Correspondance VII 2251010432, 2251110437

Cicéron (106-43 avant J.-C.) fut l’un des plus brillants avocats de l’Antiquité, « le premier avocat de l’idée d’humanit

760 98 96MB

French Pages [508] Year 1980

Report DMCA / Copyright

DOWNLOAD FILE

Polecaj historie

Correspondance VII
 2251010432, 2251110437

Citation preview

CICÉRON CORRESPONDANCE TOME VII

Il

a été tiré de cet ouvrage

200 exemplaires sur papier pur fil Lafuma numérotés de 1 à 200.

COLLECTION DES UNIVERSITÉS DE FRANCE publiée sous le patronage de l’ASSOCIΛΤΙΟΝ GUILLAUME BUDÊ

CICÉRON CORRESPONDANCE TOME VII

TEXTE ÉTABLI, TRADUIT ET ANNOTÉ

PAR

Jean BEAUJEU Professeur ù ^Université de Paris-Sorbonne Ouvrage publié avec le concours du Centre National des Lettres

PARIS SOCIÉTÉ D’ÉDITION « LES BELLES LETTRES » 95, BOULEVARD RASPAIL

1980

Conformément aux statuts de VAssociation Guillaume Budé, ce volume a été soumis à I'approbation de la com­ mission technique, qui a chargé M. Paul Jal d'en faire la révision et d'en surveiller la correction en collaboration avec M. J. Beaujeu.

La loi du 11 mars 1957 n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une part, que les « copies ou reproductions stricte­ ment réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utili­ sation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représenta­ tion ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consente­ ment de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les ar­ ticles 425 et suivants du Code pénal.

(A Société d’édition « Les Belles Lettres », Paris, 1980. ISBN 2-251-01043-2 cartonné 2-251-11043-7 relié

SIGLA

EPISTVLAE AD FAMILIARES

Libri I-VIII Codices italici.

M ---- cod. Mediceus, 49, 9, saec. IX/X. M1 — manus prima. — Ma = correctiones inlatae per saec. X-XII. — M3 = correctiones inlatae post apographum P (cod. Med. 49, 7) a. 1392 scriptum. — Mc°rr --- correctiones incertae manus. Codices transalpini.

G — cod. Harleianus 2773, saec. XII. R — cod. Parisinus 17812, saec. XII.

ω ---- consensus codd. M, GR.

T — folium palimpsesti Taurinensis (ad VI, 9-10), saec. VI. ς ---- codices recentiores editionesue ueteres. Libri IX-XVI Codices italici.

M — cod. Mediceus, 49, 9, saec. IX/X. Codices transalpini.

V D H F

— — ---—

cod. Parisinus 14761, saec. XV. cod. Palatinus 598, saec. XV. cod. Harleianus 2682, saec. XI. cod. Berolinensis lat. fol. 252, saec. XII/XIII.

ψ — consensus codd. Μ, V D H (F).

L — fragmentum Heilbronnense (ad XII, 19-23), saec. XII. ς — codices recentiores editionesue ueteres.

8

SIGLA EPISTVLAE AD ATTICVM

Codices italici. M

— cod. Mediceus 49, 18, a. 1393. M1 — manus prima. — M2 — correctiones Golucci Sa­ lutati. — M3 = correctiones Nicolai Nicoli. — — correctiones Leonardi Arretini. — jfcorr — correc­ tiones incertae manus.

Horum codicum lectiones minus saepe protulimus : b — cod. Berolinensis 168, saec. XV. d — cod. Laurentianus 217, saec. XV. m — cod. Berolinensis 166, a. 1408. s — cod. Urbinas 322, saec. XV. G — cod. Parisinus lat. 16248, saec. XIV/XV (cf. Introd., t. I, p. 33).

Δ — consensus codd. M b d m s. (Δ) — consensus codd. M et trium ex aliis supra dictis. E R P

— cod. Ambrosianus E 14 inf., saec. XIV. — cod. Parisinus 8538, a. 1419. — cod. Parisinus 8536, saec. XV.

Huius codicis lectiones minus saepe protulimus : 0 — cod. Taurinensis lat. 495, saec. XV. Σ — consensus codd.

E, RPO.

Ω — consensus codicum italicorum. Codices transalpini.

---- cod. Tornesianus. Hunc codicem ex annotationibus Lambini (Zla) et Bosii (Zb) cognouimus. Cum post ali­ quam lectionem Z inscribitur, eo significatur et Lambinum et Bosium eam lectionem ex Z attulisse. Cr.m — lectiones in margine editionis Cratandrinae ascrip­ tae.

Z

:

SIGLA

9

Editiones.

>

ed. ed. ed. ed.

Iens. Rom. Asc.2 Crat.

--------------

ed. ed. ed. ed.

lensoniana princeps. Venetiis, 1470. Romana princeps. Romae, 1470. Ascensiana altera. Parisiis, 1522. Gratandrina. Basileae, 1528.

— consensus earum iiii ueterum editionum. Consen­ sum ed. Asc.2 et ed. Crat., cum hanc ex illa originem duxisse constaret, non notauimus. (uett.) --- consensus earumdem praeter unam.

uett.

--- lectiones ex uetere quodam codice (Z?) sumptae atque in margine editionis Lambinianae posterioris (a. 1572) positae. La.m ----- lectiones ex aliis codd. sumptae uel correctiones in margine editionis Lambinianae posterioris positae. La.c

CONSPECTVS EDITIONVM ET ADNOTATIONVM

Aldus ---- ed. Aldus Manutius (Epp. ad Fam.), Venise, 1522. Andresen --- G. Andresen, in ed. F. Hofmann (Ausgewdhlte Briefe), t. II3, Berlin, 1895. B ai ter — ed. I. G. Baiter-G. L. Kayser (Opera omnia), Zu­ rich, 1860-1869 (ed. stereot.). Benedictus — ed. T. F. Benedictus {Epp, ad Fam.), Leipzig, 1790. Bengel. = ed. I. A. Bengelius (Epp. ad Fam.), Stuttgart, 1719. Bertotti — ed. T. Bertotti (Epp. ad Fam., L. XVI), Milan, 1968. Boot — J. G. G. Boot, Observationes criticae ad M. T. G. epis­ tolas, Amsterdam, 1880. Bosius — ed. S. Bosius (Epp. ad Att.), Limoges, 1580. Godet — G. G. Godet, De locis quibusdam in epp. Cic. ad Fam. et ad Att., in Mnemosyne, VIII, 1880, p. 182 sqq. Corradus — S. Corradus, in ed. Epp. ad Fam., Bâle, 1540 ; ed. Epp. ad Att., Venise, 1544. Gratander — ed. A. Cratander (Epp. omnes), Bâle, 1528. Demmel — M. Demmel, Cic. und Paetus, Cologne, 1962. Ernesti = ed. I. A. Ernesti (Epp. omnes), Halle, 1774-1777. Festa — N. Festa, A proposito délia nuova edizione delle opere di C., in Rio. di Filol., 1895, p. 133 sqq. ; 199 sqq. Graevius — ed. I. G. Graevius (Epp. ad Fam.), Amsterdam, 1693. Gronovius — ed. J. Gronovius (Opera omnia), Leyde, 1692. Gulielmus — ed. J. Gulielmus et J. Gruterus (Opera omnia), Hambourg, 1618.

CONSPECTVS EDITION V Μ

11

Hofmann — F. Hofmann, ed. Ausgewahlte Briefe v. Μ. T. C.t Berlin, t. I7, curante W. Sternkopf, 1898 ; t. II3, curante G. Andresen, 1895. ed. lunta (Opera omnia), 1534-1537. Kayser — ed. I. G. Baiter-C. L. Kayser (Opera omnia), Leipzig, 1860-1869 (ed. stereot.). Kleyn — H. A. Kleyn, Observationes criticae in Ciceronis Epp. ad Fam., Leyde, 1860. Klotz = ed. R. Klotz (Opera omnia), Leipzig, 1869-1874. Krauss — J. Krauss, Ciceronis epistularum emendationes, Leipzig, 1869. Lambin. = ed. D. Lambi nus (Opera omnia), Paris, 15651566. Lehmann — G. A. Lehmann, Quaestiones Tullianae, Leipzig, 1886. Lünemann — ed. G. H. Lünemann (Epp. omnes), Gottingen, 1820-1822. Madvig — J. N. Madvig, Adversaria critica, Copenhague, t. II, 1873 ; t. III, 1884. Madvig, Emend. = J. N. Madvig, Emendationes in Ciceronis libros philos., Copenhague, 1826. Malaspina = L. Malaspina, In epistolas M. T. C. ad Att., Brutum et Q. fr. emendationes, Venise, 1564. Manutius — ed. P. Manutius (Opera omnia), Venise, 1554. Martyni-Laguna — ed. I. A. Martyni-Laguna (Epp. ad Fam., L. I-VI), Leipzig, 1804. Mendelssohn — ed. L. Mendelssohn (Epp. ad Fam.), Leipzig, 1893. Moricca — ed. H. Moricca (Epp. ad Fam.), Turin, 1949. Muller — ed. C. F. W. Muller (Opera omnia), Leipzig, 18961897. ed. Neapol. = ed. Neapolitana (Epp. ad Fam.), 1474. Orelli — ed. I. C. Orelli (Opera omnia), Zurich, 1826-1837. Purser — ed. L. C. Purser (Epp. omnes), Oxford, 1901-1903. Reid = J. S. Reid, Notes on some passages in C.'s Letters, in Hermathena, X, 1898, p. 110 sqq. ; 130 sqq.

12

CONSPECTVS EDITION V Μ

Ross — ed. I. Ross (Epp. ad Fam.), Cambridge, 1749. Rutilius — B. Rutilius, in ed. Epp. ad Fam., Bâle, 1540. Schiche — Th. Schiche, Zu Ciceros Briefe an Att., Berlin, 1883. Schmidt — O. E. Schmidt, Der Briefwechsel des M. T. C. von seinetn Prokonsulat in Cilicien bis zu Caesars Ermordung, Leipzig, 1893.

Schütz — ed. C. G. Schütz (Opera omnia), Leipzig, 18141823. Seyfïert — M. Seyftert, Ciceroniana, in Zeitschr. f. d. Gymnasialwesen, XV, 1861, p. 69. Sh. Bailey — ed. D. R. Shackleton Bailey : Epp. ad Att., Cambridge, 1964-1967 ; Epp. ad Fam., Cambridge, 1977. Sjôgren ---- ed. H. Sjogren : Epp. ad Att., Upsal, 1916-1960 ; Epp. ad Fam., Leipzig, 1923-1925. Starker — P. Stacker, Symbolae criticae ad M. T. C. epp., Bratislava, 1882. Streicher — O. Streicher, De Ciceronis Epp. ad Fam. emen­ dandis (= Comm. Philol. lenenses, III), Leipzig, 1884. Tyrr.-Purs. — ed. R. Y. Tyrrell-L. C. Purser (Epp. omnes), Dublin; P, 1904; IP-V2, 1906-1918 ; VI-VIlf 1899-1901. Ursinus — F. Ursinus, in ed. Operum omnium, Lyon, 16081610. Victorius — ed. P. Victorius : Opera omnia, Venise, 15341537 ; Epp. ad Fam., Florence, 1558. Weiske — ed. B. Weiske (Clarorum virorum epistolae quae inter Ciceronis epistolas servatae extant), Leipzig, 1792. Wesenberg — ed. A. S. Wesenberg (Epp. omnes), Leipzig, 1872-1873. Wesenberg, Em. — A. S. Wesenberg, Emendationes M. T. C. epistolarum, Copenhague, 1840. Wesenberg, Em. ait. ----- A. S. Wesenberg, Emendationes al­ terae ad Ciceronis epistularum editionem, Leipzig, 1873.

AVERTISSEMENT

La chronologie de la Correspondance est difficile à établir pour la période que couvre ce volume (milieu d’avril 46milieu de février 45) : peu de lettres contiennent des indi­ cations de date précises et plusieurs événements historiques qui pourraient servir de repères, comme la séance du sénat où Cicéron a improvisé son Pro Marcello, la célébration du quadruple triomphe de César et le départ de ce dernier pour l’Espagne, échappent à une datation certaine. La plupart des dates que nous proposons, après étude minutieuse, doivent être considérées comme approximatives, quelques-unes comme douteuses. Autre source de confusion : l’année 46 a été celle de la remise en ordre du calendrier, par insertion exceptionnelle de deux mois intercalaires, faisant ensemble soixante-sept jours, entre le dernier jour de novembre et le 1er décembre. L’examen détaillé de plusieurs de ces pro­ blèmes chronologiques a été rejeté en Appendices, à la fin du volume. Pour faciliter la consultation des notes à la traduction, nous avons signalé par une lettre celles qui figurent en bas de page, par un chiffre celles que les exigences de la mise en pages ont obligé à grouper en fin de volume. M. Paul Jal, directeur de la C. U. F. latine, a bien voulu assumer la lourde tâche de réviser le manuscrit et les épreuves de ce volume. Nous ne pouvions souhaiter réviseur plus attentif et plus amicalement rigoureux. Qu’il trouve ici l’expression de notre profonde gratitude.

I. — DU LENDEMAIN DE LA BATAILLE DE THAPSUS AU RETOUR D’AFRIQUE DE CÉSAR (MILIEU D’AVRIL 46 — 25 JUILLET 46)

LETTRES DU MILIEU D’AVRIL 46 AU 25 JUILLET 46

NOTICE

Depuis le début d’avril (= février julien), Cicéron vivait dans « l’attente des événements d’Afrique », car la décision lui semblait imminente (lettre à L. Mescinius Rufus : Fam., V, 21, 3, t. VI). Il ne se trompait pas. Débarqué près d’Hadrumète dans les derniers jours de 47, César avait patiemment augmenté ses effectifs, habitué ses hommes aux conditions particulières du combat en Afrique du Nord, grignoté les forces et le territoire de ses adversaires ; malgré leurs efforts, Q. Cécilius Métellus Scipion et Caton, alliés au roi de Numidie Juba Ier, n’avaient pas réussi à donner aux troupes nombreuses, mais disparates, dont ils disposaient, une cohésion suffisante, ni à gagner le cœur des populations, épuisées par les taxes et les réquisitions. Le 6 avril (= 6 ou 7 févr. astron.), César écrasait l’armée pom­ péienne à Thapsus ; une douzaine de jours plus tard, la nouvelle parvint à Rome. Peu avant, Cicéron avait écrit à Varron une lettre que son messager devait lui emporter le lendemain (t. VI, Fam., IX, 3)1; mais celui-ci tarda quelques jours à venir la chercher; c’est dans cet intervalle qu’on apprit la victoire de César; du coup, tantis... nonis rebus adlatis, Cicéron écrivit une nouvelle lettre (CCCCLXXVIII — FamIX, 2), 1. Sur les rapports entre Cicéron et Varron, cf. C. Kumanibcki, Cicerone e Varrone. Storia di una conoscenza, in Athenaeum, XL, 1962, p. 221-243. 2

18

NOTICE (avril-juillet 46)

après que le messager fut parti en emportant la précé­ dente ; on était aux environs du 20 avril. L’attitude qu’il recommande à Varron est celle qu’il a choisie pour luimême : prudence, discrétion, expectative ; d’abord, éviter de se montrer, pour prévenir, dans la ville, où Cicéron a voulu rester, les mauvais coups des Césariens déchaînés, loin de Rome, les reproches de couardise ou de repliement hostile — Varron projetait depuis un certain temps de quitter sa maison de Tusculum pour la Campanie — ; ensuite, observer la conduite des vain­ queurs et, tout en s’adonnant à l’étude, se tenir prêt à répondre au premier signe de César, en vue de parti­ ciper à la restauration de l’État ; même si ce signe ne vient pas, exercer néanmoins une influence politique par des écrits. Ainsi, au savant qui s’était retranché de la vie publique et qui le pressait de l’accompagner à Cumes pour y partager sa retraite studieuse, Cicéron fait la réponse ambiguë d’un homme que la méditation et l’activité littéraire ont toujours attiré, mais qui ca­ resse encore l’espoir de retrouver un rôle important dans la vie politique, au cas où César chercherait le dialogue avec les plus modérés des Pompéiens. Son attentisme fut de courte durée ; de nouvelles in­ formations parviennent d’Afrique : la victoire des Césa­ riens est totale ; les places de la province tombent l’une après l’autre entre leurs mains ; quelques jours après la bataille de Thapsus, Caton s’est suicidé héroïquement à Utique (milieu d’avril) ; de nombreux chefs pompéiens ont péri. Il est vrai que César a usé de clémence à l’égard d’un certain nombre de ses ennemis ; il a, en particu­ lier, accordé la vie sauve à son cousin, L. Julius, fils d’un consul de 64 : après le suicide de Caton, dont il était le proquesteur, Julius avait persuadé les habi­ tants d’Utique d’ouvrir les portes de leur ville au vain­ queur et s’était ensuite jeté à ses pieds (B. Afr., 88 sq.). Mais, peu de temps après, il fut tué dans des circons­

NOTICE (avril-juillet 46)

19

tances mystérieuses, à l’insu de César selon les uns (Suet., Caes., 75, 6), sur son ordre suivant les autres (Cass. D., XLIII, 12, 3) ; L. Afranius et L. Cornélius Sulla Faustus subirent d’ailleurs un sort analogue. La mort de L. Julius fît une vive impression sur Cicéron; reprenant une citation de VAndrienne (A. I, sc. 1, v. 112) qu’il avait déjà utilisée dans le De oratore (II, 72), comme exemple de raisonnement a fortiori, il se demande ce que l’avenir immédiat lui réserve : Quid hic mihi faciet patri? (CCCCLXXIX — Fam., IX, 7, l)1. Dans cette nouvelle lettre à Varron, qu’on peut dater de la deuxième quinzaine de mai puisque le retour d’Afrique de Dola­ bella est proche, Cicéron renonce à sa malitia : inutile de se tenir plus longtemps sur la réserve, en rêvant d’une bonae salutis, c’est-à-dire d’une rentrée en scène politique, dans le cadre d’une large réconciliation na­ tionale et d’une restauration progressive de la Répu­ blique ; il ne reste plus qu’à sauver sa vie et à se plier aux circonstances. Pour commencer, Cicéron multiplie les dîners chez les puissants du jour et se prépare à tirer le meilleur parti possible de Dolabella, qui est encore son gendre pour quelque temps et qui a su garder la faveur de César, malgré les graves erreurs qu’il a commises l’année précédente comme tribun de la plèbe. Dans les tout derniers jours de mai (= fin mars ju­ lien), troisième lettre à Varron (CCCCDLXXXI — Fam., IX, 5) : cédant aux conseils de son ami, celui-ci n’a 1. Il peut paraître surprenant que Cicéron applique à une esca­ lade de la violence une réflexion que Chrémès fait à propos de la gentillesse de son fils pour autrui ; selon Tyrrell-Purser, in edit.» t. IV, ad loc., c’est, au contraire, la clémence manifestée par César à l’égard de L. Julius, avant son assassinat, qui aurait décidé Cicé­ ron à s’en remettre à la générosité du vainqueur. Mais, comme le fait justement observer Shackleton Bailby (in edit. Fam., t. II, p. 314), s’il en était ainsi, Cicéron n’aurait pas cru devoir recher­ cher les bonnes grâces des favoris du maître. Ajoutons que l’expres­ sion equis uiris, employée dans la phrase précédente, implique une situation critique et que Chrêmès, lorsqu’il évoque la gentillesse apparente de son fils, est convaincu de sa duplicité.

20

NOTICE (avril-juillet 16)

toujours pas quitté Tusculum, mais il lui a annoncé son intention de partir le 5 juin pour la Campanie ; cette fois, Cicéron se déclare décidé à le rejoindre, si possible avant le 5 à Tusculum, sinon à Cumes. Mais l’essentiel de cette courte lettre est une apologie de sa conduite depuis le début de la guerre civile. Le même thème est développé beaucoup plus longuement dans une lettre à M. Marius (CCCCLXXX ---- Fam., VII, 3)1* , VII, que d’étroites similitudes d’expression et l’espoir d’une rencontre prochaine en Campanie, où résidait Marius, une fois réglées certaines affaires, nous invitent déjà à rapprocher, dans le temps, du troisième message à Varron (CCCCLXXXI — Fam., IX, 5). Mais il y a plus : lorsque Cicéron énumère, au paragraphe 3, les impasses auxquelles étaient voués, après Pharsale, les Pompéiens acharnés à poursuivre la lutte, il fait une allusion trans­ parente aux lendemains du désastre de Thapsus : en mentionnant le risque d’un guet-apens fatal, il songe probablement à Sulla Faustus, Afranius et L. César, plutôt qu’à Pompée, mais le doute est permis ; en re­ vanche, quand il évoque, en dernier lieu, le recours au suicide, la référence à la mort de Caton — et peut-être aussi de Q. Métellus Scipion, qui se jeta dans la mer pour ne pas tomber aux mains de César — est certaine®. 1. Sur ce M. Marius, propriétaire d’une « villa » au-dessus de Castellamare di Stabia, dans la baie de Naples, et destinataire de la fameuse lettre de Cicéron sur les Jeux offerts par Pompée en 55 {Fam., VU, 1 — CXXVII), cf. L. A. Constans, in edit. Corr., t. IV, p. 17 ; R. É. L., XI, 1933, p. 148. 2. O. E. Schmidt (Der Briefwechsel des M. T. C. von seinem Prokonsulat in Cilicien bis zu Caesars Ermordung, Leipzig, 1893, p. 250) préférait dater la lettre à Marius de septembre 46, en rapprochant de l’allusion L un exil à Rhodes ou à Mytilène (§5) un passage d’une lettre à M. Marcellus (DIIJ = Fam., IV, 7, 4) ; mais ces deux îles étaient considérées traditionnellement comme lieux d’exil agréables (cf. Hou., Epist., I, 11, 17) ; bien plus nette est la parenté entre VII, 3, 6 :sunt... qui... criminis loco putent esse quod uiuam, et IX, 5, 2 (= CCCCLXXXI) :hos... quibus non satisfacimus quia uiuimus (cf. IX, 2, 2 — — CCCCLXXVIII — nos dolent uiuere). Shackleton Bailey (in edit. Fam., II, p. 320) assigne cette lettre au début d’avril,

NOTICE (avril-juillet 46)

21

Comme Cicéron se reporte par la pensée trois ans en arrière, au 12 mai 49, date de sa dernière rencontre avec Marius, il est tentant de supposer que la lettre a été écrite à l’occasion de cet anniversaire1; toutefois, s’il l’avait rédigée le jour même, l’auteur l’aurait sans doute signalé. Quoi qu’il en soit, il dresse le bilan des choix politiques qu’il a faits durant ces trois années, face aux situations devant lesquelles il s’est trouvé placé : décision de rejoindre l’armée de Pompée, vains efforts pour arrêter la guerre avant une défaite qu’il jugeait inévitable, après Pharsale refus de s’associer à la prolongation de la lutte, mais aussi de céder à la tentation du suicide, parce qu’il était soutenu par sa bonne conscience, son passé glorieux et sa passion pour les activités nobles de l’esprit, préférence pour l’exil considéré comme un moindre mal, finalement retour sans illusion à Rome. Cette rétrospective, qui rappelle celle à laquelle il avait procédé en 54, après sa réconciliation avec César, dans une épître fameuse à Lentulus (CXLIX = Fam., I, 9), révèle, en dépit des simplifica­ tions, des réticences et de la prétention abusive d’avoir toujours vu juste, toujours été sans peur et sans re­ proche, l’exigence morale d’un homme qui s’est cons­ tamment efforcé de conformer sa conduite à ses prin­ cipes et de voir clair en lui, sinon dans les autres. avant l’arrivée à Rome de la nouvelle de la bataille de Thapsus, parce qu’il relève la concordance entre une phrase du § 5, nie numquam uoluisse... pacem, et un passage de la lettre V, 21 (t. VI) à L. Mescinius Rufus, § 2, ego enim is sum... cum ualentiore pugnare ; mais cette constance dans l’attitude de Cicéron à l’égard du pouvoir personnel et de la guerre civile n’implique pas que les deux textes aient été écrits à quelques jours plutôt qu’à quelques semaines d’in­ tervalle. 1. Tous les manuscrits ont a. d. III Id. (— le 13), alors que nous savons par Att., X, 16, 4 (t. VI), que la visite de Marius à Cicéron, dans sa propriété de Pompéi, eut lieu le < 4e jour avant les Ides », c’est-à-dire le 12 : faute dans l’archétype ou erreur de mémoire de Cicéron? L’erreur est peu probable : son arrivée à Pompéi, le soir même, lui fournissait un repère précis.

22

NOTICE (avril-juillet 46)

A cette sombre période, que n’éclaire aucun espoir dans l’avenir de la République, nous semble se rattacher . une lettre de date incertaine, adressée à Gn. Domitius Ahénobarbus, fils du défenseur malheureux de Corfi­ nium au début de la guerre civile, qui avait trouvé la mort à Pharsale (CCCCLXXXII = Fam., VI, 22). Ce message a un caractère sobrement pathétique : alerté par sa mère, Cicéron cherche à le détourner d’ac­ complir un acte de désespoir dont il ne précise pas la nature — suicide? exil volontaire? ralliement aux Pom­ péiens qui reprennent la lutte en Espagne? —. Or, Gnaeus a renoncé, comme Cicéron, à poursuivre la guerre après Pharsale (§ 2) et a regagné, comme lui, l’Italie (§ 1) ; Cicéron ne lui a pas écrit alors, parce qu’il était luimême désemparé ; « aujourd’hui, loin de s’être amé­ liorée, notre situation est même beaucoup plus déses­ pérée » : cette aggravation ne peut provenir que de la défaite des Pompéiens à Thapsus, qui a ruiné les der­ niers espoirs de leurs amis. La réaction de Gn. Domi­ tius prend tout son sens, quand on sait que sa mère était Porcia, la sœur de Caton. L’exhortation de Cicé­ ron ne fut pas inutile, apparemment, puisque Gnaeus demeura en Italie, sans pourtant se réconcilier avec César. Il reste que cette exhortation a pu être écrite un peu plus tard, au cours de l’été ou de l’automne 46. Les trois lettres suivantes ont été rédigées durant le premier séjour que Cicéron fit à Tusculum, dans la première quinzaine de juin (— fin mars-début avril de l’année astronomique) ; d’après le billet adressé à Atticus le 11 ou le 12 juin (CCCCLXXXIV = à, XII, 5 c), il a quitté Rome juste avant les Calendes, pour éviter d’être relancé par des créanciers en ce jour d’échéance, et il espère la visite de son ami le 14 ; fidèle à sa tactique du sourire à l’égard des Césariens, il envoie Tiron au-devant de Dolabella, qui revient d’Afrique ; il attend son retour à Tusculum le 13. Ce jour-là, Tiron,

f

NOTICE (avril-juillet 46)

23

qui a vu Atticus à Rome, où il a probablement escorté Dolabella, apprend à Cicéron que son ami souffre d’un accès de fièvre ; mais, le soir même ou le lendemain matin, Cicéron reçoit d’Atticus un mot rassurant, qui lui rend son « jour de fête », c’est-à-dire qu’il lui con­ firme sa visite, sans doute pour le 15, plutôt que pour le 14; Cicéron lui répond aussitôt qu’il retardera d’un jour son retour à Rome (CCCCLXXXV — Att., XII, 4)1. Le projet de voyage en Campanie avec Varron, dont il était question depuis le mois d’avril, est donc remis sine die ; la raison en est claire : dans ces temps troublés où le pire est à craindre, Cicéron ne veut pas s’éloigner de Rome où il compte resserrer les liens personnels qui l’unissent à des Césariens influents, en particulier Dola­ bella. Le premier en date des trois billets qui nous sont parvenus de ce bref séjour est le message enjoué par lequel Cicéron annonce à Varron qu’il vient d’arriver (CCCCLXXXIII = Fam., IX, 4) ; il s’y livre au jeu 1. O. E. Schmidt (Briefwechsel, p. 236) fixait l’arrivée de Cicéron à Tusculum au 5 juin, date ultime à laquelle il avait prévu de re­ joindre Varron à Tusculum (CCCCLXXXI — Fam., IX, 5, 3) ; mais, en réalité, Varron devait partir ce jour-là pour la Campanie, où Cicéron projetait de l’accompagner. Schmidt a dénaturé le témoi­ gnage d’Att., XII, 5 c ( = CCCCLXXXIV), d’après lequel Cicéron a quitté Rome avant le 1er juin, en le rapportant aux Calendes de juillet à venir ; que Varron ait effectivement pris la route vers le sud le 5 ou un peu plus tard ou qu’il y ait renoncé, Cicéron a sûre­ ment passé en sa compagnie des heures agréables. Quant au dies festus restitué à Cicéron (CCCCLXXXV — Att., XII, 4,1) par le mes­ sage d’Atticus, lui apprenant que la poussée fébrile constatée par Tiron n’a pas eu de suite, il ne désigne sûrement pas une fête reli­ gieuse publique — jour des Ides, le 13? Vestalia du 9? — comme le suppose Shackleton Bailey (ad loc., t. V, p. 302), mais la journée marquée d’une pierre blanche par la visite annoncée d’Atticus (sic, Tyrrell-Purser, in edit., ad loc. ; Schmidt, op. cit., p. 239 sq. ; Thés. L. L., s. u. festus, 628, 75, où est cité un emploi identique du mot chez Fronton, p. 36, 16 Naber) ; Atticus a dû demander à son ami la permission de remettre sa visite du 14 au 15, pour se donner un jour de repos avant de faire le déplacement, et Cicéron, malgré son impatience de rentrer à Rome faire sa cour à Dolabella, y con­ sent (addam igitur, ut censes, unum diem).

24

NOTICE (avril-juillet 46)

des citations grecques et du badinage philosophique ; on le sent heureux d’échapper pour quelque temps à l’atmosphère oppressante de la Ville. Les premiers jours se passent, au moins partiellement, dans la riche biblio­ thèque de Varron, en dialogues réels dont Cicéron se souviendra l’année suivante, lorsqu’il rédigera ses Aca­ démiques ; l’actualité politique y tient certainement moins de place que l’histoire, la philosophie et la lit­ térature, auxquelles l’érudit se consacre entièrement, depuis qu’en septembre 49, à Cordoue, il a apporté sa soumission à César. Tout en appréciant à leur juste valeur ces Tusculanos dies, qui réalisent son rêve de loisir studieux (cf. CCCCLXXXVI = Fam., IX, 6, 4), Cicéron n’oublie pas ses engagements envers la Répu­ blique : faute de la servir par l’action, du moins entend-il continuer à défendre son idéal par des publications (cf. CCCCLXXVIII = Fam., IX, 2, 5); or, dans le courant de mai, Brutus, qui est gouverneur de Cisal­ pine, a suggéré à Cicéron d’écrire un Éloge de Caton (cf. Or., 35) : sujet si scabreux qu’on a pu se demander si, en faisant cette suggestion, Brutus n’avait pas agi à l’instigation ou, du moins, dans l’intérêt de César, pour amener Cicéron à rédiger un texte à ce point édul­ coré qu’il effacerait l’anticésarisme latent du Brutus, écrit et publié avant Thapsus1. Cicéron profite de sa retraite pour se mettre à l’ouvrage ; mais il ne tarde pas à vérifier l’extrême difficulté de l’entreprise : comment éviter de mécontenter les Césariens sans mutiler de façon impardonnable la vie et le personnage de Caton? Il fait part de cet embarras dans sa deuxième lettre à Atticus (CCCCLXXXV = Att., XII, 4, 2) : un « pro­ blème digne d’Archimède » ! De retour à Rome, le 15 ou le 16 juin, Cicéron a re­ noué d’étroites relations avec Dolabella et, pendant plus d’un mois, il va passer une bonne partie de ses 1. Sic, Schmidt, Briefwechsel, p. 244 sq.

