIN. - Nom de lieu; ou coudrier, nom d'arbre. - 0 PARIS. - Coudray : trois croissants. 0 LYON. - Coudreau : un coudre, trois étoiles et un croissant. - A Lyon, Couder, ou Coudert, bourgeois. - Coudert, représenté en Amérique : miss Coudert, marquise de Choiseul (1900). - En Poitou, anc. fam. bourg. Coudreau (16 s.). - A Châtellerault, Coudrin, abbé qui se distingua sous la Terreur. - Au 198 s. du Couder (Paris); Couderc (Toulouse). - 0 LANGUEDOC. - Coudère : une fasce et trois roses. COUESPEL, COESPEL, COIPEL - • NORMANDIE. - Coipel, fam. anc. : trois besans en fasce et deux têtes de lion. COUILLARD. - e NORMANDIE. - Couillard : une croix, deux fleurdelis et deux coquilles. COUPERIN, COUPARD, COUPE, COUPERIE, COUPEY, COUPPE. - Sobriquet ironique (coupé au sens de châtré). - • PARIS. - Coupeau : un lion et trois molettes. - • BRIE. - Fam. Couperin dont les illustres musiciens. - 0 LYON. - Coupat, bourg. de Montbrison : un chevron au croissant. - Couppier, bourg. : un pied et deux fleurs. - Couppé (Antilles); vicomtes Coupel du Lude (?). COURAU, COURAUDIN, COURAULT. - Nom de lieu? ou bien prénom, comme Conrad? - • PARIS. Courauldin, procureur : deux cors de chasse et-un daim. - Couraud, fam. anc. : une croix, une bordure. 0 TOURAINE. - Couraudin ou Couradin : un olivier et deux fleurs de lis. - Ancienne chevalerie Couraud. - 0 PICARDIE. - Cour, sgr d'Halliviller ; un croissant et trois étoiles. COURBE, LECOURBE, COURBET, COURBIER, COURBOT. - Surnom tiré de courbe. - • PARIS. Courbon, comte de Blénac : trois fermaux. 0 LYON. - Courbon, marchand : une bande, des cœurs. - • MARSEILLE. - Courbeau, vve Truc : un chevron et trois têtes de corbeau. - 0 POITOU. Courbe : un palmier. - Au 198 s., Courbet (Besançon, Doubs, Somme). COURIER, COURRIER. - Nom de métier. • LYON. - Courrier, bourg. de Lyon ; un cœur chargé de cinq bandes. - En Touraine, Courier, bourg. père de Paul-Louis Courier. COURCIER, COURCIN, COURSAN, COURSIER. Surnom désignant un coureur, messager; un coursin était un éleveur de chevaux de course. 0 PARIS. - Courcier : un chevron, deux roses et un croissant. - 0 LYON. - Courcin, citoyen de la ville ; une fasce, une perle, un cœur couronné et deux colombes. - Coursan : un chevron chargé d'une coquille. - • SENS. - Coursier : armes de Chalo-Saint-Mars (v. article Boucher, Chartier). APoitiers, Coursier (151s.). COURSON. - Nom de lieu. - Fam. d'antique noblesse bretonne, dont les Courson de la Villeneuve, devenus Curzon, en Grande-Bretagne. - Au 198 s., Courson (Port-Louis). COURT, LE COURT, COURTAIS, COURTET, COURTHON, COURTIN, COURTINIER, COURTIOUX. - Dérivés de court, petit. - 0 PARIS. - Courtin, fam. considérable originaire du Maine, marquis de Villiers : trois croissants. Il semble qu'une branche, peut-être établie en Blésois, portait un blason aux trèfles et au lion issant d'une fasce. Courtin, bourg. de Paris : un croissant, trois étoiles en chef. - Courtioux : une bande chargée d'un lévrier. - • LYON.- Courtin : trois croissants (comme à Paris). - Courtin, bourg. : un lion et un croissant (branche des Courtin manceaux?). - e POITOU. Courtin, originaires de Vendée, essaimés à La Rochelle et ailleurs : trois croix et un croissant. Courtinier : six annelets et trois fers de lance en

chef. - 0 BRETAGNE. - Courtais (15" s.) : trois rencontres de taureau. - Le Court (13 s.) : une aigle éployée. - • FRANCHE-COMTÉ. - Courtalon, importante fam. orig. de Paris, sgrs de Montdorey et Dampvalley : un mouton passant. - 0 PICARDIE, FLANDRE. - Courteville, nob. anc. : une croix ancrée. - • ILE-DE-FRANCE. - Des Courtils, fam. orig. de Liège, connue depuis le 138 s. : un Lion portant au col un écusson au lion. - 0 CHAMPAGNE. - Courtois, orig. de Bourgogne : trois mûres. 0 LORRAINE. - Courtois : trois épées, trois besans en chef. - 0 FLANDRE. - Courtois (15e s.) : un sautoir alésé. - Le sculpteur Courtet, devenu Courtet d'Arquinvilliers; ses descendants ont supprimé Courtet. - Au 19" s., Court (Rouen); Courtais (Allier) : Courtet (Vaucluse et Lyon) : Courtaud (Creuse). COURTEMANCHE, COURDEMANCHE. - Sobriquet. - a NORMANDIE. - Courtemanche, fam. anc. du diocèse d'Evreux : trois lacs d'amour posés en pal. COURTEN.- Fam. distinguée orig. de Suisse. COUSIN, COUSINERY, COUSINET, COUZIN, COUZINOT. - Surnom. - 0 PARIS. - Cousin, écuyers : un lion. - Cousin, co-seigneur de Nogentle-Bernard ; une tour et un croissant. - Cousin, procureur : un serpent et trois têtes de merlettes. Cousin, président : un chevron et trois cœurs. Cousin, seigneur du Val : un chevron et trois œillets. - Cousinet, écartelés compliqués, où un cerf semble être une constante; parents des Miron dont ils portent les armes : un miroir rond, au Trois; aussi blasons aux merlettes. - Cousinot, fam. anc. : trois colombes. - 0 LYON. - Couzin ou Cousin, marchand : un chevron chargé d'une pomme de pin. - 0 MARSEILLE. - Cousinery : une fasce chargée de trois roses, un soleil mouvant du chef et un cœur. - 0 BRETAGNE. - Cousin : un chevron chargé de deux palmes et trois cousins (moustiques). - En Bourgogne, une importante fam. Cousin, venue de Champagne au 168 s., notaires, puis procureurs et avocats, enfin nobles. - Au 19" s., Cousin et Cousin-Montauban, comte de Palikao (Paris). COUSTAUD, COUSTEAU, COUTEAU, COUTEL Dérivés de coteau, ou de couteau; aussi nom de métier. - 0 PARIS. - Coutel, fam. d'Anjou : un lion, huit pals en chef. - Couthier,-apothicaire : une salamandre. - Coutier, avocat : trois têtes de léopard. - 0 POITOU. - Coutocheau : un cerf. 0 BRETAGNE. - Le Coutelier : une levrette. - Dans l'Ouest, Coustaud, Couteau, Coustau. - En Anjou, fam. notable Coustis. - En Picardie, Couste, Coustelet, Coutelin. COUTANT. - Anc. prénom. - 0 PARIS. - Coutan, épicier : ses initiales. - Coûtant, bourg. de Paris : une fasce, trois besans et un lion. - 0 ILE-DEFRANCE. - Courant, lieutenant criminel : un arbre, un croissant en chef. - 0 MARSEILLE. - Coustan, marchand ; un lion portant un rocher sommé d'une colombe. - En Picardie, Coustant. - Coutant de Saisseval, bourg. COUTURIER, LECOUTURIER. - Nom de métier. 0 PARIS. - Couturier ou Cousturier : un lion et un croissant. - Couturier ou Le Couturier : une bande dentelée. - Le Couturier, Le Cousturier : un chevron, deux roses et un mouton. - Le Cousturier, veneur et fauconnier : un lion et un croissant. - Le Couturier : un chevron et trois trèfles. - 0 LYON. Couturier : trois pyramides sur leur piédestal. 0 BRETAGNE. - Cousturié : une bande dentelée. Le Cousturier : une fleur de lis. - En Picardie, Le Couturier (14 s.). - Au 198 s. Couturier (Isère, Lyon); Couture (Senlis).

COUVE. - Fam. protestante représentée aux Iles et à Boston (?) - Marquis de Murville (?). COUVREUR, LE COUVREUR, COUVREUX. Nom de métier, répandu dans le Nord. - 0 PICARDIE. - Couvreur : trois pals et deux losanges. • FLANDRE. - Couvreur, conseiller au parlement, Couvreur, docteur en médecine et premier professeur royal, et Couvreur, avocat au Parlement : trois épées en bande. - 0 SOISSONS. - Couvreur, maître des eaux et forêts : trois boucliers. - Le Couvreur, en Picardie (13" s.). - Au 198 s., CouvreuxDaquin (Langres). COUX, DECOUX. - Nob. anc. Limousin : trois fasces, bande brochante. CRASSOT. - Nom de huguenots dont une victime de la Saint-Barthélemy. CREMAUX, CREMERY, CRÉMIER, CRÉMIÈRE. Nom de lieu dans la Somme : Cremery. - 0 LYON. Cremaux : une fasce crénelée et trois tours. 0 TOURAINE. - Crémière : un chevron et trois croissants. - Crémiers, fam. noble et anc. (Poitou). CRÉMIEUX. - Nom de lieu - Fam. de Provence. CRESCENT, CRESSENT, CROISSANT. - Ancien prénom ou allusion à une enseigne? - 0 BRETAGNE. - Croissant; Crescent, ébéniste sous Louis XV. CRESP. - Fam. de Provence : fasce à la tête de lion et trois roses. CRESPEL, CRESPIN, CRISPIN. - Surnom : marchand de «crispins »? - 0 PARIS. - Crespin, chevalier : deux étoiles et un croissant. - 0 BRUXELLES. Crespel, essaimés en Bretagne (16 s.) : une main fermée et trois cygnes. - 0 ANJOU. - Crespin, essaimés en Orléanais : un chevron et trois pommes de pin. - 0 BRETAGNE. - Crespin : fuselé. 0 BAYEUX. - Crespel, avocat : un chevron et trois trèfles. - 0 ARRAS. - Crepet : un chef chargé d'une merlette. - 0 LORRAINE. - Crespin, anob. au 178 s., aïeul de Crespin d'Huart de Woivre (181 s.). CREST, CRESTOT, DUCRET. - Veulent dire : sommet, crête. Nom de lieu. - 0 PARIS. - Crestot : un croissant. - Ducret, procureur : un chevron et trois étoiles. - 0 LYON. - Ducret, marchand : une fasce, trois trèfles et un croissant. - 0 SAVOIE. Ducrey : une croix, deux lions et trois coquilles en chef. - 0 BOURGOGNE. - Du Crest, orig. de Savoie (15 s.) dont les sgrs de Valette et de Vendenesse, un page de la Grande Écurie : trois bandes, un lion issant en chef. CRETTE, CRESTIN, . CRESTIEN, CRESTOT, CRETEAU, CRETIN, CRETINEAU, CRETON. - Dérivés de crête ou de chrétien ou de creton : morceau de graisse. - 0 PARIS. - Crestot : un croissant. Creteau : un chevron, deux croissants et une gerbe. Creton : une gerbe, un croissant et deux étoiles. Cretté, bourg. alliés aux architectes Le Vau, essaimés en Bourgogne : un coq. - 0 LYON. - Crestay, bourg. : un chevron chargé d'une coupe. - Crestin, bourg. de Charlieu : un chevron chargé d'une billette. - Au 19" s. Cretineau-Joly (Vendée); Creton (Amiens). - • BOURGOGNE, FRANCHECOMTÉ. - Crestin, conseiller à la chambre des comptes : un chevron et trois larmes. - • NORMANDIE. - Crestien, fam. anc. 14" s. : une bande à trois roses et trois fleurdelis. - • PICARDIE. - Creton, nom connu depuis le 128 s., surnom des Estournel : une croix engrelée ou un sautoir engrelé chargé de cinq étoiles.

CREUZE, CREUZET, CREUZEVAULT. - Dérivés de creux, nom de lieu. - 0 PARIS. - Creuzet, procureur : un chevron, deux tourterelles, une gerbe. 0 POITOU. - Creuzé, fam. anc. plusieurs branches dont deux anoblies : un chevron, un bras tenant une épée en chef deux ect. CROIZET, CROZAT. - Croiset : petite monnaie. 0 PARIS. - Croiset, marquis d'Estiau en Anjou (18 s.); bourg. parisienne, anoblie (17" s.), alliée aux Briçonnet, Feydeau, Le Bret : une fasce et trois croisettes. - Crocet et Crosset : une crosse et un cep de vigne. - Croisette, avocat : six croisettes. 0 LYON. - Croizat, marchand : troix croix recroisettées. - Crozat, drapier à Condrieu : chevron chargé d'une larme. - Crozier, tireur d'or : une ancre et trois étoiles. - 0 MARSEILLE. - Croiset : une fasce et trois croisettes. - Croizet, chirurgien : une croix recroisettée. - Crozat, magasinier : une croix croissantée. - Croze : une fasce, trois étoiles et un croissant. - Crozet, marchand : trois croisettes et trois étoiles mal ordonnées. - 0 BRETAGNE. Croizier ou Croisier, débouté (17 s.) : trois croix recroisettées. - Crouêzé : une croix engrelée et quatre roses. - AParis, Crozat, fam. orig. de Languedoc, enrichie par un financier, remonte à un bourg. d'Albi (17 s.), alliée aux Montmorency-Laval, Gontaut, Gouffier, Choiseul. - Au 198 s. Croisy (Ardennes). CRONIER, CROSNIER. - Nom de l'Ouest : pêcheur dans les crosnes (trous d'eau). - • PARIS. Crosnier, procureur : un chêne, deux étoiles et deux merlettes. - 0 BRETAGNE. - Crosnier, bourg. de Saint-Malo : un croc de batelier. - Louis XIII fit don de son portrait à Michel Crosnier. CROS, CROSSARD, CROSSET. - Surnom ironique de crosser : faire l'orgueilleux. - 0 PARIS. Crocet : une crosse tortillée d'un cep et deux étoiles. - 0 POITOU. - Crossard, fam. de Poitiers : un vautour et quatre étoiles. CRUSSOL. - e VIVARAIS. - Duc de Crussol 1556. - Duc d'Uzès, 1565. CUGNY, CUIGNY, CUNY. - Noms de lieu. 0 PARIS. - Cugny : une bande chargée de trois hermines et deux roses. - Cuigny à Rozoy : une cuve. - 0 CHAMPAGNE, LORRAINE. - Cugnon, issus des sgrs de Cugnon, en Luxembourg : trois étriers. - En Lorraine, Cuny, de Cuny dont un chirurgien du duc, anob. au 178 s.; une branche protestante, passée en Allemagne. - En Orléanais, une fam. de ce nom (mariniers de Loire?). CUPIF. - Fam. très anc. Jadis considérable (Paris?). CURIEUX.- Fam. notable de Loudun (14" s.). CUVELIER, CUVIER, CUVILLIER. - Fabricant de cuves. - • PARIS. - Cuvier, marchand de vin : un chevron et trois cuves. - Cuvillier : un chevron et trois étoiles. - 0 POITOU. - Cuvillier, anc. fam. une gerbe accostée de deux cygnes affrontés. e FLANDRE, ARTOIS. - Cuvelier, «baron de Cuvelier», lieutenant au service de l'Espagne : deux chevrons chargés de mouchetures. - Cuvelier : trois haches d'armes en barre. - Fam. Cuvillon, connue depuis 1300, une autruche tenant un fer à cheval dans son bec. - En Picardie, Cuvelier (15 s.). - Au 19*s., Cuvier (Doubs), Cuvillier-Fleury (Paris).

D

d DA. - Surnom de chantre; nom formé d'après le latin : da nobis, etc. - 0 PARIS. - Da, chef de fruiterie du roi : un C et un D entrelacés. - Da, attesté à Senlis (16 s.). DABOS, D'ABOS. - Originaire d'Abos (BassesPyrénées). - 0 VEXIN. - Dabos, fam. noble (15 s.) : un chevron et trois roses. DACHEUX, DACHON. - Dacheux : marchand de clous. - • BRETAGNE.- Dachon : deux léopards. DACIER, DASSIER. - Fabricant de dés. DACOSTA. - Voir Costa : portugais, essaimé en Bretagne au 18e s. DAGUET, DAGOT, DAGUINET. - Dérivés de dague. - 0 PARIS. - Daguinet, bourg. de Paris : trois cœurs et une dague. - Dagaut, bourg, de Paris : un cœur enflammé soutenu d'une foi. - 0 LYON. Dagallier, marchand : une main tenant une dague et deux étoiles. - 0 POITOU. - Daguin : une fasce à trois croisettes. - Daguin, à Niort : deux dagues en sautoir. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Dagay ou d'Agay, fam. issue de la maison d'Orgelet, dont d'Agay, sgr de la Tour d'Aubespin, conseiller de Philippe le Bon (15 s.), d'Agay, sgr de Biarme, conseiller de la chambre des comptes de Besançon : un lion. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Daguet : une fasce, un trèfle entre deux dagues en pal, une dague entre deux trèfles. - 0 CHATEAUDUN. - Daguet, conseiller du roi :tiercé en pal. DAHL, DALL, LE DALL. - Dahl, en Scandinavie, signifie vallée; Dahl, en Alsace, signifie badin. - 0 BRETAGNE. - Le Dall, archer (16e s.), débouté (17" s.) : une fasce à une étoile et trois trèfles. 0 CHAMPAGNE. - Dalle : une bande, coupé à trois membres d'aigles. - Dahl, essaimés à La Rochelle (19 s.), armateurs, alliés en Poitou et Touraine aux Babinet, Suyrot, Domecy, Tristan. DAILLON, D'AILLON. - Originaire d'Aillet (Eure). - 0 Maine. - Daillon, fam. noble, comtes puis ducs du Lude : une croix engrelée. DAILLY.- VoirAillaud. DAINE. - Fam. desArdennes, 179s. DALADIER. - Nom de lieu; arbrisseau. - Fam. du Vaucluse. DALLOZ.- VoirAllod, Allou. DAMIAN. - Anc. fam. de Provence, orig. de Piémont (15 s.). DAMIEN, DAMIA, DAMIANI, DAMIENS. - Prénom ou originaire dAmiens. - Damia dans le Midi; Damiani en Corse et à Nice. - AParis, des Damiens, alliés aux Carlier. - Damiens, qui frappa Louis XV d'un coup de couteau et fut écartelé.

DANCIEU. - Voir Oncieu. DANES, DANET, DANEYS. - Dérivés du prénom Jourdan. - 0 PARIS. - Danes, anc. fam. dont un condamné pour usurpation de noblesse (18 s.) : un chevron et trois croix pattées. - Danet, lieutenant de fauconnerie : un chevron, deux faucons et deux dards en sautoir. - 0 BRETAGNE. - Danet, franchi par lettres du duc (16e s.), débouté (178 s.) : une tour. - • AUNIS. - Daneys : semé de trèfles. DANGER, D'ANGER, DANGEREUX, DANGERS. Nom de lieux : originaire d'Angers. - Dangereux : nom de lieu ou surnom. - • PARIS. - Dangereux, fam. du Nord : un lion et un lambel. DANIAU, DANYOU, DENIAU, DENYAU. - Nom de l'Ouest, dérivé de Daniel ou de Denis; dans les vieux manuscrits, Daniau et Deniau sont souvent confondus. - e PARIS. - Denyau, bourg. de Paris : trois merlettes, un lion en cœur. - 0 BRETAGNE. Danyou (1511s.) : cinq fusées en bande. - 9 ANJOU. - Deniau, Denyau ou Daniau, fam. originaire de Navarre (?), comtes de Châteaubourg (17 s.) : une branche déboutée en Bretagne (1711s.) : un chevron, deux croissants et une tête de lion. - 0 POITOU. Deniau : à peu près les mêmes armes que les Deniau d'Anjou. DANIEL, DANIELO, DANIELOU. - Prénom. - 0 PARIS. - Daniel, bourg. de Paris : un lion, un croissant et deux étoiles. - 0 MARSEILLE. - Daniel, capitaine : un chevron, trois têtes de lion, une mer, une étoile en chef. - Daniel, marchand de soie : un J, un B, un Dentrelacés. - 0 MAINE. - Daniel fam. dont un musicien, 158 s. - 0 POITOU. - Daniel : trois chênes sur une terrasse. - Daniel : un lion et une croisette. - • LIMOUSIN. - Daniel :.trois fasces ondées. - 0 BRETAGNE. - Daniel, en Léon : deux coupes recouvertes. - Daniel, à Dinan : trois étoiles. - Daniel, débouté Saint-Brieuc (1711s.) : un sautoir et un besan. - Au 15" s., Danielo, ou Danielou, évêque de Vannes. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Daniel depuis le 15 s., dont plusieurs gouverneurs de Besançon : semé d'étoiles, un compas ouvert en chevron, brochant. - 0 NORMANDIE. - Daniel, fam. dont un maire de Rouen 1362 : une bande à 3 molettes et 2 lions. DANOIS (LE). - Fam. anc. de Lorraine, 148 s, dont des vicomtes héréditaires et grands maréchaux héréditaires de Hainaut : une croix fleurdelisée. DANON, DENON. - Nom de l'Est, dérivé de Jourdan. DANSAERT, DANSAYS, DANSE, DANSETTE, DANSSE, DANSUICQ. - Noms de lieux. - 0 PARIS. -

Dansuicq, bourg. de Paris : une fasce, trois billettes en pointe, un lion en chef. - Danse : une croix étoilée, rayonnante. - 0 LIMOUSIN. - Dansays : un chevron, trois étoiles mal ordonnées et un croissant. - 0 FLANDRE. - Dansaert : un chevron et trois étoiles. - 0 BEAUVAISIS. - Danse, de Froissy, de Boisquenoy, des Aulnois : un chevron, deux épis de blé, une grappe de raisin. - D'Ansette, d'Ancette, Dancette ou Dansette, fam. connue depuis le 131 s., essaimée en Flandre. DARAZAC,DARZAC.- VoirArazac. DARCES.- VoirArces. DARD, DARDE, DARDEL. - Surnom tiré de dard (allusion paillarde?). - 0 LYON. - Dard, marchand : deux fers de moulin; en franc canton : deux fasces ondées. - Dard, sieur de la Raffinière : trois dards en sautoir et un pal. - • POITOU. - Dardel : trois croissants, une étoile en chef. - 0 NIVERNAIS. Dard : écartelé : 1 et 4 : trois flèches empennées; 2 et 3 : un lion armé, lampassé, couronné. Devise : loyauté m'oblige. DARET, DARESNE, DAROT, DARREST, DARROT. - Noms de lieux. - 0 PARIS. - Daret : un chevron, un croissant, deux étoiles et une main tenant une rose. - Darrest, écuyer ; un lion. - Darou : une fasce vairée et trois étoiles. - 0 LYON.- Dareste ou d'Areste, fam. not. dont un échevin : un chevron, un soleil et un phànix. - Darest : trois dards, bordure à huit étoiles. - Dareste, prêtre, docteur en Sorbonne : trois poissons en fasce. - 0 MARSEILLE. Daresne : coupé : un chevron : une givre. - 0 POITOU. - Darot ou Darrot, dont une branche anob. au 159 s., dont les marquis de la Popelinière : deux cygnes, cols enlacés, tenant en leurs becs deux anneaux. - Darain : six tourteaux. DARFEUILLE.- VoirArfeuille. DARGENT. - Nom de lieu : voir aussi Argent. - 0 PARIS. - Dargent, marchand de vin, bourg. de Paris : cinq besans. - 0 LYON. - Dargent, bourg. : un chevron à la pomme de pin. DARGES. - VoirArces. DARLAN.- VoirArlan, dArlan. DARON.- Fam. de Bordeaux? (18e s.). DARRAS, D'ARRAS. - Originaire d'Arras. - * PARIS. - Darras, procureur ; coupé, ancre brochante. - Darras, conseiller : deux flèches en sautoir, et quatre rats. - En Bretagne, des Darras, déboutés (17' s.). DARRICAU, D'ARRICAU. - Même étymologie quArrieu. - • BÉARN.- Darricau, baron de l'Empire : écartelé : 1 : une pyramide; 2 et 3 : un vol chargé d'un coeur : 4 : un pont. DARRIEU, DARIEU. - VoirArrieu. DARTIGUES.- VoirArtigues. DARTOIS, D'ARTOIS. - Originaire d'Artois. 0 PARIS. - Dartois, procureur : deux dards et un croissant. - 0 BRETAGNE. - Fam. d'Artois qui tire son nom d'une terre appelée Artois (16 s.) : un greslier enguiché. - 0 ARTOIS. - D'Artois : semé de fleurs de lys à l'écu chargé d'une bande en abîme. - D'Artois, vve de la Pature : une bande chargée de six losanges. - D'Artois, curé de Tilque : une barre chargée d'une macle. - 0 PICARDIE. D'Artois, sgr d'Orvilliers, avocat du roi : deux croissants en chef, une coquille en pointe. DASSIER. - VoirAcier. DASTE. - Fam. anc. : palé, épée en chef, posée en fasce. DAUBANTON, DAUBENTON, D'AUBENTON. Nom de lieu. - • PARIS. - Daubenton ou Danbanton, bourg. de Paris : une bande. - 0 BOURGOGNE. D'Aubenton, fam. connue depuis le 148 s., dont un anob. par Charles le Téméraire : trois rateaux. DAUBARÈDE.- VoirAlbarède.

DAUBONNET, DUBONNET. - Fils du Bonnet, (du père Bonnet). - 0 PARIS. - Daubonnet, bourg. de Paris : une fontaine jaillissante. D'AUCH. - D'auch. - Fam. dont un représentant de Castelnaudary qui refusa le serment du Jeu de Paume. Ce même personnage salue Louis XVI après Varennes, levé et découvert : acte de courage exceptionnel. DAUDE, DAUDET, DAUDETON, DODAT, DODE, DODET, DODIEU. - Noms tirés de Dieudonné, 0 PARIS. - Dodieu, chevalier, fam. lyonnaise, essaimée en Bretagne : une bande et deux lions. - 0 LYON. - Daudieu ou Dauduit : trois étoiles, un soleil en chef. - Dodat : un chevron chargé d'une coquille. - Dodet, marchand : un pont et deux dés. Dodieu, bourg. de Lyon ; une bande et deux lions. 0 POITOU. - Dodeton, ou Daudeton : un chevron, trois étoiles et un croissant. - 0 BRETAGNE. Dodier, débouté (17e s.) : un lion, queue fourchée et entrelacée. DAUMIER.- Signifie receveur de la dîme. DAUPHIN. - Dauphin, animal jadis sacré. - • DAUPHINE. - Dauphin, essaimé dans l'Ouest : deux fasces. - 0 POITOU. - Dauphin : une bande, un lion et un dauphin. - 0 BRETAGNE. - Dauphin ou Le Dauphin, débouté (17e s.) : un dauphin et trois roses. - 0 BOURGOGNE. - Dauphin, anob. (191 s.) : un chevron et un dauphin en chef. - • BOULONNAIS. - Dauphin, anob. (18e s.) : un dauphin, trois tourteaux, un soleil en chef. - En Lorraine, Dauphin, anob. (15 s.). - Dauphin, nom de fam. antique : comtes d'Albon, du Viennois. DAUSSE, DAUSSEUR, D'AUSSEUR, DAUSSIER. - Noms de lieux. - • PARIS. - Dausse (quelquefois écrit Dansse), écuyer : un pont de trois arches, une tête de maure couronnée et cinq molettes. - 0 SAINTONGE. - D'Ausseur, d'Auxerre ou Dausseur : un pélican couronné. - En Bretagne, Daussier, débouté (17 s.). DAUTRY.- VoirAutry. DAUVERGNE. - Deux fam. anc. nob. de ce nom, une en Bretagne, l'autre en Berri. DAUZAT. - Nom de lieu : Dauzat et Auzat, en Auvergne. DAVESNE, DAVEYNE. - D'Avoine (marchands?). - e PARIS. - Davene, bourg, de Paris : un chevron, trois gerbes et un croissant. - Davenne, bourg. de Paris ; un chevron, deux quintefeuilles, une licorne. 0 LYON.- Daveyne ou Daveine, écuyer : un chevron, trois hermines et un lion. - En Ile-de-France, Avène de Robertval, secrétaire du roi au 18 s. DAVID, DAVY. - Nom biblique porté anciennement par des chrétiens. - e PARIS. - David : trois couronnes antiques. - David, avocat : un sceau de Salomon, un cœur au centre, trois étoiles en chef. David, chirurgien : chef à trois rochers. - David, secrétaire : un chevron, deux lis, une harpe. - David, mesureur de grains, bourg. de Paris, fam. bretonne : un chêne et deux harpes. - David, licencié en théologie : trois harpes. - David de la Bizardière : une harpe. - David, sieur de Vaux : un chevron et trois couronnes antiques. - David : une tour sur des ondes et une étoile. - 0 LYON. - David : une harpe et quatre couronnes. - David, bourg. : une harpe et deux sauterelles. - David, prêtre, et David, lieutenant : une harpe et trois étoiles en chef. - 0 MARSEILLE. - David, marchand : un sceau de Salomon, deux étoiles et un croissant. - David, mercier : un cœur percé de deux flèches entouré d'une fronde. - David, hôte : un cheval effrayé. - David, marchand de vermicelle : une fasce et deux harpes. David, marchand bourg. : coupé : un loup : une fasce. - 0 POITOU. - David : trois aigles, une harpe. - David du Fief : trois épées en fasce. -

David de la Richardière : une harpe. - 0 BRETAGNE. - David, venus d'Angleterre, alliés aux Rostrenen : une fasce et trois roses (14e s.). David, anc. nob. : un pin chargé de trois pommes. David : une coquille. - David : une fleur de lis et deux roses (14e s.). - David, devenus du Bois-David (17e s.) : un chêne et deux harpes. - David, sieur de Saint-Clair : un chevron à trois hermines et deux croix de Malte et une harpe. - Davy : une coquille et trois croissants. Un lion. - 0 ANJOU. - Davy : un chevron, deux étoiles, un épi. - 0 HAUT LANGUEDOC.- David, anc. fam. noble : une harpe. DAVOUT, DAVOUST. - DAoût : nom d'enfant trouvé? ou surnom. - 0 PARIS. - Davoust, secrétaire : un arbre et un cep de vigne. - • BRETAGNE.Davoust, débouté (18 s.) : trois licornes. - 0 BOURGOGNE. - Fam. d'Avout, connue depuis le 138 s. : une croix chargée de cinq molettes; devise : Honore et virtute. - Davout, duc d'Auerstaedt. DAVRAY.- VoirAvray. DAVRIL- Nom d'enfant trouvé : voirAvril. DE, DEL, DELA, DES, DU, etc. Pour les noms composés avec ces particules, chercher à la lettre initiale qui vient après elles; ainsi pour Delpy voir à Py. Pour des noms du genre de De la Croix, chercher s'il n'y a rien à D, à L,puis à C. DEAN, LE DEAN. - Doyen, comme dean en anglais. - 0 BRETAGNE. - Le Déan; ou Déan, croisé (13 s.) : une gerbe. - 0 ANJOU. - Le Déan ou Déan : un lion. - • POITOU. - Deaune : un chevron et trois hermines. DEBACKER. - Nom flamand, désignant le boulanger. VoirBacker, Baker. DEBARGE, DEBERGUE. - Noms de lieux dans le Midiet en Flandre. DEBAUCHE.- VoirBauche. DEBÉC, DEBEZ, DE BEZ, DELBECQ, DUBEC. Noms de lieux; signifient bec, pointe ou cap; dans le Nord, on trouve la forme en Del. - 0 LYON. Debec, écuyer : un pélican (ou une bécasse). 0 PÉRIGORD. - Debays, ou Debès : une fasce à trois roses. - Debets : un oiseau de proie. - 0 POITOU. - Dubec ou du Bec : losangé. DEBIDOUR.- Nom du Béarn, débiteur? DEBORDEAUX.- VoirBordeaux. DEBRAY, DEBRIE. - Originaire de Bray, Brie. 0 PARIS. - Debray, mercière : une ancre chargée d'un cœur à deux lis. - Debray, meunier à Montmartre, 1811 s. - • LYON. - Debrye, procureur : un chevron, un croissant et trois trèfles. - 0 BRETAGNE. - Debrays ou de Brays : trois chevrons denchés brisés. - Debrie, dont Anseau, qui vint en Palestine avec Foulques d'Anjou (12 s.), barons de Retz, essaimés en Touraine, fam. noble : trois fasces crénelées. - Famille de Bray, origin. de Picardie, dont Jollenus qui combattit aux côtés de Philippe Auguste (12 s.) : deux flèches en sautoir, et deux demi-vols. DEBRION.- VoirBrion. DEBRUYN, DEBRUYN. - Nom flamand, traduisant LeBrun : voir Brun. DECAMPS, DE CAMPS, DESCAMPS. - Nom explicite : des champs. - e PARIS. - De Camp, mesureur de charbon : un J, un D, un Centrelacés. - De Camps, abbé de Ligny : un lion tenant un écusson. - Ducamp, marchand : un camp de trois tentes, sommé d'un duc (oiseau). - 0 MARSEILLE. Descamps, écrivain du roi sur les galères : un croissant entre deux tours, trois étoiles en chef et trois canettes sur une onde. DECAZES.- VoirCasars. DECHAMBRE.- VoirChambre.

DECOSTER, DE COSTER. - Nom flamand désignant le sacristain. - • FLANDRE. - De Coster : trois cotices. DECOUX.- Voir Coux. DEDONS. - Anc. fam. de Provence : 3 fasces, un besant et trois étoiles. DEFER, DEFERRE, DEFERT. - Noms de lieux ou sobriquets désignant un homme de fer. DEFLANDRE.- VoirFlandre. DEGARS, DEGAS. - 0 PARIS. - Degars, éc. : trois bandes, trois vanets en chef. DELABRE. - Signifie de l'arbre. - Fam. du Rouergue. DELACROIX.- VoirLacroix. DELAFONT. - Voir aussi Lafont. - 0 PARIS. Delafont, procureur :trois gantelets. DELAFOSSE, DESFOSSES. - Nom de lieu. • PARIS. - Delafosse, écuyer : trois chevrons, trois étoiles. - 0 SENLIS. - De la Fosse : un chevron, deux fleurs et un croissant. - 0 BRETAGNE. De la Fosse : une route; devise : rotat omne fatum. - De la Fosse (15e s.) : chef à trois besans. - Du Fossé, débouté (171 s.) : trois têtes de loup. DELAGE, DELAAGE, DESAGES. - Noms du Limousin et des Charentes, voulant dire de La Haye, des haies. - 0 PÉRIGORD. - Delage, bourg. de Sarlat : un lac d'amour, un croissant et deux étoiles en chef. - 0 POITOU. - Delage, Delaage, ou de l'Aage : une fasce et trois croissants. Une aigle. Trois merlettes. - 0 BRETAGNE. - Des Ages, ou Desages, débouté (17 s.) : un sautoir et quatre rosesD . ELAHAYE, DELAYE, DESHAYES. - Nom de lieu. - 0 PARIS. - Deshayes : trois buissons ou haies. - Deshayes, vve Delahaye, bourg. de Paris : un chevron et trois raisins. - Des Hayettes : un chevron, deux tourterelles affrontées et une tour. Delahaye : une tête de licorne et un croissant; une fleur de lis; trois croix pattées. - 0 LYON. - Delaye : une laie passante et trois glands. - Deshaies ou Deshayes, avocat : deux haies posées en fasce. 0 POITOU, LIMOUSIN et TOURAINE. - Delahaye : un lion léopardé couronné. - Delahaye : six merlettes et un croissant en cœur. - Delahaye : une bande; une haie. - • BOURGOGNE. - Delahaye : deux fasces et neuf merlettes. - 0 GASCOGNE. Delahaye ou de la Haye : une bande et six hermines. - 0 BRETAGNE. - Des Hayeux : trois coqs. Deshayes : ancien : trois quintefeuilles, une bordure; moderne : trois fasces treillissées, bordure denchée. - Delahaye, ou de la Haye ; trois fleurs de lis; un cerf passant sur un tronc d'arbre; une fasce ou trois têtes de Maure, et trois trèfles (14 s.) : un lion; trois bandes. - 0 PICARDIE. - Delahaye : une croix à cinq étoiles. - En Poitou, Limousin et Touraine, fam. de la Haye-Jouslain, maison chevaleresque éteinte. - 0 CHAMPAGNE. - Delahaye, fam. anc. : parti de trois traits, chevronné et contrechevronné. DELAISTRE, DELAITRE, DE LAISTRE, DELASTRE. - Noms signifiant du parvis. - • PARIS. - Delaistre : un chevron et trois cygnes. - Delastre, procureur une fasce et trois étoiles. - 0 LAROCHELLE. - Delastre ou de l'Astre : un chevron, un soleil, deux étoiles et un croissant. - 0 BRETAGNE. - De Laistre, origin. de Paris, déboutés à Nantes en 1701 parti : huit merlettes en orle; une bande denchée. - • CHAMPAGNE. - Fam. connue depuis 1500, de Laistre, sgrs de Riaucourt : un chevron et trois étoiles; un chevron, deux croix et un cygne. - 0 LORRAINE. - De Laitre, dont plusieurs membres occupèrent des charges importantes au Moyen Age : chevronné de huit pièces. 0 BOURGOGNE. - Delestre, chef de bataillon d'étatmajor : tiercé en fasce, un soleil rayonnant, deux

étoiles, et un chevron alaisé. 198 s. : un baron Delaître. DELALANDE, DESLANDES. - VoirLalande. DELALEU.- VoirAlleu, Allou. - Fam. de Beauce. DELAMARE, DE LA MARRE. - Nom de lieu (Caux). - VoirLamarre. DELANOUE, DELANOÉ, DESNOUES. - Voir Noues. DELAPLANCHE.- VoirPlace. DELAROCHE.- VoirRoch. DELARUE.- VoirLarue. DELASALLE,DELESALLE.- VoirSalle. DELATOUR, DELETOUR, DELTOUR, DUTOUR, DUTOURD. - Dutour signifie tourneur; voir aussi Tour. - 0 PÉRIGORD. - Dutour : une bande et trois tours, une hure de sanglier. DELATTRE, DE LATTRE. - Signifient : de l'âtre; nom du Nord. Voir Delaistre. - 0 FLANDRE, ARTOIS, HAINAUT, PICARDIE. - De Lattre, échevin d'Arras : deux écus, au canton chargé d'une molette. - De Lattre, en Picardie : un lion. DELAUNAY.- VoirLaunay. DELAVIGNE, LAVIGNE, VIGNES, DESVIGNES. Nom de lieu. - • PARIS. - Lavigne, commis : deux ceps en sautoir, trois étoiles en chef. - Delavigne : un cep. - Delavigne, architecte entrepreneur : un chevron, une étoile un croissant et un cep. - De la Vigne, médecin : un cep de trois grappes. - Delavigne, bourg. de Paris : une vigne au soleil. - 0 MARSEILLE. - Lavigne, mercier : un chevron, deux feuilles de vigne et un serpent tenant un trèfle. De la Vigne, boutiquier : un chevron, deux cailloux et un agneau pascal. - • PÉRIGORD. - Desvignes, bourg. de Périgueux : un cep. - 0 BRETAGNE. Delavigne, croisé (13 s.) : un cep et trois grappes. 0 BOURGOGNE. - Fam. anc. Des Vignes dont un maire de Mâcon, 18 s. DELBOSC, DUBOSC, DUBOST. - Du bois; bosc, dans le Midi : bost, en Auvergne et Dauphiné. - 0 PARIS. - Dubosc, gentilhomme : une croix échiquetée et quatre lions. - Delbosc, bourg. de Paris : deux arbres. - 0 LYON. - Dubost, écuyer : trois écussons. - Dubost, conseiller à Villefranche : trois pals. Dubost, seigneur de Boisvert : échiqueté. - Dubost, procureur à Beaujeu : un chevron à la molette. - 0 PÉRIGORD. - Dubost : une croix, deux annelets et deux étoiles. - 0 BRETAGNE. - Dubosc, débouté (18 s.) : un loup passant. DELCASSE. - Nom du Sud-Ouest, signifiant : du chêne. DELEAU. - Signifie : de la rivière, du lac ou de la mare. DELÉPINE.- VoirEspine. DELESTOILE.- VoirEstoile. DELEVAL. - • ARTOIS. - Deleval, fam. anc. 128 s. : une croix et un serpent, chef brochant. DELFAU, DUFAU, DUFAY.- VoirFau. DELIGNY. - Nom de lieu : Ligny. - De Ligny, comtes dAlône. - 0 CHAMPAGNE. - De Ligny de Vaucelle, écuyer, capitaine de grenadiers au régiment de Poitou : échiqueté de trois traits, coupé à une fasce. - • SOISSONNAIS. - Deligny, fam. anc. DELILLE, DE LISLE. - De l'île ou originaire de Lille : voir Isle. DELLUC. - Nom de lieu en Dordogne : luc : lieu sacré, celtique. DELMAS, DALMAS. - Delmas : nom du SudOuest. Ancien prénom Dalmas, trés répandu dans l'aire de vénération de saint Dalmas. - 0 PARIS. Dalmas, écuyer : un vaisseau équipé sur une mer. Dalmas, vve Maurin : une croix ancrée. - 0 LYON. Dalmais, bourg. : un chevron, deux étoiles et un croissant. - • TOULOUSE. - Delmas : une croix ancrée (dans l'Albigeois, un Delmas, au 148 s.,

reçut le droit de couronner ce blason d'une couronne murale, pour rappeler sa délivrance d'une ville). - Dalmas, devenus Delmas, anciens seigneurs de Grammont. - A Castres, des Delmas (17 s.), protestants, dont sont issus ceux qui firent La Pallice, qu'ils construisirent au 198 s.; alliés aux Vieljeux, Waddington, Pourtalès, Ruspoli. DELON, DELONG, DULON. - Delong : originaire de Long (Somme); Delon peut être diminutif dAdèle. - • PARIS. - Dulon : deux chevrons entrelacés (l'un renversé) et deux croissants, celui du chef renversé. - Delon, fam. orig. du Limousin. 0 PARIS. - Delon, médecin messmériseur, 181 s. DELORME, DE LORME. - De l'orme. - 0 PARIS. Delorme, fam. issue de bonnetiers, notables, un anobli au 188 s. : un orme. - De Lorme : trois têtes de lion, trois roses en chef. - 0 LYON. Delorme, marchand : un orme et deux étoiles; un orme, une tête de lion en chef. - 0 MARSEILLE. Delorme, prévôt des galères : un orme arraché surm. d'une étoile. - Delorme, bourg. : un arbre au naturel sur une terrasse. - 0 BOURBONNAIS. - Delorme 15e s. : trois merlettes et neuf étoiles. DELOUVRIER.- Voir Ouvrier. DELPECH.- VoirPech. DELPEIROU. - VoirPeirou. DELPOZZO. - VoirPozet. DELPUECH. - VoirPuech. DELPY.- VoirPy. DELTEIL, DELTHEIL, DU TIL, DUTILLET. Du tilleul; voir aussi Theil. - 0 PARIS. - Dutillet, anc. fam. de robe, qui exerça pendant trois siècles, issue d'un maire d'Angoulême, anob. au 151 s., marquis de la Bussière au 178 s.; alliée aux Nicolay : une croix pattée. - Duteilhet : un chevron, une étoile, un croissant, un tilleul soutenu d'un croissant et un lion. - Du Tilly, marquis de Blaru : une fleur de lis. Dutillieu : un tilleul. - 0 LYON. - Dutil, écuyer : trois lions, l'un tenant une fleur de lis. - Dutil, marchand : un chevron à la fleur de lis. - • LIMOUSIN. - Dutheil, fam. chevaleresque : un lion couronné. DELUBAC.- Signifie : de l'ubac ou versant. DELUCHET. - 0 PARIS. - Mme Deluchet payait les bonnes histoires... (Chamfort), 18 s. DEMACHY.- Originaire de Machy (Aube). DEMANGE, DEMOGE, DEMONGEOT, DIMANCHE, DOMAIGNE, DOMANGE. - Dérivés du prénom Dominique; voir aussi Mangin, Menjot. Demange, en Lorraine; Domange, en Bourgogne; Demoge, en Franche-Comté. - 0 PARIS. - Demongeot, conseiller : une montagne, chef dentelé à l'étoile et deux croissants. - Doumengin ou Doumenguin : un chevron, deux roses et un croissant. • ANJOU. - Domaigné ou Dommaigné : fretté. • PÉRIGORD. - Domanget : un chevron et trois étoiles. - 0 BOURGOGNE. - De Mange, femme de David, écuyer, trésorier de France : un lion. DENAIN.- Nom de lieu. - Fam. du Nord. DENAIS, DENEZ. - Nom de lieu (Meuse); mais Denez, en breton, peut signifier de l'isle. - • PARtS. Denez, bourg. de Paris : deux chevrons et un lion. • BRETAGNE.- Denais ou le Denais, croisé (13e s.) : deux chevrons et un lion. DENIS, DENISE, DENIZET, DENIZOT, DENYS. Prénom et ses composés. - 0 PARIS. - Denis, bourg. de Paris et écuyers : un mouton et trois autres en chef. - Denis, huissier et conseiller : un chevron et un coq, une tête de loup, un croissant et une étoile en chef. - Denis, bourg. de Paris : une bande et une molette, chef dentelé. - Denis, bourg. de Paris, conseiller : une plume et une épée en sautoir. - Denis, contrôleur : un pommier sommé d'un oiseau. - Denis, trésorier des Suisses : un demi-vol, un croissant et deux étoiles. - Denise, marchand de

grains : ses initiales entrelacées. - Denison, mercier : un chevron : deux fasces et un pin. - Denize : trois compas ouverts. - 0 LYON. - Denis, chirurgien à Saint-Symphorien-le-Châtel : une fasce, un losange et un croissant. - Denis, procureur en Beaujolais : trois roses. - 0 BRETAGNE. - Denis, Morlaix (15e s.) : un sautoir. - Denis, Rennes, anobli (15 s.) archer. - Denis, nantes (17 s.) : un chevron, trois trèfles et quatre billettes en chef. - Denis, Léon (15e s.) : trois fasces et un pin. - Denis, Tréguier (15e s.) : un sanglier. - Denis : trois quintefeuilles. 0 POITOU. - Denis : trois nids et un rocher. - Denis ou Denys essaimés au Canada et La Rochelle : un raisin. - 0 CHAMPAGNE. - Denis, origin. de Thiérache : une fasce. - 0 BEAUJOLAIS. - Denis de Rivoyre : un mont à six coupeaux, surmonté d'un coq. - 0 FLANDRE. - Denis du Péage, sgr de Péage et de la Hallerie : un lion armé et lampassé. - 0 PARIS. - Deniset, trésorier de France : cinq coquilles en sautoir. - En Picardie, Denisard (14e s.); Denise (13* s.); Denisot (15 s.). A Bordeaux, des Denis, venus de Guyenne au 17 s. - Des Denis de Lansac, Bordelais, venus à Paris au 18 s., une branche anoblie. - Des Denis, Lorrains, venus à Bordeaux, issus d'un greffier du parlement de Metz; leur descendance a fondé une maison d'armement à Bordeaux, qui commerçait avec l'Amérique du Sud et l'Indochine; alliés aux Lemonon, Langlard, Tardieu, Ferry, Exshaw, Bureau, Ballande, CalmelsPuntis, du Paty de Clam, Dubosq, Balaresque. Decazes. - En Normandie, des Denis, parents de Corneille, et M Denis, nièce de Voltaire. - Des Denison, Anglais, vicomtes Ossington. DENOËL, DENOUAL, DENOUEL. - Prénom breton. - • BRETAGNE. - Dénouai (14 s.), dont Perrot, armé pour la délivrance du duc (15 s.), débouté à Rennes (17 s.) : deux merlettes, trois étoiles en chef et un croissant. DÉON. - Surnom de chantre : de Deum. - • PARIS. - Déon, curé de Sevaux : une fasce, bande brochante. - D'éon, conseiller à Tonnerre : un coq, un cœur, trois étoiles en chef. DEPARDIEU.- VoirPardieu. DÉPENSIER. - Nom de métier désignant un trésorier. Fam. canadienne de Pensier, 201 s. DEPOIX. - Originaire de Poix (Nord). - e PICARDIE. - G. de Poix, cadet de la maison de Tyrel, archer à Caen (14 s.) dont branches nobles en Poitou, Anjou et Bretagne : une bande et six croisettes recroisettées. DERAIN, DERAINE. - Nom normand signifiant dernier né(e) : voir aussi Derennes, signifiant originaire de Rennes. - e PARIS. - Deraine, mouleur de bois : une fasce frettée et trois molettes. DERAIX, DEREIX. - Nom de lieu : Reix. - Fam. bourg. anc. en Périgord. DERITTER.- VoirRitter. DEROYS.- Fam. anc. du Languedoc (13e s.). DESAIX, DE SAIX, DUSAIX. - Nom de lieu : des Aix, de Saix. - 0 LYON. - Dusaix, écuyer : trois chevrons. - Desaix, général. - En Anjou, fam. de Saix, ou Desaix, bateliers de Loire, sans doute venus de Saix, en Saumurois. DESAXE.- VoirSachs. DESCARTES. - Nom de lieu, en Touraine. - 0 PARIS. - Descartes, juré crieur, bourg. de Paris : trois trèfles. - • POITOU. - Descartes, ou des Cartes : un sautoir et quatre palmes (fam. dont René Descartes). DESCHAMPS. - Nom de lieu. - e PARIS. - Deschamps, écuyer : échiqueté. - Deschamps : un chevron, deux molettes et une rose. - Deschamps, dit Morel, dont un bailli de Senlis (14e s.) : une fasce chargée de trois roses et trois molettes; jadis : une

aigle à deux têtes. - Deschamps, huissier : deux grappes de raisin et un cœur enflammé. - 0 FLANDRE, CAMBRESIS, TOURNAISIS. - Descamps d'Inglebert (18 s.) : trois gerbes de blé. Descamps : une corne d'abondance. - 0 ARTOIS. Deschamps; connus depuis le 158 s. : un chevron chargé de trois tourteaux, et trois quintefeuilles. En Franche-Comté, Deschamps, marquis de SaintBris. - • LYON. - Deschamps, chevalier : trois bourdons de pèlerin avec leur coquille. - Deschamps, marchand : un arbre et deux étoiles. Deschamps : un chevron et trois pommes de pin. Deschamps, procureur : un chevron à la coquille. 0 PÉRIGORD. - Deschamps, essaimés en Angleterre, protestants, devenus Chamier : un lion tenant épée. - 0 POITOU. - Deschamps : un chevron et trois fougères; une chèvre; un loup; une aigle couronnée. - • BRETAGNE. - Deschamps, débouté (17 s.) : un sautoir. - Deschamps, chevalier : une fasce, trois croix ancrées, un croissant en chef. 0 MAINE. - Deschamps : deux lions affrontés (15 s.). - • CHAMPAGNE. - Deschamps, famille ancienne (14 s.) : trois chevrons et trois annelets. 0 NORMANDIE. - Deschamps, fam. anc. 1511 s. ; une bande à trois toupins. - Deschamps : trois perroquets. - a ALLEMAGNE. - Deschamps, armurier de Frédéric II, 188 s. DÉSERT. - Nom de lieu : friche. - Fam. poitevine, bourg. DESESSARS. - VoirEssars. DESFERRIÈRES.- VoirFerrier. DESFOSSES. - Fam. anc. de Picardie, notable. DESHAYES. - 0 NORMANDIE. - Deshayes, anc. maison nob. (13e s.) plus connue sous le nom d'Espinay : un chev. semé de graines. DESIDERY, DESIDERI. - Anc. fam. de Provence (151 s.) : un paon. DESJARDINS, DUJARDIN. - Nom de lieu : jardin. - 0 PARIS. - Desjardins, procureur : un jars et un daim. - Desjardins, sculpteur : un bouquet dans un vase. - Dujardin, orfèvres, anoblis (17e s.) : un laurier de cinq branches. - 0 AMIENS. - Desjardins, avocat général : un chevron, deux étoiles et un croissant. - 0 PARIS. - Desjardins, contrôleur des bâtiments et châteaux du roi, neveu de Mansart, anob. (18 s.) : un arbre sur une terrasse, un chef orné d'un soleil. - 0 LORRAINE. - Desjardins : une fasce et trois rencontres de cerf. - • FLANDRE. Dujardin, fam. anc. DESLYS, DULIS, DULYS. - Nom de lieu : des lisières. - 0 PARIS. - Dulis ou du Lys, avocat : une fasce, un soleil et un cœur. DESMARAIS, DESMARETS, DUMARAIS. Nom de lieu : proche des marais. - 0 PARIS. Desmarets, venus de Laon, alliés aux Colbert, marquis de Maillebois : une main tenant trois lis de marais. - Dumarais, bourg. de-Paris : un lion et huit coquilles. - 0 AUVERGNE. - Desmarais : une croix ancrée, bande à trois coquilles, brochante. DESMARTINS. - Fam. anc. de Provence, alliance Forbin. DESME, DESMIER. - Surnom d'un dîmier, ou receveur des dîmes. -' • POITOU. - Desmé : une croix cantonnée de deux têtes de Maure et de deux têtes d'aigle; têtes un et trois contournées. Desmé : une tour. - Dexmier ou Desmier, fam. d'obscure noblesse d'Angoumois, en partie protestante, dont une branche émigrée en Hollande, alliée à la maison de Hanovre; la maison royale d'Angleterre se trouve donc apparentée à un grand nombre de paysans des Deux-Sèvres : écartelé à quatre fleurs de lis de l'un en l'autre. - • ANJOU. Desmé : un chevron et trois merlettes. - AParis, fam.

Desmé, bourg. notables venus de Loudun, essaimés à Saint-Domingue : alliés aux Séguier. DESMICHELS.- VoirMichel. DESMOULINS, DUMOULIN. - VoirMoulin. DESNOYER, DUNOYER.- VoirNoyer. DESOURS, DESHOURS.- Voir Ours. DESPEIGNE.- VoirEspagne. DESPRES, DESPREZ. - Nom de lieu. - 0 PARIS. Desprez, libraire : un chevron, une hure de sanglier un croissant et deux étoiles. - Desprez, chevalier : une croix ancrée. - 0 POITOU. - Després, ou Desprez : cinq bandes, trois étoiles en chef; un chevron, deux coquilles. - 0 BRETAGNE. - Desprez ou Després, croisé (13* s.) : huit losanges et un croissant. DESROZIERS. - VoirRougier. DESRUES, DELARUE, DELERUE. - Nom de lieu : de la route. - 0 PARIS. - Desrues, écuyer : écartelé : trois merlettes; trois maillets. Desrues, avocat : un chevron et trois roses. - Desruelles : une croix ancrée. - Delarue : un croissant et trois étoiles; un sautoir engrelé et cinq tourteaux; un chevron, deux brosses et deux feuilles de rue en sautoir. Delaruelle, huissier : un chevron et une aigle, un besan et deux étoiles en chef. - 0 POITOU. - Delaruelle : une aigle. - 0 BRETAGNE. - Delarue, ouvrier de la monnaie, notaire et tabellion (15 s.) trois quintefeuilles. - Delarue (14 s.) : trois croissants et une billette au-dessus de chacun. DESSUS-LE-PONT. - 0 PERCHE. - Dessus-lePont, anc. fam. nob. (171 s.) : trois hures. DESTOURBEY, DETOURBET. - Surnom : disturbateur. Nom de la comtesse de Loynes, transformé en de Tourbey. DEVÈZE, LADEVÈZE, DEVEZEAU, DEVIS, DEVISE. - Nom de lieu : propriété divisée ou divise. Devèze veut dire défendue, dans le Sud-Ouest. • ANGOUMOIS. - Devezeau, devenu de Vezeau : une fasce et une étoile, chef denché. DEVILLE. - Nom de lieu. - 0 PARIS. - De Ville, huissier : une croix de gueules. - 0 LYON.- De Ville, ou Deville : trois bandes vivrées. - • BERGERAC, LA MARTINIQUE. - Deville, devenu, aux lies, Sainte-Claire Deville, bourg. de médecins : échiqueté. DEVIN. - Surnom : sorcier; transformé en de Vin. • PARIS. - Devin, fam. riche bourg, et march. épiciers, sous Louis XIV, puis avocats : trois grappes de raisins. DEVOS. - Nom flamand voulant dire renard. 0 FLANDRE, ARTOIS. - de Vos, bailli de Mortagne (171 s.), anob. (181 s.) : un renard passant. DIACRE. - • NORMANDIE. - Diacre, fam. anc. (Rouen) : une croix pattée; alias : trois chevrons. DIANE. - • AUVERGNE. - Diane, anc. maison nob. :trois croissants. DIDIER, DEYDIER, DIDELET, DIDELOT, DIDEROT, DIDOT, DIZIER. - Prénom et ses dérivés. 0 PARIS. - Didier, conseiller : une bande à trois roses. - Didier, pâtissier, traiteur suivant la cour : un chevron, une colombe, deux roses et un croissant. Didier, officier de gobelet du roi : une bande et deux pommes de pin. Didot, célèbre fam. d'imprimeurs viv. Paris 1740. - 0 LYON. - Didier, march. bourg. : un chevron et trois roses, trois étoiles en chef. 0 MARSEILLE. - Deydier, bourg. : un chevron et une étoile soutenue d'un cœur. - Deydier : un lion tenant un couteau. - 0 CHAMPAGNE. - Didelot, barons (19 s.) : un sautoir gironné et une étoile. - Didier de Poligny, anob. (17 s.) : une bande. - • LORRAINE. - Didierjean : parti : 1) une croix ancrée et trois étoiles; 2) coupé : une épée en fasce, trois quintefeuilles, un chevron et trois étoiles. - Didot, anob. par le duc de Lorraine (16 s.) : un croissant,

trois billettes, une étoile et une molette posées en fasce en chef. DIEL - • NORMANDIE. - Diel, fam. illustre, essaimée aux Antilles : un chevron à l'étoile et trois trèfles. DIESBACH. - Fam. patricienne suisse, militaire; branche française (18" s.) posséda un régiment d'infanterie suisse de son nom; comtes du SaintEmpire (1718); princes de Santa Agatha en Sicile (1722). DIETRICH, DIETRICHT, DIDRY, DIÉTERLÉ. Signifie Thierry, en Alsace; traduit en Ditry, Didry. 0 ALSACE. - Fam. notable; un maire de Strasbourg de ce nom, guillotiné en 1793. Dietrich, possesseur de forges : un soleil. Nombreuse descendance, alliée aux Ochs. DIEU et composés. Surnom d'acteur jouant le rôle de Dieu, dans les mystères du Moyen Age, ou surnom d'un homme orgueilleux. Aussi : noms de lieux. - 0 PARIS. - Dieuxivoie : un chandelier à trois branches et un soleil. - • NORMANDIE. - Dieuleveult, anob. au 191 s. : six croissants contournés. 0 ANJOU. - Dieuzie : un lion couronné et trois molettes. - 0 BRETAGNE. - Dieu ou le Dieu se disant nob. au 15 s. : un chevron à cinq hermines, et trois coquilles. DILLON. - Nom irlandais; fam. irlandaise, ancienne. DION, DE DION, DIONIS, DIONNET. - Noms de lieu; Dionnet : anc. prénom. - 0 PARIS. - Dionis, fam. de bourg. march. anob. (178 s.) : trois ananas, une croix potencée en chef. - 0 ARTOIS. - De Dion, orig. du Brabant, dont un chevalier croisé (13 s.) alliés aux Hénin-Liétard, barons (18 s.), marquis (18 s.) : une aigle éployée, becquée, à l'écu au lion, bordure engrelée en abîme; devise : Dieu en ayde. DISTEL, DIESTEL. - Nom alsacien-lorrain, voulant dire chardon. DODIER, DODAT, DODET, DODIEU. - Voir Daudet. DODUN, DODART. - Dodun : de Dodo, nom germanique; Dodart : de Oudart. - 0 MAINE. - Dodart, une branche à Paris dont un médecin du roi, anob. (18 s.) : un vol. - 0 BOURGOGNE. - Dodun, fam. enrichie dans la finance, une branche à Paris, marquis d'Herbault en Sologne (18 s.), marquis de Keroman en Bretagne (19" s.) : une fasce au lion et trois grenades. DOE. - e CHAMPAGNE. - Doe, fam. anc. de Troyes : un chev. et trois roses. DOILLET, DEULOT, DIEULOT, DOILLOT, DOLET, DOLOT, DOLLOT, DOLU, DOULLE, DULOT. Plusieurs origines : doille veut dire tonneau, en Franche-Comté; Dollot est nom de lieu; dol : affliction, d'où est tiré Dolu : Dieulot signifie Dieu l'entend. - 0 PARIS. Doillet, secrétaire du roi : trois bécasses. - Dolas, capitaine : un chevron, deux burelles et un lion. - Dolu : deux poissons adossés. Doullé à Mantes ; un chevron, deux raisins et un mouton. - 0 MARSEILLE. - Dol, tondeur de draps : un renard, trois billettes en chef. - Dole, chanoine : une croix fichée dans un cœur. - 0 BRETAGNE. Dollier, fam. noble : trois molettes. - Doluo, anob. (16e s.) : dix billettes. - A Paris, des Deulot, marchands de vins, parents des Charlemagne (188 s.). e LORRAINE. - Dollot, anob. (178 s.) : un léopard naissant, issant d'une mer. DOISNEL - • NORMANDIE.- Doisnel, fam. anc. : un chev. et trois merlettes. DOLIVIER.- Voir Olivier. DOMERC, DOUMIC, DOMERGUE, DOUMERGUE. - Formes méridionales de Dominique. - 0

PARIS. - Domergue : trois épis, deux étoiles et un croissant. DONCIEUX.- Voir Oncieu. DONGNY. Voir Ogny. DONNADIEU, DONNAT, DONNAY, DONNE, DONNEAU, DONNET. - Prénom : Dieu donné. • PARIS. - Donneau : un chevron et trois anneaux. • LYON. - Donnet, procureur : un chevron à la coquille. - 0 MARSEILLE. - Donnadieu, garnisseur de chapeaux : une main droite tenant un cœur enflammé, deux étoiles. - Donat, marchand : coupé : 1) deux fasces et trois roses; 2) un agneau sautant un rocher. - 0 POITOU. - Donat : un émerillon. DONODE.- Fam. anc. d'Avignon (15* s.). DOR, DORLAN, DAURE, DORAT, DORÉ, DOREAU, DORET, DORIA, DORIEU. - Dor veut dire porte en breton; peuvent être surnoms de doreurs; aussi : ancien prénom? - 0 PARIS. Dorat, bourg, de Paris : trois croix ancrées. - Dorau, écuyer : un chevron et trois lévriers. - Doré, marchands : une fasce et quatre besans. - Doré : deux serres de vautour et une levrette. - Doré, avocat : trois épis; un croissant et deux roses en chef. Dorel : un chevron, deux poules et un coq. - Dorey, avocat : un chevron et trois dards. - Dorieu, fam. marchande de Troyes, anob. à Paris sous Louis XIII ; une bande à trois molettes. - Dory, enseigne d'archers et marchand de vin ; un J, un Dentrelacés. • LYON. - Dorât : un chien. - 0 Poitou. - Dorin : trois alouettes. - Dorineau : un chevron, trois étoiles et un lion. - a BRETAGNE.- Doré : un poisson, deux têtes de lion et un croissant. - 0 LORRAINE : Doré, connus depuis le 168 s., dont un conseiller au parlement de Metz : une fasce, un lion brochant et deux molettes en chef. - Dans le Midi, une anc. fam. Daure, dont un ministre du roi Murat, à Naples, personnage pittoresque et grossier. AGènes, Doria, illustre maison, dont un amiral de Bretagne au 148 s. DORAVAL, DORIVAL. - Nom de lieu; voir Val. 0 PARIS. - Doraval : un cerf ailé. DORIGNY. Voir Origny. DORIOT.- VoirLoriot, Auriol. DORLÉAC, DORLÉAT. - Originaire d'Olréat (Puyde-Dôme) ou d'Orliac (Corrèze). DORLÉANS.- VoirOrléans. DORLODOT. - Tiré du verbe dorloter. - 0 CHAMPAGNE. - Dorlodot, connus depuis le 15" s. dont un maître de verrerie (16e), anob. (17* s.) : un croissant et trois étoiles. Certaines branches sont devenues Dorlodot des Essarts, de Selve. DORNIER. - Nom de Franche-Comté et Alpes : marchand de cruches. DOUAR, DOUARD, DOUAREL, DOUAT, DOUEN, DOUET.- Prénom de racine germanique. - • PARIS. - Douar, marchand bourg, de Paris : un pont sur une rivière, une foi et un cœur en chef. - Douart, bourg. de Paris ; une ancre. - Douen, procureur ; trois macles. - • Périgord. - Douarel (14* s.) : trois lions et un lambel. - Douat : un faucon. - • BRETAGNE.Douart, à Vannes ; une fasce et deux léopards. Douart, à Rennes : un chevron et trois molettes. AVichy, une fam. Douet, bourg. au 178 s. dont des anoblis au parlement de Dombes; alliés aux Pierre de Bernis, Joly de Fleury. DOUBLE.- Surnom : un double était une pièce de monnaie. - e PROVENCE.- Fam. dont un anobli par Charles VII, avec le privilège de transmettre sa noblesse à ses descendants aussi par les femmes : a figuré au Parlement de Toulouse; essaimés en Martinique et Guadeloupe; un médecin, fait baron au 19* s. : vairé à la fasce d'hermines. DOUBLET, DOUBLARD, DOUBLIER. - Surnom, voir Double; un doublet est aussi un papillon. -

• PARIS. - Doublet, tapissier, valet de chambre de Mmela Dauphine, et les Doublet, chirurgiens : deux belettes. - Doublet, vve du comte de Marcilly : trois chevrons et trois annelets. - Doublet, bourg. de Paris, et Doublet, avocat : une croix engrelée, une étoile aux premier et dernier quartiers. Doublet, march. bourg. de Paris, Doublet, conseiller de Monsieur, et les Doublet, aussi conseillers, tous de riche bourg. financière, puis figurèrent dans la robe et aux armées; alliés aux Barillon, Séguiran, Aymeret, Foucault marquis de Bandeville (18e s.) et de Persan (18e s.). Saint-Simon raconte que MM. Doublet, seigneurs de Persan et de Crouy, s'étaient fait annoncer chez le président Harlay sous leur nom de terres, voulant jouer aux beaux-messieurs. Le président fit semblant de ne point les reconnaître, quand ils entrèrent, et leur fit mille démonstrations d'humilité puis, les regardant de près, fit l'étonné, et dit : «Mais je vous connais, masques, vous êtes Messieurs Doublet... » Blason : trois mouches. - Doublet, à Montfort, bourg. de Paris : une ancre, chef chargé de croissants. - 0 BRETAGNE. - Doublard, venus d'Anjou au 1811s. : un chevron et trois trèfles, trois couronnes comtales en chef. - Doublet, célèbre corsaire normand, parfois confondu avec le capitaine Double, aussi corsaire. DOUCEL, DOUCET, DOUCIN, DOULCET, DOUSSEAU. - Dérivés de Douce, prénom féminin. - 0 PARIS. - Doucel, chargeur de bois : un chevron, deux roses et un chiffre. - Doucet, écuyer : trois tours et un pin. - Doulcet, avocat : écartelé : une tête de bélier, losangé. - Dousseau : une fasce, une rose et un croissant. - Doussot : deux lions affrontés, une coquille, une pomme de pin et deux croissants en chef. - Doucet à Beauvais, écuyer : une bande sommée d'une fasce et trois molettes en chef. 0 LYON. - Doucette, ou Doucet : un chevron à la rose. - 0 POITOU. - Dousset, ou Doucet : une grue dans un marais, trois étoiles en chef. - Dousset : un mouton entre deux arbres, un croissant et deux étoiles en chef. - 0 CHAMPAGNE. - Doucet, orig. de Picardie, sgrs de Saint-Gobert, (151 s.) : écartelé : 1 et 4 une tête de bêlier; 2 et 3 losangé. - A Paris, Doucet d'Esligny, secrétaire du roi (18 s.). - 0 NORMANDIE. - Doucet, Doulcet : une croix fleurdelisée. DOUVRIER. - Voir Ouvrier. DOYEN, LE DOYEN, LEDOYEN. - Surnom. • PARIS. - Doyen, notaire, et Doyen, gantier : une bande à trois poires. - Doyen : un chevron et trois merlettes. - Ledoyen, bourg. de Paris : une croix potencée. - Fam. Doyen, issue de Doyen de Blenville, premier maire de Lunéville (16e s.), dont un garde du corps du duc Charles IV, anob. (17 s.) : parti au chevron brochant chargé de deux lions affrontés, et un peintre d'histoire auquel Catherine Il donna un blason personnel : d'azur au chef chargé de deux pals (une fleur de lis a été ajoutée à ce blason, par autorisation de Louis XV). En Bretagne, fam. Le Doyen, déboutée au 178 s. DOUX, LEDOUX. - 0 NORMANDIE. - Le Doux, fam. anc. : trois têtes de griffons; les cadets ajoutaient un lambel. DRAPEAU. - Surnom de fabricant ou de marchand de drap. - Fam. de Poitou, Aunis, représentée au Canada. DRAPIER. - Nom de métier. - 0 LYON. - Drapier, bourg, de Lyon : une fasce à trois étoiles. DREUX, DROUARD, DROUET, DROUIN, DROUINEAU, DROUOT, DROZ, DRU, DRUEL, DRUGEON. - Prénom de racine germanique et ses dérivés : dru, druel signifient vigoureux. - 0 PARIS. - Dreux, venus du Poitou, marquis de Brézé (17* s.), issus de petite bourgeoisie de robe : un chevron, deux roses

et un soleil. - Drouet, bourg. de robe, anob. (17e s.) : un chevron et trois étoiles. - Drouard, écuyer : un lion et trois croissants. - Drouart, procureur : un lion et trois étoiles. - Drouet, bourg, de Paris : un chevron, deux coquilles, une aigle. - Drouette, bourg. de Paris : un pal et deux trèfles. - Drouillet : un cygne, trois roses et un lambel en chef. - Drouin, maître de pension : trois tours. - Drouin : trois roses. - Dru : un phénix. - Druel : un chevron, deux molettes et une coquille. - Drugeon : un chevron et trois croisettes. - Druinot, secrétaire : une bande au lion, un soleil en chef. - "Drouin, à Versailles : un chevron, un lion et trois trèfles; un chevron, trois tourterelles, dont deux affrontées. Drouin ou Drouyn, venus du Soissonnais, dont un anob. au 178 s. - 0 LYON. - Drouet, marchand : un pal. Druet, marchand de soie : un lion et trois croissants. - Druion, tailleur : un oiseau ouvert en sautoir, surmonté d'un poisson couronné. a MARSEILLE. - Drouet, marchand : un chevron, deux coquilles et une aigle. - 0 ANGOUMOIS. Dreuille : une bande à trois annelets. - 0 POITOU. Dreux du Radier : une aigle, une trangle et trois molettes. - Drouault : trois flammes. - Drouet : un lion. - Drouhet : un chevron, deux étoiles, un dauphin. - Drouineau : trois étoiles et un croissant. 0 BOURGOGNE. - Drouas, gouverneur du château de Vitteaux à la tête de 500 hommes; nombreuse descendance (18* s.) : un chevron et trois fers de lance, et trois molettes en chef. - 0 LORRAINE. Drouin, anob. (15e). - • SOISSONNAIS. - Drouin, trésorier de France. - • ILE-DE-FRANCE. - Drouyn de Lhuis, de Vandeuil, anob. au 178 s. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Droz, orig. de Suisse, connus depuis le 15 s. dont un conseiller à la chambre des comptes de Dole (18 s.), un conseiller au parlement de Besançon (18 s.) : trois croix ancrées, bordure engrelée. - De la même fam. Droz, à La Chaux-de-Fonds, issus d'un graveur, directeur de la Monnaie sous l'Empire. - 0 HAINAUT, FLANDRE, CHAMPAGNE. - Druart, possesseur d'un fief dans le Hainaut, et Druart, prévôt de Lille : un arc fléché et trois alérions. En Flandre, Druon cité dès le 1511s. - 0 AUNIS. - Drouillet : un cygne, trois roses et un lambel en chef. - 0 TOURAINE. - Drouin : un chevron, deux larmes, une gerbe. - 0 ANJOU. Drouin : trois gerbes. - 0 BRETAGNE. - Drouet. croisé (13e s.) : une clé, une étoile et une coquille. Drouillard : trois pommes de pin. - Drouin (14 s.) : six hermines, trois coquilles en chef. - Drouin, négociants, un anob. (18 s.) : une gerbe et trois larmes. - Druais : trois têtes d'aigle couronnées. 0 LORRAINE. - Drouin, fam. anc. : une hure et trois croix de Lorraine. - 0 NORMANDIE. - Droullin, fam. anc. de Rouen. En Poitou, diverses branches des Dreux-Brézé et Nancré. DREYER. - Dreier : menue monnaie en Allemagne. DREYFUS. - Veut dire : trois pieds : nom souvent juif. - Dreyfus, dits Dreyfus Gonzales, ducs de Premio Real, marquis de Villahermosa, alliés aux Talleyrand. DROIT, LE DROICT, LE DROIT. - Nom de lieu : propriété placée au droit du soleil. - 0 PARIS. Le Droict, ou Le Droit ; une fasce chargée de trois lionceaux et trois molettes. DUBESSET, DUBESSEY. - Nom du Centre : lieu planté de bouleaux. - 0 PARIS. - Dubessay, procureur : un chevron et trois billettes. - 0 LYON. Dubessey, écuyer : une croix à cinq losanges. Dubesset, curé : onze billettes. DUBOIS, DU BOIS, DUBOYS. - Nom de lieu. 0 PARIS. - Dubois, écuyer, et Dubois, procureur et bourg. de Paris : un lion. - Dubois, venus du Rous-

sillon : une bande à trois molettes. - Dubois, commissaire : chevron et trois étoiles. - Dubois, précepteur du duc de Chartres, fam. de marchands et bourg. dont un marchand de bois à Beauvais et un gentilhomme de Monsieur : un bois, trois étoiles en chef. - Dubois, drapier, et Dubois de SaintQuentin : une aigle. - Dubois, conseiller : un arbre et un croissant. - Dubois, marchand : un chevron et trois roses. - Dubois, fam. champenoise, gentilhomme possédant fief : un chevron et trois glands. Dubois, conseiller au grand Conseil, fam. du Maine : coupé emmanché. - Dubois, châtelain de Pens : trois merlettes, écartelé : une bande. - Dubois, chevalier, major de Villefranche au comté de Nice : un arbre, une fasce à trois croisettes, brochante. Dubois, lieutenant, à Dreux : trois étriers. - Dubois, brigadier, à Mantes : un arbre chargé d'un duc, deux étoiles en chef. Dubois, fam. poitevine, bourg. de finance; alliée aux Broglie, du Couëdic, un anob. (18 s.); dits vicomtes d'Anisy. - Dubois de Fiennes, marquis de Givry, grand bailli de Touraine. 0 LYON. - Dubois, teinturier à Saint-Étienne : un bois. - Dubois, avocat : un chevron et trois trèfles. - Dubois, conseiller : un chevron à la rose. • PÉRIGORD. - Dubois, fam. notable : un sautoir et quatre étoiles. - 0 ANGOUMOIS. - Dubois ou du Boys : une coupe où boivent deux colombes et un croissant. - 0 POITOU. - Dubois : un lion et trois glands. - Dubois : un bois et trois étoiles. Dubois : une hure de sanglier. Dubois : une ancre, deux étoiles et trois couronnes de laurier, chêne et olivier. - Dubois : un chêne et un croissant. Du Bois : un épervier. - Du Bois : trois arbres et trois besans en chef. - 0 ANJOU. - Dubois : trois croix pattées. - • BRETAGNE.- Dubois : un chêne et deux croisettes. - Dubois, déboutés (17 s.) : trois roses. - Dubois (13 s.) : quatre fasces ondées. Dubois; nobles (15e s.) : un lion. - Dubois (14e s.) : trois coutelas en pal. - Dubois : une cotice, une étoile, une quintefeuille. - Dubois (16 s.) : un cyprès. - Dubois : neuf fers à cheval. - Dubois noble (17 s.), débouté : une roue. - Dubois, anob. (19 s.), devenu de la Pastelière : deux épées en sautoir, croisette et lys, une charrette en chef. Dubois, anob. (19 s.), une fasce, deux massacres de cerf et un arbre. - 0 AUVERGNE. - Dubois, anob. ( 1 7 débouté (18 s.) : un arbre et trois casques en chef. - • NORMANDIE. - Dubois, issus du fils naturel du comte d'Eu, légitimé, anob. (14" s.) : cinq coquilles. - Dubois, nobles (15e) : trois trèfles. Dubois, fam. anc. nob. d'Avranches : une aigle; fam. de Caen : une croix fleurdelisée. - • MAINE. Dubois (14e s.) : écartelé, trois têtes de lévrier brochantes. - Dubois (18e s.) : emmanché. - En Poitou, du Bois des Arpentes, du Bois de Chabannes, du Bois de Courval. DUBOUCHERON. VoirBouche. DUBRAC. - Fils du Brac, voulant dire veneur. e BERRI. - Dubrac : deux bras tenant épée; un chien braque. DUBREIL, DUBREUIL. - Nom de lieu : nom gaulois voulant dire bois humide ou taillis. - 0 PARIS. Dubreuil, bourg. : un chevron, .trois bandes en chef. Dubreuil, docteur de Sorbonne : une fasce et six merlettes. Dubreuil, marchand : losangé, un lion naissant en chef. - 0 LYON. - Dubreuil, curé : un chevron chargé d'un losange. - a PÉRIGORD. Dubreuilh : trois lions. - 0 POITOU. - Dubreuil : une croix ancrée. - Dubreuil : un chevron brisé et une aigle. - 0 BRETAGNE. - Dubreil ou Dubreuil (141) : un chevron et trois croissants. - Dubreil ou du Breil, fam. chevaleresque (12e s.), comtes de Rays (171 s.), de Pontbriand (17e) : un lion morné. -

Dubreil : un lion et trois coquilles. - Dubreil : trois lions. DUBUC, DU BUC, DUBUCQ. - Buc veut dire : tronc, moignon ou ruche d'abeilles. - 0 PARIS. Dubuc, « intéressé aux glaces» : un cœur et trois étoiles. - • AUNIS. - Dubucq : une bande. 0 ARTOIS, FLANDRE. - Dubucquoy, banni du royaume de France au 13° s., se retira dans les terres de l'abbaye de Fémy. - Dubucquoy, garde du corps de Louis XVI. Aimée du Buc, cousine de l'impératrice Joséphine, fut enlevée par des pirates, vendue à Constantinople, rachetée pour le harem du sultan, choisie favorite par ce monarque et enfin mère du sultan. DUBUISSON. Explicite; buisson au sens de bosquet? ou de buis? - 0 PARIS. - Dubuisson, capitaine : un chevron potencé contrepotencé, et trois troncs d'arbre en pal. - Dubuisson, conseiller : une fasce, deux molettes et une rose. - Dubuisson, chapelier : un buisson, trois croissants. - Dubuisson, maître de musique : un buisson ardent. - • LYON. Dubuisson : un buisson, deux couronnes de laurier. Dubuisson à Montbrison : un lion couronné. 0 POITOU. - Dubuisson : un lion et un soleil entre deux roses. - 0 BRETAGNE. - Dubuisson : fretté et un chef (13e s.). DUC, LEDUC. - Surnom. - • PARIS. - Duc, greffier, et Leduc, bourg. de Paris : un duc posé et deux étoiles en chef. - Leduc, chirurgien : un chevron, deux étoiles, un duc et un croissant. Leduc, vve Talon : une gerbe, trois étoiles en chef. - Leduc, seigneur de Villevaudé : une barre à trois aiglons et deux bâtons. • LYON. - Duc, marchand : un chevron, une couronne, deux étoiles et un croissant. 0 POITOU. - Leduc : un chevron, trois étoiles et un chêne. - • MAINE. - Leduc : trois étoiles à sept rais. - • BRETAGNE. - Le Duc, anob. (16 s.) : trois trèfles, un chef. - Le Duc, anob. (17e s.) : trois molettes. - 0 NORMANDIE. - Leduc, trois familles anciennes : 1) un dauphin; 2) un duc perché; 3) une aigle. DUCASSE, DELCASSE, DUCAS. - Du chêne, dialectal. 0 PARIS. - Ducasse, commis des vivres d'Italie : une fasce et trois merlettes. DUCATEL, DUCHASTEL, DUCHATEL - Voir Chatel. DUCELLIER. - De la cave, du chais. - A Paris, MmeCoiffier d'Orvilliers, née Ducellier. DUCHAFFAUD.- VoirChaffaud. DUCHATELLIER. - Du château. - 0 PARIS. Duchatellier, bourg. de Paris : un massacre de dragon sur une fasce ondée, une épée flamboyante en chef. - 0 POITOU. - Duchastelier : trois épées et un croissant. DUCHAUSSOY. - De la chaussée. - • ARTOIS, PICARDIE, FLANDRE. - Du Chaussoy, curé de Saint-Pol d'Abbeville : coupé au lion de l'un en l'autre, tenant une épée, au franc quartier à l'épée. Du Chaussoy ou du Sauchoy, connétable d'Eu au 128 s. - plusieurs chevaliers de ce nom du 121 s. au 158 s. DUCHÉ, DUCHER, DU CHER, DUCHIER. Noms tirés de conducher : hôtelier; la forme en é est du Midi et du Centre. • PARIS. - Duché, capitaine : une cigogne tenant une boule, trois roses en chef, bordure à huit besans. - 0 SENLIS. - Ducher (16 : deux palmes affrontées, séparées d'un croissant. • BERRI. - Du Cher ou Ducher ou du Chier, anc. maison féodale qui affranchit des centaines de paysans (14 s.) : trois bandes. - • SAINTONGE. - Duchier : une grue, tête contournée, trois roses en chef. - 0 ALSACE. - Duché de Grivelle, de Gurgy : losangé. - 0 PARIS. - Duché de Saint-Léger : un

duc sur un tronc d'arbre et trois barres en chef. Duché, secrétaire du roi au 188 s. DUCHEMIN, DESCHEMINS. - Surnom donné à quelqu'un habitant au bord d'un chemin. - • PARIS. - Duchemin, alliés aux Melliand : un chevron à trois roses et trois tourterelles. - Duchemin, mercier : une fasce et trois chiens. - Duchemin, bourg. de Paris : un sautoir. - • LYON. - Duchemin, receveur des entrées du vin à la porte de Vaize : un chevron à la coupe. - 0 ANJOU. - Duchemin, débouté (17 s.) : une bande à trois tourteaux. - 0 BRETAGNE. Deschemins : une croix. - • NORMANDIE. - Duchemin, anc. nob. : un lion. DUCHENE, DUCHESNE. - Nom de lieu : habitant de là où est le chêne. - 0 PARIS. - Duchesne : trois chênes. - Duchesne, drapier : deux levrettes affrontées. - • POITOU. - Duchesne ou Duchêne : un chêne et un chien assis; trois glands. - Ôuchêne ou Duchaigne : deux renards l'un sur l'autre, le second contourné. - 0 BRETAGNE. - Duchesne (15e s.), essaimés aux Antilles : un chêne. 0 PICARDIE. - Duchesne, avocat à Ponthieu, Duchesne, bourg. d'Abbeville : un chevron et trois glands tigés et feuillés. - 0 NORMANDIE. Duchêne, fam. nob. : trois glands. DUCLOS, DUCLAUX, DESCLOS. - De l'enclos, du clos. - 0 PARIS. - Duclos, bourg. de Paris : un duc entre deux ormes et trois étoiles en chef. - Duclos, curé à Meaux ; un chevron, deux étoiles et une rose. - 188 s. Duclos, académicien dont «foutre» et «bougre » étaient les expressions favorites (Chamfort). - 0 LYON. - Duclos, marchand et hôte à Montbrison : un arbre terrassé entre deux étoiles. Duclos, marchand : un duc enclos d'une orle. Duclos, bourg. de Lyon : un enclos où sont trois arbres soleil en chef. - 0 BRETAGNE. - Duclos : un léopard, un pal losangé brochant. - Desclos : un chevron brisé, une ancre, et trois étoiles en chef. DUCLOUX. Clos. - 0 PARIS. - Ducloux, marchand de vin : trois croissants. - 0 POITOU. - Duclou, ou du Clou : un chevron et trois coquilles. DUCLUZEAU, DUCLUZEL. - Nom de lieu : près d'un clos. - A Paris, fam. Ducluzel ou du Cluzel venue de Périgord, anob. (18 s.), enrichie dans les fermes sous Louis XV. En Limousin, anc. fam. du Cluzeau. DUCOIN, DUCOING. - Nom de lieu : du coin. 0 LYON. - Ducoing, receveur de la douane de Valence : un cognassier à deux branches passées en sautoir. - Ducoin de la Bénissondieu : un chevron au trèfle. DUCORNET, DUCOURNEAU. - Nom de lieu : de la corne. - • PARIS. - Ducornet, avocat : trois cornets. - Du Cornet, cité en Flandre au 151 s. - En Picardie, de nombreux du Cornet, dont un échevin d'Amiens dont descendent les Cornet d'Incourt, d'Yseux, d'Hunval. DUCOS. - Nom de lieu : de la côte. - • TONNERRE.- Ducos, curé : un coq et trois roses. DUCREST, DUCRET, DUCREY. - Voir Crest. Nom de lieu : de la crête; nom de Savoie et Alpes. DUCREUX, DUCROCQ, DUCROS. - Nom de lieu : dans un creux. Croc peut être surnom de métier. 0 PARIS. - Ducrocq, chef de fruiterie de Monsieur : un chevron et trois macles. - Ducrou, brodeur du roi : coupé : un soleil; un laurier. - 0 LYON.- Ducroc ou Ducrot, seigneur de Saint-Polgue-Brunal : deux fasces. - Ducros, lieutenant de Chamazel : un chevron au croissant. - • OUEST. - Ducrocq : un croc de batelier. DUDEFFAND, DUDEFFEND. - Originaire du Deffend, nom de hameau fréquent dans l'Ouest. 0 PARIS. - Dudeffand : une bande et une merlette. Dudeffant, garçon de la garde-robe du roi : un che-

vron, deux croissants et une rose. - Dudeffent à Joigny, chevalier : une merlette posée en cœur. • LYON. - Dudeffand : une bande et une merlette. Marquise du Deffant, femme de lettres française, célèbre pour son salon (171 s., 188 s.). DUFAYEL.- VoirFayel. DUFLOS, DUFLOT. - Noms tirés de flocon, houppe; surnom donné à un homme portant un toupet de cheveux. - 0 PARIS. - Duflos, avocat, et Duflot, épicier : un chevron à trois trèfles. DUFOUR, DU FOUR. - Nom de lieu. - 0 PARIS. Dufour, fam. de finances et d'église : un chevron et trois roses. - Dufour, ou du Four : trois flammes. Dufour, marchands, tanneurs et bourg. de Paris : un chevron diversement accompagné, surtout de croissants. - 0 LYON. Dufour, notaire à Fœurs : un chevron chargé d'un trèfle. - Dufour, médecin d'Henri IV : écartelé : trois fasces; trois massues. Dufour, chevalier, trésorier de France (17e s.). 0 NORMANDIE. - Dufour, fam. anc. : une étoile et trois croissants. DUFRENE, DU FRESNE, DUFRESNE, DUFRESNOY.- VoirFresnay. DUGARDIN. - Fam. anc. Normandie. DUGAS, DUGAST.- Voir Gast. DUGLAS. - e PICARDIE. - Duglas, fam. qui se dit la même que les Douglas d'Ecosse, dont les ducs de Douglas, d'Hamilton, de Greensburg, etc. DUGUE, DUGUET. Nom de lieu : du gué ou guet : guetteur. - 0 PARIS. Dugué : un cheval gai (et lambel pour les cadets). - Dugué, fam. de Lyon : un chevron, trois étoiles dont une couronnée. - Duguet, à Versailles : un sautoir à cinq roses. - • LYON. Dugué : un chevron, trois étoiles, dont une couronnée. - Duguet à Montbrison : un sautoir à cinq roses. - 0 OUEST. - Duguet : un écusson et trois hures de brochet. - • BRETAGNE. - Dugué : un lion, trois étoiles en chef. - Dugué : une croix engrelée. Dans l'Ouest, des Dugué, venus de Lyon. - Des Duguay, en Bretagne. DUHALDE.- Voir Uhalde. DUHAMEL.- VoirHamel. DUHAUT, DUHAUX.- Nom de lieu du Sud-Ouest. - 0 POITOU. - Duhaux : un chêne, un lion passant devant, bordure de tourteaux. DUJARRIC. - Nom tiré de garric : chêne. 0 SUD-OUEST. - Dujarric, bourg. anc. : un château de trois tours. DUJON. - Nom de lieu : de jonc, joncs. 0 OUEST. - Dujon, fam. anc. barons de Beaussay : un chevron. DULAC.- Nom de lieu : près d'un lac. - • PARIS. Dulac, gantier : un duc sur une onde. - Dulac : un chevron, deux roses et une fleur de lis. - Dulacq, écuyer : un chevron, deux coqs et une levrette. - 0 POITOU. - Dulac : une fasce à une étoile. - • LANGUEDOC. - Dulac, fam. anc. : un écusson d'argent. DULONGT.- VoirLongt. DUMAINE. - Originaire du maine. - 0 PARIS. Dumaine ou Dumayne, bourg, de Paris : un lion et deux étoiles. DUMAS. - Nom méridional tiré de mas : maison. • PARIS. - Dumas, docteur en Sorbonne : un mât. • LYON. - Dumas, prêtre : trois pensées, trois étoiles en chef. - Dumas, marchand, bourg. : un chevron, trois lis, une biche passante en chef. Dumas : trois roses, chef d'or. - Dumas, fabricant : un mât, deux ducs, deux quintefeuilles et deux molettes. - Dumas, apothicaire à Montbrison : un chevron au losange. - 0 PÉRIGORD. - Dumas, fam. nob. (17 s.) : un lion couronné. - Dumas, bourg. : une barque mâtée; une tour. - • AUNIS. -

Dumas : trois têtes de lion. - Dumas : deux massues en sautoir. - Dumas : un fer à cheval. DUMAY, DUMAYET,DUMÉE.- De l'arbre de mai. - 0 PARIS. - Dumay, bourg. de Paris : un lion et deux étoiles. - Dumée, trésorier des gardes suisses : les armes de Chalo-Saint-Mars (v. Chartier, Boucher). Dumée, bourg. : une fasce, deux étoiles et une tête de léopard. - Dumet, valet de chambre de Monsieur : un arbre et trois étoiles. - 0 LYON.- Duméou Dumay, écuyer : une fasce et cinq hermines. A Paris, Dumées ou Dumaitz, vrai nom : Berbier du Maitz, ou du Metz, comtes de Rosnay, anc. Delamothe en Bourgogne; grande fam. de robe et d'épée. DUMESNIL, DUMENIL - Nom de lieu : de la grande maison. - • PARIS. - Dumegnil ou Dumesnil, commissaire : un chevron et trois molettes. Dumesnil, avocat : un écusson et huit merlettes. Dumesnil Adelée : trois chevrons. - 188 s. La Dumesnil, citée par Chamfort. - • LYON.- Dumesnil, marchand : une maison sommée d'un duc. 0 NORMANDIE.- Dumesnil, fam. anc. DUMONCEAU. - 0 NORMANDIE. - Dumonceau, anc. mais. nob. : une fasce et six annelets; des branches cadettes brisaient d'une bordure. DUMONCEL. - 0 NORMANDIE. - Dumoncel, fam. anc. nob. dont les marquis de Sénarpont, etc. DUMONT, DU MONT. - Nom de lieu : du mont. 0 PARIS. - Dumont, ou Dumon, avocat : une montagne et trois étoiles. - 0 LYON. - Dumont, un chevron et un mont. - Dumont, garde du duc d'Orléans : une colombe sur un mont. - Dumont, notaire : un mont et trois merlettes. - • MARSEILLE. - Dumond, marchand : un duc, un mont, et trois étoiles en chef. - 0 NORMANDIE. - Dumont : un chevron et trois têtes de lapin. DUMOUSTIER, DUMOUTIER. - Nom de lieu : du monastère. - 0 PARIS. - Dumoutier, bourg. de Paris : trois chevrons. - 0 POITOU. - Dumoustier, comte d'Empire : un chevron, un croissant entre deux étoiles et une hure. DUMUR.- VoirMur. DUNAN, DUNANT. - En Savoie et Suisse : du torrent. DUPANLOUP. - Nom de lieu, en Savoie : du Panloup. - Père Dupanloup, archevêque de Paris. DUPARC, DUPARQUET.- VoirParc. DUPAS. - Nom de lieu : près d'un lieu depassage. - 9 OUEST. - Dupas, «marquis de la Garnache, barons de Beauvoir» : trois chevrons. - Dupas : un chevron et trois trèfles. DUPÉ. - Nom de lieu : du puy. - 0 TONNERRE. Dupé, seigneur de Lœsme : trois lions. DUPERRAY, DUPERRE, DUPERRET, DUPERREUX,DUPERRIER. - Nom de lieu tiré de pierres; la forme en eux est normande; voir Perrier. - 0 PARIS. - Duperey, licencié et procureur : un chevron, un croissant, deux étoiles et un poirier. - Duperray, avocat : une fasce ondée et trois besans. DUPEYROUX.- Voir Peirou. DUPIN, DU PIN. - Habitant près du pin. - • PARIS. - Dupin, intendant de la duchesse de Brunswick : un pin et un chien. - Dupin, avocat : un chevron, deux étoiles et une pomme de pin. - Dupin, propriétaires de Chenonceaux ( 188 s.), qui eurent J.-J. Rousseau pour précepteur de leur enfant; grands-parents de George Sand : trois coquilles. 0 LYON. - Dupin, bourg. : un pin, deux étoiles et un croissant. - 0 MARSEILLE. - Du Pin, marchand : un pin, trois étoiles en chef. - 0 POITOU. - Dupin : trois bourdons en pal. - 0 ANJOU. - Dupin : un pin fruité. - 0 BRETAGNE. - Dupin : trois bourdons. - • NORMANDIE.- Dupin :trois pommes de pin.