NOTICE (avril-juillet 46)

25

journées en compagnie de plusieurs fidèles de César : il est souvent invité à leur table, d’ailleurs raffinée, mais surtout il réunit régulièrement chez lui Hirtius et Dolabella, pour s’entretenir avec eux de questions de rhétorique, comme un professeur avec ses disciples ; de ces leçons sortira, quelques mois plus tard, Y Orateur1. C’est sans doute peu après avoir quitté Tusculum qu’il adresse à Varron la lettre IX, 6 (— CCCCLXXXVZ), très révélatrice de ses dispositions : dans la Ville, les esprits sont tendus vers César, dont l’itinéraire et la date de retour alimentent les spéculations ; Cicéron ne cache pas sa satisfaction d’être informé de première main par les barons du nouveau régime, entre autres Hirtius ; et il justifie, une fois de plus, son attitude, en critiquant sans ménagement les hommes du parti pompéien, accusés d’avoir voulu la guerre, et en allé­ guant la nécessité de se plier aux circonstances. Pour finir, il assure Varron de son admiration, parce que celui-ci consacre ses jours à l’étude, et s’affirme décidé à l’imiter; mais, pour excuser son renoncement à la vie politique, il s’abrite derrière l’autorité des philo­ sophes, comme s’il avait besoin de se persuader luimême et sans réussir à dissimuler les regrets que lui coûte ce renoncement ni la fragilité de sa résolution. Conduit par des raisons d’ordre tactique à resserrer ses liens avec les Césariens, Cicéron se livre sans trop de remords, tout en évitant de dépasser les limites que 1. On admet généralement que ces entretiens ont eu lieu à Tus­ culum, où Cicéron serait retourné dès les environs du 1er juillet; niais il est peu probable que les lieutenants de César aient eu le loisir de quitter Rome, où ils avaient de lourdes responsabilités, pour s’installer à Tusculum ; d’autre part, le début de la lettre à Pétus, écrite peu avant le 26 juillet (CCCCXC1I — Fam.t IX, 18), alors que Cicéron est depuis peu otiosus in Tusculano, semble bien impliquer que Cicéron n’était pas in Tusculano les jours précédents, avant de se trouver otiosus (contra, Shackleton Bailey, in edit. Fam.t II, p. 334 ; notre interprétation concorde avec celle de M. Demmel, Cicero und Paetus, diss. Cologne, 1962, p. 31 sq.).

i

26

NOTICE (avril-juillet 46)

lui impose sa dignitas, aux loisirs que lui procure cette situation inattendue et précaire : sensible aux égards dont il est l’objet et que ne lui ménagent pas les Césariens, à la fois flattés par les avances du grand homme et désireux de le rallier pour de bon au parti vainqueur, il savoure aussi bien la cuisine délicate de ses hôtes que la joie retrouvée de mettre en pratique son talent et son savoir d’orateur; entracte étrange, vécu comme tel, entre les affres consécutives au désastre africain et le retour inévitablement redouté du maître, que re­ tardent d’abord un détour imprévu en Sardaigne, puis des vents obstinément contraires ; c’est seulement le 25 juillet (=18 mai julien) que César fera son entrée L Rome1. De ces vacances romaines, volées au malheur des temps, nous percevons l’écho direct dans deux lettres adressées à un riche Épicurien, qui vit retiré dans sa propriété de Naples, L. Papirius Pétus ; la deuxième (CCCCXCII = Fam., IX, 18) précède de peu le retour de César, puisque Hirtius et Dolabella sont partis — ou, comme le dit plaisamment Cicéron, celui-ci les a envoyés — à sa rencontre et le professeur en a profité pour aller se reposer quelques jours à Tusculum, dans la dernière décade de juillet. Comme Cicéron y répond à la réponse que Pétus a faite à sa lettre précédente et qu’un courrier mettait quatre ou cinq jours pour parcourir la distance de Rome à Naples, la première lettre (CCCCXXXVII = Fam., IX, 16) remonte aux environs du 10 juillet ; cette date est confirmée par le fait que Cicéron suppose son correspondant déjà informé du genre de vie qu’il mène à Rome. Dans ces deux lettres, comme d’ailleurs chaque fois qu’il écrit à ce gourmet ami de la plaisanterie, Cicéron laisse libre cours à son goût pour le badinage et les bons mots, dont il assaisonne ses confidences sur son existence présente. 1. Cf. B. Afr.t 91 ; embarqué le 27 juin à Caralis, César n’est arrivé à Rome que le 28® jour, c’est-à-dire 27 jours plus tard.

• NOTICE (avril-juillet 46)

27

Cependant, il ne faudrait pas croire que ces délices, qu’il apprécie avec humour, aient entraîné chez Cicéron l’oubli même momentané de ses devoirs et de ses fidé­ lités ; malgré ses occupations variées, il a su trouver le temps et la liberté d’esprit nécessaires pour rédiger l’épineux Éloge de Caton, entrepris au début de juin; lorsqu’il s’en va prendre quelques jours de repos à Tus­ culum, vers le 20 juillet, l’ouvrage est terminé, et lui donne satisfaction, comme il l’écrit alors à Atticus (CCCCLXXXVIII --- Au., XII, 5, 2)1. Les copistes ont le manuscrit sur leur table et Tiron est chargé de surveiller leur travail : Cicéron le lui prescrit, en atti­ rant son attention sur une addition de sa main, difficile à déchiffrer, dans une lettre (CCCCXC = Fam., XVI, 22) dont la date a été longtemps considérée comme in­ certaine ou assignée à l’année 45 ; mais, Cicéron préci­ sant, sans indiquer le nom de l’ouvrage en cours de copie, que l’addition concerne « Caton âgé de quatre ans )>, il est certain qu’il s’agit bien de VÉloge de Caton, achevé en juillet 46 1 2. Ce message à Tiron, resté à Rome, est le deuxième d’une série qui en comprend trois et qui a pour dénominateur commun la mention d’un cer­ tain Belliénus Démétrius ; le premier en date est un court billet dans lequel Cicéron demande à son secrétaire de lui ménager les bonnes grâces de ce personnage et de venir le rejoindre au plus vite (CCCCLXXXIX — Fam., XVI, 19) ; la seconde lettre est celle où il est question de VÉloge de Caton : une indisposition a empêché Tiron de se rendre à Tusculum ; Cicéron lui recommande la prudence et lui reparle de ce Démétrius, en termes peu flatteurs. Lorsqu’il lui écrit pour la troisième fois, il a reçu la visite de l’individu {CCCCXCI — Fam., XVI, 17) ; il lui annonce son propre retour à Rome pour le 1. Cf. comm. ad loc. 2. Cf. Th. Schiche, Zu Ciceros Briefen, Progr. Berlin, 1905, p. 12 sq. ; Shackleton Bailey, in edit. Fam.t t. Π, p. 322 sq. ; infra, comm. ad loc.

28

NOTICE (avril-juillet 46)

surlendemain. César s’y trouve sans doute déjà — on est alors dans les derniers jours de juillet (= vers le 20 mai julien) —; à moins que Cicéron ait tenu à ac­ cueillir César à son arrivée, le 25 : en mai-juin, Varron ne se proposait-il pas d’aller à sa rencontre, lorsqu’on croyait son retour imminent (cf. CCCCLXXIX — Farn., IX, 7, 2; CCCCLXXXVI = ta., IX, 6, 1)?

CCCCLXXVIII. — A M. TÉRENTIUS VARRON. (FamIX, 2). Rome, vers le 20 avril 46. CICÉRON A VARRON.

1 Ton ami Caninius, qui est aussi le mien, m’a fait visite un soir, fort tard, en m’annonçant qu’il partirait te rejoindre le lendemain matin : je lui ai dit que j’au­ rais quelque message à lui remettre et demandé de venir le chercher de bonne heure. J’ai rédigé une lettre pendant la nuits, mais l’autre n’est pas revenu; j’ai cru qu’il avait oublié. Néanmoins je t’aurais envoyé cette lettre, telle quelle, par mes gens, s’il ne m’avait aussi informé que tu devais quitter ta villa de Tuscu­ lum le lendemain matin b. Mais quelques jours plus tard, au moment où je m’y attendais le moins, voilà Caninius qui arrive chez moi un beau matin 1 II me dit qu’il partait immédiatement te rejoindre. Bien que cette lettre fût défraîchie, surtout avec les grandes nou­ velles parvenues dans l’intervallec, je n’ai pas voulu que le fruit de ma veille se perdît et le lui ai remis tel quel ; mais, le connaissant pour un homme instruit qui te porte une affection sans borne, j’ai eu avec lui un entretien dont je pense qu’il t’a fait un compte rendu détaillé. a. C’est la lettre Fam., IX, 3 (t. VI), que Cicéron remit à Cani­

nius quelques jours plus tard, avant d’écrire celle-ci ; cf. Notice, p. 7. Cet ami est sans doute L. Caninius Gallus, tribun de la plèbe en 56 (cf. Fam., II, 8, 3 — CC). b. Pour se rendre dans sa propriété de Cumes (cf. t. VI, Fam., IX, 1,2; CCCCLXXXI — Fam., IX, 5, 3) ; en fait, Varron remit son voyage à plus tard. c. La victoire de César sur les Pompéiens à Thapsus (6 avril 46 — 6 ou 7 févr. astron.).

GCGGLXXVIIL AD M. TERENTIVM VARRONEM. (Fam., IX, 2). Scr. Romae circa XI Kal. Mai. a. 70# /46. CICERO VARRONI.

1. Caninius tuus et idem noster cum ad me peruesperi uenisset et se postridie mane ad te iturum esse dixisset, dixi ei me daturum litterarum ali­ quid; mane ut peteret rogaui. Conscripsi epistulam noctu, nec ille ad me rediit; oblitum credidi. Ac tamen eam ipsam tibi epistulam misissem per meos, nisi audissem ex eodem postridie te mane e Tus­ culano exiturum. At tibi repente paucis post diebus, cum minime exspectarem, uenit ad me Caninius mane; proficisci ad te statim dixit. Etsi erat έωλος illa epistula, praesertim tantis postea nouis rebus adlatis, tamen perire lucubrationem meam nolui et eam ipsam Caninio dedi ; sed cum eo ut cum ho­ mine docto et amantissimo tui locutus ea sum quae pertulisse illum ad te existimo. CCCCLXXVIII. — M 134 v°; V 152 r°; D 60 r°; Η 1 r || uetat M : om. GR.

264

DLXXXIII (FAM., VI, 21)

'

45 av. J.-C.

J’ai été contrarié d’apprendre que Servius s’était absenté d’Athènes1, car je ne doute pas que tu aies pris l’habitude de puiser un grand soulagement dans la rencontre et la conversation quotidiennes d’un ami intime et surtout d’un homme plein de vertu comme de sagesse. Pour toi, je voudrais que, selon ton devoir et ton habitude, tu te soutiennes grâce à ton énergie. De mon côté, tout ce que j’estimerai conforme à ta volonté, conforme à ton intérêt et à celui des tiens, j’y mettrai mon ardeur et mes soins attentifs; ce faisant, je prendrai modèle sur le dévouement que tu m’as témoigné, je n’égalerai pas les services que tu m’as rendus. Bonne santé. 5.

DLXXXIII. — A G. TORANIUS. (Fam., VI, 21). Rome, deuxième quinzaine de janvier 45 (?).

CICÉRON A TORANIUS®.

Au moment où je t’écris, il semble bien que l’issue de cette guerre catastrophique approche ou que quelque chose se soit déjà passé et achevé ; cependant je me rap­ pelle chaque jour que, dans une armée si nombreuse, il n’y avait que toi pour m’approuver, que moi pour t’approuver, et que nous avons été les seuls à voir tout ce qu’avait de funeste une guerre où rien ne serait aussi cruel, une fois exclu l’espoir de paix, que la victoire même, puisque celle-ci apporterait soit l’anéantissement si l’on était vaincu, soit, si l’on était vainqueur, la ser­ vitude. Aussi, tandis qu’en ce temps-là les Domitius et les Lentulus, ces modèles de courage et de sagesse, me qualifiaient de craintif2 — oh! combien je l’étais! car je craignais que ne se produisît ce qui est arrivé —, à présent je ne crains plus rien et je suis prêt à toute 1.

a. Sur la date, le destinataire et le contenu de cette lettre, voir

la Notice, p. 218.

! 709 ab V. c.

DLXXXIII (FAM., VI, 21)

264

!

Seruium discessisse Athenis moleste tuli; non enim dubito quin magnae tibi leuationi solitus sit esse cotidianus congressus et sermo cum familiarissimi hominis tum optimi et prudentissimi uiri. Tu uelim te, ut debes et soles, tua uirtute sustentes. Ego, quae te uelle quaeque ad te et ad tuos pertinere arbitrabor, omnia studiose diligenterque curabo ; quae cum fa­ ciam, beniuolentiam tuam erga me imitabor, merita non adsequar. Vale. 5.

DLXXXIII.—AD C. TORANIVM. (Fam., VI, 21).

-

Scr., ut uidRomae m. lan. post Id. a. 709/45.

CICERO TORANIO.

Etsi, cum haec ad te scribebam, aut adpropinquare exitus huius calamitosissimi belli aut iam aliquid actum et confectum uidebatur, tamen cotidie commemorabam te unum in tanto exercitu mihi fuisse adsensorem et me tibi solosque nos uidisse quantum esset in eo bello mali in quo, spe pacis exclusa, ipsa uictoria futura esset acerbissima, quae aut interitum allatura esset, si uictus esses, aut, si uicisses, seruitutem. Itaque ego, quem tum fortes illi uiri et sapientes, Domitii et Lentuli, timidum esse dicebant — eram plane : timebam enim ne euenirent ea quae acciderunt —, idem nunc nihil timeo et ad omnem euentum paratus sum. Cum aliquid uidebatur 1.

6. 6 quaeque Ma, R : quae qui M1 quae G. DLXXXIII. — M 99 r° ; G 54 v°; R 83 r°. TORANIO ς : TAR- M TYR- G TIR- R. 1. 6 quo GR : eo M.

Π I.

265

DLXXXIII (FAM., VI, 21)

45 av. J.-G.

éventualité. Tant qu’il semblait possible de prendre certaines précautions, je déplorais qu’on négligeât de le faire ; mais à présent que tout est détruit et qu’on ne peut attendre aucun avantage de la réflexion, il n’appa­ raît plus qu’une solution : c’est, quoi qu’il arrive, de le supporter avec modération, d’autant plus que la mort met un terme à tout et que je suis conscient d’avoir, dans la mesure où cela me fut permis, servi l’honneur de la république et, une fois cet honneur perdu, cherché à sauvegarder son existence. 2. Si je t’écris ceci, ce n’est pas pour parler de moi, mais pour t’amener, toi qui as toujours partagé mes opinions et mes intentions, à penser comme moi ; car il est toujours très consolant de se rappeler que, môme si le sort en a décidé autrement, on a du moins formé des opinions justes et vraies. Souhaitons surtout qu’il nous soit donné un jour de retrouver quelque forme stable de république et de nous communiquer les inquiétudes que nous avons endurées pendant toute cette période où nous passions pour craintifs, parce que nous prédisions ce qui s’est effectivement réalisé. 3. Pour tes intérêts, tu n’as rien à craindre — en dehors de l’anéantissement de la république tout entière —, je te le garantis ; en ce qui me concerne, dis-toi bien ceci : dans la mesure de mes moyens, je serai toujours prêt à soutenir, avec toute mon ardeur, ta personne, tes droits et tes enfants. Bonne santé.

709 ab V. c.

DLXXXIII (FAM., VI, 21)

265

caueri posse, tum id neglegi dolebam; nunc uero euersis omnibus rebus, cum consilio profici nihil possit, una ratio uidetur, quicquid euenerit, ferre moderate, praesertim cum omnium rerum mors sit extremum et mihi sim conscius me, quoad licuerit, dignitati rei p. consuluisse et hac amissa salutem retinere noluisse. 2. Haec scripsi, non ut de me ipse dicerem, sed ut tu, qui coniunctissima fuisti mecum et sententia et uoluntate, eadem cogitares; magna enim consolatio est, cum recordare, etiamsi secus acciderit, te tamen recte uereque sensisse. Atque utinam liceat ali­ quando aliquo rei p. statu nos frui inter nosque conferre sollicitudines nostras, quas pertulimus tum cum timidi putabamur, quia dicebamus ea futura quae facta sunt ! 3. De tuis rebus nihil esse quod timeas praeter uniuersae rei p. interitum tibi confirmo ; de me autem sic uelim indices, quantum ego possim, me tibi, saluti tuae liberisque tuis summo cum studio praesto sempcr futurum. Vale. 1. 1 G-17 euenerit — moderato om. G || 18 post me add. et ς || 19 amissa ς : m- ω || 20 noluisse ω : no- Cratandcr. 2. 7 sollicitudines M : -nas G solitudines R || pertulimus ω : vont- Sh. Bailey.

8. 1 esse ς : est ω.

266

DLXXXIV (FAM., IV, 15)

45 av. J.-C.

DLXXXIV. — A CN. PLANCIUS. (Fam., IV, 15). Borne, deuxième quinzaine de janvier 45.

M. CICÉRON SALUE CN. PLANCIUS®.

J’ai reçu ta lettre très brève, par laquelle je n’ai pu apprendre ce que je désirais savoir et qui m’a, en re­ vanche, informé de ce qui ne me laissait pas de doute ; car, si je n’ai pas perçu jusqu’où va ton courage à sup­ porter les malheurs communs, j’ai parfaitement vu jus­ qu’où va ton affection pour moi. Mais ceci, je le savais ; si le premier point m’était connu, je rédigerais ma lettre en conséquence. 2 Au demeurant, bien que t’aie écrit antérieurement ce que j’ai estimé devoir écrire, aujour­ d’hui je pense qu’un bref avertissement s’impose, pour que tu n’ailles pas te croire exposé à un danger particu­ lier. Nous sommes tous en grand danger, mais ce danger nous est commun. Aussi dois-tu te garder de prétendre à un sort particulier et privilégié ou de refuser le sort commun. Observons donc l’un à l’égard de l’autre l’atti­ tude qui a toujours été la nôtre ; je peux l’espérer de ta part, le garantir de la mienne. 1.

a. Cf. DLXXIV (== Fam., IV, 14, 4); Notice, p. 210.

709 ab V. c.

DLXXXIV (FAM., IV, 16)

266

DLXXXIV. — AD CN. PLANCIVM. (Fam., IV, 15). Scr. Romae m. lan, post Id. a. 709 /45.

Accepi perbreuis tuas litteras, quibus id quod scire cupiebam cognoscere non potui, cognoui au­ tem id quod mihi dubium non fuit ; nam quam for­ titer ferres communis miserias non intellexi, quam me amares facile perspexi. Sed hoc scieram; illud si scissem, ad id meas litteras accommodauissem. 2. Sed tamen, etsi antea scripsi quae existimaui scribi oportere, tamen hoc tempore breuiter commo­ nendum putaui, ne quo periculo te proprio existi­ mares esse. In magno omnes, sed tamen in communi sumus. Quare non debes aut propriam fortunam et praecipuam postulare aut communem recusare. Quapropter eo animo simus inter nos quo semper fuimus ; quod de te sperare, de me praestare possum. 1.

DLXXXIV. — Af 63 v°; G 46 v°; Λ 71 r°. Inscr. om. ω, etiam indices. 1. 3 quam GR : quem M || 6 si scissem G : siisc- M si scississem R. L. 2 tempore breuiter ω (uerb. commonendum absol. adhib.; ef. Pro. R. Amer., 46; etc.) : te t- b- Wesenberg (Em. ait., p. 10) t- fa­ te Baitcr t- breui te Krauss || 3 quo ω : quo in Lambin. || 5 et edd. : aut M, GR.

DLXXXV (FAM.. IX, 13)

267

45 av. J.-C.

DLXXXV. — A P. CORNÉLIUS DOLABELLA. (.Fam., IX, 13). Rome, fin janvier ou début février 45. CICÉRON A DOLABELLA, SALUT.

C. Subernius de Cales est un de mes familiers, étroi­ tement lié aussi à mon ami intime Leptaa. Pour éviter la guerre, il avait pris le chemin de l’Espagne avec M. Varron, avant que la guerre n’éclate ; il se trouvait ainsi dans une province où aucun d’entre nous, après la défaite d’Afranius, ne s’attendait à des opérations quelconques, lorsqu’il tomba précisément dans les maux qu’il s’était si bien appliqué à éviter ; en effet, la guerre soudaine déclenchée par Scapula le surprit, guerre si bien durcie ensuite par Pompée qu’il n’avait plus aucun moyen de se tirer de ce drame*. 2. Le cas de M. Planius Hères, lui aussi de Cales et ami intime de mon cher Lepta, est à peu près le même. Je te recommande donc ces deux hommes, en mettant dans cette recommandation le plus possible de soin, d’ardeur et d’inquiétude. C’est leur intérêt même que je veux servir et ce qui, dans leur cas, me pousse avec force, ce sont des sentiments d’amitié et d’humanité ; comme Lepta, de son côté, est dans un tel embarras que sa situation financière semble devenir critique, je ne puis m’empêcher d’être dans un embarras très voisin, ou même égal1. Aussi, j’ai beau avoir souvent éprouvé jusqu’où va ton affection pour moi, dis-toi bien que j’en jugerai dans cette occasion plus qu’en toute autre. 1.

a. Voir Notice, p. 211. b. Le chevalier T. Quinctius Scapula joua un rôle important dans

le soulèvement des légions césariennes en Bétique {début 4G) ; il trouva la mort après la bataille de Munda (cf. B. Hisp., 23, 3 ; Cass. D., XLIII, 29 sq.). Cnaeus Pompée débarqua au sud de la pénin­ sule au printemps de 46 et galvanisa la résistance, à laquelle Suber­ nius se rallia bon gré mal gré.

709 ab V. c.

267

DLXXXV (FAM.. IX. 13)

DLXXXV. AD P. GORNELIVM DOLABELLAM. (Fam., IX, 13). Scr. Romae ex. m. lan. aut in. m. Febr. a. 709/45.

CICERO DOLABELLAE 8.

G. Subernius Calenus et meus est familiaris et Leptae, nostri familiarissimi, pernecessarius. Is cum uitandi belli causa profectus esset in Hispaniam cum M. Varrone ante bellum, ut in ea prouincia esset in qua nemo nostrum post Afranium superatum bellum ullum fore putaret, incidit in ea ipsa mala quae summo studio uitauerat; oppressus est enim bello repentino, quod bellum commotum a Scapula ita postea confirmatum est a Pompeio ut nulla ratione ab illa miseria se eripere posset. 2. Eadem causa fere est M. Plani Heredis qui est item Calenus, Leptae nostri familiarissimus. Hosce igitur ambos tibi sic commendo ut maiore cura, studio, sollicitudine animi commendare non possim. Volo ipsorum causa meque in eo uehementer et amicitia mouet et humanitas ; Lepta uero cum ita laboret ut eius fortunae uideantur in discrimen uenire, non possum ego non aut proxime atque ille aut etiam aeque laborare. Quapropter, etsi saepe expertus sum quantum me amares, tamen sic uelim tibi persuadeas id me in hac re maxime indicaturum. 1.

DLXXXV. — M 140 r°; V 155 v®; D 62 v°; ΖΓ 3 r®. 1. 1 c. subernius Ai : c. s. ub- VH ub- D || 4 ut : et Sh. Bailey || 6 putaret VDH : -re M -rat ς. Baiter. 2. 2 item Μ, V : -m ut H -m uti D || 4 maiore Af, V : -ri DH || 6 causa meque M : -am eque V -am meque DH. 28

268

DLXXXVI (FAM., VI, 1S)

45 av. J.-C.

Je te demande donc et même, si tu le permets, je te supplie de maintenir dans l’intégrité de leurs droits des malheureux, réduits aux misères de l’exil par le hasard, auquel nul ne peut échapper, plus que par leur faute et de bien vouloir que, grâce à toi, je procure cette faveur à ceux-là mêmes qui sont mes amis, au municipe de Cales, auquel m’unissent des liens étroits, et surtout à Lepta, que je place au-dessus de tous les autres. 4. Ce que je vais dire n’importe guère à l’affaire, je le pense du moins, mais il n’y a aucun inconvénient à le dire : l’un des deux a un patrimoine des plus menus, l’autre à peine celui d’un chevalier. Aussi, puisque César, avec sa générosité habituelle, leur a laissé la vie et qu’il n’y a pas grand-chose d’autre qu’on puisse leur retirer, si tu as pour moi toute l’affection que tu as sans nul doute, assure-leur le retour. Il ne pose qu’un problème : la longueur du trajet ; s’ils l’affrontent, c’est pour vivre avec leur famille et mourir dans leur patrie. J’insiste avec force pour que tu déploies tous tes efforts dans cette affaire ou mieux pour que tu la mènes à bien, car je suis persuadé que tu le peux. 3.

DLXXXVI. — A Q. PACONIUS (?) LEPTA. (Fam., VI, 18). Rome, fin janvier ou début février 45,

CICÉRON A LEPTA.

Aussitôt reçue ta lettre des mains de ton cher Séleucus, j’ai demandé par tablette à Balbus ce qu’il y avait dans la loi a. Il m’a répondu qu’elle interdisait à ceux qui exerçaient le métier de crieur public de faire 1.

a. Séleucus était manifestement un esclave ou un affranchi de

Lepta, qui avait apporté à Cicéron le message de son maître. Sur le contenu de cette réponse, voir la Notice, p. 219 sq.

709 ab V. c.

DLXXXVI (FAM,, VI, 18)

268

Peto igitur a te uel, si pateris, oro ut homines mi­ seros et fortuna, quam uitare nemo potest, magis quam culpa calamitosos conserues incolumis uelisque per te me hoc muneris cum ipsis amicis hominibus, cum municipio Galeno, quocum mihi magna necessi­ tudo est, tum Leptae, quem omnibus antepono, dare. 4. Quod dicturus sum, puto equidem non ualde ad rem pertinere, sed tamen nihil obest dicere : res familiaris alteri eorum ualde exigua est, alteri uix equestris. Quapropter, quoniam iis Caesar uitam sua liberalitate concessit nec est quod iis praeterea ma­ gnopere possit adimi, reditum, si me tantum amas quantum certe amas, hominibus confice ; in quo nihil est praeter uiam longam, quam idcirco non fugiunt ut et uiuant cum suis et moriantur domi. Quod ut enitare contendasque uel potius ut perficias — posse enim te mihi persuasi — uehementer te etiam atque etiam rogo. 3.

DLXXXVI. — AD Q. PACONIVM (?) LEPTAM. (Fam., VI, 18). Scr, Romae ex· m. lan. aut in, Febr, a, 709 /45,

CICERO LEPTAE.

Simul atque accepi a Seleuco tuo litteras, statim quaesiui e Balbo per codicillos quid esset in lege. Rescripsit eos qui facerent praeconium uetari esse 1.

8. 3 incolumis Af, V2 (in marg.) D : om. VlH || 5 cum municipio M, V : eum m- H coi m- D tum m- ς, Baiter. 4 2 dicere M : om. VDH || 8 longam ψ : -gum Sh. Bailey (Philol., 1961, p. 263) || 10 contendasque Mt V : -s quod D , om. II. DLXXXVI. — M 97 v° ; G 54 r° ; R 82 r® 1.1 atque G, indices Mt G : om, Af, Bt Sh, Bailey,

269

DLXXXVI (FAN., VI, 18)

45 av. J.-G.

partie des décurions, qu’elle ne l’interdisait pas à ceux qui l’avaient exercé. Que tes amis, qui sont aussi les miens, soient donc rassurés ! En effet, il aurait été into­ lérable qu’à Rome on fit entrer au Sénat des gens qui pratiquent actuellement 1’haruspicine et qu’il ne fût pas permis à ceux qui ont un jour exercé le métier de crieur public d’être décurions dans les municipes. 2. Au sujet des Espagnes, rien de nouveau. Il est cer­ tain cependant que Pompée a une armée nombreuse ; car César en personne a envoyé à ses fidèles copie d’une lettre de Paciécus, où il était écrit qu’elle comprenait onze légions. Il y avait eu aussi une lettre de Messalla à Q. Salassus, informant celui-ci que son cousin P. Cur­ tius avait été tué par ordre de Pompée, sous les yeux de l’armée, parce qu’il se serait entendu avec certains Es­ pagnols pour s’emparer de Pompée, si celui-ci venait dans je ne sais quelle ville s’occuper du ravitaillement, et pour l’amener à César«. 3. Au sujet de cette affaire où tu t’es porté caution pour Pompée, si Galba, qui est caution avec toi et qui veille très attentivement à ses intérêts, revient, je ne cesserai pas de me concerter avec lui, en vue d’une solution pos­ sible ; il me semblait confiant à cet égard b. 4. Je me réjouis fort que tu prises à ce point mon Orateur. Pour ma part, j’en arrive à la conviction que j’ai rassemblé dans ce livre tout ce qui compose mon jugement sur l’art oratoire. S’il répond à l’idée que tu t’en fais, d’après ta lettre, moi aussi « je suis quelque chose » ! Dans le cas contraire, je consens qu’on retranche à la renommée de mon jugement autant qu’on retranchera a. Il n’est pas sûr que M. Valérius Messalla, légat de César (cf. B. Afr., 28, 2 ; 86, 3 ; 88, 7), soit la même personne que le consul de 53, qui faisait partie des optimates. On connaît plusieurs Cur­

tius Salassus, dont l’un fut officier d’Antoine en 41. b. Cette affaire, qui remonte à l’année 52, trouva sa conclusion après le retour de César : les biens du Grand Pompée ayant été con­ fisqués, César acquitta lui-même la créance pour laquelle Servius Sulpicius Galba et Cicéron avaient donné leur caution (cf. Val. Max., VI, 2, 11).

709 ab V. c.

DLXXXVI (FAM., VI, 18)

269

in decurionibus, qui fecissent non uetari. Quare bono animo sint et tui et mei familiares. Neque enim erat ferendum, cum qui hodie haruspicinam facerent in senatum Romae legerentur, eos qui aliquando prae­ conium fecissent in municipiis decuriones esse non licere. 2. De Hispaniis noui nihil. Magnum tamen exer­ citum Pompeium habere constat; nam Caesar ipse ad suos misit exemplum Paciaeci litterarum, in quo erat illas XI esse legiones. Scripserat etiam Messalla Q. Salasso P. Curtium, fratrem eius, iussu Pompei inspectante exercitu interfectum, quod consensisset cum Hispanis quibusdam, si in oppidum nescio quod Pompeius rei frumentariae causa uenisset, eum com­ prehendere ad Caesaremque deducere. 3. De tuo negotio, quod sponsor es pro Pompeio, si Galba, consponsor tuus, redierit, homo in re fami­ liari non parum diligens, non desinam cum illo com­ municare, si quid expediri possit; quod uidebatur mihi iUe confidere. 4. « Oratorem » meum tanto opere a te probari uehementer gaudeo. Mihi quidem sic persuadeo, me quicquid habuerim iudicii de dicendo in illum librum contulisse. Qui si est talis qualem tibi uideri scribis, ego quoque aliquid sum ; sin aliter, non recuso quin quantum de illo libro tantundem de mei iudicii fama detrahatur. Leptam nostrum cupio delectari iam12*4 1. 7 senatum Lambin. : -tu ω. 2. 3 suos Biicheler (Rhein. Mus., 11, p. 520) : uos M nos GR, Mendelssohn || paciaeci M : -aeti R pacificar G || 5 salasso M, R : salustius G || eius M : om. GR. 8. 1 de M : om. GR. 4. 6 mei M2, R : me M1, G.

270

DLXXXVI (FAM., VI, 18)

45 av. J.-G.

à ce livre. Je souhaite que notre petit Lepta prenne déjà plaisir à de tels écrits ; bien que la maturité de l’âge lui fasse encore défaut, il n’est pas inutile que ses oreilles résonnent de cette sorte de langage. 5. J’ai été totalement retenu à Rome par l’accouche­ ment de ma chère Tullia. Mais, bien que sa santé soit — du moins je l’espère — suffisamment solide, je suis encore retenu le temps d’obtenir des intendants de Dolabella le premier versements. Et puis, ma foi, je suis moins amateur de déplacements que j’avais coutume de l’être ; je prenais plaisir à mes constructions et à mes loisirs : j’ai ici une maison, qui ne le cède à aucune de mes villas, et des loisirs plus étendus que dans le plus désert des déserts ! Ainsi, même mon activité littéraire est libre d’entraves et je m’y consacre sans aucune interruption. Aussi, je pense te voir ici avant que tu me voies dans ta région. Le charmant petit Lepta devrait apprendre Hésiode par cœur et avoir à la bouche « mais, devant le mérite, la sueur... » et la suite*. a. Première tranche du remboursement de la dot de Tullia ; Cicé­ ron s’en préoccupait déjà à la veille du départ de César pour l’Es­ pagne (cf. DXX1 — Au., XII, 8). b. Τής δ* άρετής Ιδρώτα θεοί προπάροιΟεν έθηκαν άΟάνατοι — < mais, devant le mérite, les dieux immortels ont mis la sueur » (Hes., Op.t 289 sq.).

i

709 ab V. c.

DLXXXVI (FAM., VI, 18)

270

talibus scriptis; etsi abest maturitas aetatis, iamen personare auris eius huiusmodi uocibus non est inu­ tile. 5. Me Romae tenuit omnino Tulliae meae partus. Sed cum ea, quemadmodum spero, satis firma sit, teneor tamen, dum a Dolabellae procuratoribus exigam primam pensionem. Et mercule non tam sum peregrinator iam quam solebam; aedificia mea me delectabant et otium : domus est quae nulli mearum uillarum cedat, otium omni desertissima regione maius. Itaque ne litterae quidem meae impediuntur, in quibus sine ulla interpellatione uersor. Quare, ut arbitror, prius hic te nos quam istic tu nos uidebis. Lepta suauissimus ediscat Hesiodum et habeat in ore « της 8' άρετης Ιδρώτα » et cetera. 4. 8-9 tamen personare Victorius : iam inp- ω. δ. 6 delectabant Jlf, G, Baiter, alii : -tant Λ, Andresen, alii || domus ω : nunc d- Ernesti || 12 et cetera ω : om. ς.

NOTES COMPLEMENTAIRES

Page 31 9 1. Il est tentant de donner à litteris, employé à côté de libris, le sens restreint de « lettres, épHres · : Cicéron pense probablement aux Lettres de Platon, adressées à divers hommes politiques, Lettres dont il ne met pas en doute l'authenticité et qu’il cite à plusieurs reprises (Lettre V, in Fam., I, 9, 18 ; — Lettre VII, ibid. ; in Tusc.t V, 100 ; De Fin., II, 92 ; — Lettre IX, in De Fin., II, 46 ; De Off., I, 22) ; au printemps 45, il rédigera, non sans peine, une < Lettre L César * sur la situation politique, un Συμβουλευτικόν (= « Conseils ») inspiré des lettres d’Aristote et de Théopompe à Alexandre le Grand (cf. Att., XII, 40, 2 ; 51, 2 ; XIII, 27, 1, etc...), et ne renoncera finale­ ment L l’expédier et à la publier que pour des raisons d’opportunité. Mais il aurait sûrement préféré au terme ambigu de litterae celui d"epistula, par lequel il désigne, en Tuse., V, 100, la Lettre VU de Platon ; le mot litterae désigne ici des écrits de toute sorte — y com­ pris des « lettres » proprement dites — comme dans ce passage du De Or., où il est juxtaposé à uolumina (I, 192) : ... neque ita multis litteris aut uoluminibus magnis continentur. De fait, Cicéron songe peut-être à terminer ou à remanier son De legibus, rédigé en 52, mais resté inédit (cf. G. de Plinval, in edit. De leg., Paris, 1959, Introd. p. vin sqq.) ; dans les mois suivants, il va écrire une Laus Catonis, d’une incontestable portée politique ; en mai 45, il mettra on chantier « une sorte do Colloque politique à la manière de Dicéarquo » (aliquem... πολιτικόν σύλλογον more Dicaearchi ; Att., XIII, 30, 2, etc.), qui demeurera inachevé. A leur manière, les deux dis­ cours prononcés devant César, en automne 46, le Pro Marcello et le Pro Ligario, tendent à exercer une influence modératrice sur le dictateur. Comme les Sages de la Grèce, auxquels il s’efforce de res­ sembler, Cicéron considère que le devoir du philosophe est de cher­ cher obstinément à faire prévaloir son idéal politique, autant qu’il le peut, même lorsque le pouvoir se trouve entre les mains d’un tyran. 2. Ce Séius doit presque sûrement être identifié avec l’ami d’Atticus que Cicéron a recommandé au gouverneur d’Asie en 51 (cf. CCI! = Att., V, 13, 2) et avec celui dont il apprendra la mort à la fin de 46 (cf. DLXI = Att., XII, 11, 1) ; en revanche, il est im­ probable que ce Séius soit l’édile curule de 74 (cf. Cic., Pro Plane., 12 ; De off., II, 58 ; Plin., N. H., XV, 2 ; Cl. Nicolet, L'ordre équestre à Vépoque républicaine (312-43 ao. J.-C.). T. 2 : Prosop. des cheval.

272

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 31-35)

rom., n° 316), douteux même qu’il ne fasse qu’un avec le eques Romanus bien connu comme éleveur de volaille, à époque (cl. Plin., N. HX, 52 ; Varr., R. R., pass. ; op. cit., n° 317). 3. D’aller en Campanie ; cf. CCCCLXXX1 --- IX, 5, 1

M. Seins la même Nicolet,

et 3.

Page 32 :

1. σύν τε δύ’ έρχομένω καί τε πρδ Ô του ένόησεν, || βππως κέρδος έη : « quand deux hommes marchent ensemble, si ce n’est l’un, c’est l’autre, à sa place, qui voit l’avantage à saisir » (trad. P. Mazon ; IL, X, 224 ; cf. CCCLXXV — Au., IX, 6, 6). Un mois plus tôt, dans sa précédente lettre à Varron, Cicéron avait justi fié ses propres scrupules à quitter Rome et son opposition au départ de Varron pour Cumes par le souci du qu’en dira-t-on (CCCCLXXV111 --- Fam., IX, 2, 3-5) ; en fait, il voulait rester en contact étroit non seulement avec Varron, mais avec ses autres amis politiques demeurés à Rome, pour pouvoir se concerter avec eux lorsqu’on connaîtrait la conclu­ sion de la guerre d’Afrique (cf. t. VI, Fam., V, 21, 3) et jouer éven­ tuellement un rôle actif si, par hasard, elle entrouvrait la porte à une restauration de la concorde et delà République (cf. CCCCLXXVIII — Fam., IX, 2, 5). 2. Equis uiris : < en employant chevaux et hommes », c’est-à-dire « par tous les moyens » ; expression proverbiale (cf. De off., III, 116 ; A. Otto, Sprichwôrter, p. 126). 3. Vers 112 de VAndrienne de Térence ; sur L. César, cf. Notice, p. 18 sq. 4. Citation d’Ennius {Frg. 310 Vahlen), qu’on retrouve dans le De or., III, 167, et l’Or., 93. Page 34 :

1. A Dyrrachium, où Pompée avait réussi à rompre l'encercle­ ment de César (juillet 48 — mai astron.) ; cf. Caes., B. C.t III, 72, 1. 2. Cf. t. VI, Att., XI, 7, 3 : iudicio hoc sum usus non esse barba· ris auxiliis fallacissimae gentis rem publicam defendendam. Page 35 :

1. Ce proverbe était sans doute un vers de comédie, que Ribbeck a reconstruit comme suit (Comic. Rom. Fragm?., p. 150; septén. troch.) : ubi iam non es qui fueris, non est cur uelis uiuere. Sur d’autres échos du même proverbe dans la littérature latine, cf. D. R. Shackleton Bailey, in ed. Att., t. II, p. 147. 2. L’Ile de Rhodes et la ville de Mytilène, dans l’ile de Lesbos, étaient couramment associées, comme lieux d’exil typiques (cf. DIII — Fam., IV, 7, 4 ; Hor., Epist., I, 11, 17); d’ailleurs, après Pharsale, deux Pompéiens, amis de Cicéron, s’étaient retirés l’un,

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 35-39)

273

C. Cassius Longinus, à Rhodes (t. VI, Alt., XI, 13,1), l’autre, LI. Clau­ dius Marcellus, à Mytilène.

Page 38 : 1. Quelques jours plus tôt, Cicéron avait annoncé à Varron, qui voulait quitter Tusculum le 5 juin pour se rendre à Cumes, qu’il le re­ joindrait soit à Tusculum avant son départ, soit en Campanie même (cf. CCCCLXXXI — Fam., IX, 5, 3) ; en réalité, il quitta Rome avant les Calendes de juin (cf. CCCCLXXXIV — Au., 5 c), et Varron, de son côté, retarda une fois de plus son voyage vers le sud (cf. CCCCLXXXVI ----- Fam., IX, 6, 4). Pour ce billet, écrit plus vraisemblablement après son arrivée à Tusculum qu’avant son départ de Rome, Cicéron a choisi le ton du badinage philosophique, accordé aux go lits de l’érudit et à l’esprit de leur prochaine rencontre ; il y fait allusion à une divergence doctrinale sur la détermination du futur, entre Diodore d’Iasos, philosophe de l’École Mégarique (se­ conde moitié du iv® s.) et le stoïcien Chrysippe (seconde moitié du ni® s.) ; il s’intéressait d’ailleurs personnellement à cette question, qu’il exposa en détail deux ans plus tard dans le De fato. Diodore, partisan d’un nécessitarisme logique, soutenait que « cela seul est possible, qui est vrai ou le sera » — ici solum fieri posse... quod aut sit uerum aut futurum sit uerum {De fato, 13) — en sorte que quelque chose qui ne s’est pas réalisé ou ne se réalisera pas est impossible (sur Diodore et son argument « dominateur », cf. Epict , Diss., II, 19, 1-5 ; Zeller, Phil. der Griechen, II, 1, p. 269 sq. ; P.-M. Schuhl, Le dominateur et les possibles, Paris, 1960 ; K. Dôring, Die Megariker, Amsterdam, 1972). Pour concilier fatalisme et liberté, Chry­ sippe distinguait le destin et la nécessité, en s’efforçant de mon­ trer que le possible, c’est-à-dire « ce qui est susceptible d’être vrai » — τδ επιδεκτικόν του «ΧηΟές είναι — n’est pas à proprement parler nécessaire (cf. A. Yon, Introd. et notes à son édit, du De fato, Paris, 1950; É. Bréhier, P. Aubenque et P.-M. Schuhl, in Les Stoï­ ciens, Coll, de la Pléiade, Paris, 1962 ; V. Goldschmidt, Le système stoïcien et l'idée de temps, Paris, 1953).

Page 39 : 1. Le mot hortus s’employait métaphoriquement avec le sens de « magasin, provisions, ressources » (cf. Th. L. L., VI, 3016, 3339), par exemple dans ces deux vers de Plaute {Mil., 193 sq.), où Palestrion fait le portrait d’une femme pleine de ruses et d’arti­ fices : nam mulier holitori numquam supplicat, siquast mala; domi habet hortum et condimenta ad omnis mores maleficos. Cf. Cic., Q. fr., II, 9, 4 : hortus domi est ; Cal. Mai., 56 ; Pli N., N. H., XIX, 51. Shàckleton Bailey (in ed. Fam., t. II, p. 316) a renoncé à comprendre hortum, parce qu’il s’en est tenu au sens premier de « jardin potager » ou de « légumes »; E. S. Shuckburg {The letters of Cicero, Londres, 1899-1900, ad loc.) imaginait une bibliothèque

274

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 39-42)

entourant un jardin...; pour M. Rothstein (Griechisches ans Ciceros Briefen, in Hermes, LXVII, 1932, p. 90), hortum désignait le Jardin d’Épicure, dont les livres méritaient bien une place à côté des œuvres de l’Académie, du Lycée et du Portique 1 2. Dolabella revenait d’Afrique, où il avait accompagné César (et CCCCLXXIX = Fam., IX, 7, 2). 3. Il s’agit vraisemblablement de précautions d’ordre financier prises en vue d’un divorce éventuel ; celui-ci, auquel Cicéron se préparait déjà en juillet 47 (cf. Att., XI, 23, 3, in t. VI), et même dès juin 48 (cf. Att., XI, 3, 1, in t. VI), devait se produire effective­ ment avant le départ de Dolabella pour l’Espagne (cf. supra, No­ tice, p. 198) ; Tullia rencontra encore son mari en tête-à-tête pen­ dant le mois de juillet, puisqu’elle accoucha neuf mois plus tard, en février 45, d’un petit Lentulus. 4. Le 1er du mois était jour d’échéance : cf. Hor., Sat., I, 3, 87 : cum tristes misero (— debitori) ucnere Kalendae; Ον., Rem. am., 561. Le nom de « Nicasion * désigne manifestement n’importe quel créancier (cf. Verr., II, 4, 113) ; il avait sans doute été porté par un prêteur connu, dans l’histoire ou la littérature récente.

Page 41 : 1. Les deux mots Caesaris scilicet ont été considérés comme une glose par do nombreux éditeurs, non sans raison : Cicéron ne nomme César nulle part ailleurs dans cette série de lettres à Varron et celui-ci ne pouvait hésiter sur l’identité du personnage dont on attendait Yaduentus ; il avait lui-même questionné précédemment Cicéron sur son itinéraire de retour (cf. CCCCLXXIX — Fam.t IX, 7, 2). Mais : les deux mots figurent dans tous les manuscrits ; Cicéron n’avait pas les mêmes raisons de proscrire le nom du dictateur en écrivant à Varron, qui se préparait à courir à la rencontre de César, que dans des lettres adressées à un adversaire intransigeant, tel que Marcel­ lus ; enfin, l’adverbe scilicet est facile à justifier, si on le rapporte non pas au mot Caesaris, mais à la phrase entière, en relation avec ncque tu id ignoras et sed tamen : « je ne te parlerais pas de cette at­ tente, s’il n’y avait pas du nouveau, qui t’intéresse » 2. Alsium était un port situé au sud de l’Étrurie, à une trentaine de kilomètres de l’embouchure du Tibre, et renommé surtout pour ses belles villas appartenant à de riches Romains ; Cicéron se posera la mémo question l’année suivante, au retour d’Espagne du dicta­ teur (cf. Au., XIII, 50, 4).

Page~42^:

1. Après son retour de Cilicie (24 novembre 50), Cicéron a cons­ taté que « de part et d’autre », ex utraque parte, sunt qui pugnare cupiant (CCXCIX — Fam.t XVI, 11, 2, du 12 janvier 49) ; quelques jours plus tôt, Pompée, au cours d’un entretien, lui « a paru non seulement ne pas désirer une telle paix, mais même la redouter » (CCXCVI — Att.t VII, 8, 5, du 26 décembre 50) ; et, dans un mes­

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 42-43)

275

sage très sévère, il rappelle à Pompée, le 27 février 49, que les op­ timi ont préféré la guerre à un accommodement ; mais, dans d’autres lettres de la même période, il se montrait impitoyable à l’égard de César (cf. à, VII, 18, 2 -- CCCXVII\ IX, 5, 3 = CCCXXIV). Varron était alors légat de l’Espagne ultérieure, pour le compte du Sénat. — Les derniers mots de cette phrase — uincere autem aut hos aut illos necesse esse — font difficulté : relance de la proposition infinitive après une indépendante, présentation d’une conséquence inéluctable comme un fait dont Cicéron aurait été le témoin ; d’où la solution simpliste de Shackleton Bailey, qui corrige esse en erat ; mais, outre qu’une telle faute n’admet guère d’explication pa­ léographique, il n’y a pas de raison de donner ici à uidi le sens res­ treint de < j’ai constaté de mes yeux » ; Cicéron emploie couram­ ment ce verbe dans une acception plus intellectuelle : « se repré­ senter, se rendre compte » ; la phrase suivante en offre un exemple d’autant plus remarquable que uideremus conjugue deux complé­ ments d’objet de nature grammaticale différente, un groupe nominal et une proposition infinitive. En constatant l’ardeur combative des Pompéiens, Cicéron en a « vu » du même coup la conséquence : le caractère inexpiable de la guerre, excluant l’espoir d’un compromis — ce qui ne l’empêcha pas d’en explorer les voies —; cf. Att., VII, 1, 2 (CCLXXXI ; d’Athènes, le 16 octobre 50) : uidere enim mihi uideor tantam dimicationem... quanta numquam fuit. 2. Le pluriel ducum désigne les chefs qui commandent dans chaque armée (cf. Caes., B. C., I, 40, 2 : pompeiani exercitus duces ; Rhet. ad Her.t I, 15, 25 ; Cic., De imp. Cn. Pomp., 9 ; Pro Flacco, 27). 3. Les bestiae sont les éléphants du roi de Numidie Juba Ier, dont les Pompéiens durent bon gré mal gré se faire un allié, pour continuer la résistance en Afrique du Nord, après la défaite de Phar­ sale ; cf. Alt., XI, 7, 3 (t. VI) : iudicio hoc surn usus, non esse bar­ baris auxiliis fallacissimae gentis rem publicam defendendam. 4. Victorius, suivi par de nombreux éditeurs, a corrigé duxerim en duxi, tum : il leur paraissait, à bon droit, absurde que Cicéron eût de longue date tenu Varron pour un grand homme, s’il n’avait reconnu ses mérites qu’à la faveur des < tempêtes actuelles » ; mais cette correction implique une ellipse peu vraisemblable : tum (ts magnum hominem ducoÿ quod ; il est beaucoup plus simple de garder le texte des manuscrits et de faire porter le membre de phrase cau­ sal sur l’apodose.

Page 43 9

, 1. Nos désigne nécessairement Cicéron seul, devant imitamur (1. 1) ; il ne pense probablement qu’à lui dans les deux phrases suivantes, bien que l’idée puisse s’appliquer aussi à Varron, et même aux autres boni. Le problème de la participation du sage aux affaires publiques est un de ceux qui ont le plus préoccupé Cicéron, surtout du jour où la liberté fut gravement menacée; cf. Att., II, 16, 3 — XLIII\ Fam., I, 9, 18 — CLIX ; la discussion, en grec, d’Au.» IX, 4 ; E. de Saint-Denis, La théorie cicéronienne de la participation aux affaires

276

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 43-46)

publiques, in Rev. de Philol., LXIV, 1938, p. 193 sqq. ; A. Michel, Les rapports de la rhétorique et de la philosophie dans Vceuvre de Ciciron, Paris, 1960, p. 557 sqq. ; W. J aeger, Scripta minora, I, Rome, 1960, p. 378 sqq. Théophraste et Athénodore, par exemple, préconi­ saient l’abstention politique ; Dicéarque et la majorité des Stoï­ ciens la condamnaient ; Platon et Aristote avaient une position nuancée. On notera que les arguments en faveur de l’abstention sont ici présentés sous forme interrogative, ce qui inspire un doute sur la résolution, même momentanée, de Cicéron.

Page 44 :

1. Précaution courante; cf. CLXVII — Fam., VII,'· 18, 2; DXI --- Fam., IV, 4, 1. Page 45 :

1. Les mots grecs étaient-ils transcrits en caractères latins dans l’archétype, comme l’a suggéré L. Y. Tyrrell (Remarks on Tucker Emendations in C.’s Epistles, in Hermathena, XV, 1908-1909, p. 440)? Ceci expliquerait la retranscription άποφθεγματωρομ, qu’on lit dans les manuscrits ; mais ce n’est pas une raison pour adopter la cor­ rection apophthegmatorum, proposée par M. Demmel (Cic. u. Paetus, Cologne, 1962, p. 43, η. 1 ; sic, Shackleton Bailey, in edit.), car il est peu vraisemblable que Cicéron ait latinisé le mot grec pour désigner le recueil de César, dont le titre exact était Dicta collec­ tanea, d’après Suétone (Caes., 56, 7) ; le mot *apophthegmatum n’est d’ailleurs pas attesté en latin. Un recueil des bons mots de Cicéron fut publié, à la fln de 46, par C. Trébonius (DLX1II — Fam., XV, 21), un autre par Tiron... ou par Cicéron lui-même (cf. Macr., Sat., U, 1, 12). 2. On a cru reconnaître la citation de celte tragédie d’Accius (Oenomaus) faite par Pétus dans un des rares fragments qui nous en sont parvenus (Ribbeck, Trag. Rom. fragm.3, n° 504 sq.) : Saxum id facit angustitatem, et sub eo saxo exuberans Scatebra fluuiae radit rupem. Mais le paragraphe 6 montre que, dans le texte utilisé par Pétus, le flot de l’envie, loin d’entamer le roc, se brisait contre lui.

Page 46 : 1. Ces philosophes sont les Stoïciens ; en effet, la même idée est exprimée en Tusc., III, 34 extr. (... malum nullum esse nisi culpam, culpam autem nullam esse cum id quod ab homine non potuerit praes­ tari euenerit), dans un développement qui résume la critique stoï­ cienne de la morale épicurienne (§§ 32-37), et Plutarque l'attribue nommément à Crantor (Consol. ad Apoll., 114 c) ; Cicéron la reprend en Fam., VI, 1, 4 (= DLXXI) et V, 17, 3 et 5. Sur le sens de praes­ tare, cf. De or., I, 113. 2. Cf. supra, p. 45, n. 2.

I

i .

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 46-47)

277

3. Bien qu’on puisse citer bon nombre de philosophes qui, à Athènes comme à Syracuse, ont enseigné sous un régime monar­ chique, il est probable que Cicéron pense surtout à Socrate, qui a tenu tête aux Trente, et à Platon, qui s’est rendu trois fois à Syra­ cuse, pour tenter de convertir à la pratique de la philosophie les tyrans Denys l’Ancien et Denys le Jeune.

Page 47 :

1. Feignant d’être ruiné, Pétus avait conté à Cicéron (en paro­ diant plus ou moins une scène de mime?) un repas frugal offert récemment par lui à l’un de ses amis et avait indiqué le nom du personnage, le coût de la pitance et la nature du menu. Le tyrota­ richum apparaît chez Cicéron comme un plat rustique (cf. Att., IV, 8, 1 — CXIV \ XIV, 16, 1} ; mais Apicius (IV, 144) en propose une variante assez raffinée. L’hôte de Pétus a été ingénieusement identifié par Demmel (op. oie., p. 54) avec M. Pompilius Andronicus, gram­ mairien d’origine syrienne, qui, d’après Suétone (Gramm., 8), était contemporain de Pétus, épicurien comme lui, et passa la fin de sa vie à Cumes, dans la pauvreté (on sait que Pétus résidait à Naples) ; peut-être le C. Andronicus que Cicéron connaissait à Pouzzoles était-il son fils (cf. Att., V, 15, 3 — CCVJ). Cette hypothèse est fort séduisante ; toutefois, on notera que le nom Popil(l]ius, donné par les quatre manuscrits, était un gentilice couramment attesté ; le tribun militaire qui tua Cicéron s’appelait Popilius Lénas... 2. Le problème des dettes avait continué d’agiter les esprits, après le déclenchement de la guerre civile, et fourni à M. Caelius Rufus en 48, à P. Cornélius Dolabella en 47, l’occasion de susciter des troubles sérieux dans Rome. A son retour d’Orient (octobre 47), César refusa d’abolir les dettes, mais décida de les alléger : au lieu de s’acquitter en espèces, les débiteurs avaient le droit de se libérer en transférant à leurs créanciers des titres de propriété ; les biens ainsi transférés étaient évalués à leur prix d’avant-guerre ; or, la raréfaction du numéraire ayant fait tomber les prix des propriétés fort au-dessous do leur valeur réelle (cf. Att., IX, 9, 4 — CCCLXXIX), les créanciers se plaignaient — à tort — d’être frustrés. D’autre part, les intérêts versés en 49 et 48 (12 % X 2 = 24 %) étaient dé­ duits du montant des dettes (cf. Suet., Cass., 42, 2 ; Cass. D., XLII, 51, 1, avec une erreur de date; sur cette question, voir J. Carcopino, J. César*, Paris, 1967, p. 507 — peu exact — mais surtout M. W. Frederiksen, Caesar, Cicero and the problem of debt, in Journ. of Rom. Stud., LVI, 1966, p. 133-134, et Cl. Nicolbt, Les varia­ tions des prix et la « théorie quantitative de la monnaie » à Rome, de Cicéron à Pline le Jeune, in Annales. Écon., soc., civilis., XXVI, 1971, p. 1214-1222 ; nous remercions H. Zehnacker de nous avoir aimablement confirmé leur interprétation). 3. Cicéron avait été jadis en relation avec ce personnage, mort en 49 (cf. Att., IX, 9, 4 = CCCLXXIX}, oncle ou grand-père de M. Tigellius Hermogénès, le futur parasite de César et d’Auguste,

278

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 47-48)

mais s’était involontairement brouillé avec lui (cf. Att., XIII 49; Fam., VII, 24). 4. Les dîners chic commençaient tôt. 5. Matris, de Thèbes ou d’Athènes, auteur d’hymnes connu pour son extrême sobriété ; cf. Ptol. Hephaestion, Nou. Hist., III, ap. Phot. cod. 250 ; Ατπεν., Deipnosoph., II, 44 G ; Hobein, R. E., XIV, 2287 sq. 6. A époque ancienne, la statue en terre cuite de Jupiter, dans le temple du Capitole, était périodiquement enduite d’une couche de minium (cf. Verr. Flaccus ap. Plin., N. H., XXXIII, 112 ; XXXV, 157 ; Plut., Quaest. Rom., 98) ; le poulpe auquel songe Cicéron devait être servi dans une sauce rouge (?). Page 48 :

1. Propriété appartenant sans doute au banquier Sélicius, men­ tionné par Cicéron en 61 et en 54 (Au., I, 12, 1 ----- XV11, et IV, 19, 2 — CLV1). Pétus se défendra plus tard d’avoir déconseillé cet achat à Cicéron (Fam., IX, 15, 3 — DXVI). 2. Boutade de sens obscur ; on a voulu corriger le dernier mot : malgré deux menues divergences — Ma sannonum, H sanniorum — la tradition manuscrite remonte presque certainement à sannio­ num, dans l’archétype ; ce mot rare, emprunté au grec σαυυίων, désigne un bouffon, un pitre, personnage qui figurait dans le réper­ toire de l’atellane (titre d’une atellane de Novius ; cf. Schanz-Hosius, Gesch. d. rôm. Lit., I4, p. 252) ; Cicéron l’emploie une autre fois, dans un passage du De orat., II, 251. F. Hopmann (in edit. Ausgew. Briefe) a proposé la correction sanorum (gén. de sana), à laquelle Tyrrell et Purser préfèrent le comparatif saniorum : grammati­ calement scabreuse, elle pèche davantage encore par sa platitude. W. E. Sedgefjeld (Locorum nonnull. in epp. M. T. C. ... emenda­ tiones, (Londres, 1942) et Shacklteton Bailey (in edit., t. II, p. 339) ont cherché l’un et l’autre derrière sannionum un mot qui prolon­ gerait la métaphore de salis et sont tombés tous deux sur les... sa­ lières, mais avec des divergences notables : Sedgkfield lit Sa­ miorum (--- « vases de Samos ») et comprend la phrase ainsi : « j’ai le sel » — c’est-à-dire la somme nécessaire pour l’achat do la pro­ priété — « mais non les salières » — c’est-à-dire le supplément qu’il faudrait pour la mise en état —; mais le mot sal n’apparaît nulle part avec ce sens d’« oseille » ou de « braise » et la vaisselle de Samos n’avait aucune valeur (cf. Plaut., Stich., 694 ; Lucil., 279). La solution de Shackleton Bailey est moins arbitraire : Pétus ayant déployé beaucoup d’esprit, dans sa lettre et peut-être vanté le sal (= « coquetterie ») do la propriété (cf. Corn. Nep., Au., 13, 2; Cic., Au., XIII, 29, 1), Cicéron constaterait qu’il y a abondance de « sel », mais qu’il manque les « salières » (salinorum, en argent...), c’est-à-dire les capitaux (?). Ces diverses tentatives partent du postulat d’après lequel puto me praetermissurum voudrait dire : • je crois que je vais renoncer à l’achat » ; brusquerie plutôt déso­ bligeante pour Pétus et surprenante en guise de conclusion à une

'

NOTES COMPLÉMENTAIRES (p. 48)

279

telle lettre ; mais surtout, on voit mal pourquoi les facetiae de Pétus auraient comme conséquence (itaque) de faire renoncer Cicéron à son projet ; en outre, le verbe praetermitto ne s’emploie pas pour exprimer l’abandon d’un projet. Ce à quoi renonce Cicéron, c’est à traiter de cette affaire dans la présente lettre, déjà longue ; et il en donne un prétexte plaisant : c’est précisément qu’il y avait beau­ coup de plaisanteries dans la lettre de Pétus et que lui-même vient de faire un effort pour lui répondre sur le même ton ; mais les cir­ constances ne sont guère propices aux bouffons et lui-même ne se sent pas l’âme de ce rôle. Le début de la lettre CCCCXC1V (= Fam., IX, 20, 1), écrite un mois plus tard environ, reflète une humeur plus joyeuse : Cicéron a été traité par Pétus comme un bouffon, scurra ; il s’en félicite et répond sur le même ton. Dans une autre lettre à Pétus, de quelques mois postérieure (Fam.t IX, 15, 2 — DXVI)t il le loue de sa verve caustique, bien romaine, et regrette que les représentants de cet esprit proprement urbain (urbani sales), plus piquant que le sel attique (salsiores quam illi Atticorum), soient de moins en moins nombreux. La rareté des sanniones constituait donc une sorte de thème dans la correspondance entre Cicéron et Pétus ; la boutade qui termine la présente lettre semble bien s’y rattacher. Remarquons enfin que, dans le passage du De oratore (II, 251), le mot sannio est étroitement associé à salsum et à mi­ mum, comme dans notre texte : quid enim potest esse tam ridiculum quam sannio estf Sed ore, uoltu, uoce, denique corpore ridetur ipso; salsum hunc possum dicere atque ita, non ut eius modi oratorem esse uelim, sed ut mimum. 3. Début d’un vers d’Ennius se rapportant à Q. Fabius Maximus Cunctator (Vahlen3, n° 295) : Quintus pater quartum fit consul. Comme le frère de Cicéron, Fabius avait un fils qui portait le même prénom que son père. 4. A la fin de la période républicaine, les Lupercales avaient dégé­ néré en récréation populaire ; les fils de familles nobles qui conti­ nuaient à y participer se faisaient mal voir (cf. Cic., Pro Cael., 26) et, au temps de César, un affranchi devint magister des Luperques {G. /. £., P, 1004; cf. K. Latte, Rom, Rel.-Gesch., Munich, 1960, p. 85, η. 1). César créa un troisième collège de Luperques en 45, les Luperci lulii ; il est probable qu’en 46 déjà l’entrée dans la con­ frérie du jeune Quintus, avide de plaire à César, et de deux affran­ chis de la maison — Statius, le favori de Quintus le père ; Philotime, l’homme de confiance de Térentia — avait une signification politique ; est-ce la clef de la remarque énigmatique qui vient après, nisi mea {stultitia) maior esset (le ralliement résigné à César)? Cette explication, proposée par Manutius, a peu de vraisemblance : si, au printemps de 47, Cicéron se repentait d’avoir quitté le camp pompéien — stultitiae nostrae (Alt., XI, 11, 1, in t. VI) — ensuite, et surtout depuis la défaite de Thapsus, il se félicite constamment de ce choix politique comme des précédents. 5. L’entrée dans la confrérie des Luperques exigeant, comme le 29

280

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 48-51)

montre ce texte, une mise de fond importante, Quintus avait de­ mandé un prêt à Atticus et celui-ci s’était récusé, en déclarant que sa caisse était vide... Les sources Pirène, au pied de 1*Acrocorinthe, et Aréthuse, à Syracuse, jouissaient d’une grande célébrité ; Pin­ dare a chanté, dans la première Néméenne, le mythe de la fontaine Aréthuse, qui passait pour une résurgence du fleuve Alphée ; le texte exact du vers 1 est le suivant : άμπνευμα σεμνόν ’Αλφεου ; dé­ formation imputable à Cicéron ou aux copistes? La protase hypo­ thétique fac... appelle une apodose, d’où la correction de haurire en -ret (Shackleton Bailey) ; le verbe simple n’ayant presque jamais le sens d'exhaurire, la restitution δ>ην plutôt que τήν de­ vant κρήνην paraît plus satisfaisante.