DUPLAN, DUPLAT, DESPLACES, DESPLATS. Originaire d'un lieu plat. - 0 PARIS. - Duplat : trois chouettes, trois étoiles en chef. - Desplaces, drapiers :trois tourteaux, une foi en chef. DUPLESSIS, DUPLESSIS, DUPLAIX, DUPLEIX. Nom de lieu, de plessier : enclos. - 0 PARIS. - Du Plessis, commissaire : un chevron, un croissant, deux étoiles et un lion. - Duplessis, ducs de Richelieu et Fronsac, éteint dans les Vignerod; puis les Vignerod; puis les Chapelle; éteint trois fois : trois chevrons. - Duplessis, marquis de Jarzé : un massacre de cerf et deux croissants, l'un sur l'autre. - Duplessis, procureur : un double casque avec ses lambrequins. - Duplessis Châtillon, marquis de Nonant : trois fers de lance. - • SAINTONGE. Duplais : deux lions affrontés. - Dupleisset : une croix de Malte et trois étoiles, un chérubin en chef. 0 POITOU. - Dupleix, marchands, dont le marquis Dupleix, gouverneur de Pondichéry; essaimés en Bretagne : deux poissons l'un sur l'autre, unis par un filet. DUPONT, DE PONS. - Nom de lieu : près d'un pont ou originaire de Pons; ou surnom de passeur. 0 PARIS. - Dupont, tapissier du roi, et Dupont, notaire : un pont de trois arches. - Dupont de Caries, avocat : un pont. - Dupont de Compiègne : un lévrier, une aigle en chef. - Dupont, écuyers à Saint-Florentin, seigneurs d'Auxon : une aigle, chef d'or. - Dupont à Saint-Germain-en-Laye : un chien passant et trois cœurs. - 0 LYON.- Dupont : un lion tenant une hallebarde et un soleil. - Dupont, conseiller : un pont et un soleil. - Dupont, pâtissier : un pont, sommé d'un globe où se perche un duc. 0 MARSEILLE. - Dupont, avocat : un pont de trois arches et trois molettes. - • PÉRIGORD. - Du Pont, ou Dupont, bourg. : un chevron et trois trèfles. - De Pons : une fasce. - • POITOU. - Dupont, maire de Poitiers (14* s.) : un pont de trois arches. - Dupont, descendants du maire de Poitiers, qui s'illustrèrent dans la finance aux 188 s. et 198 s. : des ponts de une ou trois arches, parfois un chevron. - Dupont : deux flammes et une étoile. - 0 ANJOU. - Dupont, maire d'Angers (16e s.) : une fasce arquée en forme de pont, une molette et trois roses. - 0 MAINE. Dupont : deux chevrons. - a HAINAUT, FLANDRE. Du Pont, femme de P\ de Fourmestraux : trois têtes de loups. Du Pont, banquier à Ypres au 148 s. - Du Pont, écuyer, avocat au parlement de Douai au 188 s. - 0 BEAUJOLAIS. - Dupont, fam. connue depuis le 1311s., dont J. et F. qui ouvrirent les portes de Charlieu aux troupes de Henry IV; dont un écuyer, sgr de Bonnefont; dont un gouverneur de Charlieu. Un lion armé tenant une hache d'armes, sur un pont à trois arches, regardant un soleil et une étoile. - • ARTOIS. - Dupont de Saint-Ouen, etc. fam. orig. de Vermelles, puis Flandre, dont un secrétaire du roi, un président au parlement de Flandre, un échevin de Lille. - Dupont, en Amérique, descendants des Dupont de Nemours. - • CHAMPAGNE. - Du Pont, orig. du Béarn, anob. (17e s.) dont de nombreux officiers : un lévrier courant, colleté et une aigle naissante en chef. - • LORRAINE. - Du Pont, fam. dont un inspecteur général des fermes du roi, un secrétaire du roi : un lion. 0 SOLOGNE. - Dupont, fam. anc. : semé de fleurdelis, au lion couronné, brochant. DUPORT. - VoirPort. DUPRÉ, PRÉAUDEAU. - Nom de lieu : du pré. • PARIS. - Dupré, fam. venue de Brie, dont une branche anob. (16 s.) alliée aux Aguesseau; possesseurs du château de la Grange-Bléneau; ancêtres de Mme de la Fayette : une fasce et trois trèfles. Dupré, avocat : un arbre. - Dupré, bourg. de Paris : une fasce ondée. - • LYON. - Dupré, clerc : un paon

rouant. - Dupré du logis de Saint-Jacques : une fasce au croissant, deux roses, deux étoiles, une aigle sur un pré et un soleil. - Dupré, à SaintÉtienne : quatre vaches et une molette. - 0 SAINTONGE. - Dupré : un chevron, une coquille, deux étoiles et un lion, deux moutons et un taureau en chef. - • POITOU. - Dupré : un lion. - 0 BRETAGNE. - Dupré : trois fleurs de lis. - Dupré,: un hibou et huit marguerites. - Dupré : un chevron et trois trèfles. - Préaudeau, anob. (19 s.) : une aigle tenant une banderole. DUPUGET.- VoirPuget. DUPUIS, DUPUY, DUPUYS. - Nom de lieu : du puy, de la hauteur ou originaire du Puy. - 0 PARIS. Dupuis, mouleur de bois : un puits. - Dupuis, boucher : un chevron et un puits. - Dupuis, avocat ; un chevron et trois lions. - Dupuis, sieur des Marchais : un chevron, deux trèfles et un hibou. - Dupuis : trois pals, trois arbrisseaux en chef. - Du Puy, procureur : un puits. - Dupuy, miroitier, bourg. de Paris : ses initiales, A et D entrelacées, couronnées de fleurs et deux palmes en sautoir. - Dupuy, notaire : un puits, trois étoiles en chef. - Dupuy, bourg. de Paris : une chouette perchée sur un puits. - Dupuy, greffier : une bande à trois besans. - Dupuy, avocat : trois triangles. - Dupuy, capitaine des chasses de Monsieur : un chevron, un duc, et un puits. - Dupuy : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Dupuy, prieur mage de Saint-Antonin-au-Rouergue : un chevron et trois étoiles, chef à trois molettes. Dupuy, avocat : parti : un cerf contourné, trois sautoirs en chef; une tour et deux lions affrontés. Une grande fam. Dupuis, de haute bourgeoisie financière, dont quelques anob.; un descendant guillotiné en 1794. - 0 LYON. - Dupuis, écuyer : une tour soutenue de deux lions affrontés. - Dupuis : une bande à trois roses, trois étoiles en chef. Dupuis, vve Albanel : un puits et deux dragons, les queues en sautoir. - Dupuis, écuyer : deux chevrons, deux molettes et une montagne. - Dupuis, maître du logis des Trois-Rois : un puits et trois têtes de roi. - Dupuy, marchand : un puits et deux ducs. - Dupuy, juge : une bande. - 0 MARSEILLE. Dupuy, consul à Smyrne : un puits et deux dragons, queues en sautoir. - Dupuis, bourg. et négociants : trois roses sortant d'un puits. - • DAUPHINÉ. Dupuy, premier grand maître de Saint-Jean-deJérusalem (12e s.); marquis de Montbrun (17e s.) : un lion. - 0 BRETAGNE. - Dupuy, anc. nob. : une croix et quatre croissants. - 0 PÉRIGORD. Dupuy : un lion. - Dupuy : une bande; une croix; un chevron. - 0 POITOU. - Dupuy ou Dupuis : un puits et deux serpents affrontés buvant au puits. Dupuy : une bande à trois besans; une bande et six merlettes. - Dupuy : trois chevrons. - 0 HAINAUT. Dupuis, fam. anc. dont un échevin de Mons : une bande engrelée à trois flammes. - 0 SENLIS. Dupuis (16" s.) : un chevron, un puits et deux étoiles et une chouette. - En Picardie, du Puis, anob. (16e s.). - En Champagne, du Puis d'Aunizeux (16 s.). - En Lorraine, du Puis, simple soldat, anob. (17 s.). Du Puis, peintre du duc de Lorraine (18" s.). DUQUESNE, DUQUESNOY. - Voir Quesne. DURAND, DURAN, DURANDY, DURANT, DURANTON.-Ancien prénom médiéval, indifféremment écrit Durand ou Durant. - 0 PARIS. - Durand : un phénix sur son bûcher; une lampe ardente; un cerisier. - 0 LYON. - Durand : un chevron chargé d'une coupe; un sautoir chargé d'un trèfle; un duc; un cerf; une fasce; une croix alaisée, fleurdelisée; un rocher et trois étoiles. - 0 MARSEILLE. - Durand : trois têtes de lévrier; un lion; un arbre; une fasce et une rose; un rocher et trois étoiles. - 0 BRIE. Durand : trois chevrons. - 0 TOURAINE. - Durand :

une fasce, un croissant et un trèfle. - 0 PROVENCE. - Durand : parti, un lion de l'un en l'autre. - 0 BRETAGNE. - Durand, anc. nob. : neuf losanges. Durand, bourg. : un lion tenant une épée. - Durand : une fasce chargée de deux étoiles, un croissant et un besant. - Durand : un chevron, une fleur de lis et deux étoiles. - 0 POITOU. - Durand (15e s.) : un soleil et trois étoiles. - Durand (15 s.) : un soleil et deux étoiles. - Durand (18 s.) : un rocher et six coupeaux, surmonté d'une étoile. - Durand, barons : un lion couché, tête contournée, surmontée de deux épées croisées. - Durand, anc. fam. nob. : une croix. - Durand : un chevron et trois trèfles. - Durand, nob. (15e s.) : trois tourteaux. - 0 BORDEAUX. - Duranteau, faits barons sous l'Empire : trois besants. 0 PÉRIGORD. - Durand, bourg. : une bande losangée. - a PARIS. - Durand, échevin de Paris (17e s.) : un falot. - • PICARDIE. - Durand de la Mairie : trois chevrons, fasce brochante. - b CHAMPAGNE. Durand, orig. de Paris; vairé. - Durand : vairé, parti au sautoir. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Durand, fam. orig. de Baume, connue depuis le 168 s. dont les sgrs de Lantenot, Gevigney, Mercey : une fasce et trois trèfles. - 0 LORRAINE. - Durand, orig. de Commercy, anob. au 16* s., dont un échevin de Metz, et un conseiller au parlement de Metz, dont descendent les Durand de Crépy, de Distroff, de Villers : quatre pals, neuf besants en chef. - 0 BRETAGNE. - Durandeau, sieurs de Loudière, déboutés (17e s.). - 0 BOURGOGNE. - Durand, négociants en vin (18* s.), qui figurèrent au Parlement. - Au Parlement de Paris, figurèrent plusieurs familles Durand et Durant. - Durand, ministre protestant, littérateur (17e s.). - Duranti, assassiné par les ligueurs (16 s.). - 0 NORMANDIE. - Durand, fam. anc. de Caen : une palme et deux roses. - Durand, fam. anc. de Valognes : trois pals, lion passant brochant. DURAS.- Duras, duc de Rauzon, 1819. DURASSIER. - Signifie : du rassier, ou scie. DUREAU, DURET, DUREY. - Nom de lieu ou surnom tiré de : dur ou fils de Hureau. - 0 PARIS. Duret ou Durey, riche fam. issue de petite bourg. de Bourgogne, alliée aux Rochechouart; anob. (171 s.); marquis (18e s.) : un rocher surmonté d'une croisette. - Duret, conseiller : trois pélicans. - Duret, bourg. de Paris : une colombe en vol, renversée, tenant en son bec une flamme. - Duret de Chevri : trois diamants et un souci. - 0 LYON. - Duret ou Durret : une fasce, bande brochante. - 0 NANTES. Dureau : un chevron et trois oiseaux; un rocher sur une mer. DURFORT. - Durfort, ducs de Lorge 1706, de Quintin 1691, de Civrac 1774. DURIEU, DURHU, DURIER, DURIF, DURIS, DURY, DURYE. - Nom de lieu : du ruisseau; rieu, dans le Sud; rier, dans le Nord; rif, dans les Alpes et le Bourbonnais; ry, dans le Poitou, Berri, Saintonge; ris, dans le Lyonnais. - 0 PARIS. - Durhu ou Duru : une rivière et trois canettes, trois étoiles en chef. Durié, brodeur : un rocher. - Durieu : un chevron et trois larmes. - Durye, secrétaire de M. de Lamoignon : un chevron, deux étoiles et un lion. - • LYON. - Dureu, cabaretier au logis du Vieux-Loup : deux moutons affrontés et un loup gisant. - Duris, bourg. de Condrieu : un chevron et une larme. - Dury, marchand : une gerbe sommée d'un duc. - 0 LIMOUSIN. - Durix : trois fasces. - • POITOU. Dury : trois chevrons. - 0 MACONNAIS, ROANNAIS. - Fam. du Ryer, connue depuis le 158 s., dont un consul de France en Égypte, qui traduisit les œuvres du poète turc Saadi au 178 s. - En Normandie, du Ries, trouvère du 13" s., du Ryer, poète. DURIVAU. - Nom de lieu, poitevin. - 0 POITOU. Durivau :fuselé en fasce.

DUSAIX.- Fam. anc. Dauphiné : écartelé. DUSAULT, DU SAULT, DUSSAUT. - Du saule. 0 PARIS. - Dusault, enseigne : deux lions affrontés tenant un fanal, et trois étoiles en chef. - Dusault, huissier : trois têtes de cigogne et trois étoiles en chef. - Dusault, bourg. de Paris : un sautoir et deux béliers sautant. - 0 SAINTONGE, GUYENNE. - Du Sault : une aigle. - Dussault :trois chabots. DUSAUZAY, DUSAUSSOY. - De la saulaie. 0 PARIS. - Dusaussoy : un château de trois donjons et une aigle. - 0 LYON.- Dusauzay, écuyer : une tour et deux étoiles. - Dusauzay : tois saules. - Dusauze : deux branches de sauge en sautoir. - ABeauvais, du Saussoy, chevalier (13 s.). - Comtes de Clermont, sgrs du Sauchoi (14 s.). - Du Saulchoy de Bergemont, médecin de Louis XIV. DUSSART.- Voir Sars. DUTARD, DUTART.- Nom de lieu, ou surnom tiré de tard. - 0 PARIS. - Du Tart, gentilhomme de la reine Anne d'Autriche : une fasce. DUTERTRE. - Nom de lieu. - e PARIS. - Dutertre, chirurgien du roi : écartelé : 1 et 4 : une croix échiquetée et deux lions; 2 et 3 : une écharpe, dont les bouts sont passés en sautoir. - 0 BRETAGNE. Dutertre, Duroz ou du Rhin : un rencontre de cerf; un rencontre de bœuf. - Dutertre, déboutés (17 s.) : un lion; trois annelets. - 0 MAINE. - Dutertre : un lion couronné. DUTHEIL- Voir Teilh. DUTOIT, DUTHOIT.- De la maison. DUTREIL, DUTREUIL, DUTROUILH. - Du treil, dupressoir; Dutreuil dans le Sud-Ouest. DUTRON, DUTRONC.- Nom de lieu. DUTROUSSET.- Voir Trousseau. DUVAL, DEVAL, DU VAL, DUVALLET. - Nom de lieu : du val. - 0 PARIS. - Duval : un chevron, une étoile et trois fers de lance. - Duval, marchand suivant la cour : une bande. - Duval, mouleur de bois : une montagne et une rivière. - Duvallet, procureur : deux colombes affrontées tenant un cœur et deux palmes en sautoir. - 0 POITOU. - Duval : trois têtes de lévrier. - Duval, vicomte de la Restauration : un sautoir, trois genettes et un cor de chasse. 0 BRETAGNE. - Duval, ou du Traon, croisé (13 s.) : un cerf passant. - Duval : une tour couverte. - Duval, anob. (171 s.) : trois canettes. - Duval : cinq fusées. Duval : trois marmites. - 0 CHAMPAGNE. - Duval de Fraville : une fasce. - Duval, baron : une fasce, trois croissants et trois hures de sanglier. - 0 CHAMPAGNE, ARTOIS. - Du Val, bailli de l'abbaye de Saint-Bertin : une croix chargée d'un lion; devise : Fidelitati. DUVERGER, DUVERGIER. - Nom de lieu : du verger. - 0 PARIS. - Duverger, receveur des épices du Parlement de Paris : un chevron, deux étoiles et un verger. - 0 LYON. - Duverger, procureur à Changy : un chevron et une billette. - • TOULOUSE. - Duvergier, nob. du Capitoulat : trois pals, trois hermines en chef. - 0 POITOU. - Duverger : un cœur fleuri et trois branches de rosier. - Duvergier, croisé (13 s.) : une croix à la coquille et quatre coquilles. 0 BRETAGNE. - Du Bergez, Duvergier, Dubergé, ou Duverger : un lion, trois roses, trois arbres. • MAINE. - Duverger, bourg. (18 s.) : une bande. • ORLÉANS.- Duverger : une comète. DUVERNAY, DESVERNAY, DUVERNE, DUVERNET, DUVERNY. - De la vergnaie. - • PARIS. - Duvernet, médecin : trois arbres. - Duvernay : un arbre. - 0 LYON.- Duverne, bourg. de Charlieu :un chevron au trèfle. - Duverney, chapelier : une fasce à trois perdrix, une tête de lion et un croissant. - Duverney, bourg. : cinq pots posés en pal entre deux lis. Duverney, conseiller à Feurs : un vergne. - Desvernay, procureur : un chevron à la coupe.

E

e ÉBERHARDT, ÉBÉRARD, ÉBRARD. - 0 ALSACE. - Francisé en Ebrard. - e LORRAINE. - Ebrard : une croix. - 0 BRETAGNE. - Eberard : trois croissants, une étoile; débouté St-Malo 1668. EBERLIN. - Sanglier, petit sanglier. EBLE. - Prénom germ.? - 0 BRETAGNE. - Des Eblis : un lion rampant (14 s.). - • ALSACELORRAINE. - Eble : 4 cantons, 1 : trois épées; 2 : une épée; 3 : deux épées en sautoir; 4 : un lion rampant. ÉBOUÉ. - Décrotté. ÉDEl, ÉDELIN, ÉDELINE. - Alsac. : noble. Attesté Paris (12 s.). - 0 PARIS. - Édeline, procureur : une fasce à l'étoile, deux dauphins affrontés et trois roses. ÉGASSE, LÉGASSE. - Ajasse? - 0 PARIS. Égasse : trois croix pattées. - 0 SUD-OUEST. Légasse, fam. qui produisit un évêque d'Oran; un baron? ÉLISSA, LÉGLISE. - Alissa; basque : église; lieu, surnom? - 0 MARSEILLE. - L'Église ; une croix haussée, tréflée, plantée. ÉMERY, ÉMERIC, ESMERY, EMERIAN, etc. Voir aussi Hémery. - 0 PARIS. - Émery, écuyer : trois oiseaux. - Esmery, avocat : de même. Emmerry, inspecteur général des ponts et chaussées ; un chevron, deux étoiles et un losange. 0 MARSEILLE. - Émeric, notaire :coupé. - a BRETAGNE. - Émeriau, venus d'Écosse? - • NORMANDIE. Émery, fam. anc. : un croissant et cinq molettes. EMPEREUR, LEMPEREUR. - Surnom; mais à Dijon : roi de l'arc pendant trois ans. - • PARIS. Lempereur, chanoine : chevron, une aigle et trois étoiles. - Lempereur : une aigle à deux têtes et un soleil. - • LYON. - Lempereur, marchand : une aigle éployée. - Lempereur, marchand de toile, et Lempereur, orfèvre : une main tenant un globe. - 0 CHAMPAGNE et BRIE. - Lempereur ou L'Empereur, fam. connue depuis 1328 : gironné, chef à l'aigle à deux têtes. EMPERIÈRE. - Impératrice. - 0 NORMANDIE. Emperière, fam. anc. : un pot d'où sort un rosier à trois roses. ENAULT, ESNAULT, ESSENAUT, EYNAUDI. Prénom. - 0 PARIS. - Eynaud, mouleur de bois : un arbre accosté d'un serpent. - 0 MEAUX. - Esnault, curé d'Armentières ; au nom de Jésus. - • AUNIS. Esnault : écartelé : 1et 4 : deux fasces. 2 et 3 : une fasce ondée et une fleur de lis. - a BORDEAUX. Essenault, ou Senault : un cœur et huit besants :

fam. de robe. - • NICE. - Eynaudi. - • ITALIE. Einaudy. ENFANT, LENFANT.- Nom illustré par l'architecte qui construisit Washington : fam. anc. d'Anjou, essaimée en Provence. - 0 PARIS. - Lenfant, marchand bourgeois de Paris : un enfant. - Lenfant, chevalier : trois fasces. - 0 ANJOU. - Lenfant : une bande coticée. - 0 BRETAGNE. - Lenfant : quatre fusées (un chevalier de l'Hermine). ENFER, DENFER, DENFERT, LENFERNAT. D'enfer : surnom provenu des mystères. - 0 POITOU. - Denfert : imp. fam. : trois fers de pique. 0 BOURGOGNE. - Lenfernat, connus depuis le 138 s.; trois losanges. ENGELS, ENGELHARDT, ENGELWEIN, ENJALVIN. - Alsace-Lorraine : engel : ange. - Anciennement traduit : Enjalvin. - 0 PARIS. - Enguehard, ou Engelhardt? professeur de médecine ■: trois cœurs et une rose. - 0 PARIS. - Enjalvin ou Enjalmin : directeur du bureau du tabac : gironné, une croix ancrée brochante. - 0 LYON. - Enjalvin, marchand à Saint-Bonnet. ENGOULEVENT.- VoirAngoulvant. ÉPAULES, AUX ÉPAULES. - Fam. anc. nob. de Normandie. ÉPENOUX. - Lieu : Bourgogne. ÉRARD. - Prénom germanique; aussi Hérard. Nom illustré par les facteurs de pianos. - 0 PARIS. Érard, avocat : une fasce, un soleil et un lion. • OUEST. - Érard : un trèfle et trois merlettes. • LORRAINE. - Errard, fam. anob. 168 s. dont un ingénieur qui fortifia Sedan et Amiens : une tour surmontée de trois étoiles. ERNAULT,ERNAUT.- Fam. anc. de Normandie. ERNOUL, ESNOUL, ENOUL, ESNOUF. - Prénom. - • NORMANDIE.- Enouf. - a BRETAGNE.- Ernoul : un cerf; bordure cannelée à dix annelets, débouté 1669. - Esnoul : coupé : deux châteaux et deux ancres en sautoir. Unanob. 1784. ESCANDE. - Basque : petit chêne. ESCARPIT.- Sud-Ouest : déchiré. ESCARTEFIGUE. - Midi. Ce beau nom, imagé et célèbre, semble devenu introuvable. ESCOFFIER, EXCOFFIER, ESCOFIER. - Midi : ouvrier en cuirs. ESCOT, LESCOT. - Écossais. - • PARIS. Lescot : coupé; trois chevrons. - Lescot : un massacre de cerf. - 0 LYON. - Escot, bourgeois de Lyon : trois croissants d'où naissent trois roses en chef : coq et deux étoiles. - 0 BERGERAC.- Escot ou Escaut, anc. bourgeoisie : trois tours.

ESCUDIER, LÉCUYER, LESCUYER, SCUDÉRY. Escudier : occitan; escudero : esp. - Surnom ou métier : porte-écu. - 0 PARIS. - L'Écuier : deux verges en sautoir et quatre fleurs de lis. - Lescuyer : receveur en Auvergne : chevron à trois roses et trois étoiles. - Lescuyer : avocat : une fasce, une aigle et un lion. - Lescuyer : chevalier, comte de Luret : bande à trois tourteaux et trois épis. - Lescuyer : avocat : un écu à l'antique. - Scudéry ou Scuderi : un lion écartelé : trois marteaux (fam. italienne). 0 LYON. - Escudier, marchand : un chien courant : trois tourteaux en chef. - 0 MARSEILLE. - Escuyer, pâtissier : une main tenant un couteau et un pâté; trois étoiles en chef. - 0 NORMANDIE. - Lescuyer ou l'Escuyer, fam. anc. du Perche (depuis 1400) : une fasce à trois coquilles et six merlettes. • CHAMPAGNE. - Lécuyer : trois merlettes. • FLANDRE. - Lécuyer : une barre chargée d'une étoile. - • PICARDIE. - Lescuyer, fam. anc. ESCURE, LESCURE. - Lieu : ombrage? - 0 POITOU. - Lescure, de Lescure : trois fasces et quatre étoiles; et un croissant et trois étoiles. - 0 AUVERGNE. - Des Escures : croix ancrée à une étoile en cœur. - 0 PÉRIGORD. - Lescurat, bourgeoisie anc. : trois étoiles. - Lescure, bourg. de robe : lion d'azur. 0 ALBIGEOIS. - Les sires de Lescure : lion d'azur. ESPAGNE (D'), DESPEIGNE, DESPEIGNES, etc. D'Espagne; lieu : colonie espagnole? - e ANJOU, MAINE. - D'Espeigne, Despeignes, etc. : un peigne et trois étoiles; fam. de condition diverse. 0 CHAMPAGNE, FLANDRE.- L'Espagnol :fam. anc. ESPAGNET, SPAGNET.- Fam. anc. de Provence. ESPARBÈS. - Épervier. - Illustre famille d'Armagnac connue dès le 128 s. F. d'Esparbès fut compagnon d'armes d'Henri IV et devint maréchal de France. ESPIARD, ESPIERRE, ESPIÉ. - Qui épie? Lieu? 0 PARIS. - Espierre : une salamandre sur son bûcher et trois croix. - Espert, bourgeois de Paris : une ancre. - 0 MARSEILLE. - Espariat, marchand : un arbre et deux tourterelles? - 0 POITOU. - Espierre, comte du pape (20e s.). - 0 TOURNAISIS. Espierres, maison chevaleresque : une croix. • BOURGOGNE et FRANCHE-COMTÉ. - Espiard, fam. anc. de robe : trois épis. - 0 LANGUEDOC. Espié, fam. anc. établie à Toulouse début 15e s. dont plusieurs branches : un épi posé en bande. ESPINE, DELÉPINE, LÉPINE, LESPINE, LESPINASSE, ESPINASSE, ESPINASSOU, ESPINARD, ESPINASSY, EXPINAX. - Lieu. - 0 PARIS. - De l'Espine, architecte, bourgeois de Paris ; chevron et trois roses. - De l'Épine, géographe : trois épines, chef échiqueté. - De l'Épine, mouleur de bois ; ses initiales : J, D, L. - 0 LYON. - Espinasse : un lion. Lespinasse, notaire : un pal à trois roses. - Lespinard ou Lépinard : un buisson d'épines et deux arcs en sautoir. - 0 MARSEILLE. - Espinas : trois arbres sommés et trois colombes, un chien et un soleil. Espinasse, marchand : chevron, deux étoiles et une rose. - Espinassy : une rose et trois boutons feuillés et tigés. - Espinax ou Expinax, maître auffier ; chevron, comme Espinasse. - 0 SUD-OUEST. Lespinasse ou de Lespinasse, ancien bourgeois : chevron et trois hermines. - Fam. Espinassou et Espinet. - 0 ANJOU, BRETAGNE. - Despinay, d'Espinay : illustre maison partie à la conquête de l'Angleterre en 1066, des croisés : un lion coupé (essaimée à l'île Maurice). - De l'Espine à SaintMalo, 128 s., dt des croisés : un écusson et huit merlettes autour. - 0 NANTES. - Espinoze, Espinoza ou d'Espinoze; venus d'Espagne : un arbre, un griffon passant devant; mantelé : 1 : une croix fleuronnée; 2 : un cœur. Barons de Porteric 1640. Marquis de Frossay 1764. - e NORMANDIE. - Lespine,

de l'Espine : anc. bourg. : écartelé 1 et 4 : un trèfle; 2 et 3 : une fasce à trois coquilles. - 0 POITOU. Espinasseau : trois étoiles. - 0 SOISSONNAIS. Épinay, fam. origin. de Flandre dont les vicomtes de Chavignon : trois besans en bande. ESPRIT. - Prénom. - • PARIS. - Esprit : une aigle; trois sautoirs en chef. - 0 OUEST. - Esprit : trois merlettes. ESQUILLE, ESQUILLA, ESQUILAT. - Petite cloche. - Anc. maison nob. de Haute-Navarre : cinq bandes. ESQUINE, ESQUINET, ESQUENE. - Lieu : SudOuest. - Esquina, en espagnol : coin; en basque, esquene : gaucher. ESSARS (DES), DESESSARS. - Fam. anc. de Normandie : un chev. ESTANG (L'), LESTANG. - Fam. anc. d'Angoumois. ESTAUNIER, ESTAUNIÉ. - En Bourgogne : Étalon? ESTELLE, ESTELLA. - Fam. anc. de Provence, connue dès 1012 à Naples d'où elle vint : trois étoiles. ESTERNOZ. - Fam. anc. de Franche-Comté (Salins). ESTÈVE. - Prénom, Sud-Ouest : Stéphane, Étienne, Esteban. - 0 SAINTONGE. - Estève : parti emmanché. ESTIENNE, ÉTIENNE, LESTIENNE, ÉTIEMBLE. Prénom Étienne. - 0 PARIS. - Étienne ou Estienne, bourgeois de Paris : chevron, deux molettes et un lion. - Étienne : une colombe tenant un rameau et un soleil. - 0 LYON. - Dynastie d'imprimeurs, essaimés à Paris, dont de remarquables personnages. Estienne, drapier : chevron, un arbre et un soleil. • MARSEILLE. - Étienne, hôte du logis d'Auriol : un bourg sur une terrasse et les lettres J, J et E. Étienne, des bourg. : de même. - Étienne, un drapier : cinq cailloux en sautoir, chef à trois étoiles. Étienne, un orfèvre : un monde; chef à trois étoiles. Étienne, un marchand : trois barres, lion brochant. • LANGUEDOC. - Famille Étiemble. - 0 DANS L'OUEST. - Des Estienne, barons de l'Empire, et «Estienne-Montluc de la Rivière » : un rocher et trois épis. - 0 BRETAGNE. - Étienne : Stéphan. Estienne ou Stéphan : un anob. 1458 : lion chargé de trois fasces, et chevron et trois coquilles. Estienne à Tréguier : trois coquilles, et trois fasces et huit hermines; en chef, deux fleurs de lis. 0 PROVENCE. - Estienne, trois fam. anc. 1 : trois bandes; 2 : une bande, un églantier et un besant; chef à trois étoiles; 3 : une fasce et trois besants. 0 NORMANDIE. - Estienne fam. nob. anc. : un sautoir et quatre coquilles. ESTIVAL, ESTIVALLE. - Surnom d'homme joyeux? - 0 PARIS. - Estival, fam. de Lyon : deux branches de laurier en sautoir. - 0 LYON. - Estival : comme à Paris, et Estival, bourg. : une aigle. - 9 POITOU. - Estival ou Estivalle, anc. nob. : sautoir et quatre trèfles. - 0 BRETAGNE. - Estival : chevron, deux molettes et une tête de cheval. ESTOILE (L'), LESTOILE, DELESTOILE. - Fam. anc. de Béarn essaimée en Picardie, etc. nombreuses branches. ESTOR, ESTORE. - Lieu. - Fam. anc. catalane, essaimée en Brabant? - 0 REIMS. - Au 198s., venus de Montpellier. - 0 MONTPELLIER. - Dynastie de professeurs de médecine, alliance Grasset, Blanche, etc. : palé. - • BRETAGNE.- Estoré, débouté 1670 : croissant surmonté d'une fleur de lis. ESTRADE, LESTRADE, LESTRAS, LETRAZ, ESTRADUÈRE. - Lieu, estrade, chaussée, surélé- j vation. - 0 PARIS. - D'Estrades, d'Estrées, etc. : fam. considérables et nobles; venus d'Artois et de

Guyenne. - 0 LYON. - Lestra, curé : chevron au rustre. - 0 MARSEILLE. - Lestrade : un pal ondé et deux fleurs de lis. - a SAVOIE. - Letraz, lieu et fam. Vicomté de Turenne; fam. d'Estresse, anc. Roquet : chevron et trois fers de lance. ESTUT. - Fam. du Nivernais. ETAIX.- Lieu : Bourgogne. ETCHEVERRY, CHEVERY. - Basque : maisonneuve; casanova. Francisé en Chevery? - • PARIS. Cheverry (pour Etcheverry, sûrement), bourg. : une tour accostée d'un lion et d'une levrette. ÉTOURNEAU, ESTOURNEL, ESTOURNEAU. Surnom : oiseau; sans cervelle. - 0 TOURAINE. Fasce à deux macles. - • LIMOUSIN. - Trois chevrons et trois étourneaux en chef. - 0 SAINTONGE. - Unlion. EUDEMAR.- Fam. anc. de Normandie. EURRY. - • NORMANDIE. - Fam. anc. : trois fasces, lion en chef, étoile en pointe. EUSTACE. - • NORMANDIE. - Fam. anc. : une fasce et trois roses. EVEN. - 0 BRETAGNE : Yves. - Even, anob. 141 7 : six coquilles. Un chevalier 181 5 : une ancre chargée d'un chevron. ÉVESQUE, LEVESQUE, LE VESQUE, LÈ VESC, etc. - L'évêque, mais toutes les fantaisies d'écriture se rencontrent pour rendre ce nom plus intéressant. - 0 PARIS. - Levesque, fam. d'échevinage : une grue. - Levesque, notaire : chevron, deux étoiles et un lion. - Levesque, avocat : une crosse perçant un croissant et deux étoiles. - Levesque, chevalier (fam.

de l'Ouest?) : trois bandes. - Levesque, chirurgien de Mademoiselle : un chevron, deux étoiles et une rose. - Levesque, marchand : un arbre sommé d'un oiseau et une levrette devant. - Levesque, procureur : un lion et deux étoiles. - • LYON. - Levesque, commis pour les droits de la ville : une crosse, deux étoiles et une fasce brochante. - • POITOU. L'Evesque, Lévêque, etc. : trois roses ou grenades. 0 BRETAGNE. - Levesque, fam. anc. de Rennes et Vannes (1380) : une bande écotée à trois fleurs de lis. - Levesque, à Tréguier, alliances Budes : une fasce et trois têtes de léopard. - Levesque, à Dol : écartelé azur et sable, à la croix denchée sur le tout. - Des Levesque déboutés 1669, comtes de l'Empire, maire de Redon, etc. - 0 LORRAINE. - L'évêque : une croix ancrée chargée d'une étoile. - • PROVENCE. - Lévêque, fam. anc. : un chevron, une fleur de lis, une étoile et un lion. ÉVRARD. - Prénom. - 0 PARIS. - Évrard avocat : une fasce ondée et trois merlettes, alliance Boucher d'Orsay. - 0 LORRAINE. - Évrard : deux flèches en sautoir, chef à un lion naissant. EXBRAYAT.- Centre : déculotté. EXEA.- Fam. nob. de l'Aragon : ancien, échiqueté. EXPILLY. - Fam. dauphinoise essaimée en Bretagne et à Marseille : un coq et trois molettes. EYMAR. - Fam. anc. de Provence : une fasce et trois yeux. EYRAUD, ERRAUD, ERREAU. - Voir aussi Ayraud, etc. - • ANJOU. - Erreau : une bande entre deux étoiles.

F

f FABER, FABRE, FABBRI, FABRI, FABRY.- Faber et Fabri : latinisation de fabre : fèvre (voir Lefèvre) : ouvrier en métaux, méridional. - • PARIS. - Fabre, lieutenant : deux chevrons et trois roses. - Fabre, bourgeois de Paris : une main tenant un marteau. Fabry : un lion (marquis de Rians). - 0 LYON. Fabre : une fasce et trois têtes de léopard. - Fabry : un cygne. - Fabry à Villefranche : deux chiens rampants et deux arbres ou encore : un lion. - Fabry, marchand : une fasce à une enclume, et à deux marteaux, rameau d'olivier brochant. - 0 MARSEILLE. Fabre (nombreux); dont les armateurs actuels, issus de charpentiers navals de Bandol, au 1611s. - Fabre, écuyer : un lion regardant une étoile. - Fabre, bourgeois et échevins : un lion tenant une fleur de lis. Fabron, notaire : une foi, trois étoiles et une mer. Fabry : un lion tenant un marteau. - 0 BRETAGNE. Fabre : chevron, deux marteaux et un rocher; baron de l'Empire. - Fabri, venu de Toscane : une bande à la rose, et deux étoiles. - 0 PROVENCE. - Fabre, fam. anc. (Riez) 15" s. : une tête de bœuf. - Fabry : un pal, trois écussons en chef. - Hist. Philippe Fabre acteur, poète et homme politique avait ajouté à son nom celui d'une églantine d'or gagnée aux Jeux floraux de Toulouse. - On retiendra de Fabre d'Églantine ; «Il pleut, il pleut, bergère! ». FABIEN. - Normandie : Fabien fam. anc. : fasce ch. d'un croissant, deux boucles et une hure. FAGARD, FAGART, FAGUET, FAGOT, FAGON. Dér. de fagot; formes en ard, et art : picard; forme en uet : Ouest. - 0 PARIS. - Fagaud ou Fagard : un hêtre. - • BEAUVAIS. - Faguet, etc. : six molettes. 0 POITOU. - Fam. Faguet. - • MARSEILLE. - Fagot, hôte : une gerbe et trois étoiles. - 0 BRETAGNE. Fam. Fagon, dont le médecin de Louis XIV. FAGE, FAGES, FAGET. - Lieu : hêtre, hêtraie. Languedoc. - • PARIS. - Fages, sgr de SaintMartial : colombe tenant une branche d'olivier, posée sur un rocher. - 0 MARSEILLE. - Fage, gantier : ses initiales, J. F. FAGNIER. - Provence : Fagnier fam. anc. : un chev. ch. de deux lions et trois mollettes. FAIVRE. - Nom comtois; voir Le Fèvre. - Illustré par un colonel de Napoléon, qui devint, en Égypte, Soliman Pacha, et dont les descendants ont régné sur ce pays, avec les rois Fouad et Farouk. FALLET, FALLAIS, FALLOIS, FALLOUX, FALLOT. - Midiet Centre : désigne des cheveux fauves. Mais fallot : tissu. - 0 LYON. - Fallais, marchand : une gerbe et un soleil. - • ANJOU. - Falloux : chevron, trois étoiles; un comte 1830, auteur de la loi sur

l'enseignement, qui porte son nom. - Fallet, maison illustre de Naples. FALQUE, FAULQUIN, FAUCON, FALK, FALCON, FALCONNET, etc., variantes : FAULCONNIER. Faucon; fauconnier. - 0 PARIS. - Falconnet bourgeois de Paris : un faucon regardant un petit oiseau; trois besans en chef. Falque, avocat : un écartelé compliqué, d'où peut-être, ressort, en fin de compte : une aigle à deux têtes (ce Falque marié à une Rollet du sang de Chalo-Saint-Mars). (Voir Chalo-Saint-Mars.) Faulquin bourgeois de Paris : un faucon chaperonné et longé. - Falque, avocat au Parlement de Paris : tiercé compliqué. - Jean de Faucon : un gantelet tenant un faucon, etc. (écuyer). - Faucon (de Ris) : écartelé patte d'ours (?) de griffon (?) marquis de Charleval, etc. (fam. italienne). - Fauconnet, lieutenant de la milice bourgeoise : une gerbe; trois étoiles en chef. - • LYON.Falcon, bourgeois : faucon chaperonné, longé. Falconnet, médecin : un pal et quatre besants. Falconnet, chevalier : idem. - • POITIERS. - Faucon, ou Faulcon : faucon chaperonné longé, sur un rocher, ou écartelé : une croix, et : trois tours sommées de trois fleurs de lis. - • LIMOUSIN. Faulconnier, Fauconnier : un gantelet tenant un faucon. - 0 LORRAINE. - Falque : bandé de six pièces. - Falq : un lion et un croissant. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Faulquier : trois faux. 0 NIVERNAIS. - Trois colombes, champagne chargée de trois andains et une faux brochant. FAMER, FAMET, FAMIN, FAMECHON, FAMICHON. - 0 MIDI. - Famélique, miséreux. - Famin : fam. distinguée (201 s.). - Famechon : lieu. 0 PARIS. - Famer, ou Famet, bourgeois : croix ancrée et 4 trèfles. - • PONTOISE. - Famin, huissier chez Monsieur : un pélican avec ses petits, trois étoiles en chef. - • NORMANDIE. - Famichou : trois fasces. FANTIN, FANTON. - Surnom : enfantin. e PARIS. - Fanton : sautoir et une étoile. - Nom illustré par le peintre Fantin-Latour (1836-1904). FAQUET. - e NORMANDIE : Faquet, fam. anc. : trois flèches, une en pal, deux en sautoir. FARCI, FARCY. - Fam. anc. de Normandie essaimée en Picardie, etc. - Nom illus. par le marin Eugène Farcy (1830-1910). Très populaire, il fut député d'extrême-gauche de la Seine. FARGE, FARGES, LAFARGE, FARGUE, FARGUES, LAFARGUE, LAFORGUE, FARGON, FARJONNEL. - Fabrègue : forge, Midi; voir Fabre - • LYON. - Farges, ou Farge, procureur ; parti à

une tour sommée de trois plumes. Un marchand : une tour sur une mer, et deux falots. - Un bourgeois : un lion - cette fam. enrichie dans les vivres eut des anoblis au 18 " s. - On trouve aussi Fargon. - • BORDEAUX. - Lafargue, fam. de robe : trois hermines. - • PÉRIGORD. - Farges, fam. chevaleresque (?) : une bande, bordure croisettée. - Fargues : trois tourteaux. - 9 POITOU. - Fargès : un if. - • AUVERGNE. - Farge : un lion. - 0 BOURBONNAIS. - Farjonnel, vieille bourgeoisie de Moulins. Un anob. (18" s.) à Paris. - • PROVENCE. - Farges, fam. anc. issue des sgrs de Clermont : un lion, nom illustré par le poète Léon-Paul Fargue (1876-1947). FARIGOULE. - Thym : marchand de thym et d'herbes; Sud-Ouest, nom illustré par Jules Romain, né Farigoule. FARMAN, FARAMOND. - Prénom germanique et sa francisation; illustré par le roi légendaire Pharamon et le pionnier de l'aviation Farman. FARON, FAROU, FARROUX, FAROT, FARE, FAROARD. - Prénom german. - • PARIS. - Faré, drapier bourgeois de Paris : un pigeon; en chef : croissant et deux étoiles. - Faroard, avocats : une tierce posée en fasce, un lion passant et trois canettes. - Faron : deux fasces et six étoiles. Faroult, à Compiègne : une fasce et quatre fers à cheval. - 0 MARSEILLE. - Farot, marchand vermicellier : une tour surmontée d'un flambeau. 0 BERRY. - Farou : trois têtes de lion. - 0 POITOU. Faron : un sautoir alaisé. - Farouau : une bande et un croissant. - Farouil : une fasce à trois coquilles, et trois serres d'aigle. FAU, DUFAU, DELFAU, DUFAY, DUFOS. Languedoc : hêtre, du hêtre. - 0 PARIS. - Dufau, avocat : trois abeilles; en chef : une croix ancrée. Dufos : trois pals et un lambel. - • LYON.- Fau, marchand; un cœur enflammé, trois étoiles en chef. Dufaux, chirurgien : une faux. - 0 BRETAGNE. Du Fau : un chevalier de l'Hermine, 158 s. trois fasces. - • SUD-OUEST. - Dufay : deux ranchiers passants. - Delfau, dont une branche anoblie par le capitoulat de Toulouse : une foi et une couronne de lauriers. Unbonnet carré. FAUCHARD, FAUCHEUR, FAUCHEUX, FAUQUEUX, FOCILLON, FAUCHON, FAUCHET, FAUCILLE. - Faucheur. - Fauqueux : normand, picard. - 0 PARIS. - Le Faucheur, ou Le Faulcheur; garde des plaisirs du roi : chevron et trois coquilles. Fauchard, greffiers : une faux et deux étoiles. Fauchet, bourgeois de Paris : une main tenant une épée, surmontée d'un serpent la tête coupée. Fauchon à Nogent (médecin à Moissy) : une faux, manche accolé d'un serpent; et deux soucis. Focillon, ou Faucillon, à Montfort : une faucille. • SUD-OUEST. - Faucher : une sauterelle (faucheur). - 0 POITOU. - Fauchère : un lion couronné. 0 MAINE. - Fam. de la Faucille. - 0 NIVERNAIS. Fam. Fauchet, dont un prédicateur de Louis XVI, évêque constitutionnel et décapité 1793. - • AVIGNON. - Faucher : trois bandes; en chef, trois hermines, dont un viguier de Pont-Saint-Esprit. e BRETAGNE. - Le Fauché : débouté 1668 à Guérande. - Le Faucheur, ou Le Faucheux : des ligueurs, 168 s. - Le Fauchet : une fasce et trois molettes. - Fauchard, fam. anc. dont un chirurgien dentiste (17e s.), considéré comme le père de la dentisterie moderne. FAUCON, FAUCONNIER, LE FAUCONNIER. Faucon, fam. anc. du Perche. - • NORMANDIE. Fauconnier, fam. anc. : six mâcles. FAUGÈRE, FAUGEYROU, FAUGIER, FAUGÉ, FOUGER, FOUGEROUX. - Faugère : lieu. - • PARIS. - Faugé, bourgeois de Paris : une fauxet trois geais. -

• LYON. - Faugier, marchand : une fougère; croissant et deux étoiles au chef. - Fouger, marchand. Fougerousse, avocat à Montbrison : chevron au croissant. - 0 POITOU. - Faugère :trois aigles, cotice brochante. - • PÉRIGORD. - Faugeyrou : cinq besants en sautoir. - • FRANCHE-COMTÉ, PICARDIE. - Fougeroux : un chevron et une fougère. - Fougeroux : une aigle à deux têtes, éployée, surmontée d'une fougère. FAUL, FAULE. - Fable; Est et Midi. - Fam. distinguée, Paris, 209 s. FAULCON. - 0 LANGUEDOC. - Faulcon, fam. anc. de Montpellier, alliance Buccelli : une patte de lion en bande. FAURE, LE FAURE. - Fabre; Ouest, Sud-Ouest. a PARIS. - Faure : bande à trois croissants, et deux lions. - Faure, trésorier : un tau vivré et trois croix fichées. - Faure : trois couronnes et un écartelé. Faure, bourgeois de Paris : un hélicoptère, un soleil et un tertre. - Le Faure, bourgeois de Paris : un arbre et deux étoiles. - LYON. - Faure, bourgeois : une fasce à la croisette, et un vol. - De Faure, bourgeois : chevron, une tour et un léopard en chef. Faure, alliance Pasturel : chevron trois trèfles et une colombe. - Autres Faure : un lion et deux tourteaux ou encore une bande enfilée de trois couronnes. Fauron, marchand : deux lions affrontés, un croissant et trois losanges. - 0 MARSEILLE. - Faure, commis : une bande enfilée de trois couronnes (comme à Lyon). - Faure, hôte du Rosier : un rosier, et deux palmes en sautoir. - Fauris, écuyer : écartelé : un serpent et une colombe. - • SUD-OUEST. Faure, bourgeois : un lion, un soleil et une palme. Faure à Bordeaux (deux branches anoblies) : une bande enfilée de trois couronnes, comme à Lyon et Marseille. - 0 PÉRIGORD. - Faure, plusieurs branches : une roue de sainte Catherine, et trois quintefeuilles (ou étoiles). - Faure : lion tenant une épée. - 0 POITOU. - Faure : chevron et croissant entre deux étoiles; et encore : un arbre, deux oiseaux et trois étoiles. - 0 AUNIS. - Faure : une bande. - 0 AUVERGNE. - Faure ; un cœur percé de trois flèches. - • SAVOIE. - Faure, fam. anc. (14 s.) dont les comtes de Charmette; alliance Lucinge. FAURIS. - • PROVENCE. - Fauris, fam. anc. de Manosque. FAUSTIN, FAUSTEN. - Prénom. Fausten : Alsace; Lorraine. FAUTRIER, FAULTRIER, FAUTREAU, FAUTEREAU, FAUDRAN. - 0 PARIS. - Fautrier, ou Faultrier : un chêne, deux roses et un croissant; en chef : croissant et deux étoiles. - Fautras : trois faux. Fautereau, marquis de Meinières : trois croissants. • MARSEILLE. - Faudran, gentilhomme; chapé. • NORMANDIE. - Fautereau, fam. anc.; alliance Mailly. FAUVEAU, FAUVEL, FAUVET, FAUVELET. Fauve, désigne la couleur des cheveux. Fauvel : normand. - 0 PARIS. - Fauvel, officier de salle de Madame : une tour et trois fauvettes, chevron brochant. - Fauvelet, avocat; fasce et trois aigles. Fauvelet, fam. bourguignonne : trois levrettes. 0 LIMOUSIN. - Fauveau : une bande chargée de trois chevrons. - 0 POITOU. - Fauveau : un lion couronné et : chevron, deux étoiles, un croissant et une rose. - 0 NORMANDIE, BRETAGNE. - Fauvel ; une bande et deux lions. FAUX, FAUQ. - 0 NORMANDIE. - Faux, fam. des plus anc. :trois faulx. FAVIER, FAVIÈRE, FAVARD, FAVEROLLES, FAVET, FAVERY. - Marchand de fèves ou lieu produisant des fèves. - 0 PARIS. - Favart : fasce, ou bande ondée, croissant et ancre. - Favier : trois fèves; fam. alliée aux Le Veneur de Tillières, etc., bourgeois de

Paris. - Favières : un pélican avec ses petits : fam. de vieille bourgeoisie paris, un anob. 1660. - 0 SENLIS. - Favier, barons de Méry-sur-Seine : croissant et trois étoiles. - 0 VERSAILLES. - Favet, huissier de salle du roi : une ancre, une grue et trois étoiles. - Favery, écuyer : trois étoiles. - 0 LYON. - Favard : notaire : une plante de fève, sur une terrasse, chef échiqueté. - Favier : chevron et trois coquilles. - Favot, tireur d'or : une foi soutenant trois lis de jardin; deux étoiles et un croissant. - 0 PICARDIE. - Favier, fam. anc. : trois concombres. FAVREAU, FAVEREAU, FAVEROT, FAVRE, etc. Ouvrier en métaux, comme Fabre, et Le Fèvre. e OUEST. - Surtout Charentes, Poitou, Saintonge pour Favereau. - Favre plus au sud. - Faverel : normand. - Favereau représenté en Amérique. 0 PARIS. - Faverel : un vol et une étoile. - 0 SAINTONGE-AUNIS. - Anc. fam. bourgeoise : Favreau, ou Favereau; trois demi-fleurs de lis. - 0 SUISSE. Favre : une fasce, une rose et un fer à cheval. 0 BRETAGNE. - Un Faverot, baron de l'Empire. 1813. FAY, FAYE, FAYEL, FEIX, FAYET, FAYARD, FAYOLLE, DUFAYEL, LAFAY, LAFAYE, etc. Hêtre ou hêtraie. - • PARIS. - Fayard, bourgeois de Paris ; un arbre accosté d'une étoile et d'un croissant, fam. lyonnaise. - Faye : une bande à trois têtes de licorne; alliance Montesquiou. - Fayet : fasce bordée, chargée d'une coquille et de deux étoiles et une levrette en chef. - 0 LYON.- Fayard : nombreux; portent comme à Paris. - Fayolle : chevron à la lozange. - La Fay : tranché, une fouine et un lion couronné. - La Fay, marchand : une foy posée en fasce et trois cygnes, les deux en chef affrontés. La Faye, notaire royal : une foy, trois étoiles, un croissant. - La Faye, cons. du roi : quatre pals flamboyants et une foy brochant en fasce sur le tout. 0 SUD-OUEST. - Fayolle : chevron, croissant, deux étoiles et une hure. - Fayolles nombreux dans le Nontronnais et ailleurs, confondus entre eux; des maîtres de forge, et des Fayolle ci-devant Joubert, devenus de Fayolles de Puyredon, au 15 s. d'argent au lambel de gueules et : trois lions : etc., des marquis de Fayolle, 1724; un lion couronné. 0 POITOU. - Fay ou Defay, ou De Fay : trois chevrons et trois fouines. - Fay : trois anneaux. - De Faye : trois cœurs. - De la Faye : une croix ancrée; une quintefeuille. - • TOURAINE. - De la Faye : une croix. - Defaye : deux lions affrontés. - 0 VELAY. De Fay, marquis de la Tour-Maubourg : bande à la fouine. - 0 ANJOU. - Defay, de Fay : trois fouines. 0 BOURGOGNE. - Faye, fam. du Beaujolais, vignerons propriétaires. - 0 NORMANDIE. - Du Fay, comtes de Maulévrier 1671 : une croix et quatre molettes. Du Fayel : un çhevron et trois annelets. 0 PICARDIE. - Du Fay : d'argent semé de fleur de lis de sable (14 s.). - • BRETAGNE. - De la Faye, une fasce chargée de trois larmes; un soleil et une flamme. - Du Fay : sept macles. FÉAU, FÉAUD. - Féal, loyal? - e PARIS. - Importante fam. bourg. 208 s. - e MARSEILLE. - Féau, apothicaire : un chien donnant la patte à une main issant d'une nuée; trois étoiles en chef. - Féaud, orfèvre : de même. FÉLIX. - Prénom savant (?). - e PARIS. - Félix, procureur : un orme et deux étoiles. - Félix, marchand : une aigle, bande brochante. - 0 MARSEILLE. - Nombreux Félix. - Félix, chevalier : une bande à trois F; écartelé : au lion chargé d'une bande brochante. Importante fam. sgrs du Muy, etc. FÉRAL, FÉRAUD. - Cruel? - Midi. - 0 LYON. Fereaux, traiteur, trois fers à cheval. - a MARSEILLE. - Féraud, hôte de «la Grille» : un gril, manche en bas, tenu par une main; en chef : une

étoile un G et un F. - Féraud, garnisseur de chapeaux : bande; coupé : à un ours. FÉRET, FERRY, FÉRY, etc. FERRÉ. - Frédéric; mais Ferré? aux fers? confusion possible, certaine entre diverses étymologies aussi : Ferret, ustensile, etc. - Ferry, Fery est de l'Est et du Centre. - Ferré de l'Ouest? - 0 PARIS. - Feret ou Ferret : deux bandes de gueules. - Ferras, drapier, bourgeois de Paris : chevron, deux étoiles et un rat. - Ferré, bourgeois de Paris : un M et un F. - Ferret, procureur : fasce, deux viroles et une rose. - Ferry, bourgeois de Paris : chevron et trois roses. - 0 LYON. - Ferret, bourgeois de Lyon : six fers de flèche. - 0 MARSEILLE. - Ferrot, marchand; coupé ; une croix, un renard. - Ferry, marchand tanneur et bourgeois de M. : coupé ; une barre, un ours. - • POITOU. - Importante fam. Ferré, essaimée en nombreuses branches. Verriers, ont essaimé en Languedoc, Périgord, etc. - De gueules à trois fleurs de lis d'or, cotice en bande (blason de verrier), sgrs de Pindray en Poitou, de Peroux, etc. En Languedoc : trois besans. - Ferré : huit fers à cheval. - • AUNIS : Ferret ; une chaîne d'or mise en bande. - 0 BRETAGNE. - Ferré ; fasce et trois molettes dont Jacques, secrétaire du duc 1420, et des Ferré, verriers poitevins. - Ferret; débouté 1668 : une tour, deux étoiles et un croissant, alliance La Bourdonnaie. - 0 BORDEAUX. - Fam. Feret, libraires depuis 1812, ruinés par le fisc. FERJUS, FERRUS. - Prénom dauphinois. 0 LYON. - Ferrus : parti 1 : coupé argent simple, 2 : de gueules plein. FERLIN. - Mesure d'orfèvre. FERMIGIER.- Occitan : fourmilière. FERNANDEZ. - Espagnol : fils de Fernand. Très nombreux en Espagne et aux Amériques; alliance Castellane. FÉRON, FERRON, LE FÉRON. - Ferronnier. • PARIS. - Ferron, chevalier sgr de la Ferronais : six billettes : trois anneaux en chef. - Le Feron : fam. considérable de Paris : sautoir, deux aigles et deux étoiles. Alias : sautoir, deux aiglettes et une molette. - 0 BRETAGNE. - Les Ferron, ou Feron, sont de grande antiquité; dont un Templier, 1160, un croisé, 1248, et une fam. de ce nom : bande à quatre hermines, champ semé de billettes (14 s.), serait de même souche que les grands Ferron. - 0 NORMANDIE. - Feron fam. anc. : un chev. et trois fers. FERRÁND, FERRANT, FERRANDIER, FERRENC. - Ferrand ou Ferrant. - «Gris de fer»? - Attesté Dijon 1331. - Mais Ferrandier : maréchal ferrand. 0 PARIS. - Ferrand, avocat : trois épées en pal, fasce brochante; fam. poitevine; une branche anob. 1554; un comte 1814. - Ferrand, avocat : croix de Jérusalem. - Autre avocat : trois roses en fasce, et un bouton de rose. - 0 MARSEILLE. - Fèrrenc : chevron et trois fers de lance. - Ferrand, lieutenant de galère : chevron, deux étoiles et une croix pattée. - Ferrand, marchand ; de même. - • POITOU. - Mêmes qu'à Paris; nombreuses branches. • BRETAGNE. - Outre des Ferrand poitevins; d'autres (?) : sautoir et quatre billettes. - • NORMANDIE.- Ferrand, fam. anc. FERRARI, FERRARY. - Sud-Ouest : maréchaux ferrants : ferriers. - 0 PARIS. - Ferrary : un lion. 0 LYON. - Ferrari : un lion. - • MARSEILLE. Ferrary, bourgeois : parti : un treillis; un lion; alliance de Grasse. - 0 PROVENCE. - Ferrari, Ferrary, fam. anc. de Buzala en Italie, puis de Gênes (anc. nob.?) venue en France au 16 s. : un lion couronné. FERRÉ, FERRY. - a PROVENCE. - Ferré, fam. anc. (15 s.) venue d'Italie (?) :trois annelets. FERRÉOL ou FERRIOL. - Anc. prénom dont plusieurs noms seraient dérivés : Forgeot, Ferré, etc. ? -

Antique famille de ce nom à Limoges, dont l'évêque de Limoges, (saint) Ferreol, au 68 s. ce nom serait le plus ancien de tous les noms de France : il est difficile de savoir si les Ferreol actuels sont les descendants directs des anciens aristocrates gaulois, mais cette filiation ne serait pas plus surprenante que d'autres mises en avant sans plus de preuves par de puissantes familles. - 0 PARIS. Ferriol : semé de quintefeuilles, à une bande chargée de trois lions (fam. du Forez) anob. 1661. • LYON. - Ferriol, marchand de ruban à SaintÉtienne : trois fers de lance et trois merlettes mal ordonnées. - On trouve aussi Ferrouillat, marchand. - 0 BRESSE, BOURGOGNE. - Ferriol : comme à Paris et au Forez. FERRIER, FERRER, FERRIÈRES, LAFERRIÈRE, DESFERRIÈRES. - Forgeron, maréchal et (ferrière); forge, ou mine. - Ferrer est basque ou catalan; Ferrier, du Languedoc. - • PARIS. - Ferrier, sgr de la Martinière : chevron, deux étoiles et trois fers de pique mal ordonnés en pointe. - Suzanne de la Ferrière : six écussons. - 0 LYON. - Ferrier, bourgeois : trois fers à cheval. - • VENDOMOIS. - LaFerrière : fam. anc., deux léopards. - 0 NORMANDIE. - Ferrière :fam. anc. : d'hermines, bordure à huit fers à cheval. - 0 AUVERGNE. - Ferrières (de) : un pal et dix billettes, marquis de Sauvebœuf. - 0 TOULOUSE. - Ferrières : fam. notable de riche bgsie marchande au 168 s. - Du Ferrier : échiqueté. • BRETAGNE. - Laferrière : trois fers de mule. Ferrière, débouté 1668, Morlaix : bande et trois corneilles. - Desferrières à Vannes, 148 s. gironné : 10 anneaux et lambel (16 s.) - • AUNIS. La Ferrière -'anciennement Julien ou Jullien, J. Laferrière, J. de la Ferrière, Julien Labruyère, etc., rare exemple d'une anc. et notable fam. constamment demeurée dans la même région, constamment maintenue dans la bonne bourgeoisie et ayant gardé son nom original, retranchant même la «particule» devant un nom de terre auquel elle est associée depuis de nombreuses générations : une gerbe. 0 BÉARN. - Ferrier, fam. anc. orig. de Riez, ail. Rémusat : un fer à cheval, fleurdelis en chef. FERROILLAT, FERROUILLAT. - 0 FRANCHECOMTÉ. - Ferroillat, fam. anc. de Salins, anc. nobl. FESSART. - Dérivé de Fesse; en voie de disparition. - 0 PARIS. - Fessard, procureur : un faisceau de trois flèches. FETOU, FEYTOU. - Petit fey, ou fay : hêtre, ou même sens que Feydeau? - 0 PARIS. - Fetou, bedeau de Saint-Gervais : ses initiales, E et F. 0 AGEN. - Feytou, fam. portant presque les armes Feydeau : chevron et trois coquilles. FEUILLET, FEUILLETÉ, FEUILLOY. - De feuille, ou fille? dans les deux cas : nom d'une barrique? 0 PARIS. - Feuillette : trois massues. - Feuillon, notaire au Châtelet : une oie, chef à trois feuilles de houx. FÈVRE.- VoirLeFèvre. FEYDEAU, FEYDEL - Parfois écrit Fédeau, Faideau : dérivé de «faide », ou vendetta? Poitou et Basse-Marche. - Famille ancienne, plusieurs branches. - Ils se disent issus de seigneurs féodaux de Feydel; en tout cas, étaient bourgeois et riches au 158 s.; représentés à Cahors, Bordeaux et Paris, tandis que des Feydeau poitevins étaient considérés d'extraction chevaleresque, ces derniers, plus tard ruinés jusqu'à sombrer, au 18e s., en état de paysannerie, reconnurent les Feydeau de Paris pour parents, et en recevaient des bienfaits. Thomas F. (1453), père de nombreux fils, est l'ancêtre d'une portion considérable de l'aristocratie française, parisienne surtout; de lui sont issus un ambassadeur de Louis XII, trois évêques, un garde

des Sceaux de Louis XV, des gouverneurs aux Antilles, etc., de son nom; anob. tardivement; marquis de Brou 1761. Intimement liée à l'histoire du Parlement et de la société de l'ancien régime, cette fam. n'a pas atteint la renommée de ses plusieurs fois cousins Lamoignon, d'Ormesson-Le Fèvre, Maupeou, Turgot, etc., mais, outre les noms déjà cités les Le Maistre, Le Camus, d'Aguesseau, Noailles (Mme de la Fayette), Saulx, Tavannes, Bernard de Sassenay, Lucinge-Faucigny, Le Clerc de Juigné, Hersart-Villemarqué, etc., Mmes d'Avaux, Talhouët, etc., descendaient des Feydeau à quelque degré (et les ducs Daillon du Lude, et Roquelaure). - Ils se sont alliés dans les fam. Hennequin, La Boúrdonnaie-Rouillé, Voisin, Le Jay, Boucot, Fraguier, Croiset, Hérault, Double, Hélion du Breuil de la Guéronnière, etc. La rue Feydeau, à Paris, a pris son nom de terrains leur appartenant. - Les Feydeau, grands bourgeois parisiens (18e s.) alliés aux Tronchet, Blanqui, Carolus-Duran, dont est l'auteur d'« Occupe-toi d'Amélie », sans doute une branche des autres? : chevron et trois coquilles, et : anc. en Poitou : semé de fleurs de lis. FIALIN. - Fialin, duc de Persigny 1872. FICHER, FISCHER, FICHET, FICQUET. - Ouvrier poseur de fiches (clous) ou francisation de fischer : pêcheur. - Fischer, Fisher; als., lorr., fland., angl., etc. - 0 PARIS. - Ficquet, procureur : chevron et trois croissants. - 0 LYON. - Ficher : une sirène couronnée tenant une queue de chaque main ou Fischer. - • ALSACE. - Fischer : bourgeois de Strasbourg : un chapeau soutenu d'un mont de trois coupeaux. - Fischer : un poisson nageant sur une mer. - Fischer : trois poissons l'un sur l'autre. Fischer : une flèche en pal et deux barres. FIEUBET, FIEUVET, FIEVET. - Petit fief. - 0 TOULOUSE. - Fam. Fieubet, anc. bourgeoisie, 168 s.; notaires à Villemur; branche anob. 1605, venue à Paris, alliances : Nicolay Longueil, Gilbert, Le Fèvre-Caumartin, Feydeau, etc. - • FLANDRE, PICARDIE, CHAMPAGNE. - Fievet, origin. de Cambrai essaimée en Hollande : une gerbe. FILHOL, FILLON, FILHOZAT, FILLEAU, FILLARD, FILLART, FILLATRE. - Filleul, évidemment. - • PARIS. - Fillard : une chèvre chaperonnée. Fillart, alliance Bouillé : aigle d'azur. - Filleau : fasce et trois coquilles. Fam. d'Orléans, dont un anob. 1661. - Fillocque, avocat : six merlettes. - 0 LYON. - Fillon, ou Fillion; tireur d'or : sautoir, étoile et croissant et : chevron et trois têtes de lion. 0 QUERCY. - Filhol, fam. ancienne, essaimée en Bretagne? - Autres Filhol : une aigle. - • POITOU. Filleau : outre ceux venus d'Orléans; les Filleau, anc. fam. notab., anob. passée dans Bauchet, de Paris : chevron trois gerbes, un croissant, et un chef à trois étoiles. - 0 SAINTONGE. - Filleul : une lance posée en bande, et deux molettes. 0 LIMOUSIN. - Filloux, Fillioux : un lion. - • BRETAGNE. - Filhol : deux canons à l'affût, acculés et surmontés d'une aigle. Baron de l'Empire. - Filleul, ou Le Filleul : débouté à Dol, 1669 : un aigle et trois molettes. - Fillouze, ou Fillouse : une licorne et un croissant. - 0 NORMANDIE. - Fillâtre, deux fam. anc. de ce nom. - Filleul fam. anc. : un arbre, anciennement : une bande ch. de trois coquilles. FILSJEAN. - 0 PARIS. - Fitzjean ou Filsjean, ou Fijan; conseiller du roi : chevron, trois étoiles et chef à trois croix pattées. FINCKEL, FINCK. - Pinson, alsac. lorr. a été francisé en Finet. FINET, FINOT. - Rusé, avisé, finaud. - • PARIS. Finet : un renard. - Finot : médecin : une bande à trois fers de pique. - 0 DAUPHINÉ. - Finé : chevron

et trois molettes à six rais, écartelé : une tour. • BRETAGNE. - Finet, débouté 1671, à Quimperlé. - 0 BOURGOGNE. - Finet : un renard passant et trois roses. - 0 NORMANDIE (MANCHE). Fam. Finet, issue d'un notaire dont de nombreux artistes auteurs de tapisseries d'Aubusson. FIOT, FYOT. - Savoie, Bourgogne : enfant, fils; l'« Y» fait plus chic. - 0 PARIS. - Fiot, conseiller : chevron et trois lozanges; c'est un Fyot de l'illustre fam. bourguignonne issue d'un secrétaire de Philippe le Bon, dont plusieurs branches, plusieurs anob. alliés aux Voyer (d'Argenson). - 0 LYON. Fiot, bourgeois : mêmes armes, même famille. 0 BRETAGNE. - Des Fiot, Fyot; même origine; un échevin de Nantes, etc., un sieur des Briantais, de cette fam., débouté à Landernau, 1669, alliance ; Monti, Lorgeril, Descartes, etc. FISSE, FICE, FISSEAU, FILS, FITZ. - Corbeille d'osier. - Mais souvent, sans doute, confondu avec Fils, Fitz. - 0 PARIS. - Fiseau ou Fisseau. - Fitz : Marie de F., veuve de Brunet marchand de bois : parti à deux trompes d'éléphant de l'un en l'autre. Fils, curé de Treuzy, à Nemours : un figuier. FITIGNY, FÉTIGNY. - 0 FRANCHE-COMTÉ. Fitigny, fam. anc. : trois chevrons. FITZ JAMES. - Duc de Fitzjames, d'Albe et de Berwick : descendants du maréchal de Berwick, bâtard du roi d'Angleterre. FIZET.- Fam. anc. Normandie. FLAMBARD.- Fam. anc. de Normandie. FLAMMARION. - Petite flamme : région de Langres. FLANDRE, DEFLANDRE, FLAMAND, FLAMENC FLANDRIN, FLANDIN. - Flamand, venu de Flandre. - Flandrin : péjoratif? - e PARIS. - Fam. Deflandre, ou de Flandre, enrichie de la finance, en cours d'anob. à la Révolution, issue d'officiers de la duchesse de Bourgogne; alliance Jassaud. Flamand veuve Dupressoir : un phénix sur son bûcher. - Flandin, bourgeois de Paris : un Aet un F joints, posés en chef, et une plante sur une terrasse. - Flamand à Dreux, officier de Mlle d'Orléans : chevron à cinq flammes, et trois mains. 0 LYON. - Flandrin, marchand : quatre molettes en pal; Flandrin, bourgeois de Lyon : chevron à l'étoile. - 0 BRANTOME. - Flament ou Flamen, bourgeoisie ancienne : un lion passant. - 0 POITOU et autour. - Flamenc : un lion. - • BRETAGNE. Des Flamands, ou Le Flamand, déboutés 1669. • NIVERNAIS. - Flamen : deux lions rampants, en fasce. FLAUBERT, FLOBERT. - Prénom; fam. normande. FLÉCHET, FLACHAT, FLACHON, FLÉCHART. Archer, - 0 LYON. - Flachat, marchand bourgeois : un char sur une terrasse, et un vent naissant d'une nuée. - Flachat, écuyer : fascé. - Flachon, marchand : trois trèfles. - 0 BRETAGNE. - Fleschart débouté 1668 : trois chevrons. FLEURY, FLORY, FLEURIET, FLEURIOT, FLOURY, FLORENT, FLORENTIN, FLORIN, FLEURIAU, etc. - Prénom; mais Fleuriet, Fleuriot : étoffe. - Fleury : du Nord. - e PARIS. - Fleureau ; trois fasces ondées, trois étoiles en chef; ou encore un épervier branché sur un bâton, trois glands en chef. Fleuriau, chevalier, sgr d'Armenonville : un épervier sur un bâton, etc., comme Fleureau fam. considérable venue du Poitou. - Fleurette, marchand : un panier fleuri. - Fleuriot : un arbre. Fleury, fam. anc. : trois croix fleuronnées et une étoile. - Fleury, marchand de vin ; une croix. Fleury, commissaire : deux lis, chevron brochant, chargé de trois roses. - Fleury, bourgeois de Paris : un bouquet. - Floriot : une fasce et trois roses. -

Flory, fam. anob. 1618, par charge des (?). 9 LYON. - Fleury : chevron et lis de jardin. - Fleury à Roanne : chevron au trèfle. - Florin, commandeur de Graux : losangé. - 0 OUEST. - Fleuriau (même fam. qu'à Paris?) : fasce et rose. - Fleury : une aigle. - Fleury : croix vivrée de huit têtes de serpents couronnées. - Fleury : une rose épanouie. Un arbre issant d'un croissant, etc. - • BRETAGNE.Fleuriot : fam. nob. ; chevron et trois roses (151 s.). Fleury à Nantes : sautoir et quatre serpents, et Fleury, Jean, anob. 1654 : croissant et trois macles. - Floret, débouté à Ploërmel 1668. FLON. - Prénom germ. Il y a Flonval, dans l'Aisne. FLOQUET, LE FLO, LEFLOCH. - Breton : l'écuyer. - e BRETAGNE. - Le Floch à Vannes : trois rencontres de bœuf ou de cerf; dont Guyon 1396, rendit hommage au vicomte de Rohan. - Le Floch, René, bailli de Quimperlé, 1666 : trois quintefeuilles tigées (trèfles?). - Le Flo, en Cornouailles (15e s.) : chevron, deux croissants et une molette. - 0 LORRAINE. - Floquet dit «le capitaine La Rose» : une tour crénelée surmontée d'une main tenant une épée. FLORENT. - Fam. anc. d'Avignon; plusieurs branches anc. à Carpentras, Arles, etc. : sautoir, trois étoiles et une fleurdelis soutenue d'un croissant. FLOTTE. - Maison, très anc. et illustre du Dauphiné, essaimée en Provence : lozangé. FOCRAND. - Prénom : Fulcron, Fougueron, etc. Fam. anc. de Bresse : un lion. FOIN, FOUIN, FOINAT, FOING, FOYEN. Foin? ou fouine? ou lieu? - 0 PARIS. - Le Foin : bgs de Paris : une gerbe. - Le Foin : cons. du roi : une tour sur un rocher. - Foyen, mercier suivant la cour : trois lis de jardin. - Foynat, à Tonnerre : une fouine. - • LYON. - Foin, contrôleur : chevron et trois roses. FOL, LE FOL, FOLLIN, FOLLAIN, FOLLIOT. Fou. - 0 BOURGOGNE. - Follin : un hêtre soutenu d'un croissant. - 0 POITOU. - Folet, Follet : un lion d'argent; cœur en chef. - 0 NORMANDIE. - Folliot : sautoir chargé d'une aigle; un anob. 1654. - Lefol, fam. anc. : trois flèches en pal et sautoir et deux demi-fleurdelis. FOND, FONDS, FONDI. - • SUD-OUEST. - Fond : marchands à Limoux, devenus Fondé, au 188 s. puis Fondi de Niort (non d'une terre qu'ils possèdent). FONTAINE, FONTANET, FONTANIER, FONTANIEU, FONTENEAU, FONTANA. - De la fontaine. - Lieu, ou surnom : fontaine. - 0 PARIS. Fontanier est attesté dès le 138 s. - Fam. Fontaine, venue de bourgeois d'Orléans, riches, des anob. après 1687; branches restées provinciales en Touraine? : un rencontre de cerf. - Fontaine, écuyer : chevron, deux fers de pique et une étoile. Autres Fontaine : une fontaine. - Fontaine : une croix d'argent : fam. d'Anjou et Maine, bourgeoisie et paysanne; des anob. - Fontanieu : fam. du Languedoc, obscure, enrichie rapidement, anob. 1697; branches en Vendée, et ailleurs : chevron, deux étoiles et un rocher. - Fontenay : chevron, deux étoiles et un rocher. - Fontenay : deux lions passant l'un sur l'autre. - La Fontaine : une fontaine, et La Fontaine : bandé de six pièces. - 0 LYON.- Fontaine; marchands, alliance Chopin. - Fontanès : chevron à la rose. - Fontanieu, tanneur : un rocher d'où sort une fontaine; un soleil. - 0 LANGUEDOC. - Fontanieu, parertts ou non de ceux qui firent fortune sous Louis XIV. - Fontanes : une fontaine au jet d'eau; trois pommes de pins en chef. Comtes 1809, marquis 1818. - • POITOU. - Fontaine : écartelé : un lion; une fontaine. - De la Fontaine : trois cygnes. - Fonteneau : échiqueté. - Fontenette : un

dragon ailé. - 0 ANJOU-MAINE. - Fam. Fontaine, condition diverse, dont les sieurs de la Crochinière, à La Flèche, etc. - 0 NORMANDIE. - Fontain, fam. anc. de Conches. - 0 PICARDIE. - Fontaine : trois écussons de vair, bordés. - • BRETAGNE. Fontaine, dont Guillaume, croisé 1248 : une fasce nouée, et trois coquilles. - Fonteneau à Quintin : un héron, tenant en son bec une truite. - Fontenay : deux fasces et un lambel (13 s.) et trois jumelles en bande (15 s.). - 0 BOURGOGNE. - Fontenay, essaimés en Charolais un cheval passant. FORBES. - Nom anglais, représenté en grand nombre, sur l'ancien et le nouveau continent. Vers 1900, la duchesse de Choiseul était née Forbes. FORBIN. - 0 PROVENCE. - Fam. illustre; marquis de Janson : chevron et trois têtes de léopard. FOREST, LAFOREST, FORESTIER, FORESTA. Forestier ou bûcheron, parfois : étranger; fabricant de forets (rivets)? - 0 PARIS. - Fam. Forest, ou Forests, auvergnate, dont un valet de chambre du roi, anob.; alliance Feydeau : trois croissants; en chef trois têtes de daim. - Forests : trois glands, en chef deux molettes. - Forest : chevron à trois étoiles et trois coqs. - Forestier, conseiller : un léopard lionné tenant un écusson chargé de trois forets. Forestier : (fam. nivernaise) : chevron et trois glands. - Forestier, contrôleur : trois feuilles de chêne. - Forestier, avocat : un lion de gueules couronné. - La Forest : un chêne arraché. - Laforest, bourgeoise : un lion sortant d'un bois. - La Forest d'Armaillé : argent; chef de sable (fam. angevine). 0 LYON. - Forest praticien à Roanne : trois étoiles; en chef : lion léopardé. - La Forest ou de la Forest : trois cyprès en pal (fam. d'échevins). - 0 MARSEILLE. - Forest, hôte du logis du Coq-d'Inde : un coq d'Inde de sable, accosté de deux lettres F. De la Forest, bourgeois, sept arbres, trois grands, quatre petits. - Foresta; palé, bande brochante : fam. noble et considérable. - Laforet, cabaretier : un lion sortant d'un bois (comme à Lyon). - 0 AUVERGNE. - Outre les Forest vus à Paris; fam. de la Forest : fascé. - 0 POITOU. - De la Forest, ou Laforest : six coquilles. - 0 SAINTONGE. - Forestier, ou Le Forestier : un lion couronné. - a BERRY. - Forestier, Le Forestier : trois cors de chasse, anc. nob. 0 BRETAGNE. - De la Forest : six quintefeuilles (Léon); anc. nob. - De la Forest : une quintefeuille. De la Forest : deux cotices en bande (13 s.). - De la Forest : tourteaux. - Forestier (Le F) : lion couronné, comme en Saintonge, etc. (14 s.). - Le Forestier (14 s.) : un rencontre de cerf. - A Tréguier : une aigle, une fleur de lis florencée (13 s.). Olivier croisé 1248. - 0 VENDOMOIS. Leforestier : un faisceau de cinq palmes. - 0 FLANDRE.- Forest : une bande et six roses en orle. FORGET, FORGEOT, FORGES, DESFORGES, FORGON. - Forget -eot : anc. prénom limousin. Ferreol, avec attraction de «forge »? et : Forge voir aussi Farge. - Mais, à Paris, sous Henri IV, Pierre Forget, conseiller d'État, passait pour juif, à tort ou à raison. - 0 PARIS. - Forget, vicomte de Bruilevert (descendant de Pierre?). - Chevron chargé d'un écusson surchargé d'une fleur de lis; et trois coquilles (fam. tourangelle). - Forgeau : un fort de six bastions, un houx brochant, et deux étoiles. Forgon, marchand de grains : ses initiales Eet F. 0 VERSAILLES. - Forgeron, opérateur pour les dents du roi : chevron, deux marteaux et une enclume. - 0 LYON. - De la Forge, avocat : fasce, trois étoiles et un croissant. - 0 MARSEILLE. Forge, marchand : un lion. - 0 TOURAINE. - Outre les Forget; les Desforges : trois enclumes; et les de Forges : dix anneaux : bordé, une bande. 0 BRETAGNE. - Des Forges est la francisation de

Le Gouvello. - Forgeais : trois rencontres de cerf. Des Forges, ou Deforges : fasce et trois quintefeuilles. - Forget : écartelé : une main, et : un fer de lance (14" s.). - Forget : trois croissants, bordure besantée. Un anob. 1428 (Léon et Tréguier). - 0 DUCHÉ DE BAR. - De la Forge ; une aigle et 1/2 soleil. FORT, LEFORT. - Surnom; illustré par Paul Fort, prince des poètes (20e s.). - • PARIS. - Le Fort, gentilhomme de Madame : un pin chargé d'un ramier, et deux pommes de pin. - 0 MARSEILLE. Fort : un lion tenant une massue. - 0 BRETAGNE. Lefort : une bande et bordure. - 0 NORMANDIE. Lefort, fam. anc. : un chev., trois croissants. 0 PROVENCE. - Lefort, fam. anc. venue de Barcelonnette. FORTANIER. - Prénom. - Fam. auvergnate. - En tout cas représentée en Anjou, vers 1650, parents des Blanche : marchands ou laboureurs (protestants?). FORTIA, FORTIER, FORTIN, FORTIS. - Prénoms; Fortia est de Montpellier, sans doute juif; venus de Barcelonne, 158 s., marchands et médecins du roi, nombreuses branches, fam. considérable, plusieurs anob. au 17 s.; alliances Miron, Hotman, Sainctot, etc. - Fortier est normand-angevin (?). - 0 PARIS. Fortier, notaire : une tour d'or sur un rocher, qui est Fortia à la couleur du rocher près. - Fortin, mouleur de bois : de même. - Fortin, écuyer : une fasce dentelée et six merlettes. - Fortier à Senlis : une fasce, une tour avec un oiseau, et un cor de chasse. 0 MARSEILLE. - Un Fortia, seigneur de plusieurs lieux, des Fortia de Paris, Barcelonne et Montpellier. - 0 ANJOU. - Des Fortier, autour de Saumur, dont l'un (17 s.) né en Normandie. - 0 NORMANDIE. Fortin, fam. anc. - • PROVENCE. - Fortis, fam. anc. FORTOUL. - Fam. de Haute-Provence. - 198 s. : Mme Fortoul manqua d'adresse : elle insulta, aux Tuileries, une dame espagnole qui lui paraissait peu respectable : c'était la future impératrice Eugénie (son époux, après le coup d'État, reçut le portefeuille de l'Inst. publique). FOSSIER, FOUSSE, FOUSSARD, FOSSARD. De la fosse? fossoyeur? - e PARIS. - Fossart : chevron, deux molettes et un croissant. - Fossier : une fasce au trèfle, et neuf annelets enlacés en triangles. - 0 MARSEILLE. - Fossin : trois soucis; trois étoiles en chef. - • ANJOU. - Foussier : trois trèfles. FOSTER, FOSTIER. - Foster : anglais : beau-père; Fostier, francisation? Fam. belge : Fostier. FOUBERT.- Fam. anc. de Normandie. FOUCAULT, FOUCAUD, FOUQUIER, FOUQUET, FOULCON, FOUQUERAND, FOUCRAN, FOUQUEREL, FOUCQUES. - Prénom, dérivé de Foulques, mais Fouquet : écureuil. - 0 PARIS. - Foucault, imp. fam. anob. 1654; sgrs marquis de Magny en Normandie : alliance Jassaud; un lion d'argent; semé de fleurs de lis. - Fouquelin : chevron et trois merlettes. - Fouquet, ou Foucquet : un écureuil; fam. illustre d'Anjou. - Fouquet, huissier : trois canettes. - • MARSEILLE.- Fouquier, marchand : un faucon perché sur un bâton; un anob. - 0 PÉRIGUEUX. - Foulcon, bourgeoisie anc. : quatre lièvres courant l'un sur l'autre. - • POITOU. - Foucraud : trois porcs-épics. - Fouquet : trois merlettes, ou canettes, comme l'huissier à Paris. - Fouqueteau : neuf glands. - 0 ANJOU. - Les grands Fouquet à l'écureuil : marquis de Belle-Isle 1658, ducs de Gisors 1742. - Fam. d'élévation récente, nombreuses branches, alliée en Anjou, 16e s., aux Le Gaigneux, ou Le Gaigneur, puis ensuite aux ducs de Béthune, etc., ont donné deux archevêques, un

évêque, un maréchal de France. - Autres Fouquet : un levrier; issus d'un écuyer de cuisine de la duchesse de Lorraine; marquis de la Varenne, 1616, barons de Sainte-Suzanne-au-Maine (peut-être parents des autres avant leurs élévations respectives; l'Anjou est petit). - 0 BRETAGNE. - Fouquet : six fleurs de lis. - Foucaud, anob. pour services en mer 1774 : une bande, une ancre et un soleil. Saint-Brieuc. - Foucault nob. anc. : six fleurs de lis. Foucault à Nantes : chevron, lion rampant et trois trèfles. - 0 BERRY. - Foucault : fasce, deux étoiles et deux coquilles; dont deux maires d'Orléans. 0 PICARDIE. - Fouquerel : un oiseau, trois raisins et trois fougères mal ordonnées (15e s.). - 0 NORMANDIE.- Foucquier, fam. anc. FOUCHÉ, FOUCHER, FOUCHARD de la FOUCHARDIÈRE. - Prénom, comme Fouquet. 0 PARIS. - Foucher, alliance Jassaud : un chêne. Foucher est le nom des de Rancourt de Mimerand, ainsi enjolivés depuis 1819. - 0 POITOU. - Foucher ou Fouchier, 12* s. : un lion couronné; barons 1624, marquis de Cirée 1663. - Foucher : une montagne sommée de trois foudres, quatre -fasces, lion brochant. - Fouchard semble être le nom primitif des La Fouchardière (fam. anc.). - 0 NEVERS. Fouchier : une fasce engrelée et trois étoiles. - • TOURAINE. - Fouché; dont (?) ceux de Nantes, au 188 s. - 0 NANTES. - Fouchart, Fouchard déboutés 1668 : chevron renversé et trois harpes mal ordonnées. - Fouché, fam. petite bourgeoisie, un capitaine (marié à Marie Croiset), un duc d'Otrante 1809; essaimée en Suède. FOUGACE, FOUACIER, FOUASSE, etc. - Galette; fouace, de l'Ouest; fougace dans le Midi: surnom de boulanger. - • PARIS. - Fouacier, ou Fouassier avocat : trois têtes de serpent. - 0 MARSEILLE. Fogasse ou Fougasse; capitaine : cinq pals; en chef trois roses (fam. d'Avignon). - 0 POITOU. - Fouasseau : une fasce ondée et un croissant. - 0 NORMANDIE. - Fouace : un chevron, deux tourteaux et une rose. FOULON.- Fam. anc. de Normandie. FOURCADE, FORCADE, HOURCADE, FOURCHE. - Lieu : fourche; bivium; hourc en HautesPyrénées. - Fourché; surnom. - 0 BRETAGNE. Fourcade, bourgeois de Nantes : 171 s. - 0 POITOU. - Fourché : chevron, deux lions affrontés et une molette. FOURNIER, FORNIER, FOURNEAU, FOURNAS. . Surnoms et boulanger. - 0 PARIS. - Fournet : fam. de drapiers : alliance Boucher (Chalo-Saint-Mars) : deux couleuvres tortillées, passées en triple sautoir, une étoile entre leurs têtes. - Fournerat, fripier : trois pelles de four. - Fournet, conseiller : bande et trois tourteaux. - Fournier, écuyer : sautoir et quatre roses. - Fournier, rôtisseur, bourgeois de Paris : trois roses. - Fournier, colonel des gardes et archers de la ville : chevron et trois merlettes. - Fournier, trésorier : trois têtes de lion. - Fournier, conseiller et résident du duc de Bavière : chevron à deux étoiles et une gerbe. - Fournier, 168 s. : un gerfaut, empiétant un héron volant. - • LYON. - Fournier, ou Fournié, écuyer : chevron à deux hermines, et trois molettes. - Fournier, marchand : chevron et trois merlettes. - 0 PÉRIGUEUX. - Fournet : coupé : griffon brochant. - 0 ILE DE RÉ. - Fam. Fournier. 0 GUYENNE. - Fournel : une licorne, trois étoiles. 1 0 POITOU. - Fournier : un lion ailé. - 0 BERRY. I Fournier : un chevron. - 0 BLAISOIS. - Fournier, r trois bandes ch. chacune d'une étoile. - • LANGUE1 DOC. - Fournas : trois fasces, un griffon couronné, i un anob. 1615. - e BRETAGNE. - Fournel : trois j bandes, bordure besantée. Un anob. 1697. ► • FOURNIER. - Fam. anc. : lion couronné, bordure

besantée. - Fournier : bande dentelée, et deux molettes (16* s.), un baron de l'Empire 1818 à Nantes. - Cette fam. essaima en Anjou; d'où les Fournier de Bois-Ayrault. FOURNILLON. - Fam. anc. du Lyonnais. FOURRÉ. - Lieu, ou surnom attesté Paris 138 s. 0 PARIS. - Fourré, marquis de Dampierre : deux bâtons écotés posés en chevron brisé. - Fourré, procureur : une main tenant une robe fourrée. 0 BRETAGNE. - Fouré, échevin de Nantes, 181 s. : un lion. FOURRIER, FOURNIER. - Métier. - • LYON. Fourrier bourgeois : chevron à la pomme de pin. • LORRAINE. - Fournier anob. (161 s.) : trois bandes, chef à une tête de lion et deux roses. - • PICARDIE. - Fourier, prêtre : une bande chargée de trois billettes. FOURREAU, FOUREAU, FOUREL, FOREL. 0 PARIS. - Foureau : fasce et trois tourteaux. Fourel : bande d'hermine, chef vairé. - 0 NANTES. Foureau; chevron et trois croisettes. - • MARSEILLE. - Fourrel, académiste : une tour sommée d'un vol. 0 LIMOUSIN. - Fam. Foureau. - 0 JURA. - Fam. Forel. - • PARIS-LYON. - Forel : un bouc. FOY, FOYAL FOYE. - e PARIS. - Foy : chevron, deux trèfles et une foi (fam. du Lyonnais?). - • NORMANDIE. - Foye, fam. anc. - 0 ORLÉANAIS : Foyal, fam. nob. et anc. FOYER, LE FOYER. - 9 ANJOU. - Foyer : chevron et trois croissants. FRACHON, FRACHOT. - Midi; lieu : brèche. 0 LYON. - Frachot : deux cyprès en pal l'un sur l'autre. FRAGUIER, FRAGONARD. - Midi. - Fraisier, petite fraise. - Frago : provençal (Grasse). 0 PARIS. - Fam. Fraguier, considérable, nombreuses branches, anc. bourgeois de Paris (16* s.) dont plusieurs descendants anob.; figurèrent dans l'armée; dits comtes de Dannemarie, etc., alliances Feydeau, Gruyn, Bouchet, etc. : une fasce et trois grappes de raisins (jadis fraises?). FRANC, LEFRANC, LE FRANC, FRANCHET, FRANQUETOT, FRANQUET, FRANCHARD. Affranchi. Frank : juif de Franconie. - 0 PARIS. 198 s. - Des Franquet devenus «comtes» de Franqueville. - Lefranc, procureur : un lion et trois roses. Lefranc, bourgeoise : trois tours; trois tourteaux en franc canton. - Lefranc, avocat : trois fasces, un lion et trois roses. - 0 LYON. - Catherine Lefranc : une fasce et trois lozanges. - 0 POITOU. - Lefranc, débouté Lamballe 1669. - Franchet : un lion d'or. Franquet : débouté Morlaix 1668 : un lion franc canton. - 0 NORMANDIE. - Franquetot, ducs de Coigny 1747, marquis de la Moussaye, etc. dont deux maréchaux de France; alliés aux Gouyon, etc. : leur vrai nom-est Guillote, jusqu'en 1576. - Lefranc, fam. anc. d'Argentan. - 0 ALSACE. - Fam. Frank, Franck, Franckel : juifs. - Franck : une fasce et un fer à cheval, chef nébulé. - • AUNIS. - Franchard : un chêne. - 0 SUD-OUEST. - Franc : une tête de cerf, et un cep de vigne. - 0 ARTOIS-PICARDIE. France : fascée de six pièces, chargées de six fleurs de lis. - 0 ILE-DE-FRANCE. - France : un coq hardi. - 9 PROVENCE. - Lefranc, fam. anc. d'Aix : deux tours et un chef ch. d'une croix tréflée. 0 MAÇONNAIS. - Franc, fam. anc. : un franc quartier ch. de trois barres à la bande brochante. FRANCINI. - Fam. de Florence venue en France en 1600. - Une main gantée tenant une pomme de pin et une étoile, et trois fleurdelis. FRANÇOIS, LE FRANÇOIS, FRANCESQUI, FANCHON, FRANÇON. - 0 PARIS. - François, mouleur de bois : chevron et trois lis de jardin (lis symbole de France, Français). - François, mar-

chand : un lis tranché par une épée que tient une main. - François, conseiller : deux épées en sautoir, chevron brochant. - Françon; chevron et trois gerbes. - Le François, ou Lefrançois : chevron engouié d'une tête de léopard et embrassé de ses deux griffes. - 0 LYON. - François, bourgeois : un bras tenant des balances. - 0 MARSEILLE. Franchesquy, bourgeois : une aigle et trois étoiles en chef (fam. de Corse). - Franchiscou, avocat : de même (nous écririons Franceschi). - 0 SUDOUEST. - Fam. Françoys (1'«y» très important!) : un souci d'or, feuillé, tigé. - • PIEMONT. - François ou Le François (des Courtils) : tour chargée d'hermines, et deux fleurs de lis et une croisette, essaimé en Poitou, etc. - 0 POITOU. - François : deux pals componés, trois fasces, trois étoiles, une croix pattée et quatre fleurs de lis. - Autres François, de l'Ouest : une fasce, trois étoiles et un croissant. - 0 BRETAGNE. - Le François, débouté Nantes 1669 : échiqueté, un cerf brochant. - François : échiqueté, trois coqs brochants, en pal. • NORMANDIE. - François, trois fam. anc. - 0 BUGEY : Le François, fam. anc. :trois fasces. FRADET, FRADIN. - Vaurien. - • PARIS. - Fradet, directeur des vivres en Catalogne : trois fers de pique. - 0 POITOU. - Fradet : trois besants. Fradin (de Saintonge) : trois fers de pique. • BERRY. - Fradet :trois fers de pique. FRAPIER, FRAPPIER. - Ouest bruyant? • PARIS. - Frapin, apothicaire : chevron, deux pins et une tulipe. - 0 LYON. - Frapier, traiteur : trois marteaux. - • POITOU. - Frappier : parti, au heurtoir brochant. - Frappier : un pal gironné. - • NIVERNAIS. - Frappier : trois tours. FRAYSSE, FRESSE, FRESSENEL FREYEINEL. FRESSAN. - Chêne. - 0 PARIS. - Fressan ou Fresson, médecin : chevron, un coq, deux étoiles et un lion. - 0 LYON. - Fressenel : fretté, un demi-vol brochant. - • MARSEILLE. - Freissinet, maître potier d'étain : un cygne nageant dans une onde. • SUD-OUEST. - Freyssineau, fam. bourgeoise anc. : un pal et deux étoiles. - • DROME. - Fam. Freycinet, ou Freyssinet. - • VIVARAIS. - Fam. Frasse. - • ANJOU. - Frezeau, marquis de la Frezelière : burelé argent et gueules, cotice brochante. FREI, FREY. - Als.-lorr. : libre. - 0 NORMANDIE. - Frey : une cotice et deux vols. FREMONT. - Prénom : Framont. - 0 PARIS. Fam. Frémont, normande, qu'on disait issue d'un laquais mais on ne dit pas de qui était issu le laquais; marquis de Rosay. 1680. Alliance Durfort. • LYON. - Frémont : parti : bandé; et : un chat-huant de front. - 0 POITOU. - Frémond ou Frémont : chevron, étoile et trois épis. - 0 BRETAGNE. - Des Frémont, évêché de Rennes, 15 s.; et à Nantes, plus tard : croissant sommé d'un cœur; trois étoiles en chef. - Certains Fremont devenus du Boisfrémont. • NORMANDIE. - Fremont, fam. anc. : un chev. et trois trèfles. FRÈRE, FREYR. - Freyr : lieu, en Flandre. • PARIS. - Frère, boucher : un religieux tenant un livre ouvert. - Frère, marchand : un lion léopardé regardant un soleil. - Frère, commis ; chevron, deux étoiles et un croissant. - 0 OUEST. - Frère : chevron et trois roses. - 0 BRETAGNE. - Le Frère ; une étoile; en chef une croisette pattée. FRESNAY, FRAIGNEAU, DUFRENE, DU FRENELLE, DUFRESNE, DUFRESNOY. - Nom de lieu : près d'un frêne. - • PARIS. - Dufresne, procureur : un frêne. - 188 s. : Dufresne, banquiers ayant des intérêts aux Antilles. - Dufresnoy, bonnetier : un frêne et deux hermines. - De Fresnoy, fam. orig. de Picardie, issue des seigneurs de Neuilly-Courcelles, connue 138 s. dont un échevin à Paris

(178 s.) : un sautoir. - 0 SENLIS. - Dufresnoy, gouverneur, 168 s. : un frêne, chargé d'un rencontre de cerf; et deux croissants surmontés de deux étoiles. - 0 PICARDIE. - Dufresne : un frêne; fam. essaimée dans l'Ouest dont certains se sont fait connaître sous le nom Du Cange. - Fam. de Fresnoye ou de la Fresnoye, connue 15 s., un ec. au 168 s., un anob. 178 s. - 0 BRETAGNE. Frenay, ou Fresnais : trois rameaux de frêne. De la Fresnaye, vicomtes : mêmes armes. - Dufresne : une fasce et trois feuilles de frêne. - Dufresne, 13" s. : un frêne arraché. - • NORMANDIE. - Dufresne; chef endenté, à trois tourteaux. Dufresne, anc. nob. : trois besants. - 0 POITOU NANTAIS. - Fresneau : un frêne et deux étoiles. Fraigneau, Fraignaud ; fam. du Niortais, essaimée aux îles de l'océan indien : un frêne. - 0 CHAMPAGNE. - Dufrenelle ou du Frenelle, importante fam. essaimée en Ile-de-France : une branche de la fam. de Frenoy de Paris : un lion. - 0 TOURAINE. Dufresne : une fasce ch. de trois merlettes, une patte de griffon et une croix recroisettée. FREZAL, FRESAL, FRESAS, FRASER. - 0 ROUERGUE. - Frezal, fam. anc. et not. de Rodez, issue d'un cordonnier (1516) dont nombreuses branches bourgeoises (chaussetiers, etc.) et une branche accédant frauduleusement à la nob. (17 s.) et, ayant falsifié archives et pierres tombales, devenue Fraser alliée aux maisons régnantes d'outre-Manche; mais sans convaincre grand monde. Misde Beaufort en tout cas. FRISCH. - Fritz : Frederic. - Frisch (de Fels) : fam. danoise, et luxembourgeoise, d'origine obscure et incertaine, mais qui a certainement été l'objet de malveillances excessives, dues à sa richesse et ses alliances. Ce qu'on ne peut lui contester, c'est un titre de comte dupape, de 1887. FRITSCH. - Fritz, Frédéric, als.-lorr. - • ALSACE. Fritsch : une foi dans une couronne formée d'un rameau de chêne et d'un rameau d'olivier. - Fritz : un bélier? FROISSARD, FROISSART, FROSSARD. - Surnom : homme brusque? - 0 PARIS. - Froissart : un demi-lion naissant d'une rivière, et trois étoiles en chef. - • FRANCHE-COMTÉ. - Frossart, Frossard. - 0 PICARDIE, FLANDRE, ARTOIS. - Froissart : une fasce surmontée de trois trèfles et une canette nageant sur des ondes. - 0 LORRAINE. - Frossard, origin. de Suisse : une croix et quatre molettes. • NIÈVRE. - Frossard : un chevron, deux étoiles et un casque de dragon. FROMAGET, FROMAGEOT. - Surnom, ou marchand de f. - 0 PARIS. - Fromager, écuyer, lieutenant dans l'île d'Oléron : trois dauphins, deux affrontés, un renversé. - Fromaget : deux cœurs joints et percés d'une flèche. - 0 BOURGOGNE. Fam. Fromaget : un chevron et trois besans, chef à trois. - • POITOU. - Fromage : chevron et trois besants en chef. FROMENT, FOURMANTIN, FROMENTIN, etc. Froment; surnom : blond comme les blés. 0 PARIS. - Froman, alliance Jabach : une main tenant cinq épis (Fromant ou Froment). - Fourmantin, épicier : trois gerbes. - 0 LYON.- Froment : trois gerbes. - 0 POITOU. - Froment : chevron, trois épis et trois étoiles en chef. - Fromenteau : une fasce chargée de trois têtes de lévrier; une rose et trois chevrons. - Fromentin : trois épis; trois étoiles en chef. - 0 SAINTONGE. - 138 s. Fromentin : trois croissants. - 0 BRETAGNE. - Froment, débouté 1707 : une gerbe; en chef trois étoiles. - • PÉRIGORD. - Froment, écartelé : trois gerbes, trois tours. - 0 BUGEY.- Froment, fam. anc. FRONT, FRONTON, FROTON, FROT, FROUIN,

FROTTE, FROTIER, FROTTIER. - Prénom racine german. - 0 PARIS. - Frotté ou Frottez, chevalier : trois quintefeuilles. - Froutier, maître sellier : les lettres Net F. - Frontot, marchand à Meaux : un F, un M, deux étoiles et un croissant. - 0 LYON. Fronton, bourgeois : chevron à la coupe. - Frotton, marchand à Saint-Étienne. - 0 SAVOIE. - Fam. Front, 20" s. Méribel-les-Allues. - 0 MARSEILLE. Frotton, maison chevaleresque : un pal et dix lozanges. - 0 BRETAGNE. - Frontault, débouté 1668. - Frotet : trente-trois têtes de coq. - Frotin, débouté 1168 : un cygne et trois pattes de lion. 0 NORMANDIE. - Frotté : chevron deux molettes et un besan, dont le célèbre chef royaliste. - Frontin, fam. anc. FUCHS. - Alsac.-Lorr. : renard, vos (fIam.). • ALSACE. - Fuchs, essaimés en Hollande et Autriche :trois fusées en fasce.

FULQUE. - 0 PROVENCE. - Fulque, anc. fam. de Valensole : une colonne tronquée, sommée d'un faucon. FUMÉE, FUMEAU. - Lieu? Surnom? - 0 PARIS. Fumée, avocat : deux fasces et six besans (fam. tourangelle). - Fumée, chanoine : six lozanges (fam. angevine). - 0 LYON. - Fumas, marchand : trois montagnes fumantes. FUR, LE FUR, FURIC. - Breton : sage, le sage. Furie : petit sage. - 0 BRETAGNE.- Le Fur : un pin. Furic : trois croisettes fichées; débouté 1668, mais appelé arrière ban 1694. FURET, FURTIÈRE. - Furet, surnom et lieu. 0 PARIS. - Furet : trois épées en pal, et une macle en chef, soutenant un croissant (fam. bretonne). Furetière : trois concombres. - 0 ANGOUMOIS. Fureau : chevron et trois canards.

G

9 GABARD, GABARET. - Moqueur (mais gabarre : navire). - 0 NANTES. - Gabard, fam. anc. un anob. 1547 : deux étoiles et un croissant. - 0 AUNIS. Gabaret : une étoile, une gerbe, un croissant. GABILLE, GABILLARD, GABIN, GABORIAU, GABRIAU, GABILLON. - Moqueur, ou plutôt «Gabriel». - 0 PARIS. - Gabelin : trois tourteaux, foi en chef. - Gabriau, lieutenant de la citadelle de Sedan; fam. poitevine : un cerf. - Gabriel, architecte du roi : une fasce ondée à trois merlettes, et une nuée, et un vol. - 0 LYON. - Gabriel, passementier : chevron et trois annelets. - 0 OUEST, - Gaboreau, Gaboriau : chevron et trois croissants. - Gaborin : un gabion. - Gabriaut : une croix cantonnée de quatre poignards. - 0 ANJOU. - Gaborit, Gabory : une épée et trois étoiles. - Fam. Gabillé, tonneliers, etc., essaimés à Paris, fin 188 s. - 0 BRETAGNE. Gabillard : une chouette, un lis, une épée; chef d'hermines. GACHON, GASCHON. - Dans le Midi : gachon : guetteur; en Lorraine : garçon. - 0 PARIS. - Anne Gaschon veuve de Boisboudan, bgs. de Paris : chevron et trois canettes. GACON,GASCON, GASCOIN,GACOUGNOLLE.Gascon. - 0 PARIS. - Gacon, procureur ; chevron et trois trèfles, chef à deux étoiles. - 0 LYON. - Gâcon, march. de toile : un mouton sautant. - 0 SAVOIE. Fam. Gacon, depuis le 18 s. au moins, aux Allues. 0 BRETAGNE. - Gascoing, le Gascoing, anc. nob. : chevron et trois quintefeuilles. - • POITOU. Gascougnolle, de Gascougnolle, Gacougnolle une fasce à trois étoiles. GAFFE, GAFFARD, GAFFIOT. - Gaffe, crochet (Normandie); surnom de marchand ou d'usager. 0 PARIS. - Gaffart, bourgeois de Paris. - • JURA. Gaffiot. GAGNE,GAGNERON,GAIGNEUS, LEGAGNEUX LEGAIGNEUR. - Homme de peine, tâcheron. 0 PARIS. - Fam. Gagnat, dauphinoise, un anob. 1713 : chevron et trois fers de lance. Fam. Gagne, bourguignonne, d'Autun, au 158 s., comtes de Perrigny en Bourgogne, alliances Joly, Lamoignon. - Gaignant, procureur : un orme sur un tertre. - Gaigné : chevron, deux canettes et une rose. Gaignères : un lion d'or. - Le Gaigneur, sgr de Tessé, fam. d'Anjou : un lion d'or, croix ancrée brochante. Le Gaigneux, auditeur à la Chambre des Comptes : un phénix; chef dentelé, à trois molettes. - 0 LYON. Gaigneur, bgs de Montbrison : chevron au lozange. 0 FLANDRE. - Gaignon : d'hermine à la croix de gueules. - 0 TOURAINE. - Gaigneron : fit fortune

aux Antilles (au 20* s. ; ail. Gontaut, Broglie). - 0 POITOU. - Gagnoleau : fasce ondée, chargée de troisGAI,canetes.GAY.- Gai. - • PROVENCE. - Fam. orig. de Naples, 151 s. : une tour. GAILLARD, GAILLARDOT, GAYARD, GAYARDON. - Hardi : qui va de l'avant (cf. Château-Gaillard : bastion avancé). - 0 PARIS. - Gaillard, médecin : deux perroquets affrontés. - Gaillard, conseiller : chevron, deux étoiles et un croissant. - Gaillardie, notaire : une fasce et trois feuilles de chêne. Gayard, procureur : un coq sur un rocher. - Gayardon, sautoir dentelé; fam. venue de Soissons, bgse une branche anob. 1654; dont les Gayardon de Fenoyl. - 0 LYON. - Gaillard, bgs : chevron à la coupe. - Les Gayardon, de Soissons, nombreux. • MARSEILLE. - Gaillard, capitaine de galères : semé de trèfles, deux perroquets affrontés, surmontés de deux taux. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - A Dôle, début 198 s. : Gaillardot, médecin. - Gaillard, à Besançon, dès le 138 s. fam. notable : un mouton sur une montagne tenant une houlette. 0 SAINTONGE. - Gaillard : un coq posé sur un cœur soutenu de flammes. - 0 BRETAGNE. - Gaillard : un chev. à cinq besants, et trois hêtres arrachés. - 0 PICARDIE. - Gaillard : un chev. et trois croix pattées. - 0 PROVENCE. - Gaillard, fam. orig. du Blésois, 158 s., essaimée en Provence, Berri, etc., dont un favori de Louis XI (alliances1 : Robertet, Berthelot, etc.) : un trèfle, deux croix de Saint-Antoine et deux perroquets. - Gaillard, fam. provençale nob. anc. : fascé; trois roses au chef. GAIN,GAINS. - Fam. anc. de Paris. GÂJOT. - 0 PROVENCE. - Gajot, fam. anc. de Sisteron : un citronnier et trois étoiles. GAL, GALL, GAALON, LE GAL, LEGAL, GALIOT, GALLERON, GALLET, GALLIEN, GALLIER, GALLIOT, GALLON, GALLOT, GALMIER. - Gai : coq en occitan, mais aussi prénom (en Alsace), en breton : français. - Lereste : prénoms. - Galliot : (aussi) corsaire. - 0 PARIS. - Catherine Le Gall ou Legal, comtesse de 'Lucomartin : un lion, deux fasces brochantes. - Fam. bretonne d'ancienne extraction. Galliot, ou Gallyot : une galiote. - Gallon, comte, chevalier une fasce surmontée d'un coq. Gallet, capitaine du château d'Aubigny-la-Verrerie : bande à trois besants. - Gallet, écuyer; une croix cantonnée de deux besants et de deux fasces dentelées. - 0 LYON. - Gallien, bgs de SaintChamond : chevron à une larme. - Gallier, receveur

de la douane de Chazelles : chevron au croissant. Galleron, march. bourgeois : chevron à la fleur de lis. - 0 BRETAGNE. - Le Gall, connu à Paris. Le Gall, fascé, ondé; argent azur. - Le Gall : une chouette; fam. dont les «de Lestevennec ». - Le Gall : trois poires. - Le Gall : déboutés à Rennes et Redon 1668. - Gallic, un anob. 1439; un chevron brisé, et trois têtes de lion. - Gallou : un léopard. • PÉRIGORD. - Gallier : une fasce à trois roses. • POITOU. - Gallet, Gallais : un coq. - Galletier : trois, glands. - 0 FRANCHE-COMTÉ, BOURGOGNE. - Gallet, fam. anc. de robe ; une galère voguant sur une mer. GALAND, GALLAND, GALARD, GALARDON. Galant; enjoué, Galard péjoratif. - Galard, nom illustré par une des premières maisons nobles (dont Hector de Galard, ou le Valet de pique) issue des premiers ducs d'Aquitaine : une croix ancrée. 0 PARIS. - Galand, mouleur de bois : deux bâtons en sautoir. - Antoine Galland, fils de Claude Galland, auditeur des comptes ; chevron et trois roses; un croissant en chef. - Galland : chevron et trois glands. - Galland, bgs de Paris : chevron et trois chausse-trappes, la troisième surmontée d'un besant. - Galland contrôleur : un lion de sable. Galland, officier de la Reine : sautoir engrelé, chef à trois étoiles. - Gallard, bgs. de Paris : un R et G entrelacés. - • BRETAGNE. - Galardon : deux fasces surmontées d'un lambel. GALEY. - Anc. fr. : joyeux compagnon. - Famille bourguignonne. GALIBOURG, GALIBOURT. - Prénom; fam. d'orig. germanique. - 0 PARIS. - Galibourt, procureur : chevron et trois croisettes. GALICE. - Calice? - 0 PROVENCE. - Galice, fam. de robe, 161 s. : un coq et trois étoiles. GALICHON, GALLICHER. - Berry : luron? - 0 LIMOUSIN. - Gallicher, fam. déboutée 1669 en Bretagne : une fasce, une coquille, deux étoiles et un coq. - 0 ANJOU. - Galichon, Gallichon : une fasce et trois canettes. GALIMARD, GALLIMARD. - Au Moyen Age surnom donné à ceux qui utilisent le galimard ou calamar, c'est-à-dire l'encre (galimatias). - Gallimard : calamar : encrier : écrivassier : scribe : écolier. - 0 PARIS. - Galimard, bgs de Paris : un coq sur une mer. - • MARSEILLE. - Galimardet : une flèche, chevron brochant. GALLIFET, GALLIFFET. - Épervier. - • DAUPHINÉ. - Fam. nob. 158 s., illustrée à Paris, Aix-enProvence, etc., peut-être descendue de juifs d'Avignon «Princes des Martigues» : chevron et trois trèfles. GALLOIS, GALLAIS. - Orig. du pays de Galles. 0 PARIS. - Gallois, avocat : chevron, deux étoiles, une hermine. - Gallois, bgs de Paris : deux sangliers l'un sur l'autre. - Gallois, commissaire des galères : un lion, deux étoiles et un croissant. Gallois, drapier, bgs de Paris : chevron, deux étoiles, une oie et deux noix de Galles. - Gallois : un coq couronné. - 0 BRETAGNE. - Gallais, anc. fam. nob. : un croissant et six roses. GALOPIN, GALLEPIN, GALOPEAU, GALLOPO, GALLUP. - Messager, coureur (Gallup : bateau [Midi]). - • PARIS. - Gallepin, marchand bgs de Paris : un pin et deux croissants. - • BOURGOGNE. Galopin, fam. bgse notable anc. du Mâconnais : comme Gallepin à Paris : croissants affrontés contournés. - 0 NIVERNAIS. - Gallope, 168 s. une fasce à une rose; trois raisins; bordure dentelée. GAMBIER. - Term. d'armure : jambière. 0 PICARDIE. - Gambier : deux bandes et quatre étoiles.

GAMELIN, GAMELON. - Prénom (héros d'un comte médiéval); en Grande-Bretagne : Gamlin. GAMICHON. - Berri et autour : diminutif de gamain. GANDIN, GANDOUIN, GANDILLAUD, GANTEAUME, GANTELMY. - Prénom d'origine germanique; racine : Wan : espérance. - 0 PARIS. Gandouin, avocat deux mains apaumées. 0 LYON. - Gandin, procureur : chevron et trois croissants. - • MARSEILLE. - Ganteaume, «tenant boutique de cire »: deux bras joints en foi, tenant un arbre arraché. - Gantelmy, marchand de poids (même nom latinisé) : un lion tenant des deux pattes une croix. - 208 s. : Gantelmy d'Ille, «marquis», etc. (alliance Double). - • ANGOUMOIS. - Gandillaud : une tour. GANEAU, GANACHAUD, GANAY, GANEZ, GUENEAU, GUÉNON, GUENOT. - Prénom. Dérivés rac. Wan : espérance. - 0 PARIS. - Outre l'anc. fam. Guénégaud : un lion d'or. - Ganeau, avocat : chevron, molette et trois épis. - Guénault, veuve Hugon de Givry : chevron, deux oiseaux affrontés et trois trèfles (?). - Guenet, lieutenant général d'Orbec en Normandie ; chevron et trois dauphins. - Gueniot, chevalier : un pal, et un serpent entortillé autour. - Guenois, lieutenant particulier de Bourges (Berri) : chevron et trois étoiles. Guénon, à Montfort, bachelier de Sorbonne, curé : un cœur enflammé; chef à deux étoiles. - e LYON. Guenard, ou Gueynard, curé : chevron et trois molettes. - 0 MARSEILLE. - Ganay, bourgeois ; une fasce à trois roses mal ordonnées et à deux coquilles. - 0 ANGOUMOIS. - Fam. Ganachaud. 0 SAINTONGE. - Guinot : quatre pals, trois étoiles en chef. - 0 TOURAINE. - Guénand, Guénant : une fasce fuselée. - 0 BOURGOGNE. - Ganay, fam. considérable, alliance Bemberg au 208 s., chateaux admirables. GARÇON, GARS, GARCIN, GARSIN, GARSON. Garçon. - 0 PARIS. - Fam. Gars, anc. bourgeoisie, un anob. 1676 : trois bandes, trois coquilles en chef. - Garçon, épicier : trois épis rangés sur une terrasse. - Garsault, écuyer; écartelé argent et sinople ; croissant brochant. - Garson, docteur en théologie : soleil et deux étoiles. - 0 LYON. Garson, curé ; chevron au rustre. - • MARSEILLE. Garcin, bgs : chevron et trois colombes. GARDE, LAGARDE,GARDET,GARDIN,GARDOT GARDION, GARDY. - Lieu : garde, réserve (comme la Devèze). - Gardel, trésorier des fortifications : une fasce à trois étoiles, et un vol et un lion. Lagarde, conseiller : une tour d'argent. - Gardy, marchand de vins, traiteur : une fasce au chien, et six étoiles. - Gardien, sieur de Monplaisir : chevron, deux coqs et un lion. - 0 LYON. - De la Garde, marchand bgs : une main tenant trois flèches. - 0 MARSEILLE. - Gardet, vitrier : losangé argent et sinople, une tour brochante. - • LIMOUSIN. - La Garde, de la Garde : une épée en bande. GARET, LEGARET.- Lieu;Auvergne : guéret. GARGAN, GARGIAN. - 0 PARIS. - Gargan, ou Gargant, écuyer : chevron, deux roses et une merlette, fam. alliée aux Guénegaud, etc. - e BRETAGNE. - Garjan, Garsian, anc. nob. : un lion et trois merlettes. - 0 NORD. - Gargan, fam. anc. : deux bandes. GARIDEL. - 0 PROVENCE. - Déboutés au 17" s. GARIN, GARINET, GARINEAU. - Guérin, prénom. - 0 BRETAGNE. - Garin, un secrétaire du duc 1404 : une aigle et six écussons en orle. - 0 NORMANDIE. - Garin, fam. anc. : trois coquilles. 0 FRANCHE-COMTÉ. - Garinet, à Besançon, fin 16" s. : un cygne, portant une couronne au col. -

0 POITOU. - Garineau : une île sur une onde, et deux canettes nageant. GARNIER, GASNIER. - Prénom. - • PARIS. Garnier, fam. illustre (G. de Salins) : chevron et trois molettes. - Elisabeth Garnier : chevron et un cœur soutenu d'un croissant; chef à deux étoiles. Garnier, receveur des rentes de l'Hôtel de Ville : une fasce et trois gerbes. - Garnier, greffier, de même. - Garnier, trois trèfles. - Garnier, bgs de Paris : trois églises, entourées d'une bordure en rond. - Garnier, prêtre : une ruche, un soleil et deux abeilles. - Garnier notaire : une tour, trois étoiles en chef. - Garnier, président à Metz, trois troncs écotés chacun de quatre pieux. - • LYON. - Dix Garnier, dont : un chanoine : un griffon et un lion affrontés; un contrôleur, ci-devant capitaine au régiment de la reine, et un médecin : une fasce, trois étoiles et un croissant; un écuyer : chevron, deux têtes de taureau et une étoile; trois étoiles en chef. - Marie Garnier, bgse : chevron à l'étoile. • MARSEILLE. - Six Garnier, dont : deux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, officiers des galères : trois chevrons. - Garnier, seigneur de Julians, etc. : une tour donjonnée sur un rocher. Un prieur de Saint-Zacharie : (Garnier de Salins); chevron et trois molettes. - Un écrivain du roi, à l'arsenal des galères : un vase garni de deux branches de rosier; chef à trois étoiles. - Un bourgeois : une tour sur une montagne, accostée de deux croissants. - 0 LORRAINE. - Fam. de chirurgiens et médecins, 18" s. : un sautoir d'argent, un lion couronné brochant. - 0 POITOU. - Garnier, protestants, à Chef-Boutonne, 178 s., 188 s., et des comtes de l'Empire, etc. : trois roses; gironné or et gueules; cinq fusées en fasce, les trois du milieu à une coquillle chacune. - • CHAMPAGNE. - Garnier, fam. anc. : trois haches d'armes. - Garnier, moderne : parti ; 1 : croix tréflée : 2 : burelé or et gueules. 0 BRETAGNE. - Garnier, fam. dont un premier panetier de la duchesse 1460 : fretté de gueule, à trois étoiles. - Garnier : deux bandes, six coquilles en orle - débouté 1669 et 1703. - Garnier, anob. pour services de mer 1723; parti : 1 : une coquille en pointe; 2 : une coquille en chef; une épée posée en bande, brochante sur le tout. - 0 FRANCHECOMTÉ. - Garnier ; un agneau pascal, tête contournée. - Fam. considérable au 148 s. - 0 BEAUJOLAIS. - Garnier, fam. notable dont un marquis des Garets : un chevron, deux rencontres de taureau et une molette. Devis : «contre fortune bon coeur ». GARRAULT. - • NORMANDIE. - Garrault, fam. anc. : un lion. GARRIGUE, GARRIGUES, GARRIGOU. - Languedoc, lieu : terrain sec et sauvage. - 0 PARIS. Garrigues, receveur des incurables ; une montagne et trois étoihes. - 0 PÉRIGORD. - Garrigon, orig. de Sarlat : trois lions couronnés. - • LANGUEDOC. - Guarrigue, ou Guarrigues, 16 s. : un chevron; chef d'or. - 0 ROUERGUE. - Garrigues, fam. anc. de Rodez et Villefranche, dont un juge-mage. GARROT,GARROS, GARREAU,GARRY.- Garros Sud-Ouest, lieu, même racine que garrigue? 0 PARIS. - Garrot ; trois flèches. - Garry, notaire : chevron, deux croissants et une gerbe. - e BRETAGNE. - Garrel, se disant nob. au 15 s. - ANantes, Garreau, débouté 1670 : deux bustes de pucelle, et une fleur de lis. - 0 ORLÉANAIS. - Garreau ou Garrault : trois palmes soutenues de trois croissants, ou bien : semé d'étoiles, au lion d'or. 0 LIMOUSIN. - Du Garreau, nob. anc. alliances Feydeau, Rousseau, etc. : chevron soutenu d'un cœur où nage un cygne.

GASCHIER. - Fam. des plus illustres et anc. d'Auvergne. GASCOING. - 8 NORMANDIE. - Gascoing, fam. anc. : une tiercefeuille et trois molettes. GASNAY. - Lieu ? - 8 BERRI. - Trois chevrons renversés, chef à trois étoiles. - Débouté 1669 en Bretagne. GASPARD. - Nom de baptême. - 8 MARSEILLE. Gaspard, fam. anc. origi. de Corse. - 8 DOMBES. Gaspard, fam. anc. 148 s. dont un seigneur du Soux : lion d'or; chef bandé. - 8 OUEST. - Fam. Gaspard : trois coquilles. GASQ, GASQUET, GASCHET, GACHET. - Nom d'origine : gascon. - 8 PARIS. - 1713, Guillaume Gasq, intéressé dans les affaires du roi. - 8 MARSEILLE. - Gasquet, procureur, fasce, trois raisins. 8 TOURAINE. - Gaschet : deux clés en sautoir. 8 BORDEAUX. - Gasq, fam. notable, un anob. : un lion d'or; chef à trois molettes. - 8 QUERCY. Fam. Gasq. GASSION, GASSIOT, GASSAUD, GASSOT, GASSUAU. - Lieu, Gassiot, Lot-et-Garonne. 8 PARIS. - Gassion; écartelé : 1 et 4, une tour; 2 et 3, un chêne traversé d'un lévrier. - Gassion, maison illustre, béarnaise, dont un maréchal de France tué en 1647; essaimée en Anjou. Madeleine Gassion : un chevron et trois râteaux. Gassot, bgs de Paris : semé de coquilles, à la fasce ondée brochante. - 8 MARSEILLE. - Jean-Jacques Gassel, marchand. - 8 ANJOU. - Au 18" s. : des Gassuau, tonneliers, «faiseurs de cercles», et bateliers, voituriers par eau. - 8 PROVENCE. - Gassaud, fam. anc. : une tour. GAST, DUGAST, DUGAS, GASTALDY, GASTAUD, GASTEAU, GASTEBLÉ, GASTEBLEY, GASTELIER, GASTIER. - Sud-Ouest endroit inculte. - 8 PARIS. - Marie de Gast, comtesse du Roure; sur un écartelé de Montmorency, etc. : cinq besants. - Gasteau, sieur de la Chattière : chevron, deux cigognes et un lion. - Gastelier, chapelier, bgs. de Paris : un croissant surmonté d'une flamme; en chef, une tour accostée de deux étoiles. - Gastier, avocat : écartelé de Jérusalem et d'un croissant (variante de Chalo-Saint-Mars) voir article Boucher). - Dugas : une tour, deux étoiles, un croissant. - 8 LYON. - Dugas : sautoir ondé de quatre besants; fam. notable. - 8 NORMANDIE. Gasteblé, fam. anc. : un chevron et trois épées. 8 PROVENCE. - Gastaldy (latinisation de Gastaud?), fam. notable de Sisteron 188 s. : chevron et cerf passant. - 8 SUD-OUEST. - Trois fam. bgses Gast : A: un taureau d'or; B: une croix vidée; C; trois pals de sable. - Dugast : un croissant et trois étoiles; un tourteau à la fleur de lis. GASTINEAU. - Origin. de la Gâtine ou du Gâtinais. - 8 POITOU. - Gastineau : un sautoir et quatre aiglettes. - Gastineau (Niortais) : une tête de lion de deux croissants. - 8 NANTES. - Gastineau : chevron et trois cygnes. GATIGNOL et variantes. - Midi : hargneux. Sobriquet. 8 PÉRIGORD. - Fam. notable : une bande componée. GAUBERT, GOBERT. - Voir aussi Jaubert, Jobert. - Nom de baptême d'origine germanique. 8 BRETAGNE. - Fam. Gaubert ou Gobert, déboutée 1701 : deux macles et une coquille. GAUCHER, GAUCHET. - Prénom d'origine germanique; ou bien gaucher... - 8 PARIS. - Gauché, greffier : une foi. - Gaucher, dame Frezon : une main gauche tenant une plante arrachée, et deux étoiles. - Gauchet : chevron et trois coqs. - Gaulcher, avocat : une bande à deux étoiles, et deux roses. - 8 LYON. - Gaucher, march. bgs : chevron à une coquille. - 8 MARSEILLE. - Gaucher, mar-

chand : trois fasces de gueules. - 0 BRETAGNE. Gaucher ou Le Gauchet : une croix alésée et quatre roses, un anob. 1452. - 0 FRANCHE-COMTÉ. Fam. Gauchier, à Gray, 188 s. apothicaires. GAUDEMER, GAUDEMAR, GODEMEL, GODEMAR. - Prénom nordique comme Vaudremer, Voldemar, etc. - 0 PARIS. - Godemel : un bouc rampant : trois coqs en chef. - 0 HAINAUT. - Godmar ou Gaudemar, fam. essaimée en Provence, au 161 s. un anob. : trois coqs. GAUDIER. - 0 NORMANDIE. - Gaudier, fam. anc. : un cœur et trois têtes. - Gaudier : un chev. deux étoiles une colombe. GAUDUBOIS. - Coq du bois, Sobriquet, Normandie. - Normandie - Anjou (Saudubois, en Franche-Comté : Gaudubois mal lu?). GAUDRY, GAUDERON, GAUDRON. - Prénom. 0 PARIS. - Gaudron ou Gauderon, à Coulommiers : une épée et une crosse, en sautoir, sous un agneau pascal. GAUGUIN, GAUGAIN. - Dérivé de gaugue : noix. Nord : possesseur de noyers? GAULARD, GAULLIER. - Prénom. - 0 PARIS. Gaulard, capitaine de l'hôtel des Ambassadeurs : trois pigeons. - 0 ORLÉANS-TOURS. - Fam. Gaullier, un anob. 1785 : chevron et trois croissants. GAULLE (DE). - Calqué du flamand : Van de Walle du rempart; maison située .près d'un rempart. - Fam. de Bourgogne, venue de Flandre, fixée à Châlons-sur-Marne; illustrée par le général de Gaulle. GAULT, GAULD, GAULDE, GAUDARD, GAUDIN, GAUDION, GAUDON. - Prénoms comme Gaultier. - 0 PARIS. - Gaudard, fam. anc. bgsie, branche anob. 168 s., alliances Josse, Huguet, Canaye, etc. : une bande à trois défenses de sanglier. Gaudion, fam. anc. bgsie, un anob. 1691 : chevron, croissant accosté de deux raisins, et un brasier ardent. - Gaudet, ou Godet, médecin : un godet, d'où sort une vipère, et six branches de laurier, couchées deux à deux, passées en doubles sautoirs. - Gaudet, sieur de Vaux : trois têtes de coq. - Gaudin : chevron, deux hermines, et un croissant surmonté d'une troisième hermine. - Gaudon, prêtre du diocèse de Bourges : d'hermine; cinq losanges en chef. - Gaulde, avocat, quatre jumelles, celle du milieu surmontée de deux bandes et soutenue de deux barres. a LYON. - Gaudin, procureur : un rosier fleuri de trois roses, trois étoiles et un croissant. - Gaut, procureur à Montbrison : chevron au croissant. 0 BRETAGNE. - Gaudé : un hermitage terrassé, entouré d'un chapelet. - Débouté 1668. - Gaudin : un croissant et trois roses. - Gaudin 1270 : cinq fleurs de lis, en sautoir. - • MAINE - TOURAINE - BRETAGNE. - Gault, nomb. branches, anc. bgsie : un épervier. - Gault, des anob. : débouté 1669; maintenu noble 1743. - 0 ANJOU. - Gaudin duc de Gaète 1809 (financier). GAUSSEN. - Prénom. Altération de Gaucelm. Fam. bgse du Sud-Ouest : une croix pommetée de gueules. - Fam. bgse à Sarlat : chevron et trois cygnes, le troisième sommé d'une étoile. GAUTIER, GAUTHIER, GAUTTIER, GAULTIER, GALTIER. - Prénom. Midi : Galtier. - 0 PARIS. Gaultier, avocat : chevron et trois roses. - Gaultier, march. de vins : un pin renversé. - Gaultier : trois chevrons et trois étoiles, fam. normande gde bgsie. - Gaultier, bgs de Paris : chevron viré, alésé, pommeté chargé d'une croix pattée, et : deux colombes affrontées et un croissant. - Gaultier, épicier, bgs de Paris : un coq sur un mont. Gaultier, maître des Eaux et Forêts en Beauvaisis : de Chalo-Saint-Mars (voir art. Boucher, Chartier). -

Gaultier, avocat : chevron, et rose tigée : chef à l'aigle naissante. Fam. lyonnaise. - Gaultier, procureur : une fasce, un lion passant, tête contournée, armée d'un casque, et un coq, accosté de deux étoiles, et posé sur une autre étoile. - Gautier, receveur à Caen : chef à trois pigeons, surmontés chacun d'une étoile. - Gautier, sieur de Launay : chevron et trois colombes. - Gautier, trésorier de France à Vannes : fasce au lion passant. - 0 LYON. - Galtier ou Galtié, marchand : un coq et trois cigales. Cinq Gauthier, dont : Gauthier, receveur; comme Gaultier avocat à Paris. - Gauthier, marchand : chevron et trois coqs. - Gaultier, march. cabaretier ; un lion rampant contre une montagne; soleil en chef. - Gaultier, receveur du grenier à sel de SaintEtienne; comme Gautier trésorier de France à Vannes (Paris). - Gautier, juré, mouleur de bois et perruquier : quatre pals alaisés, un compas ouvert en chevron, brochant. - Gautier, curé, Saint-Étienne : trois quintefeuilles. - 0 MARSEILLE. - Neuf Gautier, dont : Gautier, bgs, député du commerce :un coq sur un tertre, pied levé. César Gautier, droguiste : un coq empiétant un serpent; trois étoiles en chef. Gautier, marchand : un soleil en chef, un souci tigé et deux étoiles. - Gautier, chanoine : une croix demiancrée. - Gautier, maître boulanger : coupé : un ours; une croix. - 0 ANJOU. - Une rose, deux étoiles et un croissant. Devise : Crescentur ad sidera. - Gautier, Gaultier, etc. fasce, deux merlettes et une étoile. - Fam. bgse, alliances Arouet, Pallu, Legouz, Blanche, etc. - 0 ANJOU NANTES. - Gaultier, etc. : coupé sinople et or; à trois pommes de pin versées. - 0 BRETAGNE. Gautier, Gauthier, Gauttier, Gaultier, Galtier, etc. Fam. déboutée Dinan 1669 : un sautoir, un croissant et deux étoiles. - Gaultier... à Rennes : une fasce à trois croissants versés, et trois croisettes. Perrot Gaultier, franc-archer de Derval 1450. Gaultier, maître des comptes 1552 : trois marmites. Fam. déboutée 1668. - Gaultier à Tréguier : trois losanges. Nobles 1437, déboutés 1678. Gautier, Gauttier, Saint-Malo : fam. notable de cartographes, déb. 198 s. (se disaient parents de Jeanne d'Arc). - 0 BOURGOGNE. - Gauthier, fam. notable à Tonnerre, 168 s., essaimée à Paris, dont les barons d'Hauteserve. - 0 POITOU. - Gauthier, Gaultier : une fasce, trois merlettes, et une étoile. 0 DIJON. - Fam. Gautier, ou Gauthier, remontant à Jean, notaire au 16e s., époux de Guillemette Miolet : chevron et trois abeilles. - 0 PERIGORD. Fam. Gaultier, se disant venue d'Écosse en 1437 : trois lances. - Gautier : un faucon terrassé, trois étoiles en chef. GAUTRAT, GAUTHEREAU, GAUTHERON, GAUTREAU, GAUTRON. - Prénoms, comme Gautier. 0 PARIS. - Gautherbn, avocat : écartelé : 1 et 4, une croix dentelée; 2 et 3, un arbre terrassé sommé d'un oiseau, le tout sous un chef à une croix. e LYON. - Gautheron ou Gotteron : chevron à une merlette. - 0 OUEST. - Gautron, Gaultron : un lion couronné. GAUVIN, GAUVAIN, GAUVINET. - Prénom à la mode au Moyen Age par les romans bretons de la Table Ronde. - 0 PARIS. - Gauvains, dame Massiot : deux palmiers entres lesquels sont deux marguerites, le tout terrassé. - 0 LYON. - Gavinet : fam. de pharmaciens, 17e s et 18e s., alliance Corréard : chevron, tête de cerf, et croissant accosté de deux étoiles. - 0 ORLÉANS. - Gauvain : triangle et trois molettes. - • BRETAGNE. - Gauvain ou Gauvin, fam. nob. 15 s. : une fasce à une fleur de lis. Fam. ou branche, déboutée 1703 : chevron, trois glands, lambel en chef. GAVEL,GAVEAU. - Sud-Ouest : forme de gavelle

ou javelle. - 0 VERSAILLES. - Gavelle, aumônier trois quintefeuilles. - Geffrard : losangé argent et gueules. - Geoffroy (breton : Jaffrez), dont Hervé, de la duchesse de Bourgogne : un chevron et trois croissants. anob. 1432 : un cygne passant au pied d'un arbre. Geffroy, un anob. 1653 : une aigle de sable ayant, GAXOTTE. - • VOSGES. - Garçotte, garçon efféminé. sur l'estomac, une croix pattée d'azur (à enquerre). Autres Geffroy : sautoir et cinq coquilles. GAY, GAYET, GAYOT, LEGAL - Gai (= geai?). GELLE, GELÉE, GÉLAS, GEILLE, GELAIN, GÉLlN. 0 PARIS. - Fam. Gayot (échevinale) venue de Lyon : semé de trèfles. - Fam. Gay 198 s. (fam. venue de Lieu? Lorraine - Bourgogne... (Gelain : confusion l'Est) : une bande à trois fleurs de lis. - Gayant, possible avec Geslin, prénom). - 8 PARIS. - Gelain ou Gellain, marchand bgs de Paris : chevron alaisé médecin : chevron, deux croissants, une aigle à et pommeté, un dauphin, une coquille et une étoile. deux têtes. - Le gay ou Leguay, bgs de Paris (fam. Gelas, marquis d'Ambre, etc., seul vicomte de Laualliée aux Moufle) : une fasce, un soleil et un trec : un lion d'or couronné. - Gelée : fasce à dauphin. - 0 LYON. - Fam. Gayet, bgse, négociants trois larmes, soleil et flamme. - Gelle, procureur : et magistrats; nombreuses branches : chevron et trois flèches. - Gellé, chirurgien : croissant surlion. - Gay, marchand : deux fasces, l'une d'argent, monté d'une étoile. - Gellée, marchand bgs de l'autre d'or, une rose et un soleil. - Gay, du ParleParis : un navire d'argent. - 8 LYON. - Gelas ou ment de Dombes : une fasce ondée. - Gay, bgs de Gellas, bgs : taillé argent sur gueules, à un ours Lyon : une rivière, d'où sort un gui et un soleil; naissant sur l'argent. - 8 CLERMONT-FERRAND. chef à trois étoiles. - Gayon, lieutenant à Roanne : Fam. Geille, dont un boulanger vers 1720, père chevron, deux étoiles et un lion. - Vingt et un d'un médecin, maçon et cabaliste : une fasce à Gayot : comme à Paris. - 0 ANJOU. - Le Gay, fam. trois étoiles; une épée posée en barre au chef, lame bgse anc. : trois quintefeuilles. - • TOURAINE. passée dans l'anneau d'un serpent; et un chevron Gay : un geai. - 0 POITOU. - Gay : chevron et en pointe.*- 8 PÉRIGORD. - Gélas, fam. dont un trois chausse-trappes. - 0 LIMOUSIN. - Fam. gouverneur de Bergerac, 161 s. : un lion couronné Gay, dont Gay-Lussac. - 0 SENLIS. - 188 s. Gayant, d'or. - 8 BRETAGNE. - Gellie : un compas. Devise : avocat : trois marteaux. - 0 PROVENCE. - Gay, signat iter. fam. anc. de Poligny près de Salins : deux chev., deux étoiles, un croissant et une étoile. - Devise : GENDEBIEN. - Gent de bien : possesseur d'un «en tous temps Gay». bien comme chefdebien. Fam. de Belgique. GAZEL, GAZELLE, GAZEAU, GAZILLE, GAZON. GENDRE, GENDRON, GENDROZ, GENDRY, GINDRE, LEGENDRE, LE GENDRE. - Gendre. Prénom? En Languedoc : désigne le chevreau; fantasque, Limousin. - 0 PARIS. - Gazille, écuyer : 8 PARIS. - Outre deux fam. Le Gendre, considératrois guidons d'or. - Gazon, conseiller : trois aigletbles, l'une parisienne dep. le début du 168 s. tes. - 208 s. fam. notable Gazel, devenue G. de la au moins, bgse et commerçante, des anob. 178 s.; Contrie. - 0 LYON. - Gazelle, Gazelles, écuyer : une alliances Pajot, de Chaulnes, etc. : une fasce et trois fasce et trois étoiles. - • MARSEILLE. - Gazelle, bustes de pucelle. - Cette fam. comprenait, vers marchand : une gazelle courant, trois étoiles en 1696, plusieurs nobles personnages et un épicier, chef. - 0 NANTES. - Gazeau : une aigle de sable. - tous portant même blason. - Autre fam. Le Gendre, Gazet : trois grenouilles. - 0 POITOU. - Gazeau : Lyonnaise, enrichie dans la finance, anob. 1694; chevron et trois trèfles. - a GUYENNE. - Gazailhau : alliances Gervais, du Plessis, etc. : chevron, deux chevron et trois flambeaux; chef à trois croisettes. - étoiles et une levrette. - Gendron, marchand bgs Devise : Ardens et Lucens. de Paris : un geai sur une montagne. - Gendron, GEAI, LEGEAI, LEJAY. - Geai. Sobriquet. greffier ; un phénix sur son bucher, regardant 0 PARIS. - Fam. Le Jay, anc. 148 s. et autres fam. le soleil. - Le Gendre, capitaine de grenadier au de robe (ou parenté de la 1 plus. notables et régiment de Picardie ; trois cyprès soutenus de trois croissants; trois étoiles en chef. - Le Gendre, ferillustres magistrats : une aigle d'or contournée, regardant un soleil, et trois aiglettes. - René LeJay, mier général ; une bande dentelée à trois abeilles. intéressé dans les affaires du roi : cœur soutenu Le Gendre, professeur de droit : une fasce, trois d'un croissant, et trois trèfles en chef. - 0 POITOU. - étoiles et un sanglier. - Le Gendre, chirurgien : Fam. Le Jay ou Le Geay : chevron, un geai, un deux mains apaumées, chargées chacune d'un œil; croissant et un pin. Dont un évêque de Cahors chef ; deux épis passés et repassés en sautoir, 1693. - 0 LIMOUSIN. - Geay : chevron, deux leur tête adossée. - Le Gendre, agent de banque : un chevron, trois croissants mal ordonnés et une molettes et un geai. GEFFROY, GEFROTIN, GEFFLOT, GEFFRENEAU, foi. - Le Gendre, chanoine : deux plumes à écrire, GEOFFRIN, GEOFFROY. - Prénoms et dérivés. - en sautoir; couronne de laurier en chef. - Le Gendre, 0 PARIS. - Gefrotin, épicier : semé de besants. - mouleur de bois : un cœur et trois roses. - Le GenMarie Geffreneau, bgse de Fontainebleau, dre, conseiller ; coupé : deux poissons posés en veuve Peponet : un cerf d'or, chef à trois clous. - fasce l'un sur l'autre, et : une branche de trois Geoffrin, greffrier et G. intéressé dans les affai- roses. - 8 LYON. - Gendre, contrôleur à SaintÉtienne : une fasce et trois bustes de pucelle res du roi : un lion dragonné, entortillant du bout de la queue une aigle. - Fam. illustrée par Mme (comme Le Gendre). - Geindre et Gindre sont Geoffrin née Rodet. - Geoffroy, chapelier : une d'horribles formes patoisantes de ce nom. aigle à deux têtes chargée d'une croisette. - Geof- 8 MARSEILLE. - Legendre, écuyer : chevron, froy, bgs de Paris : un triangle renversé à une om- deux molettes et un massacre de cerf. - 8 BRETAbre de soleil. - Geoffroy, apothicaire (personnage GNE. - Le Gendre (en breton : Le Guèvrer) : quinze célèbre en son temps), épicier, échevin et consul : larmes. - Gendron : d'azur au franc quartier d'or. une tour donjonnée de trois pièces. - 0 LYON. - Gendrot ; croissant et trois roses. - 8 MAINE. Geoffroy ou Geoffray, marchand bgs : un geai au 188 s. : fam. Gendry. - 8 SAVOIE. - Fam. Gendroz. naturel, et deux plumes de paon; et deux roses mouGENET, GENEST, GENESTE, GENARD, GENAY, vantes d'une tige. - e MARSEILLE. - Geoffroy, GENOT, GENOUD. - Prénom (saint Genest) et chirurgien des galères : un geai sur un mont, et un surnom : genêt. - 8 PARIS. - Genest, procureur : arbre; le tout sur une mer. - Geoffroy, bgs : tranun cheval passant et trois étoiles. (Fam. bgse de ché. - Geoffroy, droguiste : une foi, un croissant, robe). - Genest, substitut du procureur (fils du préet trois étoiles en chef. - 0 BRETAGNE. - Gefflot cédent : trois genêts. - Geneste : chevron et trois

genettes. - Genestet : cœur ailé, soutenu d'un croissant. - Genet, procureur : chevron, deux étoiles et un genêt. - Genoud, conseiller; fam. lyonnaise un anob. 1616 : trois bandes ondées. 0 LYON. - Marie Genet, veuve Serre : un genêt terrassé : chef échiqueté. Genay : chevron à la pomme de pin. - 0 MONTÉLIMAR. - Fam. Genoud, bgse, devenue : de Genoude, 19 s. - 0 PICARDIE. Fam. Genard. - 0 PÉRIGORD. - Geneste : trois hérissons et un arbre. - 0 BOURGOGNE. - Fam. Genot, à Nolay, 158 s., bgse, un anob. : trois quintefeuilles. GENEVOIS, GENEVOIX, GENEVEY. - Originaire de Genève. - 0 LYON. - Genevay, chevalier : trois chevrons d'or. - Genevey, échevin : trois étoiles en pal, accostées de deux rameaux d'olivier. - • BOURGOGNE. - Genevois : une fasce. GÉNIN. - Diminutifd'Eugène. Lorraine. GENSE, GENCE, GENTIEN. - Prénom (saint Gence, Limousin). - 0 PARIS. - Gense, huissier au Parlement : chevron, deux étoiles et un lion. - Gentet, curé d'Etigny (Sens) : cœur percé de deux épées en sautoir. - Gentien (1369, par concession de Philippe Le Bel), fam. essaimée en Anjou, marquis d'Erigné 1687 : trois fasces vivrées, bande fleurdelisée brochante. - 0 POITOU. - Gentet : trois merlettes. GENTIL, GENTILHOMME, LE GENTILHOMME, GENTY. - Bien élevé (gentleman!). - 0 PARIS. Gentil, avocat : fasce à la rose. - Gentil, bgs de Paris : chevron, et trois étoiles. - Gentil, procureur : une cuirasse, une épée et un casque; chef à un croissant et deux étoiles. - M de Gentils : chevron, trois roues de Sainte-Catherine, et une épée, en pal, brochante. - Gentilhomme, veuve Duret : bande à trois casques. - 0 BERRI. - Gentil, Gentilz : une croix ancrée. - 0 BRETAGNE. - Gentil, ou Le Gentil, anc. fam. noble ; un serpent ailé; baron 198 s. - Gentil à Rennes : fasce et trois coquilles. Gentilhomme, fam. du Nantais, dont un page de Gaston d'Orléans : parti ; 1, un lion : 2, coupé, trois billettes; fascé. - La branche connue de cette fam. a abandonné son nom pour celui de «de l'Espine». 0 NORMANDIE. - Gentil, fam. anc. nob.; comme en Bretagne : fasce et trois coquilles. - Gentil, autre fam. : un dragon volant. - • FRANCHE-COMTÉ. Début 198 s. Genty, famille de pharmaciens à Lure. - • GENES. - Gentile ou Gentil, famille essaimée en France : échiqueté à cinq points équipollants à quatre autres. GEORGE, GEORGIN, GORGE. - Prénom et dérivés. - 0 PARIS. - Gorge, banquier : écartelé; 1 : un croissant contourné; 2 et 3 : trois étoiles; 4 : un agneau pascal. - Gorge, marchand, bgs de Paris; coupé : 1; une lune en croissant et un agneau pascal sur une terrasse; 3; trois étoiles. - Gorge, fam. originaire de Bretagne, venue à Paris au 171 s., alliée aux Estampes et Béthune-Charost, anob. 178 s., dont le sgr d'Entraigues, grand chambrier : un chev. et trois tours. - Georgin, procureur à Metz : un écureuil tenant une noix sur une terrasse. - • MARSEILLE. - George : une fasce, trois chaussetrapes et trois merlettes. - 0 BRETAGNE. - Georgelin : un chef d'or à trois épées. - Georget : deux épées en sautoir. - 0 LORRAINE. - Georges : une fasce au croissant et à deux croix pattées, et trois abeilles. - Georgin ; un écureuil sur un tertre et quatre larmes en chef. - 0 NORMANDIE. - Georges, fam. anc. : trois besants. GÉRARD. - Prénom. - • PARIS. - Gérard, chev. comte de Saint-Paul : une bande échiq. de trois traits. - Gérard, avocat : une fasce, ch. de trois chev. couchés et acc. de trois roses. - Gérard, procureur au Châtelet ; une foi en abîme, trois étoiles et un

cœur. - 0 LYON. - Gérard, marchand bgs : une bande, ch. de trois abeilles acc. en p. de deux fleurs dites girardes. - Gérard, bgs : un geai acc. de trois arcs, les deux au chef en pal et celui de la p. couché. - 0 MARSEILLE. - Gérard, enseigne d'une des galères du roi : une fasce, ch. de trois chev. acc. de trois roses. - Gérard, avocat à Aix : une grue avec sa vigilance, surm. d'une étoile. - Gérard, marchand : un arc en fasce, acc. d'une étoile et d'un croissant. • CHAMPAGNE, BOURGOGNE, LORRAINE. Gérard, fam. anc. 138 s.; certains rameaux ont obtenu l'état noble; d'autres ont vécu bourgeoisement. Le baron Gérard, peintre célèbre, appartenait à cette illustre fam. GÉRARDIN. - Dim. de Gérard. - • LORRAINE. Gérardin : une croix cant. de deux têtes de lion, un chien passant et un bâton. GERENTON, GIRENTON. - Fam. anc. de Dauphiné, puis Carpentras au 148s. GERMAIN. - Prénom. - 0 PARIS. - Germain, avocat au Parlement : trois canettes, trois étoiles en chef. - Germain, contrôleur des rentes à l'Hôtel de Ville : un chevron, un croissant et deux étoiles en chef. - Germain, procureur au Châtelet : un arbre. - Germain, secrétaire du roi : une fasce chargée de trois losanges, une étoile, un besant et deux épis, et une rose en chef. - Germain, bgs de Paris ; un chevron et trois têtes de chérubins. - Jeanne Germain d'Héricourt : semé de croisettes, deux fasces, l'une chargée de trois merlettes, l'autre de trois fleurs de lis. - 0 LYON. - Germain, marchand : six marguerites et deux croissants. - Germain, sacristain : un chevron chargé d'une molette. - 0 MARSEILLE. - Germain, marchand : une croix fleuronnée. - • SENLIS. - Germain : une rencontre de cerf, et trois croisettes. - Germain : chevron surmonté d'une étoile, et trois tours. - 0 LIMOUSIN. Fam. Germain : trois tours. - 0 NORMANDIE. Germain, fam. anc. : un chevron, trois besants. Germain : une fleurdelis. - 0 BOURGOGNE. Germain, fam. anc. à Chalon, Nevers. 148 s. : un évêque de Nevers : chevron et trois étoiles. GERMOND, GERMONT, GERMON, GERMONNEAU. - Anc. prénom d'origine germanique. - 0 PARIS. - Germond, auditeur à la chambre des comptes : un chevron, un mont et deux étoiles. Germont, secrétaire de conseiller : une bande chargée de trois monts. - Germon, chanoine de Beauvais : trois épis de blé. - Germont, prêtre : une croix du calvaire et les instruments de la passion sur une terrasse. - 0 OUEST. - Fam. et lieux Germon, Germond. GERVAIS, GERVAISEAUD, GERVAISE, GERVIER, GERVAIN. - Prénom et dérivés. - 0 PARIS. - Gervais : deux gerbes. - Gervais, bgs de Paris : trois annelets. - Gervais, bgs de Paris : trois arbres sur une terrasse, trois étoiles en chef. Gervais, procureur : une bande chargée d'un renard, et trois étoiles en chef. - Gervais, chirurgien : un chevron surmonté d'une flamme, deux abeilles et un oiseau tenant un rameau dans son bec. - Gervaise : trois épées. - Gervaiseau, vve Bondin : losangé. - Gervais, cons. : un chevron et une étoile, deux étoiles en chef. - Gervais, cons. : deux fasces et une rose. - 0 LYON. - Gervais, pâtissier : trois gerbes. - 0 BORDEAUX. - Fam. Gervain : chevron et trois gerbes. - 0 SAINT-MALO. - Gervais, un anob. 15 s. : un pin, une chouette et un crapaud. 0 NANTES. - Gervier : une fleur de lis. - • AGENAIS. - Gervais, fam. anc. : un chevron, trois roses. GIBIER, GIBELIN. - Prénom d'orig. germanique : Gib, hari : donner, armée. - Gibelin, anc. fr. : farouche. - 0 PARIS. - Gibier, écuyer : trois aiglettes. Gibier, sgr de Subligny : un lièvre et deux perdrix. -

0 DAUPHINÉ. - Guibier, ou Gueybier, fam. bgse, essaimée à Paris, 18e s. GICQUEL. - Contraction de Jézéquel, formepopulaire de Judicaël, roi breton, 68 s. - 0 BRETAGNE. Nombreuses branches. - Gicquel'"est le nom de la fam. de Kerérel. - Gicquel : chevron à cinq coquilles; et trois quintefeuilles. - Variante : fasce; trois quintefeuilles. - Un débouté 1669, un ministre de la Marine, etc. - Il y a des Gicquel des Touches, qui sont comtes du pape, et ce qui est plus rare, marquis de Nodo (?). GIDE. - Gilles, Midi. - Rameaux à Saint-Tropez et Haute-Provence. - Fam. protestante à Montpellier. GIFFOND. - Joufflu. - • PARIS. - Giffond, écuyer : trois fasces ondées, bande brochant sur trois lions. - 0 NORMANDIE, BRETAGNE, ANJOU. - Giffard, anc. anob. : une fasce et deux étoiles; 148 s., dont un croisé 1248. - 17 s. à Nantes : croix engrelée et quatre lionceaux. - Rameau protestant à Angers, alliance Blanche. GIGOT, GIGON, GIGAULT, GIGAT, GIGOU, GIGOUNOUX. - Gigot, gigue; jambe; celui qui gambade. - 0 PARIS. - Gigault, fam. de l'Ouest : chevron et trois losanges (ou macles). - Marquis de Bellefonds. - Gigot ; un gigot de mouton. - 0 LYON. - Gigat, chanoine : une fasce et trois losanges. 0 POITOU. - Fam. Gigou, branche anob. 1583, conditions diverses : trois cygnes, ou encore : chevron et trois cigognes. - • SUD-OUEST. Gigounoux : écu parti, fasce haussée brochante. 0 LANGUEDOC. - Fam. Gigot à Montpellier, dont un chirurgien anob. par Louis XV: une bande à trois poires. - 0 SAUMUR. - Fam. Gigault, bateliers de Loire et magistrats, 17e et 188 s.; alliances : Guillon, Guéniveau, Falloux, Besnard (même origine qu'à Paris?) : une bande de sable. - 0 BRETAGNE. - Gigon : une macle et quatre feuilles de vigne. - • BOURGOGNE. - 168 s. à Dijon, trois frères Gigot, dont nombreuse postérité, bgsie de robe et autre, débouté 1669 : chevron et trois étoiles. GILBERT, GILEBERT, GIBERT. - Prénom d'origine germanique, très ancien. - 0 PARIS. - Gilbert, greffier : ses initiales, trois étoiles et un croissant en chef. - Gilbert, cons. secrétaire du roi : un chevron, une colombe tenant un rameau d'olivier, et une levrette assise. - Gilbert : un chevron, deux étoiles et un croissant en chef. - Gilbert, bgs de Paris : parti : un chevron et trois étoiles, en chef, 2 : un lion surmonté d'une étoile. - Gilbert, chanoine du sépulcre : armes de Chalo-Saint-Mars (voir article Boucher). - Gilbert, dont les Gilbert de Voisins : une croix engrelée, quatre croissants. - Fam. de Paris ou de Franche-Comté, branche anoblie, 188 s. 0 LYON. - Gilbert, marchand bgs de Villefranche ; deux bandes. - Gilbert, commissaire des poudres et salpêtres : un lion, trois tournés en chef. - 0 MARSEILLE. - Gibert, garde-magasin des vivres des galères ; un arbre sur une terrasse et un geai au sommet d'un arbre. - 0 BRETAGNE. - Gilbert, 15" s. : trois trèfles. - 0 POITOU. - Gilbert ; chevron, deux étoiles et une tortue, et aussi : une aigle à deux têtes. GILLES, GILET, GILLET, GILLOT, GILLEBERT, GILLABERT, GILLIER, GILIER, GILLY. - Prénom et dérivés. - 0 PARIS. - Gilier, marquis de Clérambaut : un chevron et trois macles. - Gillabert, procureur : un cerf rampant contre une montagne. - Gilles : trois têtes de grue. - Gilles : chouan-léger de la garde du roi : une aigle et un lion. - Gilles, médecin : un chevron et trois roses. - Gillet, apothicaire : un cerf courant sur une terrasse. - Gillet, procureur ; trois cerfs passant. - Gillet, avocat : une palme en pal, un croissant, deux étoiles en chef. - Gillet, marchand : un croissant, une vache, trois étoiles en chef. -

Gillier, trésorier : deux clés adossées, chacune surmontée d'une étoile. - Gillot, cons. : une aigle, trois étoiles en chef. - Gillot, dame de Genvris : trois épées en pal, la fasce en devise brochante, sur le tout. - Gillot, prêtre, fam. de l'Ouest : trois papillons. - Gilly, major de Besançon : un chevron et trois aiglettes. - Gillet, officier du roi : un chevron, un gobelet à deux anses, deux étoiles en chef. - Gillet, curé : trois merlettes, une croix en chef. - Gillotte, cons. : un trèfle, un chevron et trois fuseaux. - 0 LYON. - Gillet, marchand : un croissant surmonté d'une étoile. - Gillet, confiseur : un cerf courant. Gillet, avocat : un chevron chargé d'une coquille. Gillier, marchand bgs de Saint-Chamond : un chevron chargé d'un cœur. - 0 MARSEILLE. - Gilles : une fleur de lis. - Gilles, bgs de Marseille : parti : une croix dentelée brochant sur le tout, chargée d'un losange et d'une fleur de lis. - Gillet, commis de la marine : un casque ouvert de trois grilles en fasce. - Gilly, marchand : un chevron, deux lions affrontés, rampant contre un lis mouvant, d'une motte, deux étoiles en chef. - 0 BRETAGNE. Outre les Gillot à trois papillons : Gillet, fam. bgse : cinq coquilles en croix, bordure cannelée. - Gilart ou Gillart, déboutés 1669 : un sphinx ailé : chef à trois hermirffes. - 0 MAINE. - Gilart, fam. anc. nob. : deux clés en sautoir. Devise ; «et pour et contre ». 0 NORMANDIE. - Gillebert, fam. anc. : une croix engrelée et quatre croissants. - • SUD-OUEST. Gillot : une aigle enserrant un serpent. - e FLANDRE. - Gilet, 158 s. - 0 LORRAINE. - Gilet, 16" s., un an. 1538 : une croix pattée. - 0 BOURGOGNE, FRANCHE-COMTÉ. - Gillet, fam. de robe : une croix tréflée et quatre molettes. - Gilley, fam. anc. de Salins, dont des barons de Franquemont : un arbre. - • DAUPHINÉ. - Gillier, fam. anc. GILSON. - Fils de Gilles? ou Gilleson, diminutif. 0 CHAMPAGNE, LORRAINE. - Gilson, fam. anc., un anob. 1667 : un lion; chef à trois roses. GIMPET. - Alsace : bouvreuil : sobriquet d'une personne qui chante. GINET, GINON, GINESTE. - Dérivés d'Eugène. Ginet : Savoie. - 0 PARIS. - Gineste, cons. au Châtelet ; un chevron, deux croisettes et un genêt. Gineste, chanoine : un chevron, deux croisettes, un genêt sur un tertre, et une croix et quatre fleurs de lis. - Gineston, porte-arquebuse de Monsieur, frère unique du roi : un lion, deux Mgothiques entrelacés. - 0 MARSEILLE. - Ginys, bénéficier à la Major : une aigle, une croisette en chef. GINGEMBRE. - Sobriquet : épicier. GINZBURG, GINTZBURG. - Alsace : ginst : genêt : château des genêts. - Fam. juive considérable de ce nom; russe. -Alliance Gramont. GIONE. - Fam. nob. de Gênes. GIORDAN,GIORDANI. - Nice. GIOVANNI. - Corse : Jean. GIRARD, GIRART. - Ancien prénom, souvent confondu avec Gérard, bien représenté aujourd'hui, puisqu'il y en a presque cinq cents abonnés au téléphone, à Paris 1969. - Un des plus vieux noms de France. - 0 A LA ' RMORIAL DE PARIS. - Dix-huit Girard. - Dont les Girard, comtes de Villetaneuse, depuis 1652, qui portent des léopards en veux-tu en voilà, avec des écartelures somptueuses, dont la description prendrait trois pages. Ces Girard de Villetaneuse avaient connu une grande fortune, mariant une de leurs filles au duc de Villars, ce qui n'empêche pas Saint-Simon de traiter M de Villetaneuse, née de Sève, de vieille bourgeoise, fort riche. Elle était sœur de la duchesse de Brancas. Ces Girard sont Poitevins : leur vrai blason : losangé. - Les autres Girard de l'armorial sont : Antoine Girard, prêtre, docteur en Sorbonne, qui porte : un

carquois acc. de trois flèches. - François Girard, avocat : un mouton, et trois marguerites sous un palmier. - Jacques Philippe de Girard, chevalier : un chevron acc. de trois croix. - Jean Girard, marchand de vins, bourgeois de Paris : un chevron acc. de trois molettes; chef à trois étoiles. - Pierre Girard, écuyer, sieur des Bergeries, porte le blason des Girard de la ville de Bourges, sur lesquels nous reviendrons. Pierre Girard, avocat : un carquois acc. de trois arcs. - Pierre Girard, marchand, bourgeois de Paris : un chêne surmonté d'un geai. - Pierre Girard, le jeune, procureur : losangé d'argent et de gueules. 0 LYON. - Onze Girard, dont : Jacques de Girard, écuyer : trois épis, chef chargé de trois roses. Pierre de Girard, écuyer, ancien capitaine de dragons : de même. - Léonard Girard (Roanne), juge de Boin : une fasce chargée de trois roses. - Barthélemy Girard, président ès cour de Lyon : un chevron chargé d'une coquille. - N. Girard, procureur en la justice de Vendrange en Beaujolais : chevron chargé d'un trèfle. - 0 MARSEILLE. - André Girard, notaire royal, apostolique : trois tours, celle du milieu plus élevée, sommée d'un léopard (encore des léopards). - Jacques Girard, marchand magasinier : une fasce chargée de trois chevrons couchés, acc. de trois roses. - • MONTEREAU (Seine-et-Marne). - Denis Girard, curé de Fontenailles : un chevron acc. de trois croix mal ordonnées, et d'un cor. - • ROZAYEN-BRIE. - François Girard, curé de Grandpuis : deux bourdons passés en sautoir, acc. de quatre coquilles. - 0 BOURGES. - Ces Girard sont la source d'un grand nombre de Girard d'aujourd'hui. Leur blason est : deux colonnes tortillées, en chevron (plus pour les cadets : trois larmes). - Ces Girard ont essaimé en Berry, à Bourges, Issoudun, en Savoie, à Lausanne, Berne, Genève, etc. Ils sont issus de : Julien Girard, sieur de Dierry et de Bergeries, mort à Bourges en 1461. Il eut huit enfants, dont Jean, l'aîné, échevin de Bourges, marié à Colette Le Roy, dont il eut six enfants, parmi lesquels Jean Girard II, échevin de Bourges, 15291530, marié à Guyonne de Cucharmois, morte à Genève en 1567, ayant emmené avec elle plusieurs de ses enfants. De ce mariage douze enfants, dont Jean l'aîné, et Simon, auteur d'une branche. Ce Jean l'aîné, Jean Girard III, marié à Marguerite Tribolet, puis à Jeanne de Vulcob, eut cinq enfants. et ainsi de suite, cette famille Girard, pendant de nombreuses générations, eut un grand nombre d'enfants, répandus à travers la France et la Suisse, tant protestants que catholiques. - Voici les alliances qu'ils ont contractées, jusqu'au 171 s. : Coquillard, Charrier, Demours, Sardé, Gaillard, d'Orléans, Poirier, Amy, tous Berrichons, sauf erreur. Puis : Dubois, Pastoureau (de Poitou et Paris), Seurrat (ou Seurat), Tremblay (de Genève), de Burgk (d'Allemagne), Varre (d'Italie?), Berthomier, de Baugy, Le Bègue, de Bonnault, Foucault, Baucheton, de Mergeries, Phénion, Tabouet, Curault (d'Issoudun?), Agobert (d'Issoudun?), de la Châtre, Guillet, Chauveton, de Valenciennes, Perrotin (d'Issoudun), Millier, Betoulat, Lipparin, Séguier, Le Sueur. - 0 DANS L'OUEST. - Jean Girard, citoyen de Poitiers, en 1259. - Perrin Girard, devait une rente, en 1350, à Joué (Maine-et-Loire). Paulin Girard, bourgeois de Poitiers, 1522. - Une famille bourgeoise Girard, à Loudun et Saumur, pendant plusieurs siècles. Une autre à Poitiers. Hugues Girard, chevalier, début 158 s., portait : trois chevrons d'or, champ d'azur. De ces armes une nombreuse famille noble, connue depuis 1339, dont quatre branches principales, portant ou non des noms de terres. On ignore la destinée, par exemple, des enfants de Pierre Girard, écuyer,

seigneur des Loges, maintenu noble en 1715. Il vivait à Poitiers, ou Saint-Vincent-la-Châtre, (Vienne). D'autres de cette famille, seigneurs du Pinier, de Puy-Marteau, etc., sans doute protestants se sont laissés disparaître prudemment, dans les Deux-Sèvres, et ont perdu les privilèges de la noblesse, comme tant d'autres. - On connaît encore une famille noble Girard, en Poitou, celle des seigneurs de Pindray, dits marquis de Pindray. Ces derniers portent un écu aux fleurs de lis, qui est de gentilshommes verriers, dont ils sont issus par les femmes. - En Auvergne, des Girard portaient le carquois et les trois arcs, comme Pierre Girard, avocat à Paris, issu de ces Auvergnats. Le plus beau blason Girard, et sans doute des plus anciens, est : d'azur à un écusson gironné d'or et de gueules. Louis Girard, procureur à Poitiers, 1700, recut : d'or à une bande d'azur, ce qui est parfait. - En Vendée, très ancienne famille Girard, de bourgeoisie; issue de Charles, greffier à Mouchamps, époux de Anne Suzenet, dont une descendance connue pendant plus de quatre générations, et alliée aux Clemenceau. - AThouars, Girard porte un blason à la rose, surmontée d'un lambel de cadet. Ce sont des procureurs et des apothicaires. Quatre branches répertoriées, plus les autres. - En Bretagne, en pays Nantais, au moins deux familles Girard, parentes entre elles, on ne sait comment, on les trouve aussi dites Gérard : portant un lion couronné. - Autres Girard bretons, évêché de SaintMalo, bourgeois : un chêne, au pal brochant. En Dauphiné, Girard, bourgeois, portent : une tour, accostée d'un lion et d'un croissant. - Enfin, en Champagne et en Bourgogne, des Girard, venus de Paris : une licorne, ou trois bandes. - Des Girardin, de Chalon-sur-Saône : gironné. - Et des Girardin, fam. anc. dont les marquis de Girardin : trois têtes de corbeau. GIRAUD, GIRAULD, GIROD, GIROT. - Ancien prénom, dont les formes en -ault et -eau sont de l'Ouest de Paris, au sud de la Normandie; en -aud, vers le Centre-Midi, et en -et, à l'Est : Bourgogne, et Champagne, en -ot, de la Franche-Comté (en principe). - 0 PARIS. - Anne Giraud, femme de Guillaume Doé, et Antoine Giraud, écuyer : un chevron acc. de trois clous de girofle. - Charles Giraud, secrétaire, conseiller : gironné d'argent et d'azur, chef chargé d'un croissant et de deux étoiles. Philippe Giraud, prêtre, docteur en théologie : une main tenant un rosier. - Feu Georges Girault, écuyer, époux d'Anne de Vaissière : un mors de cheval, bordure dentelée. - Jean-Baptiste Girault, marchand bourgeois de Paris ; un chevron surmonté d'un geai et de deux étoiles, et un agneau pascal en pointe. - 0 LYON. - Dix Giraud, dont : Joseph Giraud, chanoine de Saint-Dizier, porte comme feu Georges, à Paris. - Jean-Baptiste Giraud, baron de Montbellet, en Mâconnais, de même; ainsi que Jean Giraud, ancien échevin, époux de Jeanne Hessler. - Pierre Giraud, bourgeois de Lyon : trois girouettes et un croissant. - Pierre Giraud, au bailliage de Montbrison, procureur : gironné, comme Charles, à Paris. - Ainsi se regroupent déjà deux familles Giraud, représentées tant à Lyon qu'à Paris : les Giraud au mors de cheval, et les Giraud au gironné. - 0 MARSEILLE. - Six Giraud : Antoine Giraud, curé de Saint-Laurent : deux trangles appointées en fasce, acc. de trois étoiles et d'un cœur. - Barthélemy Giraud, marchand mercier : un pal accosté de deux têtes de lévrier. - Jean-Claude Giraud, hôte du logis de Smyrne : un colombier sommé d'une colombe, accosté de deux palmes. Claude Giraud, bourgeois : un chevron, un croissant, deux étoiles et un cœur. - Pierre Giraud, capi-

taine : gironné d'argent et sinople (parent des autres au gironné?). - 0 TOURAINE. - Girault, porte : un chevron acc. de deux étoiles et d'une rose. - Francois Girault était trésorier de France à Tours, au 18 s. - 0 DANS L'OUEST. - On trouve des Giraud, portant une fasce acc. de trois croissants, en Bretagne, au 168 s. tandis qu'un maire de Poitiers, vers 1400, portait gironné, et coupé : au croissant. 0 POITOU. - Les Giraud et Girault sont extrêmement nombreux, et de toutes conditions sociales. 0 COGNAC. - Les Giraud, nobles, en 1498, portaient une fasce acc. de trois coquilles. - • BRETAGNE. - Des Girault, bretons : trois sangliers d'argent. - Des Giraud, à Dinan : trois têtes de loup, peut-être venus de Provence. - Les Girod de l'Ain, comme leur nom l'indique, sont de l'Ain. - 0 BERGERAC. - Une vieille famille bourgeoise Giraud, de marchands : trois pals. - Jean-Louis Girod a été fait baron en 1809. - 0 SAINTONGE. - Giraud, fam. anc. de Rochefort-sur-Mer, essaimée en Amérique et aux Antilles. - 0 PROVENCE. - Giraud, orig. de Toulon et Hyères : trois bandes, l'une à trois têtes de loup. - Giraud, orig. d'Arles : une fasce et trois têtes de loup. GIRY. - Gille (Midi), Nord : orig. germanique. • LYON. - Giry, écuyer : un sautoir. - Giry, vve Pratlong : un chevron, trois trèfles et un sautoir. GIUDICELLI. - Corse. - Sobriquet : petits juges. GIVENCHY. - Lieu. - Pas-de-Calais. GIVES, ou GYVES. - Fam. considérable d'Orléans, anc. établie à Paris, des anob. : chevron chargé de cinq annelets (alliance Blanche 168 s.). GIVRY. - Champagne, Bourgogne. - Lieu. - • PARIS. - Givry, anc. enseigne des gardes du corps du roi : trois quintefeuilles. GLANDON, GLANDY, GLANDEVÈS, GLANDEVEZ. - Lieu; de glandée : là où les porcs mangent les glands. - 0 provence; - Glandevez, anc. maison nob. dont le vrai nom est Feraud (avant 1235) : trois fasces. GLAPION. - a NORMANDIE. - Glapion, fam. anc. : trois fasces et bordure. GLASSER. - Alsace : nom de métier : vitrier. GLEIZE, GLEYZE. - Gleize : glaise, argile (Nord); église (Sud). - e MARSEILLE. - Gleize, marchand : une église. GLORIEUX. - Nord et Centre : celui qui se glorifie. - 0 FLANDRE. - Glorieux, fam. de Tournai 14" s., puis de Cambrai : une fasce, trois chérubins et un lièvre. GLUCK. - Alsace : bonheur, c.a.d. homme heureux. - 0 PARIS. - Glucq, fam. originaire de Hollande, gde bourgeoisie, dont Jean, célèbre maître teinturier, directeur de la manufacture des Gobelins : un lion rampant. GOBELIN. - Gobelet anc. fr. - 0 PARIS. - Gobelin, famille de teinturiers célèbres du faubourg SaintMarcel, bourgeoisie de Paris depuis le 151 s., anoblie au 16" s., dont les comtes d'Offémont : chevron, deux étoiles et demi-vol. - Alliée à un nombre considérable de familles; une grande partie de l'ancienne société parisienne descend des Gobelin. GOBERT, GOBIN, GOBINEAU, GOBEREAU, GOBERON, GOBILLON. - Voir aussi Gaubert. Prénom d'origine germanique et dérivés. - • PARIS. - Gobereau, procureur : trois quintefeuilles. Goberon, chirurgien : trois têtes de loup et un croissant. - Gobert, bourgeois de Paris : une bande et deux lions de l'un en l'autre. - Gobert, intendant du prince de Lorraine : un chevron surmonté d'un soleil, deux poires et la cuve de Dagobert. Gobillon, docteur en Sorbonne : un arbre sur une terrasse et un cerf passant. - Gobin, coureur de vin de Monsieur : un chevron, un croissant et trois

roses. - Gobin, architecte, bourgeois de Paris : un tronc à deux branches chargé de trois croissants entrelacés, une étoile en chef. - Gobert, curé : trois gobelets. - Gobert, chanoine : une croix échiquetée et quatre coqs. - Gobineau, fam. bgse, dont le littérateur, se disant comte. GOBET, GOBBE, GOBBET. - Surnom : qui «se gobe»?. - 0 PARIS. - Gobbé, avocat au Parlement : une guivre en pal, chef au chien passant. - Gobbet, marchand pelletier, bourgeois de Paris : une fasce et trois gobelets. - 0 BRETAGNE. - Gobhé : une aigle. Débouté 1669. GODART, GAUDART. - Prénom d'origine germanique. - 0 PARIS. - Gaudart, fam. connue depuis le 168 s., bourgeois de robe, anob. 168 s., dont un conseiller au Parlement : une bande chargée de trois défenses de sanglier. - Godart, huissier du chambellan du roi : trois coquilles en pal parti à trois faces et trois maillets couchés. - a BRETAGNE.- Godard Godart, un anob. 1549 : une croix fleurdelisée et quatre roses. GODEFROI, GODEFROY, GODEFFROY, GAUDEFROY. - Prénom d'origine germanique. 0 PARIS. - Godefroy, épouse Mercier : une tour crénelée, trois étoiles en chef. - Godefroy, avocat, écuyer : trois hures de sangliers. - Godefroy, épouse Charpentier : une main fermée tenant un épervier, deux étoiles et trois croissants. - Godefroy, vve Maurice : un cerf élancé sur une terrasse. - Godefroy, contrôleur des rentes de l'Hôtel de Ville : une croix, le pied ouvert en chevron terminé en ancre, un cœur et une foi. - Godeffroy, contrôleur du commissaire des guerres : un sabre et une hache en sautoir et quatre grenades de guerre. - Godeffroy, garde des livres de la Chambre des Comptes : trois bandes. - Godeffroy, vve de Baudain : trois pals, un lambel en Champagne. - 0 LYON.- Godefroy, chevalier, trésorier général : trois bandes. - Gaudefroy, épouse Turrin : idem. - 0 FLANDRE. - Godefroy, fam. importante, anc. : trois hures de sanglier. GODESCART. - 0 NORMANDIE. - Godescart, fam. anc. GODET, GODETS, GODY. - Dérivés de Godard, prénom. - 0 PARIS. - Godet : un chevron et trois pommes de pin. -' Godet : trois godets. - 0 NORMANDIE.- Godet, fam. anc. GODIN, GODON, GODILLOT, GODILLON. Godin : Sud-Sud-Ouest : prénom. - Godon : Anglais et prénom. - Godillot : de godille : surnom de batelier, Normandie, Picardie. - • PARIS. - Godillion, marchand boucher : trois rocs et ses initiales. Godin, anc. commissaire des guerres : les armes de Chalo-Saint-Mars. Voir articles «Boucher, Chartier », etc. - Godin : trois lis sur une terrasse surmontés de trois tourterelles. - Godot, visiteur à la douane : un chevron, deux roses et une ancre. Godinot, 1 commis des trésoriers généraux des bâtiments du roi : un chevron et trois cormorans. Gqdot, curé : trois gobets en bande. - 9 LYON. Godin : un lion, trois chardons en chef. - Godinot, bourgeois de Lyon : coupé à trois coqs. - 0 PICARDIE et EST de PARIS jusqu'en BOURGOGNE. Godot : un chevron, deux molettes et une ancre. 0 TOURAINE. - Godeau, dès le 14" s., nombreuses branches essaimées dans l'Ouest, dont le fameux évêque de Vence : quatre trèfles. GOETT,GOETZ.-Als.-Lor. dérivé de Gott, Dieu. GOFF (LE), GOFFIC (LE), GOFFURY. - Nom breton : forgeron. - 0 PARIS. - Goffury : un arbre, soutenu d'un croissant, bandé à deux croissants. - 0 BRETAGNE. - Le Goff : trois têtes de lévrier. - Le Goff Yves, anob. 1479 : un château. Devise : «Fidèle et sincère ».