Page 50 : 1. Cicéron vient de terminer sa Laus Catonis, entreprise en juin sur les conseils de Brutus (cf. CCCCLXXXV — Att., XII, 4, 2 ; CCCCLXXXVIII — Att., XII, 5, 2), et n’a pas encore commencé à rédiger 1 'Orator. Le manuscrit du Caton est en cours de reproduction dans l'atelier d’Atticus, car l’addition difilcile à déchiffrer, sur la­ quelle Cicéron attire l’attention de son secrétaire, ne peut se rap­ porter qu’à cet ouvrage ; elle évoquait certainement un incident raconté par Valère Maxime (III, 1, 2) et par Plutarque (Cal. Min., 2) : à la veille de la Guerre sociale, un chef des Marses, ami de la famille, ayant fait mine de précipiter Caton, alors âgé de quatre ans, par la fenêtre s’il ne s’engageait pas à se prononcer pour la cause des Italiens, l’enfant s’y refusa intrépidement. 2. Au dîner que Tiron est chargé de préparer sera invitée Junia Tertia, demi-sœur de M. Brutus, mariée à C. Cassius Longinus (cf. J. Carcopino, Les secrets de la Corr., II, p. 130 sq.) ; on ne sait pour­ quoi elle était en mauvais termes avec Publilius, proche parent de la jeune Publilia, que Cicéron devait épouser à la fin do l’année (cf. Notice, p. 198, et la note détaillée de Shackleton Bailey, in edit. Fam., t. II, p. 323). 3. Ce Belliénus Démétrius, mentionné dans la lettre précédente et dans la suivante, était apparemment un rustre, tout le contraire de Démétrius de Phalère, gouverneur d’Athènes de 317 à 307, dont Cicéron admirait la culture raffinée (cf. Brut., 37; De orat., II, 95; Or., 172) ; la boutade nunc plane Bellienus est a plus de piquant si l’auteur joue sur l’homophonie Bellienus fbellua et c’est une rai­ son de préférer la leçon Bellienus à Bïllienus. Voir notre contribu­ tion aux Mélanges P. Wuilleumier, Paris, 1980, p. 17-23 : « Une bête noire de Cicéron : Belliénus Démétrius. » 4. Cicéron s’amuse, semble-t-il, à reproduire des tics d’expres­ sion de Démétrius ; le sed tamen qui suit en fait sans doute encore partie.

Page 51 : 1. Tiron avait probablement voulu dire qu’en se soignant atten­ tivement il tenait parole à Cicéron, son patron ; Cicéron comprend

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 51-92)

281

— ou feint de comprendre — que Tiron aurait déclaré s’acquitter de ses devoirs à l’égard de sa santé. 2. Cicéron s’exprime en termes analogues dans le passage de YOrator où, faisant le portrait de « l’orateur simple », c’est-à-dire attique, d’après le Περί λέξεως de Théophraste (§§ 76-90; Théo­ phraste est mentionné au § 79), il précise que ce tenuis orator.,, nec in faciendis uerbis erit audax et in transferendis uerecundus (§ 81). N’oublions pas que 1 'Orator sera rédigé peu de temps après et que Ci­ céron est alors plongé dans les lectures préparatoires (cf. CCCCXC — Fam., XVI, 22, 1). 3. Démétrius, qui avait annoncé son arrivée prochaine à Rome (voir les deux lettres précédentes), a rendu visite à Cicéron, en pas­ sant par Tusculum (ce césarien — cf. CCCLXIX — Fam., VIII, 15, 2 — revenait peut-être d’Afrique) ; il semble, à prendre comi­ tatu au sens strict, que Cicéron ait fait un bout de chemin avec lui. 4. P. Cuspius, publicain chaleureusement recommandé par Cicé­ ron, en 56, au gouverneur d’Afrique Q. Valérius Orca (CXIX --Fam., XIII, 6 ; cf. Cl. Nicolet, L'ordre équestre..., II, n° 132). 5. Façon plaisante d’informer Pétus que Dolabella et Hirtius ont interrompu leurs « leçons » de rhétorique pour aller au-devant de César ; celui-ci a quitté Caralis (auj. Cagliari) le 27 juin ; mais, retardé par des vents contraires, il ne fit son entrée à Rome que le 25 juillet (duodetricensimo die, B. Afr., 98, 2). On ne sait où il a débarqué.

Page 62 ;

1. Cet épisode de la vie do Denys le Jeune (en 344) était passé en proverbe : Διονύσιος έν Κορίνθφ; cf. CCCLXXIX — Att,, IX, 9, 1 ; Tusc., III, 27. 2. Allusion non pas aux mesures prises par Pompée en 52, pour limiter le nombre et le temps do parole des avocats, mais à la dis­ parition des grands procès politiques. 3. L. Lentulus Crus, consul en 49, fut assassiné en Égypte, peu après Pompée, sur ordre du roi Ptolémée (cf. Caes., B. C., III, 104). Q. Métellus Scipion, beau-père de Pompée et commandant en chef do l’armée d’Afrique, tenta de gagner la Sicile après la défaite de Thapsus, mais, encerclé par une escadre césarienne plus forte que la sienne, il choisit la mort et, aux adversaires qui réclamaient l’Jm, perator, il aurait déclaré : Imperator se bene habet, avant de se jeter dans la mer (Liv., Per., 114). L. Afranius fut massacré par les sol­ dats de César, qui l’avaient fait prisonnier alors qu’il se dirigeait par voie de terre vers l’Espagne, avec des rescapés de Thapsus (B. Afr., 95). Page 92 :

1. Ces « occupations » absorbantes semblent bien, d’après la phrase suivante, liées à l’activité judiciaire et aux séances du Sénat ; elles impliquent donc que César est de retour à Rome, ainsi que Cicéron (cf. Notice, p. 81).

282

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 93-94) Page 93 :

1. Les mots « (tu as craint) ne pluribus legerem tuas litteras » n’offrent pas un sens satisfaisant : on ne voit pas pourquoi Volumnius aurait redouté que Cicéron donnât lecture à d’autres personnes d’une lettre un peu longue (sic, Gurlitt) et surtout, pour inciter son corres­ pondant à lui écrire longuement, Cicéron n’aurait pas mis en avant son plaisir, mais sa discrétion. Une foule de corrections ont été ima­ ginées pour le pluribus des manuscrits : perinuitus ou parum inuitus, inuitius, difficilius, importunius, putidius, pigrius, parum liben­ ter, per librarios et, en dernier lieu, pro libris (Shackleton Bailey, in edit., t. II, p. 343, coli. Fam., XII, 30, 1 : non enim te epistulis, sed uoluminibus lacesserem) ; elles sont toutes arbitraires, du point de vue paléographique. Celle que nous proposons échappe à ce re­ proche : dès l’instant où p (= pro) a été lu p, le groupe de lettres puiribus ne pouvait aboutir qu’à pluribus ; il faut supposer que Cicéron reprend, sous forme elliptique, les termes dont s’était servi Volumnius (quemadmodum scribis), quelque chose comme : longiores mittere Hueras nolui, quas pro uiribus legere tibi parum gratum esset (pour cet emploi de pro uiribus, cf. Fam., VIII, 5, 1 = CCXI1\ Cato Mai., 27). 2. Dans sa réponse à CCCCXCII (— Fam., IX, 18), Pétus avait raillé Cicéron, sans doute sur son genre de vie, comme les convives se moquaient, dans un festin, du parasite invité pour jouer le rôle do bouffon (cf. Plin., Ερ., IX, 17, 2; Ph. Cohbett, The scurra, in Hommages... Boutemy, coli. « Latomus », CXLV, 1976, p. 23-31); le mot scurra fait-il allusion à l’appellation injurieuse de scurra con­ sularis, dont Cicéron avait été gratifié (cf. Macr., Sat., II, 1, 12)? C’est plus que douteux. Le terme uelites — fantassin armé à la lé­ gère qui ouvrait le combat en avant de la ligne de bataille —, ainsi que les dérivés uelitari, uelitatio, s’appliquaient couramment aux joutes verbales (cf. Plaut., Men., 778 ; Asin., 307 ; Apul., Met., VIII, 25 ; etc.). Dans l’expression malis oneratum, il y a probable­ ment un jeu de mots sur màlum — « malice » et mâlum — « pomme », soit que le bouffon-parasite fût exposé à recevoir non seulement des lazzi, mais aussi des projectiles (Tyrrell-Purser), soit que Pétus ait envoyé à Cicéron un colis de pommes (Manutius), ce qui est peu probable à cette saison (début de juin astron.). — Sur la date de cette lettre, cf. Notice, p. 66 ; sur Pétus, cf. Notice, p. 26. Page 94 : 1. En règlement de ses créances, Pétus avait dû accepter des propriétés prétendument surévaluées (cf. CCCCXCII ---- Fam., IX, 18, 4; CCCCLXXXVII --- IX, 16, 7). 2. Le mot sportella désigne diverses sortes de paniers à usage culinaire (cf. Apic., 246 ; 361 ; 369 sq. ; Petr., 40, 3) ; il n’a pas l’ac­ ception spécifique de sportula — ration de vivres offerte par le pa­ tron à ses clients ou équivalent en espèces — et s’applique mani­ festement ici à un « casse-croûte » léger. Le terme grec άρτολάγυνος — à ne pas confondre avec άρτολάγανον, sorte de pain épicé — n’est

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 91-103)

283

connu que par un vers de VAnthologie Palatine (XI, 38) : ή πτωχών χαρίεσσα πανοπλίη άρτολάγυνος άυτη — « ce plaisant attirail où les mendiants logent leur pain et leur bouteille » (< besace » d’après J. André, Ealimentation et la cuisine à Rome, Paris, 1961, p. 187, n. 45) ; L. Gurlitt (Facetiae Tullianae, in Rhein. Mus., LVII, 1902, p. 345 sq.) interprète étrangement sportella comme un « petit ré­ chaud » et artolagynus comme un récipient en terre, pour conserver le pain. 3. Verrius était cet ami de Pétus avec qui Cicéron devait dîner, quelques mois plus tard, chez P. Volumnius Éutrapélus (et. DXXII — Fam., IX, 26, 1), C. Camillus un homme de loi (cf. CXC1II — ^4rr.» V, 8, 3 ; CCXCVII1 = Fam., V, 20, 3 ; CCCV --- Fam., XIV, 14, 2).

Page 95 : 1. Peu de temps, sans doute, avant le séjour que Cicéron, reve­ nant de Cilicie, lit à Patras, probablement chez Curius (cf. Fam., XVI, 4, 2 = CCLXXXV-, Att., VII, 2, 3 = CCLXXXIX\ supra, Notice, p. 82). 2. Citation d’un auteur tragique non identifié (Ribbeck3, Inc. Inc. Trag., n° 119, suggère VAtreus ou les Pelopidae d’Accius), dont on connaît la suite, au moins approximative, par deux autres lettres de Cicéron : Ait., XV, 11, 3, ubi nec Pelopidarum facta neque famam audiam ; Fam., VII, 30, 1, ubi nec Pelopidarum nomen nec facta audiam ; cf. aussi Att., XIV, 12, 2 ; Phil., XIII, 49. Maudits par leur père, Atrée et Thyeste avaient exercé l’un sur l’autre d’atroces ven­ geances. Page 96 .· 1. Cette conversation remonte vraisemblablement à un nouveau séjour que Cicéron fit chez Curius après Pharsale. L’interprétation de la phrase fait difficulté : la place des mots ex meis libris invite à les rattacher au verbe desiderare et à les inclure dans les propos do Curius ; mais intellexi ne se comprend plus et il faut supposer un glissement de sens, comme si, dans l’esprit de l’auteur, memini avait pris la place à.'intellexi (sic, Suackleton Bailey, in edit., t. II, p. 357) ; l’anomalie nous paraît plutôt se situer dans l’ordre des mots — dicere te ex meis libris = te ex meis libris dicere —, sans qu’il faille pour autant supposer une interversion dans l’archétype. Page 100 : 1. Du fait des confiscations, semble-t-il, plutôt que des dépré­ dations (contra, P. A. Brunt, Ital. manpower, Oxford, 1971, p. 321, n. 3). 2. Nigidius Figulus était un adepte notoire du néo-pythagorisme, pour lequel l’auteur du Songe de Scipion avait une grande estime, mais aussi des sciences occultes, notamment de l’astrologie.

Page 103 : 1. Dans les premiers mois de 51 ; cf. Suet., Ca.es., 29, 1.

284

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 106-109) Page 106 :

1. Quoiqu’on dise Moricca (in edit., ad loc.), le texte des manus­ crits, de quare ad eam rem à summamque uiriuiem, est manifestement corrompu : 1. eam spem quam..., espoir extra ordinem fondé sur la personne même de Cécina — de te ipso —, ne peut se confondre avec la confiance générale mise dans la bona causa et les bonis ciuibus ; 2. le pluriel neutre tua praecipua ne peut répondre à eam spem et il manque un sed etiam pour faire pendant à non solum ; 3. summamque uirtutem répète uirtutcm tuam, ce qui est absurde. Les corrections imaginées par Boot, Madvig, Bardt et Festa (cf. Moricca, appar. crit., ad loc.), plus récemment par Shackleton Bailey (in edit., p. 406 sq.), sont arbitraires et coûteuses. Celle que nous pro­ posons est inspirée de celle de Boot, mais plus simple, et la faute facile à expliquer : 1. nous supposons comme texte initial, en début de phrase, Quo adde eam (moins abrupt que Adde de Boot et néces­ saire pour rendre compte de quare ; quo — ad quod, comme en De fin., II, 75 quo — texte des manuscrits corrigé à tort en quoi par les éditeurs — addi nihil possit ; cf. Ait., VII, 14, 3 quaeso addas) ; il a suffi de l’omission de de entre ad et eam — étourderie du type le plus banal — pour que s’imposent le groupe de mots ad eam spem et son rattachement syntaxique fautif à accedunt ; le maquillage de quo en quare peut s’expliquer par une réinsertion défectueuse de de, rajouté en marge ou supra lineam ; 2. il n’y a rien à changer aux mots accedunt tua praecipua : agrafés à haec... ornamenta sunt... communia, ils tiennent lieu de la formule courante sed etiam, au prix d’une rupture de construction qui ne nuit pas à la suite des idées ; 3. le deuxième uirtutem, entraîné par le premier, a pris la place d’un terme désignant à coup sûr une qualité personnelle de Cécina, très probablement un mérite d’ordre intellectuel associé à ingenium ; plutôt que son eloquentia, illustrée par le fâcheux pamphlet qui lui coûtait cher, Cicéron a dû mettre en relief sa compétence affirmée dans la « discipline étrusque » ; le mot doctrina, qui figure dans des manuscrits deteriores, est parfaitement à sa place ici : cf. ita doctus es (§ 4).

Page 108 : 1. L'aequitas, sens inné de la justice, accompagné d'humanitas, se fonde, comme la justice elle-même, le droit et la loi, sur la nature : c’est la thèse développée dans le livre I du De legibus (en particu­ lier I, 18 et 28 ; cf. De rep., III, 33 sq. ; De off., I, 29-30 ; etc.) ; en retrouvant la voie de 1 'aequitas, César se rapproche de la Nature, conçue comme l’ensemble harmonieux formé par le monde, le divin et la société des hommes et régi par la raison. L’addition de ueram suam — ou suam seulement — devant naturam accouple deux termes disparates : une qualité commune au genre humain et le tempéra­ ment particulier d’un individu. Page 100 : 1. Il ressort de ce passage, comme du § 2, que les confiscations de terres au profit des vétérans ne se limitèrent pas à l’ager publicus

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 109-121)

285

(comme le prétend Suétone, Caes., 38, 1), mais affectèrent égale­ ment des propriétés privées (sic, App., B. C., II, 140 sq.) ; cf. No­ tice, p. 59 et 67, et, pour d’autres expropriations en Étrurie, Fam., XIII, 4,5,7 --- DLIII à DLV. 2. C’est-à-dire depuis le déclenchement de la guerre civile, en janvier 49. Page 112 :

1. Les biens de Marcellus n’ayant manifestement pas été confis­ qués, on peut se demander si ces « brigands » sont des Césariens sans scrupule ou des proches de Marcellus (sic, Manutius, ad loc., et P. J AL, La guerre civile à Rome, Paris, 1963, p. 401). 2. Ce C. Marcellus est le cousin de Marcus, consul en 50, et non son frère, du même prénom, consul en 49, décédé dans l’intervalle. Page 113 :

1. Sur la mutinerie de Cécilius Bassus, cf. Notice, p. 78. 2. Les cetera sont le Brutus, les Paradoxa et la Laus Catonis ; quant à VOrator, qui n’a pas encore reçu son titre définitif (cf. Att., XIV, 20, 3 : cum scripsissem ad eum — — Brutum — de optimo genere dicendi ; en revanche, vers le 1er décembre, Cicéron envoie à C. Trébonius Oratorem meum : cf. DLX1V — Fam., XV, 20, 1), il semble bien que l’ouvrage, entrepris en août après l’achèvement du Ca­ ton, soit encore en chantier ; voir Notice, p. 79. 3. Q. Cornificius, comme les autres poètes neoteroi, était certaine­ ment partisan de l’atticisme (cf. H. Bardon, La litt. lat. inconnue, I, Paris, 1952, p. 355 sq. ; 360 sq.).

Page 116 : 1. César cite L. Scribonius Libo, L. Luccéius et Théophane de Mytilène, quibuscum communicare de maximis rebus Pompeius consueuerat (B. C., III, 18, 3). 2. Marcus fut consul en 51, son cousin l’année suivante. Page 121 : 1. Les premiers Ludi Victoriae Caesaris se sont déroulés en sep­ tembre 46 (cf. Notice, p. 58). T. Munatius Plancus Bursa, tribun de la plèbe en 52, fut accusé de ui par Cicéron, pour avoir participé aux émeutes qui suivirent la mort de Clodius, et condamné à l’exil, en 51, malgré l’intervention de Pompée en sa faveur; Cicéron le baissait encore plus que son chef de file : oderam multo peius hunc quam illum ipsum Clodium (CLXXXI ----- Fam., VII, 2, 2). Il trouva refuge auprès de César (cf. CXCI — Fam., VIII, 1), qui le fit en­ suite revenir à Rome ; après l’assassinat de César, il devint parti­ san d’Antoine. W. Drumann a imaginé que Bursa aurait combattu comme gladiateur au cours des Jeux de 46 (Gesch. Roms2, III, p. 592 ; IV, p. 231); cette hypothèse est sans fondement; il est probable que Bursa assista simplement aux spectacles dans les rangs des sé­ nateurs, avec Cicéron, et que ceci suffit à provoquer la remarque

286

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 121-130)

acide de l’orateur, à défaut de son indignation (cf. aussi DLXXVIII = Fam., IX, 10, 2). Les deux fameux auteurs de mimes, D. Labérius et Publilius Syrus, défrayèrent la chronique durant ces années-là (cf. J. Schwartz, Sur quelques anecdotes concernant César et Cicé­ ron, in Rev. Ét. Ane., L, 1948, p. 264 sqq. ; Shackleton Bailey, in edit., t. II, p. 365 sq.) et Cicéron eut des « mots » avec Labérius (cf. Macr., Sat., II, 3, 10), sans doute aux Ludi Plebeii de 47 ; mais, dans notre passage, il souligne seulement qu’il a été obligé de subir un spectacle pour lequel il avait peu d’estime. Page 122 : 1. César, comme Servilius et Cicéron, faisait parti du collège des Augures, depuis 47 au moins. 2. Sur le destinataire et les circonstances de cette lettre, cf. No­ tice, p. 83 sq.

Page 123 :

1. Il est vraisemblable que cette formule fut inspirée à Cicéron par les trois mots inscrits sur la pancarte que César avait fait porter devant son char, lors de son récent triomphe sur Pharnace : ueni, uidi, uici (cf. Su et., Caes., 37, 4). 2. C. Curtius Postumus, identifié par H. Dessau avec Rabirius Postumus, défendu par Cicéron en 54 /53 et « vieil ami » de César (Pro Rab. Post., 43 ; cf. Hermes, XLVII, 1911, p. 613 sqq.). 3. L. Tillius Cimber entra ensuite dans la conspiration de mars 44 ; un lien étroit, l’attachait à T. Ampius, puisque la requête qu’il pré­ senta en sa faveur à César était necessaria. Page 127 : 1. Ce serait un bon présage pour l’avenir des relations entre César et le Sénat. Comme Shackleton Bailey l’a bien montré (in edit., t. II, p. 362), en rapprochant de ce texte un passage du Pro Roscio Amerino (139 : nolo in eos grauius quicquam ne ominis quidem causa dicere), ne ominis quidem causa negaturum — non negaturum, uel ominis causa (cf. Pro Sest., 118 : ne illud quidem praetermittam). 2. L. Calpurnius Piso Caesoninus, beau-père de César. 3. C. Claudius Marcellus, cousin de Marcus (cf. Fam., IV, 7, 6 ---Dlll \ IV, 9, 4 = DV).

Page 130 : 1. Même déclaration dans la Deuxième Philippique, § 23 sq. ; on en cherche vainement confirmation dans les lettres datant de l’époque où a été conclu le triumvirat. 2. A la fin de l’année 50, quand la rupture était presque consom­ mée, Cicéron, revenant de Cilicie, se montra partisan d’un compro­ mis ; mais en 53-52, il s’était félicité du rapprochement entre Pompée et le Sénat. 3. Cf. CCLXXX1 = Att., VII, 1, 3 (16 octobre 50) : haec enim cogitabamus, nec mihi coniuncto cum Pompeio fore necesse peccare in

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 130-132)

287

re publica aliquando, nec cum Caesare sentienti pugnandum esse cum Pompeio. 4. Après le franchissement du Rubicon par César (cf. Fam., XVI, 12, 3 — CCCXIII) ; auparavant, Cicéron était hostile au départ de Pompée pour l’Espagne (cf. Ait., V, 11, 3 — CXCIX, du 6 juillet 51). 5. Dans sa lettre du 16 octobre 50, adressée d’Athènes à Atticus, Cicéron ne se prononçait pas catégoriquement en faveur de ce pri­ vilège, mais rappelait qu’il avait aidé César à l’obtenir, en 52 (Att., VII, 1, 4 ---- CCLXXXI, avec la note de J. Bayet, p. 293 sq.). 6. Sans doute le rejet par le Sénat des ultimes propositions de paix de César, le 1er janvier 49, suivi, le 7, par le vote du senatus­ consulto suprême et le départ des deux tribuns acquis à César, MarcAntoine et Q. Cassius (cf. Cic., Fam., XVI, 11, 2 — CCXCIX\ 12 janvier 49). 7. Cicéron avait stigmatisé sur-le-champ les cupiditates certorum hominum (rH). 8. En contribuant à rappeler Cicéron d’exil.

Page 131 ! 1. Vers peut-être tirés de VÉriphyle d’Accius (Ribdeck3, Inc. Inc. Trag., n° 145) ; le devin Amphiaraüs, trahi par sa femme, avait été entraîné dans l’expédition des Sept contre Thèbes, dont il connaissait l’issue fatale. 2. Données de la technique augurale : Wnuolatus (hapax) signifie sans doute l’entrée d’un oiseau dans le champ céleste défini par l’au­ gure (templum) ; la gauche était le côté favorable dans la divina­ tion romaine ; le mot tripudium désignait proprement une danse sacrée à trois temps, d’où le sautillement des oiseaux et le présage qu’on en tirait, mais aussi, par une fausse étymologie qui dérivait tripudium de terripauium (cf. Cic., De diuin., II, 72) « le présage fourni par les miettes de nourriture tombant de leur bec » (MeilletErnout, Dict. étym.4, p. 703 a) ; le tripudium était dit sol(l)istimum (superlatif de sollus) lorsque le morceau tombait entier du bec du poulet sacré (cf. Cic., Z. c.), soniuium lorsqu’il tombait avec bruit. 3. De même que l’augure traçait dans le ciel un axe est-ouest et un axe nord-sud au moyen de son bâton recourbé (Zûuus). S’adres­ sant à un spécialiste de la divination, Cicéron se garde de donner à sa parodie un ton irrévérencieux. 4. Sur cet ouvrage de Cécina, voir Notice, p. 76. 5. Sur l’appui donné à César par certains milieux religieux d’Étrurie, cf. E. Rawson, Caesar, Etruria and the « disciplina Etrusca », in Journal of Roman St., LXVIII, 1978, p. 132 sqq.

Page 132 ; 1. César autorisa le retour à Rome de nombreux exilés, condam­ nés avant l’année 49 pour des délits de caractère politique, peut-être même de tous à l’exception de Milon (sic, A??., B. C., II, 48 ; Cass. D., XLI, 36, 2) ; le type en est T. Munatius Plancus Bursa (cf. DVIII — Fam., XII, 18, 2).

288

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 133-138) Page 133 :

1. ‘Ύστερον πρότερον : le mot euentus désigne le sort de la guerre, consistant dans la victoire d’un des deux camps, exitus le résultat final, consécutif à cette victoire (cf. Fam., VIII, 4, 3 — CCV ; VI, 1, 5 = DLXXI\ VI, 4, 1, 1. 5 et 2, 1. 8 = DLXXXII ; VI, 21, 1 = DLXXXII1) ; mais il arrive aussi qu’exûus soit employé avec le sens d'euentus (cf. par exemple Fam., VI, 1,2= DLXXI ; VI, 4, 1, 1. 10 = DLXXXII ·, etc.).

Page 136 t 1. On voit que, même après le Pro Marcello, Cicéron n’a obtenu qu’un ius adeundi dérisoire et humiliant (cf. DIII = Fam., IV, 7, 6); il est vrai que, dans l’intervalle, les nouvelles alarmantes d’Espagne ont enrayé le processus de la détente.

Page 138 .· 1. Même constatation dans une lettre de février 44 à M’. Curius {Fam., VII, 31, 2) : uides enim exaruisse iam ueterem urbanitatem’, Cicéron défend ici ♦ la causticité latine, forme d’humour robuste et national » (E. de Saint-Denis, Essais sur le rire et le sourire des Latins, Paris, 1965, p. 150 sqq.), aussi bien contre la grossièreté des Gaulois transalpins fraîchement naturalisés — allusion à la récente introduction au Sénat de quelques-uns d’entre eux par César (cf. No­ tice, p. 60; M. Gelzer, Caesar, politician and statesman, trad. Nccdham, Oxford, 1968, p. 291) — que contre l’affadissement de cette verve romaine par le raffinement hérité des néo-attiques ; ailleurs (cf. De or., II, 228 ; 244 ; 247 ; 269 ; Or., 87 sq. ; etc.), Cicé­ ron distingue entre la dicacitas du terroir latin et 1 'urbanitas déli­ cate do la ville, qui s’oppose à la rusticitas et à laquelle il donne la palme ; on le sent partagé entre son attachement atavique au vieux fond latin et l’attrait de la finesse hellénique « à la mode » ; s’adressant à un adepte de l’esprit ancien, il privilégie son penchant naturel. — L’établissement du texte pose un problème ; le mot Latio, qu’on lit dans les manuscrits, semble bien fautif : Cicéron et Lucilius, donné ensuite comme parangon du vieil esprit romain, sont originaires de cités latines et il paraît absurde de chercher dans le Latium l’origine de la peregrinitas qui a envahi la Ville ; selon Tenney Frank (in Amer. Journal of Philol., L, 1929, p. 182 sqq.), Latium signifierait ici ius Latii, comme dans un passage de Salluste (lug., 69, 4) où ciuis ex Latio = « citoyen de droit latin », et Cicéron ferait référence à l’extension progressive de ce statut juri­ dique en Italie et dans les provinces ; mais comment croire que Ci­ céron ait recouru à cette formulation sibylline et en quoi l’octroi du ius Latii à un nombre croissant de villes ou de régions a-t-il été la cause de l’effacement de la dicacitas romaine? On a donc tenté de corriger le texte : Lati, proposé par Madvig, est inacceptable : comment les facetiae pourraient-elles « oublier le Latium » et que faire de l’ablatif nationibus, même avec l’addition in? Hirsciifeld

NOTES COMPLÉMENTAIRES (p. 138)

289

a suggéré luto, qui convient au verbe oblino, maïs donne une plati­ tude et crée une fausse symétrie choquante avec l’autre ablatif nationibus. Shackleton Bailey (in edit., t. II, p. 350) va jusqu’à se demander si Latio ne serait pas un mot parasitaire, né par re­ doublement d'oblitas. On pourrait songer aussi à Italia : l’afflux des peregrini de Grande Grèce, d’Étrurie, de la plaine du Po a dilué le sel purement romain, surtout après la Guerre sociale (90-88), qui a eu pour résultat l’octroi de la ciuitas à tous les Italiens de nais­ sance libre. Mais une page du Brutus, négligée par les éditeurs, ap­ porte une confirmation surprenante au texte des manuscrits (§§ 169172) : après avoir passé en revue les orateurs romains des siècles précédents, Cicéron énumère quelques noms apud socios et Latinos, puis, en réponse à une question de Brutus sur la valeur qu’il attri­ bue istis externis quasi oratoribus, il précise sa pensée : ... idem quod urbanis, praeter unum quod non est eorum urbanitate quadam quasi colorata oratio (170). Ainsi donc Cicéron, originaire d’Arpinum et fier de cette origine, se considère comme un pur Romain, sans doute parce qu’il est établi à Rome depuis son adolescence, et englobe dans la même catégorie des externi aussi bien les Marses, les gens de Bologne, du Picénum et de la Gaule Cisalpine que les Latins de Frégelles et ceux de Sera, qu’il appelle avec raison ses « voisins » (169). Aux uns comme aux autres manque iste... urbanitatis color, difficile à définir (171), qui s’est dégradé sous leur influence, de la même façon que l’éloquence attique — Cicéron l’a rappelé précédem­ ment dans le Brutus (51) — « en voyageant à travers toute l’Asie, prit un vernis exotique » (ita peregrinata tota Asia est ut se externis oblineret moribus}. 2. Q. Granius, erreur public plein de causticité — Granio quiden\ nemo dicacior (De or.. Il, 244 ; cf. 254 ; 282) —, se signalait « pal je ne sais quelle saveur de terroir » — nescio quo sapore uernaculo — (Brut., 172). Lucilius, à la verve mordante, était jugé perurbanus par Cicéron (De or., II, 25). Chez le grand orateur L. Licinius Cras­ sus, on trouvait, « associé au sérieux, l’enjouement des plaisanteries et de l’esprit, mais convenant à un orateur, non à un bouffon » — erat cum grauitate iunctus facetiarum et urbanitatis oratorius, non scurri­ lis, lepos (Brut., 143 ; cf. De or., II, 223 sq.). Quant à Laelius, nous savons par Cicéron qu’il avait une prédilection pour le ton et le vocabulaire du passé (Brut., 83). Cf. E. de Saint-Denis, op. cit., p. 150. 3. Pétus était sujet aux crises de goutte (cf. DLIX — Fam., IX, 23). 4. Le texte des manuscrits, avec l’interprétation qu’en a proposée Madvig, donne un sens satisfaisant : chargé par Cicéron de lui trouver une propriété à acheter à Naples (cf. CCCCLXXXVI1 — Fam., IX, 16, 10 ; infra, § 5), Pétus l’avait incité à la « circonspection » — mo­ deratio —, c’est-à-dire mis en garde contre un emballement ou un coup de tête (Cicéron avait une véritable passion pour la « pierre ») ; mais il était trop poli — urbanus — pour lui déconseiller ouvertement d’acheter à Naples, ce qui eût été indiscret, et de surcroît discourtois, !