ÇOHIER, GOHARD, GOHARY.- Gohier : prénom, attesté à Paris dès le 138 s.; habitant de la Goelle (pays au nord de Paris). - Gorlier - Gohorlier : métier (Picardie). - 0 PARIS. - Gohard, dixinier de Paris : une main droite tenant un pique en pal. - Gohier : un chevron surmonté d'un croissant et trois fers de flèches. - Gohory : une fasce chargée d'une hure de sanglier et trois étoiles. - Gohard, curé : un coq et deux bonnets carrés. - • BRETAGNE, ANJOU. Fam. Goheau : trois casques de profil, dont un écuyer 1371. GOILARD, GOUASLARD, GOISLARD, GOUALLARD. - Attesté à Paris 138 s., prénom. 0 PARIS. - Gouallard, procureur au Châtelet : une fasce surmontée d'un lion passant. - Goislard, fam. de robe, originaire de Beauce, venue à Paris 168 s., anob. au 17* s. : trois roses; dont les comtes de Monsabert. - Goislard, Goellard, etc., branches collatérales (?) restées beauceronnes, essaimées en Anjou et Bretagne : une fasce à une molette; deux croisettes pattées et un lion léopardé. - AAmboise : trois têtes de lion. GOLD, GOLDBERG, GOLDENBERG, GOLDENSCHMIDT. - A/s. : or : surnom d'orfèvre, et dérivés. GOMBERT, GOND, GONDINET, GONDAUD, GONFREVILLE, GONTARD, GONTIER,GONTAUT.Gombert (prénom d'orig. germanique) : Gundberpt : combat-brillant. - 0 PARIS. - Gombault, mesureur de charbon : un chevron et un boisseau. Gombault, marchand drapier : ses initiales entrelacées. - Gombault, écuyer ; une tour. - Gombert, de l'académie des Sciences : une croix à double traverse sur un mont. - Gomont, écuyer : un chevron, deux trèfles et une rose. - Gon, fam. origin. de Tours, march. puis financiers au 178 s., un anob. 178 s., dont les sgrs d'Argenlieu : une aigle s'envolant. - Gondot, avocat au Parlement : trois tasses. Gondouin, ou Gondoyin, avocat : deux mains en pal. - Gondy, duchesse de Lesdiguières : deux masses en sautoir. - Gontaud, sgrs de Biron : un écartelé. - Gontier, prêtre : deux chaînes en sautoir et quatre cœurs. - Gomont, doyen des gentilshommes ordinaires du roi; écart. : 1; un chevron, deux trèfles et une rose; 2; hermine; 3; trois massacres de cerf; 4; un lion. - Gonté, curé : semé de larmes. Gondrin, gentilhomme d'honneur de Monseigneur : marquis d'Antin. - Gontault, gentilhomme du roi : une aigle, trois tours en chef. - Gontaut, vve de Louvet : écartelé à trois fasces denchées. - 0 LYON. - Gonin, march. : deux enfants se tenant d'une main, de l'autre tenant un rameau. - Gontier : une fasce chargée d'une étoile et trois croissants. Gomband, march. teinturier de soie : une tour, deux lézards et une rose. - Gonon, prêtre : un oiseau, des rayons, une étoile et un croissant. - Gonnet, notaire : cinq palmes en fasce. - Gonin, bourg. de SaintRambert : un chevron, deux étoiles et un chien passant sur une terrasse. - Gonon, prêtre : un chevron chargé d'un rustre. - 0 CHARENTE. - Fam. Gondinet, notable, dont un médecin d'Anne d'Autriche, et un auteur dramatique 19 s. - Les Gondinet disent que Louis XIVserait un Gondinet... Allez-y voir! - 0 BRETAGNE. - Gombert, 1430 : fasce chargée d'un croissant, trois merlettes et trois mouchetures. - • SAINTONGE. - Gombaut : six pals. - 0 PÉRIGORD. - Gondon : une fasce, un cheval et deux étoiles. - Gounin, Gonnier ou Gonnin, anc. dynastie de verriers : chevron et trois fleurs de lis mal ordonnées, dont deux renversées. - 0 PROVENCE. - Gombert, fam. anc., alliance Grimaldi. GORCE, LA GORCE, GORSE, GORSSE. - Massif Central, Ouest. - Nom de lieu : haie d'épines. -

0 LYON. - Gorce, avocat au Parlement : deux chiens affrontés rampant. GORDON, GOURDON, GOURDANT, GOURDIN, GORD. - Gordon, nom d'immigrés écossais. Gourdon, nom de lieu; gourd, gourdins : surnoms? : gourde. - 0 PARIS. - Gourdant, avocat : trois calebasses de pèlerin. - Gourdin, trésorier de Monsieur : un lion tenant une massue. - Gourdon, écuyer : un chevron et trois calebasses. - Gourdon Huntly, sgr de Franchais (Ecosse) : trois hures de sanglier, écartelé à trois croissants dans un double trécheur fleurdelisé. - 0 NIVERNAIS. - On trouve une fam. Gourdon. - 0 LYON.- Gord, lieutenant de Chazelles : un chevron chargé d'un croissant. - • MARSEILLE. Gourdan, notaire : sept épis mouvants d'un croissant, surmonté de trois nuées, et deux souffles de vent sur les épis. GORET, GORETON, GORETIN, GORIOT, GAURET, GOURET, GOUREAU. - Goret : petit de la gore (truie), Sud et Sud-Ouest. - 0 PARIS. - Goureau, dont les sgrs de la Proustière : une aigle à deux têtes. - Gouret, marchand : une bande chargée d'une hure de sanglier, trois roses en chef. - Goret, marchand bourgeois de Paris ; une fasce et trois hures de sanglier. - Goret, commissaire des guerres : un sanglier passant, trois glands en chef. GORGIBUS. - Artois. - Sobriquet, latin de cuisine. GOSSART, GOSSELIN, GOSSIN, GOSSET, GOSSIAUX, GOSSE, GOSSEI. - Gossart : prénom d'orig. germanique et dérivés. - Gosselin (Normandie, Hainaut). - Gossin (Lorraine). - Gosset (Hainaut, Namur, Normandie). - Gossiaux, Gosse, Gossei (Hainaut). - Voir aussi Gaucelme, Gaussen. - • PARIS. - Gossen, vve Leroux : une fasce chargée d'une rose, deux coquilles et trois tourteaux. Gosselin : deux fasces ondées, un besan en chef. Gosselin : quatre fasces ondées, un vol en chef. Gosselin, bourg. de Paris : une fasce et trois pigeons. - Gosset : un chev. et un lion, trois étoiles en chef. - Gossin, épouse Chebron : un chev., deux étoiles et un croissant. - Gossart, curé ; trois pals; deux merlettes en chef. - Gosseau, épouse Gondin : une ancre sommée d'un oiseau, un soleil en chef. 0 ARTOIS. - Gosse : chev., deux papillons et un lion. - Anc. fam. de Lille 131 s., un baron 1824. - 0 NORMANDIE.- Gosselin, fam. anc. GOT, GOUT. - Prénom comme Gault. - • LYON.Got, march. bourg. : un moineau, trois étoiles en chef. - 0 GUYENNE. - Got, maison nob. chevaleresque (?) dont était le pape Clément V. GOUAUT, GOUAULT. - 0 CHAMPAGNE. Gouaut, Troyes 148 s. : trois grenades; chef à trois rosesG . OUDCHAUX, GODCHAUX. - De Gottschalk, a/s., ancien prénom germanique : serviteur de Dieu (Abdullah!). GOUET. - De goë : serpe. GOUFFIER..- De Goffard, prénom germanique. • PARIS. - Gouffier, fam. considérable, dont le marquis d'Helly, colonel de cavalerie, alliance Montmorency : trois prunelles. GOUGENHEIN.- NomjuifenAls.-Lor. GOUGNOT, GOUGNON. - Jura ; cochon (de gogne : truie). - Nom de lieu en Auvergne. - 0 AUVERGNE-BERRI. - Gougnon : un poisson en fasce et trois étoiles. Fam. anc. dont un intime et parent de Jacques Cœur. GOUIN, GOIN, GOUIN, GOUINEAU, GOUYN. Nom germanique. - • PARIS. - Gouin, avocat : un lion, un croissant et deux étoiles en chef. - Gouyn, avocat : un chevron, trois larmes et une étoile. GOULARD, GOULLARD.- • SUD-OUEST. - Fam. anc. - • LANGUEDOC. - Fam. Goulard. - Goullard,

Goulard, nob. 14 8s. en Poitou dont les «marquis » d'Arsay. GOULET, GOULLET. - Soit, petite gueule; soit, ruisseau, canal. - 0 LORRAINE. - Goulet : un lion rampant sur une fontaine. GOULIN. - Dér. de Goulard : goulu. - • CHAMPAGNE.- Goulin, un an. 1522 : un chevron. GOUNOD. - Gounod; de Hugon. Jura, forme de Hugon, Hugues, prénom. GOUPIL, GOUPILLART, GOUPY. - Surnom : renard. - 0 PARIS. - Goupi, vve Simonet : un chevron, trois guivres et une étoile. - Goupillart, bourg. de Paris : deux renards passant l'un sur l'autre. Goupy, lieutenant particulier des eaux et forêts : trois renards. GOURCUFF. - a BRETAGNE.- h. aimable. GOURGUE, GOURGAUD. - Lieu, de gourgue : gouffre, en langue d'oc. - 0 PARIS. - Gourgues, fam. origin. de Guyenne, des plus anc. du royaume, alliée aux Lamoignon dont les marquis de Vayres et d'Aulnay : un lion. - • LANGUEDOC.- Gourgaud : un croissant. GOURNAY, GOURNEAU. - Gournay, nom de lieu surtout dans l'Ouest. - 0 PARIS. - Gourneau, mouleur de bois : un poisson sur une mer. - Gournay :deux épées en sautoir, deux tours et un cœur. GOURROD, GOURREAU, GOURRAU, GOURROT. - Var. de Goron, goret : porcelet. - • BOURGOGNE. - Fam. d'Autun : une croix, deux larmes et deux croissants. GOURY. - Nord-Ouest : nom de lieu. - Sud-SudEst : porcelet. - 0 PARIS. - Goury, valet de chambre de la Dauphine : un arbre, un soleil et un croissant. GOUVERNEUR, GOUVERNAIRE, GOUVERNAL, GOUVERNE. - Sobriquet. Gouvernaire, Gouvernai dans le Midi. - 0 PARIS. - Gouverné (-et), maîtrecharron : une croix pattée chargée d'une étoile. GOUX, GOUZ, LE GOUX, LE GOUZE. - Lieu, Bretagne, Bourgogne. - • PARIS. - Le Goux, dont les sgrs de la Berchère : une tête de maure et trois molettes. - Fam. de Dijon. - 0 ANJOU. - Fam. Le Gouz, notable, dont un voyageur célèbre au 178 s., alliance Cantineau, etc. GOUY, GOY, LE GOUY, GOUYON, GOYET, GOYON. - Serpe, voir aussi Gouet. - 0 PARIS. Gouy, abbé : une aigle à une bande. - Goy, banquier : une aigle, une fasce brochant sur le H, chargée d'une croix. - Goyet, docteur en Sorbonne : un chevron; trois cygnes, écartelé à trois bandes. Goyon : un lion couronné. - a LYON.- Goy, avocat : une grappe de raisin et trois noix. - Goyet : trois ancolies et une pomme de pin. - 0 MARSEILLE. Gouyran, Sansal : un arbre sur une terrasse, trois étoiles en chef. GOYETCHE. - Basque. Nom de ferme (Goy etche : en haut-maison). GOZON. - Fam. anc. du Rouerge, anc. nob. GRAEVE. - Flandre : grève, c.a.d. endroit caillouteux. GRAFF, GRAEF, GRAFFARD. - Alsace-Lorraine, Flandre : comte, surnom. Graffard : nom viking? 0 NORMANDIE.- Graffard, fam. anc. GRAIL, GRAILLET, GRAILLOT. - Nom occitan de la corneille, surnom de personnes criardes. - e PARIS. - Grail, anc. procureur de l'Hôtel de Ville : ses initiales entrecroisées. - Graillet, bourg. de Paris : un lion. - Graion, marchand-épicier : une fasce chargée de trois noix, et six clous de girofle. GRAMONT, GRAMMONT. - Nom de lieu : grand mont. - 0 PARIS. - Maison de Gramont, ducs de Gramont 1643, de Guiche 1780, de Lesparre 1739. GRAND, LE GRAND, GRANDIN. - Surnom, homme de haute taille. - 0 PARIS. - Legrand, avocat : un chev. et trois hermines. - Legrand, écuyer :

un lion, trois étoiles en chef. - Le Grand, march. bourg. de Paris : trois bandes. - Legrand, receveur des tailles : une fasce, deux étoiles et un lion. Legrand, avocat : vairé. - Le Grand, bourg. de Paris : un chev., deux étoiles et une merlette, parti à une main droite tenant trois roses. - Legrand, anc. commissaire de l'artillerie en Picardie : un chev., deux roses et un croissant surmonté d'un cœur. Le Grand : une gerbe et trois roses. - Le Grand : une aigle à deux têtes. - Le Grand : un chevron, deux hermines et un monde croiseté. - Le Grand, tireur d'or : une tour. - Le Grand, notaire au Châtelet : un chevron, deux croissants et un mouton passant. Le Grand, docteur en Sorbonne : trois fusées en fasce. - Grandin : trois fers de dard. - BOURGOGNE. - Grand, fam. originaire de Suisse, un anob. 1781 : deux chevrons, pal ch. d'un soleil, brochant. - • NORMANDIE. - Legrand, originaire d'Avranches : trois ducs perchés sur un tronc d'arbre. - Legrand, originaire de Bayeux : une fasce et trois coqs. Legrand, originaire de Verneuil : une bande chargée de trois molettes. - Grandin, fam. anc. 198 s. M Grand, «qui était d'Inde...», princesse de Talleyrand - Périgord. GRANDJEAN. - Surnom. - 0 LYON. - Grandjean, vve Castelnaud : un lion soutenu d'un croissant. 0 LORRAINE. - Grandjean, fam. dont un an. du roi Stanislas, 1743 : trois têtes de lion. - Grandjean, à Metz : une gerbe surmontée d'un soleil. - • BOURGOGNE. - Grandjean, fam. de robe : chevron et trois rencontres de cerf. - 0 ILE-DE-FRANCE. Grandjean, un an. 1786 : un palmier à cinq palmes. GRANT. - • PROVENCE. - Grant, fam. anc. de Salins : chevron à quatre tourteaux et un cinquième tourteau. GRAS, LE GRAS, GRASSE. - Parfois nom de lieu; souvent surnom d'après l'embonpoint. 0 PARIS. - Grasse : un lion couronné. - Grassot, auditeur à la chambre des comptes : un chevron, deux roses et un lion. - Legras, fam. originaire du Maine, connue depuis le 168 s., anob. 168 s., représentée dans la médecine, l'armée, la marine, alliée aux Sevin, Hennequin, dont les marquis du Luart : trois rencontres de cerf. - Le Gras, agent de change, bourg. de Paris : un chevron surmonté d'un croissant, deux étoiles et deux levrettes l'une sur l'autre. - Le Gras, vve Montault : un chevron, deux molettes et un mouton. - Legras, banquier, bourgeois de Paris : un chevron, deux étoiles et un rocher. - Le Gras, contrôleur des rentes de l'Hôtel de Ville : un chevron surmonté d'une grenade, deux ortolans et un cœur, trois étoiles en chef. Le Gras, procureur au Châtelet : trois rencontres de bœuf. - Legras, march. épicier : un mouton sur une terrasse, chef dentelé chargé de trois poires. 0 LYON. - Grassy, directeur général des fermes du roi : une montagne surmontée de trois fleurs de lis et un lambel à quatre pendants. - • MARSEILLE. - Gras, avocat : une fasce en devise, surmontée de trois étoiles et un mouton. - Grassy, écrivain du roi dans l'Arsenal des galères : échiqueté, un aigle en chef. - 0 NORMANDIE. - Gras, fam. anc. : un lion. 0 PROVENCE. - Grassi, fam. de Messine, venue au 148s. dont plusieurs branches. GRASSET, GRASSOT, GRASSETEAU,GRASSIN. - Dim. de gras. - • PARIS. - Grasseteau : trois bandes d'or. - Grassin : trois lis, fam. notable bourguignonne (?). - Grassot, auditeur à la chambre des comptes : chevron, deux roses et un lion, queue retroussée en-dedans. - 0 LYON. - Grasset, drapier : trois grassets (oiseaux). - 0 LANGUEDOC. Montpellier, fam. notable Grasset, 198 s. des médecins, un célèbre éditeur; alliance Blanche, Estor, etc. : une colombe tenant en son bec un rameau;

chef à trois étoiles. - 0 NANTES. - Grassineau, débouté 1669 : un sanglier. GRATACAP, GRATECAP, GRATA, GRATAS, GRATIER. - Sobriquet, Midi : gratte-tête. - Nom de lieu en Aveyron. - 0 PARIS. - Grata, vve Pinos : un chevron et trois pommes de pin. - Gratemenil : une colonne en fasce, six molettes. - 0 LYON. Grattier, avocat : une fasce et trois têtes de bélier. GRATIEN, GRAZIANI. - Prénom. - Graziani, forme corse ou italienne de Gratien. - • PARIS. Gratian : un chevron, deux étoiles et un lion tenant une épée. - Gratien : deux fasces et une grappe de raisin brochant. - • LYON. - Gratien, bourgeois de Lyon : écartelé en sautoir à un chêne brochant. • MARSEILLE. - Gratian, capitaine de galères : un chevron et un lion couronné. - Gratian, marchand : un chevron, deux étoiles et un lion. - Gratiany, vve de Bueil : un banc; coupé à un lévrier. GRAVIER, GRAVES, GRAVEL. - Gravier, nom de lieu. - 0 PARIS. - Gravel, envoyé du roi en Allemagne : une ancre et trois soleils en chef. - Gravel, vve Tiercelet : un chevron et trois roses. - Graves, maître de la garde-robe de Monsieur : deux fasces ondées et cinq merlettes en sautoir. - Gravier, avocat : un chevron, trois étoiles en chef. - 0 LYON. Gravier : un chevron, trois étoiles en chef soutenu d'une trangle. - Gravier : trois croix au pied coupé. Gravie : un chevron chargé d'une coupe. - 0 MARSEILLE. - Gravier, march. : une rivière en fasce, trois étoiles et un besant. - 0 DIJON. - Fam. Gravier, ancienne dont le célèbre marquis de Vergennes : parti, trois merlettes dont deux affrontées; un cep; soleil en chef. GREAUD, GREAUX, GREAUME, GRÉOULX. Normandie, nom de personnes d'origine germanique. - 0 MARSEILLE. - Greaux, noble, quatre bandes et un lionceau couronné. - Gréoulx, enseigne des galères : fascé de six pièces; un chef. Dans l'Ouest, fam. Gréaulme, réputée noble et se disant anglaise (Graham). GREFFULE, GRIFOUL, GRAFFOLET. - En Langue d'oc : houx, nom de domaine. - Greffule, fam. illustrée par la comtesse G. née Caraman-Chimay, c'est-à-dire Riquet. - Héroïne de Proust sous le nom d'Oriane de Guermantes. - 0 PÉRIGORD, LIMOUSIN. - Griffoul, ou Griffolet : losangé orazur. GRÉGOIRE, GRÉGHOIRE, GRINGOIRE. - Grégoire, prénom. - Gréghoire : forme flamande. Gringoire : forme médiévale. - 0 PARIS. - Grégoire, épicier : un chevron, une gerbe chargée d'un croissant, et de deux étoiles. - Grégoire ; un chevron, et une montagne, deux coqs en chef. 0 LYON. - Grégoire, procureur : parti, semé de flammes, de l'un en l'autre, chef échiqueté. 0 MARSEILLE. - Grégoire, drapier, bourgeois de Marseille : un lévrier; coupé à un chevron. GRELAIN, GRELLET, GRELLEY, GRELLIER, GRELOT, GRELLAIN, GRESLE. - Dérivés de gril : grillon. - Sobriquet, symbole de bonne humeur. 0 PARIS. - Grelain, procureur un lion courant, trois grelots en chef. - Grellain, prêtre : une croix engrelée. - Greslé, secrétaire du roi : un olivier, trois étoiles en chef. - 0 LYON. - Grellé, march. bourgeois de Lyon ; un chevron chargé d'une fleur de lis. - 0 TOURAINE. - Grellet : semé de fleurettes, au lion d'argent. - 0 BERRI. Grellet : un lion d'or. - 0 POITOU. - Grellier ou Grelier : deux roses et une fleur de lis. GRENIER, GRENOT, GRENON, GRENOLIAS, GRANIER. - Dérivés de grain. - • PARIS. Grenier, secrétaire du roi : un chevron, trois molettes et un lion, deux croissants en chef. - Grenolias : une fasce et trois grenouilles. - Grenon, bourg.

de Paris : un lion tenant trois épis dans sa patte droite. - Grenon, curé ; un chevron dentelé. Grenier, femme de Julienne une gerbe. 0 MARSEILLE. - Granier, march. : une tour sur une terrasse; trois étoiles en chef. - • LANGUEDOC. Grenier, nom d'une dynastie de verriers : une grenade ouverte, et blason divers (privilège des verriers de porter fleurs de lis...); aussi, une bande, un cep et un lévrier. Très nombreuses branches. 0 BRETAGNE. - Grenier : trois épis; trois étoiles en chef. - 0 GUYENNE. - Grenier, fam. anc. une fasce, deux molettes et un agneau. - • NORMANDIE.- Grenier : un lion. GRENTE, GRANTE. - Grente : non germanique (Normandie). - 0 LYONNAIS-FRANCHE-COMTÉ (Grante). - Grente : un archevêque de Lyon, primat des Gaules. - • NORMANDIE. - Grente, fam. anc. GRIEU, GRECO, GRAIS. - Formes de grec en anc. fr. - 0 PARIS. - Grieu, chevalier, sgr. de Vincelles : trois grues, pied levé tenant une pierre. GRIFFE, GRIFFON, GRIFFET, GRIFFIER. - Sobriquet. La griffe étant le symbole de la méchanceté. - Dans le Midi griffe : guiffré; nom germanique. - 0 PARIS. - Griffon, bourgeois : trois merlettes, un griffon, un croissant, deux étoiles en chef. Griffon, marchand bourgeois de Paris : un griffon. 0 LYON. - Griffon, traiteur un griffon. Griffon, médecin : trois nombres de griffon en fasce et six têtes de vipères dont trois en chef. 0 MARSEILLE. - Griffet, marchand bourgeois de Marseille : une grive; coupé à une bande. - • NARBONNE. - Griffe, 168 s. - 0 BOURBONNAIS. Griffet, 17" s. - 0 AMSTERDAM, puis LONDRES. Fam. de peintres Griffier. - 0 SAINTONGE. - Griffon : un griffon d'argent, 158s. GRIGNON, GRIGNAN. - Grincheux; de l'anc. fr. grignier : grincer des dents. - Grignard (Paris 1292). - 0 PARIS. - Grignon, bourgeois de Paris : une bande chargée de trois molettes et deux losanges. - 0 BRETAGNE. - Grignart, anc. nob. : une croix et quatre croissants. - Grignon, fam. déboutée 1671 : une fleur de lis surmontée d'un épervier. - Grignon (Nantes) : trois roses. - Grognon, nom de la fam. devenue de la Forest. - • MAINE. Grignon : trois clés. GRILLET, GRILLON, GRILLARD, GRILLE, GRILLOT. - Grillon, surnom évoquant la bonne humeur. 0 PARIS. - Grillard, prêtre : un soleil, deux étoiles en chef. - Grille, anc. maître d'hôtel du roi : une bande chargée d'un grillon. - Grillot, receveur des fermes du roi : trois grelots. - Grillet, chevalier, major des gardes du roi, gouverneur du château de Guise : une fasce ondée et trois besans, un léopard en chef. - Grillet : une croix gringolée, une molette et quatre hermines. - Grillot, procureur fiscal : une fasce chargée d'une vivre et six grelots dont deux en chef. - 0 ANJOU, NANTES. Grillaud, Grilleau, fam. bgse, déboutée 1701 : d'hermines plein, qui est de Bretagne. - 0 BRETAGNE. - Grillon : une croix ancrée d'or. - • BOURGOGNE. - Grillet, attesté dès le 148 s. : une fasce, un grillon, une étoile. - 0 NORMANDIE. - Grillet, fam. orig. du Piémont, puis à Avignon, essaimée en Normandie, dont les barons de Brissac. GRIMOD, GRIMAUD, GRIMALDY, GRIMBAUT, GRIMAUD. - Noms germaniques. - 0 PARIS. Grimaldy, dont les princes de Monaco : fuselé or et gueules. - Grimaudet, médecin de Mademoiselle : trois lions (fam. angevine). - Grimod, avocat, directeur des gabelles du Lyonnais : une fasce, deux étoiles et un poisson dans une mer, un croissant en chef. - Grimod, dont le baron de Riverie : une fasce et trois étoiles. - Grimont, avocat : une montagne et trois croissants en chef. - • LYON. -

Grimot, épouse La Roue : un chevron et une roue, deux étoiles en chef. - Grimauld, vve Damas : une croix chargée de neuf losanges. - Grimod, avocat : losangé. - Grimel, vve Callemard : un chevron chargé d'un losange. - 0 MARSEILLE. - Grimaldy, comte de Beuil, capitaine de galère du roi : fuselé or et gueules. - Grimaud, marchand : fuselé. Grimod, marchand : une fasce surmontée d'un croissant, deux étoiles, une mer chargée d'un poisson; une croix et quatre croisettes en chef comme à Lyon (variante). - 0 FRANCHE-COMTÉ. Grimovard : fretté arg3nt et gueules : franc quartier d'azur. - • CHARENTES. - (1280) Grimaudière, nom de lieu. - • BRETAGNE, ILE BOURBON, PÉRIGORD.. - Fam. dont un croisé 1248 : trois fleurs de lis. - 0 ANJOU. - Grimaudet : trois lions. - 0 POITOU. - Grimaud : trois besans; une hure en chef. GRIMBERT, GRIMBERS, GRIMBERG. - Nom de personnes, d'origine germanique, évoquant la colère. - Flandre, 138 s. - • CHAMPAGNE. Grimbert : trois besants. GRIS, LEGRIS, GRISET, GRIZARD, GRIZOLET. Surnom : l'homme aux cheveux gris. - 0 PARIS. Grizolet, anc. commis de guerre : un chevron, deux tours, un agneau pascal, trois étoiles en chef. - Le Gris, à Sens : trois grelets. - 0 NORMANDIE. Le Gris : un serpent, surmonté d'une colombe. Fam. essaimée en Bretagne, bgse (médecins), dont un prêtre qui offrit d'assister Louis XVI sur l'échafaud : acte de courage à peu près unique. Gris : un lion et deux étoiles. - • IRLANDE. Le Gris : une fasce de gueules. - • ANJOU, BRETAGNE, TOURAINE. - Le Gris : d'hermine à la croix de sable. GRIVET, GRIVEAU, GRIVOZ, GRIVELLE. Surnom; allusion au plumage de la grive. 0 PARIS. - Griveau, écuyer, contrôleur des augmentations de gage des secrétaires du roi : trois corps de cuirasses. - Grivelle, bourgeois de Paris : un chevron et trois grenades, trois abeilles en chef. Griveau, bailli de Vézelay : un chevron surmonté d'une molette, trois tours. - 0 LYON. - Grivet, marchand : une griffe, deux demi-vols en chef. • BRETAGNE. - Grivart : un pin, trois étoiles en chef. - 0 BERRY. - Grivel : une bande échiquetée. 0 LIMOUSIN. - Grivel : un château; trois étoiles en chef. Devise «Terra Marique». - 0 FRANCHECOMTÉ.- Grivel, fam. de Lons-le-Saunier, 148s. GROOTE, DE GROOTE. - Flamand : Grand. - Un lion de gueules, variante : une aigle d'argent. GROS, LE GROS, GROSSET, GROSBOIS. Surnom et variante. - Gross en Alsace-Lorraine : grand. - Grossman : homme grand. - 0 PARIS. Grosset : trois têtes de léopard. - Grosseteste, avocat : trois têtes de maures. - Grosseteste : deux fasqes surmontées de deux hures. - Grossin, avocat : une face et trois aiglons. - Groteste, procureur : un chevron et une tête de maure, un croissant et deux étoiles en chef. - Groteste, curé : une tête d'argus. - 188 s., le baron Gros, né à Paris. 0 LYON. - Gros, écuyer : une aigle, bordure à huit besans. - Grosbois, écuyer : un lion tenant une épée. - Gros, notaire; une rose, une branche de laurier, une palme, un croissant et une croisstte. Gros, marchand : un éléphant sur une terrasse, trois besans en chef. - • MARSEILLE. - Gros, marchands : un lion, une croix potencée et deux étoiles. - Gros mercier et quincailler : une montagne surmontée d'un soleil. - Gros, notaire : idem. 0 PROVENCE. - Gros, fam. anc. : un lion. - 0 TOURAINE. - Grosbois : une coquille, trois besans en chef, et un triangle vidé renfermant un croissant. 0 SUD-OUEST. - 0 VANNES. - Le Gros, ou

Legros, un anob. 1746 : une croix florencée ou bien : un vaisseau, voguant. - 0 CHAMPAGNE, BOURGOGNE.- Fam. notable Gros. GROSJEAN. - Surnom. - 0 BOURGOGNE et autour. - Une fasce d'argent. - 0 NIVERNAIS. Nom de la fam. De Bordes du Châtelet. GROUT, GROU, GROULT, etc. - Nom de lieu-dit : groute : grotte, anc. fr. - 0 PARIS. - Grout, maître ordinaire de la chambre des comptes : trois têtes de léopard. - Fam. originaire de Hollande (?) essaimée au Vexin, en Bretagne, Lorraine, etc. dont un connétable de Saint-Malo, un page du roi, etc., débouté Saint-Malo 1668. - 0 SUD-OUEST. - Grousseau : taillé argent et sable, au lévrier courant de l'un en l'autre. Fam. Groussard. - • NANTES. - Grou : fascé argent et azur, à six écussons chargés chacun d'un losange. GROZELIER. - Var. de groseillier. - • BOURGOGNE. - Anc. fam. bgse de Meursault, au 138 s., dont les prévôts du duc de Bourgogne à Beaune, etc., des anob. : un chevron surmonté d'un croissant et trois groseliers. GRUEL, GRUET, GRUOT, GRUAU. - Gruel, gruau : farine grossière; surnom. - Gruot, Jura. 0 PARIS. - Gruel, prêtre : une grue avec sa vigilance. - • BRETAGNE, NORMANDIE. - Gruel (Raoul, viv. 1170) : trois fasces. GRUMET. - Var. de grumeau : celui qui a un bouton. Comparable : Ciceron? - • LYONNAIS. - Un pal et quatre raisins. - Médecin, bibliophile, 188 s. GRUIN, GRUYN, GRUMBACH, GRUNBACH. Var. de grain, flamand : vert. - Grûn : AlsaceLorraine : vert. - 0 PARIS. - Gruyn, importante famille, anob. 178 s., issue d'un marchand de vins tenant le cabaret «La pomme de pin »célèbre sous Louis XIII, alliée au Vieuville, Bragelongne, Fraguier : trois hures de sanglier (ou grouins). GUDIN. - 0 PICARDIE. - Gudin, 148 s., fam. essaimée dans le Centre : une grue. GUÉAU, GUÉBRUNET. - Évoque habitation voisine d'un gué. - 0 PARIS. - Guéau, fam. bourg. de robe, des an. 188 s. dont les marquis de Reverseaux : coupé, un rameau de gui portant un oiseau, une croix et quatre croisettes. - Guébrunet, procureur au Châtelet : un chevron, deux pigeons affrontés en chef. GUED, GUEUDET, GUEUDIN. - Nom d'origine germanique comme Guédon. - 0 PARIS. - Gueudin, marchand de vins, bourgeois de Paris : un croissant et trois roses. GUÉDON, GUESDE, GUESDON. - Nom de personne d'origine germanique. - • PARIS. Guesdon, procureur au Parlement : une gerbe. Guesdon, marchand de vins : ses initiales entrelacées. - Guédon, écuyer : sept gerbes, un soleil en chef. - 0 MARSEILLE. - Gueidon, tanneur, bourgeois de Marseille : un lévrier, coupé, à une croix. Gueydon, capitaine du régiment de Provence : un lion tenant une lance en pal, à laquelle est attaché un guidon flottant à senestre. - Gueidon, maîtretanneur : mêmes armes. - • BRETAGNE. - Guesdon : un pin et deux hermines. GUEFFIER, GUEYFFIER. - De gaiffe, anc. fr. : vagabond. - 0 LANGUEDOC. - Fam. originaire du Nord. - En Gévaudan, fam. Gueyffier dès le 14* s. GUÉGUEN, GUÉGANT. - Saint Breton. - Très anc. fam. de Bretagne, remontant à Guégant, seigneur de Guéméné, fils de Periou (1022), luimême fils de Budic-Castellin, comte de Cornouaille avant 980 (puîné des anciens rois de Bretagne) : un arbre, un sanglier passant devant. GUEN, LE GUEN, GUENARD, GUENAUD, GUENEGAUD, GUENOT, GUENON, GUENET, GUENOIS, GUENIOT. - Breton : gueun : blanc. - Guene-

gaud : n. germ. (wan-gaut : espérance, n. de divinité). - 0 PARIS. - Guenault, vve Hugon : un cygne au col couronné, deux cœurs et un griffon; ou : un chevron, deux branches, un oiseau sur chaque, et trois trèfles. - Les Guénégaud fam. célèbre, dont une rue porte le nom. - Guenet : un chevron et trois dauphins. - Gueniot, chevalier : un pal entortillé d'un serpent sur une terrasse. Guenois : un chevron et trois étoiles. - Guenault, vve Moret : une fasce et six étoiles. - Guenet, ministre et secrétaire d'État : un chêne sur une terrasse; un soleil en chef. - Gueniot, médecin : un jet d'eau mouvant d'une coquille, un soleil, et une lune soutenue d'une larme. - Gueniot, médecin : un chevron, deux étoiles, un chat passant surmonté d'un croissant. - Guenon, curé : un cœur enflammé, deux étoiles en chef. - 0 LYON. - Gueynard, curé : un chevron et trois molettes. - Guenard, bourgeois de Saint-Germain-Laval : un chevron chargé d'une billette. - 0 VAL de LOIRE. - Fam. Guénon, vignerons, bgsie 191 s., dont René Guénon. GUENEAU, GUENAUD, GUENOT. - De Guenard, prénom d'orig. germ. - 0 BOURGOGNE. - Fam. Gueneau dont un célèbre médecin cité par Boileau ; un chevron, trois étoiles mal ordonnées et une pensée soutenue d'un croissant. GUENNEC, LE GUENNEC. - Breton, de Guen : blanc : Blanchard, voir ce nom. GUÉRARD, GUERAUD, GUERAUT. - Nom germanique. - 0 PARIS. - Guérard : trois têtes de lion. GUÉRIN, GUÉRET, GUÉRON, GUÉROULT, GUÉRINEAU. - Guérin : nom d'origine germanique, guéret : lieu. - 0 PARIS. - Guéret, épouse le Tellier : deux épées en sautoir; trois roses en chef. - Guerey, bourgeois de Paris : une levrette passant. - Guérin, notaire : un sautoir, quatre bustes de femme. - Guérin, bourgeois de Paris : un lion, trois pommes de pin en chef. - Guérin, procureur : un chevron, deux besans et un croissant. Guérin, marchand bourgeois de Paris : un chevron et trois tourteaux. - Guérin, confiseur : ses initiales entrelacées. - Guérin, comédien : un chevron, deux croissants, une gerbe et deux tourterelles. - Guérin, lieutenant des chasses de Fontainebleau; de ChaloSaint-Mars (voir articles Boucher, Chartier). Guérin avocat au Parlement ; une colombe volant et trois fasces ondées, trois étoiles en chef. - Guérin, bourgeois de Paris : un chevron et trois aiglettes. Guérin, procureur : un cep de vigne soutenant un échalas sur une terrasse. - Guérin, marchand : trois tourteaux. - Guérin, contrôleur général des finances à Lyon : un chevron, un oiseau de proie et un cœur. - Guérin, directeur de la monnaie en Picardie : écartelé : 1 et 4 : un lion tenant une gerbe; 2 et 3 : une aigle à deux têtes et trois roses. - Guérin, lieutenant aux îles Sainte-Marguerite : cinq fusées en fasce. - Guérin de Tencin, épouse Ferriol : une croix vuidée et fleuronnée, trois couronnes sur une bande, un arbre, trois besans en chef. - Guérin de Ternault, maréchal des logis : trois lions. - Guérin, bourgeois de Paris : une bande, bordure componée. - Guérinois, marchand bourgeois de Paris : un chevron et trois merlettes, trois étoiles en chef. - Guéron, marchand de vins : trois fermaux. - Gueroult, écuyer : une bande et deux croissants. - Guerouts, chevalier, comte de Montmartin : trois lions, une tour et six fleurs de lis. Guérin, curé : un guéridon. - Guérin, curé : un guéridon, deux étoiles en chef. - Guérin : un lion, un soleil, un croissant, un monde en bande. - Guérin, receveur du grenier à sel : un canon monté sur un affût. - Guérin, avocat : un guéridon. - GIJérin, chef de gobelet du roi : un chevron deux roses et

une larme. - 0 LYON. - Guérin, épouse Ficher : une sirène couronnée tenant une queue de chaque main. - Guérin, marchand : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Guérin : une pelle de four en pal, deux étoiles et un croissant. - Guérin, marchand de soie : un chevron et trois roses, un croissant et deux étoiles en chef. - Guérin, dit La Roze, marchand bourgeois de Lyon : une fasce chargée de trois roses. - Guérin, notaire royal ; un cor de chasse soutenu d'un croissant, une croisette et deux étoiles en chef. - Guérin, prêtre : une jumelle ondée en bande et deux croix. - Guérin, sacristain : un chevron chargé d'une rose. - 0 MARSEILLE. - Guérin, hoste : un portail fermé. 0 PROVENCE. - Guérin, fam. anc. de Brignoles : une colombe. - • POITOU. - Guérineau, bgsie, 188 s. : un tambour. - Guérinet : une fasce vivrée et un lambel. - Guérin : une feuille de scie, périe en bande, et trois étoiles, de ou : six raies. - Garin. Guarin : quatre losanges; chevron et trois roses. Gueron : un sautoir et quatre flammes (fam. nob.). - 0 MAINE. - Guérin : trois écussons d'or. - 0 BRETAGNE. - Guerin : un mont couronné de feuilles de chêne. - Débouté 1669. - Voir Garin, Warren. GUERRIER, GUÉRY, GUEURY, GUERRE. - Surnom et dérivés. - 0 PARIS. - Guerre, barbier du duc d'Orléans : un chevron et une rose. - Guerrey, avocat : une aigle à deux têtes tenant une épée dans chaque serre. - Guerry, capitaine : deux épées en sautoir et trois roses en chef. - Guerry, mousquetaire ; mêmes armes. - Fam. Guerrier, anob. 16* s. dont une branche en Auvergne qui donna des magistrats. - 0 LYON. - Guerrier, bourgeois : un monde croisetté soutenu d'un croissant, trois étoiles en chef. - Guerrier, bourgeois de Lyon : un homme armé sur une terrasse et deux lances en pal. - Gueros, marchand bourgeois de Condrieu : un chevron chargé d'une larme. 0 MARSEILLE. - Guers : trois lions lampassés, trois quintefeuilles en chef. - 0 POITOU. Guerry : trois besants. GUEULETTE. - Surnom. - • PICARDIE. - Fam. essaimée en Belgique, 148 s. : une hure. GUEZ. - 0 ANGOUMOIS. - Fam. Guez, dont Guez de Balzac. - 0 MARSEILLE. - Guez, maître chapelier : un arbre sur une terrasse, sommé d'une colombe s'envolant, trois étoiles en chef. GUIARDS, GUIART, GUILLART. - Nom d'origine germanique. - 0 PARIS. - Guiard, mouleur de bois : une fasce et trois trèfles. - Guiart : une branche de gui et huit flammes en orle. - 0 ROUERGUE. Guillart, ou Guyard, etc., fam. ancienne ayant possédé des seigneuries (en Touraine) : un gui; chef à trois roses. GUIBERT, GUILBERT, GUIBAUD, GUILBAUT, GUIBOURG, GUIBILLON, GUIBE, GUIBAL Nom germanique (wig-berht : combat-brillant). Guibaut : forme wallonne : Wibaut. - Guibal, Midi. 0 PARIS. - Guibert, notaire ; quatre lapins accroupis. - Guilbaut, prêtre : un chevron et trois colombes. Guibillon, anc. colonel du régiment des vaisseaux : un rocher surmonté d'un mouton, deux loups rampants. - Guibourg : une aigle volant en bande vers un soleil. - 0 MARSEILLE. - Guibert : une bande ch. de trois merlettes et quatre croisettes. Guibert, vve Natte : un arbre soutenu de deux lions affrontés; trois étoiles en chef. - Guibert, courtier ; un lévrier; coupé, à une fasce. - • ANJOU. - Guilbaut, fam. petite bourgeoisie 18' s. - * OUEST. - Guibert, nob. au 13 s. : trois palmes. - 0 BRETAGNE. - Guibé, fam. paysanne, 158 s., alliée à la sœur du trésorier Landais, bénéficia de sa fortune. Un vice-amiral de Bretagne, deux évêques et un cardinal : trois jumelles et six coquilles. - Guibourg,

fam. de Nantes et La Rochelle, des anob. 8 PROVENCE. - Guibert, fam. anc. de Beaucaire, orig. de Touraine, et des anob. : un gui. GUICHARD, GUICHON, GUICHET. - Nom germanique (wi-hard : combat-fort). - 8 PARIS. Guichard, we Narsollier : une bande fuselée. Guichon, chanoine une licorne. - Guichon, marchand bourgeois de Paris : trois fers de pique. Guichon, trésorier général des fortifications : une licorne. - 8 LYON. - Guichet, marchand bourgeois de Lyon : un portail crénelé. - Guichon, bourgeois de Lyon : coupé à un rameau de gui de l'un en l'autre. - 8 MARSEILLE. - Guichard, apothicaire : un chêne surmonté d'une fasce en devise ceintrée en arc; trois étoiles en chef. - 8 SUD-OUEST. - Un baron Guichard, devise : «Nul n'enterre Guichard ». 8 BRETAGNE. - Des Guichart déboutés 1669, mais Guichart est le nom des «de Bleruais » (déb. 16* s.) qui portent : une épée et trois étoiles. 8 NORMANDIE. - Guichard, Guischard, fam. anc. de Bayeux : trois grenades. GUIGNARD, GUIGNASSE, GUIGNON, GUIGNEAU, GUIGNOM. - Nom d'origine germanique. - 8 PARIS. - Guignasse, procureur : un sautoir, un croissant et un trèfle. - Guignard, procureur : un chevron, deux guignards (oiseaux) et un croissant surmonté d'un cœur; trois étoiles en chef. Guignon, we Burez : un chevron, deux têtes de maure et un croissant. - Guigneau, prêtre : un œil. 8 LYON. - Guignard, chevalier, vicomte de SaintPriest : écartelé ; 1 : un chevron et trois merlettes; 2 et 3 : une croix; 4 : trois quintefeuilles, un chevron sur le tout et deux tours maçonnées en chef. Guignard, écuyer : un chevron; deux tours en chef. Guignard, prieur de Niort en Saintonge ; un chevron et cinq merlettes, écartelé à un chevron; deux tours en chef. - Guignant, marchand : une fasce chargée d'une autre fasce vivrée et trois guignards (oiseaux). - 8 TOURAINE. - 16* s., fam. Guignel, un anob. GUILLARD, GUILLE, GUILLEBERT, GUILLEBON, GUILLEMARD, GUILLER, GUILLET. - Noms d'origine germanique. 8 PARIS. - Guille, trésorier de France à Orléans ; un chevron, un croissant et trois molettes. - Guillebert, receveur général des boîtes des monnaies ; un chevron et trois coquilles. Guillebert, épouse Foy : trois bandes. - Guillebon, anc. consul de Paris ; une bande et trois besans. Guillebon, marchand : ses initiales entrelacées. Guillemard, sgr de Sousigny : trois têtes de renard. Guiller, marchand bourgeois de Paris : un rameau de gui à trois feuilles et un gland. - Guillerant : un chef à trois merlettes, fam. bgse de Sancerre. Guillery, marchand bourgeois de Paris : un arbre; trois guilleris en chef. - Guillet, we Odot de Chanon : un croissant, un coq et un casque. - Guillet (de Blaru), avocat au Parlement : trois têtes de léopard et un pal chargé d'un annelet (fam. du Vexin). - Guillard Dupont Doux, curé : un dragon. Guillebert, maître des eaux et forêts : une crosse mouvant d'un croissant, une étoile, un sautoir et deux merlettes, deux aigles, trois bandes sur le tout. - Guillegault, musicien du roi : un chevron, deux aigles et un mouton. - Guillemain, comte de Bany, maître d'hôtel du roi, une aigle à deux têtes, trois gerbes et une fasce. - Guilerand : une fasce, trois trèfles et un croissant. - Guillard, dont un cons. au Parlement et un caissier : deux bourdons en chevron et trois rochers. - Guillard, avocat au Parlement ; une guivre en pal et trois coquilles. Guillieux, docteur en Sorbonne : une fasce, trois guillots, et une fasce chargée de trois besans. 8 LYON. - Guillard, marchand ; une fasce, un arc et un rameau de gui. - Guillet, chevalier, trésorier : un

chevron et un lion. - Guillet, tenant le logis de la Croix-d'or : deux rameaux de gui liés par un ruban, et une tête de maure. - Guillart, fam. de Paris, de robe et d'épée, anob. 17* s. - Guillebault, ancien oratorien-janséniste. - Guillerault, fam. picarde, march. bourg. en Berri 17 s., anob. 17* s. dont les sgrs de Bléré. - 0 NORMANDIE. - Guillebert, fam. anc. : trois molettes et un lac d'amour. GUILLAUME, GUILLOM, GUILLEMEAU, GUILLEMIN, GUILLEMOT. - Prénom. - Orig. de tout l'Ouest, sauf Bretagne : breton : Guilherm, Anjou, Maine, Bassin Parisien, Normandie, Picardie, Poitou, Saintonge, Touraine, Orléanais, Allier, Champagne. - • PARIS. - Guilhem, dont des marquis de Saissac : écartelé 1 et 4 : un château donjonné et un lion; 2 et 3 : une fasce, trois mouchetures en chef. - Guillaume, marchand bourgeois de Paris : tiercé en fasce ; 1 : une aigle; 2 : un lion surmonté de trois étoiles; 3 : trois bandes. - Guillaume, vve de Turgis : une croix crénelée et douze étoiles. Guillaume, vidame de Châlons : un chevron, deux roses et une hure de sanglier. - Guillaume, vve Le Rat : un chevron, un dauphin et trois étoiles. Guillaume, vve Raffete : ses initiales entrelacées. Guillemard, un chevron et trois têtes de renard. Guillemeau : maître ordinaire à la chambre des comptes : une licorne naissante et deux étoiles (certains ajoutent un chevron). - Guillemet, marchand-drapier, bourgeois de Paris : un chevron, deux croissants et un cygne. - Guillemin, chevalier; fam. bgse du Val de Loire, devenue G. de Courche : une fasce et trois coquilles. - Guillemot : un chevron et trois têtes de léopard. - Guillaume, curé : trois coquilles en pal. - 0 LYON. - Guillemin, bourgeois de Lyon : un rameau de gui et quatre mains apaumées. - Guillermain, notaire : une fasce crénelée, une tête de lion, deux besans et une couleuvre. - 0 MARSEILLE. - Guilhet, marchand : une bande chargée de trois roses, un lion et quatre épis sur une terrasse. Guilhet, marchand : cinq œillets d'Inde sur une terrasse, surmontés d'un soleil. - Guillerme, capitaine de vaisseau march. : une main droite tenant une croix en pal, une palme et une branche de laurier en sautoir. - Guillermy, marchand, et marchanddroguiste : même blason. - Guillaume, fam. de Troyes, connue depuis le milieu du 16* s., anob. 188 s., fam. de robe et d'épée, dont les sgrs de Chataudam. - Guillemeau, fam. originaire d'Orléans, venue à Paris au 17* s., anob. au 17* s., dont un chirurgien du roi et les sgrs de Fréval. - Guillemin, dont les Guillemin de Courchamp, originaires de Loire, venus à Paris au 178 s., enrichis dans la finance, anob. 17* s., alliés au Maupeou et Bailleul. GUILLEMINOT, GUILLEMINAUT. - Dimin. de Guillaume. - 0 BOURGOGNE. - Guilleminot : une colombe tenant en son bec un rameau entouré d'un serpent se mordant la queue. GUILLIER, GUILLIERS, GUILLOIS, GUILLOMET, GUILLORE, GUILLOREAU, GUILLORET, GUILLOT, GUILLOTEAU, GUILLOYRE. - Prénoms dér. de Guillaume. - 0 PARIS. - Guillier, marchand : un rameau de gui renversé. - Guillier, fam. honorable de Senlis, combattait dans les armées de Louis XIII, dont un châtelain de Senlis et un cons. à la cour des aides, anob. 17* s. : un chevron et trois macles. - Guillois, dont : un maître d'hôtel de Madame, un payeur de rentes ; un tournesol en pal, et deux pensées sortant da sa tige. - Guillois, épouse L'Évêque ; un tournesol. - Guillomet, huissier : écartelé : 1 et 4 : trois étoiles; 2 et 3 : un chêne. - Guilloret, vve Chauvin : trois coupes en rang et un soleil en chef. - Guilloreau, vendeur et un contrôleur de vin : chevron, deux étoiles et

un cor de chasse enguiché. - Guilloret, marchand de chevaux : un cor de chasse et trois étoiles en chef. - Guillot, huissier de la Chancellerie : trois rameaux de gui et trois étoiles. - Guillot, porteur de grain : quatre G entrelacés. - Guillot, contrôleur de gages : un lion passant. - Guillot, bourgeois de Paris : deux lions affrontés. - Guillot, maître chirurgien : une gerbe soutenue d'un croissant et un chevron brochant. - Guilloteau, écuyer, sgr de Bracquemont : un chien braque rampant contre une montagne; chef à trois étoiles. - Guilloyre, avocat à la Cour des monnaies : écartelé : une fasce chargée de cinq étoiles, un soleil et un arbre; une bande de trois fers de moulin et un croissant; trois merlettes; trois lis. - Guillon, chevalier un sautoir. - Guiloré, curé : cinq couronnes d'épines. Guillon, écuyer : un geai soutenu d'un croissant, trois roses en chef. - 0 LYON. - Guillomon : un rameau de gui sur un mont à trois coupeaux soutenus d'un croissant. - Guilhomon, épouse Gaultier : une biche passante. - Guillot, marchand bourgeois de Lyon : un rameau de gui soutenu de deux branches en sautoir. - Guillot, marchand et maître ouvrier en draps de soie : une fasce et trois aigles. - Guillot, notaire : un chevron chargé d'une molette. GUILLON, GUION, GUYON. - Dérivés diminutifs de Guy, comme Guiot, etc. - Voir Guy, Guyet, etc. 0 PARIS. - Claude Guion, bourgeois de Paris, porte : un lion regardant un soleil. - 0 LYON. - François de Guillon, écuyer : un sautoir d'or. - Mais nous ne savons pas les armes de Jacques Guillont, boulanger, dont Jeanne de la Faye était veuve. - Guillon de la Chaux : un chevron et une étoile. - Anne Guyon, femme d'André de Murard : un gui soutenu de trois fasces. - Pierre Guyon, avocat : de même. 0 MARSEILLE. - Alexandre Guyon, chirurgien : un arbre sommé d'une caille. - N. de Guion, veuve de N. de Michel, marchand bourgeois : un éléphant. - 0 BRETAGNE. - Guillon porte : un chevron de sable, chargé de trois croisettes, acc. de trois lionceaux, dont deux affrontés. - 0 TOURAINE, puis ailleurs. - Guillon : un agneau pascal; ils ont été faits marquis de Rochecotte en 1767, dont un chef chouan. - Des Guion, plus anciens, portaient : un cerf passant. - En Touraine (?), Guillon : un geai, un croissant et trois roses. GUILLOTE. - Forme normande de Guillaume. GUIMARD, GUIMOT, GUIMET, GUIMONT, GUYMONT. - Guimard (germanique). - Guimar'ch : digne d'avoir un cheval; soit nom d'orig. germ., soit n. breton. - 0 PARIS. - Guimont, receveur des finances : un chêne sur une montagne. - Guymont, écuyer : un chevron et trois roses; trois étoiles en chef. GUINET, GUIN, GUYNE, GUYNET, GUYMOT, GUYNAUD. - Guin, nom d'orig. germ., Bourgogne et dérivés. - 0 PARIS. - Guinet, épouse Dufour : trois fontaines montant chacune d'un bassin. Guyné, avocat : un chevron, deux étoiles et un mouton. - Guynet, chevalier : trois fontaines. Guynet, bourgeois de Paris mêmes armes que Guyné. - Guynot, contrôleur des rentes de l'Hôtel de Ville : un arbre éclairé par un rayon de soleil sortant d'une nuée. - 0 LYON. - Guinaud tenant le logis du Cheval-Vert : un chêne. - 0 LYONNAIS. - Anc. fam. Guinet : trois fontaines. - 0 SOISSONS. - Fam. Guinet : un léopard. - 0 BOURBONNAIS. - Fam. Guinet, Guynet. - 0 PROVENCE.Guin, fam. anc. - Fam. Guinet. GUIRAN. - 0 PROVENCE. - Guiran, ou Guirand : une bande, deux colombes, bordure engrelée. Cette fam. est issue d'un épicier d'Aix (15* s.) dont 9 fils : un Président au Parlement, un commandeur

de Saint-Jean-de-Jérusalem, un banquier, un épicier, un berger, etc. (plusieurs anob.). GUITARD, GUITAUD, GUITARDY, GUITTON. Prénom et matronyme de «Marguerite ». 0 PARIS. - Guitard, trésorier : un feu entourant de ses flammes une cane, un soleil et deux croissants en chef. - 0 LYON. - Guitardy, vve Lagoutte : un chêne sur une terrasse. - Guitardy, vve La Goutte : un chevron chargé d'une macle. - 0 SUDOUEST. - Guitard, Guittard, attesté anc. à Toulouse : un mouton. - 0 BRETAGNE. - Guiton, Guitton, 15* s. : semé de fleurdelis. - 17* s. : bande à trois rencontres de bœuf. - 0 NORMANDIE. - Fam. Guiton, dont Robert, qui accompagna le duc Robert (son parent?) en Palestine, 1096; alliances : Couvran, Romilley, Bude, etc. : trois fleurs de lis. Fam. Guitton : trois rocs d'échiquier. - 0 ANJOU. Guitteau : un sautoir, deux soleils et une aiglette. GUIZE, GIZARD, GUISAIN, GUISLAIN, GUISELIN, GISLAIN, GHISLAIN. - Nom de personne germanique (Wis : sage). - Gislain, Hainaut, dérivés de Gisèle. - • PARIS. - Guisain, bourgeois de Paris; de Chalo-Saint-Mars (voir art. Boucher, Chartier). - Guisain, avocat au Conseil : semé de billettes et un lion. - Gislain, trésorier général : un écureuil rampant, un soleil et deux roses en chef. Guislain, chevalier ; un chevron, deux étoiles et une merlette. - 0 ARTOIS, PICARDIE. - Ghislain, Guislain, Guiselin, anc. fam. de Boulogne, 158 s., nomb. branches : trois paons. GURGAN, GURGAND. - Mauvaise lecture de Guegant ou Gueguen? - Fam. poitevine, peut être venue de Bretagne (anc. Gargan?). - a BRETAGNE.Issus de Guegant, sgr de Guéméné et de la Roche Périon, petit-fils du comte de Cornouaille t 980. Cornouaille ancien : un mouton passant. GUSTIN.- Augustin. GUTH. - Alsace : bien foncier, plutôt que bon. GUY, GUYET, GUYOT, GUIOT, GUIONNET, GUION. - Prénom et dérivés. Voir Guillon etc. 0 PARIS. - Guy, écuyer : un arbre sur une terrasse, chargé d'un oiseau, une levrette passant au pied. Guy, aide mouleur de bois : un chêne. - Guyet, maître ordin. à la chambre des comptes : une fasce chargée de cinq merlettes, un croissant, une étoile et un lion; et deux étoiles en chef. - Guyet, éc. de la Dauphine : écartelé : 1 et 4 : les armes Guyet (v. plus haut); 2 et 3 : un lion, deux étoiles; chef à une croix. - Guyet : deux chevrons, un croissant et deux lions passants. - Guyeux, vve Guyot : une licorne passant, trois léopards en chef. - Guyeux, procureur au Châtelet : une croix et quatre grelots, un lion passant en chef. - Guion, bourgeois de Paris : un lion regardant un soleil. - Guionnet, dont le sgr de Brosse-Paslis, historiographe du roi : deux fasces. - Guiot, bourgeois de Paris : cinq lettres en fasces, une couronne en chef. - Guiot : trois bandes. - Guiot, écuyer : un chevron et trois merlettes, trois besans en chef. - Guiot, avocat : trois poissons en fasce et trois montagnes. - Guyon, capitaine des grenadiers : un lion regardant un soleil. Guyon, avocat : trois couronnes et un chevron. Guyon, vve Pasquier : un chevron, deux roses et un agneau pascal tenant une banderole. - Guyon, ses initiales. - Guyon, avocat : un oiseau et une étoile entre deux croissants. - Guyon, chevron, trois fasces ondées et une branche renversée. Guyot, avocat : trois colombes. - Guyot, march. de vins : un chevron et deux coquilles. - Guyot : deux têtes de hiboux et une main tenant une plume. Guyot, procureur : un porc passant devant un chêne sur une terrasse. - Guyot, docteur en Sorbonne : une bande chargée de trois étoiles et deux trèfles. Guyot, commissaire des guerres : un chevron, deux

étoiles et un souci. - Guyot, fam. originaire de Nevers, de finance, de robe et d'épée, anob. 188 s. dont les sgrs de Saint-Amand, et Guyot, dit Le Comte, avocat : ses initiales entrelacées. - Guy, chevalier : trois bandes en pal. - Guyeux, greffier : quatre molettes. - Guyet, curé : trois feuilles de chêne. - Guyot, greffier : un buisson sur une terrasse; un lion en chef. - Guyon, prieur : une branche de chêne et trois glands. - Guyon : un chevron et trois couronnes. - Guyon, avocat : une levrette passant, deux étoiles et un croissant. Guyot, médecin : une branche de gui, et un sautoir

brochant. - Guyot, femme de chambre du duc de Berry : trois perroquets. - • LYON. - Guyot, notaire : une aigle et deux étoiles. - Guyot, avocat : parti : un rameau de gui de l'un en l'autre; chef parti en deux feuilles de chêne couchées. - Guyon, avocat : un rameau de gui suspendu aux angles par une chaînette. - Guyot, juge : un chevron chargé d'un croissant. - 0 MARSEILLE. - Guyon, maître chirurgien : un arbre terrassé, fleuri de quatre fleurs, sommé d'une caille. - 0 LANGUEDOC. - Guy, fam. anc. d'Uzès : une gerbe. - • NORMANDIE. - Guyon, fam. anc. : un cep de trois raisins.

H

h HAAG. - Nom alsacien-lorrain, voulant dire haie. HAAS. - Nom alsacien-lorrain; juif : lièvre. 0 ALSACE. - Haas : un lièvre. - Ch. Haas, fils de MmeMourgues de Carrère et ami intime des princes d'Orléans et de Galles : héros de Marcel Proust sous le nom de Swann. HABEL. - Famille ancienne de Normandie : trois hures. HABER. - Nom juif, signifiant avoine, illustré par quatre sœurs, respectivement marquise de Grouchy, vicomtesse de Kerjégu, comtesse de Villiers et comtesse de Béhague. HABERT. - Prénom, de racine germanique. 0 PARIS. - Habert, avocat, fam. de l'Artois : trois fers de moulin. HABOUT.- Famille ancienne de Normandie : trois coquilles. HABRAND, HÉBRANT. - Veut dire : canard sauvage. - On trouve dans le Hainaut, des Hébrant, signifiant peut-être Herbrandt (?). HACAULT, HACQUET, HACQUETON, HACQUEVILLE, HACTEAU, HACTES, HAICAULT. Prénom et ses dérivés (?); Haqueville, en Picardie. 0 PARIS. - Hacteau : une bande chargée de trois croissants et deux lions. - Hactes, bourgeois de Paris : un lion. - 0 LYON. - Hacte, chanoine : une fasce, un besan, et deux roses tigées, en sautoir. Hacte, bourgeois de Lyon : une fasce, deux étoiles et deux roses. - 0 BRETAGNE. - Haicault : une bande. - 0 POITOU. - Hacqueton : semé de fleurs de lis : franc canton. - En Anjou, des Hacault. Au 198 s., Hacquard, dont un prélat (Meuse). HACHE, HACHETTE. - Surnom : hache, petite hache (Jeanne Hachette). - 0 PARIS. - Hachette, curé de Foissy : une fasce chargée de trois têtes de Maure, et trois hachettes. - Hachette, fam. de Rethel, nom attesté en Picardie au 148s. HAGUENAUER, HAGUENIER, HAGUENOT. Haguenauer vient de la ville de Haguenau; Haguenier, d'un verbe qui veut dire déchiqueter. - a PARIS. - Haguenier : une fasce chargée de trois roses, et trois croissants. - 0 BOURGOGNE. - Haguenier : un chevron, deux besans et un loup, trois étoiles en chef. - 0 LANGUEDOC. - Haguenot (17e s.), médecin de Montpellier : une sphère céleste au pied emmanché d'une couronne, et deux étoiles. HAHN. - Coq, en allemand : nom souvent juif. Comtes de Hahn-Hahn, de Mecklembourg. HAIM. - Nom juif; veut dire : vivant; parfois écrit Heim. HALLE, HALLET, HALLEY, HALLIER, HALLOT. Nom de lieu : taillis, hallier; Hallot est un ancien prénom. - 0 PARIS. - Halé, marchand : un pélican

avec ses petits, et un soleil. - Hallé : une fasce chargée de deux coquilles et trois étoiles. - Hallé, procureur : un chevron, deux étoiles, un croissant et un mouton. - Hallé, orfèvre joaillier : un pélican avec ses petits et un soleil. - Hallé, caissier, fam. de Cherbourg : fretté. - Hallé de Fretteville : trois trèfles. Hallet, receveur du Valois : un N et un H. - Hallier, bourg. de Paris : un chevron et trois colombes tenant chacune en leur bec un rameau. - 0 ALSACE. - Haller : une épée, la pointe en bas, et deux réglettes en sautoir brochant sur l'épée. - • NEUCHATEL. - Haller : une bande, chargée de trois feuilles de tilleul, les tiges en bas. - Aller, échevin de Saint-Omer, banni (14 s.). - Haller de Hallerstein, dont un receveur des aluns (16* s.), un maître d'hôtel et trésorier de la reine de Hongrie. - Haller, prévôt de Kutzenhausen (18* s.). - Hallot, fam. considérable (du Valois?), alliée aux Turpin, d'Abos, Anseval, etc. HALMEIL - Fam. anc. 13" s., orig. de Berne, maréchaux héréditaires des ducs d'Autriche. HALLOUIN, HELLUIN. - Voir article Allonneau, Alloin : anc. prénom. - 0 FLANDRE, PICARDIE. D'Halluin, fam. connue depuis Wauthier, chevalier, sgr d'Halluin et de Rosebecke (13 s.), nombreuses branches, dont un grand panetier, un grand aumônier de France : trois lions armés, lampassés et couronnés. - Helluin (1034) fondat. de l'abbaye du Bec-Hellouin (Eure). HAMART, HÉMANT, HÉMART, HÉMERY. Prénom : voir aussi Aimery, Émery, Aimar. 0 PARIS. - Hémant, banquier : un chevron, deux fleurs et un rocher. - Hémart, une croix. - Hémart à Étampes : de Chalo-Saint-Mars (voir article Boucher etc.) alliance Le Tellier. - 0 BRETAGNE. - Hamart : trois rencontres de buffle. - 0 CHAMPAGNE. Hémery : trois coquilles surmontées d'une trangle. En Bretagne, Hémery, issus des seigneurs de Cavan, dont les biens furent confisqués par le duc Jean I : anc. noblesse d'extraction : des Hémery furent déboutés au 178 s. HAMEL, DU HAMEL. - Voir Amelin, Amelot. Nom de lieu : hameau, quand il ne s'agit pas d'un matronyme. - 0 PARIS. - Duhamel ou du Hamel, trois genettes. - Duhamel ou du Hamel, bailli de Méru en Beauvaisis : une fasce, trois étoiles et trois merlettes. - Duhamel ou du Hamel, mouleur de bois : un chevron. - Duhamel ou du Hamel, avocat : un chevron et trois roses. - • BRETAGNE. Duhamel ou du Hamel, débouté (17 s.) : un chevron et trois croisettes. - Au 198 s., Duhamel (Saint-Malo). - 0 CHAMPAGNE. - Duhamel, fam. anc. : une bande ch. de trois sautoirs. - 0 NOR-

MANDIE. - Duhamel, plus. fam. anc. Saint-Lô : une fasce, deux étoiles et un croissant; Caen : une fasce et trois trèfles; Valognes : trois roses; un chev. et trois roses. HAMON, HAMONIC, HAMONOU. - Voir Amon, Aymon, Hamon. - Bretagne; Hamortie (petit Hamon) : trois fasces, bordure componnée. HANDLER. - Nom souvent juif, désignant le marchand en allemand. HANNEDOUCHE.- Fam. très anc. d'Artois. HANNEQUIN, HANCE, HANNIQUE, HANNOQUE, HANOTEAU, HANQUETIN, HENNEQUIN, HENNECOQUE, HENNIQUE. - Prénom et dérivés : Han, Hans, ou Ance en Flandres : difficile parfois de distinguer d'autres racines : le H s'est conservé au Nord, mais a pu aussi se perdre (v. Anesval, Hanseval). - 0 PARIS. - Hanique, ou Hanicque, marchands : échiqueté, au rameau en bande, brochant. - Hannequin, drapier; écartelé : une croix pattée, une aigle. - Hennequin, (16* s.), fam. originaire de Champagne, anob. (14 s.), alliée aux premières maisons de la noblesse et de la robe, dont une branche picarde subsiste peut-être : vairé, un léopard en chef. Marquis d'Ecquevilly, etc. - Hanoque, épicier : un Aet un Hentrelacés. - Hance, maître d'hôtel du roi : coupé : une oie; une herse. Hénin, fam. de Rethel, de robe et d'épée : un lion. Hinselin, à Versailles : un chevron et trois roses, trois bêtes de lion en chef. - 0 LYON. - Hanicart, Anicard, ou Hanecart : trois fasces et une étoile. Hénin, bourg. de Lyon : une bande. - 0 MARSEILLE. - Hennequin, apothicaire : vairé ou dix pots de verre (?), une fasce chargée d'un serpent, un lion en chef. - En Picardie, Hanicque, sgrs de Ronquerolles. - 0 FLANDRES. - Hannecart (16e s.) dont un ambassadeur à Madrid et un membre des CinqCents; dont les barons de Briffoeil. - Un chevron, deux éperons, un cygne sur une rivière. - En Picardie, fam. Hanoteau ou Hannoteaux connue depuis le 168 s. Hennequin et Hennecart (14 s.), Henne (15* s.). - Dans l'Aisne, Hanoteau, Hanoteaux. Au 198 s., Hennebert (Beauvais); Henner (Alsace); Hennequin (Belgique); Hennoque (Oise); Hénonmort (Lyon). - Hennessy, de Cognac, venus de Grande-Bretagne ou d'Irlande. - Hennecoque, devenue Hennecoque du Motier de la Fayette. En Champagne, Hannequin, fam. anc. de Troyes. HANTIER. - Fam. anc. Normandie. HARAMBURE. - Nom basque : aramburu. Fam. considérable au 178s. HARCOURT. - Maison ducale, la première de Normandie; issue, dit-on, d'un bâtard d'évêque (12* s.); certains de ses membres ont figuré parmi la bourg. de Caen (16 s.). Ducs d'Harcourt 1700, de Beuvron 1784, de Lillebonne 1814. HARDI, HARDION, HARDY, LE HARDY. - Prénom germanique anc.; l'H disparaît (?) dans le Midi, comme dans Ardin, Ardouin : voir Ardouin. 0 PARIS. - Hardy (17e s.) fam. alliée aux Briçonnet, dont des écuyers et des bourg. de Paris ; un lion. Hardy : un coq. - Le Hardy, de Champagne (?) : un chevron potencé contrepotencé, un lion en chef. 0 BRETAGNE. - Hardy, anc. : quatre aiglons. Hardy, moderne, anob. au 198 s., descendant de bourg. de Vitré : deux épées en sautoir, chef d'hermines. - En Picardie, Hardi (15 s.), Hardy (14e s.), Hardit (13 s.). - 0 NORMANDIE.- Hardi, fam. anc. BRIE. - Hardi, fam. anc. HARDOUIN. - Fam. anc. Normandie. HARENC, HARANGER,HÉRENGER. - Surnom de marchand de poisson. - • PARIS. - Harenc, mercier : trois poissons, en fasce l'un sur l'autre. - Harent, bourg. de Paris : une étoile et un harenc nageant dans une onde. - Haran, curé à Nemours ; un

harenc en pal. - 0 LYON. - Harens ou Harenc, originaires de Bretagne (?) : trois croissants posés en bande. HARLUS.- Fam. anc. Champagne.HATIER, HADAUD,HASTIER, HASTON, HATON, HATTE, HATTIN. - Prénom du Nord (?) : pour Hastier, voir Astier. - 0 PARIS. - Hattier, bourg. de Paris ; un rosier. - Hatte : une fasce haussée, chargée de trois coquilles. - Hatte ; trois croix ancrées et un lion. - Hattin : une aigle. - 0 LYON. - Hastier : un chevron chargé d'un losange. - 0 BRETAGNE. Le Haste : trois merlettes. - Hattes : un lion, chapé (14 s.). - En Picardie, Hatin et Haton (13e s.), Haston (14* s.), Hatier (15 s.); au 198 s., Hatin (Auxerre); Haton (Bourges); Hatte (Strasbourg). - • NORMANDIE : Halle, fam. anc. HAVARD, HAVET, HAVIN. - Signifie pic, crochet; Havet est normand. - 0 PARIS: - Havard, valet de chambre de la Dauphine : deux chevrons et trois tourteaux. - Havart, bourg. de Paris : une bande et six coquilles. - Havetel : deux licornes affrontées et un cygne. - Havart, à Mantes, curé de Breuil : un chat-huant. - Havé, à Senlis : une fasce chargée de trois merlettes. - 0 BRETAGNE. - Havart (15* s.) : deux hameçons (havets) en sautoir. Havet (18e s.), fam. de Rouen, bourg. alliée aux Le Maistre; au 198 s., Havard (Charolles); Havet (Paris); Havin (Paris). HAYWARD.- Alliance Rohan-Chabot. HAXO.- Fam. de Lorraine. HAZON. - Fam. de Paris : une croix et quatre molettes. HEAULME, HEAUME, HEMET. - Peut-être anc. prénom compris comme heaume, par homophonie. - • PARIS. - Heaulme, maire de Nemours : un casque, deux molettes et une chauve-souris. Heaume, curé de Lumigny : trois heaumes. 0 LYON. - Hémet, essayeur de la monnaie : un pal et deux quintefeuilles, trois roses en chef. 0 BRETAGNE. - Heaulme, ou Heaume, noble de la baronnie de Retz (14 s.) : une croix et quatre heaumes. - 0 MADAGASCAR. - Heaulme, un chevron rompu et trois casques. HÉBERT, HÉBERTOT, HERBELIN, HERBELOT, HERBERT, HERBET. - Prénom de racine germanique, et ses variantes : Herbault peut-être nom de lieu en Touraine (?); voir aussi Habert et Arbelot. 0 PARIS. - Herbault, procureur : trois bandes, trois trèfles en chef. - Herbelot, bourg. de Paris : un chevron et trois glands. - Herbelin, procureur ; fretté, trois coquilles en chef. - Herbert, architecte : un chevron, deux abeilles et un arbre. - Herbin ; un chevron, deux croissants et une gerbe. - Herbinot : une bande chargée de trois gerbes. - Herbelin à Meaux, curé : un cœur sommé d'une croix. - Hébert, fam. picarde : un sautoir et quatre étoiles. - Hébert, bourg. de Paris : trois chevrons. - Hébert ; trésorier des menus plaisirs : un chevron deux étoiles et deux levrettes. - Hébert : une fasce et trois tourteaux. Deux chevrons et deux étoiles. Un cerf. Deux étoiles et un croissant. Fretté, bordure. - 0 PICARDIE. Hébert, anc. nom des d'Aussonvilliers, barons de Courcy en Normandie : un sautoir et quatre étoiles. 0 POITOU. - Herbert : trois besans, chef à trois hures de sanglier. En Picardie, Hébert, Herboulle (13* s.); Herbaut, Herbert, Herbesson (14* s.); Herbache, Herbin, Herbinet (15 s.); en Bourgogne, Hébert, bourg. de Coulommiers, essaimés à Nantua, puis Dijon (18 s.); au 198 s., Hébert (Paris), de Pont-Audemer et Grenoble. HÉBRAIL, HÉBRARD, HÉBRAY. - Veut dire hébreu, juif (?). - 0 PARIS. - Hebrail, secrétaire du maréchal de Catinat : semé de croisettes au lion brochant. - Hèbre, chanoine de Milly : un triangle

chargé du nom de Jéhovah, en hébreu. - 0 LYON. Hébrais : un triangle renversé chargé de six tourteaux. Dans le Hainaut, Hébrant, fam. peut-être issue de Herbrant ou Habrant; au 19* s., Hébrard (Tarn-et-Garonne, Lyon); au 208 s., marquis d'Hébrail (anoblis au 148 s.). HÉCARD, HEIQUART. - Voir Aicard; prénom; Hécard, forme nordique (?). - 0 PARIS. - Hécard, juré crieur, bourg. de Paris : un chevron, une palme à destre, en pal, brochant sur le chevron, et une étoile et une rose. - Haiquart, procureur : une bande et deux étoiles. HECQUET, HÉQUET. - Nom d'Artois, de Picardie : hauteur, colline. - 0 PARIS. - Héquet, médecin : trois étoiles. - En Picardie, Hecquet et Hequet (15 s.); au 198 s., Héquet (Bordeaux); au 20* s., Hecquet d'Orval, anoblis au 19* s. - a NORMANDIE. - Hequet, fam. anc.; coupé : deux cors de chasse, un cor de chasse. HECTOR.- Prénom. - a PARIS. - Hector, venus de Quercy, alliés aux Marie, une des plus anc. fam. de Paris, descendant de Chalo-Saint-Mars : trois tours. Les Hector ont aussi essaimé en Bretagne, Anjou, Poitou. HÉNAULT, HANART, HANON, HANNUYER, HÉNAUT, HENON, HENNUYER, HÉNIN, HENNIN, HENNEGRAVE, HENNET, HENNEY, HENNEZEI. Veut dire originaire du Hainaut, hennuyer. - 0 PARIS. - Hénault : un chevron et trois roses. - Hénault : trois fasces ondées et trois cloches. - • PICARDIE. Hénault : losangé. - Hénault : trois fusées. - 0 BRETAGNE. - Hénaud : un mouton. - A Paris, Hénault, célèbre fam. originaire de Poissy, dont le président; en Picardie, Hanart, Hennon (141 s.); Henneron (15* s.). En Bourgogne, Hannaire (17* s.); au 19e s., Hannoyé (Nord). - 0 ILE-DE-FRANCE, PICARDIE, CHAMPAGNE, BOURGOGNE. - Hainault : un chevron, et trois têtes de Maures. - Hainault, sgrs de Cantobre : un cerf passant, surmonté d'une étoile. - 0 PARIS. - Hainault, dont un trésorier général de France : un chevron, deux étoiles en chef, un épi de blé en pointe. - e PICARDIE, SOISSONNAIS. - Hennegrave : un vol. - Flandre, Picardie : fam. originaire de Liège, descendant d'un officier des armées du roi, dont un mousquetaire (18* s.). Hennet, grand maître des Eaux-etForêts de France. - • LORRAINE. - Henney, anob. (16* s.). - LORRAINE, FRANCHE-COMTÉ, NIVERNAIS, CHAMPAGNE, PICARDIE. - Hennezel, fam. remontant à Hennezel, seigneur de Belrupt et de Bouviller (14 s.) : trois glands montants; devise : Dieu me guide. HENRI, HENRY, HENRIET, HENRION, HENRIOT. - Prénom. - 0 PARIS. - Henriet : une lance en pal et trois roues. - Henrion, marchand : écartelé en sautoir, trois roses. - Henry, notaire : trois épées en pal. - Henry, avocat : un cœur chargé du nom de Jésus. Henry, trésorier général des guerres ; deux fasces ondées et un lion issant en chef. - Henry, bourg. de Paris : un chevron, deux trèfles et un pigeon. • LYON. - Henry, un griffon et trois épis. - Henry, marchand bourg. : chevron, trois plants de riz et une scie. - Henry, marchand : un croissant et trois besans chargés chacun d'un trèfle. - Henry, juge de la châtellerie de Rochebloine et Palharez : un cœur chargé du nom de Jésus. - Henry, dit La Bonne, voiturier à Condrieu : un chevron chargé d'un cœur. - 0 POITOU. - Henry : trois épis. - 0 CHAMPAGNE, LORRAINE, BARROIS, BOURGOGNE. Henriet, Henryet (14 s.) : cinq annelets en sautoir. En Bourgogne, Henrion, dont un trésorier de France en 1668; en Franche-Comté, Henrion de Magnoncourt. - 0 BOURGOGNE. - Henriot : une sphère. 0 DIJON. - Henriot, un chevron, deux étoiles, en

chef, un soleil en pointe. - 0 CHAMPAGNE. Henriot : un chevron et trois roses. - 0 BOURGOGNE. - Henry, de Moutier-Saint-Jean, des anoblissements : un chevron, deux demi-losanges et un losange entier. - Henry de Lyon : un loup passant, un soleil en chef. - 0 BRETAGNE. - Henry, croisé (13 s.) : trois épées en pal. - Henry : parti, trois roses. - Henry : une aigle, trois têtes de loup, un sanglier, un lion, une fasce et six étoiles. - En Bretagne, Henriot et Henryot; au 191s., Henrion (Paris); baron Henrion (Metz); Henry (Caen, Colmar, BassesAlpes, Vosges, Alsace). HÉRAIL, HÉRAL - Anc. prénom, comme Hérault et Héry (?.). - 0 PARIS. - Héral, chevalier : écartelé : 1 et 4 : un navire avec ses voiles : 2 et 3 : une main tenant une épée; un soleil et un croissant. - a LYON. - Hérard, ou Hérail : deux fasces et huit merlettes en orle. HÉRARD, HÉRARDIN, ÉRARD. - Prénom : a pu être confondu avec Gérard. - • PARIS. - Hérardin : un arbre, un cerf, un lévrier et trois étoiles. - A paris, Hérard, vve de Charbois; en Picardie, Erart (13 s.); au 19" s., Hérard (Paris); Erard (Paris). HÉRAULT, HÉROLD, HÉROULT. - Prénom : voir Ayraud. - 0 PARIS. - Hérault : un héron. - A Paris, Hérault de Séchelles; en Alsace, Hérold; dans le Midi, Héral; au 191 s., Hérault (Châtelleraut). HÉRICART, HÉRISSÉ, HERISSON. - Surnoms : Héricart, peut-être un anc. prénom (?). - 0 PARIS. Héricart : deux cors de chasse et une molette. • POITOU, SAINTONGE. - Hérisson : trois roses. • BRETAGNE. - Hérissé, ou Le Hérissé (15 s.) : une aigle et un grelier, deux étoiles. - Hérisson : trois hérissons. HERINX. - Anc. fam. flamande de Paris, sous Louis XIV. HERMANT, HERMANN, HERMENT, HERMENTIER. - Sauf quand il s'agit d'un Hermann francisé, Herment, Hermant sont des noms de lieu, mais aussi d'anciens prénoms de femme. - Hermentier : bouvier (?). - 0 PARIS. - Herment, fam. briarde, bourg. dont deux médecins du roi; un anob. (18' s.) : un chevron, deux roses et un épi. - Herman, huissier : écartelé : 1 et 4, une bande chargée de trois pots; 2 et 3, trois chevrons. - Herment : une fasce chargée de trois macles. - Herment : deux chevrons. - Hermand : bourg. de Paris : un chevron et trois roses. - 0 BOURGOGNE, CHAMPAGNE, LORRAINE. - Hermant, fam. dont un rameau, protestant, passa en Allemagne; un médecin du roi, anob. 188 s., un filleul de Henri IV : une croix cantonnée aux 1 et 2 de quatre étoiles, au 3 de deux étoiles soutenues d'une fasce, au 4 d'un pal et de deux étoiles. • PICARDIE. - Hermant (14 s.); en Bretagne, Hermain, débouté au 17 s.; à Provins, Hermant (141s.); au 198 s., Hermant (Paris). HERMITE, L'HERMITE. - Surnom. - 0 PARIS. L'Hermite, bourg. : un lion cour. ch. d'une bande surch. de trois larmes; au chef trois croisettes au pied fiché. - 0 NORMANDIE. - Hermite, fam. anc. de Mortagne : écartelé trois gerbes, un massacre de cerf. - Hermite, autre fam. de Mortagne : fasce, trois étoiles, un croissant. - Hermite, fam. anc. de Falaise : un tiercé ch. d'une fasce crénelée. - 0 PROVENCE.- Lhermite, fam. anc. : un pélican. HÉRON. - Surnom. - • PARIS. - Héron, fam. passant pour une des plus anc. de la bourg. de Paris; remontant à Héron, secrétaire du duc d'Orléans; alliée aux Boucher; une branche anoblie au 171 s. : un chevron et trois grenades (d'où les H.de Villefosse). - • EN PICARDIE. - Héron (14* s.). HERSAN, HERSENT. - Ancien prénom féminin (les matronymes sont surtout normands et limitrophes). • PARIS. - Hersan, marchand bourg. de

Paris : les armes de Chalo-Saint-Mars (voir Boucher, Chartier). - Hersent : un chevron chargé de trois croissants. - Hersent : trois têtes de lion. - Hersant, à Versailles : un chevron et trois merlettes. A Paris, Hersent (18 s.). - A Clermont, d'Herce, chevalier, sgr de Cernoy (14 s.); d'Herce, écuyer (14" s.). HERSART. - Nom d'une fam. anc. se disant d'origine anglaise, essaimée en Normandie, Bretagne, dont un croisé (13e s.); tige des Hersart de la Villemarqué. HERVIEU. - Prénom. - • NORMANDIE. - Hervieu, fam. anc. : un lion passant. - Hervieu, trois glands. HERY, HERIAT, HERRI, HERRY. - Prénom; Hériat est du Lyonnais. - 0 PARIS. - Herri, avocat : un lion. - 0 LYON. - Héry, marchand; un héron sur un tronc d'arbre, et trois étoiles. - A Marseille, L'Herie, marchand bourg. de la ville; en Flandre, Hérée, venu à Paris au 16" s.; en Anjou, Héry; Herry, nom des Herry de Maupas. HEUDE, HEUDEBERT, HEUDEL, HEUDELOT, HUDE. - Prénoms, composés de Eude, Heude : voir aussi Eude. - • PARIS. - Heude, ou Eude, bourg. de Paris : un arbre sur une terrasse, soutenu d'un lion, et une étoile. - Heudebert : trois piques. Heudel : une croix cantonnée de quatre besans. Heudelot : un chevron, deux molettes et un trèfle. Hude, marchand, bourg. de Paris : un chevron et un corbeau. - 0 BRETAGNE. - Heudelot, ou Hudelor, seigneurs de Kerbiquet : une croix et douze fleurs de lis. - 0 VITRY-LE-FRANÇOIS. - Heude, un palmier, un éléphant brochant sur l'arbre. 0 CHATILLON-SUR-LOIRE. - Heudes, bourg. de Châtillon-sur-Loire : une licorne, rampant sur un rocher, au franc quartier. - 0 NORMANDIE. Heude, gouverneur de Bayeux : un chevron, trois merlettes. - 0 LORRAINE. - Eudes, sgr d'Aulnoy : un lion coupé. - Au 198 s., Heudelet, général comte (Dijon). HEURTAULT, HEURTIER, HURTEAU. - Sobriquet évoquant la violence. a PARIS. - Heurtault, bourg. de Paris : un chevron, trois croissants et un bras tenant une poignée d'épis. - Heurtault : une fasce, bordure chargée de huit besans. - Heurtaut de Bainville : une croix cantonnée au 1 et 4 : d'une aigle; au 2 et 3 : de trois coquilles. - 0 LYON. Heurtaud, notaire : une fasce chargée d'une foi, deux lis et un cygne. - 0 BRETAGNE. - Heurtault; trois étoiles et un croissant. - Au 19" s., Heurteau (Orléans); Heurtier (Saint-Étienne). HEURTEBIZE, HURTEBIZE, HURTEVENT. Surnom, surtout connu par un personnage fictif : l'ange Heurtebize de Cocteau. - 0 POITOU. Hurtebize : un chardon. - En Artois, des Hurtevent. HEUZARD, HEUZE. - Composés de heuze : botte. - • MELUN. - Heuzard, curé de Saint-Martin : une maison et trois merlettes en chef. - 0 NORMANDIE. - Heuzy (15" s.) : une botte éperonnée. En Bretagne, de la Heuze ou de la Heuse, dont un noble au 158 s.; au 198 s., Heuzé (Paris); Heuzy (Rouen). HILAIRE, HILAIRET, HILLARIN, HILLERIN. Prénom et ses composés. - • PARIS. - Hillerin, fam. du Poitou, noble et anc., une branche issue en bâtardise du duc de Clarence au 168 s. (?) : trois roses. - 0 POITOU. - Hilaire : une fasce surmontée de trois tours et un croissant. - Hilairet : un lion. En Bourgogne, Hillarin, de Tonnerre (171 s.). HOCHE, HOCHEDÉ, HOCHET, HUCHEDÉ, HOCQUART. - Hochedé : joueur; les autres viennent peut-être de hochet? - 0 PARIS. - Hocart, ou Hocquart, fam. orig. de Champagne, marquis de Montfermeil (18 s.), onze chevaliers de Saint-Louis,

alliée aux Colbert : trois roses. - Huchedé, avocat : trois cors de chasse. - 0 BRETAGNE. - Hochedé, anobli (19" s.) : trois trèfles en chef. - • MAINE. Hoquerel : une bande, bordure (14e s.); au 198 s., Hocquart (Paris). HOFER. - Fam. de Mulhouse (171 s.), dont plusieurs médecins. HONORÉ, HONNORAT. - Prénom. - 0 PARIS. Honoré, bourg. de Paris : un chevron chargé de trois roses, trois hures de sanglier. - Honoré, chirurgien, à Meaux : un cœur soutenu d'un H. 0 BRETAGNE. - L'Enoret, fam. anc. : losangé, cotice brochante, franc canton à une main tenant un épervier. - 0 Provence. - Honorat, un croissant surmonté d'une étoile; au 191 s.. Honoré (Vosges). HOTOT. - 0 NORMANDIE. - 2 fam. anc. nob. de ce nom, l'une enAuge, l'autre en Caux. HOTTINGUER. - Prononcé Hottingre : originaires de Zurich, barons (19e s.), banquiers. HOU, HOUDIART, HOUDIN, HOUDON, HOUDOT. - Prénom; Houdan, nom de lieu. - 0 PARIS. Houdan : un chevron, un lion et deux roses. Houdart, bourg. : un pal et six roses. - Houdiart : un chevron, deux étoiles et un houx. - Houdin, agent de change et bourg, de Paris : un houx et un daim. - Houdot : deux fasces et trois étoiles. 0 MARSEILLE. - Hou, bourg. : un lévrier. - • CHAMPAGNE. - Houdet, un anobli de la Restauration : une gerbe, trois étoiles et trois billettes. • PARIS. - Houdart dont les sgrs de la Motte (18 s.) : une bande, une branche de houx à droite, un dard à gauche. - A Paris, Houdineau, vve Forgeau. HOUBIGANT. - Dérivé de Bigant, lieu (?). 0 SENLIS. - Aubigant (pour Houbigant?) : six feuilles d'aubifoin; maire de Créteil. HOUEL.- Fam. anc. Normandie : palé. HOURDET. - Fam. anc. Normandie essaimée en Picardie : un lion et trois trèfles. HOUSSAY. - Normandie, fam. anc. de Lisieux. HOUSSE (LA), LAHOUSSE, DELAHOUSSE. Nom de lieu : housse : terre plantée de houx. 0 FLANDRE. - La Housse, fam. anc. orig. Normandie (?) : deux serres d'oiseaux en sautoir, surm. en chef d'une tête d'épervier chaperonnée, à la bordure. HOUSSOIE. - 0 PICARDIE. - Fam. anc. d'Amiens. HOUX, LEHOUX. - 0 PARIS. - Le Houx, cons. secrét. du roi ; une aigle épi. ch. d'un écusson semé de lis de jardin et de fers de flèches à la fasce br. sur le tout. - Lehoux : une colombe portant en son bec un rameau d'olivier et trois étoiles rangées en chef. - Le Houx, secrét. du roi : un ours pass. sur une terasseH . UART, HUE, HUERNE, HUET, HUON. - Dérivés de Hugues; et nom d'oiseau. - 0 PARIS. - Hue, marchand bourg. de Paris : trois hures. - Hue, issu des anc. barons de Courson en Auxerrois : coupé : un heaume; une aigle. - Hue, héraut d'armes «Picardie » : une fleur de lis et trois étoiles. - Huerne : un arbre, et trois étoiles en chef. - Huet, marchand : chiffre de marchand fiché dans un cœur aux lettres G et R. - Huet, contrôleur de la Sainte-Chapelle; trois épis. - Huet, commissaire : une fasce et trois écussons. - Huet, conseiller : un chevron, deux croissants et un vol. - Huez, avocat ; un oiseau sur une terrasse, et trois étoiles. - Huon, bourg. de Paris : une bande chargée de trois trèfles. - Huot, écuyer : trois aigles. - Huot, avocat : un lion. - Huart, marchand de foin : un chevron et trois roses. - Huart, procureur : deux chevrons, une merlette et trois étoiles en chef. - Huart, bourg. de Paris : écartelé de Jérusalem et à l'écusson à la feuille de houx (armes de Chalo-Saint-Mars). - Huault, marchand de

bois : un «huot »fondant sur un autre oiseau et deux roses. - 0 LYON. - Huard, chanoine : une fasce, deux étoiles et une oie. - Hue, contrôleur : trois molettes et un cœur. - 0 POITOU. - Huet : une fasce chargée d'un croissant, trois roses. - 0 BRETAGNE. - Huart : un corbeau. - Huo : trois croisettes et trois annelets mal ordonnés. - Huon, fam. issue des anc. comtes de Léon : un lion morné. - 0 LUXEMBOURG, LORRAINE. - Maison d'Huart, issue des vicomtes d'Anthinnes; nombreuse descendance; alliée aux Saint-Mauris une branche de houx à cinq fruits, issant d'un brasier à cinq flammes. - A Paris, Huault, de Bernay, issus des Huault de Touraine, anoblis au 168 s.; au 198 s., Huet (Eure-et-Loir, Paris), Huot (HteMarne). - 0 NORMANDIE. - Hue, nomb. fam. Caen. Blasons divers : une colombe tenant en son bec un rameau; fasce, trois étoiles et trois croissants; huit coquilles en orle et un écusson bandé : une aigle; une fasce. HUBBARD. - Nom anglais. - Fam. française notable au 19e s. HUBER. - Nom alsacien voulant dire paysan. Peut-être francisé parfois en Hubert. HUBERT. - Prénom : saint patron des chasseurs. - a PARIS. - Hubert, bourg de Paris : un chevron, deux étoiles et une foi, trois étoiles en chef. - Hubert, conseiller : un lion et trois cors de chasse. - Hubert, marchand tapissier : trois cors de chasse. - Hubert, commissaire, et Hubert, mouleur de bois : un cor de chasse. - Hubert, apothicaire : un chevron et trois têtes de lion. - Hubert, marchand bourg. de Paris : coupé : trois étoiles en fasce; trois canettes contournées en fasce. - Hubert, sieur de Vaudrenet : écartelé : trois étoiles; une gerbe, trois glands en bande, en chef. - 0 LYON. Hubert, marchands : un chevron, deux roses et un croissant. Hubert, vve Montet : un massacre de cerf sommé d'une croix et deux trèfles. - Hubert, chapelier; un chevron à la coquille. - 0 ORLÉANS. Hubert : un chien de Saint-Hubert. - 0 ANJOU. Hubert : une aigle, fasce brochante chargée de trois roses. • BRETAGNE. - Hubert, abbé de Pornic (16" s.) : deux coquilles, franc canton à l'oiseau. Hubert :trois jumelles. - En Picardie, Hubert (14 s.); au 19* s., Hubert-Delisle (Réunion); Hubert-Valleroux (Valognes). HUBLET. - Dérivé de Hubert. : 0 PARIS. - Un chevron, trois flammes. HUBOT. - Dérivé de Hubert. - • PARIS. - Une fasce, un croissant et deux étoiles. HUBY. - Dérivé de Hubert. - Paris : Huby, bourg. de Paris : un chevron, trois coquilles. HUCHON, HURSON, HUSSON. - Prénom anc. dans le Nord. - • PARIS. - Hurson, anobli (17* s.) : un chevron, deux roses et une hure de sanglier. Husson, conseiller : un chevron et trois trèfles. Husson, avocat : trois hures de sanglier. - Huchon, curé de Ully-Saint-Georges : trois ruches. - 0 NORMANDIE et PICARDIE. - Huchon : trois besans. 0 LORRAINE. - Husson, fam. issue d'une alliance Huraut (17 s.) dont un garde du corps de Louis XV: Husson de Sampigny : mêmes armes que les Huraut de Cheverny. - En Bretagne, Husson, déboutés au 17* s.; au 19* s., Husson (Reims, Seine-et-Marne, Paris). HUDEBERT, HEUDEBERT. - Fam. anc. Normandie : deuxpalmes adossées; deux roses en chef. HUGUES, HUGO, HUGON, HUGONNEAU, HUGUET, HUYGHE, etc. - Prénom et ses dérivés. Huygue est la forme flamande. - a PARIS. Huguet, originaires de l'Orléanais, bourg. : une branche anoblie au 178 s., alliés aux d'Estrades, La Rochefoucauld, Choiseul-Beaupré, Biron,

Séguier : écartelé; un cygne et un arbre. - Huguin : un chevron et trois trèfles. - Hugot, curé de Vignemont : un chat-huant. - Hugot : deux pals, un chathuant en chef. - Huguenet : ordinaire de la musique du roi, à Versailles : un chevron, deux roses et un lion, un croissant et deux étoiles en chef. - 0 LYON. - Hugalis, bourg. : un coq et un lion affrontés. Hugonin : une fasce chargée d'un lion et trois grenades. - Hugonnet, épicier : un chien courant, trois étoiles en chef. - 0 BOURGOGNE, FRANCHECOMTÉ. - Hugonnet, doyen de Mâcon, secrétaire du duc de Bourgogne (15e s.) : vairé, une bande brochant. - 0 PONTARLIER. - Hugonnet : une fasce ondée. - 0 LYON. - Hugonnet : une fasce chargée de trois losanges, et trois étoiles. - 0 ALSACE. Hugenin, bourg. de Mulhouse : trois pals. - Huguenin : trois cœurs. - 0 LORRAINE. - Huguenin, anob. (16* s.) : une fasce chargée d'un rencontre de cerf et trois verges royales en pal. - Huguet, anob. (18 s.) : trois têtes de licorne. - Hugo, fam. anc. : chef ch. de deux molettes dont un cordonnier et .un général, comte de l'Empire, aïeul et père de Victor Hugo. - A Paris, Hugo, médecin au 198 s., Hugonin (Isère); Hugot (Montbard); Hugues (Vaucluse, Marseille); Huguenin (Bourgogne); Huguet (Boulogne-sur-Mer); Huguier (Marne). - 0 LANGUEDOC. - Hugues, fam. anc. essaimée Dauphiné et Provence : un lion ch. de trois fasces brochantes. HUMBERT, HUMBLOT. - Prénom : voir aussi Imbert. - 0 PARIS. - Humbert : deux étoiles, un chevron et une levrette. - Humblot ou Humbelot, d'Autun (1 5 s.), dont une branche anoblie à Dijon : trois pals, trois coquilles, en chef. - 0 LYON. - Humbert, marchand : trois tourteaux coupés, et une bordure componée. - Humbelot, marchand : trois bandes, trois roses en chef. - 0 MARSEILLE. Humbert : un léopard monstrueux ayant deux corps sous une seule tête. - Au 198 s., Humbert (Metz, Paris). HURAULT, HURE, HUREAU, HUREL, HURET. Dérivés de hure : tête, gueule. - 0 PARIS. - Hurault, de Cheverny, de Vibraye, etc. qui passent pour les plus anciens anoblis par lettres; comtes de Cheverny en Sologne (16 s.), marquis de Vibraye au Maine (17 s.), originaires du Blésois : une croix cantonnée de quatre ombres de soleil. - Hurault, procureur : trois hures. - Huré, professeur émérite : trois hures et un livre ouvert. - Hureau : un chevron, deux hures et une rivière. - Hurel : un sautoir et quatre hures. - Huret : un chevron, deux têtes de lion et un lion. - Huré, à Sens, marchand de Villeneuve-le-Roi : une hure et trois étoiles soutenues chacune d'un croissant. - 0 LORRAINE. - Hurault, anob. (161 s.), essaimés en Guadeloupe (18* s.) : un lion, armé, lampassé, ayant sur l'épaule une croix de Jérusalem, à la bordure engrelée, semée de billettes. - Huraut, fam. anc. dont les marquis de Villesur-Ilion (18 s.). - Huré, trésorier de Monsieur (17 s.). - A la Martinique, des Hurard. 0 NORMANDIE.- Hurel, fam. anc. Carentan. HUSSON (voir aussi Huchon). - 0 NORMANDIE. - Husson anc. maison nob. : trois annelets. HUTEAU,HUTIN. - Bagarreur. - 0 LANGUEDOC.Huteau, essaimés en Bretagne : trois étoiles. e DOUAI. - Hutin, lieutenant général civil et criminel à Douai : un chevron, deux trèfles et une gerbe, et trois merlettes en chef. - Hutin : un chevron, trois gerbes, et un petit croissant sur la pointe du chevron. - 0 LORRAINE. - Hutin : écartelé : 1 et 4 : un chevron, deux hutinets et une croix patriarcale; 2 et 3 : trois têtes de lévrier, les colliers bouclés et bordés. - 0 BRETAGNE, TOURAINE. Huteau (14* s.). - • ALBIGEOIS. - Huteau (17 s.).