290

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 13S-141)

puisqu’il aurait eu l’air de ne pas souhaiter avoir Cicéron pour voi­ sin. En réalité, Pélus avait une raison plus puissante de freiner ce projet : il désirait que Cicéron n’abandonnât pas la vie politique ni, par conséquent, sa résidence à Rome ; il le lui a d’abord laissé entendre en termes voilés, très discrètement — intellexi tamen... —, puis avec netteté, en alléguant l’exemple de Catulus. La correction de Lambinus, commorationis urbanae, est inutile et entraîne l’addi­ tion d’un et devant intellexi, sans laquelle tamen ne se comprendrait pas.

Page 139 : 1. Thème de plaisanterie : en fixant des limites au luxe de la table, la loi somptuaire édictée récemment par César, en qualité de « pré­ fet des mœurs » (cf. Notice, p. 60), avait mis à la mode les légumes, même chez les gourmets (cf. DXVII ---- Fam., VII, 26, 2). 2. Cette lettre est perdue. On ne sait à quel Lulla appartenait la maison en question; peut-être l’ancien client de Cicéron, retiré à Nap'es depuis 66 (cf. Pro Sulla, 17). 3. Sur ce M. Fabius Gallus, cf. supra, p. 86.

Page 140 : 1. Le mot rare heluella désigne-t-il une « hei velle », variété de cham­ pignon (sic, J. André, L'alimentation et la cuisine à Home, Paris, 1961, p. 45), ou une herbe potagère quelconque (sic, Ernout-Meillet, Dict. étym.4)? Les définitions des glossaires — heluella — olera mi­ nuta selon Festus (p. 91, 28 L.), heluola — Ζαχανάρια dans le Gloss. de Philoxène — et le contexte — fungos et herbas — recommandent la deuxième interprétation. — Sur la loi somptuaire de César, voir la Notice, p. 60. 2. En dehors de la cena aditialis, offerte par le nouveau membre d’un collège sacerdotal à ses collègues pour fêter son admission, les membres du collège se réunissaient de temps en temps pour des banquets dont le raffinement était proverbial (cf. Cic., Ait., V, 9, 1 --- CXCV ; Hon., Od., I, 37, 2; II, 14, 28; Ap., Met., IV, 22, 2 ; etc.). — P. Cornélius Lentulus Spinther le Jeune, fils du consul do 57, était entré dans le collège des augures cette année-là, quatre ans avant Cicéron. 3. C. Anicius, sénateur (cf. Q. fr.t II, 8, 3 — CX1; Fam., XII, 21). Page 141 :

1. Ce passage se rapporte certainement à une affaire dont Cicé­ ron relate les péripéties dans plusieurs lettres de juillet 44 (Att., XVI, 16 A à F, la plus détaillée étant 16 A) : pour ne pas s’être ac­ quittés d’une imposition, les habitants de Buthrote, port d’Épire à proximité duquel Atticus possédait un domaine considérable, furent condamnés par César à la confiscation de leur territoire, destiné à des colons ; alerté par ses voisins, Atticus rédigea un pla-

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 141-142)

291

cet, qu’il chargea Cicéron de remettre le jour même à César, qui l’avait invité à dîner ; César adressa aussitôt à Atticus une réponse écrite favorable, en spécifiant toutefois que les gens de Buthrote devaient payer leur dette ; Atticus décaissa lui-même la somme, à la place de ses protégés. Ensuite, en compagnie de Cicéron, il fut reçu par César, qui prit un décret « très libéral », contresigné par des personnalités de haut rang, dont Cicéron lui-même. La question semblait réglée ; mais les terres de Buthrote avaient allumé des convoitises : en dépit du décret, les candidats à la distribution se réunissaient et multipliaient les pressions ; César louvoyait, nom­ mant un chargé de mission pour s’occuper de l’affaire, mais prodi­ guant de belles paroles à Cicéron et à Atticus lui-même ; là-dessus les Ides de mars arrivèrent; quatre mois plus tard, les choses traî­ naient encore... (cf. E. Deniaux, Un exemple d'intervention poli­ tique. Cicéron et le dossier de Buthrote, in Bull. Assoc. G. Budé, 1975, 3, p. 283 sqq.). A quel épisode rattacher les trois lignes de cette lettre? La formule te sine cura esse iussit se retrouve en Att., XVI, 16 A, 3 — ipsi Attico dixit (Caesar) ut sine cura esset —, dans le récit des entrevues qui ont suivi la signature du décret et la relance de l’épreuve de force entre partisans et adversaires de son application ; mais ces entrevues sont évidemment postérieures au retour d’Es­ pagne de César (oct. 45). Selon Shackleton Bailey {in edit., t. II, p. 305), la raillerie et le mot rassurant de César figuraient dans la réponse écrite de celui-ci au placet initial d’Atticus ; il est probable, en effet, que la répétition abusive de quaeso se trouvait dans le texte du placet. Mais les réflexions de Cicéron, avec les verbes au passé historique, s’appliquent bien mieux à un entretien oral qu’à un texte écrit ; elles nous font vraisemblablement revivre la rencontre avec César {Att., XVI, 16 A, 3), qui eut lieu entre le paiement de l’impôt par Atticus — alors seulement il pouvait être sms cura — et la signature du décret, dont la rédaction en bonne et due forme réclamait un certain délai. Dans la lettre à laquelle répond Cicéron, Atticus avait dû exprimer quelque doute sur les dispositions réelles de César à son égard. 2. Attica, alors âgée de cinq ans, était sujette à des poussées fébriles. 3. Esclave ou affranchi d’Atticus, comme Alexis, son fidèle se­ crétaire (cf. Att., V, 20 = CCXLI ; VII, 2, 3 = CCLXXXIX ; VII, 7, 7 — CCXCV], et Tisaménus, nommé seulement ici. — Sur la date, incertaine, de cette lettre, cf. Notice, p. 87.

Page 142 : 1. Shackleton Bailey a rétabli avec raison, dans son édition (t. II, p. 305), la leçon Publius, donnée par tous les manuscrits, de préférence à la correction Publilius, adoptée par les éditeurs : Pu­ blilius est cet obscur parent de Publilia — prochainement et pour peu de temps la deuxième épouse de Cicéron — qui apparaît dans un billet à Tiron de juillet 46 (Fam., XVI, 22, 1 = CCCCXC) et dans deux lettres à Atticus de 45 (XII, 18 a, 2 ; 32, 1) ; le prénom Publius

292

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 142-145)

semble bien désigner P. Cornélius Lentulus Spinther, consul en 57 et ami intime de Cicéron : dans une lettre fameuse de décembre 54 (Fam., I, 9, 23 — CLIX), celui-ci avait eu une pensée pour son fils, alors âgé d’une vingtaine d’années, à qui la lecture du De ora­ tore « ne serait pas inutile » ; ce fils est l’augure qui a récemment servi un peu trop de légumes à ses confrères (cf. DXVII — Fam., VII, 26). Le flamine de Mars s’appelait L. Lentulus Niger : sa mort, en 55, affecta profondément Cicéron (cf. Ait., IV, 6, 1 = CX1II) ; celui-ci fait mention de son fils en Au., II, 24, 2 (= Ll\ a. 59) et peut-être en Phil., III, 25. Page 143 : 1. Shackleton Bailby a bien vu que Q. Pilius Céler, frère ou proche parent de la femme d’Atticus, devait être lui-même un des candidats (in edit., t. II, p. 306) ; d’où la plaisanterie finale.

Page 144 : 1. Sur chacun des trois lits, disposés à angle droit, où s’allon­ geaient les convives, il y avait trois places : celui qui occupait le medius locus avait à sa gauche le summus locus, à sa droite l’imus locus ; l'imus locus du lit médian, face au côté vide du triclinium, était la place d’honneur, appelée parfois locus consularis (cf. J. Carcopino, La oie quod. à Rome..., p. 307 ; schéma ap. F. Plessis-P. Lejay, ed. Horace, Œuvres, Paris-Hachette, p. 443, ad Sat., II, 8, 20 sqq.) ; Cicéron ne précise pas lequel des trois lits est le sien. — Ce Verrius est mentionné dans une lettre à Pétus du mois d’août (CCCCXCIV -- Fam., IX, 20, 2). 2. Un épicurien inconnu; M. Demmel (Cicero und Paetus, Co­ logne, 1962, p. 313) corrige hardiment Dioni en Sironi, le fameux philosophe épicurien de Naples ; mais Cicéron considérait celui-ci comme un ami (cf. Fam., VI, 11, 2), alors qu’il traite l’autre de baro (infra, § 3, où est contée l’anecdote du ζήτημα). 3. Actrice de mime en vogue, affranchie d’Eutrapélus et mattresse affichée d’Antoine (cf. Au., X, 10, 5 ; 16, 5 ; Phil., II, 58) ; il semble bien que Cicéron n’ait pas dédaigné de recourir à son in­ fluence en 47 (Fam., XIV, 16, in t. VI). 4. Dans les Tusculanes (III, 39), Cicéron cite également le sep­ ténaire trochaîque précédent : Hicine est ille Telamo, modo quem gloria ad caelum extulit, Quem aspectabant, etc. (--- Ribbeck3, Inc. Inc. Trag., n° 93 sq.). Origine incertaine : l’Eurysacès d’Accius? le Télamon d’Ennius?

Page 145 :

1. Cicéron s’était lui-même moqué, dans le De oratore (I, 102), de ces effrontés improvisateurs, qui demandaient à leur auditoire de leur proposer une question à traiter et dont le premier représentant fut, d’après lui, l’illustre Gorgias : ... me... arbitramini... non semper

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 145-168)

293

irrisisse potius eorum hominum impudentiam qui, cum in schola adsedisscnt, ex magna hominum frequentia dicere iuberent si quis quid quaereret? Cicéron tenait-il l’anecdote de Pétus lui-même ou d’un témoin de la scène? 2. Question capitale pour tous les dialectici et physici (cf. Cic., De diu., II, 11), mais surtout pour les Épicuriens qui soutenaient, contre les autres Écoles, la pluralité des mondes, affirmée avant eux par les Atomistes et quelques philosophes plus anciens. — Cae­ lum — mundus (cf. Cic., Tim., 2, 4-5 ; Plin., N. H., II, 1 ; etc.), comme ούρανός — κόσμος depuis Platon (Tim., 28 b). 3. Au reproche supposé de tourner les choses graves en joyeusetés et de se livrer aux plaisirs de la table, Cicéron répond par deux arguments ad personam, ingénieusement enchaînés : 1. Pétus, lui aussi, convertit les questions sérieuses en objets de dérision ; 2. un homme réduit^à la nourriture la plus frugale (cf. CCCCLXXXVII — Fam., IX, 16, 7-9) n’a pas à se mêler des bons repas d’autrui. L’ad­ verbe ibi désigne le lieu où se déploie la fastueuse cena à laquelle Cicéron participe, et non pas la résidence napolitaine de Pétus (cf. Suackleton Bailey, in edit., t. II, p. 355). 4. Cicéron est probablement occupé à rédiger 1 'Hortensius (cf. No­ tice, p. 69 sq.). 5. La loi somptuaire récemment promulguée par César (cf. DXVII = Fam.. VII, 26 ; Notice, p. 60).

Page 157 :

1. Tous les éditeurs ont adopté la leçon uenit ; mais, chez Cicé­ ron tout au moins, l’expression in Forum uenire, lorsqu’elle signifie l’entrée dans la vie active, s’applique aux jeunes gens qui s’engagent dans une carrière judiciaire ou politique, et non pas à la clientèle des tribunaux ou aux citoyens fréquentant les réunions publiques ; or, il n’y a aucune apparence que le negotiator Manius Curius ait jamais embrassé une carrière de ce genre ; en revanche, il était tout naturel que Pomponius Atticus, qui avait avec lui d’étroites rela­ tions d’alTaires, le présentât à son ami Cicéron, jeune et brillant avocat, dévoré d’ambition politique et susceptible de lui fournir un appui précieux. Il est douteux que Cicéron ait été l’hôte de Cu­ rius au cours de son premier voyage en Grèce (79-77), puisque c’est seulement à la veille de la guerre civile que le negotiator s’est retiré à Patras ; mais il a été certainement reçu et très probablement hébergé chez lui à son retour de Cilicie, en octobre 50 (cf. CCCLXXXV — Fam., XVI, 4, 2), et surtout après la bataille de Pharsale (cf. CCCCXCV = Fam., VII, 28, 2), en 48.

Page 168 : 1. M. Aemilius Lepidus fut consul en 46, avec César. — Les con­ suls avaient le droit de convoquer, dans certains cas, les provin­ ciaux à Rome (Suackleton Bailey cite à ce propos Cic., Verr., I, 84 ; in edit., t. II, p. 448) ; en l’occurrence, Cicéron s’est borné à

294

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 168-222)

obtenir de Lépide une lettre qui « couvre » Sulpicius et que, par cour­ toisie, il ne lui transmet pas.

Page 169 1. Sur les noms de ces personnages, cf. DXXIX — Fam., XIII, 21, 1, p. 162, n. b.

Page 172 :

1. Cicéron avait une profonde admiration pour les vertus des Spartiates —sobriété et courage principalement (cf. Tusc., 1,100 sqq. ; V, 98 sq. ; etc.) — et pour les institutions de Lycurgue, qu’il compare à celles de Romulus (cf. De rcp., II, passim) ; il avait visité Sparte, probablement au cours de son premier séjour en Grèce (cf. Tusc., V, 77) ; mais cette lettre semble impliquer une dette personnelle de reconnaissance, dont le motif nous échappe.

Page 181 : 1. Cicéron a séjourné à Éphèse en se rendant en Cilicie (juillet 51 ; cf. CCIV — Fam., III, 5, 5) et à son retour (sept.-oct. 50 ; cf. CCLXXVIII = Alt., VI, 8, 1). Page 183 .·

1. Ce personnage inconnu semble bien être différent de VAgu· sius quidam mentionné dans une lettre à Atticus du 9 juillet 47 (XI, 23, 2) et Siiackleton Bailey a probablement raison (in edit. Fam., t. II, p. 451) de reconnaître dans illo miserrimo tempore le temps de la guerre civile (49-47) plutôt que celui de l’exil (58-57) : hoc tempus, sans autre précision, désigne généralement le moment pré­ sent ; cf. cependant Fam., XV, 21, 2 (— DLXII1}, où ilia se rap­ porte à l’époque de l’exil, haec recentia à la guerre civile.

Page 221 : 1. La dernière rencontre entre Cicéron et M. Marius remonte à mai 49 (cf. CCCCLXXX = Fam., VII, 3, 1). 2. Parent du Caeparius impliqué dans la conjuration de Catilina et originaire de Terracine (cf. Sall., Cat., 46, 3)? 3. Cette forêt, située au nord de Cumes, passa plus tard pour un repaire de brigands (cf. Strab., V, 4, 4 ; Ivv., III, 307).

Page 222 :

1. Le mot noctuabundus, apparemment forgé par Cicéron, est généralement suspecté, parce qu’il n’existe pas de verbe *noctuare (cf. moribundus, uagabundus) ; mais Cicéron y regardait-il d’aussi près que les philologues d’aujourd’hui? Il ne nous paraît pas im­ pensable qu’il ait fabriqué ce « monstre · à partir de noctu (cf. aussi noctua, qui semble bien être le féminin d’un *noctuus), selon la re­ lation trompeuse uagus /uagabundus, lacrima /lacrimabundus.

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 222-226)

295

Page 223 : 1. Cicéron avait probablement raconté à Atticus, dans une lettre antérieure, qu'il s’était fait allumer un peu de feu à son lever ; même en Campanie, les nuits peuvent être fraîches à la fin de novembre. 2. Q. Axius, sénateur et prêteur fort riche, apparait plusieurs fois dans la Correspondance ; Cicéron échangea avec lui des lettres, dont nous possédons quelques fragments (= Cic. Epist. Fragm., edit. Weyssenhoff, Wroclaw, 1970, p. 76 sqq.) ; on a longtemps admis que cette correspondance avait fait l’objet, dans l’Antiquité, d’une pu­ blication distincte en deux volumes ; mais cette hypothèse est au­ jourd’hui contestée avec de solides arguments (cf. J. Carcopino, Les secrets de la Corr., II, p. 422, η. 1 ; Chr. Weyssenhoff, De Cice­ ronis libris deperditis, Wroclaw, 1966, p. 80). 3. Probablement le chevalier M. Séius mentionné en CCCCLXXIX (= Fam., IX, 7, 1 ; cf. p. 271, n. 2 ad loc.) ; la formule, employée déjà pour Athamas (DXIX — Att., XII, 10), et le commentaire qui suit semblent bien signifier que Séius est mort ; le M. Séius dont Ci­ céron fait mention en décembre 44 (Fam., XI, 7, 1) peut être son Ms. 4. Le contexte montre que Postumia, épouse du gouverneur d’Achaïe Ser. Sulpicius Rufus, s’emploie à arranger un nouveau mariage pour Cicéron, qui a divorcé au début de l’année (voir la Notice, p. 202). Césonius est probablement M. Caesonius, que Cicé­ ron a cru, en 65, avoir pour concurrent aux élections consulaires de l’année suivante (cf. X — Att., I, 1, 1). 5. Pompéia, tombée entre les mains de César après la bataille de Thapsus, avec ses deux enfants et son mari Faustus Sulla, qui fut bientôt massacré (cf. B. Afr., 95), se remaria finalement à L. Cor­ nélius Cinna. 6. Une sœur d’Hirtius, que, d’après saint Jérôme (Adu. louin., I, 48), Cicéron aurait écartée en alléguant que l’homme doit choisir entre une femme et la philosophie (Münzer, R. E., s. u. Hirtia, VIII, 1962)? Si l’anecdote est vraie, elle ne parait guère pouvoir so rapporter à cette personne, dont le physique, à en croire Cicéron, n’était pas de nature à le distraire de ses méditations philosophiques. Dans cette lettre, il ne dit pas un « non · définitif et c’est peu de temps après qu’il épousera la jeune Publilia (cf. Notice, p. 198).

Page 224 : 1. annua dies ---- « échéance à un an »; bima dies — « échéance à deux ans ». 2. Il arriva à Cicéron de dîner chez ce Damasippe (cf. Macr., Sat., II, 3, 2), en qui Shackleton Bailey propose de reconnaître un Ms de P. Licinius Crassus Junianus Damasippus, mort en Afrique après la bataille de Thapsus (in edit., t. II, p. 573).

Page 226 : 1. Gallus voulait devenir le voisin de Cicéron, sur le Palatin, en achetant une maison appartenant à un Cassius et occupée par une

30

296

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 220-228)

Licinia, sœur ou demi-sœur du propriétaire et épouse d’un certain Dexius (cf. App. III, p. 314) ; C. Cassius Longinus, le futur tyrannicide, étant ami intime de Cicéron (qui, un mois plus tard, lui enverra deux lettres coup sur coup à Brindes : FamXV, 18 — DLXXII, et 17 = DLXXV) et de Fabius Gallus (cf. Fam., XV, 14, 1 — CCXXIV), il est surprenant que ceux-ci ne se soient pas adressés directement à lui ; ce Cassius était-il le frère cadet de Caius, Lucius {sic, Siiackleton Bailey, in edit., t. II, p. 373)? On peut l’admettre ; à moins de corriger, avec Manutius, Cassio en Crasso : le frère de Licinia s’identifierait alors à M. Licinius Crassus, fils du triumvir ; hypothèse séduisante, mais qui fait bon marché de la tradition ma­ nuscrite...

Page 227 : 1. Unique témoignage — quelque peu orienté, sans doute — sur la questure de Trébonius, dont on sait qu’il fut tribun de la plèbe en 55 ; les allusions qu’il contient peuvent se rapporter à l’an­ née 58 — tribunal de P. Clodius, consulat d’A. Gabinius et L. Cal­ purnius Pison, gagnés à la cause du tribun, exil de Cicéron, efforts de ses amis pour obtenir son rappel —, mais conviennent mieux à l’année 60, marquée notamment par les tentatives répétées du tri­ bun C. Hérennius pour faire passer Clodius dans la plèbe (cf. XXIV — Ait., I, 18, 4 ; XXV --- Ait., I, 19, 5) : si Trébonius avait agi énergi­ quement contre Clodius et en faveur du retour de Cicéron, celui-ci l’aurait remercié dans ses discours de 57 et s’exprimerait ici en d’autres termes. Une formule fait difficulté : consulum partes suscepisti ; ni en 58 ni en 60, il n’y avait un « parti » des consuls et d’ailleurs susciperc paries signifie d’ordinaire «se charger d’un rôle » (cf. par exemple Cic., Verr., II, 4, 81) ; il est vrai que, sur les deux consuls de 60, l’un, L. Afranius, était en quelque sorte inexistant (cf. XXIV = Au., I, 18, 5 ; etc.) ; mais l’autre, Q. Cécilius Métellus Céler, se mon­ tra egregius (ibid.), « patriote et... foncièrement honnête » (XXVII ---Alt., II, 1, 4) ; le pluriel consulum apparaît ainsi comme une exagé­ ration rhétorique ; d’ailleurs, Cicéron n’a pas oublié que Métellus, s’il était natura bonus, avait pour épouse son ennemie Clodia, sœur scandaleuse de Clodius, et que sa fonction l’avait obligé à faire affi­ cher la proposition de loi de C. Hérennius, autorisant le passage do Clodius dans la plèbe (cf. XXIV = Alt., I, 18, 5 : par cet acte, Mé­ tellus imminuit auctoritatem suam). 2. Au début de 47 ; voir la Notice, p. 203. Page 228 ; 1. Il n’y a pas lieu de suspecter ce passage, malgré son apparente étrangeté : Quintilien (X, 2, 25) confirme que le iudicium — dont il souligne l’importance majeure pour l’orateur (III, 3, 5 sq.) — était la qualité dominante de Calvus ; Cicéron le reconnaît et attribue à une défaillance — lapsus — de son jugement le mauvais choix qu’il a fait en préférant l’atticisme (voir Notice, p. 204). Page 234 : 1. Dans le Pro Sesiio, 98, Cicéron énumère haec membra... : reli·

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 234-248)

297

giones, auspicia, potestates magistratuum, senatus auctoritas, leges, mos maiorum, iudicia, iuris dictio, fides, prouinciae, socii, imperi laus, res militaris, aerarium.

Page 235 : 1. Profecto est moins catégorique que certe, comme le montre un exemple parallèle, cité par Shackleton-Bailey (in edit. t. II, p. 359) : tibi profecto iucundum, mihi certe gratum (Fam., XIII, 13, in t. VI). 2. Luccéius était en mauvaise santé; cf. Fam., V, 14, 1 ; 15, 5. Page 237 : 1. L’original destiné à Furfanus (cf. Notice, p. 205) est scellé.

Page 247 : 1. Cicéron attribue le même reproche aux Pompéiens en général, dans la lettre DLXXXII1 (= Fam., VI, 21, 1 et 2), à Toranius ; pour d’autres similitudes d’expression avec plusieurs lettres de la même période, voir la Notice, p. 210, η. 1. Page 248 : 1. Accusation quelque peu mystérieuse : qui sont ces traîtres, apparemment complices de Térentia? Quintus et son fils (sic, TyrrellPurser, in edit., t. IV, n° 535, note ad loc.)?... Les pièges tendus à Cicéron dans sa propre maison et qui menaçaient sa sécurité étaientils d’ordre politique comme le suggère le texte? Les rares lettres qu’il a écrites après son retour de Brindes à Rome sont muettes sur ce sujet ; mais dans celles de l’été 47, il reprochait seulement à Téren­ tia d’avoir dilapidé une partie de leur fortune, en accumulant les dettes, et Plutarque n’en dit guère davantage (Cic., 41) ; quant au frère et au neveu de l’orateur, il n’est pas impossible qu’après une phase d’apaisement (? cf. t. VI, Att., XI, 23, 2, du 9 juillet 47 : mihi ualde Quintus frater gratulatur), ils aient recommencé leurs in­ trigues contre lui, avec des complicités intra meos parietes ; de toute façon, que les deux Quintus aient eu ou non partie liée avec Téren­ tia, c’est la « perfidie » de sa première femme que Cicéron dénonce ici avec vigueur ; parmi ceux qui l’ont trahi avec elle, il vise sûre­ ment certains de ses proches à elle, comme son affranchi Philotime : ce pompéien borné (cf. t. VI, Att., X, 9, 1) ne s’est-il pas rendu au quartier général de César dans l’été 47 (cf. t. VI, Alt., XI, 23, 2 ; 24, 4) et probablement enrôlé dans un des collèges de Luperques, avec le jeune Quintus, en juillet 46 (cf. CCCCLXXXVIII — Alt., XII, 5,1)? Mais on ne peut entièrement exclure une interprétation qui ne ferait aucune place aux facteurs politiques : Plutarque précise (Cic., 41, 3) que Térentia, en 47, « vida complètement la maison de Cicéron de tout ce qu’elle contenait » (τήν οΙκίαν τφ Κικέρωνι πάντων έρημον καί κενήν άπέδειξεν) ; n’y avait-il pas là. de quoi faire dire à l’émi­ gré de retour au foyer : cum nihil mihi intra meos parietes tutum... uiderem? Sur le remariage de Cicéron avec Publilia et ses implica­ tions financières, voir Plutarque (Cic., 41) et le commentaire féroce qu’en a donné J. Carcopino, Les secrets de la Corr I, p. 242 sq.

298

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 24S-252)

3. Les Césariens sont calmés et Plancius est resté en bons termes avec les Pompéiens, comme Torquatus (cf. Fam., VI, 1, 2 — DLXXI ; l’identification inverse, proposée par P. Grimal, in edit. Pro Plancio, p. 15, n’est guère soutenable). Page 249 :

1. Le départ de Pansa fait problème : nommé gouverneur de la Gaule Cisalpine, pour succéder L Brutus, il quittera Rome pour gagner sa province vers le 15-20 mars 45 (cf. Att., XII, 19, 3 ; 27, 3) ; comment concilier cette donnée incontestable avec l’information datée qui nous est fournie ici? En 1840, Wesenberg (Emendat. M. T. C. epist., p. 73) a proposé de supprimer, dans notre texte, le nom du mois, lan., et de reporter la rédaction de la lettre à la fin de mars; récemment, F. Stark, dans un article sur les « dates in­ terpolées » dans les manuscrits de la Correspondance (Rhein. Mus., XCIV, 1951, p. 196 sq.), a soutenu la même thèse, mais sous une forme plus radicale : pour lui, la formule de datation tout entière — a. d. III Kal. lan. — doit être considérée comme une interpola­ tion. Indéfendable dans les termes de Wesenberg, puisqu’il est avéré qu’en mars Pansa se trouvait encore à Rome le 7 (cf. Ait., XII, 14, 4) et qu’il en était parti au plus tard vers le 20 (cf. Att., XII, 27, 3), donc bien avant le III. Kal., la solution proposée no résiste pas à l’examen : ni cette lettre ni les deux autres messages à Cassius entre lesquels elle se place {Fam., XV, 18 — DLXXII ; XV, 16 — DLXXX), ni la réponse de Cassius au dernier de la série {Fam., XV, 19 — DLXXXI), ni la lettre à Dolabella contemporaine de la deuxième lettre à Cassius {Fam., IX, 10 — DLXXVIII) ne peuvent avoir été écrits dans les deux mois qui suivirent la mort de Tullia, lorsque Cicéron vivait en reclus dans la solitude d’Astura, en proie à une détresse insurmontable ; l’enjouement qui se marque dans toutes ces pages, qu’elles soient de Cassius ou de Cicéron, ex­ clut absolument une telle hypothèse. Il ne reste qu’une explication : Pansa est parti de Rome deux fois, à deux mois et demi d’intervalle ; O. E. Schmidt a imaginé qu’il se serait rendu auprès de César, en Espagne du Sud (Briefïvcchsel..., p. 271 sq.) : mais, même en égalant le record de César, qui avait volé de Rome à Obulco en vingt-sept jours, — en plein hiver, c’était à peu près impossible — Pansa n’aurait eu qu’une quinzaine de jours à passer au quartier général. On peut imaginer d’autres hypothèses moins invraisemblables : la plus simple est que Pansa, parti pour rejoindre Brutus, a rebroussé chemin, qu’il soit tombé malade ou qu’il ait été rappelé à Rome par un ordre do César ou un message de Balbus ; mais il a pu aussi être chargé d’une mission extraordinaire de courte durée. 2. Cassius s’était converti à l’épicurisme « deux ou trois ans » plus tût (cf. DLXXX = Fam., XV. 16, 3).

Page 252 ; 1. Au chap. 35 de 1 "Orator, Cicéron souligne que c’est sur les prières de Brutus qu’il a écrit son Éloge de Caton, quelques mois plus tôt. 2. Cf. Fam., VI, 8, 2 (— DLXVII1) et la lettre suivante.

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 254-255)

299

Page 254 :

1. Vidius — personnage inconnu en qui R. Syme a proposé, à tort semble-t-il, de reconnaître un P. Ve(i)dius Pollio (Journ. of Rom. St., LI, 1961, p. 25 sq.) — affirmait détenir une reconnaissance de dette de Nicias ; ce Nicias n’est autre que le grammairien Curtius Nicias de Cos, dont parle Suétone (Gramm., 14) et qui faisait partie du cercle de Dolabella, où Cicéron a sans doute fait sa connaissance (cf. CCXCI = Au., VII, 3, 10 ; DLXII = Fam., VII, 23 ; Att., XII, 26, 2 ; R. Herzog, Nikias und Xenophon von Cos, in Hist. Zeitschr., CXXV, 1922, p. 189 sqq.). Nicias conteste l’authenticité des deux lignes en question, de la même manière qu’Aristarque, le fameux philologue alexandrin, signalait par un trait en marge (obéi) les vers qu’il jugeait interpolés dans les poèmes homériques. Page 255 : 1. Passage obscur et discuté; l’interprétation que nous propo­ sons est certes hasardeuse, mais présente l’avantage d’être cohérente et de ne réclamer qu’une correction infime du texte des manuscrits ; ce texte est le suivant : oblitusne es igitur fungorum illorum quos apud niciam et ingentium cularum (ingenii iuncularum D ; le manus­ crit V a ingentium, ferculorum, correction manifestement étrangère à la tradition) cum sophia septim(a)e ; deux points névralgiques : 1° *cularum, 2° sophia septim(a)e. 1° Il est probable que le ou les dîners chez Nicias, auxquels ont participé Cicéron et Dolabella, ne remontent pas au-delà du retour d’Afrique de ce dernier (mi-juin 46) ; la mention des fungi délicieux nous rappelle ceux dont Cicéron s’est régalé chez Lentulus, probablement dans le Premier mois in­ tercalaire (DXVII — Fam., VII, 26, 2) : ils entrent dans ces menus végétariens que les gourmets ont mis à la mode pour se conformer à la loi somptuaire récemment promulguée ; il y a donc de grandes chances que derrière *cularum se cache le nom d’un légume analogue à ces heluellac et à ces maluae qui avaient joué un mauvais tour à Cicéron, dans la cena de Lentulus. On peut écarter à coup sûr les noms se terminant en -cula : cicercula (« gesse blanche »), conchicula (« purée de fèves ») et lenticula (« lentille ») sont des légumineuses auxquelles ne peut s’appliquer l’épithète ingens ; il ne s’agit certai­ nement pas non plus de la variété de raifort appelée radicula. En revanche, il existait une plante potagère, qui n’est plus utilisée de nos jours que comme plante médicinale, mais qui bénéficiait d’une certaine renommée à Rome et dont l’impératrice Livie, nous dit Pline l’Ancien (XIX, 92), fit jusqu’à son dernier jour une abondante consommation : c’est la « grande année », inula, « rhizome charnu, d’odeur forte, de saveur âcre et amère » (sic, J. André, L'alimenta­ tion et la cuisine à Rome, Paris, 1961, p. 18), « réputée excellente pour la santé » et rendue agréable au goût par l’adjonction de miel et de vin cuit (cf. Plin., XIX, 91 sq. ; Colum., XI, 3, 35 ; XII, 48; Hor., Sat., II, 2, 44 ; 8, 51) ; Lucrèce la connaissait (II, 430) et elle figure en bonne place dans le jardin potager de Simylus, « qui savait planter des herbes de toute sorte », à côté de la bette, de l’oseille et de ces mêmes mauves, fâcheusement laxatives, que Lentulus avait

300

NOTES COMPLÉMENTAIRES (p. 255)

servies à ses convives (Moretum, 73 : maluaeque inulaeque uirebant}. Paléographiquement, la déformation du mot rare ïularum en cularum était pour ainsi dire attendue ; les copistes du De rerum natura, eux, ont converti inulae en inuiae I 2° Si l’on ne cherche pas à tout prix des mots grecs ou une spécialité culinaire sous l'expression sophia septimae, on constate que, dans sa forme latine, le mot so­ phia appartient à un état relativement ancien de la langue, à la différence de philosophia, qui l’a supplanté; c'est Sénèque qui nous le dit (Ep., 89, 7) : Sapientia est quam Graeci σοφίαν uocant. Hoc uerbo Romani quoque utebantur, sicut philosophia nunc quoque utun­ tur. De fait, chez Cicéron, qui emploie fréquemment le terme phi­ losophia, on ne trouve aucun autre exemple de sophia ; puisque ce mot ne fait pas partie de son vocabulaire et que nous savons par Sénèque qu’il a été utilisé antérieurement, c’est que Cicéron fait une citation. Or précisément, à la suite du texte ci-dessus, Sénèque ajoute : Quod et togatae libi antiquae probabunt et inscriptus Dossenni monumento titulus : Hospes resiste et sophian Dossenni lege. Ainsi, soit dans une togata, soit plutôt dans une atellane, genre po­ pulaire que Novius et Pomponius avaient remis à la mode au début du ior siècle, l’épitaphe du bossu Dossennus, personnage typique du répertoire, était introduite au moyen d’un subterfuge quelconque et proposait à l’admiration ou aux rires ironiques des spectateurs la sophia Dossenni. Nous connaissons aussi, par un chapitre d’AuluGelle (XIII, 8, 3), une de ces togatae antiquae dont parle Sénèque, la Sella d’Afranius, où un personnage allégorique se présentait ainsi : Feus me genuit, mater peperil Memoria, Sophiam uocant me Grai, uos Sapientiam ; dans ce cas, comme dans un passage des Annales d’ENNius — Nec quisquam sophiam, sapientia quae perhibetur, In somnis uidit prius quam sam discere coepit (218 sq. Vahlen3) —, la précaution didac­ tique est un peu trop voyante et pédante. Mais, qu’il s’agisse d’une togata comme celle où Titinius mettait en scène une solide matrona, (n08 43-46 Ribbcck; cf. A. Rostagni, Slor. d. Lett. lat., I, Turin 1949, p. 262) ou, plus vraisemblablement, d’une atellane, le grammai­ rien Nicias avait dù faire lire ou, mieux encore, jouer devant ses convives, en guise d'acroama, une comédie du répertoire populaire, illustrant la sophia d’un personnage féminin nommé Septima ; il est certain, en effet, que ce cognomen, assez peu répandu, représente un ancien prénom disparu, du même type que Quintus ou Décimas (cf. I. Kajanto, The Latin cognomina, Helsinki, 1965, p. 274), et deux atellanes avaient pour titre Decuma (cf. Schanz-Hosius, Gesch. d. rôm. Lit.4, I, p. 251 sq.). Il n’est pas inutile de rappeler que Cicé­ ron appréciait le talent do Pomponius, l’auteur d’atellanes du temps de sa jeunesse (cf. Fam., VII, 31, 2) et qu’il venait justement de réaffir­ mer, au cours do l’automne 46, son goût pour les plaisanteries et sur­ tout pour le sel latin, menacé de disparition (DX VI — Fam., IX, 15, 2). 2. Cicéron assimile plaisamment la décision qu’il pourrait prendre contre Nicias à une condamnation entraînant l’exil et la perte des droits civiques, comme s’il s’agissait d’un délit très grave; or une

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 255-258)

301

telle sentence serait inutile, parce que Dolabella réussirait à la faire annuler : en effet, Nicias étant un fin lettré, on avait un besoin im­ périeux de ses services pour une tâche difficile — ici le badinage fait place à l’épigramme mordante — consistant à enseigner les rudiments du savoir à T. Munatius Plancus Bursa; ce personnage taré et inculte, tribun en 52, faisait partie du lot des politiciens condamnés à l'exil dans les dernières années de la République, que César avait réhabilités après Thapsus ; Cicéron avait eu un sursaut d’indignation en le voyant reparaître à Rome en septembre (cf. Fam.t XII, 18, 2 — DVIII). Avec l’addition de non, la proposition finale, rattachée à tu restituas, se comprend aisément ; sans non, elle doit être rattachée à nec committam et le sens devient très obscur : Nicias ne pourrait se charger de l’instruction de Plancus, ancien exilé grâcié par César, que s’il était lui-même tour à tour condamné, puis grâ­ cié?...

Page 258 : 1. Cassius s’étant récemment converti à 1’épicurisme (cf. § 3), Cicéron s’amuse à brocarder la théorie épicurienne de la vision et de l’imagination, dérivée de celle des Atomistes Leucippe et Démo­ crate (cf. Epic., Ep. ad Herod., 46-51 ; Lucr., De Λ. N., IV ; P. Boyancé, Lucrèce et Vépicurisme, Paris, 1963, p. 183-202) ; pour Épicure et pour Lucrèce, la vision des choses est produite uniquement par les « simulacres » qui se détachent des objets et viennent frapper nos yeux, alors que Platon (Tim., 45 b-c) attribuait un rôle capital aux rayons émanés de l’œil ; la représentation (φαντασία) résulte de la succession rapide de ces simulacres (εϊδωλα). Sans faire sienne cette théorie de la sensation visuelle, Cicéron ne la condamne pas for­ mellement (§ 2 : his autem spectris etiamsi oculi possent feriri...) ; ce qu’il conteste, c’est qu’elle suffise à rendre compte du fonction­ nement de l’imagination, c’est-à-dire de la faculté que nous avons de nous représenter un objet absent — en l’occurrence la personne de Cassius — et de concevoir une notion, comme celle de la Bretagne ; de fait, Cicéron met le doigt sur un des points faibles de la doctrine épicurienne : comment se forment et s’enchaînent les · représenta­ tions mentales » (διανοητικαί φαντασίαι)? Bref, comment fonctionne la pensée? D’après ce passage, les Épicuriens expliquaient les méca­ nismes de la pensée par les seules sensations visuelles ; cependant, il semble bien que Lucrèce et même Épicure, et avant lui Leucippe et Démocrite, aient fait intervenir, comme aliments de la pensée, des « simulacres » différents de ceux de la sensation visuelle, encore plus subtils, et pénétrant en nous par les pores de la peau, non par l’appareil sensoriel (cf. Boyancé, op. cit., p. 198 sq.). Cicéron a-t-il volontairement déformé la pensée de ses adversaires? L’a-t-il mal comprise? Ou l’obscur Catius, auquel il se réfère, en avait-il présenté une version simpliste? Ce Catius, d’origine milanaise et peut-être celtique (le peuple Insubre était implanté dans la région de Medio­ lanum), avait écrit quatre livres sur la Nature (et le souverain bien? Cf. Porphyrion, Ad Hor. Sat., II, 4, 1, — où il s’agit en réalité d’un

302

NOTES COMPLÉMENTAIRES (pp. 258-267)

autre Catius —) ; le terme spectrum avait sans doute été lancé par lui pour traduire le mot είδωλον, que Lucrèce rend par simulacrum, Cicéron par imago (cf. D. Nardo, Spectra Catiana, in Mélanges Vallot, Venise, 1972, p. 115-158). 2. Épicure était inscrit dans le dème attique de Gargettos.

Page 269 : 1. Cette lettre répond aux deux dernières de Cicéron (DLXXV — Fam., XV, 17, et DLXXX = 16) ; voir aussi la Notice, p. 207 sq.» notamment à propos des dernières lignes. Page 260 ; 1. C. Amafinius passe pour avoir été le premier à présenter l’épi­ curisme aux Romains, dans un latin aussi médiocre que celui de Catius, à en croire Cicéron (cf. Tuse., Π, 7 ; IV, 6) ; on situe générale­ ment son activité aux confins du ne et du iir siècle, mais certains le font contemporain de Lucrèce et de Catius (cf. P. Boyancé, Lu­ crèce et Vépicurisme, Paris, 1963, p. 8 sq.). Il est remarquable que Cassius, pas plus que Cicéron, ne mentionne Lucrèce. 2. Citation presque littérale d’un passage de la Lettre à Ménécée (= Diog. Laert., X, 132) : ούκ εστιν ήδέως ζην άνευ -του φρονίμως καί καλώς καί δικαίως. 3. Cet éloge ironique du iudicium de Sulla contient-il une allu­ sion à sa condamnation en 66, pour corruption électorale (sic, Shackleton Bailey, in edit., t. II, p. 382)? C’est possible, étant donné la référence mordante, trois lignes plus bas, à la restitutio in integrum d’anciens condamnés par César (cf. B. C., III, 1, 4 ; Notice, p. 207). Page 262 : 1. Cnaeus Pompée, sur le compte duquel Cassius s’exprime plus carrément (DLXXXI --- Fam., XV, 19, 4). 2. Le premier est César (cf. DLXXI — Fam., VI, 1, 2), les autres les Pompéiens, auxquels Torquatus est resté plus fidèle que Cicéron.

Page 264 : 1. Servius Sulpicius Rufus, gouverneur d’Achaïe (cf. DLXXI — Fam., VI, 1, 6) ; son absence n'est que provisoire. 2. L. Domitius Ahénobarbus, consul en 54, avait rejoint l’armée pompéienne après sa défaite de Corfinium (févr. 49); L. Cornélius Lentulus Crus, un des consuls de l’année 49, fut un des plus ardents partisans de la guerre. — Dans une lettre adressée peu de temps avant à Cn. Plancius, qui partageait l’exil de Toranius à Corcyre (DLXXIV — IV, 14, 2), Cicéron évoquait en termes très voisins cette accusation de timiditas (cf. aussi infra, § 2, 1. 8). Page 267 : 1. Sous une forme enveloppée, Cicéron donne à entendre à Dola­ bella que Lepta a des liens d’intérêt étroits avec ses deux conci­ toyens et que leur déconfiture met en péril sa propre situation finan­ cière ; Cicéron lui-même risque d’en faire les frais, soit qu’il se doive

NOTES COMPLÉMENTAIRES (p. 267)

303

de l’aider, soit qu’il lui ait confié des capitaux. Il est vrai’qu’iljnoircit probablement le tableau, pour les besoins de la cause. Signalons que l’on connaît d’autres Planii publicains, plus exactement exploi­ tants de mines (cf. Cl. Nicolet, L'ordre équestre..., II, n° 274) et que la Bétique attirait les affairistes principalement parles ressources minières.

APPENDICE I

Le

calendrier de l’année

46.

L’insertion du mois intercalaire de 22 ou 23 jours ayant été omise à plusieurs reprises au cours de la décennie précé­ dente, le calendrier officiel avait pris sur le calendrier astro­ nomique une avance considérable, qui aurait atteint 90 jours — 67 seulement d’après Le Verrier — à la fin de 46, si aucune intercalation n’avait été pratiquée cette année-là. En fait, César, bien conseillé par l’astronome grec d’Alexandrie Sosigène, procéda en 46 à l’ajustement indispensable avant la mise en place du nouveau calendrier, dit « julien », qui se fit le 1er janvier 45. Cette remise en ordre préalable consista dans l’intercalation exceptionnelle de trois mois — 90 jours — deux seulement — 67 jours, d’après Le Verrier — pour permettre au calendrier astronomique de rattraper le calen­ drier officiel ; nous avons exposé ailleurs les raisons qui nous ont conduit à penser, avec L. Holzapfel et P. Groebe, que le décalage à corriger était de 90 jours et qu’un premier mois intercalaire do 23 jours fut inséré en février 461 ; de toutes façons, la controverse porte sur les trois premiers mois de l’année, antérieurs à la date où commence le présent volume1 2. 1. J. Beaujeu, Les dernières années du calendrier pré-julien, in Mélanges J. Hcurgon, t. I, Rome, 1976, p. 13-32 ; L. Holzapfel, Romische Chronologie, Leipzig, 1885 ; P. Groebe, in Geschichte Roms in seinem Ucbergang von der republikanischen zur monarchischen Verfassung de W. Drumann, 2e éd., t. III, Berlin, 1906, p. 757827 ; U. Le Verrier, in Histoire de Jules César, Guerre des Gaulest par Napoléon III, t. II, Paris, 1866, p. 521-552, ou Hist. de J. C.t Guerre civile, par C. Stoffel, t. II, Paris, 1887, p. 345-418. 2. Pour la période qui va du 25 février 46 au 24 février 45, il y a une différence d’un jour entre les concordances de Groebe et celles de Le Verrier : celui-ci a admis que le l°r janvier officiel de 45 coïncida avec le 1er janvier astronomique et que l’année 45 fut bissextile, c’est-à-dire composée de 366 jours; pour Groebe,

306

APPENDICE I

Tous les historiens sont d’accord pour accepter le témoi­ gnage formel de Suétone (Caes., 40, 2) et de Censorinus (De die nat., 20, 8), d’après lequel 67 jours ont été intercalés entre novembre et décembre, c’est-à-dire, comme les mois avaient conservé en 46, pour la dernière fois, la durée qu’ils avaient dans le calendrier pré-julien, entre le 29 novembre et le 1er décembre. Ces 67 jours furent répartis en deux mois intercalaires, comme l’indiquent les textes sans équivoque de Suétone — inter nouembrem ac decembrem mensem interiecit duos alios — et de Censorinus — adeo aberratum est ut G. Cae­ sar.... duos menses intercalarios dierum LXV1I in mensem nouembrem et decembrem interponeret — (II. cc.) ; cette donnée

est confirmée par la mention, dans une lettre de Cicéron, du premier de ces mois intercalaires (DXIV — Fam.t VI, 14, 2) : Kalendas Intercalares prioris ; l’emploi du comparatif prior prouve qu’il n’y en eut que deux : Intercalaris prior et I. posterior1.

En revanche, nous ignorons la longueur de chacun ; Le Verrier et Groebe, d’accord sur ce point, ont supposé que le premier dut se composer, comme les mois ordinaires, de 29 jours, le second remplissant la différence, soit 38 jours ; cette hypothèse est vraisemblable, mais impossible à vérifier ; nous l’avons appliquée, par commodité, pour dater les lettres écrites par Cicéron au cours de son voyage en Italie du Sud, dans le Deuxième mois intercalaire. le 1er janvier officiel tomba le 2 janvier astronomique et l’année 45 fut une année ordinaire de 365 jours. L’argumentation de Groebe (op. cit.t p. 778) est subtile, la conclusion probable, mais non cer­ taine. 1. J. Carcopino, partisan du système de Le Verrier, a imaginé à tort que les 67 jours intercalés entre novembre et décembre se répartissaient en trois mois de 22 4- 23 + 22 jours, afin de retrouver, sans mois intercalaire en février, les quinze mois assignés par Sué­ tone (loc. cil.) à cette année extraordinaire (Jules César, 5® éd., Paris, 1968, p. 547, n. 3).

APPENDICE II

La date de la réhabilitation de M. Claudius Marcellus.

A la fin du siècle dernier, 0. E. Schmidt a proposé de situer au milieu du mois de septembre 46 la séance au cours de la­ quelle les sénateurs arrachèrent à César la grâce de Marcellus et sa thèse a été généralement adoptée1; sa démonstration est pourtant des plus fragiles : elle repose sur deux lettres adressées par Cicéron à Q. Cornificius, l’une pendant ou peu après les Ludi Victoriae Caesaris de la fin de septembre (DVIII — Fam., XII, 18), l’autre de peu antérieure (DIV — Fam., XII, 17) ; dans cette lettre de la mi-septembre, Cicéron déclare ceci (§ 1) : uideo id (= salubre aliquod et honestum negotium) curae esse Caesari ; Schmidt rapproche, à juste titre, cette affirmation optimiste des passages du Pro Marcello dans lesquels Cicéron exhorte César à relever l’État ruiné par la guerre civile (§ 23) et plus précisément à « mettre sur pied la république » (§ 27 : in hoc elaborandum est ut rem pu­ blicam constituas). Mais ni le deuxième message à Cornificius, ni les autres lettres postérieures à la fin de septembre ne per­ mettent d’en inférer que les Jeux de ce mois, si choquants qu’ils aient pu paraître à Cicéron, aient suffi à ruiner ses illu­ sions sur les intentions de César ; notons d’ailleurs que, dans le Pro Marcello, nous ne trouvons pas le constat d’une réso­ lution déjà prise, mais une invitation pressante à la prendre ; le passage du paragraphe 27 cité précédemment commence par ces mots : haec igitur tibi reliqua pars est, hic restat actus, in hoc, etc. Il y a des raisons de penser que la séance pathé­ 1. Der Brîefwechsel des M. T. G. von seinem Prokonsulat in Cilicien bis zu Caesars Ermordung, Leipzig, 1893, p. 251 sqq. ; J. Carcopino, César, 5e éd., Paris, 1968, p. 500 sq. ; M. Gelzer, Caesar, trad. Needham, p. 280 sq. ; Shackleton Bailey, in edit. Fam., t. II, p. 360 ; etc.

308

APPENDICE II

tique du Sénat ne remonte pas au-delà du mois d’octobre (= août astron.) : en septembre encore, la scène était occupée par les manifestations exaltant la victoire des Césariens sur leurs adversaires et l’ambiance peu propice à des mesures de clémence spectaculaires ; dans le Pro Ligario, prononcé dans la deuxième quinzaine du Premier mois intercalaire (= deuxième quinzaine d’octobre astron.)1, Cicéron se réfère à la réhabilitation de Marcellus (§ 37) : l’adverbe nuper convient mieux à un intervalle de deux mois que de trois mois ; on peut en dire autant de la toute récente tentative d’assassinat contre César, évoquée avec insistance dans le Pro Marcello (§§21 sqq.) : le passage de la deuxième Philippique dans lequel elle est imputée ouvertement à Marc Antoine semble bien impliquer que César est parti pour l’Espagne (début du Deuxième mois intercalaire) peu de temps après avoir révélé l’affaire au Sénat12. Il y a plus ; nous possédons la première lettre adressée par Cicéron à Marcellus postérieure­ ment à la défaite des Pompéiens en Afrique (CCCCXCVI — Fam., IV, 8) ; elle fut suivie de deux autres lettres (DIII — Fam., IV, 7 ; DV = IV, 9), l’exhortant, comme la première, à renoncer à son exil et à accepter de regagner Rome ; ces lettres s’échelonnent très probablement entre le début et la fin du mois d’août ; or, dans sa lettre de remerciement, écrite au reçu de la nouvelle de sa réhabilitation (DXIII — Fam., IV, 11), Marcellus indique nettement que ce sont les lettres de son cousin Caius et de Cicéron qui l’ont décidé à suivre leur conseil3; il en ressort que ses partisans n’ont déclenché 1. Cf. supra, P. 65, η. 1. 2. Phil., II, 74 : his ipsis temporibus (Antoine est empêtré dans un procès dangereux) domi Caesaris percussor ab isto missus depre­ hensus dicebatur esse cum sica : de quo Caesar in senatu aperte in te inuehens questus est. Proficiscitur in Hispaniam Caesar, paucis tibi ad soluendum propter inopiam tuam prorogatis diebus. 3. Selon Siiackleton Bailey (in edit. Fam., t. II, p. 398), la ou les lettres de Cicéron qui ont emporté l’adhésion de Marcellus seraient perdues ; mais comment y en aurait-il eu d’autres, durant cette période, que les trois que nous avons conservées? Dans la première (CCCCXCVI — Fam., IV, 8), Cicéron donne nettement à entendre qu’il n’a pas écrit à Marcellus depuis les « événements * (§ 1) et les deux autres suivent sans hiatus. Le contenu des trois lettres implique que la réhabilitation de Marcellus ne sera pas ob­ tenue sans qu’il ait exprimé au moins son accord avec le projet de rapatriement qui lui est proposé ; les premières lignes de sa lettre de remerciement confirment qu’il se laissa fléchir {DXIII ---- Fam.,

APPENDICE II

309

la manifestation au Sénat en sa faveur qu’après avoir obtenu son accord. En admettant une durée moyenne de 25 à 30 jours pour l’acheminement du courrier entre Rome et Mytilène, il s’est écoulé au moins 50 à 60 jours entre le départ de la lettre qui a décidé Marcellus et l’arrivée de sa réponse posi­ tive ; or, il n’a sûrement pas cédé au premier message de Cicéron, fort court, qui peut remonter au 5-10 août, mais sans doute au second, écrit entre le 16 et le 25 ; sa réponse n’a donc pu parvenir à Rome avant le début d’octobre, au plus tôt. Enfin, dans la lettre où il raconte à Ser. Sulpicius Rufus comment a été obtenue la grâce de Marcellus, le jour même ou la veille (DXI — Fam., IV, 4), Cicéron se réjouit à l’idée que son correspondant va être un peu moins accaparé par les devoirs de sa charge et trouver du temps à consacrer à l’élude, puisque aliquid iam noctes te adiuuabunt (§ 5) : or, les nuits ne commencent à rallonger de façon significative qu’au début du mois d’août — début d’octobre officiel en 46 ; cette réflexion se comprend mieux si la lettre a été écrite en août (= octobre officiel), lorsque Cicéron constatait lui-même la diminution de la durée du jour. Faisceau d’indices et non pas preuve, certes ; mais il nous semble peser plus lourd en faveur du mois d’octobre que la fragile argumentation de Schmidt en faveur du milieu de septembre1.IV, IV, il, 1) : plurimum ualuisse apud me tuam semper auctoritatem cum in omni re tum in hoc maxime negotio potes existimare. Cum mihi C. Marcellus, frater amantissimus mei, non solum consilium daret, sed precibus quoque me obsecraret, non prius mihi persuadere potuit quam tuis est eftectum litteris ut uterer uestro potissimum consilio. Iles quemadmodum acta sit, uestrae litterae mihi declarant. J. Carcopino a sans doute raison de penser (Z. c., p. 307, η. 1) que Marcellus n’a pas sollicité sa grâce, mais il a certainement accepté que ses amis la demandent pour lui. 1. Du texte même du Pro Marcello, on tire seulement la certitude qu’il est postérieur au quadruple triomphe du mois d’août : cf. §§ 11 et surtout 28 : obstupescent posteri certe, imperia prouincias, Rhe­ num Oceanum Nilum, pugnas innumerabilis incredibilis uictorias, monumenta munera triumphos audientes et legentes tuos ; César ayant dû renoncer à célébrer le triomphe qu’il avait sollicité en 60, à la suite de ses succès militaires dans la péninsule ibérique, les triomphes mentionnés par Cicéron ne peuvent être que ceux de 46. — À la latitude d’Athènes, la durée de la nuit n’augmente que de 50 minutes entre le solstice d’été (21 juin) et le 6 août ( — 46 jours); ensuite, il ne faut plus que 23 jours (du 6 au 29 août), soit la moitié de ce temps, pour que se réalise un accroissement égal.

APPENDICE III

Lb

séjour de Cicéron a Tusculum A LA FIN DE L'ANNÉE 46.

Avant de faire un voyage en Campanie dans la seconde moitié du Deuxième mois intercalaire, Cicéron passa quelques jours dans sa propriété de Tusculum (cf. DXVIII &DXXI ---Att.t XII, 6 a ; 10 ; 7 ; 8). Selon O. E. Schmidt (Der Briefwechsel des M. T, C. von seinem Prokonsulat in Cilicien bis zu Caesars Ermordung, Leipzig, 1893, p. 260 sqq.), ce séjour se situe

juste avant le voyage dans le sud, après le départ de César pour l’Espagne ; en effet, Cicéron avait récemment affirmé à Fétus (DXVI = Fam.t IX, 15, 5, lettre écrite en novembre ou au début du Premier mois intercalaire) son intention de ne pas s’éloigner de Rome avant le départ de César : quamdiu hic erit noster hic praefectus moribust parebo auctoritati tuae ; quom uero aberit, ad fungos me tuos conferam (depuis

le mois de juillet, Cicéron caressait le projet d’être l’hôte de Fétus à Naples) ; d’autre part, dans le dernier des trois billets à Atticus (DXXI — Att.t XII, 8), Cicéron lui demande de lui faire savoir o ce que dit Q. Pilius Céler des arrangements pris par César avec les candidats, s’il pense lui-même se rendre au Champ-de-Fenouil » — dans la région de Tarragone — « ou au Champ-de-Mars s (scribet quaeso, quid referat Celer egisse Caesarem cum candidatis, utrum ipse in Fenicularium an in Martium campum cogitet) : cette question se rapporte à l’élec­

tion des magistrats pour l’année suivante ; César est parti sans avoir eu le temps de réunir les comices pour les magis­ tratures curules et sera lui-même élu consul en son absence ; les mots quid referat Celer egisse Caesarem impliquent, à en croire Schmidt, que César a déjà quitté Rome, que Céler l’a accompagné, puis est revenu porteur d’instructions ; car, si César se trouvait encore dans la ville, Atticus et Cicéron auraient d’autres sources d’information. Cette argumentation 31

312

APPENDICE III

présente des faiblesses : sur le premier point, on peut répondre que Tusculum n’était qu’à 12 milles de Rome, soit 2-3 heures de voiture, tandis qu’il fallait plusieurs jours pour se rendre en Campanie ; le deuxième point est plus complexe que Schmidt ne l’a cru : Cicéron ne se réfère pas — ou pas seule­ ment — aux élections consulaires, qui auront lieu, elles, en fin d’année, mais à des comices qui devaient élire d’autres magistrats : César ayant décidé de faire renouveler son mandat consulaire, les candidats avec lesquels il « a pris des arrange­ ments r> briguaient nécessairement d’autres fonctions ; parmi ces candidats devait figurer, comme l’a ingénieusement décelé Shackleton Bailey (in edit. Att., t. V, p. 306), Q. Pilius Céler lui-méme ; c’est le seul moyen de comprendre la fin de la lettre : pourquoi Cicéron se serait-il exposé à mécontenter la femme et — par exagération plaisante — la toute jeune fille d’Atticus en ne participant pas aux comices, au cas où ils seraient finalement maintenus, sinon parce que ce Pilius, qui était, comme son nom l’indique, un frère ou du moins un proche parent de Pilia, s’était mis sur les rangs? Ainsi s’explique aussi que Pilius ait eu la primeur des dernières informations. Le problème chronologique reste entier ; Shackleton Bailey (op. cit., p. 305) conclut de la présence de Dolabella à Tusculum (attestée par les derniers mots de la deuxième lettre, DXX =· Att., XII, 7, 2) que César n’était pas encore parti, car Dolabella serait « naturally » parti avec lui ; le même argument vaut également pour le fils de Cicéron, que son père hésitait alors à laisser aller en Espagne (DXX et DXXI — Au., XII, 7 et 8). Mais nous lisons dans la deuxième Philippique (§ 75) que, Marc-Antoine s’étant enfin résolu à rejoindre César en Es­ pagne, « le manque de sécurité, à ce qu’il dit, l’empêcha de parvenir à destination » — tuto, ut ait, peruenire non potuit — ; Cicéron lui riposte du tac au tac : « Comment se fait-il donc que Dolabella y soit parvenu? » — quonam modo igitur Dolabella peruenit? — L’objection n’est valable que si Dolabella a fait le voyage isolément, comme Antoine, comme C. Trébonius (cf. DLXIV — Fam., XV, 20, 3 ; supra, p. 203), comme C. Vibius Pansa (DLXXV — Fam., XV, 17, 3) et bien d’autres, et non pas dans l’escorte de César. En fin de compte, nous adoptons la deuxième hypothèse, qui place le séjour à Tusculum dans le Premier mois inter­ calaire, avant le départ de César : 1° d’abord pour dos raisons

APPENDICE III

313

d’ordre historique : il est incroyable que César ait quitté Rome, pour une absence de longue durée, sans avoir préalablement arrêté l’organisation et l’attribution des pouvoirs, décidé en particulier si les comices électoraux seraient ou non réunis ; nous savons qu’il a choisi de nommer huit préfets, en dehors de toute légalité, au lieu de faire élire des préteurs et des questeurs urbains pour l’année 45 (cf. M. Gelzer, Caesar, trad. angl., p. 294) ; on voit mal pourquoi il aurait attendu de s’être éloigné de Rome avant de les nommer, en laissant les Romains se demander s’il y aurait ou non des élections. 2° Le texte de la troisième lettre à Atticus (DXXI --- Att^ XII, 8), scribe... guid referat Celer egisse cum — et non pas de — candidatis (parmi lesquels Céler lui-même), suggère nettement que César a eu une entrevue avec certains des candidats intéressés, sinon tous ; il est exclu qu’une telle réunion ait eu lieu quand César était déjà en route, à vive allure ; même s’il ne s’était agi que du seul Pilius, l’hypothèse formulée par Schmidt d’un bout de route avec César, suivi d’un retour à Rome, est arbitraire, compliquée et peu vrai­ semblable ; que Cicéron interroge Atticus sur les comices appelés à élire les tribuns et les édiles plébéiens — comices qui se sont effectivement réunis cette année-là (cf. Suét., Caes.t 76, 2) — ou sur ceux qui auraient dû élire les préteurs et les questeurs et qui ont été supprimés, la question qu’il pose implique que le maître des décisions se trouve encore à Rome ou, beaucoup moins probablement, qu’il vient tout juste de partir. Tout se passe comme si l’on était alors dans les jours qui suivent celui où a été connue la décision de César d’aller prendre la tête des opérations en Espagne, c’est-à-dire vraisemblablement dans les deux premiers tiers du Premier mois intercalaire : comment va-t-il organiser le fonctionne­ ment des affaires publiques pendant son absence? Les comices déjà annoncés vont-ils se réunir ou non? Qui va partir avec le chef suprême et qui va rester? Y a-t-il intérêt pour les jeunes nobles soucieux de leur carrière à faire partie de l’escorte ou à voir venir? 3° La cohérence des lettres entre elles est plus facile à concevoir dans l’hypothèse d’un séjour improvisé, suivi d’un retour à Rome, que dans celle d’un plan prémédité qui ferait se succéder sans interruption les jours de détente à Tusculum et le voyage en Campanie : lorsque Cicéron envoie sa deuxième lettre à Atticus (DXX — Att.f XII, 7, 2), il prévoit de retourner à Rome dans les trois jours ; quand il

314

APPENDICE III

écrit la troisième (DXXI — Att., XII, 8), deux ou trois jours au moins se sont passés, puisqu’il a eu le temps de recueillir sans être à Rome de « nombreux » avis sur le projet espagnol de son fils, mais il est toujours à Tusculum et se demande s’il lui faut vraiment revenir à Rome pour des comices pro­ blématiques. Une lettre à M. Fabius Gaïlus (DXVII — Fam., VII, 26), écrite sûrement dans les derniers mois de 46, après l’entrée en vigueur de la loi somptuaire (cf. § 2) et avant que Cicéron ne soit retenu à Rome par l’accouchement imminent de Tullia (cf. supra, p. 198), fait état d’un séjour imprévu de Cicéron à Tusculum, où il est allé se remettre d’un grave accident digestif ; il est d’autant plus tentant d’identifier ce séjour fortuit à l’autre que nous n’avons aucune lettre à Atticus attestant une deuxième séparation entre le mois d’août et le mois de février, mise à part la tournée en Campanie. Enfin, il semble ressortir d’une autre lettre à M. Fabius Gallus (DLXII — Fam.t VII, 23, 4) que Cicéron partit de Rome et non pas de Tusculum, quand il se rendit à Astura et en Campanie : dans ce message, écrit à Rome dès son retour, il informe Gallus du résultat de l’enquête que celui-ci avait demandée par une lettre arrivée quelques instants avant son départ et qu’il avait chargé séance tenante Tullia de mener pendant son absence ; cette enquête concernait une domus que Gallus voulait acheter, contiguë à celle de Cicéron sur le Palatin ; ainsi, à son retour de Campanie, Tullia était ins­ tallée à Rome chez son père (cf. suprat Notice, p. 198) ; pen­ dant son absence, elle a mené l’enquête à Rome ; il est pos­ sible que, le jour où il est parti, elle se soit trouvée à Tusculum avec lui et qu’elle ait ensuite regagné Rome ; le plus probable est qu’elle était à Rome, et lui aussi, lorsqu’il l’a quittée, juste après avoir reçu la lettre de Gallus.