I

1 ■

IBARNEGARAY. - Nom basque; vallée en haut du village (?). IBERT, HIBERT. - Prénom. - 0 PARIS. - Hibert, marchand bourgeois de Paris : une fasce, deux croissants et une montagne. ICARD, ICART, YCARD. - Prénom, à rapprocher d'Aycard (?). - 0 PARIS. - Ycard, avocat : un lion tenant une lance. - 0 MARSEILLE. - Icard, écrivain du roi de la galère «France »: une fortune posée sur une boule. - Icard, pâtissier : un cœur sommé d'une croix, un N et un 1, un couteau, un pâté et trois étoiles. - Icard, marchand : un lion tenant une lance. - Icard, boulanger : coupé, une givre, une croix. Icardène : hôte : un cavalier tenant un bâton, un arbre, une étoile, un A et un J. - 0 PROVENCE, fam. Icard, issue d'un consul d'Arles (16 s.), alliée aux Sade, figura à Paris; au 198 s., Icard (Aix-enProvence). IMBAULT. - Prénom ancien, qu'on retrouve dans La Ferté-Imbault. Fam. du Ponthieu, essaimée aux Antilles, en Touraine, etc. IMBERT. - Prénom : voir aussi Himbert, Humbert. - 0 PARIS. - Imbert, avocat : un chevron et trois tours. - Imbert, marquise de la Roche-Aymon, à Versailles : une bande et deux molettes. - 0 LYON. - Imbert, passementier : un pal et deux montagnes. Autres Imbert : variantes, mais toujours montagnes. - 0 MARSEILLE. - Imbert, hôte : deux bourdons en sautoir, un lézard en pointe et trois coquilles en chef. - Imbert, bénéficier : trois mouches. - Imbert, marchand : un olivier, et un nuage duquel tombe la pluie. - • POITOU. - Imbert : deux chevrons. - 0 FLANDRE. - Imbert, de la Basecque, de la Falecque dont un échevin de Lille anob. (17* s.), un gouverneur de Lille (18* s.), nommé comte : une bande et deux molettes. - Au 19* s., baron Imbert (Paris). - Imbert (Ardèche); Imberdis (Puy-deDôme). ION, YON. - Yon : prénom. - • PARIS. - Ion, drapier : un chiffre 4 et un cœur entrelacés, un L,un 1et une étoile. - Yon, drapiers, et Yon, bourgeois de Paris : un rocher, trois pensées, bordure dentelée. Yon, médecin : un chevron, deux lions affrontés, un rocher d'où sortent deux fontaines. - Yonnet, avocat : une fasce et trois enclumes d'orfèvre. - A Lyon, Jacquier, we Yon; au 19* s., Yon (Paris). IRLAND. - Nom d'une famille écossaise essaimée en Poitou, Bretagne, etc. IRUMBERRY. - Nom basque, d'ancienne chevalerie de Navarre; illustré au Parlement de Paris. ISAAC, YSAAC, YSAAK. - Nom biblique, pas

toujours juif. - a LYON. - Izaac, vve Settier : trois trèfles. - En Picardie, Ysaak (14* s.); au 19* s., Isaac (Guadeloupe). ISABEAU, ISABEL, YSABEAU, YSABEL. - Prénom féminin. - Les noms de famille matronymiques sont souvent normands ou limitrophes. - • PARIS. - Ysabel, avocat : un chevron surmonté d'un croissant, deux roses et une tourterelle. - Isabeau, procureurs : un chevron, deux colombes et un cor de chasse. ISAMBERT, INGUIMBERT, YSAMBART, YSAMBERT. - Prénom. - 0 PARIS. - Ysambert, vve Brodeau : un chevron, un soleil, un croissant et une tête de cerf. - 0 LYON. - Inguimbert : trois fasces vivrées et trois épées en pal brochantes. - En Poitou, Ysambart, ou Isambart, fam. de notaires (18* s. et 198 s.); au 19* s. Isambert (Paris et Eure-et-Loir). ISELIN. - Nom d'une famille établie en Bourgogne, au 198 s., dont un sculpteur. ISLE, ILLE, DE L'ISLE, DES ILES, etc. - Nom de lieu. Voir aussi : Thomas, Coquelin, etc. - 0 PARIS. De l'Isle, brigadier : une fasce et sept merlettes. De l'Isle, avocat : un chevron, deux étoiles et une ancre. - 0 MARSEILLE. - De l'Isle, capitaine au régiment de Normandie : une montagne sur une mer. - De l'Isle, écuyer : deux palmes en sautoir, une étoile en chef. - 0 AUNIS, SAINTONGE, etc. - Isle : trois roses. - • POITOU. - De l'Isle : deux chevrons et trois croissants. - 0 BRETAGNE. - De l'Isle, en breton : Enez, Enezan : Denizane (?) dont un croisé au 138 s. : dix billettes, trois quintefeuilles et une fleur de lis. - Des Isles, Inizan : mêmes armes. - 0 NORMANDIE. - Des Isles : un lion. - • ROUERGUE. - Delisle, anc. fam. dont trois branches marseillaises : trois lis de jardin. ISNARD. - Anc. fam. de Savoie : un sautoir et quatre molettes. ISOARD, ISOUARD. - Nom attesté dès 1441. - 0 MARSEILLE. - Isouard, magasinier sur le port : un cochon, un lis, trois étoiles en chef. - Au 19* s. Isoard (Aisne); Isoard (Basses-Alpes). ISORÉ, YSORÉ. - Nom d'un géant dans les chansons de geste. - 0 PARIS. - Isoré ou Ysoré, fam. de l'Anjou, représentée à Senlis, comtes de Pleumartin (171 s.), dont un avocat : deux fasces. ISRAEL - Nomjuif, signifiant fort contre Dieu. ITIER, HETTIER, HITIER. - Prénom. - 0 PARIS. Itier : une bande, une étoile et trois besans. IZARN. - Peut-être à rapprocher d'Izard (?). -Anc. fam. du Rouergue : un lévrier et trois étoiles en chef.

J

J JABAL (basque - maître). - JABAUD,JABOUILLE (bavard). Cf.Jouai. JACOB : «Dieu supplante ». - JACOBY, JACOBI (parfois juif). - JACOBS (flamand). - • PARIS. Jacob de Favières : un pélican avec sa piété dans son aire. - Jacob, agent des affaires de Monsieur : un chevron et trois roses. - Jacob, procureur au grenier à sel : un chevron et trois pigeons, trois étoiles en chef. - Jacob (des Pluches), trésorier : un lion, deux étoiles et un croissant. - 0 FLANDRES. Jacobs, famille noble au 178 s. - 0 BRETAGNE. Jacob, ancienne famille déboutée en 1670 chevron et trois coquilles. - 0 OUEST. - Jacobsen, famille d'ancienne bourgeoisie marchande, 188 s. (origine hollandaise) : une fasce ondée, un compas et uncimeterre. JACQUES, JACQUART, JACQUET, JACQUIER, JACQUELIN, JACQUINOT, JACQUENET, JACQUEMIN, JACQUESON. - Prénoms. - 0 PARIS. Jacquart, né Mahiencourt : un chevron, trois coquilles et trois fasces. Jacques, réformateur des Eaux et Forêts : une aigle au vol abaissé, trois étoiles en chef. - Jacques, juré crieur : deux bourdons en chevrons, deux coquilles et un soleil. - Jacques, secrétaire ordinaire de la mère du roi : trois coquilles et un croissant. - Jacquet, dont le seigneur de Malestable; aide de camp : un lieutenant, une coquille. Jacquetot, avocat : trois pattes de griffons. - Jacquiau, née Culembourg : trois bourdons sur une onde et une fasce en devise brochant. - Jacquier : une fasce chargée de trois corneilles, un chevron et un ancre. - Jacquier, fam. origin. de Bourgogne, au 17" s., bourgeois de Verdun; enrichie dans les vivres aux armées, venue à Paris; un anobli au 17* s. : un chevron, deux merlettes et un rencontre de bœuf. - Jacquier : un chevron, deux merlettes et une tête de bélier. - Jacquin : un chevron, deux trèfles et une tête de loup percée sur un bord. - Jaquemain, notaire : un marin tenant un bourdon en pal et quatre coquilles oreillées. - Jaquemier, lieutenant des chasses de Monsieur : écartelé, 1et 4, une croix alaisée; 2, un ange ailé en bande; 3, un nuage. Jaquinot : un chevron, deux étoiles et une coquille. - Jacquemin, (18 s.), médecin-bibliophile. - 0 LYON. - Jacquemin, prêtre : un passemain et deux palmes. - Jacquet, marchand : deux étoiles et un croissant. - Jacquet, marchand : un cœur, trois étoiles et un croissant. - Jacquier, prêtre : une fasce chargée de trois pies. - Jacquet, bourg. de Lyon et monnayeur des Monnaies : un cerf ailé, rampant, une étoile et un croissant. - Jacquelin : un chevron

surmonté d'un croissant, deux étoiles et une rose. - Jacquin, bourg. de Lyon ; une coquille soutenue de deux bourdons. - Jaquier, ouvrier en soie : trois croissants. - Jaquemetton, bourg. : trois fasces et trois étoiles. - Jaquin, visiteur à la douane : un chevron chargé d'une esquille. - Jacquette, prêtre : un chevron chargé d'un rustre. - Jaquin, maître apothicaire : un chevron chargé d'un trèfle. Jacquemond, march. bourg. de Condrieu : un chevron chargé d'une larme. - a LORRAINE. - Jacquier, même fam. que ceux venus à Paris, et orig. de Bourgogne (bgsie fin 168 s.) : un navire, voile tendue. - Jacquemin, fam. anc., cousins de Jeanne d'Arc, anob. de ce fait. - 0 ANJOU, BRETAGNE. Jacquelot, fam. bgse de robe (16* s.) dont un gentilhomme ordinaire de la chambre de Louis XIV; un débouté 1699 : chevron deux mains dextres et une levrette. - 0 POITOU. - Jacquelin : sept coquilles en orle. - Jacques : trois coquilles. - 0 DAUPHINÉ. Jaquemet : croix alaisée soutenue d'une clé et d'une épée en sautoir. - 0 NORMANDIE. - Jacqueson, fam. anc. : une aigle. JADELOT. - Prénom? à rapprocher de Jodelet. 0 LORRAINE. - Jadelot, fam. bgse, un anob. par Stanislas Leczinski : une colonne tortillée d'un serpent, tenant dans sa gueule un pavot. JAFFRÉ : GEOFFROY,en breton. - • BRETAGNE. - Jaffré, Jaffrez : voir Geffroy. JAGOT, JAGONEUSE, JAGONIN, JAGUENAUD, JAGAULD, JAGU. - Jacques et dérivés. - • PARIS. - Jagault, commis à la compagnie des assurances : une étoile et trois croissants. - 0 ILE DE RÉ, ANJOU. - Jagot, fam. notable (même qu'à Paris?). 0 BRETAGNE. - Jagu, (1 5* s.) : trois fasces. - Jagu, (17' s.) : un lion, trois étoiles. - 0 GRANDE-BRETAGNE. - Jago, fam. orig. espagnole (de lago : Jacques). JAILLE (marais - Ouest). JAILLET, JAILLAUD (Bœuf tacheté - Jura). - 0 PARIS. - Jaillaud; fam. poitevine et bretonne ; trois tours. - Jaillot, géographe du roi : une fasce et trois mondes ceintrés et croisés. - 0 ANJOU. - De la Jaille, (12e s.) : une croix fuselée (baron de Durtal). - 0 BRETAGNE. Jallet, déboutés 1712 : un cœur, un tourteau, une étoile. - Jallier : chevron, deux croisettes, une molette. JALABERT (S.-O.), JALBERT (anc.), JALAGUIN, JALLET (Bretagne), JALLU (Lyonnais), JALLET, JALADON, JALLOT. - Prénoms dérivés. - 0 PARIS. - Jaladon, procureur au Parlement ; trois branches de laurier en pal, Jallot, bourg. de Paris ; un pal

chargé d'un javelot et deux lions. - • NORMANDIE. - Jallot, fam. anc. JAMAIN, JAMIN, JAMELIN (Normandie), JAMES, JAMET (de Benjamin), JAMARD(de Jaime en Béarn), JAMART. - 0 PARIS. - Jamard, mousquetaire : une bande chargée de trois geais et trois marcs. - Jamart, référentaire : deux chevrons, deux croissants et une étoile. - Jamart, commissaire ordinaire des guerres : une écrevisse. - Jamart : deux cors de chasse et une molette. - Jamen, bourg. de Paris : un chevron chargé d'un croissant, deux roses et un lion. - Jamet, march. bourg. de Paris : R, M, N, entrelacées. - Jamet, lieutenant des chasses du roi : un chevron, deux étoiles et un lion. - 0 LYON. - Dejame, march. moulinier de soie : tranchée : 1 : trois étoiles en banc; 2, un chêne surmonté d'un oiseau et d'une étoile. - Jamet, hôte : trois lions. - Jamier, march. bourg. de Montbrison : un chevron chargé d'un losange. - 0 OUEST. Jamin, fam. anc. : trois lapins. - 0 BRETAGNE. James, un croisé 1248 : nob. anc. 1669 : sept macles. - Jamet, Jametz, débouté en 1669 : un pin arraché. - Jamin, un anob. 1474 : deux serpents entrelacés, affrontés. - • BOURGOGNE. - Jame, fam. notable (1811s.) dans le commerce des vins, un anob. - 0 NORMANDIE. - James, fam. anc. : une bande et six coquilles. - • BOURBONNAIS.- James, fam. anc. : un dauphin. JARD, JARDIN, JARDÉ, JARDAY. - • PARIS. Jardé : un chevron et trois roses. - Jardin, médecin du roi : un rosier à quatre roses. - Jarday, chef de fruiterie : un chévron et trois citrons. - Jardinet, prêtre : un J. - 0 POITOU, BRETAGNE. - Jardin, fam. déboutée à Nantes 1670 : une tubéreuse. - 0 SUD-OUEST. - Jardel, fam. notable, bgse, (17* s.) : un chardon. JARE (Normandie Georges), JORI, JORY, JORIS, JORET. - 0 PARIS. - Joret, écuyer : un croissant surmonté d'une flamme. - 0 FLANDRE. Joris, fam. anc. - 0 ROUERGUE. - Jory, Juery ou Jouery, fam. anc. bgse (15 s.) orig. St-Geniez et Campagnac, devenue «de Jory »mais ne fut jamais nob., une autre (?) fam. (13 s.) anc. chevalerie, disparue, (éteinte?) au 178 s. JARRIGE (Massif central) nom de lieu : garrigue (S.-O.), JARRY. - 0 PARIS. - Jarry, huissier du roi : trois pommes de pin. - Jary, march. bourg. de P. : écartelé en sautoir et une croix ancrée. - 0 LYON. Jarrige, prêtre : chevron chargé d'un losange. JASPAR. - Gaspard. JASSAUD. - Prénom? - • PROVENCE.- Jassaud, fam. anc. bourg. (des anob. fin 18* s.), branches de condition modeste; l'une, à Paris, fit fortune, construisit dans l'île Saint-Louis une demeure magnifique : un croissant, trois étoiles en chef. JAUBERT. - Nom germ. - 0 MARSEILLE. - Jaubert, notaire : un chevron, une croix, chef à trois étoiles. JAUD, GAUD, JAUDOIN, JAUDONNET. - Prénom et dérivés (comme Gaud, Gaudon). - 0 TOURAINE, POITOU. - Jaudonnet, fam. bgse (17 s.) dont fam. de Jaudonnet, etc. : trois têtes de coq. - Jaudoin - ouin : un lion de sable. JAUNÉQUY (basque). - JAUNAUD (Dauphiné). - Nomgermanique. JAY, LEJAY, JAYAC. - 0 PARIS. - Jayac, intendant de l'archevêque de Reims : cinq losanges. Jay : bandé de six pièces; sur le tout : un écusson coupé chargé d'une aigle de l'un en l'autre. - Le Jay, fam. importante du Parlement, dès le 14* s. 0 BRETAGNE, POITOU. - Le Jay ou Le Geai (voir LeGeai). - 0 SUD-OUEST. - Jay, fam. dont un anob. 1597 : bande chargée de deux lions et trois rocs d'échiquier.

JAYME (Gasq.). - Jaime, prénom mauresque HaÎm, Jammes (en anglais James). JEAN, JEANNIN, JEANSON, JOANNE (Dauphiné). - 0 PARIS. - Jean, intendant en Guyenne : une aigle éployée; trois soleils en chef. - Jean, trésorier : un levron rampant, trois coquilles en chef. - Jeannin, procureur : un' cœur percé d'une flèche en bande; chef à trois alérions. - Jehannot, baron d'Huriel, garde du trésor royal : un chevron, un lion léopardé en chef. - Joannet, bourg. de P. : un chevron surmonté d'un croissant, deux porcs-épics et un mont. - Joannet (de Secqueville) : un chevron et trois taupes passant. - Johanne, gouverneur de Chambord, fam. dont les marquis de Saumery : écartelé : 1 et 4 : un lion rampant; 2 et 3 : trois fasces et trois coquilles en fasce. - Johanes : une tête de bélier et deux besans, une chaîne alaisée en chef. - Jeannol : un chevron et trois étoiles. Jeancour : un lièvre. - Janneau : une fasce bastillée de trois pièces et trois têtes de pavot. - Jean : un rouleau de musique en fasce chargé d'un pot et surmonté d'un soleil. - 0 LYON. - Janin, écuyer : un croissant enflammé écartelé à une fasce fuselée, un lion naissant en chef. - Johannin : un pin; écartelé à trois quintefeuilles; deux lions affrontés sur le tout. - Jannon : trois quintefeuilles. - Jannin, bourg. : un croissant d'où sort une flamme. - Joannin : un cœur soutenu d'un croissant, trois étoiles en chef. - Janin, tenant le logis de Saint-Nicolas : un saint-Nicolas. - Jannorey : un chevron chargé d'une rose. - Janel, notaire : un chevron chargé d'un trèfle. - 0 MARSEILLE. - Jean, peseur au bureau des poids ; un arbre sur une terrasse soutenu de deux lions affrontés et un chef. - 0 BRETAGNE. - Jean, fam. déboutée 1669 : bande à trois losanges et trois coquilles. - jehennin : sept molettes. - Jenennot : une croix fleurdelisée et deux lions affrontés. 0 NORMANDIE. - Jean, fam. anc. : trois glands. Jeanne, fam. anc. : une montagne et deux étoiles. Jehannot, fam. anc. dont les marquis de Bertillac (18* s.). - 0 PROVENCE. - Joannis, anc. fam. à Aix, (15* s.); peut-être d'origine florentine. JÉROME, GÉROME. - La forme ancienne de ce prénom est Gérôme, Géronimo ou Hiérosme. JEUNE (LE). - 0 PARIS. - LeJeune, fam. de robe : chevron et trois étoiles (ou molettes). - Fam. d'Anjou. - 0 BRETAGNE. - Le Jeune : trois sonnettes. - Le Jeune ou le Jaouancq, fam. anc. nob., un croisé 1248 : un cerf d'argent. JOB, JOBIN, JOBARD, JOBART (plaisantin), JOBERT, JAUBERT, DESJOBERT. - Aussi prénom comme Hubert, Gaubert, Gombert, etc. - • PARIS. - Jobart : un chevron, deux étoiles et un croissant. Jobard, cordonnier de la Cour (Louis XIV). Jobert, avocat : une hure de sanglier et trois hermines. - Jobert, procureur : un coq, deux grappes de raisin et un renard passant. - Desjobert, fam. notable 208 s. - 0 LYON. - Jobert, écuyer : un chevron, chef à trois hermines. - Johan, bourg. et capitaine du quartier de la rue du Bois : un chevron chargé d'une fleur de lis. - Jobert, notaire : un chevron chargé d'une billette. - 0 BRETAGNE. - Jobert, fam. dont une branche est devenue «de Saint-Georges ». - 0 SUD-OUEST. - Jobert, Jaubert, fam. nombreuse et ancienne, dont les vicomtes de Nantiat portaient d'azur à trois fleurs de lis d'or qui est de France (et des variantes). - Cette fam. fut l'objet d'une enquête, sous Louis XIV, afin de déterminer ses droits à ce blason... Les conclusions s'avérèrent impossibles, en définitive, et les Jaubert continuèrent à porter les armes de France (variante 148 s. : trois tours). - 0 BOURGOGNE. - Jobard, fam. de Dijon, (18* s.) dont un anob. - Jobert, fam. orig. de Langres, bgse, exerça le commerce des vins dont un anob. : une

fasce dont sort un homme aux bras étendus, et, en pointe, un lion sous un chevron abaissé. JODELET, JODEAU, JODON. - • PARIS. - Jodon, march. bourg. de P. : un chevron et trois coquilles. JODRILLAT. - Fam. de Saulieu bourg. au 16e s. : troisJOFFRE, GEOFFROY, JOUFFROY (Jura). Prénoms. - 0 BRESSE. - Joffrey, fam. (15* s.) : un croissant; chef à trois étoiles. - 0 DAUPHINÉ. Jouffrey, fam. bgse de robe : mêmes armes qu'en Bresse. JOIRE, GEORGES.Anc. lyonnais. JOISEL - Fam. de robe et d'épée, dt un anob. (17* s.), seigneurs de Mauny, etc. un chevron, deux roses et un lion. JOLY, JOLLAIN. - 0 PARIS. - Jollain, mouleur de bois : un chevron et trois tourteaux. - Jollain, docteur en théologie : un chevron et trois hermines, un croissant entre deux étoiles en chef. - Jolliet, avocat : un olivier fruité soutenu d'un croissant, trois étoiles en chef. - Jolly, march. bourg de P. : un chevron, deux étoiles et une gerbe. - Jolly, chantre et chanoine : une merlette, un monde et deux étoiles en chef. - Jolly, écuyer : un chevron, deux étoiles et un croissant surmonté d'une tête d'enfant. - Joly de Champigny (de Chalo-Saint-Mars); voir articles Boucher, Chartier. - Joly : un chevron, trois mouches, trois étoiles en chef. - Joly, fam. notable du Parlement, venue de Bourgogne, connue depuis le 16* s. anob. 17* s. alliée aux Le Maistre, Talon dont les sgrs de Fleury et de Blaisy : un lis; une croix pattée et un léopard en chef. - Jolinet, curé : quatre roses en pairie. - Jolly, prêtre : un cœur percé de deux flèches. - Jolly, lieutenant à Sens : une tête de singe et une bordure. - Jolly, garçon ordinaire de la chambre du dauphin : un coq sur une terrasse regardant un lis. - 0 LYON. - Jolly, président aux entrées et sorties de Roanne : un lis, une croix pattée en chef. - Jolly, maître emballeur : une aigle au vol abaissé tenant un lis, trois étoiles en chef. - Joly, bourg. : un coq et trois lis. - Jollivet : un chevron chargé d'une coquille. - • LORRAINE. - Joly, fam. de robe (Metz) : une fasce, une aigle, une rose. - Joly : un chevron et trois hures. - 0 BRETAGNE. - Joly : mêmes armes que Joly en Bourgogne et à Paris. 0 BOURGOGNE. - Plus. branches de la fam. Joly (de Fleury, etc.) remontant à un grenetier du Grenier à sel de Nuits en 1398. - Autres Joly orig. de Pontailler bgsie (15* s.) et plus. branch. bgse march. et nob. (maires héréditaires de Pontailler) : deux croissants adossés et trois étoiles. JONQUIÈRES : Midi n. de lieu, JONCHÈRE, JONC, JONCHERAY, JONQUET. - e PARIS. Joncheray, anc. procureur au Châtelet : un chevron, deux étoiles et une rose. JORDON (savant), JOURDAIN, JOURDAIN, JOURDAN, JORDAIN. - Prénom. - • PARIS. Jourdain : un chevron et trois étoiles. - Jourdan : une main armée d'une épée. - Jourdan, greffier au Châtelet : un cor de chasse, trois étoiles en chef. Jourdan, commissaire au Châtelet : un chevron, deux lions affrontés, un pin traversé d'une rivière en bande, et deux étoiles. - Jourde, bourg. de P. : une montagne surmontée d'une aigle volant en barre regardant un soleil. - Jourdin : un chevron et un daim passant; deux molettes en chef. - Jourdan, maître de guitare du roi : un chevron, deux lions affrontés, un arbre et deux étoiles. - Jourdy, commandant la petite écurie du roi : une fasce, trois molettes et trois croissants. - 0 LYON. - Jourdan, march. et maître ouvrier en drap de soie : une fasce, trois croix ancrées et un lion. - Jourdan, march. : un daim passant, une étoile et une main indiquante.

- Jourdain, prêtre : un chevron chargé d'une larme. 0 MARSEILLE. - Jourdan, march. : un rocher ds une mer, sommé d'une colombe regardant un soleil; une croix potencée et quatre croisettes en chef. Jourdan, bourg. : un coq sur un tertre mouvant d'une rivière, et une étoile. - Jourdan, march. magasinier : un rhinocéros, coupé à une barre. 0 BOURGOGNE. - Jordan, anc. fam. orig. du Languedoc, dt plusieurs branches protestantes et catholiques. Plus. anob. : une ancre brochant sur deux bâtons en sautoir et en pointe, un lion surmonté d'un chevron. - 0 AUVERGNE.- Jourda, anc. fam. nob. dt les vicomtes de Vaux, de Foletier, etc. • LAROCHELLE. - Jourdan, anc. fam. d'armateursbanquiers, (17* s., 188 s.). - 0 ANJOU. - Jourdan (même fam.?) une fasce et trois roses. - 0 BRETAGNE. - Jourdain dt un chevalier de Malte en 1562 et un relief de noblesse en 1631 : un croissant d'argent. Devise : Servire Deo, regnare est. 0 FRANCHE-COMTÉ. - Fam. Jordain, venue du Poitou - un Tau : chef à trois besans. JOSSE, JOSSERAND, JOUSSELAIN, JOCELYN, JOULIN, JOUSLIN, JOUSSEAUME. - Prénoms composés à partir de la racine Jos. - • PARIS. Josset, march. : deux haches d'armes en pal et trois coquilles en fasce. - Jossey, bourg. de P. : une fasce chargée de trois croissants, et trois colombes tenant un rameau dans leur bec. - Jossier, épouse Brébier : une tour et deux lézards la tête en bas. Jousse, notaire au Châtelet : un lion. - Jousset, auditeur à la Chambre des Comptes : une fasce et trois alérions. - Josse : une foi en fasce, une main en pal 'chargée d'un cœur, les doigts en bas. Jossey : une épée et deux coqs affrontés. Jossenai, écuyer ordinaire de la bouche : un chevron surmonté d'un soleil et un pot, le couvercle chargé d'une fleur de lis. - Jousselin : une aigle et un croissant. - Jousset, gentilhomme de la grande vennerie : une bande chargée de trois coquilles et deux coquilles. - Josse, fam. d'orfèvr. depuis Louis XIV, au moins, illustrée par un personnage de Molière (l'ami de M. Jourdain) riche et célèbre en son temps, M. Josse est l'ancêtre d'une dynastie d'orfèvres-bijoutiers qui subsistait encore fin 198 s. (alliance Christofle) et dont descend l'auteur. Enseigne 17* s. : «A la Croix Verte ». Blason des Josse à la chambre des Comptes, probablement issus des orfèvres : trois couronnes. - 0 LYON. Jossenaud : une houssette losangée et neuf étoiles en arc. - Josserand, avocat et bourg. de Lyon : trois tours. - Jusserand, fam. 198 s., variante de Josserand? - 0 LIMOUSIN. - Joussineau, fam. nob. chevaleresque : de gueules, au chef d'or. 0 POITOU, BRETAGNE. - Jousseaume, marquis de la Bretesche 1657 : une croix pattée d'hermines. Jouslard : deux coquilles et un croissant. - Jousseaume : gretlé de gueules. - Jousselin : trois jumelles de sable. - Jousserand : fasce argent, azur, à l'aigle brochante. - • PÉRIGORD. - Jaussain, Joussein, Joussin, bgsie de Brantôme : une fasce et trois roses (ou trois croisettes). - Jusson, fam. ayant donné un page aux Petites Écuries : chevron, un cœur et deux étoiles. - 0 BRETAGNE. - Josse, anc. fam. nob. déboutée en 1668 : chevron et trois coquilles. - Autre Josse : une fleur de lis, chef échiqueté. - 0 POITOU. - Joulin, Jouslain, etc. Dynastie de meuniers à Cherigné (Deux-Sèvres) du 17* au 19* s. : un chevron componé (alliance Thebaut). (201 s.) rameau Jouslin; après 1930, devenu Jouslin de Pisseloup de Noray : devise «Le loup pisse à Noray ». - 0 ANJOU, TOURAINE. Les grands «La Haye-Jouslain » (les vrais) sortent d'un bgs de Tours (12* s.), sénéchal d'Anjou et Touraine, nommé Jouslain, Joullin ou Jousselin : de

gueules à la croix d'hermines. Autres JouslainJousselin... à Chinon : un lion passant; à Saumur, fam. bgse : chevron et trois roses. - 1609 Saumur : Jean Jouslain, dit La Haye, maître charpentier en bateaux. JOST (Just), JUSTEL - Prénom. - 0 PARIS. - Jost, . march. de toile : ses initiales entrelacées. - Justine, prêtre : une balance. - • MARSEILLE. - Just, bourgeois : tiercé en fasce : 1 : une aigle couronnée; 2 : un lion passant couronné; 3 : fascé, ondé, enté. 0 BRETAGNE.- Justel, fam. déboutée 1669. JOUAL (Als), JAVAUX (Franche-Comté 158 s.), JABAL (basque, maître), JOUVET, JOUVIN. - 0 PARIS. - Jouvelle, greffier : un chevron chargé de trois glands et trois annelets. - Jouvin, march. de grain : ses initiales entrelacées. - Jouvin, lieutenant des bourg. de Melun : un coq sur un cep de vigne mouvant d'une terrasse. - • LYON. - Javy, march. bourg, de L. : un pal émargé de cinq annelets. Javette, march. : une rose, un croissant, deux étoiles et une palme. - Javard, bourg. de L. : une bande échiquetée. - Javette : trois gerbes. JOUANNES, JOUHAN. - 0 PARIS. - Jouan : un chevron, trois molettes et trois soleils. Jouan, march. bourg. de P. : trois roseaux, un croissant et deux étoiles. - Jouan : six roses. Jouanne : un lion. - Jouart, née Chiton : une colombe, les ailes étendues tenant un rameau d'olivier ds son bec et trois étoiles. - Jouault, greffier : un chevron, deux croissants et une rose. Jouault, porte-meuble de la chambre du Roi : un chaise à l'antique et huit lis de jardin en orle. - • BRETAGNE. - Jouannic, fam. d'un anob. 1488 : trois cœurs de gueules. - Jouault, un chêne et trois hures. - 0 NORMANDIE. - Jouhan, fam. anc. : six roses. - Jouanne, plus. fam. nob. de ce nom. JOUARD (Dijon - N. germ.), JOUAULT, JOUAN, JOUASSE (Poitou-Charentes). - Folâtre. JOUBERT (Centre), JUBERT, JUBIN, JUBAR. 0 PARIS. - Joubert, juré expert : une plante de jombarde, un soleil en chef. - Joubert, procureur au Parlement : deux J entrelacés formant un cœur surmontés d'un cœur et deux plumes à écrire. Joubert, cons. à la cour des Aides : un mouton passant surmonté de deux molettes. - Jubert, avocat : écartelé 1 et 4 : une croix alaisée - 2 et 3 : cinq couronnes. - Jubert, procureur au Châtelet ; un lion passant. - Jubert, sgr de Bouville, marquis de Bizi : une croix alaisée et cinq fers de lance. - Jubin, march. épicier ; deux croix, un F et un J. - Jubar, prêtre : deux étoiles en fasce, une montagne, un soleil en chef. - 0 LYON. - Joubert, procureur ; un chevron chargé d'une coupe. - 0 NOIRMOUTIER. Joubert, anc. fam. : chevron à cinq casques et un vol et un rocher. - 0 BRETAGNE. - Joubin dt un anob. au siège de Châteauceaux 1420 : écartelé un pont et deux fasces. - 0 POITOU. - Joubert, fam. d'une très grande ancienneté ; une croix à cinq coquilles et aussi : trois tours, et aussi trois molettes. JOUET (n. de lieu : Cher), JOUETTE. - 0 PARIS. Jouet, avocat au Conseil : une main droite tenant une épée et deux dauphins. JOUGAUD.- Bafouilleur. JOUGLAS, JOUGLA, JONGLEZ, JUGLA (Périgord), JONGLEUSE (Nord). - Jongleur. - Jonglez devenu Jonglez de Ligne, en 1950. - Jongla, fam. bourg. Carcassonne, essaimée à Montpellier, Béziers, etc. plusieurs anob. : un épervier, chef à trois étoiles. JOUIN : JOVIN, JOUINOT, JOUOT. - 0 PARIS. Jouin, grand valet de pied de feu la reine : trois lis en pal.

JOUNART, JEUNE, JONAS, JAUNARD. - Prénoms : Jonas. - 0 PARIS. - Jonas : une bande engrêlée. JOURNAL, JOURNEL, JOURNEAU, JOURNEAUX,JOURNET. - Mesure de terre. - 0 PARIS. Journet, procureur : un chevron et trois roses. JOURNU. - Fam. considérable orig. Toulouse, essaimée à Bordeaux, etc... dont des armateurs au 188 s., un comte de l'Empire, etc., un aigle sur un nuage, un soleil et une étoile. JOUVE, JOUVENEL, JOUVENCEL, JOUVENOT (Fr.-Comté - Bretagne), JOUVENEAUD (Charolais), JUVENEL, JOUVENEAU, JUVENAL (Midi). - • PARIS. - Jouvancy, médecin à l'Université de Paris : tiercé en fasce à un anneau et un triangle. - Jouvelin, procureur au Châtelet : un chevron, deux trèfles et un renard passant. - Jouvenet, peintre ordinaire du roi : un cerf passant. - Jouvenot : un chevron, trois croissants et un lion; fam. de vignerons Franche-Comté, alliances Mey, Bonvalot. - Jouvin : un chevron, trois grappes de raisin; en chef, deux épieux en sautoir. - Jouvin, trésorier : un chevron, deux tours et un rocher. - 0 LYON.- Jouve, march. : un phénix sur son bûcher regardant un soleil. - • MARSEILLE. - Jouvene, march. bourg. et échevin de Marseille, une fasce surmontée d'une étoile et soutenue d'une mer. - Jouvene, march. : une main mouvant d'une nuée, tenant trois épis de blé, et trois roses en chef. - 0 ANTILLES. - Jouveau dt les Jouveau-Dubreuil : un chevron et un poignard. - 0 DAUPHINÉ. - Jouven, Joven, fam. nob. au 15" s. : trois pals, chef a trois mouchetures. JOUX (n. de lieu, Jura). - 0 LYON. - Dejoux, bourg. : losange; parti à trois demi-vires. JOVIN. - St-Jupiter. JOYEUX, JOYBERT. - JOYEUSE, JOYARD, JOYEUX. - Sobriquet; Joybert, prénom. - 0 PARIS. - Le joyeus, capitaine de vaisseau du roi : quatre fasces ondées et au cimeterre en bande br. sur le tout. - Joybert, enseigne de vaisseau : un chevron surmonté d'un croissant et trois roses. Joyeuse, abbé : porté de six pièces, chef à trois hydres et un lion, bordure à huit fleurs de lis. - 0 LYON. - Joyard, march. cabaretier : un arc-en-ciel surmonté d'un soleil mouvant du chef. - Joyard, traiteur : deux arcs en sautoir, deux grappes de raisin et deux tourteaux. - 0 POITOU. - Joyeux, Joyeulx, anc. bgsie : un violon. - 0 LANGUEDOC. Fam. bgse Joyeuse, à Montpellier (alliance Grasset) se dit issue de l'ancienne maison de Joyeuse. JUCHAULT, JUCHEREAU. - Composé de «Juché »? ou nom anc.? comme Jusserand. 0 BRETAGNE. - Juchault, fam. notable dt le célèbre La Moricière : une fasce et trois coquilles. - 0 TOURAINE. - Juchereau, fam. dt sont issus les comtes de Saint-Denis. JUDE, JUDET. - Juif (sobriquet); Prénoms. - 0 PARIS. - Jude, march. bourg. de P. : un chevron et trois quintefeuilles. - Juif, avocat : une fasce, deux étoiles et un croissant. - • BRETAGNE.- Judes, fam. déboutée 1668 : quatre fasces d'azur et deux de contre-hermine, entremêlées. JUERY(Midi), JORI : Georges. JUGE, JUGET, LEJUGE. - Sobriquets. - • PARIS. - Juger, prêtre : un chevron, un croissant et deux étoiles, un vase à deux anses. - Le Juge, fam. devenue de Juge; bgs de Paris, marchand de dentelles, architecte, etc. - Cette fam. portait les armes de Chalo-Saint-Mars (voir art. Boucher et Chartier) et, sur le tout : un rocher sur lequel est enchaîné un mouton. - 0 MARSEILLE. - Juge, bourg. : trois roses sur une seule tige, surmontées d'étoiles soutenues d'un croissant. - e POITOU. -

Juge : chevron, belette, croissant et coquille; 16 fabricant et bourg. de Lyon : un chevron chargé tourteaux en bordure. d'une étoile. - 0 MARSEILLE. - Julien, march. de blé : un lion surmonté de trois étoiles en chef. JUILLARD, JULIARD, JUILLET, JULIOT. - Paris maître boulanger : un lion tenant une poi138 s. - * PARIS. - Juillet, chirurgien de Mgr le Julien, gnée d'épis de blé surmonté de trois étoiles. prince de Condé : un chevron et trois lions passant. - Julien, march. ouffier : un pont à deux arches surJuliard, écuyer : un soleil et une gerbe soutenant monté de deux étoiles. - Jullien, anc. échevin de un croissant. - Julliot, lieutenant de la prévôté de Marseille : un ours coupé à une barre. - 0 POITOU. Chablis : deux pals et trois besans en chef. - 0 Jullien : deux lions d'or. - • BOURGOGNE. - Jullien, BRETAGNE.- Julliot : un sautoir et quatre besans. «fam. la plus ancienne de la province », issue de Gérard J. viv. 1370 dont plus. branches de condiJUIN. - 0 POITOU. - Juin, anc. bgsie march. de tions diverses. Les branches restées en Bourgogne : Niort : une faux. un lion d'or. Une branche en Gâtinais (16e s.) porte JULIEN, JULLIEN, JULLIAN (S.-O.). - Nom de les armes de Chalo-Saint-Mars (voir article Boucher, saint, largement vénéré. - a PARIS. - Jullien, tré- Chartier) par suite d'alliances Le Maire, Essaisorier : un chevron, deux étoiles, une main ds une mée en Normandie, Nivernais, Bugey, etc. (un baron nuée tenant trois épis, soutenue d'un croissant. - de l'Empire). - 0 PROVENCE. - Julien, Jullien, fam. Jullien, march. bourg. de P. : une aigle à deux têtes. du Parlement d'Aix : un sautoir, chef à trois étoiles. - Jullien, fam. orig. des environs de Meaux. - Ascen- 0 CHARENTES. - Fam. anc. Julien ou Julliension sociale très rapide (un anob. au 18 s. dt un Laferrière, voir article : Ferrière. - 0 BRETAGNE. march. mercier) : un sautoir, un croissant, deux Julienne, fam. nob. et anc. : une fasce à trois anneétoiles et un cœur enflammé. - Julienne, bourg. de lets et trois merlettes. - 0 NORMANDIE. - Julien, Paris : écartelé : 1et 4 : un cœur; 2 et 3 : un chevron fam. anc. : deux lions affrontés tenant une épée. et trois croissants. - Julien, prêtre : une fasce Juliote, fam. anc. : un chev. trois étoiles. JUMEAU, GIMEL, JUMEL - 0 PARIS. - Jumel, chargée de trois croisettes, deux balles percées et une gerbe de blé. - Julien, curé : un daim passant laboureur : deux rames en sautoir et une ancre brosur une terrasse, chef parti à deux croisettes. - chant sur le tout. - LeJumel : un aigle à deux têtes. Julienne, garde-manteau des eaux et forêts : un - 0 ANJOU. - Jumeau, Le Jumeau, fam. anc. : au chevron, deux trèfles et un croissant parti à une léopard d'or (barons de Blou). aigle. - Jullien, curé : une fasce chargée de deux , JUNCKER (seigneur, hobereau), JUNOT(jeunot), coqs affrontés. - 0 LYON. - Julien-Chomat, secré- JUNG (jeune, Alsace). - Junot, duc d'Abrantès taire au Parlement : un pal chargé de trois merlettes 1808; passé aux Le Roy. JUSSY. - Lieu. - Fam. comtoise, médecins et deux palmes adossées. - Jullieron, imprimeur ordinaire du roi : deux vipères aux têtes adossées, (18 s.) bibliophiles, essaimée en Lorraine. en sautoir, chef au lion naissant. - Jullien, march. JUZOT(en bas), JUZON (Sud-Ouest).

K

k

KAUFFMANN, KAUFMANN, KOFFMANN. - Marchand, als. - 0 ALSACE. - Kauffmann, fam. originaire d'Autriche (protestants) : un casque de profil. KELLER, KELLERMANN. - Cellier, als. - du Cellier. - 0 ALSACE. - Keller : un bras tenant une roue de fortune. - Kellermann : un croissant versé, coupé; trois ruches surm. de trois étoiles, rangées en fasce. - Kellerman, duc de Valmy. KEMPF, KEMPFF. - • ALSACE. - Kempf, fam. anc. : un sautoir ancré. KER. - Breton ker : maison. - Nombreuses fam. commençant par ker, généralement précédé de «de »et, de ce fait, à tort ou à raison, passant pour nob. - Elles sont fort connues et répertoriées en Bretagne : leur étude ne s'impose pas dans cet ouvrage. - En outre, les noms de fam. en ker sont suivis souvent de noms d'h. proprement dits avec lesquels ils forment des noms de lieu, non pas des patronymes. - Beaucoup de fam. connues sous des noms de cette sorte ont en réalité des noms tout autres ainsi les Kersaint s'appelaient Lechat, les Kerusoret, LeBorgne, etc. KESSEL - 0 FLANDRE. - Kessel, (16 s.) : cinq losanges en croix ou : sautoir bretessé.

KLEIN. - Petit, Alsace-Lorraine. - 0 ALSACE. Klein : un dragon. - LORRAINE. - Klein, prévôt : trois belettes. - Klein, comte de l'Empire, pair de France : une main armée d'une épée haute en pal, un pal ch. de trois chev. brochant sur le tout. KLINGLIN. - Lieu; ruisseau de montagne (AlsaceLorraine). - 0 ALSACE. - Klinglin, dont un anob. 1701 : une fasce; trois fleurs de lys. KLOTZ.- Fam. alsac. notable. KNOLLES. - 0 BRETAGNE. - Knolles, fam. anglaise essaimée en Bretagne, (14* s.) : un chev. et trois trèfles. KOCK. - Surnom : cuisinier (flamand). - Paul de Kock (1793-1871) employé de banque, puis littérateur; son œuvre comprend environ 400 volumes et 200 pièces de théâtre. KŒCHLIN. - Surnom : petit cuisinier. - 0 ALSACE. - Kœchlin, fam. notable citée dès 1320, issue de la maison noble des Singenberg (?). Lieu, près de Saint-Gall. Alliée aux Dollfus, Decazes, etc. KŒNIG. - Surnom : roi. - 0 ALSACE. - Kœnig dont un anob. 1623. KRAMER,KRAEMER,KREMER. - Surnom : boutiquier, Alsace-Lorraine. - 0 ALSACE. - Kremer : un sautoir alaisé; deux roses.

L

1 LABADIE.- Cf.Abadie. LABALLE. - Sobriquet. - 0 PARIS. - La Balle, notaire : deux étoiles et un cœur. LABALLUE.- Cf. Ballue. LA BALURE. - e PARIS. - La Balure : cinq rameaux et une tête d'homme. LABARDE.- • PARIS. - La Barde, président en la première chambre des Enquêtes : trois coquilles, une molette, éc. à trois fusées. LABARRE.- Cf. Barre. LABASTIDE.- Cf.Bastide. LABAT. - Étym. la bat : la vallée, maison située dans la vallée (gascon); abbé; vallée (Sud-Est). - * LYON. - La Bat, md. : une fasce acc. de six fleurs d'iris. - • BORDELAIS, SAINTONGE. - Labat : bande ch. de trois étoiles, acc. de deux étoiles. - 0 BRETAGNE.- Labat, fam. anc. 17*s. : un lion. LABATUT.- Lieu (Charentes, Dordogne). LA BAUME, DELABAUME, LA BAUME, LA BAUNE, LA BEAUNE, DE LA BAUNE, DELABEAUNE. - En Occitan : montagne. - 0 PARIS. - La Baume, chevalier. - La Baume, cons. : chev. : deux croissants et trois tours donjonnées. De la Beaune, archevêque d'Auch : trois chev.; chef. ch. d'un lion naissant cour. d'une couronne à pointes à l'antique. LABBÉ,LABBEY.- Cf.Abbé. LA BERGE. - e PARIS. - La Berge, bourg. : trois croissants. LABEUR. - • PARIS. - Labeur, cons. : gerbe et cloche. LA BEY. - Nom de lieu (Savoie). - 0 LYON. La Bey, maître tailleur d'habits à Lyon : deux crosses adossées. LABICHE. - Cf. Biche. LABIZERIE. - 0 LYON. - La Bizerie, bourg. : trois hirondelles volantes en face et posées l'une sur l'autre en barre et un vent son souffle mouvant du canton dextre du chef. LABLANCHE.- Cf. Blanche. LABORDE, LA BORDE. - Lieu, (ferme). - 0 PARIS. - Fam. anc. Marquis 1785. - Laborde, tailleur : chev., croissant, deux étoiles et un lion. La Borde : une croix de Jérusalem. - 0 BÉARN. Laborde de Mompezat, bonne bgsie. Sud-Ouest ayt. probablement figuré dans la nob. de Béarn, 208 s. un prince de Danemark. LABOREY, LABORET, LABORY, LABOURET, LABOURÉ, LABOURER, LABOUROT. - Nom de fermier, celui qui exploite une borie (ferme, Sud-

Ouest). - • LYON. - Labory, march. bourg. : une vache passante et trois étoiles. - 0 FRANCHECOMTÉ. - Lieux : labour. - Laborey, notable à Dole 168 s. - 0 FLANDRE, ARTOIS, PICARDIE. Labouré : chev. une étoile et trois cœurs. - 0 CHAMPAGNE, FRANCHE-COMTÉ. - Labourot, fam. notable. LA BORNE. - Lieu : limite, borne. La Borne, bourg. : chev. deux vols et une borne sur une terrasse. LABOULAYE.- Cf. Boulle. LABRIFFE. - Sobriquet : glouton. - Considérable fam. parisienne, orig. de l'Armagnac, (16 s.) issue de Pierre de la B. et de Marguerite Pérès anoblis 1638; marquis de Ferrières 1692. LA BRUYÈRE, LABRUÈRE. - Lieu couvert de bruyères. - 0 PARIS. - Labruère, procureur : chev. acc. d'un porc-épic. - La Bruyère ; lion acc. de trois mouchetures d'hermines. - La Bruyère : deux racines de bruyère mises en chev. acc. en chef de deux molettes et d'un croissant d'hermine. - • LYON.- Fam. anc. orig. de Soissons. LA BUCAILLE. - Lieu : hêtraie? - • PARIS. La Bucaille, capitaine au régiment de Provence : chev. et trois flammes. LACAILLE. - Cf. Caille. LACARLIÈRE. - De carlier : charron. - 0 PARIS. La Carlière, docteur régent en médecine : trois molettes. LA CASSAIGNE. - Chênaie (Sud-Ouest). - • PARIS. - La Cassaigne, lieutenant des gardes de monsieur le Prince : éc. aux 1 et 4 au dauphin, aux 2 et 3 au chêne planté; au chef à la croix. LACERVELLE.- Cf. Cerveau. LACHAISE, LACHAIZE, LACHÉZE. - Église (italien : chiesa). - e PARIS. - La Chèze, avocat ; trois bandes. - a La Chaise : deux palmes passées en sautoir, surm. d'une étoile. - La Chaize, brigadier ; un lion couronné. - La Chaize, lieutenant de SaintRambert : trois pommes de pin et une serre. LACHAMBRE.- Cf. Chambre. LACHAMPAGNE.- Cf. Champagne. LACHAPELLE. - Lieu. - 0 PARIS. - La Chapelle, de l'Académie française : une fasce, trois étoiles et un arbre; chef ch. d'une tête de griffon. - • LYON. La Chapelle, bourg. : chev. ch. d'une étoile. LA CHASTRE, LA CHATRE. - Nom d'ancien fief (lat. castrum). - L'illustre et anc. maison de la Châtre, ou La Chastre, est issue des anciens princes de Déols, en Berri : une croix ancrée, de vair.

LACHAU. - Nom de hameau (Sud-Ouest). - • PARIS. - Lachau, secrétaire général des maréchaux de France : un soleil et trois étoiles. LACHY. - 0 PARIS. - Lachy, procureur : chev. et trois trèfles. LACLEF. - Sobriquet (ou enseigne?). - a PARIS. La Clef, sr. du Maire, capitaine d'infanterie, croix ch. de cinq étoiles, cant. aux 1 et 4 d'un lion, aux 2 et 3 d'une rose. LACLOCHE. - Nom tiré d'une enseigne. - • PARIS. - La Cloche, échevin de Paris 1415 : un chev. ch. de trois croix recroisetées, acc. de trois tourteaux. 20* s. fam. Lacloche, bonne bgsie commerçante, cte de Vallombreuse, env. 1950. - 0 LORRAINE. - La Cloche, un an. 1526 : fasce ch. de deux quintefeuilles percées, acc. d'un lion léopardé et d'une cloche. LACOMBE.- Cf. Combastet. LA CONDAMINE. - Lieu : propriété en condominium. - 0 PARIS. - La Condamine, cons., receveur général des finances : trois glands tigés et feuilles. LACORE, LACORÉE. - 0 PARIS. - Lacoré, éc. cons.; chev., deux coqs et un lion. - Lacorée, procureur, trois coqs. LACOSTE.- Cf. Costa. LACOUDRAYE.- Bois de noisetiers. - 0 PARIS. La Coudraye, ci-devt. intendant au comité de Bourgogne : trois fusées posées en pal et rangées en fasce et deux demis fusées posées en pointe. LACOUR, DELACOUR, DELCOURT, DELECOUR. - Lieu, de la cour; de le : Nord. - • PARIS. - Delacour, bourgeois de Paris : chevron, deux mouches et un chien. - Delacour : avocat : chevron, deux étoiles et un croissant. - Delacour, maréchal des logis de Monsieur : trois couronnes ducales. La Cour, marchand de vins : une harpe. - De la Cour, capitaine : trois cœurs. - De la Cour, lieutenant de vénerie du roi : un sanglier, en chef : deux cors de chasse. - De la Cour, major de Verdun, ingénieur : une étoile et un croissant en chef, avec une fleur, et un lambel. - 0 POITOU. - De la Cour : un crapaud. Delacourt : une bande chargée d'un porc-épic. • LANGUEDOC. - Delacour : une aigle couronnée. • BRETAGNE. - De la Cour : trois pichets. - De la Cour : une fasce à trois roses, trois étoiles et un croissant; débouté 1669. - 0 NORMANDIE. - Delacour, trois fam. anc. 1) une bande et six coquilles; 2) écartelé : un lion, une aigle; 3) une bande et deux besans. LACRETELLE. - Lieu : crétel (Cambrésis). - • LORRAINE. - Lacretelle, fam. anc. fixée au 178 s. à Pont-à-Mousson. Joseph Lacretelle eut vingt-six enfants. - Fam. illustrée par trois académiciens : parti au 1 une palme, au 2 un burin en barre. LACROIX, LA CROIX, DELACROIX. - Maison ornée d'enseigne à la croix. - 0 PARIS. - La Croix, receveur des finances ; croix ch. de quatre coquilles. - La Croix, cons. : trois croix. - La Croix, directeur général de l'armée d'Allemagne ; une croix et quatre aiglons. - La Croix, marchand épicier à Paris : sautoir ch. d'une rose. - La Croix, chev. capitaine des gardes : tête de cheval; chef à trois croisettes alaisées; accolé à la croix ch. de cinq coquilles. - La Croix : aigle soutenue d'une croix; chef à trois étoiles. - 0 LYON. - La Croix : une croix ancrée ch. d'un soleil. - La Croix, marchand : une croix tréflée et quatre têtes de lion. - Delacroix, marchand : trois croix ancrées. - La Croze, bourg. : une fasce ch. d'une croix potencée, et trois losanges. - 0 BOURGOGNE. - Delacroie; écartelé : une croix pattée, alaisée; un coq. - 0 PROVENCE. - Lacroix, fam. anc. d'Arles 16* s. : trois fasces ondées et un lion à mi-corps.

LADEFORET. - Composé de Lade, ou Ladre : Lazare? Lazare lieu-dit? - e MARSEILLE. - Ladeforet, changeur : un pal. coupé; un rhinocéros. LADMIRAUT,LAMIRAL- Cf.Admirai. LADOYREAU. - e PARIS. - Ladoyreau, md. orfèvre, bourg. de Paris : pyramide avec un piédestal sur une terrasse, la pointe de l'obélisque supportant la lettre A. LAENNEC. - Nom breton : instruit. - 0 BRETAGNE. - Laennec, notaire à Concarneau 1573 :coupé au 1 un lion léopardé; au 2; trois fasces. Fam. illustrée par l'inventeur de l'auscultation 1826. LAFALIZE. - Var. régionale de falaise (Nord). - • PARIS. - Lafalize, secrétaire de la reine : écartelé ; un cœur et trois roses tigées : et : De Chalo-SaintMars (voir art. Boucher, Chartier, etc.). LAFARGE.- Cf. Farge. LAFARRE. - Domaine (Sud-Est). - • PARIS. La Farre, marquis ; trois flambeaux allumés posés en pal. LAFAY,LAFAYE.- Cf. Fay. LAFERRIËRE.- Cf. Ferrier, Julien. LA FEUILLE. - Lieu-dit. - 0 PARIS. - La Feuille, cons. : dragon ailé et couché : écartelé à la croix. LAFILLE. - Sobriquet. - 0 PARIS. - Lafille, capitaine de dragons ; une bande et deux cornets posés en bande et liés. LAFITTE. - Lieu, (évoque une pierre fichée, une borne). - 0 GUYENNE. - Lafitte, fam. anc. : un lion couronné, bordure d'onze merlettes affrontées. LAFOLIE, LAFOLLYE. - Maison dont la construction fut un caprice, une folie. - 0 PARIS. - Lafolie, bourg. : un rocher. - La Follye, bourg. : un rocher de six coupeaux, sommé de trois lis. LAFOND, DELAFONT, etc. - La fontaine (SudOuest). - Voir aussi Delafon. - • PARIS. - De la Fond, ou Lafond : écartelé : fascé argent azur; et : neuf losanges. - Autre blason : trois hures de sangliers; bordure componée. - Autre blason ; trois gantelets (Joseph Delafont, procureur). - 0 LYON. Delafond, échevin un lion. - Delafont, avocat : un pal, chargé d'un croissant et de deux étoiles. - De Lafond, drapier : une fontaine, deux étoiles, deux tourterelles. - Delafont, chanoine : chevron à la molette. - 0 PÉRIGORD, LIMOUSIN. - Lafon : trois coquilles. - Lafond, bourgeoisie ancienne ; un lion de gueules. Lafon, bourgeois de Belves : trois furets. - • NANTES. - Lafond, de Lafon : une fontaine et deux lacs d'amour; débouté 1668. - 0 NIVERNAIS. Fam. Delafond, notables 198 s. - 0 SEDAN. - 188 s., Laffon, négociants. - 0 LIMOUSIN. - Fam. Lafond, notab. 188 s. - 0 TOULOUSE. - Lafont, député 19 s. LAFORGUE.- Cf. Farge. LA FOSSE. - Nom de domaine. - e PARIS. La Fosse, écuyer : trois chev. et trois étoiles. LAFOUASSE. - Vendeur de fouaces. - • PARIS. La Fouasse, procureur : chef à trois molettes. LAGACHE,LAGASSE, LAGACE.- Cf.Agache. LAGADEC. - Nom breton : grands yeux. - • BRETAGNE. - Lagadec, fam. très anc. 148 s. : trois trèfles. - Le Lagadec : une quintefeuille, devise «Plutôt mourir que pâlir ». LAGARDE.- Cf. Garde. LAGAU. - Sobriquet : le coq (Midi, Sud-Ouest). 0 PARIS. - Lagau, cons. : lion tenant un rameau de laurier. LAGET. - Petite haie? - 0 MARSEILLE. - Laget, md drapier ; une fasce en devise, trois étoiles et un chev. abaissé. - 0 LYON. - Lager, tireur d'or : un geai et trois lacs d'amour. - Lagier, bourg. : une tour.

LAGNY. - Nom de localité. - 0 PARIS. - Lagny ou Delagny, fam. notable 178 s. : chevron, étoile et un lion tenant un cœur. LAGORCE. - Cf. Gorce. LAGRENÉ, LAGRENÉE, LAGRENET. - 0 FLANDRE, PICARDIE. - Fam. anc. 16e s. - La Grené, écuyer : un chev. engrelé. - Lagrené, procureur au présidial d'Amiens : trois bandes dentelées. LA GROSLÉE, LA GRAULÉE. - Peut-être savetier. - 9 LYON. - La Graulée, cons. : facé de six pièces et une bande. - La Groslée, receveur du droit de mesurage de la ville : un chev. LAGUE. - Nom de hameau. - • MARSEILLE. Lague, md : aigle et trois étoiles rangées en chef. LAHOUSSE.- Cf. Housse. LAILLER,LAILLET.- Cf.Aillaud. LAINE,LAISNE,etc. - Cf.Aisné. LAIR. - Lieu-dit. - e PARIS. - Lair : une croix denchée, deux étoiles et deux roses. - • BRETAGNE. - Lair, fam. anc. nob. : un chev. deux étoiles et un croissant. - Lair : un chev. et trois coquilles. LAISTRE, LAITRE, LAITTRE, LESTRE. - • ILEDE-FRANCE, BOURGOGNE. - Laistre, fam. anc. 168 s. : un chev. et trois cygnes. - 0 CHAMPAGNE. - Laistre ou Lestre, fam. anc. nob. : un chev. et trois étoiles. 191 s. : un baron, 1808; un vicomte, 1825. LALANDE, DELALANDE, DESLANDES, LANDAIS, LALANNE. - Lieu-dit. - e PARIS. Deslandes, avocat : trois pals et une étoile. Lalande : une cane passant sur des roseaux, et trois croissants. - Pascal Delalande, conseiller : de ChaloSaint-Mars (voir Chartier, Boucher). - Lalanne, écuyer : trois coquilles en pal. écartelées, un arbre, sanglier passant devant. - Jean Lande; tailleur : chevron, deux étoiles et une ancre. - Lande, chevalier : fasce, molette et deux glands. - 0 POITOU. - Delalande, maire de Poitiers, 16 s. : un chêne, croissant en chef. - Lalande, fam. nob. ? : écartelé or et azur. 0 BRETAGNE. - De la Lande, ou Delalande, ou Lalande dont Payen de la L., croisé 1248 : une quintefeuille (14 s.). Autres blasons : de la Lande : trois croissants; un cerf et trois coquilles :trois écussons, cotice brochante; fasce contre-bretressée; trois trescheurs (chevaleresque); un léopard couronné, et sept macles; et encore : trois lions, un lambel; trois cotices, au franc canton de gueules; une main tenant une fleur de lis. - 0 GUELDRES. De la Lande, anc. WALDEN, 168 s., essaimée en Bretagne : un lion d'or. - • NORMANDIE. - Lalande, Delalande, plus. fam.; fam. de Lisieux : trois molettes; fam. de Vire : un sautoir; fam. d'Avranches ; un lambel. LALEU,LA ' LLEU, LALLEUX.- Cf.Allod. LALLEMAND, LALLEMANT, LALLEMENT, etc. Cf.Allemand. LALLIER. - Variante de l'aillier : marchand d'ail. 0 PARIS. - Lallier, agent de change : trois roses; au chef, trois étoiles. - Lallier, bourg. : un arbre, deux étoiles et un croissant. - Lallier, directeur général du traité des petits scels : une fasce à trois cailles; en chef cinq épis de blé rangés en pal. et, en pointe, un réseau. - a LYON.- Lallier ;trois hures. LALOU.- Cf.Allou. LALOY, LALOYE. - Lieu de la Loye (bailliage de Dole); sobriquet : procédurier, ou : alouette (aloue) voirAllou, etc. - • PARIS. - La Loy, avocat au parlement : trois demis-vols d'aigles. - 0 FRANCHECOMTE. - Fam. anc. essaimée en Flandre ; une alouette essorante regardant un soleil, mouvant de l'angle dextre en chef. LAMARCHE.- Cf. Marchand. LAMBARD.- Cf.Ambard.

LAMBEL, LABEL, LAMBELIN, LAMBELLAIN. Surnom (Lambel : Lambeau), pièce de blason, d'arc, d'enseigne. - 0 PARIS. - Lambellain, cons. secrétaire du roi : un chev.; deux étoiles et une tête de lion; au chef, trois tourteaux. - 0 BARROIS, LORRAINE. - Label ou Lambel : deux lambels. - • AISNE. - Lambelin, fam. orig. de Château-Thierry. LAMBERT. - Prénom d'orig. germanique : (Land : pays, berht, illustre). Très nombreux au Nord de Paris. - 9 PARIS. - Lambert, avocat : un lion et trois croissants; en chef, deux étoiles. - Lambert, fourrier de la grande écurie du roi : trois lambels et une molette en cœur. - Lambert, procureur : un lion; en chef, trois roses. - Lambert, march. privilégié : un lion surmonté d'une fleurdelis. - Lambert, l'un des cent anciens perruquiers du roi : un chev., deux étoiles et un croissant. - Lambert, commissaire aux Requêtes du Palais : une licorne; au chef, trois merlettes. - Lambert, procureur en l'Hôtel-de-Ville : un gonfanon. - Lambert, march. bourg. : trois tours. - La famille Lambert, de grande bourg. parisienne, avait fait une fortune que symbolise l'hôtel de ce nom dans l'île Saint-Louis durant la 1 moitié du 178 s. Jusqu'à ces dernières années, une femme de chambre de l'hôtel Lambert s'appelait encore M Lambert. - a NORMANDIE. - Lambert, fam. anc. : un chev. deux croissants et une étoile. - 0 BRUXELLES. - Considérable fam. Lambert illustrée dans la banque et le notariat ail. Rothschild. - 0 MARSEILLE. - Lambert, bourg. : échiqueté; au chef, un lambel de deux pendants. - Lambert, lieutenant au fort Saint-Jean : une fasce ch. de deux têtes de lion. - Lambert, march; : trois barres. LAMBLIN.- Cf.Ambelain. LAMI, LAMY.- Cf.Ami. LAMIOT.- Cf.Amiard. LAMOTTE, LAMOTHE. - Lieu-dit : motte = hauteur. - 0 PARIS. - Lamotte, bourg. : un arbre sur une motte. - Lamotte, sgr de Libremont et du Tronquoy : un lion; une bordure. - Lamotte, greffier de la table de marbre du Palais : une fasce et six tourteaux. La Motte, cons. secret, du roi : une fasce à trois étoiles; en chef, une aigle le vol abaissé, en pointe; un lion. - 0 NORMANDIE, BEAUCE. - Plus. fam. de ce nom. LAMOUCHE.- Cf.Mouche. LAMOUR, LAMOURETTE, LAMOUREUX, LAMOUROUX.- Cf.Amoreux. LAMURE, LA MURE, DELAMURE. - Nom de localité. - Fam. anc. du Forez : trois fasces. - 0 LYON. - Delamure : trois fasces. - Lamure : trois lapins. - Lamure, prêtre : un chev. ch. d'un rustre. LANDE, LANDOIS, LANDAIS, LELANDOIS, LELANDAIS. - Landais = de la lande. - 0 NORMANDIE. - Landois, fam. anc. : deux fasces. 0 PARIS. - Lande, chevalier cons. en la cour des Aides ; une fasce, une molette et deux glands. Lande, maître tailleur d'habits : un chev. deux étoiles et une ancre. - Landois, sergent de l'Hermitage : une aigle surm. d'un trèfle. - Landais, trésorier général de l'artillerie et fermier général : une fasce; en chef, un croissant accosté de deux étoiles, et en pointe une rose. - 0 BRETAGNE. - Landais, fam. anc. : un dauphin couronné. - Landais ; trois sabres en bande, fam. paysanne qui produisit un trésorier du duc assassiné et dont les biens immenses passèrent, par sa fille, à la noblesse locale. (15 s.). - 9 TOURAINE. - Landais, 171 s. : une fasce échancrée, un croissant, deux étoiles et une rose. LANDRU, LANDRY. - Prénom d'orig. germanique (land : pays : rik : puissant). Beaucoup de Landru, après l'affaire Landru, ont changé leur nom en Landry. Le célèbre criminel était de bonne bour-

geoisie. - 0 PARIS. - Landry : un chev. trois trèfles. Landry, march. drapier : une cage. - • MARSEILLE. Landry, écrivain du roi dans l'arsenal : un chevron, un croissant, deux palmes et une fontaine. - 0 BRETAGNE. - Landry : un hêtre arraché. LANFERNAT. - Fam. anc. de Brie, essaimée en Champagne et Bourgogne. LANGE. - Surnom, allusion à une enseigne? Als.-Lorraine. - Long, grand. - 0 PARIS. - Lange, sgr de la Bourdonnière : un chev. deux roses et une tête de chérubin. - Lange, notaire au Châtelet : une fasce et trois étoiles. - Lange, mouleur de bois : burelé, à deux pals brochant sur le tout. - • LYON. - Lange, fam. anc. un croissant et une étoile. - Lange, bourg. : trois chérubins ailés. LANGEVIN.- Cf.Angevin. LANGLADE.- Cf.Anglade. LANGLOIS.- Cf.Anglois. LANNES.- Lannes, duc de Montebello 1808. LAPEYRE.- Cf. Pierre. LAPIERRE. - Lieu-dit. - e PARIS. - Lapierre, cons. secrétaire du roi : une bande bretessée et deux lions. - 0 LYON. - Lapierre, maître perruquier : un chev. et trois rochers. - • MARSEILLE. - Lapierre, apothicaire : un lion appuyé à une pierre. LAPLACE,LAPLANCHE.- Cf. Place. LAPOMMERAYE.- Cf. Pomme. LAPOSTOLLE. - Sobriquet (l'apostole : le pape provençal). - 0 PARIS. - Lapostolle, procureur : une tête de maure et un croiss.; au chef; trois étoiles. LAPRADE.- Cf. Prat. LARCHER, LARCHET, LARCHIER, LARQUEY, LARQUIER. - Cf.Archer. LARDY. - L'hardi; ou nom de localité. - 0 PARIS. Lardy, premier chirurgien de Monsieur : une fasce, deux étoiles et un croissant. LARIVIÉRE, LARIVOIRE. - Cf. Rive. LAROCHE.- Cf. Roch. LAROCHEFOUCAULD.- Cf. Roch. LAROCQUE.- Cf. Roch. LARPIN.- Cf.Arpin. LARREY.- Fam. anc. Normandie et enAllemagne. LARROUY.- Cf.Aroult. LART.- Fam. anc. dAuch. LARTIGAU, LARTIGUE, LARTIGUET. - Cf. Artigau. LARUE, DELARUE, LARUELLE. - Habitant sur la rue (ou route). - 0 PARIS. - Larue, procureur : sautoir engrelé, ch. de cinq tourteaux. - Larue, procureur : un croissant et trois étoiles. - Larue : un chev., deux brosses et deux feuilles de rue passées en sautoir. - Laruelle, huissier ordinaire du conseil d'État et privé du roi : un chev. une aigle le vol abaissé; au chef, un besant et deux étoiles. - 0 CHAMPAGNE. - Larue, fam. anc. dont un mayeur de Ponthieu, 1187; plus. branches : un chev. et trois lozanges. LARUSSE. - Larousse? - 0 LYON. - Larusse, md bourg. : ruche entourée d'abeilles sans nombre. LASALLE.- Cf. Sale. LAS CASES, LASCASAS, LACAZE. - Maisons. Fam. anc. nob. - 0 LANGUEDOC, AGENAIS et QUERCY. - Orig. d'Andalousie, venue à la suite de Blanche de Castille, 138 s.; une bande et une bordure. - Devise ; Semper paratus. - Un comte de l'Empire en 1810, l'un des compagnons de Napoléon à Sainte-Hélène. LASNIER. - Profession : l'ânier. - • PARIS. Lasnier : sautoir lozangé acc. de quatre tours (ou de quatre oiseaux appelés lasniers). - Très anc. fam. originaire d'Anjou; batelière (?) avait donné son

nom à la rue Geoffroi-l'Asnier. Un maire d'Angers, 168 s. LATIL. - Lieu planté de tilleuls. - Fam. anc. Provence. - • MARSEILLE. - Latil : une colombe s'essorant, portant en son bec un rameau, trois étoiles et un croissant. - Latil, bourg. : une croix; coupé à un cheval gay. LATOUCHE.- Cf. Touchard. LA TOUR, DE LA TOUR. - En France, la plus grande illustration de ce nom : les La Tour d'Auvergne, princes du pape 1869; issus laborieusement de l'ancienne maison de ce nom; leur histoire est une longue suite de procès en usurpation de nom. La dernière des La Tour d'Auvergne, indiscutablement d'Auvergne, était la grand-mère de Catherine de Médicis ou bien Marguerite de Valois. - En 1824, M. de la Tour d'Apchier, prince de la Tour d'Auvergne, poursuivit M. de la Tour du Paulet, duc de la Tour d'Auvergne, pour usurpation : la cour interdit à l'un comme à l'autre de porter ces titres éteints avec le dernier duc de Bouillon. - Ce jugement ne semble avoir causé de tort à personne. - • PARIS. - Latour : une tour; en chef trois casques posés de profil. - Latour, avocat : deux lions affrontés, une flamme surm. d'un croiss. et en p. une tête de maure surm. d'un autre croiss. Latour, chef de fourrière chez le roi : une tour; au chef ch. de trois mouchetures. - 0 LYON. Latour, chanoine : trois lozanges en fasce. - Latour, cabaretier de Saint-Estienne : une tour. - 0 POITOU. - Latour, une aigle éployée et une bordure ch. de six besants. - Latour : cinq fleurdelis. - 0 SAINTONGE. Latour Beaulieu : deux lions affrontés. - 0 DAUPHINÉ. - Maison de La Tour du Pin, issus des anciens Dauphins de Viennois? ou bien des Latour, 15" s.? LA TRIMOUILLE, LA TRÉMOILLE, etc. Endroit planté de trembles. - Illustre maison féodale poitevine; une des toutes premières de France. - Cependant, des esprits chagrins la veulent issue d'un anobli en 1375. - Quoi qu'il en soit, on trouve Thibaut de la Trémouille, croisé en 1248; nous pensons que cette maison, en vérité, est issue des ançiens vicomtes de Thouars, et irréprochable. LATRONCHAYE.- Cf. Tron. LATTRE.- Cf.Belattre. LAUBIER.- Cf.Aubier. LAUDET. - L'audet : l'oiseau, en gascon. - 0 PARIS. - Laudet, greffier au Châtelet : écartelé : un lion; un échiqueté. LAUGIER, L'AUGIER. - Prénom germanique. 0 PROVENCE. - Laugier, fam. anc. d'Aix. - 9 MARSEILLE. - Laugier, ingénieur du roi, un chev., trois plumes. - Laugier, march. cotonnier : un lion. Laugier, négociant sur mer : un arbre sur une terrasse ombrée, et trois colombes s'essorant, rangées en chef. - Laugier, march. tanneur et bourg. : un écureuil. LAUMONIER.- Cf.Aumonier. LAUMOSNE.- Celui qui reçoit l'aumône ou qui la donne (?). - Fam. anc. de Normandie : un gironné; chefà trois glands. LAUNAY, DELAUNAY. - Lieu où il y a des aulnes. - 0 PARIS. - De Launay : trois aigles mal ordonnées; coupé ; fascé de six pièces. - De Launay, secrétaire du roi : trois flammes. - De Launay, directeur général de la fabrique des jetons et médailles du roi et son orfèvre ordinaire : un chev. deux roses et un croissant. - 0 LYON. - De Launay : une fasce de six pièces et une bande ch. d'une moucheture d'hermines. - 0 MARSEILLE. - De Launay, lieutenant d'une galère du roi : deux léopards l'un sur l'autre, une étoile posée au-dessus de la tête du premier léopard. - 0 NORMANDIE. - Delaunay :

trois pots; et aussi : trois fasces. - 0 BRETAGNE. Vingt familles de ce nom, dont : De Launay, fam. anc. (15e s.) : un fouteau ou orme arraché. - De Launay, en breton Le Guern : trois coquilles. - De Launay : un lion couronné. Devise : Soit; Soit. LAURE. - Prénom, matronyme. - 0 DAUPHINÉ. Laure, fam. anc. : échiqueté. - 0 LYON. - Laure, chanoine : un laurier. - • MARSEILLE. - Laure, notaire royal : un soleil, acc. de trois vents, deux mouvants des angles du chef et l'autre de la pointe de l'écu, et soufflant en pairie contre le soleil. Laure, march. bourg. : un éléphant; coupé; à une croix. LAURENCIN, LARANCIN, LORANCIN, LAURENCIE. - Dérivés de Laurent. - 0 PARIS. - Laurencin, avocat : un chev. et trois étoiles. - 0 LYON. - Lorancin : chev. et trois étoiles. - Laurencin : une aigle; au chef trois mouchetures d'hermines. - 0 AGENAIS, SAINTONGE. - La Laurencie : une aigle au vol abaissé. - 0 BRETAGNE. - Laurencin, échevin de Nantes, 1688 : un chev. et trois étoiles. Devise : Lucetin tenebris, essaimé aux Antilles. LAURENT, LAURENS, LAURES, LAURICE. Nom du saint, célèbre par son martyre sur le gril; et dérivés. - 0 PARIS. - Laurens, maître coffretier malletier : chev. deux roses et un soleil. - Laurent, ■march. bourg. : une foi en fasce tenant suspendue une pomme; au chef, une étoile accostée de deux roses. - Laurent, procureur : un lévrier; au chef, trois tourteaux. - Laurent, notaire au Châtelet : un laurier et deux sautoirs alésés. - 0 LYON. - Laurent, md de toile : un perroquet et une orle de dix feuilles de laurier. - Laurent, notaire à Lyon : un rameau de laurier posé en bande, et deux quintefeuilles, l'une en chef, l'autre en pointe. - Laurent, md toilier : un laurier arraché. - Laurent, prêtre; chev. chargé d'une rose. - Laurens, avocat : chev. chargé d'une macle. Laurès, Me chirurgien juré : trois branches de laurier. - Laurice, Me tailleur à Lyon : trois colombes tenant chacune en son bec un rameau de laurier; au chef ch. d'un soleil et de deux étoiles. - 0 MARSEILLE. - Laurent, march. : un laurier mouvant d'un croissant, et deux étoiles; le croissant acc. de deux vents soufflant contre le laurier. - Laurens, march. : un laurier sur une terrasse; au chef, trois étoiles. Laurens, hôte : deux étoiles et une croix raccourcie. Laurens, march. : un arc encoché d'une flèche; au chef, un cœur. - Laurens, vicaire de la cathédrale : un laurier; trois étoiles. - 0 POITOU. - Laurens ; trois feuilles de laurier. - Laurent : trois feuilles de chêne rangées en pal. - 0 BRETAGNE. - Laurens, sénéchal de Quimper 1588 : un sanglier. - Laurens, médecin et secrétaire du duc François Il et de la reine Anne, 15* s. : un laurier arraché. - Laurens ou Lorance : un poignard en pal, pointe en bas et trois étoiles. LAUTHIER. - L'Autier, prénom germanique, ou Laütier : luthier, occitan. - Fam. anc. Dauphiné. LAVAL, DELAVAL, LAVALLÉE. - Lieu-dit : situation en aval. - 0 PARIS. - Laval, qui est Bouchard de Montmorency-Laval : une croix ch. de cinq coquilles et 16 alérions. - Laval : semé de flammes; une croix ancrée ch. de cinq flammes. - Laval, march. bourg. : un cerf passant. - e LYON. - Laval, molinier de soie à Saint-Chamond : deux lis, un croissant et un chev. brochant. - Laval, march. de Saint-Étienne : cœur ailé et trois étoiles en chef. - Laval, march. bourg. : barré de huit pièces. - 0 BRETAGNE. - Laval, sieur de la Guichardière, débouté 1668. - 0 NORMANDIE. - Laval, fam. anc. de Falaise : de contre hermines. - • POITOU.- LaVallée : un léopard. LAVAU, LAVAULX. - Nom de lieu-dit. - • POITOU. - Lavau : 14 mouchetures d'hermines, une fleur de lis en pointe. - 0 BRETAGNE. - Lavau; plusieurs officiers et un président aux comptes

depuis 1699 : un chev., deux molettes et un pin arraché. - 0 LORRAINE, BARROIS. - Lavaulx, fam. dont un maréchal de Barrois en 1420 : trois tours. LAVEDAN.- Nom dupays d'oc. - • GASCOGNE. Comte du pape : 1880. LAVERGNE.- Cf. Vergne. lAVERNE.- Cf. Verne. LAVESVRE.- Cf. Vesvre. LAVIER, LAVY, LAVIEL, LAVEY, LEVEL, LAVEL, etc. - Ouvrier en lave (pierre de grès), anc. fam. de Franche-Comté, nob. au 15" s. LAVIGNE.- Cf. Delavigne. LAY, LAYE, LE LAY. - Lieu-dit; fam. anc. Beaujolais : une haie sur une terrasse et trois merlettes rangées en chef. - 0 BRETAGNE. - Le Lay ou Lay, fam. anc. 148 s. : une fasce, trois annelets, et une aigle éployée; essaimée à Paris où elle s'est illustrée. - Le Lay, un an. 1428 : un lion. LAZERME.- Comtes du pape : 1880. LEAL, LEAU. - Loyal. - 0 LYON. - Leal, médecin : trois pommes de pin. - Leand, march. bourg. : un chev. ch. d'une pomme de pin. - 0 BRETAGNE. Léau, sgr de Kerbabu : un chev. trois molettes, débouté 1669. LEBAS. - Cf. Bas. LEBASTARD.- Cf. Baatard. LEBAUDY,LEBAUDIER.- Cf. Baudin. LEBEL- Cf. Bel. LEBELIN.- Cf. Belin. LEBÈGUE.-Cf. Begat. LEBIGOT.- Cf. Bigot. LEBLAIS.- Cf. Biais. LEBLANC.- Cf. Blanc. LEBLAUS, LEBLEU, LEBLOI, LEBLOIS. - Cf. Blaus. LEBLOND.- Cf. Blondeau. LEBOISTEL. - Cf. Boitard. LEBON.- Cf. Bon. LEBORGNE. - Cf. Borgne. LEBOUCHER.- Cf. Bouché. LEBOULANGER.- Cf. Boulanger. LEBOUTEILLER. - Cf. Boutillier. LÈBRE. - Lièvre, occitan. - 0 LYON. - Lèbre, hôte et bourg. : un chev. chargé d'une fleurdelis. LEBRET.- Cf. Bret. LEBRUN. - Lebrun, duc de Plaisance 1808, éteint; rallumé par des Lebrun. LE CAMUS. - Sobriquet; voir aussi Camus (nez épaté). - Des Le Camus, probablement distincts des Camus de Bourgogne, se sont illustrés à Paris. Ils venaient de Champagne; Nicolas Le Camus établit une manufacture de draperie à Paris, vers 1600. Alliés aux Colbert, aux Boucher, etc., leur fortune et leur situation furent immenses. Blason : un pélican. Mais il y avait à Paris d'autres Le Camus, plus modestes, dont un chapelier, en 1696, peutêtre parent pauvre? - En Bretagne, il y avait aussi des Le Camus, dès 1426. - En Picardie, dès 1295, ils étaient fort nombreux : c'est peut-être là l'origine des Champenois. LE CARPENTIER, LE CHARPENTIER. - Cf. Carpentier. LECAULLE.- Cf. Caulet. LECERF.- Cf. Cerf. LECHARRON. - Cf. Charon. LECHEVALIER.- Cf. Cavalier. LECLERC.- Cf. Clerc. LECOINTE, LECOINTRE. - Sobriquet : l'élégant (Midi). - • PARIS. - Lecointe, sgr de Presle : deux chev.; au chef, un écusson surch. d'une fleurdelis. Fam. nob. du Beauvaisis, essaimée en Languedoc (Nîmes, 178 s.), quatre bandes, fasce brochante, ch. de trois tours. - 9 NORMANDIE. - Deux anc. fam. Le Cointe. - 0 NORMANDIE, POITOU. - Fam.

notab. Le Cointre après s'être illustrée dans la Révolution et la Banque; comtes du pape, alliés à la nob. poitevine, dits «les Rothschild de l'Ouest ». LECOMPASSEUR.- Cf. Compasseur. LECOMTE,LECONTE.- Cf. Comte. LECOQ.- Cf. Coq. LECORDIER. - Cf. Cordier. LECOURBE.- Cf. Courbe. LECOURTOIS. - Cf. Courtois. LECOURT.- Cf. Court. LECOUTURIER.- Cf. Couturier. LÉCUYER,LESCUYER.- Cf. Escudier. LE DANTEC. - 0 BRETAGNE. - Le dentu; homme à grandes dents : trois croissants de sable; débouté 1669. LEDOUX.- Cf. Doux. LEDROIT. - Cf. Droit. LE DU, LE DUFF. - e BRETON : le Noir. - Le Noir, ou le Du; ou Le Duff : 158 s.; trois pommes de pin. (Tréguier) et une fasce et trois coquilles : un anobli 151 s. - Le Du, ou le Duic : une épée en pal et deux croissants. LEDUC.- Cf. Duc. LEFAURE. - Cf. Faure. LEFÈVRE, FÈVRE, LE FEBVRE, LE FÈVRE, LEFÉBURE, etc. - Fèvre : forgeron. - Ce nom est l'équivalent du«Smith »anglais, ou Schmidt germanique; il désignait donc les gens qui travaillaient le métal, les forgerons, les fondeurs, les métallurgistes, dirait-on aujourd'hui que le sens des mots simples et courts a disparu de notre langue. Un travailleur de l'or et des métaux précieux était un orfèvre, mais on l'aurait appelé le Fèvre, tout court, ainsi que le serrurier, tandis que le maréchal ferrant s'appellerait Maréchal. - Dans le Midi, Fèvre devient Fabre, et dans le Sud-Ouest : Faure, ou Faur. Dans le Centre-Est, Dauphiné et Lyonnais, on a aussi Favre; en Lorraine : Faivre, plus à l'ouest de cette dernière région : Fèvre. Il y a des variantes régionales; Lefeubre en Poitou, Fèbre dans la même province, Favre est aussi saintongeais; avec ses variantes Favereau et Favreau. Lefeuvre serait angevin, ou breton. - Le Fèvre, ou Lefèvre est donc un nom de l'Ouest : Normandie, Picardie, Arras, Paris, pays Chartrain et Perche. Bien entendu, les pays où la métallurgie a toujours été en honneur sont les patries originelles de nombreux Le Fèvre. Les écritures Le Fèbvre ou Le Fébure sont de ridicules fioritures de scribes ignorants bien que latinisants. Nous avons vu de ces pédantismes hors de propos, lorsque des vicaires, sur les registres paroissiaux, écrivaient «baptelier » pour batelier, sur le modèle de baptême. Il est normal que ce nom soit bien représenté à Paris, puisque c'est la capitale de son aire. Parmi les noms français, il vient en première place. Si l'on compte toutes ses variantes; comme Smith vient en premier, aussi, outreManche. - Dans le «Tout-Paris 1934», soixante Lefèvre, Lefebre et Lefébure, plus un Lefavre. Parmi eux, une dame Lefébure, née Favre, donne un bel exemple d'union entre le Sud et le Nord. Ils étaient déjà soixante dans l'armorial de Paris 1700, de familles d'importance et de positions diverses. On y distingue de puissantes dynasties parlementaires, dont l'une au moins est remarquable par sa continuité dans les charges publiques jusqu'à nos jours : celle des Le Fèvre, marquis d'Ormesson, et originaires d'Ormesson. Cette famille, devenue célèbre, a formé, dès le 16 siècle, de nombreuses branches connues. - Une autre illustre famille Le Fèvre est celle des seigneurs de Caumartin, marquis de Saint-Ange, et dont la rue Caumartin perpétue le souvenir. Ceux-là sont venus de la Somme (Ponthieu). En outre qua-

tre familles Le Febvre se distinguent à Paris, entre le 16e et le 18e siècle. Des Lefebvre de bourgeoisie parisienne, issus d'un notaire au Châtelet en 1727. - Des Le Fèvre normands, seigneurs d'Amécour; issus d'un marchand à Honfleur. - Des Le Fèvre, venus de Blois, passant par Laval et par Tours, où ils ont peut-être essaimé, devinrent Le Febvre de la Faluère. - Des Le Fèvre venus de l'Oise, seigneurs de la Malmaison, et dont était le fameux chevalier de. la Barre, exécuté en 1766, dont une rue de Montmartre porte le nom. Enfin une famille Le Fèvre était d'origine angevine, noble dès le 14e s. Marquis de Laubrière. Blason : les Le Fèvre d'Ormesson portent : d'azur à trois lis de jardin. Les Le Fèvre-Caumartin : d'azur à cinq fasces d'argent. Les Le Fèvre de la Malmaison et de la Barre : de gueules à trois gerbes d'or. Les Le Fèvre de la Faluère : d'azur à trois bandes d'or. Les Le Fèvre angevins : une levrette. - Les autres : (à Paris) : chevron d'or acc. de deux glands et d'une étoile. - Une plume à écrire avec deux croissants. Un soleil et une croix de Lorraine. - Une fève. - Une aigle tenant une plume. - Un chevron acc. de deux étoiles et un oranger. - Une fasce acc. de deux léopards. - Une loutre. - Un chevron acc. de deux macles et un cygne.-Trois croissants. - Chevron acc. de trois cosses de fèves. - Chevron acc. de deux épis (cosses?) et une tête de maure. - Trois besants chargés de mouchetures d'hermine. - Unpan de muraille crénelée. - Un cheval. - Un chevron acc. de trois maillets. - Un jeu d'orgues et un cyprès. - Un chevron acc. de deux aigles et d'un palmier, etc. A Lyon, à la même époque, deux Le Fèvre seulement : probablement parents : tous deux portent les mêmes armes : d'azur à une plante de fève d'orsur une terrasse d'argent. Les chefs seuls varient pour chacun : pour l'un, c'est un lézard passant, pour l'autre, une fasce ondée d'argent. CesLyonnais, sans doute d'importation, ont retrouvé l'ancien art héraldique de la brisure. Les Lyonnais, d'ailleurs, seront les derniers, en France, à pratiquer les distinctions de branche à branche d'une même famille par les brisures différentes. - A Marseille, point de Le Fèvre. - Par l'invention dans ses blasons, autant que par la relative restriction de son aire originelle et le nombre de ses familles distinguées, on peut dire que Le Fèvre, Le Febvre, Lefébure est un bon nom, que sa multiplication n'a pas trop porté à l'abaissement social. Ceci n'est pas surprenant, puisque, dès l'origine, c'est un nom de métierproche de la bourgeoisie, et nous retrouverons le même phénomène avec les Boucher, par exemple. - En Touraine, divers blasons; dont : de sinople à cinq marteaux d'or. Ces marteaux, comme les maillets parisiens, sont des outils de fèvre. - Illustrations : Outre ceux déjà mentionnés, il y a des Le Fèvre, Lefebvre qui ont connu la notoriété : Jean Lefebvre, dit Toison d'or, chroniqueur du 15e s., né àAbbeville héros de la cour de Bourgogne; mort à Bruges. Jacques Lefebvre, né sans doute à Etaples, savant et théologien du 16e s. Suspect du luthéranisme, il vécut à Meaux, puis à Blois, et mourut à Nérac. Honoré de la protection de Marguerite de Navarre. Jean Lefèvre, né à Caen en 1615; protégé de Richelieu, il professa à Saumur. Il est le père de Mme Dacier (née en 1654, à Saumur), femme de lettres célèbre en son temps. - Jean Lefèvre, né à Lisieux au 17e s., d'un tisserand, astronome. - Nicolas Lefèvre, chimiste du 17e s., un des premiers membres de l'Académie des Sciences. - Louis Lefèvre-Gineau, physicien, né en 1751 dans les Ardennes. - Charles-Hugues Lefebvre de SaintMarc, littérateur, né à Paris en 1698. - J.-B. Lefebvre de Villebrune, né à Senlis 1732, littérateur. -

Enfin le plus célèbre des Lefebvre, le maréchal François-Joseph Lefebvre, duc de Dantzig. Fils d'un meunier de Rouffach, Haut-Rhin, il se distingua dans les batailles de la République et de l'Empire, fut sénateur, puis maréchal, enfin duc de Dantzig, dont il s'était emparé. Lefebvre avait toutes les vertus du citoyen, la modestie, la simplicité des mœurs et le désintéressement. C'est Monsieur Sans-Gêne, mari de la fameuse Madame SansGêne. - En Bretagne, des Le Fèvre, ou Le Fébure, ou Le Febvre, ou Le Feure, ont produit Olivier Le Fèvre, anobli par le duc Jean V en 1526. Ils portent un chevron d'argent chargé de cinq hermines, et trois croissants. - Des Le Febvre, sieurs du Pont, portaient : un chevron de gueules chargé de trois molettes; deux tourteaux et une roue de fortune. - Au ressort de Rennes, 1696 : Le Febvre : un lion d'or, cantonné d'une croix de Malte. - (16e) Le Feure, ou Fèvre : de gueules à la croix d'argent, cantonnée de quatre croissants. De ceux-là, un évêque de Vannes en 1566. Enfin la plus récente promotion de cette famille de noms; écrite bien entendu Le Fébure : une bulle du pape, les comtifiant. - Et des Lefebvre sont devenus L. de Béhaine, en 1858; comtes du pape 1880. - On trouve encore des Lefèvre ou Lefèbvre vicomtes (?) de Champmorin, comtes (?) de Maurepas, etc. LEFLOCH.- (?) Cf. Floquet. LEFOL- Cf. Fol. LEFORT.- Cf. Fort. LEFOYER.- Cf. Foyer. LEFRANC.- Cf. Franc. LEFRANÇOIS. - Cf. François. LEFUR. - Cf. Fur. LEGAGNEUX, LEGAIGNEUR.- Cf. Gagne. LEGAI.- Cf. Gai. LEGALL.- Cf. GaI. LEGARET.- Cf. Garet. LEGASSE.- Cf.Égasse. LEGAT. - Sobriquet : le chat (Sud-Ouest). • LYON. - Legat, intéressé aux affaires de Sa Majesté : lozangé, un chev. et trois cors de chasse. LEGEAI, LEJAY.- Cf. Geai. LEGENDRE.- Cf. Gendre. LÉGER, LÉGIER, LIGER. - Prénom d'orig. germanique. Saint Léger, évêque et maire du palais (78 s.). - 0 PARIS. - Léger, conseiller secrétaire du roi : deux fasces, trois flammes et un croissant. - Léger, march. drapier, bourg. : un chev., une gerbe de blé et une étoile en chef; en pointe une main adextrée tenant une oreille. - Léger, procureur au Châtelet : un chev. et trois étoiles et au chef un vol. 0 LYON. - Légier, bourg. : un croissant d'où sortent trois plumes; un soleil en chef. - 0 BRETAGNE, LOIRE-INFÉRIEURE. - Léger ou Ligier : une croix engreslée acc. aux 1 et 28 quartiers d'une croisette. - Léger ou Léger, échevin de Nantes, 1882 : une bande engreslée, acc. de trois croisettes. - Il s'agit peut-être ici d'une interprétation de «Liger» : Loire. - 0 LOIRE. - Des Léger ayant anc. navigué sur la Loire. LEGOFF. - Cf. Goff. LEGOUX,LEGOUZ.- Cf. Goux. LEGOUY.- Cf. Gouy. LEGRAIN. - Surnom, soit grain, soit verrue. 0 PARIS. - Legrain, fam. anc. dont les marquis du Breuil-: trois merlettes. - LeGrain : un lion. - Legrain, avocat : trois épis de froment. - Legrain, march. bourg. et dizainier de la ville : deux coquilles et un croissant; au chef une croisette acc. de deux roses. LEGRAND.- Cf. Grand. LEGRAS. - Cf. Gras. LEGRIS, LEGRIX.- Cf. Gris. LEGROS.- Cf. Gros.

LEGUEN. - Cf. Guen. LEGUENNEC. - Cf. Guennec. LEHOUX.- Cf. Houx. LEJEUNE.- Cf.Jeune. LEJOYEUX. - Cf.Joyeux. LE LARGE. - Surnom d'un homme corpulent? Fam. anc. Normandie : une aigle. LE LEU, LELEU. - Forme picarde de «le loup ». • PARIS. - Le Leu, procureur : une fasce ch. de trois croissants et acc. de trois têtes de loup. Le Leu, bourg., avocat ; trois loups passant l'un sur l'autre. - Le Leu, march. épicier : un lion. - Le Leu, vendeur de vin : lozangé. - Leleu, bourg. : trois têtes de loup. - • FLANDRE, PICARDIE. - Fam. très anc. 138 s. : un chev. deux étoiles et un loup passant sur une terrasse. LE LIEUR. - Dérivé de : le lié, le joyeux. - Fam. anc. Normandie. LEM. - Fam. notable et distinguée orig. de Norvège établie ile de Ré au 18e s. - Aussi des branches hollandaises? LEMAIGNEUR.- Cf. Magne. LEMAIGRE.- Cf. Magre. LEMAIRE. - Cf. Maire. LEMAITRE,LEMAISTRE. - Cf. Maitre. LEMARCHAND.- Cf. Marchand. LEMASSON.- Cf. Macon. LEMAYE.- Cf. May. LEMAYER.- Cf. Maye. LEMÉNAGER.- Cf. Ménage. LEMERCHIER. - Cf. Merchier. LEMERCIER.- Cf. Mercier. LEMEUNIER.- Cf. Marmande. LEMIRE. - Cf. Mire. LEMOINE, LEMOYNE.- Cf. Moine. LEMPEREUR.- Cf. Empereur. LE NAIN. - Surnom. La fam. Le Nain célèbre dans l'histoire du jansénisme, connue à Chinon au milieu du 168 s., anob. en 1597; alliances Bragelongue, Portail, Tilly, etc. LENEPVEU.- Cf. Neveu. LENET. - Surnom : le joli, l'élégant. - 0 PARIS. Lenet, chevalier, marquis de Larray : une fasce ondée et trois molettes à cinq pointes. LENFANT.- Cf. Enfant. LENFERNAT.- Cf. Denfer. LENGLET. - Forme du Nord, «l'Anglais ». 0 PARIS. - Lenglet, bourg. et cons. de la bouche : un chev. deux étoiles et un croissant surm. de ses initiales entrelacées. LENOBLE.- Cf. Noblet. LENOIR. - Cf. Neret. LENORMAND.- Cf. Normand. LENOTRE. - Cf. Nodier. LENTRIN. - e NORMANDIE. - Lentrin, fam. anc. Bayeux. LÉON. - Nom de baptème très répandu; patronyme fréquent : lion, et province bretonne. - Léon, fam. de Paris très anc. (1342) essaimée à Marseille : une tête de léopard. - • BRETAGNE. - Léon, maison très anc. nob. et illustre, un croisé 1218 ; un lion morné, qui est Léon, une bordure ch. de 11 annelets en orle (brisure de cadets). - Léon : un lion couronné. - De Léon : une fasce et six billettes. Léon : une fasce vivrée. LÉONARD. - Léon : lion, hard : fort. - 0 PARIS. Léonard, imprimeur du roi et de monseigneur le Dauphin : une tête de bélier et trois besants. • NORMANDIE. - Léonard, fam. anc. de Bayeux. 0 BRETAGNE.- Léonard, échevin 1647 : un lion. LÉOTAUD, LÉAUTAUD. - Nom germanique. - 0 PROVENCE. - Léotaud, fam. anc. de Tarascon : un anneau cramponné de quatre croix patriarcales. LEPAGE. - Cf. Page.

LEPAINTEUR. - Cf. Painteur. LEPAPON.- Cf. Papon. LEPELÉ. - Cf. Pelé. LEPELLETIER. - Cf. Pelletier. LEPETIT. - Cf. Petit. LEPICARD. - Cf. Picard. LEPILEUR. - Cf. Pilavoine. LÉPINE.- Cf. Espine. LEPOIVRE.- Cf. Poivre. LEPOT.- Cf. Pot. LEPOTIER.- Cf. Potier. LEPRESTRE. - Cf. Prestre. LEPRÉVOST. - Cf. Prévot. LEPRINCE. - Cf. Prince. LEPROVOST.- Cf. Proust. LEQUELLEC.- Cf. Quellec. LEQUEUX.- Cf. Queux. LERAGOIS. - Cf. Ragois. LERAY.- Leray, duc d'Abrantès 1869. LERÉVÉREND. - Cf. Révérend. LERNE. - e BRETAGNE. - Lerne, fam. anc. Vannes : bandé de six pièces. LERODELLEC.- Cf. Rodellec. LERONDEAU.- Cf. Rondeau. LEROUGE.- Cf. Rouge. LEROUSSEAU. - Cf. Rousseau. LEROUX.- Cf. Roux. LEROY, LEROI. - Cf. Roi. LEROYER.- Cf. Royer. LÉRY. - Nom de localité. - 0 LYON. - Léry, march. bourg. : un chev. et trois croissants. LESACHER.- Cf. Sachot. LESAFFRE. - Cf. Saffre. LESAGE. - Cf. Sage. LESAULNIER. - Cf. Saulnier. LESCALOPIER. - 0 PARIS. - Lescalopier, anc. fam. considérable, de robe : une croix cant. de quatre croissants; accolé : à l'aigle à deux têtes sortant d'un croissant, coupé au lion passant et la fasce en devise brochant sur le coupé. - Cette fam. prétendait remonter à Charlemagne, et appartenait en tout cas depuis la fin du 15 s. à la bourgeoisie de la capitale. LESCHASSIER. - Surnom : l'échassier. - • PARIS. - Leschassier, fam. connue dans la bourg. de Paris depuis le milieu du 15" s. : un chev. ch. de cinq mouchetures d'hermine et acc. de trois demi-vols. LESCOT, LESCURE.- Cf. Escot. LESCUT. - Fam. anc. dont un ambassadeur de Lorraine à la cour impériale; comte du SaintEmpire 1544. LESÉNÉCHAL. - Cf. Sénéchal. LESENNELIER.- Cf. Sennelier. LESERGENT. - Cf. Sergent. LESIEUR, LESIRE, LESUEUR.- Cf. Sieur. LESOURD.-Cf. Sourd. LESPINASSE. - Cf.Espine. LESTANG. - Cf. Estang (l'). LESTOILE. - Cf. Estoile (l'). LESTRADE, LETRAZ.- Cf. Estrade. LESUR. - Cf. Sur. LETESSIER, LETEXIER. - Cf. Tessier. LETHEULIER. - Cf. Theulier. LETREUT. - Cf. Magre. LEUSSE. - La famille des marquis de Leusse, illustrée et distinguée est, dit-on, originaire d'Italie. Ils sont issus d'un notaire de Vienne, vers 1610. Nous ne savons d'où leur vient leur titre. Leur nob. serait du 14" s.? LEVACHER.- Cf. Vacher. LEVAILLANT.- Cf. Vaillan. LEVASSEUR.- Cf. Vasseur. LEVASSOR, LÉVAVASSEUR.- Cf. Vavasseur. LEVERRIER.- Cf. Verrier.

LEVESC, LEVESQUE. - Cf. Evesque. LEVIEUX. - Cf. Vieu. LEVIGAN. - Cf. Vigan. LEVILLAIN. - Cf. Vilain. LEVOYER, LEVERGER. - Cf. Voyer. LÉVY, LEVI, LEVIS. - Lévite : membre de la caste sacerdotale des juifs; comme Cohen. - L'anc. maison de Lévis, ou Lévy-Mirepoix marquis de Ventadour, ducs de Bouillon, etc. Une des toutes premières de la nob. française, s'est constamment prétendue issue de la Sainte Vierge, on ne saurait plus élégamment revendiquer une ascendance juive. - Lévy : un échiqueté. - 0 PARIS. - Marie Bouraine, veuve Lévy : chevron, deux colombes et une levrette couronnée. - 0 LYON. - Lévy, chevalier : chevron chargé d'une rose. LHERMITE. - Cf. Hermite. LHOMME. - Allusion à une figure d'enseigne? ou de sculpture? - • PARIS. - Lhomme, march. bourg. ses initiales entrelacées; au chef deux étoiles et une rose. - • LYON. - Lhomme, bourg. : une fasce. L'HOSTE, LHOSTE, LHOTE, LOSTE. - Nom de profession : l'hôtelier. - 0 PARIS. - L'Hoste, sgr de Beaulieu, cons. du roi : deux roses en chef ch. d'un trèfle en pointe. - L'Hoste, contrôleur alternatif des décimes du diocèse de Lisieux : une croix dentelée et quatre besants. - 0 BRETAGNE. Lhostis, un an. 1511s. - • CHAMPAGNE, LORRAINE, FLANDRE, PICARDIE. - L'Hoste, fam. très anc. dont un médecin du roi, 1463 : une masse d'armes. LIBAULT. - Lieu? ou prénom? - 0 BRETAGNE. Libault, fam. anc. : six fleurdelis; au chef, trois fers de pique, les pointes en haut. LIÉE. - Fam. anc. Normandie : un lion. LIEURON. - 0 PROVENCE. - Fam. anc LIEUTAUD, LIOUTAUD, LIOTTAUD, LIOUTARD. Variantes de Léautaud, Léautard. - 0 PARIS. Lieutaud, tailleur ordinaire de la garde robe du roi ; un château de trois donjons; au chef, trois étoiles. - 0 LYON. - Lioutaud, attaché au prince de Dombes : un lion tenant une flamme; en chef, trois étoiles. - Liottaud, march. bourg. : un lion. Lioutard, march. : un lion; chef ch. de trois étoiles et un soleil au côté dextre. LIÈVRE, LELIÈVRE. - Surnom : poltron ou rapide? - 0 BERRI. - Lelièvre : fam. anc., dont les marquis de la Grange, etc. : un chev. deux roses et une aigle à deux têtes le vol abaissé. - 0 PARIS. Lelièvre, marchand de fer : mêmes armes. • BRETAGNE. - Lelièvre : an chev. deux étoiles et une tête de lièvre. - Lelièvre, fam. orig. Normandie : une croix ancrée et trois croissants. - Lelièvre : une tête de lièvre et deux étoiles. LIGNE. - Maison de Ligne, duc d'Arenberg, 1812. Surtout connue par le prince de Ligne, archétype du gentilhomme de la fin du 18e s, mort dans l'indigence à Vienne (Autriche). LIGNET, LIGNON, LIGNOT, LIGNERON. - Métier, sobr. : linier : fabricant de pl. de lin. LIGNY. - Cf. Deligny. LIGONDEZ. - Fam. anc. d'Auvergne. LINARD, LYNARD. - Nom de localité ou marchand de lin? - 0 LYON. - Lynard, médecin agrégé au collège de Lyon : deux chev. LION, LIONNET, LIONS. - Surnom, le lion : emblême de force. - 0 LYON. - Lion, march. : un lion passant; deux étoiles. - Lion, march. : un écusson ch. d'un lion et une orle. - Lyonnet, march. : un lion et trois noix. - Lionnet, prêtre : un chev. ch. d'une rose. - Lions, march. libraire : deux lions affrontés supportant une épée; deux étoiles et un croissant. - • BRETAGNE. - Le Lionnais : trois lions. - 0 FLANDRE, ARTOIS. - Lion, chapelain

de Saint-Amé de Douai en 1301 : une bande ch. d'un lionceau. LIROT, LYROT. - Dim. de loir : surnom : paresseux. - 0 PARIS. - Lirot, marchand bourg. : ses initiales entrelacées. - 0 BRETAGNE. - Lyrot ou Lirot, fam. anc. orig. d'Anjou 15 s. : un lion. LISLE. - Cf. Delille. LIZOTTE. - Béarn : nom d'une maladie de la vigne. - Fam. notable. LOEWENGUTH. - De Loewen : lion (Alsace, Lorraine). - 1933 : une Loevenguth épouse le prince de Chimay. LOIR. - Surnom : paresseux. - • NORMANDIE. Loir, fam. anc. Caen : trois fasces ondées. LOISEAU, LOYSEAU. - Oiseau. - 0 PARIS. Loiseau, marchand épicier : un oiseau volant en bande en chef, entouré d'un nuage. - Loiseau, sgr d'Herville, de l'Espine et autres lieux : deux chev. et trois merlettes. - Loyseau, cons. en la cour des Aides : un oiseau perché sur un chicot; au chef un croissant accosté de deux croisettes. - • BRETAGNE. - Loiseau, fam. anc. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Loiseau fam. anc. 148 s. - • NIVERNAIS. - Loyseau, sgr de Champs, 16 s. LOISEL, LOAISEL, LOUAISEL - L'oiseau. Fam. anc. Normandie : trois croissants. - 0 PARIS. Loisel, épouse séparée quant aux biens de Ch. de l'Auberpine, marquis de Châteauneuf : trois merlettes. - Loisel : une aigle posée sur un rinceau et tenant en son bec une couronne. - 0 BRETAGNE. Loisel, fam. très anc. 14" s. : trois merlettes. LOLLEY. - Peut-être huilerie, huilier? - 0 PARIS. Lolley, bourg. : écartelé en sautoir à quatre roses de l'un en l'autre. LOMBAR, LOMBART, LOMBARD, LOMBARDON. - Italien (souvent banquier, changeurs). 0 PARIS. - Lombar, trésorier général du duc de Bouillon : un chev., deux étoiles et un arbre soutenu d'une onde et.côtoyé de deux barbillons. Lombart, secrét. du roi : une hure sout. de deux pieds passés en sautoir et acc. de sept croisettes au pied fiché. - • LYON. - Lombard, march. commissionnaire : un barbeau posé en bande et deux tortues. - • PROVENCE. - Lombard, fam. anc. dont trois branches au moins 18e s. - 0 MARSEILLE. Lombardon, march. : deux bâtons écotés, passés en sautoir; en chef, trois étoiles et en pointe un lion courant. - • BRETAGNE. - Lombart, sénéchal 1306 : un lion accosté de deux macles. LONG, LELONG, DULONG. - Le grand maigre. Lelong (Nord, Nord-Ouest). - • PARIS. - Lelong, médecin : pal accosté de deux boîtes couvertes. 0 MARSEILLE. - Long, bourg. : trois barres. Long, march. plumassier mêmes armes. 0 MAINE. - Lelong : lièvre courant en bande, accomp. de trois épées. - 0 BOURBONNAIS et BERRY. - Lelong : chev. et trois étoiles. - 0 PROVENCE. - Dulong, fam. anc. Beaucaire, venue de Toscane : un lion ailé. - 0 BRETAGNE. - Lelong, très anc. famille dont des croisés en 1248 : une quintefeuille. - Le long : un lion. - Le Long : trois chev. LOPES. - Fam. anc. d'Avignon : un château de deux tours, un loup passant au pied (orig. juive?). LOPIN, LOPPIN. - Divers sens en anc. fr., lopin de terre; coup, horion; poison. - 0 PARIS. Lopin, commis au greffe criminel; chev. et trois aubifoins feuillés et tigés. - • BOURGOGNE. Loppin, 158 s., au bailliage, essaimée à Paris. devise : Ni Ennemi, Ni Ami à Demi. LORAS. - Fam. anc. Dauphiné : une fasce lozangée, essaimée à Lyon (cadets brisant d'une bande?). (Chaponay).

LORDAT. - Surnom, l'ord : le sale. - Fam. anc. du Comté de Foix. LOREAU. - Surnom de sellier : courroie, rêne. 0 LYON. - Loreau, bourg. : une bande. LORENCHET, LORANCHET, LAURANCHE. Dim. de Laurent? - • PARIS. - Loranchet, fam. anc. orig. de Bourgogne : une fasce; deux molettes et un chat passant. - Connue bourgeoisement à Beaune depuis 1503; fut de robe et d'épée. LORIOT, LORIOL, LORIEUL - C f . Auric. LORME. - Voir Delorme. - 0 PARIS. - Delorme, fam. anc. bgsie 171 s., issue d'un bonnetier époux de Marie de Verdun. LOUBAT. - Dérivé occitan de loup. - Loubat, ducs de Loubat, américains vers 1900. - 0 LYON. Loubat, éc. capitaine dans le régiment de Sceaux Infanterie et maréchal de bataille des armées du roi : trois bandes, celle du milieu ch. de trois molettes. LOUDIER. - Du normand, vaurien, débauché. • PARIS. - Loudier, bourg. de Paris : un cognassier sur une terrasse surm. d'un croissant accosté de deux étoiles. LOUET. - Breton : gris; anc. fam. nob. donna son nom à Villelouet (Loir-et-Cher) où subsistent des Louet de conditions diverses : palé, semé de roses. - 0 BRETAGNE. - Du Louet, 148 s. : trois têtes de loup. - Le Louet (en français : le gris). LOUEY. - • NORMANDIE. - Fam. anc. ; trois oeillets. LOUIS. - Prénom et patronyme fréquent. 0 PARIS. - Louis, comédien du roi : un lion; au chef, trois croissants. - 0 NORMANDIE. - Louis, fam. anc. de Falaise, essaimée en Bretagne ; une croix et quatre aigles. LOUTREL, LOUTEREL. - Chasseur de loutres. • NORMANDIE. - Fam. anc. LOUVEL. - Sobriquet dér. de loup. - • PARIS. Fam. notab. 188 s., peut-être normande? 0 BRETAGNE. - Louvel, très anc. fam. 128 s. trois têtes de loup sans langue, la gueule béante. Louvel : une feuille de scie en chev. brisé, et trois têtes de loup; au 198 s. cette fam. fut autorisée à s'appeler Maisonneuve. - 0 PICARDIE. - Louvel, anc. fam. nob. 168 s. : trois hures. - 0 VERSAILLES. - 198 s. fam. Louvel illustrée par l'assassin du duc de Berry. LOUVET. - Dérivé de loup (pays d'oïl et région lyonnaise). - 0 PARIS. - Louvet, cons., chien passant sur une terrasse; chef. ch. de trois étoiles. Saumur au 198 s. eut un député-maire de ce nom, qui comme beaucoup fut tour à tour monarchiste, républicain et bonapartiste. LOYAU, LOYER. - Loyau : loyal. - Loyer : prénom germanique. - 0 PARIS. - Loyer, notaire au Châtelet : un chev. deux étoiles et une oie. - 0 LYON. - Loyer : un chev. ch. d'une étoile et acc. de deux quintefeuilles et d'une tour crénelée. • BRETAGNE. - Loyaux, fam. anc. 15° s. • FLANDRE. - Loyer, fam. très anc. 138 s. • ANJOU. - Fam. Loyau 17" s., batelière. LOYS, LOYSIA. - Louis, Louise. - 0 PARIS. Loys, avocat : demi-vol posé en bande. - • LYON. Loys, avocat : un demi-vol. - 0 FRANCHE-COMTÉ. Loysia, fam. anc. - 0 PROVENCE. - Loys, fam. anc. 0 SUISSE. - Loys, anc. fam. nob. LOYTE, LOETE. - • FRANCHE-COMTÉ. - Fam. anc. LUCAS. - Forme savante de Luc. - • PARIS. Lucas, fam. notable orig. de Picardie, de modeste extraction (16 s.) : fasce ch. de trois glands et acc. de trois oiseaux. - Lucas, avocat : chev. ch. de trois tourteaux et acc. de trois macles. - Lucas, capitaine des charrois : chev. et trois étoiles. -

Lucas, bourg. de Paris : un griffon. - Lucas, march. orfèvre joaillier : fasce acc. de trois anneaux, chacun enchatonné d'un diamant. - Lucas, avocat : croix alésée, éc. à l'aigle à deux têtes. - Lucas, procureur : aigle, chef ch. de deux trèfles. - 0 NORMANDIE. Lucas, fam. dont un voyageur célèbre : trois chevrons. - 0 BRETAGNE. - Lucas, 151 s. : une hure et trois molettes. - Lucas, sgr de la Boëssière et autres lieux : une bande. - Lucas : une fleurdelis et deux roses. - Lucas, anc. fam. orig. Poitou, 161 s. : un taureau et trois roses. LUILLIER, LHUILLIER. - Nom de profession : march. d'huile. - 9 PARIS. - Lhuillier, cons. du roi au Châtelet : une fasce, trois molettes et trois lis. Lhuillier, procureur à la Cour : une fasce et trois croissants. - Luillier, directeur des fermes du roi en Provence : un chev. et trois coquilles. (1). Luillier, avocat : épée posée en pal soutenue de deux lions affrontés et trois coquilles au chef. (1). -

(1) : même fam. certainement. - 0 MAINE. Luillier, fam. anc. (la même qu'à Paris?). LUMAGNE, LUMAGUE. - Limaçon. - 0 LYON. Lumagne : trois limaçons; en chef, une fleurdelis. LUSSON. - Nom de localité. - 0 PARIS. - Lusson, avocat : trois trèfles posés en bande et au-dessous à l'agneau pascal. LUSTRAC. - Vieille fam. noble de Gascogne, titrée baron en 1811. - Alliés à la maison royale de Bavière, au 20e s. LUSY, LUZY, LUZUY. - • LYON. - Lusy : deux luts rangés en face l'un de l'autre. - • BOURGOGNE, NIVERNAIS. - Luzy, fam. anc. nob. 138 s. : un croisé 1248, essaimée en Forez et en Velay. LUTHIER. - Nom de profession. - 0 PARIS. Luthier, cons. du roi : un lion embâillonné d'une guivre. - 0 BRETAGNE. - Luthier, écrivain principal au fort du Croisic : mêmes armes. - 0 TOURAINE. - Luthier, anc. fam. de Montrichard.

M

m

MABILLE, MABEIX, MABIRE, MABILLON, MABOUL - Mabille (13e s.). - Mabire (Normandie). - Mabillon (Ardennes). - Dérivés d'Amable. - 0 PARIS. - Mabille, bourg. de Paris : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Mabire, secrétaire du roi : un chevron et trois canettes. - Mabire, bourg. de Paris : un chevron, une levrette courant, et une colombe tenant dans son bec un rameau en chef. Maboul, chevalier : un chevron, trois besans et un croissant. 198 s. : le célèbre bal Mabille. - 0 MARSEILLE. - Mabilly, écrivain : un écusson, deux mouches et une fleur de lis. - 0 ANJOU, BRETAGNE. - Mabille : trois écussons, à une moucheture chacun. - 0 SUD-OUEST. - Fam. Maboul : chevron, trois besans et un croissant. MABRU. - Sobriquet : ma bru. - Famille d'Auvergne, 18 s. MACAIRE. - Prénom. - • SENLIS. - Macaire, sous-chantre : chevron, deux jars affrontés, fixant un soleil; et un croissant soutenu d'un cœur percé d'une flèche. - • NORMANDIE.- Macaire, fam. anc. - 0 POITOU, SAINTONGE. - Fam. Macaire : une croix ancrée. MACAREL- Maquereau. MACDONALD.- Duc de Tarente 1806. MACE, MACET. - Macé : prénom. - Jadis prénom très en vogue en Anjou, Bretagne. - 0 PARIS. Macé, écuyer : deux coquilles renversées et une étoile. - Macé : deux lions affrontés, trois étoiles en chef. - Macé, huissier ordinaire du roi : un chevron et une massue en pal, trois trèfles en chef. - Macé, bourg. de robe, anoblie (18e s.), dont un avocat au Parlement : même blason. - Macet, docteur en droit : une fasce chargée d'une abeille et trois roses. - Macé, lieutenant criminel : deux lions affrontés soutenant un cœur, trois étoiles en chef. 0 BRETAGNE. - Nombreuses familles Macé, 148 s. : une croix pattée à cinq coquilles, c'est aussi le nom des La Fresnaye (avant le 168 s.). - Autre famille Macé trois rencontres de cerf. - 0 PROVENCE. - Fam. anc. - 0 BRESSE. - Macet, famille ancienne, originaire du Piémont. MACH, MACHARD, MACHIN, MACHAULT, MACHON. - Noms de personne germanique : force. - Machard : nom de personne germanique. Machin : en basque, altération de Martin. Machault : nom de lieu, Ardennes. - Machon : prénom; forme picarde de Maçon. - 0 PARIS. Machault, fam. de Rethel, branche anob. au 168 s. dont un conseiller au Parlement : trois têtes de corbeaux. - Machinot, receveur des tailles : écart. 1

et 4 : trois écrevisses, 2 et 3 : trois besants. Machond, marchand bourgeois de Paris : deux chevrons entrelacés, trois étoiles et un cœur enflammé. - 0 LYON. - Machureau : un chevron, deux étoiles et un cygne. - Machon : parti à une bande ondée et mi partie brochant sur le tout. - 0 LIMOUSIN. - Mascureau, famille ancienne : fascé argent et gueule, coupé six étoiles. - 0 POITOU. Fam. Machon : trois moutons. - 0 NORMANDIE, PICARDIE. - Famille Machard ou Machart; anc. MACLE, MACLOU. - Macle (Jura). - Surnom d'artisan : maille. - Maclou : prénom. MAC MAHON. - Mac Mahon, duc de Magenta 1859. MACON, MAÇON. - Muraire : maçon. - • PARIS. - Maçon, prêtre : une croix, deux truelles en chef. 0 AUVERGNE.- Macon, famille ancienne. MADEC, MADIC, MADEUC, MADIOU, MADIN. Madec : breton : bon, riche. - Madiou : d'Ama Diou (Midi). - 0 BRETAGNE. - Madec : une épée flamboyante, étoile et croissant. - Madic : trois lionceaux. - Madio : trois croissants. - • LORRAINE. Famille Madin, médecin-bibliophile, 188 s. (armes de la famille Millet). MADELEINE, MAGDELAINE. - Prénom. - • PARIS. - Magdelin, marchand boucher : un mât, deux étoiles et deux roses. - 0 BRETAGNE. Madeleineau, débouté 1668 : neuf glands. MAES, MAAS. - Prénom? - Flamand : maille. MAFFRE. - Prénom. MAGGI. - Alsace. Diminutif de Marguerite. 0 MARSEILLE. - Magy, bourgeois marchand : un chevron et trois colombes. MAGLOIRE.- Prénom. MAGNE, MAGNIN, MAIGNEN, MEIGNAN, MAGNAN, MAGNAUT, MAUHAUT, MEIGNON, MAGNIER, MAGNIOL, MAGNY, MAGNIER. Magne : prénom Sud-Ouest. - Magnin, Maignan : Est, Sud-Est. - Magnier : Nord-Est. - Magnier : prénom germ. Magino (magin : force). - 0 PARIS. Magneux, échevin de Paris : trois coquilles. Magnier, contrôleur de la bouche pour le roi : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Magny, rapporteur de criées : une aigle à deux têtes. Meignen, procureur au Châtelet : une bande chargée de trois coquilles. - Magne, avocat au Parlement : un faucon chaperonné et deux faucilles confrontées. - Maignart, fam. originaire de Normandie, des anoblis au 158 s. Parlements de Rouen et Paris, dont les seigneurs de Vaupalière et de Bernières; chevaliers de l'Ordre de Malte : une bande

chargée de trois quintefeuilles. - 0 LYON.- Magnin : deux mains en fasce naissant d'une mine, tenant chacune un pampre de vigne. - Magnin : un rocher duquel sortent deux branches d'arbre, chacune arrachée par une main. - Maigne, notaire : une fasce vivrée, deux jumelles et une bande brochant sur le tout. - 0 MARSEILLE. - Magny, commis des classes : une aigle. - 0 ANJOU. - 128 s. Maignan, Le Maignan : fam. ancienne : une bande à trois coquilles. Essaimée en Bretagne. - • NORMANDIE. - 158 s. Maignen, Maignan, ou Le Maignen : une fasce et trois molettes. - Magny, fam. anc. - 0 POITOU. - Maigné : trois huchets. - • ARMAGNAC. - Magnant : maison illustre. - • PROVENCE. Magniol, famille ancienne. MAGRE, LEMAIGRE, MEIGRET.- Magre : Midi. Le Maigre : Nord-Ouest. - Meigret : forme méridionale pour maigre. - 0 PARIS. - Maigret, marchand de vin : un chevron, deux aigrettes garnies de plumes et un croissant. - Megret, marchand de vin, bourgeois de Paris : une bande chargée de trois étoiles. - Meigret, garde de la monnaie : un chevron, deux aigrettes et une tour. - Meigret, chevalier de Saint-Lazare de Jérusalem : tiercé en fasce : une tête de lion, une croix de Saint-Lazare en fasce à la couronne ducale, un chevron et trois besans. Megret, écuyer : trois besans, une tête de lion, en chef. - Le Maigre, receveur général des finances de Guyenne : porc-épic; au chef, trois étoiles. - Megret, fam. de grande bourgeoisie de Saint-Quentin venue à Paris au 18* s. enrichie dans la finance, anob. 18* s., alliée aux Joly de Fleury dont les sgrs d'Etigny et de Sérilly. - 208 s. importante fam. Maigret, (alliances Gramont, Poniatowski, Grimaldi, etc.) dite «de Maigret», et comtes depuis 1861. - 0 LYON. - Megret, marchand bourgeois de Lyon : trois besans, une tête de lion en chef. - Megret, avocat : un chevron chargé d'une coupe. - 0 BRETAGNE. - Le Maigre, ou Le Treut : trois trèfles et une étoile; aussi : palé or et gueules. MAHAUT, MAHOT, MAHIAS, MAHAYNE, MAHIEU. - Mahaut : formes populaires de Mathilde (Normandie, Picardie). - Mahias, Mahieu : Mathieu. - 0 PARIS. - Mahayne : une bande, trois losanges et deux têtes de léopards. - Mahieu, marchand bourgeois. - De Mahieu : un Saint-François. Mahias, valet de chambre ordinaire du roi et du duc de Bourgogne : une fasce dentelée chargée de cinq tourteaux. - • BRETAGNE. - Mahault, 15 s. : un huchet et trois feuilles de houx renversées. - Mahé, 148 s. (dont un évêque de Dol, 1279) : trois chevrons. - Mahé ou Mathieu : deux haches adossées. Mahé ou Mathieu, 151 s. : une tête de léopard et trois molettes. - Mahot, fam. déboutée 1668. Méher, attesté en Bretagne 178 s. - Mehol (lieu en Ardennes). - 0 POITOU. - Mahé : trois roses d'or. MAHUET.- Fam. anc. Lorraine. MAIL, MAILLET, MAILLART, MAILLOT, MAILHOL, MAILLEFER. - Mailhol (occit.). Maillefer = sobriquet : «pas-de-fer »? ou encore gâte-fer? • PARIS. - Mailhard, fam. possédant fief en Bourbonnais, anob. 178 s. dont les sgrs de Baslore. Maillard, avocat : un maillet et cinq flammes en orle; une bordure autour des mots : «Pellit et ardet». - Maillard, apothicaire ordinaire de Monsieur : un maillet en pal soutenu par deux flammes, une masse enflammée et deux étoiles. - Maillard, docteur à la Faculté de médecine : un chevron, deux quintefeuilles et une étoile. - Maillard, écuyer : une gerbe, deux croissants et trois roses. - Maillard, écuyer : un feu de trois flammes traversé en bande par un maillet, trois étoiles en chef. - Maillard, marchand de vin : ses initiales entrelacées. - Maillard, marchand bourgeois de Paris : trois maillets. -

Maillard, bourgeois de Paris : un chevron, deux quintefeuilles et une étoile. - Maillard, avocat : un sautoir, chef chargé de trois canards. - Maille : une bande chargée de trois besans, un griffon et un arbrisseau. - Maillé : trois fasces. - Maillet, bourgeois de Paris : une étoile, un maillet, et deux chandeliers d'église. - Mailloc : trois maillets et un créquier. - Maillot : deux lances brisées en sautoir, une étoile et trois maillets. - Mailly, chirurgien : un chevron, deux étoiles et un perdreau. - Mailly : trois maillets. - Maillart, anc. chanoine : un chevron, deux étoiles et une rose. - Maillard, écuyer : un chevron et trois piques. - • MARSEILLE. - Maillet : un chevron et trois maillets. - Maillard, bourgeois de Marseille : un chevron et neuf annelets. - Maillan, hoste : 1 chevron et trois besans. - 0 SENLIS. Maillard, ou Maillart, fam. notable : un lion et trois maillets. - 0 NORMANDIE. - Maillet, 2 fam. 188 s. ayant figuré dans la nob. - Maillot, fam. anc. de Vire. - 0 ANJOU. - Maillé, ducs de Fronsac (1639) de Maillé 1784 (pair). - Nob. très anc., une sainte : Sainte Clémence. MAINARD, MAYNARD. - • ROUERGUE. - Mainard, anc. fam. bgse du Haut-Rouergue et de Toulouse (16 s.) dont très nombreuse descendance, dont les barons de Ségoufielle, etc. All. Auriol. MAINFROI.- Prénom germanique. MAINGAUT, MENGUY, MAINGARD. - Maingaut : nom germ. avec idée de force. - Menguy : breton, surnom (chien : ki pierre : meu). - 0 PARIS. - Menguy : fam. de bourg. de robe sous Louis XIII, anob. (17 s.) : fretté, chef à trois étoiles. - 0 BRETAGNE. - Maingard, débouté 1676 : une fasce et un chêne arraché, brochant. - Mainguy, Menguy, issus des seigneurs de Guicaznou, nob. anc. : argent fretté d'azur, franc. canton à l'étoile. - Menguy, écuyer à Pontorson, 1380, d'où la fam. de la Rivière : un lion. MAINTENANT.- Famille noble de Picardie. MAIRE, LE MAIRE, MAIREAU. - Nom de profession ou sobriquet. - 9 PARIS. - Outre l'ancienne famille Le Maire, issue d'Eudes Le Maire, sgr de Chalo-Saint-Mars et capitaine du château d'Etampes, vivant sous Philippe I dont la postérité subsista, au moins, jusqu'au 168 s. (voir art. Jullien). Cette famille Le Maire, à cause d'Eudes, qui se croisa pour le roi, reçut en récompense le privilège héréditaire de droit de bourgeoisie parisienne, la noblesse, mesure qui fut ensuite rapportée, et le droit d'écarteler sdn blason (une feuille de houx, ou de chêne) avec les armes de Jérusalem (voir articles, Boucher, Chartier, etc.). Ces armes célèbres sont dites «de Chalo-Saint-Mars». - Tous les descendants d'Eudes Le Maire, quel que soit le nom de leur père, peuvent porter les armes de Chalo-SaintMars, et, de ce fait, un grand nombre de bourgeois de Paris usaient encore de ce privilège sous Louis XIV. La fille d'Eudes, Tiphaine, épousa Alain Chartier. - Maireau, greffier au grenier à sel : une levrette courant, trois roses en chef. - Le Mairat, bourgeois marchand (16 s.) de Troyes, fam. venue à Paris au 17 s., dynastie de robe alliée aux Molé, Colbert, devint Lépinette dont un commissaire aux requêtes du Palais : un chevron chargé d'un écusson surchargé d'un arbre et trois têtes de paons. Le Maire : une ancre; chef à trois étoiles. - Le Maire : un chevron, deux branches de marjolaine et un cerf rampant. - Lemaire, marchand : un vaisseau sur une mer. - Le Maire, écuyer : un lion tenant un écusson. - Le Maire, avocat : ses initiales entrelacées. Le Maire : un chevron surmonté d'une étoile, deux roses et un gland. - Le Maire : trois chevrons, chacun chargé de deux épées. - 0 MARSEILLE. -

Lemaire, ancien consul en barbarie : trois merlettes. - • BRETAGNE. - Nantes : Le Maire, fam. bgse, alliance Feydeau 168 s., semé de trèfle; lion brochant. - Saint-Brieuc : trois chevrons et trois trèfles (déboutée 1669). - 0 NORMANDIE. - Maire, famille ancienne. MAISME, MAX, MESMES. - Maisme : mesme : nom de baptême : Maxime. - Max : abréviation de Maximilien, nom de baptême surtout en AlsaceLorraine. - • PARIS. - Mesmes, maison considérable origin. de Guyenne, remontant au 13e s. représentée dans les Ordres, l'armée, Malte, les ambassades, l'Académie; dont les sgrs de Langle et de Roissy, alliée aux Rochechouart, Durfort, GelasLautrec : écartelé : 1 : un croissant; 2 et 3 : deux lions l'un sur l'autre; 4 : une étoile. MAISONS, DESMAISONS, DEMAISON. Maison (d'une certaine importance) opposée à la petite demeure. - 0 LYON. - Maisonseule, épouse Chevrières ; semé d'étoiles à une maison sur une montagne. - 0 POITOU. - Maisonnier : une maison à deux girouettes. - Desmaison : trois tours; chef à deux molettes. MAITRE, LE MAITRE, MAISTRE, MESTRE. Centre, Nord-Ouest : maître opposé à ouvrier. - • PARIS. - Le Maistre, fam. issue d'un marchand, origin. de Montlhéry, dont plusieurs branches, anob. (18° s.); Marquis de Ferrières, etc., brillantes alliances; nombreux magistrats (essaimée en Savoie). Le Maistre ; valet de chambre de Madame et capitaine du château de Nemours ; trois soucis. - Le Maître : lieutenant au grenier à sel de Pontoise : une pendule. - 0 MARSEILLE. - Le Maistre, écuyer : trois soucis. - Mestre, famille ancienne. - 0 BRETAGNE. - Le Maistre, fam. anc. nob. : un lion, accosté de deux épées en pal (131 s.). - 0 POITOU. Maître ou Maistre : un sautoir et quatre croisettes. MAJAULT, MAJOUR. - Dérivé de Major. - 0 FLANDRE. - Famille Majault : trois fasces et six roses. - • LANGUEDOC.- Famille Majour. MALADIÈRE.- Famille ancienne du Dauphiné. MALAIN. - Famille ancienne de Franche-Comté. MALARD, MALLARD. - Malard (Normandie : nom de personne d'origine germanique : malhard : mauvais-dur). - 0 PARIS. - Mallard, écuyer : deux lions affrontés et une rose entre leurs pattes. - 0 LYON. - Mallard, marchand : un pommier fruité, trois flammes et deux étoiles. - •NORMANDIE. Mallard, famille ancienne : une fasce au fer de mulet, et deux losanges (14 s.). MALAVAL. - Lieu. - e PARIS. - 188 s. fam. Malaval, médecins; un mont mouvant du flanc de l'écu; chef à trois pommes. MALET, MALLET. - Diminutif de Malo, prénom. Les riches Mallet, originaires de Rouen, protestants passés par Genève, barons 1810, sont gens de banque; alliance Maupeou, 201 s. - 0 PARIS. - Malet, chevalier : un phénix sur un bûcher enflammé regardant un soleil en bande. - Malet, avocat : trois fermaux. - Malet, procureur : un chevron et trois fermaux. - Mallet, bourg. de Paris et aide mouleur de bois : un fermail et trois étoiles. - Mallet : famille noble originaire de Beauvais, rang important dans l'administration des Eaux et Forêts; alliée aux Metz, dont un conseiller au parlement ; trois trèfles. Mallet, procureur au Châtelet : une bande bretessée de trois pièces chargée de trois têtes de léopard. Mallet, maître tapissier ; un maillet et trois merlettes. - • LYON. - Mallet, chanoine : un maillet et trois billettes. - Mallet, marchand batteur d'or : deux pals chargés de quatre maillets. - 0 SENLIS. Malet, garde de la librairie du roi (15 s.) : fascé hermines et gueules. - Mallet, conseiller (17 s.) : trois trèfles. - 0 BRETAGNE. - Mallet, dont Robert,

croisé 1248 (alliance Beaupoil) : d'hermines à trois fasces de gueules (14" s.). - 0 POITOU. - Famille Mallet, bonne bourgeoisie 188 s. :trois trèfles. MALHERBE. - Famille illustre et ancienne de Normandie. MALIVERT, MALYVERT. - Famille ancienne de Bresse. MALIVOIS, MALIVOIRE. - 0 BOURGOGNE. Famille bourgeoise Malivoire. - Auxonne (?) 181 s. : une bécasse. MALLARMÉ, MALLARMEY.- Est. MALLINEAU, MALLINAUD. - Dim. de Malo. e POITOU, SAINTONGE. - Fam. Mallineau : un lion couronné, queue fourchée. MAMET.- Nom d'un saint, Midi. MANCEL, MANCEAU, MANCIES. - 0 NORMANDIE. - Mancel, fam. ancienne. - 0 BRETAGNE. Mancel : trois molettes, trois têtes de loup en chef. 0 POITOU. - Manceau ; chevron et chêne; chef à trois étoiles. - Mancrès : deux mains. MANDAT. - Bonne fam. du Limousin dont une branche parisienne anob. 1559 (aIl. Andigné, 20" s.). Rien à voir avec l'anc. maison nob. de Grancey, malgré Mandat-Grancey. MANDEL.- Alsace : amande. MANDON. - 0 BOURBONNAIS. - Mandon, famille ancienne essaimée en Provence : chevron à la fleurdelis et trois roses. MANDRE. - • FRANCHE-COMTÉ. - Mandre, famille ancienne : une bande et sept billettes. MANDRIER, MANDRIN. - Mandrier : berger, lieu. - Mandrin : lieu. MANGEROZ.- Famille anc. de Franche-Comté. MANGIN, MENGIN, MENJAUD, MENJOT, MENCHE. - Diminutifs de : Domange, Dimanche, Demange, etc. (Dominicus). Des Menjot anob. 1638 et 1717, un baron 1819; un Mengin anob. 1540. - Menche, fam. anob. 178 s. dont un comte du pape. MANGON.- Famille anc. de Normandie. MANGOT. - Désiré Charles M., cocher de fiacre, vingt et un ans, guillotiné sous la Terreur pour avoir, «en l'état d'ivresse, blasphémé la Révolution... » MANIER, MANIÈRE. - Manier : habile. - • PÉRIGORD. - Famille Manière, Manières ; trois cors de chasse (parfois De Manières). MANOURY, MANNOURY. - Var. de Maunoury : mal nourri. - • NORMANDIE. - Famille anc., anob. 1593, (et nob. au 151 s.?) : trois hermines. - Devise : Regi Fidelis. MANSARD, MANSEAU, MANSUET, MANSOIS.Dérivé d'Amans; nom de baptême (Somme); ou pigeon domestique. Manseau : Manceau? : Du Mans. - 0 PARIS. - Mansart (v. Hardouin). - Manseau, valet de chambre ordinaire du roi : un lion; chef à trois étoiles. - Manselle, veuve Le Court : une aigle à deux têtes. - Mansuet, bailli du temple : trois perdrix. - Mansier : un lion. - 0 MARSEILLE. Manse, capitaine de galère : deux bâtons accotés, alaisés, en sautoir, et trois larmes. - • NORMANDIE. - Mansois, famille ancienne. MANTE, MANTEAU, MANTELIN. - Mantelin (Forez), porteur de manteau. - • PARIS. - Mante, commis de l'extraordinaire des guerres : un lion tenant une épée. - Mante, contrôleur ordinaire des guerres : un vase rempli de fleurs, et trois étoiles en fasce. - Mantes, curé : un manteau. - 208 s. : fam. Mante, alliances Proust, Mauriac, Chastenet de Puységur. MAQUET, MAQUIN, MAQUE. - Maquet (Champagne) : une meule de foin. Maquin (Berri). - • LYON. - Maquière (marchand bourgeois de Lyon) : un lion, chef à trois étoiles.

MARAIS. - Centre-Ouest, Nord; nom de lieu, de domaine, de hameau. - 0 PARIS. - Marais, procureur au Châtelet : un chevron, trois cœurs enflammés surmontés d'une étoile à six raies. MARANS. - Famille ancienne noble du Maine. MARBAIS. - Famille ancienne du Brabant. MARBAUD, MARBOT, MARBEAU. - Marbeau (Sud-Ouest) : nom germanique; mar.-bald : célèbre, hardi. - 0 BRETAGNE. - Marbo, 1340 : un lion surmonté d'un lambel. - • NORMANDIE. - Famille Marbodin : des anoblis 1653, anciennement Bodin. MARC, MARCEL, MARCELLIN, MARCEFOIL, MARCAULD, MARCEZ, MARCES. - Marc, nom de baptême. - Marcefoil, nom de lieu, Auvergne (devenu Marcepoil?). - 0 PARIS. - Marcault, marchand-fabricant à Paris : une fasce chargée de deux mains jointes, trois étoiles et trois merlettes. Marcel, maître chirurgien ordinaire du roi en ses écuries : une croix de Lorraine. - Marcel, bourgeois de Paris : une bande chargée de trois demi-vols; écartelé à trois masses d'arme en sautoir et en pal. Marces, abbé : un chevron, deux raisins et un épi d'orge. - Marcez, vve Bourguignon : un pique en pal duquel pend un cor de chasse, un chêne sur un tertre, une hure de sanglier et une étoile. - Marcées, chanoine : un phénix sur un bûcher, regardant un soleil. - Marcellat, chanoine : une croix. - Marcelot : deux fasces chargées chacune de trois marcs. • LYON.- Marca, tenant le logis du Roi-d'Angleterre des Terraux : un marc soutenu d'un A. - Marca, procureur : un chevron chargé d'une coquille. - 0 SENLIS. - Marcel, 168 s. : une rose tigée entre deux palmes, le tout terrassé; un soleil et un nuage. 0 AGEN. - Fam. Marcellin, barons de Bory SaintVincent, 18 s. MARCADEY.- Famille ancienne de Normandie. MARCHAND, MARCHANT, LEMARCHANT, LE MARCHAND, MARCHESSEAU, MARCESCHEAU, MARQUAND, LAMARCHE. - Marchand marchand. - Marchais (Périgord, Limousin) marais. Marchesseau, Lamarche : marais. - Marchande, Marchandeau, Marchandin, Marchandise. Marchandon, Marchandot, Marchaut (Ouest). 0 PARIS. - Marchais, commandant la brigade de Bourg-la-Reine : un chevron et trois écrevisses en pal. - Marchais, bourgeois de Paris : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Marchand : un chevron et trois cornets. - Marchand, apothicaire, bourgeois de Paris : un arbre, un soleil, un croissant. - Marchand, bourgeois de Paris et mesureur de grain de la ville : trois bandes. - Marchand, commis des consignations : une fasce échiquetée de deux traits, un lion passant, et deux épées en sautoir. - Marchand, bourgeois de Paris : un chevron surmonté d'une étoile, deux merlettes, un lézard en pal. Marchand, procureur au Parlement : une grue, le pied droit levé tenant un caillou. - Marchand, notaire au Châtelet : un chef bandé de six pièces. - Marchand, payeur des rentes : un chevron, deux étoiles et un cœur. - Marchant, maréchal des logis du roi : un chevron, trois roses, en chef : une croix potencée et quatre croisettes. - Marchand, marchand : une gerbe surmontée d'un raisin. - Marchand : un vaisseau. - Marchand, originaire de la musique du roi : Des instruments de musique en sautoir et en croix, chargés d'un écusson à trois marcs, surmonté d'un soleil. - Le Marchant, écuyer : une croix fleuronnée, et quatre trèfles. - Le Marchant, juré : deux aunes en pal, divisés de trois clous. - Lamarche, procureur : un lion passant. - 0 BRESSE. - Marchant : chef bandé. - • LANGUEDOC. - Marcescheau (médecins, 188 s.). - 0 NORMANDIE. - Le Marchant : une croix et quatre trèfles. - • LA ROCHELLE, SAUMUR. - Famille Marchesseau. -

0 POITOU. - Marchand ou Marchant : trois mouches, alias : trois roses. - • BRETAGNE.- Marchand, Le Marchand, Lemarchand, trois familles déboutées 1669. - Blasons : Morlaix : trois têtes de corbeau; Saint-Brieuc-Dinan : chevron et trois molettes. 1511 s. : à Rennes, Jean, Pierre et Gilles, autrefois anoblis, se gouvernent roturièrement : une aubépine arrachée. - Lamarche, famille ancienne originaire de Paris : une croix. - 0 CHAMPAGNE. Famille Marchant, Le Marchant, dont un vicomtemoyen de Luxeuil : deux épées en sautoir, pointe en haut; croissant en chef. - • FRANCHE-COMTÉ. Famille Marchant, 188 s., dont un célèbre médecin : trois têtes de paon. MARCILLAC, MARCILLY. - Lieu (Lot). - 0 PARIS. - Marcillac : un chevron, deux étoiles et un cygne nageant sur une onde. - Marcilly, intendant du marquis de Vieuville : un porc-épic et deux étoiles. MARCON, MARCOU, MARCONNAY. - Marcon : Ardèche, du germ. Marc : cheval. - Marcou : Paris 13" s. - • PARIS. - Marconnay : trois pals; un chef. Marcou, bourgeois de Paris : un chevron, deux roses et un croissant. MARE. - 0 NORMANDIE. - Mare, famille ancienne : une fasce et trois molettes. MARÉCHAL, MARCHAL, MARCHAUD, MARESCAL, MARESCOT. - Maréchal-ferrant. - 0 PARIS. - Mareschal, famille fixée à Gravelines (17 s.) ou Mareschal, dit La Motte, tenait une auberge, famille dont le 1 chirurgien de Louis XIV et le marquis de Bièvre, célèbre pour ses calembours (18 s.) : une fasce ondée et trois grains de sel. - Maréchal, marchand-drapier : un chevron, une rose, une étoile et un cœur enflammé, chef à trois merlettes. - Maréchal, bourgeois de Paris : un chevron brisé. - Maréchal, trésorier de France : écartelé 1 : une bande componée chargée de deux étoiles; 2 : trois porcs-épics; 3 : un mouton et trois roses; 4 : une main ouverte sur des flammes et trois étoiles; un chevron brisé sur le tout. - Marescal : marchand bourgeois de Paris : une ancre chargée d'un cœur ailé et deux étoiles. - Marescal, ancien échevin de Paris : une foi mouvant de deux nuées et trois étoiles. - Mareschal, bourgeois de Paris : deux bâtons de maréchaux chargés de fleurs de lis en sautoir et deux étoiles. - Marescat, anc. fam. venue d'Italie? issue des Marescotti? chevalier : fascé de six pièces, un léopard rampant brochant sur le tout : chef à une aigle. - 0 BOURBONNAIS. Maréchal, très anc. fam. nob. : trois tourteaux ch. d'une étoile chacun. - 0 BRESSE. - Maréchal, famille ancienne : trois fasces, bande brochante. 0 NORMANDIE. - Maréchal, famille ancienne : un lion et trois roses. MARET.- Maret, duc de Bassano. MARGEOT.- Ancienne famille de Normandie. MARGERET, MARGUERIE, MARGUERITTE. Marguerite; matronyme; peut-être aussi sobriquet. 0 PARIS. - Margeret, anc. fam. dont un grand audiencier de France ( t 1682) et un des gardes françaises : une fasce chargée d'une fleur de lis et trois têtes de léopard. - Margueritte, écuyer : une fasce chargée de trois quintefeuilles. - 0 NORMANDIE. - Marguerie, famille de robe, illustre et antique, nombreuses branches : trois marguerites. MARIE, MARIETTE, MARION, MARIONNAUD, MARIOTAT, MARIELLE. - Matronymes. - Marie, Mariette (Normandie). - Marion (Centre, Est-Midi). Marionnaud (Limousin). - Mariotat (Lyonnais). Marielle (Normandie). - Mariatte (Lorraine). - Marie; prénom peu usité anciennement. - 0 PARIS. Marie : une fasce et trois annelets. - Marie, huissier au Parlement : un lion, deux étoiles et un croissant. Marie : trois étoiles et un cœur soutenu d'un crois-

sant. - Marie, chevalier de l'Ordre de Saint-Louis, colonel de dragons : une tour sommée d'un lion naissant tenant une épée, soutenu d'un rocher. Marié : une croix, deux glands et deux épis de blé. Marier, procureur au Châtelet : un chevron surmonté d'un croissant, deux roses et une foi. Marier, commissaire au Châtelet : même blason plus une colombe tenant un rameau d'olivier. Mariette, gouverneur des pages de Madame : un chevron et trois chardons. - Mariette, marchand franger et mouleur de bois : un arbre soutenu d'un croissant. - Marion : un croissant surmonté d'une étoile. - Marion, enseigne des gardes du corps de Monsieur : un lion couronné et trois fasces ondées; sur le tout : une main droite apaumée. - Marion, professeur de théologie : deux clefs en sautoir et une croix en chef. - Marion, marchand de liqueurs : une fasce, un soleil, deux annelets et une foi. Marié, curé : deux bagues entrelacées. - Marion, lieutenant des gardes du roi un croissant surmonté d'une étoile et un arbre sur une terrasse. 0 LYON. - Marion, marchand chapelier un mât de navire avec ses cordages et deux étoiles. Marion, receveur des octrois : un chevron chargé d'une coquille. - Marion, procureur : un chevron chargé d'une coupe. - 0 MARSEILLE. - Marias, marchand : un chevron, deux rameaux d'olivier en pal, chacun soutenu d'un croissant et un rameau couché en fasce surmonté d'une levrette courant. - 0 BRETAGNE. - Famille Marion, 158 s. : quatre fleurs de lis de gueules. - Famille Marion, 198 s. : un mur crenelé sommé d'un coq tenant une épée, baron 1820. - Marie, ancienne famille noble (ancien nom : Le Diable) : trois coquilles. - 0 GUYENNE. - Marias, un anob. 1654 : une fasce, deux étoiles, un croissant. - • NORMANDIE.Marie, famille ancienne : bande ch. de deux filets et six tablettes en orle, lambel brochant. - Marie : trois mains. MARIN, MARIGNER, MARIGNY, MARINEAU, MARINIER, MARIN. - Nom de baptême; sobriquet, etc. - 0 PARIS. - Marigner, marchand bourgeois de Paris : une nef sur une onde. - Marigner, marchand bourgeois de Paris : un vaisseau flottant et une étoile. - Marigny, changeur : un lion. - Marin : une fasce, trois croissants et un coq marchant. - Marineau, vve Sance : deux crocodiles affrontés en pal, supportant un échiquier. - Marines, gentilhomme servant du roi : un chevron chargé de trois roses, deux étoiles et un croissant. - 0 LYON. - Marignier, marchand bourgeois de Lyon : une ancre, chef à trois étoiles. - Mariniers, marchand toilier : une ancre et deux étoiles. - 0 MARSEILLE. - Marin, lieutenant de galère : une fasce surmontée de trois croissants, soutenue d'un coq, le pied droit levé. Marignan, ingénieur : trois fasces, un chevron brochant chargé de cinq étoiles, un lambel et un croissant. - Marin, écuyer : trois bandes ondées. Marin, capitaine de galère : une fasce soutenue d'une mer agitée. - Marin, écrivain du roi : un rocher au milieu d'une mer supportant une aigle; chef à un soleil. - Marin, capitaine de vaisseau : un écureuil; coupé à une fasce. - • SAVOIE. - Famille Marin, dont un officier, professeur d'anatomie, 18" s. : un navire voguant, un soleil et une lune. 0 LANGUEDOC. - Famille Marin, nob. anc., un débouté 1668 et 1701 : trois chevrons; trois roses en chef. - 0 PROVENCE. - Marini, famille ancienne. - 0 NORMANDIE. - Marinier, famille ancienne : pal chargé de trois coquilles. MARLOT, MARLON, MARLE. - Sobriquet pour merle. - 0 PARIS. - Puissante et ancienne famille Marie, ou de Marie, venue anc. de Champagne, et qui descendait de Chalo-Saint-Mars (voir articles

Boucher, Chartier, Le Maire, etc.) alliée à la plupart des grandes familles de l'ancien Parlement, son hôtel subsiste, rue Payenne. La branche illustre éteinte dans la famille Hector : une bande à trois molettes. - Marie, ou Marié, marchand de vin : ses initiales, C. M. - Marion, notaire : trois bandes. Marlot, notaire : trois merlettes. - * NORMANDIE. Marie, famille ancienne. MARMANDE, MARMET, MARMION, MERMIER, MARMONTEL, MARMUSE. - Midi, marme; marbre. Surnom : marbre : aussi lieux. - Marmontel (Limousin, Auvergne). - 0 PARIS. - Marmande, maréchal des gendarmes de la garde du roi : un arbre sur une terrasse, le tronc traversé d'un lion passant. - Marmet, prêtre : une ancre. - Marmion, curé : un chevron, deux couronnes d'épines et une croix fleuronnée. - Marmier, duc de Marmier 1818 (marquis 1740). - 0 SENLIS. - 1445 Guillaume de la Salle, dit Marmier, capitaine de Senlis. - 0 PROVENCE. Marmet, famille ancienne noble 13 s. MAROD, MAROT. - Sud-Ouest : maraud. • BRETAGNE, ANJOU. - Famille Marot, vicomte de Taden 1664, comte de la Garaye, 1685, baron de Blaison en Anjou, un débouté 1668 : une main accompagnée d'une étoile. - 0 NORMANDIE. Famille Marot (15e s.), anciennement Desmarets (?); dont les poètes célèbres. MARQUE, MARQUÉ, MARQUET, MARQUIS, MARQUESY, MARQUETEL, MARCOTTE. - Marqué, etc. : qui porte une marque. - Marcotte : terme de jardinage. - Marquet (de Marc). - 0 LYON. - Marquet, marchand bourgeois de Lyon : une muraille sommée de trois marcs, soutenue d'une rivière ondée. - Marquet, maître apothicaire : un chevron chargé d'une billette. - Marquis, médecin : une pyramide. - 0 PARIS. - Marquet, famille originaire d'Armagnac où elle exerçait le commerce de résine (17 s.) venue à Paris au 188 s., enrichie dans la finance, branche anob. au 188 s. - Marquette, famille bourgeoise connue à Laon depuis le 158 s.; une branche anob. au 188 s. - 0 PICARDIE, etc. - Fam'. Marcotte, très anc. bgsie dont les Marcotte de Sainte-Marie, etc., un lion (allianee LévisMirepoix, 208 s.). - • PROVENCE. - Marquesy, famille ancienne. - • NORMANDIE. - Marquetel, ancienne famille noble. MARRE, MARRAST, MARREAU, MARROLY, MARROT. - Marre : bélier. - Sobriquet, ou allusion à une enseigne. - Voir aussi Mare, Lamare et Marot. 0 PARIS. - Marreau, notaire, garde-notes au Châtelet : une fasce et trois glands. - 0 LYON. Marrel, bourgeois capitaine : un marc soutenu d'un vol. - • MARSEILLE. - Marrot, marchand colonnier : un rocher dans une mer; chef à trois étoiles. Marroly, bourgeois : une foi mourante des flancs d'une nuée, et une mer. - Marrot, marchand : ses initiales. - • NORMANDIE. - Marre, famille ancienne. MARTEAU, MARTEL. - Martel : Midi, Picardie : surnom. - 0 PARIS. - Marteau, docteur à la Faculté de Médecine : un chevron et trois maillets. Martel, avocat : trois marteaux. - Martel : un lion. 0 BRETAGNE. - Martel, croisé en 1248 : un fretté. Martel, lieutenant général des armées navales : trois marteaux. - 0 NORMANDIE. - Martel, famille ancienne noble : trois marteaux, comme en Bretagne. - 0 PROVENCE. - Martel, famille ancienne, deux branches au 18 s.; mêmes armes. MARTELLI. - Famille consulaire (Provence, 16e s.). MARTIAL, MARSAL. - Nom de baptême. 0 BRETAGNE. - Famille originaire de Guyenne : un lion.

MARTIN. - Prénom ancien, perpétue le souvenir de saint Martin, évêque de Tours. Très répandu. Deuxième nom de France par le nombre, sans doute, après Le Fèvre, Le Febvre, Fèvre, etc. Deuxième dans l'annuaire téléphonique de Paris 1969, avant Lévy-Lévi, avec environ 1300 abonnés, plus ou moins. De nombreux Martin, afin sans doute de se distinguer du nombre, se sont adjoints des noms de terre : il ya, ainsi, des Martin d'Aigueperse, du Gard (département), du Nord (idem), d'Ozouville, des Martin-Martinière, des Martin du Pont, de Raedt, des Martin-Saint-Laurent, Saint-Léon, Saint-René, des Viviès. Sans compter les Martin dissimulés sous des noms acquis, à allure nobiliaire. Telle la fam. de Coucy (!) qui était Martin jusqu'en 1821. Mais cette remarque est valable pour tous les noms de famille, en général. - Bottin Mondain 1934 : 73 Martin, ycompris ceux accolés à d'autres noms; dont un «de Martin »; un député, trois sénateurs, deux membres d'académies, etc. Bottin Mondain 1969 : légère régression : environ 50, dont un cardinal. Régression partiellement due à des mutations, dont le Journal Officiel garde la mémoire. - • PARIS. - 1700 : 27, plus un Martine, dont deux conseillers du roi; un apothicaire; quatre bourgeois; un valet de chambre du duc d'Orléans; un porteur de charbon; un mesureur de blé; un directeur des lits de Franche-Comté; etc. Blason ; en général : un chevron, acc. soit de deux étoiles et d'un croissant, soit de trois roses; aussi : un cœur; un griffon; trois masses; trois barbeaux; un marc et un thym; un chevron acc. de deux raisins et d'une tour. - Une croix à triple traverse. 0 LYON. - 10 Martin, dont les blasons sont souvent, là aussi, des chevrons, acc. de roses, ou d'un cœur. - Un thym et un marc. - Un homme habillé à l'antique, tenant une épée et un bouclier (SaintMartin?). - Trois arbres. - 0 MARSEILLE. - 14 Martin : chevrons acc. de roses. - Trois arbres. - Un mouton. - Unarbre plus un cerf. - Unarbre plus trois étoiles (Jean Baptiste «de » Martin, orig. d'Espagne), enfin l'hôte des Trois-Dauphins : trois dauphins. - 0 POITOU. - 151 s. : épée et poignard, acc. d'une étoile et d'un croissant, aussi : d'argent à la fasce ondée. Chandelier à huit branches, et huit bassins. - Autre Martin, anobli pour services considérables : à l'ancre d'argent, côtoyée de deux bras coupés aux mains coupées, plus boulet de canon et fleur de lis (rappel d'un fait de guerre, sans doute). - • SENLIS. - Fam. Martin, 1 6 s. : chevron, deux merlettes et un navire. - 0 PÉRIGUEUX. - Un évêque Martin, début 178 s. 0 TOULOUSE. - Des Martins anoblis par le capitoulat. - 0 GUYENNE. - Martin porte une tour d'argent donjonnée à dextre d'une tourelle. Comtes de Marcellus en 1742. - • BRETAGNE. - D'argent Pondichéry 1683. - Jean-Baptiste Martin, peintre, fretté de gueules, 161 s. - Dans l'évêché de Rennes : trois quintefeuilles. - Un chevron de gueules chargé d'une molette, acc. de trois pies. - Autres Bretons : en 1337 : un sautoir. - 158 s., évêché de SaintMaio : semé de billettes d'argent avec un franc quartier chargé de trois rustres d'or. - 188 s., toujours à Saint-Malo, et à Dinan, une croix pattée, acc. d'une étoile et d'un croissant. - Évêché de Tréguier : trois étoiles d'argent. - Gilles Martin, anobli en 1638, à Rennes : d'or à trois branches de sinople, englantées. - Famille de Raoul Martin, de Rennes, avocat en 1579 : trois fasces ondées. Illustrations David Martin, théologien protestant né en 1639, à Revel. - François Martin, fondateur de Pondichéry 1683. - Jean-Baptiste Martin, peintre, né à Paris 1639, travailla avec Vauban. - Aimé Martin, littérateur, ami de Bernardin de Saint-Pierre,

dont il épousa la veuve et adopta la fille. - ... l'avenue Henri-Martin, à Paris, et... le vernis Martin. - Des marquis (?) Martin d'Ayguesvives, de Malaret; des comtes (?) Martin de Baudinière, de Bellerive, de la Bastide, d'Hust, de Mierry, de Marolles, de Méreuil, de Mirandol, etc. - Entre 1923 et 1936, des Martin ont connu une prodigieuse ascencion : partis Martin de Boulancy, ils sont montés à Martin de Boulancy d'Escayrac-Lauture, et, enfin, ont atteint des cimes marquisales, dans le Bottin Mondain. MARTINEAU. - Dérivé de Martin. - Famille nombreuse du Val de Loire. Conditions diverses. Un notaire dans le Blésois (16 s.), des marquis, baron de Thure, etc., des mariniers de Haute-Loire, anciennement : palé contre-palé or et gueules, à la fasce chargée de trois roses. - 0 BRETAGNE. - Famille originaire d'Anjou, deux maîtres des comptes (16 s. et 178 s.), Nicolas Martineau, maire d'Angers, 1618 : un chevron, trois merlettes; au chef, une coquille et deux étoiles. - Un baron Martineau, 1845. MARTINEL.- Famille ancienne de Normandie. MARTINENG. - 0 PROVENCE. - Martineng, famille ancienne de Toulon. MARTINI. - 0 PROVENCE. - Martini, famille ancienne issue des sgrs d'Orve (?), essaimée Montpellier, Toulon, etc., 168 s. MARX. - Étym. Marc (fils de). - Famille protestante notable, origine germanique, établie à Marseille, 20e s. Devise : «La propriété c'est le vol. » Blason : un lion passant. MASCLARY, MASCRANNY, MASCRE. - Provence : mas + noms de leurs premiers habitants. 0 PARIS. - Masclary : un chevron surmonté d'un soleil et d'un héliotrope. - Mascranny : trois fasces vivrées. - Mascré, avocat à la Cour : un chevron surmonté d'un soleil, deux pins et une aigle au vol abaissé. - Mascarany : un chevron fascé de six pièces. - 0 LYON. - Mascrany, anc. fam. des Grisons (Suisse), même blason qu'à Paris plus un chef chargé d'une aigle et d'un casque. - Mascarany, chanoine : un chevron chargé d'une rose. MASCUREAU.-Ancienne famille du Poitou. MASNAU. - Mas + Nau. - 0 ROUERGUE. Masnau, ancienne famille de machds à Rodez et hôteliers (15e s.) dont postérité nob. et autre. Alliance Delmas. MASPERO, MASPARAULT. - Maspero, SudOuest : mas et un n. obscur. - • PARIS. - Masparault, écuyer : un lion et une bordure séparée par un trait chargé de huit étoiles. - 208 s., fam. Maspero, notables. MASQUEREL.- Famille ancienne de Normandie. MASSARD, MASSE, MASSENA, MASSIM, MASSIOT, MASSION, MASSIGNON, MASSOL, MASSO. - Massard (Normandie, Loire) : dérivés de Maxime? de Thomas? - Masse (masse d'armes), Massena (Nice), Massim, Massiot, Massion (Saintonge), Massignon (Thomas), Massol (Midi). Massac : lieu. - 0 PARIS. - Massac, avocat : échiqueté, chargé d'étoiles de l'un en l'autre. - Massay, avocat : deux masses en sautoir liées en cœur. Masse : écartelé : 1 : une tour; 2 et 3 : une masse; 4 : une levrette rampant et trois tourteaux. - Massel, avocat : une croix chargée de cinq ancres. - Masselin : trois lis en pal et en sautoir soutenus d'un croissant. - Massiot : tiercé : Trois étoiles et un croissant. - Trois tourteaux. - Un lion. - Massol, avocat général de la Chambre des Comptes ; une aigle à deux têtes; un dextrochère tenant un marteau d'armes, mouvant d'une nuée. - Massard, prêtre : deux masses en sautoir et quatre croisettes potencées. - Massé, lieutenant des eaux et forêts :

une bordure componnée. - Massard, greffier du grenier à sel : deux masses d'armes en sautoir. 0 LYON. - Masso : une bande. - Massara, conseiller à la douane : une masse en pal; chef à une aigle. Masse : un chevron chargé d'une coquille. - 0 MARSEILLE. - Masse, maître d'équipage : deux massues en sautoir, une étoile et un croissant. - 0 BOURGOGNE. - Massol, Mazzol, ancienne famille originaire d'Italie, 168 s. - 0 PERCHE. - Massard famille degraveurs, essaimé à Paris. Bellême, 188 s. MASSÉNA. - Masséna, duc de Rivoli, 1818, prince d'Ess/ing. MASSON, MASSU, MASSY, LE MASSON. Dérivé de Thomasson, dim. de Thomas. - 0 PARIS. Masson, famille de Paris, petite bourgeoisie de robe au 178 s., puis enrichie dans la finance, alliée aux Chastenet de Puységur, dont un avocat au parlement : un chevron, trois étoiles et un lion. - Masson, marchand de vin, bourgeois de Paris : une bouteille, un laurier et une branche de vigne. - Masson, bourgeois de Paris : un chef de trois pièces à cinq annelets en sautoir et quatre hermines. - Masson, procureur à la Chambre des Comptes : une truelle. Masson, procureur : un chevron, trois cloches et un mât de navire en fasce. - Masson, mouleur de bois, bourgeois de Paris : un vaisseau sur une mer et deux cloches. - Masson, banquier : un chevron et trois glands. - Masson, receveur des épices : même blason. - Masson : ci-devant officier de la reine : trois limaçons. - Massot, famille bourgeoise dont les sgrs du Buisson : un sauvage couvert de feuilles de lierre tenant une massue sur l'épaule. - Massu, marchand mercier : un dextrochère tenant une massue. - Massuau; une fasce, deux masses d'armes en sautoir et trois besans. - Massy, receveur des tailles : un chevron surmonté d'un croissante et trois lis. - Masson, prêtre : un chevron, deux étoiles et une cloche, deux mains tenant chacune une massue frappant la cloche. - Masson, famille originaire de Châteaudun, établie à Orléans, depuis le 168 s.; enrichie dans le commerce et l'industrie anob. (18 s.) dont les sgrs de Meslay. 0 LYON. - Masson, bourgeois de Lyon : trois maillets. - Masson, commis à la douane : un chevron chargé d'une étoile. - • CHAMPAGNE. - Masson : un chevron, deux trèfles et un cerf au repos sur une terrasse. - 0 BRETAGNE. - Masson, 168 s. : un lion armé. - Le Masson, secrétaire du roi, 171 s. : une quintefeuille acc. de trois têtes de maures. Masson, Maczon, Le Masson : trois feuilles de houx. - • POITOU. - Masson, famille ancienne noble. MASTIN, MASTAIN. - Ancienne famille italienne venue en Poitou, 14" s. MASUREL, MAZUREL, MASUREAU, MARZURE. - Masùre. - 0 PARIS. - Mazure, commissaire au Châtelet : trois tours surmontées de trois étoiles. 0 FLANDRE. - Masurel, fam.-dont le rôle fut considérable dans l'histoire de Tou'rcoing et l'industrie lainière, filiation début 161 s. MATER, MATTER.- Surnom probable de chantre. - Matter, famille protestante notable et ancienne. • PÉRIGORD.- 188 s.; Mater, conseiller. MATERAN. - e PROVENCE. - Materan, famille ancienne d'Avignon. MATHAREL. - Nom de lieu (Puy de Dôme). 0 BRETAGNE. - Matharel, réformateur des domaines du roi en Bretagne (16 s.) : coupé, trois lozanges rangés en fasce, surm. d'une croix acc. de trois étoiles. MATHIEU, MATHIAS, MATHIS, MATISSE, MATHIOT, MATHIVAT, MATHURUN,MATICHART, MATHE. - Prénom et ses dérivés. - Mathis (AlsaceLorraine). - 0 PARIS. - Mathas : un chevron, deux

étoiles et une gerbe de blé. - Mathé : une foi tenant trois lis de jardin. - Mathey, juré crieur : échiqueté à la bande brochante sur le tout; chef à trois macles de l'un en l'autre. - Mathier, porteur de grains : trois gerbes et une roue. - Mathieu, architecte du roi ; une fasce chargée de trois demi-vols. Mathieu, prêtre : trois chèvres l'une sur l'autre. Mathis, procureur : un chevron, deux croissants et une canette. - Mathieu, prêtre : trois épis en pal surmontés de deux étoiles. - Mathieu, avocat : un cerf saillant. - Mathelin, bourgeois de Saint-Germain : un mât de navire avec ses cordages et deux plantes de lin. - 0 LYON. - Mathieu, lieutenant criminel à Rennes : un chevron et trois colombes. - Matheron, écuyer : une bande et six merlettes en orle. Mathieu, avocat : semé d'yeux à un mât avec ses cordages. - 0 BERRI. - Mathieu : une croix ancrée, chargée d'un cœur. - • BRETAGNE. - Comme en Berri. - 0 CHAMPAGNE, LORRAINE. - Mathieu, un an. 1561 : un chevron surmonté d'une étoile; deux palmes et une tête de femme couronnée. MATRA, MATRAS. - Matra (Corse). - Matras (Ouest). - Lieu. - Matras; contraction de materas : gros trait d'arbalète; surnom d'arbalétrier? MAUBAILLARCQ. - (Prononcé Maubayard.) 0 AUNIS. - Famille notable (19" s.). MAUBERT. - Maubert : Maître Albert. - Rois wisigoths. - 0 PARIS. - Maubert, écuyer : une fasce chargée de trois étoiles et trois oies. MAUBLANC, MAUBRUN,etc. - Maître Blanc? ou Mauvais Blanc? - • TOULOUSE. - Maublanc, un anobli 1770 : trois roses. - Un baron Maublanc, 1813. MAUCHEVALIER. - Maître Chevalier, ou Mauvais chevalier? - 0 SENLIS. - Mauchevalier, 1511s. : une bande à trois fleurs de lis et six merlettes. MAUCLERC, MAUCORPS, MAUCOURT, MAUCLAIR. - Surnoms : mauvais clerc : peu savant; mauvais clair : noiraud. - 0 PARIS. - Mauclerc : une croix ancrée. - Mauclerc, avocat : un véron en fasce et trois trèfles. - Maucorps : un chevron, chef à une étoile et deux croissants. - Maucourt, receveur des amendes du Parlement de Rouen ; dix losanges. Mauclerc : une bande et trois trèfles. - Maucler, prêtre : une coquille de moule et trois roses. • POITOU. - Mauclerc : une croix ancrée. MAUDIN, MAULDE, MAUDUIT, MAUDUYT. Maudin, Maulde : lieu? - Mauduyt, Mauduit : mal élevé. - 0 PARIS. - Maudin, trésorier de l'argenterie du roi : un daim passant, le pied levé pour écraser un serpent; chef au croissant. - Maudint, receveur des tailles : un agneau pascal. - Mauduyt, avocat au Parlement : un chêne et trois coquilles. • NORMANDIE. - Mauduit, famille ancienne. • TOURAINE. - Mauduit, un anobli 1701 : un chevron et trois étoiles. MAUFRAS, MAUFROY. - Prénoms germaniques. - 0 NORMANDIE. - Maufras. - Un trèfle et trois molettes. MAUGE. - Meuse. - Famille anc. bgsie d'Auvergne, un anobli 1741 : fasce, trois étoiles en chef et un chevron aboissé. MAUGER, MAUGÉ, MAUGEIN, MAUGIS. - Mauger (prénom). - Maugé (Midi). - • PARIS. - Maugein, mouleur de bois ; fretté. - Mauger, vve Le Normand : un chef à trois merlettes. - Mauger, avocat au Parlement : un arbre et deux épées en sautoir. - Maugis, abbé : un chêne. - Mauger, prêtre : trois têtes de serpent. - 0 NORMANDIE. Mauger, un anobli (18 s.) : une croix cantonnée de quatre chevrons, 2 et 2, et deux lions. MAUME, MAUMIAS, MAUMY, MOMMEUR, MAUMONT.- Sobriquets pour Maumet : Mahomet.

Maumont : lieu? - • LIMOUSIN. - Maumont, famille ancienne. MAUNIER. - Ancienne famille de Provence : deux chevrons brisés. MAUPAS, MAUPASSANT. - Bretagne, Maine, 188 s., famille bourgeoise. - Normandie. MAUPEOU, MAUPIOU. - Forme mérid. de Maupoil : mauvais cheveu. - • POITOU, PARIS. Maupeou, famille poitevine illustre, nombreuses branches, ceux qui se distinguèrent à Paris, Marquis de Morangles, en Normandie, marquis de la Mothe, etc., sont issus de Vincent Maupeou, notaire (16e s.), alliances : Montmorency-Laval, Roncherolles, Lamoignon, Feydeau, etc. - Peutêtre les premiers Maupeou ou Maupiou, venaientils du Sud de la France, en des temps reculés : un porc-épic. MAUPOIL, MAUPU, MAUPOIS, MAUPOINT, MAUPINOT. - Maupoil : mauvais, poil. - Maupois : mauvais poids. - Maupoint (Normandie, Maine) : lieu : mal pointé? mal marqué? - Sobriquet? : en mauvais point? - 0 PARIS. - Maupinot, marchand de vin, bourgeois de Paris : ses initiales entrelacées. - Maupoint, contrôleur de la maison de Monsieur : une main droite tenant cinq flèches. - Maupoint, audiencier au Châtelet : fretté et entresemé d'étoiles. - Maupois, mesureur de charbon : ses initiales entrelacées. - Maupu, bourgeois de Paris : un lion; deux étoiles en chef. - Maupoint, clerc de la chapelle du roi : trois bandes, écartelé à un rocher. 0 ANJOU. - Dès 1275, fam. de bateliers de Loire, jusqu'environ 1900, en Saummois. - Maupoint, tonnelier, serait le modèle du Père Grandet (Balzac); le roman fut écrit chez lui, à Chênehutte les Tuffeaux. - Maupoint, notaire au Mans (1500), une branche parisienne au 171 s. : un poing armé de cinq flèches. - Branche tourangelle (18e s. : une bande et trois trèfles). - Maupoint, barons de Vendeul (19" s.). MAUPETIT. - Sobriquet mauvais petit. 0 BRETAGNE. - Ancienne famille noble : une tour crénelée. - EnVendée, cultivateurs. MAURELET. - Ancienne famille de Provence; alliance Forbin. MAURICE. - Nom de baptême. - • PARIS. Maurice, huissier au Parlement ; trois trèfles. Maurice, avocat : un chevron, trois roses et un croissant. - Maurice, officier de Monsieur : un chevron, deux tiges chacune à trois épis et une tête de profil. - Maurice, marchand bourgeois de Paris : un chevron, deux têtes de maures et un guidon à deux pointes attaché à une lance en pal. 0 AUVERGNE. - Maurice, ancienne famille féodale chevaleresque, ensuite connue sous des noms de terre. MAURICEAU, MORICEAU, MORISSEAU. - Dérivé de Maurice. - On trouve une famille de ce nom, depuis longtemps, dans les marches du Poitou et de la Bretagne, de condition sociale diverse. - • PARIS. - François Mauriceau, chirurgien, juré, bourgeois de Paris, porte : une main mouvante du haut, tenant une ancre. - Jacques Morisseau, dixinier, et Marie Moriceau, veuve du procureur Mottet : un tête de léopard. - 0 BRETAGNE. - François Moriceau, conseiller à Nantes, 1696, porte : une aigle au vol abaissé; chef à deux étoiles. - 0 POITOU. - Moriceau : une fasce chargée de trois ifs, acc. d'une tête de maure et d'un sceau. - 0 ANJOU. - (Sans doute les mêmes qu'à Nantes; alliances ; Lespagneul, Blanche, etc., 17* s.). - Ces Mauriceau, diversement écrits, doivent provenir des marches poitevines et bretonnes. - Les Mauriceau de Paris comptent un accoucheur célèbre sous Louis XIV, et figurèrent au Parlement; alliances : Rivert, Barois, etc.

MAURIN, MAUROY, MAURY, MAUREND. Maurin : nom de baptême. - Mauroy : lieu (Nord et Centre). - Maury : forme régionale de Maurin, nom de baptême (Sud et Sud-Ouest). - 0 PARIS. Maurin, vve Stample : un chevron, deux tourteaux et une tête de maure. - Maurin, aumônier de Mademoiselle : un lion, une bande brochante chargée de trois croix, et une croix ancrée. - Mauroy, maître charron et bourgeois de Paris : un chevron et trois roues. - Maury, veuve Mériel, porte : de Chalo-SaintMars, voir articles Boucher, Chartier. - 0 LYON. Maury, avocat au Parlement : un chevron et trois têtes de maures. - Maurin, marchand : coupé d'une trangle, surmontée d'un chevron et trois étoiles, et un mûrier sous la trangle. - Maury, marchand orfèvre : une tête de mort soutenue par deux os en sautoir, chef à trois larmes. - Maurin, prêtre ; un chevron chargé d'un losange. - • MARSEILLE. Maurin, marchand : un arbre sur une terrasse, sommé d'une colombe surmontée de trois étoiles. Maurin, marchand magasinier : un sautoir, coupé à une grive. - 0 CHAMPAGNE. - Famille Mauroy, ancienne bourgeoisie de robe, des anoblis : chevron et trois couronnes. - Maurond, famille considérable de Toulouse 118 s. et 128 s. MAUVIS, MAUVY, MAUVISE, MAUVINET, MAUVISSEAU. - Sobriquet : mauvais. Oiseau? ou alouette? - 0 BRETAGNE. - Mauvy, famille ancienne noble : papelonné gueules et hermines, une demifleurdelis en franc-canton. - Mauvinet, 14* s. vairé, à une bande. - 0 BERRI, BOURBONNAIS, POITOU. - Mauvis, devenu Mauvise, famille ancienne noble (alliée au moins sept fois à la maison de la Châtre) : une croix ancrée et deux croissants. 0 TOURAINE. - Mauvisseau (un bailli de Touraine, 148 s.) : de vair à la cotice de gueule. MAUVOISIN. - Sobriquet : mauvais voisin. 0 NORMANDIE, BRETAGNE.- Mauvoisin, un croisé 1248, 148 s. des branches nobles, alliance Harcourt : deux fasces. MAUXION, MAUSSION. - • ANJOU, MAINE. Dont les marquis de Candé : chevron, deux étoiles et un cygne. - Branches de conditions diverses en Touraine : six merlettes. MAY, MEY, LE MAYE. - May, surnom, allusion à l'arbre de Mai; soit enfant trouvé en mai. 0 PARIS. - May, vve des Chevaux : un croissant et trois roses. - • LYON. - May, marchand : une tour sur trois rochers. - May, bourgeois de Lyon : un arbre. - May, prêtre : un chevron chargé d'un rustre. - May, chirurgien : un chevron chargé d'un losange. - Mey (famille de Lyon), marchand : trois rochers et une tour sur celui du milieu. - • MARSEILLE. May, docteur en médecine : parti : 1 : un homme couronné de laurier tenant un pique et une branche de laurier, sur un trône; 2 : un may (plante médicinale), une rose et une tulipe sur une terrasse; chef à un soleil et une pleine lune. - 0 BRETAGNE. May, 15° s. : deux fasces acc. de six roses. - Le May, fam. orig. du Poitou : trois feuilles de chêne et trois glands. MAYE, MAYET, MAYEUR, MAYEUX, MAYOL. Mayet (Puy-de-Dôme, Centre, Ouest). - Nom de lieu. - Mayeux : maire (wallon). - 0 PARIS. Maye, procureur au Parlement : un arbre surmonté de trois tourteaux. - Mayer, bourgeois de Paris : une tête de maure. - Mayet : un phénix sur son bûcher regardant un soleil. - Mayard, prêtre : un massacre de cheval. - e LYON. - Mayol, abbé : une colombe volant, la tête en bas, bordure vairée. Mayol : un cep de vigne fruité. - 0 BRETAGNE. Le Mayer, orig. d'Espagne, maire de Brest (17 s.) : deux chevrons dentelés. - 0 PROVENCE. - Mayol, famille ancienne.