TABLE DE CONCORDANCE POUR LE TOME VII

Ad Familiares

Fam.

» > > » » » » » »

Fam.

IV, IV, IV, IV, IV, IV, IV, IV, IV, IV,

ν', Fam. VI, > VI, > VI, > VI, > VI, > VI, » VI, » VI, » VI, » VI, » VI, » VI, » VI, » VI, » VI, » VI, Fam. VII, » VII, > VII, » VII, » VII, » VII, Fam. IX, » IX,

>

3 4 7 8 9 10 11 13 14 15 13 16 1 3 4 5 6 7 8 9 10, 1-3 10, 4-6 12 13 14 18 21 22 3 4 23 26 28 33 2 4

IX, 5 Fam. CCCCXCIX » DX1 IX, 6 » DIII ix, 7 » CCCCXCVI ix, 10 » DV ix, 13 DLXVII » IX, 15 DXIII » IX, 16 » CCCCXCVIII IX, 17 » DLXXIV IX, 18 DLXXXIV » ix, 19 DLXVI » IX, 20 DLXV » IX, 23 » DLXXI IX, 26 DLXXIX Fam. XII, 17 » DLXXXII XII, 18 » D XII, 19 DXII Fam. XIII, 4 DLXXVI » XIII, 5 DLXVIII » XIII, 7 DLXIX » XIII, 8 DVI » XIII, 16 » XIII, 17 DI DX » XIII, 18 DVII » XIII, 19 DXIV » XIII, 20 DLXXXVI » XIII, 21 » XIII, 22 DLXXXIII » XIII, 23 CCCCLXXXII CCCCLXXX » XIII, 24 DLVIII » XIII, 25 » XIII, 26 DLXII » XIII, 27 DXVII » XIII, 28 CCCCXCV • XIII, 28 a DX » XIII, 30 CCCCLXXVIII » XIII, 31 CCCCLXXXIII

CCCCLXXXI CCCCLXXXVI CCCCLXXIX DLXXVIII DLXXXV DXVI CCCCLXXXVI1 DU CCCCXCII CCCCXCVII CCCCXCIV DLIX DXXII DIV DVIII DLXX DLIII DLIV DLV DLVI DLXXIII DXXV DXXVI DXXVII DXXVIII DXXIX DXXX DXXXI DXXXII DXXXIII DXXXIV DXXXV DXXX VI DXXXVII DXXXVIII DXXXIX

316

Fam. » » » » » » > » » » » » »

XIII, XIII, XIII, XIII, XIII, XIII, XIII, XIII, XIII, XIII, XIII, XIII, XIII, XIII,

TABLE DE CONCORDANCE 32 33 34 35 36 37 38 39 52 66 67 68 69 70

DXL DXLI DXLII DXLIII DXLIV DXLV DXLVI DXLVII DXXIV DLXXVII DXLVIII DIX DXLIX DL

> Fam. » » » Fam. » » » » » Fam. » »

XIII, XIII, XIII, XIII, XIII, XV, XV, XV, XV, XV, XV, XVI, XVI, XVI,

71 72 73 77,1 77, 2-3 16 17 18 19 20 21 17 19 22

DLI DLII DXXIII DXV DLVII DLXXX DLXXV DLXXI1 DLXXXI DLXIV DLXIII CCCCXCI CCCCLXXXIX CCCCXC

Ad Atticvm

Alt. » » » »

XII, XII, XII, XII, XII,

DLX 1 CCCCLXXXV 4 CCCCLXXXVIII 5 5 c CCCCLXXXIV 6 a D XVIII

AU.

» » »

XII» 7 XII» 8 XII, 10 XII, 11

DXX DXXI DXIX DLXI

INDEX DES LETTRES Classement

Références

CHRONOLOGIQUE

AUX RECUEILS

CCCCLXXVIII CCCCLXXIX

Fam. IX, 2 Fam. IX, 7

CCCCLXXX CCCCLXXXl CCCCLXXXI1 CCCCLXXXIII CCCCLXXX1V CCCCLXXXV CCCCLXXXVI CCCCLXXXVII CCCCLXXXVIII CCCCLXXX1X ccccxc

Fam. VII, 3 Fam. IX, 5 Fam. VI, 22 Fam. IX, 4 Alt. XII, 5 c AU. XII, 4 Fam. IX, 6 Fam. IX, 16 Att. XII, 5 Fam. XVI, 19 Fam. XVI, 22

CCCCXCI

Fam. XVI, 17

CCCCXCII CCCCXCI1I CCCCXCI V

Fam. IX, 18 Fam. VII, 33 Fam. IX, 20

Dates

Rome, vers le 20 avril 46 Rome, deuxième quinzaine de mai 46

Datations juliennes1

vers le 21 février deuxième quinzaine de mars Rome, fin mai 46 (?) fin mars Rome, fin mai 46 fin mars Rome, mai 46 (?) mars Tusculum, vers le 1er juin 46 vers le 3 avril Tusculum, 11 ou 12 juin 46 13 ou 14 avril Tusculum, 13 ou 14 juin 46 15 ou 16 avril Rome, peu après le 15 juin (?) 46 peu après le 17 avril Tusculum, vers le 10 juillet 46 vers le 11 mai Tusculum, vers le 20 juillet 46 vers le 21 mai Tusculum, vers le 20 juillet 46 vers le 21 mai Tusculum, peu après la lettre précé­ entre le 21 et le 27 mai dente, entre le 20 et le 26 juillet 46 Tusculum, peu après la lettre précé­ entre le 21 et le 27 mai dente, entre le 20 et le 26 juillet 46 Tusculum, peu avant le 26 juillet 46 peu avant le 27 mai Rome, vers le 1er août 46 vers le 2 juin Rome, début août 46 début juin

Pages

29 31 33 36 37 38 39 40 41 43 48 49 49

50 51 92 93

1. Les datations juliennes sont celles qu’a proposées Groebe; pour la période qui va du 25 février 46 au 24 février 45, les datations juliennes proposées par Le Verrier sont en avance d’un jour sur celles do Groedr (cf. Αρρ. I).

Classement CHRONOLOGIQUE

II

Références AUX RECUEILS

CCCCXCV CCCCXCVI CCCCXCVII CCCCXCVIII CCCCXCIX D DI DU

Fam. VII, 28 Fam. IV, 8 Fam. IX, 19 Fam. IV, 13 Fam. IV, 3 Fam. VI, 5 Fam. VI, 10, 4-6 Fam. IX, 17

DIII

Fam. IV, 7

DIV

Fam. XII, 17

DV

Fam. IV, 9

DVI

Fam. VI, 10,1-3

DVII DVIII

Fam. VI, 13 Fam. XII, 18

DIX

Fam. XIII, 68

DX DXI DXII

Fam. VI, 12 Fam. IV, 4 Fam. VI, 6

IM

Dates

Datations juliennes

Pages

Rome, début août 46 Rome, vers le milieu d'août 46 Rome, vers le 20 août 46 Rome, deuxième quinzaine d'août 46 Rome, août-septembre 46 Rome, fin août-début septembre 46 (?) Rome, fin août-début septembre 46 (?) Rome, première quinzaine de septembre 46 (?) Rome, première quinzaine de sep­ tembre 46 Rome, deuxième quinzaine de sep­ tembre 46 (?) Rome, deuxième quinzaine de sep­ tembre 46 (?) Rome, deuxième quinzaine de sep­ tembre 46 Rome, septembre ou début octobre 46 Rome, fin septembre ou début octobre 46 Rome, fin septembre ou début octobre 46 (?) Rome, début octobre 46 (?) Rome, vers le milieu d'octobre 46 (?) Rome, deuxième quinzaine d'octobre 46

début juin vers le milieu de juin vers le 21 juin deuxième quinzaine de juin juin-juillet fin juin-début juillet fin juin-début juillet première quinzaine de juil­ let première quinzaine de juil­ let deuxième quinzaine de juillet deuxième quinzaine de juillet deuxième quinzaine de juillet juillet ou début août fin juillet ou début août

95 96 98 99 102 105 107

fin juillet ou début août

début août vers le milieu d'août deuxième quinzaine d'août

108 110 113 114 117 118

120

121 122 125 128

Classement

Références

CHRONOLOGIQUE

AUX RECUEILS

DXIII

Fam. IV, 11

DXIV DXV

DXVI DXVII

Fam. Fam. 1 Fam. Fam.

DXVIII

Alt. XII, 6 a

DXIX

Ait. XII, 10

DXX

Alt. XII, 7

DXXI

Alt. XII, 8

DXXI1

Fam. IX, 26

DXXIII

Fam. XIII, 73

DXXIV DXXV DXX VI

Fam. XIII, 52 Fam. XIII, 17 Fam. XIII, 18

VI, 14 XIII, 77, IX, 15 VII, 26

Dates

Mytilène, deuxième quinzaine de no­ vembre (?) Rome, 26 ou 27 novembre 46 Rome, novembre ou début du Premier mois intercalaire 46 Rome, Premier mois intercalaire 46 Tusculum, vers le 20 du Premier mois intercalaire 46 (?) Tusculum, vers le 20 du Premier mois intercalaire 46 (?) Tusculum, peu après la lettre précé­ dente, Premier mois intercalaire 46 (?) Tusculum, peu après la lettre précé­ dente, Premier mois intercalaire 46 (?) Tusculum, peu après la lettre précé­ dente, Premier mois intercalaire 46 Rome, fin du Premier mois intercalaire 46 ou début du Deuxième Tusculum (?), début juin ou fin juil­ let 46 (?) Rome ( ?), après la fin avril 46 Rome (?), 46 ou 45 Rome (?), 46 ou 45

Datations

juliennes

deuxième quinzaine de septembre 24 ou 25 septembre septembre ou début octobre octobre vers le 17 octobre

Pages

134 135 136 137 139

vers le 17 octobre octobre 46 octobre 46 octobre 46

fin octobre ou début no­ vembre début avril ou fin mai après la fin février

141 141

142

143 144

156 157 157 159

Classement CHRONOLOGIQUE

D XXVII DXXVIII DXXIX DXXX DXXXI DXXXII DXXX1II D XXXIV DXXXV DXXXVI DXXXVII DXXXVIII DXXXIX DXL DXLI DXLII DXLIII DXLIV DXLV DXLVI DXLVII DXLVIII DXLIX DL DLI DLII

Références AUX RECUEILS Fam. XIII, 19 Fam. XIII, 20 Fam. XIII, 21 Fam. XIII, 22 Fam. XIII, 23 Fam. XIII, 24 Fam. XIII, 25 Fam. XIII, 26 Fam. XIII, 27 Fam. XIII, 28 Fam. XIII, 28 a Fam. XIII, 30 Fam. XIII, 31 Fam. XIII, 32 Fam. XIII, 33 Fam. XIII, 34 Fam. XIII, 35 Fam. XIII, 36 Fam. XIII, 37 Fam. XIII, 33 Fam. XIII, 39 Fam. XIII, 67 Fam. XIII, 69 Fam. XIII, 70 Fam. XIII, 71 Fam. XIII, 72

Dates

Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome Rome

Datations

juliennes

46 ou 45 ........................... 46 ou 45........................... 46 ou 45 ........................... 46 ou 45........................... 46 ou 45 ........................... 46 ou 45........................... 46 ou 45 ........................... 46 ou 45........................... 46 ou 45 ........................... 46 ou 45........................... 46 ou 45 ........................... 46 ou 45........................... 46 ou 45 ........................... 46 ou 45........................... 46....................................... 46....................................... 46 ou 45 ........................... 46 ou 45........................... 46....................................... 46....................................... 46 ou 45 ........................... 46 ou 45........................... 46....................................... 46....................................... 46....................................... 46....................................... 46....................................... 46....................................... Rome (?'), 46....................................... 46....................................... (?), 46....................................... 46....................................... (?), 46....................................... 46....................................... (?), 46, après la fin septembre 46, après la fin juillet (?), 46....................................... 46....................................... (?), 46 ..................................... 46....................................... (?), 46....................................... 46....................................... (?), 46-44 ................................. 46-44 ............................... (?), 46-44 ................................. 46-44 ................................ (?), 46-44 ................................. 46-44 ................................ (?), 46-44 ................................. 46-44 ................................ (?), 46-44 ................................. 46-44 .................................

(?), (?), (?), (?), (?), (?), (?), (?), (?), (?), (?), (?), (?), (?),

Pages 160 162 162 163 164 165 166 167 169 170 171 172 173 174 175 175 176 177 178 178 179 180 181 182 183 183

ιι· η

Classement

Références

CHRONOLOGIQUE

AUX RECUEILS

DLIII

Fam. XIII, 4

DLIV

Fam. XIII, 5

DLV

Fam. XIII, 7

DLVI

Fam. XIII, 8

DLVII DLVIII

Fam. XIII, 77, 2-3 Fam. VII, 4

DLIX

Fam. IX, 23

DLX

Alt. XII, 1

DLXI

Au. XII, 11

DLXII

Fam. VII, 23

DLXIII

Fam. XV, 21

DLXIV DLXV DLX VI

Fam. XV, 20 Fam. V, 16 Fam. V, 13

Dates

Rome (?), entre le début du Deuxième mois intercalaire 46 et septembre 45 (?) Rome (?), entre le Deuxième mois in­ tercalaire 46 et septembre 45 (?) Rome (?), entre le début du Deuxième mois intercalaire 46 et septembre 45 (?) Rome (?), entre le début du Deuxième mois intercalaire 46 et septembre 45 (?) Rome, Premier ou Deuxième mois intercalaire 46 Cumes, 26 du Deuxième mois intercalaire 46 Cumes, 27 du Deuxième mois intercalaire 46 Arpinum, 32 du Deuxième mois intercalaire 46 Tusculum, 34 du Deuxième mois intercalaire 46 Rome, fin du Deuxième mois intercalaire 46 Rome, fin du Deuxième mois intercalaire 46 Rome, vers le Ier décembre 46 Rome, décembre 46 (?) Rome ( ?), fin (ou début?) 46

Datations

juliennes

Pages

entre le début novembre 46 et septembre 45 entre novembre 46 et septembre 45 entre le début novembre 46 et septembre 45

184 187

188

entre le début novembre 46 et septembre 45 octobre ou novembre

21 novembre 22 novembre

190 192 221 291

27 novembre

29 novembre

2Z9

fin novembre

fin novembre vers le 4 décembre

224 OOn — à- /

229 230 233

Classement CHRONOLOGIQUE

Références AUX RECUEILS

DLXVII DLXVII I DLXIX DLXX

Fam. Fam. Fam. Fam.

dlxxi

Fam. VI, 1

DLXXII

Fam. XV, 18

DLXXIII DLXXIV DLXXV DLXXVI DLXXVII DLXXVIII DLXXIX

Fam. Fam. Fam. Fam. Fam. Fam. Fam.

DLXXX

IV, 10 VI, 8 VI, 9 XII, 19

XIII, 16 IV, 14 XV, 17 VI, 7 XIII, 66 IX, 10 VI, 3

dlxxxi dlxxxii

Fam. XV, 16 Fam. XV, 19 Fam. VI, 4

DLXXXIII

Fam. VI, 21

DLXXXIV

Fam. IV, 15

DLXXXV DLXXX VI

Fam. IX, 13 Fam. VI, 18

Dates

Rome, décembre 46 (?) Rome, vers le milieu de décembre 46 Rome, vers le milieu de décembre 46 Rome, deuxième quinzaine de dé­ cembre 46 (?) Rome, deuxième quinzaine de dé­ cembre 46 (?) Rome, deuxième quinzaine de dé­ cembre 46 Rome, décembre 46 ou janvier 45 Rome, fin 46 ou début 45 Rome, vers le 1er janvier 45 Sicile, vers le 1er janvier 45 Rome, janvier ou début février 45 Rome, début janvier 45 Rome, première quinzaine de janvier 45 Rome, vers le 10 janvier 45 Brindes, vers le 15 janvier 45 Rome, deuxième quinzaine de janvier 45 Rome, deuxième quinzaine de janvier 45 (?) Rome, deuxième quinzaine de janvier 45 Rome, fin janvier ou début février 45 Rome, fin janvier ou début février 45

Datations

juliennes

Pages

235 236 238

239

240

............................. .. ................

244 245 246 248 250 253 254 256 257 259

261 264 266 267 268

INDEX NOMINVM1

Acciani (uersus) : CGCCLXXXVII (F., IX, 16, 4). Accius, L. (poeta) : CGCCLXXXVII (F., IX, 16, 6-7), CCCCXCIII (P., VII, 33, 1). Acliaia : DXI (F., IV, 4, 2), DXXXIV (F., XIII, 26, 2), DXXXV (F., XIII, 27, 3), DXXXVIII (F., XIII, 28 a, 2). Acilius Caninus, M. (procos. Siciliae) : Cic. ad eum epp. DXXXVIIIDLVII (XIII, 30-39). Aemilius Auianianus, M. : DXXIX (F., XIII, 21, 1), DXXXV (F., XIII, 27, 2). Aemilius Lepidus, M. (cos. 46) : DXXXIV (F., XIII, 26, 3). Afranius, L. (cos. 60) : CCCCXCII (F., IX, 18, 2). Africa : CCGGLXXIX (F., IX, 7, 2), DIII (F., IV, 7, 3), DVII (F., VI, 13, 2). Africana causa : DVII (F., VI, 13, 3). Agusius T. : DLI (F., XIII, 71). Albanius C. (senator, P. Sestii socer) : DLVI (F., XIII, 8, 1-3). Aledius (fors. Atedius) : CCCGLXXXV (Æ, XII, 4, 2). Alexandrinum bellum : DLXXIII (F., XIII, 16, 2). Alexis (Attici libertus aut seruus) : DXIX (A., XII, 10). Αλφειός : CCCCLXXXVIII (A., XII, 5, 1). Alsiensis : CGCCLXXXVI (F., IX. 6, 1). Amafinius (Epicureus) : DLXXXI (F., XV, 19, 2). Amphiaraus : DXII (F., VI, 6, 6). Ampia (sequentis filia) : DX (F., VI, 12, 3). Ampius Balbus, T. (pr. 59) : DX (F., VI, 12, 1), DL (F., XIII, 70) ; Cic. ad eum ep. DX (VI, 12). Ampius Menander, T. (superioris libertus) : DL (F., XIII, 70). Anagninum : DLX (A., XII, 1, 1). Andron (Laodicensis) : DXLVIII (F., XIII, 67, 1). Anicius, C. (senator) : DXVII (F., VII, 26. 2). Antigonus (Cn. Otacilii Nasonis libertus) : DXLI (F., XIII, 33). Antipater Derbes : DXXIII (F., XIII, 73, 2). Apollonius (P. Crassi libertus) : DLXXIII (F., XIII, 16, 1-4). Αρχιμήδειος : CCCGLXXXV (4., XII, 4, 2). Aristarchus (grammaticus) : DLXXVIII (F., IX, 10, 1). Aristippus (philosophus) : DXXII (F., IX, 26, 2).

1. Les références entre crochets droits renvoient aux passages où un personnage est évoqué sans être nommé.

324

INDEX NOMINVΜ

Aristophanes (comicus) : DXVIII (Λ., XII, 6 a, 1). Armenia : DXVI (F., IX, 15, 4). Arpinas : DLXII (F., VII, 23, 1). Artemo (Laodicensis) : DXLVIII (F., XIII, 67, 1). Asclapo (Patrensis, medicus) : DXXVIII (F., XIII, 20). Asia : DIX (F., XIII, 68, 2), DXII (F., VI, 6, 2), DXLIX (F., XIII, 69, 1). Asiaticus : DXLVIII (F., XIII, 67, 1), DLII (F., XIII, 72, 1), DLXVIII (F., VI, 8, 2), DLXXVI (F., VI, 7, 5). Atedius : cf. Aledius. Atellana (fabula) : GCCCLXXXVII (F., IX, 16, 7). Atellanum municipium : DLV (F., XIII, 7, 1). Athamas (Attici libertus aut seruus) : DXIX (A., XII, 10). Athenae : [DLXXIX vi, 3, 3)], DLXXXI (F., XV, 19, 1), DLXXXII (F., VI, 4, 5). * Αθήνα i : DLXXIX (F., VI, 3, 4). Attica (Attici Mia) : DXIII (A., XII, 6 a, 2), DXXI (A., XII, 8), DLX (A., XII, 1-2), DLXI (A.t XII, 11). Attici : DXVI (F., IX, 15, 2). Atticus (adiect.) : DXVI (F., IX, 15, 2). Atticus (Cic. amicus) : cf. Pomponius Atticus. Attius (pigmentarius) : DLXXV (F., XV, 17, 2). Aufidianum nomen : CCCCLXXXIX (F., XVI, 19). Auianius Euander (?), C. : DLXII (F., VII, 23, 1-2). Auianius Flaccus, C. : DXLIII (F., XIII, 35, 1). Auianius Hammonius, C. : DXXIX (F., XIII, 21, 2), DXXXV (F., XIII, 27, 2). Auianius Philoxenus, C. : DXLIII (F., XIII, 35, 1). Axius, Q. (senator) : DLX (A.t XII, 1, 2). Bacchae : DLXII (F., VII, 23, 2). Baiae : CCCGLXXVIII (F., IX, 2, 5), CCCCLXXIX (F., IX, 7, 2). Balbus : cf. Ampius aut Cornelius Balbus. Bellienus Demetrius : CCCCLXXXIX (F., XVI, 19), CGCCXC (F., XVI, 22, 2), CCCCXCI (F., XVI, 17, 2). Bibulus : cf. Calpurnius Bibulus. Bolanus, M. : DLVII (F., XIII, 77, 2-3). Britannia : DLXXX (F., XV, 16, 2). Brundisium : DLXIII (XV, 21, 2), DLXXV (F., XV, 17, 4). Bruttius, L. (eques) : DXLVI (F., XIII, 38). Bruttius (superioris pater) : DXLVI (F., XIII, 38). Brutus : cf. lunius Brutus. Bursa : cf. Munatius Plancus.

Caecilius Bassus, Q. : DVIII (F., XII, 18, 1). Caecilius Metellus Pius Scipio, Q. (cos. 52) : CCCGXCII (F., IX, 18, 2), DLXII (F., VII, 23, 2) (?).

INDEX NOMINVM

325

Caecina, A. (sequentis pater) : DLXIX (F., VI, 9, 1), DLXXVII (F., XIII, 66, 1). Caecina, A. : DLXIX (F., VI, 9, 1-2), DLXXVII (F., XIII, 66, 1-2) ; Cic. ad eum epp. D (VI, 5), DXII (VI, 6), DLXVIII (VI, 8) ; eius ad Cic. ep. DLXXVI (VI, 7). Caecina (superioris filius) : [D (F., VI, 5, 1)], [DXII (F., VI, 6)], [DLXXVI (F., VI, 7, 1 ; 5-6]. Caeparius, M. : DLIX (F., IX, 23). Caerellia : DLII (F., XIII, 72, 1-2). Caesonius, M. (?) : DLXI (A.t XII, 11). Calactinus (Hippias) : DXLV (F., XIII, 37). Calenus : DLXXXV (F., IX, 13, 1-3). Calpurnius Bibulus, M. (cos. 59) : DLXX (F., XII, 19, 2). Calpurnius Piso Caesoninus, L. : DXI (F., IV, 4, 3). Calpurnius Piso Frugi, C. : DXXXIX (F., XIII, 31, 1). Camillus, C. : CCCCXCIV (F., IX, 20, 2). Campus : cf. Fenicularius, Martius. Caninius Gallus, L. (tr. pl. 56) : CCCCLXXVIII (F., IX, 2, 1), CCCCLXXXVI (F., IX, 6, 1 ; 6). Capenas ager : DII (F., IX, 17, 2). Cassius Longinus, C. : CCCCXCIII (F., VII, 33, 2), DXII (F., VI, 6, 10) ; Cic. ad eum epp. DLXXII (XV, 18), DLXXV (XV, 17), DLXXX (XVI, 16) ; eius ad Cic. ep. DLXXXI (XV, 19). Cassius Longinus, (L.? superioris frater) : DLXII (F., VII, 23, 4). Catiana spectra : DLXXX (F., XV, 16, 1), DLXXXI (F., XV, 19, 1). Catina : DXXXVIII (F., XIII, 30, 1). Catinensis : DXXXVIII (F., XIII, 30, 1). Catius (Epicureus) : DLXXX (F., XV, 16, 1), DLXXXI (F., XV, 19, 1-2). Cato : cf. Porcius. « Cato o (uel « Laus Catonis », Cic. opus) : CCCCLXXXV (A., XII, 4, 2), CCCCLXXXVIII (Æ, XII, 5, 2). Catulus : cf. Lutatius. Celer : cf. Pilius. Chremes (apud Terentium) : DXVIII (A.t XII, 6 α, 1). Chrysippus (Stoicus) : CCCCLXXXIII (F., IX, 4). Cibyra : DXXIX (F., XIII, 21, 1). Cicero : cf. Tullius Cicero. Ciliciensis : DXLVIII (F., XIII, 67, 1), DLXXIII (F., XIII, 16, 2). Claudius, Ser. (Paeti frater) : CCCCLXXXVII (F., IX. 16, 4). Claudius Marcellus, C. (cos. 49) : CCCCLXXX (F., VII, 3, 1). Claudius Marcellus, C. (cos. 50) : DIII (F., IV, 7, 6), DV (F., IV, 9, 2 ; 4), DXI (F., IV, 4), DXIII (F., IV, 11, 1). Claudius Marcellus, M. (cos. 51) : DIII (F., IV, 7, 6), DXI (F., IV, 4, 3), DXII (F., VI, 6, 10) ; Cic. ad eum epp. CCCCXCVI (IV, 8), DIII (IV, 7), DV (IV, 9), DLXVII (IV, 10); eius ad Cic. ep. DXIII (IV, 11). Clodius Archagathus, M. (Halaesinus) : DXL (F., XIII, 32, 1). Clodius Philo, C. (Halaesinus) : DXL (F., XIII, 32, 1).

326

INDEX NOMINVM

Cluuius : Cic. ad eum ep. DLV (ΧΙΠ, 7). Cocceius (?) : CCCCLXXXIII (F., IX, 4). Colophonius quidam : DXLIX (F., XIII, 69, 2). Corcyra : DLXXIV (F., IV, 14, 1). Corinthus : CCCCXCII (F., IX, 18, 1). Cornelius Balbus, L. : CCCCLXXXVI (F., IX, 6, 1), CCCCXCVII (F.t IX, 19, 1), DII (F„ IX, 17, 1), DX (F., VI, 12, 2), DXX (A., XII, 7, 2), DLXVIII (F., VI, 8, 1), DLXXXVI (F., VI, 18, 1). Cornelius Demetrius Megas, P. : DXLIV (F., XIII, 36, 1). Cornelius Dolabella, P. : CCCCLXXIX (F., IX, 7, 2), CCCCLXXXIV (A., XII, 5 c), CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 7), CCCCXCIII (F., VII, 33, 2), DXX (A., XII, 7, 2), DXLIV (F., XIII, 36,1), DLXXXVI (F., VI, 18, 5) ; Cic. ad eum epp. DLXXVIII (IX, 10), DLXXXV (IX, 13). Cornelius Lentulus Crus, L. (cos. 49) : CCCCLXXX (F., VII, 3, 1), CCCCXCII (F., IX, 18, 2), DLXXXIII (F., VI, 21, 1). Cornelius Lentulus Niger, L. (flamen Martialis) : DXX (A., XII, 7,1). Cornelius Lentulus Spinther, P. (cos. 57) : DXX (A., XII, 7, 1). Cornelius Lentulus Spinther, P. (superioris filius, augur) : DXVII (F., VII, 26, 2), DXX (A., XII, 7, 1). Cornelius Sulla, P. (cos. design. 65) : DLXXV (F., XV, 17, 2), DLXXVIII (F., IX, 10, 3), DLXXXI (F., XV, 19, 3). Cornelius Sulla, P. (superioris illius) : [DLXXXI (F., XV, 19, 3)]. Cornificius, Q. : Cic. ad eum epp. DIV (XII, 17), DVIII (XII, 18), DLXX (XII, 19). Cossinius, L. (eques) : DXXXI (F., XIII, 23, 1). Cossinius Anchialus, L. (superioris libertus) : DXXXI (F., XIII, 23, 1). Crassus : cf. Licinius Crassus. Cumanum (Ciceronis) : DLVIII (F., VII, 4), DLIX (F., IX, 23). Cumanum (Varronis) : CCCCLXXXI (F., IX, 5, 3). Cures : DLXIV (F., XV, 20, 1). Curius, M’. : DXXV (F., XIII, 17, 1 ; 3) ; Cic. ad eum ep. CCCCXCV (VII, 28). Curtius, C. (senator) : DLIV (F., XIII, 5, 2-3). Curtius, P. (Curtii Salassi frater) : DLXXXII (F., IX, 18, 2). Curtius Mithres, C. (C. Curtii Postumi libertus) : DXLIX (F., XIII, 69, 1). Curtius Nicias (grammaticus) : DLXII (F., VII, 23, 4), DLXXVIII (F., IX, 10, 1-2). Curtius Postumus, C. : DX (F., VI, 12, 2), DXLIX (F., XIII, 69 1). Curtius Salassus, Q. : DLXXXVI (F., VI, 18, 2). Cuspius, P. (publicanus) : CCCCXCI (F., XVI, 17, 2). Cytheris : cf. Volumnia Cytheris.

Damasippus : DLXII (F., VII, 23, 2-3). Demetrius Bellienus : cf. Bellienus Demetrius. Demetrius Megas : cf. Cornelius Demetrius. Demetrius Phalereus : CCCCIX (F., XVI, 22, 2).

INDEX NOMINVΜ

327

Democritus {philosophus) : DLXXX (F., XV. 16, 1). Demostratus (Cn. Otacilii Nasonis libertus) : DXLI (V., XIII, 33). Derbes (Antipater) : DXXIII (F., XIII, 73. 2). Dexius : DLXII (F., VII, 23, 4). Dio (philosophus) : DXXII (7?., IX, 26, 1). Δίωρος (philosophus) : CCGCLXXXIII (F., IX, 4). Diodotus (Stoicus) : DLXXIII (F., XIII, 16, 4). Dionysius (II, tyrannus) : GGGCXCII (F., IX, 18, 1). Dionysius (Gic. seruus) : DLVII (F., XIII, 77, 2-3). Dolabella : cf. Cornelius Dolabella. Domitius Ahenobarbus, Cn. (sequentis filius) : Cic. ad eum ep. CCGCLXXXII (XI, 22). Domitius Ahenobarbus, L. (cos. 54) : DLXXXIV (F., VI, 21, 1). Egnatius Rufus, L. (eques) : DXXIII (F., XIII, 73). Elis : DXXXIV (F., XIII, 26, 2). Ephesus : DXLIX (F., XIII, 69, 1). ’Επικούρειος : DLXXX (F., XV, 16, 1). Epicurus : CCCGXCIV (F., IX, 20, 1), DXVII (F., VII, 26, 1), [DLXXX (F., XV, 16, 1)], DLXXXI (F., XV, 19, 2). Epiroticae res : DXXVI (F., XIII, 18, 2). Eppuleia (T. Ampii uxor) : DX (F., VI, 12, 3). Eros (Attici seruus) : DXX (A.t XII, 7, 1). Etruria : DXII (F., VI, 6, 8). Eupolis (comicus) : DXVIII (Æ, XII, 6 a, 1).

Fabius Gallus, M. : DLXII (F., VII, 23, 1) ; Cic. ad eum epp. DXVII (VII, 26), DLXII (VII, 23). Fenicularius campus : DXXI (A., XII, 8). Flauius, C. (eques) : DXXXIX (F., XIII, 31, 1-2). Flauius, L. (superioris frater) : DXXXIX (F., XIII, 31, 1). Furfanus Postumus, T. (procos. Asiae) : DLXVIII (F., VI, 8, 3) ; Cic. ad eum ep. DLXIX (VI, 9).

Gallia : DXII (F., VI, 6, 10), DLV (F., XIII, 7, 1). Gallinaria silua : DLIX (F., IX, 23). Gargettius (Epicurus) : DLXXX (F., XV, 16, 1). Graecia : CGGCXCV (F., VII, 28,1), DXII (F., VI, 6, 10), DXXXVII (F., XIII, 28 a, 2). Graecus : DLXXIII (F., XIII, 16, 4). Grai : DXXII (F., IX, 26, 2). Granius : DXVI (F., IX, 15, 2). Hagesaretus (Larisaeus) : DXXXIII (F., XIII, 25). Halaesina ciuitas : DXL (F., XIII, 32, 1). Haterianum ius : GCCCXCII (F., IX, 18, 3).

32

328

INDEX NOMINVM

Hesiodus (poeta) : DLXXXVI (F., VI, 18, 5). Hilarus (Gn. Otacilii Nasonis libertus) : DXLI (F., XIII 33). Hippias (Calactinus) : DXLV (F., XIII, 37). Hirtianum ius : CCCGXCII (F., IX, 18, 3). Hirtius, A. : CGCCLXXXVI (F., IX, 6, 1), CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 7), CCCCXGIII (F., VII, 33, 1), CCCGXCIV (F IX 20 2) DX (F., VI, 12, 2). Hispani : DLXXXVI (F., VI, 18, 2). Hispania, -niae : DXII (F., VI, 6, 5), DXX (Æ, XII, 7 1) DLXII (F., VII, 23, 4), DLXIII (XV, 21, 2), DLXXII (F., XV, 18, 2), DLXXIII (F., XIII, 16, 3), DLXXV (F., XV, 17, 3), DLXXXI (F., XV, 19, 4), DLXXXV (F., IX, 13, 1), DLXXXVI (F., VI, 18, 2). Insuber (Catius) : DLXXX (F., XV, 16, 1). Italia : CCCCLXXX (F., VII, 3, 1), DXII (F., VI, 6, 6; 9). luba (Numidiae rex) : CCCCLXXX (F., VII, 3, 3). lulius Caesar, G. (dictator) : [CCCCLXXIX (F., IX, 7, 2)], CCCGLXXXVI (F., IX, 6, 1), CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 2-5), [CCCCXCII (F., IX, 18, 1)], CCCCXCIII (F., VII, 33, 2), [CCCCXGVI (F., IV, 8, 2)], CCCCXCVIII (F., IV, 13, 2 ; 5-6), CCCCXCIX (F., IV, 3, 2), [D (F., VI, 5, 3)], [DI (F., VI, 10, 5)1, [DII (F., IX, 17, 2-3)], [vili (F. IV, 7, 3-5)], DIV (F., XII, 17, i), [DV (F., IV, 9, 2 ; 4)], DVI (F., VI, 10, 2), DVII (F., VI, 13, 2-3), DVIII (F., XII, 18, 2), DIX (F., XIII, 68, 2), DX (F-, VI, 12, 2), DXI (F., IV, 4, 2-5), DXII (F., VI, 6, 4-5 ; 8-10 ; 13), DXIV (F., VI, 14, 2-3), DXVIII (Æ, XII, 6 α, 2), DXXI (Æ, XII, 8), DXXIV (F., XIII, 52), DXXVII (F., XIII, 19, 1), DXLIII (F., XIII, 35, 1), DXLIV (F., XIII, 36, 1), DLIII (F., XIII, 4, 2), DLIV (F., XIII, 5, 1-2). DLV (F., XIII, 7, 1 , 3 ; 5), DLVI (F., XIII, 8, 2), DLXVIII (F., VI, 8, 1), DLXX (F., XII, 19, 1), DLXXI (F., VI, 1, 2), DLXXV (F., XV, 17, 2), DLXXVI (F., VI, 7, 2 ; 4-5), [DLXXVII (F., XIII, 66, 2)], DLXXVIII (F., IX, 10, 3), DLXXXI (F., XV, 19, 3-4), [DLXXXII (F., VI, 4, 2)], DLXXXV (F., IX, 13, 4), DLXXXVI (F., VI, 18, 2) ; Cic. ad eum ep. DLXXIII (XIII, 16). lulius Caesar, L. : CCCCLXXIX (F., IX, 7, 1). lunia Tertia : CCCGXG (F., XVI, 22, 1). lunius (Auianii familiaris) : DLXII (F., VII, 23, 3). lunius Brutus, M. : DXII (F., VI, 6, 10), DLXIV (F., XV, 20, 3), DLXXVI (F., VI, 7, 4). luppiter : CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 8).

Laberiana (i. e. M. Laberii) praedia : DLVI (F., XIII, 8, 3). Laberius, D. (mimographus) : DVIII (F., XII, 18, 2). Laberius, M. : DLVI (F., XIII, 8, 2). Lacedaemonius, -nii : DXXXVII (F., XIII, 28 a, 1-2). Laelius Sapiens, C. (cos. 140) : DXVI (F., IX, 15, 2).

INDEX NOMI NVΜ

329

Lais (Aristippi amica) : DXXII (F., ΐχ, 26, 2). Laodicensis : DXLVIII (F., XIII, 67, 1). Largus (A. Caecinae amicus) : DLXVIII (F., VI, 8, 1-2). Larisaeus (Hagesaretus) : DXXXIH (7?., ΧΠΙ, 25) Latini : DXXXVIII (F., XIII, 30, 1). Latium : DXVI (F., IX, 15, 2). Lentulus : cf. Cornelius Lentulus. Lepidus : cf. Aemilius Lepidus. Lepta : cf. Paconius (?) Lepta. Libo : cf. Scribonius. Licinia (L.? Cassii soror) : DLXII (F., VII, 23, 4). Licinius Aristoteles, A. : DXXIV (F., XIII, 52). Licinius Caluus, C. : DLXIII (F., XV, 21, 4). Licinius Crassus, L. (cos. 95) : DXVI (F., IX, 15, 2). Licinius Crassus, P. (triumuiri filius) ; DLXXIII (F.. XIII, 16, 1-3). Ligarius, Q. : Cic. ad eum epp. DVII (VI, 13), DXIV (VI 14). Lilybitanus : DXLII (F., XIII, 34). Lucceius, L. (pr. 67) : Cic. ad eum ep. DLXVI (V, 13). Lucilius, C. (poeta) : DXVI (F., IX, 15, 2). Lucilius (?) Bassus : CCCCLXXXVIII (Æ, XII, 5, 2). Lupercus : CCCCLXXXVIII (A., XII, 5, 1J. Lutatius Catulus, Q. (cos. 78) : DXVI (F., IX, 15, 3). Lynceus : CCCCLXXVIII (F., IX, 2, 1). Lyso (Lilybitanus) : DXLII (F., XIII, 34). Lyso (superioris pater et auus) : DXLII (F., XIII, 34). Lyso (Patrensis) : DXXVII (F., XIII, 19, 1-3), DXXXII (F., XIII, 24, 1-2). Lyso (superioris filius) : DXXVII (F., XIII, 19, 2). Maecius Plautus, T. (comicus) : CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 4). Maenius Gemellus, C. (Cic. cliens) : DXXVII (F., XIII, 19, 2). Manlius, T. (negotiator) : DXXX (F., XIII, 22, 1-2). Manlius Sosis, L. (Neapoli decurio) : DXXXVIII (F., XIII, 30, 1). Manlius (Catinensis, superioris frater) : DXXXVIII (F., XIII, 30, 1). Manlius Torquatus, A. : DLXXI (F., VI, 1, 2) ; Cic. ad eum epp. DLXXI (VI, 1), DLXXIX (VI, 3), DLXXXII (VI, 4). Marcellus : cf. Claudius Marcellus. Marcius Philippus, Q. : Cic. ad eum ep. DXXIII (XIII, 73). Marcius (?) Rex : Cic. ad eum ep. DXXIV (XIII, 52). Marius, M. : Cic. ad eum epp. CCCCLXXX (VII, 3), DLVIII (VII, 4). Mars : DLXII (F., VII, 23, 2), DLXXXII (F., VI, 4, 1). Martius campus : DXXI (Æ, XII, 8). Matius, C. : DX (F., VI, 12, 2). Matris (poeta) : CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 8). Melitensis (A. Licinius Aristoteles) : DXXIV (F., XIII, 52). Mercurius : DLXII (F., VII, 23, 1). Mescinius Rufus, L. (quaest. 51) : DXXXIV (F., XIII, 26, 1 ; 4), DXXXVI (F., XIII, 28, 1-2; 4). 33*

330

INDEX NOMINVM

Messalla : cf. Valerius Messalla. Metellus : cf. Caecilius Metellus. Mindius, M. (negotiator) : DXXXIV (F., xm 26. 2) I)XXXVI (F., XIII. 28, 2). Mindius Marcellus : DLXXV (F., XV, 17t 2). Minerua : CCCCXCII (F., IX, 18, 3). Mucius Scaeuola, Q. (tr. pl. 54) : DV (F., IV, 9, 1). Munatius Plancus Bursa, T. (tr. pl. 52) : DVIH (F XII 18 2) DLXXVIII (F., IX, 10, 2). '' ' ' Musae : DLXII (F., VII, 23. 2). Mutina : DLXVIII (F., VI, 8, 3). Mytilenae (Mityl-) : CCCCLXXX (F., IX, 7, 5), DIII (F., IV, 7, 4). Narona : DLVII (F., XIII, 77, 2-3). Neapolis : DXVI (F., IX, 15, 4), DXXXVIII (F., XIII, 30, 1). Neapolitanus : DXVI (F., IX, 15, 2), DXXXVIII (F., XIII, 30, 1). Nicasiones : CCCCLXXXIV (Æ, XII, 5 c). Nicias : cf. Curtius Nicias. Nigidius Figulus, P. : CCCCXCVIII (F., IV, 13, 3) ; Cic. ad eum ep. CCCCXCVIII (IV, 13). Nouocomenses : DXLIII (F., XIII, 35). Oenomaus (apud Accium) : CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 4). « Oenomaus » (Accii fabula) : CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 7). Oppia (M. Mindii uxor) : DXXXVI (F., XIII, 28, 2). Oppius, C. : CCCCLXXXVI (F., IX, 6, 1), DX (F., VI, 12, 2), DLXVIII (F., VI, 8, 1). Oppius, L. : DXXIII (F., XIII, 73). « Orator » (Cic. opus) : sDIV (F., XII, 17, 2)], DXVIII (A., XII, 6 a), DLXIV (F., XV. 20, 1), DLXXVI (F., VI, 7, 4), DLXXXVI (F., VI, 18, 4). Ostia : CCCCLXXXVI (F., IX, 6, 1). Otacilius Naso, Cn. (eques) : DXLI (F., XIII, 33).

Paciaecus : cf. Vibius Paciaecus. Paconius (?) Lepta, Q. : DLXXXV (F., IX, 13, 1-3) ; Cic. ad eum ep. DLXXXVI (VI, 18). Paconius (?) Lepta (superioris filius) : DLXXXVI (F., VI, 18, 4-5). Paetus : cf. Papirius Paetus. PiincQ ·

Vihiim Piinca

Papirius Paetus, L. : CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 2), CCCCXCVII (F., IX, 19, 2), DII (F., IX, 17,1) ; Cic. ad eum epp. CCCCLXXXVII (IX, 16), CCCCXCII (IX, 18), CCCCXCIV (IX, 20), CCCCXCVII (IX, 19), DII (IX, 17), DXVI (IX, 15), DXXII (IX, 26), DLIX (IX, 23). Parthi : DLXX (F., XII, 19, 2). Parthicus : DLXX (F., XII, 19, 2).

INDEX NOMIN VM

331

Patrae : CCCCXGV (F., VII, 28, 1), DXXV (F., XIII, 17 1). Patrensis : D XXVII (F., XIII, 19, 1-2), DXXVIII (F.,’xiII, 20). Πειρήνη κρήνη : CCCGLXXXVIII (A.t XII, 5 1). Pelopidae : CCGGXGV (F., VII, 18, 2). Peloponnesus : CCCCXGV (F., VII, 28, 1). Phameas : GGCCLXXXVII (F., IX, 16, 8). Philargyrus (Torquati libertus aut seruus) : DLXXI (F., VI, 1, 6). Phileros (Paeti tabellarius) : DXVI (F., IX, 15, 1). Philippus : cf. Marcius Philippus. Philippus (Lacedaemonius) : DXXXVII (F., XIII, 28 a, 1). Philoctetes (apud Accium) : CCCCXCIII (F., VII, 33, 1). Philotimus (Terentiae libertus) : CCCCLXXXVIII (Λ., XII, 5, 1). Philoxenus (Calactinus) : DXLV (F., XIII, 37). Pilia (Attici uxor) : DXXI (Λ., XII, 8), DLX (A., XII, 1, 1). Pilius Celer, Q. : DXXI (A., XII, 8). Piso : cf. Calpurnius Piso. Plancius, Cn. (quaestor 58) : Cic. ad eum epn. DLXXIV (IV, 14), DLXXXIV (IV, 15). Plancus : cf. Munatius Plancus. Planius Heres, M. : DLXXXV (F., IX, 13, 2). Plato (philosophus) : DLXXII (F., XV, 18, 1). Plautus : cf. Maecius Plautus. Plotiana (r. e. A. Plautii, pr. 51?) bona : DLVI (F., XIII, 8, 2). Pompeia (Pompeii Magni filia) : [DLXI (Æ, XII, 11)]. Poinpeianum : GCCCLXXX (F., VII, 3, 1) ; DLVIII (F., VII, 4). Pompeius Magnus, Cn. : CCCGLXXX (F., VII, 3, 2), CCCCXCII (F., IX, 18, 2), DIII (F., IV, 7, 2), [DV (F., IV, 9, 2)], DXII (F., VI, 6, 4-6; 10), DLXI (Æ, XII, 11), [DLXXXII (F., VI, 4, 4)], DLXXXVI (F., VI, 18, 3). Pompeius Magnus, Cn. (superioris filius) : DLXXXI (F., XV, 19, 4), [DLXXXII (F., VI, 4, 1)], DLXXXVI (F., VI, 18, 2). Pomponius Atticus (T.) : CCCGLXXXIII (F., IX, 4), DVI (F., VI, 10, 1), DXXII (F., IX, 26, 1), DXXV (F., XIII, 17, 1), DXXVI (F., XIII, 18, 1-2), DXXXI (F., XIII, 23, 1) ; Cic. ad eum epp. : cf. Tdb. concord. Popilius (?) : CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 7). Porcia (Catonis soror) : [GCCCLXXXII (F., VI, 22, 2-3)]. Porcius Cato, M. : CGCCXC (F., XVI, 22, 1), CCCCXCII (F., IX, 18, 2). Postumia (Ser. Sulpicii Rufi uxor) : DLXI (A.t XII, 11). Postumulenus : DVI (F., VI, 10, 1). Postumus : cf. Curtius. Pseudodamasippus (cognomen fictum) : DLXII (F., VII, 23, 3). Publilius (Cic. adfinis) : CCCCXC (F., XVI, 22, 1). Publilius (mimographus) : DVIII (F., XII, 18, 2).

< Querelae » (A. Caecinae opus) : [D (F., VI, 5,1)], DXII (F., VI, 6, 8). Quinctius Scapula, T. (eques) : DLXXXV (F., IX, 13).

332

INDEX NOMIN VM

Regienses (in Aemilia) : DLV (F., XIII, 7, 4). Rex : DXX1V (F., XIII, 52) ; Cic. ad eurn cp. DXXIV (XIII, 52). Rhodus : CCCCLXXX (F., VII, 3, 5), DIII (F., IV, 7, 4). Roma (uel urbs) : CGCGLXXVIII (F., IX, 2, 2-3), CCCCLXXX (F., VII, 3, 3), GCCCLXXXIV (Æ, XII, 5 c), CCCCXCII (F., IX, 18, 4-5), CCCCXCVIII (F., IV, 13, 4), DIII (F., IV, 7, 4), DIV (F., XII. 17, 1), DXI (F., IV, 4, 5), DXVI (F., IX, 15, 4), DXXI (Æ, XII, 8), DXXIII (F., XIII, 73, 1), DXXVII (F., XIII, 19, 1), DXXXII (F., XIII, 24, 1), DXXXIV (F., XIII, 26, 2), DXLVIII (F., XIII, 67, 1), DLXXI (F., VI, 1, 1), DLXXV (F., XV, 17, 2), DLXXVII (F., XIII, 66, 2), DLXXVIII (F., IX, 10, 1), DLXXXII (F., VI, 4, 3), DLXXXVI (F., VI, 18, 1 ; 5). Romanus (adiect.) : DXVI (F., IX, 15, 2), DXLIV (F., XIII, 36, 2). Rutilius, M. : Cic. ad eum ep. DLVI (XIII, 8).

Sabinus (C. Trebonii familiaris aut seruus) : DLXIV (F., XV, 20, 1). Salassus : cf. Curtius. Saluius (Cic. et Dolabellae familiaris) : DLXXVIII (F., IX, 10, 1). Sardinia : GCCCLXXIX (F., IX, 17, 2). Saturnus : DLXII (F., VII, 23, 2). Saufeius (?) Trebianus : DVI (F., VI, 10, 3) ; Cic. ad cum epp. DI (VI, 10, 4-6), DVI (VI, 10, 1-3). Scapula : cf. Quinctius Scapula. Scribonius Libo L. : DLVIII (F., VII, 4). Seius, M. (?) : CCCCLXXIX (F., IX, 7, 1), DLXI (Æ, XII, 11). Seleucus (Leptae libertus aut seruus) : DLXXXVI (F., VI, 18, 1). Seliciana uilla : CCGCLXXXVII (F., IX, 16, 10). Septima (fabulae persona?) : DLXXVIII (F., IX, 10, 2). Seruilius Isauricus, P. (cos. 48) : Cic. ad eum epp. DIX (XIII, 68), DXLVIII (XIII, 67), DXLIX-DLII (XIII, 69-72), DLXXVII (XIII, 66). Sestius, L. (sequentis filius) : DLVI (F., XIII, 8, 1). Sestius, P. (tr. pl. 57) : DVI (F., VI, 10, 1), DLVI (F., XIII, 8, 1 ; 3). Sicilia : CCCCLXXIX (F., IX, 7, 2), DXXXVIII (F., XIII, 30, 1-2), DLXVIII (F., VI, 8, 1-2). Siciliensis : DXLVI (F., XIII, 38). Siculus : DXLIII (F., XIII, 36, 1). Sicyon : DXXIX (F., XIII, 21, 1-2). Silius, P. (?) : CCCCLXXXVII (F., IX, 16, 1). Socraticus : DXXII (F., IX, 26, 2). Statius (Q. Cic. libertus) : CCCCLXXXVIII (Æ, XII, 5, 1). Stoicus, -ci : DXVII (F., VII, 26, 1), DLXXIII (F., XIII, 16, 4), DLXXXI (F., XV, 19, 1). Subernius, C. (Calenus) : DLXXXV (F., IX, 13, 1). Sullanus (adiect.) : DXVI (F., IX, 15, 5), DLIII (F., XIII, 4, 1), DLIV (F., ΧΠΙ, 5, 2), DLVI (F., XIII, 8, 2). Sulpicius Galba, Ser. (pr. 54) : DLXXXVI (F., IX, 18, 3). Sulpicius Rufus, P. : Cic. ad eum epp. DXV (XIII, 77, 1), DLVII (XIII, 77, 2-3).

INDEX NOMINVM

333

Su^icius Rufus, ^r (c°s 51) : DXII (F., vi, 6, 10), DLXI (A., XII, 11), DLXXI (F., VI, 1, 6), DLXXXII (F., VI, 4, 5); Cic. ΤνΛΤΥί™ GGGGXGIX (Σν, 3), DXI (IV, 4), DXXV-DXXXVII (XIII, 17-28 a). ' ' ' Sulpicius Rufus, Ser. (superioris filius) : CCCCXCIX (F., IV, 3, 4), DXI (F., IV, 4, 5), DXXXV (F., ΧΙΠ 27 4) Syracusae : GCCCXCII (F., IX, 18, 1). ’ Syria : DIV (F., XII, 17, 1), DXVI (F., IX, 15, 4), DLXX (F., XII, 19, 1).

Tarracina : DLXII (F., VII, 23, 3). Terentius Varro, M. : DLXXXV (F., IX, 13, 1); Cic. ad eum epp. CCCCLXXVIII (IX, 2), CCCCLXXIX (IX, 7), CCGCLXXXI (IX, 5), CCCCLXXXIII (IX, 4), CCCGLXXXVI (IX, 6). Terentius Varro Murena, A. : DXXX (F., XIII, 22, 1). Tertia : cf. lunia Tertia. Theophilus (M. Marcelli libertus) : DV (F., IV, 9, 1), DLXVII (F., IV, 10, 1). Theophrastus (philosophus) : CCCCXCI (F., XVI, 17, 1). Thespiae : DXXX (F., XIII, 22, 1). Theudas (Trebiani libertus) : DVI (F., VI, 10, 1). Tillius Cimber, L. : DX (F., VI, 12, 2). Tiro : cf. Tullius Tiro. Tisamenus (Attici libertus aut seruus) : DXIX (A., XII, 10). Titius : Cic. ad eum ep. DLXV (V, 16). Titurnia familia : DXLVII (F., XIII, 39). Titurnius Rufus, M. : DXLVII (F., XIII, 39). Toranius, G. (aed. pl. 64) : Cic. ad eum ep. DLXXXIII (VI, 21). Torquatus : cf. Manlius Torquatus. Trebianus : cf. Saufeius (?) Trebianus. Trebonius, C. (cos. suti. 45) : DLXIV (F., XV, 20, 2) ; Cic. ad eum epp. DLXIII (XV, 21), DLXIV (XV, 20). Tullia (Cic. tilia) : CCCCLXXXIV (A., XII, 5 c), DLX (A., XII, 1,1), DLXII (F., VII, 23, 4), DLXXXVI (F., VI, 18, 5). Tullius Cicero, M. (orator) : DVI (VI, 10, 3), DXXII (F., IX, 26, 2), DLXXVI (F., VI, 7, 5). Tullius Cicero, M. (superioris filius) : DXX (A., XII, 7, 1), DXXI (A., XII, 8). Tullius Cicero, Q. (oratoris frater) : CCCCLXXXVIII (A., XII, 5, 1), DLX (A., XII, 1, 2). Tullius Cicero, Q. (superioris filius) : [CCCCLXXXVIII (A., XII, 5, 1)]. Tullius Tiro, M. (Cic. libertus) : CCCCLXXXIV (A., XII, 5 c), CCCCLXXXV (A., XII, 4, 1), CCCCXC (F., XVI, 22, 2), DXIX (A., XII, 10) ; Cic. ad eum epp. CCCCLXXXIX (F., XVI, 19), CCCCXC (F., XVI, 22), CCCCXCI (F., XVI, 17). Tusculanenses (dies) : CCCCLXXXI (F., IX, 6, 4). Tusculanum (Ciceronis) : CCGCLXXXI (F., IX, 5, 3), CCCCXCII

334

INDEX NOMINVM

(F., IX, 18), DXVII (F., VII, 26, 1), DLX (A., XII, i i), DLXH (F., VII, 23, 3). Tusculanum (Varronis) : CCCGLXXVIII (F., IX, 2, 1). Tusculanus agor : DII (F., IX, 17, 2).

Valerius Messalla Rufus, M. (cos. 53) : DLXXXVI (F., VI, 18, 2). Valerius Orra, Q. (pr. 57) : Cic. ad eum epp. DLIII-DLIV (XIII, 4-5). Varro : cf. Terentius Varro. Veiens ager : DII (F., IX, 17, 2). Vennonius, C. (negotiator) : DLII (F., XIII, 72, 2). Verrius (Cic. et Paeti familiaris) : CCCCXCIV (F., IX, 20 2) DXXII (F., IX, 26). ' ' Vibius Paciaecus, L. : DLXXXVI (F., VI, 18, 2). Vibius Pansa, C. : DX (VI, 12, 2-3), DLXXV (F., XV, 17, 3), DLXXXI (F., XV, 19, 2-3). Vidius : DLXXVIII (F., IX, 10, 1). Volaterrani : DLIII (F., XIII, 4, 1 ; 3-4). Volaterranum : DLIV (F., XIII, 5, 2). Volaterranus ager et oppidum : DLIII (F., ΧΠΙ, 4, 2). Volcacius Tullus, L. (cos. 66) : DXI (F., IV, 4 4/ ' Volumnia Cytheris : DXXII (F., IX, 26, 2). ' Volumnius Eutrapelus, P. : CCCCXCIII (F., VII, 33, 1), DXXII (F., IX, 26,1-3) ; Cic. ad eum ep. CCCCXCIII (VII 33).' Vrbs : cf. Roma. Zethus (Paeti libertus aut seruus) : DXVI (F., ιχ, 15, 1).

TABLE DES MATIÈRES

Index des sigles.........................................................

Pages 7

I. Du lendemain de la bataille de Thapsus au retour d'Afrique de César (milieu d'avril 4625 juillet 46). — Notice, p. 17. — Lettres CCCCLXXVIII à CCCCXCIL 29

IL Du retour d'Afrique de César à son départ pour l'Espagne (25 juillet 46-début du Deuxième mois intercalaire 46). — Notice, p. 57. — Lettres CCCCXCIII à DXXII.

92

III. Lettres de recommandation (printemps 4644). — Notice, p. 149. — Lettres DXXIII à DLVII. 156 IV. Du départ de César pour l'Espagne à la mort de Tullia (début du Deuxième mois intercalaire 46-milieu de février 45). — Notice, p. 195. — Lettres DLVIII à DLXXXVI. 221 Notes complémentaires..........................................

271

Appendice 1.................................................................

305

Appendice II...............................................................

307

Appendice III...............................................................

311

VII............

315

VII...........................

317

nominvm...........................................................

323

Table

de concordance pour le tome

Index

des lettres du tome

Index

ACHEVÉ D’iMPRIMER EN JUILLET 1980 SUR LES PRESSES DE

L*IMPRIMERIE DAUPELEY-GOUVERNEUR A NOGENT-LE-ROTROU

des

Vélin teinté Papeteries de Guyenne

4576 — 7 - 1980 Dépôt légal : éditeur, n· 2159 impr., 3’ trim. 1980. — 1951

Cicéron, Correspondance, tome XII

ERRATUM page 20, note 1. ligne 4 : au lieu de · t. IV », lire « t. III » ; p. 21, 1. 20 : au lieu de « CXLIX ». lire ■ CLIX »; p. 30, app. erit., 1. 1 : après - autem /)// », ajouter « : » ; p. 36, texte. I. 5: au lieu de " quid », lire ■ qui · ; p. 103, trad.. 1. 7 : au lieu de ·< dans un miroir », lire « d’un obser­ vatoire » (et supprimer la note u) ; p. 106, texte, 1. 6 : au lieu de « te -, lire ■ tu ·; p. 109, trad., 1. 2 : au lieu de « quelqucchose ». lire » quelque chose ·; p. 1(1, trad., I. 4 : au lieu de « quoiqu’il soit -, lire - quel qu’il soit · ; p. 111, trad., lettre OV, I. 2 : au lieu de - quelle », lire « quel ·; p. 152, a. 1, I. 5 : au lieu de « Fulvius », lire « Flavius » ; p. 154, dernière ligne : devant » autres », ajouter » aux » ; p. 163. app. erit., I. I : après « pudentem ΛΙ, V », ajouter » : » ; p. 131, trad., § 2, I. 3 : au lieu de - un certain Colophonius », lire · un habitant de Colophon » ; p. 200, note, I. 15 : au lieu de « deux séjours, l’un », lire « trois séjours, deux » ; p. 212. 2e alin., 1. 11 : au lieu de « 62/61 », lire » 52/51 » ; p. 225, texte, avant-dernière ligne : au lieu de « eum », lire « cuin » ; * p. 228, trad.. § 3, 1. 10 : au lieu de · que ceci », lire » qu’elle »; p. 237, app. crit., § 3, 1. 2 : supprimer ■ d. » devant « lut. » ; p. 211, texte, § 2, I. 4 : au lieu de « tuas », lire * tua » ; p. 256, n. a : au lieu de - DLXX », lire - DLXXl » ; p. 260, texte, § 4, I. 6 : au lieu de « putat », lire * putet » ; p. 266, trad., § 2, 1. 1 : ajouter » je » après « bien que » ; p. 282, η. 1 ad p. 93, 1. 13 : au lieu de « p (— pro) », lire · p ( pro) » ; p. 315, lre colonne : en face de « VII, 33 », lire « CCCCXCl11 », au lieu de » ÜX · ; p. 327, Furfanus Postumus : au lieu de - procos. Asiac ». lire « procos. Siciliae ».