MAYRES. - 0 ROUERGUE. - Mayres, famille notable d'Armagnac (14 s.). MAZADE. - Ancienne famille de Paris et de Montpellier. MAZET, MAZÉ, MAZELE, MAZARIN, MAZIÈRES, MAZOYER, MAZEL, MAZUEL. - Mazières (= Mézières) : masures. - Mazel (Midi). - Mazuel (Midi). - Petit mas. - 0 PARIS. - Mazé, bourgeoise de Paris : trois cœurs. - Mazel, bourgeois de Paris : un mât de navire et deux demi-vols. - Mazet, bourgeois de Paris : un mât de navire, une étoile et un demi-vol de perdrix. - Mazières, architecte, bourgeois de Paris : un chevron, deux étoiles et trois bisets. - Mazières, prêtre : une maison; chef à un soleil. - • LYON. - Mazuyer, bourgeois : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Mazan, avocat : un renard rampant contre une tour. - Mazard, tireur d'or : un navire sur une mer, et un soleil. - Mazat, prêtre : un chevron chargé d'un rustre. - Mazenod, marchand bourgeois de Saint-Chamond : un chevron chargé d'un cœur. - • MARSEILLE.- Mazenod : trois bandes; coupé à trois molettes. - Mazet, bourgeois : une foi en fasce, mouvante d'une nuée, tenant une palme en pal. - Mazet, marchand tanneur et bourgeois de Marseille : un ours; coupé à un sautoir. MAZIS, DESMAZIS. - Ancienne famille noble d'Étampes originaire des Flandres, attachée à la maison de Bourgogne (14e s.). MAZOYER, LE MAZUYER. - Famille ancienne de Picardie qui possédait des fiefs de la ville de Paris et sépulture à Saint-Séverin. MAZURIER. - • NORMANDIE. - Mazurier, famille ancienne :trois trèfles. MEALET.-Ancienne famille dAuvergne. MEAULNE.-Ancienne famille dAnjou. MÉCHIN, MÉCHINEAU. - Méchin : Normandie Ouest. - Jeune homme, jeune gentilhomme. Méchineau : diminutifde méchin. - Nantais. MEDE,MEDINE.-Ancienne famille, Normandie. MÉDECIN. - 148 s. - Médecin. - Notables Nice (20 s.). MEGE, METGE, MÉGISSIER. - Mège, ou Metge : médecin. - Mégissier : 138 s., nom de métier. 0 PARIS. - Mégissier, vve Chibert : un chevron et trois grenades. - 0 LYON. - Mégier, marchand bourgeois de Lyon : un chevron chargé d'une pomme de pin. - • CENTRE-OUEST. - Mégessier : un heaume surmonté d'une cocarde; chef à la croix d'or et à deux étoiles. MEL, MELET, MESLIN. - Mel : Ancienne famille; Normandie. MÉLIAND. - • PARIS. - Famille anoblie (16* s.) de robe, s'est distinguée dans la diplomatie. Alliée aux Voyer d'Argenson, aux Lamoignon, etc. : une croix, une aigle et une ruche. - 0 BERRY. - Méliand, ancienne famille. MELLERIO, MEILLER, MÉLINE, MELLIER, MELOT. - Mellerio : Piémont, 18e s. - Mellier : néflier. - Melot : petite nèfle, surnom, ou bien dérivé dAmélie; voir Amelot. - 0 LYON. - Meiller, marchand : écartelé à quatre maillets de l'un en l'autre. Mellier, écuyer : une ruche et trois mouches. Melot, conseiller du roi, notaire à Lyon : un melon soutenu d'un croissant; au chef, un soleil et deux étoiles. - 0 NORD. - Melot : voir Amelot. - 0 BRETAGNE. - Mellier, général des finances en 1702 : une fasce et quatorze besants. - Melot, conseiller, an. 1652. MEMBRE.- Membru, surnom. MÉNAGE, MESNAGE, MÉNAGER. - Ménage : (Calais) qui s'occupe de la maison. Surnom. 0 PARIS. - Ménager : un chevron et trois trèfles; chef à trois merlettes. - Ménager, écuyer : trois

coquilles; chef au lion. - Mesnager : un lion; chef à trois coquilles. - Mesnager, bourgeois de Paris : une aigle. - a ANJOU, TOURAINE. - Ménage, famille ancienne : un sautoir chargé d'un soleil. Devise ; avec tous, bon ménage. - Ménager, Mesnager (Chinon, 15* s.) essaimée à Paris : chevron et trois merlettes. - 0 BRETAGNE. - Le Ménager, employé à la réformation de 1513 : trois fusées. - Le Ménager : deux vaches, passantes l'une sur l'autre. - Le Ménager : fascé contre fascé de trois pièces, chacune chargée d'un tonneau, d'une gerbe de blé. MENANT. - (Normandie) : qui mène le domaine. 0 PARIS. - Menant ; un sanglier passant devant un arbre. - Menant, auditeur à la Chambre des Comptes : trois enfants. - 0 BRETAGNE. - Le Menant, un an. 1677 : deux épées en sautoir, en p. en haut. MENC.-Ancienne famille de Provence. MENEZ. - Bretagne : montagne. - Famille ancienne début 16e s. : chevron et trois besants. MÉNIER, MÉNIAL, MEYNIAL, MAYNARD, MESNIER, MESNARD, MAIGNAN. - Maignan : éleveur de soie? Ménial forme rég. de Ménil : maison isolée. Ménard, Ménier; racine germanique. Magin-hari : force-armée. - • PARIS. - Mesnard, receveur des traites : une croix dentelée et de quatre hermines. - 0 BRETAGNE. - Méniez, Mesnier : ancienne famille noble : un pin et une tête de maure. - Mesnard, famille d'échevins. - Mesnard, maire de Fougères : une main; au chef, une fougère. 0 SUD-OUEST. - Maignan : un phénix; trois roses en chef. - 0 POITOU. - Mesnard, dont les marquis de Pouzanges : trois porc-épics. - Maynard, Mainard, Mesnard : une hure de sanglier, et aussi : une barre gironnée. - 0 PROVENCE. - Maynier : deux chevrons rompus, accostés (baron d'Oppède). MENU, MENON, MENY. - Surnom : petit. 0 PARIS. - Menin, intéressé à la ferme du tabac : six besans. - Menon, marquis de Charnisay : une bande. - Menu, bourgeois de Paris : trois croissants. - Meny, procureur : trois fers de piques. - Menu, notaire : les lettres de son nom entrelacées. 0 NORMANDIE.- Menon, ancienne famille. MERAULT, MERAL - Meral, nom de lieu. Merault, prénom. - 0 PARIS. - Merault, bourgeoise marchande (16 s.), une branche anoblie (16 s.) dont un conseiller à la Chambre des Comptes : un chevron et trois molettes. - 0 LYON. - Meraut, marchand bourgeois de Condrieu : un chevron chargé d'une larme. MERCHIER, LEMERCHIER. - Mercier. - Ancienne famille noble d'Artois. MERCIER, LE MERCIER. - Surtout Nord-Ouest. Nom de profession, grossiste. - • PARIS. - Mercier, marchand bourgeois de Paris : deux D et un M entrelacés. - Mercier, mouleur de bois : burelé de dix pièces. - Mercier, banquier, bourgeois de Paris : une ancre et trois étoiles. - Mercier, receveur des finances ; un lion, chef à trois merlettes. - Mercier : trois têtes de léopard. - Le Mercier : un chevron, deux corbeaux et une hure de sanglier. - Le Mercier, bourgeois de Paris : un chevron, deux étoiles et un arbre soutenu d'un croissant. - Le Mercier, fam. connue en Touraine depuis le 178 s. anob. (17 s.) Mercier, prêtre : un navire voguant sur une mer et deux étoiles. - Mercier, prêtre : une cravate. Mercier, trésorier : une croix chargée de neuf trèfles. - Le Mercier : une fasce, trois merlettes et une coquille. - 0 LYON. - Mercier, chanoine : tiercé en fasce; 1 : une foi; 2 : plein; 3 : un lion passant. Mercier, conseiller médecin ordinaire du roi : une tête de maure, chef à un soleil. - 0 BRETAGNE. Le Mercier, échevin, 1575 : un chevron, deux étoiles

et un cœur. - Le Mercier, un an. 1515 : un chevron, deux quintefeuilles et une cloche. - Le Mercier : une ancre, trois étoiles. - 0 NORMANDIE. - Lemercier : trois cœurs. - Lemercier : trois têtes de femmes. MERI. - • PROVENCE. - Meri, famille ancienne noble, venue d'Italie. MERLE, LE MERLE, MERLAT, MERLEAU, MERLET, MERLIER, MERLIN, LE MESLE. - Le Merle, Nord-Ouest : sobriquet. - Merlat, Languedoc. - Merleau, Ouest. - Merlet, Beauce. Merlin, nom d'homme donné au Moyen Age en l'honneur du héros. - Merlin l'enchanteur (dérivé de Myrdin). - 0 PARIS. - Merlat, bourgeois de Paris : un arbre sur une terrasse et trois merles. - Merle, marchand : une étoile, un demi-vol en pal et une rivière ondée. - Merle, bourgeois de Paris : un cerisier fruité sommé d'un merle. - Merle, commis à la monnaie de Paris : un merle regardant un soleil, une colombe tenant dans son bec un rameau d'olivier, et trois étoiles. - Merlin, avocat au Parlement : une bande, une aigle et un serpent tortillé en pal. Le Mesle, payeur de rentes : un chevron et trois merles. - Merlot, prêtre : sept merlettes. - 0 LYON. Merle, héraut d'armes : trois bancs, chef à une aigle éployée. - Merle, chanoine : un merle. - La Merlée, un chevron chargé d'une macle. - Merle, marchand : un chevron chargé d'une merlette. - 0 PROVENCE. Merle, famille ancienne de Nîmes dont les barons de la Gorce. - 0 NORMANDIE. - Merlet, famille ancienne : chef à trois coquilles. MERME, MERMOZ, MERMOD, MERMILLOD, MERMINET, MÉROMOND, MERMIER. - Merme : ancien superlatif de petit (lat. minimus). - Mermoz (Savoie), Mermod (Comté), Mermillod (Savoie), Merminet (Comté). - Voir aussi Marme, Marmier. 0 PARIS. - Méromond, marchand bourgeois de Paris : un chevron chargé de cinq tourteaux, deux étoiles et une tête de lion. - 0 LYON. - Mermier, commis à la douane : une foi, trois grenades. Mermier, prêtre de Saint-Nizier : un chevron, une rose. MERER, MEROM, MEREUR. - Merer : breton : métayer. - 0 BRETAGNE. - Merer, 168 s. : trois gerbes de blé. - Merer : un chevron, trois glands. Mérer, ev. de Rennes : un chêne arraché. MERGUE. - Mergue : contraction de Domergue : Dominique. MÉRIMÉE. - Eure, ancienne transformation de merry maid : joyeuse fille? Explication sans doute légendaire (voir Mermier). MÉRY. - Nom de lieu. - Prénom (Saint-Merryl). • TOURAINE. - Méry : une montagne de six coupeaux et un soleil. - • FLANDRE, PICARDIE. Méry, 17" s. : échiqueté à la bande engreslée brochante. MÉSANGE.-Ancienne famille de Normandie. MESSAGER.- Ancienne famille de Normandie. MESSENT. - Prénom, nom de saint (Maixent). Famille ancienne de Normandie. MESSER, MESSIER, MESSIÉRE. - AlsaceLorraine : Messire? ou couteau (allemand : messer). - 0 PARIS. - Messière, contrôleur ordinaire des guerres : trois merlettes et un souci. 0 LYON. - Messier, vve Rogier : un arbre sur un tertre et un lion. - Messier, écuyer : parti, 1 : une scie en fasce, un arbre brochant et deux étoiles; 2 : bande de six pièces; chef à aigle bicéphale. MESUREUR, MESUREUSE, MESUROU. Profession : arpenteur (Dordogne : Mesurou). MÉTAYER, MÉTAIS, MÉTADIER, MÉTIVIER. Métais (Berri - Anjou). - Métayer : nom de profession : métayer. - Métivier : moissonneur.

MEURGÉ ou MEURGEY. - Fam. de Bourgogne : une tour d'argent. - Illustrée par un président de la Société française d'Héraldique, devenu, en 1953 : baron Meurgey de Tupigny. - 0 PARIS. - Mestayer, greffier : une gerbe de blé, deux étoiles et un croissant. Mestivier, vve Billard : un chevron chargé de trois étoiles, et trois tourteaux. - Métivier, vve Ricordeau : deux aigles au vol abaissé, une rivière ondée supportant un cœur, brochante. - 0 LYON. Métayer, marchand : trois roses sur une tige mouvant d'un croissant, chef à trois étoiles. - • OUEST.Mestivier : une gerbe d'or. - 0 BRETAGNE. Métivier, fermier général du comte de Toulouse : trois gerbes et deux faucilles en sautoir, posées en abîme. - 0 NORMANDIE. - Métayer, Metaer : familles anciennes. MEUNIER, MOUNIER, MUNIER, MUGNIER. Meunier : Nord-Ouest. - Mounier : Sud-Est, Midi. Mugnier : Normandie. - Nom de profession : meunier ou sobriquet : meunier est un poisson. - 0 PARIS. - Meunier, bourgeois de Paris : un chiffre surmonté d'un cœur. - Meusnier, avocat au Parlement : un lion et trois étoiles. - Meusnier, dit des Graviers ; un lion tenant une roue; chef à trois étoiles. - Meusnier, marchand de drap : un chevron surmonté d'un croissant, deux épis de blé et un mouton passant. - Meusnier, marchand et mouleur de bois : ses initiales entrelacées. Musnier, procureur au Parlement : un poisson en fasce, trois molettes en chef. - Musnier, dont les sgrs de Bissetz et de Mauroy : trois épis de blé et trois croix de Lorraine. - Musnier, greffier : ses initiales entrelacées, une étoile et une rose. Musnier : deux jumelles ondées et un musnier (poisson) en pal, brochant. - Meusnier, secrétaire de la reine : une roue de moulin. - Musnier, chanoine : un cœur et quatre meuniers (poissons). • ANGOUMOIS. - Le Meunier, devenu le Meusnier, ancienne famille anob. 1592, essaimée à Paris : chevron et trois chabots. - • LYON. - Musnier, marchand : un chevron, deux épis de blé et un mouton; chef à trois croissants. - Mugnier, marchand : une gerbe. - Mugnier, marchand : une gerbe sommée d'un oiseau; chef à trois étoiles. - Meusnier, marchand bourgeois : un moulin à vent. 0 BRETAGNE. - Meusnier, gouverneur de PortLouis en 1706. - Meusnier : un pal, ch. de trois poissons (appelés meusniers). MEYNADIER. - Occitan : chef d'une ménade ou manade, ensemble d'une maisonnée. MEYRAN, MEYRIA, MEYRONNET. - Midi : métayer? métairie? - 0 PROVENCE. - Meyran, famille ancienne. - Meyronnet, famille ancienne. • FRANCHE-COMTÉ. - Meyria, famille ancienne. MEYSERIA.- Famille ancienne de Bresse. MICAELIS, MICHAELIS. - 0 PROVENCE. Michaelis : une fasce à trois croix et trois arbres, bordure engreléè. MICHAUD, MICHAULT, MICHAUX. - • FRANCHE-COMTÉ. - Pierre Michault, poète, 158 s., attaché à Charles Le Téméraire. - 0 PARIS. Michau, écuyer : d'azur au besan d'or. - Michault, bgs de Paris : un lion, un croissant et deux étoiles. Michaut de Montaran : une aigle à 2 têtes. • SENS. - Michau, curé : une mèche allumée par les 2 bouts. - • TONNERRE. - Michault, curé : un manchon. - 0 LYON. - Michaud, marchand, bgs : chevron, à la fleur de lis. - 0 BRETAGNE. Fam. Michau, de Rennes qui s'enrichit dans le commerce dont un anob. 1671; essaime à Paris; dont Michau de Montaran, etc. - 0 CHAMPAGNE. - Fam. Michau : d'azur au besan d'or (comme à Paris, même fam.) - 9 BOURGOGNE. Michaud : 3 sautoirs; chef au lion passant. - Autres

Michau ou Michaud : 3 losanges, et encore ailleurs : 3 feuilles de laurier. - 0 FLANDRE. - Michault, fam. anc. 14" s. - 0 SUISSE. - Fam. anc. Michaux, essaimée à Paris, 198 s. - Un baron Michaud, 1846. - Un littérateur Michaud, Savoyard, 198 s. Michaux, père et fils, voyageurs 188 s. - 0 TOURAINE. - Fam. de Souvigné, essaimée à Cambrai (1911s.). MICHEL, MICHIEL, MICHAEL - Nom de baptême. - Bien que très nombreux, les Michel ne sont pas très anciens. La forme médiévale de ce nom étant Michau (cf. Michau, Michaux, Michaud). Dans le Nord, on a Mihiel, et au Midi, Miguet. Miquel en Normandie, Picardie. Toutes les familles Michel devraient donc pouvoir remonter à l'origine de leur nom, probablement postérieur au 16* s. Environ 500 abonnés au téléphone à Paris, dans les années 1960. - 0 PARIS. - Sept Michel, dont trois avocats et un marchand de bois. Blason : chevron et étoiles, étoiles et coquille. - Un Saint-Michel. Une croix d'or. - Une fasce chargée d'un cœur. Une fasce acc. de trois coquilles et d'un croissant. Le marchand de bois : deux glands et un chêne. 0 LYON. - Douze Michel. Nous approchons sans doute de la zone de la plus haute fréquence du nom. Ils sont répartis en deux familles (au moins), dont une porte : (blason) chevron et croissants, et F. Michel, bgs : deux palmes en sautoir, une foi et un croissant. - 0 MARSEILLE. - Quatorze Michel, dont deux portent cor de chasse. Trois autres : une dextrochère, ou main, tenant une balance; un Saint-Michel; une brebis, un lévrier, etc. 0 BOURGOGNE. - Plusieurs familles notables : dont un vicomte maieur de Dijon, en 1589. 0 SAINTONGE et POITOU : une fasce chargée de trois besants, acc. de trois merlettes. - M. Aimé Michel, dans la revue «Planète», a donné un acompte de l'histoire des Michel dans un village de Haute-Provence. - Illustrations. - 20" s. : un sénateur de la Meurthe-et-Moselle. - Un maître des requêtes au Conseil d'État. - 0 A Saint-Malo, au 188 s., des Michel étaient corsaires. Dans toutes les régions de la Bretagne, nombreux Michel, Michiel, et Michael : Evêché et ressort de Nantes : Michel alias Michael; 178 s. : écartelé : de sable à la tour d'argent; et d'or à troix croix pattées de gueules, bordé d'argent : ce sont les descendants de Vincent, échanson de la reine Anne, en 1500. Gabriel Michel, négociant à Nantes, anobli en 1747 : une fasce chargée d'un cœur acc. de trois trèfles. - Famille de Bertrand et de Georges Michiel, vivant en 1513 : trois merlettes de sable. Les Michel, ou Michiel, issus de Guillaume, échanson de Catherine de Luxembourg, femme du duc Artur III, mort en 1458, qui ont produit un maréchal de camp au 19" s. et se sont alliés aux ducs de Lévis et d'Avaray, portent : un sautoir de vair, chargé d'un annelet, accompagné de quatre étoiles. - Dans l'évêché de Saint-Malo et à Vannes, des Michiel, parents des précédents, portent de même. - Evêché de Léon : écartelé de sable à neuf macles d'argent (blason qui évoque les Rohan) et d'or à la coquille de gueules. Evêché de Tréguier : Michel : une tête de maure (17e s.). - Ressort de Saint-Brieuc, 1696 : Michel : d'argent à l'écusson de gueules. - Enfin, en 1816, un Michel porte : d'hermines au vase rempli de lis de jardin, posé sur un autel, et acc. d'une épée, abominable blason, dans le goût du temps. 0 NORMANDIE. - Dès le 15" s. : Michel porte : d'azur à la croix potencée cantonnée de quatre coquilles. - Autre famille, ou branche (?) : une croix, deux croissants et deux coquilles. - Une famille de Lisieux : une aigle à deux têtes, une

famille de Bernay : mêmes armes. - 0 PROVENCE.Les Michel, comtes du pape 1882, désignés Michel de Pierredon, confirmés comtes 1912, ce ne sont pas des Michel ordinaires, mais «une branche de l'ancienne et illustre maison dogale de Venise... » alliance Polignac 1906. De cette famille, un Michel pacha, vers 1880. - Desmichels, maison noble 138s. MICHELET, MICHELON, MICHELIN, MICHON, MICOLON, MICHALLET. - Dérivé de Michel : fils ou puîné de Michau? - 0 PARIS. - Michallet, premier imprimeur du roi : trois coqs, pied levé. Michelet, M. de Boisnivert, lieutenant des chasses et des gardes de la vénerie du roi : chevron surmonté d'une tête de maure, accompagnée de deux coquilles, et une rose; chef à trois besans. Michelet, agent d'affaires : chevron chargé d'un autre chevron et acc. de trois lis de jardin. - Michelet, docteur, régent en la Faculté de médecine : un sautoir et trois merlettes. - Michelin, procureur, et Michelin, avocat, portent des armes diverses, mais qui semblent montrer une parenté : l'un : chevron, trois coquilles et un lion; l'autre : tête du léopard, croisette, et deux coquilles. - Michelon, greffier des Eaux et Forêts : neuf coquilles, trois fois trois. - Michon : une fasce et trois tourteaux. Michon avocat : une aigle, vol abaissé, trois étoiles au chef. - 0 LYON. - Treize Michon : Michon sgr de Chanavel-en-Bugey : une fasce et trois besans. Annibal Michon, bourgeois : une fasce, deux étoiles et une main ouverte, posée en fasce. - Michon, écuyer : une croix alaisée, deux étoiles et un cœur, etc. D'autres Michon portent la fasce acc. de besans, ou de tourteaux, comme Michon à Paris. Cette fam. semble orig. de Bourgogne. - 0 LORRAINE. - Anc. fam. Michelet, à Metz : une fasce chargée d'un annelet. - D'autres Michelet portent : un Saint-Michel, sept coquilles, deux croissants, et une tour. - • CHAMPAGNE. - Michelet, cons. du roi : deux épées en sautoir. - • VELAY. - Fam. Micolon, 188 s. (Riom) : chevron, deux étoiles et une merlette. - Un baron Michon, 1869 (Michon du Marais). MIDORGE. - Ancienne famille du Dauphiné, essaimée à Paris au 16*s. MIEE. - Ancienne famille noble de Normandie dont des vicomtes de Rouen, d'Argentan, etc., 14e s. MIÈRE. - Ancienne famille de Normandie. MIEOULAU, MIEULET, MIEULLE. - Miolet, Mieoulau. Ancienne famille de Gironde; Mieulle, fam. anob. 199 s. : devenu marquis d'Angosse. Mieulet, fam. anc. de Languedoc anob. capitoulat de Toulouse, 179 s., dont les Mis de Larivière et de Ricaumont : trois ruches et trois abeilles. - • DIJON. - 168 s. : Guillemette Miolet, chevron et trois abeilles. MIETTE. -Ancienne famille de Normandie. MIFFANS.- Ancienne famille de Normandie. MIGEON, MIGIEU. - Migeon : Dordogne. Dérivé de Miche. Matronyme (voir Alamigeon). 0 DORDOGNE. - Migeon, ancienne famille de Nontron. - 0 BUGEY. - Migieu, ancienne famille : trois étoiles. MILLART, MILLIARD, MILON, MILLET, MILLON, MILAN, MILLOT, MILLAU, MILLINAIRE, MILLIET, MILLERAUD, MILLEREAU, MILLOCHEAU, MILLIN. - Millon (prénom) dérivé d'Emile. - Millinaire (de millinier, tenue militaire?). - Milliet : Loire. - Milleraud : Paris. - Millereau : Ouest. - Surnom : marchand de millet; ou grain de beauté. - Millerand : raisin à petits grains. - 0 PARIS. - Millain : un chevron, deux gerbes de millet et une levrette courant. - Millet, procureur au Châtelet : un pal. -

Millet, huissier au Châtelet : un chevron et trois cœurs. - Millet, assesseur : parti à une étoile de l'un en l'autre. - Milley, bourgeois de Paris : une croix de cinq losanges. - Millochin, bourgeois de Paris : un chevron et trois oies; chef à trois étoiles. Milly : un hibou. - Millon, curé : un maillet; chef à trois étoiles. - Millet, huissier de la chambre du roi : une colombe tenant dans son bec un épi de millet, surmontée d'un soleil. - Milloy, garde du roi : un chevron et trois oies. - 0 LYON. - Millot, bourgeois : un sautoir et une croisette. - Millière : une aigle; chef à un croissant et deux croisettes. 0 MARSEILLE. - Millau, trésorier des vivres des galères : deux lions affrontés rampant contre un arbre terrassé. - • SAUMUR. - Les Millocheau y ont laissé leur nom à une grande île de la Loire. 0 BRETAGNE, ANJOU. - Milon, 1400 : trois têtes de lévrier. - 0 LORRAINE. - Famille Millet : tiercé en pal, 1, trois faucilles, dont deux affrontées et accompagnant une étoile; 2, orangé à deux aigles d'or; 3, deux fleurs de lis. - 0 PROVENCE. - Milan, ancienne famille : trois milans ou ducs. - Milet, ancienne famille. - 9 LORRAINE. - Fam. Milet : deux lions adossés. - Milleret : coupé : une aigle, et un château sur une montagne, et deux étoiles. 0 BOURGOGNE. - Millard, Millart : fam. 181 s. : une tour d'or. - 0 CHAMPAGNE. - Fam. Millard, à Chaumont : chevron et trois mouchetures d'hermine. - 0 SOISSONS. - Fam. Millot : tranché à une étoile à huit rais, de l'un en l'autre. - Un baron Millin, 1826. - Milon ou Millon : nom des «Montherlant ». MILLER. - Anglais, flamand, breton, etc. : meunier. - Ce nom est très répandu, en Grande-Bretagne et aux Amériques. - Une Miller, au moins, s'est alliée à notre meilleure noblesse : Miriam, épouse d'un Montesquiou. MIMET, MIMIER, MIMARD, MIMEREL, MINIER. - Mimet, nom de lieu dans les Bouches-du-Rhône. • LYON. - Mimerel, sculpteur : une tête de Minerve de profil. - 0 MARSEILLE. - Mimet : coupé : un loup ; un sautoir. MINET, MINETTE, MINOIS, MINON, MINARD. - Mignon, ou variante de mine : mesure. • PARIS. - Minet, avocat à la Cour : une croix de Malte fichée dans un croissant. - Minet, écuyer : un chat assis, regardant une mouffle. - Minette, garçon de la garde-robe de Monsieur : un chat. 0 ANJOU, TOURAINE. - Famille Minault : trois hermines. - Famille Minot : un lion. - Famille Minier, bateliers, etc. - 0 BOURGOGNE. - Famille Minard, ou Mynard, anc. en Avallonais, nombreuses branches : bourgeois, échevins, anob., etc. : un pont de trois arches et six mouchetures d'hermines. MINVIELLE, MAINVIELLE, MAIMPONTE. Minvielle : Minville, nom de lieu dans les Landes. Mainviele : vallée de Maxime, Maine? - Maimponte, pontet, pontel. Lieux. - 0 LIMOUSIN. Famille de Mempois, ou Mempons. Ussel, 168 s., devenue Memponte (et variantes), marchands, puis paysans : un président du Comité de Salut public en 1793, à Saint-Germain-Lavolps (Corrèze). MIRE, LE MIRE, MIREL, MERON, MIRON, MIRAULT. - Mire : anc. f. : médecin. - Méron, prénom?, comme Merry, Méry. - 0 PARIS. - Le Mire, procureur : un chevron, trois pommes de pin. - Le Mire, conseiller secrétaire du roi : un myrte arr. - 0 NORMANDIE. - Mirel, famille bourgeoise et paysanne, essaimée en Poitou, 188 s.; une branche anob.? (alliance Boucher, etc.) : chevron et trois merlettes (dite Mirel des Essarts). - 0 CERDAGNE. - Miron, médecin du roi Charles VIII : une fasce surmontée d'une

quatrefeuille soutenue d'une herminé passante, sur une terrasse. MISPOULET, MESPOULETS. - Mispoulet, variante occitane de mespola : nèfle. Peut-être un sobriquet. - Mespoulets (Auvergne). MISTRAL, MESTRAL.- Occitan; maître. MITRE, MITRON. - Surnom. MITTERAND.- Mesureur. MOCHE.- Midi: manche d'habit. MOINE, MOINET, MOINEL, LE MOINE, MOINARD, MOINEAU, MOINEL. - Le Moine (Nord, Nord-Ouest). - Moineau (oiseau). - Moinel (Lorraine). Sobriquet. - 0 PARIS. - Moisnet, intéressé dans les fermes du roi : une bande et un moineau. 0 LYON. - Moine : un chêne; chef à trois étoiles. Moinet, marchand : neuf tourteaux chargés chacun d'un moineau. - • NORMANDIE, AMÉRIQUE. Le Moine, le Moyne, famille considérable, armateurs de Rouen, négociants, qui possédèrent d'immenses territoires de la Louisiane au Canada (des anoblis, marquis d'Imberville, baron de Châteauguay, etc.). On peut dire qu'ils ont régné sur l'Amérique du Nord. - Moinet ou Moinel, ancienne famille : un chevron et un croissant dont un vicomte d'Argentan 15" s. - 0 BRETAGNE. Le Moine (ou Le Marrac'h), famille ancienne noble : trois coquilles et une macle. - Le Moine, SaintMalo (15e s.) : trois têtes de moine, froquées, trois bandes en franc quartier. - Le Moine : Nantes : fascé or et sable. MOISAU, MOISET, MOISANT. - Moisau : Bretagne dérivé de Moïse, attesté au 11" s. - 0 PARIS. Moiset, avocat : une aigle, chef chargé d'une croix pattée et deux étoiles. - 0 POITOU. - Famille Moisan, Moysan : trois croissants et une rose. 0 BRETAGNE. - Moisan, Mouesan, famille ancienne noble : trois molettes et une fleur de lis. - 0 NORMANDIE. - Moisant, ancienne famille : trois croix. MOISSON, MOISSAND, MOISSONIER. - Moissonneur ou bien moineau (Normandie). a PARIS. - Moisson : trois fasces. - 0 LYON. Moissonier, marchand drapier : une gerbe et une faucille couchée. - 0 MARSEILLE. - Moisson, notaire : une gerbe sur une terrasse, surmontée d'un soleil. MOL, MOLL, MOLLET, MOLLERAT, MOLLART, MOLLARD, MOLLIER, MOLA, MOLÉ. - Mollard veut dire «butte », en Bourgogne, ou «hauteur ». Mollet et Mol peuvent être des sobriquets. - 0 PARIS. - Bénigne Mol, procureur (Bénigne est un prénom très bourguignon), porte : semé de billettes, à cinq losanges posés en croix, brochants. Louis Molé, chevalier : un chevron acc. de deux étoiles et d'un croissant. - Mollart, écuyer, seigneur de Marcilly : trois losanges, brisé d'un lambel. - Armand-Claude Mollet, dessinateur ordinaire des plans et jardins du roi, jardinier du Louvre : un brasier ardent dans lequel est couchée une salamandre. - Gaspard et Hérard Mollien, l'un commissaire des guerres, l'autre bourgeois de Paris : d'azur à la gerbe d'or. - 0 LYON. - Marie Molien, femme de Pierre Janton, marchand : une gerbe, comme les Mollien de Paris. - Anne Molien, femme d'Antoine Constant, échevin, porte de même. - Nous ne répéterons jamais assez que les différences d'écritures, même profondes, ne signifient rien, avant le 198 s., et que des noms écrits différemment sont souvent les mêmes, comme la preuve en est faite ici. - 0 MARSEILLE. - Antoine Molière : un lion d'or; fasce brochante, chargée de trois molettes. - Molière peut être une forme féminine de Mollier, représenté en Savoie (NotreDame-de-Bellecombe), et, d'ailleurs, nous avons connu, naguère, des Moulières, à La Rochelle. -

0 BRETAGNE. - Mol est un nom d'ancienne extraction noble : trois ancres de sable. - Il y avait aussi, dans cette province, des du Mollard, ou du Molard, au 178 s. : trois lozanges d'or. - Daniel Mollière, médecin, naquit à Lyon, 1848, marié à Amélie Servier, il eut postérité, et portait : une croix fichée sur un tertre, accostée d'un lion et d'un arbre. - Enfin passons aux célèbres Molé, cette famille, alliée aux Cossé, aux Nicolaï, aux Lamoignon, etc., titrés comtes de Champlâtreux en 1781, s'est éteinte dans la maison de Noailles, mais il n'est pas exclus que les Molé et Mollé actuels descendent de parents proches ou lointains de l'ancêtre des Molé de Champlâtreux; Guillaume Molé ou Mollé, marchand drapier à Troyes, mort vers 1492, dont le fils fut également marchand. Les Mollerat, autre famille puissante descendant de Jean Mollerat, maître de forges en Champagne, plus tard, ils passèrent en Bourgogne. - En Bourgogne on trouve aussi, en 1631, Bénigne Mol, bourgeois à Auxonne, époux de Catherine Lucot. 0 PICARDIE. - Thierry Molet vivait en 1450. - Dans les milieux artistiques parisiens, le «baron » Mollet, ami d'Apollinaire et de nombreux peintres, devait son titre à la considération amusée qu'on lui portait; c'est un des derniers cas connus d'anoblissement par consentement public. Quelqu'un de sa parenté, s'il en a une, devrait reprendre ce titre, plus authentique que la plupart de ceux qui figurent aux annuaires mondains. MONDION. - Ancienne famille de Normandie. MONDON, MONDOR. - Mondon, nom germanique. Mondor, nom de lieux : Mont d'Or, MontDore. MONET. - Dérivé d'Aymonet : Aymon, prénom. MONGE, MONGEOT, MONGIN, MONGENET. • BOURGOGNE. - Est ; diminutifs de Demonge : Demongeot : Dominique. Monge; Massif central et Sud-Ouest : moine. - 0 PARIS. - Philippe de Mongé, bourgeois de Paris : un chevron, deux étoiles, un geai; et deux petits monts. - Mongin, écuyer : une aigle à deux têtes, coupé à un rocher et trois pointes. - Mongin, professeur en droit : une tour. - Monginet, maître chirurgien : une montagne surmontée d'un croissant, et de deux étoiles. Monginot : un chevron, deux cailloux et un lion; chef à une cloche et deux trèfles, coupé à une croix, les deux cantons chargés chacun d'une coquille. Monginot, famille bourgeoise de robe de Bassigny venue à Paris au 188 s., anob. (18e s.). - 0 MARSEILLE. - Mongin, capitaine de vaisseau marchand ; un oignon. - Mongin, commissaire de l'artillerie : deux épées en sautoir. - 0 NORMANDIE. - Mongeot, Demongeot, ancienne famille : trois glands et une coquille. MONIER, MONNIER, MONNEREAU, MONNOT, MONOD, MONOT. - Monier : trois homonymes : 1, changeur; 2, forme de meunier; 3, dérivé de Aymonier : Aymon. - Monnereau (Ouest), Monnot (Est), Monod(deAymon), Monot (Franche-Comté). • PARIS. - Monier, écuyer : un épi et deux molettes. - Monin, bourgeois de Paris ; une bande et deux montagnes de six coupeaux. - Monnerat, notaire au Châtelet : une bande chargée de trois têtes de lion. - Monnerot : même blason. - Monnerot, écuyer : un chevron et trois arbres, surmontés chacun d'une étoile. - Monnier, maître perruquier, bourgeois de Paris : un chevron, deux étoiles et un lion; chef à trois tourteaux. - Monnin, marchand de vin : un chevron et une vache, - Monnier : un sautoir et quatre mains. - Monoie, prêtre ; une oie; chef à une couronne. - 0 LYON. - Monin, chanoine : une fasce, deux étoiles et une montagne. - Monnet, prêtre : coupé à deux coqs de l'un en l'autre. -

Monot, bourg. de Lyon : un chevron et un cep de vigne fruité de deux raisins. - Monnet, march. bourg. de Lyon : un chevron chargé d'une fleur de lis. 0 MARSEILLE. - Monier, lieutenant de galères du roi; écartelé : 1 et 4, un chevron et une vache sommée d'une étoile; 2 et 3, fascé de six pièces; chef d'hermines. - Monier, capitaine de vaisseau : un arbre sommé d'une colombe, surmonté de trois étoiles. - 0 BRETAGNE. - Monnier : un sautoir chargé de quatre poissons, les têtes en cœur. 0 PROVENCE. - Monier, Monnier, famille ancienne : trois branches (ou trois familles distinctes?) au 188 s. : - Digne, dès 1485; - en Suisse; - à Marseille. MONTEIL - Ancienne famille noble du Dauphiné. Le nom est représenté en Limousin, 18e s. paysans. MONTESQUIOU. - Montesquiou, duc de Fezensac 1821, baron 1809; nob. très anc. (an Mil...). MONTIGNY. - Lieu, Dordogne : étymologie familiale : Mons Ignis? - • PARIS. - Montigny, capitaine de cavalerie : échiqueté à la bande engrelée. Montigny : une bande chargée de trois montagnes et deux guirlandes. - 0 BRETAGNE. - Montigny 158 s., famille notable : un lion chargé sur l'épaule d'une étoile et accompagné de huit coquilles en orle. MONTMORENCY. - L'Illustrissime Maison de Montmorency : Eteinte plusieurs fois; toujours rallumée. De son nom véritable était Bouchard - voir ce nom. MONTMORET. - Ancienne famille de FrancheComté. MORANT. - Ancienne famille de Normandie : trois cygnes (ou cormorans). MOREAU, MOREAUX, MORIAU, MOROT. Surnom évoquant un teint foncé, le cheveu noir, très improbablement l'individu d'origine more. Moriau : forme patoisante, rurale, rarement conservée. - On ne s'étonnera pas de trouver les Moreau originaires de la zone des noms en -eau; c'est-à-dire de Paris au Poitou-Charentes, et de l'AnjouMaine jusqu'à Bordeaux, passant par Orléans et le Cher. En Normandie, Picardie et Midi, ce sont les Morel (cf. Morel), à l'Est, les Morot. - Contre 16 Morot abonnés au téléphone parisien, en 1969, il y a 685 Moreau, 17 Moreaux, et 2 Moreaud (Limousin?). - La forme ancienne de toutes façons devait être Morel, même dans l'Ouest. - 0 PARIS. 33 Moreau en 1700 : dont trois conseillers du roi, un marchand fripier, etc., un blason : en général, à la tête de maure (de sable = noire), mais aussi à la tête de cheval, ou au cheval. A la hure de sanglier, etc. Un seul Morot, en revanche : le prieur de Mamers : trois têtes de maures. - Deux Moriau : aux hirondelles, etc. tous deux parents, sans toute, à en croire leurs armes. - Il y eut, à Paris, un Moreau, marchand-drapier rue SaintDenis, époux d'une Morel, au 178 s., dont la postérité connut une grande fortune. Anoblis au siècle suivant, ces Moreau furent marquis de Plancy, barons de Saint-Just, etc. Une famille Moreau considérable dès le 15 s. dont les sgrs d'Avrolle, etc., essaimée en Champagne. - 0 LYON. - Un seul Moreau. - • MARSEILLE. - Fief des Morel; pas de Moreau. - • TOURS. - Un Moreau, bourgeois, portait : d'argent au chevron d'azur, acc. de trois têtes de maures. - 0 POITOU. - Sept blasons Moreau : une épée d'argent. Un bœuf. Un mûrier. Un besant chargé d'une tête de maure. Une tête de maure. Un mûrier surmonté de deux têtes de maures. Chevron et trois étoiles. - 0 BOURGOGNE. - Moreau, famille ancienne considérable : trois têtes de maures - Illustrations : Moreau de Séchelles, de la famille susdite. - Jacob-Nicolas Moreau, né à Saint-

Florentin, 1717. - Moreau le jeune, né Paris 1741, graveur. - Le général Moreau, né à Morlaix, rival de Bonaparte. - Hégésippe Moreau, poète, né à Paris, 1810. - Moreau de la Rochette, agronome champenois. - Moreau de Saint-Méry, député de la Martinique à l'Assemblée constituante, 1750181 9. - Gustave Moreau, peintre. MOREL, MORELET, MORELLET. - Moreau, cf. Moreau. - Midi, Normandie, Picardie, Nord. 365 abonnés au téléphone parisien, 1969 (Morel). e PARIS. - 1700 : 21 Morel, un Morelet : blason comparable à ceux des Moreau : essentiellement des têtes de maures. - Morelet, prédicateur de la reine (Bourguignon) : une bande acc. de deux mûres. - 0 LYON. - Trois Morel, un Morelle : blason : de même style, sauf un, de style lyonnais : chevron chargé. - 0 MARSEILLE. - Un seul Morel : un lion et un arbre. - Deux Maurel : un marchand tanneur : au lévrier, et un «hôte » : à l'éléphant. • LIMOUSIN. - Morel : chevron, trois étoiles, croissant. - 0 BOURGOGNE. - 151 s. : famille notable, qui proliféra. - Une autre de Châtillon-sur-Seine. 168 s. - 0 NORMANDIE. - Morel, ancienne famille : fasce et trois roses. - 0 PROVENCE. Morel, ancienne famille : un cheval effaré. • PICARDIE. - Morel : fam. du Cambrésis; 158 s. une fleur de lis d'or et 3 glands aussi d'or. - A Paris, deux familles Morel s'illustrèrent, l'une de Vitry, en Champagne, l'autre de Sedan. Anoblies 178 s. - Illustrations : L'abbé Morellet, ami des Encyclopédistes, né à Lyon. - Cinq Morel, célèbres imprimeurs, Normandie et Champagne, 168 et 171 s. - Vicomte Morel de Vindé (Paris, venus de Sedan), littérateur, d'exemplaire fidélité à la monarchie (Révolution). - 208 s. La duchesse de Talleyrand et Valencay, née Morel. - Un personnage de Proust, peu recommandable, mais fictif. MORICAUD. - Ancienne famille de Provence : un arbre; chef à trois étoiles. MORIER, MOURIER. - Ancienne famille de Provence. MORIN. - Dérivé de More : brun comme more. • PARIS. - Morin : un chevron et trois têtes de maures. - Morin, docteur en médecine : un chevron, deux tourteaux et une tête de maure. - Morin, prêtre : trois fasces. - Morin, marchand de vin, bourgeois de Paris : un quatre et ses initiales soutenues de deux X. - Morin, marchand apothicaire et épicier : une tête de maure et trois boîtes couvertes. - Morineau, avocat au Parlement : sept molettes. - Morin, chanoine : un chevron, un croissant; chef à trois têtes de maures. - Morin, coureur de vin de la Dauphine : une tête de maure et trois mûres. - Morin : un lion et une bordure. - 0 LYON. Morin : trois maures; chef à une croix ancrée. Morin, marchand drapier : un losange. - Morin, lieutenant criminel : un arbre sur une terrasse et deux croissants. - Morin, procureur à la cour : une tête de maure et huit mûres en orle. - Morin, maître de la poste de la Pacrodière : un chevron et une tête de maure. - a MARSEILLE. - Morin, écrivain à la corderie des galères du roi : un chevron et trois têtes de maure. - • BRETAGNE. - Morin, maire de Nantes 1570 : un arbre sur une terrasse; un sanglier ou porc-épic brochant sur le fût de l'arbre. 0 NORMANDIE. - Morin, plusieurs familles anciennes et nobles de ce nom : trois fasces. Une croix engrelée. Chevron et trois merlettes, etc. MORNY ou DEMORNY. - Duc de Morny, 1862, bâtard de la reine Hortense. MORLAND, MORLET, MORLON. - Morland (Loire) dérivé de More. - 0 PARIS. - Morlet, marchand bourgeois de Paris : une tête de maure. Morlon : un chevron et une flamme; chef à trois

étoiles. - 0 MARSEILLE. - Morlan, marchand : un chevron et trois têtes de maure. MORTIER. - Mortier, duc de Trévise 1808. MORVAN, MORVAIN. - Morvan : nom de lieu. Maurice (Bretagne). - 0 PARIS. - Morvan : un chevron, trois étoiles et une aigle au vol abaissé. MOTTE, MOTEL, MOTTIER, MOTIER, MONTIER. - Motte (Nord) : hauteur fortifiée. - Motel : petite motte. - Mottier : nom germanique. - 0 PARIS. Motel, capitaine de dragons : semé d'étoiles. Motte, marchand : un mouton passant. - Motte, marchand bourgeois de Beauvais : un mouton passant et trois étoiles. - Motte, marchand : un mouton et trois roses. - Mottel, fermier de la maison de la reine : les lettres de son nom entrelacées, surmontées de trois étoiles et un croissant. Motel, curé : un épervier. - Motel, bailli : un chevron, trois barillets et une colombe, surmontés d'une grenade et un chariot d'artillerie. - Motte, curé : une houlette et trois besans. - Motteville, famille originaire de Normandie, anob. (16 s.) haut rang dans la noblesse parlementaire de Rouen. - Motier, nom de la Maison de La Fayette : une bande, bordure. - 0 LYON. - Motteville : une ville sur une terrasse et deux mottes de terre. - Mottet, maître traiteur : un chevron et un oiseau sur une motte. 0 MARSEILLE. - Mottet, marchand drapier : une tour, deux étoiles et un agneau passant. - Motel : une épée en pal et deux croisettes. - La Motte, marchand magasinier : une brebis paissant sur une motte. - 0 FLANDRE. - Roubaix, venue de Tourcoing : fam. notable et nombreuse. Motte dont un député maire de Roubaix, 208 s. alliances Desurmont, Lepoutre, Dewavrin, de Lattre, Baudus, Roussel, Prouvost, Burrus, LeprinceRinguet, etc. MOUCHE, LA MOUCHE, MOUCHOT, MOUCHET. - Mouchot (Lorraine). - Mouchet (NordNord-Est). - Sobriquet. - 9 PARIS. - La Mouche : une bande à trois mouches. - Mouchard, écuyer : un chevron et trois mouches. - Mouchet, marchand bourgeois de Paris : un émouchet sur une butte. Mouchon : un chevron et trois croissants. Mouchy, fermier général : une gerbe; chef à trois besans. - Mouchy, procureur du Châtelet : un chevron brisé et trois mouches. - Mouchy : trois papillons. - Mouchon, prêtre : un chevron et trois croissants. - Mouchot, bourgeois : un coutelas; chef à trois étoiles. - a NORMANDIE. - Moucheron, famille ancienne. - e SAVOIE. - Mouchotte. • AUNIS. - Mouchard (comtes de Chaban). • PERCHE. - Mouchet : trois hures. - 0 POITOU. Mouchet. - • CHAROLAIS. - Mouchet : trois émouchets. - • NORMANDIE. - Moucheron (ancien noble) : une fleur de lis, séparée et détachée de toutes parts. - 0 BOURGOGNE. - Mouchevaire, famille bourgeoise, 178 s., Dijon. - Mouchot : fam. anc. - 0 BRETAGNE. - Delamouche, évêque de Dol 1200 : trois mains. - • FRANCHE-COMTE. Mouchet : une fasce accompagnée de trois émouchets. - Fam. originaire de Poligny, essaimée à Besançon au 148 s., et qui a donné douze chevaliers de Saint-Georges. - 0 CHAMPAGNE. - Mouchot, ou Mouchotte; procureur à Bar : chevron et 3 mouches. - Alliances : Perrenot, Lévis-Mirepoix. MOUFLE, MOUFLETTE. - Gros gant. - Surnom. e PARIS. - Moufle, famille bourgeoise de robe connue à Paris depuis le 168 s., anob. (17 s.) alliée aux Le Fèvre de Caumartin; dont un trésorier général du marc d'or : un lion et trois coupes couvertes. - Moufle, notaire : une fasce. - Mouffle, garde-notes au Châtelet une moufle bordée d'hermine et un griffon. - Mouflette, curé : un doguin assis de front. - Mouffle, docteur en Sor-

bonne : une moufle en pal, bordé d'hermine et un griffon. MOULIN, DE MOULIN, DES MOULINS, DU MOULIN, MOULIER, MOLIER, MOULYNEUX. Surnom de meunier ou d'un habitant près d'un moulin. - Molier (Béarn : meunier). - Molyneux, alternance de molineur : meunier. - 0 PARIS. - Moullineau, notaire au Châtelet : un moulin à vent sur un mont. - Des Moulins : une croix chargée d'un trèfle et quatre étoiles; une tête de lion en chef. Des Moulins : une fasce et trois fers de moulins. Du Moulin, docteur en théologie : un chevron et trois étoiles; trois roses en chef. - Dumoulin, marchand bourgeois de Paris : un chevron, deux étoiles, un cœur enflammé. - 0 PERCHE. - Du Moulinet : trois fers de moulin (ou croix ancrées). 0 LYON. - Dumoulin, bourgeois : une fasce chargée d'une anille de moulin et trois croissants. - Moulin, marchand libraire : un moulin à vent. - Des Moulins : une croix dentelée. - 0 MARSEILLE. Moulin, trésorier des troupes : une roue et trois étoiles. - Moulinier, vermicheleur : un moulin à vent sur un mont, trois étoiles en chef. - 0 BRIE. Famille Dumoulin, dont un échevin de Paris en 1502, (branche protestante?) : une croix ancrée (ou fer du moulin) chargée d'une coquille. • ANJOU. - Desmoulins : trois croix pattées. • POITOU, BOURBONNAIS, CENTRE ETOUEST. De Moulins Rochefort, nob. anc. : trois fers de moulins. - 0 PROVENCE. - Dumoulin, famille ancienne, alliance Duquesne : une roue de moulin. - 0 NORMANDIE. - Moulins, grande et illustre famille chevaleresque. MOULLART. - Famille ancienne de Picardie : un lion de vair. MOULLEC (LE). - Breton ancien surnom : mulet, poisson. MOURAIN, MOURET, MOURAUD. - Dérivés : Moret : Moreau. - 0 PARIS. - Mouret, écuyer : un épi, deux levrettes affrontées, une bande chargée de trois molettes et six hermines. - Mouret, chef de fourrière du roi : un chevron et trois étoiles. Mouret, porte-malle et garçon ordinaire de la garde-robe du roi : trois épis en pal, celui du milieu soutenu d'un croissant et surmonté de deux étoiles. - 0 POITOU, BRETAGNE. - Mourain, notaire, dont un descendant devenu «de Sourdeval » : chevron, deux étoiles, un croissant. - 0 BRETAGNE.- Mouraud, 15 s. :trois pots à eau. MOURGUE. - (Midi) une des formes occitanes de moine. - Famille Mourgues de Carrère, Paris 196 s. MOURIER. - MURIER (Midi - Normandie). - DU MOURIEZ. - • LYON. - Murier, marchand : trois mûres. - Mourier, bourgeois de Changy : un chevron chargé d'un trèfle. - 0 MARSEILLE. Mourier, maître apothicaire : un mûrier sur une motte, surmonté de trois étoiles. - Mouriès, apothicaire : un lévrier; coupé à une barre. MOURLOT, MORLOT. - Lorraine, FrancheComté. Variante de Morin : More. MOUSSARD, MOUTARD, MONTARD. - Moussard, Nièvre, Jura, péjoratif pour mousse écume. - Moutard : moutarde. - 0 POITOU. -

Châtellerault, 168 s., bourgeoisie marchande, famille Moutard, parente des Dupleix, dont postérité nombreuse et devenue Montard, et de Montard. MOUTIER, MOUSTIERS. - Monastère. - • PARIS. - Moutier, veuve Tartel : une croix cantonnée aux 1 et 4 d'une étoile; aux 2 et 3 d'une gerbe. 0 FRANCHE-COMTÉ. - Maison de Moustier, 128 s. : chevron et 3 aigles. Marquis 1741. MOUTET. - Diminutif de motte; Midi? - • MARSEILLE'. - Mouttet, marchand mercier : un mouton passant sur une montagne, surmonté de trois étoiles. MOUTON, LE MOUTON. - Languedoc. Sobriquet. - 9 PARIS. - Mouton : un chevron, deux étoiles et un épi de blé. - 0 MARSEILLE. - Moutton, écuyer : un château de trois tours, celle du milieu plus élevée, chacune surmontée d'une étoile. Moutton, marchand. - • TOURAINE. - Le Mouton : trois gibecières. - 0 BRETAGNE.- Le Mouton : une épée en pal, un croissant et une canette; et deux étoiles en pointe. MOY, MOUY. - 0 PICARDIE. - Maison nob. anc. «deux lignes principales dont on place la séparation au début du 128 siècle» (selon M.-L. d'Armagnac del Cer, comte de Puymège). L'une de ces «lignes »serait plus authentique que l'autre? MUEL, MUET, LE MUET. - Muel, dérivé de muet; nom de lieu en Bretagne. - 0 PARIS. - Muet, ép. Richer : un chevron, un croissant accosté de deux étoiles et une hure de sanglier. - Le Muet, marchand drapier : une licorne passant, accompagnée de trois étoiles rangées en chef. MUGUET. - Cajoleur. - 0 PARIS. - Muguet, imprimeur ordinaire du roi et du clergé : un chevron, deux branches de muguet et une colombe tenant dans son bec une branche de muguet. 0 LYON. - Muguet, marchand maître guimpier : un phénix sur son bûcher regardant un soleil. MULLER. - Alsacien : meunier. - 0 ALSACE. Fam. anc. Muller : un homme vêtu tenant un sabre. 0 LORRAINE. - Müller un anob. 1661. Un trèfle soutenu d'une anille de moulins. - 0 FLANDRE. Muller : un cheval cabré. MULOT, MULLOT. - Sobriquet. - 0 PARIS. Mulot, prévôt général des gardes françaises : un chevron et trois épis de blé. - Mulot, secrétaire de la marquise de Leuville : un chevron et trois rats (mulots). - Mulot, marchand de vins : une bande chargée d'un rat. - 0 NIVERNAIS. - Mullot, gouverneur de Druyes en 1500 : une bande chargée de trois coquilles, accostée de deux étoiles. MUR, MURAULT, MURET, DUMUR.- Explicite. • BRETAGNE. - Dumur, famille ancienne : un château de trois tours. - Mur, 128 s. : une croix engreslée. - Murault : chevron, deux roses, une colombe. - 0 LANGUEDOC. - Muret : un mur à trois tourelles. - 0 PARIS. - Muret, veuve Bergerat : trois lézards l'un sur l'autre posés en fasce. Dumur, commis au greffe du Parlement : un mûrier fruité. - Murat, grand-duc de Clèves et de Berg, 1806. MURARD. - Famille ancienne du Dauphiné, essaimée à Lyan. MURAT.- Famille des plus anciennes d'Auvergne. MUSTEL - Famille ancienne de Normandie.

N

n NABIER, NAVIER, NAVES, NAVEZ. - Marchand de naves, mais Naves, Navez : lieu (Nord). - Champs de navets? - 0 BOURGOGNE. - Famille Navier, de Flavigny, marchands, dont un échevin de Dijon : une croix perronée de trois marches. - Nabier est du Midi. - Navez, en Belgique : une fasce ondée. Un Navet, en 1939, devint Nevat... NACHET, NAQUET, NACQUARD, NAGARD. Jeune garçon, puis valet; Midi, Naquet : parfois juif. - Nagard : breton (le bon). - • PARIS. - Nacquart à Meaux : une fasce et deux chiens courants. 0 LYON. - Nachard : une hache en pal et une cane passante. - 0 PICARDIE. - Naquet, à Senlis, 1306. NADAL, NADAU, NADAUD, NADIN, NADOT, NADON, NALLIN, NALLARD, NAILLARD, NADREAU. - Noël, prénom ou surnom (fête de Noël). - En breton : Nedellec. - • PARIS. - Noël : un cerf, chef à trois flèches. - • LYON. - Noël : bourgeois de Paris; une fasce et trois raisins, deux aigles affrontées en pointe. - Noël, à Roanne : une arche de Noë. - Nallard : un cœur enflammé et ailé. - Naillard (Montbrison) : chevron à la lozange. 0 MARSEILLE. - Nallin, marchand cotonnier : une aigle à deux têtes, une rivière et deux étoiles. • BRETAGNE. - Néel, un anobli 1815. - Nedellec, ou Noël; fam. comptant de nombreuses branches; noble et ancienne : un cerf. - 0 PICARDIE. - Noël, dès 1269. - 0 PÉRIGORD. - Nadal, famille dont un capitoul de Toulouse : une croix pattée. - Noël : un losangé. - 0 ANJOU. - Nadreau, fam. notable 171 s. - • MAINE. - Nadot, fam. essaimée en Touraine : trois bandes. - 0 PROVENCE. - Nadal, fam. anc. 148 s. : une aigle à deux têtes. - 0 FRANCHECOMTÉ.- Nadon, fam. anc. : trois bandes. NAFRE, NAFFRE, NAFFRECHOUX. - Onuphre, prénom. - 9 DEUX-SÈVRES. - Naffrechoux : diminutif? ou Navre-choux? NAGEL,NAEGELEN.- Clou; alsacien. NANTIER.- Fam. anc. Normandie. NAPIER. - Marchand de nappes? - Bien représenté en Grande-Bretagne. NAPOLON. - Nom qui a été rapproché de Niebelungen. - 0 PROVENCE. - Napolon, fam. anc. : un lion sur une terrasse. NARBONNE.- Anc. maison illustre féodale. NARDOT, NARJOT. - Diminutif de Bernard. • PARIS. - Nardo, banquier : un chevron et une tour. - Nardeux à Joigny : deux gerbes et deux têtes de corbeau. - • BOURGOGNE. - On trouve Narjot et Nardot.

NAT, NATTE, NATTIER. - Nat : né : fils. - Natte, peut-être de même, ou comme Nattier : métier. e PARIS. - Natta, chevalier : trois croissants renversés : fam. italienne. - 0 MARSEILLE. - Natte ou Natti, marchand : une montagne, soleil en chef. e ROUERGUE. - Nattes, fam. anc. : plusieurs branches (une anob.) issues de Laurent Natte mort avant 1298. - Plusieurs branches marchandes. Les Bonal ou Bonald en descendent. NATHAN.- Nomjuif : don, Dieudonné. NATUREL.- Fam. anc. Bourgogne. NAU, NAUDE, NAUDET, NAUDOT, NODOT, NAUDIN, NAUDON, NAUDY, NAULOT, NOLLET, etc. - Diminutif de Renaud, ou Arnaud. - 0 PARIS. Nollet : deux fasces et cinq épis. - Nolot : bande et deux besans. - Nolin, bourg. de Paris : chev., deux étoiles et un nœud. - Nodot ou Naudot, famille bourguignonne ou normande, établie à Paris, dont le premier traducteur du Satiricon, 17° s., petite bourgeoisie : deux bâtons noueux en sautoir et une épée en pal, brochante. - Nolin, avocat : trois abeilles. - Nolet, deux palmes en sautoir. - Nau, fam. de Touraine : cinq fasces. - Nau, bourgeois de Paris : armes de Chalo-Saint-Mars (voir articles Chartier, Boucher, etc.). - Nau, drapier : chevron, deux roses et une hure de sanglier. - Naudet : un lion dragonné. - Naudin à Nemours : fretté. • LYON. - Naulot : une bande à trois étoiles (?). • BRETAGNE. - Nau : un lion tenant une épée. • PICARDIE. - Naudet, au 13 s. et Naudin au 148 s. - • POITOU. - Nau : trois angelots. - Naulet ou Nollet : un bâton en bande et trois fleurs de lis. 0 PÉRIGORD. - Naudy, bourgeoisie de Bergerac : une fasce bretessée, contrebretessée. NAUCASE.- Fam. anc. Auvergne. NAUCHE, NOCHÉ, NOCHER. - Batelier, naute. Lyonnais. - Nauche, devenus N. de Leymarie, 1865. - Noche : N. d'Aulnay, 1868. NAVARRE. Surnom; originaire de Navarre. 0 PARIS. - Navarre, laboureur à Lagny : une gerbe. - Navarre, curé de Varennes : cinq bandes ondées, trois quintefeuilles en chef. - Navarre, chef de pannetterie du roi : un cheval échappé et un croissant. - 0 BRETAGNE. - On trouve une famille de Navarre, déboutée 1668. NEDONCHEL.- Illustre maison d'Artois. NEEL.- Fam. anc. Normandie. NÈGRE, NÉGRIER, NÉGRON. - Surnom récent. 0 PARIS. - Nègre : importante famille 188 s., issue de bourgeois marchands. - • LYON. - Nègre, marchand : trois têtes de Maures. - 0 MARSEILLE. -

Nègre, capitaine : trois têtes de Maures. 0 POITOU. - Négrier : chevron et trois têtes de Maures. - • TOURAINE. - Négrier : comme en Poitou. - • ANJOU. - Négron : deux chevrons. NÉRET, NEYRET, NEYRON, LE NOIR, NOIREAU, NOIRET, NOIROT, etc. - Surnom, désignant la couleur de la peau ou des cheveux. - Formes en eau : Ouest; en ot : Est; ney : Midi et Lyonnais. * PARIS. - Nera : une fasce à trois coquilles. Nereau, agent de change : une fasce à trois aigles. Néret, anc. fam. considérable 16 s. : un lion diversement accompagné. - Néron, bourgeois de Paris : un J, un N, trois étoiles et un croissant. - Noiret : trois merlettes et un souci. - Lenoir ou Le Noir, une famille berrichonne de Sancerre. - Lenoir, procureur : trois têtes de Maures. - Lenoir, avocat : chevron et trois têtes de Maures. - Lenoir, apothicaire : chevron, deux étoiles et un croissant. - D'autres Lenoir, ou Le Noir : tous portent des têtes de Maures mais Le Noir, comédien du roi : une hure de sanglier et trois glands. - On trouve aussi : chevron et trois trèfles et une fasce à coquilles, deux étoiles et un croissant. - Noirot ou Noyrot, bourgeois de Paris : une tête de Maure et deux étoiles. Enfin une famille Neyret était issue d'un échevin de Lyon, alliée aux Boussingault, 188 s. - 0 LYON. Outre les Neyret, Nayron ou Neyron, marchands (d'où les Neyron de Saint-Julien?) et des Neyrat : un lion tenant un guidon. - Neyron de Saint-Julien : baron 1849 (anob. 1768). - 0 TOURAINE. - Néricault : un sautoir, en chef trois billettes. - 0 BRETAGNE. - Néret : trois bandes d'or. - Le Noir, en breton Le Dû : une fasce à trois arbres. - Voir aussi Le Du. - 0 ORLÉANS. - Lenoir, ou Le Noir, débouté 1668 à Nantes : fasce dentelée à trois annelets et deux têtes de Maures et une tête de lévrier. - • PICARDIE. - Nairet, 1448; Néret, 1306; Noirel et Noiron, 138 s.; Jean Le Noir, 1295. 0 POITOU. - Lenoir : trois écussons et sept hermines. - • SAVOIE. - Des Neyroud. - 0 FLANDRE. - Noiret, échevin de Lille : un chevron chargé de cinq hermines et trois roses. - Certains Neyrolles, avant 1930, étaient Verrolle. - Noirot, devenu (1922) Noirot-Nérin, baron Nérin, 1808. NEUVILLE, NEUFVILLE. - Lieu, moitié nord de la France. - 0 PARIS. - D'Hozier amusait le roi en révélant que les ducs de Neufville-Villeroi descendaient d'un boutiquier des Halles. - La belle consonance d'un nom anoblit, sans raison autre, parfois. Gabriel de Neuville, ou Neufville, avocat : coupé d'hermine et trois besans. - 0 ARTOIS. - Neufville, maison connue depuis le 118 s. essaimée en Angleterre et en Allemagne : un sautoir, quatre tours et un écu chargé d'une ancre. - Devise : ne vile velis. 0 ARTOIS, PICARDIE, FLANDRE. - Neufville : un chevron et trois tourteaux. - Neufville : une fasce et trois têtes de léopards. - • TOURNUS. - Neufville, maison originaire de Beaujolais ;trois faucons. NEVEU, NEPVEU, LE NEPVEU. - Surnom évoquant une parenté. - Les formes en Nepv. considérées comme plus chic. - • PARIS. - Nepveu, greffier : chevron, deux étoiles et une gerbe. - Nepveu, mesureur de charbon ; un 4 de chiffre, un Net un D. - Nepveu, contrôleur des rentes à l'Hôtel de Ville : échiqueté. - Neveu, à Nemours : bandé. - • PICARDIE. - Neveu, dès 1252. - Le Nepveu, 1406. 0 MAINE. - Le Nepveu ou Nepveu : trois besants chargés chacun d'une croix pattée. - • BRETAGNE. - Le Nepveu : trois besants, chef à la hure de sanglier ou : une bande ondée et deux étoiles (1386) ou : chevron et trois têtes de léopard. - Roland Le Nepveu ou Le Nepvou, croisé en 1248. - Le Nepveu ou Le Ny, en breton : fam. d'ancienne chevalerie, nombreuses branches, dont Salomon, chambellan

du duc Jean IV : un écusson en abîme (onze générations en 1669). NEYou NAY.- • ALSACE-LORRAINE : nouveau. • JURA : lieu. - Ney, duc d'Elchingen, 1808. NICOLAS, NICOLAI, NICOLAΫ, NICOLLE, NICOLET, NICOLAU, etc. - Prénom. - 0 PARIS. - Une famille Nicolaï, ou Nicolay, du Vivarais, issue d'un bourgeois de Bourg-Saint-Andéol, en Vivarais, s'agrégea à la noblesse au 151 s. et figura brillamment à Paris où elle figure encore, dont un maréchal de France, etc. Alliée aux Hennequin, Lamoignon, Vintimille, Potier, etc. Au 208 s. : aux maisons d'Orléans-Bragance, La Rochefoucauld, d'Harcourt, Broglie, aux peintures Soudée, etc. Marquis de Goussainville 1645. - Blason : une levrette. - Nicolas, écuyer, sgr de Guibert : trois chevrons et trois coquilles. - Nicolas, joaillier, mercier privilégié suivant la cour, bourgeois de Paris : deux faisceaux à l'antique, deux palmes en sautoir au chef. - Nicolas de la Reynie : écartelé, trois fasces, trois chevrons. Nicolet, perruquier : fasce ondée et trois canettes. 0 LYON. - Nicolas, bourgeois : un coq et un lion passant. - Nicolas, avocat : comme Nicolas joaillier. - Nicolas, teneur de livres : une fasce et trois pommes de pin. - 0 BOURGOGNE. - Des Nicolas, notables à Dijon, dès le 168 s. : échiqueté; en chef, un lion léopardé. - 0 POITOU. - Nicou : une fasce, deux étoiles et un croissant. - 0 BRETAGNE. Louis Nicolas, anobli 1612 : un lion couronné. Jean Nicolas, anobli 1614 : une fasce, trois merlettes et trois têtes de loup. - Jean Nicolas, 1381 : bande à trois doloires. - Nicolas à Brest :trois fasces et trois quintefeuilles. - Autres Nicolas : un pin. Nicol, 151 s. : dix coquilles. - Nicolazo : un léopard. Nicollon : un nid et deux têtes de grue. - Nicou : un mont sommé d'un nid, d'où sortent trois têtes de grives. - • TOURAINE. - Nicolle, fam. du 14" s. 0 CHARTRES. - Famille Nicole, très notable du 15 au 18 s. : chevron et trois têtes d'épervier. • PICARDIE. - Nicolardot : un chevron, deux trèfles et un coq. - • PÉRIGORD. - Nicolas, fam. anc. : un lion tenant une épée. - 0 PROVENCE. - Nicolas, fam. anc. d'Antibes, venue du Poitou : trois bandes, trois croissants. - 0 LANGUEDOC. - Nicolau, fam. anc. : un coq terrassé et trois canettes dans un bateau. - • SAVOIE. - Nicole, fam. anc. essaimée en Dauphiné : un phénix sur son bûcher. NIEL. - 0 SENS. - Niel, chanoine : cinq trèfles, chef à trois, boutons de rose. - 0 PROVENCE. Niel, fam. anc. : une aigle, trois étoiles. NIEPCE. - Nièce, surnom de parenté, comme neveu. - Nom illustré par l'inventeur de la photographie, bourguignon. - 0 PARIS. - Marie Niepce, veuve Huguet, laboureur : un lion morné. NIGON, NIGOT. - Les Nigot, à Paris, anoblis 1682, descendaient d'un maître des coches d'eau d'Auxerre : quatre fasces et trois étoiles. - Nigon, ancienne bourgeoisie de Paris, venait d'un épicier auvergnat. - Nigot devenu Nicot en 1949. NIQUET. - Diminutif. - 0 BERRI. - Niquet, fam. anc. de Bourges. NIVELLE, NIVELET, NIVOIS, NIVOIX, NIVERT. Lieux : Nivoix, Lorraine. - 0 PARIS. - Nivelle : un massacre de cerf surmonté d'une étoile. - Nivert à Provins ; tiercé en fasce : un lion brochant. NIZAN, NIZET. - Nizan : lieu (Midi). - Nizet : diminutif Denis. - Nizet, attesté en Lyonnais, Beaujolais. NOAILLES. - Cette maison ducale tire son nom d'un village limousin, son illustration est extrême, surtout depuis qu'un Noailles épousa la nièce de Mme de Maintenon. - Duc de Noailles 1663, duc d'Agen 1737, prince-duc de Poix 1767, duc de Mouchy 1741. - Maison issue de la maison de Lor-

raine? - Il existe, en outre, dans le Midi, une famille bourgeoise Noailles. NOBLET, LENOBLE, NOBLE, etc. - Surnom, sûrement ironique, mais qui sait? - • PARIS. - Une famille Noblet anoblie en 1651. - Autres Noblet venus de Reims, au 188 s., de haute bourgeoisie. Lenoble (du Petitbois) : une fasce, deux étoiles et une levrette. - Lenoble, huissier : une toison d'or. Noblet à Nantes : trois écussons chargés d'une fleur de lis chacun. - Marguerite Noblet à Versailles : une fasce et une gerbe. - Noblin à Meaux : chevron et trois molettes, lévrier en chef. - 0 LYON. - Noblet chevalier : un sautoir d'or. - • MARSEILLE. Noble : une aigle. - 0 PICARDIE. - Jean Le Noble, 1386. - 0 BRETAGNE. - Ancienne fam. noble : une fasce engrelée. - 0 PROVENCE. - Noble, fam. anc. issue des Nobili? Italiens? - • BERRI. - Noblet, fam. anc. NOËL. - • NORMANDIE. - Fam. anc. Caen : un lion, trois étoiles. NOLLENT. - Fam. anc. Normandie : trois roses, une fleurdelis. NOMPÈRE, NOMPAR. - Fam. anc. du Forez. Nompère, ducs de Caumont, et de Lauzun. NORMAND, NORMANDIN, NORMANDEAU, LENORMAND.- • PARIS. - Normand : un croissant contourné, en bande, et versé, et un cimeterre posé en bande. - Normandeau : chevron et trois trèfles (fam. représentée en Provence au 188 s. dont un médecin). - Normandin : une grille. - Une quinzaine de Lenormand dont deux portent : quatre rocs d'échiquier. - Les seigneurs de Villiers : un lion, trois besants en chef. - Des notaires : trois étoiles. Les Lenormant ont eu de grandes illustrations, avec le mari de M de Pompadour, née Poisson et, plus tard, avec une nièce de M Récamier. - 0 TOURAINE. - Le Normand : deux fasces ondées, une rose et deux merlettes en chef. - 0 ANJOU. - Lenormand, un anobli 1605 : un léopard. - 0 BRETAGNE. - Jean, anobli 1405 : trois chevrons et trois molettes. - Des Le Normand; dont Mathieu, croisé 1258. - Et des Normand déboutés 1668. - 0 PICARDIE. - Robert Normand, 138 s. - Normant ou Le Normant, un anobli 1783 à Brest (?) : chevron et trois merlettes. - 9 BERRI. - Le Normand, fam. anc. : écartelé. - • BOURGOGNE. - Des Normand de Noyers, puis Avallon : chevron, deux roses et un croissant. - 0 NORMANDIE. - Lenormand : chevron, deux croissants, une tête de Maure. NOTIER, NODIER, LENOTRE. - Dérivés de note : scribe. - 0 PARIS. - Le Nostre : chevron et trois limaçons. - • FRANCHE-COMTÉ. - Nodier. NOUET, NOUË. - Lieu : noue : endroit humide, presque marécageux, au creux de deux pentes. -

0 PARIS. - Nouet, une fam. sous Louis XIV, assez brillante, de robe, anoblie 1707, était issue de bourgeois du Maine. - 0 VALOIS, VERMANDOIS, CHAMPAGNE.- Nouë : échiqueté. NOURY, NOURRY, NOURRISSON, NOURISSIER, etc. - Nourri : surnom : élève, client, au sens latin. - Nourrissier : père adoptif; mari d'une nourrice? - 0 PARIS. - Nourry, avocat : deux bandes, une aigle au vol abaissé en chef. - Nourry, bourgeois de Paris : une fasce, à un cœur, deux raisins. - Et un croissant, deux étoiles et une gerbe. - Noury, bourgeois de Paris : une gerbe couronnée. - • LYON. Nourrisson, bourgeois : un pélican sur son aire. 0 BRETAGNE. - Un baron Noury, 1822. - • PICARDIE. - Willemet Noury, 1450. NOUVEAU, NOUVELLET. - Surnom : nouvel arrivé? (Dans une confrérie?) - 0 PARIS. - Fam. venue de Tours à Paris, 168 s., plusieurs branches, plusieurs anoblis : une aigle à deux têtes. Alliance Le Tellier. - Des Nouveau en Charente, aussi. - 0 BRETAGNE. - Nouvel : comme les Nouveau de Tours-Paris. - Et : un pin accosté de deux cerfs affrontés. - 0 BOURGOGNE. - Nouvellet, prêtre : un globe soutenu d'un croissant, une croix fichée dans le globe entourée d'une couronne d'épines. - 0 CHAMPAGNE. - Nouvellet : un chevron, deux grappes de, raisin et un cœur. NOZIERE, NOZIERES, NOYEL, NOYELLE, NOGUES, NOGUEZ, NOGUÈRES, NOYER, DESNOYERS, DUNOYER, NOUGARO, etc. - Noyer ou lieu planté de noyers. - Nog, Noug; : Midi. - Noz : Ardèche, Cantal, Nièvre. - • PARIS. - Nuguet : chevron, trois roses et un croissant, trois étoiles en chef. - Noyel, procureur : un griffon. - Desnoiers ou Desnoyers : chevron à trois noix, deux étoiles et un croissant. - Desnoyers : chevron et trois roses. Dunoyer ou De Noyer : chevron, une aigle et trois têtes de léopards en chef. - Marie Nozerot, femme du célèbre Fagon : une jumelle et six annelets. 0 LYON. - Noyel, en Beaujolais : une bande à trois étoiles. - Noyel, curé de Beligny : écartelé à quatre croisettes. - Noyer à Saint-Étienne : un noyer et un oiseau dessus. - De Nuzières, boulanger à Condrieu : chevron à une larme. - • MARSEILLE. - Nogaret, bourgeois : un noyer. - • BOURGOGNE. - Desnoyers, fam. importante, peut-être pas indigène, au 16 s. - 0 POITOU. - Dunoyer : un noyer. - Desnoyers : de gueules, chef échiqueté; qui est Picard (d'Ailly). - 0 PICARDIE. - Desnoyers, dès 1460 (peut-être tous les Desnoyers sont-ils Picards?) 0 LANGUEDOC. - Nogaret, duc d'Epernon, comte de Candale : un noyer comme à Marseille. NUCHÈZE, NEUCHÈZE. - Église neuve. - Fam. poitevine de nob. chevaleresque.

O

O O(D'). - Anc. et illustre maison de Normandie. OBERT. - Prénom d'origine germanique; od : richesse, bert : brillant. a FLANDRES. - Obert : chev. et trois chandeliers. - Devise : Pro lumine virtus. - En 1036, Godefroi de Bouillon engagea à N. Obert, évêque de Liège, son duché de Bouillon afin de subvenir aux frais de son expédition en Terre sainte. - 0 NORMANDIE.- Obert, baron de l'empire 1813. OBRIOT. - Variante d'Aubriot, diminutif d'Aubry. 0 PARIS. - Catherine Obriot, veuve de CI. de Marcillac : deux levrettes passant l'une sur l'autre. OCHOA. - Nom basque : petit loup. - Fam. originaire d'Espagne porte : une bande bordée, acc. en d'une fleur de lys et d'un rameau d'olivier. OCHS. - Alsace : bœuf. - Allemagne et Suisse allemande (cf. Rietstap). - Semble juif, mais peutêtre à tort. - M Charles Blanche, née Ochs vers 1860, était d'orig. chrétienne, et de bourgeoisie parisienne. Alliances et parentés de ces Ochs : Mariton, Kretz, Autin, Ponroy, Richefeu, BourdaisFauvelet de Brienne-Charbonnières : un bœuf. Des Ochs ont changé de nom récemment. 0 ALSACE.- Blason Ochs : un bœuf de sable. ODELIN, ODELLIN, ODELIER. - Prénom, comme Odilon. - 0 LORRAINE. - Odellin ou Odelin : fasce, ch. de trois croix recroisettées au pied fiché et acc. de trois tourteaux. ODET. - Dérivé d'Odin, prénom fém. : Ode, Aude, Odette. - 0 LORRAINE. - Odet, anobli en 1605 : parti au lion de l'un en l'autre, couronné de laurier et foulant aux pieds une couronne. - a BRETAGNE. - Odet, trois épées en pal, pointes en bas. 0 ANGOUMOIS. - Odet, trois glands. OFFROY. - Variante d'Auffray, anc. nom d'orig. germanique. - 0 PICARDIE. - Offroy; chevron et trois coeurs ailés et flammés. (?) OGIER, OGER. - Nom d'orig. germanique. 0 PARIS. - Oger, bourgeois : aigle sur un rocher et deux étoiles en chef. - 0 PICARDIE. - Oger : une bande ch. de trois lionceaux armés. - • ANJOU. Oger : chev. et trois trèfles. - 0 LORRAINE. - Oger, chevalier de l'Empire 1810. OGNON, UGNIE. - Fam. anc. de Franche-Comté. OGNY, DONGNY.- Lieu, hameau. - • LAONNAIS. - D'Ogny, fam. bourgeoise dont un comte du pape 19" s. : une fasce. OILLIAMSON, OLLIAMSON, WILLIAMSON. Williamson : fils de Guillaume. - 0 NORMANDIE. Ollianson : fam. originaire d'Écosse, alliance Morte-

mart : une aigle éployée, perchée sur un barillet cerclé. Devise : Venture andwin. OLIER, OLLIER.- Fabricant ou marchand d'huile. 0 PARIS. - Olier ou Ollier, fam. bourgeoise notable alliée aux Malherbe, Colbert, etc.; chevron, besan et trois grappes de raisin. - Ollier, maître chirurgien : houx coupé et lié. - Ollier, voiturier par eau : deux lettres Aet O. - Olier, conseiller maître en la Chambre des Comptes : un olivier et trois étoiles. - 0 BRETAGNE. - Ollier : trois molettes. - 0 DAUPHINÉ. Olier, anobli 1548 : un chevron et un lion; au chef ch. d'une étoile. - • LYON.- Ollier, marchand : chev. et trois grappes de raisin. - Ollier, libraire : chev. chargé d'une fleur de lis. - • PAYS CHARTRAIN. Ollier, cons. secrétaire du roi (16 s.) : chev. et trois grappes de raisin. - 0 LANGUEDOC. - Ollier : un lévrier passant et quatre roses. - Ollier, même famille que le libraire de Lyon. - • VIVARAIS. Ollier : deux chats affrontés et léopardés soutenant un demi-vol en pal. OLIFANT. - Ivoire et cor d'ivoire; altération d'éléphant : surnom de joueur de cor? - 0 LYONNAIS. Olifant :trois croissants. OLIVE, LOLIVE. - Marchand ou producteur d'olives. - 0 LANGUEDOC. - Olive : deux rameaux d'olivier acc. en pointe de deux colombes. - Olive, 158 s. : trois bandes. - Olive, conseiller à la cour des Aydes de Montauban, 1652 : un olivier mouvant d'un croissant, au chef ch. de trois étoiles. 0 ILE-DE-FRANCE. - Lolive, 158 s. : un olivier arraché. OLIVIER, DOLIVIER, OLLIVIER, OLIVEAU, LOLIVIER. - Nom de baptême. - 0 ALSACE et ARTOIS. - Olivier, baron de l'Empire : olivier avec une branche coupée à senestre, soutenu d'une terrasse d'où sortent neuf rejetons. - • BRETAGNE. - Obvier : trois têtes de lévriers, colletées, acc. d'une étoile. - Olivier, échevin de Nantes 1711 s. : olivier arraché sur un monticule. - Lolivier : burelé de dix pièces. - 0 VALENTINOIS. - Olivier : un olivier. e GASCOGNE et PICARDIE. - Ollivier, fam. anc. 168 s.; une croix et quatre olives tigées et feuillées. 0 GUYENNE. - Olivier, cons. secrétaire du roi : olivier terrassé senestré d'un lion rampant contre le fût de l'arbre. - 0 LANGUEDOC. - Olivier, fam. anc. de Narbonne et de Carcassonne dont un page de la Petite Écurie, 1712 : parti, emmanché. - • LORRAINE. - Olivier : un olivier, un léopard. - • PARIS ET NIVERNAIS. - Olivier, greffier en chef de la cour des Aydes de Paris : un olivier mouvant d'un croissant surm. de trois étoiles. - 0 PROVENCE. -

Olivier : un olivier mouvant d'une terrasse et trois étoiles. - Olivari : fam. anc. OM ' AHONY, OM ' AHONNY. - Cette famille originaire d'Irlande est essaimée à Paris et dans la Drôme. OMNES. - Surnom de chantre. - 0 BRETAGNE. Omnès, début 15 s. : losangé, à la coupe couverte brochante fam. alliée aux Boutouiller. - «Le fondateur de la compagnie des Omnibus (1828) qui s'appelait Omnès a créé le mot omnibus (voiture pour tous) par un jeu de mots sur son nom »(A. Dauzat). OMONT, OSMONT, OSMOND. - Nom normand : Osmund, Asmund, divinité de la mythologie germanique. - • PARIS. - Osmont, veuve de Richard, secrétaire du roi : un bouquet de fleurs. - Adrien Osmond, capitaine aide-major : un vol d'hermine. Osmont, contrôleur ordinaire des guerres au régiment des gardes suisses : une haute montagne. 0 BRETAGNE. - Osmont : mêmes armes qu'Adrien Osmond. Devise : Nihil obstat. OMS. - 0 ROUSSILLON. - On trouve dès le 148 s. plusieurs importants sgrs de ce nom : porte : 'trois fasces. Sa devise : Dei dono sum quod sum. ONCIEU, DANCIEU, DONCIEUX, etc. - Lieu. 0 BUGEY et SAVOIE. - D'Oncieu fam. nob. anc. : trois chevrons. ONFROY, ONFFROY, ONFRAY. - Prénom d'orig. germanique. - 0 NORMANDIE. - Onffroy; anob. fin 168 s. : une bande. - e NORMANDIE, BRETAGNE, SAINT-DOMINGUE. - Onffroy dont les marquis, 18 s. : un chev. et trois trèfles. OPPENHEIM. - Lieu. - Maison ouverte, ou maison supérieure, nom juif, illustré dans la haute finance. - Barons du pape, 1882. OQUIDAN, OCQUIDEM. - Peut-être nom de lieu. - e BOURGOGNE. - Ocquidem, conseiller 1553 : une fasce, acc. en chef d'une étoile et en p. d'un croissant. ORANGE, ORENGES, ORENGO. - Lieu (corruption d'Aurenche?). - 0 PARIS. - Orange, gouverneur de l'hôtel des Invalides : rose surm. d'un croissant renversé, au chef ch. de deux oranges tigées et feuillées. - 0 BRETAGNE. - Orenges, 15 s. : parti au croissant de l'un en l'autre. - Orange : palé à la bordure ch. de huit oranges. - 0 MARSEILLE. Orange, maître chirurgien; une ancre renversée ch. sur la stangue d'un cœur et acc. de trois étoiles mal ordonnées. - 0 NORMANDIE. - Orange : chev. et trois carreaux. - 0 PROVENCE, NICE. - Orengo. e PRINCIPAUTÉ D'ORANGE, revendiquée par la maison de Mailly. ORCEAU, ORCEL, ORCELLE, ORSEL. - Vase, cruche. - • PARIS. - Fam. Orceau, notable, issue d'un marchand de Langeais, alliée aux Rouillé (circ. 1670) : une licorne croissante; dont des comtes 0. - • FRANCHE-COMTÉ. - Orcel, cons. secrétaire du roi : écartelé en sautoir, un soleil et un mont, ch. de deux besants. - 0 EMBRUNOIS. Orsel, la branche aînée de cette famille «demeurée non noble », s'est divisée en deux rameaux, dont l'un s'est fixé en Amérique : un soleil mouvant, accomp. d'une mer, au mont issant au flanc senestre de l'écu. - * LYON. - Orcelle, march. bourgeois : un ours passant sur une terrasse acc. en chef de trois ancolies tigées et feuillées et leurs tiges apointées. ORCIVAL. - Lieu, «vallée des ours ». - • AUVERGNE. - Orcival : une truite en bande, acc. de six étoiles rangées en orle. - 0 LYON. - Orcival, marchand : quatre fusées rangées et sommées chacune d'un maillet. ORDENER. - • LORRAINE. - Ordener, comte de l'Empire : blason absurde, comme presque tous ceux de cette époque.

ORDONNEAU. - Comme Ordener : qui confère l'ordination. - 0 SAINTONGE. - Ordonneau, an. 1815 : parti : au 1, une couronne murale traversée d'un sabre en pal; au 2, trois tiges de lys liées d'une écharpe. ORGLANDES. - Anc. et considérable maison nob. ORIEUX, ORIEULT, ORIEULX. - Lieu. - 0 NORMANDIE. - Orieult : six trèfles. - • BRETAGNE. Orieulx : trois marteaux surmontés de trois yeux rangés en chef. ORIGNY, DORIGNY. - Lieu. - • BRETAGNE. Dorigny 171 s. : chev. et trois flammes. - 0 CHAMPAGNE. - Dorigny, d'Origny, dès 1335 : croix ancrée ch. d'un lozange. - 0 LORRAINE. - Origny, conseiller à la cour des Monnaies de Metz en 1630 : deux bars adossés; fam. essaimée à Lyon (?). 0 LIMOUSIN. - Origny ; trois bandes. ORLANDI, ORLANDIN, ORLANDINI. - Orlandi : forme corse de Roland. - 0 DAUPHINÉ. - Orlandin, anc. fam. toscane essaimée en France 168 s. dont un anob. 17" s. : tranché ondé au lambel à quatre pendants et une bordure engreslée. - 0 CORSE. Orlandini :trois sphères cerclées de cordes. ORLÉANS, DORLÉANS. - Lieu. - 0 ORLÉANAIS, BERRY. - Dorléans, Orléans, fam. comptant des Croisés (?) : trois fasces acc. en chef de trois tourteaux. - Cette fam. descendrait des anc. vicomtes d'Orléans? Pourquoi pas! - • BERRY. - Un chev., deux coquilles et une rencontre de taureau, chef ch. de trois étoiles. - • BRETAGNE. - Dorléans, Orléans, chev. rompu et croissant accosté de deux étoiles et d'une aigle à deux têtes. - • COMTATVENAISSIN. Orléans : un léopard lionné, à la burelle brochant; au chef ch. d'une aigle. ORLY. - e BRETAGNE. - Orly : un ours rampant. ORNANO. - Lieu. - 0 CORSE, PROVENCE, TOURAINE. - Cette ancienne fam. d'Italie (14 s.) a donné trois maréchaux de France : château donjonné de trois tours et ch. de deux lions affrontés. OSANNE, OZANNE, OZENNE. - Anc. nom de la fête des Rameaux (Hosanna). - • BRETAGNE. Julien Ozanne, architecte et entrepreneur des travaux du roi, éleva la première enceinte de la place de Brest en 1647 : une tour, parti à trois bandes. 0 FRANCHE-COMTÉ. - Ozanne, dont un anobli 1606 : trois colonnes. - • NORMANDIE. - Ozanne : parti, au 1, lion rampant; au 2, trois chev. et trois étoiles, les étoiles sous chaque chev. - Ozenne : deux lions affrontés soutenant une lance en pal, acc. en chef de deux molettes. OSBERT. - 0 NORMANDIE. - Osbert, fam. anc. de Valognes. OSMOND, OSMONT. -Anc. nob. normande. OUDET. - Fam. anc. de Lorraine essaimée en Champagne. OUDINOT. - Oudinot, duc de Reggio 1809. OUDRY. - Lieu. - e ILE-DE-FRANCE. - Oudry : trois merlettes. OURS, DESOURS, HOURS, DESHOURS. Prénom Ursus, voir Saint-Ours (l's finale ne se prononce pas). - 0 LANGUEDOC. - Desours, page de la Dauphine en 1748 : trois bandes, un chef ch. d'une rose soutenu par une trangle; écartelé : à un ours rampant contre un chêne acc. en chef de trois écussons. OURY, ORY, ORRY. - Nom d'origine germanique. - 0 BRETAGNE. - Oury, 15e s. : un léopard, alias; cinq burelles. - Mathieu Oury fut inquisiteur général de la foi, 1557. - 0 BÉARN. - Oury : bande et une merlette contournée. - 9 CHAMPAGNE. - Oury, 16e s. : cinq trangles. - 0 PARIS. - Ory, procureur : une croix alisée cantonnée de deux étoiles et de deux besants. - Orry, cons. secrétaire du roi : un lion rampant contre une montagne mouvante du

flanc dextre de l'écu. - Orry, fam. considérable du Parlement, alliée à toute la Robe; dont les marquis de Fulvy, etc. - 0 POITOU. - Orré, fam. anc., peutêtre venue de Suède, mêmes armes que les grands Orry. OUTHENIN. - Diminutif d'Othon, dérivé d'Odelin. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Outhenin : une fasce et une rose soutenue d'un croissant acc. de trois étoiles. - Outhenin : une croix, deux croissants et deux étoiles. OUTREQUIN. - Nord : lieu (?), (quin : diminutif). 0 NORMANDIE. - Outrequin, greffier en chef de la cour des Aydes, 1765 : cinq loutres posées 2, 2 et 1. - • FOREZ. - Outrequin : même fam. OUVRARD.- Prénom comme Evrard. - • PARIS. Ouvrard, contrôleur ordinaire des guerres de S.M. :

chevron acc. de trois croissants, celui de la pointe soutenant une palme. - 0 BRETAGNE. - Ouvrard, 178 s. : deux angles les têtes affrontées, acc. en chef d'un soleil et en pointe d'un croissant. Cette famille a compté au 18" s. trois de ses membres anob. par charge. - 0 MAINE. - Ouvrard : une bande ch. de trois tourteaux, au chef à trois clefs rangées en fasce. OUVRIER, DELOUVRIER, DOUVRIER. - 0 LANGUEDOC. - Ouvrier, fam. connue depuis le 168 s. dont un aumônier de Marie de Médicis, évêque de Dol en 1630 : chevron ch. de sept merlettes et acc. de neuf épis liés « trois par trois», posés deux en chef, un en p. - Devise : Rien sans peine. - Essaimée en Bretagne. OZENFANT. -Aux enfants, fam. de Reims.

p

p

PABON, PABOT. - Pabon veut dire : paon (Rouergue); Pabot; pavot (Midi). - Pabot, fam. de Limoges (18* s.), alliée aux Feydeau, Verthamon, Martin; dont les sgrs du Breuil de Chavagnac, etc., six besans. PACANT.- Mot savoyard, signifiant paysan. PACARD, PACAUD, PACREAU, PAQUIER, PASCAL, PASCAUD, PASQUET, PASQUEZ, PASQUIER. - Prénom et ses variantes : la forme en -ez est du Nord-Est; dans Pasquier, le «s » ne se prononce pas (Pâquier). - • PARIS. - Pascal : un agneau pascal. - Pasque : un chevron et trois roses. - Pasquier de Franclieu, écuyer, chevalier de Saint-Louis, fam. alliée à la maison d'Orléans (20e s.) : un chevron et deux têtes de maures. - Pasquier, bourg. de Paris : trois roses, une ancre, deux étoiles et un croissant. - Pasquet, procureur : une foi, deux étoiles et un croissant. - Pasque, veuve du Crocq; chevron et trois roses. - 0 LYON. - Pacard, marchand : une tour et trois molettes en pal sur la tour. Pacquier, cabaretier à Villefranche : une coupe accostée de deux étoiles. - Pascal, libraire : un agneau pascal. - 0 BRETAGNE. - Pascau, ou Parscau, débouté (17 s.) : trois quintefeuilles. Pascault, dits nobles : une bande. - Pasquer, ou Pasquier, essaimés à Paris (17 s.) : trois têtes de daim. - Pasquier (14 s.) : un chevron à l'annelet. (15 s.) : un sautoir. - (17e s.) : un arbre. - • POITOU. - Pasquier : trois fleurs et une coquille. 0 BOURGOGNE. - Pasquier, pâtissier à Dijon (17 s.), fam. dont un anob. : un chevron et trois étoiles, trois roses en chef. - A Paris, Pasquier, bourg. parisiens, dont un chancelier du duc (19 s., anob. 178 s.). - Pacault, ou Pascaud de Poléon, fam. distinguée d'Aunis, dits marquis de Poléon. En Poitou, Pasquier attesté (14 s.), Pasquerel (14e s.), Paque (141 s.). PACHE.- Signifie en Savoie et Suisse : accord. PACQUEMENT.- Francisation de Bachmann. PAGAN.- Fam. anc. Languedoc. PAGE, PAGENEL, PAGET, PAJOT, PAJOTIN, PAJOTTIN, LEPAGE. - Pagès veut dire riche paysan, dans le Midi : un pageot, ou pajot est un poisson; Pagenel, en Auvergne; Pajot, du Nivernais. - Un poge est un page. - 0 PARIS. Pageau : un poisson nageant. - Paget : fretté, trois maches en chef. - Pajot, fam. issue de maîtres de poste de l'Aube, connut une grande fortune, alliée aux Rouillé d'Orfeuil, Bidal d'Asfeld, Versoris : un chevron et trois têtes d'aigles. - Pajon, avocat : une fasce à trois roses, et trois mouches. - Lepage,

chapelier : une aigle. - Le Page, procureur : un chevron, deux pots et un mouton. - Le Page, seigneur de Saint-Loup : un chevron et trois molettes. Lepaige : quatre fasces, un lion brochant. - • LYON. - Pagis (Pagès?), fabricant : un pont de trois arches, sommé d'un cyprès et deux pommes de pin. - 0 BRETAGNE. - Pageot : deux pals. - Le Page, ou Le Paige : fretté, jumelle brochant; ou bien : une aigle (15 s.). - • POITOU. - Pager, anob. (17 s.) : trois étoiles et un léopard, chef ondé. - 0 TOURAINE. - Pajotin, ou Pajottin : une aigle. - 0 LONSLE-SAULNIER. - Pajot, conseiller de Besançon (18e s.) : un lion. - Pageaud, correcteur à Dole : deux fasces ondées, chargées chacune de deux merlettes. - • BEAUVAISIS. - Pajol, dont un premier président de la cour des monnaies (17 s.) : un chevron et trois roses. - En Picardie, Le Page, ou Le Paage, attesté (15 s.). - Le Page est le nom des Kerperenez. - a NORMANDIE. - Page, fam. anc. PAGNAT, PAGNEY, PAGNIER, PANIER. - Pagnat est nom de lieu dans l'Est, le Jura et l'Auvergne. Pagnier est tiré de panier. - 0 LYON. - Panier, marchand : un palmier, fasce frettée, brochant. 0 ANJOU. - Paigné : trois peignes. PAGNOL, PAGNOD, PAGNON, PAGNOUL.- Veut dire : espagnol. - Pagnol dans le Sud-Est : Pagnod, dans le Jura; Pagnoul, dans le Hainaut. - • PARIS. - Pagnon, marchand : trois bandes, trois têtes de lions en chef. - Paignon, marchand : neuf pinceaux et trois palettes de peintre. - 0 LYON. - Paignon, ou Pagnon, drapiers : trois bombes enflammées. • BRETAGNE. - Paignon (15 s.) : un lion. - En Picardie, Paignon, attesté en 1300. PAILLARD, PAILLAT, PAILIERON, PAILLET. Dérivés de paille; paillard : gueux; paillat : panier. * PARIS. - Paillardet, ingénieur : un chevron, deux étoiles et une gerbe. - Paillet : un lion tenant épée. Paillot : un chevron, une étoile, trois feuilles de houx renversées, trois couronnes en chef. - Paiot : un chevron et trois têtes d'aigle. - Payot, un des 26 gentilshommes ordinaires du roi : un lion. - Paillard, à Pontoise : une gerbe et trois raisins. - 0 LYON. Paillet : une gerbe, deux étoiles et deux croissants adossés. - 0 CLERMONT. - Paillard, chanoine de Cambrai : une croix frettée. - 0 ARRAS. - Paillard, grand vicaire d'Arras : une barre chargée d'un annelet. - 0 BAR-SUR-AUBE. - Paillot, trois molettes, trois étoiles en chef. - En Picardie, Paillart et Paille attestés (13e s.), Paillet (14e s.) et Paillot ou Payot (15 s.). - 0 NORMANDIE. Paillart, fam. anc. : une croix frettée.

PAIN, PAINDAVOINE, PAINLEVÉ,PANET, PANETON, PANLEVÉ. - Surnoms. - 0 PARIS. - Pain, greffier : un chevron et trois têtes de maure. - Pain, écuyer : un chevron et trois tourteaux. - Panet, pelletier, bourg. de Paris : deux étoiles et un paon. Paneton, teinturier : trois têtes de lévrier. - Pain, à Nemours : une pomme de pin. - Painlevé, ou Panlevé, à Tonnerre : un pont-levis. - 0 POITOU. - Pain : trois besans. - En Bretagne, des Paindavoine, nobles (15e s.). - En Picardie Pain et Lait, Pain de Soile (13 s.); Paneton (14" s.); Painvin (15 s.). - En Espagne, des Pan yVino (Pain et Vin). PAINTEUR, LE PAINTEUR, PAINTURAULT. Peintre? - Fam. anc. Normandie. - Paintureau, Pinturault en Poitou. PAISNEL, POISNEL.- Fam. anc. Normandie. PAISSEAU, PAISSELIER, PESSEAU, PEYSSEL, PEYSSON. - Surnom : marchand d'échalotte? (A. Douzat). - Peysson : poisson (Sud-Ouest); Paiss (Centre, Rhône); Pesseau (Bourgogne). - 0 PARIS. Paisselier : un chevron, deux roses et un rameau d'olivier. - 0 LYON. - Peisson, ou Peysson : un chevron, une croix et un poisson. - Peyssonneau : un poisson sur une onde, et trois étoiles. - 0 MARSEILLE. - Peissonel, médecin trois étoiles, poisson contourné en chef. - 0 POITOU. - Pesseau : d'argent plein. - • MACONNAIS. - Paissaud (16 s.), anob. (171 s.) : une palme et deux arbres. PAJON. - Fam. anc. du Berri. PALET, PALETTE, PALEY, PALIER, PALLEAU, PALLEZ, PALLOT. - Palet : pieu; pallot : pelle; Paley est nom de lieu en Champagne. - 0 PARIS. Palet, curé de Ville-d'Avray : une ancre chargée d'un cœur percé de deux flèches en sautoir. 0 LYON. - Palette : un chevron à une étoile. - Palleron, bourg. : une sphère, une aigle en chef. 0 ARTOIS. - Pallet, essaimés en Saintonge : une fasce et deux palets. - a PÉRIGORD. - Palier, bourg. de Bergerac : un ours. PALLU, PALLUAU, PALLUEL, PALLUT. - Signifient : marais. - 0 PARIS. - Pallu, devenus Pallu du Ruau, du Bellay, fam. nombreuse et notable, venue de Touraine, bourg. en Poitou, alliée aux Rabelais, Rouillé, Le Clerc, Feydeau, Pinon; un anob. (17e s.) : un palmier et deux hermines. - Palluau, Champenois, au service des ducs de Nevers, alliés aux Montholon un anob. (16e s.) : un chevron à trois roses et trois aubifoins. - 0 LYON. - Palluat : un fer de lance, soutenu d'un croissant soutenu d'une aigle et d'un lion. - OBRETAGNE. - Palud : deux fasces ondées et trois étoiles. - La Palue, issus de la maison de Léon : un lion et un lambel. - En Bretagne, des Palluel, déboutés (17 s.). PALMIER. - Fam. anc. Dauphiné. PALOUSET.- Fam. anc. Franche-Comté. PANAFIEU. - Veut dire : torche fils (Dauzat). Fam. du Gévaudan, notable. PANAIS, PANON, PANOUILLE, PANNEQUIN. Pannequin, du Nord; panouille : poële en flamand; épi dans le Midi. - 0 LYON. - Pantost : un chevron, trois hermines et un besan. - 0 POITOU, NANTES. Panon de Faymoreau et d'Arquistade (marquis espagnol) : de vair au lion d'hermine. - 0 TOURAINE.- Panais : un chevron et trois croix ancrées. PANART, PANHARD, PENHER. - Panart : cheval boiteux; Panhard, Penher : héritier en breton. • PARIS. - Pannart, avocat : deux bandes. PANETIER, PANNETIER. - Nom de métier : fabriquant de paniers. - 0 PARIS. - Pannetier : une foi soutenant un pin, deux étoiles en chef. - 0 BRETAGNE. - Panetier, ou Le Panetier : une fasce, un lion en franc quartier. PANTEL, PANTIN. - Pantel est dérivé de panto : pan d'habit ou farce ; Pantin est un nom de lieu. -

0 ANJOU. - Pantin, anc. nob. : une croix et quatre molettes. PAOLI, POLI. - Paul en Corse et Italie. - • BOURGOGNE. - Poly ou Poli, essaimés en Bretagne et Anjou (17 s.) : une fasce chargée d'une quintefeuille. PAPAVOINE. - Fam. normande? dont un musicien, 18" s. PAPILLON, PAPION. - Surnom. - • PARIS. Papillon, teinturier : une fasce et trois papillons. Papillon, drapier : une aigle. - Papillon, bourg. de Paris : trois papillons. - 0 POITOU. - Papion; un chevron, trois étoiles mal ordonnées et un croissant. - 0 TOURAINE. - Papillon, essaimés à Paris (17 s.) : un lion, trois roses en pal. - • BOURGOGNE. - Papillon, fam. de Dijon, issus d'un orfèvre (16 s.) dont un valet de chambre de Francois I : un papillon. PAPON, PAAPE, PAPIN, PAPINEAU, PAPUS, LEPAPE. - Surnom : papon : grand-père; papin : bouillie. - 0 PARIS. - Papin, avocat : un chevron, deux étoiles et une coquille. - Le page, joaillier bourgeois de Paris : une croix. - 0 LYON. - Papon, écuyer : une croix, chef denché. - 0 ANJOU. Papin : cinq fusées. - 0 BRETAGNE. - Pappe, nob. (17e s.), débouté (18 s.) : une rose. - Lepape, ou Pappe : une corneille traversée d'une flèche. 0 PERIGORD. - Papus : trois bandes. - 0 POITOU. Pape, dit Parthenay : deux chevrons, un croissant. Papon : semé d'hermines. - En Picardie, Papin (15' s.). PAQUET, PAQUETTE, PAQUIN, PAQUOTTE. veulent dire : fagot. - • PARIS. - Paquet : un chevron et trois palmes, un croissant en chef. - • LORRAINE. - Paquet : un chevron, deux étoiles, un épi de blé en pointe. - Dans le Nord. Paquet, chapelain à Cambrai (16" s.). PARADIS, PARADES. - Surnom. • LYON. - Paradis, maître teinturier de drap : un paon et un soleil. 0 LIMOUSIN, TOURAINE. - Paradis : trois oiseaux de paradis. - 0 PROVENCE. - Parades, essaimés en Auvergne (18 s.) : un lion. PARAIN, PARRAIN, PARRIN. - Surnom. 0 LYON. - Parrin, bourg. de Lyon : un pal et quatre épis en sautoir, deux et deux. PARAT, PARAYRE,PARET. - Paret : paroi. - • PARIS. - Parat : un chevron renversé et une aigle. Parayre : trois pyramides. - Paret de Coligny, bourg. de Paris : un chevron, deux roses et un lion. - 0 POITOU. - Parel : trois barres, chef losangé. - En Languedoc, fam. Paret, ou de Paret, alliée aux Double (17 s.). - 0 ROUERGUE. - Paraire, ou Parayre fam. anc. d'Espalion, bourgeoisie 16" s. Alliance Rességuier. PARC (DU), DUPARC, DUPARQUET, PARQUE, PARQUET. - Nom de lieu : enclos. - 0 PARIS. Parque, un agneau pascal. - Duparc, de Locmaria, maison chevaleresque de Bretagne, dont un croisé (13 s.) : trois jumelles. - Parquet et Duparquet, bourg. de Paris : un chevron, deux étoiles et un épervier. - 0 BRETAGNE. - Du Parc : une fasce et trois coquilles. - Du Parc Locmaria : comme à Paris. - Du Parc, maison du Faou, issue de celle de Léon : un léopard, un lambel. PARCHAPPE. - Anc. fam. nob. dont nombreuses branches en Champagne. PARDIEU, DEPARDIEU. - 0 NORMANDIE. Maison très anc. chevaleresque essaimée en Flandre : lion couronné. PARENT. - Surnom, parent au sens du père (Dauzat). - a PARIS. - Fam. Parent, importante depuis la fin du 14e s. bourg. et nob. issue d'un orfèvre, alliée aux Aligre, Le Prêtre, essaimée en Bourgogne : deux bâtons en sautoir, un croissant

et trois étoiles. - • LYON. - Parent, bourg. : un arbre, une étoile et une colombe. - 0 TOURAINE. Parent : un chevron et trois fleurs de lis. - En Picardie, Parent attesté (13 s.). PARFAIT. - Prénom. - 0 PARIS. - Parfait, fam. de Chartres : trois flammes, côtoyées de deux cotices, une fleur de lis en chef. PARIS, PARISOT. - Ancien prénom : Patrice. 0 PARIS. - Paris, venus du Dauphiné où ils étaient aubergistes anob. (18* s.), neveux de la Pompadour, les quatre frères Paris dont Paris-Duvernay, alliés aux Pérusse des Cars, Choiseul, BéthuneSully : deux fasces. - Parisot, petite bourg. (18* s.) : une grue tenant une boule, trois têtes de perdrix en cher. - iJn chevron et trais lis. - Parisis : trois croix dentelées. - Paris: une ancreet deux étoiles; un cheval; une main tenant une pomme; une croix et quatre étoiles: une colombe tenant en sonbecun rameau. - 0 LYON. - Paris, bourg. : deux colombes affrontées, trois étoiles et un croissant. - 0 BRETAGNE. - Paris (14e s.), essaimés à Paris (17e s.) : une croix et quatre lionceaux. - Le Parisy (14e s.) : écartelé :fretté; une croix losangée. - Parisy, venus d'Angleterre : un lion. - 0 LORRAINE. - Parisot, chirurgien à Mirecourt, anob. (16* s.) : une bande, un léopard en chef, un pin en pointe. - Parisot, à Llgny, anob. (17 s.) : trois pals, trois roses en chef. - Pariscot, colonel de cavalerie : écartelé : 1 et 4 : une aigle; 2 et 3 : une fasce et trois glands. e CHAMPAGNE. - Pariscot, un lion, une étoile au pretnier canton du chef trois meriottes, un croissant en abîme. - En Bourgogne, Parisot, un anob. ( 17 s.). En Flandre, Picardie, •Parisot, écuyer, sgr de Blecourt. - A Paris, Paris de la Brosse, issus d'un épicier (16* s.), des Paris, venus de Champagne (16 s.), bourg. et nob. alliés aux Moët (17 s.). PARMENTIER. - Fabriquant de parments, tailleur. - 0 HAINAUT, FLANDRE. - Le Parmentier, fam. connue depuis le 11* s., un conseiller à Bruges anob. (16* s.) : un chevron et trois trèfles. - 0 LORRAINE. - Parmentier, fam. dont un banneret de Rosières-aux-Salines (16e s.), un avocat au Parlement de Lorraine ; coupé : 1 : parti au pélican dans sa piété, et à la branche de chêne en bande; 2 : une ville et un croissant contourné. - 0 PICARDIE. Parmentier, (13e s.); fam. essaimée en Normandie et Champagne : deux épées en sautoir, et deux mains. - Ce nom est illustré par la pomme de terre; ou parmentière, répandue en France par un Parmentier agronome, né â Montdidier. PARTENAY, PARTHENAY. - Ville. - 0 Poitou. Maison de Parthenay, dont l'anc. nom est l'Archevêque, issue des Lusignan : burelé, une bande brochant. PARTHON, PARTON. - 0 PARIS. - Une bande à trois pommes de pin. PASQUIER.- Duc de Pasquier. PASSERAT, PASSEREAU, PASSERON. - Passereau. - • PARIS. - Passart, fam. anc. de Paris, alliée aux Bullion bourg. depuis le 168 s.; une branche anob. (17e s.) : trois merlettes. - Passerat, avocat : un chevron et trois passereaux. - 0 LYON.Passerai : un chevron à la coquille. - Passot : un chevron au losange. PASTEL, PATEL, PASTEAU. - Fam. anc. Normandie. PASTEUR, PASTOR, PASTOREL, PASTOUREAU, PASTOUREL, PATUREAU. - Berger. - 0 PARIS. Pastor, marchands de chevaux : un cheval effrayé. Pastoureau, ou Pastourel, fam. poitevine, alliances nombreuses dans la robe : un chevron à sept aiglons deux gerbes et un mouton. - 0 LYON. Pasturel, échevin : une fasce et trois molettes. Patural : un cerf courant et un cerf chargé d'une

roue. - Paturle, orfèvre : un chevron, trois étoiles; un œil et deux croissants en chef. - • MARSEILLE. Pastoret, procureur : un chevron, trois aiglons et une brebis (ancêtre du marquis de Pastoret?). - 0 BRETAGNE. - Pastour, nob. (17e 9.) : un lion et cinq billettes. - 0 PÉRIGORD. - Pastoureau, anc. bourg. de Nontron : un chevron et trois étoiles. - 0 POITOU. - Pastoureau ou Pastureau, peut-être même fam. qu'au Périgord. - Trois béliers, une houlette et trois moutons; bgsie anc. - • FLANDRE, FRANCHE-COMTE. - Pastour (15e s.) : trois épis. Pasteur, chevalier de Saint-Lazare, maréchal de camp (18" s.). Pasteur, bourgeois de Salins ( 1 8 s.). - A Paris, Pastourel, fam. de Parlement ( 1 4 s.), donna son nom à la rue Pastourelle. - En Bretagne, Pastourel attesté (16e s.). - En Picardie, Pasteur et Pastourel attestés ( 1 4 s.). - Pastour (13e s.), à Chinon, Pastoureau, capitaine-gouverPATISSIER, PASTEAU, PATAS, PATE, PATEY, PATISSON, PATHE. - Nom de métier; Patey ou Patay est un nom de lieu. - 0 PARIS. - Pastel, à Meaux : un chevron, trois trèfles et un cygne. - 0 LYON. - Pâtissier, bourg. de Lyon : un Cerf rampant, et un chevron brochant sur le cerf. - • MARSEILLE. Patey : une maison entourée d'une muraille ovale, et deux étoiles. - 0 BERRI. - Paté, ou Pathé : trois gerbes; - • ORLÉANAIS. - Patas, bourg. de Tours : trois besans. PATRAS, DE PATRAS. - Nom de lieu : ou surnom : lourdaud. - • PARIS. - Patras, écuyer ; deux bourdons en sautoir, et quatre roses. PATRIX, PATRY. - Prénom. - 0 TOURAINE. Patrix ; un chevron, trois feuilles de houx et une hure de sanglier en chef. - 0 MAINE. - Patry : trois quintefeuilles. PAUCET, POCHET, POUCHET, POUSSARD, POUSSE, PONCHER. - Veulent dire : poucet. 0 PARIS. - Paucet : un chien barbot assis, - Pouchet : chevalier : un chevron à la tête de maure, et trois coquilles. - Pousse : fam. de médecins ( 1 8 s.) : écartelé : une tête de lion; deux fasces et une hermine. - • LYON. - Pochin, notaire à Saint-GermainLaval : un chevron au trèfle. - 0 POITOU. - Poussard ( 1 4 s.), dont les marquis de Fors (17* s.) : trois soleils. - Poncher, nom d'une fam. parisienne de grande bOurg. médiévale. PAUL PAULËt, PAULHAN, PAULHUS, PAULIAC, PAULIN, PAULY. - Prénom : Paulhan et Pauliac : noms de lieux (Hérault). - • PARIS. - Paulet, à Melin : une poulie. - 0 LYON. - Paulet, chirurgien à Boen : un coq. - 0 MARSEILLE. - Paul : un lion enchaîné à un arbre. - Paullet, marchand de poids : un chevron et trois besans. - • BRETAGNE. Paul, débouté (18e s.) : trois palmes, trois étoiles en chef. - Paulus, à Nantes, venus d'Anjou : un chevron et trois gerbes. - 0 FLANDRE. - Pollet, inquisiteur de la Foi (15e s.). - Pollet, femme du vicomte d'Arondeau : un chevron abaissé accompagné de trois chiens, dont deux sommés d'une étoile. - Paul, à Paris, peintre du roi. PAULTRE. - Paultre, maîtres de poste dans IYonne, barons de l'Empire, vicomtes de Louis XVIII. PAUMART, PAUMIER, PAULMIER. - Dérivés de paume. - • PARIS. - Paumier, officier : un pommier, un J et un P. - Paulmier, à Melun : porte-meuble du roi : une raquette. - 0 TOURAINE. - Paumart : trois mains apaumées. - En Picardie, Paumier et Paumart, attestés (13e s.). - 0 NORMANDIE. Paulmier, fam. anc. PAU REAU. - Nom de l'Ouest : peureux. PAUVERT, PAUVRE. - « Pieu vert». - 0 PARIS. Pauvert, procureur : trois pals. - 0 BRETAGNE. Pauvre, ou Le Pauvre ( 1 3 s.) : trois fasces, bande

chargée de trois lions brochante. - 0 PÉRIGORD. Pauvert, bourg. : échiqueté. PAVILLON. - Surnom. - 0 PARIS. - Pavillon, de Metz, essaimés en Touraine : un chevron et trois étoiles. - Pavillon : une tête de bouc. PAYE, PAYELLE, PAYS, PAYSAN. - Veulent dire : paysan. - • PARIS. - Payelle : trois roses. - • ANJOU. - Paye, ou Pays, anob. (18e s.) : un oranger fruité, terrassé. En Picardie, Paysan, attesté ( 1 4 s.). PAYEN. - Paysan, barbare. - 0 PARIS. - Payen, traiteur : un panier rempli de fleurs. - Payen, avocat : trois besans. - Président Payen : un chevron à trois étoiles et trois têtes de maures. - 0 MARSEILLE. Payen, marchand de vins : un navire équipé, le grand mât accosté d'un B et d'un P. - 0 BRETAGNE. Payen ( 1 3 s.) : une croix engrelée. - Payen, bourg. de Paris, sous Charles VI, d'où la rue Payenne. - 0 ORLÉANAIS. - Payen, anc. fam. notable ( 1 3 s.). PE, DU PE, DUPE. - Même étymologie que Pech; nom de Charentes et Poitou. PÉAN. - Payen. - • PARIS. - Péan, trésorier ? un chevron et trois épis. - Péan, écuyer, fam. bretonne, nob. : trois têtes de maures. - • BRETAGNE. - Péan : cinq billettes. - Péan : deux fasces et six quintefeuilles. - • TOURS. - Péan, apothicaire : deux épées en sautoir. - • ORLÉANAIS. - Péan, fam. anc. PECH, DELPECH, PÉCHENARD, PÉCHER, PÉCHERARD, PÉCHINEY. - Puy, hauteur, francisé en Dupuy, Puy : Puech et Pech au Sud : Pué, au Nord : Delpech, dans le Massif central. - 0 PARIS. Delpech, issus d'un maréchal-ferrant du Quercy ( 1 7 s.), firent fortune grâce à Mme de Maintenon; alliés aux Poncher : marquis de Méréville (18* s.) : un chevron brisé, deux quarts de soleil naissant des angles, et un pélican. - Pécherard; coupé : une croix ancrée de l'un en l'autre. - 0 LYON. - Pécher : un chevron, un aiglon et un soleil. - e ROUERGUE. Delpech, médecins ( 1 8 s.) : une fasce au croissant accostée de deux yeux, et trois pêches. - • ARDENNES. - Péchenard : un chevron, trois martinspêcheurs, celui du bas sur un sautoir de deux rameaux d'olivier. - 0 TOULOUSE. - 168 s.; importante fam. Delpech, de riche bgsie marchande. PÉCOUL, PECHENARD, PECQUET, PECUSSEAU. - Pécoul : pied de table (Midi); pecquot; Pecusseau : pécore. - 0 PARIS. - Pecoil, fam. de Lyon : trois fasces. - Pecoul : trois chevrons de vair. - Pecou, fam. de Lyon : trois chevrons, trois étoiles en chef. Pecquot, vieille bourg.; un anob. (17e s.) : trois merlettes et un arbre. - • LYON. - Pecoil, prévôt des marchands : trois fasces. - Pecollet, marchand : un croissant, cinq étoiles posées en croissant et un nuage. - Pecoul : trois chevrons de vair. - 0 PÉRIGORD. - Pécon : un chevron et trois besans. 0 TOURAINE. - Péquineau, ou Péguineau (15e s.) : une fasce et trois pommes de pin. PEHU. - Fam. anc. Picardie. PEIROU, DELPEIROU, DUPEYROUX. - • PÉRIGORD. - Peirou, fam. anc. - 0 BOURBONNAIS. Dupeyroux, fam. anc. PELÉ, PELLET, PELLIOT, PELOUX, LE PELÉ. Pelé, teigneux. - e PARIS. - Pelais : coupé, une aigle : une tour : bordure componée. - Pelard : un arbre, tête de griffon en chef. - Pelet : deux bandes d'hermines. - Pelet : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Pellé, bourg. de Paris : deux pals. - Pellé, conseiller : un renard. - Pelée, avocat à Sens : une aigle, une rose et deux étoiles en chef. - Pellot, anc. fam. de Lyon : une tierce en bande. - 0 MARSEILLE. - Pelet, ou Pelet : un chevron et trois roses. - • BRETAGNE. - Pelaud, venus d'Anjou : trois aigles éployées. - 0 TOURAINE. - Pelé, anc. et nombreuse fam. de marchds drapiers qui possède le château de Pintray (15e s.) :

d'argent au chef de sable. - • POITOU. - Pelaud : semé de billettes, un lion brochant. - Pelard : une aigle. - En Anjou, des Pelé, navigant sur la Loire ( 171 s.) - Pelet, antique fam. (an 1000) issue des vicomtes de Narbonne, dont des Croisés, etc. PELICOT. - • PROVENCE. - Pelecot, fam. anc. de Grasse. PÉLISSIER, PELISSON, PELLISSIER, PLISSON. Fabriquant de pelisses. - 0 PARIS. - Pellissier, avocat : un lion, bande brochante. - Pelisson, bourg. : trois mouchetures d'hermine, et trois étoiles en chef. - Plisson : un chevron et un rencontre de bœuf. - Pélissier, duc de Malakoff. - 0 LYON. Pelissier, armurier : un chevron surmonté d'un cœur, et deux étoiles et un lion. - 0 MARSEILLE - Pellissier : coupé : trois équerres : un pélican, une trangle brochante sur le tout - Pellisseri : écartelé : un poismer et trois fasces ondées. - • PICARson dans DIE. - Pellissier : un sautoir, et un croissant en chef. - • DAUPHINÉ. - Pelissier (16e s.) : un liôh, bande brochante. - 0 POITOU. - Pelisson : trois hures de sanglier. - • PROVENCE, - Pelissier, fam. anc. : un pélican. - • LANGUEDOC. - Pelissier, fam. anc. Toulouse. PELLAS. - Fam. anc. Provence. PELLEPORT, PELLEVOIZIN, PELLEVÉ, PELLIEU, PELLORCE, PELLORDE, PELOQUIN. - Pelleport : lieu (Hte-Garonne); Pellorce : hâleur; Peloquin : avare. Pellevoizin, Pellevé : surnoms. - e PARIS. Pellevé : une tête, les cheveux hérissés. - 0 BRETAGNE. - Pellouezel, ou Pelloizel (15* s.) : trois canettes. - • POITOU. - Pellevoizin, ou Appelevoizin, nom chevaleresque : une herse, - • TOURAINE. - Pellieu (1 5 s.) ; une bande à trois roses et deux croissants. - Pelluis, ou Pelluys : un chevron et trois sauterelles. - Pelloquin, ou Peloquin; possédait le château de Rilly ( 1 4 s.) et des ports sur la Vienne (13e s.) : une tour. - En Picardie, Peloquin, Pelochin, attestés (13e s.). PELLERIN, PELLEGRAIN. - Signifient pèlerin : Pellegrin est du Midi. - • PARIS. - Pellegrain : une tour d'où sort une guivre. - Pelerin ou Pellerin : un lion et deux coquilles. - Pellerin : un bourdon (de pèlerin) et deux coquilles. - 0 LYON. - Pellegrin : un rat et huit épis. - 0 MARSEILLE. - Pellegrin ; quatre bourdons en sautoir, deux et deux, et deux étoiles. - • PAYS-DE-LOIRE. - Pellegrain. - Une tour accostée d'une bisse. - 0 BRETAGNE. - Pellerin : trois coquilles. - Pelerin, attesté en Picardie ( 15 s.). PELLETIER, LE PELLETIER, PELLETAN, PELTIER, PELTREAU. - Nom de métier. - 0 PARIS. - Le Peletier, fam. issue d'un bailli de Sarthe ( 1 6 s.), un anob. ( 1 7 s.); alliée aux Montmorency-Luxembourg, aux Lamoignon, Feydeau, Hennequin. Marquis de Rosambeau; une croix pattée, chargée d'un chevron et de deux molettes. - Le Peletier venus de Mantes, anob. (17e s.), alliés aux Vialart, Le Bret, Amelot, La Bourdonnaye : un chêne et trois roses. Le Pelletier, procureur : un chevron, deux créneaux et une tour. - Pelletier : un chevron, une étoile et deux hermines. - Pelletier : vairé, un chef d'hermines. - Pelletier, mouleur de bois : un chevron et trois renards. - • LYON. - Pelletier, marchand : un chevron et trois roses. - Pelletier, chirurgien : un chevron à la pomme de pin. - 0 BRETAGNE. - Le Pelletier (15e s.) : trois gerbes. - 0 TOURAINE. Pelletier : burelé, bande brochante. - 0 BOURGOGNE. - P.elletier, fam. anc. de Montcenis, connue sous le nom d'Escrots, alliée aux Bernard, Feydeau, bourg. (16* s.), une bande chargée de trois écrevisses et trois merlettes. - 0 POITOU. - Pelletier ; une peau étendue en pal. - 0 BOURGOGNE. - Pelletier, conseiller du roi au grenier à sel de Saulieu : une ancre. - Pelletier de Chambure, aide de camp du

maréchal Soult : un chevron, trois pommes de pin et une étoile de chef. - 0 PARIS. - Pelletier, conseiller secrétaire du roi : une rose et quatre mouchetures d'hermine. - • LORRAINE. - Pelletier; anob. ( 17 s.) : parti au lion de l'un en l'autre, tenant une épée. - • ILE-DE-FRANCE. - Pelletier : un croissant. - Pelletier : semé de trèfles renversés. - Pelletier : un chevron et trois molettes. - En Flandre, Peltier, chapelain de Condé ( 1 6 s.). - En Touraine, des Peltreau ont possédé le château d'Autrèche. PEN, PAYNEL, PÉNIGAUD, PENICAUD, PENIN, PENON, PEYNAUD. - Penaud : surnom de mesureur; pénicaud : bavard; penel : haillons; Penet : nom de lieu (Alpes); pennec : têtu en breton. - • PARIS. - Penel, bourg. de Paris : trois têtes de lévrier. - Pennet, contrôleur sur le foin : un sautoir et quatre maillets. - Penon, avocat : un chevron, deux poignards et un croissant. - 0 LYON. - Penet : un vol. - Penard : trois plumes en pal et un arc brochant. - Penin, marchand : trois clefs. - a BRETAGNE. - Pen ( 1 5 s.) : une fasce chargée de trois roues. - Pénicaud, débouté (17" s.) : un croissant surmonté d'une étoile. - 0 TOURAINE. - Pénigaut : un sautoir alaisé et quatre merlettes. - 0 POITOU, ANGOUMOIS. - Pénicaut, Pénigaud : une aigle; ou bien un pigeon. - 0 BOURGOGNE, BRESSE. Penet, conseillers au parlement de Dombes : un vol. - Penin, attesté en Berry ( 1 4 s.). PÉPIN. - Anc. prénom. - 0 PARIS. - Pépin, écuyers : un cygne et trois croissants. - • LYON. Pépin, bourg. : un pin et trois étoiles. - • BRETAGNE. - Anc. fam. nob. Pépin : chevron componné et trois pommes de pin. - 0 POITOU. - Pépin : neuf sautoirs séparés par un triangle. - 0 PÉRIGORD. Pépin, maire de Bergerac ( 1 6 s.) : trois têtes de lion. - Pépin, attesté en Picardie (14e s.). PÉRARD, PÉRET, PÉRICARD, PÉRICAUD. mauvais père? - Voir aussi Peret, Perret. - • PARIS. Péricard, bourg. de Paris ; un chevron, une ancre et trois merlettes. - Perichon, notaire : un chevron, deux roses et un lion. - Perichon, vendeur de marée : un lion. - Perichon, bourg. de Paris : un guidon, une aigle et deux étoiles. - Périchon, procureur : trois croissants adossés. - • LYON. - Perrichon, ou Perichon : écartelé en sautoir, un cerf, bordure componnée. - Perricaud : un arbre et deux coqs. Perrecault : un cœur sommé d'un oiseau et deux étoiles. - • BOURGOGNE, CHAMPAGNE. - Pérard, conseiller au parlement de Dijon : une bande chargée d'un ours. - Pérard, notaire royal à Saint-Laurent-lès-Chalon : un chevron et trois sauterelles, trois roses en chef. - 0 CHAMPAGNE. Pérard, procureur à Châlons-sur-Marne trois cœurs. PERCEHAUSSE. - • POITOU. - Un chevron et trois roses. PERCEVAL, PARCEVAL, PARCEVAUX, PERCY, PERSIL. - Perceval, Parsifal : héros chevaleresque (mythe du Graal). - Percheval : lieu (Normandie). • PARIS. - Perceval, receveur : un chevron, un croissant et trois canettes. - a BRETAGNE. - Percevas : une fasce. - Percevaux, nob. anc. : trois coquilles, trois macles en chef. - Parcevaux ou Parceval : trois chevrons. - Perceval (14e s.) : une bande et un lambel. - Percy, compagnon de Guillaume le Conquérant, d'où prolifération du nom en GrandeBretagne : nom des ducs de Northumberland; Perceval, nom des « earls » d'Egmont. - Persil, fam. anc. de Touraine. PERDREAU, PERDRIX, PERDIGUIER, PERDRIEL. - Surnom. - 0 PARIS. - Perdiguier : un chevron et trois perdrix. - Perdreau, avocat, et Perdreau, chef de fruiterie : un chevron, deux perdrix et un jonc. - 0 BRETAGNE. - Perdriel, débouté (17e s.) : trois

perdrix. - Perdrix, anob. (17e s.) : une épée en pal. 0 TOURAINE. - Perdrier : écartelé : 1 et 4 : trois mains; 2 et 3 : un chevron à trois molettes et trois croissants. - En Anjou, des Perdriau, bateliers de Loire. - 0 NORMANDIE. - Perdriel : deux perdrix affrontées d'une molette. PÉREIRE, PEREIRA. - Poirier (Portugal). - Nom des banquiers qui donnèrent leur nom au boulevard. PERET, PERRET, PERRETTE. - Diminutif de Pierre, dans le Lyonnais, la Bourgogne et autour. • PARIS. - Peret, secrétaires du roi : un chevron, deux étoiles et une grenade. - Peret, secrétaire du roi : un lion à la bande brochant chargée de trois rochers, ou pérets. - 0 LYON. - Perret, cabaretier : un arbre et deux étoiles. - Perret, marchand de drap : un paon faisant la roue. - Perret, capitaine penon du quartier de Bonrencontre : une tour et une étoile en chef. - Perret : une fasce et trois étoiles. - Perret : un chevron chargé d'un trèfle. - Perret : un chevron chargé d'une larme. - 0 LYON. - Perrette : un chevron, deux comètes et un rocher. - 0 BRETAGNE. - Perret : trois quintefeuilles. - Perret : trois cœurs. - 0 BOURGOGNE. - Perret, originaires de Haute-Savoie, dont une branche en Lorraine, dont les Perret du Cray : écartelé : 1 et 3 : un sautoir; 2 et 3 : une fasce; devise : Rien ne perd et crée. Des Perret, à Dijon ( 1 8 s.), venus de Demigny, figurèrent au Parlement de Bourgogne. - Des Perret, originaires du Bugey, furent seigneurs du marquisat de Villars-en-Dombes. PÉRIER, PERRIER. - Poirier? et surnom de tailleur de pierres? : moirier, dans le Midi. 0 PARIS. - Du Perrier, marchands et bourg. un chevron, un duc, deux étoiles et un poirier. Duperier, guidon des gendarmes de Flandre ; une bande et une tête de lion couronné. - Périer, avocat : un chevron et trois poires soutenues de trois croissants. - Périer, payeur de rentes : un chevron, deux étoiles et un poirier. - Périer, procureur : un poirier. Perrier, bourg. de Paris, et Perrier, drapier : un poirier. - 0 LYON. - Périer, bourg. drapiers : un poirier. - • BRETAGNE. - Du Perrier (14e s.), déboutés ( 1 7 s.) : trois rencontres de bœuf. - Du Perrier (17 s.) : un arbre. - Du Perrier : un chevron et trois pommes de pin. - Du Perrier, nob. chevaleresque, dont Jean, tué au siège de Carthage ( 1 4 s.); alliés aux Laval : un poirier. Ou : dix billettes. - 0 PROVENCE. - Périer, fam. anc. d'Aix : un poirier, une aigle couronnée brochante. PÉRIGNON. - Dérivé de Pierre, fam. champenoise. PÉROCHEAU, PÉROCHON, PÉRACHON. - Dérivés de Pierre; et lieux? comme Perrache? Pérachon, fam. anc. du Dauphiné, dont les comtes de Varax. PÉRON, PERRON, PERRONNEAU. - Dérivés de Pierre. - 0 PARIS. - Péron : un G et un P entrelacés. - Perron, bourg. de Paris : un chevron, deux étoiles et un perron. - 0 BRETAGNE. - Perron (16e s.) : un chevron et trois têtes de loup. , PÉROT, PERROT, PERROTTE, PERROTIN, PERRAUT. - Dérivés de Pierre, plus répandu que Perret; voir aussi Perreau et variantes terminales. Perrot : à l'Est et Nord de Paris. Perreau; Perrault : Ouest. - 0 PARIS. - Perrot, auditeur à la Chambre des Comptes : un mouton surmonté d'un lambel. Perrot, femme de Le Ragois, sgr de Bretonvilliers. Perrot, vve Poussin, Perrot, chevalier de Malte : deux croissants, celui du dessous renversé, trois aigles en chef. - Perrot, bourg. de Paris : un croissant et trois étoiles en chef. - Perrot, écuyer : une fasce ondée, un demi-pal ondé et un mouton. - Perrotin, fam. du Berri : trois cœurs. - Perrotte, avocat : un lion tenant un guidon. - 0 LYON. - Perrot, mar-

chand, maître aiguilletier : une croix et deux écureuils affrontés. - Perroton, lieutenant de bourg. : un lion. - 0 BRETAGNE. - Perrot, ou Perrault, archer armé pour la délivrance du duc : trois têtes de bélier. - Perrot : un rencontre de bélier. - Perrot, venus de Paris : deux croissants, chef à trois étoiles. - Perrot : fretté : un lion et trois billettes, un chevron et trois coquilles. - 0 BOURGOGNE. - Perrot, venus de Bourgogne : une croix patriarcale alaisée, élevée sur trois annelets. Ou : trois bandes. - 0 POITOU. Perreau, Perot, ou Perrot, marchands, ayant tenu des fiefs : un chevron et trois canettes. - 0 PONTOISE. - Perroton, officier chez S.A.R. Madame : un perroquet. - 0 LORRAINE. - Perot, avocat : un chevron, un coq, surmonté d'une devise sommée d'une ruche et d'un soleil rayonnant. - Perrot, fam. anc. Provence. PERRACHE. - Fam. anc. Provence. PERRAULT, PERREAU. - Dérivé de Pierre. - • PARIS. - Illustre fam. Perrault, dont l'architecte et l'auteur des Contes. - Deux blasons : à l'écusson surchargé d'un autre écusson, et : une croix de Lorraine et trois annelets. - Perreau, docteur : 2 lettres, P et P entrelacées. - 0 LYON. - fam. Perraud, déb. 19" s., dont un prélat, membre de l'Académie. Perreau, marchand : un pied humain sur une onde; deux ancolies en chef. - 0 BRETAGNE. - Perrault : une aigle d'argent. - Perreau : chevron et trois roses. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Fam. Perraud, dont un sculpteur (19" s.). - • POITOU. - Des Perrault, dont un peintre ( 1 9 s.). - * NORMANDIE. - Périer : une bande à trois molettes et trois coquilles. - Perrault, fam. anc. Chalon-sur-Saône. PERREÇON, PERSON, PERSONNE. - Perreçon, diminutif de Pierre, en Champagne et autour : personne est un surnom d'ecclésiastique (en anglais : parson). - 0 PERSON. - Fam. normande? dont les Person de Champoly (20e s.) - 0 PARIS. Chef d'échansonnerie de la Maison du roi : fasce et trois coquilles. PERRELLE. - Fam. anc. Normandie. PERRIN, PERRINET. - Diminutifs de Pierre. - • PARIS. - Perin, secrétaire du roi, et Perrin, conseiller : une fasce et trois roses. - Perin, avocat, et Perin, vve Séron : un cor de chasse et une levrette. - Perin, valet de chambre du roi : deux épées en sautoir et un trèfle. - Périn, avocat : six roses. - Périnelle, vve Desmoulins : une croix engrelée. - Périnet, bourg. de Paris : coupé, un croissant et une étoile; un serpent. - Périnet, marchand de vins; fam. originaire du Bourbonnais, tige d'une famille berrichonne; dont un directeur de la Compagnie des Indes, Perrinet de Jars : une colombe et un serpent. - Perrin, conseiller du roi aux Eaux et Forêts : un lion. - Perrin, bourg. de Paris : un croissant et trois étoiles. Perrin, bourg. de Paris : une fasce, un croissant et trois larmes. - Perrin, écuyer, sieur de Bourguet, receveur général des décimes en Provence : coupé; un perroquet; trois pals. - Perrin, duc de Bellune. - • LYON. - Perrin, bourg. : un pin et un cerf. - Perrin, bourg. alliés aux Sartre : un portail perroné. - Perrin, notaire : deux têtes de perroquet et une de dauphin. - Perrin, marchand de fer : un perroquet. - Annisson, née Perrin, trois bandes et un chef au léopard. Perrin, écuyer, à Montbrison : un chevron et trois étoiles. - Perrin, marchand de chandelles : un chevron et une pomme de pin. - 0 LYON. - Perrin; un anob. ( 1 7 s.) : trois roues. - 0 BOURGOGNE, FRANCHE-COMTÉ. - Perrin, président de la chambre des comptes de Dole ( 1 8 s.) : un chevron, deux étoiles, un rocher. - Perrin, procureur au parlement de Dijon : un chevron, trois oeillets. - Perrin, de Précy, de Cypierre, du Lac : un lion de sable rampant contre une colonne. - 0 LORRAINE. -

Perrin, conseiller à la chambre des comptes de Lorraine : un chevron chargé d'un alérion. - 0 CHAMPAGNE. - Perrin : six roses. - • PROVENCE. Perrin, fam. anc. d'Arles : un chevron et trois roses. 0 FLANDRE et PICARDIE. - Perrin, alliés aux Durfort, Narbonne, dont une branche établie en Lorraine. - 0 LANGUEDOC. - Perrin, très anc. nob. de Castres, ( 121 s.) : trois fasces. PERRUSSE. - Fam. anc. dont les ducs des Cars ou d'Escars, 1825. PETIGNIER, PETIGNY. - Comme Pétin, Pétain? Fam. Petigny, ou Petignier, dans le Jura (17e s.); alliance Bonvalot. PETIT, LE PETIT, PETAU, PETAULT, PETIAU, PETIET, PETIOT, PETITOT. - Petit; Petin, Petain, Petau, dérivés de pet, la forme en -ot, à l'Est; en -au, à l'Ouest. - 0 PARIS. - Le Petit : deux épées en sautoir et des larmes. - Le Petit : une fasce surmontée d'un léopard. - Antoine Petit, conseiller : un chef chargé d'une vivre. - Petit, ancien de la communauté des perruquiers : un arbre, un croissant et deux étoiles. - Petit, marchand de vin, bgs. de Paris : un chevron, trois roses et un croissant, deux étoiles et une main gauche. - Petit, marchand mercier : un chevron, deux étoiles et une aigle à deux têtes. Denis Petit, procureur : porte de Chalo-Saint-Mars (Voir articles Boucher, Chartier, Julien). - Petit : une fasce chargée de trois étoiles, deux croissants et un cerf. - Petit : une gerbe et trois étoiles; fam. de secrétaires du roi, alliance Rouillé. - Petit : un chevron, deux roses et une tour; même fam.? Petit : un chevron et trois annelets. - Petit : un chevron et deux coqs. - Petit : trois étoiles. - Petit : trois tourteaux et neuf mouchetures d'hermine. Petit : deux fasces nouées. - Petit : un chevron surmonté d'une pie. - Petit, sgrs de Villeneuve : un pal. - Petitot; bourgs, de Paris : un chevron, deux étoiles et une fleur de pavot. - Petau, originaires d'Orléans, au Parlement depuis le 158 s. : un chevron, une aigle en chef. - Petit, fam. considérable de Paris, sgrs de Passy, etc., alliés aux La Rochefoucauld, Boucher, Jouvenel des Oursins, etc. : palé d'argent et d'azur; une branche ajoutait un chevron brochant? - Enfin une fam. Petit portait : trois poussins. Petereau, dit Montauban, march. épicier, bgs. de Paris : un mont surmonté de cinq boulettes, surmontées d'un cœur chargé d'un banc à trois pieds, surmonté de deux étoiles. - 0 LYON. - Petit, marchand citoyen de Lyon : une terrasse couverte de serpolet, surmontée d'un pâté couronné de deux étoiles. - 0 SOISSONS. - Petit, docteur, connu par ses ex-libris : un chevron, deux croissants et un cygne. - 0 BOURGOGNE. - Petitot, tanneurs (16* s.) figurèrent à la Chancellerie de Bourgogne ; une fasce chargé d'un cœur, deux étoiles et trois cœurs. - Petit, fam. anc. : un chev. et trois étoiles couronnées. - 0 POITOU. - Petit : fretté. - Petit : une bande chargée d'un lion. - Petit : trois croix pattées et un cœur. - Le Petit : fuselé. - • PÉRIGORD. - Petit, sieurs de la Siguenie : deux trangles surmontées de trois flèches en sautoir. - Petit, bourg. : deux fasces bretessées et contrebretessées. - 0 TOURAINE. Petit, bourg. de Tours : une bande et un lion. Petiot, issus d'un archer des gardes du roi : un chevron et trois pigeons. - Petiot : un chevron, deux trèfles et un agneau pascal. - Petiteau : deux chevreaux sur une terrasse, surmontés d'une fasce en devise, chargée d'une étoile, et un croissant. - 0 ANJOU. - Le Petit : une bande chargée d'un lion. e BRETAGNE. - Le Petit (1 5 s.) : une fasce chargée d'une tête de lion, deux croissants et deux besans. Petit, maire de Nantes (18e s.) : deux tourterelles. Petiteau : un chevron, deux étoiles et une aigle. - 0 CHAMPAGNE. - Le Petit : deux épées en sautoir,

trois larmes et un cœur. - Petit, moine normand (15e s.), qui joua un rôle politique et religieux. Pétion, maire de Paris (18 s.), qui mourut dévoré par les loups. - Petit (161 s.), géographe et intendant des fortifications de France, ami de Pascal. - Petitot, peintre en miniatures du roi Charles I d'Angleterre. - Petau, antiquaire (161 s.). PETITPIED, PETITPAS. - Voir Pied. PEU, PEUGEOT, POUGET, POUJADE, PUGET, POUJOL, PUJO, PUJOL. - Petit puy. - 0 PARIS. Pujol : une bande. - Pujol, chevalier : un lion couronné. - Peu, chirurgien, prévôt de Paris : une fourmi. - 0 LYON. - Peut, bourg. de Lyon : trois fourmis. - Puget, ou Pujet, écuyer : deux chevrons ondés, et trois étoiles. - 0 MARSEILLE. - du Puget : une vache, une étoile entre les cornes. - • PERIGORD. - Poujade : trois chevrons. - Poujols : un lion. - 0 POITOU. - de la Pouge : un cheval passant percé de trois flèches. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Pegaud : un pal, écartelé à un pal. - Pouget, attesté au Moyen Age à Paris. PEYRIMHOF. - Peyer im Hoff, originaire de Suisse, francisé en Peyrimhof, fam. Peyrimhof de Fontenelle, petits-neveux de Corneille. PHILIPPE, PHELIPPE, PHELIPPEAUX, PHILIBERT. - Prénoms. - • PARIS. - Phélippes, fam. picarde, dont un anob. (17e s.) : alliée aux Pajot : une croix dentelée. - Phélypeaux, sgrs de Montlhéry, Pontchartrain, comtes d'Herbault en Touraine; anc. nommés Le Picart (v. de nom) : semé de roses, franc canton d'hermines. - Phelipart, bourg. de Paris : deux P entrelacés, deux étoiles et un croissant. - Phelipon, ou Philipon : sept besans. - Philibert : un chevron et troi' trèfles en chef. - Philippes, avocat : un chevron, trois glands et trois olives. Philippe, bourg. de Paris : un chevron, une étoile, deux pigeons et un croissant. - Philippes, avocat : une tête de cheval et trois roses. - Philipet : neuf besans. - • LYON. - Philibert, échevin : un chevron. Philibert, bourg. : un sautoir échiqueté, un soleil, deux étoiles et un croissant. - Philibert, marchand : un chevron et trois abeilles. - Philippe, à Roanne : un chevron à la merlette. - Philipon : un chevron à la coupe. - • MARSEILLE. - Philippes : une gerbe, trois molettes en chef. - • BRETAGNE. - Phelippot, deux anob. (17 s.) : un chevron et trois fers. - Phelippot, un anob. (15 s.) : cinq besans. - Philippe : trois couronnes. - Philippe : deux épées en sautoir. Philippe : une fasce et six annelets. - 0 NORMANDIE. - Phélippes : une tête de lion; ou encore : une fasce crénelée. - 0 TOURAINE. - Philippe, essaimés à Lyon et en Poitou : un chevron et trois roses. - 0 SUD-OUEST. - Philip, bourg. : une main tenant une torche. - 0 LORRAINE. - Philippe, sgrs de Valfroicourt, dont un capitaine des gardes du duc Charles III, un secrétaire de la reine Anne d'Autriche (17 s.), un anob. au 16" s. : une boucle de ceinture, trois menottes en triangle et une étoile en chef. - En Picardie, Phelippart, Philipart, Philippet, Philippot, Philipon, attestés au 14e s. et 15 s. - Phélippes, nom des Coetgoureden (15e s.) en Bretagne. - En Anjou, Philippeau, maître boucher (171 s.). PIA, PIAT. - Prénom, Pia est un nom de lieu dans les Basses-Pyrénées. - 0 TOURAINE. - Piat : un soleil. - 0 VERMANDOIS. - Piat : un lion armé et lampassé. - 0 VILLENEUVE-LE-ROY. - Piat : trois pies en pal l'une sur l'autre, et deux rameaux de cerisiers fruités. - Piat, attesté en Picardie (141 s.). PIAU, PIAUBERT. - Prénoms. - Piau, attesté en Picardie (131 s.). - En Anjou, Piau, bateliers de Loire (17e s.). PIC, PICAUD, PICON, PICOT, PIGACHE, PIGASSE, PIGUET. - Dérivés de pic; Piquet, en breton : pie. - 0 PARIS. - Picault : une gerbe, un

coq, une étoile et un croissant. - Picon, vicomte d'Andresel, fam. gênoise, essaimée en Limousin et Bretagne : un gantelet tenant une pique. - Piconet : une gerbe et deux oiseaux affrontés. - Picot : fam. bretonne : trois haches. - Piques ou Picques : deux piques en sautoir. - Piquet, échevin : trois pics en pal, trois étoiles en chef. - 0 PARIS. - Picquet, écuyer : une fasce et deux molettes. - Picquet, marchand de bois : une pique en pal et deux sautoirs. Picot, ou Pico de la Mirandole, fam. italienne essaimée en Bretagne : échiqueté. - Picaud, à Versailles, valet de garde-robe du roi : un lion tenant une pique. - Picault, lieutenant à Nemours : une pique en bande. - 0 LYON. - Picon, greffier : un chevron, deux étoiles et un croissant. - 0 BRETAGNE. - Picaud, franchi (15e s.) et Picaud, nob. anc. : fretté, trois trèfles en chef. - Picot : trois haches. - Picquet, déboutés (17 s.), fam. illustrée par La Motte-Picquet ou Picquet de la Motte : trois chevrons et trois lances. - 0 POITOU. - Picot, fam. issue de Jean (15£ s.), dont le baron de Hersogenberg, en Autriche : un chevron et trois falots. - 0 CHAMPAGNE. - Picot : un chevron et trois falots. - 0 TOURAINE. - Picault : trois têtes de coq. - Picault : une tour. - Des Picot, déboutés en Bretagne (17 s.). - En Picardie, Picot attesté (13e s.), Picquet (15 s.). - Picot, fam. anc. de Normandie : une croix ancrée. PICARD, LE PICARD, PICARDET. - Venu de Picardie. - 0 PARIS. - Le Picart, anc. dans la robe : un chevron et trois roses. - Lepicart, fam. dont un épicier et un écuyer : un lion. - Le Picard : deux haches en sautoir et deux merlettes. - Le Picart, procureur : un cœur sommé d'un lis et trois maillets. - Picart de la Chapelle : un lion. - 0 BOURGOGNE. Picardet, anob. (16e s.), fam. dont des marchands, des notaires : une croix. - • BRETAGNE. - Le Picart : une tête de léopard. - Picart, débouté (17e s.) : trois croisettes en fasce. - 0 POITOU. - Picard : trois étoiles et une croix pattée. - • LORRAINE. - Picard, archer des gardes du duc, anob. (16 s.) : un sautoir et quatre besons. - Picard, anob. (16 s.) : un léopard tenant une ancre. - Picard, anob. pour services militaires (16e s.) : une épée en pal. Picquart, chirurgien de la duchesse, anob. (16e s.) : une tête de lion, trois losanges en chef. - 0 ILE-DEFRANCE. - Picard : un chevron, deux gerbes, une croix de Malte, parti à trois hirondelles en 2 et 1. • BOURGOGNE, FRANCHE-COMTÉ. - Picard de Longecombe, avocat au parlement : deux bandes ondées, six piques en pal, dont trois en chef et celle du milieu surmontée d'un croissant. - Picard : une croix ancrée. - Picard, femme de la Croix, écuyer : une licorne rampante. - Picard, prêtre de SaintPierre-de-Louhans : deux piques et un arc. - A Paris, des Le Picart, grands bourg., devenus Phelipeaux, Phélypeaux, alliés aux Cottereau, Du Guesclin. En Picardie, Le Picart, attesté (14 s.). - Le Picart, nob. en Bretagne. PICHAULT, PICHEGRU, PICHET, PICHON, PICHOUD. - Pichegru : pioche-gruau, dans le Jura; Pichon : pigeon, dans le Sud. - • PARIS. - Pichon, anob. (17' s.), ancien épicier : un chevron, deux étoiles et un mouton. - Pichault : une fasce vairée, deux étoiles et une quintefeuille. - Pichonnat, maire d'Etampes : une pioche. - Pichot, à Melun, un chevron à cinq besans, deux étoiles et un croissant. - 0 LYON. - Pichon, bourg. de Lyon : un chevron échiqueté, chef échiqueté. - Picheret, marchand gantier : une bande. - 0 MARSEILLE. - Pichon, trésorier des galères : coupé, deux épées en sautoir, brochantes. - 0 BRETAGNE. - Pichard : deux fasces ondées chargées chacune de trois roses. Pichon : trois coquilles. - Pichot, débouté (17 s.) :

un cygne. - Pichot, débouté (17e s.) : trois trèfles. 0 POITOU. - Pichard : un chevron, deux lions affrontés, deux croisettes et une aigle. - 0 TOURAINE. - Pichereau : un lion et deux roses. - Des Pichon, barons, propriétaires et donateurs de l'hôtel Lauzun à Paris. PIDOU, PIDOUX. - Pis d'oie. - 0 PARIS. - Pidou, chevalier : trois vols. - Pidoux, sgr de la Maduère, à Coulommiers : fretté à trois frettes, losangées. - En Franche-Comté, Pidoux de la Maduère. PIE, PEAU, LAPIE, LA PIE, PIEL, PIENNE, PIOT. - Surnoms : pie; Piet, Piette : pic, hauteur. - 0 PARIS. - La Pie : un loup passant. - Piette, fam. poitevine, écuyers : trois pals. - Piot, avocat : un chevron, deux et un oiseau sur une montagne. - Piot, à Nemours : une bande à la pie. - 0 LYON. - Piot, marchand fabricant : une pie sur un rocher. - Pioton, avocat : un chevron au croissant. - 0 BOURGOGNE. - Piot, anob. (18e s.) par un maire de Langres : un chevron et trois glands. - 0 BRETAGNE. - Piel, nob. anc. : une aigle. - 0 POITOU. - Piet : trois pals. PIED et variantes (Petitpied, etc.). - Surnom très anc.; parfois nom de lieu : pié : puy. - • PARIS. Petitpas : une mer d'où sort une montagne? Piedefer, chevalier : échiqueté. - Petitpied : une bande écotée et deux roses. Fam. distinguée. 0 LYON. - Piegay : un cheval ailé. - a PÉRIGORD. Piedieu : un chevron et trois coquilles. - • POITOU. - Petitpied : une tortue et cinq fusées. - 0 BRETAGNE. - Piedefer : un lion. - Piedelou, nob. anc. : trois pieds de loup. - Piedevache, nob. (15 s.) : trois pieds de vache. - Piederat. noble à Saint-Malo (15 s.). - 0 TOURAINE. - Piédefer, fam. anc. - 0 NORMANDIE. - Piédoux, fam. anc. PIERRE, PEYRE et divers, PIARRON, PIERRET, PIERRON, PIEYRE. - Prénom et ses dérivés; dérivés de pierre, roche; la forme en ey est méridionale; Pierron : oie, dans les Ardennes et en Belgique, Piron dans l'Ouest. - Pierquint : petit Pierre. - a PARIS. - Pierre : une colombe tenant un rameau. Pierrebuffière : un lion. - Pierron, bourg. : un lion. Pierret, maître d'hôtel de l'ambassadeur de Danemark : trois fasces. - Pierre, officier à Dreux : six clés en sautoir, deux à deux. - Peyre : trois flammes et une palme. - 0 LYON. - Pierrefeu, avocat : un chevron, un croissant enflammé et trois étoiles. Pierrefort, marchand de soie de Saint-Étienne : un chevron à la larme. - 0 MARSEILLE. - Pierre, avocat : un rocher et trois étoiles. - 0 BOURGOGNE. Pierre, essaimés à Dijon (17 s.); dont un pâtissier, un tailleur et un notaire; un anob. : une fasce et trois pierres. - 0 ANJOU, TOURAINE. - De Pierres : une croix pattée. - • SUD-OUEST. - Lapeyre, bourg. d'Angoulême et Nontron : échiqueté. - Lapeyre, capitouls de Toulouse : un chevron. - Lapeyre : un chevron, un oeil, deux lions affrontés, un cor de chasse, une grenade brochant sur le cor. - 0 POITOU. - Pierrefiche, ou Péréfixe : un chevron, deux étoiles et une rose. - 0 THIÉRACHE. - Pierquint ou Pierrequint, déb. (16 s.); orig. de Flandre? - • DOUAI. - Piérard : une aigle passante. - a ESPAGNE. - Pierrard, colonel au régiment d'Alcantara, maréchal de camp, ministre espagnol : un chevron, deux molettes, une épée. - 0 LORRAINE. - Pierard, abbé de Marchiennes (16 s.). - A Paris, une célèbre fam. Piarron, venue de Lyon. - En Picardie, Pierkin, Pierrecarde, Pierson attestés au 138 s. et 148 s. - En Bretagne, Pierre (15 s.), déboutés (17 s.). - En Normandie, des Pierrepont, passés en GrandeBretagne. - Dans le Sud-Ouest, Peirenc, fam. bourg., anob. à Paris (18" s.) barons de Châteauneuf, sgr de Grosbois, de Moras. Et des Pierre, Pierrefitte etc. PIFFET. - Fam. d'Amiens, (181 s.) : dont plusieurs musiciens.

PIGACHE, PIGAGE. - Fam. anc. Normandie : une fasce et trois molettes. PIGEON, PIJARD, PIJART, PIJON. - Surnom. 0 PARIS. - Pijard ou Pijart : une fasce et trois fermaux. - Pigeon, maître de la poste aux chevaux : trois pigeons. - Pigeon, curé de Vilmaréchal : un pigeon. - Pijon, procureur à Montereau : une fasce et trois pigeons. - • BRETAGNE. - Pigeon, valet de chambre du roi (16 s.) : trois pigeons. - 0 PÉRIGORD. - Pigeon, bourg. de Bergerac : trois fasces. - Pigeard : un lion. - Pigeard : deux chevrons. PIGNON. - Fam. du Maine, (17' s.), dont les flûtistes Des Coteaux. PILAVOINE, PILON, PILUT, PILLARD, PILLET, PILLOT. - Dérivés de pil; Pilut est méridional. - 0 PARIS. - Pilavoine : un chevron, une étoile et trois épis. - Pillard, contrôleur sur le foin : un F et un P entrelacés. - Pillaut : un chevron et trois quintefeuilles. - Pillet, huissier : un mortier et son pilon. Pillet, marchand : une croix et trois annelets. - Pilliard, mouleur de bois : trois flèches en fasce et une colombe. - Pilon ou Pillon : les armes de ChaloSaint-Mars (voir Chartier, Boucher). - Pillot : un chevron, deux trèfles et un croissant soutenant un croissant plus petit. - Pilard, à Provins : cinq macles. - Pillot, à Mantes : un navire voguant. - Le Pileur, fam. de robe. - 0 LYON. - Pillet, marchand, bourg. de Lyon : un chapeau et trois bonnets d'albanais. Pillot, bourg. de Lyon : deux pilots en sautoir et trois coquerelles. - Pilote : trois palmes. - • BRETAGNE. Pillet : trois javelots en pal et une colombe. - 0 BOURGOGNE. - Pillot (15 s.), notables anob. : un coq et une étoile. - En Franche-Comté et Bourgogne, Pillot, chevalier (13e s.), fam. dont les Pillot de Coligny-Châtillon et les marquis de PillotChantrans (18 s.). - En Bretagne, Pillais, anob. (151 s.) - En Savoie, Piliet-WilJ, comtes sardes. PINARD, PINASSEAU, PINE, PINEAU, PINETON, PINETTE, PINON, PINOT, PINOTEAU. - Surnoms, et dérivés de pin, pinède, etc. - 0 PARIS. - Pinette de Charmoy : une croix ancrée, un croissant en cœur. - Pineton de Chambrun, d'Auvergne : trois pommes de pin. - Pin, bourg. de Paris : un chevron et trois pommes de pin. - Pinaud : un chevron et trois pommes de pin. - Pinault : deux pommes de pin et une colombe. - Pinet, caissier : une fasce et trois pins. - Pinard, à Vézelay : un chevron, deux étoiles et un pin. - Pinart, à Meaux : un Xet un P, et quatre croisettes. - Pinon, fam. considérable du Parlement; vicomtes de Quincy au 1711 s. - 0 LYON. - Pinard, du logis de la fontaine Saint-Mathieu, à la Guillotière : un chevron à la pomme de pin. - Pinardy marchand : un bras tenant en sa main un arc, derrière un pin, un croissant sous une couronne, et deux nuées. - Pinet, pâtissier : un pin et trois étoiles. Pinon : trois pins en fasce, surmontés d'une aigle. 0 MARSEILLE. - Pine : une ancre surmontée d'un croissant. - 0 BRETAGNE. - Pinart, dès le 13" s. : fascé, chef à la pomme de pin. - Pinel, nob. anc. un débouté (17 s.) : trois pommes de pin. - Pinot (1 51 s.) : un sautoir et trois marmites. - A Paris, des Pineau, venus de Poitou, anob. (17e s.); barons de Lucé au Maine. - En Bretagne, Pineau, ou Pinault, anob. (171 s.). PINGON. - Maison nob. Provence et Savoie : une fasce.PINSON, PINCZON, PISON, PINSONNEAU. Surnom. - 0 PARIS. - Pison, bourg. de Paris ; trois cosses de pois mal ordonnées. - Pinson, conseiller : une fasce sommée d'un oiseau. - Pinson, contrôleur des gardes-françaises : un chevron, deux étoiles et une hure de sanglier. - Pinsonneau : un dragon ailé, tête contournée. - Pinsson, avocat : trois fusées en fasce, chef échiqueté. - 0 BRETAGNE. -

Pinczon, pour Pinson (écriture, tellement plus chic!). Un anob. 1476; dont les Pinson du Sel. : croix ancrée et quatre merlettes. - Devise : Passe-moi le sel. - 0 AUVERGNE. - Des Pinczon sans sel? En Berri, Pinson, professeur de droit à Bourges, père d'un avocat à Paris (17" s.). - En Anjou, les frères Pison, Pizon, ou Pinson, mariniers, auraient confirmé à Christophe Colomb l'existence des Antilles! PIOCHARD. - 0 BOURGOGNE. - Piochard, fam. des plus anc. de la ville de Joigny. PION, PIOT, PYOT. - • PARIS, 1469. - Jean Pyot, pourpointier, compagnon du Tour de France. Fam. notable Piot, en Bourgogne, alliance : Doublet de Persan; fam. Pion. - 0 BORDEAUX. - Fam. Piou. 0 PARIS. - Pion, banquier ; une croix patriarcale, chargée d'un écusson portant un P, et une étoile. Pio de l'Isle, secrétaire : un demi-vol. PIQUET. - Fam. anc. Picardie. PIRON, PIRET, PIRETOUY, PIROT. - Oie, ou foie, ou foie d'oie. - 0 PARIS. - Piretouy, bourg. de Paris : un pélican, un croissant et deux étoiles en chef. - Pirot : un chevron, deux étoiles et un croissant. - Pirou, valet de garde-robe du roi : une pie et une roue. - 0 BRETAGNE. - Piron; anc. : trois fasces et dix molettes. - Moderne : une fasce, trois fleurs de lis et trois coquilles. - En Picardie, Piroy, attesté (141 s.), Pirart (15 s.). PISANI. - Fam. anc. Provence. PITOIS. - Fam. anc. Nivernais et Bourgogne. PLACE, LAPLACE, PLANCHE, LAPLANCHE, DELAPLANCHE. - Nom de lieu en Normandie et Picardie; en Auvergne : planche. - 0 PARIS. - La Place, avocat : un chevron et trois cœurs renversés. - La Planche : un chevron et un lion, trois merlettes en chef. - Plançon, à Sentis : un chevron et un soleil, un arbre. - 0 LYON. - Laplace, médecin à Montbrison : une bande ondée à une étoile. - 0 SENLIS. - La Place (14e s.) : une fasce et trois merlettes. - En Anjou, La Planche, anc. nob. En Bretagne, La Place débouté (17 s.); La Planche, issus des vicomtes de Saint-Denoual, dont l'anc. nom était Rouxel. - 0 BEAUCE. - Delaplanche, fam. anc. PLANTAGENET. - Fam. descendant peut-être des comtes dAnjou, depuis rois d'Angleterre. PLUSBEL. - e CHAMPAGNE. - Plusbel, fam. nob. de Langres et distinguée dans la Robe. POHER. - Nom de lieu (Bretagne). - Les comtes de Poher sont un rameau de la maison de Cornouailles. POILLOU. - Anc. fam. nob. de Beauce. POINCARÉ. - Déformation de Poingcarré homme fort. - Poingcarré, secrétaire d'Isabeau de Bavière. POINT. - Dérivé de Pons, prénom; nom de Bourgogne et Franche-Comté. POIRIER. - • PARIS. - Poirier, médecin : un poirier. - Poirier, avocat : un chevron, deux étoiles et un poirier. - • LYON. - Poyrié, fourbisseur : un chevron et trois poires. - 0 NORMANDIE. - Poirier, ou Poirrier : un chevron, trois étoiles et un croissant. - En Bretagne, un du Poirier, débouté (17 s.). POISIEUX. - Anc. fam. du Dauphiné. POISSON. - Surnom. - 0 PARIS. - Poisson, avocat : un cor de chasse et un brochet. - Poisson, bourg. de Paris : un chevron, un poisson, trois molettes en chef. - Poisson, chapelain de la duchesse de Bourgogne. - Poisson, charpentier, Poisson, comédien du roi, Poisson procureur, écuyers, et Poisson chevalier : des poissons ou des dauphins. - 0 LYON. - Poissonneau, perruquier : une rivière à trois poissons et trois têtes de pucelles. - • MAINE, ANJOU. - Poisson, alliés aux Luppé : un dauphin et trois coquilles. - A Paris, la marquise

de Pompadour, fille d'écuyer; son frère F. Poisson, marquis de Marigny, protecteur des Arts. - En Picardie, Poisson attesté (13" s.) et Poissonnet (14e s.). POITIER, PETAVIN, PEYTAVY, POITEVIN, POITIERS, POTHOVIN. - Venu du Poitou; Peytavy est méridional. - 0 PARIS. - Petevin : un épi soutenu d'un croissant. - Poitevin, chevalier, sgr de plusieurs lieux : six besans. - Poitier : un chevron, deux étoiles et un arbre avec un oiseau. - Poittevin : tranché, une fasce de l'un en l'autre de Poitiers, à Versailles : burelé, bande brochante. - Pothovin, procureur : les armes de Chalo-Saint-Mars (voir Chartier, Boucher). - 0 BRETAGNE. - Poitevin, Le Pitevin : trois losanges. - 0 POITOU. - Poitevin : trois haches. - Poitevin : une aigle. - Poitier : six besans. - 0 NORMANDIE. - Poitevin, Poictevin, fam. anc. : un croissant et trois raisins. POIVRE, PEUVRET, PEUVRIER, POIVERON, LE POIVRE. - Surnom de marchand de poivre; nom de lieu (Aube). - 0 PARIS. - Poiveron, avocat : trois fleurs de grenade. - Peuvret : une bande et trois tourteaux. - Le Poivre, à Sens : une poivrière. - 0 LYON. - Le Poivre, avocat : une bande à trois croisettes. - A Paris, Peuvrier, attesté (13e s.). - En Picardie, Poivre et Le Poivre, attestés (14 s.). POLASTRON. - Anc. nob. Languedoc. POLIGNAC. - Nom de lieu. Maison éteinte depuis le 158 s. Les Polignac ultérieurs sont des Chalencon (v. ce nom). POMME, POMMEREU, LA POMMERAIE, POMMIER, POMMYER. - Noms de lieu tirés de pomme. Pommier : confusion possible avec Paumier. - 0 PARIS. - Pommeret, officier : une fasce, une colombe, deux étoiles et un croissant. - La Pomme : un pin, trois pommes et un lion. - 0 LYON. - De Pomey, bourg. un pommier, un serpent, deux étoiles et un croissant. - Pommier, bourg. de Lyon : un pommier et un agneau pascal. - • ARLES. Pomme, médecin (181 s.), et Pomme, maire d'Arles : trois pommes. - 0 BRETAGNE. - de la Pommeraye, nob. anc. : trois pommes. - Pommeret, débouté (17e s.) : un pommier et deux hermines. - 0 NORMANDIE. - Pommereul : un chevron et trois molettes. - A Paris, fam. Pommyer, venue du Maine; M de Maison-Rouge, née Pommier; Pommereu, venus de Soissons. bourg. de Paris, anob. (16" s.), alliés aux Boutet, Miron, Aligre; marquis de Ricey. - En Lorraine, des Poma, venus de Phalsbourg (.18" s.). - En Bretagne, Pommerit. anob. (15" s.). - En Picardie, Pommier, attesté (14e s.). POMPADOUR, POMPIDOU. - Nom de lieu : en Lozère, signifie : palier. POMPON.- Surnom. - Fam. bourguignonne. PONCE, POINT, POINTE, PONCELET, PONCET, PONCHELET, PONCHER, PONCHON, PONS, PONT, DEPONT, PONTAULT. - Pons, prénom; Ponchelet : petit pont (Ardennes); Depont : voir Dupont. - • PARIS. - Poncelet, mouleur de bois : un pont et une gerbe. - Ponchon, avocat : un chevron à trois coquilles et trois étoiles. - Pontault, bourg. de Paris : trois croissants. - Ponthon : une mer en fasce ondée. - Pontis, ou Puntis : un pont à deux arches. - Ponceau, marchand à Sens : une ancre, une rame posée en fasce brochante. - Poncerot, à Versailles : un chevron et trois comètes. Poncy, à Sens : un chevron; deux perdrix et un chien. - Poinsot (18 s.) : une tête de cheval. - Poncher; nom des plus anciens et illustres de la Robe à Paris. - 0 LYON. - Poncet, bourg. : un lion. Ponchon, bourg. de Lyon : un chevron à trois coquilles et trois étoiles. - Pons, avocat, à Paris : un paon. - Ponthon : un chevron à la rose. - • MAR-

SEILLE. - Pons, marchand chaussetier : un pont et trois étoiles. - Pons, hôte du logis de SaintMalo : un pont et un sautoir. - Ponsin, commissaire des galères : un chevron et un poussin. Ponsoie, bourg. : un pont de trois arches. - 0 POITOU, CHARENTES. - Pontenier : trois ponts de trois arches. - Ponthieux : écartelé. - • HAINAUT. Poncelet : trois losanges (19 s.). - 0 FRANCHECOMTÉ. - Poncelin, conseiller 6 Dole (18 s.) : trois fasces. - En Flandre, Artois, Hainaut, Pontville, depuis le 168 s. - A Paris, Poncet, bourg de Paris, drapiers; fam. très anc., dont les Poncet de la Rivière, comtes d'Albi, barons de Presles, un archevêque. - AParis, fam. de Pont, bourg. de La Rochelle au Moyen Age, venus à Paris. - En Provence, les Pontevès, marquis de Giens (17e s.), ducs de Sabran-Pontevès (1815), noblesse très anc. PORCELET, PORCHER, PORCHERON. - Métier. 0 PARIS. - Porcher, sgr de Condé : trois hures de sanglier. - Porcheron, chevalier, fam. poitevine : un chevron, deux hures et un porc-épic. - Porcheron, procureur : un héron. - Porchery, écuyer : deux chevrons et trois étoiles. - Porchon, vendeur de foin : un chêne accosté de deux sangliers. - Porchon, avocat : fretté, une hure en chef. - 0 LYON. - Porcheron, marchand de soie : un pélican. - 0 POITOU. - Porcheron : un chevron, deux hures et un porcépic. - 0 NORMANDIE. - Porcher, ou Le Porcher : deux fasces. - Le Porc (15e s.); barons de Pordic, et de Vezins en Anjou; un croisé (12e s.); alliés aux Rohan, La Tour-Landry : un sanglier furieux. - 0 FRANCHE-COMTÉ. - Pourcheresse, fam. de maîtres de postes à Saint-Witt; un anob. (18e s.). - En Picardie, Porchelet, ou Pourchelet attesté (13 s.). 0 ARLES. - Issue des anciens rois d'Arles, et essaimée vers le Nord de la France, fam. Porcelet, dont les marquis des Porcelets. Alliances ; Bonvalot, etc. PORT, PORTAIL, PORTAL, PORTALIS, PORTANIER, DUPORT, PORTE, PORTIER, LA PORTE, POURTALES, DELAPORTE. - Noms de lieux : Pourtales (Languedoc); Portalis (Jura); Portal (Midi). - 0 PARIS. - Laporte : un croissant à cinq hermines. - Laporte : un croissant et une tête de lion. Laporte : trois tours. - Portail, issus d'un premier chirurgien d'Henri IV, une branche anôb. (17e s.); alliés aux Le Nain, Riquet : semé de fleurs de lis et une vache brochante; ou : trois roses. - Portal, chirurgien : un chevron, deux roses et un lion. - Porteau, valet de chambre du roi : fascé, une ancre brochante. - Duport ; un pal. - Delaporte : très anc. fam. - a LYON. - Portanier, bourg. de Lyon : un portail et trois têtes de bélier. - La Porte, chevalier : un château, porte ouverte. - Du Port, marchands : un pal. - • BRETAGNE. - Portais : un chevron, deux roses et une aigle. - Porter, venu d'Irlande : trois cloches, franc canton d'hermine. - 0 NORMANDIE. - Du Portail : trois têtes de léopard. - AParis, deux fam. Laporte, anc. de la Porte, l'une anob. dont un valet de chambre d'Anne d'Autriche; l'autre, bourg. apothicaires et chirurgiens, anob. (17 s.), alliée aux Le Fèvre Caumartin. - Dans l'Ouest, de la Porte, ducs de la Meilleraye (17 s.). - En Bretagne, plusieurs de la Porte, nob. ou non. - 0 FRANCHECOMTÉ. - Duport, fam. venue de Savoie : trois pals fasce brochante. - • BOURGOGNE et SAVOIE. Portier, fam. anc. et considérable. POSCHET.- Fam. nob. orig. d'Allemagne. ' POT, LEPOT. - Diminutif de Philippe, Philipot. e PARIS. - Pot, illustre maison féodale, vicomtes de Bridiers, marquis de Rhodes : une fasce (les cadets ajoutent un lambel). - Lepot, bourg. de Paris, éperonnier : un pot, une foi, un soleil et une lune.

POTEL, POSTEL. - Diminutif de Philipot. - 0 PARIS. - Potel : trois colonnes, trois colonnes en chef. - • NORMANDIE.- Postel, fam. anc. POTIER, LEPOTIER. - Métier. - • PARIS. - Potier, fam. considérable issue d'un porte-faix aux Halles (15* s.); plusieurs branches anob.; ducs de Tresmes et de Gesvres : deux mains dextres, franc-quartier échiqueté. - Potier, receveur d'Arqués ; une fasce, trois roses et une étoile. - Potier, sieur de Fougeray : un chevron, deux molettes et une rose. - Potier, écuyer : un lion regardant le soleil. - Potier, bourg. de Paris : un pot rempli de trois lis, trois étoiles, deux flammes et un croissant. - Le Pottier, président à Dunkerque : un pot. - 0 LYON. - Potier, notaire : une fasce à trois pots, une colombe et une foi. - 0 BOURGOGNE. - Potier, voituriers par eau à Auxonne, dont deux branches anob. : une fasce, trois étoiles et un croissant. - 0 NORMANDIE. Potier, de Courcy : une fasce et trois croisettes. - 0 BRETAGNE. - Potier, déboutés (17* s.) : une fasce à trois roues et six pots. - 0 POITOU. - Potier : un chevron et trois pots. - En Picardie, Potier attesté (14' s.). POTIN, POTHIN. - Prénom (saint Potin, évêque de Lyon). - Potin, attesté en Picardie (15 s.). - 0 NORMANDIE. - Potin, fam. anc. : une fasce et six merlettes. POTILLON. - Fam. bourguignonne, bourg. : un anob. (171 s.). POTIRON. - Sobriquet. - Fam. bretonne, bourg. sieurs de Boisfleury. POTU, POTHUAU, POTOT. - De pattu : homme à grands pieds; potu, en Savoie. - • PARIS. Patu : un chevron et trois pigeons. - • LYON. Potot, médecin : un croissant enflammé et une étoile. POUBELLE. - Matronyme; sobriquet? - Peu belle (131 s.) ou bien : Puy Belle? - Fam. bourguignonne, dont un préfet de Paris. POUDEVIGNE. - Nom de lieu : puy de vigne; nom méridional. POUET, POUTE, PUTEL, PUTHOMME, PUTIN. Puthomme : qui pue; Putel, en Normandie. - • PARIS. - Puthomme : deux serpents entortillés. Poute, fam. noble, marquis de Nieul, de Puybaudet, alliée aux Feydeau. POUGET.- Maison ancienne du Quercy. POUILLARD, POUILLOU, POUILLOT, POUILLY. - Dérivés de pouilleux : en Anjou : passereau; Pouilly : lieu. - 0 PARIS. - Pouilly, mouleur de bois : un pal. - Pouillau, à Versailles, enseigne des CentSuisses : un chevron surmonté d'une étoile, deux étoiles et un croissant. - Pouillot, prévôt à Houdan : deux fasces ondées, trois croissants, trois grelots et trois annelets. - • POITOU. - Pouilhaut : échiqueté. POULAIN, POULIN, POULLIN. - Surnom. - 0 PARIS. - Poullain : un chevron à cinq tourteaux, deux molettes et un souci. - 0 ANJOU. - Poullain : un sautoir chargé d'un cœur. - 0 BRETAGNE. Poullain : trois feuilles de houx, chef à la croix dentelée. POULARD, POULET, POULETIER, POULLET, POULTIER. - Surnom. - 0 PARIS. - Poullet, alliés aux Huguet : un sautoir et quatre aiglons. - Poulletier, fam. normande : une fasce, trois poules et un lion léopardé. - Poulart, à Versailles : deux lions affrontés et trois étoiles. - 0 BRETAGNE. - Poulard (14 s.) : une rose, un écartelé. - • PICARDIE. Poulet, à Sentis : une fasce, trois poulets passant dessus et un croissant en chef. - Famille d'Ile-deFrance et de Picardie, remontant à Poultier (15 s.); nombreuse descendance, dont un argentier de l'hôtel de ville d'Abbeville (16 s.), dont les Poultier

de Verneuil, dont un gendarme de la garde (18* s.) : un chevron et trois poulets. POUPARD, POUPART. - Surnom. - Enfant. - Nom illustré par les Poupart de Neuflize, banquiers, anob. à condition qu'ils continuent à fabriquer du drap (18 s.). POUPET.- Fam. anc. de Bourgogne. POURRA, POURRAT, POURRECH. - Surnom : poireau. Pourrech est gascon. - 0 PARIS. - Pourat, avocat : un chevron et trois pieds d'aigle, trois molettes en chef. - Pouret, médecin de Monsieur : trois roses sur une terrasse et un soleil. - 0 LYON. Pourrat, ou Pourra : un pont d'une arche, sur une champagne ondée, et un rat d'eau nageant. POUSSEMOTHE.- Fam. anc. (161 s.) du Béarn. POYA, POYET. - Nom de lieu : petit puy. - 0 PARIS. - Poya, agent de change : coupé par une fasce. - • LYON. - Poyet : un chevron chargé d'un croissant. - • BRETAGNE, ANJOU. - Poyet : trois colonnes. POZET, POUSIN, POSSI, POSSO, DELPOZZO, POZZI. - Puy; Pozzo, Pozzi, en Corse et Italie. • PARIS. - Delpozzo du Puys, avocat : un puits et deux dragons affrontés, queues en sautoir. - Pozzo di Borgo, venus de Ligurie (ducs 1852). 198 s. : célèbre docteur Pozzi. PRACHE.- Nom de lieu, de perrache. PRAT, PRADEAU, PRADEL, PRADET, DELPRAT, DESPRAT, DUPRAT, LAPRADE. - Nom de lieu, méridional : pré. - • PARIS. - Duprat, venus d'Auvergne, bourg. depuis 1400, alliés aux Rouvroy-SaintSimon, Séguier, Faudoas, Montesson, Colbert : une fasce et trois trèfles. - Pradé : un chevron brisé, deux molettes et un houx. - 0 LYON. - Pradel : un carreau et un léopard en chef. - Pradal, bourg. de Lyon : un chevron, deux hermines, un agneau. - e MARSEILLE. - Prat, consul des villes de Tétuan et Salé au Maroc : coupé trois cyprès en pal : un lion passant. - Desprat : un chevron, deux cyprès posés en chevron et un lion. - • LIMOUSIN. - Pradel, bourg. de Brive et d'Uzerche, dont les Pradel de Lamaze : un lion léopardé, trois billettes en chef. 0 FRANCHE-COMTE. - Fam. de Pra, depuis le 138 s. : une bande et deux huchets, fasce et trois annelets (à Dijon). - • FLANDRE.- De Prat, de Prats, Van Prat, ou Van Praet, fam. dont un bourgmestre de Bruges et un ambassadeur de Charles Quint : un sautoir. PREAUDEAU.- VoirDupré. PRÉGENT, PRÉJEAN, PRIGENT. - Prénom. 0 BRETAGNE. - Prigent, ou Prégent, en Léon (15 s.) : une fasce et trois grelots. - Prigent, à Tréguier : un croissant et trois tourteaux. - Ptigent : un épervier sur un rocher, un croissant et trois étoiles. Prigent ou Prégent (15 s.) : trois fleurs de lis au pied nourri. - Prigent débouté (17 s.) : un chevron brisé et trois pommes de pin. - Prigent : trois étoiles. - Prigent : un lion couronné. PRESTRE, LEPRESTRE, LEPRESTRE.- Surnom. • PARIS. - Le Prestre, sgr de Vauban : un chevron et trois trèfles. Le Prêtre, procureur : trois chandeliers. - 0 LYON.- Leprestre, receveur à Condrieu : un chevron, deux besans et une couronne. - • BRETAGNE. - Le Prestre : parti, un croissant brochant. - A Paris, fam. Le Prestre, de nob. chevaleresque bretonne. PRÉVOT, PRÉVOST, LE PRÉVOST. - Surnom; peut aussi désigner ceux qui ont tenu cette charge héréditaire. - e PARIS. - Prévost, marchand de chevaux : un cheval. - Prévost, procureur : un phénix sur son bûcher. - Prévost, écuyer, d'une fam. bourg. de Blois (15 s.), devint à Paris Prévost de Saint-Cyr, dont un anob., alliée aux Brachet, Camus, Amelot, Potier : un chevron renversé, une molette et une

aigle. - Prévost : échiqueté, un chef, et bordure engrelée. - Prévost, maître ordinaire à la Chambre des Comptes : trois flèches, chef à la croix ancrée. Prévost, bourg. de Paris : une bande chargée de trois pots, écartelé de trois chevrons, un écusson sur le tout. - Prévost, marchand, bourg. de Paris : une balance et deux étoiles. - Prévost, bourg. de Paris : trois aigles. - Prévost, bourg. de Paris : un lion passant. - Prévost, bourg. de Paris : un sautoir cantonné de quatre têtes de maures. - Prévost, écuyer : écartelé : trois merlettes; trois coquilles. - Prévost, agent de change; tierce : un croissant, trois étoiles, une sirène. - 0 PARIS. - Le Prévost, auditeur des comptes ; écartelé : trois mérlettes; trois coquilles. Le Prévost, bourg. de Paris, entrepreheur du canal d'Orléans : une fasce dentelée, dentelure arrondie, et trois mains droites. - * LYON. - Prévost, contrôleur : un chevron èhàrgé d'une coquille. - • BERRY.Prévost, bourg. et marchand : trois aiglettes. - 0 PÉRIGORD. - Prévost (14e s.) : trois bandes. - 0 POITOU. - Provost, ou Prévost : trois hures de sanglier. - 0 BRETAGNE. - Prévost, anc. fam. noble (15 s.), déboutée (17 s.) un sautoir dentelé, cantonné de quatre têtes de maures. - Prévost, ou Le Prévost : trois quintefeuilles. - Prévost : échiqu'eté. - Prévost : une croix cantonnée de quatre macles et, sur le tout, une étoile. - Prévost : un lion léopardé. - Prévost : venus de Paris : tiercé : un croissant, trois étoiles, une sirène. - Dans le SudOuest, Prévot est le nom des Sansac, qu'Henri IV prisait tant qu'il disait : «Je ne connais pour gentilhommes que N..., Prévôst-Sansac et moi. »- Prévost est le nom de la famille dite de la Provoté. - 0 NORMANDIE. - Prévost, Le Prévost, fam. anc. trois blasons : A: trois soleils; B: trois têtes de lion; C: un cerf passant. PRIEU, PRIEUR, PRIOU. - Surnom : Priou est méridional. - 0 PARIS. - Prieur, procureur : un chevron, trois croix ancrées et une étoile. - Prieur, notairè : un pal et six coquilles. - Prieur, tireur d'or : une bande à l'écrevisse et six annelets. - Priou : deux canes en fasce. - Le Prieur, bourg. de Paris : une bande au bourdon de pèlerin. - • BRETAGNE. Prioul : un cygne. - Priour : une fasce, trois coquilles et un trèfle. - En Bretagne, des Priou, notables (17 s. et 188 s.). - 0 NORMANDIE. - Prieur, fam. anc. : une clef tortillée d'un serpent. PRINCE, LEPRINCE. - Surnom. - 0 PARIS. - Le Prince : cinq fasces. - Leprince : deux nœuds de cordelière. - 0 BRETAGNE. - Le Prince : six coquilles. - Le Prince : trois fleurs de lis. PRIVAS, PRIVAT, PRIVÉ. - Privat : prénom, dans le Midi. - 0 LYON. - Privat, conseiller : un sautoir écoté. - • PROVENCE. - Privat, ou Privast, essaimés en Bretagne, nobles (17 s.), une croix et quatre guivres. - • BRETAGNE. - Privé : un lion. PROTAIS, PROTAT. - Prénom. - 0 PARIS. - Prota, ou Protat : une fasce et trois cors de chasse. PROUST, PROST, PROU, PROUSET, PROUSTIN, PROUSTEAU, PROVOST, PROVOT, LE PROVOT. Surnom dialectal : prévôt. - Proust, jadis prononcé Prou, en Perche, pays de Loire; Dunois; Provot, Provost, en Savoie; Prost, en Bourgogne, Jura et Lyonnais. - 0 PARIS. - Le Proust, architecte : deux tours et une aigle soutenue d'une étoile. - Prost, écuyer ; un chevron, croissant et deux étoiles. Proust, lieutenant civil et criminel, tourangeau : deux colombes et un lion. - Proust, avocat : un chevron, trois étoiles et un lévrier. - Provost, chevalier du Saint-Sépulcre : deux épées en sautoir et quatre lions. - Proust, à Beauvais, écuyer, sgr de Bertecourt : deux lions affrontés. - Prouteau, à Vézelay : coupé : trois losanges; cinq pals. - 0 LYON. - Prost, écuyer : un lion, fasce brochante. - Prost, écuyer :

deux chevrons, deux étoiles en chef. - Prost, bourg. : un chevron, un croissant et trois étoiles en chef. Prost, marchand : un chevron, un lion et deux étoiles en chef. - 0 TOURAINE. - Proust (16e s.) : deux colombes et un lion. - 0 ANJOU, NANTES. - Proust : une tête d'aigle. - 0 POITOU. - Proust ou Proux : un lion, un croissant et deux étoiles en chef. - 0 LILLE. - Le Provost : un lion (14 s.) - Prouvost, juge : un sautoir et deux roues (14e s.). - En Flandre et Artois, Pruvost, depuis le 168 s., fam. dont un bailli et échevin de Lilles (17 s.) et Jean, guillotiné sous la Terreur. - En Picardie, Pruvost, attesté (14 s.). - Les Proust, paysans et petits commerçants à Illiers, fam. dont Marcel Proust. PROUVAIRE, PROUVÈRE. - Prêtre : nom d'Orléanais et Champagne. PROVENCAL, PROVENSAL. - • PROVENCE. Provencal, fam. anc. de Tarascon : trois branches de corail. PRUNELE. - Maison nob. de Beauce. PRUNIER. - Fam. anc. du Dauphiné; all. Simiane. PUCEL, PUCELLE. - Surnom. A Paris, Pucelle, fam. bourg. alliée aux Talon, Catinat, Gallifet, Bidal; originaire de Bas-Poitou.

PUECH, DELPUECH. - Nom de lieu : puy, aire. Pech, en Languedoc ainsi que Puch, Peuch; Pey, en Provence; Pié, dans la région de Nîmes, Avignon; Puch et Delpuch, à Mont-de-Marsan. - Languedoc : Delpuech, anc. nob., (171 s.) : un château de trois tours. - (19e s.) Delpech, député (Vaucluse); Delpeuch (Tuile?). Cf. Pech. PUGET, DUPUGET. - • PROVENCE.- Puget, fam. anc. de Brignoles : une vache passante, une étoile entre les cornes. - 0 BRESSE. - Dupuget, fam. anc. PUJOLS. - Fam. anc. de Beaucaire, en BasLanguedoc. PUVIS. - Famille du Lyonnais. PUY. - 0 BERRY. - Puy, deux fam. anc. : 1) échiqueté; 2) un lion. PY, DELPY, DELPIT. - Signifient : pin, du pin : nom du Sud, Sud-Ouest. - 0 PARIS. - Delpy, avocat : un pin, un soleil et six étoiles. - 0 LYON. Dupy, tireur d'or : trois coquilles. - 0 PÉRIGORD. Delpy, bourg. : un palmier et un cerf, et trois étoiles en chef. -